Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Contes rapides
Author: Coppée, François, 1842-1908
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Contes rapides" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica).



FRANÇOIS COPPÉE

Contes rapides

PARIS
ALPHONSE LEMERRE, ÉDITEUR
23-31 PASSAGE CHOISEUL, 23-31

MDCCCLXXXIX

A
FRANCIS MAGNARD
Son Ami

F.C.



L'Invitation au Sommeil



I

Quand il n'était qu'un tout petit garçon, autrefois, chez ses braves
gens de père et mère, c'était le meilleur moment de la journée.

Le dîner était fini; la maman, après avoir donné un coup de serviette
à la toile cirée, servait la demi-tasse du père,--du père qui, seul,
prenait du café, non par luxe et gourmandise, mais parce qu'il devait
veiller très tard à faire des écritures. Et tandis que le bonhomme
sucrait son moka,--un seul morceau, bien entendu!--devant toute la
famille assise autour de la table ronde, la maman,--une boulotte de
quarante ans, encore fraîche, tournant sans cesse vers son mari de
tendres et intelligents regards de chien fidèle,--la maman apportait
le panier à ouvrage. Les trois soeurs, nées à un an de distance, se
ressemblant, chastement jolies, avec les robes taillées dans la même
pièce d'étoffe et les honnêtes bandeaux plats des filles sans dot qui
ne se marieront pas, commençaient à ourler des mouchoirs; et lui, le
gamin, le dernier-né, le Benjamin, exhaussé sur sa chaise haute par
une Bible de Royaumont in-quarto, édifiait un château de cartes.

En Juillet, dans les longs jours, on allumait la lampe le plus tard
possible, et, par la fenêtre ouverte, on voyait un ciel orageux de
soir d'été, aux nuages bouleversés, et le dôme des Invalides, tout
écaillé d'or, dans la fournaise du couchant.

Comme c'est très mauvais pour la digestion d'écrire comme ça tout de
suite après dîner, on faisait un peu causer le père, afin de retarder
le moment où il se mettrait à son travail du soir: des copies de
mémoires, à six sous le rôle, pour un entrepreneur du quartier. Le
pauvre homme, une nature de rêveur, un esprit littéraire, qui jadis,
dans sa chambre d'étudiant, avait rimé des odes philhellènes, en était
arrivé là, ayant perdu l'espoir de passer sous-chef, et employait
toutes ses soirées à copier du jargon technique: «Démonté et remonté
la serrure... Donné du jeu à la gâche, etc., etc.»

Mais, pour le moment, il s'oubliait à bavarder avec sa femme et ses
filles.

Gaîment, car tout allait à peu près bien dans l'humble ménage. Un
marchand de bons-dieux de la place Saint-Sulpice avait offert à
l'aînée, la grande Fanny, l'artiste, celle dont les «anglaises»
blondes faisaient rêver tous les rapins du Salon Carré, de lui payer
cinquante francs son pastel d'après _la Vierge au coussin vert_. La
seconde, Léontine, avait «pioché» toute la journée son _Menuet de
Boccherini_. Quant à la grosse Louise, la cadette, elle ne
pensait qu'à la coquetterie, décidément. Ne voilà-t-il pas qu'elle
parlait--s'il y avait des gratifications au 15 août--de s'arranger une
petite capote, pareille à celle qu'elle avait vue chez la modiste de
la rue du Bac!

--«Louise, mon enfant,--s'écriait le père,--tu fais des chapeaux en
Espagne!»

Et l'on riait.

Mais la maman pensait au sérieux, elle. Si le père obtenait une
gratification, elle avait remarqué, au Petit-Saint-Thomas, un mérinos,
bon teint et grande largeur, «pour vos robes d'hiver, mesdemoiselles.»
Et elle ajoutait gravement: «C'est tout laine!» comme si le coton
n'eût jamais existé, et comme si, à cause de lui, des milliers de
nègres n'eussent pas souffert plusieurs siècles d'esclavage.

Tout à coup,--il faisait presque nuit dans la chambre,--le père
s'apercevait que son petit garçon venait de s'endormir, la tête sur
son bras replié, parmi l'écroulement du dernier château de cartes.

--«Ah! ah!--disait joyeusement le brave homme,--le «marchand de sable»
a passé.»

L'exquise minute! Il ne l'oubliera jamais, le gamin, qui a des cheveux
gris maintenant! Sa mère le prenait dans ses bras, et il sentait la
barbe rude de son père et les lèvres fraîches de ses trois soeurs se
poser tour à tour sur son front ensommeillé; puis, avec une délicieuse
sensation d'évanouissement, il laissait tomber sa petite tête sur
l'épaule maternelle, et il entendait confusément une voix douce--oh!
si douce et si caressante!--murmurer près de son oreille:

«Maintenant, il s'agit de faire dodo!»



II

Vingt ans plus tard, il était un poète inédit, un étudiant en rimes,
et il faisait une partie de campagne avec sa chère petite Maria, une
modiste ressemblant à une madone du Corrège, qui serait anglaise.

A l'arrivée, en descendant de la voiture publique et en déposant leur
léger bagage dans la chambre d'auberge, ils avaient bien ri, elle
et lui, du brevet de maître d'armes encadré, du bouquet de fleurs
d'oranger sous un globe, du grand lit à bateau et du papier de tenture
où se reproduisait à l'infini le nabab fumant son chibouck sur un
éléphant. Mais, quand ils eurent ouvert la fenêtre donnant sur la
campagne et qu'ils virent devant eux la route forestière, la route
humide et verte, fuyant sous les châtaigniers, ils poussèrent un cri
de joie, les Parisiens, et, dans leur enthousiasme, ils se donnèrent
un baiser en pleine bouche, devant la nature.

Et depuis deux jours,--deux jours de Juin, trop chauds, à l'atmosphère
de bains, trempés de courtes averses,--ils vivaient là, battant les
bois du matin au soir, et, avant de se coucher, laissant la fenêtre
entr'ouverte pour être réveillés par les pinsons.

Et ils étaient si heureux, si heureux, qu'ils avaient oublié tout
leur passé et qu'il leur semblait avoir toujours habité cette chambre
rustique. Elle y avait mis le charme de l'intimité, la jolie blonde,
en jetant, au retour des folles promenades, son ombrelle sur le
couvre-pied du lit, et en posant sur le globe aux fleurs d'oranger son
coquet chapeau de grisette.

Déjà il avait eu des maîtresses, mais celle-ci était vraiment la
première, la seule qu'il eût aimée ainsi, avec cet abandon, avec cette
confiance. Douce, silencieuse, aimante, et si mignonne, avec des yeux
tendrement malins! Il était fou d'elle, fou de l'odeur fraîche qu'elle
exhalait, de ses mots d'enfant, de la moue si sage et si sérieuse de
sa bouche, quand elle était pensive. Et elle l'aimait si naïvement,
et, s'il restait deux jours sans la voir, elle lui écrivait, d'une
grosse écriture maladroite, de si adorables lettres, pleines de
sentiment et de fautes d'orthographe!

Voilà longtemps qu'il projetait de faire cette bonne partie, longtemps
qu'il n'avait pas pu. Pourquoi? Parce que la liberté est rare, et
aussi à cause de ce bête d'argent qui manque toujours. Mais enfin, ils
s'en étaient donné tous les deux, du bon temps et du grand air. Ils
avaient mangé des artichauts à la poivrade sous la tonnelle fleurie de
capucines, bu du «reginglet» qui râpe le gosier, couché dans des draps
de paysan, bien blancs et bien rudes; ils avaient surtout couru au
hasard sous le taillis, où elle avait cueilli et mangé des mûres et
des fraises sauvages, et où, comme un berger de Théocrite et comme un
calicot du dimanche, il avait gravé son initiale et celle de Maria,
avec son canif, sur l'écorce blanche d'un bouleau.

Mais l'instant le plus doux de ces douces heures,--l'instant dont le
souvenir fera naître encore un souvenir sur ses lèvres de vieillard,
dans quarante ou cinquante ans, quand il traînera sa canne d'invalide
sur le sable de la Petite-Provence,--ce fut vers onze heures du soir,
la veille du départ.

Comme il pleuvait à verse, ils s'étaient attardés devant la cheminée
de la cuisine, lui, séchant ses gros souliers de chasse, elle,
arrangeant la gerbe de fleurs des champs qu'elle voulait rapporter à
Paris. Puis, ils étaient remontés dans leur chambre, où ils avaient
fourbancé quelque temps, en riant d'entendre, dans la salle basse,
traîner la jambe boiteuse de l'aubergiste, qui fermait ses volets.
Enfin tout s'était tu; la pluie avait cessé, et ils s'étaient sentis
tout à coup environnés par le grand silence et la profonde solitude de
la campagne nocturne.

Sans rien dire, elle prit l'unique bougeoir, le posa sur la cheminée,
devant la glace sombre et tachée par les mouches, et elle commença sa
toilette de nuit. Lui, plongé au fond du grand fauteuil, les jambes
croisées, la regardait, tout engourdi de bonheur et de fatigue.

Elle avait retiré sa robe et son jupon, et, gardant seulement son
corset de satin noir qui étreignait sa taille mince, elle levait
gracieusement, pour tordre son chignon, ses bras un peu grêles
au-dessus de sa tête, quand elle vit dans la glace son amant qui lui
souriait, et elle lui rendit son sourire.

Comme il l'aimait, dans ce moment-là! Comme il l'aimait bien! Sans
désirs. Deux nuits d'ivresse les avaient éteints. Mais il était
plus tendre encore dans son accablement. Devant le lit préparé, qui
embaumait la lavande, devant les deux oreillers jumeaux, il savourait
d'avance la volupté délicate de s'abandonner à l'étreinte de son amie,
de lui dire bonsoir dans un baiser sans fièvre et de s'endormir sur ce
coeur simple, qui ne battait que pour lui.

Et c'est alors que, semblant deviner sa pensée, elle était venue
s'asseoir sur ses genoux, l'avait pris dans ses petits bras, et, le
regardant de tout près avec ses yeux fins et doux que fermait à demi
le sommeil, elle lui avait dit, câline comme un enfant qui veut être
bercé, et d'une voix mourante de lassitude:

«Maintenant, il s'agit de faire dodo!»



III

Aujourd'hui, il se fait vieux, le conteur d'histoires d'amour, le
marchand de rêves. Cinquante ans tout à l'heure, les cheveux poivre et
sel, la patte d'oie au coin de l'oeil et l'estomac gâté,--une mauvaise
pierre dans son sac, comme on dit.

Ce matin, lorsqu'il s'est réveillé, la bouche amère, et qu'il a lu
le billet de faire-part, il n'a pas voulu, tout d'abord, aller à cet
enterrement. Saluer le cercueil d'un homme qu'il méprisait! A quoi
bon cette hypocrisie? C'était un «confrère», sans doute,--quel mot
absurde!--mais un drôle, une plume vénale. Pourtant, il n'avait pas eu
à se plaindre de ce malheureux. Au contraire. Sans intérêt personnel,
par simple goût, ce journaliste lui avait toujours montré une
sympathie dont il rougissait, l'avait loué avec tact et même
chaudement défendu dans de mauvais jours. On était sinon des amis, du
moins des camarades; on se serrait la main quand on se rencontrait,
par hasard, dans la rue, aux «premières». Allons! il suivrait ce
convoi; il devait au mort cette politesse.

Et, par ce sale et pluvieux matin de Novembre, il s'était rasé
et habillé de bonne heure, il avait déjeuné à la hâte,--les oeufs
n'étaient pas frais, pouah!--il avait pris un fiacre qui sentait
le chien mouillé, et il était arrivé en retard à l'église, quand le
service funèbre était presque terminé.

--«Portez... armes! Présentez... armes!»

Et le tambour voilé battait aux champs.

Des soldats?... Ah! oui, c'est vrai, il y a une croix d'honneur sur le
catafalque. Celui qu'on enterrait l'avait autrefois ramassée dans la
boue d'une intrigue politique, où des filles se trouvaient mêlées. Et
le poète, en s'inclinant pour l'Élévation, se sent tout honteux de son
ruban rouge.

Mais, puisqu'il est venu, il ira jusqu'au bout. On vient de donner
l'absoute. Il prend la file, jette l'eau bénite, remonte dans son
fiacre; et le cortège se met en route vers les faubourgs, sous la
pluie fine et froide. Puis, au cimetière, c'est l'éternelle et lugubre
comédie: les gens qui, tout le long du chemin, ont ri d'un scandale
arrivé la veille, et qui se composent un visage digne ou chagrin en se
rangeant autour de la fosse béante; l'orateur ridicule qui ment comme
un dentiste, en parlant du mort, dans l'espoir de quelque réclame;
et, dans un coin, témoignage de la belle existence du défunt, sa
maîtresse, une catin hors d'âge, dont le deuil semble un déguisement
et dont les larmes font couler le maquillage.

Il en a assez, l'homme nerveux. Il prévoit qu'à la sortie il faudra
encore distribuer des poignées de main déshonorantes. Il s'esquive
avant la fin, et se dérobant derrière un magnifique monument-annonce
élevé à la mémoire d'un fameux marchand de nouveautés, il s'enfuit
dans une allée déserte du cimetière.

Il ne pleut plus; mais ce ciel couleur de suie, ces feuilles mortes
dans la boue, ces arbres noirs dégouttant sur les tombes, et ce vent
malsain, ce vent d'épidémie, qui passe en gémissant, c'est sinistre!

Le rêveur solitaire éprouve tout à coup une inexprimable détresse.
Il songe qu'il n'est plus jeune, qu'il se porte mal, que sa vie est
contentieuse et précaire, et que ce n'est rien, mais rien, que sa
réputation si enviée par ses «confrères», que sa gloire de papier.
Il se dit que lorsqu'on le mettra en terre, bientôt, les choses se
passeront comme pour cet homme taré: mêmes crosses de fusil sonnant
sur les dalles de l'église, mêmes indifférents dans des fiacres
causant de leurs petites affaires, même grotesque en cravate blanche,
débitant des sottises avec une émotion de cabotin, tandis qu'un ami
complaisant l'abrite sous un parapluie.

Et il est tellement saturé de tristesse et de dégoût qu'il voudrait
être mort déjà, et que ce fût fini, fini tout à fait. Oh! comme on
doit bien se reposer ici!

Alors, dans le vent qui murmure et qui pleure en inclinant les ifs,
il croit entendre--réponse à son affreux désir--les paroles qui lui
rappellent les heures excellentes de sa vie, les paroles qu'il n'a
entendu prononcer que par sa mère bien aimée et par sa maîtresse la
mieux chérie:

«Maintenant, il s'agit de faire dodo!»



Le Numéro du Régiment



Le vagabond est effrayant, et la campagne est magnifique.

C'est un de ces rôdeurs comme on en rencontre assez souvent au temps
des moissons, et celui-ci a si mauvaise mine qu'on a dû le repousser
de toutes les fermes où il est entré pour demander du travail. Le pied
de frêne sur lequel il s'appuie a moins l'air d'un bâton de voyageur
que d'une trique de meurtrier; et, sous le revers de sa veste de
toile, encrassée de sueur et de poussière, il doit y avoir un ignoble
numéro, imprimé à l'encre grasse, une matricule de bagne ou de prison.

Quel âge a-t-il? Le malheur n'en a pas. Grand et sec, il marche avec
la souplesse d'un jeune homme, et pourtant la rude moustache jaune qui
traverse sa face boucanée grisonne déjà. En tout cas, il n'a pas honte
de sa misère. Il a crânement campé en arrière son vieux feutre rongé
par le soleil; dans son visage couleur de cuir ses durs yeux bleus
étincellent d'audace; et il va pieds nus pour ménager sans doute la
paire de gros souliers à clous bouclée sur son sac de soldat. Le pas
ferme et la tête haute, ayant dans toute sa personne on ne sait quoi
d'effronté et de militaire, l'homme suit un sentier très étroit entre
deux grandes pièces de blé, et les hauts épis lui viennent presque
jusqu'à l'épaule.

Il ne sait pas où ce chemin le conduit.

Autour de lui, la plaine s'étend à perte de vue, déserte, immobile
dans la grosse chaleur de Juin.

A sa droite, des blés, des seigles, des avoines; à sa gauche, des
avoines, des seigles, des blés. Là-bas, seulement, un long rideau de
peupliers, vers lequel vole un corbeau; et plus loin, beaucoup plus
loin, les collines boisées, d'un bleu tendre dans la brume grise de
l'horizon.

L'homme suit le sentier monotone. Ici, la moisson foisonne de bleuets;
là, de coquelicots. Tout près de lui, un grillon crie plus fort que
les autres, comme exaspéré. L'homme s'arrête; le grillon se tait.
Pas un nuage au ciel, où triomphe le soleil blanc de l'après-midi. Le
vagabond essuie alors son front couvert de sueur avec sa manche, et,
levant la tête d'un geste brusque, il jette un regard sombre au ciel
pur.

La veille, dans le gros bourg rural où il est arrivé vers le soir, il
s'est présenté à toutes les portes, le feutre à demi soulevé, et il a
demandé d'une voix rauque et humble:

«Est-ce qu'il y a une journée à faire, ici?»

Partout on lui a répondu, après un regard du haut en bas, dans lequel
se voyait la méfiance du paysan ou l'effroi de la ménagère:

«Non... Nous n'avons besoin de personne.»

Il lui restait trois sous. Il a acheté un morceau de pain, et, tout en
mangeant, il a continué son chemin, du côté du crépuscule.

Un ruisseau d'eau vive coulait au bord de la route. Il s'est mis à
plat ventre et il a bu à même.

Puis, quand la nuit fut venue,--une nuit de Juin, où palpitaient de
larges étoiles,--il a sauté une haie, s'est installé dans un champ,
avec son sac pour oreiller, et, comme il était harassé de fatigue, il
a dormi jusqu'au lever du soleil.

Ce qui lui manquait le plus, depuis trois jours qu'il était si
misérable, c'était son tabac.

Il s'éveilla dans l'herbe humide, le corps tout engourdi, se leva
avec peine, frissonna sous ses haillons et murmura sourdement: «Nom de
Dieu!»

Puis il se remit en marche sur la grand'route,--l'ancien «pavé du
Roi»,--qui traversait une forêt.

La matinée était délicieuse. Une fraîcheur embaumée sortait des
profondeurs vertes. Sur les bords de la route, l'herbe des vaines
pâtures, tellement pénétrée de rosée qu'elle semblait pâle, était
criblée de petites fleurs des bois, blanc de lait, rose gris, lilas
clair, toutes si pures! Là-haut, à la cime des grands arbres,
le soleil levant lançait dans les feuilles ses premières fusées
d'étincelles. A vingt pas, devant le voyageur, deux joyeux lapins,
la queue en trompette, montrant leur blanc derrière, traversèrent la
route en quelques bonds et disparurent dans le fourré. Les oiseaux
chantaient éperdument.

Le vagabond, lui, songeait à son horrible passé.

Enfant de l'hospice, élevé chez une nourrice sèche, à la campagne, il
ne se rappelait guère de sa première enfance que ses tremblements
de terreur devant la vieille femme, la main toujours levée pour un
soufflet. Pourtant, il avait grandi quand même, garçonnet robuste, en
glanant, en ramassant du bois mort avec elle. Elle faisait peur à tout
le monde, passait pour une jeteuse de sorts, croyait elle-même l'être
un peu, avait d'étranges superstitions; et, quand elle trouvait dans
son poulailler un oeuf moins blanc que les autres, elle l'écrasait
sous son sabot, persuadée qu'il contenait un serpent. Elle laissa
l'enfant aller à l'école, où il apprit à lire, à écrire, à compter.
Mais ses camarades, petits paysans aux joues rouges, pleins de soupe
et de méchanceté, l'appelaient bâtard, fils de sorcière. Détesté
d'eux, il les détesta, et ce furent cent batteries, où il était,
heureusement pour lui, presque toujours le plus fort.

A quatorze ans,--sa vieille nourrice venait de mourir,--il n'aurait
pas trouvé à s'employer dans le village, sans le voiturier qui venait
d'entreprendre la correspondance du chemin de fer et qui avait besoin
d'un galopin pour l'écurie. Il eut trois francs de gages par mois, la
nourriture d'un chien, et coucha dans la paille. Haï des garçons de
l'endroit, moqué des filles, passant pour idiot parce qu'il était
farouche, et n'étant jamais allé à la ville, située à trois lieues de
là, il était ainsi devenu un grand et vigoureux jeune homme, quand la
conscription l'avait pris et envoyé au 75e de ligne.

Les premiers temps au régiment, dire que c'étaient là ses seuls bons
souvenirs! Pour la première fois, ce paria, ce souffre-douleurs, avait
connu le sentiment de l'égalité, de la justice. L'uniforme était trop
épais en été, trop mince en hiver, mais tous les soldats le portaient;
le «rata» de l'ordinaire soulevait le coeur bien souvent, mais les
autres le mangeaient comme lui. A la chambrée, dans un lit tout
près du sien, couchait un vicomte qui s'était engagé après quelques
fredaines. On se tutoyait entre camarades. Ici--quelle surprise!--un
homme valait un homme; et, pour s'élever au-dessus du niveau, pour
sortir du rang, une seule vertu suffisait: l'obéissance. Il la
pratiqua, sans effort. Plus intelligent, moins illettré que la plupart
des lourdauds à pantalon rouge, il avait gagné au bout de la première
année de service ses galons de caporal; au bout de la deuxième, sa
sardine de sergent. Maintenant, les tourlourous mettaient les premiers
la main au képi, quand ils le rencontraient dans les rues de la
garnison.

Un instant d'ivresse, de folie, avait suffi pour le perdre. Il
commençait un nouveau congé; il venait d'être nommé sergent-major. Un
jour qu'il avait dans sa poche l'argent de la compagnie, trois verres
d'absinthe, bus coup sur coup, par bravade, et un caprice bestial
pour une fille aux yeux méchants, avaient fait de lui un voleur, un
criminel. A partir de là, tout dans sa vie redevenait horrible. Dans
un éclair de pensée, il se revoyait, le dos voûté par la honte, devant
les épaulettes et les croix d'honneur du conseil de guerre. Puis
c'étaient les interminables années au bataillon d'Afrique, le travail
au soleil ardent sur les routes, la fièvre du silo. Il était sorti
de cette fournaise et de cette infamie brûlé de la soif éternelle de
l'alcoolique et gangrené de vice jusqu'au coeur.

Aucune chance non plus; pas une bonne occasion. Son temps fait, il
n'avait rencontré personne pour lui tendre la perche. Ouvrier par-ci,
homme de peine par-là, il avait couru les chemins, vagabond poursuivi
par son passé. Quand il souffrait trop de la faim, il commettait de
petits vols, il «chapardait», comme en Algérie. La rude poigne de la
justice lui était plus d'une fois retombée sur l'épaule. Où était-il
donc, il y a deux ans? En prison. Et l'hiver dernier? En prison
encore. Et depuis trois jours, dans ce pays inconnu où il errait, il
n'avait pas trouvé une journée à faire, en pleine moisson. Et il avait
dépensé son dernier sou, mangé sa dernière croûte. Que devenir? Que
faire?

L'homme, en suivant toujours la grand'route, atteignit un carrefour.
Une croix s'y dressait,--une croix de mission,--avec un Christ en bois
grossièrement sculpté, dont les pluies avaient effacé la peinture.

Il haussa les épaules et prit à gauche.

Deux cents pas plus loin, il vit une belle et blanche maison
de campagne, séparée de la route par une pelouse et un large
saut-de-loup. Une jeune femme, en peignoir bleu, s'abritant d'une
ombrelle, parut sur le perron et appela un petit garçon qui jouait
dans l'herbe avec un gros terre-neuve:

«Bébé! bébé!».

L'enfant courut vers sa mère, et le chien, soudain furieux, vint
en trois bonds jusqu'au saut-de-loup, et aboya longuement après le
sinistre voyageur.

Il montra le poing à cette maison de riches, où les fleurs matinales
semblaient exhaler du bonheur, et, pris d'un besoin farouche de
solitude, il se jeta dans un sentier, à travers la campagne.

C'était ainsi qu'il se trouvait dans cette grande plaine, au milieu
des hauts épis, les jambes cassées de fatigue, le grondement de la
faim dans les entrailles, seul, perdu, désespéré.

Tout à coup, un coq lança sa claire fanfare. Une maison était proche.
L'homme avait trop faim. Tant pis! Il irait là pour mendier, pour
voler, pour tuer, s'il le fallait. Il fit tournoyer son gourdin, hâta
le pas, et, au bout du sentier, qui tournait brusquement, se trouva
devant une petite métairie. Hardiment, il traversa la cour en effarant
la volaille, se dirigea vers la maison, très basse et couverte en
chaume, et mit la main au bouton de la porte vitrée, qui résista.

--«Holà!» cria-t-il de toute sa force;--et, à quelques secondes
d'intervalle, il répéta par trois fois: «Holà!»

Pas de réponse. Les gens du logis étaient allés, sans doute,
travailler aux champs.

Le vagabond enveloppa sa main droite dans son vieux chapeau de feutre
pourri, enfonça un carreau d'un coup de poing, tâta la serrure, qui
s'ouvrait en dedans et n'était point fermée à clef, poussa la porte et
entra dans la maison.

Il se trouvait dans une salle basse, évidemment la seule habitée du
logis. Il y avait là le lit, la cheminée, la huche, le dressoir, la
table, où traînaient une miche de pain, un couteau de cuisine et un
paquet de tabac éventré; enfin, la lourde armoire de chêne, celle où
le paysan cache son magot, sa poignée de louis ou d'écus, dans un sac
ou dans un vieux bas.

Pour la première fois de sa vie, l'homme venait de commettre une
effraction, de risquer le bagne. Eh bien! il fallait aller jusqu'au
bout.

Il prit vivement le couteau sur la table et s'approcha de l'armoire,
pour la forcer. Mais tout près du meuble, sur la muraille, un papier,
dans un cadre de bois noir, attira son attention. Machinalement, il
y jeta les yeux et lut d'abord ces mots imprimés: «75e régiment
d'infanterie».

Il s'arrêta net.

C'était un certificat de libération délivré au nommé Dubois
(Jules-Mathieu), caporal clairon à la 2e compagnie du 3e bataillon.

Ainsi, il allait voler un homme de son ancien régiment. Pas de son
temps, non! La date du papier était récente. Mais n'importe!

Et voilà que, le coeur remué, il hésite maintenant à faire le coup.

--«Comme on est bête!» dit-il à demi-voix.

Soudain, son regard se reporte vers la table, où sont la miche et le
tabac, et son parti est bien vite pris, au pauvre diable. Il coupe
la miche par moitié, tire sa pipe de sa poche et la bourre,--on peut
emprunter cela à un camarade, pas vrai?--puis, s'élançant hors de la
maison, il reprend, en mangeant son pain, le sentier à travers les
blés, le chemin de traverse, la grand'route; et quand il passe de
nouveau, sa pipe allumée, devant le Christ du carrefour, il lui dit,
sans le saluer, avec une grimace gaie au coin de la lèvre, où rit un
reste de la blague du soldat d'Afrique:

«Toi, mon vieux, c'est dommage que tu n'aies pas servi au 75e!... Sans
cela, tu me ferais trouver du travail, ce soir, à l'étape.»



L'Orgue de Barbarie



I

Que la musique est nostalgique! Comme elle évoque douloureusement
les vieux souvenirs! Et combien lamentable, au fond du crépuscule de
Novembre, le son pleurard de l'orgue de Barbarie qui joue une ancienne
polka!

Un ancien air de polka qui faisait sauter tout Paris il y a quinze
ans, quand vous en aviez dix-huit à peine, madame! Oui! vous, la
pauvre blonde flétrie, qui portez un chapeau de velours bleu bien fané
pour ses brides neuves, et qui poussez la petite voiture où dort votre
troisième bébé, sous les platanes sans feuilles du triste boulevard de
banlieue.

Comme vous étiez jolie, du temps où l'on tapotait cette polka dans
les sauteries bourgeoises à verres de sirop et à gâteaux secs! Quelle
matinée de printemps vous faisiez alors avec votre frais visage d'un
ovale corrégien et ces admirables cheveux ondés, couleur de blé mûr,
dont vous avez perdu la moitié, hélas! à votre deuxième couche!

Sans dot!... Oui! vous n'aviez pas de dot. Pouvait-il en être
autrement pour la fille d'un honnête sous-chef, n'obtenant
régulièrement de ses supérieurs que cette note désespérante: «Bon et
modeste serviteur, très utile dans son emploi», de ce pauvre bonhomme
qui, dans les bals où il vous accompagnait, n'osait pas s'asseoir à la
table de whist à dix sous la fiche, et tâtait constamment la poche de
son gilet, pour s'assurer qu'il n'avait pas perdu les trois francs du
fiacre de nuit?

Sans dot!... Toutes les glaces du salon vous disaient que vous n'en
aviez pas besoin, quand vous entriez au bras de votre père, radieuse
dans un brouillard rose. Qui pouvait se douter que la maman, restée au
logis pour cause de toilette, avait repassé votre jupon sur la table
de la salle à manger et que vous-même aviez coupé et cousu votre robe?
N'étiez-vous pas gantée jusqu'au coude? Comment aurait-on su que vous
aviez des piqûres d'aiguille au bout des doigts?

Écoutez la vieille polka que joue l'orgue de Barbarie haletant, au
fond du crépuscule de Novembre. Ne dirait-on pas le chant d'une folle,
entrecoupé de sanglots?

Il vous invitait souvent à la danser avec lui, cette polka, le beau
jeune homme brun, à la moustache militaire, si élégant dans son frac
bien coupé, que, dans vos pensées, vous appeliez par son petit nom,
Frédéric. Il vous invitait à la danser avec lui, cette polka, et la
mazourke aussi, et la valse. Votre voix tremblait un peu, quand vous
répondiez: «Oui, monsieur;» et votre main aussi tremblait, quand vous
la mettiez dans la sienne. Car c'était un fils de famille, un assez
mauvais sujet, disait-on, qui avait eu un duel,--quel prestige!--et
dont le père avait deux fois payé les dettes.

Comme il vous entraînait par la taille, d'une main ferme, et, dans les
minutes de repos où vous vous appuyiez sur son bras, toute souriante
et respirant vite, comme il vous troublait en vous regardant tout
à coup dans les yeux et en vous adressant, d'une voix basse et
chaude,--sur un rien, sur un détail de votre toilette, sur la fleur de
vos cheveux,--un compliment très respectueux dans les termes, mais où
vous deviniez on ne sait quel sous-entendu, qui vous faisait à la fois
peur et plaisir!

Hélas! un jeune gaillard comme M. Frédéric n'était pas fait pour
s'attarder dans les bals à verres d'orgeat. Il s'en alla vers d'autres
fêtes; et, sans vous l'avouer à vous-même, vous en fûtes triste,
n'est-ce pas? Puis deux, trois, quatre, cinq années s'écoulèrent. Vous
ne mettiez plus de robe rose, étant devenue un peu pâle, et, dans les
sauteries bourgeoises où le répertoire musical ne change guère, on
jouait toujours la vieille polka qui vous rappelait M. Frédéric.

A la fin, il a fallu voir les choses comme elles étaient, prendre un
parti, et vous avez épousé le timide garçon qui faisait danser les
demoiselles osseuses et frisant la trentaine. Jadis, vous aviez plus
d'une fois oublié son tour de quadrille, bien qu'il fût inscrit sur
votre petit carnet d'ivoire. Alors il vous faisait un peu pitié,
convenez-en, ce bon M. Jules, avec ses cravates blanches trop empesées
et ses gants nettoyés à la gomme élastique. Vous l'avez épousé,
pourtant, et c'est, après tout, un travailleur, un brave père de
famille. Il est maintenant sous-chef, comme feu monsieur votre père,
et il obtient la même note décourageante: «Modeste et utile serviteur;
à maintenir dans son service.» Quand vous lui avez donné son deuxième
garçon, il est venu un peu d'ambition au pauvre homme, et, pour avoir
de l'avancement, il a publié deux petites brochures spéciales; mais on
s'est acquitté envers lui en le décorant des palmes académiques.

