Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Alsace, Lorraine et France rhénane - Exposé des droits historiques de la France sur toute la rive gauche du Rhin
Author: Coubé, Stephen, 1857-1938
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Alsace, Lorraine et France rhénane - Exposé des droits historiques de la France sur toute la rive gauche du Rhin" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



                           STÉPHEN COUBÉ

            _Dédié aux négociateurs de la paix victorieuse_



                         Alsace, Lorraine
                               et
                          France rhénane


              EXPOSÉ DES DROITS HISTORIQUES DE LA FRANCE
                   SUR TOUTE LA RIVE GAUCHE DU RHIN


                 _Avec Préface de_ M. Maurice BARRÈS



 _Je vous apporte le baiser
de la France._
                       (Général JOFFRE,
                        aux habitants de Thann.)



                              PARIS
                P. LETHIELLEUX, LIBRAIRE-ÉDITEUR
                      10, RUE CASSETTE, 10



TABLE DES MATIÈRES

PRÉFACE

I
INTRODUCTION

  La montagne de Sainte-Odile
  Les provinces cisrhénanes
  L'irrédentisme français
  Le nom de «France rhénane»

II
NOTRE INTÉRÊT NATIONAL

  Intérêt d'ordre militaire
  Intérêt d'ordre économique

III
NOTRE DROIT HISTORIQUE

  L'intérêt corrobore le droit
  Valeur du droit historique
  Le Rhin «décret de Dieu» (Napoléon)
  Droit et intérêt
  Le vœu des populations
  Nous l'avons eu, votre Rhin allemand!
  Le Rheingelüst, «le désir du Rhin»

IV
LA RIVE GAUCHE JUSQU'AU Xe SIÈCLE

  Période celtique
  Période gallo-romaine
  Invasions et infiltrations germaniques
  Période franque

V
L'USURPATION GERMANIQUE

  La rive gauche devient germanique
  Protestations de la France
  La campagne de Henri II


VI
LA PREMIÈRE RECONQUÊTE
DE L'ALSACE

  Les visées de Richelieu sur le Rhin
  L'Alsace offerte à la France
  Le traité de Westphalie et l'Alsace
  La campagne de Turenne
  La France gagne le cœur de l'Alsace
  L'Alsace, «brasier d'amour pour la France»


VII
LA PREMIÈRE RECONQUÊTE
DE LA LORRAINE

  La Lorraine est à nous
  La Lotharingie
  Le duché de Bar
  Politique des ducs de Lorraine
  Jeanne d'Arc, lorraine et française
  La France reprend les Trois-Évêchés
  La France recouvre le duché


VIII
LA PREMIÈRE RECONQUÊTE
DE LA FRANCE RHÉNANE

  La Monarchie et les Provinces cisrhénanes
  La politique de la Convention
  L'annexion de la rive gauche
  Les pétitions de 1797
  La France rhénane de 1795 à 1815
  La France rhénane redevient allemande

IX
L'ALSACE-LORRAINE DE 1870 À 1914

  Le rapt odieux
  Protestation de Mgr Freppel
  Protestation des députés Alsaciens-Lorrains
  La fidélité de l'Alsace-Lorraine

X
LA RECONQUÊTE DÉFINITIVE
DE L'ALSACE-LORRAINE

  La joie de la réunion
  Le statut politique de l'Alsace-Lorraine
  Le statut religieux de l'Alsace-Lorraine

XI
LA RECONQUÊTE DÉFINITIVE
DE LA FRANCE RHÉNANE

  La rive gauche réfractaire à la germanisation
  Le don d'assimilation de la France
  La Moselle et le Rhin nous désirent
  Le mariage de Colette et d'Asmus

XII
L'AGRANDISSEMENT DE LA BELGIQUE

  La Belgique doit s'agrandir
  Objection: La question des races
  La question du Limbourg

XIII
LA QUESTION DU LUXEMBOURG?

  La réunion à la Belgique?
  L'annexion par la France?
  L'éviction de la maison de Nassau?
  Le droit de la population?
  Le protectorat de la France?

XIV
CONCLUSION

  Pas de paix boiteuse et essoufflée (M. Poincaré)


       *       *       *       *       *



                          PRÉFACE


_M. l'abbé Coubé publie un exposé des droits historiques de la France
sur la rive gauche du Rhin. C'est bien, c'est excellent. Les patriotes
le remercient. Il faut que de tous les côtés l'union sacrée se fasse
pour éclairer les esprits sur une nécessité de salut public. À quelque
parti que nous appartenions, nous devons nous mettre d'accord sur la
précaution à prendre contre les Allemands, afin que nos fils et
petits-fils recueillent le fruit de ce formidable effort.

Une fois encore, les Allemands viennent de jouer la partie, à leur
heure. Ils voulaient l'empire du monde. Avec quelle brutalité! Nos
provinces éprouvent le poids de leurs lourdes bottes. Nous avons eu la
chance d'avoir un bon chef et des soldats unanimes dans leur résolution.
Nous ne pouvons plus être battus. Mais il faut maintenant appliquer la
règle suprême de la vie pratique et maintenir jusqu'à son plein effet
notre énergie de victoire.

L'âme d'une action, c'est d'être menée jusqu'au bout. S'il est permis
d'éclairer sa pensée en prenant des exemples et des analogies dans un
ordre bien différent, je rappellerai ce que disait M. Marcellin
Berthelot: «Terminer, rédiger, publier.» Il enseignait par ces trois
mots que l'œuvre intellectuelle n'existe que lorsqu'elle est publiée et
que l'on n'est sûr de sa pensée que lorsqu'on l'a rédigée.

Il ne faut pas que cette guerre formidable laisse inachevée l'œuvre
sublime de nos soldats. Par-dessus tous les partis, d'un haut point de
vue de nationalisme français, dès maintenant, doivent se concerter tous
ceux qui veulent assurer la sécurité de nos frontières et remplir les
destinées de la France éternelle.

Nos soldats acceptent de mourir pour le salut de la France (chacun la
définissant un peu à sa manière), et pour rien autre. Ils ne se
sacrifient pas à des combinaisons de conquête politique. Ils veulent
sauver la France et désarmer l'Allemagne. Cette nécessité est la seule
qui s'impose à tous nos esprits.

Nous n'allons pas perdre notre temps à discuter les arguments de
l'Allemagne, qui prétend avoir des droits sur l'Alsace-Lorraine parce
que cette région serait peuplée de races plus ou moins parentes des
Germains, et qui réclame au même titre la Hollande, la Belgique, la
Suisse, la Franche-Comté, la Champagne, la Bourgogne, etc... Nous ne
discuterons pas davantage la prétention germanique de posséder la loi
sur laquelle l'humanité entière doit se régler.

Il ne peut plus être question, au long de la charmante Moselle et sur la
rive gauche du Rhin, d'aucune souveraineté de Bavière, ni de Prusse,
d'aucune pensée pangermaniste. Nous voulons la paix du monde, la
sécurité pour nos fils et pour nos petits-fils.

D'ailleurs, nos enfants seront aisément aimés, sur cette rive gauche.
Nos pères y étaient hautement estimés. Ces beaux territoires, soustraits
à la brutalité prussienne, ne tarderont guère à fournir, sous la
discipline française, d'excellents éléments graves, patients, loyaux,
qui s'équilibreront très bien dans notre nation. Je me rappelle, parmi
les jours les plus heureux de ma vie, ceux que j'ai passés à errer en
bicyclette, en bateau, à pied, de Metz à Coblence, parmi ces forêts, ces
montagnes romanesques, ces petits villages tout pleins de souvenirs de
la Révolution et du Premier Empire. Je n'étais pas en Allemagne, mais
sur des territoires que mettrait au point un seul rayon du soleil de
France.

Le Rhin est un vieux dieu loyal. Quand il aura reçu des instructions, il
montera très bien la garde pour notre compte et fera une barrière
excellente à la Germanie. Vous verrez, nous nous assoirons comme des
maîtres amicaux sur la rive du fleuve, et nous ranimerons ce que la
Prusse a dénaturé et dégradé, mais qui était bien beau. Nous libérerons
le génie de l'Allemagne qu'ont aimé follement nos pères._

_Un délire pangermanique empoisonne à cette heure les peuplades
d'outre-Rhin. Pourtant leurs États particuliers demeurent en général
solides et aimés, en même temps que le Prussien envahisseur est
sourdement détesté. Guérissons des malades. Évitons à ces Allemands de
vivre plus longtemps dans cette unité qui a surexcité en eux le plus
effroyable esprit de domination. C'est un digne rôle pour des vainqueurs
généreux. Et puis, trêve de plaisanterie, ceux qui se sacrifient à cette
heure avec une terrible énergie pour le salut de la patrie se
désespéreraient si leur holocauste devait être rendu inutile. Ils ne
veulent pas avoir été dupés. C'est le salut de la France et la paix du
monde, sans pitié pour l'Allemagne, qu'exigent les mères en deuil, les
soldats et le génie politique._

_M. l'abbé Coubé doit être remercié de mettre dans la discussion
publique le fruit de ses études et de sa méditation._

_Maurice BARRÈS._



       *       *       *       *       *


                         ALSACE, LORRAINE
                         ET FRANCE RHÉNANE



I


#INTRODUCTION#

_La montagne de Sainte-Odile._

Par un beau jour ensoleillé du mois de juillet 1908, je me trouvais sur
la montagne de Sainte-Odile et, de ce magnifique belvédère, je
contemplais l'immense plaine alsacienne qui s'étend à ses pieds à perte
de vue. Il était midi, lorsque, soudain, de tous les clochers, de toutes
les houblonnières, de tous les bois de sapins, de tous les pieux
villages blottis dans la verdure, j'entendis monter la voix des cloches,
égrenant joyeusement les notes de l'Angélus. Et je me dis: «Quand donc
l'Angélus de la délivrance sonnera-t-il pour l'Alsace? Quand donc l'Ange
lui annoncera-t-il que le Sauveur est venu?»

Il est venu aujourd'hui le Sauveur. Il est apparu, le drapeau tricolore
à la main, sur la crête des Vosges. Il est descendu dans la plaine, un
peu trop vite peut-être tout d'abord, au mois d'août 1914. Que
voulez-vous? Il était emporté par son cœur qui ne mesure jamais le
danger. Lorsqu'on apprit que nos soldats avaient arraché les
poteaux-frontières, qu'ils s'avançaient vers le Rhin, que leur drapeau
avait flotté sur Mulhouse, une explosion de joie souleva toute la
France. Elle dut bientôt, il est vrai, s'avouer qu'on ne vient pas à
bout en quelques jours, à coups d'enthousiasme, d'une organisation
militaire minutieusement préparée pendant quarante-quatre ans. Mais
l'espérance et la certitude de la victoire, loin d'avoir diminué, n'ont
cessé de croître depuis un an.

Le Sauveur est là, attendant son heure, l'heure de l'Angélus libérateur.
Il a dit aux habitants de Thann: «_Notre retour est définitif. Vous êtes
français pour toujours. Je suis la France, vous êtes l'Alsace. Je vous
apporte le baiser de la France!_» Et les vieux Alsaciens pleuraient en
entendant Joffre parler ainsi, en voyant le drapeau français claquer sur
leur mairie et leur église, comme au temps de leur enfance.

L'Alsace et la Lorraine nous sont restées tendrement attachées. La
cigogne n'a cessé de maudire le vautour prussien, paré des plumes de
l'aigle, et elle a hâte d'entendre de nouveau son ami Chantecler jeter
le nom de France du haut des clochers. Le vieux maréchal Fabert nous
fait signe à Metz, Ney à Sarrelouis, Kellermann et Kléber à Strasbourg,
Rapp à Colmar, Lefebvre à Rouffach. La Lorraine est toujours la patrie
de Jeanne d'Arc et toujours française comme elle. L'Alsace est toujours
la terre que Michelet appelait dans une phrase douce et caressante:
«Alsace, petite France, plus France que la France!» La patrie de sainte
Odile nous est restée fidèle, comme ses grands oiseaux blancs le sont à
leurs nids broussailleux.

Du haut de sa montagne, entourée des hauts sapins qui se dressent à ses
pieds comme des cierges embaumés, sainte Odile bénit nos soldats; car
elle est bien Française la petite sainte Odile! De son vivant elle
repoussait la main gantée de fer des princes allemands qui la voulaient
épouser, comme l'Alsace repousse aujourd'hui la main gantée de sang du
Kaiser. Et Jeanne d'Arc accourt vers elle avec nos drapeaux, et elles
tombent dans les bras l'une de l'autre, en se disant: «Jeanne et Odile,
France, Alsace et Lorraine, restons unies pour toujours!»

C'est bien entendu! Lorsque sonnera l'heure solennelle de la paix, le
premier droit comme le premier devoir de la France victorieuse sera de
reprendre les deux chères provinces qui lui furent arrachées par un rapt
odieux. Mais là ne devront pas s'arrêter ses revendications.


       *       *       *       *       *


_Les provinces cisrhénanes._

On trouve en descendant le Rhin, sur la rive gauche du grand fleuve,
trois belles provinces, la Bavière rhénane, la Hesse rhénane, la Prusse
rhénane. Or, ces provinces nous reviennent en vertu d'un droit
historique certain.

D'abord, elles nous ont longtemps appartenu aux époques celtique,
gallo-romaine, mérovingienne et carolingienne. Germanique à la surface,
leur population, surtout dans les campagnes, est au fond gauloise d'âme
et de sang. Elle ne ressemble pas à celle de l'autre côté du Rhin.
«_Loin des villes_, dit le commandant Espérandieu dans sa remarquable
brochure sur _le Rhin français_, _le type qu'on rencontre communément
est celui des agriculteurs de l'Alsace et de la Lorraine_. Les grandes
agglomérations, où le flot des immigrants s'est porté de préférence,
sont plus allemandes; cependant, sauf à Cologne peut-être, dont la
population a augmenté de façon prodigieuse en moins de cent ans, un
Français n'éprouve nulle part la sensation d'être dépaysé[1].»

Au IXe et au Xe siècle, ces provinces nous ont été enlevées par une
grande injustice diplomatique, mais elles ont gardé l'indélébile
empreinte celtique. Les laisser à l'Allemagne serait consacrer une
injustice et perpétuer une usurpation: usurpation, c'est le mot dont se
servait Richelieu en parlant de la création du royaume de Lotharingie
qui nous ravit pour la première fois la rive gauche du Rhin.

Sans remonter à Clovis et à Charlemagne, nous retrouvons dans notre
histoire des titres plus récents que nous étudierons plus loin.
Rappelons ici seulement que ce pays s'est donné à nous et s'est glorifié
d'être français de 1795 à 1815. Il formait quatre départements, la
Sarre, le Mont-Tonnerre, le Rhin-et-Moselle et la Roer. Sarrelouis, la
ville de Louis XIV et la patrie de Ney, Trèves, la plus latine des cités
du Nord dans les premiers siècles, Mayence, Coblentz, Cologne,
Aix-la-Chapelle, anciens _castella_ gallo-romains, toutes ces villes
s'étaient reprises à nous aimer et elles arboraient fièrement nos
couleurs, comme une parure. Elles nous aimeront encore, si tant est
qu'elles nous aient oubliés, quand elles auront réappris à nous
connaître, et nous verrons plus loin que l'amitié sera vite renouée,
quand aura disparu la crainte de la schlague allemande et que la douceur
de la civilisation française aura de nouveau enchanté leurs yeux et
leurs cœurs.

Ces riches contrées ont d'ailleurs une importance capitale au point de
vue militaire; elles sont nécessaires à notre défense nationale. Ce
serait une suprême imprudence, une folie de les abandonner à l'ennemi,
quand l'occasion propice s'offre à nous de les lui reprendre.

Foin des doctrines antimilitaristes qui ne cessent de nous crier: Pas
d'annexion! Eh oui! il ne faut pas s'annexer le bien d'autrui, mais on
peut, mais on doit s'annexer son propre bien, quand on en a été
dépouillé par un vol odieux. Loin d'être une violence, c'est la
réparation d'une injustice.

La France doit donc reprendre ainsi au moins la plus grande partie de
la région cisrhénane, par exemple jusqu'à la ligne de l'Eifel, au nord
de la Moselle. Elle pourrait offrir à la Belgique la partie située au
delà de cette ligne et qui comprend Aix-la-Chapelle et Cologne. Mais si
la Belgique, pour des raisons que je discuterai plus loin, n'en voulait
pas, ce serait à la France d'y établir sa domination absolue ou du moins
son protectorat. À aucun titre, l'Allemagne ne doit garder la moindre
parcelle de territoire ou de puissance sur la rive gauche du Rhin.

[Note 1: _Le Rhin français_, Paris, Attinger: fr. 60.]


       *       *       *       *       *


_L'irrédentisme français_.

Il existe en Italie un parti des Irrédentistes. Ce sont les patriotes
qui luttent pour la reconquête des terres italiennes, telles que Trieste
et Trente, qui ne sont pas encore rachetées ou délivrées du joug de
l'étranger: _irredente_. Sans doute ce mouvement est allé trop loin et a
même été dirigé contre la France au temps de la défunte Triplice, alors
que quelques agités parlaient de reprendre Nice à la France. Mais, en
soi, il est naturel et légitime, car il est fondé sur le principe des
nationalités bien compris.

Une nation a le droit de revendiquer un pays où elle retrouve ses
frères, sa race, ses mœurs et où l'appellent une frontière naturelle, un
droit historique découlant d'une possession antérieure, enfin et surtout
le vœu des habitants.

Eh bien, il doit y avoir un irrédentisme français, appliqué à la rive
gauche du Rhin, parce que cette rive est pour nous un patrimoine sacré.
Elle nous a appartenu pendant plus de mille ans, avant d'être accaparée
par la Germanie. Elle est enchaînée aujourd'hui; nous devons briser ses
fers. Lorsque le Syndic de Chambéry présenta, en 1792, les clefs de sa
ville au général de Montesquiou, il lui dit: «_Nous ne sommes pas un
peuple conquis, nous sommes un peuple délivré_.» Voilà ce que devront
nous dire bientôt tous les habitants de la rive gauche du Rhin.

Charles VII était un irrédentiste, quand il disait, en 1444: «_Le
royaume de France a été, depuis beaucoup d'années, dépouillé de ses
limites naturelles qui allaient jusqu'au Rhin; il est temps d'y rétablir
sa souveraineté.»

Turenne était un irrédentiste, lorsqu'il disait au chevalier de la Fare,
en 1674: «_Il ne faut pas qu'il y ait un homme de guerre au repos en
France tant qu'il y aura un Allemand en Alsace_.»

Lazare Carnot était un irrédentiste, quand il écrivait: «_Les limites
anciennes et naturelles de la France sont le Rhin, les Alpes et les
Pyrénées_.»

Danton était un irrédentiste, quand il s'écriait à la Convention, le 31
janvier 1793: «_Les limites de la France sont marquées par la Nature.
Nous les atteindrons à leurs quatre points: à l'Océan, aux bords du
Rhin, aux Alpes, aux Pyrénées_.»

Merlin de Douai était un irrédentiste, quand il disait à la même
tribune, le 24 septembre 1795: «_Certes, ce n'est pas pour rentrer
honteusement dans nos anciennes limites que les armées républicaines
vont aujourd'hui, avec tant d'audace et de bravoure, chercher et
anéantir au delà de ce fleuve redoutable_ (le Rhin) _les derniers
ennemis de la liberté_.»

Cette phrase de Merlin s'applique avec une précision émouvante à notre
temps. Si nos soldats luttent et meurent depuis un an avec tant
d'héroïsme, c'est pour que la France soit à jamais délivrée du péril
teuton. Or la possession des provinces cisrhénanes est indispensable
pour cela: c'est la condition absolue de notre sécurité à l'avenir. Ce
serait tromper et trahir le sang de nos morts que de ne pas aller
jusqu'au bout de nos droits.

Napoléon était un irrédentiste, lorsqu'il écrivait cette phrase
magnifique, où l'on retrouve la netteté, la majesté et la profondeur
d'une pensée de Bossuet: «_La France reprendra tôt ou tard... ses
limites naturelles, celles du Rhin, qui sont un décret de Dieu, comme
les Alpes et les Pyrénées_.»

Victor Hugo était un irrédentiste, le jour où il disait: «_Il faut
rendre à la France ce que Dieu lui a donné, la rive gauche du Rhin_.»

Oui, le Rhin nous attend. Nos drapeaux devront bientôt flotter
joyeusement sur ses rives, de Bâle jusqu'à Cologne. La voix du sang
français qu'il a bu, les ossements de nos pères qui dorment dans sa
longue vallée, notre passé, notre avenir, le décret de Dieu nous y
appellent. Les Allemands aiment à chanter la _Wacht am Rhein_: c'est à
la France maintenant de chanter et surtout de monter, face à l'Est, la
«garde du Rhin».


       *       *       *       *       *


_Le nom de «France rhénane»._

Supposons un instant le problème résolu de la manière la plus complète.
Les drapeaux français flottent à Trèves, à Mayence, à Coblentz, à
Cologne, à Aix-la-Chapelle. Une question préalable se pose. Comment
appellerons-nous le pays qui s'étend au nord de l'Alsace et de la
Lorraine?

Il ne peut plus être question des dénominations actuelles, puisqu'elles
ne répondent plus à la réalité. Ces terres n'appartenant plus à la
Bavière, à la Hesse et à la Prusse, ne peuvent plus s'appeler Bavière,
Hesse ou Prusse rhénanes.

Nous avons rappelé plus haut que cette contrée, réunie à la France de
1795 à 1815, formait les départements de la Sarre, du Mont-Tonnerre, du
Rhin-et-Moselle et de la Roer. On voudra sans doute revenir à cette
ancienne division administrative et ressusciter ces noms: ce sera
logique et patriotique. Mais pour la commodité et la nécessité du
langage, il faudra en plus un vocable général, un nom précis et distinct
englobant ces quatre départements.

Je propose de les appeler _la France rhénane_. Ce vocable s'inspire du
même principe que les vocables allemands usités jusqu'ici, mais en
tenant compte des conditions nouvelles où se trouveront ces provinces.
Par le mot «rhénane», il désignera, comme toujours, leur position
géographique; par le mot «France», il exprimera leur attribution
politique actuelle, en même temps que leur vraie et ancienne
nationalité. En effet les autochtones de la rive gauche n'ont jamais été
ni bavarois, ni hessois, ni prussiens; ils sont de vieille souche
gauloise, et leur race n'a pas été noyée sous le flot des immigrés, quel
qu'ait été le nombre de ces tard-venus depuis un demi-siècle.

Nous aurons ainsi trois belles provinces aux noms clairs, sonores,
populaires, aussi doux à nos oreilles qu'à nos cœurs: l'Alsace, la
Lorraine et la France rhénane; trois provinces qui monteront la garde
sur le Rhin.

J'avais aussi songé à un autre nom, celui d'_Austrasie_. C'était celui
qui, à l'époque mérovingienne, désignait la France de l'Est et la région
rhénane en particulier: il aurait l'avantage d'affirmer notre vieux
droit historique. Lorsque Henri II fit, en 1552, la campagne rhénane où
il reprit Metz, Toul et Verdun, son intention était de reconquérir non
seulement l'Alsace et la Lorraine, mais les autres provinces
cisrhénanes. Ce projet, nous le verrons, fut très populaire en France.
Or le nom que l'on se proposait de donner à la région conquise était
justement celui d'Austrasie.

Cependant ce nom aurait peut-être des inconvénients: les savants
pourraient lui reprocher de restreindre à une portion de son territoire
l'antique Austrasie qui était plus vaste; le public le trouverait sans
doute trop archaïque, trop mérovingien, pas assez populaire. Aussi je ne
le suggère que pour mémoire.

Également pour mémoire, je signale l'appellation de _France ripuaire_,
qui serait très justifiée historiquement, car il s'agit de la contrée
qu'habitaient les _Francs Ripuaires_ ou riverains du Rhin: mais ce nom
paraîtrait sans doute aussi un peu archaïque.

Je ne tiens d'ailleurs pas plus que de raison à celui de France rhénane:
et j'applaudirai à toute autre dénomination plus juste que l'on pourra
proposer.

Quoi qu'il en soit des noms, et bien qu'ils aient leur importance,
l'essentiel est que la France enlève la rive gauche du Rhin à
l'Allemagne et qu'elle y établisse son influence. Nous allons voir
qu'elle y a un intérêt vital et un droit incontestable.



#II#

#NOTRE INTÉRÊT NATIONAL#


_Intérêt d'ordre militaire._

La France a besoin pour la défense de son territoire de commander toute
la rive gauche du Rhin, soit par elle-même, soit par des alliés dont
elle soit très sûre. La possession de l'Alsace et de la Lorraine est
évidemment la mesure la plus urgente et la plus essentielle; mais elle
ne suffit pas. Les autres provinces cisrhénanes ne doivent pas être
laissées à l'Allemagne, car elles lui fournissent un tremplin d'où elle
peut s'élancer facilement sur la France, par-dessus la Belgique et le
Luxembourg, l'Alsace et la Lorraine. En violant ces contrées, elle est
immédiatement en Franche-Comté, en Bourgogne, en Champagne ou dans le
Nord, et, de là, elle peut gagner Paris en quelques jours.

Maîtres de Paris, les ennemis peuvent, soit par les moyens de
communication que donne sa centralité, soit par la menace de le saccager
ou de le détruire, écraser la France ou la forcer à capituler.

Et alors même qu'ils n'arriveraient pas à prendre la capitale, ils
occuperaient, comme en 1870, comme en 1914, un grand nombre de
départements et recommenceraient les horreurs que nous connaissons.

Si, au contraire, nous sommes les maîtres de toute la rive gauche, de
toutes ses forteresses, de tous les passages du fleuve, et, à plus forte
raison, si nous empêchons, comme nous l'indiquerons plus loin,
l'Allemagne de se fortifier sur la rive droite, il lui sera impossible
de pénétrer, ou du moins de pénétrer bien avant, sur notre territoire et
nous ne reverrons plus jamais les atrocités que les barbares ont si
souvent commises chez nous dans les siècles passés.

On compte une trentaine de ces invasions dévastatrices sans parler des
violations moins importantes de notre territoire. Depuis le commencement
de la grande Révolution nous en avons eu six. Il s'agit de fermer pour
toujours nos portes à ces cambrioleurs assassins.

Or, la guerre actuelle nous fournit, par la victoire que nous avons le
droit d'escompter, une occasion merveilleuse de mettre fin à cette
insécurité de nos frontières, de crever une fois pour toutes le nuage de
sang qui déferle toujours vers nous du fond des Allemagnes.

Maurice Barrès a dit très justement dans l'_Écho de Paris_ du 10 janvier
1915: «C'est la vingt-neuvième fois que les gens d'outre-Rhin viennent
dévaster notre pays. C'est la quatrième fois depuis un siècle. Ils
reviendront chaque fois qu'ils le pourront. Il faut que nous combattions
pour qu'une pareille chose devienne impossible dans notre existence et
dans l'existence de nos enfants et petits-enfants. Il s'agit de chasser
les Allemands, de briser leur unité et de prendre nos sûretés sur le
Rhin.»

C'est aussi l'opinion de M. J. Dontenville, professeur agrégé
d'histoire: «Nos frontières (de l'Est) sont dangereusement défectueuses,
ouvertes toutes grandes à l'ennemi, beaucoup trop rapprochées de Paris,
tête et cœur de la France. Nous éprouvons le besoin irréductible de les
rectifier, de les fermer, de les tracer loin de la capitale. Depuis
quelque cent ans, guère plus, l'invasion allemande, accompagnée des
pires horreurs, a débordé six fois sur notre malheureuse patrie, en
1792, 1793, 1814, 1815, 1870, 1914. Pourquoi? Parce que nous sommes hors
d'état de protéger nos marches trop vulnérables du Nord-Est. Nous ne
possédons pas nos limites normales, établies par la nature elle-même. Au
contraire, l'ennemi tient les clefs de notre maison où il pénètre ainsi
de prime abord. Une grande bataille par nous perdue, et voilà les armées
qui, sans obstacle, foncent sur Paris. Situation vraiment douloureuse et
effroyable! Ne sommes-nous pas irréprochables de tout point, si, pour la
changer, nous utilisons l'occasion propice?

«Avec le vicomte de Bonald, nous jugeons que sans le Rhin» la France
n'est pas _finie_ et ne saurait être _stable_. Comme Vauban l'affirmait
à Louis XIV, il faut, par une configuration régulière, rendre à
l'avenir notre _pré carré_[1].»

M. Savarit écrit: «La capitale, trop rapprochée d'une frontière faible,
reste à la merci «des convoitises éternelles des Germains», à la merci
d'un coup de main audacieux et brutal paralysant sa légitime défense,
comme celui que nous venons de voir échouer...

«L'ennemi qui tient Paris, s'il est assez féroce pour le piller et même
le détruire--et l'on connaît la fureur teutonique!--tient la France à sa
merci. Le monde même est intéressé, à cause des admirables monuments de
Paris, de ses incomparables collections d'art et d'histoire, de toutes
ses beautés qui sont le patrimoine commun de l'humanité, à la sécurité
de la Grand'Ville.

«Or, cette sécurité ne peut être garantie, surtout du côté des Barbares,
que par une frontière suffisamment éloignée, une frontière naturellement
forte se prêtant à des travaux de défense efficaces[2].»

[Note 1: _Après la guerre. Les Allemagnes, la France, la Belgique et
la Hollande_, par J. DONTENVILLE, page 31.--Floury, éditeur, Paris, I,
boulevard des Capucines: fr. 60.]

[Note 2: _La Frontière du Rhin_, par C.-M. SAVARIT, p. 32.--Floury,
éditeur.]


       *       *       *       *       *


_Intérêt d'ordre économique._

Il nous est impossible de ne pas tenir compte de l'accroissement de
prospérité matérielle qui découlerait de notre mainmise sur ces
opulentes contrées.

L'arrondissement de Briey possède une immense réserve de minerais
phosphoreux de fer. Mais c'est vers 1880 seulement que la science a
découvert le moyen de les utiliser pour la fabrication de l'acier. Les
Allemands regrettèrent alors amèrement de n'avoir pas annexé dix ans
plus tôt cette prodigieuse richesse, et l'on sait avec quelle activité
fiévreuse ils l'exploitent depuis le commencement de la guerre; ils y
ont fait, dit-on, des travaux gigantesques, des tunnels, des voies
ferrées qui ont apporté à nos mines une plus-value considérable.

En 1912, l'Allemagne produisait vingt-sept millions de tonnes de minerai
de fer dont vingt provenaient de la Lorraine annexée. Elle en demandait
en outre onze millions à l'étranger. Or, ces onze millions sont à peu
près le produit annuel du bassin de Briey. Donc, en s'emparant de ce
bassin, comme elle y est fermement résolue, si elle est victorieuse,
elle trouverait chez elle les trente-huit à quarante millions de fer
dont elle a besoin pour sa formidable consommation.

La même année, la France produisait dix-neuf millions de fer, dont
quatorze provenaient de la Meurthe-et-Moselle. En reprenant aux
Allemands la partie de la Lorraine qu'ils lui ont volée, elle augmentera
sa production de vingt millions, ce qui fera d'elle une des premières
puissances métallurgiques du monde, sinon la première de toutes. Par là
même, avantage non moins précieux, elle appauvrira singulièrement sa
rivale.

Mais pour que cette immense réserve de fer nous donne tout le rendement
que nous sommes en droit d'en attendre, il nous faudrait avoir sur place
une quantité suffisante de charbon. Or, nous ne l'avions pas en Lorraine
française et nous étions obligés de faire venir le combustible de loin à
grands frais.

Heureusement, il y a, à peu de distance, dans la Lorraine annexée, un
bassin houiller d'une énorme puissance qui semble placé là tout exprès
pour continuer et compléter notre bassin métallurgique. C'est la vallée
de la Sarre, qui nous a appartenu, et que nous devons d'autant plus
revendiquer que sa richesse jadis ignorée nous apparaît aujourd'hui
aussi inépuisable qu'indispensable à notre industrie. Le bassin de
Sarrebruck ajouté à celui de Briey décuplera la puissance métallurgique
de la France.

L'Allemagne produisait en 1912 cent soixante-dix-sept millions de tonnes
de houille, dont seize millions provenaient du bassin de la Sarre. La
France n'en trouvait dans ses mines que quarante et un millions dont
vingt-huit dans le Nord et le Pas-de-Calais. Son déficit, qu'elle
comblait par une coûteuse importation, était d'environ seize millions,
c'est-à-dire l'équivalent de la production du bassin de Sarrebruck, d'où
il suit que, en reprenant ce bassin qui lui a été volé, elle trouverait
chez elle tout ce qui lui est nécessaire et ne serait plus tributaire de
l'étranger.

Douloureuse fatalité! Depuis un an, nos ennemis occupent et exploitent
nos deux sources les plus abondantes de fer et de houille, le bassin de
Briey et les mines du Nord et du Pas-de-Calais. Ils nous ont ainsi
privés du plus formidable instrument de guerre! Au jour des règlements,
il faudra tenir compte non seulement de la valeur matérielle de ces
richesses minérales, mais encore et surtout de la valeur militaire
qu'elles auraient eue pour nous pendant les hostilités[1].

