Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Oeuvres de Napoléon Bonaparte, Tome II.
Author: Bonaparte, Napoléon, 1769-1821
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Oeuvres de Napoléon Bonaparte, Tome II." ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



made available by gallica (Bibliothèque nationale de France) at
http://gallica.bnf.fr



OEUVRES

DE

NAPOLÉON BONAPARTE.

TOME DEUXIÈME.

MDCCCXXI.



PREMIÈRE CAMPAGNE D'ITALIE.

(Suite).



Au quartier-général à Passeriano, le 15 fructidor an 5 (1er septembre
1797.)

_Au directoire exécutif._

Les nouveaux entrepreneurs des hôpitaux, depuis trois mois qu'ils
doivent prendre leur service, ne sont pas encore arrivés: ce retard a
tellement bouleversé ce service, malgré le soin qu'on y a apporté, que
les malades s'en ressentent, et que le nombre des morts aux hôpitaux
s'en accroîtra considérablement.

L'équipage d'artillerie a été formé avec beaucoup de peine et de
soins; il est notre seul espoir si nous entrons en campagne, et est,
aujourd'hui, fort de six mille chevaux. Il n'a pas coûté un sou à
l'entreprise Cerfbeer; au contraire, il doit lui en être revenu des pots
de vin de la part de ses agens en Italie: nous avons tout acheté avec
l'argent de la république.

Voilà déjà quinze jours que l'entreprise Cerfbeer a cessé, et
qu'aucune autre ne la remplace. L'équipage d'artillerie périt déjà si
sensiblement, que nous avons pensé, l'ordonnateur et moi, devoir prendre
des mesures promptes pour que ce service n'éprouvât aucun choc, et que
les hommes qui en ont l'inspection dans ce moment-ci puissent nous en
répondre.

L'ordonnateur en chef a passé, en conséquence, le marché que je vous
envoie, je vous prie de le ratifier: c'est le seul moyen pour que nos
six mille chevaux ne soient pas gaspillés en peu de temps, et que se
service, si essentiel maintenant, ne soit pas entièrement bouleversé.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 17 fructidor an 5 (3 septembre
1797.)

_Au directoire exécutif._

J'ai l'honneur de vous communiquer la lettre que j'écris au ministre des
finances, je vous prie d'en prendre lecture.

Je désirerais même que vous la fissiez imprimer, afin que chacun connût
quelle peut être la source de ces mille et un propos qui se répandent
dans le public, et dont on trouve l'origine dans les impostures de la
trésorerie.

BONAPARTE.



Au quartier-général de Passeriano, le 17 fructidor an 5 (3 septembre
1797).

_Au citoyen Carnot._

Le ministre de la guerre me demande des renseignemens sur les opérations
que l'on pourrait entreprendre si la guerre recommençait. Je pense qu'il
faudrait avoir sur le Rhin une armée de douze mille hommes de cavalerie
et quatre-vingt mille hommes d'infanterie; avoir un corps faisant le
siége de Manheim et masquant les quatre places fortes du Rhin; avoir en
Italie quatre-vingt mille hommes d'infanterie et dix mille de cavalerie.

La maison d'Autriche, prise entre ces deux feux, serait perdue.

Elle ne peut pas nous nuire; car, avec une armée de quatre-vingt
mille hommes on peut toujours avoir soixante mille hommes en ligne de
bataille, et vingt mille en deçà en détachemens, pour se maintenir et
rester maîtres de ses derrières.

Or, soixante-dix mille hommes en battent quatre-vingt-dix mille sans
difficulté, à chance égale de bonheur.

Mais il faudrait que l'armée d'Italie eût quatre-vingt mille hommes
d'infanterie.

Il y a aujourd'hui trente-cinq mille hommes à l'armée d'Italie présens
sous les armes.

Dans ce cas, l'armée d'Italie ne sera donc, pour entrer en Allemagne,
que de soixante mille hommes d'infanterie; on aura huit mille
Piémontais, deux mille Cisalpins; il lui faudrait encore dix mille
Français.

Quant à la cavalerie, elle a six mille deux cents hommes.

Il lui faudrait encore trois mille hommes de cavalerie.

Nous avons déjà eu deux conférences, que nous avons employées à nous
entendre.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 17 fructidor an 5 (3 septembre
1797).

_Au ministre des finances._

J'ai reçu, citoyen ministre, la lettre que vous m'avez envoyée par le
dernier courrier.

Je ne puis répondre que trois mots: tout ce qu'on vous a dit sur les
principes qui avaient été posés pour la marche de la comptabilité des
finances de l'armée d'Italie est faux. Il n'y a jamais eu à l'armée
d'Italie, depuis qu'il n'y a plus de commissaire du gouvernement,
qu'une seule caisse, qui est celle du payeur de l'armée; elle se divise
naturellement en deux branches, en caisse recevante, que nous avons
appelée _caisse centrale_, et qui est destinée à recevoir les
contributions, et en _caisse dépensante_: celle-ci sert à payer les
dépenses de l'armée.

Tout ce que je lis, venant de la trésorerie, porte un caractère
d'ineptie et de fausseté qui ne peut être expliqué que par la plus
grande malveillance.

La trésorerie dit que nous avons 33,000,000 en caisse: elle dit un
mensonge, car l'ordonnateur a beaucoup de peine à faire son service, et
l'on suffit difficilement au prêt.

On estime le prêt de l'armée d'Italie à 1,400,000 fr. par mois, autre
inexactitude: le prêt de l'armée monte à 3,000,000 par mois.

On dit que l'armée d'Italie n'a envoyé qu'un million à l'armée du Rhin,
autre fausseté; elle lui a envoyé un million l'année dernière, et un
autre million cette année: il y a près de trois mois que ce dernier est
arrivé.

Si tous les autres calculs pour toutes les autres dépenses de l'état et
les autres armées de la république sont faits avec la même bonne foi, je
ne suis plus étonné que les comptes de la trésorerie soient en si grande
dissonance avec la réalité.

Au reste, citoyen ministre, je ne me mêle des finances de l'armée que
pour ne pas souffrir qu'une trésorerie mal intentionnée vienne nous ôter
la subsistance que le soldat s'est gagnée, et nous fasse périr de faim.

Que la trésorerie assure la subsistance de l'armée, et alors nous nous
embarrasserons fort peu de ce qu'elle fera.

Mais, par l'emploi qu'elle a fait du million que j'avais envoyé pour
les matelots de Toulon, qu'elle a retiré à Paris, quoique la paye des
matelots se trouvât arriérée de trois mois, et par le million que
j'avais envoyé à Brest, qu'elle a retenu à Paris, quoique les matelots
de Brest se trouvassent sans prêt, je vois qu'elle se soucie fort peu
du bien du soldat, pourvu qu'elle conclue des marchés comme ceux de la
compagnie Flachat, par lesquels elle lui accorde 50,000 fr. pour le
transport d'un million à Paris. Un million en espèces pèse à peu près
dix milliers: cela ferait la charge de six voitures, qui, rendues en
poste et en cinq jours à Paris, occasionneraient une dépense de trois
à quatre cents louis; si vous ajoutez à cela la faculté de pouvoir
le transporter en or et en lettres de change, il est facile de vous
convaincre quelle est la friponnerie qui dirige toutes les opérations de
la trésorerie.

Je vous prie, citoyen ministre, de communiquer cette lettre aux
commissaires de la trésorerie, et de les prier, lorsqu'ils auront des
assertions à publier sur les finances de l'armée d'Italie, de vouloir
bien être un peu mieux instruits, et de s'occuper franchement des
besoins de l'état.

L'armée d'Italie a procuré quarante ou cinquante millions à la
république, indépendamment de l'équipement, de l'habillement, de
la solde et de tout l'entretien d'une des premières armées de la
république. Mais la postérité, en feuilletant l'histoire des siècles qui
nous ont précédés, observera qu'il n'y a de cela aucun exemple. Qu'on
ne s'imagine pas que cela ait pu se faire sans imposer des privations
à l'armée d'Italie, elle en a souvent éprouvé; mais je savais que les
autres armées, que notre marine, que le gouvernement avaient de plus
grands besoins encore.

L'escadre du contre-amiral Brueys arrive à Venise. J'avais envoyé un
million à Toulon, la trésorerie s'en est emparée, et il nous faut
aujourd'hui près de deux millions, pour pouvoir acquitter six mois de
l'arriéré de la solde, fournir à l'approvisionnement de la flotte et à
l'habillement et équipement des matelots et garnisons des vaisseaux.
Sans doute que la trésorerie dénoncera encore le commissaire
ordonnateur, parce qu'il pourvoira aux besoins de son escadre: je ne
sache pas qu'on puisse pousser plus loin la malveillance, l'ineptie et
l'impudence.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 17 fructidor an 5 (3 septembre
1797).

_Bonaparte, général en chef de l'armée d'Italie, aux citoyens de la
huitième division militaire._

Le directoire exécutif vous a mis sous mon commandement militaire.

Je connais le patriotisme du peuple des départemens méridionaux; des
hommes ennemis de la liberté ont en vain cherché à vous égarer.

Je prends des mesures pour rendre à vos belles contrées le bonheur et la
paix.

Patriotes, républicains, rentrez dans vos foyers; malheur à la commune
qui ne vous protégera pas! malheur aux corps constitués qui couvriraient
de l'indulgence le crime et l'assassinat!

Et vous, généraux, commandans de place, officiers, soldats, vous êtes
dignes de vos frères d'armes d'Italie! protégez les républicains, et ne
souffrez pas que des hommes couverts de crime, qui ont livré Toulon aux
Anglais, qui nous ont obligés à un siége long, et pénible, qui ont en un
seul jour incendié treize vaisseaux de guerre, rentrent et nous fassent
la loi.

Administrateurs, municipaux, juges de paix, descendez dans votre
conscience: êtes-vous amis de la république, de la gloire nationale?
êtes-vous dignes d'être les magistrats de la grande nation? Faites
exécuter les lois avec exactitude, et sachez que vous serez responsables
du sang versé sous vos yeux; nous serons vos bras, si vous êtes à la
constitution et à la liberté; nous serons vos ennemis, si vous n'êtes
que les agens de la cruelle réaction que soudoie l'or de l'étranger.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 20 fructidor an 5 (6 septembre
1797).

_Au directoire exécutif._

L'escadre du contre-amiral Brueys est arrivée à Venise. Elle est nue et
arriérée de quatre mois de paye: cela ne laisse pas de nous embarrasser
beaucoup, puisqu'elle nous coûtera deux millions.

L'Italie s'épuise: les sommes considérables qu'il faut chaque mois pour
entretenir une armée nombreuse, et qui se nourrit déjà depuis deux ans
dans cette contrée, ne donnent de l'inquiétude pour l'avenir.

Le ministre des relations extérieures vous rendra compte que les
négociations vont assez mal; cependant je ne doute pas que la cour de
Vienne n'y pense à deux fois avant de s'exposer à une rupture, qui
aurait pour elle des conséquences incalculables.

Plus nous conférons avec les plénipotentiaires, et plus nous
reconnaissons de la part de Thugut, qui a rédigé les instructions, une
mauvaise foi qui n'est plus même dissimulée. Tout le manége d'Udine me
paraît avoir pour but d'obtenir Palma-Nova, qui est aujourd'hui dans
une position effrayante pour eux. Vous connaissez sa situation
topographique: neuf bons bastions avec de bonnes demi-lunes bien
revêtues, fortifications bien rasantes; armée de deux cents pièces de
canon et approvisionnée pour huit mois à six mille hommes. Ce serait
pour eux un siège du premier ordre à entreprendre; ils seraient obligés
de faire venir leur artillerie de Vienne. Depuis quatre mois que nous
possédons cette place, j'y ai fait travailler constamment avec la plus
grande activité: les fossés en étaient comblés, et tout était dans
le plus grand désordre. Cette place seule change la nature de notre
position en Italie.

Mais si l'on passe le mois d'octobre, il n'y a plus de possibilité
d'attaquer l'Allemagne: il faut donc se décider promptement et
rapidement. Si la campagne ne commence point dans les premiers jours
d'octobre, vous ne devez pas compter que je puisse entrer en Allemagne
avant la fin de mars.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 21 fructidor an 5 (7 septembre
1797).

_À MM. Vurtemberger et Schmidt, représentans de la confédération
helvétique._

Je ne reçois qu'aujourd'hui, messieurs, votre lettre, datée du 29 août.
Je vous prie d'être persuadés du plaisir que j'aurais eu à pouvoir
de nouveau vous témoigner de vive voix les sentimens que vous m'avez
inspirés, et vous remercier moi-même de la sagesse avec laquelle vous
avez, pendant votre gouvernement, contribué à la tranquillité de nos
frontières.

La nation que vous représentez a une réputation de sagesse, que l'on
aime à voir confirmée par la conduite de ses représentans.

Croyez que, en mon particulier, je regarderai toujours comme un des
momens les plus heureux celui où il me sera possible de faire quelque
chose qui puisse convaincre les treize cantons de l'estime et de la
considération toute particulière que les Français ont pour eux.

BONAPARTE.



Au quartier général à Passeriano, le 24 fructidor an 5 (10 septembre
1797).

_À l'archevêque de Gênes._

Je reçois dans l'instant, citoyen, votre pastorale du 5 septembre. J'ai
cru entendre un des douze apôtres: c'est ainsi que parlait saint Paul.
Que la religion est respectable quand elle a des ministres comme vous!
Véritable apôtre de l'Evangile, vous inspirez le respect, vous obligez
vos ennemis à vous estimer et a vous admirer; vous convertissez même
l'incrédule.

Pourquoi faut-il qu'une église qui a un chef comme vous ait de
misérables subalternes, qui ne sont pas animés par l'esprit de charité
et de paix? Leurs discours démentent l'Evangile. Jésus-Christ mourut
plutôt que de confondre ses ennemis autrement que par la foi. Le prêtre
réprouvé, au contraire, a l'oeil hagard; il prêche la révolte, le
meurtre, le sang; il est payé par l'or du riche; il a vendu, comme
Judas, le pauvre peuple. Purgez-en votre église, et faites tomber sur
eux l'anathème et la malédiction du ciel.....

La souveraineté du peuple, la liberté, c'est le code de l'Evangile.

J'espère sous peu être à Gênes: mon plus grand plaisir sera de vous y
voir. Un prélat comme Fénélon, l'archevêque de Milan, l'archevêque
de Ravenne, rend la religion aimable en pratiquant toutes les vertus
qu'elle enseigne; et c'est le plus beau présent que le ciel puisse faire
à une grande ville et à un gouvernement. Croyez, je vous prie, aux
sentimens, etc.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 25 fructidor an 5 (11 septembre
1797).

_Au gouvernement de Gênes._

Le citoyen Ruggieri m'a communiqué les différentes proclamations qui
contestent ce que vous avez fait dans les journées difficiles où vous
vous êtes trouvé. Agissez avec force; faites désarmer les villages
rebelles; faites arrêter les principaux coupables; faites remplacer
les mauvais prêtres, ces lâches qui, au lieu de prêcher la morale de
l'Evangile, prêchent la tyrannie. Chassez les curés, ces scélérats qui
ont ameuté le peuple et armé le bon paysan contre sa propre cause; que
l'archevêque vous fournisse des prêtres qui, comme lui, retracent les
vertus des pères de l'Evangile.

Achevez d'organiser promptement votre garde nationale, votre troupe de
ligne, et, s'il en était besoin, faites connaître aux ennemis de la
liberté que j'ai cent mille hommes pour rejoindre avec votre nombreuse
garde nationale, et effacer jusqu'aux traces des ennemis de votre
liberté.

Désormais la liberté ne peut plus périr à Gênes: malheur à ceux qui ne
se contenteraient pas du titre de simple citoyen, qui chercheraient à
reprendre un pouvoir que leur tyrannie leur a fait perdre! le moment de
leur exaltation deviendrait celui de leur perte.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 26 fructidor an 5 (12 septembre
1797).

_Aux marins de l'escadre du contre-amiral Brueys._

Camarades, les émigrés s'étaient emparés de la tribune nationale.

Le directoire exécutif, les représentans restés fidèles à la patrie, les
républicains de toutes les classes, les soldats, se sont ralliés autour
de l'arbre de la liberté: ils ont invoqué les destins de la république,
et les partisans de la tyrannie sont aux fers.

Camarades, dès que nous aurons purifié le continent, nous nous réunirons
à vous pour conquérir la liberté des mers: chacun de vous aura présent à
sa pensée le spectacle horrible de Toulon en cendre, de notre arsenal,
de treize vaisseaux de guerre en feu; et la victoire secondera nos
efforts.

Sans vous, nous ne pourrions porter la gloire du nom français que dans
un petit coin du continent; avec vous, nous traverserons les mers, et la
gloire nationale verra les régions les plus éloignées.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 26 fructidor an 5 (12 septembre
1797).

_Proclamation à l'armée._

Soldats,

Nous allons célébrer le premier vendémiaire, l'époque la plus chère aux
Français; elle sera un jour bien célèbre dans les annales du monde.

C'est de ce jour que datent la fondation de la république,
l'organisation de la grande nation; et la grande nation est appelée par
le destin à étonner et consoler le monde.

Soldats! éloignés de votre patrie, et triomphant de l'Europe, on vous
préparait des chaînes; vous l'avez su, vous avez parlé: le peuple s'est
réveillé, a fixé les traîtres, et déjà ils sont aux fers.

Vous apprendrez, par la proclamation du directoire exécutif, ce que
tramaient les ennemis particuliers du soldat, et spécialement des
divisions de l'armée d'Italie.

Cette préférence nous honore: la haine des traîtres, des tyrans et des
esclaves sera dans l'histoire notre plus beau titre à la gloire et à
l'immortalité.

Rendons grâce au courage des premiers magistrats de la république,
aux armées de Sambre-et-Meuse et de l'intérieur, aux patriotes, aux
représentans restés fidèles au destin de la France; ils viennent de nous
rendre, d'un seul coup, ce que nous avons fait depuis six ans pour la
patrie.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 26 fructidor an 5 (12 septembre
1797).

_Au directoire exécutif._

Je vous envoie ma proclamation à l'armée, en lui faisant part de votre
proclamation et des événemens qui sont arrivés le 18 à Paris.

Je ne sais par quelle fatalité le ministre de la guerre ne m'a pas
encore envoyé votre arrêté qui incorpore l'armée des Alpes dans l'armée
d'Italie. Un de ces arrêtés, qui est du 4 fructidor, vient de m'arriver
aujourd'hui, encore est-ce un envoi que vous m'avez fait des bureaux du
directoire même.

J'ai fait partir pour Lyon la quarante-cinquième demi-brigade de ligne,
commandée par le général de brigade Bon, et une cinquantaine d'hommes
à cheval: ces troupes se trouveront à peu près à Turin lorsque vous
recevrez cette lettre.

J'ai fait partir le général de brigade Lannes avec la vingtième
d'infanterie légère, et la neuvième de ligne, pour Marseille: elle se
trouvera, lorsque vous lirez cette lettre, à peu près à la hauteur de
Gênes.

J'ai envoyé dans les départemens du Midi la proclamation que je vous
fais passer.

Je vais également m'occuper de faire une proclamation pour les habitans
de Lyon, dès que je saurai à peu près ce qui s'y sera passé; dès
l'instant que j'apprendrai qu'il y a le moindre trouble, je m'y porterai
avec rapidité.

L'état-major a envoyé copie de votre arrêté au général Kellermann.
Comptez que vous avez ici cent mille hommes qui, seuls, sauraient faire
respecter les mesures que vous prendrez pour asseoir la liberté sur des
bases solides.

Qu'importe que nous remportions des victoires, si nous sommes honnis
dans notre patrie? On peut dire de Paris ce que Cassius disait de Rome:
Qu'importe qu'on l'appelle reine, lorsqu'elle est, sur les bords de la
Seine, esclave de l'or de Pitt?

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 26 fructidor an 5 (12 septembre
1797).

_Au ministre des relations extérieures._

Le général Clarke vous écrit en grand détail, citoyen ministre, pour
vous faire connaître notre situation; vous trouverez également dans sa
correspondance la copie des procès-verbaux; toutes ces négociations ne
sont que des plaisanteries, les vraies négociations se feront à Paris.
Si le gouvernement prend une bonne fois la stabilité qu'il doit avoir;
si cette poignée d'hommes évidemment vendus à l'Angleterre, ou séduits
par les cajoleries d'une bande d'esclaves, se trouve une fois dans
l'impuissance et sans moyens d'agiter, vous aurez la paix, et telle que
vous la voudrez, quarante-huit heures après.

On se figurerait difficilement l'imbécillité et la mauvaise foi de la
cour de Vienne. Dans ce moment-ci nos négociations sont suspendues,
parce que les plénipotentiaires de S.M. ont envoyé un courrier à Vienne
pour connaître l'_ultimatum_ de l'empereur.

Le seul projet auquel nous avons paru donner quelque assentiment,
dans le confidentiel, est celui-ci: les limites spécifiées dans nos
observations sur l'article 4 des préliminaires, seraient pour nous
Mayence, etc.

Pour l'empereur, Venise et les limites de l'Adige. Corfou, etc., à nous.

Le reste de l'Italie libre, à la Cisalpine.

Nous donnerions Palma-Nova le même jour qu'ils nous donneraient Mayence.

Je vous le répète, que la république ne soit pas chancelante; que cette
nuée de journaux qui corrompent l'esprit public et font avoir de nous
une très mauvaise opinion à l'étranger, soit étouffée; que le corps
législatif soit pur et ne soit pas ambitieux; que l'on chasse hors de la
France les émigrés, et que l'on ôte de toutes les administrations les
partisans de la royauté, que solde l'or de l'Angleterre, et la grande
nation aura la paix comme elle voudra. Tant que tout cela n'existera
pas, ne comptez sur rien. Tous les étrangers nous menacent de l'opinion
de la France: que l'on ait de l'énergie sans fanatisme, des principes
sans démagogie, et de la sévérité sans cruauté; que l'on cesse d'être
faible, tremblant; que l'on n'ait pas honte, pour ainsi dire, d'être
républicain; que l'on balaye de la France cette horde d'esclaves
conjurés contre nous, et le sort de l'Europe est décidé.

Que le gouvernement, les ministres, les premiers agens de la république
n'écoutent que la voix de la postérité.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 26 fructidor an 5 (12 septembre
1797).

_Au citoyen Canclaux, ministre de la république à Naples._

Je reçois, citoyen ministre, votre lettre du 13 fructidor: M. le marquis
de Gallo m'a effectivement parlé du projet qu'avait S.M. le roi des
Deux-Siciles, soit sur les îles du Levant, soit sur les nouvelles
frontières du côté du pape.

La république française saisira toutes les occasions de donner à S.M.
le roi des Deux-Siciles une marque du désir qu'elle a de faire quelque
chose qui lui soit agréable. M. le marquis de Gallo, qui a toujours été
l'interprète des sentimens de la cour de Naples à la cour de Vienne,
pour porter cette cour à une paix si nécessaire pour les deux états et
si ardemment désirée par le gouvernement français, est plus propre que
personne à suivre des négociations si intéressantes pour S. M. le roi
des Deux-Siciles. Si, donc, les circonstances l'eussent permis, nous
aurions déjà ouvert des négociations à cet effet; mais nous avons pensé
que dans un moment où l'on traitait des négociations qui doivent servir
à la France de base dans le système du midi de l'Europe, il était
impossible de rien décider. J'espère cependant que, d'un moment à
l'autre, les négociations d'Udine prendront un caractère plus décidé, et
assurez S. M. le roi des Deux-Siciles que la république française fera
tout ce qui dépendra d'elle pour répondre à ses désirs.

Quant à moi, la cour de Naples connaît l'empressement que j'ai toujours
eu de faire quelque chose qui pût lui être agréable.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 27 fructidor an 5 (13 septembre
1797).

_Au directoire exécutif._

Le département du Liamone, en Corse, n'est pas content d'avoir pour chef
d'escadron de la gendarmerie de ce département le citoyen Gentilli: je
vous prie de confirmer la nomination du citoyen Caura, qui remplit déjà
cette place; il a rendu des services essentiels dans la reprise de
l'île, et joint à une parfaite connaissance des sentiers, des montagnes,
un grand courage et un patriotisme éprouvé.

Ce département se plaint aussi de ce qu'on a ôté les bons patriotes et
anciens officiers qui remplissaient les places de lieutenans, pour y
mettre trois cousins du citoyen Salicetti, dont l'un est un jeune homme
qui n'a jamais servi.

Il y a entre les deux départemens qui divisent la Corse une certaine
rivalité, qu'il est d'une bonne politique de laisser subsister, et qui
serait d'ailleurs extrêmement difficile à détruire.

Le département du Liamone aime mieux avoir un Français du continent
employé dans sa garde qu'un Corse du département du Golo. Vous sentez
combien il est avantageux que ces deux extrémités de l'île s'attachent
entièrement à la métropole. Je crois donc qu'il serait utile de nommer
les citoyens Bonneli et Costa dans la gendarmerie du Liamone.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 27 fructidor an 5 (13 septembre
1797).

_Au ministre de la marine._

L'amiral Brueys est arrivé à Venise, comme j'ai eu l'honneur de vous
écrire; je lui ai fait fournir l'habillement pour ses matelots et ses
soldats, trois mois de vivres, et toute la solde arriérée: cela nous
coûte deux millions, et met le prêt de l'armée en danger de manquer.
Nous avions déjà envoyé un million à Toulon à cet effet.

L'amiral Brueys ne tardera pas à partir prendre à Corfou une partie des
vaisseaux vénitiens qu'il y a laissés, et à retourner à Toulon.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 27 fructidor an 5 (13 septembre
1797).

_Au directoire exécutif._

J'ai eu l'honneur de vous prévenir, dans le temps, que j'avais fait
prendre, à Livourne, trente mille fusils appartenant au roi d'Espagne:
c'est avec ces fusils que nous avons fait toute la campagne.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 27 fructidor an 5 (13 septembre
1797).

_À M. le marquis de Manfredini._

Je reçois, monsieur le marquis, votre lettre du 11 septembre avec un
extrait de la réponse de M. de Corsini. Vous attachez peut-être trop
d'importance au dire de certains folliculaires aussi méprisables
qu'universellement méprisés. Au reste, je crois que vous ferez très-bien
d'engager M. Corsini à ne plus se mêler des intrigues de France: c'est
un pays difficile à connaître, et les ministres étrangers ne doivent pas
se mêler des affaires intérieures.

J'ai été fâché de voir, dans les papiers qui sont tombés entre mes
mains, que M. de Corsini voyait souvent M. Stuart et autres intrigans,
gagnés par les guinées de l'Angleterre, et qui sont une source de
dissensions et de désordres. Ici, les choses ne vont pas aussi bien
qu'elles devraient aller: heureux les princes qui ont des ministres
comme vous!

Un jour, le protocole de nos séances sera publié, et vous serez
étonné de l'impudence et de l'effronterie avec lesquelles on joue les
intentions de l'empereur et peut-être la sûreté de sa couronne. Au
reste, rien n'est encore désespéré. Croyez que, quels que soient les
événemens, rien n'altérera l'estime et la considération que j'ai pour
votre personne.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 27 fructidor an 5 (13 septembre
1797)

_Au ministre des relations extérieures._

Je vous envoie la lettre que j'écris au citoyen Canclaux, ministre à
Naples, en réponse aux ouvertures qui lui ont été faites par M. Acton,
et dont il vous aura sûrement rendu compte.

La cour de Naples ne rêve plus qu'accroissement et grandeur; elle
voudrait, d'un côté, Corfou, Zante, Céphalonie, etc.; de l'autre, la
moitié des états du pape, et spécialement Ancône. Ces prétentions sont
trop plaisantes: je crois qu'elle veut en échange nous céder l'île
d'Elbe. Je pense que désormais la grande maxime de la république doit
être de ne jamais abandonner Corfou, Zante, etc., nous devons, au
contraire, nous y établir solidement. Nous y trouverons des ressources
pour notre commerce, elles seront d'un grand intérêt pour nous et les
événemens futurs de l'Europe.

Pourquoi ne nous emparerions-nous pas de l'île de Malte? L'amiral Brueys
pourrait très-bien mouiller là et s'en emparer: quatre cents chevaliers,
et au plus un régiment de cinq cents hommes, sont la seule garde qu'ait
la ville de la Valette. Les habitans, qui montent à plus de cent mille,
sont très-portés pour nous, et fort dégoûtés de leurs chevaliers qui ne
peuvent plus vivre et meurent de faim; je leur ai fait exprès confisquer
tous leurs biens en Italie. Avec l'île de Saint-Pierre, que nous a cédée
le roi de Sardaigne, Malte, Corfou, nous serons maîtres de toute la
Méditerranée.

S'il arrivait qu'à notre paix avec l'Angleterre nous fussions obligés
de céder le cap de Bonne-Espérance, il faudrait alors nous emparer de
l'Egypte. Ce pays n'a jamais appartenu à une nation européenne, les
Vénitiens seuls y ont une prépondérance précaire. On pourrait partir
d'ici avec vingt-cinq mille hommes escortés par huit ou dix bâtimens de
ligne ou frégates vénitiennes, et s'en emparer.

_L'Egypte n'appartient pas au grand-seigneur_.

Je désirerais, citoyen ministre, que vous prissiez à Paris quelques
renseignemens, et me fissiez connaître quelle réaction aurait sur la
Porte notre expédition d'Egypte.

Avec des armées comme les nôtres, pour qui toutes religions sont égales,
mahométane, cophte, arabe, etc., tout cela nous est indifférent: nous
respecterons les unes comme les autres.

BONAPARTE.



Au quartier-général a Passeriano, le 27 fructidor an 5 (13 septembre
1797).

_Au ministre des relations extérieures_.

Je vous envoie, citoyen ministre, une lettre que je reçois du citoyen
Arnault. La cour de Naples est gouvernée par Acton. Acton a appris l'art
de gouverner sous Léopold à Florence, et Léopold avait pour principe
d'envoyer des espions dans toutes les maisons pour savoir ce qui s'y
passait.

Je crois qu'une petite lettre de vous à Canclaux pour l'engager à
montrer un peu plus de dignité, et une plainte à Acton sur ce que les
négocians français ne sont pas traités avec égard, ne ferait pas un
mauvais effet.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 27 fructidor an 5 (13 septembre
1797).

_Au général Augereau._

J'ai reçu, citoyen général, par votre aide-de-camp, la lettre que vous
m'avez écrite.

J'avais précédemment reçu celle par laquelle vous m'annonciez les
événemens mémorables du 18 fructidor. Toute l'armée a applaudi à la
sagesse et à l'énergie que vous avez montrées dans cette circonstance
essentielle, et elle a pris part au succès de la patrie avec cet
enthousiasme et cette énergie qui la caractérisent.

Il est à souhaiter actuellement que l'on ne fasse pas la bascule et
que l'on ne se jette pas dans le parti contraire. Ce n'est qu'avec
la sagesse, et une modération de pensée, que l'on peut assurer d'une
manière stable le bonheur de la patrie. Quant à moi, c'est le voeu le
plus ardent de mon coeur.

Je vous prie de m'instruire quelquefois de ce que vous faites à Paris.

Je vous prie de croire aux sentimens que je vous ai voués.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 27 fructidor an 5 (13 septembre
1797).

_Au ministre des relations extérieures._

M. de Gallo est venu hier me trouver; il m'a dit que M. le général
Meerweldt partait ce matin pour Vienne pour décider cette cour à nous
faire promptement une réponse catégorique et à culbuter Thugut ou le
forcer, malgré lui, à faire la paix; qu'il avait écrit à cet effet à
l'impératrice et dressé leur petit manége de cour.

Nous sommes convenus que, si l'empereur, en exécution de l'article 4 des
préliminaires, nous reconnaissait les limites constitutionnelles, qui,
à peu de choses près, sont celles du Rhin; si, avec notre bonne foi, il
faisait tous ses efforts pour nous mettre en possession de Mayence,
nous le mettrions à notre tour en possession de Venise et de la rive de
l'Adige. Il n'entrerait en possession de Palma Nova, d'Osopo, etc., que
lorsqu'au préalable nous serions dans les remparts de Mayence. Pendant
les dix ou douze jours que l'on attendra la réponse de Vienne, les
négociations vont à peu près languir.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 27 fructidor an 5 (13 septembre
1797).

_Au directoire exécutif._

Les commissaires du gouvernement pour la recherche des objets de
sciences et d'arts, en Italie, ont fini leur mission.

Je retiens auprès de moi les citoyens Monge et Berthollet. Les citoyens
Tinet et Barthelemi partent pour Paris; les citoyens Moitte et Thouin
sont partis avec les convois venus de Rome et sont déjà arrivés à
Marseille.

Ces hommes distingués par leurs talens ont servi la république avec
un zèle, une activité, une modestie et un désintéressement sans égal;
uniquement occupés de l'objet de leur mission, ils se sont acquis
l'estime de toute l'armée; ils ont donné à l'Italie, dans la mission
délicate qu'ils étaient chargés de remplir, l'exemple des vertus qui
accompagnent presque toujours les talens distingués.

Le citoyen Tinet désirerait avoir un logement à Paris.

Si vous formiez une académie à Rome, le citoyen Berthollet serait digne
d'en avoir la présidence.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 1er jour complémentaire an 5 (17
septembre 1797).

_Au contre-amiral Brueys._

J'ai reçu, dans le temps, citoyen général, vos différentes lettres: il
est indispensable, pour les opérations de l'armée d'Italie, que je sois
absolument maître de l'Adriatique.

J'estime que, pour être maître de l'Adriatique dans toutes les
circonstances et dans toutes les opérations que je voudrai entreprendre,
j'ai besoin de deux vaisseaux de guerre, quatre frégates, 4 corvettes,
tous commandés et montés par des équipages de garnison française.

Je vous prie donc de vouloir bien organiser cette escadre.

Je prendrai deux vaisseaux des meilleurs de ceux qui sont à Corfou; je
prendrai deux frégates vénitiennes et deux françaises, deux corvettes
vénitiennes et deux françaises.

Je vous prie donc de vouloir bien recevoir chez vous l'officier-général
auquel vous remettrez le commandement de cette escadre. J'accepte avec
plaisir le citoyen Perrée ou tout autre que vous voudrez me donner.

Le commissaire ordonnateur Roubaud et le général Berthier, ou, si
celui-ci était parti, le général Baraguay d'Hilliers, m'enverront, par
le retour de mon courrier, l'état nominatif des vaisseaux, des officiers
marins et la quantité des matelots français que vous destinez à monter
sur chacun d'eux. Croyez que, lorsque j'aurai reçu cet état, il me sera
possible de vous autoriser à retourner sur-le-champ à Corfou, et de là à
Toulon; et je vous ferai passer différentes instructions sur les objets
que vous aurez à remplir tout en faisant route.

Profitez de ce temps-là pour achever vos approvisionnemens. Comme il
est impossible que je me rende à Venise, si vous pouviez vous absenter
pendant trente-six heures, vous pourriez vous-même vous rendre à
Passeriano. J'aurai a renouveler votre connaissance et à vous convaincre
des sentimens d'estime que vous m'avez inspirés.

Je vous envoie une proclamation pour votre escadre, je vous prie de la
communiquer à l'ordre; assurez-les que tout est tranquille en France, et
qu'il n'a pas été répandu une seule goutte de sang.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 1er jour complémentaire an 5 (17
septembre 1797).

_Au directoire exécutif._

J'ai envoyé par un courrier extraordinaire l'ordre au général Sahuguet
de retourner à l'armée d'Italie. Ce général, qui était le seul
qui pouvait être utile pour calmer un peuple furieux et
contre-révolutionnaire dont Villot était le représentant, et lorsque
Dumolard présidait les cinq-cents, est aujourd'hui plus utile a l'armée.

J'ai envoyé l'ordre au général Lanusse, qui est chez lui pour se guérir
d'une blessure qu'il a reçue à l'armée d'Italie, et dont il ne se
remettra jamais au point de pouvoir servir dans une armée active, de
se rendre à Toulon pour y prendre le commandement de cette place.
J'ai donné l'ordre au général Mailly d'aller prendre le commandement
d'Avignon.

J'ai rappelé à l'armée le général commandant à Avignon, le général
Parat, l'adjudant-général Léopold Stabeurath, l'adjudant-général Boyer
et d'autres officiers de la huitième division, qui sont depuis trop
long-temps dans leurs places, et que j'ai cru nécessaire de faire
revenir, pour respirer l'air pur et républicain des camps.

J'ai envoyé le chef de brigade Berthollet, blessé a Arcole, commander la
place d'Avignon.

Le chef de brigade à la suite, Lapisse, de la cinquante-neuvième,
commande l'arrondissement d'Antibes.

J'ai envoyé dans la huitième division, pour être reportés comme
adjudans, une douzaine d'officiers patriotes qui ont été blessés dans la
campagne et qui tous étaient à la suite.

Dès l'instant qu'un officier que j'ai envoyé à Lyon sera de retour, et
que j'aurai un état de situation exact de cette division, je ferai la
même chose pour Lyon.

Ce sont surtout les commandans des places, les adjudans et tous les
subalternes qu'il faut changer dans les places secondaires, sans quoi
un général s'y trouve impuissant. J'ai donc lieu d'espérer qu'avec les
mêmes troupes qui existent dans ce moment-ci dans le midi, elles seront
suffisantes pour comprimer les malveillans, rétablir l'ordre, surtout si
vous destituez les administrations qui sont mauvaises, et que vous les
remplaciez par des hommes attachés à la liberté.

J'ai envoyé l'ordre pour faire venir a l'armée d'Italie l'état-major
d'artillerie qui était à l'armée des Alpes, ainsi que tous les
détachemens des demi-brigades de l'armée d'Italie qu'on avait mal à
propos retenus.

J'ai également envoyé l'ordre à deux bataillons de la vingt-troisième
demi-brigade d'infanterie légère, qui ne faisaient rien à Chambéry et
dans le Mont-Blanc, et dont en général l'esprit est bon, de rejoindre
l'armée.

La quarante-cinquième demi-brigade est en marche pour Lyon.

La vingtième demi-brigade va à Marseille.

Il y a cependant à Lyon plus de monde qu'il n'en faut pour contenir
cette ville, si ceux qui les commandent veulent les faire agir, et que
les autorités et le gouvernement n'aient qu'une action.

Il y a également dans la huitième division plus de troupes qu'il n'en
faut.

Je crois qu'au moment où les nouvelles autorités constituées seront
organisées dans la huitième division militaire et à Lyon, et dès
l'instant où j'aurai pu également renouveler tous les états-majors
subalternes de ces départemens, qu'alors vous jugerez nécessaire de
m'ôter un commandement qui se trouve trop éloigné de moi, et qui n'est
qu'un surcroît aux occupations déjà trop considérables que j'ai.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 2e jour complémentaire an 5 (18
septembre 1797).

_Au directoire exécutif._

Il est indispensable que vous jetiez un coup d'oeil sur le congrès
d'Udine.

M. de Meerveldt est parti pour Vienne.

Vous aurez vu, dans la seconde séance du protocole, que nous avons
déclaré aux plénipotentiaires de S.M.I. que si au premier octobre la
paix n'était pas signée, nous ne négocierions plus sur la base des
préliminaires, mais sur la base respective de la puissance des deux
états.

Il serait possible qu'avant le premier octobre, M. de Meerveldt revînt
avec des instructions de signer la paix aux conditions suivantes:

1°. La ligne de l'Adige à l'empereur, y compris la ville de Venise.

2°. La ligne de l'Adige à la république cisalpine, et dès lors Mantoue.

3°. Les limites constitutionnelles telles qu'elles sont spécifiées dans
le protocole de la cinquième séance, y compris Mayence.

4°. Que l'empereur n'entrerait en possession de l'Italie que lorsque
nous entrerions dans les remparts de Mayence.

5°. Corfou et les autres îles à nous.

6°. Que ce qui nous manque pour arriver aux limites du Rhin pourrait
être arrangé dans la paix avec l'Empire.

Il faut que je sache si votre intention est d'accepter ou non ces
propositions.

Si votre _ultimatum_ était de ne pas comprendre la ville de Venise dans
la part de l'empereur, je doute que la paix se fasse (cependant Venise
est la ville la plus digne de la liberté de toute l'Italie); et les
hostilités recommenceraient dans le courant d'octobre.

L'ennemi est en position de guerre vis-à-vis de moi: il a sur les
frontières de l'Italie, dans la Carinthie, la Carniole et le Tyrol dix
mille hommes de cavalerie, et quatre-vingt-dix mille d'infanterie.

Il y a dans l'intérieur et sur les confins de la Hongrie, dix-huit mille
hommes de cavalerie Hongroise levés en masse, et qui s'exercent depuis
trois mois.

L'armée française en Italie a un pays immense et un grand nombre
de places fortes à garder, ce qui fait que je ne pourrai prendre
l'offensive qu'avec quatre mille hommes de cavalerie et quarante-cinq
mille hommes d'infanterie sous les armes. Ajoutez à cela à peu près deux
mille Polonais, et tout au plus mille Italiens devant rester en Italie
pour maintenir la police et prêter main forte à leur gouvernement qui
sera tourmenté par toute espèce de factions et de fanatisme, quelles que
soient les mesures que je compte prendre pour assurer la tranquillité
pendant mon absence.

Je crois donc que si votre _ultimatum_ est de garder Venise, vous devez
regarder la guerre comme probable, et:

1°. M'envoyer l'ordre d'arrêter la marche de cinq cents hommes qui vont
dans l'intérieur, pour que je les fasse revenir à l'armée.

2°. Faire ratifier par les conseils le traité d'alliance avec le roi de
Sardaigne; ce qui mettrait à peu près huit mille hommes de plus à ma
disposition.

Malgré ces mesures l'ennemi sera encore plus fort que moi.

Si je le préviens et que je prenne l'offensive, je le bats, et je suis,
quinze jours après le premier coup de fusil tiré, sous les murs de
Vienne. S'il prend l'offensive avant moi, tout devient très-douteux.

Mais, en supposant que vous prissiez les deux mesures que je vous
indique afin d'augmenter l'armée, vous sentez que le jour où je serais
près de Gratz, j'aurais le reste des forces autrichiennes sur les bras.

J'estime donc que pour faire de grandes choses, telles que la nation a
le droit de l'attendre du gouvernement, si les Autrichiens n'acceptent
pas les propositions de paix supposées plus haut, il faut que je sois
renforcé de quatre mille hommes de cavalerie, entre autres de deux
régimens de cuirassiers et de douze mille hommes d'infanterie.

Je pense également que du restant vous ne devez former sur le Rhin
qu'une seule armée, qu'elle doit avoir pour but d'entrer en Bavière, de
manière qu'en pressant l'ennemi entre ces deux masses, nous l'obligions
à nous céder tout le pays en-deçà du Danube.

Faites attention que je suis ici plus près de Vienne, que ne l'est
Ratisbonne de l'armée du Rhin, et qu'il faut vingt jours de marche à
celle-ci pour arriver à cette dernière ville.

Tous les yeux, comme toutes les meilleures troupes et toutes les forces
de la maison d'Autriche sont contre l'armée d'Italie, et toutes ces
forces sont disposées en échelons de manière à accourir promptement au
point où j'aurais percé.

Si votre _ultimatum_ est que Venise ne soit pas donnée à l'empereur,
je pense qu'il faut sur-le-champ prendre les mesures que je vous ai
indiquées: à la fin d'octobre, les renforts que je demande peuvent être
arrivés à Milan, et en supposant que nous rompions le 15 octobre, les
quinze jours dont nous conviendrons pour en prévenir nos gouvernemens
et les armées, conduisent au premier novembre, et je m'arrangerai de
manière, dès l'instant que je saurai que ces renforts auront passé les
Alpes, à m'en servir comme s'ils étaient déjà sur l'Isonzo.

Je vous prie, citoyens directeurs, de donner la plus grande attention à
toutes les dispositions contenues dans la présente lettre, de surveiller
et de vous assurer de l'exécution des différens ordres que vous
donnerez, car la destinée de l'Europe sera indubitablement attachée aux
mesures que vous prendrez.

Je vous fais passer une note sur la situation de mon armée, calculée
sur sa force actuelle, pour vous mettre à même de juger de la vérité de
l'exposé que je vous fais.

BONAPARTE.



An quartier-général à Passeriano, le 3e jour complémentaire an 5 (18
septembre 1797).

_Au directoire exécutif._

Je reçois à l'instant votre arrêté du 18 fructidor, relatif au général
Clarke: votre lettre a été quatorze jours en route. Je me suis déjà
aperçu du même retard dans les arrêtés que vous m'avez envoyés
relativement à la huitième division militaire et à l'armée des Alpes.

Je dois rendre au général Clarke un témoignage de sa bonne conduite.
Soit dans les négociations, soit dans ses Conversations, il m'a paru
toujours animé par un patriotisme pur et gémir sur les progrès que
faisaient tous les jours les malveillans et les ennemis intérieurs de la
république.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 3e jour complémentaire an 5 (19
Septembre 1797)

_Au ministre des relations extérieures._

Les plénipotentiaires de l'empereur ont reçu un courrier de Vienne;
ils sont venus nous trouver et voulaient insérer, au protocole, des
observations sur le congrès qui doit se tenir à Rastadt pour la paix
avec l'Empire; ils voulaient que ce congrès se tînt sur-le-champ et
allât de pair avec les négociations d'Udine. La mauvaise foi de Thugut
est égale à la bêtise de ses négociateurs.

Je leur ai fait sentir que c'était représenter le congrès de Berne sous
un autre nom; je leur ai fait voir la réponse que nous ferions à leur
note, et j'ai fini par leur dire que le directoire exécutif était
indigné des menées ridicules du cabinet de Vienne; qu'il fallait enfin
qu'ils se souvinssent que cette paix avait été accordée par le vainqueur
aux vaincus; et s'ils avaient trouvé à Léoben un refuge dans notre
modération, il était temps de les faire souvenir de la posture humble et
suppliante qu'ils avaient alors; qu'à force de vouloir analyser sur des
choses de forme, et en elles-mêmes étrangères au grand résultat de la
négociation, ils m'obligeraient de leur dire que la fortune s'était
prononcée, que désormais non-seulement le ton de la supériorité était
ridicule, mais même le ton de l'égalité inconvenant; que s'ils n'avaient
pas voulu reconnaître la république française à Léoben, ils avaient été
obligés de reconnaître la république italienne. _Prenez garde,_ leur
ai-je dit, _que l'Europe ne voie la république de Vienne._ Tout cela les
a portés à ne pas faire leur déclaration pour le congrès de Rastadt.
Vous sentez facilement quel piège grossier Thugut prétendait nous
tendre, en voulant nous conduire à un congrès, tandis que nos
arrangemens ne sont pas faits avec l'empereur, et nous mettre par là
dans une position délicate avec plusieurs princes germains avec lesquels
nous sommes en paix.

Nous leur avons déclaré que si l'empereur convoquait le congrès de
l'Empire avant que nous fussions d'accord, il nous obligerait à
déclarer, par une contre-note, à plusieurs princes que cela est sans
notre consentement, et que par là S. M. impériale se trouverait avoir
fait une école.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 3e. jour complémentaire an 5 (19
septembre 1797).

_Au ministre des relations extérieures._

J'ai reçu, citoyen ministre, votre lettre confidentielle, du 22
fructidor, relativement à la mission que vous désirez donner à Sieyes en
Italie. Je crois effectivement comme vous, que sa présence serait aussi
nécessaire à Milan, qu'elle aurait pu l'être en Hollande, et qu'elle
l'est à Paris.

Malgré notre orgueil, nos mille et une brochures, nos harangues à perte
de vue et très-bavardes, nous sommes très-ignorans dans la science
politique morale. Nous n'avons pas encore défini ce que l'on entend par
pouvoir exécutif, législatif et judiciaire. Montesquieu nous a donné
de fausses définitions, non pas que cet homme célèbre n'eût été
véritablement à même de le faire; mais son ouvrage, comme il le dit
lui-même, n'est qu'une espèce d'analyse de ce qui a existé ou existait:
c'est un résumé de notes faites dans ses voyages ou dans ses lectures.

Il a fixé les yeux sur le gouvernement d'Angleterre; il a défini, en
général, le pouvoir exécutif, législatif et judiciaire.

Pourquoi effectivement regarderait-on comme une attribution du pouvoir
législatif le droit de guerre et de paix, le droit de fixer la quantité
et la nature des impositions?

La constitution anglaise a confié avec raison, une de ces attributions
à la chambre des communes, et elle a très-bien fait, parce que la
constitution anglaise n'est qu'une charte de privilèges: _c'est un
plafond tout en noir, mais bordé en or._

Comme la chambre des communes est la seule qui, tant bien que mal,
représente la nation, seule elle a dû avoir le droit de l'imposer; c'est
l'unique digue que l'on a pu trouver pour modifier le despotisme et
l'insolence des courtisans.

Mais dans un gouvernement où toutes les autorités émanent de la nation,
où le souverain est le peuple, pourquoi classer dans les attributions du
pouvoir législatif des choses qui lui sont étrangères?

Depuis cinquante ans je ne vois qu'une chose que nous avons bien
définie, c'est la souveraineté du peuple; mais nous n'avons pas été
plus heureux dans la fixation de ce qui est constitutionnel, que dans
l'attribution des différens pouvoirs.

L'organisation du peuple français n'est donc véritablement encore
qu'ébauchée.

Le pouvoir du gouvernement, dans tonte la latitude que je lui donne,
devrait être considéré comme le vrai représentant de la nation, lequel
devrait gouverner en conséquence de la charte constitutionnelle et des
lois organiques; il se divise, il me semble, naturellement en deux
magistratures bien distinctes:

Dans une qui surveille et n'agit pas, à laquelle ce que nous appelons
aujourd'hui pouvoir exécutif serait obligé de soumettre les grandes
mesures, si je puis parler ainsi, la législation de l'exécution: cette
grande magistrature serait véritablement le grand conseil de la nation;
il aurait toute la partie de l'administration ou de l'exécution, qui
est, par notre constitution, confiée au pouvoir législatif.

Par ce moyen le pouvoir du gouvernement consisterait dans deux
magistratures, nommées par le peuple, dont une très-nombreuse, où
ne pourraient être admis que des hommes qui auraient déjà rempli
quelques-unes des fonctions qui donnent aux hommes de la maturité, sur
les objets du gouvernement.

Le pouvoir législatif ferait d'abord toutes les lois organiques, les
changerait, mais pas en deux ou trois jours, comme l'on fait; car une
fois qu'une loi organique serait en exécution, je ne crois pas qu'on pût
la changer avant quatre ou cinq mois de discussion.

Ce pouvoir législatif, sans rang dans la république, impassible, sans
yeux et sans oreilles pour ce qui l'entoure, n'aurait pas d'ambition et
ne nous inonderait plus de mille lois de circonstances qui s'annulent
toutes seules par leur absurdité, et qui nous constituent une nation
sans lois avec trois cents in-folio de lois.

Voilà, je crois, un code complet de politique, que les circonstances
dans lesquelles nous nous sommes trouvés rendent pardonnable. C'est un
si grand malheur pour une nation de trente millions d'habitans, et au
dix-huitième siècle, d'être obligée d'avoir recours aux baïonnettes pour
sauver la patrie! Les remèdes violens accusent le législateur; car une
constitution qui est donnée aux hommes, doit être calculée pour des
hommes.

Si vous voyez Sieyes, communiquez-lui, je vous prie, cette lettre.
Je l'engage à m'écrire que j'ai tort; et croyez que vous me ferez un
sensible plaisir si vous pouvez contribuer à faire venir en Italie un
homme dont j'estime les talens, et pour qui j'ai une amitié tout à fait
particulière. Je le seconderai de tous mes moyens, et je désire
que, réunissant aux efforts, nous puissions donner à l'Italie une
constitution plus analogue aux moeurs de ses habitans, aux circonstances
locales, et peut-être même aux vrais principes, que celle que nous lui
avons donnée. Pour ne pas faire une nouveauté, au milieu du tracas de la
guerre et des passions, il a été difficile de faire autrement.

Je me résume,

Non-seulement je vous réponds confidentiellement que je désire
que Sieyes vienne en Italie, mais je pense même, et cela
très-officiellement, que si nous ne donnons pas à Gênes et à la
république cisalpine une constitution qui leur convienne, la France n'en
tirera aucun avantage: leurs corps législatifs, achetés par l'or de
l'étranger, seront tout entiers à la disposition de la maison d'Autriche
et de Rome. Il en sera, en dernière analyse, comme de la Hollande.

Comme la présente lettre n'est pas un objet de tactique; ni un plan de
campagne, je vous prie de la garder pour vous et pour Sieyes, et de ne
faire usage, si vous le jugez à propos, que de ce que je viens de vous
dire sur l'inconvenance des constitutions que nous avons données en
Italie.

Vous verrez, citoyen ministre, dans cette lettre, la confiance entière
que j'ai en vous, et une réponse à votre dernière.

Je vous salue.

BONAPARTE.



Passeriano, le 3e jour complémentaire an 5 (19 septembre 1797).

_Au ministre des relations extérieures._

Je vous envoie, citoyen ministre, une lettre que je vous prie de
remettre au directoire, parce qu'elle renferme des dispositions
politiques et militaires. Je vous prie de la lire avec attention, et
d'avoir soin que dans le cas où l'_ultimatum_ serait que Venise restât
à la république cisalpine, l'on prît toutes les dispositions militaires
que j'indique dans ma lettre.

Le parti qu'on doit prendre dépend absolument de l'intérieur. Peut-on
y rétablir la tranquillité sans armées? Peut-on se passer de la plus
grande partie des troupes qui y sont dans ce moment-ci? Alors il peut
être avantageux de faire encore une campagne.

Ce n'est pas que, peut-être, lorsque l'empereur verra les armées du Rhin
et de Sambre-et-Meuse organisées dans une seule masse, l'armée du Nord
se rappuyant sur les armées du Rhin, les troupes de l'intérieur marchant
pour renforcer les armées; peut-être alors consentira-t-il lui-même à
renoncer à Venise. Mais, je vous le répète, il ne faut pas y compter.

Toutes leurs positions sur leurs frontières sont telles que, s'ils
devaient se battre d'un instant à l'autre, leurs troupes sont campées et
prêtes à entrer eu campagne.

BONAPARTE.



Passeriano, le 5e. jour complémentaire an 5 (21 septembre 1797).

_Au directoire exécutif._

Les pouvoirs que j'ai pour la paix de l'Europe sont collectifs avec le
général Clarke: pour la règle, il faudrait que vous m'en envoyassiez de
nouveaux.

Si j'ai accepté dans le temps la réunion de plusieurs fonctions dans ma
personne, j'ai voulu répondre à votre confiance, et j'ai pensé que les
circonstances de la patrie m'en faisaient un devoir.

Aujourd'hui je pense que vous devez les séparer, je demande:

1°. Que vous nommiez des plénipotentiaires pour le congrès d'Udine, et
que je n'y sois plus compris.

2°. Que vous nommiez une commission de trois membres choisis parmi
les meilleurs publicistes, pour organiser la république d'Italie. La
constitution que nous lui avons donnée ne lui convient pas; il y faut de
grands changemens, que la religion, les moeurs de ces peuples et leur
situation locale recommandent.

3°. Je m'occuperai plus soigneusement de mon armée, elle a besoin de
tous mes soins.

Voyez, je vous prie, dans cette lettre, citoyens directeurs, une
nouvelle preuve du désir ardent que j'ai pour la gloire nationale.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 1er. vendémiaire an 6 (22 septembre
1797).

_Au contre-amiral Brueys._

J'ai reçu, citoyen, vos différentes lettres; j'ai examiné avec attention
les observations que vous me faites: je vais vous tracer la conduite que
vous avez à tenir, qui conciliera à la fois les intentions du ministre
de la marine, qui vous appelle à Toulon, et les intérêts de la
république dans les mers où vous vous trouverez.

Les bâtimens vénitiens que vous devez conduire en France sont à Corfou;
il me parait qu'il faut quinze jours pour y arriver, et un mois de
station dans ce port pour pouvoir lever des matelots et vous mettre à
même de conduire en France les vaisseaux vénitiens.

Je crois donc nécessaire que vous envoyiez sur-le-champ l'ordre à
l'officier de marine qui commande le sixième vaisseau vénitien à Corfou,
de faire toute la diligence nécessaire pour lever des marins, afin que,
lorsque vous y serez arrivé, votre séjour soit le moins long possible.

Vous partirez avec votre escadre, dès l'instant que le temps vous le
permettra, pour vous rendre à Corfou.

Vous passerez par Raguse; vous ferez connaître à cette république
l'intérêt que prend à elle le directoire exécutif de la république
française, et la volonté qu'il a de la protéger contre quelque
ennemi que ce fût qui voudrait se l'approprier, et de garantir son
indépendance.

Vous prendrez des renseignemens sur la situation actuelle des bouches du
Cattaro, et, s'il est vrai que les Autrichiens s'en soient emparés, vous
déclarerez à l'officier qui y commande, qu'il n'a pas pu les occuper
sans violer un des articles préliminaires de paix qui existent entre S.
M. I. et la république française; vous le sommerez dès-lors d'évacuer
sur-le-champ les bouches du Cattaro, le menaçant, s'il s'y refusait, de
vous emparer de toutes les iles de la Dalmatie, et d'agir hostilement
contre les troupes de S. M. I.

S'il s'y refuse et que vous trouviez le moyen de vous emparer des
bàtimens qui servent au transport de leurs vivres, ainsi que de
quelques-uns de leurs convois, vous le ferez, ayant soin de ne pas y
toucher et de mener tous les bâtimens autrichiens en séquestre à Corfou.
Vous préviendrez dans ce cas le commandant autrichien que vous tiendrez
en séquestre les-dits bâtimens jusqu'à ce qu'il ait évacué un territoire
qu'il n'a pas dû occuper.

Vous pourrez demander à Raguse un rafraîchissement en vivres pour votre
équipage, moyennant cependant quelques procédés.

Arrivé à Corfou, vous en partirez avec les six vaisseaux vénitiens dès
l'instant qu'ils seront montés par un assez grand nombre de matelots
albanais.

En partant de Venise, vous embarquerez sur votre bord la troisième
légion cisalpine sans qu'elle se doute de l'endroit où vous la
conduirez; vous vous concerterez à cet effet avec le général Baraguey
d'Hilliers: vous devez également faire courir le bruit que vous
embarquez un bien plus grand nombre de troupes, et qu'il s'est embarqué
à Ancône, sous l'escorte de vos frégates, plusieurs bataillons de
troupes.

Vous aurez soin également de continuer à laisser entrevoir que vos
opérations vont se combiner avec celles de l'armée d'Italie.

Vous vous concerterez à Venise avec l'ordonnateur de la marine et le
citoyen Forfait, pour embarquer à votre bord les caisses de tableaux et
d'objets d'art destinés pour Paris.

Vous laisserez dans la rade de Venise ou dans celle de Goro, ou même
dans le port d'Ancône, les frégates _la Junon_ et _la Diane_, et les
bricks _l'Alceste_ et _le Jason_, qui seront sous les ordres du chef de
division Perrée.

Vous laisserez à Corfou les frégates _l'Arthémise_ et _la Sibylle_, et
les bricks _le Mondovi_ et _la Cybèle_, qui seront également sous les
ordres du chef de division Perrée, et qui devront se tenir à Corfou
prêts à partir immédiatement après l'ordre qu'ils en recevront, pour
concerter leurs opérations avec celles de _la Junon_ et de _la Diane_.

Je fais connaître au directoire exécutif, par un courrier
extraordinaire, le présent ordre, et je lui demande son autorisation
pour pouvoir garder toute votre escadre dans l'Adriatique, afin de
concerter vos opérations avec celles de l'armée d'Italie. Je vous ferai
passer la réponse du gouvernement par un aviso, qui nécessairement vous
trouvera encore à Corfou.

Je vous envoie:

1º. Une lettre pour le général Gentili, par laquelle j'approuve toutes
les mesures qu'il a prises pour nourrir votre escadre à Corfou, où je
prescris que le reçu des sommes qu'il a déboursées sera accepté en
paiement dans la caisse du payeur de Corfou, approuvant également
l'emploi des treize cents sacs de farine que vous avez pris.

2º. L'ordre pour que l'administration de terre de l'armée d'Italie
fournisse à l'escadre, partout où elle pourrait se trouver, les vivres
journaliers comme aux troupes de terre, et, d'après les envois qui ont
été faits en subsistances à Corfou, à Ancône, à Constantinople et à
Messine, vous ne devez avoir aucune inquiétude sur la subsistance de
votre escadre pendant tout le temps qu'elle demeurera dans ces parages.

3°. Je vous autorise à prendre dans les magasins de Corfou tout ce que
vous croirez nécessaire à l'approvisionnement de nos arsenaux et au
ravitaillement de notre marine;

4°. À embarquer à Corfou cent pièces de canon de fonte, en conséquence
cependant d'un procès-verbal dressé chez le général Gentili par un
conseil composé de vous, du général Gentili, du commandant du génie, du
chef de l'état-major, des commissaires des guerres: ce procès-verbal
devra constater: 1°. la quantité de pièces nécessaires pour la défense
de la citadelle et celle de la rade de Corfou; 2°. la quantité hors de
service; 3°. la quantité existante: et ce ne sera que dans le cas où
ledit conseil ne trouverait aucun inconvénient à vous délivrer les cent
pièces, que le présent ordre sera exécuté.

5°. Je vous envoie également un ordre pour que le général Sugny vous
remette à Venise les ustensiles pour chauffer à boulets rouges six
pièces de canon, et dont le général Gentili se servirait à Corfou, si
jamais les circonstances l'exigeaient.

6°. Un ordre pour que le général Gentili mette à votre disposition
quatre cents hommes cisalpins pour servir de garnison aux vaisseaux
vénitiens.

7°. Vous garderez et menerez avec vous à Toulon les officiers vénitiens
qui désirent servir dans la marine française, jusqu'à ce que le ministre
vous ait envoyé des ordres.

8°. Quant aux objets trouvés à bord des vaisseaux vénitiens et
appartenant aux capitaines, vous en ferez des reçus qui seront valables
pour leur liquidation par le gouvernement de Venise.

9°. Je vous envoie un ordre pour que le général Gentili vous remette
50,000 fr. pour la solde des marins vénitiens destinés à l'armement des
vaisseaux vénitiens.

10°. L'ordre pour qu'on vous fournisse les blés, riz et vins pour deux
mois, pour deux mille hommes; la nourriture journalière pour votre
escadre vous sera fournie à Corfou.

11°. Je vous enverrai la solde des marins de votre escadre pour un mois,
dès l'instant que la caisse de l'armée le permettra, et que la solde de
fructidor sera payée à l'armée.

12°. Quant aux dépenses qu'auraient faites les équipages à Corfou, vous
aurez soin de les liquider, de vérifier toutes les pièces et de les
envoyer au commissaire ordonnateur de la marine à Venise, qui y
pourvoira.

13°. Je vous fais passer une ordonnance de 10,000 fr., que le
citoyen Haller vous fera payer: cette somme est destinée à vos frais
extraordinaires et qui vous sont particuliers.

14°. Une ordonnance de 30,000 fr., que le citoyen Haller mettra à
votre disposition entre les mains de votre payeur, pour les dépenses
extraordinaires de votre escadre, pour servir à compenser aux matelots
l'incomplet des fournitures que vous pourriez ne pas recevoir des
magasins de Corfou.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 1er vendémiaire an 6 (22 septembre
1797).

_Au général Kellermann._

J'ai reçu, citoyen général, votre lettre du 2 fructidor; J'avais déjà
reçu précédemment quelques exemplaires de votre lettre imprimée au
directoire.

Puisque vous vous êtes donné la peine de répondre à des calomnies
auxquelles des personnes raisonnables ne pouvaient prêter l'oreille,
vous avez dû le faire, sans doute, d'une manière aussi convaincante. Les
personnes qui connaissent les services distingués que vous avez rendus à
la liberté par vos victoires, sont indignées de penser que vous avez pu
croire votre justification nécessaire. Cependant vous avez bien fait
de le faire, sans doute, en pensant à ce grand nombre d'hommes qui ne
désirent que le mal.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 1er vendémiaire an 6 (22 Septembre
1797).

_Au commissaire ordonnateur de la marine à Toulon._

Je reçois, citoyen ordonnateur, votre lettre du 17 fructidor. J'apprends
avec plaisir que vous reprenez vos fonctions importantes et que
vous avez déjà gérées avec distinction. Je vous remercie des choses
extrêmement obligeantes contenues dans votre lettre: je les mérite par
la sollicitude que j'ai toujours eue de faire quelque chose qui pût être
avantageux à notre marine.

L'escadre de l'amiral Brueys est ici: elle a reçu son approvisionnement
de trois mois, pour 400,000 francs d'habillement, 600,000 francs pour
la solde, ainsi que des câbles, des cordages et autres objets qui lui
étaient nécessaires. Il me paraît que l'amiral Brueys et son équipage
sont très-satisfaits. Il part, demain ou après, pour se rendre à Corfou,
où il prendra six vaisseaux vénitiens qu'il vous amènera. Le citoyen
Roubaud, votre préposé à Venise, vous aura sans doute donné sur tout
cela des détails plus circonstanciés.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 2 vendémiaire an 6 (13 septembre
1797).

_Au directoire exécutif._

Vous trouverez ci-joint la copie de l'ordre que je donne au
contre-amiral Brueys; vous verrez que par là il se trouvera à même
d'exécuter vos ordres, quels qu'ils soient.

Le contre-amiral Brueys a 1º. six vaisseaux de guerre français; 2º. six
frégates, _id_.; 3º. six corvettes, _id_. parfaitement équipées: j'ai
fait habiller à neuf les équipages et les garnisons; je lui ai fait
payer plusieurs mois de solde, et les arsenaux de Corfou et de Venise
ont fourni toutes les pièces de rechange et les câbles dont il peut
avoir besoin.

Lorsque vous lirez cette lettre, le contre-amiral Brueys sera bien près
de Corfou, où j'ai fait établir des batteries à boulets rouges pour
défendre la rade, et où il est parfaitement en sûreté.

Il y a à Corfou six bâtimens de guerre vénitiens et six frégates
qu'il peut armer en guerre dans un mois: ils sont déjà montés par des
officiers mariniers et des garnisons françaises.

À Corfou, Zante, Céphalonie, il trouvera les 2,000 matelots qui lui
sont nécessaires, tant pour l'équipement desdits vaisseaux, que pour le
complément des siens.

Les frégates _la Muiron_ et _la Carrère_, ainsi que les trois autres
bâtimens de guerre qui sont en armement à Venise, pourront également
augmenter son escadre d'ici à deux mois.

Je pense donc que, si vous m'autorisez à garder l'escadre de l'amiral
Brueys à Corfou, vous pourrez disposer, d'ici au 1er frimaire, 1º.
de six vaisseaux de guerre français parfaitement bien en équipages,
approvisionnés pour quatre mois et abondamment pourvus de tous les
objets nécessaires, même de cordages; 2º. six frégates françaises; 3º.
six bricks français; 4º. huit vaisseaux de guerre vénitiens; 5º. huit
frégates, _id_.; 6º. huit bricks, _id_.: tous approvisionnés pour quatre
mois.

Voudriez-vous faire filer le contre-amiral Brueys dans l'Océan, il
partira de Corfou en meilleur état qu'il ne partirait de Toulon; il
partira de Corfou plus vite que de Toulon, car ses équipages seront
toujours complets et exercés, ce qui ne sera jamais à Toulon.

Vous pourrez même, à mesure qu'un vaisseau de guerre sera armé à Toulon,
faire ramasser les équipages et les faire partir pour Corfou.

Voudrez-vous vous servir des vaisseaux vénitiens? Ils seront tout prêts
à seconder notre escadre.

Voulez-vous, au contraire, que les vaisseaux vénitiens soient
sur-le-champ armés en flûte et envoyés à Toulon? Le contre-amiral Brueys
les fera filer en les escortant jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien à
craindre.

Si vous voulez que votre escadre prenne un bon esprit, devienne
manoeuvrière et se prépare à faire de grandes choses, tenez-la loin de
Toulon: sans quoi, les équipages ne se formeront jamais et vous n'aurez
jamais de marine.

Enfin, de Corfou, cette escadre peut partir pour aller partout où vous
voudrez, et vous devez la laisser à Toulon: elle sera beaucoup plus
utile dans l'Adriatique, parce que, 1º. ne se trouvant qu'à vingt lieues
de la côte de Naples, elle tiendra en respect ce prince; 2º. elle me
servira à boucher entièrement tout l'Adriatique à nos ennemis; 3º.
enfin, elle prendra les îles de l'Adriatique, reconquerra l'Istrie et la
Dalmatie en cas de rupture, et sera, sous ce point de vue, très-utile à
l'armée.

Si nous avons la guerre, votre escadre vous rapportera plus de dix
millions, et fera une bonne diversion à l'avantage de l'armée d'Italie.
Quand vous voudrez la faire aller dans un point quelconque, elle sera, à
Corfou, à portée d'exécuter vos ordres en vingt-quatre heures, pour s'y
rendre.

Enfin, si nous avons la paix, votre escadre, en abandonnant ces mers et
en s'en retournant en France, pourra prendre quelques troupes, et, en
passant, mettre 2,000 hommes de garnison à Malte: île qui, tôt ou tard,
sera aux Anglais si nous avons la sottise de ne pas les prévenir.

Quant à la sûreté, quatre-vingts vaisseaux anglais viendraient dans
l'Adriatique, qu'ils ne pourraient rien contre notre escadre, qui est
aussi sûre dans le golfe de Corfou qu'à Toulon.

Je vous demande donc: 1º. un ordre au ministre de la marine de faire
armer tous les vaisseaux qu'il a à Toulon, et de les envoyer, un à un,
à Corfou; 2º. un ordre au ministre de la marine de faire partir une
trentaine d'officiers et encore soixante ou quatre-vingts officiers
mariniers, pour être distribués sur les vaisseaux vénitiens; 3º. que
vous m'autorisiez à garder cette escadre dans l'Adriatique jusqu'à
nouvel ordre; 4º. que vous preniez un arrêté qui m'autorise à cultiver
les intelligences que j'ai déjà à Malte, et, au moment où je le jugerai
propre, de m'en emparer et d'y mettre garnison.

Répondez-moi, je vous prie, le plus promptement possible à ces différens
articles, afin que je sache à quoi m'en tenir; mais je vous préviens
que, dans tous les cas, l'escadre ne peut partir de Corfou avec les
vaisseaux vénitiens, même armés en flûte, que vers la fin de brumaire.

BONAPARTE.



Au quartier-général a Passeriano, le 2 vendémiaire an 6 (23 septembre
1797).

_Au citoyen Perrée, chef de division de l'armée navale._

J'ai reçu, citoyen, les différentes lettres dans lesquelles vous me
témoignez le désir de reprendre vos fonctions à la mer: la place de
commandant des armes que vous occupez, n'offre pas un assez grand
aliment à votre activité. En rendant justice à votre zèle, je consens à
ce que vous repreniez le commandement de la frégate _la Diane_, que vous
n'avez quitté que momentanément, et j'envoie l'ordre au citoyen Roubaud
de vous remplacer dans vos fonctions. Vous rentrerez sous les ordres du
contre-amiral Brueys jusqu'à son départ pour France, et vous commanderez
ensuite la division qui restera dans l'Adriatique.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 2 vendémiaire an 6 (23 septembre
1797).

_Au citoyen Roubaud._

Le citoyen Perrée devant commander une flotte, vous remplirez les
fonctions de commandant des armes, et vous aurez une autorité entière
pour l'armement des trois vaisseaux et des deux frégates.

Vous organiserez le port et l'arsenal comme vous le jugerez nécessaire
au bien du service.

Vous presserez, le plus possible, l'armement du brick _le James_; vous
ferez armer les deux frégates _la Muiron_ et _la Carrère_, afin qu'elles
puissent se joindre le plus tôt possible à Corfou, et augmenter
l'escadre du contre-amiral Brueys.

Je donne l'ordre au citoyen Haller de remettre 15,000 fr. à votre
disposition pour commencer la levée des matelots pour l'armement de ces
deux frégates.

Vous ferez fabriquer un câble pour chacun des vaisseaux français de
l'escadre de l'amiral Brueys, ainsi que les manoeuvres de rechange qui
sont les plus nécessaires. Ces objets seront pris à compte des trois
millions que doit nous payer la république de Venise.

La division Bourdé se trouvant à l'escadre de l'amiral Brueys, les
hardes qui lui sont destinées seront envoyées au contre-amiral Brueys,
pour qu'il puisse les lui remettre.

BONAPARTE.



_Note._

Le plénipotentiaire de la république française soussigné a l'honneur de
faire connaître à leurs excellences MM. les plénipotentiaires de S.M.
l'empereur et roi la douleur qu'il a éprouvée en apprenant que les
troupes de S. M. l'empereur venaient de prendre possession de la
province d'Albanie, vulgairement appelée Bouches du Cattaro.

Par l'article 1er des préliminaires secrets, S.M. l'empereur devait
entrer, à la paix définitive, en possession de la Dalmatie et de
l'Istrie vénitiennes. Lors donc que les troupes de S.M. ont occupé
lesdites provinces, cela a été une violation des formes, mais non du
fond des préliminaires.

Mais l'occupation, par les troupes de S.M. l'empereur, de l'Albanie
vénitienne, dite Bouches du Cattaro, est une violation réelle et
est contraire au texte comme à la nature des préliminaires. Le
plénipotentiaire français soussigné ne peut donc regarder, dans les
circonstances présentes, l'occupation par elles des Bouches du Cattaro
que comme un acte d'hostilité.

La connaissance qu'il a des intentions qui animent leurs excellences
messieurs les plénipotentiaires de S.M. l'empereur et roi, ne lui permet
pas de douter qu'ils ne prennent des mesures expéditives, dont l'effet
soit d'ordonner aux troupes de S.M. l'empereur l'évacuation des Bouches
du Cattaro, dont l'occupation par elles est contraire à la bonne foi
et aux traités. Le plénipotentiaire français assure leurs excellences
messieurs les plénipotentiaires de S.M. l'empereur et roi de sa haute
considération.

Passeriano, le 2 vendémiaire an 6 (23 septembre 1797).

_Le général en chef, plénipotentiaire de la république française_.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 2 vendémiaire an 6 (23 septembre
1797).

_Au citoyen François de Neufchâteau, membre du directoire exécutif._

Quoique je n'aie pas l'avantage de vous connaître personnellement, je
vous prie de recevoir mon compliment sur la place éminente à laquelle
vous venez d'être nommé; je me souviens avec reconnaissance de ce que
vous avez écrit dans le temps contre les apologistes des inquisiteurs de
Venise.

Le sort de l'Europe est désormais dans l'union, la sagesse et la force
du gouvernement.

Il est une petite partie de la nation qu'il faut vaincre par un bon
gouvernement.

Nous avons vaincu l'Europe, nous avons porté la gloire du nom français
plus loin qu'elle ne l'avait jamais été: c'est à vous, premiers
magistrats de la république, d'étouffer toutes les factions, et à être
aussi respectés au dedans que vous l'êtes au dehors. Un arrêté du
directoire exécutif écroule les trônes; faites que des écrivains
stipendiés, ou d'ambitieux fanatiques, déguisés sous toute espèce de
masque, ne nous replongent pas dans le torrent révolutionnaire.

Croyez que, quant à moi, mon attachement pour la patrie égale le désir
que j'ai de mériter votre estime.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 2 vendémiaire an 6 (23 septembre
1797).

_Au citoyen Merlin, membre du directoire._

J'ai appris, citoyen directeur, avec le plus grand plaisir, la nouvelle
de votre nomination à la place que vous occupez.

On ne pouvait pas choisir un homme qui eût rendu constamment plus de
services à la liberté: en mon particulier, je m'en félicite.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 4 vendémiaire an 6 (25 septembre
1797).

_Au directoire exécutif._

Un officier est arrivé avant-hier de Paris à l'armée d'Italie: il a
répandu dans l'armée qu'il était parti de Paris le 25, qu'on y était
inquiet de la manière dont j'aurais pris les événemens du 18; il était
porteur d'une espèce de circulaire du général Augereau à tous les
généraux de division de l'armée.

Il avait une lettre du ministre de la guerre à l'ordonnateur en chef,
qui l'autorisait à prendre tout l'argent dont il aurait besoin pour sa
route: je vous en envoie la copie.

Il est constant, d'après tous ces faits, que le gouvernement en agit
envers moi à peu près comme envers Pichegru après vendémiaire.

Je vous prie, citoyens directeurs, de me remplacer et de m'accorder ma
démission. Aucune puissance sur la terre ne sera capable de me faire
continuer de servir après cette marque horrible de l'ingratitude du
gouvernement, à laquelle j'étais bien loin de m'attendre.

Ma santé, considérablement affectée, demande impérieusement du repos et
de la tranquillité.

La situation de mon âme a aussi besoin de se retremper dans la masse des
citoyens. Depuis trop long-temps un grand pouvoir est confié dans mes
mains, je m'en suis servi dans toutes les circonstances pour le bien de
la patrie: tant pis pour ceux qui ne croient point à la vertu, et
qui pourraient avoir suspecté la mienne. Ma récompense est dans ma
conscience et dans l'opinion de la postérité.

Je puis, aujourd'hui que la patrie est tranquille et à l'abri des
dangers qui l'ont menacée, quitter sans inconvénient le poste où je suis
placé.

Croyez que s'il y avait un moment de péril, je serais au premier rang
pour défendre la liberté et la constitution de l'an 3.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 5 vendémiaire an 6 (26 septembre
1797).

_Au ministre des relations extérieures._

Je viens de recevoir, citoyen ministre, votre lettre du 30 fructidor.

Je ne puis tirer aucune ressource de Gênes, pas plus de la république
cisalpine: tout ce qu'ils pourront faire, c'est de se maintenir maîtres
chez eux. Ces peuples-là ne sont point guerriers, et il faut quelques
années d'un bon gouvernement pour changer leurs inclinations.

L'armée du Rhin se trouve très-loin de Vienne, pendant que j'en suis
très-près. Toutes les forces de la maison d'Autriche sont contre moi, on
a très-tort de ne pas m'envoyer dix ou douze mille hommes. Ce n'est que
par ici que l'on peut faire trembler la maison d'Autriche.

Mais puisque le gouvernement ne m'envoie pas de renfort, il faut au
moins que les armées du Rhin commencent leurs opérations quinze jours
avant nous, afin que nous puissions nous trouver à peu près dans le même
temps dans le coeur de l'Allemagne. Dès l'instant que j'aurai battu
l'ennemi, il est indispensable que je le poursuive rapidement, ce qui me
conduit dans le coeur de la Carinthie, où l'ennemi n'aura pas manqué,
comme il s'y prépare déjà, de réunir toutes les divisions qu'il a en
échelons sur l'armée du Rhin, qu'il peut éviter pendant plus de vingt
jours; et je me trouverais avoir encore en tête toute les forces qui,
dans l'ordre de bataille naturel, devraient être opposées à l'armée du
Rhin. Il ne faut pas être capitaine pour comprendre tout cela: un seul
coup d'oeil sur une carte, avec un compas, convaincra, à l'évidence,
de ce que je vous dis là. Si on ne veut pas le sentir, je n'y sais que
faire.

Le roi de Sardaigne, si l'on ne ratifie pas le traité d'alliance qu'on a
fait avec lui, se trouve à l'instant même notre ennemi, puisque, dès cet
instant, il comprend que nous avons médité sa perte.

Pendant mon absence, il se chicanera nécessairement avec la république
cisalpine, qui n'est pas dans le cas de résister à un seul de ses
régimens de cavalerie: d'ailleurs, je me trouve alors obligé de
calculer, en regardant comme suspectes les intentions du roi de
Sardaigne: dès-lors il faut que je mette deux mille hommes à Coni, deux
mille à Tortone, autant à Alexandrie.

Je pense donc que si l'on s'indispose avec le roi de Sardaigne, on
m'affaiblit de cinq mille hommes de plus que l'on m'oblige à mettre dans
la garnison des places que j'ai chez lui, et de cinq à six mille
hommes qu'il faut que je laisse pour protéger le Milanais, et, à tout
événement, la citadelle de Milan, le château de Pavie et la place de
Pizzigithone.

Ainsi donc, vous perdez, en ne ratifiant pas le traité avec le roi de
Sardaigne:

1º. Dix mille hommes de très-bonnes troupes qu'il nous fournit;

2º. Dix mille hommes de nos troupes qu'on est obligé de laisser sur nos
derrières, et, outre cela, de très-grandes inquiétudes en cas de défaite
et d'événemens malheureux.

Quel inconvénient y a-t-il à laisser subsister une chose déjà faite?

Est-ce le scrupule d'être allié d'un roi? Nous le sommes bien du roi
d'Espagne et peut-être du roi de Prusse!

Est-ce le désir de révolutionner le Piémont et de l'incorporer à la
Cisalpine? Mais le moyen d'y parvenir sans choc, sans manquer au traité,
sans même manquer à la bienséance, c'est de mêler à nos troupes
et d'allier à nos succès un corps de dix mille Piémontais, qui,
nécessairement, sont l'élite de la nation: six mois après, le roi de
Piémont se trouve détrôné.

C'est un géant qui embrasse un pygmée, le serre dans ses bras et
l'étouffe sans qu'il puisse être accusé de crime. C'est le résultat de
la difficulté extrême de leur organisation. Si l'on ne comprend pas
cela, je ne sais qu'y faire non plus; et si à la politique sage et vraie
qui convient à une grande nation, qui a de grandes destinées à remplir,
des ennemis très-puissans devant elle, on substitue la démagogie d'un
club, l'on ne fera rien de bon.

Que l'on ne s'exagère pas l'influence des prétendus patriotes cisalpins
et génois, et que l'on se convainque bien que, si nous retirions d'un
coup de sifflet notre influence morale et militaire, tous ces prétendus
patriotes seraient égorgés par le peuple. Il s'éclaire tous les jours et
s'éclairera bien davantage; mais il faut le temps et un long temps.

Je ne conçois pas, lorsque, par une bonne politique, on s'était conduit
de manière que ce temps est toujours en notre faveur, qu'en tirant tout
le parti possible du moment présent, nous ne faisons qu'accélérer la
marche du temps en assurant et épurant l'esprit public, je ne conçois
pas comment l'on peut hésiter.

Ce n'est pas lorsqu'on laisse dix millions d'hommes derrière soi, d'un
peuple foncièrement ennemi des Français par préjugés, par l'habitude des
siècles et par caractère, que l'on doit rien négliger.

Il me paraît que l'on voit très-mal l'Italie, et qu'on la connaît
très-mal. Quant à moi, j'ai toujours mis tous mes soins à faire aller
les choses selon l'intérêt de la république: si l'on ne me croit pas, je
ne sais que faire.

Tous les grands événemens ne tiennent jamais qu'à un cheveu. L'homme
habile profite de tout, ne néglige rien de ce qui peut lui donner
quelques chances de plus. L'homme moins habile, quelquefois en en
méprisant une seule, fait tout manquer.

J'attends le général Meerweldt. Je tirerai tout le parti dont je suis
capable des événemens qui viennent d'arriver en France, des dispositions
formidables où se trouve notre armée, et je vous ferai connaître la
véritable position des choses, afin que le gouvernement puisse décider
et prendre le parti qu'il jugera à propos.

Il ne faut pas que l'on méprise l'Autrichien comme on paraît le faire;
ils ont recruté leurs armées et les ont organisées mieux que jamais.

Je viens de prendre des mesures pour l'incorporation à la république
cisalpine, du Brescian et du Mantouan.

Je vais aussi m'occuper à organiser la république de Venise. Je ferai
tout arranger de manière que la république, en apparence, ne se mêle de
rien.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 5 vendémiaire an 6 (26 septembre
1797).

_Au ministre des relations extérieures._

J'attendais, citoyen ministre, pour vous parler du général Clarke, que
vous-même m'en eussiez écrit. Je ne cherche pas s'il est vrai que ce
général ait été envoyé dans l'origine pour me servir d'espion: si cela
était, moi seul aurais le droit de m'en offenser, et je déclare que je
lui pardonne.

Je l'ai vu, dans sa conduite passée, gémir le premier sur la malheureuse
réaction qui menaçait d'engloutir la liberté avec la France. Sa conduite
dans la négociation a été bonne et loyale: il n'y a pas déployé de
grands talens, mais il y a mis beaucoup de volonté, de zèle et même une
sorte de caractère. On l'ôte de la négociation, peut-être fait-on bien;
mais, sous peine de commettre la plus grande injustice, on ne doit pas
le perdre. Il a été porté principalement par Carnot. Auprès d'un homme
raisonnable, lorsqu'on sait qu'il est depuis près d'un an à trois cents
lieues de lui, cela ne peut pas être une raison de proscription. Je vous
demande donc avec instance pour lui une place diplomatique du second
ordre, et je garantis que le gouvernement n'aura jamais à s'en repentir.
Il est chargé d'une très-grande mission; il connaît tous les secrets
comme toutes les relations de la république, il ne convient pas à notre
dignité qu'il tombe dans la misère et se trouve proscrit et disgracié.

J'entends dire qu'on lui reproche d'avoir écrit ce qu'il pensait des
généraux de l'armée d'Italie. Si cela est vrai, je n'y vois aucun crime:
depuis quand un agent du gouvernement serait-il accusé d'avoir fait
connaître à son gouvernement ce qu'il pensait des généraux auprès
desquels il se trouvait?

On dit qu'il a écrit beaucoup de mal de moi. Si cela est vrai, il l'a
également écrit au gouvernement: dès-lors il avait droit de le faire;
cela pouvait même être nécessaire, et je ne pense pas que ce puisse être
un sujet de proscription.

La morale publique est fondée sur la justice, qui, bien loin d'exclure
l'énergie, n'en est au contraire que le résultat.

Je vous prie donc de vouloir bien ne pas oublier le général Clarke
auprès du gouvernement: on pourrait lui donner une place de ministre
auprès de quelque cour secondaire.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 7 vendémiaire an 6 (28 septembre
1797).

_Au ministre des relations extérieures._

M. le comte de Cobentzel, citoyen ministre, est arrivé de Vienne avec le
général Meerweldt; il m'a remis la lettre dont je vous envoie copie, et
à laquelle je ne répondrai que dans trois ou quatre jours, lorsque je
verrai la tournure que prendra la négociation.

Pour ma première visite, j'ai eu une prise très-vive avec M. de
Cobentzel, qui, à ce qu'il m'a paru, n'est pas très-accoutumé à
discuter, mais bien à vouloir toujours avoir raison.

Nous sommés entrés en congrès.

Je vous ferai passer: 1º. Copie des pleins pouvoirs donnés à M. le comte
de Cobentzel;

2º. Copie du protocole d'hier;

3º. Copie de la réponse que je vais faire insérer au protocole
d'aujourd'hui. Je les attends dans un quart d'heure.

Il est indispensable que le directoire exécutif donne les ordres qu'on
se tienne prêt sur le Rhin: ces gens-ci ont de grandes prétentions. Au
reste, il paraît, par la lettre de l'empereur, par la contexture des
pleins-pouvoirs de M. de Cobentzel, même par son arrivée, que l'empereur
accéderait au projet d'avoir pour lui Venise et la rive de l'Adige, de
nous donner Mayence et les limites constitutionnelles.

Je dis il paraît, parce qu'en réalité notre conversation avec M. le
comte de Cobentzel n'a été, de son côté, qu'une extravagance.

C'est tout au plus s'ils veulent nous donner la Belgique. Je vous fais
grâce de ma réponse là-dessus comme de notre discussion, qui vous ferait
connaître ce que ces gens-ci appellent diplomatie.

_À minuit._

Le courrier devait partir à midi, il n'est pas parti. Ces messieurs
sortent à l'instant même d'ici. Nous avons été à peu près quatre ou cinq
heures en conférences réglées. M. de Cobentzel et nous avons beaucoup
argumenté, beaucoup rabâché les mêmes choses.

Il n'a été question dans le protocole que des deux notes annoncées dans
ma lettre ci-dessus, auxquelles ces messieurs répondront demain.

Après le dîner, moment où les Allemands parlent volontiers, j'ai causé
quatre ou cinq heures de suite avec M. Cobentzel; il a laissé entrevoir,
au milieu d'un très-grand bavardage, qu'il désire fort que S.M.
l'empereur réunisse son système politique au nôtre, afin de nous opposer
aux projets ambitieux de la Prusse. Il m'a paru que le cabinet de Vienne
adoptait le projet des limites de l'Adige et de Venise, et pour nous
les limites à peu près comme elles sont portées dans notre note et
spécialement Mayence: ce n'est pas qu'il n'ait dit qu'il lui paraissait
tout simple que nous donnions à S.M. l'empereur les Légations.

Mais lorsque je lui ai dit que le gouvernement français venait de
reconnaître le ministre de la république de Venise, et que dès-lors je
me trouvais dans l'impossibilité de pouvoir, sous aucun prétexte et dans
aucune circonstance, consentir à ce que S.M. devînt maîtresse de Venise,
je me suis aperçu d'un mouvement de surprise qui décèle assez la
frayeur, à laquelle a succédé un assez long silence, interrompu à
peu près par ces mots: Si vous faites toujours comme cela, comment
voulez-vous qu'on puisse négocier? Je me tiendrai dans cette ligne
jusqu'à la rupture. Je ne leur bonifierai point Venise jusqu'à ce que
j'aie reçu de nouvelles lettres du gouvernement.

Demain, à midi, nous nous verrons de nouveau, et je vous expédierai
demain au soir un autre courrier. Je n'entre pas dans d'autres détails
sur les propositions réciproques que nous nous faisons; mais il y a la
négociation officielle, qui est, comme vous l'avez vu par le protocole,
une suite d'extravagances de leur part, et la confidentielle qui,
quoiqu'elle n'ait pas été mise clairement en discussion avec M. de
Cobentzel, est basée cependant sur le projet que M. de Meerweldt apporté
de Vienne. Vous vous apercevrez, par la note que je vais leur présenter
aujourd'hui, que je veux les conduire à dire dans le protocole qu'on ne
peut pas exécuter les préliminaires, et regarder, si le gouvernement le
juge à propos, ces préliminaires comme nuls. J'ai pensé qu'il n'y avait
pas d'autre moyen de sauver les apparences, que de leur faire dire
d'eux-mêmes que les préliminaires sont impossibles: ce qui nous est
très-facile.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 8 vendémiaire an 6 (29 septembre
1797).

_Au citoyen Canelaux, ministre de la république à Naples._

J'apprends, citoyen ministre, qu'il y a des mouvemens sur les frontières
de Naples, en même temps qu'un général autrichien vient commander
à Rome. Je ne saurais penser que, si cela était, vous ne soyez pas
instruit des mouvemens et des desseins que pourrait avoir la cour
de Naples, et vous me les auriez fait connaître par un courrier
extraordinaire. L'intention du directoire exécutif de la république
française n'est point que la cour de Naples empiète sur le territoire
romain. Soit que le pape continue à vivre, soit qu'il meure au qu'il
soit remplacé par un autre pape ou par une république, vous devez
déclarer, lorsque vous serez assuré que la cour de Naples a intention
de faire des mouvemens, que le directoire exécutif de la république
française ne restera pas tranquille spectateur de la conduite hostile
du roi de Naples, et que, quelque événement qu'il arrive, la république
française s'entendra avec plaisir avec la cour de Naples pour lui faire
obtenir ce qu'elle désire, mais non pour autoriser le roi de Naples à
agir hostilement.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 8 vendémiaire an 6 (29 septembre
1797).

_À l'ambassadeur de la république française à Rome._

Je reçois, citoyen ambassadeur, votre lettre du 13 vendémiaire. Vous
signifierez sur-le-champ à la cour de Rome, que si le général Provera
n'est pas renvoyé de suite de Rome, la république française regardera
cela de la part de Sa Sainteté comme un commencement d'hostilités.
Faites sentir combien il est indécent, lorsque le sort de Rome a dépendu
de nous, qu'elle n'a dû son existence qu'à notre générosité, de voir le
pape renouer encore des intrigues et se montrer sous des couleurs qui ne
peuvent être agréables à la république française. Dites même dans vos
conversations avec le secrétaire d'état, et, s'il le faut, même dans
votre note: La république française a été généreuse à Tolentino, elle ne
le sera plus si les circonstances recommencent.

Je fais renforcer la garnison d'Ancône d'un bataillon de Polonais.
L'escadre de l'amiral Brueys me répond de la conduite de la cour de
Naples.

Vous ne devez avoir aucune espèce d'inquiétude, ou, si elle agit, je
détruirai son commerce, avec l'escadre de l'amiral Brueys, et, lorsque
les circonstances le permettront, je ferai marcher une colonne pour leur
répondre. Je verrai dans une heure M. de Gallo, et je m'expliquerai avec
vous en termes si forts, que messieurs les Napolitains n'auront pas la
volonté de faire marcher des troupes sur Rome.

Enfin, s'il n'y a encore aucun changement à Rome, ne souffrez pas qu'un
général aussi connu que M. Provera prenne le commandement des troupes de
Rome. L'intention du directoire exécutif n'est pas de laisser renouer
les petites intrigues des princes d'Italie. Pour moi, qui connais bien
les Italiens, j'attache la plus grande importance à ce que les troupes
romaines ne soient pas commandées par un général autrichien.

Dans la circonstance, vous devez dire au secrétaire d'état: «La
république française, continuant ses sentimens de bienveillance au pape,
était peut-être sur le point de lui restituer Ancône: vous gâtez toutes
vos affaires, vous en serez responsable. Les provinces de Macerata et le
duché d'Urbin se révolteront, vous demanderez le secours des Français,
ils ne vous répondront pas.»

Effectivement, plutôt que de donner le temps à la cour de Rome d'ourdir
de nouvelles trames, je la préviendrai.

Enfin, exigez non-seulement que M. Provera ne soit point général des
troupes romaines, mais que, sous vingt-quatre heures, il soit hors de
Rome. Développez un grand caractère; ce n'est qu'avec la plus grande
fermeté, la plus grande expression dans vos paroles, que vous vous ferez
respecter de ces gens-là: timides lorsqu'on leur montre les dents, ils
sont fiers lorsqu'on a trop de ménagemens pour eux.

Dites publiquement dans Rome que, si M. Provera a été deux fois mon
prisonnier de guerre dans cette campagne, il ne tardera pas à l'être une
troisième fois: s'il vient vous voir, refusez de le recevoir. Je connais
bien la cour de Rome, et cela seul, si c'est bien joué, perd cette cour.

L'aide-de-camp qui vous portera cette lettre a ordre de continuer
jusqu'à Naples pour voir le citoyen Canclaux; il s'assurera par lui-même
des mouvemens des troupes napolitaines, auxquels je ne peux pas croire,
quoique je m'aperçoive qu'il y a depuis quelque temps une espèce de
coalition entre les cours de Naples, de Rome, et même celle de Florence;
mais c'est la ligue des rats contre les chats.

Si vous le jugez à propos, mon aide-de-camp présentera une lettre, que
vous trouverez ci-jointe, au secrétaire d'état, et lui dira, d'un ton
qui convient aux vainqueurs de l'Italie, que si, sous vingt-quatre
heures, M. Provera n'est point hors de Rome, ils nous obligeront à une
visite.

Si le pape était mort, vous devez faire tout ce qu'il vous est possible
pour qu'on n'en nomme pas un autre, et qu'il y ait une révolution.
Le roi de Naples ne fera aucun mouvement: s'il en faisait lorsque la
révolution serait faite, vous déclareriez au roi de Naples, à l'instant
où il franchirait les limites, que le peuple romain est sous la
protection de la république française; ensuite, en vous rendant de votre
personne auprès du général napolitain, vous lui diriez que la république
française ne voit point d'inconvénient à entamer une négociation avec
la cour de Naples sur les différentes demandes qu'elle a faites, et
spécialement sur celle qu'a faite à Paris M. Balbo, et auprès de moi M.
de Gallo, mais qu'il ne faut pas qu'elle prenne les armes, la république
regardant cela comme une hostilité.

Enfin, vous emploieriez en ce double sens beaucoup de fierté extérieure
pour que le roi de Naples n'entre pas dans Rome, et beaucoup de
souplesse pour lui faire comprendre que c'est son intérêt; et si le roi
de Naples, malgré tout ce que vous pourriez faire, ce que je ne saurais
penser, entrait dans Rome, vous devez continuer à y rester, et affecter
de ne reconnaître en aucune manière l'autorité qu'y exercerait le roi
de Naples, de protéger le peuple de Rome, et faire publiquement
les fonctions de son avocat, mais d'avocat tel qu'il convient a un
représentant de la première nation du monde.

Vous pensez bien, sans doute, que je prendrai bien vite dans ce cas les
mesures qui seraient nécessaires pour vous mettre à même de soutenir la
déclaration, que vous auriez faite de vous opposer à l'invasion du roi
de Naples.

Si le pape est mort, et qu'il n'y ait aucun mouvement à Rome, de sorte
qu'il n'y ait aucun moyen d'empêcher le pape d'étre nommé, ne souffrez
pas que le cardinal Albani soit nommé; vous devez employer non-seulement
l'exclusion, mais encore les menaces sur l'esprit des cardinaux, en
déclarant qu'à l'instant même je marcherai sur Rome, ne nous opposant
pas à ce qu'il soit pape, mais ne voulant pas que celui qui a assassiné
Basseville soit prince. Au reste, si l'Espagne lui donne aussi
l'exclusion, je ne vois pas de possibilité à ce qu'il réussisse.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 8 vendémiaire an 6 (29 septembre
1797).

_Au directoire exécutif._

Le pape est très-malade et peut-être mort à l'heure qu'il est.

Le roi de Naples fait beaucoup de mouvemens.

Je vous enverrai copie des lettres que j'ai écrites à nos ministres à
Rome et à Naples.

Je ne dissimule pas que depuis quelque temps il y a une espèce de
coalition entre le pape, le roi de Naples, et même la Toscane. Le pape
n'a-t-il pas eu l'insolence de confier le commandement de ses troupes au
général autrichien Provera!

Je pense que tout cela, est une nouvelle raison pour que vous ratifiez
le traité d'alliance avec le roi de Sardaigne. Le général Berthier, que
j'ai envoyé à Novare pour passer la revue des troupes piémontaises,
m'écrit que ce corps est dans une situation superbe. Je vous ferai
passer copie de la lettre que m'écrit M. Priocca.

Vous m'aviez écrit, il y a quatre mois, qu'en cas que le roi de Naples
se rendît à Rome, de l'y laisser aller: quant à moi, je crois que ce
serait une grande sottise. Quand il sera à Rome, il fera emprisonner une
soixantaine de personnes, il fera prêcher les prêtres, se prosternera
devant un pape dont il aura en vérité la puissance, et nous aurons tout
perdu. Vous verrez dans mes lettres aux ministres de la république a
Rome et à Naples la conduite que je leur ai dit de tenir. Je vous prie
de me faire connaître positivement vos instructions sur ce point.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 10 vendémiaire an 6 (1er octobre
1797).

_Au ministre des relations extérieures._

Messieurs les plénipotentiaires de l'empereur sortent d'ici; nos
différentes entrevues n'avancent pas encore beaucoup: c'est toujours la
même exagération de prétentions.

Je les renverrai demain, et vous ferai connaître le projet qu'ils
doivent me remettre avec ma réponse.

BONAPARTE.



Au quartier-général a Passeriano, le 10 vendémiaire an 6 (1er octobre
1797).

_Au ministre de la marine._

Je reçois, citoyen ministre, votre lettre du 28 fructidor; j'ai fait
passer à l'amiral Brueys celle qui était pour lui. J'ai écrit, il y
a quelques jours, au directoire exécutif pour lui demander une
autorisation pour garder la flotte dans ces mers, d'où vous pourrez lui
donner la destination qu'il vous plaira, quelle qu'elle soit. L'amiral
Brueys vous a écrit par le même courrier. L'escadre se trouve bien
approvisionnée et ses équipages fort contens. J'espère que, si nous
rompons, elle nous sera du plus grand service. Recevez mes remercimens
pour les choses honnêtes renfermées dans votre lettre, et croyez que mon
plus grand plaisir sera de mériter votre estime.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 10 vendémiaire an 6 (1er octobre
1797).

_À S.A.R. le duc de Parme._

La caisse de l'armée d'Italie aurait besoin du crédit de votre A.R.,
afin de ne pas retarder le prêt du soldat, et pour subvenir aux dépenses
les plus indispensables à l'armée. Comme je connais les sentimens de
bienveillance que votre A.R. a pour l'armée française, je la prie
d'ordonner à son ministre de seconder l'opération que lui proposera le
citoyen Haller, administrateur des finances de l'armée, pour assurer les
comptes.

Croyez aux sentimens d'estime, etc., etc.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 10 vendémiaire an 6 (1er octobre
1797).

_Au ministre de la police générale._

J'ai reçu, citoyen ministre, votre lettre du 27 fructidor. Je vous
remercie de l'avis que vous me donnez; je souhaite à messieurs les
royalistes de ne pouvoir faire plus de mal à la république que celui
qu'ils feraient en tuant un de ses citoyens; d'ailleurs il est plus
facile d'en faire le projet que de l'exécuter.

Permettez que je saisisse cette occasion pour vous faire mon compliment
sur votre nomination au ministère, que vous avez déjà signalée par un
rehaussement de l'esprit public.

Je vous prie de croire aux sentimens d'estime et de considération que
j'ai pour vous.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 10 vendémiaire an 6 (1er octobre
1797).

_Au ministre des relations extérieures._

Vous verrez, par la lettre que j'écris au directoire exécutif, les
nouvelles de Rome: la santé du pape chancelle de nouveau. J'ai eu une
conversation avec M. de Gallo, et je lui ai fait connaître que le
directoire exécutif de la république française ne souffrirait jamais que
le roi de Naples se mêlât des affaires de Rome sans sa participation.
Nous avons eu hier une conférence: je vous envoie la copie du protocole,
et vous vous convaincrez que les choses continuent à prendre mauvaise
tournure.

J'ai eu, après le dîner, une conférence avec M. le comte de Cobentzel;
il m'a dit que l'empereur pourrait nous céder le Rhin, si nous lui
faisions de grands avantages en Italie: ce qu'il articulait est
extravagant. Il me remettra demain un projet confidentiel; je vous
l'enverrai, et j'y ferai une réponse qui sera en moins ce que lui aura
fait en plus.

Nous sommes convenus, en cas de rupture, d'établir la manière dont l'un
ou l'autre gouvernement se signifierait la rupture, afin que les deux
armées ne pussent pas être surprises, et que les deux nations continuent
a être liées par le droit des gens.

Comme les grandes opérations dépendent ici de ce que fera l'armée du
Rhin, et de l'époque où l'on entrera en campagne, je ne précipiterai
rien ici; mais je mettrai le gouvernement à même de prendre le parti
qu'il voudra, et de pouvoir mettre en mouvement en même temps les armées
du Rhin et d'Italie.

