Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'amie rustique et autres vers divers
Author: d'Albenas, François Bérenger de la Tour
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'amie rustique et autres vers divers" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by the
Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



                                 l'Amie
                               RUSTIQUE,
                         Et autres vers divers,

                                  Par

                     Berenger de la Tour d'Albenas
                              en Vivarez,

                                   A

                          M. Albert, Seigneur
                            de Sainct Alban.


                           [EX AEQUITATE, ET
                           PRUDENTIA HONOS.]

                                A Lyon,
                   De l'imprimerie de Robert Granjon.

                            Mil. V^c. Lviii.



Le contenu en ce volume.

  L'Amie Rustique.
  Chansons.
  Chant de Vertu et Fortune.
  Chant funebre.
  Epitaphes.
  Naseïde.



A N. Albert, Seigneur de sainct
Alban, B. de la Tour,
desire felicité.


Ces jours Natalz, qu'on retire l'esprit d'entre l'enclume, et le marteau
des negoces, vous envoye les restes de ma jeunesse comprinses en ce
livre, qui ne tenant d'aloy pour souffrir les supplices de la
publication, entre les flots des opinions vulgaires, se contrastans plus
que la mer aux opposées bouches de Eole: ha dormy en tenebres, Jusques
aujourd'huy que je l'ay mis en vie: non pour sa liberté publique, Mais
comme ostage de mon affection envers vous, (nous estans donnez la main
d'amitié perpetuelle,) lequel, ainsi que nouveau fruict, s'il nourrit
peu, donnera au moins appetit à viandes plus solides, ja preparées en
mon siecle des siecles en poesie, et Orient de Grece, histoire, ou
prose, non moins desirée pour son antiquité de ceux qui en ont veu les
fragmens, que de moy tenue secrette, attendant le loisir pour vous la
fere voir. Tous lesquelz discours sembleroyent estre loings de ma
vocation des loix, sans le Philosophe Thebain, duquel aux jeux d'olimpe
s'esmerveillant le peuple, de ce qu'il avoit tissus ses vestementz,
escriptz, et composez ses livres, et en soy n'avoit chose que de sa main
il ne l'eust faicte respondit, la negligence des hommes estre cause de
la division des Ars. Car ce que tous scavent ensemble, un seul est
obligé scavoir: Lequel ores qu'il promist n'ignorer ce qu'il monstroit,
ne vouloit pourtant Inferer entendre toutes choses. Comme aussi ne fay
je, ny les nombres Poetiques, Ainsi que par la monstre de ce livre est
cler à voir, les conferant aux Homeres francoys, dont le nom ne peut
tumber aux tenebres d'obly, ny perir fors avec la memoire des siecles
que juge en mes vers plusieurs choses à revoir, outre celles ou l'envie
ha coustume se prendre: Dont les suppostz je compare aux pinceteurs des
draps (office mecanique) iceux purgeans des noudz & festus seulement,
sans intelligence qu'ilz ayent du lanage, filasse, Couleur, ou Tissure.
Car taisant le bien qu'ilz ne peuvent comprendre, font grand cas des
motz adaptez à nostre langue, qu'ilz baptisent peu graves, ou peu
francoys: des poinctz: des lettres versalies, ou l'orthographe qu'ilz
disent trop loing, ou proche de la prolation, en quoy seroit plus facile
mettre reigle aux vestementz francoys: Veu qu'en tous deux la facon est
la moins certaine. Cecy est peu au pris de ce que je vous doy, et
beaucoup, puis que vient d'une volonté congnue: laquelle ne sera sans
monstrer nouveaux effectz qui Preserveront (aydant Dieu) La vie
d'oysiveté, et noz sepulchres d'obliance.

                                 * * *



L'Amie rustique, divisée
par Eglogues.

Premiere Eglogue.

Guiot.

    Loing à l'escart, je suis encor en doubte
    De reveller les maux que seul je gouste,
    Mais mon martire et mon triste regret
    Ne sera moins secret
    Si le disant personne ne l'escoute.

    Cruel amour ne te suffisoit estre
    Roy des Citez sans te faire congnoistre
    Aux pastoureaux? mais quel loz en as tu
    D'employer ta vertu
    Pour donner fin à leur repoz champestre?

    Je scay combien ta flamme est violente,
    Combien aussi ton ayde est froide et lente,
    Dont je me sents de vie reculé
    Comme l'arbre bruslé
    Qui mort, demeure encor droict sur sa plante.

    De toy provient la flesche qui me tue,
    Gueris moy donq Amour et m'esvertue:
    Et fay autant que les animaux font,
    Dont les bras premiers sont
    Faitz en Ciseau, et piquent de la queue.

    Ja ja la force en moy est deffallie
    Ja à mes os la seiche peau s'allie.
    Fay moy donq grace ores s'offre le lieu:
    Fay le au nom de ce Dieu
    Qui fut pasteur neuf ans en Thessalie.

    L'ame vaguant' à l'entour de ma bouche,
    Ores tend l'aisle, ores la plie et couche:
    Or le sejour or la fuite elisant:
    Et mes nerfs à present
    Sont comme ceux que sur la lire on touche.

    Va ame donq, maintenant en est heure:
    Va encor va, à fin que tost je meure.
    Tu es par trop avare de mon bien:
    Ah, tu le monstres bien,
    Quand malgré moy au corps tu fais demeure!

    Va puis que celle, ou mon oeil se repose,
    Et qui au fonds de mon cueur est enclose,
    Ne recongnoit comme sur mon bellier,
    A son nom vien lier
    A chasque bout des cornes une rose.

    Et fay souvent que ma trouppe barbue
    Porte en son col mainte chayne pendue
    De belles fleurs que je prends cà et là:
    Mais je voy que cela
    En son endroict n'est que peine perdue.

    O Nimphe ingrate un peu cest oeil retire
    Dont la rigueur fait croistre mon martire:
    Et s'il te plaist ayes ores pitié
    De la grand' amitié
    Que je te porte, et ne te l'ose dire.

    Ceste couleur qui change, et ceste eau molle
    Sortant des yeux, et la trouppe qui vole
    De mes souspirs te le disent assez:
    Les desirs tant pressez
    Me font geller aux levres la parolle.

    Si quelque fois pres de toy je m'advance
    Ta main me poulse & se met en deffence:
    Dont bien souvent je demeure confuz,
    Mais que ferois tu plus
    A ceux, lesquelz te voudroyent faire offence?

    Ingrate encor! advant qu'en rien me touches
    Tires ta robbe arriere: et à noz bouches
    Ne veux souffrir le baiser souhaité:
    Las tu fais grand cherté
    D'un bien, lequel ne peux deffendre aux mouches.

    Combien de fois je t'ay portée en croupe
    Dessus mon Asne allant apres la troupe
    De noz brebis: combien de fois aux champs
    Aux espines trenchants
    Dessouz tes pieds j'ay estendu ma joupe?

    Combien de fois au bout de ceste roche
    (Sur noz troupeaux ayant l'oeil tousjours proche)
    Je t'ay faict part de mes fruicts delicats:
    Helas ne cuide pas
    Que je le die à present pour reproche.

    Mais je le dy pour te mettre en memoire
    Mon Amitié et te donner la gloire
    D'avoir rengé mon cueur souz ton pouvoir
    Ce que tard Cuidoy voir
    Comme je voy que tarde es à le croire.

    Tu le vois bien, et fains ne le congnoistre,
    Tu vois qu'il n'est possible à aucun estre
    Plus amoureux que moy qui tout suis tien,
    Et si n'estimes rien
    La grand' amour que sur toy je vien mettre.

    Quand m'as tu veu d'un pied benin et grave
    Marcher en place, et que ne fusse brave:
    Poil sans peigner, Ceincture sans flocquetz,
    Mon chappeau sans bouquetz,
    Et que souvent ma face je ne lave?

    As tu encor en ces lieux veu personne,
    Qui de sa voix si haut et clair resonne
    Que moy, et qui dansant semble voler
    Jettant le pied en l'aer
    Quand Piranel de sa musette sonne?

    J'ay bien dequoy, à l'oeil tout me prospere,
    Blé, vin, et laict abonde en mon repaire:
    Tousjours à part j'ai dix francs sans esmoy:
    Et ay qui sont à moy
    Seize brebis au troupeau de mon pere.

    Le seul amour que je ne te puis faindre
    A regretter vient mon ame contraindre
    Quand par ardeur celle que je poursuis
    J'ayme, et aymé ne suis,
    Las! n'ay je point matiere de me plaindre?

    Ce roc biffront de jastres qui surmonte
    Tous ses voisins, verra sa cheute prompte
    Plus tost qu'amour laisse en moy d'avoir cours:
    Car cela est tousjours
    Quand on ne peut des ans scavoir le compte.

    Apres ma mort cest' ame langoureuse,
    De mon malheur se reputant heureuse,
    Ferme sera tousjours en son propoz:
    Mais loing est de repoz
    Estant ainsi d'une ingrate amoureuse.



L'Amie rustique.

Eglogue seconde.


Carlin.  Guiot.

