Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Relation originale du voyage de Jacques Cartier au Canada en 1534
Author: Cartier, Jacques, 1491-1557
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Relation originale du voyage de Jacques Cartier au Canada en 1534" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



http://www.pgdpcanada.net This file was produced from
images generously made available by the Bibliothèque
nationale de France (BnF/Gallica)



                           RELATION ORIGINALE
                               DU VOYAGE
                                  DE
                            JACQUES CARTIER

           [Illustration: VUE DU MANOIR DE JACQUES CARTIER.]


                           RELATION ORIGINALE
                              DU VOYAGE DE
                            JACQUES CARTIER
                               AU CANADA
                                EN 1534


                           DOCUMENTS INÉDITS
                                  SUR
                    _JACQUES CARTIER ET LE CANADA_
                            (NOUVELLE SÉRIE)


                               PUBLIÉS PAR
                        H. MICHELANT ET A. RAMÉ
  Accompagnés de deux portraits de Cartier et de deux vues de son Manoir


                     [Illustration: JACQUES CARTIER]


                                 PARIS
                            LIBRAIRIE TROSS
                  5, RUE NEUVE-DES-PETITS-CHAMPS, 5

                                 1867



_M. d'Avezac, dont il faut toujours citer l'ingénieuse et profonde
érudition lorsqu'il s'agit de recherches sur l'histoire de la
géographie, se plaignait naguère, et non sans raison, de l'indifférence
que les Français avaient apportée en tout temps à faire valoir leurs
découvertes; il regrettait surtout que le récit du premier voyage de
Jacques Cartier au Canada ne nous fût parvenu que par des traductions.
En effet, le plus ancien qui ait paru en France, de l'aveu de l'éditeur,
n'est qu'un travail de seconde main dont on ignore l'origine, car cette
version, sur quelques points, s'écarte de celle de Ramusio, de beaucoup
antérieure, sans cadrer exactement avec celle que nous a conservée
Hakluyt, qui diffère également des deux autres. Du reste, on s'aperçoit
aisément qu'elle n'a pu être l'oeuvre ni de Cartier, ni d'aucun de ses
compagnons de voyage, surtout si on la rapproche de la relation du
second voyage, que l'on croit pouvoir attribuer soit au chef, soit à un
des marins de l'expédition. Celle-ci, par le style autant que par
l'orthographe, révèle une main inexpérimentée, plus habile à guider un
navire sur l'océan et affronter les tempêtes qu'à manier une plume. On
arrive donc à cette conclusion, qu'au XVIe siècle il existait trois
relations du récit du premier voyage de Cartier, une en italien, celle
de Ramusio, une en anglais, publiée par Hakluyt, et une troisième que
nous ne connaissons pas, celle que Raphaël du Petit-Val a fait traduire
en 1598, pour en donner une édition française. Il est à supposer qu'il
n'a agi ainsi que faute d'avoir pu se procurer une rédaction originale,
qui seule, en reproduisant exactement les faits, eût permis d'apprécier
l'exactitude de l'auteur et de régler la créance que l'on pouvait
accorder à ses allégations. L'importance qu'elle eût offerte alors n'a
pas diminué aujourd'hui, et nous croyons qu'il y a encore quelque
intérêt pour nous à posséder la source primitive des différentes
versions étrangères, c'est-à-dire la première relation, qui a dû être
rédigée par Cartier lui-même (la supposition selon nous la plus
vraisemblable) ou du moins par un de ses compagnons de route. Elle n'a
pu évidemment être écrite qu'en français, dans le langage habituel des
marins, et spécialement des marins bretons, c'est-à-dire avec des
locutions provinciales, des incorrections compensées par un emploi plus
exact des termes propres à la profession maritime et à l'art nautique. A
ce point de vue, nous pouvons essayer un rapprochement curieux entre la
version de Raphaël du Petit-Val et la publication de 1545, reproduite si
soigneusement par M. d'Avezac, qui attribue à Cartier la relation du
second voyage. Quoique ce dernier texte paraisse déjà amélioré,
puisqu'il s'écarte dans maint passage des trois versions manuscrites de
la Bibliothèque impériale, qui ne sont pas non plus identiques entre
elles, on peut remarquer que la langue en est beaucoup plus incorrecte
que la traduction de 1598. Si, au contraire, nous venons à le comparer
avec celui que nous publions, on y remarquera de nombreuses analogies
d'expressions, de tournures, d'idiotismes, nous dirons mieux,
d'incorrections et de fautes qui décèlent une même origine. Il n'est pas
nécessaire de les signaler en détail, elles frappent au premier coup
d'oeil; et sans qu'il soit besoin d'insister plus longuement, il nous
paraît résulter non moins clairement du récit lui-même qu'on peut
l'attribuer avec assurance à Cartier, quoiqu'il ait évité avec soin de
se désigner expressément. Cependant, malgré ses précautions pour cacher
sa personnalité sous des termes généraux, tels que:_ nous partîmes...,
nous arrivâmes..., _il se trahit quand il lui échappe de dire:_ Je nomme
icelle isle saincte Katherine... (p. 7.) _Or ce droit appartenait
exclusivement au chef de l'expédition, et le chef c'était Jacques
Cartier. Parfois il se laisse entraîner à émettre son opinion
personnelle par ces mots:_ j'estime... p. 11; j'ai seu... (p. 12); je
presume mielx que aultrement à ce que j'ai veu... (p. 20); _et la façon
modeste avec laquelle il nous dit:_ Icelluy fut nommé le hable
Cartier... (p. 7) _ne fait que confirmer notre hypothèse, car toute
autre personne de l'équipage n'eût pas manqué d'observer que c'était en
l'honneur du capitaine, ce que celui-ci voulait au contraire éviter, en
relatant simplement le fait. Au surplus, voici le point capital: la
relation que nous publions est bien la version primitive, écrite par un
homme peu lettré, parlant le français en usage dans la partie de la
Bretagne qui avoisine Saint-Malo, en un mot l'original qui a dû servir
aux diverses traductions publiées antérieurement. Quant aux variantes
que présentent ces divers textes, elles sont légères et s'expliquent
facilement par des erreurs de copistes, des fautes de lecture ou des
bévues de traducteurs.

Cette pièce (no 5, portefeuille LVII de Fontette) porte pour
suscription:_ Voyage de Jacques Cartier, 1544. _Malgré ces chiffres, on
ne saurait regarder cette date comme rigoureusement exacte; mais pour
quiconque a l'habitude des manuscrits de cette époque, il est facile de
lui en donner une approximative qui ne s'en écarte guère. La simple vue
fait reconnaître une écriture de la première moitié du XVIe siècle, qui,
par son aspect général, se rapproche singulièrement de divers documents
de la même collection (voy. Port. XXVII, p. 70), qui remontent aux
années 1533-35. La relation occupe dix-sept feuillets dont les douze
premiers, écrits avec netteté, semblent annoncer une copie soignée; mais
ensuite l'écriture se lâche, les abréviations se multiplient, se
compliquent, et la lecture, facile au début, devient sur la fin d'une
difficulté extrême. Nous avons reproduit ce texte aussi scrupuleusement
que possible, et nous ne nous sommes permis que les modifications que
réclamait impérieusement l'impression.

Nous avons ajouté en appendice une pièce qui nous a paru assez curieuse
en ce qu'elle établit et résume exactement les découvertes faites par
les Français et les Anglais dans l'Amérique du Nord. Elle est
postérieure à 1630, puisqu'elle relate des faits arrivés à cette époque,
dont elle se rapproche beaucoup par l'écriture; quoiqu'elle ne soit pas
signée, elle offre l'aspect d'un document officiel et prouve que déjà
alors on s'était préoccupé de déterminer les droits respectifs des deux
nations.

L'intérêt qui s'attache au pilote malouin a engagé l'éditeur à enrichir
sa publication de deux portraits de Cartier, dont l'un se trouve à
l'hôtel de ville de Saint-Malo, et l'autre au département des estampes
de la Bibliothèque impériale. De son côté, M. Ramé, infatigable dans ses
recherches, a recueilli une nouvelle série de documents précieux sur
l'histoire du Canada, qui nous apprennent quels rapports ont existé
jusqu'en 1619 entre la colonie et la province où était né celui qui
avait découvert cet immense territoire. M. Ramé a fait plus, il a su
attacher un intérêt artistique à sa nouvelle collection, par la
description de l'ancien manoir de Jacques Cartier, dont le souvenir ne
se conservera plus qu'au moyen des croquis que nous devons au crayon de
notre collaborateur._

[Illustration]

[Illustration]



                        VOIAGE DE JACQUES CARTIER


Apres que Missire Charles de Mouy, chevallier, seigneur de la Milleraye
et Visadmiral de France, eut prins les sermens et faict jurez les
Cappitaine, maistres et compaignons desditz Nauires de bien et
loyaulment soy porter au seruice du Roy soubz la charge dudit Cartier,
Partimes du havre et port de Sainct Malo auecques lesdits deux nauires
du port d'enuiron soixante tonneaulx chaincun, esquippez les deux de
soixante ung homme, le vigntiesme jour d'Apuril oudit an, Mil cinq cens
trante quatre; et auecques bon temps nauigans et vinmes à Terre Neuffue
le dixiesme jour de May, et aterrames à Cap de Bonne viste estans en
quarente huyt degrez et demy de latitude et en...... degrez de
longitude. Et pour le grant nombre de glasses qui estoint le long
d'icelle terre, nous conuint entrer en vng haure nomme Saincte Katherine
estant au Su Surouaist d'iceluy Cap, enuiron cinq lieues où fumes
l'espace dix jours, attendant nostre temps et acoustrant noz barques. Et
le XXIe jour dudit moys de May, partismes dudit hable auecques vng vent
de Ouaist, et fumes portez au Nort, vng de Nordeist de Cap de Bonne
viste, jucques à l'isle des Ouaiseaulx, laquelle isle estoit toute
avironnée et circuitte d'vn bancq de glasses rompues et departies par
pièces. Nonobstant ledit banc, noz deux barques furent à ladite isle
pour auoir des ouaiseaulx, desqueulx y a si grant numbre, que c'est vne
chosse increable, qui ne la voyt; car nonobstant que ladite isle
contienne enuiron vne lieue de circumferance, en soit si très plaine
qu'i semble que on les ayt arimez. Il y en a cent plus à l'enuiron
d'icelle et en l'oir que dedans l'isle, dont partie d'iceulx ouaiseaulx
sont grans comme ouays noirs et blancs, et ont le bec comme vng corbin,
et sont tousiours en la mer, sans jamais pouoir voller en l'air pour ce
qu'ilz ont petites aesles, comme la moitié d'vne; de quoy ilz vollent
aussi fort dedans la mer, comme les aultres ouaiseaulx font en l'air; et
sont iceulx ouaiseaux si gras que c'est vne chosse merueilleuse. Nous
noumons iceulx ouaiseaulz _Apponatz_ desqueulx noz deux barques en
chargèrent, en moins de demye heure, comme de pierres, dont chaincun de
noz nauires en sallèrent quatre ou cinq pippes, sans ce que nous en
peumes mangier de froys.

Dauantaige, y a vne aultre sorte d'ouaiseaulx qui vont en l'air et en la
mer, qui sont plus petiz, que l'on nomme _Godez_, qui se ariment et
meptent à ladite isle soubz les plus grans. Il y en avoit d'aultre plus
grans, qui sont blans, qui se mettent à part des aultres en vne partie
de l'isle, qui sont fort mauuaiz à assallir; car ilz mordent comme
chiens et sont nommez _Margaulx_. Et néantmoins que ladite isle soyt à
quatorze lieues de terre, les ours y passent à no de la grant terre pour
mangier desdits ouaiseaulx, desquelx noz gens en trouuèrent vng, grant
comme vne vache, aussi blanc comme vng signe, qui saulta en la mer
dauent eulx; et le lendemain qui est le jour de la Penthecouste, en
faisant nostre routte vers terre, trouuames ledit ours enuiron le my
chemin, qui alloit à terre aussi fort que nous faisions à la voille; et
nous, l'ayant aperceu, luy baillames la chasse o noz barques et le
prinmes à force; la chair duquel estoit aussi bonne à mangier comme
d'vne génise de deux ans.

Le mercredi, XXVIIe dudit moys, nous arivames à l'entrée de la baye des
Chasteaulx, et pour la contrarieté du vent et du grant nombre de glaces
que trouuasmes, nous conuint entrer dedans vng hable, estant aux
enuirons d'icelle entrée, nommé le Rapont où nous fumes sans en pouair
sortir jucques au neuffiesme jour de Juign, que en partismes pour passer
o l'aide de Dieu oultre: ledit Rapont est en cinquante et vng degrez et
demy de latitude.

_Description de la terre dempuis Cap Rouge jucques au hable de Brest,
estant en la baye._

La terre, dempuis Cap Rouge jucques au Degrat, est la pointe de rentrée
de la baye, gist de cap en cap Nort Nordest et Su Surouaist; Et est
toute ceste partie de terre à isles adiaczantes et près les vnes des
aultres, qu'il n'y a que petites ripvières par où bateaux peuent aller
et passer parmy; Et à celle cause y a plusseurs bons hables dont ledit
hable du Rapont et celuy du Degrat sont en l'vne d'icelles isles, icelle
qui est la plus haulte de toutes, ou dessurs de laquelle l'on voyt
clairement les deux belles isles qui sont près Cap Rouge, où l'on compte
vignt cinq lieues; audit hable de Rapont y'a deux entrées, l'vne vers
l'Est et l'aultre vers le Su de l'Isle; mais il se fault donner garde de
la bande et pointe de l'Eist, car se sont bastures et pays somme; Et
fault renger l'isle de l'Ouaist à la longueur de demy cable ou plus près
qu'il veult, et puis s'en aller surs le Su vers le Rapont; et se fault
donner garde de trois basses qui sont soubz l'eau on chenal devers
l'isle de l'Est. Il y a de fontz par le chenal troys ou quatre brasses
et beau fons; l'autre entrée gist Est Nordest et Su vers l'Ouaist à
saultez à terre.

Partant de lappointe du Degrat et entrant en ladite baye, faisant
l'Ouaist, vng quart du Norouaist, l'on double deux isles qui demeurent
de babort, dont l'vne est à trois lieues de ladite pointe et l'autre
enuiron sept lieues de la premiere, qui est platie et basse terre,
apparoissante estre de la grant terre. Je nomme icelle isle Saincte
Katherine, au Nordest de laquelle y a hesiers et mauuais fons enuiron
vng quart de lieue, par quoy luy fault donner Run. Ladite isle est le
hable des Chasteaulx gissent Nort Nordest et Su Surouaist, Et y a
entreulx quinze lieues; et dudit hable des Chasteaulx au hable des
Buttes, qui est la terre du Nort de ladite baye, gisante Est Nordest et
Ouaist Surouaist, y a entr'elx doze lieues et demye; Et à deux lieux
dudit hable des Buttes est le hable de la Balaine; le travers duquel
hable, sçavoir à tierce partie de la trauersée de ladite baye, y a
trante huyt brasses et font de taygnay. Dudit hable de la Ballaine
jucques à Blanc Sablon y a... lieues audit Ouaist Surouaist, et se fault
donner garde d'vne basse qui est sur l'eau, comme vng bateau, au Suest
dudit Blanc Sablon. Trois lieues hors... Blanc Sablon est vne couche où
il n'y a point d'abry de Su ny du Suest; Et y a au Su Surouaist d'icelle
couche deux isles, dont l'vne a nom l'isle de Bouays et l'autre l'isle
des Ouaiseaulx, où il y a grant nombre de _Godez_ et de _Richars_ qui
ont le bec et les piedz rouges et hairent dedans des pertuis soubz
terre, comme connins. Ayant doublé un cap de terre qui est à vne lieue
de Blanc Sablon, y a vng hable et passaige, nommé les Islettes, qui est
milleurs que Blanc Sablon et là se faict grant pescherie. Ondit lieu des
Islettes, jucques à vng hable nommé Brest audit art de vent y a dix
lieues. Celuy hable est en cinquante et vng degrez, quarente, cinquante
cinq mynuttes de latitude et en... de longitude. Dempuis les Islettes
jucques audit lieu y a isles et est ledit Brestz en isles; Et
dauantaige, rangeant la coste à plus de troys lieues hors, sont toutes
isles à plus de doze lieues loingn dudit Brest; quelles isles sont
basses et voyt on les haultes terres par dessurs.

Le dixiesme jour dudit moys de Juign entrames dedans ledit hable de
Brest o nos navires, pour auoir des eaux et du boays. Et nous parez et
passez outre ladite baye, et le jour saint Barnabé, après la messe ouye,
nous allames o noz barques oultre ledit hable, vers l'Ouaist, descouurir
et veoir quelz hables il y avoit. Nous passames parmy les isles qui sont
en si grant nombre qu'il n'est possible les sçavoir nombrez, qui
contiennent enuiron dix lieues oultre ledit hable. Nous couchames en
l'vne d'icelles isles pour la nuyt passez et y trouuames en grant
quantité d'oeufs de cannes et aultres ouaiseaulx, qui hairent est isles:
lesdites isles furent nommées Toutes Isles.