La position de l'armée française d'Italie est superbe. Le Brescian et le
Mantouan seront bientôt réunis à la république cisalpine. Je m'occupe à
réunir les différentes parties de l'état de Venise dans un seul et même
état, afin d'organiser robustement les derrières de l'armée, qui seront
tranquilles pendant ce grand mouvement; et ce gouvernement s'engagera
à donner 25,000,000 pour pouvoir sustenter l'armée pendant ses grandes
opérations.

Toutes les places fortes sont approvisionnées pour un an. Palma et
Osoppo, qui doivent être les pivots des armées, contiennent des dépôts
pour nourrir l'armée pendant un long temps.

L'artillerie se trouve également dans une position satisfaisante.

De grandes choses pourront être faites avec cette armée.

Tout ce que je fais, tous les arrangemens que je prends dans ce
moment-ci, c'est le dernier service que je puisse rendre à la patrie.

Ma santé est entièrement délabrée; et la santé est indispensable et ne
peut être substituée par rien, à la guerre. Le gouvernement aura sans
doute, en conséquence de la demande que je lui ai faite il y a huit
jours, nommé une commission de publicistes pour organiser l'Italie
libre;

De nouveaux plénipotentiaires pour continuer les négociations ou les
renouer, si la guerre avait lieu, au moment où les événemens de la
guerre seraient les plus propices;

Et, enfin, un général qui ait sa confiance pour commander l'armée: car
je ne connais personne qui puisse me remplacer dans l'ensemble de ces
trois missions, toutes trois également intéressantes.

Je donnerai aux uns et aux autres des renseignemens, soit sur les
hommes, sur les moeurs, caractères, positions et les projets qui leur
seront utiles, s'ils veulent en profiter.

Quant à moi, je me trouve sérieusement affecté de me voir obligé de
m'arrêter dans un moment où, peut-être, il n'y a plus que des fruits à
cueillir; mais la loi de la nécessité maîtrise l'inclination, la volonté
et la raison.

Je puis à peine monter à cheval: j'ai besoin de deux ans de repos.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 15 vendémiaire an 6 (8 octobre
1797).

_Au président du gouvernement provisoire de Gênes._

J'apprends avec peine que vous êtes divisés entre vous, et que par là
vous donnez un champ libre à la malveillance et aux ennemis de votre
liberté. Etouffez toutes vos haines, réunissez tous vos efforts, si vous
voulez éviter de grands malheurs à votre patrie et à vos familles. Les
rois voient avec plaisir et fomentent peut-être une dissension dans
votre gouvernement, qui ruine votre commerce, dégoûte la masse de la
nation de l'égalité, et établit les privilèges et les préjugés.

Les hostilités peuvent recommencer d'un moment à l'autre, vous devez
vous mettre en mesure de pouvoir aussi concourir à la cause commune:
comment croyez-vous le faire lorsque vous avez même besoin des Français
pour vous garder?

Si vous en croyez un homme qui prend un vif intérêt à votre bonheur,
remettez en termes plus clairs dans votre constitution ce qui a
pu alarmer les ministres de la religion: je dirai même plus, la
superstition aux prises avec la liberté; la première l'emportera dans
l'esprit du peuple.

Enfin, supprimez toutes les commissions violentes qui pourraient alarmer
la masse des citoyens.

Vous ne devez pas vous gouverner par des excès, comme vous ne devez vous
laisser périr par faiblesse. Éclairez le peuple, concertez-vous avec
l'archevêque pour leur donner de bons curés; acquérez des titres à
l'amour de vos concitoyens et à l'estime de l'Europe, qui vous fixe, et
croyez qu'en tout temps je vous appuierai et prendrai un vif intérêt à
tout ce qui vous concerne.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 16 vendémiaire an 6 (7 octobre
1797).

_Au ministre des relations extérieures._

Je vous envoie, citoyen ministre, le projet confidentiel que m'a remis
M. le comte de Cobentzel; je lui ai témoigné toute l'indignation que
vous sentirez en le lisant. Je lui répondrai par la note ci-jointe. Sous
trois ou quatre jours, tout sera terminé, la paix ou la guerre, Je vous
avoue que je ferai tout pour la paix, vu la saison très-avancée et le
peu d'espérance de faire de grandes choses.

Vous connaissez peu ces peuples-ci; ils ne méritent pas que l'on fasse
tuer 40,000 Français pour eux.

Je vois par vos lettres que vous partez toujours d'une fausse hypothèse:
vous vous imaginez que la liberté fait faire de grandes choses à un
peuple mou, superstitieux, pantalon et lâche.

Ce que vous désireriez que je fisse sont des miracles: je n'en sais pas
faire.

Je n'ai pas à mon armée un seul Italien, excepté 1500 polissons ramassés
dans les rues des différentes villes de l'Italie, qui pillent et ne sont
bons à rien,

Ne vous laissez pas inspirer par quelque aventurier italien, peut-être
par quelque ministre même, qui vous diront qu'il y a 80,000 hommes
italiens sous les armes; car, depuis quelque temps, je n'aperçois pas
les journaux, et ce qui me revient de l'opinion publique en France
s'égare étrangement sur les Italiens.

Un peu d'adresse, un ascendant que j'ai pris, des exemples sévères,
donnent seuls à ces peuples un grand respect pour la nation, et un
intérêt, quoique extrêmement faible, pour la cause que nous défendons.

Je désire que vous appeliez chez vous les différents ministres cisalpins
qui se trouvent à Paris, que vous leur demandiez d'un ton sévère .....,
qu'ils vous déclarent sur-le-champ, par écrit, le nombre de troupes qu'a
la république cisalpine à l'armée; et, s'ils vous disent que j'ai plus
de 1500 hommes cisalpins et à peu près 2000 à Milan, employés à la
police de leur pays, ils vous en imposeront, et réprimandez-les comme
ils le méritent; car telle chose est bonne à dire dans un café ou dans
un discours, mais non au gouvernement, puisque ces fausses idées peuvent
le mettre dans le cas de prendre un parti différent de celui qui
convient, et produire des malheurs incalculables.

J'ai l'honneur de vous le répéter, peu à peu le peuple de la république
cisalpine s'enthousiasmera pour la liberté, peu à peu cette république
s'organisera, et peut-être dans quatre ou cinq ans pourra-t-elle avoir
30,000 hommes de troupes passables, surtout s'ils prennent quelques
Suisses; car il faudrait être un législateur habile pour leur faire
venir le goût des armes: c'est une nation bien énervée et bien lâche.

Si les négociations ne prennent pas une bonne tournure, la France se
repentirait à jamais du parti qu'elle a pris avec le roi de Sardaigne.
Ce prince, avec un de ses bataillons et un de ses escadrons de
cavalerie, est plus fort que toute la Cisalpine réunie. Si je n'ai
jamais écrit au gouvernement avec cette précision, c'est que je ne
pensais pas qu'on pût se former des Italiens l'idée que je vois, par vos
dernières lettres, que vous en avez. J'emploie tout mon talent à les
échauffer et à les aguerrir, et je ne réussis tout juste qu'à contenir
et à disposer ces peuples dans de bonnes intentions.

Je n'ai point eu, depuis que je suis en Italie, pour auxiliaire, l'amour
des peuples pour la liberté et l'égalité, ou du moins cela a été un
auxiliaire très-faible; mais la bonne discipline de l'armée, le grand
respect que nous avons tous eu pour la république, que nous avons porté
jusqu'à la cajolerie pour les ministres de la justice, surtout une
grande activité et une grande promptitude à réprimer les malintentionnés
et à punir ceux qui se déclaraient contre nous, tel a été le véritable
auxiliaire de l'armée d'Italie: voilà l'historique. Tout ce qui n'est
bon qu'à dire dans des proclamations, des discours imprimés, sont des
romans.

Comme j'espère que les négociations iront bien, je n'entrerai pas dans
de plus grands détails pour vous déclarer beaucoup de choses qu'il me
paraît qu'on saisit mal. Ce n'est qu'avec de la prudence, de la sagesse,
beaucoup de dextérité, que l'on parvient à de grands buts, et que
l'on surmonte tous les obstacles: autrement on ne réussit en rien. Du
triomphe à la chute il n'est qu'un pas. J'ai vu, dans les plus grandes
circonstances, qu'un rien a toujours décidé des plus grands événemens.

S'il arrivait que nous adoptassions la politique extérieure que nous
avions en 1793, nous aurions d'autant plus tort, que nous nous sommes
bien trouvés de la politique contraire, et que nous n'avons plus
ces grandes masses, ces moyens de recrutement, et ce premier élan
d'enthousiasme qui n'a qu'un temps.

Le caractère distinctif de notre nation est d'être beaucoup trop vif
dans la prospérité. Si l'on prend pour base de toutes les opérations la
vraie politique, qui n'est que le résultat du calcul, des combinaisons
et des chances, nous serons pour long-temps la grande nation et
l'arbitre de l'Europe; je dis plus, nous tenons la balance, nous la
ferons pencher comme nous voudrons, et même, si tel est l'ordre du
destin, je ne vois pas d'impossibilité à ce que l'on arrive en peu
d'années à ces grands résultats que l'imagination échauffée et
enthousiaste entrevoit, et que l'homme extrêmement froid, constant et
raisonné, atteindra seul. Ne voyez, citoyen ministre, je vous prie, dans
la présente lettre, que le désir de contribuer autant qu'il est en moi
au succès de la patrie.

Je vous écris comme je pense, c'est la plus grande marque d'estime que
je puisse vous donner.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 19 vendémiaire an 6 (10 octobre
1797).

_Au directoire exécutif._

Les négociations de paix sont enfin sur le point de se terminer. La paix
définitive sera signée cette nuit, ou la négociation rompue.

En voici les conditions principales:

1º. Nous aurons sur le Rhin la limite tracée sur la carte que je vous
envoie, c'est-à-dire la Nethe jusqu'à Kerpen, et passe de là à Juliers,
Venloo;

2º. Mayence et ses fortifications en entier et tel qu'il est;

3º. Les îles de Corfou, Zante, Céphalonie, etc., et l'Albanie
vénitienne;

4º. La Cisalpine sera composée de la Lombardie, du Bergamasque,
du Cremasque, du Brescian, de Mantoue, de Peschiera, avec les
fortifications, jusqu'à la rive droite de l'Adige et du Pô; du Modenais,
du Ferrarais, du Bolonais, de la Romagne:

Cela fait à peu près trois millions cinq à six cent mille habitans.

5º. Gênes aura les fiefs impériaux;

6º. L'empereur aura la Dalmatie et l'Istrie, les états de Venise jusqu'à
l'Adige et le Pô, la ville de Venise;

7º. Le prince d'Orange, conformément au traité secret avec la Prusse,
obtiendra une indemnité. Le duc de Modène sera indemnisé par le Brisgaw,
et en place l'Autriche prendra Salzburg et une partie de la Bavière
comprise entre la rivière d'Inn, la rivière de Salza, l'évêché de
Salzburg, faisant cinquante mille habitans;

8º. Nous ne céderons les pays que doit occuper l'empereur que trois
semaines après l'échange des ratifications et lorsqu'il aura évacué
Manheim, Ingolstadt, Ulm, Ehrenbreistein et tout l'Empire;

9º. La France aura ce que la république de Venise avait de meilleur,
etc., et les limites du Rhin, auxquelles il ne manquera que deux cent
mille habitans que l'on pourra avoir à la paix de l'Empire. Elle gagnera
de ce côté quatre millions de population;

10º. La république cisalpine aura de très-belles limites militaires,
puisqu'elle aura Mantoue, Peschiera, Ferrare.

11º. La liberté gagne donc: république cisalpine, trois millions cinq
cent mille habitans; nouvelles limites de la France, quatre millions: en
tout sept millions cinq cent mille habitans;

12º. La maison d'Autriche gagnera un million neuf cent mille habitans:

Elle en perdra, en Lombardie, un million cinq cent mille; à Modène,
trois cent mille; en Belgique, deux millions cinq cent mille: en tout
quatre millions trois cent mille habitans; sa perte sera donc encore
assez sensible.

J'ai profité des pouvoirs que vous m'avez donnés et de la confiance dont
vous m'avez revêtu pour conclure ladite paix; j'y ai été conduit:

1º. Par la saison avancée, contraire à la guerre offensive, surtout
de ce côté-ci, où il faut repasser les Alpes et entrer dans des pays
très-froids;

2º. La faiblesse de mon armée, qui cependant a toutes les forces de
l'empereur contre elle;

3º. La mort de Hoche, et le mauvais plan d'opérations adopté;

4º. L'éloignement des armées du Rhin des états héréditaires de la maison
d'Autriche;

5º. La nullité des Italiens. Je n'ai avec moi au plus que quinze cents
Italiens qui sont le ramassis des polissons dans les grandes villes;

6º. La rupture qui vient d'éclater avec l'Angleterre;

7º. L'impossibilité où je me trouve, par la non ratification du traité
d'alliance avec le roi de Sardaigne, de me servir des troupes sardes, et
la nécessité d'augmenter de six mille hommes de troupes françaises les
garnisons du Piémont et de la Lombardie;

8º. L'envie de la paix qu'a toute la république, envie qui se manifeste
même dans les soldats, qui se battraient, mais qui verront avec plus
de plaisir encore leurs foyers, dont ils sont absens depuis bien
des années, et dont l'éloignement ne serait bon que pour établir le
gouvernement militaire;

9º. L'inconvenance d'exposer des avantages certains et le sang français
pour des peuples peu dignes et peu amans de la liberté, qui, par
caractère, habitude et religion, nous haïssent profondément. La ville
de Venise renferme, il est vrai, trois cents patriotes: leurs intérêts
seront stipulés dans le traité, et ils seront accueillis dans la
Cisalpine. Le désir de quelques centaines d'hommes ne vaut pas la mort
de vingt mille Français;

10º. Enfin, la guerre avec l'Angleterre nous ouvrira un champ plus
vaste, plus essentiel et plus beau d'activité. Le peuple anglais vaut
mieux que le peuple vénitien, et sa libération consolidera à jamais
la liberté et le bonheur de la France, ou, si nous obligeons ce
gouvernement à la paix, notre commerce, les avantages que nous
lui procurerons dans les deux mondes, seront un grand pas vers la
consolidation de la liberté et le bonheur public.

Si, dans tous ces calculs, je me suis trompé, mon coeur est pur, mes
intentions sont droites: j'ai fait taire l'intérêt de ma gloire, de ma
vanité, de mon ambition; je n'ai vu que la patrie et le gouvernement;
j'ai répondu d'une manière digne de moi à la confiance illimitée que le
directoire a bien voulu m'accorder depuis deux ans.

Je crois avoir fait ce que chaque membre du directoire eût fait en ma
place.

J'ai mérité par mes services l'approbation du gouvernement et de la
nation; j'ai reçu des marques réitérées de son estime. «Il ne me reste
plus qu'à rentrer dans la foule, reprendre le soc de Cincinnatus, et
donner l'exemple du respect pour les magistrats et de l'aversion pour le
régime militaire, qui a détruit tant de républiques et perdu plusieurs
états.»

Croyez à mon dévouement et à mon désir de tout faire pour la liberté de
la patrie.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 19 vendémiaire an 6 (10 octobre
1797).

_Au directoire exécutif._

Le citoyen Botot m'a remis votre lettre du premier jour complémentaire;
il m'a dit, en conséquence, de votre part, de révolutionner l'Italie: je
lui ai demandé comment cela se devait entendre; si le duc de Parme,
par exemple, était compris dans cet ordre. Il n'a pu me donner aucune
explication. Je vous prie de me faire connaître vos ordres plus
clairement.

J'ai retenu quelques jours ici le citoyen Botot, pour qu'il pût
s'assurer par lui-même de l'esprit qui anime mon état-major et tout
ce qui m'environne. Je serais bien aise qu'il en fit autant dans
les différentes divisions de l'armée, il y trouverait un esprit de
patriotisme qui distingue ces braves soldats.

Ma santé considérablement affaiblie, mon moral non moins affecté, ont
besoin de repos et me rendent incapable de remplir les grandes choses
qui restent à faire. Je vous ai déjà demandé un successeur: si vous
n'avez pas obtempéré à ma demande, je vous prie, citoyens directeurs, de
le faire. Je ne suis plus en état de commander. Il ne me reste qu'un
vif intérêt, qui ne m'abandonnera jamais, pour la prospérité de la
république et la liberté de la patrie.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 22 vendémiaire an 6 (13 octobre
1797).

_Au directoire exécutif de la république cisalpine._

J'ai reçu, citoyens directeurs, le projet que vous m'avez envoyé pour
la formation du département de Mantoue. Faites faire une loi par les
comités réunis, pour joindre Mantoue, la partie du Véronais que vous
désirez dans votre plan, et le Brescian à la république cisalpine. Si
vous le croyez nécessaire, envoyez-la moi, je la signerai: surtout que
chaque département n'excède pas cent quatre-vingt mille habitans.
Je crois qu'il sera bon de mettre une partie du Brescian dans le
départemens de Mantoue, pour pouvoir faire une bonne limite. La ville de
Mantoue continuera cependant à être en état de siége, et immédiatement
sous les ordres du général commandant la place.

Les fortifications de Mantoue seront désormais aux frais de votre
gouvernement, ainsi que celles de Pizzighittone et de Peschiera. Il est
indispensable que vous envoyiez un de vos officiers du génie à Mantoue,
lequel se concertera avec l'officier français, et prendra des mesures
pour augmenter, autant que possible, les fortifications de cette place.
J'ordonne au général Chasseloup de faire faire des projets en grand pour
des fortifications permanentes.

Il est également indispensable que l'on commence à travailler à un bon
fort à la roche d'Anfous, entre Brescia et le Tyrol. Ce poste est des
plus importans pour la république cisalpine, et il demande toute votre
sollicitude. Envoyez un officier du génie à Brescia.

Je donne l'ordre au général Chasseloup d'en envoyer également un pour se
concerter avec le vôtre, et présenter un projet pour établir une bonne
forteresse dans cette position.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 27 vendémiaire an 6 (18 octobre
1797).

_Au directoire exécutif._

Le général Berthier et le citoyen Monge vous portent le traité de paix
définitif qui vient d'être signé entre l'empereur et nous.

Le général Berthier, dont les talens distingués égalent le courage et le
patriotisme, est une des colonnes de la république, comme un des plus
zélés défenseurs de la liberté. Il n'est pas une victoire de l'armée
d'Italie à laquelle il n'ait contribué. Je ne craindrai pas que l'amitié
me rende partial en retraçant ici les services que ce brave général a
rendus à la patrie; mais l'histoire prendra ce soin, et l'opinion de
toute l'armée fondera le témoignage de l'histoire.

Le citoyen Monge, un des membres de la commission des sciences et arts,
est célèbre par ses connaissances et son patriotisme. Il a fait estimer
les Français par sa conduite en Italie. Il a acquis une part distinguée
dans mon amitié. Les sciences, qui nous ont révélé tant de secrets,
détruit tant de préjugés, sont appellées à nous rendre de plus grands
services encore. De nouvelles vérités, de nouvelles découvertes nous
révéleront des secrets plus essentiels encore au bonheur des hommes;
mais il faut que nous aimions les savans et que nous protégions les
sciences.

Accueillez, je vous prie, avec une égale distinction, le général
distingué et le savant physicien: tous les deux illustrent la patrie et
rendent célèbre le nom français. Il m'est impossible de vous envoyer le
traité de paix par deux hommes plus distingués dans un genre différent.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Passeriano, le 27 vendémiaire an 6 (18 octobre
1797).

_Au ministre des relations extérieures._

La paix a été signée hier après minuit. J'ai fait partir, à deux heures,
le général Berthier et le citoyen Monge pour vous porter le traité
en original. Je me suis référé à vous en écrire ce matin, et je vous
expédie, à cet effet, un courrier extraordinaire qui vous arrivera en
même temps, et peut-être avant le général Berthier: c'est pourquoi j'y
inclus une copie collationnée de ce traité.

1°. Je ne doute pas que la critique ne s'attache vivement à déprécier
le traité que je viens de signer. Tous ceux cependant qui connaissent
l'Europe et qui ont le tact des affaires, seront bien convaincus qu'il
était impossible d'arriver à un meilleur traité sans commencer par se
battre, et sans conquérir encore deux ou trois provinces de la maison
d'Autriche. Cela était-il possible? oui. Préférable? non.

En effet, l'empereur avait placé toutes ses troupes contre l'armée
d'Italie, et, nous, nous avons laissé toute la force de nos troupes sur
le Rhin. Il aurait fallut trente jours de marche à l'armée d'Allemagne
pour pouvoir arriver sur les lisières des états héréditaires de la
maison d'Autriche, et pendant ce temps-là j'aurais eu contre moi les
trois quarts de ses forces. Je ne devais pas avoir les probabilités de
les vaincre, et, les eusse-je vaincues, j'aurais perdu une grande partie
des braves soldats qui ont à seuls vaincu toute la maison d'Autriche et
changé le destin de l'Europe. Vous avez cent cinquante mille hommes sur
le Rhin, j'en ai cinquante mille en Italie.

2°. L'empereur, au contraire, a cent cinquante mille hommes contre moi,
quarante mille en réserve, et au plus quarante mille au-delà du Rhin.

3°. Le refus de ratifier le traité du roi de Sardaigne me privait de dix
mille hommes et me donnait des inquiétudes réelles sur mes derrières,
qui s'affaiblissaient par les armemens extraordinaires de Naples.

4°. Les cimes des montagnes sont déjà couvertes de neige: je ne pouvais
pas, avant un mois, commencer les opérations militaires, puisque, par
une lettre que je reçois du général qui commande l'armée d'Allemagne, il
m'instruit du mauvais état de son armée, et me fait part que l'armistice
de quinze jours qui existait entre les armées n'est pas encore rompu.
Il faut dix jours pour qu'un courrier se rende d'Udine à l'armée
d'Allemagne annoncer la rupture; les hostilités ne pouvaient donc en
réalité commencer que vingt-cinq jours après la rupture, et alors nous
nous trouvions dans les grandes neiges.

5°. Il y aurait eu le parti d'attendre au mois d'avril et de passer tout
l'hiver à organiser les armées et à concerter un plan de campagne, qui
était, pour le dire entre nous, on ne peut pas plus mal combiné; mais ce
parti ne convenait pas à la situation intérieure de la république, de
nos finances et de l'armée d'Allemagne.

6°. Nous avons la guerre avec l'Angleterre: cet ennemi est assez
considérable.

Si l'empereur répare ses pertes dans quelques années de paix, la
république cisalpine s'organisera de son côté, et l'occupation de
Mayence et la destruction de l'Angleterre nous compenseront de reste et
empêcheront bien ce prince de penser à se mesurer avec nous.

7°. Jamais, depuis plusieurs siècles, on n'a fait une paix plus
brillante que celle que nous faisons. Nous acquérons la partie de la
république de Venise la plus précieuse pour nous. Une autre partie du
territoire de cette république est acquise à la Cisalpine, et le reste à
l'empereur.

8°. L'Angleterre allait renouveler une autre coalition. La guerre, qui
a été nationale et populaire lorsque l'ennemi était sur nos frontières,
semble aujourd'hui étrangère au peuple, et n'est devenue qu'une guerre
de gouvernement. Dans l'ordre naturel des choses, nous aurions fini par
y succomber.

9°. Lorsque la Cisalpine a les frontières les plus militaires de
l'Europe, que la France a Mayence et le Rhin, qu'elle a dans le Levant
Corfou, place extraordinairement bien fortifiée, et les autres îles, que
veut-on davantage? Diverger nos forces, pour que l'Angleterre continue à
enlever à nous, a l'Espagne, à la Hollande leurs colonies, et éloigner
encore pour long-temps le rétablissement de notre commerce et de notre
marine?

10°. Les Autrichiens sont lourds et avares: aucun peuple moins intrigant
et moins dangereux pour nos affaires militaires qu'eux; l'Anglais, au
contraire, est généreux, intrigant, entreprenant. Il faut que notre
gouvernement détruise la monarchie anglicane, ou il doit s'attendre
lui-même à être détruit par la corruption et l'intrigue de ces actifs
insulaires. Le moment actuel nous offre un beau jeu. Concentrons toute
notre activité du côté de la marine, et détruisons l'Angleterre: cela
fait, l'Europe est à nos pieds.

BONAPARTE



Au quartier-général à Trévise, le 5 brumaire an 6 (26 octobre 1797).

_Au citoyen Villetard._

J'ai reçu, citoyen, votre lettre du 3 brumaire, je n'ai rien compris à
son contenu; il faut que je ne me sois pas bien expliqué avec vous.

La république française n'est liée avec la municipalité de Venise par
aucun traité qui nous oblige à sacrifier nos intérêts et nos avantages à
celui du comité du salut public ou de tout autre individu de Venise.

Jamais la république française n'a adopté pour maxime de faire la guerre
pour les autres peuples. Je voudrais connaître quel serait le principe
de philosophie ou de morale qui ordonnerait de faire sacrifier 40,000
Français contre le voeu bien prononcé de la nation et l'intérêt bien
entendu de la république.

Je sais bien qu'il n'en coûte rien à une poignée de bavards, que je
caractériserais bien en les appelant fous, de vouloir la république
universelle; je voudrais que ces messieurs pussent faite une campagne
d'hiver: d'ailleurs, la nation vénitienne n'existait pas. Divisés en
autant d'intérêts qu'il y a de villes, efféminés et corrompus, aussi
lâches qu'hypocrites, les peuples de l'Italie, et spécialement le peuple
vénitien, n'est pas fait pour la liberté. S'il était dans le cas de
l'apprécier, et s'il avait les vertus nécessaires pour l'acquérir, eh
bien! la circonstance actuelle lui est très-avantageuse pour le prouver:
qu'il la défende! Il n'a pas eu le courage de la conquérir, même contre
quelques misérables oligarques; il n'a pas pu même se défendre quelque
temps dans la ville de Zara, et peut-être même que, si l'armée fût
entrée en Allemagne, nous eussions vu se renouveler, sinon les scènes
de Verone, du moins des assassinats particuliers, multipliés, qui
produisent le même effet sinistre pour l'armée.

Au reste, la république française ne peut pas donner, comme on pourrait
le croire, les états de Venise. Ce n'est pas que, dans la réalité, ces
états n'appartiennent à la France par droit de conquête; mais c'est
parce qu'il n'est point dans les principes du gouvernement de donner
aucun peuple. Lors donc que l'armée française évacue ces pays-ci, les
différens gouvernemens sont maîtres de prendre toutes les mesures qu'ils
pourraient juger avantageuses à leur pays.

Si je vous avais chargé de conférer avec le comité de salut public sur
l'évacuation qu'il est possible que l'armée française exécute, c'est
pour le mettre à même de prendre toutes les mesures, soit pour leur
pays, soit pour les individus qui voudraient se retirer dans les pays
qui, réunis à la république cisalpine, sont reconnus et garantis par la
république française.

Vous avez dû également faire connaître au comité de salut public que les
individus qui voudraient suivre l'armée française auraient tout le temps
nécessaire pour vendre leurs biens, quel que soit le sort de ces pays,
et que même je savais qu'il était dans l'intention de la république
cisalpine de leur accorder le titre de citoyen. Votre mission doit se
borner là; quant au reste, ils feront ce qu'ils voudront. Vous leur en
avez assez dit pour leur faire sentir que tout n'était pas perdu, que
tout ce qui arrivait était la suite d'un grand plan. Si les armes de la
république française continuaient à être heureuses contre une puissance
qui a été le nerf et le coffre-fort de toute la coalition, peut-être
Venise aurait pu, par la suite, se trouver réunie avec la Cisalpine;
mais je vois que ce sont des lâches. Ils ne savent que faire, eh bien!
qu'ils fuient! Je n'ai pas besoin d'eux.

Le général Serrurier vous communiquera les différens ordres que je
lui ai envoyés. Je vous prie, dans l'absence du citoyen Lallemant, de
coopérer de tout votre pouvoir à leur exécution.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Milan, le 10 brumaire an 6 (31 octobre 1797).

_Au directoire exécutif._

Le contre-amiral Brueys a mouillé, le 8 brumaire, dans la rade de
Raguse. Conformément aux instructions que je lui avais données, il
annonça à cette république l'intérêt que le directoire exécutif prend
à son indépendance, et le désir qu'il avait de faire tout ce qui était
nécessaire pour la maintenir; il a été accueilli, de la manière la plus
amicale, par les habitons de Raguse.

Il est difficile de voir une escadre plus belle que celle du
contre-amiral Brueys. J'ai cru devoir donner une marque de satisfaction
aux équipages pour leur bonne conduite et la dextérité qu'ils ont mise
dans les différentes manoeuvres que le contre-amiral Brueys leur a fait
exécuter, en leur accordant, en gratification, un habillement neuf. J'ai
fait également solder tout ce qui était dû aux équipages.

Le contre-amiral Brueys est un officier distingué par sel connaissances,
autant que par la fermeté de son caractère. Un capitaine de son escadre
ne se refuserait pas deux fois de suite à l'exécution de ses signaux. Il
a l'art et le caractère pour se faire obéir. Je lui ai fait présent de
la meilleure lunette d'Italie, avec l'inscription suivante: «Donné par
le général B......... au contre-amiral Brueys, de la part du directoire
exécutif.»

BONAPARTE.



Au quartier-général à Milan, le 12 brumaire an 6 (2 novembre 1797).

_À M. de Cobentzel, ambassadeur._

Je reçois à l'instant, monsieur l'ambassadeur, un courrier de Paris, qui
m'apporte la ratification du directoire exécutif du traité de paix
que nous avons signé. Je me fais en conséquence un devoir de vous en
prévenir.

Les citoyens Treilhard, Bonnières et moi, nous avons été nommés pour
assister au congrès de Rastadt.

Le gouvernement m'a également nommé pour être l'officier-général chargé
de prendre toutes les mesures pour l'exécution du traité de paix,
conformément à notre convention additionnelle. J'attends, monsieur le
comte, avec intérêt le courrier que vous m'avez promis de m'envoyer.

Je l'attendrai à Milan.

Je suis charmé que cette occasion me mette à même de me rappeler à votre
souvenir, ainsi qu'à celui de MM. de Gallo, de Merweeldt et Dengelmann.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Milan, le 5 brumaire an 6 (5 novembre 1797).

_Au directoire exécutif._

J'ai envoyé à Vienne, par le courrier Moustache, l'avis à M. le comte de
Cobentzel que vous aviez ratifié le traité de paix de Passeriano.

J'attends à chaque instant l'avis que l'empereur a ratifié, je suis
surpris de ne l'avoir pas encore reçu.

J'envoie à Corfou la sixième demi-brigade de ligne pour renforcer la
garnison, j'y ai fait passer des approvisionnemens considérables.

J'ai expédié un navire au contre-amiral Brueys pour qu'il se tînt prêt à
partir de Corfou avec l'escadre vénitienne.

J'ai renforcé la garnison d'Ancône de la trente-neuvième demi-brigade.

Je crois que vous pourriez laisser 25,000 hommes en Italie, en mener
trente-six mille en Angleterre, et faire rentrer le reste à Nice, à
Chambery et en Corse.

Je me rendrai à Rastadt dès l'instant que j'aurai des nouvelles de
Vienne.

Je prépare tout pour les différens mouvemens des troupes, qui ne
pourront plus avoir lieu avant que nous occupions Mayence.

Pour faire avec quelques probabilités l'expédition d'Angleterre, il
faudrait:

1°. De bons officiers de marine;

2°. Beaucoup de troupes bien commandées, pour pouvoir menacer sur
plusieurs points et ravitailler la descente;

3°. Un amiral intelligent et ferme: je crois Truguet le meilleur;

4°. Trente millions d'argent comptant;

5°. Le général Hoche avait de très-bonnes cartes d'Angleterre, qu'il
faudrait redemander à ses héritiers.

Vous ne pouviez pas faire choix d'un officier plus distingué que le
général Desaix.

Quoique véritablement j'aurais besoin de repos, je ne me refuserai
jamais à payer, autant qu'il sera en moi, mon tribut à la patrie.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Milan, le 17 brumaire au 6 (7 novembre 1797).

_Au directoire exécutif._

Je vous fais passer l'organisation que je viens de donner aux Iles du
Levant dans la mer Ionienne.

J'ai écrit à Venise que l'on réunisse tous les mémoires géographiques
et tous les ouvrages relatifs à ces établissemens, pour les envoyer au
ministre de l'intérieur.

Je m'occupe à force à mettre la dernière main à l'organisation de la
république cisalpine.

Je ne crois pas qu'il soit possible que je parte avant le 22.

Je ne pourrai pas être avant le 30 à Rastadt[1]: je compte passer par
Chambéry et Genève; mais je vais faire partir demain matin un de mes
aides-de-camp, qui y arrivera avant le 27.

BONAPARTE.

[Footnote 1: Bonaparte venait d'être nommé ministre plénipotentiaire de
la république française auprès du congrès de Rastadt.]



Au quartier-général à Milan, le 18 brumaire an 6 (8 novembre 1797).

_À M. le marquis de Chasteler, quartier-maître général de l'armée
autrichienne._

Je n'attendais, monsieur, que la nouvelle de la ratification de Vienne,
pour vous engager à terminer le travail dont vous êtes chargé.

J'écris par le même courrier au général Chasseloup pour qu'il se rende
à Verone: je le prie de m'expédier par un courrier extraordinaire la
première partie de votre travail depuis la Lizza jusqu'à San-Giacomo.

Je désire, si vous tombez d'accord, comme je l'espère, que vous me
l'expédiiez par un courrier extraordinaire, afin que je le reçoive
avant mon départ pour Rastadt, et que cela n'apporte aucun obstacle à
l'échange des ratifications.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Milan, le 20 brumaire an 6 (10 novembre 1797).

_À M. le marquis de Manfredini._

Le citoyen Cacault, ministre de la république, s'adressera à vous,
monsieur, de ma part, pour obtenir un service pour l'armée.

Je désirerais que S.A.R. facilitât la négociation de 2,000,000 de
lettres de change que la caisse de l'armée a sur la république
cisalpine.

Vous trouverez ci-joint une note détaillée sur cet objet de
l'administrateur général des finances de l'armée.

Croyez, je vous prie, monsieur le marquis, aux sentimens d'estime et à
la haute considération, etc., etc.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Milan, le 20 brumaire an 6 (10 novembre 1797).

_ À M. Louis, comte de Cobentzel, ambassadeur._

Le courrier que vous m'avez envoyé, monsieur l'ambassadeur, s'est croisé
avec celui que je vous avais expédié. Je pars dans deux ou trois jours
pour me rendre à Rastadt. Les conseils ont également ratifié le traité
de paix. Je ne doute pas que j'aurai le plaisir de vous voir à Rastadt
pour l'échange des ratifications.

J'ai donné les ordres pour que les séquestres mis à Venise sur les
effets appartenans à S.M. l'empereur soient levés.

Croyez, je vous prie, à l'estime et à la haute considération que j'ai
pour vous, et renouvelez-moi au souvenir de MM. le chevalier de Gallo,
le comte de Meerweldt et le baron de Degelmann.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Milan, le 20 brumaire an 6 (10 novembre 1797).

_Au général Gentili._

Vous avez très-bien fait, citoyen général, de vous refuser aux
prétentions d'Ali-Pacha: tout en l'empêchant d'empiéter sur ce qui nous
appartient, vous devez cependant le favoriser autant qu'il sera en vous.
Il est de l'intérêt de la république que ce pacha acquière un grand
accroissement, batte tous ses rivaux, afin qu'il puisse devenir un
prince assez puissant pour pouvoir rendre des services à la république.
Les établissemens que nous avons sont si près de lui, qu'il n'est jamais
possible qu'il puisse cesser d'avoir intérêt d'être notre ami.

Envoyez des officiers du génie et d'état-major auprès de lui, afin de
vous rendre un état de la situation, de la population et des coutumes
de toute l'Albanie; faites faire des descriptions géographiques,
topographiques de toute cette partie si intéressante aujourd'hui pour
nous depuis l'Albanie jusqu'à la Morée, et faites en sorte d'être bien
instruit de toutes les intrigues qui divisent ces peuples.

Il est nécessaire, citoyen général, que vous caressiez toutes les
peuplades qui environnent Prevesa, et en général celles qui touchent nos
possessions, et qui paraissent déjà si bien disposées en notre faveur.

Je vous fais passer l'organisation des îles en trois départemens, je
vous prie de la mettre sur-le-champ à exécution.

J'ai nommé au consulat d'Otrante le citoyen Leclerc.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Milan, le 21 brumaire an 6 (11 novembre 1797).

_Au gouvernement provisoire de la république ligurienne._

Je vais répondre, citoyens, à la confiance que vous m'avez montrée, en
vous faisant connaître une partie des modifications dont votre projet de
constitution peut être susceptible.

Vous avez besoin de diminuer les frais de l'administration, pour ne
pas être obligés de surcharger le peuple, et de détruire l'esprit de
localité fomenté par votre ancien gouvernement. Cinq directeurs, trente
membres du conseil des anciens, et soixante des jeunes, vous forment une
représentation suffisante.

La suppression de vos administrations de district me parait essentielle.

Que le corps législatif partage votre territoire en quinze ou vingt
juridictions, en cent cinquante ou deux cents cantons, ou municipalités
centrales.

Ayez, dans chaque juridiction, un tribunal composé de trois juges;
dans chaque canton un, deux et même trois juges de paix, selon leur
population et leurs localités.

Ayez, dans chaque juridiction, un commissaire nommé par le directoire
exécutif, qui soit à la fois commissaire près le tribunal et
spécialement chargé de faire passer aux différentes municipalités les
ordres du gouvernement et de l'instruire des événemens qui pourraient
survenir dans chaque municipalité.

Que la municipalité centrale du canton soit composée de la réunion d'un
député de chacune des communes qui composent le canton; qu'elle soit
présidée par le juge de paix du chef-lieu du canton, et qu'elle ne se
rassemble momentanément qu'en conséquence des ordres du gouvernement.

Partagez votre territoire en sept ou dix divisions militaires; que
chacune soit commandée par un officier de troupes de ligne: vous aurez
par là une justice qui pourra être bien administrée, et une organisation
extrêmement simple, tant pour la répartition des impositions, que pour
le maintien de la tranquillité publique.

Plusieurs questions particulières sont également intéressantes: ce n'est
pas assez de ne rien faire contre la religion, il faut encore ne donner
aucun sujet d'inquiétude aux consciences les plus timorées, ni aucune
arme aux hommes mal-intentionnés.

Exclure tous les nobles des fonctions publiques est d'une injustice
révoltante, vous feriez ce qu'ils ont fait; cependant les nobles qui ont
exercé les places dans les colléges, qui s'étaient attribué tous
les pouvoirs, qui ont tant de fois méconnu les formes mêmes de leur
gouvernement, et ont sans cesse cherché à river davantage les chaînes
du peuple, et à organiser une oligarchie au détriment même de
l'aristocratie, ces hommes ne peuvent plus être appelés aux fonctions de
l'état; la justice le permet et la politique l'ordonne, tout comme l'une
et l'autre vous ordonnent de ne pas priver des droits de citoyen ce
grand nombre d'hommes qui sont si utiles à votre patrie.

Le port franc est une pomme de discorde que l'on a jetée au milieu
de vous. Autant il est absurde que tous les points de la république
prétendent à la franchise du port, autant il pourrait être inconvenant
et paraître un privilége d'acquisition de laisser la franchise du port à
la ville de Gênes seule.

Le corps législatif doit avoir le droit de déclarer la franchise pour
deux points de la république; la ville de Gênes ne doit tenir la
franchise de son port que de la volonté du corps législatif, mais le
corps législatif doit la lui donner.

Pourquoi le peuple ligurien est-il déjà si changé? À ces premiers élans
de fraternité et d'enthousiasme ont succédé la crainte et la terreur:
les prêtres s'étaient, les premiers, ralliés autour de l'arbre de la
liberté; les premiers, ils vous avaient dit que la morale de l'Evangile
est toute démocratique; mais des hommes payés par vos ennemis, dans les
révolutions de tous les pays, auxiliaires immédiats de la tyrannie, ont
profité des écarts, même des crimes de quelques prêtres, pour écrire
contre la religion, et les prêtres se sont éloignés.

Une partie de la noblesse a été la première à donner l'éveil au peuple
et à proclamer les droits de l'homme; l'on a profité des écarts, des
préjugés ou de la tyrannie passée de quelques nobles; l'on a proscrit en
masse, et le nombre de vos ennemis s'est accru.

Après avoir ainsi fait planer les soupçons sur une partie des citoyens,
et les avoir armés les uns contre les autres, on a fait plus, on a
divisé les villes contre les villes. On vous a dit que Gênes voulait
tout avoir, et tous les villages ont prétendu avoir le port franc; ce
qui détruirait les douanes, et rendrait impossible la conservation de
l'état.

La situation alarmante où vous vous trouvez est l'effet des sourdes
menées des ennemis de la liberté et du peuple; méfiez-vous de tout homme
qui veut exclusivement concentrer l'amour de la patrie dans ceux de
sa cotterie. Si son langage a l'air de défendre le peuple, c'est pour
l'exaspérer et le diviser. Il dénonce sans cesse, lui seul est pur. Ce
sont des hommes payés par les tyrans, dont ils secondent si bien les
vues.

Quand, dans un état (surtout dans un petit), l'on s'accoutume à
condamner sans entendre, à applaudir d'autant plus à un discours, qu'il
est plus furieux; quand on appelle vertu l'exagération et la fureur, et
crime la modération, cet état-là est près de sa ruine.

Il en est des états comme d'un bâtiment qui navigue, et comme d'une
armée; il faut de la froideur, de la modération, de la sagesse, de
la raison dans la conception des ordres, commandemens ou lois, et de
l'énergie et de la vigueur dans leur exécution.

Si la modération est un défaut, et un défaut très-dangereux pour les
républiques, c'est d'en mettre dans l'exécution des lois sages; si
les lois sont injustes, furibondes, l'homme de bien devient alors
l'exécuteur modéré; c'est le soldat qui est plus sage que le général:
cet état-là est perdu.

Dans un moment où vous allez vous constituer en un gouvernement stable,
ralliez-vous; faites trêve à vos méfiances, oubliez les raisons que vous
croiriez avoir pour vous désunir, et, tous d'accord, organisez votre
gouvernement.

J'avais toujours désiré pouvoir aller à Gênes, et vous dire moi-même
ce que je ne puis ici que vous écrire: c'est le fruit de l'expérience
acquise au milieu des orages de la révolution du grand peuple, et que
confirment l'histoire de tous les temps et votre propre exemple.

Croyez que dans tous les lieux où mon devoir et le service de ma patrie
m'appelleront, je regarderai comme un des momens les plus précieux celui
où je pourrai être utile à votre république, et comme ma plus grande
satisfaction d'apprendre que vous vivez heureux, unis, et que vous
pouvez, dans tous les événemens, être, par votre alliance, utiles à
la grande nation, à qui vous devez la liberté et un accroissement de
population de près de cent mille ames.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Milan, le 21 brumaire an 6 (11 novembre 1797).

_Au peuple cisalpin._

Citoyens,

À compter du 1er frimaire, votre constitution se trouvera en pleine
activité.

Votre directoire, votre corps législatif, votre tribunal de cassation,
les autres administrations subalternes se trouveront organisés.

Vous êtes le premier exemple, dans l'histoire, d'un peuple qui devient
libre sans factions, sans révolutions et sans déchiremens.

Nous vous avons donné la liberté, sachez la conserver. Vous êtes,
après la France, la république la plus populeuse, la plus riche. Votre
position vous appelle à jouer un grand rôle dans les affaires de
l'Europe.

Pour être dignes de votre destinée, ne faites que des lois sages et
modérées.

Faites-les exécuter avec force et énergie.

Favorisez la propagation des lumières, et respectez la religion.

Composez vos bataillons, non pas de gens sans aveu, mais de citoyens qui
se nourrissent des principes de la république, et soient immédiatement
attachés à sa prospérité.

Tous avez en général besoin de vous pénétrer du sentiment de votre force
et de la dignité qui convient a l'homme libre.

Divisés et pliés depuis tant d'années à la tyrannie, vous n'eussiez pas
conquis votre liberté; mais sous peu d'années, fussiez-vous abandonnés à
vous-mêmes, aucune puissance de la terre ne sera assez forte pour vous
l'ôter.

Jusqu'alors la grande nation vous protégera contre les attaques de vos
voisins. Son système politique sera réuni au vôtre.

Si le peuple romain eût fait le même usage de sa force que le peuple
français, les aigles romaines seraient encore sur le Capitole, et
dix-huit siècles d'esclavage et de tyrannie n'auraient pas déshonoré
l'espèce humaine.

J'ai fait, pour consolider la liberté et en seule vue de votre bonheur,
un travail que l'ambition et l'amour du pouvoir ont seuls fait faire
jusqu'ici.

J'ai nommé à un grand nombre de places, je me suis exposé à avoir oublié
l'homme probe et avoir donné la préférence à l'intrigant; mais il y
avait des inconvéniens majeurs à vous laisser faire ces premières
nominations: vous n'étiez pas encore organisés.

Je vous quitte sous peu de jours. Les ordres de mon gouvernement, et un
danger imminent que courrait la république cisalpine, me rappelleront
seuls au milieu de vous.

Mais, dans quelque lieu que le service de ma patrie m'appelle, je
prendrai toujours une vive sollicitude au bonheur et à la gloire de
votre république.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Milan, le 11 brumaire an 6 (12 novembre 1797).

_Au chef des trois ligues._

Le citoyen Comeyras, résident de la république française, vous a fait
passer la décision que j'ai prise, au nom de la république, le 10
octobre, par laquelle les peuples de la Valteline, Chiavene et Bormio
sont libres de pouvoir se réunir avec la république cisalpine, laquelle
réunion a effectivement eu lieu.

Vous avez, magnifiques seigneurs, sollicité la médiation de la
république française. Je l'avais acceptée avec répugnance, parce qu'il
est dans nos principes de nous mêler le moins possible dans les affaires
des autres peuples; mais j'ai dû céder à vos vives instances, j'ai
dû céder même à la voix du devoir, étant garant de l'exécution des
capitulats qui vous liaient avec les peuples de la Valteline, de
Chiavene et de Bormio.

De quelle influence et de quelle raison a-t-on pu se servir pour vous
aveugler sur vos intérêts, et pour vous faire substituer à la conduite
franche et loyale qui distingue votre brave nation, une conduite
tortueuse, contraire a la bonne foi et spécialement aux égards que vous
devez à la grande nation que vous avez choisie pour médiatrice?

Depuis quatre mois que j'ai accepté la médiation, quoique le citoyen
Comeyras vous eût continuellement sollicités, ce n'est qu'aujourd'hui,
lorsque vous avez dû savoir la décision que j'avais prise, que vous avez
envoyé des députés. Magnifiques seigneurs, votre brave nation est mal
conseillée, les intrigans substituent la voix de leurs passions et de
leurs préjugés à celle de l'intérêt de leur patrie et aux principes de
la démocratie.

La Valteline, Chiavene et Bormio sont irrévocablement réunis à la
république cisalpine. Du reste, cela n'altérera d'aucune manière
la bonne amitié et la protection que la république française vous
accordera, toutes les fois que vous vous conduirez envers elle avec les
égards qui sont dus au plus puissant peuple du monde.

Croyez au sentiment d'estime et à la haute considération que j'ai pour
vous, etc., etc.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Milan, le 22 brumaire an 6 (12 novembre 1797).

_Au directoire exécutif._

Je vous ferai passer la distribution de l'armée d'Italie en armée
d'Angleterre.

J'ai fait toutes les dispositions et donné tous les ordres en
conséquence, afin que, dès l'instant que l'échange des ratifications
aura eu lieu, et que nous serons dans Mayence, on puisse commencer à
mettre les colonnes en marche pour l'Océan.

Je ferai partir demain le citoyen Andréossy, chef de brigade
d'artillerie, pour se rendre à Paris, afin de faire fondre des canons
du calibre de l'artillerie de campagne anglaise, et faire faire des
caissons plus légers et plus propres à l'embarquement que les nôtres. Il
est nécessaire d'avoir des canons du calibre de ceux des Anglais, afin
qu'une fois dans le pays on puisse se servir de leurs boulets.

Je travaille nuit et jour pour achever l'organisation de la république
cisalpine et pour arranger l'Italie et l'armée, de manière que mon
absence n'y fasse aucun vide et n'ait aucun inconvénient.

Je ne pourrai pas partir avant le 29.

Je me suis fait précéder à Rastadt du général de brigade Murat. Je ne
suis pas fâché de ne m'y trouver que le 4 ou 5 frimaire, cela me donne
d'autant plus de temps pour achever les cinq bâtimens de guerre qui nous
reviennent à Venise, et les mettre dans le cas de tenir la mer.

Le ministre des relations extérieures vous rendra compte des opérations
que je viens de faire dans la Cisalpine et à Gênes.

Une grande partie des Génois désirent être Français. C'est une
acquisition qui, je crois, nous serait utile et qu'il ne faut pas perdre
de vue. Je ne crois pas que la constitution qu'ils ont acceptée, quoique
j'y aie fait quelques changemens pour l'améliorer, puisse leur convenir,
et, si nous aidons un peu, avant deux ou trois ans ils viendront se
jeter à nos genoux pour que nous les recevions comme citoyens français.

J'ai envoyé à Malte le citoyen Poussielgue sous le prétexte d'inspecter
toutes les Echelles du Levant mais, à la vérité, pour mettre la dernière
main au projet que nous avons sur cette île.

Je vous ferai tenir l'ordre que j'ai donné pour régler les affaires de
Venise.

La république cisalpine s'est emparée de quelques villages qui sont sur
la rive gauche du Pô, qui depuis long-temps sont en controverse avec le
duc de Parme, et dès lors les gênaient beaucoup.

Elle s'empare également de la forteresse de Saint-Leo, enclavée dans la
Romagne, où le pape est entré. Je ne sais trop pourquoi elle aura cette
forteresse, extrêmement intéressante, en donnant quelque argent aux
soldats du pape qui la défendent, et en faisant quelques dispositions.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Milan, le 23 brumaire an 6 (13 novembre 1797).

_Au consul de la république française à Malte._

De nouvelles relations, citoyen, vont résulter de la réunion à la
république française des îles de Corfou, Zante, Céphalonie et Cerigo.
Je charge le citoyen Poussielgue, premier secrétaire de la légation de
France à Gênes, qui a la confiance du gouvernement et toute la mienne,
de se transporter dans les différentes échelles du Levant, à l'effet
d'y recueillir les observations et d'y prendre tous les renseignemens
nécessaires pour mettre le gouvernement en état de faire les changemens
et modifications à apporter dans nos relations commerciales et
politiques dans cette partie, et d'établir, de la manière la plus sûre,
la correspondance et les communications régulières entre le continent de
la république française et ses îles de l'Adriatique.

Je vous prie d'aider le citoyen Poussielgue de vos connaissances et
de vos lumières dans tout ce qui concerne sa mission, et de le faire
connaître auprès du gouvernement du pays où vous résidez.

L'intention du gouvernement de la république française est de consolider
toujours ses intérêts avec ceux des gouvernemens étrangers, dans les
relations qu'il peut avoir à établir chez eux.

BONAPARTE.



_Commission d'inspecteur général des échelles du Levant._

La réunion à la république française des îles de Corfou, Zante,
Céphalonie et Cerigo, allant procurer à la France de nouvelles relations
politiques et commerciales dans la Méditerranée et principalement dans
le Levant; et le gouvernement voulant, le plus tôt possible, établir ses
rapports d'une manière régulière et avantageuse, le général en chef de
l'armée d'Italie charge, en son nom, le citoyen Poussielgue, premier
secrétaire de la légation de la république française à Gênes de se
transporter immédiatement, en qualité d'inspecteur général des échelles
du Levant auprès des différens consuls et agens de la république dans le
Levant, et en général de visiter tous les établissemens français situés
dans cette partie; il examinera dans chaque point la situation actuelle
de notre commerce et de nos relations; observera les changemens éprouvés
depuis la révolution; recherchera les moyens les plus prompts de
rétablir l'ancienne prospérité de notre commerce, et de l'accroître en
proportion des avantages de notre nouvelle position; il examinera sous
quels rapports il conviendrait d'étendre ou de modifier nos relations
politiques; il prendra enfin des renseignemens sur la manière la plus
sûre d'établir notre correspondance et nos communications régulières et
périodiques entre le continent de la France et nos îles de l'Adriatique,
en fixant les points intermédiaires en Corse, en Sardaigne, en Sicile ou
à Malte, ou en les établissant sur le continent de l'Italie par Ancône.
Au retour de cette mission, qu'il accélérera autant qu'il sera possible,
il remettra au général en chef de l'armée d'Italie son rapport général
sur tous les objets dont il est chargé par la présente commission.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Milan, le 24 brumaire an 6 (14 novembre 1797).

_Au ministre des relations extérieures._

Je vous fais passer, citoyen ministre, copie de la commission que j'ai
donnée au citoyen Poussielgue et de ma lettre au consul à Malte.

Le but réel de la mission du citoyen Poussielgue est de mettre la
dernière main aux projets que nous avons sur Malte.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Milan, le 24 brumaire an 6 (14 novembre 1797).

_Au cardinal Mattei._

J'ai reçu, monsieur le cardinal, votre lettre du 9 novembre. Je pars
demain pour le congrès de Rastadt.

La cour de Rome commence à se mal conduire.

Contre l'opposition formelle qu'avait faite l'ambassadeur, et la
promesse qu'avait donnée le secrétaire de l'état, elle vient de donner
le commandement des troupes papales au général Provera.

Je crains bien que les maux que vous avez en partie épargnés à votre
patrie ne tombent sur elle. Souvenez-vous, monsieur le cardinal, des
conseils que vous avez donnés au pape à votre départ de Ferrare.

Faites donc entendre à Sa Sainteté, que, si elle continue à se laisser
mener par le cardinal Busca et autres intrigans, cela finira mal pour
vous.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Milan, le 24 brumaire an 6 (14 novembre 1797).

_Au citoyen Joseph Bonaparte, ambassadeur de la république française à
Rome._

J'ai partagé votre indignation, citoyen ambassadeur, lorsque vous m'avez
appris l'arrivée du général Provera. Vous pouvez déclarer présentement à
la cour de Rome que, si elle reçoit à son service aucun officier
connu pour être on avoir été au service de l'empereur, toute bonne
intelligence entre la France et la cour de Rome cesserait à l'heure
même, et la guerre se trouverait déclarée.

Vous ferez connaître, par une note spéciale au pape, que vous adresserez
à lui-même en personne, que quoique la paix soit faite avec S.M.
l'empereur, la république française ne consentira pas à ce que le pape
accepte dans ses troupes aucun officier ni aucun agent, sous quelque
dénomination que ce soit, de l'empereur, hormis les agens diplomatiques
d'usage.

Vous exigerez que M. le général Provera, vingt-quatre heures après la
présentation d'une note que vous ferez à ce sujet, quitte le territoire
de Sa Sainteté, sans quoi vous déclarerez que vous allez quitter Rome.

Vous ferez connaître, dans la conversation, au pape que je viens
d'envoyer trois autres mille hommes à Ancône, lesquels ne rétrograderont
que lorsque vous leur ferez connaître que M. Provera et tous les autres
officiers autrichiens auront quitté le territoire de Sa Sainteté.

Vous ferez connaître au secrétaire-d'état que si Sa Sainteté se porte
à faire exécuter aucun des détenus, de ceux que vous avez réclamés, la
république française, par représailles, fera arrêter les attenans du
cardinal Busca et des autres cardinaux qui égarent la cour de Rome.
Enfin, je vous invite à prendre dans vos notes un style concis et ferme,
et, si le cas arrive, vous pouvez quitter Rome et vous rendre à Florence
ou à Ancône.

Vous ne manquerez pas de faire connaître à Sa Sainteté et au
secrétaire-d'état, qu'à peine vous aurez quitté le territoire de Sa
Sainteté, vous déclarerez la réunion d'Ancône à la Cisalpine. Vous
sentez que cette phrase doit se dire et non pas s'écrire.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Milan, le 24 brumaire an 6 (14 novembre 1797).

_Au général Kilmaine._

Je pars, citoyen général, pour me rendre au congrès de Rastadt. Vous
prendrez le commandement de l'armée jusqu'à l'arrivée du général
Berthier.

Le général de brigade Leclerc remplira les fonctions de chef de
l'état-major.

Le chef de l'état-major vous fera connaître les mouvemens que j'ai
ordonnés pour mettre l'armée en état de faire son mouvement rétrograde,
dès l'instant que je vous en enverrai l'ordre par un de mes
aides-de-camp.

Si le bataillon de la soixante-dix-neuvième, qui était dans la huitième
division militaire arrive, vous l'enverrez à Ancône, où il s'embarquera
pour Corfou, ainsi que tous les détachemens des sixième et
soixante-dix-neuvième demi-brigades.

Vous laisserez a Ancône la trente-neuvième demi-brigade de ligne.

Les généraux Chabot et Lasalcette ont ordre de se rendra à Corfou.

Le général Baraguey d'Hilliers, comme vous le verrez par les ordres que
j'ai donnés, doit faire l'arrière-garde de l'armée.

Jusqu'à ce que vous receviez de nouveaux ordres de moi de Rastadt, le
général Baraguey d'Hilliers occupera la Ponteba, les gorges de Cividale
et Monte-Falcone, indépendamment de quoi il y aura une demi-brigade,
comme j'en ai spécialement donné l'ordre, pour la garnison de
Palma-Nova, et un bataillon pour celle d'Osopo.

Si des événemens quelconques vous faisaient penser nécessaire de
renforcer le général Baraguey d'Hilliers, vous le feriez avec la onzième
demi-brigade de ligne, qui doit être à Bassano, et avec la division
du général Guieux, qui se trouvera à Padoue et composée des onzième,
vingt-troisième et vingt-neuvième d'infanterie légère; et enfin, si cela
ne suffisait pas, par toute la division du général Serrurier, qui est à
Venise, et par la grosse cavalerie, le vingt-quatrième de chasseurs,
le septième de hussards, et, s'il le fallait, par toute la division de
cavalerie aux ordres du général Rey.

Par ce moyen, la partie de l'armée qui est destinée à faire partie de
l'armée d'Angleterre, resterait toujours placée en deçà de la Brenta.

Je ne prévois pas le cas où vous vous trouverez en rupture ouverte avec
l'ennemi, alors même il faudrait marcher avec toutes vos divisions, et
employer tous les moyens qui sont en votre pouvoir.

Vous devez prendre les mesures, même celles de rigueur, des
arrestations, des contributions forcées, pour que les ordres que j'ai
donnés à Venise pour l'achèvement de nos vaisseaux et l'évacuation
de cette place soient terminés. Le chef de l'état-major, le général
Serrurier et le citoyen Villetard vous donneront des renseignemens sur
cette place. J'ai donné tous les ordres nécessaires, il ne s'agit plus
que de les exécuter avec vigueur.

Il faut laisser le gouvernement cisalpin livré à lui-même, s'essayer;
cependant, s'il demandait votre secours, vous devez lui accorder celui
de votre influence morale et des troupes qui sont à vos ordres, pour le
soutenir.

Tous les princes d'Italie étant accoutumés, pour le moindre événement, à
recourir à moi, vous devez, pour ce qui regarde la république cisalpine,
les renvoyer au ministre des affaires étrangères, disant que cela
ne vous regarde point. Pour ce qui est de nos troupes, veillez à ce
qu'elles vivent en bonne intelligence et sous la plus sévère discipline,
à ce qu'elles soient bien logées et bien nourries, excepté dans la
république cisalpine, où nous en sommes empêchés par nos traités.

Vous pouvez favoriser tous les élans de la ville d'Ancône pour la
liberté, notre intention étant de la considérer comme une république
indépendante.

La neuvième demi-brigade de bataille doit être toute réunie à Gênes.
Vous devez également prêter le secours de votre influence morale et de
vos troupes, pour soutenir le gouvernement démocratique à Gênes.

Vous me ferez passer à Rastadt, par des courriers extraordinaires,
toutes les dépêches que vous recevrez de Corfou et de l'amiral Brueys.

La cour de Rome commence à se mal conduire: vous devez soutenir par
votre influence morale, et, dans l'occasion, en faisant concourir le
mouvement de quelques troupes, les démarches que ferait l'ambassadeur de
la république de Rome, et surtout avoir bien soin que le roi de Naples
ne sorte point de ses frontières.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Milan, le 24 brumaire an 6 (14 novembre 1797).

_Au contre-amiral Brueys._

Je vous ai écrit, général, par mon aide-de-camp Eugène Beauharnais, pour
vous donner des nouvelles de la paix. Je vous instruis aujourd'hui que
la paix ayant été ratifiée par les deux conseils, je me rends à Rastadt
pour suivre différentes négociations diplomatiques.

Je vous ai déjà écrit de vous préparer avec vos vaisseaux vénitiens,
afin de pouvoir les convoyer jusqu'aux îles Saint-Pierre, et, de là,
prendre votre vol pour la grande expédition. J'ai été nommé pour
commander l'armée d'Angleterre, j'ai demandé que Truguet commandât:
vous sentez combien il serait nécessaire de vous avoir là avec vos six
vaisseaux, vos frégates et vos corvettes.

Je viens d'envoyer un agent diplomatique à Malte. La sixième
demi-brigade, forte de seize cents hommes, part demain pour se rendre à
Corfou: cela vous mettra à même de pouvoir embarquer trois mille hommes
pour la petite expédition, et je vous enverrai des ordres pour l'une et
pour l'autre par un de mes aides-de-camp.

Vous aurez avec vous _la Diane_ et _la Junon_.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Milan, le 25 brumaire an 6 (15 novembre 1797).

_Au directoire exécutif._

Le général Clarke, qui se rend à Paris, est employé en Italie depuis
plusieurs mois. Dans toutes les lettres qui lui ont été adressées et qui
ont été interceptées, et qui me sont parvenues, je n'ai jamais rien vu
que de conforme aux principes de la république.

Il s'est conduit dans les mêmes principes aux négociations. Le général
Clarke est travailleur et d'un sens droit. Si ses liaisons avec Carnot
le rendent suspect dans la diplomatie, je crois qu'il peut être utile
dans le militaire, et surtout à l'expédition d'Angleterre.

S'il se trouve avoir besoin d'indulgence, je vous prie de lui en
accorder un peu. En dernière analyse, le général Clarke est un bon
homme: je l'ai retenu à Passeriano jusqu'au 30 vendémiaire, et depuis il
a été malade.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Milan, le 25 brumaire an 6 (15 novembre 1797).

_Au directoire exécutif._

Je vous envoie plusieurs exemplaires de mes adieux à la république
cisalpine et à l'armée: je compte partir décidément demain.

Le citoyen Cerbelloni m'a demandé sa démission. Je vous fais passer
copie de sa lettre et de l'arrêté du directoire.

Le citoyen Savaldi, patriote prononcé, un des chefs du gouvernement de
Brescia, a été nommé pour le remplacer.

La cour de Rome n'a pas reconnu la république cisalpine. Je vous envoie
copie du message du directoire exécutif aux comités réunis, faisant
fonctions de corps législatif, et de la résolution qu'ils ont prise en
conséquence.

Cela ne laissera pas de beaucoup embarrasser le pape et finira par
l'avilir, en l'obligeant à reconnaître de force une puissance qu'il eût
dû, comme les autres puissances, reconnaître de bonne volonté.

Notre ambassadeur à Rome instruit, je crois, le ministre des relations
extérieures de la conduite de cette imbécile cour de Rome; je vous
envoie copie de la lettre que j'écris à notre ambassadeur. J'ai lieu de
penser qu'à l'heure qu'il est Provera aura été chassé.

Je pense que nous devons tenir garnison dans la citadelle d'Ancône, et
laisser cette ville se déclarer indépendante.

Dans cet intervalle, le temps s'écoulera, et nous aurons toujours un
point extrêmement intéressant pour notre commerce, pour observer le pape
et brider Naples.

Il faudra, je pense, garder Ancône, en disant toujours que nous y
attachons peu de prix, et que, dès que le pape se conduira envers nous
comme il convient, nous n'aurons point de difficulté à le lui rendre.

Je vous envoie une lettre d'Ottolini, gouverneur de Bergame, que l'on
a trouvée dans les papiers des inquisiteurs de Venise. Vous y verrez
qu'elle compromet beaucoup un adjudant-général nommé Landrieux, qui,
depuis long-temps, a quitté l'armée pour se rendre en France. Ce
misérable, a ce qu'il parait, excitait le Brescian et le Bergamasque
à l'insurrection, et en tirait de l'argent; dans le même temps qu'il
prévenait les inquisiteurs, il en tirait aussi de l'argent. Peut-être
jugerez-vous à propos de faire un exemple de ce coquin-là; mais, dans
tous les cas, j'ai pensé qu'il fallait que vous fussiez instruits, afin
qu'il ne vint pas à demander à être employé.

J'ai destitué un nommé Gérard, chef de brigade, qui a été sept ou huit
mois commandant à Brescia; il parait, par la correspondance également
prise à Venise, qu'il avait avec le provéditeur ou gouverneur de la
république de Venise des relations d'intimité que l'intérêt de l'armée
aurait dû lui prohiber.

Dans quelques autres lettres trouvées également à Venise, de légers
indices de soupçons planent sur des officiers d'ailleurs estimables. Ces
malheureux inquisiteurs répandaient l'argent partout, et cherchaient par
ce moyen à connaître et à avoir des indices sur tout.

J'ai envoyé a Corfou le citoyen Rolhières, homme instruit, pour remplir
les fonctions de commissaire près le département de la mer Egée. Je
n'ai point trouvé de sujets pour envoyer comme commissaires dans les
départemens de Corcyre et d'Ithaque. Il faudrait des hommes instruits et
extrêmement désintéressés. Ces peuples aiment beaucoup les Français. Je
vous fais passer copie d'une lettre de la municipalité de Zante.

Je vous prie de donner l'ordre pour que l'on fasse travailler à la
fonderie et à l'organisation d'un petit équipage d'un calibre anglais.
J'envoie à Paris le citoyen Andréossy, chef de brigade d'artillerie,
pour faire exécuter ledit travail.

BONAPARTE.

_P.S._ Le citoyen Pocholle, ex-conventionnel, et le citoyen Carbini,
m'ayant demandé à être commissaires dans les départemens de Corcyre et
d'Ithaque, je les y ai envoyés. Cela vous donnera le temps d'envoyer
dans ces départemens des hommes qui aient votre confiance, en même temps
que cela épargne des frais de route, ces citoyens se trouvant ici.

Le citoyen Comeyras, président de la république à Coire, désirerait être
votre commissaire pour l'organisation de ces îles. Comme cette place est
très-importante, et que le citoyen Comeyras est employé comme agent, je
n'ai pas voulu prendre sur moi de le nommer.

BONAPARTE.



Au quartier-général à Milan, le 26 brumaire an 6 (16 novembre 1797).

_Au directoire exécutif._

Je vous envoie le drapeau dont la convention fit présent à l'armée
d'Italie par un des généraux qui ont le plus contribué aux différens
succès des dernières campagnes, et par un des officiers d'artillerie
les plus instruits de deux corps savans qui jouissent d'une réputation
distinguée dans l'Europe.

Le général Joubert, qui a commandé à la bataille de Rivoli, a reçu de
la nature les qualités qui distinguent les guerriers. Grenadier par le
courage, il est général par le sang-froid et les talens militaires: il
s'est trouvé souvent dans ces circonstances où les connaissances et les
talens d'un homme influent tant sur le succès. C'est de lui qu'on a dit
avant le 18 fructidor: Cet homme vit encore. Malgré plusieurs blessures
et mille dangers, il a échappé aux périls de la guerre; il vivra
long-temps, j'espère, pour la gloire de nos armes, le triomphe de la
constitution de l'an III et le bonheur de ses amis!

Le chef de brigade d'artillerie Andréossy a dirigé dans les deux
campagnes la partie la plus essentielle comme la plus difficile en
Italie; il a eu la direction des ponts; il nous a rendu de grands
services à tous les passages. À celui de l'Izonzo, il trouva plus
expéditif, pour répondre à la demande qu'on lui fit si la rivière était
guéable, de s'y jeter le premier devant l'ennemi pour la sonder.

Un état n'acquiert des officiers comme le citoyen Andréossy, qu'en
soignant l'éducation et en protégeant les sciences dont le résultat
s'applique à la marine, a la guerre comme aux arts, à la culture des
terres, à la conservation des hommes et des êtres vivans.

BONAPARTE.



Rastadt, le 10 frimaire an 6 (30 novembre 1797).

_Au directoire exécutif._

J'ai reçu, citoyens directeurs, votre lettre du 6 frimaire. Conformément
à vos intentions, je partirai demain au soir ou après-demain.

Nous avons aujourd'hui échangé les ratifications. M. le comte de
Cobentzel et le général Meerweldt ont été chargés de cette opération
du côté de l'empereur. Demain nous achèverons tout ce qui nous reste
à faire pour l'exécution de la convention secrète. Si cela est achevé
demain, je partirai le soir même.

BONAPARTE.



Paris, 21 frimaire an 6 (17 décembre 1797).

_Discours de Bonaparte en présentant au directoire la ratification du
traité de Campo-Formio._

«Citoyens directeurs, «Le peuple français, pour être libre, avait des
rois à combattre.

«Pour obtenir une constitution fondée sur la raison, il avait dix-huit
siècles de préjugés à vaincre.

«La constitution de l'an III, et vous, vous avez triomphé de tous ces
obstacles.

«La religion, la féodalité et le royalisme ont successivement, depuis
vingt siècles, gouverné l'Europe; mais de la paix que vous venez de
conclure, date l'ère des gouvernemens représentatifs.

«Vous êtes parvenus à organiser la grande nation, dont le vaste
territoire n'est circonscrit, que parce que la nature en a posé
elle-même les limites.

«Vous ayez fait plus.

«Les deux plus belles parties de l'Europe, jadis si célèbres par les
arts, les sciences et les grands hommes dont elles furent le berceau,
voient avec les plus grandes espérances le génie de la liberté sortir
des tombeaux de leurs ancêtres.

«Ce sont deux piédestaux sur lesquels les destinées vont placer deux
puissantes nations.

«J'ai l'honneur de vous remettre le traité signé à Campo-Formio, et
ratifié par S.M. l'empereur.

«La paix assure la liberté, la prospérité et la gloire de la république.

«Lorsque le bonheur du peuple français sera assis sur les meilleures
lois organiques, l'Europe entière deviendra libre.»

Paris, le 18 nivose an 6 (7 février 1798).

_Au ministre de la guerre._

Je reçois, citoyen ministre, avec reconnaissance, le drapeau et le sabre
que vous m'avez envoyés.

C'est l'armée d'Italie que le gouvernement honore dans son général.
Agréez en particulier mes remercimens sur la belle lettre qui accompagne
votre envoi.

BONAPARTE.



Paris, le 18 nivose an 6 (7 février 1798).

_Au général de brigade Lannes._

Le corps législatif, citoyen général, me donne un drapeau en mémoire
de la bataille d'Arcole: il a voulu honorer l'armée d'Italie dans
son général. Il fut, aux champs d'Arcole, un instant où la victoire
incertaine eut besoin de l'audace des chefs: plein de sang et couvert
de trois blessures, vous quittâtes l'ambulance, résolu de mourir ou de
vaincre. Je vous vis constamment, dans cette journée, au premier rang
des braves; c'est vous également qui, a la tête de la colonne infernale,
arrivâtes le premier à Dego, passâtes le Pó et l'Adda: c'est à vous à
être le dépositaire de cet honorable drapeau, qui couvre de gloire les
grenadiers que vous avez constamment commandés. Vous ne le déploierez
désormais que lorsque tout mouvement en arrière sera inutile, et que la
victoire consistera à rester maître du champ de bataille.

BONAPARTE.



_Au directoire exécutif de la république cisalpine._

Le pays de Vaud et les différens cantons de la Suisse, animés d'un même
esprit de liberté, adoptent les principes de liberté, d'égalité et
d'indivisibilité sur lesquels est fondé le gouvernement représentatif.

Nous savons que les bailliages italiens sont animés du même esprit; nous
croyons essentiel que, dans ce moment-ci, ils imitent le pays vaudois et
manifestent le voeu de se réunir à la république helvétique.

Nous désirons, en conséquence, que vous vous serviez de tous les moyens
que vous pouvez avoir pour répandre chez ces peuples, vos voisins,
l'esprit de liberté; faites répandre des imprimés libéraux; excitez-y un
mouvement qui accélère le mouvement général de la Suisse.

Nous donnons l'ordre au général de brigade Monnier de se porter sur les
confins des bailliages suisses avec des troupes, afin d'encourager et de
soutenir les mouvemens que pourraient opérer les insurgés. Il a ordre de
se concerter avec vous pour parvenir à ce but, qui intéresse également
les deux républiques.

_Note._

Dans la position actuelle de l'Europe, la prudence nous fait une loi de
nous tenir prêts sur nos différentes frontières à pouvoir, au premier
signal des autres puissances, faire la guerre.

Nous avons en Italie seize mille Français et cinq mille Polonais contre
le roi de Naples, ce qui, joint à deux mille hommes de débarquement que
le gouvernement a ordonné de préparer à Toulon, suffit pour n'avoir rien
à craindre de ce monarque.

Nous avons en Italie, contre l'empereur, vingt-un mille hommes, qui,
joints aux quatre mille que le gouvernement vient de mettre à la
disposition de cette armée, forment vingt-cinq mille hommes.

On peut compter à peu près sur dix mille Cisalpins de mauvaises
troupes, ce qui porterait nos forces à trente-cinq mille hommes, nombre
insuffisant pour garnir les places et former un corps d'observation,
en comparaison de quatre-vingt mille hommes que l'empereur a sur cette
frontière.

Mais toutes les forces de la république peuvent se réunir en Allemagne
pour bien vite dégager l'Italie, et empêcher les places fortes d'être
prises.

Il nous serait bien facile de porter à quatre-vingt ou quatre-vingt-dix
mille-hommes l'armée de Mayence, et d'avoir quarante ou cinquante
mille hommes sur le lac de Constance, renforcés d'un certain nombre de
Suisses.

Ces deux armées se réuniraient bien vite pour attaquer la maison
d'Autriche dans le coeur de ses états héréditaires.

Si nous avions la guerre contre le roi de Prusse, l'armée de Mayence et
celle de Hollande se jetteraient bien vite dans l'évêché de Munster,
pour entrer dans le Hanovre.

Mais, dans tous les cas, il est indispensable: 1°. de faire travailler à
l'armement et à l'approvisionnement de Dusseldorf et à celui de Mayence;
2°. De suspendre le licenciement de nos équipages d'artillerie, afin
de ne pas être obligé de faire des achats pressés, qui nécessiteraient
beaucoup d'argent et perdraient un temps précieux, car si la guerre a
lieu, ceux qui frapperont les premiers coups auront, par leur position,
de grands avantages.



_Au général Bernadote._

Je reçois, citoyen général, votre dernière lettre. Le directoire
exécutif, à ce qu'il m'a assuré, s'empressera de saisir toutes les
occasions de faire ce qui pourrait vous convenir.

Il a décidé qu'il vous laisserait le choix de prendre le commandement
des îles ioniennes; de prendre une division de l'armée d'Angleterre,
laquelle sera augmentée des anciennes troupes que vous aviez à l'armée
de Sambre-et-Meuse, ou même de prendre une division territoriale, la
dix-septième, par exemple.

Personne ne fait plus de cas que moi de la pureté de vos principes, de
la loyauté de votre caractère, et des talens militaires que vous avez
développés pendant le temps que nous avons servi ensemble. Vous seriez
injuste si vous pouviez en douter un instant.

Dans toutes les circonstances, je compterai sur votre estime et sur
votre amitié.

BONAPARTE.



Paris, le 8 ventose an 6 (26 février 1798).

_Au général Dufalga._

Le résultat à obtenir dans les travaux des ports du Pas-de-Calais est
celui-ci:

Travailler à ces ports de manière à obtenir que le plus grand nombre de
bateaux possible pût sortir dans une seule marée.

Calais, Ambleteuse, Boulogne, Etaples, peuvent seuls être comptés, et
encore n'est-ce qu'avec réserve, de sorte que je me trouverais obligé de
calculer sur Calais pour porter les premiers trente mille hommes.

Il serait inutile de faire des travaux longs et coûteux au port de
Boulogne, pour le rendre susceptible de contenir un plus grand nombre de
bateaux qu'il n'en peut sortir dans une marée.

Ainsi, il est bien prouvé que l'on ne peut sortir du port de Boulogne
que cent à cent cinquante bateaux dans une marée; il ne faut travailler
au port que pour le mettre à même de contenir ce nombre de bateaux.

À Calais, même raisonnement.

Il faudrait forcer les travaux du port d'Ambleteuse, et le mettre à même
de contenir autant de bateaux qu'il serait possible d'en faire sortir
dans une marée.

Je vous prie de me faire connaître le parti que l'on peut tirer
d'Etaples, tant en raisonnant sur sa situation actuelle, que sur sa
position géographique.

Si le chenal du port de Boulogne et ceux des autres ports étaient
parallèles au rivage de la mer, il est clair que les bâtimens, recevant
l'eau de la marée au même instant, pourraient sortir sur-le-champ: c'est
donc sur la partie des ports qui est la plus proche de la mer, qu'il
faut travailler.

Enfin, il faut que vous vous appliquiez à favoriser partout les travaux
qu'il sera possible de faire pour la prompte sortie d'une grande
quantité de bateaux.

Tous les petits bateaux ne portant que quarante à cinquante hommes ne
pourraient-ils pas être échoués sur la plage, et ne pourrait-on pas
favoriser cet échouage eu faisant quelques travaux sur la plage?

Tous les bâtimens hollandais, et même ceux de Dieppe, ne pourraient-ils
pas être échoués sur la plage?

Puisqu'il n'est pas possible de faire sortir plus de cent bateaux de
Boulogne dans une marée, nous y mettrons de préférence les écuries, les
bâtimens chargés et les grosses chaloupes canonnières.

Nous mettrons les bateaux canonniers et les muskins[2], qui ne tirent
que trois pieds d'eau, dans le port d'Ambleteuse.

Et les trois ou quatre cents bateaux, nous les échouerons sur la plage
de la rade de Saint-Jean: ces bâtimens ne doivent porter que des hommes
et deux ou trois sacs de biscuit, et ne se trouveront chargés de rien.

Je voudrais que vous vous occupassiez de choisir: 1°. le local de la
plage, depuis Ambleteuse jusqu'à Boulogne, le plus favorable pour cet
échouement; 2°. voir les travaux que l'on pourrait faire à ladite plage
pour rendre cette opération plus facile et moins fatigante pour les
bateaux.

Quant à Calais et à Dunkerque, on s'en servirait pour le complément de
l'armée, le reste des denrées, les bagages, les approvisionnemens, etc.

BONAPARTE.

[Footnote 2: Espèce de prâme ou chaloupe cannonière, de l'invention du
capitaine de vaisseau Muskins.]



Paris, le 24 ventose an 6 (14 mai 1798).

_Au ministre des relations extérieures._

Je viens d'être instruit, citoyen ministre, que l'Empire a enfin
consenti à prendre pour base du traité de Rastadt la rive gauche du
Rhin. Les citoyens Treilhard et Bonnier achèveront sans difficulté ce
qu'ils viennent de commencer si heureusement. Mon intervention désormais
devient superflue; je vous prie donc de vouloir bien m'autoriser à faire
revenir de Rastadt une partie de ma maison que j'y avais laissée, ma
présence à Paris étant nécessaire pour différens ordres et différentes
expéditions.

BONAPARTE.



Paris, le 7 germinal an 6 (27 mai 1798).

_Au directoire exécutif._

Les papiers publics répandent que vous avez fait arrêter plusieurs
membres des conseils de la république cisalpine, et qu'il est dans ce
moment-ci question de faire arrêter Moscati et Paradisi, deux membres du
directoire exécutif de ladite république.

Je crois qu'il est de mon devoir, comme citoyen qui a quelque
connaissance des personnes et des événement qui se sont passés en
Italie, de vous faire connaître que la France et la liberté n'ont point
d'amis plus vrais que ces deux directeurs.

Le citoyen Paradisi, qui était professeur renommé à Reggio, est le seul
Italien qui ait rendu quelques services aux armées françaises, tandis
que Mantoue était encore au pouvoir des Autrichiens, et, vers le milieu
de la première campagne, il osa, les armes à la main, à la tête de douze
cents hommes de Reggio, ses compatriotes, investir un détachement de
deux cents Autrichiens qui s'étaient retirés dans un château, et les
fit prisonniers. Lui, sa famille et la ville de Reggio ont été depuis
spécialement menacés par les Autrichiens, qui leur ont conservé un
ressentiment très-vif de cet événement.

Le citoyen Moscati était connu pour un des plus célèbres médecins de
l'Europe, ayant de grandes connaissances dans les sciences morales et
politiques. Il s'abandonna tout entier au service de l'armée, et c'est à
lui et à ses conseils que nous devons peut-être vingt mille hommes, qui
eussent péri dans nos hôpitaux en Italie.

L'avilissement du gouvernement cisalpin dès sa naissance et la perte de
ses meilleurs citoyens seraient un malheur réel pour la France, et un
sujet de triomphe pour l'empereur et ses partisans.

Voyez, je vous prie, dans cette lettre, le désir constant qui m'a
toujours animé, d'employer toutes mes connaissances au service de la
patrie.

BONAPARTE.



EXPÉDITION D'ÉGYPTE.

LIVRE DEUXIEME.



Paris, le 15 ventose an 6 (5 mars 1798).

_Note remise par le général Bonaparte au directoire exécutif._

Pour s'emparer de Malte et de l'Egypte, il faudrait de vingt à
vingt-cinq mille hommes d'infanterie, et de deux à trois mille hommes de
cavalerie sans chevaux.

L'on pourrait prendre et embarquer ces troupes de la manière suivante,
en Italie et en France:

À Civita-Vecchia, la vingt-unième d'infanterie légère, deux mille; la
soixante-unième de ligne, seize cents; la quatre-vingt-huitième, _id._,
seize cents; le vingtième de dragons, de quatre cents; et le septième de
hussards, de quatre cents: en tout six mille hommes, commandés par les
généraux Belliard, Friant et Muireur.

À Gènes, la vingt-deuxième d'infanterie légère, deux mille; la treizième
de ligne, dix-huit cents; soixante-neuvième _id._, seize cents;
quatorzième de dragons, quatre cents; deux escadrons du dix-huitième de
dragons qui sont en Italie, deux cents; en tout cinq mille cinq cents
hommes, commandés par les généraux Baraguey d'Hilliers, Veaux, Vial et
Murat.

En Corse, la quatrième d'infanterie légère, douze cents hommes,
commandés par le général Ménars.

À Marseille, la neuvième de ligne, dix-huit cents; la quarante-cinquième
_id._, deux mille; vingt-deuxième de chasseurs, quatre cents; deux
escadrons du dix-huitième dragons qui sont dans le midi, deux cents; en
tout quatre mille quatre cents hommes, commandés par les généraux Bon
et -------.

À Toulon, sur les vaisseaux de guerre, la dix-huitième de ligne, deux
mille; vingt-cinquième _id._, deux mille; trente-deuxième _id._, deux
mille; soixante-quinzième _id._, deux mille; troisième dragons, quatre
cents; quinzième _id._, quatre cents; en tout huit mille huit cents
hommes, commandés par les généraux Brune, Rampon, Pigeon et Leclerc.

À Nice et à Antibes, la deuxième d'infanterie légère, quinze cents
hommes.

Ce qui formerait un total de vingt-quatre mille six cents hommes
d'infanterie, et de deux mille huit cents de cavalerie.

Les demi-brigades, avec leurs compagnies de canonniers.

La cavalerie, avec les harnois et sans chevaux, et chaque cavalier armé
d'un fusil. Tous les corps avec leur dépôt, cent cartouches par homme;
de l'eau pour les bâtimens, pour un mois; des vivres pour deux.

Il faudrait que ces troupes fussent embarquées dans ces différens ports,
et prêtes à partir au commencement de floréal, pour se rendre dans le
golfe d'Ajaccio, et réunies et prêtes à partir de ce golfe avant la fin
de floréal.

Il faudrait joindre à ces troupes soixante pièces d'artillerie de
campagne, quarante grosses bouches à feu de siége, deux compagnies de
mineurs, un bataillon d'artillerie, deux compagnies d'ouvriers, un
bataillon de pontonniers, qui seraient embarqués dans les ports d'Italie
et de France de la manière suivante:

À Marseille, vingt obusiers de six pouces, quatre pièces de 12, trois
cents coups à tirer par pièce, deux compagnies d'artillerie à pied.

À Civita-Vecchia, deux obusiers de 6 pouces, deux pièces de 8, deux
pièces de 12, trois cents coups par pièce; une compagnie d'artillerie à
cheval, une compagnie d'artillerie de ligne, commandés par le général
Sugny.

À Gênes, quatre obusiers de 6 pouces, quatre pièces de 8, quatre pièces
de 12, douze pièces de 3, cinq cents coups à tirer par pièce; deux
compagnies d'artillerie à chenal, deux _id._ d'artillerie de ligne.

À Nice et Antibes, vingt pièces de 24, six mortiers à la Gomère, de 12
pouces, cinq cents coups à tirer par pièce, deux compagnies d'artillerie
de ligne, commandées par le général Dommartin.

À Toulon, six obusiers de 6 pouces, six pièces de 8, six pièces de 12,
quatre mortiers à la Gomère de 12 pouces, quatre _id._ de 6, cinq cents
coups à tirer par pièce, quatre compagnies d'artillerie à pied, deux
compagnies d'artillerie à cheval.

À Civita-Vecchia, le général Masséna peut être chargé de noliser les
bâtimens les plus grands qu'il trouvera dans ce port, d'y embarquer les
troupes et ladite artillerie, et les faire partir sur-le-champ pour se
rendre et rester jusqu'à nouvel ordre dans le port d'Ajaccio: on peut
prendre, sur les contributions de Rome, de quoi subvenir aux frais de
cet embarquement. On doit spécialement y affecter les galères du pape
qui seraient dans le cas de tenir la mer.

Le général qui commande dans la Cisalpine peut exécuter le même ordre à
Gênes, et le général Baraguey d'Hilliers peut s'y rendre à cet effet; il
faut, au préalable, envoyer l'argent nécessaire.

On demandera au directoire exécutif de la république cisalpine deux
galères, qui serviront à aider, à transporter les troupes et à escorter
le convoi.

Quant à Nice, Antibes et Marseille, il faut que le ministre de la
marine:

1°. Frête les plus gros bâtimens de commerce, suffisamment pour porter
les troupes et l'artillerie désignées ci-dessus;

2°. Travaille aux approvisionnement nécessaires;

3°. Que le ministre de la guerre donne ordre pour y faire passer les
troupes ci-dessus, avec l'artillerie et autres approvisionnemens.

Nous avons à Toulon six vaisseaux de guerre, des frégates, des
corvettes; il faudrait y joindre six tartanes canonnières.

Tous ces bâtimens réunis seraient dans le cas de porter la partie des
troupes qui doit être embarquée à Toulon.

Cette escadre, selon le rapport du ministre de la marine, sera, sous
quinze jours, prête à partir; mais elle manque entièrement de matelots.
Il n'y aura donc qu'a noliser et mettre l'embargo sur les bâtimens
nécessaires au transport de l'artillerie.

Pour réussir dans cette expédition, on doit calculer sur une dépense
extraordinaire de cinq millions, sans compter les dépenses ordinaires
tant pour l'approvisionnement, armement et solde de l'escadre, que pour
la solde, nourriture et habillement des troupes, que pour les dépenses
de l'artillerie et du génie, auxquelles il est indispensable de pourvoir
en effectif; ce qui forme donc une somme de huit à neuf millions qu'il
faudrait que le gouvernement déboursât d'ici au 20 germinal.

Paris, le 7 ventose an 6 (7 mars 1798).

_Instruction pour la commission chargée de l'inspection de la côte de la
Méditerranée_ (proposée par Bonaparte au directoire exécutif).

Le premier soin de la commission doit être de conférer à Toulon avec
les chefs du port, et de prendre toutes les mesures pour que les six
vaisseaux de guerre, les quatre frégates qui s'y trouvent, les quatre
frégates que le citoyen Perrée amène avec lui d'Ancône, six corvettes,
six chaloupes canonnières, six tartanes canonnières et quatre bombardes
portant un mortier de 10 ou 12 pouces, ayant à bord pour trois mois de
vivres, soient prêts a partir de la rade de Toulon au 15, ou au plus
tard au 20 germinal.

On placera sur chaque chaloupe ou tartane canonnière, indépendamment de
ces pièces, un mortier de 4 a 5 pouces.

2º. Faire prendre les mesures pour que les approvisionnemens pour deux
mois soient embarqués sur lesdits vaisseaux, à raison de six cents
hommes par vaisseau de guerre, deux cent dix par frégate, et cent par
corvette.

3°. Faire préparer la solde et les vivres, également pour trois mois,
pour l'escadre de l'amiral Brueys, de manière que cette escadre puisse,
le 15 germinal, sortir de quarantaine pour reprendre la mer.

4°. Faire armer _le Conquérant,_ les gabares, les vieilles frégates,
etc., en flûte, de manière à pouvoir porter le supplément de dix mille
hommes que doit embarquer le port de Toulon, dans le cas où l'amiral
Brueys ne rejoindrait pas à temps.

5°. Donner des ordres pour que l'on embarque sur-le-champ à bord des six
vaisseaux de guerre et des six frégates ou gabares, vingt pièces de 24
en bronze, avec deux affûts, un porte-voix, cinq ou six cents coups à
tirer par pièce.

Dix mortiers à la Gomère, de 12 pouces; dix _id._, de 8 pouces, avec
cinq cents coups à tirer par mortier; double crapaud et les camions
nécessaires pour transporter les mortiers; six forges pour rougir les
boulets, avec leurs soufflets et leurs ustensiles; quatre millions de
cartouches avec les pierres à feu, en proportion; vingt mille fusils;
trente mortiers de 4 à 5 pouces, ayant chacun six cents coups a tirer,
et tous les ustensiles et approvisionnemens nécessaires à un équipage
de siège de quarante bouches à feu; spécialement une grande quantité
d'objets pour artifices.

_Nota_. Une partie de ces objets est portée sur le tableau joint aux
instructions du gouvernement, comme devant être embarqués à Nice ou à
Antibes; mais il sera possible de les faire embarquer sur les vaisseaux
de guerre, si cela ne les obstrue pas trop.

6°. Faire embarquer sur les vaisseaux de guerre et frégates six obusiers
de campagne, six pièces de 8, six pièces de 12; cinq cents coups à tirer
par pièce.

7°. Faire transformer en écuries deux ou trois gabares ou autres
bâtimens de transport, de manière a pouvoir transporter deux cent
cinquante chevaux.

8°. Se procurer et faire embarquer trois paires de boeufs sur chaque
bâtiment de guerre, avec les harnois et les hommes nécessaires, afin de
pouvoir s'en servir pour le transport de l'artillerie.

9°. La commission fera charger à Antibes ou à Nice, sur deux ou trois
très-gros bâtimens, des approvisionnemens, de manière à ce que toutes
les pièces de campagne de l'équipage qui s'embarque à Civita-Vecchia,
à Gênes, à Nice, à Toulon et à Marseille, et qui se trouve composé de
seize pièces de campagne, seize pièces de 12, seize pièces de 8, seize
pièces de 3, ait sur ces bâtimens un approvisionnement de réserve de
trois cents coups par pièce.

L'on pourra également faire embarquer à Nice ou à Antibes un supplément
extraordinaire d'artifices, d'outils et autres objets nécessaires au
gros parc de l'armée, indépendamment des onze cents hommes que l'on doit
faire embarquer dans ce port.

Le général Dommartin donnera les ordres pour toute la partie de
l'artillerie, et fournira les états nécessaires.

10°. La commission fera mettre l'embargo et nolisera à Marseille de gros
bâtimens en suffisance pour embarquer de quatre à cinq mille hommes, et
des écuries pour deux cents chevaux, et fera en sorte que ces bâtimens
soient approvisionnés d'un mois d'eau, de deux mois de vivres, et que ce
convoi soit prêt à partir de Marseille le 15 germinal.

11°. La commission correspondra avec le consul de Gênes; elle enverra de
suite, à Gênes, un officier de marine intelligent, qui puisse lui rendre
compte de tout. Indépendamment des 200,000 fr. que le payeur y fait
passer, il y fera passer tous les fonds qui seraient nécessaires.

12°. La commission ne correspondra qu'avec moi.

13°. Si l'amiral Brueys arrivait à temps pour pouvoir partir le 20
germinal, la commission ferait sur-le-champ armer en flûte les six
vaisseaux vénitiens qu'il amène avec lui, ce qui diminuerait d'autant le
convoi.

14°. La commission correspondra avec le général Vaubois en Corse, pour
l'embarquement des deux mille hommes que ce général a reçu l'ordre du
gouvernement de faire embarquer. Indépendamment des 200,000 fr. que
l'on a envoyés dans cette île, elle y fera passer ce qui pourrait être
nécessaire pour l'établissement d'un hôpital de cinq cents lits et un
magasin de rafraîchissemens que l'ordonnateur de la division de Corse a
reçu ordre d'établir à Ajaccio.

15°. Indépendamment de tous ces objets, la commission formera à Toulon
et à Marseille un magasin de seize mille paires de souliers, mille
paires de bottes, seize mille chemises, huit mille gibernes, six mille
chapeaux, seize mille paires de bas pour pouvoir être distribués aux
troupes.

16°. Elle fera également acheter un million de pintes de vin, cent vingt
mille pintes d'eau-de-vie, qu'elle fera charger sur de gros bâtimens,
auxquels elle donnera ordre de se rendre dans le port d'Ajaccio, où ils
resteront sans décharger, jusqu'à nouvel ordre; les équipages ayant de
l'eau pour un mois et des vivres pour deux.

17°. Le commissaire ordonnateur Sucy ordonnancera toutes les dépenses
relatives aux troupes de terre; le citoyen Leroy, celles relatives
au fret des bâtimens et en général à la marine, et l'on mettra à la
disposition des directeurs d'artillerie les sommes nécessaires pour les
dépenses de l'artillerie.

18°. Les dix mille hommes qui s'embarqueront à Toulon, les cinq mille
autres qui s'embarqueront à Marseille, et ceux qui s'embarquent à Gênes,
doivent avoir chacun une ambulance avec les chirurgiens, médecins et
approvisionnemens nécessaires.

19°. Indépendamment du million que le payeur de la commission recevra
demain, la commission recevra, chaque décade, à commencer du 20 ventose,
500,000 fr. jusqu'au 30 germinal. Elle aura soin de garder en réserve,
et pour être employés sur un ordre exprès de moi, 200,000 fr. sur le
million qu'elle touche demain, et 200,000 fr. sur le demi-million
qu'elle touchera chaque décade; ce qui fera, au 30 germinal, qu'il y
aura dans la caisse du payeur un million en réserve.

Lorsque la commission fera des marchés, elle réservera une partie des
paiemens desdits marchés pour être faits en floréal.

20°. La commission m'enverra, le plus tôt possible, l'état des sommes
présumées nécessaires pour l'exécution du présent ordre.

21°. La commission formera une compagnie de vingt-cinq armuriers, avec
leurs outils; deux compagnies d'ouvriers bourgeois de la même formation
que celles de l'artillerie, avec leurs outils, destinées également à
être embarquées.



Paris, le 25 ventose an 6 (15 mars 1798).

_Aux commissaires de la trésorerie nationale._

J'ai l'honneur de vous envoyer, citoyens, l'arrêté du directoire,
relatif à la commission de la Méditerranée, et que vous m'avez paru
désirer.

Je joins également l'état des demi-brigades qui se trouvent en ce moment
à Gênes et en Corse. Je désirerais savoir si la solde des troupes est
assurée pour les mois de ventose et germinal.

BONAPARTE.



_Etat des troupes qui se trouvent dans ce moment-ci en Corse._

Dix-neuvième demi-brigade de ligne, deux mille hommes; premier bataillon
de la quatre-vingt-sixième, neuf cents; quatrième d'infanterie légère,
quinze cents; vingt-troisième id., deux mille cent; artillerie, deux
cents: en tout, six mille sept cents hommes.

_État des troupes qui viennent de recevoir l'ordre de se rendre à
Gênes._

Vingt-deuxième d'infanterie légère, quinze cents hommes; treizième de
ligne, deux mille; soixante-neuvième id., dix-sept cents; quatorzième
de dragons, cinq cents; dix-huitième id., deux cents; artillerie, trois
cents: en tout, six mille deux cents hommes.



Paris, le 25 ventose an 6 (15 mars 1798).

_À la commission de l'armement de la Méditerranée._

Le citoyen Estève, nommé payeur près de la commission, part ce soir. Il
a des ordres pour toucher 1,300,000 fr. à Toulon. Il a touché ici, et a
fait partir pour Gênes, par un courrier extraordinaire, 200,000 fr., ce
qui fait les 1,500,000 f. que vous deviez toucher dans ce mois.

J'aurai soin qu'au premier germinal on vous fasse passer 500,000 autres
francs.

Il est indispensable que vous fassiez partir sur-le-champ, par une
frégate, 200,000 fr. en Corse. J'attends avec intérêt votre première
dépêche. Mettez la plus grande activité dans tous vos travaux.

Les troupes qui doivent s'embarquer à Toulon sont en marche, et
arriveront vers le 15 germinal. Faites préparer les casernes et les
subsistances.

BONAPARTE.



Paris, le 25 ventose an 6 (15 mars 1798).

_Instruction pour le général Dommartin._

L'équipage d'artillerie pour la Méditerranée est composé d'un équipage
de campagne et d'un de siége.

Il a été ordonné au général Masséna, par un courrier qui est parti le 15
ventose, de faire embarquer à Civita-Vecchia deux obusiers de 6 pouces,
deux pièces de 8, deux pièces de 12; trois cents coups à tirer par
pièce; une compagnie d'artillerie à cheval, une id. de ligne, un
capitaine faisant fonctions de directeur du parc.

Il a été ordonné au général Berthier, par un courrier parti le même
soir, de faire embarquer à Gênes le général Sugny, un chef de brigade
d'artillerie, deux compagnies d'artillerie à cheval, deux id. de ligne,
le commissaire des guerres Boinod, des conducteurs et inspecteurs
d'équipages, deux cents charretiers, cinq cents harnois de chevaux
de trait, une compagnie d'ouvriers, une id. de mineurs, une id. de
pontonniers, un bataillon de sapeurs, douze pièces de 3 approvisionnées
à cinq cents coups, quatre obusiers de 6 pouces approvisionnés à trois
cents coups, quatre pièces de 8 id., quatre pièces de 12 approvisionnées
à trois cents coups, deux mortiers à la Gomère de 12 pouces, deux id.
de 6 pouces approvisionnés à cinq cents coups, deux cents outils de
pionniers, un million de cartouches. Vous devez faire embarquer à
Marseille deux obusiers de 6 pouces, quatre pièces de 12, trois cents
coups à tirer par pièce, deux compagnies de ligne; à Toulon, six
obusiers de 6 pouces, six pièces de 8, six pièces de 12, approvisionnées
à trois cents coups par pièce.

Vous devez faire embarquer à Nice ou à Antibes un double
approvisionnement pour tout l'équipage.

Vous devez faire également embarquer à Toulon ou à Marseille trois ou
quatre millions de cartouches, avec tout ce qui est nécessaire pour un
équipage de campagne de cette importance.

Vous devez également faire embarquer un équipage de siége de vingt
pièces de 24, dix mortiers de 12 pouces, dix id. de 8 pouces, vingt ou
trente mortiers de 3 ou 4 pouces; le tout approvisionné à six cents
coups.

Embarquez le plus d'ouvriers et d'armuriers, munis de leurs outils,
qu'il vous sera possible.

BONAPARTE.



Paris, le 25 ventose an 6 (15 mars 1798).

_Au général Berthier._

Le courrier qui vous porte cette lettre, mon cher général, porte au
consul de Gênes des lettres de change pour 200,000 fr., afin de subvenir
aux dépenses extraordinaires de l'embarquement, tant pour la marine que
pour l'artillerie et les approvisionnemens extraordinaires de deux mois.

Il serait nécessaire de faire arranger trois des plus gros bâtimens de
transport, pour servir d'écuries, de manière qu'ils pussent porter, à
eux trois, une centaine de chevaux de cavalerie et une cinquantaine
d'artillerie. Vous feriez alors choisir les chevaux les plus forts et en
meilleur état.

Si l'on peut trouver à Civita-Vecchia, également pour embarquer, une
centaine de chevaux de cavalerie et une cinquantaine d'artillerie,
donnez-en l'ordre; si on ne le peut pas, on s'en passera.

Envoyez à Civita-Vecchia un de vos aides-de-camp qui prendra l'état de
situation des troupes qui s'embarquent, de l'artillerie; le nombre, le
nom et le tonnelage des bâtimens.

Donnez l'ordre, tant à Gênes qu'à Civita-Vecchia, pour que le général de
division ne puisse pas embarquer plus de trois chevaux, le général de
brigade, plus de deux, le chef de brigade plus d'un: vous sentez combien
il est nécessaire de n'avoir que ce qui est strictement nécessaire et
indispensable; mais vous pouvez engager les officiers à embarquer leurs
selles, brides, etc., pour les chevaux qu'ils doivent avoir.

Je vous ai déjà écrit, je crois, pour que vous teniez tous vos chevaux,
ceux de Leclerc, et cinq à six autres bons chevaux, prêts à partir.

Vous enverrez également à Gênes, pour être embarquée, la compagnie des
guides qui est dans le Mont-Blanc, ainsi que les douze gardes à cheval
que vous avez gardés avec vous.

BONAPARTE.



Paris, le 26 ventose an 6 (16 mars 1798).

_Au ministre de la marine._

Je désirerais, citoyen ministre, que vous envoyassiez l'ordre à la
frégate qui est à Cadix de se rendre à Ajaccio en Corse, où elle
attendra les ordres du contre-amiral Duchayla, et que vous en
prévinssiez à Toulon, pour qu'on y fît passer la solde et les vivres
dont elle doit avoir besoin.

BONAPARTE.



Paris, le 27 ventose an 6(17 mars 1798).

_Au ministre de la guerre._

J'ai reçu, citoyen ministre, votre lettre relative aux adjudans-généraux
Grésieux et Clauzel. Vous pourrez donner des lettres de service au
citoyen Clauzel pour l'armée d'Angleterre, et envoyer le citoyen
Grésieux à Toulon, où il serait employé sur les côtes de la
Méditerranée.

Je vous demanderai également d'employer l'adjudant-général Jullien à
Marseille, sous les ordres du général Bon. Cet adjudant-général est
actuellement employé à l'armée d'Angleterre.

BONAPARTE.



Paris, le 27 ventose an 6 (17 mars 1798).

_Aux commissaires du gouvernement, à Rome._

Le directoire exécutif, attachant la plus grande importance à la bonne
organisation et au prompt départ de la division qui doit s'embarquer à
Civita-Vecchia, a jugé à propos d'en confier le commandement au général
Desaix, qui part ce soir même pour s'y rendre en toute diligence.