    He mon Guiot.  G. He mon Carlin,
    Ce grand dieu à tout bien enclin
    Te doint santé.  C. Mais quelle chere
    Despuis que ne t'ay veu.  G. Legere,
    Tousjours plein d'amoureux soucy,
    Qui me rend solitaire icy,
    Ou tout plaisir m'est interdict.
    C. Est ce par amour?  G. Tu l'as dict
    C. Croys tu qu'ennuyeux soit d'aymer?
    G. Ainsi ne le veux estimer.
    C. Pourquoy donq si grand dueil te poingt?
    G. C'est pource qu'on ne m'ayme point.
    Et celle dont j'ay tant d'esmoy,
    En ayme un autre plus que moy.
    C. Moyen y ha pour y attaindre,
    G. Mais l'amour ne se peut contraindre,
    Ah Carlin à ma volonté
    Mon dernier jour me fust compté
    Lendemain de.  C. Tes nopces.  G. Non:
    C. Guiot si tu me dis le nom,
    Encor s'y trouvera remede.
    G. Bien leger, si elle me m'aide.
    Seulle me peut donner repos,
    Mais pour achever mon propos,
    Je voudroys estre ensevely
    Apres avoir d'elle cueilly
    Un seul baiser.  C. C'est peu de chose.
    Dy moy son nom.  G. Son nom? je n'ose.
    Tant de peur se mesle parmy
    Mon amitié?  C. A ton amy?
    G. Amy n'y ha tel que soy mesme.
    C. As tu peur que le bruit je seme
    De cecy? Guiot tu scais bien
    Que je t'ayme.  G. Mais c'est grand bien
    De couvrir tousjours ses secretz.
    C. Ouy, fors aux amys discretz
    Et je suis la fleur de ceux là,
    G. Je ne diray jamais cela:
    C. Et bien, et si je le devine?
    G. Alors comme alors:  C. Est ce Andrine
    La bergere tant fresche et gaye?
    G. Tu as mis le doigt en la playe,
    C'est elle sans autre, c'est elle.
    C. Andrine! c'est bien la plus belle
    Qui herbe onq de ses piedz foula:
    Mais comment te dressas tu là?
    Quel moyen euz tu, quel accez?
    G. Certains jours avant le decez
    De Robin son pere, j'estoy
    Aupres de ce ruisseau.  C. Qui toy?
    G. Ouy, moymesme: escoute donq:
    J'apperceu venir tout le long
    De ce pré, Andrine, laquelle
    Ses brebis chassoit devant elle
    Avec un rameau de pouplier,
    Lequel par fois faisoit plier
    Dessus la croupe ores de ceste
    Ores de celle, et la doucette
    Chantoit, scais tu une chanson
    Si bien, qu'on s'endormoit au son
    Si doux accord elle tenoit:
    Et son troupeau icy menoit
    Abrever: Or icy venue,
    L'une et puis l'autre jambe nue
    Lava: et moy estant derriere
    En jeu, luy jettay une pierre,
    Dont l'eau repoulsant en l'aer, royde
    La baigna.  C. Estoit elle froide?
    G. Dieu m'en gard! Car c'estoit au temps
    Des Cigalles.  C. Or bien j'entends
    Apres.  G. Subit je me retire.
    C. Et elle?  G. Ne faisoit que rire.
    Tenant l'oeil ouvert cà, et là,
    Pour veoir qui avoit faict cela:
    Mais j'estoy derriere un buisson
    A couvert.  C. Ha mauvais garcon!
    Bien cuidoit que tu feusses pres.
    G. Or voicy le meilleur apres.
    Je sors et m'approchant tout beau
    Feis semblant la jetter en l'eau,
    Qui m'embrassa.  C. De peur de choir?
    G. Mais d'aise qu'avoit de me veoir,
    Au moins me le sembloit ainsi:
    Dont moy tresjoyeux de cecy,
    Recourbay mes deux bras alors
    A l'entour de ce tendre corps,
    Et subit la vins embrasser:
    Mais gueres ne l'osay presser.
    C. Pourquoy non? Responds si tu veux.
    G. De peur de la coupper en deux:
    Tant la trouvoye gresle, et tendre.
    C. ô je veux bien la fin entendre
    Que s'en ensuit.  G. Mille propos
    Qu'apres nous tinsmes à repoz
    Tous deux assis au bord de l'eau:
    C. D'amour?  G. Je ne fus pas si veau,
    Des brebis du faict de mesnage:
    Et ce pendant en mon visage
    Je sentoys un feu monter,
    Et le poux du bras se haster
    Trop plus que n'avoit de coustume:
    C. C'est signe quand Amour s'allume.
    G. Ma langue begue devenoit.
    Et quelque neble se tenoit
    Aux yeux, les empeschant de veoir.
    C. Amour aussi ha ce pouvoir.
    G. Mes souspirs trouvants l'huys ouvert,
    Se meirent tous à descouvert
    Se pressans l'un l'autre à l'issue:
    Que par la claye mal tissue
    Noz gras troupeaux mieux ne se pressent,
    Quand les bergers, peu cautz, les laissent.
    C. C'est l'amour Guiot qui te poingt.
    Mais ne la baisois tu point?  G. point.
    C. Quand ton oeil son beau corps eut veu,
    Tu en fus assez repeuz.  G. peu.
    C. Ne te rendoit elle esjouy
    Quand parler t'eut ouy?  G. Ouy,
    Toutesfois le desir ardant
    Que j'avoy en la regardant,
    Combatoit avecques la crainte
    C. Dequoy? qu'elle devinst enceinte?
    G. He causeur: mais pource que j'ayme.
    C. Comme font amans de caresme,
    Qui ne touchent point à la chair.
    G. Je l'ayme pour ne m'approcher
    D'un tel abuz.  C. Donq et pourquoy
    Avois si grand' crainte?  G. Or taiz toy.
    Car aymant, aymé je ne suis:
    Et ainsi ay vescu despuis.
    C. Encor y ha bonne esperance.
    G. Tresbonne, mais peu d'asseurance
    C. Guiot que je sache le tout.
    G. Tu en as veu presque le bout
    C. Quelle faveur?  G. froide en saveur.
    C. Que devins tu?  G. Un grand réveur,
    Ennuyé de longue poursuite
    C. Qu'en as tu pour la suite?  G. fuite
    Et tout cela pour abreger
    Qui fait les amans enrager.
    C. A la fin ne t'approchois tu
    Pres d'elle?  G. C'est bien entendu:
    Approcher las! Tant qu'on vouloit,
    Mais tousjours elle reculloit,
    Fuyant de moi à sautz traynez:
    Si qu'en bref fusmes destournez
    Du lieu ou la trouvay seulette
    Environ un traict d'arbaleste.
    C. Et depuis?  G. A aymer l'induis:
    Mais certes la chaine d'un puits
    N'est si froide qu'elle se monstre:
    Car par fois si je la rencontre
    En chemin, et l'arreste là,
    Hay dit elle laissez cela:
    J'ay haste, laissez moy aller:
    Si que loisir n'ay de parler
    Un mot, tant se monstre farouche:
    Et par tout là ou je la touche
    Dit qu'elle ha mal.  C. Et tu la crois?
    G. Pourquoi non, Carlin quelque fois?
    Bien autre chose que je n'ose,
    Quand ma main sur elle je pose,
    La presser, tant je crains à l'heure
    Que la piece ne me demeure
    C. Ouy qui presser la voudroit
    Comme quand un bois on romproit,
    Ou trop tendre tu me la fais.
    G. Ainsi qu'un petit beurre frais,
    Et plus encore comm' il semble:
    Mesmes hier quand estions ensemble,
    Et sa main tendre alloys touchant
    Comme on fait draps chez le marchand,
    Ou ainsi que les toilles fines.
    C. mon amy ce ne sont que mines,
    Alors que ses propoz te dict
    Ne rit elle?  G. Quelque petit.
    C. donq elle t'ayme?  G. Ouy, loing d'elle.
    Ma creance au moins en est telle:
    Toutesfois le jour du dimenche
    Elle ha une ceinture blanche
    De moy, qu'elle porte souvent:
    Souvent aussi port' au devant
    De son front un' autre en guyrlande.
    C. C'est figure que l'amour est grande.
    Mais quoy? ne te donne elle rien?
    G. Tu l'as dict, rien.  C. je m'entendz bien,
    S'elle te donne quelque chose.
    G. Je n'ay oncques eu qu'une rose
    Laquelle en un brevet je garde,
    Pour guerir de la fievre quarte
    A un besoing: et pour icelle
    Mon amy je t'asseure qu'elle
    Despuis en cà, ha eu de moy
    Deux cents bouquetz.  C. Or je t'en croy
    Encor est prou qu'elle les prenne
    G. Je dy sans ceux là que je traine
    Tous les jours et moyen ne treuve
    Pour les bailler, ô que j'espreuve
    De maux ou plus un cueur se fasche!
    Cuides tu Carlin que je sache
    Qu'est de repos, il ha trois moys
    Que couché ne me suis trois fois
    En lict,  C. Que fais tu donq le seoir?
    G. Le plus souvent me vay asseoir
    A la rue, pres de sa porte
    Et là ma musette je porte
    Avec quoy je plaintz mes ennuys:
    Je fais cela toutes les nuicts.
    Mais de mon faict compte ne fait.
    C. Pour autant qu'elle ne le scait.
    G. Ne le scait! Qui ne le scauroit?
    Mais qui le blyron n'ouyroit
    De ma Musette à triple voix?
    Veu mesmes que là mille fois
    Pour sonner me suis allé mettre.
    C. Sans veoir aucun à la fenestre?
    G. Il est vray, ry t'en hardiment,
    Quand l'amour eut commencement.
    Un seoir me sembloit veoir parmy
    La fenestre ouverte à demy
    Andrine, encor me sembloit
    Que d'un blanc linge s'affubloit
    La teste pour n'estre congneuë,
    Et au reste qu'elle estoit nue.
    C. He ribaud!  G. Adonq je forcay
    Ma musette par tel essay
    Que l'on n'oyoit à l'environ
    Fors son bly bly, blyron blyron
    Dont m'en senty trois jours apres.
    C. C'estoit elle au moins?  G. Quand de pres
    L'euz regardée: he, he: je ris.
    C. Je croy que là tu fus bien pris:
    Que le faict bien tost me descouvres.
    G. Brief c'estoit l'une de ses chevres,
    Je ne scay comme l'ose dire.
    C. Il y ha assez dequoy rire
    Povre abusé!  G. Qu'y ferois tu?
    C'est amour qui ha la vertu
    D'aveugler et oster le sens.
    Dire le puis: car je le sents,
    Et l'ay senty il ha long temps.
    Advise Carlin cy dedans,
    Fais que ta main plus avant entre.
    C. Je croy que la peau de ton ventre
    Est plus seiche, maigre, et deffaicte
    Que n'est celle de ta musette,
    Il te faut pourveoir à cecy.
    G. J'estois encores plus transi
    Quand Robin fut mis au sarcueil
    Et le temps qu'elle porta dueil.
    Car n'osoy d'elle m'approcher:
    Ma musett' aussi sans toucher
    Demeura à un clou pendue,
    Et jamais ne fut entendue
    Fors le jour que son dueil laissa,
    Et n'ay cessé despuis en cà
    De chanter comme au paravant,
    Mais ce n'est que chansons au vent.
    C. Je mettroy peine à l'oblier,
    Ou bien autrement la lier
    Par amitié.  G. Quelle pitié!
    C. Si ne peux de tout, la moitié,
    Ton mal au moins en seroit moindre.
    G. Tant souvent me suis venu oindre
    De graisse de mulle: et en oultre
    Tant souvent ay prins de la poudre
    De ses piedz et l'ay avallée
    En urine de bouq meslée:
    J'ay cherché remedes nouveaux
    Jusques aux plumes des oyseaux,
    Qui sont de plus sinistr' augure:
    Et toutesfois l'amitié dure.
    Et pour me fair' aymer sans faincte
    Au ciel n'y ha ny sainct ny saincte
    Qu'express' oraison ne luy fasse:
    Et par tout là ou elle passe,
    Avec soy porte l'os senestre
    D'une rayne, que je vins mettre
    En un ply de sa robbe, ensemble
    De l'oyseau à qui la voix tremble
    Le cueur que je reduitz en poudre.
    C. Mais comment peux tu cela couldre,
    Qu'elle ne vinst contrarier?
    G. Je le feis chez le couturier,
    Au paravant que l'eust vestue.
    Mais comme que je m'esvertue,
    De tous coustez, je perds ma peine,
    C. Quelque jour de ceste sepmaine
    En parlerons plus amplement
    A Dieu Guiot.  G. si promptement!
    Encores le meilleur demeure.
    C. Guiot, je sens approcher l'heure.
    Pour joindre mes boeufz. Or adieu.
    G. Tu me trouveras en ce lieu
    Tousjours esloigné de repos.
    Carlin?  C. Qu'y ha?  G. De noz propos
    Mal aucun.  C. Voy, tu me fais rire
    Cela s'entend bien sans le dire.



