Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Un mois en Afrique
Author: Bonaparte, Pierre-Napoléon, 1815-1881
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Un mois en Afrique" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



available by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr.



UN MOIS

EN AFRIQUE

PAR

PIERRE-NAPOLÉON BONAPARTE

Je ne m'abaisse pas à une justification, je raconte; la vérité est
l'unique abri contre le _venticello_ de Basile.


AUX CITOYENS
DE LA CORSE ET DE L'ARDÈCHE.



UN MOIS EN AFRIQUE.


La France, la République, les Armes, voilà les aspirations de toute ma
vie de proscrit. Mes idées, mes études, mes exercices avaient suivi,
dès longtemps, cette direction. En vain, depuis dix ans, je m'étais
réitérativement adressé au roi Louis-Philippe, à ses ministres, aux
vieux compagnons de l'empereur; même une place à la gamelle, même un sac
et un mousquet en Afrique, m'avaient été refusés. Vainement, ne pouvant
pas servir mon pays, je frappai à toutes les portes, pour acquérir,
au moins, quelque expérience militaire, en attendant l'avenir. Ni la
Belgique, ni la Suisse, ni Espartero, ni Méhémet-Ali, ni le Czar, de qui
j'avais sollicité la faveur de faire une campagne au Caucase, ne purent
ou ne voulurent pas accueillir mes souhaits. A l'âge de dix-sept ans, il
est vrai, j'avais suivi en Colombie le général Santander, président de
la République de la Nouvelle-Grenade, et j'en avais obtenu la nomination
de chef d'escadron, qui m'escala depuis le grade _au titre étranger_ que
notre Gouvernement provisoire m'avait conféré.

Ce fut peu de jours après Février que, nommé chef de bataillon au
premier régiment de la légion étrangère, je vis, bien que d'une façon
incomplète, exaucer mes voeux. J'étais en France, la République était
proclamée, et je pouvais la servir par les armes. Sans doute, la nature
exceptionnelle de mon état militaire, et la non-abrogation de l'article
VI de la loi du 40 avril 1832, relative au bannissement de ma famille,
apportaient des restrictions pénibles à mon joyeux enthousiasme; mais
l'un de ces faits expliquait l'autre. Sans rapporter implicitement cette
loi, le gouvernement de la République ne pouvait m'admettre dans un
régiment français. Faire cesser décidément notre exil, cela n'entrait
pas encore dans ses vues; je ne discuterai pas le mérite politique de
son appréciation, mais je dois loyalement reconnaître que tout esprit
de haine ou d'antipathie était bien loin de la pensée de ses honorables
membres à cet égard. Le jour où Louis Blanc m'annonça ma nomination[l]
fut un des plus beaux jours de ma vie; j'allai le remercier avec
effusion, ainsi que ses collègues, et quels qu'ils soient maintenant,
membres de l'Assemblée Nationale, simples citoyens, proscrits, hélas! ou
captifs, ils ont en moi un coeur ami et reconnaissant.

[Note 1: Voyez sa lettre aux Pièces justificatives.]

Bien avant la révolution, j'avais eu l'honneur de connaître
particulièrement Marrast, Crémieux, et Lamartine, dont la famille est
alliée de celle de ma mère. Pouvais-je douter de l'amitié de Crémieux,
dont la voix éloquente et généreuse s'était élevée si souvent en faveur
des proscrits de mon nom? Flocon et Arago m'avaient accueilli avec une
bienveillance toute fraternelle. Ledru-Rollin m'a exprimé cordialement,
en termes flatteurs, le regret de n'avoir pu me faire entrer au service
d'une manière plus complète. Et si des considérations étrangères à ma
personne ne les avaient arrêtés, il est certain que le Gouvernement
provisoire ou la Commission exécutive n'eût pas tardé à naturaliser mon
grade.

Je sais que des adversaires de ma famille, ou personnels, ont parlé de
la loi du 14 avril 1832, dont la prescription principale est qu'on ne
peut obtenir d'emploi dans l'armée, si on n'a satisfait à la loi de
recrutement, ou si on ne sort pas d'une école militaire. Mais, de bonne
foi, cette thèse était-elle soutenable à mon sujet? Comment aurais-je pu
remplir les conditions de la loi, si j'étais dans l'exil? Sans doute,
et à part la période d'omnipotence dictatoriale, où le Gouvernement
provisoire concentrait dans ses mains tous les pouvoirs, un décret de
l'Assemblée eût été rigoureusement nécessaire. Mais si, dans un moment
opportun, le gouvernement, quel qu'il fût, l'avait proposé, peut-on
supposer que les représentants du grand peuple qui, en rappelant les
proscrits, a placé l'un d'eux à sa tête, ne l'eussent pas rendu?
Supposons que la Légion étrangère n'existât pas, la conséquence de
la stricte application des lois qui régissent l'armée aurait été de
m'interdire absolument le service militaire, fût-ce comme simple soldat.
En effet, pas plus comme simple soldat que comme chef de bataillon, je
n'eusse pu être admis, car l'article 1re de l'ordonnance du 28 avril
1832, explicative de la loi du 21 mars, porte qu'on n'est pas reçu à
contracter un engagement, si on est âgé de plus de trente ans. Or, en
Février 1848, j'en avais trente-deux. Si je puis m'exprimer ainsi,
c'est, après un long exil, qu'on me permette de le dire, une nouvelle
proscription dans l'état; car comment appeler autrement une disposition
qui vous défend sans retour, dans votre patrie, la carrière à laquelle
vous vous étiez exclusivement voué, ou qui ne vous permet de la suivre
que dans des conditions anormales et intolérables?[2]

[Note 2: Voyez, pour le mode d'admission aux emplois des officiers
au titre étranger, et pour les conditions de leur état militaire, le
chapitre VI du titre IX de l'ordonnance du 16 mars 1838, et, aux pièces
justificatives, le discours que j'ai prononcé à la séance de l'Assemblée
législative, le 22 décembre 1849.]

Qu'on ne m'accuse pas de présomption, parce que j'ai supposé qu'une
auguste assemblée aurait pu être appelée à se prononcer sur un intérêt
individuel et aussi secondaire. Non, car non-seulement il est de
l'essence des institutions démocratiques que les grands pouvoirs de
l'État ne dédaignent pas les réclamations des plus humbles citoyens,
mais les précédents parlementaires n'auraient pas manqué dans l'espèce.

Sous la monarchie de Juillet, les fils de l'immortel maréchal Ney
passèrent ainsi, avec leurs grades, des rangs étrangers dans ceux dont
leur père avait été un des plus glorieux luminaires. Les services des
parents sont entrés plus d'une fois en ligne de compte, et pour ne citer
qu'une circonstance récente, n'avons-nous pas, à la Constituante
de 1848, voté par acclamation, et comme récompense nationale, la
nomination, en dehors des règles ordinaires, du jeune fils de l'illustre
général Négrier, qu'un plomb fratricide enleva si cruellement aux
travaux législatifs et à l'armée?

Quoi qu'il en soit, nommé, au titre étranger, par le Gouvernement
provisoire, je me préparais à rejoindre mon régiment, lorsque un grand
nombre de Corses résidant à Paris m'offrirent la candidature de notre
département à l'Assemblée Nationale. La vivacité des sympathies de nos
braves insulaires pour ma famille, leur culte enthousiaste pour la
mémoire de l'empereur, rendaient probable ma nomination. Devant l'espoir
fondé d'être au nombre des élus du Peuple, appelés à constituer
définitivement la République, on comprendra que le service d'Afrique, en
temps de paix, et surtout dans un corps étranger, dut me paraître
une condition secondaire. M. le lieutenant-colonel Charras, alors
sous-secrétaire d'État au ministère de la guerre, voulut bien
m'autoriser à suspendre mon départ jusqu'à nouvel ordre. En effet, le
4 mai 1848, j'eus l'insigne honneur d'inaugurer avec mes collègues, en
présence de la population parisienne, l'ère parlementaire de notre jeune
République, et d'apporter à cette forme de gouvernement, qui avait été
le rêve de toute ma vie, la première sanction du suffrage universel.

Le coupable attentat du 15 mai, les funèbres journées de juin, vinrent
nous attrister dès les premiers travaux d'une assemblée, qui fut, quoi
qu'on ait pu en dire, une des plus dignes, et qu'on me passe le mot, une
des plus honnêtes qui aient jamais honoré le régime représentatif. Le
23 juin, pendant la séance, Lamartine quitta l'Assemblée, pour faire
enlever une redoutable barricade qu'on avait établie au-delà du canal
Saint-Martin, dans la rue du Faubourg-du-Temple. Il me permit de le
suivre, et comme je n'aurais pas eu le temps d'aller chercher mon
cheval, ou de le faire venir, il m'offrit un des deux qui l'attendaient
à la porte du palais législatif. En compagnie du ministre des finances,
et de notre collègue Treveneuc, des Côtes-du-Nord, nous longeâmes les
boulevards, où quelques rares piquets de gardes nationaux étaient sous
les armes. Au-delà de la porte Saint-Martin, nous fûmes entourés d'une
foule de citoyens appartenant à la classe ouvrière, et dont la plupart,
j'en ai la conviction, étaient le lendemain derrière les barricades.
L'accueil qu'ils nous firent, les poignées de main cordiales qu'ils nous
donnèrent, leurs propos vifs et patriotiques, m'ont douloureusement
prouvé une fois de plus que les meilleurs instincts peuvent être égarés,
et que la guerre civile est le plus horrible des fléaux.

Les projectiles des insurgés arrivaient jusque sur le boulevard.
Lamartine tourna résolument à gauche, et nous le suivîmes dans la rue du
Faubourg-du-Temple, sous le feu de la barricade et des maisons occupées
par nos adversaires. Arrivés sur les quais, nous vîmes un détachement de
gardes mobiles et quelques compagnies d'infanterie repoussés avec perte
jusqu'à la rue Bichat. Ce fut là, près du pont, que le cheval que
je montais fut atteint d'une balle, à quelques pas de Lamartine,
circonstance qui parut fixer favorablement l'attention de ce grand et
courageux citoyen. Et certes, si le soir même il n'avait résigné ses
pouvoirs, j'ai tout lieu de croire qu'il n'en aurait pas fallu davantage
pour le porter à provoquer une décision touchant mon assimilation aux
officiers qui servent _au titre français_.

Lamartine est un grand caractère; je n'en veux pour preuve que les
belles paroles que j'ai recueillies de sa bouche, le jour où nous
nommâmes la Commission exécutive. «Si je voulais me séparer de
Ledru-Rollin, nous dit-il, j'aurais deux cent mille hommes derrière moi;
_mais je craint la réaction et la guerre civile._» Quoi qu'il en soit,
n'est-il pas profondément triste, après tant de vicissitudes, que ce que
j'eusse obtenu de Lamartine, ou peut-être même du général Cavaignac,
m'ait été dénié, malgré bien des promesses antérieures, par mon propre
cousin, sous prétexte d'une opposition sincère et modérée, que je
n'aurais pu cesser sans abjurer ma religion politique, et abdiquer toute
dignité et toute indépendance?

Mais procédons par ordre.

A le Commission exécutive succéda le général Cavaignac. Le décret du 11
octobre 1848 abrogea formellement, en ce qui touchait ma famille, la loi
du 10 avril 1832, qui, confondant les proscripteurs et les proscrits,
avait banni la branche aînée des Bourbons, et maintenu, moins la
sanction pénale, l'exil dont ils nous avaient frappés, par la loi du
12 janvier 1816. La candidature de Louis-Napoléon fut produite, et une
immense acclamation répondit qu'il était resté dans le coeur du peuple
le souvenir de l'homme qui avait porté à son plus haut degré le
sentiment de notre nationalité. Le dix décembre, comme je le dis alors,
est la dernière page de l'histoire de l'empereur, et pour l'écrire, près
de six millions de Français ont déchiré les traités de 1815, et proclamé
que la sainte-alliance nous doit une revanche de Waterloo.

Malgré les efforts des républicains et de quelques hommes bien
intentionnés qui tentèrent d'arriver à la seule conciliation
véritablement utile et durable, celle des deux grands pouvoirs de
la République, la Constituante, battue en brèche par le nouveau
gouvernement, vit adopter la motion Rateau, modifiée, il est vrai, par
Lanjuinais, et fixer à un court délai sa dissolution. Durant cette
session d'une année, j'ose le dire, un grand nombre de mes collègues
d'opinions diverses m'avaient accordé quelque sympathie, et si jamais
j'ai pu espérer avec raison la régularisation de mon état militaire,
c'est bien dès l'avènement de Louis-Napoléon à la présidence jusqu'à
l'installation de la Législative. A part les dispositions bienveillantes
dont je viens de parler, l'amitié de mon cousin, nos relations qui
dataient de loin, les promesses qu'il m'avait faites, tout m'autorisait
à penser que l'opportunité ne serait pas perdue. Je dois aussi ajouter
la confiance que j'avais lieu de placer, à cet égard, dans le chef
du cabinet, M. Odilon Barrot, qui plus d'une fois avait blâmé les
administrations précédentes de ne m'avoir pas fait admettre dans
un régiment français. Bref, un mécontentement injuste de mes votes
consciencieux, et conséquents avec la voie que j'avais suivie avant même
que Louis-Napoléon fût représentant du peuple, des influences exclusives
et que je ne signalerai pas davantage[3]; enfin, des menées qui se
résument dans le vieil adage: _divide et impera_, m'enlevèrent le
modeste succès que j'ambitionnais comme ma part, pour ainsi dire, dans
le grand triomphe du dix décembre.

[Note 3: Il m'est permis de croire que le président de la
République, laissé à lui-même, m'aurait appuyé. Peu de jours avant son
élection, je causais avec lui, lorsqu'il m'exprima l'intention de me
donner le commandement d'un corps. Je lui fis sentir les difficultés
qu'il rencontrerait chez des hommes toujours prêts à crier au privilège,
et dans les susceptibilités de quelques-uns des honorables officiers qui
siégeaient à l'Assemblée. Il me répondit: «Si le peuple me nomme, il
approuvera ce que je ferai pour ma famille qui a tant souffert.»]

L'indifférence du ministère, qui, dans ce cas, était de l'hostilité,
l'intention de me sacrifier par le silence, étaient flagrantes. Au fond,
je désespérais de réussir; deux fois déjà j'avais donné ma démission;
elle avait été refusée avec insistance par le président et par le
ministre de la guerre. Je résolus de tenter un dernier effort. Il y
avait trop longtemps que je poursuivais mon but, il était trop près, j'y
tenais trop, pour me décourager complètement. Quoique à regret, j'étais
décidé à me retirer de la carrière, plutôt que de servir au titre
étranger. Je désirais surtout vivement obtenir la naturalisation de
mon grade de la Constituante. Au moment de nous séparer, j'aurais été
heureux que l'accès de nos rangs me fût ouvert par les collègues qui
avaient brisé la loi de mon exil. Il me semblait qu'une décision
favorable eût été comme une accolade fraternelle, et qu'aucun effort ne
m'aurait coûté pour la justifier.

Sous l'empire de ces pensées, je résolus de présenter une pétition à
l'Assemblée. Elle fut déposée le 17 mars 1849. M. Armand Marrast, notre
président, voulut bien la renvoyer immédiatement au comité de la guerre.
Elle y fut examinée; le ministre de la guerre s'abstint d'y paraître;
deux membres, amis de mon cousin, ne vinrent pas, et cependant j'obtins
quatorze voix sur vingt-huit. Que ceux de mes honorables collègues qui
se prononcèrent en ma faveur me permettent de leur exprimer ma profonde
reconnaissance. J'en dois surtout au brave et vénérable général Laidet,
à MM. Avond et de Barbançois, qui voulurent bien plaider ma cause avec
une véritable et chaleureuse fraternité. Quant à ceux qui crurent devoir
repousser ma requête, s'il en est parmi eux pour qui mon nom ait été un
motif de défiance, qu'ils me permettent, aujourd'hui que mon épée a été
brisée, de leur dire avec désintéressement qu'ils se sont trompés; dans
aucun cas, la République n'aurait eu un soldat plus fidèle, comme elle
l'aura encore, si elle était attaquée, bien que ce ne puisse plus être
dans les rangs de l'armée.

M. le général Leflô avait été nommé rapporteur de ma pétition, mais nos
nombreux travaux et les graves préoccupations du moment empêchèrent de
la porter à l'ordre du jour. La Constituante fit place à la Législative,
et ma position militaire resta la même. Ce moment, il faut en convenir,
a été décisif dans ma vie, car si j'étais entré dans un régiment
français, au lieu de me présenter aux nouvelles élections, j'aurais
suivi mes penchants et je me serais exclusivement consacré à la carrière
des armes. Quoi qu'il en soit, nommé dans l'Ardèche et en Corse, je
revins siéger à l'Assemblée actuelle.

Ma position n'y était pas facile, ni agréable. D'un côté, je voyais
une majorité composée de divers éléments, tous d'origine monarchiste,
opposés par conséquent à mon principe, mais soutenant, quoiqu'en
l'égarant, suivant moi, le pouvoir exécutif. De l'autre, une minorité,
formée aussi de nuances diverses, moins hétérogènes, il est vrai;
minorité républicaine, révolutionnaire, réformatrice, humanitaire,
demandant de grandes entreprises, mais ayant des chefs qui considéraient
Louis-Napoléon comme un antagoniste, et qui eussent été contre lui,
c'est mon opinion, quoi qu'il eût fait. Sans doute, je me sentais
instinctivement entraîné vers la Montagne; mais, à part ses antipathies
individuelles, je pensais sincèrement qu'elle dépassait le but, et
qu'elle compromettait la République, notamment en se rapprochant des
hommes qui approuvaient le 15 mai et les journées de juin. Restait le
tiers-parti, et je dois l'avouer franchement ici: si la Montagne avait
parfois les entraînements de mon coeur, les élans de ma raison me
rapprochaient du tiers-parti. Mais qu'est-il, où est-il, que peut-il?
sinon attendre, pour sauvegarder le principe démocratique, en apportant,
suivant les circonstances, son faible contingent contre la réaction ou
les excès. Du reste, les mêmes antipathies que j'ai signalées, moins
violentes, mais non moins intenses, existaient, qui peut en douter? dans
son sein.

Ces considérations, que je ne dois qu'effleurer (et c'est peut-être
trop de hardiesse), m'inspiraient tous les jours davantage le regret
de n'avoir pu lever l'obstacle qui m'avait fait préférer mon mandat au
service actif. En vérité, la direction donnée à nos armes en Italie me
prouvait que le nouveau gouvernement pouvait ordonner des opérations
militaires auxquelles, à aucun prix, je n'eusse voulu prendre part. Mais
on parlait aussi d'expéditions prochaines en Afrique, cette terre où se
sont formés tant de bons officiers. Le président, mes autres parents,
des amis plus ou moins clairvoyants m'engageaient fortement à faire
à mon corps _un acte de présence_ qui facilitât, disaient-ils, la
régularisation de ma position. On peut penser de moi ce que l'on voudra;
mais tous ceux qui connaissent un peu mes inclinations, mes habitudes et
mes antécédents, croiront sans peine qu'il n'aurait pas fallu me prier
longtemps pour me décider à faire une campagne, sans mon inconvenante
condition d'officier au titre étranger. Blessé que le gouvernement
d'un homme, à qui notre nom avait valu la première magistrature de
la République, me marchandât tant mon épaulette, je déclinai toute
proposition, et la prorogation de la Législative étant arrivée, je
retournai dans les montagnes des Ardennes belges, où j'avais fait
un long et tranquille séjour avant la révolution. Ce qui me navrait
surtout, c'était de voir des gens qui avaient eu leur place au soleil de
la monarchie, tandis que nous traînions dans l'exil une vie agitée ou
misérable; ce qui me navrait, dis-je, c'était de voir ces courtisans
obtenir les plus hautes faveurs, les emplois les plus lucratifs, tandis
qu'on me refusait, à moi, de servir modestement le pays suivant mon
aptitude, chose que j'ai toujours crue franchement aussi naturelle que
juste et méritée.

Mon séjour dans mon ancienne retraite ne fut pas long: de nouvelles et
plus vives instances vinrent m'y relancer, et j'eus le tort de céder et
de revenir presque aussitôt à Paris. Elles y furent encore renouvelées,
et un jour même, à Saint-Cloud, on me témoigna tant de mécontentement
de mon hésitation que je dus croire vraiment qu'on n'attendait que cet
_acte de présence_ à mon corps pour réaliser le mirage de la miraculeuse
épaulette que je poursuivais depuis si longtemps. J'avais protesté à
satiété que je ne monterais pas une garde tant que je ne compterais
dans l'armée qu'au titre étranger; j'aurais dû, pour tous ces motifs,
maintenir ma résolution; mais ce qui enfin l'ébranla, ce fut la
perspective de la campagne qui se préparait dans le sud de la province
de Constantine. Il fut décidé que je serais envoyé en mission temporaire
auprès du gouverneur général de l'Algérie, et que d'Alger j'irais
rejoindre la colonne expéditionnaire aux ordres du général Herbillon.
Toujours mécontent de ma position exceptionnelle, j'avais, quoi qu'on
ait pu en dire, bien et dûment stipulé avec tout le monde, président,
ministres, intermédiaires officiels ou officieux, que j'allais en
Afrique pour n'y rester que le temps que je voudrais, pour en revenir
quand je le jugerais convenable, et pour n'y faire, au besoin, que
l'_acte de présence_ qu'on paraissait croire indispensable à la
régularisation de mon état militaire. J'étais loin de croire qu'on
contesterait un jour ces conventions, sans lesquelles je me serais
gardé d'accepter ma mission; mais si des preuves matérielles étaient
nécessaires, je pourrais produire des lettres que j'écrivis de Lyon, de
Marseille et de Toulon, à plusieurs de mes amis, avant de m'embarquer,
lettres dans lesquelles je leur parlais de mon retour à l'Assemblée pour
le 15 novembre, au plus tard.

Le 1er octobre, jour de la reprise des travaux législatifs, j'assistai
à la séance, j'obtins un congé, et le lendemain, de bonne heure, je
quittai Paris par le rail-way de Tonnerre. Le 3, au soir, j'étais à
Lyon, le 4 à Avignon, le 5 à Marseille. Je partis presque immédiatement
pour Toulon, où j'arrivai pendant la nuit. Cette jolie ville était dans
la consternation, le choléra décimait les habitants, les hôtels avaient
été abandonnés par leurs propriétaires; à la _Croix de Malte_, je fus
reçu par le seul domestique qui restât dans la maison. Je passai la
journée du 6 à Toulon, et le 7, après midi, nous appareillâmes pour
Alger, à bord du _Cacique_, frégate à vapeur de l'État.

Nous arrivâmes le 9 au soir. Je me rendis immédiatement chez le
gouverneur général, à qui je remis une lettre du président de la
République. Je reçus de M. le général Charon le plus gracieux accueil;
il voulut bien me retenir à dîner pour le soir même, et le jour suivant.
Le lendemain, avec le capitaine Dubost, aide-de-camp du gouverneur, je
visitai le magnifique jardin d'essai, où, entre autres merveilles, on
voit de grands massifs d'orangers; et la jolie campagne du brave général
Jusuf qui, malgré ses glorieux services, n'a pu obtenir son assimilation
à nos autres généraux.

Le soir, j'assistai à une danse de ravissantes Moresques comme on n'en
voit qu'à Alger, et à une cérémonie religieuse très originale des nègres
de la ville, qui sont de vrais convulsionnaires. Je pris congé du
gouverneur, et le lendemain, au matin, je partis pour Philippeville, à
bord d'un petit pyroscaphe côtier, affecté au service des dépêches. Nous
côtoyâmes assez près de terre les montagnes encore verdoyantes de la
Kabylie; nous relâchâmes à Dellys, Bougie, Djidjeli, et le lendemain, 12
octobre, nous étions à Stora. C'est une belle baie, où l'on trouve un
port sûr et spacieux, à une demi-heure de marche de Philippeville. Notre
pyroscaphe fut aussitôt entouré de plusieurs bateaux montés par de
nombreux marins. A leur costume, à leurs acclamations sympathiques, aux
coups de fusil et de pistolet dont ils me saluaient, je reconnus de
suite nos intrépides et habiles caboteurs d'Ajaccio qui, sur de frêles
embarcations non pontées, se hasardent à aborder aux côtes d'Afrique,
pour y mener la vie laborieuse qui leur permet de rapporter quelques
économies à leurs familles. J'allai à terre avec ces rudes et chers
enfants du peuple, et je me mis en route pour Philippeville, en
compagnie du capitaine Gautier, commandant la gendarmerie de la
province. Le chemin, taillé dans la montagne, suit les bords de la mer;
la vigoureuse végétation du sol d'alentour, couvert d'épais arbustes, me
frappa par son extrême ressemblance avec la Corse. A peu près à moitié
route, on trouve une magnifique batterie parfaitement entretenue.

A Philippeville, où je passai la journée du 12, je me présentai chez
le commandant supérieur, M. Cartier, major du deuxième régiment de la
Légion étrangère, et je fis la connaissance du commandant Vaillant,
frère de nos deux généraux de ce nom, et savant naturaliste. Une
distance de vingt-deux lieues que parcourt une excellente route,
exploitée quotidiennement, comme en Europe, par un service de
messageries, sépare Philippeville de Constantine. Toutes les places
ayant été retenues, je louai une voiture et je partis le lendemain
de grand matin, avec l'excellent capitaine Gautier qui avait voulu
m'accompagner. Nous traversâmes les nouveaux villages de Saint-Antoine
et Gastonville, ce dernier peuplé de pauvres prolétaires parisiens
qui sont venus chercher un meilleur sort dans la colonisation, tache
difficile pour laquelle, malgré leur courage, ils n'ont ni la force, ni
l'aptitude nécessaires. Au camp d'El-Arrouch, je fus retenu à déjeuner,
de la manière la plus aimable, par MM. les officiers du 38e. Ils étaient
tristes de voir la garnison décimée par le choléra qui sévissait contre
elle, plus cruellement qu'à Philippeville et que sur aucun autre point
de la division territoriale. Après avoir relayé au camp de Smendou, nous
arrivâmes fort tard à Constantine.

