Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: La patrie française
Author: Coppée, François, 1842-1908, Lemaître, Jules, 1853-1914
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La patrie française" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by the
Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr.



LA PATRIE FRANÇAISE

L'ŒUVRE
DE
"LA PATRIE FRANCAISE"



DISCOURS-PROGRAMME
prononcé à la salle des Agriculteurs de France

PAR
JULES LEMAITRE
DE L'ACADÉMIE FRANÇAISE
PRÉSIDENT DE LA LIGUE DE LA "LA PATRIE FRANÇAISE"

ALLOCUTION DE M. FRANÇOIS COPPÉE

13 Novembre 1899


PARIS
BUREAUX DE «LA PATRIE FRANÇAISE»
97, RUE DE RENNES



La Ligue de la Patrie Française a repris, le 13 octobre 1899,
la série de ses conférences avec l'important discours de M. J.
Lemaître, qu'elle offre à ses amis.

La Ligue s'était placée jusqu'ici sur le terrain des principes
généraux et s'était uniquement consacrée à défendre dans une
crise périlleuse l'idée de Patrie et le respect de l'Armée.

Son Président lui fournit aujourd'hui un programme national d'action
politique.

Nous engageons tous les bons Français à le méditer, et à
contribuer selon leurs forces à son exécution.

L'approbation enthousiaste de la Presse et de l'opinion publique a
montré qu'il répondait aux désirs de tous et aux besoins de l'heure
présente. Chaque citoyen y a trouvé enfin la formule exacte du
devoir qu'il a à remplir.

Ainsi ont été immédiatement confirmés les applaudissements dont
un millier de braves gens de toutes les classes de la société l'ont
salué à la salle des Agriculteurs de France.

Sur l'estrade se trouvaient la plupart des membres du Comité, et de
nombreuses notabilités du monde des Arts, des Lettres, des Sciences
et de la Politique: MM. Maurice Barrès, Marcel Dubois, professeur à
la Sorbonne; Henri Lavedan, de l'Académie française; Henri Houssaye,
de l'Académie française; Longnon, professeur au Collège de
France; Amagat, de l'Académie des Sciences; le général Mercier,
le lieutenant-colonel Monteil, Rougon, ministre plénipotentiaire;
Forain, Frédéric Plessis, René Doumic, Félix Jeantet, Jules
Domergue, Paul de Saint-Léger, Gaston Legrand, Edouard Clunet,
Baffier, Paulin Méry, Georges Bonnamour, Maurice Spronck,
Duval-Arnould, Léouzon-le-Duc, d'Aubigny, Noilhan, Baron, Leret,
Gabriel Syveton, Louis Dausset, etc., etc.

La présence de plusieurs délégations ouvrières achevait de donner
à cette réconfortante cérémonie son véritable caractère d'union
sociale et nationale.



ALLOCUTION DE M. FRANÇOIS COPPÉE


Mesdames, Messieurs,

Je vous dois un mot d'explication sur le changement du lieu de nos
conférences. Cette salle de la Société d'horticulture où nous
avons entendu tant de voix éloquentes, où nous avons vibré ensemble
de patriotisme, nous était devenue bien chère. Il nous a fallu
l'abandonner cependant, parce qu'un des prêtres de Flore de la rue de
Grenelle est un franc-maçon, et que nous sommes, à ses yeux, de
trop séditieux personnages.--Les agriculteurs de France sont plus
libéraux; ils veulent bien nous louer cette salle, et nous les en
remercions, avec le regret, toutefois, de n'y plus pouvoir réunir un
aussi grand nombre d'amis que naguère.

Nous nous retrouvons dans une heure bien triste. Au lendemain de notre
dernière réunion, un ministère s'est constitué, dont les trois
principales têtes sont: un avocat, fameux pour avoir défendu l'un
des plus gros bénéficiaires de l'ignoble affaire du Panama, un
collectiviste ayant toujours professé les plus dangereuses théories,
et un vieux prétorien, célèbre par sa bravoure et par sa cruauté.
En prenant le pouvoir, ce ministère ne dissimulait pas qu'il était
tout acquis à la cause du condamné que l'on ramenait alors de l'île
du Diable; il reçut aussitôt le nom de ministère de l'acquittement.
Il ne put cependant obtenir cet acquittement, grâce à la fermeté
des juges et des témoins militaires, et, parmi ces derniers, je suis
heureux de saluer ici le général Mercier, qui a déployé, pour le
triomphe de la vérité, tant d'intelligence et de courage.

Après un tel échec, ce ministère devait disparaître, semble-t-il;
cependant il est encore là, grâce à la coupable fatigue de
l'opinion, et surtout à l'inexcusable faiblesse des représentants du
peuple, qui n'opposèrent à tant d'iniquités commises, que de vaines
et stériles protestations. Les hommes néfastes qui composent ce
ministère gouvernent depuis quatre longs mois par l'arbitraire et la
violence.

N'ayant d'indulgence que pour un espion pris en flagrant délit, un
traître dont ils ont fait signer la grâce par le chef de l'Etat
avec une hâte indécente, et aussi pour les anarchistes qui ont
déchaîné une émeute dans Paris et pillé une église en plein
jour, ces ministres inqualifiables ont frappé impitoyablement les
bons Français qui ne pouvaient contenir leur indignation, et je
ne citerai qu'une de leurs victimes: ce jeune professeur seulement
coupable d'avoir enseigné l'amour de la patrie à ses élèves, notre
vaillant ami Gabriel Syveton. Ils ont détruit, autant qu'il était en
leur pouvoir, les forces vives du pays, supprimé notre surveillance
de guerre, congédié nos chefs les meilleurs, traité en suspects
nos soldats les plus glorieux. Sentant gronder autour d'eux la colère
d'un peuple, ils ont eu recours à la terreur, ont fait fabriquer par
leur police un complot chimérique, et ont jeté dans les cachots
un certain nombre de bons citoyens, et, d'abord, le patriote par
excellence, le Français exemplaire, notre grand et cher Paul
Déroulède. Vous savez quelle honteuse comédie se joue en ce moment
à la Haute-Cour, et comment Déroulède va être condamné pour un
fait dont il a été absous par le jury, c'est-à-dire par le peuple,
avec encouragement formel de poursuivre son œuvre de purification et
de délivrance.