L'Amie rustique.

Eglogue troisiéme.


Andrine.

    Nimphes qui par ces forestz
    De Cerez,
    Souffrez en voz ames naistre
    Le feu, par qui vous bruslez,
    Et voulez.
    La fureur d'amour congnoistre.

    L'amour dont parler je vois
    Mille fois
    Son arc contre vous desbande:
    Nourrissant vous cueurs d'esmoy.
    Quant à moy,
    Point ne suis de vostre bande.

    De ce traict qui tant vous poingt,
    Je n'ay point
    La force encor esprouvée:
    L'aveugle Dieu qui vous fiert
    Bien me quiert,
    Mais encor ne m'ha trouvée.

    Seulle me puis estimer
    Sans aymer
    Et veux bien souffrir qu'on m'ayme:
    Car ce m'est grand heur d'avoir
    Le pouvoir
    Sur autruy et sur moy mesme.

    Qu'on blasme de cruauté
    Ma beauté,
    Et que suis fiere et sauvage,
    Il me vaut mieux l'estre aussi
    En cecy
    Que trop douce à mon dommage.

    De vous toutes à l'escart
    Seulle à part
    Il me plait estre esloignée,
    Vostre assemblée je fuis,
    Et si suis
    Mieux que vous accompaignée.

    Voz tourmens et voz ennuys
    Jours et nuicts
    Font que l'oeil de pleurs se baigne.
    Et ma gaye liberté
    M'ha esté
    Tousjours fidelle compaigne.

    Voz cueurs de tristesse pleins
    Or je plaints
    Quand faut que l'amour y gise,
    Le bien qu'on ha pour aymer
    Est amer
    Au regard de ma franchise.

    L'oeil et le pied sans arrest
    Tousjours prest
    Suit le train de voz pensées:
    Si que ne vous congnoissant
    Plus de cent
    Disent qu'estes insensées.

    Le travail que vous menez,
    Et prenez,
    C'est pour au gré d'amour estre:
    Mieux aussi n'ont que cela
    Tous ceux la
    Qui servent si jeune maistre.

    A ce Dieu il vaudroit mieux,
    Qu'eust les yeux
    Ouvertz, et par modestie
    Leur bandeau allast ostant
    Le mettant
    Sur plus honteuse partie.

    Prenez visée hardiment
    Au tourment
    Qui en voz cueurs prend racine:
    Vostre grand mal bien scavez
    Et n'avez
    Cure de la medicine.

    Car vous toutes qui aymez
    Estimez
    Que voz peines langoureuses
    Et voz travaux ne sont rien
    Pres du bien
    Qu'avez pour estr' amoureuses.

    Je ne feis oncques l'essay:
    Bien je scay,
    Que la pein' y est tresgrande:
    Pource que l'ennuy qu'on prend
    Est plus grand
    Quand un aveugle commande.

    D'amour pressée je suis:
    Mais je fuis
    Ceux, ou vostre mal consiste,
    Et quand se dressent à moy
    Je les oy:
    Mais le cueur tousjours resiste.



L'Amie rustique.

Eglogue quatriéme.


Andrine.  Guiot.