En l'absence du général Herbillon, parti à la tête de la colonne
expéditionnaire, M. le général de Salles, gendre de l'illustre maréchal
Valée, me reçut le soir même, avec cette parfaite et cordiale urbanité
qui le fait aimer de tous ceux qui l'approchent. Le lendemain, 14, grâce
à l'obligeant empressement de M. le capitaine de Neveu, chef du bureau
arabe, tous mes préparatifs de campagne, tentes, cantines, etc., étaient
terminés. Je fus vivement contrarié, et on le concevra sans peine dans
une telle circonstance, de n'avoir pu, malgré mes recherches, réussir à
me monter convenablement. Ce que je trouvai de moins mauvais, ce fut un
petit cheval indigène, vif, mal dressé, peu maniable et peu vigoureux,
dont je dus pourtant me contenter.

Le 15 octobre, au point du jour, je quittai Constantine, pour rejoindre
la colonne. Mon escorte se composait du maréchal-des-logis Bussy et
de quatre cavaliers du troisième régiment de spahis, deux chasseurs
d'Afrique, Rouxel et Valette, un soldat du train des équipages, et
Gérard, mon fidèle domestique ardennais.

Avant d'aller plus loin, il n'est peut-être pas inutile de donner ici
un rapide aperçu des causes qui avaient amené l'expédition à laquelle
j'allais prendre part, et des faits qui avaient précédé mon arrivée.

Dans l'origine, la politique du gouvernement était de maintenir un
calme, au moins apparent, dans la province, en pesant le moins possible
sur les indigènes. Ce système, qui avait d'abord réussi, permettait
d'occuper avec le gros de nos forces les autres points du pays
plus agités. L'établissement de colonies agricoles sur la route de
Constantine à Philippeville vint tout à coup changer cet état de choses.
De tout temps, les communications entre ces deux villes avaient été
inquiétées par les kabyles; mais quelques attentats sur des hommes
isolés, et un surcroît d'activité pour notre cavalerie étaient
considérés comme des inconvénients de peu d'importance par l'autorité,
qui avait à dessein fermé les yeux, afin d'éviter de plus graves
complications.

Lorsque nous eûmes nos colons à protéger, on voulut en finir avec la
Kabylie. Ce n'était point facile, et on paraissait oublier qu'une des
choses qui ont fait le plus de mal à l'Algérie, c'est ce penchant à
s'étendre continuellement et à occuper un trop grand nombre de points,
fût-ce avec des moyens insuffisants. Pour former les deux colonnes qui,
au mois de mai de l'année dernière, sous les ordres de MM. Herbillon et
de Salles, ont agi vers Bougie et Djidjeli, il avait fallu affaiblir les
garnisons du sud, au point qu'on m'a assuré que Batna était resté avec
500 hommes et Biscara avec 250. Les meilleurs officiers furent appelés
à faire partie de l'expédition; le brave et infortuné commandant de
Saint-Germain fut du nombre, et en son absence le commandement supérieur
de Biscara dut être confié à un capitaine. De ces mesures, dit-on,
est sortie la guerre que les dernières opérations de M. le colonel
Canrobert, aujourd'hui général, viennent de terminer.

Une des causes principales des derniers troubles a été, sans aucun
doute, la trop grande multiplication des bureaux arabes destinés à
administrer les indigènes. Il y a inconvénient à intervenir de trop près
dans les phases intestines de l'existence des tribus. Dans le Hodna, par
exemple, la guerre a toujours existé, même du temps des Turcs. En pleine
hostilité aujourd'hui, demain les diverses tribus de ce territoire sont
réconciliées par leurs marabouts. Que nous importent ces dissensions,
surtout si l'expérience a prouvé qu'elles s'enveniment d'autant plus
que nous nous en mêlons davantage? Si, comme on l'annonçait, un nouveau
bureau arabe est établi à Bouçada, la neutralité cesse d'être possible;
l'officier français, appelé à se prononcer entre les deux partis,
tranche le différend ou le fait décider par ses chefs, et si une
soumission complète ne s'ensuit pas, en avant les colonnes! une
expédition devient indispensable.

Gouverner l'Algérie, y exercer le commandement suprême, mais
n'administrer que les points qui jamais ne pourront se soustraire à
notre domination, telle est, en résumé, la politique que nous aurions dû
toujours suivre, si j'en crois mes impressions, et l'opinion des hommes
véritablement compétents. De puissants chefs arabes, même nous servant
mal quant à la rentrée de l'impôt, mais faisant respecter nos routes
et nos voyageurs, n'assureront-ils pas notre empire mieux que certains
caïds relevant plus directement de nous, mais qui révoltent à chaque
instant les populations par les concussions dont ils les accablent en
notre nom? Il serait d'une haute politique d'entourer de la plus grande
considération les chefs à notre service, et de les relever aux yeux de
leurs administrés, en leur laissant ce prestige de nationalité indigène
qui leur donne l'air de ne céder qu'à notre force invincible, tout en
nous aimant quand nous faisons le bien. Surtout, il ne faudrait pas
perdre de vue que quelque temps de paix consolide notre pouvoir mieux
que l'expédition la plus heureuse, et que si une longue période de
tranquillité générale était donnée à la colonie, l'Arabe, qui est
fataliste, commencerait à croire à la perpétuité de notre domination, et
se soumettrait définitivement en disant: Dieu le veut!

Jetons maintenant un coup d'oeil sur l'état de la subdivision de Batna,
lors des derniers événements.

En octobre 1848, M. le colonel Carbuccia, d'une des meilleures familles
de Bastia, avait succédé, dans le commandement de cette subdivision, à
M. le colonel Canrobert. Ce dernier venait de rendre un immense service,
en s'emparant, par un coup de main hardi, comme il sait en faire, du
dernier bey de Constantine, Ahmed. Cependant, nos ressources étaient
bien faibles pour maintenir, dans une si grande étendue de territoire,
tant de populations diverses. En effet, la subdivision de Batna
comprend ces montagnards de l'Aurès, toujours turbulents, le massif des
Ouled-Sultan, les Ouled-Sellem, les Ouled-Bouanoun, le Hodna, le Sahara
ou Désert, où se trouve la région des oasis, ou Zab, au pluriel Ziban.
Les Aurès venaient de massacrer ou de chasser les caïds nommés par
nous; la plupart des autres points du pays n'étaient soumis que de nom;
l'échec essuyé par nos armes en 1844 n'avait pas été vengé, et si une
révolte ouverte avait éclaté, les plus fâcheuses complications étaient à
prévoir. Dès lors, le colonel Carbuccia avait senti les difficultés de
cette situation et les avait fait connaître à son chef immédiat, M. le
général Herbillon, commandant de la province. En avril et mai 1849, le
colonel s'était vu contraint de parcourir le Hodna, à la tête d'une
colonne expéditionnaire, pour maintenir notre caïd Si-Mokran, dont les
Arabes avaient voulu se débarrasser. Notre autorité en fut momentanément
raffermie, une réconciliation apparente eut lieu, et des otages furent,
suivant la coutume, amenés à Batna.

Dans le Sahara, par des circonstances favorables et fortuites, ou
peut-être à cause même de notre éloignement, les oasis le plus au sud,
Tuggurt et Souf, étaient dans les meilleures dispositions à notre égard.
Aussi, quand le kalifat d'Abd-el-Kader, Ahmed-bel-Hadj, a voulu,
en dernier lieu, traverser ce pays, pour se mettre à la tête de
l'insurrection, il a été repoussé avec perte par nos fidèles alliés
Ben-Djellal et Ben-Chenouf.

Les habitants du groupe d'oasis qu'on appelle le Zab-Dahri, et dans
lequel est situé Zaatcha, ne vivaient, il y a peu de temps encore,
que de la culture du palmier, qui suffisait à leur nourriture et aux
échanges. Menacés sans cesse par les nomades, qui les pillaient et les
rendaient tributaires, leur sort était exceptionnellement malheureux. En
1845, sous le commandement de M. de Saint-Germain, ils commencèrent
à jouir d'une administration régulière et uniforme. Grâce aux
encouragements de cet officier supérieur, ils produisirent d'abondantes
céréales, et l'on peut dire que, quatre ans après, la misère avait
complètement disparu de leur territoire. Le but de M. de Saint-Germain,
qui voulait gouverner directement le pays, était de soustraire le Sahara
à la dépendance du Tell, dont il tire ses grains. Louable en lui-même,
sous le rapport de la civilisation, au point de vue politique ce plan ne
pouvait produire que de fâcheux résultats chez un peuple qui nous sera
encore longtemps et peut-être toujours hostile.

Les Turcs connaissaient les Arabes au moins aussi bien que nous, et
certes ils se seraient gardés de rendre le désert indépendant du Tell.
La nécessité où sont les tribus sahariennes de venir, tous les ans,
s'approvisionner dans la région des céréales, est la meilleure garantie
de leur obéissance. Si elles nous mécontentent, leur compte est
bientôt réglé, et en cas de rébellion armée, nous pouvons leur fermer
complètement le Tell, et les obliger à recourir à des intermédiaires, ce
qui décuple pour eux le prix des denrées. Ce n'est d'ailleurs que dans
le Tell que ces tribus peuvent rencontrer, pour leurs dromadaires et
leurs moutons, des pâturages d'été, saison où le manque absolu d'eau
serait mortel aux troupeaux dans le désert. Cette dépendance du Sahara
envers la région des céréales est un fait tellement important qu'aucune
intrigue ou sédition de la part des nomades ne peut nous préoccuper
longtemps, placés qu'ils sont sans cesse sous l'inévitable coup d'une
répression pécuniaire, et même plus terrible, au besoin. Quatre passages
à travers une chaîne de montagnes qui court parallèlement à la mer,
conduisent du désert au Tell; à l'est, celui de Kinchila; à l'ouest,
celui de Soubila; ceux de Megaous et de Batna, au centre. Les deux
premiers sont en dehors de la direction que suivent les tribus.
Batna est fortement occupé par nous; quant à Megaous, notre caïd des
Ouled-Sultan y est établi et peut en défendre l'accès à tout venant qui
se serait attiré notre colère. Tout cela prouve encore une fois que
nous pouvons gouverner de loin les Arabes du Désert et abandonner cette
administration directe qui les avait enrichis, mais qui nous a créé des
obstacles tellement graves qu'il nous a fallu, pour les surmonter, tout
l'héroïsme de nos troupes. Voyons comment ils avaient surgi.

La base de la gestion de M. de Saint-Germain, c'était l'égalité devant
l'impôt, et il n'avait voulu tenir aucun compte des privilèges des
marabouts, dans un pays pourtant où cette caste est aussi nombreuse
qu'influente. Il n'en fallait pas davantage pour nous faire des ennemis
irréconciliables de gens qui n'auraient pas mieux demandé que de nous
servir, si, comme les Turcs l'avaient fait avant nous, nous eussions
ménagé leur suprématie. En 1848, la contribution des palmiers qui
n'avait été, dans l'origine, que de 15 à 20 centimes le pied, fut tout
à coup portée, sans transition, à 50, soit que ces précieux végétaux
rapportassent leurs dattes ou qu'ils n'en eussent pas. Une mesure
financière aussi vexatoire était justifiée jusqu'à un certain point par
la nécessité où l'on était de fournir aux frais de fortifications de
Biscara, frais que le gouvernement central n'avait pas voulu couvrir; et
en effet, 120,000 francs, produit du nouvel impôt, furent affectés à
la construction de la casbah de cette oasis. Quoi qu'il en soit, un
prétexte d'insurrection était trouvé pour les marabouts que nous nous
étions maladroitement aliénés. Tous affiliés à la secte religieuse dite
des frères de Sidi-Ab-er-Rahmann, qui a de nombreuses ramifications
dans les Ziban, ils fomentèrent sourdement la révolte, à laquelle il ne
manqua désormais qu'un fait déterminant.

L'administration directe de nos autorités militaires, et le nivellement
de l'impôt au préjudice des anciennes prérogatives des marabouts et
des familles nobles, voilà donc les causes principales de la dernière
guerre. Deux autres motifs, bien que secondaires, méritent d'être
mentionnés. D'une part, nos malheureuses discordes civiles avaient porté
leur fruit jusqu'au fond de la province de Constantine; de nombreux
naturels des oasis, connus sous le nom de Biskris, établis à Alger, où
la plupart font le métier d'hommes de peine, ne cessaient de mander aux
leurs, depuis la Révolution de Février, que chaque jour nos régiments
rentraient en France, que nous allions quitter l'Afrique, que nous nous
battions entre nous, et mille choses semblables.

D'autre part, une des conséquences de notre administration directe était
d'annihiler complètement l'autorité du scheick El-Arab, qui avait été
jusqu'alors un sûr moyen de domination dans le désert. Deux familles
s'étaient trouvées, tour à tour, en possession de cette dignité, espèce
de grand vasselage, les Ben-Gannah et les Ben-Saïd. Les Turcs, suivant
les exigences de leur politique, les avaient alternativement élevées, et
il faut le dire, de leur temps le scheick El-Arab était réellement
le suzerain du Sahara, percevait les contributions, payait au bey de
Constantine la redevance exigée, administrait comme il l'entendait, et
garantissait ainsi de tout embarras le gouvernement suprême. En 1837,
après la prise de Constantine, les Ben-Saïd, dont le chef a été tué à
notre service, étaient en fonctions. En 1844, M. le duc d'Aumale leur
substitua les Ben-Gannah qui y sont encore; mais le titulaire actuel,
que je connais, et qui est décoré de la Légion d'honneur, a vu son
autorité tellement amoindrie que, pour ne citer qu'un exemple, il n'a
pu, lors de la dernière campagne et bien qu'il fût dans notre camp,
procurer au général Herbillon un seul espion à qui accorder créance.
Cependant, la part d'impôt, que ce scheick prélève annuellement à son
bénéfice, est de plus de 100,000 francs.

Telle était la situation des choses, lorsque le départ de M. de
Saint-Germain et les détachements considérables exigés par l'expédition
de Kabylie décidèrent les mécontents à se prononcer. Bou-Zian, ancien
scheick de l'oasis de Zaatcha, annonça que le prophète, qu'il prétendit
avoir vu en songe, lui avait ordonné de réunir les croyants et de les
convier à la guerre sainte. Aussitôt, il sacrifie le cabalistique mouton
noir, et invite de nombreux affidés au banquet sacré, où il donne le
signal de l'insurrection. M. Séroka, jeune et vaillant officier du
bureau arabe de Biscara, se porte à Zaatcha, avec quelques cavaliers,
pour arrêter Bou-Zian et ses fils. Déjà ce fanatique était entre ses
mains, quand, attaqué à l'improviste, M. Séroka se voit contraint de
battre précipitamment en retraite, ramené à coups de fusil par toute la
population ameutée. Le lendemain, un détachement beaucoup plus fort est
repoussé à son tour, et la révolte gagne des proportions inquiétantes.
Bou-Zian en est le chef; c'est un homme de quarante ans, énergique,
intelligent, courageux, fameux tireur. Il n'était pas marabout;
mais depuis ses prétendus entretiens avec Mahomet, il avait joué le
personnage religieux, et il jouissait d'une réputation de sainteté bien
établie.

Tout porte à croire que si M. de Saint-Germain avait pu rentrer
immédiatement à son poste, et diriger de suite un bataillon sur Zaatcha,
il aurait eu beau jeu de cette levée de boucliers. Malheureusement,
l'expédition de Kabylie obligea le général Herbillon à le retenir, avec
mille hommes placés sous ses ordres, et lorsque, avec ces troupes, il
fut de retour à Batna, le 5 juillet, l'insurrection avait fait de grands
progrès. Le Sahara tout entier s'agitait à la voix de ses marabouts;
les montagnards des Aurès étaient en pleine rébellion; notre caïd des
Ouled-Sultan avait trouvé la mort en défendant notre souveraineté
ébranlée; enfin, les Ouled-Denadj, révoltés contre leur chef Si-Mokran,
avaient enlevé sa _smala_ et blessé dangereusement son fils Si-Ahmed. Ce
brave et intéressant jeune homme, doué de la figure la plus distinguée,
est notre grand partisan, il a visité Paris, parle un peu français, et
se trouve heureux, dit-il, d'avoir pu sceller de son sang sa fidélité à
notre drapeau. Sur sa poitrine la croix de la Légion d'honneur serait
bien placée.

Pour avoir raison des insurgés qui jetaient le trouble dans la
subdivision territoriale placée sous ses ordres, M. le colonel Carbuccia
prit lui-même le commandement de la colonne de 1,500 hommes qui, le
6 juillet, quitta enfin le chef-lieu, avec six obusiers de douze
centimètres. Le 9, avant le jour, une tribu redoutée, les Ouled-Sahnoun,
nos ennemis irréconciliables, étaient rasés de fond en comble. Le 15,
la colonne arrivait à Biscara, où l'on pensait généralement que
l'apparition seule de nos forces et, tout au plus, la menace de détruire
les palmiers suffiraient à réduire l'ennemi.

Sous l'impression de ces données inexactes, le colonel Carbuccia se
présenta devant Zaatcha, dans la nuit du 15 au 16. Il reconnut en
personne les abords de la place et put se convaincre des graves
difficultés de son entreprise. Cet excellent officier eut raison de ne
pas s'exposer aux énormes inconvénients d'une retraite sans combat, et
ne consultant que son courage, il ordonna l'attaque.

Deux colonnes de 450 hommes chacune abordèrent vigoureusement les
Arabes, et au bout de deux heures de lutte très vive, par une chaleur
de 59°, ils les avaient refoulés, de jardin en jardin, jusque dans
l'enceinte crénelée du village. Là, nos bons soldats furent arrêtés par
un obstacle matériel, un fossé de cinq mètres de large, qu'on ne put
franchir sous le feu d'un ennemi invisible. Les obusiers de douze
centimètres ayant été insuffisants pour entamer un mur à soubassement en
pierres cyclopéennes du temps des Romains, il fallut se retirer, après
de longs efforts proclamés héroïques par l'armée d'Afrique tout entière.

Dès lors, la révolte gagna de proche en proche, même en dehors des
Ziban, et la défection de Sidi-Abd-el-Afid, chef de la redoutable
secte religieuse des Ghouans, vint mettre le comble aux dangers de
la situation. Heureusement, en apprenant cette nouvelle, le colonel
Carbuccia, revenu à Batna, se hâta d'en faire partir pour Biscara le
seul bataillon qu'il eût de disponible. Bien que ce bataillon fût d'un
faible effectif et n'amenât qu'une pièce d'artillerie, il permit à M.
de Saint-Germain, resté au commandement de Biscara, d'entreprendre la
brillante affaire du 17 septembre, dont tous les journaux ont retenti,
et où ce vaillant officier trouva une mort glorieuse.

Les choses étaient dans cet état, lorsque M. le général Herbillon quitta
Constantine, pour commander en chef l'expédition à laquelle j'allais
prendre part. Arrivé le 7 octobre devant Zaatcha, il livrait le 20 un
premier assaut, soutenu avec succès par les Arabes, malgré l'invariable
bravoure de nos soldats.

On a vu que le 15, de bon matin, j'étais parti de Constantine. Après
quelques heures de marche, nous fîmes halte à la fontaine du Bey. Dès la
veille, j'avais fait connaissance avec le sirocco, une des conditions
les plus incommodes de la guerre d'Afrique. Nous nous rafraîchîmes
copieusement à une belle source d'eau vive, et tandis que nos chevaux
mangeaient l'orge, qu'on déchargeait les mulets, et qu'on retirait
des cantines notre frugal déjeuner, je m'amusai à chasser des bandes
nombreuses de gangas, que je trouvai très farouches, pour une contrée
aussi déserte.

Nous arrivâmes de bonne heure à l'étape d'Aïn-Mélilla, où ma tente
fut bientôt dressée près de la fontaine. Les eaux abondantes qui en
découlent, forment un long marais qui s'étend de l'est à l'ouest et qui,
par sa végétation et les oiseaux aquatiques qui le peuplent, égaie un
peu la triste vallée où nous nous trouvions. Elle est surplombée de deux
montagnes arides qui semblent s'observer, et les Arabes de la tribu
voisine nous assurèrent, sans perdre leur sérieux, qu'à certains jours,
les deux colosses de granit s'avancent l'un vers l'autre dans la plaine
et s'entrechoquent dans une lutte fantastique. Ces braves gens à
imagination poétique s'appellent les Smouls, et comptent parmi nos plus
sûrs alliés. Un de leurs chefs, à figure biblique encadrée dans un
bournous blanc comme neige, vint me saluer et m'offrir la _diffa_. Elle
consistait dans un grand plat de bois, à pied, comblé de _couscous_ et
de viandes. Ce chef me dit qu'il savait que j'étais non-seulement le
frère du sultan des Français, mais le fils d'un prophète, et qu'il
n'avait rien à me refuser. J'usai de son hospitalité, en lui demandant
du lait qu'il nous procura aussitôt, et que l'ardeur produite par le
sirocco nous rendit extrêmement agréable avec du thé. La nuit, des
voleurs de chevaux vinrent rôder autour de nos tentes; mais les chiens
des _douairs_ voisins firent un tel vacarme qu'ils les éloignèrent.
Réveillés par leurs aboiements, nous entendîmes dans le lointain le
rugissement d'un lion. Cette première étape, par son originalité
romanesque, ne fut pas sans charme; de Constantine à Aïn-Mélilla il y a
quarante-deux kilomètres.

Dès que le jour parut, nous pliâmes bagage, et après quelques heures de
marche assez vive, nous fîmes notre grande halte sur les bords du marais
d'Aïn-Feurchie. Le gibier, dans cet endroit, foisonne, mais il est très
défiant; le pays, tout à fait découvert, ne permet pas qu'on l'approche;
je poursuivis inutilement deux grands et magnifiques oiseaux du genre
des outardes. Continuant notre route, nous passâmes entre deux lacs
salés qu'on appelle la _Sebka_. Dans cette saison, l'eau qui s'en était
entièrement retirée, laissait à découvert une vaste plaine de sel,
dont le blanc bleuâtre, sillonné de sentiers frayés par les indigènes,
rappelait ces contrées septentrionales couvertes de neige, et où le
soleil brille après une forte gelée. Nous rencontrions souvent des
bandes d'Arabes, parmi lesquels des Sahariens qui, poussant devant eux
leurs dromadaires chargés de sacs de grains, regagnaient le désert. Nous
remarquâmes une femme qui, sur un cheval, entourée jusqu'à la ceinture
de paquets de toutes sortes, se voila le visage quand nous parûmes.
Trois autres femmes très laides la suivaient à pied. Le soin qu'avait
pris la première de se cacher la figure à notre approche fait présumer,
contrairement à ce qu'on croirait en Europe, qu'elle était jolie; ses
yeux l'étaient certainement, car tout en se dérobant à notre curiosité,
elle avait soin de nous darder des oeillades assassines. Je la saluai
en passant auprès d'elle, mais je n'en obtins qu'un dédaigneux silence.
Avant le coucher du soleil, nous étions à l'étape d'Aïn-Yagout, distante
de soixante-seize kilomètres de Constantine.

L'administration militaire a fait ici bâtir un bel abreuvoir et une
grande maison de plain-pied qui sert, en même temps, d'auberge et de
poste retranché. Je fus reçu par un sergent allemand de la Légion
étrangère, à qui en était confiée la garde. Les Arabes, pour lesquels
l'abreuvoir est d'une grande utilité, l'entouraient, en foule, hommes et
femmes de différents _douairs_. Je me mêlai un instant à eux, et je
pus remarquer que les événements qui s'accomplissaient avaient leur
influence sur ces populations, et qu'une partie, du moins, était déjà
ouvertement hostile à notre domination.

Le lendemain, nous étant mis en marche sous un soleil ardent, nous fîmes
notre halte et notre déjeuner à l'ombre de rochers gigantesques; après
quoi, nous quittâmes enfin la zone brûlée et sans bois que nous suivions
depuis Constantine, pour entrer dans celle couverte d'une végétation
vivace qui entoure Batna. A peu de distance de ce chef-lieu, nous nous
arrêtâmes à un beau moulin qui fournit les farines de la garnison, et
qui était gardé par un détachement du 5me bataillon de chasseurs à
pied. Au moment où nous reprenions notre marche, je vis accourir à ma
rencontre un groupe d'officiers du 2me régiment de la Légion étrangère
qui, M. le lieutenant-colonel de Caprez en tête, me firent le meilleur
accueil. Avec eux, je retrouvai M. Pichon, lieutenant aux chasseurs
d'Afrique, que j'avais connu à Paris, où nous eûmes ensemble le bonheur
de rendre moins graves les suites d'un duel inévitable entre deux
vaillants officiers, porteurs de deux des plus beaux noms de l'époque
impériale.

En causant avec ces braves, je fus bientôt rendu à Batna, création de
nos soldats, qui prend déjà les proportions d'une petite ville.
Un simulacre d'enceinte, inachevée, et qui n'offrirait pas grande
résistance en Europe, paraît devoir suffire à la garantir, au besoin,
de toute attaque de la part des Arabes. Par ordre de M. le colonel
Carbuccia, en ce moment à la colonne expéditionnaire, son logement fut
mis à ma disposition par M. le lieutenant-colonel de Caprez, qui m'en
fit les honneurs avec une charmante cordialité. Je commençai, dès
lors, à sentir les effets de l'hospitalité, vraiment corse, du colonel
Carbuccia et de sa vive amitié, qui ne s'est point démentie, et qui a
été pour moi une consolation, au milieu des avanies que j'ai essuyées.