Je vous prie de lui faire fournir tout ce dont il peut avoir besoin, et
tous les officiers d'état-major, d'artillerie, du génie, commissaires
des guerres qu'il demandera.

BONAPARTE.



Paris, le 27 ventose an 6 (17 mars 1798).

_Note au directoire exécutif._

Le général commandant à Berne fera faire le prêt de la deuxième
demi-brigade d'infanterie légère, de la dix-huitième de ligne, de la
vingt-cinquième idem, du troisième régiment de dragons, du quinzième
idem, ainsi que des canonniers attachés à cette division, jusqu'au 13
germinal.

Il fera compléter leur armement, leur buffleterie, et, autant qu'il sera
possible, leur habillement.

Il donnera l'ordre au troisième et au quinzième régimens de dragons,
avec toute l'artillerie de campagne qui est attachée à la division qui
est venue de l'armée d'Italie, de se rendre, par le chemin le plus
court, à Toulon.

Le ministre de la guerre donnera l'ordre au général de brigade de
cavalerie Leclerc de se rendre sur-le-champ à Lyon pour prendre le
commandement de ces deux régimens, et les conduire lui-même à Toulon.

Le général commandant l'armée d'Helvétie incorporera dans la seconde
d'infanterie légère les éclaireurs de la vingt-troisième d'infanterie
légère; après quoi, il donnera l'ordre au général Pigeon de partir
avec la deuxième demi-brigade d'infanterie légère, les dix-huitième
et vingt-cinquième de ligne, pour se rendre à Lyon, où ces corps
s'embarqueront sur le Rhône jusqu'à Avignon, d'où ils se rendront par
terre à Toulon.

Deux jours après, il donnera l'ordre au général Rampon de partir avec
la trente-deuxième et la soixante-quinzième pour se rendre également à
Lyon, s'y embarquer sur le Rhône jusqu'à Avignon, et se rendre de là par
terre à Toulon.

Le ministre de la guerre donnera l'ordre au général Lannes de
partir sur-le-champ en poste de Paris, pour se rendre à Lyon avec
l'adjudant-général Lagrange, et prendre toutes les mesures, en se
concertant avec le commandant de cette place, le commissaire-ordonnateur
et celui du directoire exécutif, pour qu'il y ait dans cette ville la
quantité de bateaux et tout ce qui est nécessaire pour embarquer les
troupes ci-dessus, et surveiller ledit embarquement; après quoi, le
général Lannes et le citoyen Lagrange se rendront à Toulon.

Le ministre de la guerre donnera également les ordres pour qu'il y ait
à Lyon: dix mille paires de souliers, six mille paires de culottes, six
mille chapeaux, quatre mille vestes, dix mille paires de bas, dix mille
chemises, trois mille sacs de peau, trois mille habits, quatorze mille
paires de bottes, pour pouvoir être distribués auxdites troupes, à leur
passage.

Le général Lannes aura soin de veiller aux distributions, pour qu'elles
se fassent conformément aux besoins de chaque corps.

Le général commandant l'armée d'Helvétie fera mettre à l'ordre des
demi-brigades ci-dessus désignées, qu'elles vont se rendre à Toulon,
d'où elles partiront pour une opération extrêmement essentielle, et
qu'elles trouveront à Toulon le général Bonaparte, sous les ordres
duquel elles continueront d'être.

BONAPARTE.



Paris, le 27 ventôse an 6 (17 mars 1798).

_Au président du directoire exécutif._

Je vous ferai passer, citoyen président, la réponse de la trésorerie à
la demande que je lui avais faite si la solde était assurée pour les
troupes qui se rendent en Corse et à Gênes.

La caisse de l'armée d'Italie a bien de la peine à subvenir aux dépenses
des corps qui sont dans ce pays.

Je crois qu'il serait nécessaire que le directoire prit l'arrêté
ci-joint:

ARRÊTÉ.

ART. 1er. La trésorerie nationale fera sur-le-champ passer à son payeur,
en Corse, la solde pour les troupes qui y sont, pour les mois de nivose,
pluviose et ventose.

2. L'ordonnateur de la marine à Toulon fera partir une corvette pour
porter lesdits fonds.

Pour cet effet, il en remettra les sommes au payeur de la marine à
Toulon, qui les fera passer en Corse par un aviso.

3. La trésorerie nationale fera solder a Gênes, dons le plus court
délai, aux troupes qui s'y trouvent, la solde des mois de ventose et
germinal.



_Etat des troupes qui sont en Corse._

La quatrième d'infanterie légère, quinze cents hommes; la
vingt-troisième _id._, deux mille cent; la dix-neuvième de ligne,
dix-huit cents; un bataillon de la quatre-vingt-sixième _id._, huit
cents; artillerie, trois cents: en tout, six mille cinq, cents hommes.



_Etat des troupes qui sont à Gênes, sous les ordres du général Baraguey
d'Hilliers._

La vingt-deuxième d'infanterie légère, quinze cents hommes; la treizième
de ligne, deux mille; la soixante-neuvième _id._, dix-huit cents; le
quatorzième de dragons, cinq cents; le dix-huitième _id._, deux cents;
artillerie, deux cents: en tout, six mille deux cents hommes.

BONAPARTE.



Paris, le 2 germinal an 6 (22 mars 1798).

_Au ministre des finances._

La commission chargée de l'armement de la côte de la Méditerranée doit
recevoir 500,000 fr. cette décade-ci. Je désirerais, citoyen ministre,
être informé si la trésorerie a donné des ordres pour cet objet.

Je vous prierais de faire réserver sur cette somme 50,000 f., pour être
mis à la disposition du général Dufalga, commandant l'arme du génie,
attaché à ladite commission, lesquels 50,000 fr. doivent être soldés à
Paris.

Je vous prie également de donner des ordres pour que la trésorerie
fasse passer des fonds pour solder les troupes qui sont dans les deux
départemens de Liamone et du Golo, qui sont arriérées de trois mois.

BONAPARTE.



Paris, le 3 germinal an 6 (23 mars 1798).

_Au ministre de la guerre._

Je vous prie, citoyen ministre, de donner l'ordre au général de brigade
Gardane, qui est à Paris, de se rendre à Toulon, où il s'adressera au
général Dommartin, chez lequel il trouvera de nouveaux ordres.

Je vous prie de donner les mêmes ordres au général Verdier, qui est à
Toulouse; au général de brigade Davoust, qui est dans ce moment-ci a
Paris, de se rendre à Marseille, pour y prendre le commandement de la
cavalerie qui se réunit dans cette ville, où il sera sous les ordres du
général Bon; et au général de division Dumas de se rendre à Toulon, où
il recevra de nouveaux ordres.

BONAPARTE.



Paris, le 5 germinal an 6 (25 mars 1798).

_À la commission chargée de l'approvisionnement de la Méditerranée._

J'ai reçu, citoyens, la lettre que vous m'avez envoyée par un courrier
extraordinaire.

J'ai vu avec plaisir l'état satisfaisant de l'escadre. J'aurais désiré
avoir également l'état des galères ou bâtimens de transport que vous
avez arrêtés à Toulon, pour l'embarquement de dix mille hommes.

Les troupes arriveront avant le 15 germinal; il est nécessaire que tout
soit prêt à partir le 20.

Si le contre-amiral Brueys n'est point arrivé lorsque vous aurez reçu
cette lettre, vous ferez vos préparatifs pour vous en passer.

Les six vaisseaux de guerre qui sont en rade: _le Conquérant,_ les
frégates, les briks, doivent, ensemble, porter facilement six mille
hommes. Il ne vous reste donc plus qu'a chercher, à Toulon, des bâtimens
de transport pour quatre mille hommes.

Si l'escadre du contre-amiral Brueys était arrivée, ou si vous aviez des
nouvelles du jour où elle arrivera, vous n'auriez plus alors besoin de
transports à Toulon.

Le général Dommartin doit être arrivé. Vous avez déjà, sans doute,
commencé à embarquer l'artillerie.

Si le citoyen Sucy n'était pas arrivé, cela ne doit pas vous empêcher
de faire tout ce dont il est chargé, appelant auprès de vous un
commissaire-ordonnateur le plus à portée.

Le payeur, qui doit être arrivé, vous aura apporté l'argent qui vous
était nécessaire; la trésorerie prend ses dispositions pour vous faire
toucher 500,000 fr. cette décade.

J'attends avec impatience votre premier courrier pour savoir si tout est
prêt, et si les troupes pourront être embarquées le 20 de ce mois.

BONAPARTE.



Paris, le 6 germinal an 6 (26 mars 1798).

_Aux commissaires de la trésorerie nationale._

Le ministre des finances, citoyens commissaires, a dû vous prévenir
que, sur les 500,000 fr. de cette décade que vous devez mettre à la
disposition de la commission de la Méditerranée, 50,000 fr. devaient
être soldés, à Paris, au général Dufalga.

Je vous prie, citoyens commissaires, de vouloir bien faire solder
lesdits 50,000 fr. au général Dufalga, et de donner son reçu en paiement
au payeur de la commission, qui le recevra pour comptant. Le revirement
est tout simple: la lettre du ministre des finances et celle que j'ai
l'honneur de vous écrire, cette commission se trouvant sous mes ordres,
vous y autorisent suffisamment.

BONAPARTE.



Paris, le 6 germinal on 6 (26 mars 1798).

_Au ministre des relations extérieures._

Ayant besoin, citoyen ministre, pour remplir les intentions du
gouvernement, des citoyens Royer et Belletête, deux jeunes gens qui sont
partis, il y a quelques jours, pour Constantinople, et qui doivent être
actuellement à Toulon, je vous prie de leur envoyer l'ordre de rester à
Toulon.

Je désirerais également que vous donnassiez l'ordre aux citoyens
Jaubert, Chéry, Lapone, trois jeunes gens les plus avancés à l'école des
langues orientales à Paris, de se rendre à Constantinople, et de leur
envoyer contre-ordre à Toulon, pour qu'ils y attendent de nouveaux
ordres.

BONAPARTE.



Paris, le 6 germinal an 6 (26 mars 1798).

_Au ministre de l'intérieur._

Le directeur de l'imprimerie de la république et le citoyen Langlès,
citoyen ministre, sont animés de la plus mauvaise volonté. Je vous prie
de donner l'ordre positif que tous les caractères arabes actuellement
existans, hormis les matrices, soient sur-le-champ emballés, et au
citoyen Langlès l'ordre de les suivre.

Le citoyen Langlès m'a paru, dans la première conférence que j'ai eue
avec lui, très-disposé à venir; d'ailleurs la république, qui a fait son
éducation et qui l'entretient depuis long-temps, a le droit d'exiger
qu'il obéisse.

Je vous prie de donner l'ordre que l'on emballe également les caractères
grecs; il y en a, puisque l'on imprime en ce moment Xénophon, et ce
n'est pas un grand mal que le Xénophon soit retardé de trois mois,
pendant lequel temps on fera d'autres caractères, les matrices restant.

Je vous prie de donner également l'ordre positif d'emballer les
caractères pour trois presses françaises. Il nous suffit d'avoir des
caractères ordinaires.

BONAPARTE.



Paris, le 6 germinal au 6 (26 mars 1798).

_Au ministre de l'intérieur._

J'ai l'honneur de vous envoyer, citoyen ministre, la lettre du
directoire pour vous.

Je vous prie en conséquence de vouloir bien donner l'ordre aux citoyens
dont la liste est ci-jointe[3] de se tenir prêts à partir, au premier
ordre qu'ils recevront, pour se rendre à Bordeaux.

Ceux d'entre eux qui ont des places les conserveront, les appointemens
en seront payés à leur famille. Ils recevront en outre un traitement
extraordinaire et les frais de poste pour la route.

Je vous prie de donner l'ordre aux citoyens dont la liste est
ci-jointe[4] de se tenir prêts à partir, au premier ordre, pour
Flessingue. Les ingénieurs jouiront d'un traitement pour leurs travaux
extraordinaires. Leur mission n'étant que temporaire, leurs places
doivent leur être conservées.

BONAPARTE.

[Footnote 3: Dangés, Duc-la-Chapelle, astronomes; Costaz, Fourier,
Monge, Molard, géomètres; Conté, chef de bataillon des aérostiers;
Thouin, Geoffroi, Delisle, naturalistes; Dolomieu, minéralogiste;
Berthoilet, chimiste; Dupuis, antiquaire.]

[Footnote 4: Isnard, Lepère, Lepère (Gartien), Lancret, Lefebvre, Chézy,
ingénieur des ponts et chaussées; Panuson, interprète.]



Paris, le 6 germinal an 6 (26 mars 1798).

_À la commission chargée de l'inspection des côtes de la Méditerranée._

Je viens de recevoir, citoyens, des nouvelles du contre-amiral Brueys.
Il est parti de Corfou, le 6 ventose, avec six vaisseaux de guerre
français, six frégates _idem_, cinq vaisseaux de guerre vénitiens, trois
frégates _idem_, deux cutters pris sur les Anglais.

Le chef de brigade Perrée est parti d'Ancône le 12, avec deux frégates
françaises et deux vénitiennes.

Il est donc possible que, lorsque vous recevrez cette lettre, l'un et
l'autre soient déjà arrivés, et j'espère que, moyennant votre activité
et les mesures que vous avez prises avec l'ordonnateur Najac, ces
vaisseaux pourront repartir quinze jours après leur arrivée. _Le
Mercure_ est le seul vaisseau, je crois, qui ait besoin de réparation.

Quant aux vaisseaux vénitiens, s'ils peuvent être armés en guerre tous
les cinq, vous y ferez travailler de suite; et, s'il fallait trop de
temps, vous n'en ferez armer qu'une partie: ainsi, vous n'auriez besoin
d'aucun secours de bâtimens de transport pour porter les dix mille
bommes que vous devez embarquer à Toulon, avec l'artillerie; et, je vous
le répète, le 25 ou même le 20 germinal, tout doit être prêt à partir.

Plusieurs médecins et officiers généraux ont eu ordre de se rendre à
Toulon: ils s'adresseront à vous, vous leur ferez fournir le logement
et tout ce dont ils auront besoin, et vous leur direz d'attendre de
nouveaux ordres.

La quatre-vingt-cinquième demi-brigade s'est embarquée le 3 à Lyon,
pour se rendre à Marseille. Le deuxième bataillon du quatrième régiment
d'artillerie s'est embarqué le 5 pour se rendre à Toulon.

Cinq demi-brigades doivent être, à l'heure qu'il est, embarquées à Lyon,
pour aller par le Rhône jusqu'à Avignon, et de là se rendre à Toulon.

Conférez avec le commissaire ordonnateur et le général de division
Dugua, pour vous assurer que les subsistances et les cantonnemens de ces
troupes sont assurés.

Les dix-huitième et trente-deuxième demi-brigades, commandées par le
général Rampon, feront cantonnées au fort Lamalgue, à Lavalette, à
Solier, à Hières et autres villages dans ces environs.

Les vingt-cinquième et soixante-quinzième, commandées par le général
Gardanne, seront cantonnées à Ollioules, au Bausset, Laseine,
Saint-Lazaire et autres villages environnans.

La deuxième demi-brigade d'infanterie légère sera cantonnée dans Toulon.
Le général Pigeon aura le commandement de la deuxième demi-brigade
d'infanterie légère. Le général Gardanne commandera la vingt-cinquième
et la soixante-quinzième. Vous placerez les troisième et quinzième
régimens de dragons dans les endroits où il y aura le plus de fourrages.

Je vous recommande de veiller à ce que les troupes aient tous les jours
du vin ou de l'eau-de-vie, et à ce que les subsistances leur soient
assurées.

Il me tarde d'avoir un compte détaillé sur tous les ordres contenus dans
les instructions que je vous ai données, ainsi que d'apprendre l'arrivée
et l'état dans lequel se trouve le contre-amiral Brueys.

Pour n'être pas dans le cas de vous tromper dans vos calculs, vous devez
compter, pour l'embarquement de Toulon, sur douze à treize mille hommes,
compris l'artillerie, les charretiers et les domestiques, et cinq mille
à Marseille.

Actuellement que le contre-amiral Brueys est arrivé, il sera bon que
vous ménagiez à Toulon de quoi embarquer plutôt mille hommes de plus que
de moins.

Je vous envoie:

1°. Des plans et des notes sur la construction d'un ponton qui ne doit
pas peser plus de neuf cents livres; vous en ferez mettre sur-le-champ
trente en construction, avec les poutrelles et ce qui est nécessaire
pour établir le pont.

2°. L'esquisse d'un petit bateau portant une pièce de 12, et dont la
simple carcasse de doit pas peser plus de dix milliers: vous en ferez
mettre sur-le-champ deux en construction.

3°. Le mémoire et le projet d'une petite corvette portant une pièce de
24 et plusieurs pièces de 6, laquelle doit se diviser en parties, pour
pouvoir être transportées par terre sur huit diables. Vous en ferez
mettre une sur-le-champ en construction.

Vous ferez en sorte que les pontons et les deux petits bateaux soient
en état de partir le plus tôt possible. Il les faudrait avoir pour les
premiers jours de floréal.

Quant à la petite corvette, mettez-la en construction; lorsqu'elle sera
finie, nous nous en servirons. Je sais bien que cela ne peut pas être
avant le milieu de prairial: ce serait un grand bien, s'il était
possible que cela fût plus tôt.

En vous envoyant ces plans et les mémoires qui les expliquent, je n'ai
pas entendu vous prescrire de n'y faire aucun changement dans le détail.
Le véritable point de vue est de tout sacrifier à la légèreté, afin de
les rendre transportables par terre.

Je vous prie de remettre la lettre ci-jointe au contre-amiral Brueys, du
moment qu'il arrivera.

BONAPARTE.



Paris, le 10 germinal an 6 (30 mars 1798).

_Au contre-amiral Brueys._

Je présume, citoyen général, que vous êtes arrivé à Toulon, puisque
vos dernières dépêches m'apprennent que vous êtes parti de Corfou le 7
ventose.

L'on est ici extrêmement satisfait de votre conduite. Il faut que les
bâtimens qui vous ont plusieurs fois porté les ordres du gouvernement
aient été pris.

Maintenez une sévère quarantaine parmi vos équipages: c'est le plus sûr
moyen d'empêcher la désertion. Tous les ordres ont été donnés pour que
la solde et les vivres leur soient fournis.

Vous aurez sous vos ordres une des plus belles escadres qui soient
sorties depuis long-temps de Toulon.

Je compte sur vos six vaisseaux. Vous vous dépêcherez de faire faire les
réparations dont _le Mercure_ pourrait avoir besoin; ce qui, joint aux
six vaisseaux qui sont en ce moment en rade; aux treize frégates, au
_Conquérant_ armé en flûte, et au plus grand nombre des vaisseaux
vénitiens qui seront susceptibles d'être promptement armés, vous mettra
à même de remplir la mission brillante qui vous est destinée.

Je serai fort aise de vous revoir: j'espère que ce sera dans très-peu de
temps.

Casabianca partira bientôt pour servir sous vos ordres. Il faut
absolument que vous vous arrangiez de manière à ce que vous puissiez
partir le premier floréal.

BONAPARTE.



Paris, le 10 germinal an 6 (30 mars 1798).

_Au général Lannes._

Je reçois, citoyen général, votre dernière lettre de Lyon, du 3 du
courant. J'aurais désiré que vous m'eussiez envoyé l'état de situation
de la quatre-vingt-cinquième, celui des effets qui lui ont été délivrés,
et des notes sur l'esprit qui anime les troupes.

Ne manquez pas de me l'envoyer le plus tôt possible, ainsi que celui des
demi-brigades qui viennent de Suisse.

Prévenez le général Dugua à Marseille, et le commissaire ordonnateur
Sucy à Toulon, des mouvemens des troupes, afin qu'ils fassent préparer
tout ce qui leur est nécessaire sur les routes d'Avignon à Marseille et
Toulon.

BONAPARTE.



Paris, le 10 germinal an 6 (30 mars 1798).

_Au général Dugua._

Les neuvième et quatre-vingt-cinquième demi-brigades de ligne, ainsi que
le vingt-deuxième de chasseurs et le deuxième escadron du dix-huitième
régiment de dragons, se rendent à Marseille, où ils doivent s'embarquer.
Je vous prie, mon cher général, de veiller à ce qu'ils ne manquent de
rien. Le général Bon et le général Davoust sont partis pour commander,
le premier l'infanterie, le second la cavalerie, et l'adjudant-général
Jullien, pour faire les fonctions de chef de l'état-major de cette
division.

La deuxième d'infanterie légère, les dix-huitième, vingt-cinquième,
trente-deuxième et soixante-quinzième arriveront également sous peu de
jours à Avignon par le Rhône.

Elles ont ordre de se rendre à Toulon.

Vous enverrez l'ordre au général Rampon avec, les dix-huitième et
trente-deuxième, de tenir garnison au fort Lamalgue, Solliers, Lavalette
et Hières; à la vingt-cinquième et soixante-quinzième de tenir garnison
à Ollioules, Saint-Lazaire, Lascine et autres villages environnans.
Cette brigade sera commandée par le général Gardanne.

Vous enverrez l'ordre à la deuxième d'infanterie légère, qui sera
commandée par le général Pigeon, de tenir garnison à Toulon.

Vous placerez le général Leclerc et deux régimens de dragons qu'il
commande, dans l'endroit le plus favorable pour la subsistance de la
cavalerie, mais de manière à ce qu'ils soient dans un cercle de trois ou
quatre lieues de Toulon.

Donnez les ordres à votre commissaire-ordonnateur pour que ces troupes
ne manquent de rien, et prévenez le payeur de votre division pour
qu'elles aient leur prêt avec exactitude, qu'elles aient le vin ou
l'eau-de-vie tous les jours. Voyez aussi l'ordonnateur Sucy, le général
Dommartin, l'amiral Blanquet et le citoyen Leroy, qui forment la
commission de la Méditerranée.

Prévenez vos étapiers d'Avignon à Toulon, afin que ces troupes aient
leur subsistance assurée pendant la route.

BONAPARTE.



Paris, le 10 germinal an 6 (30 mars 1798).

_Au citoyen Sucy._

Indépendamment, citoyen ordonnateur, de votre qualité de membre de
la commission, vous remplissez plus spécialement les fonctions de
l'ordonnateur en chef de l'armée qui va s'embarquer.

Je compte assez sur votre discrétion pour vous faire part de suite de la
composition de toute l'armée dont vous êtes chargé, en vous enjoignant
surtout de garder le plus profond silence.

L'armée sera composée de cinq divisions:

1°. Les trois demi-brigades qui s'embarquent à Civita-Vecchia, qui ont
ordre d'embarquer avec elles deux commissaires des guerres, un chef de
chaque administration, une ambulance et des vivres pour deux mois.

2°. La division qui s'embarque à Gênes, composée de trois demi-brigades,
et qui a ordre d'embarquer deux commissaires des guerres, un chef de
chaque administration, une ambulance et des vivres pour deux mois.

3°. Une division qui s'embarque à Toulon, composée de la quatrième
d'infanterie légère, de la dix-huitième et de la trente-deuxième de
ligne; vous y attacherez deux commissaires des guerres, un chef de
chaque administration, une ambulance.

4°. Une division qui s'embarquera à Marseille, composée des neuvième et
quatre-vingt-cinquième de ligne, à laquelle vous attacherez également
un chef de chaque administration, deux commissaires des guerres et une
ambulance.

Vous ferez bien attention surtout que la manière dont je viens de
classer les divisions, n'est point par les numéros qu'elles doivent
garder; j'ai suivi leur position géographique; ainsi vous désignerez les
deux divisions qui sont à Toulon, l'une sous le nom de Solliers, l'autre
sous celui de Laseine, sans leur donner aucun numéro.

Toutes ces troupes, avec un corps de cavalerie et d'artillerie à
proportion, doivent être réunies sur un seul point pour concourir à une
même opération. Il est donc nécessaire que vous ayez avec vous, pour
les employer selon les circonstances, sept à huit bons commissaires des
guerres, un chef d'attelage d'artillerie et huit ou dix hommes entendus,
pour pouvoir, lorsque notre débarquement sera opéré, les charger des
différens services de l'armée, sans cependant leur désigner encore
aucune fonction.

Le général Dommartin commande l'artillerie de ladite armée; vous vous
entendrez avec lui pour tous les détails.

Le citoyen Desgenettes est médecin en chef; le citoyen Larrey,
chirurgien en chef. Dix-huit chirurgiens et médecins doivent être
partis, et, a l'heure qu'il est, être rendus à Toulon. Indépendamment
de cela, vous prendrez le plus de chirurgiens et de médecins que vous
pourrez, soit en en faisant venir de l'armée d'Italie, soit en prenant
ceux de quelque mérite, que vous pourriez trouver dans le pays où vous
êtes: vous n'en aurez jamais de trop.

Vous organiserez aussi une pharmacie, que vous prendrez dans les
hôpitaux de Marseille et de Toulon.

Chaque vaisseau de guerre ou vaisseau de transport doit avoir sa
pharmacie pour les malades qui pourraient survenir pendant le passage,
et vous devez aussi embarquer une quantité de médicamens proportionnée à
la force de l'armée, qui se trouve être de trente mille hommes.

Procurez-vous deux ou trois cents infirmiers, huit ou dix bons
directeurs d'hôpitaux, un bon architecte, douze ou quinze maçons, cinq
ou six garde-magasins, et un agent en chef des hôpitaux. Vous avez là
dessus liberté toute entière. Dans les instructions de la commission,
j'ai demandé beaucoup de souliers; indépendamment des besoins qu'aura la
troupe au moment de l'embarquement, il faudra encore y suppléer jusqu'à
ce que nous ayons pu faire des établissemens dans le pays où nous
allons.

Le payeur général sera le citoyen Estève. Il faut qu'il y ait autant
de payeurs qu'il y a de divisions, indépendamment des bureaux et des
payeurs qui peuvent lui devenir nécessaires.

N'oubliez pas de vous procurer quelques artistes vétérinaires.

Le général de division ne pourra embarquer que trois chevaux, le général
de brigade deux, et tous les officiers qui eut le droit d'avoir des
chevaux, un; le commissaire ordonnateur, trois, et les commissaires des
guerres en chef, un; les administrateurs, aucun; mais tout le monde a la
liberté d'embarquer le nombre de selles et de palfreniers que la loi lui
accorde.

Faites-vous rendre compte s'il y a des tentes dans l'arrondissement où
vous vous trouvez: s'il y en avait, il faudrait les faire mettre en
état: je désirerais en avoir un millier.

Le deuxième bataillon du quatrième régiment s'est embarqué le 5 à Lyon,
pour Avignon. Ainsi, il sera déjà rendu à Toulon quand vous recevrez
cette lettre.

J'ai donné ordre que l'on embarque cinquante chevaux d'artillerie à
Civita-Vecchia, cinquante à Gênes. Nous en embarquerons le plus que nous
pourrons à Toulon et à Marseille. Dans les instructions que j'ai données
à la commission, cet article de l'artillerie est spécialement détaillé.

BONAPARTE.



Paris, le 11 germinal an 6 (31 mars 1798).

_Au ministre des finances._

Vous devez remettre, citoyen ministre, pour cette décade, 500,000 fr. à
la disposition de la commission chargée de l'inspection des côtes de la
Méditerranée. Je désirerais que la trésorerie pût faire partir demain
des lettres de change pour 200,000 francs sur Gênes, et faire passer
300,000 francs à Toulon.

La solde des troupes qui s'embarquent à Gênes est arriérée. Il serait
nécessaire que la trésorerie fit passer au payeur de la division du
général Baraguey-d'Hilliers à Gênes 400,000 fr., pour payer cette
division jusqu'au premier germinal.

J'ai un courrier tout prêt, qui porterait les lettres de change pour
ces 600,000 fr. Il serait fort essentiel à nos opérations que cela pût
partir demain.

Je vous prie aussi de donner des ordres pour qu'elle fasse passer de
l'argent pour la solde des troupes qui sont en Corse. Il faudrait au
moins 300,000 fr.

BONAPARTE.



Paris, le 13 germinal an 6 (a avril 1798). _Au général
Baraguey-d'Hilliers._ Le consul recevra, citoyen général, par un
courrier que j'expédierai demain, 600,000 fr., ce qui, joint aux 200,000
fr. que j'ai déjà fait passer, fournira les sommes nécessaires a
l'embarquement.

Faites-moi passer, par le retour de mon courrier:

1°. L'état de situation des bâtimens, le nombre des tonneaux et de
l'équipage de chaque bâtiment, avec le nombre d'hommes et le nombre de
chaque corps que chaque bâtiment transporte.

2°. L'état de situation de votre division, le nom de votre payeur, de
vos deux commissaires des guerres, de vos deux adjudans généraux, et
des officiers d'artillerie et de génie attachés à l'état-major de la
division.

Tâchez d'embarquer avec vous le plus de chirurgiens et de médecins que
vous pourrez, français ou italiens; quatre médecins, douze chirurgiens,
indépendamment des chirurgiens des corps et de l'ambulance, ne seraient
pas trop.

Embarquez huit ou dix armuriers avec leurs outils, français ou italiens,
et des calfats, charrons, serruriers, le plus que vous pourrez vous en
procurer.

J'écris au général Berthier de vous faire passer trois mille fusils,
s'il peut se les procurer.

Ne partez pas sans de nouveaux, ordres.

Faites en sorte d'avoir plutôt trois ou quatre jours de vivres de plus
que de moins. Tenez la main à ce que l'on n'embarque rien d'inutile.
Vous ne pouvez embarquer pour vous que trois chevaux, les généraux de
brigade deux, et les autres officiers qui ont le droit d'avoir des
chevaux, un; mais chacun embarquera ses selles et ses palfreniers.

Laissez à Gênes un officier supérieur par corps composant votre
division, afin de réunir dans cette ville tous vos hommes sortant des
hôpitaux; et, toutes les fois qu'il y en aura cent, on leur donnera
des ordres pour vous rejoindre. Les officiers peuvent également donner
rendez-vous à Gênes à leurs domestiques, et gros bagages, qu'ils ne
pourraient pas embarquer avec eux.

Embarquez tous les dépôts actuellement existans.

J'imagine que vous menez avec vous Parthouneaux. J'écris à Berthier de
vous envoyer Almeyras, qui est un fort bon adjudant-général.

Faites-moi connaître, par le retour du courrier, l'état exact et par
corps de tout ce qui serait dû aux soldats.

Ayez avec vous trois bons directeurs d'hôpitaux et une centaine de bons
infirmiers.

BONAPARTE.



Paris, le 13 germinal an 8 (2 avril 1798).

_Au général Lannes._

Je vous envoie, citoyen général, des lettres pour le payeur de la
division qui vient de Suisse, pour le payeur de Lyon et de deux autres
départemens.

Vous ferez donner à Lyon la solde aux troupes jusqu'au 15 de ce mois.
Si la division n'avait point à Lyon de payeur, vous chargeriez un des
quartiers-maîtres d'en faire les fonctions et de recevoir l'argent que
la trésorerie donne ordre de remettre entre ses mains pour subvenir aux
dépenses ultérieures du prêt.

Ayez soin, en m'envoyant l'état de situation de chaque corps, de
m'instruire jusqu'à quel jour les soldats ont été payés, ainsi que de la
quantité d'effets qui a été distribuée a chaque corps et ce qui pourrait
leur manquer encore. Surtout ayez bien soin de completter l'armement.

Voyez le commandant de l'artillerie à Lyon, pour vous informer quand
partiront les différens objets que le général Dommartin doit lui avoir
demandés, et pressez-le le plus que vous pourrez. Voyez les salles
d'armes. Faites partir le plus tôt possible dix ou douze mille bons
fusils avec autant de sabres, et deux mille selles et brides de hussards
et même de dragons.

Il faut que tous ces différens objets soient à Avignon le 25 de ce mois.
Vous préviendrez le général Dommartin de tout ce qui partira, afin qu'il
prenne ses mesures pour que, d'Avignon, le tout se rende de suite à
Toulon.

Instruisez moi de tout dans le plus grand détail.

Envoyez l'adjudant-général Lagrange à Grenoble, pour connaître le jour
où les différens objets que le général Dommartin a dû demander, seront
arrivés a Avignon et pressez le départ du tout.

BONAPARTE.



Paris, le 13 germinal an 6 (2 avril 1798).

_Au général Brune._

Je profite du départ de Suchet pour vous écrire deux mots. J'ai expédié
à Rome un courrier extraordinaire il y a trois heures: il était chargé
d'une lettre pour Berthier ou vous.

J'imagine que Berthier, en vous remettant le commandement de l'armée,
vous communiquera les renseignemens sur les embarcations qui se font à
Civita-Vecchia et à Gênes. Comme il est extrêmement essentiel que
ces embarquemens n'éprouvent aucun retard, je vous les recommande
spécialement. Il paraît que celui de Gênes va assez bien, mais celui de
Civita-Vecchia est bien arriéré.

Aidez Dessaix, à qui le directoire a confié le commandement des troupes
qui s'embarquent a Civita-Vecchia.

Vous avez beaucoup à faire dans le pays où vous êtes. J'espère que ce
sera le passage d'où vous viendrez me rejoindre pour donner le dernier
coup de main à la plus grande entreprise qui ait encore été exécutée
parmi les hommes.

Entourez-vous d'hommes à talens et forts.

Je vous recommande de protéger l'observatoire de Milan, et, entre
autres, Oriani, qui se plaint de la conduite que l'on tient à son égard:
c'est le meilleur géomètre qu'il y ait eu.

BONAPARTE.



Paris, le 13 germinal an 6 (2 avril 1798).

_Au général Schawenbourg._

La trésorerie donne ordre, citoyen général, à son payeur à Berne, de
faire passer 3,000,000 à Lyon. J'expédie l'ordre de la trésorerie par un
courrier extraordinaire.

Comme ces 3,000,000 sont destinés à l'armée d'Angleterre, je vous serai
obligé de me faire connaître le jour où ils pourront arriver à Lyon, et
en quelle monnaie. Il serait nécessaire que, le plus possible, ce fût en
monnaie de France.

La trésorerie donne ordre de les faire partir en toute diligence. Je
vous prierai d'activer par tous les moyens possibles leur arrivée à Lyon
avant le 20 de ce mois.

Je suis fort aise, citoyen général, que cette circonstance m'ait fourni
l'occasion de correspondre avec vous et de vous témoigner l'estime et la
considération distinguée avec laquelle je suis,

BONAPARTE.



Paris, le 13 germinal an 6 (2 avril 1798).

_Au citoyen Belleville._

J'ai reçu, citoyen, vos dernières lettres. Je ferai partir, par un
courrier extraordinaire, des lettres de change pour 600,000 fr. Elles
ne sont payables que dans un mois; mais vous vous arrangerez pour avoir
tout de suite de l'argent comptant.

Quatre cent mille fr. sont destinés pour la solde des troupes, et
200,000 pour l'extraordinaire de l'expédition. Le payeur de la division
du général Baraguey-d'Hilliers rendra compte des 400,000 fr. à la
trésorerie, et vous rendrez compte à la commission à Toulon des autres
200,000.

J'espère que, moyennant cet argent, vous pourrez subvenir à toutes les
dépenses de l'opération, puisque vous ne paierez que quinze jours de
nolis aux bâtimens. Vous savez qu'il est avantageux qu'il ne soit payé
en définitif qu'à la fin de l'expédition. Vous avez parfaitement fait de
noliser par mois.

J'ai trouvé que 16 fr. par tonneau était excessivement cher. Vous devez
trouver quelques biscuits à Tortone ou à Milan: j'en ai fait faire une
très-grande quantité; cela économiserait d'autant.

Sur les 400,000 fr. que j'envoie sur la solde, vous devez retenir une
décade, laquelle ne doit être donnée que lorsqu'on sera embarqué.

J'écris à Berthier qu'il vous fasse remettre le présent que j'ai destiné
au marquis de Gallo. Il doit valoir 100,000 fr.; vous le vendrez; mais
faites en sorte que l'on ne sache pas que c'était ce que l'on destinait
à M. de Gallo, afin que cela ne fasse pas un mauvais effet. L'argent
provenant de ces diamans sera mis dans la caisse du payeur de cette
division, pour les événement extraordinaires, et on n'en disposera que
pour subvenir aux dépenses que pourrait nécessiter un nouveau relâche
dans quelque port, et sur mon ordre.

Le convoi ne partira que d'après de nouveaux ordres; mais je vous
conjure de faire en sorte qu'il puisse partir dans les premiers jours de
floréal, et que les deux mois de vivres soient bien complets, et qu'il y
ait plutôt pour quatre ou cinq jours de plus que de moins.

Spécifiez qui doit nourrir les équipages, et que dans tous les cas leur
subsistance soit assurée pour deux mois.

BONAPARTE.



Paris, le 13 germinal an 6 (2 avril 1798).

_Au général Berthier._

Vous ferez remettre, mon cher général, à Belleville, le présent que
j'avais destiné pour M. de Gallo. Il s'en servira pour faire de
l'argent. Les circonstances présentes et le besoin que nous en avons
pour l'expédition de la Méditerranée, sont d'une importance majeure.
Gardez le plus profond secret, afin que cela ne produise pas un mauvais
effet.

Je vous prie de donner l'ordre au citoyen Monge et à tous les ingénieurs
des ponts et chaussées, ou géographes qui sont à l'armée, de se rendre
à Gênes, pour y être embarqués sous les ordres du général
Baraguey-d'Hilliers.

Faites-lui passer trois bons directeurs d'hôpital, une centaine
d'infirmiers, et les médecins et chirurgiens qu'il vous demandera.

Voyez aussi, je vous prie, s'il ne serait pas possible de faire passer,
de Milan ou de Tortone, 3,000 fusils, pour être embarqués à Gênes.

BONAPARTE.



Paris, le 13 germinal an 6 (2 avril 1798).

_Au général Desaix._

Par la lettre que je reçois de Monge, citoyen général, du 30 ventose, je
vois qu'il sera impossible que vous soyez prêt pour le 30 germinal. Dans
ce cas-là, continuez toujours vos préparatifs, et tâchez d'être-prêt
pour le 20 floréal époque à laquelle je vous Enverrai de nouveaux
ordres.

Je préfère, si cela est possible, que vous vous embarquiez sur les plus
gros bâtimens, ayant les vivres et tout ce qui vous est nécessaire, et
retardiez d'une ou deux décades pour vous les procurer, à vous voir
passer en Corse sur de petits bateaux.

Ou je viendrai vous prendre à Civita-Vecchia, ou je vous enverrai des
frégates pour vous escorter et vous conduire à l'endroit où il sera
nécessaire.

Tâchez de vous procurer à Rome deux ou trois mille fusils; faites-les
transporter à Civita-Vecchia; embarquez-les sur votre convoi, ou, si
cela vous encombre et exige de nouveaux moyens de transport, nous l'es
ferons venir après.

Vous ne devez avancer aux patrons que tout juste ce qu'il leur faut pour
commencer l'opération. On leur soldera tous les mois le nolis de leurs
bâtimens.

Spécifiez qui doit nourrir les équipages, et que, dans tous les cas,
leur subsistance leur soit assurée pour deux mois.

Le contre-amiral Brueys est arrivé à Toulon; là, à Marseille et à Gênes,
les affaires vont parfaitement.

Je compte partir de Paris le 26 de ce mois.

Si vous envoyez des courriers, il sera nécessaire qu'ils s'adressent, à
Lyon, au général Lannes, ou, dans le cas qu'il n'y soit plus, au général
commandant, qui saura seul si je suis passé, afin de se diriger sur
Toulon ou sur Paris.

BONAPARTE.



Paris, le 13 germinal an 6 (3 avril 1798).

_Au citoyen Monge._

J'ai reçu, mon cher Monge, votre lettre du 30 ventose. Desaix doit être
arrivé. Je vous prie de lui remettre la lettre ci-jointe. Je ne compte
que sur vous et sur lui pour l'embarquement de Civita-Vecchia. J'ai
envoyé d'ici de l'argent, afin de vous décharger entièrement de
l'embarquement à Gênes.

Je compte sur l'imprimerie arabe de la Propagande et sur vous, dussé-je
remonter le Tibre avec l'escadre pour vous prendre.

BONAPARTE.



Paris, le 16 germinal an 6 (5 avril 1798).

_Au même._

J'apprends à l'instant qu'un courrier part pour Rome. Je vous écris
deux mots: j'ai reçu votre lettre du 8. J'ai appris avec plaisir que
l'embarquement de Civita-Vecchia avançait.

J'envoie l'ordre, par un courrier extraordinaire, à Toulon, a une
frégate armée en flûte, de se tendre a Civita-Vecchia; elle pourra
embarquer quatre cents hommes et servira à embarquer Desaix, auquel vous
direz de m'envoyer un courrier extraordinaire pour m'instruire de sa
position au 1er floréal.

Nous aurons avec nous un tiers de l'institut et des instrumens de
toute espèce. Je vous recommande spécialement l'imprimerie arabe de la
Propagande.

Si Faypoult voulait être des nôtres, il pourrait nous être bien utile
là-bas. Les choses sont ici assez tranquilles.

BONAPARTE.



Paris, le 16 germinal an 6 (5 avril 1798).

_À la commission chargée de l'inspection des côtes de la Méditerranée._

Je vous prie, citoyens, de m'envoyer par le retour du courrier, 1°.
l'état des vaisseaux de guerre, de leurs vivres et de leurs équipages
qui se trouvent en rade et prêts à partir au 1er floréal, avec le nombre
d'hommes que chacun peut porter;

2°. Les bâtimens de guerre armés en flûte, le nombre d'hommes,
d'équipages, et la quantité de monde que chacun peut embarquer;

3°. L'état de l'artillerie, ou embarquée, ou qui pourra être embarquée
pour le 1er floréal;

4°. La situation des vivres et des approvisionnemens pour la troupe de
passage, pendant deux mois, qui se trouvera embarquée au 1er floréal;

5°. La quantité d'eau que chaque bâtiment aura à bord au 1er floréal;

6°. Le transport, avec le nombre d'équipages, le nombre d'hommes que
chacun doit porter, qui seront prêts à partir au 1er. floréal, tant a
Marseille qu'à Toulon, et la quantité de vivres et d'eau que chacun aura
à bord;

7°. Le nom des officiers de génie, d'artillerie, commissaires des
guerres, généraux, troupes d'artillerie, demi-brigades qui seront
arrivés à Marseille ou à Toulon, au jour où ledit état sera fait, ainsi
que les sommes qui seront dues à ces différens corps.

Le courrier part aujourd'hui 16 à dix heures du soir; il arrivera le 20,
avant minuit, à Toulon. Je vous prie de le faire partir dans la journée
du 21, afin qu'il soit de retour, au plus tard, le 25.

BONAPARTE.



Paris, le 16 germinal an 6 (5 avril 1798).

_Au citoyen Belleville._

La division du général Baraguey-d'Hilliers, qui s'embarque à Gênes, ne
se monte pas à plus de six mille hommes, et cependant le convoi composé
de soixante-six bâtimens, dont vous m'avez envoyé l'état, porte de douze
à treize mille tonneaux. Un bâtiment peut porter un homme par tonneau,
sans aucune espèce d'inconvénient. Je vous prie de faire l'essai et de
vous assurer du nombre d'hommes que chaque bâtiment peut porter: car si
c'est un inconvénient de trop resserrer les hommes, c'en serait un aussi
de trop les diviser et d'employer plus de transports qu'il ne faut. Je
m'en rapporte là-dessus à votre expérience.

S'il arrivait que ces bâtimens ne pussent pas porter davantage d'hommes,
mais pussent porter davantage d'artillerie, je vous prierais d'y faire
embarquer, sans augmenter le convoi, un second million de cartouches,
et jusqu'à la concurrence de dix mortiers de 12 pouces, dix _id._ de 8
pouces, dix pièces de 24, approvisionnés tous à cinq cents coups, avec
double affût.

Vous ne manquez pas a Gênes de ces différens objets d'artillerie, qui,
en tout cas, seraient bien vite arrivés de Tortone. Vous aurez soin de
m'instruire de ce que vous pourrez faire là-dessus, et d'en envoyer
l'état circonstancié au général Dommartin. Ce que vous embarquerez de
ces objets diminuera d'autant l'embarquement que nous sommes obligés de
faire de notre équipage de siége.

BONAPARTE.



Paris, le 16 germinal an 6 (5 avril 1798).

_À la commission chargée de inspection des côtes de la Méditerranée._

La trésorerie, citoyens, vous fait passer exactement l'argent qui vous
est destiné: vous devez n'avoir aucune inquiétude sur cet objet, et
pousser vos travaux avec la plus grande activité. Il est indispensable
que l'escadre du contre-amiral Brueys et celle qui est en rade avec tous
les transports soient prêtes à partir au 1er floréal.

La frégate armée en flûte reçoit l'ordre, par le courrier, de se rendre
à Civita-Vecchia, pour embarquer du monde dans ce port. Il est urgent
qu'elle parte le plus promptement possible.

BONAPARTE.



Paris, le 16 germinal an 6 (5 avril 1798).

_Au général Dommartin._

Je vois avec peine, citoyen général, que tous les préparatifs que vous
faites, pour vous procurer de l'artillerie, traîneront en longueur.
Voyez à prendre à Toulon, Antibes, Marseille et Nice, ce qui vous serait
nécessaire. Il y a, à Nice, toutes les pièces de 24 que vous pourrez
désirer. Il y a sur la côte de la Méditerranée plus de soixante mortiers
à la Gomère. Il faut être prêt à partir dans les premiers jours de
floréal: vous sentez bien que les bombes que vous faites faire dans les
foyers du Forez, ne peuvent être prêtes pour cette époque.

Faites-moi connaître par le retour de mon courrier, dans le plus grand
détail, dans quelle situation vous vous trouverez au moment où vous
m'écrirez, quelles sont les pièces ou autres effets qui sont embarqués,
et où se trouvent les objets qui ne le sont pas.

J'ai écrit au général Lannes pour qu'il ait à activer, de Lyon et
Grenoble, les demandes que vous avez faites.

BONAPARTE.



Paris, le 16 germinal an 6 (5 avril 1798).

_Au ministre de la marine._

Vous avez ordonné, citoyen ministre, il y a un mois, à l'ordonnateur
Najac d'armer en flûte une vieille frégate pour servir au transport des
troupes: je vous prie de faire donner l'ordre à cette frégate de se
rendre à Civita-Vecchia, où elle servira à embarquer une partie des
troupes qui ont ordre de s'y embarquer. Elle servira en même temps pour
l'escorte du convoi. Elle embarquera le général qui commande cette
expédition, duquel elle recevra des ordres pour toute la destination
du convoi. Il serait nécessaire que cette frégate partît le plus tôt
possible.

BONAPARTE.



Paris, le 16 germinal an 6 (5 avril 1798).

_Au Ministre de la guerre._

Il serait nécessaire, citoyen ministre, d'avoir à Toulon vingt mille
fusils pour l'opération qu'y a commandée le gouvernement. Comme il n'y
en a pas dans cette place, ni à Marseille, je vous prie de les faire
partir le plus tôt possible de Lyon ou de Saint-Etienne.

BONAPARTE.



Paris, le 16 germinal an 6 (5 avril 1798).

_Au général Brune._

Je vous prie, général, de faire partir, par un courrier extraordinaire,
la lettre ci-jointe pour le citoyen Belleville. Je désirerais que
le citoyen Belleville fit embarquer à Gênes dix pièces de 2, vingt
mortiers, à cinq cents coups par pièce, si les bâtimens du convoi y
peuvent suffire.

Je vous prie de lui fournir, soit de Tortone, ou même de Gênes, les
effets d'artillerie dont il peut avoir besoin.

Je vous recommande, mon cher général, d'accélérer de tous vos
moyens l'embarquement de Civita-Vecchia. Il ne faudrait pas que cet
embarquement retardât nos opérations.

BONAPARTE.



Paris, le 18 germinal an 6 (7 avril 1798).

_Au citoyen Belleville._

Je vous envoie, citoyen consul, la lettre que vous écrit la trésorerie,
avec l'envoi de lettres de change pour quarante-huit mille piastres;
sous trois jours je vous enverrai le reste, jusqu'au complément de
600,000 fr.

Je vous ai écrit tous ces jours-ci. Je vous prie, par le retour de mon
courrier, de m'instruire dans le plus grand détail de la situation dans
laquelle vous vous trouverez au 1er. floréal, et de me l'expédier de
suite. Je lui donne l'ordre de ne pas rester plus de vingt-quatre heures
à Gênes.

BONAPARTE.



Paris, le 20 germinal an 6 (9 avril 1798).

_Au général Berthier._

Je n'ai pas encore reçu de vos nouvelles, mon cher général; mais les
dernières nouvelles que j'ai reçues de Monge, le 8 germinal, étaient
assez satisfaisantes.

Le général de division ne peut embarquer que trois chevaux, le général
de brigade, deux, et les deux autres officiers qui ont droit à des
chevaux, un. Il faut tenir la main a l'exécution du dit ordre.

Si vous pouvez faire embarquer cinquante chevaux d'artillerie et cent
chevaux de cavalerie, vous ferez embarquer les cent meilleurs chevaux du
septième régiment de hussards, ayant soin de les donner tous à un même
escadron, et tenir la main à ce que, sous ce prétexte, les officiers
de cavalerie ne fassent passer tous leurs chevaux, de sorte qu'au
commencement du débarquement, vous ayez cent hommes de cavalerie à
mettre à terre.

Les chevaux restans du septième régiment de hussards et du vingtième
de dragons, seront donnés aux autres corps de cavalerie de l'armée; en
embarquant le harnachement, vous aurez soin que, sous quelque prétexte
que ce soit, il ne reste aucun homme du septième et du vingtième en
Italie. Faites compléter la musique de vos différentes demi-brigades.
Donnez-en une à la vingt-unième d'infanterie légère, s'il n'y en a pas.

Ayez soin qu'il ne manque point de tambours. Si cela était, vous
pourriez vous en faire donner dans les corps qui restent à Rome.

Faites donner un drapeau à chaque bataillon de la vingt-unième
d'infanterie légère. Ayez soin que les lieutenans et les sous-officiers
d'infanterie légère soient armés de fusils, ainsi que les sous-officiers
de ligne. Faites armer de fusils les canonniers.

J'avais ordonné, dans le temps, que chaque corps eût un certain nombre
de sapeurs, avec des haches et des outils. Assurez-vous que cet ordre
est exécuté.

_La Courageuse_, frégate armée en flûte, qui peut porter six cents
hommes, doit être partie de Toulon, pour se rendre à Civita-Vecchia.
Cela servira à vous embarquer.

Tout étant prêt à Toulon, Marseille et Gênes, je compte partir dans six
jours. J'y serai dans les premiers jours de floréal. Envoyez-moi un
courrier pour Lyon. Il s'informera chez le général commandant où je
suis.

Je désirerais aussi que vous m'en envoyassiez un en droite ligne à
Toulon, qui me fît connaître la situation dans laquelle vous vous
trouverez au 1er floréal, pour que je vous envoie des ordres en
conséquence.

BONAPARTE.



Paris, le 20 germinal an 6 (9 avril 1798).

_Au général Brune._

Il était resté en Italie, citoyen général, vingt-cinq hommes de mes
guides à cheval, soit aux hôpitaux, soit en détachement avec le général
Berthier; je vous prie de leur donner l'ordre de se rendre à Gênes, où
ils s'embarqueront avec le général Baraguey-d'Hilliers.

Je vous prie aussi de faire partir pour Gênes tous les hommes qui
resteraient des demi-brigades suivantes: deuxième d'infanterie légère,
vingt-deuxième _id._; dix-huitième, vingt-cinquième, trente-deuxième,
soixante-quinzième, neuvième, quatre-vingt-cinquième, treizième,
soixante-neuvième de ligne; quatorzième, quinzième, dix-huitième
régimens de dragons; vingt-deuxième de chasseurs.

Et de faire rendre à Civita-Vecchia ceux des vingt-unième d'infanterie
légère, soixante-unième, quatre-vingt-huitième de ligne; septième
régiment de hussards, vingtième _idem_ de dragons.

Ces hommes s'embarqueront à la suite des divisions qui s'embarquent à
Gênes et à Civita-Vecchia; et quand même ces divisions seraient parties,
leurs dépôts resteront à Gênes et à Civita-Vecchia, de manière que
lorsqu'il y aura cent hommes réunis, on pourra les faire partir pour
rejoindre au lieu où se rend ledit embarquement.

Les quatorzième et dix-huitième de dragons et le septième de hussards
laissent leurs chevaux sans hommes à Gênes et à Civita-Vecchia. Envoyer
des détachemens des différens corps de cavalerie qui ont le plus
d'hommes à pied. Vous trouverez dans les régimens de dragons, des
chevaux qui pourront remonter votre grosse cavalerie.

BONAPARTE.



Paris, le 20 germinal an 6 (9 avril 1798)

_Au général Baraguey-d'Hilliers._

J'imagine, citoyen général, qu'à l'heure qu'il est, l'embarquement de
Gênes doit être prêt.

J'avais écrit au général Berthier, en date du 25 ventose, pour qu'il
fît préparer des bâtimens capables de porter cent cinquante chevaux,
indépendamment de ceux des états-majors.

Vous ferez choisir cinquante chevaux des plus forts d'artillerie et cent
des meilleurs chevaux du quatorzième de dragons. Vous aurez surtout bien
soin que ces chevaux montent les hommes d'un même escadron, et que les
officiers de cavalerie n'en profitent point pour faire passer leurs
chevaux, de manière qu'au moment du débarquement, vous ayez un escadron
tout monté pour votre service.

Vous ferez préparer en outre des bâtimens pour porter les chevaux de
l'état-major, si vous ne croyez pas plus convenable de les embarquer
dans les mêmes bâtimens où s'embarquent les officiers. Au reste, ce ne
doit pas être un objet, puisque je ne calcule pas que cela puisse passer
vingt ou vingt-cinq chevaux.

Les chevaux restans des quatorzième et dix-huitième de dragons seront
donnés à des détachemens de différens régimens qui sont en Italie,
auxquels ils seront distribués; bien entendu que vous aurez soin de
faire embarquer les selles et tout le harnachement.

Vous aurez soin que le quatorzième et le dix-huitième de dragons ne
laissent aucun homme en Italie, et que tout soit embarqué. Faites
completter la musique de vos différentes demi-brigades. Donnez-en une à
la vingt-deuxième d'infanterie légère, si elle n'en a pas.

Donnez trois drapeaux à la vingt-deuxième d'infanterie légère. Ayez soin
que les lieutenans et les sous-officiers d'infanterie légère aient des
fusils, ainsi que les sous-officiers des demi-brigades de bataille.
Faites donner à l'artillerie à pied des fusils.

BONAPARTE.



Paris, le 21 germinal an 6 (10 avril 1798).

_Au général Regnier._

Le général de division Regnier se rendra à Lyon; il y verra le général
de brigade Lannes; il s'informera si les objets d'artillerie, qui ont
été demandés par le général Dommartin, sont partis de Lyon.

Il verra le commandant de l'artillerie et le directeur des transports,
pour activer le départ des objets demandés.

Il m'écrira de Lyon pour me rendre compte de tout ce qu'il aura fait.

Il se rendra à Grenoble pour activer également le départ des objets
d'artillerie qui auraient été demandés par le général Dommartin.

Arrivé à Avignon, il fera faire toutes les dispositions nécessaires pour
que tous les objets d'artillerie qui arriveraient dans cette ville,
soient sur-le-champ mis en route pour Toulon.

Avant de partir pour Paris, il verra le général Dufalga, pour avoir de
lui la note de tous les effets qui sont partis ou doivent partir de
Paris, et le jour où ils passent à Lyon ou à Avignon.

Il préviendra les directeurs des transports de ces deux villes, afin que
ces objets n'éprouvent aucun retard.

De là il se rendra à Marseille, où il attendra de nouveaux ordres.

BONAPARTE.



Paris, le 22 germinal an 6 (11 avril 1798).

_Au général Baraguey-d'Hilliers._

J'ai reçu, citoyen général, votre lettre du 11, avec les états qui y
étaient joints. Le courrier porte au citoyen Belleville le restant
des sommes pour completter 800,000 fr., y compris le premier envoi de
200,000 fr.

Je trouve que quatorze mille tonneaux pour sept mille hommes, c'est
trop. Dans les embarquemens que nous faisons à Toulon et à Brest, l'on
ne compte qu'un tonneau par homme; 16 fr. par tonneau, c'est encore
trop cher: nous ne payons que la moitié sur l'Océan et à Marseille.
Une décade d'avance pour les nolis suffit. Le reste sera payé lors de
l'arrivée.

Six cent quatre-vingts francs par navire pour les arrangemens me
paraissent aussi trop cher.

Pourvu que le prêt soit payé à jour, à l'instant qu'on s'embarque, l'on
pourra se passer de deux mois d'avance.

Il résulte, que les 800,000 fr. que Belleville a touchés doivent faire
votre embarquement, puisque vous en portez la valeur à 1,500,000 fr.,
et que vous y comprenez 260,000 fr. pour deux mois de prêt d'avance,
400,000 fr. pour le nolis de deux mois; en tout 660,000 fr.
d'économisés.

Il sera facile d'économiser 40 ou 60,000 fr. sur le reste. S'il vous est
possible d'avoir deux décades de prêt au moment de votre embarquement,
ce sera un grand bien. S'il reste une queue de 100,000 fr. à devoir aux
fournisseurs, cela serait payé à Paris.

J'espère donc qu'au 1er floréal vous serez prêt à partir. Dans quatre
jours, je vous expédierai un courrier, avec l'ordre, qui devra être
exécuté, quelle que soit la position où vous vous trouverez.

BONAPARTE.



Paris, le 22 germinal an 6 (11 avril 1798)

_Au citoyen Belleville._

Je vous en voie, citoyen consul, une lettre de la trésorerie nationale
avec des lettres de change pour 20,000 piastres. Ainsi, voilà 800,000
fr. que vous avez reçus pour l'embarquement. Cela doit vous suffire:
d'ailleurs les diamans que vous vendez vous mettront peut-être à même de
pouvoir prendre 200,000 fr., s'il est nécessaire, et enfin s'il y avait
un reste de compte de 100,000 francs dû aux fournisseurs, cela serait
payé à Paris.

Dans quatre jours, j'enverrai l'ordre pour le départ du convoi: il faut
que tout soit prêt à partir le 1er floréal.

BONAPARTE.



Paris, le 22 germinal an 6 (11 avril 1798).

_Au général Lannes._

J'ai reçu, citoyen général, la lettre que m'a remise votre aide-de-camp.
3,000,000 sont partis en poste, le 18 de ce mois, de Berne pour Lyon.
Vous trouverez ci-joint l'ordre de la trésorerie à son payeur de Lyon,
de les faire passer sur-le-champ à Toulon.

Vous ferez embarquer ce convoi sur le Rhône; vous vous rendrez avec lui
à Avignon, d'où vous le ferez partir en toute diligence, de Lyon pour
Toulon. Vous m'instruirez du jour de votre départ de Lyon, et des
différentes espèces qui composent le convoi de 3,000,000.

Lorsque votre convoi sera parti d'Avignon, et que vous aurez pris toutes
les mesures nécessaires pour la sûreté de son transport, vous vous
rendrez à Marseille, où vous attendrez de nouveaux ordres.

BONAPARTE.



Paris, le 23 germinal an 6 (12 avril 1798).

_Au ministre des finances._

Je vous prie, citoyen ministre, de faire nommer par la trésorerie
nationale un contrôleur auprès du payeur de la commission de la
Méditerranée. Je vous recommanderai, pour cette place, le citoyen
Poussielgue, qui est actuellement à Paris, et qui a été long-temps
employé dans votre ministère.

Je désirerais que sur les 600,000 fr. que vous devez mettre, cette
décade, à la disposition de la commission de la Méditerranée, vous
fissiez remettre, à Paris, au général Dufalga, commandant le génie de
l'armement de la Méditerranée, 500,000 fr. pour dépenses de ce corps,
instrumens, etc.; et 100,000 fr. à ma disposition à toucher à Paris.

BONAPARTE.



Paris, le 23 germinal an 6 (12 avril 1798).

_Au ministre des relations étrangères._

Je vous prie, citoyen ministre, de vouloir bien donner l'ordre
au citoyen Magallou, consul de la république au Caire, de partir
sur-le-champ pour se rendre le 3 floréal à Marseille, où il recevra de
nouveaux ordres.

Ce consul réclame 30,000 fr. qui lui sont dus par votre département,
dont les comptes ne sont pas encore apurés. Je désirerais que vous lui
fissiez donner un à-compte de moitié.

Je vous prie de donner également l'ordre au citoyen Venture de partir
sur-le-champ pour Toulon, où il recevra de nouveaux ordres. Je
désirerais que vous lui fissiez donner les frais de poste, et que vous
lui assurassiez la place qu'il a dans votre département, en faisant
toucher à sa famille les appointemens qu'il a.

BONAPARTE.



Paris, le 23 germinal an 6 (12 avril 1798).

_Au ministre de la marine._

Je désirerais, citoyen ministre, que vous ordonnassiez à une de nos
bonnes frégates de partir de Toulon pour se rendre à Gênes, et prendre
sous son escorte le convoi qui est prêt à partir de cette ville. Elle
prendra à son bord le général de division qui commande le convoi, de qui
elle recevra des ordres pour sa destination.

Je vous prie également de donner l'ordre pour qu'on fasse partir pour
Ajaccio, en Corse, neuf des plus gros bâtimens de transport qui sont à
Toulon, pour embarquer les troupes qui doivent partir d'Ajaccio. Ils
y attendront de nouveaux ordres. Ils pourraient partir sous l'escorte
d'une corvette.

BONAPARTE.



Paris, le 24 germinal an 6 (13 avril 1798).

_Au vice-amiral Brueys._

Le directoire exécutif, citoyen général, voulant récompenser les
services que vous lui avez rendus dans la Méditerranée, où vous naviguez
depuis quinze mois, vous a nommé au grade de vice-amiral. Vous recevrez
incessamment votre nomination ainsi que votre brevet.

Une frégate reçoit ordre de partir pour Gênes, pour escorter le convoi
qui doit partir de cette ville; il est nécessaire qu'elle soit commandée
par un homme de tête.

Les chefs de division Decrés et Thevenard doivent être arrivés. Le
citoyen Ganteaume et deux autres officiers de marine partent après
demain de Paris. Nous organiserons l'escadre avant de partir, de manière
à ce qu'elle puisse être digne de la grande mission qu'elle va remplir.

Je ne doute pas que, grâce à votre activité, tout ne soit prêt à partir
dans les premiers jours de floréal. J'imagine qu'à l'heure qu'il est
vous avez l'artillerie, les vivres et l'eau à bord, et qu'il n'y a plus
qu'à y mettre les hommes.

Il est indispensable d'avoir avec l'escadre le plus de corvettes et
d'avisos qu'il sera possible. J'imagine que toutes les corvettes et tous
les avisos qui étaient de l'armée d'Italie et sous vos ordres, sont dans
ce moment à Livourne ou à Gênes. Envoyez par la frégate qui part l'ordre
à tous ceux qui sont à Gênes, de partir pour escorter le convoi, à tous
ceux qui sont à Livourne ou ailleurs, de se rendre à Civita-Vecchia, où
ils seront sous les ordres de la frégate qui s'y rendra de Toulon, et
serviront à escorter le convoi.

Faites rallier à Toulon toutes les corvettes qui seraient disséminées
dans nos différens ports.

BONAPARTE.



Paris, le 24 germinal an 6 (13 avril 1798).

_Note remise au directoire._

Dans notre position, nous devons faire à l'Angleterre une guerre sûre,
et nous le pouvons.

Que nous soyons en paix ou en guerre, il nous faut quarante ou cinquante
millions pour réorganiser notre marine.

Notre armée de terre n'en sera ni plus ni moins forte, au lieu que la
guerre oblige l'Angleterre à faire des préparatifs immenses qui ruinent
ses finances, détruisent l'esprit de commerce et changent absolument la
constitution et les moeurs de ce peuple.

Nous devons employer tout l'été à armer notre escadre de Brest, à faire
exercer nos matelots dans la rade, à achever les vaisseaux qui sont en
construction à Rochefort, à Lorient et à Brest.

Si l'on met quelque activité dans ces travaux, nous pouvons espérer
d'avoir au mois de septembre, trente-cinq vaisseaux à Brest, y compris
les quatre ou cinq nouveaux que l'on peut construire à Lorient et à
Rochefort.

Nous aurons, vers la fin du mois, dans les différens ports de la
Manche, près de deux cents chaloupes canonnières. Il faut les placer à
Cherbourg, au Havre, à Boulogne, à Dunkerque et à Ostende, et employer
tout l'été à emmariner nos soldats.

En continuant à donner à la commission des côtes de la Manche 300,000
fr. par décade, nous pouvons faire construire deux cents autres
chaloupes d'une dimension plus forte et propre à transporter des
chevaux.

Nous aurions donc, au mois de septembre, quatre cents chaloupes
canonnières à Boulogne, et trente-cinq vaisseaux de guerre à Brest.

Les Hollandais peuvent également avoir dans cet intervalle douze
vaisseaux de guerre au Texel.

Nous avons dans la Méditerranée deux espèces de vaisseaux:

Douze vaisseaux de construction française qui peuvent, d'ici au mois de
septembre, être augmentés de deux nouveaux;

Neuf vaisseaux de construction vénitienne.

Il serait possible, après l'expédition, que le gouvernement projetât
dans la Méditerranée de faire passer les quatorze vaisseaux à Brest et
de garder dans la Méditerranée, simplement les neuf vaisseaux vénitiens;
ce qui nous ferait, dans le courant des mois d'octobre ou de novembre,
cinquante vaisseaux de guerre français à Brest, et presque autant de
frégates.

Il serait possible alors de transporter quarante mille hommes sur le
point de l'Angleterre que l'on voudrait, en évitant même un combat
naval, si l'ennemi était plus fort, dans le temps que quarante mille
hommes menaceraient de partir sur les quatre cents chaloupes canonnières
et autant de bateaux pêcheurs de Boulogne, et que l'escadre hollandaise
et dix mille hommes de transport menaceraient de se porter en Écosse.

L'invasion en Angleterre, exécutée de cette manière, et dans les mois de
novembre et de décembre, serait presque certaine.

L'Angleterre s'épuiserait par un effort immense et qui ne la garantirait
pas de notre invasion.

En effet, l'expédition dans l'Orient obligera l'ennemi à envoyer six
vaisseaux de guerre de plus dans l'Inde et peut-être le double de
frégates a l'embouchure de la mer Rouge. Elle serait obligée d'avoir de
vingt-deux à vingt-cinq vaisseaux à l'embouchure de la Méditerranée,
soixante vaisseaux devant Brest, et douze devant le Texel, ce qui ferait
un total de trois cents vaisseaux de guerre, sans compter ceux qu'elle
a aujourd'hui en Amérique et aux Indes, sans compter dix ou douze
vaisseaux de cinquante canons, avec une vingtaine de frégates, qu'elle
serait obligée d'avoir pour s'opposer à l'invasion de Boulogne.

Nous nous conserverions toujours maîtres de la Méditerranée, puisque
nous y aurions neuf vaisseaux de construction vénitienne.

Il y aurait encore un moyen d'augmenter nos forces dans cette mer; ce
serait de faire céder par l'Espagne trois vaisseaux de guerre et trois
frégates à la république ligurienne: cette république ne peut plus être
aujourd'hui qu'un département de la France. Elle a plus de vingt mille
excellens marins.

Il est d'une très-bonne politique de la part de la France de favoriser
et d'exiger même que la république ligurienne ait quelques vaisseaux de
guerre.

Si l'on prévoit des difficultés à ce que l'Espagne cède à nous ou à la
république ligurienne trois vaisseaux de guerre, je croirais utile que
nous-mêmes nous rendissions à la république ligurienne trois des neuf
vaisseaux que nous avons pris aux Vénitiens, et que nous exigeassions
qu'ils en construisissent trois autres. C'est une bonne escadre, montée
par de bons marins, que nous nous trouverons avoir gagnée. Avec l'argent
que nous aurons des Liguriens, nous ferons faire à Toulon trois bons
vaisseaux de notre construction, car les vaisseaux de construction
vénitienne exigent autant de matelots qu'un bon vaisseau de 74; et des
matelots, voilà notre partie faible.

Dans les événemens futurs qui peuvent arriver, il nous est extrêmement
avantageux que les trois républiques d'Italie qui doivent balancer les
forces du roi de Naples et du grand-duc de Toscane, aient une marine
plus forte que celle du roi de Naples.

BONAPARTE.



Paris, le 24 germinal an 6 (l3 avril 1798).

_Au directoire exécutif._

Je ne mène avec moi, citoyens directeurs, dans l'expédition de la
Méditerranée, que deux mille cinq cents hommes de cavalerie sans
chevaux. Cela fait donc deux mille cinq cents chevaux qui seront
distribués aux autres régimens de cavalerie de la république.

Mais, dans le pays où nous allons, on peut compter facilement sur dix ou
douze mille très-bons chevaux.

Je crois donc qu'il serait nécessaire de faire embarquer quatre ou cinq
régimens de cavalerie sans chevaux, et remonter avec les chevaux desdits
régimens les hommes que nous avons à pied dans les différens dépôts.

Je désirerais que le gouvernement ordonnât au premier régiment de
cavalerie de se rendre à Gênes pour y être embarqué avec ses selles et
sans chevaux; au vingt-quatrième régiment de chasseurs, de s'embarquer à
Civita-Vecchia avec ses selles et sans chevaux; au onzième de hussards,
de se rendre à Toulon, de s'y embarquer avec ses selles et sans chevaux;
aux deux régimens de chasseurs qui ont le plus d'hommes à pied, de se
rendre à Toulon pour s'y embarquer.

Faire distribuer les chevaux: 1°. du vingt-quatrième régiment de
chasseurs, du neuvième d'hussards, du vingtième de dragons, qui
s'embarquent à Civita-Vecchia; 2°. du quatorzième de dragons, du
premier de cavalerie, de deux escadrons du dix-huitième de dragons qui
s'embarquent a Gênes, ces six régimens faisant ensemble à peu près
dix-huit cents chevaux; aux cinquième et onzième régimens de cavalerie,
premier d'hussards, quinzième, dix-neuvième, vingt-cinquième régimens de
chasseurs; et comme ces régimens n'ont pas plus de douze cents hommes à
pied, il serait nécessaire d'envoyer en Italie des régimens de chasseurs
et d'hussards de ceux qui ont le plus d'hommes à pied. Cela servirait
d'ailleurs à renouveler les régimens qui sont en Italie depuis
long-temps et qui s'ennuient d'y être.

Il faudrait distribuer les chevaux du vingt-deuxième régiment de
chasseurs, des deux escadrons du dix-huitième de dragons, du troisième
et quinzième de dragons, du onzième d'hussards, formant seize cents
chevaux, et de deux régimens de chasseurs que je demande, aux régimens
de la république qui en ont le plus besoin, et dès-lors envoyer dans la
huitième division des détachemens d'hommes à pied des régimens auxquels
on veut les donner, pour les prendre.

Je crois qu'il serait nécessaire d'envoyer en Italie un officier général
inspecteur de cavalerie, uniquement chargé de la distribution desdits
chevaux, afin qu'il n'y ait point de perte pour la république.

Je crois qu'il serait également nécessaire d'en envoyer un dans la
huitième division, uniquement chargé de la même opération: sans quoi, je
prévois que les trois quarts des chevaux seront dilapidés.

En prenant toutes ces précautions, nous nous trouverons avoir très-peu
d'hommes à pied, à nos dépôts.

BONAPARTE.



Paris, le 25 germinal an 6 (14 avril 1798).

_Au directoire exécutif._

J'ai reçu, citoyen président, le dernier arrêté que le directoire a
pris, relatif à l'armement de la Méditerranée.

Je désirerais:

1°. Une lettre du directoire qui autorisât le citoyen Monge, commissaire
du gouvernement à Rome, à s'embarquer avec le général Desaix, comme
savant attaché à l'expédition.

2°. Avoir avec moi le citoyen Peyron, qui a été longtemps employé auprès
de Tippoo Sultan, en qualité d'agent du roi. On essaierait de le faire
passer aux Indes pour renouveler nos intelligences dans ce pays.

BONAPARTE.



Paris, le 27 germinal an 6 (16 avril 1798).

_Au directoire exécutif._

Le général d'artillerie Andréossi, citoyen président, qui était
directeur de l'équipage des ponts de l'armée d'Italie, serait nécessaire
à l'expédition de la Méditerranée. Il est, dans ce moment, employé dans
la commission des côtes de l'Océan. Vous pourriez le remplacer dans
cette commission par un autre général du génie ou d'artillerie, soit par
le général Debelle, soit par le général Dulanloy, soit par les généraux
Marescot ou Sorbier.

BONAPARTE.



Paris, le 28 germinal an 6 (17 avril 1798).

_Au général Lannes._

D'après les renseignemens que j'ai reçus de Berne, citoyen général, les
3,000,000 doivent arriver au plus tard le 30 de ce mois à Lyon. Il est
indispensable qu'ils ne s'y arrêtent que douze heures, pour en faire la
vérification, et que vous ne vous couchiez pas qu'ils ne soient partis.

Dès l'instant que les 3,000,000 seront arrivés, vous m'en expédierez la
nouvelle par un courrier extraordinaire.

Comme j'ai des nouvelles que cet argent est parti de Berne en toute
diligence, faites préparer des bateaux en toute diligence pour le
transport.

BONAPARTE.



Paris, le 28 germinal an 6 (17 avril 1798).

_À la commission chargée de l'armement de la Méditerranée._

Les citoyens Sucy et Blanquet sont arrivés hier, et mon courrier,
Lesimple, est arrivé ce matin.

Les différens états de situation que vous m'avez envoyés sont
satisfaisans, et incessamment vous recevrez les ordres pour
l'embarquement.

Vous ne devez avoir aucune inquiétude pour l'argent, les dispositions
sont faites depuis long-temps pour qu'il arrive dix millions dans les
caisses du payeur de la marine à Toulon: 2,500,000 fr. existans dans la
caisse, du 20 ventose; 683,000 fr. qu'il a dû recevoir depuis, dont les
ordres étaient envoyés par la trésorerie précédemment à cette époque;
655,000 fr. que la trésorerie a fait des dispositions, au 29 ventose,
pour faire passer à Toulon.

Le 5 germinal, on a envoyé des ordres pour faire passer 941,525 fr.

Le 15 germinal, 670,000 fr.

Le 25 germinal, 1,050,000 fr.

La trésorerie a donné des ordres pour que 3,000,000 se rendissent à
Toulon; ils doivent être arrivés dans cette ville, à l'heure qu'il est.

Vous ne devez donc avoir aucune espèce d'inquiétude; vous voyez que les
200,000 fr. qui sont nécessaires à la solde de l'amiral Brueys;

Les 4,500,000 fr. que doit avoir la commission pour ventose, germinal et
floréal;

Les 700,000 fr. pour le service des deux mois du port, et 1,500,000 fr.
pour les dépenses extraordinaires de l'ordonnateur, et spécialement
les deux mois d'avance aux matelots; Les 600,000 fr. pour la solde des
troupes de terre, et 600,000 pour la Corse, sont assurés.

Marchez hardiment, rassurez les fournisseurs, et n'ayez aucune
inquiétude.

Je viens moi-même de me rendre à la trésorerie avec le ministre des
finances, et j'ai vérifié que tous ces fonds sont en pleine marche pour
Toulon.

Faites connaître la présente lettre a l'ordonnateur Najac, dont les
services et le zèle sont appréciés par le gouvernement.

Les fonds qui existent dans ce moment-ci, soit dans la caisse d'Estève,
soit dans celle du payeur de la marine, doivent être employés à lever
tous les obstacles qui s'opposeraient à vos approvisionnemens.

Les matelots de l'escadre du vice-amiral Brueys seront soldés avant le
départ et à l'instant où les trois millions de Berne seront arrivés; ce
qui sera avant le 5 floréal.

Il faut que le général Dommartin fasse embarquer sur-le-champ son
artillerie, de manière qu'au 5 floréal, il n'y ait plus aucun chariot à
embarquer.

Il faut qu'il emporte le plus de charrettes qu'il pourra; qu'il fasse
embarquer sur-le-champ toutes les cartouches, et les fasse distribuer
par chaque vaisseau de guerre.

Le capitaine Perrin, qui est un excellent artificier, doit se tenir prêt
à partir.

Il est impossible d'attendre le convoi de marine jusqu'au 15 floréal;
qu'un membre de la commission s'y rende sur-le-champ, et que l'on prenne
toutes les mesures pour qu'il soit prêt le 6.

Si l'on n'a pas tout le biscuit nécessaire, et que l'on ne puisse pas se
le procurer, l'on embarquera de la farine pour l'équivalent.

Si tous les bâtimens pour les chevaux ne sont pas prêts à partir, il
suffit d'en avoir pour cent cinquante, à Marseille, et l'on continuera
toujours pour les autres qui viendront après.

Vous ferez prévenir les généraux commandans à Marseille et à Toulon de
se tenir prêts à s'embarquer le 5 floréal.

Vous enverrez l'ordre par un courrier à Nice et à Antibes, pour que tous
les bâtimens que vous y avez fait préparer se rendent sur-le-champ à
Toulon, où il serait à désirer qu'ils fussent arrivés avant le 5 ou le 6
floréal.

Enfin, vous recevrez les ordres par le courrier prochain, de faire
embarquer à Marseille et à Toulon, le 5 floréal, et de se trouver prêt à
partir le 7 ou le 8, tel qu'on se trouvera. Tout ce qui ne sera pas prêt
sera l'objet d'un second convoi.

Je vous promets qu'avant cette époque, tout l'argent ci-dessus désigné
sera en caisse à Toulon.

BONAPARTE.



Paris, le 28 germinal an 6 (17 avril 1798).

_Au vice-amiral Brueys._

J'ai reçu, citoyen général, les différentes lettres que vous m'avez
écrites.

Le gouvernement a une entière confiance en vous, et ce ne seront pas
quelques têtes folles, payées peut-être par nos ennemis pour semer le
trouble dans nos escadres et nos armées, qui pourront le faire changer
d'opinion. Maintenez une sévère discipline.

Dans la première décade de floréal, je serai à votre bord. Faites-moi
préparer un bon lit comme pour un homme qui sera malade toute la
traversée.

Le général Berthier, chef de l'état-major; le général Dufalga,
commandant du génie; le général Dommartin, commandant l'artillerie;
le commissaire ordonnateur Sucy; l'ordonnateur de la marine Leroy; le
payeur général de l'armée (Estève); le médecin et le chirurgien en chef
(Desgenettes et Larrey) seront a votre bord.

J'aurai avec mois huit ou dix aides-de-camp.

Berthier aura deux ou trois adjudans-généraux et cinq ou six adjoints à
l'état-major.

Faites de bonnes provisions.

Faites mettre à l'ordre de l'escadre, de ma part, qu'avant de partir les
matelots seront satisfaits.

Il faut que tout ce qui doit partir de Toulon soit prêt à lever l'ancre
le 8 floréal.

J'imagine que vous avez des avisos au détroit de Gibraltar et aux îles
Saint-Pierre. Si vous n'en avez pas, envoyez-en sur-le-champ, avec
ordre de venir vous instruire de ce qu'il y aurait de nouveau aux îles
Saint-Pierre; où ils apprendront si vous êtes passé, et dans le cas où
vous ne le seriez pas encore, et qu'il y ait quelque chose d'important à
vous faire connaître, ils se dirigeront sur Ajaccio, et dans le cas où
vous ne seriez pas arrivé, ils feront route sur Toulon. Si vous étiez
passé aux îles Saint-Pierre, ils trouveront là des nouvelles de la route
qu'ils devront faire pour vous trouver.

Je vous recommande surtout d'avoir le plus d'avisos possible. Je crois
qu'une douzaine ne serait pas trop.

Comme vous êtes le seul auquel, j'ai écrit que je dois me rendre à
Toulon, il est inutile de le dire.

Je crois indispensable que nous montions _l'Orient_, qui est le vaisseau
à trois ponts. Vous donnerez vos ordres en conséquence.

J'écris à l'ordonnateur de faire entrer dans la grande rade les treize
bâtimens de guerre, les frégates et les avisos, et de les mettre sous
votre commandement immédiat.

Je lui donne l'ordre également de faire mettre le vaisseau _l'Orient_
en quarantaine, afin que vous puissiez le monter, et d'y mettre pour
garnison tous ceux des hommes de la sixième demi-brigade que vous avez
amenés de Corfou.

Vous répartirez sur le vaisseau _l'Orient_ une partie de l'équipage du
_Guillaume Tell_ ou des autres vaisseaux.

Vous sentez qu'il est essentiel que le vaisseau amiral ne soit pas le
plus mal équipagé.

BONAPARTE.

_P.S._ Je vous fais passer un arrêté du directoire, que vous ne devez
communiquer à personne.

Je vous enverrai par un courrier qui partira dans vingt-quatre heures,
différens ordres pour l'organisation de l'escadre. Je vous le répète, il
faut que tout soit prêt à partir du 6 au 7 floréal.



Paris, le 28 germinal an 6 (17 avril 1798).

_Au commissaire ordonnateur Najac._

Je vous envoie, citoyen ordonnateur, un arrêté du directoire exécutif;
le général Brueys seul en a connaissance. Vous devez garder le plus
grand secret. Répandez le bruit que le ministre de la marine va se
rendre à Toulon, et faites en conséquence préparer un logement qui sera
pour moi.

Donnez des ordres pour que les vaisseaux dont l'état est ci-joint, se
rendent sur-le-champ dans la grande rade, où ils seront sous les ordres
immédiats du général Brueys.

Mettez le vaisseau _l'Orient_ en quarantaine, afin que le vice-amiral
Brueys puisse le monter de suite.

Vous pourrez en retirer les garnisons, pour les répartir sur les autres
bâtimens.

Prenez vos mesures pour que les vaisseaux _le Dubois_ et _le Causse_
soient armés en flûtes, et que les frégates _la Muiron, la Carrère, la
Léoben, la Mantoue, la Montenotte, la Sensible_ soient également armées
en flûtes.

Faites embarquer, tant sur les vaisseaux de l'escadre que sur les
vaisseaux armés en flûtes, les vivres, savoir:

Trois mois pour les équipages.

Deux mois pour les hommes de passage.

Deux mois d'eau pour tout le monde.

Un mois d'eau suffira pour les frégates armées en flûtes, s'il n'est pas
possible de faire autrement.

Tâchez d'avoir des transports pour pouvoir embarquer, à Toulon, trois ou
quatre cents chevaux.

Je vous recommande spécialement, citoyen ordonnateur, d'employer tous
vos soins pour que l'escadre soit prête à partir et à lever l'ancre le 6
ou le 7 floréal.

La flotte qui va partir de Toulon est due au zèle que vous avez montré
dans toutes les circonstances. Je renouvellerai votre connaissance avec
un plaisir particulier, et je me ferai un devoir de faire connaître au
gouvernement les obligations que l'on vous a.

Vous ne manquerez pas d'argent; avant le 5 floréal vous aurez reçu cinq
ou six millions.

BONAPARTE.



Paris, le 28 germinal an 6 (17 avril 1798.)

_Au général Dufalga._

Vous voudrez bien, général, donner l'ordre à tous les savans, ouvriers,
artistes, et officiers du génie, de partir le plus tôt possible pour
se rendre à Lyon, où il est indispensable qu'ils soient arrivés le 4
floréal.

Vous vous adresserez au général Berthier, chef de l'état-major de
l'armée d'Angleterre, qui vous donnera des passeports pour chacun d'eux.
Vous partirez vous-même, de manière à être arrivé à Lyon avant cette
époque.

Vous ferez partir sur-le-champ un officier de génie, qui louera une
diligence ou un coche, et, en cas qu'il n'y en ait pas, il louera un
bateau, afin de faciliter l'arrivée de toutes ces personnes à Avignon.

Vous leur donnerez à Lyon un rendez-vous, soit chez vous, soit chez
l'officier de génie que vous y enverrez, où ils trouveront leurs ordres
pour se rendre à Toulon. Il est indispensable qu'ils soient arrivés le 8
au soir.

Vous pouvez leur dire dans la lettre que vous leur écrirez, qu'ils
doivent se préparer à faire le voyage de Rome.

BONAPARTE.



Paris, le 29 germinal an 6 (18 avril 1738).

_Aux commissaires de la trésorerie nationale._

Je vous prie, citoyens commissaires, de vous rappeler la promesse que
vous m'avez faite de 500,000 fr. en lettres de change sur vous ou vos
payeurs. J'aurai soin de les employer de manière à ce qu'elles nous
valent de l'argent. Je charge le citoyen Poussielgue, votre contrôleur
auprès de la commission de la Méditerranée, de prendre lesdites lettres
de change que je désire avoir le 1er. floréal.

BONAPARTE.



Paris, le 29 germinal an 6 (18 avril 1798).

_Au général Brune._

Je vous fais passer, citoyen général, un arrêté du directoire exécutif.

J'envoie, par le même courrier, des ordres pour leur départ aux généraux
de division Baraguey-d'Hilliers et Desaix.

Je vous recommande la formation des dépôts pour les hommes qui
rentreront après notre départ, et de les faire rejoindre à mesure, dès
l'instant qu'on connaîtra la destination.

Je vous prie de donner l'ordre au chef de brigade Hullin de rejoindre
en poste la demi-brigade à Toulon, et au chef de bataillon Dupas de
se rendre à Gênes, où il sera sous les ordres du général
Baraguey-d'Hilliers.

Je compte partir sous peu de jours. Avant de m'embarquer, je vous
enverrai un courrier extraordinaire. Je vous prie de faire en sorte
qu'il y ait deux bons commissaires des guerres à la division du général
Baraguey-d'Hilliers.

L'ordonnateur Sucy a demandé au citoyen Aubernon plusieurs objets qu'il
lui a refusés. Je vous prie d'ordonner à cet ordonnateur d'accéder aux
demandes du citoyen Sucy.

BONAPARTE.



Paris, le 29 germinal an 6 (18 avril 1798).

_À la commission chargée de l'armement de la Méditerranée._

Je vous envoie, citoyens, par un courrier extraordinaire, l'état des
fonds que la trésorerie a faits pour l'armement de Toulon.

Vous y verrez ce que je vous ai dit, par mon courrier d'hier, que vous
ne devez avoir aucune inquiétude. Allez hardiment, l'argent ne manquera
point.

Ce courrier-ci porte encore au citoyen Peyrusse, en sus de tous les
calculs établis, des lettres de change à tirer sur les différens
payeurs, pour la somme de 600,000 fr. Lorsque la trésorerie les a
données, elle s'est assurée que les fonds existaient dans la caisse de
ces différens payeurs. J'ai préféré ces lettres de change à des mandats
ordinaires, parce que l'argent de ces payeurs n'aurait pu arriver à
Toulon avant quinze jours.

Vos collègues sont partis, ils arriveront vingt-quatre heures après ce
courrier. Je ne doute pas que, le 7 ou le 8 floréal, tout ne soit prêt à
mettre à la voile.

BONAPARTE.



Paris, le 29 germinal an 6 (18 avril 1798).

_Au citoyen Peyrusse, payeur._

Je vous adresse, citoyen, des lettres de change pour 600,000 fr. tirées
sur différens payeurs, que la trésorerie vous envoie.

J'ai préféré ces traites à la mesure ordinaire. Par ce moyen, vous
pouvez utiliser de suite ces fonds et faire marcher le service. Ces
traites ne doivent rien perdre. S'il était nécessaire, vous pouvez les
garantir personnellement.

Comme ce qui se fait à Toulon exige la plus grande célérité, et que
c'est une des opérations les plus importantes de l'armée d'Angleterre,
je vous serai particulièrement obligé de ce que vous voudrez bien faire
pour sa réussite.

BONAPARTE.



Paris, le 29 germinal an 6 (18 avril 1798).

_Au même._

J'écris à l'ordonnateur Najac de faire partir sur-le-champ un aviso pour
la Corse. Il est indispensable que vous fassiez passer 100,000 fr. des
600,000 que la trésorerie à destinés pour la Corse.

La célérité des opérations qui doivent s'exécuter dans cette île dépend
du prompt envoi de cet argent.

BONAPARTE.



Paris, le 29 germinal an 6 (18 avril 1798)

_Au citoyen Najac._

J'écris à la commission, citoyen ordonnateur, d'envoyer 100,000 fr. à
Ajaccio en Corse, à la disposition de l'ordonnateur de cette division
pour le service de l'extraordinaire de l'expédition.

J'écris au payeur Peyrusse d'envoyer 100,000 fr. des 600,000 que la
trésorerie a destinés pour la Corse. Faites partir ces deux sommes par
un aviso qui mouillera dans le port d'Ajaccio. Mettez-y deux officiers
intelligens, un pour commander l'embarquement qui a lieu dans ce port,
l'autre pour y prendre note de la situation positive où se trouve
ledit embarquement, et venir m'en rendre compte à Toulon. Il serait
nécessaire, si le temps le permet, que l'aviso ne restât pas plus de
vingt-quatre heures mouillé à Ajaccio.

Si les neuf bâtimens de transport que le ministre de la marine vous a
ordonnés par sa dépêche du 23, n'étaient pas encore partis, la corvette
qui doit escorter ce convoi pourrait être chargée de cette mission.

BONAPARTE.



Paris, le 29 germinal an 6 (18 avril 1798).

_Au vice-amiral Brueys._

Le général Villeneuve part demain pour se rendre à Toulon, et servir
sous vos ordres.

La frégate qui est à Cadix a reçu ordre, il y a un mois, de se rendre à
Ajaccio en Corse, si elle peut le faire avec sûreté. Envoyez-lui, par
le même aviso, l'ordre de completter son eau à Ajaccio, et de se tenir
prête à partir avec tout le couvois qui est dans cette rade, pour
joindre l'escadre, lorsque vous en ferez parvenir l'ordre.

Le citoyen Casablanca sera votre capitaine de pavillon.

BONAPARTE.



Paris, le 29 germinal an 6 (18 avril 1798).

_Au général Vaubois._

Je vous ai mandé précédemment, citoyen général, de réunir à Ajaccio
la quatrième légère et la dix-neuvième de ligne, avec les bateaux
nécessaires pour les faire embarquer, de l'eau pour un mois et des
vivres pour deux.

Craignant que vous ne fussiez embarrassé, je vous ai prévenu que j'avais
donné l'ordre, à Toulon, à neuf bâtimens de transport, de se rendre a
Ajaccio pour aider à l'embarquement desdites troupes.

Je vous prie aujourd'hui de réunir également à Ajaccio deux bataillons
de la vingt-troisième d'infanterie légère. Toutes ces troupes seront
commandées par le général de division Mesnard, et sous ses ordres, par
le général de brigade Casalta et l'adjudant-général Brouard.

Vous y attacherez un officier de génie, et, comme je vous l'ai déjà
prescrit, une compagnie d'artillerie et quatre pièces de 3, si vous en
avez. Ce convoi doit être prêt à lever l'ancre au premier signal que lui
donnera un aviso que lui enverra l'escadre, du 12 au 15 floréal.

Je donne l'ordre à la commission de vous faire passer 200,000 fr.;
ces 400,000 doivent suffire pour les dépenses de l'embarquement.
Indépendamment de cette somme, vous recevrez sous peu de l'argent pour
completter la solde de vos troupes.

Je vous prie de me faire connaître, par le retour de l'aviso, la
situation exacte dans laquelle vous vous trouverez du 12 au 15 floréal.

BONAPARTE.



Paris, le 30 germinal an 6 (19 avril 1798).

_Au général Baraguey-d'Hilliers._

Il est ordonné au général Baraguey-d'Hilliers de lever l'ancre de Gênes,
si le temps le permet, le 6 floréal, ou au plus tard le 7, et se diriger
sur Toulon avec toute sa division. Il m'expédiera, au moment de son
départ, un courrier à Toulon avec l'état exact de sa situation.

Il m'expédiera un courrier extraordinaire de tous les endroits où il
sera possible de relâcher.

Il est probable que, si les temps le permettent, l'escadre de Toulon
mettra à la voile, au plus tard le 10 floréal. Il doit être accordé aux
officiers un mois de gratification pour les mettre à même de faire leurs
petites emplettes.

BONAPARTE.



Paris, le 30 germinal an 6 (19 avril 1798).

_Au citoyen Belleville._

Je vous envoie, citoyen consul, l'ordre pour le départ du général
Baraguey-d'Hilliers. Il est indispensable que le convoi mette à la voile
au plus tard le 7 floréal.

Vous emploierez toute votre activité pour que cet ordre soit promptement
exécuté, et si cela vous fait prendre de nouveaux engagemens de finance,
j'y ferai faire honneur.

Les frégates, briks et galères de la république de Gênes doivent partir
avec le convoi.

Il sera formé à Gênes un dépôt pour tous les hommes des deuxième,
vingt-deuxième d'infanterie légère; treizième, dix-huitième,
vingt-cinquième, trente-deuxième, soixante-quinzième, soixante-neuvième,
quatre-vingt-cinquième de bataille; troisième, quatorzième, quinzième et
dix-huitième régimens de dragons.

Toutes les fois qu'il y aura cent cinquante hommes de ces différens
corps à Gênes, vous les ferez partir pour une destination qui vous sera
désignée.

Vous me renverrez le présent courrier en toute diligence à Toulon, où
je serai le 6 floréal, et vous correspondrez avec moi dans cette ville,
jusqu'à ce que je vous aie envoyé un courrier extraordinaire pour vous
instruire de mon départ.

BONAPARTE.



Paris, le 30 germinal an 6 (19 avril 1798).

_Au général Desaix._

Je n'ai point de vos nouvelles depuis le 15, mon cher général; je pars
demain pour Toulon. L'escadre mettra à la voile le 10 floréal et se
dirigera droit sur les îles Saint-Pierre. Le convoi qui est à Gênes part
le 7 floréal pour se rendre dans les mers de Toulon.

Vous recevrez incessamment des ordres pour partir le 15. Côtoyez toutes
les côtes de Naples; passez le phare de Messine et mouillez à Syracuse,
ou dans toute autre rade, dans les environs.

Vous devez avoir une frégate, deux briks, deux avisos et deux galères
du pape. Il serait à désirer que vous pussiez vous procurer deux autres
avisos, bons voiliers, soit en arrêtant deux corsaires français et
mettant des officiers et des hommes intelligens à bord, soit en se
servant de deux bons voiliers du pays.

Notre point de réunion sera sur Malte,

Quoique nous n'ayons aucun indice que les Anglais aient passé ou
veuillent passer le détroit, cependant la nécessité de ne pas vous
aventurer, me fait préférer de vous faire filer côte à côte. Il sera
cependant nécessaire que vous expédiiez un aviso aux îles Saint-Pierre,
pour croiser entre la Sardaigne et l'Afrique, afin que, si les Anglais
arrivaient aux îles Saint-Pierre avant nous, vous pussiez en être
prévenu et régler vos mouvemens en conséquence. Soit que vous soyez dans
un port du continent, soit dans un de ceux de la Sicile, vous n'avez
rien à craindre des Anglais; mais la prudence veut que vous préveniez ce
cas, et vous ferez donc embarquer quatre pièces de 24, deux mortiers,
deux grils à boulets rouges, deux ou trois cents coups par pièce, afin
de pouvoir établir une bonne batterie. Ce seront d'ailleurs des pièces
qui, arrivées dans l'endroit principal, nous serviront.

Vous devez organiser votre dépôt à Civita-Vecchia, afin que tous les
hommes malades, ou en arrière des corps que vous commandez, puissent se
réunir et filer à fur et mesure.

Je vous enverrai, d'ici à quatre jours, des ordres positifs pour votre
départ. Ce que je vous en dis là, c'est pour vous préparer et que vous
preniez d'avance, dans le secret, les renseignements qui vous seront
nécessaires.

Vous embarquerez avec vous le citoyen Mesnard et tous les hommes qui
servent à l'organisation du port de Civita-Vecchia et dont vous pourrez
avoir besoin; on les remplacera de Toulon.

BONAPARTE.



Paris, le 1er floréal an 6 (20 avril 1798).

_Aux commissaires de la trésorerie nationale._

Vous avez donné l'ordre, citoyens commissaires, au payeur de Lyon de ne
faire passer à Toulon que la partie des trois millions qui serait en
espèces françaises ou en piastres; il serait cependant nécessaire d'être
assuré d'avoir à Toulon ces trois millions. Je désirerais que vous
m'envoyassiez l'ordre pour votre payeur à Lyon, de faire passer à Toulon
ces trois millions, quelles que soient les espèces qui les composent; on
aura soin de se servir des monnaies étrangères, de manière à ce que la
trésorerie n'y perde rien.

Je vous prie aussi d'expédier la commission que vous avez l'intention
d'accorder au citoyen Poussielgue, de contrôleur près du payeur de la
Méditerranée, désirant que ce citoyen parte de suite. Je vous prierais
également de le faire porteur d'une commission de payeur pour le citoyen
Estève, qui n'est que payeur de département, et de lui donner l'ordre de
s'embarquer, et, dès l'instant que toutes les divisions seront réunies
et formeront une armée, il jouira du traitement de payeur général
d'armée.

BONAPARTE.



Paris, le 1er floréal an 6 (20 avril 1798).

_Au général Desaix._

Je vous ai écrit hier, citoyen général, par un courrier extraordinaire
que j'ai expédié à Milan, en priant le général Brune de vous faire
parvenir ma dépêche par un autre courrier.

Je reçois aujourd'hui votre courrier du 23, et je vois avec une vive
satisfaction que vous serez prêt à partir le 15, comme je l'espérais
hier.

_La Courageuse_, frégate armée en flûte, et capable de porter six cents
hommes, doit être arrivée à Civita-Vecchia. Cela nous servira d'autant.

Je réunis à Toulon le convoi de Gênes, et si les vents contrariaient son
arrivée à Toulon, l'escadre attendrait à la cape, entre Toulon et les
îles Saint-Pierre, mais sans relâcher dans un fort de Corse. J'ai
considéré que tout relâche dans un port de la Corse nous donnerait des
retards très-considérables. La saison est déjà avancée, puisque nous ne
pouvons espérer d'être hors de Toulon que vers le 1er de mai.

Vous recevrez l'ordre de vous rendre de Civita-Vecchia à Syracuse,
et vous n'avez pas plus de chemin à faire que si vous vous rendiez à
Toulon; ainsi, en partant le 15, il y a possibilité à ce que vous soyez
le 20 au point désigné, et il serait difficile, même favorisés autant
qu'on peut l'être, que nous fussions à la même époque sur Malte.

Je préfère de vous voir aller à Syracuse plutôt qu'à Trepano, parce que
je crois que vous côtoierez toujours l'Italie et profiterez du vent de
terre.

Si, pendant votre navigation, les vents deviennent contraires et
s'opposent à votre passage au détroit et vous permettent de vous rendre
promptement à Trepano, je ne verrai aucun inconvénient à cela; mais dans
ce cas, il faudrait doubler le cap Trepano et vous mettre dans une rade
d'où vous pussiez sortir avec le même vent qui nous est nécessaire pour
nous rendre des îles Saint-Pierre à Malte.

Vous sentez que, dans ce dernier cas, plus encore que dans le premier,
il serait nécessaire que vous fissiez croiser un aviso entre la
Sardaigne et le Cap-Blanc, afin d'avoir à temps des nouvelles des
Anglais, si jamais ils paraissaient.

Dans tous les cas, dès l'instant que nous aurons passé les îles
Saint-Pierre, j'enverrai à Trepano un aviso, pour avoir de vos
nouvelles. De votre côté, il sera bon que vous envoyiez dans la petite
île de Pentellaria, où j'enverrai prendre de vos nouvelles.

Je vous ai déjà mandé d'embarquer six pièces de 3 autrichiennes. Ce sont
les plus commodes dans le pays où nous allons, puisqu'une bête de somme
peut en porter une.

BONAPARTE.



Paris, le 1er floréal an 6 (20 avril 1798).

_Au général Baraguey-d'Hilliers._

Par la lettre que je vous ai écrite le 22 germinal, citoyen général,
je vous dis que, dans quatre jours, vous recevrez l'ordre de vous
embarquer, et que cet ordre devra être exécuté de suite. Vous avez
dû recevoir cette lettre le 28, vous aurez fait dès-lors toutes vos
dispositions. Ainsi, j'espère que mon courrier, qui est parti d'ici le
30 germinal, avec l'ordre positif du départ pour le 7, arrivera à Gênes
le 4, et que mon ordre pourra être ponctuellement exécuté.

BONAPARTE.



Paris, le 1er floréal an 6 (20 avril 1798).

_Au général Dufalga._

Le général Dufalga, commandant le génie de l'expédition de la
Méditerranée, nommera deux officiers ou adjoints du génie par chacune
des divisions, de Regnier, qui est réunie à Marseille, et qui est
composée des neuvième et quatre-vingt-cinquième demi-brigades de ligne;
de Kléber, qui est à la droite de Toulon, à Laseine et villages voisins,
et qui est composée des vingt-cinquième et soixante-quinzième de ligne,
de la deuxième d'infanterie légère; enfin la division Mesnard, qui
est composée de la quatrième d'infanterie légère, la dix-huitième, la
trente-deuxième de ligne.

Le général Dufalga ira droit à Marseille, et il verra l'ordonnateur de
la marine dans ce port, les commissaires des guerres chargés du service
de cette division, et le citoyen Perrier, commandant l'artillerie de
Marseille.

Il se fera remettre les états de la situation et du nombre d'hommes
que peut porter chaque bâtiment de transport et de la distribution de
rembarquement.

Il chargera l'officier de génie commandant la division, de lui rendre
compte, tous les jours, au quartier-général, de la situation dudit
embarquement.

Il me transmettra les notes qu'il aura faites sur l'état de
l'embarquement et la situation morale des individus qu'il aura vus.

Arrivé à Toulon, il fera prendre de suite connaissance, par les
officiers du génie, du cantonnement des troupes, de la situation des
vaisseaux de guerre, des approvisionnemens, et me tiendra également
prêtes des notes sur la situation matérielle et personnelle.

Il aura soin de voir les membres de la commission, l'ordonnateur de la
marine, auquel il aura soin de dire que je fais grand cas de lui; le
vice-amiral Brueys et le contre-amiral Décrès.

Il cherchera à voir également le commandant de la place de Toulon, les
généraux Gardanne et Rampon.

Il fera aussi tout ce qu'il pourra pour trouver des logemens pour les
savans.

Dans l'organisation générale de l'armée, il restera chargé
de transmettre à tous les savans et artistes des ordres pour
l'embarquement. Il aura donc soin d'avoir, à son état-major, la note de
leurs logemens et des détails de l'embarquement.

Il dira au vice-amiral Brueys et à l'ordonnateur qu'ils fassent faire
sur le vaisseau _l'Orient_ tous les préparatifs nécessaires pour qu'il y
ait le plus de logemens possible, vu que tous les chefs de l'état-major
seront sur ce vaisseau.