    Comme le jonc droict et beau
    Ploye en l'eau,
    Et tourne en son premier estre,
    G. hem, hem.
    A. La bouche incline à leurs dictz,
    Mais tandis
    Mon cueur est tousjours le maistre.
    G. Mais que vous sert de venir mettre
    Le feu en mon cueur langoreux,
    Et me contraindre estre amoureux
    Si l'oeil à pitié ne s'encline?
    A. Que dites vous?  G. Que dis je Andrine?
    Il n'y ha pire sourd au monde
    Que qui le fainct.  A. Ains qu'on responde
    Il faut bien scavoir qu'on demande,
    Car de respondre ains qu'on entende
    Ce sont termes de filles folles:
    G. A bon entendeur peu parolles.
    Je dy que l'amour me surmonte
    Et vous n'en faittes point de compte.
    Mais fuyez quand je vous appelle.
    A. Quand?  G. Mesme à cest' heure.  A. Quelle?
    G. Quand suis venu icy passer.
    A. J'ay bien ouy quelqu'un tousser,
    G. C'estoit moy.  A. Je ne viens point, non,
    S'on ne m'appelle par mon nom.
    Guiot il faut faire cela
    A celles je les laisse là,
    Et non à moy.  G. Pour Dieu mercy.
    Helas le prenez vous ainsi.
    A. Je vous pardonne.  G. A l'advenir
    Autre moyen viendray tenir.
    Ma Perle si vous vient à gré,
    Tandis que l'herbe de ce pré
    Sert de pasture à noz brebis
    Entendez s'il vous plait mes dictz.
    A. Je le veux bien Guiot, pourveu
    Qu'ilz soyent bons.  G. Pas ne m'avez veu
    Desbordé jamais en propoz:
    Pource mettons nous à repoz
    Pres ceste haye hors la voye.
    A. Mais en lieu que chacun nous voye.
    G. Souz cest amandrier,  A. je le veux.
    G. Divin tronq, ô l'un des neveux
    De ceste amante fortunée,
    Pour s'estre elle mesme donnée
    Ce que je poursuis pour Andrine.
    A. Quoy?  G. Ce que la vie extermine.
    A. Il faudroit dire la raison.
    G. Tant m'ennuye ceste prison,
    Ou par rigueur mon cueur avez.
    A. Guiot, je croy que vous révez,
    Que j'ay prison, ou est la porte?
    Ou sont les clefz? si je les porte,
    Sus prenez les d'autorité,
    Et mettez vous en liberté.
    Prisons Guiot! Je n'en ay point.
    G. C'est Amour qui au cueur me poingt,
    Et toujours apres vous me tire
    Avec la chayne de martire,
    Scait on pire prison que là?
    A. Ouy si vray estoit cela
    Que vous m'aymez.  G. En doutez vous?
    Contre moy puissent estre tous
    Les hauts cieux, si c'est autrement:
    A. C'est la coustume d'un amant
    De jurer, et mentir ensemble.
    G. M'estimez vous tel?  A. Il me semble
    Que tous parlez de mesme voix.
    G. Mais est ce la premiere fois
    Que je vous ay dit ma pensée?
    Comme l'amour fut commencée
    En ce lieu mesme à mon dommage?
    Ce ruisseau en rend tesmoignage
    De mes pleurs augmente souvent:
    Mes souspirs compaignons du vent
    Ont vollé despuis front à front
    A Ostre, lequel n'est si prompt
    A Porter la pluye en ces lieux.
    Qu'ilz sont à l'endroit de mes yeux.
    A. Si le train vous est tant amer,
    Pourquoy ne laissez vous d'aymer?
    Car n'est bon mettre son courage
    En lieu dont peut venir dommage.
    G. L'espoir seul me rend poursuivant.
    A. L'espoir nous trompe bien souvent.
    G. Vous y pouvez remedier,
    A. Ailleurs faut secours mendier.
    G. Pourquoy?  A. Je ne veux point aymer.
    G. Vous voulez vous faire blasmer,
    Andrine dittes autrement.
    A. Aymer bien, mais egallement
    Un chascun,  G. l'incongnu autant que ceux là
    Que congnoissez? A. Non pas cela.
    A ceux cy j'ay plus d'amitié.
    G. Je suis venu à la moitié
    De mon desir: et à ceux cy
    Portez vous amour tout ainsi,
    Fassent plaisir ou desplaisir?
    A. Plus à ceux qui me font plaisir.
    G. Et qui plus en fait plus l'aymez?
    A. Ainsi faut bien que l'estimez,
    Si en eux je le puis congnoistre.
    G. Sur moy donq en devez plus mettre
    Que sur tous vos congneus.  A. Pourquoy?
    G. Car qui vous cherit plus que moy?
    Qui fais pour vous, et plus vous ayme
    Que tous voire plus que moy mesme.
    A. Vous le dittes.  G. Car il est vray.
    Et tousjours cest' amour suivray,
    Tant qu'au monde seray vivant.
    A. Ce ne sont que propoz au vent.
    G. Ce que je dy est tout notoire,
    A. Toutesfois je ne le puis croire.
    G. ô temps pervers, et rigoureux
    Qui fais que l'amour langoureux
    N'est plus congneu par la parolle,
    Par les souspirs, ou par l'eau molle
    Des longs pleurs qui furent jadis
    Ses messagers, mais à mes dictz
    Semble qu'avez l'oreille close.
    A. Je ne vous puis dire autre chose
    La faute ne vient point du temps.
    G. de qui donq.  A. des menteurs amants,
    Disans qu'amour au cueur les touche:
    Mais cela ne passe la bouche.
    G. Si mal pour le coulpable en sent
    S'en faut il prendr' à l'innocent?
    A. Vos amitiez sont d'une sorte.
    G. Horsmis que la mienne est plus forte,
    Plus loyalle constante et ferme:
    Aussi telle que je l'enferme
    Dens mon cueur la pouvez congnoistre!
    A. A vous tient.  G. Je ne la puis mettre
    A veuë d'oeil plus que je fais.
    Vous en avez veu les effectz
    Jusqu'icy: tesmoings les ennuiz
    Qui me font aux plus froides nuictz
    Vaguer seul en cent mille parts,
    Ou entre mes vains pas espars
    Je mesle chansons amoureuses,
    Et au sort des nuictz malheureuses
    Jusqu'icy ay mes jours passez
    Avec les autres insensez,
    Moins que moy toutesfois aymans,
    Moins aussi ayans de tourmens.
    Lieu aucun on ne peut trouver,
    Ou mon couteau puisse graver
    Que vostre pourtraict n'y soit veu,
    Et au pied cest eternel voeu
    Le cours du monde cessera
    Quand Andrine en obly sera:
    Aux escorces des plus hautz trembles
    Vous en trouverez mill' exemples
    Pour peu qu'on suive ces marchetz,
    Et plus encor dens les forestz
    Ou par tout est le nom d'Andrine:
    Encor dites que suis indigne
    Que m'aymiez!  A. je ne l'ay point dit.
    G. Qu'est ce que nier le credit?
    A. Quel credit?  G. Ou l'amour aspire.
    A. Je ne scay que cela veut dire.
    G. Mais faites semblant ne l'entendre.
    A. Mon esprit ne se peut estendre
    Jusques la.  G. J'entends un baiser
    Pour mon long travail appaiser,
    Ou conviendra qu'icy je meure.
    A. Ha pour un baiser ne demeure.
    G. La vie au corps m'avez enclose.
    A. Vous vivez bien de peu de chose.
    G. Helas oseray j' advancer
    La main:  A. C'est à recommencer,
    A mon vouloir qu'ailleurs je feusse.
    G. Oster vous vouloye une puce,
    En devez vous estre faschée?
    A. Si vostre main n'eusse arrachée
    Encor l'advanciez par delà,
    G. Vers voz tetins:  A. Apres cela
    En autre lieu la voudriez mettre.
    Aujourd'huy l'amour est si traistre
    Et fait prou qui s'en peut garder.
    G. Qui si pres voudroit regarder,
    Plaisir seroit de nous chassé
    A. Ou est l'amour du temps passé
    Nourrie des seules parolles
    Sans user de ces mines folles
    Du baiser, de l'attouchement:
    Ou est ce bon temps que l'amant
    S'estimoit adonq tresheureux
    D'un oeil gay, d'un rire amoureux
    Et lors tous estoyent si contens.
    G. Comment parlez vous de ce temps,
    Vous qui ne faictes que venir?
    A. Plusieurs propos en oy tenir
    Aux vieilles la nuict en yver.
    G. Les vieilles ne font que réver.
    A. Elles parlent comme discrettes:
    G. Mais plus tost se voyans distraittes
    Des jeunes ans, ausquelz nous sommes,
    Tenues en mespris des hommes,
    C'est dont parlent comm' ennuyées:
    Si de pouvoir sont desnuées,
    Encores le vouloir demeure:
    Mais qu'arrestez vous à cest' heure?
    De mon faict, las je vous supply
    Que ne le mettiez en obly,
    Et croyez que la grand' langueur
    Que la bouche dit, vient du cueur,
    Non d'ailleurs, tant abonde en luy.
    A. Certes l'amant remply d'ennuy
    Sent geller ses mots en la bouche,
    Et ceux à qui ce mal ne touche,
    Ont le babil ainsi qu'ilz veulent
    Se rient se plaignent, se deulent:
    Dont semblent (pour le bruit qu'ilz font)
    Aux tonneaux lesquelz vuides sont,
    Qui mieux resonnent que les pleins,
    Ce n'est que faincte que leurs plainctz
    G. En faittes vous si peu de compte?
    A. Mais quoy Guiot n'avez vous honte
    De me fair' accroire cecy?
    G. O mort que ne viens tu icy?
    Ou que l'amour de mon cueur s'oste.
    A. Vous cuidez trouver une sotte.
    Adieu: cherchez party ailleurs.
    G. Ma part seront souspirs, et pleurs
    Avec le nom d'estr' amoureux,
    Mais de tous les plus malheureux.
    Toutesfois en ma longue attente
    Si desir nuict, espoir contente:
    Espoir j'entends s'elle ne m'ayde
    De chercher la mort pour remede.



L'Amie rustique.

Eglogue cinquiéme.


Guiot.  Echo.