J'eusse voulu poursuivre ma route le lendemain, mais M. de Caprez,
commandant intérimaire, ne crut pas devoir me laisser partir avec une
aussi faible escorte, et il me prescrivit d'attendre au surlendemain, 19
octobre, le départ d'un convoi, dont il m'accorda le commandement. Cette
précaution était bien loin d'être superflue. La province tout entière se
trouvait dans une agitation extrême. Non-seulement des meurtres sur des
hommes isolés avaient eu lieu, même sur la route de Constantine que nous
venions de parcourir, mais les montagnards des Aurès, dont le territoire
s'étend presque aux portes de Batna, s'étaient montrés en force dans la
vallée de Lambesa, à une très petite distance de la place. Lambesa est
une ancienne ville romaine, dont les ruines sont d'un grand intérêt pour
les archéologues. Dans des fouilles dirigées par le colonel Carbuccia,
on y a trouvé des objets extrêmement intéressants, et particulièrement
des statues d'un très beau style que j'ai vues à Batna. C'est sur
les débris de cette vieille résidence des maîtres du monde que le
gouvernement se propose de fonder la colonie où doivent être transportés
les malheureux combattants de juin. Ni les matériaux, pierres et bois,
ni des eaux abondantes, ni un sol fertile sous un climat sain, ne
manqueront aux nouveaux colons. Puissent ces avantages adoucir leur
sort, et leur rendre moins cuisants les regrets de l'exil!

J'employai la journée du 18 à visiter tout ce que Batna renferme de
remarquable. La population civile m'a paru commerçante, industrieuse et
prospère. Des boutiques bien assorties, un établissement de bains, des
plantations très productives, dénotent les progrès qu'en persévérant
dans son travail elle est appelée à faire tous les jours. Les
établissements militaires, magasins, casernes, hôpitaux, sont dignes
d'attention. Les charpentes de ces divers bâtiments sont toutes en bois
de cèdre, que l'on retire d'une belle forêt qui couronne la cime d'une
montagne voisine. Le cèdre ne justifie pas, du reste, sa réputation, et,
en Algérie du moins, il paraît qu'il se détériore en peu de temps.

Dans la visite que je fis aux hôpitaux, je m'entretins avec plusieurs de
nos blessés qui revenaient de la colonne du général Herbillon, et ce ne
fut pas sans émotion que je reconnus parmi eux un garde mobile, jeune
Parisien engagé depuis peu dans la Légion étrangère. Il avait reçu toute
la décharge d'un tromblon; couvert de blessures, il ne s'inquiétait
que de son frère, volontaire comme lui, et qu'il avait laissé dans les
Ziban; heureusement, l'officier de santé répondait de sa guérison.

Le 19 octobre, après avoir pris les ordres de mon lieutenant-colonel, je
dis mon lieutenant-colonel, puisque je savais déjà que j'étais destiné
au commandement du 3e bataillon du 2e régiment de la Légion étrangère;
après avoir pris les ordres de ce vieux serviteur de la France, je
partis avec la cavalerie du convoi. M. le lieutenant-colonel de Caprez
est Suisse de naissance, et il tient de sa nation tout ce qu'elle a
d'éminemment militaire dans son généreux dévouement. Il me fit l'honneur
de m'accompagner jusqu'à une certaine distance de la place. L'infanterie
nous avait précédés, sous le commandement d'un jeune lieutenant normand
du 8e de ligne, M. Wolf, relevant à peine d'une blessure, et mort d'une
belle mort, peu après, à la prise de Nara par M. le colonel Canrobert.

Le convoi se composait de trois cents mulets de charge, accompagnés
d'autant de conducteurs arabes, et portant soixante-dix mille rations,
outre quelques munitions de guerre. L'escorte placée sous mes ordres
n'était que de vingt-huit fantassins de la Légion et trente-sept
cavaliers, chasseurs d'Afrique et spahis. MM. Conseillant,
sous-intendant militaire, et Dubarry, officier de santé, voyageaient
avec nous. Malgré le voisinage des monts Aurès, la route de Batna à
El-Ksour, première étape vers Biscara, n'avait pas encore été inquiétée;
nous y arrivâmes sans encombre. C'était un poste en maçonnerie, encore
en construction, et situé près d'une source qui ne tarit point. Un petit
détachement de la Légion, commandé par le lieutenant Sarazin, y tenait
garnison. Nous plantâmes le piquet; je pris quelques précautions pour
la nuit, et le lendemain, à quatre heures du matin, je fis battre _le
premier_. Les tentes furent bientôt abattues, et le café pris. La
distribution de café est une excellente innovation, qui plaît beaucoup
au soldat et qui, sous ce climat, parait être très favorable à son
hygiène; elle est due, si je ne me trompe, à M. le général Lamoricière.
Chaque homme a dans son sac sa petite provision de café moulu et mêlé
au sucre en poudre; instantanément, dans une gamelle ou dans le premier
récipient venu, la boisson est préparée, souvent même à froid. Cela ne
devrait pas empêcher, ce me semble, de distribuer journellement aux
soldats une ration d'eau-de-vie; versée dans leurs bidons, elle en
corrigerait l'eau qui, la plupart du temps, saumâtre et malsaine,
occasionne des diarrhées qui dégénèrent fréquemment en dysenteries,
affaiblissent et démoralisent un grand nombre d'hommes dans toute
colonne en marche. A ce sujet, qu'il me soit permis de signaler une
économie mal entendue, un fait condamnable et pernicieux que j'ai
observé. En Afrique, le vin qu'on peut se procurer en campagne, chez
les cantiniers et même dans les places de second ordre, est cher
et détestable; le vin bleu des barrières de Paris est un nectar en
comparaison; cependant, personne, à quelques rares exceptions près, n'en
a de meilleur, et vraiment c'est pénible de voir tant de braves gens,
qui n'épargnent ni leurs sueurs ni leur sang, s'empoisonner, lorsqu'il
serait si facile à l'administration de leur fournir du bon vin à un prix
raisonnable. Il lui suffirait d'avoir, comme cela se pratique pour les
ambulances, du vin de distribution dont la qualité serait garantie dans
l'adjudication au fournisseur; on le céderait aux hommes au prix de
revient.

Le _rappel_ battu, nous partîmes en nous éclairant, bien qu'il n'y eût
pas de probabilité que nous fussions attaqués ce jour-là. Deux spahis
ouvraient la marche, suivis, à peu de distance, d'un brigadier et quatre
cavaliers; cent cinquante pas derrière ceux-ci, venaient la moitié de
l'infanterie, le convoi, sur un grand front, quand le passage des lits
desséchés des torrents n'obligeait pas à le réduire, le reste des
fantassins, la cavalerie, et un peu plus loin, en arrière-garde, un
sous-officier et quatre cavaliers; enfin, deux autres spahis fermaient
la marche, et quatre chasseurs à droite et à gauche la flanquaient.
Cette petite colonne était très originale et pittoresque, dans une
plaine sauvage jalonnée de ruines d'anciens postes romains. Pour
l'empêcher de s'allonger, nous faisions, toutes les heures, une halte de
cinq minutes, et malgré les prescriptions réglementaires, je permis aux
fantassins de déposer les sacs sur des mulets haut le pied, attention à
laquelle nos soldats sont très sensibles.

Nous arrivâmes de bonne heure à la rivière des Tamaris, où nous fîmes
notre grande halte. Ce lieu est célèbre par les fréquentes embuscades
des Arabes. Tandis que nous déjeunions, nous vîmes arriver une
évacuation de nos blessés, parmi lesquels étaient MM. Marinier et
Thomas, capitaines dont l'état nous inspira, pour leur vie, de vives
inquiétudes. Ils venaient de Biscara, sous l'escorte d'un détachement de
chasseurs d'Afrique. M. Hamme, officier commandant, portait l'ordre de
faire rétrograder, avec les blessés, les troupes que j'amenais de Batna.
Je renvoyai donc mon escorte, hormis M. Bussy, les deux chasseurs et
deux des spahis que j'avais pris à Constantine, les deux autres étant
restés malades à Batna, et je me remis en route avec M. Hamme, dont le
détachement faisait partie de l'escadron du capitaine Vivensang, qui
nous attendait à El-Kantara.

En quittant la rivière des Tamaris, et à mesure qu'on avance vers le
sud, le pays, d'abord ondulé et encore couvert de quelque végétation, se
montre tout à coup abrupte, stérile et montagneux. On arrive ensuite à
un défilé rocailleux qui aboutit au passage d'El-Kantara, où une petite
rivière torrentielle s'ouvre une étroite issue entre deux hautes
montagnes d'une pierre rougeâtre, sombres, dépouillées et taillées à
pic. C'est sur ce cours d'eau, au lit profondément encaissé, qu'est jeté
un pont de construction romaine, dont la solidité a bravé le temps et
les crues, et donné un nom à la localité, car El-Kantara en arabe veut
dire le pont. A la sortie de ce passage, le regard, fatigué de s'arrêter
sur les roches décharnées qui l'enserrent, est frappé d'un spectacle
magique; un vaste horizon apparaît sans transition, et au débouché même
du défilé, une verte oasis de palmiers offre ses ombrages et ses fruits,
tandis qu'au delà, comme en deçà, le sol est infertile et escarpé.

Ici, je dus remarquer que, malgré leur bravoure et leur fanatisme, les
Arabes ne savent pas toujours profiter des avantages du terrain. Il est
certain que, dans tout autre pays de montagnes, en Corse, en Grèce,
en Catalogne ou dans le Tyrol, une poignée de tireurs eût suffi pour
disputer le passage même à des forces considérables, et sans convoi,
dans une gorge aussi bien disposée pour la guerre de chicane.

M. le capitaine Vivensang, qui était venu à notre rencontre, nous
conduisit où campaient ses chasseurs. Les deux détachements réunis, nous
disposions d'une soixantaine de sabres, qui, en rase campagne, valaient
au moins, comme on sait, et comme on verra par la suite, un nombre
décuple d'Arabes. Sans doute, nous avons en France de beaux et bons
régiments, mais il n'en est point qui satisfassent autant que cette
admirable cavalerie de chasseurs d'Afrique l'observateur consciencieux
qui aime à voir les agents de guerre véritablement appropriés à leur
destination. Le soir, dans la tente du capitaine, je soupai gaiement
avec les officiers, MM. Hamme, Chabout et Lermina. La soupe à l'oignon
ni le vin bleu ne furent dédaignés. Du reste, le caïd de l'endroit,
revêtu d'un bournous d'investiture, c'est-à-dire rouge, donné par nos
autorités, nous fit apporter des poules, des oeufs et des oranges
amères.

Le 21, au lever du soleil, nous pliâmes bagage et nous fîmes filer aussi
lestement qu'on put nos mulets arabes et leurs conducteurs. La route ne
nous offrit rien de particulièrement remarquable, si ce n'est une roche
de l'aspect le plus bizarre, imitant à s'y méprendre, même à une faible
distance, les ruines d'un château féodal. A la grande halte, nous
chassâmes, le capitaine et moi, aux bords d'une rivière couverts de
lauriers roses, et, malgré l'avis qu'on nous avait donné que nous
rencontrerions l'ennemi avant d'être à El-Outaïa, nous arrivâmes sans
encombre, après quelques heures de marche, à cette misérable oasis,
dont les plantations ont été complètement détruites par Ahmed, bey de
Constantine. Nous nous trouvions à environ deux cents kilomètres de
cette ville, et à trente seulement de Biscara.

Le caïd et le maréchal-des-logis des spahis bleus du Désert, cavaliers
irréguliers qui font pour nous le service de la correspondance, vinrent
nous recevoir. Ce maréchal-des-logis, qui s'appelle Déna, est un ancien
chef de parti, autrefois la terreur du pays, qu'il parcourait en
rançonnant, à la manière des Bédouins, les voyageurs; au demeurant,
brave et fidèle à ses engagements, il nous a été très utile, et je
devais en avoir bientôt la preuve.

Pendant que les chasseurs dressaient les tentes et rangeaient les
chevaux, je pris mon fusil et je me mis à poursuivre des ramiers, dont
nous voyions de toute part d'innombrables volées. Ces oiseaux n'ont rien
perdu en Afrique de la ruse qui les caractérise en Europe; aussi, ennuyé
de ne pouvoir en approcher, je m'arrêtai à une source où les femmes de
l'oasis venaient remplir leurs cruches. Une seule, parmi ces Rébecca,
justifiait la réputation de beauté qu'on accorde indûment au sexe
d'El-Outaïa. C'était une jeune fille presque blanche, légèrement
tatouée, aux yeux de jais, aux dents de perles, aux formes sveltes et
arrondies, qu'un _haïk_ couvrait à peine. Sans doute, le sentiment
qu'elle paraissait avoir de ses charmes la rendait moins sauvage; car,
tandis que ses laides compagnes me faisaient des yeux d'hyène, elle
sourit doucement à mon salut, tant il est vrai que l'instinct de la
coquetterie n'abandonne jamais complètement les femmes d'aucun pays.

Mon brave et excellent compagnon, M. Bussy, qui parle la langue du pays
comme un Arabe, et qui, avec son activité accoutumée, avait été aux
renseignements, m'avertit qu'on avait connaissance de l'ennemi.
Évidemment, la journée du lendemain ne se passerait pas sans le voir.
Le soir, en soupant avec les officiers, il fut convenu de commander
quelques cavaliers de Déna, qui, par la connaissance qu'ils ont des
moindres plis du terrain et des ruses de leurs compatriotes, sont de
précieux éclaireurs, qui devaient nous prévenir en cas d'embuscade.

Le _boute-charge_ des chasseurs nous réveilla à la pointe du jour. Une
heure après, on sonna à cheval, et avec la moitié de notre monde en tête
et le reste en queue du convoi, nous nous avançâmes dans la plaine,
précédés de nos spahis bleus. Le chemin suit cette plaine, ou plutôt
cette vallée, jusqu'au col de Spha, gorge étroite où l'on traverse la
dernière chaîne de l'Atlas, limite du Désert, au-delà de laquelle, à
une petite distance, se trouve Biscara. Le sol, généralement uni, d'un
aspect sauvage et dominé au loin par des montagnes de sel, est relevé
par-ci, par-là, de quelques mamelons isolés, et coupé de ravins ou de
lits de torrents desséchés, très propres aux embuscades. Nous savions
à n'en pas douter que Si-Abd-el-Afid, ce marabout influent des monts
Aurès, qui, au mois de septembre dernier, avait été frotté d'importance
par l'infortuné commandant Saint-Germain, était aux aguets avec un
_goum_ nombreux. Deux ou trois jours avant, ces partisans avaient
assassiné un chasseur et deux spahis à l'entrée du col de Spha, où nous
vîmes le sol encore rougi de leur sang. On prétendait aussi que nous
aurions affaire à des fantassins qu'on avait vus, disait-on, postés dans
le défilé, ce qui nous aurait embarrassés quelque peu, attendu que nous
n'avions pas nous-mêmes une seule baïonnette; mais dans la plaine, quel
que fût le nombre des ennemis, la valeur éprouvée de nos bons chasseurs
et le prestige de leur uniforme nous garantissaient, de gré ou de force,
le passage du convoi. On va voir si nous nous trompions.

Le manque absolu d'eau ne nous avait pas permis de faire de grande
halte. Une harde de gazelles venait de partir, et je faisais remarquer à
un de mes voisins que, dans un autre moment, la nature du terrain
nous eût invités à les poursuivre, lorsque je fus frappé de l'aspect
singulier de deux mamelons isolés et rapprochés qui, à l'endroit où
nous étions, masquaient le débouché du col, situé à un petit intervalle
derrière eux. J'observai que, suivant toutes les probabilités, là devait
être l'embuscade. Elle y était, en effet; mais, en nous voyant avancer,
l'ennemi avait filé doucement par la droite, et gagné le lit d'un
torrent à notre gauche. Nos spahis bleus, s'en étant approchés avec
précaution, le fusil haut, firent tout à coup demi-tour et revinrent
vers nous au galop. Le premier arrivé nous dit en arabe, en montrant
du doigt le lit du torrent: le goum de Si-Abd-el-Afid est là. Nous
n'aperçûmes rien d'abord. Cependant, ayant fait filer l'avant-garde
et le convoi, ce qui ne fut pas fait sans peine, je restai avec M.
Vivensang et deux autres officiers à l'arrière-garde. Nous n'avions,
en définitive, qu'une trentaine de chevaux, et bientôt nous vîmes, à
quelques cents mètres de nous, sortir successivement d'embuscade un
grand nombre de cavaliers ennemis, qui se rangèrent en assez bon ordre
_de l'autre côté du ravin_. Cette circonstance me fit penser de suite
qu'ils n'étaient pas décidés à nous aborder, et qu'ils nous redoutaient,
bien qu'ils fussent au moins deux cents. Quelques chefs, plus hardis ou
mieux montés que les autres, caracolaient sur nos flancs, et venaient
faire la _fantasia_ un peu plus près de nous; mais lorsque, avec le
capitaine et Bussy, je m'avançai pour les reconnaître, plusieurs groupes
se détachèrent du gros de la troupe et fuirent vers les montagnes. Nos
chasseurs, qui ne comptent jamais leurs ennemis, voulaient les charger,
et je ne doute pas que ce n'eût été avec succès; mais le soin du convoi
confié à notre garde nous prescrivait impérieusement de le rallier;
d'autant plus que nous ne savions pas jusqu'à quel point il pouvait être
vrai qu'une embuscade de fantassins nous attendait au col. Nous serrâmes
donc sur le convoi; les Arabes nous suivirent, mais à une distance
respectueuse.

Déjà l'avant-garde, les mulets et leurs conducteurs étaient engagés dans
le défilé. C'était curieux de voir l'empressement de nos Arabes, à qui
la peur d'avoir le cou coupé par les Aurès faisait faire des prodiges
de diligence, qu'avec la meilleure volonté du monde il nous aurait été
impossible d'obtenir d'eux dans un autre moment. Quoi qu'il en soit,
nous effectuâmes le passage sans autre accident; seulement, une heure ou
deux après, l'ennemi massacra et mutila horriblement de pauvres colons
qui avaient commis l'imprudence de s'aventurer seuls sur ce chemin.
Les fantassins qu'on avait aperçus sur la hauteur n'étaient pas des
partisans de Si-Abd-el-Afid, mais un petit poste de nos auxiliaires, que
le commandant supérieur de Biscara y avait établi, pour signaler ce qui
se passait au-delà du col.

Trente chasseurs avaient tenu en respect deux cents cavaliers arabes!
Ce fait me parut d'autant plus frappant que les adversaires, à qui nous
avions eu à tenir tête, sont bien loin d'être des lâches. Il prouverait
une fois de plus, s'il en était besoin, l'avantage d'avoir des corps
d'élite, aguerris, redoutés de l'ennemi, et sans lesquels, j'en suis
convaincu, il n'est point d'organisation militaire parfaite.

A la sortie du défilé, nous trouvâmes un détachement de cavalerie qui
venait à notre rencontre, et qui aurait pu nous être d'un grand secours,
si le combat s'était engagé. Nous gagnâmes bientôt le nouveau camp
retranché de Raz-Elma, construction remarquable qui commande la source
d'où jaillissent les eaux de l'oasis de Biscara, ce qui nous donnerait,
en cas de révolte, la faculté de les détourner et de ramener ainsi les
habitants à l'obéissance. C'est à travers un bois de palmiers chargés
de leurs régimes dorés, que nous atteignîmes le village et la casbah,
résidence du commandant supérieur. De nombreux Arabes des deux sexes
cueillaient paisiblement les dattes, sans avoir l'air de songer à la
lutte mortelle dont le bruit pouvait retentir jusqu'à eux, engagée
qu'elle était à quelques lieues de là, entre leurs coreligionnaires et
nous. C'est le caractère de ce peuple de ne se prononcer qu'au moment
d'agir, et ce n'est pas un mince avantage pour lui, dans la condition
d'infériorité où il se trouve.

Grâce toujours à la prévenante courtoisie de M. le colonel Carbuccia,
le logement qu'habitait de son vivant M. de Saint-Germain fut mis à ma
disposition. La casbah était remplie de blessés et de malades, à qui
le capitaine Bouvrit, commandant supérieur, et nos officiers de santé
prodiguaient les soins les mieux entendus. J'allai porter à ces braves
l'expression de ma sympathie, et comme représentant du Peuple, celle
du pays tout entier. Parmi eux, je serrai la main, avec une profonde
émotion, au commandant Guyot du 43e de ligne, fils du général comte
Guyot, et filleul de l'empereur. Ma présence parut produire sur lui une
vive impression; bien qu'il fût dangereusement blessé, je ne prévoyais
pas alors la catastrophe qui devait terminer sa noble existence et
replonger dans le deuil une famille qui a si largement payé sa dette à
la patrie.

A Biscara, je rencontrai également M. Séroka, jeune officier de la
Légion, dont j'ai déjà parlé, et qu'un bonheur inespéré me faisait
trouver en pleine convalescence, bien qu'il eût eu le cou traversé d'une
balle, de la même balle qui avait frappé le colonel du génie Petit, dont
toute l'armée déplore la perte.

Le lendemain au matin, avec une escorte d'une vingtaine de chasseurs, je
partis pour le camp du général Herbillon. Désormais, nous voyagions dans
le Sahara. Le sable, où nos chevaux enfonçaient parfois jusqu'au genou,
nous l'aurait dit assez, à défaut de l'aspect tout différent du pays.
Zaatcha se trouve à sept ou huit lieues de Biscara. Nous avions tourné
à l'ouest; à gauche nous apercevions le désert, dont la monotonie n'est
interrompue que par les palmiers des oasis se montrant de temps en
temps à l'horizon. A droite, l'extrême Atlas élève, comme une enceinte
continue du Tell, sa croupe décharnée et dépourvue de toute végétation,
étayée, en guise de contre-forts, par d'énormes masses de sable que le
sirocco y amoncelle.

A une lieue du camp, je piquai des deux, et je ne fus pas longtemps sans
l'apercevoir. M. le colonel Carbuccia, venu à ma rencontre avec quelques
officiers de son régiment, me conduisit à sa tente, et de là à celle
du général qui m'accueillit très bien. Celui-ci me confirma qu'il me
destinait au commandement d'un bataillon de la Légion, ce qui n'était
pas absolument ce qu'on m'avait promis à Paris. Le 1er régiment de la
Légion étrangère, auquel j'appartenais, était dans la province d'Oran;
il n'y avait devant Zaatcha que deux faibles bataillons du 2e, dont M.
Carbuccia est colonel. Je me félicitais d'ailleurs de servir sous les
ordres d'un Corse qui déjà m'avait donné des marques de sympathie. Le
soir même, devant le régiment assemblé, il me fit reconnaître en
qualité de chef du 3e bataillon, dont l'effectif était de trois cent
quarante-huit hommes, non compris les officiers. Le 1er bataillon, aux
ordres de M. le capitaine Souville, était encore plus faible; il ne
comptait que deux cent quatre-vingt-quinze hommes, et je ne m'éloigne
pas de la vérité en disant que nous n'avions, en tout, qu'un officier, à
peu près, par compagnie.

La colonne campait sur plusieurs lignes, dans un terrain sablonneux
et ondulé, dont l'état-major et l'ambulance occupaient les points
culminants. Leurs tentes étaient adossées à de grands rochers. A quatre
cents mètres environ du front de bandière coulait un ruisseau aux eaux
saumâtres, mais abondantes; deux cents mètres plus loin, étaient la
lisière de l'oasis et la _Zaouïa_, espèce de petite mosquée à minaret,
entourée de quelques maisons désertes.

Mon régiment était établi en première ligne. On dressa ma tente non loin
de celle du colonel, qui voulut bien me conduire lui-même chez tous les
officiers supérieurs, et à l'ambulance, où nous visitâmes les blessés,
que j'eus la satisfaction de voir entourés de tous les soins possibles
par M. le docteur Malapert et ses aides.

Cette nuit, je fus réveillé par une fusillade assez vive. Un parti
ennemi, à la faveur de l'obscurité, s'était glissé près du camp et
brûlait sa poudre sans résultat; cependant, les balles sifflaient
autour de nos tentes et un cheval même en fut atteint. Le feu de nos
grand'gardes fit bientôt taire celui des Arabes, et le colonel dit en
riant qu'ils étaient très bien élevés, puisque, ayant appris l'arrivée
d'un représentant du Peuple, ils le saluaient d'une salve de bienvenue.
Tout rentra dans le silence, sauf quelques coups de fusil qu'on
entendait dans la direction de la tranchée, à de rares intervalles, et
je me rendormis jusqu'à la diane, _cette voix de l'aurore_, comme dit
Victor Hugo, si agréable au soldat.

Certes, il y avait un charme indéfinissable pour moi à me réveiller
ainsi, sous une tente française, en face de l'ennemi, au bruit de la
musique guerrière de nos fameux régiments. Que d'idées et de sentiments,
que de souvenirs et de traditions se pressaient dans mon esprit et dans
mon coeur! Mais, hélas! ils étaient bientôt, sinon refoulés, du moins
amoindris, paralysés par une amère réflexion que mon estime pour mes
bons camarades de la Légion ne parvenait pas à détourner. Je me disais
que, représentant du Peuple, et un des plus proches parents du plus
grand de nos capitaines; au point de vue militaire, c'est-à-dire à celui
qui m'importait le plus, j'étais encore une espèce de paria, puisque
cette fatale qualification: _au titre étranger_, me ravalait encore au
rang des proscrits, moi proscrit de la veille, moi une des victimes de
l'invasion étrangère, et des persécutions dont l'étranger, oppresseur de
la France, avait poursuivi ma famille, même dans l'exil! Et songer que
c'était à l'avènement d'un Bonaparte que je devais la continuité de
cette situation anormale, et penser que le 10 décembre, le 10 décembre!
m'avait fermé la porte qu'un autre que Louis-Napoléon m'eût ouverte,
ou du moins qu'il ne m'eût pas barrée, n'était-ce pas désespérant? Je
sentais alors qu'après tout j'avais eu tort de permettre qu'un membre de
ma famille fût nommé au titre étranger; mais bientôt le soleil du Désert
resplendissait sur les armes, mon colonel se montrait avec sa voix
sympathique et son énergique gaieté; les coups de feu se faisaient
entendre à la tranchée, et les réflexions pénibles s'évanouissaient.

