Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Voyage de J. Cartier au Canada - Relation originale de Jacques Cartier
Author: Cartier, Jacques, 1491-1557
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Voyage de J. Cartier au Canada - Relation originale de Jacques Cartier" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



[Illustration]
RELATION ORIGINALE
de JACQUES CARTIER.

Lyon. Imprimerie de Louis Perrin

BREF RECIT ET SUCCINCTE NARRATION DE LA
NAVIGATION FAITE EN MDXXXV ET MDXXXVI
PAR LE CAPITAINE JACQUES CARTIER
AUX ILES DE CANADA ET AUTRES

RÉIMPRESSION FIGURÉE DE L'ÉDITION ORIGINALE
RARISSIME DE MDXLV AVEC LES
VARIANTES DES MANUSCRITS DE LA BIBLIOTHÈQUE IMPÉRIALE

PRÉCÉDÉE D'UNE BRÈVE ET SUCCINCTE
INTRODUCTION HISTORIQUE
PAR M. D'AVEZAC

PARIS LIBRAIRIE TROSS
PASSAGE DES DEUX PAVILLONS (PALAIS-ROYAL), N° 8.
1863



BREVE ET SUCCINCTE INTRODUCTION HISTORIQUE.

I

Aucun peuple ne semble avoir tenu aussi peu de compte que les
Français de la part légitime qui devait lui appartenir dans l'histoire
des découvertes & de l'exploration des contrées lointaines; nul ne s'est
montré si peu soucieux de la renommée que pourraient lui acquérir ses
aventures maritimes ou ses pérégrinations terrestres; & tandis que
d'autres nations sonnaient leurs plus éclatantes fanfares en l'honneur
de leurs propres mérites, nous avons laissé perdre le souvenir des
navigations & des voyages parallèlement accomplis avec moins
de retentissement par nos aïeux, & qui nous sont quelquefois
accidentellement révélés, à notre grand ébahissement, par les récits
des étrangers. Qui donc, par exemple, nous pourra dire aujourd'hui quel
était ce navire français dont l'arrivée à Canton est racontée sous la
date de 1521 dans les Annales chinoises, à l'époque où le Portugal &
l'Espagne prétendaient avoir seuls, par privilège, l'accès de ces mers!
Bien d'autres de nos prouesses, surtout des plus anciennes, ont ainsi
disparu, sans doute, de la mémoire des hommes.

Les entreprises officielles patronnées par le souverain ont presque
seules échappé à ce total oubli des contemporains & de la postérité,
mais pour beaucoup d'entre elles, c'est à grand'peine encore qu'il
se peut recueillir quelques lambeaux des relations où elles étaient
racontées.

Tel est précisément le cas pour le célèbre navigateur breton qui le
premier alla planter le drapeau de la France aux lieux où s'élèvent
maintenant Québec & Montréal: sur ses trois voyages au Canada, nous
sommes redevables à un collecteur italien (Ramusio) de nous avoir
transmis le récit du premier dans une version que nous tenons volontiers
pour fidèle, comme nous devons à un collecteur anglais (Hakluyt) d'avoir
sauvé les fragments mutilés du troisième dans une traduction que nous
voulons bien supposer exacte; c'est uniquement pour le second voyage
qu'il est parvenu jusqu'à nous une relation originale française, émanée
de l'un des compagnons de Jacques Cartier, sinon de lui-même: & de
l'édition qui en fut faite à Paris en 1545, les bibliographes ne
connaissent plus en Europe qu'un seul exemplaire, conservé au musée
Britannique; c'est là qu'il a fallu en aller prendre une exacte copie à
l'intention des amateurs qui attachent du prix à ces vieilles reliques,
pour la reproduire scrupuleusement dans le mince volume en tête duquel
nous écrivons ces lignes.

II

Les côtes derrière lesquelles s'étendent les parages explorés, pour la
première fois suivant toute apparence, par le célèbre malouin, avaient
dès long-temps été reconnues, & la tradition a conservé la mémoire
d'établissements fort anciens en quelques parties de ce vaste littoral
qui s'étend, vis-à-vis de l'Europe occidentale, depuis les abords de la
zone torride jusqu'aux froides régions arctiques.

Les enfants de la verte Erin, qui de nos jours émigrent en si grand
nombre vers les Etats de l'Union américaine, avaient, comme aux Faer-oer
& comme en Irlande, devancé pareillement sur cette marge extrême de
l'Océan occidental, les aventuriers scandinaves, qui partout les
rencontrèrent déjà établis; quand le chef islandais Are Marson, le
trisaïeul du savant Are Froda, fut jeté par la tempête en 983 sur ces
lointains rivages, que les sagas du Nord ont appelés Irland it Mikla, ou
la Grande-Irlande, il y fut recueilli par une population chrétienne, qui
le baptisa & le retint au milieu d'elle; c'est là que seize ans après
vint se réfugier Bioern Asbrandson, s'arrachant à l'amour de la belle
Thurida pour fuir la colère d'un frère offensé; & il avait passé
vingt-huit années sur cette terre étrangère quand y aborda son
compatriote Gudleif Gudlangson, parti de Dublin pour retourner en
Islande, poussé par les vents du nord-ouest jusque par delà l'Océan,
surpris d'y entendre encore les sons de la langue d'Erin, mais reprenant
aussitôt la mer, grâce à l'entremise de Bioern, & emportant de la part
du vieil exilé un anneau d'or pour sa bien-aimée Thurida, & une épée
pour Kiartan, le fils qu'il avait eu d'elle.

A côté de ces vestiges des anciennes émigrations transatlantiques des
Irlandais, leurs voisins les Gallois ont peut-être aussi une place à
revendiquer pour eux-mêmes: du moins se conserve-t-il chez eux une
certaine tradition des navigations occidentales de Madoc, le second
des fils d'Owen Guynedd, un de leurs princes; fuyant les discordes
intestines de sa propre famille, il partit en 1170 pour aller à la
découverte vers ces lointains parages, y choisit un lieu à sa convenance
où il débarqua cent vingt hommes, & revint équiper en Europe une
flottille de dix navires pour transporter dans ce nouvel établissement
tous les éléments d'une colonie permanente; mais là s'arrête la
vieille légende, & quelques vers gallois du quinzième siècle ont seuls
tardivement consacré le souvenir de l'entreprise de Madoc ap Owen.

III

Les établissements scandinaves offrent à notre investigation plus de
certitude, de suite & de durée. L'islandais Biarne Hériulfson, écarté
pendant une brume intense de sa route vers le Groenland où il allait
retrouver son père, avait aperçu & côtoyé en 896 des terres inconnues
vers l'occident, d'où il avait regagné en cinq journées de mer la
demeure paternelle; le récit qu'il en faisait un jour, après plusieurs
années, à la cour de Norvège, fit naître le regret qu'il n'eût pas
effectué une reconnaissance plus exacte de ces contrées nouvelles;
si bien qu'un de ses compagnons, Leif Erikson ayant résolu d'aller
compléter sa découverte, lui acheta son navire, y embarqua trente-cinq
hommes au printemps de l'an 1000, & vint atterrir à la côte signalée par
Biarne, au point où celui-ci l'avait perdue de vue: ce n'était qu'un
plateau rocheux & aride, Helluland, où l'érudition moderne a cru
reconnaître Terre-Neuve; on reprit la mer, & l'on vint descendre, au
bout de trois journées au sud-ouest, sur une terre plate & boisée,
Markland, signalée par la blancheur des sables du rivage, telle que les
instructions nautiques représentent l'Acadie; puis navigant encore
deux journées au sud-ouest, on atteignit une ile, près de laquelle une
péninsule s'avançait à l'est & au nord, comme on voit aujourd'hui le
cap Cod dépasser au nord-est l'île Nantucket; Leif s'engagea dans le
détroit, puis trouvant au-delà un lieu favorable, il forma près d'une
petite rivière un établissement pour explorer à son aise le pays; &
comme on rencontra dans les environs de Leifsbudir, la vigne croissant
spontanément, on donna à cette contrée le nom de Vinland; c'est
aujourd'hui le Rhode-Island & la région voisine. Après avoir pris un
chargement de bois de construction, Leif revint au printemps de 1001 au
Groenland, & pendant une douzaine d'années encore les frères Thorwald &
Thorstein, sa belle-soeur Gudrida remariée à Thorfinn Karlsefne, & enfin
sa vaillante soeur Freydisa, firent diverses expéditions semblables au
Vinland; mais l'hostilité des sauvages indigènes les fit renoncer
à poursuivre ces armements périodiques. D'autres, sans doute, les
reprirent à leur tour, & les établissements fondés par Leif & par
Thorfinn se développèrent à la longue d'une manière permanente, puisque
l'évêque groenlandais Erik s'y rendit lui-même, en 1121 afin de pourvoir
aux besoins spirituels de la colonie.

Les sagas du Nord ont conservé quelques autres traces des relations
qui se continuèrent entre le Groenland & la côte opposée: en 1266 des
navires furent envoyés en reconnaissance par delà les stations de pêche
les plus avancées, jusqu'à la hauteur, pense-t-on, du détroit de Barrow;
en 1285 deux ecclésiastiques islandais, Adalbrand & Thorwald Helgason,
naviguaient à l'ouest jusqu'à Terre-Neuve, désignée en cette
circonstance par les chroniqueurs sous le nom de Fundu-nyia-land, qui se
retrouve tout entier dans la forme anglaise actuelle de New-Foundland;
enfin, en 1347, un voyage de dix-sept Groenlandais au Markland fut
contrarié au retour par une tempête qui entraîna le navire en Islande;
& la narration qu'on en faisait en 1356 montre que le pays de Markland
était alors encore fréquenté par les Scandinaves. Mais il n'en est plus
question dans leurs histoires ultérieures.

IV

Un récit vénitien, venu à la lumière après un trop long oubli, peut
néanmoins, sans trop de scrupule, être admis en appendice à la suite de
ces souvenirs des navigations scandinaves; je veux parler des lambeaux
d'une correspondance de famille émanée des frères Nicolas & Antoine
Zéni, qui s'étaient établis vers 1390 aux Faer-oer, ou comme on disait
alors, en Frislande, & naviguèrent successivement pendant une quinzaine
d'années dans ces mers septentrionales.

Le dernier y recueillit, de la bouche d'un vieux pêcheur, la notice
d'une terre lointaine dans l'ouest, nommée Estotiland, où vingt-six ans
auparavant (vers 1380 à ce qu'il semble), il avait été jeté par une
furieuse tempête; les habitants conservaient des rapports habituels avec
le Groenland, & possédaient encore quelques livres latins, qu'ils ne
comprenaient plus. Associé par eux, au bout de cinq années, à une
expédition dans le sud, vers le pays de Drogio, une tempête le jeta plus
loin, chez un peuple de sauvages cannibales qui le gardèrent esclave
pendant de longues années, jusqu'à ce qu'après bien des vicissitudes il
parvint à s'échapper de leurs mains & à regagner Drogio, d'où il revint
après trois ans d'attente à Estotiland: il se livra alors au commerce
entre ces deux contrées, s'y enrichit, & put terminer enfin sa longue
odyssée en armant lui-même un navire pour retourner en Frislande.

C'est encore à ces relations de plus en plus rares, mais qui n'avaient
jamais été complètement abandonnées entre les Etats scandinaves &
leurs colonies du nord-ouest, que se rattache le souvenir de ce
pilote norvégien, originaire de Pologne, Hans Koeln ou Ivan z'Kolna,
c'est-à-dire Jean de Kolno en Mazovie, envoyé en 1476 pour ravitailler
les stations du Groenland, & qui visita, dit-on, la côte opposée en
pénétrant jusqu'à la grande baie qui devait recevoir longtemps après le
nom de Hudson.

V

Il est naturel de penser qu'une notion plus ou moins précise, mais
certaine & incontestée, de l'existence des régions transatlantiques tant
de fois abordées par les marins du Nord, s'était conservée parmi eux, &
les écrits d'Adam de Brème prouvent qu'elle avait même pénétré, dès
le onzième siècle, jusqu'au sein de la Germanie. On devait la trouver
d'autant plus vivante & plus assurée, qu'on s'élevait davantage vers les
escales d'où étaient parties les plus fréquentes expéditions: il ne
faut donc point se récrier contre la supposition que dans son voyage
d'Islande en 1477, Christophe Colomb aurait recueilli en cette île des
indices propres à exciter ou confirmer dans son esprit la conviction que
l'Océan occidental pouvait être franchi par de hardis navigateurs, sûrs
de trouver au-delà des rivages accessibles. Les théories du florentin
Toscanelli avaient déjà, en 1477, soutenu cette thèse auprès des savants
de Portugal, & lorsque Colomb parvint à les connaître quelques années
après, vers 1481 suivant toute apparence, il n'hésita plus à se
consacrer sans réserve à l'accomplissement du grand dessein d'aller par
cette voie de l'occident à la rencontre des plages extrêmes de l'Asie
orientale; mais il lui fallut l'immense courage de mendier encore
pendant plus de dix années, auprès des rois de l'Europe latine, des
vaisseaux que, nouveau Typhis, il pût conduire à la conquête de cette
autre toison d'or. Serait-il vrai que, dans l'intervalle, un navigateur
français, le capitaine Cousin, de Dieppe, porté à l'ouest en 1488,
jusqu'à de lointains parages inconnus aurait alors atteint ou aperçu
quelque point de la côte américaine? Rien ne se peut déduire avec
précision des vagues indices que nous ont tardivement transmis à ce
sujet d'insuffisantes traditions en admettant le fait comme certain, ce
ne serait en définitive qu'un anneau de plus à compter dans la chaîne
des découvertes au bout de laquelle vient se souder, à la fameuse date
du 10 octobre 1492, la véritable prise de possession, par l'Europe, de
l'hémisphère transatlantique, simplement jusqu'alors visité à l'aventure
par les devanciers de l'immortel Génois.

VI

Pendant que Colomb, tout plein encore des illusions de ses rêves
cosmographiques, s'ingéniait à retrouver dans l'archipel des Antilles le
Zipan-gu & les domaines du grand kâân du Khatay, marqués à cette place
sur la carte que lui avait jadis envoyée Toscanelli, un autre navigateur
Italien, établi depuis longtemps en Angleterre au port de Bristol, Jean
Cabot de Venise, S'étant élevé vers l'ouest durant un de ses voyages,
arriva, le 24 juin 1494, en vue d'une terre & d'une ile inconnues, qu'il
appela du nom de Saint-Jean, le patron du jour; & il revint solliciter
une commission royale qui lui assurât le privilége de ses découvertes
sous l'autorité de la Couronne d'Angleterre, ce qui lui fut accordé par
lettres-patentes données à Westminster le 5 mars 1496. Il effectua en
conséquence, en 1497, sur un navire armé à Bristol au compte du roi
Henri VII, & accompagné de trois bâtiments marchands, un second voyage
de trois mois, donc il était de retour au commencement d'août, après une
navigation de trois cents lieues le long d'une côte où nul habitant ne
s'était montré, & sur laquelle il avait planté la bannière britannique
de Saint-Georges & le pavillon vénitien de Saint-Marc.

De nouvelles lettres royales, du 3 février 1498, l'autorisèrent alors
à choisir dans les ports d'Angleterre jusqu'à six navires de charge
destinés à transporter des colons aux terres & iles ainsi découvertes,
& bientôt deux bâtiments armés aux frais du roi & portant trois cents
hommes partirent pour cette destination sous les ordres de Sébastien
Cabot, qui avait accompagné son père dans ses deux précédentes
explorations; mais la rigueur de la saison, bien qu'on fût au mois de
juillet, lui fit perdre une grande partie de son monde: arrêté par les
glaces vers 56° à 58° de latitude, il descendit la côte jusqu'à la
hauteur du détroit de Gibraltar, & n'ayant plus de vivres, il revint en
Angleterre, ramenant avec lui trois sauvages, qui furent présentés au
roi quelque temps après.

L'insuccès de cette expédition, la mort de son père, & peut-être des
compétitions rivales, éloignèrent pour longtemps Sébastien Cabot de ces
entreprises. Passé au service de l'Espagne, mais revenu momentanément en
Angleterre à la mort de Ferdinand le Catholique, on le revit seulement
en 1517, sur les vaisseaux de Henri VIII, recommencer, en compagnie de
sir Thomas Pert, vice-amiral d'Angleterre, une exploration de la côte
qu'il avait déjà trois fois visitée, atteindre le 11 juin une latitude
de 67° 30', & se trouver forcé par la timidité du commandant &
l'opposition des équipages, de renoncer à pousser plus loin ses
découvertes, bien que la mer parût encore libre devant eux.

VII

Les découvertes anglaises de 1497 & l'essai de colonisation de 1498,
bientôt connus en Espagne & en Portugal, y éveillèrent la crainte d'une
concurrence inattendue dans la recherche des richesses dont on s'était
promis la possession exclusive, & des expéditions y furent aussitôt
projetées à l'encontre de cette méconnaissance de leurs prétendus
droits.

On a cru retrouver dans une lettre royale datée de Séville le 6 mai
1500, & dans quelques autres circonstances douteusement significatives,
les indices d'une entreprise méditée par l'Espagne, mais qui n'eut point
alors de suites sérieuses.

Le Portugal fut plus actif: une expédition fut confiée dès l'année 1500,
par le roi Emmanuel à Gaspard Cortereal, qui partit de Tercère avec deux
navires, s'avança tout d'abord jusqu'à 50° de latitude ou davantage, &
reconnut, jusqu'à un fleuve chargé de glaçons, Rio Nevado, la grande
terre qui fut alors appelée de son nom & que l'on désigne aujourd'hui
sous celui de Labrador. Revenu heureusement à Lisbonne, il en repartit
l'année suivante avec ses deux navires; se dirigeant à l'ouest
nord-ouest, il trouva la terre à une distance de deux mille milles, &
courut l'espace de six à sept cents milles encore le long d'une côte,
arrosée de fleuves nombreux & couverte de grands bois, qu'il supposa
devoir être la continuation de celle qu'il avait vue dans le nord
l'année précédente, mais jusqu'à laquelle il ne pouvait tenter d'arriver
cette fois, à cause des glaces: le pays était très-peuplé, & il ne se
fit pas scrupule d'y enlever un certain nombre d'habitants, dont il
garda cinquante à son bord, & plaça huit autres sur la seconde de ses
caravelles. Celle-ci rentra à Lisbonne le 8 octobre 1501, mais l'autre,
attendue d'heure en heure, de semaine en semaine, ne reparut plus.
Michel Cortereal résolut d aller à la recherche de son frère, & partit
au printemps de 1502 avec trois navires pour aller fouiller séparément
toutes les rivières de la côte, fixant au 20 août un rendez-vous
général en un lieu convenu, pour le retour; mais il ne s'y trouva point
lui-même, & les deux autres navires, après l'avoir vainement attendu,
revinrent seuls en Portugal, où l'on n'eut plus aucune nouvelle de son
sort.

Dans l'intervalle, d'autres Portugais des Açores, Jean Gonçalves, Jean
& François Fernandes, s'associaient à des armateurs de Bristol,
Richard Warde, Thomas Ashehurste & Jean Thomas, pour une expédition de
découverte en ces parages, & obtenaient avec eux à cet effet, du roi
Henri VII, des lettres de privilége, données ä Westinster le 19 mars
1501, en conséquence desquelles deux voyages paraissent avoir été
exécutés cette même année & la suivante. A la fin de celle-ci, une
nouvelle association fut concertée pour le même objet entre les deux
Portugais Jean Gonçalves & François Fernandes, & les deux armateurs de
Bristol Hugues Elyot & Thomas Ashehurste, qui obtinrent pareillement des
lettres royales données à Westminster le 9 décembre 1502, & en vertu
desquelles paraissent avoir été exécutés en 1503, 1504, & 1505 des
voyages successifs, dont on retrouve quelque trace, comme pour les deux
précédents, dans les comptes de dépenses de la cassette particulière du
roi Henri VII: on peut même conjecturer qu'il se tentait dès lors de
nouveaux essais de colonisation, puisqu'un prêtre faisait partie de
l'expédition de 1504.

VIII

Les Français, de leur côté, pratiquaient aussi, dès cette époque, les
mers qui baignent la côte orientale des deux Amériques; sans nous
arrêter à parler de leurs navigations australes, bornons-nous a rappeler
ici leurs expéditions de pêche & leurs explorations privées en ces
parages où l'autorité royale vint si tardivement donner une consécration
publique à leurs efforts. Nous ne chercherons même pas à recueillir de
simples traditions ou de vagues indices plus ou moins dignes d'un examen
sérieux: nous voulons nous en tenir à des témoignages explicites &
formels.

C'est à la collection italienne de Ramusio qu'il nous faut recourir pour
retrouver, sous un vêtement étranger, avec le titre pompeux de grand
capitaine de mer, un français de Dieppe, dans lequel il nous est permis
de reconnaître l'astronome & pilote Pierre Crignon, qui fut le compagnon
des frères Parmentier dans leur voyage de 1529 à Sumatra, & qui avait
également navigué sur les côtes du Brésil & de Terre-Neuve.

En décrivant cette dernière, qui s'étend, continent & îles, du 40° au
60° degrés de latitude sur une longueur de trois cent cinquante lieues,
il fait remarquer la brisure accusée par le cap Ras entre la direction
de la côte méridionale qui se refuse vers l'ouest, & celle de la côte
boréale qui court vers le nord. Aux Portugais est due la découverte des
soixante-dix lieues environ de littoral comprises entre le cap Ras & le
cap de Boavista; tout ce qui est au sud du cap Ras a été exploré en 1504
par ses Normands, & par les Bretons, qui y ont laissé leur nom à un cap
bien connu; tout ce qui est au nord du cap de Boavista a été relevé
pareillement par les dits Normands & Bretons: le capitaine Jean Denys,
de Honfleur, avec le pilote Camart, de Rouen, y conduisit son navire en
1506, & en rapporta, dit-on, une carte assez étendue; puis, en 1508, le
capitaine Thomas Aubert, commandant le navire la Pensée, armé par Jean
Ango, père du célèbre gouverneur de Dieppe, y transporta le premier des
colons normands.

Dix ans après, en 1518, suivant l'interprétation commune, mais peut-être
en réalité quelques années plus tard, fut entreprise une expédition
analogue «par le sieur baron de Léry & de Saint-Just vicomte de Guen,
lequel ayant le courage porté à choses hautes, désiroit s'establir par
delà & y donner commencement à une habitation de François» il s'était
approvisionné d'hommes & de bestiaux, & fit voiles jusqu'à l'île de
Sable en face des pêcheries bretonnes; mais la longueur du voyage
l'ayant trop longtemps tenu sur la mer, il fut contraint de décharger là
son bestail, vaches & pourceaux, faute d'eaux douces & de pâturages»;
& cette expédition avortée n'eut d'autre résultat que d'avoir jeté sur
cette terre aride des animaux qui s'y multiplièrent graduellement,
& devinrent, longtemps après, une ressource inespérée pour d'autres
Français qu'une fortune de mer devait un jour condamner à y séjourner
cinq ans entiers dans un déplorable abandon.

Jusqu'alors, ce n'étaient que des expéditions privées.

IX

Enfin le roi de France se détermina à prendre lui-même sa part dans le
lotissement des terres d'outre-mer que se faisaient à leur guise les
autres souverains de l'Europe occidentale, & il envoya officiellement
à son tour, à la découverte des pays transatlantiques où il lui
conviendrait de prendre pied.

Le temps était déjà loin, où l'on avait cru retrouver en ces contrées
le Japon, la Chine & les Indes d'Asie: les navigations de Cabot dans
le nord, comme celles de Vespuce dans le sud avaient démontré qu'il
s'agissait en réalité d'un monde nouveau; & bien qu'on le crût réuni à
ses dernières limites aux régions boréales asiatiques, l'extension des
conquêtes espagnoles dans l'ouest, & la circumnavigation de Magellan,
avaient appris qu'il y avait au-delà de ce nouveau continent une autre
mer par laquelle on arrivait à l'Orient véritable, si plein de richesses
& de merveilles: quelque passage, moins éloigné que le détroit franchi
par l'escadre castillane, pouvait exister sur l'immense ligne des côtes
américaines, & conduire par une voie plus courte à ces iles des épices,
objet de tant de convoitises rivales.

François 1er mit en 1523 aux ordres du florentin Jean Verrazzano quatre
navires pour aller à la recherche d'un tel passage & prendre possession
des terres où il serait possible de le rencontrer. Mais une tempête fit
avorter les premières tentatives; les vicissitudes de la guerre & de la
mer ne laissèrent au navigateur la faculté d'effectuer son exploration
que dans une seconde campagne & avec une seule nef, la Dauphine sur
laquelle il partit définitivement de Madère le 17 janvier 1524 pour
aller atterrir à la fin de février vers 34° de latitude, sur une côte
inconnue qu'il longea l'espace de cinquante lieues en tirant au sud sans
y découvrir aucune baie; ce qui lui fit reprendre la bordée du nord, &
suivre ensuite le littoral à l'est & au nord-est jusqu'au parallèle de
41° 40' descendant à terre par intervalles, pour reconnaître le pays, où
la vigne croissait en abondance, & les habitants, dont le teint était
généralement foncé & les moeurs hospitalières; il rencontra enfin une
belle a grande rivière, aux eaux profondes, aux pittoresques rivages
(le Hudson), d'où un orage soudain le força de s'éloigner à son grand
regret, pour ne s'arrêter qu'après une course de quatre-vingts lieues
encore droit à l'est, où il rencontra une ile triangulaire semblable
à celle de Rhodes, qu'il appela Louise, du nom de la mère du roi de
France, & derrière laquelle s'ouvrait une baie commode; Narraganset
habitée par une population beaucoup plus blanche que toutes les autres &
qui lui fit l'accueil le plus cordial. Après avoir joui pendant quinze
jours de cette gracieuse hospitalité, il reprit sa route le 6 mai,
longeant une côte qui s'élevait progressivement & se couvrait de bois
touffus habités par un peuple brun & farouche, puis une terre nue &
rocheuse bordée d'un grand nombre d'iles; jusqu'à ce qu'arrivé à 50° de
latitude, ayant consommé toutes ses munitions & ses vivres, il revint en
France, & écrivit en rade de Dieppe le compte-rendu de son voyage, qu'il
adressa au roi le 8 juillet 1524.

On raconte que dans une expédition ultérieure aux mêmes parages,
Verrazzano étant descendu à terre sans assez de précaution, fut saisi
par les sauvages, & servit de pâture à un horrible festin. Avait-il
immédiatement reçu de François Ier une nouvelle mission, on ne sait.
D'autres soucis étaient venus absorber les pensées du monarque, & le
prisonnier de Pavie n'eut bientôt plus le loisir de songer de long-temps
à la poursuite de ses projets d'établissement outremer.

X

L'Espagne, au contraire, triomphait, & pendant que Fernand Cortez
adressait de Mexico, le 18 octobre 1524, à l'empereur Charles-Quint, un
rapport où il développait l'idée de faire explorer à la fois la côte
atlantique depuis la Floride jusqu'aux Bacalaos, & la côte opposée sur
l'Océan pacifique, pour trouver le secret de ce passage que Verrazzano
était allé découvrir; un pilote portugais au service de l'Espagne,
déserteur de l'expédition de Magellan & repoussé de celle de Loaysa,
Etienne Gomes de Porto, obtenait à Séville, à la fin de cette même
année, l'autorisation d'aller explorer aussi, sur les traces de
Verrazzano, le littoral compris entre la Floride & les Bacalaos. Le
comte Fernand d'Andrade, le docteur Beltram, le riche Chistophe de Haro,
lui armèrent un petit navire avec lequel il partit de la Corogne au
commencement de 1525, alla toucher à Cuba & à la pointe de la Floride,
& remontant au nord, explora particulièrement la côte comprise de 40°
à 41° de latitude, un peu en-deçà & un peu au-delà, y enleva un grand
nombre d'habitants pour en faire des esclaves, poussa ensuite sa
navigation, à ce qu'on dit, jusqu'au cap Ras, & revint, après une
absence de dix mois, désarmer à la Corogne, d'où il se rendit à Tolède
en novembre, précédé de la fausse nouvelle qu'il apportait du girofle,
tandis qu'il n'amenait en réalité que des esclaves: méprise née d'un
jeu de mots involontaire qui avait substitué clavos à esclavos. Et les
cosmographes espagnols donnèrent le nom de Tierra de Estévan Gomez à
la contrée qu'il avait reconnue & pillée, entre celle du licencié Luc
Vasquez de Ayllon & les pêcheries bretonnes.

XI.

Les Anglais de leur côté renouvelèrent leurs tentatives: un riche
commerçant de Bristol établi à Séville, fils de l'un des associés de
Hugues Elyot dans l'armement de 1503 pour Terre-Neuve, Robert Thorne,
qui venait de prendre un intérêt matériel considérable dans l'entreprise
de Sébastien Cabot par le sud en 1526, adressait peu de temps après au
roi Henri VIII, un mémoire pour signaler à son attention l'avantage que
l'Angleterre aurait sur les Espagnols & les Portugais si elle
découvrait un passage par le nord-ouest vers les îles aux épices; & sur
l'invitation du révérend Edouard Lee, envoyé de Henri VIII auprès
de Charles-Quint, il remettait à cet ambassadeur des considérations
étendues & développées, pour le même objet.