    Haste le pas meurdriere, haste le pas
    Pour advancer le jour de mon trespas,
    Et de tes pieds vien le feutre arracher,
    Si que je t'oye à dru galop marcher
    Fier' apres moy: car mourir je desire
    Plus que tu n'as la main prompt' à m'occire.
    Que tardes tu? ne me sois point rebelle,
    Couppe chemin, & vien quand je t'appelle:
    Tu vas à cil qui te fuit, et evite.
    Que ne viens tu à celuy qui t'invite?
    Rompre le fil duquel le Ciel hautain
    Ma vie alonge, à mon tresgrand desdaing?
    Fais tu la sourde? ouvre l'oreille & m'oy,
    Qui fors toi peut m'oster de cest esmoy?  Echo. Moy,
    G. Ceste responce ha mon cueur resjouy,
    Es tu Echo qui plaindre m'as ouy?  E. Ouy.
    G. Tu vois les maux dont ma vie est si plaine
    Dy moy quel fruict puis j' avoir de ma peine?  E. Hayne.
    G. Las quel remede à ce dueil qui me mord!
    Qui ostera de mon cueur ce remort.  E. Mort.
    G. Comment Echo est ce que tu l'entendz?
    Je la desire et icy je l'attens.  E. Tens.
    G. Quoy? un cordeau? si tendre je le doy,
    Qui se pendra là ou je ramentoy.  E. Toy.
    G. Puis que seray je icy laissant de vivre
    Quand aux langueurs que l'amour me delivre.  E. Livre.
    G. Las respon moy, n'auray je quelque bien,
    L'esprit laissant ce monde terrien.  E. Rien.
    G. N'auray j' au moins ce grand heur, que mon nom.
    Viv' apres moy par immortel renom?  E. Non.
    G. Andrin' au moins, pour qui l'amour me poingt
    Me pleurera me voyant en ce poinct?  E. Point.
    G. Point! quand verra à mon col le cordeau,
    Et ce corps mis apres dans le tombeau?  E. Beau.
    G. Las comment beau le voudroit elle dire!
    Celle pour qui tant je pleur' et souspire.  E. Pire.
    G. Quel advantage aura me voyant cloz
    Dans le tombeau rongé jusque à l'os?  E. Loz
    G. D'estre homicide? ou à ceste cruelle,
    Qui pour tel faict lui donra loz et gloire.  E. Elle.
    G. Ceux qui du faict auront esté tesmoins,
    Me donront ilz quelque louang' au moins?  E. Moins.
    G. Quel me diront moy pendu par le col,
    Quand pour aymer de vivre ay esté soul?  E. Fol.
    G. Ceux qui sont morts d'amour, qui tout surmonte,
    Quel fruit en ont receu par fin de compte.  E. Honte.
    G. Je ne scay donq si recull' ou m'advance,
    Puis que si maigr' en est la recompence.  E. Pance.
    G. Mourir m'est grief! Mais l'amour que je porte,
    Me fait souffrir mille morts d'une sorte.  E. Sorte?
    G. Pour la sortir et la deschasser loing:
    Mais que faut il que j'aye à ce besoing?  E. Soing.
    E. J'ay eu grand soing de l'oblier aussi,
    Mais tout cela encor ne m'ha suffy.  E. Fy.
    G. Dequoy, de femme? helas, quand l'amour playde
    Contre raison, ou puis j' avoir remede?  E. Ayde.
    G. Me puis j' ayder encontr' efforts si grands?
    Mieux me vaudroit la mort que j'entreprends.  E. Prens
    G. Il y ha chois de laisser ou de prendre:
    Las! que me faut pour l'un d'eux entreprendre,  E. Rendre
    G. Ou ha raison? l'ame en est trescontente,
    Mais l'amitié est tousjours resistante.  E. Tente.
    G. Faut il rien plus pour garder que croissans
    Ne soyent les maux que par amour je sents?  E. Sens.
    G. Sens & amour mesme lieu ne recoit:
    Car ou est l'un, l'autre ne se concoit.  E. Soit?
    G. S'il est ainsi que recevray j' au cueur
    Si le bon sens sur l'amour est vainqueur?  E. Heur.
    G. Et mes esprits estant desvelouppez
    Des grands travaux dont ores je me paistz?  E. Paix.
    G. Paix est tresbonne, et la fait bon acquerre.
    Que reste à cil qui l'amour veut requerre?  E. Guerre.
    G. Mais qui sent plus les efforts de sa flamme?  E. L'ame.
    G. Que faut fuir pour conserver la fame?  E. Femme.
    G. Mais que devient par amour l'homm' excort?  E. Ord.
    G. Qu'est besoin estr' encontre son effort?  E. Fort.
    G. Qui est cil dont amour le sens hebete?  E. Beste
    G. Et dont la vie en moeurs est plus adroite. E. Droite.
    G. Donques Echo si on te vouloit croire,
    Ne faudroit point d'amour avoir memoire.  E. Voire.
    G. Voire, mais quoy? à sa grandeur supréme
    Je veux porter amour plus qu'à moymesme.  E. Ayme.
    G. Or donq je vay à Andrine à recours,
    D'amour luy faire autre nouveau discours.  E. Cours.
    G. Courant y vay, encor que me trouva
    Bruslant, en froid espoir dont me priva.  E. Va.
    G. Fuy fuy meurdriere, or fuy t'en hardiment,
    Car j'ay espoir appaiser mon tourment,
    Tant me confi' en sa misericorde:
    Par amour donq, si quelque trist' amant,
    Vouloit ses jours avancer promptement
    Qu'il mont' icy je luy quicte la corde.

Fin des Cinq premieres Eglogles, de l'Amie rustique.



Chansons.


    Mon cueur souffre grand martire,
    Mais le dire
    Permis, certes ne m'est point.
    Las! c'est bien estrange chose
    Que je n'ose
    Monstrer le mal qui me poingt.

    Ma douleur ha longue traitte,
    Et secrette,
    Vivement se fait sentir:
    Peu à peu consommant l'ame
    D'une flamme,
    Qu'on ne pourroit amortir.

    A fin que plus haut ne monte,
    D'aide prompte
    Au mal visibl' on pourvoit,
    Le mien donques perdurable
    N'est curable
    Despuis que l'oeil ne le void.

    Le sang de ma playe vive
    Ne derive,
    Au moins qu'il soit evident,
    Voilà pourquoy ma meurdriere
    Ha matiere
    Pour couvrir tel accident.

    Et lors que ma navr' austere
    Je veux taire,
    Est plus forte la moitié
    Et tenant sa violence
    En silence
    Croistre sans mon amitié.

    En tout temps ma play' ouverte
    Tien couverte,
    Dissimulant ma douleur,
    Fors à celle que j'honore,
    Car n'ignore
    La source de mon malheur.

    De mon mal rud' et extreme
    Elle mesme
    Seul' est cause, mais aussi
    Je scay que d'elle procede
    Le remede
    Pour reparer tout cecy.

    O Beauté tres estimée,
    Et aymée
    De moy si parfaictement:
    Fay que ta rigeur s'appaise,
    Et te plaise
    Donner fin à mon tourment.



Autre Chanson.


    Helas amour pourquoy
    Environnes d'ennuiz
    Moy qui ne veux ne puis
    Resister contre toy?

    Loué tu serois bien
    De vouloir molester
    Ceux qui au pouvoir tien
    Presument resister.

    Je scay que ta pitié
    Incessamment me fuit,
    Car froyde est l'amitié
    Si le tourment ne suit.

    C'est dont les maux je sens
    Que tu me fais avoir,
    Qui sans mort recepvoir
    Tousjours ilz sont naissans.

    Vien vien contre moy donq
    En ire t'enflammer.
    Le mal sera bien long,
    Si je laisse d'aymer.



Autre Chanson.


    Maugré rigueur, et cruauté
    Par trop contraire à mon desir,
    L'oeil amoureux de ta beauté
    A te veoir recoit grand plaisir
    Si fresche et blonde,
    Aussi il ne peut moins choisir
    En tout le monde.

    Le cueur d'amour passionné
    Se plaint de l'oeil incessamment,
    Car par sa veuë il ha donné
    A sa flamme commencement:
    Et tendr' et molle
    Print son entier avancement
    De la parolle.

    Le jour que je vins amoureux,
    Je ne scay si nommer le doy,
    Ou bien heureux, ou malheureux:
    Je le voudrois scavoir de toy:
    Mon grand martire
    Certes me donne assez dequoy
    Pour en mesdire.

    Je travaille de mon costé
    A te monstrer mon grand esmoy,
    Je parle et ne suis escouté,
    Tant fais tu la sourd' envers moy:
    Si je te prie
    Aucune responce je n'oy
    Bien que je crie.



Autre Chanson.


    L'amour se fait congnoistre
    Quelque fois jeune enfant,
    Mais tout à coup vient croistre
    Alors qu'on le deffend,
    Qui des cueurs se rend maistre
    Et les va eschauffant:
    Et si à poinct
    Les picqu' et poingt,
    Qu'au mesme poinct
    Les rend que point
    N'ont contraire desir.
    Mais deux en un
    Ont en commun
    Un eternel plaisir:
    Et n'est aucun
    Qu'autre en vueille choisir.

    Si faute à l'oeil on treuve
    On la peut amender,
    Et par une loy veuve
    On luy peut commander:
    Mais qui le cueur espreuve,
    Il ha beau demander:
    Amour discret
    Vit en secret,
    Bien qu'un regret
    Soit tousjours prest
    Pour le cueur entamer,
    Qui le surprend
    Et si luy rend
    Un mal tousjours amer:
    Mais tant soit grand
    Ne laisse point d'aymer.



Chant de Vertu, et Fortune:

A Monsieur C. de l'Estrange, Abbé de la Celle.


    Au sein de mon ennemie
    Jadis ma muse endormie
    Par somnolente paresse,
    Ignare estimoit cela,
    Ne voulant ailleurs que là
    Rire, ny faire caresse:
    Mais regardoit droictement
    Vers l'oeil qui sa flamme attise,
    Ainsi que le dur aymant
    (Guide au nocher) vers la Bise.

    Jusques à ce que la tienne,
    Par ses vers tira la mienne
    Du fond de l'aveugle somme:
    Et à ce nouveau reveil,
    Luy donna ennuy pareil
    Que le jour aux yeux de l'homme:
    Quand sa plus vive splendeur
    Se present' à luy subite,
    Sortant de la profondeur
    Des prisons, ou il habite.

    Lors un desir qui s'allume
    Sur le pinceau de ma plume,
    M'invita à paindre un' Ode:
    Encor ne pouvoy choisir
    Le doux repos du loisir
    Lieu, propos, ny temps commode:
    Toutesfois le reculer
    Trop long, envers toy m'accuse:
    Et au long dissimuler
    Trouver je ne puis excuse.

    Plume qui bassement volles,
    Et bas traynes mes parolles
    Prens l'aer froissant la closture:
    Contre le rebelle frain,
    Va ores d'un front serain
    Jusques au ciel de Mercure:
    Et vise de ne saillir
    En grand precipic', et honte,
    Que de poeur fasses pallir
    Le noir esmail de la fonte.

    Tout oyseau prend la vollée
    Sans peril en la vallée,
    (Le vol trop haut ne prospere)
    Icare sceut bien cela,
    Quand ses aisles esbranla
    Contre le veuil de son pere.
    Qui trop haut se veut renger,
    Sa fin est tousjours douteuse,
    Vivre ne peut sans danger,
    Et sa cheute est plus honteuse.

    Ait il l'aisle forte, ou molle
    Oyseau est dict, mais qu'il volle,
    Et brancher aux hayes puisse:
    Ceux là, ceux là sont des miens,
    Aussi entre pigméens
    Estre petit n'est pas vice:
    C'est dont en bas styl' icy
    Chanter veux la controverse
    De ta grand' vertu, aussi
    De Fortun' à moy adverse.

    Bien que la chose merite
    Estre depainct' et escripte
    Par autre main que la mienne,
    Au moins de l'une des trois,
    Desquelles je ne voudrois
    Choisir autre que la tienne,
    Paignant les vers bien uniz
    Et les Rithmes immortelles,
    De la plume du phenix
    La plus riche de ses aisles.