Comme il n'y avait pas à la colonne d'autre général que le commandant
en chef, chaque colonel d'infanterie remplissait, à son tour, pendant
vingt-quatre heures, les fonctions de général de tranchée. Ce jour-là,
le colonel Carbuccia et notre régiment étaient commandés. Vers midi,
je formai mon bataillon devant le front de bandière, je fis rompre par
section à droite, et nous marchâmes, musique en tête, sur la Zaouïa, où
était l'entrée des travaux. En nous voyant venir, l'ennemi, embusqué
dans plusieurs jardins que nos troupes n'occupaient pas, dirigea sur
nous son feu, qui nous blessa un sous-officier et un clairon. En
arrivant à la tranchée, un sergent du bataillon mit sa tête à un créneau
et, à l'instant même, il reçut une des plus singulières blessures qu'on
ait jamais vues. Il fut atteint, immédiatement au-dessus de l'oeil
gauche, par deux balles de petit calibre, faisant probablement partie de
la charge d'un de ces tromblons dont les assiégés avaient une certaine
quantité. Ces armes, fort dangereuses de près, n'impriment pas une très
grande vitesse à leurs projectiles; c'est ce qui sauva notre sergent,
car, au lieu de lui briser la tête, les balles lui contournèrent le
crâne, et vinrent s'arrêter près de l'oreille. On le crut perdu; me
trouvant près de lui, je lui dis, sans le croire: ce n'est rien,
sergent, vous en reviendrez bien vite. Heureusement, le fait me donna
raison; le chirurgien sonda la plaie, trouva les balles, à la surprise
des assistants, et n'eut pas de peine à les extraire. Deux ou
trois jours après, je vis le blessé; il était debout, et en pleine
convalescence.

Ceux qui ne les ont pas vus se feront difficilement une idée du village
de Zaatcha, et de la nature des travaux du siège, si siège il y a sans
investissement. En effet, cette place, ou plutôt cette bicoque, n'avait
pu être investie, et de nombreux contingents y entraient et en sortaient
à volonté, relevant les défenseurs, et les approvisionnant de vivres
et de munitions. Situé dans la forêt de palmiers qui forme l'oasis,
entièrement construit en terre sèche et compacte, Zaatcha n'est, en
définitive, qu'un mauvais village à peine fortifié. Il est entouré d'un
mur de pierre, flanqué, à ses saillants, par des tours ou maisons hautes
et carrées. Un fossé large et profond en défend absolument l'approche,
si ce n'est, je crois, du côté de l'ouest, où, pour des motifs que
j'ignore, on n'avait pas encore dirigé d'attaque. Le pâté de maisons
en face de la tranchée m'a paru beaucoup plus élevé que le reste du
village, qui, si je ne me trompe, devait en être défilé. Les assiégés
n'avaient point d'artillerie. Leur feu, quand il ne venait pas des
tours, partait des créneaux percés au-dessus du fossé, souvent au ras du
sol, dans le mur d'enceinte ou dans celui des maisons, et nous frappait
avec tant de précision et d'à-propos, qu'on ne pouvait douter qu'une
communication continue et facile, en guise de chemin couvert, n'existât
sur tout le front d'attaque.

Quand j'ai parlé de tranchée, ce n'est pas qu'on eût eu à en ouvrir une
proprement dite. La surface de l'oasis est coupée, en tout sens, de
murs en pisé, d'environ deux mètres de haut, servant de clôture et
de séparation à d'innombrables petits jardins, qui sont autant de
propriétés particulières. Nos officiers du génie avaient profité de
ces obstacles, abattant ceux qui gênaient, bouchant les brèches qui
présentaient une solution de continuité, élevant ceux qui étaient
insuffisants au défilement, et décrivant, en somme, une espèce de
parallèle qui resserrait à l'est et au nord, c'est-à-dire du coté du
camp, la moitié du développement du village, à une distance qui pouvait
varier de quarante à cent mètres. Par les nombreux créneaux pratiqués
dans les murs qui remplaçaient pour nous l'épaulement de tranchée, notre
mousqueterie répondait à celle des Arabes.

Pour ces travaux et ceux de construction des batteries, nos soldats
avaient su tirer un très bon parti du tronc des palmiers, et ils
n'avaient presque pas eu de terre à remuer, si ce n'est pour les deux
cheminements de droite et de gauche. Des troupes occupaient les jardins
jusqu'à la lisière de l'oasis, et assuraient les flancs, les derrières,
et les communications avec le camp.

Deux batteries de canons de 8 et d'obusiers de montagne étaient établies
au centre et à la droite de la tranchée. La première portait le nom du
colonel Petit, en l'honneur de cet officier supérieur qui y avait été
mortellement atteint; la seconde s'appelait la batterie Besse, en
mémoire d'un vaillant capitaine d'artillerie, tué raide d'une balle au
front, au moment où il pointait une pièce.

Après avoir fait, avec le colonel, la visité de nos lignes, et fourni
notre contingent de travailleurs aux armes spéciales, j'essayai de tirer
quelques balles par les créneaux. Ceux des Arabes étaient si petits
qu'il fallait beaucoup de soins et quelque adresse pour les emboucher,
mais on ne pouvait voir le résultat des coups. Aucun ennemi ne se
montrait à découvert; tout ce qu'on apercevait entre la place et la
tranchée se réduisait à quelques débris de murailles battues en brêche
par notre artillerie, et aux cadavres des nôtres qu'on n'avait pu
enlever, et qui infectaient l'air. Près de la sape de gauche, on voyait
les ruines d'une tour qui s'était écroulée, le 20 octobre, sur les
grenadiers de la Légion; un grand nombre de ces braves avaient péri sous
les décombres, et j'en remarquai un, homme magnifique, dont le corps nu,
enflé, noirci, était écrasé sous un énorme madrier.

Parfois, les projectiles des assiégés embouchaient nos créneaux,
écrêtaient le mur ou arrivaient aux points qui n'étaient pas bien
défilés. Il est certain que l'ennemi avait d'habiles tireurs,
particulièrement les domestiques noirs, que les chefs emploient à la
chasse des autruches. Nos soldats les avaient entrevus visant nos
officiers, et, avec cette vivacité d'imagination qui les caractérise,
ils en avaient fait un être idéal et unique, qui, sous le nom du
_Nègro_, était censé avoir porté les plus mauvais coups.

Indépendamment du feu des batteries, nous lancions d'heure en heure une
bombe de seize centimètres. Nous n'avions qu'un mortier, et le défaut de
projectiles nous empêchait de l'employer plus souvent. On n'aura pas de
peine à comprendre qu'un tir aussi rare ne pouvait être efficace. Il
nous aurait fallu, d'ailleurs, des bombes de vingt-deux centimètres,
et non de seize; celles-ci portaient admirablement, mais, de l'avis de
chacun, leur pénétration était insuffisante. Quant aux canons, par une
circonstance locale, ils ne produisaient pas non plus tout l'effet
désirable. Les maisons de Zaatcha avaient toutes des rez-de-chaussée
au-dessous du niveau du sol, qui n'étaient qu'une espèce de caves où
les boulets ne pouvaient atteindre; les étages supérieurs ruinés,
les habitants se réfugiaient dans ces souterrains, et la résistance
continuait de plus belle.

Malgré le courage et l'activité du génie, les deux sapes à droite et à
gauche cheminaient très lentement. On s'était vu contraint d'en faire
les épaulements en sacs à terre, et de les blinder, tant bien que mal,
avec des branchages de palmier, pour mettre les hommes à l'abri des
pierres que les Arabes ne cessaient d'y lancer. La tête de sape était
continuellement en butte à leur fusillade, et les sapeurs qui se
montraient à découvert étaient aussitôt tués ou blessés. Une espèce de
mantelet en planches et en tôle, qu'ils poussaient devant eux en guise
de gabion farci, ne se trouva pas à l'épreuve des balles, ce qui était
d'autant plus fâcheux qu'on n'avait ni cuirasses, ni pots-en-tête.
Mais aussi qui eût pu croire qu'un misérable village du Sahara nous
obligerait à l'assiéger de la sorte?

Vers le soir, le général vint faire la visite de la tranchée et donner
des ordres pour la nuit. Il est bienveillant, ferme et sympathique;
officier sous l'empire, il fut blessé à Waterloo. J'observai qu'il
s'exposait beaucoup et sans ostentation. A sa suite, comme porte-fanion
de l'état-major-général, se trouvait le fameux tueur de lions, Gérard,
maréchal-des-logis aux spahis, aujourd'hui sous-lieutenant. Je causai
quelque temps avec cet intrépide chasseur, qui est de plus un excellent
soldat. C'est à l'affût, à la chute du jour, et souvent à nuit close,
qu'il attend ses dangereux adversaires et qu'il les tue, de fort près,
avec une carabine à deux coups, chargée de balles ogivales à pointe
d'acier. Cette précaution lui a paru nécessaire depuis que, malgré son
sang-froid et la précision de son tir, il lui est arrivé qu'on lion,
dont il s'approchait croyant l'avoir tué, se releva, la balle qui
s'était aplatie sur l'os frontal, dont la dureté est extrême, n'ayant
fait que l'étourdir; Gérard l'acheva, mais non sans peine.

Le général parti, l'heure de la soupe approchait, et je m'attendais à
une de ces réfections frugales comme on peut en faire à la tranchée. MM.
les officiers de la Légion en avaient décidé autrement, et ils avaient
eu la charmante idée de me donner là, sous le feu de l'ennemi, un dîner
de bienvenue, qui, certes, a été le plus original que j'aie fait de ma
vie. Devant la _gourbie_ du colonel (hutte en feuilles de palmier), on
étendit une nappe sur un tapis, on y dressa le couvert, et nous nous
assîmes à l'entour, les jambes croisées. Le repas fut bon, copieux et
surtout gai; le colonel en fit les honneurs avec cet entrain de bon goût
qui est le propre des hommes d'esprit. La musique du régiment, placée
non loin de nous, joua des airs patriotiques, et même le caustique
_drin, drin_ de Lafon, qui acquérait du prix à cinq cents lieues
de Paris. Au dessert, le colonel porta la santé du président de la
République, qui fut accueillie avec une cordialité toute militaire.
Alors la musique joua la _Marseillaise_, tandis que les Arabes, inquiets
de ce bruit, redoublaient le feu de leurs fusils, et de leurs tromblons
dont l'explosion plus retentissante était accompagnée d'une grêle de
petites balles qui venaient frapper les palmiers à l'entour. On but
une dernière rasade, dont les musiciens et les factionnaires qui se
trouvaient près de nous, eurent leur part, et, à un signal de notre
chef, chacun retourna à son poste.

Après avoir fait la ronde de la tranchée, des postes et des sapes,
j'allai me reposer auprès du colonel, qui avait bien voulu m'admettre
dans sa _gourbie_. Par son ordre, un clairon était chargé de sonner
les heures par autant de vibrations détachées qu'il en fallait pour en
marquer le nombre; et comme il lui était prescrit de monter sur une
petite élévation de terrain, les Arabes l'avaient aperçu, et un coup de
fusil ou de tromblon lui répondait régulièrement. A cela ne se bornaient
pas leurs taquineries. Ils rôdaient autour de la tranchée, en poussant
des cris lugubres, et en appelant par son nom le colonel Carbuccia
qu'ils connaissaient particulièrement, comme ses anciens administrés.
Parfois ils engageaient la conversation avec nous, au moyen de
l'interprète du colonel, et il y avait peu de temps que celui-ci avait
failli être victime d'une de leurs ruses. Un Arabe, dont la voix tout
à fait reconnaissable se faisait entendre chaque nuit, demanda à lui
parler. Le colonel s'approcha du mur de la tranchée et ordonna à
l'interprète de dire qu'il était présent et qu'il écoutait. Un long
intervalle s'écoula sans réponse, et le colonel, fatigué d'attendre,
s'éloignait, lorsque, de la cime des palmiers, plusieurs coups de feu
furent dirigés sur la place qu'il venait de quitter. Les factionnaires
préposés à la surveillance de nos créneaux ripostèrent, mais la surprise
et l'obscurité nuisirent à la justesse de leurs coups, bien qu'il eût
fallu un certain temps aux Arabes pour se glisser à terre le long des
palmiers.

Les nuits sont magnifiques au mois d'octobre, sous cette latitude, et
malgré l'odeur exécrable des cadavres, je m'étais endormi, quand mon
sommeil fut brusquement interrompu par une forte fusillade qui éclatait
à notre gauche. Nous courûmes à la sape de ce côté; elle était attaquée,
et l'ennemi, qu'on ne pouvait apercevoir, paraissait si rapproché, que
dans l'idée qu'il voulût tenter d'escalader la tranchée, nous nous
apprêtâmes à le recevoir sur les baïonnettes. Par ordre du général, les
armes de nos hommes avaient été chargées avec deux balles, dont l'une
coupée en quatre; quelques coups de fusil et la décharge à mitraille
d'un obusier suffirent pour éloigner momentanément ces chicaneurs
d'Arabes.

Du reste, il n'est pas de tour qu'ils ne fissent pour attirer les nôtres
dans leurs embûches. Quelques nuits auparavant, ils avaient imaginé de
lâcher des bourriquets, et de les pousser vers les jardins occupés par
nos troupes, dans l'espoir que les soldats sortiraient pour les prendre,
et tomberaient dans l'embuscade qu'on leur avaient dressée. Nos gens se
contentèrent de tuer les bourriquets par les créneaux, et les Arabes en
furent pour leurs frais.

Un autre stratagème dont les cavaliers du Scheik-el-Arab, qui était au
camp, nous menacèrent, mais qui ne fut pas employé, leur réussit, à ce
qu'ils prétendent, dans leurs guerres intestines, et il est trop curieux
pour ne pas être rapporté. Il consiste à enduire de goudron, auquel on
met le feu, des dromadaires qu'on chasse alors sur la tribu hostile;
une espèce de rage s'empare de ces animaux, ils ruent, ils mordent, ils
portent le désordre dans les rangs de l'ennemi, mais surtout, je pense,
dans ses troupeaux. Quant aux Zaatcha, j'ignore s'ils étaient assez
lettrés pour avoir pensé que nous aurions, au moins, aussi bon marché de
leurs dromadaires enflammés que les Romains des éléphants de Pyrrhus
à Bénévent; le fait est que malgré les pronostics des cavaliers de
Ben-Gannah, ils ne tentèrent pas l'aventure.

Peut-être ces détails paraîtront puérils, mais ils aideront à prouver
que les assiégés ne négligeaient rien, et que leur défense, suivant
l'expression de M. le général Charon, était intelligente et énergique.

L'alerte passée, nous retournâmes, le colonel et moi, à sa _gourbie_,
mais à peine avions-nous fermé l'oeil, que de nouvelles fusillades
réclamaient notre présence aux sapes menacées. Ce manège continua toute
la nuit, et notamment mon excellent adjudant sous-officier, Trentinian,
n'eut pas une minute de repos.

Le 25 octobre au matin, le général vint à la tranchée, et ordonna à mon
colonel de m'envoyer avec 400 hommes, dont 200 de mon régiment, et 200
du 3e bataillon d'infanterie légère d'Afrique, couper des palmiers près
du village de Lichana, que les contingents ennemis occupaient en force.
Cette mesure d'abattre les palmiers était nécessaire et bien entendue,
quoi qu'en aient dit certains critiques en gants jaunes, qui s'arrogent
le droit de juger, au coin de leur feu, à Paris, les opérations d'une
guerre réputée très difficile par les hommes les plus compétents.
Il s'agissait non-seulement de faire des éclaircies pour faciliter
l'investissement, mais aussi de ruiner l'ennemi et de fomenter ainsi,
à notre profit, des récriminations et des discordes entre les diverses
fractions de la population de l'oasis. En effet, les gens de Lichana,
par exemple, ne manquèrent pas d'imputer à la résistance de Zaatcha la
dévastation des plantations, leur principale ressource, et j'ai appris
depuis que, comme on l'avait prévu, ils en furent touchés au vif, et
que, malgré leur fanatisme, leur solidarité s'en trouva ébranlée.

On n'avait pu faire de lever du terrain. Le général nous indiqua, comme
point de direction, un bouquet de palmiers à l'horizon, et je m'y
portai, au pas de course, avec une compagnie d'infanterie légère
d'Afrique. Suivaient les hommes de la Légion, et les travailleurs des
deux corps avec des haches. J'étais prévenu que, sur la lisière de la
forêt, M. le colonel de Barral appuierait le mouvement.

Après avoir escaladé plusieurs clôtures de jardins en terre sèche, longé
et traversé dans l'eau un fossé large et peu profond, nous établîmes
notre ligne de tirailleurs, le centre à environ trois cents mètres de la
plaine, contre un mur crénelé par les Arabes, et dans un petit jardin
encaissé et très propre à la défensive. Entre le mur et le jardin, et au
niveau du premier, il y avait un terrain nu d'environ vingt mètres de
large, où notre ligne formait un angle saillant. Je plaçai en réserve, à
portée de couvrir ce point, un petit détachement de mes grenadiers,
aux ordres de leur capitaine, M. Nyko, réfugié polonais, parent de
l'infortuné comte Dunin, tué à Boulogne à côté de mon cousin. Cet
officier avait déjà été dangereusement blessé devant Zaatcha, lors de
l'expédition du mois de juillet dernier.

Le colonel, sans escorte et sans armes, avec cette intrépidité vraiment
corse qui le caractérise, vint voir nos dispositions, et je crus
comprendre qu'il les approuvait, à la manière flatteuse dont il répondit
à l'assurance que je lui donnai, que le diable lui-même ne nous
délogerait pas de là. Je prie le lecteur de remarquer que ce n'était pas
une rodomontade, et que je tins la position jusqu'à ce que le général
m'eut envoyé l'ordre d'effectuer ma retraite.

Derrière nous, nos travailleurs s'occupaient déjà, avec une grande
activité, de l'abattage des palmiers. Je ne sais plus dans quel journal
j'ai lu cette assertion mirobolante, que _la hache rebondit sur l'écorce
élastique du palmier_. Au contraire, rien n'est plus facile que de le
couper, et nos hommes y allaient grand train. Vraiment, c'était pitié
de voir ces précieux végétaux, la plupart centenaires, s'abattre avec
fracas, et couvrir le sol de leurs dattes. Toutes ne furent pas perdues,
comme on pense bien, et nos soldats s'en régalèrent à tire-larigot.

Les Arabes, d'abord en petit nombre, exaspérés de cette exécution, et
craignant peut-être une attaque sur Lichana, dont nous étions tout près,
engagèrent le combat sur notre droite. A l'extrémité du mur crénelé,
derrière un amas de décombres, un groupe de chasseurs du bataillon
d'Afrique soutenait vaillamment l'attaque. Un caporal, étendu sur le
ventre, se distinguait par la précision avec laquelle il dirigeait ses
coups. Il avait placé une grosse pierre devant lui peur se garantir; une
balle arrive, touche la pierre et la lui lance à la tête; le caporal se
frotte le front, prend la pierre, la replace où elle était d'abord, et
continue son feu; une autre balle arrive, le frappe à la tête et le tue
raide.

Au-delà du mur était une espèce de ravin, par où l'ennemi aurait pu
arriver inaperçu. J'ordonnai aux hommes qui gardaient les créneaux de
redoubler d'attention; mais nos adversaires, guidés par la connaissance
des lieux, furent plus rusés que nous. Au lieu de nous aborder de front,
un certain sombre d'entre eux gagnèrent sur notre gauche, et se baissant
au-dessous des créneaux, à la file l'un de l'autre, ils arrivèrent, pour
ainsi dire en rampant, à garnir le mur du côté opposé au nôtre. Nous
n'étions séparés d'eux que par cet obstacle, haut de deux mètres à peu
près. Le reste, c'est-à-dire la masse, était resté dans le ravin, et à
un signal donné, ils se levèrent tous, avec des cris sauvages, tandis
que d'autres encore, dispersés en tirailleurs en face du jardin encaissé
et du terrain nu dont j'ai parlé, nous fusillaient à l'angle ou crochet
formé par notre ligne.[4]

[Note 4: Je n'ai pas la prétention de faire de la tactique à propos
d'une si petite affaire; mais si quelqu'un objectait que ce crochet
était un oubli des principes, je lui répondrais qu'il s'agissait de
protéger des travailleurs placés dans une circonférence irrégulière, et
qu'une ligne droite était impossible. Dans un combat de cette nature, il
était indiqué, d'ailleurs, de profiter des abris qu'offrait le terrain.]

En un instant, plusieurs des nôtres furent couchés par terre, ou
contusionnés par des nuées de pierres qu'on nous lançait par dessus
le mur. Cette manière de préluder à un engagement plus sérieux est
familière aux Arabes. Bientôt une haie serrée de leurs fusils parut à la
crête du mur, et nos soldats, sans attendre qu'ils parussent eux-mêmes,
et quoi que pussent faire les officiers, le couronnèrent de leur feu.

A l'angle de la ligne, un soldat venait de tomber mortellement atteint.
Deux de ses camarades le traînaient en arrière, poursuivis par les
Arabes qui voulaient s'en emparer pour lui couper la tête. J'allai à
leur rencontre et les tins en échec avec mon fusil de chasse. Nyko et
ses grenadiers étaient à cent pas de là; je leur fis signe d'accourir,
et il était temps, car l'engagement devenait de plus en plus vif. En un
instant, le capitaine Touchet, après avoir tué de sa main un ennemi,
tomba frappé d'un coup de feu en pleine poitrine; le capitaine Butet
reçut une balle à travers la cuisse; Nyko fut blessé à la tête; moi-même
je fus atteint d'un gros caillou, qui ayant rebondi sur ma _carghera_
corse (ceinture à cartouches), ne me fit pas grand mal. Je restai seul
d'officier.

L'oeil au guet, le doigt sur la détente, j'attendais que quelque Arabe
se montrât au-dessus du mur. Il en vint un qui, coiffé d'un turban,
brandissait un pistolet de la main droite, s'appuyait sur la gauche,
et se découvrait audacieusement jusqu'à la ceinture. En apercevant un
officier qui le tenait en joue presque à bout portant, il dut penser que
son heure était arrivée; il voulut se rejeter en arrière, mais il n'en
eut pas le temps; je lui lâchai dans le cou, au-dessous du menton, mon
coup droit chargé d'une balle et cinq chevrotines; son coup du pistolet
porta à faux sur ma gauche, sa tête frappa le mur qui fut baigné de son
sang, et derrière lequel il disparut en tombant.

Presque en même temps, à quelques pas de là, un autre, à barbe grise,
armé d'un long fusil garni d'argent, faisait basculer son arme sur le
haut du mur, pour nous mieux viser. Se voyant visé à son tour, il se
retira; mais aussitôt, élevant les bras et son fusil, il allait tirer
dans notre direction, quand je lui lâchai mon second coup, chargé à deux
balles qui, écrêtant le mur, l'atteignirent à la tête dont on ne voyait
que le sommet. Comme son camarade, il tomba de l'autre côté, ainsi que
son fusil qui paraissait fort beau, et que nous ne pûmes prendre. Les
tirailleurs applaudirent, et ils m'assurèrent que c'étaient des chefs.

Tout cela se passa, pour ainsi dire, en un clin d'oeil, et beaucoup plus
vite qu'on ne peut l'écrire. Cependant, le feu, au lieu de discontinuer,
prenait une nouvelle intensité. En voyant tomber leurs officiers et
leurs camarades, beaucoup de soldats s'empressèrent autour d'eux, et les
transportèrent sur les derrières; d'autres, comme cela arrive souvent
en pareil cas,[5] les accompagnèrent, sans doute pour les escorter; les
travailleurs avaient suspendu la coupe des palmiers, mais n'étaient pas
venus en ligne; en un mot, je restai avec le quart environ de mon monde,
c'est-à-dire une vingtaine de grenadiers de la Légion et quatre-vingts
hommes, à peu près, du bataillon d'Afrique. Le brave sergent-major
Marinot, de ce dernier corps, me seconda avec cette sévérité et cette
énergie qui n'admettent point d'hésitation.

[Note 5: L'ordonnance du 3 mai 1832 prescrit, avec raison, de ne pas
s'occuper des morts, ni même des blessés, pendant l'action; mais, en
Afrique, il a fallu adopter le système contraire, à cause de la cruauté
des Arabes et de l'inconvénient qu'il y aurait à leur laisser mutiler
les corps dont ils font de sanglants trophées qui surexcitent le
fanatisme des populations.]

Mes grenadiers, ou plutôt cette poignée de mes grenadiers, restaient
sous le commandement immédiat du sergent anglais Smitters, dont la
valeur héroïque était digne d'une action plus importante.

Quoique, au même moment, les assiégés de Zaatcha eussent fait une sortie
et attaqué vigoureusement la sape de droite à la tranchée, le colonel
dont la sollicitude paternelle et touchante ne nous oubliait pas, le
colonel, toujours partout, infatigable et dédaigneux du danger, arrivait
encore auprès de nous. Sa présence ranima le combat. Debout sur un
petit monticule où pleuvaient les balles, exactement à la même place où
Smitters fut tué un instant après, il criait: Tenez bon, grenadiers! et
ne voulut point se défiler. Un groupe d'Arabes, à demi couverts par le
mur, tiraient sur nous à soixante pas, et semblaient avoir reconnu des
officiers, si bien que je crus utile de leur envoyer moi-même un nouveau
coup de fusil. Tous ceux qui ont assisté à cette affaire conviendront
que je n'exagère rien en disant que nous étions attaqués par plus de
mille adversaires, et sans la bonté de notre position défensive, je ne
sais vraiment ce que nous serions devenus, surtout sans les renforts qui
nous arrivèrent.

Je conviens que j'en demandai au colonel. Non-seulement il m'approuva,
mais rappelé à la tranchée par le bruit du combat qui continuait à s'y
livrer, il se chargea de les faire demander lui-même au général. En
attendant, nous avions à faire un nouvel effort, et, je dois le dire,
aucun des braves qui m'entouraient ne faillit à cette tâche. Un
lieutenant du bataillon d'Afrique, dont je regrette vivement de ne pas
avoir retenu le nom, était venu remplacer un des capitaines blessés;
Marinot, et leurs soldats, défendaient le jardin encaissé; Smitters et
nos grenadiers, le mur et le terrain nu à côté.

