Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: La Bastille - (1370-1789) Histoire, Description, Attaque et Prise
Author: Coeuret, Auguste
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La Bastille - (1370-1789) Histoire, Description, Attaque et Prise" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



AUGUSTE CŒURET

_Attaché à la Préfecture de la Seine, Officier d'Académie_

LA BASTILLE

1370--1789

HISTOIRE--DESCRIPTION--ATTAQUE ET PRISE

OUVRAGE

ORNT. DE 37 PORTRAITS ET VIGNETTES

[Illustration]

PARIS

J. ROTHSCHILD, EDITEUR

13, RUE DES SAINTS-PÈRES, 13

1890



TABLE DES PORTRAITS, PLANS ET VIGNETTES


   Meurtre d'Étienne Marcel à la Bastille Sainet-Anthoine                 1
   Plan de Paris sous Philippe-Auguste                                  4-5
   La Bastille et la porte Saint-Antoine vues du Faubourg avant 1789      6
   Lettre d'avis de l'envoi d'un prisonnier à la Bastille                 8
   Lettre de cachot                                                       9
   Lettre de levé d'écrou                                                10
   Le jeune Seldon dans sa prison                                        12
   Seconde évasion du chevalier de Latude                                16
   Portrait du chevalier de Latude, par Vestier (1791)                   17
   Statue de Voltaire                                                    21
   Le quartier Saint-Paul, les Tournelles et la Bastille vers 1540.      29
   Jean Cardel dans son cachot                                           33
   La Bastille et la porte Saint-Antoine vers 1380                       37
   La porte Saint-Antoine avant sa démolition (1788)                     38
   Horloge de la Bastille                                                55
   Vue à vol d'oiseau du quartier Saint-Antoine en 1789                  52
   Plan de la Bastille en 1789                                           60
   Place de la Bastille en 1889                                          62
   Portrait de Necker                                                    65
   Portraits de Bailly et de Lafayette                                   67
   Portrait de Siéyès                                                    68
   Portrait de Mirabeau                                                  69
   Portrait de Camille Desmoulins                                        72
   Portrait du duc d'Orléans                                             73
   Charge du Royal-Allemand sur le peuple de Paris le 12 juillet 1789    75
   Portrait du général Marceau                                           88
   Portrait du grenadier Arné                                            89
   Les vainqueurs de la Bastille escortant les prisonniers               92



TABLE DES MATIÈRES


   LA BASTILLE À TRAVERS LES AGES
   LA PORTE SAINT-ANTOINE
   DESCRIPTION DE LA BASTILLE EN 1789
   PRISE DE LA BASTILLE
     I. Evénements
     II. Journée du 14 juillet 1789



LA BASTILLE À TRAVERS LES SIÈCLES

(1370-1789)


LA Bastille fut, à l'origine, une des portes fortifiées de l'enceinte de
Paris, dite de Charles V.

Ce nom de _Bastille_ s'appliquait alors à toute porte de ville flanquée
de tours: la bastille Saint-Denis et la bastille Saint-Antoine étaient
les deux plus importantes de l'enceinte que le prévôt des marchands,
Étienne Marcel, avait entrepris de renforcer en 1357 [1]. À sa mort
(1er juillet 1358), le prévôt de Paris, Hugues Aubriot, fut chargé de
compléter ces travaux de défense. Aubriot, pour protéger le quartier
Saint-Antoine et surtout l'hôtel royal de Saint-Paul contre les attaques
possibles du côté de Vincennes, décida de remplacer la porte ou bastille
Saint-Antoine par une forteresse dont il posa la première pierre, le 22
avril 1370[2].

[Note 1: Etienne Marcel, chef du tiers état et défenseur des droits
du peuple aux États généraux de 1356, pendant la captivité du roi Jean,
fut le premier qui tenta la révolution démocratique et réclama
énergiquement la garantie des libertés féodales et des franchises
communales accordées par Philippe le Bel.]

[Note 2: Quelques historiens, entre autres Piganiol de la Force,
donnent à tort: 22 avril 1371.]

Sous le règne du roi Jean, on éleva, à droite et à gauche de l'arcade de
la porte _Sainct Anthoine_ deux grosses tours rondes de 73 pieds de haut
(24 mètres), séparées de la route de Vincennes par un fossé très
profond, de 78 pieds de large (28 mètres).

Plus tard, Aubriot fit édifier deux autres tours semblables, à 72 pieds
en arrière des premières et, comme elles, protégées par un fossé large
et profond du côté du quartier Saint-Antoine. Ces deux tours _qui
commandaient bien plus le quartier Saint-Antoine que les glacis
extérieurs ne semblent pas avoir été construites pour la défense
spéciale de la ville_. Cette fortification formait donc un ensemble de
deux fortes bastilles parallèles dont la sûreté parut cependant être
compromise par les portes de ville qui les traversaient.

C'est alors que l'on boucha ces deux portes, dont les baies restèrent
apparentes sur les massifs reliant les tours et que la porte
Saint-Antoine fut construite assez loin sur la gauche de cet ensemble,
en venant de Paris.

Au-dessus de la voûte qui faisait face à la route de Vincennes, on
voyait encore en 1789 les statues de Charles VI et d'Isabeau de Bavière,
de deux de leurs fils et de saint Antoine.

Après l'achèvement de la porte Saint-Antoine, le nombre des tours fut
porté de quatre à six (1383). Les deux dernières furent, édifiées dans
l'espace compris entre la nouvelle porte et les deux tours nord du
premier ensemble; dans leur courtine[3], sur la rue Saint-Antoine, on
ouvrit l'entrée de la Bastille.

[Note 3: Mur de fortification reliant deux tours ou deux bastions.]

[Illustration: Fig. 2. Plan de Paris sous Philippe-Auguste]

Enfin, l'ensemble de la forteresse fut complété par la construction des
septième et huitième tours, sur le côté sud, c'est-à-dire du côté de
l'arsenal. Ce fut entre ces deux dernières que l'on reporta
définitivement l'entrée de là forteresse (1553).

Son fondateur en fut le premier prisonnier.

Enfermé d'abord à la Bastille, Hugues Aubriot fut ensuite transféré dans
les cachots du For-l'Évêque, d'où les maillotins le tirèrent pour le
mettre à leur tête.

En effet, cette forteresse qui avait été édifiée pour protéger la ville
fut presque immédiatement transformée en prison d'État (1417).

Thomas de Beaumont allia le premier ses fonctions de gouverneur
militaire de la Bastille à celles de geôlier.

Elle eut cependant un rôle militaire très important; d'abord ses
machines de guerre et plus tard son artillerie arrêtèrent souvent la
marche de l'envahisseur. On la considéra même, sous Louis XI, comme la
clef de la capitale.

Comme Paris, elle passa au pouvoir de plusieurs partis, voire même aux
mains des Anglais qui, en 1420, en confièrent la garde et le
commandement au duc d'Exeter.

Plus tard, quand le faubourg Saint-Antoine fut construit et que la
Bastille se trouva entourée de maisons, elle perdit tout à fait son
importance militaire et cette prison fortifiée et armée sembla n'avoir
plus que la ville pour objectif. Dès lors, le peuple la prit en haine;
elle devint pour lui _comme une menace permanente de ses libertés
municipales_. Aussi, après la fameuse journée des barricades du 26 août
1648, en fait-il donner le commandement au conseiller Broussel qui,
nommé prévôt des marchands, en investit son fils Louvière.

[Illustration: Fig. 4--La Bastille et la porte Saint-Antoine vues du
faubourg avant 1789.]

C'est surtout pendant le XVIIe et le XVIIIe siècles que la
Bastille fut totalement convertie en prison. On y enfermait, outre les
nobles et criminels de lèse-majesté, les bourgeois, les marchands, les
roturiers, les assassins et voleurs, les magiciens, les jansénistes,
les libraires, les colporteurs, les gens de lettres, etc. On avait à
cette époque un moyen bien simple de supprimer, pour quelque temps
seulement ou pour toujours, ceux dont on voulait se débarrasser: _les
lettres de cachet_. C'étaient, sous l'ancienne législation, des lettres
écrites par ordre du roi, contresignées par un secrétaire d'État,
cachetées du sceau royal et au moyen desquelles on exilait ou on
emprisonnait _sans jugement_. Sous le règne de Louis XIV on en
_distribua_, plus de 80,000.

Parmi les prisonniers les plus célèbres de la Bastille, il faut citer:
Antoine de Chabanne, le duc de Nemours, le maréchal de Biron, Fouquet,
Pélisson, Rohan, Lally-Tollendal, le maréchal duc de Richelieu, l'abbé
de Bucquoy, Latude et le fameux prisonnier au Masque de fer.

[Illustration]

[Illustration]

[Illustration]

Constantin de Renneville[4] qui resta fort longtemps à la Bastille nous
apprend dans ses mémoires, qu'à force de changer les prisonniers de
cachots, ce qui était un système, leur individualité se perdait
facilement; _ils n'étaient bientôt plus qu'un numéro logé dans tel
cachot ou à tel étage de telle tour_. Parfois aussi, on se contentait
simplement de les écrouer sous un nom d'emprunt. C'est ainsi, par
exemple, que l'on disait: «_la troisième Bazinière_» pour le prisonnier
du troisième étage de la tour de la Bazinière.

[Note 4: On sait que sa longue et dure captivité a poussé ce
prisonnier à certaines exagérations dans ses mémoires, aussi ne
citons-nous de lui qu'un passage.]

À ce sujet, Renneville raconte «qu'il entrevit en 1705, dans une des
salles de la Bastille, un homme dont il ne put jamais savoir le nom. Il
apprit seulement par le porte-clefs chef Rû que ce prisonnier anonyme
était un ancien élève des Jésuites, _enfermé depuis l'âge de seize ans,
pour avoir composé deux vers satiriques contre ses maîtres!_--D'abord
embastillé, il fut bientôt envoyé aux îles Sainte-Marguerite, sous la
garde du bourreau de Louvois, le sieur de Saint-Mars qui, nommé
gouverneur de la Bastille, l'y ramena ainsi que l'homme au Masque de
fer». Ce malheureux jeune homme, coupable d'une gaminerie, n'était autre
que François Seldon, descendant d'une riche famille irlandaise qui
l'avait envoyé à Paris, chez les Jésuites, étudier et apprendre tout ce
qui fait un parfait gentilhomme. Pendant les _trente années_ qu'il resta
dans les fers, sa famille, qui n'avait jamais pu obtenir de ses
nouvelles, s'éteignit complètement _et ce furent ses geôliers qui furent
ses libérateurs_.

[Illustration: Fig. 8.--Le jeune Seldon dans sa prison, d'après le
dessin d'une des chambres de la Bastille (Tour de la Comté) conservé au
Musée Carnavalet.]

En effet, pour ne pas laisser en déshérence l'immense fortune de Seldon,
le père Riquelet lui promit la liberté s'il signait l'engagement de
laisser la gestion et l'administration de ses biens à la compagnie de
Jésus. Seldon signa, mais en ajoutant à l'acte rédigé par l'_habile
révérend père_: «QUAND JE SERAI SORTI DE LA BASTILLE», phrase omise,
_peut-être_ à dessein, car seule elle pouvait obliger la compagnie à
tenir ses engagements. _L'élève des Jésuites avait battu ses maîtres_.

Aussi facilement qu'ils avaient obtenu la lettre de cachet, _les bons
pères_ obtinrent du roi l'ordre de mise en liberté. Seldon, n'ayant plus
de fortune lui appartenant, ne put se marier; mais, en revanche, il fit
attendre longtemps le capital de son bien à ses délicats libérateurs.