Il fera préparer à Avignon tous les transports nécessaires pour que tout
ce qui y arrivera en parte pour Toulon sans éprouver de retard.

BONAPARTE.



Paris, le 3 floréal an 6 (22 avril 1798).

_À la commission chargée de l'armement de la Méditerranée._

Le citoyen Poussielgue, contrôleur de la trésorerie nationale auprès de
votre payeur, part cette nuit, portant avec lui 300,000 fr. en or, et
200,000 fr. en lettres de change sur Marseille. J'espère que le 9 ou le
10 tout sera prêt et qu'on pourra lever l'ancre.

Le citoyen Leroi doit se tenir prêt à s'embarquer. Le général Blanquet
doit s'embarquer en sa qualité de contre-amiral sur l'escadre, et le
général Dommartin, en qualité de commandant d'artillerie; le citoyen
Sucy, commissaire ordonnateur, en qualité de commissaire ordonnateur en
chef; et le citoyen Estève comme payeur général de l'armée.

BONAPARTE.



Paris, le 3 floréal an 6 (22 avril 1798).

_Au citoyen Najac._

J'expédie l'ordre par le présent courrier, citoyen ordonnateur, au
vice-amiral Brueys d'organiser l'escadre et de nommer le citoyen
Ganteaume pour faire les fonctions de chef de l'état-major, et de
distribuer les chefs de division, et autres officiers sur les différens
vaisseaux, afin qu'ils soient promptement prêts à mettre à la voile. Il
faudrait que tout fût prêt à lever l'ancre sans aucune espèce de retard,
le 9 ou le 10 au matin.

Je vous prie de tenir la main à ce que, pour cette époque, l'eau, les
vivres et les autres approvisionnemens soient embarqués.

Je pars demain dans la nuit, et je compte être le 8 à Toulon.

BONAPARTE.



Paris, le 4 floréal an 6 (23 avril 1798).

_Au général Baraguey-d'Hilliers._

Il est ordonné au général Baraguey-d'Hilliers de rester à Gênes jusqu'à
nouvel ordre; de débarquer ses troupes, si elles étaient embarquées;
de rentrer dans le port, s'il avait mis à la voile, de cantonner ses
troupes tant à Gênes que dans les environs, de manière à pouvoir les
rassembler en quarante-huit heures. Ces troupes seront à la disposition
du général commandant en Italie.

BONAPARTE.



Paris, le 4 floréal an 6 (23 avril 1798).

_Au général Desaix._

Il est ordonné au général de division Desaix de débarquer ses troupes
s'il les a embarquées, et de les cantonner tant à Civita-Vecchia que
dans les environs, de manière à pouvoir les rassembler en quarante-huit
heures. Ces troupes seront à la disposition du général commandant en
Italie.

BONAPARTE.



Paris, le 4 floréal an 6 (23 avril 1798).

_Au général Brune._

Je donne ordre, citoyen général, au général Baraguey-d'Hilliers de
débarquer ses troupes, si elles sont embarquées, et de retourner,
s'il est parti. Les troupes resteront cantonnées à Gênes et dans les
environs, et seront à votre disposition, ainsi que celles qui sont à
Civita-Vecchia, où j'ai donné le même ordre, si des indices vous font
penser avoir besoin de ces troupes. Dans ces nouvelles mesures du
gouvernement, vous voyez l'effet des événemens qui viennent d'arriver
à Vienne, sur lesquels cependant le gouvernement n'a encore rien de
positif.

Si jamais les affaires se brouillaient, je crois que les principaux
efforts des Autrichiens seraient tournés de votre côté, et, dans ce cas,
je sens bien que vous avez besoin de beaucoup de troupes, de beaucoup de
moyens, et surtout de beaucoup d'argent.

BONAPARTE.



Paris, le 9 floréal an 6 (28 avril 1798).

_Au général Dufalga_.

Vous avez appris, citoyen général, l'événement arrivé à Vienne. Cela est
arrivé au moment où j'allais partir, et a dû nécessairement occasionner
un retard; j'espère cependant que cela ne dérangera rien. Peut-être
serai-je obligé d'aller à Rastadt pour avoir une entrevue avec le comte
de Cobentzel, et, si tout allait bien, je partirais de Rastadt pour
Toulon.

Le 11 au soir, je ferai partir un courrier avec l'ordre à l'escadre de
partir avec le convoi pour se rendre à Gênes, où je serai moi-même le 26
de ce mois.

Je donne, par le présent courrier, l'ordre au convoi de Marseille de se
rendre à Toulon.

Ayez soin que tous les savans, et que tous les objets nécessaires à
notre expédition soient embarqués comme il faut qu'ils le soient.

Le convoi de Gênes a reçu contre-ordre, puisque c'est nous, au
contraire, qui allons à Gênes et à Civita-Vecchia.

BONAPARTE.



Paris, le 9 floréal an 6 (28 avril 1798).

_Au général Kléber_.

Il est ordonné au général Kléber de prendre le commandement des troupes
de terre composant la division du général Réguier, la division du
général Mesnard et celle du général Kléber; de transmettre au général
Regnier l'ordre ci-joint, et de tout disposer pour l'embarquement des
deux autres divisions sur l'escadre et sur les autres vaisseaux de
guerre armés en flûtes, afin d'être prêt à partir au premier ordre qu'il
recevra.

Il se concertera avec le général Dufalga, qui lui donnera tous les
renseignemens relatifs au nombre des savans et des artistes qui doivent
s'embarquer.

BONAPARTE.



Paris, le 9 floréal an 6 (28 avril 1798).

_Au vice-amiral Brueys_.

Quelques troubles arrivés à Vienne, citoyen général, ont nécessité ma
présence quelques jours à Paris: cela ne changera rien à l'expédition.
Je donne l'ordre par le présent courrier aux troupes qui sont à
Marseille de s'embarquer et de se rendre à Toulon.

Vous tiendrez ce convoi en grande rade et dans le meilleur ordre qu'il
vous sera possible.

Je vous expédierai, le 11 au soir, par un courrier, l'ordre d'embarquer
et de partir avec l'escadre et le convoi pour Gênes, où je vous
rejoindrai.

Le retard que ce nouvel incident a apporté dans l'expédition aura été,
j'imagine, nécessaire pour vous mettre plus en mesure.

BONAPARTE.



Paris, le 9 floréal an 6 (28 avril 1798).

_Au général Regnier_.

Il est ordonné au général Regnier de faire embarquer ses troupes à
Marseille, le 16 floréal, sur les bâtimens de transport qui sont
préparés, et de partir le 17, si le temps le permet, pour se rendre à
Toulon, où son convoi se rangera sous les ordres du vice-amiral Brueys.

BONAPARTE.



Paris, le 9 floréal an 6 (28 avril 1798).

_À l'ordonnateur Najac_.

L'ordonnateur Najac donnera, l'ordre au convoi de Marseille d'embarquer
les troupes du général Regnier le 16 floréal, et de partir le 17 pour se
rendre à Toulon. Il se concertera avec le vice-amiral Brueys, pour faire
sortir, s'il est nécessaire, une frégate pour l'escorte dudit convoi.

BONAPARTE.



Paris, le 13 floréal an 6 (2 mai 1798).

_Au général Baraguey-d'Hilliers._

Je vous ai donné l'ordre, citoyen général, par ma lettre du 30 germinal,
de vous rendre à Toulon. Je vous ai donné l'ordre, par ma lettre du 4
floréal, de débarquer et de cantonner vos troupes aux environs de Gènes
jusqu'à nouvel ordre. Je vous envoie l'ordre d'embarquement le plus tôt
possible, et de vous diriger sur Toulon.

BONAPARTE.



Paris, le 13 floréal an 6 (2 mai 1798).

_Au même._

Il est ordonné au général Baraguey d'Hilliers d'embarquer sa division
le 20, et de mettre à la voile le 21, pour se rendre à Toulon. S'il
rencontrait sur sa route l'escadre française, composé de 14 vaisseaux de
guerre et de douze ou quinze frégates, il enverrait un aviso à l'amiral
pour prendre des ordres, et si ladite escadre n'est point encore partie
de Toulon, il enverra prendre des ordres auprès du vice-amiral Brueys,
pour la place qu'il doit occuper dans la rade. Il me préviendra par un
courrier extraordinaire à Toulon, de son départ.

BONAPARTE.



Paris, le 13 floréal an 6 (2 mai 1798).

_Au général Desaix._

Je vous avais donné l'ordre, citoyen général, par une lettre du 4
floréal, de cantonner vos troupes à Civita-Vecchia et aux environs, et
d'attendre de nouveaux ordres. C'était l'effet des nouveaux événemens
arrivés à Vienne.

Vous devez vous préparer à partir au premier ordre. Le même courrier
porte ordre au général Baraguey-d'Hilliers de partir pour Toulon. Là je
verrai si j'irai vous prendre à Civita-Vecchia, où je vous donnerai des
ordres pour vous rendre sur les côtes de Syracuse, comme je vous en ai
déjà entretenu. Ainsi, dans l'un et l'autre cas, il faut vous tenir prêt
à lever l'ancre vingt-quatre heures après l'arrivée de mon courrier ou
aviso.

BONAPARTE.



Paris, le 13 floréa| an 6 (2 mai 1798).

_Au vice-amiral Brueys._

J'espère, citoyen général, que le 20 vous pourrez embarquer les troupes,
pour mettre à la voile incessamment après. Je compte être à bord le 19.

Je viens de faire partir un courrier pour Gênes, avec ordre au général
Baraguey d'Hilliers de se rendre à Toulon. L'un et l'autre seront sous
vos ordres, dès qu'ils seront arrivés. Vous les placerez convenablement
dans la rade.

BONAPARTE.



Paris, le 13 floréal an 6 (2 mai 1798).

_Au général Brune._

Par ma lettre du 4 floréal, je vous ai instruit, citoyen général, que
les divisions Baraguey-d'Hilliers et Desaix étaient à votre disposition.
Le premier bruit des événemens survenus à Vienne avait fait penser que
cette mesure était nécessaire. Aujourd'hui le gouvernement a pris une
autre détermination.

Je donne l'ordre aux généraux Baraguey-d'Hilliers et Desaix de
s'embarquer sur-le-champ.

L'on vous fait passer par la Suisse, six autres demi-brigades,
indépendamment des deux autres qui avaient déjà reçu les ordres
antérieurement, et deux autres régimens de cavalerie.

Je tous prie, citoyen général, de surveiller autant qu'il vous sera
possible, lesdits embarquemens.

J'ai reçu votre lettre de Gênes et j'ai vu le zèle et l'activité que
vous y avez montrés.

BONAPARTE.



Paris, le 13 floréal an 6 (2 mai 1798).

_À la commission chargée de l'armement de la Méditerranée._

Par ma dernière lettre datée du 9 floréal, j'ai envoyé l'ordre au
convoi de Marseille de se rendre à Toulon, et de se tenir tout prêt à
embarquer, au premier instant, a Toulon.

Je pars dans la journée de demain pour cette ville, et j'espère que tout
sera prêt à mettre à la voile le 20. Noubliez rien pour atteindre ce
but.

BONAPARTE.



Châlons, le 16 floréal an 6 (5 mai 1798).

_À l'ordonnateur Najac._

Je reçois à Châlons votre courrier du 12, par lequel vous m'annoncez que
le convoi de Gênes était sur le point d'arriver, lorsque vous lui avez
expédié l'aviso, avec mou contre-ordre.

J'ai donné à ce convoi l'ordre de partir le 8 de Gênes pour Toulon.

Je lui ai expédié un contre-ordre le 4; cela était relatif aux événemens
de Vienne.

Je lui ai expédié le 13, l'ordre de partir de Gênes au plus tard le 18.

Ainsi, s'il est dans vos parages, donnez-lui l'ordre de se rendre en
grande rade ou tenez-le a Hyères, en lui faisant completter ses vivres
et son eau.

Je serai, douze heures après mon courrier, à Toulon.

BONAPARTE.



Le 18 floréal an 6 (7 mai 1798).

_À la commission chargée de l'armement de la Méditerranée._

Mon courrier, Lesimple, qui m'a rejoint sur le Rhône près Valence, m'a
remis vos dernières dépêches. Vous devez exécuter l'ordre relatif à
l'embarquement, tel que je l'ai donné, c'est-à-dire les généraux de
division doivent embarquer trois chevaux; les généraux de brigade, deux,
les adjudans généraux, aides-de-camp et chefs de brigade des corps, un.

Chacun peut embarquer ses selles, ses brides et les palfreniers,
conformément au nombre de chevaux que la loi lui accorde.

Vous ferez embarquer à Marseille cent chevaux d'artillerie et deux cents
de cavalerie. Si vous pouvez en embarquer davantage, vous ferez toujours
les embarquemens dans cette proportion.

Les corps embarqueront toutes leurs selles et leurs brides, et vous
aurez soin que l'on embarque les meilleurs chevaux, en les faisant
donner aux premier et deuxième escadrons, et en prenant de préférence
les chevaux de chasseurs.

Le restant des chevaux sera donné aux détachemens de cavalerie des
autres régimens qui se trouvent à Marseille.

Je vous prié de m'expédier un courrier extraordinaire, qui m'attendra à
mon passage à Aix, qui ne sera pas plus de huit heures après celui de
Lesimple, pour m'instruire si le convoi de Marseille est parti, afin que
je me décide à aller à Marseille ou droit à Toulon. Je serais même fort
aise, si cela ne dérangeait rien à vos opérations, qu'un de vous se
transportât à Aix, car je ne compte pas m'y arrêter du tout, mon
intention étant d'aller droit a Toulon.

BONAPARTE.



Le 18 floréal an 6 (7 mai 1798).

_Au général commandant à Lyon._

Le 19 ou le 20, doivent arriver 60 ou 80 de mes guides à cheval. Je vous
envoie l'ordre pour qu'ils se rendent à Toulon. Je vous prie de les
faire embarquer sur le Rhône. S'il passe par Lyon des courriers pour
moi, je vous prie de les diriger sur Toulon.

BONAPARTE.



Toulon, le 18 floréal an 6 (7 mai 1798).

_Aux guides._

J'ordonne à la compagnie de mes guides qui arrive à Lyon le 20, de
partir le 2, pour se rendre en toute diligence à Toulon.

BONAPARTE



Toulon, le 20 floréal an 6 (9 mai 1798).

_Au général Mesnard._

Il est ordonné au général Mesnard de s'embarquer immédiatement après la
réception du présent ordre, avec la quatrième d'infanterie légère, la
dix-neuvième de bataille, et de partir au premier beau temps. Il se
rendra dans les îles de la Madelaine, au nord de la Sardaigne, où il
recevra des ordres nouveaux du vice-amiral Brueys. Il se conformera
exactement aux ordres qu'il recevra dudit amiral, qui lui envoie un
officier de marine intelligent pour diriger tous ses mouvemens.

BONAPARTE.



Toulon, le 20 floréal an 6 (9 mai 1798).

_Au général Vaubois_.

Je vous fais passer, citoyen général, un ordre pour le général Mesnard.
Si ce général n'y était pas, ou s'il était malade, vous feriez commander
ledit convoi par l'officier le plus ancien.

Sur les représentations que vous m'avez faites du besoin que vous avez
de garder la vingt-troisième d'infanterie légère, je renonce à l'idée
que j'avais de la faire partir, et je la laisse en Corse jusqu'à ce que
le gouvernement vous ait renvoyé son remplacement.

N'oubliez pas d'embarquer sur le convoi trois ou quatre pièces de canon
de 3 ou 4, avec une bonne compagnie de canonniers.

BONAPARTE.



Toulon, le 20 floréal an 6 (9 mai 1798).

_Au commandant de la place_.

Je vous prie, citoyen général, de faire embarquer tout ce qui reste de
la sixième demi-brigade d'artillerie, sur les vaisseaux de l'escadre,
pour suppléer au manque de matelots.

BONAPARTE.



Toulon, le 20 floréal an 6 (9 mai 1798).

_Au commandant des armes_.

Je vous prie, citoyen général, de faire armer dans la journée de demain,
s'il est possible, les deux felouques nouvellement construites.

BONAPARTE.



Toulon, le 20 floréal an 6 (9 mai 1798).

_Au général Vaubois_.

Les magasins pour vingt-cinq mille hommes, citoyen général, que vous
aviez formés, deviennent à peu près inutiles. Vous pouvez donc prendre
dans ces magasins tout ce qui sera nécessaire pour approvisionner le
convoi qui va partir.

BONAPARTE.



Toulon, le 21 floréal an 6 (10 mai 1798).

_Au général Dugua_.

Je vous fais passer, citoyen général, l'ordre que vous enverrez au chef
de brigade Lucotte, pour se rendre avec les troupes de la demi-brigade
qui sont à Aix, à Toulon.

J'emmène avec moi les trois compagnies de carabiniers de la septième
demi-brigade. Je ferai aussi venir le reste de la demi-brigade,
lorsqu'elle sera remplacée; j'écris a Paris pour cela.

Je vous prie de les faire rapprocher, en les tenant, soit à Toulon ou à
Marseille, afin qu'elles soient à portée.

BONAPARTE.



Toulon, le 21 floréal an 6 (10 mai 1798).

_Au même_.

Je vous prie, mon cher général, de faire mettre l'embargo sur tous les
bâtimens qui sont dans le port de Marseille. Aucun ne pourra sortir, à
moins que ce ne soit un bâtiment pour l'expédition, que cinq jours après
le départ de l'escadre.

Je vous prie aussi de faire ramasser à Marseille, à la petite pointe du
soir, tous les matelots qui peuvent s'y trouver, et de les envoyer à
Toulon.

BONAPARTE.



Toulon, le 21 floréal an 6 (10 mai 1798).

_Au commandant des armes à Toulon._

Je vous prie, citoyen général, de donner les ordres pour qu'il ne sorte
aucun bâtiment de Toulon, à dater d'aujourd'hui, jusqu'à dix jours après
le départ de l'escadre.

BONAPARTE.

Toulon, le 21 floréal an 6 (10 mai 1798).

_Au général Desaix._

Je suis à Toulon, mon cher général, depuis hier.

La division du général Regnier est partie hier au soir de Marseille,
je l'attends à chaque instant de là rade de Toulon. Je partirai
sur-le-champ pour aller à la rencontre du général Baraguey-d'Hilliers,
et de là passer entre l'île d'Elbe et la Corse, faisant route vers la
Sicile et la Sardaigne. Nous vous enverrons prévenir par un aviso, afin
que vous veniez nous joindre.

Il faut donc que vous soyez en rade, embarqués, afin qu'au premier
jour vous puissiez mettre à la voile. Si vous avez des avisos à votre
disposition, vous pouvez envoyer reconnaître. Si le temps est bon, il
est probable que le 28 ou le 29, nous passerons à votre hauteur. Vous
ne recevrez cette lettre que le 27; ainsi vous n'aurez guère que
vingt-quatre heures pour vous préparer.

Tout le monde est rendu ici, et votre colonie de savans est en très
bonnes dispositions.

BONAPARTE.



Toulon, le 21 floréal an 6 (10 mai 1738).

_À l'ordonnateur Najac_.

Je vous prie, citoyen ordonnateur, de vouloir bien faire solder aux
officiers subalternes, tant de marine que de terre, embarqués sur
l'escadre, ou sur le convoi a la suite de l'escadre, 3 fr. par jour,
pour la table. Il suffira que vous fassiez les fonds pour quatre
décades.

BONAPARTE.



Toulon, le 22 floréal an 6 (11 mai 1798).

_Au général Dugua_.

Je vous prie, mon cher général, de faire partir dans la matinée de
demain pour Toulon, si le vent est bon, cinq bâtimens neutres, soit
danois, soit suédois, espagnols, etc.; vous mettrez à bord de chaque
bâtiment une garnison suffisante pour être sûr que ces bâtimens sortis
de Marseille arrivent à Toulon, et si vous avez un aviso ou une chaloupe
canonnière, vous les ferez escorter.

Vous prendrez les plus gros bâtimens possible; cela doit servir à
embarquer des troupes.

Il y a à Marseille cinq ou six bâtimens que l'ordonnateur Leroy avait
frétés. S'il y en avait un ou deux qui fussent prêts, faites-les partir
de suite.

BONAPARTE.



Toulon, le 23 floréal an 6 (12 mai 1798).

_Ordre_.

En vertu de l'autorisation qu'il a reçue du directoire exécutif, le
général en chef ordonne:

ART. 1er. Les deux vaisseaux vénitiens qui sont en ce moment-ci dans
le port de Toulon, seront armés en guerre et en état de partir au 20
prairial, avec deux mois de vivres.

2. Les deux vieilles frégates seront armées en flûte et prêtes à partir
pour la même époque, ayant également pour deux mois de vivres. Sur les
deux vaisseaux et sur les deux frégates, l'on embarquera les soldats qui
seront rendus au dépôt le 20 prairial; on peut calculer sur un millier
d'hommes. Il suffira de les approvisionner pour un mois de vivres et
vingt jours d'eau.

3. Il sera armé extraordinairement douze avisos bons voiliers, portant
au moins une pièce de 8, et commandés par de bons officiers, pour servir
à la communication de l'expédition. Il devra en partir au moins deux
fois par décade. On embarquera dessus, le courrier ordinaire de l'armée,
et des officiers et soldats, autant que le bâtiment pourra en porter.

4. Les bâtimens frétés à Marseille recevront ordre de se rendre à
Toulon. Ils seront approvisionnés pour vingt jours d'eau et trente
jours de vivres. L'on embarquera dessus le restant de l'artillerie,
les habillemens, le vin et les soldats qni pourraient arriver. On doit
calculer sur un millier d'hommes, indépendamment de mille autres qui se
trouveront au dépôt pour le 20 prairial. Les troupes de passage seront
également approvisionnées pour un mois de vivres et vingt jours d'eau.

5. La frégate _la Badine_ va recevoir ordre de se rendre à Toulon, et
escortera ce convoi, qui devra être prêt à partir du 10 au 15 prairial.
Je remettrai une instruction particulière au commandant de _la Badine_,
pour la route qu'elle devra tenir et le lieu où il devra se rendre avec
ledit convoi.

6. Il y aura à Toulon un commissaire des guerres qui aura les ordres de
l'ordonnateur Sucy, pour tous les objets qui devront être embarqués, un
officier d'artillerie qui aura les ordres du général Dommartin, et enfin
un général ou un officier supérieur commandant les dépôts, qui aura les
ordres de l'état-major. Ces trois personnes ont ordre de voir souvent
l'ordonnateur de la marine, et de prendre ses ordres pour tous les
objets qui doivent être embarqués.

7. En partant, je laisserai deux avisos. Le premier partira
quarante-huit heures après l'escadre; il portera le courrier de l'armée,
s'il est arrivé, les officiers ou les savans qui sont en retard; et le
second partira soixante-douze heures après le premier. Il escortera un
bâtiment portant soixante guides, s'ils sont arrivés le 29. Il est donc
indispensable que l'ordonnateur se procure un bâtiment pour porter ces
soixante guides.

BONAPARTE.



Toulon, le 23 floréal An 6 (12 mai 1798).

Au citoyen Najac.

Le départ de l'escadre est invariablement fixé dans la nuit du 24 au 25.

Il est indispensable que le convoi soit en grande rade dans la matinée
de demain. J'ai, en partant, trois choses à vous recommander:

1°. De me faire passer, avec la plus grande célérité, les courriers qui
m'arment, de Paris;

2°. De faire exécuter avec la plus grande exactitude l'ordre ci-joint;

3°. De faire terminer de suite la corvette et de me l'envoyer; nous en
aurons le plus grand besoin.

BONAPARTE.



Toulon, le 24 floréal an 6 (13 mai 1798).

Promotion.

En conséquence de l'autorisation spéciale que j'en ai reçue du
directoire exécutif, et voulant reconnaître les services que les
citoyens Jean Villeneuve, capitaine de vaisseau; Guillaume-François
Bourdé, capitaine de frégate.; Pierre-Philippe Altimont, lieutenant de
vaisseau; Serval, aspirant de première classe, ont rendus depuis quinze
mois sur l'escadre qui était attachée à l'armée d'Italie, dans le golfe
Adriatique: je nomme le citoyen Villeneuve, chef de division; les
citoyens Bourdé, capitaine de vaisseau; Altimont, capitaine de frégate;
et Serval, enseigne de vaisseau.

BONAPARTE.



Toulon, le 24 floréal an 6 (13 mai 1798).

À l'administration municipale de Toulon,

Je donne les ordres, citoyens administrateurs, pour que la partie de
la garde nationale qui sera requise pour faire le service, soit payée
conformément aux lois. J'ai cependant pourvu à une augmentation de
garnison. Dans tous les cas, la république ne doit avoir aucune
sollicitude, les habitans de Toulon ayant toujours donné des preuves de
leur attachement à la liberté.

BONAPARTE.



Toulon, le 24 floréal an 6 (13 mai 1798).

À l'administration centrale du Var.

Je vous remercie, citoyens administrateurs, de la députation que vous
m'avez envoyée, et des choses extrêmement flatteuses qu'elle m'a dites
de votre part.

L'opération que nous allons entreprendre, sera spécialement avantageuse
à votre département et à celui des Bouches-du-Rhône. Il y aura une
grande activité sur les routes et dans les postes, qui sont absolument
désorganisées. Je vous prie de prendre des mesures pour réorganiser ce
service essentiel, afin que les courriers et autres officiers portant
des ordres, puissent aller à Paris et en revenir facilement. Croyez au
désir que j'aurai toujours de mériter l'estime de mes concitoyens.

BONAPARTE.



Toulon, le 24 floréal an 6 (i3 mai 1798).

Ordre.

Ordonne que tous les maîtres, contre-maîtres, matelots, novices,
ouvriers de l'arsenal qui ont été mis en surveillance par ordre du
gouvernement, seront embarqués et répartis sur l'escadre.

BONAPARTE.



Toulon, le 27 floréal an 6 (16 mai 1798).

Au vice-roi de Sardaigne.

J'envoie, monsieur, à Cagliari, pour y résider en qualité de consul, le
citoyen Augier, officier de marine.

Je vous prie de le reconnaître en cette qualité, et d'agréer les
sentimens d'estime et de considération que j'ai pour vous.

BONAPARTE.



Toulon, le 27 floréal an 6 (16 mai 1798).

Au citoyen Augier, consul à Cagliari.

Vous vous rendrez, citoyen, à Cagliari, en qualité de consul; vous
remettrez la lettre ci-jointe au vice-roi de Sardaigne ou à celui qui en
fait les fonctions.

Vous interrogerez tous les bâtimens pour avoir des nouvelles des
Anglais, et si vous appreniez qu'ils ont mouillé dans la Méditerranée,
vous expédieriez un bâtiment que vous fréteriez, à la suite de l'amiral
Brueys, pour l'en informer.

Vous dirigerez ce bâtiment du côté de Malte.

BONAPARTE.



Toulon, le 29 floréal an 6 (18 mai 1798).

À l'ordonnateur Najac.

Le service de l'expédition qui va avoir lieu a exigé, de la part des
principaux employés de l'administration, des efforts où ils ont été à
même de faire connaître leur zèle pour la prospérité des armes de la
république.

Je vous prie de témoigner aux directeurs des constructions,
de l'artillerie du port, au citoyen Cuviller, commissaire des
approvisionnemens, et en général à tous les contrôleurs, commissaires et
sous-commissaires, une satisfaction particulière sur leurs services dans
cette circonstance essentielle.

Je vous autorise à nommer à la place de chef des mouvemens les citoyens
Aycard et Giroudreux; à la place de commissaire de première classe,
les citoyens Bugerin, Pigeon et Gobert; à celle de deuxième classe, le
citoyen Desanit; à élever au grade de commissaires de la marine les
citoyens Gasquet, Giraud, Franqueville, Galopin et Bellanger; à la place
de sous-commissaires, les citoyens Nicolas et Rey qui remplissent
les fonctions de sous-commissaires à la Ciotat; à la place de commis
principal, le citoyen Cappel, et de commis en deuxième, le citoyen
Ollivault.

BONAPARTE.



Toulon, le 29 floréal an 6 (18 mai 1798).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

ART. Ier. Tout marin qui, étant embarqué, aura resté a terre après le
départ de l'armée navale, sera traduit en prison jusqu'au départ d'un
bâtiment de guerre quelconque, à l'effet de rejoindre celui dont il a
déserté.

2. Tout maître chargé qui aura manqué le départ, sera cassé et réduit à
la basse paie de deuxième maître.

3. Les maîtres non chargés subiront la même punition.

4. Les deuxièmes maîtres de toutes classes et les contre-maîtres de la
manoeuvre, restés à terre, seront mis à la basse paie de quartier-maître
ou d'aide de leur profession respective.

5. Les aides de toute classe et les quartiers-maîtres déserteurs seront
réduits à la paie des matelots à vingt-sept sous.

6. Les matelots de première et deuxième classe, également déserteurs,
descendront à la paie de 12 sous, ceux de troisième et quatrième classe
seront réduits à celle de novice, à huit sous.

7. Dans aucun cas, les officiers, mariniers et matelots, qui auront subi
les réductions prescrites par les articles précédens, ne pourront être
réintégrés dans leurs grades primitifs que par un avancement progressif
d'une paie à l'autre, et de six mois en six mois sur la demande motivée
des commandans de leurs vaisseaux, qui certifieront leur exactitude et
leur bonne conduite.

8. Les attestations de maladie n'auront de valeur que sur la signature
de la majorité des membres composant le conseil de salubrité navale. Il
est défendu formellement aux commissaires de marine préposés aux
détails des armemens, d'en admettre d'autres, sous leur responsabilité
personnelle.

9. Il sera établi garnison chez toutes les familles des marins embarqués
qui seront restés à terre après le départ de l'armée; et les garnisaires
n'en seront retirés que lorsque ces déserteurs se seront présentés au
bureau des armemens pour y recevoir une nouvelle destination.

10. Dans le temps que l'armée navale de la république, de concert avec
l'armée de terre, se prépare à relever la gloire de la marine française,
les marins, dans le cas de servir et qui restent chez eux, méritent
d'être traités sans aucun ménagement. Avant de sévir contre eux,
le général en chef leur ordonne de se rendre à bord de la deuxième
flottille qui est en armement. Ceux qui, quinze jours après la
publication du présent ordre, ne se seront pas fait inscrire pour faire
partie dudit armement, seront regardés comme des lâches. En conséquence
l'ordonnateur de la marine leur fera signifier individuellement l'ordre
de se rendre au port de Toulon, et si, cinq jours après, ils n'ont point
comparu, ils seront traités comme des déserteurs.

L'ordonnateur de la marine tiendra la main à l'exécution du présent
règlement.

BONAPARTE.



Toulon, le 29 floréal an 6 (18 mai 1798).

_Réglement pour la répression des délits commis à bord de l'armée
navale._

Vu que les lois existantes sur la manière de procéder aux jugemens des
délits militaires n'ont pas prévu le cas où se trouve l'armée par sa
composition actuelle; qu'il est juste et urgent que les troupes de
terre et de mer, les soldats, matelots et autres employés à la suite de
l'armée, réunis sur les vaisseaux, ne soient pas, pour le même délit,
soumis à des lois différentes, soit pour la procédure, soit pour la
forme des jugemens, ordonne:

ART. 1. La loi du 15 brumaire an 5, qui règle la manière de procéder aux
jugemens militaires, sera ponctuellement et exclusivement suivie à bord
des vaisseaux composant l'armée navale.

2. Chaque vaisseau ou frégate sera considéré comme une division
militaire.

3. Il y aura en conséquence, par chaque vaisseau ou frégate, un conseil
de guerre composé de sept membres, pris dans les grades désignés par
l'article 2 de la loi du 13 brumaire, ou dans les grades correspondans
de l'armée de mer.

4. Les membres du conseil de guerre, le rapporteur et l'officier chargé
des fonctions de commissaire du pouvoir exécutif, seront nommés par
le contre-amiral, dans chaque division de l'armée navale; en cas
d'empêchement légitime de quelqu'un de ces membres, il sera pourvu à son
remplacement par le commandant du vaisseau.

5. À défaut d'officier dans quelqu'un des grades désignés par l'art. 2
de la loi du 13 brumaire, ou des grades correspondans dans la marine, il
y sera suppléé par des officiers du rang immédiatement inférieur.

6. Les jugemens prononcés par le conseil de guerre seront sujets à
révision.

7. Il sera établi à cet effet, a bord de chaque vaisseau ou frégate de
l'armée navale, un conseil permanent de révision, dans la forme indiquée
par la loi du 18 vendémiaire an 6.

8. Ce conseil sera composé de cinq membres du grade désigné en l'article
21 de ladite loi, ou du grade correspondant dans la marine; et à défaut
d'officiers supérieurs, il y sera suppléé, ainsi qu'il est dit à
l'article 5, pour la formation du conseil de guerre.

9. En cas d'annulation du jugement par le conseil de révision, celui-ci
renverra le fond du procès, pour être jugé de nouveau par-devant le
conseil de guerre de tel autre vaisseau qu'il désignera. Ce conseil de
guerre remplira dès lors les fonctions et aura toutes les attributions
du deuxième conseil de guerre établi par l'article 9 de la loi du 18
vendémiaire an 6.

10. Les fonctions du commissaire du pouvoir exécutif seront remplies par
un commissaire d'escadre ou par un commissaire ordonnateur des guerres,
et à leur défaut, par un sous-commissaire de marine ou commissaire
ordinaire des guerres.

11. Le commandant de l'armée navale nommera les membres du conseil
permanent de révision. En cas d'empêchement d'aucun de ses membres, il
sera pourvu à son remplacement par le commandant du vaisseau à bord
duquel le conseil devra se tenir.

12. Les délits commis sur les bâtimens de transport et autres, faisant
partie du convoi, seront jugés par le conseil de guerre du vaisseau ou
frégate sous le commandement desquels ils se trouveront naviguer. En cas
d'empêchement, les prévenus seront mis aux fers, si le cas l'exige, pour
être jugés au premier mouillage ou à la première occasion favorable.

13. Les peines portées par la loi du 21 brumaire an 5, notamment celles
contre la désertion, sont applicables aux marins, et réciproquement
celles portées par la loi du 22 août 1790 sont déclarées communes aux
troupes de terre et à tous individus embarqués, dans les cas non prévus
par la loi du 21 brumaire.

14. Seront justiciables desdits conseils de guerre et de révision, le
cas échéant, tous individus faisant partie de l'armée de terre et de
mer, et autres embarqués sur les vaisseaux.

BONAPARTE.



Toulon, le 30 floréal an 6 (19 mai 1798).

PROCLAMATION.

_Aux soldats de terre et de mer de l'armée de la Méditerranée._

Soldats,

Vous êtes une des ailes de l'armée d'Angleterre.

Vous avez fait la guerre de montagnes, de plaines, de siéges; il vous
reste à faire la guerre maritime.

Les légions romaines, que vous avez quelquefois imitées, mais pas encore
égalées, combattaient Carthage tour-à-tour sur cette même mer, et
aux plaines de Zama. La victoire ne les abandonna jamais, parce que
constamment elles furent braves, patientes à supporter la fatigue,
disciplinées et unies entre elles.

Soldats, l'Europe a les yeux sur vous! vous avez de grandes destinées à
remplir, des batailles à livrer, des dangers, des fatigues à vaincre;
vous ferez plus que vous n'avez fait pour la prospérité de la patrie, le
bonheur des hommes et votre propre gloire.

Soldats, matelots, fantassins, canonniers, cavaliers, soyez unis;
souvenez-vous que, le jour d'une bataille, vous avez besoin les uns des
autres.

Soldats, matelots, vous avez été jusqu'ici négligés; aujourd'hui la plus
grande sollicitude de la république est pour vous: vous serez dignes de
l'armée dont vous faites partie.

Le génie de la liberté, qui a rendu, dès sa naissance, la république
l'arbitre de l'Europe, veut qu'elle le soit des mers et des nations les
plus lointaines.

BONAPARTE.



À bord de _l'Orient_, le 24 prairial an 6 (12 juin 1798).

_Convention arrêtée entre la république française et l'ordre des
chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, sous la médiation de Sa Majesté
Catholique le roi d'Espagne._

ART. 1er. les chevaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem
remettront à l'armée française la ville et les forts de Malte. Ils
renoncent, en faveur de la république française, aux droits de
souveraineté et de propriété qu'ils ont tant sur cette ville que sur les
îles de Malte, du Gozo et de Cumino.

2. La république française emploiera son influence au congrès de Rastadt
pour faire avoir au grand-maître, sa vie durant, une principauté
équivalente à celle qu'il perd, et, en attendant, elle s'engage à lui
faire une pension annuelle de 300,000 fr. Il lui sera donné en outre la
valeur de deux années de ladite pension, à titre d'indemnité, pour son
mobilier. Il conservera, pendant le temps qu'il restera à Malte, les
honneurs militaires dont il jouissait.

3. Les chevaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem qui sont
Français, actuellement à Malte, et dont l'état sera arrêté par le
général en chef, pourront rentrer dans leur patrie; et leur résidence à
Malte leur sera comptée comme une résidence en France.

La république française emploiera ses bons offices auprès des
républiques cisalpine, ligurienne, romaine et helvétique, pour que le
présent article soit déclaré commun aux chevaliers de ces différentes
nations.

4. La république française fera une pension de 700 fr. aux chevaliers
français actuellement à Malte, leur vie durant. Cette pension sera de
1,000 fr. pour les chevaliers sexagénaires et au-dessus.

La république française emploiera ses bons offices auprès des
républiques cisalpine, ligurienne, romaine et helvétique, pour qu'elles
accordent la même pension aux chevaliers de ces différentes nations.

5. La république française emploiera ses bons offices auprès des autres
puissances de l'Europe, pour qu'elles conservent aux chevaliers de leur
nation l'exercice de leurs droits sur les biens de l'ordre de Malte
situés dans leurs états.

6. Les chevaliers conserveront les propriétés qu'ils possèdent dans les
îles de Malte et du Gozo, à titre de propriété particulière.

7. Les habitans des îles de Malte et du Gozo continueront à jouir, comme
par le passé, du libre exercice de la religion catholique, apostolique
et romaine. Ils conserveront les privilèges qu'ils possèdent: il ne sera
mis aucune contribution extraordinaire.

8. Tous les actes civils, passés sous le gouvernement de l'ordre, seront
valables, et auront leur exécution.

Fait double, à bord du vaisseau l'_Orient_, devant Malte, le 24 prairial
an 6 de la république française (12 juin 1798.)

BONAPARTE, etc.



En exécution des articles conclus le 24 prairial, entre la république
française et l'ordre de Malte, ont été arrêtées les dispositions
suivantes:

ART. 1. Aujourd'hui, 24 prairial, le fort Manoël, le fort Timer, le
château Saint-Ange, les ouvrages de la Bormola, de la Cottonnere, et de
la Cité Victorieuse, seront remis, à midi, aux troupes françaises.

2. Demain, 25 prairial, le fort de Riccazoli, le château Saint-Elme, les
ouvrages de la Cité Valette, ceux de la Florianne, et tous les autres,
seront remis, à midi, aux troupes françaises.

3. Des officiers français se rendront aujourd'hui, à dix heures du
matin, chez le grand-maître, pour y prendre les ordres pour les
gouverneurs qui commandent dans les différens ports et ouvrages qui
doivent être mis au pouvoir des Français. Ils seront accompagnés d'un
officier maltais. Il y aura autant d'officiers qu'il sera remis de
forts.

4. Il sera fait les mêmes dispositions que ci-dessus pour les forts
et ouvrages qui doivent être mis au pouvoir des Français, demain 25
prairial.

5. En même temps que l'on consignera les ouvrages de fortifications,
l'on consignera l'artillerie, les magasins, et papiers du génie.

6. Les troupes de l'ordre de Malte pourront rester dans les casernes
qu'elles occupent jusqu'à ce qu'il y soit autrement pourvu.

7. L'amiral commandant la flotte française nommera un officier pour
prendre possession aujourd'hui des vaisseaux, galères, bâtimens,
magasins, et autres effets de marine appartenans à l'ordre de Malte.

BONAPARTE.



À bord de _l'Orient_, le 24 prairial an 6 (12 juin 1798).

_À l'évêque de Malte._

J'ai appris avec un véritable plaisir, monsieur l'évêque, la bonne
conduite, que vous avez eue, et l'accueil que vous avez fait aux troupes
françaises.

Vous pouvez assurer vos diocésains que la religion catholique,
apostolique et romaine, sera non-seulement respectée, mais ses ministres
spécialement protégés.

Je ne connais pas de caractère plus respectable et plus digne de la
vénération des hommes, qu'un prêtre qui, plein du véritable esprit
de l'évangile, est persuadé que ses devoirs lui ordonnent de prêter
obéissance au pouvoir temporel, et de maintenir la paix, la tranquillité
et l'union au milieu d'un diocèse.

Je désire, monsieur l'évêque, que vous vous rendiez sur-le-champ dans la
ville de Malte, et que, par votre influence, vous mainteniez le calme
et la tranquillité parmi le peuple. Je m'y rendrai moi-même ce soir. Je
désire que, dès mon arrivée, vous me présentiez tous les curés et autres
chefs d'ordre de Malte et villages environnans.

Soyez persuadé, monsieur l'évêque, du désir que j'ai de vous donner des
preuves de l'estime et de la considération que j'ai pour votre personne.

BONAPARTE.



Malte, le 25 prairial an 6 (13 juin 1798).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

ART. 1er. Les citoyens Berthollet, le contrôleur de l'armée, et un
commis du payeur, enlèveront l'or, l'argent et les pierres précieuses
qui se trouvent dans l'église de St.-Jean, et autres endroits dépendans
de l'ordre de Malte, l'argenterie des auberges et celle du grand-maître.

2. Ils feront fondre dans la journée de demain tout l'or en lingots,
pour être transporté dans la caisse du payeur à la suite de l'armée.

3. Ils feront un inventaire de toutes les pierres précieuses qui seront
mises sous le scellé dans la caisse de l'armée.

4. Ils vendront pour 250 à 300,000 fr. d'argenterie à des négocians du
pays pour de la monnaie d'or et d'argent, qui sera également remise dans
la caisse de l'armée.

5. Le reste de l'argenterie sera remis dans la caisse du payeur, qui la
laissera à la monnaie de Malte, pour être fabriquée, et l'argent remis
au payeur de la division, pour la subsistance de cette division. On
spécifiera ce que cela doit produire, afin que le payeur puisse en être
comptable.

6. Ils laisseront, tant à l'église St.-Jean qu'aux autres églises, ce
qui sera nécessaire pour l'exercice du culte.

BONAPARTE.



Malte, le 25 prairial an 6 (13 juin 1798).

_Au citoyen Garat, ministre à Naples._

Je vous envoie, citoyen ministre, un courrier que j'expédie à Paris. Je
vous prie de lui fournir les passe-ports nécessaires, et de l'expédier
en toute diligence.

Je vous prie de donner à la cour de Naples une connaissance pure et
simple de l'occupation de Malte par les troupes françaises, et de la
souveraineté et propriété que nous venons d'y acquérir. Vous devez en
même temps faire connaître à S.M. le roi des Deux-Siciles, que nous
comptons conserver les même relations que par le passé pour notre
approvisionnement, et que si elle en agissait avec nous autrement
qu'elle en agissait avec Malte, cela ne serait rien moins qu'amical.

Quant à la suzeraineté que le royaume de Sicile a sur Malte, nous ne
devons pas nous y refuser, toutes les fois que Naples reconnaîtra la
suzeraineté de la république romaine.

Je m'arrête ici deux jours pour faire de l'eau, après lesquels je pars
pour l'Orient.

Je ne sais pas si vous resterez encore long-temps à Naples; je vous prie
de me faire connaître ce que vous comptez faire, et de me donner, le
plus souvent que vous pourrez, des nouvelles de l'Europe.

Vous connaissez l'estime et la considération particulière que j'ai pour
vous.

BONAPARTE.

P.S. Pour épargner le temps, je mets ma lettre au directoire, sous
cachet volant; vous pourrez en prendre connaissance.



Malte, le 25 prairial an 6 (13 juin 1798).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

ART. 1er. Les chevaliers qui n'étaient pas profès et qui se seraient
mariés à Malte;

2. Les chevaliers qui auraient des possessions particulières dans l'île
de Malte;

3. Ceux qui auraient établi des manufactures ou des maisons de commerce;

4. Enfin, ceux compris dans la liste que je vous envoie, connus par les
sentimens qu'ils ont pour la république, seront regardés comme citoyens
de Malte et pourront y rester tant qu'ils désireront. Ils seront
exceptés de l'ordre donné aujourd'hui.

BONAPARTE.



Malte, le 25 prairial an 6 (13 juin 1798).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

ART. 1er. Les îles de Malte et du Gozo seront administrées par une
commission de gouvernement composée de neuf personnes, qui seront à la
nomination du général en chef.

2. Chaque membre de la commission la présidera à son tour pendant six
mois. Elle choisira un secrétaire et un trésorier hors de son sein.

3. Il y aura, près de la commission, un commissaire français.

4. Cette commission sera spécialement chargée de toute l'administration
des îles de Malte et du Gozo, et de la surveillance de la perception des
contributions directes et indirectes. Elle prendra des mesures relatives
à l'approvisionnement de l'île. L'administration de santé sera
spécialement sous ses ordres.

5. Le commissaire ordonnateur en chef fera un abonnement avec la
commission pour établir ce qu'elle doit donner par mois à la caisse de
l'armée.

6. La commission de gouvernement s'occupera incessamment de
l'organisation des tribunaux pour la justice civile et criminelle, en le
rapprochant le plus possible de l'organisation qui existe actuellement
en France. La nomination des membres aura besoin de l'approbation du
général de division commandant à Malte. En attendant que ces tribunaux
soient organisés, la justice continuera d'être administrée comme par le
passé.

7. Les îles de Malte et du Gozo seront divisées en cantons dont le
moindre aura trois mille ames de population. Il y aura à Malte deux
municipalités.

8. Chaque canton sera administré par un corps municipal de cinq membres.

9. Il y aura dans chaque canton un juge de paix.

10. Les juges de paix, les différentes magistratures seront nommés par
la commission de gouvernement, avec l'approbation du général de division
commandant à Malte.

11. Tous les biens du grand-maître de l'ordre de Malte et des différens
couvens des chevaliers appartiennent à la république française.

12. Il y aura une commission, composée de trois membres, chargée
de faire l'inventaire desdits biens et de les administrer; elle
correspondra avec l'ordonnateur en chef.

13. La police sera toute entière sous les ordres du général de division
commandant et des différens officiers sous ses ordres.

BONAPARTE.



Malte, le 25 prairial an 6 (13 juin 1798).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

ART. 1er. Il y aura, dans chaque municipalité de la ville de Malte, un
bataillon de garde nationale composé de neuf cents hommes, qui portera
l'uniforme habit vert, paremens et collet rouges, et passe-poil blanc.
Cette garde nationale sera choisie parmi les hommes les plus riches, les
marchands, et ceux qui sont intéressés à la tranquillité publique.

2. Elle fournira tous les jours toutes les gardes et patrouilles
nécessaires pour la police. Elle ne sera jamais de garde aux forts.

3. L'institution du corps des chasseurs sera conservée.

4. Le général de division fera un réglement tant pour l'organisation et
le service de la garde nationale que pour l'organisation et le service
des chasseurs. On donnera aux uns et aux autres la quantité d'armes
nécessaire pour le service.

5. On formera quatre compagnies de vétérans de tous les vieux soldats
qui auraient été au service de l'ordre de Malte, et qui sont incapables
d'un service actif.

Les deux premières, dès l'instant qu'elles seront organisées, seront
envoyées pour tenir garnison dans le fort de Corfou. On exécutera le
présent article, quelques difficultés que l'on puisse rencontrer, mon
intention n'étant pas que cette grande quantité d'hommes, habitués à
l'ordre de Malte, continue à y rester.

6. On formera quatre compagnies de canonniers, à peu près sur le même
pied que celles qui existaient ci-devant, qui seront employées dans
les batteries de la côte. Il y aura, dans chacune de ces compagnies de
canonniers, un officier et un sous-officier français.

7. Tous les individus qui voudront former une compagnie de cent
chasseurs seront maîtres de la former. Eux et les officiers de ces
compagnies seront conservés, et, dès l'instant qu'elles seront
organisées, le général de division les fera partir pour rejoindre
l'armée.

BONAPARTE.



Malte, le 27 prairial an 6 (15 juin 1798).

_Aux commissaires du gouvernement à Corcyre, Ithaque, et près le
département de la mer Egée._

Je vous préviens, citoyens, que le pavillon de la république flotte sur
tous les forts de Malte, et que l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem est
détruit.

Je vous instruirai incessamment de la direction que prendra l'armée.

Apprenez aux habitans de votre département ce que nous faisons dans ce
moment-ci; ils en tireront tout l'avantage.

N'oubliez aussi aucun moyen de le faire connaître à tous les Grecs de la
Morée et des autres pays.

BONAPARTE.



Malte, le 27 prairial an 6 (15 juin 1798).

_Aux consuls de Tunis, Tripoli et Alger._

Je vous préviens, citoyens, que l'armée de la république est en
possession depuis deux jours de la ville et des deux îles de Malte et du
Gozo. Le pavillon tricolore flotte sur tous les forts.

Vous voudrez bien, citoyen, faire part de la destruction de l'ordre de
Malte et de cette nouvelle possession de la république au bey, près
duquel vous vous trouvez, et lui faire connaître que, désormais, il doit
respecter les Maltais, puisqu'ils se trouvent sujets de la France.

Je vous prie aussi de lui demander qu'il mette en liberté les différens
esclaves maltais qu'il avait; j'ai donné l'ordre pour que l'on mit en
liberté plus de deux mille esclaves barbaresques et turcs, que l'ordre
de Saint-Jean de Jérusalem tenait aux galères.

Laissez entrevoir au bey que la puissance qui a pris Malte en deux ou
trois jours, serait dans le cas de le punir, s'il s'écartait un moment
des égards qu'il doit à la république.

BONAPARTE.



Malte, le 27 prairial an 6 (15 juin 1798).

_Au général Chabot._

Nous sommes entrés, citoyen général, depuis trois jours dans Malte.
La république vient, par-là, d'acquérir une place aussi forte que
favorablement située pour le commerce.

Les habitans des trois départemens qui composent votre division, doivent
en tirer un avantage tout particulier. Annoncez-leur cette bonne
nouvelle.

Je laisse le général Vaubois pour commander ici. Vous pourrez
correspondre avec lui pour tous les objets dont vous pourriez avoir
besoin.

Votre division fait partie de l'armée que je commande. Je vous prie de
m'envoyer par le brick l'état de situation exacte de vos troupes, de
votre marine, de vos magasins, soit d'artillerie, soit de vivres.

Faites-moi connaître aussi ce qui est dû à la troupe, et s'il vous
serait possible de pouvoir vous procurer des matelots, d'armer en flûte
le vaisseau et la frégate qui sont à Corfou, et de me les envoyer dans
l'endroit que je vous désignerai.

Je vous prie d'expédier à notre ministre à Constantipople, la nouvelle
de l'occupation de Malte par l'armée française, et de la destruction de
l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Annoncez également cette nouvelle à
Ali-Pacha, au pacha de Scutari et au pacha de la Morée.

Je désire que vous n'envoyiez à Constantinople qu'un bateau de commerce.
Le chebeck _le Fortunatus_ a ordre de venir joindre l'armée: faites-le
accompagner par un de vos meilleurs bricks, afin que je puisse vous le
renvoyer avec de nouveaux ordres.

Mettez-vous en mesure contre l'attaque des Turcs. Il est inutile que
vous fassiez connaître la destination que prend l'armée.

BONAPARTE.



Malte, le 28 prairial an 6 (16 juin 1798).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

ART. 1er. Tous les habitans des îles de Malte et du Gozo sont tenus de
porter la cocarde tricolore. Aucun habitant de Malte ne pourra porter
l'habit national français, à moins qu'il n'en ait obtenu la permission
spéciale du général en chef. Le général en chef accordera la qualité
de citoyen français et la permission de porter l'habit national aux
habitans de Malte et du Gozo qui se distingueront par leur attachement à
la république, par quelque action d'éclat, trait de bienfaisance ou de
bravoure.

2. Tous les habitans de Malte sont désormais égaux en droits. Leurs
talens, leur mérite, leur patriotisme, et leur attachement à la
république française, établissent seuls la différence entre eux.

3. L'esclavage est aboli: tous les esclaves connus sous le nom de
_bonnivagli_ seront mis en liberté, et le contrat déshonorant pour
l'espèce humaine qu'ils ont fait est détruit.

4. En conséquence de l'article précédent, tous les Turcs qui sont
esclaves de quelque particulier seront remis entre les mains du général
commandant, pour être traités comme prisonniers de guerre; et, vu
l'amitié qui existe entre la république française et la Porte ottomane,
ils seront envoyés chez eux lorsque le général en chef l'ordonnera, et
lorsqu'il aura connaissance que les beys consentent à renvoyer à Malte
tous les esclaves français ou maltais qu'ils auraient.

5. Dix jours après la publication du présent ordre, il est défendu
d'avoir des armoiries soit à l'intérieur, soit à l'extérieur des
maisons, de cacheter des lettres avec des armoiries, ni de prendre des
titres féodaux.

6. L'ordre de Malte étant dissous, il est expressément défendu à qui que
ce soit de prendre des titres de baillis, commandeurs, ou chevaliers.

7. On mettra dans chaque église, à la place où étaient les armes du
grand-maître, celles de la république.

8. Dix jours après la publication du présent ordre, il est défendu,
sous quelque prétexte que ce soit, de porter des uniformes des corps de
l'ancien ordre de Malte.

9. L'île de Malte appartenant à la république française, la mission des
différens ministres plénipotentiaires a cessé.

10. Tous les consuls étrangers cesseront leurs fonctions, et ôteront
les armes qui sont sur leurs portes, jusqu'à ce qu'ils aient reçu des
lettres de créance de leur gouvernement pour continuer leurs fonctions
dans la ville de Malte, devenue port de la république française.

11. Tous les étrangers venant et vivant à Malte seront obligés de se
conformer au présent ordre, quels que soient leur grade et le rang
qu'ils auraient chez eux.

12. Tous les contrevenans aux articles ci-dessus seront condamnés, pour
la première fois, à une amende du tiers de leurs revenus; la seconde, à
trois mois de prison; la troisième, à un an de prison; la quatrième, à
la déportation de l'île de Malte, et à la confiscation de la moitié de
leurs biens.

BONAPARTE.



Malte, le 28 prairial an 6 (16 juin 1798).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

ART. 1er. Il sera fait un désarmement général de tous les habitans des
îles de Malte et du Gozo. Il ne sera accordé des armes que par une
permission du général commandant, et à des hommes dont le patriotisme
sera reconnu.

2. L'organisation des chasseurs volontaires dans les îles de Malte et du
Gozo sera continuée; mais ce corps ne sera composé que d'hommes sur les
services desquels on peut compter. On aura soin surtout d'avoir des
officiers patriotes.

3. Les signaux seront rétablis depuis la pointe du Gozo à Malte.

4. Les lois de la santé à Malte ne seront ni plus ni moins rigoureuses
que les lois de la santé à Marseille.

5. Il sera formé une compagnie de trente volontaires, composée de jeunes
gens de quinze à trente ans, et pris dans les familles les plus riches.

6. Le général de division désignera, dans l'espace de dix jours, à
la commission de gouvernement les hommes qui doivent composer ladite
compagnie. La commission de gouvernement le leur fera signifier; et,
vingt jours après, ils seront obligés d'être armés d'un sabre. Ils
auront le même uniforme que les guides de l'armée, à l'exception qu'ils
porteront l'aiguillette et le bouton blanc.

7. Ceux qui ne se trouveraient pas à la revue que passera le général de
division dix jours après seront condamnés, les jeunes gens à un an de
prison, et les parens, jouissant du bien de la famille, à mille écus
d'amende.

8. La commission de gouvernement désignera les jeunes gens de neuf à
quatorze ans, appartenans aux plus riches familles, lesquels seront
envoyés a Paris pour être élevés dans les écoles de la république. Les
parens seront tenus de leur faire 800 fr. de pension, et de leur donner
600 fr. pour leur voyage. Le passage leur sera accordé sur les vaisseaux
de guerre.

9. La commission de gouvernement enverra la liste de ces jeunes gens, au
plus tard dans vingt jours, au général en chef, et ils partiront au plus
tard dans un mois.

10. Ils devront avoir pantalon et gilet bleus, paremens et revers
rouges, liseré blanc. Ils seront débarqués à Marseille, où le ministre
de l'intérieur donnera des ordres pour les faire passer dans les écoles
nationales.

11. Le commissaire-ordonnateur de la marine désignera à la commission de
gouvernement les jeunes gens maltais appartenans aux familles les plus
riches, pour pouvoir être placés comme aspirans, et pouvoir s'instruire
et parvenir à tous les grades.

12. Comme l'éducation intéresse principalement la prospérité et la
sûreté publiques, les parens dont les enfans seront désignés, et qui s'y
refuseraient, seront condamnés à payer mille écus d'amende.

13. Les classes pour les matelots seront rétablies comme dans les ports
de France. Lorsque l'escadre aura besoin de matelots, et qu'il n'y aura
pas assez de gens de bonne volonté, on prendra de préférence les jeunes
gens de quinze à vingt-cinq ans. Si cela ne suffit pas, on prendra
ceux de vingt-cinq à trente-cinq, et enfin ceux de trente-cinq à
quarante-cinq.

BONAPARTE.



Malte, le 28 prairial an 6 (16 juin 1798).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

ART. 1er. Tous les prêtres, religieux et religieuses, de quelque ordre
que ce soit, qui ne sont pas natifs des îles de Malte et du Gnzo, seront
tenus d'évacuer l'île au plus tard dix jours après la publication du
présent ordre: l'évêque, vu ses qualités pastorales, sera seul excepté
du présent ordre.

2. Toutes les cures, bénéfices, qui, en vertu du présent ordre, seraient
vacans, seront donnés à des naturels des îles de Malte et du Gozo,
n'étant point juste que des étrangers jouissent désavantages du pays.

3. On ne pourra pas désormais faire de voeux religieux avant l'âge de
trente ans. Il est défendu de faire de nouveaux prêtres, jusqu'à ce que
les prêtres actuellement existans soient tous employés.

4. Il ne pourra pas y avoir à Malte et au Gozo plus d'un couvent de
chaque ordre.

5. La commission de gouvernement, de concert avec l'évêque, désignera
les maisons où les individus d'un même ordre doivent se réunir. Tous les
biens qui deviendraient inutiles à la subsistance desdits couvens seront
employés à soulager les pauvres.

6. Toutes les fondations particulières, tous les couvens d'ordre
séculier et corporations de pénitens, toutes les collégiales, sont
supprimés. La cathédrale seule aura quinze chanoines résidans à Malte,
et cinq résidans à Civita-Vecchia.

7. Il est expressément défendu à tout séculier, qui n'est pas au moins
sous-diacre, de porter le collet ou la soutane.

8. L'évêque sera tenu de remettre, dix jours après la publication du
présent ordre, l'état des prêtres et le certificat qu'ils sont naturels
des îles de Malte et du Gozo, et l'état de ceux qui, en vertu du présent
ordre, doivent évacuer le territoire.

Chaque chef d'ordre sera tenu de remettre un pareil état au commissaire
du gouvernement. Tout individu qui n'aurait pas obtempéré au présent
ordre sera condamné à six mois de prison.

9. La commission de gouvernement, le commissaire près elle, le général
de division, sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution
du présent ordre.

BONAPARTE.



Malte, le 28 prairial an 6(16 juin 1798).

_À l'ordonnateur Najac._

Il y a déjà long-temps que vous n'avez reçu de nos nouvelles. Vous devez
cependant avoir reçu deux avisos que je vous ai envoyés. Je n'ai reçu
de Toulon, depuis mon départ, que le brick qui est parti quarante-huit
heures après nous.

Après deux jours de fusillade et de canonnade, nous avons obtenu la
ville de Malte et tous ses forts: nous y avons trouvé deux vaisseaux de
guerre, une frégate, quatre galères, quinze à dix-huit cents pièces de
canon, et quarante mille fusils.

Du reste, l'arsenal est fort peu approvisionné.

_La Sensible_ que je vous expédie, conduira l'ambassadeur de la
république à Constantinople.

J'espère que les trois vaisseaux vénitiens, grâce à vos soins, seront a
présent en état, et que toutes les troupes restées en arrière, pourront
partir sous leur escorte.

Adressez tout ce qui nous serait destiné, à Malte qui nécessairement
doit être notre première échelle.

Je désirerais que ces vaisseaux prissent sous leur escorte toutes les
troupes que le consul de Gènes a à nous envoyer.

Je vous prie d'expédier, deux fois par décade, un aviso pour Malte, d'où
il retournera à Toulon: le commissaire de la marine, qui est à Malte,
nous expédiera nos courriers là où nous serons.

BONAPARTE.



Malte, le 29 prairial an 6 (17 juin 1798).

_Au citoyen Lavalette._

_L'Arthémise_, citoyen, a ordre de vous faire mouiller sur la côte
d'Albanie, pour vous mettre à même de conférer avec Ali-Pacha. La lettre
ci-jointe que vous devrez lui remettre, ne contient rien autre chose que
d'ajouter foi à ce que vous lui direz, et de l'inviter à vous donner un
truchement sûr pour vous entretenir seul avec lui. Vous lui remettrez
vous-même ladite lettre, afin d'être assuré qu'il en prenne lui-même
lecture.

Après quoi, vous lui direz que, venant de m'emparer de Malte, et me
trouvant dans ces mers avec trente vaisseaux et cinquante mille hommes,
j'aurai des relations avec lui, et que je désire savoir si je peux
compter sur lui; que je désirerais aussi qu'il envoyât près de moi, en
l'embarquant sur la frégate, un homme de marque et qui eût sa confiance;
que sur les services qu'il a rendus aux Français, et sur sa bravoure
et son courage, s'il me montre de la confiance et qu'il veuille me
seconder, je peux accroître de beaucoup sa gloire et sa destinée.

Vous prendrez en général note de tout ce que vous dira Ali-Pacha, et
vous vous rembarquerez sur la frégate pour venir me joindre et me rendre
compte de tout ce que vous aurez fait.

En passant à Corfou, vous direz au général Chabot, qu'il nous envoie des
bâtimens chargés de bois, et qu'il fasse une proclamation aux habitans
des différentes îles pour qu'ils envoient à l'escadre, du vin, des
raisins secs, et qu'ils en seront bien payés.

BONAPARTE.



Malte, le 29 prairial an 6 (17 juin 1798).

_À Ali-Pacha._

Mon très-respectable ami, après vous avoir offert les voeux que je fais
pour votre prospérité et la conservation de vos jours, j'ai l'honneur de
vous informer que depuis long-temps je connais l'attachement que vous
avez pour la république française, ce qui me ferait désirer de trouver
le moyen de vous donner des preuves de l'estime que je vous porte.
L'occasion me paraissant aujourd'hui favorable, je me suis empressé
de vous écrire cette lettre amicale, et j'ai chargé un de mes
aides-de-champ de vous la porter, pour vous la remettre en mains
propres. Je l'ai chargé aussi de vous faire certaines ouvertures de ma
part, et comme il ne sait point votre langue, veuillez bien faire choix
d'un interprète fidèle et sûr pour les entretiens qu'il aura avec vous.
Je vous prie d'ajouter foi à tout ce qu'il vous dira de ma part, et de
me le renvoyer promptement avec une réponse écrite en turc de votre
propre main. Veuillez-bien agréer mes voeux et l'assurance de mon
sincère dévouement.

BONAPARTE.



Malte, le 29 prairial an 6 (17 juin 1798).

_Au roi d'Espagne._

La république française a accepté la médiation de V.M. pour la
capitulation de la ville de Malte.

M. le chevalier d'Amatti, votre résident dans cette ville, a su être à
la fois agréable à la république française et au grand-maître. Mais par
l'occupation du port de Malte par la république, la place de M. d'Amatti
se trouve supprimée. Je le recommande à Votre Majesté, pour qu'elle
veuille bien ne pas l'oublier dans la distribution de ses grâces.

Je prie Votre Majesté de croire aux sentimens d'estime et à la
très-haute considération que j'ai pour elle.

BONAPARTE.



Malte, le 29 prairial an 6 (17 juin 1798).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

ART. 1er. Les prêtres latins ne pourront pas officier dans l'église qui
appartient aux Grecs.

2. Les messes que les prêtres latins ont coutume de dire dans les
églises grecques seront dites dans les autres églises de la place.

3. Il sera accordé protection aux Juifs qui voudront établir une
synagogue.

4. Le général commandant remerciera les Grecs établis à Malte de la
bonne conduite qu'ils ont tenue pendant le siège.

5. Tous les Grecs des îles de Malte et du Gozo, et des départemens
d'Ithaque, de Corcyre, et de la mer Egée, qui conserveront des relations
quelconques avec les Russes, seront condamnés à mort.

6. Tous les bâtimens grecs qui naviguent sous pavillon russe, s'ils sont
pris par des bâtimens français, seront coulés bas.



_Ordre du 29 prairial_ (17 juin 1798).

ART. 1er. Les femmes et les enfans des grenadiers de la garde du
grand-maître et du régiment de Malte, qui partent avec la flotte
française, recevront:

Les femmes, vingt sous par décade; les enfans au-dessous de dix ans, dix
sous par décade.

2. Tous les garçons au-dessus de dix ans seront embarqués sur les
bâtimens de la république, comme mousses.

3. Il sera fait, par le payeur, une retenue d'un centime sur la paie de
chaque grenadier ou soldat, du régiment de Malte, qui a des enfans.

4. Les femmes des sous-officiers auront trente sous par décade, et les
enfans au-dessous de dix ans, quinze sous.

5. La retenue en sera faite sur les appointemens de leur mois.

6. La commission du gouvernement de Malte est chargée de l'exécution du
présent ordre.



_Ordre du 29 prairial_ (17 juin 1798).

ART. 1er. La commission du gouvernement se divisera en bureau et en
conseil.

2. Le bureau sera composé de trois membres; y compris le président.

3. Le conseil nommera tous les six mois un des deux membres qui doivent
composer le bureau.

4. Le bureau sera en activité constante de service; chacun des membres
aura 4,000 fr. d'appointemens.

5. Le conseil ne se réunira qu'une fois par décade, pour prendre
connaissance de ce qu'aura fait le bureau.

6. Il leur sera accordé à chacun un traitement de 1,000 fr. par an.

7. Les membres du bureau seront, pour cette fois, le citoyen N---- pour
six mois, et le citoyen N---- pour un an.

8. Le commissaire de gouvernement aura 6,000 fr. d'appointemens: outre
ses frais de bureau, il lui sera accordé, sur l'extraordinaire, une
gratification pour son établissement.



_Ordre du 29 prairial_ (17 juin 1798).

ART. 1er. Le général de division commandant à la police générale de
l'île et du port; aucun bâtiment ne peut ni entrer ni sortir qu'en
conséquence de son réglement.

2. La commission du gouvernement est chargée de l'organisation civile,
judiciaire et administrative.

3. Elle ne peut rien faire que sur la demande du commissaire, ou après
avoir ouï son rapport; les conclusions du commissaire devront être mises
dans toutes les délibérations de la commission.

4. Tout ce qui est réglement ne peut être publié, ni avoir son effet,
que visé par le commandant et le général de division.

5. La commission des domaines est chargée de faire l'inventaire de tous
les meubles et immeubles appartenans à la république; ainsi que de
l'administration de tous les biens nationaux.

6. Elle enverra tous les mois les inventaires qu'elle aura faits et le
bordereau de ce qu'elle aura reçu au commissaire du gouvernement.

7. Elle ne pourra faire aucune vente qu'en conséquence d'un ordre du
général en chef, et, s'il survenait des circonstances extraordinaires
qui exigeassent des fonds, le général de division, le commissaire
du gouvernement, le commissaire des guerres, et la commission, se
réuniraient et prendraient un arrêté, en conséquence duquel on serait
autorisé a vendre jusqu'à la concurrence de 150,000 fr. Le commissaire
du gouvernement serait alors chargé de faire un réglement, et d'en
suivre tous les détails.

8. La commission des domaines n'aura pas d'autre payeur que celui de la
division militaire, qui aura un registre et une caisse particulière pour
les objets y relatifs.

10. Le général commandant l'île aura seul le droit de contrôler et de se
mêler de l'administration du pays. Les généraux commandant sous lui,
les commandans de place, et autres agens militaires, ne se mêleront
en aucune manière des objets administratifs. Le général-commandant ne
pourra jamais être représenté par un de ses subordonnés.


_Ordre du 29 prairial_ (17 juin 1798).

ART. 1er. Les impôts établis seront provisoirement maintenus. Le
commissaire du gouvernement et la commission administrative en
assureront la perception.

2. Dans le plus court délai, il sera établi un système d'impositions
nouvelles, de manière que le produit total, pris sur les douanes, le
vin, l'enregistrement, le timbre, le tabac, le sel, les loyers de
maisons et les domestiques, s'élève à 720,000 fr.

3. De cette somme, il sera versé chaque mois 50,000 fr. dans la caisse
du payeur de l'armée. Ce versement n'aura lieu cependant que dans trois
mois, et jusque-là la caisse des domaines nationaux y suppléera.

4. Les 120,000 fr. restans seront laissés pour fournir aux frais
d'administration, justice, etc., selon l'état par aperçu ci-joint.

5. Cet état sera arrêté définitivement par la commission du gouvernement
avec le commissaire de la république française, lors de l'organisation
des tribunaux, et des diverses parties du service administratif.

6. Le pavé des villes, et l'entretien pour la propreté et le» lumières,
sera payé par les habitans.

7. L'entretien des fontaines, par un droit qui sera établi sur les
bâtimens qui font de l'eau, ainsi que les gages des employés attachés à
ce service.

8. Il sera établi un droit de passe pour l'entretien des routes.

9. L'instruction publique sera payée avec les biens qui y sont déjà
affectés; et, en cas d'insuffisance, avec ceux des fondations et couvens
supprimés, suivant l'ordre précédent du général en chef.

10. Les gages des magistrats de santé et frais y relatifs seront payés
par un droit sur les vaisseaux et sur les voyageurs.

11. Le mont-de-piété sera maintenu, et le commissaire du gouvernement
pour voira à son organisation nouvelle.

12. L'établissement dit de l'Université, pour l'approvisionnement en
grains de l'île, sera maintenu, en séparant l'administration ancienne à
compter du premier messidor; et le commissaire du gouvernement sera tenu
de l'organiser de manière à ne laisser aucune inquiétude à la république
sur l'approvisionnement de l'île.

13. Les hôpitaux seront organisés sur des bases nouvelles, et il
sera pourvu à leurs besoins par des biens des couvens ou fondations
supprimés; ceux qui y sont déjà affectés leur seront conservés.

14. La poste aux lettres sera organisée de manière à couvrir, par la
taxe des lettres, la dépense qu'elle occasionnera.

15. Les dépenses relatives au passage de l'armée, aux fournitures faites
pour elle, à l'état du nouveau gouvernement, seront prises sur les fonds
qui resteront disponibles pendant les trois mois où le gouvernement ne
paiera rien à l'armée.

16. Le commissaire du gouvernement est autorisé à régler,
provisoirement, les cas non prévus, en rendant compte de la
détermination au général en chef.


_Ordre du 29 prairial (17 juin 1798.)_

ÉCOLES PRIMAIRES.

ART. 1er. Il sera établi dans les îles de Malte et du Gozo quinze écoles
primaires.

2. Les instituteurs des écoles enseigneront aux élèves à lire et écrire
en français, les élémens de calcul et du pilotage, et les principes de
la morale et de la constitution française.

3. Les instituteurs seront nommés par le commissaire du gouvernement.

4. Ils seront logés dans une maison nationale à laquelle sera attaché un
jardin.

5. Leur salaire en argent sera de mille francs dans les villes et de 800
fr. dans les casals.

6. Il sera affecté au paiement de chaque instituteur une portion
suffisante des biens des couvens supprimés.

7. La distribution des écoles et les réglemens sur leurs administration
et régime seront confiés à la commission de gouvernement.


ÉCOLE CENTRALE.

ART. 1er. Il sera établi à Malte une école centrale qui remplacera
l'université et les autres chaires.

2. Elle sera composé:

1°. D'un professeur d'arithmétique, et de stéréotomie, aux appointemens
de 1,800 f.; 2°. d'un professeur d'algèbre et de stéréotomie, aux
appointemens de 2,000 fr.; 3°. d'un professeur de géométrie et
d'astronomie, aux appointemens de 2,400 fr.; 4°. d'un professeur de
mécanique et de physique, aux appointemens de 5,000 fr.; 5°. d'un
professeur de navigation, aux appointemens de 2,400 fr.; 6°. d'un
professeur de chimie, aux appointemens de 1,800 fr.; 7°. d'un professeur
de langues orientales, aux appointemens de 1,200 francs; 8°. d'un
bibliothécaire, chargé des cours de géographie, aux appointemens de
1,000 fr.

3. À l'école centrale seront attachés:

1°. La bibliothèque et le cabinet d'antiquités; 2°. un muséum d'histoire
naturelle; 3°. un jardin de botanique; 4°. l'observatoire.

Une somme de 3,000 fr. sera affectée à l'entretien du matériel de
l'école centrale.

5. On vendra pour 300,000 fr. de biens nationaux pour la fondation de
l'approvisionnement.

6. Le commissaire du gouvernement se concertera avec le commissaire des
domaines pour la vente desdits biens.



_Ordre du 29 prairial_ (17 juin 1798.)

Le commissaire-ordonnateur ouvrira un crédit sur le payeur de la place,
de 3,000 fr. par mois pour le commandant de l'artillerie; 4,000 fr. par
mois pour le commandant du génie; 25,000 fr. par mois pour la marine;
3,000 fr. par mois pour l'extraordinaire, à la disposition du
général-commandant.



_Ordre du 29 prairial_ (17 juin 1798.)

ART. 1er. Les commissaires des domaines nationaux auront chacun 4,000
fr. d'appointemens par an.

2. Ceux qui ne sont pas établis dans le pays auront six mois
d'appointemens en forme de gratification pour leur établissement.

3. Sur les fonds provenant des domaines, il sera accordé également
une somme de 6,000 fr. au commissaire de gouvernement pour son
établissement, dont 3,000 fr. seront payés sur les premiers fonds, et
3,00 fr. dans six mois.

4. les frais de logement et de bureau de la commission ne pourront pas
excéder la somme de 12 à 1,500 fr. par an.

5. Les professeurs formeront ensemble un conseil qui s'occupera des
moyens de perfectionner l'instruction, et proposera à la commission de
gouvernement les mesures d'administration qu'il jugera nécessaires.

6. Les appointemens des professeurs, le salaire des employés, dont
l'état aura été arrêté par la commission de gouvernement, et les
dépenses nécessaires pour l'entretien des divers établissemens, seront
payés sur les fonds ci-devant affectés à l'entretien de l'université et
de la chaire des langues orientales.

7. Il sera affecté au jardin de botanique un terrain de trente arpens,
que la commission de gouvernement désignera sans délai parmi les
terrains les plus fertiles et les plus près de la ville.

8. Il sera fait à l'hôpital de la ville de Malte des leçons d'anatomie,
de médecine et d'accouchement, par les officiers qui y sont attachés.



_Ordre du 29 prairial_ (17 juin 1798.)

ART. 1. On affectera pour l'hôpital, des fonds des couvens ou dotations
supprimées, jusqu'à la concurrence de 40,000 fr. de rentes. On prendra
de préférence toutes les dotations qui existent déjà affectées aux
hospices, quelques dénominations qu'elles aient.

2. On affectera des biens nationaux pour 300,000 fr., pour les
créanciers du grand-maître.

3. On vendra pour 300,000 fr. de biens nationaux pour subvenir aux
besoins de la garnison et de la marine.

Ordre du 29 prairial (17 juin 1798.)

ART. 1er. L'évêque n'exercera d'autre justice qu'une police sur les
ecclésiastiques; toutes procédures relatives au mariages seront du
ressort de la justice civile et criminelle.

Il est expressément défendu à l'évêque, aux ecclésiastiques et aux
habitans de l'île, de rien recevoir pour l'administration des sacremens,
le devoir de leur état étant de les administrer gratis. Ainsi les droits
d'étole, et autres pareils, restent abolis.

3. Aucun prince étranger ne pourra avoir d'influence ni dans
l'administration de la religion, ni dans celle de la justice. Ainsi
aucun ecclésiastique ni habitant ne pourra avoir recours au pape ni à
aucun métropolitain.

BONAPARTE.



Le 30 prairial (18 juin 1798).

Au directoire exécutif.

Je vous envoie, citoyens directeurs,

1°. Un réglement pour la répression des délits à bord de l'escadre.

2°. Copie d'une lettre écrite au citoyen Najac, pour les différens
avancemens dans l'arsenal.

Le citoyen Najac a mis autant d'activité que de zèle dans l'exécution
de vos ordres pour l'expédition; c'est un homme de mérite, qui entend
parfaitement sa besogne.

3°. Un ordre pour la punition des matelots qui se seraient débarqués de
dessus l'escadre.

  (Cette lettre a été écrite a différentes reprises, tant à bord
  De la flotte qu'à Malte. Nous la classons à sa dernière date.)

Le 8 prairial (27 mai 1798).

Nous sommes depuis deux jours en calme, à dix lieues au large du détroit
de Bonifaccio.

Le convoi de Corse vient de se réunir à nous; les troupes de ce convoi
sont commandées par le général Vaubois. J'attends à chaque instant le
convoi de Civita-Vecchia.

Un brick anglais a été poursuivi par l'aviso _le Corcyre_, commandé par
le citoyen Renould, et obligé de se jeter sur les côtes de Sardaigne,
où il s'est brûlé. L'équipage de ce bâtiment nous parle toujours d'une
escadre anglaise.

Le convoi de l'escadre n'a encore eu aucune espèce d'avaries ni de
maladies; tout continue à fort bien aller. Nos soldats travaillent
nuit et jour, soit pour apprendre à grimper sur les mâtures, soit à
l'exercice du canon.



Le 9, à huit heures du soir.

Le troisième bataillon de la soixante-dix-neuvième, auquel vous aviez
depuis long-temps donné l'ordre de passer à Corfou, est encore à Ancône.
J'écris a Brune pour qu'il ne perde pas un instant pour l'y faire
passer. Il est bien essentiel que nos îles soient suffisamment gardées,
surtout dans le premier moment.



Malte, le 25 prairial an 6 (13 juin 1798).

Nous sommes arrivés le 21, à la pointe du jour, à la vue de l'île de
Gozo. Le convoi de Civita-Vecchia y était arrivé depuis trois jours.

Le 21 au soir, j'ai envoyé un de mes aides-de-camp pour demander au
grand-maître la faculté de faire de l'eau dans différens mouillages de
l'île. Le consul de la république à Malte vint me porter sa réponse, qui
était un refus absolu, ne pouvant, disait-il, laisser entrer plus de
deux bâtimens de transport à la fois: ce qui, calcul fait, aurait exigé
plus de trois cents jours pour faire de l'eau.

Le besoin de l'armée était urgent et me faisait un devoir d'employer la
force pour m'en procurer.

J'ordonnai à l'amiral Brueys de faire des préparatifs pour la descente.
Il envoya le contre-amiral Blanquet avec son escadre et le convoi de
Civita-Vecchia, pour l'effectuer dans la calle de Marsa-Siroco. Le
convoi de Gênes débarqua à la calle Saint-Paul, celui de Marseille à
l'île de Gozo.

Le général de brigade Lannes, le chef de brigade Marmont, descendirent
à la portée du canon de la place. Le général Desaix fit débarquer
le général Belliard avec la vingt-unième. Il s'empara de toutes les
batteries et de tous les forts qui défendaient la rade et le mouillage
de Marsa-Siroco.

Le 22, à la pointe du jour, nos troupes étaient à terre sur tous les
points, malgré l'obstacle d'une canonnade vive, mais extrêmement mal
exécutée.

Le 22 au soir, la place était investie de tous les côtés, et le reste de
l'île était soumis.

Le général Reynier venait de s'emparer de l'île de Gozo; le général
Baraguey-d'Hilliers de tout le midi de l'île de Malte, après avoir fait
plusieurs chevaliers et deux cents hommes prisonniers. Le général Desaix
était à une portée de pistolet du glacis de la Cottonère et du fort
Riccazoli: il avait aussi fait plusieurs chevaliers prisonniers.

Les malheureux habitans, effrayés au-delà de ce qu'on peut imaginer,
s'étaient réfugiés dans la ville de Malte, qui se trouva par ce moyen
suffisamment garnie de monde.

Pendant toute la soirée du 22, la ville canonna avec la plus grande
activité. Les assiégés voulurent faire une sortie; mais le chef de
brigade Marmont, à la tête de la dix-neuvième, leur enleva le drapeau de
l'ordre.

Le 22, je commençai à faire débarquer l'artillerie. Nous avons peu de
places en Europe aussi fortes et aussi soignées que celle de Malte. Je
ne m'en tins pas aux seuls moyens militaires, et j'entamai différentes
négociations: le résultat en a été heureux.

Le grand-maître m'envoya demander, le 22 au matin, une suspension
d'armes.

J'ai envoyé mon aide-de-camp chef de brigade Junot au grand-maître,
avec la faculté de signer une suspension d'armes, s'il consentait, pour
préliminaires, à négocier de la reddition de la place.

J'envoyai les citoyens Poussielgue et Dolomieu pour sonder les
intentions du grand-maître.

Le 22 à minuit, les chargés de pouvoir du grand-maître vinrent à bord
de l'Orient, où ils conclurent dans la nuit la convention dont je vous
envoie les articles.

À la tête de la députation du grand-maître était le commandeur
Bosredon-Ransigeat, chevalier de la ci-devant langue d'Auvergne, qui, du
moment où il vit que l'on prenait les armes contre nous, a sur-le-champ
écrit au grand-maître que son devoir, comme chevalier de Malte, était
de faire la guerre aux Turcs, et non à sa patrie; qu'en conséquence
il déclarait ne vouloir prendre aucune part à la mauvaise conduite de
l'Ordre dans cette circonstance. Il fut sur-le-champ mis en prison, et
il n'en sortit que pour être chargé de venir négocier.

Hier, 24, nous sommes entrés dans la place, et nous avons pris
possession de tous les forts. Aujourd'hui, à midi, l'escadre y est venue
mouiller.

Je suis extrêmement satisfait de la conduite de l'amiral Brueys, de
l'harmonie et de l'ensemble qui régnent dans toute l'escadre. J'ai
beaucoup à me louer du zèle et de l'activité du citoyen Gantheaume, chef
de division de l'état-major de l'escadre.

Le citoyen Motard, capitaine de frégate, a commandé les chaloupes de
débarquement. C'est un jeune officier d'espérance.

Nous avons trouvé à Malte deux vaisseaux de guerre, une frégate, quatre
galères, douze cents pièces de canon, quinze cents milliers de poudre,
quarante mille fusils, etc. On vous en enverra incessamment l'état.

Je vous envoie copie des différens ordres que j'ai donnés pour
l'établissement du gouvernement dans cette île.

Je vous envoie la liste des Français résidant à Malte, dont la plupart
chevaliers, qui, un mois avant notre arrivée, ont fait des dons pour la
descente en Angleterre.

Je vous prie d'accorder le grade de général de brigade au citoyen
Marmont.



Malte, le 28 prairial an 6 (16 juin 1798).

L'escadre commence à sortir du port; et, le 30, nous comptons être tous
à la voile pour suivre notre destination.

J'ai laissé, pour commander l'île, le général de division Vaubois; c'est
lui qui a commandé le débarquement, et il s'est concilié les habitans de
l'île par sa sagesse et sa douceur.

Le grand-maître part demain pour se rendre à Trieste. Sur les six cent
mille francs que nous lui avons accordés, il laisse ici trois cent mille
francs pour payer ses dettes. Je ferai prévaloir ces trois cent mille
francs sur les terres que nous avons appartenant à l'Ordre.

Je lui ai donné cent mille francs comptant, et le payeur lui a remis
quatre traites sur celui de Strasbourg, de cinquante mille francs
chacune, faisant les deux cent mille francs. Je vous prie d'ordonner
qu'elles soient acquittées.

Toute l'argenterie d'ici, y compris le trésor de Saint-Jean, ne nous
donnera pas un million. Je laisse cet argent pour subvenir aux dépenses
de la garnison et à l'achèvement du vaisseau _le Saint-Jean_.

Vous trouverez ci-joint les noms que j'ai donnés aux deux vaisseaux, à
la frégate et aux galères que nous avons trouvés ici.

Je vous envoie copie de plusieurs ordres que j'ai donnés. Je n'ai rien
oublié de ce qui pouvait nous assurer cette île.

Je vous prie d'y envoyer le reste de la septième demi-brigade
d'infanterie légère, de la quatre-vingtième et de la vingt-troisième.
Cette dernière est en Corse.

Nous avons besoin ici d'un bon corps de troupes. Rien n'égale
l'importance de cette place. Elle est soignée et dans le meilleur état;
mais les fortifications sont très-étendues.

Je vous prie de faire rejoindre tous les hommes de nos demi-brigades qui
sont restés en arrière: cela se monte à plusieurs milliers. Malte aurait
besoin aussi de quatre compagnies d'artillerie à pied.

J'ai fait embarquer comme matelots tous les esclaves turcs qui étaient
ici: ils nous seront utiles.

Le nombre des chevaliers de Malte français se monte à trois cents. Une
partie ayant plus de soixante ans pourra rester ici. J'emmène avec moi
tout ce qui avait moins de trente ans. Le reste se rend à Antibes,
afin que ceux qui n'ont pas porté les armes contre la France puissent
rentrer, conformément à l'article 3 de la capitulation.

Malte, le 29 prairial an 6 (17 juin 1798).

Du moment que le convoi de Civita-Vecchia nous a joints, j'ai été
instruit que les ordres que vous aviez donnés pour arrêter les
instigateurs des troubles de Rome n'avaient pas été exécutés, et que
tous les officiers avaient donné leur parole d'honneur de ne pas
souffrir leur arrestation; ce qui avait obligé le général Saint-Cyr à se
relâcher de l'exécution de vos ordres. J'ai sur-le-champ fait
arrêter quatre officiers du septième de hussards, et quatre de la
soixante-unième, qui sont désignés par les chefs comme les principaux
meneurs. Je les ai destitués et renvoyés en France, comme indignes de
servir dans les troupes de la république. N'ayant pas le temps de faire
faire leur procès, j'ordonne qu'on les tienne au fort Lamalgue, jusqu'à
ce qu'on ait reçu vos ordres.



Malte, le 29 prairial an 6 (17 juin 1798).

Je vous envoie l'original du traité que venait de conclure l'ordre de
Malte avec la Russie. Il n'y avait que cinq jours qu'il était ratifié,
et le courrier, qui est le même que celui que j'ai arrêté, il y a deux
ans, à Ancône, n'était pas encore parti. Ainsi, sa majesté l'empereur de
Russie nous doit des remercimens, puisque l'occupation de Malte épargne
à son trésor quatre cent mille roubles. Nous avons mieux entendu que
lui-même les intérêts de sa nation.

Cependant, si son but avait été de préparer les voies pour s'établir
dans le port de Malte, sa majesté aurait dû, ce me semble, faire les
choses un peu plus en secret, et ne pas mettre ses projets tant à
découvert. Mais enfin, quoi qu'il en soit, nous avons, dans le centre de
la Méditerranée, la place la plus forte de l'Europe, et il en coûtera
cher à ceux qui nous en délogeront.



Malte, le 30 prairial an 6 (18 juin 1798).

Le général Baraguey-d'Hilliers vous porte le grand drapeau de l'Ordre et
ceux de plusieurs des régimens de Malte.

La santé de cet officier l'obligeait de retourner à Paris.

Le général Baraguey-d'Hilliers s'est conduit toujours avec distinction à
l'armée d'Italie, et s'est fort bien acquitté des différentes missions
que je lui ai confiées.



Malte, le 30 prairial an 6 (18 juin 1798).

Je vous envoie copie de nouveaux ordres pour l'organisation de l'île.
Vous en trouverez, entre autres, un pour l'instruction publique.

Je vous prie d'envoyer ici trois élèves de l'école polytechnique, qui
pourront vous être désignés par le citoyen Guyton.

Le premier montrera l'arithmétique et la géométrie descriptive; le
second l'algèbre; le troisième la mécanique et la physique. Ils seront
logés et bien payés.

Vous trouverez aussi ci-joint plusieurs des meilleures vues de l'île de
Malte.

Je vous envoie une galère en argent. Cest le modèle de la première
galère qu'a eue l'ordre de Rhodes: ainsi cela est curieux par son
ancienneté.

Je vous envoie un surtout de table venant de Chine. Il servait au
grand-maître dans les grandes cérémonies; il est assez bien travaillé.



Malte, le 30 prairial an 6 (18 juin 1798).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

ART. 1er. Le général Vaubois fera déporter à Rome, sous quarante-huit
heures, les consuls d'Angleterre et de Russie.

2. Si ces deux consuls sont naturels du pays, la déportation sera d'une
année, au bout de laquelle ils pourront rentrer, si la république
française n'a pas a se plaindre d'eux.

BONAPARTE.



À bord de _l'Orient_, le 3 messidor an 6 (21 juin 1798).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

ART. 1. Tout individu de l'armée qui aura pillé ou violé, sera fusillé.

2. Tout individu de l'armée qui, de son chef, mettra des contributions
sur les villes, villages, sur les individus, ou commettra des extorsions
de quelque genre que ce soit, sera fusillé.

3. Lorsque des individus d'une division auront commis du désordre dans
une contrée, la division entière en sera responsable; si les coupables
sont connus, le général de division les fera fusiller; s'ils sont
inconnus, le général de division préviendra à l'ordre que l'on ait à
lui faire connaître les coupables, et, s'ils restent inconnus, il sera
retenu, sur le prêt de la division, la somme nécessaire pour indemniser
les habitans de la perte qu'ils auront soufferte.

4. Lorsque des individus d'un corps auront commis du désordre dans une
contrée, le corps entier en sera responsable; si le chef a connaissance
des coupables, il les dénoncera au général de division qui les fera
fusiller; s'ils sont inconnus, le chef fera battre à l'ordre pour qu'on
les lui fasse connaître; et s'ils continuent à être inconnus, il sera
retenu sur le prêt du corps, la somme nécessaire pour indemniser les
habitans de la perte qu'ils auront soufferte.

5. Aucun individu de l'armée n'est autorisé à faire des réquisitions
ni lever des contributions, que muni d'une instruction du commissaire
ordonateur en chef, en conséquence d'un ordre du général en chef.

6. Dans le cas d'urgence, comme il arrive souvent à la guerre, si le
général en chef et le commissaire ordonnateur en chef se trouvaient
éloignés d'une division, le général de division enverra sur-le-champ
copie au général en chef de l'autorisation qu'il aura donnée, et le
commissaire des guerres enverra une copie au commissaire ordonnateur en
chef des objets qu'il aura requis.

7. Il ne pourra être requis que des choses nécessaires aux soldats, aux
hôpitaux, aux transports et à l'artillerie.

8. Une fois la réquisition frappée, les objets requis doivent être remis
aux agens des différentes administrations qui doivent en donner des
reçus, et en recevoir de ceux à qui ils les distribueront, afin d'avoir
leur comptabilité en matière, en règle. Ainsi, dans aucun cas, les
officiers et soldats ne doivent recevoir directement des objets requis.

9. Tout l'argent et matières d'or et d'argent provenant des
réquisitions, des contributions et de tout autre événement, doit, sous
douze heures, se trouver dans la caisse du payeur de la division, et
dans le cas que celui-ci soit éloigné, il sera versé dans la caisse du
quartier-maître du corps.

10. Dans les places où il y aura un commandant, aucune réquisition ne
pourra être faite sans qu'auparavant, le commissaire des guerres n'ait
fait connaître au commandant de la place, en vertu de quel ordre cette
réquisition est frappée; le commandant de la place devra sur-le-champ en
instruire l'état-major général.

11. Ceux qui contreviendraient aux articles 5, 6, 7, 8, 9 et 10, seront
destitués et condamnés à deux années de fers.

12. Le général en chef ordonne au général chef de l'état-major, aux
généraux, au commissaire-ordonnateur en chef, de tenir la main à
l'exécution du présent ordre, son intention n'étant pas que les fonds de
l'armée deviennent le profit de quelques individus; ils doivent tourner
à l'avantage de tous.

BONAPARTE.



À bord de _l'Orient_, le 10 messidor an 6 (28 juin 1798).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

Art. 1er. L'amiral aura la partie des ports et côtes des pays occupés
par l'armée. Tous les réglemens qu'il fera, et ordres qu'il donnera,
auront leur exécution.

2. Les ports de Malte et d'Alexandrie seront organisés conformément aux
réglemens que fera l'amiral, ainsi que ceux de Corfou et de Damiette.

3. Le citoyen Leroy remplira les fonctions d'ordonnateur à Alexandrie;
le citoyen Vavasseur, celles de directeur de l'artillerie.

4. Les agens de l'administration des ports et rades des pays occupés par
l'armée, correspondront avec l'ordonnateur Leroy de qui ils recevront
directement des ordres.

5. Toutes les munitions navales qui seront trouvées dans les pays
conquis par l'armée, seront mises dans les magasins des ports.

6. Les classes pour les matelots seront établies à Malte, en Egypte et
dans les îles de la mer Ionienne.

Tous les matelots ayant moins de trente ans, seront requis pour
l'escadre.

7. La marine n'aura aucun hôpital particulier; elle se servira des
hôpitaux de l'armée de terre.

BONAPARTE.



À bord de _l'Orient_, le 10 messidor an 6 (28 juin 1798).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

ART. 1er. Il ne sera rien débarqué des bâtimens de transports et des
convois que sur l'ordre de l'amiral, et en conséquence des réglemens
qu'il fera.

2. Les bâtimens seront réduits au frêt de 18 fr. le tonneau par mois,
pour ceux de cent tonneaux, et de 16 f. pour ceux au-dessus.

3. Les bâtimens hors de service, et qui ne seront pas jugés capables
de retourner en Europe, seront évalués et dépecés pour le service de
l'escadre.

4. Il sera fait trois états des bâtimens du convoi.

1°. De ceux au-dessus de cent tonneaux.

2°. De ceux au-dessus de deux cents.

3°. De ceux au-dessus.

On spécifiera la nation dont ils sont.

5. Tous les matelots français qui sont à bord des bâtimens du convoi,
seront pris pour la flotte.

Il sera pris des matelots égyptiens pour les convois.

6. Tout bâtiment qui s'en retournera en Europe, ne pourra avoir que le
nombre de matelots qui lui est nécessaire, de quelque nation qu'il soit.
Le surplus sera mis à bord de l'escadre.

7. Les bâtimens du convoi, les équipages sont sous les ordres de
l'amiral. Il fera tous les réglemens qu'il jugera nécessaires pour le
bien de l'armée.

BONAPARTE.



À bord de _l'Orient_, le 11 messidor an 6 (19 juin 1798).

Bonaparte, général en chef.

En conséquence de l'autorisation spéciale du Directoire exécutif, et
voulant reconnaître les services du citoyen Mesnard, commissaire de la
marine:

Le nomme contrôleur de la marine pour prendre rang avec ceux des grands
ports.

BONAPARTE.



À bord de _l'Orient_, le 12 messidor an 6 (30 juin 1798).

PROCLAMATION.

Soldats!

Vous allez entreprendre une conquête dont les effets sur la civilisation
et le commerce du monde sont incalculables. Vous porterez à l'Angleterre
le coup le plus sûr et le plus sensible, en attendant que vous puissiez
lui donner le coup de mort.

Nous ferons quelques marches fatigantes; nous livrerons plusieurs
combats; nous réussirons dans toutes nos entreprises; les destins sont
pour nous. Les beys mameloucks, qui favorisent exclusivement le commerce
anglais, qui ont couvert d'avanies nos négocians, et qui tyrannisent
les malheureux habitans des bords du Nil, quelques jours après notre
arrivée, n'existeront plus.

Les peuples avec lesquels nous allons vivre sont mahométans; leur
premier article de foi est celui-ci: «il n'y a pas d'autre Dieu que
Dieu, et Mahomet est son prophète». Ne les contredisez pas; agissez avec
eux comme nous avons agi avec les juifs, avec les Italiens; ayez les
égards pour leurs muphtis et leurs imans, comme vous en avez eu pour les
rabbins et les évêques; ayez pour les cérémonies que prescrit l'alcoran,
pour les mosquées, la même tolérance que vous avez eue pour les couvens,
pour les synagogues, pour la religion de Moïse et celle de Jésus-Christ.

Les légions romaines protégeaient toutes les religions. Vous trouverez
ici des usages différens de ceux de l'Europe: il faut vous y accoutumer.

Les peuples chez lesquels nous allons entrer traitent les femmes
différemment que nous; mais, dans tous les pays, celui qui viole est un
monstre.

Le pillage n'enrichit qu'un petit nombre d'hommes; il nous déshonore; il
détruit nos ressources; il nous rend ennemis des peuples qu'il est de
notre intérêt d'avoir pour amis.

La première ville que nous allons rencontrer a été bâtie par Alexandre:
nous trouverons à chaque pas de grands souvenirs, dignes d'exciter
l'émulation des Français.

BONAPARTE.



À bord de _l'Orient_, le 12 messidor an 6 (30 juin 1798).

Au pacha d'Egypte.

Le directoire exécutif de la république française s'est adressé
plusieurs fois a la sublime Porte pour demander le châtiment des beys
d'Egypte, qui accablaient d'avanies les commerçans français.

Mais la sublime Porte a déclaré que les beys, gens capricieux et avides,
n'écoutaient pas les principes de la justice, et que non-seulement elle
n'autorisait pas les outrages qu'ils faisaient à ses bons et anciens
amis les Français, mais que même elle leur ôtait sa protection.

La république française s'est décidée à envoyer une puissante armée
pour mettre fin aux brigandages des beys d'Egypte, ainsi qu'elle a été
obligée de le faire plusieurs fois dans ce siècle, contre les beys de
Tunis et d'Alger.

Toi qui devrais être le maître des beys, et que cependant ils tiennent
au Caire sans autorité et sans pouvoir, tu dois voir mon arrivée avec
plaisir.

Tu es sans doute déjà instruit que je ne viens point pour rien faire
contre l'Alcoran, ni le sultan. Tu sais que la nation française est la
seule et unique alliée que le sultan ait en Europe.

Viens donc à ma rencontre, et maudis avec moi la race impie des beys.

BONAPARTE.



À bord de _l'Orient_, le 12 messidor an 6 (30 juin 1798).

_Au commandant de la Caravelle._

Les beys ont couvert nos commercans d'avanies; je viens en demander
réparation.

Je serai demain dans Alexandrie; vous ne devez avoir aucune inquiétude;
vous appartenez à notre grand ami le sultan: conduisez-vous en
conséquence; mais si vous commettez la moindre hostilité contre l'armée
française, je vous traiterai en ennemi, et vous en serez cause, car cela
est loin de mon intention et de mon coeur.

BONAPARTE.



Alexandrie, le 13 messidor an 6 (1er juillet 1798).

PROCLAMATION.

Depuis trop long-temps les beys qui gouvernent l'Egypte insultent à la
nation française, et couvrent ses négocians d'avanies: l'heure de leur
châtiment est arrivée.

Depuis trop long-temps ce ramassis d'esclaves achetés dans le Caucase et
la Géorgie tyrannisent la plus belle partie du monde; mais Dieu, de qui
dépend tout, a ordonné que leur empire finît.

Peuples de l'Egypte, on vous dira que je viens pour détruire votre
religion; ne le croyez pas: répondez que je viens vous restituer
vos droits, punir les usurpateurs, et que je respecte, plus que les
mameloucks, Dieu, son prophète, et le Koran.

Dites-leur que tous les hommes sont égaux devant Dieu: la sagesse, les
talens et les vertus mettent seuls de la différence entre eux.

Or, quelle sagesse, quels talens, quelles vertus distinguent les
mameloucks, pour qu'ils aient exclusivement tout ce qui rend la vie
aimable et douce?

Y a-t-il une belle terre? elle appartient aux mameloucks. Y a-t-il une
belle esclave, un beau cheval, une belle maison? cela appartient aux
mameloucks.

Si l'Egypte est leur ferme, qu'ils montrent le bail que Dieu leur en a
fait. Mais Dieu est juste et miséricordieux pour le peuple; tous les
Egyptiens sont appelés à gérer toutes les places: que les plus sages,
les plus instruits, les plus vertueux gouvernent; et le peuple sera
heureux.

Il y avait jadis parmi vous de grandes villes, de grands canaux,
un grand commerce: qui a tout détruit, si ce n'est l'avarice, les
injustices et la tyrannie des mameloucks?

Qadhys, cheykhs, Imâms, thcorbâdjys, dites au peuple que nous sommes
aussi de vrais Musulmans. N'est-ce pas nous qui avons détruit le pape,
qui disait qu'il fallait faire la guerre aux Musulmans? N'est-ce pas
nous qui avons détruit les chevaliers de Malte, parce que ces insensés
croyaient que Dieu voulait qu'ils fissent la guerre aux Musulmans?
N'est-ce pas nous qui avons été dans tous les temps les amis du
grand-seigneur (que Dieu accomplisse ses desseins), et l'ennemi de ses
ennemis? Les mameloucks au contraire ne sont-ils pas toujours révoltés
contre l'autorité du grand-seigneur, qu'ils méconnaissent encore? Ils ne
font que leurs caprices.

Trois fois heureux ceux qui seront avec nous! Ils prospéreront dans leur
fortune et leur rang. Heureux ceux qui seront neutres! Ils auront le
temps de nous connaître, et ils se rangeront avec nous.

Mais malheur, trois fois malheur, à ceux qui s'armeront pour les
mameloucks, et combattront contre nous: il n'y aura pas d'espérance pour
eux; ils périront.

ART. 1er. Tous les villages, situés dans un rayon de trois lieues
des endroits où passera l'armée, enverront une députation au général
commandant les troupes, pour le prévenir qu'ils sont dans l'obéissance,
et qu'ils ont arboré le drapeau de l'armée (blanc, bleu et rouge.)

2. Tous les villages qui prendraient les armes contre l'armée seront
brûlés.

3. Tous les villages qui se seront soumis à l'armée mettront, avec le
pavillon du grand-seigneur notre ami, celui de l'armé.

4. Les cheykhs feront mettre les scellés sur les biens, maisons,
propriétés qui appartiennent aux mameloueks, et auront soin que rien ne
soit détourné.

5. Les cheykhs, les qadhys et les Imams, conserveront les fonctions
de leurs places; chaque habitant restera chez lui et les prières
continueront comme à l'ordinaire. Chacun remerciera Dieu de la
destruction des mameloucks, et criera: gloire au sultan, gloire à
l'armée française, son amie! malédiction aux mameloucks et bonheur au
peuple d'Egypte!

BONAPARTE.



Alexandrie, le 25 messidor an 6 (3 juillet 1798).