Le lendemain, dozeiesme, nous persumes oultre lesdites isles; et à la
fin du fort d'icelles nous trouuames vng bon hable qui fut nommé Saint
Anthoine; Et oultre, enuiron vne lieue ou deux, nous trouuames vne
petite ripuiere fort parfonde, qui a la terre au Surrouaist, Et est
entre deux haultes terres. C'est vng bon hable, et fut planté vne croix
audit hable et nommé Sainct Seruan; au Surouaist dudit hable et
ripuiere, enuiron vne lieue, y a vng islot ront comme vng four, auironné
de plusseurs aultres plus petiz islotz, qui donne congnoissance desdits
hables. Plus oultre, à dix lieues, y a vne aultre bonne ripuiere plus
grande, où il y a pluseurs saulmons; Nous la noumasmes la ripuiere
Sainct Jacques. Estans à icelle, nous aperseumes vng grant nauire qui
estoit de la Rochelle, qui auoit passé la nuyt [cherchant] le hable de
Brest, où il pensoit aller faire sa pescherie; et ne sçauoint où ilz
estoint. Nous allames à bort auecques noz barques, Et le mysmes dedans
vng aultre hable à vne lieue plus à Ouaist que ladite ripuiere Sainct
Jacques, Lequel je pencze l'vn des bons hables du monde; Et iceluy fut
nommé le hable Jacques Cartier. Si la terre estoit aussi bonne qu'il y a
bons hables, se seroit vng bien; mais elle ne se doibt noumer Terre
Neuffue, mais pierres et rochiers effrables et mal rabottez, car en
toute ladite coste du Nort, je n'y vy vne charetée de terre, et si
descendy en plusseurs lieux; fors à Blanc Sablon, il n'y a que de la
mousse et de petiz bouays avortez; fin, j'estime mieulx que aultrement
que c'est la terre que Dieu donna à Cayn. Il y a des gens à ladite terre
qui sont assez de belle corpulance, mais ilz sont gens effarables et
sauuaiges. Ilz ont leurs cheueulx liez sur leurs testes en faczon d'vne
pougnye de fain teurcze et vng clou passé par my ou aultre chosse, Et y
lient aulcunes plumes des ouaiseaulx. Ilz se voistent de peaulx de
bestes, tant hommes que femmes; mais les femmes sont plus closes et
serrées en leurs dites peaux et sçaintes par le corps. Ilz se paingnent
de certaines couleurs tannées. Ilz ont des barques en quoy ils vont par
la mer, qui sont faictes d'escorche de bouays de boul, o quoy ilz
peschent force loups marins, Dempuis les avoir veuz, j'ay seu que là
n'est pas leur demeurance et qu'ilz viennent des terres plus chauldes,
pour prendre desditz loups marins et aultres choses pour leur vie.

Le XIIIe jour nous retournasmes o nos dites barques à bort pour faire
voille, pour ce que le temps estoit bon; Et le dymenche, XIIIIe, fysmes
chanter la messe et le lundy, XVe, appareillames dudit Brest et fysmes
la routte sur le Su, pour auoir la congnoissance de la terre que nous y
voyons aparaisante à deux isles. Mais quant nous fumes au mytan de la
baye ou enuiron, nous congneumes que s'estoit terre ferme, dont y auoit
gros cap double, l'un par dessus l'autre; Et pour ce le noumames cap
Double. Au parmy de la baye sobzdames à cent brasses et fontz curé. Il y
a de traverser de Brest audit cap Double, enuiron vignt lieues; Et à
cinq ou six lieues souldames à quarente brasses. Nous trouuames ladite
terre estre gisante au Nordest et Surrouaist, vng quart du Nort et du
Su.

Le landemain, XVIe dudit moys, nous sillames le long de la coste au
Surouaist, vng quart du Su, enuiron trante cinq lieues, dempuis cap
Double où trouuames des terres à montaignes moult haultes et effarables,
entre lesquelles y a vne apparoissante estre comme une granche, et pour
ce noumames ce lieu les monts de Granches. Icelles haultes terres et
montaignes sont hachées et creuses, Et y a entre elles et la mer des
basses terres. Ladite journée auparavant n'auions eu congnoissance
d'aultre terre pour les bruines et obscurité du temps qu'il faisoit, et
au soir nous aparut une faulte de terre, comme vne entrée de ripuiere,
entre lesdits mons des Granches et vng cap qui nous demouroit au Su
Surouaist, enuiron trois lieues de nous. Celuy cap est par le hault de
luy tout rongné et par le bas vers la mer, est à poincte; Et pour ce le
noumames cap Pointu; au Nort de luy, à vne lieue, y a vne isle platte.

Et pour ce que voullymes auoir congnoissance d'icelle entrée pour veoirs
s'il y auoit aulcune bonne posée et haure, mysmes la voille bas pour la
nuyt passez.

Le lendemain, XVIIe dudit moys, nous eumes tourmente de vent du Nordeist
et mysmes an pepefil à courrir et à la cappe, et fysmes de chemin,
vallant le Surouaist, trante sept lieues jucques au jeudy matin que nous
estions le travers d'une baye plaine de isles rondes comme coulonbiers.
Et pour ce leur donnames à nom les Coulonbiers et la baye Sainct
Jullian, de laquelle jucques à vng cap qui demeure au Su, vn quart du
Surouaist, qui fut nommé Cap Royal, y a sept lieues; Et à Ouaist
Surouaist dudit cap y a vng aultre cap qui est bien rongné par le bas de
luy et rond par le hault, au Nort duquel, enuiron demye lieue, y a une
isle basse. Celuy cap fut nommé Cap Delatte. Entre cestz deux caps y a
terres basses, par dessurs lesquelles y en a de moult haultes, en
semblance de y auoir ripuieres. A deux lieux de cap Royal y a vignt
brasses de parfont et la plus grande pescherie de grosses molues qui
soit possible; desquelles mollues en prynmes, en attendant notre
conpaignon, plus d'un cent, en moins d'un heure.

Le landemain, XVIIIe jour dudit moys, le vent nous fut contraire et
grant vent et retournames vers cap Royal cuider trouver hable. Auecques
nos barques fumes descouurir entre ledit cap Royal et cap Delatte, et
trouuames que parsurs les basses terres y a vne grande baye fort
parfonde et isles dedans, laquelle est close deuers le Su desdites
basses terres, qui font vng costé de l'antrée et cap Royal l'autre.
Lesdites basses terres s'auancent en la mer plus de demye lieue de pays
plat et mauuais fons, et au parmy de l'entrée y a un isle. Ladite baye
est en quarente huyt degrez et demy de latitude et en... degrez de
longitude. Celuy jour ne trouuames hable pour poser et tynmes pour la
nuyt à la mer, le cap à Ouaist.

Dempuis ledit jour jucques au XXIII e jour dudit moys, qui est le jour
saint Jehan, eumes tormente et vent contraire et serraison, tellement
que ne peumes auoir congnoissance de terre jucques audit jour saint
Jehan, que nous eumes congnoissance d'vn cap de terre qui nous demouroit
au Suest, qui, à nostre esme, nous demouroit au Surouaist de Cap Royal,
enuiron trante cinq lieues; et celuy jour fist bruimes et mauuais temps
et ne peumes approcher de ladite terre; et pource que s'estoit le jour
Monsgr saint Jehan, nommames le cap sainct Jehan.

Le landemain, XXVe jour, fist mauuais temps, obscur et venteux et fymes
courrir à Ouaist Nourouaist partie du jour, et le soir nous mysmes en
trauers jucques au segond quart que apparoillames; et lors, par nostre
esme, estions au Norouaist vng quart d'Ouaist dudit cap sainct Jehan,
dix sept lieues et demye. Et lorsque appareillames, le vent estoit
Norouaist, et fymes courrir au Surouaist quinze lieues, et vynmes
trouver trois isles, dont y en auoit deux petittes et acorez comme
murailles, tellement que possible n'est de monter dessurs, entre
lesquelles y a vng petit forillon; Icelles isles aussi plaines de
ouaiseaux que vng pré de herbe, qui heirent au dedans d'icelles isles,
dont la plus grande estoit plaine de _Margaulx_ qui sont blancs et plus
grans que ouays; Et en l'autre y en auoit pareillement en vne quantité
d'elle, et en l'autre plaine de _Godez_, et au bas y auoit paroillement
desdits _Godez_ et des grans _Apponatz_ qui sont paroilz de ceulx de
l'isle dont est cy dauant faict mencion. Nous descendisme au bas de la
plus petitte et tuames de _Godez_ et de _Apponatz_ plus de mille; et en
prinmes en noz barques ce que nous en voullumes. L'on y eust chargé en
vne heure trante icelles barques. Nous nommames icelles isles, isles de
Margaulx. A cinq lieues desdites isles estoit l'autre isle, à Ouaist
d'elles, qui a enuiron deux lieues de long et autant de leise. Nous y
fumes posez pour la nuyt pour auoir des eaux et du bouays à feu. Icelle
isle est rangée de sablons et beau fons et possaige à l'antour d'elle, à
seix et à sept brassez. Ceste dite isle est la milleure terre que nous
ayons veu, car ung arpant d'icelle terre vault mielx que toute la Terre
Neufue. Nous la trouuames plaine de beaulx arbres, prairies, champs de
blé sauuaige, et de poys en fleurs, aussi espes et aussi beaulx que je
vis oncques en Bretaigne, qu'ilx sembloient y avoir esté semer par
laboureux. Il y a force grouaiseliers, frassiers et rosses de Provins,
persil et aultres bonnes erbes de grant odeur. Il lui y a entour icelle
ille plusieurs grandes bestez, comme grans beuffz, quelles ont deux dans
en la gueulle, comme dans d'olifant, qui vont en la mer; De quelles y en
avoict une qui dormoict à terre à la rive de l'eau. Et allames o nos
barcques pour la cuydez prandre; mais incontinant que fumes auprès
d'elle, elle se gecta en la mer. Nous y vimes paroillement des ours et
des renarz. Celle ille fut nommée l'ille de Bryon. Aux enuiron d'icelles
illes y a de grandes marées, qui portent comme Suest et Norouaist. Je
présume mielx que aultrement, à ce que j'ay veu, qu'il luy aict aulcun
passaige entre la Terre Neuffue et la terre des Bretons. Sy ainsi
estoit, se seroit une grande abreuiacion, tant pour le temps que pour le
chemyn, se se treuue parfection en ce voyage. A quatre lieues de ladite
ille, il luy a vng beau cap que nommames cap du Daulphin, pour ce que
c'est le conmancement des bonnes terres.

Le XXVIIe dudit moys de Juin nous rangeames ladite terre, qui gist Est
Nordest et Ouaist Surouaist, et semble de loing que se soinct
butterolles de sables, pour ce que se sont terres basses et araineusses.
Nous ne pumez allez ny dessandre à icelles pour ce que le vent en
venoit, et les rangeames celluy jour, enuiron quinze lieues.

Le landemain rangeames icelle terre enuiron X lieues, jusques à vng cap
de terre rouge, qui est vng cap rongné, au dedans duquel y a vne ainze
qui s'abat au Nort et poys soume; il luy a vng sillon et perroy qui est
entre la mer et vng estanc. D'icelluy cap de terre et estanc à vng
aultre cap de terre y a enuiron quatre lieues; ce fant la terre en demy
cercle et tout rangé de sablons faictz comme vng fossé, par sur lequel
et oultre yceluy, y a comme maniere de marestz et estancq, tant comme
l'on peult voires. Et auparavant ariuez au premier cap y a deux petittez
illes assez près de terre; Et à cinq lieues dudit second cap, y a vne
ille au Surouaist qui est moult haulte et pointue, qui par nous fut
nommée Allezay. Le premier cap fut nommé le cap St. Pierre, pour ce que
le jour dudit sainct y ariuames.

Dempuix ladite ille de Bryon jusques audit lieu y a beau fons de sablon
et certaine sonde, qui asoumist, comme l'on aproche de terre.
Egallement, à cinq lieues de terre y a vignt cinq brassez et à une lieue
doze brassez, bort a terre seix brassez et partout beau fons; et pour ce
que vouillons abuoir plus emple cognoissance dudit paroige, mismes les
voilles bas et en trauers.

Et le lendemain, peneultime jour dudit moys, le vent vint au Su, vng
cart de Surouaist, et fismes couriz jusques au mardi derroin jour dudit
moys, sollail à l'Est, sans auoir congnoissance d'aulcune terre, fors
que le soir, sollail reconsant, nous vysmes terre aparoissante comme
deux illes, que nous demeuroict à Ouaist Surouaist, enuiron IX. ou X.
lieues. Et celuy jour fismes à Ouaist jusques au landemain, sollail à
l'Est, enuiron quarante lieues; Et faissant chemyn, eusmes la
congnoissance de ladite terre que nous auoit aparut comme deux illes,
que c'estoit terre ferme que gissoit Su Suest et Nort Norouaist jusques
à un cap de terre moult beau, nommé cap d'Orléans.

Toute ycelle terre est basse, vnye, la plus belle qui soict possible de
voir et plaine de beaulx arbres et prairies; mais en icelle ne peumes
trouuez hable, pour ce que c'est basse terre et poys soume et toute
rangée de sables. Nous y fumes en pluseurs lieulx o nos barcques, et
entre les aultres, dedans une belle ripuiere de peu de fons, où vysmes
des barcques de sauuaiges, qui trauersoinct ladite ripuiere qui, pour
ce, fut nommée ripuiere de Barcques; Et n'eumes aultre congnoissance
d'eulx, pour ce que le vent vint de la mer qui chargeoict alla coste et
nous conuint retires o nosdites barcques à nos nauires. Et fysmes couriz
au Nordest jusques au landemain, sollail à l'Est, premier jour de
Juillet, alla quelle heure vingt brumes et serraison, et mysmes les
voylles bas jusques enuyron dix heures qu'il esclardit; et eumes
congnoissance dudit cap d'Orléans, et d'un aultre qui en demeuroict
enuiron sept lieues au Nort, vng cart du Nordest, qui fut nommé le cap
dez Sauuaiges, au Nordest duquel, enuiron demye lieue, y a ung hessier
et bancq de pierres fort dangereux. A celuy cap nous vint vng homme qui
couroict apres nos barcques, le long de la coste, qui nous fessoict
pluseurs signes que nous retournissions vers ledit cap; et nous, voyans
telz signes, commanczames à nages vers luy, et luy voyant que
retournyons, commencza à fuir et à s'en couriz dauant nous. Nous
dessandimes à terre dauant luy et luy mysmes vng cousteau et vne
saincture de laine sur vne verge, et puix nous en allames à nos nauires.
Celuy jour rangeames ladite terre, neuff ou dix lieues, pour cuydez
trouuez hable, ce que ne peumes; car comme j'ay cy dauant dit, c'est
terre basse et soume. Nous y dessandimes celuy jour en quatre lielx,
pour voir les arbres, quelx sont merueilleussement beaulx et de grande
odeur, et trouuames que c'estoinct cedres, iffz pins, ormes blans,
frainnes, sauldres, et aultres pluseurs à nous incongneuz, touz arbres
sans fruictz. Les terres où il n'y a bouays, sont fort belles et toutes
plaines de poys, grouaiseliers blans et rouges, frasses, franboysses et
blé sauuaige, comme seille; quel il semble y abuoir esté semé et
labouré. C'est terre de la meilleure temperance qui soict possible de
voir et de grande chaleur, et y a pluseurs teurtres et ramyers et
aultres ouaiseaulx; il n'y a faulte que de hables.

Le landemain, second jour de Juillet, nous apersumes la terre au Nort de
nous qui tenoict o celle de dauant toute rangée, et congneumes que
c'estoit vne baye qui a enuiron vignt lieues de parfont et autant de
trauersée. Nous la noumasme la baye Sainct Limaire. Nous fumes au cap de
deuers le Nort o nos barcques, et trouuames le pays sy soume que a plus
et vne lieue de terre, ne y abuoict que vne brasse d'eau. Au Nordest
dudit cap, enuiron sept ou ouict lieues, nous demeuroict vng aultre cap
de terre, et entre les deux y a vne baye, en maniere de triangle, qui
estoict moult parfonde, dont le plus loign que pussion voirs d'icelle
nous demeuroict au Nordest, et estoict toute rangée de sablons, pays
soume; à dix lieues loign de terre y a vignt brasses de parfont; dempuix
ledit derrenier cap jusques audit bout et cap de terre y a quinze
lieues, et nous estans le trauers dudit cap, apersumes aultres terres et
cap qui nous demeuroict au Nort vng cart du Nordest, tout alla veue. La
nuyt fist mauuais temps et grant vent, et nous conuint meptre alla cappe
jucques au matin, tier jour de Juillet, que le vent vint à Ouaist et
fysmes porter sur le Nort pour auoir la congnoissance de ladite terre
qui estoit vne haulte terre, qui nous demeuroict au Nort Nordest par sur
les bassez terres, entre lesquelles basses terres et les haultez y
abuoict vne grande baye et ouuerture, où il luy abuoict cinquante et
cinq brassez de parfont par aulcuns lieulx, et large de enuyron quinze
lieues; et pour ladite parfondeur et laisse et changement de terres,
eumes espoir de y trouues le passage, comme il luy a au passage des
Chasteaulx. Icelle baye gist Est Nordest et Ouaist Surouaist, Et est la
terre de deuers le Su de ladite baye aussi belle que boine terre,
labourable et plaine de aussi belles champaignes et prairies que nous
ayons veu, et vnye comme vng estancq; et celle devers le Nort est une
terre haulte, à montaignes, toute plaine de arbres de haulte fustaille
de pluseurs sortez, et entre aultres y a pluseurs cèdres et pruches
aussi beaulx qu'il soict possible de voir, pour faire mastz suffisans de
mastez nauires de troys cens tonneaulx et plus; en la quelle ne vysmes
vng seul lieu vyde de bouays, fors en deux lieulx de basses terres, où
il luy abuoit des prairies et des estancq moult beaulx. Le parmy de
ladite baye est en quarante sept degrés et demy de latitude, et lxxiij
degrés de longitude.

Le cap de ladite terre du Su fut nommé cap d'Espérance, pour l'espoir
que abuions de y trouues passaige; et le quart jour dudit moys, jour
Sainct Martin, rangeames ladite terre du Nort pour trouues hable, et
entraimes en une petite baye et couche de terre toute ouuerte deuers le
Su, où il n'y a aulcun abry dudit vant, et la noumames la couche Sainct
Martin; et fusmes dedans ladite couche dempuix le quart jour jusques au
dozieme jour dudit Juillet. Et ce temps que nous fusmes en ladite
couche, fusmes le lundi seixième, après auoir ouy la messe, avecquez vne
de nos barcques pour descouuriz vng cap et pointe de terre qui nous
demouroict à sept ou ouict lieues à l'Ouaist de nous, pour voir comme
ladite terre se rabatoict; Et nous estans a demye lieue de ladite
pointe, apersumes deux bandes de barcques de sauuaiges, qui trauersoinct
de leur terre à l'austre où estoint, plus de quarante ou cinquante
barcques, et dont l'une desdites bandes de barcques ariuoict alla dite
pointe, dont il sautèrent et dessandirent à terre vng grand nombre de
gens, quelx fessoinct vng grant bruict et nous fessoinct plusieurs
signes que nous allissions à terre, nous montrant des peaulx sur des
bastons. Et pour ce que n'auions que vne seulle barcque, n'y voullimes
allez et nageames vers l'autre bande qui estoict alla mer; Et eulx
voyans que nous fuyons, esquippèrent deux de leurs plus grandez barcques
pour venir après nous, auecques lesquelles se bandèrent cinq aultres de
celles qui venoint de la mer, et vindrent jusques auprès de nostre dite
barcque, dansant et faisant plusieurs signes de voulloir nostre amytié,
nous disant en leur langaige: _Napou tou daman asurtar_, et aultres
parolles que n'entendions. Pour ce que n'auyons, comme dit est, que
l'une de de nos barcques, ne nous voullysme fiez en leurs signes, Et
leurs fysmes signes que eulx se retirassent, ce que ne voullirent; mes
nagèrent de si grande force, qu'ilz avironnèrent notre dite barcque
auecques leurs sept barcques; Et pour ce que, pour signe que nous leurs
fissions, ne se voullirent retirez, nous leurs tirames deux passeuollans
par sur eulx, Et lors ce mydrent à retournez vers ladite pointe, Et
fidrent vng bruict merueilleusement grant, après lequel commancèrent à
retournez vers nous comme dauant; et eulx estans jouxte nostre dite
barcque, leur lachames deux lanses à feu, que passèrent parmy eulx, qui
les estonna fort, tellement qu'ilz se mydrent alla fuyte à moult grant
haste et ne nous suyuirent plus.