Les étrangers n'étaient pas, on le voit, à l'abri de la Bastille. Très
souvent même les rois de France rendirent aux souverains voisins _le
service_ d'embastiller leurs sujets qui avaient espéré trouver aide et
protection sur le sol français. C'est ainsi que Claude-Louis Caffe fut
enfermé à la Bastille et remis ensuite aux autorités sardes pour être
interné au fort de Miollans, prison d'État du duc de Savoie.

Citons encore les noms de Mahé de la Bourdonnais, du maréchal
Bassompierre, de Voltaire qui y vint deux fois en 1717 et en 1726, de
l'avocat Linguet qui fit une si curieuse description de ce lugubre
édifice; enfin du prévôt de Beaumont qui, soit à Vincennes, à Charenton
ou à la Bastille, resta vingt-deux ans au secret et dont la famille
ignora le sort pendant dix années.

Il faudrait bien des pages pour citer seulement le nom de tous ceux qui
furent enfermés et moururent dans cette geôle. Que serait-ce, s'il était
possible d'y ajouter celui de tous ceux qu'on y fit disparaître sans
qu'il restât la moindre trace de leur passage.

Il était, en effet, peu facile d'en sortir, moins encore de s'en
évader.--Les plus célèbres évasions furent celles d'Antoine de Chabanne,
comte de Dammartin, sous Louis XI, pendant la Ligue du bien public
(1465); celle de l'abbé de Bucquoy (1709), qui s'était également évadé
du For-l'Evêque et qui écrivit en Hanovre l'histoire de ses évasions
(1719); enfin celles de Latude et de son camarade d'Alègre, dans la nuit
du 25 février 1756.

Il existe au Musée Carnavalet une estampe de la fin de 1791 ou du
commencement de 1792, éditée à Paris, chez Bance, rue Saint-Severin, nº
25, représentant Latude et d'Alègre dans leur prison et au-dessous on
lit cette légende:

SECONDE ÉVASION DE LA BASTILLE DE M. DELATUDE, INGÉNIEUR

_Effectuée la nuit du 25 au 26 février 1756._

«M. Delatude[5], détenu à la Bastille dans une même chambre avec M.
d'Alègre, étoit résolu de tout tenter pour pouvoir s'en évader. Dix
piés d'épaisseur des murs de cette prison, des grilles de fer aux
fenêtres et à la cheminée, une multitude de gardes, des fossés souvent
pleins d'eau, entourés de murs fort élevés; ces terribles obstacles ne
furent point capables de le détourner de cet étonnant dessein. Mais à
peine son génie actif et pénétrant, aidé des connaissances profondes
qu'il avoit dans les mathématiques lui eut-il fait découvrir qu'il y
avoit entre son plancher et celui de la chambre d'au-dessous de lui un
intervalle ou tambour de 4 piés et demi de hauteur, lieu qu'il jugea
propre à resserrer tout ce qu'il falloit furtivement créer et établir
pour rendre sa fuite possible et celle de son compagnon, qu'il ne doute
plus du succès. Ce fut alors que tout hors de lui il montra à M.
d'Alègre sa male qui contenoit en chemises et autres effets en toile, de
quoi leur produire 1.400 piés de cordes indispensables pour former les
échelles sans lesquelles leur fuite ne pouvoit avoir lieu: et c'est là
le moment où l'artiste a placé le sujet de son estampe. D'après cela,
l'industrie la plus surprenante, ainsi que la plus constamment et la
plus habilement dirigée, met M. Delatude en état, en dix-huit mois de
tems, de se voir possesseur des échelle de corde et de bois dont il ne
pouvoit se passer: il a de même, avec une peine et des souffrances qu'on
se représenteroit difficilement, enlevé les quatre grilles de fer du
haut de la cheminée, desquelles il s'en réserve deux pour percer les
murs des fossés de sortie, etc., etc., etc.

[Note 5: Dans ce texte, qui se trouve au bas de l'estampe conservée
au Musée Carnavalet, l'orthographe des noms et des mots a été
respectée.]

[Illustration: Fig. 9.--Seconde évasion du chevalier de Latude et de son
ami d'Alègre, dans la nuit du 25 au 26 février 1756.]

[Illustration: Fig. 10.--Portrait du chevalier de Latude, par Vestier.]

«Nos deux prisonniers arrivés enfin au moment périlleux de leur départ,
avec le secours de leurs échelles de corde et de bois, favorisé par une
corde de réserve particulière, réussissent bientôt à transporter par la
cheminée de leur chambre sur la tour appelée _du Trésor_ leurs propres
effets et les choses destinées à leur évasion. Enfin, après les dangers
les plus alarmans, M. Delatude, éloigné tout au plus de 6 toises d'une
sentinelle, est déjà descendu sain et sauf dans le fossé. M. d'Alègre et
leurs bagages ne tardent point à y être aussi. Tous deux se pressent
d'aller droit à la muraille qui sépare le fossé de la Bastille de la
porte Saint-Antoine. Ils n'hésitent pas à entrer, dans l'eau glacée,
jusqu'aux aisselles: ils ne se dérobent à la vue des rondes major qui,
avec de grands fallots passent à 10 ou 12 piés au-dessus de leurs têtes,
qu'en s'accroupissant dans l'eau jusqu'au menton. Mais l'heureux
résultat de leurs travaux fut qu'en moins de 8 heures et demie ils
eurent percé la muraille qui, au rapport du major, était de 4 piés et
demi d'épaisseur. Parvenus à leur grande satisfaction dans le grand
fossé de la porte Saint-Antoine, ils se crurent hors de danger,
lorsqu'après à peine 25 pas de marche, ils tombèrent tous les deux à la
fois dans un aqueduc qui étoit au milieu du fossé. Là, M. d'Alègre dut à
la présence d'esprit de M. Delatude d'être enlevé de ce précipice dans
lequel ils avoient 10 piés d'eau au-dessus de leurs têtes. À trente pas
de ce lieu, absolument libres, et n'ayant plus d'obstacles à craindre,
cette terrible nuit, il est permis de le dire, finit pour ces deux
courageux amis. Leur premier soin fut de se jetter à genoux et de
remercier Dieu de la grâce qu'il venoit de leur faire. M. Delatude a été
détenu pendant l'espace de trente-cinq années successivement à la
Bastille, à Vincennes et dans diverses autres prisons.»

«Vers qui ont été mis au Louvre, au bas du portrait de M. Masers,
chevalier Delatude, ingénieur, par M.C. de G..., avocat:

      Victime d'un pouvoir injuste et criminel,
      MASERS dans les cachots eut terminé sa vie,
      Si l'art du despotisme aussi fin que cruel
      Avoit pu dans les fers enchaîner son génie.»

Ce portrait de Latude est de M. Vestier, académicien. Il fut exposé au
Louvre et figure au Livret du Salon de 1791 sous le numéro 109 (_Musée
Carnavalet_).

Après la prise de la Bastille on trouva, dans les archives de cette
prison un billet de Latude à Mme de Pompadour; il était ainsi conçu:
«Le 25 de ce mois de septembre 1760, à quatre heures du soir, il y aura
cent mile heures que je souffre.»

Visiter un prisonnier était chose à peu près impossible et si l'un de
ces malheureux obtenait la permission de lire ou l'autorisation d'écrire
à sa famille, il considérait cette faveur inespérée comme un suprême
bonheur. Ajoutons toutefois que les lettres ne parvenaient jamais à leur
adresse. On en a trouvé en 1789 qui avaient plus de cent ans de date!

Le régime des prisonniers, nous dit Charpentier, l'auteur _de la
Bastille dévoilée_, «consistait en une livre de pain et une bouteille de
mauvais vin par jour; au dîner (11 heures du matin), du bouillon et deux
plats de viande; au souper (6 heures du soir), une tranche de rôti, du
ragout et de la salade, mais le tout détestable. Le maigre au beurre
rance ou à l'huile nauséabonde.--Le régime du pain et de l'eau n'était,
dit-il; appliqué qu'aux vulgaires criminels».

M. Ravaisson, dans son important ouvrage «_Les Archives de la Bastille_»
n'est pas tout à fait de l'avis de Charpentier: «À la Bastille, dit-il,
la nourriture était saine et abondante, les repas que le gouverneur
faisait servir auraient fait envie à plus d'un bourgeois aisé, et si la
cuisine excitait les plaintes des prisonniers, c'est que le gouverneur
en était chargé et que se plaindre d'un geôlier, c'est toujours un
soulagement pour ceux qu'il tient sous sa garde.»

Nous ne pouvons être absolument de cet avis, car c'est de l'ensemble des
récits faits ou écrits par les prisonniers eux-mêmes qu'il faut tirer la
triste vérité.

On sait aujourd'hui, sans aucun doute, que l'on était traité,
_moralement et matériellement_, à la Bastille selon les ordres du
ministre qui vous y envoyait; et, comme les pourvoyeurs de cet antre
mystérieux du despotisme craignaient surtout les indiscrétions au sujet
du régime intérieur, on n'avait d'égards que pour ceux qui devaient en
sortir un jour: pour les princes et les grands seigneurs; pour les gens
de lettres et les avocats qui ont toujours été d'incorrigibles
indiscrets.

On doit aussi ajouter que la nourriture des prisonniers dépendait du
plus ou moins d'avarice du gouverneur qui, dans les derniers temps,
réalisait plus de 60.000 livres de rentes sur ses pensionnaires.

C'est pour cela que la haute noblesse et les grands dignitaires du
royaume, simplement détenus, jouissaient à la Bastille de grandes
faveurs: ils pouvaient y garder leurs officiers, leurs secrétaires,
leurs valets; se réunir et se promener soit sur les tours, soit dans le
jardin du bastion; leur table était fort bien servie, le plus souvent,
il est vrai, à leurs frais, et le gouverneur ne leur parlait jamais
qu'avec une extrême courtoisie, debout et le chapeau bas.

C'est aussi pour ces mêmes raisons que Marmontel[6] et Morellet assurent
y avoir été traités en grands seigneurs; que Voltaire dit y avoir subi
une détention relativement douce; que Fréron put y continuer la
publication de son journal _l'Année littéraire_; tandis que Linguet se
plaint amèrement et fulmine contre le régime de cette prison.

[Note 6: D'après la lettre de Cachet et la lettre de levée d'écrou
que nous donnons plus haut, on comprend facilement le dire de M.
Marmontel dont la détention à la Bastille dura dix jours à peine.]

Il n'en était pas de même pour les malheureux que l'indifférence du roi,
la haine d'un ministre, l'incapacité des juges ou la basse vengeance des
puissants condamnaient à une vie de privations et de tortures. Souvent
aussi, nous dit Décembre-Alonnier: «Ce n'était ni le roi, ni le
ministre, ni le parlement qui jetaient une foule de malheureux à la
Bastille: c'était un favori ou même le favori d'un favori qui faisait
écrouer ses ennemis personnels ou simplement ceux qui le gênaient, au
moyen de lettres de cachet en blanc; confisquant ainsi et comme à
plaisir la vie et la liberté de citoyens innocents.» Toutes ces pauvres
victimes végétaient dans des cachots malsains, sans air, presque sans
nourriture et constamment en but à la barbarie et à l'avarice des
geôliers subalternes qui les enchaînaient par le cou, par les pieds, par
les mains, les rivaient en quelque sorte aux murs des culs de
basses-fosses, véritables oubliettes où ils les laissaient pourrir.

Nous ne voulons pour preuve de ces infâmes traitements que cette lettre
laissée comme un stigmate indélébile par Pellissery et dans laquelle il
se plaint au major de Losme de l'avarice et de la cruauté du gouverneur
de Launay:

[Illustration: Fig. II.--Statue de Voltaire.]