Dans la circonstance où se trouve l'armée, il est indispensable de
prendre des dispositions telles que l'escadre puisse manoeuvrer selon
les événemens qui peuvent survenir, et se trouver à l'abri des forces
supérieures que pourraient avoir les Anglais dans ces mers; le général
en chef ordonne, en conséquence, les dispositions suivantes:

ART. 1er. L'amiral Brueys fera entrer, dans la journée de demain, son
escadre dans le port vieux d'Alexandrie, si le temps le permet et s'il y
a le fond nécessaire.

2. S'il n'y avait pas dans ce port le fond nécessaire pour mouiller,
il prendra des mesures telles, que dans la journée de demain, il ait
débarqué l'artillerie et autres effets de terre, ainsi que tous les
individus composant l'armée de terre, en gardant seulement cent hommes
par vaisseau de guerre et quarante par frégate, ayant soin qu'il ne se
trouve parmi les troupes ni grenadiers ni carabiniers.

3. Il enverra à terre le citoyen Ganteaume, chef de l'état-major de
l'escadre, pour présider et vérifier lui-même l'opération de la sonde du
port, et, dans le cas où il n'y aurait pas le fond nécessaire pour que
l'escadre puisse mouiller, pour accélérer le débarquement des individus
et objets qui sont à bord de l'escadre. Mais, vu le peu de ressource
qu'il y a dans ce port, l'amiral ne peut compter que sur les
embarcations.

4. _Le Dubois_ et _le Causse_ entreront dans le port.

5. Le citoyen Perrée, chef de division, avec les deux galères, les
bombardes et les différentes chaloupes canonnières et avisos se rendra
dans le port d'Alexandrie; le général en chef lui fera passer des
instructions pour seconder avec ses forces, les opérations de l'armée de
terre.

6. Le citoyen Leroy et le citoyen Vavasseur, avec les employés,
officiers de la marine et tous les ouvriers que l'escadre pourra
fournir, se rendront également à Alexandrie pour y former un
établissement maritime.

7. L'amiral fera, dans la journée de demain, connaître au général
en chef, par un rapport, si l'escadre peut entrer dans le port
d'Alexandrie, ou si elle peut se défendre, embossée dans la rade
d'Aboukir, contre une escadre ennemie supérieure; et dans le cas où ni
l'un ni l'autre ne pourraient s'exécuter, il devra partir pour Corfou,
l'artillerie débarquée, laissant à Alexandrie _le Dubois_, _le Causse_,
tous les effets nécessaires pour les armer en guerre; _la Diane_, _la
Junon_, _l'Alceste_, _l'Arthémise_, toute la flottille légère, et toutes
les frégates armées en flûte, avec ce qui est nécessaire, pour leur
armement.

8. Si l'ennemi paraissait avec des forces très-supérieures, dans le cas
où l'amiral ne pût entrer, ni à Alexandrie, ni au Beckier, la flotte se
retirerait également à Corfou où l'amiral prendrait toutes les mesures
pour exécuter les dispositions de l'article septième.

BONAPARTE.



Alexandrie, le 15 messidor an 6 (3 juillet 1798).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

ART 1er. Tous les blés et autres comestibles et bois nécessaires à
l'armée, qui se trouvent sur les bâtimens qui sont dans l'un ou l'autre
port, seront sur-le-champ débarqués. L'inventaire en sera fait, et
lesdits vivres seront achetés à des particuliers des nations qui ne
seront pas ennemies de la France.

2. Tous les bâtimens de guerre qui appartiendraient aux mameloucks ou à
des nations ennemies de la France, seront confisqués.

3. Le scellé sera mis sur toutes les maisons et autres propriétés des
mameloucks.

4. Toutes les marchandises qui sont à la Douane, appartenant aux
mameloucks ou à des sujets des nations ennemies de la France, qui sont
la Russie, l'Angleterre et le Portugal, seront confisquées.

L'ordonnateur en chef nommera une commission de trois personnes
spécialement chargées de faire les recherches, les inventaires, et
même les évaluations. Elle remettra aux commissaires des guerres les
différens objets à la disposition des diverses administrations.

BONAPARTE.



Alexandrie, le 15 messidor an 6 (3 juillet 1798).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

ART. 1er. Demain à midi, il se tiendra un conseil chez le général
du génie, composé du commissaire-ordonnateur en chef, du général
d'artillerie, du commandant de la place, du citoyen Dumanoir, commandant
du port, et de l'ordonnateur Leroy: l'officier du génie, chargé du
casernement, fera les fonctions de secrétaire.

2. On établira dans ce conseil les emplacemens qui doivent être donnés
pour les différens services.

3. Pour l'artillerie: l'arsenal de construction, les magasins à poudre,
le parc, le logement du personnel. Il faudrait que tout cela fût à peu
près réuni dans un même endroit.

4. Le logement du personnel: un petit atelier de construction et
quelques magasins pour les outils.

5. Pour le service de l'ordonnateur: différens magasins pour les vivres
et autres parties de l'administration, au moins douze fours, des
hôpitaux.

6. Pour la place et le service des troupes: le logement des officiers de
l'état-major, un cachot, deux prisons, une pour les gens du pays, une
pour les militaires.

Pour la marine: les lazarets, l'arsenal, le logement du personnel.

8. On fera une organisation particulière pour les différentes parties.

Pour le fort du Phare, pour le grand fort, pour le pharillon, pour le
fort d'Aboukir, pour le Marabou.

BONAPARTE.



Alexandrie, le 15 messidor an 6 (3 juillet 1798).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

ART 1er. Tous les matelots turcs qui étaient esclaves à Malte et qui ont
été mis en liberté, et qui sont de Syrie, des îles de l'Archipel ou du
Bey de Tripoli, seront sur-le-champ mis en liberté.

2. L'amiral les fera débarquer demain à Alexandrie, d'où l'état-major
leur donnera des passeports pour se rendre chez eux, et des
proclamations en arabe.

BONAPARTE.



Alexandrie, le 15 messidor an 6 (3 juillet 1798).

_À l'ordonnateur Najac._

Nous sommes arrivés, citoyen ordonnateur, à Alexandrie, après
différentes opérations militaires. Nous avons déjà fait divers
établissemens militaires. Nous sommes maîtres d'Alexandrie, de Rosette
et de Damanhour, qui sont trois grandes villes éloignées de douze
lieues.

Nous avons bien besoin que le second convoi que vous préparez nous
arrive promptement. Faites, je vous prie, imprimer un écrit dans nos
différens ports de la Provence et du Languedoc, et même au consul de
Gênes, pour engager tous les négocians à nous envoyer à Alexandrie des
chargemens de vin et d'eau-de-vie qui seront payés, soit en marchés
d'échange, soit en argent comptant. Les négocians ne doivent avoir
désormais aucune inquiétude, puisque le port de Malte leur offre une
retraite aussi sûre que commode.

Notre premier soin a été d'établir ici un lazaret auquel nous avons
donné la même organisation qu'à celui de Marseille. Ainsi, dès ce
moment, il n'y a plus rien à craindre de la peste qui, heureusement dans
ce moment-ci, n'existe plus ni à Alexandrie, ni à Rosette, ni dans aucun
endroit de l'Égypte.

Je vous recommande de nouveau de nous envoyer promptement tout ce qui
est de la suite de l'armée.

BONAPARTE.



Alexandrie, le 17 messidor an 6 (5 juillet 1798).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

ART 1er. Les noms de tous les hommes de l'armée française qui ont été
tués a la prise d'Alexandrie, seront gravés sur la colonne de Pompée.

2. Ils seront enterrés au pied de la colonne. Les citoyens Costas et
Dutertre feront un plan qu'ils me présenteront pour l'exécution du
présent ordre.

3. Cela sera mis à l'ordre de l'armée.

4. L'état-major remettra à cette commission l'état des noms des hommes
tués à la prise d'Alexandrie.

BONAPARTE.



Alexandrie, le 17 messidor an 6 (5 juillet 1798).

_Au citoyen Ferrée._

Vous ferez partir de suite tous les bâtimens de votre flottille qui ne
tirent que quatre ou cinq pieds d'eau. Vous en donnerez le commandement
à l'officier qui aura votre confiance. Il se rendra à Aboukir; il
mettra embargo sur tous les bâtimens qui pourraient s'y trouver. Il
correspondra avec le commandant du fort, pour savoir si la division
Dugua est passée, et se mettra sur-le-champ en marche pour arriver au
bord du Nil par la Barre, et se portera à Rosette.

Un de ces bâtimens fera sonder l'embouchure, et y restera pour la
désigner aux bâtimens qui arriveront après.

Les bâtimens arrivés de Rosette seront à la disposition du général
Dugua.

Vous partirez le plus tôt possible avec le reste de votre flottille.
Vous laisserez deux avisos ici, à la disposition du général Dumanoir.

Quand vous serez à l'embouchure du Nil, vous ferez entrer tous les
bâtimens que vous pourrez, en vous servant de tous les moyens que vous
suggéreront vos connaissances et votre expérience.

Vous laisserez cependant deux de vos plus grands bâtimens en dehors,
que vous enverrez croiser au canal de Damiette, avec ordre d'amener à
l'escadre, mouillée au Beckier, tous les bâtimens qui voudraient sortir
du Nil. Vous leur recommanderez de respecter les pêcheurs et les
djermes, de leur faire beaucoup d'honnêtetés, et leur donner des
proclamations dont je vous envoie ci-joint une trentaine d'exemplaires.

BONAPARTE.



Alexandrie, le 18 messidor an 6 (6 juillet 1798)

_Au directoire exécutif._

L'armée est partie de Malte le 1er messidor, et est arrivée le 13, à la
pointe du jour devant Alexandrie. Une escadre anglaise que l'on dit être
très-forte, s'y était présentée trois jours avant et avait remis un
paquet pour les Indes.

Le vent était grand frais, et la mer très-houleuse. Cependant je crus
devoir débarquer de suite; la journée se passa à faire les préparatifs
du débarquement. Le général Menou, à la tête de sa division, débarqua le
premier près du Marabou, à une lieue et demie d'Alexandrie.

Je débarquai avec le général Kléber, et une autre partie des troupes, à
onze heures du soir. Nous nous mîmes sur-le-champ en marche pour nous
porter sur Alexandrie; nous aperçûmes à la pointe du jour la colonne de
Pompée. Un corps de mameloucks et arabes commençait à escarmoucher avec
nos avant-postes; mais nous nous portâmes rapidement, la division du
général Bon à la droite, celle du général Kléber au centre, et celle
du général Menou à la gauche, sur les différens points d'Alexandrie.
L'enceinte de la ville des Arabes était garnie de monde; le général
Kléber partit de la colonne de Pompée, pour escalader la muraille; dans
le temps que le général Bon forçait la porte de Rosette, le général
Menou bloquait le château triangulaire avec une partie de sa division,
se portait avec le reste sur une autre partie de l'enceinte, et la
forçait. Il entra le premier dans la place; il y reçut six blessures
dont heureusement aucune n'est dangereuse.

Le général Kléber, au pied de la muraille, désignait l'endroit où il
voulait que ses grenadiers montassent; mais il reçut une balle au front
qui le jeta par terre; sa blessure, quoique très-grave, n'est pas
mortelle; les grenadiers de sa division en doublèrent de courage et
entrèrent dans la place. La quatrième demi-brigade, commandée par le
général Marmont, enfonça à coups de hache la porte de Rosette, et toute
la division du général Bon entra dans l'enceinte des Arabes.

Le citoyen Mars, chef de brigade en second de la trente-deuxième, a été
tué, et l'adjudant général l'Escalle dangereusement blessé.

Maîtres de l'enceinte des Arabes, les ennemis se réfugièrent dans le
fort triangulaire, dans le Phare et dans la nouvelle ville. Chaque
maison était pour eux une citadelle; mais avant la fin de la journée la
ville fut calme, les deux châteaux capitulèrent, et nous nous
trouvâmes entièrement maîtres de la ville, des forts et des deux ports
d'Alexandrie.

Pendant ce temps-là les Arabes du désert étant accourus par pelotons de
30 à 50 hommes, inondaient nos derrières et tombaient sur nos traînards.
Ils n'ont cessé de nous harceler pendant deux jours; mais hier je suis
parvenu à conclure avec eux un traité, non-seulement d'amitié, mais même
d'alliance: treize des principaux chefs sont venus hier chez moi; je
m'assis au milieu d'eux et nous eûmes une très-longue conversation.
Après être convenus de nos articles, nous nous sommes réunis autour
d'une table et nous avons voué au feu de l'enfer celui de moi ou d'eux
qui violerait nos conventions, consistantes:

Eux à ne plus harceler nos derrières, à me donner tous les secours qui
dépendraient d'eux, et à me fournir le nombre d'hommes que je leur
demanderais pour marcher contre les mameloucks.

Moi à leur restituer, quand je serai maître de l'Égypte, les terres qui
leur avaient appartenu jadis.

Les prières se font, dans les Mosquées, comme à l'ordinaire, et ma
maison est toujours pleine des imans ou cadis, des scheicks, des
principaux du pays, des muphtis ou chefs de la religion.

Cette nation-ci n'est rien moins que ce que l'ont peinte les voyageurs
et les faiseurs de relations, elle est calme, fière et brave.

Le port vieux d'Alexandrie peut contenir une escadre aussi nombreuse
qu'elle soit; mais il y a un point de la passe où il n'y a que cinq
brasses d'eau, ce qui fait penser aux marins qu'il n'est pas possible
que les vaisseaux de 74 y entrent.

Cette circonstance contrarie singulièrement mes projets; les vaisseaux
de construction Vénitienne pourront y entrer, et déjà _le Dubois_ et _le
Causse_ y sont.

L'escadre sera aujourd'hui à Aboukir, pour achever de débarquer
l'artillerie qu'elle a à nous.

La division du général Desaix est arrivée à Damanhour après avoir
traversé quatorze lieues dans un désert aride, où elle a été bien
fatiguée; celle du général Reynier doit y arriver ce soir.

La division du général Dugua est à Rosette; le chef de division Ferrée
commande notre flottille légère, et va chercher à faire remonter le Nil
par une partie de ses bâtimens.

Je vous demande le grade de contre-amiral pour le citoyen Gantheaume,
chef de l'état-major de l'escadre, officier du plus grand mérite, aussi
distingué par son zèle que par son expérience et ses connaissances.

J'ai nommé le citoyen Leroi, ordonnateur de la marine à Alexandrie.

J'ai fait dans l'armée différens avancemens dont je vous enverrai l'état
dès que l'armée aura pris un peu d'assiette.

Nous avons eu à la prise d'Alexandrie trente ou quarante hommes tués, et
quatre-vingts à cent blessés.

Je vous demande le grade de chef d'escadron pour le citoyen Sulkowski,
qui est un officier du plus grand mérite, et qui a été deux fois culbuté
de la brèche.

BONAPARTE.



Alexandrie, le 18 messidor an 6 (8 juillet 1798).

_Au chargé d'affaires à Constantinople._

Je vous envoie une dépêche que je vous ai écrite à bord de _l'Orient_.

L'armée est arrivée: elle a débarqué près d'Alexandrie et s'est emparée
de cette ville après quelques fusillades.

Nous sommes en pleine marche sur le Caire.

Vous devez convaincre la Porte de notre ferme résolution de continuer à
vivre en bonne intelligence avec elle.

Un ambassadeur vient d'être nommé pour s'y rendre, et il ne tardera pas
à y arriver.

Je désire que vous répondiez le plus tôt possible à ces différentes
lettres et que vous m'en accusiez la réception.

BONAPARTE.



Giza, le 4 thermidor an 6 (22 juillet 1798).

_Au pacha d'Égypte._

Je suis très-fâché de la violence que vous a faite Ibrahim, en vous
forçant à quitter le Caire pour le suivre. Si vous en êtes le maître,
revenez dans cette ville; vous y jouirez de la considération et du rang
dus au représentant de notre ami le sultan.

Je vous ai écrit d'Alexandrie la lettre ci-jointe (en date du ...), et
j'ai chargé le commandant de la caravelle de vous la faire remettre, et
je suis assuré que vous ne l'avez pas reçue. Par la Grâce de Dieu, de
qui tout dépend, les mameloucks ont été détruits. Soyez assuré que les
mêmes armes que nous avons rendues victorieuses, seront toujours à la
disposition du sultan. Que le ciel comble ses désirs contre ses ennemis!

BONAPARTE.



Giza, le 4 thermidor an 6 (22 juillet 1798).

_Aux scheicks et notables du Caire._

Vous verrez, par la proclamation ci-jointe, les sentimens qui m'animent.

Hier, les mameloucks ont été pour la plupart tués ou faits prisonniers,
et je suis à la poursuite du peu qui reste encore.

Faites passer de mon côté les bateaux qui sont sur votre rive,
envoyez-moi une députation pour faire connaître votre soumission.

Faites préparer du pain, de la viande, de la paille et de l'orge pour
mon armée, et soyez sans inquiétude, car personne ne désire plus
contribuer à votre bonheur que moi.

BONAPARTE.



Giza, le 4 thermidor an 6 (22 juillet 1798).

_Proclamation jointe à la précédente._

Peuple du Caire, je suis content de votre conduite: vous avez bien fait
de ne pas prendre parti contre moi; je suis venu pour détruire la race
des mameloucks, protéger le commerce et les naturels du pays. Que tous
ceux qui ont peur se tranquillisent; que ceux qui se sont éloignés
rentrent dans leurs maisons; que la prière ait lieu comme à l'ordinaire,
comme je veux qu'elle continue toujours. Ne craignez rien pour vos
familles, vos maisons, vos propriétés, et surtout pour la religion du
prophète, que j'aime. Comme il est urgent qu'il y ait des hommes chargés
de la police, afin que la tranquillité ne soit pas troublée, il y aura
un divan composé de sept personnes qui se réuniront à la mosquée de Ver.
Il y en aura toujours deux près du commandant de la place, et quatre
seront occupées à maintenir la tranquillité publique et à veiller à la
police.

BONAPARTE.



Giza, le 4 thermidor an 6 (22 juillet 1798).

_Au général Desaix._

L'état-major a dû vous donner l'ordre, citoyen général, de vous porter
avec votre division à deux lieues en avant de Giza, en suivant les bords
du Nil. Vous emploierez la journée de demain, 6 thermidor, à choisir un
emplacement qui ne soit pas, lors de la crue du Nil, inondé, et qui,
cependant, soit près du Nil.

Mon intention est que ce point soit retranché par trois redoutes formant
le triangle, et se flanquant entre elles.

Chacune de ces redoutes devra pouvoir être défendue par quatre-vingt-dix
hommes, deux canonniers, et deux petites pièces de canon.

Lorsque ces redoutes seront achevées, elles seront réunies entre elles
par trois bons fossés, qui formeront les courtines, et de manière à ce
que ce triangle puisse contenir toute votre division et lui servir de
camp retranché.

Le général du génie a ordre d'envoyer un officier supérieur du génie
pour tracer ces ouvrages, et vous laisserez un officier du génie de
votre division et tous vos sapeurs, et vous prendrez même à la journée
le plus de paysans que vous pourrez pour pousser vivement la confection
desdits travaux.

Le général d'artillerie a ordre d'y envoyer six pièces de canon pour les
trois redoutes, et deux pièces de 24 pour faire une batterie qui domine
la navigation du Nil.

Vous donnerez l'ordre au général Belliard d'envoyer des espions, et de
pousser souvent des reconnaissances au loin pour connaître ce que font
les mameloucks, et d'envoyer des lettres jusqu'à cinq et six lieues en
remontant le Nil, en répandant des proclamations, et en exigeant que les
villages envoient des députés pour prêter le serment d'obéissance.

Le 8 à la pointe du jour, si toutes ces opérations sont finies, vous
vous en retournerez avec le reste de votre division à Giza, où vous
recevrez de nouveaux ordres.

Vous ferez connaître au général Belliard que, dès l'instant que les
trois redoutes seront susceptibles de quelque défense, et qu'il croira
suffisant d'y laisser un bataillon, il vous en fera part et je lui
enverrai l'ordre de rejoindre sa division.

Vous ordonnerez à l'autre officier du génie de votre division de faire
un croquis à la main de tout le pays, depuis Giza jusqu'à la position
que vous choisirez, et aux Pyramides, où est l'avant-garde du général
Dugua. Il aura soin de bien placer les villages, et de spécifier
particulièrement ceux qui sont habités par les Arabes.

BONAPARTE.



Giza, le 5 thermidor an 6 (23 juillet 1798).

_Au pacha du Caire._

L'intention de la république française en occupant l'Égypte a été d'en
chasser les mameloucks, qui étaient à la fois rebelles à la Porte et
ennemis du gouvernement français.

Aujourd'hui qu'elle s'en trouve maîtresse par la victoire signalée
que son armée a remportée, son intention est de conserver au pacha du
grand-seigneur ses revenus et son existence.

Je vous prie donc d'assurer la Porte qu'elle n'éprouvera aucune espèce
de perte, et que je veillerai à ce qu'elle continue à percevoir le même
tribut qui lui était ci-devant payé.

BONAPARTE.



Giza, le 5 thermidor an 6 (23 juillet 1798).

_Au général du génie._

Vous voudrez bien, citoyen général, envoyer un officier supérieur du
génie avec l'avant-garde de la division du général Dugua, qui part
demain pour se rendre aux Pyramides, et un autre avec la division du
général Desaix, qui part ce soir pour prendre position à deux lieues, en
remontant le Nil.

Ils seront chargés de tracer des ouvrages dans la position qu'occupe le
général Desaix, trois redoutes ou bastions retranchés se flanquant entre
eux, et capables d'être défendus chacun par quatre-vingt-dix hommes,
deux pièces de canon et dix canonniers.

Ces trois redoutes se lieront par un grand fossé, ce qui formera un
retranchement, dans lequel la division du général Desaix devra pouvoir
se camper.

Le profil de ces redoutes doit être respectable, elles doivent surtout
avoir un fossé très-profond, et sur toutes les parties les plus faibles,
vous pouvez ordonner que l'on fasse une grande quantité de trous de
loup.

L'officier du génie qui ira aux Pyramides devra tracer un fort à étoile,
ou redoute brisée, capable de contenir deux cent cinquante à trois cents
hommes, et pouvant être défendue par cent hommes et deux pièces de
canon: le but de cette redoute est de contenir les Arabes.

L'un et l'autre de ces deux ouvrages doivent être à l'abri de
l'inondation du Nil. Celui que vous ferez établir à la position du
général Desaix, aura une batterie de deux pièces de 24, qui doivent être
placées de manière à être maître de la navigation du Nil.

BONAPARTE.



Giza, le 5 thermidor an 6 (23 juillet 1798).

_Au général Dugua._

Vous voudrez bien, général, faire partir demain, à la pointe du jour,
votre avant-garde avec une pièce de 3 et trente hommes à cheval, le tout
commandé par le général Verdier; elle se rendra aux Pyramides. Il fera
connaître par une circulaire à tous les Arabes qui sont établis dans
les environs, qu'ils seront responsables si les Arabes continuent à
assassiner les Français et à nous faire la guerre; que je leur donne
quarante-huit heures pour prévenir leurs compatriotes desdites
dispositions: après quoi, si l'on continue, je sévirai contre eux.

Vous enverrez également avec cette avant-garde tous vos sapeurs et un
officier du génie.

Le général du génie a ordre d'y envoyer un officier supérieur de cette
arme, lequel se concertera avec le général Verdier pour y tracer une
redoute à étoile capable de contenir cent hommes et deux pièces de
canon, et de la mettre à l'abri de toute attaque de la part des Arabes.
Vous ordonnerez au général Verdier de fournir des sapeurs travailleurs
de la demi-brigade pour aider les sapeurs, et de prendre des paysans
pour travailler.

Dès l'instant que cette redoute sera achevée, le général Verdier m'en
préviendra, et je lui donnerai l'ordre de rejoindre sa division.

Le général d'artillerie a ordre de fournir deux pièces de canon pour
ladite redoute.

Vous ordonnerez à cette division de nettoyer demain ses armes, pour
pouvoir après demain occuper la position qui lui sera désignée de
l'autre côté du Nil.

Cherchez à vous procurer le plus de bateaux que vous pourrez, afin de
passer promptement. J'ai ordonné qu'on vous en envoyât du Caire le plus
que l'on pourra.

BONAPARTE.



Au Caire, le 6 thermidor an 6 (24 juillet 1798).

_Au directoire exécutif._

Le 19 messidor, l'armée partit d'Alexandrie. Elle arriva à Damanhour le
20, souffrant beaucoup à travers ce désert de l'excessive chaleur et du
manque d'eau.

_Combat de Rahmanieh._

Le 22 nous rencontrâmes le Nil à Rahmanieh, et nous nous rejoignîmes
avec la division du général Dugua, qui était venue par Rosette en
faisant plusieurs marches forcées.

La division du général Desaix fut attaquée par un corps de sept à huit
cents mameloucks, qui après une canonnade assez vive, et la perte de
quelques hommes, se retirèrent.

_Bataille de Chebrheis._

Cependant j'appris que Mourad-Bey, à la tête de son armée composée
d'une grande quantité de cavalerie, ayant huit ou dix grosses chaloupes
canonnières, et plusieurs batteries sur le Nil, nous attendait au
village de Chebrheis. Le 24 au soir, nous nous mîmes en marche pour
nous en approcher. Le 25, à la pointe du jour, nous nous trouvâmes en
présence.

Nous n'avions que deux cents hommes de cavalerie éclopés et harassés
encore de la traversée; les mameloucks avaient un magnifique corps de
cavalerie, couvert d'or et d'argent, armés des meilleures carabines
et pistolets de Londres, des meilleurs sabres de l'Orient, et montés
peut-être sur les meilleurs chevaux du continent.

L'armée était rangée, chaque division formant un bataillon carré,
ayant les bagages au centre et l'artillerie dans les intervalles des
bataillons. Les bataillons rangés, les deuxième et quatrième divisions
derrière les première et troisième. Les cinq divisions de l'armée
étaient placées en échelons, se flanquant entre elles, et flanquées par
deux villages que nous occupions.

Le citoyen Perrée, chef de division de la marine, avec trois chaloupes
canonnières, un chébec et une demi-galère, se porta pour attaquer la
flottille ennemie. Le combat fut extrêmement opiniâtre. Il se tira de
part et d'autre plus de quinze cents coups de canon. Le chef de division
Perrée a été blessé au bras d'un coup de canon, et, par ses bonnes
dispositions et son intrépidité, est parvenu à reprendre trois chaloupes
canonnières, et la demi-galère, que les mameloucks avaient prises, et
à mettre le feu à leur amiral. Les citoyens Monge et Berthollet, qui
étaient sur le chébec, ont montré dans des momens difficiles beaucoup
de courage. Le général Andréossy, qui commandait les troupes de
débarquement, s'est parfaitement conduit.

La cavalerie des mameloucks inonda bientôt toute la plaine, déborda
toutes nos ailes, et chercha de tous côtés sur nos flancs et nos
derrières le point faible pour pénétrer; mais partout elle trouva que la
ligne était également formidable, et lui opposait un double feu de flanc
et de front. Ils essayèrent plusieurs fois de charger, mais sans s'y
déterminer. Quelques braves vinrent escarmoucher; ils furent reçus par
des feux de pelotons de carabiniers placés en avant des intervalles
des bataillons. Enfin, après être restés une partie de la journée à
demi-portée de canon, ils opérèrent leur retraite, et disparurent. On
peut évaluer leur perte à trois cents hommes tués ou blessés.

Nous avons marché pendant huit jours, privés de tout, et dans un des
climats les plus brûlans du monde.

Le 2 thermidor au matin, nous aperçûmes les pyramides.

Le 2 au soir, nous nous trouvions à six lieues du Caire; et j'appris que
les vingt-trois beys, avec toutes leurs forces, s'étaient retranchés à
Embabeh, qu'ils avaient garni leurs retranchemens de plus de soixante
pièces de canon.

_Bataille des Pyramides._

Le 3, à la pointe du jour, nous rencontrâmes les avant-gardes, que nous
repoussâmes de village en village.

À deux heures après midi, nous nous trouvâmes en présence des
retranchemens et de l'armée ennemie.

J'ordonnai aux divisions des généraux Desaix et Reynier de prendre
position sur la droite entre Djyzeh et Embabeh, de manière à couper à
l'ennemi la communication de la Haute-Égypte, qui était sa retraite
naturelle. L'armée était rangée de la même manière qu'à la bataille de
Chebrheis.

Dès l'instant que Mourad Bey s'aperçut du mouvement du général Desaix,
il se résolut à le charger, et il envoya un de ses beys les plus braves
avec un corps d'élite qui, avec la rapidité de l'éclair, chargea les
deux divisions. On le laissa approcher jusqu'à cinquante pas, et on
l'accueillit par une grêle de balles et de mitraille, qui en fit
tomber un grand nombre sur le champ de bataille. Ils se jetèrent dans
l'intervalle que formaient les deux divisions, où ils furent reçus par
un double feu qui acheva leur défaite.

Je saisis l'instant, et j'ordonnai à la division du général Bon, qui
était sur le Nil, de se porter à l'attaque des retranchemens, et au
général Vial, qui commande la division du général Menou, de se porter
entre le corps qui venait de le charger et les retranchemens, de manière
à remplir le triple but,

D'empêcher le corps d'y rentrer;

De couper la retraite à celui qui les occupait;

Et enfin, s'il était nécessaire, d'attaquer ces retranchemens par la
gauche.

Dès l'instant que les généraux Vial et Bon furent à portée, ils
ordonnèrent aux premières et troisièmes divisions de chaque bataillon de
se ranger en colonnes d'attaque, tandis que les deuxièmes et quatrièmes
conservaient leur même position, formant toujours le bataillon carré,
qui ne se trouvait plus que sur trois de hauteur, et s'avançait pour
soutenir les colonnes d'attaque.

Les colonnes d'attaque du général Bon, commandées par le brave général
Rampon, se jetèrent sur les retranchemens avec leur impétuosité
ordinaire, malgré le feu d'une assez grande quantité d'artillerie,
lorsque les mameloucks firent une charge. Ils sortirent des
retranchemens au grand galop. Nos colonnes eurent le temps de faire
halte, de faire front de tous côtés, et de les recevoir la baïonnette au
bout du fusil, et par une grêle de balles. À l'instant même le champ
de bataille en fut jonché. Nos troupes eurent bientôt enlevé les
retranchemens. Les mameloucks en fuite se précipitèrent aussitôt en
foule sur leur gauche. Mais un bataillon de carabiniers, sous le feu
duquel ils furent obligés de passer à cinq pas, en fît une boucherie
effroyable. Un très-grand nombre se jeta dans le Nil, et s'y noya.

Plus de quatre cents chameaux chargés de bagages, cinquante pièces
d'artillerie, sont tombés en notre pouvoir. J'évalue la perte des
mameloucks à deux mille hommes de cavalerie d'élite. Une grande partie
des beys a été blessée ou tuée. Mourad Bey a été blessé à la joue. Notre
perte se monte à vingt ou trente hommes tués et à cent vingt blessés.
Dans la nuit même, la ville du Caire a été évacuée. Toutes leurs
chaloupes canonnières, corvettes, bricks, et même une frégate, ont été
brûlées, et le 4, nos troupes sont entrées au Caire. Pendant la nuit,
la populace a brûlé les maisons des beys, et commis plusieurs excès.
Le Caire, qui a plus de trois cent mille habitans, a la plus vilaine
populace du monde.

Après le grand nombre de combats et de batailles que les troupes que je
commande ont livrés contre des forces supérieures, je ne m'aviserais
point de louer leur contenance et leur sang-froid dans cette occasion,
si véritablement ce genre tout nouveau n'avait exigé de leur part une
patience qui contraste avec l'impétuosité française. S'ils se fussent
livrés à leur ardeur, ils n'auraient point eu la victoire, qui ne
pouvait s'obtenir que par un grand sang-froid et une grande patience.

La cavalerie des mameloucks a montré une grande bravoure. Ils
défendaient leur fortune, et il n'y a pas un d'eux sur lequel nos
soldats n'aient trouvé trois, quatre, et cinq cents louis d'or.

Tout le luxe de ces gens-ci était dans leurs chevaux et leur armement.
Leurs maisons sont pitoyables. Il est difficile de voir une terre plus
fertile et un peuple plus misérable, plus ignorant et plus abruti. Ils
préfèrent un bouton de nos soldats à un écu de six francs; dans les
villages ils ne connaissent pas même une paire de ciseaux. Leurs maisons
sont d'un peu de boue. Ils n'ont pour tout meuble qu'une natte de paille
et deux ou trois pots de terre. Ils mangent et consomment en général
fort peu de chose. Ils ne connaissent point l'usage des moulins, de
sorte que nous avons bivouaqué sur des tas immenses de blé, sans
pouvoir avoir de farine. Nous ne nous nourrissions que de légumes et de
bestiaux. Le peu de grains qu'ils convertissent en farine, ils le fout
avec des pierres; et, dans quelques gros villages, il y a des moulins
que font tourner des boeufs.

Nous avons été continuellement harcelés par des nuées d'Arabes, qui
sont les plus grands voleurs et les plus grands scélérats de la terre,
assassinant les Turcs comme les Français, tout ce qui leur tombe
dans les mains. Le général de brigade Muireur et plusieurs autres
aides-de-camp et officiers de l'état-major ont été assassinés par ces
misérables. Embusqués derrière des dignes et dans des fossés, sur leurs
excellens petits chevaux, malheur à celui qui s'éloigne à cent pas des
colonnes. Le général Muireur, malgré les représentations de la grande
garde, seul, par une fatalité que j'ai souvent remarqué accompagner
ceux qui sont arrivés à leur dernière heure, a voulu se porter sur un
monticule à deux cents pas du camp; derrière étaient trois bédouins qui
l'ont assassiné. La république fait une perte réelle: c'était un des
généraux les plus braves que je connusse.

La république ne peut pas avoir une colonie plus à sa portée et d'un sol
plus riche que l'Égypte. Le climat est très-sain, parce que les nuits
sont fraîches. Malgré quinze jours de marche, de fatigues de toute
espèce, la privation du vin, et même de tout ce qui peut alléger la
fatigue, nous n'avons point de malades. Le soldat a trouvé une grande
ressource dans les pastèques, espèce de melons d'eau qui sont en
très-grande quantité.

L'artillerie s'est spécialement distinguée. Je vous demande le grade de
général de division pour le général de brigade Dommartin. J'ai promu au
grade de général de brigade le chef de brigade Destaing, commandant la
quatrième demi-brigade; le général Zayonschek s'est fort bien conduit
dans plusieurs missions importantes que je lui ai confiées.

L'ordonnateur Sucy s'était embarqué sur notre flotille du Nil, pour être
plus à portée de nous faire passer des vivres du Delta. Voyant que je
redoublais de marche, et désirant être à mes côtés lors de la bataille,
il se jeta dans une chaloupe canonnière, et, malgré les périls qu'il
avait à courir, il se sépara de la flottille. Sa chaloupe échoua; il
fut assailli par une grande quantité d'ennemis. Il montra le plus
grand courage; blessé très-dangereusement au bras, il parvint, par son
exemple, à ranimer l'équipage, et à tirer la chaloupe du mauvais pas où
elle s'était engagée.

Nous sommes sans aucune nouvelle de France depuis notre départ.

Je vous enverrai incessamment un officier avec tous les renseignemens
sur la situation économique, morale et politique de ce pays-ci.

Je vous ferai connaître également, dans le plus grand détail, tous ceux
qui se sont distingués, et les avancemens que j'ai faits.

Je vous prie d'accorder le grade de contre-amiral au citoyen Perrée,
chef de division, un des officiers de marine les plus distingués par son
intrépidité.

Je vous prie de faire payer une gratification de 1,200 fr. à la femme
du citoyen Larrey, chirurgien en chef de l'armée. Il nous a rendu, au
milieu du désert, les plus grands services par son activité et son zèle.
C'est l'officier de santé que je connaisse le plus fait pour être à la
tête des ambulances d'une armée.

BONAPARTE.



Au Caire, le 7 thermidor an 6 (25 juillet 1798).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

ART. 1er. Le Caire sera gouverné par un divan composé de neuf personnes,
savoir: le scheick El-Sadat, le scheick El-Cherkaouï, le scheick
El-Sahoni, le scheik El-Bekri, le scheick El-Fayoumiy, le scheick
Chiarichi, le scheick Mussa-Lirssi, le scheick Nakib-el-Aschraf
Seid-Omar, le scheick Mohamed-el-Emir. Ils se rendront ce soir à cinq
heures dans la maison de ...; ils composeront le divan, et nommeront un
d'entre eux pour président; ils choisiront un secrétaire pris hors de
leur sein, et deux secrétaires interprètes, sachant le français et
l'arabe.

Ils nommeront deux agas pour la police, une commission de trois pour
surveiller les marchés et la propreté de la ville, et une autre
également de trois, qui sera chargée de faire enterrer les morts qui se
trouveraient au Caire, ou à deux lieues aux environs.

2. Le divan sera assemblé tous les jours à midi, et il y aura
perpétuellement trois membres qui seront en permanence.

3. Il y aura à la porte du divan une garde française et une garde
turque.

4. Le général Berthier et le commandant de la place se rendront le soir
au divan, à cinq heures, pour les installer et leur faire prêter le
serment de ne rien faire contre les intérêts de l'armée.

BONAPARTE.

_Noms des familles les plus anciennes._

La maison des Beckris, la maison El-Sadat, la maison du nakib
El-Aschraf, la maison du scheick Yuani.



Au Caire, le 8 thermidor an 6 (26 juillet 1798).

_Au général Vial._

Vous devez avoir reçu, citoyen général, l'ordre de l'état-major pour
votre départ à Damiette.

Le général Zayonscheck est à Menouf.

Je vous envoie une trentaine de proclamations que vous répandrez sur
la route; vous vous arrêterez dans les plus grands endroits pour faire
prêter le serment aux scheicks et rassurer les habitans; vous ferez
mettre, par les scheicks, les scellés sur les biens des mameloucks, et
vous veillerez à ce que rien ne soit volé.

Arrivé à Damiette, vous préviendrez le citoyen Blanc, directeur général
de la santé à Alexandrie, pour qu'il y fasse établir sur-le-champ un
lazaret. Vous ne laisserez rien sortir du port.

Vous ordonnerez que les douanes et toutes les impositions directes
et indirectes soient prises comme à l'ordinaire. Vous ferez faire
l'inventaire de tous les effets appartenans aux mameloucks.

Vous ferez réparer les forts situés à l'embouchure du Nil, de manière à
les mettre à l'abri d'un coup de main.

Vous ferez désarmer tout le pays.

Vous aurez soin de vous faire instruire de ce qui se passe à Acre et en
Syrie et de m'en prévenir.

Vous vous mettrez en correspondance avec la frégate qui croise à
l'embouchure du Nil, ainsi qu'avec les bombardes, afin de vous en servir
et de les faire avancer jusqu'au Caire, à mesure que le Nil s'accroîtra.

Votre commandement s'étendra non-seulement dans toute la province de
Damiette, mais encore dans celle de Mansoura.

Je vous envoie l'organisation donnée à ce pays.

Vous nommerez un divan pour la province de Damiette, et un pour celle de
Mansoura, ainsi qu'un aga des janissaires.

Vous vous empresserez également de nommer les deux compagnies.

Je fais nommer l'intendant de chacune des provinces, et l'administration
des finances nommera l'agent français.

Pour faire l'inventaire des magasins, meubles et maisons des mameloucks,
vous nommerez une commission de trois personnes; vous pouvez les prendre
parmi les négocians français établis à Damiette, tant pour la province
de Damiette, que pour celle de Mansoura.

Votre premier soin sera de prendre toutes les mesures, et de requérir
des chevaux pour monter cent hommes de cavalerie. Vous pouvez demander à
Rosette deux pièces de canon de campagne, et vous trouverez dans le pays
les moyens de les atteler.

BONAPARTE.



Au Caire, le 9 thermidor an 6 (27 juillet 1798).

Le général en chef Bonaparte, considérant que les femmes des beys et des
mameloucks, errantes aux environs de la ville, deviennent la proie des
Arabes, et mu par la compassion, premier sentiment qui doit animer
l'homme, autorise toutes les femmes des beys et des mameloucks à rentrer
en ville dans les maisons qui sont leur propriété, et leur promet
sûreté.

Elles seront tenues dans les vingt-quatre heures de leur arrivée, de se
faire connaître au citoyen Magallon, et de déclarer leur demeure.

BONAPARTE.



Au Caire, le 9 thermidor an 6 (27 juillet 1798).

_À l'amiral Brueys._

Après des marches fatigantes et quelques combats, nous sommes enfin
arrivés au Caire.

J'ai été spécialement content du chef de division Perrée, et je l'ai
nommé contre-amiral.

Je suis instruit d'Alexandrie qu'enfin vous avez trouvé une passe telle
qu'on pouvait la désirer, et qu'à l'heure qu'il est vous êtes dans le
port avec votre escadre.

Vous ne devez avoir aucune inquiétude sur les vivres nécessaires à votre
armée.

J'imagine que demain, ou après, je recevrai de vos nouvelles et des
nouvelles de France; je n'en ai point reçu depuis mon départ.

Dès que j'aurai reçu une lettre de vous, qui me fasse connaître ce que
vous aurez fait et la position où vous êtes, je vous ferai passer des
ordres sur ce que nous aurons encore à faire. L'état-major vous aura
sans doute envoyé le détail de notre affaire des Pyramides.

Je pense que vous avez une frégate sur Damiette: comme j'envoie prendre
possession de cette ville, je vous prie de dire à l'officier qui
commande cette frégate de s'approcher le plus possible et d'entrer en
communication avec nos troupes qui y seront lorsque vous aurez reçu
cette lettre.

Faites partir le courrier que je vous envoie pour prendre terre à
l'endroit qui vous paraîtra le plus convenable, selon les nouvelles que
vous avez des ennemis et selon les vents qui règnent dans cette saison.

Je désire que vous puissiez envoyer une frégate qui aurait ordre de
partir quarante-huit heures après son arrivée, dans les ports, soit de
Malte, soit d'Aucune, en lui recommandant de nous apporter les gazettes
et nouvelles qu'elle recevrait des agens français.

J'ai fait filer sur Alexandrie une grande quantité de denrées, pour
solder le nolis des bâtimens de transport.

Mille choses à Ganteaume et à Casa-Bianca.

Faites bien garder Coraïm; c'est un coquin qui nous a trompés: s'il ne
nous donne pas les cent mille écus que je lui ai demandés, je lui ferai
couper la tête.

BONAPARTE.



Au Caire, le 12 thermidor an 6 (30 juillet 1798).

_Au commissaire ordonnateur._

Je vous fais passer, citoyen ordonnateur, différentes impositions que je
viens de frapper sur Rosette, Alexandrie et Damiette. Le tiers de ces
impositions sera affecté au service de ces places; donnez vos ordres aux
commissaires des guerres pour leur répartition; le deuxième tiers sera
affecté à la solde des troupes, et enfin l'autre tiers à l'ordonnateur
Leroi.

BONAPARTE.



Au Caire, le 12 thermidor an 6 (30 juillet 1798).

_Au citoyen Leroi._

Je donne l'ordre au général Kléber de percevoir différentes
contributions à Alexandrie, montant à 600,000 fr.

Le tiers sera à votre disposition pour le service de la marine, le
deuxième tiers est destiné à la solde de l'armée, et le troisième
tiers est à la disposition de l'ordonnateur en chef pour les frais
d'administration d'armée.

Je donne ordre au général Vial de percevoir à Damiette une contribution
de 150,

BONAPARTE.



Au Caire, le 12 thermidor an 6 (30 juillet 1798).

_À l'amiral Brueys._

D'après tous les relevés, il me paraît que l'escadre anglaise a passé le
détroit le 12 prairial, est arrivée devant Toulon le 23, devant Naples
le 29, devant Alexandrie le 9 messidor.

BONAPARTE.



Au Caire, le 11 thermidor an 6 (30 juillet 1798).

_Au général Kléber._

Je vous prie, citoyen général, d'organiser la place d'Alexandrie: dès
l'instant que tous les officiers seront organisés et que vos blessures
seront cicatrisées, vous pourrez rejoindre l'armée.

Vous sentez que votre présence est encore nécessaire dans cette place
une quinzaine de jours.

BONAPARTE.



Au Caire, le 12 thermidor an 6 (30 juillet 1798).

_Au même._

Je viens de recevoir tout à la fois vos lettres depuis le 22 messidor
jusqu'au 3 thermidor. La conduite que vous avez tenue est celle qu'il
fallait tenir.

Je vous ai envoyé, avant-hier, l'ordre pour l'organisation de la
province d'Alexandrie: ainsi nommez pour composer le divan, l'aga et
les commissaires, les hommes les plus attachés aux Français et les plus
ennemis des beys. Non-seulement j'approuve l'arrestation de Coraïm, mais
vous verrez par l'ordre ci-joint que j'ordonne encore celle de plusieurs
autres individus.

La chose que nous avions le plus à craindre, c'était d'être précédés par
la terreur qui n'existait déjà que trop et qui nous aurait exposés dans
chaque bicoque, à des scènes pareilles à celles d'Alexandrie. Tous
ces gens-ci pouvaient penser que nous venions dans le même esprit que
Saint-Louis, et qu'ils portent eux-mêmes lorsqu'il entrent dans les
états chrétiens; mais aujourd'hui les circonstances sont tout opposées.
Ce n'est plus ce que nous ferons à Alexandrie qui fixera notre
réputation, mais ce que nous ferons au Caire: d'ailleurs répandus sur
tous les points, nous sommes parfaitement connus.

Il paraît que vous êtes peu satisfait de la soixante-neuvième
demi-brigade: faites connaître au chef que si sa demi-brigade ne va pas
mieux, on le destituera.

Vous trouverez ci-joint différens ordres; vous les ferez publier l'un
après l'autre, et vous veillerez surtout à leur exécution. Ce n'est que
par ces moyens-là que nous avons pu trouver quelque chose au Caire.

BONAPARTE.



Au Caire, le 12 thermidor an 6 (30 juillet 1798).

_À l'amiral Brueys._

Je reçois à l'instant et tout à la fois vos lettres depuis le 25
messidor jusqu'au 8 thermidor. Les nouvelles que je reçois d'Alexandrie
sur le succès des sondes, me font espérer qu'à l'heure qu'il est, vous
serez entré dans le port. Je pense aussi que _le Causse_ et _le Dubois_
sont armés en guerre de manière à pouvoir se trouver en ligne, si
vous étiez attaqué; car enfin deux vaisseaux de plus ne sont point à
négliger.

Le contre-amiral Perrée sera pour long-temps nécessaire sur le Nil,
qu'il commence à connaître. Je ne vois pas d'inconvénient à ce que vous
donniez le commandement de son vaisseau au citoyen ... Faites là-dessus
ce qu'il convient.

Je vous ai écrit le 9, je vous ai envoyé copie de tous les ordres que
j'ai donnés pour l'approvisionnement de l'escadre; j'imagine qu'à
l'heure qu'il est, les cinquante bateaux chargés de vivres sont arrivés.
Nous avons ici une besogne immense; c'est un chaos à débrouiller et
à organiser qui n'eut jamais d'égal. Nous avons du blé, du riz, des
légumes en abondance. Nous cherchons et nous commençons à trouver de
l'argent; mais tout cela est environné de travail, de peines et de
difficultés.

Vous trouverez ci-joint un ordre pour Damiette, envoyez-le par un aviso,
qui, avant d'entrer, s'informera si nos troupes y sont. Elles sont
parties pour s'y rendre il y a trois jours, en barques sur le Nil: ainsi
elles seront arrivées lorsque vous recevrez cette lettre; envoyez-y
un des sous-commissaires de l'escadre pour surveiller l'exécution de
l'ordre.

Je vais encore faire partir une trentaine de bâtimens chargés de blé
pour votre escadre.

Toute la conduite des Anglais porte à croire qu'ils sont inférieurs
en nombre, et qu'ils se contentent de bloquer Malte et d'empêcher les
subsistances d'y arriver. Quoi qu'il en soit il faut bien vite entrer
dans le port d'Alexandrie, ou vous approvisionner promptement de riz, de
blé, que je vous envoie, et vous transporter dans le port de Corfou; car
il est indispensable que jusqu'à ce que tout ceci se décide, vous vous
trouviez dans une position à portée d'en imposer à la Porte. Dans le
second cas, vous aurez soin que tous les vaisseaux, frégates vénitiennes
et françaises qui peuvent nous servir, restent à Alexandrie.

BONAPARTE.



Au Caire, le 12 thermidor an 6 (30 juillet 1798).

_Au commissaire ordonnateur en chef._

Les pailles arrivent continuellement au Caire lors de l'inondation du
Nil, parce qu'alors le transport devient très-facile.

Les provinces les plus riches de l'Égypte sont dans ce moment occupées
par nos troupes; je crois que vous avez un commissaire dans la province
de Menoufié où commande le général Zayonscheck. Envoyez-en un dans la
province de Kélioubeh où commande le général Murat, un dans la province
de Giza où commande le général Bélijard, et un dans la province de
Mansoura et Damiette, où commande le général Vial, et un dans la
province de Bahhiré, où commande le général Dumuy.

Dans chacune de ces provinces, il y a un commandant français, une
commission administrative du pays ou divan, un intendant cophte, un
agent français près l'intendant, et enfin une commission, pour faire
dans chaque province l'inventaire des biens des mameloucks. En envoyant
des commissaires de guerre dans ces différentes provinces, il vous sera
facile de faire venir au Caire les approvisionnemens du pays.

Je vous envoie copie des ordres que j'ai donnés, soit pour les
approvisionnemens, soit pour l'organisation du pays. J'ai aussi ordonné
à l'état-major général de vous envoyer une carte avec les divisions des
différentes provinces.

BONAPARTE.



Au Caire, le 12 thermidor an 6 (30 juillet 1798).

Bonaparte, général en chef, ayant des preuves de trahison de Sidi
Mohamed-el-Coraïm qu'il avait comblé de bienfaits, ordonne:

ART 1er. Sidi Mohamed-el-Coraïm paiera une contribution de 300,000 fr.

2. À défaut par lui d'acquitter ladite contribution cinq jours après la
publication du présent ordre, il aura la tête tranchée.

BONAPARTE.



Au Caire, le 12 thermidor an 6 (30 juillet 1798).

_Au général Menou._

Je vous fais passer, citoyen général, un ordre pour lever une
contribution de 100,000 fr. sur les habitans de Rosette. Le tiers de
cette contribution sera destiné à l'ordonnateur en chef, pour les
dépenses de l'administration, et les deux autres tiers à la solde des
troupes.

BONAPARTE.



Au Caire, le 12 thermidor an 6 (30 juillet 1798).

_Au général Zayonscheck._

Je donne ordre, citoyen général, pour qu'on établisse à Menouf un
hôpital de cinquante lits, et qu'on y construise deux fours. Voyez à
faire tout ce qui sera possible pour activer cette opération.

Vous avez dû recevoir hier les ordres pour l'organisation de votre
province. Il faut que vous traitiez les Turcs avec la plus grande
sévérité; tous les jours ici je fais couper trois têtes et les promener
dans le Caire: c'est le seul moyen de venir a bout de ces gens-ci.

Veillez surtout a l'entier désarmement du pays.

Faites-moi faire, par un officier du génie ou de l'état-major, un
croquis de toutes les provinces, avec la situation de tous les
villages, et des renseignemens généraux sur leur population, et ce que
produisaient le miri, le seddan et autres impositions.

Prenez tous les moyens pour monter votre cavalerie; avec les chevaux,
prenez les selles, et faites faire par vos commissions, un inventaire
exact et prompt de tous les biens appartenans aux mameloucks.

Faites-moi connaître quelles sont les ressources pécuniaires que nous
offre votre province.

Je vous envoie une grande quantité de proclamations que vous répandrez
dans la province; je désire que vous vous mettiez en correspondance avec
le général Murat, qui commande la province de Kelioubeh.

Il me serait facile de vous procurer deux pièces de canon, si vous
trouviez dans le pays des moyens de les atteler. Je vous les enverrais
sur des bateaux jusqu'au point de débarquement où vous les feriez
prendre.

BONAPARTE.



Au Caire, le 13 thermidor an 6 (31 juillet 1798).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

ART 1er. Tous les propriétaires de l'Égypte sont confirmés dans leurs
propriétés.

2. Les fondations pieuses affectées aux mosquées, et spécialement à
celles de Médine et de la Mecque, sont confirmées comme par le passé.

3. Toutes les transactions civiles continueront à avoir lieu comme par
le passé.

4. La justice civile sera administrée comme par le passé.

BONAPARTE.



Au Caire, le 13 thermidor an 6 (31 juillet 1798).

_Au général Menou._

Votre présence est encore nécessaire, citoyen général, à Rosette pendant
quelques jours, pour l'organisation de cette province; les Turcs ne
peuvent se conduire que par la plus grande sévérité; tous les jours je
fais couper cinq ou six têtes dans les rues du Caire. Nous avons dû les
ménager jusqu'à présent pour détruire cette réputation de terreur qui
nous précédait: aujourd'hui, au contraire, il faut prendre le ton qui
convient pour que ces peuples obéissent; et obéir, pour eux, c'est
craindre.

Je vous ai envoyé, par mon dernier courrier, des ordres pour
l'organisation du divan, de l'aga d'une compagnie de soixante hommes
turcs pour la police.

Il serait nécessaire que la commission chargée de faire l'inventaire des
biens des mameloucks envoyât ses états à l'ordonnateur.

Faites-nous passer avec la plus grande promptitude des nouvelles de
l'amiral et de l'escadre.

Ordonnez au commandant d'artillerie d'envoyer prendre à Alexandrie deux
ou trois grosses pièces d'artillerie, pour les placer à l'embouchure du
Nil, et empêcher les chaloupes anglaises de nous insulter.

BONAPARTE.



Au Caire, le 14 thermidor an 6 (1er août 1798).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

ART. 1er. Tous les effets et esclaves appartenans à la femme de
Mourad-Bey et aux femmes des mameloucks qui composaient sa maison, leur
seront laissés en pleine propriété.

2. La femme de Mourad-Bey versera dans la caisse du payeur de l'armée
600,000 fr., dont 100,000 fr. demain, et le restant 50,000 fr. par jour.

3. À défaut d'effectuer lesdits paiemens, tous les esclaves et biens
appartenans aux femmes des mameloucks de la maison de Mourad-Bey, seront
regardés comme propriétés nationales; il sera seulement laissé à la
femme de Mourad-Bey les meubles de l'appartement qu'elle occupe et six
esclaves pour la servir.

BONAPARTE.



Au Caire, le 14 thermidor an 6 (1er août 1798).

_Au citoyen Rosetti._

Vous vous rendrez secrètement, citoyen, auprès de Mourad-Bey: vous lui
direz que vous m'avez présenté l'homme qu'il avait envoyé; que cet
homme, par des paroles indiscrètes, des discours verbeux et faux,
n'était parvenu qu'à m'indisposer davantage contre lui: mais que j'ai
compris que le moment pouvait venir où il fût de mon intérêt de me
servir de Mourad-Bey comme de mon bras droit, et que je consentais à
ce qu'il conservât la province de Girgé, dans laquelle il devrait se
retirer dans l'espace de cinq jours, et que, de mon côté, je n'y ferais
point entrer de troupes; vous lui direz que, ce premier arrangement
fait, il sera possible, en le connaissant mieux, que je lui fasse de
plus grands avantages, et vous signerez de suite un traité en français
et en arabe, conçu à peu près en ces termes:

ART 1er. Mourad-Bey conservera avec lui cinq ou six cents hommes à
cheval, avec lesquels il gouvernera la province de Girgé, depuis les
cataractes jusqu'à une demi-lieue plus bas que Girgé, et la maintiendra
à l'abri des Arabes.

2. Il se reconnaîtra dans le gouvernement de ladite province, dépendant
de la France. Il paiera à l'administration de l'armée le miri que cette
province payait.

3. Le général s'engage de son côté à ne faire entrer aucune troupe dans
la province de Girgé, et à en laisser le gouvernement à Mourad-Bey.

4. Mourad-Bey sera rendu au-delà de Girgé, dans l'espace de cinq jours.
Aucun de ses gens n'en pourra sortir pour entrer dans les limites d'une
autre province sans une permission du général.

BONAPARTE.



Au Caire, le 14 thermidor an 6 (1er août 1798).

_Pouvoirs au citoyen Rosetti._

Le général en chef, mu par les sentimens d'humanité qui l'ont toujours
animé, donne au citoyen Rosetti les pleins pouvoirs pour négocier avec
Mourad-Bey, conclure et signer avec lui une convention qui mette fin aux
hostilités.

BONAPARTE.



Au Caire, le 14 thermidor an 6 (1er août 1798).

_Au général Kléber._

Ceux qui m'ont donné des preuves de la trahison de Coraïm, m'ont assuré
que son argent est dans une citerne; qu'il a un registre particulier
où est le détail de toutes ses affaires; qu'il y a plusieurs de ses
domestiques qui sont au fait de tout.

J'ordonne en conséquence à l'amiral Brueys de faire arrêter tous les
domestiques qu'il a avec lui et de vous les envoyer; faites également
arrêter tous ceux qu'il a dans sa maison, et faites-y mettre les scellés
par la commission, ainsi que sur tous ses biens.

Faites interroger séparément avec de fortes menaces ses domestiques.

S'il paie dans les huit jours les 300,000 fr., mon intention est qu'on
le retienne comme prisonnier à bord d'un des bâtimens de l'escadre, de
manière qu'il ne puisse s'échapper, désirant le faire passer en France
par une occasion sûre. S'il n'a pas, dans les cinq jours, payé au moins
le tiers de la contribution à laquelle il est imposé, vous donnerez
l'ordre qu'on le fasse fusiller.

Je vous envoie copie de la lettre que j'écris à l'amiral Brueys.

BONAPARTE.



Au Caire, le 14 thermidor an 6 (1er août 1798).

_À l'amiral Brueys._

Depuis que je vous ai écrit, j'ai acquis de nouvelles preuves de la
trahison de Coraïm: vous voudrez bien le faire mettre aux fers et
prendre toutes les précautions pour qu'il ne vous échappe pas.

Vous ferez arrêter tous les domestiques et autres individus qu'il aurait
avec lui, que vous enverrez sous bonne escorte à Alexandrie, à la
disposition du général Kléber.

BONAPARTE.



Au Caire, le 14 thermidor an 6 (1er août 1798).

Bonaparte, général en chef,

Voyant avec déplaisir que le versement d'argent que doivent faire les
Cophtes et les négocians de café et de Damas ne s'effectue qu'avec la
plus grande lenteur, charge le citoyen Magallon de leur déclarer que les
60,000 talaris que doivent payer les Cophtes, seront livrés dans six
jours, à raison de 10,000 talaris par jour.

Les 130,000 mille talaris que doivent les négocians de café, seront
payés à raison de 22,000 par jour; les 35,275 que doivent les négocians
de Damas, seront également payés en six jours, à raison de 5,878 par
jour.

BONAPARTE.



Au Caire, le 15 thermidor an 6 (3 août 1798).

_À l'ordonnateur en chef._

Je vous envoie, citoyen ordonnateur, un ordre pour la poste.

Les individus de l'armée paieront leurs ports de lettres conformément à
l'usage établi en France; mais le directeur de la poste versera, toutes
les décades, l'état des sommes qu'il aura reçues; nous en serons
responsables, s'il est nécessaire, à l'administration des postes, et
cela sera un revenu pour l'armée.

Vous aurez soin, pour ce moment, de commencer par organiser les bureaux
du Caire, d'Alexandrie, de Rosette et de Damiette.

Dès que ceux-là seront établis, vous formerez les quatre autres.
Cependant, comme il est indispensable que nous communiquions avec
Menouf, lorsque le bateau qui va à Rosette sera arrivé au village de
Genid, il remettra le paquet qui sera pour Menouf. Il y aura à ce
village un détachement qui sera chargé de le porter à Menouf.

BONAPARTE.



Au Caire, le 15 thermidor an 6 (2 août 1798).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

ART. 1er. Les citoyens Berthollet, Monge et le général du génie se
concerteront pour choisir une maison dans laquelle on puisse établir une
imprimerie française et arabe, un laboratoire de chimie, un cabinet de
physique, et, s'il est possible, un observatoire.

Il y aura une salle pour l'Institut.

2. Ils me présenteront un projet pour l'organisation de ladite maison
avec un état de dépenses.

3. Je désirerais que cette maison fût située sur la place Elbekieh ou le
plus près possible.

BONAPARTE.



Au Caire, le 16 thermidor an 6 (3 août 1798).

_Au général Chabot, gouverneur de Corfou et des îles de la mer
Ionienne._

C'est avec le plus grand plaisir, citoyen général, que j'ai appris de
vos nouvelles; on nous avait beaucoup alarmés sur votre sûreté.

L'état-major vous aura fait part des événemens militaires qui ont eu
lieu ici. Nous sommes enfin au grand Caire et maîtres de toute l'Égypte.

Il est indispensable que vous nous fassiez passer, par tout les moyens
possibles, la plus grande quantité de vins, eau-de-vie, raisins secs
et bois. Ce sont des objets dont vous savez que l'Égypte manque
entièrement; les négocians porteront en retour, du café, du sucre, de
l'indigo, du blé, du riz et toute espèce de marchandises des Indes.

Tenez-moi instruit de toutes les nouvelles que vous avez des affaires
des Turcs, et surtout de Passwan-Oglou.

Le premier bataillon de la soixante-neuvième demi-brigade a reçu un
ordre positif de partir lorsque je quittai Toulon; je ne doute donc pas
qu'en ce moment il ne soit arrivé.

Dès l'instant que ce pays sera organisé et les impositions assises, je
vous enverrai 300,000 fr. qui paraissent nécessaires pour votre solde;
mais comme il me sera beaucoup plus facile de vous envoyer des blés,
du riz, etc., je vous prie de former une compagnie de dix ou douze
négocians des plus riches; qu'ils chargent plusieurs bâtimens, qu'ils
m'expédient des bois, du vin, des eaux-de-vie, etc., ils seront payés en
échange avec des marchandises du pays. Ils enverront un commissaire avec
une lettre de vous, et je leur donnerai en surplus pour 3 ou 400,000 fr.
de marchandises qu'il vous solderont.

Je vous envoie un ordre qu'il est bien nécessaire d'exécuter
ponctuellement pour l'approvisionnement de l'escadre. Comme ici nous
manquons de bois, je désire que vous fassiez beaucoup de biscuit à
Corfou, afin que nous ayons toujours un point où nous puissions puiser
et ravitailler notre escadre toutes les fois que nous en aurons besoin:
je compte sur votre zèle. Vous pouvez tirer, pour la confection, pour
50,000 fr. de lettres de change sur le payeur au Caire. Elles seront
soldées, soit en marchandises, soit en argent, comme le négociant le
désirera. Incessamment je vous enverrai, par la première occasion, du
blé et du riz pour votre approvisionnement.

BONAPARTE.



Au Caire, le 16 thermidor an 6 (3 août 1798).

_Au citoyen Rhullières, commissaire du directoire exécutif français à
Corfou et dans les îles Ioniennes._

J'ai reçu à Paris les différentes lettres que vous m'avez écrites
à votre arrivée à Zante. Je viens d'en recevoir une, en date du 13
messidor, de Corfou. L'état-major vous aura instruit des différentes
batailles que nous avons livrées aux mameloucks et des succès complets
qu'a obtenus l'armée de la république. À la bataille des Pyramides, nous
leurs avons pris soixante ou quatre-vingt pièces de canon, et tué plus
de dix mille hommes de cavalerie d'élite; nous sommes au Caire depuis
une douzaine de jours et en possession de presque toute l'Égypte. Il
nous manque ici trois choses, le vin, l'eau-de-vie et le bois à brûler.
Faites faire, avec la plus grande quantité que vous aurez de raisins
secs, de l'eau-de-vie; les négocians porteront en retour le blé, le
sucre, l'indigo, le riz, les marchandises des Indes et le café. C'est un
vrai service à rendre à la république, que d'employer l'influence que
vous avez par votre place, à activer le commerce de Zante avec l'Égypte.
Continuez à bien mériter de ces peuples par votre conduite sage et
philantrophique, et croyez au désir vrai que j'ai de vous donner des
preuves de l'estime et de l'amitié que vous savez que je vous porte.
Soit en Égypte, soit en France, soit ailleurs, vous pouvez compter sur
moi.

BONAPARTE.



Au Caire, le 16 thermidor an 6 (3 août 1798).

_À l'amiral Brueys._

Je vous envoie, citoyen amiral, la lettre que je reçois de Corfou; je
vous prie de me faire connaître quand le bâtiment chargé de bois sera
arrivé.

Peut-être jugez-vous également nécessaire d'envoyer deux ou trois
bâtimens de transport pour continuer lesdits chargemens de bois, tant
pour la flotte que pour Alexandrie.

Le général Chabot me mande que _le Fortunatus_ escorte plusieurs
bâtimens chargés de bois; moyennant cela, vous serez dans le cas de ne
pas prendre les quinze cents quintaux de bois que je vous ai accordés à
Rosette et dont nous avons plus grand besoin au Caire.

Je vous fais passer un nouvel ordre pour l'approvisionnement de
l'escadre.

BONAPARTE.



Au Caire, le 16 thermidor an 6 (3 août 1798).

_À l'administration centrale de Corcyre (Corfou.)_

Tous les renseignemens qui me sont donnés sur la conduite de votre
département, font l'éloge de ses administrateurs. Les nouveaux
établissemens de la France doivent d'autant plus accroître votre
commerce, et vous ouvrir une nouvelle source de richesse et de
prospérité.

Faites connaître aux négocians qu'ils trouveront ici des blés, du riz,
du café, des marchandises des Indes, du sucre en abondance, et que je
désire qu'en échange, ils portent à Alexandrie du bois à brûler, des
bois de construction, des vins, des eaux-de-vie: ce sont les principales
choses qui manquent à ce beau pays.

Croyez au désir que j'ai de vous donner des preuves du vif intérêt que
je prends à votre tranquillité.

BONAPARTE.



Au Caire, le 16 thermidor an 6 (3 août 1798).

_À Georgio Gioari, intendant général de l'Égypte._

Vos fonctions doivent se borner à l'organisation des revenus de
l'Égypte, à une correspondance suivie avec les intendans particuliers
des provinces, avec le général en chef et l'ordonnateur en chef de
l'armée. Vous vous ferez aider dans ces travaux par le moalleim Fretaou.
Ainsi donc, vous chargerez, de ma part, les moalleims Malati, Anfourni,
Hanin et Faudus, de la recette de la somme que j'ai demandée à la nation
cophte. Je vois avec déplaisir qu'il reste encore en arrière 50,000
talaris, je veux qu'ils soient rentrés, dans cinq jours, dans la caisse
du payeur de l'armée. Vous pouvez assurer les Cophtes que je les
placerai d'une manière convenable lorsque les circonstances le
permettront.

BONAPARTE.



Au Caire, le 16 thermidor an 6 (3 août 1798).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

ART. 1. L'or ou l'argent monnoyé, tous les objets d'or et d'argent,
tous les lingots, les schals de valeur, les tapis brodés en or qui se
trouvent dans les magasins généraux, seront enfermés dans des caisses
sur lesquelles seront apposés les scellés du payeur de l'armée, de
l'état-major général et de la commission chargée de l'inventaire.
Lesdites caisses seront transportées dans le logement du payeur
de l'armée; l'inventaire sera remis à l'ordonnateur en chef et à
l'administrateur des finances.

2. Tous les objets nécessaires à la subsistance de l'armée seront remis
de suite à la disposition de l'ordonnateur en chef; la commission tirera
un reçu du garde-magasin auquel elle remettra lesdites denrées.

3. Tous les cinq jours, l'ordonnateur en chef, assisté d'un officier
de l'état-major, de l'administrateur des finances ou d'un membre de la
commission provisoire, et des agens en chef de chaque service, feront
une tournée dans les magasins généraux et affecteront aux hôpitaux, aux
transports, à l'habillement, tout ce qui peut leur être utile; mais les
garde-magasins des magasins généraux ne livreront rien qu'après avoir
dressé un inventaire circonstancié, et tiré un reçu des garde-magasins
d'administration auxquels ils livreront lesdits objets.

4. Il sera formé une compagnie de commerce, à laquelle seront vendus
tous les effets qui se trouveraient dans les magasins généraux, et qui
ne seraient pas essentiels au service de l'armée.

L'ordonnateur en chef me remettra un règlement sur la manière de former
cette compagnie et de procéder avec elle.

BONAPARTE.



Au Caire, le 16 thermidor an 6 (3 août 1798).

_Au commandant de la place du Caire._

Vous requerrez, citoyen général, deux moines de Terre-Sainte pour être
toujours de planton à l'hôpital, afin de servir d'interprètes et de
soigner les malades.

BONAPARTE.



Au Caire, le 16 thermidor an 6 (3 août 1798).

_Aux généraux de l'artillerie et du génie._

Je vous prie, citoyen général, de vouloir bien me faire connaître
combien de temps il vous faudrait pour faire abattre toutes les portes
qui barricadent les différens quartiers de la ville et en faire
transporter le bois pour le service de votre arme; vous pourriez
partager la besogne avec le génie, l'artillerie; je désirerais qu'on pût
commencer dès demain: j'en donnerai l'ordre aussitôt que j'aurai reçu
votre réponse.

BONAPARTE.



Au Caire, le 16 thermidor an 6 (3 août 1798).

_À l'ordonnateur en chef._

L'hôpital du grand Caire manque d'eau, d'eau-de-vie, et de toute espèce
de médicamens. Je vous prie de vouloir bien me rendre compte si le
pharmacien en chef a trouvé au Caire de quoi l'approvisionner.

Je vous prie d'ordonner que les officiers soient mis dans des chambres
séparées, et qu'il leur soit fourni tout ce qui leur est nécessaire.
Vous sentez que cela est d'autant plus essentiel dans un pays où tout
homme malade est obligé d'aller à l'hôpital.

BONAPARTE.



Au Caire, le 16 thermidor an 6 (3 août 1798).

_Au général Berthier._

Je vous prie, citoyen général, de vouloir bien faire vérifier en
présence d'un officier de l'état-major, combien un chameau porte d'eau
dans les outres ordinaires.

BONAPARTE.



Au Caire, le 17 thermidor an 6 (4 août 1798).

_Au consul de la république à Tripoli._

Je profite du passage de la caravane pour vous faire part du succès de
la république à la bataille des Pyramides, où nous avons tué plus de
deux mille mameloucks. Je désire que vous fassiez connaître au bey de
cette régence, que la république française continuera à vivre en bonne
intelligence avec lui, comme elle l'a fait par le passé. Tous les sujets
du bey seront également protégés en Égypte; j'espère que de son côté,
il se comportera envers la république avec tous les égards qui lui sont
dus. Faites-moi part de toutes les nouvelles que vous pourriez avoir
dans la Méditerranée.

BONAPARTE.



Au Caire, le 17 thermidor an 6 (4 août 1798).

_Au général Zaionscheck._

Vous avez bien fait, citoyen général, de faire fusiller cinq hommes des
villages qui s'étaient révoltés: je désire fort apprendre que vous avez
monté notre cavalerie. Le moyen le plus court, je crois, est celui-ci:
ordonnez que chaque village vous fournisse deux bons chevaux. Il ne faut
pas en recevoir de mauvais, et les villages qui, cinq jours après la
proclamation de votre ordre, ne les auront pas fournis, seront condamnés
à payer mille talaris d'amende. C'est un moyen infaillible, expéditif,
d'avoir les six cents chevaux qui vous seront nécessaires. En requérant
les chevaux, requérez les brides et selles, afin d'avoir tout de suite
un corps de cavalerie à votre disposition: c'est le seul moyen d'être
maître de ce pays.

Vous pouvez garder sans inconvéniens le chef de bataillon du génie
Lazowski, qui vous est nécessaire.

Le général Fugières, avec un bataillon de la dix-huitième, part demain
ou ce soir pour Mehal-el-Kebir; il passe par Kélioubé, et il se rendra
à Menouf, où il arrivera probablement le 21: j'ai donné l'ordre qu'on
embarquât sur une djerme, du pain pour ce bataillon, pour quatre ou cinq
jours; il se rendra jusqu'à ..., d'où l'officier qui escorte ces djermes
fera partir ce pain à Menouf. Cependant, si vos fours sont achevés, il
serait essentiel que vous fissiez préparer du pain pour ce bataillon.
J'ai donné ordre à ce bataillon de séjourner deux jours à Menouf. Vous
en profiterez pour opérer le désarmement et tous les actes difficiles.

À mesure que vous aurez des chevaux, donnez-les aux différens
détachemens de dragons qui sont sous vos ordres, en tirant des reçus des
officiers.

BONAPARTE.



Au Caire, le 17 thermidor an 6 (4 août 1798).

_Au général Dupuis._

Je viens d'écrire au divan pour qu'il fasse faire une distribution de
blé pour les pauvres de la grande mosquée.

Il faudra se servir des magasins qui sont à Boulac et à Gizeh,
appartenans à ..., attendu qu'un seul magasin ne suffirait pas pour
contenir tous les effets provenant des maisons des mameloucks. J'ai
ordonné qu'un magasin servirait à deux commissions, tout comme une
commission doit faire la visite dans deux arrondissemens.

Une grande vigilance est plus nécessaire pour la tranquillité de la
place, qu'une grande dissémination de troupes; quelques officiers
de service qui courent la ville, quelques sergens de planton qui se
croisent sur des ânes, quelques adjudans-majors qui visitent les
endroits les plus essentiels, quelques Francs qui se faufilent dans les
marchés et les différens quartiers, et quelques compagnies de réserve
pour pouvoir envoyer dans les endroits où il y aurait quelque trouble,
sont plus utiles et fatiguent moins que des gardes fixées sur des places
et dans les carrefours. Si ce n'était la surveillance à exercer sur les
maisons de mameloucks, quatre cents hommes d'infanterie et cinquante
de cavalerie suffiraient pour le service de la place: en mettant trois
cents hommes pour le service des mameloucks, cela exige quinze cents
hommes. Je pense que deux mille hommes de garnison sont suffisans ici;
faites-moi remettre l'état des postes que vous occupez, et de tout le
service en détail.

BONAPARTE.



Au Caire, le 17 thermidor an 6 (4 août 1798).

_Au commissaire ordonnateur en chef._

Il m'a été présenté plusieurs états signés par des commissaires des
guerres, où ils paraissent légaliser des abus évidens et des prétentions
peu fondées.

Je vous prie de leur écrire pour leur faire sentir combien ils sont
coupables, lorsqu'ils s'éloignent de ce que la loi prescrit. J'ai vu
un état où le commissaire des guerres demande une indemnité pour non
fourniture de vin.

Je vous prie de faire un réglement pour ce qui est accordé par mois aux
demi-brigades et aux régimens, pour leur entretien.

Les corps doivent toucher les sommes qui leur reviennent pour
l'entretien pendant le temps qu'ils ont été embarqués.

Les corps de cavalerie qui n'ont qu'un cinquième des hommes montés,
doivent-ils toucher une somme qui est jugée nécessaire pour un régiment
de huit cents chevaux?

BONAPARTE.



Au Caire, le 18 thermidor an 6 (5 août 1798).

_Au général Reynier._

Vous partirez, citoyen général, avec le restant de votre division
pour vous rendre au village de El-Hanka, où se trouve déjà le général
Leclerc.

L'état-major a dû vous donner l'ordre de partir avec six jours de
vivres, mais ils ne seront probablement pas prêts, et, si vous les
attendez, ils retarderaient considérablement votre marche. Laissez votre
commissaire des guerres et le troisième bataillon de la neuvième, afin
qu'ils vous conduisent des vivres dès l'instant qu'ils seront livrés. Ne
partez pas au moins avant que la division n'ait son pain pour la journée
de demain.

Le général Leclerc a déjà fait construire un four, faites-en construire
deux autres.

Les villages environnans, qui sont extrêmement riches, vous fourniront
de la farine, de la viande et des légumes pour votre division;
indépendamment de cela, j'ordonne qu'on vous complette vos six jours de
vivres et qu'on vous en fasse passer une plus grande quantité.

Plusieurs scheicks sont réunis à Belbeis, avec Ibrahim-Bey, et l'on
pense que demain la caravane y sera arrivée; c'est ce qui m'a fait juger
votre présence nécessaire à El-Hanka, où, selon le rapport que l'on m'a
fait, vous vous trouverez juste à un jour de chemin du Caire à Belbeis.

Le général Leclerc a mené avec lui une certaine quantité de chameaux
pour porter des vivres. Il est indispensable qu'il les renvoie, ainsi
que tous ceux qui vous porteront des vivres, afin de pouvoir continuer.

Vous vous trouverez à El-Hanka au milieu de plusieurs tribus d'Arabes.
Faites ce qu'il vous sera possible pour leur faire entendre qu'ils n'ont
rien à gagner à nous faire la guerre, pour qu'ils nous envoient des
députations, et pour qu'ils vivent tranquilles sans nous attaquer; vous
leur enverrez de mes proclamations.

Vous vous tiendrez en garde contre les attaques que vous pourrait faire
Ibrahim-Bey. Vous vous retrancherez dans le village de manière à être à
l'abri de toute insulte, et une heure avant le jour, vous ferez faire
des reconnaissances, afin d'être prévenu et de pouvoir me prévenir aussi
avant que la cavalerie ne soit sur vous.

Vous interrogerez en détail tous les hommes qui viendraient de Belbeis
ou de Syrie, et vous m'enverrez leurs rapports. Si la caravane se
présentait pour venir, vous l'accueillerez de votre mieux; mais vous
ne dissimulerez pas au boy qui l'escorte, s'il y était encore, que mon
intention est, comme je le lui ai fait écrire, qu'arrivés à la Coubé,
les mameloucks livrent leurs armes et leurs chevaux, excepté lui et les
siens.

Je n'attends, pour me mettre en marche et me porter à Belbeis, que la
construction de vos trois fours, et l'établissement d'une boulangerie à
El-Hanka; je vous recommande de veiller spécialement à la formation de
vos magasins de subsistances à El-Hanka, d'y faire réunir le plus de
légumes, blé et riz, qu'il vous sera possible.

Je désire aussi que vous employiez les deux ou trois jours que vous
resterez à El-Hanka, à vous retrancher en crénelant quelques maisons, en
creusant quelques fossés. Mon intention est de faire occuper toujours ce
village par un bataillon.

BONAPARTE.



Au Caire, le 18 thermidor an 6 (5 août 1798).

_Au général Dugua._

Le général Murat me mande de Médié, qu'il a entendu quelque canonnade à
une lieue en avant de lui, et qu'il est parti avec le bataillon qu'il
commande pour connaître ce que c'était.

Je désire que vous me fassiez partir un bataillon de la
soixante-quinzième, qui se rendra avec une pièce de canon jusqu'à
Kélioubeh, où est le général Murat. Si, en route, il apprenait que le
général Murat est rentré à son poste, et qu'il n'y a rien de nouveau,
il rentrera au camp; s'il n'apprend rien en route, il se rendra à
Kélioubeh, où il restera pendant la journée, et reviendra le lendemain
matin, à moins que le général Murat ne croie avoir des raisons pour le
retenir.

Si le bataillon apprenait en route que le général Murat est aux mains
avec l'ennemi, il me renverrait l'officier des guides porteur de la
présente, pour me faire part des renseignement qu'il aurait recueillis.

Faites commander cette reconnaissance par un homme intelligent. En
partant exactement à deux heures après minuit, elle arrivera à cinq
heures à Kélioubeh.

BONAPARTE.



Au Caire, le 20 thermidor an 6 (7 août 1798).

_Au général Kléber._

Le kyaya du pacha d'Egypte expédie à Constantinople un exprès: je vous
prie, citoyen général, de lui donner toutes les facilités nécessaires
pour son passage.

BONAPARTE.



Au Caire, le 20 thermidor an 6 (7 août 1798).

_À l'ordonnateur en chef._

Je vais partir, citoyen ordonnateur, pour me porter à vingt-cinq lieues
d'ici vers la Syrie.

Moyennant les différens envois de farine que je vous ai demandés,
et ceux que l'état-major ordonne, nous serons en mesure pour les
subsistances; mais je vous prie de veiller à ce qu'on nous fasse les
envois demain, comme je le demande, de cinquante quintaux de riz, et
autant après-demain, ainsi que de dix-huit cents rations de pain.

La police de la ville exigerait que le blé y fût maintenu à un bon prix.
Un moyen nécessaire serait que vous fissiez vendre tous les jours une
certaine quantité de blé au tarif. Cela nous procurerait de l'argent et
ferait un grand bien à la ville.

Je vous recommande, pendant mon absence, d'avoir en magasin la plus
grande quantité de farine que vous pourrez, et de faire faire, tant à
Boulac qu'au Caire et au vieux Caire, la plus grande quantité possible
de biscuit: les mameloucks en faisaient faire dans la ville de fort
beau. Je désirerais que vous pussiez passer un marché avec les
boulangers de la ville, car il serait essentiel que vous eussiez, d'ici
à dix jours, trois cent mille rations de biscuit. C'est le seul moyen
d'assurer les subsistances dans nos routes et de ne pas mourir de faim
dans nos opérations.

BONAPARTE.



Au Caire, le 20 thermidor an 6 (7 août 1798).

_Au général Desaix._

Je vais m'absenter, citoyen général, pour quelques jours de la ville du
Caire.

Je donne ordre au général commandant de vous instruire de tous les
mouvemens qui provoqueraient des mesures extraordinaires. Votre
division, dans la position où elle se trouve, a le double but: 1°. de
garantir la province de Gizeh; 2°. de former une réserve pour le Caire.

La commission provisoire, composée des citoyens Monge, Berthollet et
Magallon, s'adressera à vous pour avoir tous les sauf-conduits qu'elle
jugera à propos d'accorder aux femmes des mameloucks, et moyennant les
traités particuliers qu'elle conclura avec elles.

Vous nommerez quatre officiers pour suivre les quatre commissions
chargées de faire les inventaires et de dépouiller les maisons des beys.
Ces officiers me rendront compte tous les jours de la manière dont s'est
faite l'opération; ils doivent d'ailleurs laisser faire entièrement les
commissaires. S'ils apercevaient des abus, ils vous les dénonceraient et
vous y apporteriez remède.

Le citoyen Beauvoisin a ordre de vous rendre compte tous les jours de la
séance du divan.

Je donne ordre au commandant de la place de faire partir tous les jours
cinquante ou soixante hommes avec un officier pour me porter de vos
dépêches, les siennes, celles de la commission, de l'ordonnateur, et de
l'adjudant-général qui reste à l'état-major.

Par ce moyen, vous vous trouverez instruit de la position des esprits au
Caire, et vous ferez faire à votre division et à la garnison tous les
mouvemens que les circonstances exigeront.

Si un courrier de France arrivait, il faudrait avoir soin de ne me
l'expédier que fortement escorté.

BONAPARTE.



Au Caire, le 24 thermidor an 6 (11 août 1798).

_À Ibrahim-Bey._

La supériorité des forces que je commande ne peut plus être contestée:
vous voilà hors de l'Egypte et obligé de passer le désert.

Vous pouvez trouver dans ma générosité la fortune et le bonheur que le
sort vient de vous ôter.

Faites-moi de suite connaître votre intention.

Le pacha du grand-seigneur est avec vous, envoyez-le moi porteur de
votre réponse; je l'accepte volontiers comme médiateur.

BONAPARTE.



Le 25 thermidor an 6 (12 août 1798).

  [5]Entrevue de Bonaparte, membre de l'Institut national,
  général en chef de l'armée d'Orient, et de plusieurs
  muphtis et imans, dans l'intérieur de la grande pyramide,
  dite pyramide de Chéaps.

Cejourd'hui, 25 thermidor de l'an 6 de la république française, une et
indivisible, répondant au 28 de la lune de Mucharem, l'an de l'hégire
1213, le général en chef, accompagné de plusieurs officiers de
l'état-major de l'armée et de plusieurs membres de l'Institut national,
s'est transporté à la grande pyramide, dite de Chéaps, dans l'intérieur
de laquelle il était attendu par plusieurs muphtis et imans, chargés de
lui en montrer la construction intérieure. À neuf heures du matin, il
est arrivé avec sa suite, sur la croupe des montagnes de Gizeh,
au nord-ouest de Memphis. Après avoir visité les cinq pyramides
inférieures, il s'est arrêté avec une attention particulière à la
pyramide de Chéaps, dont les membres de l'Institut ont à l'instant
déterminé, par des figures trigonométriques, la hauteur perpendiculaire.

Cette hauteur s'est trouvée être d'environ cent cinquante-cinq mètres
(près de quatre cent soixante cinq pieds), ce qui est près du double de
celle des monumens les plus élevés de l'Europe[6].

Le général et sa suite ayant pénétré dans l'intérieur de la pyramide,
ont trouvé d'abord un canal de cent pieds de long et de trois pieds de
large, qui les a conduits, par une pente rapide, vers les vallées qui
servaient de tombeau au Pharaon qui érigea ce monument. Un second canal
fort dégradé, et remontant vers le sommet de la pyramide, les a menés
successivement sur deux plates-formes, et de là, à une galerie voûtée,
de la longueur de cent dix-huit pieds, aboutissant au vestibule du
tombeau. C'est une vallée voûtée, d'environ dix-sept pieds de long sur
quinze de large, dans un des murs de laquelle on remarque la place d'une
momie que l'on croit avoir été l'épouse du Pharaon.

On voit dans cette vallée la trace des fouilles faites avec violence par
les ordres d'un calife arabe, qui fit ouvrir la pyramide, et qui croyait
que ces lieux recelaient un trésor. L'effet des mêmes tentatives se
remarqua dans une seconde salle, perpendiculaire à la première, et plus
haute de cent pieds, où l'on croit qu'était le corps du Pharaon.

Cette dernière salle, à laquelle le général en chef est enfin parvenu,
est à voûte plate, et longue de trente-deux pieds sur seize de large et
dix-neuf de haut. On ignore ce que les Arabes spoliateurs découvrirent
dans ce sanctuaire de la pyramide; le général n'y a trouvé qu'une caisse
de granit, d'environ huit pieds de long sur quatre d'épaisseur, qui
renfermait sans doute la momie d'un Pharaon. Il s'est assis sur le bloc
de granit, a fait asseoir à ses côtés les muphtis et imans, Suleiman,
Ibrahim et Muhamed, et il a eu avec eux, en présence de sa suite, la
conversation suivante:

_Bonaparte._ Dieu est grand et ses oeuvres sont merveilleuses. Voici
un grand ouvrage de main d'hommes! Quel était le but de celui qui fit
construire cette pyramide?

_Suleiman._ C'était un puissant roi d'Egypte, dont on croit que le
nom était Chéaps. Il voulait empêcher que des sacriléges ne vinssent
troubler le repos de sa cendre.

_B._ Le grand Cyrus se fit enterrer en plein air, pour que son corps
retournât aux élémens. Penses-tu qu'il ne fit pas mieux? le penses-tu?

_S._ (s'inclinant): Gloire à Dieu, à qui toute gloire est due.

_B._ Honneur à Allah! Quel est le calife qui a fait ouvrir cette
pyramide et troubler la cendre des morts?

_Muhamed._ On croit que c'est le commandeur des croyans Mahmoud, qui
régnait il y a plusieurs siècles à Bagdad; d'autres disent le renommé
Aaroun-Al-Raschid (Dieu lui fasse paix!) qui croyait y trouver des
trésors; mais quand on fut entré par ses ordres dans cette salle, la
tradition porte qu'on n'y trouva que des momies, et sur le mur cette
inscription en lettres d'or: _l'impie commettra l'iniquité sans fruit,
mais non sans remords._

_B._ Le pain dérobé par le méchant remplit sa bouche de gravier.

_M._ (s'inclinant): C'est le propos de la sagesse.

_B._ Gloire à Allah. Il n'y a point d'autre Dieu que Dieu; Mohamed est
son prophète, et je suis de ses amis.

_S._ Salut de paix sur l'envoyé de Dieu. Salut aussi sur toi, invincible
général, favori de Mohamed.

_B._ Muphti, je te remercie. Le divin Coran fait les délices de mon
esprit et l'attention de mes yeux. J'aime le Prophète et je compte,
avant qu'il soit peu, aller voir et honorer son tombeau dans la ville
sacrée; mais ma mission est auparavant d'exterminer les mameloucks.

_Ibrahim._ Que les anges de la victoire balayent la poussière sur ton
chemin et te couvrent de leurs ailes. Le mamelouck a mérité la mort.

_B._ Il a été frappé et livré aux anges noirs Moukir et Quarkir. Dieu,
de qui tout dépend, a ordonné que sa domination fût détruite.

_S._ Il étendit la main de la rapine sur les terres, les moissons, les
chevaux de l'Egypte.

_B._ Et sur les esclaves les plus belles, très-saint muphti. Allah a
desséché sa main. Si l'Egypte est sa ferme, qu'il montré le bail que
Dieu lui a fait; mais Dieu est juste et miséricordieux pour le peuple.

_Ib._ O le plus vaillant entre les serviteurs d'Issa[7], Allah t'a fait
suivre de l'ange exterminateur pour délivrer sa terre d'Egypte.

_B._ Cette terre était livrée à vingt-quatre oppresseurs rebelles au
grand sultan notre allié (que Dieu l'entoure de gloire), et à dix mille
esclaves venus du Caucase et de la Géorgie. Adriel, ange de la mort, a
soufflé sur eux; nous sommes venus, et ils ont disparu.

_M._ Noble successeur de Scander[8], honneur à tes armes invincibles et
à la foudre inattendue qui sort du milieu de tes guerriers à cheval[8].

_B._ Crois-tu que cette foudre soit une oeuvre des enfans des hommes? le
crois-tu? Allah l'a fait mettre en mes mains par le génie de la guerre._

_Ib._ Nous reconnaissons à tes oeuvres, Allah qui t'envoie. Serais-tu
vainqueur si Allah ne l'avait permis? Le Delta et tous les pays voisins
retentissent de tes miracles.

_B._ Un char céleste montera par mes ordres jusqu'au séjour des nuées[10]
et la foudre descendra vers la terre le long d'un fil de métal[11] dès
que je l'aurai commandé.

_S._ Et le grand serpent sorti du pied de la colonne de Pompée, le jour
de ton entrée triomphale à Scanderieh[12], et qui est resté desséché sur
le socle de la colonne, n'est-ce pas encore un prodige opéré par ta
main?

_B._ Lumière des fidèles, vous êtes destinés à voir, encore de plus
grandes merveilles; car les jours de la régénération sont venus.

_Ib._ La divine unité te regarde d'un oeil de prédilection, adorateur
d'Issa, et te rend le soutien des enfans du prophète.

_B._ Mohamed n'a-t-il pas dit: tout homme qui adore Dieu et qui fait de
bonnes oeuvres, quelle que soit sa religion, sera sauvé?

_Suleiman, Muhamed, Ibrahim_ (ensemble en s'inclinant): Il l'a dit.

_B._ Et si j'ai tempéré par ordre d'en haut l'orgueil du vicaire d'Issa,
en diminuant ses possessions terrestres pour lui amasser des trésors
célestes, dites, n'était-ce pas pour rendre gloire à Dieu, dont la
miséricorde est infinie?

_M._ (d'un air interdit): Le muphti de Rome était riche et puissant;
mais nous ne sommes que de pauvres muphtis.

_B._ Je le sais: soyez sans crainte; vous avez été pesés dans la
balance de Balthazar et vous avez été trouvés légers. Cette pyramide ne
renfermait donc aucun trésor qui vous fût connu?

_S._ (ses mains sur l'estomac): Aucun, seigneur; nous le jurons par la
cité sainte de la Mecque.

_B._ Malheur, et trois fois malheur à ceux qui recherchent les richesses
périssables, et qui convoitent l'or et l'argent, semblables à la Loue!

_S._ Tu as épargné le vicaire d'Issa et tu l'as traité avec clémence et
bonté.

_B._ C'est un vieillard que j'honore (que Dieu accomplisse ses désirs
quand ils seront réglés par la raison et la vérité); mais il a tort de
condamner au feu éternel tous les Musulmans, et Allah défend à tous
l'intolérance.

_Ib._ Gloire à Allah et à son prophète qui t'a envoyé au milieu de nous
pour réchauffer la foi des faibles et rouvrir aux fidèles les portes du
septième ciel.

_B._ Vous l'avez dit, très-zélés muphtis, soyez fidèles à Allah, le
souverain maître des sept d'eux merveilleux, à Mohamed son vizir, qui
parcourut tous ces cieux dans une nuit. Soyez amis des Francs, et Allah,
Mohamed et les Francs vous récompenseront.

_Ib._ Que le prophète lui-même te fasse asseoir à sa gauche le jour de
la résurrection, après le troisième sou de la trompette.

_B._ Que celui-là écoute, qui a des oreilles pour entendre. L'heure
de la résurrection politique est arrivée pour tous les peuples qui
gémissaient dans l'oppression. Muphtis, imans, mullahs, derviches,
kalenders, instruisez le peuple d'Egypte. Encouragez-le à se joindre à
nous pour achever d'anéantir les beys et les mameloucks. Favorisez
le commerce des Francs dans vos contrées, et leurs entreprises pour
parvenir d'ici à l'ancien pays de Brama. Offrez-leur des entrepôts dans
vos ports, et éloignez de vous les insulaires d'Albion, maudite entre
les enfans d'Issa; telle est la volonté de Mohamed. Les trésors,
l'industrie et l'amitié des Francs seront votre partage, en attendant
que vous montiez au septième ciel, et qu'assis aux côtés des houris aux
yeux noirs, toujours jeunes et toujours pucelles, vous vous reposiez à
l'ombre du laba, dont les branches offriront d'elles-mêmes aux vrais
Musulmans tout ce qu'ils pourront désirer.

_S._ (s'inclinant): Tu as parlé comme le plus docte des mullahs. Nous
ajoutons foi à tes paroles, nous servirons ta cause, et Dieu nous
entend.

_B._ Dieu est grand et ses oeuvres sont merveilleuses. Salut de paix sur
vous, très-saints muphtis!

Le général est alors ressorti, avec sa suite, de la pyramide de Chéaps,
et il est retourné au Caire, laissant les autres membres de l'institut
national occupés à terminer leurs Observations.


[Footnote 5: Ce morceau a été publié dans le no. LXVII du Moniteur, le
7 frimaire an VII (27 novembre 1798). Quoique son authenticité ait été
discutée, nous n'avons pas cru devoir omettre une pièce aussi curieuse
et qui donne une si juste idée du caractère de Bonaparte et des moyens
qu'il employait avec tant d'habileté pour rapper l'imagination déjà si
irritable des habitans de l'Egypte.]

[Footnote 6: Cette assertion n'est pas exacte. La flèche de Strasbourg,
qui est le monument le plus élevé de l'Europe, a quatre cent vingt-huit
pieds quatre pouces, on à peu près cent trente-huit mètres de hauteur, y
compris la croix. Saint-Pierre de Rome, au-dessus de la croix, à quatre
cent vingt-un pieds d'élévation, ou à peu près cent trente-six mètres.
On voit donc qu'il n'y a que dix-sept mètres de différence entre la
pyramide de Chéaps et la flèche de Strasbourg. Voyez à ce sujet les
mesures des principaux édifices de l'Europe, consignées dans le
_Voyage d'Italie_, par Lalande; édition de 1769, tome IV, pages 62 et
suivantes.]

[Footnote 7: Jésus-Christ.]

[Footnote 8: Alexandre.]

[Footnote 9: L'artillerie volante, qui a beaucoup étonné les
mameloucks.]

[Footnote 10: Les aérostats, inconnus en Egypte.]

[Footnote 11: Les phénomènes de l'électricité, les paratonnerres.]

[Footnote 12: Alexandrie.]



Le 25 thermidor an 6 (12 août 1798).

_Au général Leclerc._

Je vous prie, citoyen général, de vouloir bien témoigner aux septième de
hussards, vingt-deuxième de chasseurs, troisième et cinquième de dragons
ma satisfaction de la conduite qu'ils ont tenue dans la charge glorieuse
qu'ils ont faite sur l'arrière-garde des mameloucks[13], auxquels ils ont
tué et blessé beaucoup de monde, entre autres le chef Aly-Bey, et pris
deux pièces de canon.

Je donne l'ordre à l'état-major pour qu'on fasse reconnaître comme chef
de brigade le citoyen d'Estrées, comme chef d'escadron le capitaine
Renaud, comme capitaine le citoyen Leclerc, lieutenant du septième de
hussards, et comme lieutenant le sous-lieutenant des guides, Dallemagne.

Je vous prie de me faire passer dans la journée la liste des officiers
et des soldats des quatre corps qui se sont distingués et qui méritent
un avancement particulier.

BONAPARTE.

[Footnote 13: Il est question du combat de Salchich.]



Le 25 thermidor an 6 (12 août 1798).

_Au citoyen Leturq._

Le général Leclerc m'a rendu compte, citoyen, de la bravoure que vous
avez montrée et de la conduite que vous avez tenue dans la journée
d'hier. Vous vous êtes souvent distingué dans la campagne d'Italie, et
je vous donnerai incessamment l'avancement que vous méritez.

BONAPARTE.



Le 25 thermidor an 6 (12 août 1798).

_À la commission de commerce._

Je vous autorise, citoyens, à conclure définitivement et à signer les
arrangemens que vous ferez avec les différentes femmes des beys et des
autres mameloucks pour le rachat de leurs effets: vous délivrerez des
sauf-conduits à celles qui consentiront à un accommodement.

BONAPARTE.



Le 26 thermidor an 6 (13 août 1798).

_Au général du génie._

Mon intention est, citoyen général, de réunir à Salehieh des magasins de
bouche et de guerre suffisans pour pourvoir aux besoins d'une armée de
trois cent mille hommes pendant un mois.

Vous sentez qu'il est indispensable que des magasins aussi précieux
soient contenus dans une forteresse qui les mette à l'abri d'être
enlevés par une attaque de vive force, et qui fasse que les sept ou huit
cents hommes de garnison obligent l'ennemi à un siége d'autant plus
pénible, qu'il ne peut charrier son artillerie qu'après un passage de
neuf jours dans le désert.

Une fois cette forteresse construite, on pourra, si on le juge
nécessaire, y appuyer un camp retranché, soit pour tenir pendant
long-temps les corps de l'ennemi éloignés, soit pour pouvoir protéger un
corps d'armée inférieur, mais trop considérable pour y tenir garnison.

Il serait essentiel que vous dirigeassiez vos travaux de manière à
ce que, d'ici à quatre ou cinq décades, cette forteresse eût déjà
l'avantage d'un fort poste de campagne, et qu'avec une garnison plus
nombreuse que celle que l'on sera obligé d'y tenir, lorsqu'elle sera
achevée, les magasins pussent déjà être à l'abri d'une attaque de vive
force.

Vous laisserez à Salehieh assez d'ingénieurs pour confectionner lesdits
travaux avec promptitude, et pour pouvoir suffire aux reconnaissances
qui serviront à déterminer la position précise de Salehieh par rapport à
la mer, à Mansoura, a Damiette, à l'inondation du Nil, et aux canaux du
Nil qui peuvent porter bateau.

Vous trouverez l'ordre que j'envoie au payeur du quartier-général qui
est à Salehieh, de verser 10,000 fr. à la disposition de l'officier
supérieur du génie que vous laisserez à Salehieh pour le commencement
desdits travaux.

BONAPARTE.



Le 26 thermidor an 6 (13 août 1798).

_Au général de l'artillerie._

Mon intention, citoyen général, est d'établir une forteresse à Salehieh
qui puisse mettre à l'abri de toute insulte les magasins de bouche et de
guerre que j'ai l'intention d'y réunir: vous vous concerterez avec
le général du génie pour tous les établissemens d'artillerie,
indépendamment des magasins nécessaires à l'approvisionnement pour trois
ou quatre pièces de campagne et cinq ou six cent mille cartouches.

Je vous envoie une ordonnance de 2,000 fr. que vous laisserez à la
disposition de l'officier d'artillerie que vous chargerez dudit
établissement, pour commencer à travailler de suite.

BONAPARTE.



Le 16 thermidor an 6 (13 août 1798).

_Au général Reynier._

Mon intention est, citoyen général, que le génie et l'artillerie
travaillent à la construction d'une forteresse qui mette les magasins
que j'ai l'intention de réunir à Salehieh à l'abri d'une attaque de vive
force, et dans le cas d'être gardés par moins de mille hommes.

Jusqu'alors vous sentez qu'il est indispensable que vous occupiez en
force le point désigné, et que vous envoyiez des espions en Syrie pour
vous tenir au fait de tous les mouvemens que l'on pourrait faire de ce
côté-là.

Vous vous mettrez en correspondance suivie avec Damiette, qui est plus
à même d'en recevoir par mer, et vous reconnaîtrez bien la position de
Salehieh par rapport à la mer et aux différens canaux du Nil.

Le général Dugua, avec sa division, va à Mansoura, et le général Vial va
à Damiette. Quand vous aurez reconnu la route qui de la mer conduit à
Salehieh, on pourra ordonner à une frégate et à un ou plusieurs avisos
de se tenir toujours à portée de ce point, et l'on pourra par là vous
faire passer du vin, du canon, des outils, que nous avons à Alexandrie,
ainsi que les bagages de votre division.

Vous répandrez, soit dans votre province, soit en Syrie, le plus de mes
proclamations que vous pourrez, et vous prendrez des mesures pour que
tous les voyageurs qui arrivent de Syrie vous soient amenés, afin que
vous puissiez les interroger.

Indépendamment de ces fonctions militaires, vous en aurez encore
d'administratives à remplir, en organisant la province de Salehieh dont
le chef-lieu est à Belbeis.

Il faut commencer par vous mettre en correspondance avec toutes les
tribus arabes, afin de connaître les camps qu'ils occupent, les champs
qu'ils cultivent, et dès lors le mal que vous pourrez leur faire
lorsqu'ils désobéiront à vos ordres.

Cela fait, il faudra remplir deux buts: le premier de leur ôter le plus
de chevaux possible; le second de les désarmer.

Vous ne leur laisserez entrevoir l'intention de leur ôter leurs chevaux
que peu à peu, en en demandant d'abord une certaine quantité pour
remonter notre cavalerie, et, cela obtenu, il sera possible de prendre
d'autres mesures; mais auparavant il faut que vous vous occupiez de
connaître les intérêts qui les lient à nous; ce qui seul vous fera
connaître les menaces et le mal que vous pouvez leur faire.

Je vous envoie une ordonnance de 2,000 fr. pour pouvoir subvenir aux
dépenses extraordinaires d'espions à envoyer en Syrie.

BONAPARTE.



Le 28 thermidor an 6 (15 août 1798).