Quelle qu'ait pu être l'influence de ces écrits sur les déterminations
royales, toujours est-il que deux navires, le Samson & la Mary de
Guilford, quittant la Tamise le 20 mai 1527, & partant définitivement de
Plymouth le 10 juin, sous le commandement de Jean Rut, firent voile vers
le nord jusqu'au 1er juillet, qu'ils furent assaillis dans la nuit par
un violent orage; la tempête les sépara, & fit probablement sombrer le
Samson, qui ne reparut plus; deux jours après par 53° de latitude, la
Mary, drossée par les glaces redescendait vers 52° elle aperçut la
terre; elle atteignit un havre bien abrité, & s'y arrêta dix jours pour
faire de l'eau. Comme, au départ des deux navires, le rendez-vous
avait été donné en cas de séparation accidentelle, au cap de Sper de
Terre-Neuve, où l'on devait s'attendre mutuellement durant six semaines,
Rut gouverna au sud pour s'y rendre, & vint mouiller le 3 août dans la
baye de Saint-Jean, où il trouva onze navires de pêche normands, un
breton & deux portugais; de là il écrivit au roi pour lui rendre compte
des évènements, pendant que le mathématicien de l'expédition, Albert de
Prato, chanoine de Saint-Paul de Londres, écrivait de son côté, le 10
août, au cardinal Wolsey légat du saint-siége.

C'est chez les historiens espagnols des Indes occidentales qu'il faut
chercher les traces ultérieures de cette expédition avortée: on y trouve
signalée l'apparition, aux Antilles, d'un navire anglais, armé en même
temps qu'un autre pour aller par le nord au pays du grand khan, séparé
de son compagnon par la tempête, arrêté dans sa route par les glaces,
redescendu aux Bacalaos où il avait rencontré jusqu'à cinquante
bâtiments de pêche espagnols, français & portugais, ayant vu son pilote
(un piémontais, peut-être précisément ce même Albert de Prato dont
il vient d'être question) massacré par les sauvages sur une côte
inhospitalière, venu ensuite le long du littoral jusqu'à la rivière de
Chicora, de là gagnant la Jamaïque, repoussé de Saint-Domingue à coups
de canon, & reprenant enfin la route d'Angleterre.

Les souvenirs que Hakluyt put recueillir long-temps après de la bouche
de quelques contemporains, c'est que le navire parti de la Tamise le 10
mai 1527 était rentré au port vers le commencement d'octobre de la même
année.

XII

Quand la paix de Cambrai eut rendu à François 1er le loisir d'aviser
à l'administration de son royaume, il put reprendre ses desseins
d'exploration & d'établissement dans le nouvel hémisphère: c'était un
moyen encore de lutter contre son hautain & trop heureux rival. Il
accueillit donc avec faveur la demande qu'un capitaine de navire de
Saint-Malo, Jacques Cartier, adressait en 1533 à Philippe de Chabot,
seigneur de Brion, comte de Buzançois & de Charny, amiral de France,
d'être envoyé au compte du roi pour continuer l'entreprise de découverte
& de colonisation confiée neuf ans auparavant à Jean Verrazzano.

Deux navires, du port de soixante tonneaux, ayant chacun soixante &
un hommes d'équipage, furent en conséquence mis sous ses ordres; & le
vice-amiral Charles de Mouy, seigneur de la Meilleraye, ayant pris au
nom du roi le serment de tous les gens de l'expédition, elle partit
de Saint-Malo le 20 avril 1534, & vint atterrir le 10 mai suivant à
Terre-Neuve, près du cap Boavista, mouillant ä cinq lieues de là vers
le sud, dans un port qui reçut le nom de Sainte-Catherine; on remonta
ensuite la côte vers le nord pour entrer dans le golfe des
Châteaux, c'est-à-dire le détroit actuel de Belle-Isle, & le nom de
Sainte-Catherine (qui était peut-être celui d'un des navires) reparut
une seconde fois pour désigner l'île même qui signale cette ouverture.

A partir de ce point, Cartier longea vers l'ouest la côte méridionale
du Labrador, jalonnant çà & là sa route de quelque nom breton, tel que
Brest ou Saint-Servan, au milieu de beaucoup d'autres, jusqu'à la baie
de Shecatica, qui sut appelée port de Jacques Cartier. Comme le golfe
allait s'élargissant de plus en plus, il voulue en reconnaître la rive
opposée, & il vint aborder au cap Double, la pointe Riche de nos jours,
pour descendre ensuite la côte jusqu'à un cap qu'on atteignit le 24 juin
& qu'on appela pour cette raison cap de Saint-Jean, aujourd'hui cap
de l'Anguille. De là, tournant à l'ouest, on toucha successivement
à diverses iles, à l'une desquelles fut laissé le nom de Brion, en
l'honneur du grand-amiral qui avait patronné l'expédition, & l'on arriva
au fleuve des Barques (la rivière Miramichi); on remonta en suite au
nord en explorant la baie des Chaleurs, dont l'entrée est signalée au
delà par le cap de Prato (aujourd'hui cap Farillon), où l'on serait
tenté de chercher un souvenir du pilote piémontais massacré dans
l'expédition anglaise de 1527. Puis, coupant le détroit de Saint-Pierre
(entre Gaspé & Anticosti) on regagna les terres septentrionales près de
la résidence du chef sauvage Tiéno, au cap actuel de Montjoli, & prenant
désormais à l'est pour s'en retourner, on franchit de nouveau le détroit
de Belle-Isle le jour de l'Assomption, & l'on rentra à Saint-Malo le 5
septembre.

XIII

Le rapport que fit aussitôt Cartier, des résultats de ce premier voyage,
fut très-bien accueilli, & dès le 30 octobre suivant le grand-amiral lui
faisait expédier, sous son propre seing, une nouvelle commission «du
voulloir & commandement du Roy, pour conduire, mener, & employer
troys navyres équippez & advitaillez chascun pour quinze mois, au
parachèvement de la navigation... jà commencée à descouvrir oultre les
terres neusves, & en iceluy voyage essayer de faire & accomplir ce qu'il
a plu à mondit seigneur... commander & ordonner.»

Cartier ayant tout disposé pour l'exécution de sa nouvelle mission,
partit de Saint-Malo le 19 mai 1535, &, contrarié par les vents dans sa
traversée, n'arriva que le 7 juillet à l'isle aux Oiseaux, d'où il se
rendit au détroit de Belle-Isle pour y attendre ses deux conserves, qui
le rejoignirent le 26 juillet; il prit alors à l'ouest vers le cap de
Tiéno, où il était le 31 juillet, poursuivit la même route jusqu'au 10
août, à l'entrée de la rivière actuelle de Saint-Jean, qu'il appela
baie de Saint-Laurent, en l'honneur du patron du jour; & allant ensuite
visiter la grande île de Natiscotec (ou Anticosti, comme prononce le
vulgaire) il y aborda le 15 août & lui donna en conséquence le nom de
l'Assomption.

Du côté du sud elle faisait face au pays de Honguedo, où commençait
la grande rivière conduisant à Canada & à Hochelaga, qu'il résolut de
remonter, en reprenant son exploration de la rive septentrionale depuis
la baie de Saint-Laurent. Il rencontra d'abord sept iles qu'il appela
les iles Rondes, puis les îles du Bic auxquelles il donna le nom d'îlots
de Saint-Jean; le 1er septembre il reconnut l'entrée de la grande
rivière de Saguenay & les deux iles (l'île Blanche & l'ile Rouge) qui
lui font face. Poursuivant sa route, il s'arrêtait le 6 septembre sur
une île couverte de coudriers, laquelle conserve encore le nom d'ile aux
Coudres qu'il lui donna, & le lendemain il atteignit un amas d'iles, où
commençait le pays de Canada. La plus grande était chargée de vignes, ce
qui la lui fit appeler d'abord ile de Bacchus; mais il préféra ensuite
le nom d'île d'Orléans, qui lui est resté. Au bout se trouvait un
endroit convenable pour le mouillage de ses navires: il s'y arrêta le 14
septembre, jour de l'Exaltation de la Sainte-Croix, dont ce lieu prit
le nom; c'est la rivière Saint-Charles d'aujourd'hui. Tout auprès était
Stadacone, résidence royale du chef de Canada, remplacée maintenant par
la ville de Québec, dont le faubourg Saint-Jean est assis précisément à
l'endroit où gisait l'ancienne capitale des sauvages.

Après avoir pourvu à la sûreté de ses navires dans le havre de
Sainte-Croix, Cartier résolut de pousser sa reconnaissance dans le haut
du fleuve jusqu'à Hochelaga avec le plus petit des trois bâtiments &
les embarcations. Parti le 19 septembre, il navigua sans interruption
jusqu'au 28, qu'il atteignit les domaines du chef Ochelay, à l'entrée
d'une rivière où le courant était rapide & dangereux (la rivière
Richelieu d'aujourd'hui), & bientôt après un grand lac formé par
l'élargissement du fleuve (le lac Saint-Pierre actuel); là il lui fallut
laisser le navire pour continuer de remonter avec les embarcations
seules, & le 20 octobre on arrivait à Hochelaga, au-dessous des rapides
impétueux appelés aujourd'hui le courant de Sainte-Marie. La capitale
était assise au pied d'une montagne bien cultivée, qui reçut le nom
de Mont-Royal, lequel s'est perpétué à la même place sous la forme de
Montréal, ainsi qu'on appelle maintenant le chef-lieu du Haut-Canada.

En redescendant le grand fleuve, il remarqua, le 7 octobre, un affluent
de la rive septentrionale dont l'entrée était signalée par quatre
petites îles boisées, & auquel il donna le nom de Fouez (c'est-à-dire
de Foix), qu'a remplacé celui de Trois-Rivières. Quatre jours après il
rentrait au havre de Sainte-Croix, où les matelots des deux navires
restés au mouillage avaient pendant son absence élevé un fort. Il y
passa tout l'hiver, très-maltraité par le scorbut, qui lui enleva
vint-cinq de ses compagnons, & aurait fait de plus grands ravages si les
indigènes ne lui eussent enseigné un remède souverain dans la décoction
des feuilles & de l'écorce d'épinette blanche ou de pesse du Canada
(pinus alba de Linné). Enfin, le 6 mai 1536, il appareilla pour
retourner en France, abandonnant la carcasse d'un de ses navires, faute
de monde pour le réarmer. Les restes en ont été retrouvés dans la vase
par les habitants de Québec, le 26 septembre 1843, & quelques fragments
en ont été envoyés, comme une précieuse relique, au musée de Saint-Malo.

Le 21 mai Cartier reconnaissait Honguedo, puis le cap de Prato, d'où il
gagnait l'île de Brion, & le 1er juin, prenant au sud-est, il touchait
successivement à deux pointes de terre qu'il appela le cap de Lorraine
& le cap de Saint-Paul, au nord & à l'est de l'ile du cap Breton; il
abordait ensuite à Terre-Neuve dans une anse qu'il appela le havre du
Saint-Esprit, & qui n'est autre que le port aux Basques de nos jours:
puis il rangeait la côte jusqu'aux îles de Saint-Pierre, où il rencontra
plusieurs navires français, & prenant enfin le large au sortir du hâvre
de Rognouse ou baie des Trépassés, il rentrait à Saint-Malo le 16
juillet suivant.

XIV

Pendant que Cartier faisait sa traversée de retour, il se croisait
avec une expédition anglaise composée de deux navires, la Trinité & le
Mignon, montés par une association de gens distingués tenant à la cour
& à la magistrature, réunis sous la direction de maître Hore, homme de
grand courage & fort adonné à l'étude de la cosmographie, pour aller
tenter des découvertes dans le nord-ouest: partis de Londres à la fin
d'avril 1536, ils mirent plus de deux mois à atteindre le cap Breton,
d'où ils gagnèrent l'île aux Pingouins, & s'élevèrent ensuite fort avant
dans le nord, au milieu des glaces; mais la disette de vivres devint
telle parmi eux, qu'ils étaient réduits aux dernières extrémités quand
apparut un navire français bien approvisionné; ils parvinrent à s'en
emparer par la ruse, & s'esquivèrent aussitôt pour retourner en
Angleterre, où ils arrivèrent à la fin d'octobre, & ne purent être
rejoints que plusieurs mois après par les Français qu'ils avaient
dépouillés, & que le roi Henri VIII prit le parti d'indemniser de ses
propres deniers.

En France, où Cartier avait ramené quelques sauvages canadiens, on
s'occupait de les instruire, afin de trouver en eux des interprètes &
des auxiliaires pour la civilisation de leurs compatriotes: ils furent
baptisés le 25 mars 1538; mais le changement de climat leur devint
funeste, & ils moururent tous sauf un seul (une jeune fille) avant qu'on
pût tirer d'eux aucun service. Malgré ce désappointement, une nouvelle
expédition fut résolue par l'intervention active d'un gentilhomme
picard, Jean-François de la Roque sieur de Roberval, que le roi, par
lettres du 15 janvier 1540, nomma son lieutenant général ès terres
neufves de Canada, Hochelaga & Saguenay & autres circonvoisines.
Des lettres royales, données à Saint-Prix le 17 octobre suivant,
instituèrent Jacques Cartier capitaine général & maître pilote de tous
les navires & vaisseaux qui seraient envoyés pour cette entreprise.

Cinq navires jaugeant ensemble quatre cents tonneaux ayant été
convenablement disposés en conséquence, Cartier partit de Saint-Malo
le 23 mai 1541, laissant en France Roberval, qui devait le rejoindre
bientôt avec le complément du matériel destiné à la fondation de
l'établissement projeté. Cartier se trouvait le 23 août au hâvre de
Sainte-Croix; mais il préféra pour l'hivernage de ses vaisseaux un autre
endroit à quatre lieues plus loin, à l'entrée d'une rivière près du cap
Rouge, où il construisit un fort & des magasins, auxquels il donna le
nom de Charlesbourg royal; après quoi il renvoya en France deux de ses
navires, sous les ordres de Macé Jalobert son beau-frère, & d'Etienne
Noël son neveu, qui partirent le 2 septembre. Il alla lui-même
reconnaître au-dessus de Hochelaga les sauts ou rapides qui barrent le
cours du fleuve, revint hiverner au fort, & n'ayant aucune nouvelle de
Roberval à la fin de Mai 1542, il prit le parti de s'en retourner en
France. Ayant relâché au havre Saint-Jean, sous le cap Double, il y
rencontra Roberval qui arrivait enfin avec deux navires, mais il se
refusa à remonter avec lui, & vint désarmer à Saint-Malo, où on le voit,
le 21 octobre, tenir sur les fonts baptismaux la tille du lieutenant de
Roi gouverneur de cette ville.

A quelque temps de là, sur l'ordre du Roi, qui rappelait Roberval en
France, Cartier partit de rechef de Saint-Malo au printemps de 1543
pour aller chercher les restes de cette expédition avortée, & rentra
définitivement à Saint-Malo après une absence de huit mois.

Et l'idée d'un établissement français au Canada demeura désormais
abandonnée pendant plus d'un demi-siècle.

XV

Après cette revue de toutes les navigations européennes vers les rivages
transatlantiques du nord-ouest, depuis les plus anciennes traditions qui
nous soient parvenues, jusqu'à la dernière de celles où figure le nom de
Jacques Cartier, il ne nous reste que peu de mots à dire sur la personne
du célèbre pilote malouin, & sur les lambeaux qui ont été recueillis de
ses relations.

Un vieux marin de Saint-Malo, plein de zèle & de patriotisme, Charles
Cunat, avait recouvré la vigoureuse ardeur de ses jeunes années, pour
fouiller les archives de toute sorte qui se pouvaient trouver à sa
portée dans sa chère ville natale; & ce qu'il n'y a point découvert,
nul autre sans doute ne l'y saurait rencontrer. Aussi loin qu'il a
pu remonter dans les actes de l'état-civil qui existent encore, il a
entrevu un Jehan Cartier, qui de son mariage avec Guillemette Baudoin
avait eu six enfants, dont l'aîné, Jamet ou Jacques, né le 4 décembre
1458, eut à son tour, de son mariage avec Jesseline Jansart, un fils
né le 31 décembre 1494, lequel n'est autre que le célèbre navigateur
Jacques Cartier, marié lui-même en 1519 avec Catherine des Granches,
fille de Jacques des Granches connétable de la ville & cité de
Saint-Malo, mais de laquelle il n'eut point de postérité.

Après qu'il eut renoncé à la navigation, il habitait pendant l'hiver,
dans la ville de Saint-Malo, une maison située «jouxte l'hôpital
Saint-Thomas», mais dont il ne reste depuis longtemps aucun vestige;
l'été il se retirait dans le domaine seigneurial de Limoilou, au village
ainsi appelé, où son château conserve encore le nom de Portes Cartier.

Il avait eu à soutenir, après le retour de Roberval, une instance
dans laquelle on lui demandait compte des deniers dont il avait eu la
disposition pour l'entreprise commune: il fut reconnu qu'il y avait mis
plus qu'il n'avait reçu, & la sentence du tribunal d'Amirauté, du 21
juin 1544, lui donna gain de cause sur tous les points.

On perd sa trace après l'année 1552, & l'on en conclut qu'il décéda
probablement avant d'atteindre sa soixantième année.

XVI

Rédigea-t-il lui-même les relations des diverses expéditions qu'il avait
conduites au Canada! On peut le penser, bien qu'il y soit toujours
question de lui à la troisième personne, à la manière dont il est parlé
de Jules César en ses immortels Commentaires. Dans tous les cas, le
rédacteur a évidemment fait partie de chacune des expéditions racontées.

Un celebre collecteur italien, qui s'était procuré diverses relations
françaises dont il ne nous reste aujourd'hui rien autre chose que la
version qu'il en a publiée, Ramusio, avait recueilli celle du premier
voyage de Cartier, & c'est uniquement dans sa précieuse collection,
ainsi que nous l'ayons rappelé dès le début, qu'il faut aller reprendre,
sous son déguisement étranges, Un récit qui est pour nous d'un si grand
intérêt. Cette version italienne, parue pour la première fois à Venise
en 1556, y sut reproduite dans les réimpressions de 1565, 1606 et 1613,
Elle fut retraduite en français pour être ainsi publiée à Rouen en 1598,
chez Raphaël du Petit-Val, libraire & imprimeur du Roi, en un volume
petit in-8° de 64 pages, sous ce titre: Discours du voyage fait par le
capitaine Jacgues Cartier aus terres neufves de Canadas, Norembergue,
Hochelage, Labrador, & pays adjacens, dite Nouvelle France, avec
particulières meurs, langage & cérémonies des habitans d'icelle.
Lescarbot la réimprima avec une médiocre exactitude dans son Histoire
de la Nouvelle-France (livre III, chapitres II à V), dont il y a quatre
éditions, aux dates de 1609, 1611, 1617 & 1618. Les Archives des voyages
de Ternaux-Compans l'ont reproduite en 1840 avec plus de scrupule, dans
leur première livraison (pages 117 à 153). Enfin la Société littéraire
& historique de Québec l'a comprise à son tour dans un volume de
réimpressions consacré aux Voyages de découverte au Canada entre les
années 1534 & 1542, publié à Québec en 1843, & dont ce morceau occupe
les vingt-trois premières pages; malheureusement les inexactitudes de
Lescarbot n'y ont pas toutes été rectifiées.

Ainsi que nous l'avons dit aussi dès le début, C'est au collecteur
anglais Richard Hakluyt d'Oxford, que nous sommes redevables de nous
avoir conservé, dans une version anglaise, les fragments mutilés qu'il
avait pu se procurer pendant son séjour en France (de 1584 à 1588)
concernant le troisième voyage de Cartier: c'est d'abord la relation,
non achevée, du navigateur; puis une lettre de son petit-neveu Jacques
Noël, écrite de Saint-Malo le 19 juin 1587, & un fragment d'une seconde
lettre du même, constatant que toutes les recherches faites dans la
famille pour retrouver une relation plus complète étaient demeurées sans
résultat. Hakluyt a imprimé la suite, toujours en anglais, le routier du
voyage depuis Belle-Isle jusqu'à 230 lieues en amont de la rivière de
Canada, rédigé par Jean Allefonsce, de Sainte-Onge près Cognac, maître
pilote de Roberval en 1542; & enfin la relation de Roberval lui-même,
non achevée il est vrai, mais conduite jusqu'au 22 juillet 1543, date
probablement peu éloignée de celle où Cartier vint le rechercher d'après
les ordres du roi. Hakluyt avait donné en 1600 le volume qui contient
l'édition originale de ces pièces (pages 232 à 242); elles se trouvent
naturellement reproduites dans la réimpression de 1812. La Société
littéraire & historique de Québec a repris dans Hakluyt tous ces
lambeaux pour les retraduire en français & les insérer en 1843 dans le
volume que nous avons mentionné plus haut.

XVII

Quant à la relation du second voyage, qui nous intéresse plus
spécialement ici, elle est, comme on sait, la seule dont nous possédions
la rédaction française originale; il en existe une édition, imprimée à
Paris en 1545, en un volume de 48 feuillets petit in-8°, d'une
telle rareté que les bibliographes n'en connaissent en Europe qu'un
exemplaire. Une reproduction scrupuleuse & figurée de cet exemplaire
unique a tenté le zèle d'un éditeur fort habitué à la recherche & au
maniement des livres curieux; & voilà comment a pris naissance l'édition
d'amateur en tête de laquelle doit se placer l'introduction dont nous
écrivons en ce moment la dernière page.

Ce volume introuvable, qui échappait à toutes les recherches, était si
peu connu, que l'on n'avait même qu'une très-fausse idée de ce qu'il
contenait, & la Société littéraire & historique de Québec en 1843, aussi
bien que M. Ternaux-Compans en 1841, le considéraient comme la rédaction
française originale de la relation du premier voyage, au lieu du second;
pour celui-ci, on n'en connaissait d'autre publication que celle de
Lescarbot dans son Histoire de la Nouvelle-France (Livre III, chapitres
vi à viii, xii à xviii, & xxii à xxvii) où le voyage de Cartier se
trouve morcelé & entrecoupé de fragments disloqués du voyage de
Champlain.

Mais il existe à Paris, à la Bibliothèque impériale, trois exemplaires
manuscrits de cette même relation de Cartier, sous les n°s 5589, 5644 &
5653: M. Ternaux-Compans ayant eu communication des deux premiers, en
tira une copie, qu'il fit imprimer en 1841 en tête du second volume
de ses Archives des voyages (pages 5 à 66). De son côté la Société
littéraire & historique de Québec: ayant fait prendre copie du troisième
manuscrit, & l'ayant collationné avec les deux autres, ainsi qu'avec les
extraits de Lescarbot, l'a reproduite dans son volume de 1843 (pages 24
à 69).

L'édition originale de 1545 ne saurait être présentée comme exempte
d'incorrections, tant s'en faut: les coquilles typographiques y sont
fréquentes, & l'éditeur d'aujourd'hui aurait peut-être eu lieu d'hésiter
à se montrer si rigoureusement fidèle à la reproduire avec toutes
ses imperfections accidentelles, s'il n'eût trouvé un remède à
l'inconvénient de cette reproduction servile, dans l'attention de
relever avec soin, en appendice à la réimpression actuelle, les
corrections indispensables, avec les variantes non seulement des
manuscrits, mais aussi des fragments de Lescarbot & des éditions de
Ternaux-Compans & de la Société de Québec, dont les lectures ne sont pas
toujours préférables aux leçons de l'édition de 1545.

Cet expédient nous a paru donner à l'édition que voici l'avantage
de conserver intacte, suivant le goût impérieux des bibliomanes, la
physionomie surannée de l'édition primitive, tout en mettant à la
disposition de ceux qui n'attachent à la forme qu'une importance
secondaire, les éléments d'un texte plus correct & plus fidèle que tous
les autres.

Neuilly-sur-Seine, ce 12 août 1863.



[Page 1]

BRIEF RECIT, & succincte narration, de la navigation faicte es ysles
de Canada, Hochelage & Saguenay & autres, avec particulieres meurs,
langaige, & cerimonies des habitans d'icelles: fort delectable à veoir.

[Illustration]
Avec privilege.

On les vend à Paris au second pillier en la grand salle du Palais, &
en la rue neufve Nostredame à l'enseigne de lescu de france, par Ponce
Rosset dict Faucheur, & Anthoine le Clerc frères. 1545.



A MONSEIGNEVR
Le Prevost de Paris ou son lieutenant civil. supplient
treshumblement Ponce Rosset dict le Faucheur, & Anthoine le Clerc freres
& libraires de ceste ville de Paris, qu'il vous plaise leur donner la
permission de imprimer & vendre, ung livre, intitulé Briefve & succincte
narration de la navigation, faicte es ysles de Canada & autres choses
y contenues: Pour lequel imprimer leur convient faire gros fraiz &
despens, dont ilz pourroient estre frustrez, ensemble de leurs labeurs,
s'il estoit permys à tous de l'imprimer. Ce considéré il vous plaise &
ordonner que desfences soient faictes à tous libraires & imprimeurs de
la ville & prevoste de Paris, de ne imprimer icelluy livre, ny de en
vendre d'autre que de l'impression desdictz supplians, jusques à quatre
ans finiz & acrompliz, sur peine de confiscation desdictz livres &
d'amende arbitraire, Et vous ferez bien.

Il est permys ausdictz suppliens, avec les desfences à tous autres, de
ne imprimer le dict voyage pour le temps & espace de trois ans. Faict le
dernier jour de Febvrier, Mil cinq cens quarante quatre.

Ainsi signé, I. Morin.

[Page 2].



_AU ROY Treschretien_.

_Considerant, O mon tres-redoubté prince, les grandz bien & don de grace
qu'il a pleu à Dieu le Createur faire à ses creatures: Et entre lex
autres de mettre & asseoir le soleil, qui est la vie & congnoissance de
toutes icelles, et sans lequel nul ne peult fructifier ni generer en
lieu & place ou il a son mouvement, & declination contraire, & non
semblable es autres planettes. Par lesquelz mouvement & declinaison,
toutes creatures estans sur la terre en quelque lieu & place qu'elles
puissent estre, en ont, ou en peuvent avoir en lan dudict soleil, qui
est 365 jours et six heures, Autant de veue oculaire les ungs que les
autres, non qu'il soit tant chault & ardant es ungs lieux, que es autres
par ses raiz & reverberations, ny la division des jours & nuictz
en pareille esgalleté: Mais suffit qu'il ayt de telle forte & tant
temperement que toute la terre est ou peult estre habitee en quelque
zone, climat, ou paralelle que ce soit: Et icelles avecques les eaues,
arbres, herbes, & toutes autres creatures de quelques genres ou especes
qu'elles soient par l'influence d'iceluy soleil, donner fruictz &
generations selon leur nature par la vie & nourriture des creatures
humaines. Et si aucuns vouloient dire le contraire de ce que dessus, en
alleguant ledict des saiges philosophes du temps passé, qui ont escript
& faict division de la terre par cinq zones, dont ilz dient & afferment
trois inhabitées. Cest assavoir la zone torride, qui est entre les deux
tropiques ou solstices, qui passe par le zenic des testes des habitans
[Page 3] d'icelle: Et les deux zones artique & entartique pour la grande
froideur qui est en icelle, à cause du peu d'eslevation qu'ilz ont
dudict soleil & autres raisons: le confesse qu'ilz ont escript de la
maniere, & croy fermement qu'ilz le pensent ainsi, & qu'ilz le treuvent
par aucunes raisons naturelles, ou ilz prenoient leur fondement, &
d'icelluy se contenfoient seulement sans aveuturer n'y mectre leurs
personnes es dangiers, esquelz ilz eussent peu ancheoir à cercher
l'experience de leur dire, Mais je dictz pour ma replique que le prince
d'iceulz philosophes a laissé parmy les escriptures ung mot de grande
consequence, qui dict que,_ Experientia est rerum magistra_; par
l'enseignement duquel j'ay osé entreprendre de adresser à la veue de
vostre magesté royalle, cestuy propos en maniere de prologue, de ce
myen petit labeur: Car suyvant vostre royal commandement. Les simples
mariniers de present non ayans eu tant de craincte d'eulz mectre à
l'advanture d'iceulx perilz & dangiers qu'ilz ont eu, & ont desir
de vous faire treshumble service à l'augmentation de la saincte foy
chrestienne, ont congneu le contraire d'icelle opinion des philosophes
par vraye experience. Je allegue ce que devant, parce que je regarde
que le soleil qui chascun jour se lieve à l'orient, & se reconce à
l'occident, faict le tour & circuit de la terre, donnant lumiere &
chaleur à tout le monde en vingt quatre heures, qui est ung jour
naturel, sans aucune interruption de son mouvement & cours [Page 4]
naturel. A l'exemple duquel je pense à mon foible entendement, & sans
autre raison y alleguer, qu'il plaist à Dieu par sa divine bonté que
toutes humaines creatures estans & habitans soubz le globe de la terre,
ainsy qu'elles ont veue, & congnoissance d'icelluy soleil ayt & ayent
pour la temps avenir congnoissance & creance de nostre saincte foy: Car
premierement icelle nostre saincte foy a esté semée & plantee à la terre
saincte, qui est en Asye à l'orient de nostre Europe: Et depuis par
succession de temps apportee & divulguee jusques à nous, & finalement à
l'occident de nostredicte Europe à l'exemple du dict soleil portant sa
chaleur & clarté d'orient en occident comme dict est. Et pareillement
aussy avons veu icelle nostre saincte foy, par plusieurs fois à
l'occasion des meschans heretiques & faulz legislateurs, eclipses en
aucuns lieux: & depuis soubdainement reluyre & monster sa clerté plus
appertement que auparavant. Et maintenant encores à present voyons comme
les meschans lutheriens apostatz & imitateurs de Mahomet, de jour en
autre s'efforcent de icelle opprimer, & finablement du tout estaindre,
si Dieu & les vrays suppostz d'icelle n'y donnent ordre par mortelle
justice, ainsy qu'on veoit faire chascun jour en voz pays & royaulme,
par le bon ordre & police que y avez mys. Pareillement aussi veoit on,
comme au contraire d'iceulx enfans de Sathan les paovres chrestiens &
vrays pilliers de l'Esglise catholique s'efforcent d'icelle augmenter &
accroistre, ainsi que a faict le catholique Roy d'Espaigne, es [Page 5]
terres qui par son commandement ont esté descouvertes en l'occident de
ses pais & royaulmes, lesquelles auparavant nous estoient incognues,
estranges, & hors de nostre foy: Comme la neufve Espaigne, Lisabelle,
terre ferme, & autres ysles ou on a trouvé innumerable peuple, qui a
esté baptisé & reduict en nostre tres saincte foy.

