Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Biographie des Sagamos illustres  de l'Amérique Septentrionale (1848)
Author: Bibaud, Maximilien
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Biographie des Sagamos illustres  de l'Amérique Septentrionale (1848)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



                              BIOGRAPHIE
                                 DES
                          SAGAMOS ILLUSTRES
                                 DE
                      L'AMÉRIQUE SEPTENTRIONALE


      PRÉCÉDÉE D'UN INDEX DE L'HISTOIRE FABULEUSE DE CE CONTINENT.

                                 PAR

                       F. M. MAXIMILIEN BIBAUD.

         CORRESPONDANT DES INSTITUTS DE MONTRÉAL ET DE QUÉBEC.

                ______________________________________

Where our Chiefs of Old; where our heroes of mighty name?
The fields of their battles are silent--scarce their mossy tombs remain!
                                                           OSSIAK
                ______________________________________



                              MONTRÉAL
         DE L'IMPRIMERIE DE LOVELL ET GIBSON, RUE SAINT NICOLAS

                                1848



                         PETIT DICTIONNAIRE
                                DE LA
                       MYTHOLOGIE AMÉRICAINE.

                                ----

AMÉRIQUE, ainsi nommée d'Amerigo Vespucci. On la peint comme une femme
au teint olivâtre, coiffée de plumes et armée de flèches. A ses pieds,
une tête percée d'une flèche, dénote qu'elle a des habitans
antropophages. A ses côtés est le calumet, dont les ailes du caducée de
Mercure annoncent l'usage. La pêche et la chasse, principale occupation
des Américains, sont désignés par deux enfans changés l'un de poisson,
l'autre de gibier. Le caïman et le bananier achèvent de la caractériser.
Lebrun l'a exprimée par une femme d'une carnation olivâtre, qui a
quelque chose de barbare. Elle est assise sur une tortue, et tient d'une
main une javeline, et de l'autre un arc. Sa coiffure est composée de
plumes de diverses couleurs; elle est revêtue d'une espèce de jupe qui
ne la couvre que de la ceinture aux genoux.

ARESKOVI, AREOUSKI, dieu de la guerre, que les Hurons invoquaient avant
de se préparer au combat, par cette prière que prononçait leur Chef: «Je
t'invoque pour que tu sois favorable à mon entreprise; et vous, esprits,
bons ou mauvais, vous tous qui êtes dans les cieux, sur terre et sous
terre, je vous invoque aussi. Pressez votre puissance, et faites en
sortir tous les fléaux vengeurs, qui versent la destruction sur nos
ennemis. Rendez-les victimes de notre colère, et ramenez-nous dans notre
pays couverts des ornemens de la victoire; que la gloire nous porte sur
ses ailes jusque dans les pays les plus éloignés. Et toi! mort, aiguise
ta faux tranchante: fais baiser la poussière de nos pieds à ces tribus
qui nous veulent la guerre.»

ATAHUATA, nom du créateur du monde dans l'opinion de certains sauvages
riverains du St. Laurent. _V. Otkee_.

ATLANTIDE, île fabuleuse, que Platon place dans l'Océan près des
colonnes d'Hercule, et qu'il suppose avoir été engloutie. Je ne la
mentionne que parce que M. Garneau, de Québec, qui publie une nouvelle
histoire du Canada, semble être d'opinion que des auteurs ont cru que
l'Atlantide était l'Amérique.--Diodore, sicule, place dans cette île le
berceau de toute les mythologies.

CHOUN, divinité adorée dans le Pérou, avant l'origine des Incas. Les
Péruviens racontaient qu'il vint chez eux, des parties septentrionales
du monde, un homme extraordinaire, qui avait un corps sans os et sans
muscles; qu'il abaissait les montagnes, comblait les vallées, et se
frayait un chemin en des lieux inaccessibles. Ce choun, législateur du
Pérou, établit ce pays, auparavant inhabité. Les parties septentrionales
dénotent clairement le nord de l'Europe.

COSMOGONIE. Les peuples qui habitaient les rives du Mississipi, et
certains d'entre ceux du Canada s'imaginaient que le ciel, la terre et
les hommes ont été faits par une femme qui gouverne le monde avec son
fils. Le fils est le principe du bien, et la mère, celui du mal. Voici
comment ils expliquent la création. Une femme descendit du ciel, et
voltigea quelques temps en l'air, se sachant où poser le pied. La tortue
lui offrit son dos: elle l'accepta, et y fit sa demeure. Dans la suite,
les immondices de la mer se ramassèrent autour de la tortue, et y
formèrent insensiblement une grande étendue de terre. Un esprit, qui
savait que la solitude n'était point du goût de cette femme, descendit
aussi, et ils eurent deux jumeaux, qui s'occupèrent de la chasse. La
jalousie les brouilla, et il y en eut un qui fut enlevé au ciel.
L'esprit donna à la femme une fille qui peupla l'Amérique méridionale.

La femme, chassée du ciel, selon les Hurons et les Iroquois, pour
l'avoir souillé par son commerce avec Hougoaho, s'appelait Atehentsick.

Le Chippeouais croient que le globe n'était d'abord qu'un vaste Océan,
et qu'il n'y avait d'être vivant qu'un puissant oiseau, dont les yeux
étaient de feu, les regards des éclairs, et le mouvement des ailes un
tonnerre éclatant. Il descendit sur l'Océan, et aussitôt qu'il le
toucha, la terre s'élança au-dessus des eaux, et y demeura en équilibre.
L'ancienne école de géologie, qui se forma en Europe au seizième siècle,
s'expliquait à peu près comme les Chippeouais, è part le puissant oiseau
de ces derniers.

D'autre croient que l'être suprême porté sur les eaux avec tous les
esprits qui composaient sa cour, forma le monde d'un grain de sable
qu'il tira de l'Océan.

CUNTUR, oiseau fameux au Pérou, où il était adoré comme une divinité.
Les Espagnols l'appellent condor. Les naturalistes pensent que c'est le
même que le _rouch_ de Arabes.

CUPAY, selon les Floridiens, préside dans le _bas monde_ où les méchans
sont punis après leur mort. C'est leur Pluton.

DABAIBA, déesse des habitans de Panama, née de race mortelle, fut
déifiée après sa mort, et appelée la mère des dieux. Quand il tonne,
c'est au dire des habitans, Dabaiba, qui est en colère.

DÉLUGE. Les Brésiliens racontent qu'un étranger fort puissant, et qui
haïssait extrêmement leurs ancêtres, les fit tous périr par une violente
inondation, excepté deux, qu'il conserva pour faire de nouveaux hommes.

Les Mexicains prétendent que Dieu avait fait de terre un homme et une
femme, et que ces deux modèles de la race humaine étant allé se baigner,
perdirent leur forme dans l'eau. Dieu la leur rendit par le moyen d'un
mélange de métaux. Leurs descendans, étant tombés dans l'oubli de leur
devoir, en furent punis par un déluge, qui les détruisit, à l'exception
d'un prêtre nommé Tezpi, qui s'était mis avec sa femme et ses enfans
dans un grand coffre de bois, où il avait aussi rassemblé quantité
d'animaux et d'excellentes semences. Après l'abaissement des eaux, il
avait lâché un oiseau nommé _Aura_, et plusieurs autres successivement.
Le plus petit, et celui que les Mexicains estiment le plus par la
variété de ses couleurs, revint avec une branche dans son bec.--_V. à
l'article de Passaconaoua un récit différent d'après les livres peints._

ESPRITS. Les Chrystinaux s'imaginaient que lorsqu'un homme est enterré
sans qu'on place à côté de lui tout ce qui lui a appartenu, son esprit
revêt une forme humaine, et se montre sur les arbres les plus voisins de
sa cabane, ne prenant de repos qu'après que les objets qu'il réclame ont
été déposés dans sa tombe.

ÉTERNITÉ. Les Virginiens regardaient le cours perpétuel des fleuves
comme le symbole de l'éternité de Dieu, et dans cette idée, leur
offraient des sacrifices.

JONGLEURS. Les Illinois et les peuples du sud ont des prêtres fort
habiles, et d'autant plus redoutés que l'on croit qu'ils peuvent faire
mourir un homme, fût-il à 200 lieues de distance. Ces fourbes font une
figure d'homme qui représente leur ennemi, et lui décochent une flèche
dans le coeur: l'homme représenté par cette image, a infailliblement,
selon eux, ressenti l'effet de dette blessure. Le même préjugé régnait
en Europe au moyen âge: j'en trouve un exemple remarquable dans
l'histoire d'Angleterre.

JOUANAS, prêtres de Floride. Voyez ce que je dis d'Iarva au chapitre des
Paraoustis.

JOUKESKA, le premier des bons génies, ou le soleil, selon les sauvages
du Nord.

JUBILÉ. Les Mexicains avaient une espèce de jubilé, de quatre en quatre
ans, durant lequel ils croyaient obtenir le pardon de leurs fautes. Des
jeunes gens des plus lestes et des plus vigoureux se défiaient à la
course. Il s'agissait de monter sans reprendre haleine, au sommet d'une
montagne, où était bâti le Temple de Tescalipuca, dieu de la pénitence.
Celui qui arrivait le premier recevait les plus grands honneurs, et le
privilège d'enlever les viandes sacrées.

KICHTAN, l'être suprême, selon les premiers sauvages de la Nouvelle
Angleterre, a créé le monde et tout ce qu'il contient. Après la mort,
les hommes vont frapper à la porte de son palais. Il reçoit les bons;
mais il dit aux méchans: Retirez-vous, il n'y a point ici de place pour
vous.

KITCHI-MANITOU, déité des sauvages du Canada, à laquelle ils
attribuaient tout le bien. _V. Matchi-Manitou._

KIWASA, dieu des Virginiens. Ils le représentaient avec un calumet,
auquel ils mettaient le feu. Un prêtre, caché derrière l'idole, aspirait
le tabac, è la faveur de l'obscurité dont il s'environnait. Kiwase
apparaissait quelque fois, en personne, à ses adorateurs, sous la figure
d'un bel homme, avec, sur un côté de la tête, une touffe de cheveux qui
lui descendait jusques aux pieds. Il se rendait au Temple, y fesait
quelques tours dans une grande agitation, et retournait au ciel, quand
on lui avait envoyé huit prêtres pour savoir sa volonté.

KUPAY, nom du démon chez les Péruviens. Quand ils prononçaient ce nom,
ils crachaient à terre en signe d'exécration.

LAÏCA, nom de fée au Pérou. Elle était bienfaisante, au lieu que la
plupart des magiciens se plaisaient à faire du mal.

LUGUBRE, oiseau du Brézil dont le cri funèbre ne se fait entendre que la
nuit, ce qui le fait respecter des naturels, qui s'imaginent qu'il est
chargé de leur porter des nouvelles des morts. Léry, voyageur français,
raconte, que passant par un village, et ayant ri de l'attention avec
laquelle ils écoutaient les cris de cet oiseau, un ancien lui dit
rudement: Tais-toi, et ne nous empêche point d'entendre les nouvelles
que nous font annoncer nos grands-pères.

LUNE. Les Péruviens regardaient la lune comme la mère de leurs Incas.
Ils prétendaient aussi que les marques noires que l'on aperçois en elle,
lui ont été faite par une renard, devenu amoureux d'elle, et qui, ayant
monté ciel, l'embrassa si étroitement, qu'il lui fit ces taches à force
de la serrer.

MAMACOCHA, sous ce nom les Péruviens adoraient l'Océan. _Acosta apud
Noël_.

MANCO-CAPAC, législateur et dieu de ces peuples. Manco et sa femme
étaient les enfans du soleil. Cet astre les ayant chargés d'instruire et
d'humaniser les Péruviens, ils se mirent en route, et se guidèrent au
moyen d'une verge d'or. Arrivés dans la vallée de Cusco, la verge
s'abyma en terre, d'où ils conclurent que ce lieu devait être le siège
de l'empire. _V. Pacha-camac._

MATCHI-MANITOU, esprit malfaisant des sauvages du Nord. Plusieurs
croyaient que les orages sont causés par l'esprit de la lune qui s'agite
dans les eaux. Ils jetaient alors dans la mer ce qu'ils avaient de plus
précieux dans leurs canots, croyant l'apaiser par ce sacrifice.

MATCOMECH, dieu de l'hiver chez les Iroquois.

MATILALCUIA, déesse des eaux chez les Mexicains. Elle était revêtue
d'une chemise bleue céleste.

MESSOU, déité qui répara les désastres causés par le déluge. Ce Messou
allant à la chasse, ses chiens se perdirent dans un grand lac, qui,
venant à se déborder, couvrit la terre en peu de temps; mais ce Dieu
changea d'autres animaux en hommes, et repeupla le monde.

OIROU, objet du culte des anciens Iroquois. C'était la première
bagatelle qu'ils voyaient en songe, un calumet, une plante, etc., etc.

OTKEE, selon les sauvages de Virginie, Otkon suivant les Iroquois, était
le nom du créateur du monde.

OUAHICHE, génie dont les prêtres iroquois prétendaient savoir le passé,
le présent et l'avenir.

OUIKKA, l'Eole des Esquimaux, fait naître les tempêtes, renverse les
barques, et rend inutiles les plus généreux efforts de ceux qui
conduisent les pirogues. Ceux qui découvrirent les premiers l'Amérique
n'avaient point avec eux de Camoëns. Dans la Susiade, par ce grand
poëte, lorsque Vasco de Gama est près de doubler le Cap des Tempêtes,
tout-à-coup, on aperçoit un personnage formidable qui s'élève du fond
des mers, sa tête souche les nues, les vents, les tonnerres sont autour
de lui, ses bras s'étendent sur la surface des eaux. Ce génie est le
gardien de cet Océan, dont nul vaisseau n'avait encore fendu les ondes.
Il menace la flotte, il se plaint de l'audace des Portugais qui viennent
lui disputer l'empire de ces mers, et leur annonce toutes les calamités
qui doivent traverser leurs entreprises. Cette fiction est une des plus
belles que l'on puisse opposer aux anciens.

PACHACAMAC, celui qui anime le monde, nom de l'être suprême au Pérou. La
terre était adorée sous le nom de Pachacamama.

PARADIS. Les mexicains pensaient que le ciel est placé près du soleil.
Dans ce séjour, les défenseurs de la patrie occupent le premier rang, et
les victimes immolées aux dieux, le second.

Les Floridiens apalaches croient que les âmes des bons prennent rang
parmi les étoiles.

PAWORANCE, c'est le nom que les Virginiens donnaient à leurs autels.
Avant l'arrivée des Anglais, le principal Temple était bâti dans un lieu
appelé Ultamus Sak. On y voyait trois grands bâtimens de soixante pieds
chacun et tout remplis d'images. On conservait les corps des rois dans
ces maisons religieuses où les prêtres seule et les princes avaient le
privilège d'entrer. Le Paworance était d'un crystal solide et si
transparent, que l'on pouvait voir au travers le grain de la peau d'un
homme. Les Virginiens respectaient beaucoup un petit oiseau qui répète
sans cesse le mot Paworance. Ils disaient que cet oiseau était l'aîné
d'un de leurs princes.

QUITZALCOAT, dieu du commerce chez les Mexicains. C'était leur Mercure.
On l'honorait particulièrement à Cholula, ville que l'on croyait qu'il
avait fondée.

SERMENT. Lorsque les Arkansas, sauvages de la Louisiane, juraient ou
fesaient quelque serment, ils prenaient un casse-tête, avec lequel ils
frappaient sur un poteau, en rappellant les beaux coups qu'ils avaient
faits à la guerre, et en promettant de tenir leur parole--(_Noël
d'après_ Bossu).

SOLEIL. On peut ranger parmi les adorateurs du soleil les Floridiens
apalaches. Ils attribuaient à cet astre la création de l'Univers, et
racontaient, qu'ayant cessé de paraître durant vingt-quatre heures, son
absence occasionna un affreux déluge. Les eaux du grand lac Théomi ayant
débordé couvrirent la terre et jusques aux plus hautes montagnes,
excepté celle d'Olaimy, sur laquelle se soleil s'était lui-même bâti un
temple.

Les Natchez et les peuples du Mississipi regardaient le soleil comme un
des aïeux de leurs Chefs.

Les femmes, dans le Canada, haranguaient l'astre du jour à son lever, et
lui présentaient leurs enfans.

SOULBIECHE, nom de l'être suprême chez les Allibamons, peuplade de la
Louisiane.

TATUSIO, dieu des Magnacicas, peuplade du Paraguay, garde jour et nuit
un pont de bois jeté sur un grand fleuve, où se rendent les âmes au
sortir du corps. Ce dieu les purifie avant de les laisser passer pour
aller en paradis, et si elles font la moindre résistance, il les
précipite dans le fleuve--(_Le P. Charlevoix, Hist. du Paraguay._)

TAZI, mère commune, nom que les Mexicains donnaient à la terre.

TEPHRAMANCIE, espèce de divination dans laquelle on se servait de la
cendre du feu qui avait consumé les victimes. On prétend que les
Algonquins et les Abénaquis la pratiquaient.

TESCALIPUCA, dieu de la pénitence au Mexique. Son idole était d'une
pierre noire et polie comme le marbre. Elle avait à la lèvre inférieure
des anneaux d'or avec un petit tuyau de crystal, d'où sortait une plume
verte ou bleue; la tresse de ses cheveux était dorée, et supportait une
oreille d'or, symbole de l'attention. Elle avait sur la poitrine un
lingot d'or; ses bras étaient couverts de chaînes du même métal; une
émeraude formait son ombilic, et elle avait à la main gauche une plaque
d'or unie comme un miroir, d'où sortaient en forme d'éventail, des
plumes de diverses couleurs.

TLALOCATETULTHLI, dieu des eaux, le Neptune des Mexicains.

TOIA, dieu de la guerre chez les Floridiens.

TORI, grand'mère, nom donné à une ancienne reine des Mexicains, qu'ils
avaient divinisée, et qui était comme leur Cybelle.

TOUPAN, nom sous lequel les peuples du Brésil honorent le tonnerre. Ils
sont saisis de la plus grande frayeur en l'entendant gronder, et quand
on leur dit qu'il faut adorer le vrai Dieu, qui est le maître du tonner:
chose étrange! disent-ils, que Dieu qui est si bon, épouvante ainsi les
hommes.

TUPARAN ou WAC, selon les Edues peuplade de la Californie, se révolta
autrefois contre _Niparaya_, créateur du ciel et de la terre, et osa lui
livrer bataille. Mais Niparaya le défit, le dépouilla de sa puissance,
le chassa du ciel, et le confina dans une caverne souterraine, qu'il
donna en garde aus baleines. Ce dieu bienfaisant n'aime pas que les
hommes se battent, et ceux qui meurent d'un coup de flèche ou d'épée ne
vont point au ciel. Au contraire Tuparan aime la guerre, parce qu'elle
peuple sa caverne.

UCUPACHA, bas monde, un des noms que les Péruviens donnent à leur
principal dieu Pacha-camac.

VEU PACHA, centre de la terre. Les Amautas, docteurs et philosophes du
Pérou, appellaient ainsi l'enfer. Ils pensaient à peu près comme le
célèbre théologien Lessius, qui place aussi l'enfer au centre de la
terre; mais ils n'y mettaient pas comme lui de l'huile bouillante, et ne
fesaient consister ses tourmens que dans les maux ordinaires de la vie,
sans aucun mélange de bonheur ni de consolation.

VICTIMES. Quelques peuplades du Mexique ayant été battues par Ferdinand
Cortez lui envoyèrent des députés avec trois sortes de présens.
«Seigneur, lui dirent-ils, voilà cinq esclaves que nous t'offrons; si tu
es un dieu qui se nourrisse de chair et de sang, sacrifie les; si tu es
un dieu débonnaire, voilà de l'encens et des plumes; si tu es un homme,
prends ces oiseaux et ces fruits.»

VITZILIPUTZILI, le plus fameux des dieux du Mexique, y conduisit les
Mexicains comme Jehovah conduisit les Hébreux. Les Mexicains, ainsi
appellés de Mexi leur général, étaient d'abord des peuplades vagabondes.
Ils firent une irruption sur les terres de certains peuples appellés
Navatelcas, assurés du succès de leur dieu, qui marchait lui-même à leur
tête, porté par quatre prêtres, dans un coffre tissu de roseaux. Les
Mexicains avaient une immense étendue de pays à parcourir avant
d'arriver à cette terre promise; mais enfin, Viziliputzili ordonna à
Mexi d'asseoir son camp dans un endroit où l'on trouva un figuier planté
dans un rocher, sur les branches duquel était perché un aigle tenant
entre ses griffes un petit oiseau.



                         EXTRAIT DU PROSPECTUS.

                                 ----

M. D. disait dans le tome VIIIe de la Bibliothèque Canadienne: «Une
Biographie des Américains Naturels, ou une Histoire des principaux
Guerriers et Orateurs Sauvages de l'Amérique du Nord, sans y comprendre
même le Mexique, ne serait pas un ouvrage dépourvu d'intérêt.» En effet,
c'est bien d'une telle histoire que M. Dainville pouvait dire avec
vérité, qu'elle est singulièrement riche en beautés effrayantes; que des
guerres sans fin, des moeurs fortes, naïves, farouches, qui montrent à
nu les traits primitifs de l'âme humaine, lui donnent un intérêt
romanesque.

Le sort déplorable qui semble réservé à la plupart des tribus, prête à
cette histoire un intérêt d'un autre genre: aussi longtemps qu'il en
restera une seule sur ce vaste continent, elle sera méprisée et
pourchassée; mais la dernière famille n'aura pas plutôt disparu, que les
sentimens des hommes seront changés. Le philosophe regrettera de ne
pouvoir converser avec une race d'hommes qu'il jugera la plus
intéressante du globe; et le dessinateur, de ne pouvoir nous retracer
des traits qui se sont effacés dans l'oubli. Adam Kidd a chanté en vers
«le Chef Huron.» On offre maintenant une histoire; mais la nature l'a
faite riche de la poésie des choses.



                           PREMIÈRE PARTIE

                                 ----



                             INTRODUCTION

                                 ----

Les anciens historiens font mention d'un grand nombre de peuples qui
avaient habité une partie de l'ancien monde, et qui disparurent ce qui
donna lieu de croire qu'ils n'existaient plus, qu'ils s'étaient éteints,
comme Pline le jeune le suppose. La découverte du nouveau monde
reproduit ces nations: il resterait à fixer leur origine étudiée par les
_Grotiue_, les _Lafitau_, les _Robertson_, les _Malte-Brun_, les
_Chneider_, et autres savans.

_Grotiue_ prétend, non sans raisons, que des peuples qui habitèrent
l'_Amérique_ durent venir, en grande partie, de la _Tartarie_ et de la
_Scytie_. En effet, la ressemblance évidente de moeurs entre quelques
peuples du nouveau monde et des anciens _Scythes_ et _Tartares_, appuie
fortement ce savant, et Pline nous assure qu'une grande partie de la
nation scythe abandonna autrefois sa demeure en _Asie_, fuyant la
cruauté de ses ennemis. Et pour les _Tartares_, le livre des
Transactions de la Société Littéraire et Historique, que j'ai sous la
main, suppose une invasion de ces peuples qui aurait trouvé un libre
cours par le _Kamschatka_: elle aurait laissé des traces de forteresses
entre le lac _Ontario_ et le golfe du _Mexique_. Les huttes, les
mariages, les sépultures des Tartares, comme nous les dépeignent MM.
_Pallas_ et _Gmelin_, de la société impériale de _St. Pétersbourg_, se
retrouvent à la lettre en Amérique, comme aussi le culte du soleil et de
la lune.

D'autres savans pensent que le continent américain n'était pas inconnu
aux Carthaginois, aux anciens Scandinaves et aux Gallois. _Hanon_[1]
aurait visité une partie de l'Amérique cinq cents ou milles ans, comme
l'on voudra, avant notre ère, car les chronologues sont partagés sur
l'époque à laquelle il faut placer le périple de ce navigateur.

[Note 1: C'est l'opinion de l'historien de la Nouvelle-Ecosse.]

Quoique la connaissance de notre hémisphère ait été justement attribué
aux scandinaves, leurs premières découvertes ne sont pas bien
connues[2], et la plus ancienne qu'ils aient faite, sans que l'on en
puisse douter, est celle du Groënland, en 970 [3]. C'est postérieurement
à cette découverte qu'il faut placer le voyage de _Leif_. «Cet homme,
fils d'_Eric-Raude_, nous dit M. _Reinhold Forster_, équipe un vaisseau,
prent avec lui _Biorn_, fils d'un islandais herjolf. Il part avec trente
hommes pour aller à la découverte. Ils arrivent dans un pays pierreux,
stérile, qu'ils appellent _Helleland_: un autre où ils découvrent des
bois est appelé _Markland_. Deux jours plus tard, ils voient un nouveau
payse, et à sa partie septentrionale, une île où il y avait un fleuve
qu'ils remontent. Les buissons portaient des baies d'une saveur douce.
Enfin, ils arrivent à un lac d'où le fleuve sortait. Dans les plus
courts jours' ils n'y virent le soleil que huit heures sur l'horizon. Ce
pays devait donc être situé au 49e degré latitude septentrionale, au sud
du _Groënland_, et ainsi, la baie des _Exploits_ ou une autre côte de la
rivière _St. Laurent. Leif_ appella ce pays _Vinland_, parce qu'il y
trouva du raisin. Le printems suivant, il retourna au _Groënland.
Thowald_, frère de _Leif_, revint dans le _Vinland_, et il y mourut des
blessures qu'il reçut dans un combat contre les naturels. _Thorstin_,
troisième fils d'_Eric-Raude_, vint la même année, avec sa femme, ses
enfans et ses domestiques, en tout vingt-cinq personnes. Il mourut, et
sa veuve épousa un illustre Islandais qui mena soixante-cinq hommes te
cinq femmes, et fonda une colonie. Il commença à trafiquer avec les
_Skallingers_, habitans du lieu, ainsi appelés à cause le leur petite
taille. Ce sont sans doute les Esquimaux, même race que ceux du
_Groënland_. Les descendans de ces _Normands_, qui se fixèrent en
Amérique, s'y sont maintenus longtems, bien que depuis le voyage de
l'évêque Islandais--_Eric_, en 1121, on n'en ait plus ouï parler.» M.
_Filson_ appuie cette légende, et il ajoute que des troubles survenus en
_Danemark_ firent oublier le _Vinland_. Voyons les annales du Nord: j'y
trouve qu'en effet, environ ce temps, le prince _Magnus_ prit part aux
troubles qui agitaient la Suède, et qui s'étendirent au Danemark et à la
_Norwége_.

[Note 2: La Société des Antiquaires du Nord vient de publier à
Copenhague, sous ce titre «Antiquitates Americanæ» d'anciens manuscrits
qui peuvent fixer ces découvertes, si tant est que l'on doive s'en
rapporter à eux.]

[Note 3: On l'attribue à Eric-le-Rouge.]

Il est vrai que les Groënlandais ressemblent parfaitement aux Esquimaux,
et c'est ce qui a fait conclure que ceux-ci en sont une branche.
Cependant le docteur _Powell_, dans sa chronique du Pays de Galles,
assure que vers la fin du douzième siècle, _Madoc_, prince de ce petit
état, fatigué de la guerre que se fesaient ses frères, au sujet de la
succession de leur père, Ownen-Gwinned, abandonna la querelle et alla à
la recherche de nouvelles terres. Il aurait découvert du côté de
l'ouest, une contrée fertile, où il aurait laissé une colonie. Il fit
voile une seconde fois, dit la légende, et ne reparut plus. On a pensé
que ce _Madoc_ pourrait bien être plutôt le père des Esquimaux et la
singulière facilité avec laquelle cette famille entend le langage
gallois rent moins invraisemblable cette riante hypothèse, qui a inspiré
à Southey, l'émule de lord Byron, des vers si enchanteurs.

On a cherché une autre tige aux Hurons et aux Iroquois. Quelques
coutumes des Lyciens ont amené le P. _Lafitau_ à conjecturer que ces
deux familles pouvaient tirer leur origine de cet ancien peuple. Les
Lyciens s'étant amollis, les femmes établirent leur autorité par une loi
immuable[4]. Depuis ce temps, ces peuples s'étaient faits à cette forme
de gouvernement gynécocratique, et la trouvaient la plus douce et la
plus commode. Les reines avaient un conseil de vieillards qui les
assistaient de leurs avis. Les hommes proposaient les lois, mais les
femmes les fesaient exécuter. Si une femme de la noblesse épousait un
plébéïen, ses enfans étaient nobles[5], plébéïens, au contraire, si un
noble s'alliait à une plébéïenne.

[Note 4: Les Lyciennes eurent des imitatrices. «Les femmes de Lemnos,
dit Mela, ayant toutes tué leurs maris régnèrent en souveraines dans
cette île.» Hypsipile ayant voulu épargner le sien, elle fut vendue à
des pyrates. Eustharte, d'après Denys Périégète, nous apprends que les
femmes de l'île Man, en Bretagne, en chassèrent les hommes. Enfin, les
Amazones ont occupé les savans.]

[Note 5: Partus sequitur ventrem.]

Chez les Iroquois, les femmes jouissaient aussi en quelque sorte de la
supériorité. Les enfans suivaient la caste de leur mère. Le pays, les
champs, les moissons étaient confiés aux soins des femmes, qui réglaient
aussi les alliances[6].

[Note 6: Il n'est aucune peuplade de sauvages chez laquelle le sexe
jouisse d'un sort plus doux qu'au Canada. Peut-être même la
considération dont il y est en possession, aurait-elle quelque chose
d'extraordinaire dans notre Europe policée. A proprement parler, elles
(les femmes) y ordonnent. Après avoir délibéré entre elles, sur les
objets les plus importans du gouvernement de la nation, elles envoient
au conseil des hommes, où leur voix est presque toujours prépondérante.
(EMMANUEL KANT, _Traité du Sublime et du beau_)]

Pour dire quelque chose de plus général sur la première habitation de
notre continent, D. Ulloa[7] croit à peine, dit M. Lefebvre de
Villebrune, que le Nord-Est de l'Asie ait pu fournir des habitans à
l'Amérique. Les voyages du célèbre Cook, et la fuite d'une colonie
sauvage américaine qui, pour éviter sa destruction totale, se sauva sur
le continent asiatique, prouvent qu'il est mal fondé dans son opinion.
Le passage est aujourd'hui connu. Il l'était même des anciens, si l'on
peut s'en rapporter à Pline, à qui l'on rend avec raison plus de justice
que par le passé. Ses prétendues fables deviendront peu à peu des
vérités certaines. Ce qui me donne à penser que, s'il ne faut pas croire
sans preuves, il ne faut pas non plus rejetter légèrement. Cet habile
naturaliste nous dit donc qu'il avait paru dans les mers de la Germanie
des vaisseaux venus des Indes par le Nord. Pourquoi, ajoute-t-on, ces
vaisseaux n'auraient-ils pu faire ce voyage, puisque dans le dixième et
l'onzième siècle, les habitans du Nord allaient par mer en Amérique, et
en revenaient sans s'égarer? L'hypothèse de la population de l'Amérique
par l'_Asie_ est encore celle qui sourit le plus au corps des
théologiens[8]. Malgré sa probabilité, je n'ai voulu que rapporter les
opinions des savans, sans me prononcer ouvertement sur aucune; mieux
vaut peut-être imiter la modestie d'un ancien, qui a dit: «Quam bellum
est velle confiteri potius nescire quod nescias[9].»

[Note 7: Lieutenant-général des armées navales de l'Espagne, membre des
sociétés royales de Londres, de Madrid et de Stockholm. Il raisonne sur
le sujet en fanatique plutôt qu'en savant.]

[Note 8: «I faut remarquer que l'Amérique n'est séparée de l'Asie au
Nord que par le Détroit de Bérhing, qui est souvent entièrement pris par
la glace, et permet aux ours d'Amérique de passer en Asie. Ce fait
explique comment l'Amérique a pu être peuplée au moyen de colonies
errantes dans le nord de l'Asie»--(DESDOUITS, _Liv. de la Nature_).]

[Note 9: Cicéron, De Nat. Deorum.]

Plaçons à la suite quelques aperçus sur les pays qui sont le théâtre des
évènements de cette histoire. Ainsi Raynal décrit l'Amérique: «Les
premiers qui y allèrent fonder des colonies, y trouvèrent d'immenses
forêts. Les gros arbres que la nature y avait poussés jusques aux nues,
étaient embarrassés de plantes rampantes qui en interdisaient
l'approche. Des bêtes féroces rendaient ces forêts inaccessibles. On y
rencontrait à peine quelques sauvages hérissés de poil et de la
dépouille de ces animaux. Les Humains épars se fuyaient, ou ne se
cherchaient que pour se détruire. La terre y semblait inutile à l'homme,
et s'occuper moins à la nourrir qu'à se peupler d'animaux plus dociles
aux lois de la nature. Elle produisait à son gré sans aide et sans
maître, elle entassait toutes ses productions avec une profusion
indépendante, ne voulant être riche et féconde que pour elle-même, non
pour l'agrément et la commodité d'une seule espèce d'êtres. Les fleuves
tantôt coulaient librement au milieu des forêts, tantôt dormaient et
s'étendaient tranquillement au sein de vastes marais d'où, se répandant
par diverses issues, ils enchaînaient des îles dans une multitude de
bras. Le printems renaissait des débris de l'automne. Des troncs creusés
par le temps servaient de retraite à d'innombrables oiseaux. La mer
bondissant sur les côtes et dans les golfes, qu'elle se plaisait à
ronger, à créneler, y vomissait par bandes des monstres amphibies,
d'énormes cétacées.... qui venaient se jouer sur des rives désertes.
C'est là que la nature exerçait sa force créatrice en reproduisant sans
cesse ses grandes espèces qu'elle couve dans les abîmes de l'Océan. La
mer et la terre étaient libres. Tout-à-coup, l'homme parut, (ajoute
l'historien des Indes Occidentales), et l'Amérique se couvrit de Cités.»

Qui ne lit que ce tableau un peu pédant, ne sait pas assez. Sans
rappeler que les Espagnols trouvèrent ailleurs le florissant empire
péruvien et les fiers Incas, nos plages septentrionales, où l'on voyait
le royaume du Mexique, n'étaient pas non plus si désertes, ni leurs
habitans si féroces. Six familles principales occupaient les pays
qu'occupèrent depuis les Anglais et les Français. Les savans les ont
classées comme suit: La famille Canadoise, qui disparut bientôt après
l'arrivée des Européens. La famille Mobile-Natchez ou de Floride, qui
comprenait un grand nombre de peuplades. Les Chickasas, les Choctas, et
les Seminoles, font encore partie de cette confédération, avec les
Muscogules qui, selon M. Gallatin, offriraient la plus grande
confédération sur le territoire des États-Unis. Elle occupe les fertiles
vallées de l'Alabama et de la Géorgie. La famille Gaspésienne, fort
nombreuse au temps de la découverte. Il paraît que C'est à une tribu de
cette famille qui habitait sur la rive droite du Saint-Laurent, que l'on
doit attribuer tout ce qui a été dit des sauvages que l'on y vit, si
remarquables par leurs moeurs policées et le culte qu'ils rendaient au
soleil. Ils connaissaient quelques étoiles[10] et traçaient d'assez
bonnes cartes de leur pays. Grand nombre vénéraient la croix avant
l'arrivée des Français, et conservaient une tradition curieuse sur un
homme d'un caractère sacré, qui leur apporta ce signe, et les délivra
d'une terrible épidémie. Je pense avec Malte-Brun que ce devait être
l'évêque du Groënland. La famille nommée par Vater, Chippeouai-Delaware
ou Algonquino-Mohicans comprenant les Algonquins, peuple qui fut quelque
temps la terreur des Iroquois, les Chaouanis, les Mohicans, les Saukis
et les Outagamis. La famille dite Mohweke-Huronne, composée des Hurons
et des Iroquois. Ces deux peuples, qui eurent une même origine, se
formèrent en république. Ils se séparèrent vers la fin du seizième
siècle. Les Iroquois formèrent alors les Cinq Cantons, qui ressemblaient
à la république des Suisses[11], et ils se montrèrent encore plus
remuans. La famille Sioux-Osage, à laquelle se rattachaient un grand
nombre de peuples qui ne s'isolèrent que peu à peu. Les principaux
étaient les Sioux ou Dacotahs, les Assiniboins, qui s'allièrent avec les
Chippeouais, les Omahas[12] et les Mandans, peuplade remarquable par la
blancheur de ses individus[13]. On peut encore comprendre dans cette
famille les Ouassas, peuple doux et de bon sens. Comme les Romains au
temps de Romulus, ils commençaient leur année vers l'équinoxe du
printems. Ils ne connaissaient point de semaines, non plus que la
plupart des Américains, et ne comptaient les jours que par sommeils ou
nuits, comme les Anglo-Saxons.

[Note 10: Je ferai assez voir par des exemples que D. Ulloa a eu tort
d'assurer dans ses «Mémoires Philosophiques» que les Américains ne
comptaient point par lunes.]

[Note 11: On se souvient encore du trouble que les anciens Helvétiens
causèrent aux Romains et aux peuples qui avoisinaient leur petit
territoire.]

[Note 12: Ce peuple a des noms particuliers pour désigner l'étoile
polaire. Vénus, la Grande Ourse, les Pleyades, la Voie Lactée et la
Ceinture de l'Orion, etc.]

[Note 13: M. Gallatin pense que c'est la seule peuplade qui ait pu
donner lieu au récit des Américains Gallois.]

Le lecteur voit dans cette classification des Algonquins, les Mohicans
et les Chippeouais confondus dans une même race; je leur joindrai les
Outaouais. Ces peuples ne furent séparés que par les Sioux, qui
émigrèrent en masse[14] et chassèrent devant eux cette confédération.
Les hurons et les Iroquois vinrent sans doute comme les Sioux. Ceux-ci
demeurèrent cantonnés sur le vaste territoire qu'ils avaient conquis, et
ils n'eurent guère que les Chippeouais à contenir: des guerres
intestines contribuèrent aussi à les tenir Renfermés chez eux, et à les
faire oublier. Les Iroquois et Les Hurons poursuivirent leur marche
victorieuse, chassant devant eux les peuplades précitées, pour s'étendre
jusqu'aux extrémités où les Français commençaient à paraître.

Raynal rend justice à l'aspect du sol, qui attirait ces conquérans: il
rend hommage à sa richesse. On trouva ces vastes régions couvertes de
forêts et dans l'état de nature: cependant leur aspect était des plus
variés, et le arbres et les plantes, en nombre infini, annonçaient une
heureuse fertilité. Granganimo, Sachem de Roanoake, offre à ses hôtes
des melons, des concombres, et d'autres fruits. La vigne sauvage était
abondante, mais ce n'était qu'une des moindres richesses du pays. O
découvrit un fruit qui pouvait remplacer le pain, et ce trésor ne
demandait que d'être rendu plus abondant par les soins de l'homme. Sans
parler des sauts et des chûtes qui ont excité l'admiration des
voyageurs, les environs du Saint-Laurent étaient dès lors charmans.
_Ladauanna_ était le nom que les naturels donnaient à ce fleuve
majestueux qui coule des grands lacs, immenses réservoirs purs comme le
crystal, et où l'on admire le mirage des nues qui flottent dans l'air,
ainsi que des branches de grands pins qui sont à demi penchés sur Le
sein de la mer. Le Saint-Laurent sort de ces eaux pour aller se jeter
dans celles de l'Ottawa. La jonction de ces deux grandes rivières forme
le plu beau spectacle. D'un côté les eaux impatientes de notre beau
fleuve roulent au-dessus des rocs, et de l'autre la sombre majesté de
l'Ottawa traverse silencieuse d'immenses forêts jusques à la réunion
dans la grande vallée d'Hochelaga.

[Note 14: En admettant cette émigration très probable d'au delà des
Montagnes Rocheuses, on ne croira pas que les Espagnols anéantirent
douze millions d'hommes, comme on l'a supposé.]

Les Sioux et les Iroquois n'avaient pas plutôt jeté les yeux sur cette
terre, que les Européens l'envahirent à main armée. Ils trouvèrent dans
ses possesseurs des peuples sans défiance, doux et agricoles, comme les
habitans de Stadaconé, et le peuple charmant de Roanoake, tant admiré
par chevaliers de la reine Elizabeth. Je ne vois plus ces quelques
barbares de Raynal, hérissés du poil des animaux féroces, mais une race
hospitalière capable de faire honte à l'avar égoïsme de nos nations
civilisées.

Dans le cours de son voyage Verazani rangeant la côte à vue, fut obligé
d'armer sa chaloupe, pour faire de l'eau; mais les vagues étaient dans
une telle fureur qu'elle ne put jamais prendre terre. Cependant, les
sauvages dont la rive était garnie, invitaient par toutes sortes de
démonstrations les Français à s'approcher. Un jeune matelot, bon nageur,
hasarda de se jetter à l'eau. Il n'était plus éloigné que d'une portée
de mousquet, et il n'avait d'eau que jusques à la ceinture, lorsque,
perdant la tête, il se mit à jeter aux sauvages les présens qu'il
portait, et voulut regagner la chaloupe; mais à l'instant même, une
vague venant du large, le jeta sur la côte avec une telle violence,
qu'il resta étendu comme mort sur le sable. Sans forces, sans
connaissance, il périssait, lorsque les indigènes accoururent à lui, et
le mirent hors de la portée des vagues. Il demeura quelque temps évanoui
entre leurs bras, reprit ensuite connaissance, et, saisi de frayeur, il
poussa de grands cris, auxquels ils répondirent par des hurlemens
destinés à le rassurer, mais qui ne firent qu'augmenter son effroi. Ils
le firent asseoir au pied d'une colline, le dos tourné vers le soleil,
et allumèrent encore un grand feu. Il crut que l'on allait l'immoler au
soleil, et l'équipage, toujours repoussé par le vent, le crut aussi.
Mais au lieu de lui faire aucun mal, on séchait ses habits au feu, et on
ne l'approchait lui-même qu'autant qu'il fallait pour le refaire. Il se
rassura alors, répondit aux caresses des sauvages, et réussit à s'en
faire comprendre par signes. Après lui avoir rendu ses habits, et lui
avoir fait prendre de la nourriture, ils le tinrent longtems et
étroitement embrassé avant que de lui permettre de se confier à la mer.
Puis ils s'éloignèrent un peu, pour le laisser en liberté. Lorsqu'ils le
virent nager, ils montèrent sur la colline, et ne cessèrent de le suivre
des yeux qu'il n'eût atteint le vaisseau. L'intéressant Donnacona reçut
aussi cordialement Cartier, et lorsque les Anglais parurent sur la côte
de Virginie, _Paspiha_, lieutenant de _Pohatan_, leur offrit des
rafraîchissements et des terres[15]. _Anadabijou, Cananacus, Ensenore_
et _Niantonimo_ ne fournissaient pas de moins beaux traits à cette
histoire. «Cette généreuse bonté, dit l'auteur des _Beautés de
l'Histoire du Canada_, dit plus en faveur du coeur humain que vingt
traités philosophiques sur la vertu. La loi de la nature, empreinte par
la divinité dans le coeur de tous les hommes, leur fait distinguer ce
qui est noble; elle inspire le sauvage de même que l'homme policé.»
Serait-ce que les Américains ne fussent absolument mus que par cet
instinct naturel?--Non, sans doute, et c''est avec tort qu'un écrivain
trop partial[16] a affirmé qu'ils n'avaient presque point d'idées
religieuses. La plupart croyaient en un être éternel et tout puissant
qui a tout créé. Ils admettaient encore un nombre de divinités
inférieures, les petits esprits, comme les génies des anciens. Ils
rendaient un culte au soleil, et avaient une singulière vénération pour
le feu; ce qui ne fortifie pas peu l'opinion qui leur attribue une
origine asiatique. En un mot, leur religion ou leur croyance, qui
n'était pas exempte de fétichisme, n'était pas non plus étrangère au
sabéisme et au dualisme, car un mauvais esprit partage avec le grand
esprit le domaine de la nature. Les Sioux, les Saukis, les Chippeouais,
les Iroquois, les Ménomènes et les Ouinebagos on toux cette croyance, et
j'y découvre le secret des vices du sauvage, qui sacrifie tour à tour au
bon et au mauvais esprit. En résultat, on trouve les Américains tour à
tour vertueux et vicieux, généreux et cruels, fidèles et perfides.

[Note 15: History of the United States.]

[Note 16: Dom Ulloa s'est étudié à faire une peinture hideuse des
naturels des Deux parties de ce continent. Il ne voit chez eux que
lâcheté et perfidie, et nul héroïsme.]

Le dogme de l'immortalité de l'âme a été retrouvé chez toutes ces
peuplades[17]. Ecoutons le chant des funérailles: «Vous qui êtes
suspendus au-dessus des vivans, apprenez nous à mourir et à vivre. Le
maître de la vie vous a ouvert ses bras, et vous a procuré une heureuse
chasse dans l'autre monde. La vie est comme cette couleur brillante du
serpent qui paraît et disparaît plus vite que la flèche ne vole; elle
est comme cet arc au'amène la tempête au-dessus du torrent, comme
l'ombre d'un nuage qui passe.» Les Chrystinaux croyaient voir les âmes
de leurs ancêtres dans les nuages qui couvraient leurs pays: cela
rappelle les anciens bardes de l'Ecosse[18].

[Note 17: Le nier n'appartenait qu'à une secte méprisable de prétendus
philosophes, de philosophastes.]

[Note 18: Vers l'an 140 de notre ère, Tramnor, ancêtre de Fingal,
s'étant rendu roi du nord de l'Ecosse en réunissant tous les clans de
Morwën, détruisit le culte des Druides et celui d'Odin: Il ne resta que
les bardes. Leur culte était presque celui des nuages. Les Calédoniens,
dans leurs îles brumeuses, croyaient entendre dans les rafales des vents
les voix de leurs amis morts Dans les combats; il leur semblait les voir
dans les tempêtes traverser les rideaux nébuleux qui s'élevaient de
leurs vallées semées de lacs.]

La récompense ou les maux de l'autre vie se trouvent encore plus
explicitement dans la croyance de quelques peuplades. Les bons, après
leur mort, vont dans un lieu de délices où l'on jouit d'un printems
éternel, où ils retrouvent leurs enfans et leurs femmes, où les rivières
sont poissonneuses, et les plaines couvertes de leurs chers bisons. Pour
les méchans, ils sont transportés sur une terre stérile[19], couverte
d'une neige éternelle, où le froid les glacera à la vue des flammes qui
brilleront à quelque distance. Une forêt impénétrable sépare ces
malheureux de leurs frères fortunés qui foulent les champs toujours
verts de la félicité, l'Eden sauvage, d'où la postérité du premier homme
a aussi mérité d'être exclue, car voici bien dans la tradition iroquoise
sa chute quelque peut dénaturée. «Au commencement, disent-ils, il y
avait six hommes. Il n'y avait pas de femmes, et ils craignaient que
leur race ne s'éteignît avec eux, lorsqu'enfin ils apprirent qu'il y en
avait une au ciel. On tint conseil, et il fut convenu que Hougoaho
monterait: ce qui parut d'abord impossible. Mais les oiseaux lui
prêtèrent le secours de leurs ailes, et le portèrent dans les airs. Il
apprit que la femme avait accoutumé de venir puiser de l'eau à une
fontaine auprès d'un arbre[20], au pied duquel il attendit qu'elle vint;
et la voici venir en effet. Hougoaho cause avec elle et lui fait un
présent de graisse d'ours. Une femme causeuse, et qui reçoit des
présens, n'est pas longtems victorieuse, observe judicieusement Lafitau:
celle-ci fut faible dans le ciel même. Dieu s'en aperçut, et dans sa
colère, il la précipita en bas. Mais une tortue la reçut sur son dos, où
la loutre et d'autres poissons apportèrent du limon du fond de la mer,
et formèrent une petite île qui s'étendit peu à peu et forma tout le
globe.»

[Note 19: Un vieux insulaire disait à Colomb: «Tu nous a étonné par ta
hardiesse; mais souviens-toi que les âmes ont deux routes après la mort:
l'une est obscure, ténébreuse, et c'est celle que prennent ceux qui ont
molesté les autres. L'autre est claire, brillante, et elle est destinée
à ceux qui ont procuré la paix et le repos.»]

[Note 20: Cette légende est un exemple frappant de l'enfance dans
laquelle la nature a laissé l'esprit du sauvage: elle ne peut
qu'inspirer pour lui un intérêt plus vif.]

Avec ces traditions marche de pair le code moral d'une race, une règle
des actions chez le sauvage. Cette règle est circonscrite dans des
bornes fort étroites. Le courage, la bonne foi, l'amour de la vérité,
l'obéissance à ses chefs, l'amour de sa famille, voilà les seules
qualités qui doivent le conduire au bonheur. Il manque de ce qu'il lui
faut pour appliquer ces quelques principes confus dans sa tête, et se
livre au vice avec plus d'ardeur que l'homme civilisé, de même à la
vertu.

Quoique l'on ait écrit, il est également difficile d'avancer ou de nier
que le sauvage «est intelligent, que son jugement est correct, et qu'il
se dirige à une fin par des moyens sûrs.» Mais son imagination est vive,
sa mémoire admirable, et sa parole facile. Il y a chez lui une éloquence
naturelle forte, mâle et figurée qui s'élève souvent aux plus grands
effets oratoires. Dans tous les temps il semble que l'homme du désert
ait eu la parole plus énergique que l'homme policé, et Strabon nous
apprend que cette éloquence des barbares l'emportait sur le savoir et la
grâce des orateurs d'Athènes. L'illustre président Jefferson, enhardi
par ce témoignage, mettait quelques harangues improvisées de nos grands
chefs à côté des plus beaux passages de Cicéron et de Démosthènes.
J'ôserai marcher sur les traces de ce célèbre patriote, mais en
m'empressant toutefois d'ajouter que je ne crois pas que lee naturels de
ce continent eussent pu, comme ces anciens, composer des discours de
longue haleine, n'ayant point comme eux le secours de l'écriture. Comme
les Grecs au temps de la guerre de Troie, les hommes énergiques du
nouveau monde ont eu leurs Phoenixs et leurs Nestors. J'aime bien mieux
un ancien de la nation des sioux dans son laconisme que ce petit roi de
Pylos[21]. A l'ouest de l'Amérique du Nord, vers ces déserts qui
s'étendent sans fin aux pieds des Montagnes Rocheuses, où le génie de
Fenimore Cooper a placé les magnifiques scènes de plusieurs romans
enchanteurs[22], un vieillard prononce entre deux grands chefs:
«Pourquoi la discorde a-t-elle éclaté dans le ouigwam des Dacotahs,
dit-il; pourquoi deux Sachems se sont-ils pris de querelle comme deux
faucons se disputant leur proie? Le jeune tigre dans son antre
tourne-t-il sa dent contre le frère qui gît à côté de lui sous le ventre
fauve de leur mère commune? Qu'ils parlent, et la sagesse des Dacotahs
jugera leur querelle?» Homère n'a pas fait son orateur si imposant....
Quel orateur parla jamais avec plus d'éloquence que ce chef que l'on
voulait éloigner de sa tribu? «Voici la terre où nous sommes nés, là
sont ensevelis nos ancêtres. Dirons nous à leurs ossemens, levez-vous et
nous suivez dans une terre étrangère!»[23] Souvent les chefs ou les
vieillards s'arrêtant au bord d'un précipice, au milieu d'un bois, sur
un rocher, racontent, debout, à ceux qui les entourent, les évènemens
qui se sont passés dans ces lieux, et ainsi l'histoire se perpétue d'une
génération à l'autre.

[Note 21: Nestor voulant calmer la colère d'Agamemnon et d'Achille, ne
semble qu'un vieillard préoccupé de se faire valoir.]

[Note 22: Dont le seul défaut, comme tels, est de ne contenir presque du
vrai.]

[Note 23: Un écrivain de Dublin, parlant sur l'amour de la patrie, a
cité les paroles de cet orateur sauvage.]

Je ne veux pas terminer ce discours sans faire un dernier reproche à
l'abbé Raynal. Il me semble qu'il a encore amplifié sur les animaux
féroces de notre continent. Les naturalistes placent à peine dans cette
classe le lion et le tigre d'Amérique. On trouve l'ours et le serpent à
sonnettes. Les animaux utiles y sont en grand nombre, sans parler du
bison et du chevreuil, ainsi que des autres espèces qui fournissent au
commerce des pelleteries, cette source féconde de richesse, les marais
et les lacs découvrent les plus beaux castors. Accoutumé à camper sur le
bord des eaux, cet animal intéressant cherche d'ordinaire un étang, et
s'il n'en trouve point, il sait en former un dans l'eau courante des
fleuves, à la faveur d'une chaussée. Une petite rivière descend-elle
dans un lac, il en barricade l'embouchure comme le ferait un régiment du
génie. Aucune difficulté n'arrête la nation ouvrière, qui laisse même
l'arbre abattu par le vent pour choisir elle-même ses matériaux[24].
Elle commence à construire des demeures solides[25]. Les cabanes ont
deux étages. Le premier, construit sous l'eau, contient les magasins, et
le second sert au coucher. Il a été pratiqué sous terre une multitude
d'issues par lesquelles un castor peut voyager à l'insu du sauvage le
plus vigilant. La république a ses lois. Chaque tribu garde son
territoire, et quelque maraudeur est-il surpris chez l'étranger, il est
privé de sa queue, ce qui est le plus grand déshonneur. Enfin ces
animaux paraissent si extraordinaires aux sauvages, qu'ils les prennent
pour des hommes que le Grand Esprit a ainsi transformés; et en les
tuant, ils croient les restituer à leur premier état. La chasse favorite
des naturels est cependant celle du bison et de l'ours. Ils se frottent
de sa graisse comme les gladiateurs De l'antiquité, et se couvrent de sa
peau. La plus magnifique variété d'oiseaux vient encore ajouter aux
charmes de la vie sauvage.

[Note 24: On pourrait presser les philosophes de définir ce que signifie
ce mot banal _l'instinct_; mais peut-être diront-ils: on le comprend à
cette quasi-nécessité que la divinité impose au castor de répété
toujours les mêmes manoeuvres, sans savoir même saisir l'opportunité de
s'abréger le travail.]

[Note 25: Les castors ont égalé le meilleur ciment des
Romains.--(BELTRAMI.)]



                             CHAPITRE I

                                ----

                              ARGUMENT

De la tradition chez les Américains du Nort--Tashtassack--Sauvages du
Canada--Chefs du pays: Donnacona--Ses rapports avec les Français--Agona,
Membertou.

Si l'on excepte les traditions religieuses, la tradition orale est à peu
près nulle chez les sauvages de cette partie, et comment pouvait-il en
être autrement? Les évènemens se succèdent comme les flots, ils
s'altèrent de bouche en bouche, et après quelques générations, la
mémoire en est éteinte. Les Européens, à leur arrivée, n'en trouvèrent
qu'une qui fût bien répandue, et encore était-elle récente. Elle
regardait un grand Sachem ou Sagamo[26] Narraghansett, Tashtassack,
conquérant comme Nimrod. Qu'il suffise de le mentionner ici, pour
observer l'ordre des temps, sauf à en parler encore, lorsque les autres
Chefs de sa nation tomberont dans le chaînon chronologique. Consacrons
ce chapitre aux Agohannas[27] des contrées qui reçurent le nom de
Canada.

[Note 26: Sachem et Sagamo me semblent un même mot diversement prononcé.
Il répond assez bien, je crois, au nom de Duc chez les barbares.]

[Note 27: Nom qui répond à Sachem.]

Quoique Gaboto, amiral de Henri VII, eût parcouru à vue le Labrador: que
les compatriotes du citoyen de Bristol eussent, dit-on, découvert le
Norembègue, et que Velasco eût, peut-être, remonté le St. Laurent,
Vérazani, capitaine de François Ier, parait avoir été le premier qui
prit possession de quelques terres dans cette partie de l'Amérique. J'ai
parlé de l'hospitalité des naturels qu'il rencontra. Après lui, Cartier
paraît. Ce hardi navigateur, reconnaissant l'île de Terre-Neuve, et
longeant le Labrador, découvre la baie de Gaspé, et traverse le golfe
St. Laurent dans un premier voyage. Ce fut alors qu'il enleva sur la
côte deux sauvages considérables venus de Canada[28]. Ils se nommaient
Taiguragny et Domagaya. Paris vie en eux les prémices d'une race
nouvelle, que l'on s'anima de plus en plus à aller reconnaître. Guidé
par ces deux chefs, Cartier put pénétrer plus avant dans un second
voyage. Il rencontre les pêcheurs du pays à l'embouchure du Saguenay,
et, poursuivant sa route, il découvrit la «ville de Stadaconé» sur un
vaste amphithéâtre. Un peuple doux et sans méfiance se présenta à lui,
et fixa les regards ébahis des Français. Donnacona, qui était le
principal chef du pays, fit une harangue de bienvenue, et ses sujets
allèrent en grande amitié avec les Européens. S'il m'était permis
d'oublier Colomb, je verrais dans Cartier ce Typhis[29] dont parle le
poëte; je lui décernerais l'honneur d'avoir lié L'Europe et l'Amérique
par un commerce que le temps devait étendre insensiblement.

[Note 28: On peut croire avec M. Andrew Stuart, dans ses recherches
mises devant la Société Littéraire, en 1835, que Canada, nom de
bourgade, prononcé uniformément par tous les sauvages de la Province,
fut pris par les Français pour le nom du pays.]

[Note 29:

          .............Venient annis
          Sæcula, seris, quibus Oceanus
          Vincula rerum laxet, et ingens
          Pateat tellus; Typhis que novos
          Detegat orbes, nec sit terris
          Ultima Thule.[30].--(SÉNÈQUE.)]

[Note 30: La Thule des anciens était une des Orcades ou une des
Shetland.]

Pour revenir à Donnacona, s'étant avancé vers le vaisseau de Cartier
avec douze embarcations chargées de ses sujets, par une délicatesse qui
nous étonne, il en laissa dix en arrière, et ne s'approcha qu'avec les
deux autres. Il Demanda les bras du capitaine à baiser en signe
d'amitié, et l'on se fêta aussi cordialement que des voyageurs qui se
revoient après une longue séparation.

Les sauvages avec lesquels on était ainsi en rapport, avaient guerre
avec ceux d'Hochelaga, grosse bourgade, située à peu près où l'on a bâti
depuis notre superbe capitale Cartier qui connaissait déjà ce peuple par
ce que lui en avait dit Taiguragny et Domagaya, s'ennuya bientôt du
séjour de Stadaconé, ou plutôt de Ste. Croix, où il avait assis son
petit camp, et voulut aller à la découverte. Donnacona fit tout pour le
retenir. Il alla aux vaisseaux avec plus de cinq cents personnes, fit à
Cartier mille protestations d'amitié, et lui donna en présent une jeune
fille et deux petits garçons, dont l'un était fils de Taiguragny. Le
capitaine lui donna à son tour deux épées et deux bassins d'airain, dont
il parut fort satisfait, sans oublier néanmoins le principal but de sa
visite, qui était de prévenir le voyage. Il déclara qu'il attendait
qu'en reconnaissance du sacrifice qu'il fesait des trois enfans nobles,
les Français n'iraient point à Hochelaga. Cartier, ne voulant pas se
désister, pensa à les lui rendre; mais Donnacona le pressa De les
garder, et il prit congé des Européens qui le saluèrent d'une volée de
canon et de mousquet.

Ce ne fut pas le dernier effort de l'Agohanna, et il imagina un
expédient qui aurait eu le meilleur succès parmi les siens, mais qui ne
devait pas en imposer à des Français. Il fit déguiser trois sauvages en
sorciers. Vêtus de peaux de chiens noires et blanches, avec des cornes
plus longues que le bras, et le visage peint en noir, ils allèrent se
cacher dans une barque. On les donna pour des députés du dieu Codoagny,
qui venaient prévenir les Français, qu'ils seraient engloutis par les
glaces, s'ils persistaient à aller à Hochelaga. Les mariniers se prirent
à rire, et ils eurent assez peu de respect pour dire ouvertement que le
dieu Cudoagny n'était qu'un sot et ne savait ce qu'il disait.

Cartier partit, et cette démarche le brouilla avec Donnacona. Les
habitans d'Hochelaga vinrent au-devant des Français, et leur firent
écrit-il «aussi bon accueil que jamais père fit à enfant»[31]. Les
femmes apportèrent des nattes en guise de tapis, et bientôt après parut
porté par quatre guerriers, l'Agohanna du pays. «Ce seigneur n'était pas
mieux accoutré que ses vassaux, si ce n'est qu'il portait un bandeau de
plumes comme manière de diadème.» Il n'en cédait pas pour les belles
manières ç son confrère de Stadaconé, quoiqu'il fût très infirme, et
l'on peut dire qu'il se distingua par une hospitalité vraiment
princière.

[Note 31: Quoi de plus doux que ce mot «Aguiaze» que les sauvages
répétaient sans cesse, et que l'on crut signifier: soyez les
bien-venus.]

Pour Cartier, après avoir monté sur la montagne, d'où «il eut vue et
connaissance de plus de trente lieues à la ronde», il rebroussa chemin,
quoiqu'il désirât beaucoup de connaître les peuples qui vivaient
au-delà. Parmi ceux du Canada, à cette époque, les Esquimaux étaient le
plus au nord; au sud du golfe St. Laurent se trouvait les Mic-macs ou
Souriquois; les Montagnais en remontant le fleuve, puis les Algonquins,
revenus de la terreur que leur avaient inspiré les Iroquois. En
atteignant les grands lacs, on apercevait ces derniers, ainsi que les
Hurons ou Yendats. C'étaient apparemment les premiers dont ceux de
Stadaconé parlèrent aux Français comme d'une nation qui était «Agojuda»,
ou d'hommes méchans, «habitant amont le fleuve et armée jusques aux
doigts.»

Lorsque Cartier fut de retour, Donnacona le vint visiter, et le pria de
venir à sa demeure. Le capitaine se rendit à son désir, et fit le tour
des habitations. On parut se festoyer aussi cordialement que jamais;
cependant, Taiguragny, à qui le commerce des Européens avait donné de la
politique, réussit à prévenir contre eux l'Agohanna. Les méfiances se
dévoilèrent. Cartier arma son camps d'une enceinte e pieux debout et de
portes à pont-lévis; précaution inutile, si les sauvages eussent connu
le ravage que causait le scorbut parmi les Français. Donnacona fit de
son côté de grands préparatifs, et les couvrit du prétexte de certaines
menées séditieuses de la part d'un homme influent nommé Agona. Au
printems de cette année, les habitations se remplirent d'hommes de
guerre. C'étaient des jeunes gens beaux et puissans[32]. Un émissaire
français en trouva le canton si peuplé, qu'à peine on se pouvait tourner
dans les maisons ou cabanes. On s'aperçut que c'était un espion, et il
fut reconduit à mi-chemin. Cartier conçut alors le dessein de s'emparer
de l'Agohanna qui, quoique prévenu par Taiguragny, ne se montra pas plus
prudent, et se rendit aux navires, où il était invité à diner. Il monta
sur la grand Hermine malgré les remontrances de son plus habile
conseiller. Cartier voyant que les femmes fuyaient, et que les hommes
demeuraient en grand nombre auprès du navire, ordonna de saisir
l'Agohanna, avec Taiguragny et Domagaya. On vit alors se précipiter dans
les canots et à travers les bois ce peuple que le désir d'être fêté
avait rendu stupide, au point d'aller sans armes, et d'oublier le danger
de son maître.

[Note 32: Les premiers sauvages, comme aujourd'hui ceux qui vivent loin
des villes, étaient taillés dans les plus magnifiques proportions. Ceux
que l'on a trouvés le long du Mississipi de dans le Canada ont une haute
taille et un beau corsage.--(D. ULLOA.)]

Cependant l'attentat des Français fut le sujet d'une grande tristesse,
et durant toute la nuit les sauvages appellaient à grands cris
Donnacona. Celui-ci, persuadé par Cartier, se montra sur le pont, et
leur dit, qu'il allait au-delà de la mer, d'où il reviendrait chargé de
présens après douze lunes; puis par générosité, ou un patriotisme
au-dessus de l'éloge, il nomma Agona, son ennemi, régent en son absence.
Quatre de ses femmes s'approchèrent alors du navire, et remirent aux
Français un grand nombre de colliers «d'esurgni» objet, pour les
Canadois, le plus précieux du monde. On mit à la voile le 16 mai, et
l'on rencontra à l'île aux Coudres, plusieurs canots venant du Saguenay.
Les sauvages ne furent pas peu étonnés du sort de leur chef; mais
celui-ci les consola, et ils lui remirent avec dee grandes marques de
joie trois paquets de peaux de castor, avec un grand couteau de cuivre
rouge[33]. On fut à St. Malo, après une traversée de deux mois.
Taiguragny voyait le France pour la seconde fois. Donnacona, qui n'était
jamais sorti de son pays, mourut peu de temps après son arrivée. «Ce
Chef, disent les relations du temps, n'était pas seulement un ancien,
qui n'avait cessé d'aller par pays depuis sa connaissance, tant par
fleuves et rivières que par terre: c'était encore un homme politique et
facétieux, qui voulait éloigner de sa demeurance, un homme suspect, ou
rire de sa crédulité.» en cela, il ne fut pas heureux. Il avait dépeint
le Saguenay comme peuplé d'hommes vêtus de laine et recélant une
quantité prodigieuse d'or et de pierres précieuses. Peut-être le
principal motif de Cartier, en le conduisant en France, fut-il de lui
faire raconter ces merveilles. En effet, Donnacona tint le même langage
dans l'audience qu'il eut de François Ier, qui donna dans ses rêver, et
se persuada que le Saguenay était un pays rempli de richesses.

[Note 33: Ce couteau de cuivre sert à prouver que l'on a eu tort de
croire, que l'usage du fer fût entièrement inconnu dans cette partie de
l'Amérique: voir aussi les Addenda.]

Taiguragny et Domagaya vécurent en France comme de grands seigneurs, si
Jacques Cartier n'en imposa pas aux Canadois, en 1540.

Agona n'eut pas plutôt vent de son retour, qu'il vint au devant de lui
en grande retenue, et parut, dit-on, heureux d'apprendre qu'il devenait
Agohanna du pays. Lorsque Cartier eut terminé son discours de bienvenue,
Agona, prenant l'espèce de diadême qu'il portait sur sa tête, et les
bracelets qu'il avait aux bras, les lui mit, et lui donna l'accolage en
signe d'alliance. J'ignore si ces démonstrations étaient sincères.
Quoiqu'il en soit, lorsque Cartier moulut visiter la bourgade d'Achelay,
il sut que le Chef en était sorti, pour concerter un plan de guerre
contre lui avec le nouvel Agohanna. Durant tout l'hiver, les Français
furent en effet harcelés et forcés même d'abandonner le camp de
Charlebourg-Royal. C'est la dernière fois qu'il est parlé d'Agona. Ce
chef devait être un homme habile, à en juger par les mesures prudentes
qu'il adopta vis-à-vis des Français. Le choix de Donnacona fait
d'ailleurs son éloge.

Il paraît qu'après lui, l'intéressant peuple de Stadaconé disparut
bientôt, soit par une épidémie, maladie qui devint commune chez les
sauvages et que le Comte Carlo-Carli, croit leur avoir été apportée par
les Européens[34]; soit qu'ils eussent été dispersés par les Iroquois.

[Note 34: D'autres croient que ce sont les Américains qui ont donné
cette maladie aux Européens.]

Les Canadois, disent en substance Cartier et Roberval, sont d'une haute
stature. Ils sont presque nus en été, et se couvrent de peaux durant
l'hiver. Ils portent les cheveux relevés en forme de tresse.
Quoiqu'errans par le pays pour la pêche, ils ont des demeures fixes, et
après la rivière Saguenay, on découvre la Province de Canada, où il y a
plusieurs peuples. Ils ont chacun un roi auquel ils sont
merveilleusement soumis, et font honneur en leur manière et façon.

J'ajouterai à la louange de ces peuples qu'ils n'étaient pas simplement
chasseurs; ils étaient agricoles, et je ne doute pas que leur culture,
si simple cependant, ne fût supérieure à ce qu'eût été, sans les ordres
monastiques[35], celle de l'Europe durant la longue agitation du moyen
âge. Et l'historien du Canada n'a pas craint de dire que les Canadois
étaient en état d'enseigner l'agriculture à ceux qui cherchaient alors à
s'établir sur leurs terres[36].