Ajoutons un fait d'une grande importance et d'une savoureuse
opportunité: c'est que la majeure partie des gisements houillers de la
Sarre est la propriété privée de la couronne royale de Prusse et que, en
se les appropriant, la France, sans léser les intérêts particuliers,
fera seulement payer à la malfaisante dynastie des Hohenzollern une
modeste partie de la rançon de son pays.

Si, de plus, nous annexons la province de Cologne et si le régime
douanier de l'Allemagne est renversé à notre profit, nous pourrons faire
venir par des voies ferrées la houille de la vallée de la Ruhr et de la
région westphalienne, encore plus abondante que celle de la vallée de la
Sarre.

La Prusse rhénane au-dessus de l'Eifel est une contrée très peuplée et
très riche où le commerce et l'industrie ont pris depuis un siècle un
incroyable essor.

En Alsace, on a découvert entre Cernay et Mulhouse, dans la forêt de
Nonnenbruck, des gisements de potasse qui, d'après les calculs du
spécialiste Foerster, pourraient fournir 300 millions de potasse pure et
vaudraient au moins soixante milliards. L'exploitation en est à peine
commencée. La concession en a été achetée à l'État par de puissantes
sociétés financières de Berlin. Pour ne pas léser les droits des
particuliers, on pourrait forcer le gouvernement allemand, à titre
d'indemnité de guerre, de rembourser l'argent qu'il a perçu de cette
opération, et cette richesse fabuleuse reviendrait alors naturellement à
la France.

Mais il est une autre richesse plus précieuse encore: c'est une
population de sept à huit millions d'habitants qui s'ajouterait fort
avantageusement à la nôtre et augmenterait sérieusement notre puissance
militaire. Il y a là pour nous un intérêt vital.

La morale, la religion et le patriotisme gémissent également du fléau de
la dépopulation qui sévit de plus en plus en France. Il faut espérer que
la conscience publique, douloureusement éclairée par la guerre,
comprendra qu'il faut absolument enrayer ce mal, et que les berceaux
s'épanouiront bientôt, drus et joyeux, sur nos tombes sanglantes. Mais,
en attendant, ce sera pour nous un immense avantage de pouvoir tirer
chaque année quelques corps d'armée de cette riche pépinière de
guerriers, de cette rive gauche du Rhin, qui en a tant fourni à la
France sous l'Empire, sous la Révolution et, même avant son annexion,
sous la Monarchie.

[Note 1: Consulter l'intéressant article: _L'Allemagne et le fer_,
de M. Fernand Engerand, député du Calvados. _Correspondant_ du 25 mars
1915.]



#III#

#NOTRE DROIT HISTORIQUE#


_L'intérêt corrobore le droit._


Quelques Français trop scrupuleux pourraient faire cette objection:
«Est-ce que les avantages matériels et même la nécessité de la défense
nationale que vous invoquez nous autorisent à occuper les terres de nos
voisins? Nous reprochons justement à de Moltke d'avoir dit: «Il est vrai
que l'Alsace et la Lorraine appartiennent à la France, mais, comme nous
en avons besoin, nous avons le droit de les prendre.» Or n'est-ce pas le
même raisonnement que nous appliquons aux provinces rhénanes? N'est-ce
pas la même désinvolture dans la même injustice?»

C'est entendu, l'intérêt ne remplace pas le droit et ne le crée pas,
mais, quand il s'y ajoute, il le corrobore. Or, c'est bien notre cas.
Nous ne devons pas prendre le bien d'autrui; mais la question est
précisément, et avant tout, de savoir à qui appartiennent les marches du
Rhin, abstraction faite de l'avantage que leur possession peut assurer à
l'occupant. Or, comme nous le verrons plus loin, elles ont été gauloises
environ deux mille ans avant d'être germaniques.

L'Allemagne ne les a accaparées qu'au Xe siècle après Jésus-Christ, en
vertu d'une diplomatie légale, mais arbitraire, d'un droit féodal
abusif, qui partageait les nations comme un patrimoine entre les membres
d'une même famille régnante, sans tenir compte des sympathies et des
affinités électives des populations.

On pourrait dire aussi, sans tomber dans des subtilités de casuistique,
qu'un peuple a le droit de vivre et par conséquent de prendre contre ses
voisins toutes les mesures de défense que leur perfidie et leur
brutalité rendent nécessaires. S'ils en souffrent, ils ne doivent s'en
prendre qu'à eux-mêmes. Par conséquent, alors même que la rive gauche du
Rhin, ce qui n'est pas, appartiendrait historiquement à l'Allemagne,
celle-ci aurait _perdu_ son droit de propriété, par l'usage criminel
qu'elle en a fait depuis un demi-siècle; nous aurions le droit de la lui
enlever à titre de châtiment pour le passé et de précaution pour
l'avenir.

Cela soit dit pour marquer la différence qui existe entre notre thèse et
le raisonnement d'apache du maréchal de Moltke. Mais nous n'avons même
pas besoin de recourir à ce droit de représailles: nous en avons un
autre plus ancien et plus direct, c'est le droit historique.


       *       *       *       *       *


_Valeur du droit historique_

Les Allemands font sonner très haut ce qu'ils appellent leur droit
historique. Ils revendiquent toute terre où ont passé leurs pères.
C'est ainsi qu'ils prétendent accaparer notre Bourgogne, notre
Aquitaine, notre Normandie, sous prétexte que ces provinces ont été
jadis habitées par des peuples d'origine germanique, les Burgondes, les
Wisigoths et les Normands. L'empreinte de leur pied sur un sol est pour
eux ineffaçable, sacrée, et constitue un droit de propriété.

Or, ce droit historique provenant de l'occupation pure et simple est
plus que contestable en lui-même. Il est nul s'il provient d'une
invasion criminelle et si cette tare d'origine n'a pas été effacée par
la prescription, car il n'est alors que le droit du plus fort. Pour
qu'il soit légitime, il faut qu'il soit doublé d'un droit moral
déterminé par les circonstances, par exemple le droit du premier
occupant ou une cession à l'amiable par celui-ci; il faut aussi que,
dans une large mesure, il tienne compte du vœu des habitants. Nous
verrons que, sur ce terrain des volontés et des cœurs, l'avantage est
encore de notre côté. Mais le terrain du fait historique brutal, choisi
par nos adversaires, ne nous est pas moins favorable.

Il est vrai que les Allemands ont occupé environ pendant sept cents ans
l'Alsace et la Lorraine et pendant neuf cents ans le reste de la rive
gauche du Rhin. Mais nous pouvons leur opposer une possession historique
bien plus longue et bien plus ancienne, une possession que nous
pourrions même appeler préhistorique, car elle se perd dans la nuit des
temps.

M. René Henry disait dans une conférence publiée par _la Revue du Foyer_
(1er juin 1912): «Peu m'importent les droits historiques;--_(c'est
aller trop loin)_--sur chaque parcelle de l'Europe, miroir où se
reflètent des puissances qui passent, se sont succédé bien des droits de
cette sorte. Mais pour ceux qui croient à de pareils droits _(il faut en
effet y croire)_ ce sont sans doute, comme en matière hypothécaire, les
plus anciens qui l'emportent: nous avons les premières hypothèques.»

Les siècles germaniques n'ont pas effacé les siècles gaulois. Ils ont
une tare originelle; ils commencent par un attentat à notre droit, et,
contre le droit d'un peuple qui n'a cessé de protester, il n'y a pas de
prescription, suivant le vieil adage romain: _Quod subreptum erit, ejus
rei aeterna auctoritas esto!_

C'est justement ce que va nous démontrer l'étude des vicissitudes
politiques par où ont passé ces provinces rhénanes si ardemment
convoitées de part et d'autre.


       *       *       *       *       *


_Le Rhin «décret de Dieu» (Napoléon)_.

Mais auparavant il est juste de remarquer que ce droit historique
lui-même s'appuie sur un droit plus haut, qui découle de la nature des
choses, de la configuration géographique des territoires, de la
situation et de la direction du Rhin, dont le caractère, j'allais dire
la fonction, de frontière crève les yeux.

Napoléon a écrit: «_Les frontières des États sont des chaînes de
montagnes ou de grands fleuves ou d'arides et grands déserts. La France
est ainsi défendue par le Rhin, l'Italie par la chaîne des Alpes,
l'Égypte par les déserts de la Libye, de la Nubie et de l'Arabie_.»

Ces frontières naturelles sont des faits transcendants qui dominent la
volonté et les conventions humaines et contre lesquels se brise la
politique, quand elle ose les braver. Les limites peuvent être violées
pendant quelque temps, mais elles se vengent, semble-t-il, par les
conflits que leur violation fait naître.

Ce fleuve superbe qui coule du sud au nord entre les terres germaniques
et les terres gauloises est une ligne providentiellement tracée, un
fossé creusé pour nous séparer de l'Allemagne, de la même manière que la
chaîne des Pyrénées nous sépare de l'Espagne.

Jadis la France a possédé en Espagne la Navarre, tandis que l'Espagne
possédait en France la Cerdagne et le Roussillon. C'était une double
anomalie, un désordre. Le bon sens politique de la France et de
l'Espagne a fini par régulariser cette situation. Tout ce qui est en
deçà des Pyrénées est français; tout ce qui est au delà est espagnol.
Les Pyrénées sont le rempart crénelé de neige et de glace qui sépare les
deux pays.

Le bon sens exige qu'une démarcation analogue et tout aussi nette existe
entre la France et l'Allemagne, et elle ne peut être que la ligne
argentée du Rhin. C'est indiqué par la nature, par l'auteur de la
nature, par le grand architecte des continents et des nationalités.

Cette fonction du Rhin est si évidente qu'elle a été en réalité la règle
incontestée de la politique internationale de l'Occident depuis les
temps préhistoriques des Ibères, des Ligures et des vieux Celtes jusqu'à
la fin de l'ère carolingienne. À cette époque seulement, l'ambition de
l'Allemagne parvint à faire main basse sur la rive occidentale du
fleuve. Et voilà près d'un millénaire que cette ambition a tout brouillé
et a détruit l'antique et belle harmonie de la carte géographique de
l'Europe.

Mais le bon sens politique, comme la conscience de notre droit
historique, n'a cessé d'inspirer tous nos hommes d'État depuis dix
siècles. Nous rapporterons plus loin leurs revendications. Napoléon les
a toutes résumées dans cette phrase lapidaire admirable, que nous avons
citée plus haut, où il déclare que «_la limite du Rhin est un décret de
Dieu, comme les Alpes et les Pyrénées_».

Si les Allemands ne veulent pas admettre ce décret de Dieu, ce dictamen
du bon sens, ce verdict de la justice, c'est notre droit et notre devoir
de les y soumettre par la force. Leur présence sur la rive celtique du
Rhin est un fait anormal, excentrique, une incongruité, une intrusion,
une insulte à l'histoire, au droit, à la raison, un défi perpétuel, une
menace et un outrage à la France.

Edgar Quinet signalait ce caractère provocateur de l'occupation
germanique des provinces cisrhénanes lorsqu'il adressait aux Allemands
en 1840 ces paroles éloquentes et douloureuses:

«Vous ne savez que trop bien que notre frontière est non pas affaiblie,
mais enlevée, et quelle énorme blessure vous nous avez faite tous
ensemble, depuis la Meuse jusqu'aux lignes de Wissembourg! Par là notre
flanc est ouvert...

«_Considérez un moment combien la possession de la rive gauche du Rhin
a, de votre part, un caractère hostile pour nous. En occupant ce bord
vous ne pouvez vous empêcher de paraître menacer, car vous avez le pied
sur notre seuil. Vous êtes chez nous. Vous pourriez pénétrer jusqu'à
notre foyer sans rencontrer un seul obstacle, tant le piège a été bien
ourdi!_

«Au contraire, lorsque cette rive est à nous, notre position n'est
encore que défensive. Nous ne sommes pas debout à votre porte. Le fleuve
reste entre nous, et il est si vrai que ces provinces n'entrent pas
naturellement et nécessairement dans votre organisation nouvelle que
vous n'avez su comment les y rattacher. Quel lien trouvez-vous entre
Sarrebourg et Berlin, entre Landau et Munich?...

«_Si, pour obtenir votre amitié, il s'agit de laisser éternellement à
vos princes, à vos rois absolus, le pied sur notre gorge et de leur
abandonner pour jamais dans Landau, dans Luxembourg, dans Mayence, les
clefs de Paris, je suis d'avis, d'une part, que ce n'est pas l'intérêt
de votre peuple, de l'autre, que notre devoir est de nous y opposer
jusqu'à notre dernier souffle..._»


       *       *       *       *       *


_Droit et intérêt._

Il y a deux mobiles qui doivent faire agir une nation, son droit et son
intérêt. Ils lui indiquent clairement son devoir. Notre droit, nous
allons le voir, nous appelle à la rive rhénane où dorment nos aïeux:
notre intérêt réclame la frontière qui pourra seule défendre nos
descendants.

Si nous ne voulons pas être à la merci d'un coup de main allemand, nous
devons nous appuyer solidement au Rhin, occuper la vallée de la Sarre et
celle de la Moselle, Trèves, dont la Porte Noire nous appelle,
Sarrelouis, Landau, Spire, Worms, Mayence, Coblentz, Bonn, Cologne. Ces
places, qui furent pour nous une menace, deviendront notre sécurité.

Pour compléter notre défense, il faudra aussi imposer à l'ennemi la
destruction de toutes ses forteresses à une portée de canon sur la rive
droite du fleuve, Istein, Vieux-Brisach, Kehl, Rastadt, Ehrenbreitstein,
Deutz, et lui interdire d'en élever de nouvelles.

Voilà ce que demande l'intérêt de la France et de l'Europe. Si notre
victoire n'est pas complétée par ces mesures de sûreté, elle sera
manchote et, peut-être, hélas! sans tête et sans bras, comme la victoire
de Samothrace!


       *       *       *       *       *


_Le vœu des populations._

Le vœu des populations demandant leur réunion à une nation voisine
est-il une condition nécessaire et une condition suffisante pour
permettre à cette nation de les annexer? Beaucoup d'auteurs estiment
qu'il est à la fois l'un et l'autre, c'est-à-dire que d'abord on n'y
peut contrevenir sans injustice et qu'ensuite il peut remplacer tous les
autres droits.

Il semble bien que le consentement d'un peuple soit nécessaire pour que
l'on puisse disposer de lui, quand il s'agit d'un peuple majeur et
raisonnable, car si l'on prend par exemple une tribu ou même une nation
sauvage, malfaisante, qui n'use de sa force que pour razzier la contrée
d'alentour, il parait juste de la museler, de la soumettre à une
autorité qui saura la contenir, la mater, jusqu'à ce qu'elle soit
assagie, et cela dans l'intérêt même de cette tribu ou nation aussi bien
que de ses voisins. Elle est par le fait assimilée à un mineur qui n'a
pas encore la plénitude de ses droits et qui a besoin d'un tuteur pour
gérer ses intérêts et sa fortune.

En dehors de ce cas exceptionnel, il semble bien que l'annexion d'un
peuple malgré lui est injuste et nulle de plein droit. Un célèbre
jurisconsulte allemand, le professeur Bluntschli, de Heidelberg, écrit
dans son _Droit international codifié_: «Pour qu'une cession de
territoire soit valable, il faut la reconnaissance par les personnes
habitant le territoire cédé et y jouissant de leurs droits politiques.
Les populations ne sont pas une chose sans droit et sans volonté, dont
on se transmet la propriété.»

C'est le grand argument que les députés du Bas-Rhin, du Haut-Rhin, de la
Meurthe et de la Moselle firent valoir le 17 février 1871 dans la
sublime protestation que M. Keller lut en leur nom devant l'Assemblée
nationale de Bordeaux: «Tous unanimes, les citoyens demeurés dans leurs
foyers comme les soldats accourus sous les drapeaux, les uns en votant,
les autres en combattant, signifient à l'Allemagne et au monde
l'immuable volonté de l'Alsace et de la Lorraine de rester françaises.»
Ils ajoutaient que la France elle-même n'avait pas le droit de céder ces
provinces et que, si elle les cédait, l'acte en serait radicalement nul.
Nous citerons plus loin cette admirable page tout entière.

C'est aussi le langage que Fustel de Coulanges tenait dans sa réponse à
l'historien Mommsen, selon qui l'Alsace appartenait à l'Allemagne par la
race comme par la langue. «La France, disait Fustel, n'a qu'un seul
motif pour vouloir conserver l'Alsace, c'est que l'Alsace a vaillamment
montré qu'elle voulait rester avec la France. Nous ne combattons pas
pour la contraindre, nous combattons pour vous empêcher de la
contraindre... On a sommé Strasbourg de se rendre, et vous savez
comment il a répondu. Comme les premiers chrétiens confessaient leur
foi, Strasbourg, par le martyre, a confessé qu'il était français.»
Fustel de Coulanges allait trop loin en disant que _le seul motif_
qu'avait la France de conserver ses provinces était la volonté de
celles-ci. C'est le motif du cœur, le plus puissant peut-être, mais il y
en a d'autres.

S'il en est ainsi, si un peuple ne peut être annexé sans son
consentement, il s'ensuit, semble-t-il, qu'il peut se donner à qui il
lui plaît et par conséquent que sa libre volonté est aussi une condition
suffisante pour qu'un État puisse l'annexer.

Quoi qu'il en soit de la théorie, il est certain que si un peuple, outre
les droits historiques qu'il a sur une terre, en vertu d'une occupation
antérieure indiscutée et en vertu de la configuration géographique de
cette terre, est encore appelé par ses habitants, son droit de l'occuper
est clair comme le soleil et que personne ne la lui peut disputer sans
crime. Or, c'est ainsi que l'Alsace-Lorraine est à nous; toute cette
étude va le démontrer.

Il n'en est pas de même, il est vrai, du moins au même degré, des
provinces cisrhénanes inférieures. Mais cela tient à un siècle de
germanisation intensive qui a nécessairement aveuglé les esprits.
Cependant nous verrons qu'il reste là-bas bien des semences françaises,
enfouies sous terre, toujours vivantes, simplement endormies par un long
hiver et qui lèveront bientôt sous l'haleine printanière des vents de
France; que la population de la Sarre et du Mont-Tonnerre n'éprouvera
nullement à nous voir revenir la douleur que l'Alsace-Lorraine ressentit
à nous voir partir; et qu'enfin, après un loyal essai de civilisation
française, elle bénira bientôt son retour à la maison de famille de ses
pères: ce n'est donc pas lui faire violence que d'escompter dès
maintenant cette volonté future.


       *       *       *       *       *


_Nous l'avons eu, votre Rhin allemand!_

Comparé aux grands fleuves de l'Amérique méridionale le Rhin est fort
modeste, mais c'est un des plus puissants et des plus riches cours d'eau
de l'Europe. Sorti des glaciers éternels de la Suisse, il traverse le
lac de Constance, tombe de vingt mètres de haut à Schaffhouse, longe la
plaine d'Alsace, se fraye une trouée héroïque de Mayence à Coblentz
entre le Taunus et le Hunsrück, mire dans ses eaux les tours crénelées
des vieux burgs et voit mûrir les jolis vignobles de vins blancs sur les
coteaux du Rheingau.

Très fiers de lui, les Allemands revendiquent le monopole de ses deux
rives. Mais c'est un vol manifeste. Par le vœu des populations, par la
voix des souvenirs, le vieux Rhin nous appelle. Si nos hommes d'État
l'ont de tout temps revendiqué, c'est parce qu'il est à nous par sa rive
gauche; c'est parce que, pendant des siècles, les chevaux des Gaulois
et des Francs se sont abreuvés à ses flots et ont piaffé sur ses bords;
c'est parce que Turenne et Condé, Napoléon et ses maréchaux l'ont
franchi; c'est parce que nos barques pavoisées, fleuries, triomphales
ont fendu bien souvent ses eaux vertes de Strasbourg à Cologne.

On se rappelle avec quelle verve éblouissante Musset a rappelé ces
souvenirs aux Allemands trop portés à les oublier. Ce qui est moins
connu c'est l'impression que ses vers firent sur l'esprit de Henri
Heine: on y voit l'aveu de l'amour que nous garde le pays rhénan.

Le pangermaniste Becker venait de lancer dans son pays une poésie sur le
_Rhin allemand_, pour lequel il revendiquait l'essence germanique, la
_Deutschheit_ de Fichte. On chantait partout après lui:


  Ils ne l'auront pas, le libre Rhin allemand, quoiqu'ils le
  demandent dans leurs cris comme des corbeaux avides.

  Aussi longtemps qu'il roulera paisible, portant sa robe
  verte, aussi longtemps qu'une rame frappera ses flots.

     Ils ne l'auront pas, le libre Rhin allemand, aussi longtemps
     que les cœurs s'abreuveront de son vin de feu;

     Aussi longtemps que les rocs s'élèveront au milieu de
     son courant; aussi longtemps que les hautes cathédrales
     se reflèteront dans son miroir.

     Ils ne l'auront pas, le libre Rhin allemand, aussi longtemps
     que de hardis jeunes gens feront la cour aux jeunes
     filles élancées.

     Ils ne l'auront pas, le libre Rhin allemand, jusqu'à ce
     que les ossements du dernier homme soient ensevelis dans
     ses vagues.

Alfred de Musset, piqué au vif, fit à cette provocation la cinglante
réponse que l'on sait:


     Nous l'avons eu, votre Rhin allemand!
     Il a tenu dans notre verre.
     Un couplet qu'on s'en va chantant
     Efface-t-il la trace altière
     Du pied de nos chevaux marqué dans votre sang?

     Nous l'avons eu, votre Rhin allemand!
     Son sein porte une plaie ouverte,
     Du jour où Condé triomphant
     A déchiré sa robe verte.
     Où le père a passé, passera bien l'enfant.


Dans les trois couplets suivants, le poète rappelait les exploits encore
récents de Napoléon sur le Rhin et il finissait par cette superbe
menace:


     Qu'il coule en paix, votre Rhin allemand!
     Que vos cathédrales gothiques
     S'y reflètent modestement;
     Mais craignez que vos airs bachiques
     Ne réveillent nos morts de leur repos sanglant!


Toute l'Allemagne avait chanté les vers de Becker: toute la France
chanta ceux de Musset. Henri Heine goûta fort la réplique de notre poète
et l'on sait qu'il était dur pour ses compatriotes. Trois ans plus tard,
il retournait en Allemagne; au passage du Rhin, la vue du vieux fleuve
lui inspira ces strophes:


     Lorsque j'arrivai au pont du Rhin, tout près de la ligne
     du port, je vis couler à la lueur de la lune le grand
     fleuve.

     «Salut, vénérable Rhin! Comment as-tu vécu depuis?
     J'ai pensé plus d'une fois à toi avec désir et avec
     regret!»

     C'est ainsi que je parlai, et j'entendis dans les profondeurs
     du fleuve des sons étranges et gémissants: c'était
     comme la toux sèche d'un vieillard, comme une voix à la
     fois grognarde et plaintive.

     «Sois le bienvenu, mon enfant! Cela me fait plaisir que
     tu ne m'aies pas oublié! Voilà treize ans que je ne t'ai pas
     vu. Pour moi, depuis ce temps, j'ai eu bien des désagréments!

     «À Biberich, j'ai avalé des pierres; vraiment ce n'est
     pas trop friand. Mais pourtant les vers de Nicolas Becker
     me pèsent encore plus sur l'estomac!

     «Il m'a chanté comme si j'étais encore une vierge pure,
     qui ne s'est pas laissé dérober la couronne virginale!

     «Quand j'entends cette sotte chanson, je m'arracherais
     bien ma barbe blanche et vraiment je serais tenté de me
     noyer dans mes propres flots!

     «Les Français le savent bien que je ne suis pas une
     vierge! Ils ont si souvent mêlé à mes flots leurs eaux
     victorieuses!

     «Quelle sotte chanson! Et quel sot rimeur que ce
     Nicolas Becker avec son Rhin libre! Il m'a affiché de honteuse
     façon. Il m'a même, d'une certaine manière, compromis
     politiquement.

     «Car quand un jour les Français reviendront, il me
     faudra rougir de honte devant eux, _moi qui, tant de fois,
     pour leur retour, ai prié le ciel avec des larmes!_

     «Je les ai toujours tant aimés, ces gentils petits Français!
     Chantent-ils, dansent-ils encore comme autrefois?
     Portent-ils encore des pantalons blancs?

     «Je serais heureux de les revoir! Mais j'ai peur de leur
     persiflage à cause de cette maudite chanson, j'ai peur de
     la raillerie et du blâme qu'ils m'infligeront.

     «Alfred de Musset, ce méchant garnement, viendra
     peut-être à leur tête en tambour et me tambourinera aux
     oreilles toutes ses mauvaises plaisanteries!»

     Telle fut la plainte du vieux fleuve, du père Rhénus.
     Il ne pouvait en prendre son parti. Je lui dis mainte parole
     consolante pour lui rendre le calme...


Ce vieux père Rhénus! Quand je vous disais qu'il nous aime! C'est un
contemporain des Celtes et des Francs Saliens; il a vu passer le grand
Biturige Ambigat, et Clovis, et Charlemagne à la barbe fleurie comme la
sienne; il est même leur aîné. Mais comme il s'intéresse à leurs
petits-enfants! Comme il s'attendrit à leur souvenir! Comme il prie pour
leur retour! Vous voyez bien qu'il est de la famille. Allons, c'est
entendu, vieux père, nous irons te consoler, te porter nous-mêmes de nos
nouvelles et te tambouriner notre _Wacht am Rhein!_


       *       *       *       *       *


_Le Rheingelüst, «le désir du Rhin»_.

Dans les vieilles légendes, il y a des gouffres qui attirent les
voyageurs. Le Rhin a ce pouvoir mystérieux. Mais il n'apparaît pas comme
un gouffre de mort; c'est la vie et la richesse qu'il charrie.

Les Allemands ont subi sa fascination à laquelle ils ont donné un nom:
le Rheingelüst, le désir ou la convoitise du Rhin. Nous l'avons
éprouvée, nous aussi, mais quelle différence entre leur sentiment et le
nôtre!

Le Rhin recèle un trésor dans ses flots. Mal gardé par les Ondines,
enlevé par un monstre, puis par le vieux dieu Wotan, son or a servi à
forger l'anneau du Nibelung, anneau maudit qui chasse l'amour des cœurs
qui le possèdent et qui en sont possédés.

Voilà bien l'image de la concupiscence, du _Rheingelüst_, des Allemands.
Ils n'ont cherché qu'à s'enrichir en se répandant sur les bords du
fleuve. Ils nous ont volé la part du trésor qui nous revenait, à nous
les riverains des siècles passés. Ils en ont chassé l'amour, car jamais
les reîtres n'ont su se faire aimer des Ondines.

Nous avons aimé le Rhin nous aussi, et c'était notre droit. D'ailleurs
nous n'allons jamais nulle part sans être précédés par ce noble
fourrier, le droit. Nos pères le mettaient en tête de leurs entreprises.
Notre Charlemagne était «le droit empereur» et notre saint Louis «le roi
droiturier». Avec le droit, c'est aussi l'amour qui nous attire au Rhin.
Les âmes qu'il nourrit nous appellent comme les Ondines de la légende.

La rive gauche nous crie: «Je suis à vous; je vous ai été fiancée avant
l'arrivée des barbares; je vous ai donné mon anneau d'or. Je l'ai vu,
l'anneau béni, au doigt de Clovis, de Charlemagne, de Henri II, de Louis
XIV et de Napoléon. On vous l'a brisé, on vous en a enlevé les morceaux
en 1815 et en 1870; mais j'ai assez de _Rheingold_ pour en forger un
nouveau, plus splendide que l'ancien. Il est déjà fait, je vous le garde
et je le mettrai au doigt du premier petit soldat bleu qui passera le
pont de Strasbourg.»

Nous l'avons eu, votre Rhin allemand! Et nous l'aurons encore. Et vos
monstres et votre dieu Wotan ne nous voleront plus son anneau!



#IV#

#LA RIVE GAUCHE JUSQU'AU Xe SIÈCLE#


_Période celtique._

Longtemps avant d'appartenir aux Gaulois, notre pays a été l'habitat des
Ibères, puis des Ligures. Les Ibères remontent, semble-t-il, aux âges
préhistoriques, à plus de trois mille ans avant Jésus-Christ. Les
Ligures sont venus en Gaule vers l'an 1200 ou 1500. Mais aucune de ces
deux races n'a péri; elles ont mêlé leur sang entre elles, puis à celui
des Celtes qui les ont dominées environ sept à huit siècles avant notre
ère. Il est parfaitement certain que nous sommes les descendants et les
héritiers de ces trois peuples. Or, ils possédaient toute la rive gauche
du Rhin, alors que la Germanie n'existait pas encore.

Quant à la race celtique elle-même, avant de passer le Rhin elle avait
campé fort longtemps dans l'Europe centrale, en Allemagne. C'est de là
qu'elle se répandit sur la plus grande partie de l'Occident.

«La puissance des Celtes, dit M. Bloch, arriva à son apogée dans le
courant du IVe siècle avant Jésus-Christ. Leur domination s'étendait
alors sur les Iles Britanniques, sur la moitié de l'Espagne, sur la
France, moins le bassin du Rhône, sur le centre de l'Europe,
c'est-à-dire sur l'Allemagne, moins le nord de ce pays et la Suisse, sur
l'Italie septentrionale, sur les Alpes Orientales et sur toute la région
du Moyen et du Bas Danube. Les villes de _Lugidunum_ (Liegnitz) dans la
Sibérie, de _Noviodunum_ (Isakscha) en Roumanie, de _Carrodunum_ en
Russie, sur le Bas-Dniester, marquaient à l'Est l'extrême frontière de
cet empire colossal[1].»

Rien n'égale la grandeur de la race celtique dans l'antiquité. Comme une
immense nébuleuse elle s'épanche partout hors de son noyau central. En
dehors de la Germanie, où elle s'est d'abord formée, et de la Gaule, où
elle s'est ensuite condensée, elle forme une Gaule cisalpine dans la
vallée du Pô, une Gaule celtibérique dans la vallée de l'Ebre, une Gaule
britannique, une Gaule balkanique, une Galatie ou Gallo-Grèce jusque
dans l'Asie. Et que voilà bien un vieux titre dont nous pourrions nous
prévaloir pour revendiquer notre part dans le partage de l'Anatolie, si
nous n'en avions de plus récents! «Bien des grandes villes européennes,
dit le savant Camille Jullian, de l'Institut, doivent leur origine aux
Celtes: Cracovie en Pologne, Vienne en Autriche, Coïmbre en Portugal,
York en Angleterre, Milan en Italie ont des noms qui viennent du
gaulois: ce sont des fondations d'hommes de notre pays et de notre
race[2].»

Les Germains étaient alors humblement soumis aux Celtes. «Cette
subordination, dit M. Bloch, se traduit d'une manière frappante dans
leur langue. On a démêlé en effet dans la langue germanique certains
emprunts faits au vocabulaire celtique. Ils se réduisent à un assez
petit nombre de mots, mais qui ont tous rapport à la politique et à la
guerre, les plus propres par conséquent à démontrer la suprématie du
peuple qui les avait imposés[3].»

À cette époque, nos pères n'occupaient pas seulement la rive gauche,
mais encore toute la rive droite du Rhin et les contrées adjacentes très
loin à la ronde. Le Rhin fut donc pendant des siècles un fleuve
entièrement celtique. «Le nom du Rhin, _Renos_, est un nom celtique que
les Celtes ont transporté en Italie, en France, en Irlande. En Italie,
ils l'ont donné à la petite rivière du _Reno_, voisine de la ville
qu'ils ont appelée _Bononia_ (Bologne). En France, ils l'ont appliqué à
un affluent de droite de la Loire, le Reins, _Renus_; en Irlande, il a
pris un sens plus général et a désigné la mer[4].»

Les Celtes, vers le 1er siècle avant Jésus-Christ, abandonnèrent la
rive droite qui devint germanique, mais ils restèrent sur la rive
gauche. La population de cette rive s'est chargée au cours des siècles
d'éléments étrangers, mais elle est restée au fond substantiellement la
même, c'est-à-dire celtique.

[Note 1: _Histoire de France_ de E. LAVISSE, t. Ier, vol. II, p.
26, par M. BLOCH.]

[Note 2: _Gallia_, par Camille JULLIAN, p. 12. Paris, Hachette.]

[Note 3: _Histoire de France_ de LAVISSE, t. Ier, vol. II, p. 24,
par M. BLOCH.]

[Note 4: _Ibidem_, p. 23.]


       *       *       *       *       *


_Période gallo-romaine._

Lorsque César eut conquis la Gaule, celle-ci adopta rapidement la
civilisation romaine. Elle ne fut jamais l'esclave de Rome, mais son
associée. Ses fils eurent accès aux plus hautes dignités de l'Empire et
deux d'entre eux, Tetricus et Avitus, ceignirent même la couronne
impériale. Les empereurs résidèrent bientôt habituellement en Gaule, à
Arles, à Vienne, à Lyon, à Lutèce, à Trèves. C'est de là que plusieurs
d'entre eux gouvernèrent le monde.

La terre gallo-romaine, naturellement riche et couverte de monuments
artistiques superbes, exerçait de plus en plus une attraction sur les
Germains moins fortunés. Mais les légions romaines ou gallo-romaines,
parmi lesquelles se distingua à l'origine la fameuse légion de
l'_Alouette_, fondée par César, montaient la garde sur le Rhin. Sous les
ordres de Drusus et de Germanicus, elles refoulèrent si bien les
Barbares qu'ils ne purent jamais s'établir sur la rive occidentale.