Le landemain partie des dits sauuaiges vindrent auecques neuff barcques
alla pointe et entree de la couche où estions possés o nos nauires; Et
nous estans aduertiz de leur venue, allames o nos deux barcques alla
dite pointe et entrée, où ils estoint; et incontinant qu'ilz nous
aperczeurent, se mysdrent à fuyr, nous faisant signes qu'ilz estoint
venuz pour trafiquer auecques nous, et nous montrèrent des peaulx de peu
de valleur, de quoy ils s'acoulstrent. Nous leur fysmes paroillement
signe que nous ne leur voullyons nul mal, Et dessandismes deux hommes à
terre pour allez à eulx leurs portez des coulteaux et aulstres ferremens
et vng chappeau rouge pour donnez alleur cappitaine. Et eulx, voyant ce,
dessandirent partie d'eulx à terre auecques desdites peaulx, Et
traficquèrent ensemble et demenèrent vne grande et merueilleusse joye
d'auoir et recouurer desdits ferrements et aulstres chosses, dansans et
faissant plusieurs serymonyes, en gectant de la mer sur leur testes
auecques leurs mains, et nous baillèrent tout ce qu'ilz avoint,
tellement qu'ilz s'en retournèrent touz nulz, sans aulcune chose auoir
sur eulx, et nous fidrent signe que le landemain retourneroint auecques
d'aultres peaulx.

Le jeudi, VIIIe dudit moys, pour ce que le vant n'estoict bon pour
sortir o nos nauires, esquippames nosdites barcques pour allez
descouuriz ladite baye, et courumes celuy jour dedans enuiron XXV
lieues; Et le landemain, au matin, eumes bon temps et fysmes porter
jusques enuiron dix heures du matin, à laquelle heure eusmes
congnoissance du font de ladite baye, dont fusmes dollans et masriz; au
font de laquelle baye y abuoict par dessur les bassez terres des terres
à montaignes moult haultes; et voyant qu'il n'y abuoict passaige,
commanczames à nous en retournez. Et faisant nostre chemyn le long de la
coste, vismes lesdits sauuaiges sur l'orée d'un estanc et basses terres,
qu'ilx fessoint plusieurs feuz et fumées. Nous allames audit lieu et
trouuames qu'il luy abuoict une entrée de mer qui entroict oudit estanc,
et mysmes nosdites barcques d'un costé de ladite entrée. Lesdits
sauuaiges passèrent o vne de leurs barcques et nous aportèrent des
pièces de lou marin tout cuict, qu'ilz mysrent sur des pièces de bouays,
et puis se retirèrent, nous faissant signe qu'ilz les nous donnoint.
Nous enuoyasmes deux hommes à terre avecques des hachotz et cousteaulx,
patenostres et aultre marchandie, de quoy ilz demenèrent grande joye; Et
incontinant passèrent alla foulle, o leurs barcques, du costé où
estions, auecques peaulx et ce qu'ilz abuoint pour abuoir de nostre
marchandie; et estoint en numbre, tant hommes, femmes que enffens, plus
de troys cens, dont partie de leurs femmes que ne passèrent, danczoint
et chantoint, estantes en la mer jusques aux jenouz. Les aulstres femmes
qui estoint passées de l'aultre costé où estions, vindrent franchement à
nous et nous frotoint les bratz auecques leurs mains, et puix leuoint
les mains joingtes au ciel, en fessant plusieurs signes de jouaye; et
tellement se assurèrent auecques nous que enfin marchandames, main à
main auecques eulx, de tout ce qu'ilz abuoint, qui est chose de peu de
valleur. Nous congneumes que se sont gens qui seront fassilles à
conuertir, que vont de lieu en aulstre, viuant et prenant du poysson au
temps de pescherie pour viure. Leur terre est en challeur plus temperée
que la terre d'Espaigne, et la plus belle qui soict possible de voir, et
aussi eunye que vng estanc. Et n'y a cy petit lieu vide de bouays et
fust sur sable, qui ne soit plain de blé sauuaige, qui a l'espy come
seilgle et le grain conme auoyne, et poys aussi espez conme si on les y
abuoict semez et labourez, grouaiseliers blans et rouges, frassez,
franbouaysses et roses rouges et aultres herbez de bonne et grande
odeur; paroillement y a force belles prairies et bonnes herbes et
estancq où il luy a force saulmons. Je estime mielx que aultrement que
les gens seroint facilles à conuertir à nostre saincte foy. Ilz
appellent ung hachot en leur langue _Cochy_ et ung cousteau _Bacan_.
Nous nonmames ladite baye, la baye de Chaleur.

Nous estans certains qu'i n'y auoit passaige par ladite baye, fysmes
voille et aparoillames de ladite conche Sainct Martin, le dimanche,
douziesme jour de Juillet, pour allez charcher et decouvriz oultre
ladite baye; et fysmes couriz à l'Est le long de la coste, qui ainsi
gist enuiron dixouict lieues jusques au cap de Pratto. Et là trouuames
vne merueilleuse marée, petit fontz et la mer fort malle, Et nous
conuint serrez à terre entre ledit cap et une ille qui est à l'Est
d'iceluy, enuiron vne lieue; et là possames les ancrez pour la nuyt. Et
le landemain, au matin, fismes voille pour debuoir rangez ladite coste
qui gist Nort Nordest; mais ils souruint tant de vant controire, qu'i
nous conuint relacher de là où nous estions partiz et y fusmes ledit
jour et la nuyt jusques au landemain que fismes voille, et vysmes le
treuers d'une ripuiere qui est a cinq ou seix lieues dudit cap au Nort.
Et nous estans le trauers d'icelle ripuiere, nous vint le vant controire
et force bruymes et nonveue, et nous conuint entrer dedans icelle
riuyere, le mardi, XIIIIe jour dudit moys, et posames à l'entree jusques
au XVIe, esperans auoyr bon tempz de sortye. Et ledit jour XVIe, qui est
Jeudi, le ven renfforça tellement que l'un de nos nauires perdyt un
ancre, et nous conuynt entrer plus auant, sept ou huit lieues amont
icelle riuiere, en vng bon hable et seur que nous auions esté voyr auec
nos barques. Et pour le mauueys temps accauze et nonveue qu'il fist,
fusmes en icelluy hable et ryviere jusques au XXVe jour dudit mois, sanz
en pouuoyr sortyr; durant le quel temps nous vint grant nombre de
sauuages qui estoient venus en ladite riuiere pour pescher des
masquereaulx, desquelz il y a grant habondance; et estoient tant hommes,
femmes que enffans plus de deux cens personnes qui auoyent envyron
quarente barques, lesquelz après auoyr vng peu (esté) à terre auecques
eulx, venoyent franchement auec leurs barques aborder prez de noz
nauyres. Nous leur donnasmes des coulteaulx, pastenostres de voyrre,
peignes et aultres besongnes de peu de valleur; de quoy faisoient
plusieurs signes de joyes, leuant les mains au ciel en chantant et
dansant dedans leurs barques. Celle gent se peult nommer sauuaiges, car
c'est la plus pouure gent qu'il puisse estre au monde, car tous ensemble
n'auoyent la valleur de cinq solz, leurs barques et leurs raitz à
pescher hotez. Ilz sont tous nudz, reserué une petite peau de quoy ilz
couurent leur nature, et aulcunes vielles peaulx de bestes qu'ilz
gectent sur eulx en escharpes. Ilz ne sont point de la nature ny langue
des premiers que auions trouué. Ils ont la teste touzée à reonz tout à
l'entour, reserué vng rynet en le hault de la teste qu'ilz laissent long
comme vne queue de cheual, qu'i lyent et serent sur leurs testes en vng
loppin avecques des coroyes de cuyr. Ilz n'ont aultre logis que soubz
leurs dites barques qu'ilz tournent, auant de se coucher, sur la terre.
Dessoubz icelles ilz mangent leur chair quasi crue, après estre vng peu
eschauffée sur les charbons et pareillement leur poisson. Nous fusmes le
jour de la Magdelaine o noz barques au lieu où ilz estoient sur l'orée
de l'eaue, et descendismes franchement parmy eulx, de quoy ilz
demenèrent grand joye et se prindrent tous les hommes à chanter et
danser en deux ou troys bandes, faisant grant signe de joye de nostre
venue. Mays ilz auoyent fait fouyr toutes les jeunes femmes dedans le
boys, fors deux ou troys qui demeurèrent, à qui nous donnasmes chacun
vng pigne et à chacune vne petite clochette d'estang, de quoy ilz firent
grande joye, remercyant le cappitaine en lui frottant les bras et la
poictryne avecques leurs mains; Et en voyant que il auoyt donné à celles
qui estaient demourées, firent venir celles qui estoient fuyes au boys,
pour en auoyr autant comme les aultres, qui estoient bien vne vigtaine
qui se assemblèrent sur ledit cappitaine, en le frottant auec leurs
mains, qui est leur façon de faire chere, et il leur donna à chacune sa
petite rangette d'estaing de peu de valleur; Et incontinent se
assemblèrent ensemble à deuiser et dyrent plussieurs chanssons. Nous
trouvasmes grant quantité de macquereaulx qu'ilz auoyent pesché bien à
bor de terre, auecques des raiz qu'ilz ont à pescher, qui sont de fil de
chanure qui croist en leur pays, où ilz se tiennent ordinairement, car
ilz ne vyennent à la mer que au temps de la pescherye, ainsi que j'ay
sceu et entendu. Pareillement y croist de groz mil, comme poix, ainsi
que au Bresil, qu'ilz mangent en lieu de pain, de quoy ilz auoyent tout
plain aueques eulx, qu'i nomment en leur langaige _Kagaige_;
pareillement ont des prunes qu'ilz sechent, comme nous faisons, pour
l'yuer, qu'i nomment _Honesta_, les figues, noix, poires, pommes et
aultres fruitz et des febues qu'i nomment _Sahe_, les noix _Daheya_, les
figues _Honnesta_, les pommes.... Se on leur monstre aucune choses de
quoy ilz n'ayent point et qu'i ne sçauent que c'est, ilz secouent la
teste et dyent _Nouda_, qui est à dire qu'il n'y en a point et qu'ilz ne
sçauent que c'est. Des choses qu'ilz ont, ilz nous ont monstré par
signes la façon comme il croyst et comme ilz l'acoustrent. Ilz ne
mangent jamays chose où il y ait goust de sel. Ilz sont larrons à
merueilles de tout ce qu'ilz peuuent desrober.

Le XXIIIIe jour dudict moys nous fismes faire vne croix de trente piedz
de hault, qui fut fete deuant pluseurs d'eulx, sur la poincte de
l'entrée dudit hable, soubz le croysillon de laquelle mismes vng
escusson en bosse à troyes fleurs de lys, et dessus vng escripteau en
boys en grant, en grosse lettre de forme où il y auoit VIVE LE ROY DE
FRANCE; Et icelle croix plantasmes sur ladicte poincte deuant eulx,
lesquelz la regardèrent faire et planter; Et après qu'elle fut esleuée
en l'air, nous mismes tous à genoulx, les mains joinctes, en adorant
icelle deuant eulx et leur fismes signe, regardant et leur monstrant le
ciel, que par icelle estoit nostre Redemption, de quoy ilz firent
plusieurs admyradtions, en tournant et regardant icelle croix.

Nous estans retournez en nos nauires, vint le cappitaine, vestu d'une
vielle peau d'ours noire, dedans une barque auecques trois de ses filz
et son frère, lesquelz se aprochèrent si près du bort, comme auoyent de
costume, et nous fit vne grande harangue, nous monstrant ladite croix et
faisant le signe de la croix auec deux doydz, et puis nous monstroit la
terre tant à l'entour de nous, comme s'il eust voullu dire que toute la
terre estoit à luy, et que nous ne deuyons pas planter ladite croix sans
son congé. Et après qu'il eut finy sadite harangue, nous luy monstrasmes
une hache, faignant la luy bailler pour sa peau, à quoy il entendit et
peu à peu s'aprocha du bout de nostre nauire, cuydant auoyr ladite
hache; Et l'un de noz gens estant dedans nostre bateau, mist la main sur
sa dite barque et incontinant il en entra deux ou troys dedans leur
barque et les fist on entrer dedans nostre nauire, de quoy furent bien
estonnez, et eulx estans entrez, furent assenez par le cappitaine qu'ilz
n'auroient nul mal, en leur monstrant grant signe d'amour; et les fist
on boyre et manger et faire grant chere, et puis leur montrasmes par
signe que ladite croix auoit este plantée pour faire merche et ballise,
pour entrer dedans le hable et que nous y retourneryons bien tost et
leur apporteryons des ferremens et aultres choses, et que nous voullyons
amener deux de ses filz auecques nous, Et puys les rapporteryons audit
hable; et acoustrasmes sesditz deux filz de deux chemises et de liurées
et de bonnetz rouges, et à chascun sa chainette de laton au col, de quoy
se contentèrent fort et baillèrent leurs vieulx hallyons à ceulx qui
retournoient; et puis donnasmes aux troys que renuoyasmes, à chacun son
hachot et deux cousteaux, de quoy menèrent grant joye et eulx estans
retournez à la terre, dyrent les nouuelles aux altres. Enuyron midi
d'icelluy jour, retournèrent six barques à bort où il y auoit en chacune
cinq ou six hommes, lesquelz venoyent pour dire adieu aux deux que
auyons retenus, et leurs apportèrent du poisson et nous firent signe
qu'ilz ne habbateroyent ladite croix, en nous faisant plusieurs
harengues que n'entendions.

Le landemain, XXVe jour dudit moys, le vent vynt bon et appareillasmes
du hable; et nous estans hors de ladite ryuiere, fismes porter à l'Est
Nordest, pour ce que depuis la terre de ladite riuiere estoit la terre
rengée, faisant une baye en manière de demy cercle, dont auyons veues de
toute la couste de noz nauires; Et en faisant la routte, vynmes querre
ladite terre qui gisoit Suest et Nornoyst, le paraige de laquelle il
pouoyt auoir de distance, deppuys ladite riuiere, enuyron XX lieues.

Dempuys le lundi XXVIIe, soleil à Ouest, rengasmes ladite terre, comme
dit est, gisant Suest et Nornest, jusques au mardi que vismes ung altre
capt où la terre commence à s'abattre à l'Est et la rengasmes XV lieues,
et puis commence ladite terre à se rabbattre; mes à trois lieues
d'icellui capt y a de sonde XXIIII brasses de taygnay et le tout
desdites terres sont terres vnyes et les plus descouuertes de boys que
nous ayons veu et trouué, auec belles praryes et champaignes vertes à
merueilles. Le dit cap fut nommé le cap St Loys, pour que ledit jour
estoit la feste dudit saint, et à 40 et 9 degrez ung quart de latitude
et à soixante et treize degrez et demy de longitude.

Le mercredi au matin, nous estans à l'Est dudit cap, et fismes porter au
Norneist pour accouster la terre jusques enuyron solel couchant; icelles
gisent vers le Su dempuys ledit cap St Loys jusques à vng aultre cap
nommé cap de Memorancy; enuyron quinze lieues audit cap la terre
commence à se rabattre au Nornest. Nous cuydasmes sonder à troys lieues
ou enuyron dudit cap et ne peulmes y trouuer fonds à cent cinquante
brasses; nous rengasmes icelle terre enuyron dix lieues jusques en la
haulteur de cinquante degrez en latitude.