Trois enfants,--deux fils d'abord, et une gamine, venue bien plus
tard,--c'est lourd! Heureusement que l'aîné est au collège, pourvu
d'une demi-bourse. Avec beaucoup d'économie, on joint les deux bouts.
Mais quelle vie médiocre et triviale! Le père, lui, part dès le
matin, en emportant son déjeuner--un pain fourré et une fiole d'eau
rougie--dans les poches de son pardessus; car, avant de s'installer
sur son rond de cuir ministériel, il va faire un cours de géographie
dans les pensionnats de jeunes filles. Vous, madame, vous n'avez pas
le temps de vous ennuyer, et la journée est courte pour qui a tant à
faire. Cependant, jamais un plaisir! Depuis un an, vous n'êtes allée
qu'une fois au spectacle, en Septembre dernier, voir le _Domino noir_,
avec des billets de faveur.

Vous êtes résignée, vaincue, sans doute. Mais ce vieil air de polka
que joue toujours l'orgue obstiné vous fait souvenir que, l'autre
soir, poussant comme aujourd'hui devant vous la petite voiture où dort
votre enfant, et traversant ce même boulevard, vous avez failli être
écrasée par une fringante victoria, et que vous avez reconnu, bien
installé sous les couvertures, le beau M. Frédéric en personne, resté
le même, ayant l'air toujours jeune des gens heureux, qui vous a jeté
un regard dur en criant: «Maladroit!» à son cocher.

N'est-ce pas, que cet orgue est insupportable?... Il se tait,
heureusement. Et voici que la nuit monte. Là-bas, au bout du triste
boulevard de banlieue, sur la fumée rouge qui succède au coucher du
soleil, le gaz qu'on allume fait éclore ses étoiles blêmes. Rentrez
à la maison, madame Jules. Votre second fils doit être déjà revenu de
l'école, et, quand vous n'êtes pas là, il n'apprend jamais sa leçon
du lendemain avant le dîner. Rentrez à la maison, madame Jules. Votre
mari va bientôt revenir de son bureau, plein de fatigue et de faim,
et vous savez bien que, sans vous, la petite bonne à vingt-cinq francs
par mois serait incapable de «raccommoder» avec des pommes de terre et
des oignons le reste du boeuf d'hier soir.



II

Que la musique est nostalgique! Comme elle évoque douloureusement
les vieux souvenirs! Et combien lamentable, au fond du crépuscule de
Novembre, le son pleurard de l'orgue de Barbarie qui joue un vieil air
de galop!

A quoi songez-vous en l'écoutant, madame la comtesse, et pourquoi
restez-vous debout et comme pétrifiée par la rêverie, près de la
haute fenêtre de votre boudoir? Que peut vous rappeler, à vous, femme
heureuse et dans la pleine beauté de vos trente ans, l'ancien air
de galop joué là-bas, sur le triste boulevard, au delà des tilleuls
dépouillés de votre jardin, par l'orgue de Barbarie gémissant et
évocateur?

Il vous rappelle le vaste amphithéâtre du «Johnson's american Circus»,
bondé de visages attentifs, tel qu'il était à l'époque de vos succès
équestres. Les deux virtuoses nègres ont terminé leur concert comique
en se cassant leurs violons sur la tête, et le palefrenier vient
d'amener sur la piste votre cheval de voltige,--vous savez bien,
l'énorme et paisible cheval blanc, tacheté de noir, qui faisait songer
à une dinde crue, gonflée de truffes? Vous faites votre entrée alors,
donnant la main au superbe maître de manège en habit écarlate et
coiffé à la Capoul, dont vous avez été un peu amoureuse, avouez-le,
comme toutes les écuyères de la troupe. Vous saluez le public d'un
entrechat, et, tout de suite, d'un seul bond, hop! vous voilà debout
sur la selle en plate-forme. Un fouet claque, l'orchestre lâche ses
cuivres furieux, le cheval truffé prend son petit galop mécanique, et,
hop! hop! vous voilà partie!

Quelle olympienne créature vous étiez alors, comtesse! Dix-sept ans,
et les jambes de la Vénus du Capitole. La force et la grâce! Une de
ces beautés parfaites, comme il ne s'en obtient plus guère qu'avec
les croisements de sang et les amalgames de races du Nouveau-Monde. Un
murmure circulait: «C'est la belle Adah! l'Américaine!» Et, grisée par
ce vent du triomphe, vous redoubliez vos audacieuses pirouettes.

La première partie de «l'exercice» finissait toujours dans un long
crépitement de bravos. Tandis que les écuyers montaient sur des
tabourets avec les banderoles et les cerceaux, et que le clown, pour
amuser la galerie, jetait d'un soufflet son camarade à plat ventre et
le relevait délicatement par le fond de la culotte, vous faisiez un
tour de piste au pas, posée sur le bord de la selle avec une légèreté
de papillon. C'était la meilleure minute pour vos admirateurs. Vous
teniez votre tête de déesse droite sous son casque de cheveux noirs
enguirlandés de fleurs, et, de la jupe de gaze bouffant autour de
vous, vos sublimes jambes en maillot rose émergeaient comme d'un
nuage.

Ce fut dans un de ces moments de repos que vous remarquâtes pour la
première fois le comte, aujourd'hui votre époux, alors un des plus
violents viveurs de Paris. Il se tenait debout dans le couloir des
écuries, grand, mince et correct dans sa redingote boutonnée, un brin
de lilas à la boutonnière, en chapeau gris, et tapotant ses
lèvres avec la pomme d'or de sa badine. Il revint le lendemain, le
surlendemain, tous les jours; et vous baissiez les paupières, confuse,
quand votre regard rencontrait ses yeux éperdus, ses yeux pâles
d'homme qui a perdu la tête.

Il l'avait perdue, en effet; mais vous étiez une honnête fille, tout
simplement. A cinq ans, vous deveniez orpheline, votre père, l'Homme à
la Perche, s'étant tué net en tombant sur la nuque. Les gens du cirque
avaient adopté l'enfant de la balle. Le vieux clown parisien Mistigris
vous avait appris le français, puis un peu à lire et à écrire. Après
avoir été l'enfant gâtée,--et respectée, malgré tout,--de ces braves
saltimbanques, vous étiez devenue une des gloires de leur entreprise.
Vous gagniez votre vie, honnêtement, à montrer vos jambes, mais vous
étiez sage pour de bon; et,--rappelez-vous,--le soir où le comte vous
offrit cette parure de turquoises, assez brutalement, il faut bien le
dire, vous faillîtes le cravacher en pleine écurie, devant le box de
l'éléphant.

C'était fait pour déchaîner un homme à passions. Le «Johnson's
american Circus» faisait son tour de France. Le comte vous suivit à
Orléans, à Tours, à Saumur, à Angers;--et enfin, à Nantes, il fit la
folie complète, comme un Russe, et, n'ayant plus ni père ni mère, il
vous enleva pour vous épouser.

Oh! comme l'orgue de Barbarie pleure lamentablement le vieil air de
galop dans le crépuscule!

Que faire, après les premières semaines de la brûlante lune de miel,
passées dans un village perdu au bord de la mer? On pouffait de rire,
là-bas, au Jockey; et les femmes du monde suffoquaient d'indignation
derrière les éventails. Le comte prit le bon parti; il s'expatria
pendant plusieurs années. Ah! pauvre comtesse, que vous vous êtes
ennuyée à Florence, dans ce noir palais où votre mari vous a fait
élever et instruire comme une petite fille, et où vous avez subi
tant de leçons et de professeurs. En femme reconnaissante,--plutôt
qu'amoureuse, hélas!--vous vouliez plaire au comte, devenir digne de
lui. Mais, naturellement, il fallut du temps; et, tout patient qu'il
était, comme votre mari vous a fait souffrir avec ses continuels:
«Cela ne se dit pas... Cela ne se fait pas...» toujours suivis d'un
«ma chère» très sec, qui vous suppliciait!

Toutes les femmes sont éducables. «Parvenu» est un mot qui ne se dit
pas au féminin. Au bout de trois ans, vous étiez une vraie comtesse.
Le comte, qui bâillait dans les musées et n'avait jamais pu mordre aux
Primitifs, n'y tint plus et vous ramena à Paris. Les volets du vieil
hôtel, fermés depuis si longtemps, claquèrent contre la muraille, et
vous fîtes votre premier dîner de retour dans la vaste salle à
manger, devant le grand portrait du haut duquel le bisaïeul du comte,
lieutenant-général des armées du Roi, poudré, avec le cordon bleu
sur son habit rouge, et remarquable surtout par l'immense nez de la
famille, semblait vous jeter un regard sévère.

Ici encore, c'est pour vous, comtesse, la solitude et la mélancolie.
Votre mari est arrivé seulement--après combien d'efforts et à force de
jeter de l'argent dans les oeuvres charitables!--à vous constituer une
petite société de prêtres et de dévotes. Que c'est lugubre, ces robes
noires des deux sexes! Depuis six ans, vous visitez, tous les matins,
des crèches et des écoles, et vous vous morfondez, le soir, dans
votre loge solitaire, aux Français ou à l'Opéra. Pas d'enfant, et pas
d'espoir d'en avoir jamais. Les années passent! Et le pis, c'est
que vous n'éprouvez pour le comte qu'une gratitude profonde, qu'une
sincère amitié, et que vous le jugez. Oh! un parfait galant homme,
assurément, mais plein de niaiseries aristocratiques, et ennuyeux
comme un concert. Il a quarante-huit ans, à cette heure, et c'est bien
le vieux beau devenu sage, n'est-il pas vrai? un assez fade mélange
de grand air, de favoris teints, de préjugés, de chapeaux gris et de
mauvais estomac.

Pourquoi cet orgue cruel joue-t-il toujours le vieil air de galop qui
rythmait jadis vos entrechats sur le dos du cheval truffé? Voilà que
vous vous revoyez au milieu de l'arène, à la fin de votre «exercice»,
envoyant au public le baiser d'adieu et écoutant avec ivresse le
bruit de grêle des applaudissements. Êtes-vous folle, comtesse?
Voilà maintenant que votre coeur palpite et que vous retrouvez votre
première et délicieuse émotion de jeune fille, quand il vous semblait
que le beau maître de manège en habit écarlate vous avait tendrement
serré le bout des doigts en vous reconduisant!

Enfin le son de l'orgue s'est éteint; sur le ciel, de plus en
plus sombre, on distingue à peine les grands squelettes des arbres
dépouillés. Le valet de chambre entre discrètement, apportant une
lampe. Il la pose sur un guéridon, et dit de sa voix de cérémonie:

«Monsieur le curé de Saint-Thomas-d'Aquin attend Madame la comtesse au
salon.»



Le Convalescent



La première fois que le jeune compositeur Félix Travel, avec la
permission de son médecin, le docteur Damain, se regarda dans la
glace, il poussa un cri de surprise épouvantée.

Comme il était changé, grand Dieu! Quelle maigreur! La peau collée
aux pommettes! Et ce teint jaune, et ces yeux meurtris! Sans doute,
il savait bien qu'il avait été très malade. Il avait eu la fièvre, le
délire, tout le tremblement. On lui avait brûlé le dos et la poitrine
avec des vésicatoires. Une pleurésie, c'est toujours grave. Mais il
n'aurait jamais cru que quinze jours de souffrances l'eussent à ce
point ravagé. Et puis, comme il se sentait faible! C'était inquiétant
aussi, ce point douloureux qui le brûlait, là, au-dessous de
l'omoplate, du côté droit. Oh! non, il n'était pas guéri. Qui sait?
Devait-il jamais guérir? Le docteur ne cherchait-il pas à le tromper,
quand il lui avait dit, le matin même, d'un air joyeux, trop joyeux:
«Allons! essayez de vous lever un peu aujourd'hui. Vous voilà tiré
d'affaire.» Tiré d'affaire? Avec cette mine de déterré? Ah! il
en était loin. Comme c'était pénible, cette sensation de vide et
d'épuisement dans son cerveau, dans toute sa personne! Et cet hiver
qui n'en finissait plus! Cette neige fondue qu'il voyait, derrière les
vitres de sa fenêtre, tomber avec lenteur! Bon! une quinte, à présent!
Et encore une petite tache de rouille sur son mouchoir. Tousse!
tousse! Est-ce qu'il allait devenir phtisique? Quelle anxiété!

Et le pauvre malade, seul au coin du feu, ses pâles et maigres mains
crispées aux bras de son fauteuil, s'enfonçait, s'abîmait dans sa
noire mélancolie.

Mourir! A vingt-six ans! Au lendemain de son premier triomphe
d'artiste, quand un sourire de la gloire le payait enfin de tant de
travail et de privations! Ah! ce serait affreux!

Et, dans un coup de mémoire, rapide comme un éclair, il revoyait tout
son passé de misère. C'était d'abord sa mère qu'il évoquait, sa
mère veuve, maîtresse de solfège et de piano dans les pensionnats de
troisième ordre, courant le cachet à travers Paris, son rouleau
de toile cirée sous le bras, dans son deuil éternel de pauvresse.
Avait-elle assez trimé, la vaillante et courageuse femme, pour élever
son fils unique, lui permettre de suivre les cours du Conservatoire,
faire de lui un bon musicien! Avait-elle assez roulé par tous les
temps, marchant sous la pluie avec des bottines qui prenaient l'eau,
ou cahotée dans les puants omnibus! Que de peine et que de bravoure!
Il se rappelait l'affreux petit logement, au fond des Batignolles, où
il la rejoignait tous les soirs, et où il la trouvait, rentrée à peine
et déjà cuisinant le dîner à la hâte, sans avoir même pris le temps
d'ôter son vieux chapeau de tulle noir, tout roussi par le soleil
et les averses. Comme c'était triste et laid, ce mobilier en ruine,
éreinté par les changements de garnison du père, un officier sans
fortune, épousé jadis par amour, et mort, jeune encore, d'un accident
de cheval, sans que sa veuve pût obtenir l'aumône d'un bureau de
tabac.

Enfin la pauvre femme succombait à la besogne, comme une haridelle de
fiacre qui tombe dans les brancards, et le laissait orphelin à seize
ans, sans un parent, sans un protecteur, trop heureux d'avoir, pour
ne pas mourir de faim, un pupitre de contre-basse à l'orchestre de la
Gaîté. Oh! sa vie pendant dix ans, depuis lors! Quel navrant abandon!
quelle misère triviale! quelle chasse ignoble à la leçon bon marché, à
la pièce de quarante sous mise dans la main! Brrr! il valait mieux ne
plus y songer, arriver tout de suite à l'heure radieuse de sa vie.
Une mélodie de lui tombait par hasard sous les yeux de la Kauffman, la
grande cantatrice. Elle s'en éprenait, la chantait partout, et, en
un hiver, Félix Travel devenait presque célèbre. Le directeur de
l'Opéra-Comique, rencontré dans un concert, lui demandait quelque
chose. Le jeune homme avait justement un acte fini, tout prêt, tout
orchestré, sa _Nuit d'Étoiles_, un délicieux poème, où le pauvre
garçon avait répandu tout ce qu'il avait dû refouler jusque-là dans
son coeur de jeunesse et d'amour.

Quel succès! Il croit entendre les énormes soupirs de la foule
charmée, les salves de bravos furieux, son nom acclamé. C'est fini, la
pauvreté, c'est fini, la solitude! Le voilà fameux! Dès le lendemain
de la première représentation, il change, chez une bouquetière, le
billet de mille francs qu'un éditeur lui a donné la veille, comme
acompte sur le prix de sa partition, et il porte pour dix louis de
fleurs au cimetière Montmartre, sur la tombe de la maman. Les journaux
saluent son oeuvre comme l'aurore d'un talent rare. Sur la première
page de _L'Illustration_, son portrait est gravé, et tout Paris est
amoureux déjà de sa fine et charmante tête de page florentin. Enfin!
il va donc jouir un peu de la vie, savoir ce que signifie le mot
bonheur...

Eh bien, non! La maladie est là qui le guette et qui empêchera tout.
Depuis quelque temps, il est enroué, il tousse. Un soir, il se couche,
tout mal à l'aise, avec un grand frisson. C'est la fièvre, c'est la
pleurésie. Ah! il les connaît, les journées si longues et si mornes
passées, la nuque sur l'oreiller, à regarder une mouche marchant
au plafond ou à compter les petits bouquets de fleurs du papier de
tenture; il les connaît, les nuits d'insomnie, où le délire fait
passer tant de fantômes dans le halo de la veilleuse. Et maintenant
que le voilà debout,--convalescent, dit le médecin, allons donc!--son
visage reflété dans la glace lui fait peur; il sent qu'il est plus
malade que jamais, qu'il devient poitrinaire, qu'il va mourir... Sous
ses fenêtres, dans la rue, où la neige fait le désert et le silence,
un orgue de Barbarie joue l'air de sa _Sérénade_, que la Kauffman a
mise en vogue, l'an dernier. C'est la réputation populaire, c'est la
gloire des rues qui commence pour lui. Et il va mourir, tout jeune,
à la veille de tant de joies, comme un naufragé qui a longtemps
et désespérément nagé vers la côte et qu'une dernière lame écrase
bêtement contre un rocher. Non, Dieu est injuste!

Le lendemain matin, le médecin revient voir son malade, et, après
qu'il l'a bien examiné, ausculté, tâté:

«Eh bien?»--lui dit brusquement le jeune homme, assis sur son lit,
les bras croisés. Et dans son regard direct, froid, presque dur, le
docteur Damain, vieil homme de pratique et d'expérience, discerne la
profonde inquiétude, l'angoisse, la peur de la mort.

--«Eh bien,--répond-il avec rondeur, tout en remettant ses gants,--eh
bien, mon mignon, il vous faut tout simplement deux ou trois mois de
convalescence, à ne rien faire, dans le Midi. Et puisque vous avez
quelque argent, vous allez partir le plus tôt possible. Pas pour
Nice ni tout ce côté-là. Vous y retrouveriez les Parisiens, un tas de
plaisirs et d'occasions de fatigue. Non. Ce qu'il vous faut, c'est
un coin bien retiré avec du soleil, quelque chose comme la
Petite-Provence des Tuileries, vous savez, où il n'y a que des
nourrices et des vieux rentiers à tabatières. Ce n'est pas gai, je
sais bien, pour un jeune cadet qui sort des pages et qui doit avoir
envie de montrer son épaulette; mais c'est nécessaire. Tenez! si vous
étiez tout à fait raisonnable, vous iriez à Amélie-les-Bains, dans
les Pyrénées-Orientales. Un trou de montagne, presque africain, bien
abrité du vent du nord; et l'aloès pousse tout le long de la route
de Perpignan. Le pays est superbe, et, sans les pantalons rouges qui
sèchent aux fenêtres de l'hôpital militaire, ce serait déjà plein
d'Anglais. Je suis allé par là autrefois, et j'y ai pris mon café
dehors, un premier Janvier. On y vit à bon compte, ce qui est à
considérer. Allez voir un peu le pic du Canigou, les gaves, les vieux
ponts romains et les olivettes. Voici tout à l'heure le mois de Mars;
vous resterez là-bas jusqu'à la fin d'avril, et vous nous reviendrez
tout à fait grand garçon, avec quelques refrains de contrebandiers,
quelques jolies chansons catalanes... Est-ce convenu?»

En écoutant le docteur, Félix Travel renaît à l'espoir.

Oui, le Midi, le repos dans un doux climat où l'on respire la vie
et la santé, les lentes promenades avec la caresse du soleil sur les
épaules. Oui, c'est cela, c'est bien cela qu'il lui faut.

--«Et quand pourrai-je me mettre en route?--demande-t-il vivement.

--Mais tout de suite, dans trois ou quatre jours. J'irai vous
installer moi-même en wagon... Et, puisque vous vous arrêterez un
peu à Perpignan, pour vous reposer du voyage, qui est long, je vous
donnerai un mot d'introduction pour une brave dame que j'ai soignée,
il y a quelques années, et tirée, ma foi, d'un assez mauvais pas. Oh!
ce ne sera pas très amusant pour vous. La comtesse de Pujade est une
grande dévote, je vous en préviens, et sa fillette, qui doit porter
aujourd'hui des jupes longues, va certainement plus souvent à la messe
qu'au bal. N'importe! je vous adresse à de bonnes femmes, qui pourront
vous être utiles à l'occasion.»

Vite, une malle, des couvertures! Cette perspective d'un prochain
voyage a tout à fait remonté le moral du convalescent. Il lui semble
qu'il n'a plus qu'à partir pour être guéri. Ne va-t-il pas mieux déjà?
Aujourd'hui il est resté levé assez longtemps, il a rouvert son piano,
causé presque gaîment avec des amis qui le visitaient. Les forces lui
reviennent, positivement. Il est en état de supporter les vingt
heures d'express. Enfin! le voilà bien commodément installé dans un
compartiment de première classe, la bouillotte sous ses pieds, un
plaid sur ses genoux, avec tout ce qu'il lui faut dans son sac de
cuir, un roman anglais, du vin de Bordeaux, des sandwiches.

--«En voiture! en voiture!» crient les hommes d'équipe, sur le quai de
la gare d'Orléans.

Et le docteur Damain, le vieil ami de Félix, l'embrasse, lui serre la
main une dernière fois.

--«Prenez bien garde aux courants d'air... Bon voyage!»

Le train s'ébranle, très doucement d'abord, fait résonner les plaques
tournantes, puis, tout de suite, accélère sa marche, prend son furieux
galop ferré. Déjà il a jeté ses gros flocons de fumée aux fenêtres des
faubourgs, où sèchent des linges, il a franchi le rempart à l'herbe
pelée, laissé derrière lui les jardins maraîchers de la banlieue; et
Félix Travel, essuyant de temps en temps la buée de la vitre avec
son gant, éprouve une joie enfantine à voir de la vraie campagne,
les champs d'un vert sombre où fondent les dernières neiges et d'où
s'envolent des bandes de corbeaux, les collines lointaines dans la
brume, les vastes espaces du ciel gris de Février. Il ne tousse pas,
il ne souffre plus. Dans l'après-midi, après qu'on a passé la Loire
et ses bancs de sable, tandis qu'on court à travers les grands
châtaigniers sans feuilles et les robustes paysages du Poitou, voici
que, dans les nuages, apparaissent les cotillons bleus, et que toute
la nature se met à sourire. A Bordeaux, c'est le beau temps tout à
fait; et dans la rade, un instant aperçue, le soleil, qui se couche
dans un ciel pur, dore les vergues des navires. Distrait et excité par
le voyage, Félix a oublié ses angoisses de malade; il se sent léger,
comme poussé par le vent de l'espérance.

Après avoir dîné à la gare Saint-Jean, il s'endort d'un profond
sommeil dans une voiture de la ligne du Midi. A peine est-il troublé
deux ou trois fois pendant la nuit par des voix de cuivre, des creux
du midi, qui crient: «Toulouge» ou «Montoban.» C'est seulement le
lever du soleil qui le réveille, une aurore splendide, une gerbe de
diamants qui éclate et jaillit dans l'azur. Cette fois, il y est,
dans le Midi, et pour de bon; il peut baisser la glace, aspirer l'air
chaud, regarder, avec l'étonnement de l'homme du Nord, le feuillage en
demi-deuil des oliviers et les routes sèches où courent des trombes de
poussière blonde. Enfin le conducteur du train annonce, en ouvrant les
portières: «Perpignein!... Perpignein.» On est arrivé.

Le voyageur jette un regard aux créneaux roussis du Castillet, qui
datent de Charles-Quint, et aux platanes géants de la promenade,
penchés pour toujours, avec une inclinaison de cinquante degrés, par
l'effort prolongé du mistral. Puis l'omnibus du chemin de fer, dont
les chevaux font sonner sous leurs sabots le vieux pont-levis de
Vauban, conduit rapidement Félix Travel à travers quelques rues
tortueuses et le dépose à l'hôtel. Dans son impatiente curiosité de
voyageur novice, le jeune homme déjeune en hâte, assis tout seul au
bout de la table d'hôte, dont la malpropreté et la détestable cuisine
à la graisse sont déjà bien espagnoles; puis, après avoir vainement
essayé d'amollir dans son dernier verre de vin un biscuit, qui doit
dater de Charles-Quint, lui aussi, comme le Castillet, il sort pour
voir la ville et faire sa visite à cette comtesse de Pujade pour qui
le docteur Damain lui a donné une lettre d'introduction.

Cette dame habite précisément à quelques pas de l'hôtel, dans une
ruelle pareille à un torrent desséché, une maison étroite et farouche
ayant à peu près l'air d'une prison, avec des «miradores» grillés
comme à Séville ou à Tolède. Félix tire la chaîne de fer toute
rouillée qui pend auprès de la porte,--une porte basse et ronde,
percée d'un judas, garnie de ferrures et de gros clous rébarbatifs,
une de ces portes qui ne semblent pas faites pour s'ouvrir,--et la
voit s'entre-bâiller, après une assez longue attente, pour lui montrer
la face ridée et le bonnet monastique d'une vieille servante aux yeux
de morte.

--«Madame la comtesse de Pujade?--demande le voyageur.

--Madame la comtesse et sa fille sont à la messe.

--Je ne reste qu'un jour ici... Aurai-je chance de rencontrer ces
dames, un peu plus tard?

--Je ne saurais vous dire.»

L'accueil n'est pas engageant. Félix ne peut donc que laisser à la
servante sa carte et la lettre du docteur.

--«Ma foi,--pense-t-il en s'éloignant,--si j'en juge par la lugubre
apparence de ce logis et par la tête de la domestique, qui ressemble
à une vieille machine à prières pour veiller les morts, j'aime autant
avoir trouvé visage de bois... A quoi pensait le brave docteur en
m'adressant à ces béguines?»

D'ailleurs, vingt pas plus loin, son impression fâcheuse est dissipée;
car, au bout de la rue, brusquement, il débouche sur une petite place
pleine de bruit et de soleil. Là, devant le portail d'une église,
sculpté et vermiculé du haut en bas comme une écorce de melon, se
tient un joli marché, qui embaume le citron et la rose. Un coin
d'Espagne, en vérité, où vibre le sonore patois catalan. L'artiste
parisien, qui voyage pour la première fois de sa vie, reste ébloui
devant ce spectacle pittoresque et nouveau. Ah! les beaux écroulements
d'oranges, de tomates et de poivrons! La jeune marchande à qui il
achète une botte d'oeillets a les yeux noirs de la marquise d'Amaëgui,
et ce montagnard à ceinture rouge, qui fume sa cigarette, accoudé sur
sa mule au ventre rasé et toute harnachée de pompons et de sonnailles,
est beau comme un contrebandier des temps romantiques. A la bonne
heure! En voilà de la lumière, de la couleur et de la joie! Grisé,
enchanté, Félix Travel s'attarde à flâner parmi cette foule bruyante;
il se promène là pendant plus d'une heure, lentement, délicieusement,
dans la bonne chaleur du soleil qui lui pique le dos et les reins. Il
se sent toujours un peu faible, c'est vrai, mais jamais il n'a eu
plus goût à la vie. Ce Midi, tout de même! Mais c'est un miracle, une
résurrection! Mais il est en pleine convalescence! Quel bonheur!

Pourtant, il a passé la nuit en wagon, il a sommeil, et lorsqu'il
rentre à l'hôtel pour se jeter une heure ou deux sur son lit, le
garçon lui présente une lettre que vient d'envoyer Mme de Pujade.
Elle prie M. Félix Travel de venir dîner chez elle, le soir même, sans
cérémonie; elle sera flattée, dit-elle, de connaître l'auteur de la
_Sérénade_ et de la _Nuit d'Étoiles_, et heureuse de parler avec lui
du docteur Damain, à qui elle doit la vie, etc., etc. Tout cela, dit
en quelques lignes courtoises, un peu sèches, sur un papier à lettre
orné d'une couronne comtale.

Félix se rappelle alors la maison à physionomie inhospitalière, et
ce que le docteur Damain lui a dit sur l'extrême dévotion de Mme
de Pujade; et il est pris d'une singulière timidité. Saura-t-il se
conduire correctement dans un milieu aussi aristocratique? Célèbre
d'hier, il n'est pas encore allé dans le monde. Jusqu'ici il a vécu
comme un pauvre qu'il était, tout près du peuple, il n'a jamais de sa
vie vu de près une dame noble, une dévote. Et cependant, impossible
de refuser sans impolitesse. Ah! il se serait bien passé de la
recommandation du docteur. Dans quel guêpier son vieil ami l'a-t-il
fourré?

Aussi est-ce avec une secrète émotion qu'un instant avant l'heure
convenue, le musicien, ayant fait toilette, se présente de nouveau
devant la maison lugubre. Mais, cette fois, la vieille servante à
mine de soeur tourière ouvre la porte sans difficulté, et après avoir
introduit le jeune homme dans le «salon de compagnie», comme on dit
à Perpignan, se retire en annonçant qu'elle va prévenir Madame la
comtesse.

Malgré les lumières et le feu, il y fait froid, dans ce salon, le
froid spécial aux pièces ordinairement inhabitées. Les lourds meubles
de tapisserie, droits et raides comme des meubles d'églises, sont
rangés avec une désolante symétrie, et la nudité des boiseries claires
s'orne d'une unique gravure, magnifiquement encadrée, le portrait
du pape Pie IX, sanctifié de sa signature autographe. Pas un objet
d'intimité ou de souvenir; rien de féminin. Félix songe que si
l'extérieur du logis lui a semblé morose, l'intérieur est franchement
hostile. Les deux grosses lampes sur la cheminée, les bougies du
lustre à pendeloques de verre, les bûches enflammées dans le foyer,
semblent se dire: «Quel est cet intrus, pour qui on nous a allumées?»
Et voilà que le pauvre garçon frissonne et que sa gêne redouble.

Tout à coup, une porte s'ouvre. C'est la comtesse, suivie de sa fille.

Longue, jaune, sèche, en deuil éternel, avec un «tour» de cheveux d'un
noir impitoyable, Mme de Pujade a peut-être été une brune élégante,
du temps où le duvet qui ombrage sa lèvre supérieure ne s'était pas
encore décidé à devenir de véritables moustaches. Elles ajoutent
encore à la sévérité de toute sa personne, de ses mains à mitaines,
de son sourire au-dessous de zéro. Félix serait consterné par cette
apparition, s'il ne s'apercevait tout de suite--il a vingt-six ans, ne
l'oublions pas--que la jeune personne entrée dans le salon derrière la
comtesse est très jolie, malgré son air un peu gauche et sa robe mal
faite.

--«Ma fille Thérésine,»--a dit Mme de Pujade.

Et tout en répondant de son mieux aux compliments empesés que la
comtesse lui adresse sur ses tout récents succès, Félix, toujours
fort intimidé et assis au bord de sa chaise, admire à la dérobée cette
Thérésine, dont le teint de pêche et les beaux yeux noirs, modestement
baissés, lui rappellent les Vierges de Murillo qu'il a vues au Louvre,
ces Vierges si charmantes, si humaines avec un rien d'idéal, et dans
lesquelles il y a un peu de la madone et beaucoup de la grisette
madrilène.

--«Vous partez donc, dès demain matin pour Amélie?--demanda la
comtesse au voyageur.

--Oui, madame. Le docteur Damain m'assure que j'ai besoin d'un repos
absolu.

--Nous regretterons de ne pas vous posséder davantage, monsieur.
Mais le docteur a raison. Perpignan n'est pas un bon séjour pour les
convalescents, et le vent du nord y est fort dangereux.»

En ce moment un coup de sonnette retentit.

--«C'est Monseigneur!--dit Mlle Thérésine.

--Oui,--ajoute sa mère.--Vous allez dîner, monsieur, avec notre
vénérable ami, Monseigneur Calou, des Missions étrangères, dont les
pieux voyages en Indo-Chine ont épuisé les forces, et qui s'est retiré
ici, dans sa ville natale. Il a désiré faire votre connaissance, car
il aime beaucoup la musique, et ma fille lui a déchiffré au piano
votre partition.»

Un évêque, à présent! Félix est pris de peur, positivement. Le voilà
aux prises avec tout ce qu'il y a de plus collet-monté dans le monde,
la noblesse et le haut clergé. Un évêque! Il n'en a vu qu'un, crosse à
la main et mitre en tête, à Sainte-Marie des Batignolles, l'évêque
qui lui a touché la joue le jour de sa confirmation. Saura-t-il se
comporter convenablement avec un prince de l'Église?... Ah! que le
diable emporte le docteur!