«Vous n'ignorez pas, monsieur, que depuis sept ans, je suis enfermé dans
le triste appartement que j'occupe dans ce château, large de dix pieds
en tous sens dans son octogone, élevé de près de vingt, situé sous la
terrasse des batteries, d'où je ne suis pas sorti la valeur de cinq
heures en diverses reprises. Il y règne un froid horrible en hiver
malgré le feu médiocre qu'on y fait dans cette saison, toujours avec du
bois sortant de l'eau[7]; sans doute par un raffinement d'humanité, pour
rendre inutile le faible mérite ou l'assistance d'avoir un peu de feu
pour tempérer le régime de l'appartement. Dans la belle saison, je n'ai
respiré l'air qu'à travers une fenêtre percée dans une muraille épaisse
de cinq pieds et grillée de doubles grilles en fer, à fleur de mur, tant
en dedans qu'en dehors de l'appartement. Vous n'ignorez pas encore que
je n'ai jamais eu, depuis le 3 juin 1777 jusqu'au 14 janvier 1784, qu'un
méchant lit; je n'ai jamais pu faire usage du garniment, tant il était
déchiré, percé de vers, chargé de vilenie et de poussière, et une
méchante chaise de paille des plus communes, dont le dossier rentrait en
dedans du siège et brisait les épaules, les reins et la poitrine.

[Note 7: Nous donnons plus loin le récit de Linguet à ce propos.]

Pour couronner les désagréments d'une situation aussi triste, on a eu la
cruauté de ne me monter tous les hivers que de l'eau puante et
corrompue telle que celle que la rivière verse, dans ses inondations,
dans les fossés de ce château, où elle grossit ses ordures et sa
malpropreté de tous les immondices que versent dans les fossés les
divers ménages logés dans l'arsenal de même que dans le château.»

Pour mettre le comble à ces atrocités, pendant plus de trente mois avant
votre arrivée, l'on ne m'a jamais servi que du pain le plus horrible du
monde, dont j'ai été cruellement incommodé, accompagné, les trois quarts
du temps, de tous les rebuts et dessertes de la table des maîtres et des
domestiques, et le plus souvent de ces restes puants et dégoûtants qui
vieillissent et se corrompent dans les armoires d'une cuisine.

À l'égard du pain, tous le printemps, tout l'été, tout l'automne de
l'année dernière, jusqu'au 15 décembre, l'on ne m'a monté que du pain le
plus horrible du monde, pétri de toutes les balayures de farines du
magasin du boulanger dans lequel j'ai constamment trouvé mille
graillons, gros comme des pois et des fèves, d'un levain sec et dur,
jaune et moisi, qui désignait assez que ce pain était commandé exprès et
qu'il était tout composé des échappées ou restants qui s'attachent
contre le bois de la machine où l'on pétrit et que l'on râclait
soigneusement après qu'elles s'étaient aigries. Moi, qui ne suis pas
difficile à contenter, nombre de fois j'ai eu de la peine de manger la
seule moitié de la croûte du dessus, bien sèche et bien émiettée.

«J'ai eu plusieurs fois la démangeaison de vous en parler, mais n'ayant
rien pu gagner à l'égard de l'eau, même depuis votre arrivée, et mes
plaintes à ce sujet m'ayant occasionné une scène des plus désagréables
avec Monsieur le Gouverneur, j'ai gardé le silence pour éviter toute
nouvelle altercation. J'attribue la violente secousse de douleurs et de
convulsions que j'ai ressenties dans tous mes membres le 19 octobre dans
la nuit et qui me tiennent en crainte d'une paralysie dans le bras droit
et dans les jambes, à ce mauvais pain; je lui attribue cette crise de
même que les ressentiments que j'ai encore quelques fois et l'horrible
dépôt qui s'était formé dans mes jambes, dans mes pieds et mes mains
tout cet hiver, ayant eu constamment six doigts de mes deux mains
empaquetés et mes deux jambes depuis deux doigts au-dessus de la
cheville, et les cinq doigts des pieds percés chacun de quinze à vingt
trous. M. le chirurgien à qui je les ai montrés plusieurs fois, pourra
vous confirmer cette vérité.»

Le seul crime de Pellissery était d'avoir critiqué le ministère
Maurepas, au sujet de ses opérations financières, dans une brochure
intitulée: _Erreurs et désavantages des emprunts des_ 7 _janvier et_ 9
_février_ 1777.

De la Bastille, après avoir refusé sa liberté au prix d'une place
d'espion dans les finances, Pellissery fut enfermé à Charenton où il
était encore en 1789.

Pour compléter ces tristes tableaux d'un despotisme éhonté, nous
empruntons à l'avocat-journaliste Linguet l'émouvante description de sa
prison:

«En hiver, dit-il, ces caves funestes sont des glacières, parce qu'elles
sont assez élevées pour que le froid y pénètre; en été ce sont des
poêles humides, où l'on étouffe, parce que les murs en sont trop épais
pour que la chaleur puisse les sécher.

Le peu de lumière que, dans les belles journées, y laisse transpirer
l'unique lucarne grillée, ne peut servir qu'à en faire mieux distinguer
l'obscurité.

[Illustration: Fig. 12.--Quartier Saint-Paul, les Tournelles et la
Bastille vers 1540]

«Il y en a une partie, et la mienne était de ce nombre, qui donne
directement sur le fossé où se dégorge le grand égout de la rue
Saint-Antoine; de sorte que, quand on le nettoie, on en été dans les
jours de chaleur un peu continuée, ou après chaque inondation, accident
assez commun au printemps et en automne dans ces fossés creusés
au-dessous du niveau de la rivière, il s'en exhale une infection
pestilentielle. Une fois engouffrée dans ces boulins, que l'on appelle
chambres, elle ne se dissipe que très lentement.

«C'est dans cette atmosphère qu'un prisonnier respire; c'est là que,
pour ne pas étouffer entièrement, il est obligé de passer les jours et
souvent les nuits, collé contre la _grille intérieure_, qui l'écarte
même du trou taillé en forme de fenêtre, par laquelle coule jusqu'à lui
une ombre de jour et d'air. Ses efforts pour en pomper un peu de nouveau
par cette sarbacane étroite ne servent souvent qu'à épaissir autour de
lui la fétidité qui le suffoque.

«En hiver, malheur à l'infortuné qui ne peut pas se procurer l'argent
nécessaire pour suppléer à ce qu'on distribue de bois au nom du roi.
Autrefois il se délivrait sans compte et sans mesure, en raison de la
consommation de chacun. On ne chicanait pas des hommes d'ailleurs
privés de tout, et réduits à une immobilité si cruelle, sur la quantité
de feu qu'ils croyaient nécessaire pour décoaguler leur sang engourdi
par l'inaction, ou volatiliser les vapeurs condensées sur leurs
murailles. Le prince voulait qu'ils jouissent de ce soulagement, ou de
cette distraction, sans en restreindre la dépense.

«L'intention est sans doute encore la même: les procédés sont changés.
Le gouverneur actuel (de Launay) a fixé la consommation de chaque reclus
à _six bûches grosses ou petites_. On sait qu'à Paris les bûches
d'appartement ne sont que la moitié de celles du commerce, parce
qu'elles sont sciées par le milieu. Elles n'ont qu'environ dix-huit
pouces de longueur. L'économe distributeur a soin de faire choisir dans
les chantiers ce qu'il est possible de trouver de bois plus mince, et,
ce qui est aussi incroyable que vrai, de plus mauvais. Il fait prendre,
par préférence, les fonds des piles, les restes de magasins, dépouillés
par le temps et l'humidité de tous leurs sels et abandonnés pour cette
raison à bas prix..... _Six de ces allumettes composent la provision de
vingt-quatre heures pour un habitant de la Bastille!_

«On demandera ce qu'ils font quand elle est disparue: ils font ce que
leur conseille _en propres termes_ l'honnête gouverneur: _ils
souffrent_!»

Voilà ce qu'était le régime de la Bastille sous Louis XVI, car
Pellissery et Linguet ne furent ni mieux ni plus mal traités que les
autres prisonniers de ce temps.

Remontons maintenant au règne de Louis XIV et terminons par le récit
d'un acte de basse monstruosité.

Après la révocation de l'édit de Nantes (1685)[8], les persécutions
religieuses commencèrent. On enferma nombre de huguenots à Vincennes, au
Châtelet, à la Bastille.

[Note 8: Sous cette dénomination, on désigne un acte par lequel
Louis XIV enleva aux protestants la liberté de conscience qui leur avait
été accordée par Henri IV en 1598. Les conséquences de cet acte furent
désastreuses: 230,000 protestants quittèrent la France, emportant à
l'étranger, non seulement, les secrets de notre industrie, mais encore
cette intrépidité, cette valeur militaire qui fut toujours l'apanage de
la France.

Un grand nombre d'entre eux se réfugièrent en Allemagne et chaque fois
que leurs fils vinrent en France à la tête des bataillons prussiens, ils
nous firent cruellement payer le séjour de ces _missionnaires bottés_
que leurs ancêtres durent loger au nom du roi. Ces missionnaires firent
cependant l'admiration de Mme de Sévigné:

«_Les Dragons_, écrivait-elle le 28 octobre 1685, _ont été très bons
missionnaires,_» et en parlant de l'édit de révocation:

«_Rien n'est si beau que se qu'il contient; jamais aucun roi n'a fait ni
ne fera rien de plus mémorable_.»

Et le vieux Le Tellier ne comprit pas qu'il signait un des plus grands
malheurs de la France.]

L'un d'eux, Jean Cardel (de Tours) resta dix-neuf ans dans les cachots
de Vincennes, chargé de fers et accablé de coups par ordre du
gouverneur, le sieur Bernaville, auquel la Reynie (Lieutenant général de
police) avait recommandé ce prisonnier: «Faites tous vos efforts, lui
avait-il dit, afin de convertir M. Cardel, pour qui j'ai une
considération toute particulière.» Bernaville, qui prenait les conseils
du père Lachaise, jésuite français, confesseur du roi, traduisit
_convertir_ par _torturer_.

[Illustration: Fig. 13.--Jean Cardel dans son cachot, d'après un dessin
des cachots de la Bastille conservé au musée Carnavalet.]

Transféré à la Bastille, Cardel y trouva quelque pitié dans son
gouverneur M. de Baisemeaux. Mais sous le gouvernement du sieur Benigne
d'Auvergne de Saint-Mars, secondé par son neveu, un soudard du nom de
Corbé, le malheureux Cardel fut replongé dans les fers. _Ce martyr y
resta en tout trente années_.

Son seul crime fut, à la vérité, son continuel refus d'abjurer sa
religion!

Saint-Mars le fit enfermer presque nu dans le plus hideux des cachots
où, pendant les crues de la Seine, il resta de longs jours avec de l'eau
jusqu'au cou!

Quand on le trouva mort sur sa paille, véritable fumier, il était
enchaîné par les reins, par les mains et par les pieds. _La clémence du
gouverneur lui avait, paraît-il, épargné le carcan qui, à lui seul,
pesait 60 livres!_

De telles atrocités dignes des geôliers de la féodalité et des bourreaux
de l'inquisition se passent de commentaires.

Il nous suffit de livrer à la réprobation universelle ceux qui les
exécutèrent, ceux qui les ont commandées et ceux qui les ont laissées
faire.

Un seul homme _osa_ tenter d'adoucir les souffrances des prisonniers;
malheureusement il resta trop peu de temps au département de Paris. Cet
homme de bien, c'était le premier président de la cour des aides,
directeur de la librairie, M. Lamoignon de Malesherbes, qui, devenu
ministre, eut pour premier souci de visiter les prisons: «Il en fit
sortir tous ceux qui étaient innocents ainsi que ceux qui, par la
longueur de leur captivité se trouvaient trop punis et ordonna que des
soins délicats et des attentions touchantes consolassent les infortunés
que leurs délits bien constatés l'empêchaient de faire élargir.»