    Vertu princesse asservie
    Aux aguillons de l'envie,
    En ses pas simple, et modeste
    Fixe tousjours s'entretient,
    Et la vie qu'elle tient
    Est tesmoing de tout le reste:
    Mais (car souz un voille noir
    Envie la rend obscure)
    Le monde ne la peut veoir:
    Ou si la veoid, n'en ha cure.

    Sa beauté sans fard se monstre,
    De soymesme elle s'accoustre,
    De soymesme ell' est aornée:
    Et ses filz pleins de bon heur,
    Merite, gloire, et honneur
    La tiennent environnée.
    Mais comme bastardz, conceuz
    En grand vituper', et honte
    Sont rejettez, et d'iceux
    Le monde n'en fait point compte.

    D'ailleurs fortune logée
    En place mal assiegée,
    Tenant geste sourcilleuse,
    Un de ses piedz va haulsant,
    A tous costez balancant
    En son estre perilleuse:
    Toujours crolle cà, et là
    Sa pierre mobile, et ronde:
    Et semble que l'oeil ell' ha
    Dessus tout l'univers monde.

    Des fiers lions ha la gueule,
    Aussi devor' elle seule
    Les plus hauts biens: et son ventre
    Sent le bouq, bouq est aussi
    Chacun, et se sent ainsi
    Qui en prosperité entre:
    Serpente est l'extremité
    De mortel venin noircie,
    Des pieds ha la sommité
    Semblant au nom de Licie.

    De ses deux mains l'une est bresve,
    L'autre longue ayant un glaive
    Pour diviser les richesses:
    Mais (trop aveugl' en son faict)
    N'egalle les parts que fait
    Du butin de ses largesses.
    Ceux à qui visage humain
    Elle monstre (la perverse)
    Les eléve d'une main,
    Et de l'autre les renverse.

    Les chefz Royaux environne
    De mainte, et mainte coronne
    Qu'elle ourdist: Et des hautz sceptres
    Garnit leurs mains: Et leurs filz
    Souvent ne sont point assis
    Au trosne de leurs ancestres.
    L'un mect bas, l'autr' en hautz lieux
    Pour un temps donne l'entrée:
    L'un ha pir' et l'autre mieux
    Bien qu'ilz soyent d'une ventrée.

    Ceste folle ha grand' sequelle
    De gens qui vont apres elle
    Pour dorer leur esperance,
    Mais comme fumée au vent
    S'evapore bien souvent
    Avec sa perseverance:
    De ses thresors embellit
    Les piedz legers de sa fuytte,
    En qui l'espoir s'envieillit
    Courant tousjours à la suitte.

    Elle me tir' à grand' force
    Par la corde que j'ay torse
    D'un desir, mais l'effrontée
    La faveur que me promet,
    De moy encor ne permet
    Que soit experimentée:
    Dont puis que veut tant vexer
    Des desirs la vieille trouppe,
    Certes mieux vaut la laisser
    Et que la corde je couppe.

    Mes jours serains luy desplaisent,
    Et mes plus obscurs luy plaisent
    (De mon bien trop offencée)
    Ce que je veux ne veut point,
    Et voudroit bien en ce poinct
    Mettre loy à ma pensée:
    C'est pourquoy usant du fin
    Contre la volonté mienne,
    Je desire mal, à fin
    Que le contraire m'advienne.

    Vertu en mespris tenue
    De fortun', est revenue
    Posseder sa digne place:
    Mais la felonn', ha bien sceu
    La chasser avec le feu
    De sa temerair' audace:
    Souz les piedz, encor plus bas
    La tient esclav': et l'envie
    En est garde, et ne veut pas
    Qu'on manifeste sa vie.

    Qui souz vertu se veut mettre
    Ne peut que droicturier estre:
    Car elle n'est point coustiere:
    Il vainc les maux angoisseux,
    (Vertu aussi entr' iceux
    Demeure saine et entiere)
    De maints soucis est battu,
    Et pauvreté l'importune:
    On void aussi la vertu
    A la porte de Fortune.

    Nonobstant leur resistence,
    Avec toy font residence
    Par amour appariées:
    Mais c'est le vouloir de Dieu
    Qui veut qu'en si digne lieu
    On les trouve mariées:
    Toutesfois les parts des biens
    Sont encores trop petites,
    Car plus grands seroyent les tiens
    Les librant à tes merites.

    Ma muse encor alourdie
    De son vieil somme, ha ordie
    L'Ode que je te presente,
    Tesmoing de ma volonté
    De te veoir plus haut monté
    Que ta fortune presente:
    Et venu aux derniers bords
    De ton heur, si prend envie
    Aux soeurs, ne me chaut si lors
    Couppent le fil de ma vie.



Chant Funebre de feu Anne Philiponne, Damoyselle:

A M. Albert, Seigneur de Sainct Alban.


    Si en ma langu' estoit le dueil
    Et que visible fut à l'oeil
    Comm' au cueur secret je le porte,
    De regret que Pluton auroit
    Encor' un coup il ouvriroit
    Les verroux qui ferment sa porte,
    Permettant en tirer l'esprit
    De ton erudic', ou abonde
    Tant d'honneur: mais laissant le monde
    Son chemin en ces lieux ne prit.

    Et croy bien que le piteux son
    Qui de mon triste cueur derive.
    Esmouvroit aussi le poisson
    Qui porta Arion à rive
    A rompre les flotz du soucy,
    Lesquelz se pressent tout ainsi
    Que sur mer quand le vent arrive.
    Mon ame doncques flestrissant
    D'ennuy qui tant la va pressant
    Pour un temps ha esté ravie,
    Et au corps qu'elle abandonnoit
    Attachée ne se tenoit
    Que du moindre fil de la vie:

    Mais d'un train royde s'en volla
    Sur les aisles de sa pensée,
    Et comme si fust insensée
    Divers chemins prind cà et là:
    Se hastant par les vagues lieux
    Trop plus que l'aigle avec sa proye
    Allant jadis offrir aux Dieux
    La plus rare beauté de Troye:
    Et panchée à son corps disoit
    Heureuse ceste Ecthase soit,
    Qui le jour des secretz m'octroye.

    Ores bas, ores volloit haut
    Par dessus l'element plus chaud
    En vollant la sente embrasée:
    Et souz elle laissoit loing, loing
    L'arc qui fut de la paix tesmoing
    Quand l'eau eut la terre rasée.

    Et de là se plongeant en l'aer
    Le fendit d'une aisle baissée,
    Sans que vers sa maison laissée,
    Encores desirast aller:

    Mais allant front à front du vent
    Vint par rencontr' en la montaigne
    Qui bien haut son chef va levant,
    Et en mer ses racines baigne:
    Mais si loingtain estoit cela
    Que Navire onq n'aborda là,
    Fust la Caranelle d'Espaigne.

    Tout ce que plus à l'homme nuict
    Prend vigueur souz la froyde nuict
    De ce mont, ou des nuictz la pire
    Pour ne recepvoir le clair jour
    Les rideaux de son long sejour
    (Tant soit peu) jamais ne retire.

    Des crys qu'on y oyt, vient horreur,
    De l'horreur poeur, de poeur la fuyte,
    Mais mon ame fit grand' poursuite
    De scavoir d'ou venoit l'erreur

    Parquoy trenchant l'aer obscursi,
    D'un vol contrainct est arrivée
    A l'huis de mort: la mort aussi
    En ce lieu tousjours est trouvée,
    Et subgectz au pouvoir qu'elle ha,
    Faut que trestous passent par là
    Quand la chair de vie est privée.

    L'huis est grand, et grand faut qu'il soit
    Causant les tourbes qu'il recoit
    De ceux qui la vie abandonnent.
    Là est le grand nombre arresté
    De tous les maux qui ont esté,
    (Ceux j'entendz qui la mort nous donnent.

    Là se combattent les humeurs,
    La fievre aussi sans cesse y tremble,
    Et du venin qu'illeq' s'assemble,
    Se font prestiferes tumeurs:

    Les trois soeurs, en pareil y sont
    Par qui l'am' est du corps ravie,
    Ou de leurs cizeaux rouillez font
    Les coups qui abbregent la vie:
    Quand l'une la veut allonger
    L'autre s'efforce à l'abbreger,
    Esmeues de contraire envie.

    Celle des petis et des Roys
    Est torse par l'une des trois:
    L'autre charpit, et l'inhumaine
    Couppe de son mortel cizeau
    Le filet ou pend le fuseau
    Ou se plie la vie humaine,

    Dont pareil nombr' on trouve là
    Que de vivans, sans la grand' trouppe
    Que de jour en jour elle couppe
    Mais compte ne faict de cela.

    Ceux qui sont de maux entachez,
    Leur filace est de noudz garnie,
    Et les vices y attachez
    La rendent grosse, et mal unie.
    On congnoit au contraire aussi
    Ceux là qui ont leur vie icy
    De vertu riche et bien munie.

    Or quand la troupp' apperceu m'eut,
    Un debat entr' elles s'esmeut
    De la vie, en ceste guerre
    Quand l'une la venoit filer,
    L'autre venoit l'anichiler,
    Pour rendre deserte la terre.

    De sa main hideuse prenoit
    A grands flottes le fil de vie,
    Et de coupper non assouvye
    Sa colere ne reffrenoit.

    Parquoy horrible estoit à veoir
    Les effortz des jumelles lames
    Si grands, qu'elles avoyent pouvoir
    D'un seul coup ravir cent mill' ames,
    Dont cuidoy (en ayant veu tant,)
    C'estre la fin que lon attend
    Par les inevitables flammes.