Par bonheur, Mgr Calou a, sous ses cheveux blancs, une bonne et
joviale figure de vieillard sanguin, et il tend sans façon au jeune
homme qu'on lui présente, et qui s'attendait presque à être béni, sa
main gantée de violet.

--«Le voici donc,--s'écrie-t-il avec un cordial accent méridional,--le
voici donc, ce jeune malade qui vient demander sa guérison à notre
soleil... Il fera son devoir, n'en doutez pas, mon cher enfant, et
vous pourrez bientôt vous remettre au travail, nous charmer de nouveau
par vos belles compositions... Mais le dîner est servi. A table!»

En effet, la porte de la salle à manger vient de s'ouvrir. L'évêque y
pénètre en marchant à côté de Mme de Pujade; Félix offre son bras à
la jolie Mlle Thérésine; et, dès que Monseigneur a expédié le
_Benedicite_, on attaque le potage.

Le dîner est excellent, un dîner de province, copieux et délicat; et,
après le coup du médecin, Félix, bien qu'encore un peu interloqué
par les moustaches de la comtesse et la croix pectorale de l'ancien
missionnaire, commence à se rassurer. C'est stupide, après tout, sa
confusion et son silence; il doit se montrer aimable, il ne veut pas
laisser la réputation d'un imbécile ou d'un sauvage. D'ailleurs, le
milieu dans lequel il se trouve lui semble déjà plus sympathique. Il
commence à croire qu'on s'intéresse à lui. On lui parle de ce qu'il
aime, de son art; on lui fait raconter la première représentation
de sa _Nuit d'Étoiles_. Et il répond, l'artiste, il s'anime, il
s'abandonne. A des mots ingénus, à de gentilles plaisanteries qui lui
ont échappé, on a ri, mais avec plaisir, sans ironie et sans malice.
Alors il s'épanouit, il cède au besoin des confidences, il dit, avec
une naïve éloquence, sa jeunesse si solitaire et si douloureuse, les
joies du succès inattendu.

--«Ainsi, vous êtes tombé malade, au lendemain de votre premier
bonheur,»--lui dit Mme de Pujade; et elle a un: «Pauvre jeune homme!»
plein de bonté.

Et le vieux prêtre le regarde avec des yeux bienveillants, et lui
remplit gaîment son verre.

--«Encore un peu de bourgogne, monsieur le convalescent. Cela ne peut
que vous faire du bien.»

Mais ce qui réconcilie tout à fait le voyageur avec ses hôtes, ce qui
lui rend la confiance, ce qui excite sa verve, c'est la présence de
Mlle Thérésine. Car il s'aperçoit qu'il ne lui déplaît pas, qu'elle
a doucement souri à toutes ses saillies, que ses beaux yeux noirs
aux longs cils retroussés se sont plusieurs fois levés sur lui, et
que--non! ce n'est pas une illusion, il en est sûr,--il vient d'y
surprendre un regard infiniment doux, presque attendri.

Ah! l'aimable repas! La bonne hôtesse! Le brave homme d'évêque! Et la
charmante jeune fille, surtout! La charmante jeune fille!

Mais, tandis que la servante change les assiettes, dans une de ces
minutes de silence inexpliqué où les gens du peuple disent: «Il passe
un ange,» soudain,--et par hasard, oh! par pur hasard,--Félix Travel
voit son visage reflété dans un miroir, là, sur la muraille, en face
de lui.

Son visage! Mais est-ce vraiment son visage? Est-ce bien lui, ce jeune
homme si maigre, aux yeux caves, au teint plombé? Comment! Il a donc
toujours aussi mauvaise mine? Et toutes ses terreurs lui reviennent
aussitôt. Une cruelle pensée traverse son esprit. Les attentions, les
prévenances de ses hôtes, ce n'est pas à lui particulièrement qu'elles
s'adressent, c'est au malade, c'est au poitrinaire qui a déjà la mort
sur la figure. Était-il fou de s'imaginer que cette provinciale
sèche et altière, que ce vieux prélat, que cette silencieuse et
aristocratique enfant, pouvaient porter un tel intérêt à un pauvre
diable de musicien, sans fortune, à peine célèbre, sorti hier de la
bohème! Non! ce qu'il prenait pour de la sympathie, ce n'est que de
la pitié. Si la comtesse met tant d'insistance à lui faire accepter
ce blanc de poulet, si Monseigneur, de sa main blanche et grasse où
brille l'émeraude pastorale, lui verse si paternellement ce chambertin
de derrière les fagots, c'est par compassion pour son état; ils en
feraient autant, dans une de leurs charitables visites à l'hôpital,
pour le premier mendiant venu. Oui! c'est évident. Il comprend
les choses, il s'explique tout, maintenant. On le traite comme un
moribond!

Et cette jeune fille?

Elle aussi, sans doute, éprouve seulement pour lui la banale
commisération qu'elle aurait devant tout autre malade. N'allait-il
pas s'imaginer qu'il l'avait charmée dès la première rencontre, qu'il
éveillait peut-être en elle un sentiment obscur et doux? Insensé! Fat
et insensé!

Et, comme il jette sur elle un regard irrité, presque méchant, il
découvre une indicible tristesse dans les beaux yeux de Thérésine,
dans ses beaux yeux mouillés, en ce moment, par deux larmes mal
contenues.

Oh! l'affreuse amertume!

Ainsi, il ne s'est peut-être pas trompé. Peut-être cette ignorante
et candide enfant, enfouie jusque-là au fond de cette province, dans
cette maison claustrale, a-t-elle senti tout à l'heure son coeur
tressaillir pour la première fois. Et maintenant elle est navrée en
songeant que ce jeune homme dont la vue la trouble, qu'elle va aimer,
qu'elle aime déjà, n'a plus que quelques mois, que quelques jours à
vivre. Ces larmes qui lui viennent aux yeux, c'est le regret de son
espoir d'amour, à peine né, si tôt déçu. Le malheureux qu'il est! Une
femme le pleure, en sa présence, de son vivant!

C'est fini. Le charme est rompu. Rempli d'horreur, le coeur battant à
grands coups, Félix Travel tombe alors dans un morne silence. A toutes
les obligeantes questions de ses hôtes, il ne répond que par des
monosyllabes, des phrases confuses. Fuir! il ne pense plus qu'à fuir!
Dès qu'on se lève de table, il s'excuse avec maladresse, se déclare
plus souffrant. Et ce prêtre et ces femmes, avec leurs façons
affectueuses, leurs recommandations inquiètes, lui deviennent odieux.
«Enveloppez-vous bien... Prenez garde de prendre froid.» Oh! les gens
importuns!

Enfin, le voilà dehors, libre. Il s'en va, cherchant à reconnaître son
chemin dans les rues noires et désertes de la vieille ville, sous la
claire et froide nuit d'étoiles; et, grelottant sous ses habits, seul,
tout seul avec l'exécrable peur de la mort, il se dit tout haut à
lui-même et se répète sans cesse, comme un monomane:

«Perdu! Je suis perdu!»


Deux mois après, complètement guéri par le bon soleil et l'air salubre
des montagnes, Félix Travel, en repassant par Perpignan, était, une
seconde fois, invité à dîner avec l'évêque chez Mme de Pujade;--et
c'était à qui le féliciterait sur son bon appétit et sur sa belle
mine.

Épanoui de se porter si bien, le musicien voit, à présent, les choses
comme elles sont. Il est dans une bonne maison de province, mal
meublée, c'est vrai, mais où la chère est exquise. Mgr Calou a la
rondeur et la bonhomie d'un vieil aumônier de régiment; et la comtesse
elle-même, malgré ses airs guindés, laisse apparaître, de temps en
temps, un sourire de brave femme sous ses moustaches.

Il n'a plus de timidité, aujourd'hui, le voyageur; il se montre
amusant, spirituel, et, quand il regarde, par hasard, le miroir en
face de lui, il y reconnaît son visage--celui d'un joli garçon, ma
foi!--tout radieux de santé et de jeunesse. Ah! quelle joie de vivre!

Non! pourtant, il a un souci. Les yeux de Mlle Thérésine évitent à
présent de se tourner vers lui: elle les tient obstinément baissés sur
son assiette. Pourquoi cette réserve excessive? S'est-elle dit qu'elle
ne doit pas s'intéresser à un jeune homme qui n'est point de son
monde, à un artiste qui passe; ou bien est-ce Félix qui s'est fait
illusion, la dernière fois?

Il ne le saura jamais. Demain, il part pour ne plus revenir.
Mais--l'homme est si inconséquent, si bizarre!--voilà que le
convalescent épanoui est pris d'une mélancolie soudaine. Il se
rappelle les beaux regards de Vierge de Murillo fixés si doucement sur
lui, les beaux regards de madone et de grisette pleins de pitié et de
larmes, et, pour un peu, il songerait presque:

«Décidément, je ne suis plus malade... Quel dommage!»



Oeuvres posthumes



Comme le jour tombait,--un jour de Janvier, couleur de
cendre,--j'avais posé ma plume et je m'étais assis au coin du feu.
Dans la chambre, chauffée depuis de longues heures, où le nuage de
fumée de mes cigarettes augmentait l'obscurité crépusculaire, je
m'abandonnais, tout en tisonnant, à la sensation de fatigue heureuse
qui suit une séance de bon travail. Un coup de sonnette me tira de ma
rêverie.

--«Il y a là,--me dit ma servante avec ce ton dédaigneux que prennent
involontairement les domestiques pour annoncer des visiteurs de mince
apparence,--il y a là une dame en noir, accompagnée d'un petit garçon,
qui désire parler à Monsieur.»

Je donnai l'ordre d'introduire, et, une minute après, je vis
s'avancer, dans la pénombre, un groupe lamentable.

Elle devait être encore jeune, cette grande et lugubre veuve, car le
chétif garçonnet,--son fils, évidemment,--qui se serrait contre sa
jupe noire, pouvait avoir dix ans à peine; mais tous deux, la mère
et l'enfant, étaient si usés, si flétris par la misère, que la femme
semblait hors d'âge et l'enfant déjà vieux. Ils s'approchaient,
marchant sur le profond tapis avec la lenteur timide et silencieuse
des malheureux, glissant presque; et, quand ils s'arrêtèrent devant
moi, dans le brouillard obscur de la chambre, pâles, tout en noir,
l'ample voile de la veuve les enveloppant d'une auréole de ténèbres,
je frissonnai comme devant deux spectres.

--«A qui ai-je l'honneur?...» dis-je, en indiquant un fauteuil.

La pauvre femme s'assit, attira son petit garçon près d'elle, et me
répondit d'une voix basse et douce:

«Je suis la veuve d'Agricol Mallet... On m'a dit, monsieur, que vous
l'aviez un peu connu autrefois... avant la guerre... et je venais
savoir si vous voudriez bien... enfin, vous prier de souscrire à ses
oeuvres posthumes.»

Agricol Mallet! A ce nom, mon esprit fut traversé par un tourbillon
de souvenirs. Je le revis, tel qu'il m'était apparu pour la première
fois, au café de Lisbonne, à cette table des «politiques», où le
fameux Michel Polanceau, aujourd'hui député, chef de groupe, et
désigné pour présider le prochain cabinet radical, prophétisait
tous les soirs, à l'heure de l'absinthe, la chute des Bonaparte et
l'imminente révolution. Agricol Mallet! Parbleu! ce brun à tête de
romain, le plus violent et le plus exalté disciple de Polanceau,
celui qui, à chaque motion incendiaire du tribun, secouait, d'un geste
héroïque, sa lourde chevelure et faisait frissonner les verres et les
dominos en frappant du poing la table de marbre. Un naïf et généreux
coeur, ivre de mots sonores! Je me rappelais...

Dès le 4 Septembre, il avait pris la casquette noire et le remingnton
du franc-tireur, s'était battu, au Bourget, comme un enragé, puis, à
la fin du grand siège, il avait été gagné, lui, comme tant d'autres,
par cette fièvre obsidionale qui tourna en folie, au 18 Mars, et il
avait fini par tomber, criblé de balles, un képi de commandant fédéré
sur la tête et une ceinture rouge autour du ventre,--à vingt-trois
ans, malheureux enfant!--sur la barricade du Château-d'Eau.

Agricol Mallet! Oui, je l'avais un peu connu, et je l'estimais pour la
noble et dure existence qu'il menait alors, pour sa courageuse misère
de poète, marié par amour à vingt ans et vendant au cachet son grec et
son latin, afin de nourrir sa femme et son nouveau-né. Il avait donc
laissé des oeuvres posthumes?... Mais parfaitement! Je me souvenais.
Un soir, il m'avait lu deux ou trois poèmes, des vers élégiaques et
murgériformes, avec une petite note tendre, toujours la même,--comme
celle du crapaud,--mais sincère; et même je m'étais dit qu'il avait
bien tort de préférer le bonnet rouge de Marianne au bonnet fleuri de
Musette, et qu'au fond ce buveur de sang était un buveur de lait.

En ce moment,--il faisait presque nuit dans mon cabinet,--la bonne
apporta une lampe, et je pus mieux voir la veuve du commandant fédéré.

Elle était tragique.

On avait froid rien qu'à regarder sa robe et son châle, d'un noir
sale; et son navrant chapeau de crêpe, d'où s'échappaient quelques
mèches de cheveux blonds desséchés, semblait presser et amaigrir
l'ovale, jadis pur, de ce triste visage, meurtri par la souffrance.
Les grands yeux, d'un bleu faïence, étaient encore jolis et touchants,
malgré la patte d'oie et la poche aux larmes. Vieille à trente ans,
Mme Mallet faisait le dos rond à la façon des femmes du peuple souvent
battues. D'une main, elle maintenait sur son genou un paquet assez
volumineux, enveloppé dans un journal, et de l'autre, avec un geste
maternel, elle serrait contre elle son fils, enfant chlorotique, qui
avait l'air d'avoir grandi en prison. Le détail le plus douloureux,
c'étaient les gants de la pauvre veuve, d'horribles gants de castor
noir, blanchis aux coutures et crevés au bout des doigts.

Saisi d'une vive pitié, je dis à Mme Mallet que je n'avais pas oublié
son mari, et je la priai de disposer de moi.

Elle défit alors son paquet, qui contenait une demi-douzaine de
volumes à couverture rouge, et elle m'en offrit un.

--«Puisque vous avez la bonté de souscrire,--me dit-elle,--voici votre
exemplaire, monsieur.»

Je jetai un regard sur le titre, imprimé en caractères d'un noir
profond sur papier sang de boeuf; il était ainsi libellé: _Agricol
Mallet. Oeuvres Posthumes, avec une préface de Michel Polanceau,
député._

--«Ah!--murmurai-je,--M. Polanceau a fait une préface.»

Dans le groupe républicain du café de Lisbonne, auquel je m'étais
jadis mêlé par hasard, moi, littérateur inoffensif, il m'avait
toujours déplu, le Polanceau, avec sa tête ronde aux dures moustaches
de sous-officier méchant. Parmi cette jeunesse exaltée, lui seul
était calme, mais d'un calme chargé de haine: un verre d'eau froide,
empoisonnée. Excellent professeur de droit, il avait cependant été
refusé à la soutenance de sa thèse de doctorat, à cause des opinions
socialistes qu'elle contenait et qu'il défendit énergiquement devant
les maîtres. Très brave, il avait déjà tué un homme, dans un duel au
pistolet. Par son éloquence bilieuse, faite de logique et d'amertume,
il s'imposait comme un chef futur à la table des «politiques»; mais,
tandis que ces têtes chaudes rêvaient de combats et de triomphes,
lui ne méditait que vengeance. Il dressait d'avance les listes de
suspects. A la «prochaine», il faudrait arrêter celui-ci, faire passer
celui-là en cour martiale. C'était un de ces révolutionnaires qui, dès
que l'émeute éclate, marchent sur la préfecture de police et signent
d'abord des mandats d'arrestation; car l'habitude des sociétés
secrètes donne ce goût dépravé, et dans tout conspirateur il y a du
mouchard. Comme Agricol Mallet, comme plusieurs autres camarades qui
devaient tâter du bagne ou de l'exil, Polanceau, lui aussi, s'était
jeté dans la Commune; mais, heureux ou habile, il en était sorti
en temps opportun, les mains pures de sang, un peu comme celles de
Ponce-Pilate. Enfin, nommé député et votant avec l'extrême opposition
de gauche, il avait rapidement pris,--ayant, en somme, du mérite, et
beaucoup,--une place très importante à la Chambre. Encore une crise
ministérielle, et certainement ce serait son tour de tenir la queue de
la poêle.

--«Mais oui,--disait la veuve du fédéré, de cette voix brisée qui
faisait mal à entendre, M. Polanceau a écrit la préface des poésies
posthumes de mon pauvre mari... Dam! c'était tout ce qu'il pouvait
pour nous... Vous le savez, il n'est pas bien avec les gens au
pouvoir...»

Cependant, j'avais remis à la pauvre femme le prix de ma souscription.
Je n'osai faire plus; après tout, elle ne mendiait pas. Puis, comme
elle s'était brusquement levée, je la reconduisis en lui adressant
quelques paroles de sympathie, et, resté seul, je parcourus le petit
livre.

A coup sûr, les frères et amis qui l'auraient acheté de confiance,
attirés par le nom de l'auteur et la maculature écarlate, n'en
auraient pas eu pour leur argent. Celui qui, dans la vie réelle, avait
conduit au feu les hirsutes et farouches combattants de la Commune, ne
savait mener, en imagination, que les brebis de la Deshoulières; et,
sauf quelques ïambes déclamatoires, mal imités d'Auguste Barbier,--la
seule pièce vraiment mauvaise du volume,--on ne trouvait là que des
vers printaniers, jolis et frais comme des pâquerettes, écrits par
Agricol pour sa jeune femme, auprès du berceau de leur petit enfant.
Ils allaient au coeur quand même, bien qu'un peu faiblots, ces poèmes
inspirés par la lune de miel, où le nom de la bien-aimée reparaissait
à chaque page. _Sonnet pour Cécile_.--_A ma chère Cécile_. Le poète y
racontait ses uniques et pures amours, gentiment, simplement, avec
une pointe de réalisme qui ne déplaisait pas. C'était sa première
rencontre avec la jeune fille, dans une soirée bourgeoise à verres
d'orgeat; et les regards furtivement échangés sous l'abat-jour,
pendant la partie de vingt-et-un; et le premier baiser sur le front,
aux jeux innocents. On suivait ainsi l'humble roman. Ils se mariaient,
les amoureux, ils se mettaient en ménage et ils s'aimaient, dans
leur petit logement au cinquième, en haut de Montmartre, pareils à un
couple de chardonnerets en cage chez une ouvrière qui n'a pas toujours
de quoi leur acheter du mouron. Bien des fois, le poète l'avouait, on
avait remplacé le dessert par un baiser.

En lisant ces gracieuses confidences, on devinait qu'Agricol,
«l'irréconciliable», comme on disait alors, avait dû souvent oublier
les grands principes et se laisser tout bêtement vivre. Certes! il
avait été heureux le soir de l'élection de Rochefort, mais moins que
le jour où, se voyant à la tête de quelques économies, il avait pu
offrir à sa Cécile l'armoire à glace, ambitieux idéal de toutes les
grisettes; et, au retour des chasses aux violettes qu'ils faisaient
ensemble dans les bois de Vélizy, au premier printemps, le
révolutionnaire ne se fâchait pas, j'en suis sûr, quand sa chère
femme, épuisée de fatigue, se laissait tomber dans le grand fauteuil,
et, n'ayant pas même la force de se lever pour serrer son modeste
chapeau de paille, en coiffait sans façon le buste en plâtre de la
République, à portée de sa main, sur la cheminée... Et cette aimable
idylle avait fini en mélodrame sanglant! Et ce doux jeune homme,
père de famille avant d'être majeur, que les commères du quartier
regardaient avec un sourire attendri, quand, se promenant à côté de sa
femme,--une enfant presque,--il poussait devant lui la petite voiture
où dormait le bébé, ce naïf poète avait commandé une bande d'ivrognes
incendiaires et s'était fait tuer pour une loque rouge! N'était-ce pas
révoltant? Oh! l'infamie, la bêtise des rages politiques!... Et, les
yeux chatouillés de larmes, le coeur battant trop fort, je fermai
nerveusement le volume.

Je revis alors la couverture rouge et le nom de Polanceau.

Qu'avait-il pu dire, celui-là, le fanatique, à propos de ces chansons
d'oiseau parisien? Qu'avait-il pu y comprendre?

Rien. Un coup d'oeil rapide jeté sur la préface du député radical
m'en fournit la preuve. Pas un cri jailli du coeur, pas une ligne ou
tremblât l'émotion, mais des phrases ronflantes, où vibrait comme un
écho lointain des feux de peloton de la guerre civile. De nouvelles
élections étaient proches, et cette tartine, qu'avaient dû reproduire
tous les journaux populaires, puait la réclame. De la peau de ce mort,
le candidat s'était fait un tambour pour battre la caisse devant son
programme. Écoeuré, je jetai le livre.

D'ailleurs, l'heure du dîner était venue; et comme, en ce temps-là,
je rendais compte des premières représentations dans un journal et
versais, tous les Lundis, danaïde littéraire, mon urne de prose dans
le puits sans fond du feuilleton, je fis ma toilette tout de suite
après le café et me rendis à la Comédie-Française, où l'on reprenait
je ne sais quelle comédie de Scribe.

Le premier personnage que j'aperçus de loin, en entrant au foyer du
public, ce fut Michel Polanceau.

Debout aux pieds de la statue de Voltaire et entouré d'un groupe
de gens communs, qu'à leurs habits de coupe provinciale on devinait
députés, il pérorait, mis correctement, rajeuni, malgré ses tempes
grisonnantes, transfiguré par le succès,--superbe! Mon Dieu, oui!
l'ancien sectaire du café de Lisbonne, qui tenait du «sous-off» par
ses moustaches et du pion par ses lunettes, était devenu presque
élégant, et à son commencement d'embonpoint majestueux et truffé, on
pressentait le ministre de demain.

Je ne pus que le reconnaître d'un coup d'oeil. Le grelottement de la
sonnette électrique annonçait le lever du rideau.

Mais à peine fus-je installé dans mon fauteuil, à l'orchestre, qu'un
léger rire, venant d'une baignoire voisine, me fit tourner la tête; et
là, dans l'ombre cythéréenne de la loge, je distinguai--derrière une
belle personne qui a été bien jolie en 62, quand elle appartenait,
s'il vous plaît, à un prince royal,--l'austère profil du citoyen
Polanceau, lequel gobait une cerise confite que lui offrait en riant
la demoiselle.

La toile se leva. Mais ce soir-là, moins que jamais, je ne pus
m'intéresser aux amours du jeune premier en sucre et de l'ingénue en
robe rose. Je revoyais la table des «politiques» et ce pauvre écervelé
d'Agricol buvant l'éloquence à la glace du tribun d'estaminet, et je
songeais au coin sinistre du Père-Lachaise où pourrissent, pêle-mêle,
les communards du dernier combat, et où Mme Mallet, en haillons de
deuil, va parfois déposer une maigre couronne; je l'évoquais surtout
dans ma pensée, la lamentable veuve, son paquet de volumes sous
l'aisselle, traînant son maladif enfant par les boues de Paris et
usant ses vieux gants de solliciteuse à tous les cordons de sonnette;
et je croyais encore l'entendre, en parlant de la préface de Polanceau
aux poésies de son mari, me dire, de sa voix de fantôme, avec sa
pitoyable candeur: «C'était tout ce qu'il pouvait pour nous.»

En effet, le citoyen Polanceau a fait cette préface, et il se croit
sans doute très généreux envers la mémoire de son ami... Pouah!



A Table



Quand le maître d'hôtel,--oh! quel ventre respectable dans l'ample
gilet de casimir! quelle face digne et rouge, bien encadrée de favoris
blancs! un physique de pair d'Angleterre, je vous assure!--quand
l'imposant maître d'hôtel eut ouvert à deux battants la porte du salon
et annoncé d'une belle voix de basse chantante, à la fois sonore et
respectueuse: «Le dîner de Madame la comtesse est servi», on posa
les chapeaux sur l'angle des consoles, les personnages les plus
considérables offrirent le bras aux dames, et tous passèrent dans la
salle à manger, silencieux, presque recueillis, comme à la procession.

Le couvert étincelait. Que de fleurs! que de lumières! Chaque invité
trouvait sa place sans difficulté; dès qu'il avait lu son nom sur le
carton glacé, tout de suite, un grand laquais en bas de soie poussait
derrière lui, avec douceur, une moelleuse chaise brodée de la couronne
comtale. Quatorze convives, pas davantage: quatre jeunes femmes, en
grand décolleté, et dix hommes, appartenant à l'aristocratie du sang
ou du mérite, qui avaient mis, ce soir-là, tous leurs ordres, en
l'honneur d'un diplomate étranger, assis à la droite de la maîtresse
de la maison. Des paquets de petites décorations pendaient en
breloques aux boutonnières; sous le revers de deux ou trois habits
noirs, brillaient des plaques de diamants; une lourde croix de
commandeur s'étalait sur le plastron empesé d'un général cravaté de
rouge. Quant aux dames, elles avaient arboré toutes les splendeurs de
leurs écrins.

L'élégante, l'exquise réunion! Et quelle atmosphère de bien-être dans
la salle haute, chauffée à point et ornée, sur ses quatre panneaux,
de grandes natures mortes dans le goût magnifique d'autrefois, où
s'écroulaient des fruits, des venaisons, des victuailles de toutes
sortes. Le service se faisait sans bruit: les domestiques semblaient
glisser sur le tapis épais, le sommelier nommait les vins à l'oreille
des convives sur le ton de la confidence et comme s'il leur révélait
un secret dont sa vie aurait dépendu.

Dès le potage,--un consommé tout ensemble onctueux et énergique, qui
vous emplissait l'estomac de force et de jeunesse,--les causeries
entre voisins avaient commencé. Sans doute, ce furent d'abord des
banalités qu'on échangea à demi-voix. Mais quelle politesse dans
les sobres gestes! Quelle bienveillance dans les regards et dans
les sourires! D'ailleurs, aussitôt après le Château Yquem, l'esprit
flamba. Ces hommes, vieux ou très murs pour la plupart, tous
remarquables par la naissance ou par le talent, ayant beaucoup
vécu, pleins d'expérience et de souvenirs, étaient faits pour la
conversation, et la beauté des femmes présentes leur inspirait le
désir de briller, excitait leurs intelligences courtoisement rivales.
De jolis mots pétillèrent, des saillies soudaines prirent leur vol,
des entretiens à deux, à trois personnes, se formèrent. Un fameux
voyageur, au teint bronzé, récemment revenu du fond des déserts,
contait à ses deux voisins une chasse aux éléphants, sans fanfaronnade
aucune, avec autant de tranquillité que s'il eût parlé de tirer des
lapins. Plus loin, le fin profil à cheveux blancs d'un savant illustre
se penchait gaîment vers la comtesse, qui l'écoutait en riant, très
svelte et très blonde, les yeux jeunes et étonnés, avec un collier de
splendides émeraudes sur sa poitrine de beauté professionnelle, à la
gorge basse comme celle de la Vénus de Médicis.

Décidément, ce dîner somptueux promettait d'être charmant aussi.
L'ennui, cet hôte trop fréquent des fêtes mondaines, ne viendrait
pas s'asseoir à cette table. Ces heureux allaient passer une heure
délicieuse, jouir par tous les pores, par tous les sens.

Or, à cette même table, au bas bout de cette table, à la place la plus
modeste, un homme encore jeune, le moins qualifié, le plus obscur de
tous ceux qui étaient là, un homme d'imagination et de rêverie, un
de ces songe-creux en qui il y a du philosophe et du poète, restait
silencieux.

Admis dans la haute société à la faveur de son renom d'artiste,
aristocrate de nature, mais sans vanité, issu du peuple et ne
l'oubliant pas, il respirait voluptueusement cette fleur de
civilisation qui s'appelle la bonne compagnie. Il sentait, plus
et mieux qu'un autre, combien tout, dans ce milieu,--le charme
des femmes, l'esprit des hommes, et le couvert étincelant, et
l'ameublement de la salle, jusqu'au vin blanc velouté dont il venait
de mouiller ses lèvres,--combien tout était rare et choisi; et il
se réjouissait qu'un concours de choses aussi aimables et aussi
harmonieuses existât. Il était comme plongé dans un bain d'optimisme.
Il trouvait bon qu'il y eût, au moins quelquefois, au moins quelque
part, dans ce triste monde, des êtres à peu près heureux. Pourvu
qu'ils fussent accessibles à la pitié, charitables,--et ils l'étaient
très probablement, ces satisfaits,--qui gênaient-ils, quel mal
faisaient-ils? Oh! la belle et consolante chimère de croire qu'à
ceux-ci la vie faisait grâce, qu'ils gardaient toujours--ou presque
toujours--cette lumière douce et gaie dans le regard, ce sourire
à demi épanoui sur la bouche, qu'ils avaient supprimé, autant que
possible, de leur existence, les besoins impérieux et déshonorants,
les infirmités abjectes!

Celui que nous appellerons «le Rêveur» en était là de ses réflexions,
quand le maître d'hôtel, le superbe maître d'hôtel, arriva de l'office
avec solennité, portant sur un grand plat d'argent un turbot de
dimension fabuleuse, un de ces poissons phénomènes comme on n'en voit
que dans les tableaux anciens représentant la Pêche miraculeuse,
ou encore à l'étalage de Chevet, devant une rangée de gamins ébahis
s'écrasant le bout du nez contre la vitre.

On servit. Mais lorsque le Rêveur eut devant lui, sur son assiette,
un morceau du monstrueux turbot, la légère odeur de marée évoqua,
dans son esprit enclin aux correspondances subites, ce coin de la côte
bretonne, ce très misérable village de marins où il s'était attardé,
l'autre automne, jusqu'à l'équinoxe, et où il avait assisté à de si
furieux coups de mer. Il se rappela tout à coup cette nuit effroyable
où les bateaux n'avaient pas pu rentrer à l'échouage, cette nuit
qu'il avait passée sur le môle, mêlé au groupe des femmes consternées,
debout dans l'embrun qui ruisselait sur son visage et dans le vent
froid et furieux qui semblait vouloir lui arracher ses habits. Quelle
vie que celle de ces pauvres gens! Combien il y en avait là-bas, des
veuves, jeunes et vieilles, portant pour toujours le châle noir, et
qui s'en allaient, dès le petit jour, avec des tiaulées d'enfants,
gagner leur pain,--oh! rien que du pain!--en travaillant, dans l'odeur
nauséabonde de l'huile chaude, aux sardineries. Il revoyait par le
souvenir l'église, dominant le village, à mi-côte de la falaise,
l'église, dont le clocher était badigeonné de blanc, pour indiquer
aux bateaux venant du large la passe entre les récifs, et il revoyait
aussi, dans l'herbe courte du cimetière, broutée par de maigres
moutons, les pierres tombales sur lesquelles se répétait si souvent
cette inscription sinistre: _Mort en mer... Mort en mer... Mort en
mer..._

L'énorme turbot avait le goût le plus fin, le plus savoureux, et le
jus de crevettes dont il était assaisonné prouvait que le chef de M.
le Comte avait dû suivre les cours de cuisine du Café Anglais et en
profiter. Car notre civilisation raffinée en est à ce point. On prend
ses degrés dans la science culinaire. Il y a des docteurs en rôti et
des bacheliers ès sauces. Tous les convives mangeaient vivement,
avec des gestes délicats, mais sans rien manifester en faveur du mets
exceptionnel, par bon ton et par habitude de la chère exquise.

Le Rêveur, lui, n'avait plus d'appétit. Il était encore en pensée
avec ses Bretons, avec les gens de mer qui avaient peut-être pêché ce
magnifique turbot. Il se rappelait ce lendemain de tempête, ce matin
pluvieux et gris, où, se promenant devant les lourdes lames couleur de
plomb, il avait rencontré sous ses pas et reconnu le corps de ce vieux
marin père de famille disparu en mer depuis trois jours, cette lugubre
épave, échouée dans le varech et dans l'écume, si navrante à voir avec
ses cheveux gris de noyé, pleins de sable et de coquillages.

Un grand frisson lui passa dans le coeur.