Le Rhin resta donc toujours la limite de la Gaule romaine, comme de la
Gaule celtique. Il en était ainsi au temps de Vercingétorix. César
écrit: «_La Gaule s'étend du Rhin aux Pyrénées et des Alpes à l'Océan._»
M. Gustave Hervé a écrit que «Jules César donnait, il y a deux mille
ans, le Rhin comme limite _à vue de nez_ à la vieille Gaule». Ce mot
étonne de la part d'un professeur français, qui doit savoir que César a
parcouru pendant dix ans la Gaule dans tous les sens, des bords du Rhin
à la Bretagne, qu'il a traité avec toutes ses tribus, qu'il en notait
minutieusement les caractères et la politique. Son témoignage est donc
absolument irréfragable. Il concorde d'ailleurs avec celui des
historiens et géographes grecs et latins des premiers siècles, Strabon,
Tacite, Ptolémée, Polybe, Plutarque, Cyprien, Josèphe et Pline, qui
donnent tous le Rhin comme frontière orientale à la Gaule. Tacite nous
dit: «_La Germanie est séparée de la Gaule par le Rhin._»

On comprend mieux une pareille critique de part des Allemands. Ils sont
dans leur rôle en diminuant les droits et la grandeur de notre pays.
Voici un exemple curieux de cet acharnement qu'ils mettent à nous
dépouiller de nos gloires. Il a été raconté avec esprit par M. Maurice
Barrès dans l'_Écho de Paris_.

César et Strabon disent formellement que le territoire des
Médiomatriques, habitants de Metz, s'étendait jusqu'au Rhin. C'est
d'ailleurs _à priori_ très vraisemblable. Un peuple gaulois, maître de
Metz, pouvait facilement par le col de Saverne descendre jusqu'à
Strasbourg et devait tenir à s'appuyer au grand fleuve, véhicule de
richesse. Le nom de Médiomatriques contient le radical Matra ou Motra,
où l'on reconnaît la Moter ou Moder, principale rivière de la
Basse-Alsace. D'ailleurs, personne jusqu'ici n'avait contesté la
véracité et l'authenticité du témoignage de Strabon et de César. Il est
accepté sans objection par Ernest Desjardins dans sa _Géographie de la
Gaule Romaine_.

Mais il a déplu aux savants allemands que le pays messin et alsacien ait
été gaulois. Ils ont donc décrété que le texte de César était interpolé
et celui de Strabon de seconde main, copié chez un auteur alexandrin,
Timagène, qui vivait à Rome au temps d'Auguste et ne connaissait la
Gaule que par ouï-dire. Ils se sont d'ailleurs bien gardés d'apporter
une preuve sérieuse de ces deux assertions, dont la précision a un air
scientifique destiné à en imposer aux admirateurs de la Kultur.

Néanmoins, comme tout ce que rêve un Allemand est vérité sacro-sainte,
le géographe Kiepert, dans la dernière édition de son _Atlas antiquus_
(1914), a placé la limite des Médiomatriques aux Basses-Vosges. De la
sorte, tout ce qui est au delà est baptisé germanique, germanique
l'Alsace, germanique toute la rive gauche. Le tour est joué. Cela
s'appelle en allemand de la science, mais en bon français c'est de la
malhonnêteté.

Les auteurs du IVe et du Ve siècle nous montrent une vie gallo-romaine
intense sur toute cette rive gauche du Rhin. Les villes ont des noms
latins ou même de vieux noms celtiques; Aix-la-Chapelle c'est _Aquæ_;
Cologne, _Colonia Agrippina_; Coblentz, _Confluentes_, le confluent de
la Moselle et du Rhin; Mayence, _Moguntia_, la ville de Drusus; Worms,
_Borbetomagus_; Spire, _Noviomagus_ des Gaulois, et _Colonia Nemeta_ des
Romains; Trèves, _Colonia Augusta Trevirorum_; Metz, _Divodurum_;
Strasbourg, _Argentoratum_. Les nombreux noms en _gau_, _spey_, _mag_,
_wall_ ou _fall_ indiquent une origine celtique. Le _Druidenberg_, la
montagne des Druides, nous révèle la présence d'un collège de prêtres
gaulois. Les musées de Mayence, de Trèves, de Cologne, regorgent
d'antiquités celtiques et gallo-romaines.

La plus grande, la plus riche des villes cisrhénanes était Trèves. Sa
situation sur la Moselle, par où elle commandait le cours moyen du Rhin,
lui donnait une extrême importance pour la défense de la Gaule. Aussi
l'Empire en avait fait au IVe siècle la capitale militaire de la Gaule,
le boulevard de l'Occident contre les invasions germaniques. Les légions
s'élançaient de là sur tous les points menacés par les Barbares.
«_C'était_, a dit éloquemment M. Maurice Barrès, _la proue latine que
battaient les flots du Nord._» Le poète Ausone, qui a chanté en un poème
lyrique les charmes de la Moselle, considère Trèves comme la première
ville des Gaules. «C'est elle, dit-il, qui nourrit, habille et arme les
peuples de l'Empire.»

Sa gigantesque Porte Noire, son palais impérial, ses thermes, ses
arènes, ses mausolées témoignent encore de sa splendeur passée.
«Trèves, nous dit M. Camille Jullian, est aujourd'hui encore par ses
ruines une ville toute romaine: c'est la seule cité du Nord qui
ressemble à Nîmes et à Arles: elle mérite le surnom qu'on a pu lui
donner quelque-fois d'Arles du Nord... À voir toutes ces ruines encore
superbes, on sent le suprême effort du monde romain à la porte de la
barbarie. Pendant tout le IVe siècle la vie militaire de l'Occident
et les espérances de la Gaule et de l'Italie ont tenu dans ces murs[1].»

[Note 1: _Gallia_, par Camille JULLIAN, p. 297.]


       *       *       *       *       *


_Invasions et infiltrations germaniques._

La possession de la rive gauche du Rhin et même du reste de la Gaule a
été âprement disputée à nos pères par les Germains. Mais ceux-ci n'ont
jamais réussi à s'y installer en maîtres pendant cette période
gallo-romaine.

Ils y venaient tantôt en dévastateurs, comme des trombes renversant tout
sur leur passage, tantôt en paisibles immigrants qui s'établissaient
dans le pays d'accord avec les indigènes.

Il faut bien distinguer entre ces dernières infiltrations pacifiques et
les invasions à main armée. Les invasions ne créent aucun droit aux
envahisseurs; au contraire, elles fournissent aux envahis un motif de
résistance et de représailles. Quant aux infiltrations, nous verrons
qu'elles se retournaient spontanément contre la Germanie et que la Gaule
n'eut pas à s'en plaindre.

_Les invasions germaniques._--Déjà, au second siècle avant Jésus-Christ,
les Cimbres et les Teutons avaient ravagé l'Occident et particulièrement
la Gaule. Ils furent vaincus par Marius, les Cimbres à Verceil dans le
Piémont en l'an 101, et les Teutons près d'Aix-en-Provence en l'an 102.
Ils commirent beaucoup de dégâts, mais le Rhin resta gaulois après leur
disparition.

En l'an 60 avant Jésus-Christ, deux peuples gaulois étaient en guerre.
Les Séquanes (Franche-Comté), écrasés par les Éduens (Bourgogne),
appellent à leur secours Arioviste, chef germain. Celui-ci accourt avec
une cohue d'aventuriers, Suèves, Marcomans, Triboches, etc. Mais après
avoir délivré les Séquanes, il s'installe dans leur pays et refuse de
partir. César accourt à son tour, et refoule Arioviste et sa horde dans
la Haute-Alsace (en 58). Cet événement fut l'origine de la conquête de
la Gaule par les Romains.

Au temps d'Auguste, les Barbares recommencent à inquiéter le front
romain. L'empereur résolut de réprimer leurs incursions et de conquérir
la Germanie comme César avait conquis la Gaule. Il en chargea son fils
adoptif Tibère et le frère de celui-ci, Drusus, qui poussèrent des
pointes victorieuses au delà du Rhin. Drusus fit de Mayence une colonie
et une citadelle importante, la vigie gallo-romaine du Rhin. Les
Germains furent soumis. Une de leurs tribus, celle des Ubiens, montra
même bientôt son loyalisme envers Rome, en élevant un autel à Auguste
dans sa cité située sur l'emplacement de la future ville de Cologne.

Rome défendait bien la rive gauche du Rhin et faisait quelques conquêtes
sur la rive droite, mais ne réussissait pas à soumettre l'immensité
germanique, dont les tribus vaincues relevaient la tête sitôt après le
passage des légions. La nation des Marcomans, fortement établie dans les
monts de Bohême et commandée par son roi Marbod, bravait Tibère retenu
par les révoltes de la Pannonie et de la Dalmatie.

En l'an 9 après Jésus-Christ, un chef chérusque, Hermann, en latin
Arminius, qui servait dans l'armée romaine, attira perfidement Varus
dans un guet-apens et fit massacrer ses légions dans la forêt de
Teutberg. Les Allemands ont fait de ce traître leur héros national. On
ne s'imagine pas à quel point il est populaire parmi eux et avec quel
enthousiasme leurs poètes l'ont chanté. N'est-il pas doublement leur
modèle et par ses mœurs et par son esprit? Par ses mœurs d'abord:
n'a-t-il pas le premier mis en honneur l'_avant-guerre_, en vivant chez
les Romains pour les étudier et les mieux trahir? Par son esprit
ensuite: il incarne à leurs yeux la haine de Rome et le triomphe du
germanisme sur le monde latin. Non seulement ils ne rougissent pas de sa
félonie, mais ils en sont fiers. L'espionnage, la trahison, les
embûches, tout est légitime et saint, dès qu'il s'agit d'écraser
l'éternelle ennemie, la race latine qui a commis le crime d'éclipser si
longtemps la race tudesque. Tout vrai Germain est un fils et un disciple
d'Arminius. Tout vrai Germain, depuis cet espion jusqu'à Henri IV,
Frédéric Barberousse et Frédéric II, jusqu'à Luther, jusqu'à Guillaume
II, est l'ennemi de Rome. Tout vrai Germain peut répéter la parole que
le Vandale Genséric disait à ses familiers: «_J'entends souvent une voix
qui me dit tout bas d'aller détruire Rome._»

Comparez les deux héros nationaux de la Gaule et de la Germanie dans
leur lutte contre Rome. Vercingétorix est un héros noble, chevaleresque.
Arminius est un vil bandit. L'un annonce Roland et l'autre Ganelon.

Le désastre de Teutberg fut un coup douloureux pour Auguste. Il chargea
Tibère, en l'an 11, puis Germanicus, fils de Drusus, en l'an 13, de le
venger. Germanicus mena une brillante campagne jusqu'à l'Elbe. Mais
Tibère devenu empereur en l'an 14, et jaloux sans doute de ses succès,
lui retira, en l'an 16, son commandement.

On peut se demander ce qui serait arrivé si Tibère avait continué la
politique d'Auguste et si Rome avait subjugué la Germanie après la
Gaule. La face du monde en eût été changée. Peut-être les Germains,
civilisés comme nos pères, seraient-ils aujourd'hui plus fiers qu'eux de
leur latinité et le monde ignorerait-il cette chose odieuse, le
pangermanisme.

Mais Rome avait compris qu'elle devait renoncer aux projets de conquête
d'Auguste et se contenter d'une puissante défensive. Elle fortifia la
ligne du Rhin inférieur jusqu'à Mayence. La cité des Ubiens s'agrandit
et s'appela _Colonia Agrippina_ (Cologne) en l'an 50, en l'honneur
d'Agrippine, fille de Germanicus. Vespasien, Domitien, Trajan élevèrent
contre la Germanie le _Limes Romanus_, le seuil romain. C'était une
longue muraille ou plutôt une levée de terre de cinq mètres de hauteur
et de huit cents kilomètres de longueur, défendue de quinze en quinze
kilomètres par des fortins, _castella_, qui allait de Coblentz sur le
Rhin au Danube. Le _Limes_ n'aurait pu arrêter une forte invasion, mais
il permettait aux Romains de surveiller l'ennemi et constituait en même
temps une limite douanière. Avec la ligne du Rhin inférieur qu'il
continuait, il protégeait suffisamment la Gaule et l'Italie contre la
barbarie teutonne. Mais on voit que la rive gauche restait toujours
parfaitement gallo-romaine.

En l'an 70, Civilis, chef de la peuplade des Bataves, entraîna ses
compatriotes, quelques autres tribus germaniques et même les Gaulois
Lingons et Trévires dans une révolte contre Rome. La prêtresse Velléda
enflammait leur ardeur et leur haine contre l'Empire. Des légions
romaines furent encore massacrées. Mais le reste de la Gaule demeura
fidèle et la tentative germanique fut étouffée dans le sang.

En 275, une invasion mit tout à feu et à sang dans la Gaule. Soixante
villes opulentes où s'élevaient les plus splendides monuments furent
détruites. Mais, comme toujours, les malfaiteurs disparurent et la rive
gauche resta désolée, mais toujours libre et gauloise.

En 406, nouveaux et plus grands désastres. Tandis que les Wisigoths
pénètrent et s'arrêtent quelque temps en Italie pour venir s'établir en
412 dans le midi de la Gaule, les Burgondes, les Suèves, les Alains, les
Vandales passent le Rhin et commettent les plus épouvantables excès.

Saint Jérôme s'écrie en gémissant que la Gaule est devenue germanique.
Les Vandales, descendus de la Prusse actuelle entre l'Oder et la
Vistule, se distinguent parmi tous les Barbares par leur barbarie, comme
les Prussiens de nos jours parmi les autres Allemands. La horde se
promène pendant plus d'un siècle à travers l'Occident, couvre de ruines
l'Italie, l'Espagne et l'Afrique du Nord, jusqu'au jour où ses débris
sont exterminés par Bélisaire.

Mais si les Vandales sont morts, le vandalisme leur a survécu. Les
Germains ont soigneusement recueilli cet héritage de leurs frères.
C'était le germanisme du Ve siècle. Celui du XXe siècle est encore
pire. Guillaume II a dépassé son ancêtre Genséric!

En 450, Attila se précipite sur la Gaule. Il traîne derrière lui, outre
ses Huns qui sont d'origine tartare, d'innombrables guerriers de race
germanique qu'il a raccolés sur toutes les routes de l'Europe centrale,
et dont la férocité n'est pas moindre que celle de leurs alliés. Mais il
est vaincu à la célèbre journée des champs catalauniques, en 451, par
les Gallo-romains d'Aétius, les Francs de Mérovée et les Wisigoths de
Théodoric. La rive gauche saigne toujours, mais elle est restée
gauloise.

_Les infiltrations germaniques._--On vient de voir parmi les vainqueurs
d'Attila deux peuples d'origine germanique, les Francs et les Wisigoths.
Ils avaient pénétré en Gaule, eux aussi, l'épée à la main, mais leur
invasion, celle des Francs surtout, n'avait pas eu le caractère de
barbarie qui signalait d'ordinaire celles de leur race.

Depuis longtemps déjà certaines tribus d'outre-Rhin s'établissaient
pacifiquement sur un territoire que la population gauloise leur
abandonnait. Incorporées à la nation adoptive, elles étaient bientôt
assimilées par elle et épousaient ses intérêts.

Cette faculté assimilatrice de la Gaule et la faculté correspondante
qu'ont les Germains de se dégermaniser, quand ils entrent en contact
avec la race latine, sont deux facteurs extrêmement importants dont il
faut tenir compte dans nos relations passées et futures avec
l'Allemagne. Elles sont peut-être appelées à aplanir bien des
difficultés dans les règlements de compte qui suivront cette guerre.

Après le désastre d'Arioviste, César avait permis à quelques milliers de
guerriers, de la tribu des Triboques ou Triboches,--un nom
prédestiné!--de s'installer près de Strasbourg. Les Eburons, qui
habitaient sur la Basse-Meuse--le pays actuel de Liége et de
Maëstricht--étaient également d'origine germanique. Bien accueillis par
la Gaule, ils adoptèrent sa langue et son esprit: sincèrement
naturalisés, ils firent preuve de loyalisme. Les Eburons étaient les
clients de la puissante nation des Trévires; ils prirent des noms
gaulois; leur prince Ambiorix fut un des plus vaillants champions de la
liberté de la Gaule.

Le plus illustre exemple de cette assimilation fut la fusion des Francs
et des Gaulois au Ve et au VIe siècle. Les Francs, en se faisant
chrétiens, en se mêlant à la race celtique, se dégermanisèrent, se
latinisèrent, se civilisèrent avec une étonnante rapidité, puis, par une
volte-face hardie, se retournèrent contre leurs anciens frères et mirent
fin à leurs brigandages en les battant sous Clovis, à Tolbiac (496). À
partir de ce jour, la barrière du Rhin fut fermée pour des siècles à la
Barbarie: _Gallia Germanis clausa_, comme dira un jour Louis XIV.


       *       *       *       *       *


_Période franque._

Les Francs ont contraint les Alamans à rentrer dans leurs Allemagnes. La
rive gauche est purifiée de la souillure germanique. Elle reste gauloise
tout en devenant franque. Clovis la visite, il remonte le cours du
fleuve jusqu'en Alsace; il y édifie des églises et des abbayes. Ses
descendants, notamment Clotaire et Dagobert, suivent ses traces. On
retrouve çà et là les ruines ou les souvenirs des monuments qu'ils y
élevèrent. Il faut croire que ces souvenirs restèrent longtemps bien
vivants, car, dix siècles plus tard, comme nous le verrons bientôt, lors
de l'expédition de Henri II sur le Rhin, le maréchal de Vieilleville les
rappelait avec une mélancolique fierté et y voyait le fondement de nos
droits historiques.

C'est alors que la France se divise en France de l'Est ou Austrasie et
France de l'Ouest ou Neustrie. L'Austrasie comprend la France meusienne,
mosellane et rhénane. Sa capitale est d'abord Reims, puis Metz. Elle
comprend, outre la Hollande et la Belgique, toute la rive gauche du
Rhin, c'est-à-dire la région que nous devons reprendre aujourd'hui: de
là l'idée que nous avons suggérée plus haut, mais sous toutes réserves,
de redonner le nom d'Austrasie à cette région.

Les rois d'Austrasie étendent leur pouvoir bien au delà du Rhin; ils
vont fréquemment châtier les Barbares de la Bavière et de la Saxe. Ils
détestent l'Allemagne; ils sont donc bien francs et non teutons, quoi
qu'en disent les Teutons de nos jours.

Sous la dynastie carolingienne la rive gauche est de plus en plus
franque. Charlemagne, roi des Francs, empereur des Romains et conquérant
des Allemagnes, n'est pas germain, bien que les Allemands le
revendiquent. Il appartient comme Clovis à la race franque qui est
depuis longtemps dégermanisée; sa famille est originaire de la Belgique,
mais la Belgique est essentiellement gallo-franque. Il a une résidence à
Aix-la-Chapelle, mais c'est un poste d'où il surveille la Barbarie
germanique et d'où il peut s'élancer pour la réprimer. Son vrai peuple,
c'est le peuple franc de Neustrie et d'Austrasie, sur la fidélité et
l'amour duquel il se repose, tandis qu'il doit toujours batailler et
sévir contre la tumultuaire patrie de Witikind. Celle-ci n'est pour lui
qu'un pays de conquête, une sorte de colonie où il est obligé de porter
le fer et le feu pendant près d'un demi-siècle.



#V#

#L'USURPATION GERMANIQUE#


_La Rive gauche devient germanique._

Au traité de Verdun en 843, l'empire de Charlemagne est divisé entre les
trois fils de Louis le Débonnaire. Charles le Chauve a la France, Louis
le Germanique l'Allemagne, tandis que Lothaire, outre le titre
d'empereur, l'Italie et une partie de la Germanie entre Rhin et Weser,
obtient un royaume intermédiaire qui s'étend du Nord au Sud entre le
Rhin, l'Escaut et la Meuse et comprend en plus la Bourgogne et la
Provence.

Ce royaume, sorte d'État-tampon entre la France et l'Allemagne, coïncide
à peu près avec l'ancienne Austrasie; mais en 855, lorsque Lothaire
Ier abdique, la partie septentrionale, qui s'étend du lac Léman à la
mer du Nord, échoit à son fils Lothaire II, et prend de lui le nom de
Lotharingie d'où est dérivé celui de Lorraine.

La rive gauche est ainsi détachée de la Gaule pour la première fois,
mais elle n'est pas rattachée à l'Allemagne: elle est neutre.

Et elle reste neutre de 843 à 869, à la mort de Lothaire II, pendant
vingt-six ans. Elle fait alors en grande partie retour à la France pour
dix ans, de 869 à 879, sous le sceptre de Charles le Chauve.

En 879 elle devient pour la première fois allemande sous le roi de
Germanie Arnoulf et le reste trente-deux ans. En 911 elle redevient
française sous Charles le Simple pendant douze ans, jusqu'en 923 où elle
est définitivement et pour des siècles incorporée à l'Allemagne.

Pour résumer, la rive gauche du Rhin, ibérique et ligurique pendant des
siècles, est gauloise, gallo-romaine, puis gallo-franque, environ mille
ans avant le Christ et près de mille ans après lui. Voilà pour nous,
fils des Ibères, des Ligures, des Gaulois, des Latins et des Francs, un
droit historique, une possession bi-millénaire qui fait pâlir tous les
titres de l'Allemagne.

L'Allemagne n'avait aucun droit à mettre la main sur cette région. Elle
sortait de chez elle. Elle prenait un bien qui nous appartenait de temps
immémorial. C'était une usurpation, comme le dira un jour Richelieu, un
rapt politique. À qui en revenait la faute? À la cupidité des souverains
allemands trop bien servie par les institutions du temps.

Le partage que les Carolingiens se firent à plusieurs reprises de
l'immense empire paternel était arbitraire, inspiré par leur ambition
personnelle. Ils ne tenaient compte que des avantages qu'ils retiraient
de l'héritage sans se demander si cet héritage n'avait pas des droits:
il en avait cependant, car ce n'était pas une terre morte, mais un
peuple vivant ou plutôt un monde de peuples.

Le nombre des parts et, par suite, la condition et le groupement des
peuples dépendaient d'une circonstance fortuite, du nombre des
héritiers. Si, au lieu d'être trois, les fils de Louis le Débonnaire
avaient été deux au traité de Verdun, l'un aurait eu l'Allemagne et
l'autre la France, et la rive gauche fût restée française au lieu de
former le royaume hybride de Lotharingie: s'ils avaient été dix, on
aurait créé dix royaumes pour les apanager. Du droit des populations, de
leurs vœux, de leurs affinités ethniques et morales, il n'était pas
question.


       *       *       *       *       *


_Protestations de la France._

On ne voit pas dans les chroniques que l'attribution de leur pays à la
Germanie ait soulevé des protestations parmi les peuples cisrhénans.
Mais ce silence n'est pas surprenant; les intéressés n'étaient pas
consultés; ils avaient l'habitude de se résigner, n'ayant aucun moyen de
faire triompher leur droit, et, s'ils avaient crié, leur cri fût demeuré
sans écho.

Cependant la mainmise de l'Allemagne sur notre domaine était si
irrégulière que, à défaut du menu peuple sacrifié, les rois de France et
nos hommes d'État ne cessèrent de protester au cours des siècles
jusqu'au jour où ils finirent par obtenir plus ou moins complètement
justice.

Cette conscience que nos pères avaient de leurs droits est la cause
qui, pendant un siècle environ, fit, comme nous l'avons vu, osciller la
possession de la Lotharingie entre les rois de France et ceux
d'Allemagne. À la mort de Lothaire II, décédé sans enfants en 869, les
seigneurs et prélats du royaume appelèrent non pas Louis le Germanique,
mais Charles le Chauve que l'archevêque de Reims, Hincmar, alla sacrer
roi de Lotharingie à Metz.

Il en fut encore de même en 911: les grands de ce royaume élurent le roi
de France, Charles le Simple, qui sut faire respecter par Conrad et
Henri l'Oiseleur ses droits sur l'Alsace et la Lorraine.

Lorsque la conquête du pays contesté eut été consommée au profit des
souverains de la Germanie et alors même qu'elle semblait devoir être
éternelle, sa légitimité paraissait douteuse à des Allemands eux-mêmes.
Au XIIe siècle, Otton de Freissingen, évêque de Bavière, petit-fils et
neveu d'empereurs, écrivant la vie de Frédéric Barberousse, dit
incidemment que, «_le Rhin franchi, on se trouve passé d'Allemagne en
Gaule_»; il regarde même comme gauloises, non seulement les villes
d'Alsace, mais Spire et Mayence.

En 1299, Philippe le Bel a une entrevue à Vaucouleurs avec l'empereur
Albert d'Autriche. À cette nouvelle, toute la France tressaille,
persuadée qu'une pareille rencontre ne peut avoir pour objet que la
rétrocession de nos antiques possessions rhénanes. Guillaume de Nangis
écrit: «On dit qu'il fut convenu alors que le royaume de France, dont
l'extrême frontière était marquée par le cours de la Meuse, reculerait
jusqu'au Rhin.»

En 1208, Philippe-Auguste revendique Metz et une partie de la Lorraine.
S'il ne réussit pas à les reconquérir, il a, du moins, la gloire de
battre les Allemands à Bouvines.

Charles VII, à peine délivré des Anglais, songe à bouter les Allemands
eux aussi hors du royaume, c'est-à-dire à reprendre non seulement
l'Alsace et la Lorraine mais encore toute la rive gauche du Rhin. Voici
les importantes paroles qu'il prononçait en 1444: «_Le royaume de France
a été depuis beaucoup d'années dépouillé de ses limites naturelles qui
allaient jusqu'au Rhin; il est temps d'y rétablir sa souveraineté._»

Il passa immédiatement des paroles aux actes, en concertant avec son
fils, le futur Louis XI, une action vigoureuse sur le Rhin. Le Dauphin
pénétra dans la Haute-Alsace par Belfort, à la tête de 20.000
Écorcheurs, soudards à qui la cessation de la guerre avec l'Angleterre
créait de redoutables loisirs et dont il fallait débarrasser le royaume.
Il voulut s'emparer de la ville de Bâle, et, à la fin d'août 1444,
infligea aux Suisses la sanglante défaite de Saint-Jacques. Les
ambassadeurs impériaux étant venus lui faire des remontrances le 2
septembre, il leur dit qu'il avait pris les armes «pour recouvrer
certaines terres, soumises anciennement à la couronne de France, qui
s'étaient soustraites, volontairement et frauduleusement, à l'obéissance
de cette couronne». Puis il fit prendre à ses troupes leurs quartiers
d'hiver en Alsace, où elles se livrèrent à de terribles excès.

De son côté, le roi en personne s'empara, le 4 septembre, d'Épinal. Mais
il ne put entrer dans Metz qui lui ferma ses portes. Les ambassadeurs de
la cité ayant été reçus en audience royale, le conseiller Jean Rabateau
leur dit: «_Le roi prouvera suffisamment, si besoin est, par les
chroniques et par l'histoire, que les Messins ont été, de tout temps,
sujets du roi, de ses prédécesseurs et du royaume_.» Charles se contenta
d'affirmer ainsi ses droits, mais renonça pour le moment à les faire
triompher en face de la résistance énergique des Messins. L'année
suivante il conquit Toul et Verdun.

Cette double expédition n'eut pas de suites immédiates. Mais elle posa
la question, elle affirma les droits de la couronne, elle orienta la
politique française vers «les limites naturelles». Elle impressionna les
esprits en Alsace et commença à les tourner vers la France au grand
dépit des germanisants. L'humaniste Wimpheling, de Schlestadt,
(1450-1528), s'emporte dans sa _Germanie_ contre «ceux qui, par
ignorance, se laissent aller à croire aux droits antiques des Valois sur
la rive gauche du Rhin et qui préfèrent la France au Saint-Empire
germanique_». Il y avait donc dès cette époque un parti français en
Alsace. Il aurait été beaucoup plus fort, si le roi et le dauphin
avaient su réprimer la barbarie des Écorcheurs.


       *       *       *       *       *


_La campagne de Henri II._

Charles VII avait échoué devant Metz. Sa conquête de Toul et de Verdun
avait été éphémère. Henri II recommença la même tentative en 1522 et fut
plus heureux. Il reprit les trois grandes villes lorraines. Ce fut le
premier pas de la France dans la voie de la reconquête. Mais cette
campagne a un intérêt plus général, car elle manifeste les visées de la
monarchie sur les provinces voisines elles-mêmes et sa résolution de les
reprendre coûte que coûte.

Dans un lit de justice tenu à Paris au mois de février, Henri II avait
annoncé qu'il allait faire la guerre à l'Allemagne: dans un manifeste
contre Charles-Quint, il faisait revivre les anciens droits de la France
contre sa rivale héréditaire. Cette nouvelle excita d'ardentes
espérances et un immense enthousiasme dans le pays. On ne parlait que
d'aller démembrer l'Empire et de reconstituer l'antique royaume
d'«Austrasie». L'idée de reprendre le Rhin exaltait toutes les têtes,
tous les cœurs, et rien ne prouve mieux combien grand était le
patriotisme antigermanique.

Le maréchal de Vieilleville nous dit: «_Toute la jeunesse se dérobait
de père et de mère pour se faire enrôler; les boutiques demeuraient
vides d'artisans, tant était grande l'ardeur, en toutes qualités de
gens, de faire ce voyage et de voir la rivière du Rhin!_»

Rabelais écrivait alors le prologue du IIIe livre de _Pantagruel_. Il
se laisse gagner à l'enthousiasme général: «Par tout ce très noble
royaume de France... un chascun aujour'huy part à la fortification de
sa patrie et la défendre; part au repoulsement des ennemis et les
offendre; le tout en police tant belle, en ordonnance si mirifique et à
profit tant évident pour l'avenir, car _désormais sera France
superbement bornée et seront Français en repos assurés... _»

Le 10 avril, en même temps que le connétable de Montmorency prend Metz,
le roi reçoit les clefs de Toul. De là, il se rend à Nancy, puis, par le
col de Saverne, il descend dans la plaine de l'Alsace. Le maréchal de
Vieilleville qui faisait partie de l'expédition raconte que, arrivé sur
une crête des Vosges, il resta ébloui du spectacle qui s'offrait à son
regard:

«Tant que la vue se peut étendre, dit-il dans ses _Mémoires_, on
découvrait une belle et fort grande plaine qui dure près de six grandes
lieues de pays, peuplée de gros et grands villages, riches et opulents,
de bois, rivières, ruisseaux, prairies et autres lieux de profits.»

À son retour le roi s'empara de Verdun en juillet. Cette expédition,
commencée sous les meilleurs auspices, ne réussit qu'à prendre les
Trois-Evêchés, mais échoua tristement en Alsace et dans les provinces
rhénanes: les maladresses des chefs et les violences des soldats en
furent la cause. Nos troupes furent bien reçues à Wissembourg, mais
repoussées ou mal accueillies partout ailleurs, à Strasbourg, à Spire,
à Haguenau.

Cet échec laissa d'amers regrets au cœur de la France. Le maréchal de
Vieilleville rappelle avec tristesse que la rive gauche du Rhin nous
revient et qu'elle est pleine de souvenirs de la munificence française:
«Toutes les églises, cathédrales et grosses abbayes, écrit-il, sont
bâties et fondées de nos rois, comme aussi les tours et anciens châteaux
et la plupart des murs et enceintes des meilleures villes. Même un seul
roi, nommé Dagobert, a fondé douze beaux monastères sur la rivière du
Rhin et établi Strasbourg en évêché, imitant en cette dévotion le roi
Clotaire son père, qui en avait fondé trois ou quatre et érigé Trèves en
archevêché.» On voit que nos pères connaissaient et savaient invoquer le
droit historique.

D'après Sully et d'Aubigné, Henri IV avait formé un «grand dessein»,
celui d'anéantir la maison de Habsbourg et de reconstituer la chrétienté
sur un nouveau plan. Il y a lieu de croire que Sully, qui avait de
l'imagination, a embelli ou exagéré le projet du Roi, mais ce projet a
existé. Or, il comportait l'émiettement de l'Allemagne et la reprise des
terres françaises perdues au Xe siècle. Mais d'autre part, et c'est en
quoi éclate le bon sens du Béarnais, il n'impliquait pas d'annexion sur
la rive droite du Rhin. Déjà Henri IV avait préparé une puissante armée,
appuyée par les meilleures finances de son temps, et il allait partir
pour Clèves, quand le poignard de Ravaillac l'arrêta.



#VI#


#LA PREMIÈRE RECONQUÊTE
DE L'ALSACE#


_Les visées de Richelieu sur le Rhin._

Les temps approchaient où la France, devenue plus forte, allait enfin
réaliser son rêve séculaire, la reconquête des terres cisrhénanes. Mais
elle devait procéder par étapes et reprendre successivement l'Alsace, la
Lorraine et la province du Rhin inférieur.