La conduite de Smitters est de celles qui honoreront le genre humain
tant qu'un coeur de soldat battra sous le harnais! Je déplore de n'avoir
que ce faible écrit pour en conserver la mémoire. En évidence sur la
petite butte que venait de quitter le colonel, il animait ses hommes, et
ajustait ses coups avec un imperturbable sang-froid. Derrière un large
créneau, un Arabe se montrait à demi et se cachait tour à tour. Le
sergent le tenait enjoué, et épiait, pour tirer, le moment favorable,
mais l'ennemi le prévint; foudroyé, Smitters bondit en l'air, tomba à la
renverse, et son sang généreux rejaillit sur les grenadiers. Avant de
lui percer le coeur, la balle avait fait un long éclat à la monture de
son fusil. Effet fréquent de la mort par les armes à feu, on aurait dit
qu'il dormait d'un bon sommeil, tant sa figure paraissait sereine et
presque rayonnante.

Cet intrépide sous-officier était un homme de trente à trente-cinq ans,
d'une taille moyenne, bien pris, brun, sans barbe ni moustaches, comme
les soldats de son pays. Pauvre Anglais! dont le sort était de venir
mourir dans une oasis du Sahara, à côté d'un neveu du plus grand ennemi
de sa grande nation!

Sa fin produisit une pénible impression, et l'ennemi ne semblait pas
se ralentir. Mais, sur la lisière de la forêt, M. le colonel de Barral
opérait une puissante diversion. Ses obus, longeant notre ligne et
sifflant à travers les palmiers, tombaient et éclataient parmi les
Arabes. Dans la plaine, un de ses échelons, formé du bataillon de
zouaves du commandant de Laurencez, était arrivé à trois cents mètres
de nous. Les ennemis nous pressant toujours, je me décidai à aller lui
demander quelques hommes, pour appuyer mes grenadiers, qui continuaient
bravement la défense de la butte où leur sergent venait d'être tué. Avec
une courtoisie dont je lui suis redevable, M. de Laurencez[6] s'empressa
de me donner quinze hommes avec un lieutenant, M. Sentupery. Ce jeune
officier s'écria: En avant, c'est le poste d'honneur! et nous courûmes
renforcer ma ligne, où l'arrivée des zouaves produisit visiblement
le meilleur effet. Sur mon indication, ces braves rejoignirent les
grenadiers à l'éminence où était tombé Smitters, et un d'eux, nommé
Goise, qui avait été prisonnier des Arabes et parlait leur langue, se
mit à les défier et à les plaisanter de la façon la plus originale.
C'est encore une preuve de l'ascendant des corps d'élite, que, dès ce
moment, l'attaque se ralentit; l'uniforme des zouaves est redouté de
leurs adversaires à l'égal des vestes bleu de ciel des chasseurs, et nos
troupes elles-mêmes savent, par expérience, ce que vaut le concours de
ces triaires de l'armée d'Afrique.

[Note 6: M. de Laurencez, blessé à l'assaut de Zaatcha, est
aujourd'hui lieutenant-colonel.]

La voix du colonel se fit entendre de loin, annonçant des renforts. En
effet, sur notre droite, le commandant Bourbaki avec les tirailleurs
indigènes, et le lieutenant-colonel Pariset, de l'artillerie, en
personne, avec deux obusiers, refoulaient l'ennemi, qui ne tarda pas à
rentrer à Lichana. Arrivé près de nous, le colonel me communiqua l'ordre
du général de battre en retraite. Je me permis d'observer que les Arabes
rétrogradaient, et que le moment était propice pour continuer l'abattage
des dattiers; mais il me répondit que l'ordre était formel, et qu'il n'y
avait qu'à obéir. Sur ce, nous quittâmes une position que nous avions
gardée quatre heures, on sait à quel prix; nous gagnâmes la plaine sans
aucune opposition, et de là la tranchée. Nous avions eu six morts et
vingt-deux blessés, dont trois officiers;[7] les Arabes durent avoir un
nombre infiniment plus considérable des leurs hors de Combat.

[Note 7: Voyez les états nominatifs aux Pièces justificatives.]

Je trouvai le général près de la Zaouïa. Il parut regretter de nous
avoir engagés si loin, à cause des pertes que nous avions essuyées;
cependant, il me dit avec une grande cordialité: Je vous remercie de
tout ce que vous avez fait. J'ai été peiné de ne pas reconnaître ces
remerciements dans son rapport d'ensemble publié au _Moniteur universel_
du 4 janvier 1850, où il ne m'a même pas accordé une mention honorable,
et je dus être d'autant plus sensible à cet oubli qu'on venait de me
remercier de la manière que l'on sait.[8] En revanche, je conserve
précieusement les lettres d'éloge et de sympathie que M. le général
Charon, gouverneur général de l'Algérie, le colonel Carbuccia, et une
foule d'autres officiers moins élevés en grade, mais très bons juges
aussi, ont bien voulu m'écrire.

[Note 8: Voyez aux Pièces justificatives ma lettre à la _Patrie_, du
5 janvier 1850.]

A l'égard du combat que je viens de raconter, le rapport de M. le
général Herbillon s'exprime ainsi:

«Le 25 octobre, les habitants firent une sortie si vive sur les hommes
employés à la coupe des palmiers que nous laissâmes une caisse de
tambour et des outils entre leurs mains. Je fus obligé d'appeler les
troupes du camp pour assurer la retraite.»

Comme on l'a vu, nous avions été attaqués par les gens de Lichana,
qui n'étaient nullement assiégés; il n'y avait donc pas eu de sortie
proprement dite. La retraite fut ordonnée par le général, et le général,
ce me semble, aurait pu le dire, d'autant mieux qu'il pouvait avoir
d'excellentes raisons de la prescrire, entr'autres le peu d'importance
du résultat que nous aurions obtenu en prolongeant le combat. Ce
résultat n'aurait pas été en rapport avec le nombre des troupes
employées, que les soutiens, à la fin de l'engagement, avaient porté à
un chiffre très considérable. Je ne sache pas qu'il y ait en de caisse
ni d'outils tombés aux mains des Arabes; mais il n'est pas impossible
qu'il en soit resté sur le terrain, ce qui n'est certes pas la même
chose. Quant à la caisse, les états nominatifs des morts et des blessés,
qu'on peut voir aux Pièces justificatives, constatent qu'aucun tambour
ne fut atteint, et, si je me souviens bien, on disait au camp qu'elle
avait été abandonnée par un tambour du bataillon d'Afrique, qui
grappillait des dattes. Maintenant, les travailleurs ont-ils abandonné
des haches? s'ils l'ont fait, ils sont inexcusables, car nos tirailleurs
les ont constamment couverts, et les Arabes, contenus par nous, n'ont pu
arriver jusqu'à eux. Qu'on me passe ces particularités; elles paraîtront
insignifiantes, mais on comprendra ma surprise (si quelque chose pouvait
étonner dans ce bas monde) de voir que pas le moindre éloge ne m'a
été décerné, et que l'occasion d'une espèce de blâme semble avoir été
cherchée dans des détails peu dignes de figurer dans un rapport général.

Pendant que nous combattions du côté de Lichana, la sape de droite,
comme je l'ai dit, était audacieusement assaillie à la tranchée. Les
Arabes, sortis de Zaatcha, suivis par des femmes qui les excitaient, et
bravaient héroïquement la mort, avaient mis tant d'acharnement dans
leur attaque, qu'on en tua plusieurs à deux pas de nos créneaux, qu'ils
cherchaient à prendre. Un, surtout, vint tomber si près, que les
voltigeurs du 38ème se saisirent de son sabre au moyen d'un tire-bourre
de canon, et me l'envoyèrent par le plus ancien soldat de la compagnie.
Je le conserve précieusement en souvenir de ces braves et du courageux
Arabe mort pour son pays.

On sait que la garde et les travailleurs de tranchée sont relevés toutes
les vingt-quatre heures. Sur la demande de mon colonel, notre tour fut
prolongé jusqu'au soir, ce qui me donna l'occasion de compléter la
journée; car le général étant venu à la _gourbie_, où nous déjeunions,
il m'ordonna d'abattre encore des palmiers, cette fois à proximité de
la tranchée. Après avoir garni de tirailleurs les murs de deux grands
jardins, je les fis complètement raser, sans forte opposition de la part
des Arabes, soit qu'ils en eussent assez du combat du matin, soit que
le voisinage de nos travaux les tint en respect. Ils se contentèrent de
nous envoyer de loin quelques balles qui ne nous firent pas grand mal;
un soldat cependant en fut atteint, et un autre fut blessé par la chute
d'un palmier.

Le soir, vers cinq heures, nous retournâmes au camp. Nos tentes et nos
lits de cantines nous parurent des palais et des édredons après la
tranchée. Les vivres étaient abondants à la colonne; le pain seulement,
qu'on faisait venir de Biscara, commençait à manquer, mais du biscuit
trempé le remplace, au besoin. L'eau était désagréable, malsaine, et
tellement chargée de sels, qu'en ayant passé un litre environ à travers
un mouchoir de toile, j'en obtins un résidu qui, séché et approché du
feu, crépitait comme du nitre. Le sable, d'une finesse imperceptible,
s'infiltrait partout; quelque précaution que l'on prit, tout ce qu'on
préparait pour manger en était tellement saupoudré, qu'à chaque morceau
on le sentait craquer sous la dent. Je fis l'expérience de placer du
papier sur la tablette de ma tente, et bien que j'en eusse bouclé les
contre-sanglons pour la fermer complètement, deux heures après le papier
était tout couvert de sable. Ces petits inconvénients n'étaient qu'un
sujet d'observations; mais la mauvaise qualité de l'eau incommodait tout
le monde, et engendrait même des maladies.

Le lendemain, nos pertes furent douloureusement augmentées par la mort
du capitaine Graillet, commandant du génie. Par le plus malheureux des
hasards, tandis qu'il dirigeait les travaux à la sape de droite, il fut
tué d'une balle qui passa dans l'interstice de deux troncs de palmiers
placés en épaulement. C'était un officier jeune, très distingué, et
à jamais regrettable; la veille, j'avais bu avec lui un verre
d'eau-de-vie, et dans la conversation que nous eûmes ensemble sur les
opérations du siége, je remarquai qu'il était pour les partis les plus
vigoureux.

Le 27 se passa sans événement remarquable. Les travaux continuèrent sur
le même pied à la tranchée. Les Arabes tiraillèrent plus ou moins toute
la journée, et se montrèrent parfois à la lisière de l'oasis, d'où leurs
balles arrivaient jusqu'à notre front de bandière. Les carabines à tige
de quelques hommes du 5e bataillon de chasseurs à pied, placés derrière
des ondulations de terrain, les leur rendaient avec usure.

Un fait remarquable et qui, en ma qualité de nouvel arrivé, m'avait
surpris, c'est que notre camp était littéralement encombré d'Arabes;
j'en avais deux, conducteurs du bagage, qui bivouaquaient à la porte de
ma tente, si bien que la toile seule m'en séparait. Le scheick El-Arab,
je l'ai déjà dit, campait avec nous; ses cavaliers, assez nombreux,
l'avaient suivi, et ne cessaient de rendre des services, quoique leurs
sympathies pussent bien être ailleurs. Plusieurs fois, ils étaient allés
parlementer avec les tirailleurs ennemis; mais les renseignements qu'ils
rapportaient à l'état-major-général devaient lui paraître suspects; le
fait est qu'à aucun prix on ne pouvait se procurer des émissaires sûrs,
et telle était, au point de vue arabe, la nationalité et surtout la
sainteté de la cause de Zaatcha, que le peu d'intelligences qu'on avait
pu établir chez l'ennemi ne pouvaient, tout au plus, être considérées
que comme servant aux deux partis.

Nous étions sans nouvelles d'Alger. Le courrier qui portait les dépêches
du gouverneur, et qui devait avoir mes lettres de Paris, venait d'être
enlevé par les Arabes. Nous approchions à grands pas de l'époque
qu'avant de quitter Paris j'avais fixée pour mon retour à l'Assemblée
législative, et il n'y avait pas de probabilité que nous touchassions au
dénouement de l'expédition. Le général, fermement résolu à ne lever le
camp qu'après avoir eu raison de Zaatcha, semblait décidé à ne
plus livrer d'assaut, et à attendre des renforts, pour compléter
l'investissement de la place et la réduire par le feu de l'artillerie.
Chacun comprendra que ce plan, sans doute le meilleur, pouvait nous
mener fort loin, et bien qu'il ait été modifié, Zaatcha ayant été pris
d'assaut, cet événement final n'a pu avoir lieu que le 26 novembre, sans
compter que les opérations successives et secondaires ont prolongé la
campagne jusqu'au mois de janvier.

On a vu à quelles conditions j'avais consenti à y prendre part,
conditions tellement nettes et incontestées jusqu'alors, que l'idée ne
me vint seulement pas qu'on pourrait me disputer le droit de revenir
siéger au palais législatif quand je le jugerais convenable. Plusieurs
sujets de juste mécontentement et de profond dégoût me maintenaient
dans ma résolution. D'une part, on avait failli à la promesse dont
l'accomplissement eût compensé, pour moi, l'inconvénient de servir au
titre étranger. Je veux parler du commandement de compagnies d'élite,
qu'on m'avait assuré à Paris, et au sujet duquel aucun ordre n'avait
été transmis ni à Alger, ni à la colonne. D'autre part, des bruits
offensants, universellement répandus au camp, et dont on pourrait
trouver la source dans les lettres de personnes occupant de hautes
positions, me désignaient comme _envoyé en punition en Afrique_ (je dis
le mot comme on me l'a répété, quelque impertinent et stupide qu'il
soit). Sans doute, c'était le dernier degré de l'absurdité que de
supposer qu'un homme honoré d'un mandat souverain et inviolable pût être
envoyé en punition par qui que ce soit; mais, si on réfléchit bien, on
comprendra la créance que jusqu'à un certain point pouvaient obtenir des
inventions par lesquelles on me représentait comme l'objet d'une sorte
de disgrâce domestique, fondée sur mes opinions peu gouvernementales. Ce
qui me paraissait ajouter du poids à ces manoeuvres, c'était la nouvelle
que, sans doute, on ne se serait pas amusé à répandre gratuitement,
qu'après la campagne on me destinait au commandement du cercle
de Biscara, comme si dans l'état actuel des choses ces fonctions
permanentes avaient pu me convenir, et comme s'il avait dépendu de
quelqu'un, sous quelque prétexte que ce fût, de me reléguer, sans me
consulter, au fond du Désert, en échange du poste législatif que la
sympathie et la confiance de deux départements m'ont assigné.

Indigné d'être ainsi traité par ceux-là mêmes à qui j'étais le plus
disposé à me dévouer, rebuté par d'aussi nauséabondes menées, la
cordialité de mes chefs militaires, et en général de tous les officiers
du camp, ne modifia point mon projet primitif. Décidé à partir, j'en
avais parlé à mon colonel et au général, lorsque celui-ci voulut bien
me charger, pour M. le général Charon, d'une mission indiquée dans une
dépêche qu'il me fit l'honneur de me communiquer, et qu'il me confia, le
29 au soir, avec l'ordre qu'on peut voir aux Pièces justificatives. Le
but principal de cette mission était de hâter l'arrivée des renforts
qu'il attendait, et qui, demandés par la voie de terre au moment où les
communications n'étaient rien moins que sûres, auraient pu tarder
encore longtemps à le rejoindre, sans la diligente prévoyance de M. le
gouverneur général.

M. le général Herbillon, aux éminentes qualités duquel je serai toujours
heureux de rendre hommage, malgré l'oubli où il m'a laissé dans son
rapport d'ensemble, a été, pour moi, spontanément bienveillant; je
ne doute pas qu'il me rendra la justice de rappeler, au besoin, la
résolution que je lui manifestai de ne pas partir, malgré les graves et
nombreux motifs que je lui exposai, dans le cas où, contrairement à ce
qu'il avait décidé pour lors, un assaut eût été à prévoir dans un délai
rapproché. C'est ici l'endroit de répondre à certaines gens qui auraient
dû s'informer au moins des faits, des distances, des dates, avant
d'insinuer cette outrageante assertion que j'aurais quitté la colonne
la veille d'un assaut. D'assaut il n'était pas question alors; il a
été livré un mois après, et il est à présumer que je ne m'y fusse pas
trouvé, quand même j'aurais été encore en Afrique, mon régiment ayant
été dirigé sur Biscara quinze jours avant la prise de Zaatcha.

Un autre propos infâme, dont personne n'a osé prendre vis-à-vis de moi
la responsabilité, mais que j'ai appris avoir été tenu tout bas, un de
ces propos qui ne seraient que ridicules, s'ils n'étaient odieux, c'est
celui qui attribuait mon départ _à ma crainte du choléra_. En vérité,
on rougit de s'arrêter à des accusations anonymes aussi saugrenues, et
c'est se ravaler que d'y répondre, mais il n'est peut-être pas superflu
que mes charitables Basiles sachent:

D'abord, que, devant Zaatcha, quand j'en suis parti, il n'y avait point
de choléra, et on était si loin de le craindre, que l'on considérait le
camp comme un refuge pour les troupes, à cet égard. Le choléra y fut
apporté par la colonne de M. le colonel Canrobert; à mon départ,
non-seulement on ne savait pas qu'elle en fut attaquée, mais on ignorait
même sa prochaine arrivée. A Marseille, à Toulon où le choléra
faisait des ravages réels et où je m'arrêtai deux jours; à Alger, à
Philippeville, à El-Arrouch, je ne sache pas que cette maladie, qui
d'ailleurs est rarement contagieuse, ait modifié un instant mes plans de
voyage. Et si les actions d'un proscrit n'étaient pas naturellement
peu connues, on saurait qu'aux États-Unis, à Malte et ailleurs, on se
souvient de mes visites aux cholériques; et à Paris même, si la haine
aveugle ne repoussait pas toute information, on trouverait d'honorables
citoyens qui ont vu mourir dans mes bras, il n'y a pas encore bien
longtemps, un de mes amis, M. Piebault d'Ajaccio, enlevé en quelques
heures par le choléra.

Mais assez de ces dégoûtantes et viles calomnies, qu'un soldat et un
homme de coeur préférerait avoir à relever autrement qu'avec la plume.

Le paquebot d'Alger devant appareiller de Philippeville le 6 novembre,
mon départ de Zaatcha fut fixé au 30 octobre. Le 28 et le 29, mon
régiment fut encore de service à la tranchée; mais comme nous nous y
rendîmes sans musique, suivant les prescriptions réglementaires,[9]
nous y arrivâmes sans avoir personne hors de combat. Le commandant
de Laurencez et son bataillon étaient de garde avec nous. Ce sont
d'excellents compagnons, aussi braves que gais. Goise, le zouave qui
s'était fait remarquer le 25, demanda au colonel la permission de _vexer
l'Arabe_, et montant sur le terre-plein de la batterie Petit, il se mit
à parodier les chants du pays de la façon la plus amusante.

[Note 9: Article 202 de l'ordonnance du 3 mai 1832.]

Les mêmes circonstances que j'ai déjà décrites se renouvelèrent ce
jour-là et le lendemain. Les cheminements avançaient, quoique lentement;
l'artillerie s'occupait de mettre deux nouvelles pièces en batterie à
l'extrême droite; son feu fit s'écrouler avec fracas, dans un nuage de
poussière, une des tours de Zaatcha; les coups de fusil et de tromblon
des défenseurs continuaient, et nos soldats, mieux défilés à mesure que
les travaux avançaient, les leur revalaient.

La nuit, nous eûmes une alerte plus vive que la dernière fois.
L'officier de garde à la sape de gauche vint nous avertir que le léger
blindage qui la recouvrait paraissait céder sous les pierres que les
Arabes, abrités par un renfoncement du sol, à quelques pas de nous, ne
cessaient de lancer. La fusillade éclata; nous accourûmes, le colonel,
M. de Laurencez et moi, mais, même de la tête de la sape, il nous
fut impossible d'apercevoir un seul des ennemis, que nous entendions
cependant parler entre eux à voix basse. L'endroit où nous étions était,
comme toute la tranchée, dominé par des palmiers, mais les Arabes ne
s'avisèrent point de renouveler la ruse, dont mon colonel avait failli
être victime. Du reste, nous étions sur nos gardes; nos factionnaires,
collés contre l'épaulement, le genou en terre, la baïonnette au canon,
le doigt sur la détente, auraient bien reçu les audacieux qui se fussent
offerts à eux. Un coup d'obusier à balles fut tiré, mais je crois qu'il
passa au-dessus de la tête des Arabes. Aucun ne se montra, et pour
ne pas rester inactifs, nous leur renvoyâmes quelques-unes de leurs
pierres. Nous sentîmes alors combien des grenades nous eussent été
utiles, mais il n'en existait pas une seule à la tranchée, ni au camp.
Tout ce que nous pûmes faire, ce fut de placer quelques zouaves à la
batterie Petit, d'où l'on pouvait, en tirant obliquement, flanquer
jusqu'à un certain point la tête de la sape, non sans risquer de blesser
nos sapeurs. Pour obvier à cet inconvénient, et pour toucher l'ennemi
dans l'obscurité, on choisit les hommes les plus adroits. De retour à la
_gourbie_ du colonel, il ne se passa pas longtemps sans que j'entendisse
les cris d'un Arabe, qui, atteint par nos balles, se plaignait d'une
voix lamentable. Je demandai la signification de ses paroles à
l'interprète du colonel, qui me les traduisit ainsi: «_Roumis_
(chrétiens), disait le malheureux blessé, que vous avais-je fait pour me
traiter ainsi? mon sang coule, mais je suis content de mourir pour
ma patrie et pour ma religion!» Pourquoi la nature de cette guerre
impitoyable nous empêchait-elle de tendre une main sympathique et
secourable au brave qui, sous l'étreinte de la mort, proclamait de si
hauts sentiments!

Cet usage de se plaindre ou de nous menacer semblait familier aux
défenseurs de Zaatcha. On a vu que parmi eux se trouvaient des hommes
qui avaient fait à Alger le métier de portefaix, et souvent, c'est en
baragouinant notre langue, qu'ils s'efforçaient de nous adresser des
injures ou de nous railler. Comme pour eux tout ce qui n'est pas Arabe
ou Français est Juif, ils gratifiaient la Légion étrangère du titre
de _bataillon di Jouifs_. Parfois, appelant nos soldats: _couchons,
Jouifs,_ criaient-ils, _oun caporal et quatre hommes en factionne; va te
coucher!_ Cette dernière injonction était accompagnée d'un coup de feu
qui dénotait le genre de couche qu'ils nous souhaitaient.

Relevé le 29 au soir, j'allai, dès que je fus de retour au camp, prendre
congé du général et de son chef d'état-major, M. le colonel Borel. En
présence des attaques dont j'ai été l'objet, il est bon de rappeler que
dans cette entrevue, il fut constaté qu'il y avait, pour lors, beaucoup
plus de risques à courir en quittant le camp qu'en y restant. Le chemin
de Batna était journellement inquiété et parfois intercepté par
de nombreux coureurs ennemis, qui venaient d'y commettre maints
assassinats, et le général s'était vu dans la nécessité d'envoyer à
Biscara M. le colonel de Mirbeck, avec de la cavalerie, pour maintenir
les communications. Du camp à Biscara, j'avais un convoi de blessés et
de malades à conduire, avec une escorte suffisante, mais de cette place
à Batna, on ne pouvait me donner que quelques cavaliers. Le colonel
Borel doutait que je pusse arriver à ma destination, et je me séparai de
lui et du général, en leur promettant que je passerais à tout prix.

Le lendemain, de bonne heure, je fis mes adieux, non sans émotion, à mon
excellent colonel et à MM. les officiers de la Légion, et je partis à la
tête du convoi, avec mon adjudant-major, M. Bataille, aujourd'hui chef
de bataillon, qui se rendait à Batna. Notre allié le marabout Si-Mokran,
dont j'ai déjà parlé, se joignit à nous avec une douzaine de cavaliers.
Nous marchions lentement, à cause de la longue file de mulets
d'ambulance qui portaient nos blessés et nos malades dans des cacolets,
ou bien dans des lits parfaitement adaptés aux bâts, pour ceux à qui
leur état ne permettait pas de garder une position perpendiculaire.
Ce système de transports est admirablement entendu; il est toujours
praticable dans toute espèce de terrain, et il peut devenir rapide en
cas de nécessité absolue. Les lits, il est vrai, ont l'inconvénient
de prendre, suivant la pente du sol, des inclinaisons diverses, qui,
parfois, laissent la tête du blessé beaucoup plus bas que les pieds.
Cela doit être douloureux et d'autant plus dangereux qu'on ne place dans
les lits que les hommes gravement atteints; mais on pourrait, je crois,
remédier à cette imperfection par un système de bascule, au moyen duquel
le lit serait toujours maintenu dans la même direction. Quoi qu'il en
soit, ce mode de locomotion, pour les ambulances, est le plus militaire,
le plus expéditif et le plus universellement applicable qu'on puisse
imaginer.

Nous fîmes halte aux deux tiers du chemin, et nous arrivâmes de bonne
heure à Biscara, où je trouvai M. le colonel de Mirbeck, qui me retint
à dîner. J'allai voir les blessés alités à la casbah, parmi lesquels
étaient les capitaines Butet et Touchet, blessés sous mes ordres le 25.
Le premier allait déjà beaucoup mieux, et je l'ai revu depuis à Paris.
La blessure du second était plus grave, et l'on m'a assuré qu'il en
souffre encore. Je revis également le brave commandant Gujot, filleul de
l'empereur, mais, hélas! dans quel état! La plaie suppurait abondamment
par la bouche et répandait une odeur corrompue qui me fit craindre pour
sa vie. Je quittai, les larmes aux yeux, cet intrépide officier,
pour qui la parité de grade et les autres raisons que j'ai signalées
m'inspiraient le plus vif intérêt. En lui serrant la main, je fis des
voeux pour que ce ne fût pas la dernière fois; mais il était écrit
qu'ils demeureraient stériles, et que l'armée regretterait un de ses
plus nobles enfants.