Comme on le voit, par les lettres et récits que nous venons de
reproduire, le régime de la Bastille n'était pas ce qu'ont dit certains
auteurs, car son histoire serait un long martyrologe.

Tontes ces ignominies, qui commençaient à se répandre dans le public,
jointes à la tyrannie croissante du pouvoir qui l'opprimait chaque jour
davantage, devaient bientôt faire éclater la juste colère du peuple.

Jeter bas cette mystérieuse et lugubre prison, la terreur et la menace
de quatre siècles, fut dès lors son unique cri, son unique espérance!

La prise de la Bastille, par le peuple de Paris, fut donc, outre un acte
d'humanité, une habile mesure stratégique.



LA PORTE SAINT-ANTOINE


Quand il fut décidé que la porte Saint-Antoine serait reportée en dehors
de la forteresse, qui devait être ainsi complètement isolée, on la
construisit sur la gauche de la Bastille, en venant de Paris, et en
arrière du fossé qui protégeait déjà le rempart.

En 1380, elle affectait la forme d'une construction massive, plus haute
que large, à quatre faces. La face qui regardait l'extérieur était ornée
de quatre tourelles ou échauguettes au-dessus d'une voûte unique munie
d'un pont-levis. Ce dernier reposait sur un pont dormant reliant la
porte à la contrescarpe près de laquelle il était lui-même coupé par un
autre pont-levis; entre ces deux ponts-levis, une herse.

[Illustration: Fig. 15.--La Bastille et la porte Saint-Antoine vues du
Faubourg vers 1380, d'après un dessin conservé au Musée Carnavalet.]

En 1573, ce système de ponts fut remplacé par un seul pont dormant en
pierres terminé, du côté du faubourg, par une vaste demi-lune ornée de
statues placées aux tournants nord et sud du fossé extérieur. À cette
même époque, la porte fut transformée en un magnifique arc de triomphe,
sous lequel Henri III passa, le 4 septembre 1573, à son retour de
Pologne; cet arc fut remanié en 1660.--Plus tard, en 1671, l'architecte
Blondel le restaura et le compléta au moyen des deux portes «qui sont
aux côtés de celle du milieu qui est la plus grande[9]», de statues et
de bas-reliefs, pour l'entrée de Louis XIV à Paris, ainsi que l'indique
l'inscription de l'attique ainsi conçue: «_Ludovico Magno, Præfectus et
Ædiles, anno 1672._»

[Note 9: Piganiol de la Force (1742), t. IV, p. 428.]

[Illustration: Fig. 16.--La Porte Saint-Antoine, démolie en 1788, rue du
Faubourg d'après les dessins du Musée Carnavalet.]

Cet arc-porte ne subit plus de transformations jusqu'à sa démolition en
1788; on ouvrit alors un boulevard sur la rue du Rempart[10] et, à la
place du Bastion Saint-Antoine, des fossés et du jardin des
_Arbalestriers_ devenus rue Amelot, on commença à élever tout un
quartier neuf (1788-1789).

[Note 10: Le boulevard Beaumarchais actuel.]

La porte Saint-Antoine dont nous donnons la représentation est décrite
en ces termes par Piganiol de la Force (1742), t. IV, p. 422:

«On prétend que cette porte fut bâtie sous le règne d'Henry II pour
servir d'arc de triomphe à la mémoire de ce prince. D'autres assurent
qu'elle fut élevée pour l'entrée du Roy Henri III revenant de Pologne,
mais je n'ai vu nulle part la preuve ni de l'un, ni de l'autre de ces
deux sentimens. Ce qu'il y a de constant, c'est qu'il y avait ici une
porte l'an 1671 lorsque François Blondel fut chargé de la restaurer. Cet
ingénieur, qui n'était pas moins habile dans l'architecture que dans les
autres parties des mathématiques, conserva l'ancien ouvrage de cette
porte, et continua de chaque côté l'Ordre Dorique dont on l'avoit
décorée. Ce monument a neuf toises de largeur sur sept ou huit de
hauteur. À la porte ou ouverture qui était au milieu, Blondel en ajouta
deux autres, une de chaque côté qui ont presque la même hauteur et la
même largeur, et qui rendent l'entrée de la ville plus facile aux
voitures......

«La face qui est du côté du faubourg (_et que représente notre dessin_)
est ornée de refands et d'un grand entablement Dorique qui règne sur
toute la largeur, et lequel est surmonté d'un Attique, en manière de
piédestal continu, aux extrémités duquel sont deux obélisques.

«Dans les niches pratiquées entre les pilastres, sont deux statues qui
représentent les suites heureuses de la Paix faite entre la France et
l'Espagne en 1660. Celle qui est à main droite tient une anchre au bas
de laquelle il y a un dauphin. Cette figure est allégorique à
l'_Espérance_ que la France avoit conçue de cette paix qui avoit été
cimentée par le mariage du roy Louis XIV avec Marie-Thérèse d'Autriche
Infante d'Espagne. L'autre statue est la _Sûreté_ publique qui est
désignée par cette figure qui s'appuye sur une colonne avec une attitude
et un visage si tranquilles, qu'elle fait connoître qu'elle n'a plus
rien à craindre. Ces deux statues sont de _François Anguière_, et des
chefs-d'œuvre.

«Au-dessus de ces niches sont deux vaisseaux qui sont allégoriques à
celui que la ville de Paris porte dans l'écusson de ses armes.

«Sur une espèce de console formée par la saillie de la clef de la voûte
du grand portique, est un buste du Roy Louis XIV, fait d'après le
naturel par _Girard Vanopstal_, sculpteur, et qui a été peint en bronze
pour le détacher du corps de la maçonnerie.

«Deux figures qui représentent la Seine et la Marne, sont à
demi-couchées sur les impostes, et sont regardées comme des
chefs-d'œuvre de sculpture[11]. Les uns disent qu'elles sont de Maître
_Ponce_ et les autres de _Jean Gougeon_. Ce qu'il y a de plus constant,
c'est que leur excellence fit qu'on les conserva lorsqu'en 1660 on
rebâtit cette porte.

[Note 11: Ces deux figures sont conservées dans le Jardin du Musée
de Cluny (côté de la rue de Cluny).]

L'attique est formé par une grande table de marbre noir au-dessus de
laquelle sont les armes de France et de Navarre, en deux écussons joints
ensemble, entourés des coliers des ordres de Saint-Michel et du
Saint-Esprit, et surmontées d'une couronne fermée. Deux trophées d'armes
achèvent de remplir le vuide de ce fronton, au-dessus duquel sont deux
statues à demi-couchées, vêtues de long, et ayant des tours sur leurs
têtes. Celle qui tient sur ses genoux une couronne fermée et
fleurdelisée, représente la _France_. L'autre tient un petit bouclier et
quelques dards, et désigne l'_Espagne_. Elles se donnent la main en
signe d'amitié et d'alliance.

«L'himen qui est plus haut, au milieu d'un attique en manière de
piédestal continu, semble approuver et confirmer cette union qu'il a
fait naître. D'une main il tient son flambeau allumé, et de l'autre un
mouchoir. Les extrémités de ce piédestal continu sont terminées par deux
pyramides, aux pointes desquelles sont des fleurs de lys doubles et
dorées de même que les boules qui portent ces pyramides. Tontes ces
figures sont de _Vanopstal_, et de quatre pieds plus grandes que le
naturel.

«L'inscription qui est gravée en lettres d'or sur la grande table de
marbre noir dont j'ai parlé, explique toute cette composition en nous
disant que la paix des Pyrénées a été faite et cimentée par les armes
victorieuses de Louis XIV, par les heureux conseils de la Reine Anne
d'Autriche sa mère, par l'auguste mariage de Marie-Thérèse d'Autriche et
par les soins assidus du Cardinal Mazarin.

«Voici les termes dans lesquels cette inscription est conçue:

                Paci
             victricibus
            LVDOVICI XIV.
                Armis.
         Felicibus ANNÆ conciliis
              augustis.
        M. THERESIÆ nuptiis,
  assiduis Julii Cardinalis MAZARINI
               Curis
        Portæ fondatæ æternum
              firmatæ
      Præfectus Urbis Ædilesque
             sacravere
          Anno M. DC. LX

«Les deux portes qui sont aux côtés de cette du milieu qui est la plus
grande, n'ont été percées qu'en 1672. Comme il paroit par les
inscriptions qui sont dans deux tables de l'attique sur l'une desquelles
on lit:

          LUDOVIGO MAGNO
        Præfectus et Ædiles
         Anno R. S. H.[12]
              1672.

«Sur l'autre de ces deux portes est écrit:

         Quod Urbem auxit,
       Ornavit, Locupletavit.
            P. C.[13].

[Note 12: R. S. H. signifient: Reparatæ salutis hominum.]

[Note 13: P. C. signifient: Posuerunt Consules.]

«Avant de quitter cette porte, je dois remarquer qu'elle est bâtie sur
une des culées du _Pont Dormant_, ainsi nommé à cause que l'eau qui est
dessous ne coule point, et est une eau dormante.»

Enfin, on construisit les deux corps de garde avec fontaine publique, de
la place Saint-Antoine et devant la Bastille (rue Saint-Antoine en face
de l'entrée de la forteresse).

[Illustration]



DESCRIPTION DE LA BASTILLE EN 1789


EN 1789, la Bastille se composait de huit grosses tours rondes de 73
pieds de haut avec des murs de 6 pieds d'épaisseur. Elles étaient
reliées par des massifs de même hauteur et de 10 pieds de
large.--L'ensemble de ces tours et de ces massifs affectait la forme
d'un parallélogramme irrégulier, légèrement en saillie du côté du
faubourg. Les plates-formes garnies de créneaux et de machicoulis
étaient armées de 15 pièces de canons.

Un fossé large et profond l'isolait complètement.

C'est en 1553, quand on modifia une partie des fortifications de la
capitale, que fut construit, tel qu'il était en 1789, le bastion[14]
destiné a protéger la Bastille en croisant ses feux avec celui de la
poudrière[15] et celui de Saint-Antoine[16].

[Note 14: On lit dans Piganiol de la Force (1742), t. IV, p. 420:
«Les fortifications qu'on y voit furent commencées le 11 d'Août de l'an
1533 et ne furent achevées qu'en 1559. Elles consistent en une courtine
flanquée de bastions, et bordée de larges fossés à fond de cuve. Les
propriétaires de Paris furent taxés pour cette dépense, depuis quatre
livres, jusqu'à vingt-quatre livres tournois.»]

[Note 15: Ce bastion était situé à peu près vers le milieu du
boulevard Bourdon actuel.]

[Note 16: Cet autre bastion s'élevait sur l'emplacement actuel des
premiers numéros pairs du boulevard Beaumarchais.]

Chaque tour avait son nom: la tour _de la Chapelle_ (À du plan, page 60)
et celle du _Trésor_ (B) furent les premières édifiées. Peu après on
construisit la tour _de la Liberté_ (C) et celle _de la Bertaudière_
(D). À cet ensemble de quatre tours on ajouta celles _du Coin_ (E) et
_du Puits_ (F). Enfin la tour de la _Comté_ (G) et celle de la Bazinière
(H) furent élevées les dernières.