Richelieu affirme énergiquement les droits de la France sur la rive
gauche du Rhin: «_La suzeraineté du duché de Lorraine_, disait-il,
_n'appartient à l'Empereur que par une antique usurpation sur la
couronne de France._»

Il a écrit dans son Testament politique: «_J'ai voulu rendre à la Gaule
les limites que la nature lui a destinées, identifier la Gaule avec la
France et, partout où fut l'ancienne Gaule, y restituer la nouvelle._»

Après la reprise du duché de Bar sur Charles de Lorraine, un conseiller
du roi écrivait:

«Nos ancêtres ne devaient point souffrir, du moins parmi les Français,
que les terres de l'ancien royaume de Lorraine qui bornent la France
fussent appelées «Terres de l'Empire», à cause du préjudice qu'elle en
recevait. Il n'y a point de doute que cette dénomination a ôté de la
mémoire des peuples que ces terres aient été usurpées sur la France.

«Maintenant que notre monarque a reconquis plusieurs provinces, villes,
cités et places d'importance de son ancien royaume de Lorraine, il faut
bannir cette appellation de «Terres de l'Empire», lorsqu'il sera
question de désigner celles qui sont entre la Meuse et le Rhin.»

Richelieu est résolu d'aller jusqu'au bout, mais, prudent et avisé, il
ne veut pas compromettre le succès par une attaque brusquée. Il déclare
en 1629, dans un «avis au Roi», qu'«_il faut penser à se fortifier à
Metz et s'avancer jusqu'à Strasbourg, s'il est possible, pour acquérir
une entrée en Allemagne, ce qu'il faut faire avec beaucoup de temps,
grande discrétion et une douce et couverte conduite._»


       *       *       *       *       *


_L'Alsace offerte à la France._

Mais des événements inattendus amenèrent bien plus vite que Richelieu ne
l'avait espéré le retour de l'Alsace à la France.

En 1632, les Suédois, alliés de la France, avaient occupé l'Alsace,
terre d'Empire, et l'avaient terriblement saccagée. Plusieurs villes,
entre autres Saverne et Haguenau, pour échapper à leur fureur, se
donnèrent à la France. En 1634, les Suédois et les princes confédérés
d'Allemagne, voulant obtenir des secours de Louis XIII, offrirent de
lui remettre l'Alsace en dépôt.

Comprenant sans doute que cette conquête serait précaire et susciterait
de grosses difficultés, Richelieu ne l'accepta pas directement pour la
France, mais en confia provisoirement le gouvernement à notre allié
Bernard de Saxe-Weimar, se réservant de l'annexer en des temps
meilleurs. Bernard eut fort à faire pour défendre l'Alsace contre nos
ennemis: mais, grâce à son activité et au subside annuel de quatre
millions de livres qu'il recevait de Paris, il parvint à consolider son
autorité. Cependant il prenait goût au métier de souverain et commençait
à montrer des velléités d'indépendance qui inquiétaient Richelieu,
lorsqu'il mourut fort opportunément le 18 juillet 1639. Les capitaines
de son armée offrirent de nouveau l'Alsace à la France, qui, cette fois,
ne se fit plus scrupule de l'accepter et de l'occuper (octobre 1639).


       *       *       *       *       *


_Le traité de Westphalie et l'Alsace._

Mazarin qui succéda à Richelieu en 1642 avait les mêmes vues que lui sur
les provinces rhénanes. «_Il faut_, écrivait-il, _étendre nos frontières
au Rhin de toutes parts._» On voit, par ce mot: de toutes parts, qu'il
ne se contentait pas de l'Alsace.

Pendant les négociations qui aboutirent au traité de Westphalie nos
diplomates, le comte d'Avaux et Abel Servien, réclamèrent énergiquement
l'Alsace. Le 17 septembre 1646, ils étaient arrivés à leurs fins et ils
écrivaient à la régente: «Madame, Brisach et son territoire, les deux
Alsaces et le Sundgau sont accordés... _Votre Majesté aura cette gloire
que, dans un temps de minorité, Elle aura étendu les limites de la
France jusqu'à ses plus anciennes bornes._» Et en effet le traité de
Westphalie, signé le 24 octobre 1648, nous garantissait l'Alsace.

Il est vrai qu'il contenait des clauses obscures et contradictoires.
Dans la pensée de ses ambassadeurs, la France obtenait la province en
toute souveraineté. Mais, dans la pensée de l'Allemagne, il y avait
mille restrictions à son pouvoir: elle ne recevait que les domaines
alsaciens des Habsbourg, c'est-à-dire presque toute la Haute-Alsace et
presque rien en Basse-Alsace. Strasbourg, ville libre jusque-là,
prétendait bien continuer à l'ètre. Les dix villes de la Décapole, parmi
lesquelles étaient Landau, Wissembourg, Haguenau, Colmar, Munster, etc.,
espéraient aussi garder leur indépendance. De là des tiraillements et
des insolences que Louis XIV supporta d'abord patiemment pour ne pas
compromettre une conquête encore mal assise. Mais, en 1673, craignant
des révoltes plus dangereuses, il rasa les murs de Colmar et des autres
cités récalcitrantes.


       *       *       *       *       *


_La campagne de Turenne._

Le 1er octobre 1674, les Impériaux et les Prussiens passèrent le Rhin
à Strasbourg, grâce à la complicité des habitants. Mais ils se
conduisirent en bandits. Un chroniqueur de Colmar écrivait: «Ils ont
tout emporté, saccagé, fenêtres, portes, chambres, églises, jardins; ils
ont fait du pays un vrai désert.»

Ce que voyant, Louis XIV envoie Turenne en Alsace. Ce grand homme de
guerre, par une des manœuvres les plus hardies et les plus savantes
qu'aient enregistrées les annales militaires, abandonne ostensiblement
Saverne et, tandis que le grand Électeur de Brandebourg, le croyant
rentré en France pour l'hiver, disperse ses troupes par toute l'Alsace,
il se glisse sans bruit derrière le rideau des Vosges à travers les
neiges et les glaces, rentre brusquement en Alsace par la trouée de
Belfort le 28 décembre 1674, prend Mulhouse le 29, bat les
Brandebourgeois à Turkheim le 5 janvier et, dans une marche foudroyante,
refoule les ennemis au delà de Strasbourg et les oblige à repasser le
Rhin.

Ce grand général, que Napoléon admirait tant, était un ardent patriote,
un irrédentiste intransigeant. C'est alors, tandis qu'il cheminait le
long des Vosges, qu'il dit un jour au chevalier de la Fare cette parole
que nous avons déjà citée: «_Il ne faut pas qu'il y ait un homme de
guerre en repos en France tant qu'il y aura un Allemand en Alsace._» Bel
axiome où brille le sens le plus clair de nos droits et de nos intérêts
et que tout Français devrait graver au fond de son cœur.

Le traité de Nimègue consacra en 1678 cette conquête de Turenne en nous
attribuant l'Alsace et en dissipant les ambiguïtés qu'avait laissé
subsister le traité de Westphalie en 1648. Cependant les Allemands
mirent de la mauvaise grâce à s'y soumettre et fomentèrent des
résistances çà et là, notamment à Strasbourg où ils avaient des
intelligences. Louis XIV résolut d'agir en maître. En 1681, Louvois
entra brusquement dans la ville, suivi d'une armée de 35.000 hommes.
Vauban y éleva une imprenable citadelle et une médaille fut frappée qui
portait cette fière légende: «_Gallia Germanis clausa_, la France fermée
aux Allemands.


       *       *       *       *       *


_La France gagne le cœur de l'Alsace._

La conquête matérielle n'est rien sans la conquête des cœurs. La France
sut gagner en peu de temps l'amour et la reconnaissance de l'Alsace. À
vrai dire, elle avait déjà commencé depuis longtemps au grand dépit des
Allemands. L'un d'eux Jean-Michel Moscherosch, mort en 1669 et qui vécut
longtemps à Strasbourg, se montre gallophobe exaspéré autant que
misanthrope aigri dans ses _Visions de Philandre de Sittewald_ et dans
_À la mode Kerhaus_. Ce qui l'exaspère, c'est de voir le succès qu'ont
les modes, les lettres et les idées de France et la facilité avec
laquelle elle subjugue les esprits et les cœurs des vaincus.

Mais ce fut surtout à partir du jour où elle fut installée en Alsace que
la France se fit aimer des habitants. Elle les traita avec douceur; elle
leur laissa dans une large mesure leurs anciens privilèges. Elle leur
donna des intendants qui avaient pour mot d'ordre de respecter leurs
traditions administratives, judiciaires, scolaires, tout en corrigeant
les abus qui pesaient principalement sur le menu peuple.

C'est ainsi que, à la grande joie des populations, un édit du 1er
septembre 1679 enleva aux petits et grands seigneurs le droit
d'emprisonner, de bannir, de frapper d'amende ou de châtiments corporels
les gens de leur seigneurie, et ils furent soumis, comme les autres, à
la justice ordinaire.

Un des intendants royaux, Jacques de La Grange, nommé en 1674 et qui
remplit ses fonctions pendant un quart de siècle, contribua plus que les
autres, par son tact et son habileté, à _franciser_ le pays sans heurt
et sans violence.

On permettait l'usage de l'allemand non seulement dans la famille, les
écoles, les églises, mais dans les actes administratifs et judiciaires.
Un règlement du Conseil d'État proclama pour le principe en 1685 que le
français serait la langue des tribunaux: mais il fut convenu, par ordre
du gouvernement, que, dans la pratique, la liberté la plus entière
serait laissée à cet égard.

Malgré cette tolérance, ou peut-être à cause même de cette tolérance,
l'Alsace apprit vite le français. L'intendant de La Grange résumait
impartialement la situation, lorsqu'il écrivait en 1698: «La langue
commune de la province est l'allemand; cependant il ne s'y trouve guère
de personnes un peu distinguées qui ne parlent assez le français pour se
faire entendre et tout le monde s'applique à le faire apprendre à ses
enfants, en sorte que cette langue sera bientôt commune à la province.»

Cette prédiction était complètement réalisée au milieu du XVIIIe
siècle. Toute l'Alsace parlait ou entendait le français. M. Rod. Reuss,
protestant et républicain, fait à ce propos cette réflexion: «Ce
résultat peut être regardé comme d'autant plus satisfaisant qu'il a été
obtenu en dehors de toute ingérence officielle sérieuse, et que la
monarchie des Bourbons, de la paix de Westphalie à la Révolution, n'a
jamais songé à entraver l'usage de la langue allemande en Alsace, ni
considéré sa suppression comme nécessaire pour hâter l'assimilation de
la province[1].» On sait que l'Allemagne tiendra plus tard la ligne de
conduite opposée et fera tous ses efforts, sans y réussir, pour
discréditer et étouffer le français.

[Note 1: _Hist. d'Alsace_, par Rod. REUSS, p. 165. Paris,
Boivin,1912.]


       *       *       *       *       *


_L'Alsace, «brasier d'amour pour la France»._

Par ce gouvernement maternel, la France eut vite gagné les cœurs. En
1709, c'est-à-dire moins de trente ans après l'entrée définitive des
Français à Strasbourg, le baron de Schmettau, ambassadeur du roi de
Prusse Frédéric 1er, présentait à La Haye, aux représentants des
puissances coalisées contre Louis XIV, un mémoire où on lit cet aveu si
honorable pour la France:

«_Il est notoire que les habitants de l'Alsace sont plus Français que
les Parisiens, et que le roi de France est si sûr de leur affection à
son service et à sa gloire, qu'il leur ordonne de se fournir de fusils,
de pistolets, de hallebardes, d'épées, de poudre et de plomb, toutes les
fois que le bruit court que les Allemands ont dessein de passer le Rhin
et qu'ils courent en foule sur les bords du Rhin pour en empêcher ou du
moins disputer le passage à la nation germanique, au péril évident de
leurs propres vies, comme s'ils allaient en triomphe._

«_En sorte que l'Empereur et l'empire doivent être persuadés qu'en
reprenant l'Alsace seule, sans recouvrer la Franche-Comté, ils ne
trouveront qu'un amas de terre morte pour l'auguste maison d'Autriche,
et qui couvera un brasier d'amour pour la France et de fervents désirs
pour le retour de son règne en ce pays, auquel ils donneront toujours
conseil, faveur, aide et secours dans l'occasion._»

Puis l'auteur conclut que l'Autriche doit reprendre la _Franche-Comté_ à
la France et rétablir l'entière indépendance de la _Lorraine_. «_Ce
seront là,_ dit-il, _deux forts caveçons aux Alsaciens, soit qu'on les
laisse au pouvoir du roi de France qu'ils adorent, soit qu'on lui en ôte
les biens et les revenus, car on ne pourra pas lui ôter les cœurs
d'autre manière que par une chaîne de deux cents ans_[1].»

Une chaîne de deux cents ans! Deux cents ans de servitude et de
tyrannie! Voilà donc sur quoi l'Allemagne compte pour enlever les cœurs
à la France. Or il a suffi à celle-ci de trente ans de gouvernement,
avec les souvenirs du passé, pour faire de l'Alsace «_un brasier
d'amour_» à son égard, pour que «_les Alsaciens adorent le roi de
France_», pour qu'ils «courent en foule sur les bords du Rhin en
disputer le passage à la nation germanique». Voilà la différence des
deux méthodes: d'un côté la violence, de l'autre côté l'amour!

En 1710 paraissait à Ratisbonne un ouvrage, la _Topographie d'Alsace_,
dont l'auteur, François d'Ichtersheim, très germanophile, faisait cet
aveu à l'honneur de la France: «Le Conseil souverain existe encore à
Colmar et y fait régner une stricte justice. Ce qu'il faut
particulièrement louer chez les tribunaux français, c'est que les procès
n'y durent pas longtemps,... les frais n'y sont pas considérables et
surtout on n'y regarde aucunement à la situation (sociale) des
plaideurs, et l'on y voit tout aussi souvent le sujet gagner son procès
contre son seigneur, le pauvre contre le riche, le laïque contre un
clerc, le chrétien contre le juif, que _vice versa_[2].»

L'amour de la France ne fit que croître au cours du XVIIIe siècle.
Lorsque Louis XV vint à Strasbourg en 1744, il fut reçu avec une
splendeur et un enthousiasme indescriptibles. Les belles planches
gravées par Weiss nous ont conservé le souvenir de ces fêtes.

Pendant la Révolution, l'Alsace, qui avait formé deux départements, le
Haut-Rhin et le Bas-Rhin, se signala par son dévouement à la France.
Elle tressaillit la première aux accents de la _Marseillaise_, composée
en 1792 à Strasbourg par Rouget de l'Isle, à la prière du maire
Dietrich. Elle vit plusieurs de ses fils, Kléber, Kellermann, Rapp,
Lefebvre, s'illustrer au service de la patrie. Elle connut comme eux
l'ivresse des gloires impériales.

Après la chute de Napoléon, les patriotes allemands s'agitèrent
violemment pour obtenir des Congrès de Paris et de Vienne que l'Alsace
fût retirée à la France. L'un d'eux, le poète Moritz Arndt, déjà connu
par sa haine contre les Welches, fit une brochure intitulée: «_Le Rhin,
fleuve allemand et non pas frontière allemande._» Ces prétentions
excitèrent la colère des Alsaciens.

Les négociateurs des Traités de 1815 nous enlevèrent la région
cisrhénane, mais n'osèrent toucher ni à l'Alsace ni à la Lorraine. Ces
provinces étaient trop profondément françaises pour que leur
confiscation pût passer sans provoquer des émeutes ni déchaîner la
guerre. Elles restèrent donc attachées à la France jusqu'en 1870.

Leur amour pour notre pays grandit encore au cours du XIXe siècle.
Elles lui devaient la paix, le bonheur, la richesse, une douce et
brillante civilisation. Alors que l'Allemagne forçait tous ses sujets à
parler allemand, Charles X félicitait les Alsaciens de leur fidélité à
leur vieux dialecte et à leurs coutumes.

En 1848, l'Alsace célébra solennellement le second centenaire de sa
réunion à la France. Le maire de Strasbourg, Édouard Kratz, qui avait
pris l'initiative de ces fêtes, disait dans une circulaire: «Nous
n'avons plus besoin de faire, une profession de foi solennelle et
publique de notre inviolable attachement à la France... La France ne
doute pas de nous, elle a foi dans l'Alsace. Mais si l'Allemagne se
berce encore d'illusions chimériques, si elle croit trouver dans la
persistance de la langue allemande au sein de nos campagnes un signe de
sympathie irrésistible et d'attraction vers elle, qu'elle se détrompe!
L'Alsace est aussi française que la Belgique, la Flandre et le pays des
Basques, et elle veut le rester.»

L'Allemagne ne voulut pas entendre. En 1861, le botaniste Kirschleger,
professeur à la Faculté de médecine de Strasbourg, assistait à Spire à
un congrès de naturalistes. Les Allemands, avec le tact qui les
distingue, lui parlèrent en termes tels du retour de l'Alsace à la
Confédération germanique qu'il ne put s'empêcher de leur répondre avec
vivacité: «Vous devriez au moins nous demander notre sentiment. Or nous
voulons rester Français.»

[Note 1: LAMBERTY, _Mémoires pour servir à l'histoire du XVIIIe
siècle, t. V.--Cité par DONTENVILLE dans _Après la guerre_, p. 40.]

[Note 2: ROD. REUSS, _Histoire d'Alsace_, p. 141.]



#VII#

#LA PREMIÈRE RECONQUÊTE
DE LA LORRAINE#


_La Lorraine est à nous._

Quand une terre d'un seul tenant a des limites bien définies, elle ne
présente pas de difficultés de frontières, ou du moins la question en
est facilement résolue par le droit ou par la force. C'est le cas de
l'Alsace qui, nettement limitée par un grand fleuve et une chaîne de
montagnes, est revenue d'un seul bloc à la France au XVIIe siècle.

Au contraire une plaine qui n'a ni fleuves, ni montagnes, ni mer pour
l'encercler, ouverte à tous les vents du ciel et de la politique, peut
devenir l'enjeu de sanglantes compétitions, et la question de ses
frontières est souvent un imbroglio diplomatique épineux. C'est le cas
de la Lorraine dont la limite a singulièrement varié et dont la surface
a été maintes fois morcelée. La France ne l'a reconquise que
successivement: le Barrois occidental ou mouvant sous Philippe-le-Bel;
les Trois-Évêchés sous Henri II; le Duché sous Louis XV. Elle y a mis du
temps, mais elle n'a cessé d'y tendre patiemment, inlassablement, à
travers toutes les complications politiques.

Il le fallait bien, car la Lorraine est à nous par cent titres divers,
par sa position géographique sur nos frontières, par une possession de
vingt siècles antérieure à celle de l'Allemagne qui n'en compte pas dix,
par son génie, clair et lumineux comme un paysage de Claude Lorrain, par
son cœur, ses aspirations et sa langue. Elle n'a d'ailleurs eu avec
l'Empire que le lien artificiel et extérieur de l'hommage féodal, car
elle a su pratiquement s'en rendre indépendante dans sa vie intérieure.
Elle est à nous par Jeanne d'Arc qui fut, comme nous le verrons, à la
fois lorraine et française. Elle est à nous parce que, si l'Allemagne
nous l'a enlevée au Xe siècle, nous n'avons cessé de la réclamer et
elle n'a cessé de jeter vers la France un regard de tendresse filiale.
Elle est chose de France, chose vivante et bien-aimée et elle crie vers
nous: _res clamat domino_.

Un coup d'œil sur son histoire va nous montrer nos droits historiques et
les invincibles et éternelles attractions qui devaient un jour la jeter
de nouveau dans les bras de la France.


       *       *       *       *       *


_La Lotharingie._

La Lorraine est le nom modernisé de l'ancienne Lotharingie ou royaume de
Lothaire. Cet immense royaume s'étendait entre le Rhin d'une part et
l'Escaut et la Meuse d'autre part. Il enclavait la Hollande, la
Belgique, les provinces cisrhénanes, la Lorraine actuelle, l'Alsace et
même la Bourgogne, la Franche-Comté et la Suisse. Peu à peu, en perdant
ses provinces périphériques, il s'est réduit à un noyau central qui est
la Lorraine actuelle.

Ces terres avaient, pendant des siècles, jusqu'en 843, fait partie du
domaine celtique, gallo-romain et franc sous un autre nom, celui
d'Austrasie. Et voilà, nous le répétons, un droit historique
incontestable.

La Lotharingie ne s'est détachée de la France qu'après une suite
d'oscillations qui la portaient tantôt de notre côté, tantôt du côté de
l'Allemagne: on la voit successivement neutre sous les deux Lothaire,
franque sous Charles le Chauve, germanique sous Arnoulf, franque sous
Charles le Simple et enfin germanique pour longtemps sous Henri
l'Oiseleur en 923.

En 954, Otton le Grand fait du royaume de Belgique un duché et le donne
à son frère Brunon, archevêque de Cologne. Celui-ci divise le duché en
deux en 959: la Basse-Lotharingie ou Lotharingie ripuaire ou Lothier,
comprenant la Flandre, le Brabant, Liége, la Hollande, Cologne; et la
Haute-Lotharingie ou Lotharingie mosellane.

La Basse-Lotharingie s'est transformée en Belgique et son histoire ne
nous regarde pas. La Haute-Lotharingie au contraire est devenue la
Lorraine actuelle. Après diverses vicissitudes, elle est donnée en 1048
par l'empereur à Gérard d'Alsace, souche de la famille ducale de
Lorraine.

Pendant des siècles elle relève de l'Empire, mais sa dépendance est plus
nominale que réelle. Il est difficile de dire si elle est plus
française qu'allemande. Française, elle l'est de cœur et de langue; mais
elle est allemande par l'hommage féodal. Ses ducs sont pratiquement
indépendants, si bien qu'ils s'allient avec qui ils veulent.

De bonne heure les Trois-Évêchés lorrains de Metz, Toul et Verdun sont
reconnus indépendants sous le gouvernement de leurs évêques; ils sont
souvent en guerre, celui de Metz surtout, avec les ducs de Lorraine. Un
de ceux-ci, Mathieu Ier, fait de Nancy sa capitale en 1150.


       *       *       *       *       *


_Le duché de Bar._

Le duché de Bar était aussi lorrain, mais fut longtemps indépendant du
duché de Lorraine. À l'origine, lorsque Brunon, archevêque de Cologne,
divisa la Lotharingie, il en céda la partie mosellane à son neveu
Frédéric Ier, comte de Bar, qui devint ainsi le premier duc de
Lorraine. Sous Philippe le Bel, Henri III, comte de Bar, ayant aidé son
beau-père, Édouard Ier, roi d'Angleterre, fut vaincu, fait prisonnier
et dut, pour sa rançon, faire hommage au roi de France de la partie du
Barrois située sur la rive gauche de la Meuse, qui s'appela depuis lors
Barrois royal ou mouvant et resta attaché à la couronne. Ce fut le
premier pas fait par la France dans la voie de la reconquête.

En 1354, le comté de Bar fut érigé en duché en faveur de Robert, comte
de Bar. Les trois premiers fils de Robert étant morts sans postérité en
1415, à la bataille d'Azincourt où ils combattaient pour la France, le
quatrième, Louis, cardinal de Bar, céda ses droits à son neveu René
d'Anjou qui épousa Isabelle, fille unique et héritière de Charles II de
Lorraine.

Le Barrois réuni ainsi à la Lorraine en fut bientôt séparé, mais pour
peu de temps, car René II, comte de Vaudémont et duc de Bar, ayant
épousé Yolande d'Anjou, fille de René Ier et héritière de Lorraine,
le porta de nouveau et définitivement dans la maison ducale dont il a
depuis suivi les destinées.


       *       *       *       *       *


_Politique des ducs de Lorraine._

Les ducs de Lorraine prouvèrent souvent leur amour pour la France.
Thibaut II aide Philippe le Bel à la bataille de Mons-en-Puelle en 1304.
Ferri IV meurt en combattant pour nous à la bataille de Cassel en 1328
et Raoul à celle de Crécy en 1346. Jean Ier nous défend en 1356 à la
bataille de Poitiers, où il est fait prisonnier.

Charles II, au contraire, se jette avec fougue dans le parti
anglo-bourguignon et lutte avec acharnement contre la France. C'est avec
lui que Jeanne d'Arc a une entrevue qui n'aboutit à rien. N'ayant pas de
fils, il marie sa fille Isabelle à René d'Anjou: voici dans quelles
circonstances.

Le dernier duc de Bar venait de mourir avec ses deux frères en 1415 en
combattant pour la France à la sanglante journée d'Azincourt. Le Barrois
revint à son oncle, le cardinal Louis de Bar, évêque de Châlons. Mais
celui-ci le céda à son petit-neveu René d'Anjou qui n'avait que dix ans.
L'année suivante, il faisait épouser au jeune duc la fille et
l'héritière de Charles II, réunissant ainsi sur la même tête les
couronnes de Bar et de Lorraine. Lui-même il échangeait la même année
l'évêché de Châlons pour celui de Verdun.

Comme Charles II avait pris parti pour l'Angleterre, René d'Anjou, son
gendre, fut, pendant quelques années, obligé de marcher avec lui contre
la France. Mais en 1429, émerveillé des exploits de Jeanne d'Arc et
d'ailleurs sollicité par ses sympathies de famille, car il était par sa
sœur le beau-frère du roi de France Charles VII, il abandonna la cause
anglo-bourguignonne et vint se ranger le 3 août auprès de la Pucelle.

Ainsi donc si la Lorraine s'était tournée avec son vieux duc contre la
France, elle nous revenait avec son jeune successeur René d'Anjou:
c'était là une de ces vicissitudes qu'amenait fatalement le régime des
mariages et des apanages féodaux. Ce fut le grand vice de la féodalité
de briser au profit des grandes maisons l'unité nationale. Le XVe
siècle en présente le plus lamentable exemple dans la défection de la
Bourgogne qui eut pour répercussion pendant quelque temps celle de la
Lorraine. Il n'en faut pas accuser le patriotisme des populations que
l'on ne consultait pas, et qui étaient d'autant plus facilement
entraînées dans les querelles de leurs princes qu'elles ne croyaient pas
combattre contre la France, mais contre une dynastie. C'était bien ainsi
que les ducs de Bourgogne et même, chose curieuse mais certaine, les
rois anglais eux-mêmes présentaient leur cause; ils se prétendaient bons
Français et, de fait, ils avaient tous du sang capétien dans les veines.
La faute en est donc aux institutions, au régime des apanages en
particulier. Et c'est le grand service que nos rois ont rendu à la
nation d'avoir combattu et aboli ce régime. Ils n'y avaient aucun
mérite, dira-t-on, car ils luttaient pour eux-mêmes, pour la grandeur de
leur maison. Soit, si l'on veut, mais c'est justement en quoi éclate le
bienfait de la royauté chrétienne. C'était bien la maison de France,
puisque sa grandeur coïncidait adéquatement avec la grandeur de la
France et dépendait par-dessus tout de l'unité nationale.

Mais si la Lorraine nous a manqué dans la personne de Louis II, elle a
bien compensé cette défaillance dans la personne de Jeanne d'Arc. Jeanne
était-elle donc lorraine? N'était-elle pas française? Elle était l'un et
l'autre.


       *       *       *       *       *


_Jeanne d'Arc lorraine et française._


Mais, d'autre part, Jeanne était tout aussi incontestablement française,
non seulement de cœur et d'esprit, non seulement par sa finesse, sa
verve et sa vivacité gauloise, mais encore par son sang et sa
nationalité. Le Barrois relevait par moitié de l'Empire et de la France;
de l'Empire pour la rive droite de la Meuse, de la France pour la rive
gauche; de l'Empire pour Commercy et Pont-à-Mousson, de la France pour
Bar-le-Duc, Saint-Mihiel et surtout, nous verrons pourquoi, Vaucouleurs.
Cette partie occidentale du duché s'appelait, depuis Philippe le Bel, le
Barrois royal ou mouvant, parce qu'elle était dans la mouvance ou sous
la suzeraineté de nos rois[1].

Le Barrois mouvant était contigu à la Champagne et dans la mouvance
immédiate des comtes de Champagne: c'est même par cette province qu'il
ressortissait à la France. On trouve à la bibliothèque de Troyes une
carte dressée en 1785 par l'ingénieur Courtalon et annexée à son
_Histoire des Comtes de Champagne_, restée inédite. On y voit une
division de la Champagne, appelée Champagne-Lorraine; c'est, d'après
l'explication de l'auteur, la partie de la Lorraine dont les comtes de
Champagne étaient les suzerains[2].

J'ai dit que la région de Vaucouleurs appartenait à la France à un titre
particulier. C'est qu'en effet elle avait été cédée en 1342 par le sire
Ancel de Joinville à Philippe de Valois en échange de Méry-sur-Seine. On
ne voit pas figurer Domremy et Greux parmi les dépendances de la
châtellenie dans l'acte de cession, mais il y a des raisons de croire
que ces villages en faisaient partie[3].

Il est du moins certain qu'ils appartenaient en 1429 au roi de France,
car celui-ci, à la demande de Jeanne, les exempta à jamais de tout
impôt; or, il est clair qu'il n'aurait pu agir ainsi si ces lieux
avaient été soumis au duc de Bar.

Dans le procès de Rouen, le promoteur d'Estivet écrivit ces paroles qui
furent soumises à la Pucelle et reconnues exactes par elle: «_Jeanne est
née à Domremy-sur-Meuse, au diocèse de Toul, dans le bailliage de
Chaumont, dans la prévôté de Monteclère et d'Andelot._» Or, Chaumont,
Monteclère et Andelot faisaient partie du comté de Champagne et le
gouvernement anglo-français y avait établi ses fonctionnaires après le
traité de Troyes. Si Jeanne avait été sujette du duc de Bar, elle aurait
relevé de la prévôté barroise de Gondrecourt.

Aussi les contemporains attribuaient à la Libératrice la nationalité
française. Le _Mystère du Siège d'Orléans_ lui met ces paroles sur les
lèvres:


     Quant est de l'ostel de mon père,
     Il est en pays barrois,
     Honneste et loyal françois[4].


Jeanne est donc bien, à la suite de son père, barroise ou lorraine et
champenoise ou française. Il faut bien comprendre que cette dualité de
nationalité était non seulement possible mais fréquente à une époque où,
par le jeu du droit féodal, les sujets appartenaient au lieu où ils
étaient nés et au pays dont ce lieu était le fief.

On pourrait se demander si, au cas où Jeanne fût née en plein duché de
Lorraine, par exemple à Nancy, elle serait encore française. Il faut
répondre affirmativement, nous semble-t-il. Elle aurait encore été
française par la langue, par la race, par l'appel du sang, par les
profondes empreintes d'une terre restée celtique et franque, après comme
avant le traité de Verdun.

Cependant elle l'aurait été moins qu'elle ne l'est par le fait de sa
naissance sur la rive gauche de la Meuse. En fixant son berceau sur la
limite des deux pays, dans le voisinage de Vaucouleurs, où, cinq fois
depuis Robert le Pieux et saint Henri jusqu'à Philippe le Bel et Albert
d'Autriche, les souverains de France et d'Allemagne se sont donné
rendez-vous, Dieu a voulu, semble-t-il, faire d'elle le trait d'union de
la France et de la Lorraine.

Le comte de Pange, qui soutient énergiquement la nationalité lorraine de
la Pucelle dans son ouvrage sur _le Pays de Jeanne d'Arc_, a écrit à M.
Hanotaux: «_j affirme que la bonne lorraine est, par la volonté divine,
le précurseur nécessaire de l'œuvre de Richelieu. Elle est l'affirmation
miraculeuse du droit divin de la couronne de France sur le peuple
français de Lorraine._» Sur quoi M. Hanotaux ajoute judicieusement: «Sur
ces bases l'accord est établi entre les deux systèmes[5].»


[Note 1: AYROLES, _La vraie Jeanne d'Arc_, t. II, p. 64.]

[Note 2: AYROLES, _La vraie Jeanne d'Arc_, t. II, p. 247.]

[Note 3: «Domremy et Greux étaient du Barrois, sous la mouvance de
France, frontière de Champagne et de Lorraine, assez près et au-dessus
de Vaucouleurs, petite ville sur la même frontière qui est de domination
française.» (LENGLET DU FRESNOY, _Histoire de Jeanne d'Arc_, t. II, p.
2.)]

[Note 4: _Jeanne d'Arc_, par G. HANOTAUX, p. 4. Hachette, Paris.--M.
Hanotaux affirme, comme le P. Ayroles, la nationalité française de la
Pucelle, mais il reconnaît, avec Langlet du Fresnoy, que Domremy était
du Barrois, et, avec le _Mystère du Siège d'Orléans_, que Jeanne «venue
est de terre lointaine,--de Barrois, pays de Lorraine». Seulement le
fait d'être du Barrois n'excluait pas la nationalité française (p.4 et
79).]

[Note 5: _Jeanne d'Arc_, par G. HANOTAUX, p. 80.]


       *       *       *       *       *


_La France reprend les Trois-Évêchés._

René II, duc de Lorraine (1473-1508), accentua encore la politique
française de René Ier. Il combattit avec Louis XI contre Charles le
Téméraire, et c'est sous les murs de sa capitale, Nancy, que mourut le
grand-duc d'Occident en 1477.

Antoine le Bon (1508-1543), son fils, accompagna Louis XII et François
Ier dans leurs expéditions d'Italie, se distingua à Agnadel et à
Marignan, et tailla en pièces à Saverne (1525) une armée d'anabaptistes
allemands qui menaçait ses États.