Et maintenant en la presente navigation faicte par vostre royal
commandement en la descouverture des terres occidentales, estans soubz
les climats & paralelle de voz pays & royaulme, non auparavant à vous
n'y à nous congneuz, pourrez veoir & scavoir la bonté & fertilité
d'icelles, innumerable quantité de peuples y habitans la bonté &
paisibleté d'iceulx, Et pareillement la fecondité du grant fleuve qui
descend & arrose le permy d'icelles voz terres, qui est le plus grant
sans comparaison que on sache jamais avoir veu. Les quelles choses
donnent à ceulx qui les ont veues, certaine esperance de l'augmentation
future de nostre dicte saincte foy & de voz seigneuries & nom tres
chrestien, ainsi qu'il vous plaira veoir par cestuy present petit livre:
Auquel sont amplement contenues toutes choses dignes de memoire,
que avons veues, & qui nous sont advenues tant en faisant ladicte
navigation, que estans & faisans sejour en vosdictz pays & terres_.



Le dimenche jour & feste de la Penthecoste seziesme jour de [Page 6]
May, en lan mil cinq cens trente cinq du commandement du cappitaine &
bon vouloir de tous, chascun se confessa, & recusmes tous ensemblement
nostre createur en lesglise cathédrale de sainct Malo. Apres lequel
avoir reçu, feusmes nous presenter au cueur de ladicte eglise, devant
reverend pere en Dieu monsieur de sainct Malo, lequel en son estat
episcopal nous donna sa benediction.

Et le mercredy ensuivant dix neufiesme jour de May, le vent vint bon
& convenable, & appareillasmes avec trois navires, Scavoir la grand
Hermine du port, environ cent a six vingtz tonneaulz, ou estoit le
cappitaine general, & pour maistre Thomas frosmond, Claude du pond
briand, filz du seigneur de Montreueil & eschansson de monseigneur le
Daulphin, Charles de la Pommeraye, Jehan poullet & autres gentizlhommes.
Le second navire, nommé la petite Hermine du port, environ soixante
tonneaulz; Estoit cappitaine soubz le dict cartier Mace jalobert, &
maistre Guillaume le mariè. Et au tiers navire nommé l'Emerillon du port
de environ quarante tonneaulz, en estoit cappitaine Guillaume le breton,
& maistre Jacques maingart. Et navigasmes avec bon temps jusques au 20,
jour dudict moys de May, que le temps se tourna en yre & tourmente, qui
nous a duré en ventz contraire & serraisons, autant que navires qui
passassent jamais la mer, eussent sans amendement: Tellement que le
vingt cinqiesme jour de Juing par le dict mauvais temps & serraison,
nous entreperdismes tous trois, sans que nous ayons eu nouvelles les
ungs des autres jusques à la terre neufve; la ou nous avions lymité nous
trouver tous en ensemble, & depuis nous estre entreperduz, avons esté
avec la nef generalle par la mer de tous ventz contraires, jusques au
septiesme jour du moys de Juillet, que nous arrivasmes à la dicte terre,
neufve, & prismes terre à l'isle aux oyseaulx: laquelle est à quatorze
lieues de la grand terre, quelle ysle est si tresplaine d'oyseaulx, que
tous les navires de France y pourraient facilement charger, sans que on
s'apperceust que l'on en eust tiré, & la en prinsmes deux barques pour
partie de noz victailles: Icelle ysle est en leslevation du pole en. 49
degrez, 40 mynutes. Et le huictiesme dudict moys, nous appareillasmes
de ladicte ysle, & avec bon temps vinsmes au hable du blanc [Page 7]
sablon estant à labbaye des chasteaulx le XVe jour dudict moys, qui
est le lieu ou nous debuoyns rendre: Auquel lieu feusmes attendans noz
compaignons jusques au vingt sixiesme dudict moys, lequel jour ilz
arrriverent tous deux ensemble: Et la nous acoustrasmes & prismes eaues,
boys & aultres choses necessaires, & appareillasmes & feismes voylle
pour passer oultre le vingt neufiesme jour dudict moys à l'aube du jour,
& feismes porter le long de la coste du Nort Gisant, est Nordest, &
Ornaist, Surnaist jusques environ les huict heures de soir que meismes
les voylles bas, le travers de deux ysles qui l'avancent plus hors
que les autres que nous nommasmes les ysles Sainct Guillaume. Et sont
environ vingt lieues oultre le hable de Brest: Le tout ladicte coste
depuis les chasteaulz jusques icy gist est Nordest & Ornaist Surnaist
rengee de plusieurs ysles & terres toutes hachee & pierreuse, sans
aucune terre ny boys, fors en aucunes vallees. Le lendemain penultime
jour du dudict moys feismes courir à Ornaist pour avoir congnoissance
d'autres ysles qui nous demouroient environ douze lieues & demye. Entre
lesquelles ysles se faict une couche vers le Nort toute à ysles & grande
voye apparoisantes y avoir plusieurs bons hables, & les nommasmes les
ysles Saincte Marthe; hors lesquelles environ une lieue & demye, à la
mer y a une basse bien dangereuse ou il y a quatre ou cinq testes
qui demeurent le travers desdictes bayes en la rotte d'Est & Onaist
desdictes ysles Saincte Marthe, environ sept lieues: Lesquelles ysles
nous vinsmes querir ledict jour, environ une heure apres midy; & depuis
ledict jour jusques à l'orloge vyrente feismes courir environ quinze
lieues le travers d'ung cap d'ysles basses, que nous nommasmes les ysles
Sainct Germain, au suest duquel environ trois lieues y a une autres
basse fort dangereuse. Et pareillement entre le dict cap Sainct Germain
& Saincte Marthe, y a ung banc hors des dictes ysles environ deux lieues
sur lequel n'y a que quatre brasses. Et pour le dangier de la dicte
coste mismes les voylles bas, & ne feismes porter la dicte nuict.

Le lendemain dernier jour de Juillet, feismes courir le long de la dicte
coste qui gist Est & Onaist cart de Suest, qui est toute rengee d'isles
& basses & coste fort dangereuse; laquelle contient depuis le dict cap
des ysles Sainct Germain, jusques à la fin des ysles environ dix sept
lieues & demye. Et a la fin desdictes ysles, y a une fort belle terre
basse plaine de grandz arbres & haultz: & est icelle coste toute [Page 8]
rengee de sablons sans y avoir aucune apparoissance de hable, jusques
au cap de Thiennot que se rabast, au Nor onaist qui est environ sept
lieues des dictes ysles. Lequel cap congnoissons du precedent voyage. Et
parce feismes porter toute la nuict à Onaist Noronaist jusques au jour
que le vent vint contraire, & feusmes charcher ung havre ou mismes noz
navires, qui est ung bon petit havre, oultre ledict cap Thiennot environ
sept lieues & demye, & est entre quatre ysles sortentes à la mer, noud
le nommasmes le havre Sainct Nicolas, & sur la plus prochaine ysle
plantasmes une croix de boys pour merche. Et fault amener la dicte croix
au Nordest, puis l'aller querir & la laisser de tribort, & trouverez
de perfond six brasses, & se fault donner garde de deux basses qui
demeurent des deux costez à demye lieue hors. Toute ceste dicte coste
est fort dangereuse & plaine de basses: nonobstant qu'il semble y avoir
plusieurs bons hables n'y a que basses & plateys. Nous feusmes au dict
hable depuis le dict jour jusques au Dimenche vii° jour d'Aoust: Auquel
jour appareillasmes & vinsmes querir la terre deca vers le cap de
Rabast, qui est distant du dict hable, environ xx lieues Gisans Nort
Nordest & Susur Onaist. Et le lendemain le vent vint contraire: Et parce
que ne trouvasmes nulz hables à la dicte terre de Su. feismes porter
vers le Nort oultre le precedent hable de environ dix lieues, ou nous
trouvasmes une moult belle & grande baye, plaine d'ysles & bonnes
entrees & passaige de tous les ventz qu'il scavoit faire: Et pour
congnoissance d'icelle baye y a une grand ysle comme ung cap de terre,
qui s'avance plus hors que les autres; Et sur la terre environ deux
lieues, y a une montaigne faicte comme ung tas de bled, nous nommasmes
la dicte baye la baye sainct Laurens.

Le douziesme jour du dict moys nous partismes de la dicte baye sainct
Laurens & feismes porter à Onaist, & vinsmes querir ung cap de terre
devers le Su qui gist environ l'Onaist ung cart de Sur Onaist du
dict hable Sainct Laurens environ vingt cinq lieues. Et par les deux
sauvaiges que avions prins le premier voyage, nous fut dict que cestoit
de la dicte terre devers le Su, & que cestoit une ysle, & que par le Su
d'icelle estoit le chemin à aller de Honguedo ou nous les avions prins
lan precedent à Canada: Et que à deux journees du dict cap & ysle
commenceroit le royaulme de Saguenay à la terre devers le Nort allant
vers le dict Canada, le travers du dict cap environ trois [Page 9]
lieues y a de profond cent brasses & plus. Et n'est memoire de jamais
avoir tant veu de ballaynes que nous vismes celle journee le travers
dudict cap.

Le lendemain jour nostredame d'Aoust quinziesme dudict moys, nous
passasmes le destroict la nuict de devant, & le lendemain eusmes
congnoissance de terres qui nous demouroient vers le Su: qui est une
terre à haultes montaignes à merveilles, Donc le cap susdict de la dicte
ysle que nous avons nommee l'ysle de l'Assumption, & ung cap de dictes
haultes terres gisent Est Nordest & Onaist sur Onaist, & y a entre eulx
vingt cinq lieues, Et veoit on les terres du Nord encores plus haultes
que celles du Su à plus de trente lieues. Nous rangeasmes le dictes
terres du Su depuis ledict jour jusques au mardy que le vent vint
Onaist, & meismes le cap au Nord pour aller querir lesdites haultes
terres que voyons, & nous estans là trouvasmes lesdictes terres unyes &
basses vers la mer, & les montaignes devers le Nort par sus lesdictes
haultes terres gisant icelles terres, Est, & Onaist ung cart de Sur
Onaist. Et par les sauvaiges que avions, nous a esté dict que cestoit
le commencement du Saguenay & terre habitable. Et que de la venoit le
cuyvre rouge qu'ilz appellent caignetdaze. Il y a entre les terres du Su
& celles du Nort, environ trente lieues, & plus de deux cens brasses
de perfond & nous ont lesdictz Sauvaiges certiffié estre le chemin &
commencement du grant Silenne de Hochelaga & chemin de Canada; lequel
alloit tousjours en estroissent jusques à Canada, puis que l'on treuve
l'aue doulce qui va si loing que jamais homme n'auroit esté jusques
au bout qu'ilz eussent ouy, & que autre passaige n'y avoit que par
bateaulx. Et voyant leur dire & qu'ilz affermoient n'y avoir autre
passaige, ne voulut ledict cappitaine passer oultre jusques a avoir veu
le reste de ladicte terre & coste devers le Nort, qu'il avoit obmis de
veoir depuis la Baye saint Laurens pour aller veoir la terre du Su pour
veoir s'il y avoit aucun passaige.


_Comment nostre cappitaine feist retourner les navires en arriere,
jusques a avoir congnoissance de la Baye sainct Laurens pour veoir s'il
y avoit aucun passaige vers le Nort_.

Le mercredy 18e jour d'Aoust, nostre cappitaine feist retourner ses
navires en arriere, & mestre le cap à l'autre bort. Et rangeasmes
ladicte coste du Nort qui gist Nordest & Sur Ornaist faisant ung demy
arc, qui est une terre fort haulte non tant comme celle de Su: [Page 10]
Et arrivasmes le jeudy ensuyvant à sept ysles fort haultes: lesquelles
nous nommasmes les ysles Rondes, qui sont à environ quarante lieues des
terres du Su, & s'avancent hors à la mer trois ou quatre lieues, le
travers desquelles y a ung commencement de basses terres plaines de
beaux arbres; lesquelles terres nous rengeasmes le vendredi avec nos
barques, le travers desquelles y a plusieurs bancqs de sablon ä plus de
deux lieues à la mer, fort dangereux, lesquelz descuevrent de basse mer,
& au bout d'icelles basses terres qui contiennent environ dix lieues,
y a une riviere d'eaue doulce, sortant à la mer, tellement que à plus
d'une lieue d'elle est aussi doulce que eaue de fontaine. Nous entrasmes
en ladicte riviere avecq noz barques, & ne trouvasmes à l'entree
d'icelle que brasse & demye. Il y a dedans ladicte riviere plusieurs
poissons, qui ont forme de chevaulx, lesquels vont à la terre de nuict,
& de jour à la mer, ainsi qu'il nous feut dict par nos deux sauvaiges:
Et de ces dictz poissons veismes grand nombre dedans la dicte riviere.

Le lendemain 2le jour dudict moys au matin à l'aube du jour feismes
voylle & feismes porter le long de la dicte coste, tant que nous eusmes
congnoissance de la reste de la dicte coste du Nort, que n'avions veu, &
de l'ysle de l'Assumption, que nous avions esté querir au partir de la
dicte terre: & lors que nous feusmes certains que ladicte coste estoit
rengee, et qu'il n'y avoit nul passaige, retournasmes à nos navires qui
estoient esdictz sept ysles où il y a bonne radde à dix huict & vingt
brasses de sablon: auquel lieu avons esté sans pouoir sortir n'y faire
voylle pour la cause des bruynnes & ventz contraires qui faisoient
jusques au xxiiii° jour dudict moys que sommes arrivez à ung hable de la
coste du Su, qui est à environ quatre vingt lieues des dictz sept ysles,
qui est le travers de trois ysles plattes, qui sont par le parmy du
fleuve. Et environ le my chemin des dictes ysles & ledict hable devers
le Nort, y a une fort grande riviere, qui est entre les haultes & basses
terres, qui faict plusieurs bancqs à la mer à plus de trois lieues,
qui est ung pais fort dangereux & sont de deux brasses & moins, & à la
creste de iceulz bancqs trouverez xxv & xxx brasses bort à bort, toute
icelle coste du Nort, gist, Nort, Nordest, & Su sur Onaist.

Le hable devantdict ou posasmes qui est à la terre du Su, est hable de
marie & de peu de valleur, nous les nommasmes les Ysleaux [Page 11]
sainct Jehan, parce que nous y entrasmes le jour de la decollation
dudict faict, Et au paravant que arriver audit hable, y a une ysle à
Best d'icelluy environ cinq lieues, ou il n'y à point de passaige entre
terre & elle que par bateaux; le dict hable des ysleaux sainct Jehan
asseche toutes les marees, & y maryne l'eaue de deux brasses: Le
meilleur lieu à mettre navires est vers le Su d'ung petit yslot qui est
au parmy du dict hable bort au dict yslot.

Nous appareillasmes du dict hable le premier jour de septembre pour
aller vers Canada, & environ quinze lieues du dict hable à l'Onaist,
Sur, Onaist y a trois ysles au parmy du fleuve, le travers desquelles y
a une riviere fort perfonde & courante, qui est la riviere & chemin du
royaulme & terre de Saguenay, ainsi que nous a esté dict par nos
deux sauvages du pais de Canada. Et est icelle riviere entre haultes
montaignes de pierre nue, sans y avoir que peu de terre, & nonobstant y
croist grand quantité d'arbres & de plusieurs sortes qui croissent sur
la dicte pierre nue comme sur bonne terre, de sorte qui y avons veu
arbre suffisant à master navire de trente tonneaulx, aussi vert qu'il
soit possible de veoir lequel estoit sur ung rocq sans y avoir aucune
faveur de terre, à l'entrée d'icelle riviere trouvasmes quatre barques
des sauvages, les quelz venoient vers nous en grand peur & craincte, de
sorte qu'il en recueillit une, & lautre approcha pres qu'ilz peurent
entendre l'un de nos sauvages, qui se nomma & feist sa congnoissance, &
les feist venir seurement.

Le lendemain deuxiesme jour du dict septembre, resortismes hors de la
dicte riviere pour faire le chemin vers Canada, & trouvasmes la mares
fort courante & dangereuse, parce que devers le Su de la dicte riviere
y a deux ysles, & l'entour desquelles, à plus de trois lieues n'y a que
deux brasses semees de gros perrons, comme tonneaulz & pippes, & les
marees de ce puantes par entre lesdictes ysles, de sorte que cuydasmes y
perdre nostre gallyon, sinon le secours de noz barques & à la creste
des dictz plateys, y a de perfond trente brasses & plus. Passe ladicte
riviere du Saguenay & les dictes ysles, environ cinq lieues vers le Sur
Onaist, y a une autre ysle vers le Nort, de laquelle y a de fort haultes
terres le travers desquelles cuydasmes poser l'ancre pour estaller
l'obbe, & ny peusmes trouver le fonds à six vingtz brasses a ung traict
d'arc de terre, de sorte que feusmes contrainctz retourner vers la dicte
ysle, ou passames à trente cinq brasses, & beau fondz. [Page 12]

Le lendemain matin feismes voylle, & appareillasmes pour passer oultre,
& eusmes congnoissance d'une sorte de poissons, desquelz il n'est
memoire d'homme avoir veu n'y ouy: Les dictz poissons sont aussi gros
comme marsouyns sans avoir aucun estre, & sont assez faictz par le corps
& teste de la facon d'ung levrier, aussi blancs que neige, sans avoir
aucune tache: & en y a fort grand nombre dedans la dicte riviere qui
vivent entre la mer & l'eaue doulce: Les gens du pais les nomment
Adhothuys: & nous ont dict qu'ilz sont fors bons à menger, & nous ont
affirmé n'y en avoir en tout le dict fleuve qu'en cet endroit.

Le sixiesme jour dudict moys avec bon vent feismes courir à mont le dict
fleuve environ quinze lieues, & vinsmes poser à une ysle qui est bort
à la terre du Nort, qui faict une petite baye & couche de terre: à
laquelle y a ung nombre inestimable de grandes tortues, qui sont es
environs d'icelle ysle, Pareillement par iceulz du pais, se faist es
environs de la dicte ysle grand pescherie de Adhothuys. Il y a aussi
grant courant es environs de ladicte ysle comme devant Bordeaux de flo,
& ebbe. Icelle ysle contient environ trois lieues de long & deux de
large: & est une moult bonne terre & grasse, plaine de beaulx & grandz
arbres de plusieurs sortes: & entre autres y a plusieurs couldres
franches que trouvasmes fort chargees de noisilles aussi grosses & de
meilleur saveur que les nostres, mais ung peu plus dures. Et parce la
nommasmes l'ysle es Couldres.

Le septiesme jour dudict moys jour nostredame, apres avoir ouy la messe,
nous partismes de ladicte ysle pour aller à mont ledict fleuve, &
vinsmes à quatorze ysles qui estoient distantes de ladicte ysle es
couldres de sept à huict lieues, qui est le commencement de la terre
& province de Canada: desquelles en y a une grande qui a environ dix
lieues de long & cinq de large, en laquelle y a gens demourrans qui font
grand pescherie de tous les poissons qui sont dedans le dict fleuve
selon leur saison. Nous estans posez & a l'encre entre icelle grande
ysle, & la terre du Nort, alasmes à terre & portasmes les deux sauvaiges
que avions prins le precedent voyage:

Et trouvasmes plusieurs gens du pays, lesquelz commencerent à fuyr, & ne
vouloient aprocher jusques ad ce que nosdictz deux hommes commencerent
ä parler, & leur dire qu'ilz, estoient Taignoagny & dom Agaya. Et lors
qu'ilz eurent congnoissance d'eulx commencerent a demener [Page 13]
joye danfans & faisans plusieurs cerimonies; & vindrent parler des
principaulz à noz basteaux, lesquelz nous apportoient force anguilles, &
aultres poissons, avec deux ou trois charges de gros mil qui est le pain
de quoy ilz vivent en la dicte terre, & plusieurs gros melons. Et icelle
journée vindrent à nos navires plusieurs barques du pays chargées de
gens tant hommes que femmes pour veoir & faire chaire à nos dictz deux
hommes, les quelz feurent tous bien receuz par nostre cappitaine, qui
les festoya de ce qu'il peust, & pour faire sa congnoissance leur donna
aucuns petis presens de peu de valleur, de quoy se contenterent fort.

Le lendemain le seigneur de Canada nommè Donnacona en nom, & l'appellent
pour seigneur Agouhanna, vint avecques douze barques accompaigné de
plusieurs gens davant noz navires. Puis enfeist retirer arriere dix, &
vint seulement avec deux à bort desdictz navires, accompaigné de seize
hommes, & commenca ledict Agouhanna le travers du plus petit de noz
trois navires a faire une predication & preschement à leur mode, en
demenant son corps & membres d'une merveilleuse sorte, qui este une
cerimonie de joye & asseurance, Et lors qu'il fut arrivé à la nef
generalle ou estoient les dictz Taignoagny & son compaignon, parla le
dict seigneur à eulx, & eulx à luy, & luy commencerent a compter ce
qu'ilz avoient veu en France, & le bon traictement qu'il leur avoit esté
faict, dequoy tut fort joyeulx, & pria nostre cappitaine luy bailler
ses bras pour les baiser & accoller qui est leur mode de faire chere en
ladicte terre. Lors nostre cappitaine entra en la dicte barque du dict
Agouhanna, & commanda apporter pain & vin pour faire boire & menger
ledict seigneur & sa bande, ce qui fut faict, dequoy furent fort
contens. Et pour lors ne fut aultre present faict audict seigneur
attendant lieu & temps. Apres lesquelles choses ainsi faictes, se
departirent les ungs des aultres, & prindrent congé, & se retira le dict
Agouhanna en ses barques pour se retirer & aller en son lieu. Et feist
le dict cappitaine apprester ses barques pour passer oultre, & aller
avant le dict fleuve avec le flo, pour cercher hable & lieu de sauveté
pour mettre les navires, & feusmes oultre le dict fleuve environ dix
lieues coustoyant la dicte ysle. Et au bort d'icelles trouvasmes ung
asseurg d'eaulx fort beau & plaisant. Au quel lieu y a une petitie
riviere & hable de barre marinant de deux à trois brasses, que [Page 14]
trouvasmes lieu à nous propice pour mettre nosdictes navires à sauveté.
Nous nommasmes le dict lieu saincte Croix, par ce que le dict jour y
arrivasmes. Aupres d'iceluy lieu y a ung peuple, dont est seigneur le
dict Donnacona, & y est la demeurance qui se nomme Stadacone, qui est
aussi bonne terre qu'il soit possible de veoir & bien fructiferente,
pleine de fort beaulx arbres de la nature & sorte de France. Comme
chesnes, ormes, fresnes, noyers, yfz, cedres, vignes, aubespines, qui
portent le fruict aussi gros que prunes de damas, & aultres arbres:
soubz les quels croist de aussi beau chanvre que celuy de France, qui
vient sans semence ny labour. Apres avoir visite ledict lieu, & trouvé
estre convenable, se retira ledict cappitaine, & les aultres dedans les
barques pour retourner es navires. Et ainsi que sortismes hors de la
dicte riviere trouvasmes au devant de nous l'ung des seigneurs dudict
peuple de Stadacone accompaigné de plusieurs gens tant hommes, femmes
que enfans: lequel seigneur commenca a faire ung preschement à la facon
& mode du pays, qui est de joye & asseurance, & les femmes dansoient
& chantoient sans cesse estans en l'eaue jusques es genoulx, Nostre
cappitaine voyant leur bonne amour & bon vouloir, feist approcher la
barque ou il estoit, & leur donna des couteaulx, & petites patenostres
de voirre, de quoy menerent une merveilleuse joye, de sorte que nous
estans departis d'avec eulx distant d'une lieue ou environ, les oyons
chanter, danser, & mener joye de nostre benne.


_Comme nostre cappitaine retourna es navires & alla veoir l'ysle, la
grandeur & nature d'icelle, & comme il feist mener les dict navires à la
riviere saincte Croix_.

Apres que nous feusmes arrivez avec noz barques ausdictz navires &
retournez de la rivyere saincte Croix, le cappitaine commanda apprester
lesdictes barques pour aller à terre à la dicte ysle veoir les arbres
qui sembloient fort beaulx a veoir, & la nature de la terre d'icelle
ysle. Ce que fut faict, & nous estans à ladicte ysle la trouvasmes
plaine de fors beaulx arbres de la sorte des nostres. Et pareillement y
trouvasmes force vignes, ce que n'avyons veu par cy devant à toute la
terre, & par ce la nommasmes l'ysle de Bacchus. Icelle ysle [Page 15]
tient de longueur environ douze lieues, & est fort belle terre a veoir,
mais est plaine de boys sans y avoir aucun labouraige, fors qu'il y a
aucunes petites maisons ou ilz font pescherie, comme par cy devant est
faicte mention.

Le lendemain partismes avec nosdictz navires pour les mener audict lieu
de saincte Croix, & y arrivasmes le 14 dudict moys. Et vindrent au
devant de nous le lesdictz Donnacona Taignoagny & Dom agaya avec vingt
cinq barques chargez de gens qui venoient dudict lieu dont estions
partis, & alloient audict Stadacone ou est leur demourance, & vindrent
tous a noz navires faisans plusieurs signes de joye, fors noz deux
hommes que avions apportez, Scavoir Thaignoagny & Dom agaya, lesquelz
estoient tous changez de propos, & de couraiges, & ne vouloient entrer
dedens nos dictz navires, nonobstant qu'ilz en feussent plusieurs fois
priez: dequoy eusmes aucune deffiance d'eulx. Le cappitaine leur demanda
s'ilz vouloient aller comme ilz luy avoient promis avec lui à Hochelaga,
& ilz respondirent que oy: & qu'ilz estoient deliberez y aller: lors
chascun se retira.

Le lendemain 15, ledict cappitaine feust à terre avec plusieurs pour
faire planter ballises & merches pour plus seurement mettre les navires
à sauveté. Auquel lieu se rendirent au-devant de nous plusieurs gens
du pays & entre aultre le dict Donnacona noz deux hommes & leur bande,
lesquelz se tindrent apart soubz une poincte de terre qui est sur le
bort d'ung fleuve, sans ce que aucun d'eulx vint environ nous, comme les
aultres qui n'estoient de leur bande faisoient. Apres que le cappitaine
fut adverty qu'ilz y estoient, commanda à partie de ses gens aller
avecques luy, & furent vers eulx soubz ladicte pointe, & trouverent les
dictz Donnacona, Taignoagny, Dom agaya & plusieurs aultres: & apres
se estre entre saluez, se avanca ledict Taignoagny de parler, & dit
à nostre cappitaine que ledict seigneur Donnacona estoit marry, dont
ledict cappitaine & ses gens portoient tant de batons de guerre, par
ce que de leur part n'en portoient nulz. A quoy leur respondist ledict
cappitaine que pour leur marrisson ne laisserons a les porter, & que
c'estoit la coustume de France, & qu'il le scavoit bien, mais pour
toutes leurs parolles ne laisserent le dict cappitaine & Donnacona
a faire grand chere ensemble. Lors aperceusmes que ce que disoit le
Taignoagny ne venoit que de luy & son compaignon. Et avant de partir
dudict lieu, lesdictz Donnacona & cappitaine feirent une [Page 16]
asseurance de sorte merveilleuse, car tout le peuple dudict seigneur
Donnacona gecterent & feirent trois cris à plaine voix, que cestoit
chose horrible a ouyr, & a tant prindrent congié les ungs des aultres, &
nous retirasmes à bort pour celuy jour, & le lendemain 16, dudict moys
nous meismes les deux plus grandz navires dedens ledict hable & riviere,
ou il y a de plaine mer trois brasses & de bas d'eaue demy brasse, & fut
laissé le gallyon dedens la radde pour mener au dict Hochelaga. Et tout
incontinent que lesdictes navires furent audict hable & asseur, se
trouverent devant les dictes navires Donnacona, Taignoagny, Domagaya, &
plus de cinq cens personnes hommes, femmes, que petis enfans, et entra
ledict seigneur avec dix ou douze des plus grandz personnaiges du pays,
lesquelz furent par ledict cappitaine & autres festoyes, & leur
fut donné aucuns petis presens, & fut par Taignoagny dict à nostre
cappitaine, que ledict seigneur estoit marry dont il alloit à Hochelaga,
& que ledict seigneur ne vouloit que luy que ploit y allast par ce que
la riviere ne valloit riens, & leur fust respondu par ledict cappitaine
que pour tout ce ne laisseroit y aller s'il luy estoit possible; par ce
qu'il avoit commandement du roy son maistre de aller le plus avant qu'il
pourroit: mais si le dict Taignoagny y voulant aller comme il avoit
promis, qu'on luy feroit present, dequoy il seroit content & grand
chere, & qu'ilz ne feroient que aller & venir seulement audict
Hochelaga, puis retourner. A quoy respondist le dit Taignoagny, qu'il
n'y yroit point. Lors se retirerent a leurs maisons. Et le lendemain, l7
dudict moys, le dict Donnacona & les aultres revindrent comme devant, &
apporterent force anguilles & aultres poissons, dequoy se faict grand
pescherie audict fleuve, comme sera cy apres dict. Lors qu'ilz furent
arrivez devant lesdictes navires, commencerent a chanter & danser comme
avoient de coustume. Et apres qu'ilz eurent ce faict, feict ledict
Donnacona mettre tous ses gens d'ung costé, & feist ung cerne sur le
sable, & y feist mettre nostre cappitaine & ses gens: & lors commenca
une harengue, tenant une fille d'environ l'aage de dix à douze ans en
l'une de ses mains, puis la vint presenter à nostre cappitaine, & tout
incontinent tous les gens dudict seigneur se prindrent a faire trois
criz & hurlemens en signe de joye & alliance. Puis de rechef presenta
deux petis garsons de moindre aage l'un apres l'aultre, desquelz feirent
telz criz & cerimonies que devant. Duquel present ainsi faict par
le dict seigneur fut par nostre cappitaine remercié. Lors [Page 17]
Taignoagny dict au cappitaine que la fille estoit la propre fille de la
seur dudict seigneur, & l'ung des garsons frere de luy qui parloit, Et
qu'on les luy donnoit sur l'intention qu'il n'allast point à Hochelaga.
A quoy luy re respondist nostre cappitaine, que si on les luy avoit
donnez sur ceste intention, que on les reprint, & que pour riens ne
laisseroit y aller par ce qu'il avoit commandement de ce faire. Sur les
quelles parolles Dom agaya compaignon dudict Taignoagny, dict audict
cappitaine que ledict seigneur luy avoit donné les dictz enfans par
bonne amour, & en signe d'asseurance, & qu'il estoit content aller
avec luy audict Hochelaga, de quoy eurent grosses parolles lesdictz
Taignoagny & Dom agaya. Lors aperceusmes que ledict Taignoagny ne
valloit riens, & qu'il ne songeoit que trahison & malice tant par ce
que aultres mauvais tours que luy avions veu faire. Et sur ce ledict
cappitaine feist mettre lesdictz enfans dedans les navires, feist
apporter deux espées, ung grand bassin d'arain plain, & ung ouvré pour
laver mains, & en feist present audict Donnacona, lequel fort s'en
contenta & remercia nostre cappitaine, Et commanda ledict Donnacona
a tous ses gens chanter & danser, & pria ledict Donnacona nostre
cappitaine faire tirer une piece d'artillerie, par ce que lesdictz
Taignoagny & Dom agaya lui en avoient faict teste, & aussi que jamais
n'en avoient veu, ny ouy. A quoy le cappitaine respondist qu'il le
vouloit bien, & commanda que on tirast une douzaine de barges avec leurs
boulletz le travers du boys qui estoit jouxte lesdictes navires & gens.
Dequoy furent tous si estonnez qu'ilz pensoient que le ciel feust cheu
sur eulx, & Ce prindrent a hucher & hurler si tres fort, que sembloit
que enfer y feust vuide, & davant qu'ilz se retirassent, le dict
Taignoagny feist dire par interposés personnes, que les compaignons du
gallyon, lequel estoit demouré ä la radde, avoient tué deux de leurs
gens de coups d'artillerie: dont tous se retirerent à grand haste, ainsi
que si les eussions voulu tuer. Ce que ne se trouva verité: Car durant
ledict jour ne fut dudict gallyon tiré artillerie.