Hier encore, sous l'inspiration directe du ministère, ces juges
politiques ont osé rendre ce monstrueux arrêt de compétence. Et
je vous propose de saluer avec moi les 91 honnêtes gens que renferme
encore cette assemblée, et ces deux illustres défenseurs de la
Constitution républicaine, MM. Wallon et de Marcère, qui ont eu le
courage et la loyauté de dénoncer l'iniquité de leurs collègues
et leur véritable forfaiture. N'oublions pas non plus notre ami du
Comité, M. le sénateur Rambaud, qui a voté avec le même courage.

Demain, ce ministère qui a déjà fait tant de mal se présentera
devant les Chambres avec une poignée de lois encore plus menaçantes
et qui nous promettent de nouveaux attentats contre la justice et
contre la liberté. Il se propose de supprimer à peu près les
conseils de guerre et de porter ainsi un coup mortel à la discipline,
force essentielle des armées. Il prétend exiger, de quiconque
aspirera à un grade ou à une fonction quelconque, trois ans de
séjour dans les établissements scolaires de l'Etat, instituant par
cela même, dans la société moderne, une caste de parias comme dans
l'Inde, et violant le droit sacré des pères et des mères sur l'âme
de leurs enfants.

Attendons-nous encore, à propos des associations, à des chinoiseries
juridiques n'ayant d'autre but que de persécuter lâchement les
prêtres et les religieux--c'est déjà commencé--et d'humilier
l'Eglise chrétienne devant la triomphante synagogue. Tenez aussi
pour certain que, dans peu de temps, on essaiera de nous arracher la
dernière arme défensive qui nous reste, la liberté de la presse.

Nous n'avons malheureusement pas l'espoir que le Parlement s'oppose
demain à tant d'injustices. Il faut s'attendre à toutes les
lâchetés de la part des parlementaires.

Mais rien ne nous fera désespérer, rien même ne nous découragera.
C'est la tâche de tous les bons Français de s'opposer par tous les
moyens légaux à la tyrannie qui nous menace. Cette tâche, notre
courageux, éloquent et admirable ami Jules Lemaître va nous en
tracer le programme, et je ne veux pas retarder plus longtemps le
plaisir que vous aurez à l'entendre. Je me contenterai de vous dire
encore une fois que, d'après ma profonde conviction, la France, la
vraie France, celle qui compte tant d'hommes intelligents, laborieux
et honnêtes, tant de femmes dévouées, tant de familles vertueuses,
tant de braves et loyaux soldats, tant d'ouvriers et de paysans aimant
vraiment leur patrie, finira par triompher de la bande de politiciens
qui l'exploitent et la déshonorent, par établir un gouvernement
probe et respecté, et par relever son pur et glorieux drapeau.
L'œuvre pourra être longue, sans doute, mais quiconque a le cœur
à sa place et le sentiment de l'honneur et du devoir n'y doit point
faillir.

Quant aux hommes qui nous oppriment momentanément, je ne puis croire,
malgré tout, qu'ils se maintiendront au pouvoir.

L'opinion publique, j'en suis convaincu, ne pourra supporter longtemps
cette monstrueuse antithèse: Dreyfus, deux fois condamné comme
traître, en liberté, et Déroulède, le défenseur des droits du
peuple, en prison.



L'ŒUVRE DE LA "PATRIE FRANÇAISE" DISCOURS-PROGRAMME PAR JULES
LEMAITRE


L'ŒUVRE DE LA "PATRIE FRANÇAISE"



Mesdames, Messieurs,

Nous nous retrouvons donc après quatre mois de séparation. Ces
quatre mois ont été très remplis. Ils l'ont été, on peut le dire,
abominablement. L'état du pays est lamentable; et la tâche de
ceux qui voudraient y porter remède paraît démesurée. Elle l'est
assurément pour le millier d'hommes assemblés ici; mais elle
serait presque facile si tous ceux qui ressentent les maux publics
s'unissaient à nous, si tous ceux qui pensent généreusement se
mettaient à vouloir et à agir ensemble.

L'ambition de la «Ligue de la Patrie française», c'est de
réveiller l'énergie civique dans le cœur de tous les bons
Français; d'être comme le premier noyau d'une résistance nationale
à l'iniquité publique; de devenir la ligue de toutes les bonnes
volontés de France. Il le faut, et même il n'est que temps.

Je serai obligé de simplifier beaucoup pour rester clair. Je ne vous
apporterai que des remarques et des exhortations très générales,
un peu dépourvues de nuances, et comme un canevas d'idées
élémentaires, sur lequel vos intelligences auront à travailler.
Tout cela, d'ailleurs, se nuancera, se précisera, se complétera peu
à peu dans la série de nos conférences.

Aujourd'hui, voici mon thème en deux mots:

Nous sommes opprimés par une minorité, et par une minorité
malfaisante;

Mais cette minorité a la force. Il faut la lui reprendre. Par quels
moyens le pourrons-nous? Et sur quelles idées devrons-nous d'abord
nous accorder?



I


On peut dire que, dans tous les pays, c'est toujours un assez petit
nombre d'hommes qui s'occupent des affaires publiques et qui les
mènent. Le peuple a assez à faire de gagner son pain, et la
bourgeoisie songe principalement à ses aises et à sa tranquillité.
Que nous soyons conduits par une minorité, ce n'est donc pas là un
phénomène extraordinaire.

Mais il y a des périodes où cette minorité agissante et détentrice
du pouvoir représente à peu près les sentiments de la majorité
inerte ou, du moins, ne les heurte pas de front. Et il y a des moments
où elle offense décidément cette majorité pourtant si passive et
si peu exigeante, et se trouve enfin en plein désaccord avec elle.
Nous sommes à un de ces moments-là.