    A cest esclandre l'oeil volla
    Loing, loing vers Gaulle, et congneut là
    De son Roy la preuse conqueste,
    Ou l'honneur d'Espaigne arrachoit,
    Et ainsi qu'un lyon marchoit
    Jouïssant du fruit de sa queste:

    Des corps morts à son loz dressant
    Les montjoyes de la victoire
    Qui ja unir font à sa gloire
    Les deux cornes de son croissant:

    Car vers le fleuve des Germains
    Desja il se recourbe, et arque:
    Et si menace les Romains
    Du pouvoir de ce grand Monarque:
    Dont le glaive en pais allegeant,
    Aux durs conflictz va soulageant
    Les cizeaux de la fiere parque.

    Leur fureur apres destournant,
    Et contre Gaulle la tournant,
    Luy survint un leger esclandre
    Au pris des grands maux assemblez
    Qui (comme feu parmy les blez)
    Ses haineux les verront descendre:

    Tant seront alors descouppez
    A l'abord des forces terribles:
    Et apres ces troubles horribles
    Doit naistre une nouvelle paix,

    Que nostre prince tresheureux
    Plantera sur la terre ronde,
    Et les hommes l'auront entr' eux
    Tant qu'ilz seront vivans au monde.
    Lors vivront tous souz mesmes loix
    Ausquelles Germains, et Gaullois
    Feront que leur vie responde.

    Par les coups donnez à travers
    Elles font de meurdres divers
    Cà, et là en mainte contrée,
    Et couppant leurs filetz bien tordz
    La vie (helas) enclos' au corps
    De Philiponn' ont rencontrée!

    Qui voyant sa chair au sercueil
    (Faict' à la mort nouvelle proye)
    S'en rirent car toute leur joye
    Est de remplir noz cueurs de dueil:

    Reffroignans leurs ridez museaux
    Monstroyent des dentz un, et un ordre
    Rouillez non moins que leurs cizeaux,
    Et moussez ainsi par trop mordre.
    Et rians, là se desbatoyent
    Des filetz qu'en deux partz mettoyent,
    Commencez seulement de tordre.

    Si pour ton ame ainsi mourant
    Le regret en terre fut grand,
    Pour si grand' perte inopinée,
    Le ciel tant plus ayse ha esté
    De veoir l'esprit en liberté
    Ayant sa chair abandonnée.

    Là aussi on oyoit chanter
    Cantiques tous plains de louange
    Pour l'honneur de ce nouveau Ange
    Qui là haut se vint presenter.

    Ou heureux, entre les heureux
    Ou bon entre les bons eut place,
    Si qu'alors je fu desireux
    Que mon ame du monde lasse
    En Ecthase demeurast là
    Pour tousjours contempler cela
    Ravie de celeste grace.

    O Esprit, ô Ange nouveau
    Retiré en lieu sainct, et beau
    Pour jamais avec tes semblables,
    Or es tu heureux mille fois
    Pour les plaisirs que tu recois
    Interditz aux ames coulpables:

    A fin que tout cest univers
    Puisse entendre si digne chose,
    Au tombeau ou ton corps repose,
    De ma main j'escriray ces vers.

    Si quelqu'un desire scavoir
    Ou est le thresor de ce temple,
    Que ce sepulchre vienne veoir,
    Et les vertuz d'Anne y contemple,
    Son cueur ha l'honneur advancé,
    Et comme morte elle ha laissé
    De ses moeurs aux autres l'exemple.

Fin.



Epitaphes.


De I. Pastel doct.

    Mort, et vertu des le commencement
    Ont eu debat, Lecteur, scais tu comment?
    Pource que l'une, & l'autre aussi demande
    Obeïssance alors qu'elle commande:
    Et voudroit bien en ces bas lieux chascune
    Maistriser sans avoir maistress' aucune.

    Mort sus vertu dominer pretendroit,
    Et la vertu sus la mort pretend droict.
    Mort de son dard l'homme extermine, et tue,
    Et la vertu cà bas le perpetue.

    Que faict là mort? à mort l'homme soubsmect,
    Et la vertu mourir ne le permect.
    Ainsi à veoir l'office qu'elles font
    On peut juger combien contraires sont,
    Mais certes mieux on pourroit juger d'elles
    La controverse: aux funebres nouvelles,
    Que je te veux anoncer: car Pastel
    Est trespassé: mais fut son trespas tel
    Que bien qu'il soit de vie ainsi delivre
    Sa grand' vertu par tout le fera vivre:
    Bien que soit mort, vif entre nous sera.
    Et sa vertu chacun annoncera.

    Trois partz de luy sont faictes, trois aussi
    Prinses les ont, car son nom esclarsi
    Vit entre nous, l'ame est avecques Dieu,
    Et au corps mort Tholouse ha donné lieu:

    Sa destinée ainsi l'ha ordonné,
    De ne mourir au lict ou il est né:
    Et c'est à fin que le commun remord
    Entrant au cueur par la veue, et l'oreille,
    Ne redoublast: aussi seroit merveille
    En mesme lieu le trouver vif & mort.


De Catin.

    Cy gist, à qui Dieu mercy fasse,
    Une qui en beauté de face
    Jadis la souveraine estoit
    Quand pres d'un autre se mettoit.
    Grace avoit, mais certes, non point
    Tant que de graisse et d'en bon poinct:
    Ses tetins au marcher trembloyent
    Et ses deux joues ressembloyent
    Aux champignons rondz, fraiz, et druz
    Qui d'humeur trop grande sont creuz.
    Juger ne puis le nombre d'ans
    Qu'elle avoit ou seroit aux dentz,
    Car estoyent encore si menues
    Qu'à leur deu n'estoyent parvenues.
    Et de form' estant si exquise
    Nul estoit de qui fust requise
    Nul estoit qui en eust affaire,
    Quoy qu'elle sceust dire ne faire.

    Fille vesquit, et fille est morte
    Car ne peut en aucune sorte
    Entrer au sainct noeud conjugal
    Soustenu d'un vouloir egal.

    Ainsi morut non mariée
    D'envie d'estr' appariée
    A quelqu'un pour la desgraisser:
    Et ne pouvant rien avancer
    En ces lieux de son mariage,
    En l'an vingtiéme de son aage
    S'en alla vierge pur' et munde
    Se marier en l'autre monde.
    Encores je suis adverty
    Que si n'y trouve tost party
    Elle reviendra par decà
    Prenant ce qu'en terre laissa,
    A fin d'amortir sa grand' flamme,
    Et l'envie qu'ha d'estre femme.


Encore d'elle.

    Cy gist Catin (dont suis marry)
    Et à fin que ce mal ne celle
    Sachez qu'ell' est morte pucelle
    A faute de trouver mary.


De Perolet insigne beuveur.

    Perolet ce beuveur insigne,
    Qui aux yeux en portoit le signe
    Evident, repos' en ce lieu,
    Non point son vin, mais bien en Dieu:
    (Au moins comme chascun doit croire)
    Vivant il ayma tant à boire
    Du meilleur, souvent, et longs traicts,
    Que ses yeux s'en estoyent entrez
    Au plus profond, et là dedans
    Se monstrent rouges, et ardans:
    Rouge, blanc, et claret aussi
    Pour couleurs il avoit icy:
    Roug' estoit aux yeux, pasl' en face,
    Claire avoit sa voix, dont l'espace
    Qu'il vesquit, cria cà, et là
    Bon vin à vendre, et en cela
    Passa son temps vineusement,
    Vivant le plus joyeusement
    Qu'il pouvoit sans estre delivre
    De l'humeur qui le rendoit yvre.

    Or passans qui trouvez saveur
    Au bon vin comme ce beuveur,
    A fin que desormais se garde
    Que soif alterée ne l'arde,
    Je vous pry arrosez sa tumbe
    De bon vin, et faittes qu'il tombe
    A plains pots sur luy, car le peu
    Ne feroit qu'augmenter son feu.

    Quant à l'eau que l'Eglise donne
    A grand' pein' il la trouve bonne,
    Car si onq n'ayma liqueur telle
    Trouver ne pourroit goust en elle.

    D'oraisons qu'on dit pour les ames
    (A fin qu'evitent les grands flammes
    D'enfer hideux, ardant, et chaud)
    En veut peu, car il ne luy chault
    D'estre là, ou en purgatoire,
    Moyennant qu'il y trouv' à boire.

Fin des Epitaphes.



A B. de Rochecolombe, Gentilhomme.