_Tour de la Chapelle_.--C'est dans cette tour, qu'au XVe siècle, se
trouvait la chapelle de la Bastille qui fut ensuite transférée dans
l'épaisseur du massif entre la tour de la Liberté et celle de la
Bertaudière (P). Linguet en décrit ainsi l'intérieur: «Dans le mur d'un
de ses côtés, celui qui faisait face à l'autel, il y avait six petites
niches sans jour ni air. On y enfermait le prisonnier, qui ne pouvait
voir l'officiant que par une lucarne vitrée et grillée, semblable à un
tuyau de lunette. En revanche, il avait devant les yeux _un tableau
représentant Saint Pierre aux liens_.»

_Tour du Trésor_.--Ainsi nommée lorsque Henri IV y déposa les économies
destinées à créer le Trésor de l'État. Marie de Médicis, pendant sa
régence, dilapida les 15.870.000 livres d'argent comptant qui s'y
trouvaient[17].

[Note 17: On lit dans les _Mémoires de Sully_: Le Roy avoit en 1604
sept millions d'or dans la Bastille et sur l'an 1610, en avait pour lors
quinze millions huit cent soixante et dix mille livres d'argent
comptant, dans les chambres voûtées, coffres et caques, étant en la
Bastille; outre dix millions qu'on en avait tirés pour bailler au
trésorier de l'épargne.]

Sur la partie extérieure du massif qui reliait ces deux tours, on voyait
encore en 1789 l'arcade qui fut la première porte Saint-Antoine. Le vide
en avait été comblé tout en ménageant dans l'épaisseur de la voûte un
certain nombre de chambres.

_Tour de la Liberté_.--Ce nom, qui semble un euphémisme, lui fut donné
vers 1380, à la suite d'un assaut des Parisiens, qui crièrent pour la
première fois: «Liberté! liberté!!» C'est dans cette même tour, dit
l'historien anonyme de Charles VI, que le prévôt de Paris, Hugues
Aubriot, avait été enfermé «_pour y faire pénitence perpétuelle au pain
de tristesse et à l'eau de douleur, comme fauteur d'infidélité judaïque,
comme hérétique, etc., etc_.»

Au rez-de-chaussée de cette tour se trouvait la chambre de la question
qui fut supprimée quand Louis XVI abolit la torture. Il paraît,
cependant, qu'un certain Alexis Danouilh y fut mis, en 1783 à la
question ordinaire et extraordinaire.

_Tour de la Bertaudière_.--Elle devait son nom à un certain Bertaud,
maçon, qui se tua en tombant de sa plate-forme pendant sa construction.
Son troisième étage servit de prison au Masque de fer, pendant cinq
années.

_Tour de la Bazinière_.--En 1663, un sieur de la Bazinière, trésorier de
l'Epargne, y fut enfermé; elle conserva son nom.

_Tour de la Comté_.--On ne connaît par l'origine de ce nom.

_Tour du Coin_.--Cette tour tirait son nom de sa situation au coin de la
rue Saint-Antoine.

_Tour du Puits_.--C'était au pied de cette tour qu'avait été creusé le
puits de la Bastille.

Les tours de la Chapelle, du Trésor, de la Liberté, de la Bertaudière,
de la Comté et de la Bazinière avaient leur entrée sur une cour de 120
pieds de long sur 72 de large appelée cour d'honneur, grande cour ou
cour des prisons. Trois des côtés de cette cour étaient formés par les
tours et les courtines; une construction moderne, d'aspect bourgeois,
hante de trois étages, édifiée en 1761, sous le règne de Louis XV, ainsi
que l'indiquait une inscription en lettres d'or sur marbre noir, en
formait le quatrième côté.

Le rez-de-chaussée de cette construction, surélevé de quelques marches,
était occupé par la Salle du Conseil (I du plan, page 60) où le
lieutenant général de police interrogeait les prisonniers et par la
Bibliothèque (K) installée en 1383.--Entre ces deux pièces principales
se trouvaient des chambres de domestiques, le logement du porte-clefs
chef et le passage qui faisait communiquer la cour d'honneur et la cour
des cuisines.

Au premier étage et au-dessus de la Salle du Conseil se trouvait
l'appartement du Lieutenant du roi; au second celui du major; au
troisième ceux du chirurgien et de l'aumônier. Au premier, au second et
au troisième étages au-dessus de la Bibliothèque il y avait des
chambres destinées à des prisonniers de distinction punis par leur
famille, ou à des prisonniers malades soignés à leurs frais.

Sur le côté gauche de la cour d'honneur, entre la Bertaudière et la
Bazinière, on remarquait des constructions sur pilotis (_n_) où étaient
conservées les Archives de la Forteresse, et, un peu plus loin (_e_),
l'entrée de la chapelle. À droite l'entrée de quelques chambres
construites dans l'ancienne porte de ville entre les tours du Trésor et
de la Chapelle, puis le _Cabinet_: salle basse et obscure, véritable
cachot où était obligé de s'enfermer, en toute hâte, le prisonnier qui
se promenait dans la cour lorsque la sentinelle qui le surveillait,
entendant venir quelqu'un, lui criait: «Au Cabinet!» Les prisonniers ne
devaient, ni voir, ni être vus de personne. À ce propos, Linguet écrit:
«J'ai souvent compté que sur une heure, durée de la plus longue
promenade il y avait trois quarts d'heure consommés dans l'inaction
cruelle et humiliante du cabinet.»

C'est en effet dans la cour d'honneur que certains prisonniers
obtenaient l'insigne faveur de passer une heure au plus par jour,
surtout depuis que le comte de Launay avait été nommé gouverneur.

Avant lui, les prisonniers pouvaient se promener au grand air sur les
tours et dans le jardin du bastion.

Alléguant le petit nombre de ses gardiens et autres faux prétextes, de
Launay supprima ces promenades. La vérité, c'est que ce despote
orgueilleux et avare, qui mesurait l'eau, le pain et le feu à ses
prisonniers, avait loué le jardin du bastion à des maraîchers, ainsi que
les fossés extérieurs.

C'est encore dans la cour d'honneur que se trouvait la fameuse horloge
de la Bastille, autre emblème de la cruauté de ses pourvoyeurs. Voici,
du reste, ce que dit Linguet de son odieuse ornementation: «On y a
pratiqué un beau cadran; mais devinera-t-on quel en est l'ornement,
quelle décoration l'on y a jointe? des fers parfaitement sculptés! Il a
pour support deux figures enchaînées par le col, par les mains, par les
pieds, par le milieu du corps: les deux bouts de ces ingénieuses
guirlandes, après avoir couru tout autour du cartel, reviennent sur le
devant former un nœud énorme; et pour prouver qu'elles menacent
également les deux sexes, l'artiste guidé par le génie du lieu, ou par
des ordres précis, a eu grand soin de modeler un homme et une
femme[18]: voilà le spectacle dont les yeux d'un prisonnier qui se
promène sont récréés: une grande inscription gravée en lettres d'or sur
un marbre noir lui apprend qu'il en est redevable à M. Raymond Gualbert
de Sartines, etc.»

[Note 18: Est-ce une erreur ou intentionnellement que Linguet dit:
«une femme». D'après le dessin que nous donnons de l'horloge de la
Bastille et les documents qu'il nous a été donné de consulter au Musée
Carnavalet, les deux figures représentaient un vieillard et un homme
dans la force de l'âge.]

[Illustration: Fig. 19.--Horloge de la Bastille. (Musée Carnavalet.)]

Quand le ministre Breteuil eut connaissance du mémoire de Linguet, il
voulut voir lui-même cette horloge et, dès qu'il la vit: «Dans deux
heures je veux que ces chaînes soient enlevées»; deux heures après les
statuettes en étaient délivrées.

De l'autre côté du bâtiment moderne, dont il a été parlé plus haut, se
trouvait la _cour des Cuisines_ ou _cour du Puits_, longue de 72 pieds,
large de 42. Les tours du Coin et du Puits y avaient leur entrée.--Dans
le massif qui reliait ces deux tours, on voyait les chambres des
porte-clefs, des gens de cuisine, des domestiques de certains
prisonniers et celles de quelques détenus. Le sous-sol en était occupé
par des cachots les plus malsains de la Bastille (_c, [/c]_) ne prenant
air et jour que par une étroite barbacane donnant sur le fossé où
s'ouvrait la bouche de l'égout de la rue Saint-Antoine. C'est dans un de
ces cachots que mourut Jean Cardel.

Il y avait aussi _des oubliettes_ à la Bastille; elles avaient été
construites par Louis XI, _dans la tour de la Liberté_!

Cette cour du Puits était un véritable foyer d'infection toujours
entretenu par les détritus de toutes sortes qu'on y laissait séjourner
et pourrir.

Bien que de même hauteur, toutes les tours de la Bastille n'avaient pas
le même nombre d'étages.

Les tours du Trésor et de la Chapelle n'avaient que deux étages et pas
de cachots inférieurs; les tours de la Liberté et de la Bertaudière
avaient trois étages et des cachots.

Au contraire, les quatre tours du Coin, du Puits, de la Comté et de la
Bannière avaient cinq étages de prisons et des cachots; les deux étages
supérieurs avaient des doubles planchers, l'un en chêne, l'autre en
sapin, séparés par un bourrage.

L'étage supérieur se nommait «_la Calotte_», nom qui lui venait de la
forme de son plafond voûté en dôme comme celui des cachots
inférieurs[19]; les calottes étaient aussi redoutées que les cachots.
C'était l'étage le plus malsain de la tour: en hiver il s'y formait une
couche de glace sur les parois des murs; en été, le plomb des
plates-formes y entretenait une chaleur intolérable. L'excès de ces deux
températures était également meurtrier.

[Note 19: D'après les coupes et élévations de plan de la Bastille
par Caffiéri (Musée Carnavalet) certains étages des tours étaient voûtés
comme les calottes.]

On accédait aux différents étages des tours par un escalier tournant,
particulier à chacune d'elles et muni de plusieurs portes dans sa
hauteur.

L'intérieur des prisons affectait la forme octogonale. Ces pièces
étaient assez grandes (15 à 20 pieds de haut et à peu près autant de
large) pour y loger de 3 à 4 prisonniers; moins inhabitables que les
calottes, elles étaient cependant très chaudes en été et très froides en
hiver.

L'ameublement, nous dit l'auteur de la _Bastille dévoilée_, se
composait: «d'un lit de serge verte avec rideaux semblables; une
paillasse et un matelas; une table ou deux, deux cruches, un chandelier
et un gobelet d'étain; deux ou trois chaises, une fourchette, une
cuiller et l'assortiment complet d'un briquet; par faveur spéciale de
petites pincettes très faibles et deux grosses pierres en guise de
chenêts».

Toutes les chambres des tours avaient une cheminée garnie, dans son
intérieur, de forts barreaux de fer. Dans les autres chambres on
installait quelquefois un poêle.

Les fenêtres qui donnaient air et jour dans ces prisons méritent une
description spéciale.--Dans le principe, «elles formaient d'assez
grandes baies et chaque chambre en avait deux on trois, ce qui aidait à
la circulation de l'air, prévenant ainsi l'humidité et l'infection».
Mais le zèle d'un gouverneur _bien pensant_ les fit réduire à une, qu'il
transforma en longue meurtrière garnie de trois grilles: une en dedans
du mur, une au milieu de son épaisseur et la troisième en dehors: cette
dernière était souvent munie d'une hotte en bois.--Par un rafinement de
cruauté ces grilles, d'un pouce d'épaisseur, étaient disposées de
manière que les barreaux de l'une fussent exactement sur les vides de
l'autre. Grâce à cet ingénieux moyen, leurs mailles de quatre pouces de
large se trouvaient ainsi réduites à deux pouces à peine.--Enfin pour
arriver au vitrage intérieur de quelques-unes de ces meurtrières, il
fallait monter trois marches de un pied chacune et dans l'épaisseur du
mur se trouvait ménagé un petit espace formant le cabinet d'aisances.