Je ne vois guère en France que trois groupes vraiment actifs (je ne
compte pas le nôtre, qui n'est encore qu'en voie de formation).
Les deux premiers, qui ont entre eux beaucoup d'affinités et de
continuelles communications, sont les francs-maçons radicaux et les
socialistes. Je ne sais pas bien quel est leur nombre. Les élections
nous renseignent mal là-dessus; nous verrons pourquoi. Mais, en
tout cas, ils ne forment, dans le pays entier, qu'une minorité assez
petite. A l'autre extrémité, c'est le groupe, encore plus restreint
et d'ailleurs vaincu autant qu'on peut l'être, des catholiques
militants et des monarchistes irréductibles. Entre ces deux camps
inégaux, il y a le pays, simplement; huit ou dix millions d'hommes
sans opinion politique ou de républicains modérés, paysans,
bourgeois, ouvriers même (ceux des grands centres mis à part); une
multitude qui sait quelquefois ce qu'elle pense, mais qui, jusqu'ici,
n'a pas fait l'effort de vouloir.

Comparons maintenant les idées de la majorité gouvernée avec
les idées de la minorité gouvernante. Oh! que celle-ci est peu à
l'image du pays!

       *       *       *       *       *

Les idées--et les passions--de cette minorité qui nous tient et
qui, en ce moment, nous fait si durement sentir son joug,
sont, essentiellement, celles de la Société secrète dite
franc-maçonnerie.

Leur première marque est le fanatisme anti-religieux.--Parce qu'ils
érigent en dogme l'hypothèse matérialiste, qui est cependant une
bien pauvre et bien incomplète explication de la vie du monde, ils
croient être des esprits forts et de libres esprits. Quelle lourde
erreur! Nous n'avons pas l'esprit libre si nous ne sommes pas
tolérants, si nous ne savons pas nous représenter sans haine des
âmes différentes de la nôtre. Haïr des gens parce que, soit
d'eux-mêmes, soit par acquiescement volontaire à une doctrine, ils
expliquent autrement que nous l'énigme que nous propose l'univers,
cela est misérable. Et c'est cependant le cas de ces faibles
philosophes. Ils ont la manie d'invoquer l'Etat, la force publique, la
gendarmerie contre qui ne pense pas comme eux. Même vainqueurs, même
tout-puissants, ils continuent à crier sus au cléricalisme. Or, ils
sont, eux aussi, des cléricaux. Ils ont une église fermée, occulte,
de liturgie grotesque, mais de discipline serrée, et merveilleusement
organisée pour la domination et pour le butin. Tel Vénérable, tel
Chevalier du serpent d'airain après avoir, dans sa loge tendue de
noir et décorée de tibias en croix, dansé, sous l'acacia, le
«pas du maître» en secouant des ferblanteries, s'élève contre
l'«obscurantisme»; et, congréganiste lui même, brandit contre les
congrégations l'excommunication majeure.

Mais il y a plus d'une sorte d'obscurantisme. Il y a un obscurantisme
maçonnique qui «obscurcit» en effet les cerveaux, et leur rend
impénétrables et inintelligibles de très belles formes de la vie
morale, du moment qu'elles s'écartent de l'idéal de Monsieur Homais.

Ils sont, comme ils disent, «humanitaires», ce qui ne les engage à
rien du tout et peut même les dispenser d'être charitables.-—Dans
ces derniers temps, ils ont laissé voir la défiance la plus hostile
à l'endroit de l'armée,-—tout simplement, dans le fond, parce que
les vertus essentielles de l'armée sont celles qui leur répugnent le
plus.-—Mais, d'autre part, ceux mêmes d'entre eux qui ne sont pas
socialistes pour leur compte, sont en coquetterie réglée avec
le socialisme, j'entends avec cette grossière utopie allemande du
«marxisme»,-—que nous repoussons, nous, parce que nous croyons que
la solution des questions sociales est dans l'association libre et la
mutualité, et parce que nous redoutons, dans le socialisme d'Etat, la
panbureaucratie, le panfonctionnarisme, l'uniformité, la médiocrité
générale, la mort de l'initiative individuelle et la paresse et
la lâcheté des citoyens de cette nouvelle Salente.-—Et, chose
curieuse, ils inclinent à cette doctrine d'esclavage pour paraître
«avancés» (comme si ce mot, appliqué aux opinions politiques,
correspondait à un réel avancement intellectuel ou moral); ils
y inclinent par idéologie niaise, ou par zèle de surenchère
électorale,--ou peut-être parce qu'ils se disent qu'ils ne risquent
rien, que cela n'«arrivera pas»; ou encore par la pensée que, si
cela arrive, ils ne pourront manquer d'être, dans l'Etat nouveau,
les distributeurs et les inspecteurs du travail et les gardes-chiourme
bien rétribués des travailleurs.

       *       *       *       *       *

Or, ces traits de la minorité gouvernante ne se retrouvent nulle part
dans l'inerte majorité.

Le Français moyen,-—bourgeois, paysan, ouvrier à son compte ou
petit patron,-—nous le connaissons; il est à peu près le même
dans toutes nos provinces.-—Il aime la patrie et l'armée, sans
trop raisonner, par un instinct très sûr, et ne supporte pas qu'on y
touche.-—Il est assez sérieusement imbu des principes de 89; il est
libéral; il n'est pas du tout socialiste. La propriété individuelle
est une des choses auxquelles il tient le plus, et je dirai même
le plus aveuglément.-—En général il n'aime pas beaucoup «les
curés», mais il n'est pas intolérant. Il laisse sa femme et sa
fille aller à la messe; il trouve bon que ses enfants fassent leur
première communion; il se laissera enterrer par l'Eglise comme il
s'est laissé marier par elle, et assez souvent même il mettra son
fils dans un collège ecclésiastique (la preuve en est que le
nombre des élèves des écoles libres d'enseignement secondaire
est sensiblement égal, ces années-ci, au nombre des élèves des
lycées, et tend à le dépasser).-—Quoi d'étonnant à tout
cela chez un peuple à l'histoire duquel, pendant quinze siècles,
l'histoire même de l'Eglise a été intimement mêlée, où le culte
catholique est encore entretenu et payé, malgré tout, par l'Etat
franc-maçon; où, par la force des choses, les plus grands mangeurs
de prêtres ont dans leur famille, tout près d'eux, des personnes
pieuses; où l'on voit des socialistes faire baptiser leurs enfants
avec une eau spéciale et deux fois bénite, et où, pour prendre un
autre exemple très significatif, les femmes des Présidents de la
République ont été toutes, jusqu'ici, des catholiques pratiquantes?