Le samedi, premier jour d'Aoust, à soleil leuant, husmes congnoissance
et veue d'altres terres qui nous demouroyent au Nor et au Nordest, de
meme qu'elles estoient haultes terres à merueilles et huchées à
montagnes; entre nous et lesquelles y auoyt des basses terres où il y a
bois et riuieres. Nous rangasmes lesdites terres tant d'une part que
d'aultre, passant à Nornest pour veoyr si c'estoit baye ou passage,
jusques au cinquieme jour dudit moys. Il y a de l'une terre à l'aultre
enuyron XV lieues; et le par my en C. degrez ung tiers de latitude, sanz
jamais pouuoyr gagner dedans icelle plus que enuyron XXV lieues pour la
difficulté des grands ventz et maréez qui là estoient; et fusmes jusques
au plus destroit d'icelle où l'on voyt la terre facillement de ung à
l'aultre et là commence soy alaiser. Et pour ce que ne faisions que
dechoir avaulx le vent, fusmes à terre auec nosdites barques pour deuoyr
aller jusques à ung cap de ladite terre du Su, qui estoit le plus long
et le plus hors que nous vissions à la mer où il y auoit enuiron cinq
lieues. Et nous arriuez à ladite terre, trouuasmes que c'estoient roches
et fons curé, ce que n'auions trouué par tous les lieux où auions este
deuers le Seu, despuis le cap Saint Jean. Et à icelle heure y auoit hebe
qui portoit contrevent à Oest, tellement que en nageant le long de
ladite couste, l'une de noz barques toucha sur ung rocher, qui fut
incontinent panchie, de sorte qu'il nous fallyt tous saulter hors pour
la boutter à flot. Et après que nous eusmes nagé le long de ladite
couste enuyron deux heures, le flot commença à faire, qui venoyt de
l'Oest contre nous, si impetueusement, qu'il ne nous estoit possible de
gaigner en avant la longueur d'un gy de pierre auec treize aduyrons; et
nous conuint laisser lesdites barques et plusieurs de noz gens à les
garder et aller par terre, dix ou douze hommes, jusques audit cap ouquel
trouvasmes ladite terre commencen à se rebatre au Surnoest. Nous ayant
ce veu, retournasmes auec nosdites barques et vinsmes à noz nauires qui
estaient à la voille, esperant toujours gagner en avant, qui estoient
deschuz plus de quatre lieues aual le vent de là où les auyons laissées.
Et nous arrivez audit navire, assemblasmes tous les cappitaines,
pillottes, mestres et compagnons pour auoyr l'oppinion et aduys de ce
qu'il estoit bon de faire; et après auoir l'ung après l'aultre dit que,
conscideré les grans ventz d'avaulx qui commençoyent, et que les marées
estoient fortes, tellement qu'ilz ne faisoient que decheoyr, et qu'il
n'estoit possible de gaigner oultre en ceste saison, et aussi que les
tormentes commençoyent en icelluy temps en la Terre neufve, et que nous
estions encores bien loing et ne sçauions les dangiers qui estoient
entre deux, qu'il estoit bien temps de s'en retourner ou de demeurer par
là, véant et dauantage, que si une muayson de vent du Nord nous prenoit,
que c'estoit force de y demeurer; après lesquelles oppinions prinses,
fismes arivez large à nous en retourner, et pour ce que le jour saint
Pierre nous entrasmes dedans ledit destroit, nous le nommasmes le
destroyt Saint Pierre. Nous l'avons sondé en plusieurs lieux et y auons
trouvé en aulcuns VIII.XX brasses, et en aultre cent, et plus près de
terre soixante et quinze brasses et partout fonds curé.

Et depuys ledit jour jusques au mecredi, eusmes vent à gré et fort
ventant et rengeasmes ladite terre du Nord Est Suest et Oest Nornoest,
car ainsi gist, fors une ance et cap de terre basses qui prent plus du
Suest, que est enuyron XXV lieues dudit destroit; auquel lieu vismes des
fumées que les gens de ladite terre faisoient sur ledit cap. Et pour ce
que le vent chargeoyt à la coste, n'y aprochasmes; et eulx voyans que
n'y aprochions, viendrent auec deux barques, enuyron douze homes,
lesquelz vindrent aussi franchement à bort de noz nauyres, comme s'ilz
eussent esté Françoys. Ilz nous firent entendre qu'ilz venoyent de la
grant baye et qu'ilz estoient au cappitaine Thiennot, lequel estoit sur
ledit cap, nous faisant signe qu'ilz s'en retournoyent en leurs pays,
deuers là où nous venyons et que les navyres estoient appareillez de
ladite baye, tous chargez de poisson. Nous nommasmes ledit cap le cap
Thiennot.

Dempuis celluy cap gist la terre Est Suest et Ouaist Nornoist et sont
toutes basses terres, bien belles, toutes rangées de sablon, où il y a
là mer de arafiffes et basses jusques enuyron ung lieues où commence la
terre à s'aterre à Oest et à l'Est Nordest, toute rangée d'isles
estantes à deux ou troys lieux loing de terre, le paraige desquelles y a
des basses dangereuses à plus de quatre ou cinq lieues loing de terre.

Despuis ledit mecredi jusques au samedy eusmes grant vent de Surnoist et
fismes porter à l'Est Nordest; et ledit jour vynmes querir la terre de
l'Oest de Terre neufue entre les Granches et le Cap double; et alors le
vent vint à l'Est Nordest en yre et tormente et mysmes le cap au Nort
Nornoist et allasmes querir la bande du Nort qui est comme davent tout
rengée d'isles, et nous estans jouxte ladite terre et isles, le vent
survynt et vint au Su et fismes porter dedans ladite baye, et le
lendemain, IXe d'Aoust, entrasmes dedans Blanc Sablon.


_Fin des Descouuremens._

Et depuis, sçauoyr le quinziesme jour d'Aoust, jour de feste de
l'Assumption Nostre-Dame, partismes assemblement dudit hable de Blanc
Sablon, après auoir messe et aueques bon temps vynmes jusques à la my
mer d'entre Terre neufue et Bretaigne, auquel lieu eusmes troys jours
continuez de grande tourmente de vents d'auaulx, laquelle auec l'ayde de
Dieu nous souffrismes et endurasmes; et despuis eusmes temps à gré,
tellement que arriuasmes au hable de Saint Malo dont estyons partiz, le
Ve jour de Septembre audit an.

                                 ----



                              APPENDICE

_Abrégé des voiages, découvertes et habitacions faits en l'Amerique
septentrionnale, par les François et ensuite celles faites par les
Anglois._


Premièrement, il est très-certain et approuvé de tous que sa Majesté
très crestienne a pris possession du dit païs avant tout autre prince
crestien; et que les Bretons et Normans ont découvert et trouvé les
premiers, le grand Banc et la coste dudit païs, qu'ils appelèrent lors
la _Terre neuve_, depuis le _Canada_, et à présent la _Nouvelle France_.
Ces découvertes furent faites l'an 1504, comme il se void dans
l'_Histoire de Niflet et Antoine Maydini, imprimé à Douay_.

Et davantage, il est très-probable que, par commandement du Roi François
Ier, Jean Veruzan prit possession dudit païs, au nom de sadite Majesté,
commançant dès le 33e degré d'elevacion, jusque au 47e de latitude, ce
qu'il fit par deux divers voiages dont le dernier fut l'an 1523; et fut
des lors appellé la _Nouvelle France_.

L'an 1535, Jacques Cartier entra le premier en la grande rivière
_Saint-Laurent_, et y fut jusques au grand sault _Saint-Louïs_, lequel
decouvrit la plus grande partie des costes dudit païs.

L'an 1541, ledit Cartier fit un autre voiage audit païs en qualité de
lieutenant de Mre Jean François de la Roque, seigneur de Roberval, qui
estoit des lors pourveu de la charge de lieutenant général audit païs.

L'an 1542, ledit seigneur de Roberval y fut en personne avec trois
navires chargez et equipez de toutes choses necessaires, et y fit lors
une habitation à l'Isle _d'Orléans_ en ladite Rivière.

L'an 1543, Alphonce Zaintongois fut envoié par ledit sieur de Roberval
vers la _Brador_, lequel decouvrit la coste du Nort de la Baye ou Golphe
_Saint-Laurens_ et le passage entre la grande terre et l'isle de _Terre
neuve_ du costé du Nort, à 52 degrez de latitude.

Es annees 1564, 65, et 1566 les sieurs Ribault et Laudonniere furent à
la Floride par ordre du Roi Charles IXe, en très-bon équipage et y
firent habitacion. Ils y edifièrent la _Caroline_ au 36e degré.

L'an 1590 le Roi Henry IVe, anvoia le Marquis de la Roche, de Bretagne,
en la dite nouvelle France, en qualité de son Lieutenant, avec pouvoir
de commander audit païs depuis le 4e degré jusqu'au 52e.

L'an 1600, le commandeur de Chasle, gouverneur de Dieppe, succeda audit
gouverneur, lequel y envoia en qualité de son lieutenant, le sieur de
Mons, lequel fit nouvelle habitacion en la Riviere _Sainte-Croix_ et en
la _Baye Françoise_, à 45 degrez.

L'an 1603, sa Majesté se voiant en possession actuelle et réelle dudit
païs depuis le 40e degré, jusqu'au 52e, y envoia le sieur Champlain,
avec ordre d'en faire la description, lequel partit d'Honnefleur en
Normandie pour y aller le 15e de mars, et se rendit en la rivière
_Saint-Laurent_ au mois de mai ensuivant, et l'année suivante, 1604, fut
à la rivière _Sainte-Croix_, et en l'année 1607 fut au _Port Roial_, où
il trouva ledit païs habité par le seigneur de Mons, et ce fut lui qui
imposa lors le nom du _Port Roial_, à cause d'un grand bassin qui y est
à son entrée. Le seigneur de Mons faisoit sa demeure actuelle en la
rivière _Sainte-Croix_; après lui a succédé audit Gouvernement le sieur
de Poitraincourt, lequel faisoit sa demeure au _Port Roial_; après
lequel a succédé le sieur de la Tour, qui faisoit sa demeure au _Cap de
Sable_, sous le gouvernement duquel les Anglois s'emparèrent pendant la
guerre, ès années 1628 et 1629 du _Port-Roial_, _Isle du Cap Breton_ et
_Quebeck_, à sçavoir: les sieurs David et Jean Guert de Quebeck en la
rivière _Saint-Laurent_, le sieur Guillaume Alexandre, chevalier
escossois du _Port-Roial_ et _Isle du Cap Breton_ qu'il qualifia la
_Nouvelle Escosse_, et constitua au dit _Port Roial_ un nommé Sre André
Forrester pour gouverneur et son lieutenant. Ledit Alexandre faisoit
lors sa demeure à Boston, en la nouvelle Angleterre, quoique dès lors la
compagnie de la nouvelle France fust formée, comme il se justifie par
l'édit du feu Roi Louis XIIIe, verifié en parlement ladite année 1628.
Sa Majesté en estant advertie par ladite compagnie, se les fit
restituer, comme il se void par le traité fait entre sadite Majesté et
le Roi Charles, dernier Roi d'Angleterre, le 29 mars, l'an 1632.

Et la mesme année 1632 le Roi envoia en qualité de son Lieutenant audit
païs, le commandeur de Razilly, avec les ordres et mandement dudit
seigneur Roi d'Angleterre à ses officiers estans audit païs, de sortir
et vuider les lieux qu'ils occupoient, et en laisser prendre possession
audit sieur de Razilly, pour Sa Majesté, comme il fit, sçavoir: dudit
_Port-Roial_ et _Isle du Cap Breton_; et lequel fit de nouvelles
habitacions à la _Heue_ et depuis à _Pentagoit_, lequel décéda audit
lieu de la _Heue_, l'an 1636. Et messieurs de la compagnie anvoièrent à
ladite rivière _Saint-Laurent_ et prirent possession du fort de
_Quebeck_, où ils establirent pour gouverneur et lieutenant pour le Roi
Monsieur de Mommagny.

Charles de Menou, seigneur d'Aulnay a esté pourveu de ladite qualité de
lieutenant de roi audit païs, lequel y est aussi decédé l'an 1650.

Les Anglois se servirent de l'occasion des derniers troubles, l'an 1654;
et par intelligence avec le sieur de la Tour lequel (après la mort dudit
d'Aulnay) aurait obtenu subreptissement de Sa Majesté une commission de
gouverneur audit païs, se sont (pour la seconde fois) emparez dudit
_Port-Roial_ du _Fort de Saint-Jean_ et _Pentagois_, qui y ont esté
depuis construits par ledit de Menou. De quoi Sadite Majesté aiant esté
advertie en a demandé la restitution, comme il se void par le dernier
traité fait entre la France et l'Angleterre l'an 1655; et l'an 1657,
ladite compagnie présenta Monsieur Le Borgne à sa Majesté pour estre
honnoré de la charge de son lieutenant audit païs, ce qu'elle agréa, et
en fit à l'instant expédier ses lettres de commission, en faveur dudit
Le Borgne, que Sa Majesté honnora aussi de la qualité de chevalier de
son ordre, et lui en fit delivrer des lettres.

Le commun consentement de toute l'Europe est de disjoindre la _Nouvelle
France_, du moins depuis le 40e degré d'élévation jusqu'au 52e degré de
latitude, ainsi qu'il appert par les Mappemondes imprimées en Espagne,
Italie, Hollande, Flandres et Allemagne et en Angleterre mesme, si ce
n'est depuis qu'ils se sont emparez, depuis le 36e degré jusqu'au 44e,
qu'ils appellent à présent la _Virginie_, autrement la _Nouvelle
Angleterre_.

Toutes les veritez de ce que dessus se justifient encore
particulièrement par le livre de Champlain, avec la carte de toute la
coste, ports, havres et rivières qu'il en a fait, intitulé les _Voiages
de Champlain en la Nouvelle France_; dont il est fait relacion depuis
l'an 1603 jusques en l'année 1631, et depuis chacun s'en est servi et
les ont adaptez sur les globes et cartes universelles.

Venons à celles faites par les Anglois, car ce n'est rien de dire comme
ils font, qu'ils sont les premiers qui ont decouvert lesdits païs; il
est question de sçavoir quelles elles sont.

Il est très certain que quand il se fait quelque nouvelle decouverte, on
est assez curieux d'en descrire le temps, ce que les Anglois ny les
autres nacions n'ont oublié suivant les Memoires qui leur en ont esté
envoiez de ce qu'il s'est fait en semblable occasion; et cependant il ne
se trouve aucun auteur qui dise que les Anglois aient esté avant les
François en Amérique.

Il est vrai que les Anglois ont les premiers descouvert du coste du
Nort-West la terre de _La Brador_ et fut on dans des Isles et quelque
passage entre les terres depuis le 56e degré jusque vers le pole
Artique, comme il se void par les voiages qui en ont esté imprimez, tant
en Angleterre qu'ailleurs, de quoi ils peuvent se prévaloir sans
uzurpation, et voici comment.

En premier lieu Sébastien Cabot (par le commandement du Roi Henry) fut
(en l'année 1499) pour decouvrir quelque passage vers _La Brador_; mais
il s'en revint sans aucun fruit ny progrez.

Es années 1576, 77, et 1578, M. Martin Fesbishie y fut par trois divers
voiages, sans y avoir fait aucune habitacion, pour n'avoir trouvé ledit
païs favorable ny habitable.

En l'année 1581, Estienne Darmond fut en la grande isle, nommée à
présent l'_Isle de Terre-neuve_, du costé du Nort d'Est de ladite Isle,
et un nommé Richard Voilabauche y fut aussi en la mesme année, mais sans
y avoir fait aucune habitacion.

En l'année 1585, Onfray Gilbert et Jean Davis furent aussi à ladite
Isle, lesquels trouverent lors le passage qui est entre la terre ferme
et leur isle pour entrer et sortir le golphe Saint-Laurent.

En l'année 1590, un nommé le capitaine George fut aussi vers le Nort, à
dessein de trouver quelque passage que plusieurs navigateurs cherchoient
pour aller aux Indes Orientales; mais il fut contraint de s'en revenir,
ne l'ayant pu trouver non plus que les autres qui l'avoient cherché
avant lui.

Et de plus fraiche mémoire, en l'année 1612, un nommé le capitaine
Richart y fut envoié, lequel rapporta y avoir trouvé un passage, mais
qu'il n'avoit ozé s'y engager à cause de plusieurs dificultez qu'il
disoit y avoir trouvées, et voulut persuader que c'estoit ledit passage
pour aller aux Indes Orientales, du costé de l'Oest.

_Du costé du Sud de ladite Amérique voici ce que les Anglois y ont
fait._

En l'année 1594, quelques particuliers Anglois furent à la coste de la
_Floride_ au 35e degré d'élevacion, arrivant à un lieu qu'ils
appellèrent _Macasa_, et y aïant trouvé une rivière et le païs assez
beau, ils commancèrent à y bastir, lui imposant le nom de la _Virginie_,
mais ils furent contrains par le mauvais traitement que leur firent les
Sauvages et autres incommoditez, de s'en retirer et de l'abandonner.

Depuis, le roi Jacques, l'an 1607, le 4e de son règne, sur le récit qui
lui fut fait dudit païs, prit résolucion de le faire connoistre et
habiter, et pour favoriser l'establissement d'une colonnie, accorda de
grands privilèges à ceux qui voudroient entreprendre de la peupler, et
avec pouvoir de s'establir depuis le 33e degré jusques au 45e et 50
mille avant dans la mer; et à cet effet fit expédier ses lettres et
commissions, néanmoins avec cette excepcion specifiée par icelles: «...
Nous leur donnons toutes les terres audit païs, jusques au 45e degré,
lesquelles ne sont actuellement possédées par aucun prince crestien.» En
vertu desquelles lettres, les Anglois furent (quelque temps après)
s'abituer au 36e degré. Or il est très constant qu'avant la date des
dites lettres, le Roi de France possédoit actuellement et réellement,
pour le moins, depuis le 40e degré jusques au 44e, qu'ils appellent la
_Virginie_, autrement la _Nouvelle Angleterre_, à cause que les François
n'y estoient actuellement demeurans. Voilà ce qui se peut dire de plus
véritable et de plus favorable pour eux, au regard desdits voiages,
descouvertes et habitacions qu'ils ont faites audit païs de l'Amerique,
et par conséquent il est facile à connoistre et juger que l'Estat de
France y a des prétencions plus légitimes que celui d'Angleterre.

                                ----

[Illustration]



                                NOTE
                               SUR LE
                     MANOIR DE JACQUES CARTIER

      [Illustration: VUE A VOL D'OISEAU DU MANOIR DE CARTIER.]

A Le logis.
B Ecurie.
C Pressoir.
D Etable
E Jardin.
F Verger.
G Mall.
H Ecusson aux armes de Cartier.



                                 NOTE
                                 SUR
                              LE MANOIR
                                  DE
                           JACQUES CARTIER

                                 PAR

                           M. ALFRED RAMÉ

                 [Illustration: JACQUES CARTIER]


                                PARIS
                           LIBRAIRIE TROSS

                                1867



[Illustration]



                                NOTE
                               SUR LE
                      MANOIR DE JACQUES CARTIER


Le capitaine Cartier, comme tous les notables bourgeois de Saint-Malo au
XVIe siècle, possédait dans la banlieue de la ville un manoir dont il
prenait le nom et où il allait se délasser des fatigues de ses
expéditions maritimes. Il figure en effet avec le titre de sieur de
Limoïlou dans la fondation d'un _obit_ fait le 29 novembre 1549 à la
cathédrale.