_Au général Dupuy._

Vous voudrez bien, citoyen général, prendre de nouvelles précautions
pour vous assurer que Coraïm ne vous échappera pas: après quoi vous lui
ferez subir un interrogatoire, dans lequel vous lui demanderez qu'il
réponde positivement: 1°. a-t-il écrit à Mourad-Bey depuis qu'il nous a
juré fidélité? 2°. à quels mameloucks a-t-il écrit depuis qu'il nous a
juré fidélité? 3°. quelle espèce de correspondance a-t-il eue avec les
Arabes de Bahiré?

BONAPARTE.



Le 28 thermidor an 6 (15 août 1798).

_Au général Dupuy._

Je vous prie, citoyen général, de me faire connaître ce qu'a produit le
désarmement.

Je désirerais également connaître les mesures efficaces que vous pensez
qu'on pourrait prendre pour se procurer des chevaux: vous pourrez faire
prendre tous les chevaux, armes et chameaux qui pourraient se trouver
dans les maisons des femmes avec lesquelles nous avons traité. Ces trois
objets sont objets de guerre.

BONAPARTE.



Le 28 thermidor an 6 (15 août 1798).

_Au général Ganteaume._

Le tableau de la situation dans laquelle vous vous êtes trouvé,
citoyen général, est horrible. Quand vous n'avez point péri dans cette
circonstance, c'est que le sort vous destine à venger un jour notre
marine et nos amis; recevez-en mes félicitations: c'est le seul
sentiment agréable que j'aie éprouvé depuis avant-hier. J'ai reçu, à
mon avant-garde, à trente lieues du Caire, votre rapport, qui m'a été
apporté par l'aide-de-camp du général Kléber.

BONAPARTE.



Le 28 thermidor an 6 (15 août 1798).

_Au contre-amiral Ganteaume._

Vous prendrez, citoyen général, le commandement de tout ce qui reste de
notre marine, et vous vous concerterez avec l'ordonnateur Leroy pour
l'armement et l'approvisionnement des frégates _l'Alceste_, _la Junon_,
_la Carrère_, _la Muiron_, les vaisseaux _le Dubois_ et _le Causse_, et
toutes les autres frégates, bricks ou avisos qui nous restent.

Vous nommerez tous les commandans; vous ferez tout ce qu'il vous sera
possible pour retirer de la rade d'Aboukir les débris qui peuvent y
rester.

Vous ferez partir de suite sur un aviso, pour Corfou et de là pour
Ancolie, les dépêches que porte le courrier que j'ai expédié il y a
quinze jours du Caire, et que l'on m'assure être encore à Rosette. Vous
adresserez au ministre de la marine une relation de l'affaire, telle
qu'elle a eu lieu.

Je brûle du désir de conférer avec vous; mais, avant de vous donner
l'ordre de venir au Caire, j'attendrai quelques jours, mon intention
étant, s'il est possible, de me porter moi-même à Alexandrie.

Envoyez-moi l'état des officiers, des matelots et des bâtimens qui nous
restent.

Vous sentez qu'il est essentiel que vous fassiez prévenir de suite Malte
et Corfou de ce qu'aura fait le général Villeneuve, afin que ces îles se
tiennent en surveillance et à l'abri d'une surprise.

Je pense bien qu'à l'heure qu'il est, les Anglais se seront retirés avec
leur proie.

BONAPARTE.



Le 28 thermidor an 6 (15 août 1798)

_Au citoyen Leroy,_

Je vous envoie par une chaloupe canonnière 100,000 fr. pour servir aux
travaux les plus pressans de la marine. Il est indispensable que vous
vous concertiez avec le contre-amiral Ganteaume pour armer en guerre _le
Dubois_, le _Causse_, _la Carrère_, _la Muiron_; il faudra doubler
en cuivre les deux dernières, qui doivent avoir le doublage. Le
contre-amiral Ganteaume nommera au commandement de ces différens
bâtimens. Vous ne devez pas être embarrassé d'en organiser les équipages
avec les débris de l'escadre.

J'imagine que _l'Alceste_ n'a besoin de rien. Vous aurez déjà sans doute
fait travailler à _la Junon_. Dès l'instant que vous aurez des nouvelles
de la route qu'aura tenue le contre-amiral Villeneuve, vous me la ferez
connaître. Envoyez-moi aussi l'état de tous les bâtimens et de tous les
matelots échappés, soit de l'escadre, soit des convois qui se trouvent à
Rosette.

Indépendamment des sommes que le général Kléber vous fera remettre des
contributions d'Alexandrie et de celles qui nous reviendront de la
contribution frappée à Damiette, je vous ferai toucher toutes les
décades 100,000 fr. Il est arrivé à Rosette cinquante djermes chargées
de blés et de légumes, que, dès mon arrivée au Caire, j'avais envoyées à
l'amiral Brueys pour approvisionner l'escadre; je donne ordre au général
Menou de les tenir à votre disposition, et de faire tout ce qu'il pourra
pour les faire passer à Alexandrie. Faites de votre côté tout ce qui
sera possible pour favoriser ce passage, afin que vous ayez à Alexandrie
les approvisionnemens nécessaires pour cette grande quantité d'hommes.

BONAPARTE.



Le 18 thermidor an 6 (15 août 1798).

_Au général Kléber._

Vous devez sans doute, à l'heure qu'il est, avoir reçu la réponse a
toutes vos lettres, et vous aurez vu mon aide-de-camp Julien, qui est
parti d'ici, il y a douze jours.

J'ai appris la journée du 14, avant-hier 26, par votre aide-de-camp, qui
m'a trouvé à Salehieh, à trente-trois lieues du Caire. Je n'ai pas perdu
un instant à m'y rendre.

Je vous ai écrit souvent, et comme la plupart de vos lettres me sont
parvenues toutes à la fois, j'espère qu'il en aura été de même des
miennes.

J'ai envoyé l'adjudant-général Brives à Rahmanieh avec un bataillon.

Vous devez avoir reçu une grande quantité de monde aujourd'hui à
Alexandrie.

J'envoie 100,000 fr. à l'ordonnateur Leroy pour les premiers besoins de
l'armement.

J'ordonne que l'on vous fasse passer de Rosette tous les vivres que l'on
y avait envoyés pour l'approvisionnement de l'escadre.

Après cinq ou six marches, nous avons poussé Ibrahim-Bey dans les
déserts de Syrie; nous avons dégagé une partie de la caravane qu'il
avait retenue, et lui-même avec tous ses trésors et ses femmes a failli
tomber en notre pouvoir.

Il nous reste encore à détruire Mourad-Bey, qui occupe la Haute-Égypte,
et à soumettre l'intérieur du Delta, où plusieurs partisans des beys se
trouvent encore les armes à la main.

L'argent est extrêmement rare dans ce pays, et j'ai ordonné à
l'ordonnateur Leroy et au contre-amiral Ganteaume de pousser le plus
vivement qu'ils pourront l'armement des vaisseaux _le Dubois_ et _le
Causse_, et celui des avisos, bricks ou frégates qui nous restent
encore.

L'adjudant-général Brives et sa colonne sont à vos ordres: si les
Anglais laissent des forces dans ces parages et interceptent nos
communications avec Rosette, il devient indispensable d'occuper les
villages d'Aboukir en force, afin que vous puissiez communiquer avec
Rosette par terre.

Le général Manscourt se rend à Alexandrie: c'est un général d'artillerie
qui pourra vous servir pour l'armement de la côte; il pourra d'ailleurs
prendre des renseignemens sur le pays, pour vous remplacer lorsque les
circonstances permettront que vous nous rejoigniez.

Je ferai filer des troupes dès l'instant que cela sera possible, du
côté de Rosette, pour pouvoir vous seconder; mais vous devez, d'ici à
plusieurs jours, ne pas y compter: ainsi tirez parti de vos propres
forces.

Je n'ai point reçu de vos lettres depuis celles que m'a remises votre
aide-de-camp: ainsi j'ignore jusqu'à quel point les Anglais ont été
maltraités, et quelle est la quantité de troupes et d'équipages qui
s'est réfugiée à Alexandrie.

J'ai écrit à Ganteaume d'instruire Malte et Corfou de tous les détails
de cette affaire, afin que ces îles restent en surveillance. L'on
m'apprend que le courrier que j'ai expédié d'ici, il y a quinze jours,
est encore à Rosette. J'ai écrit au contre-amiral de l'expédier le plus
tôt possible pour Corfou, d'où il passera en Italie. Coraïm est arrivé
ici; je l'ai fait enfermer. Vous ne devez pas avoir eu de difficulté
à avoir les 300,000 fr auxquels j'ai imposé Alexandrie; il faudra
cependant soustraire de cette somme 100,000 fr. que vous avez déjà
touchés.

Les choses dans ce pays ne sont pas encore assises, et chaque jour
y porte une amélioration considérable. Je suis fondé à penser que,
quelques jours encore, nous commencerons à être maîtres du pays.

L'expédition que nous avons entreprise exige du courage de plus d'un
genre. Le général de brigade Vial occupe Damiette.

BONAPARTE.



Au Caire, le 28 thermidor an 6 (15 août 1798).

_Au général Menou._

Vous ferez partir, citoyen général, pour Alexandrie tous les blés et
autres approvisionnemens qui étaient chargés sur les djermes, et qui
étaient destinés pour l'escadre.

Vous devez avoir reçu plusieurs de mes lettres par mon aide-de-camp
Jullien, qui est parti d'ici il y a quinze jours.

Dans une, je vous disais de percevoir une contribution de 100,000 fr.
sur le commerce de Rosette, pour subvenir à nos besoins.

La djerme de poste vient d'arriver et ne porte aucune de vos lettres:
veillez, je vous prie, à ce qu'aucun courrier ne parte de Rosette sans
aller vous demander vos ordres, et qu'il y ait toujours un billet de
vous ou d'un officier de votre état-major.

L'aide-de-camp du général Kléber ne m'a appris que le 26, à Salehieh, où
je me trouvais, la nouvelle de la journée du 14.

Je ne fais que d'arriver au Caire; j'espère cette nuit recevoir de vos
lettres qui m'instruisent de la perte réelle des Anglais.

BONAPARTE.



Au Caire, le 28 thermidor an 6 (15 août 1798).

_Au contre-amiral Ganteaume._

Je vous préviens, citoyen général, que j'ai donné ordre de vous envoyer
15,000 fr., qui sont partis aujourd'hui dans la même caisse que les
100,000 fr. de l'ordonnateur Leroy.

Vous vous servirez de ces 15,000 fr. pour distribuer aux officiers de
l'armée navale qui auraient le plus de besoins. Vous garderez 3,000 fr.
pour vos besoins particuliers.

BONAPARTE.



Au Caire, le 28 thermidor an 6 (15 août 1798).

_Au général Menou._

Je donne ordre au payeur de vous envoyer 15,000 fr. pour distribuer
aux individus de l'escadre qui auraient le plus de besoins et qui se
seraient réfugiés à Rosette, et pour activer l'arrivée au Caire de tous
les objets nécessaires à l'armée, et à Alexandrie, de tous les objets
nécessaires à son approvisionnement.

BONAPARTE.



Au Caire, le 29 thermidor an 6 (16 août 1798).

_Au général Zayonscheck._

J'ai reçu, citoyen général, à mon retour de Salehieh, votre lettre.
J'espère qu'après les avantages que nous avons remportés sur
Ibrahim-Bey, que nous avons poussé à plus de quarante lieues, et obligé
de passer le désert de Syrie, après l'avoir blessé et après avoir tué
Aly-Bey, les habitans de votre province deviendront plus traitables.

Le général Dugua, qui doit être arrivé à Mansoura, se rendra lui-même
à Mehal-el-Kebir, pour soumettre la province de Garbié. Le général
Fugières s'y rendra dès l'instant qu'il saura que le général Dugua est
en marche; cela nécessitera quelques jours encore sa présence à Menouf.

Je n'ai pas vu avec plaisir la manière avec laquelle vous vous êtes
conduit envers le Cophte: mon intention est qu'on ménage ces gens-là et
qu'on ait des égards pour eux. Prononcez les sujets de plainte que vous
avez contre lui, je le ferai remplacer.

Je n'approuve pas non plus que vous ayez fait arrêter le divan sans
avoir approfondi s'il était coupable ou non; il a fallu le relâcher
douze heures après: ce n'est pas le moyen de se concilier un parti.
Étudiez les peuples chez lesquels vous êtes, distinguez ceux qui sont
les plus susceptibles d'être employés; faites quelquefois des exemples
justes et sévères, mais jamais rien qui approche du caprice et de la
légèreté. Je sens que votre position est souvent embarrassante, et je
suis plein de confiance dans votre bonne volonté et votre connaissance
du coeur humain; croyez que je vous rends la justice qui vous est due.

BONAPARTE.



Au Caire, le 29 thermidor an 6 (16 août 1798).

_Au général Rampon._

Je vous envoie, citoyen général, des souliers et du biscuit; on vous a
envoyé des cartouches.

Le général Desaix, avec sa division, s'embarque dans la nuit de demain
pour se rendre à Benecouef: par-là vous vous trouverez couvert, et
reprendrez sans inconvénient la position d'Alfieli, et punirez le
scheick de la conduite perfide qu'il a tenue.

Je connais trop l'esprit qui anime les trois bataillons que vous
commandez, pour douter qu'ils ne fussent fâchés que je donnasse à
d'autres le soin de les venger de la trahison infâme des habitans
d'Alfieli.

BONAPARTE.



Au Caire, le 30 thermidor an 6 (17 août 1798)

_Au général Chabot._

Je reçois, citoyen général, votre lettre du 25 messidor: j'y vois que
_le Fortunatus_ est arrivé avec deux bâtimens chargés de bois; je vous
prie de continuer à nous en envoyer.

Le contre-amiral Villeneuve, avec une partie de l'escadre, est arrivé à
Corfou.

Je ne doute pas que vous ne lui accordiez tous les secours et
approvisionnemens qu'il doit attendre. Dans ce cas, félicitez-le, de
ma part, sur le service qu'il a rendu dans cette circonstance, en
conservant à la république un aussi bon officier et d'aussi bons
bâtimens.

Vous lui direz que je désire qu'il fasse armer le plus tôt possible le
bâtiment de guerre qui est à Corfou, et qu'il envoie l'ordre a Ancône
pour que les trois bâtimens de guerre et les frégates qui y sont,
se rendent également à Corfou, afin de pouvoir ainsi commencer à
réorganiser une escadre. Nous faisons armer les vaisseaux et les
frégates qui se trouvent dans le port d'Alexandrie. Plusieurs vaisseaux
de guerre et frégates, partis de Toulon, vont arriver à Malte, où il y a
également quelques vaisseaux de guerre et frégates: mon intention est de
réunir tous ces vaisseaux à Corfou.

Écrivez de ma part au général Brune, pour qu'il fasse mettre, sur
nos vaisseaux d'Ancône, de bonnes garnisons de troupes, et mettez-en
vous-même sur ceux qu'a amenés le contre-amiral Villeneuve. Je ne lui
écris pas à lui-même, parce que je ne suis pas assuré qu'il se trouve à
Corfou; mais s'il s'y trouve, cette lettre lui sera commune. Tout ici
va parfaitement bien, et commence même à s'organiser: notre conquête se
consolide tous les jours.

Faites-moi connaître, le plus souvent que vous pourrez, ce qui se passe
en Turquie, et surtout du côté de Passwan-Oglou. En général, quand vous
m'écrirez, envoyez-moi les journaux que vous aurez, et une note de ce
que vous aurez appris, car ici nous sommes très-souvent sans nouvelles
de France.

J'ai vu avec plaisir que les choses vont bien dans votre division. Les
troupes qui vous sont arrivées, sont un renfort bien précieux dans ce
moment-ci.

Faites faire la plus grande quantité de biscuit que vous pourrez; je
vous enverrai des blés le plus tôt qu'il me sera possible; d'ailleurs,
je vois par votre état de situation, que vous en avez sept cents
quintaux, en approvisionnement de siège.

BONAPARTE.



Au Caire, le 1er fructidor an 6 (18 août 1798).

_Au général Marmont._

Vous vous rendrez, citoyen général, le plus tôt possible à Rosette.

En passant à Rahmanieh, vous vous aboucherez avec l'adjudant-général
Brives, afin d'avoir des nouvelles, soit d'Alexandrie, soit de la
province de Damanhour.

Si l'expédition que j'ai ordonnée sur le Damanhour n'avait pas réussi,
vous débarqueriez a Rahmanieh, et vous prendriez le commandement de
toutes les colonnes mobiles; vous dissiperiez les attroupemens de toute
la province de Damanhour, et puniriez les habitans de cette ville pour
la manière dont ils se sont conduits avec le général Dumuy.

Si, comme je dois le présumer, il n'y a rien de nouveau à Rahmanieh, et
que l'adjudant-général Brives soit à Damanhour ou à Rahmanieh, vous lui
donnerez de vos nouvelles en l'instruisant que le but de votre mission
est d'entretenir la communication du canal de Rahmanieh à Alexandrie,
afin que les eaux y coulent; ainsi que la communication de Rosette à
Alexandrie.

Arrivé a Rosette, votre premier soin sera de visiter la barre du Nil, et
de vous assurer si l'on y a placé les batteries et chaloupes nécessaires
pour le mettre à l'abri des corsaires et chaloupes anglaises.

Vous vous trouverez sous les ordres du général Menou pour les opérations
qu'il jugera à propos de faire, soit pour la sûreté de la ville, soit
pour celle des villages environnans: de là vous vous rendrez à Aboukir;
vous verrez s'il y a quelque chose à faire pour perfectionner les
retranchemens du fort, et rendre plus commode la rade d'Aboukir à
Rosette.

De là vous vous rendrez à Alexandrie; vous vous trouverez sous les
ordres du général Kléber, pendant votre séjour dans cette ville, soit
pour les mesures qu'il voudrait prendre dans la ville, soit pour quelque
opération contre les Arabes, soit pour quelque opération le long du
canal qui va à Rahmanieh. Mon intention est que, de retour à Aboukir
et à Rosette, vous restiez dans cette dernière ville, jusqu'à ce que
l'escadre anglaise ait disparu, et que la communication par mer soit à
peu près rétablie.

Ainsi, le but de votre opération est de former une colonne mobile propre
à observer les mouvemens de l'escadre anglaise, et à assurer la bouche
du Nil de la branche de Rosette, d'empêcher toute communication entre
les Anglais et les Arabes par Aboukir, de rendre facile la communication
de Rosette à Aboukir, d'offrir une réserve pour dissiper les
rassemblemens qui se formeraient dans la province de Rahmanieh, de punir
la ville de Damanhour, et enfin de protéger l'écoulement des eaux le
long du canal, le seul qui procure de l'eau à Alexandrie.

Vous m'enverrez, de Rahmanieh, un mémoire sur le temps où les eaux
entrent dans ce canal, sur les obstacles que les Arabes pourraient
mettre à l'écoulement des eaux, et sur la situation de la province de
Rahmanieh.

J'ai déjà ordonné plusieurs fois que tous les magasins qui se trouvent
à Rahmanieh filassent sur Rosette et sur Alexandrie. Vous me ferez
connaître spécialement si le canal qui va de Rahmanieh à Alexandrie peut
porter des djermes.

Je vous ordonne, à votre retour à Alexandrie, de rester à Rosette de
préférence, afin que, si cela était nécessaire, vous pussiez vous porter
entre les deux branches du Nil, et vous opposer aux incursions que
pourraient faire les Anglais pour tenter de s'approvisionner de Rosette,
d'Aboukir et d'Alexandrie.

Vous m'écrirez, dans le plus grand détail, pour me faire connaître la
situation des Anglais, et la manière dont notre escadre s'est comportée
dans le combat.

En parlant, soit aux généraux, soit aux marins, soit aux soldats, vous
aurez soin de dire et de faire tout ce qui peut encourager.

Ayez soin surtout de voir et de conférer avec le contre-amiral
Ganteaume, et vous me ferez connaître ce qu'il pense que feront les
Anglais, ce qu'il pense qu'a fait Villeneuve, ce qu'il pense de la
conduite de notre escadre et de celle des Anglais. Témoignez-lui
l'estime que j'ai pour lui et le plaisir que j'ai eu à apprendre qu'il
était sauvé.

Vous direz à Brives de faire entrer le plus de vivres qu'il pourra à
Damanhour et à Rosette, en y envoyant soit du blé, soit de la viande.

Je m'en rapporte à votre zèle et à vos talens pour la conduite que vous
tiendrez.

BONAPARTE.



Au Caire, le 1er. fructidor an 6 (18 août 1798).

_Au général Perrée._

Vous partirez, citoyen général, cette nuit, avec deux bâtimens armés,
et la quantité de djermes nécessaires pour porter la colonne du général
Marmont.

Arrivé à Rosette, vous me rendrez compte si les batteries que l'on y
a établies, sont suffisantes pour empêcher les avisos et chaloupes
anglaises de venir nous troubler.

Vous prendrez, des officiers et matelots qui sont à Rosette, tous les
détails sur le combat de l'escadre, et vous me les ferez connaître; vous
irez à Aboukir avec le général Marmont, afin de prendre une connaissance
exacte sur la position qu'occupe l'escadre anglaise, des vaisseaux qui
sont brûlés, de ceux qui restent, et enfin de tout ce qu'ils ont fait ou
de ce qu'ils ont l'air de faire.

Vous ferez partir de Rosette _la Cisalpine_, que vous enverrez en
Italie porter un de mes courriers. Vous direz au capitaine, que s'il me
rapporte la réponse de Paris à ce courrier, je lui donnerai mille louis.

Vous lui tracerez une instruction sur le chemin qu'il doit tenir.

Vous resterez, jusqu'à nouvel ordre, à Rosette, afin de faciliter autant
qu'il sera possible la communication par mer d'Alexandrie à Rosette,
celle de Rosette au Caire, et de me faire parvenir promptement les
nouvelles intéressantes qu'il pourrait y avoir.

BONAPARTE.



Au Caire, le 1er fructidor an 6 (18 août 1798).

_Au général Menait._

Ce soir, le général de brigade Marmont, avec la quatrième demi-brigade,
part pour se rendre à Rosette et y observer les mouvemens des Anglais.

Le contre-amiral Perrée se rend à Rosette avec deux avisos; j'espère que
dès l'instant que le général Marmont sera arrivé à Rosette, on pourra
empêcher les Anglais d'avoir aucune communication avec les Arabes.

J'ai appris, par voie indirecte, qu'un de mes derniers courriers avait
été arrêté par les Anglais, et qu'il n'avait pas eu l'esprit de jeter
ses paquets à la mer. J'ai appris également indirectement que deux cents
hommes étaient arrivés d'Alexandrie à Rosette, J'en vous veux un peu de
mal de ce que ce n'est pas vous ou votre état-major qui m'ayez fait
part de ces nouvelles. Vous sentez combien, dans ces circonstances, les
moindres choses sont essentielles.

L'adjudant-général Jullien et l'aide-de-camp du général Kléber, avec
une caisse de 130,000 fr., dont la majeure partie est destinée pour le
citoyen Leroy, ordonnateur de la marine, sont partis avant-hier, sur un
aviso; ils doivent être arrivés à l'heure qu'il est.

Écrivez-moi, je vous prie, citoyen général, souvent et longuement;
faites passer à Alexandrie la plus grande quantité de riz qu'il vous
sera possible.

Je n'ai pas encore reçu le plan que j'avais tant recommandé que l'on
m'envoyât promptement, de Rosette à la mer.

Tout ici va parfaitement bien. La fête que l'on y a célébrée pour
l'ouverture du canal du Nil, a paru faire plaisir aux habitans.

BONAPARTE.



Au Caire, le 1er fructidor an 6 (18 août 1798).

_Au général Reynier._

Je reçois votre lettre du 26, par laquelle vous m'annoncez
qu'Ibrahim-Bey était, le 27, à plusieurs journées de Salehieh.

Je vous ai envoyé du riz, de la farine et quatre mille rations de bon
biscuit; j'imagine qu'à l'heure qu'il est, vos fours sont faits, et que
vous ne manquez point de pain.

Le parti que vous avez pris de retrancher la mosquée est extrêmement
sage; vous avez dû recevoir six pièces de canon turques qui vous
serviront à cet objet.

Ne gardez pas de chameaux qui vous soient inutiles, parce que cela vous
priverait des moyens de vous approvisionner.

BONAPARTE.



Au Caire, le 1er fructidor an 6 (8 août 1798).

_Au consul français à Tripoli._

J'ai reçu, citoyen consul, votre lettre du 13 messidor: depuis la prise
de Malte, nous avons pris Alexandrie, battu les mameloucks, pris le
Caire, et nous nous sommes emparés de toute l'Égypte.

Les Anglais ayant battu notre escadre, ont dans ce moment la supériorité
dans ces mers, ce qui m'engage à vous prier d'expédier un courrier pour
se rendre, soit à Malte, soit à Civita-Vecchia, soit à Cagliari, d'où il
regagnera facilement Toulon.

Je vous envoie une copie de la lettre à faire partir; vous direz que
l'armée de terre est victorieuse et bien établie en Égypte, sans
maladies et sans perte de monde, que je me porte bien, et qu'on n'ajoute
pas foi en France aux bruits que l'on fait courir. Expédiez-moi de
Tripoli un courrier pour me faire parvenir les nouvelles que vous aurez
de France, et écrivez à Malte pour qu'on envoie toutes les gazettes que
l'on y reçoit et que vous me ferez parvenir.

Il est indispensable que vous nous expédiiez, au moins une fois toutes
les décades, un courrier qui ira par mer jusqu'à Derne, et de là
traversera le désert. Je vous ferai rembourser tous les frais que cela
vous occasionera. Je n'ose aventurer de l'argent au travers du désert;
mais si vous trouvez un négociant de Tripoli qui ait besoin d'avoir
6,000 fr. au Caire, vous pouvez les prendre et tirer une lettre de
change sur moi. D'ailleurs, je paierai bien tous les courriers qui
m'apporteront des nouvelles intéressantes.

Faites connaître au bey que demain nous célébrons la fête du prophète
avec la plus grande pompe. La caravane de Tripoli part également demain;
je l'ai protégée, et elle a eu à se louer de nous.

Engagez le bey à envoyer beaucoup de vivres à Malte, des moutons à
Alexandrie, et à faire savoir aux fidèles que les caravanes sont
protégées par nous, et que l'émir-aga est nommé.

BONAPARTE.



Au Caire, le 2 fructidor an 6 (19 août 1798).

_Au directoire exécutif._

Le 18 thermidor, j'ordonnai à la division du général Reynier de se
porter à Elkhankah, pour soutenir le général de cavalerie Leclerc,
qui se battait avec une nuée d'Arabes à cheval, et de paysans du pays
qu'Ibrahim-Bey était parvenu à soulever. Il tua une cinquantaine de
paysans, quelques Arabes, et prit position au village d'Elkhankah. Je
fis partir également la division commandée par le général Lannes et
celle du général Dugua.

Nous marchâmes à grandes journées sur la Syrie, poussant toujours devant
nous Ibrahim-Bey et l'armée qu'il commandait.

Avant d'arriver à Belbeis, nous délivrâmes une partie de la caravane
de la Mecque, que les Arabes avaient enlevée et conduisaient dans le
désert, où ils étaient déjà enfoncés de deux lieues. Je l'ai fait
conduire au Caire sous bonne escorte. Nous trouvâmes à Qouréyn une autre
partie de la caravane, toute composée de marchands qui avaient été
arrêtés d'abord par Ibrahim-Bey, ensuite relâchés et pillés par les
Arabes. J'en fis réunir les débris et je la fis également conduire au
Caire. Le pillage des Arabes à dû être considérable; un seul négociant
m'assura qu'il perdait en schalls et autres marchandises des Indes, pour
deux cent mille écus. Le négociant avait avec lui, suivant l'usage du
pays, toutes ses femmes. Je leur donnai à souper, et leur procurai les
chameaux nécessaires pour leur voyage ou Caire. Plusieurs paraissaient
avoir une assez bonne tournure; mais le visage était couvert, selon
l'usage du pays, usage auquel l'armée s'accoutume le plus difficilement,

Nous arrivâmes à Ssalehhyeh, qui est le dernier endroit habité de
l'Égypte où il y ait de bonne eau. Là commence le désert qui sépare la
Syrie de l'Égypte.

Ibrahim-Bey, avec son armée, ses trésors et ses femmes, venait de partir
de Ssalehhyeh. Je le poursuivis avec le peu de cavalerie que j'avais.
Nous vîmes défiler devant nous ses immenses bagages. Un parti d'Arabes
de cent cinquante hommes, qui étaient avec eux, nous proposa de charger
avec nous pour partager le butin. La nuit approchait, nos chevaux
étaient éreintés, l'infanterie très-éloignée; nous leur enlevâmes les
deux pièces de canon qu'ils avaient, et une cinquantaine de chameaux
chargés de tentes et de différens effets. Les mameloucks soutinrent la
charge avec le plus grand courage. Le chef d'escadron d'Estrées,
du septième régiment de hussards, a été mortellement blessé; mon
aide-de-camp Shulkouski a été blessé de sept à huit coups de sabre et de
plusieurs coups de feu. L'escadron monté du septième de hussards et du
vingt-deuxième de chasseurs, ceux des troisième et quinzième de dragons,
se sont parfaitement conduits. Les mameloucks sont extrêmement braves et
formeraient un excellent corps de cavalerie légère; ils sont richement
habillés, armés avec le plus grand soin, et montés sur des chevaux de
la meilleure qualité. Chaque officier d'état-major, chaque hussard
a soutenu un combat particulier. Lasalle, chef de brigade du
vingt-deuxième, laissa tomber son sabre au milieu de la charge; il fut
assez adroit et assez heureux pour mettre pied à terre et se trouver
à cheval pour se défendre et attaquer un des mameloucks les plus
intrépides. Le général Murat, le chef de bataillon, mon aide-de-camp
Duroc, le citoyen Leturcq, le citoyen Colbert, l'adjudant Arrighi,
engagés trop avant par leur ardeur dans le plus fort de la mêlée, ont
couru les plus grands dangers.

Ibrahim-Bey traverse dans ce moment-ci le désert de Syrie; il a été
blessé dans ce combat.

Je laissai à Salehieh la division du général Reynier et des officiers du
génie, pour y construire une forteresse, et je partis le 26 thermidor
pour revenir au Caire. Je n'étais pas éloigné de deux lieues de
Salehieh, que l'aide-de-camp du général Kléber arriva et m'apporta
la nouvelle de la bataille qu'avait soutenue notre escadre, le 14
thermidor. Les communications sont si difficiles, qu'il avait mis onze
jours pour venir.

Je vous envoie le rapport que m'en fait le contre-amiral Ganteaume. Je
lui écris, par le même courrier, à Alexandrie, de vous en faire un plus
détaillé.

Le 18 messidor, je suis parti d'Alexandrie. J'écrivis à l'amiral
d'entrer sous les vingt-quatre heures, dans le port d'Alexandrie, et,
si son escadre ne pouvait pas y entrer, de décharger promptement toute
l'artillerie et tous les effets appartenans à l'armée de terre, et de se
rendre a Corfou.

L'amiral ne crut pas pouvoir achever le débarquement dans la position où
il était, étant mouillé dans le port d'Alexandrie sur des rochers, et
plusieurs vaisseaux ayant déjà perdu leurs ancres; il alla mouiller à
Aboukir, qui offrait un bon mouillage. J'envoyai des officiers du génie
et d'artillerie qui convinrent avec l'amiral que la terre ne pouvait lui
donner aucune protection, et que, si les Anglais paraissaient pendant
les deux ou trois jours qu'il fallait qu'il restât à Aboukir, soit
pour décharger notre artillerie, soit pour sonder et marquer la passe
d'Alexandrie, il n'y avait pas d'autre parti à prendre que de couper ses
câbles, et qu'il était urgent de séjourner le moins possible à Aboukir.

Je suis parti d'Alexandrie dans la ferme croyance que, sous trois jours,
l'escadre serait entrée dans le port d'Alexandrie, ou aurait appareillé
pour Corfou. Depuis le 18 messidor jusqu'au 6 thermidor, je n'ai reçu
aucune nouvelle ni de Rosette, ni d'Alexandrie, ni de l'escadre.
Une nuée d'Arabes, accourus de tous les points du désert, étaient
constamment à cinq cents toises du camp. Le 9 thermidor, le bruit de nos
victoires et différentes dispositions rouvrirent nos communications. Je
reçus plusieurs lettres de l'amiral, où je vis avec étonnement qu'il se
trouvait encore à Aboukir. Je lui écrivis sur-le-champ pour lui faire
sentir qu'il ne devait pas perdre une heure à entrer à Alexandrie, ou à
se rendre à Corfou.

L'amiral m'instruisit, par une lettre du 2 thermidor, que plusieurs
vaisseaux anglais étaient venus le reconnaître, et qu'il se fortifiait
pour attendre l'ennemi, embossé à Aboukir. Cette étrange résolution me
remplit des plus vives alarmes; mais déjà il n'était plus temps, car la
lettre que l'amiral écrivait le 2 thermidor ne m'arriva que le 12. Je
lui expédiai le citoyen Jullien, mon aide-de-camp, avec ordre de ne pas
partir d'Aboukir qu'il n'eût vu l'escadre à la voile. Parti le 12 il
n'aurait jamais pu arriver à temps; cet aide-de-camp a été tué en chemin
par un parti arabe qui a arrêté sa barque sur le Nil, et l'a égorgé avec
son escorte.

Le 8 thermidor, l'amiral m'écrivit que les Anglais s'étaient éloignés;
ce qu'il attribuait au défaut de vivres. Je reçus cette lettre par le
même courrier, le 12.

Le 11, il m'écrivait qu'il venait enfin d'apprendre la victoire des
Pyramides et la prise du Caire, et que l'on avait trouvé une passe pour
entrer dans le port d'Alexandrie; je reçus cette lettre le 18.

Le 14, au soir, les Anglais l'attaquèrent; il m'expédia, au moment où
il aperçut l'escadre anglaise, un officier pour me faire part de ses
dispositions et de ses projets: cet officier a péri en route.

Il me paraît que l'amiral Brueys n'a pas voulu se rendre à Corfou, avant
qu'il eût été certain de ne pouvoir entrer dans le port d'Alexandrie, et
que l'armée dont il n'avait pas de nouvelles depuis long-temps, fût
dans une position à ne pas avoir besoin de retraite. Si dans ce funeste
événement il a fait des fautes, il les a expiées par une mort glorieuse.

Les destins ont voulu dans cette circonstance, comme dans tant d'autres,
prouver que, s'ils nous accordent une grande prépondérance sur le
continent, ils ont donné l'empire des mers à nos rivaux. Mais ce revers
ne peut être attribué à l'inconstance de notre fortune; elle ne nous
abandonne pas encore: loin de là, elle nous a servis dans toute cette
opération au-delà de tout ce qu'elle a jamais fait. Quand j'arrivai
devant Alexandrie avec l'escadre, et que j'appris que les Anglais y
étaient passés en force supérieure quelques jours avant; malgré la
tempête affreuse qui régnait, au risque de me naufrager, je me jetai à
terre. Je me souvins qu'à l'instant où les préparatifs du débarquement
se faisaient, on signala dans l'éloignement, au vent, une voile de
guerre: c'était _la Justice_. Je m'écriai: «Fortune, m'abandonneras-tu?
quoi, seulement cinq jours!» Je débarquai dans la journée; je marchai
toute la nuit; j'attaquai Alexandrie à la pointe du jour avec trois
mille hommes harrassés, sans canons et presque pas de cartouches;
et, dans les cinq jours, j'étais maître de Rosette, de Damanhour,
c'est-à-dire déjà établi en Égypte. Dans ces cinq jours, l'escadre
devait se trouver à l'abri des forces des Anglais, quel que fût leur
nombre. Bien loin de là elle reste exposée pendant tout le reste de
messidor. Elle reçoit de Rosette, dans les premiers jours de thermidor,
un approvisionnement de riz pour deux mois. Les Anglais se laissent voir
en nombre supérieur pendant dix jours dans ces parages. Le 11 thermidor,
elle apprend la nouvelle de l'entière possession de l'Égypte et de notre
entrée au Caire; et ce n'est que lorsque la fortune voit que toutes ses
faveurs sont inutiles qu'elle abandonne notre flotte à son destin.

BONAPARTE.



Au Caire, le 2 fructidor an 6 (19 août 1798).

_À la citoyenne Brueys._

Votre mari a été tué d'un coup de canon, en combattant à son bord. Il
est mort sans souffrir, et de la mort la plus douce, la plus enviée par
les militaires.

Je sens vivement votre douleur. Le moment qui nous sépare de l'objet que
nous aimons est terrible; il nous isole de la terre; il fait éprouver au
corps les convulsions de l'agonie. Les facultés de l'âme sont anéanties,
elle ne conserve de relation avec l'univers, qu'au travers d'un
cauchemar qui altère tout. Les hommes paraissent plus froids, plus
égoïstes qu'ils ne le sont réellement. L'on sent dans cette situation
que si rien ne nous obligeait à la vie, il vaudrait beaucoup mieux
mourir; mais, lorsqu'après cette première pensée, l'on presse ses enfans
sur son coeur, des larmes, des sentimens tendres raniment la nature,
et l'on vit pour ses enfans: oui, madame, voyez dès ce premier moment
qu'ils ouvrent votre coeur à la mélancolie: vous pleurerez avec eux,
vous éléverez leur enfance, cultiverez leur jeunesse; vous leur parlerez
de leur père, de votre douleur, de la perte qu'eux et la république ont
faite. Après avoir rattaché votre âme au monde par l'amour filial et
l'amour maternel, appréciez pour quelque chose l'amitié et le vif
intérêt que je prendrai toujours à la femme de mon ami. Persuadez-vous
qu'il est des hommes, en petit nombre, qui méritent d'être l'espoir de
la douleur, parce qu'ils sentent avec chaleur les peines de l'âme.

BONAPARTE.



Au Caire, le 3 fructidor an 6 (20 août 1798).

_Au général Vial._

Vous avez mal fait de laisser cent hommes à Mansoura, c'était évidemment
les compromettre.

La division du général Dugua aura sans doute dissipé les attroupemens et
puni sévèrement les chefs d'attroupemens.

Je donne ordre à l'artillerie de vous faire passer six pièces de gros
calibre et deux mortiers pour placer à l'embouchure du Nil. Organisez
votre province le plus tôt possible; tenez toujours vos troupes réunies;
vous pouvez laisser libre le commerce de Damiette à la Syrie, mais ayant
soin qu'on n'y transporte pas les riz qui sont nécessaires à l'armée.
Écrivez a Djezzar-Pacha et au pacha de Tripoli, que je vous ai chargé
de leur annoncer que nous ne leur en voulons pas, encore moins aux
musulmans et vrais croyans; qu'ils peuvent se tranquilliser et vivre en
repos, et que j'espère qu'ils protégeront le commerce d'Égypte en Syrie,
comme mon intention est de le protéger de mon côté: envoyez-leur ces
lettres par des occasions sûres.

J'imagine que vous aurez eu soin que l'on célèbre avec plus de pompe
encore la fête du prophète, qui est dans quatre ou cinq jours. La fête
du Nil a été très-belle ici, celle du prophète le sera encore davantage.

BONAPARTE.



Au Caire, le 3 fructidor an 6 (20 août 1798).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

Les citoyens Monge, Berthollet, Caffarelli et Geoffroy sont membres de
l'institut national, ainsi que les citoyens Desgenettes et Andréossi.
Ils se réuniront demain dans la salle de l'institut pour arrêter un
règlement pour l'organisation de l'institut du Caire et désigner les
personnes qui doivent le composer.

BONAPARTE.



Au Caire, le 4 fructidor an 6 (21 août 1798).

_Au contre-amiral Villeneuve à Malte._

J'ai reçu, citoyen général, la lettre que vous m'avez écrite en mer, à
... lieues du cap de Celidonia. Si l'on pouvait vous faire un reproche,
ce serait de n'avoir pas mis a la voile immédiatement après que
_l'Orient_ a sauté, puisque, depuis trois heures, la position que
l'amiral avait prise, avait été forcée et entourée de tous côtés par
l'ennemi.

Vous avez rendu dans cette circonstance, comme dans tant d'autres, un
service essentiel à la république eu suivant une partie de l'escadre.

Les contre-amiraux Ganteaume et Duchayla sont à Alexandrie, ainsi que
tous les matelots, canonniers, soldats de l'escadre, soit blessés, soit
bien portans, tous les prisonniers ayant été rendus.

Les deux vaisseaux _le Causse_ et _le Dubois_ sont armés, ainsi que les
frégates _l'Alceste_, _la Junon_, _la Muiron_, _la Carrère_, et les
autres frégates vénitiennes.

Vous trouverez à Malte deux vaisseaux et une frégate; vous y attendrez
l'arrivée de trois bâtimens de guerre vénitiens et de deux frégates, qui
doivent venir de Toulon avec le convoi; vous ferez tous vos efforts et
tout ce que vous croyez nécessaire pour nous le faire passer.

Mon projet est de réunir trois vaisseaux neufs que nous avons à Ancône,
celui que nous avons à Corfou, et les deux que nous avons à Alexandrie
dans le port, afin de pouvoir contenir, à tout événement, l'escadre
turque, de chercher ensuite à les joindre avec les sept vaisseaux que
vous vous trouverez avoir alors sous vos ordres, et dont la principale
destination est dans ce moment de favoriser le passage des convois qui
nous arrivent de France.

Je donne ordre au général Vaubois de vous fournir cent Français par
vaisseau de guerre de plus, afin de pouvoir avec ce renfort mieux
contenir votre équipage, que vous completterez de tous les matelots
maltais que vous trouverez.

BONAPARTE.



Au Caire, le 4 fructidor en 6 (21 août 1798).

_Au général Vaubois._

Il est indispensable, citoyen général, que vous fournissiez à l'amiral
Villeneuve tout ce qui lui sera nécessaire, soit en approvisionnemens,
soit en garnison, soit en matelots pour pouvoir ravitailler sa division.

Les communications sont extrêmement difficiles. Je n'ai point reçu de
lettres de vous et fort peu de France; mais je compte assez sur votre
zèle, pour ne pas douter que la place de Malte se trouve dans le
meilleur état, et que vous employez tous vos moyens à captiver le peuple
et à nous faire passer toutes les nouvelles qui pourront vous arriver de
France.

BONAPARTE.



Au Caire, le 4 fructidor an 6 (21 août 1798).

_Au général Ganteaume._

Je vous envoie, citoyen général, une lettre pour le contre-amiral
Villeneuve, qui m'a écrit, à la hauteur du cap de Celidonia, qu'il se
rendait à Malte. Je vous prie de la lui faire passer. Je vous prie de me
faire connaître dans quel port _la Marguerite_ a eu ordre de relâcher,
et si vous pensez qu'elle soit arrivée.

Le citoyen Leroy ne m'envoie aucun état, de sorte que j'ignore
absolument le nombre des matelots qui se trouvent dans le port
d'Alexandrie. Les uns disent que les Anglais ont rendu tous les
prisonniers de guerre: dès-lors, il devrait y avoir cinq ou six mille
personnes de l'escadre à Alexandrie; je vous prie de me rendre un compte
très-détaillé de l'événement qui a eu lieu, afin que je puisse en
instruire le gouvernement. De tout ce que j'ai reçu jusqu'à présent, je
n'ai pas de quoi faire la moindre relation. Quelle était la force
des Anglais? avaient-ils des vaisseaux à trois ponts? combien de
quatre-vingt? combien de soixante-quatorze? À l'heure qu'il est,
j'imagine qu'ils sont partis. Combien et quels sont les vaisseaux qui
ont été emmenés ou brûlés? qui sont ceux de nos principaux officiers
qui se sont sauvés, qui sont tués ou qui sont prisonniers? Pourquoi _le
Franklin_ s'est-il rendu presque sans se battre?

_Le Généreux_, que le contre-amiral a emmené avec lui, est-il un bon
vaisseau? Un vaisseau de quatre-vingts peut-il décidément entrer dans
le port d'Alexandrie? L'amiral m'écrivait, le 11, qu'il croyait qu'il
pouvait y entrer.

J'ai envoyé le citoyen Perrée à Rosette pour observer la position des
Anglais et me rendre compte de son côté de ce qu'il verra.

Lorsque les Anglais auront quitté ces parages, s'ils n'y laissent pas
une forte croisière, comme je pense qu'ils ne pourront le faire, ayant
besoin de leur monde pour emmener tous nos vaisseaux, j'enverrai trois
à quatre cents matelots à Ancône pour augmenter l'équipage des trois
vaisseaux vénitiens qui s'y trouvent, et les conduire à Corfou et
ensuite à Alexandrie. Vous les ferez accompagner d'un officier
intelligent, et vous lui donnerez une instruction sur la route qu'il
devra suivre.

Nous avons un vaisseau à Corfou, envoyez-y une trentaine de matelots
pour augmenter les équipages, et donnez-lui des ordres pour, s'il y a
possibilité, le faire réunir aux trois autres et le faire venir ici.

J'ai écrit au général Villeneuve de tâcher de réunir à Malte les trois
vaisseaux vénitiens et les deux frégates que nous avons à Toulon, ce
qui, joint aux deux vaisseaux, à la frégate maltaise, et à ce qu'il a
avec lui, fera cinq vaisseaux de guerre et cinq frégates. Nos forces
de la Méditerranée étant dans ces deux masses, nous verrons, dans le
courant de l'hiver, ce qu'il nous sera possible de faire pour leur
réunion et pour seconder l'opération ultérieure de l'armée.

BONAPARTE.



Au Caire, le 4 fructidor an 6 (21 août 1798).

_À l'ordonnateur Leroy._

Je suis extrêmement mécontent, citoyen ordonnateur, de votre
correspondance; deux ou trois lettres que je reçois de vous ne
m'apprennent rien. Vous ne m'envoyez ni l'état approximatif des blessés,
des morts, ni celui des prisonniers que nous ont rendus les Anglais;
j'ignore absolument le nombre d'hommes réfugiés de notre escadre qui se
trouvent dans ce moment à Alexandrie.

J'ignore également ce qui a été fait pour l'armement des deux bâtimens
vénitiens, pour l'armement des deux frégates, et dans quelle situation
se trouve le convoi.

Je vous prie de vouloir bien m'envoyer tous ces états dans le plus court
délai.

BONAPARTE.



Au Caire, le 4 fructidor an 6 (21 août 1798).

_Au contre-amiral Ganteaume._

Dès l'instant que vous aurez, citoyen général, expédié les ordres pour
Corfou, et que vous aurez pris les états de situation du personnel et du
matériel dans les ports d'Alexandrie, vous vous rendrez au Caire: avant
de partir, conférez avec le citoyen Dumanoir.

Vous aurez soin d'écrire par toutes les occasions en France, et de
rendre compte au directoire du combat naval qui a eu lieu. Notre
position au Caire est extrêmement satisfaisante puisque nous avons perdu
peu de monde, et que nos prisonniers nous sont tous rendus. Cet échec,
si considérable qu'il soit, se réparera. Croyez à l'estime et à l'amitié
que j'ai pour vous.

BONAPARTE.



Au Caire, le 4 fructidor an 6 (21 août 1798).

_Au même._

Vous ferez partir, citoyen, aussitôt que cela sera possible.,
d'Alexandrie; sept ou huit avisos dans le genre du _Cerf_, du _Pluvier_,
pour remonter le Nil à Rosette, et se rendre au Caire; vous y ferez
embarquer deux cents matelots de surplus, pour pouvoir armer quelques
bricks qui se trouvent ici.

BONAPARTE.



Au Caire, le 4 fructidor an 6 (21 août 1798).

_Au général Menou._

Ni moi ni l'état-major, nous ne recevons aucun compte de vous; vous ne
dites rien de ce qui se passe à Aboukir et à Rosette: cela en mérite
pourtant bien la peine; et je ne suis instruis que par les oui-dire.

Je vous prie de vouloir bien envoyer a l'état-major un état de situation
des corps qui composent la garnison, les hôpitaux; de m'instruire des
mouvemens que feraient l'escadre à Aboukir ou les bâtimens anglais au
Bogaz. Je n'ai aucun détail sur la communication de Rosette à Aboukir,
quoique je sache d'un autre côté qu'elle est ouverte.

Je vous prie également de me faire connaître ce que sont devenues les
lettres à l'amiral Brueys, que vous avez dû avoir dans les mains, et qui
ne sont arrivées à Rosette que lorsque l'amiral n'y était plus.

Le citoyen Croizier a porté des lettres pour le général Kléber:
ont-elles été remises au courrier? ce courrier avait aussi des lettres à
l'amiral Brueys, les a-t-il emportées avec lui?

J'aurais dû être instruit dans le plus grand détail de tout ce qui se
disait et se faisait d'essentiel. Dès l'instant que les Anglais seront
partis d'Aboukir, ce qui ne peut tarder, si cela n'est pas déjà fait,
favorisez autant qu'il vous sera possible l'arrivée de quelques pièces
de 24 pour les mettre au Bogaz. Rosette est le seul point de l'armée sur
lequel je n'aie aucune espèce de détails.

Vous pouvez faire partir pour le Caire tous les meubles de la commission
des arts. Je ne vous enverrai des ordres pour quitter Rosette, que
lorsque la province sera organisée et que l'embouchure du Nil pourra ne
pas craindre d'insulte de quelque corsaire.

BONAPARTE.



Au Caire, le 4 fructidor an 6 (21 août 1798).

_Au général Dommartin._

Je crois nécessaire, citoyen général, que votre partiez ce soir pour
vous rendre à Rosette et de là à Alexandrie. Vous profiterez du
moment où les Anglais laisseront libre la communication de Rosette
à Alexandrie, pour faire passer une pièce de gros calibre et quatre
mortiers à établir à l'embouchure de cette rivière, et enfin faire
passer, indépendamment de ce que vous avez, du Caire à Damiette, huit
autres pièces de gros calibre et quatre mortiers; pour faire également
armer le fort d'Aboukir avec une très-bonne batterie de côte, et enfin
augmenter et inspecter les fortifications et batteries d'Alexandrie, en
ayant soin qu'on occupe le poste de l'île du Marabou. Votre présence
sera d'ailleurs utile pour détruire beaucoup de faux bruits que l'on
fait courir sur l'armée et sa position, et pour ranimer autant qu'il
vous sera possible, les espérances et le courage de ceux qui en auront
besoin.

BONAPARTE.



Au Caire, le 4 fructidor an 6 (21 août 1798).

_À l'ordonnateur de la marine à Toulon._

L'amiral Ganteaume vous aura sans doute instruit, citoyen ordonnateur,
de l'événement arrivé à l'escadre. Le général Villeneuve est allé, avec
tout ce qu'il a sauvé, à Malte. L'ordonnateur Leroy vous rendra sans
doute un compte détaillé du nombre des blessés et morts, et vous enverra
l'état des marins qui sont à Alexandrie.

Je vous envoie une lettre pour madame Brueys: je vous prie de la lui
remettre avec tous les ménagemens possibles. L'armée de terre est dans
la plus brillante position, nous sommes maîtres de toute l'Égypte,
et dès l'instant que nous aurons reçu le convoi que vous devez nous
envoyer, il ne nous restera plus rien à désirer. J'ordonne au général
Villeneuve de réunir dans le port de Malte et sous son commandement les
deux vaisseaux maltais, les trois vaisseaux vénitiens et les frégates
que nous avons à Toulon.

Je réunirai les vaisseaux vénitiens que nous avons à Ancône et celui que
nous avons à Corfou, ainsi que les deux vaisseaux et les six frégates
qui sont dans le port d'Alexandrie. Il n'y a eu que fort peu de blessés:
ceux-ci ne montent qu'à huit cents. Tous les équipages qui ont été pris
par les Anglais, sont presque tous rendus et existans à Alexandrie.
Les trente ou quarante ouvriers que vous avez envoyés sont arrivés
également.

Soyez assez aimable, je vous prie, pour faire connaître à ma femme, dans
quelque lieu qu'elle se trouve, et à ma mère en Corse, que je me porte
fort bien. J'imagine bien que l'on m'aura dit, en Europe, tué une
douzaine de fois.

BONAPARTE.



Au Caire, le 4 fructidor an 6 (21 août 1798).

_Au citoyen Menars, commissaire de la marine à Malte._

Je vois avec plaisir, citoyen commissaire, par votre lettre du 5
thermidor, que _le Dego_ et _la Carthaginoise_ sont prêts à partir. À
l'heure qu'il est, le contre-amiral Villeneuve aura mouillé dans le port
de Malte avec son escadre. J'espère aussi que vous travaillerez avec la
plus grande activité à l'armement du troisième vaisseau, et qu'avant un
mois il pourra augmenter l'escadre de l'amiral Villeneuve. Je vous prie
de mettre dans cette circonstance plus de zèle et d'activité que dans
toutes les autres. J'ai écrit en France pour qu'on vous fît passer
600,000 fr. et j'écris au général Vaubois pour qu'il vous aide de tous
ses moyens. J'espère que vous serez bientôt joint par le reste de nos
vaisseaux qui sont à Toulon.

Faites-nous parvenir par toutes les occasions des nouvelles de France;
les petits bateaux qui côtoient la côte d'Afrique doivent pouvoir
arriver sans difficultés.

BONAPARTE.



Au Caire, le 4 fructidor an 6 (21 août 1798).

_Au général Kléber._

Je vous remercie, citoyen général, de votre sollicitude sur ma santé:
elle n'a jamais, je vous assure, été meilleure. Les affaires ici vont
parfaitement bien, et le pays commence à se soumettre.

J'ai appris la nouvelle de l'escadre onze jours après l'événement, et
dès-lors ma présence n'y pouvait plus rien. Quant à Alexandrie, je n'ai
jamais eu la moindre inquiétude; il n'y aurait personne que les Anglais
n'y entreraient pas. Ils ont bien assez à faire de garder leurs
vaisseaux, et sont trop empressés à profiter de la bonne saison pour
regagner Gibraltar.

J'ai reçu des lettres du contre-amiral Villeneuve à six lieues du cap de
Celidonia: il va à Malte. J'ai reçu des lettres de cette île. Les deux
bâtimens et la frégate sont prêts; les trois bâtimens sont aussi prêts
à Toulon: ainsi j'espère que, dans le courant de septembre, nous aurons
sept bâtimens de guerre et cinq frégates équipés à Malte, tout comme
nous aurons six, sept à huit frégates à Alexandrie. J'espère que les
quatre d'Ancône nous y joindront.

Je n'ai pas encore reçu la revue, au moins approximative, des matelots
qui se trouvent à Alexandrie. Je voudrais qu'au lieu de trois, vous y
gardassiez pour six mois de riz. Ne vous sachant pas si bien pourvu,
j'avais ordonné que l'on en achetât cinq mille quintaux à Damiette et
cinq mille à Rosette, pour faire passer à Alexandrie.

J'ai envoyé le général Marmont avec la quatrième demi-brigade
d'infanterie légère et deux pièces de canon pour soumettre la province
de Bahiré, maintenir libre la communication de Rosette à Alexandrie, et
rester sur la côte pour empêcher la communication de l'escadre avec la
terre.

Je ferai partir cette nuit le général Dommartin pour profiter du moment
favorable et accélérer le départ de l'artillerie de campagne pour
l'armée: avec six pièces de 24 à boulets rouges et deux mortiers, toutes
les escadres de la terre n'approcheraient pas. Il faut, dans ce cas,
recommander qu'on tire lentement et très-peu; il faut avoir quelques
gargousses de parchemin bien faites. Il faut le plus promptement
possible mettre en état le fort d'Aboukir et occuper la tour du Marabou,
où nous avons descendu: occupez-la avec un poste et quelques pièces de
canon.

Le turc Passwan-Oglou est plus fort que jamais, et les Turcs y penseront
à deux fois avant de faire un mouvement contre nous: au reste ils
trouveront à s'en repentir. Tous les mois, tous les jours, notre
position s'améliore par les établissemens propres à nourrir l'armée, par
les fortifications que nous établissons sur différens points; et dès
l'instant que nos approvisionnemens de campagne qui sont à Alexandrie,
seront en état d'être transportés au Caire, je vous assure que je ne
crains pas cent mille Turcs.

Si les Anglais relèvent cette escadre-ci par une autre et continuent à
inonder la Méditerranée, ils nous obligeront peut-être à faire de plus
grandes choses que nous n'en voulions faire. Au milieu de ce tracas, je
vois avec plaisir que votre santé se rétablit, que votre blessure est
guérie. Vous sentez que votre présence est encore nécessaire dans le
poste où vous êtes; vous voyez que la blessure que vous avez reçue a
tourné à bien pour l'armée. Faites-moi passer de suite tous les hommes
qui viendraient de Malte ou de France, quand même ils n'auraient pas
de dépêches. Vous me ferez connaître quels sont les bâtimens que vous
m'envoyez. Je vous fais passer l'ordre pour le commerce; il faut
rependant prendre garde qu'aucun négociant d'Alexandrie ne profite de
cette liberté de commerce pour faire transporter ses richesses, et de
ne le mettre à exécution que lorsque la plus grande partie de l'escadre
anglaise sera partie.

Encouragez, autant qu'il vous sera possible, les barques de Tripoli qui
transportent des moutons à Alexandrie. J'ai écrit à ce bey et au consul
français, par le désert; écrivez lui de votre côté par mer, et surtout
au bey de Bengazé. Quant aux bâtimens de guerre turcs, il faut
nous tenir dans la position où nous sommes jusqu'aux nouvelles de
Constantinople, afin qu'aux premières hostilités du capitan pacha, nous
puissions nous en emparer; ils équivaudront toujours dans nos mains à
une de leurs caravelles.

J'imagine qu'à l'heure qu'il est la masse de l'escadre anglaise sera
partie. Aujourd'hui que les chemins sont ouverts, écrivez-moi souvent
et faites-moi envoyer exactement les états de situation. J'espère que
l'arrêté du conseil pour couler les soixante bâtimens de transport
n'aura pas eu lieu. Avec six pièces de 24, deux grils à boulets rouges
et quarante canonniers, j'ai lutté pendant quatre jours contre l'escadre
anglaise et espagnole au siège de Toulon, et après lui avoir brûlé une
frégate et plusieurs bombardes, je l'ai forcée à prendre le large. Si le
génie de l'armée voulait qu'ils tentassent de se frotter contre notre
port, ils pourraient, par ce qui leur arriverait, nous consoler un peu
de l'événement arrivé à notre flotte. Le parti que vous avez pris
de renforcer la batterie des Figuiers et du fort triangulaire est
extrêmement sage.

J'ai envoyé, par votre aide-de-camp, une assez forte somme à
l'ordonnateur Leroy. Faites-moi connaître ce que l'opinion dit sur la
conduite _du Francklin_: il paraît qu'il ne s'est pas battu.

Faites-moi connaître la date de toutes les lettres que vous avez reçues
de moi, afin que je vous envoie copie de toutes celles qui ne vous
seraient point parvenues.

BONAPARTE.



Au Caire, le 5 fructidor an 6 (22 août 1798).

_Instructions remises au citoyen Beauvoisin, chef de bataillon
d'état-major, commissaire près le divan du Caire._

Le citoyen Beauvoisin se rendra à Damiette; de là il s'embarquera sur un
vaisseau turc ou grec; il se rendra à Jaffa; il portera la lettre que je
vous envoie à Achmet-Pacha; il demandera à se présenter devant lui, et
il réitérera de vive voix que les musulmans n'ont pas de plus vrais amis
en Europe que nous; que j'ai entendu avec peine que l'on croyait en
Syrie que j'avais dessein de prendre Jérusalem et de détruire la
religion mahométane; que ce projet est aussi loin de notre coeur que de
notre esprit; qu'il peut vivre en toute sûreté, que je le connais de
réputation comme un homme de mérite; qu'il peut être assuré que, s'il
veut se comporter comme il le doit envers les hommes qui ne lui font
rien, je serai son ami, et bien loin que notre arrivée en Égypte soit
contraire à sa puissance, elle ne fera que l'augmenter; que je sais que
les mameloucks que j'ai détruits étaient ses ennemis, et qu'il ne doit
pas nous confondre avec le reste des Européens, puisque, au lieu de
rendre les musulmans esclaves, nous les délivrons; et enfin il lui
racontera ce qui s'est passé en Égypte et ce qui peut être propre à lui
ôter l'envie d'armer et de se mêler de cette querelle. Si Achmet-Pacha
n'est pas à Jaffa, le citoyen Beauvoisin se rendra à Saint-Jean-d'Acre;
mais il aura soin auparavant de voir les familles européennes,
et principalement le vice-consul français, pour se procurer des
renseignemens sur ce qui se passe à Constantinople et sur ce qui se fait
en Syrie.

BONAPARTE.



Au Caire, le 5 fructidor an 6 (11 août 1798).

_À Achmet-Pacha[14], gouverneur de Séid et d'Acra (Saint-Jean-d'Acre.)_

En venant en Égypte faire la guerre aux beys, j'ai fait une chose juste
et conforme à tes intérêts, puisqu'ils étaient tes ennemis; je ne suis
point venu faire la guerre aux musulmans. Tu dois savoir que mon premier
soin, en entrant à Malte, a été de faire mettre en liberté deux mille
Turcs, qui, depuis plusieurs années, gémissaient dans l'esclavage. En
arrivant en Égypte, j'ai rassuré le peuple, protégé les muphtis, les
imans et les mosquées; les pèlerins de la Mecque n'ont jamais été
accueillis avec plus de soin et d'amitié que je ne l'ai fait, et la fête
du prophète vient d'être célébrée avec plus de splendeur que jamais.

Je t'envoie cette lettre par un officier qui te fera connaître de vive
voix mon intention de vivre en bonne intelligence avec toi, en nous
rendant réciproquement tous les services que peuvent exiger le commerce
et le bien des états: car les musulmans n'ont pas de plus grands amis
que les Français.

BONAPARTE.

[Footnote 14: Le même que le célèbre Djessar pacha.]



Au Caire, le 5 fructidor an 6 (22 août 1798).

_Au grand-visir._

L'armée française que j'ai l'honneur de commander est entrée en Égypte
pour punir les beys mameloucks des insultes qu'ils n'ont cessé de faire
au commerce français.

Le citoyen Talleyrand-Périgord, ministre des relations extérieures
à Paris, a été nommé, de la part de la France, ambassadeur à
Constantinople, pour remplacer le citoyen Aubert, Dubayet, et il est
muni des pouvoirs et instructions nécessaires de la part du directoire
exécutif pour négocier, conclure et signer tout ce qui est nécessaire
pour lever les difficultés provenant de l'occupation de l'Égypte par
l'armée française, et consolider l'ancienne et nécessaire amitié qui
doit exister entre les deux puissances. Cependant, comme il pourrait se
faire qu'il ne fût pas encore arrivé à Constantinople, je m'empresse
de faire connaître à votre excellence l'intention où est la république
française, non-seulement de continuer l'ancienne bonne intelligence,
mais encore de procurer à la Porte l'appui dont elle pourrait avoir
besoins contre ses ennemis naturels, qui, dans ce moment, viennent de se
liguer contre elle.

L'ambassadeur Talleyrand-Périgord doit être arrivé. Si, par quelque
accident, il ne l'était pas, je prie votre excellence d'envoyer ici
(au Caire), quelqu'un qui ait votre confiance et qui soit muni de vos
instructions et pleins-pouvoirs, ou de m'envoyer un firman, afin que je
puisse envoyer moi-même un agent, pour fixer invariablement le sort de
ce pays, et arranger le tout à la plus grande gloire du sultan et de
la république française, son alliée la plus fidèle, et à l'éternelle
confusion des beys et mameloucks, nos ennemis communs.

Je prie votre excellence de croire aux sentimens d'amitié et de haute
considération, etc.

BONAPARTE.



Au Caire, le 8 fructidor an 6 (25 août 1798).

_Au schérif de la Mecque._

En vous faisant connaître l'entrée de l'armée française en Égypte, je
crois devoir vous assurer de la ferme intention où je suis de protéger
de tous mes moyens le voyage de pélerins de la Mecque: les mosquées
et toutes les fondations que la Mecque et Médine possèdent en Égypte,
continueront à leur appartenir comme par le passé. Nous sommes amis des
musulmans et de la religion du prophète; nous désirons faire tout ce qui
pourra vous plaire et être favorable à la religion.

Je désire que vous fassiez connaître partout que la caravane des
pèlerins ne souffrira aucune interruption, qu'elle n'aura rien à
craindre des Arabes.

BONAPARTE.



Au Caire, le 10 fructidor an 6 (27 août 1798).

_Au même._

Je m'empresse de vous faire connaître mon arrivée, à la tête de l'armée
française, au Caire, ainsi que les mesures que j'ai prises pour
conserver aux saintes mosquées de la Mecque et de Médine les revenus qui
leur étaient affectés. Par les lettres que vous écriront le divan et les
différens négocians de ce pays, vous verrez avec quel soin je protège
les imans, les schérifs et tous les hommes de loi; vous y verrez
également que j'ai nommé pour emir-adji Mustapha-Bey, kiaya de
Seid-Aboukekir, pacha gouverneur du Caire, et qu'il escortera la
caravane avec des forces qui la mettront à l'abri des incursions des
Arabes.

Je désire beaucoup que, par votre réponse, vous me fassiez connaître si
vous souhaitez que je fasse escorter la caravane par mes troupes, ou
seulement par un corps de cavalerie de gens du pays; mais, dans tous les
cas, faites connaître à tous les négocians et fidèles que les musulmans
n'ont pas de meilleurs amis que nous, de même que les schérifs et tous
les hommes qui emploient leur temps et leurs moyens à instruire les
peuples n'ont pas de plus zélés protecteurs, et que le commerce
non-seulement n'a rien à craindre, mais sera spécialement protégé.

J'attends votre réponse par le retour de ce courrier.

Vous me ferez connaître également les besoins que vous pourriez avoir,
soit en blé, soit en riz, et je veillerai à ce que tout vous soit
envoyé.

BONAPARTE.



Au Caire, le 10 fructidor an 6 (27 août 1798).

_Aux négocians français à Jaffa._

Je n'ai reçu, citoyens, qu'aujourd'hui votre lettre du 7 thermidor. Je
vois avec peine la position dans laquelle vous vous trouvez; mais les
nouvelles ultérieures que l'on aura eues de nos principes, auront, j'en
suis persuadé, dissipé toutes les alarmes qui vous entouraient.

Je suis fort aise de la bonne conduite de l'aga, gouverneur de la ville:
les bonnes actions trouvent leur récompense, et celle-là aura la sienne.

Malheur, au reste, à qui se conduira mal envers vous! Conformément à vos
désirs, le divan, composé des principaux schérifs du Caire, le kiaya
du pacha, le mollah d'Égypte, et celui de Damas, qui se trouvent ici,
écrivent en Syrie pour dissiper toutes les alarmes. Les vrais musulmans
n'ont pas de meilleurs amis que nous.

BONAPARTE.



Au Caire, le 11 fructidor an 6 (28 août 1798).

_Au général Menou._

J'ai reçu, citoyen général, votre lettre du 6 fructidor. Il sera fait
incessamment un règlement général pour le traitement à accorder au
divan et à la compagnie des janissaires, ainsi qu'à l'aga dans chaque
province.

Faites arrêter tous les Français arrivant du Caire, qui n'auraient pas
de passeports de l'état-major.

Diminuez votre service. Comment est-il possible que vous ayez
trois cents hommes de garde à Rosette, lorsque nous n'en avons que
quatre-vingts, au Caire?

Une garde chez vous, une de police, quelques factionnaires aux
principaux magasins, et tout le reste en réserve, cela ne fait que
vingt-cinq ou trente hommes de service.

L'officier du génie et l'ingénieur des ponts et chaussées doivent
travailler sans instrumens: on ne demande que des croquis. Si vous
pouviez nous envoyer un croquis de votre province, fait à la main, avec
tous les noms des villages, cela nous serait fort utile.

Je ne puis trop vous louer d'avoir donné à dîner aux scheiks du pays.
Nous avons célébré ici la fête du Prophète avec une pompe et une ferveur
qui m'ont presque mérité le titre de saint. Je n'approuve pas la mesure
de donner du blé aux pauvres; nous ne sommes pas encore assez riches, et
il faut nous garder de les gâter.

J'imagine que vous avez opéré le désarmement de la ville, et que vous
avez profité des sabres pour armer votre cavalerie. Vous aurez vu, dans
l'ordre du jour, que vous devez lever dans votre province trois cents
chevaux.

BONAPARTE.



Au Caire, le 11 fructidor an 6 (28 août 1798).

_Au général Kléber._

Vous avez très-bien fait, citoyen général, de faire arrêter le négociant
Abdel-Bachi, puisque vous avez eu des preuves qu'il était avec les
mameloucks. En général, confisquez les propriétés et les biens de tous
ceux qui se trouvent avec eux. Je vous envoie un ordre pour un autre
habitant d'Alexandrie, qui est un des _factotum_ de Mourad-Bey, et qui,
dans ce moment-ci, est avec lui.

J'ai lu les lettres que les pilotes barbaresques, qu'avaient pris les
Anglais, ont écrites à El-Messiri. C'est une plate bêtise; cependant
j'aurais assez aimé que vous eussiez fait couper le cou au reis de la
djerme.

Il va incessamment y avoir un règlement à l'ordre pour la solde du
divan, de l'aga et de la compagnie des janissaires; employez surtout
cette compagnie à protéger l'arrivage des eaux. Ménagez bien vos armes,
nous en avons grand besoin; nous devons peu compter sur le second
convoi: vous savez combien nos troupes en dépendent.

J'ai envoyé, par votre aide-de-camp, 100,000 fr. à l'ordonnateur Leroy;
j'en fais partir demain 50,000 autres. Nous ne sommes pas ici, comme
vous pourriez vous l'imaginer, au milieu des trésors, et, jusqu'à la
perception, nous éprouverons toujours une certaine pénurie.

Les ressources que vous trouverez chez les différentes personnes
arrêtées; la contribution que vous devez percevoir, à titre de prêt,
sur les négocians; les fonds que les généraux d'artillerie et du génie
envoient pour leurs services, ceux que j'envoie pour la marine,
vous mettront, j'espère, à même d'aller, et vous éviteront le grand
inconvénient de vendre du riz, que nous aurions tant de peine à
transporter à Alexandrie, et où la prudence veut que nous en ayons pour
toute l'armée pendant un an ou deux. Le général du génie a envoyé de
l'argent à Rahmanieh, pour les travaux du canal.

Vous devez déclarer positivement au commandant de la caravelle, qu'il
ait à vous remettre tout l'argent, tous les effets qui n'appartiennent
ni à lui, ni à son équipage, sous peine d'être puni exemplairement.

J'espère que si le citoyen Delisle est à Alexandrie, vous aurez fait
mettre la main dessus, et surtout que vous aurez fait prendre sa
vaisselle. Je suis ici dans l'embarras de trouver de l'argent, et dans
un bois de fripons.

Quant à l'administration de la justice, c'est une affaire
très-embrouillée chez les musulmans; il faut encore attendre que nous
soyons un peu plus mêlés avec eux. Laissez faire le divan à peu près ce
qu'il veut.

J'espère que vous aurez fait célébrer la fête du Prophète avec le même
éclat que nous l'avons fait au Caire.

BONAPARTE.



Au Caire, le 11 fructidor an 6 (28 août 1798).

_Au scheick El-Messiri[15]._

Le général Kléber me rend compte de votre conduite, et j'en suis
satisfait.

Vous savez l'estime particulière que j'ai conçue pour vous an premier
moment que je vous ai connu, j'espère que le moment ne tardera pas où je
pourrai réunir tous les hommes sages et instruits du pays, et établir
un régime uniforme, fondé sur les principes de l'Alcoran, qui sont les
seuls vrais, et qui peuvent seuls faire le bonheur des hommes.

Comptez en tout temps sur mon estime et mon appui.

BONAPARTE.

[Footnote 15: Un des notables de la ville d'Alexandrie.]



Au Caire, le 11 fructidor an 6 (28 août 1798).

_Ordre du jour._

Le général en chef ordonne que le 1er. vendémiaire, époque de la
fondation de la république, sera célébré dans tous les différens points
où se trouve l'armée, par une fête civique.

La garnison d'Alexandrie célébrera sa fête autour de la colonne de
Pompée.

Les noms de tous les hommes de l'armée française qui ont été tués à la
prise d'Alexandrie, seront en conséquence gravés sur cette même colonne.

L'on plantera le pavillon tricolore au haut de la colonne.

L'aiguille de Cléopâtre sera illuminée.

L'on dressera au Caire, au milieu de la place d'Esbeckieh, une pyramide
de sept faces dont chacune sera destinée à contenir les noms des hommes
des cinq divisions qui sont morts à la conquête de l'Égypte;

La sixième sera pour la marine;

La septième pour l'état-major, la cavalerie, l'artillerie et le génie.

La partie de l'armée qui se trouvera au Caire s'y réunira à sept heures
du matin, et après différentes manoeuvres et avoir chanté des couplets
patriotiques, une députation de chaque bataillon partira pour aller
planter au haut de la plus grande pyramide le drapeau tricolore.

La pince d'Esbeckieh sera disposée de manière à ce que le soir, à quatre
heures, il puisse y avoir course de chevaux autour de la place, et
course à pied.

À ces courses seront admis ceux des habitans du pays qui voudront s'y
présenter; il y aura des prix assignés pour le vainqueur.

Le soir, la pyramide sera toute illuminée; il y aura un feu d'artifice.

Les troupes qui sont dans la Haute-Égypte célébreront leur fête sur les
ruines de Thèbes.

Le général du génie, le général d'artillerie et le commandant de la
place du Caire se réuniront chez le général en chef de l'état-major
général pour se concerter et faire un programme plus détaillé de la
fête, chacun en ce qui concerne son arme.

Le général en chef ordonne qu'il ne sera fait dans l'armée qu'un seul
pain; toutes les rations, soit à l'état-major, soit aux administrations,
seront de pain de munition.

Il sera fait un pain plus soigné pour les hôpitaux; mais il est
défendu, sous quelque prétexte que ce soit, aux administrateurs et aux
garde-magasins, de donner de ce pain au général en chef, ni à aucun
général, ni au munitionnaire général; à la visite que l'officier de
service fait tous les jours des hôpitaux, le directeur fera connaître la
quantité de pain d'hôpitaux qu'il aura reçue. Il lui est défendu, sous
les peines les plus sévères, de donner de ce pain à tout autre.

Le général en chef est instruit que des employés et administrateurs
s'embarquent sur les diligences du Caire à Rosette et Damiette, sans
être munis d'ordres, ainsi qu'il a été ordonné. Le général en chef
défend expressément de laisser embarquer aucun Français, soit à Boulac,
soit au Vieux-Caire, ou dans tout autre endroit, s'il n'est muni d'un
passeport, soit du général chef de l'état-major général, soit de
l'ordonnateur en chef Sucy. Des postes seront placés de manière à
s'assurer, soit au départ, soit à l'arrivée des bateaux, de l'exécution
du présent ordre. Tous les Français trouvés sur des barques sans être
munis de passeports ou d'ordres, seront arrêtés.

Le conseil militaire de la division du général Bon a condamné à cinq
années de fers le citoyen Vaultre, domestique du citoyen Thieriot,
adjudant sous-lieutenant au vingt-deuxième de chasseurs à cheval,
convaincu de vol.

BONAPARTE.



Au Caire, le 13 fructidor an 6 (30 août 1798).

_Au général Zayonscheck._

Je suis fort aise d'apprendre, par votre lettre, que la dénonciation
que l'on m'avait faite sur la contribution que vous aviez imposée, est
fausse. Vous devez m'envoyer les noms des villages qui ont tiré sur nos
troupes lors de notre marche au Caire; vous ne devez leur accorder le
pardon qu'à condition:

1°. De vous rendre les armes;

2° De vous donner le nombre des chevaux et mulets qu'ils peuvent
fournir;

3°. De vous remettre chacun deux ôtages pour garantir leur conduite à
l'avenir. Vous m'enverrez un ôtage au Caire. Conformément à la demande
que vous avez faite de revenir au Caire, j'ai nommé le général Lanusse
pour vous remplacer; vous mènerez avec vous la plus grande partie de vos
troupes, conformément à l'ordre que vous aura donné l'état-major.

Avant de partir, faites un croquis de tous les canaux et de tous les
villages qui composent la province de Menoufié.

BONAPARTE.



Au Caire, le 13 fructidor an 6 (30 août 1798).

_Au général Kléber._

Je n'approuve pas, citoyen général, la mesure que vous avez prise de
retenir les 15,000 fr. que j'avais destinés au contre-amiral Ganteaume.
Je vous prie, s'il est à Alexandrie, de les lui remettre: beaucoup
d'officiers de marine sont dangereusement blessés, et doivent
nécessairement avoir des besoins. Les officiers qui faisaient partie
des garnisons, qui doivent être peu nombreux, se trouvent naturellement
compris dans cette répartition. Vous devez avoir reçu l'ordre de faire
partir tous les détachemens qui faisaient partie des garnisons des
vaisseaux, et j'aurai soin, à leur arrivée au Caire, de les indemniser
autant qu'il me sera possible.

Il est indispensable de vous procurer, sur la ville d'Alexandrie, les
185,000 fr., pour compléter la contribution de 300,000 fr. Il n'y a pas
d'autre moyen de subvenir à nos besoins. Le général Menou, qui croyait
trouver de grands obstacles à lever sa contribution de 100,000 fr., me
mande, par le dernier courrier, qu'elle est déjà levée.

Il faut construire une batterie à Aboukir; il faudrait également
défendre par deux redoutes et quelques pièces d'artillerie, l'entrée du
lac, afin que les chaloupes anglaises ne viennent pas vous y inquiéter.
Je crois très-nécessaire d'y travailler, ainsi que de compléter la
batterie d'Aboukir, et la mettre dans une situation respectable.

BONAPARTE.



Au Caire, le 13 fructidor an 6 (30 août 1798).

_Au général Menou._

J'ai reçu, citoyen général, par toutes les diligences, toutes vos
lettres, que je lis avec d'autant plus d'intérêt, que j'approuve
davantage vos vues et vos manières de voir. Je vous remercie des
honneurs que vous avez rendus à notre prophète.

Vous devez, à l'heure qu'il est, avoir reçu l'ordre pour les limites de
la province de Rosette.

BONAPARTE.



Au Caire, le 13 fructidor an 6 (30 août 1798).

_Au citoyen Leroi, ordonnateur de la marine._

Il y a à Damiette, citoyen, une corvette portant vingt pièces de canon,
laquelle n'est pas encore achevée. Il est indispensable que vous y
envoyiez un ingénieur constructeur pour la faire terminer. Cela est
extrêmement essentiel. Envoyez également reconnaître les ressources que
pourra vous fournir cette place. On m'assure qu'elle renferme beaucoup
de fer, de bois, tous objets qui vous sont essentiels.

BONAPARTE.



Au Caire, le 13 fructidor an 6 (30 août 1798).

_Au général Kléber._

J'ai déjà répondu, citoyen général, à toutes les questions contenues
dans votre lettre du 8 fructidor; mais, pour me résumer, je réponds ici
à vos sept questions.

1°. Oui, vous pouvez faire lever l'embargo mis sur les bâtimens neutres,
et les laisser sortir malgré la présence de l'ennemi, pourvu qu'ils ne
portent aucuns vivres, et spécialement du riz.

2°. Même réponse pour les bâtimens de commerce turcs.

3°. Cela ne s'étend pas jusqu'à la caravelle et aux bâtimens de guerre
turcs, auxquels il faut donner de belles paroles, et attendre, pour
prendre une décision, que nous ayons des renseignemens ultérieurs.

4°. Les bâtimens auxquels on a fait des réquisitions, si les denrées
qu'ils avaient appartenaient à des particuliers, doivent être soldés.
Envoyez-moi l'état de tous ces bâtimens, ainsi que la valeur de leurs
chargemens. Que les patrons fassent une assemblée, et qu'ils envoient
ici des fondés de procuration; je leur ferai donner de l'argent pour la
valeur de leurs marchandises. Ceux qui, après cette opération faite,
voudraient s'en aller, en seront les maîtres. Vous leur ferez connaître
qu'à leur retour, cette commission aura obtenu de moi cette demande; et
qu'ils seront soldés. Voue les engagerez à nous apporter du bois et du
vin.

5°. Les bâtimens neutres attachés à notre convoi ne pourront pas sortir
jusqu'à nouvel ordre: j'attends un état sur leur nombre et sur ce qui
leur est dû, pour prendre un parti à leur égard.

6°. Les esclaves mameloucks seront regardés comme marchandise ordinaire;
vous exigerez seulement qu'ils évacuent Alexandrie, et se rendent au
Caire. Cependant il faut, avant, vérifier si les beys ne les avaient pas
déjà payés. L'artillerie fera des reçus des armes, estimera leur valeur,
et les marchands viendront au Caire, où je les ferai solder. Si les
armes sont ordinaires, elles resteront à la disposition de l'artillerie;
si ce sont des armes qui passent le prix des armes ordinaires,
l'artillerie m'en enverra l'inventaire, et on n'en disposera pas jusqu'à
nouvel ordre.

7°. Tous les officiers de marine rendus sur parole, pourront partir,
dès l'instant qu'ils ont juré de ne pas servir de cette guerre; vous
excepterez du nombre quatre ou cinq, qui, par leur activité, pourraient
nous être utiles sur le Nil.

BONAPARTE.



Au Caire, le 13 fructidor an 6 (30 août 1798).

_Au citoyen Dubois[16]._

Je reçois votre lettre, citoyen, en date du 6 fructidor. Par le
même courrier, le général Kléber m'apprend qu'il n'a plus besoin de
pansemens. Vos talens nous sont utiles ici, et je vous prie de partir le
plus tôt possible pour vous y rendre: l'air du Nil vous sera favorable.
Les circonstances, d'ailleurs, ne rendent pas le passage assez sûr pour
que j'expose un homme aussi utile. Vous serez content de voir de près
cette grande ville du Caire; vous trouverez à l'Institut un logement
passable, et une société d'amis[17].

BONAPARTE.

[Footnote 16: C'est le célèbre Antoine Dubois, l'un des chirurgiens les
plus habiles de l'Europe.]

[Footnote 17: La santé du docteur Dubois ne lui permit pas de rester en
Égypte.]



Au Caire, le 14 fructidor an 6 (31 août 1798).

_Au général Dugua._

J'ai reçu votre lettre, citoyen général, du 11 fructidor. Je savais bien
que ce n'était pas à Mehal-el-Kebir que l'on s'était battu; mais l'on
m'avait supposé que c'était le chef-lieu de tous les rassemblemens. Je
désire que vous y envoyiez un bataillon, afin d'assister le général
Fugières dans ses opérations, et spécialement dans le désarmement.

Il serait extrêmement dangereux de lever des contributions par village:
cela serait capable dans ce moment-ci de décider les paysans à
abandonner la culture; j'ai cependant ordonné la levée de quelques
contributions sur quelques villages; je les ai mises à la disposition de
l'ordonnateur eu chef. Je vous envoie ci-joint, copie de mon ordre. Vous
recevrez incessamment les instructions pour les contributions à lever
dans votre province, L'intendant cophte a dû recevoir des ordres de son
intendant général pour la manière dont elles doivent être soldées. D'ici
à quelque temps, il ne sera pas possible au général Dommartin de vous
procurer l'artillerie qu'il vous avait promise; l'événement arrivé à la
flotte a apporté dans toutes ses combinaisons beaucoup de changemens;
faites raccommoder votre artillerie le mieux qu'il vous sera possible.

Je ne pense pas que le général Cafarelli puisse vous envoyer un autre
officier du génie: il y en a beaucoup de malades.

Vous trouverez ci-joint l'ordre au général Vial de mettre trente djermes
à votre disposition. Il est indispensable que vous soyez toujours en
mesure pour que, vingt-quatre heures après la réception d'un ordre, vous
puissiez vous porter où le besoin l'exigerait, et, dans ce moment-ci,
je sens que cela ne peut s'exécuter qu'avec des bateaux. J'approuve que
vous accordiez à la ville de Mansoura une amnistie. Pressez toutes les
mesures pour donner de la confiance aux habitans, leur faire reprendre
le commerce. Je désire que vous écriviez aux trois ou quatre villages
qui se sont le plus mal comportés dans l'affaire de Mansoura, pour
qu'ils reviennent à l'obéissance. Dans ce cas, vous ferez sentir aux
députés les dangers qu'ils courent, et, s'ils ne veulent pas voir brûler
leurs villages, qu'ils doivent faire arrêter les plus coupables et vous
les livrer.

Il faut absolument que vous profitiez du moment où les circonstances
me permettent de laisser votre division à Mansoura, pour soumettre
définitivement tous les villages de votre province, prendre des otages
des sept ou huit qui se sont mal comportés, et livrer aux flammes celui
de tous qui s'est le plus mal conduit: il ne faut pas qu'il y reste une
maison, Sans cet exemple, dès l'instant que votre division aurait quitté
Mansoura, ces gens-ci recommenceraient. Vous trouverez facilement de
petits bateaux pour vous transporter au village que vous voudrez brûler;
enfin faites l'impossible pour cela.

BONAPARTE.



Au Caire, le 14 fructidor an 6 (31 août 1798).

_Au pacha de Damas._

Je vous ai déjà écrit plusieurs lettres pour vous faire connaître que
nous n'étions pas ennemis des musulmans, et que la seule raison qui nous
avait conduits en Égypte, était pour y punir les beys et venger les
outrages qu'ils avaient faits au commerce français. Je désire donc que
vous restiez persuadé du désir où je suis de vivre en bonne intelligence
avec vous, et de vous donner tous les signes de la plus parfaite amitié.

BONAPARTE.



Au Caire, le 14 fructidor an 6 (31 août 1798).

_Au pacha du Grand-Seigneur en Égypte._

Lorsque les troupes françaises obligèrent Ibrahim à évacuer la province
de Scharkieh, je lui écrivis que je vous acceptais pour médiateur, et
qu'il vous envoyât vers moi. Je vous réitère aujourd'hui le désir que
j'aurais que vous revinssiez au Caire pour y reprendre vos fonctions: ne
doutez pas de la considération que l'on aura pour vous, et du plaisir
que j'aurai à faire votre connaissance.

BONAPARTE.



Au Caire, le 15 fructidor an 6 (1er septembre 1798).

_Au général Kléber._

Le citoyen Leroy me mande que toutes les dispositions que j'avais faites
pour la marine sont annulées, par le parti que vous avez pris d'affecter
à d'autres services les 100,000 liv. que je lui avais envoyées. Vous
voudrez bien, après la réception du présent ordre, remettre les 100,000
liv. à la marine, et ne point contrarier les dispositions que je fais et
qui tiennent à des rapports que vous ne devez pas connaître, n'étant pas
au centre.

L'administration d'Alexandrie a coûté le double que le reste de l'armée.
Les hôpitaux, quoique vous n'ayez que trois mille malades, coûtent, et
ont coûté beaucoup plus que tous les hôpitaux de l'armée.

Je ne crois pas, dans les différens ordres que je vous ai donnés, vous
avoir laissé maître de lever ou non la contribution à titre d'emprunt,
sur les négocians d'Alexandrie: ainsi, si vous en avez suspendu
l'exécution, je vous prie de vouloir bien prendre les mesures,
sur-le-champ, pour la faire rentrer, quels que soient les inconvéniens
qui doivent en résulter: nous n'avons point, pour ce moment-ci, d'autre
manière d'exister.

BONAPARTE.



Au Caire, le 18 fructidor an 6 (4 septembre 1798).

_Au général Desaix._

Votre état-major doit correspondre avec le chef de l'état-major
de l'armée. Il n'est pas d'usage que je reçoive des lettres des
adjudans-généraux, à moins que ce ne soit pour des réclamations qui leur
soient particulières. Votre commissaire, et surtout votre agent des
subsistances, sont extrêmement coupables. Les biscuits ont resté cinq ou
six jours embarqués, et ils avaient bien le temps de les vérifier. Il
faut avoir soin aussi qu'on ne donne pas aux corps plus de rations qu'il
ne leur en revient.

_La Cisalpine_ part ce soir avec le troisième bataillon de la
vingt-unième, quarante mille rations de biscuit, deux pièces de canon et
cinquante mille cartouches: ils se rendent a Abugirgé. On m'assure qu'il
y a à Abugirgé un canal qui conduit à Benhecé, et j'espère que vous
trouverez moyen de vous porter directement à cette position et
d'atteindre Mourad-Bey. C'est le projet qui me paraît le plus simple:
s'il n'était pas exécutable, je désire que vous remontiez jusqu'à
Melaoni, pour descendre par le canal de Joseph.

Vous savez qu'en général je n'aime pas les attaques combinées; arrivez
devant Mourad-Bey par où vous pourrez et avec toutes les forces: là, sur
le champ de bataille, vous ferez vos dispositions pour lui causer le
plus de mal possible.

Vous verrez, par l'ordre que vous envoie l'état-major, que je vous
autorise à traiter avec les anciens beys.

Je n'envoie personne dans le Faioum, jusqu'à ce que je sache
définitivement ce que veut faire Mourad-Bey, car je ne peux pas y
envoyer de grandes forces, et pour y envoyer cinq ou six cents hommes,
il faut que je connaisse les opérations ultérieures de Mourad-Bey.

BONAPARTE.



Au Caire, le 18 fructidor an 6 (4 septembre 1798).

Le général en chef Bonaparte ordonne:

ART. 1er La femme de Mourad-Bey paiera, dans la journée du 20, vingt
mille talaris, à compte de sa contribution.

2. Si le 20 au soir ces vingt mille talaris ne sont pas soldés, elle
paiera un vingtième par jour en sus, jusqu'à ce que les vingt mille
talaris soient entièrement versés.

BONAPARTE.



Au Caire, le 18 fructidor an 6 (4 septembre 1798).

_Au vice-amiral Thévenard._

Votre fils est mort d'un coup de canon sur son banc de quart: je
remplis, citoyen général, un triste devoir en vous l'annonçant; mais il
est mort sans souffrir et avec honneur. C'est la seule consolation qui
puisse adoucir la douleur d'un père. Nous sommes tous dévoués à la mort:
quelques jours de vie valent-ils le bonheur de mourir pour son pays?
compensent-ils la douleur de se voir sur un lit environné de l'égoïsme
d'une nouvelle génération? valent-ils les dégoûts, les souffrances d'une
longue maladie? Heureux ceux qui meurent sur le champ de bataille! ils
vivent éternellement dans le souvenir de la postérité. Ils n'ont jamais
inspiré la compassion ni la pitié que nous inspire la vieillesse
caduque, ou l'homme tourmenté par des maladies aiguës. Vous avez
blanchi, citoyen général, dans la carrière des armes; vous regretterez
un fils digne de vous et de la patrie: en accordant avec nous quelques
larmes à sa mémoire, vous direz que sa mort glorieuse est digue d'envie.

Croyez à la part que je prends à votre douleur, et ne doutez pas de
l'estime que j'ai pour vous.

BONAPARTE.



Au Caire, le 20 fructidor an 6 (6 septembre 1798).

_Au général Dugua._

À l'heure qu'il est, vous devez avoir reçu les cartouches: ainsi
j'espère que vous aurez mis à la raison les maudits Arabes des villages
de Soubat. Faites un exemple terrible, brûlez ce village et ne permettez
plus aux Arabes de venir l'habiter, qu'ils n'aient livré dix otages des
principaux, que vous m'enverrez pour les tenir à la citadelle du Caire.

Faites reconnaître par vos officiers de génie, d'artillerie et de
l'état-major, tous vos différens canaux, et surtout faites-moi connaître
quelle route vous devriez prendre si vous étiez forcé de marcher sur
Salahieh.

J'ai donné les ordres pour que tous les individus de votre division qui
sont au Caire, rejoignissent.

Vous devez avoir des officiers de santé, qui étaient à votre ambulance,
et ceux des différens corps. L'ordonnateur en chef va vous envoyer
d'ailleurs tout ce qui peut être nécessaire à votre hôpital.

On se plaint du pillage de vos troupes à Mansoura: c'est le seul point
de l'armée sur lequel j'aie en ce moment des plaintes; on se plaint même
des vexations que commettent plusieurs officiers d'état-major.

BONAPARTE.



Au Caire, le 24 fructidor an 6 (10 septembre 1798).

_Au citoyen Regnault de Saint Jean d'Angely._

J'ai reçu, citoyen, par le courrier Lesimple, vos lettres du 14
thermidor et du 8 fructidor.

C'est avec un véritable plaisir que j'apprends la bonne conduite que
vous tenez à Malte, et les services que vous rendez à la république en
lui organisant ce poste important.

Les affaires ici vont parfaitement bien, tous les jours, notre
établissement se consolide; la richesse de ce pays en blé, riz, légumes,
coton, sucre, indigo, est égale à la barbarie du peuple qui l'habite.
Mais il s'opère déjà un changement dans leurs moeurs, et deux ou trois
ans ne seront pas passés, que tout aura pris une face bien différente.

Vous avez sans doute reçu les différentes lettres que je vous ai
écrites, et les relations des différens événemens militaires qui se sont
passés; ne négligez rien pour faire passer en France, par des spronades,
toutes les nouvelles que vous avez de nous, ne fût-ce même que les
rapports des neutres, pour détruire les mille et un faux bruits que les
curieux d'une grande ville accueillent avec tant d'imbécillité.

BONAPARTE.



Au Caire, le 24 fructidor an 6 (10 septembre 1798).

_Au général Kléber._

Un vaisseau comme _le Franklin_, citoyen général, qui portait l'amiral,
puisque _l'Orient_ avait sauté, ne devait pas se rendre à onze heures
du soir. Je pense d'ailleurs que celui qui a rendu ce vaisseau est
extrêmement coupable, puisqu'il est constaté par son procès-verbal qu'il
n'a rien fait pour l'échouer et pour le mettre hors d'état d'être amené:
voilà ce qui fera à jamais la honte de la marine française. Il ne
fallait pas être grand manoeuvrier ni un homme d'une grande tête pour
couper un câble et échouer un bâtiment; cette conduite est d'ailleurs
spécialement ordonnée dans les instructions et ordonnances que l'on
donne aux capitaines de vaisseau. Quant à la conduite du contre-amiral
Duchaila, il eût été beau pour lui de mourir sur son banc de quart,
comme du Petit-Thouars.

Mais ce qui lui ôte toute espèce de retour à mon estime, c'est sa lâche
conduite avec les Anglais depuis qu'il a été prisonnier. Il y a des
hommes qui n'ont pas de sang dans les veines. Il entendra donc tous les
soirs les Anglais, en se soûlant de punch, boire à la honte de la marine
française! Il sera débarqué à Naples pour être un trophée pour les
lazzaronis: il valait beaucoup mieux pour lui rester à Alexandrie ou à
bord des vaisseaux comme prisonnier, sans jamais souhaiter ni demander
rien. Ohara, qui d'ailleurs était un homme très-commun, lorsqu'il fut
fait prisonnier à Toulon, sur ce que je lui demandais de la part du
général Dugommier ce qu'il désirait, répondit: _être seul, et ne rien
devoir à la pitié_. La gentillesse et les traitemens honnêtes n'honorent
que le vainqueur, ils déshonorent le vaincu, qui doit avoir de la
réserve et de la fierté.

BONAPARTE.



Au Caire, le 26 fructidor an 6 (12 septembre 1798).

_Instruction pour le citoyen Mailly._

Le citoyen Mailly partira sur une djerme qui lui sera fournie à
Damiette, directement pour Lataquie; la première attention qu'il doit
avoir, c'est d'éviter les croisières anglaises. Il engagera le patron à
changer de route lorsqu'il s'en verra menacé; il ne s'approchera même
qu'avec précaution des petits bâtimens venant de la côte, et ne les
hélera que lorsqu'il sera sûr que ce ne sont pas des corsaires. Les
patrons de la barque reconnaissent facilement au large les djermes de
leur pays.

Il cachera soigneusement les paquets en cas de visite, et fera en pareil
cas ce que la prudence lui dictera. Son habit oriental pourra lui être
utile dans cette occasion, et il aura soin de ne parler qu'en langue
turque avec son interprète arabe, lors d'une visite.

Arrive à la marine de Lataquie, il demandera à parler à
Codja-Hanna-Coubbé, intendant du gouverneur, et noligataire du brigantin
français _la Marie_, arrivé à bon port à la rade de Damiette le 11
fructidor de cette année. Il lui fera valoir la permission qu'a donnée
le général en chef à son correspondant, de faire son retour en riz, pour
alimenter son échelle et la ville d'Alep.

Il demandera de suite la permission de communiquer avec le citoyen
Geoffroi, proconsul de la république française à Lataquie, distant d'un
demi-quart de lieue de la marine. Assisté de cet officier, il se rendra
chez le gouverneur, à qui il remettra la lettre du général en chef.

Le citoyen Mailly devra bien prévoir qu'il y a des espions anglais à
Lataquie: ainsi, pour mieux masquer l'expédition de son paquet pour
Constantinople, il aura soin de dire au gouverneur et de répandre dans
le public, que le général en chef a envoyé sur toute la côte divers
officiers pour engager les pachas à laisser toute liberté de commerce
avec l'Égypte, et que sa mission particulière se borne à Lataquie et
Alep.

Cette ouverture donnera au proconsul la facilité d'expédier sur-le-champ
un messager qui se rendra en deux jours a Alep. Le citoyen Chos-de-Clos,
notre consul, le gardera un jour ou deux tout au plus, pendant lequel
temps il donnera au général en chef les nouvelles les plus authentiques
qu'il aura pu recueillir de la légation de Constantinople, soit aussi de
diverses lettres particulières sur la situation de cette capitale, de
même que les mouvemens en Romélie, Syrie, etc., et en général tout ce
qui peut intéresser le général en chef.

Le citoyen Mailly attendra chez le proconsul de la république, le retour
du message; il se tiendra très-réservé sur les nouvelles de l'Égypte,
autant qu'elles pourront entraver sa mission, et, dans le cas qu'il
trouve le peuple de Lataquie en fermentation, il pourra dire comme de
lui-même: «Le bruit constant au Caire est que l'expédition des Français
est terminée, et, sans l'échec arrivé à notre escadre, notre armée se
serait déjà retirée; mais qu'en attendant de nouvelles forces maritimes,
les ports de l'Égypte sont ouverts aux négocians musulmans, et que ceux
de Lataquie peuvent en toute sûreté y envoyer leur tabac, qui fait toute
leur richesse.»

Le messager étant de retour d'Alep, le citoyen Mailly mettra
sur-le-champ à la voile, tâchera de n'aborder aucune terre et de s'en
retourner en droiture à Damiette, d'où il se rendra sur-le-champ près du
général en chef.

Il mettra la même prudence à cacher ses dépêches pour le général en
chef, et, dans le cas où il se verrait forcé de les jeter à la mer ou
qu'elles seraient interceptées par les Anglais, son voyage ne sera
pas inutile sous le rapport des nouvelles, en prenant à Lataquie la
précaution de faire écrire en Arabe les nouvelles les plus saillantes,
et de les confier à son interprète ou de les cacher dans un ballot de
tabac.

BONAPARTE.



Au Caire, le 26 fructidor an 6 (12 septembre 1798).

_Au général Murat._

Si les Arabes que vous avez attaqués sont les mêmes qui ont assassiné
nos gens à Mansoura, mon intention est de les détruire. Faites-moi
connaître les forces qui vous seraient nécessaires à cet effet, et
étudiez la position qu'ils occupent; afin de pouvoir les attaquer, les
envelopper, et donner un exemple terrible au pays.

J'imagine que, si vous avez fait la paix provisoirement avec eux, vous
aurez exigé des otages, des chevaux et des armes.

BONAPARTE.



Au Caire, le 27 fructidor an 6 (13 septembre 1798).

_Au général Fugières._

J'espère qu'à l'heure qu'il est, citoyen général, vous aurez, de concert
avec le général Dugua, soumis le village de Soubat et exterminé ces
coquins d'Arabes.

J'attends toujours des nouvelles de la réquisition des chevaux, qui
n'avance pas dans votre province.

BONAPARTE.



Au Caire, le 28 fructidor an 6 (14 septembre 1798).

_Au général Murat._

Je vous répète que mon intention est de détruire les Arabes que vous
avez attaqués; c'est le fléau des provinces de Mansoura, de Kelioubeh et
de Garbieh.

Le général Dugua doit, de concert avec le général Fugières, avoir
attaqué la partie de ces Arabes qui se trouve au village de Soubat;
envoyez reconnaître où se trouvent les Arabes que vous avez attaqués;
faites-moi connaître les forces dont vous aurez besoin, et l'endroit
d'où vous pourrez partir pour les attaquer avec succès, en tuer une
partie et prendre des otages, afin de s'assurer de leur fidélité.

Faites reconnaître la route de Met-Kamao à Belbeys: vous ne devez pas, à
Met-Kamao, vous en trouver éloigné.

BONAPARTE.



Au Caire, le 29 fructidor an 6 (15 septembre 1798).

_À l'adjudant-général Bribes._

J'ai reçu, citoyen général, votre lettre du 25 fructidor, où vous
me rendez compte de l'attaque qu'a essuyée le convoi d'Alexandrie à
Damanhour. Le commandant du convoi ne mérite aucun éloge, puisqu'il a
laissé prendre plusieurs bêtes chargées; il devait faire assez de haltes
pour ne rien laisser en arrière: le commandant du convoi eût mérité des
éloges, s'il l'eût amené sans avoir rien laissé prendre.

Donnez la chasse à ces brigands; écrivez au général Marmont à Rosette.
Si vous avez besoin de lui, il s'y portera avec sa demi-brigade.

BONAPARTE.



Au Caire, le 29 fructidor an 6 (15 septembre 1798).

_À l'ordonnateur Leroy._

Il est extrêmement ridicule, citoyen ordonnateur, que vous vous amusiez
à payer le traitement de table, quand la solde des matelots et le
matériel sont dans une si grande souffrance. Je vous prie de vous
conformer strictement à mon ordre, d'employer au matériel les trois
quarts de l'argent que je vous ai envoyé, et le quart seulement au
personnel de la marine. En faisant de si grands sacrifices pour la
marine, mon intention a été de mettre les trois frégates à même de
sortir le plus tôt possible, ainsi que les deux vaisseaux.

Par votre lettre du 23, il est impossible de savoir si les deux neutres,
_l'Aimable Mariette_ et _l'Alexandre_ sont rentrés, ou non, dans le
port.

BONAPARTE.



Au Caire, le 30 fructidor an 6 (16 septembre 1798).

_Au conseil d'administration de la soixante-neuvième demi-brigade._

J'ai reçu, citoyens, votre lettre du 21 fructidor; je me fais faire un
rapport sur la solde qui vous est due.

L'armée, depuis son entrée en Égypte, a été soldée des mois de floréal,
prairial et messidor: elle se trouve encore arriérée des mois de
thermidor et fructidor.

La division dont vous faisiez partie a, ainsi que vous, un arriéré
antérieur à floréal: conformément à ce qui a été mis à l'ordre du jour,
il y a près d'un mois, il faut que vous vous adressiez, pour tout ce qui
est antérieur à floréal, à l'ordonnateur en chef.

Si, dans le rapport que le payeur général me fera, il est constaté que
vous ayez touché moins de paye que le reste de l'armée, je donnerai
sur-le-champ les ordres et je prendrai les mesures pour que vous soyez
mis au courant de paye de l'armée.