Sur la religion même, le sentiment de ce Français moyen est assez
complexe. La plupart du temps, il ne croit plus aux dogmes, ou il
évite d'y songer. Mais, toutefois, il sent confusément que la morale
fondée sur ces dogmes est pour quelque chose dans les vertus ou dans
la bonne conduite de sa femme ou de sa fille; et, en homme pratique,
il ne peut s'empêcher d'accorder provisoirement plus de confiance à
cette morale-là, fixe, assurée, éprouvée, vingt fois séculaire,
qu'à celle dont les manuels civiques et les précis de philosophie
cherchent encore les bases fuyantes.

Il est certain que ce bourgeois-là, qui est légion,-—et
pareillement le paysan de France,--est assez indifférent aux
injustices qui ne l'atteignent pas. Mais il est certain aussi qu'il
n'est pas fanatique, et qu'il serait d'avis de respecter chez les
autres toute liberté qui ne gêne pas la sienne. Il est très vrai
qu'il a accepté sans protestation toutes les lois anticléricales
des vingt dernières années, l'article 7, la laïcisation de
l'école primaire, l'inepte laïcisation des hôpitaux, la loi sur
les fabriques, la loi d' «accroissement», la loi des «curés sac
au dos», qui, pour ennuyer les séminaristes et sous prétexte
d'égalité, a amené des inégalités et des abus pires que ceux de
jadis: mais il est encore plus vrai que ces mesures, préparées et
imposées par les Loges, jamais il ne les aurait réclamées, jamais
il n'en aurait senti le besoin.

       *       *       *       *       *

Comment donc expliquer que cette majorité soit représentée et
conduite par une minorité qui lui ressemble si peu?

D'abord, le quart et, dans certaines régions, le tiers et presque la
moitié des électeurs s'abstiennent: ce qui est très coupable, car
un remède aux inexactitudes forcées du suffrage universel serait
qu'il fût universel en effet, et que tout le monde se rendît aux
urnes. En outre, dans beaucoup de circonscriptions, les minorités
battues sont très fortes; si bien qu'il y a de trois à quatre
millions d'électeurs dont l'opinion n'est pas représentée au
Parlement. Mais tout cela ne suffirait pas encore à expliquer que
l'insincérité du suffrage universel atteigne aux monstrueuses
proportions que j'ai dites. Il faut ajouter ce triste phénomène: une
très grande quantité d'électeurs, soit ignorance, ou faiblesse, ou
esprit d'imitation, ou respect humain, votent pour des candidats dont
ils ne partagent nullement les idées et les passions. Et, ainsi, il
arrive que des lois comme celles que je rappelais tout à l'heure, des
lois que le Français moyen ne désirait pas, soient réclamées et
votées par un député à qui il a donné sa voix.

Nous devons reconnaître que c'est bien un peu, ou que ce fut, à
l'origine, la faute du clergé lui-même et de certains de ses amis.
Faute déjà ancienne dont les effets se prolongent. Elle consiste à
avoir, pendant les années qui ont suivi la guerre et même jusqu'au
moment où le pape est intervenu dans la question, confondu la cause
de l'Eglise avec celle de la Monarchie; et cela, non seulement contre
toute prudence et toute habileté, mais contre la doctrine et l'esprit
même de l'Eglise et encore plus de l'Evangile.

Sans doute le clergé devait déplorer l'impiété de quelques-uns
des fondateurs du régime républicain: mais il n'a pas vu qu'en se
retirant de la République et en paraissant la menacer, il la faisait
plus impie et plus aisément persécutrice.

C'est cette alliance, aujourd'hui rompue, des prêtres avec les
monarchistes qui a permis aux radicaux d'accaparer la République et,
sous couleur de la défendre, d'en faire leur chose et leur butin; de
la façonner et de la rétrécir à leur image, qui n'est point
belle; et de créer à leur usage et, au besoin, contre les autres
républicains, une orthodoxie étroite, jalouse, aussi intolérante et
persécutrice que l'orthodoxie de l'Inquisition. C'est cette alliance
surtout qui a permis au parti maçonnique d'adopter et de garder pour
devise, même après que les circonstances ne le justifiaient plus,
le cri de Gambetta: «Le cléricalisme, c'est l'ennemi,» et, sinon
d'inventer, du moins de grossir le péril clérical; puis, après
qu'il eut disparu, de faire croire qu'il subsistait toujours et,
ainsi, d'entraîner à leur suite des millions de Français exempts
de tout fanatisme irréligieux, mais un peu défiants à l'endroit
des prêtres et attachés à la République comme au «gouvernement
de fait»; d'imposer enfin à ce pays, détaché en quelque mesure des
dogmes de l'Eglise, mais non point de sa morale ni même de ses rites,
une politique anticléricale et qui n'est que cela; une politique
dont l'anticléricalisme est toute la philosophie, une politique
dont l'anticléricalisme est la vache à lait, une politique qui,
l'anticléricalisme ôté, serait un pur néant.