Charles III (1543-1608) se montra, lui aussi, bon français. Il fut élevé
à la cour de France. Il s'y trouvait en 1552 et n'avait que neuf ans
lorsque Henri II fit la conquête de Metz, Toul et Verdun, non pas au
détriment du jeune duc, son pupille et son futur gendre, car, depuis
longtemps, les Trois-Évêchés étaient séparés du duché, mais au détriment
de l'Empire allemand auquel ils devaient allégeance.

Les trois villes avaient jadis été gauloises, mais étaient tombées au
Xe siècle, sous Henri l'Oiseleur, au pouvoir de l'Allemagne. Elles
avaient profité des troubles du moyen âge pour se rendre à peu près
indépendantes sous le gouvernement de leurs évêques et de leur noblesse:
elles ne devaient que l'hommage à l'Empire.

D'autre part, elles avaient souvent montré des sympathies à la France.
Un évêque de Toul, Thomas de Bourlémont, qui mourut en 1353, était si
dévoué à notre pays qu'il avait voulu faire passer sa principauté sous
la suzeraineté du roi. C'était prématuré.

Mais, deux siècles plus tard, Henri II, comme nous l'avons vu, s'empara
des Trois-Évêchés. Charles-Quint fut très affecté de cette perte,
surtout de celle de Metz, plus proche du Rhin et qui devait être plus
inféodée à l'Allemagne. Aussi vint-il avec une armée de 60.000 hommes et
son meilleur général, le duc d'Albe, mettre le siège devant la ville le
8 septembre 1552.

Mais François de Guise, le plus grand homme de guerre de son temps, s'y
était enfermé avec l'élite de la noblesse française. Il s'immortalisa
par une savante résistance, si bien que Charles-Quint, dont l'armée
était décimée par la maladie et le froid, et dont tous les stratagèmes
avaient été déjoués par son adversaire, dut se résigner à la retraite le
1er janvier 1553.

À partir de ce jour, les trois villes ne cessèrent d'être françaises
jusqu'en 1871 où l'une d'elles retomba sous le joug allemand. Metz, qui
avait jusque-là résisté à tous les assauts et qu'on avait surnommée
_Metz la Pucelle_, fut violée par les Prussiens en 1871.


       *       *       *       *       *


_La France recouvre le duché._

Le duc Charles III épousa Claude de France, fille de Henri II et de
Catherine de Médicis. Beau-frère des trois derniers Valois et cousin du
duc Henri de Guise, lequel était un cadet de la maison de Lorraine, il
entra dans la Ligue après l'assassinat de son parent. Il en fut un des
chefs et ne se réconcilia qu'en 1593 avec Henri IV.

Charles IV (1624-1675) se prononça au contraire contre la France pendant
la guerre de Trente Ans; il en fut puni par l'occupation de ses États,
où il ne rentra qu'après s'être réconcilié avec Louis XIV en 1649. Mais,
en 1662, il vendit ses droits au roi moyennant une rente de 200.000
écus.

Charles V, son neveu (1675-1690), prit bien le titre de duc de Lorraine,
mais il ne fut qu'un duc _in partibus_, car Louis XIV dont il était
l'ennemi acharné ne lui permit pas de rentrer dans ses États.

Léopold (1690-1729) rentra en possession du duché à la paix de Ryswick
en 1697.

François III (1729-1737), qui avait épousé Marie-Thérèse en 1736,
renonça en 1737 à ses États pour devenir grand-duc de Toscane, et, un
peu plus tard, empereur d'Autriche sous le nom de François Ier. Il
fut père de Marie-Antoinette, reine de France.

La maison de Lorraine renonçait pour toujours à son duché et fondait par
ce mariage la maison de Habsbourg-Lorraine qui règne aujourd'hui sur
l'Autriche, dans la personne du triste François-Joseph.

Le duché fut donné à Stanislas Leczinski, ex-roi de Pologne, avec clause
de réversibilité sur la France à la mort de ce prince qui régna de 1737
à 1766.

En 1766, le duché revint donc sans coup férir à la France. Uni au
Barrois qu'il avait englobé depuis longtemps, aux Trois-Évêchés conquis
en 1522, au Luxembourg français cédé par l'Espagne au traité des
Pyrénées en 1651, au pays de la Sarre cédé par l'Empire au traité
d'Utrecht en 1713, au duché de Bouillon enlevé par Louis XIV à l'évêque
de Liége, il forma un grand gouvernement.

Après des siècles de politique patiente et habile, l'irrédentisme
français triomphait: l'usurpation signalée par Richelieu était réparée;
la Lorraine était de nouveau française; elle devait le rester, ainsi que
l'Alsace, jusqu'en 1871.



#VIII#

#LA PREMIÈRE RECONQUÊTE
DE LA FRANCE RHÉNANE#


_La monarchie et les provinces cisrhénanes._

Tout en recouvrant l'Alsace et la Lorraine, la monarchie ne perdait pas
de vue les droits de la France sur les terres cisrhénanes situées au
nord de la Lauter. Ces terres avaient jadis fait partie de notre
patrimoine, mais, séparées de nous par la Belgique, elles nous étaient
devenues plus étrangères que l'Alsace et la Lorraine dont nous n'avons
jamais perdu le contact. Néanmoins notre droit persistait et jamais les
rois de France n'en avaient admis la prescription. Dans l'expédition où
il reprit les villes lorraines de Metz, Toul et Verdun et poussa une
pointe en Alsace, Henri II songeait au cours inférieur du Rhin et l'on
disait autour de lui qu'il allait relever _le royaume d'Austrasie_.

Louis XIV avait les mêmes vues. En 1685, à la mort de Charles, dernier
Électeur palatin de la branche de Simmern, il réclama au nom de sa
belle-sœur Élisabeth-Charlotte d'Orléans, sœur unique du défunt, la
partie du Palatinat située au nord de l'Alsace: il envoya même une armée
qui l'occupa quelque temps. Mais la Ligue d'Augsbourg amena une
diversion en élargissant le théâtre de la guerre. La paix de Ryswick
lui laissa l'Alsace, mais sans lui donner le Palatinat.

De leur côté, les habitants de ces provinces n'oubliaient pas leurs
origines gauloises. On les appelait et ils s'appelaient eux-mêmes «_les
Allemands de France_». Allemands, ils l'étaient par la langue et par le
droit de suzeraineté que l'Empire s'était arrogé sur eux depuis Otton
Ier. Ce droit constituait d'ailleurs un lien assez lâche, si bien que
ce pays pouvait être considéré comme une agglomération de petites
républiques presque indépendantes. Mais s'ils étaient nominalement
d'Empire, ils étaient encore plus de France par le sang, par le
souvenir, par le cœur. C'étaient eux qui fournissaient presque
entièrement les effectifs des «_régiments allemands_» au service de la
France.

Des relations cordiales s'étaient nouées depuis longtemps entre le
cabinet de Versailles et les villes d'Aix-la-Chapelle, de Cologne, de
Mayence et de Trèves. Les Électeurs ecclésiastiques de ces trois
dernières villes recevaient de nous des subsides et s'appuyaient sur
nous pour sauvegarder leur indépendance vis-à-vis de l'Empire: en
retour, ils nous rendaient d'appréciables services. En temps de guerre,
ils nous avaient souvent autorisés à occuper presque tout leur
territoire, à y créer des magasins, à y recruter de nombreux soldats, à
garnir de nos troupes leurs villes et leurs forteresses. C'était une
sorte de protectorat discret, et nous avions là une clientèle politique
qui nous mettait à l'abri des agressions subites d'outre-Rhin. Un
électeur de Trèves avait donné sa voix à François Ier, quand celui-ci
disputait l'Empire à Charles-Quint.

Ces liens se resserrèrent de plus en plus au XVIIIe siècle. En 1787,
Gérard de Rayneval écrivait dans un rapport au Ministre des Affaires
Étrangères: «_L'Électeur de Mayence se conduit très bien à l'égard de la
France. L'électeur de Trèves voudrait être Français... L'électeur de
Deux-Ponts est attaché à la France par sentiment, par intérêt et par
reconnaissance... Le prince-évêque de Liége est attaché à la France._»

Telle était la situation de la rive gauche du Rhin par rapport à la
France dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. L'Europe qui la
connaissait ne niait pas nos droits; Frédéric II, roi de Prusse, les
reconnaissait formellement: «_Il serait à désirer_, disait-il, _que le
Rhin pût continuer à faire la lisière de la monarchie française._»


       *       *       *       *       *


_La politique de la Convention._

La Révolution continua sur ce point l'œuvre de la monarchie. Elle fut
irrédentiste. Elle estima qu'elle devait, non pas précisément conquérir,
mais racheter ou délivrer du joug allemand les populations rhénanes.

Les socialistes qui se réclament des principes de la Révolution sont
donc en opposition avec les grands ancêtres quand ils s'écrient: «_Pas
d'annexion!_» Danton, lui, voulait l'annexion et le criait du haut de
la tribune. Lazare Carnot, Sieyès, Cambacérès, Dubois-Crancé voulaient
l'annexion. Merlin de Douai fit un éloquent discours pour la demander.
Toute la Convention la vota. Elle aurait certainement condamné comme
traîtres à la patrie ceux qui auraient tenu les propos des
internationalistes de nos jours.

La monarchie avait bien préparé les voies par sa politique habile et
bienveillante à l'égard des électorats. La France était déjà aimée
depuis longtemps des populations cisrhénanes. Elle leur apparut à
l'aurore de la Révolution avec une nouvelle auréole, comme le champion
des idées de liberté et de fraternité qui grisaient alors toutes les
têtes. L'heure était venue de répondre aux aspirations de tout un
peuple.

Les circonstances étaient favorables à la fin de 1792. Nous étions en
guerre avec la Prusse et l'Autriche. Kellermann et Dumouriez venaient de
battre les Prussiens de Brunswick à Valmy (20 septembre). Dumouriez
avait gagné (15 novembre) sur les Autrichiens la victoire de Jemmapes
qui lui avait livré la Belgique.

La Belgique jusqu'alors sous le joug de l'Autriche n'aimait pas cette
puissance. Elle s'était vue dépouillée de ses franchises et de ses
privilèges par le maniaque Joseph II. À la fin de 1789, elle se révolta;
elle se proclamait libre en janvier 1790 et se constituait en république
des _États Belgiques Unis_. Mais bientôt elle retombait sous le pouvoir
de ses anciens maîtres.

La République française aurait pu, en 1792, profiter des sentiments de
ce pays pour le délivrer du joug autrichien. Les grandes villes,
Bruxelles, Gand, Anvers, faisaient des vœux pour nous. Elles nous
appelaient, non comme des maîtres, mais comme des libérateurs. Elles
nous demandaient la délivrance, suivie d'une étroite alliance. Étant
donné le tempérament politique de la Belgique, son amour de la liberté,
sa juste fierté, il y avait tout avantage à l'aider, mais il était
dangereux de la vouloir soumettre.

La Convention crut pouvoir aller jusque-là, jusqu'à l'annexion: ce fut
une violence, que les Belges ne lui ont pas encore pardonnée, comme on
le voit dans leurs Histoires. Elle aggrava encore sa faute en inaugurant
dans ces religieuses provinces le régime de pillages et d'exécutions
sanglantes de la Terreur.

D'ailleurs la conquête de la Belgique n'alla pas sans difficultés.
Dumouriez avait d'abord occupé le pays en un mois, à la grande joie des
habitants, après la bataille de Jemmapes. Mais il fut vaincu à Neerwinde
en 1793 par les Autrichiens du prince de Cobourg et dut se retirer. Le
26 juin 1794, Cobourg était battu à Fleurus par Jourdan; la France
s'empara de nouveau de la Belgique et l'annexa par la loi du 1er
octobre 1795.

Au commencement de 1794, Pichegru avait conquis la Hollande. En 1795, le
Luxembourg succomba à son tour. Ces trois pays, Belgique, Hollande,
Luxembourg, furent divisés en dix-sept départements et firent partie
intégrante de la République française et de l'Empire jusqu'aux traités
de 1815.

La Convention, mise en goût par ses premiers succès, se jetait ainsi
dans la voie des agrandissements. Dès le 27 novembre 1792, Grégoire
avait déclaré dans un rapport que, si la République s'abstenait de
conquêtes proprement dites, elle n'entendait pas s'interdire les
annexions qui lui seraient librement demandées, chaque peuple étant
souverain et maître de faire de sa souveraineté l'usage que bon lui
semblait.

Cette théorie est juste à la condition d'être appliquée loyalement, mais
elle est dangereuse, car un gouvernement ambitieux peut toujours
prétendre qu'en annexant un pays où il entretient des intelligences il
est appelé par le vœu des habitants, et c'est, semble-t-il, ce qui
arriva dans la conquête par la France de la Belgique et de la Hollande.
Quoi qu'il en soit de ces pays à qui des siècles d'existence nationale
avaient créé un droit à l'indépendance, la prétention de la France sur
les provinces rhénanes était légitime, et la Convention ne fit que
poursuivre à l'égard de ce pays la politique de la Royauté.

À la séance du 31 janvier 1793, Danton s'écriait: «_Les limites de la
France sont marquées par la nature_. Nous les atteindrons à leurs quatre
points, à l'Océan, aux bords du Rhin, aux Alpes, aux Pyrénées.»

On lit dans les instructions envoyées par le Comité de Salut public à
son agent Grouvelle, en date du 15 janvier 1795: «_Les frontières de la
République doivent être portées au Rhin. Ce fleuve, l'ancienne limite
des Gaules, peut seul garantir la paix entre la France et l'Allemagne.»

C'était aussi l'opinion de Lazare Carnot: «_Les limites anciennes et
naturelles de la France_ sont le Rhin, les Alpes et les Pyrénées.»

Cambacérès disait lui aussi en parlant des mêmes frontières: «Nous
tracerons d'une main sûre _les limites naturelles de la République_.»

Il faut remarquer ce mot de «_limites naturelles_» qui revient
constamment sur les lèvres de tous nos hommes d'État, particulièrement à
cette époque. C'était le mot d'ordre de la Convention.


       *       *       *       *       *


_L'annexion de la rive gauche_.

Les armées françaises entrèrent en campagne à la fin de septembre 1792.
La ville de Trèves fut brillamment enlevée. Custine envahissant le
Palatinat battit les Autrichiens à Spire et s'empara de la ville. Le
1er octobre, il prenait Worms. Le 2 octobre, il entrait à Mayence qui
acclamait nos soldats et il y plantait l'arbre de la liberté. Le 13
novembre 1792, un Mayençais, Georges Forster, disait au club de cette
ville: «Le Rhin, un grand fleuve navigable, est _la frontière
naturelle_ d'une grande République qui ne désire pas faire de conquêtes,
qui n'accepte que les pays qui s'unissent librement à elle, et qui a le
droit de demander, pour la guerre que lui ont insolemment déclarée ses
ennemis, une juste indemnité! Le Rhin, si l'on s'en remet à l'équité,
doit rester la frontière de la France.»

Le 22, un détachement de l'armée de Custine passait le Rhin et entrait à
Francfort. Cette nouvelle jeta l'épouvante dans tous les cercles
d'Allemagne.

Néanmoins l'ennemi se ressaisit. Une armée de Prussiens, de Hessois et
d'Autrichiens investit Mayence en avril 1793. Bientôt le roi de Prusse,
Frédéric-Guillaume, vint presser les travaux du siège. La ville fut
héroïquement défendue, mais, faute de vivres, dut capituler à la fin de
juillet. Vainement Kléber en 1795 et Jourdan en 1796 tentèrent-ils de
reprendre Mayence. Jourdan, trahi par Pichegru, dur se retirer avec
pertes devant les Autrichiens. Ce ne fut qu'après le traité de
Campo-Formio que les Français rentrèrent à Mayence le 30 décembre 1797:
ils devaient l'occuper jusqu'en 1814.

Cologne accueillit nos troupes avec enthousiasme le 6 octobre 1794, et
planta sur la place du Marché un arbre de la liberté.

Mais déjà une loi du 30 mars 1793 avait organisé les provinces rhénanes
en les divisant en quatre départements.

La Sarre, comprenant le bassin de cette rivière et une grande partie de
l'Électorat de Trèves, avait Trèves pour chef-lieu, et Birkenfeld, Prum
et Sarrebruck pour villes principales: 173.000 habitants.

Le Mont-Tonnerre comprenait l'électorat de Mayence, le Palatinat, les
évêchés de Worms et de Spire, le duché des Deux-Ponts. Chef-lieu:
Mayence; villes principales: Deux-Ponts, Bingen, Kaiserslautern,
Germersheim, Spire et Worms: 342.000 habitants.

Le Rhin-et-Moselle comprenait une partie du Palatinat et des Électorats
de Trèves et de Cologne. Chef-lieu: Coblentz; villes principales: Bonn,
Simmern, Kreuznach, Saint-Goar: 255.000 habitants.

La Roer comprenait les provinces de Clèves, Gueldre, Juliers,
Aix-la-Chapelle et Cologne. Chef-lieu: Aix-la-Chapelle; villes
principales: Clèves, Gueldre, Montjoie, Cologne, Juliers, Créfeld:
617.000 habitants.

À la tête de chaque département était un préfet, placé lui-même sous
l'autorité d'un «commissaire du gouvernement dans les pays entre Meuse
et Rhin et Rhin et Moselle».

Néanmoins l'instabilité de la conquète que l'ennemi disputa âprement en
1794 et 1795 ne permettait pas d'accorder aux habitants le même statut
politique qu'aux autres Français. On attendait que l'autorité de nos
armes fût suffisamment établie pour que l'on n'eût plus à craindre un
retour offensif de l'Autriche.

C'est ce qui arriva au traité de Bâle (4 avril 1795), conclu entre la
Prusse et la France. Barthélemy, l'agent de la République, avait pour
mandat de maintenir nos droits aux «_limites naturelles_». Notons
toujours ce mot qui exprime bien la perpétuelle et inlassable tendance
de la France. Mais la situation européenne n'étant pas encore
équilibrée, il fut stipulé que la République retirerait ses troupes de
la rive droite du Rhin, ce qui était la sagesse même, et qu'elle
continuerait à occuper la rive gauche jusqu'à la paix générale avec
l'Empire Germanique, où le sort des provinces rhénanes serait
définitivement réglé.

Le droit de la France était ainsi réservé. La Convention ne le perdit
pas de vue. Le 24 septembre suivant, Merlin de Douai l'affirmait une
fois de plus en demandant à l'Assemblée de préparer diplomatiquement
l'annexion. Voici ses paroles patriotiques:

«_Il n'est personne parmi nous qui ne tienne invariablement à cette
grande vérité, souvent proclamée à cette tribune et toujours couverte de
l'approbation la plus générale, que l'affermissement de la République et
le repos de l'Europe sont essentiellement attachés au reculement de
notre territoire jusqu'au Rhin; et certes, ce n'est pas pour rentrer
honteusement dans nos anciennes limites que les armées républicaines
vont aujourd'hui, avec tant d'audace et de bravoure, chercher et
anéantir au delà de ce fleuve redoutable les derniers ennemis de notre
liberté._

«Mais nous respectons les traités et, puisque, par ceux que nous avons
conclus avec la Prusse et la Hesse, le règlement définitif du sort des
pays qui longent la rive gauche du Rhin est renvoyé à l'époque de la
pacification générale, ce n'est point par des actes de législation,
c'est uniquement par des actes de diplomatie, amenés par nos victoires
et nécessités par l'épuisement de nos ennemis, que _nous devons nous
assurer la conservation de cette barrière formidable._»

Après les succès de Bonaparte en Italie, le traité de Campo-Formio,
signé le 17 octobre 1797, confirma en les amplifiant les cessions faites
à la République par le traité de Bâle. Il donnait enfin à la France les
fameuses «limites naturelles» qu'elle réclamait depuis tant de siècles
et pour lesquelles elle venait de combattre héroïquement depuis cinq
ans.


       *       *       *       *       *


_Les pétitions de 1797._

C'est alors que les populations ripuaires songèrent à demander à la
République tous les droits dont jouissaient les autres départements.
Elles réclamaient leur complète incorporation à la France. Un vaste
pétitionnement s'organisa, sous la direction du commissaire du
gouvernement Rudler, à la fin de l'année 1797[1].

Les chefs de famille furent invités à se prononcer sur la nationalité de
leur choix. Aucune pression ne fut exercée sur eux. Aucun de ceux qui
refusèrent de signer ne fut inquiété. Il y en eut des milliers.
Cependant l'immense majorité opta pour la France.

La pétition de Mayence porte 4.000 signatures dont chacune répond à _un
feu_. Étant donné que la ville n'avait guère que 25.000 habitants, et en
supposant, ce qui n'est pas exagéré, que le feu comptait en moyenne
quatre ou cinq personnes, le père, la mère et deux ou trois enfants, il
apparaît que le nombre des abstentions dut être bien faible, ou même à
peu près nul.

Le canton de Worstadt donne 1.886 signatures et 354 abstentions. Celui
de Niderolm, 2.157 signatures et 193 abstentions. Celui d'Amweiler,
2.171 signatures et 138 abstentions. La ville de Spire, 426 signatures
et 313 abstentions, mais toutes les communes de ce canton se prononcent
à l'unanimité pour la France.

Les sentiments exprimés dans ces requêtes sont ardemment patriotiques.
Les signataires font valoir les droits historiques qui les rattachent à
la France.

Ceux du canton des Deux-Ponts s'expriment ainsi:

«_Issus des mêmes ancêtres_, imbus des mêmes principes, parce que ce
sont les principes de la raison et de la justice, nous sommes dignes
d'être rangés sous les mêmes lois que les Français.»

Les habitants du canton de Bingen font allusion à la différence de
caractère qui existe entre la race gauloise de la rive gauche et la race
germanique de la rive droite, et cela est très important:

«Vos guerriers qui ont tant de fois combattu sur nos champs et qui,
revenant de leurs champs de bataille, se sont alternativement reposés
chez nous, vous diront combien ils ont appris à distinguer les habitants
de la rive gauche de ceux des autres pays conquis, qu'étant à l'abri de
toutes trahisons et hostilités, comme au sein de leurs propres familles,
ils pouvaient se livrer au sommeil avec sécurité; que le plus pauvre
d'entre nous partageait d'un grand cœur le dernier morceau de pain avec
eux...»

Les gens du canton de Bechtheim écrivent:

«Déjà nous apercevons que la Mère-Patrie, loin de nous traiter en
ennemis vaincus et de nous tenir plus longtemps sous le joug de la
conquête, s'empresse de nous faire approcher au bonheur de ses enfants
et de bannir pour jamais de notre souvenir les horreurs des pillages,
des évacuations et autres suites de la guerre...»

[Note 1: Ces pétitions sont conservées aux Archives nationales où
elles constituent des dossiers spéciaux de la série F. Le commandant
Espérandieu en a donné de larges extraits dans son intéressante
brochure: _Le Rhin français_ (Paris, Attinger, 2, rue Antoine-Dubois:
fr. 60). Nous lui empruntons les détails qui suivent.]


       *       *       *       *       *


_La France rhénane de 1795 à 1815._

Comme le disaient les habitants de Bechtheim, la mère-patrie se montrait
généreuse et libérale envers ses nouveaux enfants. Elle les délivrait
des dîmes, des corvées et des autres charges féodales. Elle leur
permettait, comme la monarchie l'avait fait pour l'Alsace, l'usage de
leur dialecte. Elle les attirait à elle par sa bonté, par le charme
irrésistible de sa brillante civilisation.

Napoléon observa la même ligne de conduite. Il trouva dans la population
des bords du Rhin d'excellents soldats qui combattirent vaillamment pour
la France et que sa gloire enthousiasmait. Le souvenir du grand homme
entretint au foyer rhénan la flamme du patriotisme français longtemps
après que le pays fut redevenu allemand, et, jusqu'à la fin du XIXe
siècle, nombreux furent ceux que leur aïeul avait bercés au récit des
guerres de l'Empire. Napoléon aimait ces provinces; comme un jour on lui
parlait d'y interdire l'usage de l'allemand, il s'y opposa en disant:
«_Laissez ces braves gens parler leur langue; ils sabrent en français_.»

Napoléon continua la politique de la Monarchie et de la Révolution sur
la rive gauche du Rhin. Nous avons cité plus haut les paroles mémorables
qu'il a dites sur la nécessité et sur le décret divin de cette frontière
naturelle. Mais son ambition l'emporta trop loin. Il franchit le fleuve
et voulut accaparer la rive droite: il poussa même beaucoup plus avant
et alla se perdre en Russie.

S'il se fût tenu à «notre limite naturelle», l'Europe ne l'eût pas
inquiété. Elle trouvait en effet fort légitime notre occupation du pays
cisrhénan.

Longtemps avant ces événements, Frédéric II, roi de Prusse, avait
reconnu notre droit en disant: «_Il serait à désirer que le Rhin pût
continuer à faire la lisière de la monarchie française_.»

En 1806, à la veille d'Iéna, Frédéric-Guillaume III ne demandait qu'une
chose à Napoléon; c'était de repasser le Rhin dont il ne lui contestait
nullement la rive occidentale.

De même en avril 1812, avant la campagne de Russie, le czar réclamait
encore que «les armées françaises évacuassent la Prusse et se
retirassent derrière le Rhin.»

À la conférence de Francfort, avant la campagne de France, Metternich,
au nom des alliés, offre toujours à la France ses limites naturelles et
il les définit ainsi: «_La France sera renfermée entre le Rhin, les
Alpes et les Pyrénées_.»


       *       *       *       *       *


_La France rhénane redevient allemande._

Autant la France a raison d'exiger la rive gauche du Rhin, autant elle
aurait tort de prétendre à la possession de la rive droite: cette
possession n'aurait d'autre effet que d'attirer la colère de
l'Allemagne, qui la lui enlèverait bientôt et prétendrait à son tour
franchir le fleuve en sens inverse. Cette ambition fut une des erreurs
de Napoléon. L'Europe la lui fit payer chèrement.

Par les Traités de Vienne et de Paris en 1815 elle enlevait à la France
les provinces cisrhénanes qu'elle partageait entre la Hesse, la Bavière
et la Prusse. On comprend l'avantage fait à la Hesse qui est riveraine
de droite du fleuve, comme aussi la part attribuée à la Bavière qui
avait déjà occupé le Palatinat, mais l'installation de la Prusse
au-dessus de la Moselle était une chose toute nouvelle, un défi
audacieux à la France, et ne reposait que sur le droit du plus fort. La
Prusse n'avait aucune racine dans le pays; elle ne s'y imposa que par la
violence.

Ici encore on voit la différence entre la manière française et la
manière allemande. En 1797 les populations rhénanes s'étaient données
librement à la France. En 1815 elles ne furent pas consultées. Elles
furent arrachées à la patrie qu'elles aimaient et soumises de force au
caporalisme prussien.



#IX#

#L'ALSACE-LORRAINE DE 1870 À 1914#


_Le rapt odieux._

Le traité de Francfort, signé le 20 mai 1871, enlevait à la France
l'Alsace et une partie de la Lorraine. C'était un rapt plus odieux que
celui du Xe siècle que Richelieu avait qualifié d'usurpation, plus
odieux même que celui de 1815 qui nous avait dépouillés de la plaine
rhénane inférieure, parce que les liens qui nous unissaient aux deux
chères provinces étaient devenus avec le temps plus étroits et plus
sacrés.

Cet acte était d'autant plus inexcusable que l'Allemagne allait contre
le principe dont elle s'était souvent réclamée, le principe des
nationalités qui implique celui de la liberté des peuples et le droit
pour ceux-ci de se rattacher à la patrie de leur sang et de leur cœur.

Dans un discours prononcé le 28 mars 1915 à la Ligue de l'Enseignement,
M. Paul Deschanel mettait très bien en lumière la différence qui existe
entre le recouvrement de l'Alsace et de la Lorraine par la France aux
XVIIe et XVIIIe siècles et leur annexion par l'Allemagne en 1871.

«Depuis quarante-quatre ans, la paix entre la France et l'Allemagne
était nécessairement précaire. La faiblesse du traité de Francfort,
c'était la contradiction entre le principe des nationalités invoqué par
le vainqueur jusqu'à sa victoire et les brutalités de la conquête:
c'était l'antagonisme entre un principe sacré, le droit pour les peuples
de disposer d'eux-mêmes, et la monstrueuse prétention de les asservir
par la force. La protestation des Alsaciens-Lorrains, obligés de quitter
l'Assemblée nationale, le 1er mars 1871, et, trois ans après, de
quitter le Reichstag, qui ne leur permettait pas de voter sur leur
incorporation à l'empire (20 février 1874), fit éclater cette
contradiction au grand jour.

Lorsque l'Alsace avait été conquise par la France, au XVIIe siècle,
l'empire germanique n'était pas un corps de nation; lorsque l'Alsace
nous fut ravie par la Prusse, au XIXe siècle, elle était partie
intégrante de la conscience française.

«Quand même un jour la France eût abandonné ceux qui avaient été la
rançon de ses fautes, il n'eût pas dépendu d'elle d'effacer un problème
éternel comme la morale et la justice.»


       *       *       *       *       *


_Protestation de Mgr Freppel._

Immense fut la consternation de l'Alsace et de la Lorraine lorsqu'elles
furent arrachées à la mère-patrie par le traité de Francfort.

Ayant appris que l'Allemagne exigeait la cession des deux provinces, un
Alsacien de vieille souche, né à Obernai, Mgr Freppel, évêque d'Angers,
exhalait l'angoisse de la terre natale et cherchait à écarter d'elle le
coup fatal, dans une lettre magnifique et poignante adressée le 12
février au vieux Guillaume. Nul n'a mieux exprimé le patriotisme
français de l'Alsace et prédit avec plus de clairvoyance les suites
violentes qu'aurait tôt ou tard la brutalité du ravisseur. C'est un
monument historique qu'on nous permettra de rappeler, malgré sa
longueur.

«SIRE,

«... La guerre a été favorable à vos armes; vous avez eu la plus haute
fortune militaire qui puisse échoir à un souverain, celle de vaincre les
armées de la France. Ne soyez pas surpris d'entendre dire à un ministre
de l'Évangile qu'il vous reste à vous vaincre vous-même. Autant le
succès peut flatter une âme guerrière, autant la modération après la
victoire a de quoi séduire un cœur généreux. L'Écriture Sainte l'a dit:
«Celui qui sait se dominer est supérieur à celui qui prend des villes.»
Dans la vie des peuples, d'ailleurs, la guerre ne saurait être un
accident; c'est à leur procurer une paix durable que doivent tendre les
efforts de ceux qui les gouvernent.

«Il semble résulter de divers documents que la cession de l'Alsace
serait l'une des conditions proposées pour la paix future. Si telle
était votre pensée, Sire, je supplierais Votre Majesté de renoncer à un
projet non moins funeste à l'Allemagne qu'à la France. _Croyez-en un
évêque qui vous le dit devant Dieu et la main sur sa conscience:
l'Alsace ne vous appartiendra jamais. Vous pourrez chercher à la réduire
sous le joug; vous ne la dompterez pas_.

«Ne vous laissez pas induire en erreur par ceux qui voudraient faire
naître dans votre esprit une pareille illusion: j'ai passé en Alsace
vingt-cinq années de ma vie; je suis resté depuis lors en communauté
d'idées et de sentiments avec tous ses enfants; je n'en connais pas un
qui consente à cesser d'être Français. Catholiques ou protestants tous
ont sucé avec le lait de leurs mères l'amour de la France, et cet amour
a été, comme il demeurera, l'une des passions de leur vie.

«Pasteur d'un diocèse où, certes, le patriotisme est ardent, je n'y ai
pas trouvé, je puis le dire à Votre Majesté, un attachement à la
nationalité française plus vif ni plus profond que dans ma province
natale. Le même esprit vivra, soyez-en sûr, dans la génération qui
s'élève comme dans celles qui suivront: rien ne pourra y faire, les
séductions pas plus que les menaces. Car, pour s'en dépouiller, il leur
faudrait oublier, avec leurs devoirs et leurs intérêts, la mémoire et
jusqu'au nom de leurs pères, qui, pendant deux cents ans, ont vécu,
combattu, triomphé et souffert à côté des fils de la France; et ces
choses-là ne s'oublient point; elles sont sacrées comme la pierre du
temple et la tombe de l'ancêtre. Les épreuves de l'heure ne feront que
resserrer les liens scellés une fois de plus par des sacrifices
réciproques.

«_L'union de l'Alsace avec la France n'est pas, en effet, une de ces
alliances factices ou purement conventionnelles qui peuvent se rompre
avec le temps et par le hasard des événements: il y a entre l'une et
l'autre identité complète de tendances, d'aspirations nationales,
d'esprit civil et politique. Que la langue allemande se soit conservée
dans une partie du peuple, peu importe, si, depuis deux siècles, cette
langue ne sait plus exprimer que des sentiments français_.

«Mais qu'importent, encore une fois, des questions qui appartiennent
désormais au domaine de la linguistique et de l'archéologie? Les
Alsaciens, et c'est là le point capital, sont Français de cœur et d'âme;
et, quoi que l'on puisse faire dans l'avenir, les petits-fils des
Kléber, des Kellermann et des Lefebvre n'oublieront jamais le sang qui
coule dans leurs veines. Et dès lors, Sire, j'ose demander à Votre
Majesté de quel profit pourrait être pour l'Allemagne la possession
d'une province sans cesse attirée vers la mère-patrie par ses souvenirs,
par ses affections, par ses espérances et ses vœux?