Ce domaine de Limoïlou, situé sur la limite des paroisses de Paramé et
de Saint-Coulomb, à mille mètres environ de la côte, est une vraie
station de navigateur, établie comme un observatoire au point culminant
d'un mamelon qui s'abaisse d'un côté jusqu'à Saint-Ideuc, de l'autre
jusqu'à l'Océan. De là, dans la direction de l'étoile polaire, qui
l'avait guidé aux plages inconnues du Canada, Cartier voyait la pointe
de la Varde, qui n'était pas encore défigurée par les lignes
géométriques d'un fort; à droite, il avait le village de Roteneuf et la
baie sinueuse qui s'enfonce vers Saint-Coulomb; à gauche, la vaste grève
qui s'étend jusqu'au château de Saint-Malo; au-dessus du tout, la mer
pour horizon, et, dans le lointain le plus reculé, le profil du cap
Frehel, signal cher aux marins qui regagnent le port.

Le manoir de Cartier existait encore presque entier en 1865, et ses
proportions modestes n'annonçaient guère la résidence de l'homme qui
avait donné au roi de France un royaume plus vaste que la France même.
La pénurie, qui s'y montrait jusque dans les vices de construction et
dans le mauvais choix des matériaux, faisait bien voir qu'à ses
expéditions aventureuses le capitaine avait gagné plus de renom que
d'argent. Les bâtiments étaient disposés des deux côtés d'une cour
carrée, close à ses deux autres extrémités par de grands murs. En homme
qui connaît la furie des vents d'ouest et de nord sur la côte de
Bretagne, Cartier avait aspecté son logis au midi, et ne lui avait donné
qu'un étage sur rez-de-chaussée. Chaque étage comprenait deux pièces: en
bas, la cuisine et la salle; en haut, un réduit et la chambre du
capitaine. L'escalier, contenu dans une tourelle ronde, faisait saillie
sur la cour et rompait la monotonie de la façade. Le pignon du levant
donnait sur le jardin; à celui du couchant était accolé un bâtiment plus
bas servant d'écurie. En face, de l'autre côté de la cour, se trouvaient
la grange, le pressoir et l'étable. Au centre, un ample puits carré,
avec une belle margelle en granit, fournissait une eau abondante.

On entrait dans la cour par une grande porte charretière sans autre
ornement qu'un écusson soutenu par deux anges et placé au point le plus
apparent, à la naissance du cintre surbaissé qui couronnait l'entrée. Le
champ de l'écusson portait uniquement un franc quartier. C'étaient des
armes parlantes. Cette sculpture en granit, très-fruste, haute de 0m.45
et large de 0m.55, est reproduite en guise de fleuron en tête de cette
notice.

Ne pas croire, sur la foi d'un dessin, dont l'original figure au musée
de Saint-Malo, et d'une lithographie de Charpentier, de Nantes, qui l'a
vulgarisé, que cette entrée ait jamais été décorée d'une double porte à
pilastres, l'une destinée aux piétons, l'autre aux voitures, ni qu'une
date de 1545 ait été sculptée à la clef de voûte. Tous ces enjolivements
sont autant de fantaisies du dessinateur, qui, trouvant trop modeste
l'entrée du manoir de son héros, l'a décorée en empruntant
arbitrairement à d'autres constructions du pays un type qui y est devenu
commun au XVIIe siècle. C'est par une licence non moins grande qu'il a
donné aux deux anges et à l'écusson une taille d'au moins six pieds de
hauteur. Si aise que pût être Cartier des lettres de noblesse que lui
concéda, dit-on, François Ier, il n'exagérait pas à ce point la
dimension de ses insignes nobiliaires. Cet écusson montre, au surplus,
aussi bien que le fait de l'anoblissement, s'il est réel, que Jacques
Cartier n'était pas, comme l'a dit M. Pol de Courcy (_Nobiliaire de
Bretagne_, I, p. 162), de la famille de ces Cartier sieurs du Hindret et
de la Boulaye, qui portaient écartelé d'azur et d'argent à quatre fleurs
de lis de l'une et l'autre, et qui ont fait leurs preuves de noblesse
dès 1478 et 1513.

On pourrait contester aussi que tous les bâtiments du manoir remontent à
l'époque de Jacques Cartier. Ainsi la forme des ouvertures du logis, les
moulures de la menuiserie des portes et des fenêtres, paraissent en
partie plus modernes que le XVIe siècle, quoique la souche de l'édifice
appartienne au plan primitif. Il faut en dire autant des panneaux de
verre peint qui garnissaient la fenêtre de la chambre principale, à
l'orient. Ces panneaux représentent au centre, dans un médaillon
circulaire, l'un saint Bertrand, l'autre saint Julien, et autour, dans
de petits compartiments carrés, des scènes champêtres (une chasse au
renard, des cavaliers) ou des paysages (des arbres, un château, un
puits, etc.). Ils sont traités dans le goût de la fin du XVIIe siècle et
d'une façon très-lâchée. Ce sont, en somme, des oeuvres fort médiocres,
et qu'il n'est pas possible de rattacher, comme on a essayé de le faire,
aux souvenirs intimes du grand navigateur malouin.

Derrière le logis, au nord, se trouve le verger; à l'orient s'étend le
jardin, bel enclos aux compartiments carrés et symétriques, sur lesquels
ouvre la salle du rez-de-chaussée; derrière le jardin, une allée de
tilleuls de cinquante pas de longueur, promenoir précieux sur cette
terre aride. Cette plantation est encore jeune; elle remplace celle de
Cartier, qui tombait de vétusté au commencement du siècle. Ce sont les
derniers arbres du pays; au delà commence la plaine rase, qui bientôt se
transforme en sables et aboutit à la mer. De là aussi la vue s'étend
sans obstacle sur le bel horizon indiqué plus haut.

Aujourd'hui, le manoir de Limoïlou et ses dépendances, lézardés de
toutes parts, tombent en ruines. Ils doivent faire place, dans un avenir
prochain, à une maison de ferme plus vulgaire d'aspect, mais de
construction plus solide. Nos croquis, exécutés en 1865, conserveront au
moins le souvenir de l'état ancien des lieux, quand il ne restera plus
d'autre trace du séjour du grand navigateur, sur ce domaine, que le nom
de Portes Cartier, que lui conserve encore la mémoire fidèle des
habitants.

Rennes, 15 janvier 1867.

[Illustration]


                           DOCUMENTS INÉDITS
                                  SUR
                               LE CANADA
                            COMMUNIQUÉS PAR
                            M. ALFRED RAMÉ

                           _DEUXIÈME SÉRIE_

[Illustration]

                                 PARIS
                            LIBRAIRIE TROSS

                                  ----



I


COMMISSION DU MARQUIS DE LA ROCHE[1].

Mars 1577.

Henry, par la grace de Dieu, roy de France et de Pologne, à tous presens
et à venir, salut. Sçavoir faisons que, nous inclinant liberalement à la
supplication et requeste qui faite nous a esté par nostre amé et féal
chevalier de nostre Ordre, le sieur de la Roche, marquis de Coetarmoal,
comte de Kermoallec et de la Joyeuse Garde, conseiller en nostre conseil
privé, et gouverneur de nostre ville de Morlaix; ayant aussi égard à la
delibération qu'il nous a fait entendre avoir prise, tant pour le zele
et fervente devotion qu'il a au service de Dieu avec mention du nom
chretien, et grandeur de nous et nos successeurs que pour la singulière
affection qu'il a à la reputation du nom François, ampliation, seureté
et commodité du commerce et traficq, bien, profit et utilité de tout le
public de cestuy royaume; pour ces causes, et autres bonnes
considerations à ce nous mouvant, avons audit sieur de la Roche permis
et accordé, permettons et accordons de grace speciale, pleine puissance
et autorité royale par ces présentes qu'il puisse et lui soit loisible
lever, freter et equiper tel nombre de gens, navires et vaisseaux qu'il
advisera et verra bon estre pour aller aux Terres neufves, et autres
adjacentes, et illec faire descente, s'appatrier, investir et faire
siennes toutes et chacunes les terres dont il se pourra rendre maître,
pourvu qu'elles n'appartiennent à nos amis, alliez et confederez de
cette couronne, lui donnant plein pouvoir et puissance de faire bâtir,
construire et édifier, fortifier et remparer telles forteresses que bon
lui semblera pour les garder et conserver, icelles occuper, tenir et
posseder sous nostre protection, et en jouir et user par lui, ses
successeurs et ayant cause perpetuellement et à toujours comme de leur
propre chose et loyal acquest. Si donnons en mandement par ces mesmes
presentes à vous, nos lieutenans generaux, gouverneurs de nos provinces,
amiraux, vice amiraux, baillis, senechaux, juges ou leurs lieutenans et
autres, nos justiciers et officiers qu'il appartiendra, que de ceste
presente grace, permission, et de tout le contenu cy dessus ils facent,
souffrent et laissent ledit sieur de la Roche, sesdits successeurs et
ayant cause, jouir et user pleinement et paisiblement, ainsi que dessus
est dit, sans en ce leur faire, mettre ou donner, ne souffrir estre
fait, mis ou donné aucun ennuy ne empeschement au contraire, lequel si
fait, mis ou donné leur estoit, facent le tout reparer et remettre
incontinent et sans délai au premier estat et deu. Si prions et
requérons tous princes, potentats et republiques à nous alliez,
confederez et bien veillans de cette couronne que, arrivant lesdits
navires et vaisseaux en leurs ports, havres et costes que leur chemin et
route y donnast, ou que la tourmente et impetuosité de la mer les y fist
aller, ou bien qu'ils soient rencontrez en mer par leurs vaisseaux de
guerre, ils ayent à les recueillir et fournisser, mesme les accommoder
et rafraichir de vivres, victuailles et autres choses dont ils auront
besoin, en payant raisonnablement et ainsi que le requiert l'amitié et
bonne intelligence qui est entre nous et eux, et que nous voudrions
faire à l'endroit de leurs sujets en pareille occasion. Et affin que ce
soit chose ferme et stable à toujours, nous avons fait mettre notre scel
à ces présentes, sauf en autres choses nostre droit et l'autrui en
toutes. Donné à Blois au mois de mars l'an 1577 et de nostre regne le
troisième, signé Henry, et sur le replis: par le Roy, Bruslart. Et
scellé d'un grand sceau de cire verte en lacs de soye.

(_Titres de Robien. Morice._ Pr. III, 1439.)

[Note 1: Il paraît que cette commission et la suivante sont demeurées
inconnues aux historiens qui se sont occupés des relations de la France
avec le Canada. Le dernier et le plus exact, M. Poirson, dans sa belle
_Histoire du règne de Henri IV_, relate une autre commission donnée au
même marquis de la Roche le 12 janvier 1598, et fixe à cette année les
premières tentatives pour fonder des établissements français dans
l'Amérique septentrionale. Cette pièce montre qu'Henri IV ne faisait que
suivre les traditions de son prédécesseur et renouveler une commission
donnée par Henri III.]



II


COMMISSION AU MARQUIS DE LA ROCHE.

3 janvier 1578.

Henri, par la grace de Dieu, roi de France et de Pologne, à tous ceux
qui ces presentes lettres verront, salut. Nous ayant le sieur marquis de
Coetarmoal, comte de Kermoulec, et sieur de la Roche en Bretaigne[2],
chevalier de nostre Ordre et conseiller en nostre conseil privé, fait
entendre que, sans offenser, faire tort ni entreprendre aucune chose
préjudiciable aux princes nos bons amis, voisins, alliez et confederez,
il a moyen de conquerir et prendre quelques terres et pays nouvellement
decouverts et occupez par gens barbares, dont il peut et espere faire
venir beaucoup de commodité à cestuy nostre Royaume, tant pour le
commerce et trafic que pour autres bons respects, Nous lui avons permis
et accordé, permettons et accordons par ces présentes qu'il puisse et
lui soit loisible faire et exécuter ladite entreprise, et, pour cet
effet, faire armer et equiper en guerre à ses frais et dépens, tel
nombre de vaisseaux dont il aura besoin; et pour ce qu'estant l'auteur,
conducteur et exécuteur de ladite entreprise, il est bien raisonnable
qu'il se ressente du fruit d'icelle et du bien qui en viendra, confiant
aussi entièrement de sa personne et de ses sens, suffisance, loyauté,
prudence, expérience et bonne diligence, icelui pour ces causes et
autres bonnes considérations à ce nous mouvans, avons fait, creé
establi, faisons, creons et establissons par ces présentes Gouverneur et
nostre Lieutenant général et Viceroy esdites Terres neuves et pays qu'il
prendra et conquestra sur lesdits barbares, lui donnant plein pouvoir et
puissance et auctorité de faire là construire et edifier telles
forteresses et lieux de retraite qu'il verra estre nécessaire pour la
conservation de notre obéissance èsdites terres et pays, et aussi de
mettre et establir garnisons pour la seureté d'iceux, et generalement de
faire esdites terres et pays tout ce qu'il verra appartenir au bien de
nostre service et aux commodités de nostre Royaume, tout ainsi que nous
mesmes ferions et faire pourrions, si présens en personne y estions,
jaçoit qu'il y eust chose qui requist mandement plus spécial que n'est
contenu en ces présentes: par lesquelles donnons en mandement à tous
gouverneurs, nos lieutenans généraux en ces provinces, amiraux, vice
amiraux, baillis, senechaux, provosts, juges ou leurs lieutenans,
capitaines et gouverneurs de nos places, ports et havres, et de nos gens
de guerre, et à tous nos autres justiciers et sujets que ledit sieur
marquis de la Roche en les choses susdites, leurs circonstances et
dependances, ils assistent et facent assister, et à lui entendre
diligemment, car tel est notre plaisir. Prions et requerons aussi tous
rois, princes et seigneurs, potentats etrangers que audit sieur de la
Roche ils ne donnent, facent ou mettent aucun empeschement en
l'exécution de cesdites présentes. Donné à Paris le 3 jour de janvier
l'an de grace 1578 et de notre regne le 4. Signé Henri, et plus bas: par
le Roy, P. Mart.

(_Titres de Robien. Morice._ Pr. III, 1442.)

[Note 2: Troïlus de Mesgouez, sieur de Kermoalec, de Trévarez et de
Coetarmoal, baron du Laz, marquis de la Roche Helgomarc'h (en 1576),
etc., etc., était depuis 1568 gouverneur de Morlaix. Il présida les
états de Nantes en 1574, résigna en 1586 son office de gouverneur de
Morlaix, fut nommé en 1597 gouverneur de Saint-Lô et de Carentan, et
mourut sans postérité en 1606.]



III


ÉTATS DE BRETAGNE. SESSION DE NANTES.

17 mars 1588.

Sur la requeste presentée en l'assemblée des Estats extraordinairement
convoqués par autorité du Roy en sa ville de Nantes, par le procureur
des bourgeois, manans et habitans de Saint Malo, comme un appellé le
capitaine Jaunaye et Jacques Nouel, soubz pretexte de certaines
prétendues lettres qu'ils disent avoir obtenues de Sa Majesté par
lesquelles ils prétendent qu'il serait interdit et deffendu à tous
marchands de ced. pays et autres de ne trafiquer ny faire aucun
commerce, aller ny venir au pays de Canada durant le temps de douze ans,
et qu'il n'y ait que eux qui ayent le pouvoir et la puissance de ce
faire, pour et en ce faisant, priver et oster la negociation du commerce
ordinaire qui est de tout temps permis à un chacun aud. pays comme aux
autres nations estrangères, requerant ledit procureur de Saint Mallo, et
autres procureurs des villes dud. pays qui ont fait la même supplication
aux dits Estats y vouloir pourvoir.

Sur quoy a esté par les sieurs des Estats, resolu et arresté que ceux
qui ont esté deputés en la presente assemblée pardevers le Roy
representeront à Sa Majesté l'importance que ce serait aud. pays si led.
commerce n'estoit libre à un chacun aud. pays de Canada pour le profit
d'un particulier et le supplieront très-humblement revoquer la clause
d'interdiction du trafic et commerce portée auxdites lettres obtenues
par lesd. Jaunaye et Nouel, et à cet effet en obtiendront lesd. deputés
toutes les provisions nécessaires au contraire, dont leur sera fait taxe
et remboursement.

Fait en l'assemblée des Estats tenue aux Jacobins dudit Nantes le
dixseptiesme jour de mars mil cinq cent quatre vingt huit. Signé, F. G.
P., abbé de Villeneuve.

(_Registre des Etats_, p. 372.)



IV


3 janvier 1600.

Lettres de faveur au nom de la communauté octroyées à Jean Martin
Guiraudaye et consors, pour empescher l'enterinement de certaines
lettres que ung appellé Chauvin, du Havre de grâce, a obtenues de Sa
Majesté le Roy pour interdire le traficq du pays de Canada aux habitans
de la ville, qui les veult fere verifier en la court. Fin. La communauté
s'opposera à lad. vérification, parce que led. Martin et consors en
feront les fraiz, et sera par le procureur escrit à Me Jan Bodin
procureur feodé de la communauté, afin de s'y opposer.

(_Archives de Saint-Malo_, Reg. 5.)



V


21 décembre 1602.

Par monsr le Procureur[3], a esté remonstré que monsr le Doyen de ceste
ville, qui est à Paris deputé pour les afferes de ceste communauté, luy
a escrit que quelques particuliers de la ville de Rouen et de ceste
ville ont obtenu lettres du Roy portans interdiction à tous autres de ce
royaulme qu'à eux de traficquer à Canada; à ceste cause led. sieur
Procureur a requis qu'il y soit délibéré ce que l'on jugera à propos.

[Note 3: Thomas Porée, sieur des Chesnes.]

Ce qu'ayant esté mis en deliberation, et aprés ques les avis d'un chacun
ont esté pris, il a esté conclud qu'il sera presenté requete à Sa
Majesté, à ce qu'il luy plaise revocquer lesd. lettres des particuliers,
et permettre le traficq libre de Canada à un chacun à l'advenir, comme
il a esté au passé, dont led. Procureur en escrira aud. sieur Doyen pour
en faire les dilligences nécessaires, et que en escrira à messeigneurs
le marechal de Brissac, et duc de Montbason, monseigneur le marquis de
Couesquen[4], qui est allé à la cour, pour les supplier très humblement
estre intercesseurs près Sa Majesté, à ce qu'il luy plaise revocquer
ladite permission, et donner ledit traficq libre à touz ses subjectz qui
auront moyen de traficquer et en pareil en sera escrit à autres
seigneurs qu'on cognoistra avoir du pouvoir d'y assister cette
communauté, le tout au nom de lad. communauté, laquelle y fera tous les
fraiz requis. Et en cas que lesdits particuliers vouldroient faire
verifier leursd. lettres au Parlement de la province, led. sr Procureur
sindicq est chargé d'en escrire au Procureur de lad. communauté qui est
à Rennes, de s'opposer à lad. vérification pour empescher l'enterinement
desd. lettres, mesme en escrire à Jean Boullain Rivière estant à Rennes,
affin qu'il se treuve prest pour s'opposer à lad. verification, le tout
aux fraiz et despans de lad. communauté.