Ajoutez que les combattants de ce parti, échauffés par de
fortes haines et par des appétits véhéments, et, avec cela,
traditionnellement organisés, dociles à leurs conducteurs parce
qu'ils savent leur docilité efficace contre l'ennemi, ont tout ce
qu'il faut pour agir sur une masse indolente et sans cohésion et
pour faire servir par elle, en exploitant et entretenant un de ses
préjugés, des idées qu'elle n'a pas naturellement. Dans chaque
petite ville, trente hommes qui ont de bonnes haines en commun,
qui croient ardemment à leurs négations, et qui se tiennent
étroitement, sont politiquement plus puissants que mille braves
citoyens dispersés, hésitants, qui n'ont que des opinions flottantes
et qui ne savent pas se concerter.

En résumé, une minorité nous mène et nous tyrannise, agit à notre
place et contre nous: 1° grâce à l'apathie et à l'émiettement
de la majorité; 2° grâce à l'énorme malentendu produit par
l'invention du cléricalisme et par l'artificiel grossissement de ce
vieux spectre, dans un pays où le clergé est pourtant si calme et la
foi confessionnelle si atténuée et si peu menaçante.

       *       *       *       *       *

Mais l'absurdité d'une telle situation commence à être plus
vivement sentie. Vraiment, ils en ont trop fait. Les derniers
événements ont dessillé les yeux et gonflé le cœur de colère à
beaucoup de citoyens aveugles jusque-là, ou indifférents.

Nous avons vu des choses par trop singulières: le Président de la
République devenu l'allié, sans doute malgré lui, et le prisonnier
d'une faction qui n'a vu, dans un procès militaire trop fameux,
que l'occasion d'une «campagne» atroce contre l'armée; le chef de
l'Etat comme isolé dans le pays, n'osant se montrer dans les rues,
sans aucun lien de cœur avec le peuple, qui l'ignore ou le dédaigne,
et principalement soutenu par les forces antisociales, au point que
son nom sert de cri de ralliement aux anarchistes pilleurs d'églises;
une ligue innocente, et dont l'amour de la patrie et de l'armée
était tout le programme, brutalement poursuivie; le commandant
Marchand traité comme un dangereux malfaiteur; un ministère immoral
et scandaleux par sa composition même, uniquement formé pour peser
sur la décision d'un conseil de guerre; le mensonge cynique de la
«Défense Républicaine»; l'abominable procès de la Haute-Cour, qui
dénie implicitement aux citoyens jusqu'au droit de rêver d'une autre
république et de répandre, dans leurs lettres privées, ou à
table avec leurs amis, leurs mécontentements et leurs doléances;
Déroulède de nouveau poursuivi (ce qui est une pure infamie) à
raison de faits sur lesquels il avait été acquitté par le jury,
c'est-à-dire par le peuple; la forfaiture d'avant-hier, la loi
foulée aux pieds par des magistrats de circonstance, juges dans leur
propre cause; un accès de rage persécutrice qui nous ramène à
vingt ans en arrière; la liberté d'association supprimée, la
liberté d'enseignement menacée; l'armée, rempart de la patrie,
devenue, par une aberration inconcevable, l'objet de la défiance
et de l'hostilité du gouvernement; le cri de «Vive l'Armée!»
considéré comme séditieux; et, sournoisement, dirigeant tout, une
Société secrète, c'est-à-dire deux fois illégale, et qui pourtant
se confond avec le gouvernement lui-même: en sorte qu'on pourrait
dire que ce gouvernement, qui est protégé par elle et qui reçoit
ses ordres, participe de son illégalité, et que nous aurions
donc, théoriquement, le droit de refuser, à ce gouvernement-là,
l'obéissance.

On a vu des tyrannies plus tragiques, plus sanglantes: on n'en a point
vu de mieux caractérisée, ni d'aussi hypocrite, puisque ceux qui
l'exercent n'ont à la bouche que les principes de la Révolution, et
en vivent.

Une si extraordinaire situation a produit cet effet, extraordinaire
comme elle: l'Opposition, c'est aujourd'hui toute la France.



II


Vous me direz: Le gouvernement et la maçonnerie s'en moquent, car ils
ont la force; ils sont décidés à s'en servir, et ils le montrent
assez.

Je n'hésite pas à répondre:--Ils ont raison. Si la majorité est
opprimée, elle n'a que ce qu'elle mérite; et tant pis pour elle.
Elle n'avait qu'à se défendre depuis quinze ans. Elle n'avait
qu'à faire connaître ce qu'elle veut et ce qu'elle ne veut pas. Et
aujourd'hui, c'est bien simple, elle n'a qu'à se révolter.

Entendons-nous bien. Nous n'appelons pas un coup d'Etat, militaire
ou autre, pas même une révolution pacifique qui s'accomplirait
par l'accord spontané et soudain du peuple et de l'armée et qui ne
serait, nous dit-on, qu'une manifestation un peu irrégulière de la
volonté nationale et, au bout du compte, du suffrage universel. Nous
écartons cette chimère hasardeuse. Nous ne sommes pas royalistes;
nous ne sommes pas bonapartistes; nous ne sommes même pas césariens.
Nous voulons nous délivrer de nos tyrans par des moyens légaux. Nous
voulons triompher par une opposition strictement constitutionnelle.
Nous avons trois ans devant nous. Notre tâche (elle est énorme, mais
commençons toujours), c'est d'organiser le suffrage universel et de
le moraliser; de faire que, dans toute la France, ceux qui pensent
comme nous se rapprochent, s'imposent une discipline et agissent
ensemble.

Hélas! nous en sommes loin! L'inertie des braves gens est
désespérante. Nous nous indignons de ce qui se passe; nous crions à
l'oppression; et puis, parce que nous avons trouvé dans notre journal
l'expression véhémente de nos propres colères, nous les jugeons
satisfaites par là-même et nous retournons à nos occupations ou
à nos plaisirs. Le gouvernement peut faire ce qu'il veut; il peut
proscrire et persécuter, frapper les meilleurs serviteurs du pays,
ressusciter les lettres de cachet, désorganiser l'armée, dilapider
les deniers publics, consommer l'abaissement de la France à
l'extérieur; nous crierons un peu, mais c'est tout ce qui en sera.
C'est que nous ne souffrons pas encore assez; j'entends que nous ne
souffrons pas dans notre personne ni, directement, dans nos biens
matériels. Notre vie, après tout, reste supportable. Puis, nous
avons notre pain à gagner, nos intérêts, nos affections, nos
divertissements.