[Note 35: Sir Isaac Newton a rendu cette justice aux institutions
claustrales ou religieuses.]

[Note 36: Les Armouchiquois, disent en substance de Champlain et
Lescarbot, ont des terres défrichées et en défrichent tous les jours.
Pour ce faire, ils coupent les arbres à la hauteur de trois pieds, puis
brûlent les branchages sur les troncs, et par succession de temps ôtent
les racines. Au lieu de charrues, ils ont un instrument de bois fort dur
fait en façon de bêche. Ils arrachent toutes les mauvaises herbes, et
engraissent la terre de coquillages de poissons. Ils plantent parmi leur
blé, des fêves riolées de toutes couleurs. La moisson faite, ils serrent
le blé dans des fosses qu'ils font en quelque pente de colline ou
tertre, pour l'égoût des eaux.]

Il s'élevait dès lors un autre Sachem canadois, Membertou. Il
appartenait à cette intéressante famille gaspésienne, dont j'ai parlé
plus haut. Nous le verrons Chef des Souriquois.



                             CHAPITRE II

                                 ----

                               ARGUMENT

Découverte de la Floride--Des Chefs qui régissent ce pays: Andusta
Satouriona, Ouaé-Outina--Amitié d'Andusta pour les Français--Puissance
d'Outina et richesse de ses domaines--Les Français recherchent son
alliance--Mauvais procédés de ces derniers envers Satouriona--Ambassade
envoyée au grand Olata--Description d'une marche
guerrière--Incidens--Pénurie des colons--Rupture de l'alliance; Outina
est pris et délivré--Les Français sont massacrés par les
Espagnols--Représailles--Réflexions.

Sans examiner ici, si Madoc, prince gallois, put débarquer en Floride,
je mentionnerai seulement que les amiraux de Henri VII avaient aperçu ce
pays, en 1497. Ce ne fut que trente ans après que Pamphile Narvaez,
capitaine espagnol, aborda sur les côtes. Il pénétra à la tête de 300
hommes jusqu'aux Apalaches, mais on manque de détails sur son
expédition.

Les guerres entre la France et l'Espagne, suscitèrent depuis des
navigateurs hardis, qui harcelèrent cette dernière puissance jusque dans
ses possessions lointaines. Un des plus célèbres fut le capitaine
Robaut, dont le voyage fournit des documens assez étendus sur les
peuples de la Floride.

Ils étaient alors gouvernés par des Chefs appelés Paraoustis, comme si
l'on disait Sachem ou Agohanna. Il fallait un appui aux nouveaux venus
contre les Espagnols, déjà en force dans le pays: Andusta fut le premier
qui fit amitié avec eux. C'était un Paraousti considérable, et son
alliance valut à Ribaut celle de plusieurs chefs puissans, entre autres,
Mahon, Hoya, Touppa, Covecxis, Ouadé et Stabane. Satouriona, autre
puissant Paraousti, se joignit à eux. Il avait besoin des Français
contre Olata Ouaé Outina, le plus formidable prince de ces régions, qui
vivait dans l'intérieur des terres. Mais il arriva que les Français,
instruits des richesses que recélait le pays de ce dernier, ne voulurent
rien entreprendre contre lui, mais se livrèrent à l'espoir d'une
alliance qui leur tournerait à profit. Ces plans étaient destinés à
éprouver des retards à leur exécution. Ribaut fut obligé de partir pour
l'Europe. Le capitaine Albert, son lieutenant, homme brusque jusques à
l'excès, s'attira la haine de la garnison, qu'il vit se consumer par la
maladie et les rixes. Dans cette situation, il fallut abandonner le
pays. Ce fut au grand regret des sauvages dont les habitations étaient
plus près de lamer. Ils étaient aussi hospitaliers que ceux du Canada,
et l'on vit le Paraousti Andusta, et Mahon, son allié approvisionner le
vaisseau pour le voyage, et fournir tout ce qu'il fallait pour les
cordages. Ce sauvage généreux, périt dans un combat contre Ouaé-Outina.

Ce dernier, qui se fesait appeler le «Grand Olata», régnait sur un
peuple qui pouvait mettre en campagne cinq mille combattans. Il avait
une cour nombreuse, et se fesait suivre par des devins comme les rois
latins et Grecs. Un pays semé de mines d'or et d'argent, jettait encore
sur ses peuples, un lustre plus grand; car il est naturel que des
Européens avides fissent plus de cas de guerriers qui, comme dit Marc
Lescarbot, «fermaient l'estomac, bras, cuisses, jambes et front avec
larges platines d'or», tellement que Glaucus rencontrant Diomède dans la
mêlée, ne me paraît pas avoir dû posséder une plus belle armure. Aussi,
dès que les Français revinrent dans les mêmes parages en 1564, M. de
Laudonière, leur chef, ne perdit pas de vue cette alliance.

Satouriona accueillit cet officier à son débarquement, et le conduisit à
un petit monument élevé par les gens de Ribaut, et que les sauvages
avaient environné de lauriers[37]. Il donna aux nouveaux venus un lingot
d'or en signe d'alliance, et assura que cette matière se prenait à la
guerre contre un puissant Paraousti, nommé Thimogana. Laudonière se
ligua avec Satouriona, et lui fût toujours demeuré fidèle, s'il eût pu
lui donner de l'or à souhait; mais il fallait courir les chances de la
guerre. Olata était plus important, et se trouvait à la source des
richesses: on alla jusques à refuser au fidèle Satouriona le secours de
quelques Français contre ses ennemis. Le valeureux Chef combattit seul,
et remporta sur Thimogona, une signalée victoire, secondé de son fils
Athore, et de ses lieutenans Arpalou et Tocadecourou. Il vint en
triomphe, menant avec lui vingt-quatre prisonniers, et, selon la coutume
du pays, les guerriers érigèrent un trophée. Les Français qui ne les
avaient pas voulu suivre, voulurent cependant avoir part dans le
résultat: ils demandèrent deux des captifs, et ne les ayant pas obtenus,
ils les enlevèrent de force. C'était afin de mieux faire leur cour au
grand Olata, auquel ils les envoyèrent avec une ambassade dont le sieur
d'Arlac, et les capitaines Vasseur et d'Ottigny étaient chefs. Le
Paraousti Molona les reçut sur la frontière de l'empire sauvage, et
débita une harangue dans laquelle il s'efforça de donner une haute idée
de la puissance de son maître, et proposa une ligue offensive contre les
Paraoustis Satouriona, Potavou, Onastheaqua et Oustaqua. Nos
ambassadeurs, qui avaient ordre de ne rien refuser à l'intérêt,
répondirent qu'on leur avait commandé de suivre le «monarque» partout où
il les conduirait. Ils furent alors conduits à la résidence d'Olata, qui
les reçut assez bien, mais parut plus empressé de profiter de leur
secours, que de les fêter. Les officiers s'étant mis à sa disposition
avec vingt-cinq arquebusiers, il partit brusquement avec sa suite et ses
gardes, envoyant des coureurs pour assembler les guerriers sur sa route.
Voici l'ordre dans lequel on marcha: Olata se trouvant à la tête de
seize cents guerriers, sans compter les arquebusiers, qui étaient comme
les soldats de Xénophon dans l'armée du jeune Cyrus, cent sauvages se
rangèrent en cercle autour de sa personne. Deux cents hommes, à une
petite distance, formaient un second cercle, trois cents en fesaient un
troisième, et ainsi de suite. Cette armée avançait dans cet ordre et
sans se déranger, précédée par des troupes d'éclaireurs. On fit un
prisonnier. Olata se voyant découvert voulut consulter son devin, Iarva,
sur la position et la force de l'ennemi. Ce jongleur, vieillard accablé
d'années, s'agenouilla, traça sur le sable quelques caractères informes,
murmura des mots entrecoupés[38], se fatigua par de violentes
convulsions, et, reprenant haleine, il déclara le nombre des ennemis et
le lieu où ils étaient campés. Olata, apprenant que Potavou et ses
alliés l'attendaient de pied ferme, avec deux mille guerriers, parut
disposé au retour, mais M. d'Ottigny releva par des complimens l'ardeur
martiale de sa hautesse, et l'on continua d'avancer. La victoire fut
complète, mais les sauvages ne la poursuivent pas. Le vainqueur
rebroussa, traînant à sa suite une multitude considérable de captifs. Il
dépêcha des coureurs à tous les Paraoustis pour les prévenir de le venir
trouver sur son passage. Il en vint un très grand nombre, et l'on
célébra la victoire avec somptuosité. S'il y avait eu des chevaux et des
chars, les Français eussent été témoins des mêmes jeux qu'Achille donna
à ses soldats près des vaisseaux Grecs.

[Note 37: Cet arbre a été regardé comme mystérieux par tous les peuples.
Les lauriers de la vallée de Tempé servirent à bâtir le temple de
Delphes. La ville de Laurente prit son nom d'un laurier planté par le
roi Latinus. Pyrrhus égorge le famille de Priam réfugiée près d'un
laurier. Le fait cité suffit pour l'Amérique.]

[Note 38: Tel était aussi le stratagême de la Pythie de Delphes imité
par les Bersekars de la Suède.]

Olata donna à d'Arlac deux lingots d'or, et lui promit un secours de 300
archers si les Français étaient attaqués.

Cette bonne harmonie ne fut pas de longue durée. Les Français ne
suivirent pas les conseils du sage De Coligny, amiral de France, et
refusèrent de se livrer à l'agriculture, genre d'occupation qui leur
paraissait peu digne d'hommes de guerre. En cela ils étaient plus
barbares que les sauvages.

M. de Laudonière réduit à l'extrémité, et pressé par ses soldats,
résolut de s'emparer de sa personne, pensant bien que ses sujets
livreraient leurs moissons pour le délivrer. Il exécuta lui-même ce coup
de main à la tête de cinquante hommes, au moment où le Paraousti n'était
pas entouré. Les sauvages apportèrent d'eux-mêmes une grande quantité de
blé, mais voyant avec chagrin qu'on ne leur rendait pas leur roi, ils se
rangèrent sous l'autorité de son fils, et déclarèrent la guerre, en
plantant en terre un grand nombre de flèches surmontées de chevelures.
Potavou informé de la prise de son ennemi, entra sur ses terres à la
tête de 500 guerriers; mais il fut repoussé malgré l'aide des Français,
et retraita après avoir causé quelque dégât.

Cependant Olata fesait de grandes promesses pour se dégager. Les grains
entraient en maturité. Il fit entendre que ces belles moissons
n'appartiendraient jamais à ceux qui le retenaient captif, et que ses
sujets aimeraient mieux les détruire que de les laisser à leur merci.
Laudonière se laissa prendre, et le renvoya sous escorte. Mais il ne fût
pas plutôt arrivé dans son pays qu'il s'apprêta à combattre. Il déclara
au commandant qu'il ne pouvait arrêter les progrès de la guerre, mais
que pour lui, il pouvait s'en retourner sans crainte, en évitant de
grands arbres que l'on avait abattus dans la rivière pour le retarder.
Puis il se mit lui-même à la poursuite de M. d'Ottigny, qui tenait la
campagne avec un grand parti. Olata fit prendre un chemin détourné à 300
de ses gens, et alla lui-même aux Français avec un corps plus nombreux.
D'Ottigny se défendit bien tant qu'il n'eût affaire qu'au premier
détachement, mais se voyant cerné, il fut contraint de se frayer un
chemin au prix de vingt-quatre de ses plus braves compagnons, qui furent
tués ou pris.

Affaiblis par ces revers, les colons se virent bientôt poursuivis jusque
dans l'enceinte de leurs forts. On avait eu l'imprévoyance de blesser
Satouriona. Ce chef, homme de tête et de main, sut défendre ses
moissons, et faire respecter sa neutralité. La garnison fut bientôt
affamée, et l'on regarda comme un bonheur qu'une partie pût s'embarquer
sur un vaisseau que leur laissa le célèbre Jean Hawkins, capitaine de la
reine Elizabeth. Laudonière se trouvant das une abondance momentanée par
la générosité des Anglais, retarda son départ, et ce fut ce qui le
perdit; car au mois de Septembre, Dom Pedro Menendez de Avila, parut
devant Caroline, où le capitaine Ribaut était de retour. Les Espagnols
passèrent tout au fil de l'épée.

Olata sut se faire craindre des barbares Espagnols. Pour Satouriona, il
eut besoin de déployer toutes ses forces pour conserver son
indépendance. Ses sujets furent exposés aux mauvais traitemens des
soldats jusques en 1567, que les Français trouvèrent un vengeur dans le
capitaine Gourgues. Ce gentilhomme ayant équipé un escadre à ses frais,
vint aborder à quinze milles de Caroline, et dépêcha aussitôt un envoyé
au Paraousti, qui le renvoya avec des présens. Il y eut un grand conseil
de guerre. Gourgues y parut à la droite du Grand Che, et les Paraoustis
Athore, Tocadocourou, Almacaniz, Armanace et Elycopile, furent aussi
présens. Le capitaine des Français parla le premier; mais Satouriona
l'interrompant, fit un tableau fidèle de la cruauté des Espagnols. On
résolut de courir aux armes, et l'on se donna rendez-vous au-delà d'une
rivière qui coulait à quatre milles de la place. Le Paraousti
Olotocara[39] eut ordre d'aller reconnaître l'ennemi avec un
détachement. Le gros des assiégeans, parti de Salinaca, parvint à la vue
du premier poste sans être aperçu, que d'un soldat; mais Olotocara eut
la bonne fortune de le tuer de sa lance. Villareal, commandant de la
place, avait une garnison de quatre cents hommes. Les Espagnols,
surpris, tombèrent tous sous les coups des Français ou des Sauvages: on
en tua soixante. Le capitaine Gourgues alla alors au second fort avec
vingt arquebusiers et les sauvages qui le joignirent à la nage. Les
assiégés voulurent fuir dans les bois, mais Satouriona fondant sur eux,
en fit un horrible boucherie. L'ennemi avait encore un poste de cent
cinquante hommes. Les sauvages partirent de nuit, et allèrent camper en
côté de la place, pour couper toutes les avenues, et intercepter les
fuyards, tandis que Gourgues taillait en pièces quatre-vingt soldats
sortis avec du canon. Les autres Espagnols voulurent gagner les bois,
mais ils y rencontrèrent Olotocara, qui les rejetta sur les Français,
dont le Chef fut aussi cruel que l'avait été Menendez.

[Note 39: Il était neveu de Satouriona, et parfait chevalier è sa
manière.]

Content de sa vengeance, Gourgues partit au grand regret des naturels
qui lui firent promettre de revenir après douze lunes. Mais il fut mal
reçu à la cour de France intimidée par les menaces de Philippe II, et la
France n'éprouva depuis que des affronts au sujet de la Floride.

Délivrés pour quelque temps du voisinage des farouches Espagnols, les
sujets de Satouriona durent prospérer davantage. Je ne laisserai point
ce Chef, ni Olata, sans hasarder quelques réflexions sur leur caractère.
Andusta, Potavou, paraissent avoir été des hommes remarquables:
Satouriona et le Grand Olata sont des héros. Ce dernier nous rappelle
les grands rois des premiers temps. Agamemnon, réduit à ses propres
forces, devait être moins puissant, et il n'intéresserait pas plus; mais
Homère a chanté la guerre de Troie![40] Jamais prince ne fut mieux obéi
de ses sujets que ce Paraousti de Floride, et nul ne fut plus redouté de
ses ennemis. Lorsqu'il tomba entre les mains de Laudonière, Satouriona
offrit aux Français de leur rendre son amitié, s'ils consentaient à le
lui livrer. Potavou conseilla de le tuer, et les plus grands Paraoustis
voulurent le contempler dans les fers. M. Roux-de-Rochelle[41] a parlé
avec éloge de ce sauvage qui, trahi par Laudonière, ne voulut pas
manquer envers lui de générosité.

[Note 40: M. le Président Hénaut fait la même réflexion par rapport aux
gaulois. «La Grèce nous rappelle des idées plus agréables que la Suève
et la Pannonie. Troie et Carthage nous semblent plus grandes que Tolbiac
et Orléans, parce que l'Iliade et l'Eneide sont de plus beaux poëmes que
ceux de Clovis et de la Pucelle.»]

[Note 41: Envoyé de France aux E.-U., a écrit sur l'Amérique avec la
pureté des beaux écrivains du siècle de Louis XIV, et avec plus de
grâce.]

Satouriona, moins élevé en puissance, offre encore plus d'intérêt. Comme
guerrier, il réclame un rang distingué parmi ses compatriotes. Ses
ennemis redoutaient son courage, et Molona, qui paraît avoir été
l'orateur habitué d'Olata, le peignit aux ambassadeurs français comme le
plus terrible ennemi de son maître. Comme politique, son habileté paraît
par toute sa conduite. Arrès avoir tout fait pour s'acquérir l'amitié
des Français, il sait punir leur ingratitude, et se fait craindre sans
se faire haîr.

Mais rien ne lui fait tant d'honneur que son humanité. Pierre de Broy,
jeune homme échappé au massacre de Caroline, trouve auprès de lui une
protection efficace, lorsque les siens ne sont pas en sûreté. Il re rend
sain et sauf au capitaine Gourgues.

Le caractère du Paraousti s'étend à tout son peuple. Les voyageurs ont
admiré ses moeurs[42] et n'ont point mentionné sa cruauté: les
Espagnols, les Français d'alors souffriraient à la comparaison. La
Floride fut depuis une proie disputées avec acharnement; elle fut le
théâtre de cruautés inouïes, d'exemples de la supercherie européenne les
plus frappans, en oeuvre contre les plus innocentes peuplades[43].
Rarement imitèrent-elle ces barbaries. Elles aperçurent trop tard la
nécessité de s'armer pour leur indépendance.

[Note 42: Les habitans de la Floride, dit Madame de Genlis, font tous
les ans une offrande solennelle au soleil. Ils remplissent d'herbes de
toute espèce la peau d'un grand cerf; ensuite ils la parent de
guirlandes et des fruits de la saison, puis ils l'attachent au haut d'un
arbre. Ils dansent autour en chantant des hymnes.]

[Note 43: C'est le lieu d'appliquer la réflexion d'un des plus sages
princes: «Quiconque, disait Théodoric, forme, pour détruire une nation,
des projets iniques, témoigne assez aux autres qu'il n'observera pas la
justice envers elle.» Les sauvages l'ont éprouvé. On peut encore citer
les vers de Charles Churchill, le Juvénal anglais:

          Cast by a tempest on a savage coast,
          A roving buccaneer set up a post.
          A beam in proper form transversely laid,
          Of his Redeemer's cross the figure made.
          His Royal Master's name thereon engrav'd,
          Without more process the whole race enslav'd,
          Cut off that charter they form nature drew,
          And made them slaves to men they never knew.]



                              CHAPITRE III

                                  ----

                                ARGUMENT

Nouvelles découvertes des Anglais--Voyage d'Amidas et
Barlow--Granganimo: ses belles qualités--visite à sa
résidence--Menatenon--Mort de Granganimo--- Ensenore--- Vingina succède
à son frère--Hostilités--Fin malheureuse de ce Sachem--Destruction des
Anglais.

ELIZABETH marchant sur les traces du Solomon de l'Angleterre, qui songea
le premier à fonder la richesse de sa nation, accorda, en 1578, à Sir
Humphrey Gilbert, des lettres patentes, en vertu desquelles il était
autorisé «à faire le découverte et à prendre possession de toutes terres
inconnues ou habitées par des tribus sauvages, mais non occupées par des
nations chrétiennes»[44]. Ayant donc formé un armement considérable, ce
général aborda à Terre-Neuve, où les naturels lui présentèrent des
minerais du pays; mais il ne séjourna pas en Amérique. Amidas et Barlow,
que l'auteur du poëme de la Navigation[45] mentionne avec distinction
dans ses vers, naviguant aux frais de Sir Walter Rawleigh, prirent route
par les Canaries, en 1584, et aperçurent le pays qu'ils cherchaient; ou
plutôt, le rivage s'annonça à eux par le doux parfum des plantes qui le
couvraient. Ayant débarqué sur ce site délicieux, ils en prirent
possession au nom de sa très-excellent Majesté, et du preux chevalier
qui les envoyait. On parcourut en tous sens un petit paradis terrestre
que l'on reconnut pour une île: elle s'appelait alors Ouococon, dans la
langue du pays, et aujourd'hui Oracook. Le pin y abondait avec la
délicieux sassafras[46], et le cyprès rivalisant avec ceux qui, du haut
de l'Ida, se réfléchissaient dans les eaux du Simoïs. Les daims se
montraient aussi en grandes troupes, mais ce séjour semblait étranger
aux humains.

[Note 44: Le style de cette immortelle princesse n'est ni aussi
ambitieux ni Aussi vain que celui de ses illustres confrères.]

[Note 45: Esménart.]

[Note 46: On dit que c'est l'odeur du sassafras qui fit penser à
Christophe Colomb, que l'on était près des terres, et cet arbuste
contribua ainsi à la découverte de l'Amérique.--(Mad. de GENLIS.)]

Enfin, le quatrième jour, trois sauvages parurent dans un canot
d'écorce, et s'approchèrent des vaisseaux sans témoigner aucune crainte.
On ne put se faire comprendre d'eux; mais quand on leur présenta un
bonnet militaire, un habit et du vin, il parurent extrêmement
satisfaits, et considérèrent ces objets avec un étonnement auquel
succéda la reconnaissance. Le sauvage ne se laisse jamais vaincre en
générosité: ceux-ci regagnèrent le rivage à la hâte, et en un moment,
ils revinrent avec leur canot chargé de poisson. Ils en firent deux
parts, une pour le plus gros vaisseau, et une autre plus petite pour une
pinnace qui l'accompagnait. Il y avait là, ce semble, cette attention
qu'apporte en donnant l'enfant né avec l'instinct de la générosité, une
naïveté qui fait honneur à ces insulaires.

Le lendemain, Granganimo, Sachem des Ouingandacoa, parut sur le rivage
avec sa suite, composée d'environ cinquante personnes. Quoique les
Anglais fussent sous les armes, le prince sauvage, loin de montrer de la
défiance, s'avança tout confiant, et prononça la harangue de bienvenue,
qui est essentielle dans la politesse sauvage, lorsque de grands
personnages se trouvent en présence. Ceux qui l'accompagnaient
paraissaient si respectueux, que de n'oser s'asseoir en sa présence,
quoique l'entrevue fût longue. On donna pour lui des présens aux plus
apparens, qui paraissaient être ses conseillers. Granganimo se les fit
montrer aussitôt, et signifia avec beaucoup de dignité qu'il se les
réservait tous.

Dans une seconde entrevue, on lui présenta un joli petit plat d'étain.
Le brave Sachem, par une sorte d'instinct singulier, que ses semblables
ont uniformément imité depuis, le perça aussitôt, et le suspendit sur sa
poitrine comme une Manière de crachat, puis, avec une munificence de
grand prince, il fit délivrer aux Anglais soixante-dix peaux de daims.
Il revint encore aux navires avec toute sa famille et son père Ensenore,
qui avait apparemment résigné en sa faveur, selon un usage que l'on
trouva très répandu sur ce continent. Les officiers de la reine leur
donnèrent un grand festin, et leur procurèrent beaucoup de plaisir. Dans
tous ses rapports, le naturel du Sachem continua de se montrer à son
avantage. S'attachant avec un soin qui nous étonne, à ménager les
Anglais, il ne les visitait jamais sans les informer, par des feux qu'il
fesait allumer sur le rivage, du nombre de canots qu'il conduisait. Il
envoyait chaque jour en présent deux daims, deux lapins, du poisson, des
melons et d'autres fruits, tels que des poires et des noix, richesses de
son domaine. Il persuada Amidas de l'aller voir à son village situé à
l'extrémité de l'île Roanoake. On dut trouver que les états de sa
majesté le roi de Ouingandacoa, s'ils étaient riches de produits de la
nature, n'étaient point très formidables; car la capitale de l'empire
sauvage ne consistait qu'en neuf cabanes entourées de palissades. En
l'absence de Granganimo, sa compagne fit les honneurs de l'habitation
royale. Elle commanda aux sauvages de tirer le canot sur le rivage, et
de mettre les avirons à couvert; puis elle fit porter nos beaux Anglais
à travers le ressac. Après les avoirs introduits dans la maison, comme
ils étaient las et transis, elle fit allumer un grand feu, lava
elle-même leurs pieds, et servit le dîner. La table consistait en
venaison bouillie et en poisson rôti avec des melons et d'autres fruits.
Mais quelques guerriers armés étant entrés, les Anglais eurent peur, et
coururent è leur embarcation, au grand regret de cette reine des
sauvages, qui leur envoya encore des nattes pour les préserver de la
pluie, et un souper copieux. Homère lui-même n'a rien imaginé de
supérieur à l'hospitalité de cette femme, dans son poëme de l'Odyssée,
si rempli de beaux détails, et l'on peut dire que l'épouse de Granganimo
surpasse la nourrice de Télémaque.

Cependant Amidas et Barlow repassèrent en Angleterre, et publièrent une
relation de la beauté du pays, et de l'innocence de ses habitans.
Elizabeth fut charmée de leur récit, et détermina Rawleigh à faire un
nouvel armement. Sir Richard Grenville fut mis à la tête d'une deuxième
escadre, composée de sept navires. Il aborda à Roanoake en 1585.
Granganimo vint le trouver à son bord, et l'on renouvella l'alliance;
mais ce fut la dernière visite du Sachem, qui fut atteint d'une maladie
dont il ne devait point relever.

Dans le même temps, les Anglais lièrent commerce avec un autre Sachem,
Menatenon, qui régnait sur les Choouanocks, nation habitant le pays
situé entre les rivières Nottawa et Meherrin. On le disait fort
puissant. Il était boiteux par suite d'une blessure reçue à la guerre,
«mais, dit un vieux chroniqueurs, il avait plus de bon sens que tous ses
confrères.» Il amusa les colons, et en particulier, le Gouverneur Lane,
d'une mine de cuivre et d'une pêche de perles quelque part sur la côte.
Il fit aussi un étrange récit de la rivière Moratue, «où vivait un roi,
dont le pays bordait la mer, et qui en retirait une si grande quantité
de perles, que son logement, ses peaux et ses nattes en étaient tout
garnis». M. Lane se montre fort désireux d'en voir un échantillon, mais
le rusé Sachem répondit, sans se déconcerter aucunement, que le monarque
réservait exclusivement ces choses pour faire le commerce avec les
Anglais. Il représentait la rivière comme jaillissant d'un vaste roc,
qui se trouvait si près de la mer que, durant la tempête, ses flots se
venaient battre contre lui. Quant au cuivre, que L'on recueillait dans
de grands vaisseaux couverts de peaux, lui seul et ses sujets savaient
où on le prenait. Il devinait sans peine le faible des Européens, que la
soif de l'or rendait stupides. Les anglais tombèrent dans le piège. Ils
firent deux cent milles à la recherche des prétendus trésors, et ce ne
fut qu'avec peine qu'ils revinrent sur leurs pas, retardés dans leur
marche par les guerriers de Ouingina.

Le pacifique, l'affectueux Granganimo n'était plus; son frère lui avait
succédé, guerrier redoutable et politique raffiné. Il avait été prévenu
par Menatenon de toutes les manoeuvres des Anglais. Les voyant se jeter
dans le péril, il assembla ses sujets, et leur parla avec chaleur. Les
blancs en veulent à leur liberté et à leur vie; plutôt ils seront en
armes, plus leurs jours seront en sûreté. Le vieux Sachem Ensenore,
fidèle aux Anglais jusques à l'héroïsme, détourna leur perte. Ouingina
faussement sûr de son coup, et ne voyant pas revenir l'expédition, se
raillait du dieu des chrétiens, et le crédit du sage Ensenore
s'évanouissait; mais enfin, Lane arriva sans trop de désastre, et les
vieillards redevinrent en respect. Un épidémie ne servit pas moins à
inspirer au Sachem des vues plus pacifiques et plus loyales, qui, au
reste, s'évanouirent bientôt. Ensenore mourut. Ouingina arma six cents
guerriers sous prétexte de célébrer dignement les funérailles du
meilleur ami des blancs. Mais cet appareil voilait une terrible
conjuration. Un parti devait massacrer tous les colons qu'il trouverait
dispersés sur la côte. Le Sachem lui-même devait attaquer de nuit
Hatteras. Il voulut avant tout affamer la colonie, et tout échange fut
prohibé. Le plan était bien conçu, mais l'intrépidité du gouverneur le
fit manquer. Il conçut le projet de s'emparer de la personne de
Ouingina. Il l'informa qu'il se rendait à Croatan, où il attendait une
escadre d'Angleterre, et ajoutait qu'il lui ferait plaisir en lui
envoyant quelques sauvages pour l'aider à la pêche. Le Sachem, qui ne
voulait que gagner du temps, fit répondre qu'il rencontrerait lui-même
le gouverneur dans dix jours; mais ce dernier, qui n'avait pas de temps
à perdre, s'avança hardiment sur son territoire, tuant tout ce qui
s'offrait à lui, et fit sommer Ouingina de le venir trouver. Celui-ci
vint jusques à Dassomonpic avec quelques-uns des siens. Le gouverneur
fit tirer sur lui. Il tomba, mais se relevant aussitôt, il disparaissait
dans la forêt, lorsqu'un jeune Irlandais l'abattit d'un second coup. On
lui trancha la tête.

Le danger où se trouvaient les colons excuse-t-il entièrement ce
meurtre? Ce n'était pas sans raisons que Ouingina les haïssait, car nous
voyons ces hommes qui prétendaient à une civilisation avancée, brûler un
village entier, et les moissons, parce que deux indigènes avaient dérobé
une coupe d'argent. Ce n'était pas le moyen de s'attacher ceux auxquels
on devait tout. Ces actes de vandalisme furent au reste bien punis.
Menatenon fondit sur les Anglais à la tête de deux peuples réunis, et
fit une horrible Justice. Sir Richard Grenville ne débarqua quinze
hommes à Roanoake que pour les voir massacrer impitoyablement.
Cent-dix-sept personnes périrent dans un massacre en 1587, et le
chevaleresque Rawleigh ne songea plus à fonder de colonie en Amérique.

A Stadaconé, aux Florides et sur la rivière Choan, nous avons trouvé des
peuples dont la douceur était sans égale. Leurs envahisseurs
espagnols[47], français ou anglais rivalisaient de cruauté et de
perfidie. Ne méritaient-ils pas d'être extirpés de ces rives encore
innocentes? Ouingina n'était peut-être pas un caractère estimable; mais
la nature sauvage et laissée à elle-même avait produit des héros dans
Ensenore et Granganimo. Pour Menatenon, c'est un type particulier.
Beaucoup politique que ses semblables, il prend au piège des hommes
civilisés. Il se sert d'un ennemi pour réussir dans ses desseins. Le
voit-il aux prises avec les colons, il l'abandonne, et profite de sa
mort et de l'excitation qui la suit, pour se grossir de son peuple et de
la dépouille des Anglais qu'il extermine. Il demeure le maître souverain
et sans contrôle d'un vaste territoire, et son fils Shiko jouit de ces
acquisitions.

[Note 47: M. de Marmontel dans le roman «des Incas» exagère des horreurs
que les Espagnols poussèrent assez loin.]



                             CHAPITRE IV

                                 ----

                               ARGUMENT

Nouvelle expédition française en Amérique--Des Sagamos qui commandent en
la Nouvelle-France--Guerre entre les Mic-macs et les
Armouchiquois--Conversion de Membertou et ses suites--Générosité de ce
Sachem--Origine des Abénaquis--Entrevue de M. de Champlain et
d'Anadabijou; traditions religieuses--Remarques sur la beauté du pays.

On n'avait pas renoncé en France au projet de fonder un établissement,
et même un gouvernement en forme en Amérique. Au commencement de 1598,
le roi Henri IV, vainqueur de toutes les factions et tranquille
possesseur de son royaume, nomma son lieutenant-général en Labrador,
Terre-Neuve, Canada, Hochelaga, Saguenay et Norembègue, Troïlus du
Mesgouets, marquis de La Roche et de Cotenmeal. Autant les titres de cet
envoyé étaient pompeux et vains, autant son voyage fut malheureux. M. de
Champlain eut plus de bonheur. Ce capitaine arrivé en 1603, trouva la
condition du pays bien changée. L'intéressant peuple de Stadaconé
n'était plus. Celui d'Hochelaga avait disparu de même[48]; et cela n'a
rien de problématique, si l'on s'en rapporte à la tradition qui suppose
une invasion d'Iroquois. Les Algonquins, les Souriquois, les
Armouchiquois et les Montagnais se trouvaient alors réunis dans la
partie reconnue de ces régions, mais ils n'osaient ensemble résister à
ces terribles ennemis, ni s'avancer jusques aux Trois-Rivières où M. de
Champlain voulait bâtir un fort, «pour le bien de ces nations, à cause
des Iroquois qui tiennent toute la rivière du Canada bordée.» On venait
pourtant de remporter sur eux un avantage assez considérable, aidés des
Etchemins, peuple qui habitait près de la rivière de son nom, et de
l'Ouigoudy, dans le Nouveau-Brunswick. Les Armouchiquois tenaient le
présent état du Maine, et les Souriquois, ce peuple aux moeurs douces et
décentes, la presqu'île acadienne. Les chefs de ces peuplades
s'appelaient Sagamos, ce qui veut dire seigneur souverain. Membertou
commandait alors aux Souriquois, Tessoat aux Algonquins, et Anadabijou
aux Montagnais.

[Note 48: Plus tard M. de Maison Neuve étant monté sur le Mont Royal
avec deux sauvages, ils lui dirent: «Nous sommes de la tribu qui
habitait autrefois ce pays. Toutes les collines que tu vois à l'orient
et à l'occident étaient couvertes de nos cabanes. Les Hurons nous ont
dispersés.»]

Le seul mérite éleva Membertou au rang suprême. Il fit heureusement la
guerre aux Armouchiquois sous leurs Chefs Olmechin, Asticou et Bessabes.
M. De Poutrincourt, gouverneur de Port-Royal, conclut avec lui une
alliance en 1604, et procura par là à la colonie un ami fidèle. Les
Français l'invitaient à toutes leurs réjouissances, et regrettaient son
absence durant les chasses: c'est ce que nous dit Lescarbot de lui et de
son lieutenant, Shkoudun. Quelques européens l'accompagnaient-ils, il en
prenait un soin tout particulier, pensant bien que si un seul revenait
blessé, on ne manquerait pas de l'accuser.

Dans une de ces chasses, le guerrier Pannoniac s'étant avancé bien avant
dans le pays, fut massacré par les Armouchiquois. Ce fut le signal de la
guerre. Membertou, quoique bien secondé par les Chefs Achtaudin et
Achtaudinek, mit plus de deux mois à rassembler quatre cents guerriers.
Il envoya prier M. de Poutrincourt de lui donner du blé et du vin pour
fêter ses amis; «car, lui fait dire Lescarbot, j'ai le bruit d'être ton
ami; or, ce me serait un reproche si je ne montrais les effets de telle
chose.» Il était vraiment l'ami des Français, mais Shkoudun, homme de
sens, et habituellement de bonne foi, ayant répandu le bruit qu'il
tramait contre eux, ils l'invitèrent à Port-Royal. Il y fut bien reçu,
et l'on n'eut pas de peine à se persuader que ses préparatifs ne
regardaient pas la colonie. Il se mit donc en campagne avec ses fils et
Oagimon, homme de quelque renom à la guerre. On devait lui opposer
Asticou, homme grave et redouté, que les Armouchiquois appellèrent de
l'intérieur des terres pour les commander[49].

[Note 49: Il était probablement Iroquois.]

Arrivé à Chouacket en juillet, il trouva les ennemis préparés à le
recevoir. Il tâcha de masquer ses forces, et feignit de désirer un
pourparler. Les Armouchiquois prétendirent de leur côté le faire tomber
dans le piége, et voulurent l'attirer dans un endroit où ils avaient
caché leurs arcs et leurs flèches; mais Membertou usa d'une
contre-finesse. Sous couleur de distribuer des présens, il s'avança sans
armes, mais il fit prendre un chemin détourné à deux cents guerriers qui
devaient prendre l'ennemi en queue au son d'une trompette, l'orgueil de
l'armée souriquoise. Elle sonna, et aussitôt les Armouchiquois se virent
environnés de toutes parts. Ils perdirent beaucoup de monde dans cette
première confusion, mais parvenus en combattant à l'endroit où était
leur dépôt, ils renouvellèrent le combat avec acharnement, et Membertou
fut en danger d'être défait; poussé jusques au rivage, il adressa à
propos à ses guerriers quelques paroles énergiques, et les reproches de
la mère de Pannoniac, qui parcourait les rangs à la manière des
anciennes persanes, leur rendirent le coeur. Le fier Asticou lâcha pied,
et Membertou revint triomphant avec une multitude d'objets de trafic.
Lescarbot, dans une épître au roi de France, a décrit le combat de
Chouacket. Je ne citerai que le début:

          Je chante Membertou, et l'heureuse victoire
          Qui lui acquit naguère, une immortelle gloire,
          Quand il joncha de morts les champs Armouchiquois
          Pour la cause venger du peuple souriquois.

Cependant, M. de Champlain crut avantageux de réconcilier les deux
Sagamos. Asticou ne refusa pas de se prêter à la paix, pourvu qu'on lui
envoyât un homme de confiance pour la traiter. Oagimon lui fut député,
et tout fut arrangé à l'amiable.

Ce qui fit encore plus d'honneur à Membertou que sa victoire, ce fut sa
conversion au christianisme. Il fut le premier Sachem de l'Amérique du
Nord que l'embrassa, et fut baptisé le 24 juin, 1610, par Messire Josué
Flèche, V. G. M. de Poutrincourt le tint sur les fons, et l'appella
Henri, comme le roi de France. Cet évènement fournit matière à deux
ouvrages publiés à Paris sous des titres fastueux[50]. Membertou ouvrit
la route aux missionnaires, et, familier avec leur langue, il fut leur
premier instituteur dans celles du pays. Il se dépouilla alors de la
dignité d'_autmoin_. En cette qualité, il fesait parler l'oracle, et le
rendait ordinairement douteux. On en eut un exemple ors de la mort de
Pannoniac. Les Souriquois s'inquiétaient sur son sort: il décida que
s'il ne revenait pas dans quinze jours, les Armouchiquois l'auraient
tué. La marque de la dignité de prêtre était un triangle suspendu sur la
poitrine, orné de figures mystérieuses.

[Note 50: Le premier avait pour titre: Lettre missive touchant la
conversion du grand Sagamo de la Nouvelle-France, qui en était, avant
l'arrivée des Français, le Roi et le Souverain, Paris, 1670.]

On ne sait pas bien l'époque de la mort de Membertou, quoique sa perte
dût être vivement sentie. Il avait beaucoup de douceur, et des vertus.
Généreux et courtois, il voulut faire présent au roi d'une mine de
cuivre qu'il possédait «comme il convient entre Sagamos.» «Or jaçait,
dit Lescarbot, que le présent qu'il voulait faire à sa Majesté fût chose
dont elle ne se soucie, néanmoins, cela lui partait de bon courage, et
doit être estimé comme si la chose était plus grande, ainsi que ce roi
des Perses, qui reçut d'aussi bonne volonté une pleine main d'eau d'un
paysan, comme les plus grands présens qu'on lui avait faits.» Sa
personne et ses actions étaient remplies de dignité. Il se mettait à
l'égal du roi de France. «étant comme lui grand Sagamo», et il exigeait
que l'on tirât le canon toutes les fois qu'il paraissait à Port-Royal.
Le P. Biart nous a laissé des mémoires dans lesquels il entre dans de
grands détails sur sa nation. Les Souriquois d'abord fort puissans,
diminuaient beaucoup dès le temps de M. de Monts. On doit s'étonner que
Membertou pût les maintenir dans l'alliance des Français, persuadés
qu'ils étaient que les Européens les voulaient détruire. Cette idée
n'était pas absolument sans fondement, et l'on trouva souvent entre
leurs mains du sublimé corrosif. Unis à leurs voisins, les souriquois
redevinrent formidables sols le nom de tribus abénaquises.

Parmi les contemporains de Membertou, Anadabijou, grand Sagamo des
Montagnais, se fesait remarquer par son esprit. M. de Champlain l'avait
vu à Tadoussac, revenant de combattre les Iroquois. Ils se rencontrèrent
de nouveau en 1610. De Champlain, parfait homme de cour, trouva chez lui
une politesse à laquelle il ne se serait pas attendu. Le Sachem, qui
était en festin, le reçut cordialement, ainsi que Marc Lescarbot qui
l'accompagnait. Les guerriers Montagnais étaient rangés sur deux haies.
Un d'eux commença, dit notre Anacharsis, à faire sa harangue de la bonne
réception qui lui avait été faite par le roi, et du bon traitement qu'il
avait eu, les assurant que le dit roi leur voulait du bien, et désirait
peupler leurs terres et leur envoyer des guerriers pour vaincre leurs
ennemis. «Il leur conta aussi les beaux châteaux, palais, maisons et
peuples qu'il avait vus, et notre manière de vivre.»

Après qu'il eut terminé sa harangue, Anadabijou fit passer le
calumet[51], et lorsque l'on eut bien fumé, il prononça aussi son
discours «parlant posément, s'arrêtant quelquefois, et puis reprenant la
parole en leur disant que véritablement, ils devaient être bien contens
d'avoir sa dite Majesté pour amie.» Ils répondirent tous d'une voix: ho!
ho! ho! ce qui veut dire, oui! oui! oui! Pour lui, continuant toujours
de parler, il dit qu'il était fort aise que sa Majesté fît la guerre à
leurs ennemis. Enfin il leur fit comprendre tout le bien qu'ils devaient
attendre du roi.

[Note 51: Les Indiens du nord ont l'usage de leur calumé, qui est une
pipe dont le tuyau a un vara de long: il sert en même temps à tous ceux
d'une même compagnie, et chacun tire la fumée du tabac à son tour. Ce
calumé est aussi chez eux un moyen dont ils se servent pour se saluer,
comme un verre de vin chez les Européens.--(D. ULLOA.)]

Lorsqu'il eut cessé de parler, M. de Champlain et Lescarbot se
retirèrent. Ce dernier nous décrit le lieu où les Montagnais se
trouvaient campés. «Le lieu de la pointe St. Mathieu où ils étaient
cabanés est assez plaisant. Ils étaient au bas d'un petit côteau plein
d'arbres, sapins et cyprès. A la dite pointe, il y a une petite place
unie qui découvre de fort loin, et au-dessous du dit côteau est une
terre unie contenant une lieue de long, et demie de large, ornée
d'arbres.»

Le lendemain, à la pointe du jour, Anadabijou fit le tour de toutes les
cabanes, criant à haute voix qu'on eût è déloger pour aller à Tadoussac,
_où étaient les bons amis_; car, de même que les Européens, les sauvages
rendent une visite reçue.

Marc Lescarbot a écrit quelques-uns de ses entretiens avec Anadabijou;
écoutons ce sauvage parler théologie: «Il y a, disait-il, un Dieu qui a
fait toutes choses. Après qu'il eût fait toutes choses, il prit quantité
de flèches et les mit en terre, d'où sortirent hommes et femmes, qui ont
multiplié au monde jusques à présent, et sont venus de cette façon. Il y
a un seul Dieu, un fils, une mère et le soleil, qui sont quatre.
Néantmoins Dieu est pardessus tout; le fils est bon et le soleil, à
cause du bien qu'ils reçoivent, mais la mère ne vaut rien et les mange.
Le père n'est pas trop bon. Anciennement il y eut cinq hommes qui s'en
allèrent vers soleil couchant, lesquels rencontrèrent Dieu, qui leur
demanda, où allez-vous?--Ils répondirent: nous allons chercher notre
vie.--Dieu répondit: vous la trouverez ici. Ils passèrent outre, sans
faire état de ce qu'il leur avait dit, lequel saisit une pierre, et en
toucha deux qui furent transmués en pierres; et il dit de rechef aux
autres: où allez-vous? Et ils répondirent de même que la première fois.
Dieu leur dit: ne passez plus outre. Mais voyant qu'il ne leur venait
rien, ils passèrent outre. Et Dieu prit deux pâtons, et en toucha les
deux premiers, qui furent transmués en bâtons. Puis le cinquième
s'arrêta sans passer plus outre. Dieu lui dit: où vas-tu?--Je vais
chercher ma vie.--Demeure, tu la trouveras ici. Il demeure, et Dieu lui
donna de la viande, qu'il mangea. Après avoir fait bonne chair, il alla
avec les autres sauvages, et leur raconta ce que dessus.»

«Une autre fois il y avait un homme qui avait beaucoup de tabac. Dieu
vint à cet homme, et lui demanda: où est ton calumet? L'homme prit son
calumet et le donna à Dieu, qui pétuna beaucoup. Après avoir bien
pétuné, il le rompit en plusieurs morceaux, et l'homme lui demanda:
pourquoi as-tu rompu mon calumet, tu vois bien que je n'en ai point
d'autre. Et Dieu prit un calumet qu'il avait, et le lui offrit en lui
disant, en voici un que je te donne. Porte-le à ton Sagamo, pour qu'il
le garde, et s'il le garde bien, il ne manquera plus de chose
quelconque, ni tous ses compagnons. Le dit homme prit le calumet, qu'il
porta au grand Sagamo, lequel, tandis qu'il l'eut, les sauvages ne
manquèrent jamais de rien, mais depuis, l'ayant perdu, c'est l'occasion
de la grande famine qu'ils ont quelquefois parmi eux.» Lescarbot ayant
demandé au Sagamo Montagnais s'il croyait toutes ces choses, il lui
répondit que oui, et que c'était la vérité.. Notre chroniqueur, qui
avait le mérite de bien connaître sa religion, lui répliqua que Dieu
était bon, et que sans doute, c'était le mauvais esprit qui s'était
montré à ces hommes-là. Il n'eut pas de peine, si on l'en croit, à faire
pencher de son côté ce sauvage estimable.

M. de Champlain, comme ceux qui l'avaient devancé, fait une description
magnifique du pays qu'il parcourait, et, dit l'auteur des «Beautés de
l'Histoire du Canada», elle n'était pas exagérée. «Ces forêts
primitives, et ces vastes nappes d'eau, les unes toutes peuplées de
daims et de chevreuils, les autres de castors et de poissons délicieux,
devaient offrir des solitudes enchanteresses et d'admirables points de
vue. La nature devait y être pleine d'une majesté vénérable, et y
déployer une magnifique fécondité.» Et Québec[52] s'élevait déjà comme
un vaste amphithéâtre.

[Note 52: Je crois avec M. Andrew Stuart, que Québec est un nom propre
français. Le comte de Suffolk, un des lieutenans de Henri V, portait sur
son sceau le nom de «Québec», qui était sans doute quelque lieu de
Normandie où il avait signalé sa valeur.]



                              CHAPITRE V

                                 ----

                               ARGUMENT

Entrevue de M. de Champlain avec Tessoat--Visite chez les
Hurons--Réflexions.

CEPENDANT M. de Champlain voulut pénétrer plus avant dans le pays. Il
fit armer deux canots, et partit avec quatre Français, y compris Nicolas
Vignau, imprudent menteur, qui avait fait un étrange et merveilleux
récit de la mer du Nord, et du prétendu naufrage d'un vaisseau anglais.
On découvrit l'île de Ste. Croix, puis on arriva à une habitation de
sauvages qui recueillaient du maïs[53]. Ils ne pouvaient comprendre
comment les étrangers avaient pu surmonter les sauts et les mauvais
chemins qu'il y avait à franchir pour arriver à eux. Revenus de leur
surprise, ils menèrent les Français voir le grand Sagamo Tessoat, qui
demeurait à huit lieues de là. En voyant M. de Champlain, ce chef
s'écria que c'était un songe, et qu'il n'en pouvait croire ses yeux. Ils
passèrent ensemble dans une île voisine, où était le gros des
Algonquins. Cette position était forte, mais le terrein peu fertile. M.
de Champlain d'étonnait qu'ils s'amusassent à cultiver une terre si
inégale, tandis que le sault St. Louis, par exemple, leur offrait le
plus beau sol; mais on luy dit que l'âpreté des lieux servait de rempart
contre les Iroquois.

[Note 53: Un savant moderne a présumé par un passage d'Hérodote, Liv. I,
ch. cxciii, que le maïs était connu en Babylonie. Ce grain varie
beaucoup dans les espèces, dit Linnée, et Chabré en compte douze.]

Tessoat voulut donner un festin aux Français: nous y gagnerons un
nouveau détail de moeurs. «Les conviés, avec chacun son écuelle de bois
et sa cuillère, et tous sans ordre ni cérémonie, s'assirent à terre.
Tessoat leur distribua une manière de bouillie, faite de maïs écrasé
entre deux pierres, avec de la chair et du poisson coupés par petits
morceaux, le tout cuit ensemble et sans sel. Il y avait aussi de la
chair rôtie sur des charbons, et du poisson bouilli à part.» Tessoat,
comme donnant le repas, entretint les convives sans manger lui-même;
c'est l'étiquette du pays. Le repas étant fini, les jeunes gens qui
n'étaient pas du conseil sortirent, et chacun des sénateurs ayant rempli
son calumet, le passa à M. de Champlain. Une demi-heure fut employée à
ce cérémonial, sans qu'il fut dit un seul mot; puis on ouvrit les
délibérations. De Champlain exposa le but de sa visite: c'était d'aller
à la recherche des merveilles qu'avait accréditées Vignau. Mais pour
atteindre cette nouvelle toison d'or, il demandait d'être accompagné par
quatre canots algonquins. A cette déclaration on se remit à fumer; après
quoi Tessoat témoigna que ce serait à regret que cette demande serait
accueillie, parce que l'entreprise allait être accompagnée de beaucoup
de dangers. Pour réfuter cette objection, Champlain eut recours au
témoignage de Vignau; mais amené devant le grand Sagamo, cet imposteur
garda le plus profond silence, et ce ne fut qu'à force de menaces qu'il
affirma de nouveau tout ce qu'il avait dit auparavant. Tessoat lui dit
alors: «tu es un assuré menteur; tous les soirs au temps que tu dis, tu
couchais à mes côtés avec mes enfans, et si tu es allé où tu prétends,
c'est en dormant. Comment as-tu pu hasarder la vie de ton maître parmi
tant de dangers? Tu es un homme perdu, et l'on te doit faire mourir plus
cruellement que nous ne fesons nos ennemis.» M. de Champlain voyant le
Sagamo en colère, lui présenta une carte, où Vignau avait tracé les
choses qu'il disait avoir vues. Tessoat, jetant sur la carte un regard
intelligent, confondit encore le misérable qui, à sa contenance, ne
laissa plus douter de sa supercherie. Il n'y avait plus de réplique, et
il fallut renoncer au voyage.

Qui croirait que ce fut à regret? Le Chef des Français ne put se
désabuser entièrement sur le récit de Vignau. Il prit cependant le parti
de retourner à Ste. Hélène, et il fut témoin, sur sa route, de
l'offrande du pétun[54].

[Note 54: Après qu'ils ont porté leurs canots au bas du sault, dit-il
ils s'assemblent en un lieu où un d'entre eux, avec un plat de bois, va
faire la quête, et chacun d'eux met dans ce plat un morceau de pétun. La
quête faite, le plat est mis au milieu de la troupe, et tous dansent à
l'entour, chantant à leur mode: Puis un des capitaines fait une
harangue, laquelle finie, le harangueur prent le plat, et va jeter le
pétun au milieu de la chaudière, et tous ensemble font un cri. S'ils ne
fesaient pas cette offrande, en passant, ils croient que malheur leur
adviendrait.]

L'année suivante les Hurons recherchèrent son alliance. Ces peuples
appellés aussi Yendats, occupaient un pays ayant pour bornes le lac Erié
au sud, le lac Huron à l'ouest, et l'Ontario à l'Est. M. de Champlain
ayant visité leur pays, en fit une relation. Après une longue
navigation, il atteignit le lac des Attigouantans, auquel il donne trois
cents lieues de long et cinquante de large: il l'appela Mer Douce. Par
la latitude où il arriva, le pays est «âpre et inhabitable»; mais ayant
côtoyé le rivage du Nord au Sud-est, il trouva «un grand changement de
pays», celui où il était alors étant fort beau et cultivé. Il était sur
le territoire huron.

Il passa d'abord par quatre villages ou bourgades ouvertes, qu'il nomme
Otouache, Carmaron, Touagainchain et Teguemouquiage, où il fut reçu avec
autant d'hospitalité et d'amitié que Jacques Cartier à Hochelaga.

Du dernier de ces villages, il se fit conduire à Carhagoua, bourg «fermé
d'une triple palissade de bois de trente-cinq pieds de haut», puis il
avança à petites journées jusques à Caiagué, capitale de tout le pays.
Cette bourgade située au 44e degré de latitude était une véritable
ville, qui ne contenait pas moins de deux cents grandes maisons. Tous
les environs étaient ensemencés de blé-d'inde, de citrouilles et
«d'herbe au soleil», dont les naturels tiraient de l'huile dont ils se
frottaient les cheveux. On voyait une variété d'arbustes fruitiers, et
de toutes les espèces d'arbres que l'on rencontre en Europe.

Le pays parut à Champlain «peuplé d'une infinité d'âmes.» Il ne vit pas
moins de dix-huit villages chez les seuls Attigouantans. Huit de ces
villages étaient clos de palissades de bois à triple rang, entrelacés
les uns dans les autres, avec des galeries fournies de pierres et d'eau.
Il y avait dans ces dix-huit villages, deux mille hommes de guerre, sans
compter le commun qui pouvait faire vingt mille âmes. M. Dainville porte
toute la nation à quarante mille[55], d'où il appert que M. Thatcher
fait une bévue en ne portant toute la nation iroquoise qu'à sept mille
âmes, d'après Douglas. Les maisons étaient en forme de berceaux, longues
de vingt-cinq à trente pieds et larges de six, laissant par le milieu
une allée qui allait d'un bout à l'autre.

[Note 55: M. Garneau croit ce chiffre trop élevé.]

On peut croire que M. de Champlain revit chez les Hurons les débris
d'Hochelaga; car c'était la même manière de se vêtir, de se loger et de
se fortifier; même caractère, mêmes moeurs, mais surtout même bonhomie
au dire de Laët.

M. Dainville dit du pays des Hurons: «Ce territoire a de fort beaux
cantons. On y voit de jolies rivières arroser de grandes prairies, qui
se déroulent à l'oeil, entrecoupées de bois, et quelquefois de belles
forêts remplies de cèdres.»

M. de Champlain regarde comme un même peuple les Hurons et les Iroquois,
à meilleur droit que ne le croit M. Dainville: c'est l'opinion des
savans. L'écrivain moderne donne aussi aux Hurons, le jugement le plus
solide parmi les peuples du Canada. Il a dit avec plus de vérité, qu'ils
ont plus d'esprit, un génie fécond en expédiens et en ressources, de
l'éloquence, de la bravoure: ils avaient aussi des vertus civiques, et
Boileau Despréaux n'aurait pas dû les faire si barbares, quand il disait
en parlant des mauvais critiques:

Est-ce chez les Hurons, chez les Topinambous, etc. etc.

Les Hurons se convertirent au christianisme avec Ahasistari[56]. Les
missionnaires reçurent dès lors des invitations d'autres sauvages
jusques au la Supérieur, et l'on vit comme reluire de nouveau les jours
où les Clément, les Boniface, les Sifroi et les Feargal portèrent les
douceurs de la foi aux races germaines. On vit une compagnie aussi
célèbre par les sciences que par les conquêtes spirituelles, parcourir
en tous sens ces régions, éclairer nos forêts. Chez les Hurons fut
commencé le même système qui fut établi au Paraguay, mais l'on peut
croire, sans s'éloigner de la vraie philosophie, que ce gouvernement
religieux hâta la ruine de la nation en lui ôtant son énergie[57]. A
l'appui de cet adage, que le _soldat le plus vertueux est toujours le
plus courageux_, l'on avait vu les chrétiens faire la force des
empereurs; mais le génie des peuples n'est pas partout le même, et sur
les plages de l'Amérique Septentrionale, une certaine férocité fesait le
caractère de la guerre. Durant la paix, les Américains avaient des
vertus d'être chrétiens.

[Note 56: V. _Infra._]

[Note 57: Il ne s'ensuit pas que l'on n'aurait pas dû convier ces
peuplades au christianisme.]



                              CHAPITRE VI

                                 ----

                               ARGUMENT

Colonisation de la Virginie--Des sauvages de ce pays; confédération
Pohatane--Vahunsonaca; ses conquêtes--Le capitaine Smith tombe entre ses
mains--Héroïsme de Pocahontas--Visite et réception de Sir John
Newport--Le roi d'Angleterre envoie des présens à Vahunsonaca--Son
couronnement--Blocus de Jamestown--Arrivée de Lord Delaware--Chances
diverses de la guerre--Nouvelle alliance--Mort du Sachem; son
caractère--Ses enfans.

Les Anglais connaissaient déjà depuis quelques années la Virginie,
qu'ils avaient ainsi nommée pour faire honneur à la reine Elizabeth, que
s'était piquée de règner sans maître qui partageât son autorité.

Le pays, alors, depuis le rivage de la mer jusques à l'Allegany, et
depuis l'extrémité sud des eaux connues sous le nom de «James River»,
jusques à la rivière Patuxent dans le Maryland, était occupé par trois
nations principales, divisées chacune en tribus, bourgades, clans et
familles. C'étaient les Pohatans, les Monacans, et les Monohacks. La
confédération pohatane, sans contredit la plus nombreuse, habitait
depuis l'Océan jusques à la chûte des rivières dans les régions qui
touchent à la Caroline et au Maryland. Tout ce territoire comprenait
environ huit mille milles carrés. La nature l'avait doué de nombreux
avantages, et, bien différentes des contrées situées plus vers le nord,
celles en question, étaient peu exposées au froid, moins encore à la
famine. Les sauvages fréquentaient, pour la pêche, les rivières
Nansamond, Iork et Chickahomine, abondantes en poissons délicieux. De
riches moissons étaient le prix d'une culture réduite chez les
Américains au plus simple travail: le sol avait à peine besoin d'être
remué pour produire. Les forêts fournissaient avec profusion le gibier
et les fruits. Transplantés sur ce sol heureux, les Pohatans étaient
cependant un peuple endurci aux fatigues de la guerre, et les Mnacans et
les Monohacks, bien que protégés par un pays de montagnes, avaient
besoin d'une solide union pour leur résister. Se Sachem principal, ou
l'empereur, comme disent les chroniqueurs du temps, était appellé par
les Anglais, Pohatan[58], quoique son nom véritable fut Vahunsonaca.

[Note 58: Pohatans était aussi le nom de la nation.]

Né vers l'an 1560, il ne fut d'abord le chef que de dix tribus, qui
formaient en premier lieu la confédération pohatane. Mais, jeune encore,
il les conduisit à la guerre contre les peuples voisins, qu'il
s'assujettit par ses nombreux exploits, et forma un petit empire qui, à
l'arrivée des Anglais, offrait une agglomération formidable de trente
tribus.

Notre monarque américain; car voilà bien un royaume sauvage, accueillit
Sir John Newport et sa colonie avec la plus généreuse hospitalité. Un
grand Ouirohance[59] le reçut sur le rivage, et lui offrit des
rafraîchissemens et du terrein, ou, comme il s'exprimait, un grand lit
pour ses enfans. Ce fut dans cet endroit que fut fondée la ville de
Jamestown. Vahunsonaca ne prévoyait point que ces étrangers, en qui il
ne voyait qu'une troupe de frères, qu'il fallait refaire des fatigues
d'un pénible voyage, détruiraient un jour sa famille et sa nation.

[Note 59: Ouirohance signifie un homme très noble, un grand.]

Les Anglais ne tardèrent pas à tourner leurs armes contre ceux qui les
avaient accueillis avec tant de générosité. Le célèbre capitaine Smith,
homme peu difficile sur le point d'honneur, commença la petite guerre
pour la subsistance de la colonie. Dans une de ses rencontres, il
s'empara d'une idole ou dieu sauvage[60]. Vahunsonaca paya sa rançon,
mais en même temps, il se prépara à repousser la force par la force.
Smith surpris en explorant la rivière Chickahomine, fut pris, malgré son
intrépidité, et traîné de tribu en tribu jusques à Ouirohocomo,
résidence temporaire Du Sachem. C'était un homme de belle taille, à
l'air grave et majestueux. Il était assis devant un feu, sur un siège
recouvert de peaux, envellopé lui-même dans un immense manteau de
Rarowcum[61], peau précieuse, dont les queues pendantes relevaient
encore sa richesse. A ses côtés étaient ses deux filles, Pocahontas et
Matanchanna, ainsi qu'une femme de distinction que l'on disait être la
reine d'Appamatuck. Plus loin, et sur deux lignes, était rangée la
noblesse, les hommes d'un côté et les femmes de l'autre. La reine
d'Appamatuck présenta à Smith de l'eau pour se laver, et une de ses
suivantes apporta une touffe de plumes comme manière d'essuie-mains.
Après ce cérémonial Vahunsonaca ouvrit le conseil, qui prononça la mort.
On sait des deux côtés de l'Atlantique, que Smith dut son salut à la
célèbre Pocahontas. L'indomptable Sachem, que les larmes seules de cette
tendre enfant pouvaient fléchir, arrêta la justice prête à frapper, et
renvoya le capitaine. Il lui donna même son amitié, et le pria de lui
envoyer deux canons, lui promettant, en retour, de l'adopter pour son
fils, et de lui céder la terre de Cappahowsick.

[Note 60: On a avancé à tort que les peuples de la Virginie étaient
dépourvus d'idées religieuses. Cette idole semble déjà prouver le
contraire. Ils avaient un sacerdoce, et, nous dit Madame de Genlis, on
fesait faire aux prêtres une manière de noviciat, sous un arbre. Des
hommes armés de boucliers formaient une barrière autour d'eux. D'autres
cherchaient à lancer contre eux des baguettes, mais on les garantissait.
Puis on abattait l'arbre, on allumait un feu, et l'on formait des
guirlandes et des couronnes pour les jeunes gens. Vahunsonaca bâtit un
Temple qui avait cent quarante pieds de long. Les quatre angles
portaient chacun une figure en bois. La première représentait un homme,
la seconde un dragon, la troisième une panthère, et la quatrième un
aigle.]

[Note 61: Ainsi écrit M. Thatcher, C'est, je suppose, le Racoon des
naturalistes. V. McLock's Natural Hist., Chneider, de Villebrune, etc.
etc.]

Sir John Newport, rassuré par des procédés si honorables, ne craignit
pas de s'engager lui-même dans l'intérieur avec une escorte de trente
hommes. Il fut défendu à toutes les tribus d'attaquer le chevalier sur
son passage, et Vahunsomaca le reçut d'une manière digne de lui. Il y
eut un festin que se prolongea durant toute la nuit. Sir John donna au
Sachem un jeune anglais nommé Savadge, qui parut lui plaire beaucoup, et
il en reçut en retour un petit sauvage appellé Nemontack. Durant les
quatre jours que dura la visite, Vahunsonaca fit voir tant de dignité et
de discrétion que Smith et Newport ne purent s'empêcher de l'admirer.
Sir John, suivant l'esprit de sa nation, conduisait avec lui une
multitude d'objets de trafic, au moyen desquels il espérait se procurer
une immense quantité de blé. Les sauvages du commun se pressaient autour
de lui, mais leur roi demeurait sur sa natte, ornée de perles et de
coquillages. Le gouverneur s'avisa de l'engager à faire comme les
autres, mais Vahunsonaca lui dit avec dignité: «Sachem, je suis un grand
Ouirohance, et je t'estime tel. Laisse à ma disposition toutes tes
marchandises; je prendrai celles qui me plaisent, et je te donnerai en
retour ce qui me paraîtra d'une valeur proportionnée. Sir John se laissa
prendre; Vahunsonaca choisit froidement, et fit verser quatre boisseaux
de blé à ceux qui en avaient espéré vingt muids. Mais comme le sauvage,
habile à tromper, se laisse aussi facilement jouer lui-même, le
capitaine Smith eut sa revanche. Il montra divers petits objets, qu'il
mit au jour pour en faire ressortir le brillant. Ces oripeaux attirèrent
les regards du Chef, qui donna trois cents boisseaux de blé pour deux
livres de grains bleux, lorsqu'on lui dit qu'ils étaient d'une substance
fort rare, et faits pour être portés exclusivement par les plus grands
monarques. Il devinrent en usage chez les plus grands chefs, auxquels
seuls il permit d'en porter, par un ordre qu'il donna en 1608, son
conseil assemblé à cet effet.

Mais les objets de luxe n'étaient point les seuls dont Vahunsonaca
cherchât à se mettre en possession. Il avait été à même d'observer la
supériorité que les armes à feu donnaient aux Anglais. Il mit tout en
oeuvre pour s'en procurer, et lorsque Sir John Newport se prépara à
faire un voyage en Angleterre, il lui envoya de grands présens, et en
obtint vingt-cinq épées. N'ayant as trouvé l'honorable Smith aussi
complaisant, il en fut si piqué, qu'il commanda à tous ses sujets de
saisir les armes des Anglais, partout où ils les trouveraient. Il s'en
suivit plusieurs escarmouches dans lesquelles les sauvages ne furent
point les plus forts. Le Sachem revenu de son emportement, envoya
Pocahontas à Jamestown, pour solliciter la mise en liberté des captifs.
Smith, peu délicat envers sa bienfaitrice, ne les lui remit qu'après les
avoir fait battre de verges.

Cependant Sir John Newport revint d'Angleterre avec de grands renforts.
Il était porteur de magnifiques présens du roi Jacques à son «bien-aimé
frère et allié, Pohatan». Ce prince lui envoyait, outre un grand nombre
d'objets précieux, un bassin en argent avec une aiguière, un lit royal
et des habits de valeur. Il avait donné commission au chevalier, de
confirmer le «droit divin» de son allié en Virginie, par les cérémonies
d'un couronnement; et il envoyait à cet effet un trône, la couronne, le
sceptre, et un manteau écarlate et broché d'or.

Smith, envoyé pour prévenir Pohatan de venir à Jamestown, pour recevoir
les insignes de la royauté, en reçut cette réponse fière: Moi aussi je
suis Sachem, et c'est ici mon domaine, j'y resterai huit jours, pour
attendre les présens dont tu me parles. Ton père (Sir John Newport) doit
venir à moi. Quant aux Monacans, je sais venger mes injures. Et pour ce
que tu dis d'Appamatuck, il n'est pas situé où tu dis» en disant ces
mots, il saisit une canne, et traça sur le sable la géographie de ce
lieu. Il fut inflexible, et il fallut que le représentant du roi des
Anglais vint trouver ce sauvage jusques à Ouirohocomo. Pohatan se laissa
revêtir des habits royaux; mais lorsqu'on voulut le faire agenouiller
pour recevoir la couronne, il exerça la patience de tous les officiers.
Enfin, l'un d'eux, s'appuyant fortement sur les épaules royales, fit
plier sa sauvage Majesté, tandis que trois autres lui mirent le riche
diadême sur la tête. Aussitôt la garde salua le nouveau couronné d'une
telle volée de mousqueterie, qu'il fut saisi d'effroi; toute sa cour
d'enfuit dans ces épaisses forêts américaines, comme étonnées
elles-mêmes qu'on les rendît témoins d'un cérémonial si nouveau et si
effrayant. Cependant tout redevenait calme. Le monarque revenu de sa
frayeur, donna naïvement son manteau de peau et ses mocassins à Sir
John, qui ne se crut pas peu honoré de posséder les vieux insignes de la
royauté virginienne. Mais les _couronnans_ s'en allèrent sans avoir
obtenu de secours contre les Monacans, ni même que les restrictions sur
le commerce fussent levées.

Au mois de Décembre, le Sachem invita Smith à le venir voir, et lui
promit un plein bateau de blé, pourvu qu'il l'aidât à bâtir un palais,
et qu'il lui procurât cinquante épées. Le chevaleresque anglais
s'aventura avec cinquante hommes. Pohatan fit travailler ses gens, puis
lui laissa voir qu'il l'avait joué. Le bouillant capitaine voulut
employer la force; mais il fallut retraiter à la fin, et le Sachem
retira tout le fruit de son adresse. Son gendre, Opechancana, ne put
retarder Smith, et en reçut même un affront, mais douze députés envoyés
sous main à Jamestown obtinrent, au nom du capitaine, cinquante épées et
trois cents haches. Ce ne fut pas assez pour les Anglais d'être ainsi
dupés; Pohatan, après avoir marché trente lieues à la poursuite de
Smith, revint à Ouirohocomo, assembla toutes ses forces et fondit sur la
colonie. Il intercepta et fit prisonniers le capitaine Radcliffe et
quarante anglais, et assiégea Jamestown. Au bout de six mois, les
assiégés se virent réduits de six cents à soixante. Dans cette
extrémité, ils évacuèrent Jamestown, et s'embarquèrent pour
l'établissement des Bermudas.