Mais les laquais avaient déjà enlevé les assiettes, fait disparaître
toute trace du poisson géant; et, tandis qu'on servait un autre plat,
les dîneurs élégants et frivoles avaient repris leurs causeries. La
faim étant déjà un peu apaisée, ils s'animaient, parlaient avec plus
d'abandon. De légers rires couraient. Oh! la charmante et gracieuse
compagnie.

Alors, le Rêveur, l'hôte silencieux, fut pris d'une tristesse
infinie; car tout ce qu'il faut de travail et de douleur pour créer le
confortable et le bien-être venait de surgir devant son imagination.

Pour que ces hommes du monde puissent être vêtus seulement d'un mince
frac en plein Décembre, pour que ces femmes montrent leurs bras et
leurs épaules, le calorifère répand dans la chambre la chaleur d'une
matinée de printemps. Mais qui donc a fourni la houille? Le damné
du pays noir, l'ouvrier souterrain qui vit dans l'enfer des
mines.--Combien la peau de cette jeune dame est blanche et fraîche
pour émerger ainsi, victorieusement, de ce corsage de satin rose. Mais
qui donc l'a tissé, ce satin? L'araignée humaine de Lyon, le
canut toujours à son métier dans les maisons lépreuses de la
Croix-Rousse.--Elle porte à ses mignonnes oreilles deux admirables
perles, la jeune dame. Quel orient! Quelle transparence opaline! Et
presque sphériques! La perle que Cléopâtre avala, après l'avoir fait
dissoudre dans du vinaigre, et qui valait dix mille grands sesterces,
n'était pas plus pure. Mais sait-elle, la jeune dame, que tout là-bas,
à Ceylan, sur les bancs d'huîtres perlières d'Arippo et de Condatchy,
les Indiens de la Compagnie des Indes plongent à douze brasses de
profondeur, héroïquement, un pied dans le lourd étrier de pierre qui
les entraîne au fond, un couteau dans la main gauche pour combattre le
requin?

Mais quoi! On est belle et coquette. La salle à manger est chaude et
parfumée. On y peut dîner gaîment, demi-nue et très parée, en flirtant
avec son voisin. Quel rapport, je vous le demande, peut-on avoir avec
un ouvrier ténébreux qui pioche à cinquante pieds sous terre, avec un
tisseur ankylosé devant sa machine, avec un sauvage qui saute dans
la mer et parfois la rougit de son sang? Pourquoi penserait-on à ces
choses tristes et laides? Quelle absurdité!

Cependant, le Rêveur est poursuivi par son idée fixe.

Depuis un instant, sans y prendre garde, machinalement, il a émietté
sur la nappe un peu du petit pain doré qui est placé près de son
assiette. Oh! c'est un aliment de fantaisie, insignifiant dans un tel
repas. Il fait songer au mot naïf de la grande dame sur les misérables
affamés: «Qu'ils mangent de la brioche!» Pourtant ce joli gâteau,
c'est du pain tout de même, du pain fait avec de la farine, qu'on
a faite elle-même avec du blé. Mon Dieu, oui, c'est du pain, tout
bonnement, du pain, comme la miche du paysan, comme la boule de son du
troupier; et pour qu'il arrive là, sur la table du riche, il a fallu
le patient labeur de bien des pauvres.

Le paysan a labouré, semé, récolté. Il a poussé sa charrue ou conduit
sa herse dans les terres grasses, sous les froides aiguilles de la
pluie d'automne; il s'est réveillé, plein de terreur pour son champ,
quand il tonnait, la nuit; il a tremblé en voyant passer les gros
nuages violets, chargés de grêle; il est sorti, sec et noir, de
l'énorme travail et des sueurs épuisantes de la moisson.

Et quand le vieux meunier, tordu par les rhumatismes qu'il a attrapés
dans les brumes de la rivière, a envoyé la farine à Paris, les forts
de la Halle, aux grands chapeaux blancs, ont porté les sacs écrasants
sur leurs larges dos, et, la nuit dernière encore, dans la cave du
boulanger, les geindres ont râlé jusqu'au matin.

Oui, vraiment! Il a coûté tous ces efforts et toutes ces peines, le
petit pain rompu distraitement par ces mains blanches de patriciens.

C'est maintenant une obsession pour l'incorrigible Rêveur. Les
délicatesses de ce repas ne lui rappellent que les souffrances
humaines. Tout à l'heure, quand le sommelier lui a versé un verre de
chambertin, ne s'est-il pas souvenu que certains ouvriers verriers
deviennent phtisiques à force de souffler des bouteilles?

Allons! c'est ridicule. Il sait bien que le monde est ainsi fait! Un
économiste lui rirait au nez. Est-ce qu'il deviendrait socialiste, par
hasard? Il y aura toujours des riches et des pauvres, comme il y aura
toujours des hommes bien plantés et des bossus.

D'ailleurs, les heureux qu'il a devant lui ne le sont pas injustement.
Ce ne sont point de vulgaires favoris du Veau d'or, des parvenus
égoïstes et grossiers. Le grand seigneur qui préside la table porte
avec honneur et dignité un nom mêlé à toutes les gloires de la France.
Ce général aux moustaches grises est un héros, et il a chargé avec
l'intrépidité d'un Murat, à Rezonville. Ce peintre, ce poète, ont
fidèlement servi l'Art et la Beauté. Ce chimiste, fils de ses oeuvres,
qui a débuté dans la vie comme garçon pharmacien et qu'aujourd'hui le
monde savant écoute comme un oracle, est simplement un homme de génie.
Ces nobles femmes sont généreuses et bonnes, et, avec un courage
discret, elles vont souvent plonger leurs belles mains jusqu'au fond
des infortunes. Pourquoi ces êtres d'élite n'auraient-ils pas des
jouissances d'exception?

Il se dit, le Rêveur, qu'il a été injuste. C'étaient de vieux
sophismes, bons tout au plus pour les clubs de faubourgs, qui se sont
réveillés dans sa mémoire et dont il a été dupe. Est-ce possible! Il a
honte de lui-même.

Mais le dîner touche à sa fin, et tandis que les laquais remplissent
une dernière fois les coupes de vin de Champagne, le silence
s'établit. Les convives sentent la fatigue de la digestion qui
commence. Le Rêveur les regarde alors l'un après l'autre, et tous ces
visages ont une expression blasée et assouvie qui l'inquiète et qui le
dégoûte. Un sentiment obscur, inexprimable,--mais si amer!--proteste
quand même, au fond de son coeur, contre ces repus; et, quand on se
lève enfin de table, il se répète tout bas, obstinément:

«Oui! ils sont dans leur droit..... Mais, savent-ils, savent-ils
bien que leur luxe est fait de tant de misères?... Y pensent-ils
quelquefois?... Y pensent-ils aussi souvent qu'il faudrait?... Y
pensent-ils?»



Les Pommes cuites



I

Ridées, luisantes, noircies de plus d'un coup de feu, les pommes
cuites mijotaient sur un petit fourneau de faïence, à la porte d'une
humble fruiterie de la rue de Seine, et elles étaient destinées, selon
toute apparence, à constituer le dessert de quelque ménage d'ouvriers,
lorsque la comédienne Sylvandire, la grande coquette de l'Odéon, qui
passait dans sa victoria, aperçut le petit fourneau et fut prise d'un
caprice étrange.

Au grand ébahissement de la vieille fruitière, l'élégante voiture
s'arrêta devant la boutique, la belle dame en descendit, déganta
sa main droite, et, sans gêne aucune, encombrant le trottoir de sa
toilette tapageuse, elle se mit à manger une, deux, trois pommes
cuites, avec un appétit tout populaire.

En ce moment, un homme déjà vieux, mais grand, fort, et portant haut
la tête, qui arrivait, en mâchonnant un gros cigare et les mains
plongées dans les poches de son paletot, orné d'un large ruban rouge,
passa tout près de l'actrice, la reconnut et partit d'un bruyant éclat
de rire.

--«Comment, Sylvandire, tu aimes tant que cela les pommes cuites! Toi,
une actrice!»

Elle se retourna et reconnut la barbe teinte et la face audacieuse du
célèbre auteur dramatique César Maugé, du satirique amer et effronté,
dont chaque pièce est un triomphe et un scandale, et qui s'est fait
adorer de la société moderne comme un ruffian par une fille, en la
cravachant.

--«Un souvenir d'enfance, mon cher maître,--répondit gaîment la grande
coquette en faisant une révérence comique au pacha théâtral.--Cela me
rappelle l'époque où je portais mes cheveux dans un filet de
chenille rouge et où je logeais chez papa, qui était cordonnier rue
Ménilmontant, et qui me fichait des calottes quand je ne rentrais
du bal Favié que le lendemain à midi... On n'a pas toujours été une
grande _artisse_,--continua-t-elle avec un horrible accent de blague
faubourienne;--on n'a pas toujours avalé sa langue en compagnie
d'un empaillé de prince russe qui vous appelle «madame» jusque
sur l'oreiller, et, vous voyez, mon cher, on ne rougit pas de son
origine... Les pommes cuites et Ugène!... J'avais un Ugène, alors...
C'était le bon temps!»

La cynique boutade de la coquine fit sourire l'homme de théâtre, vieux
Parisien corrompu.

--«Et il paraît que tu as eu un succès fou dans la _Petite
Baronne_,--dit-il à la comédienne, qui, ayant payé la vieille
fruitière, était remontée dans sa victoria et reboutonnait son gant.

--Vous n'étiez donc pas à la «première»?--s'écria-t-elle, étonnée.

--Non. Je ne vais presque jamais à l'Odéon.

--Eh bien, venez donc voir ça... Je vous assure, ça vaut le voyage...
Adieu.»

César Maugé mentait. Il avait si bien vu Sylvandire dans la _Petite
Baronne_, qu'il songeait à lui confier un rôle; mais il n'était pas
encore tout à fait décidé et il craignait de se compromettre.

La vérité, c'est que, depuis deux mois, tout le public était amoureux
de la grande coquette, qui, chaque soir, opérait ce miracle de remplir
l'Odéon de jeunes «clubmen» en gilets à coeur. Cet engouement du Paris
blasé--légitime, par hasard, car Sylvandire est une fille atroce, mais
une exquise comédienne,--était surtout causé par le regard dont elle
soulignait le mot «peut-être» à la fin du troisième acte de la _Petite
Baronne_. Ce regard, chef-d'oeuvre de perversité et de «bovarisme»,
ce regard qui exprimait et résumait toute la poésie malsaine de
l'adultère, avait suffi pour transformer le provincial Odéon en
rendez-vous élégant, en centre de la «haute vie». Surpris d'abord et
ahuri par le succès, le directeur n'avait pas tardé à reprendre ses
esprits et s'était mis à la hauteur de la situation. Pour remplir les
longs entr'actes de la _Petite Baronne_,--la pièce, jolie d'ailleurs,
se composait de quatre petits tableaux, de vingt-cinq à trente minutes
chacun,--il avait rétabli l'orchestre; non le vieil orchestre odéonien
qui râpait des valses surannées, mais un double quatuor de virtuoses
choisis, jouant avec un ensemble parfait un peu de bonne musique
et berçant les conversations des mondaines, en train de picorer des
fruits glacés dans leurs loges, au gazouillement des fauvettes
d'Haydn et des rossignols de Mozart.--S'il n'eût pas tremblé pour sa
subvention et redouté la commission du budget, ce directeur, à qui
les fumées du succès montaient à la tête, aurait fait imprimer sur son
affiche,--sur la grave et classique affiche de l'Odéon,--pour mieux
annoncer le «clou» de la _Petite Baronne_: «_Tous les soirs, à onze
heures moins un quart, le_ «regard» _de Mademoiselle Sylvandire._»

Or, le jour de la «soixante-cinquième», la comédienne était en train
de faire son changement du «trois»,--l'acte du _regard_,--et la
délicieuse brune, épaules et bras nus, baissait la tête pour enfiler
la robe que lui présentait l'habilleuse, lorsque César Maugé entra
dans sa loge, brusquement, ayant à peine frappé à la porte.

L'actrice poussa un petit cri. Mais l'auteur dramatique--une vieille
connaissance--la baisa sur le croquant de l'oreille, par égard pour
le maquillage; puis, après avoir allumé un cigare au bec de gaz de
la toilette, il se laissa tomber sur le canapé, ôta son chapeau, et,
tournant ses yeux d'acier vers la comédienne:

«Sylvandire,--lui dit-il,--veux-tu jouer ici le premier rôle de ma
nouvelle pièce?... Oui, celle que je destinais au Vaudeville?»

Autant aurait valu demander à un desservant de village s'il voulait
être pape.

Sylvandire eut un éblouissement. Laissant la robe béante sur les bras
tendus de l'habilleuse, elle sauta sur le canapé auprès de l'auteur
célèbre, lui jeta les bras au cou, et, presque nue, la gorge hors du
corset, ouvrant dans un sourire libertin la grenade mûre de sa bouche,
elle s'écria:

«Si je veux!»

Mais, le lâchant aussitôt et s'éloignant de lui d'un bond, elle
ajouta, d'une voix froide:

«A quelle condition?»

Maugé laissa éclater son gros rire; puis, une fois calmé, tirant une
bouffée de son cigare, il reprit:

«Tu es décidément une fille d'esprit... Enfile ta robe et écoute-moi.»

Et, comme elle se hâtait d'agrafer son corsage:

«A propos, et les pommes cuites de la rue de Seine?--demanda-t-il.

--Eh bien, elles sont très bonnes,--répondit Sylvandire,--et j'en
mange tous les jours, en revenant de la répétition.»



II

Depuis deux semaines, César Maugé venait tous les soirs à l'Odéon, et,
caché dans l'ombre d'une baignoire, il étudiait le jeu de Sylvandire.
Car, on n'en pouvait plus douter, c'était une «étoile» qui se levait;
et il n'avait plus qu'à retirer sa pièce du Vaudeville.

Mais la comédienne n'était pas toujours en scène dans la _Petite
Baronne_, et, pendant ses absences, l'auteur dramatique, n'écoutant
plus cette prose, qu'il savait par coeur, s'amusait à observer, pour
tuer le temps, non la salle, qu'il ne voyait pas du fond de sa loge,
mais les musiciens du petit orchestre rétabli par le directeur en
l'honneur de la pièce en vogue.

Quant au chef, Maugé le connaissait bien. C'était le vieux et savant
symphoniste Tirmann, réduit par le besoin à courir le cachet et à
tenir le bâton dans les petits théâtres; Tirmann, l'émule de Berlioz,
qui aura la même destinée que Berlioz, et dont l'unique opéra, la
_Reine des Amazones_, sifflé à Paris il y a une vingtaine d'années,
deviendra un jour classique. César Maugé, homme à succès, n'aimant
que le succès, murmura dédaigneusement le mot «raté», en apercevant
au fauteuil le profil d'aigle déplumé du vieil homme de génie étriqué
dans sa redingote de pauvre.

Les autres musiciens n'offraient pas des types bien remarquables,--pas
plus le premier violon, avec sa cravate blanche en foulard et sa
chevelure fougueuse de photographe, que la contre-basse, vieillard
chauve et résigné, prisant avec bruit, ou que la flûte, gagiste de
régiment, à dures moustaches de gendarme.

Un seul des exécutants intéressa l'observateur, dès le premier coup
d'oeil.

C'était l'alto, un tout jeune homme,--vingt ans à peine,--adorable
visage d'éphèbe blond et rose, aux sombres yeux bleus, que ses longs
cheveux ondulés et bouffants faisaient ressembler aux personnages des
portraits de Bernardino Luini. Un véritable artiste, à coup sûr, et
dont l'ardeur se trahissait rien que par la crispation de sa petite
main maigre sur le manche de son instrument. Pauvrement, mais
proprement vêtu, il se tenait assis avec modestie, son alto sur la
cuisse, attendant le signal du chef, sans parler à ses camarades, sans
regarder la salle, comme absorbé par une pensée intime et profonde,
avec quelque chose dans toute sa personne de grave, de fier et de pur.

Si sceptique, si dur de coeur que fût ce pourri de Maugé, il fut
frappé par cette fraîche et charmante apparition, d'autant plus qu'en
observant le musicien au moment où Sylvandire venait d'entrer en
scène, il remarqua que le regard du jeune homme s'attachait avidement
sur la splendide créature, et s'emplissait d'une tendresse infinie.
C'était évident. Cet enfant au teint de vierge aimait l'actrice d'une
passion sans espoir.

Deux jours après, rencontrant Tirmann sur le boulevard Montmartre,
Maugé interrogea le chef d'orchestre sur le compte du jeune musicien.

--«Amédée?--s'écria le vieux maître avec enthousiasme.--Un charmant
enfant! Mon meilleur élève!... Retenez ce nom-là: Amédée Marin... Ce
sera celui d'un sincère, et, je l'espère bien, d'un grand artiste...
Et honnête garçon, et fils excellent!... Sa mère est fruitière rue de
Seine et gagne à peu près sa vie; mais, comme la bonne femme devient
vieille et ne peut plus se lever de grand matin, c'est Amédée qui
ouvre la boutique dès six heures et qui allume le fourneau aux pommes
cuites, en hiver... Ce qui ne l'empêche pas de veiller des nuits
entières devant son pupitre et de comprendre la sublime musique de
Bach aussi bien que moi.»

César Maugé fut flatté de ne s'être point trompé. Vraiment, c'était
«quelqu'un», ce joli gamin qui brûlait d'une flamme timide pour
Sylvandire.

--«Est-ce bête, la jeunesse!--songeait le vieux sultan de coulisses
au fond de sa baignoire, tout en regardant Amédée extasié devant son
idole.--Dire que ce malheureux petit croque-notes s'imagine peut-être
qu'une actrice est une femme et que Sylvandire est capable d'un
sentiment!... Sylvandire, qui, à vingt ans, avait déjà ruiné un
banquier juif et qui remettrait Jésus en croix pour voler un rôle à
une camarade!... Hein! comme il la dévore des yeux... Mon Dieu! est-ce
bête, ces jeunes gens, est-ce bête!...»

Soudain, une idée singulière et perverse fit éclosion dans l'esprit
du dramaturge. Les femmes de théâtre n'étaient-elles pas toutes à sa
discrétion, Sylvandire la première? S'il n'en usait pas, c'est qu'il
avait dételé depuis longtemps. Eh bien, il s'amuserait à réaliser le
rêve du musicien; il jetterait Amédée dans les bras de cette femme,
que le jeune homme ne pouvait voir, admirer, désirer que de loin, au
delà de la rampe, barrière infranchissable. Et ensuite on verrait ce
qu'il adviendrait de la conjonction de cet innocent et doux être et de
cette fille qui n'avait pas plus de sensibilité qu'un négrier.

Comment? C'était bien simple. César Maugé ne donnerait son rôle
nouveau à Sylvandire qu'à cette condition-là. Il la connaissait,
elle accepterait tout de suite.--Ce serait drôle, n'est-ce pas? Le
contraire de don Salluste montrant la reine à Ruy Blas. Le fils de la
fruitière chez qui Sylvandire allait manger des pommes cuites aurait,
pour quelque temps du moins, la plus magnifique courtisane de Paris.
Et Maugé souriait à son projet avec une espèce d'ignoble bonté.

C'est pourquoi, le soir où il était venu fumer un cigare dans la
loge de Sylvandire, la comédienne laissa tomber son regard--le fameux
«regard» du troisième acte--sur le petit musicien de l'orchestre, qui,
épouvanté de bonheur, ferma les yeux et crut qu'il allait mourir.



III

La première fois que Maugé vit dans la loge de Sylvandire le petit
Amédée, blotti dans un coin du canapé, parmi les jupons épars, et
contemplant, avec des yeux égarés et comme fous de désirs, la nuque et
les épaules mythologiques de la royale drôlesse assise à sa toilette
et en train de «faire sa figure», le vieux dilettante en débauche eut
un mouvement d'orgueilleuse satisfaction. Ce que c'est qu'un auteur
à succès, pourtant! Lui seul était assez puissant pour donner une
pareille aumône à un pauvre diable. Rothschild lui-même n'aurait pas
pu en faire autant, Sylvandire étant une femme à fantaisies,
point vénale de nature, cupide seulement par occasion. Et, tout en
accompagnant l'actrice dans les coulisses, il la fit causer.

--«C'est tout de même une drôle d'idée que vous avez
eue,--dit-elle,--de servir de dieu Mercure à ce gamin. Mais si vous
avez cru m'imposer une corvée,--vous en êtes capable, vous êtes
quelquefois si mauvais,--eh bien, c'est une erreur, mon cher... J'ai
eu tout de suite un caprice, moi, pour cet enfant. Il faut être
juste aussi; il est arrivé à propos... Depuis quelque temps, Libanoff
m'assommait avec son accent gras et sa façon de me dire: «_Ma
tchière_»... J'avais besoin de quelques semaines de vacances. Je l'ai
mis à la porte... Le petit fera l'intérim. Il me plaît, avec sa tête
de pifferaro... Et puis, il est étrange; il a des fiertés soudaines,
des jalousies, des colères contre moi qui me font plaisir, oui! qui me
chatouillent le coeur... Par moments, dans mon boudoir, il prend tout
à coup des airs tristes et farouches qui me font songer à un rossignol
en cage que j'ai vu autrefois, chez Colomba, à Asnières... Mais je
n'ai qu'à le regarder d'une certaine façon pour qu'il tombe à mes
pieds et qu'il se roule la tête sur mes genoux en pleurant; et ça me
rend «tout chose»... Drôle de petit homme!»

Et elle ajouta, rêveuse:

«Si j'allais me toquer de lui, tout de même?»

Sylvandire avait dit vrai. Maugé était mauvais, naturellement. A ces
propos de femme amoureuse, il éprouva la rage envieuse de l'homme
fatigué avant l'âge, éreinté, fini.

Mais la comédienne s'était mise à rire.

--«Bah! c'est un petit revenez-y de jeunesse... Dites donc, Maugé,
c'est peut-être d'avoir mangé des pommes cuites?»

D'ailleurs, deux jours après, il était bien question de toutes ces
bêtises-là! La nouvelle comédie du célèbre auteur, _l'Argent-Roi_,
venait d'être mise à l'étude, et il en dirigeait avec ardeur les
répétitions, repris par sa soif inétanchable de succès et d'argent.

La pièce, on s'en souvient, tomba, ou à peu près. C'est d'elle que
date la décadence de Maugé, et Sylvandire y fut médiocre, dans un
rôle qui ne lui convenait pas. Énervé, furieux de voir les recettes du
théâtre baisser au bout de huit jours, l'auteur dramatique, chez qui
venaient de se réveiller de vieux rhumatismes, alla se réchauffer au
soleil de Nice et y resta jusqu'à la fin de l'hiver.

A son retour à Paris, une des premières figures de connaissance qu'il
rencontra fut Tirmann, dont la vue lui remit Amédée en mémoire. Il
s'enquit du petit alto de l'Odéon.

--«Amédée!--dit le maestro, dont le maigre et dantesque visage se
creusa douloureusement.--C'est bien triste, et nous ferions mieux
de parler d'autre chose... Imaginez-vous qu'il y a quelques mois...
tenez! quand on a joué votre dernière pièce... il est devenu fou
d'amour de cette Sylvandire, vous savez? une coquine... Le malheur,
c'est que, par extraordinaire, elle l'a remarqué, elle aussi, et
qu'elle a eu une sorte de fantaisie pour lui... Cet enfant naïf, ce
coeur d'artiste ingénu, livrés à cette fille! Une branche de lilas
blanc tombée dans une cuvette, quoi!... Elle a d'abord quitté pour
lui un certain Libanoff, puis, quand tous les écrins ont été au
Mont-de-Piété, elle a repris son Russe, et le malheureux Amédée est
devenu l'amant qu'on embrasse entre deux portes, qu'on cache dans les
placards... Toutes les hontes!... Il a fini par prendre son courage à
deux mains et par s'enfuir, mais souillé, désespéré, et il est allé se
réfugier chez sa mère, la vieille fruitière de la rue de Seine, dont,
par pudeur, ou, qui sait? par vanité, il n'avait jamais parlé à
cette femme. Sans quoi, Sylvandire serait peut-être allée le relancer
jusque-là. Ayant été quittée la première, elle était entrée en
folie... Eh bien, il ne peut pas oublier cette créature, il en meurt,
il ne fait plus de musique! L'autre jour, quand je suis allé le voir,
dans sa mansarde, je l'ai trouvé couché, et il m'a fait peur, avec ses
yeux caves et brûlants de fièvre... Sans la maman, m'a-t-il dit, il
se serait tué... C'est atroce, n'est-ce pas?... Un musicien ne
devrait jamais avoir d'autre maîtresse qu'une fugue de Bach ou qu'une
partition de Gluck, ma parole d'honneur!»

Maugé eut un petit frisson, sentit quelque chose qui ressemblait à un
remords. Mais l'égoïste reprit bien vite le dessus.

--«Est-ce qu'on meurt de ça?»

Il n'y pensa plus. Mais, l'hiver suivant, au Bal des Artistes, il se
trouva brusquement devant Sylvandire, plus belle que jamais dans un
costume rouge de dogaresse et aveuglante de diamants.

--«Eh bien, mon auteur,--lui cria l'effrontée,--on m'a donc lâchée
tout à fait depuis l'_Argent-Roi_?... Ce n'est pas ma faute à moi
toute seule, après tout, si nous avons eu un «four»... Faites-m'en un
autre, de rôle, et nous prendrons notre revanche.»

L'auteur dramatique, vexé par ce fâcheux souvenir, ne répondit que
par un aigre ricanement; puis, bêtement, pour dire quelque chose, il
demanda à la comédienne:

«Et les amours?

--Ni ni, c'est fini. J'ai repris le collier de misère,--répondit la
belle fille, en touchant les diamants qui étincelaient sur la peau
ambrée de sa ferme poitrine de brune.--Voici le plus récent hommage de
Libanoff... L'ancienne grisette est morte et enterrée, définitivement.
Plus d'Ugène, plus d'Amédée, qui fut mon dernier Ugène!... Ah!
à propos de ça, Maugé, vous vous rappelez le jour où vous m'avez
rencontrée devant cette fruitière de la rue de Seine?... Eh bien,
je suis passée par là, l'autre matin, en voiture. La boutique était
fermée, il y avait un billet encadré de noir collé sur le volet, et
j'ai vu s'éloigner le corbillard des pauvres, avec une vieille en
deuil qui marchait derrière... Je suis superstitieuse, moi... Si
jamais j'ai encore une envie de pommes cuites, ce n'est plus là que
j'irai en manger... C'est dommage, elles étaient excellentes.»



Lettres d'Amour



Depuis ces dix dernières années, il n'y a certainement pas eu de plus
vive surprise dans le monde des lettres que l'apparition du charmant
volume de prose, tout simplement intitulé _Lettres d'Amour_, qu'a
publié chez Alphonse Lemerre le poète Marius Cabannes, et qui est
arrivé en peu de mois à sa soixantième édition.

Fils d'un cultivateur des environs de Bayonne, Marius Cabannes a
débarqué, il y a sept ou huit ans, dans un petit hôtel garni de la
rue Racine, avec quatre louis dans son gousset et un gros manuscrit
de poèmes au fond de sa malle. Cet homme du Midi, ambitieux et pauvre,
qui, pendant l'interminable voyage en «troisième», s'était nourri d'un
pot de confit d'oie et d'un pain de quatre livres emportés de son
pays natal, marchait, lui cent millième, à la conquête de Paris. Il
comptait, pour réussir, un peu sur ses vers, écrits en l'honneur du
Béarn et du pays Basque, et beaucoup sur sa soif de célébrité, sa
souplesse gasconne, son talent de déclamateur et sa brune et jolie
tête d'Arabe, à la barbe en fourche, aux yeux de chèvre amoureuse.

Tout de suite, ce gracieux et rusé compagnon prit pied dans le
quartier Latin. Gagnant sa vie au moyen de quelques leçons,--son
oncle, le curé, avait fait de lui un passable humaniste,--il
triomphait tous les soirs dans un café du boulevard Saint-Michel,
fréquenté par des compatriotes, où il récitait ses poèmes d'une belle
voix de médium, avec le geste du Rouget de l'Isle des images et le
regard inspiré des cabotins.

Les vers de Marius Cabannes étaient-ils bons ou mauvais? Nul n'aurait
pu le dire. Ils sonnaient bien, étaient tortillés à l'avant-dernière
mode parnassienne, et l'habile garçon n'ignorait aucun des secrets de
la prosodie nouvelle, bousculant l'hémistiche tout comme un autre et
rimant en prétérit. Les pièces étaient convenablement composées, les
strophes harmonieuses. On y voyait défiler, en descriptions assez
justes de dessin et de couleur, les scènes et les paysages de là-bas;
et c'était, chez tous les étudiants de Pau ou de Dax installés devant
les pyramides de soucoupes, un rugissement de plaisir quand Marius,
adossé au poêle de l'établissement, annonçait avant de les déclamer
ses poèmes par leurs titres: _Aux Pyrénées_. _Les Joueurs de pelote_.
_A Henri Quatre_. _Une Soirée à Biarritz_. _Au bord du Gave_.
_L'Écarteur landais_. _La Lame de fond_. _A Saint-Jean-de-Luz_, etc.

Un public plus désintéressé se serait-il aperçu qu'il n'y avait là
aucune sincérité, aucune palpitation, que tous ces morceaux--c'est le
mot qui convient pour parler des vers de Cabannes--étaient à la glace,
fabriqués de parti pris comme des vers latins? Peut-être. Mais Marius,
excellent diseur, était aussi très capable d'éblouir les critiques
les plus sévères par sa voix chaude, que faisait trembler une émotion
factice, et par son faux air d'homme de génie.

Ce simili-poète, qui avait en lui l'étoffe d'un diplomate, ne devait
pas s'attarder, on le pense bien, à des succès de cénacle. Il joua
des coudes, et vigoureusement, dans la cohue parisienne, fit d'utiles
relations, s'accouda, pour déclamer ses vers, à toutes les cheminées
littéraires, se surpassa dans ce genre à un dîner de la _Cigale_
présidé par un ministre méridional, obtint, du coup, une place dans
les bureaux de l'Instruction publique, séduisit enfin un éditeur et
publia ses _Poèmes Béarnais_.

La redoutable épreuve de l'impression ne leur fut pas favorable, du
moins aux yeux des véritables connaisseurs. Tout nus sur le papier
blanc, dépouillés de la chaleur artificielle dont les échauffait
la voix de baryton de Marius, ils apparurent tels qu'ils étaient
en réalité, froids comme cadavres et creux comme radis. Malgré les
nombreuses réclames obtenues par l'auteur, qui se multiplia et fit
«donner» tous les journalistes nés au delà de la Loire, l'infortuné
libraire, qui avait eu la témérité d'imprimer les _Poèmes Béarnais_ à
ses dépens, n'en vendit pas deux cents exemplaires sur mille.

Marius Cabannes souffrit beaucoup, sans doute, de cet insuccès; mais
il eut l'adresse de s'en servir, de s'en faire même une parure.
Il alla plus que jamais dans le monde, où il affectait la fière
mélancolie du poète méconnu et où il accusait la société moderne d'une
cruelle indifférence pour le grand art. Souriant avec amertume quand
on lui demandait de dire quelques vers, il se faisait beaucoup prier,
cédait toujours néanmoins, et grâce à son admirable organe et à son
talent d'acteur, il animait un de ses froids poèmes, lui «faisait
un sort», comme on dit dans l'argot des coulisses, et forçait les
applaudissements. De cette façon, Marius finit par se constituer un
groupe d'admirateurs, peu nombreux, mais enthousiastes, composé
de ceux qui n'avaient pas lu ses vers et les lui avaient seulement
entendu réciter.

Les femmes, séduites par son joli visage, à qui la tristesse allait
bien, le plaignirent et s'intéressèrent à lui. Il élargit le cercle de
ses connaissances, assista, silencieux et l'oeil fatal, à beaucoup de
dîners en ville, obtint de l'avancement à son ministère, fut aimé
d'un bas-bleu qui avait de l'influence. L'Académie française, bonne et
indulgente personne, accorda l'un de ses prix aux _Poèmes Béarnais_,
que le secrétaire perpétuel, dans son aimable discours, appela un
«bel effort.» Bref, sans parvenir à la notoriété, Marius se créa
tout doucement une petite réputation latente, et tira tout le parti
possible de son piteux livre.