Le 31, dès que le jour commença à poindre, je me mis en route avec un
détachement de chasseurs et spahis, aux ordres de MM. d'Yanville et
Lermina. Pour arriver à temps à Philippeville, y prendre le bateau à
vapeur d'Alger, et afin de dérouter les partis ennemis, nous doublâmes
l'étape. A El-Outaïa, où nous fîmes halte, Déna et quelques-uns de
ses spahis bleus, dont j'avais déjà eu lieu de reconnaître l'utile
intelligence, accrurent mon escorte. Le soir, nous étions à El-Kantara,
après avoir fait cinquante-huit kilomètres dans la journée. Nous reçûmes
l'hospitalité du caïd, et nous passâmes la nuit sous la sauvegarde de sa
fidélité.

Le lendemain, même journée. Notre halte se fit à El-Ksour, où Déna nous
quitta. Je lui donnai en souvenir un pistolet à deux coups dans le même
canon, dont il avait remarqué la justesse en me voyant tirer un corbeau
pendant la marche. Nous arrivâmes à Batna fort avant dans la nuit; nous
avions parcouru une double étape de soixante-onze kilomètres.

M. le lieutenant-colonel de Caprez me reçut avec sa cordialité
accoutumée, et m'installa dans le quartier de M. le colonel Carbuccia.
Il m'apprit que je rencontrerais, avant d'arriver à Constantine, une
partie des renforts attendus à la colonne. Le lendemain, avec M. Osman,
jeune lieutenant indigène, et quelques-uns de ses spahis, j'allai
coucher à Aïn-Yagout.

Le surlendemain, 3 novembre, près du lac salé dont j'ai parlé, nous
fîmes une chasse fort singulière. M. Osman ayant aperçu, fort loin dans
la plaine, une hyène qui se dirigeait vers les montagnes à droite, deux
ou trois de nos spahis se mirent à sa poursuite. Ils la rejoignirent
bientôt et lui tirèrent, sans l'atteindre, plusieurs coups de fusil.
Mettant le sabre à la main, un de ces cavaliers lui porta alors un coup
de pointe, qui la blessa très légèrement; mais le cheval de cet homme
s'étant abattu en même temps, il se trouva sur l'hyène, qu'il maîtrisa
sans en être mordu. Nous accourûmes tous; à l'aide de ses camarades, qui
avaient mis pied à terre, il la musela avec des cordes. Attachée par le
cou à une courroie de charge, elle marcha quelque temps devant lui, et
comme elle nous embarrassait, on la tua avec un couteau. Quoiqu'elle fût
énorme, elle paraissait saisie de terreur, elle ne poussa pas un cri, et
n'opposa pas la moindre résistance. Je savais que ces animaux ne
sont pas très dangereux; mais je fus étonné et presque touché de la
mansuétude de notre capture. Sa fourrure était fort belle, mais, usée
par les cordes qui nous avaient servi à la fixer sur le bât d'un mulet,
je ne pus la conserver. Les spahis, à ma surprise, mangèrent la viande
au bivouac du soir.

Après cette chasse, nous rencontrâmes une colonne de renforts qui
allait rejoindre le général Herbillon. A sa tête étaient M. le
lieutenant-colonel de Lourmel et d'autres officiers supérieurs,
circonstance bonne à retenir pour le moment où il sera question de
la réponse que me fit M. le ministre de la guerre à la tribune de
l'Assemblée.

Arrivés à Aïn-Mélilla, où nous passâmes la nuit, nos spahis nous
donnèrent le spectacle de quelques jeux du pays. D'abord, ce fut une
espèce de danse, pour laquelle des couples se forment, en se donnant
le bras; un des deux partenaires se voile le visage et représente une
fiancée, l'autre le prétendu; les couples défilent devant le spectateur,
en se dandinant et en chantant à la moresque sur un air monotone. Un
second jeu consiste à placer un homme, accroupi et entortillé dans son
bournous, sous la protection d'un autre qui se tient debout derrière
lui, et lui appuie les mains sur les épaules, prêt à lancer des coups de
pied à ceux qui l'attaquent. Le premier est _le mouton_, le second _le
chien_, les autres joueurs sont _les chacals_, et il leur est permis de
porter force coups au mouton, ou de le tirer par son bournous pour le
faire tomber, mais ils ont à se garer du chien, contre lequel ils n'ont
d'autre recours que de lui saisir le pied avant qu'il les frappe. Ces
exercices paraissaient égayer beaucoup nos spahis, et pour moi, il
n'était pas sans intérêt de voir la naïveté de ces braves gens qui
s'amusent comme des enfants et se battent comme des hommes.

Le 4, M. Osman retourna avec eux à Batna, et je continuai ma route. A
peu de distance d'Aïn-Mélilla, je rencontrai de nouveaux renforts. A
Constantine, où je fus rendu avant la soir, M. le général de Salles
m'apprit que M. le colonel Canrobert devait, sous peu, effectuer sa
jonction avec la colonne de Zaatcha, et que le 8e bataillon de chasseurs
à pied, campé aux portes de la ville, allait aussi se mettre en marche
pour les Ziban, ce qui portait à plus de 3,000 hommes la totalité des
renforts envoyés au général Herbillon. Celui-ci n'en demandait pas
davantage pour terminer ses opérations.

Je reçus à Constantine, dans la maison de M. le docteur Ceccaldi
d'Evisa, chirurgien principal, l'hospitalité la plus affectueuse, et le
5 au matin, je partis pour Philippeville. Le bateau à vapeur d'Alger
partait le lendemain; un autre était attendu qui devait appareiller le
8, directement pour Marseille. Les renforts assurés, le but principal de
ma mission étant de hâter leur arrivée, elle se trouvait remplie, et il
devenait inutile de faire une double traversée, et de passer par Alger.
Je résolus donc de partir par le bateau du 8; j'écrivis, dans ce sens,
au gouverneur général, et je lui expédiai immédiatement mon ordonnance,
avec ma lettre et la dépêche du général Herbillon. La réponse que j'ai
reçue, loin d'exprimer aucun blâme, est très aimable et honorable pour
moi. On ne comprendrait pas, en effet, qu'on se soit plu à dénaturer une
chose aussi simple, si depuis longtemps l'esprit de parti n'était pas en
guerre ouverte avec l'impartialité et la bonne foi.[10]

[Note 10: Voyez aux Pièces justificatives mes interpellations au
ministre de la guerre.]

Le 7, les Corses résidant à Philippeville m'offrirent un banquet.
C'étaient des soldats, des négociants, des marins; réunion touchante
qui, sur le sol d'Afrique, me rappelait l'accueil sympathique de l'île
paternelle, à qui ma famille doit tant!

Le 8, je m'embarquai sur le _Sphinx_, pyroscaphe de la compagnie Bazin,
commandant Bonnefoi. Le temps était gros et le vent contraire; mais,
grâce à l'habileté et à la vieille expérience de notre bon capitaine,
nous touchâmes à Marseille dans la nuit du 10 au 11.

A Paris, où j'arrivais très irrité de la position que l'on m'avait faite
en Afrique, contrairement aux promesses que j'avais reçues, on
avait déjà répandu, sur mon retour, les interprétations les plus
malveillantes. Un journal ministériel avait publié un article injurieux,
et d'autres, sans même s'enquérir des faits, ne m'avaient pas épargné.
Cependant, comme le ministère qui avait présidé à mon départ n'était
plus en fonctions, je crus devoir une visite au ministre de la guerre,
pour lui offrir un rapport circonstancié que j'avais préparé sur la
situation de la province de Constantine. M. d'Hautpoul se montra très
affable, et comme il m'interrogeait sur mon retour, et qu'il paraissait
ignorer dans quels termes j'avais consenti à faire acte de présence
en Algérie, j'entrai dans quelques développements, et je lui parlai
incidemment de l'ordre du général Herbillon, prescrivant mon départ de
Zaatcha pour Alger. Il demanda à le voir. Voulant maintenir intact mon
droit de représentant du Peuple, je lui déclarai d'abord que je ne m'y
croyais pas obligé; mais comme il y mettait une certaine insistance
affectueuse et parfaitement convenable, je consentis à le lui
communiquer. En le voyant, il s'écria, à plusieurs reprises, non pas
comme il l'a dit à la tribune: _Cet ordre vous couvre_, mais: _Vous
êtes parfaitement_ _en règle_; et il me pria de le lui laisser, pour le
montrer au président de la République, qu'il m'engageait fortement à
aller voir. Sous l'impression de mon juste ressentiment de la manière
dont j'avais été traité, il ne pouvait entrer dans mes vues de me
présenter à l'Elysée, et c'est probablement ce qui a rendu possible
un scandale que je déplore et que j'ai la conscience de ne pas avoir
provoqué. Ma lettre à _la Patrie_[11], dont a parlé M. d'Hautpoul,
n'était qu'une réponse aux attaques dont j'avais été l'objet, et dont
certains organes de la presse gouvernementale ne s'étaient pas fait
faute. La conviction qui résulte pour moi de mon entrevue avec
le ministre de la guerre, c'est que, bien qu'il ait assumé la
responsabilité de l'affront public qui m'a été fait, c'est à d'autres
qu'il doit être attribué. Des informations ultérieures m'ont prouvé que
je ne m'étais pas trompé.

[Note 11: Voyez aux Pièces justificatives.]

Quoi qu'il en soit, je reçus, le lendemain, avec une lettre du général
Bertrand, directeur du personnel, le décret qui parut le surlendemain
au _Moniteur_, signé Louis-Napoléon Bonaparte, et portant en tête
la devise: Fraternité! Sa légalité, de l'avis de bien des personnes
compétentes, aurait pu être contestée sous plus d'un rapport, mais
ayant, en tout cas, l'intention de donner au gouvernement ma démission,
je ne crus pas devoir lui disputer mon épaulette _au titre étranger_. On
peut voir, aux Pièces justificatives, ces divers documents, ainsi que ma
réponse au général Bertrand, que plusieurs journaux ont reproduite.

On y trouvera aussi le texte, d'après le _Moniteur_, de mes
interpellations qui eurent lieu à l'Assemblée nationale, le 22 novembre,
et celui de la réponse de M. d'Hautpoul.

En terminant, on me permettra quelques courtes observations au sujet de
ce discours du ministre de la guerre. N'était-il pas, au moins, étrange
de venir dire sérieusement à l'Assemblée, qu'à ma place, ayant rencontré
les renforts, il se serait mis à leur tête, il serait parti avec eux,
et, le lendemain, il serait monté à l'assaut de Zaatcha!! Je transcris
littéralement ses expressions, mais c'est à ne pas y croire! Comment,
moi, officier au titre étranger, j'aurais donné des ordres à des troupes
ayant à leur tête des lieutenants-colonels et des chefs de bataillon au
titre français? Mais ils m'auraient _envoyé promener_, et ils auraient
bien fait! M. d'Hautpoul, ce jour-là, semblait avoir oublié les
rudiments de la hiérarchie militaire, et les droits au commandement que,
même à parité de grade, un officier étranger ne peut exercer vis-à-vis
d'un officier au titre français.[12]

[Note 12: Article 3 de l'ordonnance du 3 mai 1832.]

Et que dire de cette prétention de monter à l'assaut le lendemain?
D'abord, les renforts étant séparés de Zaatcha par une distance de
plusieurs journées de marche, le plus grand foudre de guerre, à moins
d'être Josué, n'aurait pu accomplir le miracle dont parlait l'honorable
général. Laissant de côté cette légère erreur géographique, qu'aurait
dit le général en chef si, m'arrogeant ses prérogatives, j'étais venu
lui prescrire un plan, ou tenter une opération quelconque sans prendre
ses ordres? Et avec quoi l'aurais-je tentée, qui m'aurait obéi, ou
plutôt _ne m'aurait-on pas pris pour fou!_ C'est dommage d'entendre un
homme respectable débiter de pareilles excentricités, et n'a-t-il pas
fallu que les esprits fussent bien prévenus, pour les écouter sans
sourciller? D'ailleurs, l'ordre formel de mon général n'était-il pas
de me rendre à Alger, et si j'eusse désobéi, fût-ce pour retourner à
Zaatcha plutôt qu'à l'Assemblée nationale, M. d'Hautpoul _ne m'eût-il
pas traduit devant un conseil de guerre, ou, tout au moins, révoqué de
mon grade, et, qui plus est, de mon emploi, quand même je n'en aurais
pas eu?_

M. d'Hautpoul, dans son discours, accordait beaucoup à mon nom, et il
venait déclarer, en même temps, que ce nom et les longues persécutions
qu'il a attirées, ne valaient pas la peine de naturaliser mon épaulette,
ni d'arrêter une mesure qui certes n'était pas empreinte d'aucun esprit
de famille.

Enfin, lorsque, tout en commettant de si singulières méprises, il me
reprochait de ne pas avoir _consulté mon coeur de soldat_, on comprendra
que si j'avais voulu descendre à des personnalités, rien ne m'eût été
plus facile; mais je crus, et je crois encore, que cela ne m'eût pas
convenu envers un ministre et un vieux général.

Quoi qu'en dise le _Moniteur_, il n'est pas exact que l'Assemblée
presque entière se soit levée contre l'ordre du jour que je
présentai.[13] Au contraire, la gauche presque entière, et cela m'importe
beaucoup, s'abstint de prendre part au vote, malgré la position délicate
que ma susceptibilité à l'endroit de Louis-Napoléon m'avait faite dans
l'opinion de la plupart de ses honorables membres.

[Note 13: Voyez aux Pièces justificatives.]

Quant à mes autres collègues, je prendrai la liberté de leur exposer
avec le profond respect que je dois à une fraction si importante de la
souveraineté nationale, que mon mandat je ne le tiens pas d'eux, mais
des citoyens des départements qui m'ont élu, et que je ne me crois
nullement tenu de conformer mon opinion à celle de la majorité. Cette
opinion, fût-elle individuelle, elle pèse dans la balance, du poids d'un
vote libre, consciencieux et sans contrôle.

Nulle part, je n'ai vu dans la Constitution, ni même dans la loi
électorale, qu'en acceptant une mission temporaire, un représentant
abdique l'indépendance de son caractère, et perde le droit de revenir
prendre part aux délibérations législatives quand il le juge nécessaire
ou seulement opportun. J'y vois, plutôt, comme je l'ai fait remarquer à
la tribune, que s'il n'est pas revenu avant l'expiration du délai de six
mois fixé par la loi, son mandat de représentant est périmé de droit.
Ainsi donc, si, en Algérie, ou même plus loin, il était obligé
d'attendre le bon plaisir du gouvernement, celui-ci pourrait lui faire
perdre à dessein sa haute qualité, soit en lui refusant l'autorisation
de retour, soit en tardant simplement à l'envoyer.[14]

[Note 14: L'article 28 de la Constitution dit: «Toute fonction
publique rétribuée est incompatible avec le mandat de représentant
du peuple. Les exceptions seront déterminées par la loi électorale
organique.» L'article 85 de cette loi dit: «Sont exceptés de
l'incompatibilité les citoyens chargés temporairement d'un commandement
ou d'une mission extraordinaire, soit à l'intérieur, soit à l'extérieur.
Toute mission qui aura duré six mois cessera d'être réputée
temporaire.»]

On a dit qu'un représentant était libre d'accepter ou non une mission du
gouvernement. Sans doute, et ce n'est pas bien profond; mais, sous les
phases variées de notre politique, ce qui convient aujourd'hui peut fort
bien ne pas convenir dans quinze jours, ou même demain. Il ne faudrait
pas chercher bien loin pour trouver deux honorables représentants qui
avaient accepté de hautes missions sous le ministère Barrot-Dufaure, et
qui les ont résignées à l'avènement du ministère _d'action_.

Je ne disconviens pas que l'alternative résultant des dispositions
que je viens de citer ne soit un argument péremptoire en faveur des
incompatibilités, et, pour ma part, je les ai votées presque toutes. Je
comprends encore que ceux qui ne veulent pas que ces incompatibilités
soient inscrites dans la loi repoussent mon argumentation; mais je
maintiens que l'esprit de notre pacte fondamental est, qu'en droit et
en thèse générale, un représentant du Peuple reste toujours libre de
reprendre une position qui, en définitive, ne relève que de la nation;
et je ne voudrais pas affirmer qu'une révision même de la loi électorale
pourrait faire disparaître, dans le sens de la majorité, une lacune
qu'on ne peut combler ainsi, sans porter atteinte aux principes.

Pour moi, après le coup que Louis-Napoléon a porté à un de ses plus
proches parents, à un neveu de l'empereur, au fils de Lucien, au
représentant de la Corse, je n'aurais pas osé paraître à la tribune
nationale, si je n'avais été fort de ma _conscience_ et de mon _droit_.
De ma _conscience_, parce que, tant que j'ai été en Afrique, j'ai fait
mon devoir non-seulement d'officier, mais de soldat; de mon droit, parce
qu'en toute sincérité, je ne puis reconnaître à personne la faculté de
prescrire les fonctions suprêmes que les membres du Pouvoir Législatif
tiennent du Peuple.



PIÈCES JUSTIFICATIVES.



No 1.--Lettre de Louis Blanc.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE.

LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ.

Palais national du Luxembourg.

_A Pierre-Napoléon Bonaparte._

Citoyen,

C'est avec un plaisir extrême que je vous fais part de la décision prise
à votre égard par le Gouvernement provisoire. Nous venons de vous nommer
chef de bataillon dans la Légion étrangère, bien convaincus que votre
intention formelle est de mettre au service exclusif de la République
les fonctions confiées à votre loyauté par le gouvernement républicain.

Faire servir à l'établissement, à la consolidation, au triomphe complet
de la liberté, le prestige attaché au grand nom de Napoléon, c'est se
montrer digne de porter un tel nom et bien mériter de la patrie. Le
temps des prétentions dynastiques est passé à jamais. La glorieuse
révolution qui vient de s'accomplir a définitivement coupé court au
régime de la royauté et de tout ce qui lui ressemble.

C'est parce qu'il vous sait pénétré de cette conviction, imbu de ces
sentiments, que le gouvernement provisoire vient de vous donner une
marque de confiance qu'en ma qualité de Corse je suis heureux de vous
annoncer.

Salut et fraternité,

Le 15 avril 1848.

LOUIS BLANC,

Membre du Gouvernement provisoire.



No 2.--Pétition à la Constituante

Citoyens Représentants du peuple,

Le lendemain de Février, accouru de l'exil pour offrir mes services à
mon pays, j'ai accepté avec une profonde reconnaissance, des mains
des fondateurs de la République, le grade de chef de bataillon au 1er
régiment de la Légion étrangère. J'étais autorisé à le regarder comme un
état transitoire devant amener ma mutation dans un régiment français.

L'intention de M. de Lamartine, et après lui, celle de M. le général
Cavaignac, était de demander à l'Assemblée nationale une décision à cet
égard. Elle était nécessaire, en présence de la loi du 14 avril 1832 sur
l'avancement. A part toute autre considération, ces hauts fonctionnaires
de la République avaient pensé qu'une exception paraîtrait fondée en
ma faveur, puisque l'exil dont ma famille était frappée m'avait seul
empêché soit de satisfaire à la loi de recrutement, soit d'entrer dans
une école militaire. Ce qui corroborait encore ces considérations,
c'étaient les demandes réitérées de servir dans l'armée d'Afrique, que,
depuis douze ans, je n'avais cessé d'adresser au gouvernement déchu, et
que les maréchaux Soult et Sébastiani m'ont offert d'attester au besoin.

Après l'élection de mon cousin à la présidence de la République, et
sans parler de ses intentions fraternelles, je pouvais croire que le
gouvernement issu de l'élection du 10 décembre ferait pour moi la
proposition favorable que Lamartine ou le général Cavaignac eussent
faite. Le gouvernement n'a pas cru devoir prendre cette initiative; et
si je ne pouvais avoir recours à vous, citoyens représentants, je me
verrais frappé, j'en conviens, dans mes espérances les plus chères,
espérances que je n'avais pas abandonnées, même dans l'exil; car un
soldat de mon nom ne renonce pas facilement à servir dans les rangs de
l'armée française.

La Légion étrangère, je le sais, a glorieusement conquis une haute
réputation militaire. Je m'honorerai toujours d'avoir appartenu au corps
de ses braves officiers; mais peut-être n'est-ce pas une prétention
exorbitante de ma part que d'espérer d'être enfin admis autrement qu'à
titre d'officier étranger. Je m'étais dit qu'un neveu de notre grand
capitaine, un fils de Lucien Bonaparte, un proscrit des Bourbons,
n'avait pas à craindre que le coup dont une loi de proscription
l'a frappé ricochât, pour l'atteindre encore, sur le terrain de la
République.

L'élévation d'un autre neveu de l'empereur Napoléon à la magistrature
suprême de l'État semblait m'assurer de plus en plus qu'on ne me
refuserait pas une simple mutation qui ne ferait de tort à personne,
puisque mon emploi actuel peut être rempli par un chef de bataillon au
titre français.

Pour sortir de la position anormale où je me trouve, je fais un
respectueux appel, citoyens représentants, aux mandataires du Peuple
Souverain. Je demande de passer, avec mon grade, dans un de nos
régiments français d'infanterie; et, quelle que soit votre décision,
croyez que si jamais la République était attaquée, je me réserve bien de
combattre pour elle, fût-ce même comme simple volontaire.

Salut et fraternité,

Paris, le 17 mars 1849,

PIERRE-NAPOLÉON BONAPARTE.



No 3.--États nominatifs des hommes de la Légion étrangère, et du 2e
bataillon d'Infanterie légère d'Afrique, tués ou blessés le 25 octobre
1849.

3e bataillon d'infanterie légère d'Afrique.

_ÉTAT nominatif des hommes tués ou blessés le 25 octobre 1849._

  Numéros   NOMS.      GRADES.    OBSERVATIONS.
  des
  compagnies.

  2e        Butet,     capitaine. Blessé d'un coup de feu à la cuisse droite.
  4e        Touchet,   capitaine. Blessé d'un coup de feu à la poitrine.
  2e        Termeuf,   caporal.   Blessé d'un coup de feu au poignet gauche.
  Id.       Prudhom,   chasseur.  Tué d'un coup de feu.
  Id.       Luyat,     chasseur.  Tué d'un coup de feu.
  Id.       Raynard,   chasseur.  Blessé d'un coup de feu à la cuisse.
  3e        Doucet,    chasseur.  Blessé d'un coup de feu à l'épaule droite.
  Id.       Favry,     chasseur.  Blessé d'un coup de feu au sourcil droit.
  4e        Genet,     caporal.   Tué d'un coup de feu à la tête.
  Id.       Kerdavid,  chasseur.  Tué d'un coup de feu à la tête.
  Id.       Jacquemin, chasseur.  Blessé d'un coup de feu à la fesse.
  8e.       Consigny,  caporal.   Blessé d'un coup de feu au flanc gauche.
  Id.       Tulpin,    caporal.   Blessé d'un coup de feu au bras droit.
  Id.       Dorez,     chasseur.  Blessé d'un coup de feu à la joue gauche.
  Id.       Bay,       chasseur.  Blessé d'un coup de feu à la fesse droite.
  Id.       Charmier,  chasseur.  Blessé d'un coup de feu à l'abdomen.
  Id.       Leroux,    chasseur.  Blessé d'un coup de feu à la jambe droite.

Au bivouac, le 25 octobre, 1849.

Le capitaine commandant le bataillon, DE GOLDBERG. 2e régiment de la
Légion étrangère.

  _ÉTAT nominatif des hommes tués ou blessés le 25 octobre 1849._

  DESIGNATION     |     NOMS      |     GRADES     |    OBSERVATIONS
  des compagnies  |               |                |
  ----------------------------------------------------------------------
  Grenadiers du   | Nyko,         | capitaine.     | Blessé d'un coup de
  3e bataillon.   |               |                | feu et d'un coup de
                  |               |                | pierre.
                  |               |                |
  3e du 1er       | Smitters,     | sergeant.      | Tué d'un coup de feu
  bataillon.      |               |                | au coeur.
                  |               |                |
  Grenadiers du   | Vigneur,      | caporal.       | Blessé d'un coup de
  3e bataillon.   |               |                | feu.
                  |               |                |
  Idem.           | Oehme,        | grenadier.     | Tué d'un coup de feu
                  |               |                | à la tête.
                  |               |                |
  Idem.           | Martin,       | grenadier.     | Blessé d'un coup de
                  |               |                | feu.
                  |               |                |
  Idem.           | Schildwaeser, | grenadier.     | Idem.
                  |               |                |
  Idem.           | Vraiden,      | grenadier.     | Idem.
                  |               |                |
  Idem.           | Selinger,     | grenadier.     | Idem.
                  |               |                |
  1re du 3e       | Got,          | sergent-major. | Idem.
  bataillon.      |               |                |
                  |               |                |
  2e du 3e        | Vialet,       | sergent.       | Idem.
  bataillon.      |               |                |
                  |               |                |
  Idem.           | Pensa,        | fusilier.      | Idem.

Au bivouac sous Zaatcha, le 25 octobre 1849.

Le chef de bataillon hors cadre, commandant temporaire du 5e bataillon,
P.-N. BONAPARTE.



N° 4.--Rapport du commandant Bonaparte.

Au camp devant Zaatcha, 25 octobre 1849.

_Deuxième régiment de la Légion étrangère._

Mon colonel,

Chargé du commandement de deux cents hommes de la Légion, et de deux
cents du 5e d'infanterie légère d'Afrique, désignés pour abattre des
palmiers et protéger ce travail, je me suis porté ce matin, à huit
heures, vers la position qui m'avait été indiquée par M. le général
Herbillon, commandant en chef. Nous avons, en arrivant, occupé un mur
faiblement crénelé par les Arabes, et de là nous les avons tenus en
respect, tandis que nos travailleurs abattaient avec une grande activité
bon nombre de palmiers que j'évalue, au moins, à deux cent cinquante.