Pohatan semblait redevenir maître sans contrôle de la Virginie, lorsque
le sort voulut que les colons fugitifs rencontrassent le lord Delaware,
qui venait d'Angleterre avec une suite considérable. Ils rentrèrent à
Jamestown. Le Sachem dut frémir de douleur en abandonnant ses débris, et
les Anglais bruler du désir de la vengeance à la vue des cendres d'un
établissement naguère si florissant.

Sir Thomas Dale, qui succéda bientôt à lord Delaware, pénétra jusques à
Appamatuck, rase les forts des Pohatans, et y fonda New-Bermudas.
Vahunsonaca vengea en quelque sorte cet affront par le drame sanglant de
Fort-Henry.

L'enlèvement de Pocahontas, en 1612, vint mettre fin à la guerre.
Harassés de toutes parts, les Anglais parvinrent à se faire livrer la
princesse, en corrompant un Sachem, vassal de Pohatan. Peu contens de la
rançon qu'il leur offrait, il s'avancèrent par eau, au nombre de cent
cinquante, jusques à Ouirohocomo. Le Sachem les reçut avec intrépidité.
Il leur demanda le but de leur marche, en leur disant, que s'ils étaient
venus pour combattre, ils éprouveraient le sort de Radcliffe. Il y eut
une attaque, qui fut inutile; car les sauvages se cachèrent dans les
bois, après avoir fait leurs bravades. Pohatan alla se fortifier à
Orapakes avec quatre cents guerriers. Il y reçut de la part des Anglais
une députation plus pacifique. Les envoyés ne furent pas admis en sa
présence, mais Opechancana les reçut avec faveur. Un des députés était
le jeune Rolfe, que fut pas longtemps dédaigné: il obtint la main de
Pocahontas, et cette alliance fut le gage de la paix, qui dura jusques à
la mort de Pohatan, qui arriva en 1618.

On a vanté la haute stature, la bonne mine et la majesté de ce sauvage,
remarquable sous des rapports bien plus importans. Pour parler de sa
puissance, son pouvoir, loin de décheoir par le voisinage des Anglais,
s'était accru, et, de l'est à l'ouest, depuis le rivage de la mer
jusques à l'Allegany, tout lui obéissait. Les Monacans étaient contenus,
ainsi que les Massahomis. Ces peuples, qui ne peuvent être que les
Iroquois, commençaient à harceler sans relâche les tribus de la
confédération situées plus au nord.

Pohatan marchait toujours accompagné d'une garde de cinquante hommes
choisis, et fesait observer à ses guerriers une discipline régulière.
Ainsi nous voyons que lors d'une visite de Sir John Newport, il passe en
revue trois cents de ses sujets, et leur fait simuler un combat avec des
évolutions très compliquées. Lorsque cet ordre devint inutile en
présence des armes à feu, il employa mille expédiens pour s'en procurer,
et il y réussit assez bien. Il employa plusieurs Allemands à discipliner
ses soldats, et à construire un arsenal, qui contenait les insignes
envoyés par Jacques Ier, et des armes pour équipper mille combattans. Il
y avait aussi un trésor, et il était considérable.

On rapporte que deux transfuges l'ayant laissé avec promesse de lui
livrer le capitaine Smith et un grand amas d'armes, il les fit exécuter
sur le champs, lorsqu'il les vit revenir les mains vides; car, dit-il,
ceux qui avaient voulu trahir le capitaine, le pouvaient trahir
lui-même. Pyrrhus ne trouva que dans un ancien Romain une grandeur d'âme
au-dessus de celle de Pohatan.

Ce sauvage était encore estimable comme homme social, je citerai à
l'appui un bel exemple. M. Hamer, envoyé de Sir Thomas Dale, trouve le
Sachem entouré d'une garde de deux cents hommes. Après avoir présenté le
calumet à l'ambassadeur, il s'informe de la santé de Sir Thomas, puis de
Madame Rolfe (Pocahontas). Hamer lui répondant que la princesse est si
heureuse, que lors même qu'elle serait libre, elle resterait à
Jamestown, il se réjouit avec sa candeur ordinaire du bonheur de sa
fille. Enfin, il demande le but de la visite. Hamer lui dit qu'il a des
choses particulières à lui communiquer, et alors le Sachem fesant
retirer tout le monde à l'exception de deux de ses femmes, l'on se met à
parler d'affaires. L'envoyé était chargé de demander pour Sir Thomas, la
main de Matanchanna. A cette proposition Pohatan proteste de son amitié
pour les Anglais, et ne veut de preuve de la leur que leur parole; mais
il ne songe point à de nouvelles alliances. La politesse déployée dans
cette entrevue est admirable; mais ce qui l'est encore plus, c'est que
jusques à la mort du Sache, il n'y eut plus aucunes rixes entre ses
sujets et les colons.

Les vieux écrivains sont partagés sur mon héros. Stith, après l'avoir
appellé «un prince de talens et de grand sens» le dit insidieux et
cruel. «Quant aux grandes vertus morales, ajoute-t-il, comme la vérité,
la bonne foi, la magnanimité, il semble s'en être peu soucié.» Burke
parle autrement. «Ce prince, dit-il, dans un moment d'enthousiasme, sera
sans doute traité de barbare et de tyran par les peuples civilisés, mais
ses titres à la grandeur, quoiqu'il n'ait pas eu les mêmes moyens, sont
aussi légitimes que ceux d'un Gengis ou d'un Tamerlan.» M. Thatcher cite
avec complaisance cette comparaison: je dirai pour ma part, qu'un homme
placé par le sort à la tête d'une confédération de peuplades incultes,
la plupart soumises par la terreur, les gouvernant en despote, et
maintenant son pouvoir malgré les Anglais, les Monacans et les Iroquois,
me semble digne de l'admiration des hommes. Pohatan laissa, outre ses
trois filles[62], deux fils, Opitchipan et Keketaugh, peu dignes de lui
succéder.

[Note 62: Opechancana avait épousé l'aînée.]



                              CHAPITRE VII

                                  ----

                                ARGUMENT

Suite des Sachems pohatans--Sasapin et Mangopeomen--Ce dernier réunit
les Chickahominis à la confédération--Ligue contre les Anglais; soixante
et dix forts sont détruits ou abandonnés--Bataille de Pamunky,
armistice--Mangopeomen est pris--Sa mort et son
caractère--Particularités intéressantes de la vie de Pocahontas.

OPITCHIPAN, successeur de Pohatan, pris le nom de Sasapin[63]. Il n'eut
de Sachem que le nom, et s'associa son beau frère, Opechancana, que
règna sous le nom de Mangopeomen. Grand chef de guerre sous son beau
père, ce Sachem avait fait prisonnier le capitaine Smith. Moins heureux
plus tard, il en avait été terrassé, et traité avec ignominie: il se
vengea en semant le carnage dans la journée de Fort-Henry. Ce sage
Ouirohance prit sur son beau frère tout l'ascendant que son génie lui
promettait, et ouvrit son gouvernement par une manoeuvre d'une politique
adroite. Dissimulé avec les Anglais, auxquels il ne pouvait pardonner la
prise d'Appamatuck, il renouvella l'ancienne alliance de 1619, pour
mieux voiler ses desseins. L'artifice par lequel il réunit à la
confédération pohatane la nation des Chickahominis, justifie assez les
craintes que les habitans de Jamestown commençaient à concevoir. Cette
peuplade ayant refusé de payer à la colonie un tribut annuel, le
président Yeardly entra sur son territoire avec des troupes; mais
Mangopeomen persuada les Chickahominis de le reconnaître pour Sachem, et
il engagea le général à retraiter. Cette annexe qu'il fit à sa
puissance, devait le servir dans l'exécution du nouveau plan de défense
que son intelligence voyait nécessité par l'accroissement journalier des
ressources de la colonie.

[Note 63: Cet usage de prendre un nom en arrivant à l'autorité suprême,
était commun à toute l'Amérique. Ouingina prend le nom de Pemissapan,
comme Opitchipan celui de Sasapin. Vahunsonaca avait apparemment adopté
celui de Pohatan. Le même usage ne fut pas moins répandu dans l'ancien
monde, et c'est ainsi que tant de rois, en Irlande, portèrent les noms
de Laogaire ou d'Eochaid; tant d'autres, celui de Donald, chez les
Calédoniens.]

Sir Thomas Wyatt succéda à Yeardly, en 1621. Mangopeomen qui n'était pas
prêt à éclater, envoya à Jamestown un orateur qui débita une harangue de
compliment. Pour rendre la déception plus parfaite, il offrit de fournir
des guides pour conduire les Anglais dans des lieux où ils pensaient
trouver des mines de cuivre. Mais après avoir sondé les dispositions de
Namenacus, Sachem de Patuxent, et des tribus de l'est, il résolut enfin
de fondre sans plus tarder, sur la colonie.

Le 21 mars, 1622, jour néfaste dans les annales virginiennes, les
diverses tribus engagées dans la ligue se trouvèrent stationnées sur les
différens théâtres du massacre, avec une célérité et une précision qui
étaient dues à Mangopeomen, l'âme de ces masses, si difficiles à
contenir. Cette fois, quoique plusieurs partis eussent à traverser un
chemin immense parmi les forêts, guidés seulement par les astres, aucun
ne s'égara. Soudain les coups tombèrent. Le terrible Sachem, semblable à
Mars parmi les siens, alimentait le carnage. Un massacre épouvantable
eut lieu, et trois cent quarante-sept personnes furent les premières
victimes de cette boucherie, qui eut des suites encore plus funestes.
Caanco, sauvage chrétien, avait cependant donné l'alarme; le danger fut
connu de toutes parts, et toute la colonie se mit sous les armes.
Frémissant de rage, Mangopeomen rallia, comme Attila arrêté devant
Orléans, ses guerriers répandis dans le pays, et il attendit de pied
ferme l'ennemi, que cette scène de dévastation déployée à ses yeux,
excitait à la vengeance. Une guerre à mort suivit, dans laquelle les
Anglais égalèrent en barbarie les Pohatans, qui leur donnèrent dès-lors
le nom de «Grands Couteaux». De quatre-vingts forts que les colons
possédaient, il n'en resta que huit sur pied, et la population totale se
trouva réduite à 1700 âmes, en 1624. Lorsque l'on envoya proposer la
paix, l'implacable sauvage fit une réponse pleine de fierté, et foula
aux pieds l'image du roi d'Angleterre, qu'on lui avait présentée. La
guerre la plus dévastatrice continua avec une furie toujours croissante.

En 1625, Sir Thomas Wyatt entra en personne sur le territoire des
Pohatans. Mangopeomen l'attendit à Pamunky, à la tête de neuf cents
guerriers. Un combat fut livré dans lequel les Anglais parurent d'abord
victorieux; mais ils ne purent pousser jusques à Matapony, principal
fort, qui n'était qu'à quatre milles du champ de bataille, et furent
contraints de retraiter. De nouvelles ouvertures de paix furent encore
rejetées; et ce ne fut qu'en 1632, que les sauvages se prêtèrent à une
trève.

Mangopeomen la rompit, lorsque à l'arrivée d'un nouveau Gouverneur et
d'une nouvelle colonie, la guerre civile se mit entre les Européens.

Quoiqu'avancé en âge, il fesait, avec une extrême célérité, parvenir ses
ordres aux tribus les plus éloignées. Il voulut faire lui-même la
principale attaque à la tête des cinq tribus les plus considérables;
tandis que les efforts subordonnés furent confiés aux Chefs respectifs,
système qui étendit le massacre des bouches de la Chesapeake jusqu'aux
extrémités des eaux qui s'y jettent. Cinq cents personnes furent tuées,
et grand nombre traînées en captivité. Sir John Berkeley[64], à la tête
de toutes les forces de la colonie livra plusieurs combats désespérés
qui le conduisirent jusque dans le centre du pays des sauvages.
Mangopeomen était alors si décrépit par l'âge et les infirmités, qu'il
était réduit à se faire porter dans une espèce de litière, d'où il
dirigeait la marche en avant, ou la retraite de ses guerriers. Poursuivi
chaudement par un parti de cavaliers, il fut pris et conduit à
Jamestown, où, à leur grand honneur, les Anglais le traitèrent avec
égards, ensevelissant généreusement le souvenir de leurs défaites, à la
vue de l'infortune présente de leur plus terrible ennemi. Il y eut un
Anglais qui fut inaccessible à ces nobles sentimens. Le Sachem vécut
plusieurs jours, entouré de ses serviteurs, qui avaient eu la permission
de le suivre; mais il fut lâchement assassiné par un de ses gardes, sans
autre offense que le courage qu'il montrait dans le malheur. Quelques
jours avant sa mort, il entendit un grand remuement autour de sa
personne. Ayant fait lever ses paupières, ce qu'il ne pouvait plus faire
seul, il aperçut un groupe de curieux. Il fit aussitôt demander le
Gouverneur, et lorsqu'il parut, il dit avec dignité «que si Mangopeomen
avait eu la fortune de faire prisonnier le Sachem des Anglais, il ne
l'aurait point donné en spectacle à ses sujets;» étrange leçon d'un
soi-disant barbare à un chevalier.

[Note 64: Cet officier, qui fit ses premières armes contre les Pohatans,
s'illustra, je crois, dans les guerres civiles de son pays, et lors de
la Restauration, il proclama Charles II en Amérique.]

Aucun sauvage, sans en excepter Metanco, ou le roi Philippe, ne fit plus
de mal aux Anglais. Sa haine ne parut pas provoquée comme celle du
vainqueur de Swanzey; mais il prévoyait sans doute la ruine de sa
nation, et le patriotisme parle en sa faveur.

Beverley nous apprend qu'il était d'une haute stature, et qu'il avait le
port extrêmement noble. Stith l'appelle «un prince fier et politique».
Burk, «l'Annibal de la Virginie». Locke l'a mentionné dans son immortel
ouvrage sur l'Entendement[65]. Sa mort fut le prélude de la dissolution
prochaine de la confédération pohatane.

[Note 65: Si Opechancana, roi de Virginie, eût été élevé en Angleterre,
peut-être aurait-il été aussi bon théologien et mathématicien que qui
que ce soit dans ce Royaume. Toute la différence qu'il y a entre ce roi
et un anglais, consiste simplement en ce que l'exercice de ses facultés
a été borné aux usages et aux idées de son pays.--(_Ess. sur l'ent.,
Tome 1, Liv I, Chap. III, p. 87, penes me._)]

Je terminerai ce chapitre par ce qu'offre de plus intéressant la vie de
Pocahontas.

Née en 1595, avec toute les qualités du coeur, cette enfant de la nature
est surtout célèbre par l'acte extraordinaire d'humanité et de courage
qui sauva le romanesque capitaine Smith. Déjà l'exécuteur lève ha hache
de guerre sur le prisonnier, lorsque Pocahontas, âgé alors de douze ans,
s'élance entre lui et le capitaine. Tenant embrassée la tête de Smith,
elle conjure son père de l'épargner. Elle était plus que tous ceux de sa
famille en possession de ce coeur fier, et le toucha en faveur du
criminel.

Plus tard, Jamestown est visitée par la famine. La fille de Pohatan y
fait parvenir des vivres, qui soutiennent les Anglais jusques au retour
de Sir John Newport.

Cependant les sauvages, à la vue de l'accroissement des Anglais, ont
conjuré leur perte. Pocahontas s'évade au milieu de la nuit, et,
s'engageant dans les épaisses forêts de son pays, elle traverse mille
dangers pour avertir les colons de celui qui les menace. Des bienfaits
aussi signalés eurent bientôt porté de l'autre côté de l'Océan le nom de
l'héroïne virginienne; mais quelle en fut la récompense? Argall, le même
qui porte le fer et le feu dans les établissements de la marquise de
Guercheville, officier dont la vie est semée d'actions héroïques, nobles
parfois, et aussi de faits déshonorans, paraît sur la scène. Naviguant
sur la rivière Potomac, en 1612, il apprend que la princesse est dans
les environs. Il lui fait une visite, et l'invite à monter sur son
vaisseau, promettant de la remettre sur le rivage après une courte
promenade. Elle se laisse prendre; on la respecte, mais on ne lui tient
point parole.

Durant son séjour à Jamestown, la beauté de Pocahontas, sa simplicité
naïve, et ces manières gracieuses qui accompagnent toujours l'innocence
du coeur, lui attirèrent les regards du jeune Rolfe, colon distingué,
qui l'épousa avec la permission de Pohatan. Cet hymen fut le gage d'une
heureuse paix. Elle reçut le baptême, et fut appellée Rebecca, mais
Pocahontas était le plus beau nom qu'elle pût porter, et la postérité le
lui a conservé.

En 1616, elle dit adieu à son pays, et partit pour l'Angleterre, avec
son époux et Sir Thomas Dale. La renommée l'avait précédée à Londres,
une de ces immenses cités desquelles le bruit d'une victoire,
quelquefois, n'atteint pas l'enceinte; mais un récit romanesque se fait
jour au milieu du tumulte qui y règne. L'héroïne américaine devait y
attirer tous les regards. Le roi Jacques, que Stith appelle «un pédent
couronné», monarque en tout singulier, et qui n'a eu son égal qu'en un
czar de Russie, trouva fort mauvais que le jeune Rolfe eût eu la
présomption d'épouser, sans son agrément, «une princesse fille d'un roi
son allié»; mais sa Majesté se calma, et les deux époux furent
introduits à la cour par lord Delaware et l'honorable Smith. Un vieux
chroniqueur dit de la princesse virginienne, qu'elle était plus
favorisée de la nature, plus gracieuse et mieux proportionnée que
plusieurs dames de la cour, au jugement même des courtisans _et plus
beaux sirs_.

Après avoir joui quelque tems de la faveur de la bonne reine Anne, à
laquelle Smith avait présenté un mémoire sur ses belles actions,
Pocahontas se retira à Benford, fatiguée du tumulte de la capitale.

Enfin, en 1617, des raisons particulières l'engageant à retourner en
Amérique, elle devait monter sur un vaisseau amiral à Gravesend,
lorsqu'elle mourut, âgée de vingt-deux ans. Les derniers momens de sa
vie ne démentirent pas sa plus tendre jeunesse. Elle laissait un jeune
enfant sous la tutelle de Sir Lewis Stewkely, mais ce seigneur ayant
perdu toute sa fortune dans le malheur de Rawleigh, il passa sous celle
de son oncle, John Rolfe, de Londres. Il; vint plus tard en Amérique,
hérita d'une grande partie du territoire de son aïeul, et laissa une
fille qui fut mariée au Colonel Bolling. Ce dernier maria deux de ses
filles aux Colonels Randolphe et Fleming. L'honorable Randolphe, de
Roanoake, est encore un descendant de Pocahontas au sixième degré, selon
M. Thatcher.

L'histoire n'offre rien qui égale l'héroïsme déployé par cette femme
forte; et le roman n'a rien imaginé de supérieur. Quelle héroïne, en
effet, posséda à un degré plus éminent ces belles qualités qui ornent le
coeur humain, la candeur, l'amitié constante, et la compassion pour le
malheur. L'indépendance de son caractère, et la dignité de toutes ses
démarches, ne parlent pas moins en sa faveur. Les auteurs du
Dictionnaire Historique on consacré un article à Pocahontas, digne de
figurer dans toutes les histoires.



                            CHAPITRE VIII

                                 ----

                               ARGUMENT

De quelques autre sachems pohatans--Tomocomo--Nemattanoi--Voyage du
premier en Angleterre--Bravoure du second--Extinction de la
confédération pohatane dans la personne de Topotomoi--Histoire de
Japazawa, Sachem des Potomacs.

PARMI les Américains qui jouent un rôle secondaire dans les annales de
la Virginie, se trouvent Tomocomo et Nemattanoi.

Tomocomo, gendre et premier conseiller de Pohatan, fut préféré à Sir
Thomas Dale, et obtint la main de Matanchanna. Il fut chargé par son
beau-père d'accompagner Pocahontas en Angleterre, et de compter tous les
Anglais. Le bon Tomocomo, arrivé à Plymouth, prit une canne dont il
donnait un bout à chaque homme qu'il rencontrait; mais bientôt l'horizon
du sauvage s'agrandit, et il jeta le dernier bout de son bâton. De
retour en Virginie, où il revint avec le capitaine Argall, il ne put
rendre compte à son maître qu'en égalant le nombre des Anglais aux
astres du firmament et aux feuilles de la forêt. Pendant qu'il était
encore à Londres, il vit l'honorable Smith, et le pria de lui faire voir
son Dieu et son roi. Pour la Divinité, le capitaine s'en excusa de son
mieux. Mais il lui prouva qu'il avait vu le roi et la reine. Oh! s'écria
alors Tomocomo, quand tu donnas au Sachem un petit chien blanc, il le
nourrit comme lui-même; et moi, qui suis meilleur qu'un chien blanc, ton
roi ne m'a rien donné.

Nemattanoi était un personnage d'un autre genre. C'était l'Ajax
virginien, et il passa longtems pour le premier homme de guerre de sa
nation. Ce qu'il y avait d'extraordinaire, c'était qu'il se fût trouvé
dans une multitude de rencontres avec les Anglais sans être jamais
blessé. Sa bonne fortune, jointe à son ambition le mit à même de passer
pour invulnérable parmi les siens. Mais Opechancana le livra aux
Anglais, qui le fusillèrent.

Topotomoi avait succédé à Mangopeomen, sans hériter de sa gloire. Un
agent anglais régna pour lui. L'assemblée de Virginie passa un acte qui
lui assignait telles terres qu'il se choisirait sur la rivière Iork, et
elle nomma des commissaires qui l'amenèrent à Jamestown, et le
reconduisirent dans son pays.

Plus tard une peuplade éloignée s'étant avancée pour s'établir en
Virginie, Topotomoi alla au secours des Anglais avec cent guerriers, et
fut tué dans le combat. Le satirique auteur d'Hudibrias[66], a
immortalisé par ces vers, le dernier des Pohatans:

               A precious brother having slain
               In time of peace an Indian
               The mighty Tottipotimoy
               Sent to our elders an envoy
               Complaining sorely of the breach.

[Note 66: Butler.]

La dynastie pohatane avait régné près d'un siècle depuis Vahunsonaca.

A une distance assez considérable des Pohatans vivaient les Potomacs.
Japazawa, leur Sachem, fit un traité avec le capitaine Smith, en 1608.
On prétend même qu'il s'entendit avec Argall, et lui livra Pocahontas.
Quoiqu'il en soit, il parut à Jamestown, en 1619, et permit aux Anglais
d'envoyer deux navires sur la Potomac. Le capitaine Croshaw, chef de
cette croisière, entra si fort dans les faveurs du Sachem, qu'il fut
nommé Chef de guerre contre les Pazaticans, peuple féroce, ennemi des
Potomacs.

Mangopeomen lui envoya un député avec un présent de deux corbeilles de
perles, et le fit prier de tuer le capitaine; mais il répondit fièrement
que les Anglais étaient ses alliés, et Sasapin son frère.

Les complaisances de Japazawa ne furent pas bien récompensées. Iago,
Sachem d'une tribu lointaine, s'étant réfugié chez lui, et n'ayant pu
obtenir du secours, le perdit dans l'esprit des Anglais. Isaac Madison,
envoyé pour se joindre à Croshaw, l'arrêta avec toute sa famille, et le
conduisit à Jamestown, où il languit dans une longue captivité. Quoique
les Anglais se montrassent bien injustes envers lui, il était peu digne
que l'on plaignît son sort, malgré l'épithète de «bon roi», que Smith
lui prodigue.



                              CHAPITRE IX

                                 ----

                               ARGUMENT

Digression concernant la découverte de la chûte de Niagara--Entrevue de
Mayouck avec MM. Price et Willmington--Son récit de la
cataracte--Excursion.

La nouvelle Angleterre venait à peine de fixer une retraite aux
mécontens des trois Royaumes, que l'on songea à y envoyer des
missionnaires qui, par défaut de prosélytes exploitaient les beautés des
régions qu'ils parcouraient, suivant en cela le génie du clergé de
l'Eglise d'Angleterre, presqu'entièrement composé de savans. Price et
Willmington reçurent l'ordre de pénétrer vers le nord. S'étant reposés
dans le bourg naissant de Boston[67], ils dirigèrent leur course vers le
but qui leur avait été indiqué. Déjà ils avaient franchi une chaîne de
montagnes, lorsqu'ils tombèrent dans un pays plat. Après avoir marché
plusieurs jours sans rencontrer aucune créature humaine, ils aperçurent
enfin dans une clairière et à travers les arbres, un groupe de sauvages
qui, s'approchant d'eux, leur parlèrent un langage agréable, mais qu'ils
ne comprenaient pas. Les gestes de ces sauvages marquaient leur surprise
à la vue d'hommes si différens d'eux, et n'ayant pour arme que ce qui
leur semblait un bâton poli. Au milieu de cet ébahissement une bande
d'oies passa au-dessus de leurs têtes. Ils décochèrent leurs flèches;
mais ce fut sans effet. Nos visiteurs tirèrent en même temps, et, au
grand étonnement de la troupe deux oies tombèrent expirantes sur le sol.

[Note 67: V. l'histoire des E.-U.]

Le Chef, qui s'appellait Mayouck, pria les étrangers de le suivre dans
on village, pour montrer à son peuple le merveilleux effet de leurs
bâtons. On arriva bientôt à un nouveau groupe, occupé à élever une
cabane d'écorce. Mayouck fit entendre que ce n'était là que le lieu de
chasse, et que le village était encore éloigné dans la direction du
soleil, qui se dérobait alors derrière les arbres. On le trouva enfin
sur la rive de la rivière Oneida. Price et Willmington voulurent passer
au-delà, et demandèrent des renseignements au Sagamo sur la route qu'ils
devaient suivre. Il leur donna à entendre que la rivière qu'ils avaient
traversée conduisait à un immense bassin, formé par la décharge de
plusieurs grandes rivières, mais que bien peu de guerriers de sa tribu
avaient jamais été jusque-là. Il y avait pourtant un ancien qui, dans sa
jeunesse, s'était avancé avec son canot durant plusieurs soleil. Il
avait raconté qu'il avait vu une énorme rivière tombant dans une mer
d'eau douce, et qu'ayant débarqué pour chasser, il avait entendu un
bruit terrible d'eaux qui tombaient. Ayant traversé vis-à-vis les bois,
d'où le bruit semblait venir, il vit que le courant devenait si rapide
qu'il n'était pas possible d'avancer. La crainte le força de faire
rebrousser son canot, et depuis ce temps aucun sauvage n'osa
s'aventurer. Les deux ministres furent plus hardis, et ils engagèrent
Mayouck à les accompagner. Après qu'ils eurent navigué plusieurs jours,
ils aperçurent l'Ontario, dont la vue les frappa d'étonnement; car ce
fleuve leur parut une mer sans bornes. Comme ils rangeaient la côte, les
daims sortaient de leurs bosquets pour les voir, ou traversaient à la
nage les embouchures de rivières et de ruisseaux. Mais on s'occupait
plutôt à admirer la beauté de la scène qui s'offrait à la vue, qu'à
interrompre les jeux et les gambades des bêtes fauves. On avançait
toujours sans se douter de rien, lorsque un matin que l'on fit plusieurs
milles avant que le soleil n'eût dissipé la brume épaisse qui couvrait
le lac, on entra dans une grande rivière qui vient se jeter dans
l'Ontario. On continua de naviguer, mais le courant devint si rapide,
que l'on fut obligé d'aller par terre. Le vent, qui soufflait
légèrement, fesait un murmure continuel parmi les arbres, mêlé à un
bruit sourd que Mayouck jugea venir de plus loin. Il ordonna à un jeune
guerrier, qui l'accompagnait, de monter sur un pin élevé qui était
proche. Le jeune homme fut à peint à la moitié de l'arbre, qu'il poussa
un cri de surprise, et, en ayant descendu, il dit qu'il avait vu des
nuages immenses d'écume au-dessus des arbres. Comme on continuait de
marcher, le bruit devenait plus distinct et plus fort à chaque instant,
et la vitesse du courant fit croire que l'on approchait d'un rapide
furieux; mais on sortit d'un bois épais, et l'on se trouva tout-à-coup
sur le bord d'un rocher nu, qui était comme suspendu sur un vaste
gouffre, dans lequel deux courans et une rivière se précipitaient avec
un bruit qui noyait toutes les acclamations de surprise, et qui
surpassait les mugissemens de lamer dans sa fureur. Se retirant avec
effroi, les voyageurs fixèrent leurs regards étonnés sur le torrent
bruyant et écumeux, sans faire attention que la partie du rocher sur
laquelle ils se trouvaient, il n'y avait qu'un instant, s'ébranlait et
se détachait: cet immense bloc tomba, et le bruit de sa chute retentit
dans tous les bois d'alentour, plus fort que celui de la cataracte. Les
deux Anglais se retirèrent comme malgré eux au milieu des arbres,
n'osant revenir vers le point d'où ils avaient vu crouler le rocher; et
dans cette position, ils purent contempler avec lus de sang froid le
grand spectacle qu'ils avaient sous les yeux.

Comme ils étaient ainsi occupés, Mayouck jeta un cri, et dirigea leur
attention sur un grand daim, qui luttait vainement contre la force
irrésistible du courant près de la chute: il était entraîné vers sa
destruction. Il arriva dans un calme trompeur; ses regards devinrent
égarés, ses narines s'élargirent, son cou s'allongea, et il semblait
crier; mais sa voix était étouffée par le bruit de la cataracte, et il
fut précipité dans l'abyme qui bouillonnait au-dessous. Le Sagamo
iroquois donna à la chute le nom de Niagara ou «des Eaux Tonnantes». On
vint plus tard de toutes les parties du globe pour contempler la plus
grande merveille de la nature. Parmi ses plus illustres visiteurs, De
Larochefoucault Liancourt et De Castelnau ont écrit des descriptions
magnifiques de ce qu'ils ont vu.



                              CHAPITRE X

                                 ----

                               ARGUMENT

Confédération des Pokanokets--Massassoit--Ambassades et liaisons--Sa
mort--Observations sur son caractère--Son successeur--Sauvages du
Massachusetts--Nanepashemet, Vonohoquaham et Metoouampas--Justice des
Anglais--Maladie contagieuse--Histoire de Chickatabot.

A l'époque de la fondation de Plymouth, on trouve la Nouvelle Angleterre
coupée par cinq Confédérations principales: les Pecquots à l'est du
Connecticut, les Narraghansetts dans le Rhode Island, les Patukets au
sud de New-Hampshire, les Massachusetts autour de la baie de ce nom, et
les Pokanokets dans le comté de Bristol. Ces derniers formaient neuf
tribus qui avaient chacune leur chef respectif; mais ils étaient vassaux
d'un Sachem général résidant à Montaup[68]. Massassoit gouvernait à
l'arrivée des Anglais.

[Note 68: Nos voisins ont appelé ce lieu Mount-Hope par corruption: je
l'ai ainsi écrit dans mon article de Metanco, inséré dans les Mélanges
Religieux de Montréal.]

Dermet naviguant aux frais de Sir Francis Gorges, ayant débarqué dans le
pays en 1620, guidé par un sauvage nommé Squanto, le Sachem lui permit
de construire le fort de Plymouth. Il envoya son conseiller, Samoset,
vers les colons, et voulut aller à eux en personne. Edward Winslow,
gouverneur, le reçut et débita un long discours, dont la teneur était,
que le roi Jacques saluait son frère le Sachem, et lui offrait son
amitié. Massassoit parut faire plus de cas de l'épée de Winslow que de
sa harangue. On songea à l'introduire dans l'intérieur du fort. Le
capitaine Standish l'escortait avec une garde de six hommes depuis un
ruisseau où l'on érigea un arc triomphal pour perpétuer le souvenir de
cette entrevue. De là on le conduisit dans une des meilleures maisons,
où on lui donna un grand festin. Il est vrai que le Sachem et le
Gouverneur ne se séparèrent qu'après s'être embrassés et avoir contracté
une alliance; mais il est faux que Massassoit reconnut Jacques pour son
souverain, puisque la copie du traité, encore existante, ne le mentionne
pas.

Je trouve que de toutes les colonies qui vinrent s'établir en Amérique,
aucune ne se livra à l'agriculture. Edward Winslow se rendit à Montaup,
en 1621, pour tenter d'ouvrir une traite sur le blé. Massassoit revêtu
d'un habit brillant et tout galonné d'or, entendit le message en homme
qui est de bonne humeur, et accorda tout ce que l'on voulut.

Sa fidélité ne tarda cependant pas à être mise à l'épreuve. Le transfuge
Squanto répandit le bruit qu'il assemblait ses guerriers pour fondre sur
la colonie. Habanoc, autre sauvage, nia le fait, et conseilla d'envoyer
à Montaup pour s'en assurer. M. Winslow et Hampden, de Londres, y
trouvèrent tout dans une parfaite tranquillité.

Massassoit tomba malade l'année suivante. A la première nouvelle,
Winslow lui fut envoyé. Prévenu de son arrivée, Massassoit lui saisit le
main, en disant: Es-tu Winslow?... O Winslow! Massassoit ne te verra
plus.--On le rétablit néanmoins avec quelques cordiaux. Il manifesta sa
reconnaissance en dévoilant une ligne des tribus du Massachusetts, et en
recommandant des mesures qui furent exécutées par le capitaine Standish.

En 1632, les Narraghansetts s'avancèrent jusqu'à Montaup. Massassoit les
repoussa avec le secours de quelques Anglais. Il ne mourut que longtems
après.

On a peine à comprendre qu'un Chef aussi dévoué aux Anglais, fut
tellement ennemi de leur religion que de leur faire promettre de ne
jamais convertir un seul de ses sujets. Les missionnaires catholiques
firent quelques progrès; mais les difficultés étaient partout les mêmes.
Un jeun Huron disait au P. Bréboeuf: «tu nous débites de fort belles
choses; mais cela est bon pour vous autres qui êtes venus de l'autre
bord du grand lac. Ne vois-tu pas que nous, habitans d'un monde si
différent, ne pouvons arriver au Paradis par le même chemin.»

Massassoit ne se distingua guère comme guerrier. Il n'est que plus
étonnant qu'il ait pu maintenir son autorité sur une grande
confédération de peuples passionnés pour la guerre; bien différent en
cela, et plus heureux que grand nombre de ses semblables, qui n'ont fait
que hâter la ruine de leur race. Il régna sous le nom d'Ousamequin. Son
fils aîné Vansutta, lui succéda sous celui de Moanan. Ce n'est pas le
temps de raconter les malheurs de ce généraux Sache, qui suscitèrent un
vengeur aux hommes rouges dans Metanco ou le Roi Philippe. Mais je passe
aux Massachusetts, peuples voisin des Pokanokets.

La tradition nous apprend que quelques années avant l'arrivée des
Anglais, un grand Sachem, Nanepashemet, ayant rassemblé autour de sa
personne un grand nombre de guerriers, que sa valeur lui tenait
attachés, étendit sa domination sur toutes les tribus qui habitaient le
Massachusetts, lorsqu'il fut tué par on ne sait quel ennemi. Des
voyageurs découvrirent un de ses forts en 2621. Construit dans une
vallée, il était environné d'un large fossé et consistait en une forte
palissade en pieux, haute de trente pieds. Il n'était accessible que
d'un côté par une espèce de pont fort étroit. Le tombeau du Sachem se
trouvait sous un grand bâtiment qui semblait avoir été la demeure de sa
famille. Un petit monument sur une colline, indiquait le lieu où il
était tombé. Sa femme connue sous le nom de _Squaw-Sachem_, appelée
quelquefois la reine du Massachusetts, ne l'était point de fait; car
après la mort de son mari, chaque tribu se mie en devoir de reconquérir
sa liberté. Elle fit la guerre, mais la terrible peste de 1622, qui
réduisit les guerriers de trois mille à quatre cents, l'empêcha de
penser plus longtems à soutenir ses prétentions. Elle épousa le grand
prêtre de sa tribu, Vacapovet, qui céda le territoire de Concord aux
Anglais.

Nanepashemet avait laissé deux fils, Vonohoquaham et Metovampas. Le
premier, Sachem de Ouinnesimet, fut un des plus fidèles amis des
Anglais. On le connut toujours franc et poli. Lorsque les annales de ce
Continent me feront voir les Européens se soumettant à la justice envers
les sauvages, je m'empresserai de le consigner dans les pages de cette
histoire. Ainsi dans ces tems de barbarie et de cruauté, où les Anglais
massacraient sans remords, en citant de sang froid un passage de la
Bible contre les Philistins ou les Madianites, Sir Richard Salstonstale
et le gouvernement de Charleston se renfermaient dans des bornes que
l'honneur et l'humanité défendent de franchir, et les deux races
vécurent dans une heureuse harmonie sur un petit point de la Nouvelle
Angleterre.

Metoouampas ou Metovampas, bien différent de son frère, était un esprit
remuant. Il attaqua en 1631, les Tarradines, peuple féroce, qui le
blessèrent et emmenèrent sa femme captive. La colonie ne crut pas devoir
venger un affront si bien mérité, et elle eu plusieurs fois à faire ce
discernement. Les deux frères moururent de la peste, en 1633.
Vonohoquaham laissa en mourant son fils Mattamoï, sous la tutelle du R.
Docteur Wilson.

Le même maladie enleva Chickatabot, ancien vassal de Nanepashemet.
C'était un des meilleurs amis des Anglais. Le gouverneur Dudley
n'écrivait pas moins à la comtesse de Lincoln: «Il y avait alors un
marchand, M. Weston, qui envoya des planteurs sur la rivière
Ouesaguscus. Mais comme ils n'étaient pas si bien intentionnés que ceux
de Plymouth, ils ne réussirent pas au même point, et périrent presque
tous. Ceux qui survécurent furent retirés des mains de Chickatabot et
des sauvages, qui maltraitaient _ces faibles Anglais_.» Il est digne de
remarque que l'on ne demanda jamais à Chickatabot d'autre raison de
cette affaire. Ses descendans jusques à la troisième génération, ont
cultivé l'amitié des Anglo-américains, et possédé de grands domaines.



                             CHAPITRE XI

                                 ----

                               ARGUMENT

Aspinet Sachem de Nausett--Raisons de sa haine pour les
Anglais--Expédition de Standish--Mort du Sachem--Anecdotes--Sort
déplorable d'Ianough Sachem de Cummacuid--Sa défense.

La vie d'Aspinet jette un grand jour sur l'histoire d'un établissement
dont je viens de parler, les plantations de Weston. Autant Vonohoquaham
et Chickatabot furent amis des Anglais, autant Aspinet les eut en
aversion. Le massacre non provoqué de ses sujets par le capitaine
Hunt[69], en 1614, occasionna cette inimitié.

[Note 69: M. Winslow écrivait: «One thing was grievous unto us at this
place. There was an old woman, whom we judged to be no less than a
hundred years old, which came to see us, because she never saw English;
yet could not behold us without breaking forth into great passion,
weeping and crying excessively. We demanding the reason of it, they told
us she had three sons who, when Master Hunt was in these parts went
aboard his ship to trade with him, and he carried them captives in
Spain; by which means she was deprived of the comfort of her children in
her old âge.»]

Six ans plus tard, les Anglais envoyèrent une embarcation pour chercher
un endroit propre à la construction d'un fort. Aspinet fit attaquer le
parti et l'obligea de se retirer en grande hâte.

La rumeur le fit en 1622, le chef principal d'une ligue contre
l'établissement de Weston, à Weimouth. Le capitaine Standish eut ordre
de le prévenir, et d'entrer dans ses domaines à la tête d'un fort
détachement de soldats. C'était un homme expéditif. Grand nombre de
sauvages furent tués, et, dit un écrivain contemporain, sans doute
lecteur de Bible assidu, «cette exécution soudaine, jointe au jugement
de Dieu sur leurs consciences coupables, les abattit tellement, qu'ils
désertèrent leurs demeures, et se virent réduits à errer dans les bois
et dans les défilés, périssant de misère.» Parmi ces malheureux fut le
Sachem de Nausett, et telle fut la fin d'un homme qui avait d'abord
rendu de grands services à ceux qui violèrent son territoire et lui
donnèrent la mort. Je citerai quelques faits qui font voir combien il
eût été facile aux Anglais de conserver l'amitié de ce Sachem.

En 1621, un enfant ayant disparu, on devina facilement qu'il était tombé
entre ses mains et l'on envoya une députation pour obtenir sa
délivrance. Aspinet avait su distinguer le petit innocent des coupables.
Lorsque le parti arriva sur la borne de son territoire, et s'y arrêta,
Squanto alla seul informer le Sachem du but de la visite, et faire appel
aux sentimens de l'humanité en faveur de la faible créature. Aspinet
vint avec un grand train, fesant porter l'enfant à la traverse des
ruisseaux. Il s'arrêta à distance avec cent guerriers, en désarma
cinquante, et arriva avec eux aux Anglais. Il prit le petit garçon qu'il
avait tout décoré de perles, le présenta au commandant, et fit la paix
avec la colonie.

Après cette rencontre la bonne intelligence se préserva pendant plus
d'une année. De grandes provisions de blé furent cédées aux Anglais
durant la famine, et le gouverneur Bradford fut reçu par le Sachem avec
la plus honnête hospitalité. La chaloupe de cet officier ayant pris eau,
on fut obligé de décharger une grande provision de blé, et de le laisser
sous la garde des sauvages. Le gouverneur retourna à pied au fort, et le
blé, laissé à Nausett en Novembre y fut retrouvé intact en Janvier.
Aspinet avait accordé des primes aux sauvages qui le garderaient
soigneusement, et il avait fait parvenir la chaloupe à Plymouth, dans le
meilleur état.

En 1623, le capitaine Standish parut de nouveau à Nausett. Un sauvage
ayant sauté dans la chaloupe des Anglais, et dérobé quelques objets, le
capitaine entra en armes chez Aspinet, et redemanda avec bravades les
objets volés. Le Sachem, sans s'offenser, lui offrit sa demeure, en
attendant qu'il pût retrouver les choses demandées; mais ses offres
généreuses furent rejetées, et les Anglais passèrent la nuit en armes
près de leur embarcation. Le lendemain Aspinet parut sur le rivage avec
une grande suite: il venait rendre la justice. Saluant le capitaine à
l'anglaise[70] comme le lui avait montré le Chef Tisquantum, il ne se
contenta pas de rendre les objets; mais il fit porter dans l'embarcation
une grande quantité de pains.

[Note 70: La légende dit que tous les sauvages de sa suite voulurent
suivre son exemple; mais que ce fut de si mauvaise grâce, que tout
l'équipage se mit à rire.]

Le sort d'un autre Sachem du Massachusetts ne fut pas moins déplorable.
Ianough, Sachem de Cummacuid, surnommé le Courtois, justifia ce beau
titre par l'affabilité qu'il montra aux Anglais qui vécurent dans sa
familiarité.

Standish allant à Nausett, coucha la première nuit de son voyage à
Cummacuid. Ianough apprenant qu'il était à l'ancre prés de son domaine,
l'avait fait prier de l'y venir voir. On dépeint le Sachem comme un
jeune homme d'environ vingt-six ans, de belle taille et gentil de
figure, n'ayant du sauvage que l'habit. Il reçut le capitaine à la tête
de tout son peuple. Les femmes se mirent à danser[71] et à chanter
autour de l'embarcation, et les hommes firent aussi de leur mieux pour
témoigner leur allégresse. Ianough, en se séparant de Standish, lui
passa son collier autour du cou.

[Note 71: Deux illustres voyageurs nous décrivent une de ces fêtes, qui
se passait dans une île, sur les lacs du Canada. Les trois hommes les
plus âgés, assis sous un arbre, étaient les principaux musiciens. L'un
d'eux battait un petit tambour formé d'une partie du tronc d'un arbre
creux, couvert d'une peau; les deux autres l'accompagnaient avec des
espèces de castagnettes ou de calebasses remplies de pois. Ces trois
hommes chantaient, et les sons rauques et sauvages de leurs voix, mêlés
à ceux de leurs instrumens, fesaient un effet bizarre, mais agréable à
une certaine distance. Les danseuses chantaient aussi. Elles étaient
vingt, qui formaient un cercle, en se tenant les mains autour du cou
l'une de l'autre. Fesant ainsi la chaîne, et le visage tourné vers le
feu, elles exécutaient des petits pas de côté, courts, serrés et
rapides.]

Tous les documens accordent à ce Sachem le plus beau caractère; mais il
avait affaire à un monstre. Standish, passant une seconde fois à
Cummacuid, y fut reçu aussi cordialement que la première fois; mais
quelques perles ayant disparu, il répéta les violences qui lui avaient
si bien réussi à Nausett, et ses bandits dirent tout haut, que ce coup
de fermeté en avait tellement imposé aux barbares, qu'ils n'avaient osé
rien entreprendre; tant il est vrai que les Européens, qui avilissaient
ainsi le Christianisme, ne pouvaient croire aux vertus qui s'offraient à
eux sur ces plages où il n'avait pas été prêché.

Cet affront ne fut pas le dernier. Ianough fut accusé contre toutes
probabilités d'être entré dans la ligue contre Weston. Le fidèle
Massassoit, lui-même, avait été sollicité: Ianough le fut de même sans
que l'on pût en rien inférer. Cependant l'estimable Sachem de Cummacuid,
à la fleur de l'âge, insulté, menacé, pourchassé, pour ainsi dire, par
un ennemi que rien ne pouvait assouvir, et qui suspectait également ses
caresses et ses craintes, s'exila, consterné, et mourut dans son
désespoir.



                             CHAPITRE XII

                                 ----

                               ARGUMENT

Des cinq Cantons iroquois--Elémens de leur histoire
primitive--Territoire et population--Leurs conquêtes--Premier Chef de
guerre connu, Oureouati.

J'ai dit dans la tradition iroquoise du premier homme, au discours
préliminaire, ce que ces peuples croyaient savoir du commencement du
monde[72]. J'ai insinué quelle devait être leur origine. Si l'on s'en
rapporte aux conjectures de quelques savans, les Iroquois se seraient
formés en République dès le milieu du quinzième siècle: je rapporterai
cet évènement à la fin du seizième. Ils se rendirent fort redoutables.
Les Hurons, qui se séparèrent d'eux, et les Algonquins, leur enlevèrent
pour quelque temps cette supériorité, et les refoulèrent jusques à leur
lacs, mais cet échec humiliant donna l'impulsion à cette carrière
incessante de succès qui s'ouvrit devant eux.

[Note 72: Il y a à prendre et à laisser dans le passage suivant du Comte
Carlo-Carli: «Les peuples sauvages et chasseurs de ce vaste continent,
comme les Iroquois et les Hurons, avaient quelque faible idée de la
Divinité. Ils croyaient un bon principe [a] et un mauvais. Ils adoraient
le soleil [b], la lune, un bois ou un fleuve, et disaient que les âmes
des valeureux guerriers jouissaient dans l'autre monde d'une vie
délicieuse. Ces sauvages-chasseurs étaient et son encore divisés par
hordes, comme les Scythes et les Tartares; toujours féroces entre eux
toujours en guerre, sans forme de gouvernement, et ainsi sans culte
religieux.»]

[Note 72a: Cette idée de deux principes a été commune à bien des
peuples, et s'explique par le désordre de la nature. C'est par ce
raisonnement que les sauvages du Canada décochèrent toutes leurs flèches
contre le sol en convulsion, en 1683.]

[Note 72b: V. sur les vierges du soleil les Lettres Péruviennes, par
Madame d'Harponcourt de Graffigny. Les Iroquois avaient aussi leurs
vestales.]

Les Français les trouvèrent en armes jusque dans les environs de Québec.
Etaient-ce eux qui avaient délogé les paisibles Canadois?... Je le crois
avec Lescarbot. «Il y a quelques années, dit-il que les Iroquois
s'assemblèrent jusqu'à huit mille, et défirent leurs ennemis, qu'ils
surprirent dans leurs enclos.» Quoique l'écrivain ne cite aucune
autorité sur ce grand évènement, il n'a pu que rapporter l'opinion du
temps, laquelle était d'autant moins suspecte qu'il s'agissait d'un fait
récent.

Les Iroquois descendaient dans la colonie par la rivière qui fut
appellée de leur nom, parce qu'ils l'infestaient de leurs partis.
L'arrivée des Français, loin de les déconcerter, ne fit que leur faire
apercevoir la nécessité de détruire avant qu'il ne se grossît, un ennemi
auquel les armes à feu assuraient un immense avantage. Deux fois leurs
partis furent rejetés loin du théâtre de l'attaque: ils vinrent une
troisième fois et vainquirent. M. de Champlain trouva ces Romains du
Nord, retranchés dans une redoute bien construite, dont les avenues
étaient obstruées par de forts abattis d'arbres. On essaya d'y mettre le
feu; mais les Iroquois avaient fait une grande provision d'eau, et
maîtrisèrent les flammes. Les Français dressèrent alors une machine d'où
ils firent un feu bien nourri. Cependant M. de Champlain reçut deux
blessures, les Hurons prirent l'épouvante en apprenant qu'il n'était pas
invulnérable; et l'on retraita vingt-neuf lieues sas s'arrêter.

Enhardis par ce succès, les Cantons envoyèrent des partis jusque dans le
centre de la colonie. De Champlain n'avait pas de forces suffisantes
pour les contenir, et le Grand Condé n'était pas à portée de communiquer
aux Iroquois la terreur de son nom. Ce prince céda sa vice-royauté en
Canada au Duc de Montmorency, qui envoya quelques secours.

Forcés de se tenir en respect après bien des ravages, les Agniers, ou
Mohacks tournèrent leurs courses contre les Satanas, nation plus
rapprochée de leurs lacs: ils la défirent et l'expulsérent. Revenant
alors sur leurs pas, ils repoussèrent au-delà de Québec ces mêmes
Algonquins qui s'étaient maintenus quelque temps sur l'Ontario.

Le pays des Iroquois avait été borné jusqu'alors entre les 41e et 44e
degrés de latitude, comprenant dans la direction de l'orient d'été au
couchant d'hiver environ quarante lieues, et quatre vingts de l'est à
l'ouest, en sorte qu'ils avaient pour bornes la Pensylvanie au midi, à
l'occident, le lac Ontario, le lac Erié au couchant d'été, et celui de
St. Sacrement au septentrion: enfin la nouvelle Iork. Il était divisé en
cinq Cantons, c'est-à-dire, de l'est à l'ouest, les Mohacks, les Oneidé,
les Onnondagué, les Cayougué et les Tsononthouans.

Ces cinq nations, subdivisées en quinze tribus, formaient un co-état,
dont chaque partie jouissait d'une certaine indépendance pour la paix et
la guerre.

Au temps ou je parle, le canton des Mohacks était le plus populeux. Son
territoire était fertile, et arrosé par une petite rivière qui serpente
l'espace de sept ou huit lieues entre deux prairies. Deux lieues
au-delà, on trouve une source sulfureuse dont l'eau, naturellement
blanche, se résout en sel sous le feu. Il y en a une autre chez les
Cayougué. Son eau, agitée violemment, s'enflamme, et semble de la nature
de celle que l'on voit près Grenoble. Depuis la rivière des Onnondagué
jusques à la rivière Niagara, le paysage est délicieux. Un terrain
facile, agréablement boisé, est entrecoupé des lisières de sable peu
profondes, qui ajoutent par le contraste à la fraîcheur de la verdure.
Les forêts sont magnifiques, et la chasse y est abondante. La belle
demeure de Sir William Johnson vint depuis ajouter un nouvel ornement è
ces beaux domaines.

On a dit que les Iroquois s'appellaient dans leur langue Agonnonsionni,
ou architectes par excellence, parce qu'ils se logeaient plus solidement
et plus élégamment que les autres. Le gouverneur Clinton, dans un
discours prononcé devant la Société Historique de New-Iork, les appelle
Agnuschion ou Peuple Uni. Agonnonsionni et Aganuschion se ressemblent
assez pour partager le critique. Quoiqu'il en soit, les Iroquois, chez
eux, s'appellaient encore plus communément Mingos.

Pour revenir à leurs victoires incroyables, les confédérés, en liaison
avec les Hollandais de Manhatte, furent à même de mépriser l'art et la
science des Français. Ils apprirent à tirer de l'arquebuse et à se
servir de toutes nos armes. Leurs capitaines reparurent dans les
plaines, et les Algonquins subirent de nouveaux affronts, qui furent le
prélude d'une série d'envahissemens sans parallèle dans les annales
américaines. Les Erié furent les premiers anéantis: ils avaient occupé
le pays au sud de ce fleuve. Les Andastes et les Chouanis subirent à peu
près le même sort. Les Hurons et les Outaouais furent rejetés au milieu
des Sioux, où ils se séparèrent, répandant partout la terreur du nom
Iroquois. Les Illinois et les Miamis reçurent la loi. Les Nipicenans
retraitèrent jusques à la baie d'Hudson. Le nom Mohack répandait
l'épouvante chez tous les peuples de la Nouvelle-Angleterre, à la
moindre apparition de ces guerriers sur les collines du Connecticut ou
du Massachusetts. En dernier lieu les fureurs de la guerre envahirent
les Alleghanis. Depuis Québec jusqu'au Mississipi, rien ne résista. Les
Mingos réclamèrent comme leur territoire douze cents milles quarrés.

Leurs exploits firent grand bruit de l'autre côté de l'Atlantique. En
France, on se servait de leur nom pour effrayer les enfans mutins, et le
Président Hénaut citait avec orgueil les légers succès de quelques
gouverneurs contre ces redoutables peuplades[73].

[Note 73: V. Abrégé chronologique.]

Malgré tant de conquêtes nul de leurs capitaines ne nous a été connu
avant Oureouati. Les Outaouais éprouvèrent surtout sa valeur. Barbare à
l'excès dans les commencemens, il s'opposa au célèbre Garrangulé
(Garrakonthié), et traversa toutes ses démarches. Il harcela avec fureur
les premiers habitans de Montréal. Mais le commerce des Européens
l'adoucit beaucoup dans la suite; et après l'avoir vu semblable au tigre
en fureur, nous l'entendons discourir avec modération à la paix de
Kaihohague. Un mot de Garrangulé suffira dans une autre occasion, pour
le faire rebrousser avec ses guerriers occupés à ravager la colonie.
Oureouati fesait admirablement bien la petite guerre; on ne le trouve
pas à la tête de partis de guerre bien considérables.

Voyons maintenant les efforts que fesaient les Hurons pour conserver le
territoire dont ils étaient naturellement les maîtres.



                             CHAPITRE XIII

                                 ----

                               ARGUMENT

[74]Ahasistari; ses qualités--Mauvaise politique des Hurons--Adresse des
Iroquois--Conversion d'Ahasistari--Pais de 1646--Renouvellement de la
guerre; désastre des Hurons--Ahasistari sauve les débris de son peuple.

[Note 74: Cet article se trouve un peu différemment dans l'Encyclopédie
Canadienne, ainsi que ceux de Piscâret, Garrakonthié, Oureouaré,
Kondiaronk et Siquahyam.]

AHASISTARI, un des principaux Chefs de la nation huronne, naquit vers la
fin du seizième, ou au commencement du dix-septième siècle. Il fut doué
en naissant de toutes les qualités qui font les héros chez les indigènes
de l'Amérique, et se rendit surtout redoutable aux Iroquois dont il
repoussa longtems avec succès les agressions continuelles. Vers 1640,
ces terribles ennemis ayant tombé sur une nation éloignée, firent un
massacre épouvantable. Ceux qui furent assez heureux pour échapper,
trouvèrent un refuge chez les Hurons. Ahasistari et les autres Chefs
n'eurent pas plutôt appris leur désastre, qu'ils envoyèrent au-devant
d'eux avec des rafraîchissemens, et les accueillirent avec un
bienveillance aui aurait fait honneur à une nation européenne, mais qui
dévoilait le peu de politique d'un peuple présomptueux et dépourvu de
prudence. En effet, il achevait d'irriter des voisins dont il avait tout
à craindre.

Les Cantons agirent autrement, et pour ne pas s'attirer sur les bras
trop de forces réunies, ils mirent tout en usage pour introduire la
mésintelligence entre les Français et leurs alliés. Ils firent partir
trois cents guerriers qu'ils divisèrent par petites troupes, et tous les
sauvages qui tombèrent entre leurs mains furent traités avec la dernière
inhumanité, tandis que les Français qui furent pris, ne reçurent aucun
mal. Cette ruse ne fit pas prendre le change à Ahasistari, qui maintint
sa nation dans l'alliance des Français. Plus de huit cents Iroquois
s'avancèrent alors jusques au Trois-Rivières. Après quatre mois de
blocus, les Chefs offrirent la paix à condition que les Hurons et les
Algonquins n'y seraient point compris. M. de Montmagny[75],
gouverneur-général, monta de Québec, pour s'aboucher avec eux, mais les
Iroquois ayant pillé en sa présence deux canots algonquins qui parurent
devant la place, la conférence fut rompue, et les huit cents guerriers,
après de nouveaux ravages, entrèrent sur les terres des Hurons, qui se
défendirent avec vigueur.

[Note 75: Les députés Iroquois, croyant que les noms européens, comme
les leurs, devaient signifier quelque chose, demandèrent ce que
signifiait celui du gouverneur. On leur dit que Montmagny voulait dire
Grande Montagne. Ils le traduisirent dans leur langue, et depuis ce
temps, tous les sauvages appellèrent Ononthio les gouverneurs du
Canada.]

En 1641, les PP. Bréboeuf et Lallemant virent leurs travaux couronnés
d'un brillant succès, par la conversion et le baptême d'Ahasistari. La
nation suivit l'exemple de son Chef.

L'année suivante, les Iroquois, que soutenait Wilhelm Kieft, gouverneur
de Manhatte ou Manhattan, se répandirent dans tout le Canada. Les
rivières et les lacs furent infestés de leurs partis, et le commerce ne
put plus se faire sans les plus grands risques. Les Hurons vinrent
désoler leurs frontières, et la frayeur se mit dans le coeur de ce
peuple qui semblait inaccessible à la crainte. En 1643 les habitans de
trois villages furent dispersés, et tout pliait; mais il parut que les
Iroquois n'étaient pas encore préparés à frapper le dernier coup, car il
fut conclu en 1646, un traité de paix qui fut ratifié par les Agniers ou
Mohacks, d'une part; et de M. de Montmagny, Ahasistari, Piscâret, Chef
des Algonquins et Megamabat, Chef des Montagnais, signèrent les
articles[76]. Deux Français, deux Hurons et deux Algonquins suivirent
les Iroquois comme ôtages, et ceux-ci laissèrent trois des leurs dans la
colonie.

[Note 76: Chaque député apposa au bas du traité le tabellionat ou blason
de sa tribu, c'est-à-dire le dessin d'un animal quelconque. Voilà
l'origine des armoiries chez tous les peuples. Elle n'appartinrent pas
d'abord aux individus, mais aux communautés d'hommes. Le bourg d'Athènes
était ainsi désigné par une chouette, Tyr, par le buccin, Sibaris, par
le boeuf, Argos, par le loup, la Toscane, par la grenouille ou tusc,
l'Egypte, par un crocodile, Paris, par un vaisseau. Plus tard, les
grands personnages eurent leur devise, qui se trouvait sur les
boucliers, selon Laplace, dans son Dictionnaire des Fiefs. On retrouve
les écus d'armes chez les Sioux.]

Les Iroquois rompirent bientôt cette trève. Ahasistari, à la tête de
Hurons et des Andastes, peuple belliqueux et puissant, les battit
complettement en 1648, mais sa nation ne voulut profiter de la victoire
que pour obtenir une paix solide et durable, à laquelle, cependant, avec
plus de sagacité, elle n'aurait jamais dû se fier. Elle fut la dupe de
sa présomptueuse confiance. Tandis qu'Ahasistari traitait avec les
Onnondagués, les Mohacks et les Tsononthouans exterminèrent deux partis
de chasse; il pénétrèrent dans les premières bourgades et massacrèrent
sept cents personnes. Les fuyards se réfugièrent à Caragué qui était
comme la capitale de tout le pays. Le 26 mars, mille Iroquois tuèrent
quatre cents Hurons. Trois guerriers échappés au massacre allèrent
porter l'alarme à la bourgade de St. Louis: quatre-vingts guerriers
périrent encore dans la défense de cette place. Deux cents Cayougué
tombèrent dans une embuscade, mais ceux qui les avaient poursuivis
furent exterminés par un parti de sept cents Mohacks. Ahasistari évita
la mort, bien qu'il payât de sa personne dans toutes les rencontres, et
il chercha un moyen de sauver son peuple. La bourgade principale n'avait
pas encore été attaquée; mais on craignait de ne pouvoir s'y maintenir.
Les Jésuites proposèrent de se retirer aux îles Manitoulines[77] sur le
lac Huron. Cette proposition fut mal accueillie. La nation ne pouvait
consentir à abandonner le pays de ses ancêtres. La plus grande partie
émigra cependant, et forma une bourgade de mille feux dans l'île St.
Joseph. On n'y fut pas plus en sûreté contre l'ennemi. Un petit nombre
de Hurons, trop attachés à leur pays, furent poursuivis avec
acharnement, pourchassés comme des bêtes fauves; d'autres s'enfoncèrent
dans les forêts de la Pensylvanie, sans doute guidés par quelques Chefs
valeureux, et réoccupèrent plus tard leur première patrie. Ahasistari,
après avoir fait tomber un parti d'Iroquois dans une embuscade, retraita
jusques à Québec avec tous ceux Qu'il put persuader et réunir. Il y
vivait encore en 1676, et les Hurons d'aujourd'hui, le regardent encore
comme un des plus grands hommes de guerre qu'ait produits leur nation.
Quelques Hurons parvinrent aussi chez les Sioux, et avec eux
quelques-uns de sa famille, car Alkwanwaught, un de ses descendans,
commanda et donna des Chefs à ces peuples, comme le supposent ces vers
d'Adam Kidd:

                 Alkwanwaught was a Sioux famed
                 In many battles honours claimed
                 And closely by his mother's side,
                 To Atsistari was related--
                 That hero, long the hero's pride,
                 Than whom was never yet created,
                 A nobler Chieftain for the field--
                 A lion heart, unknown to yield.

[Note 77: La Mythologie des sauvages avait placé dans ces îles le séjour
des dieux ou des Manitoux.]



                             CHAPITRE XIV

                                 ----

                               ARGUMENT

Des Pequots--Sassacus--Ses projets hostiles contre les Anglais--Massacre
du capitaine Stone--Traité de pais--Politique du Sachem--Expédition du
capitaine Endicott--- Sassacus conçoit le dessin d'exterminer les
Anglais--Les colonies se réunissent; bataille sanglante--Retraite et
mort de Sassacus.

Les Pequots, peuple redoutable, ainsi appelés de Pekoath, leur premier
Sachem, s'emparèrent du Connecticut vers l'an 1550. Il pouvaient armer
quatre mille archers. Ceux de Nipmuck et de Long-Island leur étaient
soumis, et les Narraghansetts seuls balançaient leur fortune. Les
Anglais trouvèrent Pekoath en progrès de conquêtes: les tribus se
dispersaient à son approche, et il se vit le maître, avec ses terribles
_Mirmidons_, de la plus belle partie de la Nouvelle-Angleterre, sous le
ciel le plus tempéré et le plus doux.

Dès l'année 1631, Ouagimacut, un des vaincus, était venu à Boston,
conduit par un autre sauvage qui avait été attaché à la maison de Sir
Walter Rawleigh, en Angleterre. Il venait implorer du secours contre
Pekoath, qui mourut sur ces entrefaites.

Sassacus, nouveau Sachem, fut salué à son avènement par vingt-six
Sagamos, et fit parader devant lui sept cents archers. Il choisit pour
sa résidence une colline commandant une des plus magnifiques vues sur la
baie et les contrées qui l'avoisinent.

Les Pequots se montrèrent invariablement ennemis des Anglais. Maîtres du
pays sans contrôle, ils regardaient tous étrangers comme envahisseurs:
ils trouvaient mauvais qu'on élevât des forteresses sans le consulter.
Leur fierté ressemblait à celle des soldats du Porus.

En 1633, le capitaine Stone fut attaqué sur la rivière, et massacré avec
tout son équipage. Sassacus, voulant dissimuler après cette catastrophe,
envoya des députés. Le gouvernement exigea que les assassins fussent
remis, et quoique le Sachem représentât que le capitaine avait enlevé
deux sauvages; qu'il les avait forcés de lui servir de guides, et ne les
avait remis sur la côte que les mains liées derrière le dos, il fut
conclu un traité par lequel les assassins devaient être rendus en effet,
et les colons avoir un vaisseau sur la rivière, afin de faire la traite.
Les Narraghansetts cherchèrent en vain à prévenir cette convention en
envoyant trois cents guerriers, qui devaient attaquer l'ambassade à
Neponsett. Les Anglais s'opposèrent à leur dessein.

Les choses demeurèrent en cet état jusqu'en 1636. Cette année, un homme
du nom de Oldham ayant été massacré par les sauvages de Block-Island, le
capitaine Endicott ravagea leur pays. De là, il se porta sur la côte des
Pequots pour exiger l'exécution du traité, et en outre une provision de
blé. Un sauvage parut dans un canot, et demanda ce que les Anglais
prétendaient. Le capitaine délivra alors son message, et fit prévenir le
Chef le plus considérable, en l'absence de Sassacus, qui était allé à
Long-Island. Ne pouvant obtenir ce qu'il voulait, il débarqua, tua deux
Pequots, et mit le fau aux moissons, se retirant après cet exploit
barbare.

Sassacus, de retour, conjura la perte des colons. Il destina à cet objet
toutes les forces de son pays, et déploya toute sa propre énergie. Les
forts furent attaqués dans toutes les directions. Au mois d'octobre,
cinq hommes de la garnison de Saybrook furent enlevés, un maître de
vaisseau torturé, et le fort si vivement pressé, que les canonniers ne
pouvaient laisser leur pièces. Au mois de mars suivant, quatre soldats
furent tués et douze matelots furent pris sur la rivière, où aucun
navire n'osa plus se montrer. Ne voulant rien négliger pour terminer son
ouvrage, Sassacus négocia avec ses anciens ennemis les Narraghansetts,
auxquels il proposa une ligue offensive; projet digne de son génie à la
fois politique et guerrier. Cananacus, leur Sachem, allait s'unir à lui;
mais le célèbre Roger Williams le mit dans le parti Anglais. Les
colonies se réunirent en même temps pour dégager celle de Connecticut.
Les forces de cet état, réunies à celles de Plymouth et du
Massachusetts, repoussèrent les assiégeans, et suivirent les sauvages
dans leur pays. Les Narraghansetts, les Mohicans et les Niantics,
prirent part à cette lutte, et suivirent l'armée coloniale; ils
voulurent même être l'avant garde de cette croisade. Sassacus dut
entrevoir alors le jour des restitutions, où il allait se dessaisir
forcément de tant de dépouilles. Les tribus humiliées contemplèrent avec
une joie sauvage la chute de leurs vainqueurs: ceux-ci vendirent cher
leurs vies. Sassacus battu main point défait mit ses forts en défense.
Le Major Mason[78], ayant fait entourer le plus considérable par les
sauvages alliés, monta à l'assaut avec ses soldats. La résistance était
bien préparée; cependant, en moins d'une heure, l'oeuvre de la
destruction fut achevée. Des tourbillons de flammes nourries par les
assiégeans, et la réflexion de ces pyramides de feu sur les forêts
voisines, le bruit des armes à feu, la fureur et les hurlemens des
Pequots, les cris des femmes et des enfans offraient un spectacle
horrible à voir. Six cents sauvages furent engloutis sous les ruines.
Sassacus parut si peu découragé, ou plutôt, ce désastre le mit dans une
telle fureur, qu'il poursuivit les Anglais jusqu'à six milles du champ
de bataille, à la tête de trois cents archers.

[Note 78: Qui croirait que cet officier mit en tête de la relation qu'il
écrivit de cette expédition, de texte de l'écriture: We have heard with
our ears, ô God!... «how thou did'st drive out the heathen with thy
hand.» La plupart des contemporains du très dévot Major étaient aussi
peu éclairés, et se croyaient armés de la main de Dieu contre les
maîtres naturels de ces vastes régions.]