Les cachots, horribles caves situées à dix-neuf pieds au-dessous du
niveau de la cour des prisons et à cinq pieds au-dessus du fond du
fossé, avaient un _ameublement_ beaucoup plus _modeste_: un peu de
paille, une pierre en guise de siège, des chaînes, des carcans et une
cruche!

Les malheureux qu'on y enfermait ne pouvaient vivre longtemps dans ces
cloaques, sur une terre toujours boueuse où pullulaient les rats, les
crapauds, les araignées et nombre d'autres animaux, aussi immondes.

L'ensemble de la forteresse était protégé par deux larges et profonds
fossés, presque toujours à sec, sauf pendant les fortes crues de la
Seine: le fossé extérieur qui entourait le bastion, et le fossé de la
Bastille qui l'entourait spécialement, l'isolant même de son bastion.

[Illustration]

Le fossé de la Bastille était limité par un mur de 36 pieds de haut (12
mètres) qui lui servait de contrescarpe.--Sur tout le contour intérieur
de ce mur régnait une galerie en balcon, soutenue par des potences en
bois; on l'appelait: _les rondes_. En effet, sur ce balcon se
promenaient quatre sentinelles surveillées par de fréquentes rondes
d'officiers. Ces sentinelles avaient pour consigne de garder à vue la
forteresse et de tirer impitoyablement sur quiconque chercherait à s'en
évader.

Pour assurer leur vigilance, on les forçait à sonner une cloche toutes
les heures pendant le jour; tous les quarts d'heure pendant la nuit.

La communication entre le bastion et la Bastille avait été assurée dès
1553 au moyen d'un pont dormant appuyé sur une culée en pierres qui
faisait partie de ce bastion et relié à la forteresse par un pont-levis
servant de porte à la baie ouverte dans le massif qui joignait la tour
de la Comté à celle du Trésor.--Quand le sieur de Launay supprima les
promenades sur le bastion, il fit démolir le pont dormant et lever le
pont-levis; voilà pourquoi, en 1789, il ne restait de cet ensemble que
la culée en pierre.

Enfin, sur l'extérieur du mur de contrescarpe du fossé de la Bastille,
étaient adossées de petites boutiques d'artisans louées par le
gouverneur.

Maintenant, pour arriver à l'intérieur de la Bastille, il fallait
franchir une quantité d'obstacles que nous allons énumérer:

D'abord, rue Saint-Antoine, en face de la rue des Tournelles, on passait
sous une voûte, au-dessus de laquelle se trouvaient des locaux servant
de magasins d'armes[20]. On se trouvait alors dans une cour beaucoup
plus longue que large appelée: «_Cour du passage_»[21], facilement
accessible au public, à la condition expresse de n'y pas stationner. Une
sentinelle faisait du reste respecter cette consigne et en chassait le
public, à l'arrivée d'un prisonnier.

[Note 20: On lit dans Piganiol de la Force (1742--t. IV, p. 422):
«Sur la première porte de la Bastille, c'est-à-dire sur celle qui donne
dans une petite place qui est en cet endroit de la rue Saint-Antoine,
est un magasin d'armes où l'on en trouve de toutes espèces et en grande
quantité. Les curieux y remarqueront d'anciennes armures de chevalerie
et ils trouveront toutes ces choses d'une propreté et dans un
arrangement qui les surprendront agréablement.»]

[Note 21: Aujourd'hui rue Jacques-Cœur.]

Six des petites boutiques d'artisans dont nous avons déjà parlé en
formaient le côté gauche; le côté droit se composait de magasins et de
constructions servant de caserne aux invalides. Dans cette cour il y
avait la porte (_O_) du petit arsenal derrière laquelle se trouvait la
«_Cour de l'Orme_[22]».

[Illustration: Fig. 21.--PLAN DE LA BASTILLE EN 1789. (D'après Caffiéri,
Musée Carnavalet.)]

A. Tour de la chapelle; B. Tour du Trésor; C. Tour de la liberté; D.
Tour de la Bertaudière; E. Tour du coin; F. Tour du Puits; G. Tour de la
Comté; H. Tour de la Bazinière; I. Salle du Conseil; J. Bastion et
jardin du bastion; K. Bibliothèque; L. Escalier du fossé extérieur ou du
bastion; M. Donjon du bastion; N. Guérites du chemin de ronde; O. Porte
du Petit arsenal; P. Chapelle; R. Corps de garde de l'avancée; T.
Tambour intérieur X. Entrée de la Bastille rue Saint-Antoine.

a. Puits de la Bastille; c[/c]. Cachots; d. Cuisines (constructions sur
pilotis); e. Entrée de la Chapelle; f. Postes fontaines; g[/g]. guérites
extérieures; h. culée de l'ancien pont reliant le bastion à la
forteresse; m. corps de garde intérieur; n. Archives (constructions sur
pilotis); p. Porte de bois ouverte dans le mur du fossé; y. Emplacement
de la porte Saint-Antoine démolie en 1788.

Ponts-levis de l'avancée et de la forteresse.

.....Barrières à coulisses de l'avancée.]

[Note 22: Ainsi appelée à cause d'un grand orme qui ombrageait l'un
de ses coins.]

Au fond de la cour du Passage, des barrières en bois et à coulisses,
précédaient un fossé suivi lui-même d'un mur élevé, percé d'une porte et
d'un portillon avec ponts-levis; cet ensemble se nommait «_l'Avancée_».

À droite de l'Avancée, et longeant le mur du petit arsenal: les écuries
et remises du gouverneur; à gauche la guérite (_g_) du factionnaire. Le
pont-levis du portillon restait abaissé tout le jour, sauf dans des cas
particuliers.

L'avancée franchie, on entrait dans «_la cour du Gouvernement ou
Première cour_». À droite on y voyait l'hôtel du gouverneur, jolie
construction moderne; à gauche, le poste (R) de l'avancée et la guérite
(_[/g]_); au fond en face, la terrasse du gouverneur limitée à gauche
par une construction comprenant des appartements et l'escalier (L) des
fossés extérieurs. À côté, dans le mur de contrescarpe du fossé de la
Bastille, _la porte de bois_ (_p_), assemblage de fortes planches de
chêne ferrées. Derrière cette porte, un pont dormant en pierres d'une
longueur de quinze toises (30 mètres) reposant sur deux arches et
s'avançant sur le fossé, jusqu'à quelques mètres de la porte de la
forteresse.

[Illustration: Fig. 22.--Place de la Bastille en 1889.]

Sur ce pont, à droite en venant de la première cour, des constructions
légères comprenant: des cuisines, des logements et la salle de bain du
gouverneur.

À son extrémité, un peu élargie sur la gauche en face du portillon de la
forteresse, ce pont était muni d'une barrière de bois; on y voyait aussi
les appuis et amarres des ponts-levis de la porte et du portillon.

L'un des deux ponts-levis abaissé, le fossé franchi, on entrait dans la
Bastille.

Là, on se trouvait en présence d'une sorte de cage remplaçant la herse,
où veillaient des sentinelles; derrière cette cage, les lourdes portes
bardées de fer de la forteresse.

Passé ces portes, on était sous la sombre voûte de la prison, agrandie
au moyen d'un tambour intérieur (T) dans lequel on avait aménagé le
corps de garde (_m_).

Enfin, derrière ce tambour, la grande cour des prisons.

Voilà ce qu'étaient la Bastille et ses annexes.

C'est à ce formidable ensemble de défenses que le peuple de Paris
résolut de donner assaut le 14 juillet 1789.



PRISE DE LA BASTILLE

I

ÉVÉNEMENTS PRÉLIMINAIRES


La guerre d'Amérique qui coûta un milliard et demi à la France, les
inondations et la grêle qui amenèrent la famine pendant l'hiver de 1788,
avaient épuisé les finances du royaume, accru la misère du peuple et
augmenté les embarras du gouvernement. Sur les conseils de Necker, Louis
XVI voulut recourir aux emprunts, le Parlement refusa. Il tenta la
convocation des notables qui se séparèrent sans rien résoudre. Alors le
cardinal de Brienne proposa l'impôt du timbre et la subvention
territoriale; le parlement refusa de nouveau: il fut exilé a Troyes.
Bientôt rappelé il déclina encore tout pouvoir d'enregistrer ces impôts
et demanda instamment la convocation des États généraux.

[Illustration]

Ils furent convoqués pour le 5 Mai 1789 à Versailles.

C'est alors que des clubs se formèrent à Paris et en province: _on y
parlait des droits du peuple_ et le peuple apprit qu'il avait des
droits.

Pendant ce temps les députés avaient rédigé les _Cahiers de demandes_;
les trois ordres (noblesse, clergé et tiers état) s'étaient entendus
pour obtenir des réformes sérieuses; le tiers surtout insistait au nom
du peuple et, au nombre de ses justes revendications se trouvaient: la
souveraineté de la nation, l'égalité devant la loi, l'inviolabilité de
la propriété, la liberté naturelle, civile, religieuse, etc., etc.,
l'abolition des lettres de cachet et la DÉMOLITION DE LA BASTILLE TANT
COMME FORTERESSE MENAÇANT LA CAPITALE QUE COMME PRISON D'ÉTAT.

Trompé par son entourage, Louis XVI ne comprit pas à quelle révolution
les esprits étaient préparés. Il ne vit dans les demandes du tiers état
qu'un désir exagéré d'innovation contre lequel il devait promptement
réagir. Aussi le tiers fut-il abreuvé d'outrages ridicules. Il
s'agissait de la vérification des pouvoirs: le tiers se rend dans la
salle des États, les deux autres ordres s'abstiennent!

Las de tant d'arrogance et fatigué de tous ces tiraillements, le tiers,
sur la proposition d'un de ses membres, l'abbé Siéyès, se constitue en
ASSEMBLÉE NATIONALE (17 juin 1789).

[Illustration: Fig. 25.--Portraits de Bailly et de Lafayette.]

Dès ce jour la royauté n'exista plus que de nom.

[Illustration: Fig. 26.--EMANUEL JOSEPH SIÉYÈS

Membre du Directoire Executif

Né à Fréjus le 3 May 1748]

À la séance royale du 23 juin, une déclaration lue par le garde des
sceaux cassa les résolutions prises par les députés du tiers comme
«_illégales et_ inconstitutionnelles» et ordonna «_que la distinction
des trois ordres fut conservée en son entier_». Après cette lecture, le
roi leva la séance et se retira suivi de la noblesse et du clergé. Le
tiers état seul resta dans la salle. Sommé par le grand maître des
cérémonies, M. de Dreux-Brézé, de se retirer: «_La nation assemblée ne
peut recevoir d'ordres_,» répondit le président Bailly et Mirabeau se
levant avec impétuosité ajouta: «_Allez dire à ceux qui vous envoient
que nous sommes ici par la volonté du peuple et que nous n'en sortirons
que par la force des baïonnettes. Oui, Monsieur, nous avons entendu les
intentions qu'on suggère au roi. Mais vous ne sauriez être son organe
auprès de L'Assemblée nationale vous qui n'avez ici ni place, ni voix,
ni droit de parler._»

[Illustration: Allez dire à ceux qui vous envoyent que nous sommes ici
par la volonté du Peuple et que nous n'en sortirons que par la puissance
des Baïonnettes. Fig. 27.--Portrait de Mirabeau.]

Le grand maître des cérémonies se retire,--«_Messieurs_, dit simplement
Siéyès, _vous êtes aujourd'hui ce que vous étiez hier. Délibérons._»

Ce jour-là, la cause du peuple triomphait, sa souveraineté commençait,
le coup d'État avortait.