Il eut le grand tort, au bout de trois ans, d'en mettre au jour un
second. Ses _Pyrénéennes_ furent trouvées, par les gens de goût,
encore plus vides et plus ennuyeuses que les _Poèmes Béarnais_. Peu
ou point de réclames. Cette fois, les camarades de la presse firent la
sourde oreille aux sollicitations de Marius. On commençait même, dans
les salons littéraires, à se moquer un peu de celui qu'on appelait «le
beau diseur», et les malveillants murmuraient déjà les mots fâcheux
de «raté» et de «fruit sec», lorsque, brusquement, deux mois après
l'échec radical de ses malencontreuses _Pyrénéennes_, Marius Cabannes
publia ce pur et délicat chef-d'oeuvre qui a nom: _Lettres d'Amour_.

L'étonnement fut immense. Il n'y avait pas à dire, mon bel ami, depuis
la Religieuse Portugaise et Mlle de Lespinasse, on n'avait rien lu
de plus sincère, de plus touchant, de plus passionné. Ce n'était
pas l'insupportable roman par lettres.--Non! trop éloquente Julie de
Rousseau. Non! Corinne à turban.--C'était bien plus simple que cela.

Une très pauvre sous-maîtresse, gagnant son pain dans une institution
de jeunes demoiselles, n'avait qu'une demi-journée de liberté par
semaine; cette demi-journée, elle la passait avec son amant, un
étudiant-poète aussi pauvre qu'elle, vivant dans un taudis du quartier
latin; et, follement amoureuse, pensant à lui sans cesse, elle lui
écrivait, dans le silencieux ennui de la classe, devant les fillettes
penchées sur leurs devoirs. La correspondance ne durait pas longtemps.
Quelques mois à peine. Elle commençait le lendemain du jour où
l'imprudente enfant avait donné son coeur et le reste,--quel sublime
cri d'amour! quel hymne de joie!--et elle finissait par le douloureux
et suprême appel de l'abandonnée qui va mourir de l'abandon. Quarante
lettres, voilà tout. Mais quel livre! La vérité même, une tranche
toute saignante de la vie. Et le style! Fougueux, emballé, incorrect,
mais avec des trouvailles divines, des coups de génie féminin, et
coulant sur la page, pur et chaud comme le sang d'une veine coupée.

Quel bruit dans le Landerneau littéraire! Marius Cabannes fut illustre
en quinze jours. A la bonne heure, disait-on à la brasserie où se
réunissaient les jeunes naturalistes, voilà du «coudoyé», du «sous
les yeux». Exquis! délicieux! chantaient les femmes du monde, dans
les thés de cinq heures. Le nouveau Planche de la «Revue» avait sans
retard maçonné un article, ponctué de «que si» et de «tout de même
que», dans lequel il plaçait le «livre récent» entre la _Princesse de
Clèves_ et _Manon Lescaut_; et, en descendant l'escalier de l'Institut
au bras d'un confrère, Jean Borel, le vieux critique aveugle,
qui s'était fait lire la veille les Lettres d'Amour, s'écriait:
«Attention! Voilà un écrivain!» du ton dont il eût entonné le _Nunc
dimittis_. Les «déliquescents» eux-mêmes, tout en regrettant, dans
le livre frais éclos, l'absence complète de symbolisme, étaient
légèrement troublés.

Seuls, quelques esprits chagrins se demandaient avec stupéfaction
comment un poète aussi mécanique, aussi médiocre que Marius Cabannes,
avait pu écrire ces pages de feu, où tout le coeur d'une femme était
deviné. Quoi! On était, la veille, un versificateur, un «livresque»,
un rhétoricien, on cuisinait des descriptions à la sauce moderne,
à peu près comme un abbé Delille qui aurait lu Victor Hugo, et
puis,--changement à vue!--du jour au lendemain, parce qu'on
avait lâché les vers pour la prose, on trouvait du premier coup
l'originalité, l'émotion, la vie, les cris du coeur? Allons donc! Ce
n'était pas possible. Il y avait quelque chose là-dessous.

Ce n'était pas possible, en effet, et voilà tout le mystère. Les
_Lettres d'Amour_ n'étaient pas de Marius Cabannes.

Peu de jours après son arrivée à Paris, un dimanche, par une de ces
claires matinées du milieu de l'automne où l'on se meut à l'aise
dans une atmosphère très douce, Marius se promenait dans le jardin du
Luxembourg. Malgré la beauté du jour et de l'heure, il était triste.
Des quelques personnes à qui il était recommandé et chez qui il avait
déposé ses lettres d'introduction, aucune ne lui avait encore donné
signe de vie, et des quatre-vingts francs, son unique capital, qu'il
possédait en débarquant, il ne lui restait plus que trois pièces de
cent sous. Voulant épargner ses dernières cartouches, il avait déjeuné
sur le pouce, tout en flânant le long des terrasses, d'un bout de
saucisson et d'un morceau de pain, et, comme il lui restait une boule
de mie, il était venu jusqu'au bord du bassin et il endettait le reste
de son pain aux cygnes.

Il avait alors remarqué, à quelques pas de lui, une jeune fille
vêtue plus que modestement, l'air oisif, un doigt dans un livre, qui
regardait comme lui l'eau dormante. Elle était petite, bien faite,
avait un visage à la Greuze et de grands yeux pleins de lumière. Du
premier regard, on reconnaissait en elle une nature affinée, délicate,
et elle avait l'air si «comme il faut», malgré sa «confection» à bon
marché et son pauvre chapeau de paille brune sans un ruban!

Pourquoi Marius et cette jeune fille, en dépit de toutes les
convenances, se rapprochèrent-ils peu à peu? Comment eurent-ils en
même temps un sourire? Comment se parlèrent-ils enfin de ce qu'ils
avaient sous les yeux, des cygnes gourmands, de la pure splendeur du
ciel? Sans doute parce qu'ils étaient malheureux et seuls au monde.
Il leur sembla qu'ils s'étaient toujours connus. Ils s'éloignèrent
du bassin, marchant côte à côte et causant comme d'anciens amis; ils
remontèrent sur la terrasse, cherchèrent d'instinct un banc à l'écart
sous les arbres, s'y assirent, échangèrent des confidences.

Elle s'appelait Anna, elle était orpheline, et, durement traitée par
des parents avares dans la petite ville de Champagne où elle était
née, elle avait demandé son pain à son brevet d'institutrice, et
après avoir erré de pensionnat en pensionnat, elle était maintenant
sous-maîtresse dans une assez bonne maison, boulevard Montparnasse,
où elle gagnait cinquante francs par mois, avec la nourriture et le
logement. Elle n'était libre que le dimanche, dans l'après-midi, et ne
connaissant personne à Paris, elle visitait les musées, les jours
de mauvais temps, ou se promenait dans les jardins publics quand il
faisait beau, et elle emportait toujours, l'enfant solitaire qu'elle
était, un livre qui lui tenait compagnie.

Marius prit celui qu'elle avait à la main et lut le titre. C'était le
_Myosotis_ d'Hégésippe Moreau.

Il lui dit alors qu'il était poète, lui aussi, et combien il
se sentait perdu dans la grande ville. Elle le plaignit avec de
caressantes paroles et voulut connaître quelques-uns de ses vers.
Marius, de sa voix profonde qui était encore plus belle quand il la
contenait, lui récita les seules strophes sincèrement émues qu'il ait
trouvées dans sa vie. Il les avait écrites, la veille au soir, à la
lueur de sa bougie d'hôtel, dans sa chambre froide et nue, et c'était
un sanglot de douleur dont Anna admira l'éloquence sans en sentir
l'égoïsme. Quand Marius eut fini, elle avait les yeux pleins de
larmes.

Ils ne songeaient plus à se séparer. Ils restèrent ensemble ainsi,
s'asseyant sur les bancs ou suivant les longues allées, jusqu'à la
tombée du jour, quand le vent du soir fit frémir sur le sol et chassa
devant leurs pas les premières feuilles mortes. Anna devait rentrer
à six heures à son pensionnat, mais on ne se quitta pas sans s'être
promis de se revoir le dimanche suivant.

Tous deux furent exacts au rendez-vous; et ce fut encore une belle
journée, déjà plus froide, qu'ils passèrent dans le jardin, plus
dépouillé, jusqu'à la nuit, qui vint plus vite. Leur causerie était
souvent coupée de longs silences pendant lesquels ils faisaient
ensemble le même rêve. Timides, ils n'avaient pas encore parlé
d'amour, mais la pauvre fille aimait déjà, et Marius, hélas! croyait
aimer.

Le dimanche d'après, l'hiver était venu tout à fait et une pluie fine
et glaciale lavait les squelettes noirs des grands arbres. Ce jour-là,
il la décida à venir chez lui, dans cette chambre meublée de la rue
Racine où il ne rentrait jamais, le soir, sans avoir envie de pleurer,
tant elle était lugubre, avec son carrelage mal caché par un vieux
tapis, son sale fauteuil de velours jaunâtre, son papier à fleurs
déchiré par places, et tant il était dégoûté de voir, accrochée au mur
en face du pied de son lit, une horrible gravure à la manière noire,
qui représentait le _Naufrage de la Méduse_.

Elle leur devint bientôt un paradis, la hideuse chambre, car ce fut là
qu'ils s'aimèrent. Tous les dimanches matins, Marius y mettait le luxe
et la joie du pauvre en allumant un grand feu, et bientôt après, Anna
y apportait le parfum de sa jeunesse épanouie et du petit bouquet de
violettes, piqué à son corsage. Elle s'était donnée absolument sans
se marchander, la pauvre enfant sans famille, sans protections, sans
amis, qui se croyait privilégiée entre toutes les femmes puisqu'elle
était aimée d'un poète; elle s'était donnée corps et âme, à jamais, et
comme elle ne pouvait passer que quelques heures par semaine avec son
amant, elle voulut du moins être toute à lui en pensée le plus
souvent possible, et elle commença à lui écrire chaque jour, tout en
surveillant l'étude des pensionnaires, ces tendres, ces naïves, ces
adorables lettres, embaumées par les fleurs de son sentiment, et qu'il
comparait, le littérateur,--quand il les lisait, le matin, un coude
dans l'oreiller, en fumant sa première cigarette,--au flot de roses
s'échappant du tablier brusquement ouvert d'Élisabeth de Hongrie.

Marius fut d'abord bien aise, sans doute, d'avoir cette jolie
maîtresse, point gênante, «hebdomadaire», comme il la qualifia un
jour en racontant son aventure à un camarade. Il prit même quelquefois
plaisir à lire ces pages brûlantes où flambait à chaque ligne un
vrai mot d'amoureuse. Celui-ci, par exemple: «Quand je me dis
intérieurement ton nom, il me semble que ma pensée sourit.» Mais, au
fond, le froid méridional n'aimait point Anna. Bientôt, ces longues
épîtres, auxquelles il ne prenait pourtant même pas la peine de
répondre, l'importunèrent, et il les jeta, sans les ouvrir, au fond
d'un tiroir. Puis Anna elle-même l'ennuya. Il avait été présenté à
une comédienne de l'Odéon, qui semblait avoir un caprice pour ses yeux
languissants et sa barbe fourchue; il rêvait déjà de lui écrire un
rôle, d'arriver au théâtre par son entremise. Marius prit donc le
parti de rompre avec Anna. Il le fit avec une indigne brutalité, dans
une scène où il laissa éclater tout son cynisme et toute sa dureté
de fils de paysan; et la pauvre enfant s'en alla la tête basse, les
membres cassés, frappée au coeur, tuée.

Il n'entendit plus parler d'elle, ne s'en inquiéta nullement, absorbé
qu'il était par le rude combat de la vie, par ses efforts d'intrigant
et de faux poète. Enfin, six mois après, il reçut une lettre d'Anna,
la dernière, datée de l'hôpital Cochin, où la malheureuse fille se
mourait de chagrin et de consomption; lettre admirable, débordante de
miséricorde et de générosité, où la martyre pardonnait à son bourreau,
où toutes les blessures qu'il lui avait faites devenaient des bouches
pour crier encore: «Je t'aime!»

Le sec et méchant coeur de Marius fut un peu remué, malgré tout. Le
poète fut assez heureux pour arriver à temps à l'hôpital et recueillir
son pardon sur la bouche expirante de sa maîtresse, et empêcher que ce
corps charmant n'échouât sur la table d'amphithéâtre. Il mit même sa
montre en gage et loua pour la morte un terrain de cinq ans au Champ
des Navets.

Seulement,--oh! par hasard,--il avait gardé les lettres.

Et, plusieurs années plus tard, quand l'insuccès de ses _Pyrénéennes_
fut bien constaté, même pour lui, un soir d'hiver qu'il se chauffait
mélancoliquement les tibias, il se les rappela, ces lettres; il les
retrouva parmi ses paperasses, les relut, en comprit la touchante
beauté...

Et il les a copiées de sa main, publiées comme de lui, et le voilà
presque passé grand homme!

C'est ainsi. Le misérable a vendu la dépouille de sa victime. Plagiat
compliqué de meurtre et de vol. C'est la pire des infamies! Mais,
qui sait? Si les morts s'occupent des vivants, Anna pardonne encore à
Marius; car elle l'aime pour l'éternité, et elle est heureuse de lui
être encore bonne à quelque chose... Il se dit cela pour s'excuser,
et il ne se trompe peut-être pas. Les coeurs aimants doivent conserver
jusque dans l'autre vie leurs incroyables faiblesses.

D'ailleurs, les remords tourmentent-ils Marius? Bah! n'a-t-il pas
assez de vanité pour se convaincre qu'inspirer un livre ou l'écrire,
cela revient au même?

Quoi qu'il en soit, Marius Cabannes a vitement profité de son
triomphe. Il est devenu l'époux d'une riche héritière à qui les
_Lettres d'Amour_ avaient tourné la tête, et il donne aujourd'hui
d'excellents dîners. Aussi, son ambition n'a-t-elle plus de limites.
On assure même que, l'autre nuit, quelqu'un l'a reconnu, debout dans
le clair de lune, au milieu du Pont des Arts, devant l'Institut, et
que, montrant le poing à la célèbre coupole, Marius murmurait entre
ses dents le fameux défi de Rastignac:

«A nous deux, maintenant!»



Mariages manqués



I

Par une de ces soirées tristes et vides comme il y en a trop dans
l'existence des vieux garçons, nous nous acoquinions au coin de mon
feu, mon ami le commandant Dulac et moi. Assis dans le grand fauteuil,
Dulac assujétissait de temps en temps son monocle et ne quittait pas
du regard la fournaise de charbon de terre, comme s'il eût aperçu
quelque chose de très intéressant au fond de ses grottes ardentes;
moi, j'étais sur la chaise basse, à l'autre angle de la cheminée, et
je parcourais distraitement le journal du soir, que mon domestique
venait d'apporter.

Dulac est mon plus vieil ami. A Louis-le-Grand, où nous étions
ensemble en sixième, lui «potache», moi externe libre, je lui achetais
chez l'herboriste des feuilles de mûrier pour les vers à soie
qu'il élevait dans son pupitre. Du temps qu'il était lieutenant
d'artillerie, je lui ai évité le désagrément de se brûler la cervelle,
en lui prêtant quelques billets de mille francs pour payer une dette
de jeu dans les délais.

A l'époque où je dévorais l'héritage de mon oncle avec Blanche Cluny,
l'ingénue du Vaudeville, Dulac, le brave garçon, dont Blanche était
devenue amoureuse folle et qu'elle poursuivait de ses obsessions, a
poussé le scrupule jusqu'à permuter avec un de ses camarades de la
division d'Oran, pour résister à la tentation de tromper un ami. Ces
choses-là ne s'oublient pas. Aussi nous aimons-nous beaucoup, bien
que, depuis l'âge de vingt-cinq ans, nous ayons été presque toujours
séparés, lui vivant dans de lointaines garnisons ou faisant campagne,
moi étudiant dans diverses capitales, en qualité d'attaché, puis de
secrétaire d'ambassade, le néant diplomatique.

Quand j'ai pu enfin revenir définitivement à Paris et m'enterrer
dans les bureaux des Affaires étrangères, j'ai retrouvé Dulac,--dont
l'avancement n'avait pas été plus brillant que le mien, chef
d'escadron dans un régiment d'artillerie caserné à l'École militaire.
Depuis lors, nous nous sommes beaucoup vus. Nous avons le même âge:
quarante-trois ans. La jolie moustache noire de Dulac est grise
aujourd'hui, et la première apparition d'un rhumatisme goutteux l'a
obligé, l'été dernier, à faire une saison à Contrexéville; il se
congestionne un peu et vieillit en rouge. Moi, je vieillis en jaune.
Elle n'existe plus, cette pâleur romantique qui--je peux le dire à
présent sans fatuité--a causé jadis quelques ravages à Lisbonne et
à Vienne. De plus, j'ai l'estomac un peu fatigué par la cuisine
internationale. Nous ne sommes plus jeunes ni l'un ni l'autre, il n'y
a pas à dire mon coeur. C'est le moment où une amitié de derrière les
fagots comme la nôtre devient rare et précieuse. Une ou deux fois par
semaine, Dulac vient dîner en tête-à-tête avec moi, dans mon petit
entresol de la rue de Mailly. Oh! un dîner bien sage, où l'on se
régale d'un joli poulet de grain rôti au bois et d'une délicate
bouteille de vrai vin de Bordeaux, que la cuisinière a soin de faire
tiédir sur le poêle de la salle à manger, une demi-heure avant de
servir le potage. Enfin, après le café,--oh! pas de cognac, plus
jamais de cognac, hélas!--nous tisonnons les souvenirs de jeunesse.

Henri me rappelle alors nos timides amours de rhétoriciens pour cette
jolie pâtissière de la rue Soufflot, et les indigestions d'éclairs et
de babas que nous nous donnions afin de la contempler pendant un quart
d'heure. Moi, je lui remets en mémoire notre fameuse partie carrée
à la foire de Saint-Cloud. Nous étions allés là, lui en uniforme de
polytechnicien, moi tout fier de mon premier chapeau gris d'étudiant
qui suit la mode, et nous accompagnions deux folâtres modistes en
robes d'été, des robes voyantes comme des affiches. Tout marcha
d'abord à merveille. Une cartomancienne fit le grand jeu à ces
demoiselles et leur annonça qu'un brun--c'était Dulac--et qu'un
blond--c'était moi-même--étaient remplis des intentions les plus
sérieuses à leur endroit. Au tir à la carabine, les deux jeunes
personnes décapitèrent un grand nombre de pipes, et la grande
Mathilde, celle qui m'intéressait plus particulièrement, eut même la
bonne fortune de pulvériser la coquille d'oeuf dansant au sommet du
jet d'eau. Mais tout se gâta quand nous fûmes sur les chevaux de bois.
Car nous y montâmes, nous eûmes l'imprudence d'y monter, côte à côte
avec les modistes en robes éclatantes, et à peine le cirque mécanique
se fut-il ébranlé au son de l'orgue,--qui rugissait l'air alors
célèbre de la _Femme à barbe_,--ô confusion! j'aperçus à deux pas de
moi, au premier rang des badauds, mon correspondant à Paris, le
vieil ami de ma famille, le respectable M. Toupet-Laprune, notaire
honoraire, dont le regard me foudroyait à travers ses lunettes
d'or. Et aucun moyen de se dérober, de fuir! Et les chevaux de bois
tournaient toujours!... Il y a de cela vingt-trois ans; mais je
n'entends jamais l'air de la _Femme à barbe_ sans un frisson de
terreur rétrospective.

Quand nous sommes au coin du feu, le commandant et moi, nous nous
remémorons ordinairement toutes ces juvéniles folies; mais,
l'autre soir,--je ne sais quel vent de spleen avait soufflé sous
la porte,--nous étions moroses et silencieux. Dulac s'obstinait à
regarder le feu à travers son monocle, et moi, plein d'ennui, je
broutais la prose de la feuille du soir, allant du premier-Paris--où
l'Angleterre était menacée, si elle n'écoutait pas les conseils du
journaliste, de perdre son empire des Indes--jusqu'aux réclames de
la troisième page, qui préconisaient, tout pêle-mêle, un cirage, un
château à vendre, un roman à clef plein d'allusions transparentes,
une pommade pour développer les appas du beau sexe, et une agence
héraldique tenant comptoir ouvert de blasons et de généalogies.

Tout à coup, mon regard tomba sur les nouvelles parlementaires, et je
m'écriai brusquement:

«Ah! ah! cher ami, voici une nouvelle qui nous intéresse.»

Dulac m'interrogea du regard, et je lui lus les lignes suivantes:

«La difficulté où se trouve la Chambre d'équilibrer nos finances
va remettre à l'ordre du jour l'impôt sur les célibataires. On
nous assure que M. Écorcheboeuf, le sympathique député de la gauche
radicale, a l'intention de soulever de nouveau cette question dans la
prochaine séance de la Commission du budget.»

Le commandant haussa les épaules.

--«Quelle sottise!--murmura-t-il entre ses dents.--Comme si, pour se
marier, il suffisait toujours d'en avoir envie.

--Comment?--fis-je, étonné.--Je te croyais un célibataire endurci,
imperméable. Tu as donc eu envie de te marier?

--Oui, j'ai pensé une fois au mariage. Et toi-même?

--Eh bien, moi aussi!... Une fois.

--Et ça n'a pas réussi?

--Ça n'a pas réussi.

--Alors, nos deux projets se font pendant comme deux lions de faïence
à la porte d'une maison de campagne... Mais comment diable ne nous
sommes-nous jamais fait cette confidence, nous qui n'avons rien de
secret l'un pour l'autre?

--C'est vrai, mon commandant... Et puisque la conversation languit ce
soir et que notre baromètre moral est à grande mélancolie, échangeons
nos romans conjugaux, veux-tu?... Mais le mien n'est pas gai, je t'en
préviens.

--Le mien non plus, et tu vas en juger,--dit le
commandant.--Laisse-moi allumer un cigare, et je commence:



II

«Tu sais que j'ai toujours été sentimental, romanesque même. A l'École
polytechnique, je négligeais l'X pour toutes sortes de rêveries, et,
sans le temps que j'ai perdu à grossir un recueil de mauvais sonnets,
brûlés depuis lors, bien entendu, je serais sorti dans le corps
des Mines ou dans les Ponts et Chaussées et je ne porterais pas
aujourd'hui le pantalon à double bande rouge. L'état militaire,
nonobstant le vieux mythe de Mars et de Vénus, n'est point favorable
aux amours. La majeure partie de ma belle jeunesse s'est écoulée
dans des villes de garnison, dans l'austère province. Ayant quelque
délicatesse, j'ai été promptement dégoûté de ces personnes qui
laissent traîner sur leur guéridon un album plein de photographies
d'officiers et qui pourraient faire sécher une fleur de souvenir à
bien des pages de l'annuaire.

«Sauf une Parisienne en exil, femme d'un fonctionnaire,--c'était
d'ailleurs une froide coquette qui m'a fait souffrir tant qu'elle a
pu,--je n'ai pas eu d'aventures d'amour intéressantes, et à vingt-cinq
ans, j'attendais encore sans la voir venir, je cherchais toujours sans
la trouver, la femme qu'on rêve, la femme qui nous est mystérieusement
destinée, celle qui... celle que... Enfin, tu me comprends. La guerre
éclata. Après la campagne sous Metz, je fus interné en Poméranie
et, bientôt après, condamné par une cour martiale à six mois de
forteresse, pour avoir houspillé un capitaine allemand qui s'était
permis de lever la main sur un soldat de ma batterie, prisonnier comme
moi. Je ne pus revenir en France, assez mal en point, que dans les
derniers jours du mois de juin 71, après la défaite des communards,
et je me décidai à passer mon congé de convalescence à Saint-Germain,
pour prendre, selon la recommandation des médecins, des bains de
soleil et de grand air sur la Terrasse.

«Les quelques familles parisiennes qui se reposaient là des fatigues
et des privations du siège voulurent bien remarquer le jeune capitaine
qui avait l'air si las et qui se promenait en s'appuyant si fort sur
sa canne. On apprit l'anecdote de ma captivité; on sut que je n'avais
évité le peloton d'exécution qu'à cause de mon grade de capitaine,
égal à celui du «hauptmann» corrigé par moi; on raconta--ce qui était
vrai--qu'à peine sorti de prison, malade et tremblant la fièvre,
j'étais allé rejoindre mon homme à Magdebourg, où était son régiment,
que je lui avais demandé, devant tous ses camarades, en plein
«bier-haus», une réparation par les armes, et de manière, je t'assure,
à ce qu'il ne pût pas me la refuser, et qu'enfin je l'avais tué fort
proprement d'un joli coup d'épée dans le poumon droit. Tout cela me
rendait assez intéressant. On rechercha ma connaissance, et bientôt
je fus en relations avec toute la petite colonie en villégiature à
Saint-Germain.

«Un riche industriel, M. Daveluy, homme d'une soixantaine d'années,
que tout le monde croyait veuf et qui habitait une villa voisine avec
sa fille unique, Mlle Simonne, fut particulièrement gracieux pour moi.
Il aimait beaucoup à recevoir, surtout à dîner, ayant une cave dont il
était justement fier, et il accueillait ses hôtes avec la rondeur un
peu commune, mais point choquante, du parvenu resté bon enfant. Il
m'invita trois ou quatre fois, à de courts intervalles, et je me
sentis tout de suite à l'aise, comme un vieil ami, dans ce milieu un
peu bruyant, mais cordial et hospitalier. M. Daveluy était, en vérité,
un excellent homme, et, dès la première rencontre, une sympathie était
née en moi pour sa fille, qui, âgée de dix-sept ans à peine, faisait
déjà avec tant de tact et de bonne grâce les honneurs du logis.
Charmante sans être positivement belle, Mlle Simonne, qui ressemblait
à son père, était une grande et souple personne au teint sans
fraîcheur, mais d'une pâleur mate et brune qui s'harmonisait avec la
masse profonde des cheveux noirs. Rien n'était plus bienveillant que
le sourire de sa bouche trop grande, et quand elle vous regardait en
face, la loyauté et la douceur de son âme brillaient dans ses calmes
regards. Je me plaisais dans la compagnie de cette brave jeune fille,
si naturelle, sans pose aucune, aimant sincèrement, comme elle le
disait, la nature et la vie à la campagne. J'avais du goût pour ses
façons un peu libres d'enfant élevée par un homme, et j'éprouvais
auprès d'elle la sensation de confiance et de satisfaction intime
qu'on a auprès d'un bon camarade. Seulement, le camarade avait de très
beaux yeux et une chevelure à n'en savoir que faire, ce qui ne gâtait
rien, n'est-ce pas?

«Cependant il n'y avait pas trace d'amour, comme tu le vois, dans mon
sentiment pour Mlle Daveluy; aussi fus-je profondément surpris le
jour où une vieille dame, une amie de la famille,--marieuse comme la
plupart des vieilles dames,--me donna discrètement mais clairement à
entendre que je plaisais à Mlle Simonne et qu'il ne dépendait que
de moi de l'épouser. On ajoutait que je devais réfléchir et qu'il
s'agissait là d'une occasion de fortune inespérée. Capitaine à
vingt-huit ans, avec une croix d'honneur bien gagnée et quelques
débris de patrimoine, j'étais sans doute un parti présentable; mais
Mlle Daveluy aurait, le jour du contrat, une dot de cinq cent mille
francs, payés comptant, et elle devait hériter, à la mort de son père,
de plus de quatre millions irréprochablement acquis par M. Daveluy
dans l'industrie des charpentes en fer, du temps des grandes bâtisses,
sous l'Empire.

«Je ne t'étonnerai pas, bien sûr, en te disant que, ce soir-là,
quand je fus seul dans ma chambre du pavillon Henri IV, je me sentis
extrêmement tenté de saisir le magnifique cadeau que m'offrait
la destinée: une femme charmante et une grande fortune. Pourtant
j'hésitais... oui, j'ai hésité pendant plusieurs jours devant
ce mariage qui n'avait rien de romanesque et qui me rappelait le
dénouement de toutes les comédies de M. Scribe.--Parlons sérieusement.
Ce n'était pas là l'idéal de toute ma jeunesse, l'amour vraiment
partagé, l'union absolue de deux âmes. Dans mon coeur, que
j'interrogeais en honnête garçon que je suis, je ne trouvais pour Mlle
Simonne que sympathie et bonne amitié. Mais, après tout, n'était-ce
pas le bonheur de ma vie qui se présentait et que j'allais laisser
échapper? Mes rêves d'autrefois étaient probablement absurdes. Est-ce
que cela existe, la femme prédestinée? Quelle bêtise de se laisser
vieillir en attendant le coup de foudre!

«Et puis, pour moi, comme pour tous les soldats, l'avenir n'était pas
drôle. On ne ferait plus la guerre de longtemps, c'était bien sûr;
la pauvre France avait reçu un trop mauvais coup. Elle allait
recommencer, l'insipide existence de garnison; je les retrouverais,
aussi monotones qu'avant, le «mess» d'officiers, avec ses sauces
de gargotte, le café aux patères coiffées de képis, et la musique
militaire, sur le mail, jouant des nouveautés comme l'ouverture de
_Zampa_, la musique autour de laquelle on promène en rond son ennui,
dix fois, quinze fois, vingt fois, jusqu'à l'étourdissement. Un
intérieur, avec une aimable femme et de jolis enfants, ce serait bien
bon. Je n'étais pas amoureux fou de Mlle Simonne, soit. Mais serais-je
le premier qui ferait un mariage de raison? Ces unions-là sont
heureuses, presque toujours. On croit d'abord n'avoir pour sa femme
qu'une solide affection, qu'une profonde estime, et puis, un beau soir
qu'on est avec elle auprès du berceau du premier bébé, on s'aperçoit
qu'on l'adore... Bref, la vieille dame, la marieuse, ayant renouvelé
ses avances, je pris le grand parti et la priai de demander pour moi
la main de Mlle Simonne.

«Le lendemain du jour où cette demande fut faite, M. Daveluy m'invita,
par un court billet, à venir causer avec lui. J'accourus. Il me
tendit silencieusement les deux mains, et, m'entraînant dans une allée
écartée de son parc, il me dit avec sa bonhomie accoutumée:

«--Mon cher capitaine, vous me plaisez et vous plaisez à ma fille.
Vous deviendrez donc mon gendre, je l'espère, et je crois que nous
nous entendrons à merveille. Mais avant tout, avant même de parler de
votre demande à Simonne, je vous dois une confidence... Je ne suis
pas veuf. Je suis séparé de ma femme depuis quinze ans, séparé sans
l'intervention de la justice; mais vous devinerez que les torts de Mme
Daveluy ont dû être bien graves, quand je vous aurai dit qu'elle m'a
entièrement abandonné l'éducation de notre enfant. Moi-même, j'ai
commis une grande faute, celle d'épouser, à plus de quarante ans, une
très jeune fille, d'origine aristocratique, que ma nature un peu rude,
un peu commune,--oui, commune, je me connais bien,--devait froisser
dans toutes ses habitudes, dans tous ses instincts... Enfin, le
mal est fait... Mme Daveluy, qui doit avoir maintenant... voyons...
trente-six ans à peine, habite Lyon, son pays, presque toute l'année,
mais elle entretient avec Simonne une correspondance suivie, et,
pendant les deux mois de printemps qu'elle passe à Paris, elle voit sa
fille tous les deux ou trois jours. Elle l'aime beaucoup, je le sais,
et quels que soient les reproches que je puisse avoir à lui adresser,
ce n'est point une méchante femme. Enfin, je ne marierai pas Simonne
sans que sa mère y consente, et en connaissance de cause... Prenez
quelques jours de réflexion. Voyez si l'aveu que vous venez d'entendre
ne modifie en rien vos projets, si vous persistez à vouloir entrer
dans ma famille. Dans ce cas, j'écrirai... je prendrai sur moi
d'écrire à Mme Daveluy; elle viendra à Paris, vous irez la voir, et,
si vous lui convenez, comme j'en suis certain, ce mariage sera une
chose faite.»