Il faillit être au retour la victime de ses propres gardes, qui
l'accusaient de tous leurs malheurs. La plupart des guerriers
l'abandonnèrent. Il acheva alors de démolir son camp, et retraita avec
quatre-vingts braves vers la rivière d'Hudson. Son courage en ayant
rallié d'autres autour de lui, il fit halte à Fairfield; mais il y
perdit encore deux cents hommes et treize Sachems. Poussé de marais en
marais, trahi par ses propres sujets, il pensa être assassiné par un
traître payé d'avance pour le tuer, mais qui ne se sentit pas assez de
courage pour l'attaquer. Dépassant enfin la borne de son pays, il se
jeta dans les bras des Mohacks. Des guerriers de ce Canton furent assez
lâches pour le tuer par surprise. Sa tête fut envoyée à Connecticut et
promenée dans toutes les bourgades.

Lorsque Sassacus s'arma en faveur des hommes rouges, les colons de la
Nouvelle-Angleterre, encore faibles et impuissans, étaient déjà d'une
insolence inouïe. La providence empêcha qu'ils ne subissent le sort que
semblait leur préparer une si coupable présomption: on doit seulement
regretter de voir si complet le triomphe d'envahisseurs aventuriers
vomis par l'Angleterre, qui n'avait pu les supporter.



                              CHAPITRE XV

                                 ----

                               ARGUMENT

Les Algonquins se résolvent à faire la petite guerre--Piscâret;
singulière ruse de ce Chef--Il entre seul dans le pays des
Iroquois--Intrépidité d'une jeune fille de la même nation--Mort de
Piscâret--Réflexions.

PISCARET, Algonquin, surnommé l'Achille du Canada, le plus grand
guerrier de son temps chez les tribus du Nord, dit M. Thatcher, se
signala dans tous les combats que sa nation livra aux Iroquois. Les
Algonquins, déjà affaiblis, lui ayant confié le commandement de sept
cents guerriers qu'ils avaient assemblés avec effort, il marcha contre
ses fiers ennemis; mais il les trouva sur leurs gardes, et il fut
contrait de s'en revenir sans avoir remporté aucun avantage
considérable.

N'ayant pu faire triompher son peuple à la tête d'un si grand parti, il
voulut au moins venger la mort d'un Chef, qui avait été pris et brûlé
par les Iroquois. Il arma un canot d'une vingtaine de fusils, et s'y
embarqua avec quatre Chefs des plus braves. Ils partirent des
Trois-Rivières, ou du Cap de la Magdeleine, qui était alors la résidence
ordinaire des Algonquins, et se rendirent d'abord dans les îles de
Richelieu, à l'extrémité sud-ouest du lac St. Pierre, et de là, à
l'entrée de la rivière Sorel, ou, comme on a dit, la Rivière des
Iroquois. Après s'être avancés jusqu'à une certaine distance, ils
rencontrèrent cinq canots iroquois portant chacun dix guerriers. Ceux-ci
firent le Sassakoué ou cri de guerre, pour sommer les Algonquins de se
rendre. Piscâret voulant les attirer au large, rebroussa, et les
Iroquois de le suivre avec la vitesse surprenante des rameurs sauvages.
L'Algonquin avait eu l'idée de faire passer dans les balles dont il
s'était muni de gros fils d'archal d'environ dix pouces de longueur
arrêtés par les deux extrémités. Il avait disposé ces balles en
pelotons, afin que le fil s'étendant au sortir du fusil, fit un plus
grand escar. Par là, autant de coups portés dans un canot, étaient
autant d'ouvertures qui devaient le couler à fond. En effet, lorsqu'il
fut temps de combattre, Piscâret fit un mouvement pour se trouver
enveloppé par les Iroquois, et ordonna de tirer sur leurs canots à fleur
d'eau sans s'occuper des guerriers qui y étaient. Les ennemis
d'éloignèrent avec précipitation et comme à l'envi les uns des autres
pour faire place au canot des Algonquins. Alors les cinq Chefs, feignant
de se rendre, entonnèrent leur chant de mort; mais au grand étonnement
des Iroquois, ils firent une décharge de leurs fusils, et la réitérèrent
trois fois sans perdre de temps, en reprenant d'autres armes chargées
d'avance. Les Iroquois culbutèrent de leurs canots, qui coulèrent bas,
et les Algonquins les tuèrent à coups de casse-têtes, à l'exception d'un
Chef qu'ils prirent avec eux, et auquel ils firent éprouver le sort
qu'avait subi le leur: c'est, avec quelque différence, la relation de M.
Bacqueville de la Poterie.

Piscâret, combattit les Iroquois en combat rangé en 1643, et les battit.
Il parut aux conférences de 1646, et ratifia la paix au nom de sa
nation, en disant: «voici une pierre que je mets sur la sépulture des
guerriers qui sont morts pendant la guerre, afin que nul n'aille remuer
leurs os, ni ne songe à les venger.»

Aux nouvelles hostilités, il fit une expédition ou plutôt un exploit qui
ressemble pas mal à celui d'Ulysse et de Diomède dans le camp de
Rhoesus. Comme il connaissait parfaitement le quartier des Iroquois, il
partit seul à la fonte des neiges, dans le dessein de les surprendre. Il
eut la précaution de mettre ses raquettes le devant derrière, afin que,
si l'on découvrait ses traces, on crût qu'il était retourné dans son
pays.

Après plusieurs jours de marche, se trouvant près de la première
bourgade, il se logea dans un arbre creux, pour y attendre la nuit.
Lorsque tout fut dans le silence, il sortit de sa retraite, et
s'introduisant sans bruit dans une cabane, il tua deux Iroquois, leur
enleva la chevelure, et retourna dans son arbre. La même chose fut
répétée la nuit suivante. Les anciens s'assemblèrent le troisième jour,
et l'on mit des gardes à toutes les huttes. Piscâret sortit encore, et
entra une troisième fois dans le village. Il n'y avait personne dehors,
mais on veillait dans les maisons, comme il s'en aperçut en regardant
par les ouvertures. Ne voulant pas se retirer sans avoir rien fait, il
se hasarda à entrouvrir la porte d'une cabane, et il y vit un
factionnaire sommeillant le calumet à la bouche. Il le tua et s'enfuit.
L'épouvante se répandit dans la bourgade, et tous les guerriers
s'armèrent la rage dans le coeur. Piscâret avait pris les devans, et
comme il prenait, dit-on, les élans à la course, il redoutait peu la
poursuite de ses ennemis. Loin de continuer à fuir, il revint sur ses
pas, se cacha durant le jour dans un autre arbre, et fit éprouver le
sort de Dolon aux Iroquois qui s'approchèrent trop de son embuscade.

Les Cantons, pour forcer ce terrible ennemi à sortir du leur territoire,
furent obligés d'envoyer à sa recherche plusieurs centaines de
guerriers: il leur échappa pour les harceler encore.

Si ces exploits de Piscâret nous semblent fabuleux, une égale
intrépidité nous étonnera encore plus dans une femme.

Oroboa, jeune algonquine, se rendit célèbre par un héroïsme bien
éclatant. Prisonnière de guerre chez les Agniers ou Mohacks, elle fut
déposée dans une cabane pieds et mains liés, et demeura dix jours dans
cette position, sans prendre de nourriture, que ce qu'il fallait pour
l'empêcher de mourir. La onzième nuit, pendant que ses gardes dormaient
auprès d'elle, elle parvint à dégager un de ses amis, et bientôt après à
se détacher tout-à-fait elle-même. Son premier soin fut d'assurer sa
liberté par la fuite; mais elle ne put se résoudre à laisser ainsi
échapper l'occasion de la vengeance. Elle rentra dans la cabane qu'elle
venait de quitter, saisit une hache, assomma celui des Iroquois qui se
trouvait plus à sa portée, s'élança dehors, et se cacha dans le creux
d'un arbre qu'elle avait remarqué.

Cependant les Iroquois, éveillés par les gémissemens du mourant,
cherchèrent l'assassin. Oroboa attendit qu'ils fussent éloignés, et,
dirigeant sa course d'un autre côté, elle s'enfonça dans les bois. Elle
y errait depuis deux jours lorsque, tout-à-coup, elle découvrit que ses
ennemis suivaient ses traces. Elle se plongea à l'instant dans un étang
couvert de roseaux, qui se trouvait auprès, et y resta dans une attitude
qui lui permettait de respirer sans être aperçue, jusqu'à ce que les
Iroquois, lassés d'une recherche inutile, s'en retournèrent dans leur
village.

Durant trente-cinq jours elle parcourut les forêts et les déserts vivant
de racines et de fruits sauvages. Parvenue à une rivière large et
rapide, elle fit avec des osiers une espèce de radeau qui lui servit à
la traverser. Enfin rencontrée par des guerriers de sa nation, elle fut
reconduite en triomphe dans son village au milieu des chants de guerre.

Souvent chez les sauvages, les femmes accoutumées à être victimes des
fureurs de la guerre, chérissent la vengeance[79], et ne manquent dans
l'occasion ni de force ni de courage pour l'assouvir.

[Note 79: On a comparé en cela les Arabes à nos peuplades. «Semblables
aux Indiens du nord de l'Amérique, chez qui l'amour de la vengeance est
une passion effrénée, ils attendront pour la satisfaire, qu'une occasion
se présente, quelque long que soit l'intervalle, et subiront toute
espèce de privations sans jamais perdre de vue le but qu'ils se
proposent.--(Comte WILL. DE WILBERG.)]

Pour Piscâret, il était constamment trop brave pour être toujours
prudent. Un jour qu'il revenait seul de la chasse, il fit rencontre,
vers le haut de la rivière Nicolet, de six éclaireurs Iroquois qui,
n'osant l'attaquer ouvertement, entonnèrent son approche leur chanson de
paix. Il chanta aussi la sienne, et les invita à passer à son village,
qui n'était éloigné que de trois ou quatre lieues, les prenant pour des
députés qui allaient aux Trois-Rivières ou à Québec Pour traiter de la
paix. Ils feignirent d'acquiescer avec plaisir à son invitation, mais il
y en eut un qui resta exprès derrière, sous prétexte de se reposer.
Piscâret marchait avec eux sans les soupçonner, au, comptant sur sa
force et son adresse, lorsque le retardataire arriva tout-à-coup sur
lui, et le renversa mort sur le sol d'un grand coup de son tomahack sur
le derrière de la tête. Ainsi finit ce terrible Algonquin.

On admire ces héros d'Homère presque barbares; on se passionne pour ces
chants anaclétiques d'Ossian, où paraissent une grandeur sage et une
sombre valeur. Les Sagamos de la nord Amérique ressemblent à ces
guerriers poétiques. Même passion, chez eux, pour la guerre, même force
d'âme, même énergie. Mais, a dit un auteur distingué, il est vrai que
nous n'admirons la nature qu'à travers le prisme de l'art. Les bois, les
forêts, les cascades, tout cela nous charme dans un tableau. Homère a
bien pu nous faire admirer ses magnifiques inventions, ses héros qui
ressemblent à des dieux au milieu des combats: il pouvait donner l'essor
à son génie pour les faire si grands qu'il le voulait. Mais les hommes
demeurent insensibles au récit d'actions réelles qui surpassent
quelquefois l'imagination des poëtes. On recherche encore les vives
peintures du Tasse, les exploits vrais ou faux de Renaud et de Tancred,
entremêlés d'amours. Gengis et Tamerlan n'intéresseront pas ces esprits:
l'histoire de nos Sachems le ferait encore moins si elle n'était parée
quelquefois d'ornemens étrangers.



                             CHAPITRE XVI

                                 ----

                               ARGUMENT

Des Narraghansetts; leur pays et leur puissance--Tashtassack--Cananacus
lui succède et associe Miantonimo au gouvernement--Incidens--Ligue
contre les Pequots--Inimitié du jeune Sachem et D'Uncas le Mohican--Mort
de Miantonimo.

J'ai à parler maintenant de la puissante confédération des
Narraghansetts, aujourd'hui éteinte, mais qui habitait autrefois le
Rhode-Island. Les îles de la baie qui porte leur nom leur étaient
soumises, et les Chefs de Cavesit et de Niantic, étaient comme les
vassaux de leur Sachem-général. Ils fesaient la guerre de temps
immémorial avec les Pokanokets au Nord, et les Pequots au Sud. On jugera
que les Chefs d'unetelle république devaient être des hommes d'un
courage élevé. Le commun des guerriers avait ce caractère: il fallait un
héros pour les conduire.

Le premier Sachem connu des Anglais, Cananacus, descendait de
Tashtassack un de leurs plus grands hommes. Tout ce que nous savons de
ce dernier est traditionnel. Les anciens dirent aux colons qu'ils
avaient été commandés par ce Sachem, infiniment supérieur aux autres en
valeur et en puissance. Il sut par l'influence de ses hautes qualités
guerrières et oratoires, jointes au génie du commandement, réunir à son
peuple un grand nombre de tribus qui en étaient séparées, et étendit son
autorité sur tout le territoire qui porta depuis le nom de Rhode-Island.
Il eut aussi à calmer des guerres intestines; car chez les sauvages
chaque chef veut se faire un parti, et s'élever au rang suprême. Il
maintint son autorité et la transmit à ses enfans. Il n'eut qu'un fils
et une fille. N'ayant pu les marier convenablement è sa dignité, il les
unit ensemble, et ils eurent quatre fils dont l'aîné fut Cananacus.

Le petit fils de Tashtassack s'associa pour gouverner, Miantonimo son
neveu, jeune Chef d'un courage noble. Les deux Sachems ne montrèrent pas
aux Anglais une affection égale à celle des Andusta et des Granganimo.
Dès l'année 1622, l'on comptait d'autant moins sur la paix, que l'on
recevait tous les jours des nouvelles moins rassurantes du pays des
sauvages. Cananacus envoya un héraut à Plymouth porter un carquois
rempli de flèches, comme pour déclarer la guerre. Le gouverneur lui
répondit en lui envoyant une peau de castor remplie de balles, et en le
fesant assurer que s'il avait envi de se battre, il aurait bonne
réception. Un message si résolu eut son effet. Cananacus, superstitieux,
crut que les balles cachaient quelque enchantement. Il n'osa pas y
toucher, et les renvoya. La paix fut préservée avec les Anglais, mais en
1633, Miantonimo tomba sur les quartiers de Massassoit, qui fut réduit à
se réfugier dans une habitation anglaise à Sowams, jusqu'à l'arrivée des
soldats. Le capitaine Standish marchait à son secours, lorsque les
Narraghansetts, évacuèrent Montaup, en apprenant que les Pequots étaient
sur leur territoire. Le jeune Sachem les chassa à la tête des
vainqueurs.

Nous avons vu comment Sassacus, voulant exterminer les Anglais, crut
faire entrer les deux Sachems dans sa cause. On prétend que Miantonimo
hésita entre le désir de la vengeance te la perspective de la ruine des
blancs. Roger Williams, sectaire persécuté pour ses doctrines
religieuses, eut assez de charité envers ceux qui le poursuivaient, pour
travailler en leur faveur. Il eut l'habileté de tourner contre les
Pequots l'orage qui allait fondre sur les colonies. Le gouverneur
Winthrop invita Miantonimo à une conférence. Le jeune Sachem parut à
Plymouth en 1636, avec les fils de Cananacus et une garde de vingt
guerriers. Arrivé à une journée de marche, il envoya un héraut pour
annoncer qu'il arrivait. On envoya une compagnie de miliciens jusques à
Roxbury, et le gouverneur convoqua les conseillers et les magistrats. Un
festin préparé au palais du gouvernement, se termina par une alliance
offensive et défensive. Les deux partis s'engagèrent à ne pas traiter
séparément avec les Peckots et à leur faire une guerre à mort. On se fit
des présens en foi d'alliance. Les Anglais donnèrent vingt-six habits
galonnés[80], et les Sachems, une main de Pequot, et des pelleteries.
Les troupes anglaises, en entrant sur les terres des Narraghansetts,
firent prévenir Cananacus de leur marche et du plan de la campagne. Le
lendemain Miantonimo parut avec deux cents guerriers[81]. Voyant le
petit nombre des soldats, il fit venir de nouveaux hommes, en disant que
les Anglais étaient trop peu nombreux pour se mesurer avec les Pequots,
qui étaient tous gens de grand courage; puis il se sépara du Major Mason
en lui souhaitant le succès.

En Septembre, 1638, Miantonimo fit invité à Boston avec Uncas le
Mohican, son ennemi juré. Ce fut surtout dans cette conférence que les
colons commencèrent à affecter la supériorité sur les sauvages. Ils se
firent reconnaître pour arbitres entre les deux Sachems, et leur firent
conclure une paix perpétuelle. Miantonimo est accusé de l'avoir rompue
le premier. Il remua toutes les tribus du Connecticut, et fit de grands
amas d'armes. Il alla même jusqu'à aposter un assassin pour tuer Uncas.
Ce misérable, qui était Pequot, fit une tentative en 1649, et manqua son
coup. Il fut arrêté à Boston, et mis en jugement; mais Miantonimo plaida
sa cause, et lui obtint sa liberté en promettant de le renvoyer à Uncas.
Il ne le fit pas, mais tua lui-même le coupable deux jours après. Un
autre incident hâta la guerre. Sequassem, Sachem du Connecticut, ayant
tué un Mohican, et poursuivi Uncas à coups de pique, fut cité devant la
cour de Boston[82]. Il refusa de comparaître, et Uncas fut à la peine de
battre ses guerriers. Miantonimo se déclara alors, et poursuivit son
rival à la tête de neuf cents guerriers, qui se grossirent des vaincus.
Uncas n'avait que quatre cents hommes; il ne chercha pas moins le
combat, et les deux partis se rencontrèrent dans une vaste plaine. Le
Mohican voyant la force plus que triple de son adversaire, usa de
stratagême, et fit part à ses guerriers de son dessein. Il feignit de
demander un pourparler. Les deux bandes firent halte, et les deux
Sachems s'avancèrent en avant. Uncas dit à Miantonimo: «Nous avons
chacun un grand nombre de valeureux guerriers; ils ne doivent pas périr
dans une querelle qui nous est personnelle. Viens donc, comme un digne
Chef, et battons nous seul à seul.» «Mes guerriers sont venus de loin
pour combattre, répondit Miantonimo, et les Mohicans tomberont sous les
coups des Narraghansetts.» Il continuait de parler, lorsqu'Uncas se jeta
è terre. Aussitôt les Mohicans firent une décharge inattendue de toutes
leurs armes, puis si jetèrent sur leurs ennemis avec une furie qui les
força de se disperser. La poursuite fut chaude, et les vaincus chassés
de roc en roc comme le gibier devant le chasseur. Miantonimo ne put
échapper. Quelques-uns des plus braves guerriers d'Uncas l'atteignirent;
mais soit qu'ils n'osassent point l'attaquer, ou qu'ils le réservassent
à son rival, ils se contentèrent de le cerner. Uncas arriva, et se
précipitant sur lui, avec une force vraiment athlétique, il le saisit
par l'épaule et le renversa. Miantonimo se dégagea, et s'assit
impassible, demeurant muet au milieu des injures des Mohicans. Uncas lui
offrait la vie, s'il voulait l'implorer; mais le petit neveu de
Tashtassack avait trop de fierté pour s'abaisser devant son vainqueur,
qui l'épargna pour le moment, et l'emmena en triomphe. Dans cette
extrémité, le célèbre Samuel Gorton, qui avait obtenu de Cananacus de
vastes domaines, somma le Mohican de lui remettre son prisonnier sous
peine de s'attirer la haine des Anglais. Ce fut peut-être ce qui pressa
la mort de Miantonimo. Son astucieux rival saisit l'expédient de le
livrer aux autorités, qui se déclarèrent incompétentes. Mais le captif,
pour son malheur, voulut se soumettre de lui-même à l'arbitrage des
colons, et se confier à leur générosité. Les colonies nommèrent des
commissaires, qui eurent bientôt décidé qu'il était prouvé que le Sachem
Narraghansett avait attenté à la vie d'Uncas par assassins, poison et
sorcellerie; qu'il avait formé une ligue générale contre les colonies,
et engagé les Mohacks à combattre sous ses ordres. «Ces choses dûment
examinées, disent-ils, la vie d'Uncas ne peut-être en sûreté tant que
Miantonimo sera en vie. Il peut justement mettre à mort sur son
territoire un ennemi si faux et si sanguinaire.»

[Note 80: Rien ne flattait plus un Sachem que l'habit militaire de nos
officiers.]

[Note 81:

          The news of this our march, fame doth transport
          With speed to Great Miaantinomoh's court;
          Nor had that pensive King, forgot the losses,
          He had sustained through Sassacus's forces.
          Cheer'd with the news, his Captains all as one,
          In humble manner do address the throne,
          And press the King to give them his commission
          To join the English in this Expedition.
          To their request the cheerful King assents.

                                              WOLCOTT.]

[Note 82: Les légistes improvisés des colonies mirent les sauvages dans
la jurisdiction de leurs cours.]

Uncas, appelé à Hartford, entendit la sentence. Il conduisit son
prisonnier sur son territoire, et le fit exécuter en présence des
commissaires; ou plutôt, il fut lui-même le bourreau, et enterra
Miantonimo dans le lieu où il l'avait fait son prisonnier. Un monument
de pierres posées les unes sur les autres, en forme d'obélisque, se voit
encore à l'est de la ville de Norwich, dans un lieu que l'on a appelé la
Plaine du Sachem.



                             CHAPITRE XVII

                                 ----

                               ARGUMENT

Mort de Cananacus--Examen de la sentence portée contre
Miantonimo--Quelques traits des deux Sachems Narraghansetts.

On ne connaît aucun détail bien intéressant de la vie de Cananacus après
la mort de Miantonimo, si ce n'est que l'on a prétendu qu'il s'était
soumis à Charles Ier, le 16 avril, 1644[83]. M. Whithrop le fait mourir
en 1647; d'autres, en 1649.

[Note 83: V. «Report of Commissioners appointed in 1683, by Charles II,
to inquire into the claims and titles to the Narraghansett Country»,
dans la Collection de la Soc. Hist. du Massachusett.]

Je n'ai encore fait aucune réflexion sur le malheureux sort de son
collègue: ce chapitre sera consacré à examiner le mérite de la sentence
qui le conduisit à la mort.

Si je juge de l'opinion par quelques feuilles anglaises de Montréal, on
regarde comme inique, en Canada, le jugement rendu contre Miantonimo.
L'historien, après avoir pesé les faits, ne va pas toujours aussi loin
que l'opinion[84], mais il expose ces faits et les raisons avec toute
l'impartialité dont il est capable, et met ainsi le lecteur à même de
réformer son premier jugement, s'il a quelque chose d'outré.

[Note 84: M. de Voltaire paraît peu justifiable lorsqu'il avance dans le
Siècle de Louis XIV, que l'Histoire n'es en grande partie que l'énoncé
de l'opinion des hommes.]

Il paraît hors de doute que Miantonimo, plutôt que de demeurer en la
puissance de son rival, consentit à en passer par ce que les colons
décideraient. Il suit de là que leur tribunal devint compétent à le
juger; car il y avait bien chez le Sachem le consentement, et l'on ne
supposera pas qu'il y eût ce qu'on appelle la crainte _viri fortis_. Il
ne s'agit donc plus que de déterminer jusqu'où le tribunal se rendit
odieux par la sentence qu'il porta. Les juges disaient dans leur
manifeste: «Ils (les Narraghansetts) doivent comprendre que cela a été
fait sans violation d'aucune convention réglée entre eux et nous; car
Uncas, notre allié, fidèle observateur de ses engagemens, nous ayant
consultés sur les dispositions sanguinaires et traîtresses de
Miantonimo; considérant la justice de sa cause, le salut du pays et la
fidélité de notre allié, nous n'avons pu nous dispenser d'avouer que la
mort est juste. Cette décision est conforme à la coutume des _Indiens_,
et quelque douloureuse que puisse leur paraître cette perte, eux et tout
ce continent en ressentiront les heureux fruits.» Voyons par l'examen
des chefs d'accusation ce qu el'on doit penser de ce passage. Le
tribunal accuse Miantonimo: 1º d'avoir tué le Pequot qu'il devait
livrer; 2º d'avoir rompu la paix de 1638; 3º d'avoir soustrait des
prisonniers; et 4º d'avoir voulu se faire Sachem Universel. Je n'hésite
pas à répondre à la première accusation qu'il ne doit pas sembler
étonnant qu'un Sachem crût pouvoir ainsi satisfaire à ses engagemens: Un
Dey de Tunis ou d'Alger n'aurait pas eu d'idées plus avancées. Quant à
celle d'avoir rompu la paix, Cananacus en accusait lui-même les colons.
Je trouve une conversation de ce Sachem avec Roger Williams, qui jette
du jour sur cette prétention. «Je n'ai jamais souffert, dit Cananacus,
et je ne souffrirai jamais qu'aucune injure soit faite aux Anglais.
S'ils ne mente point, je descendrai tranquillement dans la tombe, et les
Narraghansetts vivront en paix avec eux. Puis, prenant une canne qu'il
rompit en dix parties, il cita autant de circonstances, où il croyait
que les colons avaient forfait à leurs engagemens. Williams ne put le
réfuter que sur quelques points. La jalousie des Européens était assez
patente. Quel message que celui du Gouvernement de Massachusetts à un
sachem de son alliance, à Miantonimo!... Il le somme de comparaître, ou
de se préparer à la guerre. Quelques déprédations commises par Janimoh,
Sachem de Niantic, alla répondre pour son vassal; mais je ne sache pas
que le Gouverneur de Boston, lui fît jamais aucune satisfaction de la
mort d'un Narraghansett que quatre scélérats massacrèrent et
dépouillèrent. Jamais Miantonimo ne refuse de paraître à Boston pour y
répondre aux accusations de ses ennemis. Il y vient en 1642, et se
présente devant le conseil avec une contenance pleine d'une dignité, qui
se communique à ses discours. On a l'air de vouloir armer, et l'on
prépare des retraites pour les faibles: on désarme les sauvages. Il
demande la raison de ces manoeuvres, et l'on ne peut la lui donner. Il
ne se sépare cependant pas du Gouverneur sans lui donner la main, et,
comme s'il l'eût oublié, il revient sur ses pas, et lui offre une
nouvelle poignée de main, en disant que celle-ci est pour les
conseillers. Comment donc rompit-il la paix. Ce ne put être qu'en fesant
la guerre aux Mohicans sans consulter les Anglais. Il semble en effet
qu'il ne pouvait la leur faire, sans la déclarer au Gouvernement, et
l'on disait que ces hostilités n'étaient le que de l'ambition et de la
haine. Cependant Uncas avait été l'agresseur en détruisant les moissons
des Narraghansetts. J'ignore jusqu'où l'on pouvait être fondé à accuser
Miantonimo de vouloir se faire Sachem Universel. On le supposait
peut-être sur ce que l'on croyait qu'il avait engagé les Mohacks dans
son parti. Tout ce que l'on peut dire de cette prétendue alliance, selon
M. Thatcher, c'est que le Sachem étant retenu prisonnier, les Iroquois
s'attendaient qu'ils pourraient tomber plus impunément sur les
Narraghansetts ou les Anglais. Je diffère d'opinion avec ce biographe,
et, ce me semble, il fallait que ceux qui avaient tué Sassacus l'eussent
fait par complaisance pour les Anglais ou pour les Narraghansetts.
Quoiqu'il en soit, le projet attribué à Miantonimo était digne de son
courage, et si cet exposé ne suffit pas pour le disculper absolument, il
affaiblit du moins les griefs allégués contre lui.

Je termine ce chapitre par quelques anecdotes sui sont communes à
Cananacus et à Miantonimo.

L'amitié constante des deux Sachems pour Roger Williams est suffisante
pour prouver chez eux un naturel noble. Cananacus, que Roger avait
appelé «morosus aique ac barbarus senex», le reçoit d'abord avec
défiance; mais bientôt il le fait son interprète et comme son ministre,
il lui donne des terres immenses. «Le prix de l'argent ne put obtenir la
cession du Rhode-Island, dit le prédicant, mais elle eut lieu par
l'amitié, cette amitié et cette faveur dont l'honoré Sir Henry Vane et
mois jouissions près des deux Sachems.»

Quoi de plus chevaleresque que cette recommandation qu'ils firent lors
de la guerre des Pequots! Ils demandèrent que les femmes et les enfans
fussent épargnés!

Williams nous donne encore une idée du respect de Miantonimo pour le
Christianisme. Un sauvage se moquait de la doctrine du ministre, et
disait que tous ceux qui mouraient allaient au sud-ouest. Comment donc,
interrompit le Sachem, as-tu jamais vu une âme aller au sud-ouest? Le
sauvage répliqua sans se déconcerter, qu'il ne paraissait pas plus
qu'aucune allât au Ciel. Ah! dit alors Miantonimo, ils ont des livres,
dont l'un vient de Dieu même. Pourquoi fallut-il qu'un si grand et si
noble pérît avec tant d'ignominie! Le nouvel éditeur de la collection de
Winthrop qualifie sa condamnation de perfide et de cruelle, et nous
avons vu en effet que les accusations n'étaient rien moins que prouvées.
Il est cependant à propos de se reporter vers l'époque et à l'esprit qui
la caractérisait, ne pas absoudre ses bourreaux, mais modérer l'horreur
de leur conduite sur le motif de la grande excitation qui régnait alors.

Un savant Gouverneur du Rhode-Island[85] s'écrie, en racontant la mort
de Miantonimo: «Telle fut la fin du plus puissant prince aborigène que
les habitans de la Nouvelle-Angleterre aient connu; et telle fut le
reconnaissance qu'on lui eut des secours qu'il avait donnés contre les
Pequots. Véritablement, un citoyen du Rhode-Island peut bien pleurer son
malheureux sort, verser quelques larmes sur la cendre de Miantonimo qui,
avec Cananacus, son oncle, fut le meilleur ami des blancs... Par leurs
bienfaits ils s'attirèrent la haine de ceux qui avancèrent la mort du
jeune roi.»

[Note 85: Hopkins.]

On trouve peu d'Anglo-Américains de la trempe du Gouverneur Hopkins, et
s'il faut que quelque déshonneur rejaillisse sur quelqu'un, on ne dira
pas comme Shéridan, dans une occasion différente[86], «l'honneur anglais
a coulé par tous les pores», et le blâme retombera tout entier sur ces
colons, naguère le fardeau de l'Angleterre; sur ces enfans pervers dont
elle se purgea en les jetant sur ces plages.

[Note 86: L'affaire de Quiberon.]



                            CHAPITRE XVIII

                                 ----

                               ARGUMENT

Nouvelles hostilités des Iroquois--Traits du courage--Réflexions.

La guerre continuait avec fureur dans le Canada. Une troupe d'Iroquois
s'approcha d'un village pour y faire quelques captifs. Le trouvant sur
ses gardes, elle ne voulut pas s'en retourner sans avoir rien fait. Elle
se cacha dans un bois, et y demeura toute la nuit en embuscade. Mais un
Huron, placé en sentinelle, sur une espèce de redoute, avertissait par
de hauts cris les Iroquois qu'il ne dormait point. Au point du jour, il
cessa ses hurlemens. Aussitôt deux Iroquois se détachent, et, s'étant
glissés jusques au pied de la palissade, ils demeurent quelque tems pour
voir s'ils n'entendront plus rien. Il voit deux hommes endormis, donne à
l'un un grand coup de hache sur la tête, enlève la chevelure[87] à
l'autre, et s'enfuit.

[Note 87: Carlo Carli, après avoir mentionné les cruautés des Lombards,
continue ainsi: «Il y avait parmi les Hurons et les Iroquois un autre
usage non moins barbare, et même encore plus cruel; c'était de cerner le
tour du crâne avec un instrument tranchant, pour enlever la peau et la
chevelure à un ennemi vaincu et vivant. Voilà (dit-il) le plus glorieux
trophée de ces nations féroces.» Hérodote, Liv. IV, nous fait voir les
Scythes aussi barbares: «Voici, dit-il, comment ils enlèvent le cuir
chevelu. Ils le cernent tout autour jusqu'aux oreilles, secouant la tête
pour en détacher ce cuir, l'amollissant en le pétrissant avec les mains,
pour s'en faire une sorte de serviette; et plus un des leurs a de
semblables cuirs, plus il est considéré.» C'est le lieu de faire justice
des «Papiers Publics» où ce Comte a lu «que Bourgoing, aussi féroce que
ces sauvages, leur promit, dans la dernière guerre, un ducat pour chaque
chevelure de colons qu'ils lui apporteraient.» Se cette atrocité, qui
couvrit d'un opprobre éternel ce général Anglais, peut être vrai,
continue-t-il, on peut assurer que le général Carleton s'est couvert de
gloire en s'y opposant de tout son pouvoir, au risque même de perdre le
commandement de l'armée du Canada. Carleton (Lord Dorchester) mérite cet
éloge du noble Comte; mais le général Bourgoing était un trop brave
militaire pour ne pas abhorrer les horreurs dont l'accusaient sans doute
les révoltés américains.]

Le village à son réveil vit ces deux hommes baignés dans leur sang. On
poursuivit, mais en vain, les Iroquois, qui avaient trop d'avance pour
qu'on pût les atteindre. Cependant on ne respirait que vengeance: trois
jeunes guerriers promirent de la satisfaire. Ils se mirent en marche, et
au bout de vingt jours, ils arrivèrent à un village de Tsononthouans. Il
était nuit, et tout le monde dormait profondément. Nos trois guerriers
percent une cabane par le milieu; ils allument du feu sans que personne
ne s'éveille, et à la lueur de la flamme, ils choisissent leurs
victimes.

«Voilà, dit M. Dainville, l'expédition de Nisus et d'Euryale, un trait
aussi remarquable, au moins, que bien des exploits que des poëtes Grecs
ont consacrés par la magie de leurs vers. Une marche de vingt jours dans
un pays ennemi, des dangers sans nombre, pour une vengeance incertaine;
l'audace, la bravoure, la patience, rendent merveilleuse cette
entreprise héroïque. Si Homère rapportait ce trait, il serait admiré, et
les enfans le réciteraient dans nos écoles; mais un fait moderne, dont
le théâtre est une forêt du Canada ne mérite (apparemment) pas qu'on y
prenne garde. Les hommes admirent comme ils dénigrent sur parole. Ils
suivent la foule moutonnière qu'emporte le torrent de la routine: il est
si aisé de penser comme tout le monde, et si doux d'adopter l'opinion
ancienne!»[88]

[Note 88: Le Chevalier Temple, en Angleterre, et Boileau Despréaux, en
France, ont exalté l'antiquité, apparemment pour se mettre eux-mêmes
au-dessus de leur siècle.]



                             CHAPITRE XIX

                                 ----

                               ARGUMENT

De la Confédération Patucket en
New-Hampshire--Passaconaoua--Incidens--Rapports du Sachem avec le
célèbre Elliot--Fête sauvage; Passaconaoua y dit adieu à son
peuple--Anecdotes.

Je porte mes regards sur un espace de pays qui n'a encore rien présenté
de mémorable. Mais le burin de l'Histoire a retracé le portrait de
Passaconaoua, Sachem de Pannuhog. Sa nation, une des plus guerrières de
la Nouvelle-Angleterre, résistait courageusement aux Iroquois, et porta
même la guerre chez les Mohacks. La tradition avait conservé le souvenir
d'un sanglant combat entre les deux peuples, sur la rivière Merrimack.
Les Agahuans, les Nancis, les Piscataquas et les Acamintas, qui y
avaient tous des guerriers se connaissaient sujets de Passaconaoua, et
les Sachems de Quamscot et de Patucket étaient ses vassaux. Il était
déjà vieux lors de l'arrivée des Anglais, qui, devenus farouches, à une
époque où ils prévoyaient les nombreux désastres qui allaient leur
arriver, s'allièrent avec le Sachem Saggahuo pour désarmer le roi de
Pannuhog. Un coup de fusil tiré au milieu de la nuit suffisait pour
faire lever tout un bourg, et les cris d'un malheureux égaré dans les
bois, fesaient croire à une invasion de Mohacks: la Nouvelle-Angleterre
égala la timidité de l'enfance. Il était permis au jeune Astianax d'être
saisi de frayeur à la vue de l'énorme panache de son père, Hector; mais
les gouvernemens coloniaux durent chasser leurs craintes, et s'armer
d'un courage plus viril. Ils revinrent sur leurs pas et M. Winthrop
proposa d'offrir des réparations. Le parti envoyé pour enlever
Passaconaoua n'avait pu saisir que sa femme et son fils. Le Chef
Ousamequin fut chargé de négocier un accommodement, et le vieux Sachem,
en bon diplomate, accepta l'amitié des Anglais.

Le célèbre Elliot, auquel on a donné avec justice le nom «d'Apôtre des
Indiens», écrivait en 1649: «Le Grand Sagamo de ce lieu (Pannuhog) est
Passaconaoua, qui se donne à la prière avec ses enfans, et se montre
plein de respect pour la parole de Dieu.» Il fut du petit nombre de ceux
qui montrèrent de l'empressement pour le Christianisme. Il pressait le
bon missionnaire de le venir visiter, et lui fesait de très beaux
raisonnemens. Ainsi, il lui disait que le ministre ne venant qu'une fois
l'an, il ne pouvait faire de grands fruits parce que les sauvages
oubliaient bientôt ce qu'il leur disait. Il en était comme si quelqu'un
jetait dans un cercle une belle chose, tous les sauvages se
précipiteraient pour la saisir, et l'aimeraient bien parce qu'elle a une
belle apparence. Mais ils ne pourraient en voir l'intérieur, s'il y a
quelque chose ou rien, une pierre brute ou des perles. La prière pouvait
bien n'être qu'un fardeau; il voulait qu'ou la lui ouvrît, c'est-à-dire,
qu'on la lui fît bien connaître.

En 1660, un monsieur fut invité à une danse sauvage. A la fin de cette
fête, à peu près semblable à celles plus haut décrites, Passaconaoua,
cassé de vieillesse, fit son dernier adieu à son peuple. Il lui
recommanda de vivre en paix avec les Anglais, en disant, que s'il leur
fesait du mal, il ne pourrait que hâter sa destruction. Vonolansett, son
fils, suivit ses sages conseils, et il émigra avec la nation dans un
pays éloigné où il ne prit aucune part à la guerre de Philippe.

Passaconaoua avait commencé par être devin, et ce fut en cette qualité
qu'il acquit son influence. Il devait être bien propre à ce rôle, car
les écrivains de l'époque nous disent qu'il surpassait tous les siens en
sagesse et en duplicité. Il persuada aux sauvages qu'il pouvait faire
danser les arbres et se changer en flamme. Le jongleur devint diplomate,
Chef et Sachem. Il sut conserver son territoire par des civilités qui ne
diminuaient pas son importance parmi les siens, en leur procurant une
heureuse paix. En un mot, Passaconaoua n'était peut-être pas comparable
aux sages de la Grèce, s'ils ont été aussi sages qu'on le dit, mais il
brilla autant parmi les siens.

On rapporte le trait suivant. Menataqua, Sachem de Saugus, lui ayant
demandé sa fille, Guiasa, en mariage, il la lui accorda, et donna une
grande fête. Selon l'étiquette de son pays, il ordonna qu'un parti de
guerriers escorterait la mariée jusques à la résidence de son époux. Des
fêtes non moins brillantes y eurent lieu, puis l'escorte revint à
Pemmacook, demeurance du beau-père. Quelque tems après, la jeune épouse
ayant voulu visiter son père, Menataqua la fit conduire par une troupe
choisie. Lorsqu'elle voulut s'en retourner, le vieux Sachem, au lieu de
la faire escorter, fit dire à l'époux de la venir chercher; mais
celui-ci qui tenait aux usages, lui envoya cette réponse: «Lorsqu'elle
m'a quitté, j'ai envoyé mes guerriers à sa suite; à présent qu'elle veut
revenir à moi, j'attends que tu en agisses de même.» Le vieillard se
fâcha, et l'hymen fut rompu.

Farmer et Moore, dans leur Collection, parlent d'un Chef nommé St.
Aspinquid, mort en 1662, et dont la tombe est Encore visible sur le mont
Agamenticus, dans le Maine. Ses funérailles furent célébrées par une
infinité de Sachems, et la mémoire en fut perpétuée par une grand chasse
où l'on tua quatre-vingt-dix-neuf élans, trente-deux fouines et
quatre-vingt-deux chats sauvages. Peut-être ce Sachem n'est-il pas autre
que Passaconaoua. Le mont Agamenticus peut bien être le lieu où se
retira Vonolansett: la qualité de devin et l'estime du Christianisme
justifient l'épithète de Saint. Les vers suivans reproduisent la
tradition conservée par les sauvages sur ce personnage singulier:

              He said, that Sachem once to Dover came
              From Penacook, when eve was sitting in,
              With plumes his locks were dressed, his eyes shot flames.
              He struck his massy club with dreadful din
              That oft ha made the ranks of battle thin,
              Around his copper neck terrific hung
              A tied-together, bear and catamount skin,
              The curious fishbones o'er his bosom swung,
          And thrice the Sachem danced, ant thrice the Sachem sung.
              Strange man was he! 'Twas said he oft pursued
              The sable bear, and slew him in his den,
              That oft he howled through many a pathless wood
              And many a tangled wild, and poisonous fen,
              That ne'er was trod by other mortal men.
              ...........................................
              A wondrous wight! For o'er Siogee's ice
              With brindled wolves all harnessed three and three,
              High seated on a sledge made in a trice
              On mount Agiocoohook[89] of hickory.
              He lashed end reeled, and sung right jollily
              And once upon a car of flaming fire
              The dreadful Indian shook with fear, to see
              The King of Penacook, his Chief, his Sire,
              Ride flaming up towards heaven, than any mountain higher.

[Note 89: Nom sauvage des Montagnes Blanches. Les américains avaient une
singulière vénération pour le sommet de ces monts, qu'ils regardaient
comme le séjour d'êtres invisibles, et sur lesquels ils n'osaient jamais
monter. Ils disaient que le pays fut autrefois submergé avec tous ses
habitans, excepté Agiocohook et sa femme, qui trouvèrent un refuge sur
ces montagnes, et repeuplèrent la terre. Et Bartram raconte dans son
Histoire naturelle et politique de la Pensylvanie, que montrant à un
Américain des fossiles et des productions marines qu'il avait trouvés
sur des monts moins élevés, celui-ci lui dit que la parole ancienne, ou
la tradition, leur avait appris que la mer les avait tous environnés.
C'est la tradition de tous les peuples de l'antiquité profane et sacrée.
Ce déluge aura été le châtiment des hommes, comme l'ont pensé nos
peuplades, et comme le croyait Ovide:

         Pæna placet diversa; genus mortate sub undis perdere

dit ce poëte. Selon les Mexicains les seuls Cortox et Quitequetzele
survécurent au déluge. Les Chinois l'ont mentionné dans leurs annales.
C'est ainsi encore que dans toutes les fausses religions, et des Indes
et du Nord, il existe une tradition d'un arbre ou fruit défendu, que,
l'on retrouve en Amérique. Les pommes d'Iduna l'offraient dans la
religion des Scandinaves, un fruit différent dans la tradition
iroquoise.]



                             CHAPITRE XX

                                 ----

                               ARGUMENT

Metanco surnommé le roi Philippe--Origine de sa haine des colons--Sac de
Swanzey--Bataille de Pocasset--Défaite du Sachem et sa mort--Suites
désastreuses de cette guerre.

Seize années après la fondation de Plymouth, la Nouvelle-Angleterre
contenait cent-vingt bourgs, et autant de milliers d'habitans. Les
forêts disparaissaient peu à peu devant le laboureur aventurier et
hardi, et déjà les naturels trouvaient leur gibier dispersé et leurs
retraites envahies. C'était la conséquence des cessions de terres
continuelles que les peuplades fesaient aux émigrés. Cependant
lorsqu'elles s'aperçurent qu'on voulait leur arracher le sol qu'avaient
habité leurs ancêtres, l'amour de la patrie et de l'indépendance, la
plus forte passion qui anime l'homme des forêts comme l'homme civilisé,
se réveilla soudain. Il leur manquait un Chef que concentrât, et
dirigeât leurs efforts: Metanco ou Philippe de Pokanoket, fils de
Massassoit, accepta ce poste éminent mais dangereux. Autant le père
avait été l'ami des Anglais, autant le fils se montra leur ennemi
implacable, et cette haine qu'il ressentait déjà dans sa jeunesse, elle
se changea en fureur vengeresse, quand ils furent cause de la mort de
son frère aîné, l'intéressant Vansutta. Ce frère, suspecté de tramer
contre eux, fut enlevé, et jeté dans un cachot. L'affront de se voir
injustement privé de sa liberté lui fit contracter une fièvre dont il
mourut. Metanco hérita de son autorité et de son noble courage. Il mit
en oeuvre tus les artifices de l'intrigue, et toutes les forces de la
persuasion, pour porter les tribus à unir leurs efforts pour l'entière
destruction des colonies. Informés de ses projets, les Anglais firent de
leur côté des préparatifs de défense, bien qu'ils espérassent que cet
orage passerait comme tant d'autres. Mais les prétentions de Philippe et
de son parti grandirent tous les jours.

Au mois de juin, 1675, il pénétra dans la petite ville de Swanzey,
détruisant les bestiaux, brûlant les maisons, et massacrant une partie
des habitans. Les milices de la colonie marchèrent dans toutes les
directions, et furent jointes par un détachement de celles du
Massachusetts. Les sauvages retraitèrent, brûlant sur leur route les
maisons et les blés, et fixant au haut de perches les mains et les têtes
de ceux qu'ils avaient tués. Tout le pays fut en alarme, et l'armée
coloniale mise sur un pied formidable. Ce grand développement de forces
induisit Philippe à abandonner son quartier-général de Montaup: il alla
camper près d'un marais, à Pocasset, maintenant Tiverton. Les Anglais
s'étant assemblés une première fois, vinrent l'attaquer, et furent
vaincus, avec perte de cent vingt hommes tués ou blessés. Ce combat du
reste peu sanglant, fut décisif au-delà de ce que Philippe aurait pu
l'espérer; car malgré la coopération du New-Hampshire et de plusieurs
autres colonies, les affaires de la Nouvelle-Angleterre se trouvèrent
bientôt dans le plus déplorable état. Dans ces tems-là, la plupart des
établissemens étaient environnés de forêts, et les sauvages vivaient
avec les colons. Les premiers connaissaient les habitations, les chemins
et les lieux de refuge des derniers. Ils épiaient leurs mouvemens, et
tombaient sur eux au moment où ils s'y attendaient le moins. Les une
tombaient le matin en ouvrant leurs portes, les autres en travaillant
dans les champs ou en visitant leurs voisins. En tout temps, en tout
lieu et dans tout emploi, la vie des colons était en danger, et pas un
n'était assuré de n'être point massacré le jour, dans son grenier, au
bois ou sur la route. Lorsque l'ennemi s'assemblait en force, on
envoyait des détachemens à sa rencontre; s'ils étaient moins nombreux,
ils retraitaient, ou l'attaquaient s'ils étaient en plus grand nombre,
et ne le battaient pas toujours. Des villages étaient soudainement
investis, les maisons brulées, et les hommes, les femmes et les enfans
tués ou traînés en captivité. Les colonies perdant de jour en jour leurs
défenseurs, des familles et des plantations appréhendèrent une prochaine
destruction. Un grand effort seul pouvait prévenir ce malheur, et on le
fit. Des délégués de toutes les colonies se rencontrèrent, et il fut
résolu qu'un corps considérable attaquerait la principale position de
l'ennemi, tandis que de moindres détachemens dirigeraient leur course
vers d'autres points. Josiah Winslow, Gouverneur de Plymouth, fut nommé
généralissime, et une fête solennelle fut célébrée par toute L
Nouvelle-Angleterre, pour invoquer l'aide du Tout-Puissant. Le 18
Décembre, les différens corps firent leur jonction sur le territoire des
Narraghansett, à quinze milles du camp de Philippe. Quoique le temps fût
très froid, les soldats furent obligés de passer la nuit à découvert. Au
point du jour, ils commencèrent leur marche à travers de grands amas de
neige, et le 19, à une heure, ils arrivèrent devant la position des
sauvages. Philippe avait établi son camp au milieu d'un marais, sur un
terrain un peu élevé, et l'avait entouré d'un rang de palissades,
soutenu en dehors par un fort retranchement de broussailles. Là fut
livré le combat le plus terrible et le plus acharné[90] dont fassent
mention les annales de la Nouvelle-Angleterre. On se battit durant trois
heures, et les Anglais remportèrent une victoire complète. Philippe s'y
surpassa, et ne céda le champ de bataille qu'après avoir vu tomber mille
des ses guerriers tués sur la place, et six cents hommes, femmes et
enfans au pouvoir du vainqueur. Tranquille au milieu du désordre, il
ramassa ses débris, et opéra sa retraite à travers les Anglais mêmes,
qui, effrayés de son audace et de leurs propres pertes, n'osèrent le
poursuivre. Six capitaines fesant l'office d'officiers-généraux, et
quatre-vingts soldats demeurèrent sur place avec les vaincus; et cent
soixante furent blessés plus ou moins grièvement. Les sauvages ligués ne
se relevèrent point de ce désastre, mais ils demeurèrent néanmoins assez
forts pour harasser les colonies par des courses continuelles. Les
colons entretinrent des partis sur presque tous les principaux points de
leurs territoires, et la plupart furent victorieux. Le capitaine Church,
de Plymouth, et le capitaine Dennison, de Connecticut, remportèrent
surtout de signalées victoires.

[Note 90: On peut en excepter le combat de Strickland's Plains gagné par
les Hollandais, sous le capitaine Underhill, en 1643. Un siècle après le
sol était encore blanchi par les ossemens des vaincus.]

Au milieu ce ces revers Philippe demeura ferme et inébranlable. Ses
officiers, sa femme[91] et sa famille étaient morts ou captifs. A la
nouvelle de ces infortunes, il pleura avec amertume, car il possédait
les plus nobles des affections et des vertus humaines. Mais il ne voulut
entendre à aucune proposition de paix, et tua de sa main un lâche que
ôsa parler de se rendre. Il remporta encore de temps à autres des
avantages assez considérables, jusqu'à ce qu'enfin, après avoir été
poussé de marais en marais, il fut assassiné par le frère de celui qu'il
avait tué. Le reste de ses partisans se soumit aux Anglais ou joignit
des tribus lointaines.

[Note 91: Elle avait un courage viril, et elle n'était pas la seule.
Ouitamore et Aouashonks se rendirent célèbres dans le cours de cette
guerre.]

Comme un autre Mithridate, ce sauvage extraordinaire, combattit jusqu'à
sa fin les ennemis auxquels il avait voué une haine éternelle: il périt
aussi de la main d'un traître.

L'illustre Racine déployant sur la scène tragique l'âme du monarque de
l'Asie, lui prête ce langage:

          Mais au moins quelque joie en mourant me console;
          J'expire environné d'ennemis que j'immole.
          Dans leur sang odieux j'ai pu tremper mes mains,
          Et mes derniers regards ont vu fuir les Romains.

et il lui fait dire plus loin:

          Tant de Romains sans vie, en cent lieux dispersés,
          Suffisent à ma cendre, et l'honorent assez.

Ce langage convient aussi bien à notre héros. A sa mort, la paix
reparut, plus bienfaisante que jamais, parce que la lutte avait été plus
accablante. Le territoire de Plymouth avait vu en cendres la ville de
Swanzey, et pas moins de dix forts du Massachusetts avaient disparu. Les
établissemens sur les rivières Custer et Piscataqua, en New-Hampshire,
avaient été attaqués et ravagés. Les autres colonies souffrirent en
proportion; et celle qui perdit le moins fut celle de Connecticut. Mais
elle paya de ses soldats à l'attaque des Narraghansetts. Plus de mille
habitation avaient été détruites, et des marchandises et des bestiaux
pour une valeur immense, avaient été pillés. Une grande partie de la
population avait péri, et celle qui resta et qui survécut à la guerre
contracta une dette immense, qui devint un fardeau plus insupportable au
fur et à mesure que les ressources diminuèrent. En un mot, de tous le
Américains fameux, Philippe de Pokanoket fut celui qui fit plus de mal
aux colonies.



                             CHAPITRE XXI

                                 ----

                               ARGUMENT

Quoique j'aie préféré dans cet article les historiens généraux des
Etats-Unis aux écrivains qui nous ont laissé des chroniques sur les
évènemens de la terrible guerre qui m'occupe, je trouve pourtant dans
ceux-ci quelques particularités fort intéressantes. J'y vois comment le
terrible Sachem échappe tant de fois à ses ennemis. Après la bataille de
Narraghansett, il ne se sauve que'en s'aventurant avec quelques
guerriers intrépides sur la rivière Taunton: c'est là que Outamore,
femme courageuse périt à sa suite[92].

[Note 92: Parente de Philippe, et Sachem de Pocasset, se joignit à lui,
et se noya près de Swansey. Sa tête fut exposée à Taunton. Aouashonks
suivit aussi le parti de Philippe; mais le capitaine Church, avec qui
elle eut commerce la pacifia. Il nous a décrit ses entrevues avec cette
amazone. Elle était Sachem de Sogkomate, et dix sauvages de sa tribu
vivaient encore à Compton, en 1803.]

Un jour, un transfuge guide les Anglais vers sa retraite; il fuit,
laissant son diner sur le feu, et son oncle est tué avec vingt de ses
plus braves guerriers. Le lendemain même, le capitaine Church aperçoit
un guerrier assis tristement sur un arbre renversé; il décharge son
fusil et le sauvage tourne la tête: c'était Philippe pleurant sur ses
infortunes et sur celles de sa race. Il échappa encore, mais c'eut dû
être sans plus d'espoir. Sachem d'une race antique, il se voyait sans
sujets et sans domaines, trahi par ses propres alliés, et poursuivi
comme une bête fauve. Uncaqpan, Samcama et Vocamet, ses principaux
conseillers, étaient morts ou captifs. Passait-il la borne de son
territoire, il rencontrait encore des ennemis à combattre. Caché entre
Iork et Albany, il fut découvert par les Mohacks, ses ennemis
irréconciliables, et mis en déroute. Refoulé sur la rivière Connecticut,
il fut encore atteint par les Anglais, qui se jetèrent sur son camps et
le ravagèrent en poussant le cri de guerre des Iroquois. Il y perdit
trois cents guerriers.

S'attendrait-on à le retrouver deux jours après rassemblant ses débris
sur les collines d'Ouasett: il descend avec la rapidité de l'aigle sur
Sudbury, et anéantit le capitaine Wardsworth et son parti. Il cherche le
capitaine Church, et va l'intercepter. Il détruit Brockfield soutenu par
les Sachems Apequinast, Quamansit et Mautamis. Il fait exécuter le
transfuge Sassamon.

Philippe touchant à sa mort était encore entouré de quelques guerriers
fidèles; mais un traître, qui avait suivi le capitaine Church, le
découvrit. Il reçut le coup fatal, et les Anglais poussèrent trois
hourras pour bénir la fin de leurs maux. Church envoya sa tête à
Plymouth, d'où elle fut promenée par toute la Nouvelle-Angleterre. Son
fils, âgé de neuf ans, fut vendu et porté aux Bermudes, après que l'on
eut consulté les théologiens. Le ministre Cotton prétendit que le fils
d'un traître devait subir le même sort que son père, et le Docteur
Increase Mather compara cet enfant à Hadad dont Joab tua le père. Les
colonies de Massachusetts et de Plymouth se disputèrent Montaup, que le
roi Charles II assigna à la dernière. Les Pokanokets furent exterminés,
les Narraghansetts presque détruits, et les Nipmucks se réfugièrent dans
le Canada. Le pays des sauvages fut désert, et il ne resta de monuments
de cette grande catastrophe que le canon du fusil qui tua Philippe, dans
le cabinet de la Société Historique du Massachusetts.

Nos voisins qui auraient été curieux de posséder le portrait d'un
naturel si fameux, en présentent plusieurs; mais il n'y en a pas deux
que se ressemblent, ce qui autorise à croire qu'aucun n'est le vrai.
L'historien de la Nouvelle-Angleterre, Josselyn, qui l'avait vu à
Boston, ne parle que de son accoutrement. Il portait un habit militaire
à l'anglaise avec des brodequins et un baudrier brodés en perles. Une
famille de Swanzey possède encore quelques insignes du Sachem, que le
conseiller Anaouon livra au capitaine Church. Il y avait un tapis en
drap rouge orné de perles, et trois parures richement et délicatement
travaillées. La plus ample descendait sur les hanches; la seconde, qui
était ornée de perles disposées avec beaucoup d'art, restait sur la
poitrine répondant aux crachats de nos généraux; et l la troisième
tenait lieu de diadême: deux petits pavillons y étaient attachés. Ces
ornemens ne servaient que dans les grandes occasions, et il tenait à ces
marques extérieures de majesté. La mort de Sassamon était une suite de
la haute idée qu'il concevait de son autorité. Il avait fallu que le
gouvernement protégeât contre sa colère un sauvage Nantucket qui avait
mal parlé d'un de ses parens. Le sujet avait manqué de respect envers la
famille de son souverain, impardonnable injure, que les Anglais ne
firent oublier qu'avec une grosse somme d'argent.

Aussi ennemi du Christianisme que Massassoit, Philippe prit un jour un
des boutons de l'habit d'Elliot, en disant qu'il ne prisait pas plus sa
doctrine que cet objet.

On ne doit pas croire que ses minières fussent d'un barbare, non plus
que ses procédés. Il est digne de remarque qu'il ne maltraita jamais un
prisonnier, même dans le temps que les colons vendaient ses sujets comme
esclaves. Il se conduisit vis-à-vis de Madame Rowlandson, sa
prisonnière, comme l'aurait fait un prince civilisé. L'ayant fait
appeler, ill'invite à s'asseoir, et lui demande obligeamment si elle a
accoutumé de fumer. Il va lui-même lui annoncer que dans deux jours elle
sera libre. La famille Leonard[93] vit en paix sous sa protection au
milieu des fureurs de la guerre; la ville de Taunton est épargnée, et
cependant, les Anglais avaient massacré tous ses proches, ils avaient
mis sa tête à prix. Après cela questionnez nos voisins: ils appelleront
le Roi Philippe un «barbare», et leurs cruels ancêtres, «d'innocens et
inoffensifs planteurs».

[Note 93: Il défendit à ses guerriers d'attaquer la maison qu'elle
occupait, et où sa tête fut depuis en dépôt.]



                            CHAPITRE XXII

                                 ----

                               ARGUMENT

Des descendans de
Cananacus--Mexham--Pessacus--Ninigret--Pombamp--Exploits de
Conanchel--Sa mort--Réflexions.

MEXHAM, successeur de Cananacus, n'eut pas les qualités de son père, et
vécut soumis aux Anglais. Après sa mort le sceptre Narraghansett tomba
en quenouille dans les mains de Quaïapen, connue sous le nom de Magna,
sa veuve, qui joua un grand rôle dans la guerre de Philippe.

Pessacus, frère de Miantonimo, hérite de son courage, et paraît sur la
scène avec le célèbre Ninigret, son oncle. Ce dernier envoya un corps
considérable contre les Pequots. M. Wolcott fait dire aux Anglais:

                    We lead those bands
          Armed in this manner, thus into your lands
          Without design to do you injury
          But only to invade the enemy.

Il se chargea avec Pessacus de la vengeance de Miantonimo, et sut la
satisfaire en dépit des colons. Les deux Sachems armèrent huit cents
guerriers, et pressèrent Uncas si vivement, que lui-même eut peine à
s'échapper. Un affront que subit Pessacus, pensa ternir l'éclat de cette
victoire. Le major Atherton étant entré sur son territoire, pénétra
jusques à son wigwam, et le pistolet sur la gorge, le força de payer une
forte contribution. Mais Ninigret se défendit mieux et força les Anglais
à la retraite.

Le voisinage des Hollandais rendait ce brave Sachem encore plus
redoutable aux colons. Un discours qu'il adressa au même officier que
nous avons nommé jette du jour sur les motifs de la défiance sans bornes
que lui montra toujours le gouvernement; le voici: «Ninigret ignore tout
complot ourdi contre les Anglais. Il est pauvre; mais des fusils et des
balles ne l'engageront point à déclarer la guerre. Ninigret était dans
sa cabane lorsque ses enfans vinrent lui dire qu'il était venu un
vaisseau de cette nation (les Hollandais). Ces hommes dirent qu'il y
avait bataille entre eux et les Anglais de l'autre côté du grand lac, et
qu'ils viendraient en grand nombre pour combattre. Pour Ninigret, il n'a
point de raisons de faire la guerre à ses bons amis; ils sont ses
voisins, et les étrangers sont éloignés. Quand il voyageait pour sa
santé, et c'était dans la saison des neiges, il frappa tout le jour à la
porte de la cabane où est leur Sachem, et il ne lui ouvrit pas. Ses amis
n'en agissent pas de la même manière.»

Ce langage était sans doute destiné à amuser les Anglais, car l'année
suivante le Sachem attaque les sauvages de Long-Island; il engage les
Mohacks dans son parti, et, fort de leur secours, il fait aux colons,
toujours soupçonneux, cette fière réponse qui suffirait pour
l'immortaliser: «Ninigret ne fera point la paix avec les meurtriers de
son fils et de soixante guerriers de son peuple. Je désire que les
Anglais me laissent en repos, et ne me demandent point d'aller à
Hartford. Jonathan[94] m'a demandé si j'y enverrais des députés, et je
lui ai répondu: si le fils de votre Sachem était massacré,
demanderiez-vous conseil-un autre Sachem pour venger sa mort? Quant aux
Mohacks, ce sont mes alliés, qui viennent pour ma défense: je vengerai
avec eux mes injures.» Le major Villard, à qui il parla de la sorte,
envahit aussitôt ses terres. Il lui abandonna ses forts et se retira
dans la forêt. Les Anglais trouvant tout désert lui envoyèrent une
députation, mais il fit dire aux députés, que ne sachant pas la raison
de cette nouvelle irruption, il ne pouvait se commettre avec eux. Six
nouveaux délégués parvinrent cependant à conclure un arrangement, mais
le tribut fut fièrement refusé, et le major fut condamné pour avoir fait
une paix honteuse. Un vaisseau envoyé entre Nanticut et Long-Island fut
témoin des nouveaux triomphes de Ninigret et de Pessacus contre les
Mohicans.

[Note 94: Son interprète.]

Il est remarquable que Ninigret ne prit aucune part à la guerre de
Philippe[95]. Pomham et Conanchel ne suivirent point son exemple. Pomham
était un Sachem qui s'était lié avec les Anglais par jalousie contre
Miantonimo. Ce noble Sachem ayant donné un refuge au fameux
religionnaire Samuel Gorton, et lui ayant donné la terre de Shaomet,
Pomham, qui prétendait qu'elle lui appartenait, vint à Boston avec un
autre Chef nommé Samocomo, et se mit sous la protection du
gouvernement[96]. Il ne fut fidèle aux Anglais qu'autant que ses
intérêts le demandèrent. Après avoir érigé, sous prétexte du voisinage
des Narraghansetts, un fort de construction européenne, il se jeta dans
les bras de Philippe. Cette guerre fit sa réputation. Les Anglais le
comptaient parmi les plus redoutables Chefs et le rangeaient
immédiatement après le roi de Pokanoket et Conanchel. La confédération
Narraghansett fut d'abord neutre. Pour lui, il commença la guerre avec
Metanco, et dédaigna de ratifier un traité négocié sur son territoire à
la pointe des bayonnettes. Ses guerriers furent taillés en pièces après
la plus belle résistance, et il fut tué lui-même en 1676. Ce fut dans le
voisinage de Delham, où il s'était retiré avec une centaine de braves.
Il aima mieux périr que de se rendre, et tels étaient son courage et sa
force que, blessé mortellement, et gisant sur le sol, il fracassa un
soldat qui ne lui fut arraché qu'à force de bras.

[Note 95: Sa tribu qui n'était qu'une annexe à la Confédération,
subsistait encore en 1738, lorsque l'on découvrait à peine un
Narraghansett sur le territoire du Rhode-Island. Nul Chef ne fut plus
souvent accusé que Ninigret. Il avait cependant des titres à l'estime et
même à l'admiration. Il était noble de venger la mort de ses proches et
de ses sujets, et il le fit avec dignité. Il ne sacrifia jamais son
honneur à l'amitié des Anglais, et sut repousser leur arbitrage. S'il
demeura tranquille au milieu des combats que livraient ses semblables
pour leur liberté, ce fut apparemment parce qu'il prévit le résultat.]

[Note 96: Nos dévots protestans imposèrent aux deux Sachems, comme
condition, d'observer les dix commandemens, que ces princes des forêts
de l'Amérique traitèrent assez cavalièrement. Quand on leur demanda
s'ils voulaient adorer Dieu, ils répondirent qu'ils le voulaient bien,
parce qu'il fesait plus de bien aux Anglais que ne leur en fesait le
leur. Ils dirent qu'ils ne savaient point ce que c'était que de jurer;
et que pour le Dimanche, ils pourraient l'observer d'autant plus
facilement qu'ils n'avaient jamais beaucoup à faire.]

Nununtanoï, autre Sachem distingué, et Conanchel eurent bientôt le même
sort. Ce dernier, fils de Miantonimo, succéda à Pessacus. Son courage
était digne du sang qui coulait dans ses veines, et si ses oncles
conservèrent de la dignité à la Confédération Narraghansett après la
mort de Miantonimo, digne descendant de tant de héros, et ne pouvant
prévenir la ruine de la nation, ce jeune Chef environna son tombeau
d'une gloire éclatante. Trumbull nous dit qu'il hérita de l'orgueil de
son père, et de sa haine pour les Anglais. Hubbard s'étend sur ce qu'il
appelle ses cruautés, et se glorifie de sa perte. Un auteur moderne,
plus judicieux, trouve dans ces accusations même la preuve d'une
organisation d'âme peu ordinaire.

Conanchel combattit dans la bataille livrée par Josiah Winslow à
Philippe et à ses alliés. Ce ne fut qu'après une lutte de géans que les
Anglais purent donner l'assaut aux ouvrages des sauvages. Le champ de
bataille fut enveloppé en peu d'instans dans une conflagration générale.
Les hommes rouges, excités par le noble exemple des Chefs, se
défendirent avec une fureur sans égale, et ne cédèrent momentanément
qu'après avoir jonché de morts ces champs devenus célèbres. Après la
prise de Lancaster par Metanco, son émule met à contribution la ville de
Medfield, bat le capitaine Pierce, à Providence, et saccage cet
établissement, ainsi que Warwick et Sekonck: il s'avance jusques à
Boston. C'était alors l'époque de la grande puissance de Philippe, et
ses désastres commencèrent avec la mort du fils de Miantonimo. En
embuscade dans les forêts du Connecticut, Conanchel prenait encore une
part active à la guerre, lorsque la nourriture manqua à mille cinq cents
guerriers et à quatre mille femmes et enfans qui les suivaient. Ce héros
sauvage proposa, o surprise! de cultiver les terres nouvellement
conquises à l'est de la rivière. Il ne trouva que trente guerriers qui
voulussent l'accompagner; ces trente-et-un braves marchaient à la mort.
Le capitaine Dennison, qui tenait la campagne avec cinquante Anglais et
cent cinquante sauvages Niantics, Pequots et Mohicans, conduits par
Catapazet, Casinamon et Onecho, fut averti de l'arrivée du Sachem par
deux femmes mohicanes. Conanchel se reposait. Sept de ses guerriers
formaient un cercle autour de lui, et il leur racontait les plus belles
particularités de sa victoire de Providence lorsque, tout-à-coup, il
interrompit son discours. L'ouïe délicat du sauvage venait de distinguer
un bruit imperceptible. Deux éclaireurs furent envoyés sur une colline
qui était proche: un troisième les suivit; mais les ennemis les avaient
interceptés, et descendaient la hauteur. Conanchel voulut fuir, mais
Catapazet le dépassa avec ses plus agiles coureurs; il leur échappa
cependant, et il était réservé aux Niantics de le faire prisonnier. Se
voyant entouré, il jeta son habit galonné et gagna la rivière. Le pied
lui manqua sur une pierre et il tomba sur le rivage. Se relevant
aussitôt, il s'assit immobile et attendit Menopoide, le guerrier Pequot,
qui n'eut pas le courage de l'attaquer. Le premier Anglais qui
l'approcha fut un jeune homme du nom de Robert Santon. Le Sachem lui dit
un peu dédaigneusement, et en mauvais anglais: «You much chile, no
understand war; let your Chief come.» Il se rendit à Dennison. Conduit à
Stomington, il y fut fusillé. Les Mohicans tirèrent, les Pequots
l'écartelèrent, et les Niantics allumèrent son bûcher. Sa tête fut
présentée en plein conseil à Hartford.