Les Arabes finirent cependant par se concentrer au saillant formé par
le mur avec le reste de notre ligne qui s'étendait jusqu'à la plaine.
J'avais, à plusieurs reprises, chargé le capitaine Butet, du 3e
d'infanterie légère d'Afrique, de l'observation de ce point important,
et il m'en avait répondu, lorsque ce brave et intelligent officier fut
atteint d'un coup de feu. Un chasseur de son corps fut tué au même
instant. Les Arabes se jetèrent sur le mur, limite de notre ligne,
qu'ils n'ont point franchie, malgré les diverses phases du combat. Ils
étaient en grand nombre. Ils nous assaillirent avec une grêle de pierres
qu'ils lançaient pardessus le mur, et ils finirent par se montrer
audacieusement à la crête, d'où ils firent feu de leurs fusils et de
leurs pistolets. Nous les reçûmes à coups de fusil. Une réserve de vingt
grenadiers de la Légion, sous la conduite du capitaine Nyko, vint, à ma
voix, soutenir l'infanterie légère, et assurer la position meilleure,
que nous occupâmes immédiatement dans un jardin encaissé, à environ 20
mètres du mur occupé d'abord, position d'où nous n'avons cessé de tenir
l'ennemi à distance.

Le point d'appui de la droite de notre nouvelle ligne était, comme vous
l'avez pu voir, mon colonel, un petit mamelon où huit à dix grenadiers
de votre régiment, électrisés par votre voix et l'exemple du brave
sergent Smitters, héroïquement tué dans cette affaire, ont si
vaillamment combattu.

Je tous rendis compte de l'utilité d'un renfort qui nous permît de ne
pas suspendre l'abattage des palmiers, et ce fut alors que vous fites
avancer les réserves dont le concours fut si efficace. Pendant ce
temps, les grenadiers postés au mamelon susdit, et l'infanterie légère
d'Afrique, soutinrent, avec une rare bravoure, les attaques réitérées et
acharnées des Arabes. Je ne dois pas oublier de tous dire la gratitude
que nous devons à M. le commandant des zouaves qui, au plus fort de
l'action, me donna, avec le lieutenant Sentupery, quinze hommes qui
vinrent soutenir mes grenadiers. Tous ces braves soldats sont au-dessus
de tout éloge. Je dois néanmoins vous signaler les intrépides capitaines
Butet et Touchet, du 5e d'infanterie légère d'Afrique, blessés
grièvement tous deux, et le capitaine Nyko, des grenadiers de la Légion,
atteint d'une balle et d'une pierre à la tête. Nous avons, outre le
sergent Smitters, cinq morts, dont un de la Légion, et quatre de
l'infanterie légère d'Afrique. Les blessés, sans compter les trois
capitaines que j'ai eu l'honneur de tous signaler, sont au nombre
de vingt, dont neuf appartiennent à la Légion. Je joins ici l'état
nominatif.

Sur l'ordre du général, que vous m'avez transmis vous-même, mon colonel,
dans le jardin encaissé où nous combattions, soutenus par l'énergique
et habile concours de M. le colonel de Barral à notre gauche, sur votre
ordre, dis-je, la retraite s'est effectuée avec une grande régularité
par la plaine, et elle était accomplie à midi.

Outre l'abattage des palmiers, notre opération peut être considérée
comme étant une attaque très vive sur Lichana, et, sans pouvoir évaluer
exactement le mal que nous avons fait à l'ennemi, j'estime qu'il est
très considérable et au moins décuple de celui qu'il nous a fait
éprouver.

Veuillez agréer, je vous prie, mon colonel, l'expression de mon respect.

Le chef de bataillon temporaire du 3e bataillon du 2e régiment de la
Légion étrangère,

P.-N. BONAPARTE.

Vu et approuvé le rapport de M. le commandant P.-N. Bonaparte, qui est
complet.

Tranchée, le 26 octobre 1849.

Le colonel faisant fonctions de général de tranchée.

CARBUCCIA.



No 5.--Rapport du colonel Carbuccia.

Sous Zaatcha, le 25 octobre 1849.

_A M. le général Herbillon, commandant la colonne expéditionnaire du
Zab._

Mon général,

Vous m'avez, ce matin, envoyé l'ordre, à la tranchée, par M. le
capitaine d'état-major Regnault, de vous faire connaître les
dispositions prises pour assurer la coupe des palmiers pendant la
journée.

Je vous ai fait répondre par lui que j'avais confié à M. le commandant
Pierre Bonaparte, du 2e régiment de la Légion étrangère, la mission de
procéder à cette opération importante, à la tête de quatre cents hommes,
dont deux cents de la Légion et deux cents du 3e bataillon d'Afrique.

Ci-joint, sur les événements importants accomplis dans cette journée, le
rapport de cet officier supérieur, dont je suis heureux d'avoir à vous
signaler la bravoure téméraire, et le coup d'oeil militaire digne du nom
qu'il porte. Atteint violemment d'un énorme pavé sur la poitrine, il est
resté à son poste, et il a tué de sa main deux chefs arabes, au plus
fort de la mêlée, aux applaudissements de la ligne de tirailleurs.

Lorsque M. le commandant Bonaparte m'a rendu compte des difficultés
qu'il éprouvait à continuer son opération, je suis part de la tranchée à
la tête d'une troupe de soutien et après avoir reçu son rapport verbal,
je vous ai fait demander un bataillon de renfort.

M. le commandant Bourtaki, du bataillon de tirailleurs de Constantine,
est arrivé sans délai; une de ses compagnies a pris part au feu de la
première ligne; le reste a été, sous vos yeux, placé en réserve, et
lorsque les Arabes ont eu abandonné leur position pour rentrer à
Lichana, nous avons effectué notre retraite, qui a été terminée à midi
et effectuée avec le plus grand ordre, sans opposition de l'ennemi.

Le mouvement a été facilité par votre ordre par le feu de deux obusiers
amenés sur place par M. le colonel Pariset en personne.

La disposition prise par vous (en faisant coopérer la colonne de M. le
colonel de Barral au mouvement de la journée) a été des plus utiles. Les
troupes, sous les ordres directs de leur chef qui ne s'est pas épargné
dans cette journée et que j'ai vu partout où il y avait du danger, ont
empêché le commandant Bonaparte d'être débordé sur sa gauche, et lui
ont permis de conserver, aussi longtemps que vous l'avez voulu, des
positions aussi difficiles.

Pendant ce temps-là, la sape de droite, gardée dans la tranchée par une
compagnie de voltigeurs du 38e, a été vivement assaillie par un nouveau
contingent arrivé dans Zaatcha pendant le combat. Les voltigeurs, avec
sang-froid et énergie, ont attendu les Arabes à bout portant; ils en ont
tué cinq et ont mis le reste en fuite.

La conduite des troupes a été admirable de dévouement et d'énergie,
aujourd'hui comme toujours, et elle continue à leur mériter l'estime et
la reconnaissance de la France et de son président.

Veuillez agréer, mon général, l'hommage de mon respectueux dévouement.

Le colonel du 2e régiment de la Légion étrangère, commandant la
subdivision de Batna, faisant fonctions de général de tranchée,

Signé: CARBUCCIA.



N° 6.--Ordre du général Herbillon.

_Ordre._

M. le commandant Pierre Bonaparte, chef de bataillon hors cadre, se
rendra immédiatement à Alger, auprès de M. le gouverneur général, pour
remplir une mission concernant l'expédition de Zaatcha.

Camp de Zaatcha, le 29 octobre 1849.

Le général de brigade, commandant la division de Constantine,

HERBILLON.



No 7.--Lettre à la Patrie.

Paris, 18 novembre 1849.

Monsieur le Rédacteur,

Les commentaires plus ou moins injustes ou malveillants que mon retour
d'Afrique inspire à quelques journaux m'engagent à vous prier d'insérer
ce qui suit:

Sans parler des convois que j'ai escortés à travers les partis ennemis,
je n'ai quitté le camp de Zaatcha, où je suis resté huit jours, qu'après
avoir commandé l'attaque du 25 octobre, et avoir été de tranchée le 24,
le 25, le 28 et le 29.

Le général Herbillon ayant décidé qu'on ne donnerait plus d'assaut, et
qu'on attendrait des renforts pour investir la place, et la réduire par
le feu de l'artillerie, l'adoption de ce plan prolongeait les opérations
bien au-delà du terme que, même avant mon départ de Paris, j'avais fixé
pour ma rentrée à l'Assemblée nationale. Comme représentant du Peuple,
j'étais seul juge de l'opportunité de mon retour à mon poste, et je ne
dois, à cet égard, aucun compte à personne. Les phases politiques qui
viennent de s'accomplir prouvent que je n'avais pas trop mal jugé de
cette opportunité.

Au surplus, j'avais tout lieu d'être mécontent de la position que
l'absence complète de tout ordre convenable m'avait faite en Afrique.
Je n'ai d'ailleurs quitté Zaatcha qu'avec l'ordre formel du général
Herbillon de me rendre auprès du gouverneur général, pour presser
l'arrivée des renforts qu'il attendait, et c'est parce que je les ai
rencontrés en route que je suis revenu directement de Philippeville, au
lieu de passer par Alger.

Veuillez agréer, je vous prie, Monsieur le Rédacteur, l'expression de
mes sentiments affectueux et distingués.

P.-N. BONAPARTE,

Représentant du Peuple.



No 8.--Lettre du général Bertrand, et décret du Président de la
République.

(_Ministère de la Guerre_.)

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE.

LIBERTÉ, EGALITÉ, FRATERNITÉ.

Paris, le 19 novembre 1849, à 9 heures du soir.

Monsieur le Représentant,

Par ordre du Ministre de la guerre, j'ai l'honneur de vous transmettre
la copie d'un décret du Président de la République, prononçant votre
radiation des cadres de l'armée; ainsi que la pièce signée du général
Herbillon, remise par vous au Ministre à votre arrivée à Paris.

Veuillez agréer, Monsieur le Représentant, l'assurance de ma haute
considération.

Le général de brigade, directeur général du personnel,

BERTRAND.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE.

LIBERTÉ, EGALITÉ, FRATERNITÉ.



_Au nom du Peuple français_,

Le Président de la République,

Considérant que M. Pierre-Napoléon Bonaparte, nommé, au titre étranger,
chef de bataillon dans le 1er régiment de la Légion étrangère, par
arrêté du 19 avril 1848, a reçu, sur sa demande, un ordre de service, le
19 septembre 1849, pour se rendre en Algérie;

Considérant qu'après avoir pris part aux événements de guerre dont
la province de Constantine est en ce moment le théâtre, il a reçu du
général commandant la division de Constantine l'ordre de se rendre
auprès du gouverneur-général de l'Algérie pour remplir une mission
concernant l'expédition de Zaatcha;

Considérant qu'il n'a pas rempli cette mission; qu'il ne s'est pas rendu
auprès du gouverneur général, mais qu'il s'est embarqué à Philippeville
pour revenir à Paris;

Considérant qu'un officier servant en France, au titre étranger, se
trouve en dehors de la législation commune aux militaires français, mais
qu'il est tenu d'accomplir le service auquel il s'est engagé;

Considérant que M. Pierre-Napoléon Bonaparte, en sa dite qualité,
n'était ni le maître de quitter son poste sans autorisation, ni le juge
de l'opportunité de son retour à Paris;

Sur le rapport du ministre de la guerre,

Décrète:

Article 1er. M. Pierre-Napoléon Bonaparte est révoqué du grade et de
l'emploi de chef de bataillon à la Légion étrangère.

Art. 2. Le ministre de la guerre est chargé de l'exécution du présent
décret.

Fait à Paris, à l'Élysée-National, le 19 novembre 1849.

LOUIS-NAPOLÉON BONAPARTE.

Le ministre de la guerre,

D'HAUTPOUL



N° 9.--Réponse au général Bertrand.

Paris, 19 novembre 1849.

Monsieur le général,

Je reçois votre lettre qui me transmet la copie d'un décret du président
de la République prononçant, dites-vous, ma radiation des cadres de
l'armée (_sic_). Je vous observerai d'abord que ne faisant pas partie de
ces cadres, je ne puis en être radié, mais seulement révoqué du grade,
que je ne devais, d'ailleurs, qu'au Gouvernement Provisoire de la
République, qui me l'avait conféré avant que je fusse représentant du
Peuple à la Constituante, et par conséquent avant l'abrogation de la loi
qui privait les membres de ma famille de leurs droits de citoyen.

Je rappellerai que ne m'accommodant nullement, comme représentant du
peuple, comme neveu de l'empereur Napoléon, et comme fils de Lucien
Bonaparte, de cet état d'officier _au titre étranger_, il y a déjà
longtemps qu'à deux reprises différentes j'avais donné ma démission, et
que ce n'est que pour céder aux instances réitérées et pressantes du
président de là République que je l'avais retirée. Arrivé avant hier à
Paris, je me suis rendu hier chez le ministre de la guerre, et je lui ai
déclaré que si je ne donnais pas encore, définitivement, ma démission,
c'était pour ne point faire de scandale. Il parait que d'autres n'ont
point été arrêtés par cette considération, et si je regrette ma bonhomie
qui leur a permis de me prévenir, je ne leur en veux pas autrement, car
je suis débarrassé d'une position qui n'était ni normale, ni convenable,
et que, sous aucun prétexte, je n'aurais plus gardée longtemps.

Un mot maintenant du décret présidentiel:

Il n'est pas vrai, et cela importe peu, que ce soit sur ma demande
qu'une mission en Algérie m'a été donnée. Elle m'a été instamment
proposée par le président de la République, comme le prouve la lettre
qu'il me faisait écrire par M. Ferdinand Barrot dans les Ardennes, où
j'avais été passer le temps de prorogation de l'Assemblée.

En second lieu, il n'est pas vrai que je me sois engagé à remplir un
service, dont la durée aurait pu être fixée par le gouvernement. Ma
mission qui, d'après la loi électorale organique, n'aurait pu, en tous
cas, durer plus de six mois, était temporaire, indéterminée, gratuite et
dépendante de ma volonté. On concevrait même difficilement qu'il eût pu
en être autrement.

D'un autre côté, mon grade de chef de bataillon au titre étranger ne
me dépouillait pas apparemment de mon caractère de membre du pouvoir
législatif; et quoi qu'en dise le président de la République, dont
les décrets, grâce à Dieu, n'ont pas encore force de loi, j'étais
parfaitement le maître de revenir, sans l'autorisation de personne,
siéger à mon poste le plus important, à l'Assemblée nationale, et
j'étais seul juge de l'opportunité de mon retour. Du reste, le but de la
mission que m'avait donnée le général Herbillon était rempli, du moment
que les renforts qu'il attendait, et que j'avais rencontrés en marche,
étaient assurés.

Enfin, si nos gouvernants avaient nos lois organiques un peu plus
présentes à l'esprit, ils sauraient que tout officier, représentant du
Peuple, est en non-activité hors cadre, et que la révocation qu'ils
décrètent ne peut porter que sur le grade, et non sur l'emploi, puisque
je n'en ai pas.

Agréez, Monsieur le général, l'assurance de ma parfaite considération.

PIERRE-NAPOLEON BONAPARTE,

Représentant du Peuple.



N° 10.--Extrait du compte-rendu de la séance de l'Assemblée législative
de 22 novembre 1849, d'après le _Moniteur_.

_Interpellations de M. Pierre Bonaparte._

_M. le Président._--M. Pierre Bonaparte demande l'autorisation
d'adresser des interpellations à M. le ministre de la guerre, sur un
décret qui a paru dans le _Moniteur_, et qui révoque M. Pierre Bonaparte
du grade militaire qui lui avait été conféré par le Gouvernement
provisoire.

Je demande à M. le ministre de la guerre à quel jour il veut que les
interpellations soient fixées.

_M. le général d'Hautpoul, ministre de la guerre._--Je suis prêt à
répondre à l'instant.

_M. le Président._--L'Assemblée veut-elle entendre immédiatement les
interpellations?

_De toutes parts._--Oui! oui!

_M. le Président._--La parole est à M. Pierre Bonaparte.

_M. Pierre Bonaparte._--Citoyens représentants du Peuple, je n'ai que
quelques mots à dire sur la question que ce décret soulève en général,
et sur ce qui me regarde en particulier, si l'Assemblée veut bien
m'entendre.

En principe, je soutiens avec une profonde conviction et avec
indignation, quand je pense qu'on ose soutenir le contraire _dans cette
enceinte_, qu'un membre du pouvoir législatif, quelle que soit la
mission temporaire qui ait pu lui être confiée, en vertu de l'article 85
de la loi électorale organique, ne peut être retenu malgré lui loin du
sanctuaire national, où s'accomplit son mandat. (Mouvements divers.)
Jaloux de vos droits, qui sont ceux du pays, il importe que vous
fassiez intervenir à cet égard une décision souveraine qui réprime les
outrecuidantes prétentions d'un gouvernement trop disposé à faire bon
marché du grand caractère dont les représentants du peuple français sont
revêtus. J'aurai l'honneur, dans ce but, de vous proposer un ordre du
jour motivé, à la fin de la discussion.

Passant à ce qui me regarde, l'exercice du droit imprescriptible que je
viens de dire m'a paru d'autant plus opportun que, dans ma conviction,
nos institutions républicaines, auxquelles je suis voué corps et âme,
sont sur le point de courir des dangers (Mouvement.)

Je désire, citoyens représentants, qu'on ne se méprenne pas sur
la portée de mes paroles. L'indigne manière dont j'ai été traité,
l'injustice et l'ingratitude dont j'ai à me plaindre, ont pu modifier
mes sentiments envers mon parent, Louis-Napoléon Bonaparte, mais non
envers le président de la République. Tant qu'il saura maintenir la
constitution, ou que la majorité de l'Assemblée déclarera qu'il l'a
maintenue, je le soutiendrai vigoureusement, tout en conservant, bien
entendu, ma liberté d'appréciation parlementaire.

Mais c'est de ses conseillers, ministres ou autres, de ses familiers
surtout que je me défie. Leur persistance à éloigner tout ce qui
naturellement était intéressé à l'éclat du drapeau populaire relevé
le 10 décembre suffit pour justifier mes défiances. A mon cousin et
collègue, Napoléon Bonaparte, comme à moi, ils ont fait donner une
mission, dont ils se sont ensuite subrepticement efforcés de rendre
l'accomplissement impossible.

_Et si vous exigez que je vous nomme celui à qui l'on doit attribuer
principalement tout ce que le président fait de déplorable, je le
nommerai._

_De toutes parts._--Oui! oui! Nommez!

_M. Pierre Bonaparte._--Eh bien! c'est M. Fialin, _dit_ de Persigny!

_M. le Président._--J'arrête ici l'orateur en lui rappelant qu'aux
termes de l'article 79 du règlement, les interpellations de représentant
à représentant sont interdites. Il a demandé l'autorisation
d'interpeller le ministre de la guerre sur un acte qu'il a déterminé, et
sur lequel il demande des explications; je l'invite à se renfermer
dans les termes de ses interpellations; il ne peut interpeller un
représentant, le règlement est formel.

_M. Pierre Bonaparte._--Je m'y renfermerai, monsieur le président;
mais je prends la liberté de vous faire observer que ce n'est pas une
interpellation, mais une désignation.

_M. le Président._--C'est une véritable interpellation.

_M. Pierre Bonaparte._--C'est une désignation.

Au point de vue militaire, et abstraction faite de ma qualité de membre
de cette Assemblée, on dirait vraiment que l'acharnement des partis se
plaît à dénaturer les choses les plus simples.

Du camp de Zaatcha à Philippeville il y a onze étapes. Je suis parti de
Zaatcha, escortant un convoi, et avec l'ordre, que voici, du général
Herbillon de me rendre à Alger. La seule partie de cet ordre que je
n'ai point exécutée, c'est la traversée de Philippeville à Alger.
Apparemment, elle n'offrait aucun danger, et, par conséquent, il ne
pouvait y avoir aucun mérite à la faire, puisque le but de ma mission
auprès du gouverneur général était rempli par l'envoi des renforts que
j'avais rencontrés en marche.

D'Alger, en tout cas, je fusse revenu en France. Le général Herbillon
le savait. Le président de la République et le Gouvernement savent
parfaitement aussi qu'à part mon droit de représentant, que je n'ai
jamais aliéné et que je n'aliénerai jamais, il était convenu, lorsque
j'ai quitté Paris, que je reviendrais d'Afrique quand je le jugerais
convenable, et sans qu'ils pussent y trouver à redire. (Rumeurs.)

Sans cela, il est évident que je ne serais pas parti, puisque j'aurais
sacrifié l'indépendance de mon mandat, à laquelle je tiens par-dessus
tout.

Je termine en demandant à M. le ministre de la guerre comment il se fait
qu'à mon arrivée à Paris, lorsque, sur sa demande (car je ne m'y croyais
nullement obligé), je lui ai communiqué l'ordre du général Herbillon,
prescrivant mon départ de Zaatcha pour Philippeville et Alger, il avait
répété à satiété que, sous le rapport militaire, les renforts étant
assurés, il me trouvait parfaitement en règle? Vous m'avez dit, monsieur
le ministre, que j'étais parfaitement en règle. Si je ne me trompe,
l'opinion du gouverneur général de l'Algérie était exprimée d'une
manière analogue dans une dépêche que M. le ministre de la guerre doit
avoir entre les mains. Et comment se fait-il alors qu'il ait apposé son
contre-seing à la révocation qui a paru au _Moniteur!_

Ou M. le ministre de la guerre a changé d'avis à mon égard avec une
étrange soudaineté, ou il a validé une mesure qu'il savait être une
injustice, une indignité, et qui, à part l'effet moral, me touche fort
peu, car je ne tenais nullement à ma qualité d'officier au _titre
étranger_.

Vous comprendrez, citoyens représentants, le sentiment qui m'a fait
entrer dans ces développements, bien que, au point de vue du droit, ils
soient tout à fait superflus.

Le principe qui domine tout le reste, c'est celui de l'indépendance de
notre caractère. Il est bon, en tout cas, que les droits de ceux d'entre
nous qui sont ou qui seraient, à l'avenir, envoyés en mission, soient
fixés; et c'est pour cela que j'aurai l'honneur, après la discussion, de
présenter à l'Assemblée un ordre du jour motivé.

_M. le Président._--La parole est à M. le ministre de la guerre.

_M. d'Hautpoul, ministre de la guerre._--Messieurs, l'interpellation
qui m'est faite a deux caractères bien distincts; je les traiterai l'un
après l'autre.

Il s'agit d'abord de savoir si un membre de cette Assemblée, qui a
demandé ou accepté un mandat, soit dans l'ordre militaire, soit dans
l'ordre diplomatique (ce sont ordinairement les missions qui sont le
plus communément confiées aux représentants), et qui a accepté dans
toute leur teneur les instructions qui lui ont été données librement,
volontairement, et souvent après sollicitations, il s'agit de savoir,
dis-je, si, une fois rendu à son poste, il est libre d'oublier ce même
mandat, ce même engagement; s'il est juge, juge souverain, d'après la
théorie de l'honorable préopinant, de l'opportunité de son retour.

Eh bien! je commence par déclarer que non. (Très bien! très bien!)

Le Gouvernement seul a été juge du mérite du mandat; celui qui l'a
accepté en est convenu par le fait seul de l'acceptation; une fois rendu
à son poste, il doit consulter ses instructions; s'il est militaire, il
doit se renfermer dans l'obéissance due à ses chefs militaires; il n'est
plus, là, représentant du Peuple. (Marques d'assentiment.)

_M. Pierre Bonaparte._--Alors, pourquoi m'avez-vous trouvé en règle?

_M. le Président._--Monsieur Pierre Bonaparte, n'interrompez pas! On
vous a écouté; laissez M. le ministre vous répondre.

_M. le Ministre._--Je le répète, il n'est plus, là, le représentant du
Peuple; il est impossible de trouver une analogie entre le représentant
du Peuple, ayant mission de la convention du Gouvernement, en se plaçant
au-dessus de toutes les positions dans les armées, et ce qui se passe
aujourd'hui. Quelques journaux ont voulu la rencontrer; ils sont tombés
dans une erreur complète. Je ne pense pas qu'il y ait ici un seul membre
qui partage une pareille doctrine. (Non! non!--Approbation.)

Du reste, l'Assemblée législative, dans l'espèce qui nous occupe,
n'avait donné aucun mandat à M. Pierre Bonaparte. Le mandat émane
essentiellement du Gouvernement, de l'initiative du Pouvoir exécutif.
Ainsi, laissons de côté le caractère de représentant, qui ne doit pas
occuper l'Assemblée. (Très bien!)

Voilà ma réponse à la première partie de la discussion. (Marques
prolongées d'approbation.)

Maintenant, en abordant les faits particuliers, que s'est-il passé? M.
Pierre Bonaparte est chef de bataillon à la Légion étrangère, au titre
étranger; et remarquez, messieurs, que ce titre n'a rien de blessant. M.
Pierre Bonaparte ne peut pas être chef de bataillon à d'autre titre, car
la loi de 1834, sur l'état des officiers, nous est connue; c'est le Code
militaire, un code qu'on ne peut pas enfreindre, que j'ai appelé; dans
une autre circonstance, l'arche sainte. D'après cette loi, quand on n'a
pas suivi la hiérarchie, quand on n'appartient pas à l'armée avec le
grade de capitaine, et quand on ne remplit pas les conditions voulues
pour l'avancement, conditions qui consistent dans un fait de guerre sur
le champ de bataille ou dans une proposition régulière de candidature
sur le tableau d'avancement, on ne peut pas devenir chef de bataillon.
M. Pierre Bonaparte n'était ni dans l'une ni dans l'autre de ces
conditions. On lui a conféré, c'est le Gouvernement provisoire, je
crois, on lui a conféré le titre de chef de bataillon dans la Légion
étrangère, à titre étranger; lui, n'est pas étranger, mais son titre est
étranger; c'est ce qu'il faut bien distinguer. (Très bien! très bien!)
Voilà en quoi M. Pierre Bonaparte ne peut pas être blessé: il est
Français et bon Français, c'est un hommage que je lui remis; mais son
titre dans la Légion étrangère est titre étranger. Il faut bien faire
attention à cette distinction. (Très bien! très bien!)

M. Pierre Bonaparte part de Paris avec une mission pour l'Algérie. Cette
mission disait qu'à son arrivée à Alger il serait à la disposition du
gouverneur général. Que fait le gouverneur général? Il se rappelle le
nom de Bonaparte, et il donne à M. Pierre Bonaparte le poste d'honneur,
le poste le plus périlleux; c'est là qu'un Bonaparte doit être heureux
de se trouver; c'est le meilleur de tous les postes. (Marques unanimes
d'approbation.)