Lettre de cachet, Haute-Cour et polémique des journaux à part, les
mœurs sont assez douces; et nous voyons se préparer, et nous boucher
l'horizon, la grande kermesse où l'Europe se précipitera comme au
mauvais lieu, et sur laquelle comptent nos gouvernants pour verser
de l'oubli par-dessus notre inertie. Nous ne comprenons pas que, si
chacun de nous souffre peu, tous nous sommes menacés; que c'est
autre chose, pour la santé morale des individus et pour leur joie
intérieure, de faire partie d'une communauté bien ordonnée et
robuste, ou d'une collectivité énervée et avilie; que ce qui
atteint la nation atteint chaque citoyen; que, selon la parole d'un
ancien, ce qui importe à la ruche importe à l'abeille, et que nous
risquons de nous réveiller un jour dans une France définitivement
exténuée et perdue à jamais.

Nous devons donc consentir à l'effort, même à quelque
sacrifice.--La «Ligue de la Patrie française» s'est mise en règle,
on vous dira comment, avec une loi injuste. A présent, il
faut marcher. Il faut se contraindre à la méthode et à la
persévérance. Il faut que tous ceux qui pensent de même prennent
la peine de le dire et d'en tirer des conséquences. Il faut que, dans
chaque quartier de Paris et des grandes villes, dans chaque petite
ville et enfin dans chaque village, des groupes se forment, qui se
mettent bien d'accord sur quelques idées vitales; que ces groupes se
réunissent périodiquement pour traiter, sous forme de conférences
ou d'entretiens, des questions d'intérêt public; que leurs membres
s'obligent à l'assiduité; qu'ils contribuent, non seulement par
leurs discours et leurs bons désirs, mais par des actes--et par de
l'argent--à la propagation de leurs idées; que pas une élection ne
se fasse,--sénatoriale dans trois mois, municipale dans six mois et
législative dans trois ans--où ils ne présentent, à tout hasard,
leurs candidats; et que ces candidats soient d'honnêtes et de braves
gens qui introduisent enfin dans la politique ce qu'on n'y a guère vu
jusqu'ici: de la sincérité, de la générosité, et, si j'ose dire,
de la bonhomie.

Voilà, je le sais, un plan de conduite plus facile à tracer qu'à
suivre. Notre mal, c'est que nous sommes trop nombreux. L'union nous
devient par là extrêmement difficile. Elle est plus facile aux
minorités. Les catholiques sont forts en Angleterre, en Allemagne,
aux Etats-Unis.--La minorité politique qui nous gouverne est
puissante parce qu'elle est elle-même composée, du moins dans son
état-major, de trois minorités très unies: juifs, protestants,--et
francs-maçons, chez qui protestants et juifs se rencontrent et se
fondent.

Ne récriminons pas. Tâchons de comprendre. Tout se paye. La justice
«immanente», celle qui réside, pourvu qu'on y regarde un assez long
temps, dans le développement naturel des faits historiques, n'est
point un vain mot. Je ne pense pas que deux des minorités que je
viens de nommer aient, jadis, mieux connu la tolérance et la charité
intellectuelle que la majorité catholique. Mais il est certain
qu'elles ont eu à se plaindre de celle-ci, et qu'à ces deux
minorités la malveillance de nos aïeux a imposé la nécessité et
donné l'habitude du resserrement, de l'entente, de la résistance et
de l'action en commun. Et c'est pourquoi, du jour où elles ont cessé
d'être persécutées, elles ont envahi l'Etat, en vertu de cette
énergie patiente, de cet esprit de solidarité et de discipline
qu'elles devaient à la persécution elle-même. On peut dire que,
avec plus ou moins de préméditation, peut-être même à leur insu,
elles se vengent, aujourd'hui encore, de la rouelle jaune et de la
révocation de l'Edit de Nantes. La proscription les avait ramassées
sur elles-mêmes; l'involontaire souvenir de la proscription les
maintient et les arme contre nous. Ainsi, la France est déchirée,
dans son présent, par son passé; et nous expions les fautes de nos
pères.

Donc, en luttant contre nos oppresseurs, essayons de ne pas haïr
leurs personnes; haïssons seulement leur tyrannie, tout prêts à
les aimer quand nous n'en pâtirons plus. Et prenons confiance: car,
puisque nous voilà opprimés à notre tour, nous, la majorité,
peut-être la nécessité de la défense nous apportera-t-elle, encore
que nous soyons trop nombreux et embarrassés de notre nombre, les
vertus propres aux minorités.

       *       *       *       *       *

Je vous propose de nous unir, pour commencer, sur trois idées très
simples, très élémentaires, que je vais vous dire:

1. L'amour de la patrie et le respect de l'armée (cette armée si
sûre, si maîtresse d'elle même, si prodigieusement patiente).
C'est une des bizarreries et un des désordres de ce temps, qu'il soit
besoin de recommander et de défendre ces deux sentiments si naturels
et si nécessaires.

Il ne suffit plus d'aimer la patrie instinctivement: il faut l'aimer
avec une tendresse réfléchie, avec application, avec vigilance:
trop de demi-étrangers et de cosmopolites pèsent sur nos affaires
intérieures; trop de gens, même de chez nous, ivres de vaniteuses
idéologies, parlent de la patrie avec détachement; et cela, à un
moment où le patriotisme des autres nations est plus exalté, plus
jaloux et plus conquérant que jamais.--Non que nous méconnaissions
la beauté du rêve très français de fraternité universelle. Si
nous renaissons dans quelques siècles, nous nous ferons sans doute
un plaisir d'aimer également tous les peuples. Mais nous n'avons pas
choisi, dans le développement de l'histoire européenne, le moment
où nous sommes nés; et il y a des devoirs convenables à chaque
étape de ce développement. Ce devoir, c'est aujourd'hui d'aimer la
France, simplement autant que les Allemands aiment l'Allemagne et les
Anglais l'Angleterre. Je ne demande rien de plus.