«Ne serait-ce pas là une cause d'affaiblissement plutôt qu'un élément de
force? Un sujet permanent de troubles et d'inquiétudes au lieu d'une
garantie de paix et de tranquillité? Et la France, Sire, la France qui
peut être vaincue mais non anéantie, acceptera-t-elle dans l'avenir une
situation qu'on la forcerait de subir aujourd'hui? Pour elle, céder
l'Alsace équivaut au sacrifice d'une mère à laquelle on arrache l'enfant
qui ne veut pas se séparer d'elle. Ce sacrifice l'Assemblée nationale le
fera ou ne le fera pas! Mais ce qu'elle ne pourra pas faire malgré son
bon vouloir et sa sincérité, c'est de détruire dans l'âme des Alsaciens
leur attachement à la mère-patrie; ce qu'elle ne fera jamais, c'est de
fermer une plaie qui restera saignante au cœur de la France.

«Votre Majesté a trop de pénétration d'esprit pour ne pas voir, avec
toute l'Europe, qu'un pareil démembrement ouvrirait la voie à des
revendications perpétuelles.

«Au lieu d'opérer un rapprochement qui est dans les vœux de tous, on ne
ferait qu'allumer entre deux grands peuples des haines irréconciliables.
Il est impossible de se le dissimuler, une si grave atteinte portée à
l'intégrité du territoire français laisserait dans les cœurs des
ferments de colère qui éclateraient tôt ou tard et ramèneraient la
guerre avec toutes ses horreurs. Quelle triste perspective pour les deux
pays! Serions-nous donc condamnés à revoir la guerre de Trente Ans à une
époque où les progrès de la civilisation et la multiplicité des
relations industrielles et commerciales semblaient avoir rendu
impossible à jamais le retour de ces luttes fratricides? Et qui donc
voudrait assumer devant Dieu et devant les hommes la responsabilité d'un
pareil souvenir?

«L'histoire enseigne que les paix durables sont celles qui profitent au
vainqueur sans exaspérer le vaincu. Si Votre Majesté ne cède pas à
l'idée de vouloir séparer de la France une province qui ne veut être
allemande à aucun prix, elle peut assurer la paix pour longtemps. Car,
dans ce cas, nous n'hésitons pas à le dire, il n'y aurait aucun motif
pour la France de reprendre les armes: son passé lui permet d'avouer
sans honte qu'elle a été surprise; et ce qu'elle a pu faire depuis
quatre mois, au milieu d'une désorganisation sans pareille, montre assez
de quoi elle serait capable avec une meilleure direction de ses forces.
Mais, Votre Majesté l'avouera sans peine, la raison et l'intérêt
commandent de ne pas infliger à l'amour-propre national des blessures
incurables.

«Ce sera notre devoir à nous, ministres de l'Évangile, d'apaiser les
ressentiments qui n'auraient plus de raison d'être; mais, en exigeant
que la France se mutile de ses propres mains, vous nous rendriez, Sire,
la tâche impossible; tous nos efforts échoueraient contre le poids d'une
humiliation intolérable, lors même que la foi et le patriotisme ne nous
feraient pas une obligation de conseiller au pays la mort plutôt que le
déshonneur.

«Sire, les événements vous ont fait une situation telle qu'un mot de
votre part peut décider pour l'avenir la question de la paix ou de la
guerre en Europe. Ce mot, je le demande à Votre Majesté, comme Alsacien,
pour mes compatriotes qui tiennent à la patrie française par le fond de
leur cœur. Je vous le demande pour la France et pour l'Allemagne,
également lasses de s'entre-tuer sans profit ni pour l'une ni pour
l'autre; j'ose enfin vous le demander au nom de Dieu, dont la volonté ne
saurait être que les nations, faites pour s'entr'aider dans
l'accomplissement de leurs destinées, se poursuivent de leurs haines
réciproques et s'épuisent dans leurs luttes sanglantes. Or, laissez-moi,
en terminant, le répéter avec tout homme qui sait réfléchir: _la France
laissée intacte, c'est la paix assurée pour de longues années; la France
mutilée, c'est la guerre dans l'avenir, quoi que l'on en dise et quoi
que l'on fasse_. Entre ces deux alternatives, Votre Majesté, justement
préoccupée des intérêts de l'Allemagne, ne saurait hésiter un instant.

«C'est dans cet espoir que j'ai l'honneur d'être, Sire, de Votre
Majesté, le très humble serviteur.

«CHARLES-ÉMILE FREPPEL, «_Évêque d'Angers_.» Angers, 12 février 1871.


Le vaillant prélat resta toujours fidèle à sa petite patrie. Il ordonna
par son testament que son cœur serait porté à Obernai, quand l'Alsace
serait redevenue française. Voilà bien la tendre délicatesse de l'âme
alsacienne! Ce cœur mort, qui attend depuis vingt-quatre ans l'heure de
la délivrance, tressaillira bientôt au bruit de notre victoire et fera
une douce et triomphale rentrée dans son cher village. Quelle joie pour
lui et quelle joie là-bas quand il passera à travers les houblons et
les sapins qu'il aimait, parmi ses compatriotes qui sont toujours fiers
de lui et lui ont élevé un monument. Tout est plein de son souvenir à
Obernai; tout parle de lui et de la France, comme j'ai pu le constater
en y passant en 1908.

Je me rappelais un mot qu'il m'avait dit dans ma jeunesse. C'était en
1873; j'avais eu l'honneur de composer et de lire devant lui à Angers
une adresse où je louais son zèle pour la religion et la patrie. Il la
prit de ma main et, lui que nous appelions en souriant _le fougueux
prélat_, me dit cette parole dont je ne fus pas peu fier: «_J'aime cela,
mon ami, ça sent la poudre!_» Cher et noble évêque, grand Alsacien,
grand Français, toute votre vie se résume en ces trois cris: Vive Dieu!
Vive l'Alsace! Vive la France!


       *       *       *       *       *


_Protestation des députés Alsaciens-Lorrains_.

Un autre illustre Alsacien, Émile Keller, député du Haut-Rhin, fit
entendre, au nom de ses collègues et de toute la population des deux
provinces, une protestation solennelle qui restera à la fois comme un
témoignage de la douleur patriotique de l'Alsace-Lorraine et comme un
monument du droit public. C'était le 17 février 1871. Il s'agissait pour
l'Assemblée Nationale de Bordeaux de ratifier ou de rejeter les
premières ouvertures de la paix, c'est-à-dire de décider si la France
voulait ou non continuer la guerre.

Une partie de l'Assemblée, voyant dans les conditions imposées par
l'Allemagne un sacrifice trop dur et un attentat à l'honneur de la
France, voulait, malgré l'affaiblissement du pays, reprendre les armes.
C'était l'avis des députés des deux provinces menacées. Ils ne voulaient
à aucun prix que leur petite patrie fût séparée de la grande. Ils
affirmaient que la France n'avait pas le droit d'y consentir et que son
consentement était à l'avance frappé de nullité. Aussi l'émotion de
l'Assemblée était intense, lorsque M. Keller, élu le premier sur la
liste du Haut-Rhin par 68.864 voix, et encore revêtu de son uniforme
d'officier, monta à la tribune pour lire la protestation de ses
collègues d'Alsace et de Lorraine, parmi lesquels se trouvait Léon
Gambetta, élu sur les quatre listes du Haut-Rhin, du Bas-Rhin, de la
Meurthe et de la Moselle. Grave et sombre, au milieu d'un silence
solennel, de temps en temps interrompu par des marques de douloureuse
sympathie, Emile Keller lut cette déclaration[1]:

«I.--L'Alsace et la Lorraine ne veulent pas être aliénées.

«Associées depuis plus de deux siècles à la France dans la bonne comme
dans la mauvaise fortune, ces deux provinces, sans cesse exposées aux
coups de l'ennemi, se sont constamment sacrifiées pour la grandeur
nationale; elles ont scellé de leur sang l'indissoluble pacte qui les
rattache à l'unité française. Mises aujourd'hui en question par les
prétentions étrangères, elles affirment à travers les obstacles et tous
les dangers, sous le joug même de l'envahisseur, leur inébranlable
fidélité.

«Tous unanimes, les citoyens demeurés dans leurs foyers comme les
soldats accourus sous les drapeaux, les uns en votant, les autres en
combattant, signifient à l'Allemagne et au monde l'immuable volonté de
l'Alsace et de la Lorraine de rester françaises. _(Bravo! bravo! à
gauche et dans plusieurs autres parties de la salle.)_

«II.--La France ne peut consentir ni signer la cession de la Lorraine et
de l'Alsace. _(Très bien!)_ Elle ne peut pas, sans mettre en péril la
continuité de son existence nationale, porter elle-même un coup mortel à
sa propre unité en abandonnant ceux qui ont conquis, par deux cents ans
de dévouement patriotique, le droit d'être défendus par le pays tout
entier contre les entreprises de la Force victorieuse.

«Une Assemblée, même issue du suffrage universel, ne pourrait invoquer
sa souveraineté, pour couvrir ou ratifier les exigences destructives de
l'unité nationale. _(Approbations à gauche.)_ Elle s'arrogerait un droit
qui n'appartient même pas au peuple réuni dans ses comices. _(Même
mouvement.)_

«Un pareil excès de pouvoir, qui aurait pour effet de mutiler la Mère
commune, dénoncerait aux justes sévérités de l'histoire ceux qui s'en
rendraient coupables.

«La France peut subir les coups de la Force, elle ne peut sanctionner
ses arrêts. _(Applaudissements.)_

«III.--L'Europe ne peut permettre ni ratifier l'abandon de l'Alsace et
de la Lorraine.

«Gardiennes des règles de la justice et du droit des gens, les nations
civilisées ne sauraient rester plus longtemps insensibles au sort de
leurs voisines, sous peine d'être à leur tour victimes des attentats
qu'elles auraient tolérés. L'Europe moderne ne peut laisser saisir un
peuple comme un vil troupeau; elle ne peut rester sourde aux
protestations répétées des populations menacées; elle doit à sa propre
conservation d'interdire de pareils abus de la Force. Elle sait
d'ailleurs que l'unité de la France est aujourd'hui, comme dans le
passé, une garantie de l'ordre général du monde, une barrière contre
l'esprit de conquête et d'invasion.

«La paix, faite au prix d'une cession de territoire, ne serait qu'une
trêve ruineuse et non une paix définitive. Elle serait pour tous une
cause d'agitation intestine, une provocation légitime et permanente à la
guerre. Et quant à nous, Alsaciens et Lorrains, nous serions prêts à
recommencer la guerre aujourd'hui, demain, à toute heure, à tout
instant. _(Très bien! sur plusieurs bancs.)_

«En résumé, l'Alsace et la Lorraine protestent hautement contre toute
cession. La France ne peut la consentir; l'Europe ne peut la
sanctionner.

«_En foi de quoi nous prenons nos concitoyens de France, les
gouvernements et les peuples du monde entier à témoin que nous tenons
d'avance pour nuls et non avenus tous actes et traités, votes ou
plébiscite, qui consentiraient abandon en faveur de l'Étranger de tout
ou partie de nos provinces de l'Alsace et de la Lorraine_. (Bravos
nombreux.)

«_Nous proclamons par les présentes à jamais inviolable le droit des
Alsaciens et des Lorrains de rester membres de la nation française_
(Très bien!) _et nous jurons tant pour nous que pour nos commettants,
nos enfants et leurs descendants, de le revendiquer éternellement, et
par toutes les voies, envers et contre tous usurpateurs_.» (Bravo!
bravo! Applaudissements répétés sur tous les bancs.)

M. Welschinger, qui assistait à cette séance, raconte qu'il vit couler
des larmes de bien des yeux et que M. Thiers lui-même, qui devait
combattre la continuation de la guerre, pleurait derrière ses lunettes
d'or en montant à la tribune. La résolution suivante fut adoptée:
«L'Assemblée Nationale, accueillant avec la plus vive sympathie la
déclaration de M. Keller et de ses collègues, s'en remet à la sagesse et
au patriotisme de ses négociateurs.»

Il était malheureusement évident que la France ne pouvait poursuivre la
résistance à outrance. Une enquête officielle fit connaître d'une
manière certaine que ses forces militaires, armes, munitions,
approvisionnements étaient dans un état lamentable d'infériorité et de
détresse. Le couteau sous la gorge elle dut dire son _fiat_. Elle le
prononça le 1er mars à l'Assemblée de Bordeaux.

Vainement M. Keller jeta-t-il un dernier cri, un cri sublime de
protestation, qui fit tressaillir tous ses auditeurs. «... On vous dit
qu'on cède à perpétuité l'Alsace. Je vous déclare que l'Alsace restera
française. Au fond du cœur, vous-mêmes le pensez. _(Oui! oui!)_ Oui,
vous pensez que l'Alsace est française. Vous voulez la reconquérir le
plus tôt possible. Vous voulez qu'elle redevienne française et je défie
qui que ce soit de dire le contraire... Avant de quitter cette enceinte,
j'ai tenu à protester, comme Alsacien et comme Français, contre un
traité qui est à la fois une injustice, un mensonge et un déshonneur; et
si l'Assemblée devait le ratifier, j'en appelle à Dieu, vengeur des
causes justes; j'en appelle à la postérité qui nous jugera les uns et
les autres; j'en appelle à tous les peuples qui ne peuvent pas
indéfiniment se laisser vendre comme un vil bétail; j'en appelle enfin à
l'épée des gens de cœur qui, le plus tôt possible, déchireront ce
détestable traité!» _(Applaudissements répétés.)_

De son côté, M. Jules Grosjean, troisième élu du Bas-Rhin et ancien
préfet de ce département, montait à la tribune pour s'unir à la
protestation de M. Keller et adresser non pas le dernier adieu, mais le
suprême au revoir, des deux provinces martyres à la mère-patrie.

«_Livrés, au mépris de toute justice et par un odieux abus de la force,
à la domination de l'Étranger, nous avons un dernier devoir à remplir_.

«_Nous déclarons encore une fois nul et non avenu un pacte qui dispose
de nous sans notre consentement_. (Très bien! Très bien!)

«La revendication de nos droits reste à jamais ouverte à tous et à
chacun dans la forme et dans la mesure que notre conscience nous
dictera.

«Au moment de quitter cette enceinte où notre dignité ne nous permet
plus de siéger, et malgré l'amertume de notre douleur, la pensée suprême
que nous trouvons au fond de nos cœurs est une pensée de reconnaissance
pour ceux qui, pendant six mois, n'ont pas cessé de nous défendre et
d'inaltérable attachement à la patrie dont nous sommes violemment
arrachés. (_Vive émotion et applaudissements unanimes_.)

«Nous vous suivrons de nos vœux et nous attendrons avec une confiance
entière dans l'avenir que la France régénérée reprenne le cours de sa
grande destinée.

«_Nos frères d'Alsace et de Lorraine, séparés en ce moment de la famille
commune, conserveront à la France absente de leurs foyers une affection
filiale jusqu'au jour où elle viendra y reprendre sa place_.» (Nouveaux
applaudissements.)

Trois ans plus tard, en 1874, une nouvelle protestation eut lieu, non
plus en France, mais en plein Reichstag, lorsque les quinze députés des
provinces annexées y furent admis. M. Teutsch, député de Saverne et
ancien député du Bas-Rhin à l'Assemblée de Bordeaux, fut leur
porte-parole, en lisant cette proposition:

«Plaise au Reichstag décider: que les populations d'Alsace-Lorraine,
incorporées sans leur consentement à l'empire d'Allemagne par le traité
de Francfort, seront appelées à se prononcer d'une manière spéciale sur
cette incorporation.»

L'orateur citait ensuite l'opinion de Bluntschli sur la nullité des
annexions contraires au vœu des habitants, opinion que nous avons
rapportée plus haut, puis il ajoutait: «Vous le voyez, Messieurs, nous
ne trouvons dans les enseignements de la morale et de la justice rien,
absolument rien, qui puisse faire pardonner notre annexion à l'empire.
Notre raison se trouve en cela d'accord avec notre cœur.»

Il était naturel qu'une Chambre allemande repoussât un appel à des
populations qui auraient voté leur retour à la France: elle aurait pu du
moins, en rejetant la proposition, rendre hommage au sentiment d'honneur
et à la douleur qui l'avaient inspirée. Or elle couvrit de cris et de
sifflets la voix de l'orateur. Taut de bassesse dans la haine
déshonorerait une tribu sauvage.

[Note 1: Nous l'empruntons à la brochure de M. Henri WELSCHINGER:
_La protestation de l'Alsace-Lorraine_, Paris, Berger-Levrault, 1914.]


       *       *       *       *       *


_La fidélité de l'Alsace-Lorraine_.

Toute autre puissance aurait cherché à guérir la blessure de
l'Alsace-Lorraine à force de douceur et de délicatesse. La Prusse ne
réussit qu'à l'envenimer par sa brutalité. La conquête des cœurs lui est
à jamais interdite. Au rebours de la France elle n'a jamais aimé, ni par
suite su se faire aimer. Lorsque le gros Asmus, épris de Colette,
étalait devant elle ses grâces d'ours mal léché, la petite Messine se
détournait de lui en pensant à la France.

Je le sais, on a dit qu'elle n'a pas toujours été insensible aux soupirs
d'Asmus, que petit à petit la violence de l'Allemagne lui devenait
douce. C'est une calomnie, et M. l'abbé Wetterlé, dans sa conférence du
27 janvier 1915, a démontré que les faits allégués n'étaient que des
apparences et que le cœur de l'Alsace nous était toujours resté fidèle.
Qu'il y ait eu quelques renégats, comme Zorn de Bulach, c'était
inévitable, mais leur nombre est si insignifiant que la chose n'a aucune
importance.

Sur une population de 1.800.000 habitants, il y avait ces dernières
années en Alsace-Lorraine 300.000 immigrés allemands qui, naturellement,
détestaient la France, mais qui, évidemment, ne comptent pas dans
l'estimation des sympathies véritablement alsaciennes et lorraines.
Mais comme ils faisaient sonner très haut leur verbe et leurs bottes, on
a été tenté d'attribuer leurs propos et leurs sentiments aux vieux
Alsaciens et Lorrains.

Ceux-ci, par contre, se taisaient le plus souvent. Ils étaient traqués,
espionnés, châtiés pour le crime de désaffection allemande, regardé
comme un crime de trahison. Il leur fallait vivre cependant et, par
amour pour l'Alsace et pour la France elle-même, garder leur race,
s'attacher à la terre natale pour la rendre un jour à la mère-patrie.

Des protestations violentes, des révoltes de leur part auraient pu
amener une guerre prématurée entre la France et l'Allemagne, guerre dont
l'issue était fort douteuse et dont leur patriotisme français lui-même
leur défendait d'assumer la responsabilité. M. Wetterlé a fait valoir
cet argument avec autant de force que de sagacité:

«Si l'Alsace-Lorraine était martyrisée pour sa fidélité à un passé
glorieux, elle ne souhaitait nullement qu'à cause d'elle les horreurs
d'une grande guerre fussent déchaînées sur l'Europe. Elle affirmait sa
volonté de rester elle-même, mais, plutôt que de provoquer d'abominables
hécatombes, elle se serait résignée à souffrir encore davantage. Elle
aimait trop sincèrement la France pour l'exposer aux ruines et aux
deuils d'un conflit dont l'issue lui paraissait douteuse. Patiemment,
elle attendait donc la revanche du droit violé; mais elle ne prétendait
nullement devancer l'heure de la justice[1].»

Néanmoins, sous cette surface de résignation, il était facile à
l'observateur de constater la persévérance de l'amitié française et la
sourde fermentation de la haine contre l'Allemagne. Les Alsaciens se
délectaient à feuilleter les albums de Hansi et de Zislin où ils
retrouvaient leur âme tendre et ironiste, où ils voyaient étalés dans
leur platitude et leur hideur les ridicules du professeur Knatschke et
les vices des Teutons en général.

M. René Sudre a raconté, dans le _Matin_, une visite qu'il fit à
Mulhouse en mai 1914. Il revenait du Congrès socialiste international de
Colmar où les Allemands avaient soigneusement écarté la question
d'Alsace-Lorraine et où les autres, des Français égarés dans cette
galère, n'avaient osé la soulever, et il se demandait si le pays n'avait
pas, lui aussi, oublié. Or, il arrivait à Mulhouse un jour de fête: il
vit passer un interminable défilé de sociétés de gymnastique, de
musique, de cyclisme, mais c'était l'allure et la cadence françaises et
nullement le pas de l'oie. D'innombrables bannières frémissaient au
vent, mais pas une n'avait les couleurs germaniques ni l'aigle impérial:
par contre, de toutes les poches sortaient de jolis mouchoirs
tricolores, joyeux et provocants; et, en tête d'un orphéon, un brave
homme narquois portait un énorme bouquet de bluets, de marguerites et
de coquelicots, qu'un policier en casque à pointe avait le bon esprit de
ne pas regarder. À certains jours, malgré le désir de rester dans les
bornes de la prudence, le sentiment national français éclatait avec une
telle véhémence que l'Allemagne entière en frémissait de dépit et
d'inquiétude.

«On le vit bien, dit l'abbé Wetterlé, aux cérémonies de Noisseville et
de Wissembourg, quand, la Lorraine d'abord, l'Alsace ensuite, élevèrent
de splendides monuments aux soldats morts pour la patrie. Jamais on
n'avait vu chez nous pareil concours de peuple, jamais un recueillement
aussi solennel, jamais une affirmation aussi émouvante du culte du
souvenir. Quand, à Wissembourg (octobre 1909), tomba le voile qui
recouvrait l'imposante statue de la _Gloire_ et que la fanfare sonna la
_Marseillaise_, une émotion intense s'empara de tous les assistants. Les
jeunes gens, après un moment de surprise, entonnèrent bravement l'hymne
national français, tandis que des yeux brouillés de mes voisins, de
vieux parlementaires, tombaient de grosses larmes. Ah! ce refrain chanté
avec tant de confiance par la jeunesse, ces larmes silencieuses qui
sillonnaient les joues des anciens, n'était-ce pas là toute
l'Alsace-Lorraine avec ses impérissables regrets, mais aussi avec ses
généreux espoirs[2]?»

Parfois, c'était l'arrogance allemande qui servait la cause française
mieux que toutes les propagandes. L'incident de Saverne, les brutalités
insolentes de von Forstner, traitant de _wackes_ les habitants, la
violence de la police sévissant contre des inoffensifs ou contre des
hommes vénérables, couvraient l'Allemagne de ridicule et exaltaient
l'indignation contre elle en même temps que l'amour de la France dans
les cœurs alsaciens-lorrains.

La rumeur populaire trouva même parfois un solennel écho jusque dans
l'enceinte du Reichstag. En 1896, le député alsacien Jacques Preiss
s'écriait: «Cette paix de cimetière, qui plane sur le pays, dit que
l'Alsace est satisfaite. Mais ce n'est là qu'une apparence: le cœur
garde sa douleur et son espérance.»

La patrie de Kléber et de Kellermann était donc bien toujours «la petite
France» de Michelet, «plus France que la France». Elle vivait de
souvenir et d'espérance obstinément, inlassablement. Mais ce que nous
venons de dire de l'Alsace s'applique aussi à la Lorraine. On a dit que
ces deux provinces sont deux boulets attachés aux pieds du
pangermanisme, et que, comme rien ne ressemble tant à un boulet qu'un
autre boulet, il suffit de regarder l'une pour connaître l'autre. La
Lorraine est donc aussi française que l'Alsace. Mais voici un trait
délicieux qui montre que les Allemands sont bien édifiés à cet égard. Je
l'emprunte à un article de Maurice Barrès.

«Un matin, dans la gare de Maubeuge, occupée par les Allemands, arriva
un train sanitaire. On en descendit les blessés et entre autres un
malheureux soldat de la garde prussienne. Demi-mort, à quoi bon le
traîner plus loin? Sa civière fut déposée dans une cour.

«Passe un major français, un de ceux qu'après la prise de la ville les
Allemands ont gardés pour les aider auprès des malades. Le moribond voit
ce Français, parvient à lui faire signe de s'approcher et fiévreusement
embrasse le pantalon rouge. Un sous-officier boche qui passait haussa
les épaules et dit: «_C'est un Messin!_»

Sous la trame transparente d'un roman Maurice Barrès nous a donné une
belle tranche d'histoire messine, dans _Colette Baudoche_. Les humbles
femmes qu'il met en scène, polies et mesurées à la française jusque dans
les élans de leur patriotisme, jettent en souriant leurs fléchettes sur
la baudruche du pédantisme prussien, mais comme on sent bien partout
l'impérissable amour qui brûle dans leur cœur pour la France! Sous la
mousse légère de leurs ironies, quel flot puissant de passion
irrédentiste qui s'épanchera un jour de leur cœur dans le cœur de leurs
fils! Le geste de Colette repoussant Asmus est bien, comme le dit la
dernière ligne du livre, «_un geste qui nous appelle_».

[Note 1: _La Pensée française en Alsace-Lorraine_, par M. l'abbé
WETTERLÉ, p. 35, Paris, Plon-Nourrit.]

[Note 2: _La Pensée française en Alsace-Lorraine_, par M. l'abbé
WETTERLÉ, p. 41. Paris, Plon-Nourrit.]



#X#

#LA RECONQUÊTE DÉFINITIVE
DE L'ALSACE-LORRAINE#


_La joie de la réunion_.

Et voici que la France a répondu à ce geste. Un an, un an déjà, au
moment où nous écrivons ces lignes, s'est écoulé depuis qu'elle a mis la
main à son épée rédemptrice! Mais les libérateurs ne la déposeront pas
jusqu'à ce qu'ils aient bouté les barbares «hors de toute France»!

Hors de toute France! C'est le mot charmant de Jeanne d'Arc! Hors de
toute France, c'est hors de l'Alsace, hors de la Lorraine, hors de
toutes les jolies provinces rhénanes qui s'échelonnent de Strasbourg à
la mer du Nord. Les barbares au delà du Rhin, sur la rive droite du
Rhin! Voilà leur place!

Oui, bientôt, ils auront cessé d'asphyxier de leur haleine physique et
morale notre rive gauche, et nous en serons délivrés pour toujours. Metz
retrouvera sa virginité; ce n'est plus elle seulement, mais
l'Alsace-Lorraine, qui s'appellera Pucelle, et qui n'aura plus à
craindre l'étreinte du reître sanglant.


       *       *       *       *       *


_Le statut politique de l'Alsace-Lorraine_.

_Pas de neutralisation!_ Il faut réunir purement et simplement les deux
vieilles provinces celtiques. On a émis l'idée baroque d'en faire une
sorte d'État-tampon entre la France et l'Allemagne, État dont
l'indépendance et la neutralité seraient garanties par les grandes
puissances.

C'est là une proposition intolérable. Ce serait une injustice flagrante,
la violation des droits les plus certains et de la France et de l'Alsace
qui réclament toutes deux une union absolue. Ce serait la séparation;
or, on ne peut séparer ainsi une fille et une mère ni supposer sans leur
faire injure qu'elles y puissent consentir.

Ce serait la conception dangereuse et absurde jadis réalisée par la
constitution du royaume de Lotharingie, royaume instable qui devait
nécessairement pencher vers la France ou l'Allemagne et qui en effet ne
dura pas. Après de douloureuses oscillations, il tomba du côté de
l'Allemagne.

Il en serait à plus forte raison de même de nos jours, car nous sommes
payés pour savoir quel cas l'Allemagne fait de la neutralité de ses
voisins. Elle chercherait à la première occasion à accaparer
l'Alsace-Lorraine et ce serait de nouveau la guerre. Ce serait donc une
suprême imprudence, une insanité criminelle de ne pas reprendre ces
provinces qui ont besoin de nous comme nous avons besoin d'elles.

_Pas de referendum non plus!_

Arguant de ce principe excellent qu'il faut tenir compte de la volonté
des populations dans le règlement de leur sort, le congrès socialiste
international de Londres (février 1915) a proposé de faire voter les
Alsaciens-Lorrains sur le statut politique et la nationalité qu'ils
préfèrent, de leur offrir le choix entre la France et l'Allemagne.

Ce referendum est inutile et injurieux pour les intéressés.

Il y a longtemps que leur choix est fait. Il y en a 300.000 parmi eux
qui voteraient évidemment pour l'Allemagne; ce sont les immigrés
allemands. Mais, en vérité, ce serait par trop fort de permettre aux
oppresseurs de décider du sort des opprimés! Il faudrait alors
logiquement inviter Guillaume lui-même, qui possède des châteaux en
Alsace, à venir déposer son bulletin de vote et à déclarer si, comme
Alsacien, il opte pour la France ou pour l'Allemagne! On ne saurait
s'attarder une minute à une idée aussi saugrenue. Les immigrés qui ne
seraient pas contents d'appartenir à la France n'ont qu'à repasser
précipitamment le Rhin, avec leurs frusques que l'on visitera à la
douane, de peur qu'il ne s'y trouve quelques-unes de nos pendules.

Les autres, au nombre d'un million et demi, soupirent depuis un
demi-siècle après leur véritable patrie, et nous leur ferions l'injure
de douter de leurs sentiments en leur demandant de les exprimer de
nouveau par un vote! Mais ils les ont exprimés mille et mille fois
depuis 1870 en bravant la schlague! Mille et mille fois ils ont gémi de
la tyrannie des Allemands et nous leur proposerions de s'y soumettre
bénévolement après les en avoir délivrés au prix de quels sacrifices! En
vérité ce serait se moquer des larmes de l'Alsace et du sang de nos
soldats!

Ce serait exactement comme si, après avoir chassé les barbares des
départements qu'ils occupent actuellement, nous demandions aux habitants
de Lille, de Cambrai, de Saint-Quentin et de Mézières d'opter entre la
France et l'Allemagne dont ils ont connu la douceur et les charmes
depuis un an! On ne demande pas à des fils de choisir entre leur mère et
une marâtre! On ne met pas en délibération un droit clair comme le jour!

Ce droit, notre droit comme celui de nos frères, Maurice Barrès l'a
exprimé en novembre 1914, en ces quelques lignes simples et limpides
comme un axiome de géométrie:

«L'Allemagne en nous déclarant la guerre a déchiré le traité de
Francfort et supprimé toutes ses conséquences. Donc nous sommes ramenés
à quarante-quatre ans en arrière. L'Alsace-Lorraine est un pays français
qui vient d'être momentanément occupé par l'ennemi. Il faut la
considérer comme les autres parties de la France que les Allemands
occupent depuis quatre mois.»

D'ailleurs, nous avons eu la satisfaction d'entendre le gouvernement de
la République affirmer énergiquement cette thèse qui est celle du bon
sens, de la justice et du patriotisme.

Le 18 février 1915, M. Viviani, président du Conseil, interpellé sur le
vote réclamé par le Congrès socialiste de Londres, déclarait, aux
applaudissements de la Chambre, que «la question n'a pas lieu d'être
posée, puisque les provinces qui nous ont été arrachées par la force
devront nous être rendues, non par l'effet d'une conquête, mais par
l'effet d'une restitution».

M. Poincaré avait déjà dit, le 7 décembre 1914, que la France voulait
«une paix garantie par la réparation intégrale des droits violés et
prémunie contre les attentats futurs». Cette phrase dit tout: la justice
pour le passé, la sécurité pour l'avenir, voilà nos deux raisons de
reprendre l'Alsace et la Lorraine.

Dans le discours qu'il a prononcé le 14 juillet 1915 lors de la
translation des cendres de Rouget de l'Isle aux Invalides, le Président
de la République affirmait de nouveau le devoir qu'a la France de
refaire l'intégrité de son territoire. Or, cette intégrité suppose la
reprise non seulement de Lille et de Mézières, mais de Metz et de
Strasbourg. M. Poincaré signalait aussi éloquemment le danger qu'il y
aurait pour nous à nous contenter d'une «paix boiteuse, essoufflée»,
qui n'irait pas jusqu'à la satisfaction complète de nos droits. Voici
ces bonnes et fortes paroles:

«_Mais, puisqu'on nous a contraints à tirer l'épée, nous n'avons pas le
droit, Messieurs, de la remettre au fourreau, avant le jour où nous
aurons vengé nos morts et où la victoire commune des alliés nous
permettra de réparer nos ruines, de refaire la France intégrale et de
nous prémunir efficacement contre le retour périodique des
provocations_.

«_De quoi demain serait-il fait s'il était possible qu'une paix boiteuse
vînt jamais s'asseoir, essoufflée, sur les décombres de nos villes
détruites? Un nouveau traité draconien serait aussitôt imposé à notre
lassitude et nous tomberions, pour toujours, dans la vassalité
politique, morale et économique de nos ennemis. Industriels,
cultivateurs, ouvriers français seraient à la merci de rivaux
triomphants et la France humiliée s'affaisserait dans le découragement
et dans le mépris d'elle-même_.