_Comment lesdictz Donnacona, Taignoagny, & aultres songerent une
finesse, & feirent habiller trois hommes en guise de diables, faignans
estre venuz de par Cudriagny leur dieu pour nous empescher d'aller
audict Hochelaga_. [Page 18]

Le lendemain. 18. dudict moys pour nous cuyder tousjours empescher
d'aller à Hochelaga, songerent une grand finesse qui feust telle, ilz
habillerent trois hommes en la facon de trois diables, lesquelz avoient
cornes aussi longues que le bras, & estoient vestus de peaulx de chien
noirs & blancs. Et avoient le visaige painct aussi noir que charbon, &
les feirent mettre dedans une de leurs barques à nostre non sceu; &
leur bande vint comme ilz avoient de coustume au prez de noz navires,
lesquelz se tindrent dedans le boys sans apparoistre environ deux
heures, attendant que l'heure & marée fut venue pour l'arrivée de
la dicte barque, à la quelle heure sortirent tous du boys, & se
presenterent devant lesdictes navires sans eulx approcher ainsi
qu'ilz fouloient faire, & commence le dict Taignoagny a saluer nostre
cappitaine qui luy demanda s'il vouloit le bateau, lequel luy respondist
que non pour l'heure, mais que tantost il entreroit dedans lesdictes
navires & incontinent arriva ladicte barque ou estoient lesdictz trois
hommes apparoissant estre trois diables ayans de grandz cornes sur leurs
testes, & faisait celuy du milieu ung merveilleux sermon en venant:
lesquelz passerent le long de noz navires avec leur dicte barque, sans
aucunement tourner leur veue vers nous, & allerent assener & donner
en terre avec leur dicte barque, & tout incontinent ledict seigneur
Donnacona & des gens prindrent ladicte barque & lesditz trois hommes,
lesquelz s'estoient laissé cheoir au fondz d'icelle comme gens morts, &
porterent le tout ensemble dedans le boys qui estoit distant d'ung jet
de pierre, & ne demoura une seulle personne devant nosdictes navires que
tous ne se retirassent dedans ledict boys, & eulx estans audict boys
commencerent une predication & preschement que nous oyons de noz navires
qui dura environ demye heure. Apres laquelle sortirent les dictz
Taignoagny & Dom agaya marchans ver nous, ayans les mains joinctes, &
leurs chappeaulx soubz leurs coddes, faisans une grande admiration. Et
commenca le dict Taignoagny a dire, & proferer par trois _Jesus, Jesus,
Jesus_ levant les yeux vers le ciel, puis Dom agaya commenca a dire
_Jesus Maria_. Jacques Cartier regardant vers le ciel comme l'aultre.
Le cappitaine voyant leurs mines & cerimonies, leur commenca a demander
qu'il y avoit, & que c'estoit que estoit survenu de nouveau, Lesquelz
respondirent qu'il y avoit de piteuses nouvelles, en disant, nenny, est
il bon. Et ledict cappitaine leur demanda de rechef que c'estoit: &
ilz repondirent, que leur dieu nommé Cudragny avoit parlé à [Page 19]
Hochelaga, & que les trois hommes devant dictz estoient venus de par luy
leur annoncer les nouvelles, qu'il y avoit tant de glaces & de neiges
qu'ilz mouroient tous. Desquelles parolles nous prinsmes tous a rire,
& leur dire que leur dieu Cudragny n'estoit que ung sot, & qu'il ne
scavoit qu'il disoit, & qu'ilz le disent à ses messagiers, & que Jesus
les garderoit bien de froid s'ilz luy vouloient croire. Lors dedict
Taignoagny & son compaignon, demanderent audict cappitaine s'il avoit
parlé à Jesus, & il respondist que ses prebstres y avoient parlé, &
qu'il feroit beau temps. Desquelles parolles remercierent le dict
cappitaine, & se retirent dedans le boys dire les nouvelles aux aultres,
qui sortirent dudict boys tout incontinent faignans estre joyeulx
desdictes parolles par ledict cappitaine ainsi dictes. Et pour monstrer
qu'ilz en estoient joyeulx, tous incontinent qu'ilz furent devant les
navires commencerent d'une commune voix a faire trois criz & hurlemens,
qui est leur signe de joye, & se prindrent a danser & chanter, comme
avoient de coustume: mais pour resolution lesdictz Taignoagny & Dom
agaya dirent à nostre dict cappitaine, que le dict seigneur Donnacona
ne vouloit point que nul d'eulx allast à Hochelaga avec luy, S'il
ne bailloit plege qui demourast à terre avec ledict Donnacona. Le
cappitaine leur respondist que s'ilz n'estoient deliberez y aller de bon
couraige qu'ilz demourassent, & que par eulx ne laisseroit mettre paine
y aller.


_Comment nostre cappitaine & tous les gentilz hommes avec cinquante
hommes mariniers partirent de la province de Canada avec le gallyon, &
les deux barques, pour aller à Hochelaga, & de ce que fut veu entre deux
sur ledict fleuve_.

Le lendemain, 19e jour dudict moys de Septembre, nous appareillasmes &
feismes voylle avec le dict gallyon & les deux barques, pour aller avec
la marée amont ledict fleuve, ou trouvasmes à veoir des deux costez
d'icelluy les plus belles & meilleures terres, qu'il soit possible de
veoir. Aussi vives que l'eaue plaine des beaulx arbres du monde: & tant
de vignes chargez de raisins le long dudict fleuve, qu'il semble mieulx
qu'elles ayent esté plantez de main d'homme que aultrement: mais par ce
qu'elles ne sont cultivez ne taillez, ne sont les raisins si [Page 20]
groz & si doulx que les nostres: pareillement trouvasmes beaucoup de
maisons sur ledict fleuve, le lesquelles sont habitees de gens qui
font grande pescherie de tous poissons: lesquelles gens venoient à noz
navires d'aussi grand amour & privaulte, que si eussions esté du pays,
Nous apportant force poisson, & de ce qu'ilz avoient pour avoir de
nostre marchandise tendans les mains au ciel, & faisans plusieurs signes
de joye. Et nous estans posez environ ving cinq lieues de Canada en ung
lieu nommé Ochelay, qui est ung destroict dudict fleuve fort courant
& dangereux, tant de pierres que d'aultres choses vindrent plusieurs
barques à bort, Et entre aultres, y vint ung grand seigneur du pays,
lequel faisoit un grand sermon en venant & arrivant à bort, monstrant
par signes evidens avec les mains & aultres cerimonies, que le dict
fleuve estoit ung peu plus avant fort dangereux, nous advertissant de
nous en donner garde. Et presenta celuy seigneur au cappitaine deux de
ses enfans, desquelz le cappitaine print une fille de l'aage d'environ
sept a huit ans, & reffusant ung garson de deux ou trois ans, par ce
qu'il estoit trop petit, Le dict cappitaine festoya le dict seigneur &
sa bande de ce qu'il peust, & luy donna aucun petit présent: puis s'en
allerent à terre. Et depuis sont venus celuy seigneur & sa femme veoir
leur fille jusques à Canada & apporter aucun present au cappitaine,
Depuis le 19e jour jusques au 28, dudict moys nous avons esté navigans a
mont ledict fleuve sans perdre heure ny jour, durand lequel temps avons
veu & trouvé d'aussi beau pays & terres aussi unyes que l'on scauroit
desirer, plaine comme dict est des beaulx arbres du monde, scavoir
chesnes, hormes, noyers, cedres, pruches, fresnes, briez, sandres,
oziers, & force vignes. Lesquelles avoient si grand habondance de
raisins, que les compaignons en venoient chargez à bort. Il y a
seulement force grues, signes, oultardes, oyes, cannes, allouettes,
faisans, perdrix, merles, mauvis, teurtres, chardonnereulx, serins,
roussignolz, passes solitaires, & aultres oyseaulx, comme en France, &
en grand habondance.

Ledict 18e jour de septembre nous arrivasmes en ung grand lac & playne
dudict fleuve, large d'environ cinq ou six lieues, & douze de long, Et
navigasmes celluy jour amont sans y trouver partout icelluy que deux
brasses de parfond esgallement sans haulser ny baisser. Et nous arrivans
a l'ung des boutz dudict lac, ne nous apparoissoit aucun [Page21]
passaige n'y sortye: Ains sembloit icelluy estre tout cloz sans aucune
riviere, & ne trouvasmes audict bout que brasse & demie, dont nous
convint poser & mettre l'ancre hors, & aller chercher passage avec les
barques: & trouvasmes qu'il y a quatre ou cinq rivieres toutes sortantes
dudict fleuve en icelluy lac, & venant dudict Hochelaga: mais en icelluy
ainsi sortantes, y a barres & traverses faictes par le cours de l'eaue,
ou il n'y avoit pour lors que une brasse: Et lesdictes barres passees y
a quatre ou cinq brasses, qui estoit le temps des plus petites eaues de
lannée, ainsi que nous vinsmes par les flotz des dictes eaues qu'elles
croissent de plus de trois brasses de pic, toutes icelles rivieres
circuysent & environnent cinq ou six belles ysles, qui sont le bout
dudict lac: puis se rassemblent environ quinze lieues à mond toutes en
une. Celuy jour feusmes à l'une d'icelles, ou trouvasmes cinq hommes qui
prenoient des bestes sauvaiges: lesquels vindrent aussi privement à noz
barques, que s'ilz nous eussent veu toute leur vie sans avoir peur ne
craincte, & nosdictes barques arrivez à terre, l'un d'iceulx hommes
print nostre cappitaine entre ses bras, & le porta à terre aussy
legierement que sy feust esté ung enfant de cinq ans, tant estoit
icelluy homme grand & fort. Nous leur trouvasmes ung grand mouceau de
raz sauvaiges: lesquelz vivent en l'aue, & sont gros comme connyns, &
bons à merveilles. Desquelz feirent present à nostre cappitaine, qui
leur donna des couteaulx, & patenostres pour recompence. Nous leur
demandasmes par signe, si c'estoit le chemin de Hochelaga: Ilz nous
monstrerent que ouy, & qu'il y avoit encores trois journees à y aller.


_Comment le cappitaine feist accoustrer les barques pour aller audict
Hochelaga, & laisserent le gallyon pour la difficulté du passaige: &
comment nous arrivasmes audit Hochelaga, & le racueil que le peuple nous
feist à nostre arrivée_.

Le lendemain nostre cappitaine voyant qu'il n'estoit possible povoyr
pour lors passer le dict gallyon, feist advictailler & accoustrer
les barques, & mettre victuailles pour le plus de temps qu'il feust
possible, & que lesdictes barques en peurent accueillir, & se partit
avecques icelle accompaigné des gentilz hommes: scavoir Claude [Page 22]
du pont grand echanson de monseigneur le Dauphin. Charles de la
Pommeraye, Jehan gouion, Jehan poullet, avec vingt huict marinyers, y
comprins Mace jallobert & Guillaume le breton, ayans la charge soubz le
cappitaine des deux autres navires, pour aller amond ledict fleuve, au
plus loing qu'il nous seroit possible. Et navigasmes de temps à gré
jusques au dixneufiesme jour d'Octobre, que nous arrivasmes audict
Hochelaga, qui est distant d'ou estoit demouré ledict gallyon, de
quarante cinq lieues. Auquel & chemin faisant trouvasmes plusieurs gens
du pays, lesquelz nous apportoient du poisson & aultres victuailles,
dansans & menans grand joye de nostre venue. Et pour les atraire & tenir
en amytié avec nous, leur donnait ledict cappitaine pour recompence,
des couteaulx, patenostres & autres menues choses, dequoy estoient fort
contens. Et nous arrivez audict Hochelaga, Se rendirent au devant de
nous plus de mil personnes, tant hommes femmes que enfans; Lesquelz nous
feirent aussy bon racueil, que jamais pere feist à enfant, menant joye
merveilleuse: Car les hommes en une bande dansoyent. Les femmes d'aultre
& les enfans de l'autre: & apres ce nous apporterent force poisson, & de
leur pain faict de gros mil, qui gettoient dedans nosdictes barques,
en force qu'il sembloit qu'il tumbast de l'aer, voyant ce, nostre dict
cappitaine descendit à terre avec plusieurs de ses gens. Et si tost
qu'il fut descendu, se assemblerent tous sur luy, & sur tous les autres,
en faisant une chaire inestimable; Et apportoient leurs enfans à brasees
pour les faire toucher audict cappitaine & autres, faisant une feste,
qui dura plus de demye heure, Et voyant nostre cappitaine leur largesse
& bon recueil, feist asseoir & renger toutes les femmes, & leur donna
des petites patenostres d'estain & aultres menues choses: & à partye des
hommes des cousteaulx, puis se retira à bort des barques pour souper
& passer la nuict: durant laquelle demoura icelluy peuple sur le bort
dudict fleuve a plus pres desdictes barques, faisant toute nuict
plusieurs feux & danses, en disant à toutes heures Aguyaze, qui est leur
dire de salut & joye. [Page 23]


_Comment le cappitaine & les gentilz hommes avec vingt cinq hommes bien
armez & en bon ordre, allerent en la ville de Hochelaga & la situacion
dudict lieu_.

Le lendemain au plus matin le cappitaine s'acoustra & feist mettre ses
gens en ordre pour aller veoir la ville & demourant dudict peuple, & une
montaigne qui est jacente en leur dicte ville: ou allerent avec le dict
cappitaine les gentilz hommes & vingt marinyers, & laissa le parsus
pour la garde des barques, & print trois hommes de la dicte ville de
Hochelaga pour les mener & conduyre audict lieu, & nous estans en
chemin, le trouvasmes aussi battu qu'il soit possible, & plus belle
terre & meilleure qu'on scaurait veoir, toute plaine de chesnes aussy
beaulx qu'il ayt en forest de France: Soubz lesquelz estoit toute le
terre couverte de glan. Et nous ayans marché environ lieue & demye
trouvasmes sur le chemin, l'un des principaulx seigneurs de la dicte
ville, accompaigné de plusieurs personnes: lequel nous feist signe qu'il
se falloit reposer audict lieu pres ung feu qu'ilz avoient faict audict
chemin. Ce que feismes, lors commenca ledict seigneur à faire ung sermon
& preschement, comme cy devant est dict estre leur coustume de faire
joye & congnoissance, en faisant celluy seigneur chere audict cappitaine
& la compaignie, lequel cappitaine luy donna une couple de haches, & une
couple de cousteaulx, avec une croix, qu'il luy feist baiser, & la
luy pendit au col: de quoy rendit graces audict cappitaine. Ce faict
marchasmes plus oultre: & environ demye lieue de là, commencasmes à
trouver les terres labourées & belles grandes champaignes plaines de
bledz de leur terre, qui est comme mil de bresil, aussy gros ou plus que
poix, dequoy vivent ainsi, comme nous faisons de fourment: & au parmy
d'icelles champaignes est situee la ville de Hochelaga, pres & joignant
une montaigne qui est à lentour d'icelle, labourée & fort fertile: de
dessus laquelle on veoit fort loing. Nous nommasmes la dicte montaigne
le mont Royal. La dicte ville est toute ronde, & close de boys à trois
rencqs, en facon d'une piramide, croisée par le hault, ayant la rengée
du parmy en facon de ligne perpendiculaire: puis rengée de boys couchez
de long, bien joinctz & cousus à leur mode: Et est de haulteurs environ
deux lances, n'y a en icelle ville que une porte & entrée, qui ferme
à barres. Sur laquelle & en plusieurs endroictz de ladicte [Page 24]
closture, y a manieres de galleries, & eschelles à y monter qui sont
garnis de roches & chaillouz. Pour la garde & deffence d'icelle, il y
a dedans icelle ville, environ cinquante maisons longues d'environ
cinquante pas ou plus chascune, & douze ou quinze pas de larges, &
toutes faictes de boys couvertes & garnyes de grandes escorces
& pelleures desdictz boys aussy large que tables, bien cousus
artificiellement selon leur mode: & par dedans icelles y a plusieurs
estres & chambres: Et au meilleu d'icelles maisons y a une grande place
par terre ou font leur feu, y vivent en communaulté, puis se retirent
en leur dictes chambres les hommes avecques leurs femmes & enfans.
Pareillement ilz ont grenyers au hault de leurs maisons, ou ilz mettent
leur bled dequoy font leur pain, qu'ilz appellent Carraconny, Et le font
en la sorte cy apres: Ilz ont des pilles de boys comme a piller chanure,
& bastent avec pillons de boys le dict bled en pouldre, puis le massent
en paste, & en font tourteaulx qu'ilz metent sur une pierre large qui
est chaulde, puis le couvrent de cailloudz chauldz. Et ainsi cuysent
leur pain en lieu de four. Ilz fond pareillement force potaiges dudict
bled & de febves et poix, desquelz ilz ont assez & aussy grosses
concombres & aultres fruictz. Ilz ont de grandz vaisseaulx comme thonnes
en leurs maisons ou ilz mettent leur poisson, lequel ilz sechent à la
fumée durant l'esté & en vivent l'yver: Et de ce font grant amas comme
avons veu par experience. Tout leur vivre est sans aucun goust de sel:
Et couchent sur escorces de boys estandues sur la terre avec meschantes
peaulx de bestes sauvaiges, dequoy font leur vestement & couverture. La
plus precieuse chose qu'ilz ayent en ce monde, est Esurgny, lequel est
blanc comme neif, & le prennent audit fleuve en cornibotz en la maniere
qui ensuyt. Quand ung homme a desservi mort, ou qu'ilz ont prins aucuns
ennemys à la guerre ilz le tuent, puis l'incisent par les fessens,
cuysses, & espaulles à grandes taillades puis au lieu ou est ledict
Esurgny, avallent ledict corps au fond de l'eaue & le laissent dix
ou douze heures, puis le retirent à mont & treuvent dedans lesdictes
taillades & inciseures lesdictz cornibotz, desquelz ilz font manieres
de patenostre, & de ce usent comme nous faisons d'or & d'argent, & le
tiennent la plus precieuse chose du monde. Il a vertu d'estancher le
sang des nazilles: car nous l'avons experimenté. Tout cedict peuple ne
s'adonne que à labourage & pescherie pour vivre: Car des biens [Page 25]
de ce monde n'en font compte, parce qu'ilz n'en ont congnoissance, &
qu'ilz ne bougent de leur pais, & ne sont ambulataires comme ceulx de
Canada, & du Saguenay, nonobstant que lesdictz Canadiens leur soyent
subgectz avec huict ou neuf autres peuples, qui sont sur ledict fleuve.


_Comment nous arrivasmes à ladicte ville, & de la reception que nous
y fut faicte, & comme le cappitaine leur feist des presens: & aultres
choses comme sera veu en ce chapitre_.

Apres que feusmes arrivez au pres d'icelle ville, se rendirent au devant
de nous grand nombre des habitans d'icelle, qui à leur facon de faire
nous feirent bon racueil: & par noz guydes & conducteurs feusmes menez
au meilleu d'icelle ville, ou il y a une place entre les maisons,
spacieuse d'ung gect de pierre en carré ou environ: lesquelz nous
feirent signe que nous arrestions audict lieu. Et tout soudain
s'assemblerent les filles et femmes de ladicte ville, dont l'une partye
estoient chargez d'enfans entre les bras, & qui nous vindrent frotter
le visaige, bras & autres endroictz de dessus le corps ou ilz pouvoient
toucher, pleurant de joye de nous veoir, en nous faisant le meilleure
chere qu'il leur estoit possible, nous faisans signes qu'il nous pleust
toucher à leursdictz enfans. Apres lesquelles choses les hommes feirent
retirer les femmes & se assirent sur la terre à lentour de nous, comme
sy eussions voulu jouer un mystere. Et tout soudain revindrent plusieurs
femmes, qui apporterent chascun une natte carrée en façon de tapisserie:
Et les estendirent sur la terre au milleu de ladicte place, & nous
feirent mettre sur icelles, Apres lesquelles choses ainsy faictes,
fut apportée par neuf ou dix hommes le Roy et seigneur du pays qu'ils
appellent en leur langaige Agouhanna, lequel estoit assis sur une grande
peau de Cerf, & le vindrent poser dedans ladicte place sur lesdictes
nattes au pres de nostre cappitaine, nous faisant signe que cestoit leur
Roy & seigneur. Cestuy Agouhanna estoit de l'aage environ cinquante ans,
& estoit point myeulx accoustré que les aultres, fors qu'il avoit à
lencontre de sa teste, une maniere de lysiere rouge pour sa couronne,
faicte de poil de Herissons. Et estoit celluy seigneur tout percluz
de ses membres. Apres qu'ilz eust faict son signe de salut audict
cappitaine & à ses gens, leurs faisant signes evidens, qu'ilz feussent
les tres bien venuz: Il montra ses bras & jambes audict [Page 26]
cappitaine, luy faisant signe qu'il luy pleust les toucher: lequel
cappitaine les frota avecques les mains. Et lors ledict Agouhanna print
la lysiere & couronne qu'il avoit sur sa teste, & la donna a nostre
cappitaine. Et tout incontinent furent amenez audict cappitaine
plusieurs malades, comme aveugles, borgnes, boisteulx, impotens, & gens
sy tresvieulx, que les paupieres des yeulx leur pendoyent jusques sur
les joues: les seant & couchant au pres de nostre dict cappitaine, pour
les toucher: Tellement qu'il sembloit que Dieu feust la descendu pour
les guerir.

Notre dict cappitaine voyant la pitié & foy de cedict peuple, dist
l'evangile Sainct Jehan: scavoir l'imprincipio, faisant le signe de
la croix sur les povres malades, priant Dieu qu'il leur donnast
congnoissance de nostre saincte foy, & grace de recouvrer chrestienté
& baptesme. Puis le dict cappitaine print une paires d'heures & tout
haultement leut de mot à mot la passion de nostre seigneur. Sy que tous
les assistans le peurent ouyr, ou tout ce pauvre peuple feirent une
grand silence & feurent merveilleusement bien entendibles, regardans le
ciel & faisans pareilles cerimonyes qu'ilz nous veoient faire. Apres
laquelle feist le cappitaine renger tous les hommes d'ung coste, les
femmes d'ung autre, & les enfans d'aultre, & donna aux principaulx des
hachotz, es aultres des couteaulx & es femmes des patenostres, & autres
menues besongnes puis gecta parmy la place entre les petis enfans des
petites bagues, & agnus dei d'estain, dequoy menerent une merveilleuse
joye. Ce faict ledict cappitaine commanda sonner les trompettes &
aultres instrumens de musique: desquelz ledict peuple fut fort resjouy.
Apres lesquelles choses nous prinsmes congié d'eulx & nous retirasmes,
voyant ce les femmes se mirent au devant de nous pour nous arrester, &
nous apportoient de leurs vivres, qu'ilz nous avoient apprestez,
Comme poisson, potages, febves & autres choses pour nous cuyder faire
repaistre & disner audict lieu; & pource que leurs vivres n'estoient à
nostre goust, & qu'il n'y avoit aucune saveur, les remerciasmes, leur
faisant signe que n'avions besoing de manger.

Apres que nous feusmes yssuz de ladicte ville, plusieurs hommes & femmes
nous vindrent conduyre sur la montaigne cy devant dicte, qui est par
nous nommée, Mont royal, distant dudict lieu d'ung quart de lieues. Et
nous estans sur icelle montaigne eusmes veue & congnoissance [Page 27]
de plus de trente lieues à lenviron d'icelle: y a vers le Nort, une
rengée de montaignes, qui sont Est & Onaist, gisantes, & autant devers
le Su. Entre lesquelles montaignes est la terre la plus belle qu'il
est possible de veoir, unye, plaine, & labourable: & par le meilleu
desdictes terres voyons le dict fleuve oultre le lieu ou estoient
demourees noz barques: auquel va ung sault d'aue le plus impetueulx
qu'il est possible de veoir: lequel ne nous fut possible passer, tant
que l'on povoit regarder grand, large & spacieulx, qui alloit au Sur
Onaist: & passoit aupres de trois belles montaignes rondes, que nous
voyons, & estimyons qu'elles estoient environ quinze lieues de nous: &
nous fut dict & monstre par signes par nosdictz trois hommes du pais
qui nous avoient conduict, qu'il y avoit trois telz saulx d'aue audict
fleuve, comme celuy ou estoient nosdictes barques, mais nous ne peusmes
entendre quelle distance il y avoit entre l'un & l'autre par faulte de
langue: puis nous monstroient par signes que lesdiz saulx passez, l'on
pouvoit naviguer, plus de trois lieues par ledict fleuve. Et oultre nous
monstroient que le long desdictes montaignes estant vers le Nort, y a
une grande riviere, qui descend de l'occident comme ledict fleuve: Nous
estimions que c'est la riviere qui passe par le royaulme du Saguenay, &
sans que leur feissions aucune demande & signes, prindrent la chaine
du sifflet du cappitaine qui estoit d'argent & ung manche de poignard,
lequel estoit de laton jaulne comme or: lequel pendoit au costé de l'ung
de noz compaignons marinyers, & montrerent que cela venoit d'amond
ledict fleuve, & qu'il y a des Agouionda, qui est à dire mauvaises gens:
lesquelz sont armez jusques sur les doigtz, nous monstrant la facon de
leur armeures, qui sont de cordes & de boys, lassez & tissues ensemble,
nous donnant à entendre que lesdictz Agouionda menoient la guerre
continuelle, les ungs contre les autres: mais par deffaulte de langue
ne peusmes avoir congnoissance combien il y avoit jusques audict pays.
Nostre cappitaine leur monstra du cuyvre rouge, qu'ilz appellent
caignetdaze, leur monstrant vers ledict lieu, demandant par signe s'il
venait de là & ilz commencerent à secourre la teste disant que non. Et
monstrerent qu'il venoit du Saguenay, qui est au contraire du precedent:
Apres lesquelles choses ainsi veues & entendues, nous retirasmes à noz
barques, qui ne fut sans avoir conduicte de grand nombre [Page 28]
dudict peuple. Dont partie d'eulx quand veoyent noz gens las, les
chargeoient sur eulx comme sur chevaulx, & les portoient: Et nous
arrivez à nosdictes barques feismes voylle pour retourner à nostre
gallyon, pour doubte qu'il n'eust aucun encombrier. Lequel partement
ne feust sans grand regret dudict peuple: Car tant qu'ilz nous peurent
suyvre aval ledict fleuve, ilz nous suyvirent, & tant feismes que nous
arrivasmes à nostredict gallyon le lundy quatriesme jour d'octobre.