Corollairement, il faut aimer l'armée, qui n'est que la nation
ramassée et debout pour assurer sa propre durée. Même les
philosophes qui sont dès à présent les amis de nos ennemis, de
l'Europe entière et de tout le genre humain, ne sauraient nourrir
de mauvais sentiments à l'endroit de l'armée nationale: car, je
le répète, leurs idées les plus généreuses sont des idées
françaises, et la France ne peut les répandre, les soutenir,
les faire triompher au dehors que si elle est forte chez soi. En
réalité, depuis trente ans que la France est diminuée, il y a eu
plus d'injustice dans l'Europe et dans le monde. Tous les faibles
et tous les opprimés ont été atteints par notre désastre. Quelle
pitié de n'avoir rien pu pour l'Arménie! Et maintenant, accablés
que nous sommes encore par cette honte de Fachoda qu'on pouvait nous
épargner, quelle pitié de ne rien pouvoir pour ces héroïques
Boërs qui nous donnent une si belle leçon de choses! Et quelle
tristesse ce serait, à l'ouverture de la succession d'Autriche, de
ne pas être assez forts pour empêcher telle iniquité que l'on
prévoit, et qui nous rabattrait décidément au rang de puissance
négligeable, de nation finie!

Amis de l'armée, nous ne prétendons point qu'elle soit parfaite
comme elle est. Elle-même saurait indiquer, au besoin, comment elle
peut être améliorée. Mais, en ce moment, par un phénomène inouï,
l'armée n'est pas du même côté que le gouvernement: muette comme
toujours, elle est au fond de son cœur, elle aussi, avec tout le
pays, «dans l'opposition», et elle ne peut pas n'y pas être.
Or, elle ne peut être réformée avec fruit que par des mains qui
l'aiment. Attendons.

       *       *       *       *       *

Second point du programme:--Nous voulons une république qui
mérite ce nom et qui ne soit pas contradictoire à son principe. La
république est le gouvernement de tous dans l'intérêt de tous. Les
exceptions, les proscriptions, les actes arbitraires et tyranniques,
odieux dans une monarchie, sont des crimes sans nom dans une
république. C'est nous, les opposants, qui sommes les républicains
et les démocrates: nos gouvernants et leurs complices ne sont,
présentement, qu'une oligarchie factieuse.

Nous voulons la république de tout le monde, et non plus la
république des francs-maçons. Plus de lois persécutrices, de ces
lois qui restreignent les droits de telle ou telle catégorie de
citoyens, et qui violent le principe sacré de l'égalité de tous
devant la loi. Nous demandons le maintien, à nos risques et périls,
de la liberté de la presse. Tout en respectant le privilège
centenaire de l'Université, nous demandons le maintien de ce qui nous
reste de la liberté d'enseignement, de cette liberté qu'on menace
obliquement et avec la plus ignoble hypocrisie. Et nous demandons la
liberté d'association, qui est de droit naturel. Ce droit, à vrai
dire, devrait être sous-entendu, et, sans même être inscrit dans
nos codes, s'exercer sous le régime du droit commun.

Ce droit d'association, toutes les monarchies d'Europe, même
l'Espagne, même l'Autriche, le possèdent; et, nous, République,
nous ne l'avons pas! ou plutôt,--ce qui est encore plus
révoltant,--il n'existe chez nous, en fait, que pour un parti. Et
quand on sait combien ce droit pourrait être bienfaisant; quand
on sait qu'il permettrait à la démocratie de s'organiser, de se
«hiérarchiser» librement, et, peut-être, de résoudre une par une
les questions sociales, on se sent pénétré de douleur et de colère
en songeant qu'une faction maîtresse des pouvoirs publics détient
pour elle et nous refuse ce droit primordial, et transforme ainsi en
instrument de tyrannie ce qui devrait être un agent de progrès et de
salut national.

Enfin, depuis quinze ans, nos oppresseurs n'ont fait que de la
politique, c'est-à-dire qu'ils se sont uniquement attachés à
conquérir le pouvoir pour les bénéfices qu'il procure. Ils ont
fait des lois _politiques_, c'est-à-dire des lois propres à leur
faciliter, puis à leur assurer cette conquête. Ils n'ont pas fait de
lois _sociales_, c'est-à-dire des lois qui profitent à tous et qui,
sans prétendre changer la nature des choses, essayent d'en atténuer
l'iniquité; ou, s'ils ont fait des lois sociales, c'étaient encore,
par un détour, des lois politiques et qui, dans leur pensée,
devaient profiter d'abord à leur parti.--Eh bien, dans cette
«République de tous» que nous rêvons, nous voudrions que le
Parlement ne fît plus de lois politiques (la Constitution elle-même,
révisée ou non, l'en dispensera une fois pour toutes), mais qu'il
s'occupât uniquement de législation économique et sociale; qu'il
ne fît plus de lois maçonniques, mais des lois françaises, des lois
populaires, des lois humaines.

       *       *       *       *       *

Troisième point du programme: conjurer la ruine financière.--Nos
oppresseurs, depuis quinze ans, n'ont cessé de gaspiller l'argent du
pays, le plus souvent dans un intérêt électoral. Nous avons, avec
une dette de trente-cinq milliards qu'on n'amortit pas, un budget
de trois milliards et demi, et qui, chaque année, s'accroît de
cinquante millions. Cela est fou. Et ce qui nous attend, ce à quoi
nous marchons d'un pas régulier et sûr, c'est la banqueroute, ou,
si vous voulez, la conversion du 3 0/0, c'est-à-dire l'épargne
française ruinée au tiers ou à moitié. Et ainsi nos maîtres, ces
hommes sans bonne grâce, sans charité intellectuelle, ont été, en
outre, de détestables intendants de la fortune du peuple.