«Je fus touché de la délicatesse de ce brave homme, qui me donnait
ainsi le temps, non seulement de réfléchir, mais de prendre des
informations, et j'écrivis sans retard à Lyon, où j'ai de sûrs amis.

«J'appris par eux que, depuis dix ans, Mme Daveluy vivait dans la
retraite la plus absolue, quoiqu'elle fût encore fort belle, et
qu'elle avait fait oublier, par une conduite irréprochable, l'unique
mais éclatant scandale de sa jeunesse. Mariée à seize ans à M. Daveluy
par les soins d'une mère cupide, et après dix-huit mois d'un
exécrable ménage, elle s'était fait enlever publiquement par un jeune
compositeur de musique, avec qui elle avait vécu à Florence, où il
était mort de la poitrine, cinq ans après. Elle était alors revenue
s'établir à Lyon, auprès d'une vieille tante, et les plus mauvaises
langues de la ville avaient fini par se taire sur son compte, tant sa
vie nouvelle était inattaquable.

«Il eût été injuste de ma part, tu en conviendras, de faire peser sur
une innocente enfant les conséquences d'un malheur de famille très
ancien, très oublié. Après avoir reçu ces renseignements, je déclarai
donc à M. Daveluy que j'étais toujours dans les mêmes résolutions, et
peu de jours après, il me prévint que sa femme attendait ma visite à
Paris, dans une maison de retraite du faubourg Saint-Germain, tenue
par des religieuses, où elle venait d'arriver et où elle avait pris
pension.

«Je vins à Paris, pour faire cette visite, par une de ces
merveilleuses après-midi de fin de Septembre où le calme de
l'atmosphère, la pureté du ciel, la sérénité de la lumière, donnent à
toute la nature quelque chose de solennel. J'allai à pied de la gare
Saint-Lazare à la rue Monsieur, où demeurait Mme Daveluy, et, en
traversant le pont de la Concorde, un des plus beaux sites de Paris,
je fus enivré par la grandeur du spectacle et je ne pus retenir un cri
d'admiration. La chaude et douce splendeur de la journée dorait les
édifices, enflammait les arbres déjà rougis des Tuileries et des
Champs-Élysées, et les rapides bateaux qui agitaient les flots
verts de la Seine roulaient des diamants dans leur sillage. Par une
bizarrerie qu'un impressionnable comme toi comprendra peut-être, je
ne pensai presque pas, pendant toute cette promenade, à mes projets
de mariage, à la démarche importante que j'allais faire, et je
m'abandonnai à la sensation de bien-être qui m'épanouissait le coeur.

«Les religieuses chez qui logeait Mme Daveluy, étaient établies dans
un ancien hôtel du XVIIe siècle, d'assez imposante et sévère tournure.
La soeur tourière, après un regard jeté sur ma carte, me dit que
j'étais attendu, et, me précédant à travers les vastes corridors
du rez-de-chaussée, attristés par un badigeon jaunâtre, elle
m'introduisit dans le salon de réception. C'était une pièce froide
et nue, qu'enlaidissait un banal meuble de velours vert, et qui avait
pour tout ornement un grand Christ de bois grossièrement sculpté,
remplaçant la glace de la cheminée. J'eus un léger frisson, je me
rappelai que celle que je venais voir était une repentie, je songeai
à sa vie de solitude et d'expiation, et, comme j'éprouvais encore un
reste de l'ivresse que m'avait versée la beauté du jour, je comparai
mon sort à celui de cette pauvre femme et je me sentis le coeur plein
de pitié pour elle.

«En ce moment, la porte s'ouvrit, et Mme Daveluy, vêtue d'une robe
sombre, entra dans le salon et vint à moi...

«Ah! mon ami, traite-moi d'insensé, si tu veux, mais l'amour
foudroyant existe. La femme que, toute ma vie, j'avais rêvée,
cherchée, attendue, c'était elle! Je ne te la décrirai pas; on ne
décrit pas un enchantement, un charme. Je ne te décrirai pas ce corps
de Diane qui se trahissait sous l'étoffe noire, et cette tête pâle,
d'un modelé exquis, éclairée par des yeux magiques. Imagine le type de
femme cher à Léonard de Vinci, mais plus tendre, laissant deviner de
la bonté au fond de son mystère; imagine la Joconde qui aurait pleuré!
Son âge? Nul n'aurait pu lui donner un âge. Elle avait l'âge de la
beauté victorieuse, que les larmes n'ont pu altérer et que la douleur
a rendue plus touchante. C'est à peine croyable, mais au premier
regard dont elle m'enveloppa, j'oubliai tout: qui elle était, où nous
étions, et sa fille dont j'avais demandé la main, et le but de ma
visite; et, après l'avoir saluée machinalement, je restai silencieux
devant elle, envahi par une émotion profonde, tout à la sensation
présente, comme on est en rêve.

«Elle s'assit avec une grâce royale, et, m'invitant à en faire autant,
elle prononça quelques mots de politesse. Sa voix me passa sur les
nerfs comme une musique délicieuse.

«Alors elle commença à me parler de Simonne, et il me sembla que mon
beau songe se transformait tout à coup en un cauchemar absurde et
affreux. Cette femme me parlait, comme d'une chose conclue, de mon
mariage avec sa fille; elle me remerciait de ma démarche, tout en
ajoutant qu'elle n'avait que peu de droits sur Simonne et qu'elle s'en
rapportait à la sagesse de M. Daveluy. Elle faisait allusion à son
passé avec un tact parfait, exprimait tendrement ses sentiments
maternels... Et moi, comprenant à peine, moi, fasciné par son regard,
enchanté par le son de sa voix, j'aurais voulu tomber à ses genoux,
couvrir ses mains de baisers et la supplier de disposer de ma vie!

«Elle me parlait les yeux baissés, songeant sans doute que je devais
connaître la faute dont elle avait honte, et une légère, une fugitive
rougeur anima un instant son teint pâle, ainsi qu'un rayon de soleil
sur un glacier. Et moi, pendant ce temps,--je suis un fou, soit!
mais c'est la vérité,--j'imaginais, dans un éclair de pensée, toute
l'existence de cette femme. Oui! j'imaginais son union douloureuse
avec un homme trop vieux et vulgaire, ses souffrances de fleur écrasée
entre les pages d'un grand-livre, je comprenais, j'approuvais son coup
de folie pour un artiste, sa fuite à Florence avec ce musicien qui
était mort là-bas en l'aimant, qui était mort--j'en étais sûr--pour
l'avoir trop aimée. Que dis-je? J'enviais le sort de cet inconnu! Que
n'avais-je eu ses ivresses et sa mort délicieuse? Et j'évoquais la
ville d'art, l'harmonieuse cité toscane; je m'y rêvais, cachant mon
bonheur avec cette maîtresse adorable dans un des mélancoliques logis
du _Lung-Arno_, ne sortant que le soir, son bras pressé contre mon
coeur, par les ruelles tournantes, dans l'ombre des vieux palais, et
revenant très tard au nid d'amour, à travers la solitude nocturne
de la place de la Seigneurie, au murmure des fontaines et sous la
bénédiction des étoiles!

«Mme Daveluy, étonnée de mon silence, leva enfin les yeux sur moi
et me regarda avec surprise. Elle remarqua certainement mon trouble
extrême, et sans doute son instinct féminin lui en révéla le motif,
car sa rougeur augmenta et elle me dit, en faisant un visible effort
pour me regarder en face:

«--Je vous le répète, monsieur, mes torts envers M. Daveluy et la
générosité de sa conduite à mon égard me font un devoir de n'user que
très discrètement des droits qu'il veut bien me laisser sur ma fille.
Cependant, je ne donnerai mon consentement à votre mariage avec
elle que quand vous aurez répondu loyalement, sincèrement, sur votre
honneur, à l'unique question que je veux vous adresser: Aimez-vous
Simonne?»

«Ces paroles directes dissipèrent soudain l'espèce d'hallucination où
m'avait jeté la présence de Mme Daveluy et me ramenèrent au sentiment
de la réalité. Mon honneur interpellé eut horreur d'un mensonge, et,
bravant tout ridicule, je répondis:

«--Je vous ai vue, madame, et je sais seulement à présent combien
un mariage sans amour peut être fécond en malheurs. J'interroge ma
conscience avec anxiété et je n'ose vous répondre oui.»

«Brusquement, Mme Daveluy se leva, alla vers une fenêtre du salon,
l'ouvrit et resta là, debout, en s'appuyant, comme étourdie, sur la
balustrade. J'aperçus par cette fenêtre un de ces jardins cachés,
comme il y en a encore dans le quartier des hôtels et des couvents,
un grand verger dans toute son opulente beauté d'automne. Les branches
des arbres craquaient sous le poids des fruits, et la chaude et
radieuse clarté du soleil de Septembre inondait les frondaisons.

«--Pardonnez-moi,--me dit Mme Daveluy.--Je suis un peu indisposée...
J'étouffais.»

«Je m'approchai d'elle avec empressement. Elle me sembla bien émue,
car sa main se crispait sur la barre d'appui, son sein palpitant
soulevait longuement son corsage, et ses joues, subitement enflammées,
semblaient deux camélias roses. Cette femme m'apparut alors dans
tout le triomphe de sa beauté, que je comparai, par une soudaine
correspondance, au verger mûr qui lui servait de cadre et dont elle
avait la plénitude et la splendeur.

«--Si vous n'aimez pas Simonne d'amour,--dit-elle alors d'une voix
grave,--au nom de Dieu, renoncez à ce projet de mariage et ne vous
laissez influencer par aucune considération, par aucun intérêt.
Croyez-moi. De l'union de deux êtres qui ne s'aiment pas, ou même qui
ne s'aiment pas autant l'un que l'autre, il ne peut résulter que honte
et désespoir.»

«L'image de Simonne était effacée déjà de mon esprit; son nom
retentissait à mon oreille comme celui d'une étrangère.

«--Vous serez obéie,--répondis-je en m'inclinant devant Mme
Daveluy.--Mais je ne voudrais pas vous quitter, madame, sans être
sûr que vous ne m'accusez pas de légèreté et que vous apprécierez la
valeur de ma franchise.»

«Elle me regarda avec ses yeux mystérieux, ses yeux de magicienne,
et me tendit sa main droite. Je la pris dans les miennes, et alors...
alors je sentis que sa main s'abandonnait.

«Oui! je sentis que cette femme éprouvait un trouble égal au mien,
que j'exerçais sur elle le charme qu'elle exerçait sur moi, et
qu'au moment de la séparation,--car il fallait nous séparer, et pour
toujours!--elle sentait, elle aussi, qu'elle m'eût aimé et qu'elle
venait de passer à côté du bonheur.

«Ah! si je m'étais jeté à ses pieds, si je lui avais tout avoué!...
Mais non, elle m'aurait pris pour un aliéné, ou, pis encore, elle
m'aurait repoussé avec indignation, avec horreur... Qui sait,
pourtant?...

«Mme Daveluy dégagea sa main, me dit adieu d'un doux mouvement de tête
et quitta le salon.

«Quelques instants après, j'errais dans les longues avenues qui
avoisinent les Invalides, avec la sensation d'un rêve évanoui, d'un
espoir perdu, et douloureusement offensé par l'ironique magnificence
du ciel d'automne.

«Je ne retournai pas à Saint-Germain. J'envoyai mon ordonnance payer
la note et prendre mes bagages au pavillon Henri IV. J'écrivis, le
soir même, à M. Daveluy, pour me dédire, en lui donnant je ne sais
plus quel mauvais prétexte. J'allai, le lendemain matin, au ministère
de la Guerre, retirer ma demande de prolongation de congé, et, huit
jours après, je rejoignis mon régiment en Algérie. Je n'ai jamais revu
Mlle Simonne, qui s'est mariée, ni Mme Daveluy, qui est morte à
Lyon, l'année dernière, et tu connais maintenant, cher ami, ma seule
tentative de mariage.

«A ton tour, maintenant.»



III

«Ton histoire, mon cher Dulac,--dis-je en ravivant d'un coup de
pincettes le feu qui s'assoupissait,--ton histoire est celle d'un
homme passionné; la mienne est celle d'un homme délicat. La Fontaine
l'a dit: «Les délicats sont malheureux,» et il a exprimé ce jour-là,
comme toujours, une pensée bien fine et bien vraie.

«Tu te souviens peut-être qu'en 1873--je n'avais que trente ans alors
et mes camarades avaient la bonté de m'appeler le beau Georges--je
fus envoyé en qualité de second secrétaire auprès du baron de N...,
ministre de France en Danemark. Ce vieux diplomate de carrière, homme
excellent, sans ambition, paternel pour les jeunes gens placés sous
ses ordres, et qui n'a jamais eu d'autres ridicules que sa perruque
acajou, occupait depuis quinze ans le poste de Copenhague. Il avait
adopté les moeurs danoises, qui sont pleines de bonhomie, et il était
connu et estimé de tout le monde. Que de coups de chapeau n'a-t-il pas
donnés quand il traversait le Kongs'Nitor, ou quand il allait, tous
les soirs, entre huit et neuf heures, au Jardin-Tivoli, prendre une
«délicatesse», comme on dit là-bas, c'est-à-dire manger une côtelette
de veau, arrosée de deux ou trois chopes? A combien de voyageurs de
distinction n'a-t-il pas fait admirer les nobles et froides statues
du Musée Thorwaldsen et l'épée de fer de Charles XII, qu'on garde
pieusement dans les galeries de Fréderiksborg?

«Le baron de N..., comme tous les hommes vraiment bons, aimait
beaucoup la jeunesse, et il me prit tout de suite en grande affection.
Non seulement il me patronna dans la haute société, comme c'était
un peu son devoir, mais il voulut m'introduire chez ses amis
particuliers. C'est ainsi qu'il me présenta chez la comtesse de
Hansberg, où il faisait son whist deux fois par semaine.

«Veuve d'un chambellan du roi et médiocrement fortunée, Mme de
Hansberg, beauté jadis célèbre, avouait quarante-cinq printemps et
vivait avec sa fille Elsa, très jolie personne, disait-on, mais à peu
près sans dot. Dans de pareilles conditions, n'est-ce pas? ce salon
aurait été désert à Paris. A Copenhague, tout au contraire, on
considérait comme un très grand honneur d'être admis chez la comtesse;
car, là-bas, on croit encore pour de bon à l'aristocratie, et Mme de
Hansberg était effroyablement noble. Oui! dans ce temps de blasons à
vendre, elle aurait pu être admise d'emblée chez les chanoinesses de
Remiremont, dans ce célèbre chapitre où, sous l'ancien régime, les
filles de France n'entraient que par ordre du roi et par exception
spéciale, attendu qu'elles n'avaient pas, du côté maternel, le nombre
de quartiers nécessaires, à cause du mariage d'Henri IV et de Marie de
Médicis, horrible mésalliance, il faut en convenir.

«Le Nord, héraldique et féodal, est plein de respect pour ces choses.
Fort entichée de sa noblesse, très exigeante à cet égard pour les
gens qu'elle daignait recevoir, Mme de Hansberg n'était donc jamais
entourée que d'une société scrupuleusement choisie, et peu de
roturiers comme ton serviteur peuvent se vanter d'avoir bu ses tasses
de thé.

«Je ne suis pas vaniteux et je me serais fort bien passé de cet
honneur, sans l'aimable insistance de mon chef, qui prétendait que ce
salon était indispensable à connaître pour un jeune diplomate. Je crus
d'ailleurs faire plaisir au baron en l'accompagnant, et il me présenta
dans les formes à la comtesse.

«Elle me fut antipathique au premier abord. Cette ancienne belle,
poudrée par coquetterie et ayant assez grand air, mais très flétrie en
somme, me reçut cérémonieusement, au coin de sa cheminée, du fond d'un
fauteuil à écusson, presque un trône, et sans cesser de tourner un
grand rouet d'ivoire, ainsi qu'une châtelaine du temps des croisades.
Cette mise en scène prétentieuse, tranchons le mot, ce cabotinage,
me déplut souverainement, et les lugubres groupes de vieillards à
cravates gourmées assis aux tables de jeu allaient me faire prendre
décidément la maison en grippe, quand la fille de la comtesse, Mlle
Elsa, entra dans le salon.

«J'évoquerai d'un seul trait cette suave apparition. Figure-toi
Ophélie en robe de deuil.

«Depuis deux mois que j'étais à Copenhague, j'avais eu le temps de
me blaser un peu sur la beauté blonde. Là-bas, les trois quarts des
femmes ont des yeux pâles et des cheveux couleur de blé, et la fille
de chambre qui vous apporte l'eau chaude pour votre barbe ressemble
plus ou moins à la Nilson de notre jeune temps.

«Sans doute, la grande et svelte enfant qui venait d'entrer, et qui
inclinait respectueusement son front sous le baiser de sa mère, avait
le type scandinave, elle aussi; mais elle en réalisait la perfection
même, l'idéal absolu. Rappelle-toi les madones des vitraux, les
saintes des livres d'heures enluminés. Elsa avait leur grâce un peu
raide et si pure, leur chasteté céleste. Ses cheveux, du ton des vieux
louis d'or, étaient tressés en une seule nate, ronde et lourde, qui
pendait derrière elle jusqu'au milieu de sa jupe noire,--ces dames
étaient en deuil,--et sa souplesse de cygne, sa légèreté de fantôme,
surtout ses yeux d'un vert bleuâtre, ses yeux de turquoise malade,
évoquaient tout ce qu'il y a de divin dans ce mot: une vierge.

«M. de N... me présenta à Mlle Elsa. Elle avait la voix de sa beauté,
une voix qui vous caressait le coeur. Dès qu'elle m'eut parlé,
dès qu'elle m'eut souri, le grand machiniste qui s'appelle l'amour
exécuta, dans le salon de Mme de Hansberg, un prodigieux changement
à vue. La morgue ridicule de la comtesse installée dans sa cathèdre
armoriée se transforma en dignité aristocratique, et mon imagination
prêta un air bienveillant aux vieux messieurs hauts sur cravates qui
s'absorbaient dans les combinaisons du whist sous la livide clarté des
abat-jour verts. J'étais amoureux, mon ami, follement amoureux de Mlle
Elsa, et, dès ce soir-là, la maison de sa mère, dont je devins l'hôte
assidu, me parut être le seul lieu du monde où la vie fût supportable.

«Va! je ne regretterai jamais toutes les peines que m'a causées ce
sentiment, né en une minute, étouffé aujourd'hui, hélas! mais qui seul
est capable de conserver encore chaud un petit foyer dans le tas de
cendres de mon coeur, et dont le souvenir ressuscité--tu peux t'en
apercevoir--fait trembler ma voix en ce moment même. Avoir trente ans,
c'est-à-dire être sorti sain et sauf, mais meurtri, des orages de
la première jeunesse, connaître le néant des passions de tête et des
passions sensuelles, avoir subi leurs dégoûts et leurs amertumes, et
puis, tout à coup, aimer purement une très jeune fille, rien n'est
plus exquis! Les meilleurs instants de ma vie sont ceux que
j'ai passés chez Mme de Hansberg, assis à côté de Mlle Elsa, lui
parlant--et seulement pour avoir la joie qu'elle me répondît--d'un
rien, d'un conte d'Andersen que je venais de lire, de ma promenade à
cheval, sous les beaux hêtres de Kronborg, devant l'horizon du Sund.

«Que c'est bon d'aimer avec ce respect profond, ce désintéressement
parfait, d'être éperdument heureux pour tout un jour parce qu'il vous
a semblé que l'être adoré a eu pour vous, la veille, une bonté dans le
regard, une douceur dans la voix! Vois-tu! j'ai été alors dans un
état d'âme qui, lorsque j'y pense, me relève à mes propres yeux et me
paraît racheter toutes les impuretés de mon existence. O merveilles
morales de l'amour innocent, de l'amour sans désir! Je ne voulais, je
n'espérais rien de cette enfant divine. Mon coeur débordait d'une joie
ineffable à la seule pensée qu'elle existait, voilà tout! et que je
pouvais approcher d'elle, la voir et l'entendre. Quand je me suis dit
qu'elle était une femme, qu'elle pourrait peut-être m'aimer, qu'il
n'était pas impossible qu'un jour mes lèvres effleurassent son
front,--oh! rien de plus,--eh bien, moque-toi de moi, tant que tu
voudras, mais tout d'abord cette idée m'a fait honte et j'en ai rougi.
Lorsque je prenais congé d'elle et qu'elle me tendait timidement la
main, cela me paraissait une faveur sans prix et dont j'étais indigne.
La seule présence d'Elsa me jetait dans une extase pareille à celle
que la prière doit procurer aux mystiques, créait autour de moi une
atmosphère de rêve. Qu'elle soit à jamais bénie, l'enfant qui m'a fait
vivre ainsi pendant quelque temps et près de qui je me suis senti si
heureux, si doux et si pur!

«Un petit nombre de jeunes gens venaient chez Mme de Hansberg, et
tous étaient des géants blonds, d'une lourdeur d'esprit et de corps
désagréablement germanique, sans séduction aucune. Je m'aperçus
bientôt--avec quelles délices!--qu'Elsa préférait ma société à la leur
et me traitait avec une bienveillance marquée. Ce coeur candide ne se
rendait probablement pas compte de ce qui se passait en lui, mais une
fleur de sympathie s'y épanouissait pour moi.

«Être aimé d'elle, quel espoir! Je ne le conçus cependant que mêlé à
une terrible inquiétude. Mme de Hansberg, je te l'ai dit, avait
tous les préjugés et les dédains aristocratiques. Malgré ma fortune
respectable, malgré mes débuts dans la «carrière» qui avaient été très
brillants, cette femme altière voudrait-elle donner Elsa à un jeune
homme de bonne famille, mais qui s'appelait Georges Plessy, tout
court? Je n'osais guère l'espérer. Pourtant la comtesse paraissait
aimer beaucoup sa fille unique, et elle s'humaniserait peut-être
devant une inclination manifeste. C'était ma seule chance de succès.
D'ailleurs, je n'avais qu'un parti à prendre, faire ma demande, et
sans retard; car je me serais reproché comme une mauvaise action de
laisser croître, d'entretenir dans le coeur d'Elsa un sentiment qui
aurait pu devenir une douleur pour elle, au cas où il aurait jeté des
racines profondes et où Mme de Hansberg m'eût repoussé malgré tout.

«Mon chef respecté, mon vieil ami le baron de N..., s'offrait à moi
comme un conseiller naturel. L'excellent homme, chez qui trente ans
de vie diplomatique n'avaient pas éteint la sensibilité, accueillit
ma confidence avec la bonté la plus touchante. Je fus éloquent, sans
doute, en lui parlant de mon amour et de mes craintes, car, lorsque
j'eus fini, le baron était très ému et fut obligé d'essuyer les verres
de ses lunettes.

«--Je n'ai pas toujours porté perruque, mon cher enfant,--me dit-il
enfin avec un triste sourire,--j'ai connu ce tourment-là, il y a bien
longtemps, et je voudrais vous donner de l'espérance. Malheureusement,
la comtesse est comme le don Carlos d'Hernani... Vous vous rappelez
les beaux vers d'Hugo:

  _L'Empereur est pareil à l'aigle, sa compagne;
  A la place du coeur il n'a qu'un écusson._

J'ai bien peur que vous ne vous heurtiez à un invincible parti-pris...
Enfin, ne vous découragez pas encore. J'ai quelque influence sur
l'esprit de Mme de Hansberg et je lui parlerai ce soir.»

«La réponse fut telle que je la redoutais, polie, mais formelle.
«Jamais, et pour rien au monde, la comtesse ne consentirait à ce que
sa fille se mésalliât.» Le pauvre baron avait plaidé vainement pendant
deux heures. Il dut me rapporter, en propres termes, le cruel refus,
et l'atroce sensation que j'éprouvai en ce moment-là doit être celle
d'un homme à qui l'on coupe le visage d'un coup de cravache.

«Les larmes vinrent ensuite... Oui! mon cher, j'ai pleuré sur l'épaule
de mon vieil ami, et je n'en rougis point. N'a pas qui veut pleuré
d'amour.

«Je ne pouvais rester à Copenhague. Je demandai et obtins un congé. Le
jour de mon départ, le baron, qui me conduisit à la gare et eut pitié
de ma mortelle tristesse, me dit, au dernier moment:

«--Mon ami, je n'ai pas le courage de vous cacher une chose qui va
vous faire à la fois peine et plaisir... Je suis allé hier chez ces
dames... Elsa est triste.»

«Ainsi, la chère enfant m'aurait aimé! Je m'en doutais bien un peu;
mais il n'y avait pas là de consolation pour moi, puisque notre union
était impossible.

«Je revins à Paris, j'y cherchai l'oubli dans de violentes
distractions, et six mois après avoir quitté le Danemark, j'appris le
mariage de Mlle de Hansberg avec un jeune russe, le prince Babéloff.
Elle avait obéi à un désir, à un ordre de sa mère, sans aucun doute.
Pouvais-je lui en vouloir?... Une enfant!

«Je fus nommé à Lisbonne et je m'y ennuyai pendant une longue année.
Le grand soleil augmente et exaspère la mélancolie. Enfin, dans l'été
de 75, je pris un nouveau congé, dont je passai la durée à Trouville.

«Ce fut là qu'un matin, prenant le café en compagnie d'un de mes
collègues, sous la tente du casino, je lus dans le journal local,
parmi les noms des voyageurs de distinction récemment arrivés à
l'hôtel des Roches-Noires, celui de la princesse Babéloff.

«Mon coeur se mit à battre avec violence. Mais était-ce bien Elsa qui
se trouvait si près de moi? J'interrogeai mon compagnon, homme très
mondain, ayant des relations cosmopolites, et je sus par lui--tu
devines mon émotion--que la princesse Babéloff, logée depuis cinq ou
six jours aux Roches-Noires, était en effet Mlle Elsa de Hansberg et
qu'elle n'avait été mariée que pendant un an à peine, son mari ayant
été tué par accident, dans une chasse. Mon camarade ajouta que la
princesse avait aussi perdu sa mère et qu'elle voyageait pour se
distraire de ses récents chagrins, seulement accompagnée d'une vieille
parente, duègne sans importance. La princesse ne devait passer qu'une
semaine à Trouville et retournerait ensuite en Danemark.

«Donc Elsa était veuve, libre de toute influence, ne dépendant que
d'elle-même, et je me rappelais soudain que, dix-huit mois auparavant,
elle avait été affligée, elle avait souffert d'être séparée de moi.
Un immense espoir m'envahissait. Je voulais la revoir, la revoir
sur-le-champ. Quittant brusquement mon compagnon, je rentrai chez moi
et j'écrivis à la princesse une lettre respectueuse, m'autorisant du
hasard qui nous rapprochait pour lui dire combien je prenais part à
son double deuil et quel fidèle sentiment j'avais gardé pour elle.
Mon messager m'apporta une réponse immédiate, une lettre timbrée d'une
couronne princière, hélas! mais écrite par Elsa elle-même, d'une de
ces longues et grosses écritures qui couvrent quatre pages en quelques
mots. C'était une simple assurance qu'on aurait grand plaisir à me
revoir et une invitation à venir le soir même. Aussitôt après dîner,
je me rendis aux Roches-Noires par la plage. La nuit montait, une
calme et chaude nuit d'été, sans un souffle. Déjà quelques étoiles
scintillaient dans le ciel et l'on entendait dans l'ombre la profonde
respiration de la mer. Tous mes souvenirs de Copenhague me revenaient
en foule. Je revivais les longues soirées passées en admiration devant
Elsa, je l'évoquais, blonde en robe noire, fixant doucement sur mes
yeux ses yeux clairs, dans sa chaste attitude de sainte de missel.
J'allais la revoir... Était-ce possible?...

«Enfin, j'arrivai à l'hôtel; le domestique me conduisit au premier
étage, ouvrit une porte. J'entrai, glacé d'émotion, défaillant
presque, dans un petit salon très éclairé, et je vis Elsa qui se
levait pour me recevoir, Elsa restée la même, absolument la même,
comme jadis si blanche et si blonde dans sa robe de deuil, avec ses
yeux pâles, ayant gardé intacte sa grâce virginale.

«Elle me tendit la main, cette main qu'autrefois je me croyais à peine
digne d'effleurer, et je la pris en m'inclinant; elle m'accueillit
avec quelques mots de bienvenue, et je reconnus sa chère voix. Oui!
pendant un instant, mon illusion fut complète. Je crus retrouver la
jeune fille que j'avais si purement, si idéalement aimée!

«Mais, dès le premier mot que je prononçai, le charme fut rompu. Je me
rappelai qu'il fallait lui dire et je lui dis en effet «Madame», et ce
titre me rappela la réalité, dissipa ma chimère. Je regardai sa main
que je retenais encore dans la mienne, et j'y vis un anneau nuptial.

«Ah! mon cher ami, cette entrevue a été l'heure la plus amère de ma
vie. Je m'étais assis près d'Elsa, j'essayais de lui adresser quelques
mots de condoléance sur la mort de sa mère, et elle me répondait avec
embarras, se souvenant sans doute combien la comtesse avait été dure
pour moi. Ni l'un ni l'autre nous ne prenions souci de nos paroles
machinales, et tous les deux ensemble, j'en suis certain, nous nous
abîmions dans des pensées qui nous rongeaient le coeur. Elsa avait
surpris mon regard sur son anneau, et, quand j'avais reporté mes yeux
sur les siens, j'y avais retrouvé une affreuse expression de détresse.
Puis cette phrase lui échappa: «Depuis la mort du prince...», et elle
vit éclater tant de douleur sur mon visage, qu'elle s'interrompit
toute confuse.

«Nous comprîmes alors qu'il y avait entre nous un abîme, quelque chose
d'irréparable, et combien toute explication serait superflue. A
la moindre allusion faite au passé, nous aurions éclaté en larmes
impuissantes. A quoi bon?... Comme dans le salon de Mme de Hansberg,
à Copenhague, nous étions l'un près de l'autre, libres tous les deux,
semblables physiquement aux amoureux d'autrefois, et cependant il nous
était aussi impossible de ranimer notre ancien sentiment que d'imposer
silence au rythme lointain de la mer qui parvenait jusqu'à nous par
la fenêtre ouverte, ou que d'éteindre une des étoiles qui étincelaient
dans le ciel nocturne.

«Notre entretien stupidement banal en apparence, mais dont chaque mot
contenait un infini de plainte et de regret, dura un quart d'heure à
peine. J'eus le courage de me lever le premier; elle en fit autant en
m'annonçant qu'elle quitterait Trouville le lendemain matin, et je la
quittai sans avoir touché de nouveau sa main où brillait sa bague de
veuve.

«Une fois dehors, devant la façade noire de l'hôtel, dont une seule
fenêtre était éclairée, je restai un instant immobile sur la plage
dans le grandiose silence de la nuit, et je sentis en moi un vide
immense se creuser. Soudain, là-bas, dans l'obscurité, une lame de
fond poussa son long sanglot; et c'est pour moi une certitude qu'à
cet instant précis, Elsa dans sa chambre solitaire et moi sur la
plage déserte, nous avons exhalé le même soupir, le profond soupir de
l'éternel adieu.»



IV

--«Voilà donc pourquoi nous ne nous sommes mariés ni l'un ni
l'autre,--dit le commandant Dulac en se levant pour s'en aller.--Mais,
crois-tu,--ajouta-t-il presque gaîment,--nous étions soulagés par
notre confidence mutuelle,--crois-tu qu'on nous excusera, si l'on vote
l'impôt sur les célibataires, et que nous serons exemptés?

--J'en doute fort,--répondis-je,--car le récit de nos deux aventures
ferait pitié à bien des gens, mon pauvre ami, et la brutale démocratie
où nous vivons se soucie fort peu, n'est-ce pas, des scrupules, des
nuances et des délicatesses.

--Oh! non,»--s'écria d'un air convaincu le commandant, qui est
réactionnaire jusqu'au bout des ongles.

Et après avoir allumé un dernier cigare pour la route, il me donna une
poignée de main fraternelle.



Jalousie

(MANUSCRIT D'UN PRISONNIER)



Demain matin, j'aurai fait les six mois de détention auxquels j'ai
été condamné pour avoir volé deux mille francs dans la caisse de mon
patron; demain matin, j'aurai expié ma faute, subi toute ma peine.