Ainsi finit, à la fleur de l'âge, le dernier des Narraghansetts, le
petit neveu de Cananacus, et le fils de Miantonimo. Ses ennemis,
exaspérés par leurs désastres, le vouèrent à la mort. Ainsi les Romains
firent périr Jugurtha, qui mourut dans le cachot de Tullianum.
Aujourd'hui que la passion de l'époque est affaiblie, il est permis de
pleurer sur le sort de ce noble enfant de l'Amérique du Nord. L'histoire
indigène n'offre pas un plus bel exemple de cette générosité
chevaleresque avec laquelle l'intéressant Conanchel accorda sa
protection aux faibles, sacrifia sa puissance et sa liberté à l'honneur,
et fut fidèle à la voix de ses ancêtres. J'admire ce beau patriotisme
qui le fit se dévouer pour ses dieux et son pays.



                            CHAPITRE XXIII

                                 ----

                               ARGUMENT

Nouveaux détails sur Uncas--Sa soumission aux Anglais--Ses vices--Il
prend partit contre Philippe--Ses guerres--Sa postérité.

UNCAS est un nom célèbre dans le beau roman de Cooper, le _Dernier des
Mohicans_. Il convient à plusieurs Sachems. Celui qui fait le sujet de
ce chapitre, et dont j'ai déjà parlé si souvent, était Pequot de
naissance. Il descendait même des Sachems par son père et sa mère, qui
était fille de Tatobam. A l'arrivée des Anglais, il se rebella contre
Sassacus. Son adresse et son ambition le rendirent le Chef des Mohicans,
peuple qui semble n'être qu'une fraction des Pequots: il devait bientôt
occuper seul les forêts du Connecticut.

Aucun aborigène ne fut plus qu'Uncas utile aux Anglais. Il les suit à la
guerre[97] contre son maître. S'étant embarqué sur la flottille de
Mason, avec ses guerriers, il se fatigua bientôt de la manière de
naviguer des colons, et continua par terre. Ses sauvages fesaient force
belles fanfaronnades. Chaque guerrier vantait le noble courage qu'il
allait déployer, les nombreux ennemis auxquels il allait faire mordre la
poussière. Pour Uncas, comme le major lui demandait ce qu'il pensait que
ferait les sauvages, il répondit froidement: «Les Narraghansetts
abandonneront les Anglais, mais Uncas ne fuira point.» Sa prédiction se
trouva vraie. Ils reculèrent de terreur à la vue des guerriers de
Sassacus. Après le combat, Uncas alla avec cent guerriers contre
Pacatuck. Un petit havre au sud de la ville de Guilford, porte encore le
nom d'un de ses exploits. Côtoyant le rivage pour couper la retraite aux
vaincus, il y prit un Sachem et quelque Pequots, et coupa la tête au
premier. Depuis ce temps, le havre s'est appelé _Sachem's Head_. Cent
prisonniers et une partie du territoire Pequot furent le prix de ses
services. Des guerriers de différentes tribus commencèrent aussi dès
lors à se rallier autour de lui, et grossirent sa tribu.

[Note 97:

          He was that Sagamo whom great Sassacus's rage
          Had hitherto kept under vassalage,
          But weary of h is great severity,
          He now revolts, and to the English fly.
          With cheerful air our Captain him embraces
          And him and his Chiefmen wit titles graces.

                                                   WOLCOTT.]

J'ai détaillé ailleurs la victoire d'Uncas sur Miantonimo, et la manière
dont il le fit périr. Depuis cette catastrophe les Mohicans n'eurent
plus de repos. Sans cesse Pessacus et Ninigret se jettaient sur leurs
habitations. Assiégé jusques dans son fort, Uncas ne fut délivré que par
les forces réunies de Connecticut et de New-Haven. Les Mohacks le
réduisirent de nouveau à l'extrémité. Bloqué une troisième fois, il fut
sauvé par un nommé Leffingweld, homme de tête et de main, qui s'aventura
sur la rivière Thames, et ravitailla la place. Si Miantonimo et
Sequassem ne purent faire assassiner l'adroit mohican, le poison, les
calomnies mêmes n'eurent pas plus de succès. Sequassem, qui tenta
vainement de tuer le gouverneur Haynes, l'accusa de ce complot; mais
Ouatalibrock, sauvage Ouaranoke, éclaircit toute l'affaire, et le vrai
coupable s'enfuit chez les Mohacks. Uncas demeuré le mignon des Anglais,
envoya son fils Onecho contre Philippe. Mais il ne se montra pas
favorable au Christianisme. Je crains fort, écrivait un M. Gookin, que
le grand obstacle, qu'éprouve le Révérend Fitche ne vienne d'Uncas,
vieillard méchant et têtu, ivrogne et livré à tous les vices. Ce
jugement bien peu favorable des qualités morales du Sachem est confirmé
par une multitude de faits. Obechiquod, Pequot, prouve qu'il a enlevé sa
femme, et la recouvre. Sanops, un autre sauvage, l'accuse du même crime.
Les preuves de ses fraudes sont encore plus abondantes. Miantonimo
prouve qu'il a soustrait des prisonniers sous couleur qu'ils sont
Mohicans. Il se déshonore par ses cruautés envers le Pequots soumis à
son autorité. Ainsi, ayant perdu un enfant, il affecta de faire un riche
présent à sa femme pour la consoler, et força ces malheureux d'en faire
autant. Accusé de leur avoir quarante fois extorqué du blé, et d'avoir
voulu tuer leurs guerriers, il se défend avec son habileté ordinaire,
par l'intermédiaire de Foxon, son orateur, en jetant le blâme sur Ouëque
son frère. Il disait que ce traître, pour porter les Pequots à la
révolte, leur annonçait qu'il avait l'ordre de les faire passer par les
armes. Il ajoutait que s'il n'avait pas souffert que les Pequots
portassent leur blé aux colons, ce n'était que parce que Tassaquamot,
frère de Sassacus, ne le fesait que par insubordination. Si ces raisons
ne parurent pas absolument spécieuses, et le Sachem Ouëque était bien
vraiment un homme turbulent. Il le prouva en dépouillant à la tête de
cinquante guerriers la tribu des Mopmets, alliée du gouvernement. On se
borna à avertir Uncas de réprimer plus efficacement l'ardeur guerrière
de ses vassaux. Il n'en devint pas plus pacifique. Après avoir ravagé le
pays des Roratucks, il se joignit à Ninigret contre les Sachems de
Long-Island, et défit Arrahamet, Sachem de Mussauko. Voici une ruse dont
il se servit. Ayant pénétré dans cette tribu, et tué quelques guerriers,
il y laissa la marque des Mohacks. Tandis que le Sachem se mettait à la
poursuite des prétendus Iroquois vers le Nord-ouest il rentra dans les
forts et détruisit tout ce qui y était. La source de cette étrange série
de rapines et de guerres, de fraudes et d'adultères, se trouve dans des
appétits vicieux qui ne connaissaient aucun frein. Miantonimo semble
craindre de combattre ses semblables, s'il va en personne contre
Sassacus. Uncas, placé vis-à-vis de ce Sachem, à peu près comme un
d'Orléans vis-à-vis de Louis XVI, ne saurait laisser échapper un seul
Pequot. Sassacus n'a pas plutôt péri, qu'il accuse Ninigret d'être de
complot avec les Hollandais, et va jusqu'à intercepter un canot où il
prétend en découvrir les preuves. Il fait mille attaques directes contre
Mexham. Massassoit avait été le protecteur des Anglais: Uncas se
contente d'être leur courtisan et leur esclave, semblable à ces rois qui
paraissaient avec tant de honte devant le sénat romain, baisant en
entrant le seuil de la porte. On s'explique la partialité des Bretons
pour un tel homme. Il leur céda tout son territoire hors le terrein
qu'habitait sa tribu, qui conserve encore trois cents acres de terre
près de Norwich. Pour me résumer, Uncas paraît éloquent et sagace, mais
plus astucieux encore. Chez lui point de patriotisme, point de
générosité, mais tous les vices. Je le comparerais à Ulysse mieux que M.
Dainville ne lui a comparé Garrangulé; mais le Grec avait moins de
défauts. Uncas n'avait-il donc aucune qualité? il n'est point de coeur
si méchant qu'il n'en recèle quelqu'une.

Isaiah Uncas, dernier Sachem des Mohicans, étudia sous le Docteur
Whelock, dans la célèbre école de Lebanon. L'épitaphe suivante prise par
le Président Stites, sur le monument qui se voit sur le territoire
sauvage, indique la fin de la généalogie de cette célèbre famille:

                Here lies the body of Sunseeto
                Own son to Uncas, grandson to Onecho
                Who were the famous Sachem of Mohegan,
          But now they are all dead, I think it is Wherheeghen![98]

[Note 98: Ce mot signifie cela vaut mieux.]



                             CHAPITRE XXIV

                                 ----

                               ARGUMENT

Si l'ordre chronologique ne m'a pas amené plutôt à parler des Grands
Chefs Iroquois, le nom Mohack à sans cesse retenti jusque parmi les
tribus les plus éloignées.

Garrangulé (Garrakonthié), Chef Iroquois, de la tribu d'Onnondagué,
s'acquit un grand crédit auprès de ses compatriotes par ses belles
actions à la guerre et sa dextérité à manier les esprits, talent qu'il
possédait pardessus tus ses collègues. Mais il naquit surtout avec un
naturel meilleur, et montra beaucoup plus de douceur et de droiture que
n'en avaient les autres Iroquois.

Garrangulé aimait sincèrement les Français, et il leur en donna des
preuves dans la guerre de 1660, en retirant un grand nombre d'entre eux
des mains des Mohacks. Il s'acquit par là la considération de M.
d'Argenson, et celle de son successeur le baron d'Avaugour, qui crut
pouvoir lui envoyer sans crainte le P. Lemoyne, jésuite en qualité
d'ambassadeur. Garrangulé vint à sa rencontre jusqu'à deux lieues de
distance, contrairement à la coutume des Cantons, qui ne permettait pas
d'aller plus d'un quart de lieue au-devant des ambassadeurs. Il fit
preuve en cette occasion d'une bien grande délicatesse de politique; car
sans conduire d'abord les députés à sa demeure, il alla les présenter
aux différens Chefs qu'il croyait devoir amener à ses desseins ou à son
avis, qui était de faire une paix durable, en la leur fesant envisager
comme leur ouvrage, prévoyant bien qu s'il paraissait en faire son
affaire propre plusieurs s'y opposeraient par jalousie.

Ayant atteint son but, il partit pour la capitale du Canada vers la
mi-Septembre, 1661, avec les députés des Cayougués (Goyogouins) et des
Tsononthouans. Il rencontre sur sa route une troupe de guerriers de sa
nation conduits par Oureouati. Ils étaient chargés de chevelures et de
dépouilles sanglantes. A cette vue Garrangulé parut embarrassé; ses
compagnons étaient d'avis de rebrousser, ne pouvant se persuader qu'on
les reçût comme ambassadeurs après ce qui s'était passé. Mais réflexion
faite, et après avoir fait entendre aux députés qu'il ne pouvait y avoir
de danger pour eux tandis qu'il y avait un ambassadeur français à
Onnondagué, il adoucit Oureouati, et continua sa route. Il arriva à
Montréal où on le reçut avec distinction. Il y eut avec le
gouverneur-général des entretiens particuliers dans lesquels il fit
paraître beaucoup d'esprit et de jugement. Ayant pris connaissance des
propositions de M. d'Avaugour, il reprit le chemin de son Canton,
promettant d'être de retour avant la fin du printems. Arrivé dans son
pays, il fut assez surpris de trouver la plupart des Chefs dans des
dispositions toutes différentes de celles où il les avait laissés. Il
s'aperçut même que l'on fesait mine de vouloir se mettre en garde contre
lui; et sans son adresse et sa fermeté il courait le risque de se voir
désavoué par ceux-là même qui l'avaient député auprès du gouvernement du
Canada. Il parvint cependant par son habileté à reprendre son premier
ascendant: la paix fut conclue et ratifiée, et le P. Lemoyne retourna
dans la colonie avec les prisonniers.

La paix parut s'éloigner de nouveau en 1663. Il y eut quelques actes
d'hostilité, mais la sagesse de Garrangulé maintint ou établit une si
heureuse harmonie. C'était dans le temps même que les Anglais, devenant
maître de la Nouvelle-Belgique, s'acquéraient une grande influence chez
les Mohacks et les Oneidé.

M. le marquis de Tracy venait d'être nommé vice-roi du Canada en 1665.
Garrangulé le vint visiter dans la capitale avec des orateurs
d'Onnondagué, de Tsononthouan et de Cayougué. Il fit de beaux présens au
général, et l'assura de l'amitié sincère des trois cantons. Il parla
avec dignité et en même temps avec modestie des services qu'il avait
rendus aux Français, et pleura, à la manière de son pays, le P. Lemoyne,
mort depuis peu. Il dit à ce sujet, rapporte-t-on, des choses si
touchantes et si bien pensées, que le représentant vice-royal et les
assistans en furent tout étonnés. Il conclut en demandant la
confirmation de la paix et la mise ne liberté des prisonniers faits par
les Français depuis le dernier traité. M. de Tracy lui fit en public et
en particulier beaucoup d'amitiés; il lui accorda ce qu'il demandait, et
le combla de présens.

En 1669, Garrangulé obtint aux PP. Bruyas et Garnier la permission de
s'établie à Onnondagué pour y prêcher l'Evangile; il les logea chez lui,
et leur fit bâtir une chapelle. Peu content de ces premières démarches,
il vint à Québec pour obtenir d'autres missionnaires, et l'on confia
encore à ses soins les PP. Carheil et Millet.

Environ ce temps les Iroquois et les Outaouais, recommencèrent à se
poursuivre à outrance. M. de Courcelles, alors gouverneur, qui le
prenait toujours sur un ton fort haut avec les sauvages, prétendit leur
faire accepter sa médiation, et en reçut une réponse pleine de fierté.
Garrangulé vint cependant à Québec, et renouvella l'alliance avec le
gouverneur-général. Il choisit cette occasion solennelle pour se
déclarer chrétien. Il reçut le baptême de la main de l'Evêque de Pétrée,
et il eut pour parrain M. de Courcelles, et pour marraine Mademoiselle
De Bouteroue, fille de l'Intendant _ad interim_. Tous les députés des
nations furent présens et l'on n'oublia rien pour célébrer avec pompe
cet évènement, qui devait en effet répandre un grand lustre sur les
Cantons, si l'on considère qu'un Sagamo illustre, enfant des forêts du
nouveau monde, fut régénéré par un prélat issu des Montmorency, sortis
eux-mêmes des anciens rois de l'Heptarchie anglo-saxonne[99], et qu'il
s'allia avec le plus grand monarque, alors, de l'Europe.

[Note 99: V. de Sismondi, Histoire des Français.]

On sait le mauvais pas où s'engagea le marquis de la Barre, en 1685,
pour avoir voulu châtier les Cayougué et les Tsononthouans. Les trois
autres Cantons se firent médiateurs et envoyèrent des députés au-devant
du général. Garrangulé trouva l'armée française aux abois dans une anse
qui, depuis, fut appelée l'Anse de la Famine: elle s'appelait
Kaihohague, en iroquois. Je doute si l'on a pu dire avec exactitude,
comme je l'ai répété moi-même dans le No. 8 de l'Encyclopédie
Canadienne, que Garrangulé parla comme de coutume, avec beaucoup de
modération; il faut ajouter, du moins, avec une grande fermeté. Je
fesais alors deux personnages différens de Garrakonthié, comme disaient
les Français, et de Garrangulé, selon l'orthographe anglaise. C'est ce
qui me fesait dire «qu'un Chef de la même tribu, Garrangulé, fit un
discours fort hardi, et sut se donner tout l'honneur du traité fameux,
par lequel le marquis de laBarre fut obligé de décamper honteusement.»

J'ajoutais le paragraphe suivant:

«Garrakonthié entra dans la suite dans tous les plans du P. De
Lamberville, et parut favoriser les Français, même après l'indigne
trahison de Cataracouy (Cadaracui). Cependant quoiqu'il pût dire ou
faire, il ne put empêcher le massacre de la Chine, fait par les Agniers
(Mohacks) principalement. Il semble qu'il perdit même la confiance des
autres Cantons et de ses compatriotes d'Onnondagué, car la guerre
recommença, devint générale...» Tout est ici fondé sur l'erreur.
Garrangulé cessa d'être l'ami des Français quand ils devinrent perfides,
et il soutint l'honneur de sa nation. Il mourut ver 1698.

On a parlé de la conduite régulière de cet illustre Iroquois dans la vie
privée, de la pureté de ses moeurs avant même qu'il ne fût chrétien.
C'est de lui qu'un de nos poëtes a dit:

                  Salut O! mortel distingué
                  Par la droiture et la franchise
                  Dont la candeur fut la devise,
                  Honneur d'Onnondagué:
          Ce que j'estime en toi, c'est bien moins l'éloquence,
          L'art de négocier, que la sincérité,
                  Que la véracité,
          Et des moeurs chez les tiens l'admirable décence.



                            CHAPITRE XXV

                                ----

                              ARGUMENT

Houreouaré, du Canton de Cayougué--Il est fait prisonnier et conduit en
France--Il revient avec le comte de Frontenac--Rend d'éminens services à
la Colonie--Sa mort--Son caractère.

HOUREOUARÉ, né dans le Canton de Cayougué, partît avoir été le plus
marquant des Iroquois, que le perfide (ou trop obséquieux)[100]
Denonville fit saisir à Cadaracui. Il fut enchaîné et embarqué pour la
France, où les galères l'attendaient lui et ses malheureux compagnons de
voyage. Arrivé sur ce sol où tout était nouveau pour lui, il eut la
bonne fortune de rencontrer un protecteur dans Louis de Buade, comte de
Frontenac, duquel il se fit remarquer par sa bonne mine et son esprit.
Ce seigneur, qui se disposait à retourner en Amérique, lui procura sa
liberté, et s'acquit son estime et son amitié. Houreouaré se fit en peu
de tems aux habitudes européennes et à la politesse française, et ne fut
pas longtems sans répondre aux grandes espérances que son patron fondait
sur lui. Louis XIV ayant résolu la conquête de la Nouvelle-Iork,
rappella M. le Marquis de Denonville, et nomma De Frontenac, chef de
l'expédition, et gouverneur pour la seconde fois.

[Note 100: Louis XIV, monarque ignorant des droits de l'homme, écrivait
à M. de Labarre: «Comme il importe au bien de mon service de diminuer
autant qu'il se pourra le nombre des Iroquois, et que d'ailleurs, ces
sauvages, qui sont forts et robustes, serviront utilement sur mes
galères, je veux que vous fassiez tout ce qui sera possible pour en
faire un grand nombre prisonniers, et que vous les fassiez passer en
France.]

Houreouaré le suivit avec les Iroquois qui vivaient encore en France. La
flotte arriva à Chedabouctou, le 12 Septembre, 1689, et alla de là à
l'île Percée, où l'on apprit des missionnaires la nouvelle de
l'irruption des Iroquois dans l'île de Montréal. On prit incontinent la
route de Québec. Le comte, et Houreouaré en partirent le 20, et
arrivèrent le 27 à Montréal, où ils furent témoins du triste état dans
lequel la vengeance des Cantons, et en particulier des Mohacks, avait
réduit les habitans. Les Iroquois, rassasiés de sang, envoyèrent
Sadekanatie (Gagniegaton) auprès du nouveau gouverneur qui, par le
conseil d'Houreouaré, lui confia quatre des Chefs que l'on avait ramenés
de France. A l'arrivée des captifs, les cantons tinrent un grand
conseil, et envoyèrent leur réponse par le même ambassadeur, qui arriva
le 9 mars, 1695, à Montréal où, dans une entrevue avec M. de Callières,
il affecta de dire qu'il avait tué quatre prisonniers français par
représailles, et les avait mangés. N'ayant trouvé ni M. de Frontenac ni
Houreouaré, il descendit à Québec, où le comte feignit de ne vouloir pas
traiter avec un homme qui parlait avec tant de rudesse. Houreouaré
conduisit toute la négociation, et parut même agir en son propre nom. Il
remit à Gagniegaton huit colliers dont il donna l'explication selon
l'usage, et le chevalier d'Eau eut ordre de l'accompagner comme
ambassadeur; démarche qui contribua à rendre encore plus difficiles les
Iroquois déjà enorgueillis par l'évacuation et la démolition de
Cadaracui, ordonnées par le précédent gouverneur, et par les craintes
que manifestaient les Outaouais.

M. de Frontenac, chagrin de voir le mauvais succès de ses efforts pour
amener les Cantons à des dispositions plus pacifiques, voulut s'en
prendre à Houreouaré, et lui dit qu'il avait cru que la reconnaissance
de ses bienfaits l'aurait porté à faire ouvrir les yeux à ses
compatriotes, et qu'il fallait, ou qu'il fût bien insensible à ses
caresses, ou que sa nation fît bien peu de cas de lui, s'il n'avait pu
lui inspirer des sentimens plus conformes à ses véritables intérêts.

Houreouaré dut être d'autant plus piqué de ces reproches qu'il les
méritait moins: il sut néanmoins se contenir, et sans laisser paraître
la moindre altération, il pria le général de vouloir bien se souvenir
qu'à son retour d'Europe, il avait trouvé les Cantons étroitement alliés
avec les Anglais, et tellement irrités contre les Français, dont la
perfidie les avait, pour ainsi dire, forcés de contracter cette
alliance, qu'il était devenu nécessaire d'attendre et du temps et des
circonstances, des dispositions plus pacifiques.

Cette réplique, pleine de raison et de sagesse, fit revenir le général
de sa mauvaise humeur: il rendit ses bonnes grâces à Houreouaré, et
travailla même à se l'attacher de plus en plus. L'Iroquois se fit
chrétien, et suivit même les Français à la guerre contre ses
compatriotes. Il se trouva avec MM. de Vaudreuil et Crisasi, à l'affaire
de St. Sulpice, où l'on tua soixante Oneidé (Onneyouths). Il commanda un
corps au combat disputé de Laprairie de la Madeleine, où il fit des
prodiges de valeur. A peine sort de cette lutte, il se mit à la
poursuite d'un parti d'Iroquois qui venaient de fondre sur la colonie.
Il les atteignit à un endroit appelé le Rapide Plat, sur le chemin de
Cadaracui, et leur enleva leurs prisonniers; puis il descendit à Québec
où M. de Frontenac le combla d'éloges et d'amitiés. L'auteur de l'ode
des Grands Chefs l'excuse d'avoir fait la guerre contre les siens:

                  Avec les canadiens, parfois
                  Avec les enfans de la France
                  S'il porta l'épée ou la lance,
                      Contre les Iroquois,
          Ne le croyons point lâche, et traître à sa patrie
          Non, Oureouaré chérit sa nation, etc.

Les poëtes ont des licences.

Ce qu'il y a de plus surprenant, c'est que les Iroquois aient bien voulu
le recevoir avec eux. Il profita d'une nouvelle députation de sa tribu,
pour retourner dans son pays natal, et il y servit encore les Français.
Au mois de Septembre 1696, il revint dans la colonie avec un nombre de
prisonniers qu'il avait délivrés, et des députés des Cantons de Cayougué
et d'Oneidé. Quoique le comte de Frontenac eût désiré d'avantage, la
considération qu'il avait pour Houreouaré l'engagea à bien recevoir
l'ambassade. Il voulut que les Chefs du Nord et de l'Ouest qui se
trouvaient à Montréal fussent présens à l'audience qu'il lui donna.
Houreouaré mourut à Québec l'année suivante, d'une pleurésie qui
l'emporta en peu de jours. Le prêtre lui parlant, durant sa courte
maladie, des opprobres et des ignominies de la passion de Notre
Seigneur, il entra, dit-on, dans un si grand mouvement d'indignation
contre les Juifs, qu'il s'écria: «Que n'étais-je là, je les aurais bien
empêchés de traiter ainsi mon Sauveur.» Il fut enterré avec tous les
honneurs militaires, en présence de son noble ami, qui fit aux sauvages
un éloge touchant de celui qui avait eu une si grande part à ses
glorieux travaux.

Il fallait, dit Charlevoix, que ce Chef eût dans le caractère quelque
chose de fort aimable; cart toutes les fois qu'il paraissait à Montréal
ou à Québec, le peuple lui donnait mille témoignages de sympathie. Les
vers suivans contiennent le même éloge:

                Qui mérite d'être admiré,
            Par un coeur tendre, une âme pure,
            Par tous les dons de la nature?
                C'est Oureouaré;
          Qui se donnant aux siens comme exemple et modèle,
          Oubliant Denonville et le fatal tillac,
                Devient de Frontenac
          L'admirateur, l'ami, le compagnon fidèle.



                            CHAPITRE XXVI

                                 ----

                               ARGUMENT

La Chaudière-Noire[101]--Il bloque Michillimakinac, et tient tout le
Canada en échec; combat du Long-Sault--Descente à Lachenaye--Attitude
prise par les Onnondagués--Court résumé des actions du Sachem.

[Note 101: Ce Sachem n'étant connu que sous ce nom dans l'histoire, il
est inutile de lue en chercher un autre.]

La Chaudière-Noire, le plus habile peut-être des capitaines Iroquois,
dut commander un parti lors de l'invasion qui causa le terrible massacre
de Lachine. Après la lutte indécise de Laprairie de la Madeleine, le
conseil de sa nation le chargea de bloquer Michillimakinac, et
d'intercepter tous les Français qui voudraient aller ou revenir. Ce fut
alors qu'à la tête de deux cents hommes de guerre, ce Chef tint pendant
plusieurs mois en échec tout le Canada. Il paraît par les mémoires du
temps que l'on croyait ces guerriers plus nombreux et que l'on jugeait
de leur nombre par la terreur qu'ils inspiraient.

M. de Callières, qui attendait un grand convoi de l'Ouest, voulait, d'un
côté, envoyer au devant une grande escorte, et de l'autre, il avait
besoin de ses soldats pour protéger les laboureurs. Le comte de
Frontenac lui vint en aide, et dépêcha M. de St. Michel et quarante
Canadiens par terre, les fesant suivre par trois canots qui devaient
porter ses ordres à Michillimakinac. De St. Michel eut une terreur
panique à la vue des éclaireurs de La Chaudière-Noire, et rentra à
Montréal par une porte comme le gouverneur-général y arrivait par une
autre, venant de la capitale. Le général le fit repartir avec un renfort
de soixante hommes, et le sit suivre de près par M. Tilly de St. Pierre,
que portait ses ordres à M. de Louvigné, bloqué par les Iroquois. M. de
St. Michel arrivé au même lieu où il était parvenu la première fois,
aperçut La Chaudière-Noire, qui venait de mettre à l'eau, et fesait
mouvoir ses canots. Il retraita de nouveau, quoiqu'il eut cent quarante
hommes, en comptant ceux de M. de Tilly. Mais trois jours après, ayant
été joint par soixante sauvages, qui avaient échappé au terrible
Onnondagué en suivant la rivière du Lièvre, il retourna hardiment sur
ses pas. La Chaudière-Noire prit avec lui cent cinquante guerriers et
les mit en embuscade. Les Français étant arrivés au Long-Sault, il leur
fallut faire un portage. Tandis qu'une partie montaient les canots à
vide, et que les autres, pour les couvrir, marchaient le long du rivage,
une grande décharge de fusils faite par un ennemi inconnu, écarta tous
les sauvages, et fit tomber plusieurs Français. Les Iroquois fondant
alors avec le tomahack, dans la confusion d'une attaque si brusque, ce
qui ne fut pas pris fut tué ou noyé: M. de la Gemeray échappa pourtant
avec quelques soldats. De St. Michel et les De Hertel se rendirent.
Après cette importante victoire remportée sur un ennemi supérieur, le
vainqueur feignit de reprendre le chemin des Cantons, et M. de
Frontenac, qui dirigeait avec si peu de succès cette singulière
campagne, retournait confiant à Québec, pour y attendre les vaisseaux de
France, lorsque tout-à-coup, La Chaudière-Noire descendit à La Chenaye,
et enleva un grand nombre d'habitans. Au premier bruit de cette
irruption, M. de Callières dépêcha cent soldats sous M.
Duplessis-Fabvert, et M. de Vaudreuil le suivit avec deux cents hommes
de la milice. L'ennemi apprenant par ses éclaireurs le grand nombre des
Français, abandonna ses canots et ses bagages, et se jetta dans les
bois, emmenant tous les prisonniers à l'exception de MM. Villedonné et
Laplante, qui s'évadèrent. Il ne fut point poursuive, et il eut le temps
de faire de nouveaux canots et de regagner la grande rivière.

Cependant M. de Callières, apprenant de M. Villedonné, que La
Chaudière-Noire avait caché au Long-Sault une grande quantité de
pelleteries, ordonna à M. de Vaudreuil d'aller à la recherche avec la
petite armés, à laquelle se joignirent cent vingt sauvages. La diligence
fut si grande que l'on atteignit l'ennemi au-dessus même du Long-Sault.
Dix Iroquois tombèrent à la première décharge, et dix-neuf captifs
furent délivrés; une centaine de guerriers restant semblaient devoir
succomber et se rendre, mais l'Annibal iroquois se tira de ce mauvais
pas, je ne sais par quel expédient, car il n'avait pas ces taureaux qui,
la tête enflammée, semèrent l'épouvante parmi les Romains. Il se fraya
un passage avec cent vingt guerriers à travers trois cents hommes. La
Chaudière-Noire n'était point défait. M. de Lusignan se laissa battre,
M. de Monclérie retraita, et il fut défendu à tous les habitans de
s'éloigner des habitations. M. de Frontenac rappela Scipion: pour
éloigner son vainqueur, il s'avança dans le pays des Iroquois[102]. Les
Oneidé demandèrent la paix, mais ceux d'Onnondagué, guidés par leur
redouté sachem, suspendirent à un arbre deux paquets de joncs. Il y en
avait mille quatre cents, ce qui voulait dire qu'autant de guerriers
attendaient les Français[103]. Le Comte avança, et La Chaudière-Noire
alla se poster dans les bois. On ne trouva dans le Canton qu'un
vieillard qui attendait et qui reçut la mort avec la même tranquillité
que ces anciens sénateurs romains au sac de Rome par Brennus, roi des
Gaulois, et les bandes auxiliaires de Jughaine le Grand, son gendre, roi
d'Irlande et d'Albany[104]. Le comte ne voulut pas aller plus loin: il
ordonna la retraite. Je termine par ce que l'Anglo-américain Thatcher
dit de mon héros.

[Note 102: L'armée du Comte de Frontenac, la plus grande qui eût été
assemblée en Canada, ressemblait à celle d'un roi. Il était accompagné
de M. de Callières, et de MM. de Subercase, de Ramzay, de St. Martin, de
Grandpré, Deschambauts, de Grandville, de Kondiaronk, et du baron de
Békancour. Il avait sa maison et son bagage, M. de Subercase fesait
l'office de Major-général, M. Levasseur était Ingénieur-en-chef, et il y
avait un commissaire d'artillerie.]

[Note 103: En supposant que les autres Cantons fussent aussi populeux
que celui d'Onnondagué (celui des Mohacks l'était plus), on trouvera que
la république iroquoise avait sept mille guerriers.]

[Note 104: V. Ohalloran's History of Ireland.]

«Le plus fameux guerrier iroquois de ces tems-là, fut celui que que les
Anglais appellaient La Chaudière-Noire. Golden[105] en parle comme d'un
héros, quoique peu de ses exploits nous soient connus. En 1691, il fit
une irruption dans les campagnes qui avoisinent Montréal. Il envahit le
Canada (disent les annalistes français) comme un torrent se précipite
sur les terrains bas, quant il franchit ses bornes. Les troupes de ce
pays reçurent l'ordre de garder la défensive, et ce ne fut que lorsque
le vainqueur reprenait la route de son pays, que quatre cents hommes
marchèrent à sa poursuite. On dit que La Chaudière-Noire n'en avait que
la moitié. Après avoir perdu vingt guerriers et quelques captifs, il se
jetta parmi les Français, les rompit, et poursuivit sa marche.»

[Note 105: Histoire des Cinq Cantons Iroquois.]

Ce paragraphe résume assez bien mon article, et donne une haute idée de
celui qui en fait le sujet. On trouve quelques autres exploits de La
Chaudière-Noire, dans un petit écrit de l'époque _modestement_ intitulé
Histoire du Canada[106]. Ce grand chef n'était sans doute pas un homme
ordinaire, si l'on en juge par ce que nous en voyons. Il fit voir ce que
j'oserai bien appeller une tactique militaire: Le Miami Mechecunaqua,
chez les Américains modernes, égala les généraux de ce Continent dans
l'art des campemens.

[Note 106: L'auteur, M. de Belmont, était, je crois, supérieur des
Sulpiciens de Montréal, entre 1704 et 1712.]



                            CHAPITRE XXVII

                                 ----

                               ARGUMENT

Des orateurs
Iroquois--Garrangulé--Teganissoré--Cannehoot--Sadekanatie--Adharatah
Réflexions.

On n'a guère connu jusqu'ici les Iroquois que par leur férocité à la
guerre, férocité qui, souvent cédait à des beaux sentimens, comme le
prouvèrent assez Oureouati et ce Chef qui leva le blocus de Cadaracui,
en reconnaissance de ce que le gouverneur-général lui avait renvoyé son
fils qui était captif dans la colonie. Leur sagesse politique et leur
éloquence égalaient leur bravoure à la guerre. Le bocage du conseil
était aussi fréquenté que le forum de Rome ancienne, ou que l'aréopage
d'Athènes. Adolescens et vieillards s'y rendaient en foule, ceux-ci pour
faire des lois, et la jeunesse pour apprendre la sagesse. L'éloquence
était le partage de l'Onnondagué, comme la supériorité à la guerre était
celui du Mohack. Garrangulé est le premier Démosthènes connu. Un
écrivain en fait l'Ulysse de l'Amérique du Nord[107], mais avec plus de
droiture que ce Grec. Je citerai ici en entier le discours qu'il
prononça[108] lorsqu'il dicta la paix au marquis de la Barre. Après
qu'Oureouati a parlé, l'Aigle d'Onnondagué se lève:

[Note 107: La comtesse d'Hautpoul, qui cite comme un modèle d'éloquence
le discours prêté à Ulysse plaidant pour les armes d'Achille, aurait
admiré de même l'Ulysse du Canada, si elle l'avait connu.]

[Note 108: On ne doit pas douter de l'authenticité de ce discours,
puisque Colden, le gouverneur Clinton et le baron de Lahontan l'appuient
de leur autorité.]

«Ononthio, je t'honore, et les guerriers qui m'accompagnent t'honorent
comme moi. Ton orateur a terminé sa harangue, je commence la mienne:
Ononthio, prête l'oreille à ma voix impatiente de se faire entendre.

«Lorsque tu es parti de Québec, tu pensais que le soleil avait brulé
toutes les forêts qui rendent inaccessible aux Français le pays des
Mingos; que les grands lacs ayant franchi leurs bornes, avaient
environné leurs forts, et qu'ils ne trouveraient point d'issue pour en
sortir. Oui! il fallait bien que tu rêvas ces choses, et c'est la
curiosité de voir un si étrange prodige qui t'a conduit dans ces forêts
avec tes jeunes gens.

«Te voilà bien trompé, car moi Garrangulé, et les anciens que
m'entourent, nous venons te dire que les Onnondagué, les Mohacks, les
Cayougué, les Tsononthouans et les Oneidé sont ici.

«Je te remercie ne leur nom de ce que tu as apporté dans leur pays
l'arbre de la paix, et le calumet que ton prédécesseur a reçu d'eux. Il
est heureux pour toi que tu aies caché dans la terre la hache que avais
en main: le tomahack des Mingos n'a-t-il pas été teint du sang des
Français?

«Ononthio, Garrangulé ne dort point, et ses yeux sont ouverts. Le soleil
qui répand sa lumière, lu découvre un grand capitaine avec ses
guerriers, mais qui parle comme s'il dormait. Tu dis que tu est venu ici
pour fumer le calumet de paix avec l'Onnondagué, et moi je dis que
c'était pour lui casser la tête, si la faim n'eût pas affaibli tes
jeunes gens.

«Ecoute, Ononthio; si tes alliés sont des esclaves, qu'ils t'obéissent
en esclaves. Les cinq peuples parlent par ma bouche. Lorsqu'ils ont
enterré la hache de guerre au milieu de la forteresse de Cadaracui,
l'arbre de la paix y a été planté, afin que cette place fut un lieu de
trafic, et non une retraite de guerriers. Prends bien garde que tes
jeunes gens n'abattent cet arbre, car nos guerriers ne lèveront la hache
de guerre que lorsque Corlar ou Ononthio envahiront ce grand lit que
nous ont laissé nos pères.»

Le gouverneur Clinton met ce discours à côté de celui de Logan.
L'article que j'ai donné plus haut, fait voir que M. Thatcher a tort de
dire que toute la réputation de Garrangulé se fonde sur cette harangue,
et que l'histoire ne dit rien des ses actions. M. Dainville lui accorde
un esprit supérieur, un tact de convenances plus européen que sauvage:
il était encore plus grand qu'on ne l'a fait. Taganissoré, Sadekanatie
et Cannehoot lui succédèrent.

Entrons dans un grand conseil tenu à Onnondagué en 1690. Quatre-vingts
Sachems pleins de majesté ordonnent qu'on admette les ambassadeurs
d'Ononthio (le C. de Frontenac). Sadekanatie (Gagniegaton), l'ennemi
particulier du général[109], se lève le premier, et s'adressant à
Corlar, il l'informe de l'arrivée de quatre députés, dont trois étaient
des Chefs revenus de France, et le quatrième était Sachem des Iroquois
prians, Adharatah[110]. Ils annoncent le retour d'Houreouaré et des
douze Chefs captifs en France. Sadekanatie prenant un collier de Ouampum
envoyé par le comte, et le tenant par le milieu, ajouta: «Ce que je
viens de dire n'explique que la moitié de ce collier. L'autre partie
signifie que notre pàre Ononthio désire rallumer son feu à Cadaracui,
aux premières feuilles, et qu'il invite ses enfans, et Teganissoré à
traiter avec lui.»

[Note 109: Gagniegaton parut deux fois à Montréal et à Québec où il
déplut fort. Les caresses de M. de Callières l'adoucissaient un peu,
mais il ne prétendait pas moins donner aux Français une leçon d'humanité
en disant à ce général: Vous avez été plus cruels que moi, car vous avez
fusillé douze Tsononthouans; c'est par représailles que j'ai mangé
quatre des vôtres.»]

[Note 110: Par les Français surnommé le Grand Agnier, était Chef des
Iroquois établis au Canada. C'était un homme de tête et de main. Il
rendit aux Français de signalés services, et lorsque le marquis de
Denonville, ne voyant pas arriver de députés Iroquois, désespérait de
les amener à la paix, il s'offrit d'aller chez eux lui-même. Comme il
traversait le lac Champlain, il rencontra un parti de soixante
guerriers, et leur persuada habilement de retourner chez eux. Il prit le
fort de Corlar avec d'Iberville et Ste-Hélène, en 1689, et se mit de
nouveau en marche l'année suivante avec MM. de Brosse et Beauvais. Ils
furent d'abord assez heureux, et battirent l'ennemi près Sorel; mais
ayant appris que sept cents Mahingans les attendaient, ils retraitèrent
jusqu'à la rivière au Saumon. Adharatah y fut tué dans une escarmouche.]

Adharatah se levant après lui, parla en faveur de la paix: «Je conseille
à mes frères, dit-il, d'aller trouver Ononthio (prenant un collier).
Houreouaré envoie ce collier afin que les Mingos apprennent son arrivée
de l'autre côté du grand lac, et pour leur donner la paix.»

Cannehoot, Sachem Tsononthouan, l'interrompit, et rendit compte d'un
traité conclu avec les Ouahongas, peuple fréquentant la rivière des
Outaouais. Sept tribus avaient pris part aux négociations qui devaient
être ratifiées dans cette séance. Les Ouahongas disaient par la bouche
de Cannehoot:

«Les Ouahongas sont venus pour unir deux peuples comme un seul.

«Ils sont venus pour apprendre la sagesse de Corlar et des
Tsononthouans, et leurs présente un collier, qui a une grande vertu.

«Par ce collier, ils essuient les larmes de ceux qui ont perdu leurs
amis dans les combats, et ils effacent les couleurs des guerriers peints
pour les batailles.

«Ils enterrent la hache que leur a donnée Ononthio.

«Que le soleil éclaire sans cesse l'amitié des Ouahongas.

«Que la pluie, venant du Ciel, efface toutes les haines, et que les amis
fument avec leurs amis.

«Ononthio est méchant.

«Les Ouahongas ont douze Tsononthouans captifs; ils les ramèneront aux
premières feuilles du printems.»

Cannehoot cessa de parler, et distribua aux cinq nations les présens des
Ouahongas. Il y avait six colliers de Ouampum, un soleil de marbre
rouge, et un calumet de même substance. Un collier envoyé d'Albany fut
aussi divisé, et les colonies, ensemble, ayant présenté le modèle d'un
poisson, on le passa à tous les Sachems, puis il fut mis en réserve.
Après ce cérémonial, Sadekanatie dit à l'assemblée: «Mes frères,
écoutons Quider[111] et regardons Ononthio comme l'ennemi des Mingos.»

[Note 111: Peter Schuyler.]

Le député anglais fut alors prié de parler. Il proposa qu'aucune
proposition de paix ne fût entendue qu'à Albany. Son discours occasionna
une longue consultation entre les Sachems, qui s'animèrent sans sortir
de leur gravité. Enfin Sadekanatie fut chargé d'annoncer le résultat de
leur délibération. «Mingos, dit-il, notre feu brule à Albany, et nous
conservons l'ancienne alliance avec Corlar. Nous n'enverrons point
Teganissoré à Cadaracui.»

«Kinshon[112], nous savons que tu te proposes d'envoyer des soldats
contre les Outaouais; mais ceux-ci ne sont que les banches, Ononthio est
le trône. Frappe-le, et ses enfans périront.»

[Note 112: Les Iroquois appellaient ainsi les colonies anglaises.]

«Ononthio, tu désires nous parler à Cadaracui; ne sais-tu pas que ton
feu y est éteint.»

«Les Mingos ont fait la paix avec les Ouahongas. Leurs guerriers
continueront de marcher contre toi jusqu'è ce que leur frère Houreouaré
soit parmi eux.»

Sadekanatie ne fut effacé que par Teganissoré. Le comte de Frontenac
entretenait pour ce dernier une estime singulière, et il aurait désiré
qu'il succédât plutôt à celui qui lui avait montré une franchise si
féroce. Teganissoré était de haute taille, bien fait de sa personne, et
les traits de son visage ressemblaient, a-t-on dit à ceux qu'offrent les
bustes de Cicéron. L'historien des cinq nations, Colden, qui l'avait
bien connu, et l'avait souvent entendu parler, dit qu'il s'énonçait avec
une facilité admirable et que les grâces de son élocution auraient plu
partout. Il est à regretter dit M. Thatcher, qu'il ne nous soit parvenu
que de faibles échantillons de son éloquence; cependant, le peu que nous
connaissons démontre que le sentiment élevé de l'honneur, la grandeur
d'âme, l'imperturbabilité, la sagacité et l'urbanité étaient chez lui de
qualité de l'orateur comme de l'homme privé.

En 1693, un conseil fut tenu pour la paix à Onnondagué, mais ni les
Anglais ni les Mohacks ne s'y trouvèrent. Teganissoré fut envoyé à
Albany pour faire approuver le résultat des délibérations. C. Colden
regarde le discours qu'il prononça en cette occasion, comme un bel
exemple de son art à faire trouver bonne une mesure prise contre les
intérêts des Anglais, et à faire valoir sa nation.

«Cayenguirago[113], dit-il, Teganissoré est venu t'annoncer que ses
enfans, les Oneidé, ont envoyé des députés à Ononthio, et qu'ils ont
reçu un collier.

«Aussitôt que Tareha[114] est arrivé devant Ononthio, on lui a demandé
où étaient les six cents guerriers qui devaient frapper les Français,
comme l'avait dit Carioki, le Mohack. Il a répondu que les guerriers
n'étaient pas armés.

[Note 113: Le colonel Fletcher. Ce nom signifie flèche rapide, et lui
était appliqué par les Iroquois, à cause du prompt secours qu'il leur
avait envoyé lors d'une démonstration contre leurs villages.]

[Note 114: Un des plus célèbres Chefs et orateurs des Iroquois, était
Cayougué. Il conduisait avec lui une femme Oneida, dont tout le but
était de voir le Comte de Frontenac. Ce n'était pas la reine de Saba,
observe Charlevoix: elle ne flatta pas moins la vanité de ce seigneur,
qui lui donna de quoi vivre. M. Isidore Lebrun croit qu'elle se fit
religieuse.]

«On l'a conduit à Québec, où il a dit: Ononthio, si tu veux planter
l'arbre de la paix, viens à Albany: les cinq nations ne feront rien sans
Cayenguirago. Ononthio s'est fâché, et il a répondu qu'il ne traiterait
point avec Cayenguirago, mais avec les Cinq-nations, parce que l'arbre
de la pais ne peut être planté que de l'autre côté du grand lac. Il a
dit que les Mingos devaient être bien dégénérés, puisqu'ils s'étaient
joint un sixième pour le pour les gouverner. Si les Mingos m'appellent,
j'irai à Onnondagué, mais je n'irai point à Albany. Ils ont mal fait de
se soumettre à Corlar, mais s'ils envoient deux députés des cinq peuples
avec Teganissoré, le Grand Ononthio m'a dit d'enterrer la hache de
guerre.

«Ibibigui a dit: Mes enfans des Cinq-Nations, j'ai compassion de vos
jeunes gens; ainsi donc, venez bientôt me parler de paix, et laissez
venir Teganissoré; car si le Mohack est seul, je ne l'écouterai point.
Maintenant Tareha retourne, et dis aux anciens que j'attendrai leurs
orateurs, jusqu'à ce que les arbres mûrissent, et que les fruits en
soient enlevés. Je pars pour le grand lac, et je commande au Sachem que
je laisse ici de leur faire la guerre, s'ils n'enterrent la hache des
batailles. Je suis fâché que Quider et Cayenguirago vous aient joués.
Autrefois vos Sachems parlaient à Ononthio, mais Corlar vous intimide.»

Ici Teganissoré prit occasion de s'excuser de son retard à se rendre à
Albany. Il rapporta ce qu'il avait répondu à Ononthio.

«Ononthio, tu m'as appelé souvent, mais j'ai craint d'aller à toi à
cause de la grande chaudière de guerre que tu as suspendue sur ton feu.

«Renverse ta chaudière, et qu'elle se brise ne éclat.

«Ecoute, Ononthio, tu viens de la part du Grand Ononthio, et
Cayenguirago est envoyé par les Grands Sachems[115] de son pays. Le
Grand Esprit parle par ma bouche. Tu dis que tu ne parleras pas à notre
frère Cayenguirago, mais souviens-toi que l'Onnondagué et Corlar sont un
même peuple;» fidélité noble qui vient de l'imperturbabilité et non de
la crainte. Il veut demeurer l'ami des Anglais, mais en se séparant de
M. Schuyler, il dit que les Mingos sont libres et il a l'habileté de lui
faire trouver bon son voyage à Montréal.

[Note 115: Guillaume et Marie.]

Pendant qu'il prenait la route du Canada, Sadekanatie parut à Albany, et
parla avec beaucoup d'éloquence. Voici son discours:

«Cayenguirago, quelques-uns de nos Sachems t'avaient promis de ne point
traiter avec Ononthio. Il est vrai qu'ils ont manqué à leur promesse.
Mais ils n'ont reçu des ambassadeurs et envoyé Teganissoré que mus par
la crainte.

«Tu voulais que l'arbre de la paix fût planté à Albany, et nous avons
coutume de ne nous assembler qu'à Onnondagué. Nous l'avons enraciné
profondément, ses branches s'étendent sur toutes les terres que tu
découvres sous l'horizon, et nous nous reposons sous son ombre. Laisse
nous cet arbre, et ne soyons point divisés.

«Nous avons envoyé des députés à Canada parce qu'Ononthio est un
vieillard rempli de sagesse, et qui aime la paix.

«Onnondagué en est le principal garant, et il a envoyé neuf Sachems avec
neuf colliers à Canada. Je suis fâché d'y voir tant de Chefs, et de ce
qu'il n'en reste que le même nombre à Onnondagué; mais c'est pour
empêcher qu'Ononthio n'assemble ses jeunes gens.

«Mais, Corlar, nous ne nous séparerons point de toi: nous avons un même
coeur et une même âme. Quant aux Chaouanis, laisse les venir à nous pour
peupler notre pays[116] car comment les Mingos refuseraient-ils la paix
à un ennemi humilié?»

[Note 116: Les Iroquois, ou les Romains du Nouveau-monde, avaient le
même principe que ceux de l'ancien. Ceux-ci pardonnèrent toujours et
s'incorporèrent les Marses, les Asculans, les Férentans, les Vestins,
etc. Cela porta d'autres peuples à les joindre.--(V. MONTESQUIEU,
_Grandeur et Déc. des Romains._)]

Cependant Taganissoré arrivait avec sa suite au Sault St. Louis. Il y
fut reçu par le Supérieur des Jésuites, qui le conduisit jusqu'à Québec.
Il y parut dans un attirail qui aurait fait honneur à un ambassadeur
européen, portant un bel habit militaire à l'anglaise, et ses cheveux
blancs couverts d'un beau chapeau avec panache, que lui avait fait faire
le colonel Fletcher. Il dîna tous les jours avec le comte de Frontenac,
et ne parut pas un instant embarrassé dans ses manières. Mais ni les
festins, ni le cérémonial ne purent distraire sa fermeté. Je dois
omettre cependant le discours que Colden lui met dans la bouche, comme
ne pouvant soutenir la critique; car l'on ne doit pas croire que le
comte eût fait un si grand cas de Teganissoré aussi insolent. Le général
persistant à ne vouloir pas négocier avec Corlar, le Sachem fidèle à
l'amitié et à l'honneur, ne voulut traiter qu'à la condition que les
Français n'entreprendraient rien de l'été contre la Nouvelle-Iork. Notre
glorieux pacificateur passa de Québec à Albany, et il parut évidemment
que ce politique iroquois voulait que les Cantons maintinssent la
balance entre les Anglais et les Français. Au grand conseil tenu sous
lord Bellamont, il s'écriait: «Je ne comprends point comment mon frère
l'entend, de ne vouloir pas que nous écoutions la voix de notre père, et
de chanter la guerre lorsque tout nous invite à la paix»; puis se
tournant vers l'orateur anglais: «Tu diras à Corlar, mon frère, que je
vais descendre à Québec, vers mon père Ononthio, qui a planté l'arbre de
la paix. J'irai ensuite à Orange pour voir ce que mon frère me veut.»
L'ambassade fut reçue par Gennantaha avec des honneurs inusités, et fut
introduite à Montréal au bruit d'une décharge de boîtes. La paix fut
consentie par tous les ambassadeurs, le 8 Septembre, 1700, et chaque
tribu mit son blason ou ses armoiries au bas du traité. Les Onnondagués
et les Tsononthouans tracèrent une araignée, les Cayougués, un calumet,
les Oneidé, un morceau de bois en fourche, avec une pierre au milieu, et
les Mohack, un ours.

Nous voyons pour la dernière fois Teganissoré à Montréal. Chagrin de ne
pouvoir maintenir la paix entre les Anglais et les Français, il dit au
gouverneur: «l'Onnondagué ne prendra aucune part dans une guerre qu'il
n'approuve point. Les blancs ont l'esprit mal fait: ils font la paix, et
un rien leur fait reprendre la hache de guerre. Ce n'est pas ainsi que
nous en usons, et il nous faut de graves raisons pour rompre un traité
que nous avons signé.» Un autre Sachem que le Quintilien iroquois,
disait: «Ne vous rappelez vous pas que nous sommes placés entre deux
nations puissantes, capables de nous exterminer, et intéressées à le
faire quand elles n'auront plus besoin de nos secours? nous devons donc
faire en sorte que l'une ne prévale point sur l'autre.»

C'est ainsi que parlaient les orateurs, ou autrement, les hommes d'état
des cinq Cantons. Leurs sentences étaient des leçons de sagesse même
pour les deux grandes nations qui les avoisinaient. Le fond n'en fesait
pas le seul mérite: l'orateur sauvage ne parle jamais sans préparation,
et parvient à une espèce d'atticisme. Ce mérite prêtait un nouveau
charme aux harangues de Garrangulé et de Teganissoré. Sadekanatie,
Haaskouam et Tareha leur en cédaient peu; et si quelque fois, le ton de
ces derniers nous semble empreint de férocité, c'est qu'ils étaient les
Chefs d'une confédération de peuples que leur génie fesait pencher vers
la civilisation, mais qui ne pouvaient encore l'être qu'à demi. La
République iroquoise renfermait dans son sein l'amour de la vraie
gloire, et le parfait héroïsme: les bienfaits de la paix y étaient
appréciés comme les trophées de la guerre. L'iroquois, dans son
particulier, vivait aussi plus à l'aise et plus commodément que ses
semblables. Malgré ces lueurs d'une civilisation naissante, le commun
des hommes n'a vu que des barbares dans ces Romains nouveaux, et l'on
n'a pas osé croire tels ces soldats français, ces bandes qui, sous Louis
XIV, mirent à feu et à sang la Hollande et le Palatinat, et commirent
mille autres horreurs que l'on se refuse à décrire.



                            CHAPITRE XXVIII

                                 ----

                               ARGUMENT

Andario ou Kondiaronk--Il accompagna le marquis de Denonville contre
les Iroquois--Singulier stratagême qu'on lui attribue--Il défait les
canots iroquois--Part qu'il prend aux négociations pour la paix--Sa mort
et ses obsèques--Son éloge.

ADARIO, plus connu sous le nom de Kondiaronk, par les Canadiens surnommé
le Rat, c'est-à-dire le Rusé, fut le plus illustre des Sachems hurons.
Ennemi juré des Iroquois, il suivit les guerriers de sa tribu dans un
grand nombre d'expéditions, et se fit remarquer par une intrépidité
extraordinaire et maints faits glorieux, qui l'élevèrent au rang de
Grand Chef, et de capitaine au service du roi. Il accompagna le marquis
de Denonville avec quatre cents hommes de guerre en 1687, et l'aida à
ravager le pays des Iroquois. Dans le temps que Haaskouam[117], un de
leurs plus valeureux capitaines, et le général, convenaient d'une trève
à Montréal, il continuait à les harceler à la tête d'un gros parti qu'il
mena à Cadaracui. Le commandant de ce poste, instruit des négociations
que l'on avait entamées, chercha à l'amener à des résolutions
pacifiques, et lui signifia que ce qu'il avait de mieux à faire en cette
occasion, c'était de reconduire ses guerriers à Michillimakinac;
ajoutant qu'il désobligerait infiniment le gouverneur-général s'il
fesait le moindre mal aux Iroquois. L'adroit huron eut l'air un peu
surpris en apprenant cette nouvelle: il se contint pourtant, et, quoique
persuadé que l'on sacrifiait son peuple et ses alliés, il sut dissimuler
et ne laissa échapper aucune plainte. Il laissa Cadaracui, donnant à
croire aux Français qu'il reprenait le chemin de son pays; mais ayant
appris que Teganissoré était en marche avec les députés de sa nation, il
s'informa de la route qu'il devait suivre, et alla l'attendre à
Kaihohague, où il se mit en embuscade. Il l'aperçut au bout de quelques
jours, et fondit sur ses gens comme ils débarquaient de leurs canots.
Quoique surpris, Teganissoré se défendit avec tout le courage que l'on
devait attendre de lui; mais la partie n'était pas égale, et il fut
forcé de se rendre. Quand il demanda à Adario comment il avait pu
ignorer qu'il était ambassadeur, ce dernier feignit d'être plus étonné
que lui-même, et protesta que c'étaient les Français qui l'envoyaient,
en l'assurant qu'il rencontrerait un parti d'Iroquois qu'il lui serait
facile de défaire. Pour persuader Teganissoré, il relâcha toute sa suite
à l'exception d'un seul qu'il gardait, disait-il, pour remplacer un des
siens qui avait été tué dans le combat.

[Note 117: Ce chef, dont le peuple exprimait l'éloquence par un surnom
vulgaire, s'était mis à la poursuite des Français avec mille deux cents
guerriers. Il parut en vainqueur à Montréal, et fit valoir les
prétentions du chevalier Andros. Il parla avec emphase de la faiblesse
de la Nouvelle-France, de la puissance des Cantons, et de la facilité
qu'auraient les Iroquois de chasser les Français de Canada.]

On prétend qu'il alla seul à Cadaracui après cette prouesse, et que
quelqu'un lui ayant demandé d'où il venait, il répondit, _de tuer la
pais_, expression dont on ne comprit pas d'abord le ses, mais dont on
eut l'explication par un des compagnons de Teganissoré, qui s'était
échappé au commencement du combat, et que l'on renvoya vers ses
compatriotes pour les convaincre que les Français n'avaient point pris
de part à cette perfidie.

Adario retourna à Michillimakinac, et livra son prisonnier à M. de la
Durantaye. Ce commandant, qui ignorait peut-être l'armistice; mais qui
aurait dû connaître les lois de la guerre, ou du moins celles de
l'humanité, condamna ce malheureux à passer par les armes. En vain
protesta-t-il qu'il était ambassadeur, et que les Hurons l'avaient pris
par trahison: Adario avait prévenu tout le monde que la tête lui avait
tourné, et que la peur le fesait extravaguer. Dès qu'il fut mort, le
rusé Chef fit venir un vieux iroquois depuis longtems captif dans sa
tribu, lui donna sa liberté, et lui recommanda, en le renvoyant,
d'informer ses compatriotes que, tout en les amusant par des
négociations feintes, on fesait faire des prisonniers sur eux pour les
fusiller.

Si l'historien contemporain, dit l'auteur de l'Histoire du Canada sous
la domination française, n'a ni exagéré, ni défiguré les faits, il doit
paraître un peu singulier que Kondiaronk n'ait pas été plus mal vu des
Français après leur avoir joué une aussi mauvaise pièce; et que La
Durantaye n'ait pas été blâmé d'avoir fait fusiller un prisonnier de
guerre. En effet, il ne cessa pas de jour de leurs bonnes grâces. Mais
il fit des prodiges de valeur au combat de la Madeleine, et en 1696,
lorsque le célèbre Chef que les Français avaient surnommé Le Baron,
partit pour Orange, il retint un grand nombre de familles huronnes qui
se disposaient à le suivre chez les Anglais. Ces services signalés
pouvaient servir à pallier ses trots, si l'on veut regarder comme
fondées les particularités rapportées par Charlevoix et Lahontan, mais
révoquées en doute par l'historien du Canada.

Ces services furent suivis d'autres non moins considérables. Etant
parti, en 1697, avec cent cinquante guerriers, il s'avança sur le lac
Ontario et fit prisonniers quatre éclaireurs, qui lui apprirent que les
canots iroquois n'étaient pas loin de là, et que leurs guerriers étaient
au nombre de deux cent cinquante. Sur cet avis, il s'avança à leur
rencontre, et lorsqu'il en fut à une portée de fusil, il feignit de se
trouver surpris et de prendre la fuite. Une partie des Iroquois se
mirent à sa poursuite. Adario fit force de rames jusqu'à ce qu'il fut à
deux lieues de terre; alors il s'arrêta et essuya sans tirer la première
décharge de ses adversaires, qui ne lui tua que deux de ses gans, puis
sans leur donner le temps de recharger, il fondit sur eux avec une telle
impétuosité, qu'en un moment tous leurs canots furent percés. Tous ceux
des Iroquois qui ne se noyèrent pas furent tués ou pris. Ce terrible
échec, et bien plus encore la mort de La Chaudière-Noire, qui périt dans
un combat contre les Algonquins, força les Cantons à se prêter
franchement à la paix. Adario prit une belle part aux négociations de
1700. Le généreux vainqueur des Iroquois fit cesser les murmures des
alliés, jaloux des honneurs avec lesquels on reçut Teganissoré, et
ratifia le traité provisoire du 8 Septembre en disant: «J'ai toujours
écouté la voix de mon père, et je jette ma hache à ses pieds; je ne
doute point que les gens d'en haut n'en fasse de même. Iroquois, imitez
mon exemple.»[118] Une nouvelle conférence fut convoquée pour l'année
suivante, 1701. La ville de Montréal se vit remplie de sauvages de
toutes les tribus, au nombre de plus de deux mille. M. de Callières,
alors gouverneur, fondait sa principale espérance pour se succès de ses
desseins sur le Chef huron, à qui l'on devait cette réunion et ce
concert inouï pour la paix générale. La première audience eut lieu le
1er Août. Adario se trouva mal au commencement de sa harangue. On le
secourut avec empressement, et lorsqu'il fut revenu à lui, on le fit
asseoir dans un fauteuil au milieu de l'assemblée, et chacun s'approcha
pour l'entendre. Il fit avec modestie, et en même temps avec dignité, le
récit de tous les mouvemens qu'il s'était donnés pour ménager une paix
durable entre toutes les nations. Il s'étendit sur la nécessité de cette
paix, sur l'avantage qui en résulterait pour tout le pays en général, et
pour chaque peuple en particulier et démêla avec une singulière sagacité
les intérêts des uns et des autres. Sa voix s'affaiblissant de plus en
plus, il cessa de parler, se trouva plus mal à la fin de la séance, et
mourut le lendemain matin vers les deux heures. Son corps fut exposé
quelque tems en habits militaires. Le gouverneur-général et l'intendant
allèrent les premiers lui jeter de l'eau bénite, puis le sieur Joncaire,
suivi de soixante guerriers du Sault St. Louis, qui le pleurèrent à la
manière des sauvages. Le Lendemain eurent lieu ses funérailles, qui
avaient quelque chose d'imposant et de magnifique. M. de St. Ours,
premier capitaine, ouvrait la marche avec soixante soldats. Venaient
ensuite seize guerriers hurons, marchant quatre à quatre, vêtus de
longues robes de castor, le visage peint en noir, et le fusil sous le
bras. Le clergé précédait le cercueil soutenu par six Chefs de guerre,
et couvert d'un poële semé de fleurs, sur lequel on avait placé un
chapeau, un hausse-col et une épée. Les frères et les enfans du défunt
suivaient accompagnés des chefs des nations, et M. de Vaudreuil,
gouverneur de Montréal, fermait la marche avec l'état-major. Il fut
enterré dans l'église paroissiale, et l'on grava sur sa tombe cette
inscription, ci-gît le Rat Chef Huron, qui a le double défaut de
n'exprimer pas la célébrité du défunt, et de montrer combien la nature
grandiose de ces régions avait peu d'inspirations pour les esprits
incultes des Français qui nous gouvernaient alors. Ce seul mot
Kondiaronk, ou Adario, eut été un souvenir historique[119]. Après le
service, M. Joncaire mena les Iroquois de la Montagne faire leurs
condoléances aux Hurons, auxquels ils présentèrent la figure d'un soleil
et un collier de porcelaine, en les exhortant à conserver l'esprit, et à
suivre les vues du grand homme qu'ils venaient de perdre.

[Note 118: On peut remarquer ici qu'Adario aurait pu difficilement
parler de la sorte si la supercherie qu'on lui attribuait eût été
réelle.]

[Note 119: Entrez dans l'Abbaye de Westminster, et vous y verrez des
inscriptions sublimes: ainsi l'on n'a mis sur la tombe du grand poëte
que ce mot: Dryden.]

Adario était toujours applaudi quant il parlait en public. «Il ne
brillait pas moins, dit Charlevoix, dans ses conversations
particulières, et on prenait plaisir à l'agacer, afin d'entendre ses
reparties vives, pleines de sel, et ordinairement sans répliques. Il
était en cela le seul homme du Canada qui pût tenir tête au comte de
Frontenac, qui l'invitait souvent à sa table, afin de procurer à ses
officiers le plaisir de les entendre.» C'est ce qu'expriment les vers
suivans toujours tirés de l'Ode des Grands-Chefs:

            Entre ces guerriers quel est donc
            Ce Chef à la mâle figure,
            A la haute et noble stature?
                Ah! c'est Kondiaronk:
          Ce guerrier valeureux, ce rusé politique,
          Ou pour dire le mot, ce grand homme d'état,
                Cet illustre yendat,
          Presque digne du chant de la muse héroïque.

            De quel esprit est-il doué,
            Quand deux fois par sa politique
            Et par son adroite rubrique,
                L'Iroquois est joué;
          Quand pour le mot plaisant, la fine repartie,
          Laissant loin en arrière et Voiture et Balzac,
                Du seul De Frontenac
          Peut avec lui lutter à pareille partie.



                            CHAPITRE XXIX

                                ----

                              ARGUMENT

Des Abénaquis--Taxous--Mataouando--Ouitelamon--Barbarie de ces
peuples--Exception frappante--Réflexions.

J'ai dit plus haut comment se forma la Confédération abénaquise. Nous
sommes arrivés à l'époque où elle se rendit terrible. Les Jumbeovich et
les Meskambiwit (ce dernier le bras droit de notre d'Iberville), se
distinguèrent comme volontaires dans nos armées coloniales. Taxous et
Mataouando se signalèrent à la tête de corps nombreux. Mataouando
s'avançant dans la Nouvelle-Angleterre, y massacra deux cent cinquante
personnes, et rappela le massacre de Lachine; Taxous pénétra jusqu'à
Boston, dévastant tout sur son passage, et Ouitelamon entra dans Albany,
et y fit des captifs. Ces exploits éclatans étaient accompagnés de
contineulles horreurs, et, il faut le dire, l'administration en Canada,
barbare à l'excès, ne craignait point d'offrir des primes aux guerriers
qui feraient plus de chevelures; bien différente de ces anciens Romains
qui dégradèrent le soldat qui s'était permis de sortir de son rang sans
l'ordre de son chef, elle nous rendait cruels en fesant de nous, comme
des Abénaquis, autant de Flibustiers qu'elle lançait contre les colonies
anglaises. Là une voix s'éleva en faveur de l'humanité, et Schuyler,
gouverneur d'Orange, écrivit au marquis de Vaudreuil, une lettre que
fait honneur à l'humanité.