Tout le monde convient que cela ne saurait durer. Personne n'ose
proposer les remèdes. Au fait, quels seraient-ils? Monopole de
la rectification et de la vente des alcools assurés à l'Etat?
Simplification des rouages administratifs? Suppression des
sous-préfectures et des tribunaux d'arrondissement? Suppression, par
voie d'extinction, d'une moitié de notre dévorante bureaucratie?
Nouvelle répartition des impôts, à la fois plus équitable (par
suite moins durement sentie) et aussi productive? Quel problème!...
Peut-être cependant l'évidence grandissante du mal rendra-t-elle
possible demain ce qui semble aujourd'hui impraticable. En attendant,
il faudrait du moins que toute proposition d'accroissement des
dépenses non compensé par une diminution correspondante fût
considérée comme un crime public.

En résumé, amour de la patrie et respect de l'armée; une
République qui soit la chose de tous, et non plus le butin d'un
parti; enfin, une République économe de nos deniers: voilà le
programme bien modeste sur lequel je vous demande de vous accorder.

       *       *       *       *       *

Les absurdités et les abominations d'un régime parlementaire
faussé, telles que nous les ont décrites MM. de Marcère et Benoist,
M. de Voguë et M. Emile Faguet (pour ne citer que ceux-là);
la question de savoir s'il est urgent ou opportun de réviser
la Constitution, et dans quelles conditions cela se pourra faire
utilement; les diverses réformes proposées: vote obligatoire pour
tous les électeurs; élargissement du collège électoral qui nomme
le Président de la République; diminution du nombre des députés;
réduction de leur droit d'initiative en matière financière, etc...,
je laisse aujourd'hui tout cela de côté; et savez-vous pourquoi?
La réforme des mœurs semble dépendre des institutions; mais, pour
corriger celles-ci, il faut avoir déjà modifié celles-là dans
quelque mesure. En somme, c'est la réforme des mœurs, des habitudes,
de l'esprit public, qui importe le plus, et c'est par elle qu'il faut
commencer.

Si la majorité des délégués du peuple étaient de très honnêtes
gens, et, de plus, s'ils étaient sincèrement d'accord avec nous sur
le programme ingénument national que j'indiquais tout à l'heure,
le fameux «jeu des institutions parlementaires» nous apparaîtrait
bientôt moins effrontément faussé; ce qui, en même temps,
limiterait la révision de la Constitution et la rendrait plus
aisée et moins périlleuse. Autrement dit, les mœurs nouvelles des
députés que nous enverrions à la Chambre influeraient déjà, d'une
façon très heureuse, sur les institutions elles-mêmes.

Il n'y a à cela qu'une difficulté. Pour faire surgir du milieu de
nous, en nombre suffisant, des représentants de volonté droite et
persévérante, pour avoir cette puissance de renouveler ainsi
la représentation nationale, il faut d'abord que nous devenions
nous-mêmes des hommes nouveaux; il faut que nous le devenions tous
(et nous sommes des millions); et c'est ce qui m'effraye, et je crains
d'être ici en pleine chimère.

Mais non, ce n'est pas rêver que de croire que la France voudra enfin
se ressaisir et se délivrer. Sans doute nos adversaires ont sur nous
ce grand avantage, de s'adresser aux mauvais sentiments de ceux qu'ils
enrôlent. Mais sommes-nous si faibles et si lâches que nous ne
puissions imiter du moins leur discipline, leur union, leur admirable
activité et même, un peu, leur organisation? Sommes-nous incapables,
quand notre intérêt le plus pressant nous y engage, de remplir
entièrement notre devoir de citoyens? Car il ne s'agit pas d'autre
chose. Le vrai secret des réformes publiques est, en dernière
analyse, dans la réforme morale des individus. Je vous convie à un
accroissement de dignité de vos personnes. Vous rassembler; former
des comités; échanger vos impressions sur les affaires du pays;
être assidus à ces réunions; chercher en toute cordialité des
occasions de rencontre et d'entretien avec des hommes d'une autre
condition sociale; donner à l'intérêt général un peu de votre
temps et de votre argent de poche; vous discipliner vous-mêmes;
obéir aux chefs que vous aurez librement choisis; sacrifier
quelquefois votre sentiment, sur des points secondaires (car, dans
cet essai d'entente et d'action commune, les vanités, les rivalités
personnelles seront le grand écueil); tenter, en somme, et commencer
sérieusement, contre une oligarchie malfaisante, l'œuvre énorme de
l'organisation de la démocratie; faire tout cela, et y persévérer,
ce sera, pour vous, valoir mieux, et ce sera en même temps sauver le
pays et, par conséquent, vous sauver vous-mêmes...

Oui, je sais, il s'agit de faire ce que la plupart des Français,
indolents, routiniers, passifs, habitués à se décharger de tout sur
l'Etat--et à tout supporter de lui--n'ont jamais fait encore.
Mais les nations sont guérissables. En tout lieu, l'énergie, la
ténacité d'un homme peut transformer ceux qui l'entourent. Il y a
des paroles qui, d'abord, nous sont extérieures et qui, nous venant
du dehors, agissent sur nous faiblement ou brièvement; mais ces
paroles, à force de nous être répétées, font en nous leur
brèche, nous deviennent peu à peu intérieures, finissent par faire
partie intégrante de nos habituels mobiles d'action. Alors, nous
sommes véritablement _changés_. On sent aujourd'hui, dans ce pays,
une inquiétude morale qu'on n'y avait peut-être jamais vue depuis
un siècle. Non, nous ne sommes pas en décadence, car la décadence
s'ignore elle-même ou elle se résigne; et nous, nous connaissons
notre mal et nous ne nous y résignons pas. Dans ces innombrables
bonnes volontés, dont l'expression vient tous les jours jusqu'à
nous,--volontés jusque-là isolées et qu'il faut réunir,--nous
découvrons avec joie des signes évidents de résurrection et de
renouvellement national.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La patrie française" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home