Le Mardy 5e jour dudict moys, nous feismes voylle & appareillasmes avec
nostre dict gallyon & barques pour retourner à la province de Canada au
port de saincte Croix, ou estoient demourez nosdictes navires. Et le 7e
jour nous vinsmes poser le travers d'une rivière qui vient devers le
Nort, sortant audict fleuve: à l'entrée de laquelle y a quatre petites
ysles plaines d'arbres: nous nommasmes icelle riviere la riviere de
Fouez. Et pource que l'une d'icelles ysles s'avance audict fleuve, & la
veoit on de loing, feist le cappitaine planter une belle grande croix
sur la poincte d'icelle, & commanda apprester les barques pour aller
avec marée, dedans icelle, pour veoir la nature d'icelle: ce qu'il fut
faict, & nagerent celuy jour amond ladicte riviere. Et parce qu'elle fut
trouvée de nulle experience n'y perfonde retournerent & appareillasmes
pour aller aval.


_Comment nous arrivasmes audict hable de saincte Croix, & l'ordre comme
nous trouvasmes noz navires, & comme le seigneur du pays veint veoir
nostre cappitaine, & comme le dict cappitaine l'alla veoir, & partie de
leur coustume en particulier_.

Le lundi unziesme jour d'Octobre nous arrivasmes audict hable saincte
Croix ou estoient noz navires, & trouvasmes que les maistres & mariniers
qui estoient demourez, avoient faict ung fort davant lesdictes navires,
tout cloz de grosses pieces de boys, plantez debout joignans les unes &
autres: & tout à lentour garny d'artillerie, & bien en ordre pour soy
deffendre contre toute la puissance du pais. Et tout incontinent que
le seigneur du pais fut adverty de nostre venue, veint le lendemain
douziesme jour dudict moys, accompaigne de Taignoagny, Dom agaya &
plusieurs autres: lesquelz feirent une merveilleuse feste à nostre
cappitaine, faignans avoir grand joye de nostre venue: lequel leur feist
assez bon racueil, toutes foys qu'ilz ne l'avoient pas desservi. Ledict
Donnacona pria nostre cappitaine de aller le lendemain veoir [Page 29]
Canada, Ce que luy promist le dict cappitaine. Et le lendemain, 13e jour
du dict moys, ledict cappitaine avecques ses gentilz hommes accompaigne
de cinquante compaignons bien en ordre, allerent veoir ledict Donnacona
& son peuple, qui est distant dou estoient lesdictes navires d'une
lieue: & se nomme leur demourance Stadacone, Et nous arrivez audict
lieu, vindrent les habitans au devant de nous loing de leurs maisons
d'ung gect de pierre ou mieulx. Et la se rengerent, & assirent à leur
mode, & facon de faire: les hommes d'une part, & les femmes de l'autre
debout chantant & dansant sans cesse, Et apres qu'ilz s'entre furent
saluez & faict chere les ungs aux aultres, ledict cappitaine donna aux
hommes des cousteaulx & autres choses de peu de valleur, & feist passer
toutes les femmes & filles par devant luy, & leur donna à chascun une
bague d'estain, dequoy remercierent le dict cappitaine, lequel fut par
ledict Donnacona & Taignoagny mené veoir leurs maisons, les quelles
estoient bien estaurez de vivres selon leur sorte, pour passer leur
yves, & nous fut par ledict Donnacona monstré les peaulx de cinq testes
d'homme, estandues sur du boys, comme paulx de parchemin. Lequel
Donnacona nous dist que c'estoient des Trudamans devers le Su, que leur
menoient continuellement la guerre, & fut dict qu'il y a eu deux ans
passez que les dictz Trudamans les vindrent assaillir jusques dedans
ledict fleuve, à une ysle qui est le travers du Saguenay, ou ilz
estoient a passer la nuict tendans aller à Honguedo leur mener la
guerre, avec environ deux cens personnes tant hommes femmes qu'enfans.
Lesquelz furent surprins en dormant dedans ung fort, qu'ilz avoient
faict, ou misrent lesdictz Trudamans le feu tout à l'entour & comme ilz
sortoient les tuerent tous reservé cinq qui eschapperent. De laquelle
destrousse se plaignoient encores fort, nous monstrant qu'ilz en
auroient vengeance. Apres lesquelles choses, nous reterasmes à noz
navires.


_De la facon de vivre du peuple de la dicte terre, & de certaines
conditions creance & facon de faire qu'ilz ont_.

Cedict peuple n'a aucune creance de Dieu, car ilz croient a ung qu'ilz
appellent Cudragny, & disent qu'ilz parlent souvent à eulx & leur dict
le temps qu'il doibt faire. Ilz disent aussi quand il se [Page 30]
courouce à eulx, qu'il leur gecte de la terre aux yeulx. Ilz croyent
aussi quand ilz tespassent, qu'ilz vont es estoilles, puis viennent
baissans en lorrizon comme les dictes estoilles. Et s'envont en beaulx
champs, vers plains de beaulx arbres, fleurs & fruictz sumptueux. Apres
qu'ilz nous eurent donné le tout a entendre, nous leur avons remonstré
leur erreur, & dict que leur Cudragny est ung mauvais esperit, qui les
abuse & dict qu'il n'est que ung Dieu, qui est au ciel, lequel nous
donne toutes choses necessaires, & est createur de toutes choses & que
cestuy debvons croire seulement, & qu'il fault estre baptisez, ou aller
en enfer, & leur feust remonstré plusieurs aultres choses de nostre foy.
Ce que facilement ilz ont creu, & appellé leur Cudragny, Agouionda,
tellement que plusieurs fois ont prié nostre cappitaine les faire
baptiser, & y sont venuz ledict seigneur Taignoagny, Dom agaya, &
tout le peuple de leur ville pour le cuyder estre: mais par ce que
ne scavions leur intention & couraige, & qu'il n'y avoit qui leur
remonstrant la foy pour lors, feust prins excuse vers eulx. Et dict à
Taignoagny & Dom agaya, qu'ilz leur feissent entendre que retourneryons
ung aultre voyage, & apporterions des prestres & du cresme, leur donnant
a entendre pour excuse, que lon ne peult baptiser sans ledict cresme, Ce
qui croient, par ce que plusieurs enfans ont veu baptiser en Bretaigne.
Et de la promesse que leur fust faicte de retourner furent tresjoyeulx.

Cedict peuple vit en communaulté de biens assez de la sorte des
Brisilans, & sont vestus de peaulx de bestes sauvaiges, & assez
povrement. L'yver ilz sont chaulsez de chausses & soulliez qu'ilz fond
de peaulx: & l'esté vont nudz piedz. Ilz gardent l'ordre de mariage,
fors qu'ilz prennent deux ou trois femmes, & depuis que leur mary est
mort jamais ne se remarient, ains font le dueil de la dicte mort toute
leur vie, & se taignent le visaige de charbon pellé, & de gresse espez
comme l'espesseur du doz d'ung cousteau, & a cela congnoist on que elles
sont veuves.

Ilz ont une aultre coustume fort mauvaise de leurs filles, car depuis
qu'elles sont d'aage d'aller à l'homme, elles sont toutes mises en une
maison de bordeau, habandonnées à tout le monde qui en veult, jusques
à ce que elles ayent trouvé leur party. Et tout ce avons veu par
experience, car nous avons veu les maisons plaines des dictes filles,
comme est une eschole de garsons en France. Et d'avantaige le hazard
selon leur mode tient esdictes maisons ou ilz jouent tout ce qu'ilz ont
jusques à la couverture de leur nature. [Page 31]

Ilz ne font point de grand travail, & labourent leur terre avec petis
boys, comme de la grandeur d'une demye espée, ou ilz font leur bled,
qu'ilz appellent Osizy. Lequel est gros comme poix, & de ce mesme en
croist assez au bresil. Pareillement ilz on grand quantité de gros
melons, concombres, & courges, poix, & febves, & de toutes couleurs, non
de la sorte des nostres. Ilz ont aussi une herbe de quoy ilz font grand
amastz l'esté durand pour l'yver. Laquelle ilz estiment fort & en usent
les homes seulement en facon que ensuit. Ilz la font seicher au soleil,
& la portent à leur col en une petite peau de beste en lieu de sac, avec
ung cornet de pierre ou de boys: puis à toute heure font pouldre de
ladicte herbe, & la mettent en l'ung des boutz dudict cornet, puis
mettent un charbon de feu dessus, & sussent par l'autre bout, tant
qu'ilz s'emplent le corps de fumée, tellement qu'elle leur sort par la
bouche, & par les nazilles, comme par ung tuyau et chauldement, & ne
vont jamais sans avoir lesdictes choses. Nous avons esprouvé ladicte
fumée, apres laquelle avoir mis dedans nostre bouche, semble y avoir
mis de la pouldre de poyvre tant est chaulde. Les femmes dudict pays
travaillent sans comparaison plus que les hommes, tant à la pescherie de
quoy font grand faict, qu'au labeur & aultres choses Et sont tant hommes
femmes qu'enfans plus durs que bestes au froid. Car de la plus grand
froidure que ayons veu, laquelle estoit merveilleuse & aspre venoient
par dessus les glaces & neiges tous les jours à noz navires, la pluspart
d'eulx tous nudz, qui est chose fort a croire qui ne la veu. Ilz
prennent durand lesdictes glaces & neiges, grand quantité de bestes
sauvaiges comme dains, cerfz, hours, lievres, martres, regnardz &
aultres. Ilz mengent leur chair toute creue, apres avoir esté seichée
à la fumée, & pareillement leur poisson. A ce que nous avons veu & peu
entendre de cedit peuple, me semble qu'il seroit aisé à dompter. Dieu
par sa saincte miséricorde y vueille mettre son regard. Amen.


_De la grandeur & parfondeur dudict fleuve, & des bestes, oyseaulx,
poissons, & aultres choses que y avons veu, & la situation des lieux_.

Ledict fleuve commence passé l'isle d'assumption le travers des haultes
montaignes de Honguedo & des sept ysles. Et y a de distance en [Page 32]
traverse environ trente cinq ou quarante lieues, & y a au parmy plus de
deux cens brasses de parfond le plus seur a naviguer est du costé devers
le Su & devers le Nort, scavoir es dictes sept ysles y a d'ung costé &
d'aultre environ sept lieues loing desdictes ysles deux grosses rivieres
qui descendent des montz de Saguegnay, lesquelles font plusieurs barcqs
à la mer fort dangereux. A l'entrée desdictes rivieres avons veu
plusieurs ballaynes & chevaulz de mer.

Le travers desdictes sept ysles, y a une petite riviere qui va trois ou
quatre lieues à la terre par dessus des marestz: en laquelle y a ung
merveilleux nombre de tous oyseaulx de riviere: depuis le commencement
dudict fleuve jusques à Hochelaga, y a trois cens lieues & plus, & est
le commencement d'icelluy à la riviere qui vient du Saguenay: laquelle
fort dentre haultes montaignes, & entre dedans ledict fleuve au par
avant que arrive à la province de Canada, de la bande devers le Nort,
Et est icelle riviere fort parfonde, estroicte, & fort dangereuse a
naviguer.

Apres ladicte riviere est la province de Canada, ou il y a plusieurs
peuples par villages non cloz. Il y a aussi es environs dudict Canada
dedans le dict fleuve plusieurs ysles tant grandes que petites, & entre
autres en y a une qui contient plus de dix lieues de long: laquelle est
plaine de beaulx arbres & haultz. Et aussi en icelle y a force vignes.
Il y a passaige des deux costez d'icelle. Le meilleur & plus seur est
du costé devers le Su. Et au bort d'icelle ysle vers l'Onaist, y a ung
affoug d'eaues, lequel est fort beau & delectable pour mettre navires,
ou il y a ung destroict dudict fleuve fort courant & parfond: mais il
n'a de long que environ ung tiers de lieue: le travers duquel y a une
terre double de bonne haulteur toute labourée, aussi bonne terre comme
jamais homme veist & la est la ville & demourance de Donnacona, & de
noz deux hommes qui avoient esté prins le premier voyage, laquelle
demourance se nomme Stadacone, & auparavant que arriver audict lieu, y a
quatre peuples de demourance, scavoir Araste, Starnatau, Tailla, qui est
sur une montaigne, & Scitadin, puis le dict lieu de Stadacone, soubz
laquelle haulte terre vers le Nort est la riviere & hable de saincte
croix auquel lieu avons esté depuis le 15e jour de Septembre, jusques au
6e jour de May. 1536. Auquel lieu les navires demeurent a sec, comme
cy devant est dict passé ledict lieu & la demourance & peuple de
Tequenondahi, qui est sur une montaigne & la ville de Hochelay, Lequel
Hochelay est ung plain pays. [Page 33]

Toute la terre des deux costez dudict fleuve jusques à Hochelaga &
oultre, est aussi belle terre & unye que jamais homme regarda. Il y
a aucunes montaignes assez loing dudict fleuve que on veoit par sus
lesdictes terres, desquelles il descend plusieurs rivieres qui entrent
dedans ledict fleuve. Toute ceste dicte terre est couverte & plaine de
boys de plusieurs sortes & force vignes, excepté à lentour des peuples,
laquelle ilz on desertée pour faire leur demourance & labour. Il y a
grand nombre de cerfz, dains, hours, & aultres bestes. Il y a force
liepvres, connins, martres, regnardz, loueres, byevres, escureux, ratz,
Lesquelz sont gros à merveilles, & aultres sauvaigiens. Ilz s'acoustrent
des peaulx des bestes, par ce qu'ilz n'ont nulz accoustremens. Il y a
aussi grand nombre d'oyseaulx, scavoir grues, signes, oltardes, oyes
sauvages, blanches, & grises, cannes, cannardz, merles, mauvis,
teurtres, ramiers, chardonneaulx, turnis, serins, linotes, roussignolz,
passes solitaires et autres oyseaulx comme en France. Aussi comme par cy
devant es chapitres precedentz est faicte mention, ledict fleuve est le
plus habondant de poissons & de toutes sortes qu'il soit memoire avoir
jamais veu ny ouy: car depuis le commencement jusques à la fin y
trouverrez selon les saisons la pluspart des sortes & espesses de
poissons de la mer & eaue doulce, vous trouverez jusques audict Canada
force ballaynes, marsouyns, chevaulx de mer, adhothuys qui est une sorte
de poisson duquel jamais n'avyons veu ny ouy parler. Ilz sont gros
comme marsouyns, blancs comme neigne, & ont le corps & la teste comme
lepvriers, lesquelz se tiennent entre la mer & l'eaue doulce qui
commence entre la riviere du Saguenay & Canada.


_Chapitre d'aucuns enseignemens que ceulx du pays nous ont donnez depuis
estre revenuz de Hochelaga_.

Depuis estre revenuz de Hochelaga avec le gallyon, & les barques, avons
conversé allé & venu avec les peuples plus prochains de noz navires en
doulceur & amityé, fors que parfors avyons quelques differendz avec
aucuns mauvais garsons, dont les aultres estoient fort marris &
couroucez, & avons entendu par le seigneur Donnacona & aultres, que la
riviere devant dicte est nommée la riviere du Saguenay, & va jusques
audict Saguenay, qui est plus loing du commencement de plus [Page 34]
d'une lieue de chemin ver l'Onaist, Noronaist, & que passe huict ou neuf
journées, elle n'est plus parfonde que par basteaulx: mais que le droict
& bon chemin dudict Saguenay est par le fleuve jusques à Hochelaga, a
une riviere qui descend dudict Saguenay, & entre audict fleuve, & que de
la sont une lieue a y aller, & nous on faict entendre que les gens sont
vestuz & habillez comme nous, & de draps, & qu'il y a force villes &
peuples, & bonnes gens & qu'ilz ont grand quantité d'or & cuyvre rouge,
& que le tout de la terre depuis ladicte premiere riviere jusques à
Hochelaga & Saguenay, est une ysle, laquelle est circuite & environnée
dudict fleuve, & de rivieres. Et que passé ledict Saguenay va ladicte
riviere entrent en deux ou trois grandz lacz d'eaue, puis que on trouve
une mer doulce, de laquelle n'est mention avoir veu le bout, a ce qu'ilz
ont oy par ceux du Saguenay: car il nous ont dict ny avoir esté, oultre
nous ont donné a entendre que au lieu ou nous avions laissé nostre
gallyon quand feusmes a Hochelaga, y a une riviere qui va vers le
Suronaist, ou semblablement sont une lune a aller jusques a une terre
où il y a jamais glaces, ny neiges, mais que en ceste dicte terre y a
guerres continuelles les ungs avec les aultres. Et que en icelle terre y
a oranges, almandes, noix, pommes & aultres sortes de fruictz & en grand
habondance. Et nous ont dict les hommes & femmes d'icelle terre estre
vestuz & accoustrez de peaulx comme eulx. Apres leur avoir demandé s'il
y avoit de l'or & cuyvre, nous ont dict que non. L'estime à leur dire
ledict lieu estre vers la floride, à ce qu'ilz monstrent par leurs
signes & marches.


_D'une grosse maladie qui a esté au peuple de Stadacone, de laquelle
pour les avoir frequentez en avons esté imbouez, tellement qu'il es mort
de noz gens jusques au nombre de vingt cinq_.

Au moys de Decembre feusmes advertis que la mortalité s'estoit mise
au peuple de Stadacone, tellement que ja en estoient mors par leur
confession plus de cinquante. Au moyen de quoy leur deffendismes nostre
fort, & ne venir entour nous: mais nonobstant les avoir chassez commenca
la maladie entour nous d'une merveilleuse sorte, & la plus incongneue:
car les ungs perdoient la substance, & de leur devenoient les [Page 35]
jambes grosses & enflez & les nerfz retirez & noirciz comme charbon, &
à aucuns toutes fermées de gouttes de sang comme pourpre: puis montoit
ladicte maladie aux hanches, cuisses & espaulles, aux bras & au col. Et
a tout venoit la bouche si infecte & pourrye par les gensyves, que tout
la chair en tumboit jusques à la racine des dentz, lesquelles tumboient
pres que toute. Et tellement se esprit la dicte maladie à noz trois
navires, que à la my Febvrier de cent dix hommes que nous estions il n'y
en avoit pas dix sains, en sorte que l'ung ne pouvoit secourir l'aultre
qui estoit chose piteuse à veoir, consideré le lieu ou nous estions. Car
les gens du pays venoient tous le jours devant nostre fort, qui peu de
gens veoyent, & ja y en avoit huict de mors & plus de cinquante, en qui
on ne esperoit plus de vie.

Nostre cappitaine voyant la pitié & maladie ainsi esmeue, feist mettre
le monde en prieres & oraisons & feist porter ung ymage en remembrance
de la Vierge Marie contre ung arbre distant de nostre fort d'ung traict
d'arc les travers des neiges & glaces. Et ordonna que le dimenche
en suyvant l'on diroit audict lieu la messe. Et que tous ceulx qui
pourroient cheminer tant sains que malades yroient à la procession
chantant les sept pseaulmes de David avec la letanie, en priant ladicte
vierge qu'il luy pleust prier son cher enfant qu'il eust pitié de nous.
La messe dicte & celebrée devant ledict ymage, se feist le cappitaine
pelerin à nostre dame de Roquemado promettant y aller si Dieu luy
donnoit grace de retourner en France. Celuy jour trespassa Philippes
Rougemont natif d'Amboise, de l'aage de environ vingt deux ans.

Et pour ce que la maladie nous estoit incongneue, feist le cappitaine
ouvrir le corps pour veoir si aurions congnoissance d'icelle pour
preserver si possible estoit, le persus. Et feust trouvé qu'il avoit
le coeur blanc & fletry environé de plus d'ung pot d'eaue rousse comme
dacte, le foye beau, mais avoit le poulmon tout noircy et mortifié &
s'estoit retiré tout son sang au dessus de son coeur. Car quand il fut
ouvert sortist au dessus du coeur grand habondance de sang noir infect.
Pareillement avoit la ratte par devers l'eschine ung peu entamée environ
deux doidz comme si elle euct esté frotée sur une pierre rude. Apres
cela veu, luy feust ouverte & incise une cuisse, laquelle estoit fort
noyre par dehors, mais dedans la chair fut trouvée assez belle. Ce
faict, fut inhumé à mieulx que lon peust. Dieu par sa saincte grace
pardonne à son âme, & à tous trespassez, Amen. [Page 36]

Et depuis de jour en aultre s'est tellement continuée ladicte maladie,
que telle heure a este, que par tous les trois navires ny avoit pas
trois hommes sains, de sorte qu'en l'ung desdictz navires n'y avoit
homme qui eust peu descendre soubz le tillac pour tirer à boire,
tant pour luy que pour son compaignon. Et pour l'heure y en avoit ja
plusieurs de mortz. Lesquelz il nous convint mettre par par foiblesse
soubz les neiges: car il ne nous estoit possible de povoir pour lors
ouvrir la terre qui estoit gellée tant estions foibles, & avyons peu de
puissance. Et si estions en une crainte merveilleuse des gens du pays
qu'ilz ne se apperceussent de nostre pitié & foiblesse. Et pour couvrir
ladicte maladie lors qu'ilz venoient pres nostre fort nostre cappitaine
que Dieu a tousjours preservé, debout sortoit au devant d'eulx avec deux
ou trois hommes, tant sains que malades. Lesquelz faisoit sortir apres
luy. Et lors qu'il les voyoit hors du fort, faisoit semblant les vouloir
battre en criant & leur gectant bastons apres eulx, les envoyant à bort
monstrant par signes esdictz sauvages qu'il faisoit besongner tous ses
gens dedans les navires les ungs à gallefestrer, les aultres à faire
du pain & aultres besongnes, & qu'il ne estroit pas bon qu'ilz vinsent
donner de hors. Ce qu'ilz croyent, & faisoit ledict cappitaine battre &
mener bruict esdictz malades dedans les navires avec bastons & caillousz
faignans callefestrer. Et pour lors estions si esprins de ladicte
maladie que avions quasi perdu l'esperance de jamais retourner en France
si Dieu par sa bonté infinie & misericorde ne nous eust regardé en
pitié & donné congnoissance d'ung remede contre toutes maladies le plus
excellent qui fut jamais veu ny trouvé sur la terre, ainsi qu'il sera
faict mention en ce chapitre.


_Le nombre de temps que nous avons esté au hable saincte Croix & places
dedans les glaces & neiges, & le nombre de gens decedez depuis le
commencement de la maladie jusques à la my Mars_.

Depuis la my Novembre jusques au quinziesme jour d'Apvril, avons esté
continuellement enfermez dedans les glaces, lesquelles avoient plus de
deux brasses d'espesseur. Et dessus la terre avoit la haulteur [Page 37]
de quatre piedz de neiges & plus, tellement qu'elle estoit plus haultes
que les bortz de noz navires: lesquels les ont duré jusques audict
temps, en sorte que nos breuvages estoient tous gellez dedans les
fustailles, Et par dedans nosdictes navires tant de bas que de hault,
estoit la glace contre les bortz a quatre doigtz d'espesseur. Et estoit
tout le dict fleuve, par autant que l'eaue doulce en contenoit jusques
au dessus dudict Hochelaga gellé: durant lequel temps nous deceda
jusques au nombre de vingt cinq personnes des principaulx & bons
compaignons que nous eussions: Et pour l'heure y en avoit plus de
cinquante, en qui on esperoit plus de vie & le parsus tous malades
que nul n'en estoit exempté excepté trois ou quatre: Mais dieu par sa
saincte grace nous regarda en pitié: & nous envoya la congnoissance
& remede de nostre guarison & santé de la sorte & maniere qu'il sera
devisé en ce chapitre.

_Comment par la grace de dieu nous eusmes congnoissance de la sorte
d'ung arbre, par lequel nous avons esté guariz apres avoir usé dudict
arbre, & la facon d'en user_.

Ung jour nostre cappitaine voyant la maladie si esmeue & ses gens si
fort esprins d'icelle, estant sorty dehors du fort, Et soy promenant sur
la glace, apperceust venir une bende de gens de Stadacone, en laquelle
estoit Dom agaya, lequel le cappitaine avoit veu dix ou douze jours
auparavant fort malade de ladicte maladie que avoient ses gens. Car il
avoit l'une des jambes par le genoul aussy grosse qu'ung enfant de deux
ans. Et tout les nerfz d'icelle retirez: les dentz perdues & gastees, &
les gensives pourries & infectées.

Le cappitaine voyant ledict Dom agaya sain & deliberé feust joyeulx
esperant par luy scavoir comme il estoit guary: Affin de donner ordre
& secours à ses gens. Lors qu'ilz furent arrivez pres le fort, le
cappitaine luy demanda comme il s'estoit guary de sa maladie: lequel Dom
agaya respondit qu'il avoit le jus & le marcq des fueilles d'ung arbre
dont il s'estoit guary, & que c'estoit le singulier remede pour maladie.
Ledict cappitaine luy demanda s'il y en avoit point la entour, & qu'il
luy en monstrast pour guarir son serviteur qui avoit prins ladicte
maladie audict Canada, durant qu'il demouroit avec Donnacona, [Page 38]
ne luy voulant declarer le nombre des compaignons qui estoient malades.
Lors ledict Dom Agaya envoya deux femmes pour en querir: lesquelles en
apporterent neuf ou dix rameaulx, & nous monstrerent comme il failloit
peller l'escorce & les fueilles dudict boys, & mettre tout boullir en
eau, puis en boire de deux jours l'un, & mettre le marcq sur les jambes
enflees & malades, & que de toute maladie ledict arbre guerissoit, ilz
appellent ledict arbre en leur langaige Ameda.

Tost apres le cappitaine feist faire du breuvage pour faire boire es
malades, desquelz n'y avoit nul d'eulx qui voulsist essayer ledict
bruvage, synon ung ou deux qui se misrent en adventure d'icelluy
assayer. Tout incontinent qu'ilz en eurent beu, ilz eurent l'advantage
qui se trouva estre ung vray & evident myracle. Car de toutes maladies
dequoy ilz estoient entachez, apres en avoir beu deux ou trois foys,
recouvrerent santé & guarison: Tellement que tel y avoit desdictz
compaignons qui avoit la grosse verolle cinq ou six ans au parvant
ladicte maladie: a esté par icelle medecine curé nectement. Apres ce
avoir veu & congneu, y a eu telle presse ladicte medecine, que on si
vouloit tuer, à qui premier en auroit. De sorte que ung arbre aussi
gros & aussi grand que chesne qui soit en France, a esté employé en
six jours: lequel a faict telle operation, que si tous les medecins
de Louvain & de Montpellyer y eussent esté avec toutes les drogues de
Alexandrie, ilz n'en eussent pas tant faict en ung an, que le dict arbre
a faict en six jours: Car il nous a tellement proffite, que tous ceulx
qui ont voullu user, on recouvert santé & guarison la grace à dieu.


_Comment le seigneur Donacona accompaigné de Taignoagny & plusieurs
aultres faignans aller a la chasse aux Cerf & aux Dains, furent deux
moys sans retourner. Et à leur retour amenerent grand nombre de gens que
n'avions accoustumé de veoir_.

Durant le temps que la maladie & mortalité regnoit en noz navires, se
partirent Donnacona, Taignoagny, & plusieurs autres, faignans aller
prendre des Cerfz & Dains: Lesquelz ilz nomment en leur langaige
Aiounesta & Asquenoudo, parce que les neiges estoient & que les glaces
estoient ja rompues dedans le cours du fleuve, tellement qu'ilz
pouvoient naviguer par icelluy. Et nous fut par Dom Agaya [Page 39]
& aultres dict, qu'ilz ne seroient que environ quinze jours, ce que
croyons, mais furent deux moys sans retourner. Au moyen dequoy eusmes
suspicion qu'ilz ne feussent aller amasser grand nombre de gens
pour nous faire desplaisir, parce qu'ilz nous veoient si affoibliz,
nonobstant que avions mys si bon ordre à nostre faict, que si toute la
puissance de leur terre y eust esté, ilz eussent sceu faire autre chose
que nous regarder. Et pendent le temps qu'ilz estoient dehors, venoient
tous les jours force gens a noz navires, comme ilz avoyent de coustume,
nous apportant de la chair fresche de Cerfz & Dains, poissons fraiz
de toutes sortes: Lesquelz ilz nous vendoient fort cher, ou autrement
myeulx aymoient l'emporter, parce qu'ilz avoyent necessité de vivres
pour lors, a cause de l'yver qui avoit esté long.


_Comment Donnacona revint à Stadacone avec grand nombre de gens & feist
ledict Donnacona du malade de peur de venir veoir le cappitaine, cuydant
que ledict cappitaine allast vers luy_.

Le vingt & ungiesme jour dudict moys d'Avril, Dom Agaya vint à bort
accompagné de plusieurs gens lesquelz estoient beaulx & puissans.
Et n'avions accoustumé de les veoir: lesquelz dient que le seigneur
Donnacona feroit le lendemain venu: & qu'il apporteroit force cher de
cerfz & autre venaison. Et le lendemain vingt deuxiesme jour dudict moys,
vint le dict Donnacona, lequel admena en sa compaignie grand nombre de
gens audict Stadacone, ne scavions à quelle occasion, n'y pourquoy: mais
on dict à ung proverbe, qui de tout se garde de aucuns eschappe. Ce que
nous estoit de necessité; Car nous estions si affoibliz tant de maladie
que de gens mors, qu'il nous a fallu laisser ung de noz navires audict
lieu de saincte Croix. Le cappitaine estant adverty de leur venue, &
qu'ilz avoient admené tant de gens: & aussy que Dom Agaya le vint dire
au cappitaine, sans vouloir passer la riviere qui seroit entre nous
& ledict stadaconé: ains feist difficulté de passer, Ce que n'avoit
acoustumé de faire, qui nous donna doubte de trahison. Voyant ce, le
cappitaine envoya son serviteur accompaigné de Jehan poullet, lesquelz
estoient plus que nulz aultres aymez dudict peuple du pais, pour veoir
que estoit audict lieu,& qu'ilz faisoient, faignans les dictz [Page 40]
poullet & serviteur estre aller veoir ledict Donnacona, parce qu'ilz
avoient esté longuement avec luy à leur ville lesquelz luy porterent
aucun petit present. Et lors que ledict Donnacona fut adverty de leur
venue, feist le malade & se couche: Apres allerent en la maison de
Taignoagny pour le veoir, ou par tout trouverent les maisons si plaines
de gens, que on si povoit remuer: lesquelz on n'avoit accoustumé de
veoir, & ne voulut permettre ledict Taignoagny que ledict serviteur
allast es aultres maisons; ains les convoya vers les navires la moytié
du chemin, & leur dict que si le cappitaine luy vouloit faire ce plaisir
de prendre ung seigneur du pays nommé Agouanna, lequel luy avoit faict
desplaisir, & l'emmener en France qu'il seroit tenu à luy: Et feroit
tout ce que vouldroit ledit cappitaine, & que ledict serviteur
retournast le lendemain dire la responce.