«_Qui donc pourrait s'attarder un instant à de telles visions? Qui donc
oserait faire cette injure au bon sens public et à la clairvoyance
nationale? Il n'est pas un seul de nos soldats, il n'est pas un seul
citoyen, il n'est pas une seule femme de France qui ne comprenne
clairement que tout l'avenir de notre race, et non seulement son
honneur, mais son existence même, sont suspendus aux lourdes minutes de
cette guerre inexorable. Nous avons la volonté de vaincre, nous avons la
certitude de vaincre. Nous avons confiance en notre force et en celle de
nos alliés comme nous avons confiance en notre droit_.

«_Non, non, que nos ennemis ne s'y trompent pas! Ce n'est pas pour
signer une paix précaire, trève inquiète et fugitive entre une guerre
écourtée et une guerre plus terrible, ce n'est pas pour rester exposée
demain à de nouvelles attaques et à des périls mortels que la France
s'est levée tout entière, frémissante, aux mâles accents de la_
Marseillaise.

«_Ce n'est pas pour préparer l'abdication du pays que toutes les
générations rapprochées ont formé une armée de héros, que tant d'actions
d'éclat sont, tous les jours, accomplies, que tant de familles portent
des deuils glorieux et font stoïquement à la Patrie le sacrifice de
leurs plus chères affections. Ce n'est pas pour vivre dans l'abaissement
et pour mourir bientôt dans les remords que le peuple français a déjà
contenu la formidable ruée de l'Allemagne, qu'il a rejeté de la Marne
sur l'Yser l'aile droite de l'ennemi maîtrisé, qu'il a réalisé, depuis
près d'un an, tant de prodiges de grandeur et de beauté_.»

Voilà, éloquemment exprimé, notre devoir: venger nos morts, réparer nos
ruines, refaire la France intégrale, nous prémunir efficacement contre
le retour périodique des provocations! Mais la France serait-elle
intégrale sans l'Alsace-Lorraine, et serait-elle en sécurité s'il
restait un seul canon allemand sur la rive gauche du Rhin?


       *       *       *       *       *


_Le statut religieux de l'Alsace-Lorraine_.

J'aborde ici une question délicate qui s'agite au plus intime des âmes
alsaciennes et lorraines, dans le tréfonds de leur conscience. Les
populations riveraines du Rhin et de la Moselle ont des traditions
religieuses auxquelles elles sont profondément attachées. Ce serait pour
elles une croix très dure, si elles perdaient, en venant à nous, la
liberté d'y conformer leur conduite. Rien n'est plus angoissant pour des
âmes libres que de sentir un antagonisme s'élever entre leur patriotisme
et leur foi. S'il pouvait y avoir chez nos frères une hésitation à se
rattacher à la France, elle viendrait de cette crainte.

M. Franck-Chauveau, ancien vice-président du Sénat, a traité cette
question dans ces paroles d'une largeur de vues et d'une franchise
courageuses:

«Sans doute, si les populations rhénanes deviennent nôtres, nous devrons
apporter dans nos rapports avec elles une sagesse et un doigté auxquels
beaucoup de politiciens ne sont pas habitués. On prétend qu'un certain
nombre de nos parlementaires s'inquiètent des sentiments religieux de
cette population, et qu'ils y trouveraient une objection contre
l'annexion des pays rhénans. En effet, ces pays sont catholiques, et le
Centre, au Reichstag, est composé surtout des représentants des
provinces rhénanes. On raconte même qu'un de nos députés
radicaux-socialistes, parlant des Alsaciens-Lorrains, témoignait une
certaine appréhension et posait cette incroyable question: «Mais comment
voteront-ils?»

«Nous avons peine à le croire. Si, après les épreuves que nous
traversons, après l'union autour du drapeau, après l'exaltation unanime
des âmes dans le sacrifice, après l'aspiration de tous vers un objet
idéal sublime, les luttes religieuses devaient renaître, si les
persécutions contre tel ou tel groupe de Français devaient continuer, ce
serait triste et ce serait grave.

«Mais si l'on prétendait appliquer ces procédés à nos frères
d'Alsace-Lorraine, ou aux pays que nous considérons comme une partie
essentielle de la défense nationale, si des esprits étroits voulaient y
porter atteinte à la liberté religieuse, si l'on se refusait à
comprendre la situation, à substituer à la politique de division et de
coterie une politique de tolérance et d'union qui seule peut rattacher
ces populations à la patrie française, ce serait vraiment à désespérer
de notre pays. Et la France, qui s'est montrée si admirable devant
l'agresseur, n'a pas mérité qu'on lui fasse cette injure. Non; elle ne
persécutera pas une partie de ses enfants, elle ne sacrifiera pas à des
intérêts étroits et sectaires les larges vues du patriotisme, elle
appliquera à ses fils reconquis, comme à ses enfants d'adoption, la
seule politique qui puisse les rattacher définitivement à la patrie.»

Au début de la guerre, dans un des premiers villages où l'autorité
militaire installa une école française, l'instituteur, un brave sergent,
au moment de commencer la classe, voyant les élèves rester debout, les
pria de s'asseoir. Mais les enfants hésitaient, visiblement embarrassés.
Étonné, il leur en demanda la raison. Ils répondirent: «_C'est pour la
prière, Monsieur!_» Le jeune maître qui avait de la présence d'esprit et
du tact reprit: «C'est bien, mes enfants, mais, en France, ce n'est pas
le professeur qui fait la prière. Allons, quel est celui de vous qui va
la dire?»

Évidemment, l'omission de cet acte religieux eût choqué ces petites
âmes. Voilà, me semble-t-il, l'image de l'impression que produirait
l'hostilité contre les croyances du pays.

Les Allemands ont eu l'habileté de respecter, de favoriser même ces
croyances. Ils ont laissé subsister le Concordat français de 1801. Le
parlement de Strasbourg a même, par plusieurs lois successives,
généreusement élevé le traitement des ministres des différents cultes,
en le portant à 2.625 francs pour les succursalistes, à 4.000 pour les
rabbins, à 5.500 pour les pasteurs dont les charges sont plus lourdes.

La loi Falloux, modifiée par des ordonnances en 1873, est toujours en
vigueur. L'enseignement a gardé son caractère confessionnel dans les
écoles primaires, sauf dans quatre communes, dans les lycées et les
collèges et dans les écoles normales d'instituteurs.

Enfin les congrégations religieuses établies dans le pays y sont
légalement autorisées.

Cette situation religieuse est totalement différente de celle de la
France. Il serait souverainement imprudent et injuste, de la part du
gouvernement, de la bouleverser. C'est l'opinion d'un grand nombre
d'anticléricaux en deçà et au delà des Vosges. Il y a cependant là une
vraie difficulté et elle ne semble pas pouvoir être solutionnée
autrement que par une entente avec le Saint-Siège.

L'Alsace-Lorraine compte sur la bonne volonté, l'habileté et la loyauté
de nos hommes d'État. Elle a heureusement une garantie. Ce sont les
paroles qu'ont prononcées les deux hommes les plus qualifiés pour parler
en l'occurrence au nom de notre pays.

Le général Joffre a dit aux habitants de Thann:

«_La France apporte, avec les libertés qu'elle a toujours respectées, le
respect de vos libertés à vous, des libertés alsaciennes, de vos
traditions, de vos convictions, de vos mœurs_.»

Et M. Poincaré a confirmé cette promesse en ces termes:

«_La France, tout en respectant les traditions et les libertés des
provinces qui lui ont été arrachées par la force, leur rendra leur place
au foyer de la patrie._»

Ces paroles sont définitives: elles ont la valeur d'une parole
d'honneur, d'un engagement officiel. Elles sont, comme le disait l'abbé
Collin, la charte de l'Alsace-Lorraine. La France n'oubliera pas «_le
pacte de Thann_».



#XI#

#LA RECONQUÊTE DÉFINITIVE
DE LA FRANCE RHÉNANE#


_La rive gauche réfractaire à la germanisation._

Après le rapt de 1815, l'Allemagne, de nouveau maîtresse des belles
provinces ripuaires, s'efforça de leur faire oublier la France. Mais
elle procéda comme toujours _manu militari_, avec sa violence et sa
lourdeur habituelles. Elle interdit la langue française que l'on
commençait à parler, surtout dans les villes. Elle détruisit les
monuments de nos gloires. Mais tous ses efforts échouèrent.

Le prussien Schmettau avait dit en 1709 qu'il faudrait «une chaîne de
deux cents ans» pour asservir l'Alsace à l'Allemagne et lui faire
oublier notre pays. On pourrait en dire à peu près autant de la région
voisine qu'habite une race également celtique. Le souvenir français y
est demeuré toujours vivant. Quelques faits vont le prouver.

En 1865, la Hesse voulut célébrer le cinquantenaire de l'annexion des
terres qu'elle avait acquises au Traité de Vienne. Mais le Conseil
municipal de Mayence refusa à une forte majorité de s'associer à cette
manifestation. Les enfants de ceux qui avaient lutté en 1793 contre la
Prusse et contre la Hesse avaient gardé la nostalgie de la France et,
comme les captifs antiques, ils suspendaient leurs lyres aux branches
des arbres sur les rives du fleuve profané, pour ne pas chanter en
l'honneur de leurs conquérants.

Cette affection que nous gardait la rive gauche dut être plus vive et
plus profonde qu'on ne l'imagine. Mais un mot de Guillaume Ier nous
en révèle la persistance. Il hésitait en 1871 à annexer
l'Alsace-Lorraine et la raison qu'il en donnait, c'était l'exemple de la
province voisine. «_Jamais,_ disait-il, _nous n'en viendrons à bout.
Rappelez-vous le mal que nous avons eu à germaniser les Rhénans_.» Vers
la fin de sa vie, répondant à des conseillers qui s'impatientaient de
l'esprit réfractaire de l'Alsace-Lorraine, il disait encore:

«_Les Français n'ont occupé la province rhénane que vingt ans à peine
et, après soixante-dix ans, leurs traces n'y sont pas effacées_.»

Il paraît que les vieux habitants disent encore qu'ils vont «en Prusse»
pour signifier qu'ils passent sur la rive droite du fleuve. Sa rive
gauche est donc toujours pour eux la France!

Il faut croire que Bismarck avait conscience de la faillite de la
germanisation dans les provinces rhénanes, car à la veille de Sadowa,
alors qu'il méditait son coup de force contre l'Autriche et ne craignait
que l'opposition de la France, il aurait volontiers, pour gagner la
neutralité de Napoléon, abandonné la rive gauche du Rhin. Il confia un
soir au général italien Govone: «Je suis beaucoup moins Allemand que
Prussien, et je n'aurais aucune difficulté à souscrire la cession à la
France de tout le pays compris entre le Rhin et la Moselle, le
Palatinat, Oldenbourg (enclave de Birkenfeld) et une partie de la
province prussienne.» Dans une conversation avec un autre diplomate, il
parlait même de nous céder toute la rive gauche... Il est probable
qu'après le coup de Sadowa, mis en appétit par la victoire, il ne pensa
plus à nous céder la région cisrhénane et qu'il y pensa encore moins
après 1870.

Voici encore à cet égard deux anecdotes qui en disent long:

Le colonel Biottot a écrit:

«En 1870, je traversai le Palatinat en prisonnier: à une station du
convoi, je me penche à la portière en murmurant: «Où sommes-nous?» Une
voix me répond du dehors: «Dans le département «_du Mont-Tonnerre!!!_»
C'était un membre de la Croix-Rouge de la région offrant ses services. À
Mayence, accueil sympathique; on regrette manifestement notre défaite,
le grand duc de Hesse-Cassel tout le premier. Il nous fait servir un
repas et nous rend visite: souvenir français, influence persistante de
chevalerie, que n'a pu étouffer la barbarie poméranienne!»

J.-J. Weiss a raconté que, visitant Trèves, en septembre 1871, il fut
pris à partie par un petit homme courbé et cassé qui lui dit sur un ton
de mépris: «Que sont donc devenus les Français pour s'être laissé
battre par les Prussiens?--Mais, lui répliqua l'écrivain, estimez-vous
si peu les Prussiens? Ne l'êtes-vous pas?--_Oui_, dit-il, _sujet
prussien; mais Trévirois et fils de Trévirois. Vous connaissez le
proverbe: Où le Prussien a une fois p..., il ne pousse plus rien! Et
puis, mon père a été soldat du grand Napoléon!_»


       *       *       *       *       *


_Le don d'assimilation de la France_.

Nous avons vu que, en 1865, les autochtones cisrhénans étaient encore
bien fidèles à la France, puisqu'ils refusaient de fêter le
cinquantenaire de leur annexion à l'Allemagne. Mais les cinquante années
écoulées depuis lors n'ont-elles pas effacé notre souvenir?

Il est certain que la germanisation a dû progresser. Une œuvre,
poursuivie pendant cent ans avec la ténacité que mettent les Allemands à
toutes leurs entreprises ambitieuses, ne peut être tout à fait stérile,
en dépit de leurs maladresses. Il est clair aussi que les circonstances
les ont servis. Le succès prodigieux, obtenu par la Prusse sur
l'Autriche en 1866 et sur la France en 1870, lui a donné un immense
prestige dans le monde entier. Le développement économique de
l'Allemagne, en enrichissant tous les États confédérés dont elle se
compose, les a attachés à sa fortune par le lien de l'intérêt. Il faut
aussi tenir compte de l'immigration qui a recouvert plusieurs contrées
de la rive gauche d'une nuée d'Allemands d'outre-Rhin. Enfin il faut y
ajouter la propagande intellectuelle, littéraire, intense qui
caractérise cette nation. Ces quatre causes, militaire, économique,
ethnique, intellectuelle ont dû agir puissamment au détriment de la
France.

Cependant, bien des indices permettent de croire qu'elle regagnerait
très facilement et très vite le terrain perdu.

Cet espoir se fonde sur deux facultés des races en présence, facultés
contradictoires et complémentaires: c'est la faculté d'assimilation
active de la race latine et la faculté d'assimilation passive de la race
germanique.

La race latine s'assimile très facilement et très vite les races qu'elle
touche, parce qu'elle les prend par l'esprit et par le cœur. Elle les
domine de toute la hauteur de son idéal; elle les séduit par la beauté
et le charme de sa civilisation; elle les attire par l'aménité de son
caractère, par sa bonté et son affection quasi maternelle. Elle les
frappe à son image; elle les latinise. Elle exerce cet empire non
seulement sur ses vaincus, mais sur ses vainqueurs. C'est au fond
l'empire éternel de l'esprit sur la matière, la victoire de l'idée sur
la force.

L'antiquité avait vu cette chose étrange et qui étonnait Horace, la
Grèce, vaincue par Rome, imposer à Rome sa pensée et sa culture:

_Graecia capta ferum victorem cepit..._

C'était la beauté grecque qui domptait la violence romaine. C'était
l'Hélène éternelle qui, après avoir séduit l'Asie et les vieillards de
Troie, séduisait les forts et les sages de l'Italie.

Plus tard, Rome domine la Gaule, mais, comme elle s'est transformée,
comme elle ne représente plus seulement la force matérielle, mais aussi
la force morale et spirituelle, elle s'assimile notre patrie, elle lui
donne sa forme divine; la terre de Vercingétorix se latinise.

Au Ve siècle, la Gaule est envahie et soumise par les Francs. Cette
fois, c'est le phénomène de la Grèce, vaincue et victorieuse de Rome,
qui se renouvelle:

_Gallia capta ferum victorem cepit..._

Les Francs se dégermanisent en se christianisant et la France naît de
là.

La même vertu opère sur les Wisigoths, les Burgondes, les Lombards, les
Normands, qui se dépouillent eux aussi, à l'exemple des Francs, de leur
barbarie ancestrale et se plient facilement à la discipline
intellectuelle et morale de la France. De là sort une race qui n'a plus
rien de la férocité germanique.

C'est un phénomène moral qui rappelle certaine réaction chimique; des
acides violents, corrosifs ou toxiques, unis à un métal, à une base,
perdent leur nocivité et forment un sel neutre, doué de nouvelles et
précieuses propriétés. Ainsi l'acide germanique ou même prussique de
certains peuples, neutralisé par la base celtique ou le franc métal
latin, a donné des races parfaites.

Cette assimilation serait d'autant plus facile sur les populations
ripuaires qu'elles ne sont pas de race gothique ni burgonde, mais de
vieille souche gauloise, sur laquelle s'est greffé le rameau franc. Elle
s'est accomplie avec la plus grande aisance pendant l'occupation
française de 1797 à 1815. Elle aura encore lieu bientôt quand nous
aurons recouvré «nos limites naturelles».

On se rappelle ce que nous avons dit plus haut sur le type ethnique et
physique de la population. En dehors des bourgs-pourris de l'immigration
allemande, elle n'est germanique qu'à fleur de peau, mais gallo-franque
de sang et de cœur. Si les paysans ont oublié les chartes et les
chroniques des temps mérovingiens, ils ont en revanche entendu parler
sous le chaume de Custine, de Kléber et de Napoléon, sous lesquels ont
servi leurs grands-pères. Plus d'un prendrait encore plaisir, comme en
1870, à répondre à l'étranger lui demandant où il est: «_Département du
Mont-Tonnerre!!!_»

Il est dans tout ce pays, suivant l'heureuse expression de M. Charles
Maurras, dans _l'Action Française, «des virtualités de développement
français ultérieur_».


       *       *       *       *       *


_La Moselle et le Rhin nous désirent._

En 1815, lorsque leur pays fut adjugé à l'Allemagne, beaucoup de Rhénans
s'expatrièrent pour ne pas devenir Teutons. Le descendant de l'un de ces
émigrés de vieille souche rhénane écrivait récemment à Maurice Barrès:

«Mon trisaïeul P.G..., maire de Sarrelouis sous Louis XV, créa dans les
environs de cette ville, ainsi que dans le duché de Nassau-Sarrebruck,
des forges d'acier, des fonderies qui fournirent quantité d'armes et de
munitions aux armées de la République et de l'Empire. Ces établissements
furent annexés à la Prusse en même temps que Sarrelouis et Sarrebruck, à
la suite de la deuxième invasion en 1815. Mon grand-oncle, un ami de
Berryer qui relate le fait dans ses _Mémoires_, ne voulut pas survivre à
la rectification de la frontière et signa son testament: «G..., mort
Français.» Plus tard, mon père, désirant conserver sa nationalité
française, créa de nouvelles usines aux environs de Saint-Avold. Et
celles-ci ayant été à leur tour annexées à l'Allemagne en 1871, nous
sommes venus en Meurthe-et-Moselle...»

«Voilà, ajoute M. Barrès, qui vous donne une idée, n'est-ce pas, de la
vie qu'à travers les générations on nous fait mener dans l'Est, et on
s'expliquera que nous demandions des garanties! Mais, écoutons encore
les renseignements de mon correspondant:

«Ayant conservé, me dit-il, de nombreuses relations avec des familles
restées de l'autre côté de la frontière, et même en Prusse, au delà de
l'ancienne limite de 1815, je crois connaître l'esprit des classes
dirigeantes de ces pays. Ces gens ont conservé non seulement des mœurs
et des goûts français, mais encore des relations fréquentes, voire même
intimes, avec les branches de leurs familles demeurées françaises,
habitant la Lorraine et Paris. Je citerai... Avec le temps, ces
familles, qui ont une influence considérable dans le pays, seraient
certainement ralliées à notre domination.»

«Qu'est-ce que je vous disais! Il n'y a pas, à mon goût, de pays plus
excitants pour l'imagination que la vallée de la Sarre, la divine
Moselle, le grand-duché de Luxembourg, toutes ces terres qui nous
attendent éternellement.»

M. Diehl, professeur à la Sorbonne, membre de l'Institut et Alsacien,
disait récemment à M. Barrès qu'après la reprise de l'Alsace, il irait
volontiers avec Ernest Lavisse et quelques autres de ses collègues
professer à Strasbourg et il demandait à l'académicien s'il ne voudrait
pas se joindre à eux pour aller, lui aussi, porter la bonne parole à nos
frères rachetés. M. Barrès lui fit, dans l'_Écho de Paris_, cette
réponse où éclate son amour ou même sa préférence à quelques égards
pour les rives de la Moselle avec la certitude qu'il a de les voir
bientôt refrancisées.

«Ah, mon cher monsieur Diehl, je ferai tout ce que Strasbourg et Metz
voudront; mais quand je rêve, ou plutôt quand je réfléchis, je me vois
surtout m'allant promener librement à Luxembourg, où j'ai déjà des amis,
et plus loin dans ces belles villes de Trèves, de Coblence et plus bas
encore pour y faire aimer la France, car ces populations auront à
choisir de se rattacher à nous et de partager fraternellement notre
existence, ou bien de garder leurs destinées propres sous la garantie
d'une neutralité perpétuelle.

«Il ne peut plus être question au long de la charmante Moselle et sur la
rive gauche du Rhin d'aucune souveraineté de Bavière, ni de Prusse,
d'aucune pensée pangermaniste. Nous voulons la paix du monde, la
sécurité pour nos fils et pour nos petits-fils.

«D'ailleurs, nos enfants seront aisément aimés, sur cette rive gauche.
Nos pères y étaient hautement estimés. Ces beaux territoires, soustraits
à la brutalité prussienne, ne tarderont guère à fournir, sous la
discipline française, d'excellents éléments graves, patients, loyaux,
qui s'équilibreront très bien dans notre nation. Je me rappelle, parmi
les jours les plus heureux de ma vie, ceux que j'ai passés à errer en
bicyclette, en bateau, à pied, de Metz à Coblence, parmi ces forêts, ces
montagnes romanesques, ces petits villages tout pleins de souvenirs de
la Révolution et du premier Empire.

«Je n'étais pas en Allemagne, mais sur des territoires qu'un seul rayon
de soleil de France mettrait au point. Le Rhin est un vieux dieu loyal.
Quand il aura reçu des instructions, il montera très bien la garde pour
notre compte et fera une barrière excellente à la Germanie. Vous verrez,
nous nous assoirons comme des maîtres amicaux sur la rive du fleuve, et
nous ranimerons ce que la Prusse, «le sale peuple» (n'en déplaise au
professeur maboul de l'Université de Bordeaux), a dénaturé et dégradé,
mais qui était bien beau. Nous libérerons le génie de l'Allemagne qu'ont
aimé follement nos pères.»

Voici un autre rhénan qui exprime le même ardent désir de fêter bientôt
le retour de son pays à la France. Il a écrit à M. Jacques Bainville une
lettre que celui-ci a citée dans l'_Action Française_.

«Oui, insistez sur la nécessité pour notre pays de retrouver au moins la
France de 1814. Dans bien des coins et bien des familles, il est resté
un vivant souvenir des temps passés et ce sera une surprise pour
beaucoup de constater la facilité d'assimilation par nous de ces terres
qui sont encore sous la botte prussienne. Il n'y a pas seulement le
charbon, il n'y a pas seulement la riche industrie de la vallée de la
_Sarre_. Il y a le souvenir, il y a le sang français, les années
dépensées par Vauban, à Sarrelouis, _chez moi_. Il y a Ney, Grenier,
quinze divisionnaires et généraux de brigade donnés à la France par
cette petite ville et ses environs immédiats. L'an dernier (novembre
1913), nous enterrions, avec quelques amis, le dernier de ces braves, le
général Étienne. Il repose dans le cimetière de son village natal:
_Beaumarais_. Est-ce un nom allemand? Et Vaudrevouge et Bourg-Dauphin et
Picard? Sont-ce des noms allemands encore?...

«Tout ce pays est peuplé de descendants des colons de Louis XIV. Ney,
Grenier, Leroy, Donnevert, Beauchamp, Bertinchamp, Cordier, Landry, sont
des noms que vous retrouverez sur toutes les échoppes de Sarrelouis.

«Pensez à ma famille maternelle, les..., les..., qui sont restés sur la
brèche depuis cent ans, alors que toutes les vieilles familles
s'éteignaient peu à peu; nous nous sommes passé le flambeau de
génération en génération, au milieu de quels sacrifices et de quels
déboires! Est-ce pour échouer au port?

«Grand Dieu, non, je l'espère. S'il fallait renoncer à cet espoir, nos
morts sortiraient de leur tombe pour maudire les _petits Français_ qui
les auraient laissés en terre étrangère...»

M. Jacques Bainville ajoute éloquemment:

«N'est-elle pas profondément dramatique cette protestation d'un soldat
de 1915 contre les cruels abandons de 1815? Ce sont trois générations
qui crient à travers les lignes de cette lettre. Ce sont des voix
d'outre-tombe qui parlent par la bouche de ce contemporain...

«Alors (car c'est le moment de faire appel à tous les sentiments, à
toutes les forces) on peut demander à Gustave Hervé, qui se réclame si
souvent de la tradition révolutionnaire, s'il a oublié que, tout le long
du XIXe siècle (jusqu'à 1870, ô ironie!), l'abolition des traités de
1815 et la reprise des territoires perdus après Waterloo ont été
l'article fondamental du programme des démocrates français. Ah! ce ne
sont pas seulement les vieilles familles françaises de Sarrelouis qui se
retourneront dans la tombe en écoutant les sarcasmes d'Hervé sur la rive
gauche du Rhin. C'est Armand Carrel, c'est Armand Marrast, c'est Louis
Blanc, Barbès, Blanqui, tous ceux qui ne séparaient pas de leur
propagande pour la Révolution, et la République le sentiment national,
tous ceux pour qui le premier devoir de la France libérale devait être
d'achever la nation et de lui rendre les Français séparés de leurs
frères et tombés sous le despotisme étranger...»


       *       *       *       *       *


_Le mariage de Colette et d'Asmus_.

Il y a en terre mosellane et rhénane des gens de souche celtique mais
que des siècles de kultur ont plus ou moins profondément germanisés; il
y en a aussi qui sont de purs Allemands immigrés depuis plus ou moins de
générations. Eh bien, je crois que le don d'assimilation, le charme de
la race latine, opérera même sur ceux-là.

Ils éprouveront bientôt, au contact intime de notre civilisation, cet
étonnement ému qui saisit le gros Asmus, tout frais émoulu de ses
pédantes Universités, à son arrivée à Metz et dans sa visite à la place
Stanislas de Nancy. Ils voudront se hausser à cette finesse de la vraie
culture que l'on ne soupçonne pas en Poméranie ni même sous l'allée des
Tilleuls.

Ce sont bien les deux races éternellement antagonistes que Maurice
Barrès a mises en regard dans son roman. Mais il peut arriver que leur
antagonisme cesse à certains jours et que l'une soit attirée vers
l'autre par une mystérieuse sympathie. C'est le sentiment qu'éprouve
Asmus. Sous le clair regard de Colette, il sent fondre son pangermanisme
comme sous un rayon de soleil et il oublie la savante demoiselle de
Kœnigsberg. La petite Messine elle aussi est troublée et il semble
presque qu'elle va dire oui, quand un sursaut de sa race, un tour de
sang, lui fait dire non. C'est là le sentiment patriotique que Maurice
Barrès a voulu mettre en relief et auquel il faut applaudir.

Et cependant, à la réflexion, on se demande si une autre solution, dont
l'auteur lui-même nous fournit les éléments, eût été contraire au
patriotisme. Si un mariage avait eu lieu, n'est-ce pas Colette, et en
elle la France, qui aurait conquis et assimilé le Germain?

C'était la pensée que Jaurès exprimait ainsi:

«Est-il possible, écrivait-il, qu'une Colette et qu'un Ehrmann, qui
parviennent à imprimer jusque dans l'esprit du vainqueur une noble image
de la France, s'obstinent à repousser ceux sur qui le charme français
aura opéré? Entre M. Ehrmann et l'élite des Allemands immigrés, il se
créera un lien subtil et fort, une communication d'ordre supérieur, et
l'idée viendra un jour à ce jeune homme que cette mutuelle sympathie
pourrait s'élargir jusqu'à envelopper les deux nations. Et Colette? Elle
refuse de se marier avec Asmus, soit. Mais elle a hésité; on a entrevu
que si elle épousait Asmus elle travaillerait avec lui à réconcilier
Français et Allemands, et par là le livre de M. Barrès nous prédispose à
l'indulgence...

«Ainsi, concluait Jaurès en interpellant M. Barrès, parce que vous avez
le sens de la vie, vous ne pouvez enfermer l'ample mouvement des choses
dans les formules étroites que vous préférez. Vous vous démentez et vous
vous dépassez vous-même, à votre insu, en nous suggérant, malgré que
vous en ayez, l'idée d'une revanche plus haute, celle du génie français
parvenant à se faire comprendre du génie allemand et à le combattre.»

«Je n'ai jamais oublié, continue Barrès, cet article de Jaurès. Il est
de grande portée. Étant donnée l'opposition de ses idées doctrinales et
de mes idées propres, les faits sur lesquels nous nous accordions
prenaient à mes yeux une rare valeur. La civilisation française dans
les pays annexés conquiert les Allemands, s'impose à leurs professeurs,
transforme leurs mœurs, voilà ce que Jaurès me concédait, en ajoutant
qu'il avait bien pu en être toujours ainsi.

«Il se pourrait bien, disait-il, que depuis deux mille ans, il y eût, de
ce côté-ci du Rhin, des Colette qui ne veulent pas épouser des Asmus.
Quand par force le mariage s'est accompli M. Asmus, après s'être fait
appeler quelque temps M. Asmus-Baudoche, s'est trouvé, un beau jour,
Baudoche tout court, ne voulant plus rien savoir des Asmus.»

Jaurès allait trop loin. Il voulait un colossal mariage entre la France
et l'Empire allemand, mariage où la France aurait tout sacrifié, mais où
elle aurait, en revanche, fécondé de sa grâce le génie du Reître. Ce fut
là, comme dit Barrès, «l'effroyable chimère» du tribun socialiste, car
le Reître, quand il est chez lui, est brutal et rappelle un peu trop
Barbe-Bleue. Mais quand il n'est pas chez lui, il est en effet maniable
et civilisable.

Jamais nous ne dégermaniserons la Germanie chez elle. Là où elle est
indépendante, elle est trop orgueilleuse pour se laisser polir par une
idée étrangère. Quand les Allemands opèrent par masses compactes, en
temps de paix comme à la guerre, ils sont impénétrables, ils se
défendent: aucun souffle du dehors ne peut circuler dans cette forêt
touffue. Au contraire, quand ils sont à l'étranger, sans espoir de
pouvoir l'emporter par l'espionnage et la trahison, ils sont dociles,
serviles même et éminemment assimilables.

«C'est, dit Onésime Reclus, celui de tous les peuples qui se confond le
plus vite avec les citoyens de son pays d'émigration. Personne ne dit
mieux que lui: La patrie c'est là où l'on est bien! La patrie n'est pas
où je naquis, mais où je mange. Ils disent en leur langue: Je chante la
chanson de celui dont je mange le pain: _Wessen brod ich esse, dessen
Liede ich singe._ Ils n'ont de force, de vitalité, de durée qu'en masse
et, comme on sait, c'est ainsi qu'ils vont à l'assaut. Partout, en
France, en Italie, en Algérie, aux États-Unis, en Canada, en Argentine,
en Chili, leur disparition ne demande qu'une ou deux générations[1].»

Et c'est pourquoi le rêve de Jaurès, ramené à une plus modeste échelle,
ne serait pas une chimère. Le Germain ou le Germanisé, chez nous, en
terre rhénane de rive gauche, serait vite francisé.

C'était aussi la pensée de Frédéric Mistral. Le poète de Mireille
écrivait à Barrès, à propos de _Colette Baudoche_, cette lettre curieuse
et de grand sens:

«_Vous rendez si sympathiques le terroir et la race (de Metz) que le bon
gros Allemand Frédéric Asmus est vaincu en peu de temps, et vaincu de
façon si naturelle et si honnête qu'on regrette vraiment la maussaderie
finale de la petite Colette. Étant donné que le germanisme finit
toujours par se fondre dans la latinité,--à preuve la fusion rapide des
innombrables envahisseurs de l'empire romain,--il est certain que, par
le seul effet des influences naturelles, les immigrés allemands sont
destinés à faire des fils et petits-fils lorrains, et par eux la
Lorraine reprendra son autonomie. Je remarque en Provence que les fils
des Métèques sont généralement plus ardents que les indigènes de vieille
roche. C'est le mystère de la greffe. Donc j'aurais vu avec plaisir le
bon docteur Asmus contribuer à repeupler Metz de jeunes patriotes. Il
méritait bien cette jolie récompense.»

Changez Metz; mettez à la place Trèves, Mayence, Coblence, même Cologne
et Aix-la-Chapelle, ce sera encore vrai.

Encore une fois, il s'agit d'une opération restreinte et tentée dans des
conditions spéciales; nous ne prétendons pas conquérir l'Allemagne et la
dégermaniser chez elle. Colette aurait tort d'aller essayer son pouvoir
sur la rive droite: mais la rive gauche lui appartient, et, en
descendant le Rhin, de Strasbourg à Cologne, elle porte partout avec
elle le sceptre de la beauté latine.

L'académicien en convient, me semble-t-il, quand il écrit, dans le même
article si suggestif que je viens d'exploiter:

«C'est l'opération que nous réussirons à Trèves et à Coblence et dans
toutes ces charmantes petites villes de la basse Moselle. Aisément, par
la douceur de la vie française que nous y transporterons, nous ferons le
plus beau mariage. Des unions, qui n'étaient pas possibles à Strasbourg
et à Metz, le deviendront; car il y a la manière, et ce ne sera plus la
manière prussienne. Ils étaient légion, hier, les Allemands qui se
tournaient vers nous comme les plantes vers le soleil. Le dur génie
destructeur de la Prusse les contrariait, les contraignait, les
dénaturait. Libérés de cette barbare tutelle, les bords du Rhin, trop
heureux de respirer à leur aise, prendront leur libre rythme, aisément
accordé au nôtre.