(_Archives de Saint-Malo_, Reg. 5.)

[Note 4: Capitaine et gouverneur des ville et château de Saint-Malo.]



VI


26 janvier 1603.

Le procureur[5] remonstre qu'il a receu ung pacquet de lettres du roy
touchant le traficq du Canada qu'il a aparues et d'icelles lecture en a
esté faicte, après laquelle lecture les avys ayant esté pris sur le
contenu desd. lettres, a esté conclud qu'elles seront insérées au
présent registre, ce qui sera faict après l'expédition des conclusions
de ceste assemblée, où a esté conclud que led. sieur procureur escrira à
Bertrand Lefer Lymonnay, deputé à la court pour les affaires de ceste
cité, et luy envoirra coppye desd. lettres pour fere remonstrance à Sa
Majesté le peu d'importance que led. trafficq de Canada aporte au
général de ceste ville, laquelle n'entend y fere aucuns fraiz,
delaissant la porsuilte à estre faicte par les particuliers de lad.
ville qui y traficquent journellement, comme aussy qu'il sera escrit à
monseigneur l'amiral et pour cest effect, led. procureur commis.

[Note 5: Thomas Porée des Chesnes.]



VII


DESQUELLES LETTRES DU ROY ET DE MONSr L'ADMIRAL LA TENEUR ENSUILT.

De par le Roy,

Nos chers et bien amez, ayant depuis peu esté particulièrement informé
par plusieurs bons raportz et fideles avis combien il est important pour
le bien de notre service de fere promptement parachever et accomplir
notre desseing de la descouverture et habitation des terres et contrées
de Canada, dont nous avons cy davent donné et reiteré notre pouvoir et
commission au capitaine Chauvin, après plussieurs expresses assemblées
et convocations sur ce faictes, suyvant notre commandement et par notre
cousin le sr de Dampville, admiral de France et de Bretaigne, d'aucuns
des principaulz de notre conseil pour traiter et conferer des moyens
d'en fortifier et diligenter les effectz d'une sy utille et louable
entreprise, nous avons suyvant lesd. bonnes délibérations, jugé et
resolu expediant et nécessaire permettre aux habitans de notre ville de
Rouen, sur leur suplication et requete, d'entrer et se joindre en ce
party, comme aussy avons tenu, pour ne vous frustrer de la traicte
ordinaire que de long temps vous avez vers lesd. pays, congnoisssance
qu'aucuns de vous y ont desjà des peuples, moeurs, costes et demeures,
pour un particulier desir que nous avons de vous gratifier en cela, a
ceste fin, avons ordonné au sr de la Cour, premier president en notre
parlement de Normandye et au sr visamiral de Chaste, se trouver dans la
fin de ce moys de janvier en notredite ville de Rouen et là, avecq ceux
que vous y envoirez, convoquer aucuns des principaulx marchans du lieu
et des plus expertz et entendus de lad. province, au fait de la
navigation, pour tous ensemble conférer plus amplement des plus promptz
et commodes expedians pour l'accomplissement d'un tant utille et louable
desseing et pour l'asseurance du profilt seureté et contantement de tous
nos bons subjectz qui avecq leur particuliere commodité nous rendront ce
disgne et fidelle service; partant, incontinent la presente receue vous
commettez et deputez aucuns d'entre vous qui puisse sans faute se
trouver en notred. ville de Rouan dans led. temps avecq bonnes et amples
instructions et pouvoirs et toutes procurations nécessaires pour
convenir, traiter et resouldre entièrement de cest affaire, affin que
suyvant les resolutions que vous en prendrez, lesquelles vous ferez tout
incontinant scavoir à nostred. cousin le sr de Dampville, nous en
puissions estre pluz dilligemment advertiz et rester asseurez d'un
prompt effeict de ceste notre intention, et aussy y aporter à temps ce
qui se peult de force de nous, soit pour la dilligence ou pour le
pouvoir et auctorité.

Nous avons aussy, par l'advis de notred. cousin et gens de notred.
conseil par luy convocquez sur notre commendement, ordonné ausd. srs de
la Court et de Chaste[6], de terminer avecq toute la facilité et equité
qui sera possible les diférens et demandes réciproques pour lesquelles
vous estes en procès en notred. conseil avecq led. capitaine Chauvin,
partant lesd. commissaires auront pareillement de vous tout pouvoir et
commission pour apoincter de ceste affaire, affin qu'estant tous de tous
pointz en bon accord et union, vous puissiez plus facillement exécuter
une si belle entreprise au bien du général de notre service et du
particulier de votre commodité, ce que nous nous prometons de votre
ordinaire fidelité et devotion. Donné à Paris le XXVIIIe jour de
décembre 1602. Ainsy signé Henry et plus bas Potier.

[Note 6: M. Berger de Xivrey dit dans ses notes sur les Lettres missives
de Henri IV (t. III, p. 30), que de Chastes était mort en 1602. Cette
lettre qu'il n'a pas connue, semblerait prouver le contraire.]



VIII


De par le Roy,

Il est faict très expresses inhibitions et deffances à tous capitaines,
maîtres, bourgeoys, marchans et avictuailleurs de navires, pillottes,
mariniers et autres subjectz de Sa Majesté habitans des villes
maritimes, portz et havres des provinces de Normandye, Bretaigne,
Picardye, Guyenne, Biscaye, pays Boulonnoys, Calais et autres costes de
la mer océanne, d'équiper freter et metre sus aucuns vaesseaux ou
barques de quelque port et grandeur qu'ilz puissent estre pour voiturer,
mener et conduire en la rivière et costes de Canada, et fere aucun
traficq et commerce de quelque chose que ce soit, plus oultre et plus
hault en lad. rivière que l'endroit de Gaspay, soit d'un rivaige ou
d'aultre, et ce, jusq'à ce que par Sad. Majesté en ait esté autrement
arresté sur l'avis qui luy sera donné par le sr de Dampville, amiral de
France, des traictez qui seront faitz et délibérations qui seront prises
en l'assemblée et convocation par elle ordonné, estre faicte en la ville
de Rouan dans la fin du présent moys de janvier, sur l'exécution et
accomplissement des desseings de sad. majesté, en la descouverte et
population desd. païs et contrées de Canada, et ce, à peine de
confiscation de touz deniers, denrées et navires, et emprisonnement des
contrevenans et de Vc livres d'amendes, déclarant icelle dite Majesté de
bonne prise tous vaesseaux, sommes et marchandises qui seront pris et
arrestez en haulte mer sur les convaincuz de contravention a ceste d.
ordonnance, laquelle de la enjoinct et ordonne très expressément à tous
juges, lieutenans et officiers fere en toute dilligence publier,
observer fidellement garder et entretenir. Donné à Paris le 2e jour de
janvier 1603, ainsy signé Henry et plus bas Potier, et cacheté de cire
rouge.



IX


Messieurs,

Le Roy desirant veoir continuer et mesmes renforcer les effectz de la
descouverte et habitation de la province de Canada, dont il avoit donné
toute la commission et charge au sr capitaine Chauvin, et sachant qu'il
ne pouroit seul sufir à tel deseing, Sa Majesté a proposé d'y admettre
et recevoir pour plus prompt accomplissement des habitans et bourgeoys
de ses villes de Rouen et de la vostre de Saint-Malo, et pour faire
traicté à cest effect, elle avoit ordonné que les uns et les autres vous
rendriez dans la fin de ce moys la part qu'elle seroit, affin que la se
puisse vous fere assembler et ouir vos offres et propositions. Mais
estant en doubte ou poura lors estre Sa Majesté pour l'incertitude des
divers voiages qu'elle proiecte, j'ay pensé que pour votre soulaigement
et pour faciliter l'accomplissement de cest affaire, il serait plus
expédiant assembler à Rouen dans led. temps, les habitans dud. lieu, les
deputez que vous y envoirez et led. capitaine Chauvin, ou j'ay faict
fere commandement par Sa Majesté à monsr le premier president de Rouan,
et au sr commandeur de Chatte, mon visamiral vous oyr et entendre, tant
sur vos offres que sur les seuretez que vous pouvez desirer et vous
envoyer la lettre en laquelle Sadite Majesté vous donne avis de ceste
sienne intention et vous en fait le commandement.

Je vous prie donc de n'y faillir et me donner incontinent avis de ce que
vous y aurez faict et délibéré; elle veult que jusques à ce qu'elle en
ait autrement ordonné, suyvant le raport que je luy feray et avis que je
luy donneray de l'issue de ceste votre assemblée et convocation qu'aucun
vaesseau ne parte pour aller au Canada plus avant que Gaspay. Je vous en
envoye les deffances et escris aux srs officiers de la justice de
l'admiraulté en votre ville, les fere promptement publier et signifier
affin que la volonté de Sa Majesté soit en cela sans faute suivie et
soigneusement entretenue. A quoy je vous prie et recommande
très-instamment tenir la main, sur tant que vous avez pourcher et
recommander son contantement et bien de son service, et me donner
incontinant advis de ce que vous aurez faict, affin que je puisse en
tenir advertye Sad. Majesté. Au surplus, voiez en quoy je puis quelque
chose et pour assister en quelque chose de ce qui sera en mon pouvoir et
votre général, et chacun de vous en particulier, vous assurant que vous
ne trouverez jamais personne qui s'emploie avecq plus d'affection et
entière volonté en tout ce qui sera possible de vous servir que le
feray. Sur ceste asseurance je prie Dieu, messieurs, vous avoir et
maintenir tous en sa sainte protection et sauvegarde. A Paris ce IIIe
jour de janvier 1603. Ainsy signé votre fidelle et très-affectionné amy
à vous servir, Charles de Montmorency, et en superscription est escrit:
«Messrs, Messrs les bourgeois, manans et habitans de Saint-Malo» et
cachetté de cire rouge.

Les originaux desd. lettres cy davent inserées sont demeuriez entre les
mains dud. procureur sindicq.

(_Archives de Saint-Malo_, Reg. 5.)



X


Lundi 7 avril 1603.

Par ledit sr Doyen[7], a esté verballement proposé que suyvant la prière
luy faite par Thomas Porée Les Chênes, procureur sindic de ceste ville,
et communauté, et autres bourgeois et habitans deputez de la communauté
dès le XXXIe octobre dernier, de voulloir s'acheminer en court pour
poursuivre l'entherinement de la requeste presentée au conseil des
finances de Sa Majesté, par les bourgeois et habitans contre Me
Alexandre Bedeau, etc.

[Note 7: Vénérable et discret Me Guillaume le Gouverneur, doyen et
chanoine de l'église de Saint-Malo, depuis évêque de Saint-Malo en
1610.]

Comme aussi auroit obtenu lettres patentes de sa majesté revocatoires de
la commission de messieurs les commissaires pour la recherche des
finances, etc.

Davantaige, un arrest et commission de nosseigneurs du conseil d'Estat
de Sa Majesté contre certains particuliers, tant de ceste ville que de
la ville de Rouan et d'ailleurs, touchant le commerce et descouverture
de Canada, sur l'avis en donné audit sr Doyen par ceste communauté, et
par ledit arrest, Sad. Majesté en son conseil, auroit ordonné que Gilles
Eberard, sr du Coulombier, et consors armeroint un vaesseau pour aller,
conjoinctement ou separement avecq lesd. particuliers de Rouan et ceste
ville au traficq et descouverture de Canada, parce qu'ils contribueront
à la tierce partye des loyaulx coustz et fraiz qui se feront à ladite
descouverture, selon que plus à plain est contenu en led. arrest et
commission y recouru.

Après que les assistans ont entendu la proposition et remonstrance dud.
sr Doyen, et les avis d'un chacun pris,

Ils ont unaniment aprouvé, ratifyé et eu aggréable tout ce que ledit
sieur Doyen a fait, geré et negotié en sond. voïage, et particulièrement
pour le faict de Canada, et pour la consequance, lesd. arrest et
commission seront insérez au présent registre à la fin des expéditions
de ce jour, pour servir ce que de raison, ayans lesd. bourgeois et
habitans en général et particulier remercié ledit sr Doyen du soing et
vigillance qu'il a eu en leurs affaires.



XI


Ensuilt la teneur des arrestz et commission pour le faict du traficq du
Canada.

Extrait des registres du conseil d'Estat.

Sur la requeste presentée par les bourgeoys et habitans de Saint-Malo,
tendant à ce qu'il pleust au roy rendre libre en ceste présente année et
à l'advenir le traficq du Canada cy davent découvert avecq grande
despance par leurs prédécesseurs, nonobstant les permissions et defances
pretendues par les capitaines Prevert et Pontgravé.

Le Roy, en son conseil, a pour bonnes causes et considérations à ce se
mouvans, ordonné et ordonne que le capitaine Coulombier de Saint-Malo,
nommé par lesd. habitans dud. Saint-Malo, armera un vaesseau en la
presente année, pour, avecq les deux navires desd. Prevert et Pontgravé
conjoinctement ou separément, selon que la commodité se fera, aller au
traficq et decouverture des terres de Canada et pays adjaczantes, à la
charge de contribuer à la tierce partie des loyaulz coustz et fraiz qui
se feront en lad. decouverture, faisant Sa Majesté inhibitions et
deffances ausd. Prevert et Pont Gravé et à tous autres ses subjectz de
quelque qualité et condition qu'ilz soient de le troubler sur les peines
qui y escheent.

Fait au conseil d'Estat du roy, tenu à Paris le treziesme jour de mars
1603, ainsi signé Huilliere et scellé.



XII


COMMISSION POUR LE TRAFICQ DU CANADA.

Henry par la grâce de Dieu roy de France et de Navarre, à notre très
cher cousin le sr de Dampville, amiral de France, ses lieutenans en
l'amiraulté, senechal de Saint-Malo ou son lieutenant et alloué de lad.
ville et à chacun d'eux en droict soy, salut. Ayant faict veoir en notre
conseil la requeste à nous presentée par nos bien amez les bourgeoys et
habitans de lad. ville de Saint-Malo, à ce qu'il nous pleust rendre
libre en la présente année et à l'advenir le traficq de Canada, cy
davent decouvert avecq grande depance par leurs predecesseurs,
nonobstant les permissions et defances pretendues par les capitaines
Prevert et Pont Gravé, Nous, de l'advis de notre conseil, et suyvant
l'arrest ce jourd'huy donné en icelluy, dont l'extraict est cy-attaché
soubz le contrescel de notre chancellerye, avons pour bonnes causes et
consideracions à ce nous mouvans, permis et permettons par ces présentes
au capitaine Coulombier de Saint-Malo, nommé par lesd. habitans de
Saint-Malo, d'armer un vaesseau en la presente année, pour, avecq les
deux navires desd. Prevert et Pont-gravé, conjointement ou separement,
selon que la commodité s'ofrira, aller au traficq et decouverture des
terres de Canada et païs adjaczans, à la charge de contribuer à la
tierce partye des loyaulz coustz et fraiz qui se feront en ladite
decouverture, faisant expresses inhibitions et defances ausdits Prevert
et Pontgravé et tous aultres nos subjectz de quelque qualité et
condition qu'ilz soient de l'y troubler, sur les peines qui y escheent.
Sy vous mandons et ordonnons que de notre presente permission et de tout
le contenu en les presentes vous faictes soufrir et laisser jouir lesd.
habitans de Saint-Malo et led. capitaine Coulombier plainement et
paisiblement, cessans et faizans cesser tous troubles et empeschemens au
contraire. Mandons au premier notre huissier ou sergent sur ce requis
signifier notredit arrest et lesd. presentes ausd. Prevert, Pont Gravé
et à tous autres qu'il apartiendra, et leur fere de par nous les
deffances y contenues, luy donnant pouvoir de ce fere sans pour ce
demander permission, placet, visa, ni pareatis. Car tel est notre
plaisir, nonobstant quelconques aultres lettres, mandemens et deffances
à ce contraires. Donné à Paris le XIIIe jour de mars l'an de grace 1603,
et de notre règne le quatorziesme. Ainsi signé: Par le Roy en son
conseil, Huillere, et scellé du grand seau de cire jaulne.

(_Archives de Saint-Malo_, Reg. 5.)



XIII


ÉTATS DE BRETAGNE.--SESSION DE RENNES.

22 octobre 1603.

Memoires et charges aux deputés en cour.

Les gens des trois états des pays et duché de Bretagne, assemblés par
autorité du roi en la ville de Rennes, delibérants sur les remontrances
faites par noble homme Bonabes Byet, leur procureur sindic, partie
desquelles il a dict estre tirées des plaintes particulières des
communautés et deputés qui se sont trouvé en cette assemblée, ont advisé
et resolu que, outre les remonstrances contenues au cahier dont sont
chargés ceux qui seront deputés vers le Roy, ledit procureur leur
baillera mémoires et instructions.

Premièrement....

Secondement....

Plus pour maintenir la liberté du trafic du Canada contre les
prétentions de ceux qui le veulent faire particulier et privatif à tous
autres.

(_Registre des États_, p. 351.)



XIV.


16 novembre 1604.

Le dit sieur procureur[8] dit que le dit sieur Des Chesnes suppliroit
messeigneurs des estaz voulloir faire article aux cahiers des estaz,
pour suplier sa Majesté voulloir permettre le traficq libre à Canada, à
tous les habitans de ceste ville sur l'abus qui se commet par ceux qui,
soubz ombre de descouvrir des mynes, y traficquent et empeschent les
habitans de lad. ville d'y naviguer et traficquer comme ilz faisoient au
passé.

(_Archives de Saint-Malo_, Reg. 5.)

[Note 8: Richard Boullain, sieur de la Bardoulaye.]



XV


ÉTATS DE BRETAGNE.--SESSION DE RENNES.

4 décembre 1604.