Parmi ces fureurs, quelques beaux traits venaient prouver que l'on
aurait pu adoucir ces sauvages, loin de les exaspérer. Un jeune officier
anglais, pressé par deux Abénaquis, ne songeait plus qu'à vendre
chèrement sa vie. Au même moment, un vieux Chef, armé d'un arc,
s'approche de lui, et s'apprête à le percer d'une flèche; mais après
l'avoir ajusté, tout-à-coup il baisse son arme, et court se jeter entre
l'Anglais et les deux guerriers qui le poursuivaient. Ceux-ci se
retirèrent avec respect. Le vieillard prit le jeune officier par la
main, le rassura par ses caresses et le conduisit dans sa cabane. Il
n'en fit pas un esclave, mais son compagnon; lui apprit la langue de son
pays et ses arts grossiers. Une seule chose inquiétait le jeune Anglais;
quelquefois le vieillard tournait sa vue sur lui, et après l'avoir
contemplé, laissait tomber des larmes. Cependant aux premières feuilles
du printems, la tribu reprit les armes. Le vieux guerrier, assez robuste
encore pour supporter les fatigues de la guerre, partit avec son
prisonnier. Les Abénaquis firent une marche de plus de deux cents lieues
à travers les forêts. Enfin ils arrivèrent dans une plaine où ils
découvrirent un camp d'Anglais. Le vieux Sachem le fit voir au jeune
homme en observant sa contenance... Voilà tes frères, lui dit-il, les
voilà qui nous attendent pour combattre. Ecoute, je t'ai sauvé la vie;
je t'ai appris à faire un canot, un arc, des flèches, à surprendre
l'orignal dans la forêt, à manier le tomahack, et à enlever la chevelure
à l'ennemi. Qu'étais-tu lorsque je t'ai conduit dans ma cabane? Tes
mains étaient celles d'un enfant, ton âme était dans la nuit: tu ne
savais rien, tu me dois tout. Serais-tu si ingrat que de retourner à tes
frères?--L'Anglais protesta qu'il ne verserait jamais le sang d'un
Abénaquis. Le vieillard mit ses deux mains sur son visage, en baissant
la tête; puis il regarda le jeune officier, et lui demanda: as-tu un
père?--Il vivait encore quand je quittai ma patrie.--Oh! qu'il est
malheureux, s'écria le vieux sauvage; et après un moment de silence, il
ajouta: moi aussi j'ai été père, mais je ne le suis plus. J'ai vu mon
fils tomber dans le combat, à côté de moi. Il est mort en homme; il
était couvert de blessures, mon fils, quand il tomba. Mais je l'ai
vengé, oui! je l'ai vengé. Il prononça ces mots avec force: tout son
corps tremblait. Ses yeux étaient égarés, et ses larmes ne pouvaient
couler. Il se calma peu à peu, et se tournant du côté de l'orient, où le
soleil allait se lever, voit-tu ce beau ciel, dit-il au jeune homme,
as-tu du plaisir à le regarder?... Oui, j'ai du plaisir à le voir,
répondit le jeune Anglais.--Eh bien! je n'en ai plus, s'écria le
vieillard. Puis, lui montrant un manglier en fleurs, vois-tu ce bel
arbre, aimes-tu sa vue?... Oui son aspect me réjouit... Il n'a pour moi
aucun charme, reprit l'Abénaquis, et li ajouta: pars, vas dans ton pays,
afin que ton père ait encore du plaisir à voir le soleil, qui se lève,
et les fleurs du printems. Il n'y a pas plus bel exemple de l'amour
filial: l'amitié, chez le sauvage, produit des effets aussi frappans.

L'amitié est le plus grand bonheur de la vie, disaient les Scandinaves.
Ce sentiment, tous les peuples, pasteurs ou guerriers, lui ont rendu
leur culte; mais il agit avec plus de force sur l'enfant de la nature
que sur l'homme civilisé. L'historien des Gaules nous montre deux jeunes
guerriers qui échangent leurs armes sur la pierre du serment. La
trompette sonne et Teutates les appelle au combat: ils se font une
chaîne de leurs colliers, et vont comme un seul, unissant ou confondant
leurs efforts, leurs victoires, leur vie et leur mort. Ainsi chez nos
sauvages, un ami fera cent lieues dans les bois pour s'asseoir sur la
sépulture de son ami.



                             CHAPITRE XXX

                                 ----

                               ARGUMENT

Saguima, Chef Outaouais--Guerre des Outagamis--Memoussa.

La paix de 1701 avait procuré la tranquillité à la Nouvelle-France, et
rompu le chaînon des évènemens. Cependant ce repos n'empêcha pas que les
sauvages eussent leurs illustres. La Pouteouatami Onangnicé montra
beaucoup d'esprit et de sens, mais surtout un génie vaste qui embrassait
merveilleusement tous les détails du commerce de ces régions.
L'Algonquin Makinac, digne successeur des Tessoat et des Piskarent et
l'Outaouais Onaské, se signalèrent par des exploits guerriers. Saguima,
de la même nation, les surpassa. Il défit les mascoutins en 1715, et en
fit un grand carnage. Au premier bruit de cette irruption, le fier
Pemoussa, qui était comme le dictateur des Outagamis, nation nombreuse
et turbulente, alliée aux Anglais, s'avança sur le Détroit, causant
partout de funestes ravages. Le danger était imminent: Hurons,
Outaouais, Sakes, Malhomnes, Illinois, Osages et Missourites, toutes les
tribus accoururent au secours des Français. Sur la route, tous ces
sauvages se pressaient les uns sur les autres. «Il n'y a pas de temps à
perdre disaient-ils, Ononthio est en danger, il nous aime; son coeur
nous est ouvert, son bras est étendu sur nous: défendons-le, ou mourons
à ses pieds. Vois-tu cette fumée, Saguima, disaient les Hurons, ce sont
trois femmes de la tribu que l'on brûle, et la tienne est du nombre.»
Trois femmes outaouaises étaient en effet captives chez les Outagamis,
mais on n'en savait pas davantage, et les Hurons parlaient ainsi pour
enflammer son courage.

Cependant Pemoussa arrivé à la vue de la place, et la voyant sur ses
gardes, assit ses retranchemens sur un terrein avantageux, et l'appuya
d'une maison fortifiée dont il se rendit maître. M. Dubuisson,
gouverneur, sortit avec du canon et suivi de ses alliés. Pemoussa
répondit bravement à la première attaque; mais se voyant pressé par le
feu bien nourri des Français, il fit creuser de grands trous en terre
pour y mettre ses guerriers à couvert. On dressa alors deux échafauds de
vingt-cinq pieds de hauteur, d'où l'on battit vivement les assiégés, qui
n'osèrent plus sortir pour avoir de l'eau. Dans cette extrémité, animés
par leur redoutable Chef, et tirant des forces de leur désespoir, ils
combattirent avec un courage qui rendit longtems la victoire douteuse.
Ils s'avisèrent même d'arborer sur leurs palissades des couvertures
rouges en guise de drapeaux, et crièrent de toutes leurs forces: «Corlar
est notre père, son drapeau flotte sur nos têtes, et il protège nos
bras: il viendra nous secourir, ou il vengera notre mort.» Mais pressé
de plus en plus, Pemoussa fit remplacer les couvertures rouges par un
drapeau blanc. Il se présenta en dehors de son camp avec deux de ses
officiers, et fut introduit devant le gouverneur. Il remit plusieurs
captifs, et présenta des colliers à Saguima, afin de l'adoucir, mais les
alliés furent inexorables, et ne voulurent le recevoir qu'à discrétion.
Réduit à se défendre encore, il fit décocher à la fois jusqu'à trois
cent flèches au bout desquelles il y avait un tondre allumé, et à
quelques-unes des fusées de poudre, pour mettre le feu au camp des
Français. Quelques maisons brulèrent en effet, et pour empêcher que
l'incendie ne gagnât plus loin, on fut obligé de couvrir tout ce qui
restait de peaux d'ours et de chevreuils, et de les arroser à chaque
instant.

Lassés d'une résistance si opiniâtre et si habile, les confédérés
parurent désespérer du succès, et M. Dubuisson fut Sur le point d'être
abandonné et laissé à la merci de ceux envers qui l'on s'était montré si
impitoyables. Il fallut qu'il employât tout ce que la raison et
l'éloquence ont de plus persuasif. Ces bandes indisciplinées
retournèrent enfin à l'assaut, et les assiégés, aux abois, demandèrent
de nouveau à parlementer. Il y eut quelques discours assez semblables à
ceux des héros d'Homère; mais M. Dubuisson les fit cesser, et pressa la
ruine totale des Outagamis. Fort heureusement pour eux, un orage
dispersa les alliés, et permit à Pemoussa d'opérer sa retraite. Il alla
se poster sur une île du lac Ste. Claire, où il fut forcé après un
nouveau siége de quatre jours; le premier en avait duré dix-neuf. Le
Sachem perdit plus de mille guerriers, et ne parut que plus animé par ce
désastre. Les Outagamis, souvent vaincus, demeurèrent indomptables.

Je retrouve Pemoussa chez sa nation en 1728. Etant allé en ambassade
chez les Kikapoux, en 1729, il fut assassiné avec Chichippa, son
compagnon, par trente guerriers de cette tribu, une des plus perfides de
celles qui suivaient les Français. Le sage Chouaenon, Chef du conseil,
voulut en vain le protéger contre les traîtres, apostés par le Sachem
Kausecoué. Voilà le récit des infortunes de Pemoussa: ses belles actions
ne sont pas assez connues.



                            CHAPITRE XXXI

                                 ----

                               ARGUMENT

Des Cherokis--Leurs rapports avec les Français--Ceux-ci les excitent
contre les Anglais--Parti de la guerre et parti de la pais--Occonostata;
Attakullakulla--Guerre sanglante--Défaite des Cherokis et retour de la
paix.--Anecdotes.

Les Cherokis, qui forment sans contredit la plus célèbre Confédération,
après celle des cinq Cantons Iroquois, ne paraissent sur la scène qu'en
1730. Alors, le sort des colonies de l'Angleterre et de la France
demande une décision, et les Français, plus faibles cherchent partout
des défenseurs: l'alliance de nombreuses tribus aait été tout le secret
de leur force.

Les Cherokis, campés dans l'Alabama et le Tenessee, vivaient en paix
avec les Anglais, mais un de leurs guerriers ayant été massacré par la
milice de Géorgie, soldatesque dont la cruauté et la barbarie commençait
à devenir proverbiale, la bonne harmonie cessa, et les Français reçurent
l'appui d'une diversion puissante. Ils trouvèrent un parti de guerre
accrédité, duquel Occonostata était l'âme. Occonostata, ou le Grand
Capitaine, avait mérité ce beau surnom par ses prouesses à la guerre.
Inaccessible à la crainte, il s'écriait: «Quelle est la nation devant
laquelle le Grand Capitaine tremblera?... il ne craint pas les nombreux
guerriers que le Grand Sachem George peut envoyer dans ces montagnes.»
Son éloquence mâle animait les jeunes gens, précipitait leurs aveugles
démarches. Le gouverneur de la Caroline du Sud crut devoir assembler
toutes ses forces à Congares, d'où il menaça tout le pays des Cherokis.
Occonostata n'était pas prêt à éclater. Il s'aventura avec trente
députés, et se rendit à Charleston, pour y négocier un accommodement
devenu impraticable. Le gouverneur, après avoir énuméré les griefs de la
colonie, dédaigna de l'écouter, et lui ordonna de suivre l'armée. Au
fort George, Occonostata fut confiné, avec ses compagnons, dans une
misérable hutte à peine assez grande pour contenir la moitié des
députés. Cependant, les milices se mécontentèrent faute de paye, et le
gouverneur, n'osant s'aventurer plus loin, s'en revenait lentement,
traînant Occonostata à sa suite, lorsqu'Attakullakulla, Chef du parti
pacifique, se dévoua pour délivrer son rival. Ce Sachem, l'homme le plus
éloquent de sa nation, qui avait traversé l'océan, avait une singulière
amitié pour les Européens. Il opinait toujours pour la paix, mais la
puissance de sa parole succombait devant la fougue du Grand Capitaine,
et sa destinée était d'être toujours le réparateur des fautes de sa
nation. Il eut une entrevue avec le commandant, et négocia avec tant
d'habileté qu'il obtint la liberté d'Occonostata et de Fiftoe et
Saloueh, Sachems de Keovi et d'Estatoï.

Cette marche infructueuse des Anglais avait coûté £25,000, et en pure
perte, car Occonostata ne devint pas plus pacifique, et douze colons
furent massacrés par ses partisans. Il paraît que Coytmore, commandant
du Fort George, avait provoqué ces hostilités. Le Grand Capitaine vint
l'assiéger, mais désespérant de pouvoir emporter la place, il fit une
embuscade dans un bois voisin, puis il envoya une femme prévenir le
gouverneur, qu'ayant quelque chose d'important à lui communiquer, il
désirait le voir sur le bord de la rivière. L'imprudent Coytmore
s'avança vers le rivage avec les lieutenans Bell et Forster. Occonostata
paraissant sur la rive opposée lui dit qu'il allait à Charleston, pour
solliciter la liberté des captifs, et qu'il désirait avoir pour
sauve-garde quelques Anglais de la garnison; et montrant une bride qu'il
tenait à la main, il feignit d'aller chercher un cheval dans la forêt,
mais à l'instant même, il donna le signal convenu, qui était de faire
tourner la bride autour de sa tête. Les sauvages se précipitant du bois,
massacrèrent le commandant et prirent les deux officiers. La garnison
exaspérée, fit périr tous les prisonniers, qui étaient dans le fort.

Occonostata venait d'allumer un vaste incendie, car il n'y eut pas de
famille qui ne perdît un proche dans ce massacre, et toute la nation
courut aux armes. Toutes les tribus descendirent de leurs montagnes,
semblables aux avalanches, qui absorbent tut ce qu'elles trouvent sur
leur passage. Elles décimèrent les habitans inoffensifs de la Caroline,
et ne virent mettre un frein à leurs fureurs, que par l'arrivée de sept
compagnies de réguliers, qui furent cantonnées sur la frontière. La
Caroline du Nord et la Virginie armèrent toutes leurs milices, et Sir
Jeffery Amherst, général en chef dans les colonies, fit de nouveau
partir douze compagnies pour le théâtre de la guerre. L'armée réunie
entra sur le territoire des Cherokis, et rasa sur son passage les deux
gros bourgs de Keovi et d'Estatoï. Les deux Sachems en avaient retiré
les guerriers, et retraitaient devant les soldats Anglais, suivant le
plan du Grand Capitaine, qui abandonna le blocus du Fort George pour
marcher à la défense de son pays. Il laissa les Anglais s'engager dans
des défilés dangereux. Ils s'avancèrent jusqu'à cinq milles d'Etchoï à
travers les rivières et les montagnes. Là était une vallée basse,
tellement couverte de buissons que les soldats pouvaient à peine s'y
battre un chemin. Un officier fut chargé d'ouvrir une route avec une
compagnie de sapeurs. Ils tombèrent dans une embuscade. Un feu bien
nourri d'armes à feu jeta sur le carreau le Chef anglais et plusieurs
soldats. Les grenadiers et l'infanterie légère s'avancèrent alors au pas
de charge, un feu régulier s'ouvrit sur toute l'étendue des deux lignes,
et les bois voisins retentirent du bruit du canon et de la
mousquetterie, que répétaient les collines. Après une heure de combat
les Cherokis cédèrent momentanément, et retraitèrent emportant leurs
morts. Les soldats bretons rêvèrent aux armées disciplinées qu'ils
avaient combattues en Europe, et leurs officiers contemplèrent avec
étonnement le choix judicieux que le Sachem avait su faire du terrein.
On avait perdu cent vingt hommes; il fallut retraiter aussitôt.
Occonostata suivit en vainqueur ces vieilles bandes formées par le duc
de Cumberland, il emporta le fort Loudon. Le capitaine Stuart capitula
avec vingt réguliers, à la condition d'être conduit à Fort George. Il en
sortit presqu'aussitôt, pensant reprendre son poste, mais il fut
contraint de se rendre à discrétion après avoir perdu trente hommes.

Attakullakulla ne prit aucune part à cette seconde campagne. Il voulut
jouer le rôle de pacificateur; mais la gloire de son rival animait les
jeunes guerriers à poursuivre la guerre. Il eut cependant l'influence de
se faire livrer le Capitaine Stuart, et le logea dans sa cabane.
Occonostata, maître de tout le pays, était bien résolu à emporter Fort
George. Il se procura du canon, et ordonna au prisonnier d'en conduire
le service. Le malheureux capitaine ne voyant que l'alternative de
mourir ou de manquer à l'honneur, communiqua son trouble à son
libérateur, qui le prit par la main en disant: «Sois tranquille, mon
fils, le vieux guerrier est ton ami.» Attakullakulla annonça qu'il
partait pour la chasse, et voulut conduire avec lui son prisonnier. Il y
avait loin du point de départ à la frontière, et la plus grande
diligence était nécessaire pour éviter toute surprise. Ils marchèrent
neuf jours et neuf nuits à travers d'épaisses forêts, et sans autre
guide que les astres. Le dixième jour ils arrivèrent heureusement sur la
rive de la rivière Holstein, et rencontrèrent l'armée du colonel Bird.
Le vieux Sachem se sépara de son prisonnier, et se renfonça dans la
forêt aussi composément que s'il eût fait une action ordinaire.

Pour revenir aux évènemens de la guerre, les colonies firent de nouveaux
efforts, et levèrent un régiment colonial; des troupes arrivèrent du
Nord, les Chickasas et les Catawbas s'armèrent contre leurs semblable,
et trois mille hommes marchèrent contre les Cherokis. M. de Latinac se
trouvait à Etchoï. Au grand conseil de la nation, brandissant La hache
de guerre, il s'était écrié: «Qui est-ce qui lèvera le tomahack pour
venger Ononthio?» Et le Sachem d'Estatoï, Saloueh, leva le sien, et
chanta la guerre. Occonostata rencontra les troupes coloniales dans le
même endroit où il les avait repoussée l'année précédente. Une colline
appuyait leur flanc. Les premiers Cherokis la montèrent sans défiance,
mais les Chickasas les ayant aperçus, les délogèrent, soutenus par les
premiers rangs de soldats. Occonostata s'opiniâtra, et reprit la
position malgré les efforts du colonel Grant: la bataille devint alors
générale. Les troupes se trouvaient dans une situation déplorable,
exténuées de fatigue et exposées à un orage furieux. Elles semblaient
être le jouet des Cherokis, qui, protégés par leurs forêts, se
dispersaient pour se rallier sans cesse. On les poussait sur un point,
ils revenaient sur un autre, et sans les sauvages alliés, il est
probable Que les vieux grenadiers anglais n'auraient pu vaincre les
fiers montagnards. Comme le colonel Grant était occupé à les poursuivre
du ôté de la rivière, le Grand Capitaine tomba sur les bagages et les
détruisit. On se battit depuis huit heures du matin jusqu'à onze. Les
sauvages retraitèrent alors emportant avec eux les corps de ceux qui
avaient été tués. La victoire fut cependant complette, et l'armée
employa un mois entier à ravager le pays. Un officier écrivait: «Le ciel
nous a favorisés, et nous avons achevé notre ouvrage. Tous les bourgs,
au nombre de quinze, ont été ruinés, mille quatre cents âcres de blé
détruits, et cinq mille[120] Cherokis poussés dans les montagnes.»

[Note 120: M. Thatcher. Ce serait plutôt cinquante mille.]

Occonostata dédaigna de demander grâce, mais Attakullakulla, redevenu
l'espoir de sa nation, vint trouver le colonel Grant, et lui tint ce
discours: «Vous vivez sur le rivage, et vous êtes dans la lumière; pour
nous, qui habitons la forêt, nous sommes dans les ténèbres. Cependant il
n'y aura plus d'obscurité, car Attakullakulla a toujours cherché le
bien, et quoiqu'il soit bien vieux, il vient encore voir ce qu'il y a à
faire pour son peuple affligé. Ce qui est est l'ouvrage du Grand Esprit.
Les Cherokis ne sont pas de la même couleur que les blancs, et ceux-ci
leur sont supérieurs, mais le même esprit est le père de tous; c'est
pourquoi le vieux Sachem espère que le passé sera enseveli dans l'oubli.
Le grand roi (George) lui a dit que les plaines et les forêts
appartiennent aux deux peuples, et comme ils vivent sur un même sol, il
faut qu'ils s'aiment comme une même nation.» M. Ramzay ajoute que la
paix fut conclue, et que les deux partis exprimèrent le désir qu'elle se
perpétuât aussi longtems que le soleil répandrait sa lumière sur la
terre, et tant que les fleuves rouleraient leurs eaux majestueuses.
Attakullakulla se rendit à Charleston, où le gouverneur le reçut avec
distinction, l'invita à sa table, et lui confia une copie du traité sous
le grand sceau de la Province.

M. Thatcher doute qu'Attakullakulla fut un des Chefs qui furent
présentés à George II, en 1730; mais le Sachem le dit indirectement dans
son discours au colonel Grant.

Je termine cet article par une entrevue qu'eut avec ce sauvage
intéressant Bertram, l'agréable auteur des voyages dans le Sud.

«Après avoir traversé cette branche considérable de la Tanase, dit en
substance le voyageur, j'observai un groupe de sept _Indiens_ descendant
les hauteurs qui avoisinent le rivage. Je vis venir en avant un Chef de
guerre, et supposant bien que c'était Attakullakulla, _Empereur_ des
Cherokis, par respect, je m'éloignai du chemin, pour lui laisser le
passage. Sa _hautesse_ me rendit le compliment par un sourire; elle
s'approcha de moi, et, me serrant la main, elle me dit: Je suis
Attakullakulla, l'Anglais me connaît-il? Je lui répondis que le bon
esprit qui marchait devant moi, m'avait déjà appris qu'il était le Grand
Attakullakulla, et k'ajoutai que k'étais de la Pensylvanie, dont les
habitans, blancs et rouges se fesaient gloire d'être les alliés des
Cherokis. Il me demanda si je venais de Charleston, et si je connaissais
le capitaine Stuart que, me dit-il, il allait visiter. Sur mes réponses
satisfaisantes, et sur ce que je luis dis que j'allais moi-même chez les
Cherokis, il m'assura que je serais le bienvenu, et me fit, en
s'éloignant, un signe de politesse, que toute sa suite me répéta.»



                           CHAPITRE XXXII

                                ----

                              ARGUMENT

Etat de la Confédération iroquoise--Alliance
anglaise--Talasson--Schinoniata--Les Cantons prennent part à l'invasion
du Canada.

L'illustre orateur Teganissoré estimait assez sa nation pour la croire
en état de tenir le balance entre les colonies françaises et anglaises;
mais les grandes entreprises que l'instinct de leur conservation fit
naître tout-à-coup au sein de ces dernières, prirent un immense
développement, et ce torrent emporta tout sur son passage. Les cantons
iroquois se virent entraînés. Leur constitution s'altéra sous
l'influence de ce changement, et l'on vit cette république formidable
diminuer d'importance en devenant moins indépendante. Sa population,
loin de décroître, s'était accrue en 1712, lorsque les Tuscaroras,
nation puissante de la Caroline, dépossédées par le sort de la guerre,
vinrent former un sixième canton. Mais l'influence du général Johnson
acheva un ouvrage depuis longtems commencé. Les Sachems avaient plus
fréquenté Albany que Québec: ils étaient plus à portée des Anglais qui
paraissaient leur tendre une main libérale. L'esprit conciliant des
Français, soutenu par le courage, les avait tenus en suspens, mais la
fortune ne parut pas plutôt fuir leur bannière, que les guerriers
n'eurent plus d'estime que pour Corlar. Sir William, établi dans leur
pays en qualité d'agent, leur fit accepter, sans qu'ils s'en doutassent,
une dépendance entière des Anglais. Les moeurs s'altérèrent par le
commerce avec les blancs. Ces peuples durent faire dès lors quelques
progrès vers la civilisation. Mais l'on ne vit plus cette suite non
interrompue de Chefs valeureux, dont Talasson sembla devoir fermer la
liste. Il fut, comme tant d'autres l'orgueil d'Onnondagué, et la terreur
des Outaouais. Ses successeurs ne parurent sur le champ de bataille que
comme des volontaires servant sous des capitaines étrangers. Tel un
descendant d'Uncas le Mohican, portant ce nom lui-même, se signala à la
bataille du lac George, et Hendrich, Grand-chef de guerre des
Mohacks[121], tomba devant Johnson comme un chevalier meurt aux pieds de
son roi.

[Note 121: Le général Johnson tenant conseil avec les Mohacks, ce Chef
lui dit: J'ai rêvé que tu me donnais un habit galonné, et il me semble
que c'est celui que tu portes maintenant. Eh bien! dit Sir William, il
est à toi; et il en revêtit le Sachem, qui partit enchanté. Le général
eut son tour. Je ne rêve pas ordinairement, dit-il à son homme, dans une
autre occasion; cependant, depuis que je t'ai vu, j'au un songe vraiment
singulier.--Quel est ton songe, dit le Mohack?--J'ai rêvé que tu me
donnais une chaîne de terreins sur la rivière, pour y bâtir une
maison.--Hendrich jetant sur lui un regard perçant: si dans la vérité de
ton âme, tu as fait ce songe, tu l'auras. Quant à moi, je ne rêverai
plus; je n'ai gagné qu'un beau vêtement, et toi, je t'abandonne un grand
lit, sur lequel ont souvent dormi mes ancêtres. Ce lit avait trois
lieues.]

Schinoniata, Sachem Onnondagué, aurait été plus célèbre à une autre
époque, lorsque l'indépendance de sa nation eut développé son énergie.
La révolution favorable aux Anglais, ne s'était point opérée sans
quelques efforts pour la prévenir de la part des Français. M. de
Vaudreuil voulant faire revivre à tout prix l'influence de sa nation,
fit prévenir ce Chef, en 1757, qu'il allait envoyer aux Iroquois un
Sachem qui leur parlerait d'affaires sur leurs nattes. Ce Sachem devait
être M. de Lévis, mais on eut besoin ailleurs de ce célèbre général, et
M. Rigaud de Vaudreuil partit à sa place avec neuf canots chargés de
présens. Schinoniata vint à sa rencontre avec vingt guerriers et le vit
près d'Oswego. On se salua de trois décharges de mousquetterie, l'on
dressa une tente, et nos deux grands hommes s'abouchèrent ensemble.

«Mon père, dit Schinoniata, nous regardons ce jour comme heureux puisque
nous te voyons; mais avons appris ton arrivée par ceux que tu nous as
envoyés. Ils nous ont dit que tu désirais que nous allassions au-devant
de toi: nous sommes venus.»

Il continua tenant un collier de rassades: «Tes envoyés nous ont dit que
tu demandais dans quel lieu nous voulions que tu nous parlasses. Nous ne
voyons pas de meilleur lieu qu'Onnondagué où tu nous parlera sur nos
nattes, car les fredoches ne sont point propres au conseil.»

M. de Vaudreuil répondit assez bonnement: «Mes frères, je vous remercie
de ce que vous êtes venus au-devant de moi. Mon dessein était toujours
d'aller à Onnondagué pour vous y porter la parole de mon père. Vous êtes
les maîtres du départ, et d'en fixer l'heure et le jour.»

Les Français auraient eu l'imprudence de s'engager dans le pays des
Iroquois, mais Schinoniata, revenant sur ses pas, dit à M. Rigaud: «Mon
père, tu vois que nous souhaiterions de te voir dans nos villages, mais
nous sommes trop près de Corlar; il est fort, et il nous a dit, qu'il
voulait sacrifier Ononthio. Tu pourrais être insulté. Nous allons
envoyer dire à Onnondagué que tu es ici, et que l'on vienne entendre la
parole de notre père.»

Enfin, le 6 août, on tint un grand conseil dans la tente du général. Les
présens étaient rangés sur le bord du rivage. Les Iroquois les
acceptèrent sans peine; ils firent force belles promesses, et M. de
Vaudreuil alla informer le marquis du succès apparent de sa mission.
Schinoniata ne devient pas plus mauvais ami de Sir William Johnson pour
avoir reçu des présens. Il le suivit dans son expédition contre Niagara,
et contribua à la défaite des Français. Un corps de mile guerriers
franchit les lacs avec le général Amherst, et fondit avec lui sur la
colonie. Les Mohacks virent tomber la jeune France avec les bandes
aguéries du général de Lévis, à Montréal.



                            SECONDE PARTIE

                                 ----

CES ÉTRANGERS (disait le vieux prince Norwégien) sont arrivés ici comme
une volée d'oies sauvages; ils y ont amené leurs petits, et s'y sont mis
à couvert. Qu'on leur propose aujourd'hui de retourner dans leurs
montagnes ou dans leurs basses terres, après qu'ils ont goûté de nos
excellens poissons!!! Non, nous ne verrons plus les beaux jours de ces
îles, les usages primitifs n'existent plus. Que sont devenus nos anciens
Chefs, nos Fea, nos Shlaghrenner? Ils ont fait place aux Mouat; eux dont
les noms prouvent assez qu'ils sont étrangers à ces rivages. Dans un
siècle d'ici, à peine il restera un pouce de terre aux vrais habitans
norses, aux propriétaires d'héritages norwégiens.

SIR WALTER SCOTT (Le Pirate).



                               CHAPITRE I

                                  ----

                                ARGUMENT.

Des Outaouais--Ponthiac, leur Chef--Ses premières armes--Entrevue avec
le major Rogers--Nianvana--Grands projets de Ponthiac--Prise de
Michillimakinac--Siége de Détroit--Bataille de Bloody-Bridge--Paix
générale--Retraite de Ponthiac--Anecdotes et Réflexions.

Les Outaouais n'ont pas encore paru avec éclat dans cette histoire. Le
grand Ponthiac va les tirer pour un moment de cette nullité, pour les
couvrir d'un lustre sans supérieur dans les annales aborigènes: le Nord
va s'étonner de leurs exploits.

Lorsque le commerce de la Nouvelle-France commença à prendre quelque
développement pour s'étendre jusques aux lacs, les Outaouais vivaient
dans leurs environs avec les Chippeouais et les Pouteouatamis, deux
peuples quel'on suppose avoir appartenu à la grande nation algonquine
qui, au temps de M. de Champlain, occupait la rive nord du St. Laurent,
entre Québec et le lac St. Pierre. La tradition orale fait venir les
trois tribus jusqu'au lac Huron, où elle se séparent. Les Outaouais,
agriculteurs, se fixèrent dans les environs de Michillimakinac: les deux
autres tribus poursuivirent leur marche.

Les Français se firent des amis des Outaouais et des Chippeouais. Un
Chef de ces derniers disait naguère dans une ville des Etats-Unis:
«lorsque les Français parurent aux chûtes, ils vinrent nous voir, et
nous baiser. Ils nos appelaient leurs enfans, et nous trouvâmes en eux
des pères. Nous vivions comme des frères dans une même cabane.»

Ponthiac, Chef des Outaouais, avait contribué, en 1754, à la défaite du
général Braddock, sous le Grand Chef Makinac. Dans une autre occasion,
il avait secouru le Détroit. Ami sincère des Français, il ne put voir
d'un oeil tranquille la conquête de 1760, et commença dès lors à
déployer toute l'énergie de son caractère. Les lacs venaient d'être
livrés au général Amherst. Le major Rogers, qu'il envoya pour prendre
possession du pays des Outaouais, rencontra le Sachem sur le chemin du
Détroit. Ponthiac s'était fait précéder d'une députation de Chefs de
tribus de sa dépendance. Ces ambassadeurs représentèrent leur maître
comme le seul souverain du pays, et annoncèrent qu'il venait faire la
paix avec les Anglais. Il parut en effet. Après les saluts, il demanda
hardiment au major comment il avait ôsé entrer dans son pays, et quel
était le but de cet empiètement. Rogers, trop prudent pour s'émouvoir,
répondit qu'il venait en ami, pour chasser une nation qui avait été un
obstacle à l'amitié des guerriers Outaouais pour le Grand Roi George;
puis il offrit aux députés un présent de Ouampum. Ponthiac l'accepta en
disant: je resterai ici jusqu'à demain, et je ferai aussi un présent aux
Anglais. «C'était me dire, écrit Rogers, tu n'iras pas plus loin sans ma
permission.» A l'approche de la nuit, il demanda au major si ses jeunes
gens n'avaient pas besoin de se procurer des fruits que produisait son
pays, et il envoya ses guerriers à la recherche. Dans une seconde
entrevue, il lui présenta son calumet, et lui permit de traverser son
territoire. Il voulut même l'accompagner jusqu'au Détroit, et força à
rebrousser, une tribu qui venait couper le passage.

Les Outaouais avaient un autre Chef, Minavana, que le célèbre voyageur
Henry[122] rencontra dans l'île de La Cloche[123] sur le lac Huron, puis
à Michillimakinac. Ce lieutenant de Ponthiac, lui parla fort mal des
Anglais. C'était, dit Henry, un personnage d'une apparence fort
remarquable, de haute stature, à la contenance belle et fière. Il entra
dans son appartement suivi de soixante guerriers armés de pied en cap.
Quand ils eurent défilé un à un, ils s'assirent, et se mirent à fumer.
Minavana parla sur un ton fort haut, et effraya beaucoup notre voyageur,
mais il ajouta que les Anglais étaient indubitablement de braves
guerriers, puisqu'ils venaient ainsi au milieu de leurs ennemis, et qu
pour lui (M. Henry), il semblait être l'ami des guerriers rouges, et
nourrir de bonnes intentions; puis il lui donna une poignée de mains, et
sortit avec ses guerriers. M. Thatcher, frappé du caractère élevé de
Minavana, veut le confondre avec Ponthiac lui-même; mais c'est une
assertion improbable.

[Note 122: Travels and adventures in Canada between the years 1760 and
1766.]

[Note 123: Ainsi nommée d'un rocher fendu qui rend le son d'une cloche
lorsqu'on le frappe.]

Pour revenir à celui qui fait le principal sujet de ce chapitre, ce fut
vers ce temps qu'il conçut le vaste projet de réunir les tribus de
l'Ouest et du Sud-Ouest dans un irruption qui devait expulser les
Anglais et, croyait-il peut-être, ramener les Français dans son
voisinage. Le plan qu'il adopta suppose chez ce sauvage un génie
extraordinaire et un courage de première force. C'était une attaque
simultanée et soudaine contre tous les postes que les Anglais occupaient
autour des tribus, aux deux extrémités du lac Ontario, ou midi et à
l'occident de l'Erié, autour du Michigan, sur l'Ohio, l'Ouabache et
l'Illinois. On tenait sur cette immense étendue Frontenac, Pittsburg,
Buffalo, Niagara, Sandoske, le Détroit, Michillimakinac, etc. La plupart
de ces postes étaient des entrepôts de commerce plutôt que des
forteresses, mais ils étaient encore formidables contre les sauvages.
Ils commandaient les grandes avenue aux eaux du Nord et de l'Ouest.
Ponthiac, instruit qu'il était de la géographie de ces régions, comprit
que leur conquête lui ouvrirait tous les passages. Le drapeau
britannique devait être abattu au même instant dans tous les forts, et
pour procurer l'ensemble nécessaire, le Sachem ne se prépara qu'en
secret. Il ouvrit d'abord son plan aux Outaouais et le développa avec
toute l'éloquence sauvage. Il fit jouer les ressorts de l'ambition et de
la crainte, de l'espérance et de la cupidité, et rappella le souvenir
des Français. Des Outaouais, l'ardeur se communiqua aux autres
peuplades, qui se réunirent dans un grand conseil. Ponthiac y pénétra
dans tous les replis de leur caractère, et il les fixa toutes en
démêlant leurs intérêts divers, et en donnant son projet comme inspiré
par le grand-esprit à un Chef Lenni-Lenape. Chippeouais, Outagamis,
Yendats, Pouteouatamis, Sakis, Menomenes, Lenni-Lenapes, Missisagues,
Shaouanis, et Miamis marchèrent sus un même drapeau. L'alliance des
Iroquois acheva le chef-d'oeuvre de la politique sauvage, qui combina ce
gigantesque plan d'attaque, embrassant tout depuis Niagara jusques à la
rivière Potomac. L'oeuvre de la destruction commença en même temps sur
tous les points, et de onze postes, neuf succombèrent. Presqu'île céda
après deux jours. Le capitaine Ecuyer fut secouru à Pittsburg à la
veille d'être forcé: les sauvages se dédommagèrent de ce désappointement
en ouvrant une scène de dévastation dans toute l'étendue de la
Pensylvanie, de la Virginie et de la Nouvelle-Iork.

Ponthiac arriva en personne devant Michillimakinac. Cette place, située
entre les lacs Huron et Michigan, était le principal entrepôt entre les
régions hautes et basses. Quatre-vingt-dix hommes la défendaient avec
deux pièces de canon. Le Sachem envoya en avant Minavana, sous prétexte
de complimenter le commandant. Après que ce Chef eut débité sa harangue
et protesté de son amitié pour les Anglais, ses guerriers se mirent à
jouer de la balle, près de l'enceinte du fort. Elle fut plusieurs fois
jetée à dessein dans l'intérieur, et autant de fois les sauvages
entrèrent pour la reprendre[124]. Par ce moyen, ils se rendirent maîtres
d'une des portes, et Ponthiac arrivant avec toutes ses forces, força la
garnison de mettre bas les armes. Maître de Michillimakinac, il s'avança
aussitôt contre le Détroit. Le major Gladwin y commandait avec trois
cents hommes. Les sauvages passèrent la nuit à danser et à chanter. Le
lendemain Ponthiac fit demander une audience, et fut introduit avec un
détachement de ses guerriers. Ils devaient tomber sur les Anglais à un
signal convenu. La harangue du Sachem fut sévère; il s'anima de plus en
plus, et il allait donner l'attaque lorsque Galdwin cria aux armes. Les
officiers tirèrent leurs épées, et les canonniers furent à leurs pièces.
A cette vue, Ponthiac affecta de se voir trahi, et sortit. Le 10 de mai,
il commença un siége en formes, et logea ses guerriers dans les
faubourgs. Ils furent délogés le 11, à coups de canon. Cependant, le
major, inaccoutumé à la guerre des sauvages, craignait un assaut; il
voulait retraiter à Niagara, et n'en fut empêché que par les Canadiens.
Ponthiac, profitant se son ineptie, proposa une nouvelle entrevue qui
lui livra le capitaine Campbell et le lieutenant McDougall. Il eut un
nouveau sujet de triomphe dans la défaite de Sir B. Devers, et d'un gros
détachement. Le 30, une flottille parut à la vue de la place. La
garnison monta aussitôt sur les bastions, et l'on entendit en même temps
le cri de guerre des Outaouais. Ponthiac était allé se poster à la
Pointe Pelée. Trente bateaux chargés de troupes furent attaqués et pris.
Les guerriers remontèrent La rivière en triomphe, contraignant les
Anglais de ramer, et passèrent devant la place. La garnison fut plus
heureuse au mois de Juin. Un vaisseau de guerre ayant paru devant le
fort, Ponthiac arma ses canots, et crut le prendre l'abordage, mais le
capitaine, qui avait fait cacher les soldats à fond de cale, les rangea
aussitôt sur le pont, commanda une décharge générale, et jeta les
assaillans sur le carreau. Le Sachem n'abandonna pas encore l'espoir du
triomphe. Il fit faire des radeaux avec des débris de maisons, et les
chargea de matières combustibles en guise de brulots; mais ses guerriers
ne comprirent rien à cette nouvelle invention, qui n'eut pas d'effet, et
la place fut ravitaillée. Au mois de Juillet, un Chef Outaouais ayant
été tué, le capitaine Campbell fut massacré, pour consoler les parens du
défunt. Ponthiac eut la magnanimité de chercher l'assassin, qui s'enfuit
à Saginan. Le 22 du même mois, trois cents hommes arrivèrent au secours
de la place, et l'on résolut à attaquer les sauvages. Leur terrible Chef
nit en sûreté les femmes et les enfant, et fit deux embuscades. Il
laissa les Anglais s'avancer jusques au pont qui a retenu depuis le nom
de Bloody-bridge, mais la petite armée n'y fut pas plutôt arrivée,
qu'elle se vit accueillie par un feu bien nourri. Le commandant tomba
mort, et les troupes furent mises en désordre: elles se rallièrent, et
tous les postes furent enlevés à la bayonnette. Ponthiac les reprit
cependant, et les Anglais rentrèrent avec perte de cent dix hommes tués
ou blessés. Il ne se passa plus rien de remarquable jusqu'au 18 août.
Mais alors les Hurons et les Pouteouatamis ayant laissé le camp, et
Ponthiac ayant eu vent des préparatifs du général Bradstreet, qui était
arrivé à Niagara avec trois mille hommes, le siége fut levé, et les
sauvages se retirèrent en combattant avec le major Volkins. Le 3 avril,
1764, le Sault Ste. Marie fut témoin d'un congrès général des sauvages.
Vingt-deux nations, quelques-unes inconnues jusqu'alors, y envoyèrent
des députés, et firent la paix avec le Grand Roi, représenté par le
vieux général Johnson. Mais Ponthiac dédaigna de négocier, et retraita
jusqu'aux Illinois. Il fit encore quelques tentatives en 1765, à la tête
des Miamis et des Mascoutins, et mourut en 1767, assassiné par un
guerrier Peoria qui, dit-on, croyait faire sa cour aux Anglais, en les
délivrant d'un si formidable ennemi.

[Note 124: Homère nous décrit exactement au VIe livre de son Odyssée, ce
jeu dont s'amusait Nausica sur le bord de la mer, dans l'île de Corfou,
lorsqu'Ulysse sortit du buisson où il s'était caché après le naufrage.
La reine, dit-il, jeta la balle à une de ses femmes, qui la manqua: la
balle tomba dans les flots. Il nous rappelle encore ce jeu au VIIIe
livre; les joueurs étaient Alius et Laodamas.]

Ponthiac, en s'emparant du Détroit, voulait en faire le siége de sa
domination, qui aurait été redoutable aux nouveaux possesseurs du
Canada. «Il morcela sans cesse leur conquête, dit M. Beltrami, et ne put
oublier les Français.» Le gouvernement, dans la vue de se l'attacher,
lui avait fait une pension annuelle considérable, ce qui ne l'avait pas
empêché de manifester, en plusieurs occasions, un esprit de malveillance
et de haine contre ses anciens ennemis.

Nous n'avons encore vu qu'une partie de la grandeur de Ponthiac. Cet
incompréhensible sauvage chercha à mettre ses sujets en état de
manufacturer le drap et les étoffes Comme les Anglais, et offrit au
major Rogers une partie de son territoire, s'il voulait entretenir
quelques Outaouais dans les manufactures d'Angleterre. Il étudia la
tactique de nos troupes, et en raisonnait avec une sagacité peu
au-dessous de la science. Ce qui est plus étonnant encore, il établit
durant la guerre une sorte de banque à sa façon. Elle donnait des
billets de crédit, qui portaient l'image de ce qu'il voulait qu'on lui
donnât, et son sceau qui était la figure d'une loutre. Son autorité
parmi les siens était celle d'un Dictateur.

On cite à sa louange plusieurs beaux traits. En 1765, le lieutenant
Frazer étant allé aux Illinois avec un détachement de soldats, sous
couleur de visiter un établissement canadien, mais visiblement pour
l'observer, il le fit prisonnier avec sa troupe, et le relâcha
généreusement. Le major Rogers lui fait dire après sa retraite du
Détroit: «que pour lui il ne ferait la paix que lorsque'elle lui serait
utile ainsi qu'au grand roi.» Le même officier chargé de le regagner,
lui envoya de l'eau-de-vie. Quelques guerriers qui l'entouraient
frémirent à la vue de cette liqueur, qu'ils croyaient empoisonnée, et
voulurent le dissuader d'en boire: «non! leur dit Ponthiac, celui qui
recherche mon amitié, ne peut songer à m'ôter la vie;» et il prit la
boisson avec l'intrépidité d'Alexandre prenant la potion de Philippe.

Le R. P. Thébaud, maintenant Recteur du Collège de Frodham aux
Etats-Unis, écrivait en 1843: «la France n'a pas assez connu et apprécié
les efforts de ce grand homme. Je n'ai pu trouver son nom dans aucun
écrivain de notre nation: il était réservé aux Anglais et aux
Américains, ses ennemis, de lui rendre justice. Après la mort du marquis
de Montcalm, après les victoires de l'anglais Wolfe sous les murs de
Québec, et de l'américain Washington devant le Fort Duquesne, quand les
affaires des Français semblaient désespérées en Amérique, le Sachem
Outaouais forma le plan de surprendre à la fois par un coup de main onze
Postes militaires occupés par la Grande-Bretagne. Trois seulement,
Niagara Pittsburg et Détroit résistèrent. _Pontias_ assiégea Détroit, le
plus important de tous. Il sut, chose étonnante, retenir ses inconstans
compatriotes pendant une année entière sous ses murs[125]. En vain la
nouvelle de la paix de 1763 arriva en Amérique. Il continua le siége
jusqu'à l'abandonnement entier du Canada par la France. Alors, resté
seul sur le champ de bataille, à la tête de sa nation, n'ayant pas même
pour sa protection personnelle le plus petit article d'un traité conclu
à deux mille lieues de son pays, il s'enfuit à travers les bois comme un
Indien ordinaire, et se réfugia chez les Illinois, parce qu'ils étaient
les plus sincèrement attachés aux restes du parti français. Depuis il
succomba dans une querelle particulière avec un Peoria, et telle était
l'admiration de ces peuples pour ses talens et sa bravoure, que toutes
les autres tribus s'unirent comme dans une croisade contre ceux qui
l'avaient laissé périr. Les Peoria furent presqu'exterminés, et la
France, qui dédie des palais à toutes ses gloires, n'a pas élevé de
monument à _Pontias._

[Note 125: Le siége ne fut que de quatre mois.]

M. Balbi[126] appelle Ponthiac «le plus formidable sauvage que l'on
connaisse.» S'il fut venu plus tard, il eût été surnommé le Napoléon de
l'Ouest, comme l'on dit aujourd'hui de Tecumseh. Je termine par quelques
mots du biographe Thatcher: «Il est probable, dit-il, que son influence
et ses talens furent sans précédens dans l'histoire de sa race. C'est de
là que sa mémoire est encore chérie des peuples du Nord. L'histoire,
loin d'ajouter à l'idée qu'ils s'en forment, le réduit à nos yeux aux
justes proportions; mais la tradition le mesure avec les Hercules de la
Grèce.»

[Note 126: M. Balbi, auteur d'un Système de Géographie a évité la
plupart des erreurs reprochées aux européens qui se mêlent d'écrire sur
l'Amérique.]



                              CHAPITRE II

                                 ----

                               ARGUMENT

Des Lenni-Lenapes--Leur origine--Leur grandeur--Tamenund, ancien
Chef--Fête en son honneur aux Etats-Unis--Koguethagechton préserve la
paix--Son éloquence--Ses efforts en faveur des Américains.

Les Lenni-Lenapes, appellés aussi Delawares, du nom d'un gouverneur de
la Virginie, vinrent selon la tradition d'au-delà du Missouri avec les
Iroquois. Lenni-Lennape veut dire peuple primitif. Ils écrasèrent avec
les Iroquois, tout ce qui s'opposa à leur passage, puis les deux peuples
se séparèrent, et les Delawares occupèrent le pays situé entre les
rivières Hudson et Potomac. Quarante tribus les saluaient du nom de
Grand-Père. Ils tenaient la Pensylvanie, lorsque William Penn vint
d'Albion leur donner des lois[127], et la mémoire de Miquo, comme ils
l'appelaient, est encore en vénération chez quelques restes de la
nation, qui subsistent sur la rive ouest du Mississipi. Le seul ancien
Chef que l'on connaisse, est Tamenund. Les Lenni-Lenapes le mettent au
premier rang de leurs grands hommes. Il était selon la tradition,
guerrier valeureux, et parfait orateur. Ses vertus parlaient plu en sa
faveur que ses hauts faits, et son patriotisme était pur. Plusieurs
générations s'étaient écoulées, et sa mémoire était cependant si
présente, que lorsque le colonel Morgan, de New-Jersey, fut envoyé comme
agent, les Lenni-Lenapes l'appellèrent Tamenund pour honorer ses vertus.
Elle était si vénérée même parmi les blancs, qu'ils en firent un saint.
Les habitans de Philadelphie inscrivirent son nom sur le calendrier, et
célébraient sa fête le 10 de mai. Les citoyens se rendaient en
procession dans un bosquet voisin de la ville. Là on prononçait le
panégyrique du Sachem. Un diner suivait, puis une danse sauvage. Il
reste encore des traces de cette société.

[Note 127: Il y a une célèbre gravure de l'entrevue du philantrope
anglais avec les Sachems Delawares, d'après Sir Thomas Lawrence, un des
grands maîtres de l'école anglaise de peinture.]

Les anglais firent de grands efforts pour attirer les Lenni-Lenapes dans
leur parti, lors de la première guerre américaine. Ils rencontrèrent de
l'opposition dans Koguethagechton, Chef des tribus de l'Ohio. Ce Sachem,
dont l'évêque Keckewelder fait de magnifiques éloges, s'attacha à
persuader à sa nation qu'elle n'avait rien à démêler dans la querelle.
Supposez, disait-il, qu'un père ait un enfant dont il a pitié parce
qu'il est petit: lorsqu'il commence à grandir, il pense à en tirer de
l'aide, fait un paquet, et le lui donne à porter. L'enfant s'en charge
gaiment, et marche à la suite de son père. Celui-ci voyant l'enfant de
bonne volonté, en est satisfait. Mais le voyant croître de plus en plus
en force, il augmente le fardeau, et le fils ne murmure pas encore.
Cependant il devient un homme fait. Le père ne laisse pas que de lui
donner encore un fardeau, et pendant qu'il le fait, passe un homme mal
intentionné qui lui conseille de le faire plus pesant. Le père, plutôt
que de suivre son propre jugement, écoute le mauvais conseiller; maos
son fils se tournant vers lui: mon père, dit-il, ce fardeau est trop
pesant. Le vieillard, dont le coeur s'est endurci, le menace de le
battre. Ainsi donc, reprit le fils, je vais être battu si je ne fais
l'impossible, et je n'ai d'autre choix que de te résister.--Je trouve
dans les recherches de M. Thatcher cette allégorie comme étant du Chef
Delaware, mais on peut croire que quelque souffleur américain était là
derrière.

Il vint à Pittsburg au commencement des hostilités pour y rencontrer les
Tsononthouans, et chercha à les détourner de la guerre; mais on le
traita de vieille femme. Ce fut alors qu'il dit ces paroles énergiques:
«Je sais bien que les Mingos regardent les Delawares comme un peuple
conquis. Ils ont, disent-ils, donné des jupes à nos guerriers. Eh bien!
qu'ils regardent Koguethagechton; n'est-il pas un guerrier robuste, et
n'en a-t-il pas les ornemens? Oui, c'est un guerrier, et tout ce pays
(en montrant les terres que baigne l'Allegany), lui appartient...» Ce
discours fier effraya sa nation, qui le désavoua par une ambassade.
Koguethagechton, quoiqu'humilié par cette démarche, continua de
travailler à la paix. Les Hurons de Sandoske répondirent à un de ses
messages, en lui fesant dire de mettre de bons mocassins, afin de
pouvoir suivre les autres guerriers à la guerre. Le gouverneur de
Détroit brisa à ses pieds un collier qu'il lui avait présenté, et lu
ordonna de laisser la place sous la demi-heure.

En 1778, quelques loyalistes s'étant réfugiés parmi la nation, lui
persuadèrent que toutes les tribus voisines allaient fondre sur elle si
elle ne marchait à la guerre. Koguethagechton entra dans le conseil. «Si
vous marchez, dit-il aux guerriers, j'irai avec vous. J'ai recherché la
paix pour vous sauver de la destruction, mais puisque vous préférez des
méchans à un guerrier et à un Chef, allez combattre les enfans de
Corlar. Koguethagechton ira aussi, mais non comme le chasseur qui n'a
qu'à lâcher ses chiens contre sa proie, car il ne saurait survivre à son
peuple, et il tombera au premier rang.» Ce discours eut son effet, et
les guerriers consentirent à retarder leur départ de dix jours. L'évêque
Heckewelder étant entré au même instant, est-il vrai, lui demanda le
Chef, que vos guerriers aient été taillés en pièces par Corlar? Est-il
vrai que le Sachem Washington est mort, qu'il n'y a plus de conseil, et
que le Grand Roi a conduit vos anciens au-delà des eaux pour les
tuer?... Les réponses de l'évêque achevèrent de convaincre les timides
Delawares. Le lendemain Koguethagechton apprit la défaite de Burgoyne,
et la célébra par un festin. Ayant ainsi triomphé du parti de la guerre
chez les siens, il envoya des députés aux Shaouanis, sur le Sciotto,
puis il partit avec le général McKintosh pour le pays des Tuscaroras, où
il mourut de la picotte.

Cet évènement fit un bruit inaccoutumé, des messagers parcoururent cent
milles de pays, et les Cherokis envoyèrent seize orateurs pour le
pleurer. On lui fit une pompe funèbre à Goschoking, et lorsque l'on eut
dansé la danse de mort, et déchargé les fusils, un Chef prononça ce bel
éloge funèbre: «Un matin, à mon réveil, je regardai à la porte de ma
cabane pour contempler le ciel, et je vis un épais nuage derrière les
arbres de la forêt; j'attendais qu'il disparût, mais non, il n'était
point mobile comme les autres nuages. Le voyant tous les matins dans le
même lieu, je présageai quelque malheur, car le nuage planait au-dessus
du Grand-Père, que j'allai voir aussitôt. Il était désolé, et se
frappait la tête: des larmes coulaient sur ses joues. Je regardai d'un
côté, et je vis une cabane d'où il ne sortait point de fumée; je
regardai d'un autre, et j'aperçus un morceau de terre fraîchement remuée
et soulevée au-dessus de la plaine. Je vis biens que c'était là le
malheur de mon Grand-Père: comment ne serait-il pas désolé, et
pourrait-il ne pas verser des larmes?» Ainsi par l'orateur Cheroki
Nitatiï, et le Delaware Gilimund répondit: «Petits enfans, vous n'êtes
pas venus en vain, et le peuple primitif a été consolé.»

Le grand mérite est dans l'imitation de la nature, que ces sauvages
rendaient si bien. En cela ils laissent loin derrière eux nos plus
grands modèles.

Lorsque les colonies eurent secoué l'autorité de leur métropole, le
Congrès n'oublia point les services du Chef Delaware, et confia au
colonel Morgan l'éducation de son fils connu sous le nom de George.

Glickican, conseiller de Pakanke, Chef des Delawares de l'Ohio, succéda
à l'autorité avec les Sachems Gilimund te Ouingimund. Mais aucun d'eux
n'eut l'influence de Koguethagechton. Ouingimund s'attacha au rôle de
prophète, et ne fut pas aussi heureux que ne l'avait été le vénérable
Sachem Passaconaoua, ou que ne le fut plus tard le célèbre Elsquataoua.



                             CHAPITRE III

                                 ----

                               ARGUMENT

Shikellimus, Chef iroquois moderne--Ses vertus--Infortunes de son
fils--Discours de ce Chef adressé à Lord Dunmore--Réflexions--Les
cantons embrassent le parti de la Grande-Bretagne contre ses
colonies--Destruction de leurs villages.

SHIKELLIMUS était un Iroquois vénérable du Canton de Cayougué, résidant
à Shamoky, dans l'état de Pensylvanie, comme agent des Six Nations. Il
donna un refuge à l'évêque morave Zeisberger, et reçut chez lui le comte
Zizendorf et son compagnon Conrad Weiser. Il leur donna un repas de
melons. Il était heureux éloigné des vices que les blancs avaient
transmis à ses compatriotes, et légua ses vertus à son immortel fils, si
connu sous le nom de Logan, que les colons lui imposèrent mal à
propos[128].

[Note 128: Par aversion pour les noms sonores et harmonieux des Sachems,
nos voisins leur imposent cent noms ridicules. Cela seul est une preuve
que le bon goût n'est pas encore né chez eux.]

Ce Chef passait pour le meilleur ami des blancs, et ceux-ci le firent
succomber sous le poids du malheur. Un vol ayant été commis sur l'Ohio,
en 1774, on en accusa les sauvages, et sans aucune preuve à l'appui de
cette présomption, le colonel Crésap, homme dont la mémoire demeure
entachée d'infamie, s'avança sur la Kenhaoua. Un canot conduit par un
seul homme, mais chargé d'une femme et de plusieurs enfans, venait de la
rive opposée. Crésap se cacha dans les buissons avec sa bande, et
lorsque la troupe innocente fut descendue à terre, il commanda de faire
feu, et il n'y eut que le guerrier que le fer épargnât. La famille du
Chef Cayougué venait d'être massacrée. Il n'interrompit les transports
de sa douleur que pour venger son sang d'une si barbare cruauté. Il leva
la hache de guerre, conduisit sa tribu au combat avec les Shaouanis et
les Delawares, et engagea l'aile gauche de l'armée de lord Dunmore, sur
les bords de la Kenhaoua, le 10 octobre. Huit cents sauvages avaient en
tête mille Virginiens. Le colonel Lewis fut tué au premier choc, en
combattant à la tête de la milice d'Augusta, qui plia devant les
Delawares. Le colonel Fleming fut tué en fesant avancer les miliciens de
Bedford. En vain le colonel Field ramena-t-il à la charge la légion
d'Augusta: il tomba aussi, et sa troupe perdit du terrein. Le capitaine
Shelby prit le commandement et poussa enfin les sauvages, mais en
retraitant, ils trouvèrent un terrein avantageux, d'où l'on en put les
déloger, et la nuit seule mit fin au combat. Les virginiens eurent trois
colonels, quatre capitaines, dix officiers inférieurs et cinquante
soldats tués, sans compter les blessés. Lord Dunmore parla de paix, et
le héros de la Kenhaoua prononça à cette occasion le discours suivant,
que l'on regarde comme le chef-d'oeuvre de l'éloquence sauvage[129].

[Note 129: A tort ou à droit.]

«Je le demande aujourd'hui à tout homme blanc: s'il est entré pressé par
la faim, dans la cabane de Logan, Logan lui a-t-il refusé des secours;
s'il est venu chez Logan nu et transi de froid, Logan ne lui a-t-il
point donné de quoi se couvrir? Pendant la dernière guerre si sanglante
et si longue, Logan est demeuré sur sa natte désirant être l'avocat de
la paix. Non! jamais les blancs et ceux de ma tribu ne passaient devant
moi sans me montrer au doigt en disant: il est l'ami des blancs.

«Logan pensait même demeurer avec vous dans une même cabane, avant
l'injure qu'un de vous m'a faite. Le printems dernier, Crésap, de sang
froid, et sans être provoqué, a massacré tous les parens de Logan, sans
épargner ni sa femme ni ses enfans. Il ne coule plus une seule goutte de
son sang dans aucune créature. J'ai cherché ma vengeance, et je l'ai
satisfaite.

«Je me réjouis de ce que la paix est rendue à ma nation; mais ne croyez
pas que ma joie soit la joie de la peur. Jamais la crainte ne fut connue
de Logan, qui n'a point tourné le dos pour sauver sa vie.

«Qui reste-t-il pour pleurer Logan quand il ne sera plus?... personne!»

Ce héros était destiné à devenir lui-même la victime de cette cruauté
barbare, qui avait fait tout son malheur, et il fut massacré en
retournant du Détroit dans son pays.

Campbell, dans Gertrude de Wyoming, prête ses sentimens à un héros de
son imagination:

                    He left of all my tribe
          Nor man, nor child, nor thing of living birth
          No! not the dog that watched my household earth,
          Escaped that night of blood upon our plains
          All perished! I alone am left on earth!
          To whom nor relative nor blood remains
          No! not a kindred drop that runs in human veins!

Je ne doute pas que le sort de Logan n'influençât beaucoup les Iroquois
dans le parti qu'ils prirent contre la révolution américaine. La scène
de Wyoming irrita les indépendans, qui firent un effort pour mettre les
Cantons hors d'état de leur nuire. Les Iroquois assemblèrent mille huit
cents guerriers auxquels se joignirent deux cents royalistes; mais
l'armée de Sullivan était de cinq mille hommes. Attaqués dans leurs
positions ils d'enfuirent dans les bois. Le général républicain, à
l'exemple du comte de Frontenac, détruisit les villages, ou plutôt les
villes, pourrais-je dire, dans l'état de civilisation où étaient
parvenus les Iroquois. Les habitations éloignées les blés, les fruits et
les bestiaux, rein ne fut épargné, et d'une contrée riante et
florissante, l'on fit une solitude désolée. «Ce fut, dit un auteur
moderne, un affligeant spectacle pour l'humanité, que de voir ainsi
refoulé vers la vie sauvage un grand nombre de peuplades qui
commençaient à jouir d'un meilleur sort. Si quelques généreux défenseurs
de la race proscrite élevèrent la voix en sa faveur, leurs accens de
pitié ne furent point entendus, et l'on étendit sur une race entière la
punition encourue par quelques tribus. On prétendit que tous ces peuples
ne pourraient jamais être amenés à la civilisation, et l'on ôsa les
présenter au monde comme dégradés de cette dignité morale et
intellectuelle dont le sceau fut empreint par la divinité sur le front
de tous les hommes.»

Le discours suivant que le Sachem Konigatchie fit parvenir au général
Sir F. Haldimand, peint bien l'état de dénuement dans lequel cette
guerre laissa les Iroquois naguère si puissans:

«Mon père, les Tsononthouans t'envoient un grand nombre de chevelures
afin que tu voies qu'ils ne sont point des alliés inutiles.

«Nous désirons que tu les envoies par le grand lac, au Grand Roi, afin
qu'il les regarde et qu'il dise: ce n'est pas en vain que j'ai fait des
présens à ce peuple.

«Les ennemis du Grant Roi se grossissent, et ils sont devenus
redoutables. Ils étaient d'abord semblables à de jeunes panthères, qui
ne peuvent mordre ni égratigner. Nous pouvions nous jouer avec eux
impunément. Mais ils sont devenus forts. Ils nous ont chassés de notre
pays, parce que nous avons combattu pour toi. Nous attendons que le
Grand Roi nous donne un autre lit, afin que nos enfans vivent auprès de
nous, et soient aussi ses alliés.

«Mon père, tes marchands nous demandent plus que jamais pour leurs
marchandises, et, cependant la guerre a réduit notre chasse, en sorte
que nous n'avons point de peaux à leur donner. Aie pitié de tes enfans
qui manquent de tout, quand tu es riche. Nous savons que tu nous
enverras des fusils et des balles, mais les jeunes gens sont sans
couvertures et transis de froid.»



                              CHAPITRE IV

                                 ----

                               ARGUMENT

Buckonghahelas, grand chef de guerre Delaware--Parti qu'il prend dans la
guerre de l'indépendance--Sa défaite--Anecdotes de ce célèbre
sauvage--Sa mort et son caractère.

J'ignore si un écrivain américain a exagéré, en regardant comme un
personnage plus important que Logan, Buckonghahelas, simple guerrier
Delaware, mais qui s'éleva par ses prouesses à la dignité de premier
Chef de guerre de sa nation. Campé avec sa tribu sur les bords du Miami,
il Cultiva l'amitié des Anglais, et n'hésita point à prendre le parti du
Grand Roi contre les indépendans. Le discours suivant qu'il prononça au
conseil de sa nation, peut être considéré comme une réfutation de celui
de Koguethagechton.

«Mes frères, prêtez l'oreille à ma voix. Vous voyez une grande nation
divisée, le père levant la hache de guerre contre son fils, et le fils
contre son père. Celui-ci appelle à son secours ses enfans les hommes
rouges, pour châtier Kinshon[130]. J'ai hésité un moment si je prendrais
la hache des mains de mon père, car je ne voyais qu'une querelle de
famille. Cependant j'ai vu qu'il avait raison, et que Kinshon méritait
d'être châtié. Cet enfant méchant a massacré les hommes rouges, et
ravagé le pays que le Grand Esprit leur a donné: il n'a rien épargné.
Oui! il a fait périr ceux même qui l'aimaient le plus tendrement, jusque
dans les bras de son père, qui s'était mis en sentinelle à la porte de
la cabane.[131]»

[Note 130: Nom que les sauvages donnaient aux colonies anglaises.]

[Note 131: Il entendait par cette cabane une prison où l'avait enfermé
les prisonniers sauvages pour les soustraire à la fureur des miliciens.]

Buckonghahelas rendit de grands services durant cette guerre, et fut
toujours bien vu des Anglais. On le retrouve dans les conférences de
Fort Wayne et de Vincennes. Les Américains y eurent sur lui un grand
avantage au moyen des Pouteouatamis qui lur étaient dévoués. Il
s'agissait de terres que les insatiables colons prétendaient leur
appartenir. M. Dawson dit que Buckonghahelas voyant sacrifier sa nation,
s'écria, interrompant le gouverneur, que rien de ce qui avait été fait
ne liait les Delawares, et qu'il avait à côté de lui un Chef, témoin de
la cession que les Piamkisas avaient faite à sa nation de tout le pays
entre l'Ohio et les Eaux-Blanches. Puis il sortit indigné. Les
Etats-Unis s'emparèrent du terrain, mais ils n'abattirent point
l'indépendance d'un ennemi battu mais non défait.

Buckonghahelas, dit M. Thatcher, n'était rien moins que servile dans son
amitié pour les Anglais. Il était leur allié, mais il ne le fut qu'aussi
longtems qu'ils le traitèrent comme tel. Comme il combattait en quelque
sorte pour eux, il attendait leur secours. Le major Campbell, commandant
britannique sur le Miami, donna en effet des armes et des munitions, et
après la défaite des sauvages par le général Wayne, il se plaignit avec
énergie à cet officier de la violation du territoire anglais. Mais il
avait déjà trop fait en armant les sauvages: il leur ferma les portes de
son fort dans leur retraite. Buckonghahelas, indigné, résolut de faire
sa paix avec les Américains, et dirigea ses canots du côté de Fort
Wayne. Quant il fut arrivé au poste anglais, il fut prié de faire
éloigner ses guerriers, et d'entrer lui-même dans le fort. Apprenant de
l'envoyé que le gouverneur voulait lui parler, il s'écria: qu'il vienne
lui-même--Tu ne passeras pas devant la forteresse, dit l'envoyé--Qui
donc m'en empêchera? reprit Buckonghahelas, ces canons!... ils ont
laissé passer Kinshon, Buckonghahelas ne les craint point; et il passa
hardiment avec ses canots.

On a dit de ce Chef qu'il était aussi scrupuleux à garder ses engagemens
que le plus parfait chevalier chrétien. On ne peut douter qu'il n'ait eu
les qualités du héros, et le trait suivant le caractérise en lui. Le
général Clark se trouvait, en 1785, au fort McKintosh avec Arthur Lee et
Richard Butler; Buckonghahelas, sans faire attention à ces derniers,
courut au général, et lui dit en lui serrant la main:

«Je remercie le Grand-Esprit d'avoir réuni en ce jour deux guerriers
tels que Buckonghahelas et Clark.»



                              CHAPITRE V

                                 ----

                               ARGUMENT

Des Miamis--Tetinchoua, leur premier Chef connu--Mechecunaqua--Il se
ligue contre les Américains--Ses victoires--Sa défaite et sa
disgrâce--Sa mort--Son caractère.

Les Miamis étaient autrefois une nation puissante. Perrot, envoyé du
marquis de Courcelles les avait trouvés répandus sur les bords du Lac
Michigan. Leur chef, Tetinchoua, était le plus puissant et le plus
despotique du Canada, dit Charlevoix. Il ne marchait jamais sans être
accompagné d'une garde de quarante guerriers, qui veillaient aussi
autour de sa cabane. Il communiquait rarement avec ses sujets, et se
contentait de leur faire intimer ses ordres. Quand il sut que le général
des Français lui envoyait un ambassadeur, il voulut le recevoir en
guerrier, et envoya un détachement à sa rencontre. Ses guerriers, la
tête ornée de plumes, s'avancèrent en ordre de bataille, et les
Pouteouatamis, qui escortaient Perrot, les reçurent de la même manière.
Les deux troupes étant en présence, s'arrêtèrent pour prendre haleine,
puis, tout-à-coup, les Miamis se recourbant en arc, les Pouteouatamis se
trouvèrent enveloppés, et ce fut le signal d'un combat simulé. Les
Miamis firent une décharge de leurs fusils, et les Pouteouatamis leur
répondirent, après quoi on se mêla le casse-tête à la main, et l'on se
battit longtems. Tetinchoua ayant fait cesser cette parade, donna à
Perrot une garde d'honneur, et fit alliance avec les Français. Les
Miamis ne fournissent plus rien à l'histoire jusques au temps de
Mechecunaqua.