Cependant le roi laissait quand même l'aristocratie ourdir des complots.
Cette conduite lui attira la haine et le mépris du peuple qui se voyait
trompé. Mais ce qui porta surtout au comble la colère des Parisiens, ce
fut l'appel de 20,000 hommes de troupes étrangères pour protéger la
couronne.

Cet appel était le prélude d'un autre coup d'État décidé par la cour et
la noblesse.

On essaya d'abord d'une émeute. Des misérables, la plupart soudoyés,
tentent d'entraîner le peuple à l'attaque de la maison Réveillon (rue
St-Antoine)[23].

[Note 23: «Réveillon, le plus riche des fabricants de papier de
Paris, employait un très grand nombre d'ouvriers à sa manufacture de la
rue Saint-Antoine. On fit habilement courir le bruit qu'il allait
réduire de moitié le salaire de ses ouvriers; on lui attribua même les
propos les plus violents à leur égard; enfin, on chercha à soulever
contre lui la population du faubourg Saint-Antoine. La famine et la
misère publique avaient attiré une foule d'étrangers prêts à toutes les
besognes. Ce furent ces individus, inconnus du vrai peuple, qui
l'excitèrent à la révolte, au pillage, à l'incendie. Malheureusement
quelques citoyens payèrent de leur vie leur trop prompte crédulité. Quoi
qu'il en soit, le sang versé fut fécond et le piège ainsi tendu aux
patriotes amena l'aurore de la liberté!»]

Vains efforts! le vrai peuple, celui qui combattra demain pour sa
liberté, ne prend aucune part à ce honteux pillage!

C'est alors que, trompée dans son attente, la cour prit de nouvelles
dispositions.

S'il faut brûler Paris, disait Breteuil, on le brûlera! et le vieux
maréchal de Broglie prend le commandement en chef des troupes de la
contre-révolution.

Il avait pour lieutenants: le maréchal des logis d'Autichamps, de
Bezenval, de Choiseul, Narbonne, Frislard, le prince de Lambesc, de
Berchigny, de Telhuses, de Lambert et du Châtelet.

Depuis longtemps déjà «_les Communes[24]_» avaient demandé au roi le
renvoi des soldats étrangers; ils réitéraient chaque jour leur demande:
le peuple s'en inquiète, disaient-ils.--À ces justes réclamations, le
roi _fit répondre_: que les troupes étaient là pour protéger les
délibérations de l'Assemblée et, comme dernier défi aux Parisiens, le 12
juillet, on apprend que Necker a reçu la veille l'ordre de quitter la
France sur-le-champ et incognito.

C'était entrer résolument dans la voie de la réaction.

[Note 24: On nommait ainsi les députes du tiers.]

[Illustration]

[Illustration]

Alors on vit se former des groupés menaçants dans toutes les rues et
surtout au Palais Royal où déjà l'on criait: aux armes!--C'est là que
Camille Desmoulins harangue la foule, raconte l'exil de Necker et peint
l'attitude menaçante des soldats étrangers.--Aux armes, citoyens! C'est
le tocsin d'une Saint-Barthélémy des patriotes s'écrie-t-il, il faut
nous reconnaître, et arrachant une feuille d'arbre, il s'en improvise
une cocarde: chacun l'imite. Puis, brandissant un pistolet, il entraîne
le peuple sur ses pas.

Le buste de Necker, couvert d'un crêpe et celui du duc d'Orléans qui
avait donné son adhésion _aux communes_, sont portés sur la place Louis
XV[25].--C'est un dimanche: les rues, la place et les Tuileries sont
encombrées de promeneurs.

[Note 25: Aujourd'hui place de la Concorde.]

Des dragons du Royal-Allemand se précipitent et brisent les bustes.

[Illustration: Fig. 30.--Charge du Royal-Allemand sur le peuple de
Paris, le 12 juillet 1789.]

Des railleries et des pierres accueillent ces soldats étrangers; ils
ripostent à coup de fusil et le prince de Lambesc, _un Autrichien,
parent de la reine_, charge la foule à la tête d'un corps de Suisses et
du Royal-Allemand. Un vieillard M. Chauvet, instituteur, est tué par le
prince lui-même, puis, un des gardes françaises qui se sont mêlés au
peuple est sabré par un dragon allemand: Vengeance! vengeance! Ce cri
est poussé de toutes parts.

C'est alors que paraît la proclamation du nouveau ministère: (maréchal
de Broglie, de la Galicière, Foulon et Laporte).

À cette nouvelle; la colère des Parisiens ne connaît plus de bornes;
c'est le _pacte de famine_ renouvelé et la banqueroute à courte
échéance.

La population entière se soulève. On sonne le tocsin, le tambour bat
dans chaque rue, les boutiques d'armuriers, jusque-là respectées, sont
forcées et, à 11 heures du soir, le peuple à peine armé, aidé de gardes
françaises, défait les troupes royales massées sur la place Louis XV et
les force à se retirer à Versailles.

La Bastille seule est encore occupée militairement.

En quelques heures 48,000 citoyens sont devenus soldats. On forge des
armes à la hâte, car on prévoit un retour offensif des troupes ennemies.
Au milieu de cette bagarre, _les électeurs de Paris se rendent à l'Hôtel
de Ville et s'y établissent en comité permanent_, sous la présidence de
M. de Flesselles, prévôt des marchands, pour organiser la milice et
donner des chefs à la Révolution.

Pendant ce temps, le peuple agit: il arrête et transporte à l'Hôtel de
Ville, d'abord un convoi de farines destiné aux troupes royales, puis le
chargement d'un bateau rempli de barils de poudre enlevés à l'arsenal
pour les conduire à Rouen. Mais les armes manquent et Flesselles
s'efforce de dérouter ceux qui lui en demandent en leur indiquant des
dépôts qui n'existent plus. Chaque échec augmente la colère du peuple
qui pressent une nouvelle trahison[26].

[Note 26: En effet, après la prise de la Bastille, on trouva, dans
une des poches du gouverneur de Launay, un billet ainsi conçu: «_J'amuse
les Parisiens avec des cocardes; tenez bon jusqu'au soir et vous aurez
du renfort.--Signé: Flesselles._» Ce billet fut l'arrêt de mort du
dernier prévôt des marchands. CARNOT.--_La révolution française._]

Depuis l'affaire de la maison Réveillon, le peuple surveillait la
Bastille. Il avait vu le gouverneur réparer ses ponts-levis, pratiquer
de nouvelles meurtrières et mettre ses canons en batterie.

Là encore la perspicacité des Parisiens n'a pas été mise en défaut, car
le dernier registre d'écrou de la Bastille (1782-1789) nous apprend que:

Le 29 juin.--_M. de Crosne est venu avec un conseiller au Parlement,
voir le château; conduits par M. le gouverneur, ils sont montés sur les
tours._

Le 1er juillet.--_Un sergent et douze bas officiers sont arrivés de
l'hôtel[27] pour supplément de garde._

Le 7 juillet.--_À quatre heures du matin est arrivé un détachement de
Salis-Samade suisse, composé de trente hommes et un lieutenant nommé
Deflue[28] pour renforcer la garnison de ce château._

[Note 27: Des Invalides.]

[Note 28: Quelques auteurs écrivent de Flue, cette orthographe
semble du reste être la véritable.]

Cette garnison se composait alors de 82 vétérans, dont deux canonniers
de la compagnie de Marigny et des trente-deux hommes du lieutenant de
Flue. Cet effectif était plus que suffisant pour résister à une foule
mal armée et dépourvue de matériel de siège.

On savait encore que M. de Launay possédait, outre les 15 pièces de
canon des tours, trois pièces en batterie dans la cour d'honneur et
douze fusils de rempart; que ses munitions se composaient de 400
biscaïens, de 12 coffres de boulets-sabotés[29], de 15.000 cartouches et
de 250 barils de poudre qu'il avait fait amener de l'arsenal dans la
nuit du 12 au 13.--Enfin que 10 voitures de pavés, vieux fers, vieux
boulets, etc., étaient entassés sur les tours en cas d'assaut.

[Note 29: Munis de leur charge de poudre.]

Le 13 au soir, le bruit se répand que des ordres ont été donnés pour
attaquer Paris dans la nuit du 14 au 15 et que les principaux députés et
électeurs doivent être arrêtés à domicile. Peu après, une copie du plan
d'attaque circule dans tous les districts; il est ainsi conçu:

«Les invalides s'opposeront à l'enlèvement des armes et des canons de
leur hôtel; au premier signal, ils feront feu sur les habitants de
Paris; ils recevront aussitôt des renforts du camp posté au champ de
Mars où se trouvent les régiments de Salis-Samade, Château-Vieux,
Diesbach, suisses; Berchigny, hussard; Esterhazy et Royal-Dragon.

«Des hussards et des dragons se porteront rapidement sur l'Hôtel de
Ville pour y enlever les magistrats et les archives.

«Au premier coup de canon, le prince de Lambesc entrera à la tête du
Royal-Allemand et d'un autre régiment de cavalerie; il sabrera tout sur
son passage pour s'emparer des ponts qu'il garnira de canons.

«En même temps les troupes qui forment l'investiture de Paris
détacheront: de Saint-Denis, les régiments de Provence et de Vintimille;
de Neuilly, ceux de Royal-Suisse, Alsace et Bouillon; de Sèvres et
Meudon, ceux de Hesse-Hermannstadt, Roëmer, Royal-Cravate, Royal-Pologne
et Siennois composé de quatre bataillons de chasseurs. _Ces troupes
rangées à la porte Saint-Antoine_ SERONT SOUTENUES PAR LE CANON DE LA
BASTILLE.

«Les hauteurs de Montmartre seront occupées par les régiments de
Besançon et de la Fère et, de plus, garnies de dix pièces de canon pour
foudroyer la Ville; trois régiments d'infanterie allemande avec dix
pièces de canon occuperont la barrière d'Enfert.

«Après l'expédition, les troupes occuperont les barrières et s'y
retrancheront avec de l'artillerie. Toute communication sera interceptée
avec la province.»

Pour prévenir ce nouveau coup d'État, le peuple résolut d'en finir au
plus vite.



II

JOURNÉE DU 14 JUILLET


LE 14 au matin chaque citoyen est prêt à combattre. Et, tandis que ceux
qui connaissent les choses de la guerre n'osent encore rêver une
attaque, bien moins une victoire, le peuple, lui, à la foi! À la
Bastille! À la Bastille! Ce cri est mille fois répété. Ce cri, c'était
la sagesse; la Bastille: n'était-elle pas le dernier retranchement de la
tyrannie?

Mais, pendant qu'une partie des citoyens se précipite rue Saint-Antoine,
d'autres courent aux Invalides. Ils ont compris qu'il faudra du
canon!--Après une sommation menaçante, accompagnée d'un commencement
d'escalade, le gouverneur M. de Sombreuil, voyant qu'il ne peut compter
sur ses invalides, ouvre ses portes aux assaillants. Ceux-ci pénètrent
partout et découvrent, dans les caves du dôme, 28,000 fusils qu'on y
avait cachés. Ils emmènent aussi 20 canons.

Au cri: à la Bastille! les habitants de la rue et du faubourg
Saint-Antoine se sont précipités les premiers en tête de la colonne qui
accompagne trois délégués du Comité permanent de l'Hôtel de Ville: les
citoyens Bellon, officier de l'arquebuse[30], Bellefond sergent-major
d'artillerie et Chatou, ancien sergent aux gardes françaises.--Ces
délégués ont mission de voir le gouverneur M. de Launay pour connaître
ses intentions et l'engager à retirer ses canons braqués sur la ville.