Sur la remonstrance verballement faite en l'assemblée générale des gens
des trois états des pays et duché de Bretagne, par les habitants de la
ville de Saint-Malo, combien que le traffic et commerce général de
toutes sortes de marchandises à tous les sujets de ce royaume, tant en
tous les royaumes voisins que mesme ès Terres neuves, Canadas et
ailleurs, soit libre, ce néanmoins, aucuns particuliers de ladite ville
de Saint-Malo, et autres pretendants au moyen de certaines lettres par
eux obtenues, deffendre le trafic audit Canada, sous prétexte qu'aucuns
de leurs prédecesseurs firent la première decouverture, les autres, sous
promesse d'en faire de nouvelles, ont aussy obtenu lettres pour se
rendre le traffic auxdits lieux particulier et privatif, le tout au
préjudice du public, et, à cette occasion requeroient lesdits sieurs des
États en faire article dans leur cahier, à ce qu'il plaise au roy
revocquer lesdites lettres, et en conséquence permettre à tous ses
sujets de traffiquer librement de toutes sortes de marchandises audit
Canada, tout aussy que aux aultres royaumes, et provinces voisinnes et
sur ce, ouy le procureur sindic desdits sieurs des Etats.

A été avisé et resolu que les deputés qui iront porter le cahier de
leurs remonstrances au roy assisteront lesdits particuliers, à ce que le
traffic audit Canada soit libre à tous les habitans de cette province,
suivant les mémoires et instructions que lesdits particuliers leurs
bailleront.

Fait en ladite assemblée des États tenus par autorité du Roy à Rennes,
le quart jour de decembre mil six cens quatre. Signé Antoine de Revol,
éveque et comte de Dol.

(_Registre des États_, p. 448.)



XVI


20 mars 1605.

Après lecture faicte d'une lettre missive de Me Jan Bodin, procureur
feodé en la court de Parlement de ce pays, par laquelle il faict
entendre s'estre opposé à la verification de certaines lettres que un
certain courtizan duquel il ne scait le nom[9], prétent fere verifier en
la court, portantes interdictions à tous les habitans de ceste ville et
autres de traficquer au pays du Canada.

A esté conclud et consanty procuration aud. Bodin, o pouvoir de
poursuivre ladite opposition par les voyes de droit et a esté ratifyé ce
qu'il en a cy devant faict de quoy en sera envoyé acte, garentye et
signée pour le corps dud. sieur procureur sindicq et de moy greffier.

(_Archives de Saint-Malo_, Reg. 5.)

[Note 9: Pierre du Guast, sieur de Monts, gentilhomme de la chambre et
gouverneur de Pons, avait reçu sa commission du roi le 9 novembre 1603.]



XVII


DU VENDREDY TROISIESME DUDIT MOIS DE JUING (1605.)

Veu par la cour, chambres assemblées, les lettres patentes du roy en
forme de jussion, données à Fontainebleau le quatriesme jour d'avril
dernier, signées Henry, et au dessoubz par le roy, Ruzé, et scellées du
grand seau de cire jaulne, par lesquelles est mandé que sans s'arrester
ny avoir esgard à l'opposition des bourgeois et habitans de la ville de
Saint-Malo, procedder à la verifficacion pure et simple d'autres lettres
pattentes des VIIIe novembre et dix-huitiesme decembre mil six cens
troys, attachées soubz le contresel, concernant le pouvoir et commission
donnée par ledit seigneur au sieur de Montz, son lieutenant general ès
païs terres et confins de l'Acadie et Nouvelle-France, pour les effectz
plus particullièrement exprimez audit pouvoir, avecq deffences à tous
les subjectz du roy autres que led. sieur de Montz ou ses associez, de
traficquer de peleterie en l'estendue desd. lieux, comme plus amplement
est porté en lesd. lettres, arrest du XXIe mars dernier, donné sur
aultres lettres patentes du XXIXe janvier aussy dernier, par lequel la
Cour auroit commis ung conseiller et commissaire pour ouir lesd.
habitans de Saint-Malo sur leurdite opposition, requête dudit sieur de
Montz affin de verifficacion desd. lettres, conclusions du procureur
général du roy; sur ce delibéré, lad. Cour a ordonné et ordonne que
lesd. lettres du VIII novembre 1603, XXIXe janvier et quatrième avril
dernier seront leues, publiées et enregistrées, sans approbation de la
deffence portée par lesd. lettres dud. XXIXe janvier, et que le traficq
se fera comme au passé.

(Parlement, _Registre secret_, 104, fo 39 ro.)



XVIII


ÉTATS DE BRETAGNE.--SESSION DE TREGUIER.

12 novembre 1607.

Seront pareillement chargez lesdits deputés vers le roy d'obtenir
lettres de déclaration de Sa Majesté affin de maintenir la liberté da
trafic libre à tous ses sujets, de touttes marchandises aux terres
Neuves et pays de Canada, contre les prétentions de ceux qui le veulent
faire particulier et privatif à tous autres, avec revoquation des
lettres obtenues au contraire.

(_Registre des États_, p. 142.)



XIX


24 novembre 1608.

Ledit sr procureur[10] a remonstré qu'aucuns particuliers de ceste ville
qui traficquent aux pays de Canada, auroint en l'an dernier faict aud.
lieu une prise de navire et en la présente année une autre chose qui
regarde le general de la communauté pour le commerce libre aud lieu.

[Note 10: Pierre Eon, sieur des Hasez.]

A quoy a esté conclud qu'il sera, au nom de lad. com. présenté requete à
Sa Majesté et à nosseigneurs de son conseil touchant la liberté dud.
commerce de Canada, et lesd. prises qui s'y sont faictes qui s'amennent
au davent de ceste ville sans les représenter en justice, soubz pretexte
de la commission de monsr du Mont et à sur ce demander l'intervention de
nosseigneur les deputez des Estaz de la province, affin d'obtenir de
Sad. Majesté la liberté dud. commerce tout ainsin qu'il estoit au passé,
premier que lesd. particuliers eussent obtenu soubz faulx pretextes de
Sad. Majesté la liberté dud. commerce et l'interdiction qu'il font à
tous ceulx de la province et d'ailleurs qui y voudroint traficquer.

Et d'aultant que led. sieur procureur a remonstré que François Crosnier
Souesnaye et Charles Jonchée, ont cy davent armé et equibé une patache
au davent de ceste ville, pour aller marchandamment aux isles des
Amasones, et au lieu dud. traficq ont faict quelque prise et des
marchandises à grand valleur, qu'ils ont mené et conduit au havre de
Cancalle pour les descharger sans les fere adjuger, etc.

(_Archives de Saint-Malo_, Reg. no 6.)



XX


26 mars 1609.

Led. sr procureur[11] a aparu lettre missive de Josselin Crosnier
Rouaudaye, deputé de la com. à Paris, pour les procès et affeires
d'icelle, et par icelle dit qu'il y a un arrest au conseil d'Estat pour
la liberté du traficq et commerce de Canada, led. commerse permis à tous
les subjectz du roy, parce que ceste communaulté payera à monsieur
Dumont pour partye des fraiz qu'il a faict au Canada, la somme de six ou
dix mil livres.

Après lecture de lad. lettre, et les avis pris, conclud que ceste
communaulté ne se submetra de poyer lesd. six ou dix mil livres, aud.
sieur Du Mont, mes sy aucuns particuliers d'icelle qui traficquent à
Canada veullent se submettre à payer lesd. sommes audit sr Du Mont, sy
bon leur semble, le feront sans que le corps général de la communauté
entre en lad. obligation, d'aultant que le particulier tire le profilt
ou perte dud. traficq de Canada et non la communaulté, de quoy led.
sieur de la Rouaudaye, sera par le procureur adverty par lettres qu'il
luy en escrira.

(_Archives de Saint-Malo_, Reg. 6.)

[Note 11: Eon, sieur des Hasez.]



XXI


25 octobre 1610.

Le procureur[12] a remonstré que en l'an dernier, à l'occasion des
sauvaiges de Terre neuffve, il y a plusieurs maitres de navires et
mariniers estant à la pesche de molues, sont tuez par lesd. sauvaiges
pendant qu'ilz sont à fere lad. pesche, et que pour empescher lesd.
sauvaiges continuent telles surprises, la communaulté a présenté
requeste à la court, à ce qu'il pleust à ladite cour permettre aux
habitans de ceste ville d'armer deux navires pour fere la guerre ausd.
sauvaiges, et empescher leurs mauvais dessains, à ce que ceux qui seront
à lad. pesche soient pendant icelle en plus de seurté de leur personne.

[Note 12: Nicolas Frottet Landelle.]

Les avis sur ce pris, conclud qu'il sera requête au roy, à ce qu'il
plaise à Sa Majesté voulloir permettre à ceste communaulté d'armer aux
fraiz des propriétaires des navires qu'ils envoiront à Terre neuffve,
pour empescher les sauvaiges d'assasigner et tuer les Mes et mariniers
qui sont à ladite pesche, et pour en drecer lettres, memoires et
instructions, pour l'obtencion desd. lettres, sont deputez, Robert
Heurtault Bricourt, Jan Grout Villefrouneaux et Jan Pepin Bonaseliere,
pour les envoyer à Paris à monsr le doyen, et pour obtenir la permission
d'armement et de la continuacion du commerce de Canada, de quoy sera
escrit aud. sieur Doyen, tous fraiz et despances pour led. armement et
continuacion du commerce de Canada seront faictz aux fraiz des
particuliers qui y traficquent, et non aux fraiz de la communaulté qui y
preste seullement son nom affin que l'on puisse plus facillement obtenir
lesd. permissions.

(_Archives de Saint-Malo_, Reg. 6.)



XXII


17 février 1611.

Lecture faite des lettres du roy obtenues par monsr de Saint-Malo[13],
touchant l'armement qu'il convient de fere pour fere la guerre aux
sauvaiges de Terre neuffve, qui assasignent les mariniers de ceste ville
qui vont à la pesche de mollueeu.

[Note 13: Guillaume le Gouverneur, nommé à l'évêché de Saint-Malo le 29
janvier 1610.]

Après lad. lecture a esté conclud que lesd. lettres seront présentées en
la court, a ce qu'il plaise à lad. court les voulloir veriffier, le
procureur en écrira à Me Armel Rouxeau, procureur féodé de ceste
communaulté pour quelqu'un de ceste communaulté qu'il deputera pour les
présenter en la court, affin de soliciter la veriffication desd.
lettres.

Et pour rechercher les particuliers qui victuaillent à Terre neuffve, de
voulloir fraier aux despances que l'on a faict pour l'obtention desdites
lettres, et pour la poursuilte de la vérification d'icelles, tant ceux
de ceste ville que des habitans de Cancalle et Saint-Suliac qui
victuaillent à Terre neuffvve, sont deputez Robert Heurtault Bricourt et
Jan Pepin Villeneufve, d'aultant que la communaulté n'entent porter
lesd. fraiz.

(_Archives de Saint-Malo_, Reg. 6.)



XXIII


22 novembre 1612.

Led. sieur procureur[14] a remonstré que, à la requete de monseigneur le
prince de Condé, il a esté intymé la deffance du Roy portant
interdiction de traficquer à Canada, et qu'il a semblé à propos aud.
procureur de faire entendre à ceste communaulté à ce qu'elle y delibere,
et après lecture faicte des lettres du roy et de mond. seigneur,
ensemble de lad. intymacion, à ce que chacun n'en prétende cause
d'ignorance, conclud de n'empescher le sieur Du Mont de traficquer à
Canada, suyvant ses permissions, ayant cy davent presté son nom aux
particuliers de ceste ville, d'obtenir à leurs fraiz de pouvoir
traficquer avec Canada et non aultrement.

(_Archives de Saint-Malo_, Reg. 6.)

[Note 14: Nicolas Frottet, sieur de la Landelle.]



XXIV


22 décembre 1612.

Le procureur a de recheff aparu les lettres du roy pour la deffance de
traficquer à Canada sans la permission de monseigneur le prince de
Condé, dont lecture a esté faicte ensemble de lad. deffance intymée à la
requete dud. seigneur prince aud. sieur procureur, ce qu'il a semblé à
propos aud. sieur procureur le fere entendre à ceste communaulté, à ce
que les particuliers de ceste ville y gardent estat et n'en puissent
prétendre cause d'ignorance.

(_Archives de Saint-Malo_, Reg. 6.)



XXV


16 janvier 1613.

Le procureur[15] a remonstré qu'il a pleu au roy interdire le traficq de
Canada à tous ses subjectz, sans la permission de monseigneur le prince
de Condé ou ses assotiez.

[Note 15: Jean Boullain, sieur de la Rivière.]

Après laquelle remonstrance a esté consanty, procure avecq pouvoir
d'aller trouver Sa Majesté et mond. seigneur, pour les supplier
très-humblement voulloir permettre le traficq pour les habitans de ceste
ville avecq les sauvaiges de Canada, laquelle procuracion, sera raportée
par Me Loys Pommerel et... notaires royaulx, qui sera signée pour le
corps de monsr le procureur sindicq et du greffier.

Et pour ce que led. traficq ne se faict par ceste communaulté, mais par
des particuliers d'icelle qui sont Thomas Porée Leschesnes, Pierre Eon
les Hasez, Thomas Cochon les Loriers, Pierre Trublet le Jardrin, Vincent
Gravé le Houx et leurs consors, lesd. particuliers seront tenuz faire
tous fraiz mises, et despances pour ceux qui feront la poursuilte, tant
vers sa Majesté, mond. seigneur le Prince ou ses commis, pour obtenir la
liberté dud. commerce sans que le corps de ceste communaulté en porte
aucuns fraiz et mises en principal et accessoire.

Sy aultres particuliers habitans de ceste ville et des environs
d'icelle, voudroint armer et équiper navires et pataches pour led.
traficq soubz le nom des lettres et permissions sy se peuvent obtenir,
ilz seront tenuz de contribuer au marcq la livre aux fraiz qui se feront
pour l'obtention de ladite permission, de tout quoy sera reporté acte
d'indempnité à ceste communaulté pour le garant d'icelle, sans qu'elle
en porte aucun fraiz par lesd. Pommerel et... notaires royaulx, qui sera
pour le corps signé dud. procureur et greffier, et pour en drecer led.
acte d'indempnité sont deputez Nicollas Frotet Landelle et Christofle
Bernart Tertregenezon.

(_Archives de Saint-Malo_, Reg. 6.)



XXVI


21 décembre 1613.

Monsieur le procureur a aparu la coppye d'un arrest du conseil d'Estat,
par lequel Richard Boullain Bardoulaye, Jan Pepin Bonesclers, Jullien
Gravé Lepre et Allain Masgon Brehaudaye, sont condampnez payer à
monsieur du Mont, six mil livres pour avoir faict la traicte de
pelleterye au pays de Canada en l'an mil six cens neuff, ensemble
l'intimation faicte audit sieur procureur en la qualité de procureur
sindicq de ceste communaulté, duquel arrest et de lad. intymacion a esté
faict lecture.

Après icelle faicte.

A esté conclud qu'il sera par le greffier de ceste communaulté delivré
acte aud. sieur procureur de lad. intimacion.

Les députez pour aviser de la suilte des proceis de ceste communaulté,
délibéreront de ceste affaire affin de favoriser et assister lesd.
particuliers qui sont condampnez payer lesdites VIm lb., pour leur en
exempter sy fere se peult et se gouverner par avis de conseil, le tout
aux fraiz desd. particuliers.

Par Pierre Eon sieur des Hasez, ayant esté procureur sindicq de ceste
communaulté en l'an 1609, a esté aparu deux mynuttes de lettres missives
qu'il escrivoit à Josselin Crosnier Rouaudaye, deputé de ceste
communaulté à Paris, dabtées des XXVIe mars et XVIIIe avril aud. an
1609, desquelles lecture a esté faicte, portantes lesd. mynuttes les
afferes du commerce de Canada, lesquelles sont demeurées aux mains dud.
Eon.

(_Archives de Saint-Malo_, Reg. 6.)



XXVII


LETTRES ET DEFFENCES POUR CEUX QUI FERONT VOIAGE EN TERRE NEUFVE.