Ce personnage, un des plus extraordinaires qui aient paru sur ce
continent, était fils d'un Chef Miami et d'une Mohicane ordinaire. Il
était ainsi plébéïen selon le code sauvage, et semblait condamné à
l'oubli; mais les qualités qui en fesaient un enfant remarquable,
l'élevèrent très jeune au rang de Chef. Ses premiers exploits furent
ceux d'un héros. Par la paix de 1783, l'Angleterre conservait plusieurs
postes qui pouvaient devenir un point de ralliement pour les tribus. Les
Américains purent pacifier les Cris, mais rien ne pouvait adoucir les
Miamis et les peuplades de l'Ouabache. Les Hurons, les Delawares, les
Pouteouatamis, les Outaouais, les Shaouanis et les Chippeouais
déclarèrent la guerre, et les Miamis vinrent former au milieu de cette
puissante ligue une espèce de bataillon sacré, sous la conduite de notre
héros, qui était comme l'âme de ce grand mouvement. Il partit avec ses
guerriers, et Buckonghahelas le suivit. Le 13 Septembre, 1791, tout
espoir de pacification ayant disparu, le général Harmer, par ordre du
gouvernement fédéral, partit de Fort Washington avec trois cent vingt
réguliers et mille deux cents miliciens. Ceux du Kentucky, sous le
colonel Hardin, formaient l'avant garde forte de six cents hommes. Ces
troupes attaquèrent bravement, mais tous les réguliers de cette division
ayant été tués à l'exception de huit, la milice prit la fuite. Malgré ce
honteux échec, Harmer détruisit le principal fort des sauvages, qui
avait été abandonné, et revint à Washington sans être molesté, mais tout
abattu. Il laissa la frontière sans aucune défense, et la campagne se
termina par des dévastations. On n'avait pas encore rappellé ce Chef
incapable; il voulut livrer un nouveau combat, et s'avança jusqu'à
Chilicothe. Le colonel Hardin attaqua avec furie: Mechecunaqua harangua
ses guerriers qui combattirent à la vue de leurs villages en flammes et
de leurs morts sans sépulture. Les levées prirent encore la fuite:
cinquante soldats et cent volontaires plus aguéris vendirent chèrement
leur vie, et les sauvages furent si maltraités, qu'ils ne purent
poursuivre l'armée battue. Les armes des Etats-Unis n'étaient pas moins
déshonorées, et une armée de deux mille hommes, fournie de canon,
n'avait pu se mesurer avec quelques centaines de naturels, conduits il
est vrai, par deux héros. Les Etats détachèrent, pour soulager les
troupes d'Harmer, deux détachemens sous les généraux Scott et Wilkinson.
Le dernier n'eut aucun succès, et Scott n'en eut que de tardifs. Le
général St. Clair, ayant été nommé pour commander en chef, arriva à
quinze milles des ennemis. Il rangea alors son armée, sa droite protégée
par des abattis, et sa gauche par des piquets de cavalerie. Les
Kentuckiens, un peu plus accoutumés à l'ennemi, étaient encore en avant.
Mechecunaqua, et son émule Buckonghahelas, prévenus par leurs éclaireurs
montraient une force de mille à mille deux cents guerriers, et
observaient tous les mouvemens des Américains. On fit un feu partiel
durant tout le jour, et on le prolongea même jusque dans la nuit, tandis
que les sachems tenaient un conseil, où il marquèrent l'ordre et le rang
que devaient observer les diverses tribus, avec cette belle précision
que nous voyons au deuxième chant d'Homère. Les Hurons étaient à
l'ouest, suivis des Delawares sous leur invincible Chef; puis venaient
les Tsononthouans, les Shaouanis, les Outaouais, et la ligne était
terminée par les Chippeouais. Mechecunaqua, semblable à Agamemnon, ne
conduisait aucun corps, mais animait toutes ces phalanges. Le combat
commença avec acharnement et se soutint jusqu'à la nuit; mais alors le
feu des sauvages ayant cessé instantanément, on crut qu'ils se
retiraient à la faveur des ténèbres; toutefois la milice du Kentucky,
attaquée inopinément, ne tint pas plus qu'à l'ordinaire, et épouvanta
toute l'armée. Après trois heures, les troupes plièrent de toutes parts,
et les efforts des officiers furent inutiles. Les sauvages tiraient avec
avantage, cachés par les bois, et lorsque l'artillerie cessait de
tonner, ils se jettaient, le tomahack en mains sur les soldats,
s'emparaient de leurs tentes, en étaient chassés, et revenaient à la
charge. Le général St. Clair abandonna son camp avec douze pièces de
canon, et les miliciens jetèrent leurs armes pour fuir plus sûrement. Le
général C. Butler fut tué avec trente-huit officiers et cinq cent
quatre-vingt treize soldats, et l'on eut encore deux cent
soixante-quatre blessés, en sorte qu'aucune armée n'éprouva un pareil
désastre, même au temps de Philippe et d'Opechancana. Ce qui suit
caractérise bien les vainqueurs. Le lendemain, le général Scott, arrivé
trop tard pour prendre part au combat, les surprit dispersés et fêtant
leur triomphe par des chants et des danses. Il les balaya sans peine, et
recouvra neuf canons. Il compta cinq cents cadavres sur l'espace de
trois cent cinquante verges.

Mechecunaqua ouvrit le campagne en 1792, en s'avançant en personne sur
le territoire des Etats-Unis. Il défit le major Adair et lui prit son
bagage. Il congrès découragé[132] persuada les cinq Cantons iroquois
étrangers à la guerre, de se faire médiateurs pour la paix. On vit
reluire encore ce rayon de gloire sur cette célèbre république, que les
Etats-Unis ne dédaignèrent pas de prendre pour arbitre. Un armistice
sembla promettre un terme à une boucherie qui avait fait tant de
victimes, et l'année 1973 fut assez tranquille, mais les hostilités
recommencèrent l'année suivante. Mechecunaqua battit le major McMahon au
Fort Recovery: ce fut sa dernière victoire. La général Wayne était
destiné à renverser sa fortune. Eléve de Washington, il était plus que
tout autre fait pour conduire cette guerre, et les sauvages même le
mettaient à côté du héros Miami, et au-dessus de Buckonghahelas. Le
succès répondit à sa réputation. La difficulté des chemins le retint
jusqu'à l'été, mais alors il pénétra sur le Miami, et y construisit le
fort Defiance; puis il chercha l'ennemi avec ses propres force, qui
furent jointes par la brave division de Scott. Il avait cru pouvoir
arriver inaperçu, et pour cela, il avait suivi des routes inconnues;
mais il apprit que Mechecunaqua et son collègue, ainsi que le célère
Blue-Jacket, Chef des Shouanis, l'attendaient aux Rapides, sous le canon
d'un fort anglais. Un soldat nommé Miller fut envoyé pour proposer la
paix. Il trouva tous les Chefs en un groupe, et occupés à délibérer. Les
guerriers se ruèrent sur lui, mais les Sachems le protégèrent, et après
s'être consultés, ils demandèrent dix jours, durant lesquels Wayne ne
devait pas bouger du lieu où il était campé. Cet officier habile savait
que le que le temps est précieux. Il arriva aux Rapides le 18 août. Le
19, il alla reconnaître l'ennemi, et construisit à sa vue le fort
Deposite. Le 20, il rangea son armée en bataille, et marcha pour
combattre. Le major Price fut battu avec la garde avancée, mais le gros
des Américains força les vainqueurs à rentrer dans leur camp.

[Note 132: Quelques Sagamos tenant en échec, à la tête de leurs clans,
la république entière des Etats-Unis, excitèrent l'admiration
universelle. On se reporta vers l'époque où les Pictes et les Scots,
guidés par Fingal et son fils Morni, donnèrent tant d'occupation aux
empereurs romains, et obtinrent d'eux une paix glorieuse.]

Les sauvages moins nombreux de moitié étaient très avantageusement
postés à Presqu'île, ayant leur droite protégée par des abattis, et leur
gauche par un rocher. Ils étaient rangés sur trois lignes et occupaient
deux milles de terrain. Le général Wayne ordonna à Scott de faire un
circuit pour envelopper les ennemis, et se prépara à charger à la
bayonnette. Les sauvages cédèrent au nombre, et les victorieux ne
s'arrêtèrent que sous le canon du Fort Maumee, occupé par une garnison
britannique. Mechecunaqua ne voulait point livrer cette dernière
bataille. «Nos guerriers ont vaincu trois Grand-Chefs. Les dix-sept
feux[133] en ont un maintenant qui ne dort pas, et nos jeunes gens ont
été incapables de le surprendre.» Ainsi avait-il parlé mais
Bickonghahelas et Blue-Jacket prévalurent. Le traité dit de Grenville,
mit fin à la guerre le 3 août, 1795. Sept tribus envoyèrent des députés.
Lorsqu'ils furent réunis, un Chef se leva et, après avoir témoigné de
vifs regrets de ce que la paix avait été rompu, il proposa de déraciner
le grand chêne qui était devant eux, et d'enterre dessous la hache de
guerre.

[Note 133: Les Etats-Unis]

Un autre se leva à son tour et dit: que les arbres pouvant être
déracinés par les vents, il valait mieux enterrer la hache sous la haute
montagne qui était derrière lui.

«Quant à moi, reprit un troisième, je ne suis qu'un homme, et je n'ai
pas la force du Grand-Esprit, pour arracher les arbres des forêts, ni
pour déplacer les montagnes afin d'y enterrer la hache de guerre; mais
je propose de la jeter au milieu de ce grand lac, où aucun guerrier
n'ira la chercher.»

Les Etats-Unis après avoir fait de grandes pertes gagnèrent une grande
étendue de pays. Mechecunaqua avait conseillé la paix, mais il ne voulut
point consentir à cette cession. Il perdit toute son influence, et se
retira sur la Rivière Ed, où le Congrès, pour se l'attacher, lui bâtit
une très belle résidence. Il visita plusieurs fois Philadelphie et
Washington, et fut gratifié d'une forte pension. Il n'en fut pas plus
heureux. Accusé d'avoir oublié sa race, il devint d'une humeur chagrine.
Une opposition systématique aux vues du gouvernement le firent aussi
soupçonner des Américains, qui le supposaient d'intelligence avec
l'agent britannique, George McKay. Il fut mieux vu en 1803. Il refusa de
se trouver à un conseil sous prétexte que n'étant pas populaire, sa
présence serait plus nuisible qu'utile. Cette circonspection détrompa
ses compatriotes, qui le choisirent pour médiateur entre eux et le
général Harrison. Il s'opposa aux desseins de Tecumseh, et retint les
Miamis, mais un accès de goutte l'emporta le 14 juillet, 1812. Son corps
fut inhumé au Fort Wayne avec les honneurs de la guerre. On pense qu'il
avait alors soixante-cinq ans révolus, en sorte qu'il devait avoir
trente ans lors de la révolution, et quarante-quatre ans, quand il défit
le général St. Clair.

Il procura aux siens le bienfait de l'inoculation, lorsqu'il connut le
Dr. Waterhouse, le Jenner américain, et administra lui-même la vaccine
aux Miamis. Personne ne fit plus que lui, sur ce continent, pour abolir
les sacrifices humains, et, ce qui ne lui fait pas un moindre honneur,
il obtint de la législation du Kentucky une loi qui prohibait la vente
des liqueurs fortes. Celle de l'Ohio se montra bien au-dessous de ce
sauvage. Enfin Mechecunaqua, quoique né au milieu des forêts de
l'Amérique, sera rangé parmi les bienfaiteurs humains. Il consacra le
temps de la paix à l'étude des institutions européennes, et montra,
selon Gawson, un génie capable de tour embrasser. Passant au Fort
Washington, en 1797, lorsque le capitaine, depuis général Harrison, en
était gouverneur, il dit à cet officier qu'il avait vu bien des choses
ont il désirait avoir l'explication, mais que le capitaine Welles, son
interprète, étant presque aussi ignorant que lui, ne pouvait le
satisfaire. Il ajouta poliment qu'il craignait de fatiguer le gouverneur
par un trop grand nombre de questions, et voulut savoir seulement quels
étaient les pouvoirs respectifs du Président, des deux chambres du
Congrès, et des Secrétaires d'état. Il dit ensuite au capitaine qu'il
avait vu à Philadelphie un guerrier dont le sort l'intéressait
singulièrement. Ce guerrier n'était autre que le général Kosciusko. Ce
héros malheureux, apprenant que Mechecunaqua étant dans cette ville lui
demanda une entrevue. C'étaient deux célébrités un peu différentes;
cependant ils s'estimèrent en se voyant. Kosciusko donna à Mechecunaqua
une robe de loutre de mer de la valeur de trois cents piastres et une
belle paire de pistolets, et Mechecunaqua donna son plus riche calumet.
Le héros sauvage voulut savoir de Harrison, où Kosciusko avait reçu ses
nombreuses blessures. Ce commandant lui montrant sur une carte la
situation de la Pologne, fit voir les usurpations de la Russie et de la
Prusse. En entendant les détails, un peu exagérés de la bataille de
Raclawice, il brisa son calumet, et fit deux ou trois tours de la salle
en disant: que cette femme prenne garde à elle, car ce guerrier-là est
encore dangereux. Le capitaine Harrison avait fait mention des favoris
de Catherine, tels que Orloff et Potenkin: Mechecunaqua, redevenu plus
calme, lui observa que peut-être Kosciusko aurait pu conserver la
liberté de son pays s'il eût eu un plus beau visage, et qu'il eût fait
l'amour à l'impératrice.

Le Sachem possédait le talent des bons mots. Je n'en citerai qu'un
exemple. Le congrès voulant placer son portait dans le bureau de la
guerre, il posait chez le célèbre Stewart, en même temps qu'un
gentilhomme irlandais, et semblait préoccupé. L'hibernois prétendit que
c'était de dépit de ce qu'il ne pouvait lutter avec lui pour la fine
repartie. Tu te trompes, repartit Mechecunaqua, _je songeais é nous
faire peindre face à face, pour te confondre jusqu'à l'éternité._ Tel
était ce Sachem, le plus grand Chef entre Ponthiac et Tecumseh. Il sera
même bien au-dessus de ce dernier aux yeux de ceux qui ne mettent pas la
gloire exclusivement dans les armes, car quelques-uns se laisseront
aller à l'enthousiasme au récit des exploits de Gengis-Khan, qui ne
prendront pas le même intérêt aux actions de Cang-Hi, qui fut à la fois
un héros et un bienfaiteur de ses peuples: leur goût n'est point, ce me
semble, le plus délicat.



                              CHAPITRE VI

                                 ----

                               ARGUMENT

Des Shaouanis--Légende américaine--Premières années de Tecumseh--Ses
frères Kunshaka et Elsquataoua--Conférence de Vincennes--Bataille de
Tippecanöe--Tecumseh se retire chez les Hurons--Il entre dans les vue
des Anglais--Bataille de Meigs--Mort de Tecumseh--Anecdotes--Caractère
des deux Sachems.

Avant de tracer l'histoire du Bonaparte de l'Ouest, il est à propos de
dire quelques mots de sa nation. Les Shouanis, venus du sud, ainsi que
l'indique leur nom, qui est un mot Delaware, étaient un peuple peu
considérable, mais fort remuant; tellement que les Cherokis, les Choctas
et les Séminoles furent obligés de se réunir pour les expulser de leur
voisinage. Mais les Shaouanis furent assez sages pour retraiter
d'eux-mêmes vers l'Ohio. Ils passèrent les Alleghanis et tombèrent sur
les Delawares, qui furent contraints de leur céder des terres. Il
s'allièrent aux Iroquois contre les Cherokis, et les forcèrent
d'implorer la paix en 1765. Depuis ce temps la terreur de leur nom ne
fît que s'accroître.

Une Deshoulières américaines me fournit la légende suivante sur la
naissance de Tecumseh, le plus grand Chef qu'ait produit cette tribu:

Le Shaouani Oneouequa était l'ami des blancs. Il admirait leurs arts, et
s'efforçait d'inspirer à son peuple l'ambition de les atteindre. Il
devait apprendre que le coeur le plus noir était le partage de ses
voisins. Il tomba sous les coups d'un barbare, et son sang fut répandu
sur l'autel ensanglanté de cette haine exterminatrice qui poursuivait sa
race infortunée. Un jour Oneouequa chassait dans la forêt. Il rencontre
un parti de miliciens qui le reconnurent, et le sommèrent de leur servir
de guide. «Vos mains, leur dit-il, ne sont-elles pas teintes du sang de
mes semblables?--Insolent sauvage,» s'écria le commandant, et il
déchargea sur lui sa carabine. Oneouequa tomba, et les Américains le
laissèrent dans le silence de la forêt. Elohama, son épouse, se dirigea
inquiète au-devant de lui. Oneouequa n'était pas encore mort, mais il
était baigné dans son sang sous un arbre. Les cris d'Elohama et du petit
Tecumseh lui firent ouvrir les yeux. Il les vit, et dit d'une voix
distincte en regardant sa femme: «vois la foi des blancs!» Un instant
après Elohama voyant qu'il ne respirait plus, prit son fils, le leva
vers le ciel, et pria le Grand-Esprit de lui donner un vengeur dans
cette petite créature. Sa prière fut entendue.

Tecumseh élevé au milieu des combats parut grand dès son enfance. Sa
sagesse croissait avec l'âge, et il avait en horreur le mensonge. On dit
que son premier exploit fut une victoire sur les milices du Kentucky. A
vingt-cinq ans, il était l'Achille des bandes de Mechecunaqua. Aucun
guerrier ne pouvait se vanter d'avoir intercepté plus de barques sur
l'Ohio, ou d'avoir vu fuir plus souvent les Américains. Quelquefois
poursuivi, mais jamais il ne prenait sa part du butin: la passion de ses
guerriers était le gain, la sienne était la gloire.

Tecumseh avait deux frères, Kunshaka, peu célèbre, et Elsquataoua. Ce
dernier, pour promouvoir les plans de son frère, entreprit de jour le
rôle de prophète. Ils pensèrent à réunir toutes les tribus de l'Ouest
dans une ligue offensive contre les Etats-Unis. Elsquataoua commença par
insinuer La nécessité d'une réforme radicale, et fit ressortir les maux
survenus du commerce avec les blancs. Il insista même sur des articles
peu importans en apparence, parce qu'ils ne laissaient pas que de
diminuer l'influence étrangère. Il montra la profondeur d'un politique,
et son plan s'il eût pu réussir entièrement, eût rendu les sauvages
redoutables. On a dit que Tecumseh ne parlait de lui que comme de son
fou de frère; mais autant que je puisse faire un discernement, ils
étaient d'intelligence, et le rôle du prophète suppose un génie aussi
vaste, dans son genre, que celui de Tecumseh. Il ne s'agissait plus de
se donner comme l'envoyé du Grand-Esprit dans une seule tribu, mais de
tromper une multitude de peuplades. Il réussit au-delà de toute
croyance. Teteboxti, chez les Delawares et Chatekaronrah, chez les
Hurons, s'opposèrent à ses desseins. Il devint alors un nouveau Mahomet.
Il donna des signes pour reconnaître les possédés du malin esprit.
Teteboxti périt sur un bûcher, et le prophète atteignit de même le vieux
Chatekaronrah, par le moyen de Tarhé, un autre Chef huron, son
prosélyte. Un Chef de la tribu des Kikapoux fut cassé. La puissance des
deux frères était sans bornes. Elsquataoua déclara à toutes les tribus
que le temps était venu pour elles de regagner sur ce continent leur
prépondérance primitive. Il vint fixer sa résidence à Tippecanöe, et s'y
vit bientôt entouré de trente Shaouanis influens, et de cent cinquante
Pouteouatamis, Chippeouais Ouinebagos et Outaouais. C'était sur le
terrain que les Miamis avaient cédé aux Etats. Ils vinrent pour déloger
Elsquataoua; mais Tecumseh les défit ainsi que les Delawares.

Cependant l'Union Américaine fesait de grands préparatifs. Le prophète
parut à Vincennes, et masqua si bien ses desseins que l'on ne put rien
prouver contre lui. Il soutint sa mission du Grand-Esprit, et donna ses
liaisons avec les Anglais pour simple intérêt de philantropie. Mais les
tribus se réunissaient depuis les Illinois jusques au lac Michigan: le
Président donna ordre d'arrêter les deux Sachems. Tecumseh voulut voir
ce que l'on ôserait, et vint avec trois cents hommes à Vincennes. Il fit
demander au général Harrison s'il paraîtrait en armes dans le conseil;
ce dernier lui fit répondre qu'il se réglerait sur lui. Le lendemain, 28
juillet, 1810, le Sachem entra dans la salle avec deux cents guerriers
armés de fusils et de haches. Le gouverneur le reçut à la tête d'un
corps de dragons, et mit de l'infanterie aux portes de la ville. Il
demanda justice des deux assassins Chippeouais, mais le fier Shaouani
prétendit qu'il serait injuste de leur ôter la vie, quand, de son côté,
il avait épargné les Osages, fidèles aux Etats. Il désirait que les
choses restassent comme elles étaient jusqu'à ce qu'à ce qu'il revient
d'une excursion dans le sud, après quoi il irait à Washington pour
traiter avec le Président. Il reprit la route de l'Ouabache et partit en
effet pour le sud.

Le général Harrison reçut de M. Eustis, secrétaire de la guerre, l'ordre
d'entrer en campagne, et chemin fesant, il remporta quelques avantages.
Elsquataoua se retira dans son camp après avoir ravagé les fermes de
l'Ouabache, et le 7 novembre, il attaqua Harrison avec huit cents
guerriers. M. Beltrami, auquel sa haine contre les Anglais fait débiter
bien des sarcasmes, rapporte ainsi ce combat: «Le général Harrison
accourut à la fin avec des forces majeures contre ces croisés, et, comme
un autre Saladin, il les vainquit; mais jamais bataille entre peuples
sauvages et peuples civilisés n'a été plus obstinée, plus vaillamment
soutenue de part et d'autgre... Le prophète encourageait ses guerriers
au combat en déployant son étendard de ses manitoux; mais comme en sa
qualité de Grand-Prêtre, il ne lui était pas permis d'être un sot, il se
tenait bien loin du danger, sur une petite hauteur, tandis que son frère
se battait comme un lion. Enfin il prit prudemment la fuite avec les
vaincus, et laissa le champ de bataille couvert de ses bons croyans,
ainsi que d'armes et de bagages de manufacture anglaise.»

Il est probable que Tecumseh était de retour du sud lors de la bataille,
et il put s'y trouver en effet. Après la retraite des Américains, il fit
une démonstration contre les premiers postes de l'Union, puis rebroussa
chez les Hurons qui, contrairement à leurs usages, lui conférèrent la
dignité de Grand Chef, quoiqu'il n'eut que quarante ans, et qu'il fut
étranger. Les Anglais le firent général-major, et lui firent une
pension. Son appel réunit trois mille sauvages au conseil tenu à Malden.
Ouinimac, Chef Pouteouatamis, se déclara pour la paix, mais toutes les
tribus levèrent la hache de guerre. Tecumseh devint le généralissime de
toutes ces bandes diverses par un consentement tacite aussi rare
qu'étonnant. Il possédait le secret de les amener à ce qu'il voulait,
par cet ascendant que donne le génie, et par cette essence de persuasion
qui a pu lui faire appliquer ce mot du poëte Ennius destiné à Cethegus,
_Suada medulla_.

Si l'on excepte l'invasion des Iroquois contre les premières peuplades
du Canada, il n'y a point d'exemple de si grande multitude de sauvages
marchant à la fois sous un même Chef. Ils partagèrent les exploits de
l'immortel général Brock. En 1813, Tecumseh en réunit deux mille cinq
cents au Détroit. Après la bataille de Frenchtown, on le trouve avec
Proctor[134] poussant le général Harrison, qui avait cru reprendre le
Michigan. Le fort Meighs fut investi à sa vue. Le général Clay vint au
secours et culbuta d'abord les confédérés; mais Tecumseh rappella la
victoire à la tête de ses guerriers. Il tailla en pièces le régiment du
colonel Dudley, et l'on tua en tout quatre cents hommes. Le général
Harrison s'enfuit vers l'Ohio pour en ramener des renforts. Le Sachem se
sépara alors de Proctor, et se répandit sur la frontière des deux Etats
à la tête de deux mille guerriers. Après avoir atteint et battu une
seconde fois l'arrière garde d'Harrison, et lui avoir enlevé mille bêtes
à cornes, il continua à observer ses mouvemens, et couvrit le siége de
Stephenson, sur la rivière Sandusky. Le major Croghan commandait une
garnison de cent soixante soldats. Ils n'auraient pu tenir contre cinq
cents Anglais et huit cents sauvages, mais la division se mit entre les
deux Chefs. Après une canonnade de deux jours, le général Proctor voulut
ordonner aux sauvages de monter à l'assaut: Tecumseh s'y opposa en
disant: «Brock ne parlait point comme tu fais; tu dis, toi, allez
attaquer, mais lui, il disait, allons à le'ennemi.» Il rebroussa sur
Malden, et Proctor fut contraint de le suivre. Le major Croghan reçut
les remerciemens du Congrès avec le grade de lieutenant-colonel, et les
Dames de Chilicothe l'armèrent d'une riche épée. Dans ce temps même,
Perry se rendait maître de l'Erié par une victoire. Il devint nécessaire
qu l'armée de terre retraitât pour n'être pas prise entredeux feux. La
difficulté était de faire trouver la chose bonne à Tecumseh.

[Note 134: Que M. Isidore Lebrun prend pour un Sachem: il le dit brave
comme Bayard.]

Les Chefs s'assemblèrent à Amherstburg, et le général Proctor leur
proposa de l'accompagner dans son mouvement rétrograde. Notre Sachem
prononça un discours dont la traduction a été imprimée. «Les marques de
distinction que tu portes à tes épaules, disait-il au général,
arrache-les, jette-les à tes pieds et marche. As-tu déjà oublié les
promesses que tu nous as faites, en disant que toi et tes soldats vous
mêleriez votre sang avec celui de mes guerriers pour la défense de ces
forts. Il y a longtems que je m'aperçois que tu ne mettais pas en moi
toute la confiance que tu devais; et ce n'est pas la première fois que
je te connais menteur. Tu dois avoir enfin fini de m'étourdir les
oreilles en publiant que notre Père en bas (Sir George Prévost) devait
envoyer ici des munitions et des troupes? Ta méfiance a-t-elle enfin
cessé? Mais je n'ai pas oublié tes promesses, quand tu disais que tes
soldats seraient forts. Quoique sauvage, j'ai été accoutumé à dire vrai,
et je veux te faire dire vrai à toi aussi: je veux que tes jeunes gens
mêlent leur sang avec le nôtre.» Proctor l'interrompit ici, et lui dit
qu'il fallait retraiter, parce qu'il n'y avait pas moyen de subsister
dans le pays. «As-tu oublié, reprit Tecumseh, que mes jeunes gens t'ont
dit qu'il y avait des poissons au fond du lac? Si tu m'eusses écouté,
quoique je ne sois qu'un sauvage, les choses iraient mieux qu'elles ne
vont. Mais le Grand-Esprit a donné à nos pères les terres que nous
possédons; et si c'est sa volonté, nos os les blanchiront, mais nous ne
les quitterons pas.» La seule alternative était de le convaincre dans
une entrevue particulière. Le colonel Elliot l'ayant conduit chez le
général, on lui fit voir une carte du pays, la première qu'il eût jamais
vue. On lui eut bientôt fait comprendre que l'on allait être enveloppé.
Malden fut évacué, et le 28 du mois de septembre, les généraux Cass et
Harrison, et le gouverneur Shelby y entrèrent avec l'armée américaine.

Après une retraite longue et difficile, Proctor et Tecumseh firent halte
au village Moravien, résolus de défendre ce poste avantageux. Les
Anglais furent rangés dans un bois clair, et les sauvages à leur gauche,
dans un bois plus épais. Le plan de bataille fut montré à Tecumseh qui
en fut satisfait; et les dernières paroles qu'il adressa au général
furent celles-ci: «Chef, recommande à tes jeunes gens de tenir ferme.»
Les Anglais, découragés par la retraite et exténués par les privations
qu'ils enduraient, plièrent au commencement du combat, tandis que
Tecumseh fesait des progrès rapides, malgré la disproportion des forces.
«Le fait le plus important de cette journée, écrit le R. P. Thébault,
fut la mort de Tecumseh. Il paraît certain que ce brave Sachem périt
dans un combat corps à corps avec le colonel Johnson. On dit qu'après la
défaite des troupes anglaises, le régiment des carabiniers du Kentucky
se replia sur les sauvages, qui n'avaient pas encore été entamés. La
voix terrible de Tecumseh pouvait se distinguer Au milieu du bruit de
l'artillerie et des évolutions militaires. Il s'attaqua de suite à
Johnson qui, monté sur un cheval blanc, menait les Kentuckiens à la
charge. Déjà Tecumseh levait son casse-tête, quand Johnson le renversa
d'un coup de pistolet. Les historiens américains s'accordent à regarder
le Sachem Shaouani comme un héros. Brave, éloquent, généreux, d'un port
majestueux, d'une taille élevée, il sut gagner l'affection et la
confiance entière de ses compatriotes. Tant qu'ils l'eurent à leur tête,
ils ne désespérèrent de rien; ils se jetaient, sur sa parole, dans les
entreprises les plus hasardeuses, et si, dans les desseins de la
Providence, ils eussent dû conserver leur nationalité et leur
territoire, Tecumseh semblait fait pour être leur premier Roi.

Dans la bataille décisive des villages moraviens, dit M. Thatcher, il
commandait l'aile droite (la gauche) de l'armée confédérée, et se
trouvait à la tête du seul corps qui fut engagé dans l'action.
Dédaignant de fuir lorsque tout fuyait autour de lui, il se précipita
dans la mêlée, encourageant les guerriers pas sa voix, et brandissant sa
hache de guerre avec une force redoutable. On dit qu'il alla droit au
colonel Johnson... Soudain, les rangs s'ouvrirent; personne ne les
commandait plus. Qui eut l'honneur de tuer Tecumseh? Tout le monde sait
qu'il fut tué; il est possible que ce fût de la main de Johnson, qui fut
blessé au même endroit, mais on ne peut rien dire de plus.

Le tombeau dans lequel les Hurons déposèrent les cendres de Tecumseh
après que l'armée américaine se fut éloignée, se voit encore près des
bords d'un marais de saules, au nord du champ de bataille, sous un large
chêne incliné. Les roses sauvages, et les saules l'environnent à
distance; mais le tertre où il se trouve ne laisse voir aucun
arbrisseau, grâce aux fréquentes visites des sauvages. Ainsi reposent
dans la solitude et le silence les restes du Bonaparte de nos tribus. Le
gouvernement britannique pensionna sa veuve et le prophète Elsquataoua;
les haut-canadiens ont ouvert une souscription pour ériger un monument
au défenseur de leur Province, et M. G. H. Cotton vient de publier aux
Etats-Unis: «Tecumseh or the West thirty years since.» On trouve aussi
sur ce héros un poëme en trois chants dans le «Canadian Review»; et l'on
peut dire qu'ici, tout le monde veut écrire sur Tecumseh[135], comme en
Europe chacun veut transmettre ses pensées dur Napoléon. Il y a sans
doute une grande distance entre le héros transatlantique et celui des
forêts de l'Amérique septentrionale; mais celui-ci fut aussi dans son
genre un génie extraordinaire, un homme colossal.

[Note 135: Une des plus belles terraces de notre capitale porte le nom
de «Tecumseh Terrace»; l'y voit des castors, des arcs des flèches, etc.]

Dans le temps que l'on équipait la flottille du lac Erié, Tecumseh dîna
souvent à la table du général Proctor, et il s'y montra toujours de
manière à ne pas donner le monder mécontentement à la dame la plus
délicate. Cela fait contraste avec la rudesse de son éloquence. Au
conseil que le général Harrison tint à Vincennes en 1811, les Chefs de
quelques tribus étaient venus se plaindre de ce que l'on avait acheté
quelques terres des Kikapoux. On sait qu'il ne fut rien décidé à cette
conférence, qui finit d'une manière abrupte, en conséquence de ce que
Tecumseh traita le général de menteur. Ayant terminé sa harangue, il
regarda autour de lui, et voyant que tout le monde était assis, et qu'il
n'y avait point de siége, un dépit soudain se fit voir dans toute sa
contenance. Aussitôt le général Harrison lui fit porter un fauteuil. Le
porteur lui dit en s'inclinant: Guerrier, votre père, le général
Harrison vous présente un siège. Les yeux noirs de Tecumseh parurent
étincellans; «Mon père!», s'écria-t-il avec indignation, en étendant ses
bras vers le ciel, «le soleil est mon père, et la terre est ma mère;
elle me nourrit, et je repose sur son sein.» En achevant ces mots, il se
jetta à terre et s'y assit les jambes croisées.

Tecumseh était tout à la fois un Chef militaire accompli, un grand
orateur et un homme d'état. Il avait des vues grandes et élevées, et
pour les accomplir, des facultés extraordinaires. Son esprit fier, sa
noble ambition, sa franchise, et l'inflexibilité hardie, mais prudente,
avec laquelle il poursuivait ses desseins, décèle en lui une âme du
premier ordre. Et les vertus naïves de l'enfant de la nature!... jamais
on ne put faire prendre de liqueur forte à Tecumseh. Il avait prévu
qu'il devait être le premier de sa nation; il avait compris que le vice
de l'ivrognerie le rendrait indigne d'un tel rang, ou, pour parler son
langage, «il avait reconnu que la boisson ne lui valait rien.» Loin
d'être brutal envers les femmes, il voulait que l'on eût pour elles les
plus grands égards. Mais il n'estimait le sexe qu'à proportion de sa
modestie. S'étant trouvé dans une grande compagnie, un officier anglais
se mit à le railler au sujet du mariage, le pressant de prendre une
épouse, et lui recommandant une jeune veuve vêtue dans tout le complet
du costume de bal. Le noble Shaouani, après avoir fixé la dame, répondit
avec un mouvement de tête significatif: «non, elle montre trop de chair
pour moi.» Il avait retrouvé les Hurons dans ces mêmes lieux d'où ils
avaient été chassés par les Iroquois: il rappela leur ancienne gloire.
Mais voici ce qui honore plus sa mémoire. Dans un conseil, il les
exhorta à ne pas transmettre à son fils, après sa mort, la dignité de
Grand-Chef, parce que, disait-il, il était trop beau, et comme les
blancs. Comme un autre Epaminondas, il semblait ne reconnaître d'autre
postérité que sa gloire. Après lui, les efforts de sa race ont paru
impuissans, et c'est apparemment pour cela que l'auteur de l'Ode des
Grands Chefs termine par ces vers:

          Des tribus par la mort de ce Chef des guerriers
                   Se fanent les lauriers;
          Mon chalumeau se brise, et ma tâche est remplie.



                             CHAPITRE VII

                                 ----

                               ARGUMENT

Des Esquimaux--Keraboa--Sackheuse.

Les Esquimaux sont sans contredit une des plus intéressantes familles
aborigènes; mais malheureusement aussi, une de celles sur lesquelles on
possède moins de renseignemens. Elle n'a pu me fournir qu'un court
chapitre.

Les «Beautés de l'Histoire d'Amérique» font mention d'un jeune Esquimaux
du nom de Keraboa. En 1796, y est-il dit, un gentilhomme français
(canadien)... pénétra dans le Labrador, et dans ces régions incultes
arrosées par la baie à laquelle le pilote Hudson donna son nom. Il
visita les huttes de quelques cantons peuplés d'Esquimaux, demeura
quelques jours au milieu d'eux, et s'en fit aimer par sa douceur et sa
complaisance. Il fit à ces sauvages une telle peinture du bonheur que
l'on goûte chez les peuples civilisés qu'il parvint à émouvoir
l'imagination froide d'un jeune homme. Keraboa abandonna sa hutte, ses
filets, sont canot d'écorce, et la Keralite qui partageait ses travaux,
et suivit l'étranger à Québec.

A la vue d'une Cité régulièrement bâtie, de grands édifices, et de tous
les prodiges de l'art européen, l'enfant de la nature est d'abord frappé
d'étonnement et d'admiration. Le luxe des maisons et de la table, une
foule d'objets dont il ne soupçonnait pas même l'existence, ravissent
son esprit, et entretiennent sa surprise. Mais bientôt il s'accoutume:
la vie molle des riches, l'esclavage des pauvres, cette bassesse et
cette corruption de tous, maintenant frappent ses regards. Il redemande
ses rivières poissonneuses, ses monts glacés, l'indépendance de sa vie
errante. Il court, il s'agite, il gravit les montagnes les plus
escarpées: là, durant tout le jour, ses regards cherchent le pays où il
a laissé ses frères, la compagne qu'il ne reverra plus, ses lacs son
océan, sur lesquels il s'élançait dans un frêle canot, malgré les
tempêtes. La nuit, il va s'étendre tristement au bord d'une rivière
glacée, qui lui offre du moins une image de la patrie. Il verse d'amères
larmes; ses plaintes et ses soupirs troublent le silence des ténèbres,
et le sommeil fuit loin de ses yeux creusés par la douleur. Enfin il
devient la victime du désespoir; une funeste langueur dessèche ses
viscères, et va tarir dans son coeur les sources de la vie. Sa poitrine
ne peut être arrosée des larmes de ceux qu'il a laissés, ni le sol natal
recevoir ses os. Keraboa meurt sans songer à cette dernière consolation;
mais la cruelle pensée qu'il va s'endormir sous in ciel étranger
empoisonne ses derniers soupirs!

Sackheuse, autre Esquimaux célèbre, peut embarrasser les chercheurs qui
voudraient philosopher sur les causes qu rendirent si déplorable le sort
de Keraboa. Né en 1797, Sackheuse fut trouvé par les Anglais dans les
régions polaires, et conduit à Leith, en 1816. Il retourna dans son pays
en 1817, sur le vaisseau qui l'avait pris; mais voyant qu'une soeur, sa
seule parente, venait de mourir, il dit adieu à sa patrie, et retourna à
Leith, d'où il se rendit à Edimbourg, chez Nasmith, artiste éminent, qui
découvrit en lui de grandes dispositions pour le dessin, et l'instruisit
dans cet art. L'amirauté anglaise attacha de l'importance à l'avoir pour
interprète dans les nouvelles expéditions scientifiques qu'elle
projettait: elle tenta de lui donner une éducation libérale. Il la
poursuivit et la perfectionna avec une ardeur et une capacité
étonnantes. Engagé dans la première expédition du capitaine Ross aux
régions arctiques, en 1818, il rendit de signalés services par son
courage, et son adresse à traiter avec les natifs. De retour à Londres,
et fatigué de la sensation qu'il y fesait, il fut envoyé à Edimbourg
avec un officier de l'expédition. Il y fut surpris au milieu de l'étude,
par une inflammation qui l'emporta le 14 février, 1819, malgré les
efforts des premiers médecins de la capitale.

Sackheuse, dit M. E. Bellechambers, dans son Dictionnaire Historique, se
distingua par son courage et une intelligence qui jettent un grand
lustre sur sa race, en apparence si inculte et si rude.[136]. Ses
manières étaient simples, et son naturel obligeant et fort tendre. Il
aimait la société, et comme il intéressait beaucoup par sa candeur,
jointe à une science acquise, il jouissait d'un cercle étendu et choisi.
Il avait cinq pieds et hui pouces, et possédait une grande force
musculaire. Il était très bien proportionné, et d'une fort belle
contenance. On ne dit pas qu'il se soit marié en Angleterre, et il est
bien probable que non, puisqu'il n'avait encore que vingt-trois ans
quand il mourut.

[Note 136: Le fait de Sackheuse, de Siquayam, de Kussick et de plusieurs
autres ne prouve-t-il pas que l'on dot prendre pour du pédentisme ce
passage d'un philosophe moderne: «Il est prouvé par un examen anatomique
que le cerveau des Caraïbes, des Esquimaux... a moins d'ampleur que le
nôtre dans la partie frontale de ses hémisphères, et par conséquent
moins d'aptitude aux connaissances d'acquisition, faute d'un espace où
elles puissent être élaborées. L'opération, en quelque sorte, digestive
de la sensation s'y fesant mal, ou pas du tout, les organes des
relations extérieures dirigeant en vain vers ce centre le produit de
leurs recherches; leurs divers rapports s'y combinent peu. La masse de
l'encéphale finit ainsi par perdre sa prépondérance, bien caractérisée
dans l'homme sur le plexus solaire et sur le grand sympathique. Le reste
du système nerveux la domine par le calibre de ses vaisseaux agrandis;
d'où il arrive que les déterminations instinctuelles acquièrent un
surcroit de forces et même d'intelligence apparente, ce qui rabaisse
l'être vers l'animalité, tandis que celles du raisonnement
s'appauvrissent dans la proportion opposée...» Fût-il fondé, il ne
devrait pas attaquer les races primitives de ce continent. Le sauvage de
cette partie est de fait l'être le mieux conformé par la nature, de
laquelle il semble n'être point sorti. Son intelligence me paraît
au-dessus de la nôtre, hors en ce à quoi la nature n'a pas permis
qu'elle fût appliquée: il suffit de se rappeler le mot de Locke sur
Opechancana, roi de Virginie.]



                            CHAPITRE VIII

                                 ----

                               ARGUMENT

Des Sioux--Leur origine--Leur histoire primitive--Leurs moeurs comparées
avec celles des anciens peuples--Leurs grands hommes--Légende.

Je n'ai pu plutôt parler de ces peuples que l'on pourrait appeler, à
beaucoup d'égards lse Arabes de l'Amérique Septentrionale. Quelle fut
l'origine de cette famille remarquable?... M. Beltrami la croit venue du
Mexique, et j'incline vers ce sentiment; mais comme on dit qu'il ne faut
pas croire sans raison, j'analyserai ce qu'en dit l'Anacharsis italien.
Il parait, selon lui, que le pays qu'habitent aujourd'hui les Sioux
était autrefois la propriété des Chippeouais, et les Montagnes
Rocheuses, qui séparent ces contrées du Nouveau Mexique, étaient
appelées Montagnes Chippeouaises. Eskibugicoge, Sachem Chippeouais,
disait en 1823, à ce voyageur, qu'il y avait plus de trois mille lunes
que son peuple était en guerre avec les Sioux, et si l'on compte une
année par douze lunes, on remonte à peu près à la conquête du Mexique.
Les Sioux fuyant la cruauté des Espagnols, envahirent les terres des
Chippeouais qui, resserrés dans leurs foyers, jurèrent une haine
éternelle aux agresseurs. Cela supposé, donnons un aperçu de l'histoire
des Sioux après la conquête des terres qu'ils occupent aujourd'hui.

Les Sioux eurent leur Hélène comme les Grecs. Vers l'an 1650, selon
Balbi, Ozalapaïla, femme de Ouihanoappa, fut enlevée par Ohatampa, qui
tua le mari, et les deux fils, qui venaient la redemander. La guerre
s'alluma entre ces deux familles, les plus puissantes de la nation. Les
parens, les amis, les partisans des deux côtés prirent fait et cause:
une guerre civile divisa la nation en deux peuples distincts, les
Assiniboins, d'Achiniboina, faction du Paris Sioux, et les Dacotahs ou
Sioux proprement dits, de Siovaé, faction de Ouihanoappa.

Les Français connurent très peu les Sioux. Cependant, un de leurs Chefs
fut envoyé comme ambassadeur au Comte de Frontenac. Il l'approcha d'un
air fort triste, lui appuya les deux mains sur les genoux[137] et lui
dit les larmes aux yeux: «Toutes les autres nations ont leur père; la
mienne seule est abandonnée dans les bois, comme un enfant exposé aux
serpens et aux tigres.» Je n'imagine pas comment le grand homme négligea
cette alliance, si ce n'est que rarement les hommes pourvoient à tout.

[Note 137: On voit dans Homère, Minerve supplier Jupiter dans cette
posture, et encore Priam, quand il redemande à Achille le corps
d'Hector.]

Ces peuples ne reconnaissent qu'un Dieu, Tangoouacoun, infini en sagesse
et en puissance. Tout le reste est un problème.

Ils parlent la langue Narcotah, une des quatre langues mères, et, dit
Beltrami, elle est une nouvelle preuve de leur origine mexicaine.

Je regrette de dire que les Sioux sont parmi les quelques peuplades qui
ont oublié la nature, envers le beau sexe. Voici comment se font leurs
mariages. Un sauvage éprouve-t-il de l'amour pour une jeune fille, il la
demande à son père. Elle vient frapper à sa porte, et, s'annonçant par
son nom, elle demande si son fiancé est présent; on ouvre, et ses amis
la présente à l'épouse, qui est debout au milieu de la loge. Il lui fait
ses complimens, et s'assied avec elle sur une natte. Les Romains
fesaient asseoir la fiancée sur la toison d'une brebis, pour l'avertir
que c'est à elle de couvrir son mari. Chez les Sioux, l'époux présente à
son épouse une botte de foin, pour lui signifier qu'elle ne soit se
mêler que de porter son fardeau comme une bête de somme. Cette botte est
dit-on entremêlée d'herbes d'une odeur si délicate, et arrangée avec
tant d'art, qu'elle éclipse le talent des fleuristes.

La femme malheureuse chez ce peuple enfante des héros. A quinze ans le
jeune Sioux devient un guerrier; il lui tarde de se montrer, il brule
d'impatience de tremper ses mains dans le sang ennemi. La danse de la
guerre anime son jeune courage.

Si la femme est esclave, la passion de l'amour n'est pas moins forte. Un
rocher qui se projette sur les eaux du lac Pepin, rappelle celui de
Leucade. La muse Mitilène s'y précipita de dépit: Oholaïtha, plus belle
qu'heureuse, trancha le cours de sa vie, séparée de son Anikigi, jeune
et beau guerrier Chippeouais.

On déclare la guerre en jettant un tomahack sur les terres de l'ennemi,
comme autrefois le _Fecialis_ des Romains jetait une javeline. Achille
immolait des jeunes Troyens à Patrole: les Sioux et les Mexicains
sacrifiaient leurs ennemis à leurs guerriers tués dans les combats.

Après le guerre, la chasse exerce l'enfance, la jeunesse et l'âge viril.
Avant que de partir, on se purifie devant le dieu de la nation. J'ai
cité plus haut quelques chasses célèbres. Ce goût du sauvage pour la
chasse rappelle les premiers hommes: les peuples primitifs étaient
chasseurs. Ce qu'il y a de plus remarquable chez nos Sioux, c'est que
l'on découvre au milieu d'une superbe et vaste prairie, un grand block
de granit, figure de Tangoouacoun, à qui tous les chasseurs viennent
fair la révérence. Il est peint comme on représentait le soleil avant
_Maria_, avec un nez, des yeux et une bouche.

On voit également dans l'antiquité la musique naissante des Sioux. Les
Grecs primitifs avaient comme eux une espèce de castagnettes faites d'os
ou de coquilles. Comme eux les Romains marquaient la cadence avec des
sonnettes qu'ils attachaient à leur pieds. Les Sioux ont le tambour de
basque, et le _mamuductor_ dans celui qui conduit la danse. La simphonie
chez les Grecs comme chez eux était formée de l'union de la voix et des
instrumens. La musique de nos peuplades, bien que monotone, a quelque
chose d'animé et de touchant. Mars préside plutôt à ces fêtes que
Terpsichore, ignorée des sauvages. Ils y paraissent en armes, et la tête
ornée de plumes de Kilio[138], apanage exclusif des preux guerriers. Cet
oiseau est si rare que celui qui en tue un, reçoit les complimens de tut
le camp, et acquiert le droit de porter une de ses plumes. Il en ajoute
une autre autant de fois qu'il tue un guerrier dans les combats. Ce
panache ne releva pas peu ces preux des forêts, avec leur manteau qu'ils
adaptent à leur corps avec cette grâce qu'avaient les Romains sous leur
_Pallium_. Leurs mocassins ressemblent aux _cothurni_: ils ajoutent en
hiver une espèce de guêtres sur les genoux; comme les Cimbres au temps
de Marius.

[Note 138: Je ne trouve rien sur cet oiseau dans les additions de
Chneider et de Lefebvre de Villebrune aux mémoires philosophiques et
physiques de Dom Ulloa.]

Leurs armes offensives sont l'arc et les flèches, la pique, la hache et
la massue, comme les soldats de Tamerlan. Ils ont aussi adopté le fusil.
Le bouclier est leur seule arme défensive. Ils le peignent de même que
les anciens, quoique moins magnifiquement que celui d'Achille, qui était
au reste l'ouvrage des dieux!

Si je viens à parler des illustres de la nation, M. Beltrami parle de
Tantangamani, père de l'infortunée Oholaïtha. Il retrouve dans
Ouamenitonka la fameuse statue d'Aristide dans le Museum de Naples, et
celle de Caton dans Cetamvacomani; mais quelqu'intérêt que puisse leur
prêter l'érudit italien, je ne trouve rien de si romanesque que
l'histoire d'Alleouemi et de Ouabisciuova.

Alleouemi descendait des anciens Chefs. Il vint aux Etats dans sa
jeunesse, et fréquenta l'Université de Washington, où son nom devint en
grande célébrité parmi les élèves. A dix-sept ans il épousa, malgré les
efforts de quelques amoureux éconduits, Miss Grighton, fille d'un riche
négociant de la capitale, et reprit avec elle le chemin de sa tribu.
Ouabisciuova, le Lion des Dacotahs, les guérissait en Dictateur; mais le
jeune Chef fit valoir la noblesse de sa naissance, et supplanta ce
rival. Il conserva, par sa sagesse et sa fermeté, le territoire que le
Congrès convoitait depuis longtems, et, confiant dans son influence, il
songea à devenir le législateur des Dacotahs. Ses vues élevées et son
génie alarmèrent le gouvernement, et le major Sherbury, gouverneur du
fort St. Charles, eut ordre d'exciter contre lui son redoutable
adversaire. Il députa en même temps vers Alleouemi le capitaine Smith,
pour lui offrir un commandement dans l'armée de l'Union. «Nos voisins
des villes, répondit le jeune Chef, regrettent qu'il y ait au fond de la
prairie un peuple qui s'oppose à leurs continuels envahissemens. Ils
veulent enlever aux Sioux leur Chef, leur protecteur, leur ami; celui
que fait tous ses efforts pour leur conserver le pays stérique que nous
ont laissé nos pères. Ils m'envoient une ancienne connaissance des
salons de Washington, pour m'éblouir et me faire déserter la cause de
mon peuple. Eh! qui vous a dit que je pourrais renier mon pays et mes
ancêtres? Les peuplades que vous dédaignez si fort ne seraient elles
civilisées que par la conquête; et pourquoi un Dacotah, après avoir
puisé chez vous cette instruction dont vous êtes si fiers, ne
chercherait-il pas à adoucir leurs moeurs, tout en défendant leurs sol?
Vous avez encouragé mon rival: les citadins ne devaient pas pas manquer
de faire jouer la trahison, tout en usant de belles promesses.»

Cependant Ouabisciuova, peu soucieux des séduisans discours des
Américains, attaqua la barque qui avait amené le capitaine Smith, et
Williams, touriste anglais. Quatre soldats furent tués et l'équipage
garrotté. L'héroïque Alleouemi se dévoua pour ceux qui cherchaient la
ruine de son peuple. Il entra dans le conseil des Dacotahs et, tout en
protestant de sa haine contre les Américains, il essaya de faire
entendre qu'il fallait prendre quelque chose de leur tactique et de
leurs moeurs, pour leur résister plus efficacement. Mais entraîné
bientôt par ses pensées, sa haute intelligence ne put se contenir dans
les bornes étroites de l'esprit de ses compatriotes. Dans cet élan
patriotique, il oublia, ce jeune Chef, que l'astre du jour ne répand que
par degrés ses rayons sur la terre. Il condamna les usages de ses
ancêtres, et leurs petits neveux le vouèrent à l'exil. Alleouemi partit
de nuit, après avoir délivré les auteurs du drame qui va se déployer. A
peine fuyaient-ils que des cris affreux se firent entendre dans les
bois, des guerriers parurent sur le rivage, et des flèches volèrent,
sifflant à la surface de l'eau. Le jeune héros regarda quelques instans
la fureur impuissante des Sioux, puis il laissa tomber sa belle tête sur
sa poitrine, en murmurant ces paroles, écho du trouble de son coeur: «Je
suis donc l'ennemi de mon peuple?» Pour aggraver le malheur de sa
situation, Miss Brighton périt de lassitude près de l'endroit où la
rivière Plate se jette dans le Missouri. Le lendemain, une lugubre et
solennelle cérémonie s'accomplissait sur la cime de la montagne qui
sépare les deux territoires. Les étrangers s'éloignèrent pour ne pas
troubler les muets adieux de cet homme énergique, qui s'agenouilla sur
le sol, et demeura absorbé dans sa douleur. Il se leva, et ses
compagnons le virent monter sur un rocher qui dominait toute la plaine,
et d'où il fit entendre un cri perçant que les Sioux prirent pour une
insulte. Alleouemi leur fit signe de l'attendre, et des hurlemens
prolongés témoignèrent qu'ils l'avaient compris. En vain Smith et
Williams voulurent le retenir: il jeta un dernier regard sur la tombe de
sa compagne, salua tout le monde avec grâce, et descendit la montagne.
Il est perdu, s'écria Smith, et tous les Américains se précipitèrent
vers le rocher. Alleouemi venait de sortir du bois, et s'avançait d'un
pas grave et fier. On vit un instant d'hésitation parmi les Sioux. Ils
semblaient intimidés par la contenance impérieuse du jeune Chef,
lorsque, du sein d'un massif de feuillage, s'élança un jet de feu et de
fumée, et une légère commotion se fit entendre dans la plaine. Alleouemi
tomba, et Ouabisciuova, qui l'avait frappé, sortit de sa retraite en
brandissant sa carabine: il enleva la chevelure à son rival, et s'en fit
un trophée.

Alleouemi avait une taille imposante, et un maintien majestueux. Son
corps robuste était modelé dans les plus admirable proportions de la
stature. Son visage, quoiqu'il fût de la couleur cuivrée des indigènes,
avait cette beauté mâle et fière qui résulte de l'harmonie des lignes,
en même temps que de la pensée qui s'y reflète. Tout en lui était noble,
et plein d'une grâce naturelle. Williams dit de lui: «J'ai trouvé dans
le nouveau monde un homme qui réunissait l'instinct merveilleux, les
sens parfaits du sauvage, à l'instruction et à l'intelligence de l'homme
civilisé; la plus large, la plus belle expression de l'humanité.»

Le sol des Dacotahs n'était pas encore prêt pour notre civilisation; il
vit renaître l'empire d'un véritable héros sauvage, de Ouabisciuova que,
enveloppé dans sa large peau d'ours, cent chevelures suspendues à ses
jambes, et agitant son tomahack orné de cercles d'argent semblait plus
fait pour commander aux Sioux.



                              CHAPITRE IX

                                 ----

                               ARGUMENT

Saguova ou le dernier des Iroquois--Son premier triomphe oratoire; il
s'oppose à la vente des terres--Déclaration de guerre contre les
Anglais--Discours de Saguova--Sa disgrâce et son rétablissement--Ses
entrevues avec Washington et Lafayette--Réflexions.

Au milieu de la torpeur générale qui succéda à la mort de Tecumseh, un
homme pensa rétablir l'ancienne splendeur de la République des Cinq
Cantons, Saguova, appelé Red-Jacket chez nos voisin. Il n'avait que
trente ans lorsque les Etats-Unis conclurent un traité avec les Iroquois
sur la belle élévation qui commande le lac Canandagua. Deux jours
s'étaient passés en négociations, et un correspondant du New-Iork
American, et l'on allait signer, lorsque le jeune Chef se leva. Avec la
grâce et la dignité d'un sénateur romain, il se couvrit de son manteau,
et, d'un oeil perçant, regarda la multitude. Il s fit un parfait
silence, hors l'agitation des arbres sous lesquels étaient rangées les
ambassadeurs. Après une pause solennelle, il commença à parler lentement
tt par sentences, autre Mirabeau des forêts de l'Amérique; puis
s'animant graduellement avec son sujet, il fit une peinture naturelle de
la simplicité de du bonheur primitifs de sa race, et présenta les maux
que lui ont causés le commerce des Européens, avec un pinceau si hardi
et si vrai cependant, que l'effet qu'il produisit ne saurait s'exprimer.
Les ambassadeurs des Cantons éprouvèrent le sentiment de la douleur ou
celui de la vengeance, et les députés de la République, seuls dans un
pays ennemi, craignirent pour leur vie, lorsqu'un Chef favorable aux
Américains fit cesser le conseil, et donna ainsi le temps aux esprits de
se refroidir. Les Mingos livrèrent un grand lit de terres à leurs plus
cruels ennemis, mais le jeune Seneca eut dès lors des amis. Il grandit
rapidement aux yeux de ses compatriotes, qui lui confièrent l'autorité
suprême. On peut dire que dans cette situation, Saguova réussit au-delà
de ce que l'on pouvait attendre, si l'on considère que, depuis plus d'un
demi-siècle, la Confédération, jadis si formidable, était resserrée sur
un petit espace de terre environné par la civilisation. L'ancien Forum
d'Onnondaga était désert, lorsque le jeune Chef rallia autour de lui
quelques hommes dignes des premiers Iroquois. Il rappella l'indépendance
nationale, dont il ne dévia jamais. Mais il ne fut compris qu'à demi par
ses compatriotes auxquels la soif de l'or pouvait bien peut-être faire
vendre les personnes après avoir aliéné le sol.

Si les Anglais, dans la dernière guerre, trouvèrent les Iroquois assez
déchus pour dédaigner leur alliance, ils eurent tort de les forcer à se
jeter dans les bras de leurs ennemis, en saisissant la Grande Ile,
propriété des Cantons, sur la rivière Niagara. Toute la population ne
passait pas alors huit mille âmes: elle arma cependant mille guerriers,
et ce fut à leur tête que Saguova, le 13 août, 1812, défit les troupes
anglaises au fort George avec le général Boyd.

Au retour de la paix, il reprit l'administration des affaires de sa
nation, et s'opposa aux progrès des missionnaires. Le discours suivant
est un des plus remarquables, et le seul que l'on ait de lui dans son
entier.

«Ami (dit-il au ministre), le Grand-Esprit a voulu que nous nous
rencontrassions en ce jour. Il règle sagement toutes choses, et il nous
accorde une belle journée, car les nuages se sont dissipés devant le
soleil qui brille au-dessus de nous. Nous avons prêté l'oreille à ta
harangue.

«C'est pour toi que ce feu brule au milieu du conseil. Tu veux que nous
ti disions ouvertement la pansée de notre âme: nous nous en réjouissons,
car nous n'avons tous qu'une même pensée.

«Tu dis que tu ne partiras pas que tu n'aies une réponse. Il est juste
que tu l'aies, car ta cabane est bien loin, et nous ne voulons pas te
retarder. Nous allons te dire ce que nous ont appris nos pères.

«Au commencement nos ancêtres régnaient seuls sur cette grande île: leur
domaine s'étendait de l'Orient à l'Occident. Le Grand-Esprit l'a fait
pour les hommes rouges[139]. Il créa le buffle et le daim pour les
nourrir, l'ours et le castor pour les garder du froid. Il dispersa ces
créatures par le pays, et nous montra la manière de les prendre. La
terre produisait aussi du maïs, et le Grand-Esprit avait donné tout cela
à ses enfans rouges parce qu'il les aimait.

[Note 139: Quoique les sauvages n'y attachent pas d'importance, ils se
nomment, vers le nord, les hommes rouges, pour se distinguer.--(DON
ULLOA.)]

«Vos pères traversèrent les grandes eaux, et vinrent dans cette île,
mais en petit nombre. Ils ne trouvèrent que des amis dans le peuple
rouge, qui leur donna un grand lit de terre, afin qu'ils pussent prier
le Grand-Esprit, sans crainte du Grand Roi. Ils étaient au milieu de
nous, nous leur donnions à manger, et eux, ils nous donnaient du poison.
Les blancs connaissaient le chemin de notre île, et il en vint un plus
grand nombre. Ils nous appelèrent frère, et nous leur donnâmes nos
plaines et nos côteaux.

«Alors nos domaines étaient vastes; mais vous êtes devenus un grand
peuple. Notre pays est dans vos mains et la prière y fait des progrès.

«Ecoute, tu dis que tu viens nous apprendre à prier le Grand-Esprit,
afin que nous soyons heureux dans la suite. La prière est écrite dans un
livre qui a été donné à vos pères, et le Grand-Esprit a parlé au peuple
rouge.

«Tu dis qu'il n'y a qu'une manière de prier le Grand-Esprit, parce que
elle est venue d'un homme vénérable; et nos anciens nous ont enseigné
une religion qui leur fut donnée par le Grand-Esprit. Elle nous enseigne
à le remercier de ses dns, et à vivre dans l'union avec nos frères.

«Le Grand-Esprit, qui a fait tous les peuples, n'a pas fait les hommes
de ce pays-ci comme les autres. Il vous a donné les arts, que nous
ignorons. Il nous a aussi accordé beaucoup de choses, et une prière
différente, à notre usage.

«Nous te prenons par la main pour que tu retournes à tes amis.»

Il est digne de remarque que ce discours ne contient pas un seul mot qui
sente la rudesse. Saguova était véritablement affable. On en voit un
exemple dans une entrevue avec le colonel Snelling. Cet officier partant
pour Governor's Island, il vint lui dire adieu, et ajouta: «J'apprends
que notre Grand-Père t'envoie dans une île qui porte le nom de Sachem;
j'espère que tu deviendras aussi un Sachem. On dit que les blancs sont
glorieux du grand nombre de leurs enfans; que le Grand-Esprit t'en donne
mille.»

Son opposition aux empiètemens des Etats-Unis le firent disgracier en
1827; mais il se releva par son éloquence, et il ne fut pas dit que
Saguova vécût dans l'oubli de sa nation.

Il visita les villes de l'Atlantique[140] en 1829, et, au milieu de la
sensation qu'il y fit, il soutint la dignité de son rang et de sa
renommée. Washington l'avait voulu voir, et lui avait fait présent d'une
médaille d'or qu'il porta toujours depuis. Ce fut dans sa dernière
visite aux Etats-Unis, qu'il vit le Général Lafayette à Buffalo. Les
deux héros s'étaient connus à Stanwix, en 1784. Il faut convenir que le
patriote français se montra spirituel et poli comme ceux de sa nation.
«Où est le jeune Chef, dit le général, qui s'opposa avec tant
d'éloquence à ce que l'on enterrât la hache de guerre?» C'est Saguova,
répondit froidement le Sachem, qui avait alors ravagé les frontières de
la Nouvelle-Iork, du New-Jersey, de la Pensylvanie et de la Virginie. Le
général français n'avait pas beaucoup vieilli. Saguova le remarqua, et
lui dit: «Le temps a fait de moi un vieillard, mais toi, le Grand-Esprit
t'a laissé tes grands cheveux.» Lafayette eut la bonne fortune de se
rappeler quelques mots Iroquois, qu'il répéta avec une complaisance qui
grandit beaucoup l'idée avantageuse que le Sachem avait déjà conçue de
lui.

[Note 140: Red-Jacket. This celebrated Indian Chief, who has recently
attracted so much attention at New-Iork and the Southern Cities, has
arrived in this City, and has accepted an invitation of the
Superintendent to visit the New-England Museum, this evening, March 21,
in his full Indian costume, attended by Captain Johnson his interpreter,
by whom those who wish it can be introduced to him.]

Saguova mourut le 19 janvier, 1830, et fut enterré le 21, près de
Buffalo. Ses compatriotes regardèrent avec indifférence les cérémonies
que firent les Américains, et lorsqu'elles furent terminées, plusieurs
orateurs parlèrent successivement et rappelèrent ses exploits et ses
grandes qualités. Ils n'oublièrent pas son appel prophétique: «Quel est
celui qui me succédera au milieu de mon peuple.» Ils pleurèrent une
gloire déjà passée, et entrevirent la ruine de leur nation. La mort de
Saguova rappelle celle d'Alexandre.

Un Américain bel esprit, mais singulier dans ses idées, a dit: «L'ouest
ne doit pas peu aux conseils d'un sauvage qui, pour le génie,
l'héroïsme, la vertu, et tout ce qui peut faire resplendir un diadême,
laisse loin derrière lui non seulement George IV et Louis le Désiré,
mais l'empereur de Germanie et le czar de Moscovie.» Il est vrai que
bien des modernes qui ont voulu républicaniser ont eu l'esprit
curieusement tourné.

La licence entre mieux dans la poésie: peut-être même ne se fait elle
pas sentir dans les vers suivans:

                           Though no poet's magic
       Could make Red-Jacket grace an English rhyme,
       .............................................
       Yet it is music in the language spoken
       Of thine own land; and on her herald-roll,
       As nobly fought for, and as proud a token
       As Coeur-de-Lion of a warrior's soul

William Weir a laissé un magnifique portrait de Saguova, dans la
collection de James Ward, écuïer, ami distingé des beaux arts.



                              CHAPITRE X

                                 ----

                               ARGUMENT

Chetabao, roi des Omahas--Ses artifices et ceux de son grand-médecin--Il
se défait de tous ses ennemis--Sa mollesse--Il meurt de la
peste--Réflexions.

Ce Sachem, mort en 1832, a été un homme remarquable. Il s'acquit une
grande popularité parmi ses compatriotes par mille travaux glorieux;
mais la distinction dont il se montra plus avide fut un pouvoir sans
limites. Il était efficacement aidé dans ses desseins par un prophète ou
grand médecin, dont les ordonnances artificieuses et les pratiques de
magicien en imposaient aux esprits superstitieux de la tribu.

Chetabao ayant donné de ses talens, toutes les preuves requises, on lui
conféra le rang suprême; mais poussé par ses vue ambitieuses, il était
peu satisfait d'une autorité toute patriarcale, et fondée sur les
principes démocratiques. En vain, pour atteindre son but, avait-il
déployé tour-à-tour le prestige des exploits guerriers, et le pouvoir
d'une éloquence barbare mais énergique: il se formait dans la nation un
parti de guerriers rigides, jaloux de leur liberté. Chetabao traitait ce
parti de faction séditieuse, de serpens à sonnettes, et l'on méprisait
ses reproches. Impatient de la contrainte qui lui était opposée, il
résolut de s'y soustraire à quelque prix que ce fût. Mais jugeant en
profond politique que la vengeance est souvent nuisible à son auteur,
quand il y arrive par la violence, il aima mieux recourir aux ruses du
renard. Plusieurs fois par an un colporteur arrive du pays civilisé,
pour échanger des marchandises contre des fourrures ou d'autres objets à
sa convenance. Ce fut à un de ces marchands que Chetabao s'adressa pour
avoir un remède efficace afin, disait-il, de détruire les bandes de
loups qui infestaient les prairies. Le colporteur lui procura de
l'arsenic pur. Dès qu'il se vit en possession de cette arme terrible, il
n'eut rien de plus pressé que d'en éprouver la puissance. Son père et
ses deux frères, dont il redoutait l'influence, furent les premières
victimes de ses essais, et leur mort ne réveilla aucuns soupçons.
Certain désormais de l'efficacité du poison, il invita tous les
mécontens à venir se régaler d'une soupe au chien. Il reçut les conviés
de l'air amical qu'il avait coutume de prendre, leur témoigna un très
ardent désir de calmer toutes leurs dissensions, et parla hautement de
la nécessité de la réunion de tous les partis. Il sut si bien s'insinuer
dans les coeurs, que soixante de ses plus redoutables ennemis s'assirent
avec lui autour de la large gamelle où fumait l'appétissante soupe.
Tous, pour reconnaître dignement l'hospitalité de leur hôte, mangèrent
copieusement du plat favori, et firent l'éloge de son goût délicat. Pour
dessert, on fit circuler les calumets, et lorsque la vapeur aromatique
du tabac eut étendu sa molle influence sur le cercle des guerriers,
Chetabaqo se leva pour parler. Il rappela aux assistans, eux, disait-il,
qu'il chérissait comme ses enfans, les menées séditieuses dont ils
s'étaient rendus coupables envers l'autorité légitime, qu'il tenait du
Grand-Esprit, et de laquelle il était impie de se jouer comme ils
l'avaient fait. En témoignage de son assertion, il en appela au jugement
de son grand médecin, qui fit un signe de tête affirmatif, puis élevant
la voix d'un air inspiré: «Au reste, continua-t-il, les Omahas
n'oublieront plus à l'avenir que Chetabao est l'arbitre souverain de
leurs destinées; chiens que vous êtes! vous serez morts jusqu'au dernier
avant le lever du soleil.» A ces mots d'un sinistre augure, les convives
se levèrent en désordre, et se précipitèrent en hurlant hors de la
cabane. Les soixante expirèrent la même nuit au milieu d'atroces
douleurs.

Durant tout le reste de sa vie, jamais la tyrannie du Sachem ne
rencontra la plus légère opposition. Lorsque à son voyage annuel au pays
des Omahas, le marchand arrivait avec sa pacotille, sa majesté prenait
tut ce qui était à sa convenance et à celle de son auguste famille, en
fesait le compte, et les guerriers recevaient l'ordre de trouver le
nombre demandé de peaux de castor, d'écureuil ou de marte. Amolli par
une longue prospérité, ce roi sauvage renonça peu à peu à la vie active.
Il se fesait prescrire par son grand médecin le repos le plus absolu, et
fesait régulièrement sieste après diner, comme un Grand d'Espagne. Par
une recherche toute oriental, il avait poussé la jouissance de ce court
sommeil jusqu'au dernier raffinement. Ses femmes, au nombre de six, se
relevaient deux par deux, et lui chatouillaient l'épine dorsale avec de
longues plumes de paon. Si pendant qu'il dormait, il devenait urgent de
le consulter sur les affaires de l'Etat, une seule personne pouvait se
hasarder à troubler le repos du monarque, et ce personnage était le
grand médecin, son premier ministre. Il se mettait à quatre pattes,
s'approchait sans bruit, puis avec une plume, il lui chatouillait
agréablement la plante des pieds. Si le roi étendait le bras
horizontalement, il fallait se retirer en silence; mais se frottait-il
le nez avec l'index, c'était dire que l'on pouvait parler à sa majesté.