[Note 30: Officier de la milice parisienne qui avait pris, suivant
les districts, les noms de: Volontaires du Palais-Royal, des Tuileries,
de la Bazoche, de l'Arquebuse, etc., etc.]

On s'approche de la forteresse dont la porte, rue Saint-Antoine[31] est
gardée par trois invalides; derrière, tous les pont-levis sont fermés,
on pénètre cependant dans la cour du Passage.

[Note 31: X du plan d'ensemble (page 50).]

En voyant cette masse de citoyens, le gouverneur déclare qu'il ne peut
recevoir que les délégués seuls. Mais déjà le peuple se défie, il
demande des otages.

Trois bas officiers sont échangés contre les délégués qui franchissent
l'avancée.

De Launay, qui compte sur un renfort, les reçoit avec toute la politesse
d'un gentilhomme et, pour se ménager une trêve les oblige à déjeuner
avec lui et leur promet de ne pas commencer le feu sur le peuple; il
semble même consentir à enlever ses canons. Mais, à la vérité, il les
fait seulement reculer sur les plates-formes.

Au moment où ces délégués satisfaits, repassaient le pont-levis pour
rendre compte de leur entrevue, trois envoyés du district de la
Culture[32] arrivaient à la Bastille, c'étaient les citoyens Bourlier et
Toulouse, soldats de la milice et Thuriot de la Rozière, avocat au
Parlement[33]. Ce dernier entre seul et de force dans la première cour;
il somme le gouverneur, _au nom de la Nation et de la Patrie_, non
seulement de retirer ses canons, mais encore de livrer la forteresse à
la garde civique.

[Note 32: Actuellement ce qu'on appelle le quartier du Marais.]

[Note 33: Un dogue terrible de la race de Danton, dit Michelet
(_Histoire de la Révolution française_).]

Voyant qu'il n'aura pas aussi facilement raison du citoyen Thuriot que
des premiers délégués, le gouverneur change de tactique et déclare que
les pièces de canon ayant été de tout temps sur les tours, il ne peut
les en faire descendre que sur un ordre du roi.

Alors Thuriot insiste pour entrer dans la Bastille et monter sur les
tours; de Launay y consent. En passant, il harangue les soldats et,
comme on redescendant il veut encore leur parler, le gouverneur fait
battre aux champs. Néanmoins il lui donne sa parole de gentilhomme et
fait jurer à ses officiers et invalides qu'ils n'ont pas l'intention de
faire usage de leurs moyens de défense, à moins d'un assaut. Thuriot se
retire, mais il déclare qu'il rendra le gouverneur responsable du sang
versé.--C'était la seconde fois que, pour gagner du temps, de Launay
trompait les représentants du peuple.

Comme Thuriot sortait et répétait aux citoyens les paroles du
gouverneur, une troupe armée débouchait du faubourg Saint-Antoine en
criant: «Nous voulons la Bastille, _en bas_ la troupe[34]!» Et aussitôt,
escaladant le toit du corps de garde de l'avancée, ils sautent dans la
première cour et commencent a briser à coups de hache les chaînes du
pont-levis.

[Note 34: Certains auteurs écrivent _à bas_ la troupe au lieu de _en
bas_ la troupe, expression qui seule pouvait avoir un sens dans la
bouche du peuple.]

Un coup de canon à mitraille[35] et une vive fusillade déciment la foule
qui se disperse en criant: Trahison! trahison!

[Note 35: La pièce de canon chargée à mitraille qui était braquée
sur le pont de l'avancée se nommait la _petite Suédoise_ et d'après
l'invalide Guiot de Fléville, qui fit une relation de la défense de la
Bastille, «cette pièce est la seule qui ait été tirée pendant tout le
combat qui a duré cinq heures, les assiégés ne s'étant toujours défendus
qu'avec leurs fusils».]

C'est alors qu'un ancien officier au régiment de la Reine, le citoyen
Elie, fut proclamé chef avec les citoyens Cholat et Hullin pour
lieutenants et que l'attaque recommença plus furieusement.

Une troisième députation, composée de quatre commissaires vint, peu
après, de l'Hôtel de Ville pour signifier l'arrêté pris par les
électeurs et dont l'effet était de confier la garde de la Bastille à la
milice parisienne de concert avec les troupes qui s'y trouvaient.--Les
quatre commissaires tentèrent trois fois de pénétrer sous la voûte de la
rue Saint-Antoine, mais ce fut en vain. Ils furent seulment les témoins
du carnage qui se faisait autour d'eux dans la cour du Passage et ne
purent lire l'arrêté qu'aux assiégeants.--Retirez-vous, leur cria le
peuple, car vous n'avez à attendre que trahison.

Une heure plus tard, des députés de la Ville, précédés d'un tambour et
portant le drapeau de la Cité, tentèrent de voir le gouverneur en venant
par l'Arsenal et la cour de l'Orme.

Arrivés dans la cour du Passage, ils virent, qu'au mépris du droit des
gens et des signaux de paix qu'on leur faisait du haut des tours, on
pointait une pièce sur eux; ils retournèrent alors dans la cour de
l'Orme. Là, une décharge de mousqueterie tua trois personnes a leurs
pieds; ils durent se retirer comme l'avaient fait leurs collègues. Cette
décharge avait été exécutée par les Suisses, qui étaient postés dans les
parties basses de la forteresse, les invalides postés sur les
plates-formes ayant à ce moment levé la crosse en l'air.

Ces députés partis, la lutte recommença avec plus d'acharnement que
jamais, mais les Suisses, tant avec leurs fusils qu'avec une _amusette
du comte de Saxe_[36], jonchèrent le sol de cadavres.--Ce que voyant
Elie, il s'écria: «Du canon, mes amis, du canon! C'est le seul moyen de
réduire la place!»

[Note 36: Fusil de rempart portant une livre et demie de balles.]

Malheureusement on ne peut, à ce moment, mettre en batterie que deux
pièces, dont une plaquée d'argent, enlevée au garde-meubles et encore
sont-elles servies par des mains inexpérimentées.

Mais à cet instant accourt le citoyen Hullin, suivi de trois cents
gardes françaises. Il marche entre les gardes Hoche et Lefèbre qui,
comme lui, laissèrent un nom glorieux à la postérité.--Avec eux marche
le peuple qui traîne deux canons; et dans ses rangs, «admirable de
vaillance, de jeunesse, de pureté, l'une des gloires de la France,
Marceau[37]!»--Dès lors, le siège commence régulièrement. Le canon du
peuple répond au canon de la forteresse et soldats et citoyens
rivalisent de valeur.--Tout est en feu devant la Bastille; la fumée de
l'incendie cache aux assiégés les mouvements de l'assiégeant.

[Note 37: Michelet. _Histoire de la Révolution._]

Un heureux coup de canon, pointé par Elie, met le trouble sur le rempart
en tuant un invalide; peu après M. de Monsigny, commandant des
canonniers de la place, est frappé en pleine poitrine. Les invalides
demandent alors à se rendre et refusent de combattre. De Launay les
repousse avec colère, puis, éperdu, court flux Suisses et leur ordonne
de continuer un feu à outrance sur le peuple.

Il comprenait enfin la force de ce peuple, dont les rangs grossissaient
sans cesse.

[Illustration: Fig. 33.--Portrait du général Marceau.]

Il était environ quatre heures de l'après-midi.

On vit alors le gouverneur se diriger lentement vers la lourde lu
Liberté. Arrivé sur lu plate-forme, il saisit une mèche enflammée et
court à la chambre des poudres; mais, heureusement, la sentinelle de
faction, un nommé Ferrand, loi arrache la mèche et sauve ainsi le peuple
et le quartier.

[Illustration: au profit du Grenadier.]

Fou de rage, il descend dans la cour d'honneur, la traverse en courant,
saute sur une autre mèche et se précipite vers la Sainte-Barbe. Plus
prompt que lui, le soldat Becquart l'arrête encore. Alors il appelle les
Suisses a son aide, mais les invalides font bonne contenance et de
Launay en vient à les supplier de lui donner un baril de poudre pour se
faire sauter. On le lui refuse.--Donnez-nous, au contraire, un drapeau
blanc et que l'on capitule?--Je n'en ai pas un seul, répond le
gouverneur.--Votre mouchoir blanc alors, dit un invalide qui le lui
prend, l'attache à son fusil et monte sur les plates-formes avec un
tambour.

Pendant ce temps, le peuple et les gardes françaises conduits par Elie,
Hullin, Hoche, Lefebvre, Maillard, Réole, etc., ont franchi l'Avancée,
culbuté les obstacles et braqué leurs canons devant le pont-levis
intérieur, malgré la mitraille et la fusillade des Suisses de de Flue.

Enfin on voit le drapeau blanc improvisé; le feu cesse et mille voix
crient aux assiégés: «Abaissez vos ponts!»--de Flue demande les honneurs
de la guerre.--«Non, non, plus d'armes à ceux qui ont massacré le
peuple.» Il présente alors une capitulation signée de Launay, qui assure
la vie à tous ou, si on la refuse, annonce l'intention de tout faire
sauter[38]. Elie, à qui elle est remise, par le citoyen Maillard qui,
pour la recevoir, s'est aventuré sur une planche soutenue au-dessus du
fossé, s'empresse de répondre: «Foi d'officier, nous acceptons votre
capitulation; abaissez vos ponts, il ne vous sera rien fait.»

[Note 38: Cette capitulation portait simplement ces mots:

«_Nous avons vingt milliers de poudres; nous ferons sauter la garnison
et tout le quartier si vous n'acceptez la capitulation_.» Signé: DE
LAUNAY. _De la Bastille_, 5 _heures du soir_, 14 _juillet_ 1789.

Elie a postérieurement écrit au-dessous: «Je certifie avoir reçu cette
capitulation au dernier pont-levis par un trou oval du grand pont-levis,
que j'ai fait passer une planche sur le fossé pour la recevoir, et que
j'ai donné ma parole d'honueur, foy d'officier, que je l'accepte.»
Signé: «Elie, officier au régiment d'infanterie de la Reine.»]

Il est cinq heures.

Le petit pont-levis s'abaisse, puis le grand, et les vainqueurs se
précipitent sous la voûte. Les assiégés désarmés sont faits prisonniers
et conduits à l'Hôtel de Ville.

Malheureusement trompé par les sarreaux de toile que portaient les
Suisses, le peuple, les prenant pour des prisonniers se jeta sur les
bas-officiers et cette déplorable erreur coûta la vie au brave Béquart
et il deux autres Invalides.

[Illustration: Fig. 35.--Les vainqueurs de la Bastille escortant les
prisonniers.]

De Launay, qui cherchait à se donner la mort avec une canne à épée, pour
échapper aux vainqueurs est reconnu par le grenadier Arné qui lui brise
son épée et le remet aux mains des citoyens Hullin et Elie.

Une fois maître de la place, le peuple songea d'abord à déliver les
prisonniers de leurs fers et à leur rendre cette Liberté qu'il venait de
conquérir au prix de son sang.

Il faut cependant déplorer l'égarement de quelques citoyens qui
brûlèrent les archives pendant que d'autres plus avisés, mais
certainement moins honnêtes, dérobaient certaines pièces dont ils
soupçonnaient la valeur et qui figurent, aujourd'hui, dans des
collections étrangères.

* * *

CETTE grande et terrible journée assura le triomphe de la Révolution
Française. Sans la victoire du peuple de Paris, l'Assemblée était
dissoute, les patriotes embastillés ou exilés, la Révolution perdue!

FIN

[Illustration]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La Bastille - (1370-1789) Histoire, Description, Attaque et Prise" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home