Louis, par la grâce de Dieu roy de France et de Navarre, à tous ceulx
qui ces presentes lettres verront, salut. Les roys nos predécesseurs
ayans aprins que leurs subjectz avoient descouvert le païs des Terres
neufves, abondante en la pesche des mollues, ont favorizé aultant qu'il
leur a esté possible la commodité de ceulx qui entreprennent de foire
voiaiges esd. lieux, affin que ce commerce estant bien estably, noz
subjectz en receussent la commoditté et ne coureussent auchune fortune
s'il se pouvoit en faisant la pesche desd. mollues, sur quoy ont esté
faictz divertz reglements. Mais comme le temps faict descouvrir les
commoditez et incommoditez qui se trouvent au commerce des lieux si
esloignez, il est advenu que ceulx qui ont esté esd. lieulx pour faire
la pesche des mollues, se sont adonnez à fere bastir et construire
certains eschaffaulx de bois plantez partie dedans l'eau et l'autre
dedans la terre sur lesquelz ilz mettent leur sel, habillent et sallent
leurs dites mollues, lesquelz eschaffaulx ne se peuvent faire qu'avec
beaucoup de peine et incommodité, d'aultant qu'il fault aller loing
dedans le terre querir les bois propres pour faire iceulx, et s'exposer
en ce faisant aux courses et invasions des sauvaiges qui ont par cy
devant tué plusieurs de noz subjectz apportans les bois necessaires pour
construire lesd. eschaffaulx, et ceste perte et incommodité a esté cause
que les marchans faisans faire lad. pesche de mollues pour eviter telz
hazards se sont accoustumez longuement à laisser sur pied lesd.
eschaffaulx, pour les y trouver les années subsequentes, qui estoict ung
advantaige et bien publicq, contre lequel l'avarice d'aucuns les a
induictz, au prejudice du bien publicq, quand ilz sont arrivez esd.
lieux à choisir telz desd. eschafaux qu'ilz ont trouvé le plus commode
pour leur service, comme chose qui n'est à personne, delaissée au
premier qui l'occupe et, non contents de ce, pour injure à ceulx qui
venoient après eulx, desmolir les aultres eschafaulx, en prandre sur les
planches et les cloux qui les tenoint en pied, tellement que les
marchans arrivans après ne trouvant plus d'eschafaulx, bastiz pour faire
la pesche, ont esté contrainctz avecq grande longueur, perte de temps et
souvant des hommes de leur équipaige, envoyer bien loing dedans la terre
chercher du bois pour en édifier de nouveaux, quoy faisans, ont couru
fortune d'estre tuez par les sauvaiges dud. pays, laquelle incommodité
eust cessé si estroitement et rigoureusement l'on eust deffandu de plus
à l'advenir desmolir lesd. eschafaulx et enjoinct les laisser sur pied
comme chose publicq pour servir à l'usaige de ceux de nos subjectz qui
s'y transporteroint pour le faict de lad. pesche de mollues, et par
mesme moien leur eust esté deffandu de descharger et jecter le laist et
gravier de leurs navires dedans les portz et havres dud. païs pour
eviter qu'avec succession de temps, lesd. portz et havres ne feussent
comblez et lad. navigacion d'aultant incommodée. A quoy estant
nécessaire de pourvoir, mesmes sur l'advis et plaincte generalle que en
ont faicte noz officiers sur les lieulx, et particullièrement de
Bretaigne, noz chers et bien amez les habitans de notre ville de
Saint-Mallo, et y apporter l'ordre convenable, après avoir faict
communicquer cest affaire à notre très cher et bien amé cousin le duc de
Montmorency, admiral de France, de l'advis d'icelluy et de noz certaine
science, grace speciale, plaine puissance, propre mouvement et auctorité
royalle, avons dict, declaré, disons et declarons, voullons et ordonnons
que deffances très estroictes soint faictes, comme nous faisons par ces
presentes, signées de notre main, à tous nos subjectz generallement
quelconques, qui vont et iront aud. païs de Terre neufve, et nouvelle
France, pour faire lad. pesche de mollues, d'abatre, ruyner ou desmolir
en faczon quelconque les eschafaulx qui sont et seront par cy après
bastiz et edifiez aud. païs pour les commoditez de lad. pesche,
sallaizon, habillage et adjancement dud. poisson, ni sortir le laist de
leurs navires et basteaulx dedans les portz et havres dud. païs, sur
peine estre les contrevenans pour la première foiz de trois mil livres
d'amende, applicable au restablissement et rebastissement d'autres
eschafaulx et de confiscacion de corps et biens pour la deulxiesme. Si
donnons en mandement à noz amez et feaulz consrs les gens tenant noz
courtz de parlement, siéges de l'admirauté et à tous noz aultres
justiciers et officiers qu'il apartiendra que ces presentes lettres ilz
ayent à lire et enregistrer et le contenu en icelles faire garder et
observer, proclamer et afficher par tous les lieulx et endroictz que
besoing sera, affin que personne n'en pretende cause d'ignorance,
mandons à noz procureurs generaux et leurs substituts tenir la main à
l'execution d'icelles, et nous advertir diligemment de ce que fait y
auront, et d'aultant que de ces presentes l'on poura avoir affaire en
plusieurs et divertz lieulz, nous voullons que à la coppie deubment
collationnée d'icelles par l'un de noz amez et feaulx notaires et
secrétaires, foy soict adjoustée comme au present original, car tel est
nostre plaisir, et affin que ce soit chose ferme et stable à tousjours,
nous avons faict mettre notre scel à cesd. presentes, sauf en autres
choses notre droit et l'autruy en toutes. Donné à Paris le vingt-sixième
jour de juin l'an de grace mil six cens quinze et de notre regne le
sixieme. Ainsi signé Louis, et sur le replis par le roy Brulart, et
scellé en cire jaulne du grand sceau sur double queue.

Registrées suivant l'arrest de la court de ce jour, pour en jouir les
impetrans bien et deubment, suivant la volonté du roy et que lesd.
lettres et le present arrest seront publiées aux portz et havres de
ceste province, à ce que aulcun n'en pretende cause d'ignorance,
enjoinct aux substituts du procureur general du Roy ausd. lieux de tenir
la main à l'execution desd. lettres et arrest. Faict en parlement à
Rennes, le vingtiesme jour d'aougst mil six cens quinze.

(_Registre du Parlement_, XIV, fo 222 et sq.)



XXVIII


9 septembre 1615.

Deputation de Aermel Martin Sr de Parisière pour aller en court.

... Se joindre avecq ceux de ceste ville qui poursuyvent la liberté du
commerce de Canada s'il arrive que quelques particuliers de ceste ville
pour lad. liberté du commerce, et qu'ilz en tumberoient en aucun
dommaige et interestz, la communaulté promet les garantir sur
l'hipotecque general des deniers d'icelle.

(_Archives de Saint-Malo_, Reg. 6.)



XXIX


ÉTATS DE BRETAGNE.--SESSION DE RENNES.

5 novembre 1616.

Remontrances très humbles des États de Rennes.

Art. 7.

Le pays de Canada, maintenant apellé la Nouvelle France, fut
premièrement découvert par les Bretons, et particulièrement par un nommé
Jacques Quartier, originaire de Saint-Malo, qui, le premier entre tous
vos sujets, traça le pas de l'heureux commerce, lequel depuis y a été
continué de plusieurs ports et endroits de votre royaume; et combien
qu'il importe grandement au bien commun de vos sujets et spéciallement
des habitans de votre pays de Bretaigne que la liberté du commerce soit
maintenue et conservée entière et sans discrétion ne différence de
personnes, et que dès l'an mil six cens deux, le sieur Dumont s'estant
efforcé de s'attribuer proprement et privativement ledit commerce, et
ayant obtenu lettres patentes du deffunt Roy d'heureuse mémoire sur ce
sujet, il en ait dechu, et que lesdites lettres ayent été révoquées en
l'an mil six cens neuf, à la poursuite des habitans de lad. ville de
Saint-Malo, et le trafic restitué à son ancienne et première liberté, si
est ce que encore depuis naguerres aucuns particulliers de vos villes de
Rouen et Havre de Grace auroient, par faveur, obtenu autres lettres de
votre Majesté, par lesquelles ils prétendent se rendre propre
privatiment à tous autres François la permission et licence dudit trafic
à commencer depuis le Havre appellé le Tadousac qui est entièrement le
seul pays ou se fait et se peut faire ledit traficq, lequel par tel
moyen demeure prohibé à vos autres sujets, mesmes à ceux qui en ont
donné à la France la première connoissance; lesd. États supplient très
humblement votre Majesté vouloir révoquer lesd. commissions données,
sous quelque cause et prétexte que ce soit, et à quelques personnes que
ce puisse être, comme prejudiciable au bien commun du pays, et en
conséquence déclarer ledit traficq de Canada ouvert et libre à tous vos
sujets sans difference, et ordonner qu'il en sera expédié et délivré
lettres patentes de vos déclarations et volontés sur ce fait.

Accordé.

(_Registre des États_, p. 145.)



XXX


ÉTATS DE BRETAGNE.--SESSION DE RENNES.

29 octobre 1617.

En l'endroit de la lecture faite en l'assemblée générale des gens des
trois États des pays et duché de Bretaigne, convoqués et assemblés par
autorité du Roy en la ville de Rennes, suivant les lettres patentes du
neuvième jour du présent mois et an, du septième et dernier article du
cahier des dernières remontrances faites à Sa Majesté, et reponses sur
icelles, touchant la très humble suplication qui luy fut faite par les
deputés de vouloir declarer le commerce et traficq de Canada ouvert et
libre indifféremment à toutes personnes, le procureur syndic a
représenté que, depuis ledit article répondu et accordé, et le
vingt-septième de may dernier, les nommés Thomas Porée, Daniel Poyer et
associés, auroient obtenu un arrêt au conseil par lequel il est ordonné
que, dans six semaines pour toutes prefixions et délais, ledit sindic
viendroit precisement consentir ou empecher les fins et conclusions
desdits Porée et leurs associés qui tendoient à ce que Sa Majesté, sans
avoir égard à lad. reponse, eut ordonné que les deffenses cy devant
faites à tous les sujets de trafiquer et negocier audit pays de Canada,
fussent réitérées sur les peines portées par les articles à eux accordés
au conseil, arrêts et lettres patentes sur ce obtenues, et que toutes
commissions et permissions delivrées cy devant, et qui se pourroient cy
après obtenir au contraire, seroient cassés, revoqués et annullés, et
que lesd. Porée, Poyer et associés, jouiroient suivant lesd. articles
pour le tems qui leur a été accordé privativement à tous autres dudit
traficq; lequel arrêt luy auroit été signifié le vingt deuxième de juin
dernier, avec assignation à six semaines audit conseil, pour procéder
sur le contenu en iceluy, requerant lesdits sieurs des États de
delibérer ce qu'ils desiroient y être fait.

Sur ce, ouy honorable homme, Jean Grout, sieur de la Ville ès nouveaux,
procureur sindic des habitans de Saint-Malo, qui a representé les
incommodités qu'apporte au général de la province l'empêchement du libre
commerce et traficq aux habitants de cette province, qui en ont premier
fait la decouverte esdits pays de Canada, grand fleuve de Saint-Laurent
et lieu de Quebec.

Sur ce delibéré entre les trois ordres, lesdits sieurs des États ont
donné charge aux députés qui seront par eux nommés en cette assemblée
pour porter en cour le cahier de leurs humbles remontrances, et à leur
procureur sindic, de se presenter à lad. assignation, y deffendre de
tout leur pouvoir, et insister fortement à l'entière exécution et
observation de la reponse de sad. Majesté sur ledit article, et que, à
cette fin, ledit Grout leur baillera ses memoires et instructions, et
autres qu'il pourra recouvrer à la communauté de Saint-Malo.

Fait en lad. assemblée tenue en la grande salle du couvent des Jacobins
dudit lieu, le vingt neuvième jour d'octobre mil six cens dix sept.

(_Registre des États_, p. 185.)



XXXI


ÉTATS DE BRETAGNE.--SESSION DE NANTES.

23 octobre 1618.

Les gens des trois États des pays et duché de Bretaigne, convoqués et
assemblés en la ville de Nantes, par autorité du Roy, suivant ses
lettres patentes du septiesme jour du présent mois, deliberant sur ce
que le procureur sindic leur a représenté qu'il avoit été donné charge à
leurs députés en cour de deffendre à plusieurs procez qui étoient
pendans an conseil du Roy, sçavoir, à la demande de trois cent tant de
mil livres prétendue par monsieur de Sourdéac, à autres procez contre M.
Michel Neveu, et autre contre les nommés Porée et Poyer, touchant la
liberté du traficq de Canada, esquels touteffois il n'avoit été rien
fait, ni poursuivy depuis la dernière assemblée, mais qu'il étoit à
craindre qu'il s'y fit quelques poursuites cy après, et pour cette
occasion a requis l'assemblée d'aviser s'il seroit à propos de charger
et donner pouvoir aux deputés qui seront nommés pour aller en cour, de
deffendre auxdits procez au cas qu'ils seroient poursuivis, ont donné
charge aux députés qui seront par eux nommés en cette assemblée pour
aller de leur part vers Sa Majesté, de deffendre auxdits procez, au cas
qu'on les voudrait poursuivre, ainsi qu'ils aviseront par conseil.

Fait en lad. assemblée tenue en la grande salle du couvent des Jacobins
dudit Nantes, le 28e jour d'octobre 1618.

(_Registre des États_, p. 345.)



XXXII


ÉTATS DE BRETAGNE.--SESSION DE VANNES.

3 octobre 1619.

Les gens des trois États des pays et duché de Bretagne, assemblés par
autorité du Roy en la ville de Vannes, deliberans sur ce que messieurs
leurs deputés en cour l'année dernière leur ont representé, qu'il leur
avoit été donné charge en l'assemblée dernière, de deffendre en
plusieurs procez pendans et indecis au conseil de Sa Majesté, savoir, à
la demande de trois cens tant de mille livres tournois prétendue par
monsieur de Sourdéac, et à autres procez contre Me Michel Nepveu, et
autres contre les nommés Porée et Poyer, touchant la liberté du traficq
de Canada, auxquels il ne s'est fait aucune poursuite qui soit venue à
leur connoissance, avisant lesd. sieurs des États de deliberer s'il
seroit à propos de donner pareil pouvoir aux deputés qui les nommeront
pour aller en cour affin d'éviter à la surprise, ont donné pouvoir aux
deputés qui seront nommés en cette assemblée pour, de leur part,
presenter au Roy le cahier de leurs humbles remontrances, de deffendre
auxdits procez, au cas que l'on y feroit quelques poursuites.

Fait en lad. assemblée tenue en l'auditoire royal dud. Vannes, le 3e
jour d'octobre 1619, signé Guillaume ev. de Saint-Malo.

(_Registre des États_, p. 538.)

                     Cette mention du Canada est la dernière qui se
                     retrouve sur les Registres des États de Bretagne.


                                    ----



                            TABLE DES DOCUMENTS
                       RELATIFS AUX RELATIONS DE LA
                     BRETAGNE AVEC L'AMÉRIQUE DU NORD.


.

I.--Commission au marquis de La Roche,
mars 1577.

II.--Seconde commission au marquis de La
Roche, 3 janvier 1578.

III.--Délibération des États de Bretagne,
17 mars 1588.

IV.--Opposition de la ville de Saint-Malo au
privilége de Chauvin, 3 janvier 1600.

V.--Délibération de la ville de Saint-Malo,
21 décembre 1602.

VI.--Délibération de la ville de Saint-Malo,
26 janvier 1603.

VII.--Lettre missive de Henri IV, 28 décembre
1602.

VIII.--Déclaration de Henri IV, 2 janvier 1603.

IX.--Lettre de l'amiral de Montmorency, 3 janvier
1603.

X.--Délibération de la ville de Saint-Malo,
7 avril 1603.

XI.--Arrêt du conseil d'État, 13 mars 1603.

XII.--Commission au capitaine Colombier,
13 mars 1603.

XIII.--Instructions des États de Bretagne aux
députés en cour, 22 octobre 1603.

XIV.--Délibération de la ville de Saint-Malo,
16 novembre 1604.

XV.--Délibération des États de Bretagne, 4 décembre
1604.

XVI.--Délibération de la ville de Saint-Malo,
20 mars 1605.

XVII.--Arrêt du Parlement de Bretagne, 3 juin
1605.

XVIII.--Instructions des États de Bretagne,
12 novembre 1607.

XIX.--Délibération de la ville de Saint-Malo,
24 novembre 1608.

XX.--Délibération de la ville de Saint-Malo,
26 mars 1609.

XXI.--Délibération de la ville de Saint-Malo,
25 octobre 1610.

XXII.--Délibération de la ville de Saint Malo,
17 février 1612.

XXIII.--Extrait des registres des délibérations de
Saint-Malo, 22 novembre 1612.

XXIV.--Extrait des registres des délibérations de
Saint-Malo, 22 décembre 1612.

XXV.--Délibération de la ville de Saint-Malo,
16 janvier 1613.

XXVI.--Délibération de la ville de Saint-Malo,
21 décembre 1613.

XXVII.--Lettres patentes relatives aux expéditions
de Terre-Neuve, 26 juin 1615.

XXVIII.--Extrait des registres des délibérations de
Saint-Malo, 9 septembre 1615.

XXIX.--Remontrances des Etats de Bretagne,
5 novembre 1616.

XXX.--Délibération des États de Bretagne, 29 octobre
1617.

XXXI.--Délibération des États de Bretagne,
23 octobre 1618.

XXXII.--Délibération des États de Bretagne,
3 octobre 1619.

[Illustration - decoration]

Paris, imprimerie Jouaust, 338, rue Saint-Honoré.



              _Publications de la Librairie TROSS, à Paris._


Imprimées avec luxe et tirées à petit nombre.

DISCOURS

Du voyage fait (en 1534) par le cap. Jacques Cartier aux Terres-Neufues
de Canadas, Norembergue, Hochelage, Labrador et pays adjacens, dite
nouvelle France. Publ. par H. Michelant. Documents inédits sur Jacques
Cartier et le Canada, publ. par A. Ramé. Avec 2 grandes cartes. Un vol.
in-8, papier vergé, 18 fr. Papier vélin Whatman, 25 fr. Peau de vélin,
180 fr.



BREF RÉCIT
ET SUCCINCTE NARRATION

De la navigation faite en 1535 par le capitaine Jacques Cartier, aux
îles de Canada, Hochelaga, Saguenay et autres. Réimpression figurée de
l'édition originale rarissime de M.D.XLV, avec les variantes des
manuscrits de la Bibliothèque impériale. Précédé d'une brève et
succincte introduction historique par M. d'Avezac. Un vol. in-8, papier
vergé, 12 fr. Papier vélin, 20 fr.



HISTOIRE DE LA NOUUELLE FRANCE

Contenant les navigations, découvertes et habitations faites par les
François, ès Indes Occidentales et Nouuelle-France. Avec les moeurs de
la Nouuelle-France. Par Marc Lescarbot. Nouvelle édition publ. par Edwin
Tross. 3 vol. Pap. vélin, 36 fr. Papier de Hollande, 60 fr.

Cette nouvelle édition est enrichie de quatre cartes.



HISTOIRE
DU CANADA
ET VOYAGES
QUE LES FRÈRES MINEURS RECOLLECTS Y ONT FAICTS
POUR LA CONUERSION DES INFIDELLES
DIVISEZ EN QUATRE LIURES

Où est amplement traicté des choses principales arriuées dans le pays
depuis 1615 jusques à la prise qui en a esté faicte par les Anglois

AVEC UN DICTIONNAIRE DE LA LANGUE HURONNE

_NOUVELLE ÉDITION, PUBLIÉE PAR M. EDWIN TROSS_

Avec une Notice sur Gabriel SAGARD THEODAT

4 VOLUMES PETIT IN-8.
Prix, sur papier vélin            48 fr.
 --   sur papier de Hollande      80 fr.

Nous avons fait exécuter une réimpression figurée de l'édition rarissime
de 1636, mais il était impossible de suivre strictement page par page
cette première édition. Les chiffres de la pagination de l'original ont
été placés en marge, et la table de la nouvelle édition reproduit les
deux paginations, ce qui facilite les recherches.



LE GRAND VOYAGE
DU PAYS DES HURONS

Situé en l'Amérique, vers la mer douce, ès derniers confins la nouvelle
France dite Canada, par Gabriel Sagard Theodat. Avec un Dictionnaire de
la langue huronne. 2 vol. in-8, front. grav. Papier vélin, 24 fr. Papier
vergé, 30 fr. Papier de Hollande, 40 fr.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Relation originale du voyage de Jacques Cartier au Canada en 1534" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home