A huit heures, le gardien entrera dans ma cellule. Il m'apportera les
vêtements que j'ai dû échanger, en entrant ici, contre le costume des
détenus; ils étaient neufs, je m'en souviens, et, quand je les aurai
mis, je reprendrai l'apparence d'un jeune homme comme un autre, assez
élégant même. Je n'aurai plus qu'à descendre au greffe, où on lèvera
mon écrou, et à rejoindre Marguerite, qui m'a promis de m'attendre
dans un fiacre à la sortie de la prison. Je serai libre!

Je serai libre, et je pourrai encore être heureux; car Marguerite,
pour qui j'ai commis ce vol, me jure dans sa lettre d'hier qu'elle
m'aime toujours et que nous vivrons ensemble comme mari et femme,
ainsi qu'autrefois. Dans ce grand Paris où l'on peut cacher facilement
son passé, un garçon comme moi, énergique, payant de mine et ayant
l'instinct du commerce,--avant mon malheur, mon patron songeait à me
prendre pour associé,--un garçon comme moi, dis-je, finira bien par
trouver une place. Je me sens plein d'un indomptable courage, et je
suis prêt à travailler comme un cheval d'omnibus pour gagner ma vie et
celle de Marguerite.

D'ailleurs, à plus tard les affaires sérieuses. Ne pensons qu'à
demain, à demain dont je suis sûr et qui sera délicieux. Dès que
j'aurai franchi la porte de la prison, j'apercevrai dans l'ombre de la
voiture le joli visage de Marguerite, pâle d'émotion sous la voilette.
Je jetterai l'adresse au cocher en lui donnant cent sous pour qu'il
aille bon train, je sauterai dans le fiacre, qui partira au grand
trot, et la pauvre fille tombera en pleurant sur ma poitrine. Quel
baiser!

Nous rentrerons chez nous, dans notre chambre haute de la rue Madame,
d'où l'on voit tout le jardin du Luxembourg. Par cette belle fin de
Septembre, si sereine et si pure, les arbres doivent être admirables
avec leurs feuilles flétries. Nous dresserons le couvert auprès de la
fenêtre ouverte; un doux rayon de soleil caressera la nappe blanche
et fera étinceler la vaisselle, et nous déjeunerons gaiement, sans
pouvoir nous quitter des yeux, nous taisant, attendris, ou bavardant
et faisant mille projets. Après m'avoir versé mon café, Marguerite
viendra s'asseoir auprès de moi, comme jadis; elle joindra sur mon
épaule ses deux mains, et posera dessus son gentil menton, en me
regardant de tout près. Je respirerai sa fine odeur de blonde, ses
cheveux chatouilleront mes lèvres, je lui montrerai le lit du doigt,
son clignement d'yeux consentira; et alors, vite, vite, je fermerai
les volets, la fenêtre, les rideaux, elle allumera les bougies,
j'arracherai mes vêtements, et, tandis qu'elle se déshabillera, plus
lente, je l'attendrai, frémissant, le coude dans l'oreiller, et tant
mieux si mon coeur éclate et si je meurs de joie, quand je verrai
sa nuque et ses épaules émergeant de son corset de satin noir et son
voluptueux sourire reflété dans l'armoire à glace!

Oui! voilà ce que je puis avoir demain, après ces six mois de
solitude, d'horrible solitude. Voilà ce que je puis avoir demain, si
je veux. La liberté, le bonheur, l'amour!...

Eh bien, cela ne sera pas. Je me tuerai tout à l'heure, quand j'aurai
noirci ces quelques feuillets où j'essaie de m'expliquer à moi-même la
cause de mon impérieux besoin de mourir. Ah! le gardien, qui, malgré
le règlement, a bien voulu me vendre le rat de cave à la lueur duquel
j'écris ces lignes, et qui, demain, quand il viendra pour me délivrer,
me trouvera pendu à l'un de ces barreaux, raide, déjà froid, la face
noire et la langue tirée, sera bien surpris, n'est-ce pas? Les choses
se passeront ainsi, pourtant. Je me pendrai à minuit.

Réfléchissons, tâchons de voir clair dans les sentiments qui
m'agitent.

D'abord, il faut bien l'avouer, je n'ai aucun remords de ma mauvaise
action. J'ai cependant commis un indigne abus de confiance, j'ai volé
un homme qui était juste et bienveillant pour moi, qui rétribuait
honorablement mon travail, se souciait de mon avenir, m'estimait assez
pour vouloir m'associer à ses affaires. Mais, il n'y a pas à me le
dissimuler, je n'éprouve point de repentir. Ce serait à refaire?...
Oui! si je sentais encore le bras de Marguerite frémir sur le mien,
devant la vitrine de ce joaillier, si je voyais encore ses yeux avides
de désir en regardant ce petit bracelet orné de brillants, eh bien, je
volerais encore les cent louis dans ma caisse et je lui donnerais le
bijou. Suis-je un scélérat, ou un aliéné? Je n'en sais rien, mais je
recommencerais.

Oh! cette femme! Comme je l'ai aimée, tout de suite, au premier choc
de nos regards!

Je me rappelle. Deux camarades m'avaient offert de les accompagner
dans ce bal public, du côté de Montmartre. J'avais refusé d'abord,
j'étais un peu las. Je voulais me coucher de bonne heure. Ils
insistèrent, et je les suivis.

L'orchestre jouait une polka dont le motif vulgaire était durement
dessiné par le cornet à piston, et autour de l'espace bitumé où
sautaient quelques couples, la foule tournait sans cesse, stupidement,
sous les maigres arbustes dont le feuillage, éclairé en dessous par
le gaz, avait des tons de papier peint. Deux femmes vinrent à notre
rencontre. La plus grande, une brune très maquillée,--le type de la
fille de restaurant nocturne,--connaissait un de mes compagnons; elle
nous demanda effrontément de lui payer à boire. On s'attabla, et je
m'assis auprès de l'autre femme, de la blonde, déjà séduit par son
délicat et gracieux visage, par son maintien réservé, presque timide.
Il était facile de voir qu'elle ne courait les bals que depuis très
peu de temps. Point de bijoux et une pauvre robe noire déjà usée, une
robe d'honnête fille.

Son chapeau seul, un feutre tapageur à plume rose, autorisait le
premier venu à lui dire: «Viens-tu souper?» Ce chapeau était une
enseigne.

Nous causâmes: sa voix était douce comme ses yeux. Aucun cynisme. Un
de mes camarades lui ayant adressé un compliment brutal, elle ne lui
répondit que par un sourire gêné, où il y avait de la politesse, de la
résignation et du dégoût. Elle charmait en inspirant la pitié, et
elle me fit songer--je n'ai pourtant rien d'un poète--au reflet d'une
étoile dans le ruisseau. Dans le premier baiser que je lui donnai,
lorsque nous fûmes montés tous deux en voiture, à la sortie du bal, il
y avait déjà de la tendresse.

La nuit que nous passâmes ensemble,--oh! je crois encore sentir
la chaleur de ses larmes, quand elle pleurait sur mon épaule en
me racontant son enfance vagabonde sur les trottoirs de Paris, sa
jeunesse de misère, sa chute piteuse et inévitable,--cette nuit-là fut
telle que, peu de jours après, j'arrachais Marguerite à sa honteuse
misère et qu'elle venait vivre avec moi.

C'était une folie. Je n'avais pour toutes ressources que mes
appointements de caissier au «Petit-Saint-Germain». Pourtant, si
Marguerite avait eu un peu d'économie, quelques instincts de femme de
ménage, on aurait pu s'en tirer tout de même. Mais il n'en était rien.
Naturellement douce, le coeur froid et la chair ardente, tombée dans
la débauche plutôt par faiblesse que par goût, Marguerite était la
vraie gamine de Paris, paresseuse et ivre de chiffons, qui s'attarde
au lit jusqu'à midi, le nez dans un roman, et qui se nourrit de salade
pendant huit jours pour s'acheter une paire de bas de soie.

Bientôt mon petit ménage fut dans un complet désordre. Le soir, quand
je revenais du magasin, je trouvais Marguerite encore en peignoir du
matin, en train de faire des «réussites»; elle n'avait même pas
songé au souper, et il fallait envoyer la concierge acheter des
charcuteries.

Quand j'essayais de faire quelques remontrances à ma maîtresse, elle
me disait simplement, sans se fâcher: «Je sais bien que je ne suis
pas la femme qu'il te faut... Qu'est-ce que tu veux y faire?...
Quitte-moi. Je n'aurai pas le droit de me plaindre.»

Et je ne savais que répondre, furieux de penser qu'elle ne tenait
guère à moi et que je ne pouvais plus me passer d'elle.

La quitter? J'y avais bien songé quelquefois, dans les premiers
temps. Mais l'idée qu'elle me dirait assez froidement adieu, qu'elle
retournerait le soir même dans l'horrible bal où je l'avais ramassée
et qu'un passant l'emmènerait chez lui pour une ou deux pièces de
vingt francs... oh! cette idée-là m'était insupportable. La quitter!
Mais, rien qu'en me disant que je me réveillerais le lendemain sans
sentir la chaleur de son corps auprès de moi, j'éprouvais comme une
défaillance. En quelques semaines, le besoin que j'avais de cette
femme avait pris l'ardeur d'une passion et la force d'une habitude.

Je l'aimais! je l'aimais!... Elle me possédait, quoi!

Quand j'avais fait connaissance avec Marguerite, elle habitait une
sordide chambre d'hôtel garni et ne possédait qu'un peu de linge,
la pauvre robe qu'elle avait sur le corps, et cet horrible chapeau à
plume rose qui l'affichait dans les bals publics. Pour l'habiller plus
décemment, pour lui faire un petit trousseau, j'avais sacrifié toutes
mes économies et je m'étais même endetté. Son désordre, son manque de
soins, les nouvelles dépenses que je fis pour la distraire, pour
la mener au spectacle, au café-concert,--j'avais peur qu'elle ne me
quittât par ennui,--achevèrent rapidement ma ruine. J'étais en retard
avec tous les fournisseurs; je devais des sommes assez rondes à
plusieurs de mes camarades. Mais je ne confiais pas mes soucis à
Marguerite.

A quoi cela m'eût-il avancé? Elle m'aurait dit encore, je le
prévoyais, de sa voix douce et résignée: «Que veux-tu que j'y
fasse?... Séparons-nous.» Je m'efforçais donc de ne pas penser à la
catastrophe certaine, feignant l'insouciance auprès de ma maîtresse,
faisant avec elle une partie de plaisir dès que j'avais quelque
argent; mais, au fond du coeur, j'étais épouvanté de l'avenir.

Tous les hommes dans une position désespérée sont tentés de demander
des ressources au jeu. Je le fus d'autant plus facilement que les
commis du «Petit-Saint-Germain» parlaient constamment devant moi de
leurs gains et de leurs pertes aux courses de chevaux qu'ils suivaient
avec passion. Un jour, le chef du rayon des soieries, dont jusque-là
les paris avaient été très heureux, affirma qu'il avait sur le
résultat des prochaines courses d'Auteuil un renseignement excellent,
donné par un jockey, un «bon tuyau», comme on dit dans l'argot spécial
des bookmakers. D'après ce «tuyau», _Grain-de-Sel_, un cheval inconnu,
remporterait le prix principal, et ceux qui parieraient pour lui
gagneraient dix fois leur mise. Vainement le second vendeur
des lainages vantait-il les _performances_ du cheval favori,
_Sept-de-Pique_, l'autre n'en voulait pas démordre et racontait, avec
des airs mystérieux, une assez sale intrigue d'écurie où des
sportsmen fameux étaient mêlés et qui devait donner la victoire à
_Grain-de-Sel_.

Tant d'assurance me troubla.

--«Si j'avais encore,--me dis-je,--le billet de cinq cents francs qui
était dans mon secrétaire quand Marguerite est venue habiter avec
moi, je le risquerais certainement... Dix fois la mise! Cinq mille
francs!... Ce seraient toutes mes dettes payées, et la tranquillité,
l'aisance, la paisible possession de Marguerite pour de longs mois.»

Mais il n'y avait que deux louis dans mon porte-monnaie. Je chassai
donc ce rêve absurde en haussant les épaules.

J'avais promis à Marguerite, malgré ma pauvreté, de la conduire ce
soir-là aux Folies-Bergère, où de très étranges clowns faisaient
fureur. Nous y allâmes à pied, bras dessus bras dessous, pour
épargner le prix d'un fiacre, et nous passâmes sous les galeries du
Palais-Royal. Marguerite n'eût pas été femme si elle n'avait point
fait deux ou trois haltes devant les vitrines des bijoutiers. Elle
me montra un mince porte-bonheur orné de diamants qui excitait sa
convoitise.

--«Dis donc, combien ça peut-il coûter, ce petit bracelet?

--Eh! eh!--répondis-je,--une cinquantaine de louis... Pas moins.»

Elle s'éloigna de la vitrine, lentement, avec un long regard de
regret.

--«Allons!--dit-elle,--ces joujoux-là, c'est bon pour les autres!»

A ce moment précis, par un de ces coups de pensée où l'on voit
l'avenir prochain dans une lueur d'éclair, je me rappelai dans tous
ses détails l'intrigue d'écurie racontée par mon camarade; je conçus
une confiance absolue dans le succès de _Grain-de-Sel_; j'eus le coeur
étreint par la tentation de prendre deux mille francs dans ma caisse,
d'acheter le bracelet pour Marguerite et de jouer le reste; j'imaginai
un moyen de dissimuler le vol pendant quelques jours, afin de pouvoir
restituer secrètement la somme, si je gagnais aux courses; je me vis
enfin libéré de tout souci, les poches pleines d'or, venant de faire
un dîner fin avec ma maîtresse, assis derrière elle dans l'ombre d'une
baignoire de petit théâtre, et mordillant de temps en temps entre mes
lèvres les frisons de cheveux qu'elle a dans le cou.

Je pensai à toutes ces choses à la fois, en une seconde, avant que
Marguerite eût détourné ses yeux de la vitrine éblouissante.

Je l'entraînai, lui serrant le bras, hâtant le pas, le coeur gonflé
et battant à coups profonds. Puis, soudain, j'eus la sensation que je
venais d'être frappé douloureusement dans l'intérieur de mon cerveau
et je me dis:

«Si je ne gagnais pas?...»

Je lançai un regard oblique à celle qui m'accompagnait. Heureusement,
elle avait la tête tournée de l'autre côté, du côté des boutiques, et
elle ne vit pas mes yeux. Dans la glace d'un magasin, j'aperçus avec
terreur un visage de fou qui me ressemblait.

Mais, d'un effort de volonté, je redevins maître de moi.

Eh bien, quoi? Si je ne gagnais pas?... J'irais m'asseoir, le dos rond
et la tête basse, sur le banc des accusés; je tâterais de la prison,
du bagne peut-être... On n'a rien sans risque; et, en cas de malheur,
j'aurais donné du moins à cette femme qui m'avait fait son esclave
par les sens, mais dont je n'avais jamais échauffé le coeur glacé,
j'aurais donné à Marguerite une effrayante preuve d'amour, et elle
m'aimerait peut-être enfin, elle souffrirait peut-être à son tour, la
fille qu'elle était, quand elle saurait que j'avais volé pour elle!...

Mais l'heure passe... A quoi bon raconter la tempête morale dans
laquelle a sombré mon honnêteté? A quoi bon dire le vol commis et mon
horrible angoisse, devant le poteau des courses, en voyant accourir
les deux chevaux furieusement fouettés par leurs jockeys, et en
entendant la foule acclamer _Sept-de-Pique_, qui venait de battre
_Grain-de-Sel_ d'une longueur de tête? On découvrit mon crime. Je fus
arrêté, jugé, condamné, mis enfin dans cette prison où j'ai subi les
pires tortures et d'où je ne sortirai que mort.

Oh! oui, les pires tortures! Pas celles du remords, je le répète,
ni de la privation de la liberté, ni de la vie en commun avec des
bandits. Oh! de bien pires, de bien pires, celles de la jalousie!...

Je n'avais jamais souffert encore de ce cruel sentiment, et
Marguerite, pendant les cinq mois que nous avions vécu ensemble,
n'avait rien fait pour me l'inspirer. Apathique et casanière, elle
restait seule au logis pendant toute la journée,--j'en avais des
preuves,--et, le soir, quand nous sortions ensemble, pas une seule
fois je n'avais surpris chez elle un de ces regards de complaisance
que la plus honnête femme, même au bras de son mari, jette au premier
passant venu qui a l'air de la trouver à son gré. Marguerite n'était
nullement coquette.

De plus, ce que j'avais prévu au moment où je méditais mon coup était
arrivé. Marguerite avait été profondément touchée par ma coupable
action; elle y avait vu une preuve d'amour. A l'audience, elle avait
pleuré des larmes sincères, s'accusant de m'avoir perdu, et, dès qu'il
lui fut permis de me visiter dans ma prison,--elle se faisait passer
pour ma soeur,--elle me montra, derrière la grille du préau, un visage
pâli par le chagrin. Elle m'aimait enfin! J'en étais sûr.

Je me souviens de notre première entrevue. Nous nous regardions
tristement à travers le grillage en fer.

--«Alors, tu m'aimes un peu?--lui dis-je.--C'est bien vrai?

--Plus et mieux qu'autrefois, tu le vois bien.

--Naguère, tu étais si froide pour moi, cependant!

--Ce que tu as fait m'a bien changée, va!... Est-ce que je pouvais
croire que tu m'aimais à ce point-là?... Mets-moi à l'épreuve.

--Il n'y en a qu'une qui me convaincrait.

--Laquelle?

--Si tu étais capable d'attendre ma libération et de me rester
fidèle?...

--Je te le promets... je te le jure!

--Bah! comment vivras-tu?

--Je travaillerai.

--Toi, ma pauvre Marguerite?

--J'ai appris pour être couturière... Tu verras.»

Elle revint huit jours après, ôta ses gants et me montra ses doigts
marqués de piqûres d'aiguilles. Elle avait trouvé, me dit-elle, des
«confections» à faire pour un magasin de nouveautés. Elle gagnait déjà
quarante sous par jour, mais bientôt elle deviendrait plus habile,
arriverait à trois francs.

--«On peut vivre avec ça,--ajouta-t-elle en souriant. Oh! sans faire
la noce, bien sûr... Mais je n'y pense guère, va!... Je ne tiens plus
qu'à une chose, à présent... Faire plaisir à mon chéri.»

Ce nom «mon chéri», qu'elle me donnait autrefois avec tant
d'indifférence, si banalement, comme elle l'avait donné, hélas! à tous
ses amants, fut prononcé par elle, ce jour-là, avec l'intonation la
plus tendrement émue; et les larmes m'en vinrent aux yeux.

Que m'importaient alors la captivité, la livrée d'infamie, l'ignoble
soupe mangée à la même gamelle que les scélérats, les éternelles nuits
d'insomnie sans lumière! Marguerite m'aimait; elle gagnait son pain
pour rester sage et pour m'attendre. Était-ce donc possible? Misérable
homme! j'avais commis un vol pour une femme, et j'allais avoir la
consolation, une fois ma faute expiée, de me réfugier dans les bras
de cette même femme, mais devenue tout autre, régénérée par l'amour et
par le travail, et qui serait maintenant la première à m'empêcher de
faillir, si j'en étais tenté. Ah! j'étais plein de courage, prêt à
subir sans une plainte la peine que j'avais méritée. Aux plus
durs moments de ma vie de prisonnier, je pensais à Marguerite, et
l'espérance m'inondait en me réchauffant, comme un puissant cordial,
et mes affreux compagnons me demandaient pourquoi j'avais l'air si
heureux et ce qui me faisait sourire.

Cet état d'âme délicieux,--oui! moi, le condamné vêtu d'une
souquenille de forçat, moi à qui les gardiens disaient: «Ici!» comme
à un chien, j'ai vécu alors des heures délicieuses,--cet état d'âme,
cette période d'espoir et de résignation, dura environ deux mois.
Pendant ce temps, Marguerite vint me voir exactement une heure
par semaine, et, à chacune de ses visites, je regardais, avec une
enivrante pitié, ses yeux cernés par les veilles, ses joues que la
misère amaigrissait, ses pauvres doigts meurtris et sa robe qui se
fanait de plus en plus.

Un jour,--c'est alors que mon supplice a commencé,--elle vint avec une
robe neuve.

Tout de suite, j'eus le coeur mordu par un soupçon. Mais elle me
regarda en face et me dit en souriant:

«Ah! oui, tu regardes ma robe!... C'est Clotilde qui me l'a donnée...
Tu sais, Clotilde, l'amie avec qui j'étais la première fois que nous
nous sommes rencontrés... Elle a maintenant un amant qui fait des
folies pour elle. En me voyant si pauvrement vêtue, elle m'a fait
cadeau de cette robe qu'elle n'avait mise que cinq ou six fois. Je
n'ai eu qu'à l'arranger un peu... Elle est comme neuve, n'est-ce pas?»

Ce n'était pas vrai! Jamais, depuis que nous vivions ensemble,
Marguerite ne m'avait parlé de cette Clotilde comme d'une amie.
Naguère, les deux femmes demeuraient dans le même hôtel meublé,
voisinaient, allaient de compagnie dans les bals publics, voilà tout.
Je me rappelais Clotilde comme une fille sans jeunesse et sans beauté,
tombée dans la misère, pouvant faire tout au plus illusion, sous le
fard, à quelque soupeur pris de vin. Une pareille créature n'avait
pu trouver un amant assez riche pour faire de telles largesses. Ce
n'était pas vrai, et, si j'en avais douté, j'en aurais vu éclater la
preuve dans les yeux que Marguerite s'efforçait de tenir fixes sur
les miens, dans ses yeux où le regard semblait trembler et dont les
paupières palpitaient à coups rapides, dans ses yeux de menteuse!

Je fus sur le point de lui dire toute ma pensée, d'éclater en
reproches, de lui faire une scène. Mais j'eus peur qu'elle ne revînt
plus, et je me contins.

Elle continua de me parler affectueusement, me disant qu'elle gagnait
à présent trois francs cinquante et jusqu'à quatre francs par jour,
qu'elle avait trop d'ouvrage et n'y pouvait suffire, qu'elle songeait
à prendre une apprentie. Elle accumulait les mensonges, j'en avais la
certitude.

Bien que je sentisse gronder en moi un orage de douleur et de colère,
j'eus la force d'être calme jusqu'au bout; je ne répondis que par des
mots insignifiants à tout ce bavardage. Elle attribua sans doute
cet accès de taciturnité à ma triste situation et me quitta presque
joyeuse, s'imaginant que j'étais sa dupe.

Ainsi, Marguerite me trompait. Pendant que je subissais, à cause
d'elle, le châtiment des voleurs, elle avait pris un amant,--que
dis-je? elle se louait peut-être à la nuit, comme autrefois, et
pour des chiffons! Je venais de lui voir une robe nouvelle, mais, la
prochaine fois,--j'en aurais parié ma main droite,--elle aurait des
gants neufs et un chapeau frais; et toutes les menteries qu'elle
venait de me débiter n'avaient d'autre but que de me préparer à
l'apparition de ses futures toilettes. Et elle n'avait pas eu l'idée
de remettre, pour venir me voir, ses pauvres vêtements, ou, si elle
y avait pensé, elle n'avait pas voulu se montrer dans la rue avec une
robe usée! Non! elle avait mieux aimé inventer d'imbéciles impostures;
elle avait probablement haussé les épaules en se disant: «Tant pis
pour lui, s'il ne me croit pas!» Oh! la stupide, la vulgaire fille!
Et c'était pour «ça» que je faisais de la prison et que je m'étais
déshonoré!

Mais, puisqu'elle était capable de cette infamie, puisqu'elle ne
m'aimait pas, pourquoi revenait-elle me voir? Eh! parbleu, par niaise
sensiblerie, par bêtise charitable, comme elle serait allée porter des
oranges à sa portière malade à l'hôpital.

Quelle honte! Elle avait pitié de moi!

Je passai huit jours horribles, en roulant sans cesse toutes ces
pensées dans mon esprit. Puis une terreur me saisit: «Si elle ne
revenait pas, au prochain jour de visite?» Et seulement alors, par la
détresse où cette crainte me jeta, je compris combien, malgré tout,
Marguerite m'était encore chère. Je me fis donc le serment, que j'ai
tenu, de lui dissimuler ma jalousie, de ne rien faire ni dire qui pût
trahir mes souffrances et mes soupçons.

Elle revint,--oh! je l'avais parié!--elle revint avec un joli chapeau
de printemps. Elle avait complété sa toilette; son visage était
reposé, son teint plus frais. Certes! non, cette femme-là n'était plus
dans la misère et ne gagnait plus son pain à coudre des «confections»
jour et nuit.

Elle eut cependant l'audace... ou la bonté--qui sait? elle croyait
peut-être bien faire--de me dire qu'elle était très contente, qu'elle
employait deux ouvrières; cent nouveaux mensonges. Je feignis de m'en
réjouir avec elle, et, donnant à ma voix l'accent le plus caressant,
je la priai d'ôter son gant et d'appuyer sa main sur le grillage
qui nous séparait, afin que je pusse la toucher de mes lèvres. Elle
m'obéit, et en baisant sa main je vis qu'il n'y avait plus de piqûres
d'aiguilles au bout de ses doigts...

Mais la demie d'après onze heures vient de sonner à l'horloge de la
prison.

Mon bout de cire sera bientôt consumé.

Hâtons-nous.

Si le temps ne me manquait pas, j'aurais eu pourtant une atroce
satisfaction à analyser ici toutes les angoisses que j'ai souffertes
et qui se peuvent résumer dans ces deux mots dont l'accouplement
fait frémir: un prisonnier jaloux! Oui! j'aurais une joie de damné à
décrire par le menu les supplices que m'infligea Marguerite, à chaque
nouvelle visite. Il en est un, surtout... Oh! celui-là, je veux le
dire, car il fut le plus cruel de tous.

Ce jour-là, en attendant l'arrivée de ma maîtresse, j'avais essayé de
me persuader que j'étais trop incrédule, qu'il n'était pas impossible,
après tout, qu'une femme gagnât assez largement sa vie pour s'acheter
quelques nippes. Un détail, même, qui m'était subitement revenu à la
mémoire, m'avait presque rassuré. Jamais Marguerite, qui ne craignait
pas de se montrer à moi en toilette neuve,--en y réfléchissant,
c'était peut-être une preuve de son innocence,--jamais Marguerite
ne portait le moindre bijou. Le bracelet jadis acheté par moi avec
l'argent du vol, et qu'elle avait tenu à restituer honnêtement au
moment du procès, était le seul joyau qu'elle eût jamais possédé.
Jusque-là, très pauvre fille, mais ayant horreur du faux, du «toc»,
comme elle disait avec un dégoût singulier, elle ne s'était jamais
parée de la plus modeste bijouterie, et ses oreilles n'étaient même
pas percées. Le souvenir de cette dernière particularité me touchait
profondément.

Parbleu! je me rappelais quand même que, si je ne voyais point de
bagues à ses doigts, je n'y retrouvais pas non plus, depuis quelque
temps, les traces du travail. Je me disais bien aussi qu'elle pouvait
avoir accepté des parures et ne pas les mettre pour venir me voir.
Mais, ce jour-là, j'étais disposé à la bienveillance, je voulais
me convaincre d'injustice, et, dans les mille suppositions qui me
traversaient l'esprit, je ne m'arrêtais qu'à celles qui pouvaient être
favorables à Marguerite.

Elle arriva à l'heure exacte, selon son habitude, et moi, en
l'apercevant de loin, à travers le grillage, je sentis pour la
première fois se dissiper mes soupçons. Mais quand je fus plus près
d'elle,--oh! l'ironie méchante des pressentiments!--tout de suite, au
premier regard, je vis à ses oreilles deux petites cicatrices encore
fraîches!... Elle avait des bijoux, à présent, cette femme qui n'en
voulait porter que de vrais et à qui je n'avais pu en payer qu'avec
de l'argent volé! Elle se mettait aux oreilles des perles fines ou des
diamants, et, certainement, elle croyait faire preuve de délicatesse
en m'en épargnant la vue!...

C'est depuis ce jour-là, c'est depuis qu'il ne m'est plus permis de
conserver le moindre doute sur la trahison de Marguerite, que je songe
à me tuer. Il y a de longs jours que ce devrait être fait. Mais quoi!
on est lâche, on a peur de la mort, et puis... et puis, il faut bien
le dire, j'aime toujours cette femme, et, la nuit, sur mon grabat de
détresse, je me tords dans des rêves qu'elle hante. Oh! j'ai eu toutes
les faiblesses! J'ai songé à la reprendre quand même, telle qu'elle
est redevenue; j'ai songé à accepter tous les partages, toutes les
abjections. Je me suis moqué de moi-même, j'ai raillé ma jalousie: «Tu
es bien scrupuleux, dis donc, pour un voleur!» Mais c'est plus fort
que moi. La pensée qu'elle m'a trompé, qu'elle s'est vendue à un homme
ou à plusieurs pendant tout le temps que je suis resté en prison, en
prison à cause d'elle, me rend furieux... me fait voir rouge!...

Oui! comme je le disais en commençant cet écrit, je pourrais, demain
matin, déjeuner avec elle dans notre petite chambre, auprès de la
fenêtre d'où l'on voit le grand jardin d'automne et les beaux arbres
dorés. Oui! ce serait délicieux... Mais si j'apercevais alors, dans
les cendres du foyer, le bout de cigare de son «monsieur» de la
veille, je serais capable de prendre un couteau sur la nappe et de le
lui planter dans le coeur.

Je ne veux pas devenir un meurtrier. C'est bien assez d'être un
voleur. Il vaut mieux mourir...

Mourir sans rancune contre elle, en me disant que ce qui est arrivé
était inévitable, et qu'elle a été sincère, en somme, qu'elle m'a même
peut-être un peu aimé, le jour où elle me fit cette promesse qu'elle
n'a pas eu la force de tenir.

Adieu, Marguerite! Tu n'es pas mauvaise au fond, et en lisant ceci, tu
pleureras un instant, je le crois. Mais tout s'oublie, et plus tard,
quand un de tes amants de rencontre s'amusera à te faire raconter ta
vie, tu seras vaniteuse comme toutes tes pareilles, va! Tu sauteras,
pieds nus, hors du lit, pour aller chercher ces feuillets dans le
tiroir du haut de ta commode où tu serres ton jeu de cartes et tes
reconnaissances du Mont-de-Piété, et, après t'être recouchée, tu feras
lire ma confession à ton hôte d'une nuit, toute fière de lui prouver
qu'un malheureux homme s'est tué pour toi.

Ah! ah! Minuit sonne... Mon rat de cave va s'éteindre. J'ai déjà roulé
en corde le drap de mon lit, et le barreau de la lucarne est solide...
Du courage, et finissons-en!



Fille de Tristesse



Avant de devenir célèbre en un jour,--le jour du vernissage d'il y a
trois ans, où tout Paris devint amoureux de sa délicieuse _Musicienne
des rues_,--le peintre Michel Guérard a connu la dure misère.

Sa mère, son admirable mère, qui n'a pas douté une minute de la
vocation de son fils et qui est morte avec la fierté de le voir classé
parmi les jeunes maîtres de l'école moderne, a vécu tout près de
lui les terribles années d'épreuve, le consolant de sa tendresse,
le fortifiant de son courage. Aussi, Michel, qui s'est évanoui de
douleur, le jour de l'enterrement, au bord de la fosse ouverte, dans
le cimetière Montmartre, ne prononce jamais ce mot: «ma mère», sans
que sa voix tremble d'émotion, et le souvenir de la bonne et vaillante
femme veille toujours, auguste et sacré, dans sa mémoire, comme une
lampe de sanctuaire.


Michel avait vingt ans à peine et travaillait depuis dix-huit mois
seulement dans l'atelier de Gérôme, à l'École des Beaux-Arts, lorsque
mourut subitement son père, l'honnête caissier de la _Salamandre_,
compagnie d'assurances contre l'incendie, d'une médiocre importance.
La place était modeste, et le bonhomme ne laissait à sa veuve qu'une
insignifiante épargne. La _Salamandre_, en souvenir de l'intègre
et ancien serviteur, offrit à Mme Guérard, pour son fils, une place
convenable dans les bureaux de la Compagnie. Le jeune homme l'eût
acceptée par dévouement pour sa mère; mais celle-ci refusa le
sacrifice.