Quand le cappitaine fut adverty du grand nombre de gens qui estoyent
audict lieu, ne scavoit à quelle fin, se deslibera leur jouer finesse.
Et prendre leur seigneur Taignoagny, Dom Agaya & des principaulx. Aussi
qu'il estoit bien desliberé de mener le dict seigneur en France pour
compter & dire au Roy ce qu'il avoit veu es pais Accidentaulx, des
merveilles du monde. Car il nous a certiffié avoir esté à la terre de
Saguenay, en laquelle y a infini or, rubis & aultres richesses. Et y
sont les hommes blancs comme en France & accoutrez de dras de laynes.
Plus dict avoir veu autre pays, ou les gens ne mengent poinct & ne ont
point de fondement, & ne digerent point ains font seulement eaue par la
verge. Plus dict avoir esté en autre pais de Picquemyans & autres
pais, ou les gens n'ont que une jambe. Et autres merveilles longues à
racompter. Ledict seigneur est homme ancien, & ne cessa jamais d'aller
par pais, depuis sa congnoissance, tant par fleuves, rivieres que par
terre.

Apres que lesdictz Poullet & serviteur eurent fait leur message, & dist
au cappitaine ce que ledict Taignoagny lui mandoit, renvoya ledict
cappitaine son dict serviteur le lendemain dire audict Taignoagny qu'il
le vint veoir, & luy dire ce qu'il vouloit, & qu'il lui feroit bonne
chere & partie de son vouloir. Ledict Taignoagny luy manda qu'il
viendroit le lendemain, & qu'il admeneroit le seigneur Donnacona & celuy
qui luy avoit faict desplaisir, ce que ne feist: Ains fut deux jours
sans venir, pendant lequel temps ne veint personne es navires dudict
Stadacone comme avoient de coustume, mais nous fuyoient comme [Page 41]
si les eussions voulu tuer. Lors apperceusmes leur mauvaistié, Et parce
qu'ilz furent advertiz que ceulx de Sicadin alloient & venoient entour
nous, & que leur avions habandonné le fond du navire que laissions pour
avoir les viel cloud, vindrent dudict Stadaconé le tiers jour ensuyvant
de l'autre bort de la riviere, & passerent la plus grand partie d'eulx
en petis basteaulx sans difficulté: mais ledict Donnacona n'y voulut
passer. Et furent Taignoagny & Dom Agaya plus d'une heure à parlementer
ensemble, avant que vouloir passer. En fin ilz passerent & vindrent
parler audict cappitaine, & pria ledict Taignoagny ledict cappitaine
vouloir prendre & emmener ledict homme en France. Ce que reffusa ledict
cappitaine: disant que le Roy son maistre luy avoit deffendu de non
emmener homme ni femme en France: mais bien deux ou trois petis enfans
pour apprendre le langaige, mais que voluntiers l'emmeneroit en terre
neufve, & qu'il le mettroit en une ysle. Ces parolles disoit ledict
cappitaine pour les asseurer, & acelle fin d'amener ledict seigneur
Donnacona, lequel estoit demeuré dela l'eaue desquelles parolles fut
fort joyeulx ledict Taignoagny, esperant ne retourner jamais en France,
& promist audict cappitaine de retourner le lendemain qui estoit le jour
saincte Croix, & admener ledict seigneur Donnacona & tout le peuple
dudict lieu.


_Comment le jour saincte Croix, le cappitaine feist planter une croix
dedans nostre fort, & comment ledict seigneur Donnacona, Taignoagny, Dom
Agaya & leur bende vindrent, & de la prinse dudict seigneur_.

Le troisiesme jour de May, jour & feste saincte Croix, pour la
solempnité de la feste: le cappitaine feist planter une belle croix de
la haulteur d'environ trente cinq piedz, soubz le croisillon de laquelle
y avoit ung escusson en bosse des armes de France: & sur icelluy estoit
escript en lettre attique _Franciscus primus Dei gratia Francorum
rex regnat_. Et celluy jour environ mydi vindrent plusieurs gens de
Stadacone, tant hommes, femmes, que enfans, qui nous dirent que leur
seigneur Donnacona, Taignoagny, Dom Agaya et aultres qui estoient en sa
compaignie venoient, dequoy feusmes joyeulx, esperant nous en [Page 42]
saisir: lesquelz vindrent environ deux heures apres mydi. Et lors qu'ilz
furent arrivez devant noz navires, nostre cappitaine alla saluer ledict
seigneur Donnacona, le quel pareillement luy feist grande chere, mais
avoit tousjours l'oeil au boys, et une craincte merveilleuse. Tost
apres arriva Taignoagny, lequel deist audict seigneur Donnacona, qu'il
n'entrast point dedans le fort. Lors fut par l'ung de leurs gens,
apporté du feu hors du fort, & allumé par ledict seigneur. Nostre
cappitaine le pria de venir boyre & manger dedans les navires, comme
avoit de coustume. Et semblablement en prya ledict Taignoagny, lequel
dist que tantost il entreroit: Ce qu'ilz feirent & entrerent dedans
ledict fort: Mais au paravant avoit esté notre cappitaine adverty par
Dom Agaya, que ledict Taignoagny avoit mal parlé & qu'il avoit dict au
seigneur Donnacona qu'il n'entrast point dedans les navires. Notre dict
cappitaine voyant ce, sortist hors du parc ou il estoit, & veit que les
femmes s'en fuyoient par l'advertissement dudict Taignoagny: & qu'il ne
demouroit que les hommes: les quelz estoient en grand nombre. Et lors
commanda ledict cappitaine à ses gens prendre ledict seigneur Donnacona,
Taignoagny, Dom Agaya, & de deux autres des principaulx qu'il monstra,
puis que on feist retirer les autres. Tost apres ledict seigneur entra
dedans le fort avec le dict cappitaine: mais tout soudain ledict
Taignoagny veint pour le faire sortir. Nostre cappitaine voyant qu'il
n'y avoit autre ordre, se print à cryer que on les print: Auquel cry
sortirent les gens dudict cappitaine: lesquelz prinsdrent ledict
seigneur & ceulx que l'on avoit desliberé prendre. Lesdictz Canadians
voyant la prinse, commencerent à fuyr & courir, comme brebis devant le
loup: les ungs le travers la rivière, les autres parmy le boys serchant
chascun son advantage. Ladicte prinse faicte des dessusdictz & que les
autres se furent retirez, furent mys en seure garde.


_Comment les Canadians vindrent la nuict devant les navires, sercher
leurs gens: durant laquelle ilz hurloyent & cryoient comme Loups, & le
parlement & conclusion qu'ilz feirent le lendemain, & des presens qu'ilz
feirent à nostre cappitaine_.

La nuict veneue vindrent devant noz navires, la riviere entre deux grand
nombre du peuple dudict Donnacona huchant & hurlant toute la [Page 43]
nuict comme Loups cryant sans cesse: Agouhanna pensent parler à luy, ce
que ne permist le cappitaine pour l'heure, n'y lendemain jusques environ
mydi: parquoy nous faisoient signe que les avions tuez & penduz. Et
environ l'heure de mydi: retournerent de rechef en aussi grand nombre
qu'avions vu de voyage pour ung coup: eulx tenans cachez dedans le boys,
fors aucuns d'eulx qui cryoient & appelloient à haulte voix ledict
Donnacona. Lors commanda le cappitaine faire monter ledict Donnacona
hault pour parler a eulx. Et luy dist le cappitaine qu'il feist bonne
chere, & que apres avoir parlé au Roy de France & compté ce qu'il avoit
veu au Saguenay & aultres qu'il reviendroit dedans dix ou douze lunes:
& que le Roy luy feroit ung grand present: de quoy feust fort joyeulx
ledict Donnacona, & le dist es autres en parlant à eulx lesquelz en
feirent trois merveilleux crys, en signe de joye. Et à l'heure
feirent ledict peuple & Donnacona entre eulx plusieurs predications &
preschemens: lesquelz il n'est possible d'entendre par faulte de langue:
nostre cappitaine dist audict donnacona qu'ilz vissent seurement de
l'autre bort pour mieulx parler ensemble, & qu'il les asseuroit, ce
que leur dist ledict Donnacona: & sur ce vindrent une barquée des
principaulx à bort desdictes navires. Lesquelz de rechief commencerent
plusieurs preschemens, donnant louange audict cappitaine; & luy feirent
present de vingt quatre colliers de Esurgny, qui est la plus grand
richesse qu'ilz ayent en ce monde: Car ilz l'estiment plus que or &
argent. Apres qu'ilz eurent assez parlementé & devise les ungs avec les
aultres, & veu qu'il n'y avoit remede audict seigneur d'eschapper &
qu'il failloit qu'il veint en France, Il commanda que on luy apportast
le lendemain vivres pour menger par la mer. Nostre cappitaine feist
present audict Donnacona de deux paisles d'arain & de huict hachotz, &
autres menues besongnes comme cousteaulx, & patenostres. Dequoy fut fort
joyeulx en sou semblant: Et les envoya ledict cappitaine à ceulx qui
estoyent venuz parler audict Donnacona, aucuns petis presens; Dequoy
remercierent fort ledict cappitaine. A tant se retyrerent & s'en
allerent à leurs logis. [Page 44]


_Comment le lendemain cinquiesme jour de May, ledict peuple retourna
parler à leur seigneur, & comment il veint quatre femmes à bort luy
apporter des vivres_.

Le cinquiesme jour dudict moys au plus matin, ledict peuple retourna
en grand nombre, pour parler à leur seigneur, & envoyerent une barque,
qu'ilz appellent en leur langaige Casnouy, en laquelle ilz estoient
quatre femmes, sans y avoir aucuns hommes, pour doubte qu'ilz avoient
qu'on ne les retint: lesquelles apporterent force vivres, scavoir gros
mil (qui est le bled duquel ilz vivent) chair, poisson, & aultres
provisions à leur mode. Lesquelles estre arrivees es navires, le
cappitaine leur feist bon recueil, & pria Donnacona audict cappitaine
qu'il dist ausdictes femmes, que dedans douze lunes il retourneroit, &
qu'il admeneroit ledict Donnacona a Canada: Ce disoit à celle fin de les
contenter: Ce que feist ledict cappitaine, dont lesdictes femmes feirent
grand semblant de joye, en montrant par signes & parolles audict
cappitaine, mais qu'il retournast & admenast ledict Donnacona qu'ilz
lui feroient plusieurs presens. Lors chascune dicelles donna audict
cappitaine ung collier desurgny, puis s'en allerent de l'autre bort de
la riviere ou estoit le peuple dudict Stadacone, & se retirerent prenant
congié dudict seigneur.

Le samedy sixiesme jour dudict moys, nous appareillasmes du havre
saincte Croix, & vinsmes à l'ysle es Couldres, ou avons esté jusques au
seziesme dudict moys, laissant amortir les eaues, lesquelles estoient
trop courantes & dangereuses pour avaller ledict fleuve; et attendans
bon temps. Pendent lequel temps vindrent plusieurs barques des peuples
subjectz audict Donnacona lesquelz venoient de la riviere du Saguenay:
Et lors que par Dom Agaya furent advertiz de la prinse de eulx, &
la facon & maniere comme on menoit Donnacona en France, furent bien
estonnez mais ne laisserent à venir le long des navires, parler audict
Donnacona, qui leur dist que dedans douze lunes il retourneroit, & qu'il
avoit bon traictement avec le cappitaine & compaignons, dequoy à une
voix remercierent ledict cappitaine, & donnerent audict Donnacona trois
pacquetz de peaulx de byevres & loups marins avec un grand cousteau
de cuyvre rouge, qui vient du Saguenay & autres choses. Semblablement
donnerent audict cappitaine ung collier Desurgny, pour  [Page 45]
lesquelz presens leur feist ledict cappitaine donner dix ou douze
hachotz, desquelz furent fort contens & joyeulx, & en remercierent
ledict cappitaine.

Le lendemain, 16e jour dudict moys de May nous appareillasmes de ladicte
ysle es couldres, & veinsmes poser a une ysle qui est a environ quinze
lieues de ladicte ysle es couldres, laquelle est grande d'environ
cinq lieues de long, & la passasmes celluy jour pour passer la nuict,
esperant le lendemain passer les dangier du Saguenay, lesquelz sont
grandz. Le soir feusmes à ladicte ysle, ou trouvasmes grand nombre de
lievres, desquelz eusmes quantité: & par ce la nommasmes l'ysle es
lievres. Et la nuict le vent vint contraire & en tourmente tellement
qu'il convint relacher à l'isle es couldres dont estions partis, par
ce qu'il n'y avoit autre passage entre lesdictes ysles. Et y feusmes
jusques au 21 dudict moys que le vent vint bon, & tant feismes par noz
journées que passasmes jusques a Honguedo, lequel passage n'avoit par cy
devant esté descouvert. Et feismes courir le travers du Cap de Prato,
qui est le commencement de l'abbaye de Challeur. Et pource que le vent
estoit bon & convenable, feismes porter le jour & la nuict. Et le
lendemain veismes querir au corps l'ysle de Bryon. Ce que ne voulions
faire pour l'abbregé de nostre chemin: Et sont les deux terres gisantes
Suest & Noronaist ung quart de l'Est & de l'Onest. Et y a entre eulx 50
lieues. Ladicte ysle est en. 47 degrez demye de latitude. Le jeudi 26e
jour dudict moys, jour & feste de l'ascention nostre Seigneur, nous
traversasmes à une terre & sablon de basses araynes, qui demeurent au
Suronaist de ladicte Ysle de Bryon environ huict lieues. Par dessus
lesquelles y a de grosses terres plaines d'arbres, & y a une mer enclose
dont n'avons veu aucune entrée ny ouverture pour entrer en icelle. Et le
vendredy. 27. par ce que le vent changeoit à la coste, retournasmes à
ladicte ysle de Bryon, ou feusmes jusques au premier jour de Juing, &
vinsmes querir une terre haulte qui demeure au Suest de ladicte ysle,
qui nous apparoissoit estre une ysle, & la rengeasmes environ deux
lieues & demye, faisant lequel chemin eusmes congnoissance de trois
haultes ysles qui demeurent vers les Araynes. Apres lesquelles choses
congneues, retournasmes au cap de ladicte terre qui se faict à deux
ou trois caps haultz à merveilles & grand parfond d'eaue & la marée si
courante, qu'il n'est possible de plus. [Page 46]

Nous arrivasmes celluy jour au cap de Lorraine, que est environ 46
degrez demye au Su, duquel cap y a une basse terre & semblant d'entrée
de riviere: mais il n'y a hable que vaille. Parsus lesquelles terres
vers le Su, veismes ung aultre cap de terre que nous nommasmes le cap de
Sainct Paul, qui est environ 47 degrez ung quart. Le dimenche 4e jour
dudict moys, jour & feste de la Pentecouste, eusmes congnoissance de la
coste Dest Suest de terre neufve, qui estoit à environ vingt deux lieues
du cap, & pource que le vent estoit contraire, feusmes a ung hable
que nous nommasmes le hable de sainct esperit, jusques au mardi que
appareillasmes dudict hable, & rengeasmes ladicte coste jusques aux
ysles Sainct Pierre, lequel chemin faisant trouvasmes le long de ladicte
coste plusieurs ysles & basses fort dangereuses estans en la routte
Dest, Suest & Onaist, Noronaist à une, vingt trois lieues à la mer. Nous
feusmes esdictes ysles sainct Pierre, ou trouvasmes plusieurs navires,
tant de France que de Bretaigne, depuis le jour Sainct Barnabé unziesme
jour de Juing, jusques au 16e jour dudict moys, que appareillasmes, des
dictes ysles Sainct Pierre & vinsmes au Cap de Raze & entrasmes dedans
ung hable nomme Rougnoze, ou prinsmes eaues & boys pour traverser la mer
& la laissasmes l'une de noz barques & appareillasmes dudict hable le
lundi 19e jour dudict moys. Et avec bon temps avons navigué par la mer,
tellement que le 6e jour de Juillet 1536 sommes arrivez au hable de
Sainct Malo la grace du createur. Lequel prions faisant fin à nostre
navigation, nous donner sa grace, & paradis à la fin. Amen.


_Ensuyt le langage des pays & Royaulmes de Hochelaga & Canada,
aultrement appellée par nous la nouvelle France_.

  _Premier leur nombre de compter_.

  Segada	1
  Tigneny	2
  Asche		3
  Honnacon	4
  Ouiscon	5
  Indahir	6
  Ayaga		7
  Addegue	8
  Madellon	9
  Assem		10

  _Ensuit les noms des parties du corps de l'homme_

  La teste	           Aggourzy [Page 47]
  Le frons                 Herguenyascon
  Les yeulx                Hegata
  Les oreilles             Ahontascon
  La bouche                Escahe
  Les dentz                Esgougay
  La langue                Osvache
  La gorge                 Agouhon
  Le menton                Hebehin
  Le visaige               Hogouascon
  Les cheveulx             Aganiscion
  Les braz                 Ajayascon
  Les esselles             Hetnanda
  Les coustez              Aissonne
  L'estomach               Aggruascon
  Le ventre                Eschehenda
  Les cuisses              Hetnegradascon
  Le genouil               Agochinegodasion
  Les jambes               Agouguenehonde
  Les piedz                Onchidascon
  Les mainz                Aignoascon
  Les doidz                Agenoga
  Les ongles               Agedascon
  Le vit                   Aynoascon
  Ung con                  Chastaigne
  Ung homme                Aguehan
  Une femme                Agrueste
  Ung garson               Addegesta
  Une fille                Agnyaquesta
  Ung petit enfant         Exiasta
  Une robbe                Cabata
  Ung propoinct            Coioza
  Des chausses             Henondoua
  Des soullyers            Atha
  Des chemises             Anigoua
  Ung bonnet               Castrua
  Ilz appellent leur bled  Osizy
  Pain                     Carraconny
  Eaue                     Ame
  Chair                    Quahouascon
  Poisson                  Queion
  Prunes                   Honnesta
  Figues                   Absconda
  Raisins                  Ozaba
  Noix                     Quaheya
  Une poulle               Sahomgahoa
  Une lamproye             Zysto
  Ung saulmon              Ondaccon
  Une ballaine             Ainnehonne
  Une anguille             Esgneny
  Ung escureul             Caiognem
  Une couleuvre            Undeguezy
  Des tortues              Heuleuxime
  Ilz appellent le boys    Conda
  Feuilles de boys         Hoga
  Ilz appellent leur dieu  Cudragny
  Donnez moy a boyre       Quazahoa quea [Page 48]
  Donnez moy a desjuner	   Quazahoa quascahoa
  Donnez moy a souper 	   Quazahoa quatsream
  Allons nous coucher  	   Casigno Agnydahoa
  Bon jour 		         Aignaz
  Allons jouer 		   Casigno Caudy
  Venez parler a moy  	   Asigni quaddadia
  Regardez moy        	   Quatgathoma
  Taisez vous		   Aista
  Allons au basteau   	   Quafigno Casnouy
  Donnez moy ung cousteau  Quazahoa agoheda
  Ung hachot		   Addogne
  Ung harc   		   Ahena
  Ung fleche   		   Quahetam
  Allons a la chasse   	   Quafigno donassent
  Ung Cerf		         Aionnesta
  De dains ilz disent que se sont moutons &
  les appellent     	   Asquenondo
  Ung liepvre   	         Sourhamda
  Ung chien    		   Agayo
  Des ouyayes     	   Sadeguenda
  Le chemin   		   Adde
  Ilz appellent la graine de concombres ou
  mellons   		   Casconda
  Qand ilz veullent dire demain
  Ilz dient 		   Achide
  Le ciel  		         Qenhia
  La terre  		   Damga
  Le soleil 		   Ysnay
  La lune                  Assomaha
  Les estoilles            Siguehoham
  Le vent                  Cahoha
  La mer                   Agogasy
  Les vagues de la mer     Coda
  Une ysle                 Cohena
  Une montaigne            Ogacha
  La glace                 Honnesca
  La neige                 Canisa
  Froid                    Athau
  Chault                   Odazan
  Feu                      Azista
  Fumee                    Quea
  Une maison               Canocha
  Ilz appellent leurs febves Sahe
  Ilz appellent une ville  Canada
  Mon pere                 Addatht
  Ma mere                  Adanahoe
  Mon Frere                Addagnin
  Ma seur                  Adhoasseue
  Ceulx de Canada disent qu'il fault une lune a
  naviger depuis Hochelaga, jusques à une terre
  ou se prend la canelle & le giroffle.
  Ilz appellent la canelle Adhotathny
  Le giroffle              Canonotha

  Fin.



NOTES VARIANTES, CORRECTIONS ET ADDITIONS

Nous avons déclaré, dans l'introduction placée en tête de ce petit
volume, que l'édition originale de 1545, dont il offre une reproduction
scrupuleusement fidèle, est loin de représenter un texte irréprochable
sous le rapport de la correction typographique; elle n'est pas non
plus à l'abri de tout reproche d'inexactitude au point de vue d'une
rigoureuse conformité aux textes manuscrits encore existants de la
relation de Cartier; & nous avons annoncé que l'éditeur d'aujourd'hui
avait résolu de porter remède aux défaillances de l'ancien éditeur, en
ajoutant à la réimpression actuelle un appendice destiné à corriger ces
fautes, & à signaler les variantes des mss; ces variantes acquièrent
en certains cas une étendue qui leur donne l'importance d'additions
considérables, puisqu'elles fournissent jusqu'à deux chapitres entiers
restés en lacune dans l'édition de 1545, & par conséquent dans les
versions de Ramusio & de Hakluyt auxquelles elle a servi de type.

Ainsi que nous l'avons dit, les mss sont au nombre de trois, tous d'une
écriture contemporaine de la rédaction même, & tellement semblable d'un
exemplaire à l'autre, qu'au premier abord on pourrait les croire tous de
la même main. Il y a cependant quelques différences, & il est permis de
croire que ce sont trois expéditions grossoyées successivement d'après
une seule & même minute, à laquelle il pouvait être fait quelque légère
addition pour en former un ensemble plus complet & mieux disposé.

Celui des trois mss qui nous parait réunir divers caractères
d'antériorité à l'égard des deux autres, porte, dans le classement
actuel des mss français de la Bibliothèque impériale, le n° 5653,
primitivement il avait été numéroté MDXIIII; il reçut ensuite le n° 611
dans la Bibliothèque royale de Fontainebleau, & fut inscrit plus tard
sous le n° 10272 dans celle de Paris. Il est couvert d'une reliure
ancienne nouvellement restaurée, en basane brun clair, décorée en
or, sur les plats, des armes & du chiffre du roi Charles IX. Nous le
désignerons spécialement désormais, pour abréger, par la lettre A.

Le second ms, portant aujourd'hui le n° 5589, avait primitivement été
numéroté huit cents trente trois; il fut classé à Fontainebleau sous le
n° 672, puis à Paris sous le n° 10025. Il est relié en ancien maroquin
rouge plein, a filets dorés & médaillon ovale aux armes royales sur les
plats. Nous le désignerons par la lettre B.

Le troisième, sous le n° 5644 dans l'ordre actuel, provient de la
bibliothèque de Philibert de la Mare: il portait, dans le classement de
ce fonds, le n° 373, & il fut inscrit au Catalogue des mss du roi sous
le n° 10265-3. Il est couvert d'une demi-reliure moderne à dos de
maroquin rouge du Levant, avec papier d'Annonay marbré sur les plats.
Nous lui Affecterons spécialement la lettre C.

Tous les trois sont écrits sur papier semblable, de format couronne
in-folio, les volumes ne différant entre eux de grandeur que par la
rognure; le premier compte 59 feuillets remplis, le second 66, le
dernier 62. Le premier n'offre aucun des intitulés de chapitres qui
se trouvent dans les deux autres aussi bien que dans l'imprimé; il ne
contient pas non plus l'épître au Roi qui se lit dans les autres; & il
commence en belle page par un titre général, qui se retrouve dans le ms
B au verso du premier feuillet, sur lequel il n'est écrit rien autre
chose. Ce titre Général manque au ms C, mais on peut admettre qu'il y
était joint dans l'origine, comme au ms B, au verso d'un feuillet de
garde qui aura disparu, ou bien que l'adjonction en aura été négligée.
Ce titre est très-différent de celui de l'édition imprimée, lequel a
évidemment été suppléé par l'éditeur d'alors si le ms dont il disposait
en était dépourvu, ou substitué par lui à l'intitulé original, qui a
pu lui paraître d'une rédaction par trop lourdement solennelle pour
éveiller la curiosité du public.

Le voici en effet tel que le donnent nos manuscrits:

  «Seconde navigation faicte par le commandement
  & voulloir du tres chrestien roy François
  premier de ce nom au parachevement de la descouverte
  des terres occidentalles estantes soubz
  le climat & paralleles des terres & royaulme dudict
  seigneur & par luy precedantement ja commencées
  a faire descouvrir. Icelle navigation faicte
  par Jacques Cartier natif de Sainct Malo de lisle
  en Bretaigne, pillote dudict seigneur, en lan mil
  cinq cens trente six.»

Nous sommes disposé à penser que le ms A n'est autre que l'expédition
originale destinée au roi, soit que Cartier lui-même ait été admis à la
lui présenter, comme le donnerait à croire Lescarbot, soit qu'elle ait
dû passer par les mains de l'amiral de Brion: l'épître qui se lit
en tête des autres exemplaires, & fait corps avec eux, devait
naturellement, dans une présentation ou un envoi officiel, être mise
séparément sous les yeux du souverain, & voilà comment elle n'est pas
jointe à la relation, qu'elle accompagnait sans doute, mais dont elle
devait être matériellement détachée. C'est dans les transcriptions
ultérieures seulement que l'épître aura été réunie à la relation, &
les chapitres de celle-ci pourvus d'intitulés auxquels on n'avait pas
d'abord songé.

A ces additions près, le ms B reproduit fidèlement le ms A; & le ms C
leur est aussi presque entièrement conforme: dans les cas cependant où
quelque différence peut être remarquée, c'est le ms C que semblerait
refléter plus particulièrement la rédaction suivie par l'éditeur de
1545, aussi bien que celle dont a fait usage Lescarbot. Quant aux
éditions de Ternaux & de la Société littéraire & historique de Québec,
elles ont été faites, l'une d'après les mss B & C, l'autre sur
l'ensemble des trois mss combinés avec les extraits de Lescarbot. comme,
pour certains mots, surtout pour les noms propres, la lecture des mss
peut offrir quelque incertitude, il nous a semblé utile de comparer
entre elles les leçons diverses auxquelles se sont arrêtés les éditeurs
successifs, & nous avons en conséquence, pour la désignation éventuelle
de ces publications, affecté spécialement la lettre L aux extraits de
Lescarbot, la lettre T à l'édition de Ternaux, & la lettre Q à l'édition
donnée par la Société de Québec.

Il nous a paru oiseux de noter scrupuleusement une à une toutes ses
nuances d'orthographe dans les mots de la langue usuelle, toutes les
inversions des mots d'une même phrase, tous ces petits riens qui eussent
rendu le relevé des variantes aussi étendu que le livre même: peut-être
quelques lecteurs trouveront-ils que nous aurions du élaguer encore
davantage. Quant aux noms propres, au contraire, ainsi qu'aux
expressions peu usées, nous avons cru que notre scrupule ne pourrait
être trop grand; toutefois, même à cet égard, il nous parait suffisant
de dire ici une fois pour toutes, que le nom du voyageur lui-même,
toujours imprimé Quartier par Lescarbot, & à son exemple par la Société
littéraire & historique de Québec, est constamment écrit Cartier dans
nos mss.

C'est à M. François De Witt que le nouvel éditeur a confié la tâche
de relever les variantes que l'on trouvera consignées ci-après.
L'indication comparative que nous avons donnée plus haut, du contenu de
chaque ms & de ses lacunes, nous dispense d'y revenir en détail dans
le recensement qui va suivre. Comme l'accord général des trois mss
conduirait à une répétition presque perpétuelle, dans ce relevé, des
trois lettres A B C réunies, nous y avons substitué comme un équivalent,
l'indication unique mss, laquelle à la rigueur serait même superflue
quand il s'agit seulement de la correction de simples coquilles
typographiques: parmi celle-ci il en est une tellement constante,
qu'elle peut être signalée en bloc par une annotation générale: il
s'agit de toutes les désignations des points de la rose des vents où
figure le mot ouest, plus souvent écrit ouaist dans nos mss, & que le
typographe de 1545 a constamment imprimé Onaist & Ornaist.

Nos renvois s'expliquent ainsi qu'il suit: un premier chiffre rappelle
d'abord le feuillet de notre texte imprimé, & l'une des minuscules
italiques a ou b, qui l'accompagne, spécifie le recto ou le verso de ce
feuillet; le nouveau chiffre qui vient ensuite désigne, suivant que le
nombre est simple ou double, la ligne ou les lignes auxquelles il faut
se reporter; puis est répété le mot ou la série de mots du texte sur
lesquels porte la variante ou la correction, laquelle est placée
vis-à-vis après un tiret séparatif. Toute observation ou annotation de
notre fait est soigneusement renfermée entre parenthèses.