Cependant la petite vérole apparut parmi les Omahas, et, semant la
désolation dans leurs deux bourgs, elle enleva aussi le ministre: la
mort mit fin à ses simagrées, et il alla rejoindre ceux qu'il avait tués
par ses remèdes homicides. On croyait que la dictature garantirait
Chetabao; mais ayant voulu assister aux funérailles de son complice et
de son favori, l'accomplissement de ce devoir lui fut fatal. Il eut le
temps néanmoins de prendre ses mesures pour faire le plus commodément
possible son voyage dans l'autre monde. Il commanda que l'on mît à côté
de lui dans sa tombe des armes et des munitions pour se défendre cintre
ses ennemis; car il songeait, sans doute, à ses victimes, et redoutait
leur vengeance. Ses funérailles furent pompeuses. Il fut assis droit sur
son plus vite coursier de chasse, et, suivi de toute la nation, on le
conduisit à sa tombe, que l'on avait creusée sur les bords du Missouri.
On fit descendre dans la fosse le cheval chargé de son maître, et on
l'enterra tout vivant, non sans avoir déposé devant lui une portion de
maïs. Quant à sa majesté, on enfouit à ses côtés de la viande sèche, un
calumet, une carabine, des balles de de la poudre, un arc, un carquois
rempli de flèches, et des couleurs pour décorer sa personne tant à la
guerre que durant la paix.

L'histoire transmet les vices aussi bien que les vertus: elle rapporte
les actions de Denys le tyran comme celles d'Aristide et de Scipion.
Mais l'admiration n'est due qu'à la vertu. Miantonimo et Conanchel
excitent un vif intérêt. Le dernier Sachem des Omahas intéresse aussi un
instant par ses artifices, et la manière dont il sut tromper et asservir
son peuple; mais la postérité n'aura pour lui aucune estime.



                              CHAPITRE XI

                                 ----

                               ARGUMENT

Lueurs de civilisation--Cadmus Cheroki--Cussick--Mashulatuba.

Que ce continent ait joui autrefois d'une civilisation avancée, et en
particulier la partie septentrionale, comment en douter à la vue des
vestiges que l'on rencontre depuis le bord méridional du lac Erié
jusques au golfe du Mexique; et le long du Missouri jusques aux
Montagnes Rocheuses?

Ce sont des fortifications, des _tumuli_, des murs souterrains, des
rochers couverts d'inscriptions, des idoles ou des momies. On est étonné
de la vaste étendue de quelques ouvrages militaires. Ceux que l'on voit
près de Chilicothe occupent plus de cent acres de superficie: c'est une
muraille en terre de vingt pieds d'épaisseur à sa base, et douze de
hauteur, et entourée de tous côtés, excepté vers la rivière, d'une
tranché large d'environ vingt pieds. Les plus considérables de ces
fortifications sont de forme rectangulaire. Elles ont plus de six cents
pieds de long sur sept cents de large. Dans le district de Pompy dans
l'état du New-Iork, se voient les restes d'une grande ville d'une
superficie de cinq cents acres. Trois forts circulaires la renferment
comme dans un triangle. L'ancienne fortification découverte par le
capitaine Carver, proche du Mississipi, dans le district Huron, a près
d'un mille d'étendue: elle est aussi régulière que si Vauban ou le
général Pasley en eussent tracé le plan. On peut encore citer celles de
l'Ohio.[141]

[Note 141: Voir dans l'Encyclopédie Canadienne les recherches de MM.
Bartram et de Humbolt.]

Je ne dirai qu'un mot des tumuli, monticules de terre de forme conique,
comme celles que l'on voit en Russie et dans la Scandinavie. A St.
Louis, dans le Missouri, l'on voit un de ces _tumuli_ qui a les mêmes
dimensions que la pyramide en briques du roi Asychis, c'est-à-dire, deux
mille quatre cent pieds de circonférence à sa base, et cent d'élévation.
Devons nous attribuer ces monuments aux ancêtres des familles qui
habitent encore ces régions, ou à une immigration plus ancienne? c'est
une question qui embarrasserait les plus savans.

Les indigènes de cette partie du continent américain, dit le géographe
Darby, avaient peu d'arts lorsqu'ils furent connus des Européens. Les
arts mécaniques ne lur étaient point connus. Ils n'avaient point trouvé
la charrue ou la roue, ni fait la conquête des animaux ruminans, premier
objet de la civilisation: le chie était le seul animal que le sauvage
s'associât. Une cabane était la demeure ambulante de l'espèce humaine
sur une étendue de plus de quatre-vingt millions de milles quarrés.

Malgré ce que dit M. Darby, dès l'arrivée de nos pères, le sauvage
savait peindre grossièrement toutes sortes d'objets; on trouvait même
des peintures délicates selon M. Dainville. Sa teinture est surtout
remarquable[142]. On est dans l'admiration de voir déployées sur les
ornemens dont il se pare, des couleurs biens supérieures à celles
qu'emploient les nations civilisées, tant pour l'éclat que pour la
durée. L'estimable Dr. Mitchell, de la Société Historique de New-Iork,
admire surtout les teintes appliquées aux cuirs. L'art de préparer le
cuir et de l'empreindre de ces couleurs aussi durables que le cuir même,
est familier depuis le territoire des Panis sur la Rivière Rouge,
jusqu'aux extrémités du Nord-ouest. Les matériaux des couleurs sont
indigènes, et il n'y a que les sauvages qui les connaissent. Ils ont
toujours un grand soin de ne donner aucuns renseignemens sur leurs
teintures. Les couleurs principales sont le jaune, le bleu, le rouge et
le noir. Les Hiétans qui vivent au-delà des Panis, et qui ont très bien
apprivoisé le cheval, font des brides travaillées avec beaucoup de goût,
et remarquables par la force des couleurs bleue et jaunes dont sont
teints le cuir et les autres parties.

[Note 142: J'ose assurer que l'art de la teinture avait été poussé en
Amérique à un bien plus haut degré de perfection qu'il ne l'est même
actuellement en Europe, malgré toutes nos connaissances en chimie. Nous
savons à peine donner une teinte solide aux matières végétales telles
que le coton, le lin, le chanvre. Oviedo a dit: «Les peuples de
terre-ferme teignent le coton en couleur tannée, verte azur, rouge,
jaune, et au plus haut degré de perfection.--(COMTE CARLO CARLI.)]

Mais toutes les peuplades n'étaient pas aussi avancées lors de la
découverte, quoique généralement nos pères aient trouvés les indigènes
doux et agriculteurs sur les côtes et sur le bord des fleuves. Dans
l'intérieur des forêts, l'on a trouvé des peuples vagabonds, qui ont
traversé deux siècles sans entendre la voix de la civilisation qui
convie tous les hommes. Mais les peuplades jadis les plus intéressantes
se sont dispersées ou abruties, et les peuples chasseurs ont tout-à-coup
pris leur place. Les Chérokis, les Chickasas et les Choctas n'avaient
point connu les ressources des Hiétans et des Panis, mais la grande
lueur est venue de leur côté. Les Chérokis ont donné l'élan à la
civilisation de la race rouge. Darby écrivait: «L'usage du cheval, et
l'introduction des armes à feu, est venu améliorer quelque peu la
position du sauvage. Les relations politiques ont fait quelques progrès,
après trois cents ans d'absolue nullité. Les lettres, partagent de la
propriété foncière et de la résidence fixe, sont encore inconnues.»
Mais, chose admirable, un nouveau Cadmus est sorti du sein d'un peuple
réputé féroce, habitant un pays de montagnes!

Une ambassade à Washington, fournit à Siquayam une occasion heureuse
d'observer une civilisation et des arts, que son génie naturel était
fait pour comprendre et apprécier. Les plus sages d'entre les Chérokis
attribuaient un pouvoir surnaturel aux instrumens à l'aide desquels nous
fabriquons ces feuilles parlantes[143], pour eux incompréhensible
merveille. Tout ce que l'on en disait n'excitait pas moins leur surprise
que leur admiration: c'était depuis longtems l'objet des méditations de
Siquayam. Son esprit moins crédule et plus réfléchi que celui de ses
compatriotes, entreprit de percer ce mystère. Ses efforts furent
couronnés d'un entier succès. Un longue indisposition l'ayant forcé de
garder la cabane pendant une saison entière, la solitude dans laquelle
il se trouve, et l'inaction à laquelle il se vit réduit, le servirent
admirablement bien dans cette occasion, en lui permettant de se livrer
avec toute la tranquilité désirable, à la recherche des moyens de
procurer à sa nation le bienfait de l'écriture. Il commença par
distinguer soigneusement tous les sons de sa langue. Cette première
opération devenait difficile par les différentes nuances de
prononciation, qui sont si nombreuses dans tout idiome qui n'est point
fixé. Pour l'exécuter avec le plus de perfection possible, il soumit ses
enfans à des épreuves réitérées. Quand il se crut assuré de la justesse
de ses observations, il s'occupa du moyen de représenter ces sons par
des signes. Il choisit d'abord des figures d'oiseaux et de divers
animaux, et affecta à chacune l'idée d'un son. Main bientôt, trouvant
dans cette méthode trop de difficulté, il abandonna ces images, et
inventa d'autres signes. Il en créa d'abord deux cents, puis voyant que
ce nombre rendrait l'écriture trop compliquées, il les réduisit à
quatre-vingt-deux, aidé de sa fille, qui le seconda merveilleusement
dans ce travail. Il ne s'occupa plus qu'à perfectionner les signes qu'il
avait inventés, afin de les rendre faciles à tracer et à distinguer. Il
n'avait d'abord, pour graver ses caractères sur l'écorce, d'autres
instrumens qu'un couteau et un clou; mais il connut plus tard l'encre et
les plumes, et les choses devinrent dès lors plus faciles.

[Note 143: Dans les premiers temps de la découverte de l'Amérique, les
simples habitans de cette partie du monde, ignorant tous nos arts,
croyaient que le papier parlait. Un indien chargé d'un panier de figues,
et d'une lettre de son maître à son ami, mangea une partie des figues.
L'ami l'accusa d'avoir mangé celles qui manquaient en l'assurant que la
lettre le lui disait. Mais l'indien le nia en maudissant le papier.
Chargé depuis d'une semblable commission, il mangea encore la moitié des
fruits, avec la précaution de cacher la lettre sous une grosse pierre,
croyant que si elle ne le voyait pas, elle ne saurait rien témoigner;
mais encore accusé et avec détails, il avoua tout, et reconnut dans le
papier une vertu divine.--(MAD. DE GENLIS.)]

La seule difficulté qui subsistât, était de faire adopter son invention
par ses compatriotes. Sa profonde retraite avait inspiré de la méfiance
aux Chérokis; ils le regardaient comme un magicien occupé d'un art
diabolique, et même comme nourrissant de mauvais desseins contre ses
compatriotes. Sans se laisser décourager, le philosophe s'adressa aux
plus étlairés et aux plus influens de sa nation. Il leur annonça la
découverte du grand mystère de fixer la parole par l'écriture comme font
les blancs, et les pria de prendre connaissance de son procédé. En leur
présence, sa fille qui, jusque-là avait été sa seule élève, écrivit les
mots qu'ils prononcèrent, et ils furent tous dans l'étonnement lorsque
ensuite cette jeune personne lut tout ce qu'ils avaient dit. Siquayam
demanda alors que l'on choisit cinq ou six jeunes gens, pour qu'il leur
enseignât l'art d'écrire; et quoique tous les soupçons ne fussent pas
encore dissipés, on lui confia quelques élèves. Au bot de quelques mois,
il annonça qu'ils étaient en état de subir l'examen public. On les prit
chacun à part, et l'on acquit la preuve irrécusable de leur capacité. La
joie de la nation fut soudaine et vive, comme toutes les affections du
sauvage. Une grande fête fut ordonnée; Siquayam en fut le héros, et les
Chérokis furent fiers de posséder un homme que le Grand-Esprit
paraissait avoir doué de ses qualités divines.

Siquahyam ne se borna point à la découverte de son alphabet: il inventa
aussi des signes pour les nombres, et il fallût qu'il imaginât en même
temps les quatres premières règles qui font la base de l'arithmétique,
et qu'il créât des noms pour les désigner. Il se mit aussi à écrire des
lettres, et il établit bientôt une correspondance soutenue entre les
Chérokis de Will's Valley, et leurs compatriotes d'au-delà du
Mississipi, à cinq cent soixante milles de distance. L'intérêt excité
par cette invention s'accrut au point que de jeunes Chérokis
entreprirent un si long voyage pour être au fait de cette méthode facile
de lire, d'écrire et de compter. Dès 1827 ses élèves commencèrent à
former des écoles qui, en 1829, comptaient déjà cinq cents écoliers. Le
fameux journal, Phoenix Cheroki, édité par Siquahyam et le célèbre John
Ross, parut au mois de Février, 1828. Le premier numéro contenait une
partie de la Constitution rédigée et promulguée dans le même temps, par
laquelle le gouvernement des Chérokis se composait d'un pouvoir
législatif, d'un pouvoir exécutif et d'un pouvoir judiciaire. La petite
ville d'Etchoï (New-Echota) eut en 1829, outre son imprimerie, un musée
et une bibliothèque.

Siquahyam était aussi devenu peintre par son génie. Il s'était fait des
pinceaux du poil d'animaux sauvages, sans avoir jamais vu un pinceau.
Ses dessins étaient grossiers comme ceux, je suppose, des premiers
peintres de l'antiquité, mais il annonçait des dispositions. Les arts
mécaniques ne lui étaient pas non plus étrangers. Il était forgeron dans
sa tribu, et il devait orfèvre. On conçoit facilement tout ce que le
séjour de Washington a dû apprendre à un génie si extraordinaire.
Bienfaiteur de sa nation, il l'a élevée au premier rang parmi les races
indigènes.

Les Choctas ont suivi ce noble élan et, au milieu de l'avilissement des
Iroquois contemporains, le célèbre Kissick, de la tribu des Tuscaroras,
retiré sur le sol britannique, est devenu l'historien de leur ancienne
grandeur[144].

[Note 144: «Esquisse de l'Histoire ancienne des Cinq Nations,
comprenant: 1º le récit fabuleux ou traditionnel de la fondation de la
Grande-Ile, maintenant l'Amérique Septentrionale, de la création du
monde, et de la naissance des deux enfans; 2º l'établissement de
l'Amérique Septentrionale et la dispersion de ses premiers habitans; 3º
l'origine des Cinq Cantons Iroquois, leurs guerres, les animaux du pays,
etc., etc., Lewiston, 1829.»]

Sawenowane entreprenait, il y a quelques années, de traduire le «Chef
Huron», d'Adam Kidd; et l'on peut croire que Mushulatuba eût été digne
par son expérience et sa sagesse, d'obtenir l'objet de ses voeux, un
siège au Congrès des Etats-Unis.



                             CHAPITRE XII

                                 ----

Coup-d'oeil rapide sur l'état présent des tribus.

Des Sagamos non moins nobles que leurs devanciers, les Tsaouawanhi, les
Omaha et les Skenandow; le voyage de Sawenowane et de Sonatsiowane à
travers l'Atlantique[145], et les vertus de Ouiaralihto m'auraient
fourni la matière d'un nouveau Chapitre. Ouiaralihto, vénérable Chef
huron, petit fils de Tsaaralihto, Chef de guerre de sa nation dans la
lutte de 1759, suivit l'expédition du général Burgoyne, qui lui donna un
festin de guerre. Adam Kidd, le barde canadien, l'ayant visité en 1829,
il lui raconta avec une mémoire prodigieuse les exploits des héros, et
les traditions des tribus, avec la même intérêt que les lairds de
l'Ecosse mettent encore dans le récit des belles légendes d'Ossia.
Tapooka[146] ferait honneur au moman, et serait une aussi belle héroïne
qu'Atala, immortalisée par le génie.

[Note 145: Sawenowane et Sonatsiowane, Chefs des Mohacks du Sault St.
Louis, Seigneurs de St. Régis et de Cognaouaga, passèrent à Londres en
1829, pour réclamer un lot de terre vendu comme fesant partie des biens
des Jésuites, mais qui tenait plutôt à leur Seigneurie. Sir George
Murray leur promit de recommander leur pétition à Sir J. Kempt, et il
leur fut permis d'avoir à Londres un chargé d'affaires.]

[Note 146: Jeune fille à laquelle les Hurons comparent tout ce qui est
beau.]

On a trouvé sur les bords de la Rivière Columbia des peuples aussi
intéressans que les premiers Canadois, et M. Franchère, notre
compatriote, cite à l'appui, de très riantes traditions[147] qu'il reçut
de la bouche d'un vieillard vénérable[148]. Le Grand Sagamo du
Nord-ouest, Netam, défenseur généreux de l'Honorable Compagnie Anglaise,
a mérité le monument que ce corps, reconnaissant, lui a élevé au Fort
William, et dans le temps que j'écris, Assaskinac, dont l'évêque de
Tabraca fait l'éloge, est encore dans le Canada Supérieur, la gloire de
cette race que l'on a si grand tort de dédaigner[149]. Enfin, peut-être,
quelques-uns croiront, que j'aurais du redire les vertus des Tegackouita
et des Sakannadharoy, et décrire l'état présent des villages dans la
Province[150]. Mais il est aussi permis à l'historien de s'animer à
l'approche d'un sinistre qu'il appréhende: il passe alors rapidement sur
les faits secondaires, et se réserve tout entier pour l'évènement qui le
préoccupe.

[Note 147: «Ekannum, y est-il dit, divinité bienfaisante, ayant vu les
hommes dans leur premier état, prit une pierre aiguë, et leur perça la
bouche et les yeux.»]

[Note 148: Comcomlé, Chef tes Tchinouques.]

[Note 149: Il est, dit M. Isidore Lebrun, des sauvages qui, par la
lecture qu'ils font des gazettes, connaissent mieux les évènements
politiques de l'Europe que les paysans de Vendée ou des campagnes de
Rome. Un de leurs enfans traçait des dessins sur le mur de la cabane:
une scène de massacre représentait, selon lui, la bataille de Waterloo.]

[Note 150: Les Sachems des Iroquois et des Algonquins écrivaient au Pape
en 1831. Ils lui envoyaient une étole et une maire de mules en verre
soufflé. Les feuilles de Rome observèrent que ces objets étaient dignes
de l'attention des savans.]

Il y a dix-neuf ans cette race proscrite leva encore la tête, l'esprit
de guerre se ralluma, et les Outaouais, jadis si puissans, et les
Saukis, se mirent à la tête de ce mouvement. L'Epervier Noir (Black
Hawk) parut pour quelque tems digne successeur de Ponthiac et de
Tecumseh; mais la discorde se mit bientôt parmi ses alliés. Abandonné de
presque tus les siens, il combattit en désespéré jusqu'à ce qu'il tomba
entre les mains de ses ennemis. Prisonnier de guerre, il fut traité avec
humanité, et même avec distinction; mais on le promena de ville en
ville, dans les états qui bordent l'Océan Atlantique, afin de le
convaincre de l'inutilité de ses efforts en faveur de la suprématie de
ss race; puis on le renvoya au-delà du Mississipi. Les Saukis, les
Outaouais et les Aionais, riverains de ce Père des Eaux[151], se
soumirent alors, comme les Miamis, les Shaouanis, les Hurons des bords
de l'Ohio, de l'Ouabache et des lacs, s'étaient soumis dès longtems Des
traités particuliers cédèrent aux Etats-Unis l'immense et fertile
territoire des deux rives du haut Mississipi, et les mines de plomb les
plus riches du monde[152]. Les territoires d'Aionay et d'Ouisconsin
furent alors partie de la République Unie.

[Note 151: Meschassebé.]

[Note 152: Les Indiens des Etats actuels de New-Iork, de la Pensylvanie
et du New-Jersey exploitent des mines de cuivre. Ainsi les Scythes de
l'Oural recueillaient et façonnaient le cuivre et l'or.--(M. LEBRUN.)]

Les Séminoles, peuplades naturellement inoffensives, qui ont donné lieu
à des tableaux de moeurs qui feraient honneur à des nations
civilisées[153] succédèrent aux Saukis. Nicanopy s'est illustré dans sa
lutte longue et régulière avec le général Jessup, Neothlockmata a été le
Bayard de sa race, et les feuilles américaines font un éloge pompeux
d'Osceola, mort depuis peu. Cette guerre a reproduit l'héroïsme de
Pocahontas.

[Note 153: V. Séjour chez les Cris, par le général Milfort, Paris,
1902.]

J'écrivais en 1842, d'après le _Courrier_ des Etats: Des bruits sourds,
avant-coureurs d'une tempête, se font entendre vers l'Ouest. On signale
une mystérieuse, une alarmante agitation au sein des peuplades, lasses
enfin de céder pied à pied, le sol à la civilisation. Aujourd'hui ces
tribus, autrefois puissantes, se rapprochent: elles s'unissent contre
l'ennemi commun. Les Séminoles, les Choctas, les Osages, les Chickasas,
les Sioux, les Cherokis et les Miamis, promettent de se réunir en
congrès à Etchoï. Ils doivent prendre le saint engagement de courir à la
défense des champs où ils ont trouvé un dernier asile.--Ce projet s'est
évanoui faute d'ensemble. Les Miamis ont descendu l'Ouabache, les
Pouteouatamis ont traversé les savanes des Illinois, et les derniers
Hurons ont quitté les plaines de Sandusky, et croisé l'Ohio, fuyant les
Cités qui s'élèvent pour dominer la forêt. Ce sont les petits neveux de
ceux qui, dispersés par les Iroquois, se retrouvent plus tard en
possession de leur ancienne et belle patrie, redevenus terribles sous
l'égide de Tecumseh. Il y a là une sorte de phénomène, irrécusable
monument d'une ancienne grandeur. Intéressante tribu! elle disparaît
sans retour. Dans ce malheur devenu général, prolongée et poignante est
la complainte du sauvage. Son éloquence défie nos idiômes usés, témoin
ce Chef Delaware sous le pinceau duquel, la noire perfidie des Européens
paraît si au naturel: «Il n'y a pas de confiance à mettre dans la parole
de l'homme blanc. Il n'est pas comme le sauvage, qui n'est ennemi que
durant la guerre, et qui aime les blancs durant la paix: il va dire à un
Delaware, mon ami, mon frère, et au même instant il le tuera.» Ecoutons
le général Jackson, dans son message de 1829 au Congrès assemblé au
Capitole: «Professant le désir de les civiliser, et de les établir, nous
n'avons cependant pas perdu de vue le moyen de nous emparer de leurs
terres, et de les repousser plus avant dans la forêt. Par là ils ont été
réduit non seulement à errer, mais ils ont été autorisés à nous regarder
comme injustes, et comme indifférens à leur sort. Leur condition
présente, si différente de ce qu'elle était autrefois, fait un éloquent
appel à notre sympathie. Nos ancêtres les trouvèrent légitimes
possesseurs de ces vastes régions. Ils ont été contraints par la force
de se retirer de rivière en rivière, et de montagne en montagne; des
tribus sont éteintes; d'autres conserveront pour quelque temps encore
leur nom jadis terrible. Le sort des Mohicans, des Delawares, et des
Narraghansetts menace les Choctas, les Cris et les Cherokis. L'humanité
et l'honneur national demandent que les généreux efforts soient réunis
pour détourner un aussi grand malheur.» L'opinion a flétri la mémoire du
vainqueur de Tallustatchie et de Tolladga: le temps n'est peut-être pas
venu pour l'historien.

Paw, en Allemagne, Morre, en Irlande, et Don Ulloa, en Espagne; en
France, aimé Martin, et de ce bord-ci de l'Atlantique un de nos
écrivains les plus distingués, M. Parent, n'ont point voulu se montrer
généreux envers cette race, qu'ils appellent cependant une race noble.
Ils n'ont guère envisagé que ses gémonies. On a dit avec emphase _que le
sol est donné à celui qui travaille._ Les Cherokis on travaillé, ils se
sont érigés en gouvernement, et en gouvernement constitutionnel; mais
les Américains libres on décrété: Les Cherokis ne sont pas libres!
Mushulatuba leur a demandé du travail, et ils lui ont refusé, parce que
les sang des Sagamos coulait dans ses veines. M. Prent s'est déclaré
l'ennemi de la noblesse, et l'ami du progrès; il a approuvé
indirectement les envahissemens gigantesques de nos voisins, _admirant_
que les tribus repoussent leur civilisation, cette civilisation devant
laquelle elles fondent comme la neige frappée des feux du jour, écrit
une femme bel esprit[154], et Washington Irving: «Ils ont vu (les
indigènes) s'avancer contre eux comme un monstre à plusieurs têtes,
vomissant chacune quelque espèce de misère, la société que précédaient
la peste, la famine, la guerre; et à sa suite venait un fléau plus
destructeur, le commerce. Multipliant les besoins de ces peuples, sans
augmenter leurs moyens de les satisfaire, il a énervé leur vigueur,
accru leurs maladies, affaibli leurs facultés intellectuelles. Ils sont
vagabonds dans leurs pays devenus des colonies européennes, et la forêt
qui, jadis fournissait à leur nourriture, est tombée... La solitude est
fleurie comme un jardin.» Ainsi s'est exprimé le plus brillant écrivain
de l'Union: risquerais-je quelque chose en ajoutant: chez nos voisins,
civiliser, c'est détruire?

[Note 154: Mis Wright.]

M. Parent n'a point donné le secret que cherchait Sir Francis B. Head.
Il se trouve dans le caractère de la république qui nous avoisine. Cela
me rappelle le mot du célèbre Franklin, qui disait assez ingénument: Il
me semble que nous avons mal choisi pour emblême l'aigle, qui n'est bon
qu'au brigandage; je préférerais même de dindon qui, pour n'être pas un
oiseau noble, possède au moins un naturel plus honnête. Le bon
philosophe n'avait-il pas raison? nul doute que oui: il suffit de
comparer, en Canada, si les sauvages ne se multiplient pas, où s'ils se
multiplient peu, on peut du moins prouver qu'ils ne diminuent pas. Ils
trouvent sur le sol britannique une commune et paternelle protection, et
leurs députés, confiés à l'Océan, trois fois ont éprouvé la gracieuseté
de nos rois.

Mais le barde de l'Erin, et le philosophe ami généreux du beau sexe, se
sont prononcés[155]: empressons nous donc d'opposer à leur autorité, une
autorité encore plus grande celle du grand penseur germanique[156].
«Parmi tant de races qui n'ont pas encore eu le bonheur de participer à
la civilisation, dit Emmanuel Kant, celle de l'Amérique Septentrionale,
sans contredit, se présente avec le caractère le plus élevé. Le
sentiment de l'honneur est si puissant chez ces peuples, que, sans autre
projet que celui d'acquérir de la gloire dans des aventures toujours
périlleuse, ils entreprennent des voyages de cent milles. Tombés aux
mains de leurs plus cruels ennemis, ils veillent sur eux-mêmes avec le
soin le plus attentif, de peur que la force des tourmens ne leur arrache
quelque plainte ou quelque soupir étouffé, dont le vainqueur puisse se
prévaloir contre la fermeté de leur âme. Le sauvage du Canada est au
reste véridique et rempli de droiture. Son amitié, susceptible d'une
vive exaltation, se teint d'une couleur romanesque, qui pourrait
réveiller quelquefois le souvenir de l'antiquité fabuleuse. Fier à
l'excès, il sait ce que vaut la liberté, et ne souffrirait, fût-ce même
pour s'instruire aucune des sujétions qui pourraient lui porter la plus
légère atteinte. On serait tenté de croire qu'un Lycurge aurait passé
par là. L'entreprise des argonautes diffère peu des expéditions
guerrières des Canadiens (Canadois), et Jason n'a d'autre avantage sur
Attakullakulla[157] que l'honneur de porter un nom grec.» Avec Kant se
sont rangés le Comte Carlo Carli et le savant Lefebvre de Villebrune.
Oublierais-je un nom illustre?... Le noble Comte qui gouverne ces
heureuses Provinces, a choisi l'occasion la plus solennelle pour rendre
hommage, en présence du sénat canadien, à la noble générosité d'une
tribu qui, en fesant aux Irlandais mourans de faim, un don considérable
en argent, s'excusait avec la plus charmante ingénuité, de ne pas donner
plus. Voilà ceux qui combattaient avec nous à Queenstown et à
Chateauguay! Puissiez-vous, à l'ombre de la protection que vous accorde
notre souveraine, vous multiplier comme les feuilles de vos forêts, et
les auteurs de vos désastres, pâlir à la vue de vos guerriers! Un poëte
canadien[158] vous disait comme à tous les sujet de l'empire:

                Be Britons, and bid the usurper defiance!

C'est sublime, mais c'est illusoire. Vous disparaîtrez: «ils s'en vont»,
disait-on naguère, et Lord Kaimes l'a dit en d'autres termes. Vous
disparaîtrez, le dernier guerrier de votre sang s'éteindra, et alors
surgiront de plus brillans défenseurs que moi de votre gloire passée.
Elle revivra aussi éclatante et plus réelle que celle qui se rattache
aux gigantesques créations d'Homère.


[Note 155: Il y a eu deux hommes au coeur bien fait, Legouvé et Aimé
Martin. Si ce dernier a censuré nos peuplades, c'est que, peut-être il
n'avait ouï parler que des Chippeouais ou des Sioux, ou qu'il
s'imaginait que les habitans de nos forêts devaient bien être aussi
barbares que des Français. Il s'est heureusement trompé. Si Aimé Martin
eût lu le général Milfort, son compatriote, que les Séminoles firent
Sachem, son coeur n'aurait pas ici chagriné comme il a du l'être quand
il citait «le Périgord, où la femme croupit dans un état de saleté et
d'abjection qui réagit sur toute la famille, la Picardie et le Limousin
où, repoussées au dernier rang comme une race inférieure, les femmes
servent leur mari à table sans jamais prendre place à son tôté, la
Bresse, où elles sont manoeuvres, bêtes de somme et de labour, la
Basse-Bretagne enfin, où l'homme, la femme et les enfans mangent le blé
dans la même auge avec leurs pourceaux. Paris est un peu plus civilisé
que la France. Là tout semble se rapporter aux femmes, mais ce n'est
qu'une apparence; et sous ce rapport on a regretté _que les lis ne
filassent pas._ J'aime bien mieux nos tribus. Un peu plus familières
avec la nature que les Européens elles tenaient que l'enfant suit la
caste de sa mère. Chez les Pequots, les Narraghansetts, les Pohatans et
les Massachusetts, les femmes parvenaient au rang suprême, et, chez les
Hurons et les Iroquois, elles étaient entourées d'un respect plus réel
qu'à Paris.]

[Note 156: V. Emmanuel Kant, Essai sur le Sublime et le Beau.]

[Note 157: Don Ulloa n'y a vu que les marques d'une complette
insensibilité tenant à un abrutissement avancé. Il es vrai que l'Espagne
n'a point produit de philosophes!]

[Note 158: V. Supra, Chapitre XXXI]



                                ADDENDA
                                 A LA
                   BIOGRAPHIE DES SAGAMOS ILLUSTRES
                                  DE
                       L'AMÉRIQUE SEPTENTRIONALE

                                 ----

«Relativement aux expéditions scandinaves en Amérique, il n'est pas
aussi avéré, quoiqu'en dise M. Marmier, que l'Islande ait d'abord été
découverte par les Irlandais, qui en auraient été chassés par les
Scandinaves; de même que ce qu'il raconte d'une partie de l'Amérique
appelée la Grande Irlande, et des aventures de Gudleif, lequel, se
rendant d'Irlande en Islande, aurait été détourné de sa route par des
vents contraires, et jeté sur une côte méridionale, comme serait la
Floride ou les Carolines, où il trouve Biorn exilé d'Irlande à cause de
ses relations avec Thuride de Frodo, soeur de Snorre Gode, préfait de
Hellgaffel. Les naturels voulaient faire un mauvais parti à Gudleif, dit
la légende, quand arriva un vieillard à barbe blanche, entouré de tous
les signes du commandement. Gudleif lui ayant dit qu'il venait de
l'Irlande, le vieux Chef lui demanda des nouvelles de presque tous les
personnages distingués de cette île, et en particulier de Snorre Gode,
de Thuride sa soeur, et de Klartan, fils de celle-ci. Il délivra ensuite
les Irlandais, mais en leur conseillant qu'ils s'éloignassent au plus
vite.»

Cette légende est du moins tirée d'un mémoire de M. Rafu, secrétaire de
la Société des Antiquaires du Nord. On y ajoute que le vieillard se
sépara de Gudleif en lui donnant un anneau d'or pour Thuride, et une
épée pour Klartan. Gudleif passa l'hiver à Dublin, puis retourna en
Islande. Tout ce récit se rattache à la domination des Danois en
Irlande.

«On parlait déjà, au siècle dernier, dit M. Lefebvre de Villebrune[159],
d'une colonie galloise partie d'Angleterre, pour se fixer en Amérique,
sous la conduite de Madoc, fils d'Owen Gwynned. Cette émigration était
connue par des notices historiques assez certaines dans le pays de
Galles, et entre autres, par quatre vers gallois que Powell a publiés
dans sa Chronique. La reine Elizabeth chargea même Rawleigh de chercher
ces émigrans auxquels on avait entendu dire sur la côte de Virginie,
_haa, hooui, iach_, comment vous portez vous, ce qui est le salut même
de nos Celtes de la Basse-Bretagne. Rawleigh, malheureux, ne put les
découvrir... Voyons d'abord ce qu'en dit M. Filson dans son excellente
Histoire du Kentucky: je donnerai ensuite la preuve de ce qu'il avance.

[Note 159: Villebrune, John Baptist Lefebvre de, a learned Hellenist and
Orientalist, born at Senlis, about 1732... Oriental professor at the
College of France... succeeded Chamfort as keeper of the National
library--BELLCHAMBERS BIOGRAPHY.]

«L'an 1170, Madoc, fils d'Owen-Gwynned, prince de Galles, mécontent de
la situation des affaires de son pays, abandonna sa patrie, comme le
rapportent les historiens gallois. Laissant l'Irlande au nord, il avança
à l'ouest, jusqu'à ce qu'il rencontra une contrée fertile, où ayant
laissé une colonie, il retourna chez lui, persuada à plusieurs de le
suivre, et partit de nouveau avec dix navires, sans qu'on ait entendu
parler de lui depuis cette époque. Ce récit a plusieurs fois excité
l'attention des savans. Mais comme on n'a point trouvé de vestiges de
ces émigrans, on a conclu, peut-être trop légèrement, que c'était une
fable, ou au moins, qu'il n'existait aucune trace de cette colonie. En
dernier lieu, néanmoins, les habitans de l'Ouest ont entendu parler
d'une nation qui habite à une grande distance sur le Missouri, semblable
aux autres Indiens pour les moeurs et l'extérieur, mais parlant la
langue galloise, et conservant quelques cérémonies de la religion
chrétienne: ce qui, à la fin, a été regardé comme un fait constant.»

M. Filson cite ensuite d'anciennes ruines, des restes de fortifications,
des tombeaux d'une structure toute différente de ceux des sauvages. Il
croit d'autant plus volontiers que ce sont des restes d'ouvrages
gallois, que les sauvages n'ont pas l'usage du fer: raisonnement peu
concluant et fondé sur une erreur de fait. Ce qui suit a plus
d'autorité.

«Benjamin Beatty, ministre de l'Eglise anglicane, lui-même Gallois, se
trouvant en Virginie, et voulant repasser dans la Caroline, fut
rencontré par une troupe de sauvages. Ceux-ci l'ayant reconnu Anglais,
l'arrêtèrent avec ses compagnons, les attachèrent à des arbres, et se
disposaient à le percer de flèches. Près de mourir, il se recommanda à
Dieu, et dit son _Pater_ tout haut dans sa langue. Ces sauvages étonnés
qu'il parlât leur langue, accoururent à lui, l'appelèrent frère, le
délièrent lui et les autres, et les menèrent à leur village. Il y vit
une peuplade toute galloise, où se conservait la tradition du passage de
Madoc. On le conduisit ensuite à l'Oratoire, où on lui mit en main un
rouleau de peau, dans lequel était soigneusement conservé un manuscrit
de la Bible en langue galloise. Beatty revint à Londres avec quatre de
ces Gallois, pour demander des ministres de la religion, et publia cet
évènement dans un petit ouvrage intitulé: «Journal of two months».

M. Le Brigant, le savant Celte, dit à M. de Villebrune, qu'il s'était
trouvé à Londres peu de temps après, et qu'il s'en était procuré un
exemplaire. Il y est parlé d'un nommé Sutton qui, ayant été fait
prisonnier par ces sauvages, eut occasion de voir la peuplade. Les
habitations y étaient Bien mieux construites que celles de tous les
autres sauvages; on y voyait partout de l'art, et un peuple n'ayant rien
de commun avec ses voisins par la manière de vivre.

Pour laisser parler de nouveau M. de Villebrune' «Je ne fais que
rappeler, dit-il, que le célèbre Cook, a trouvé au nord de la Californie
une partie de l'ancienne colonie Galloise, refoulée par les autres
sauvages, comme la masse de la peuplade, a été forcée de quitter son
ancien local, lorsque les Espagnols s'emparèrent du Mexique, et je passe
à un monument publié à Londres en 1777, in-8vo, par M. Owen, le jeune,
dans un recueil d'antiquités bretonnes, p. 103: j'en traduira
littéralement l'essentiel.»

«Ces présentes attesteront à toute personne quelconque, qu'en 1669,
étant alors chapelain du major-général Bennet, M. William Berkeley
envoya deux vaisseaux, pour découvrir le lieu qu'on appelait alors
Port-Royal, mais maintenant Sud-Caroline, qui est à soixante lieurs au
sud du Cap Fair, et j'y fus envoyé avec eux pour en être le ministre.

«Nous partîmes le 3 avril pour la Virginie, et arrivâmes à l'embouchure
du Port-Royal, le 19 du même mois. Les petits vaisseaux qui étaient avec
nous remontèrent la rivière jusqu'à l'endroit appelé Oyster Point. Nous
nous y arrêtâmes sept à huit mois, c'est-à-dire, jusqu'au 10 novembre
suivant. Epuisés, pour ainsi dire, par une faim pressante, faute de
vivres nécessaires, moi et cinq autres nous allâmes battre les champs,
voyageant dans un désert, et nous vînmes enfin dans la contrée de
Tuscaroras, où les Indiens du pays nous arrêtèrent, et nous firent
prisonniers, parce que nous leur dîmes que nos vaisseaux étaient chargés
pour Roanoake: or, ils étaient en guerre avec les Anglais à Roanoake.
Ils nous conduisirent donc dans leur peuplade cette nuit-là, et nous
enfermèrent seuls dans une maison. Le jour suivant ils tinrent un
Machcomoco ou conseil à notre sujet, et après la délibération,
l'interprète vint nous dire de nous préparer à mourir le lendemain.
Consterné de cette décision, je m'écriai dans ma langue bretonne:
«n'ai-je donc évité tant de dangers que pour mourir assommé comme un
chien?» A ces mots un Indien vint à moi (il me parut être un des
capitaines de guerre du Chef des Doëgs, dont l'origine me semble devoir
rapportése aux Gallois). Cet Indien me prit par le milieu du corps, et
me dit en breton: non, tu ne mourras pas. Sur le champ, il alla trouver
le Chef des Tuscaroras, pour traiter de ma rançon. Après cela, ils nous
conduisirent à leur ville, et nous traitèrent avec humanité pendant
quatre mois. Je parlai avec eux de nombre de choses en langue bretonne,
et je leur fis trois prêches par semaine. Ils se fesaient un plaisir de
me communiquer leurs affaires les plus difficultueuses, et quand nous
les quittâmes, ils agirent à notre égard avec beaucoup de civilité et de
bonté. Ces sauvages ont leur habitation près de la rivière Pantigo, non
loin du Cap Atros. Tel est le récit de mon voyage chez les Indiens
Doëgs.

                              «A New-Iork, 10 mars, 1685-6, Morgan
                              Jones, fils de John Jones, de Basleg,
                              près de Newport, dans la province de
                              Monmouth.

«P. S. Je suis prêt à conduire tout Gallois ou autres qui désireront une
plus ample instruction.»

«Très honorable cousin,

«Telle est la copie que mon cher cousin T. R. m'envoya de New-Iork, en
Amérique. Je vous avais promis de vous en donner copie, d'autant plus
que vous désiriez la montrer à l'évêque de St. Asaph. Ma longue absence
m'a empêché de vous satisfaire, mais pour vous éclaircir un peu les
choses, ainsi qu'à ce docte antiquaire, permettez-moi de vous présenter
quelques détails à ce sujet.

«Mon fràre et moi, nous entretînmes il y a quelques années une
correspondance sur ce sujet avec le cousin Thomas Price de Llawilling,
et il nous dit qu'un homme de Brecknoc se trouvant, il y a environ
trente ans, plus ou moins sur les côtes de l'Amérique et sur un vaisseau
hollandais, l'équipage voulut descendre à terre pour prendre des
rafraîchissemens. Les naturels s'approchèrent, et voulaient les prendre
de force, lorsque cet homme dit aux matelots qu'il entendait le langage
du pays. Les Hollandais lui dirent de parler aux sauvages, qui devinrent
dès lors très honnêtes, et fournirent tout ce qui était à leur
disposition. Ils dirent entre autres choses à celui qui les comprenait,
qu'ils étaient venus d'une contrée appelée Gwynned en Prydam Fawr. Voilà
en substance ce que je me rappelle de cette circonstance: c'était je
pense entre la Virginie et la Floride. Mais pour laisser de côté des
rapports incertains et des conjectures, je dirai que Thomas Herbert
touche en passant ce sujet au dernier feuillet de son livre de Voyages
aux Indes. Il cite même la chronique du Docteur Powl, ou plutôt son
commentateur Lloyd de Denbigh, pour confirmer ce fait. L'un ou l'autre,
ou tous les deux, ont extrait leur récit de la vie d'Owen Gwynned ou de
son fils David, écrite par Gytto de Glyn; car je n'ai pas ce livre sous
la main, l'ayant laissé dans la contrée de Hereford.»

(Suit la légende de Madoc, que je me dispense de citer une troisième
fois.)

«Mon frère ayant appris ce récit, et rencontrant ce Jones à New-York, le
pria de lui écrire chez lui-même. Ce fut Pour m'obliger ainsi que mon
cousin Thomas Price, qu'il m'en envoya l'original. Ce Jones avait sa
demeure à douze milles de New-York, et avait été en même tems que moi à
Oxford. Il était du collége de Jésus, et se nommait Jones Senior, pour
être mieux distingué. Les noms propres ne sont pas écrits selon
l'orthographe moderne, mais j'ai dit à mon copiste de les écrire comme
ils y étaient tracés: l'évêque de St. Asaph saura les corriger.

«Si je puis dire mon sentiment sur ces noms, les Indiens Doëgs n'ont eu
ce nom que de la syllable finale du mot Madog ou Madoc. Le Cap Atros
doit être le cap Hatteras près du cap Fair dans la Caroline. Car
observez qu'il dit que ces Indiens Bretons habitaient sur la rivière
Pantigo près du cap Atros. Il nomme Port-Royal, qui est actuellement
dans la Caroline. En outre il dit qu'il s'échappa vers la Virginie. Les
Indiens Doëgs et Tuscaroras sont placés là dans les nouvelles cartes des
domaines britanniques.»

                     CHARLES LLOYD.
                    A Colobran M jour 3
                               8  14  4

_Récit du Docteur Plott sur le même sujet._

«L'auteur de la lettre (Morgan Jones) n'ayant pas imaginé, ni fait
présumer comment la colonie galloise peut avoir été portée dans une
contrée si éloignée, je pense que ce serait obliger la société que
d'éclaircir ce problême. Voici donc ce que je puis offrir au public à ce
sujet, soumettant tout à l'examen le plus impartial. Ainsi j'espère
procurer quelque satisfaction, ou au moins présenter quelques degrés de
probabilité.

«Je trouve dans les Annales Bretonnes que le Prince Madoc, fils d'Owen
Gwynned, fils de Griffith, fils de Conan rendait hommage à Guillaume le
Conquérant pour certaines terres d'Angleterre. Fatigué de la lutte qui
s'était allumée entre ses frères David, Howell et Jorwerth, chacun d'eux
prétendant avoir part dans les domaines de leur père, selon la coutume
de Gavel Keing[160]. Il s'aperçût en même temps que les Normands, leurs
nouveaux voisins, étaient près de leur enlever tout. Ne pouvant rétablir
la paix, il résolut de chercher un asile dans quelque terre éloignée du
globe, tant pour lui que pour sa postérité. Il fit ses préparatifs et
partit en 1170, le seizième de Henri II. Ayant mis à la voile par un
vent favorable, il passa en quelques semaines du pays de galles dans une
nouvelle terre qu'il découvrit vers l'Ouest. A son arrivé, il y trouva
tous les vivres dont il avait besoin, un air frais et salubre, de l'eau
douce, jusqu'à de l'or, et tout ce qu'il pouvait raisonnablement
désirer. Il s'y arrêta, y établit ceux qu'il avait amenés. (Vers la
Floride et le Canada, comme mes auteurs le pensent).

[Note 160: Vide Blackstone.]

Après y avoir passé quelque temps pour y mettre tout en ordre, et élever
les fortifications nécessaires à une défense assurée, il se décida à
retourner dans sa patrie, pour en amener un plus grand nombre de colons.
Il partit donc laissant 120 hommes à sa nouvelle habitation, comme
l'attestent Cynvrick fils de Grono, Meredith fils de Rice, Gaton et
Owen. Dirigé par la Providence, qui est la meilleure boussole, et par la
vue de l'étoile polaire, il arriva heureusement après un long voyage,
raconta les succès qu'il avait eux, la fertilité du sol, la simplicité
des sauvages, l'abondance qu'il y avait trouvée, et combien il était
facile de faire la conquête de ce pays. Il engagea donc nombre de ses
compatriotes à partir avec lui. Ils se hasardèrent sur des barques
chargées de provisions, et arrivèrent heureusement à la colonie. Madoc
n'y retrouva en vie qu'un petit nombre de ceux qu'il avait laissés. Les
uns étaient morts par leur excès dans le manger, d'autres par la
perfidie des barbares; mais les nouveaux venus ayant considérablement
fortifié la peuplade, il disposa tout de manière à n'avoir plus à
craindre aucun ennemi. L'abondance, la sécurité, un contentement parfait
firent bientôt oublier l'ancienne patrie. Personne n'y retourna, et
après quelques générations, ce fut un fait totalement oublié.

«D'ailleurs les écrits qui constatent ce voyage, les vers des poëtes
Gallois, et les généologistes décident la question. La vérité est encore
plus sensible quand on sait combien il reste de noms Bretons dans ces
contrées. Tels sont par exemple _Pengouin_, tête blanche, nom donné à un
oiseau qui a la tête blanche: ou aux pointes nues des rochers,
_gwyn-dwr_, blanche eau, _bara_, pain, _mam_, mère, _tad_, père,
_clugar_, coq de bruyère, _ilinog_, un renard, _wy_, oeuf, _calaf_,
tuyau de plume, _trwyn_, nez, _neaf_, le ciel, mots connus également en
Armorique.

«Mais la lettre de Jones est un monument incontestable. Un homme qui a
été quatre mois parmi les sauvages, qui a prêché trois fois par semaines
dans sa langue, que ces gens entendaient, à qui ils fesaient part de
leurs affaires dans sa langue, étaient certainement de la même nation,
quelque léger changement que le temps eût opéré dans l'idiome.»

Sur l'autorité de ces pièces traduites servilement par M. Lefebvre de
Villebrune, je dirai que le voyage de Madoc n'est plus une chimère, et
qu'il a eu lieu sans presque nul doute. Mais fut-ce sans boussole. Ne
doit-on pas prendre pour l'oeuvre de demi-savans ces petits
dictionnaires d'inventions que l'on publie, partout en France? Ils
attribueront à Marco Paulo la découverte de la boussole: il la prit tout
au plus de l'Orient. Il paraît même que les Chinois la connaissaient à
une époque fort ancienne. Bien plus, Albert le Grand dont M. de
Villebrune cite le traité des métaux, florissait à peu près dans le même
temps que Madoc. Or, il parle de la boussole, comme d'une chose connue,
et fait aussi dire à Aristote, que les marins se servaient d'un fer
aimanté, qui se tournait vers le pole septentrional. Flavio, Seigneur de
Goïa, ne découvrit pas plus ce que les troubadours chantaient avant lui.
Il est au reste à peine croyable que les Normands songeassent
sérieusement à leurs colonies de Groënland et de Vinland, sans boussole;
et si on l'accorde ainsi, on croira qu'ils durent la communiquer
l'Angleterre, et que Madoc en fit usage. Il put aussi avoir eu quelque
vent des expéditions des Scandinaves, dont les Normands devaient avoir
encore quelque souvenir.

Mais ce qu'il est plus difficile de connaître, c'est le lieu ou débarqua
réellement Madoc. On a vu figurer tour à tour La Caroline, la Floride et
le Canada. Il est plus commode de croire que plusieurs des nations que
l'on a trouvées sur ce continent descendaient de la colonie galloise.
Cela est probable pour les Tuscaroras peuple puissant et fort
intéressant. Les Anglais le détruisirent en parti dans trois combats
sanglans, et ses restes vinrent former en 1712, un sixième Canton
Iroquois. Le célèbre Kussick appartient à cette tribu, et l'on peut dire
qu'il est originaire de l'antique Albion. Mais le peuple le plus
certainement descendu des Gallois (c'est l'opinion de Filson et de
Gallatin) était celui des Mandans, remarquable par la blancheur de ses
individus. Une peste a anéanti, en 1832, les deux bourgs qu'ils
possédaient sur le Missouri.

                                 ----



                    CHANT DES SAUVAGES DU CANADA

                (Tiré de l'Encyclopédie Canadienne.)

Un jour le Grand-Esprit s'ennuyait au-dessus des nuages, Dans le monde
des esprits, parce que, depuis longtems, il n'était venu sur la terre,
et qu'il ne savait pas ce qu'étaient devenus les créatures sorties de
ses mains créatrices. Le Grand Manitou est bon et puissant; il avait
fait la lune, le soleil, les étoiles, la terre, les plantes, les bêtes,
pour qu'ils fussent heureux; mais il se défiait de l'esprit noir, qui
n'aime que le mal.

Pour s'assurer par ses yeux de la vérité, il descendit sur la terre, au
bord d'un étant; il vit dans les ondes transparentes une carpe qui se
promenait sur le sable doré. Aussitôt il se change en carpe, et se
laisse glisser dans l'eau.

Eh bien! ma chère amie, dit-il à la carpe, tu dois être très heureuse
ici, car les eaux que tu habites sont limpides, et tu trouves
abondamment de vermisseaux pour vivre.

Moi heureuse! répondit la carpe; eh! comment pourrais-je l'être quand je
vois sans cesse à ma poursuite le rochet prêt à me dévorer?

Manitou poussa un soupir, et sortit de l'eau. Il aperçut un bison qui
paissait dans une savane: il se changea en bison, et l'aborda.

Mon ami, lui dit-il, tu dois être heureux, car tu habites une savane où
l'herbe tendre te vient jusques au ventre, et tu es assez fort pour te
défendre de tes ennemis.

Comment serais-je heureux, répondit-il, quand mes yeux sont constamment
tournés vers la forêt, pour en voir sortir avec fracas le mammouth,
géant qui se précipite sur mes frères et les dévore?

Manitou soupira, et entra dans la forêt, où il rencontra un écureuil. Il
se changea en écureuil, et grimpa sur l'arbre où le petit animal avait
établi son nid.

Tu dois être heureux ici, car tu trouves en abondance les fruits dont tu
te nourries, et ton agilité te sauve des bêtes féroces.

Comment serais-je heureux quand les arbres défeuillés sont couvert de
frimats, et que la volverenne ou le lynx viennent dévorer ma famille
jusque sur les arbres les plus élevés?

Manitou suivit le bord du fleuve. Il vit une vache marine paissant
l'herbe du rivage, en portant son petit dans ses bras.

Tu dois être heureuse, car tu aimes ton enfant, et tu en es aimée.

Je serais moins malheureuse, répondit la vache marine, si les linxs, les
volverennes, les loups et cent autres animaux carnassiers n'étaient sans
cesse cachés dans les joncs pour surprendre mes enfans. L'hiver, quand
les glaces renferment le fleuve, puis-je prendre mon malheur en
patience?

Manitou devint triste. Il se disposait à remonter vers le ciel,
lorsqu'il aperçut plusieurs animaux fort occupés dans la petite île d'un
lac: c'étaient des castors. Il se changea en castor, s'approcha d'eux,
et leur dit:

Eh bien! vous êtes sans doute malheureux aussi vous autres, car je vous
vois obligés de travailler pour vous faire des cabanes qui vous abritent
contre l'intempérie des saisons.

Nous malheureux! dit un de la troupe, pas du tout; car le Grand-Esprit
nous a doués de sagesse et de prudence.

Manitou fut consolé et dit: puisque la sagesse et la prudence font le
bonheur, je veux faire des créatures tout-à-fait heureuses. Alors il
agrandit la cabane des castors, changea ceux-ci en hommes, augmenta leur
dose de sagesse et de prudence, leur apprit à chasser les ours et les
élans, et leur dit: allez. Ensuite Manitou remonta dans le monde des
esprits, et dit: je suis content, car j'ai bien fait ce que j'ai fait.

                                ----



                   GÉNÉALOGIE D'UNCAS LE MOHICAN

D'après un document en la possession de la Société Historique du
Massachusetts, Uncas était du sang royal des Pequots. Tatobam et
Sassacus ne sont qu'un seul personnage. Uncas épousa sa fille, et se
révolta environ dix ans avant la ruine des Pequots. Mohegan ou Mohica
était le lieu de la sépulture des sachems.

Le père de Tatobam était le Sachem Wopegwosit. Le père d'Uncas était
Noncho. Sa mère et sa grand-mère s'appelaient toutes deux Mukkunump; la
dernière était fille de Oueroum, puissant Sachem des Narraghansetts, et
de Kiskechoowatmakunk, princesse Pequot. Un de ses aïeux, Sachem des
Pequots, se nommait Nucquuntdovaus. Le fils d'Uncas s'appelait
Onechocomme, son grand-père et ses descendans se sont appelés Ben-Uncas.

                                ----



                        DISCOURS DE MINAVANA
             SACHEM CHIPPEOUAIS, LIEUTENANT DE PONTHIAC

Anglais, c'est à toi que je parle, et je demande ton attention. Anglais,
tu sais que le grand Ononthio est notre père. Il nous a promis de
l'être, et en retour, nous lui avons promis d'être ses enfans; nous
tenons notre parole.

Anglais, c'est toi qui as fait la guerre à notre père; tu es son ennemi.
Comment donc as-tu ôsé venir au milieu de ses enfans?

Anglais, nous savons que notre père est vieux et infirme; qu'étant
fatigué de faire la guerre à ta nation, il s'est laissé tomber assoupi.
Durant son sommeil, tu l'as battu et tu as mis en fuite ses jeunes gens;
mais il va s'éveiller. Je crois le voir se remuer déjà, et s'informer de
ses enfans: il s'éveille, et qu'allez vous devenir!

Anglais, quoique tu aies vaincu Ononthio, ses enfans ne dorment point;
ils ne sont pas tes esclaves. Ces lacs, ces montagnes et ces bois nous
ont été laissés par nos ancêtres, et nous ne les partagerons avec
personne. L'Anglais croit que nous ne pouvons vivre sans pain et sans
viande: ignore-t-il donc que le maître de la vie nous a donné de la
nourriture dans ces lacs spacieux?

Anglais, notre père employait nos jeunes gens à faire la guerre contre
ta nation. Plusieurs ont été tués, et c'est notre coutume d'apaiser les
morts. Ils peuvent être satisfaits de deux manières, ou par le sang de
la nation qui les a tués, ou en les couvrant, pour essuyer les larmes de
leurs amis.

Anglais, ton roi ne nous a fait aucuns présens, il n'a fait aucune
alliance avec nous; nous n'avons d'autre père que le Grand Ononthio.
Pour toi, nous savons que tu es venu ici croyant que nous ne te ferions
pas de mal. Tu viens nous apporter les choses dont nous avons grand
besoin. Nous te regardons donc comme un de nos frères, et comme une
marque de notre amitié, nous te présentons le calumet à fumer.

                                 ----



J'ai parlé plus haut de Netam, Grand-Chef du Nord-ouest, vainqueur des
Sioux et défenseur des Anglais. Son fils ne fut pas moins en faveur
auprès de la compagnie. Il prononça un discours très remarquable durant
les troubles de 1814.

Le Chef entre dans la salle d'assemblée tenant un collier de rassades.

Négocians, mes enfans, dès que j'appris l'embarras où vous étiez ici,
mon coeur devint affligé et des larmes coulèrent sur mes joues.

Mais je m'aperçus qu'il ne fallait pas donner le temps à la douleur. Nos
négocians, nos amis, nos protecteurs, étaient environnés de dangers. Je
poussai le cri de guerre, et voyez qu'il fut entendu, car mes jeunes
gens sont tous avec moi.

Nous sommes à présent comme entourés par ce collier. C'est ainsi que
nous avons en haut les Sioux à contenir, et en bas, il paraît, des
jardiniers à combattre. Que sont donc ces jardiniers? Quel motif les a
fait venir ici? Qui leur a donné nos terres, et pourquoi veulent-ils
empêcher nos négocians d'acheter tout ce que nous pouvons leur livrer
sur nos domaines?... Mais il semble que ces étrangers se regardent comme
les véritables possesseurs de ce grand lit, et qu'à la faveur de cette
prétention extraordinaire, ils veulent vous empêcher de demeurer ici, et
vous enlever ces provisions que vous avez trafiquées sur notre rivière,
dans l'espoir sans doute d'asservir le pays et mes jeune gens, une fois
qu'ils seront privés de leurs protecteurs.--Quant à ces nouveaux venus
nous ne pourrons jamais les regarder comme tels.

L'été dernier, vous m'appelates avec mes jeunes gens, et je vins vous
joindre dans votre grande cabane. Mais je vis que vous n'aviez pas
besoin de mes guerriers; je laissai néanmoins ma massue dans la cabane
en cas d'un nouvel appel. Certes! je ne me serais point douté que
j'eusse à combattre des blancs sur ces terres, contre des blancs surtout
qui viennent du même pays que vous, et vous tous, aussi bien que les
sauvages, obéissant à un même Père.

Mais je vois que les jardiniers sont déraisonnables. Notre résolution
commune est donc de renverser toutes les barrières: c'est le voeu de mes
jeunes gens. C'est aussi notre intérêt, car si vous mourez, qui aura
pitié de nos femmes et de nos enfans.

Vous dites néanmoins que pour le moment vous en êtes venus à un
accommodement avec ces gans-la--j'en suis bien aise, et je remercie le
maître de la vie de ce que mon collier de rassade ne sera pas teint du
sang des blancs sur ces terres-ci. Je désirerais vous aimer tous; mais
ma vie et mon coeur sont à ceux qui gardent les ossemens de mon père. Si
donc vous ne pouviez vivre en paix avec ces jardiniers, nous les
chasserions de la rivière Assiniboane.

Je vois déjà un grand changement sur ces terres. Quand nous venions
camper autour des forts de nos négocians, mes enfans étaient
habituellement nourris de bonne viande broyée dans la graisse, mais ce
printems-ci, la disette et la faim nous ont forcés de laisser le fort
plutôt que je ne me l'étais proposé; car j'aurais désiré n'en partir
qu'après que les nuages noirs qui paraissent suspendus sur le fort
auraient été dissipés.

Quelques uns des négocians ont peut-être pensé alors que je voulais
abandonner la partie. Main non, je n'avais pas une pareille intention.
Voyant que vous n'aviez pas une bouchée de vivres à donner à vos propres
enfans, je fus obligé d'aller chercher quelque chose pour les mines. Ce
ne fut pas le bruit de quelques mauvais oiseaux qui me fit éloigner. Mon
empressement à me rendre ici pour soutenir votre cause, doit être la
preuve de mon attachement aux négocians.--Voilà ce que j'ai dit, et je
n'ai, moi, qu'une parole.



                         LETTRE DE MUSHULATUBA
     CHEF DE VINGT-CINQ MILLE CHOCTAS AUX ELECTEURS DU MISSISSIPI.

Concitoyens,--J'ai combattu pour vous, et par un acte de votre propre
volonté, je suis devenu citoyen de l'état: ja suis propriétaire, je suis
enfant de la nature. On m'a dit que le titre de citoyen romain servait
autrefois de passeport pour parcourir de l'univers. Je suis d'après vos
lois citoyen américain, citoyen de la république représentative la plus
pure et la plus grande qui ait jamais existé. J'ai été chasseur dans ma
jeunesse; guerrier dans l'âge mûr: j'ai toujours combattu pour
l'avantage de la république. Je n'ai plus assez de force pour soutenir
les fatigues de la chasse, et mon bras est trop faible pour supporter le
poids de l'arc et des flèches. Lorsque je vivais dans l'état de nature,
je n'aspirais qu'à me reposer dans l'ombre, et je n'avais d'autre espoir
que celui d'être enseveli sous la même terre qui couvre mes ancêtres;
mais vous avez éveillé en mois de nouvelles espérances, et vos lois ont
fait luire à mes yeux une perspective brillante. Je ne connais pas
d'homme qui puisse avoir souffert plus que moi: que ce soit vous ou moi,
le temps devra le révéler. Mes frères blancs m'ont assuré que le burin
de l'histoire est impartial, et que dans la suite des temps, notre race
abandonnée obtiendra justice et sera épargnée. Ceci, concitoyens, est un
langage simple. Ecoutez, car je vous parle avec candeur. Je crois,
d'après vos lois, être qualifié pour occuper une place dans le conseil
de cette puissante république, dont le Mississipi forme une partie
inhérente; et je ne le cède à aucun autre citoyen en ce qui concerne la
dévotion aux lois et à la constitution du pays. Si après avoir pesé mes
prétentions et les avoir comparées avec celles des candidats qui me
seront opposés, vous vous prononcez en ma faveur, je vous servirai. Je
n'ai d'animosité contre aucun de mes frères blancs qui entreront dans
les rangs avec moi, mais je vous déclare sincèrement que je désire
réunir vos suffrages à l'élection prochaine d'un représentant au
Congrès.

                                          (Signé,) MUSHULATUBA.
                                    Nation des Choctas, 1 Avril, 1930.



                      ANECDOTE D'UN CHEF PANI

Il y a peu d'années, les Panis étaient en guerre avec une tribu
éloignée. Dans une incursion, un parti de leurs guerriers enleva une
jeune fille, et les anciens la condamnèrent au feu. Le bucher fut allumé
dans une vaste plaine près des villages. La flamme s'élevait déjà vers
le ciel, lorsque Petalesharï, le jeune Chef de guerre, parut menant deux
chevaux, et s'élança vers le bucher. Il rompit les liens de la victime
toute tremblante, la mit sur un de ses chevaux, et s'éloigna avec elle
avant que ses compatriotes ne revinssent de leur stupeur. Il remit la
jeune fille sur le territoire de sa tribu, et vint à Washington où les
Dames de la ville le fêtèrent, et le surnommèrent le Brave Pani.
L'artiste Neale a peint le portrait du père de cet intéressant jeune
homme; il se trouve dit-on dans un un des volumes de l'Histoire
Naturelle de M. Godman.

                                 ----

Lors de la visite de Lord Elgin et de sa noble épouse à Toronto, leurs
Excellences reçurent la visite de Shinguaconse, Grand Chef des
Chippeouais riverains des lacs Supérieur et Ontario. Il était accompagné
de son fils, de deux autre Chefs, et du Révérend William McMurray, et
présenta au lieu de lettres de créance, un petit livre rempli de
figures, qui sont les armes de quarante-quatre Chefs, qu'il représente
dans cette ambassade. L'objet de la députation est de demander le
payement des terres de Saugeen, cédées sous Sir F. B. Head. Il n'y a pas
à douter que cette visite n'ait été parfaitement du goût du comte
d'Elgin. Son Excellence a donné un concert au Sachem, qui a été aussi
satisfait de sa dernière réception, qu'il l'avait été de celle que lui
fit il y a quelques années le Lord Seaton. Shinguaconse paraît déjà bien
vieux, il est de taille moyenne, et a une fort grosse tête. Il fait
preuve d'une intelligence peu ordinaire.



                           ETIWANDO--A BALLAD
                             BY JOHN TOMLIN
                               (Extracts.)

                                   I

     Down in the darkful vale of death, forgotten years gone by,
     Ah! who into that secret womb, in memory will fly?
     Back to forgotten memory, a hundred years ago,
     A hundred years ago, or more, thy legends now show?
     A hundred years ago, or more, in silent solitude
     By Etiwando's raging flood, young Etiwando stood!
     Disdain was in his swelling heart, as flashed the meteor o'er.
     His dark black eyes, in liquid fire, a strong resemblance bore!

                                   II

     All motionless as rock he stood, as firm as granite stone,
     By Etiwando's silent tide, in silence all alone;
     His bosom heaving as the tide of Etiwando's flood,
     His forehead swollen by the veins, big with revengeful blood;
     His dark eyes quivered with a light--O God! how strongly fix'd
     They were on time, on space, and seemed as with a devil mix'd;
     As motionless he stood as gazed upon the rising day,
     And seem to speak, and did not speak, but yet his heard did say:

                                   III

     «Ho! mandates of the living God, how tyrants little reck!
     Ho! mandates of an earthly king, how galling to the neck!
     How much of evil and of good together here are mix'd
     How much of evil here we find with good to it affix'd!
     Now by the healing blood of Christ will Etiwando swear,
     God help him now to keep the vow--no tyrant now shall swear,
     Nor kingly crown, nor purple robe within a land like this.»
     ............................................................

                                   VII

     In council as a prophet, seer, young Etiwando stood,
     None deemed less divine than man, some thought quite a god!
     In councils wise, in battles brave, his countrymen did say,
     That none did more of honor, save Marion in his day.
     ..........................................................

                                   IX

     It was on holy Christmas eve, the moon was shining bright,
     And on old Etiwando shed a flood of ivory light:
     The sentinel was heard at post, a-pacing to and fro--
     ..........................................................

                                  XIV

     Ho! Carolina's Huguenots! rejected sons of France,
     On Briton and on Hessian too, in chivalry advance!
     Ho for your altars and your hearths! arouse, the thought inspires!
     ..........................................................
     Ho Carolina's Huguenots! the battle is begun,
     If lost to give the slavery, or freedom if 'tis won!
     ....................................................

                                  XVII

     Young Etiwando, prophet, seer, young Etiwando stood,
     A sprit quenchless in its fire, a spirit brooding good!
     The Sachem of a perished race, he stood the white man's friend,
     And blest the cause of Liberty, of Freedom to the end!
     In Freedom's cause, on Eutaw's plains, how gloriously he fell,
     The annals of his country point, and will forever tell![161]

[Note 161: Cette ballade contient un épisode des campagnes de la
Caroline lors de la guerre de l'indépendance. Le poëte loue Etiwando,
qui suivait le parti des insurgés. Quoique le Sachem n'eut qu'un bien
faux intérêt à agir de la sorte, on ne saurait blâmer le barde d'exalter
le défenseur d'une cause qu'il croit sainte.]

                                 ----



                         NARRAGHANSETT WAR SONG

                         BY MRS. FRANCES GREEN


                    Wake Narraghansetts! wake!
                    The foe is in our borders!
                    Come forth for hill and lake;
                    Repel the bold marauders!
                        Disgrace and pains
                        And servile chains
                    Shall Indians languish under?
                        No, we disdain
                        The yengee's chain,
                    And mock his booming thunder!

                    Come forth from vale and plain,
                    From river, wood and fountain;
                    Come, like the hurricane,
                    When storms sweep o'er the mountain!
                        Our cry shall be,
                        «For liberty!»
                    The strong arm we are baring;
                        For child and sire,
                        And council fire,
                    The foe shall rue our daring!





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Biographie des Sagamos illustres  de l'Amérique Septentrionale (1848)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home