«_Dans l'intérieur de notre frontière rhénane_ pourra s'épanouir, avec
le temps, le rêve de Mistral, qui ne voulait pas comprendre les
obligations que l'honneur imposait aux filles d'Alsace et de Lorraine et
qui souhaitait le mélange des deux races pour le profit du monde
français et latin.»

[Note 1: Onésime RECLUS, _Le Rhin français, annexion de la rive
gauche_, p. 75. Paris, Attinger, 1915.]



#XII#

#L'AGRANDISSEMENT DE LA BELGIQUE#


_La Belgique doit s'agrandir_.

Après la cruelle expérience qu'elle vient de faire de la bonne foi
germanique, la Belgique ne peut plus se fier à la parole de l'Allemagne.
Elle _doit_ pouvoir _se défendre_ et par conséquent elle _doit se
fortifier_ et pour cela _s'agrandir_.

Sans doute, l'Allemagne vaincue sera bientôt affaiblie, ruinée par la
guerre et désarmée par les conditions qui lui seront imposées; sans
doute les puissances actuellement coalisées contre elle continueront
pendant la paix à se tenir étroitement unies et à veiller au salut de
l'univers, en empêchant l'ennemi commun de se relever; sans doute aussi,
par conséquent, la Belgique pourra compter sur leur assistance pour
sauvegarder son intégrité et son indépendance contre une nouvelle
agression de l'Est. Mais elle aurait tort de s'en tenir là et de compter
sur une neutralité, même garantie par les grands États, dont elle sait
le cas que l'on fait à Berlin. Elle doit se dire que l'Allemagne
cherchera à se refaire et à se venger. Elle doit prendre toutes les
précautions possibles: et la meilleure c'est la force personnelle et non
le secours d'autrui.

Elle se suiciderait, si elle refusait les moyens que lui offrira la
commune victoire des Alliés de se rendre inattaquable. C'est pour elle
une nécessité vitale, un devoir de conscience patriotique, de les
employer tous. C'est aussi un devoir international, devoir qu'elle a
contracté envers l'Europe. Sa chute entraînerait de nouvelles
catastrophes mondiales dont nous ne nous voulons plus et qu'elle doit
s'éviter et nous éviter.

Pour écarter ce danger, on ne lui demande qu'un seul sacrifice, celui de
sa modestie. On ne lui demande que de se laisser enrichir et agrandir.
Elle doit accepter les terres que lui offriront les Alliés, à savoir la
partie de la Prusse rhénane située au nord de l'Eifel, riche contrée qui
comprend Aix-la-Chapelle, Cologne et Crefeld, plus certaines
rectifications de frontières du côté de la Hollande et du Luxembourg,
dont nous parlons plus bas.


       *       *       *       *       *


_Objection: la question des races._

Il paraît que la chose ne va pas toute seule. Un certain nombre de
Belges voient de mauvais œil cet accroissement de territoire. Ils
estiment que leur nation n'est pas assez nombreuse, pas assez forte pour
s'assimiler la population relativement considérable de la région
rhénane. Elle a déjà la race flamande et la race wallone qui ne
s'entendent pas trop bien. La race teutonique ne serait-elle pas un
troisième élément hostile, un ferment de division morale et politique,
une cause de perpétuelles perturbations?

C'est entendu, ce danger existe. Mais entre deux maux il faut choisir le
moindre. Or le danger d'une nouvelle invasion barbare, le danger de
laisser l'Allemagne puissante et vindicative à ses portes, le danger de
rester une petite nation exposée à tous les coups, soumise à tous les
affronts et à toutes les servitudes, menacée tous les jours d'une mort
peu glorieuse, nous semble autrement grave pour la vie et l'honneur de
la Belgique que le danger de complications intérieures qu'elle peut
d'ailleurs écarter pour une grande part.

En effet, avec l'habileté et le doigté dont elle a souvent fait preuve,
elle peut atténuer, sinon faire disparaître complètement le mal. La race
allemande est servile; elle se courbe sous la force; elle accepte
facilement le régime qui lui parle de haut. C'est la plus assimilable de
toutes les races. Elle l'a montré dans le passé. La barbarie des Francs,
des Burgondes, des Wisigoths a fondu comme la glace au rayonnement de la
civilisation gallo-romaine. Le fier Sicambre est devenu le doux
Sicambre, _mitis Sicamber_, de saint Remy. Les gens d'Aix-la-Chapelle et
de Cologne se feront parfaitement avec le temps au régime belge.

Nous n'avons pas à entrer ici dans les problèmes que soulèvera la vie
intérieure de la Belgique agrandie. Ses hommes d'État ont souvent fait
preuve d'un haut sens politique. Ils sauront faire régner la paix et
l'harmonie entre les races de leur nation. Les Flamands et les Wallons
y contribueront en s'unissant, comme ils le font surtout depuis la
guerre. Ils sont capables de tous les efforts que leur demande le
patriotisme. Ce sentiment ne sera pas amoindri chez eux par l'adjonction
d'un troisième élément de population. Les Ripuaires se mettront vite au
pas, plus vite qu'ils ne se sont mis au pas de l'oie après leur annexion
à la Prusse en 1815.

Cependant la Belgique est à la fois juge et partie dans cette grave
question. Nous pouvons lui exposer notre point de vue: à elle de dire le
dernier mot. Si, malgré tout, elle ne veut pas d'annexion, on ne l'y
peut contraindre. Toutefois, il existe un petit territoire au moins
qu'elle sera certainement heureuse de reprendre, celui de _Malmédy_ et
de _Montjoie_ qui a été détaché du pays de Liége et réuni contre toute
raison et tout droit à la Prusse par le traité de Vienne: c'est une
population entièrement wallonne.

_Quant à la Prusse rhénane septentrionale, si nos voisins n'en veulent
pas, la France avisera à un autre moyen d'en éliminer le virus
germanique. Elle devra ou bien établir un gouvernement ou un principat
entièrement soumis à son protectorat, ou bien se l'annexer purement et
simplement, comme elle le fit en 1797: nous avons vu qu'elle y a tous
les droits. C'est, semble-t-il, le parti le plus simple et qui créerait
le moins de difficultés._


       *       *       *       *       *


_La question du Limbourg._

Enfin, il est une rectification de frontière qui doit également être
envisagée: au nord-est celle du Limbourg, au sud-est celle du
Luxembourg.

Le Limbourg a été en 1839 très maladroitement partagé entre la Belgique
et la Hollande. Prenez une carte, vous verrez que la partie méridionale
du Limbourg hollandais, qui contient Maëstricht, est placée de guingois
sur le flanc du Limbourg belge et forme une sorte de poche bizarre,
excentrique, qui déborde de la Hollande pour pénétrer dans les chairs de
la Belgique. La ville de Maëstricht avec son territoire revient donc à
celle-ci par droit de configuration géographique, sans compter que,
ayant fait jadis partie de la principauté de Liége, elle lui revient
aussi par droit historique.

Ce modeste accroissement ne peut soulever de la part de la Belgique une
objection semblable à celle que fait naître l'annexion de la Prusse
rhénane, car il ne s'agit ni de la Prusse, ni du Rhin, mais d'une ville
meusienne, d'un territoire restreint, facilement assimilable pour la
Belgique en raison des affinités de langue, de race et de mœurs qu'il
lui offre.

La seule difficulté que l'on puisse craindre surgirait du côté de la
Hollande dont le consentement est évidemment nécessaire. Mais il semble
qu'elle ne le refuserait pas, si on lui offrait en compensation la Frise
allemande qui est beaucoup plus vaste et qui compléterait d'ailleurs
avantageusement la Frise hollandaise. Cette province est est un bien en
quelque sorte patrimonial de la Hollande, bien qui lui a été arraché et
qu'elle doit être heureuse de recouvrer.

Au sud-est est le grand-duché de Luxembourg. Mais, comme sa possession
intéresse également la France, la question mérite d'être traitée à part.



#XIII#

#LA QUESTION DU LUXEMBOURG#


La question du Luxembourg ne saurait être éludée. Il n'est indifférent à
personne que ce petit État placé sur la grande route de la France et de
l'Allemagne subisse l'influence de l'une ou de l'autre de ces
puissances.

Trois solutions seulement sont acceptables du point de vue de notre
sécurité et de la paix générale: ou sa réunion à la Belgique, ou son
annexion par la France, ou sa neutralité sous le protectorat de la
France. Quelles sont les raisons qui militent pour ou contre chacune de
ces solutions?


       *       *       *       *       *


_La réunion à la Belgique._

Cette solution ne manque pas de bases historique et juridique. Les deux
pays ont été longtemps unis dans les divers partages qui ont été faits
de la Lotharingie. Le duché a une situation intermédiaire entre la
Haute-Lorraine qui est française et la Basse-Lorraine ou Lothier d'où
est sortie la Belgique. Il a presque toujours suivi le sort de cette
nation: il a appartenu comme elle à l'Empire germanique, à la maison de
Bourgogne, à la maison de Habsbourg, à la France sous la Révolution et
l'Empire; il a fait avec elle partie du royaume des Pays-Bas de 1815 à
1830; il s'est révolté avec elle contre la Hollande. Une moitié du pays
a été donnée à la Belgique en 1830 et forme depuis lors le Luxembourg
belge: l'autre moitié compléterait harmonieusement cette province.
L'Europe pourrait donc l'offrir au roi Albert. Quant au droit de la
maison de Nassau nous en parlerons plus loin.

Mais les mêmes raisons qui font hésiter la Belgique à prendre Cologne
pourraient aussi la faire reculer devant l'annexion du Luxembourg. Et
puis, à parler franchement, il nous semble que ses droits et ses
intérêts le cèdent ici à ceux de la France.


       *       *       *       *       *


_L'annexion par la France._

L'annexion par la France aurait pour elle un droit historique et
l'intérêt de notre défense nationale.

Le Luxembourg fut d'abord gaulois pendant des siècles et jusqu'à la fin
de l'époque carolingienne. Au XVe siècle il échappa à l'Empire
germanique pour passer à la maison française de Bourgogne, puis, par
l'héritière de cette maison, à celle de Habsbourg. Une partie du pays,
qui comprenait Thionville et Montmédy, nous fut cédée en 1659 par le
traité des Pyrénées. En 1684, Louis XIV s'empara de la ville même de
Luxembourg dont Vauban fit la place la plus forte de l'Europe. Après
treize ans de possession, Louis XIV la retrocéda avec regrets à
l'Espagne au traité de Ryswick en 1697.

Vauban s'intéressait vivement à la possession du Luxembourg. Quand la
ville tomba en notre pouvoir en 1684, il fit éclater son enthousiasme en
ces termes: «C'est la plus glorieuse conquête que le roi ait jamais
faite, qui mettra notre frontière en tel état que les Allemands ne
pourront jamais attaquer le royaume par ce côté-là.» Quand nous dùmes
abandonner la place en 1697, Vauban en conçut un profond chagrin et la
plus vive indignation: «Nous fournissons, écrivait-il, à nos ennemis de
quoi nous donner les étrivières... Nous perdons pour jamais l'occasion
de nous borner par le Rhin.»

Nous avons de nouveau possédé le Luxembourg pendant vingt ans sous la
Révolution et sous l'Empire. Il formait alors le département des Forêts.

Il nous fut enlevé en 1815 et fit partie, avec la Belgique et la
Hollande, du royaume des Pays-Bas. En 1831, après la révolution de
Belgique, il fut partagé, comme nous l'avons vu, entre ce pays et la
Hollande. Le roi de Hollande, Guillaume Ier, garda une partie du
Luxembourg avec le titre de grand-duc. Mais la ville faisait
militairement partie de la Confédération germanique et avait une
garnison allemande. En 1842, le Luxembourg entra dans le Zollverein et
par là se germanisa de plus en plus. En 1866, la Confédération
germanique ayant été dissoute, Napoléon III demanda le retrait des
troupes allemandes et songea à obtenir de la Hollande la cession du
grand-duché. La guerre faillit à cette occasion éclater en 1867 entre la
France et la Prusse. Mais, la même année, la Conférence de Londres
neutralisa le Luxembourg, sous la garantie des grandes puissances et
sous la souveraineté personnelle de Guillaume III, roi de Hollande.

L'Allemagne continua cependant à tenir ce petit pays sous sa tutelle. En
1871, elle acquit l'exploitation de ses chemins de fer.

En 1890, Guillaume III étant mort sans héritier mâle, le Luxembourg
passa par droit de succession à son parent Adolphe de Nassau. Ce prince
avait été, en 1866, dépouillé de ses États héréditaires par la Prusse
contre laquelle il s'était déclaré pendant la guerre d'Autriche. Mais,
en 1890, la Prusse ne s'opposa point à ce qu'il recueillit l'héritage du
roi de Hollande et cette gracieuseté amena une réconciliation entre les
Nassau et les Hohenzollern. La Grande-Duchesse actuelle, Marie, est la
fille, d'Adolphe.

Voilà donc un pays qui pendant longtemps et à plusieurs reprises a été
français et qui est aujourd'hui prussianisé. Il y a là un danger. Si la
citadelle de Vauban a été démantelée en 1867, la position stratégique de
la ville est toujours très importante. Elle barre le chemin entre Meuse
et Moselle. Elle ouvre ou ferme l'accès de l'Argonne, de Châlons et de
Paris.

En 1792, le duc de Brunswick partit de Coblence, remonta la Moselle,
masqua à sa gauche la Lorraine par un corps de troupes et, choisissant
Luxembourg comme base d'opération, se lança de là par Longwy et Verdun
vers le cœur de la Champagne.

En 1914, les Allemands, en violant le territoire du Grand-Duché, ont
prouvé qu'il avait gardé son importance militaire pour ou contre nous.
C'est donc pour la France une impérieuse nécessité de s'en emparer ou du
moins d'empêcher qu'il ne reste au pouvoir de l'Allemagne.


       *       *       *       *       *


_L'éviction de la Maison de Nassau._

L'annexion du Luxembourg à la Belgique ou à la France emporterait tout
d'abord l'éviction de la maison de Nassau. Mais serait-ce là un geste
bien élégant? Ne serait-ce pas une violence peu en harmonie avec nos
habitudes chevaleresques et même avec nos principes de justice et de
liberté?

On peut répondre à cette objection par un argument topique. Guillaume
Ier n'a pas hésité un instant en 1866 à dépouiller de ses États
héréditaires cette maison de Nassau, une des plus anciennes et des plus
fameuses de l'Europe, simplement parce qu'elle s'était déclarée pour
l'Autriche contre la Prusse. Il chassa brutalement Adolphe et s'annexa
son duché. Il est vrai que, en 1890, Adolphe ayant hérité de son parent
le roi Guillaume III de Hollande le grand-duché de Luxembourg, la Prusse
daigna lui permettre d'entrer en possession de cet héritage. Les deux
familles se réconcilièrent à cette occasion, mais le Hohenzollern
roublard garda sa proie de la rive droite en permettant au Nassau de
s'installer sur la rive gauche.

Dès lors pourquoi la France serait-elle plus galante que l'Allemagne
envers une famille allemande? Pourquoi serait-elle tenue de dédommager
des Teutons du tort que leur ont fait d'autres Teutons? Si les Nassau
ont un droit dynastique, c'est avant tout sur la vieille principauté
d'où ils tirent leur nom et sur laquelle ils ont régné sept cents ans.
Que la Prusse leur rende ce qu'elle leur a volé sur la rive droite et
qu'elle nous laisse la rive gauche qui ne lui appartient pas. Si les
diplomates tiennent à ne pas contrister la Grande-Duchesse Marie, ils
n'auraient qu'à condamner Guillaume à lui restituer le duché de Nassau.

Le droit de cette princesse sur le Luxembourg découle de celui de la
maison royale de Hollande, branche cadette de la maison de Nassau. Or si
l'on pèse ce droit hollandais, il est permis de le trouver fort léger.
C'est en 1815 que l'Europe, sous l'influence de la Prusse, enleva le
Luxembourg à la France pour l'offrir au souverain des Pays-Bas. Elle ne
fit pas tant de façons pour nous dépouiller. Pourquoi en 1915
aurions-nous plus de scrupules, si nous jugeons que la possession d'un
pays qui fut notre si longtemps est aujourd'hui indispensable à notre
sécurité?

Une autre raison pourrait s'ajouter à celles que nous venons d'exposer
de remercier la dynastie régnante: c'est l'attitude qu'elle a prise avec
son gouvernement dans la guerre actuelle. On a dit que, sous les dehors
d'une résistance et d'une protestation pour la forme, elle a eu des
complaisances excessives pour les envahisseurs. On a critiqué certaines
démarches de M. Eyschen, le ministre omnipotent, et la facilité avec
laquelle la jeune Grande-Duchesse a accepté les compensations offertes
par l'Allemagne et les bouquets de roses de Guillaume II. Il lui était
peut-être difficile de refuser des fleurs, mais s'il est vrai que le
grand-duché a manqué aux devoirs d'une loyale neutralité, ce serait sans
doute un facteur important qui légitimerait des représailles et surtout
des mesures de prudence pour l'avenir. Toutefois, il est difficile au
public de savoir la vérité à cet égard et il est possible qu'il n'y ait
là que des bruits malveillants: or, des on-dit ne peuvent baser une
action politique digne et sérieuse. Les gouvernements alliés savent sans
doute mieux que nous à quoi s'en tenir sur la loyauté du gouvernement
luxembourgeois, et leur sagesse en tiendra compte dans la mesure qui
convient.

Mais les autres raisons que nous avons données, et qui sont d'un ordre
plus élevé et plus général, suffisent à motiver notre reprise de ce
pays, si les Alliés jugent à propos de la décider. Je sais bien, comme
l'a dit le poète, qu'il ne faut pas frapper une femme, même avec une
fleur; mais serait-ce frapper la Grande-Duchesse que de la reconduire
triomphalement à la frontière et de l'envoyer régner au delà du Rhin sur
la principauté de ses pères? Nous pourrions au besoin ajouter quelques
roses de consolation à celles que lui a offertes l'ami Guillaume.


       *       *       *       *       *


_Le droit de la population._

Il reste un problème qui ne semble pas difficile à résoudre, c'est le
droit de la population. Il est certain qu'elle déteste les Prussiens et
sera heureuse de toute mesure qui la soustraira à leur domination. Cette
haine s'est singulièrement accrue pendant cette guerre, où ils ont
traité le Luxembourg en pays conquis. Au contraire, la population a des
sympathies anciennes et profondes pour la France.

La preuve absolue, éclatante, magnifique, que le Luxembourg est
francophile, c'est, si le fait rapporté par la _Luxemburger Zeitung_ est
exact, que la plupart de ses jeunes gens en âge de porter les armes,
8.678 sur 220.000 habitants, ont pris du service comme volontaires dans
l'armée française. Dans toutes les villes qu'ils ont traversées pour
aller de Bayonne au front, ils ont été chaleureusement accueillis au cri
de: _Vive le Luxembourg!_ auquel ils répondaient par celui de: _Vive la
France!_ Le même fait a été certifié par un journal de Trèves, la
_Trierische Landeszeitung_, et ce journal ajoute que, d'après un
communiqué de Berlin, _il n'y a pas de volontaires luxembourgeois dans
l'armée allemande_.

Le chiffre que nous venons de donner a été contesté, je le sais: on a
fait observer que le Luxembourg n'a qu'une armée régulière de 250
hommes. Cette raison ne prouve rien. Si le grand-duché n'a que 250
soldats, c'est qu'il n'a pas besoin d'en avoir davantage. Mais un pays
peut facilement donner 12% de sa population au service militaire. Le
Luxembourg compte 220.000 habitants; en défalquant de ce nombre 20.000
étrangers, c'est 24.000 soldats qu'il peut fournir. Il n'est donc pas
_impossible_ qu'il nous ait envoyé 8.678 volontaires.

MM. Franc-Nohain et Paul Delay, dans leur _Histoire Anecdotique de la
Guerre_, parlent de 800 Luxembourgeois engagés à Paris, dans la seule
journée du 21 août 1914. Mais il faut ajouter à ce nombre ceux qui se
sont fait inscrire à Paris même, les jours suivants, puis ceux qui se
sont enrôlés en province, surtout dans nos grandes villes industrielles
où il y a beaucoup d'étrangers, et enfin tous ceux qui ont pu venir
depuis lors de leur pays, et nous savons qu'ils ont eu toute facilité
pour passer par la Suisse ou la Hollande. Ces trois données doivent
majorer sensiblement le chiffre initial de 800. D'ailleurs nous ne
voyons pas quel intérèt l'Allemagne, s'il est vrai qu'elle a inspiré ces
articles, aurait à faire savoir qu'elle est aussi haïe au Luxembourg que
la France y est aimée.

Néanmoins le chiffre donné est relativement si considérable que nous le
mentionnons sous toutes réserves. Il ne semble pas d'autre part qu'il
puisse être abaissé au-dessous de plusieurs milliers, et c'est déjà une
preuve indéniable de l'amour que l'on a pour la France dans le
Luxembourg.

Un des catholiques les plus éminents du grand-duché, M. Prüm, que j'ai
eu l'honneur de connaître en Belgique et qui est devenu, depuis, mon
collègue au Comité permanent des Congrès Eucharistiques internationaux,
était un intellectuel de culture germanique. Son aversion pour la
politique anticléricale, où il voyait une importation française, avait
même fait de lui un antifrançais convaincu. Mais les atrocités et les
impiétés commises par les Allemands en Belgique lui ont ouvert les yeux.
Il a été surtout révolté par les déclarations de M. Erzberger, leader du
Centre allemand, où sue le pangermanisme le plus éhonté, le plus
barbare, le plus monstrueusement orgueilleux. Il lui a écrit une lettre
ouverte où il lui démontre que ses principes sont incompatibles avec la
doctrine catholique. Sur une plainte de l'intéressé, la lettre a été
poursuivie par le procureur général du Luxembourg. Mais rien n'a plus
servi que ce procès à rendre M. Prüm populaire, les Allemands odieux et
le parti français puissant au Luxembourg.

La population luxembourgeoise parle, il est vrai, en majorité, un
dialecte germanique, mais, comme pour l'Alsace, ce n'est pas un obstacle
à la francisation. Le français est la langue officielle. La bourgeoisie
et la noblesse se servent des deux langues et envoient leurs enfants
dans les pensions de Paris ou de Bruxelles. Le peuple pourra donc
continuer à parler allemand, comme les Alsaciens, et à aimer nos
institutions.

Quant à la dynastie tudesque dont il jouit depuis 1890 par la grâce des
Hohenzollern, il y a lieu de croire qu'il n'a pour elle qu'un loyalisme
peu profond. Et il doit se rendre compte, après l'odieuse violation de
son territoire en août 1914, de l'avantage qu'il y aurait pour lui à
faire partie d'une grande nation comme la France.


       *       *       *       *       *


_Le protectorat de la France_

Si, pour des raisons supérieures, les Alliés rejetaient les deux
solutions précédentes, il est une combinaison qui pourrait encore
sauvegarder tous les intérêts et écarter le péril germanique: ce serait
la neutralisation du Luxembourg sous le protectorat de la France, soit
que l'on garde la maison de Nassau, soit qu'on l'écarte et qu'on la
remplace par un gouvernement républicain ou autre. Ce protectorat
pourrait d'ailleurs n'être qu'un régime de transition qui préparerait
les voies à une prochaine incorporation du pays à la France.



#XIV#

#CONCLUSION#


_Pas de paix boiteuse et essoufflée._
(M. POINCARÉ.)

Je ne suis qu'un simple citoyen français, mais ce titre me donne le
droit de dire ce que j'estime utile et nécessaire au bien de mon pays,
et c'est pourquoi je me suis permis de dédier ces pages aux négociateurs
de la paix future. Je les adjure de se pénétrer de notre droit
historique et de notre intérêt national en ce qui concerne la rive
gauche du Rhin et de ne pas hésiter à réclamer notre dû.

Ils devront accomplir une œuvre colossale, grandiose d'où dépendront
pour des siècles la splendeur et la sécurité de la France; ils auront à
reconstruire une Europe nouvelle sur les bases de l'ordre et de la
justice. Le sort de l'Alsace-Lorraine est la première question qui se
présentera à eux. Ils la trancheront évidemment dans le sens indiqué par
les déclarations de MM. Poincaré et Viviani, en réunissant de nouveau
ces petites Frances à la grande France. Mais la question des autres
provinces rhénanes vient immédiatement après, et une solution semblable
s'impose à la conscience de nos diplomates.

Certains hommes politiques chercheront à les influencer dans un sens
contraire, en leur criant: «_Pas de conquêtes! pas d'annexions!_» Qu'ils
restent sourds à ces suggestions antipatriotiques! Nous ne leur
demandons pas de nous attribuer les terres d'autrui, mais de reprendre
les nôtres, de refaire, suivant l'expression de Vauban, «_notre pré
carré_», comme il l'était au temps de Clovis, de la Révolution et du
premier Empire.

J'adjure les hommes politiques et les publicistes socialistes qui
repoussent toute annexion de considérer qu'ils vont contre le programme
traditionnel de la Révolution et de la Démocratie depuis plus de cent
ans. Qu'ils relisent les discours prononcés à la Convention; ils verront
que l'idée fixe des plus célèbres révolutionnaires fut de réunir toute
la rive gauche du Rhin à la France; ils prétendaient que ce n'était pas
là une annexion ou une conquête proprement dite, mais une restitution ou
une reprise de notre bien. Ainsi pensaient Danton, Carnot, Sieyès,
Cambacérès, Dubois-Crancé, Merlin de Douai, Grégoire[1].

Telle a été aussi l'opinion de Victor Hugo, des historiens de l'école
libérale ou révolutionnaire, comme Thiers, Henri Martin, Louis Blanc,
Edgar Quinet, et de la plupart des publicistes et des hommes politiques
du XIXe siècle, Armand Carrel, Armand Marrast, Barbès, Blanqui, Émile
de Girardin. Les mânes des grands ancêtres frémiraient d'indignation
contre les épigones qui renieraient leur programme.

Si les Allemands étaient vainqueurs, ils n'hésiteraient pas à s'annexer
une partie de notre pays sur lequel ils n'ont aucun droit historique.
Leurs écrivains militaires les plus célèbres, le général von Klausewitz,
le général Bronsart de Schellendorf, le général Bernhardi nous ont dit
clairement que l'Allemagne entendait nous prendre à la prochaine guerre
le nord de la France, de la Somme à la Loire, la Picardie, la Champagne,
la Bourgogne et la Franche-Comté. Le comte Bernstorff, ambassadeur
allemand aux États-Unis, déclarait que son pays nous enlèverait tous les
territoires situés au nord et à l'est d'une ligne tirée de Saint-Valery
à Lyon, soit un bon tiers de la France, y compris Paris.

Nous ne devons donc pas hésiter à reprendre à ces insatiables bandits le
sol qu'ils nous ont enlevé, et qui est nécessaire à notre défense
nationale. Ce serait une folie, un crime, de ne pas assurer à la France
les garanties nécessaires à la défense de son droit et de son
territoire. _Pas de paix boiteuse et essoufflée!_ comme le disait M.
Poincaré! Pas de modestie insensée qui nous remettrait bientôt sur les
bras une guerre plus terrible que celle-ci, et nous ferait maudire et
mépriser de la postérité!

Une occasion va se présenter à nous, unique dans l'histoire, d'accomplir
un acte dont le retentissement sera immortel. Nous souffrons de
l'abominable traité de Francfort qui nous arracha l'Alsace et la
Lorraine; nous souffrons des traités de 1815 qui nous enlevèrent les
provinces rhénanes inférieures; nous souffrons même, après plus de mille
ans, du traité de Verdun qui démembra pour la première fois notre
patrie. Que le prochain traité répare pour mille ans, si c'est possible,
toutes ces erreurs et toutes ces fautes. Reprenons nos anciennes
provinces, l'Alsace, la Lorraine et la France rhénane,--et que nos
sentinelles montent éternellement la garde sur le Rhin!

[Note 1: Voir plus haut dans le chapitre VIII: _Politique de la
Convention_.]



       *       *       *       *       *


PARIS (VIe)
Librairie de P. LETHIELLEUX, Éditeur
10, rue Cassette, 10


#ŒUVRES DE M. L'ABBÉ COUBÉ#


#GLOIRES ET BIENFAITS DE L'EUCHARISTIE#
   In-8 écu                                 3.50

#GLOIRES ET BIENFAITS DE LA SAINTE VIERGE#
   In-8 écu                                 3.50

#GLOIRES ET BIENFAITS DES SAINTS#
   In-8 écu                                 3.50

#NOS ALLIÉS DU CIEL#
   In-8 écu                                 3.00

#DISCOURS DE MARIAGE#
   In-8 écu                                 3fr.
    Ce recueil de seize discours de M. l'abbé Coubé expose la doctrine
    catholique sur la nature et la dignité du sacrement de mariage, les
    devoirs qu'il impose aux chrétiens, les grâces qu'il leur confère.
    Il les met en garde contre les opinions courantes destructives de la
    foi conjugale et les fins de cette institution divine. Inutile de
    dire que prononcés dans des églises, ils peuvent être mis entre
    toutes les mains. Les prêtres surtout y trouveront une aide pour les
    discours analogues qu'ils auront à composer. C'est d'ailleurs à la
    demande de plusieurs d'entre eux, qui en ont eu connaissance, que
    ces discours, imprimés à part pour les familles intéressées, ont été
    réunis en vo1ume.

   Titre des discours:
    La Pensée de Dieu dans le Mariage.--L'Épée, la Plume et la
    Croix.--L'Amour du Devoir.--Dieu, France et Marguerite.--Le Mariage
    du Marin.--Le Culte de la beauté.--Sur la mer de Tibériade.--Sois
    Féal! _Sursum Corda!_--Le Mariage de la Sainte Vierge.--À Cana de
    Galilée.--Le Mariage du jeune Tobie.--Le Mariage de Rébecca.--À Dieu
    vat!--La Lutte pour la Vie.--Un coin de Ciel bleu.--La Chambre
    nuptiale.


#L'AME DE JEANNE D'ARC#
   In-8 écu                                 4fr.

#JEANNE D'ARC ET LA FRANCE#
   In-8 écu                                 2fr.

#L'ÉPOPÉE DE JEANNE D'ARC#
   _EN DIX CHANTS_, par l'abbé S. COUBÉ
   _EN DIX TABLEAUX_, par le Commandant LIÉNARD
   In-8 écu                                 2 fr.
    C'est une vie de Jeanne distribuée en dix chapitres qui forment
    comme les dix chants d'une épopée en prose et illustrée par dix
    belles gravures en couleurs du Commandant Liénard. Ces gravures,
    finement exécutées, sont de petits chefs-d'œuvre aux tonalités les
    plus opposées et les plus brillantes, depuis les effets de neige de
    la pleine de Vaucouleurs jusqu'aux rouges lueurs des torches
    embrasant les rues d'Orléans. Le texte de M. l'abbé Coubé en offre
    un commentaire tout vibrant de patriotisme.

#Alsace, Lorraine et France rhénane#
   EXPOSÉ DES DROITS HISTORIQUES
   DE LA FRANCE
   SUR TOUTE LA RIVE GAUCHE DU RHIN
   In-12                                    2fr.

#Les Gloires de la France
   et les Crimes de l'Allemagne#
   ANTAGONISME SÉCULAIRE
   DE LA FRANCE ET DE L'ALLEMAGNE
   In-12                                    3.50

#L'Ame de Jeanne d'Arc#, panégyriques et discours religieux
   (6e édition)                             4

#Jeanne d'Arc et la France#, conférences et discours patriotiques
   (3e édition)                             2

#Discours de mariage# (4e édition)          3

#Gloires et Bienfaits de l'Eucharistie#
   (5e édition)                             3.50

#Gloires et Bienfaits
   de la Sainte Vierge#
   (4e édit.)                               3.50

#Gloires et Bienfaits des Saints#
   (2e édition)                             3.50

#Nos Alliés du Ciel# (5e édition)           3

#L'Épopée de Jeanne d'Arc#, en 10 chants, par l'abbé
   S. COUBÉ, et en 10 tableaux, par le commandant LIÉNARD.
   In-8 écu (10 gravures en couleur)        2

#Alsace, Lorraine et France rhénane.# Exposé des droits
   historiques de la France sur toute la rive gauche du Rhin.
   Préface de M. MAURICE BARRÈS. In-12      2

#Les Gloires de la France et les Crimes de l'Allemagne.#
   Antagonisme séculaire de la France et de l'Allemagne.
   In-12                                    3.50

#La Communion hebdomadaire# (12e mille. Librairie
   Téqui)                                   1.50

#L'Idéal.# Revue mensuelle d'études religieuses apologétiques
   et sociales. Directeur: M. l'abbé COUBÉ. (Bureaux, 29, rue
   Chevert.)
   France                                   4
   Étranger (U. P.)                         5


Paris.--DEVALOIS. 144. av. du Maine (11 dans le passage).





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Alsace, Lorraine et France rhénane - Exposé des droits historiques de la France sur toute la rive gauche du Rhin" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home