Voici donc, par le menu, le résultat de notre recension:

  2 a 11-12 _declination_ - declinaison, B. C.
  _ _ 13-14 _es autres_ - aux aultres, B C.
  _ b     3 _esgalleté_ - egalite, B C.
  _ _     4 _suffit qu'il ayst_ - suffist qu'il est, B;
            suffict quil y est C.
  _ _  9-10 _quelques genres ou espèces_ - quelque
            genre ou espèce, B C.
  _ _    12 _leur nature_ - leurs natures, B.
  _ _     _ par la vie - pour la vie, B.
  _ _    18 _ilz dient_ - ilz ont dict, B, ilz en dient, C.
  _ _    19 _afferment_ - affermé, B.
  _ _    _  trois inhabitées - troys inhabitables, B.
  3 a     1 _solstices_ - (ajoutez:) pour la grant
            challeur & reverbération du souleil, B.
  _ _     2 _zenic des testes des habitans d'icelle_ - zenitt de la dicte
            zone, B.
  _ _     9 _pensent... treuvent_ - pensoient... treuvoient, B C.
  _ _    10 _ou_ - la ou, B C.
  _ _    11 _d'icelluy_ - dicelles, B C.
  _ _    12 _aveuturer_ - aventurer.
  _ _ 15-16 _je dictz_ -  je diray, B.
  _ _    18 _ung mot_ - ung brief mot, B C.
  _ b     7 _d'eulz_ - de soy, C.
  _ _   7-8 _à l'advanture_ - en ladvanture, B C.
  _ _    11 _saincte foy_ - tres saincte foy, B C.
  _ _    12 _des_ - desdictz, B C.
  _ _    14 _Je allegue_ - Jay allegué, B C.
  _ _    __ _par ce_ - pour ce, B.
  _ _    16 _reconce_ - recouce, B; retire, C.
  _ _    17 _faict_ - faisant, B.
  4 a     2 _duquel_ - de quoy, B.
  _ _     3 _à mon foible_ - en mon simple, B.
  _ _     4 _plaist_ - pleust, B.
  _ _     6 _estans & habitans soubz_ - estantes & habitantes sur, B C.
  _ _     9 _ayt_ - aient eu, B C.
  _ _    12 _saincte_ - tres saincte, B C.
  _ _    13 _à la_ - en la, B C.
  _ _    17 _à l'occident_ - en loccident, B C.
  _ _     1 _saincte_ -  tres saincte, B C.
  _ _   3-4 _eclipses_ - eclipser, B.
  _ _     5 _monster sa clerté_ - monstrer sa clarte, BC.
  _ _   8-9 _apostatz & imitateurs de Mahomet_ -(ces mots ne se trouvent
            pas dans le ms B).
  _ _  9-10 _de jour en autre_ - de jour en jour, B.
  _ _    10 _opprimer_ - obnubiller, B.
  4 b    12 _donnent_ - donnoient, B C.
  _ _    18 _paovres_ - princes, B _, pouvres, C.
  5 a    19 _innumerable_ - la innumerable, B C.
  _ b     2 _descend_ - decourt, B C.
  _ _     3 _permy_ - parmy, B C.
  _ _     8 _nostre dicte saincte_ - nostre dicte tres  saincte, B;
            nostre tres saincte, C.
  _ _    11 _cestuy present petit livre_ - ce present livre, C.
  _ _ 11-12 _toutes choses_ - toutes les choses, B.
  _ _ 16-17 _& terres_ - (le ms B ajoute:) les rottes  dangiers &
            gisement dicelles terres.
  6 a     3 _en l'an_ - oudict an, A.
  _ _    16 _avec trois_ - avec lesdictz trois, mss.
  _ _    17 _environ_ - de environ, mss.
  _ _    18 _le_ - ledict, mss.
  _ _    19 _frosmond_ - Fromont, mss.
  _ _    21 _Montreueil_ -  Montreul, mss; Montreal, LT; Montcevelles, Q.
  _ _ 22-23 _Jehan poullet_ - (ce nom ne se trouve  dans aucun des trois
            mss non plus que dans L. C'est une évidente interpolation,
            qui se reproduit en divers endroits de la narration, & qui
            demeure toujours exclusivement restreinte au texte imprimé
            de 1545).
  _ _    23 _Le second_ - au second, mss.
  _ _    25 _environ_ - de environ, mss.
  _ _    27 _tiers_- tiers & plus petit, mss.
  _ _     1 _l'Emerillon_ - l'Hemerillon, mss.
  _ _   2-3 _le breton_ - Lebreton, A C; le Breton, B.
  _ _     4 _20_ - vingt sixiesmes, mss.
  _ _     7 _contraire_ - contraires, mss.
  _ _     . _que_ - que jamais, mss.
  _ _     8 _la mer_ - ladicte mer, mss.
  6 b    15 (Ici commence un nouvel alinéa dans les trois mss.)
  _ _    21 _quelle_ - Laquelle, C.
  7 a     1 _du_ - de, mss.
  _ _     . _labbaye_ - la baye, mss.
  _ _     3 _debvoyns_ - devyons, mss.
  _ _    12 _Ornaist_Surnaist_ - Ouaist Surouaist, mss.
  _ _    17 _Et_ - lesquelles, mss.
  _ _    18 _ladicte_ - de la dicte, mss.
  _ _    28 _grande voye_ - grandes bayes, mss.
  _ b     2 _marthe_ - martre, mss,
  _ _     6 _Onaist_ - Ouest, mss.
  _ _   6-7 _yles saincte Marthe_ - ysles sainct Guillaume & aultres
            ysles qui demeurent à ouaist surouaist des ysles saincte
            Martre, mss.
  _ _    11 _le travers_ - jusques le trauvers, mss.
  _ _    13 _duquel_ - duquel cap, mss.
  _ _    16 _marthe_ - martre, mss.
  8 a     4 _Nor onaist_ - Norouaist.
  _ _     . _environ_ - à environ, mss.
  _ _     6 _Et parce_ - Et pour ce, mss.
  _ _     9 _feusmes charcher_ - allasmes sercher, mss.
  _ _    15 _une croix_ - Une grande croix, mss.
  _ _    19 _& se fault_ - Il se fault, C.
  _ _    23 _plusieurs bons hables_ - plusieurs hables, mss.
  _ _    25 _vii_ - viii°, mss.
  _ _    27 _deca_ - du su, mss.
  _ _     1 _Susur Onaist_ - Su Surouaist.
  _ _     4 _de Su_ - du Su, mss.
  _ _     8 _passaige... ventz... scavoit_ - posaige... temps...
            pourroit, mss,
  _ _    15 _Le douziesme_ - le xiii°, mss.
  _ _    l9 _de Sur Onaist_ - du Suouaist.
  8 b    26 _l'an precedent a Canada_ - le premier voyage a Canada A B;
            l'an precedant, C.
  _ _    27 _dudict_ - de la dudict, A B.
  _ _     _ _commenceroit_ - commancoit, mss.
  9 a    11 _donc_ - dont, mss.
  _ _ 14-15 _Onaist sur Onaist_ - Ouest Surouest, mss.
  _ _    19 _mardy_ - mardy midi, mss.
  _ _    23 _devers_ - de devers, mss.
  _ _    24 _haultes... gisant_ - basses...  gisantes, mss,
  _ _ 25-26 _Onaist ung cart de Sur Onaist_ - Ouaist un quart de
            Surouaist, mss.
  _ _    28 _habitable_ - habitée, mss.
  _ b     6 _grant Silenne_ - grand fleuve de Silenne, mss.
  _ _   7-8 _estroissent_ - estroississant, mss.
  _ _     8 _uis que_ - & puisque, mss.
  _ _     9 _doulce_ - doulce audict fleuve, mss.
  _ _    10 _n'auroit_ - navoit este, _X.
  _ _    15 _le reste dela dicte terre & coste_ - le reste & coste,
            A B.
  _ _    16 _veoir_ - a veoir, mss.
  _ _ 24-24 _nostre_ - le dict, A B.
  _ _    27 _Sur Ornaist_ - Surouaist, mss.
  10 a    2 _de Su_ - du Su, mss.
  __ _   17 _lieue d'elle_ - lieue de terre elle, mss.
  __ _   24 sauvaiges - hommes, mss.
  __ _    27 _21_ - (T a lu XXe).
  __ b     9 _bonne radde_ - bonnes raddes, mss.
  __ _     . _& vingt_ - a vingt, mss.
  __ _    10 _de sablon_ - & sablon, mss.
  __ _    12 _bruynnes... faisoient_ - bruymes... faisoit, mss.
  __ _    13 _xxiiii° jour dudict moys_  – (ajoutez:) que nous
             appareillasmes. Et avons este par la mer chemyn faisant
             jusques au vingt neufiesme dudict moys, mss.
  10 b    22 _son_ - sonne, mss.
  __ _    26 _Su Sur Onaist_ - Su Surouaist, mss.
  __ _    28 _marie_ - marée, mss.
  11 a     1 _les nommasmes_ - le nommasmes, mss.
  __ _     2 _entrasmes_ - arrivasmes, C.
  __ _     5 _Best_ - lest, mss.
  __ _    15 _l'Onaist, Sur, Onaist_ - louaist Surouaist, mss.
  __ _    16 _du fleuve_ - dudict fleuve, mss.
  __ _    18 _de Saguenay_ - du Saguenay, mss.
  __ _ 19-20 _sauvages_ - _hommes, mss.
  __ _    22 _& nonobstant_ - ce nonobstant, mss.
  __ _ 25-26 _qui... arbre_ - Que... tel arbre, mss.
  __ b     2 _barques des sauvages lesquelz venoient ver nous en grand
             peur - barques de Canada qui estoient la venues pour
             faire pescherie de loups marins & aultres poissons. Et
             nous estans posez dedans ladicte riviere vint deux des
             dictes barques vers noz navires, les quelles venoient en
             une paour, mss.
  __ _     4 _recueillit_ - ressortit, A B; sortit, C.
  __ _   7-8 _seurement_ - seurement a bort, mss,
  __ _    12 _mares_ - maree, mss,
  __ _    15 _deux brasses_ - deux & trois brasses, mss.
  __ _    17 _de ce puantes_ - decepvantes, mss (L & Q ont transcrit
             décevantes).
  __ _    23 _Sur Onaist_ - Surouaist, mss,
  __ _    26 _l'obbe_ - lebbe, mss.
  12 a   1-2 _passames_ - posasmes, mss.
  __ _     3 _matin_ - au matin, mss,
  __ _     8 _marsouyns_ - merhoux, mss (L a lu moroux, T morhoux,
             & Q morrues).
  11 b    8 _Estre_ - estocq, mss; (L, T & Q lisent uniformément estoc).
  __ _   12 _ladicte riviere_ - ledict fleuve, mss.
  12 a   14 _fors_ - fort, mss.
  __ _   16 _fleuve_ - fleuve ny pays, mss.
  __ _   25 _Adhothuys_ - adhothuys cy devant escriptes, AB;
            (dictes, C).
  __ b   20 _leur saison_ - les saisons, de quoy sera faict cy apres
            mention, mss.
  __ _    _ _encre_ - ancre, mss.
  __ _22-23 _sauvaiges_ - hommes, C.
  __ _   25 _vouloient_ - voullurent, C.
  __ _   28 _Taignoagny_ - (L & Q ont lu Taignoagny),
  13 a    2 _demener joye_ - faire grand chere, mss.
  __ _    3 _parler_ - partie, mss.
  __ _ 9-10 _du pays_- dudict pays, mss.
  __ _   11 _chaire_ - chière, mss.
  __ _   12 _deux_ - deulx desdictes barques, C.
  __ _   28 _este_ - est, mss.
  __ b    2 _&_ - & Dom Agaya, AB.
  __ _    6 _qu'il leur_ - qui leur, mss.
  __ _    7 _fut_ - fut ledict seigneur, AB; fut icelluy, C.
  __ _   10 _Lors nostre_ - Et lors ledit, AB; Et lors nostre dict, C.
  __ _   19 _ledict Agouhanna_ - ledict seigneur, C.
  __ _   20 _Et feist_ - Et pareillement feist, mss.
  __ _    . _ledict_ - nostre, C.
  __ _   21 _ses barques_ - noz barques, mss.
  __ _   22 _avant_ - amont, mss.
  __ _   26 _bort d'icelles_ - bout d'icelle, mss.
  __ _   27 _asseurg_ - affourq, mss (T a lu asfourq, L & Q affourc).
  14 a    4 _ledict lieu_ - la dicte riviere, C.
  __ _   12 _noyers,yfz_ - noyers, pruniers, yfs, mss.
  __ _   15 _beau_ - bon, mss.
  __ _   19 _ledict_ - nostre dict, C.
  __ _   25 _enfans_ - (omis dans le ms C).
  __ b    5 _voirre_ - verre, mss.
  __ _    9 _joye_ - feste, C.
  __ _    _ _benne_ - venue, mss.
  __ _   17 _Hinanda_ - commanda, mss.
  __ _   23 _fors beaulx arbres_ - fort beaulx arbres comme chaisnes,
            hourmes, pins, seddres & aultres boys, mss.
  __ _   26 _par ce_ - pour ce, mss.
  15 a    1 _Bacchus_ - Bascuz, C.
  __ _  2-3 _terre a veoir, mais est_ - terre & unye, AB, terre & unye
            mais elle est, C.
  __ _    6 _faicte_ - faict, mss.
  __ _    9 _le 14_ - le_lendemain 14, mss,
  __ _    . _dudict moys_ - de Septembre, C.
  __ _   16 _noz_ - les, mss.
  __ _   22 _deffiance d'eux_ - deffiance, mss.
  __ _    . _Le_ - nostre dict, C.
  __ _   26 _lors_ - & alors, mss.
  __ _   27 _Le lendemain 15 ledict cappitaine feust à terre avec
            plusieurs_ - & le lendemain 15 dudict mois le cappitaine
            accompagné de plusieurs de ses gens fut a terre, AB.
  __ _   28 _ballifes_ - ballises, mss.
  15 b    2 _lieu se_ - lieu trouvasmes & se, mss.
  __ _    3 _plusieurs_ - grand nombre de, AB.
  __ _  3-4 _entre aultre_ - entre aultres, AB.
  __ _    7 _d'ung_ - dudict, mss.
  __ _    . _sans ce que aucun_ - sans quaucun, mss.
  __ _   14 _aultres_ - aultres de leur bande, C.
  15 b   20 _a quoy leur respondit_ - a quoy respondit, mss.
  __ _   21 _leur_ - sa, mss.
  __ _21-22 _laisseront_ - laisseroit, mss.
  __ _   24 _le dict_ - lesdicts, mss.
  __ _   26 _Lors_ - & lors, AB.
  __ _   28 _Et avant_ - car avant, mss.
  16 a    3 _Donnacona_ - Donnacona  ensemblement, AB; Donnacona tous
            ensemble, C.
  __ _    7 _& le lendemain_ - Le lendemain (commençant  un  nouvel
            alinéa  dans les mss).
  __ _11-12 _au dict Hochelaga_ - a Hochelaga, mss.
  __ _   15 _Domagaya &_ - Dom Agaya avec, mss.
  __ _   16 _que petis enfans_ - que enffans, mss.
  __ _   19 _festoyez_ - festoiez & receuz selon leur estat, mss.
  __ _22-23 _ne vouloit_ - ne vouloit point, mss.
  __ _   23 _allast_ - allast avecques luy comme il avoit promis, mss.
  __ b    1 _voulant_ - voulloit, mss.
  __ _  3-4 _ne feroient que aller & venir seulement  Audict_ - ne
            feroient seulement que aller veoyr, mss.
  __ _    7 _Et le lendemain_ - (ces mots commencent un nouvel alinéa
            dans les mss).
  __ _   13 _lesdictes_ - noz dictes, mss.
  __ _18-19 _une harengue_ - une grande  harengue, mss.
  __ _19-20 _de dix à douze ans_ - de dix ans, mss.
  __ _   23 _criz & hurlemens_ - criz, mss.
  17 a    1 _Lors_ - Et lors, mss.
  __ _    3 _dudict seigneur_ - dudict seigneur Donnacona, mss.
  17 a    9 _laisseroit y aller_ - laisseroit essaiyer aller audict
            Hochelaga, mss.
  __ _   14 _aller_ - de aller, _B.
  __ _   19 _par ce_ - pour, mss.
  __ _   23 _bassin d'airain  plain_ - bassin plain, C.
  __ _   27 _ledict Donnacona nostre cappitaine_ - ledict cappitaine,
            mss.
  __ b    7 _navires & gens_ - navires, mss.
  __ _   11 _& davant_ - Et auparavant, mss.
  __ _14-15 _lequel estoit demeuré à_ - lesquelz estoient en, mss.
  __ _   17 _grand haste ainsi que si les eussions voulu_ - si grand
            haste qu'il sembloit que les voulussions, AB.
  18 a    3 _à Hochelaga_ - audict Hochelaga, C.
  __ _  4-5 _ilz habillerent_ - ilz firent habiller, mss.
  __ _   11 _& leur bande vint_ - & puis vindrent avec leur bande, B C.
  __ _   12 _lesquelz_ - &, C.
  __ _   16 _tous du boys_ - tous, AB,
  __ _   17 _lesdictes_ - nosdictes, AB.
  __ _18-19 _commence_ - commenca, AB.
  __ _   20 _vouloit_ - vouloit avoir, mss.
  __ _   21 _lequel luy respondit_ - a quoi luy respondit, ledict
            Taignoagny, AB; lequel respondit, C.
  __ _   24 _Apparoissant_ - apparessant, mss.
  __ b    7 _distant_ - distant desdictes navires, AB.
  __ _10-11 _estans audict boys_ - estans retirez, mss,
  __ _   14 _Dom Agaya_ - Dom  Agaya dudict boys, mss.
  __ _   27 _qu_ - que.
  19 a    1 _Cudragny_ - Cudouagny, mss (c'est ainsi que lisent aussi
            LTQ).
  __ _    4 _avoit_ - auroit, mss.
  19 a    5 _mouroient_ - mourroient, mss.
  __ _    7 _Cudragny_ - Cudouagny, _FL.
  __ __  10 _Lors_ - Et lors, AB.
  __ _   14 _Desquelles parolles_ - De quoy, mss.
  __ _   15 _remercierent_ - remercierent fort, AB.
  __ _    . _se retirent_ - s'en retournèrent, mss.
  __ _   25 _pour_ - par, AB.
  __ b    1 _à Hochelaga_ - audict Hochelaga, C.
  __ _    3 _le cappitaine_ - a quoy, mss.
  __ _    5 _par_ - pour, mss.
  __ _   14 _septembre_ - ( ajoutez:) comme dict est, mss.
  __ _15-16 _avec ledict gallion_ - avec le gallion, mss.
  __ _   20 _viues_ - unies, mss.
  __ _   21 _beaulx_ - plus beaulx, mss.
  __ _   23 _ayent_ - y ayent, A B.
  20 a    1 _les raisins_ - leurs raisins, C.
  __ _    2 _beaucoup_ - grant nombre, mss.
  __ _    3 _sur ledict_ - sur la rive dudict, mss.
  __ _    4 _tous poissons_ - tous bons poissons selon les saisons,
            mss,
  __ _   12 _Ochelay_ - Achelaiy, AB; Achelayy, C, Achelaci,
            Achelacy, TQ.
  __ _   15 _vindrent_ - la vindrent, mss.
  __ _   17 _faisoit_ - fit, mss.
  __ _   21 _avant_ - amont, mss.
  __ _   24 _enfans_ - (ajoutez:) a don, mss.
  __ _   25 _sept à huict_ - huict a neuf, mss.
  __ _    . _reffusant_ - reffusa, mss.
  __ b    1 _present_ - (ajoutez:) duquel remercia ledict seigneur
            ledict cappitaine, mss.
  __ _    2 _celuy_ - ledict, A.
  __ _    5 _le 19_ - celluy l9, B; ledict 19, C.
  __ _   10 _des beaulx_ - des plus beaulx, mss.
  __ _   11 _noyers_ - (ajoutez:) pins, mss.
  20 b   12 _briez, sandres_ - boulx, sauldres, mss; boulles,
            saules, Q.
  __ _   13 _vignes_ - (ajoutez:) qui est le meilleur, AB.
  __ _   15 _chargez_ - tous chargez, mss.
  __ _   __ _seulement_ - pareillement, mss.
  __ _   18 _serins, roussignolz_ - serins, linottes, rossignolz &
            autres, mss.
  __ _   21 _Ledict 18_ - Ledict xviii°, mss.
  __ _   24 _amont_ - amont le dict lac, mss.
  21 a    5 _les_ - noz, mss.
  __ _    8 _icelluy_ - icelles, mss.
  __ _   11 _brasse_ - (ajoutez:) de profond, mss.
  __ _13-14 _vinsmes_ - vismes, mss.
  __ _   15 _trois_ - deux, mss.
  __ _   __ _toutes icelles_ - (Ces mots commencent un nouvel alinéa
            dans AB).
  __ _18-19 _à mond_ - amont, mss.
  __ _   27 _aussy legierement que sy seust esté_ - anssi qu'il eust
            faict, A B.
  __ b    2 _mouceau_ - monceau.
  __ _  2-3 _lesquelz viven_ - qui vont, mss.
  __ _    4 _bons à merveilles_ - (ajoutez:) a menger, AB.
  __ _   13 _laisserent_ - laissa, BC.
  __ _   16 _Le lendemain_ – (L & Q ajoutent:) vingt neufième de
            septembre.
  __ _   19 _pouoyr_ - de pouoyr, mss,
  __ _   24 _icelle_ - icelles, mss.
  __ _   25 _des_ - de partie des, mss.
  22 a    1 _du pont_ - du Pont Briand, mss.
  __ _    3 (Le nom de Jehan Poullet ne se trouve dans aucun des trois
            mss,)
  __ _    4 _jallobert_ - Jalobert, AB.
  __ _  5-6 _soubz le cappitaine des deux autres navires_ - soubz
            ledict Cartier, A B; soubz ledict cappitaine, C.
  22 a    9 _dixnefiesme_ - deuxiesme, mss.
  __ _   11 _d'ou_ - du lieu ou, mss.
  __ _   12 _quarante cinq_ -  environ  quarante cinq, mss.
  _ _     _ _Auquel_ - Durant lequel temps, AB; Auquel temps, C.
  __ _   19 _aures menues choses_ - aultres menues hardes, AB.
  __ _   26 _Les femmes d'aultre, & les enfans de l'autre_ - & les
            femmes de leur part & les enffans d'aultre, mss.
  __ _   27 _& apres ce_ - Lesquels, AB; Et, C.
  __ b    2 _qui_ - lequel ilz, AB; quilz, C.
  __ _    8 _chaire_ - chere, mss.
  __ _    _ _apportoient leurs_ - apportoient les femmes leurs, AB.
  __ _   12 _bon recueil_ - bon voulloir, AB.
  __ _   14 _des petites_ - certaines, mss.
  __ _   16 _des barques_ - desdictes barques, mss.
  __ _   19 _a plus pres_ - au plus pres, mss.
  22 a    2 _hommes_ - mariniers, B.
  __ _    4 _& la_ - & de la, B.
  __ _   10 _en_ - a, mss.
  __ _16-18 _possible, & plus belle terre & meilleure qu'on scauroit
            veoir, toute_ - possible de veoir & la plus belle terre &
            meilleure, AB; possible & des plus belles terres du
            monde, C.
  __ _   23 _ville_ - (ajoutez:) de Hochelaga, mss.
  __ _   27 _ce que feismes, lors_ - Et lors, AB.
  __ _   __ _ledict seigneur_ - ledict Agohanna, C.
  __ b    7 _croix_ - (ajoutez:) & remembrance de crucifix, mss.
  23 b   16 _située_ - située & assize, mss.
  __ _   25 _de long_ - du long, C.
  __ _   26 _de haulteurs_ - de la haulteur, mss.
  __ _   27 _n'y a_ - & ny a, C.
  24 a    3 _chailloux. Pour_ - cailloux pour, mss.
  __ _    9 _large_ - larges, mss.
  __ _   11 _estres_ - aistres, mss; aires, LQ.
  __ _   13 _place_ - salle, mss.
  __ _   14 _y vivent_ - & vivent, mss.
  __ _   15 _leur_ - leurs, mss.
  __ _   22 _le massent_ - la massent, mss.
  __ _   23 _tourteaulx_ - des tourteaulx, AB,
  __ b    1 _grosses_ - de grosses, mss.
  __ _    . _Ilz ont_ - Ilz ont aussy, mss.
  __ _    3 _poisson_ - (ajoutez:) scavoir anguilles
  & aultres, AB.
  __ _ 9-10 _peaulx de bestes sauvaiges, de quoy font leur vestement
            & couverture_ - couvertures de peaulx de quoy font leurs
            vestemens, scavoir louiers, bievres, martres, regnards,
            chatz sauvaiges, dyns, serfs & aultres sauvaiges, Mais
            la plus grand partie deulx sont quasi tous nuds, mss;
            (pour louiers, L a lu loires, T loveres, Q loirs; & pour
            bievres, qui signifie lapins, T a lu chievres).
  __ _11-12 _Esurgny_ - Enogny, A; Esnogny, B C; (L & Q ont lu
            Esurgny, T Esvogny).
  __ _   17 _fessens_ - fesses, mss.
  __ _   18 _au lieu_ - es lieux, mss.
  __ _   __ _Esurgny_ - Enogny, mss.
  25 a    1 _n'en font_ - ne font, mss.
  __ _    3 _ne font_ - ne sont, mss.
  25 a   11 _choses_ - (ajoutez:) que ledict cappitaine leur fist, B C.
  __ _   13 _Apres que_ - Ainsi comme, mss.
  __ _   20 _place_ - grand place, C.
  __ _   22 _audict lieu_ - (ajoutez:) ce que fismes, mss.
  __ _23-24 _les filles & femmes_ - toutes les femmes & filles, mss.
  __ _   26 _frotter_ - baiser, A.
  __ b    3 _nous_ - en nous mss.
  __ _    4 _à leurs dictz_ - leurs dictz, AB.
  __ _    8 _soudain_ - incontinent, mss.
  __ _    9 _chascun_ - chascune, mss.
  __ _   15 _Agouhanna_ - Agohanna, AB.
  __ _   18 _au pres_ - pres, A B.
  __ _   23 _lencontre_ - lentour, mss.
  __ _   26 _percluz_ - percluz & malade, mss.
  __ _   28 _leurs_ - en leur, mss.
  26 a    2 _luy faisant signe_ - le priant, AB; luy disant, C.
  __ _    3 _qu'il luy pleust les_ - les vouloir, AB.
  __ _    _ _toucher_ - (ajoutez:) comme sil luy eust demande
            garison & sante, mss.
  __ _    _ _lequel cappitaine les frota_ - Et lors le cappitaine
            commenca a luy frotter les bras & jambes, mss.
  __ _   21 _saincte foy_ - (ajoutez:) & de la passion de nostre
            Saulveur, mss.
  __ _   23 _paires_ - paire, mss.
  __ _   25 _le_ - la, mss.
  __ b   21 _aucune saveur_ - goust de sel, mss.
  __ _   23 _manger_ - repaistre, mss.
  27 a    2 _y a_ - dont il y a, mss.
  __ _    6 _qu'il est_ - qu'il soit, mss.
  __ _   10 _auquel va_ - ou il y a, mss,
  27 a   11 _qu'il est_ - quil soit, mss.
  __ _   12 _passer_ - de passer. Et voyons icelluy fleuve, mss.
  __ _   16 _environ_ - a environ, mss.
  __ _18-19 _qui nous avoient conduict_ - qui étoient presens, C.
  __ _   23 _par faute de langue_ - (Ces mots manquent dans les trois
            mss,)
  __ _   25 _liues_ - lieues, mss.
  __ b    3 _royaulme_ - royaulme & province, mss.
  __ _  5-7 _estoit_ - est, mss.
  __ _    8 _noz compaignons marinyers_ - noz mariniers, mss.
  __ _   10 _y a_ - y avoit, mss.
  __ _10-11 _Agoujonda_ - Agojuda, mss; (T lit Agoinda.)
  __ _   12 _sont_ - estoient, mss.
  __ _   22 _demandant_ - & demandant, A.
  __ _   24 _Et monstrerent_ - & monstrant, mss.
  28 a   26 _icelle_ - icelle riviere, mss.
  __ _   .  _la nature_ - le profond & nature, mss.
  __ _   27 _ce qu'il_ - ce que, mss.
  __ _   28 _Et_ - mays, mss.
  __ b    3 _audict hable_ - au hable, B.
  __ _    6 _veint_ - vint, B C.
  __ _   10 _audict hable_ - au hable, A C.
  __ _   16 _& autres_ - aux aultres, mss.
  __ _   18 _toute la puissance du pays_ - tout le pays, mss.
  __ _   22 _autres: lesquelz feirent une merveilleuse feste a nostre
            cappitaine, faignans avoir grand joye de nostre venue:
            lequel_ - aultres pour veoir ledict cappitaine & luy
            firent une merveilleuse feste, faignans estre joyeulx de
            sa venue, lequel pareillement, mss.
  28 b    26 _ledict_ Ledict seigneur, AB.
  29 a     1 _aller_ - l'aller, mss.
  __ _     2 _Canada_ - a Canada, mss.
  __ _     8 _dou... lesdictes... d'une lieue_ - du lieu  ou...
             noz... demye lieue, mss.
  __ _    14 _femmes_ - femmes & filles, C.
  __ _    20 _chascun_ - chascune, mss.
  __ _    25 _yues_ - yver, mss.
  __ _    _  _& nous fut_ - & fut, AB.
  __ _    26 _monstré_ - monstré audict cappitaine, AB.
  __ _    27 _d'homme_ - d'hommes, mss.
  __ b 1,4,11 _Trudamans_ - Toudamans, mss; Tondamans, T.
  __ _     1 _devers_ - de devers, mss.
  __ _     3 _& nous fut dict_ - Oultre nous fut dict, A.
  __ _     7 _Honguedo_ - Hongnedo, L.
  __ _ 16-17 _reterasmes_ - retirasmes, mss.
  __ _    22 _Dieu_ - Dieu qui vaille, mss.
  __ _     _ _a ung_ - en ung, mss.
  __ _    23 _Cudragny_ - Cudouagny, mss.
  __ _    24 _qu'ilz parlent_ - quil parle, mss.
  30 a     5 _Et s'envont_ - puis vont, AB.
  __ _     7 _le tout_ - ces choses, mss.
  __ _  9,17 _Cudragny_ - Cudouagny, mss.
  __ _    10 _& dict qu'il_ - & quil, mss.
  __ _    13 _cestuy_ - en cestuy, mss.
  __ _    17 _Agoujonda_ - Agojuda, mss.
  __ _    23 _remonstrant_ - remonstrast, mss.
  __ _ 25-26 _retourneryons_ - retournerons, mss.
  __ b     1 _ce que_ - ce quilz, mss.
  __ _     3 _leur fust faicte_ - fist le cappitaine, mss.
  __ _     4 _tres joyeulx_ - (ajoutez:) & le remercierent, mss.
  30 b     5 _en communauté_ - quasi en communauté, mss.
  __ _     6 _sont vestus_ - sont tous vestus, mss.
  __ _     9 _qu'ilz font de peaulx - (Ces mots manquent dans les
             trois mss.)
  __ _    11 _leur_ - le, mss.
  __ _    12 _jamais ne_ - jamais les femmes ne, mss.
  __ _    14 _pellé_ - pille, mss,
  __ _    15 _du doz d'ung cousteau_ - dung cousteau, AB.
  __ _    25 _plaines_ - aussi plaines, AB.
  31 a     5 _Osizy_ - Ozisi, mss.
  __ _     6 _de ce mesme_ - de Ce mesme bled, AB; de semblable
             bled, C.
  __ _     7 _on_ - ont, mss.
  __ _     9 _& de_ - de, mss.
  __ _    15 _eu lieu_ - en lieu, mss,
  __ _    25 _esprouvé_ - experimente, AB.
  __ b     9 _tous nudz_ - quasi tous nudz, mss.
  __ _  9-10 _fort a croire_ - increable, mss.
  __ _ 12-13 _hours, lievres, martres, regnardz & aultres_  - & ours
             desquels nous apportoient, mais bien peu pour ce quilz
             sont (fort gourmands &, C) villains de leurs  vivres, AB.
  __ _    17 _me semble_ - Il me semble, AB.
  __ _    18 _à dompter_ - (ajoutez:) en telle facon & maniere que
             lon vouldroit, AB.
  __ _    20 (Entre le chapitre qui vient de finir & celui qui
             commence au bas de la même page, l'édition de 1545
             reproduite dans ce volume, offre une lacune de deux
             chapitres contenus dans les trois manuscrits de la
             Bibliothèque impériale; ils pourraient être immédiatement
             insérés ici, mais il sera plus commode pour le lecteur
             de les trouver à la fin de cet appendice, en dehors de
             la recension de détail qui nous occupe en ce moment.)
  __ _    20 _fleuve_ - fleuve en general, B C.
  32 a     4 _le plus seur_ - le plus parfond & le plus seur, mss.
  __ _     8 _de Saguegnay_ - du Saguenay, mss.
  __ _     9 _barcqs_ - bancqs, mss,
  __ _    11 _plusieurs_ - grand nombre de, A B.
  __ _    13 _à la terre_ - en la terre, mss.
  __ b     5 _bort_ - bout, mss.
  __ _     6 _affoug_ - affourq, mss.
  __ _     9 _long_ - large, mss.
  __ _    12 _comme jamais homme veist_ - qu'il soit possible de
             veoir, AB.
  __ _    13 _de Donnacona_ - du seigneur Donnacona, AB.
  __ _    18 _Araste, Starnatau_ - Ajoaste, Starnatan, mss.
  __ _    19 _Scitadin_ - Satadin, LTQ.
  __ _    24 _demeurerent_ - demeurent, mss.
  __ _ 25-28 _& la demourance & peuple de Tequenondahi, qui est sur
             une montaigne & la ville de Hochelay, Lequel Hochelay
             est ung plain pays_ - est la demourance du peuple de
             Tequenonday & de   Hochelay, Lequel Tequenonday est
             sus une montagne & laultre en ung plain pays, mss.
  33 a 12-13 _bestes_ - (ajoutez:) Nous y avons veu les pas d'une
             beste qui n'a que deux pieds, laquelle  nous avons
             suyvie longuement pardessus le sable & vaze, laquelle
             a les pieds en ceste facon, & grands dune paulme & plus,
             mss.
  33 a 16-17 _des bestes_ - dicelles bestes, AB,
  __ _    17 _nulz_ - nulz aultres, AB,
  __ _    21 _turnis_ - tarins, mss.
  __ _    27 _memoire_ - memoire d'homme, mss.
  __ 6    11 _Canada_ - (ajoutez, à la ligne:) Item trouverez en
             juing, juillet & aoust force macquereaulx, mulletz,
             bars, sartres, grosse anguilles, & aultres poissons.
             Ayant leur saison passee y trouverez lepelan aussi bon
             que en la riviere de Saine. Puis au renouveau y a force
             lamproys & saulmons. Passe ledict Canada y a force
             brochetz, truytes, carpes, braumes & aultres poissons
             deaue doulce. Et de toutes ses sortes de poissons faict
             ledict peuple de chascun selong leur saison grosse
             pescherie pour leur substance & victuaille, mss.
  __ _    15 _revenuz_ - arrivez, mss.
  __ _    18 _plus prochains_ - les plus prochains, AC.
  __ _ 22-23 _Donnacona_ - (ajoutez:) Taignoagny, Dom Agaya, mss.
  __ _    25 _plus loing_ - loing, mss.
  34 a     5 _chemin dudict_ - chemin, & plus seur, est par ledict,
             mss.
  __ _     6 _à Hochelaga_ - au dessus de Hochelaga, mss.
  __ _    18 _entrent_ - entrant, mss.
  __ _    19 _lacz d'eaue_ - (ajoutez:) fort larges, mss.
  34 a    26 _aller_ - (ajoutez:) avec leurs barques depuis Saincte
             Croix, mss.
  __ _    27 _il y a_ - il ny a, mss.
  __ b     3 _pommes_ - prunes, mss,
  __ _     5 _& femmes_ - & habitans, mss.
  __ _     8 _s'il y avoit_ - sil y a, mss.
  __ _     9 _L'estime_ - Je estime, mss.
  __ _    11 _marches_ - merches, mss.
  __ _    12 _maladie_ - maladie & mortalite, B C.
  __ _    14 _imbouez_ - enlevez, mss; infectés, Q.
  __ _    22 _& ne_ - & de ne, mss.
  __ _    26 _& de leur_- & leur, mss.
  35 a     6 _tout_- tous, mss.
  __ _    17 _veoyent_ - veyoient debout, mss.
  __ b     4 _La messe dicte & celebree_ - Ladicte messe dicte &
             chantee, mss.
  __ _     6 _Dame de_ - Dame, qui se faict de prier a, mss.
  __ _    10 _vingt deux ans_ - vingt ans, mss.
  __ _    11 _nous estoit_ - estoit, mss.
  __ _    13 _cognoissance_ - aucune cognoissance, mss.
  __ _    21 _infect_ - & infect, mss.
  __ _ 27-28 _à mieulx_ - au mieulx, mss.
  36 a     1 _pardonne_ - pardoint, mss.
  __ _     9 _pour son compaignon_ - pour les aultres, mss.
  __ _ 22-33 _faisoit_ - il faisoit, mss.
  __ _    24 _du fort_ - du parcq, mss.
  __ b     3 _donner_ - chommer, mss.
  __ _     4 _croyent_ - croyoient, mss.
  __ _     6 _caillousz_ - cailloudz, mss.
  __ _    17 _& places_ - englassez, mss.
  37 a     1 _avoit_ - y avoit, mss.
  __ _    10 _contenoit... dudict_ - contient... de, mss.
  37 a    11 _durant lequel temps_ - auquel temps, mss.
  __ _    14 _eussions_ - (ajoutez:) lesquelz mouroient de la maladie
             sus dicte, mss.
  __ _ 24-25 _guariz apres avoir usé dudict arbre_. – guariz &
             recouvert tous ses malades sante apres en avoir use, B C.
  37 b     4 _dehors du fort_ - hors du parc, C.
  __ _     8 _dix_ - depuys dix, mss.
  __ _     9 _de ladicte_ - de la propre, mss.
  __ _    12 _tout_ - tous, mss.
  __ _    16 _deliberé_ - guery, AB; delibvre, C.
  __ _    17 _il estoit_ - il festoit, mss.
  __ _    18 _ordre_ - aide, mss.
  __ _    21 _qu'il avoit_ - que avecq, mss.
  __ _    22 _dont il_ - il, mss.
  __ _    23 _c'stoit_ - cestoit, mss.
  39 a     3 _femmes_ - (ajoutez:) avecq le cappitaine, mss.
  __ _     4 _lesquelles_ - lesquelz, mss.
  __ _  9-10 _toute maladie_ - toutes maladies, mss.
  __ _    11 _Ameda_ - Amedda, mss; Annedda, LTQ.
  __ _  9-10 _Tout incontinent_ - Tost apres, mss.
  __ _    24 _cinq_ - puis cinq, mss.
  __ -    27 _ladicte_ - sus ladicte, mss.
  __ b   1-2 _que chesne qui soit en France_ - que je viz jamais
             arbre, mss.
  __ _   2-3 _en six jours_ - en moins de huit jours, mss.
  __ _    11 _Donacona_ - Donnacona, B C.
  __ _    12 _aultres_ - (ajoutez:) partirent de Stadacone, B C.
  __ _    14 _furent_ - lesquelz furent, BC.
  __ _    24 _estoient_ - estoient grandes, mss.
  39 a    10 _ilz eussent_ - ilz neussent, mss.
  __ _    18 _aymoient l'emporter_ - laymoient remporter, mss.
  39 a    23 _du malade_ - le malade, B C.
  __ _    25 _vers luy_ - le veoyr, B C.
  __ _     6 _dient_ - nous dirent, mss.
  __ _     7 _cher_ - chaire, mss.
  __ _    21 _au_ - audict, mss.
  __ _    22 _seroit_ - estoit, mss.
  __ _    24 _qui nos donna doubte_ - Au moyen de quoy eusmes
             suspection, mss.
  __ _    26 _serviteur_ - (ajoutez:) nomme Charles Guyot lequel
             estoit plus que nul aultre ayme du peuple de tout le
             pays, mss.
  __ _     . _accompaigné de Jehan poullet_ - (Ces mots ne se trouvent
             dans aucun des trois mss, pas plus que dans L.)
  __ _    28 _que_ - qui, mss.
  40 a   1-2 _faignans les dictz poullet & serviteur_ - ledict
             serviteur faignant, mss.
  __ _     3 _qu'ilz avoient esté_ - quil avoit demoure, mss.
  __ _     4 _à leur ville_ - (Ces mots manquent dans les trois mss.)
  __ _   4-5 _lesquelz luy porterent_ - lequel  luy porta, mss,
  __ _     5 _aucun petit present_ - aucun present, mss.
  __ _     6 _leur venue_ - sa venue, mss.
  __ _     7 _se couche_ - se coucha en disant audict serviteur quil
             estoit fort malade, mss.
  __ _     . _apres allerent_ - apres alla ledict Charles, mss.
  __ _     9 _trouverent_ - trouva, mss.
  __ _    10 _on si_ - on ne si, mss,
  __ _ 13-14 _les... leur_... - le... luy, mss,
  __ _    15 _faire ce plaisir_ - faire plaisir, mss.
  __ _    20 _& que ledict serviteur_ - quil, mss.
  40 a    21 _dire_ - luy dire, mss.
  __ _    26 _Aussi_ - Et aussi, mss.
  __ _ 27-28 _le dict seigneur_ - (ajoutez:) Donnacona, mss.
  __ b     1 _Accidentaulx_ - Occidentaulx, mss.
  __ _    10 _Picquemyans_ - Picquenyans, mss; Picqueniaux, L;
             Picquenions, T; Piquemains, L.
  __ _ 16-17 _lesdictz Poullet & serviteur eurent faict leur_ - ledict
             serviteur eut faict son, mss.
  __ _    21 _vouloit_ - vouldroit, mss.
  41 a     4 _Sicadin_ - Stadin, AB; Sitadin, C; Stadin, LTQ,
  __ _     7 _les_ - le, AB.
  __ _    14 _Enfin_ - Mais en fin, AB.
  __ _    21 _enfans_ - garcons, AB.
  __ b     4 _dudict lieu_ - dudict Stadacone, mss.
  __ _     7 _ledict seigneur_ - le seigneur, B.
  __ _    13 _solempnité de la feste_ - solempnite & feste, mss.
  42 a    16 _il entreroit_ - ilz y yroient, AB; ilz entreroient, C.
  __ b     1 _& de deux autres_ - & deux aultres, mss.
  __ _    11 _la prinse_ - ladicte prinse, mss.
  __ _    16 _retirez_ - tous retirez, mss.
  __ _    17 _garde_ - (ajoutez:) ledict seigneur & ses compaignons,
             AB.
  __ _    27 _hurlant_ - ullant, AB.
  43 a     1 _Agouhanna_ - Agohanna! Agohanna! mss.
  __ _     3 _n'y lendemain_ - ny le matin, mss.
  __ _    14 _Roy de France_ - (ajoutez:) son maistre, mss.
  __ _    16 _aultres_ - aultres lieux, mss.
  __ _    24 _d'entendre par faulte de langue_ - descripre par
             faulte de lentendre, mss.
  __ a    25 _vissent_ - vinssent, mss.
  __ b     2 _commencerent_ - commencoient a faire, mss.
  __ _     5 _de Esurgny_ - dEnogny, A B; dEsnogny, C,
  __ _ 11-12 _commanda_ - leur commanda, A B.
  __ _    12 _le lendemain_ - (Ces mots ne sont dans aucun des
             trois mss.)
  __ _    15 _paisles_ - pailles, AB; bailles, Q.
  44 a     6 _Le cinquiesme_ - Le lendemain cinquiesme, mss.
  __ _    11 _ilz estoient_ - y estoient, mss.
  __ _    17 _estre_ - apres estre, AB.
  __ _    18 _leur_ - (Ce mot manque dans les mss.)
  __ _    26 _mais qu'il_ - que mais quil, AB.
  __ b     2 _desurgny_ - dEsnogny, mss.
  __ _   3-4 _le peuple_ - tout le peuple, mss.
  __ _   7-8 _vinsmes_ - (ajoutez:) poser au bas de lisle dOrleans
             environ douze lieues de Saincte Croix. Et le dymanche
             vinsmes, mss.
  __ _     9 _au seziesme_ - au lundy xvi°, mss.
  __ _    23 _a une voix_ - tous a une voix, mss.
  __ _    27 _du Saguenay_ - dudict Saguenay, mss.
  45 a     1 _Desurgny_ - desnogny, mss.
  __ _     5 _ledict cappitaine_ - (ajoutez:) puis s'en retournerent.
             Le passaige est plus seur & meilleur entre le Nort &
             ladicte ysle que vers le Su pour le grand nombre des
             basses, bancqs & rochiers qui y sont & aussi quil y a
             petit fondz, mss.
  __ _    16 _par ce_ - pour Ce, mss.
  __ _    21 _au 21_ - au XXI° jour, mss.
  45 a    23 _Honguedo_ - (ajoutez:) entre lisle de lAssumption &
             ledict Honguedo, mss.
  _ _     25 _le travers_ - jusques le travers, mss.
  _ _     26 _de l'abbaye_ - de la baye, mss.
  __ b     1 _veismes_ - vinsmes, mss.
  _ _      2 _ce que ne voulions_ - ce que voulions, mss.
  __ _   2-3 _pour l'abbregé_ - pour la barge, AB.
  __ _    15 _icelle_ - icelle mer, mss.
  __ _    16 _changeoit_ - chargeoit, mss.
  __ _    21 _deux lieues & demye_ - vingt deux lieues & demye, mss.
  __ _    23 _haultes... demeurent_ -  aultres.... demouroient, mss.
  _ _     24 _Araynes_ - (ajoutez:) & pareillement lesdictes Araines
             estre ysle & ladicte terre, qui est terre haulte & unye,
             estre terre certaine, se rabatant au Norouaist, mss.
  46 a     1 _arrivasmes celluy jour au_ - nommasmes celui cap, mss.
  __ _     5 _veismes_ - demeure, mss.
  __ _    11 _du cap_ - dudict cap, mss.
  __ _    20 _Onaist, Noronaist a une, vingt trois lieues_ - Ouest
             Norouaist a 2, 3, & 4 lieues, mss.
  __ _    28 _Rougnoze_ - Rougnouse, mss.
  __ b    17 _Honnacon_ - honnaccon, C.
  __ _    19 _Indahir_ - indaic, AB; indayc, C.
  __ _    23 _assem_ - assen, mss.
  __ _    25 _aggourzy_ - aggoursy, A B.
  47 b     2 _hegata_ - hecgata, C.
  __ _     6 _osuache_ - Esnache, C.
  __ _    13 _coustez_ - costes, AB.
  __ _    14 _aggruascon_ - aggoascon, mss.
  47 a    17 _le genouil_ - les genoilz, A B.
  __ _     . _agochinegodasion_ -  agochinegodascon, mss.
  __ _    18 _agouguenchonde_ - agouguenonde, C.
  __ _    23 _aynoascon_ - agnascon, mss.
  __ _    24 _ung_ - le, mss. (Entre les lignes 24 & 25 doivent être
             ajoutés, d'après les trois mss, trois articles, omis
             ici & qu'on trouvera réunis avec beaucoup d'autres qui
             sont dans le même cas, à la fin du vocabulaire.)
  __ _    26 _agrueste_ - aggruette, mss.
  __ b     3 _propoinct_ -  pourpoinct, A; prepoinct, B C.
  __ _     . _coioza_ - coja, AB.
  __ _     7 _castrua_ - castona, mss.
  __ _     8 _osizy_ - ozisy, AB.
  __ _    11 _quahouascon_ - quahoachon, mss.
  __ _    22 _cajognem_ - Cajognen, mss.
  __ _    24 _heuleuxime_ - heuleuzonne, mss.
  __ _    26 _hoga_ - honga, mss.
  __ _    27 _Cudragny_ - Cudouagny, mss.
  48 a     2 _quatsream_ - quat srean, mss.
  __ _  3, 5 _casigno_ - quasigno, mss.
  __ _     4 _aignaz_ - aigay, mss,
  __ _     6 _quaddadia_ - quadadia, mss.
  __ _    10 _agheda_ - aggoheda, mss.
  __ _    13 _ung... quahetam_ - une... quahetan, mss,
  __ _    16 _de dains ilz dient que se sont moutons & Les appellent_
              - ung daim, mss.
  __ _    19 _agayo_ - aggayo, AB.
  __ _    20 _ouyayes_ - oayes, mss.
  __ _    21 _le chemin_ - ilz appellent le chemin, C.
  __ _    22 _ou_ - &, AB.
  48 a 24-25 (Cet article manque dans le mss C.)
  __ _     3 _cahoha_ - cahena, A B; cahona, C.
  __ _     4 _agogasy_ - agongasy, A B.
  __ _    11 _odazan_ - odayan, A B; odaian, C,
  __ _    12 _azista_ - asista, mss.
  __ _    14 _canocha_ - quanocha, mss.
  __ _    18 _adanahoe_ - adhanaoe, C.
  __ _    20 _adhoasseue_ - addasene, mss.
  __ _ 21-23 (Cette phrase est remplacée dans les mss de la manière
             suivante:) Nota que leur seigneur nomme Donnacona a
             este a une terre ou ilz sont une lune a aller avecques
             leurs barques, depuis Canada a ladicte terre en laquelle
             il y croist force canelle & giroffle, AB. - Nota quil
             fault une lune a naviguer avecques leurs barques despuis
             Hochelaga pour aller a la terre ou se prend ladicte
             canelle & giroffle, C.
  __ _    24 la canelle - ladicte canelle, AB.