BONAPARTE.



Au Caire, le 1er jour complémentaire an 6 (17 septembre 1798).

_À l'ordonnateur en chef._

J'avais ordonné qu'on payât quarante mille rations de biscuit au général
Desaix; ou n'en a, sur la lettre de voiture, compté que trente mille,
et, lorsque le biscuit est arrivé, il ne s'en est trouvé que vingt
mille.

L'agent à Boulac doit avoir le reçu de celui qui a accompagné le convoi,
faites-le moi présenter: si vous ne mettez point d'ordre à cet abus, il
est impossible que l'armée existe.

Si l'on continue cette friponnerie malgré la plus grande surveillance,
que sera-ce lorsque je serai en avant et qu'il y aura des envois
multipliés à faire?

Les envoyés ont la friponnerie, lorsque l'ordonnateur donne l'ordre en
quintaux, d'envoyer, en quintaux du pays de soixante livres; mais ils ne
peuvent avoir cette pitoyable excuse par mon ordre, puisque je demandé
toujours par rations.

BONAPARTE.



Au Caire, le 1er jour complémentaire an 6 (17 septembre 1798).

_Au général Kléber._

Un officier du génie, chargé des ordres du général Caffarelli, se rend à
Alexandrie pour activer autant qu'il sera possible les travaux de cette
place, surtout du côté de terre.

Mourad Dey a été battu par Desaix, qui lui a pris cent cinquante barques
chargées de blé, d'effets, douze pièces de canon et quelques mameloucks:
nous sommes maîtres de toute l'Égypte. Mourad Bey, avec cinq à six cents
mameloucks et quelques Arabes, est entre le Fayoum et le désert: il va
se rendre dans les oasis ou en Barbarie. Dans ce dernier cas, il ne
passerait pas loin de la province du Bahhiré.

J'ai donné ordre au général Marmont de se rendre à Rhamanieh, d'y
prendre le commandement des troupes de toute la province, pour être à
même, dans tous les cas, de protéger la navigation du Nil, celle du
canal, et la campagne d'Alexandrie.

Ibrahim Bey est toujours à Gaza, d'où il promet et écrit beaucoup à ses
partisans.

Notre fête ici sera fort belle.

BONAPARTE.



Au Caire, le 2e. jour complémentaire an 6 (18 septembre 1798).

_Au même._

Je reçois, citoyen général, votre lettre du 26. Il est extrêmement
urgent de débarrasser Alexandrie de cette grande quantité de pèlerins:
qu'ils s'en aillent par terre à Derne, où ils pourront s'embarquer, ou
faites-les embarquer sur trois bons bâtimens et partir de suite.

Une fois partis, il ne faut plus les laisser rentrer. Dans la saison où
nous nous trouvons, où il ne fait grand jour qu'a six heures du matin,
tous les bâtimens peuvent sortir à la barbe des Anglais. Forcez ceux qui
seront chargés des hommes dont vous voulez débarrasser votre place, à
sortir.

Moyennant l'expédition que vous avez faite sur le village qui
s'était révolté, les choses changeront. Le général Marmont, avec
l'adjudant-général Bribes, se trouve avoir près de quinze cents hommes;
ce qui forme une colonne respectable, qui protégera l'arrivée des eaux à
Alexandrie.

Ou me mande de Rosette qu'on a envoyé à Rahmanieh trois mille quintaux
de blé pour Alexandrie; j'en ai envoyé une grande quantité du Caire: si
la navigation était commode, il serait facile de pouvoir payer en blé ce
que nous devons à une grande partie du convoi.

Le sévère blocus que veulent établir les Anglais ne produira aucun
résultat; les vents de l'équinoxe nous en feront bonne raison. J'imagine
que M. Hood veut tout bonnement se faire payer pour la sortie et pour
l'entrée, comme cela est arrivé quarante fois sur les côtes de Provence.
Je désirerais qu'il n'y eût plus de parlementaires, et que le commandant
des armes et l'ordonnateur de la marine cessassent enfin d'écrire des
lettres ridicules et qui n'ont point de but. Il est fort peu important
que les Anglais gardent prisonnier un commissaire, ou non: ces gens-là
me paraissent déjà assez orgueilleux de leur victoire, sans les enfler
encore davantage. Quand les circonstances vous feront croire nécessaire
de leur envoyer un parlementaire, qu'il n'y ait que vous qui écriviez.

Mourad-Bey est toujours dans la même position entre le Fayoum et le
désert. Je me suis porté à Gizeh pour surveiller ses mouvemens.

BONAPARTE.



Au Caire, le 1er vendémiaire an 7 (22 septembre 1798).

_À l'armée._

Soldats!

Nous célébrons le premier jour de l'an 7 de la république.

Il y a cinq ans, l'indépendance du peuple français était menacée: mais
vous prîtes Toulon, ce fut le présage de la ruine de nos ennemis.

Un an après, vous battiez les Autrichiens à Dego.

L'année suivante, vous étiez sur le sommet des Alpes.

Vous luttiez contre Mantoue il y a deux ans, et vous remportiez la
célèbre victoire de Saint-George.

L'an passé, vous étiez aux sources de la Drave et de l'Isonzo, de retour
de l'Allemagne.

Qui eût dit alors que vous seriez aujourd'hui sur les bords du Nil, au
centre de l'ancien continent?

Depuis l'Anglais, célèbre dans les arts et le commerce, jusqu'au hideux
et féroce Bédouin, vous fixez les regards du monde.

Soldats, votre destinée est belle, parce que vous êtes dignes de ce que
vous avez fait et de l'opinion que l'on a de vous. Vous mourrez avec
honneur comme les braves dont les noms sont inscrits sur cette pyramide,
ou vous retournerez dans votre patrie couverts de lauriers et de
l'admiration de tous les peuples.

Depuis cinq mois que nous sommes éloignés de l'Europe, nous avons été
l'objet perpétuel des sollicitudes de nos compatriotes. Dans ce
jour, quarante millions de citoyens célèbrent l'ère des gouvernemens
représentatifs; quarante millions de citoyens pensent à vous. Tous
disent: c'est à leurs travaux, à leur sang, que nous devrons la paix
générale, le repos, la prospérité du commerce, et les bienfaits de la
liberté civile.

BONAPARTE.



Au Caire, le 2 vendémiaire an 7 (23 septembre 1798).

_Au général Dugua._

Il faut faire partir, citoyen général, le premier bataillon de la
soixante quinzième avec une chaloupe canonnière; mon aide-de-camp Duroc,
sur l'aviso _le Pluvier_, et le troisième bataillon de la seconde
d'infanterie légère, qui sont partis avant-hier, doivent être arrivés.

J'attends, à chaque instant, des nouvelles de l'opération du général
Damas; s'il n'a que trois à quatre cents hommes, il est un peu faible.

À Mit-el-Kouli, le lundi 1er complémentaire à neuf heures du matin, on a
égorgé quinze Français qui étaient sur un bateau qui venait de Damiette.
Les cinq villages qui sont immédiatement après Mit-el-Kouli, se sont
réunis pour cette opération. Les habitans de Mit-el-Kouli ont trois ou
quatre mauvaises pièces de canon; ils ont fait quelques retranchemens.
La première chose que vous aurez faite sans doute, aura été de vous
emparer de ces canons, détruire ces retranchemens et désarmer ces
villages: celui de Mit-el-Kouli a plus de quatre-vingts fusils.
J'imagine qu'à l'heure qu'il est, vous êtes arrivé à Damiette. Il faut
demander des otages dans tous les villages qui se sont mal comportés, et
avoir sur le lac Menzalé des djermes armées avec des pièces de 5 ou de
3.

Depuis cinq mois que nous sommes éloignés de l'Europe, nous avons été
l'objet perpétuel des sollicitudes de nos compatriotes. Dans ce
jour, quarante millions de citoyens célèbrent l'ère des gouvernemens
représentatifs; quarante millions de citoyens pensent à vous. Tous
disent: c'est à leurs travaux, à leur sang, que nous devrons la paix
générale, le repos, la prospérité du commerce, et les bienfaits de la
liberté civile.

BONAPARTE.



Au Caire, le 2 vendémiaire an 7 (23 septembre 1798).

_Au général Dugua._

Il faut faire partir, citoyen général, le premier bataillon de la
soixante quinzième avec une chaloupe canonnière; mon aide-de-camp Duroc,
sur l'aviso _le Pluvier_, et le troisième bataillon de la seconde
d'infanterie légère, qui sont partis avant-hier, doivent être arrivés.

J'attends, à chaque instant, des nouvelles de l'opération du général
Damas; s'il n'a que trois à quatre cents hommes, il est un peu faible.

À Mit-el-Kouli, le lundi 1er complémentaire à neuf heures du matin, on a
égorgé quinze Français qui étaient sur un bateau qui venait de Damiette.
Les cinq villages qui sont immédiatement après Mit-el-Kouli, se sont
réunis pour cette opération. Les habitans de Mit-el-Kouli ont trois ou
quatre mauvaises pièces de canon; ils ont fait quelques retranchemens.
La première chose que vous aurez faite sans doute, aura été de vous
emparer de ces canons, détruire ces retranchemens et désarmer ces
villages: celui de Mit-el-Kouli a plus de quatre-vingts fusils.
J'imagine qu'à l'heure qu'il est, vous êtes arrivé à Damiette. Il faut
demander des ôtages dans tous les villages qui se sont mal comportés, et
avoir sur le lac Menzalé des djermes armées avec des pièces de 5 ou de 3
naître les canaux et pris des mesures pour soumettre la province.

Vous aurez vu, par ma lettre d'hier, différentes mesures que je vous ai
prescrites concernant le désarmement, et pour prendre des ôtages dans
les différens villages révoltés.

Faites passer dans le lac Menzalé quatre où cinq djermes armées de
canon, que vous avez à Damiette, et, si vous pouvez, une chaloupe
canonnière; enfin, armez le plus de bateaux que vous pourrez, pour être
entièrement maître du lac. Tâchez d'avoir Hassan-Thoubar dans vos mains,
et pour cela faire, employez la ruse s'il le faut.

Sur-le-champ, faites partir une forte colonne pour s'emparer
d'El-Menzalé; faites-en partir une autre pour accompagner le général
Andréossi, et s'emparer de toutes les îles du lac. J'imagine que vous
aurez donné une leçon sévère au gros village de Mit-el-Kouli. Mon
intention est qu'on fasse tout ce qui est nécessaire pour être
souverainement maître du lac de Menzalé, et dussiez-vous y faire marcher
toute votre division, il faut que le général Andréossi arrive à Peluse.

Je vous ai écrit, dans une de mes lettres, de faire une proclamation;
faites-la répandre avec profusion dans le pays.

Il faut faire des exemples sévères, et comme votre division ne peut pas
être destinée à rester dans les provinces de Damiette et de Mansoura, il
faut profiter du moment pour les soumettre entièrement, et pour cela il
faut le désarmement, des têtes coupées et des ôtages.

BONAPARTE.



Au Caire, le 4 vendémiaire an 7 (25 septembre 1798).

_Au général Dupuy._

Vu les intelligences que la femme d'Osman-Bey a continué d'avoir avec le
camp de Mourad-Bey, et, vu aussi l'argent qu'elle y a fait, et voulait
encore y faire passer, j'ordonne que la femme d'Osman-Bey restera en
prison jusqu'à ce qu'elle ait versé dans la caisse du payeur de l'armée
dix mille talaris.

BONAPARTE.



Au Caire, le 4 vendémiaire an 7 (25 septembre 1798).

_Au citoyen Poussielgue._

Je vous prie d'envoyer chez les marchands de café, les Cophtes et les
marchands de Damas, des gardes, si dans la journée de demain ils n'ont
pas payé ce qu'ils doivent de leur contribution.

Si la femme de Mourad-Bey n'a pas versé dans la journée de demain les
huit mille talaris qu'elle doit, sa contribution sera portée a dix mille
talaris.

Sur les quinze mille talaris imposés sur le Saga, il n'en a encore été
perçu que mille cinquante-cinq; il en reste treize mille neuf cent
quarante-cinq. Trois mille neuf cent quarante-cinq seront versés dans la
journée de demain, et les dix mille restant, mille par jour.

Faites verser dans la caisse du payeur, dans la journée d'aujourd'hui,
l'argent que vous auriez des cotons, café, des morts sans héritiers ou
de tout autre objet. Le Caire se trouve absolument dépourvu de fonds, et
l'armée a déjà de grands besoins.

BONAPARTE.



Au Caire, le 5 vendémiaire an 7 (26 septembre 1798).

_Au général Dugua._

Soit par terre, soit par le canal, il faut absolument, citoyen général,
parvenir à Menzalé; faites-y marcher votre avant-garde en la renforçant
de ce que vous jugerez nécessaire; je désire qu'elle prenne position à
Menzalé. En réunissant la quantité de bateaux nécessaires pour pouvoir
se porter rapidement soit à Damiette, soit à Salahieh, soit à Mansoura,
essayez de prendre par la ruse Hassan-Thoubar, et, si jamais vous le
tenez, envoyez-le moi au Caire. Désarmez le plus que vous pourrez;
n'écoutez point ce qu'ils pourraient vous dire, que, par le désarmement,
vous les exposez aux incursions des Arabes: tous ces gens-là
s'entendent; surtout il faut que le village de Mit-el-Kouli vous
fournisse au moins cent armes et des pièces de canon: ils les ont
cachées; mais je suis sûr qu'ils en ont. Concertez-vous avec le général
Vial pour faire désarmer Damiette et faire arrêter les hommes suspects.

Prenez des ôtages, exigez que les villages vous remettent leurs fusils,
tâchez d'avoir leurs canons, et faites entrer dans le lac de Menzalé des
djermes armées ou armées de leurs bateaux.

Envoyez un officier de génie à Menzalé, afin de bien établir sa position
par rapport a Damiette, à Mansoura et surtout à Salahieh.

Faites faire des reconnaissances le long de la mer à droite et à gauche
jusqu'au cap Bourlos d'un côté, et aussi loin que vous pourrez de
l'autre.

Ordonnez aussi que les troupes soient désarmées. Je vous ai envoyé une
djerme armée, _la Carniole_; vous devez en avoir deux à Damiette. Je
vous ai envoyé deux avisos; il y avait une chaloupe canonnière; et cela
fait six bâtimens armés. BONAPARTE.



Au Caire, le 6 vendémiaire an 7 (27 septembre 1798).

_Au général Dupuis._

Faites couper la tête aux deux espions et faites-les promener dans la
ville avec un écriteau pour faire connaître que ce sont des espions du
pays. Faites connaître à l'aga que je suis très-mécontent des propos que
l'on tient dans la ville contre les chrétiens. Il doit y avoir en ce
moment des ôtages de Menouf à la citadelle.

BONAPARTE.



Au Caire, le 11 vendémiaire an 7 (2 octobre 1798).

_Au commandant de la Caravelle._

J'ai reçu la lettre que vous vous êtes donné la peine de m'écrire.
J'ai appris avec peine que vous aviez éprouvé à Alexandrie quelques
désagrémens. J'ai donné les ordres au Caire pour que tout votre monde
vous rejoignît. Tenez-vous prêt a partir a l'époque à laquelle vous
aviez l'habitude de quitter Alexandrie. Faites-moi connaître le temps où
vous comptez partir; j'en profiterai pour vous donner des dépêches pour
la Porte.

Croyez aux sentimens d'estime, et au désir que j'ai de vous être
agréable.

BONAPARTE.



Au Caire, le 13 vendémiaire an 7 (4 octobre 1798).

_Au général Kléber._

Le général Caffarelli, citoyen général, m'a fait connaître votre désir.

Je suis extrêmement fâché de votre indisposition: j'espère que l'air
du Nil vous fera du bien, et, sortant des sables d'Alexandrie, vous
trouverez peut-être notre Égypte moins mauvaise qu'on peut le croire
d'abord. Nous avons eu différentes affaires avec les Arabes de Scharkieh
et du lac Menzalé: ils'ont été battus à Damette et avant-hier à
Mit-Kamar.

Desaix a été jusqu'à Syouth: il a poussé les mameloucks dans le désert;
une partie d'eux a gagné les oasis.

Ibrahim-Bey est à Gaza: il nous menace d'une invasion; il n'en fera
rien; mais nous qui ne menaçons pas, nous pourrons bien le déloger de
là.

Croyez au désir que j'ai devons voir promptement rétabli, et au prix que
j'attache à votre estime et à votre amitié. Je crains que nous ne soyons
un peu brouillés: vous seriez injuste si vous doutiez de la peine que
j'en éprouverais.

Sur le sol de l'Égypte, les nuages, lorsqu'il y en a, passent dans six
heures; de mon côté, s'il y en avait, ils seraient passés dans trois:
l'estime que j'ai pour vous est au moins égale à celle que vous m'avez
témoignée quelquefois.

J'espère vous voir sous peu de jours au Caire, comme vous le mande le
général Caffarelli.

BONAPARTE.



Au Caire, le 24 vendémiaire an 7 (15 octobre 1798).

_Au général Fugières._

Il est nécessaire, citoyen général, que vous portiez le plus grand
respect au village de Tenta, qui est un objet de vénération pour les
Mahométans. Il faut surtout éviter de faire tout ce qui pourrait leur
donner lieu de se plaindre que nous ne respectons pas leur religion et
leurs moeurs.

BONAPARTE.



Au Caire, le 25 vendémiaire an 7 (15 octobre 1798).

_Au même._

J'ai appris avec peine, citoyen général, ce qui est arrivé à Tenta: je
désire que l'on respecte cette ville, et je regarderais comme le plus
grand malheur qui pût arriver, que de voir ravager ce lieu saint aux
yeux de tout l'Orient. J'écris aux habitans de Tenta, et je vais faire
écrire par le divan général: je désire que tout se termine par la
négociation.

Quant aux Arabes, tâchez de les faire se soumettre et qu'ils vous
donnent des ôtages: écrivez leur à cet effet, et, s'ils ne se soumettent
pas, tâchez de leur faire le plus de mal que vous pourrez.

BONAPARTE.



Au Caire, le 26 vendémiaire an 7 (17 octobre 1798).

_Au directoire exécutif._

Citoyens directeurs, je vous fais passer le détail de quelques combats
qui ont eu lieu à différentes époques et en différens lieux contre les
mameloucks, diverses tribus d'Arabes, et quelques villages révoltés.

_Combat de Rémeryeh._

Le général de brigade Fugières, avec un bataillon de la dix-huitième
demi-brigade, est arrivé à Menouf dans le Delta, le 28 thermidor, pour
se rendre à Mehalleh-el-kébyr, capitale de la Gharbyéh. Le village de
Rémeryeh lui refusa le passage. Après une heure de combat, il repoussa
les ennemis dans le village, les investit, les força, en tua deux cents,
et s'empara du village. Il perdit trois hommes, et eut quelques blessés.
Le citoyen Chênet, sous-lieutenant de la dix-huitième, s'est distingué.

_Combat de Djémyleh._

Le général Dugua envoya, le premier jour complémentaire, le général
Damas, avec un bataillon de la soixante-quinzième, reconnaître le canal
d'Achmoun, et soumettre les villages qui refusaient obéissance. Arrivé
au village de Djémyleh, un parti d'Arabes, réuni aux fellahs ou
habitans, attaqua nos troupes. Les dispositions furent bientôt faites,
et les ennemis repoussés. Le chef de bataillon du génie, Cazalès, s'est
spécialement distingué.

_Combat de Myt-Qamar._

Les Arabes de Derneh occupaient le village de Doundeh; environnés
de tous côtés par l'inondation, ils se croyaient inexpugnables, et
infestaient le Nil par leurs pirateries et leurs brigandages. Les
généraux de brigade, Murat et Lanusse, eurent ordre d'y marcher, et
arrivèrent le 7 vendémiaire. Les Arabes furent dispersés après une
légère fusillade. Nos troupes les suivirent pendant cinq lieues, ayant
de l'eau jusqu'à la ceinture. Leurs troupeaux, chameaux, et effets, sont
tombés en notre pouvoir. Plus de deux cents de ces misérables ont été
tués ou noyés. Le citoyen Niderwood, adjoint à l'état-major, s'est
distingué dans ce combat.

Les Arabes sont à l'Égypte ce que les Barbets sont au comté de Nice;
avec cette grande différence qu'au lieu de vivre dans les montagnes
ils sont tous à cheval, et vivent au milieu des déserts. Ils pillent
également les Turcs, les Égyptiens et les Européens. Leur férocité est
égale à la vie misérable qu'ils mènent, exposés des jours entiers, dans
des sables brûlans, à l'ardeur du soleil, sans eau pour s'abreuver. Ils
sont sans pitié et sans foi. C'est le spectacle de l'homme sauvage le
plus hideux qu'il soit possible de se figurer.

Le général Desaix est parti du Caire le 8 fructidor, pour se rendre dans
la Haute-Égypte, avec une flottille de deux demi-galères, et six avisos.
Il a remonté le Nil, et est arrivé à Benéçouef le 14 fructidor. Il mit
pied à terre, et se porta par une marche forcée à Behnéce, sur le canal
de Joseph. Mourad-Bey évacua à son approche. Le général Desaix prit
quatorze barques chargées de bagage, de tentes, et quatre pièces de
canon.

Il rejoignit le Nil le 21 fructidor, et arriva à Acyouth le 29
fructidor, se trouvant alors à plus de cent lieues du Caire, poussant
devant lui la flottille des beys, qui se réfugia du côté de la
cataracte.

Le cinquième jour complémentaire, il retourna à l'embouchure du canal
de Joseph. Après une navigation difficile et pénible, il arriva le 12
vendémiaire à Behnéce.

Le 14 et le 15, il y eut diverses escarmouches qui préludèrent à la
journée de Sédyman.

_Bataille de Sédyman._

Le 16, à la pointe du jour, la division du général Desaix se mit en
marche, et se trouva bientôt en présence de l'armée de Mourad-Bey, forte
de cinq à six mille chevaux, la plus grande partie Arabes, et un corps
d'infanterie qui gardait les retranchements de Sédyman, où il avait
quatre pièces de canon.

Le général Desaix forma sa division, toute composée d'infanterie, en
bataillon carré qu'il fit éclairer par deux petits carrés de deux cents
hommes chacun.

Les mameloucks, après avoir longtemps hésité, se décidèrent, et
chargèrent, avec d'horribles cris et la plus grande valeur, le petit
peloton de droite que commandait le capitaine de la vingt-unième,
Valette. Dans le même temps, ils chargèrent la queue du carré de
la division, où était la quatre-vingt-huitième, bonne et intrépide
demi-brigade.

Les ennemis sont reçus partout avec le même sang-froid. Les chasseurs
de la vingt-unième ne tirèrent qu'à dix pas, et croisèrent leurs
baïonnettes. Les braves de cette intrépide cavalerie vinrent mourir
dans, le rang, après avoir jeté masses et haches d'armes, fusils,
pistolets, à la tête de nos gens. Quelques-uns, ayant eu leurs chevaux
tués, se glissèrent le ventre contre terre pour passer sous les
baïonnettes, et couper les jambes de nos soldats; tout fut inutile: ils
durent fuir. Nos troupes s'avancèrent sur Sédyman, malgré quatre pièces
de canon, dont le feu était d'autant plus dangereux que notre ordre
était profond; mais le pas de charge fut comme l'éclair, et les
retranchemens, les canons et les bagages, nous restèrent.

Mourad-Bey a eu trois beys tués, deux blessés, et quatre cents hommes
d'élite sur le champ de bataille; notre perte se monte à trente-six
hommes tués et quatre-vingt-dix blessés.

Ici, comme à la bataille des Pyramides, les soldats ont fait un butin
considérable. Pas un mamelouck sur lequel on n'ait trouvé quatre ou cinq
cents louis.

Le citoyen Conroux, chef de la soixante-unième, a été blessé; les
citoyens Rapp, aide-de-camp du général Desaix, Valette, et Sacro,
capitaines de la vingt-unième, Geoffroy, de la soixante-unième,
Géromme, sergent de la quatre-vingt-huitième, se sont particulièrement
distingués.

Le général Friant a soutenu dans cette journée la réputation qu'il avait
acquise en Italie et en Allemagne.

Je vous demande le grade de général de brigade pour le citoyen Robin,
chef de la vingt-unième demi-brigade. J'ai avancé les différens
officiers et soldats qui se sont distingués. Je vous en enverrai l'état
par la première occasion.

BONAPARTE.



Le 26 vendémiaire an 6 (17 octobre 1798).

_Au citoyen Barré, capitaine de frégate._

J'ai reçu, citoyen, le travail sur les passes d'Alexandrie, que vous
m'avez envoyé. Vous avez dû depuis vous confirmer davantage dans les
sondes que vous aviez faites. Je vous prie de me répondre à la question
suivante:

Si un bâtiment de soixante-quatorze se présente devant le port
d'Alexandrie, vous chargez-vous de le faire entrer?

BONAPARTE.



Au Caire, le 16 vendémiaire an 7 (17 octobre 1798).

_Au général Marmont._

L'intrigant Abdalon, intendant de Mourad-Bey, est passé il y a trois
jours à Chouara avec trente Arabes; on croit qu'il se rend dans les
environs d'Alexandrie: je désirerais que vous pussiez le faire prendre;
je donnerais bien 1,000 écus de sa personne; ce n'est pas qu'elle les
vaille; mais ce serait pour l'exemple: c'est le même qui était à bord
de l'amiral anglais. Si l'on pouvait parler à des Arabes, ces gens-là
feraient beaucoup de choses pour 1,000 sequins.

BONAPARTE.



Au Caire, le 3 brumaire an 7 (23 octobre 1798).

_Au même._

Nous avons eu hier et avant-hier beaucoup de tapage ici: mais tout est
aujourd'hui tranquille. Le général Dupuy a été tué dans une rue, au
premier moment de la révolte; Sullowski a été tué hier matin: j'ai été
obligé de faire tirer des bombes et des obus sur la grande mosquée,
pour soumettre un quartier qui s'était barricadé: cela a fait un effet
très-considérable. Plus de quinze obus sont entrés dans la mosquée. Nous
avons eu en différens points quarante ou cinquante hommes de tués. La
ville a eu une bonne leçon, dont elle se souviendra long-temps, je
crois.

J'ai reçu votre lettre du 26. Faites-nous passer le plus d'artillerie
que vous pourrez: je vous ai demandé quelques pièces de 24 et quelques
mortiers; il serait bien essentiel qu'il nous en arrivât.

BONAPARTE.



Au Caire, le 6 brumaire an 7 (27 octobre 1798).

_Au général Reynier._

J'ai reçu, citoyen général, votre lettre du 4 brumaire, avec différens
extraits des lettres du général Lagrange. Vous devez avoir reçu un
convoi avec des cartouches et quatre pièces de canon, dont deux pour
votre équipage de campagne, deux pour Salahieh, dans le cas que
l'équipage par eau tardât à y arriver. La tranquillité est parfaitement
rétablie au Caire. Notre perte se monte exactement à huit hommes tués
dans les différens combats, vingt-cinq hommes malades qui, revenant de
votre division, ont été assassinés en route, et une vingtaine d'autres
personnes de différentes administrations et de différens corps,
assassinées isolément. Les révoltés ont perdu un couple de milliers
d'hommes. Toutes les nuits nous faisons couper une trentaine de têtes et
beaucoup de celles des chefs: cela, je crois, leur servira d'une bonne
leçon.

Ibrahim-Bey ne tardera pas, je crois, à se jeter dans le désert. Si
quelques Arabes ont été le joindre, cela a été pour lui porter du blé
et autres provisions. Il paraît qu'il y a à Gaza une grande disette.
Au reste, si nous pouvions être prévenus à temps, il n'échapperait que
difficilement.

Pour le moment, tenez-vous concentré à Salahieh et à Belbeis; punissez
les différentes tribus arabes qui se sont révoltées contre vous; tâchez
d'en obtenir des chevaux et des ôtages; faites activer, par tous les
moyens possibles, les travaux de Belbeis, afin que l'on puisse
y confier, d'ici à quelques jours, quelques pièces de canon;
approvisionnez Salahieh le plus qu'il vous sera possible. La meilleure
manière de punir les villages qui se sont révoltés, c'est de prendre le
scheick El-Beled et de lui faire couper le cou, car c'est de lui que
tout dépend.

Le général Andréossi est reparti de Peluse le 28; il y a trouvé de
très-belles colonnes et quelques camées.

BONAPARTE.



Au Caire, le 6 brumaire an 7 (27 octobre 1798).

_Au directoire exécutif._

Le 30 vendémiaire, à la pointe du jour, il se manifesta quelques
rassemblemens dans la ville du Caire.

À sept heures du matin, une populace nombreuse s'assembla à la porte du
cadhi, Ibrahim Ehctem Efendy, homme respectable par son caractère et ses
moeurs. Une députation de vingt personnes des plus marquantes se rendit
chez lui, et l'obligea à monter à cheval, pour, tous ensemble, se rendre
chez moi. On partait, lorsqu'un homme de bon sens observa au cadhi que
le rassemblement était trop nombreux et trop mal composé pour des
hommes qui ne voulaient que présenter une pétition. Il fut frappé de
l'observation, descendit de cheval, et rentra chez lui. La populace
mécontente tomba sur lui et sur ses gens à coups de pierre et de bâton
et ne manqua pas cette occasion pour piller sa maison.

Le général Dupuy, commandant la place, arriva sur ces entrefaites;
toutes les rues étaient obstruées.

Un chef de bataillon turc, attaché à la police, qui venait deux cents
pas derrière, voyant le tumulte et l'impossibilité de le faire cesser
par douceur, tira un coup de tromblon. La populace devint furieuse; le
général Dupuy la chargea avec son escorte, culbuta tout ce qui était
devant lui, s'ouvrit un passage. Il reçut sous l'aisselle un coup de
lance qui lui coupa l'artère: il ne vécut que huit minutes.

Le général Bon prit le commandement. Les coups de canon d'alarme furent
tirés; la fusillade s'engagea dans toutes les rues; la populace se mit
à piller les maisons des riches. Sur le soir, toute la ville se trouva
à-peu-près tranquille, hormis le quartier de la grande mosquée, où se
tenait le conseil des révoltés, qui en avaient barricadé les avenues.

À minuit, le général Dommartin se rendit avec quatre bouches à feu
sur une hauteur, entre la citadelle et la qoubbeh, qui domine à cent
cinquante toises la grande mosquée. Les Arabes et les paysans marchaient
pour secourir les révoltés. Le général Lannes fit attaquer par le
général Vaux quatre à cinq mille paysans qui se sauvèrent plus vite
qu'ils n'auraient voulu; beaucoup se noyèrent dans l'inondation.

À huit heures du matin, j'envoyai le général Dumas avec de la cavalerie
battre la plaine. Il chassa les Arabes au-delà de la qoubbeh.

À deux heures après midi, tout était tranquille hors des murs de la
ville. Le divan, les principaux scheicks, les docteurs de la loi,
s'étant présentés aux barricades du quartier de la grande mosquée, les
révoltés leur en refusèrent l'entrée; on les accueillit à coups de
fusil. Je leurs fis répondre à quatre heures par les batteries de
mortiers de la citadelle, et les batteries d'obusiers du général
Dommartin. En moins de vingt minutes de bombardement, les barricades
furent levées, le quartier évacué, la mosquée entre les mains de nos
troupes, et la tranquillité fut parfaitement rétablie.

On évalue la perte des révoltés de deux mille à deux mille cinq cents
hommes; la nôtre se monte à seize hommes tués en combattant, un convoi
de vingt-un malades revenant de l'armée, égorgés dans une rue, et à
vingt hommes de différens corps et de différens états.

L'armée sent vivement la perte du général Dupuy, que les hasards de la
guerre avaient respecté dans cent occasions.

Mon aide-de-camp Sullowsky allant, à la pointe du jour, le premier
brumaire, reconnaître les mouvemens qui se manifestaient hors la ville,
a été à son retour attaqué par toute la populace d'un faubourg; son
cheval ayant glissé, il a été assommé. Les blessures qu'il avait reçues
au combat de Salahieh n'étaient pas encore cicatrisées; c'était un
officier de la plus grande espérance.

BONAPARTE.



Au Caire, le 9 brumaire an 7 (30 octobre 1798).

_Au citoyen Braswich, chancelier interprète._

Vous vous embarquerez, citoyen, avec Ibrahim-Aga; vous vous rendrez
avec lui à bord de la caravelle. Vous tâcherez de prendre tous les
renseignemens possibles sur notre situation avec la Porte, et sur celle
de notre ambassadeur à Constantinople et de l'ambassadeur ottoman à
Paris.

Vous ferez connaître à l'officier qui commande la flottille turque le
désir que j'aurais qu'il m'envoyât au Caire un officier distingué, pour
conférer avec lui d'objets importans; que si les Anglais ne les laissent
pas entrer à Alexandrie, ni à Rosette, il peut envoyer une frégate à
Damiette, et que j'en profiterai pour écrire à Constantinople des choses
également avantageuses aux deux puissances.

Je compte, pour cette mission importante, sur votre zèle et sur votre
capacité.

BONAPARTE.



Au Caire, le 9 brumaire an 7 (30 octobre 1798).

_Au général commandant à Alexandrie._

Vous ferez sortir, citoyen général, deux parlementaires, l'un sera le
canot de la caravelle, sur lequel seront embarqués le turc Ibrahim Aga
et le citoyen Braswich, qui s'habillera à la turque, s'il ne l'est pas.

Le second portera un officier de terre.

Vous ferez commander le canot par un officier intelligent qui puisse
tout observer sans se mêler de rien.

Ces deux parlementaires sortiront en même temps du port: l'un portera
pavillon tricolore et pavillon blanc; l'autre pavillon turc et pavillon
blanc.

Sortis du port, le parlementaire français ira aborder l'amiral anglais;
le parlementaire turc ira aborder l'amiral turc.

Vous écrirez à l'amiral anglais une lettre, dans laquelle vous lui direz
que vous vous êtes empressé d'envoyer au Caire la lettre qu'il vous a
écrite le 19 octobre; que la caravelle qui est à Alexandrie étant à la
disposition du pacha d'Égypte, elle suivra les ordres que lui donnera
ledit pacha; que celui-ci ayant jugé à propos d'envoyer un de ses
officiers a bord de l'amiral turc, avant de donner ledit ordre, vous
avez autorisé la sortie du parlementaire qui porte la chaloupe de la
caravelle.

Vous aurez soin qu'aucun individu de la caravelle ne s'embarque sur son
parlementaire, hormis les rameurs, qui devront être matelots.

L'officier de terre que vous enverrez à bord de l'amiral anglais se
comportera avec la plus grande honnêteté: il remettra à l'amiral, comme
par hasard, quelques journaux d'Égypte, et cherchera à tirer toutes les
nouvelles possibles du continent. Il lui dira que je l'ai spécialement
chargé de lui offrir tous les rafraîchissemens dont il pourrait avoir
besoin.

Dans la nuit, le général Murat partira avec une partie de la
soixante-quinzième; il se rendra à Rahmanieh, de là à Rosette, et de
là à Aboukir ou à Alexandrie. Je juge cet accroissement de forces
nécessaire pour vous mettre à même de vous opposer à toutes les
entreprises que pourraient former les ennemis. Je fais disposer d'autres
bâtimens pour vous envoyer d'autres troupes, et m'y transporter
moi-même, si les nouvelles que je recevrai demain me le font penser
nécessaire.

BONAPARTE.



Au Caire, le 14 brumaire an 7 (4 novembre 1798).

_Au général Marmont._

Je reçois, citoyen général, vos lettres des 6 et 7. Puisque les Anglais
ne tentaient leur descente qu'avec une vingtaine de chaloupes, il était
évident qu'ils ne pouvaient débarquer que huit ou neuf cents hommes:
c'eût donc été une bonne affaire de les laisser débarquer, vous nous
auriez envoyé quelque colonel anglais prisonnier, qui nous aurait donné
quelques nouvelles du continent.

Il est bien évident que les Anglais ne veulent tenter leur débarquement
à Aboukir qu'en conséquence de quelque projet mal ourdi, où Mourad-Bey,
ou de nombreuses cohortes d'Arabes, ou peut-être même des habitans,
devaient combiner leurs mouvemens avec le leur. Puisque rien de tout
cela n'est arrivé et que cependant ils tentaient de débarquer, c'était
une bonne occasion dont on pouvait profiter. J'espère toujours que si le
9 ils ont voulu descendre, vous aurez eu le temps de vous préparer: vous
pourrez les attirer dans quelque embuscade et leur faire un bon nombre
de prisonniers.

Quant au fort d'Aboukir, ayant une enceinte et un fossé, il est à
l'abri d'un coup de main, quand même les Anglais auraient effectué leur
débarquement: cent hommes s'y renfermeraient dans le temps que l'on
marcherait d'Alexandrie et de Rosette pour écraser les Anglais.

J'ai reçu des nouvelles de Constantinople: la Porte se trouve dans une
position très-critique, et il s'en faut beaucoup qu'elle soit contre
nous. L'escadre russe a demandé le passage par le détroit; la Porte le
lui a refusé avec beaucoup de décision.

BONAPARTE.



Au Caire, le 19 brumaire an 7 (9 novembre 1798).

_À son excellence le grand-visir._

J'ai eu l'honneur d'écrire à votre excellence le 13 messidor, à mon
arrivée à Alexandrie; je lui ai écrit également le 5 fructidor par
un bâtiment que j'ai expédié exprès de Damiette; je n'ai reçu aucune
réponse à ces différentes lettres.

Je réitère cette troisième lettre pour faire connaître à votre
excellence l'intention de la république française de vivre en bonne
intelligence avec la sublime Porte. La nécessité de punir les mameloucks
des insultes qu'ils n'ont cessé de faire au commerce français, nous a
conduits en Égypte, tout comme, à différentes époques, la France a dû
faire la même chose pour punir Alger et Tunis.

La république française est, par inclination comme par intérêt, amie
du sultan, puisqu'elle est l'ennemie de ses ennemis; elle s'est
positivement refusée à entrer dans la coalition qui a été faite avec les
deux empereurs contre la Sublime Porte: les puissances qui se sont déjà
précédemment partagé la Pologne ont le même projet contre la Turquie.
Dans les circonstances actuelles la Sublime Porte doit voir l'armée
française comme une amie qui lui est dévouée et qui est toute prête à
agir contre ses ennemis.

Je prie votre excellence de croire que personnellement je désire
concourir et employer mes moyens et mes forces à faire quelque chose qui
soit utile au sultan, et puisse prouver à votre excellence l'estime et
la considération avec laquelle je suis,

BONAPARTE.



Au Caire, le 21 brumaire an 7 (11 novembre 1798).

_Au général Menou._

S'il se présentait, citoyen général, une ou deux frégates turques pour
entrer dans le port d'Alexandrie, vous devez les laisser entrer. S'il se
présentait plusieurs bâtimens de guerre turcs pour entrer dans le port
d'Alexandrie, vous ferez connaître à celui qui les commande qu'il est
nécessaire que vous me fassiez part de sa demande; vous pourrez même
l'engager à envoyer quelqu'un au Caire, et, s'il persistait, vous
emploierez la force pour l'empêcher d'entrer.

Si une escadre turque vient croiser devant le port et qu'elle communique
directement avec vous, vous serez à même de prendre toute espèce
d'information: vous lui ferez toute sorte d'honnêtetés.

Si elle ne communique avec nous que par des parlementaires anglais, vous
ferez connaître à celui qui la commande combien cela est indécent et
contraire au respect que l'on doit à la dignité du sultan, et vous
l'engagerez à communiquer avec vous directement sans parlementaire
anglais, lui faisant connaître que vous regarderez comme nulles toutes
les lettres qui vous viendront par les parlementaires anglais.

BONAPARTE.



Au Caire, le 26 brumaire an 7 (16 novembre 1798).

_Au citoyen Guibert, lieutenant des guides._

Vous vous rendrez, citoyen, à Rosette, en vous embarquant de suite sur
_la Diligence_. Vous remettrez les lettres ci-jointes, au général Menou;
vous aurez avec vous un Turc nommé Mohammed-Tehaouss, lieutenant de la
caravelle qui est à Alexandrie.

Vous vous embarquerez à Rosette sur un canot parlementaire, que le
contre-amiral Perrée vous fournira. Vous vous rendrez à bord de l'amiral
anglais avec votre Turc, qui remettra une lettre dont il est porteur à
l'officier qui commande la flottille turque.

Vous resterez quelques heures avec l'amiral anglais: vous lui remettrez
sans prétention les différens journaux égyptiens et les numéros de la
décade; vous tâcherez qu'il vous remette les journaux qu'il pourrait
avoir reçus d'Europe; vous laisserez échapper dans la conversation que
je reçois souvent des nouvelles de Constantinople par terre. S'il vous
parle de l'escadre russe qui assiége Corfou, vous lui laisserez d'abord
dire tout ce qu'il voudra, après quoi vous lui direz que j'ai des
nouvelles en date de vingt jours de Corfou; vous lui ferez sentir que
vous ne croyez pas à la présence de l'escadre russe devant Corfou, parce
que, si les Russes avaient des forces dans ces mers, ils ne seraient pas
assez dupes de ne pas être devant Alexandrie; vous lui direz, comme par
inadvertance, qu'il attribuera facilement à votre jeunesse, que, depuis
les premiers jours de septembre, tous les jours, je fais partir un
officier pour la France; que plusieurs de mes aides-de-camp ont été
expédiés, et entre autres, mon frère, que vous direz parti depuis
vingt-cinq jours. S'il vous demande d'où ils partent, vous direz que
vous ne savez pas d'où tous sont partis; mais que, pour mon frère, il
est parti d'Alexandrie.

Vous leur demanderez des nouvelles de la frégate _la Justice_, sur
laquelle vous direz avoir un cousin; vous demanderez où elle se trouve:
s'il ne la connaissait pas, vous la lui désigneriez comme une de celles
qui s'en sont allées avec l'amiral Villeneuve.

Vous leur direz que je suis dans ce moment-ci à Suez et que vous croyez
que vous me trouverez de retour; vous lui direz, mais très-légèrement,
que vous croyez qu'il est arrivé un très-grand nombre de bâtimens à
Suez, venant de l'Île de France.

Vous lui direz que le premier parlementaire qu'il aurait à m'envoyer, je
désirerais qu'il vînt à Rosette, et que j'avais donné l'ordre qu'il vînt
au Caire, et que, dans ce cas, je désirerais qu'il nommât quelqu'un qui
eût sa confiance et qui fût intelligent.

Vous lui direz également que, s'ils ont de la difficulté à faire de
l'eau ou qu'ils aient difficilement des choses qui puissent leur être
agréables, vous savez que mon intention est de les leur faire fournir;
vous leur raconterez que devant Mantoue, sachant que le maréchal de
Wurmser avait une grande quantité de malades, je lui avais envoyé
beaucoup de médicamens, générosité qui avait beaucoup étonné le vieux
maréchal; que je lui faisais passer tous les jours six paires de boeufs
et toutes sortes de rafraîchissemens; que j'avais été très-satisfait de
la manière dont ils avaient traité nos prisonniers.

Enfin, vous rentrerez à Rosette avec votre Turc sans toucher Alexandrie.
Si le contre-amiral Perrée préférait vous faire partir d'Aboukir sur la
chaloupe de _l'Orient_, vous vous y rendriez.

Vous reviendriez à Aboukir, et de là à Rosette, et descendrez avec votre
Turc au quartier-général.

BONAPARTE.



Au Caire, le 26 brumaire an 7 (16 novembre 1798).

_Au directoire exécutif._

Je vous fais passer la note des combats qui ont eu lieu à différentes
époques et sur différens points de l'armée.

Les Arabes du désert de la Lybie harcelaient la garnison d'Alexandrie.
Le général Kléber leur fit tendre une embuscade; le chef d'escadron
Rabasse, à la tête de cinquante hommes du quatorzième de dragons, les
surprit le 5 thermidor et leur tua quarante-trois hommes.

À la sollicitation de Mourad-Bey et des Anglais, les Arabes s'étaient
réunis et avaient fait une coupure au canal d'Alexandrie, pour empêcher
les eaux d'y arriver. Le chef de brigade Barthélémy, à la tête de six
cents hommes de la soixante-neuvième, cerna le village de Birk et
Glathas, la nuit du 27 fructidor, tua plus de deux cents hommes, pilla
et brûla le village. Ces exemples nécessaires rendirent les Arabes
plus sages, et, grâces aux peines et à l'activité de la quatrième
d'infanterie légère, les eaux sont arrivées, le 14 brumaire, à
Alexandrie en plus grande abondance que jamais. Il y en a pour deux ans.
Le canal nous a servi à approvisionner de blé Alexandrie, et à faire
venir nos équipages d'artillerie à Djyzéh.

Le général Andréossi, après différens combats sur le lac Menzaléh, est
arrivé, le 29 vendémiaire, sur les ruines de Peluse. Il y a trouvé
plusieurs antiques, entre autres un fort beau camée; il y a dressé la
carte de ce lac et de ses sondes avec la plus grande exactitude. Nous
avons dans ce moment beaucoup de bâtimens armés dans ce lac. Il ne reste
plus que deux branches, celle d'Ommfaredje et celle de Dybéh, peu de
traces de celle de Peluse.

Deux jours après que la populace du Caire se fut révoltée, les Arabes
accoururent de différens points du désert, et se réunirent devant
Belbeis. Le général Reynier les repoussa partout; un seul coup de canon
à mitraille en tua sept: après différens petits combats ils disparurent,
et quelque temps après se sont soumis.

Quelques djermes, chargées de chevaux nous appartenant, ont été pillées
par les habitans du village de Ramleh, et deux dragons ont été tués. Le
général Murat s'y est porté, a cerné le village, et a tué une centaine
d'hommes.

Le général Lanusse, instruit que le célèbre Abouché'ir, un des
principaux brigands du Delta, était à Kafr-Khaïr, l'a surpris la nuit du
29 vendémiaire, a cerné sa maison, l'a tué, lui a pris trois pièces de
canon, quarante fusils, cinquante chevaux, et beaucoup de subsistances.

Les Anglais, avec quinze chaloupes canonnières et quelques petits
bâtimens, se sont approchés du fort d'Aboukir, les 3, 4, 6 et 7
brumaire. Ils ont eu plusieurs chaloupes coulées bas: l'ordre était
donné de les laisser débarquer; ils ne l'ont pas osé faire. Ils doivent
avoir perdu quelques hommes; nous en avons eu deux blessés et un de tué:
le citoyen Martinet, commandant la légion nubique, s'est distingué.

Depuis la bataille de Sédyman, le général Desaix était dans le Faïoum.
Dans cette saison, on ne peut en Égypte aller ni par eau, il n'y en a
pas assez dans les canaux; ni par terre, elle est marécageuse et pas
encore sèche: ne pouvant donc poursuivre Mourad-Bey, le général Desaix
s'occupa à organiser le Faïoum.

Cependant Mourad-Bey en profita pour faire courir le bruit qu'Alexandrie
était pris, et qu'il fallait exterminer tous les Français. Les villages
se refusèrent à rien fournir au général Desaix, qui se porta, le 19
brumaire, pour punir le village de Céruni (Chérùnéh) qui était soutenu
par deux cents mameloucks; une compagnie de grenadiers les mit en
déroute. Le village a été pris, pillé et brûlé; l'ennemi a perdu quinze
à seize hommes.

Dans le même temps, cinq cents Arabes, autant de mameloucks, et un grand
nombre de paysans, se portaient à Faïoum pour enlever l'ambulance.
Le chef de bataillon de la vingt-unième, Epler, sortit au devant
des ennemis, les culbuta par une bonne fusillade, et les poussa la
baïonnette dans les reins. Une soixantaine d'Arabes, qui étaient entrés
dans les maisons pour piller, ont été tués; nous n'avons eu, dans ces
différens combats, que trois hommes tués et dix de blessés.

BONAPARTE.



Au Caire, le 28 brumaire an 7 (18 novembre 1798).

_À l'ordonnateur Leroy._

Le capitaine du navire le _Santa-Maria_, qui a acheté ou volé quatre
pièces de canon de 2, un câble et un grappin, de concert avec un matelot
français, sera condamné a payer 6,000 fr. d'amende, qui seront versés
dans la caisse du payeur.

BONAPARTE.



Au Caire, le 29 brumaire an 7 (19 novembre 1798).

_À Djezzar-Pacha._

Je ne veux pas vous faire la guerre, si vous n'êtes pas mon ennemi; mais
il est temps que vous vous expliquiez. Si vous continuez à donner refuge
et à garder sur les frontières de l'Égypte Ibrahim-Bey, je regarderai
cela comme une marque d'hostilité, et j'irai à Acre.

Si vous voulez vivre en paix avec moi, vous éloignerez Ibrahim-Bey à
quarante lieues des frontières de l'Égypte, et vous laisserez libre le
commerce entre Damiette et la Syrie.

Alors, je vous promets de respecter vos états, de laisser la liberté
entière au commerce entre l'Égypte et la Syrie, soit par terre, soit par
mer.

BONAPARTE.



Au Caire, le 3 frimaire an 7 (23 novembre 1798).

_Au général Menou._

Faites sentir, citoyen général, au conseil militaire combien il est
essentiel d'être sévère contre les dilapidateurs qui vendent la
subsistance des soldats. C'est par ce manège-là qu'ils nous ont vendu
tout le vin que nous avons apporté de France. Par la seule raison qu'il
ne surveille pas des dilapidations aussi publiques, le commissaire des
guerres est coupable, et mérite une punition exemplaire.

BONAPARTE.



Au Caire, le 3 frimaire an 7 (23 novembre 1798).

_Au scheick El-Messiri._

J'ai vu avec plaisir votre heureuse arrivée à Alexandrie; cela
contribuera à y maintenir la tranquillité et le bon ordre. Il serait
essentiel que vous et les notables d'Alexandrie, prissiez des moyens
pour détruire les Arabes et les forcer à une manière de vivre
plus conforme à la vertu. Je vous prie aussi de faire veiller les
malintentionnés qui débarquent à deux ou trois lieues d'Alexandrie, se
glissent dans la ville et y répandent des faux bruits qui ne tendent
qu'à troubler la tranquillité.

Sous peu, je ferai travailler au canal d'Alexandrie, et j'espère
qu'avant six mois l'eau y viendra en tout temps.

Quant à la mer, persuadez-vous bien qu'elle ne sera pas long-temps à
la disposition de nos ennemis. Alexandrie réacquerra son ancienne
splendeur, et deviendra le centre du commerce de tout l'Orient; mais
vous savez qu'il faut quelque temps. Dieu même n'a pas fait le monde en
un seul jour.

BONAPARTE.



Au Caire, le 5 frimaire an 7 (25 novembre 1798).

_Au directoire exécutif._

Je vous envoie, par le citoyen Sucy, ordonnateur de l'armée, un
duplicata de la lettre que je vous ai écrite le 1er. frimaire, et que je
vous ai expédiée par un de mes courriers, et le quadruplicata de celle
que je vous ai écrite le 30 vendémiaire, et que je vous ai également
expédiée par un de mes courriers, et enfin tous les journaux, ordres du
jour et relations que je vous ai fait passer par mille et une occasions.

L'ordonnateur Sucy est obligé de se rendre en France pour y prendre les
eaux, par suite de la blessure qu'il a reçue dans les premiers jours de
notre arrivée en Égypte. Je l'engage à se rendre à Paris, où il pourra
vous donner tous les renseignemens que vous pourrez désirer sur la
situation politique, administrative et militaire de ce pays.

Nous attendons toujours avec une vive impatience des courriers d'Europe.

L'ordonnateur Daure remplit en ce moment les fonctions d'ordonnateur en
chef.

Comme nos lazarets sont établis à Alexandrie, Rosette et Damiette, je
vous prie d'ordonner qu'il ne soit pas fait de quarantaine pour les
bâtimens qui viennent d'Égypte, dès l'instant qu'ils auront une patente
en règle. Vous pouvez être sûrs que nous serons extrêmement prudens,
et que nous ne donnerons point de patente, dès qu'il y aura le moindre
soupçon.

Nous sommes, au printemps, comme en France au mois de mai.

Je me réfère, sur la situation politique et militaire de ce pays, aux
lettres que je vous ai précédemment écrites.

J'envoie en France une quarantaine de militaires estropiés ou aveugles:
ils débarqueront en Italie ou en France: je vous prie de les recommander
à nos généraux et à nos ambassadeurs en Italie, en cas qu'ils débarquent
dans un port neutre.

BONAPARTE.



Au Caire, le 9 frimaire an 7 (29 novembre 1798).

_Au général Marmont._

L'état-major vous ordonne, citoyen général, de prendre le commandement
de la place d'Alexandrie. Je fais venir le général Manscourt au Caire,
parce que j'ai appris que le 24 il a envoyé un parlementaire aux Anglais
sans m'en rendre compte, et que d'ailleurs sa lettre à l'amiral anglais
n'était pas digne de la nation. Je vous répète ici l'ordre que j'ai
donné, de ne pas envoyer de parlementaire aux Anglais sans mon ordre.
Qu'on ne leur demande rien. J'ai accoutumé les officiers qui sont sous
mes ordres, à accorder des grâces et non à en recevoir.

J'ai appris que les Anglais avaient fait quatorze prisonniers à la
quatrième d'infanterie légère; il est extrêmement surprenant que je n'en
aie rien su.

Secouez les administrations, mettez de l'ordre dans cette grande
garnison, et faites que l'on s'aperçoive du changement de commandant.

Écrivez-moi souvent et dans le plus grand détail. Je savais depuis
trois jours la nouvelle que vous m'avez écrite, des lettres venues de
Saint-Jean d'Acre.

Renvoyez d'Alexandrie tous les hommes isolés qui devraient être à
l'armée. Ayez soin que personne ne s'en aille qu'il n'ait son passeport
en règle; que ceux qui s'en vont n'emmènent point de domestiques avec
eux, surtout d'hommes ayant moins de trente ans, et qu'ils n'emportent
point de fusils.

BONAPARTE.



Au Caire, le 9 frimaire an 7 (29 novembre 1798).

_Au général Ganteaume._

Je vous prie, citoyen général, de faire expédier d'Alexandrie à Malte
un bon marcheur du convoi, avec des dépêches pour le contre-amiral
Villeneuve. Vous lui ferez connaître le désir que j'aurais qu'il pût,
par le moyen de ses frégates, nous envoyer des nouvelles d'Europe. Les
frégates pourraient venir à Damiette où les ennemis ne croisent pas.

Vous lui ferez connaître que depuis Alexandrie jusqu'à la bouche d'Orum
Faredge, à vingt heures est de Damiette, toute la côte est à nous, et
qu'en reconnaissant un point quelconque de cette côte, et mettant un
canot à la mer avec cinquante hommes armés dedans, les dépêches nous
parviendront très-certainement.

Vous lui direz que nous ne sommes bloqués ici que par deux vaisseaux et
une ou deux frégates: s'il pouvait paraître ici avec trois ou quatre
vaisseaux qu'il a à Malte, et deux ou trois frégates, il pourrait
enlever la croisière anglaise; que nos bâtimens de guerre qu'il sait que
nous avons à Alexandrie, sont organisés et pourraient sortir pour lui
donner des secours.

Vous donnerez pour instructions à ce bâtiment de ne point se présenter
devant le port de Malte, mais dans la cale de Massa-Sirocco.

Expédiez un autre bâtiment grec ou du convoi à Corfou pour faire
connaître à celui qui commande les forces navales dans ce port, combien
il est nécessaire qu'il nous expédie un aviso avec toutes les nouvelles
qu'il pourrait avoir à Corfou, d'Europe, de l'Albanie, de la Turquie,
et de tout ce qui s'est passé de nouveau dans ces mers. Donnez-lui
également une instruction du point où il doit aborder.

Expédiez un troisième bâtiment du convoi, si vous pouvez, un bâtiment
impérial, au commandant des bâtimens de guerre à Ancône. Vous lui direz
que je désire qu'il m'expédie un aviso pour me faire connaître la
situation de ses bâtimens, et qu'il m'envoye toutes les nouvelles, et
entre autres toutes les gazettes françaises et italiennes depuis notre
départ.

Vous lui donnerez également une instruction sur la marche que doit tenir
l'aviso.

Vous expédierez un quatrième bâtiment du convoi, bon voilier, pour se
rendre à Toulon, avec une lettre pour le commandant des armes, dans
laquelle vous lui ferez connaître notre situation dans ce pays, et la
nécessité où nous nous trouvons qu'il nous fasse passer des nouvelles
de France et les ordres du gouvernement, en évitant Alexandrie, et
en venant aborder, soit à Bourlas, soit à Damiette, soit à la bouche
d'Orum-Faredge.

Vous ordonnerez au bâtiment de Toulon de passer entre le cap Bon et
Malte, d'éviter l'un et l'autre, de doubler les îles Saint-Pierre, et
de passer entre la Corse et les îles Minorques. Si les vents le
contrariaient ou qu'il apprît la présence des ennemis, il pourrait
aborder en Corse ou dans un port d'Espagne.

Sur chacun de ces trois ou quatre bâtimens, vous mettrez un aspirant de
la marine ou un officier marinier, qui sera porteur de vos dépêches,
et qui devra en rapporter la réponse. Vous leur donnerez toutes les
instructions nécessaires à cet égard, et vous leur ferez bien connaître
la manière dont ils doivent se conduire à leur retour. Il sera promis
une gratification aux patrons des navires qui retourneront et nous
rapporteront des nouvelles du continent.

Je vous enverrai, dans la matinée de demain, quatre paquets, dont seront
porteurs ces quatre officiers. Vous leur ordonnerez de les garder, en
les cachant; s'ils étaient pris par les Anglais, je préfère qu'ils
soient pris, plutôt que de les jeter à la mer.

Il n'y a que des imprimés dans ces paquets.

BONAPARTE.



Au Caire, le 10 frimaire an 7 (30 novembre 1798).

_Au général Menou._

Si la contribution ne rentre pas, faites parcourir, citoyen général, une
colonne mobile dans toute la province de Rosette, village par village,
avec l'intendant, l'agent français et un officier intelligent; à mesure
qu'ils passeront dans un village, ils exigeront les chevaux et la
contribution.

Vous verrez qu'elle rentrera très-promptement.

BONAPARTE.



Au Caire, le 11 frimaire an 7 (1er décembre 1798).

_Au général Bon._

Vous vous rendrez, citoyen général, demain à Birket-el-Adji. Vous
partirez après-demain avant le jour de cet endroit pour vous rendre,
avec la plus grande diligence possible à Suez. Il serait à désirer que
vous pussiez y arriver le 14 au soir, ou le 15 avant midi.

Vous m'enverrez un exprès arabe, tous les jours, auquel vous ferez
connaître que je donnerai plusieurs piastres lorsqu'ils me remettront
vos lettres.

Vous aurez avec vous, indépendamment des troupes que le chef de
l'état-major vous a annoncées, le citoyen Collot, enseigne de vaisseau
avec dix matelots et le moallem ... qui aura aussi huit ou dix de ses
gens avec lui.

Vous trouverez, à Suez, toutes les citernes, que j'ai fait remplir.

Votre premier soin sera, en arrivant, de nommer un officier pour
commander la place. Le citoyen Collot remplira les fonctions de
commandant des armes du port, et les officiers du génie et d'artillerie
qu'y envoient les généraux Caffarelli et Dommartin, commanderont ces
armes dans cette place; le moallem ... remplira les fonctions de mazir
ou inspecteur des douanes.

Votre première opération sera de remplir toutes les citernes qui ne sont
pas pleines, et de faire un accord avec les Arabes de Thor, pour qu'ils
continuent à vous fournir toute l'eau existant dans les citernes, en
réserve.

Vous ferez retrancher, autant qu'il sera possible, tout le Suez ou une
partie de Suez, de manière à être à l'abri des attaques des Arabes, et
avoir une batterie de gros canons qui battent la mer.

Vous vivrez dans la meilleure intelligence avec tous les patrons des
bâtimens venant de Jambo ou de Djedda, et vous leur écrirez, pour les
assurer qu'ils peuvent en toute sûreté continuer le commerce, qu'ils
seront spécialement protégés.

Vous tâcherez de vous procurer, parmi les bâtimens qui vont à Suez, une
ou deux felouques des meilleures qui se trouvent dans ce port, que vous
ferez armer en guerre.

Vingt-quatre heures après votre arrivée, vous m'enverrez toujours, par
des Arabes et par duplicata, un mémoire sur votre situation militaire,
sur celle des citernes et sur la situation du pays et le nombre des
bâtimens.

Vous ferez tout ce qui sera possible pour encourager le commerce et rien
pour l'alarmer.

Dès l'instant que je saurai votre arrivée, je vous enverrai un second
convoi de biscuit.

Vous ferez commencer sur-le-champ les travaux nécessaires pour mettre
tout le Suez ou une partie de Suez à l'abri des attaques des Arabes, et
si vous ne trouvez pas dans cette place un assez grand nombre de pièces
pour mettre en batterie, indépendamment des deux que vous emmènerez avec
vous, je vous en ferai passer d'autres.

Mon intention est que vous restiez dans cette place assez de temps pour
faire des fortifications, afin que la compagnie Omar, les marins et les
canonniers suffisent pour la défense contre les entreprises des Arabes,
et si ces forces n'étaient pas suffisantes, vous me le manderez: alors
je les renforcerai de quelques troupes grecques.

Je vous recommande de m'écrire, par les Arabes, deux fois par jour.

Vous m'enverrez toutes les nouvelles que vous pourrez recueillir, soit
sur la Syrie, soit sur Djedda ou la Mecque.

BONAPARTE.



Au Caire, le 12 frimaire an 7 (2 décembre 1798).

_Au général Marmont._

Vous ferez réunir chez vous, citoyen général, dans le plus grand secret,
le contre-amiral Perrée, le chef de division Dumanoir, le capitaine
Barré.

Vous dresserez un procès-verbal de la réponse qu'ils feront aux
questions suivantes, que vous signerez avec eux.

_Première question_. Si la première division de l'escadre sortait,
pourrait-elle, après une croisière, rentrer dans le port neuf ou dans le
port vieux, malgré la croisière actuelle des Anglais?

_Seconde question_. Si _le Guillaume-Tell_ paraissait avec _le
Généreux_, _le Dégo_, _l'Arthémise_, et les trois vaisseaux vénitiens
que nous avons laissés à Toulon et qui sont actuellement réunis à Malte,
la croisière anglaise serait obligée de se sauver: se charge-t-on de
faire entrer l'amiral Villeneuve dans le port?

_Troisième question_. Si la première division sortait pour favoriser
sa rentrée, malgré la croisière anglaise, ne serait-il pas utile,
indépendamment du fanal que j'ai ordonné qu'on allumât au phare,
d'établir un nouveau fanal sur la tour du Marabou? Y aurait-il quelques
autres précautions à prendre?

Si, dans la solution de ces trois questions, il y avait différence
d'opinions, vous ferez mettre dans le procès-verbal l'opinion de chacun.

Je vous ordonne qu'il n'y ait à cette conférence que vous quatre. Vous
commencerez par leur ordonner le plus grand secret.

Après que le conseil aura répondu à ces trois questions et que le
procès-verbal sera clos, vous poserez cette question:

Si l'escadre du contre-amiral Villeneuve partait le 15 frimaire de
Malte, de quelle manière s'apercevrait-on de son arrivée à la hauteur
de la croisière? Quels secours les forces navales actuelles du port
pourraient elles lui procurer? et de quel ordre aurait besoin le
contre-amiral Perrée pour se croire suffisamment autorisé à sortir?

Combien de temps faudrait-il pour jeter les bouées pour désigner la
passe?

Les frégates _la Carrère_, _la Muiron_ et le vaisseau _le Causse_
seraient-ils dans le cas de sortir?

Après quoi vous poserez cette question:

Les frégates _la Junon_, _l'Alceste_, _la Carrère_, _la Courageuse_, _la
Muiron_, les vaisseaux _le Causse_, _le Dubois_, renforcés chacun par
une bonne garnison de l'armée de terre et de tous les matelots européens
qui existent à Alexandrie, seraient-ils dans le cas d'attaquer la
croisière anglaise, si elle était composée de deux vaisseaux et d'une
frégate?

Vous me ferez passer le procès-verbal de cette séance dans le plus court
délai.

BONAPARTE.



Au Caire, le 13 frimaire an 7 (3 décembre 1798).

_Au même._

J'ai donné, citoyen général, plusieurs ordres pour que tous les matelots
existant à bord du convoi et ayant moins de vingt-cinq ans, de quelque
nation qu'ils soient, fussent envoyés au Caire, ainsi que tous les
matelots napolitains provenant des bâtimens brûlés par les Anglais. L'un
et l'autre de ces ordres ont été mal exécutés, puisque les Napolitains
étaient seuls plus de trois cents, et qu'il était impossible que tout le
convoi ne contînt au moins cinq ou six cents personnes dans le cas de la
réquisition que je fais.

Vous sentez facilement combien il est essentiel, dans la position où est
l'armée, qu'elle trouve dans les convois qui sont sur le point de
passer en Europe, de quoi se recruter des pertes que peut lui avoir
occasionnées, en différons événemens, la conquête de l'Égypte.

Indépendamment de cette raison, j'attachais une grande importance à
intéresser à notre opération un grand nombre de marins de nations
différentes, lesquelles, par-là, se trouveraient plus à portée de nous
donner des nouvelles, et ce que nous avons besoin de France. Je vous
prie donc, citoyen général, de vous concerter avec le citoyen Dumanoir,
commandant des armes, et de prendre des mesures efficaces pour que, dans
le plus court délai, tous les jeunes matelots, italiens, espagnols,
français, etc., évacuent Alexandrie et soient envoyés a Boulac.

Veillez à ce qu'aucun bâtiment, en sortant du port, n'emmène avec lui de
jeunes matelots qui pourraient nous servir.

BONAPARTE.



Au Caire, le 15 frimaire an 7 (5 décembre 1798).

_Au général Leclerc._

Comme nous avons grand besoin d'argent, citoyen général, faites verser
dans la caisse du payeur général les 30,000 fr. que vous avez dans votre
caisse.

Les souliers vont vous arriver, ainsi que les deux harnois pour votre
pièce.

Occupez-vous sans relâche à vous procurer des chevaux: vous savez le
besoin que nous en avons.

Douze cents hommes de cavalerie bien montés et bien armés partent demain
pour se mettre aux trousses de Mourad-Bey. J'espère, moyennant les
chevaux que toutes les provinces envoient, en avoir bientôt encore
autant.

BONAPARTE.



Au Caire, le 15 frimaire an 7 (5 décembre 1798).

_Au général Marmont._

Je vous ai fait connaître, par mes dernières lettres, l'importance
extrême qu'il y avait à retenir tous les matelots napolitains, génois,
espagnols, etc.: cette mesure a été exécutée en partie par le citoyen
Dumanoir; mais elle est bien loin de l'être entièrement, puisque les
Napolitains seuls étaient trois cent quatre-vingt. Les états que l'on
m'a remis de la force du convoi, portaient deux cent soixante-dix-sept
bâtimens et deux mille cinq cent soixante-quatorze matelots. Je pense
qu'aujourd'hui il sera réduit à deux mille. Il est indispensable que
vous parveniez à me procurer encore huit cents hommes.

Si les nouvelles recherches que vous ferez pour trouver des jeunes gens
ayant moins de vingt-cinq ans, ne suffisent pas, pour trouver ce nombre
vous aurez recours à une réquisition, d'un quart de chaque équipage,
ayant soin de prendre les plus jeunes: ceci doit avoir lieu pour tous
les bâtimens du convoi, soit français ou étrangers.

Ne donnez communication de cette lettre qu'au citoyen Dumanoir, et
concertez-vous avec lui pour nous procurer huit cents hommes. Ce ne sera
qu'après l'exécution préalable de cet ordre, que je lèverai l'embargo
mis sur une partie du convoi.

Visez vous-même tous les passeports de ceux qui s'en vont, et ne laissez
partir personne qui puisse faire un soldat. Ceux qui s'en vont n'ont pas
besoin de domestiques, à moins qu'ils n'aient plus de vingt-cinq ans.

BONAPARTE.



Au Caire, le 15 frimaire an 7 (5 décembre 1798).

_Au même._

Je vous envoie, citoyen général, un ordre que je vous prie d'exécuter
avec la plus grande exactitude. Après que vous aurez fait arrêter ce
citoyen, faites venir chez vous tous les administrateurs de la marine,
et lisez-leur mon ordre. Vous leur direz que je reçois des plaintes de
tous côtés sur leur conduite, et qu'ils ne secondent en rien le citoyen
Leroy; que je punirai les lâches avec la dernière sévérité, et avec
d'autant moins d'indulgence, qu'un homme qui manque de courage n'est pas
français.

BONAPARTE.



Au Caire, le 17 frimaire an 7 (7 décembre 1798).

_À l'intendant-général de l'Égypte._

J'ai reçu, citoyen, la lettre que m'a écrite la nation cophte. Je me
ferai toujours un plaisir de la protéger: désormais elle ne sera plus
avilie, et, lorsque les circonstances le permettront, ce que je prévois
n'être pas éloigné, je lui accorderai le droit d'exercer son culte
publiquement, comme il est d'usage en Europe, en suivant chacun sa
croyance. Je punirai sévèrement les villages qui, dans les différentes
révoltes, ont assassiné des cophtes. Dès aujourd'hui, vous pourrez leur
annoncer que je leur permets de porter des armes, de monter sur des
mules ou sur des chevaux, de porter des turbans et de s'habiller de la
manière qui peut leur convenir. Mais si tous les jours seront marqués de
ma part par des bienfaits; si j'ai à restituer à la nation cophte une
dignité et des droits inséparables de l'homme, qu'elle avait perdus,
j'ai le droit d'exiger sans doute des individus qui la composent
beaucoup de zèle et de fidélité au service de la république. Je ne peux
pas vous dissimuler que j'ai eu effectivement à me plaindre du peu de
zèle que plusieurs y ont mis. Comment en effet, lorsque tous les jours
des principaux scheicks me découvrent les trésors des mameloucks, ceux
qui étaient leurs principaux agens ne me font-ils rien découvrir?

Je rends justice à votre zèle et a celui de vos collaborateurs, ainsi
qu'à votre patriarche, dont les vertus et les intentions me sont
connues, et j'espère que, dans la suite, je n'aurai qu'à me louer de
toute la nation cophte.

Je donne l'ordre pour que vous soyez remboursé, dans le courant du mois,
des avances que vous avez faites.

BONAPARTE.



Au Caire, le 17 frimaire an 7 (7 décembre 1798).

_Au citoyen Poussielgue._

Vu les pertes que nous avons éprouvées sur les diamans, la femme de
Mourad-Bey sera tenue de verser dans la caisse du payeur 8,000 talaris
dans l'espace de cinq jours.

BONAPARTE.



Au Caire, le 18 frimaire an 7 (8 décembre 1798).

_Au général Rampon._

Vous devez avoir reçu, citoyen général, du pain pour quatre jours.

Si cette lettre vous arrive à temps, vous partirez demain avec la plus
grande partie de votre monde pour aller reconnaître la position de
Géziré-Bili, qui est à quatre lieues de l'endroit que vous occupez.
Quand vous serez à une demi-lieue de ladite position, vous ferez
connaître à ladite tribu de Bili qu'elle n'a rien à craindre; qu'elle
peut rester dans son camp, parce que vous avez été prévenu que le
scheick était venu me voir et avait obtenu grâce.

Vous tiendrez note de tous les villages par où vous passerez pour
arriver à Géziré, et vous observerez les différentes positions
qu'occupent les Arabes, afin que, si les circonstances exigent que vous
deviez y marcher, vous sachiez comment faire.

Vous aurez soin que les troupes ne fassent aucun mal, et après vous
être promené en différens sens, avoir demandé s'il y a des mameloucks à
El-Mansoura, qui est un village près de Géziré, avoir recommandé à
tous les villages de payer exactement le miri au général commandant la
province, et à ne pas cacher les mameloucks, à les déclarer s'il y en a,
vous retournerez, s'il est possible, coucher à Birket-el-Hadji.

Si cette lettre vous arrivait demain trop tard, vous remettriez la
partie à après-demain.

BONAPARTE.



Au Caire, le 19 frimaire an 7 (9 décembre 1798).

_Au général Menou._

Je reçois votre lettre du 14, citoyen général: je venais d'ordonner la
mesure que vous me proposez, de vendre soixante-quatre mille pintes de
vin. Veillez autant qu'il vous sera possible à ce que ces fonds rentrent
dans la caisse du payeur, et que les voleurs n'en vendent pas une plus
grande quantité pour masquer leurs vols. Écrivez au général Marmont
pour qu'il fasse vendre les vins les plus aigres et les plus près de se
gâter, et que l'on profite de cette circonstance pour vérifier ce qu'il
y a en magasin.

J'ai reçu votre lettre du 15, dans laquelle vous m'apprenez que
messieurs les Anglais ont évacué Aboukir. Profitez-en pour faire passer
à Alexandrie la plus grande quantité de blé possible.

BONAPARTE.



Au Caire, le 19 frimaire an 7 (9 décembre 1798).

_Au général Ganteaume._

Vous voudrez bien, citoyen général, faire partir d'Alexandrie le brick
_le Lodi_ pour se rendre à Derne. Il prendra tous les renseignemens
qu'il pourrait acquérir sur les nouvelles de France et d'Europe.

Je suis instruit que plusieurs tartanes de Marseille, expédiées par le
gouvernement, y sont arrivées dans le courant de brumaire, et n'y ont
séjourné que vingt-quatre heures, après avoir pris des renseignemens sur
les Anglais et sur notre position. Comme il est extrêmement intéressant
que la mission de ce brick soit ignorée, vous lui donnerez ses
instructions à ouvrir en mer.

Vous lui ordonnerez de prendre des pilotes d'Alexandrie, connaissant la
côte depuis Alexandrie jusqu'à Saint Jean-d'Acre et depuis Alexandrie
jusqu'à Tripoli.

J'imagine que la tartane que j'avais ordonné d'envoyer depuis long-temps
à Derne, sera partie: si elle ne l'était pas, vous ordonneriez, au
préalable, au citoyen Dumanoir de n'expédier _le Lodi_ que vingt-quatre
heures après la tartane, en ayant bien soin que la tartane ignore que ce
brick devait partir.

Ce brick portera le citoyen Arnaud, qui, parlant parfaitement la langue,
et ayant eu des relations avec Derne, pourra plus facilement prendre
tous les renseignemens nécessaires.

Vous spécifierez bien au commandant du brick que le citoyen Arnaud n'est
rien sur son bord, et n'a point d'ordre à lui donner, et que lui seul
est responsable de la manière dont sa mission sera remplie.

Vous lui ferez connaître qu'il faut qu'il retourne le plus tôt possible
à Alexandrie.

Je compte que son absence sera de moins de quinze jours; que, sous
quelque prétexte que ce soit, il ne doit point cingler vers l'Europe;
que cela serait regardé par le gouvernement comme une lâcheté et une
trahison, dont un Français ne peut être soupçonné.

Vous donnerez deux ordres au commandant du brick: 1°. de partir et
d'ouvrir ses instructions à telle hauteur, et d'embarquer, au moment du
départ, un homme qui lui sera remis par le général Marmont, commandant
de la place;

2°. Son instruction à ouvrir en mer.

BONAPARTE.



Au Caire, le 19 frimaire an 7 (9 décembre 1798).

_Instructions pour le citoyen Arnaud._

Le brick sur lequel vous êtes embarqué, citoyen, vous conduira à Derne.

Vous remettrez les lettres ci-jointes au commandant de Derne; vous
prendrez tous les renseignemens sur les nouvelles d'Europe et de
Tripoli.

Vous me rendrez compte de votre mission et de tout ce que vous aurez vu
et appris en mer, en expédiant de Derne deux Arabes.

Le brick vous ramènera à Alexandrie, et, à peine débarqué, vous viendrez
au Caire sans communiquer à personne les nouvelles que vous aurez pu
apprendre.

Je compte sur votre zèle et sur vos lumières. Je saurai vous tenir
compte du service que vous aurez rendu dans cette occasion à la
république.

BONAPARTE.



Au Caire, le 19 frimaire an 7 (9 décembre 1798).

_Au bey de Tripoli._

Je profite d'un bâtiment qui va à Derne pour vous renouveler l'assurance
de vivre avec vous en bonne intelligence et amitié.

Dans plusieurs lettres que je vous ai écrites, je vous ai témoigné le
désir que j'ai de vous être utile ainsi qu'à ceux qui dépendent de vous.

Je vous prie, lorsque vous aurez des nouvelles d'Europe, de me les
envoyer par des exprès.

Croyez aux sentimens d'estime et à la considération que j'ai pour vous.

BONAPARTE.



Au Caire, le 20 frimaire an 7 (10 décembre 1798).

_Au citoyen Poussielgue,_

Vous voudrez bien, citoyen, ordonner sur-le-champ au citoyen
Marco-Calavagi, agent du citoyen Rosetti à Terraneh, de verser dans
la caisse du payeur, la valeur de deux mille moutons et de cinquante
chameaux, que le général Murat avait pris aux Arabes et qu'il a fait
restituer en disant que c'était mon intention.

BONAPARTE.



Au Caire, le 11 frimaire an 7 (11 décembre 1798).

_Au commissaire du gouvernement, à Zante._

Je vous expédie le brick _le Rivoli_ pour avoir de vos nouvelles et de
celles de Corfou.

Faites-moi passer toutes les gazettes françaises, italiennes ou
allemandes que vous auriez depuis le mois de messidor, ainsi que les
nouvelles que vous pourriez avoir d'Italie ou de France, et de tous les
bâtimens anglais, russes ou turcs qui auraient paru sur vos côtes depuis
ledit mois de messidor.

Donnez-moi toutes les nouvelles que vous pourriez avoir sur
Passwan-Oglou et sur Constantinople.

Envoyez-nous ici un Français intelligent qui puisse me donner de vive
voix toutes les petites nouvelles que vous pourriez avoir oubliées.

Expédiez des bâtimens à Corfou et en Italie pour faire connaître au
commandant de cette place et au gouvernement français que tout va au
mieux ici.

Expédiez-moi souvent des bâtimens sur Damiette.

Les journaux et les imprimés que je vous fais passer vous mettront à
même de connaître notre position.

Je vous, recommande de ne pas retenir le _Rivoli_ plus de trois ou
quatre heures, et de le faire repartir tout de suite, car je suis
impatient d'avoir de vos nouvelles.

BONAPARTE.



Au Caire, le 21 frimaire an 7 (11 décembre 1798).

_Au général Marmont._

Cette lettre, citoyen général, vous sera remise par le citoyen
Beauchamp.

Vous ferez appeler le capitaine de la caravelle: vous lui direz que je
consens à ce que son bâtiment parte pour Constantinople aux conditions
suivantes:

1°. Qu'il laissera en ôtages ses deux enfans et l'officier de la
caravelle, son plus proche parent, pour me répondre du citoyen
Beauchamp, qui va s'embarquer à son bord pour se rendis à
Constantinople.

2°. Qu'il passera devant l'île de Chypre; qu'il fera entendre au pacha
que nous ne sommes pas en guerre avec la Porte; qu'il nous renvoie le
consul et les Français qui sont à Chypre; qu'il les fera embarquer
devant lui sur une djerme pour se rendre à Damiette; qu'en conséquence
vous allez tenir en arrestation un officier et dix hommes de la
caravelle pour répondre du consul et des Français à Chypre, lesquels
seront envoyés à Damiette et renvoyés sur le même bâtiment qui amènera
les Fiançais de Chypre à Damiette.

3°. Qu'il sortira du port d'Alexandrie de nuit, afin d'échapper à la
croisière anglaise; qu'il évitera Rhodes, afin d'échapper aux Anglais.

4°. Qu'après que le citoyen Beauchamp aura causé avec le grand-visir à
Constantinople, il sera chargé de le faire revenir à Damiette, et que,
sur le même bâtiment qui ramènera le citoyen Beauchamp, je ferai placer
ses enfans et l'officier qu'il aura laissés en ôtages.

5°. Que du reste il peut compter que, dans tous les événemens, je serai
fort aise de lui être utile.

Vous dresserez de votre séance avec lui un procès-verbal en turc et en
français, qu'il signera avec vous, et dont vous et lui garderez une
copie, en me faisant passer l'original.

Cette conversation devra avoir lieu à neuf heures du matin: vous lui
mènerez le citoyen Beauchamp à bord. Vous aurez soin auparavant que l'on
tienne tout prêts sur un bâtiment les affûts et tous les objets qu'on
aurait à lui rendre.

Dès l'instant que le procès-verbal sera signé et que les ôtages seront
remis, vous lui ferez rendre ses effets; et la nuit, si le temps est
beau, il devra partir, ayant bien soin:

1°. Que votre entretien et la mission du citoyen Beauchamp soient
parfaitement secrets;

2°. Que le commandant de la caravelle, en arrivant à la conférence, ait
avec lui ses enfans et les personnes que vous voulez garder pour ôtages,
que vous lui désignerez pour qu'ils se rendent à la conférence, et que
vous laisserez dans un autre appartement.

3°. Qu'il n'ait plus, le reste de la journée, aucune espèce de
communication avec la terre sous quelque prétexte que ce soit, afin
que personne ne sache le départ de la caravelle: sans quoi ces gens-là
embarqueraient beaucoup de marchandises et beaucoup de monde.

Il faut que le lendemain à la pointe du jour, les Français et les gens
du pays soient tout étonnés de ne plus voir la caravelle.

Quelque observation qu'il puisse vous faire, vous déclarerez que, s'il
ne part pas dans la nuit, il vous faudra de nouveaux ordres pour le
laisser partir.

Je vous envoie deux ordres que vous remettrez au commandant des armes,
deux ou trois heures avant l'exécution.

BONAPARTE.



Au Caire, le 21 frimaire an 7 (11 décembre 1798).

_Instruction pour le citoyen Beauchamp._

Vous vous rendrez à Alexandrie; vous vous embarquerez sur la caravelle;
vous aborderez à Chypre, vous demanderez au pacha, de concert avec le
commandant de la caravelle, qu'on envoie à Damiette le consul et les
Français qu'on a arrêtes dans cette île.

Vous prendrez à Chypre tous les renseignemens possibles sur la situation
actuelle de la Syrie, sur une escadre russe qui serait dans la
Méditerranée, sur les bâtimens anglais qui auraient paru ou qui y
seraient constamment en croisière, sur Corfou, sur Constantinople,
sur Passwan-Oglou, sur l'escadre turque, sur la flottille de Rhodes,
commandée par Hassan-Bey, qui a été pendant un mois devant Aboukir, sur
les raisons qui empêchent qu'on apporte du vin à Damiette, enfin sur les
bruits qui seraient parvenus jusque dans ce pays-là sur l'Europe.

Vous m'expédierez toutes ces nouvelles avec les Français, si on les
relâche, sur un petit bâtiment qui viendrait à Damiette; ou, lorsque
vous verrez l'impossibilité de porter ces gens-là à relâcher les
Français, vous expédieriez un petit bateau avec un homme de la caravelle
pour me porter vos lettres, et sous le prétexte de me mander que le
capitaine de la caravelle, ayant fait tout ce qu'il a pu, je fasse
relâcher les matelots de la caravelle.

À toutes les stations que le temps ou les circonstances vous feraient
faire dans les différentes échelles du Levant, vous m'expédierez des
nouvelles par de petits bâtimens envoyés exprès à Damiette, et qui
seront largement récompensés.

Arrivé à Constantinople, vous ferez connaître à notre ministre notre
situation dans ce pays-ci; de concert avec lui, vous demanderez que les
Français qui ont été arrêtés en Syrie soient mis en liberté, et vous
ferez connaître le contraste de cette conduite avec la nôtre.

Vous ferez connaître à la Porte que nous voulons être ses amis; que
notre expédition d'Égypte a eu pour but de punir les mameloucks, les
Anglais, et empêcher le partage de l'empire ottoman que les deux
empereurs, ont arrêté; que nous lui prêterons secours contre eux, si
elle le croit nécessaire, et vous demanderez impérieusement et avec
beaucoup de fierté qu'on relâche tous les Français qu'on a arrêtés;
qu'autrement cela serait regardé comme une déclaration de guerre; que
j'ai écrit plusieurs fois au grand-visir sans avoir eu une réponse, et
qu'enfin la Porte peut choisir et voir en moi ou un ami capable de la
faire triompher de tous ses ennemis, ou un ennemi aussi redoutable que
tous ses ennemis.

Si notre ministre est arrêté, vous ferez ce qu'il vous sera possible
pour pouvoir causer avec des Européens: vous reviendrez en apportant
toutes les nouvelles que vous pourrez recueillir sur la position
actuelle politique de cet empire.

Vous aurez soin de vous procurer tous les journaux en quelque langue
qu'ils soient depuis messidor.

Si jamais on vous faisait la question: Les Français consentiront-ils à
quitter l'Égypte? Pourquoi pas, pourvu que les deux empereurs fassent
finir la révolte de Passwan-Oglou et abandonnent le projet de partager
la Turquie européenne? Que, quant à nous, nous ferons tout ce qui
pourrait être favorable à l'Empire ottoman et le mettre à l'abri de ses
ennemis: mais que le préliminaire à toute négociation, comme à tout
accommodement, est un firman qui fasse relâcher les Français partout où
on les a arrêtés, surtout en Syrie.

Vous direz et ferez tout ce qui pourra convenir pour obtenir cet
élargissement; vous déclarerez que vous ne répondez pas que je
n'envahisse la Syrie, si on ne met pas en liberté tous les Français
qu'on a arrêtés; et, dans le cas où on voudrait vous retenir, que si,
sous tant jours, je ne vous voyais pas revenir, je pourrais me porter à
une invasion.

Enfin le but de votre mission est d'arriver à Constantinople, d'y
demeurer, de voir nos ministres sept à huit jours, et de retourner avec
des notions exactes sur la position actuelle de la politique et de la
guerre de l'empire ottoman.

Profitez de toutes les occasions pour m'écrire et pour m'expédier des
bâtimens à Damiette.

De Constantinople, expédiez une estafette à Paris par Vienne avec tous
les renseignemens qui pourraient être nécessaires au gouvernement: vous
lui ferez passer les relations et imprimés que je joins ici à cet effet.

Ainsi, si la Porte ne nous a point déclaré la guerre, vous paraîtrez à
Constantinople comme pour demander qu'on relâche le consul français et
qu'on laisse libre le commerce entre l'Égypte et le reste de l'empire
ottoman.

Si la Porte nous avait déclaré la guerre et avait fait arrêter nos
ministres, vous lui direz que je lui renvoie sa caravelle comme une
preuve du désir qu'a le gouvernement français de voir se renouveler
la bonne intelligence entre les deux états, et en même temps
vous demanderez notre ministre et les autres Français qui sont à
Constantinople.

Vous lui ferez plusieurs notes pour détruire tout ce que l'Angleterre et
la Russie pourraient avoir imaginé contre nous, et vous reviendrez.

BONAPARTE.



Au Caire, le 21 frimaire an 7 (11 décembre 1798).

_Au grand-visir._

J'ai écrit plusieurs fois à votre excellence pour lui faire connaître
les intentions du gouvernement français, de continuer à vivre en bonne
intelligence avec la Sublime Porte. Je prends aujourd'hui le parti de
vous en donner une nouvelle preuve en vous expédiant la caravelle du
grand-seigneur et le citoyen Beauchamp, consul de la république, homme
d'un grand mérite, et qui a entièrement ma confiance.

Il fera connaître à votre excellence que la Porte n'a point de plus
véritable amie que la république française, comme elle n'aurait pas
d'ennemie plus redoutable, si les intrigues des ennemis de la France
parvenaient à avoir le dessus à Constantinople: ce que je ne pense pas,
connaissant la sagesse et les lumières de votre excellence.

Je désire que votre excellence retienne le citoyen Beauchamp à
Constantinople le moins de temps possible, et me le renvoie pour me
faire connaître les intentions de la Porte.

Je prie votre excellence de croire aux sentimens d'estime et à la haute
considération que j'ai pour elle.

BONAPARTE.



Au Caire, le 21 frimaire an 7 (11 décembre 1798).

_Au citoyen Talleyrand, ambassadeur à Constantinople._

Je vous ai écrit plusieurs fois, citoyen ministre; j'ignore si mes
lettres vous sont parvenues; je n'en n'ai point reçu de vous.

J'expédie à Constantinople le citoyen Beauchamp, consul à Mascate, pour
vous faire connaître notre position, qui est extrêmement satisfaisante,
et pour, de concert avec vous, demander qu'on mette en liberté tous les
Français arrêtés dans les échelles du levant et détruire les intrigues
de la Russie et de l'Angleterre.

Le citoyen Beauchamp vous donnera de vive voix tous les détails et
toutes les nouvelles qui pourraient vous intéresser.

Je désire qu'il ne reste à Constantinople que sept à huit jours.

BONAPARTE.



Au Caire, le 22 frimaire an 7 (12 décembre 1798).

_Au général Reynier._

Je désirerais, citoyen général, qu'avant de faire un tour à Salahieh,
vous envoyassiez cinq ou six colonnes mobiles dans les différens points
de votre province.

Tous les villages qui n'auront pas vu la troupe ne se regarderont pas
comme soumis: c'est le seul moyen, d'ailleurs, de faire lever le miri et
les chevaux. Votre province est celle qui est le plus en retard.

Le général Lagrange porte avec lui des outres. Mon intention serait que
vous lui procurassiez une quinzaine de chameaux; et, après qu'il aura
passé quelques jours a Salahieh pour y organiser son service et rendre
des visites aux villages qui se sont mal conduits pendant l'inondation,
je désire qu'on aille occuper Catieh, où mon intention est de faire
construire un fort.

BONAPARTE.



Au Caire, le 22 frimaire an 7 (12 décembre 1798).

_Au général Marmont._

J'ai reçu, citoyen général, votre lettre du 14.

Il est toujours plus intéressant de rendre compte d'une mauvaise
nouvelle que d'une bonne, et c'est vraiment une faute que vous avez
faite, d'oublier de rendre compte des neuf prisonniers qu'ont faits les
Anglais à la quatrième demi-brigade.

L'état-major donne l'ordre à la légion nautique de se rendre à Foua,
d'où je la ferai venir au Caire pour l'habiller et l'organiser, afin
qu'elle puisse retourner, si les circonstances l'exigeaient, et servir
utilement.

Envoyez-moi au Caire tous les individus inutiles. J'ai ordonné le
désarmement de la galère, qui a quatre ou cinq cents hommes qui mangent
beaucoup et ne nous rendraient pas un service utile les armes à la main.

Dès l'instant que vous aurez envoyé ici beaucoup d'hommes du convoi,
et qu'il n'y aura plus que des vieillards ou des hommes inutiles, j'en
ferai partir la plus grande partie.

Vous devez avoir beaucoup de pèlerins; débarrassez-vous-en le plus tôt
possible, ou par terre ou par mer.

Envoyez aussi des Arabes à Derne pour avoir des nouvelles; il y arrive
souvent des tartanes de Marseille.

BONAPARTE.



Au Caire, le 23 frimaire an 7 (13 septembre 1798).

_Au général Bon._

J'ai reçu, citoyen général, vos lettres des 20 et 21.

Il est parti hier un convoi.

Vous avez dû recevoir, par le premier convoi, du riz, du biscuit, de
l'eau-de-vie, des matelots, des ouvriers de toute espèce, des outils et
des sapeurs.

Je vous ai mandé hier de faire venir tous les chameaux qui vous ont
porté du biscuit; joignez-y les chameaux qui ont porté notre artillerie.
Ne gardez que les chameaux qui doivent porter l'eau à votre troupe. Ayez
soin surtout que les chameaux des Arabes soient parfaitement libres: il
faut faire ce que ces gens-là veulent. Laissez passer les lettres pour
Djedda sans les décacheter, et laissez aller et venir chacun librement.
Le commerce est souvent fondé sur l'imagination. La moindre chose est un
monstre pour ces gens-ci, qui ne connaissent pas nos moeurs.

Je vous recommande de faire mettre une corde au puits d'Adjeroud, de
manière que l'on puisse s'en servir. On dit que l'eau est bonne pour les
chevaux.

Gardez spécialement les matelots, les sapeurs et les Turcs d'Omar, une
partie de la trente-deuxième, et renvoyez l'autre partie.

BONAPARTE.



Au Caire, le 23 frimaire an 7 (13 décembre 1798).

_Au général Leclerc._

Je vous préviens, citoyen général, que j'ai fait arrêter Cheraïbi: si
vous êtes encore à Nay, vous vous rendrez à Kélioubé pour mettre le
scellé sur tous ses biens. Vous écrirez au divan de la province et aux
scheicks des Arabes que Cheraïbi a été arrêté, parce qu'il m'a trahi,
parce qu'il a, malgré ses sermens de fidélité, correspondu avec les
mameloucks, et, le jour de la révolte du Caire, appelé les habitans
des différens villages qui environnent cette ville, à se joindre
aux révoltés; qu'ils doivent d'autant plus sentir la justice de
l'arrestation de Cheraïbi, qu'ils ont été témoins de ses crimes, et que
je l'avais comblé de bienfaits.

BONAPARTE.



Au Caire, le 23 frimaire an 7 (13 décembre 1798).

_Au commandant de la place du Caire._

Je vous envoie, citoyen général, Cheraïbi, chef de la province de
Kélioubé. Vous le ferez mettre en prison à la citadelle et au secret,
afin qu'il n'ait de communication avec qui que ce soit. Vous prendrez
toutes les mesures nécessaires pour qu'il ne puisse pas s'échapper.

BONAPARTE.



Au Caire, le 25 frimaire an 7 (15 décembre 1798).

_Au général Bon._

L'adjudant-général Valentin, citoyen général, est parti hier de
Berket-el-Hadji. J'ai reçu votre lettre du 22.

Vous me demandez de vous envoyer Mustapha-Effendi; mais il doit être
avec vous. Il n'est pas au Caire; il est parti immédiatement après votre
colonne. Si, à l'heure qu'il est, il n'est pas à Suez, je crains fort
qu'il n'ait été assassiné. Au reste, je vais prendre des renseignemens.

L'adjudant-général Valentin doit être arrivé, et vous allez vous trouver
approvisionné pour long-temps.

On enverra, par la première occasion, de l'argent pour les Turcs et pour
les fortifications.

Envoyez-nous les chameaux qui ont porté vos pièces. Comme elles doivent
rester à Suez, ils vous sont inutiles, et serviront à vous en porter
d'autres.

Si vos rhumatismes, au lieu de se guérir, continuaient à empirer, vous
laisseriez le commandement à l'adjudant-général Valentin, et vous vous
rendriez au Caire.

BONAPARTE.



Au Caire, le 26 frimaire an 7 (16 décembre 1798).

_Au contre-amiral Perrée._

Je vous envoie, citoyen général, un sabre en remplacement de celui que
vous avez perdu à la bataille de Chebreisse. Recevez-le, je vous prie,
comme un témoignage de la reconnaissance que j'ai pour les services que
vous avez rendus à l'armée dans la conquête de l'Égypte.

BONAPARTE.



Au Caire, le 27 frimaire an 7 (17 décembre 1798).

_Au général Dugua._

Je reçois, citoyen général, votre lettre du 20 frimaire, de Mansoura,
relative au commerce de Damiette avec la Syrie. Mon intention est que le
commerce soit entièrement libre. L'inconvénient d'aider à la subsistance
de nos ennemis est compensé par d'autres avantages.

BONAPARTE.



Au Caire, le 27 frimaire an 7 (17 décembre 1798).

_Au même._

J'ai lu avec surprise dans votre lettre, citoyen général, que l'on
employait l'argent du miri à acheter du blé. Ce doit être une coquinerie
des intendans; je vais m'en faire rendre compte. Mais je vous prie de
tenir la main à ce que le produit de toutes les impositions entre dans
la caisse des préposés du payeur général, et n'en sorte plus sans
l'ordre du payeur.

BONAPARTE.



Au Caire, le 27 frimaire an 7 (17 décembre 1798).

_Au contre-amiral Villeneuve._

Je n'ai point reçu de vos lettres, citoyen général; je vous envoie un
aviso. Faites-moi connaître par son retour quelle est votre position et
ce que vous pourriez avoir appris des mouvemens et du nombre des ennemis
dans la Méditerranée.

Les ennemis n'ont que deux vaisseaux de guerre et deux frégates devant
Alexandrie.

Vous devez actuellement avoir trois ou quatre vaisseaux et trois ou
quatre frégates de Malte. Nous désirons bien vous voir arriver ici.

Nous aurions besoin de cinq ou six mille fusils; chargez-en un millier
sur l'aviso que je vous expédie, et envoyez-nous le reste sur des
bâtimens qui viendraient aborder à Damiette.

Vous devez avoir reçu du contre-amiral Ganteaume des lettres qui ont
dû vous faire connaître le besoin où nous sommes d'avoir des nouvelles
d'Europe, et de recevoir notre second convoi.

BONAPARTE.



Au Caire, le 27 frimaire an 7 (17 décembre 1798).

_Au directoire exécutif._

Je vous ai expédié un officier de l'armée, avec ordre de ne rester que
sept à huit jours à Paris, et de retourner au Caire.

Je vous envoie différentes relations de petits événemens et différens
imprimés.

L'Égypte commence à s'organiser.

Un bâtiment arrivé à Suez a amené un Indien qui avait une lettre pour le
commandant des forces françaises en Égypte: cette lettre s'est perdue.
Il paraît que notre arrivée en Égypte a donné une grande idée de notre
puissance aux Indes, et a produit un effet très-défavorable aux Anglais:
on s'y bat.

Nous sommes toujours sans nouvelles de France; pas un courrier depuis
messidor. Cela est sans exemple dans les colonies même.

Mon frère, l'ordonnateur Sucy et plusieurs courriers que je vous ai
expédiés, doivent être arrivés.

Expédiez-nous des bâtimens sur Damiette.

Les Anglais avaient réuni une trentaine de petits bâtimens, et étaient
à Aboukir; ils ont disparu. Ils ont trois vaisseaux de guerre et deux
frégates devant Alexandrie.

Le général Desaix est dans la Haute-Égypte, poursuivant Mourad-Bey, qui,
avec un corps de mameloucks, s'échappe et fuit devant lui.

Le général Bon est à Suez.

On travaille avec la plus grande activité aux fortifications
d'Alexandrie, Rosette, Damiette, Belbeis, Salahieh, Suez et du Caire.

L'armée est dans le meilleur état et a peu de malades. Il y a en Syrie
quelques rassemblemens de forces turques. Si sept jours de désert ne
m'en séparaient, j'aurais été les faire expliquer.

Nous avons des denrées en abondance, mais l'argent est très-rare, et la
présence des Anglais rend le commerce nul.

Nous attendons des nouvelles de France et d'Europe; c'est un besoin vif
pour nos âmes: car si la gloire nationale avait besoin de nous, nous
serions inconsolables de ne pas y être.

BONAPARTE.



Au Caire, le 27 frimaire an 7 (17 décembre 1798).

_Au chef de division Dumanoir._

Vous voudrez bien, citoyen, faire partir, le plus promptement possible,
un bâtiment pareil à celui dans lequel s'est embarqué le citoyen Louis
Bonaparte: il sera approvisionné pour un mois d'eau et deux de vivres.
Il prendra à son bord le citoyen ... chargé d'une mission.

Vous remettrez au commandant du bâtiment que vous expédierez, l'ordre
que je vous envoie qu'il ouvrira à trois lieues en mer.

BONAPARTE.



Au Caire, le 27 frimaire an 7 (17 décembre 1798).

_Au citoyen ... officier, chargé de dépêches._

Le bâtiment sur lequel vous vous embarquerez, vous conduira à Malte.
Vous remettrez les lettres que je vous envoie à l'amiral Villeneuve et
au général commandant de Malte.

Le commandant de la marine, à Malte, vous donnera sur-le-champ un
bâtiment pour vous conduire dans un port d'Italie qu'il jugera le plus
sûr, d'où vous prendrez la poste pour vous rendre en toute diligence à
Paris et remettre les dépêches que je vous fais passer au gouvernement.

Vous resterez huit à dix jours à Paris: après quoi vous reviendrez en
toute diligence, en venant vous embarquer dans un port du royaume de
Naples ou à Ancône.

Vous éviterez Alexandrie et aborderez avec votre bâtiment à Damiette.

Avant de partir, vous aurez soin de voir un de mes frères, membre du
corps législatif; il vous remettra tous les papiers et imprimés qui
auraient paru depuis messidor.

Je compte, dans tous les événemens imprévus qui pourraient survenir dans
votre mission, sur votre zèle, qui est de faire parvenir vos dépêches au
gouvernement, et d'en apporter les réponses.

BONAPARTE.



Au Caire, le 27 frimaire an 6 (17 décembre 1798).

_Au citoyen ..._

Vous vous dirigerez sur Malte, citoyen, en passant hors de vue de toute
terre. Si vous apprenez que le port soit bloqué, vous aborderez de
préférence à la cale de Massa-Sirocco, où il y a des batteries qui vous
mettront à l'abri de toute insulte.

Là, vous débarquerez l'officier que vous avez à votre bord.

Vous instruirez le Commandant de la marine à Malte et le contre-amiral
Villeneuve, de tout ce que vous aurez vu en mer, et du nombre des
vaisseaux qui sont devant Alexandrie, et vous demanderez les ordres du
commandant de la marine.

Vous reviendrez m'apporter les dépêches du général commandant à Malte,
et du contre-amiral Villeneuve, et, si vous ne pouvez pas aborder à
Alexandrie, vous aborderez à Damiette ou sur tout autre point de
la côte, depuis le Marabou jusqu'à Orum-Faregge à trente lieues de
Damiette.

Vous ne resterez que vingt-quatre heures à Malte.

Je compte sur votre zèle dans une mission aussi importante, qui,
indépendamment des nouvelles qu'elle doit nous faire avoir de l'Europe,
doit nous faire venir des objets essentiels pour l'armée.

Vous chargerez sur votre bâtiment les armes que le commandant de Malte
vous remettra.

BONAPARTE.



Au Caire, le 28 frimaire an 7 (18 décembre 1798).

_Au général Bon._

J'ai reçu, citoyen général, votre lettre du 25. J'ai lu avec le plus
vif intérêt ce que vous m'avez dit relativement à l'Indien des états de
Tippoo Saïb.

Il serait nécessaire que vous fissiez sonder la rade pour savoir si des
frégates de l'île de France que j'attends, pourraient, étant arrivées
à Suez, s'approcher de la côte jusqu'à deux cents toises, de manière à
être protégées par les batteries de la côte.

Le chef de bataillon Say est arrivé. La caravelle que je vous ai
envoyée, chargée de riz et d'avoine pour les chevaux, sera sans doute
arrivée également.

J'ai ordonné au kiaka des Arabes de me faire venir deux bouteilles d'eau
de la source chaude qui se trouve à deux journées de Suez, sur la côte
de la mer Rouge.

BONAPARTE.



Au Caire, le 28 frimaire an 7 (18 décembre 1798).