_M. Pierre Bonaparte_.--Je vous prie de croire que je n'ai pas boudé.

_M. le Ministre._--Je dis cette phrase à dessein. Dans la lettre que M.
Pierre Bonaparte a cru devoir publier, il s'est plaint qu'on lui avait
fait une condition qui n'était pas convenable; c'est à cela que réponds.

Je n'accuse en rien, Dieu m'en préserve, la bravoure de M. Pierre
Bonaparte; je le crois aussi brave que tous nos soldats. Mais il ne
s'agit pas de cela; il s'agit d'une expression que je crois devoir
relever, et je déclare que le poste qu'on a donné à M. Pierre Bonaparte
était un poste de choix, de faveur, qu'il devait en être content,
puisqu'on l'envoyait à l'ennemi, et que, quand on porte son nom, on doit
être enchanté de se trouver dans une pareille position. (Très bien! très
bien!)

Qu'est-il arrivé? M. Pierre Bonaparte a reçu un commandement de son
grade, on lui a donné le commandement de quatre cents hommes. Il
s'est avancé en tirailleur sur l'ennemi: je ne juge pas le mérite du
mouvement, s'il était plus ou moins rationnel, ceci est un fait purement
militaire; vous me permettrez de le passer sous silence. L'engagement
qui eut lieu a été vif; la ligne des tirailleurs a dû se retirer.
M. Pierre Bonaparte a montré beaucoup de courage; il a été presque
appréhendé au corps par un Arabe. Il l'a tué de sa main, c'était tout
naturel; on ne devait pas attendre moins d'un homme qui porte son nom.
Plus tard, un bataillon de renfort est arrivé; l'affaire a été reprise;
chaque troupe est restée dans sa position respective.

Le lendemain, M. Pierre Bonaparte, qui la veille avait oublié qu'il
était représentant, qui n'en parlait pas, le lendemain, M. Pierre
Bonaparte s'en est souvenu.

_M. Pierre Bonaparte._--Pas le lendemain!

_M. le Ministre._--Peu importe! je n'épilogue pas sur les heures ou sur
le jour. Bref, M. Bonaparte, quelque temps après, a trouvé qu'étant
représentant du Peuple, il devait revenir dans cette enceinte. C'est
fort bien; mais il aurait dû y penser avant de partir. En ce moment,
il était devant l'ennemi; il aurait dû s'en souvenir. (Très bien! très
bien!)

Qu'il me permette de lui dire qu'à sa place, en présence de l'ennemi,
j'aurais parfaitement oublié que j'étais représentant. (Très bien! très
bien!)

_M. Pierre Bonaparte._--Je suis revenu pour affaire de service.

_M. le Président._--N'interrompez pas; vous répondrez!

_M. le Ministre de la guerre._--M. le général Herbillon, commandant
militaire de la province de Constantine et des troupes qui font le siége
de Zaatcha, a donné, il est vrai, à M. Pierre Bonaparte un ordre qu'il
m'a remis entre les mains. Je lui ai dit: «Cet ordre vous couvre».
C'était tout simple, et s'il ne vous avait pas couvert, savez-vous ce
que j'aurais fait? Je serais venu ici; j'aurais demandé à l'Assemblée
l'autorisation de vous poursuivre; je vous aurais fait arrêter et
conduire par la gendarmerie à Constantine, et là, vous auriez été
traduit devant un conseil de guerre. (Marques générales d'approbation.)

Je n'ai pas agi ainsi, parce que je ne devais pas le faire. Il ne
restait aux yeux du ministre de la guerre qu'une faute, une faute
grave; c'était de ne pas avoir accompli un mandat reçu. Ce mandat était
important; il disait à M. Pierre Bonaparte d'aller à Alger; pourquoi
faire? C'était une chose à peu près inusitée qu'un officier commandant
une troupe, et une troupe devant l'ennemi, en fût détaché pour aller
devant le gouverneur d'Alger demander des secours. Mais enfin j'accepte
cette mission tout étrange qu'elle puisse paraître. Du moins fallait-il
l'accomplir. Or, que se passe-t-il?

En arrivant à Philippeville, M. Pierre Bonaparte trouve des troupes qui
débarquaient. C'était une chose toute simple. En ne consultant que mon
coeur de soldat, je me serais mis à la tête de ces troupes, je serais
parti avec elles, et le lendemain je serais monté à l'assaut de Zaatcha.
(Très bien! très bien!)

_M. Pierre Bonaparte._--Un officier au titre étranger ne peut pas
commander! D'ailleurs, il y avait des lieutenants-colonels.

_M. le Ministre._--M. Pierre Bonaparte en a jugé autrement. Il arrive à
Philippeville; un paquebot partait pour la France: il prend passage
à bord de ce paquebot; il arrive à Marseille, puis à Paris. Arrivé à
Paris, il se présente chez le ministre de la guerre. Je fus assez étonné
de le voir: je connaissais son arrivée, du reste; je la connaissais par
un rapport du préfet de police, et je devais la connaître, parce que,
dans toute hypothèse, il m'importait beaucoup de savoir où était M.
Pierre Bonaparte.

M. Bonaparte se présente chez moi. Je lui demande par quel hasard il est
à Paris. Il me montre son ordre. Je lui dis: Cet ordre vous couvre par
rapport à Zaatcha, par rapport à l'abandon d'un poste militaire. S'il en
eût été autrement, c'eût été un déshonneur; un Bonaparte ne peut pas se
déshonorer, c'est impossible.

M. Pierre Bonaparte me montre ensuite un projet de lettre contenant
des doctrines que je ne pouvais pas accepter et que j'ai combattues,
doctrines que vous avez entendues et qui auraient pour conséquence de
mettre le Gouvernement dans l'impossibilité absolue de donner quelque
mandat que ce puisse être à des membres de cette Assemblée. (Très bien!)

Nonobstant mes observations, M. Pierre Bonaparte a fait insérer dans les
journaux la lettre que vous avez lue, et il l'a signée. Le Gouvernement
était mis en demeure de répondre; il l'a fait par le décret que vous
connaissez. (Bruit.) Je répète ma phrase. Le Gouvernement était mis en
demeure de répondre à la lettre de M. Pierre Bonaparte; c'était une
espèce de défi; le Gouvernement a répondu par le décret que vous avez
vu.

_M. Pierre Bonaparte._--Par dépit!

_M. le Ministre._--Il était dans son droit, dans son droit absolu, et
s'il ne l'avait pas fait, vous auriez eu grandement raison de l'en
blâmer. (Très bien!)

Je ne touche pas aux questions de famille, elles ne sont pas de ma
compétence.

Quant aux influences du Gouvernement, je déclare très haut que M. le
président de la République n'a pour conseillers que ses ministres; nous
n'en connaissons pas d'autres, nous ne subissons l'influence de qui que
ce soit. (Très bien!)

Nous venons ici franchement, loyalement, vous apporter des projets de
lois, les mesures que le Gouvernement croit bonnes; nous nous inspirons
des votes de la majorité de cette Assemblée; nous nous conformons à ce
qu'elle décide, et nous serons toujours heureux de marcher avec elle.
(Approbation vive et prolongée.)

_M. le Président._--La parole est à M. Pierre Bonaparte.

_M. Pierre Bonaparte._--Citoyens représentants, je tiens seulement à
vous soumettre mon opinion sur un point du discours de M. le ministre.

Il a dit que si je n'avais pas eu un ordre du général Herbillon
m'envoyant de Philippeville à Alger, il aurait demandé à l'Assemblée
nationale l'autorisation de me poursuivre devant un conseil de guerre.
Mon opinion est que, si l'Assemblée avait accordé une pareille
autorisation, elle aurait abdiqué son droit et ses prérogatives les plus
essentielles (Murmures et dénégations); car, s'il plaisait, par exemple,
à MM. les ministres d'éloigner de l'Assemblée un membre quelconque; si,
par suite de promesses, de séductions, je ne sais quoi.... (Nouveaux
murmures.)

_Un membre._--On est libre d'accepter.

_M. Pierre Bonaparte._--... Ils n'avaient qu'à l'envoyer en Algérie, au
Sénégal, n'importe où, alors les membres dont la présence pourrait être
incommode seraient éloignés au moins pendant six mois. (Dénégations.)
Et notez bien une chose, c'est que, les six mois expirés, si le
représentant n'est pas revenu à son poste, sa qualité, son caractère est
perdu de droit. Je voulais seulement vous soumettre cette observation.

_M. le Président._--L'incident me paraît vidé.

_M. Pierre Bonaparte._--Je propose un ordre du jour motivé.

_M. le Président._--Voici l'ordre du jour motivé que M. Pierre Bonaparte
propose à l'Assemblée:

«Considérant que les missions ou commandements temporaires dont les
représentants du Peuple peuvent être investis, conformément à l'article
85 de la loi électorale organique, ne peuvent leur enlever leur droit
d'initiative parlementaire, ni l'indépendance de leur caractère
législatif;

«Considérant qu'il ne peut appartenir à personne d'empêcher ou
d'interdire, par quelque raison que ce soit, l'accomplissement de leur
mandat,

«L'Assemblée passe à l'ordre du jour.»

_M. le Ministre de la guerre._--Je demande l'ordre du jour pur et
simple.

_Voix nombreuses._--Non! non!--Aux voix l'ordre du jour motivé!

_M. le Président._--On a demandé l'ordre du jour pur et simple. (Non!
non! On n'insiste pas!)

_Nombre de voix._--L'ordre du jour motivé!

_M. le Président._--Je mets aux voix l'ordre du jour motivé présenté par
M. Pierre Bonaparte.

(Personne ne se lève à l'épreuve; l'Assemblée presque entière se lève à
la contre-épreuve.)

_M. le Président._--L'Assemblée n'adopte pas l'ordre du jour motivé.

(Un grand nombre de membres viennent féliciter M. le ministre de la
guerre.--La séance reste suspendue quelques instants; les représentants
descendus dans l'hémicycle se livrent à des conversations animées.)



No 11.--Extrait du compte-rendu de la séance de l'Assemblée législative
du 22 décembre 1849, d'après le _Moniteur_, et Amendement de M. Pierre
Bonaparte.

_Discussion du projet de loi relatif à la création d'un quatrième
bataillon dans le 1er régiment de la Légion étrangère, pour y recevoir
une partie des hommes de la garde nationale mobile de Paris._

_M. le Président._--L'ordre du jour appelle la discussion du projet
de loi relatif à la création d'un quatrième bataillon dans la Légion
étrangère, pour y recevoir une partie des hommes de la garde nationale
mobile de Paris.

Je dois d'abord consulter l'Assemblée sur l'urgence, qui est demandée
par le Gouvernement et proposée par la commission.

(L'urgence, mise aux voix, est déclarée.)

_M. le Président._--M. Pierre Bonaparte a la parole sur la discussion
générale.

_M. Pierre Bonaparte._--Citoyens représentants du Peuple, je m'associe
de grand coeur aux intentions équitables que le projet du Gouvernement
nous annonce en faveur des débris de notre jeune et héroïque garde
mobile. Mais pour savoir si la position qu'on veut faire à ceux de ces
jeunes soldats qui resteront sous les drapeaux est convenable, il faut
examiner celle du corps où l'on propose de les faire entrer. Pour moi,
je pense que nous devons nous refuser à assigner à des citoyens français
(qui ont bien mérité de la patrie, qu'on ne l'oublie pas) une position
qui, même pour les militaires étrangers qui nous servent, n'est pas en
rapport avec la justice et la générosité de notre caractère national.
Aussi, je repousse le projet, si les conditions actuelles d'existence de
la Légion étrangère ne sont pas modifiées.

J'ai remarqué que bien des personnes, même appartenant à l'armée,
sont loin de se faire une idée bien nette des différentes catégories
militaires qui composent ce corps. Il faut avouer que cela s'explique
par l'étrangeté même de ces conditions diverses; mais si l'Assemblée le
permet, je les rappellerai succinctement.

Il y a d'abord, dans la Légion étrangère, des officiers comme dans les
autres régiments, c'est-à-dire français servant _au titre français_, et
jouissant, par conséquent, des mêmes droits et des mêmes garanties que
tous les autres officiers de l'armée.

Il y a des officiers étrangers, naturalisés civilement, ou non, et
servant tous également _au titre étranger_.

Il y a des officiers français sortis du service étranger et servant au
titre étranger.

Il y a enfin des officiers démissionnaires du service français, et
réintégrés au titre étranger.

Lorsque les officiers étrangers ont été placés dans la Légion, en
conformité de la loi du 9 mars 1831, leurs lettres de service étaient
conçues comme celles des corps français. Ils croyaient donc n'être
soumis qu'à la condition de ne pas servir en France. Leur erreur était
bien naturelle, car les lois organiques du 11 avril 1831, 14 avril
1832, 19 mai 1834, sont muettes à leur sujet; et si l'article 3 de
l'ordonnance du 5 mai 1832 les frappait (très justement au point de
vue national) d'une exclusion pour le commandement, du moins leur
offrait-elle la voie de la naturalisation civile, pour rentrer dans le
droit commun et obtenir la naturalisation militaire.

Tel était, en effet, le sens de l'article 3 de l'ordonnance du 5 mai
1832, abrogé depuis par l'ordonnance du 18 février 1844. S'il eût pu
rester quelque doute dans l'esprit des officiers de la Légion à cet
égard, ce doute aurait disparu devant les explications données par
le ministre de la guerre en maintes circonstances, et devant les
autorisations de permutation accordées entre des officiers étrangers
naturalisés servant dans la Légion et des officiers des régiments
français.

J'ai eu sous les yeux:

1° Une lettre du 3 décembre 1834 (postérieure ainsi à la promulgation de
la loi sur l'état des officiers), dans laquelle il est dit: «Direction
du personnel et des opérations militaires.... Ce n'est donc que lorsque
M. de Caprez aura été naturalisé Français qu'il sera en position de
demandera permuter; mais, tant qu'il conservera la qualité d'étranger,
sa réclamation à cet égard ne saurait être accueillie. _Signé_: Miot.»

2° Une liste des officiers étrangers, provenant notamment des régiments
suisses, qui servent maintenant dans des corps français, et qui
sont sortis de la Légion par permutation. Parmi eux figurent un
lieutenant-colonel et un chef de bataillon.

Cette position n'a été changée qu'à l'organisation de la deuxième Légion
étrangère, en 1837. Depuis lors les brevets des officiers au titre
étranger contiennent l'annotation suivante: _Cette nomination étant
faite en vertu de la loi du 9 mars 1831 ne donne pas à M.N. les droits
conférés aux officiers français par la loi sur l'avancement et celle sur
l'état des officiers_.

Puis est survenue l'ordonnance du 16 mars 1838, qui, par les articles
195 à 203, règle l'avancement, dans la Légion, pour les grades
supérieurs. Ces articles, dans leurs dispositions favorables à
l'ancienneté, ne sont pas applicables en Algérie, par suite de
l'application qui est faite à l'année de l'article 20 de la loi du 14
avril 1832.

Enfin a paru l'ordonnance du 18 février 1844, qui a, pour la première
fois, décidé que la naturalisation civile n'ajoute aucun droit au
commandement pour les officiers étrangers, et que les officiers français
servant au titre étranger n'ont que les droits des officiers étrangers
pour le commandement.

Aussi, peu à peu, les officiers étrangers se sont trouvés dans la
position peu honorable et très blessante: 1° d'être révocables à
volonté; 2° d'être, quel que soit leur grade, sous les ordres de
l'officier français qui commande; 3° d'être privés à jamais, à un tour
d'ancienneté, de devenir officiers supérieurs. On ne leur a conservé que
les bénéfices de la loi du 11 avril 1831!

J'ajoute qu'en campagne, lorsqu'il a dû être fait application de la
décision de 1844, cette décision a été violemment mise de côté par les
généraux en chef de notre armée, comme nuisible au service de l'Etat et
à la dignité de tous les officiers, étrangers ou non. Des officiers qui
sont le type de l'honneur militaire ont obéi à un commandant de colonne
au titre étranger, bien que connaissant l'incapacité dont le frappait
l'ordonnance.

Quant aux officiers français sortis du service étranger, et admis
avec un grade dans la Légion, leur position est prévue et définie
par l'article 197 de l'ordonnance du 16 mars 1838. Il serait juste,
indispensable même, d'améliorer leur sort; mais, pour éviter les abus,
on est d'accord, en général, que ce mode d'admission aux emplois
militaires devrait être supprimé pour l'avenir.

Restent les officiers démissionnaires du service français et replacés au
titre étranger.

Constatons d'abord que ce n'est qu'en fraude de la loi, par suite d'une
fiction, que les officiers en question ont pu être placés dans la
Légion. Mais peut-on exciper de cette illégalité pour repousser leurs
demandes sans examen? Non, sans doute; et leurs droits, s'ils en ont,
restent intacts. Mon opinion, basée sur l'examen des lois et règlements
qui régissent l'armée, me porte à défendre la position des officiers
démissionnaires, et à penser que le conseil d'Etat leur serait
favorable, s'ils s'adressaient à lui pour régulariser leur position
actuelle.

Il semble que c'est à tort que le Gouvernement a renoncé aux
prérogatives auxquelles n'avaient pas porté de restriction les lois de
1818 et de 1832; et que, notamment pour les officiers démissionnaires,
c'est à tort qu'il n'a pas soutenu, avec la loi et le droit, qu'il était
permis au Pouvoir exécutif de replacer ces officiers dans les rangs de
l'armée française.

En effet, avant la loi du 1er avril 1848, la volonté du chef de l'Etat
faisait d'un simple soldat un caporal ou un général. La loi de 1818 est
la première restriction apportée à la toute-puissance du roi en fait
d'avancement. C'est elle qui, en consacrant les droits de l'ancienneté,
a fait participer l'armée à l'édit de 1789, portant que _tous les
Français seront admissibles à tous les emplois_.

La loi du 14 avril 1832 n'a pas créé un seul principe nouveau en fait
d'avancement; _elle a seulement_, disait le rapporteur devant la chambre
des députés, _élargi les droits du pouvoir nouveau, en supprimant de
la législation de 1818 les prescriptions incompatibles avec le bien
du service, et provenant des défiances outrées_, disait toujours le
rapporteur, _que l'on avait éprouvées contre l'ancien gouvernement_.

Il est très remarquable qu'aucune de ces deux lois, la dernière surtout,
n'ait pas résolu la question de légalité concernant la réintégration des
officiers démissionnaires, et que, dans les discussions auxquelles elles
ont donné lien dans le parlement, pas une voix ne se soit élevée pour
provoquer à ce sujet une solution désirable.

On conçoit que la loi du 1er avril 1818 se taise à cet égard; mais,
après la controverse qui s'est élevée, à propos de cette réintégration,
à la fin de 1828, il est vivement à regretter que le doute, au moins,
soit encore permis.

Sous l'empire de la loi de 1818, le roi croyait avoir conservé le droit
de rappeler au service les officiers démissionnaires. Il résulte de
la dernière décision insérée au journal militaire officiel, premier
semestre 1827, page 192, qu'il n'a jamais abandonné cette prérogative.
Le gouvernement de juillet s'en est servi longtemps sans opposition;
puis il y a renoncé _de fait_, mais en soutenant son _droit_ à cet
égard. Le gouvernement de février a relevé des officiers soit de la
retraite, soit de la réforme, soit de la démission, en consultant
seulement les intérêts de la République.

Il résulte de là qu'il n'existe aucune décision législative défavorable
aux officiers démissionnaires. Il est à désirer qu'elle soit rendue, car
ces officiers abandonnent généralement l'armée pour suivre une carrière
plus avantageuse en temps de paix, et ils ne devraient pas pouvoir
reprendre leur rang, par exemple, en temps de guerre, au préjudice
de leurs camarades qui ont continué à suivre les bonnes et mauvaises
chances de la carrière; mais enfin des décisions royales non rapportées
existent, et elles établissent les droits des officiers démissionnaires.

Les officiers démissionnaires qui servent dans la Légion m'ont
communiqué une liste de leurs camarades qui, plus heureux qu'eux, ont
obtenu de la bienveillance du Gouvernement soit d'être réintégrés
directement dans un régiment français, soit de permuter pour passer dans
un de ces régiments, après avoir été nommés à la Légion et avant de
rejoindre, soit enfin de sortir de la Légion avec un emploi dans
l'état-major des places, que les officiers servant au titre français
seuls peuvent obtenir.

On m'a cité, au 2e régiment de la Légion, un fait assez curieux qui
prouve que la législation est encore indécise à ce sujet. Deux officiers
démissionnaires se rencontrent chez le directeur du personnel, demandant
du service. Le premier, plus favorisé, est envoyé dans la Légion comme
officier au titre étranger. Le deuxième, moins heureux et ayant moins de
services, est envoyé aussi dans la Légion, mais en qualité de sergent,
sans contracter d'engagement; et, ayant été nommé sous-lieutenant, il
compte aujourd'hui au titre français. Cependant, aux termes de la loi
d'avancement, et surtout de l'article 24 de l'ordonnance du 16 mars
1838, ce dernier ne pouvait légalement être réintégré au titre français,
même comme sous-officier. Plusieurs officiers de la Légion, jadis
démissionnaires, sont ainsi redevenus officiers au titre français.

Je ne terminerai pas sans mentionner la difficulté qui croit
chaque jour, de faire faire un service actif aux vieux officiers,
sous-officiers et soldats qui, après avoir rendu des services dans
la Légion, ont acquis des droits à une position sédentaire. Les
modifications que j'ai eu l'honneur de vous proposer par l'amendement
qui a été distribué hier, permettraient d'avoir de l'humanité envers ces
braves. Et c'est bien peu que de ne demander pour eux que de l'humanité;
car en consultant la statistique au hasard, sur _soixante_ officiers
polonais, par exemple, arrivés à la Légion en 1832, _cinquante-quatre_
sont morts, tués à l'ennemi ou succombant aux intempéries du climat.
N'est-il pas évident que la mort atteint les étrangers avant qu'ils
aient rempli le temps voulu par la loi pour la retraite, et ne serait-ce
pas répudier toutes nos traditions que de condamner plus longtemps à
de si dures conditions ces fidèles et intrépides défenseurs de notre
drapeau?

Quant à la garde nationale mobile que le Gouvernement propose
d'incorporer dans la Légion, au titre étranger, si des modifications
équitables sont apportées à l'état des militaires servant à ce titre,
elle y trouvera un champ digne de la noble et patriotique ardeur dont,
au point de vue militaire, nous avons admiré le brillant essor aux jours
néfastes de juin.

Souhaitons, en tout cas, que le nouveau triage qu'indique l'article 1er
du projet ne soit point arbitraire, et surtout qu'il n'ait point pour
base les opinions politiques.

J'aurai l'honneur de proposer à l'Assemblée de vouloir bien renvoyer mon
amendement à l'examen de le commission.

_Amendement._

Articles 1, 2 et 3.

Comme au projet du Gouvernement.

Art. 4.

Nonobstant le 5e paragraphe de l'art. 20 de la loi du 14 avril 1832,
l'art. 200 de l'ordonnance du 16 mars 1838 sera applicable aux officiers
étrangers, naturalisés on non.

Art. 5.

La réforme de ces officiers pourra être prononcée par le président de la
République, sur la proposition du ministre de la guerre.

Le 5e paragraphe de l'art. 18 de la loi du 19 ai 1834 est applicable à
la Légion étrangère.

Art. 6.

Les officiers étrangers naturalisés français seront aptes, après dix ans
au moins de service dans la Légion, à être naturalisés militairement,
par décision du pouvoir exécutif, rendue sur la proposition du chef de
corps, faite à l'inspection générale.

La naturalisation militaire fait entrer l'officier dans le droit commun,
et lui confère tous les droits de l'officier français.

L'article 5 de l'ordonnance du 3 mai 1832, modifié par celle du 18
février 1844, sera définitivement arrêté de manière que ce ne soit qu'à
grade égal que les officiers étrangers naturalisés français soient sous
les ordres des officiers français, et qu'ils commandent, à leur tour,
ces derniers à supériorité de grade.

Art. 7.

Les officiers français sortis du service étranger, et actuellement
pourvus d'un grade dans la Légion, sont déclarés aptes à être
naturalisés militairement, après dix ans au moins de services effectifs.

Toutefois, l'art. 197 de l'ordonnance du 16 mars 1838 est supprimé, et
aucun Français ne pourra, à l'avenir, être admis avec un grade dans
la Légion, s'il ne remplit les conditions voulues par la loi, pour
l'admission aux emplois et l'avancement dans les autres corps.

Art. 8.

Les officiers démissionnaires du service français, actuellement pourvus,
dans la Légion, d'un grade au titre étranger, pourront:

Être réintégrés directement dans un des corps français;

Ou permuter, pour passer dans un de ces corps;

Ou sortir de la Légion avec un emploi dans l'état-major des places.

Toutefois, aucun officier démissionnaire ne pourra, à l'avenir, être
réintégré, à aucun titre, dans l'armée.



No 12.--Autre Lettre à la Patrie.

Paris, 5 janvier 1849.

_A M. le rédacteur de la_ Patrie.

Monsieur le rédacteur,

Le rapport général du siége de Zaatcha a paru au _Moniteur_.

M. le général Herbillon, en parlant de l'affaire du 25 octobre, dit:

«Les assiégés firent une sortie si vive que nous laissâmes entre leurs
mains une caisse et des outils, et que je dus faire venir des troupes du
camp pour assurer la retraite.»

Je ne disconviens pas que ces troupes du camp soient arrivées fort à
propos.

Je ne parlerai pas de mes trois pauvres capitaines, Tonchet, Butet
et Nyko, blessés grièvement tous trois, ni de ce que j'ai pu faire
moi-même.

Mais un fait qu'il était bon de constater, c'est que l'ordre de battre
en retraite, _donné par le général Herbillon_, m'a été transmis par mon
colonel, et que, jusqu'à l'arrivée de cet ordre, j'ai tenu la position
_sans reculer d'une semelle_.

La colonne expéditionnaire tout entière le sait.

Agréez, etc.

P.-N. BONAPARTE.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Un mois en Afrique" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home