(Nous réunissons en une seule série, pour former le complément de
ce vocabulaire, les articles omis dans l'édition de 1545, & qui se
rencontrent à diverses places, soit uniformément dans les trois mss,
soit seulement dans le mss C, plus riche sous ce rapport que les deux
autres; leur place est indiquée par le double chiffre des lignes entre
leaquelles ils se trouvent intercalés.)

  47 a 24-25 La barbe du menton - ostone, mss.
  __ _ _____ La barbe du vit - aggousson, mss.
  __ _ _____ Les coillons - xista, mss.
  47 b 16-17 Senelles de buisson - aesquesgoua, AB; aesquesgoa, C.
  __ _ _____ Petites noix - undegonaha, mss.
  __ _ 24-25 Des ollives - houocohonda, mss.
  48 a  9-10 Cela ne vault rien - Cahany quahouquey, mss.
  __ _ 13-14 Des plumes - heccon, mss.
  __ _ 25-26 Quand ilz veullent dire adieu a quelcun
  ilz dient - hedgaguehanyga, mss.
  __ _ _____ Chanter - theguehoaca, mss.
  __ _ _____ Rire - cahezem, mss.
  __ _ _____ Pleurer - agguenda, mss.
  __ _ _____ Danscer - thegoaca, C.
  __ b   4-5 Eaue doulce - ame, mss.
  __ _ 11-12 Grand mersoin - adguyensce, C.
  __ _ _____ Mon amy - agniase, mss.
  __ _ _____ Courez - thodoathady, mss,
  __ _ 13-14 La fumee me fait mal es yeulx - quea quanoague eguta, mss.
  __ _ _____ Ung tel est mort - camedane, mss.
  __ _ 16-17 Nota que leur seigneur a nom Donnacona (T a lu
             constamment ce nom Donnacoua) & quant ilz le veullent
             appeler seigneur ilz l'appellent Agouhanna, C.
  __ _ _____ Quand ilz veullent dire injure a quelcun ilz lappellent
             Agojuda que est a dire mechant & traitre - agojuda, mss.
  __ _ _____ Villain - aggousay, mss.
  __ _ _____ Ilz appellent lherbe de quoy ilz usent en leurs cornetz
             durant lyver - quiecta, mss.
  __ _ _____ Herbe commune - hanneda, C.
  __ _ _____ Il y a de gros ratz en ledict pays qui sont gros comme
             connins lesquelz sentent le musque & les appellent -
             houtthe, AB.
  __ _ _____ Quant une personne est si viel quil ne peult chemyner
             ilz lappellent - agoudesta, mss.
  __ _ 20-21 Mon cousin - hegay, mss.
  __ _ _____ Mon nepveu - ynadin, mss.
  __ _ _____ Ma femme - ysaa, mss.
  __ _ _____ Mon enffant - aguo, mss.
  __ _ _____ Cheminez - quedaque, C.
  __ _ _____ Dou venez vous - Canada Undagneny, C.
  __ _ _____ Donnez cela a quelcun - taquenonde, C.
  __ _ _____ Gardez moy cecy - sodanadega mesganiy, C.
  __ _ _____ Ou est alle cestuy - quanehoesnon, C.
  __ _ _____ Fermez la porte - asnodyan, C.
  __ _ _____ Va querir de leaue - sagethemme, C,
  __ _ _____ Va querir quelcun - achedascone, C.
  __ _ _____ Grand - estahezy, mss.
  __ _ _____ Petit - estahagza, mss.
  __ _ _____ Gros - houganda, mss.
  __ _ _____ Gresle - houcquehin, AB; hocquehin, C.
  __ _ _____ Le soir - Angau, C.
  __ _ _____ La nuyct - Auhena, C.
  __ _ _____ Le jour - Adeyahon, C.
  __ _ _____ Quand ilz veullent faire quelque exclamation ilz dient -
             aggondec, A B.



Ici se termine la recension de détail des variantes offertes par les
manuscrits & les éditions du second voyage de Jacques Cartier au Canada.
Nous avons renvoyé à cette place l'addition à faire, à l'édition de 1545
représentée par le présent volume, des deux chapitres omis dans la
copie (si soigneusement enrichie au contraire des faits & gestes de
l'important personnage Jehan Poullet!) sur laquelle a été exécutée cette
primitive édition.

Elle ne présente, en effet, qu'un total de vingt chapitres, à séparer en
deux parts de dix chapitres chacune, entre lesquelles doivent justement
s'intercaler les deux chapitres oubliés, que voici:



_Comme ledict peuple de jour en jour nous apportoient du poisson & de ce
quilz avoyent a noz navires, & comme par l'advertissement de Taignoagny
& Dom Agaya ledict peuple se retira de venir & comme il y eut aucun
discort entre nous & eulx_.

Et despuis de jour en aultre venoit ledict peuple a noz navires &
apportoient force anguilles & aultres poissons pour avoir de nostre
marchandise, de quoy leur estoit baille cousteaulx, allaisnes,
patenostres & aultres menues choses dont se contentoient fort; mais nous
aperceusmes que les deux meschans que avions apportez leur disoient &
donnoient a entendre que ce que nous leur baillons ne valloit riens &
quilz auroient aussi tost des hachotz comme des cousteaulx pour ce quilz
nous bailloient, nonobstant que le cappitaine leur eust faict beaucoup
de presens & si ne cessoient a toutes heures de demander audict
capitaine. Lequel fut adverti par ung seigneur de la ville de
Hagonchenda quil se donnast garde de Donnaconna & desdicts deux meschans
& quilz estoient agoinda qui est a dire traitres. Et aussi en fut
adverty par aucuns dudit Canada, & aussi que nous apperceusmes de leur
malice parce quilz voulloient retirer les trois enfans que ledict
Donnacona avoit donnez audict cappitaine, & de faict firent fuyr la
plus grande des filles du navire. Apres laquelle ainsi fuye fist le
cappitaine prandre garde es aultres. Et par l'advertissement desdicts
Taignoagny & Dom Agaya, se abstenoient & depportoient de venir avec
nous quatre ou cinq jours, sinon aulcuns qui venoient en grand paour &
crainte.


_Comment le cappitaine doubtant quilz ne songassent aucune trahison fist
renforcer le fort & comment ils vindrent parlementer avecques luy & la
rendition de la fille qui sen est fuye_.

Voyant la malice deulx, doubtant quils ne songeassent aucune trahison &
venir avecques ung amast de gens sur nous, le capitaine fit renforcer
le fort tout a lentour de groz fossez larges & profondz avec porte a
pont-leviz & renffort de pans de boys au contraire des premiers. Et fut
ordonne pour le guet de la nuyt pour le temps advenir cinquante hommes
a quatre quars & a chascun changement desdicts quars les trompettes
sonnans ce qui fut faict selong ladicte ordonnance. Et lesdicts
Donnacona Taignoagny & Dom Agaya estans advertiz dudict renffort & de la
bonne garde & guet que lon faisoit furent courroucez destre en la male
grace du cappitaine & envoyerent par plusieurs fois de leurs gens
faignant quilz feussent dailleurs pour veoir si on leur feroit
desplaisir desquelz on ne tint compte & nen fut faict ny monstre aucun
semblant. Et y vindrent lesdicts Donnacona Taignoagny, Dom Agaya &
aultres plusieurs fois parler audict cappitaine une riviere entre
d'eulx, demandant audict cappitaine sil estoit marry & pourquoy il
nalloit a Canada les veoir. Et ledict cappitaine leur respondit quilz
nestoient que traitres & meschans ainsi que on luy avoit rapporte, &
aussi quil avoit apperceu en plusieurs sortes comme de navoir tins
promesse de aller a Hochelaga & de avoir retire la fille que on luy
avoit donnee, & aultres mauvais tours quil leur nomma; mais pour tout
ce que silz voulloient estre gens de bien & oublyer leur malle volunte,
quil leur pardonnoit & quilz vinssent seurement a bort faire bonne chere
comme pardevant. Desquelles parolles remercierent ledict cappitaine &
luy promisrent quilz luy rendroient la fille qui sen estoit fuye, dedans
trois jours. Et le quatriesme jour de novembre Dom Agaia accompaigne de
six aultres dict cappitaine que le seigneur Donnacona estoit alle par le
pays sercher ladicte fille & que le lendemain elle luy seroit par luy
amenee. Et oultre dit que Taignoagny estoit fort malade & quil prioit
le cappitaine lui envoyer ung peu de sel & de pain, ce que fist ledict
cappitaine, lequel luy manda que cestoit Jhesu qui estoit marry contre
luy pour les maulvais tours quil avoit cuyde jouer.

Et le lendemain ledict Donnacona, Taignoagny, Dom Agaya & plusieurs
aultres vindrent & amenerent ladicte fille, la representant audict
cappitaine lequel nen tint compte & dit quil nen voulloit point & qu'ils
la remmenassent. A quoy respondirent faisant leur excuse quilz ne luy
avoient pas conseille sen aller ains quelle sen estoit allee parce que
les paiges lavoient battue ainsi quelle leur avoit dict, & prioient de
rechief le cappitaine de la reprendre, & eulx mesmes la menerent jusques
au navire. Apres lesquelles choses le cappitaine commanda apporter pain
& vin & les festoya, puis prindrent conge les ungs des aultres. Et
despuis sont allez & venuz a noz navires & nous a leur demourance en
aussi grand amour que pardevant.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Voyage de J. Cartier au Canada - Relation originale de Jacques Cartier" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home