_Au général Marmont._

J'ai reçu, citoyen général, votre lettre du 19 frimaire. La
correspondance commence à être bien lente par le Nil.

Le citoyen Beauchamp, et mon aide-de-camp Lavalette, doivent être
arrivés.

Si un bâtiment, dans la principale passe, peut favoriser l'entrée des
bâtimens qui vous viendraient de France, il est nécessaire, je crois,
que vous vous concertiez avec le commandant des armes pour en faire
mettre un.

Envoyez à Rosette toutes les djermes, chaloupes et petits bâtimens qui
peuvent passer la barre, afin de charger à Rosette pour Alexandrie des
riz, du biscuit, du blé, de l'orge et autres objets. Je vais faire filer
sur Rosette jusqu'à cent mille quintaux de blé; mais prenez toutes les
mesures pour qu'il ne soit pas dilapidé.

Tâchez d'envoyer des Arabes à Derne. Faites écrire par un habitant
d'Alexandrie à un habitant de Derne, afin de lui faire connaître que si,
toutes les fois qu'il arrive des nouvelles de France, il nous les fait
passer, ses courriers seront bien payés, et que lui aura une bonne
récompense.

Il part demain cent mille rations de biscuit pour Rosette, et deux mille
quintaux de farine.



Au Caire, le 29 frimaire an 7 (19 décembre 1798).

Bonaparte, général en chef, voulant favoriser le couvent du mont Sinaï:

1°. Pour qu'il transmette aux races futures la tradition de notre
conquête;

2°. Par respect pour Moïse et la nation juive, dont la cosmogonie nous
retrace les âges les plus reculés;

3°. Parce que le couvent du mont Sinaï est habité par des hommes
instruits et policés, au milieu de la barbarie des déserts où ils
vivent;

Ordonne:

ART 1er. Les Arabes bédouins, se faisant la guerre entre eux, ne
peuvent, de quelque parti qu'ils soient, s'établir ou demander asile
dans le couvent, ni aucune subsistance ou autres objets.

2. Dans quelque lieu que résident les religieux, il leur sera permis
d'officier, et le gouvernement empêchera qu'ils ne soient troublés dans
l'exercice de leur culte.

3. Ils ne seront tenus de payer aucun droit ni tribut annuel, comme ils
ont été exemptés suivant les différens titres qu'ils en conservent.

4. Ils sont exempts de tout droit de douane pour les marchandises et
autres objets qu'ils importeront et exporteront pour l'usage du couvent,
et principalement pour les soieries, les satins et les produits des
fondations pieuses, des jardins, des potagers qu'ils possèdent dans les
îles de Scio et de Chypre.

5. Ils jouiront paisiblement des droits qui leur ont été assignés dans
diverses parties de la Syrie et au Caire, soit sur les immeubles, soit
sur leurs produits.

6. Ils ne paieront aucune épice, rétribution et autres droits attribués
aux juges dans les procès qu'ils pourront avoir en justice.

7. Ils ne seront jamais compris dans les prohibitions d'exportation et
d'achat de grains pour la subsistance de leur couvent.

8. Aucun patriarche, évêque ou autre ecclésiastique supérieur, étranger
à leur ordre, ne pourra exercer d'autorité sur eux ou dans leur couvent;
cette autorité étant exclusivement remise à leurs évêques et au corps
des religieux du mont Sinaï.

Les autorités civiles et militaires veilleront à ce que les religieux du
mont Sinaï ne soient pas troublés dans la jouissance desdits privilèges.

BONAPARTE.



Au Caire, le 1er. nivose an 7 (21 décembre 1798).

_Aux habitans du Caire._

Des hommes pervers avaient égaré une partie d'entre vous: ils ont péri.
Dieu m'a ordonné d'être clément et miséricordieux pour le peuple; j'ai
été clément et miséricordieux envers vous.

J'ai été fâché contre vous de votre révolte; je vous ai privés pendant
dix mois de votre divan; mais aujourd'hui je vous le restitue: votre
bonne conduite a effacé la tache de votre révolte.

Chéryfs, eulémas, orateurs de mosquées, faites bien connaître au
peuple que ceux qui, de gaîté de coeur, se déclareraient mes ennemis,
n'auraient de refuge ni dans ce monde ni dans l'autre. Y aurait-il un
homme assez aveugle pour ne pas voir que le destin lui-même dirige
toutes mes opérations? y aurait-il quelqu'un assez incrédule pour
révoquer en doute que tout, dans ce vaste univers, est soumis à l'empire
du destin?

Faites connaître au peuple que, depuis que le monde est monde, il était
écrit qu'après avoir détruit les ennemis de l'islamisme, fait abattre
les croix, je viendrais du fond de l'occident remplir la tâche qui m'a
été imposée. Faites voir au peuple que, dans le saint livre du Qoran,
dans plus de vingt passages, ce qui arrive a été prévu, et que ce qui
arrivera est également expliqué.

Que ceux donc que la crainte seule de nos armes empêche de nous maudire,
changent; car, en faisant au ciel des voeux contre nous, ils sollicitent
leur condamnation; que les vrais croyans fassent des voeux pour la
prospérité de nos armes.

Je pourrais demander compte à chacun de vous des sentimens les plus
secrets du coeur; car je sais tout, même ce que vous n'avez dit à
personne: mais un jour viendra que tout le monde verra avec évidence
que je suis conduit par des ordres supérieurs, et que tous les efforts
humains ne peuvent rien contre moi: heureux ceux qui, de bonne foi, sont
les premiers à se mettre avec moi!

ART 1er. Il y aura au Caire un grand divan composé de soixante personnes
ci-après nommées:

(_Suivent les noms_).

2. Il y aura auprès du divan un commissaire français, le citoyen
Cloutiers, et un commissaire musulman, Dzulfekar Kiaka.

3. Le général commandant la place fera réunir le 5 nivose, à neuf heures
du matin, les membres qui doivent composer le divan général.

4. Ils procéderont à la nomination d'un président, de deux secrétaires,
au scrutin et à la majorité absolue des suffrages.

5. Après quoi ils procéderont à la nomination des quatorze personnes qui
devront composer le petit divan, au scrutin et à la pluralité absolue.
Les séances du divan général doivent être terminées en trois jours: il
ne pourra être réuni que par une convocation extraordinaire.

6. Lorsque le général en chef aura accepté les membres nommés par le
divan général pour faire partie du divan, ceux-ci se réuniront et
procéderont à la nomination d'un président pris dans les quatorze, d'un
secrétaire, de deux interprètes pris hors des quatorze, d'un huissier,
d'un chef de bâtonniers et de dix bâtonniers.

7. Les membres composant le petit divan se réuniront tous les jours, et
s'occuperont sans relâche de tous les objets relatifs à la justice, au
bonheur des habitans, et aux intérêts de la république française.

8. Le président aura cent talaris par mois, les autres treize membres
quatre-vingt talaris par mois, les secrétaires auront vingt-cinq talaris
par mois, l'huissier soixante parahs par jour, le chef des bâtonniers
quarante parahs, les autres bâtonniers quinze parahs.

BONAPARTE.



Belbeis, le 13 nivose an 7 (3 janvier 1799).

_Au divan du Caire._

J'ai reçu la lettre que vous m'avez écrite, que j'ai lue avec le plaisir
que l'on éprouve toujours lorsqu'on pense à des gens que l'on estime et
sur l'attachement desquels on compte.

Dans peu de jours je serai au Caire.

Je m'occupe, dans ce moment-ci, à faire faire les opérations nécessaires
pour désigner l'endroit par où l'on peut faire passer les eaux pour
joindre le Nil et la mer Rouge. Cette communication a existé jadis, car
j'en ai trouvé la trace en plusieurs endroits.

J'ai appris que plusieurs pelotons d'Arabes étaient venus commettre
des vols autour de la ville. Je désirerais que vous prissiez des
informations pour connaître de quelle tribu ils sont; car mon intention
est de les punir sévèrement. Il est temps enfin que ces brigands cessent
d'inquiéter le pauvre peuple qu'ils rendent bien malheureux.

Croyez, je vous prie, au désir que j'ai de vous faire du bien.

BONAPARTE.



Au Caire, le 18 nivose an 7 (7 janvier 1799).

_Au général Marmont._

À mon retour d'une course dans le désert, je reçois vos lettres des 21,
25 et 28 frimaire, et 4 et 6 nivose.

J'approuve les mesures que vous avez prises dans les circonstances
essentielles où vous vous êtes trouvé.

Vous sentez bien que le moment d'augmenter la garnison d'Alexandrie
n'est pas celui dans lequel vous êtes, d'autant plus que la saison vous
débarrassant des Anglais, vous êtes tranquille de ce côté-là.

Que la caravelle parte le plus tôt possible, que _le Lodi_ parte lorsque
le citoyen Arnaud sera guéri.

Multipliez vos relations avec Damanhour, où se trouve le
quartier-général de la province. Vous recevrez l'ordre de l'état-major,
pour que l'adjudant-général Leturcq vous rende compte exactement.

Le citoyen Boldoni part.

J'attends les quatre à cinq cents matelots que vous m'avez annoncés et
surtout les Napolitains.

Je donne ordre pour que le village du schérif d'Alexandrie lui soit
donné.

Je vous autorise à envoyer un parlementaire aux Anglais: vous leur direz
que vous avez appris qu'ils avaient la peste à bord, et que dans ce cas
vous leur offrez tous les secours que l'humanité pourrait exiger.

Envoyez un homme extrêmement honnête, qui soit peu parleur et qui ait de
bonnes oreilles.

Si Lavalette était à Alexandrie, et que vous eussiez l'idée de l'y
envoyer, ce n'est point mon intention; il faut y envoyer un homme qui
ait le grade tout au plus de capitaine, qui leur pourra porter les
gazettes d'Égypte, et qui tâchera de tirer des gazettes d'Europe, s'ils
en ont et s'ils veulent en donner.

Recommandez que l'officier seul monte à bord, de manière qu'à son retour
dans la ville il n'y soit pas fait de caquets, et qu'il vous confie seul
tout ce qui se sera passé.

Tous les engagemens que vous avez pris avec le divan seront
ponctuellement exécutés.

BONAPARTE.



Au Caire, le 22 nivose an 7 (11 janvier 1799).

_Au général Murat._

Vous partirez demain, citoyen général, à huit heures du matin. Vous
sortirez comme pour aller à Belbeis, dehors de la ville; vous gagnerez
le Mokattam; vous vous enfoncerez à deux lieues dans le désert, et vous
vous dirigerez en suivant toujours le désert sur le village de Gamasé,
province d'Alfiéli, où se trouvent les tribus des Aydé et des Masé,
qui ont cent hommes montés sur des chameaux, et qui sont des tribus
ennemies.

Le citoyen Venture vous donnera un conducteur qui est un des grands
ennemis de ces tribus.

Vous combinerez votre marche de manière à vous reposer pendant la nuit
à deux ou trois lieues de ces Arabes, et pouvoir, à la pointe du jour,
tomber sur leur camp, prendre tous leurs chameaux, bestiaux, femmes,
enfans, vieillards, et la partie de ces Arabes qui sont à pied.

Vous tuerez tous les hommes que vous ne pourrez pas prendre.

Comme le village où ils sont n'est pas éloigné du Nil, vous ferez
embarquer sur des djermes, pour nous les envoyer, les femmes, bestiaux,
et tous les prisonniers. Vous vous mettrez à la poursuite des fuyards
qui nécessairement se porteront du côté de Gendeli et de Toueritz. Vous
irez dans l'un et l'autre de ces endroits; de là vous irez jusqu'à la
mer Rouge, et vous vous trouverez pour lors à peu près à trois lieues de
Suez, au commandant duquel vous écrirez un mot.

Vous mènerez avec vous le chef de brigade Lédé avec quatre-vingts hommes
du dix-huitième et du troisième. Vous le chargerez, avec ce détachement,
de la garde des prisonniers, du détail de l'embarquement, de la conduite
des prisonniers et de tout ce que vous aurez pris.

Indépendamment de quatre jours de vivres que vous avez eu l'ordre
d'emporter sur des chameaux, faites-en prendre pour deux jours à la
troupe; ce qui vous fera pour six jours.

Dans toute votre marche dans le désert, vous pousserez toujours sur
votre droite et votre gauche, à une lieue, un officier et quinze hommes
de cavalerie, et vous marcherez sur tous les convois de chameaux que
vous rencontrerez dans votre route. Je compte que votre course en
produira plusieurs centaines.

BONAPARTE.



Au Caire, le 23 nivose an 7 (12 janvier 1799).

_Au général Lanusse._

Je désire, citoyen général, que vous fassiez arrêter le fils
d'Abou-Chaïr, et que vous l'envoyiez sous bonne escorte à la citadelle
du Caire: c'est un ôtage qu'il est bon d'avoir. Ses biens seront
confisqués au profit de la république.

BONAPARTE.



Au Caire, le 25 nivose an 7 (14 janvier 1799).

_Au général Caffarelli._

Demain, citoyen général, le général Junot part pour Suez.

Je désire que la position du puits qui se trouve vers la moitié du
chemin soit déterminée; que les ingénieurs se munissent de tout ce qui
sera nécessaire pour descendre dans ce puits; qu'ils reconnaissent
si l'on a creusé jusqu'au roc, et s'il serait possible de creuser
davantage; enfin qu'ils mesurent la distance du Caire à Suez.

Après demain d'autres ingénieurs partiront escortés par cinquante
hommes, que le général Junot laisse à cet effet. Ils mesureront aussi la
distance du Caire à Suez, par la vallée de l'Égarement.

BONAPARTE.



Au Caire, le 25 nivose an 7 (14 janvier 1799).

_Au général commandant à Alexandrie._

Je ne conçois pas, citoyen général, comment les consuls étrangers ont pu
recevoir une lettre de l'amiral anglais sans que vous en soyez instruit,
et je conçois encore moins comment l'ayant reçue, ils l'aient publiée
sans votre permission.

Faites-vous rendre compte par les consuls qui leur a remis cette lettre,
et faites-leur connaître que si, à l'avenir, ils ne vous remettaient
pas toutes cachetées les lettres qu'ils recevraient, vous les feriez
fusiller. Si ce cas se représentait, vous m'enverriez la lettre toute
cachetée.

Vous ferez mettre le scellé sur tous les effets du nommé Jennovisch,
capitaine impérial qui s'est rendu à Alexandrie, et vous me l'enverrez
sous bonne escorte au Caire; vous aurez soin de le faire mettre nu,
et de prendre tous ses habillemens que vous ferez découdre pour vous
assurer qu'il n'y a rien dedans. Vous lui ferez donner d'autres habits.

L'envoi de cet homme à Alexandrie me paraît suspect: du reste, je
suis fort aise qu'il y soit, puisqu'il nous donnera des nouvelles du
continent; mais qu'il ne parle à personne.

BONAPARTE.



Au Caire, le 26 nivose an 7 (15 janvier 1799).

_Au citoyen Poussielgue._

Nous avons le plus grand besoin d'argent. Les fermes doivent six mille
talaris; les sagats, mille; les négocians de Damas, sept cents. Voyez de
les faire payer dans les vingt-quatre heures.

Vous me ferez demain un rapport sur nos ressources et nos moyens d'avoir
de l'argent. Tâchez de nous avoir deux à trois cent mille francs.

Les deux bâtimens de café qui sont arrivés à Suez doivent avoir payé
quelques droits; faites-vous-en remettre le montant.

Je vous envoie un ordre pour que les Cophtes versent demain dix mille
talaris, après demain dix mille autres; le 1er. pluviose, dix mille; le
3, dix mille autres; le 5, dix mille autres: en tout cinquante mille
talaris.

Vous hypothéquerez pour le paiement dudit argent, les blés qui sont dans
la Haute-Égypte, et vous leur ferez connaître qu'il est indispensable
que cela soit soldé, parce que j'en ai le plus grand besoin.

Vous me ferez demain un rapport sur la quantité d'obligations qu'a en
ce moment l'enregistrement, en comptant depuis aujourd'hui, décade par
décade.

Enfin, vous me ferez un rapport sur la quantité des villages et terres
qui ont été affermés et sur les conditions desdits affermages.

Vous demanderez deux mois d'avance à tous les adjudicataires des
différentes fermes.

BONAPARTE.



Au Caire, le 16 nivose an 7 (15 janvier 1798).

_Au contre-amiral Ganteaume._

Vous vous rendrez à Suez, citoyen général; vous y passerez une
inspection rigoureuse de tous les établissemens de la marine de Suez;
vous donnerez les ordres pour que tous les magasins et établissemens
soient conformes au projet que j'ai d'organiser et de maintenir à Suez
un petit arsenal de construction.

La chaloupe canonnière _la Castiglione_ sera sans doute de retour.

Si les trois autres chaloupes canonnières sont prêtes, bien armées, et
dans le cas de remplir une mission dans la mer Rouge, vous partirez avec
elles.

Vous vous rendrez à Cosseir, Vous vous emparerez de tous les bâtimens
appartenant aux mameloucks, qui sortiront du port.

Vous vous emparerez du fort, et vous le ferez mettre sur-le-champ dans
le meilleur état de défense.

Vous tâcherez de correspondre avec le général Desaix. Vous laisserez
en croisière, devant le port de Cosseir, une partie de vos chaloupes
canonnières.

Vous mènerez avec vous un commissaire de la marine, et un officier
intelligent que vous établirez à Cosseir, commissaire et commandant des
armes.

Vous ferez tous les réglemens que vous jugerez nécessaires pour
l'établissement de la douane, pour la formation des magasins nationaux,
la recherche de tout ce qui appartenait aux mameloucks, et pour le
commerce.

Vous écrirez à Yamb'o, Gedda et Mokka, pour faire connaître que l'on
peut venir, en toute sûreté, commercer dans le port de Suez; que toutes
les mesures ont été prises pour l'organisation du port, et pour pouvoir
fournir aux bâtimens tous les secours dont ils auront besoin.

Vous embarquerez sur chacune de vos chaloupes canonnières vingt hommes,
dont quarante de la légion maltaise, dix canonniers que vous laisserez
en garnison à Cosseir, et trente hommes de la trente-deuxième
demi-brigade.

Vous ferez embarquer deux pièces de quatre, de campagne, que vous
laisserez pour armer le fort de Cosseir, si on n'y en trouve pas.

Du reste, vous combinerez votre marche de manière que, autant que les
vents pourront le permettre, vous soyez, de votre personne, de retour au
Caire du 15 au 20 pluviose.

Je vous enverrai, par l'officier qui part dans deux jours, des lettres
pour Mascate et Djedda, que vous ferez parvenir à leur destination.

Si les quatre armemens n'étaient pas achevés, vous enverriez alors les
trois qui seraient prêts, avec les mêmes instructions que je vous donne;
mais vous resteriez à Suez, et donneriez le commandement à un capitaine
de frégate.

BONAPARTE.



Au Caire, le 26 nivose an 7 (15 janvier 1799).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

Tous les adjudicataires des fermes ou douanes de la république paieront,
du 1er au 10 pluviose, les mois de pluviose et ventose d'avance.

BONAPARTE.



Au Caire, le 26 nivose an 7 (15 janvier 1799).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

Les Cophtes verseront cinquante mille talaris, à titre d'emprunt,
savoir: demain, dix mille talaris; après demain, dix mille; le 1er.
pluviose, dix mille; le 3 _idem_, dix mille; le 5 _id._, dix mille. En
tout, cinquante mille talaris.

Il leur sera vendu, pour cette somme, une quantité de blés de la
Haute-Égypte.

BONAPARTE.



Au Caire, le 26 nivose an 7 (15 janvier 1799).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

Il sera formé un conseil des finances, chez l'administrateur des
finances, qui se réunira demain à deux heures après-midi. Il
sera composé des citoyens Monge, Caffarelli, Blanc, James, et de
l'ordonnateur en chef.

Ce conseil s'occupera: 1°. du système et du tarif des monnaies et des
changemens possibles à y faire, les plus avantageux à nos finances; 2°.
des opérations que dans la position actuelle de l'Égypte, on pourrait
faire pour procurer de l'argent à l'armée et accroître ses ressources;
3°. du plan raisonnable que l'on pourrait adopter pour, sans diminuer
les revenus de la république, donner aux soldats de l'armée une
récompense qu'ils ont méritée à tant de titres.

BONAPARTE.



Au Caire, le 27 nivose an 7 (16 janvier 1799).

_Au général Marmont._

Faites faire, tous les cinq jours, une visite des hôpitaux par un
officier supérieur de ronde, qui prendra toutes les précautions
nécessaires à cet effet, qui visitera tous les malades, et fera fusiller
sur-le-champ dans la cour de l'hôpital les infirmiers ou employés qui
auraient refusé de fournir aux malades tous les secours et vivres dont
ils ont besoin. Cet officier, en sortant de l'hôpital, sera mis pour
quelques jours en réserve dans un endroit particulier.

Vous avez bien fait de faire donner du vinaigre et de l'eau-de-vie à la
troupe. Épargnez l'un et l'autre; il y a loin d'ici au mois de juin.

BONAPARTE.



Au Caire, le 29 nivose an 7 (18 janvier 1799).

_Au général Verdier._

Je reçois, citoyen général, vos lettres des 24 et 25. J'ai appris avec
intérêt l'expédition que vous avez faite contre les Arabes de Derne.

Le scheick du village de Mit-Massaout est extrêmement coupable; vous le
menacerez de lui faire donner des coups de bâton, s'il ne vous désigne
pas l'endroit où il y aurait d'autres mameloucks et d'autres pièces
qu'ils auraient cachées. Vous vous ferez donner tous les renseignemens
que vous pourrez sur les bestiaux appartenant aux Arabes de Derne qui
pourraient être dans son village: après quoi vous lui ferez couper la
tête, et la ferez exposer avec une inscription qui désignera que c'est
pour avoir caché des canons.

Vous ferez également couper la tête aux mameloucks, et vous enverrez à
Gizeh les trois pièces de canon que vous avez trouvées dans ce village.
Faites une proclamation dans la province, pour que tous les villages qui
auraient des canons, aient à les envoyer dans le plus court délai.

BONAPARTE.



Au Caire, le 3 pluviose an 7 (22 janvier 1799).

Bonaparte, général en chef, ordonne:

La maison qu'occupe le général Lannes dans l'île de Baouda avec
vingt feddams de terre, dix de chaque côté, lui sont donnés en toute
propriété.

La maison qu'occupe le général Dommartin et le jardin qui est vis-à-vis,
à gauche du nouveau chemin, lui sont donnés en toute propriété.

La maison qu'occupe le général Murat lui est donnée en toute propriété.

L'île de Baouda sera partagée en dix portions: seront exceptées la
partie sud, où est le Mekkias, et la partie nord, où il y a une
batterie, avec un arrondissement convenable.

L'île vis-à-vis Boulac, où est le lazaret, sera partagée en dix
portions.

Le général en chef se réserve le soin de donner ces vingt portions à des
officiers de l'armée qui les mériteront.

L'administrateur général des finances fera rédiger, dans la journée de
demain, par le bureau d'enregistrement, les actes de propriété de ces
différens officiers, et prendra des mesures pour exécuter d'ici au 20
pluviose l'article 2 du présent ordre. Les actes de propriété seront
remis chez le payeur.

Le chef de l'état-major général fera connaître aux généraux en
chef Dommartin, Lannes et Murat, que ces biens leur sont donnés en
gratification extraordinaire pour les services qu'ils ont rendus dans la
campagne et pour les dépenses qu'elle leur a occasionnées.

BONAPARTE.



Au Caire, le 6 pluviose an 7 (25 janvier 1799).

_À l'iman de Mascate._

Je vous écris cette lettre pour vous faire connaître ce que vous avez
déjà appris sans doute, l'arrivée de l'armée française en Égypte.

Comme vous avez été de tout temps notre ami, vous devez être convaincu
du désir que j'ai de protéger tous les bâtimens de votre nation, et que
vous les engagiez à venir à Suez, où ils trouveront protection pour leur
commerce.

Je vous prie aussi de faire parvenir cette lettre à Tipoo-Saïb, par la
première occasion qui se trouvera pour les Indes.

BONAPARTE.



Au Caire, le 6 pluviose an 7 (25 janvier 1799).

_À Tipoo-Saïb._

Vous avez déjà été instruit de mon arrivée sur les bords de la mer Rouge
avec une armée innombrable et invincible, remplie du désir de vous
délivrer du joug de fer de l'Angleterre.

Je m'empresse de vous faire connaître le désir que j'ai que vous me
donniez, par la voie de Mascate et de Mokka, des nouvelles sur la
situation politique dans laquelle vous vous trouvez. Je désirerais même
que vous pussiez envoyer à Suez ou au grand Caire quelque homme adroit
qui eût votre confiance, avec lequel je pusse conférer.

BONAPARTE.



Au Caire, le 6 pluviose an 7 (25 janvier 1799).

_Au sultan de la Mecque._

J'ai reçu la lettre que vous m'avez écrite, et j'en ai compris le
contenu. Je vous envoie le règlement que j'ai fait pour la douane de
Suez, et mon intention est de le faire exécuter ponctuellement. Je ne
doute pas que les négocians de l'Hygiaz ne voient avec gratitude la
diminution des droits que j'ai faite pour le plus grand avantage du
commerce, et vous pouvez les assurer qu'ils jouiront ici de la plus
ample protection.

Toutes les fois que vous aurez besoin de quelque chose en Égypte, vous
n'avez qu'à me le faire savoir, et je me ferai un plaisir de vous donner
des marques de mon estime.

BONAPARTE.



Au Caire, le 6 pluviose an 7 (25 janvier 1799).

_Au général Berthier._

Vous partirez, citoyen général, le 10 pluviose, pour vous rendre à
Alexandrie: vous vous y embarquerez sur la frégate _la Courageuse_: vous
aurez avec vous deux bâtimens du convoi, bons voiliers, que j'ai fait
arranger à cet effet.

Dès l'instant que vous aurez rencontré quelque bâtiment qui vous aura
donné des nouvelles, vous m'en expédierez un sur Damiette, le lac
Bourlos ou même sur Alexandrie, si les vents l'y portaient. Vous
m'expédierez l'autre dès l'instant que vous aurez appris d'autres
nouvelles, ce que je désirerais être avant que vous ne touchassiez
aucune terre d'Europe.

Le plus sûr paraît être que vous vous dirigiez sur les côtes d'Italie du
côté du golfe de Tarente, du port de Crotone, et, si le temps le permet,
de remonter le golfe Adriatique jusqu'à Ancône. Soit que vous touchiez
à Corfou ou à Malte, ou dans un point quelconque, ne manquez pas de
m'envoyer toutes les nouvelles que vous pourriez avoir, en m'expédiant
des bâtimens, auxquels vous donnerez l'instruction spéciale de se
diriger sur Damiette.

Vous prendrez aussi des mesures pour que l'on nous envoie de l'une de
ces places des sabres, des pistolets, des fusils, dont vous savez que
nous avons besoin.

Vous aurez bien soin que la frégate qui vous portera, dès l'instant
qu'elle sera approvisionnée de ce qui pourrait lui manquer, reparte
sur-le-champ, se dirigeant sur Jaffa, et là elle saura où je suis.
Arrivée à Jaffa, elle mouillera au large et avec précaution, afin de
s'assurer si l'armée y est; si elle n'y était pas, elle se dirigerait
vers Damiette.

Si vous pouvez faire charger sur la frégate quelques armes, vous le
ferez; si les événemens qui se passeront sur le continent font que votre
présence n'y soit pas nécessaire, vous rejoindrez l'armée à la prochaine
mousson.

Vous remettrez les paquets que je vous envoie au gouvernement, et vous
remplirez la mission dont vous êtes chargé.

BONAPARTE.



Au Caire, le 7 pluviose an 7 (26 janvier 1799).

_Au général Kléber._

J'ai reçu, citoyen général, votre lettre du 3. Comme les lettres que
je reçois de Mansoura me font craindre que la maladie de la deuxième
demi-brigade ne soit contagieuse, je crois qu'il serait dangereux de la
mettre en libre communication avec les autres demi-brigades. Faites-vous
faire un rapport détaillé sur la situation de cette demi-brigade, et,
dans le cas où la maladie serait contagieuse, vous pourriez la renvoyer
à Mansoura: je la ferais remplacer à votre division par un bataillon de
la vingt-cinquième demi-brigade.

BONAPARTE.



Au Caire, le 9 pluviose an 7 (28 janvier 1799).

_Au général Marmont._

J'imagine, citoyen général, que vous aurez changé la manière de faire le
service d'Alexandrie. Vous aurez placé aux différentes batteries et aux
forts de petits postes stables et permanens: ainsi, par exemple, à la
hauteur de l'observatoire, à la batterie des bains, vous aurez placé
douze à quinze hommes qui ne devront pas en sortir, et que vous
tiendrez là sans communication. Ces douze à quinze hommes fourniront le
factionnaire nécessaire pour garder le poste. La position de la mer vous
dispense d'avoir aujourd'hui une grande surveillance; vous vous trouvez
ainsi avoir besoin de fort peu de monde. Pourquoi avez-vous des
grenadiers pour faire le service en ville? Je ne conçois rien à
l'obstination du commissaire des guerres Michaux à rester dans sa
maison, puisque la peste y est. Pourquoi ne va-t-il pas camper sur un
monticule du côté de la colonne de Pompée?

Tous vos bataillons sont, l'un de l'autre, au moins à une demi-lieue. Ne
tenez que très-peu de chose dans la ville, et, comme c'est le poste le
plus dangereux, n'y tenez point de troupe d'élite... Mettez le bataillon
de la soixante-quinzième sous ces arbres où vous avez été long-temps
avec la quatrième d'infanterie légère. Qu'il se baraque là en
s'interdisant toute communication avec la ville et l'Égypte. Mettez le
bataillon de la quatre-vingt-cinquième du côté du Marabou: vous pourrez
facilement l'approvisionner par mer. Quant à la malheureuse demi-brigade
d'infanterie légère, faites-la mettre nue comme la main, faites-lui
prendre un bon bain de mer; qu'elle se frotte de la tête aux pieds;
qu'elle lave bien ses habits, et que l'on veille à ce qu'elle se tienne
propre. Qu'il n'y ait plus de parade; qu'on ne monte plus de garde que
chacun dans son camp. Faites faire une grande fosse de chaux vive pour y
jeter les morts.

Dès l'instant que, dans une maison française, il y a la peste, que les
individus se campent ou se baraquent; mais qu'ils fuient cette maison
avec précaution, et qu'ils soient mis en réserve en plein champ. Enfin,
ordonnez qu'on se lave les pieds, les mains, le visage tous les jours,
et qu'on se tienne propre.

Si vous ne pouvez pas garantir la totalité des corps où cette maladie
s'est déclarée, garantissez au moins la majorité de votre garnison. Il
me semble que vous n'avez encore pris aucune grande mesure proportionnée
aux circonstances. Si je n'avais pas à Alexandrie des dépôts dont je ne
puis me passer, je vous aurais déjà dit: partez avec votre garnison, et
allez camper à trois lieues dans le désert. Je sens que vous ne pouvez
pas le faire. Approchez-en le plus près que vous pourrez. Pénétrez-vous
de l'esprit des dispositions contenues dans la présente lettre;
exécutez-les autant que possible, et j'espère que vous vous en trouverez
bien.

BONAPARTE.



Au Caire, le 9 pluviose an 7 (28 janvier 1799).

_Au contre-amiral Ganteaume._

Je reçois, citoyen général, votre lettre du 5. L'intention où vous êtes
de vouloir suivre vous-même l'expédition de Cosseir fait honneur à votre
zèle; mais j'ai besoin de vos lumières pour une expédition considérable.
Vous savez que, lorsque je vous ai envoyé à Suez, j'espérais que vous
seriez de retour du 20 au 30: nous sommes au 10, et vous n'êtes pas
encore parti. Les événemens arrivés à _la Castiglione_ me persuadent
qu'une fois parti, je ne vous verrai plus d'ici à deux mois; et les
événemens sont tels, que je ne puis me passer de vous. Donnez les
instructions nécessaires à l'officier qui commandera l'expédition, et
rendez-vous de suite au Caire, où je vous attends avant le 15. Vous
pouvez ramener mes vingt-cinq guides. J'écris au général Junot de
compléter votre escorte au moins à cinquante ou soixante hommes.

Donnez au commandant des armes et à Feraud toutes les instructions
nécessaires à votre départ. Je désirerais que la construction de la
goëlette pût être tellement en train d'ici au 20, que le citoyen Feraud,
avec un petit détachement d'ouvriers, pût être disponible pour se porter
ailleurs.

Un gros brick anglais a fait côte à Bourlos. Sur cinquante-six hommes
d'équipage, quarante se sont noyés, et seize sont en notre pouvoir. Je
les attends à chaque instant. Ils nous donneront des renseignemens sur
les mouvemens des Anglais. Il paraît que, cette année, les temps sont
terribles.

BONAPARTE.



Au Caire, le 10 pluviose an 7 (29 janvier 1799).

_Au payeur-général._

Vous passerez, citoyen, les douze actions de la compagnie d'Égypte qui
appartiennent à la république, à la disposition des citoyens:
Boyer, chef de brigade de la dix-huitième; Darmagnac, _id._ de la
trente-deuxième; Conroux, _id._ de la soixante-unième; Lejeune, _id._
de la vingt-deuxième; Delorgne, _id._ de la treizième; Grezins,
adjudant-général; Maugras, chef de brigade de la soixante-quinzième;
le chef de la neuvième; Venoux, _id._ de la vingt-cinquième; Duvivier,
colonel du quatorzième de dragons; Bron, _id._ du troisième; Pinon,
_id._ du quinzième, à titre de gratification extraordinaire.

Dix actions existent dans votre caisse; je donne à l'administrateur des
finances l'ordre de s'arranger avec la compagnie d'Égypte pour avoir les
deux autres.

BONAPARTE.



Au Caire, le 11 pluviose an 7 (30 janvier 1799).

_Au citoyen Poussielgue._

La femme Selti-Nefsi, veuve d'Ali-Bey et femme actuelle de Mourad-Bey,
conservera la partie de ses biens qui lui vient d'Ali-Bey: je veux
par-là donner une marque d'estime pour la mémoire de ce grand homme.

BONAPARTE.



Au Caire, le 11 pluviose an 7 (30 janvier 1799).

_Au divan du Caire._

J'ai reçu votre lettre du 10 pluviose. Non-seulement j'ai ordonné à
l'aga des janissaires et aux agens de la police de publier que l'on
jouira, pendant la nuit du Rhamadan, de toute la liberté d'usage, mais
encore je désire que vous-même fassiez tout ce qui peut dépendre de vous
pour que le Rhamadan soit célébré avec plus de pompe et de ferveur que
dans les autres années.

BONAPARTE.



Au Caire, le 13 pluviose an 7 (31 janvier 1799).

_Au général Kléber._

L'état-major, citoyen général, vous fera passer l'ordre de mouvement
pour l'occupation d'El-Arich. Pour y arriver, vous avez deux ennemis à
vaincre, la faim et la soif, et les ennemis qui sont à Gaza, et qui, en
deux jours, peuvent retourner à El-Arich.

Vous direz aux gens du pays que vous pourriez rencontrer, que vous
n'avez ordre d'occuper qu'El-Arich, Kan-Iounes, et de chasser
Ibrahim-Bey; que c'est à lui seul que vous en voulez.

Les moyens de transport que vous avez dans ce moment-ci à Catieh peuvent
seuls décider de la quantité de troupes que vous pourrez envoyer à
El-Arich. L'avant-garde du général Reynier épuisera tous les moyens de
transport: car il est indispensable que les soldats portent pour trois
jours sur eux, et qu'il ait avec lui un convoi qui assure la subsistance
pour douze jours.

Arrivé à Kan-Iounes, vous pouvez écrire à Abdallah-Pacha que le bruit
public nous a instruits que le grand-seigneur l'avait nommé pacha
d'Égypte; que si cela est vrai, nous avons lieu d'être étonnés qu'il
ne soit pas venu; que nous sommes les amis du grand-seigneur; que vous
n'avez aucune intention hostile contre lui; que vous n'avez ordre de moi
que d'occuper le reste de l'Égypte, et de chasser Ibrahim-Bey; que vous
ne doutez pas que, s'il me fait connaître l'ordre qui le nomme pacha
d'Égypte, je ne le reçoive avec tous les honneurs dus à son poste; que,
du reste, vous êtes persuadé que, s'il est véritablement officier de la
Sublime-Porte, il n'a rien de commun avec un tyran tel qu'Ibrahim-Bey, à
la fois ennemi de la république française et de la Sublime-Porte.

Les divisions Bon et Lannes, la cavalerie et le parc de réserve sont
en mouvement; je compte partir moi-même le 17. Je suivrai la route
de Birket-el-Haldji, Belbeis, Corice, Salahieh, le pont Kautaxeh et
Cathieh. Vous m'enverrez par cette route les rapports que vous aurez à
me faire.

BONAPARTE.



Au Caire, le 15 pluviose an 7 (3 février 1799).

_Au général Desaix._

Votre dernière lettre que j'ai reçue hier, citoyen général, est datée
du 16 nivose. Je n'ai eu depuis aucune nouvelle de vos opérations
ultérieures.

Le général Davoust m'a écrit de Syout le 23 nivose: il m'a annoncé le
succès qu'il a obtenu sur les différens rassemblemens de fellahs qui
s'étaient révoltés.

Depuis le 3 nivose nous sommes à Catieh et nous y avons établi un fort
et des magasins assez considérables.

Le général Reynier part le 16 de Catieh pour se rendre à El-Arich.

Une grande partie de l'armée est en mouvement pour traverser les déserts
et se présenter sur les frontières de Syrie.

Le quartier-général va incessamment se mettre en marche.

Mon but est de chasser Ibrahim-Bey du reste de l'Égypte, dissiper les
rassemblemens de Gaza, et punir Ibrahim-Bey de sa mauvaise conduite.

Le citoyen Collot, lieutenant de vaisseau, est parti avec quatre
chaloupes canonnières de Suez, portant quatre-vingts hommes de
débarquement: il a ordre de croiser devant Cosseir et même de s'en
emparer. Dès l'instant qu'il aura effectué son débarquement, il vous en
préviendra en vous expédiant des Arabes. De votre côté, expédiez d'Esneh
des hommes, pour pouvoir être instruit de son arrivée, correspondre avec
lui et lui envoyer des vivres dont il pourrait se trouver avoir besoin.

Défaites-vous, par tous les moyens et le plus tôt possible, de ces
vilains mameloucks.

BONAPARTE.



Au Caire, le 17 pluviose an 7 (5 février 1799).

_Au général Kléber._

Nous avons reçu enfin, citoyen général, des nouvelles de France. Un
bâtiment ragusais, chargé de vins, est arrivé, ayant à son bord les
citoyens Hamelin et Liveron. Ils apportent des lettres que je n'ai pas
encore reçues, parce que Marmont m'a écrit par un Arabe.

Jourdan a quitté le corps législatif, et commande l'armée sur le Rhin.
Le congrès de Rastadt était toujours au même point: on y parlait
beaucoup sans avancer.

Joubert commande l'armée d'Italie. Schawenburg commande à Malte.
Pléville est parti pour Corfou. Passwan-Oglou a détruit entièrement
l'armée du capitan-pacha, et est maître d'Andrinople.

_La Marguerite_, expédiée après la prise d'Alexandrie, et _la
Petite-Cisalpine_, expédiée de Rosette un mois après le combat
d'Aboukir, sont toutes deux arrivées.

Descoutes était en route pour Constantinople.

Au commencement de novembre, l'ambassadeur turc à Paris faisait encore
ses promenades à l'ordinaire.

Les Espagnols, au nombre de vingt-quatre vaisseaux, se laissent bloquer
par seize vaisseaux anglais.

On a pris des mesures pour recruter les armées: il paraît que l'on a
requis tous les jeunes gens de dix-huit ans, que l'on a appelés les
_conscrits_.

Les choses de l'intérieur sont absolument dans le même état que lorsque
nous sommes partis: on ne remarque, dans l'allure du gouvernement, que
le changement qu'a pu y apporter le nouveau membre qui y est entré.

Le général Humbert, avec quinze cents hommes, est arrivé en Irlande. Il
a réuni quelques Irlandais autour de lui, et, quinze jours après, a été
fait prisonnier avec toute sa troupe.

On arme en Europe de tous côtés; cependant on ne fait encore que se
regarder.

Je retarde mon départ de deux jours, afin de recevoir des lettres avant
de partir.

La trente-deuxième doit être arrivée à Catieh. Le général Bon, avec le
reste de sa division, est à Salahieh. Si des événemens pressans vous
rendaient un secours nécessaire, vous lui écririez: il n'aurait pas
besoin de mon ordre pour marcher à vous.

BONAPARTE.



Au Caire, le 17 pluviose an 7 (5 février 1799).

_Au général Marmont._

J'ai reçu, citoyen général, la lettre que vous m'avez écrite le 7,
m'annonçant l'arrivée du citoyen Hamelin à Alexandrie. Toutes les
troupes dans ce moment-ci traversent le désert, et j'étais moi-même sur
le point de partir. Je retarde mon départ pour voir le citoyen Hamelin,
ou recevoir au moins les lettres de Livourne et de Gênes que vous
m'annoncez.

Vous ferez sortir un parlementaire, par lequel vous préviendrez le
commandant anglais que plusieurs avisos anglais ont, à différentes
époques, échoué sur la côte; que nous avons sauvé les équipages; qu'ils
sont dans ce moment-ci au Caire, où ils sont traités avec tous les
égards possibles; que, ne les regardant pas comme prisonniers, je les
lui enverrai incessamment.

BONAPARTE.



Au Caire, le 20 pluviose an 7 (8 février 1799).

_Au citoyen Poussielgue._

Je donne ordre au payeur d'envoyer un de ses préposés sur une djerme
armée à Mehal-el-Kebir et Menouf, pour ramasser l'argent et le rapporter
au Caire le plus promptement possible.

Donnez ordre à l'agent de la province de Gizeh de se mettre en course
pour lever le deuxième tiers du miri.

Pressez de tous vos moyens la rentrée du premier tiers que doivent payer
les adjudicataires. Joignez-y tout ce que rend la monnaie et tout ce
que doit rendre l'enregistrement; car il est indispensable que vous
ramassiez, d'ici au 1er ventose, 500,000 fr., et que vous me les fassiez
passer à l'armée. Ils seront escortés par un adjudant-général de
l'état-major et le troisième bataillon de la trente-deuxième, qui ont
ordre de partir le 30.

Envoyez des exprès de tous côtés, et écrivez que l'on active la rentrée
des impositions.

Donnez ordre à Damiette pour que l'on recouvre les 150,000 fr. qui
restent à recouvrer, et que l'on fasse rentrer le deuxième tiers du
miri; de manière que le payeur de cette place puisse nous envoyer le 30,
par Tineh et Catieh, 200,000 fr.

Donnez ordre également que les impositions se lèvent dans la Scharkieh,
de manière que l'on puisse nous envoyer, d'ici au 1er du mois prochain,
100,000 fr.

Vous sentez combien il est nécessaire que, surtout dans ce premier
moment, nous ayons de quoi subvenir à l'extraordinaire de l'expédition.

BONAPARTE.



Au Caire, le 20 pluviose an 7 (8 février 1799).

_Au Directoire exécutif._

Plusieurs généraux et officiers m'ayant fait connaître que leur santé ne
leur permettait point de continuer à servir dans ce pays-ci, surtout la
campagne redevenant plus active, je leur ai accordé la permission de
passer en France.

Je vous ai expédié et je vous expédie ces jours-ci plusieurs bâtimens
avec des courriers: j'espère que quelques-uns vous arriveront.

L'on nous annonce à l'instant l'arrivée à Alexandrie d'un bâtiment
ragusais chargé de vins, et porteur de lettres pour moi de Gênes et
d'Ancône: depuis huit mois c'est la première nouvelle d'Europe qui nous
arrive. Je ne recevrai ces lettres que dans deux ou trois jours, et je
désire bien vivement qu'il y en ait de vous, et du moins que je puisse
être instruit de ce qui se passe en Europe, afin de pouvoir guider ma
conduite en conséquence.

BONAPARTE.



Au Caire, le 21 pluviose an 7 (9 février 1799).

_Au général Marmont._

Vous verrez par l'ordre du jour, citoyen général, que tous les fonds des
provinces d'Alexandrie, de Rosette et de Bahhireh doivent être versés
dans la caisse du payeur d'Alexandrie. Le citoyen Baude a été investi de
toute l'autorité du citoyen Poussielgue.

Le commissaire Michaud est investi de toute l'autorité de l'ordonnateur
en chef sur l'administration de ces trois provinces, dont les fonds
seront exclusivement destinés à pourvoir à vos services.

Ordonnez que le troisième bataillon de la soixante-quinzième se
réunisse, avec deux bonnes pièces d'artillerie, à Damanhour; que cette
colonne puisse se porter dans toute cette province, et même dans
celle de Rosette, pour lever les impositions et punir ceux qui ce
comporteraient mal. Cette mesure aura l'avantage de tirer tout le parti
possible de ces deux provinces; détenir une bonne réserve éloignée de
l'épidémie d'Alexandrie; et, selon les événemens, vous la feriez revenir
à Alexandrie, où sa présence relèverait le moral de toute la garnison:
car il est d'axiome que, dans l'esprit de la multitude, lorsque l'ennemi
reçoit des renforts, elle doit en recevoir pour se croire égalité de
force; et, enfin, s'il arrivait quelque événement dans le Delta, ce
bataillon pourrait s'y porter, et être d'un grand secours.

Mettez-vous en correspondance avec le général Lanusse, qui commande à
Menouf, et le général Fugières, qui commande à Mehal-el-Kebir. Ne vous
laissez point insulter par les Arabes. Le bon moyen de faire finir
votre épidémie, est peut-être de faire marcher vos troupes. Saisissez
l'occasion, et calculez une opération de quatre à cinq cents hommes sur
Mariout: cela sera d'autant plus essentiel, que, partant demain pour me
rendre en Syrie, l'idée de mon absence pourrait les enhardir.

Si des événemens supérieurs arrivaient, le commandant de Rosette doit se
retirer dans le fort de Catieh, qui doit être approvisionné pour cinq
ou six mois. Maître de ce fort, il le serait de la bouche du Nil, et
dès-lors empêcherait de rien faire de grand contre l'Égypte. Faites donc
armer et approvisionner le fort de Raschid; mettez dans le meilleur état
celui d'Aboukir, et profitez de tous les moyens possibles et du temps
qui vous reste d'ici au mois de juin, pour mettre Alexandrie à l'abri
d'une attaque de vive force pendant, 1°. cinq a six jours qu'une armée
puisse débarquer et l'investir; 2°. quinze jours pour qu'elle commence
le siège; 3°. quinze à vingt jours de siège.

Vous sentez que, lorsque cette opération pourrait être possible, je ne
serais pas éloigné de dix jours de marche d'Alexandrie.

Faites lever exactement la carte des provinces de Bahhireh, Rosette et
Alexandrie, et dès l'instant qu'elle sera faite, envoyez-la moi, afin
qu'elle puisse me servir si votre province devenait le théâtre de plus
grands événemens.

Dans ce moment-ci, la saison ne permet pas aux Anglais de rien faire de
dangereux. Envoyez-moi des Arabes par Damiette et par le Caire pour me
donner de vos nouvelles: dans ces deux villes, on saura où je me trouve.

Je vous envoie la relation de la fête du Rhamadan et une proclamation du
divan du Caire. Il est bon de répandre l'une et l'autre non-seulement
dans votre province, mais encore par les bâtimens qui partiront.

Je ne puis pas vous donner une plus grande marque de confiance qu'en
vous laissant le commandement du poste le plus essentiel de l'armée.

Le citoyen Hamelin est arrivé hier: j'ai trouvé beaucoup de
contradictions dans tout ce qu'il a appris en route et j'ajoute peu
de foi à toutes les nouvelles qu'il donne comme les ayant apprises en
route: la situation de l'Europe et de la France jusqu'au 10 novembre me
paraissait assez satisfaisante.

J'apprends qu'il est arrivé un nouveau bâtiment venant de Candie:
interrogez-le avec le plus grand soin, et envoyez-moi les demandes et
les réponses. Informez-vous de l'escadre russe.

Quoique je croie que nous soyons en paix avec Naples et l'empereur,
cependant je vous autorise à retarder, sous différens prétextes, le
départ des bâtimens napolitains, impériaux, livournais; concertez-vous
avec le citoyen Leroy, et envoyez-en moi l'état: nous acquerrons tous
les jours des renseignemens plus certains.

BONAPARTE.



Au Caire, le 21 pluviose an 7 (9 février 1799).

_Au général Dugua._

Vous prendrez, citoyen général, le commandement de la province du Caire.

Les dépôts des divisions Bon et Reynier gardent la citadelle avec deux
compagnies de vétérans.

Il y a à la citadelle des approvisionnemens de réserve pour nourrir
pendant cinq à six mois la garnison et l'hôpital qui s'y trouvent.

Il y a au fort Dupuy un détachement de la légion maltaise et de
canonniers.

Le fort Sullowski est gardé par les dépôts du septième de hussards et du
vingt-deuxième de chasseurs.

Le fort Camin est gardé par un détachement du quatorzième de dragons.

La tour du fort de l'institut est gardée par un détachement des dépôts
de la division Lannes, ainsi que le fort de la Prise d'eau, et de la
maison d'Ibrahim-Bey. Dans cette dernière est notre grand hôpital.

Tous nos établissemens d'artillerie sont à Gizeh, ainsi que les dépôts
de la division du général Desaix.

Tous les Français sont logés autour de la place Esbequieh. J'y laisse un
bataillon de la soixante-neuvième, un de la quatrième légère et un de la
trente-deuxième.

Le bataillon de la quatrième partira le 24, une compagnie de canonniers
marins, le 27, et le bataillon de la trente-deuxième, le 30 pluviose.
J'ai désigné le 30 pour le départ de ce bataillon, parce que je suppose
que le général Menou sera arrivé à cette époque avec la légion nautique.
Si elle n'était pas arrivée, vous garderez ce bataillon jusqu'à son
arrivée, et dans ce cas vous feriez escorter le trésor qu'on doit
envoyer à l'armée, par un détachement qui ira jusqu'à Belbeis.

Je laisse à Boulac tous les dépôts de dragons, ce qui, avec les dépôts
des régimens de cavalerie légère, forme près de 300 hommes. Il leur
reste à tous quelques chevaux; il en arrive d'ailleurs journellement que
vous leur ferez distribuer.

La première opération que vous aurez à faire est de réunir chez vous les
commandans des différens dépôts, de passer la revue de leurs magasins,
et de prendre toutes les mesures afin que chacun de ces régimens puisse,
en cas d'alerte, monter, tant bien que mal, un certain nombre de
chevaux.

Ce sont principalement les selles qui manquent. Il y a à Boulac un
atelier qui a déjà reçu 6,000 fr. et qui doit en fournir quatre cents,
à trente par décade. Vous ne recevrez que des selles très-bonnes,
puisqu'on les paie très-cher. Le quatorzième de dragons a deux cents
selles qui sont en quarantaine à Rosette depuis vingt-cinq jours, et qui
doivent être ici avant la fin du mois.

On doit monter à Gizeh au moins cinq à six cents sabres par jour; vous
les ferez donner aux dépôts de cavalerie qui en ont le plus besoin. Vous
passerez une réforme des chevaux, et je vous autorise à faire vendre au
profit des masses des régimens de cavalerie tous les chevaux hors d'état
de servir.

Il y a dans la province du Caire cinq tribus principales d'Arabes:

Les Billy: c'est la plus nombreuse; elle est en paix avec nous, elle a
dans ce moment-ci son chef et plus de deux cents chameaux à l'armée.

Les Joualka: nous sommes en paix avec eux. Les fils des deux principaux
scheicks sont en ce moment en ôtage chez Zulvekias, commissaire près le
divan.

Les Terrabins; nous sommes en paix avec eux. Ils ont leurs scheicks et
presque tous leurs chameaux dans les convois de l'armée.

Enfin, les Aouatah et les Haydé, qui sont nos ennemis. Nous avons brûlé
leurs villages, détruit leurs troupeaux. Ils sont dans le fond du
désert, mais ils pourraient revenir faire des brigandages aux environs
du Caire.

Il faut que les forts Camin, Sullowski et Dupuy leur tirent des coups de
canon, quand ils approchent de trop près.

Il faut toujours avoir un bâtiment armé, embossé plus bas que la ville,
près du rivage, de manière à pouvoir tirer dans la plaine.

Il faut de temps en temps envoyer cent hommes à Kelioubeh, avec une
petite pièce de canon, tant pour lever le miri, que pour connaître si
ces Arabes sont retournés, et pouvoir les investir et surprendre leur
camp.

Il faut aussi, de temps en temps, réunir une centaine d'hommes à Giza,
faire une tournée surtout dans le nord de la province, lever le miri, et
donner la chasse aux Arabes.

Je désirerais que, dès que le général Leclerc sera arrivé à Gizeh, vous
l'envoyassiez avec cent hommes de Jerich et cinquante hommes de la
garnison du Caire, faire, dans le nord de sa province, une tournée de
cinq à six jours. Vous régleriez sa marche de manière à être instruit
tous les jours où il se trouverait, afin de pouvoir le rappeler, si les
circonstances l'exigeaient.

Le divan du Caire a une influence réelle dans la ville, et est composé
d'hommes bien intentionnés; il faut le traiter avec beaucoup d'égards et
avoir une confiance particulière dans le commissaire Zulvekias et dans
le scheick Madich.

L'intendant-général cophte, le chef des marchands de Damas,
Michaël-Kebil, que vous pouvez consulter secrètement lorsque vous aurez
quelques inquiétudes, pourront vous donner des renseignemens sur ce qui
se passerait dans la ville.

S'il y avait des troubles dans la ville, il faudrait vous adresser
au petit divan, réunir même le divan général. Ils réussiront à tout
concilier en leur témoignant de la confiance; enfin, prendre toujours
des mesures de sûreté, telles que consigner la troupe, redoubler les
gardes du quartier français, y placer quelques petites pièces de canon,
mais n'arriver à faire bombarder la ville par le fort Dupuy et la
citadelle qu'à la dernière extrémité: vous sentez le mauvais effet que
doit produire une telle mesure sur l'Égypte et dans tout l'Orient.

S'il arrivait des événemens imprévus à Alexandrie et à Damiette, vous y
feriez marcher le général Lanusse et même le général Fugières.

Si vous veniez à craindre quelque ruse de la populace du Caire, vous
feriez venir le général Lanusse de Menouf; il viendrait sur l'une et
l'autre rive, et son arrivée ferait beaucoup d'effet dans la ville.

J'ai donné des fonds au génie, à l'artillerie et à l'ordonnateur pour
tout le service de ventose.

Vous correspondrez avec moi par des Arabes, et par tous les convois qui
partiront.

Quels que soient les événemens qui se passent dans la Scharkieh,
vingt-cinq hommes partant de nuit arriveront toujours à Birket-el-Hadji,
à Belbeis et à Salahieh.

Le commandant des armes à Boulac vous remettra l'état des bâtimens armés
que vous avez sur le Nil. Il est nécessaire que ces bâtimens fassent un
service de plus en plus actif.

Le payeur a ordre de tenir à votre disposition 2,000 fr. par décade,
pour payer les courriers que vous m'expédierez.

BONAPARTE.



Au Caire, le 22 pluviose an 7 (10 février 1799).

_Au général Desaix._

Je suis fort impatient de recevoir de vos nouvelles, quoique la voix
publique nous apprenne que vous ayez battu les mameloucks; et que vous
en ayiez détruit un grand nombre.

Les généraux Kléber et Reynier sont à El-Arich; je pars à l'instant
même pour m'y rendre. Mon projet est de pousser Ibrahim-Bey au-delà des
confins de l'Égypte, et de dissiper les rassemblemens du pacha qui sont
faits à Gaza.

Écrivez-moi par le Caire, en m'envoyant des Arabes droit à El-Arich.

Le citoyen Collot, lieutenant de vaisseau, est parti le 12 de ce moi,
avec un très-bon vent, de Suez avec les chaloupes canonnières, portant
quatre-vingts hommes de débarquement pour se rendre à Cosseir: on
m'écrit de Suez, qu'à en juger par le temps qu'il a fait, il doit être
arrivé le 16. Écrivez-lui par des Arabes, et procurez-lui tous les
secours que vous pourrez.

Les citoyens Hamelin et Liveron sont arrivés, le 7 pluviose, à
Alexandrie: ils étaient partis le 24 octobre de Trieste; le 3 novembre,
d'Ancône, et le 28 nivose, de Navarino, en Morée, où ils ont resté
mouillés fort long-temps; ils sont venus sur un bâtiment chargé de
vin, d'eau-de-vie et de draps. À leur départ d'Europe, tout était
parfaitement tranquille en France; le congrès de Rastadt durait
toujours; le corps législatif paraissait avoir repris un peu plus de
dignité et de considération, et avoir dans les affaires un peu plus
d'influence que lorsque nous sommes partis. On avait fait une loi pour
le recrutement de l'armée. Tous les jeunes gens, depuis dix-huit ans,
avaient été divisés en cinq conscriptions militaires.

Voulant activer les négociations de Rastadt, on avait envoyé Jourdan
commander l'armée du Rhin, Joubert, celle d'Italie, et on avait demandé
à la première conscription 200,000 hommes: cela paraissait s'effectuer.

Presque tous les avisos que j'avais envoyés en France, étaient arrivés.

On avait appris en Europe la prise d'Alexandrie un mois avant la
bataille des Pyramides, et la bataille des Pyramides toujours avant le
combat d'Aboukir.

Le vaisseau _le Généreux_, qui s'était retiré à Corfou, a pris, en
différentes occasions, deux frégates anglaises et le vaisseau _le
Leander_, de 64: ce dernier s'est battu quatre heures.

Au 5 novembre, _la Cisalpine_ et deux autres avisos que j'avais
expédiés, étaient en rade à Corfou, attendant, à chaque instant, le
retour de leur courrier pour remettre à la voile et revenir ici.

Une escadre russe bloquait Corfou; les habitans s'étaient réunis à la
garnison, forte de quatre mille hommes. Le blocus n'a pas empêché la
frégate _la Brune_ d'y entrer le 20 novembre. L'ancien ministre de la
marine Pléville est à Corfou, où il cherche à réunir le reste de notre
marine. Descoutes est parti, le 15 octobre, pour Constantinople, comme
ambassadeur extraordinaire.

Dès l'instant que l'on a su à Londres que toute notre armée avait
débarqué en Égypte, il y a eu en Angleterre une espèce de délire.

Nos dignes alliés, les Espagnols, avaient vingt-quatre vaisseaux dans le
port de Cadix, et ils étaient bloqués par seize.

L'Angleterre a déclaré la guerre à toutes les républiques italiennes.

Le général Humbert, que vous connaissez bien, a eu la bonté de doubler
l'Écosse et de débarquer avec deux à trois mille hommes en Irlande.
Après avoir obtenu quelques avantages, il s'est laissé investir et a été
fait prisonnier; l'adjudant-général Sarrasin était avec lui. Il me
fâche de voir, dans une opération aussi ridicule, le brave troisième de
chasseurs.

L'escadre de Brest était très-belle.

Les Anglais bloquaient Malte, mais plusieurs bâtimens chargés de vivres
y étaient déjà entrés.

On était très-indisposé à Paris contre le roi de Naples.

Ne donnez pas de relâche aux mameloucks, détruisez-les par tous les
moyens possibles.

Faites construire un petit fort capable de contenir deux à trois cents
hommes, et capable d'en contenir un plus grand nombre dans l'occasion,
dans l'endroit le plus favorable que vous pourrez, et il faut le choisir
près d'un pays fertile.

Le but de ce fort serait de pouvoir réunir là nos magasins et nos
bâtimens armés, afin que dans le mois de mai ou de juin, votre division
devenant nécessaire ailleurs, on puisse laisser un général avec quatre
ou cinq djermes armées, qui, de là, tiendra en respect toute la
Haute-Égypte. Il y aura des fours et des magasins, de sorte que quelques
bataillons de renfort le mettraient dans le cas de soumettre les
villages qui se seraient révoltés, ou de chasser les mameloucks qui
seraient revenus. Sans cela, vous sentez que si votre division est
nécessaire ailleurs, cent mameloucks peuvent revenir et s'emparer de la
Haute-Égypte; ce qui n'arrivera pas si les habitans voient toujours des
troupes françaises, et dès-lors peuvent penser que votre division n'est
absente que momentanément. Je désirerais, si cela est possible, qu'un
fort fût à même de correspondre facilement avec Cosseir.

Je fais construire, dans ce moment, deux corvettes à Suez, qui porteront
chacune douze pièces de canon de 6. Mettez la main, le plus tôt
possible, à la construction de votre fort; prenez là vos larges. Assurez
le nombre de pièces nécessaires pour armer votre fort. Je désire, si
cela est possible, qu'il soit en pierre.

BONAPARTE.



Au Caire, le 11 pluviose an 7 (10 février 1799).

_Au Directoire exécutif._

Un bâtiment ragusais est entré le 7 pluviose dans le port d'Alexandrie:
il avait à bord les citoyens Hamelin et Liveron, propriétaires du
chargement du bâtiment, consistant en vins, vinaigre et draps: il m'a
apporté une lettre du consul d'Ancône en date du 11 brumaire, qui ne
me donne point d'autre nouvelle que de me faire connaître que tout est
tranquille en Europe et en France; il m'envoie la série des journaux de
Lugano depuis le n°. 36 (3 septembre) jusqu'au n°. 43 (22 octobre),
et la série du _Courrier de l'armée d'Italie_, qui s'imprime à Milan,
depuis le n°. 219 (14 vendémiaire) jusqu'au n°. 280 (6 brumaire).

Le citoyen Hamelin est parti de Trieste le 24 octobre, a relâché à
Ancône le 3 novembre et est arrivé a Navarino, d'où il est parti le 22
nivose.

J'ai interrogé moi-même le citoyen Hamelin, et il a déposé les faits
ci-joints.

Les nouvelles sont assez contradictoires: depuis le 18 messidor je
n'avais pas reçu de nouvelles d'Europe.

Le 1er. novembre, mon frère est parti sur un aviso. Je lui avais ordonné
de se rendre à Crotone ou dans le golfe de Tarente: j'imagine qu'il est
arrivé.

L'ordonnateur Sucy est parti le 26 frimaire.

Je vous expédie plus de soixante bâtimens de toutes les nations et par
toutes les voies: ainsi vous devez être bien au fait de notre position
ici.

Nous avons appris par Suez que six frégates françaises, qui croisent à
l'entrée de la mer Rouge, avaient fait pour plus de 20,000,000 de prises
aux Anglais.

Je fais construire dans ce moment-ci une corvette à Suez, et j'ai ma
flottille de quatre avisos, qui navigue dans la mer Rouge.

Les Anglais ont obtenu de la Porte que Djezzar-Pacha aurait, outre
son pachalic d'Acre, celui de Damas. Ibrahim-Pacha, Abdallah-Pacha et
d'autres pachas sont à Gaza, et menacent l'Égypte d'une invasion: je
pars dans une heure pour aller les trouver. Il faut passer neuf jours
d'un désert sans eau ni herbes; j'ai ramassé une quantité assez
considérable de chameaux, et j'espère que je ne manquerai de rien. Quand
vous lirez cette lettre, il serait possible que je fusse sur les ruines
de la ville de Salomon.

Djezzar-Pacha est un vieillard de soixante-dix ans, homme féroce, qui a
une haine démesurée contre les Français; il a répondu avec dédain aux
ouvertures amicales que je lui ai fait faire plusieurs fois. J'ai, dans
l'opération que j'entreprends, trois buts:

1°. Assurer la conquête de l'Égypte en construisant une place forte
au-delà du désert, et dès-lors éloigner tellement les armées de quelque
nation que ce soit, de l'Égypte, qu'elles ne puissent rien combiner avec
une armée européenne qui viendrait sur les côtes.

2°. Obliger la Porte à s'expliquer, et par-là appuyer la négociation que
vous avez sans doute entamée, et l'envoi que je fais à Constantinople du
citoyen Beauchamp sur la caravelle turcque.

3°. Enfin ôter à la croisière anglaise les subsistances qu'elle tire de
Syrie, en employant les deux mois d'hiver qui me restent à me rendre,
par la guerre et la diplomatie, toute cette côte amie.

Je me fais accompagner dans cette course du molah, qui est, après le
muphti de Constantinople, l'homme le plus révéré dans l'empire musulman;

Des quatre scheicks des principales sectes; de l'émir Hadji ou prince de
la caravane.

Le rhamadan, qui a commencé hier, a été célébré de ma part avec la plus
grande pompe. J'ai rempli les mêmes fonctions que remplissait le pacha.

Le général Desaix est à plus de cent soixante lieues du Caire, près des
Cataractes. Il fait des fouilles sur les ruines de Thèbes. J'attends à
chaque instant les détails officiels d'un combat qu'il aurait eu contre
Mourad-Bey, qui aurait été tué et cinq à six beys faits prisonniers.

L'adjudant-général Boyer a découvert dans le désert, du côté du Fayoum,
des mines qu'aucun Européen n'avait encore vues.

Le général Andréossi et le citoyen Berthollet sont de retour de leur
tournée aux lacs de Natron et aux couvens des Cophtes. Ils ont fait des
découvertes extrêmement intéressantes; ils ont trouvé d'excellent natron
que l'ignorance des exploiteurs empêchait de découvrir. Cette branche
de commerce de l'Égypte deviendra encore par-là plus importante. Par le
premier courrier, je vous enverrai le nivellement du canal de Suez, dont
les vestiges se sont parfaitement conservés.

Il est nécessaire que vous nous fassiez passer des armes et que vos
opérations militaires et diplomatiques soient combinées de manière que
nous recevions des secours: les événemens naturels font mourir du monde.

Une maladie contagieuse s'est déclarée depuis deux mois à Alexandrie:
deux cents hommes en ont été victimes. Nous avons pris des mesures pour
qu'elle ne s'étende pas: nous la vaincrons.

Nous avons eu bien des ennemis à combattre dans cette expédition:
déserts, habitans du pays; Arabes, mameloucks, Russes, Turcs, Anglais.

_Si, dans le courant de mars, le rapport du citoyen Hamelin m'était
confirmé, et que la France fût en guerre contre les rois, je passerais
en France._

Je ne me permets, dans cette lettre, aucune réflexion sur les affaires
de la république, puisque, depuis dix mois, je n'ai plus aucune
nouvelle.

Nous avons tous une entière confiance dans la sagesse et la vigueur des
déterminations que vous prendrez.

BONAPARTE.



Belbeis, le 23 pluviose an 7 (11 février 1799).

_Au général Kléber._

Je suis parti hier soir à dix heures et je suis arrivé à minuit à
Belbeis. Je reçois votre lettre du 19, et, deux heures après, celle du
20. Le parc d'artillerie est arrivé hier à Salahieh. J'ai ordonné que
le reste de la division Bon partît demain de Salahieh pour se rendre à
Catieh; la division Lannes ira ce soir à Corain, et demain à Salahieh;
toute la division de cavalerie du général Murat, forte de plus de mille
chevaux, part également, et sera demain soir à Salahieh; deux cents
chameaux chargés d'orge doivent être arrivés ou sont en chemin pour
Catieh. Nous ramassons dans la Scharkieh tous les chameaux nécessaires,
et nous cherchons tous les vivres que nous pouvons. Si les officiers de
marine ont trouvé un point de débarquement près d'El-Arich, et que l'un
des deux convois y arrive, je crois que nous serons bien, grâce au
mouvement que vous avez donné à Damiette pendant le peu de temps que
vous y êtes resté.

Quand je suis parti du Caire, le général Desaix avait détruit une partie
des mameloucks à trois journées des Cataractes. On disait trois beys
pris et Mourad-Bey tué depuis trois jours: cette nouvelle était celle
du Caire, et l'intendant-général l'avait presque reçue officiellement.
Ainsi, il est sûr qu'il y a eu une affaire.

BONAPARTE.



À Belbeis, le 23 pluviose an 7 (11 février 1799).

_Au général Bon._

Vous aurez reçu, citoyen général, l'ordre de vous rendre à Catieh: nous
passerons sans doute par la route du fort, où il y a de l'eau. Je suis
arrivé ici hier soir, et je repars ce matin. Je serai demain à Salahieh,
où j'espère recevoir de vos nouvelles.

Plusieurs convois de chameaux sont en route, et vont arriver à Catieh:
donnez les ordres pour qu'ils soient déchargés. Envoyez a Tineh pour
y prendre les vivres venant de Damiette qui y seraient en dépôt, et
faites-les filer le plus possible sur El-Arich.

BONAPARTE.



Catieh, le 26 pluviose an 7 (14 février 1799).

_Au général Ganteaume._

Il est nécessaire, citoyen général, que vous vous rendiez demain à Tineh
et à la bouche d'Omin Faredge.

Vous ferez passer des ordres au commandant de la marine, à Damiette,
pour le départ, par El-Arich, du citoyen Slendelet avec sa flottille.

Vous ferez partir pour El-Arich le convoi qui est à Tineh ou
Omin-Faredge, et qui est destiné pour El-Arich.

Vous activerez par tous les moyens possibles la navigation du lac
Menzaleh, qui, dans ce moment, est notre moyen principal pour
l'approvisionnement de l'armée.

Dès le moment que vous croirez que votre présence n'est plus nécessaire,
vous viendrez par terre à Catieh, et de-là au quartier-général.

BONAPARTE.



Catieh, le 26 pluviose an 5 (14 février 1799).

_Au général Kléber._

Le général Bon, avec le reste de sa division, citoyen général, part ce
matin pour se rendre à la première journée.

La cavalerie part ce matin pour le même endroit.

J'ignore encore si le convoi par mer pour El-Arich est parti; je ne sais
pas même si le convoi d'Omin-Faredge est arrivé à Tineh; cependant je le
présume, la journée d'hier ayant été favorable.

On a envoyé hier quarante chameaux à Tineh: je les attends ce matin, et
je ne partirai moi-même que lorsque je les aurai vu filer sur El-Arich.

Je fais partir deux cents chameaux appartenans au quartier-général, qui
viennent du Caire pour se charger à Tineh de tout ce qui pourrait y
rentrer, et, dans le cas où le convoi ne serait pas arrivé a Tineh, ils
iront jusqu'à Omin-Faredge.

Vous devez avoir reçu un convoi commandé par l'adjudant-général
Gillyvieux, un autre par l'adjudant-général Fouler: celui-ci est le
troisième Arabe que je vous expédie sur un dromadaire depuis que je suis
ici.

Je n'ai point de vos nouvelles depuis la lettre du général Reynier, que
vous m'avez envoyée il y a trois jours.

BONAPARTE.



Catieh, le 27 pluviose an 7 (15 février 1799).

_À l'adjudant-général Grezieux._

Vous allez partir pour Tineh, citoyen, avec 200 chameaux et cinquante
hommes d'escorte et une compagnie de dromadaires. Arrivé à Tineh, vous
ferez charger sur ces chameaux tout l'orge, le riz et le biscuit que
vous pourrez; vous presserez le départ du bataillon de la quatrième et
des trois compagnies de grenadiers de la dix-neuvième; vous écrirez
à l'adjudant-général Almeyras, commandant à Damiette, et vous lui
marquerez d'activer le plus possible le départ des convois de
subsistances pour Tineh. Vous m'expédierez de Tineh un Arabe sur un
dromadaire pour me rendre compte exactement de la situation des magasins
de Tineh, et me donner des nouvelles du Caire et de Damiette.

Vos chameaux chargés, vous vous rendrez à Catieh; vous y trouverez un
convoi de chameaux revenant à vide d'El-Arich; vous ferez charger dessus
cinquante mille rations de riz, de biscuit, et si le nombre des chameaux
n'était pas suffisant, vous prendriez dans les deux cents chameaux de
quoi assurer le transport de ces cinquante mille rations; vous partirez
avec ce convoi pour El-Arich, et vous remettrez les chameaux dont
vous n'aurez plus besoin. Avant de partir, vous donnerez l'ordre au
commandant de Catieh de faire filer continuellement sur El-Arich les
vivres qui arriveraient de Tineh, et de m'envoyer des exprès pour
m'instruire de sa situation, de celle de ses magasins et de celle de
Tineh.

BONAPARTE.

_P.S._ Si, à Tineh, il y avait des denrées pour charger plus de deux
cents chameaux, vous feriez un second voyage avec vos chameaux.

Le parc d'artillerie a ordre, dès l'instant qu'il sera arrivé, d'envoyer
cent chameaux à Tineh.



Catieh, le 27 pluviose an 7 (15 février 1799).

_À l'ordonnateur en chef._

L'adjudant-général Grezieux, qui part avec deux cents chameaux pour
Tineh, a ordre de faire un second voyage, si cela est nécessaire, pour
l'entière évacuation des magasins de Tineh. Le parc d'artillerie
qui arrive ce soir enverra cent chameaux à Tineh, et, si cela est
nécessaire, ces chameaux feront deux voyages.

Vous donnerez ordre au commissaire Sartelon de rester à Catieh jusqu'à
nouvel ordre, et de faire filer, avec la plus grande activité, sur
El-Arich tous les objets de subsistance qui se trouveraient à Catieh.

Il doit y avoir à Damiette, Menouf, Mehal-el-Kebir, une grande quantité
de son; faites filer le tout sur Catieh: ce point est le plus essentiel
tant pour avancer que pour la retraite, et doit être approvisionné par
tous les moyens possibles.

Vous renouvellerez les ordres à Salahieh, Belbeis et au Caire, de faire
filer avec activité des convois de biscuit, orge, fèves, son et riz sur
Catieh.

BONAPARTE.



Kan-Jounes, le 6 ventose an 7 (24 février 1799).

_Aux scheicks et ulemas de Gaza._

Arrivé à Kan-Jounes avec mon armée, j'apprends qu'une partie des
habitans de Gaza ont eu peur et ont évacué la ville. Je vous écris la
présente pour qu'elle vous serve de sauvegarde, et pour faire connaître
que je suis ami du peuple, protecteur des ulemas et des fidèles.

Si je viens avec mon armée à Gaza, c'est pour en chasser les troupes de
Djezzar-Pacha, et le punir d'avoir fait une invasion en Égypte.

Envoyez donc au devant de moi des députés, et soyez sans inquiétude pour
la religion, pour votre vie, vos propriétés et vos femmes.

BONAPARTE.



Ramleh, le 12 ventose an 7 (2 mars 1799).

_Au général Kléber._

Je pense que la lettre que vous avez fait écrire par votre capitaine des
Maugrabins pourra faire un bon effet. Joignez-y une sommation en règle
pour leur faire sentir que la place ne peut pas tenir.

Si vous pensez qu'un mouvement de votre division sur Jaffa en accélère
la reddition, je vous autorise à le faire. Si vous entrez dans la ville,
prenez toutes les mesures pour empêcher le pillage; vous placerez la
cavalerie en avant sur le chemin de Saint-Jean d'Acre.

Nous avons trouvé ici une assez grande quantité de magasins, surtout
beaucoup d'orge.

BONAPARTE.



Jaffa, le 12 ventose an 7 (2 mars 1799).

_Au contre-amiral Ganteaume._

Vous donnerez l'ordre qu'on fasse partir d'Alexandrie les troupes qui
s'y trouveraient sur les bâtimens de transport que l'on jugera les plus
propices.

Vous donnerez l'ordre au contre-amiral Perrée, s'il peut sortir
d'Alexandrie avec les trois frégates _la Junon_, _l'Alceste_ et _la
Courageuse_ et deux bricks, sans que l'ennemi s'en aperçoive, de se
rendre à Jaffa, où il recevra de nouveaux ordres. Si le temps le
poussait devant Saint-Jean d'Acre, il s'informera si nous y sommes:
il est probable que nous y serons. Alors il embarquera avec lui, sur
chacune de ses frégates, une pièce de 24 et un mortier avec trois cents
coups à tirer, et sur chaque frégate une forge pour rougir les boulets
à terre. Il ne faut pas cependant que l'embarquement desdits objets
retarde en rien son départ, si le temps était propice.

S'il pensait ne pouvoir sortir sans que l'ennemi eût connaissance de son
mouvement, il tacherait de m'envoyer à Jaffa deux bons bricks, tels que
_le Salamine_ et _l'Alerte_.

Vous enverrez cet ordre par un officier de marine qui partira sur une
djerme, qui débarquera à Damiette, et par le courrier qui part demain
pour le Caire.

BONAPARTE.



El-Arich, le 15 ventose an 7 (5 mars 1799).

_Au général Dugua._

Le chef de l'état-major doit vous avoir tenu instruit des différens
mouvemens militaires qui ont eu lieu ici.

Vous recevrez une quinzaine de drapeaux avec six cachefs et une
trentaine de mameloucks: mon intention est qu'ils soient bien traités.
On leur restituera leurs maisons, mais on exercera sur eux une
surveillance particulière. Vous leur réitérerez la promesse que je leur
ai faite de leur faire du bien si, à mon retour, vous êtes content de
leur conduite.

Je désire que vous voyiez le scheik Mahdieh et les différens membres
du divan, que vous vous concertiez pour faire une petite fête à la
réception des drapeaux, et, si cela se peut, faire naturellement qu'ils
soient placés dans la mosquée de Geuil-Azur, comme un trophée de la
victoire remportée par l'armée d'Égypte sur Djezzar et sur les ennemis
des Égyptiens.

Arrangez tout cela comme vous pourrez. Faites connaître aux habitans
du Caire, de Damiette, qu'ils peuvent envoyer des caravanes en Syrie;
qu'ils vendront bien leurs marchandises, et que leurs propriétés seront
respectées.

Faites filer du biscuit par toutes les occasions.

Faites dire à Ibrahim, scheick des Billis, que je désire qu'il vienne,
ainsi que le kiaya des Arabes, qui est un Maugrabin qui me serait utile.
Faites-nous passer, dès que vous le pourrez, cinq ou six cents coups à
boulet de 8 et trois ou quatre cents de 12.

Envoyez-moi les lettres de l'armée par des convois sûrs, et ne m'écrivez
par les Arabes que des lettres par duplicata de ce que vous m'écrirez
par des détachemens: le désert est fort long, et les Arabes viennent de
piller toutes les dépêches que le général Rampon m'envoyait de Catieh
par un Arabe.

Je n'ai reçu de vous, depuis mon départ, qu'une seule lettre du 26. S'il
venait surtout des lettres importantes, soit de la Haute-Égypte, soit
de France, ne les hasardez pas légèrement; mais envoyez-les-moi par un
officier et une bonne escorte, en me prévenant en gros, par un Arabe, de
ce qui serait parvenu à votre connaissance.

J'ai enrôlé trois à quatre cents Maugrabins, qui marchent avec nous.

BONAPARTE.



Jaffa, le 19 ventose an 7 (9 mars 1799).

_Au général Kléber._

Je vous envoie, citoyen général, une lettre au scheick de Naplouse,
que je vous prie de lui faire passer. Je vous prie d'en faire faire
plusieurs copies, et de les envoyer successivement, afin d'être sûr
qu'une d'elles arrivera.

J'ai écrit à Djezzar-Pacha: s'il prend le parti d'envoyer quelqu'un,
comme je le lui propose, recommandez à vos avant-postes de le bien
traiter.

À l'instant nous prenons deux bâtimens, un chargé de deux mille quintaux
de poudre, et l'autre de riz.

La garnison de Jaffa était de quatre mille hommes: deux mille ont été
tués dans la ville, et près de deux mille ont été fusillés entre hier et
aujourd'hui.

BONAPARTE.



Jaffa, le 19 ventose an 7 (9 mars 1799).

_Aux scheicks, ulémas, et autres habitans des provinces de Gaza, Ramleh
et Jaffa._

Dieu est clément et miséricordieux.

Je vous écris la présente pour vous faire connaître que je suis
venu dans la Palestine pour en chasser les mameloucks et l'armée de
Djezzar-Pacha.

De quel droit, en effet, Djezzar a-t-il étendu ses vexations sur les
provinces de Jaffa, Ramleh et Gaza, qui ne font pas partie de son
pachalic? De quel droit avait-il également envoyé ses troupes à
El-Arich? Il m'a provoqué à la guerre, je la lui ai apportée; mais ce
n'est pas à vous, habitans, que mon intention est d'en faire sentir les
horreurs.

Restez tranquilles dans vos foyers: que ceux qui, par peur, les ont
quittés, y rentrent. J'accorde sûreté et sauvegarde à tous. J'accorderai
à chacun la propriété qu'il possédait.

Mon intention est que les cadis continueront comme à l'ordinaire leurs
fonctions et à rendre la justice, que la religion surtout soit protégée
et respectée, et que les mosquées soient fréquentées par tous les bons
musulmans: c'est de Dieu que viennent tous les biens, c'est lui qui
donne la victoire.

Il est bon que vous sachiez que tous les efforts humains sont inutiles
contre moi, car tout ce que j'entreprends doit réussir. Ceux qui se
déclarent mes amis, prospèrent; ceux qui se déclarent mes ennemis,
périssent. L'exemple de ce qui vient d'arriver à Jaffa et à Gaza doit
vous faire connaître que si je suis terrible pour mes ennemis, je suis
bon pour mes amis, et surtout clément et miséricordieux pour le pauvre
peuple.

BONAPARTE.



Jaffa, le 19 ventose an 7 (9 mars 1799).

_Aux scheicks, ulémas et commandant de Jérusalem._

Je vous fais connaître par la présente que j'ai chassé les mameloucks et
les troupes de Djezzar-Pacha des provinces de Gaza, Ramleh et Jaffa; que
mon intention n'est pas de faire la guerre au peuple; que je suis l'ami
des musulmans; que les habitans de Jérusalem peuvent choisir la paix ou
la guerre. S'ils choisissent la première, qu'ils envoient au camp de
Jaffa des députés pour promettre de ne jamais rien faire contre moi.
S'ils étaient assez insensés pour préférer la guerre, je la leur
porterai moi-même. Ils doivent savoir que je suis terrible comme le feu
du ciel envers mes ennemis, clément et miséricordieux envers le peuple
et ceux qui veulent être mes amis.

BONAPARTE.



Jaffa, le 19 ventose an 7 (9 mars 1799).

_Aux scheicks de Naplouse._

Je me suis emparé de Gaza, Ramleh, Jaffa et de toute la Palestine. Je
n'ai aucune intention de faire la guerre aux habitans de Naplouse,
car je ne viens ici que pour faire la guerre aux mameloucks, à
Djezzar-Pacha, dont je sais que vous êtes les ennemis.

Je leur offre donc, par la présente lettre, la paix ou la guerre. S'ils
veulent la paix, qu'ils chassent les mameloucks de chez eux, et me le
fassent connaître, en promettant de ne commettre aucune hostilité contre
moi. S'ils veulent la guerre, je la leur porterai moi-même; je suis
clément et miséricordieux envers mes amis, mais terrible comme le feu du
ciel envers mes ennemis.

BONAPARTE.



Jaffa, le 19 ventose an 7 (9 mars 1799).

_À Djezzar-Pacha._

Depuis mon entrée en Égypte, je vous ai fait connaître plusieurs fois
que mon intention n'était pas de vous faire la guerre, que mon seul
but était de chasser les mameloucks; vous n'avez répondu à aucune des
ouvertures que je vous ai faites.

Je vous avais fait connaître que je désirais que vous éloignassiez
Ibrahim-Bey des frontières de l'Égypte: bien loin de là, vous avez
envoyé des troupes à Gaza, vous avez fait de grands magasins, vous avez
publié partout que vous alliez entrer en Égypte: effectivement vous avez
effectué votre invasion en portant deux mille hommes de vos troupes dans
le fort d'El-Arich, enfoncé à six lieues dans le territoire de l'Égypte.
J'ai dû alors partir du Caire, et vous apporter moi-même la guerre que
vous paraissiez provoquer.

Les provinces de Gaza, Ramleh et Jaffa sont en mon pouvoir. J'ai traité
avec générosité celles de vos troupes qui s'en sont remises à ma
discrétion, j'ai été sévère envers celles qui ont violé les droits de
la guerre; je marcherai sous peu de jours sur Saint-Jean d'Acre. Mais
quelle raison ai-je d'ôter quelques années de vie à un vieillard que je
ne connais pas? Que font quelques lieues de plus à côté des pays que
j'ai conquis? et puisque Dieu me donne la victoire, je veux, à son
exemple, être clément et miséricordieux, non-seulement envers le peuple,
mais encore envers les grands.

Vous n'avez point de raisons réelles d'être mon ennemi, puisque vous
l'étiez des mameloucks. Votre pachalic est séparé par les provinces de
Gaza, Ramleh et par d'immenses déserts de l'Égypte. Redevenez mon ami,
soyez l'ennemi des mameloucks et des Anglais, je vous ferai autant de
bien que je vous ai fait et que je peux vous faire de mal. Envoyez-moi
votre réponse par un homme muni de vos pleins pouvoirs et qui connaisse
vos intentions. Il se présentera à mon avant-garde avec un drapeau
blanc, et je donne ordre à mon état-major de vous envoyer un
sauf-conduit, que vous trouverez ci-joint.

Le 24 de ce mois, je serai en marche sur Saint Jean d'Acre; il faut donc
que j'aie votre réponse avant ce jour.

BONAPARTE.



Jaffa, le 19 ventose an 7 (9 mars 1799).

_Au général Dugua._

J'ai reçu, citoyen général, fort peu de lettres de vous; elles ont,
j'imagine, été interceptées par cette nuée d'Arabes qui couvrent le
désert: la dernière que j'ai reçue de vous est du 6 ventose.

L'état-major vous instruira des détails de la prise de Jaffa. Les 4,000
hommes qui formaient la garnison ont tous péri dans l'assaut, ou ont été
passés au fil de l'épée.

Il nous reste encore Saint-Jean d'Acre.

Avant le mois de juin, il n'y a rien de sérieux à craindre de la part
des Anglais.

Quant à l'affaire de la mer Rouge, on ne comprend pas grand'chose au
rapport qui vous a été envoyé. Il faut espérer que les officiers de
marine qui s'y trouvent, en donneront un plus intelligible.

La victoire du général Desaix doit avoir tout tranquillisé dans la
haute Égypte. Nos victoires en Syrie doivent apaiser les troubles de la
Scharkieh.

BONAPARTE.



Jaffa, le 20 ventose an 7 (10 mars 1799).

_Au général Marmont._

L'état-major vous aura instruit, citoyen général, des différens
événemens militaires qui se sont succédé et auxquels nous devons la
conquête de toute la Palestine. La prise de Jaffa a été brillante; 4,000
hommes des meilleures troupes de Djezzar et des meilleurs canonniers de
Constantinople ont été passés au fil de l'épée. Nous avons trouvé dans
cette ville soixante pièces de canon, des munitions, et beaucoup de
magasins. Ces pièces sont toutes fondues à Constantinople et de calibre
français.

Jaffa a une rade assez sûre et une petite anse où nous avons trouvé un
bâtiment de cent cinquante tonneaux. Comme nous avons ici beaucoup de
savon et autres objets, si quelques bâtimens de convoi de cent à cent
cinquante tonneaux veulent se hasarder à venir, on les frétera.

Les dernières nouvelles que j'ai de Damiette sont du 4 ventose, d'où je
conclus qu'il n'y avait rien de nouveau à Alexandrie. Le 1er ventose, il
a fait des vents très-violens qui auront éloigné les Anglais.

Je vous envoie une proclamation en arabe, faite aux habitans du pays: si
vous avez encore une imprimerie, faites-la imprimer et répandre dans le
Levant, la Barbarie et partout où il sera possible. Dans le cas où vous
n'auriez plus d'imprimerie, je donne ordre qu'on l'imprime au Caire et
que l'on vous envoie deux cents exemplaires de cette proclamation.

S'il partait des bâtimens pour France, je vous autorise à écrire au
gouvernement ce que vous savez de notre position: vous sentez qu'il ne
doit rien y avoir de politique, mais seulement des faits.

BONAPARTE.



Jaffa, le 20 ventose an 7 (10 mars 1799).

_Au général du génie._

Des personnes arrivées d'El-Arich m'instruisent qu'on n'y a rien fait,
pas même rétabli la brèche: veuillez donner des ordres pour que les
réparations d'un fort si essentiel n'éprouvent aucun retard. Vous sentez
qu'il peut arriver des événemens tels qu'El-Arich devienne notre tête de
ligne, laquelle pouvant tenir quinze jours ou un mois, pourrait donner
des résultats incalculables.

BONAPARTE.



Jaffa, le 20 ventose an 7 (10 mars 1799).

_À l'adjudant-général Almeyras._

L'état-major vous aura instruit, citoyen général, de la prise de Jaffa,
où nous avons trouvé beaucoup de riz, et nous en avions besoin, car
notre flottille nous manque toujours.

Nous y avons trouvé une grande quantité d'artillerie, beaucoup
d'obusiers, de pièces de 4 du calibre français.

Comme il y a ici de l'huile et du savon, et d'autres objets qui sont
utiles en Égypte, et que la Palestine a besoin de riz, engagez les
négocians de Damiette à ouvrir un commerce avec Jaffa. Assurez-les
qu'ils seront protégés et n'essuieront aucune avanie.

Si la flottille n'était pas partie, prenez toutes les mesures pour la
faire sortir. Envoyez-moi aussi des djermes avec du biscuit, droit à
Jaffa.

BONAPARTE.



Jaffa, le 20 ventose an 7 (10 mars 1799).

_Au citoyen Poussielgue._

Je vous fais passer une proclamation que j'ai faite aux habitans de
ces provinces. Faites-la imprimer et répandez-la par tous les moyens
possibles; envoyez-en deux cents exemplaires à Damiette et à Alexandrie,
pour qu'il s'en répande dans le Levant, à Constantinople et dans la
Barbarie.

Je renvoie au Caire le chef des scheicks, celui qui avait la place que
j'ai donnée au scheick El-Bekri. Vous assurerez ce dernier que cela ne
doit l'inquiéter en rien, et que je sais mettre de la différence entre
mes vieux amis et les nouveaux.

Engagez les négocians de Damiette à venir vendre leur riz à Jaffa. Nous
avons ici une grande quantité de savon; engagez les négocians du Caire
à venir en acheter. Ils savent que je protège le commerce; ils n'ont
à craindre ni avanies ni tracasseries. Il y a ici des articles qui
manquent en Égypte, tels que le savon, l'huile; qu'ils apportent en
échange du riz et du blé; prenez toutes les mesures pour activer, autant
que possible, ce commerce.

Faites imprimer en arabe tout ce que Venture écrit au divan, en y
faisant mettre les ornemens que le scheick Mahdi jugera à propos, et
répandez-le dans l'Égypte.

BONAPARTE.



Jaffa, le 21 ventose an 7 (11 mars 1799).

_Au général Dugua._

J'ai reçu, citoyen général, par mon aide-de-camp Lavalette le duplicata
des lettres que vous m'avez écrites. Vous aurez reçu des lettres de Gaza
et le récit de l'affaire de Jaffa.

L'événement arrivé à Cosseir est d'autant plus inconcevable, que le
contre-amiral Ganteaume avait donné pour instructions au citoyen Collot,
que, s'il y avait des bâtimens à Cosseir, il s'en tînt à croiser pour
les empêcher de sortir.

L'état-major envoie l'ordre au général Menou de se rendre à Jaffa pour
prendre le commandement de la Palestine.

Après tous les accidens que nous apprenons de la mer, il ne vous
paraîtra pas prudent que vous la traversiez dans ce moment-ci; vous
penserez, sans doute, qu'il est nécessaire que vous attendiez d'autres
circonstances.

Votre convoi de cent cinquante chameaux chargés de vivres et de
munitions d'artillerie, nous est venu fort à propos, pour les munitions
d'artillerie surtout, car nous avons grand besoin de boulets de 8 et de
12.

BONAPARTE.



Jaffa, le 23 ventose an 7 (13 mars 1799).

_À l'adjudant-général Grezieux._

Vous aurez, citoyen, le commandement de la province de Jaffa et de celle
de Ramleh.

Votre première opération sera de faire placer une pièce de canon sur
chacune des tours, et de disposer les quatre plus grosses du côté du
front, pour sa défense.

L'officier du génie a ordre de réparer sur-le-champ la brèche.

Vous vous assurerez que les portes puissent se fermer facilement. Comme
les deux qui existent me paraissent très-rapprochées l'une de l'autre,
il suffirait d'en tenir une ouverte.

Les Grecs doivent fournir des secours à l'hôpital des blessés.

Les chrétiens latins et les Arméniens doivent fournir des secours à
l'hôpital des fiévreux.

Vous formerez un divan, composé de sept personnes; vous y mettrez des
mahométans et des chrétiens.

Vous seconderez toutes les opérations du citoyen Gloutier, tendant à
établir les finances et à procurer de l'argent à la caisse.

Aucun bâtiment de ceux qui sont actuellement dans le port, ne doit en
sortir sous quelque prétexte que ce soit.

Le commerce avec Damiette et l'Égypte sera encouragé le plus possible.

Vous enverrez dans tous les villages une proclamation afin que les
habitans vivent tranquilles. J'ai chargé le général Reynier d'organiser
un divan à Ramleh.

Il reste ici un officier de marine.

Si vous aviez des nouvelles plus intéressantes à me faire passer, et que
le temps fût beau, vous pourriez profiter à la fois de la terre et de la
mer.

Toutes les fois qu'il y aura des occasions pour l'Égypte, vous ne
manquerez pas de donner des nouvelles de l'armée à l'adjudant-général
Almeyras, à Damiette, et au général Dugua, au Caire.

Ayez bien soin que les magasins soient tenus en bon état et ne soient
pas gaspillés. Faites toutes les recherches possibles pour en découvrir
de nouveaux.

BONAPARTE.



Jaffa, le 23 ventose an 7 (13 mars 1799).

_Au directoire exécutif._

Le 5 fructidor, j'envoyai un officier à Djezzar, pacha d'Acre: il
l'accueillit mal et ne répondit pas.

Le 29 brumaire, je lui écrivis une autre lettre: il fit couper la tête
au porteur.

Les Français étaient arrêtés à Acre et traités cruellement.

Les provinces d'Égypte étaient inondées de firmans, dans lesquels
Djezzar ne dissimulait point ses intentions hostiles et annonçait son
arrivée.

Il fit plus: il envahit les provinces de Jaffa, Ramleh et Gaza. Son
avant-garde prit position à El-Arich, où il y a quelques bons puits
et un fort situé dans le désert à dix lieues dans le territoire de
l'Égypte.

Je n'avais donc plus le choix: j'étais provoqué à la guerre; je ne crus
pas devoir tarder à la lui porter moi-même.

Le général Reynier rejoignit le 16 pluviose son avant-garde, qui, sous
les ordres de l'infatigable général Lagrange, était à Catieh, situé
à trois journées dans le désert, où j'avais réuni des magasins
considérables.

Le général Kléber arriva le 18 pluviose de Damiette sur le lac Menzaleh,
sur lequel on avait construit plusieurs barques canonnières, débarqua à
Peluse et se rendit à Catieh.

_Combat d'El-Arich._

Le général Reynier partit le 18 pluviose de Catieh avec sa division,
pour se rendre à El-Arich. Il fallut marcher plusieurs jours à travers
le désert sans trouver d'eau; des difficultés de toute espèce furent
vaincues: l'ennemi fut attaqué, forcé, le village d'El-Arich enlevé, et
toute l'avant-garde ennemie bloquée dans le fort d'El-Arich.

_Attaque de nuit._

Cependant la cavalerie de Djezzar-Pacha, soutenue par un corps
d'infanterie, avait pris position sur nos derrières à une lieue, et
bloquait l'armée assiégeante.

Le général Kléber fit faire un mouvement au général Reynier; à minuit,
le camp ennemi fut cerné, attaqué et enlevé; un des beys fut tué.
Effets, armes, bagages, tout fut pris: la plupart des hommes eurent le
temps de se sauver, plusieurs mameloucks d'Ibrahim-Bey furent faits
prisonniers.

_Siège du fort d'El-Arich._

La tranchée fut ouverte devant le fort d'El-Arich: une de nos mines
avait été éventée et nos mineurs délogés. Le 28 pluviose, une batterie
de brèche fut construite, ainsi que deux batteries d'approche:
on canonna toute la journée du 29. Le 30 à midi, la brèche était
praticable; je sommai le commandant de se rendre, il le fit. Nous avons
trouvé a El-Arich trois cents chevaux, beaucoup de biscuit, de riz, cinq
cents Albanais, cinq cents Maugrabins, deux cents hommes de l'Adonie et
de la Caramanie; les Maugrabins ont pris du service avec nous: j'en ai
fait un corps auxiliaire.

Nous partîmes d'El-Arich le 4 ventose; l'avant-garde s'égara dans le
désert et souffrit beaucoup du manque d'eau: nous manquâmes de vivres,
nous fûmes obligés de manger des chevaux, des mulets, des chameaux.

Nous étions le 6 aux colonnes placées sur les limites de l'Afrique et de
l'Asie; nous couchâmes en Asie le 6.

Le jour suivant, nous étions en marche sur Gaza: à dix heures du
matin, nous découvrîmes trois ou quatre mille hommes de cavalerie qui
marchaient à nous.

_Combat de Gaza._

Le général Murat, commandant la cavalerie, fit passer les différens
torrens qui se trouvaient en présence de l'ennemi par des mouvemens
exécutés avec précision.

La division Kléber se porta par la gauche sur Gaza; le général Lannes,
avec son infanterie légère, appuyait les mouvemens de la cavalerie,
qui était rangée sur deux lignes. Chaque ligne avait derrière elle un
escadron de réserve: nous chargeâmes l'ennemi près de la hauteur qui
regarde Nebron, et où Samson porta les portes de Gaza. L'ennemi ne reçut
point la charge et se replia: il eut quelques hommes tués, entre autres
le kiaya du pacha.

La vingt-deuxième d'infanterie légère s'est fort bien conduite: elle
suivait les chevaux au pas de course; il y avait cependant bien des
jours qu'elle n'avait fait un bon repas ni bu de l'eau a son aise.

Nous entrâmes dans Gaza: nous y trouvâmes quinze milliers de poudre,
beaucoup de munitions de guerre, des bombes, des outils, plus de deux
cent mille rations de biscuit et six pièces de canon.

Le temps devint affreux: beaucoup de tonnerre et de pluie; depuis notre
départ de France, nous n'avions pas vu d'orage.

Nous couchâmes le 10 a Eswod, l'ancienne Azot.

Nous couchâmes le 11 à Ramleh; l'ennemi l'avait évacué avec tant de
précipitation, qu'il nous laissa cent mille rations de biscuit, beaucoup
plus d'orge, et quinze cents outres que Djezzar avait préparées pour
passer le désert.

_Siège de Jaffa._

La division Kléber investit d'abord Jaffa, et se porta ensuite sur la
rivière de la Hhayah, pour couvrir le siége; la division Bon investit
les fronts droits de la ville, et la division Lannes les fronts gauches.

L'ennemi démasqua une quarantaine de pièces de canon de tous les points
de l'enceinte, desquelles il fit un feu vif et soutenu.

Le 16, deux batteries d'approche, la batterie de brèche, une de
mortiers, étaient en état de tirer. La garnison fit une sortie; on
vit alors une foule d'hommes diversement costumés, et de toutes les
couleurs, se porter sur la batterie de brèche: c'étaient des Maugrabins,
des Albanais, des Kurdes, des Natoliens, des Caramaniens, des
Damasquyns, des Alepins, des noirs de Tekrour; ils furent vivement
repoussés, et rentrèrent plus vite qu'ils n'auraient voulu. Mon
aide-de-camp Duroc, officier en qui j'ai grande confiance, s'est
particulièrement distingué.

À la pointe du jour, le 17, je fis sommer le gouverneur; il fit couper
la tête à mon envoyé, et ne répondit point. À sept heures, le feu
commença; à une heure je jugeai la brèche praticable. Le général Lannes
fit les dispositions pour l'assaut; l'adjoint aux adjudans-généraux,
Netherwood, avec dix carabiniers, y monta le premier et fut suivi
de trois compagnies de grenadiers de la treizième et de la
soixante-neuvième demi-brigade, commandées par l'adjudant-général
Rambaud, pour lequel je vous demande le grade de général de brigade.

À cinq heures, nous étions maîtres de la ville, qui, pendant
vingt-quatre heures, fut livrée au pillage et à toutes les horreurs de
la guerre, qui jamais ne m'a paru si hideuse.

Quatre mille hommes des troupes de Djezzar ont été passés au fil de
l'épée; il y avait huit cents canonniers: une partie des habitans a été
massacrée.

Les jours suivans, plusieurs bâtimens sont venus de Saint-Jean d'Acre
avec des munitions de guerre et de bouche; ils ont été pris dans le
port: ils ont été étonnés de voir la ville en notre pouvoir; l'opinion
était qu'elle nous arrêterait six mois.

Abd-Oullah, général de Djezzar, a eu l'adresse de se cacher parmi les
gens d'Égypte, et de venir se jeter à mes pieds.

J'ai renvoyé à Damas et à Alep plus de cinq cents personnes de ces deux
villes, ainsi que quatre a cinq cents personnes d'Égypte.

J'ai pardonné aux mameloucks et aux kachefs que j'ai pris à El-Arich;
j'ai pardonné à Omar Makram, cheikh du Caire; j'ai été clément envers
les Égyptiens, autant que je l'ai été envers le peuple de Jaffa, mais
sévère envers la garnison qui s'est laissé prendre les armes à la main.

Nous avons trouvé à Jaffa cinquante pièces de canon, dont trente formant
l'équipage de campagne, de modèle européen, et des munitions, plus de
quatre cent mille rations de biscuit, deux mille quintaux de riz, et
quelques magasins de savon.

Les corps du génie et de l'artillerie se sont distingués.

Le général Caffarelli, qui a dirigé ces sièges, qui a fait fortifier
les différentes places de l'Égypte, est officier recommandable par une
activité, un courage et des talens rares.

Le chef de brigade du génie Samson a commandé l'avant-garde qui a pris
possession de Cathieh, et a rendu dans toutes les occasions les plus
grands services.

Le capitaine du génie Sabatier a été blessé au siége d'El-Arich.

Le citoyen Aimé est entré le premier dans Jaffa, par un vaste souterrain
qui conduit dans l'intérieur de la place.

Le chef de brigade Songis, directeur du parc d'artillerie, n'est parvenu
à conduire les pièces qu'avec de grandes peines; il a commandé la
principale attaque de Jaffa.

Nous avons perdu le citoyen Lejeune, chef de la vingt-deuxième
d'infanterie légère, qui a été tué a la brèche: cet officier a été
vivement regretté de l'armée; les soldats de son corps l'ont pleuré
comme leur père. J'ai nommé à sa place le chef de bataillon Magni, qui a
été grièvement blessé. Ces différentes affaires nous ont coûté cinquante
hommes tués et deux cents blessés.

L'armée de la république est maître de toute la Palestine.

BONAPARTE.



FIN DU SECOND VOLUME.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Oeuvres de Napoléon Bonaparte, Tome II." ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home