--«Non!--dit-elle, en serrant longuement le grand garçon contre son
coeur et en le baisant sur sa belle chevelure noire, toujours si
sauvagement emmêlée,--non! mon garçon, fais de la peinture, puisque
c'est ton idée... Nous vivrons comme nous pourrons.».

Et l'on vécut comme on put, c'est-à-dire fort mal, tout en haut
de Montmartre, non loin du moulin ruiné,--dégénéré depuis en
guinguette,--au cinquième étage d'une maison neuve, construite en boue
et en crachats, mais d'où l'on voyait l'immense Paris comme dans un
panorama, avec ses tours, ses flèches et ses dômes, et là-bas, là-bas,
son enceinte de collines, grises dans la brume.

Michel n'avait là qu'un vaste atelier et une sorte de cellule sans
feu, où logeait Mme Guérard. Dès le matin,--oh! la pauvre maman en
bonnet de servante!--elle venait tout ranger dans l'atelier, allumait
le poêle, nettoyait les brosses, cachait le lit de sangle de son fils
derrière un paravent, puis elle disparaissait, le laissant travailler
tranquillement toute la journée. A peine l'entendait-il, de temps
à autre, invisible et présente comme un génie familier, remuer les
cendres de sa chaufferette dans sa petite chambre, ou souffler le feu
pour faire cuire le dîner, dans l'étroite cuisine. C'est là que le
fils et la mère faisaient des repas de poupée sur une petite table de
bois blanc, et l'on y était bien, en Décembre, près de la chaleur du
fourneau.

Michel «buchait» comme un manoeuvre pour gagner le pain du jour, de
la semaine, du mois. Il bâclait--de grand matin, en été, le soir à la
lampe, l'hiver--des dessins sur bois pour les publications illustrées,
et la maman Guérard faisait des prodiges d'économie pour que son
fils eût de quoi payer les modèles et peindre d'après nature, toute
l'après-midi.

Il y eut de mauvais jours, de très mauvais jours. Depuis longtemps,
les six couverts, la pince à sucre et la boîte à couteaux à manches
d'argent avaient été vendus afin d'acquitter une note du marchand
de couleurs. Quelquefois, pour acheter le dîner,--c'est étonnant, ce
qu'un morceau de veau rôti représente de déjeuners froids, et l'on ne
s'imagine pas tout l'avenir qu'à le reste d'un pot-au-feu transformé
en rata et en vinaigrette!--quelquefois, il fallait engager les autres
débris du luxe bourgeois de jadis, tels que la montre d'or en forme de
bassinoire, qui avait dû être à la mode sous le Consulat, ou même la
broche encadrée de petits grenats dans laquelle miroitait, au cou
de la veuve, le daguerréotype de feu M. Guérard. La brave maman
connaissait, hélas! le chemin du Mont-de-Piété, et il y avait souvent
une ou deux reconnaissances sous le «sujet» en bronze de la pendule,
qui représentait une jeune personne embrassant avec désespoir le mât
d'une barque en détresse.

Les Guérard étaient donc très pauvres; mais, comme beaucoup de
pauvres, ils trouvaient encore moyen de faire la charité.

Sur le même palier qu'eux, dans une affreuse mansarde carrelée,
logeait une pauvre ouvrière avec sa petite fille.

La femme, que les gens de la maison appelaient tous: «c'te pauv'
Sidonie», n'avait jamais été mariée. Elle avait eu sa petite fille
à dix-huit ans, âge où elle avait été presque jolie,--oh! une saison
seulement, juste le temps d'être trompée et abandonnée par un vaurien,
et de perdre sa fraîcheur et sa santé dans une couche laborieuse;--et
depuis, elle avait toujours trimé pour gagner sa vie et pour élever
son enfant. A trente ans, «c'te pauv' Sidonie» avait le dos voûté, les
tempes grises, et il lui manquait trois dents par devant. Elle était
très courageuse, très honnête, et faisait des journées à n'importe
quel prix.

La petite fille, nommée Fernande, avait l'air d'une bohémienne: un
teint de citron mûr, de longues mèches de cheveux noirs et crêpés, et
des yeux qui lui faisaient le tour de la tête, comme on dit dans les
faubourgs.

Michel, l'ayant vue jouer dans l'escalier, la trouva gentille, la fit
poser pour un bout d'étude, et la maman Guérard la prit en amitié.

Cela faisait de la peine à l'excellente femme de voir cette jolie
enfant polissonner dans la cour,--car sa mère revenait tard de
son travail et l'école primaire fermait à quatre heures,--ou même
quelquefois jouer à la main chaude sur le trottoir avec les deux
gamins du savetier d'en bas, celui qui fredonnait, tout en martelant
son cuir:

  _On les guillotinera_,
  _Ces cochons d'propriétaires_.
  _On les guillotinera_,
  _Et le peuple sourira_.

Mme Guérard séduisit donc la petite Fernande au moyen de quelques
tartines de confitures. L'enfant venait chez les Guérard à la sortie
de l'école; la veuve lui faisait apprendre et réciter sa leçon du
lendemain, puis la laissait jouer dans l'atelier de Michel, qu'elle
amusait, et qui crayonna d'après elle vingt croquis.

Fernande trouvait là bien des douceurs. On la retenait souvent à
dîner, et, si maigre que fût la cuisine des Guérard, elle l'était
moins que celle de «c'te pauv' Sidonie.» La vieille maman avait
découvert, un jour, dans sa modeste garde-robe, une jupe encore très
présentable, et y avait taillé pour la petite un costume qui, ma foi!
avait l'air presque neuf. Une fois même que Fernande était revenue
avec la croix et avait été première en géographie,--à quoi diable ça
pouvait-il lui servir de si bien dessiner sur le tableau noir la ligne
du partage des eaux?--maman Guérard, enchantée, avait fait cadeau
à l'enfant d'une méchante paire de boucles d'oreilles, que la bonne
femme conservait en souvenir de sa première communion.

Bref, les Guérard étaient en train d'adopter tout doucement la petite
fille, quand «c'te pauv' Sidonie», en retard de deux termes, fut assez
brutalement congédiée de la maison et s'en alla demeurer très loin,
aux Amandiers. Elle emmena naturellement Fernande, qui fit ses adieux
aux bons voisins, le coeur gros et les yeux rouges, mais qui ne revint
jamais les voir, malgré ses promesses, et qu'on finit par oublier.

Le temps passa. Michel Guérard obtint ses premiers succès au Salon et
commença à gagner quelque argent. Oh! pas beaucoup. Les toiles où ce
peintre aime à fixer les types populaires sont empreintes d'une poésie
sévère et mélancolique qui inquiètera toujours le bourgeois, et bien
que tous les vrais artistes considèrent Guérard comme un maître, les
amateurs opulents n'auront jamais un goût bien vif pour ces âpres
tableaux, où la vie des pauvres est peinte par un pauvre.

Cependant, Michel exposa sa _Musicienne des rues_, à laquelle le jury,
peu sympathique jusque-là, ne put s'empêcher de décerner une première
médaille. La gravure popularisa en peu de temps cette dolente et
maigre figure de jeune fille, ouvrant, pour chanter, une bouche si
pure, et jouant du violon avec un geste si gracieux et si naturel.
Maman Guérard, déjà bien malade, eut la joie de lire, ses lunettes sur
le nez, dans le lit d'où elle ne devait pas se relever, les articles
des journaux qui saluèrent en termes enthousiastes la gloire naissante
de son fils. Enfin, Michel Guérard eut, dans l'art contemporain, sa
place légitime, mais sans devenir pour cela beaucoup plus riche.

Or, deux ans après la mort de sa mère,--nous avons dit quel pieux et
ardent souvenir il lui gardait,--Michel fut invité à un dîner qu'un de
ses amis, un prix de Rome partant pour la Villa Médicis, offrait chez
Foyot à quelques camarades d'atelier.

Michel--il allait avoir trente ans, et son deuil récent avait
encore augmenté sa gravité naturelle--tomba au milieu d'une bande de
tapageurs, tous plus jeunes que lui, aux allures de rapins, qui, après
le chablis et les huîtres, étaient grisés déjà par leurs blagues et
leurs éclats de rire. Au dessert, ces artistes, qui avaient tous dans
l'esprit un idéal élevé ou tout au moins un goût délicat, rivalisèrent
de cyniques propos; et un grand diable de sculpteur ayant crié qu'il
y avait, depuis quelques jours, de jolies «débutantes» dans un mauvais
lieu du quartier Latin, à deux pas de là, la bête sensuelle qui dort
au fond de chaque homme se réveilla tout à coup chez ces jeunes gens,
et l'on se mit à hurler: «Allons chez Dolorès!... Allons voir ces
dames!»

Michel aurait bien voulu s'esquiver. Tant de brutalité lui répugnait,
et il avait bu modérément. Pourtant, par faiblesse, pour faire comme
tout le monde, craignant les railleries peut-être, il suivit les
camarades.

--«Bah!--se dit-il,--j'en serai quitte pour payer quelques bouteilles
de bière.»

Un quart d'heure après, toute la bande, après avoir gravi un étroit et
sordide escalier, pénétrait dans le «salon» de Mme Dolorès, où sept
ou huit malheureuses, en parures obscènes et ridicules, casquées
d'énormes chevelures, étaient vautrées sur un divan circulaire. Elles
saluèrent les nouveaux venus d'un «bonsoir, messieurs,» chanté par un
choeur de voix traînardes et indifférentes, et Michel, entré derrière
les autres, fut tout d'abord écoeuré par une bouffée chaude où se
combinaient les odeurs du tabac, du gaz, de la parfumerie grossière et
de la chair de femme au rabais.

Tout de suite, on déboucha les cruchons, et l'un des jeunes gens
se mit au piano. L'orgie à prix fixe commençait avec sa bêtise
accoutumée.

Michel, absolument dégoûté, s'était assis dans un coin du salon,
encombré par tant de monde. Il était content d'être oublié là et
fumait cigarette sur cigarette.

Soudain, il sentit une main se poser sur son épaule.

--«Eh bien, monsieur Michel, vous ne me reconnaissez pas?» lui demanda
tout bas une voix rauque, une voix de vieille femme.

Michel se retourna et regarda la fille qui venait de s'asseoir, à côté
de lui, sur le canapé. Elle devait avoir vingt ans tout au plus. Très
brune, son souple corps serré dans un étroit peignoir de satin jaune,
quatre grosses épingles de cuivre piquées dans sa chevelure terne et
presque laineuse comme celle d'une femme de couleur, cette fille avait
de grands yeux charbonnés, et n'aurait pas manqué de beauté, sans son
ignoble maquillage et l'expression de dégoût et de fatigue qui fixait
sur sa bouche la grimace de quelqu'un qui va vomir.

--«J'ai vu cette figure-là quelque part,» fut la première sensation de
Michel en considérant cette malheureuse. Mais où?... quand l'avait-il
vue?

--«Comment,--reprit-elle de sa voix cassée,--vous ne vous rappelez
pas?... Il y a dix ans... là-haut... à Montmartre... la petite
Fernande?...»

Michel faillit jeter un cri.

Il la reconnaissait maintenant. Oui! la jolie petite fille que sa
pauvre sainte femme de vieille maman avait fait sauter sur ses genoux
et cette créature perdue, qui sentait le vice et la pommade, c'était
bien la même personne. Elle le regardait d'un air ému et craintif;
l'eau d'une larme retenue faisait briller ses yeux cernés au crayon
noir, et sa bouche, sa navrante bouche tordue comme par une nausée,
essayait piteusement de sourire.

--«Vous!... vous ici!...--balbutia l'artiste, suffoqué par
l'épouvantable surprise.

--Depuis deux mois,--répondit la fille publique, que le cri de douleur
de Michel avait fait rougir sous son fard.--Mais je ne dois rien vous
cacher, à vous, monsieur Michel... Je fais la vie depuis cinq ans
déjà... C'est bien vilain, n'est-ce pas? Pourtant, si vous saviez,
vous m'excuseriez peut-être un peu. Là-bas, aux Amandiers, où nous
sommes allées loger, ma mère et moi, en quittant Montmartre, personne
ne s'est plus occupé de moi. Maman était toujours dehors pour ses
journées; moi, je faisais comme avant, je courais dans la rue avec
les gamins, à la sortie de la classe, et voilà, je suis devenue une
«voyoute.» A quinze ans,--maman venait de mourir à Lariboisière et
j'étais apprentie brunisseuse,--un mauvais garnement m'a débauchée
tout à fait... Mais c'est toujours la même chose. A quoi bon vous
raconter mon histoire? J'en suis arrivée où vous voyez. C'est fini,
n'en parlons plus... Mais je tiens à vous dire une chose, puisque
je vous retrouve, c'est que les seuls bons moments de ma vie,--vous
entendez bien, monsieur Michel!--de toute ma vie, sont ceux que j'ai
passés dans votre atelier, quand vous me promettiez deux sous pour me
faire bien tenir la pose, ou quand votre mère...»

Mais elle s'interrompit brusquement et cacha son visage entre ses
mains.

--«Oh! j'ai honte... Je n'ose pas parler d'elle ici!»

Michel eut le coeur remué de pitié. Il prit Fernande par ses deux
poignets chargés de grossiers porte-bonheur en plaqué, lui écarta les
mains de la figure et la regarda tristement.

--«Tant pis,--reprit-elle avec hésitation...--tant pis! Faut que vous
me donniez de ses nouvelles.

--Elle est morte,--dit le peintre.--Je l'ai conduite au cimetière
Montmartre, il y a deux ans.

--Morte!... C'est vrai, pourtant, voilà dix ans de passés depuis
ce temps-là, et elle était déjà bien malade, bien affaiblie... Quel
chagrin vous avez dû avoir!... Morte!... Je sais bien que je n'aurais
jamais pu la revoir... Une femme comme moi!... Mais, à mon premier
jour de sortie, j'irai lui porter une couronne... Vous voulez bien,
dites?... Les morts, ça sait tout, ça doit comprendre les choses et
être indulgent... Vous me croirez si vous voulez, monsieur Michel. Je
suis la dernière des dernières; mais je n'ai jamais oublié comme on a
été bon pour moi, là-haut, à Montmartre... Et, vous savez, les boucles
d'oreilles de petite fille qu'elle m'avait données?...

--Eh bien?--s'écria le jeune homme, saisi d'horreur à la pensée que
ce souvenir de sa mère pouvait être dans ce lieu d'infamie, entre les
mains d'une prostituée.

--Eh bien, du moment où je n'ai plus été sage, ça m'a gênée de les
conserver... Et, un jour que je passais devant une église, je suis
entrée et je les ai jetées dans le tronc des pauvres... J'ai bien
fait, pas vrai?»

En prononçant ces mots, l'horrible voix de Fernande était devenue
presque douce. Michel sentit deux larmes lui brûler les paupières.

--«Voyons,--dit-il tout tremblant, voyons, ma pauvre fille, quand
on est encore capable d'un sentiment aussi délicat, tout n'est pas
perdu... Pourquoi n'essayeriez-vous pas de sortir d'ici, de vivre
autrement?...»

Mais Fernande eut encore une fois son lugubre sourire.

--«La chemise que j'ai sur le corps n'est pas à
moi,--répondit-elle,--et je dois trois cents francs à la patronne...
Allez! monsieur Michel, quand le vice vous prend une bonne fois, il
vous tient ferme... Merci du bon conseil, tout de même, mais c'est
impossible... Et puis, vivre tranquille, travailler? Est-ce que je
pourrais?...»

En ce moment, une forte voix de femme cria derrière une portière à
demi relevée:

«Réséda! on a besoin de toi au petit salon.»

Fernande s'était levée, d'un coup, mécaniquement.

--«Tenez! voilà qu'on me demande,--dit-elle au peintre, en reprenant
sa voix de vieille et avec un regard dur, presque méchant.--Ici, je
m'appelle Réséda... Adieu, monsieur Michel, ça m'a fait de la peine de
vous revoir, et j'en ai pourtant assez comme ça, de la peine! Adieu,
ne pensez plus à moi, ou si vous y pensez, souhaitez-moi une bonne
fluxion de poitrine, qui me retrousse en deux jours.»

Elle disparut, et Michel, profitant du désordre,--ses compagnons
valsaient en ce moment avec les femmes,--gagna vivement l'escalier,
puis la porte de la rue, et respira avec un grand soupir l'air froid
et pur de la nuit.

Mais cette rencontre lui laissa, pendant les jours qui suivirent, un
souvenir continuel, importun. Il ne pouvait chasser de son esprit la
lamentable apparition de Fernande.

Elle se dressa devant lui, plus obsédante encore, quand il alla
visiter la tombe de sa mère; car il trouva, posée sur la pierre
funéraire, une couronne d'immortelles toute fraîche, sans inscription.
La misérable Fernande avait tenu parole et avait apporté cet hommage à
la seule femme qui eût été douce pour son enfance abandonnée, à celle
qui l'eût sauvée peut-être, sans les circonstances, et eût fait d'elle
une honnête fille tout comme une autre.

--«Qu'est-ce que ferait ma vieille bonne femme de mère, si elle vivait
encore?--se disait Michel, en sortant du cimetière.--Cette malheureuse
a beau dire, sa vie est un enfer et lui fait horreur. Voyons! pour
payer sa dette, pour lui mettre dans la main de quoi louer et meubler
une chambre, chercher du travail, se retourner enfin, un billet de
mille francs suffirait. Justement, Goldsmith, l'américain, me donne
trois mille francs, lundi prochain, pour les deux petits tableaux
qu'il vient de m'acheter. Eh bien, il y aura un billet de mille pour
tirer Fernande de l'égout... Tant pis! j'en verrai la farce... et je
suis sûr que maman approuve.»

Le lundi suivant, dès que le peintre eut touché son argent, il sauta
dans un fiacre et se fit conduire au mauvais lieu, où il entra, la
tête haute, en plein jour, devant les passants. Ah! les passants, les
autres!... Il s'en moquait un peu. Il avait sa conscience pour lui, le
brave garçon.

--«Qui demandez-vous?--lui dit une horrible vieille, qui vint à sa
rencontre sur l'escalier.

--Fernande...

--Fernande?... Ah! oui, Réséda... Elle n'est plus ici... Mais je vais
appeler ces dames.

--Non... Savez-vous où elle est à présent? C'est à elle que j'ai
affaire.

--Dans ce cas, joli brun, faut en faire votre deuil. Vous ne la
trouverez plus, ici ni ailleurs. Elle s'est jetée à l'eau mercredi
dernier.

--Elle s'est tuée!» dit Michel, qui eut froid dans le coeur.

Et il se rappela soudain que c'était précisément le mercredi
d'auparavant, qu'il avait trouvé sur la tombe de sa mère une couronne
d'immortelles, toute fraîche.

--«Oui, mercredi,--reprit la vieille.--C'était son jour de sortie.
Elle n'est pas rentrée le lendemain matin, et nous avons cru d'abord
qu'elle tirait une bordée. Mais la Picarde, qui sort le vendredi et
qui a le goût d'aller à la Morgue, a tout de suite reconnu Réséda sous
le robinet.»

Michel s'enfuit, effaré, et se fit conduire chez lui. Son atelier, où
tombait, par le grand châssis, la lumière grise d'une après-midi de
Décembre, ne lui avait jamais paru si triste. Il s'assit devant un
tableau commencé, prit machinalement sa palette, son appui-main, son
paquet de brosses, puis resta là, immobile. Il ne pensait à rien, se
répétait tout bas, à chaque instant: «Elle s'est tuée, tout de même!»
Il avait l'estomac brouillé et le cerveau vide.

Enfin, voyant qu'il ne pourrait pas travailler, il saisit au
hasard--comme il le faisait souvent--quatre ou cinq de ses vieux
albums, se jeta sur son canapé et les feuilleta d'un doigt distrait.
Mais il se trouva que c'étaient précisément ses albums du temps qu'il
demeurait à Montmartre, et voilà qu'il reconnaissait ses anciens
croquis d'après la petite Fernande... Il y en avait d'informes,
presque des caricatures, où elle ressemblait déjà--chose cruelle!--à
une femme, à la femme qu'il avait retrouvée. Mais, dans la plupart
de ces rapides dessins, comme elle était gentille, cette enfant du
peuple, avec ses gros souliers, sa jupe trop courte et ses cheveux
crépus débordant de son petit béguin! Un croquis surtout, le plus
poussé, le meilleur à coup sûr, arrêta longtemps les regards de
l'artiste. Il représentait Mme Guérard assise dans un fauteuil, et en
train de dévider un écheveau de laine tendu sur les mains de la petite
Fernande, debout auprès d'elle. C'était charmant. La vieille maman
attentive à sa besogne, l'enfant toute droite, très sage, levant ses
poignets et ayant soin de bien tenir ses deux mains en face l'une de
l'autre. Une scène simple et intime, d'une grâce naïve à la Chardin.

Devant cette page d'album, Michel s'abandonna à la rêverie. Dire qu'il
s'en était fallu de si peu que sa mère adoptât tout à fait la pauvre
petite! Quelques mois de plus, et maman Guérard n'aurait pas pu s'en
séparer. «C'te pauv' Sidonie» aurait volontiers cédé sa fille à la
vieille dame, elle qui, avec ses journées et les secours du bureau de
bienfaisance, pouvait à peine joindre les deux bouts. L'enfant aurait
grandi dans ce milieu honnête, serait devenue une belle jeune fille.
Belle! Elle l'était encore, dans son infamie! Un jour, Michel--il
n'avait que dix ans de plus qu'elle, après tout!--se serait
aperçu qu'il l'aimait, et maman Guérard aurait peut-être eu des
petits-enfants à son lit de mort... Au lieu de cela, la petite
Fernande avait vécu dans l'ordure, était morte par le suicide, et,
à cette heure, elle était peut-être encore là-bas, dans la sinistre
halle aux cadavres, sous le robinet, comme avait dit l'affreuse
vieille!

Et, rêvant à tout cela, Michel se sentit si triste, si solitaire, il
trouva le monde si mal fait, la vie si impitoyable, que, n'y tenant
plus, il jeta l'album à travers l'atelier, se laissa tomber sur le
canapé, la face dans ses mains, et se mit à sangloter comme une bête.



Les Sabots du petit Wolff

CONTE DE NOËL



Il était une fois,--il y a si longtemps que tout le monde a oublié
la date,--dans une ville du nord de l'Europe,--dont le nom est si
difficile à prononcer que personne ne s'en souvient,--il était une
fois un petit garçon de sept ans, nommé Wolff, orphelin de père et
de mère, et resté à la charge d'une vieille tante, personne dure et
avaricieuse, qui n'embrassait son neveu qu'au Jour de l'An et qui
poussait un grand soupir de regret chaque fois qu'elle lui servait une
écuellée de soupe.

Mais le pauvre petit était d'un si bon naturel qu'il aimait tout de
même la vieille femme, bien qu'elle lui fît grand peur et qu'il ne pût
regarder sans trembler la grosse verrue, ornée de quatre poils gris,
qu'elle avait au bout du nez.

Comme la tante de Wolff était connue de toute la ville pour avoir
pignon sur rue et de l'or plein un vieux bas de laine, elle n'avait
pas osé envoyer son neveu à l'école des pauvres; mais elle avait
tellement chicané, pour obtenir un rabais, avec le magister chez qui
le petit Wolff allait en classe, que ce mauvais pédant, vexé d'avoir
un élève si mal vêtu et payant si mal, lui infligeait très souvent,
et sans justice aucune, l'écriteau dans le dos et le bonnet d'âne, et
excitait même contre lui ses camarades, tous fils de bourgeois cossus,
qui faisaient de l'orphelin leur souffre-douleur.

Le pauvre mignon était donc malheureux comme les pierres du chemin
et se cachait dans tous les coins pour pleurer, quand arrivèrent les
fêtes de Noël.

La veille du grand jour, le maître d'école devait conduire tous ses
élèves à la messe de minuit et les ramener chez leurs parents.

Or, comme l'hiver était très rigoureux, cette année-là, et comme,
depuis plusieurs jours, il était tombé une grande quantité de neige,
les écoliers vinrent tous au rendez-vous chaudement empaquetés et
emmitouflés, avec bonnets de fourrure enfoncés sur les oreilles,
doubles et triples vestes, gants et mitaines de tricot et bonnes
grosses bottines à clous et à fortes semelles. Seul, le petit Wolff
se présenta grelottant sous ses habits de tous les jours et des
dimanches, et n'ayant aux pieds que des chaussons de Strasbourg dans
de lourds sabots.

Ses méchants camarades, devant sa triste mine et sa dégaine de paysan,
firent sur son compte mille risées; mais l'orphelin était tellement
occupé à souffler sur ses doigts et souffrait tant de ses engelures,
qu'il n'y prit pas garde.--Et la bande de gamins, marchant deux par
deux, magister en tête, se mit en route pour la paroisse.

Il faisait bon dans l'église, qui était toute resplendissante de
cierges allumés; et les écoliers, excités par la douce chaleur,
profitèrent du tapage de l'orgue et des chants pour bavarder à
demi-voix. Ils vantaient les réveillons qui les attendaient dans leurs
familles. Le fils du bourgmestre avait vu, avant de partir, une oie
monstrueuse, que des truffes tachetaient de points noirs comme un
léopard. Chez le premier échevin, il y avait un petit sapin dans une
caisse, aux branches duquel pendaient des oranges, des sucreries
et des polichinelles. Et la cuisinière du tabellion avait attaché
derrière son dos, avec une épingle, les deux brides de son bonnet, ce
qu'elle ne faisait que dans ses jours d'inspiration, quand elle était
sûre de réussir son fameux plat sucré.

Et puis, les écoliers parlaient aussi de ce que leur apporterait
le petit Noël, de ce qu'il déposerait dans leurs souliers, que tous
auraient soin, bien entendu, de laisser dans la cheminée avant d'aller
se mettre au lit;--et dans les yeux de ces galopins, éveillés comme
une poignée de souris, étincelait par avance la joie d'apercevoir, à
leur réveil, le papier rose des sacs de pralines, les soldats de plomb
rangés en bataillon dans leur boîte, les ménageries sentant le bois
verni et les magnifiques pantins habillés de pourpre et de clinquant.

Le petit Wolff, lui, savait bien, par expérience, que sa vieille
avare de tante l'enverrait se coucher sans souper; mais, naïvement, et
certain d'avoir été, toute l'année, aussi sage et aussi laborieux que
possible, il espérait que le petit Noël ne l'oublierait pas, et il
comptait bien, tout à l'heure, placer sa paire de sabots dans les
cendres du foyer.

La messe de minuit terminée, les fidèles s'en allèrent, impatients du
réveillon, et la bande des écoliers, toujours deux par deux et suivant
le pédagogue, sortit de l'église.

Or, sous le porche, assis sur un banc de pierre surmonté d'une niche
ogivale, un enfant était endormi, un enfant couvert d'une robe de
laine blanche, et pieds nus, malgré la froidure. Ce n'était point un
mendiant, car sa robe était propre et neuve, et, près de lui, sur
le sol, on voyait, liés dans une serge, une équerre, une hache, une
bisaiguë, et les autres outils de l'apprenti charpentier. Éclairé par
la lueur des étoiles, son visage aux yeux clos avait une expression
de douceur divine, et ses longs cheveux bouclés, d'un blond roux,
semblaient allumer une auréole autour de son front. Mais ses pieds
d'enfant, bleuis par le froid de cette nuit cruelle de Décembre,
faisaient mal à voir.

Les écoliers, si bien vêtus et chaussés pour l'hiver, passèrent
indifférents devant l'enfant inconnu; quelques-uns même, fils des plus
gros notables de la ville, jetèrent sur ce vagabond un regard où se
lisait tout le mépris des riches pour les pauvres, des gras pour les
maigres.

Mais le petit Wolff, sortant de l'église le dernier, s'arrêta tout ému
devant le bel enfant qui dormait.

--«Hélas!--se dit l'orphelin,--c'est affreux! ce pauvre petit va sans
chaussures par un temps si rude... Mais, ce qui est encore pis, il
n'a même pas, ce soir, un soulier ou un sabot à laisser devant lui,
pendant son sommeil, afin que le petit Noël y dépose de quoi soulager
sa misère!»

Et, emporté par son bon coeur, Wolff retira le sabot de son pied
droit, le posa devant l'enfant endormi, et, comme il put, tantôt
à cloche-pied, tantôt boitillant et mouillant son chausson dans la
neige, il retourna chez sa tante.

--«Voyez le vaurien!--s'écria la vieille, pleine de fureur au retour
du déchaussé.--Qu'as-tu fait de ton sabot, petit misérable?»

Le petit Wolff ne savait pas mentir, et bien qu'il grelottât de
terreur en voyant se hérisser les poils gris sur le nez de la mégère,
il essaya, tout en balbutiant, de conter son aventure.

Mais la vieille avare partit d'un effrayant éclat de rire.

--«Ah! monsieur se déchausse pour les mendiants! Ah! monsieur
dépareille sa paire de sabots pour un va-nu-pieds!... Voilà du
nouveau, par exemple!... Eh bien, puisqu'il en est ainsi, je vais
laisser dans la cheminée le sabot qui te reste, et le petit Noël
y mettra cette nuit, je t'en réponds, de quoi te fouetter à ton
réveil... Et tu passeras la journée de demain à l'eau et au pain
sec... Et nous verrons bien si, la prochaine fois, tu donnes encore
tes chaussures au premier vagabond venu!»

Et la méchante femme, après avoir donné au pauvre petit une paire de
soufflets, le fit grimper dans la soupente où se trouvait son galetas.
Désespéré, l'enfant se coucha dans l'obscurité et s'endormit bientôt
sur son oreiller trempé de larmes.

Mais, le lendemain matin, quand la vieille, réveillée par le froid
et secouée par son catarrhe, descendit dans sa salle basse,--ô
merveille!--elle vit la grande cheminée pleine de jouets étincelants,
de sacs de bonbons magnifiques, de richesses de toutes sortes; et,
devant ce trésor, le sabot droit, que son neveu avait donné au petit
vagabond, se trouvait à côté du sabot gauche, qu'elle avait mis là,
cette nuit même, et où elle se disposait à planter une poignée de
verges.

Et, comme le petit Wolff, accouru aux cris de sa tante, s'extasiait
ingénument devant les splendides présents de Noël, voilà que de grands
rires éclatèrent au dehors. La femme et l'enfant sortirent pour savoir
ce que cela signifiait, et virent toutes les commères réunies autour
de la fontaine publique. Que se passait-il donc? Oh! une chose bien
plaisante et bien extraordinaire! Les enfants de tous les richards
de la ville, ceux que leurs parents voulaient surprendre par les plus
beaux cadeaux, n'avaient trouvé que des verges dans leurs souliers.

Alors, l'orphelin et la vieille femme, songeant à toutes les richesses
qui étaient dans leur cheminée, se sentirent pleins d'épouvante.
Mais, tout à coup, on vit arriver M. le curé, la figure bouleversée.
Au-dessus du banc placé près la porte de l'église, à l'endroit même
où, la veille, un enfant, vêtu d'une robe blanche et pieds nus, malgré
le grand froid, avait posé sa tête ensommeillée, le prêtre venait de
voir un cercle d'or, incrusté dans les vieilles pierres.

Et tous se signèrent dévotement, comprenant que ce bel enfant endormi,
qui avait auprès de lui des outils de charpentier, était Jésus de
Nazareth en personne, redevenu pour une heure tel qu'il était quand il
travaillait dans la maison de ses parents, et ils s'inclinèrent devant
ce miracle que le bon Dieu avait voulu faire pour récompenser la
confiance et la charité d'un enfant.



TABLE


  L'Invitation au Sommeil
  Le Numéro du Régiment
  L'Orgue de Barbarie
  Le Convalescent
  Oeuvres posthumes
  A Table
  Les Pommes cuites
  Lettres d'Amour
  Mariages manqués
  Jalousie
  Fille de Tristesse
  Les Sabots du petit Wolff.



  _Achevé d'imprimer_
  Le quinze novembre mil huit cent quatre-vingt-huit
  PAR
  ALPHONSE LEMERRE
  (Aug. Springer, conducteur)
  25, RUE DES GRANDS-AUGUSTINS, 25
  _A PARIS_





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Contes rapides" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home