Apres vostre navigation des isles neufves, entre les tourbes du peuple
vous oyant reciter les merveilles des Barbares, je fuz plus que tous
importun apres vous, pour me les declarer au long: en quoy je receu un
plaisir incroyable. Mais sur tout oyant le discours du Roy de Nasée, le
nez duquel asseuriez avoir deux tiers de long, avec grosseur
proportionnée: et les Naséens l'avoyent de pareille grandeur. Et apres
m'avoir declaré l'estendue du Royaume, fertilité de la terre,
somptuosité des palaix, et disposition de sa republique, entre autres
poincts me fut aggreable entendre, comme on y punist les criminelz, non
par glaive, fouëtz, ou carquan, mais on les assied sur une pierre au
milieu de la place, aux rayons du Soleil, ou sont condamnez tenir souz
le menton un grand bassin, fait expres, Entour lequel sont marquées les
heures, lesquelles ilz monstrent à l'ombre de leur Nez: et là sans
remuer sont contraincts demeurer du matin jusques au soir, autant de
jours qu'on puisse en apprehender autres pour mettre en leur lieu. Aussi
en tout le Royaume n'y ha autres horologes que ceux là. Lequel discours
je tins long temps à bourde et mocquerie, jusques avoir ruminées les
histoires naturelles affermans entre les hommes estre difference selon
les regions, et divers aspect du ciel, comme les Mores noirs, et gris
sont differens de noms, les Pygmées sont plus petis que mediocres: et
pour venir aux parties singulieres, les Cyclopes n'ont qu'un oeil, les
Anglois ont une queuë, et aux indes y en ha qui ont le pied si large
qu'il peut couvrir le demeurant du corps, et autres ayans la lebvre
inferieure renversée en bas à mode d'une grand' gibessiere: et
d'ailleurs vous estes homme veridique, qui me fait croire, ce peuple
avoir le nez à la mesme sorte que vous dictes. Or d'autant que pretendez
y retourner, et pour ce attendez la Caranelle d'Espaigne, que fasse
voille au Peru, que sera le dixiéme de May Prochain, ainsi qu'estes
adverty de Lisbonne, du vingtcinquiéme Decembre passé: j'ay escrit une
lettre au Roy de Nasée de laquelle me fut desrobbée la moitié, et
imprimée sans mon sceu: toutesfois despuis en cà l'ay remise en son
entier, laquelle vous envoye pour la luy donner en main. Priant Dieu
vous donner la grace de bien et heureusement faire vostre voyage et
puissiez vous en vostre nez retourner en France sain et en bon poinct.
De Musceole ce dernier jour de Decembre, Mil v^c. lvii.



Naseïde, restituée en son entier,

A Alcofibras indien, Roy de Nasée.


    Pour vous louer si la plume je prens,
    Roy des grands nez, Roy des nez les plus grands
    De Naserie, à ce faire m'invite
    Le vostre, auquel tout le peuple court viste
    Pour l'admirer, comme rare spectacle,
    Si qu'on le jug' estr' un Nasal miracle:
    Tant il est grand, que des Archers le pire
    Ne le pourroit faillir pour mal qu'il tire:
    Et s'il trouvoit au monde son pareil
    Croy qu'il feroit eclipser le Soleil.

    Ceux là qui ont donné louange aux nez,
    Et doctement nous les ont blasonnez,
    Ne cuident point que je leur veuille oster
    Aucun bruit leur, pour au mien l'adjouster:
    En grave stille ilz [nous] ont exposée
    La dignité de la tourbe Nasée,
    Ou les moyens leur ont estez ouverts,
    Autant qu'au monde y ha de nez divers.

    En grave stille ont loué les Naseaux,
    Le trait, le teinct, de ces nez damoyseaux,
    Sus qui on void mille beautez escloses,
    Proprement faicts pour odorer les roses.
    Mais je veux prendr' autre subjet plus digne
    Dont vous portez au visage le signe
    Roy bien nasé, et pour mieux le toucher
    Je veux ma muse en tel poinct emboucher,
    Que ses propos hautement entonez
    Soyent à l'egal du Colosse des nez,
    Lequel pour estr' excellent dessus tous
    Les nez qui sont, & seront, fait que vous
    Estes le Roy, & tant plus grand se void
    Tant plus grand Roy aussi dir' on vous doit.

    Dire on vous doit grand Roy, aussi vous l'estes
    Roy sur autant que se trouvent de testes
    A croc, et dont la grandeur Cesarée
    Va per à per avec la Nasarée:
    Mais qui pourroit en ce monde regner
    S'il n'ha le nez qu'on ne puisse empoigner
    Comme le vostre? ô Nasifique sire.
    Perse jadis apres la mort de Cyre,
    Autre en son lieu recevoir ne voulut,
    Qu'il ne l'eust grand, et vouloit qu'ainsi l'eust
    Non seulement pour le loz immortel
    De leur bon Roy Cyrus, qui l'avoit tel,
    Mais pourautant que l'autorité toute
    Resid' au nez: ainsi il n'y ha doute
    Que tant plus grand est le nez, plus est grande
    La majesté sur la Nasalle bande.
    Seroit ce bon que ces nasateux là
    Eussent pouvoir sur les grands? Ah cela
    Viendra plus tard que lon ne verra estre
    Le chat du chien, et le rat du chat mestre.

    Or ha la Perse honoré les grands nez,
    Tant qu'elle vint à Nabucodenez.
    Et vint à luy, Car comme à son nom touche
    Ensembl' avoit et grand nez, et grand' bouche:
    Mais de la bouch' à present je ne traicte.
    A propoz donq des grands nez je m'appreste
    A vous narrer un secret difficil,
    Pourquoy mandé fut Ovid' en exil,
    C'est pourautant que son grand nez faisoit
    Trembler Auguste, et pour cela n'osoit
    Laisser les murs de la vill', ayant doute,
    Que par son nez il ne l'occupast toute.
    Mais l'envoya aux neiges de Scytie,
    Pour en secher de froid une partie,
    Et le secher si bien qu'à son retour
    A l'Empereur ne feist ce mauvais tour.

    Pourquoy mect on au chef imperial
    L'Aigle si n'est qu'ell' ha un nez royal,
    Qui des oyseaux fait qu'on la nomme royne?
    Et l'elephant, sans le grand nez qu'il trayne
    Des animaux, si grand roy ne seroit:
    Le griphe aussi craindre ne se feroit.
    Ne void on point le rinocerot comme
    Par son grand nez est craint? Or donques l'homme
    Tant plus l'ha grand, et son nez plus loing tire,
    Tant plus grand Roy certes il se peut dire.

    Qui ha grand nez, ha de parens aux cieux.
    Cuidez vous point que le guerrier des Dieux
    Ne l'aye tel, et entre nous Aeolle
    Quand d'Aquillon vers les Austres il volle,
    Que sans avoir un grand nez il desserre
    Ses roides vents? vous faschez vous sur terre
    Descendez viste aux Enfers, et verrez
    Comme Pluton est nasé, là orrez
    Comme celuy s'expose à grand hasard,
    Qui n'obeit à ce Prince nasard.
    Pour faire brief, un nez tres navifique,
    Ha majesté royale et magnifique.
    Au nez aussi, et non ailleurs ha place
    L'honneur de l'homme, et sans luy n'ha point grace.
    Tirer le nez à quelqu'un c'est outrage.
    Donner au nez c'est esmouvoir la rage,
    Le d'eschirer, l'escacher, ou le tordre
    Par ce moyen on vient à l'honneur mordre:
    Et au contraire un ardeur on presume,
    Lors que d'un homme on dit le nez luy fume,
    Il ha la mouche au nez, c'est lors à dire
    Qu'il est esmeu de grand colere et ire:
    Et quand au nez on ne luy peut toucher,
    Il monstre bien qu'il ha son honneur cher
    Voylà pourquoy Siracuse est prisée
    Car elle mect dessus la part Nasée
    Estuys de fer pour deffence aux batailles,
    Là ou la France arme ses mains d'escailles.
    Et ne cuidez qu'elle ainsi l'enveloupe,
    Fors seulement de poeur qu'on le luy coupe,
    Et comme au Grec vienne à son nez, ou pire
    Perdant lequel, il perdit son Empire.
    Qui ha le nez contrefaict et bossé,
    Trop, ou trop peu, ou poinctu, ou moussé,
    Et comme un as de treffles se renfroingne,
    Des lieux publicz meu de honte il s'esloigne,
    Pour eviter les pernicieux blasmes
    Qu'on luy impose, & mesmement les femmes:
    Car elles ont ferme foy que ce lieu
    Est relatif de cest antique Dieu,
    Avec lequel le Cinic plantoit l'homme,
    Seul adoré aux verdz jardins, et comme
    On dit le pere ayant esgard aux filz.
    Qui ha le nez gros, grand et bien assis,
    Celuy on peut sans injure vanter
    D'avoir un gros et grand pieu à planter,
    Ce dont la femme à l'amour usitée,
    Par le grand nez est tousjours incitée
    A remarquer et veoir en quelle sorte
    Pourra jouïr de celuy qui le porte,
    Vostre grandeur, sire, doit scavoir gré
    A son grand nez: car ce royal degré
    Humiliant ceux qui vous sont rebelles,
    Attire à soy l'amitié des plus belles.
    Certes du nez, comme nez, on pourroit
    Dire beaucoup de choses qui voudroit,
    Qu'il donne voye aux humeurs du cerveau,
    Et au poulmon ministre l'aer nouveau,
    Juge l'odeur, tesmoigne le courroux
    Quand ronfle, & fronce, ou qu'il espreint ses troux,
    Et si orné il est de toute grace
    Dont m'esbahy pourquoy l'antique race
    Le congnoissant si beau, et si mignon
    Ne l'ha faict Dieu comme son compagnon.
    Or est cecy à tous les nez commun,
    Et pourautant que je n'escris qu'à un
    Grand, le plus grand du monde, je delaisse
    Ces nasequins dont y ha si grand presse.

    A vostre loz j'ay dict qu'avez l'Empire
    C'est tout aussi que de vous je puis dire,
    Mais pour oster le moyen à certains,
    Qui pour un nez qu'ilz ont sont si hautains,
    Que tout ainsi qu'il est grand, grans s'estiment,
    Et la grandeur du vostre desestiment:
    Je veux monstrer qu'il y ha difference
    De grand, à grand, & que sans grand offence
    Tous les grands nez ne peuvent recevoir
    Tiltre de Roy: Ah il feroit beau veoir,
    Qu'un nez tortu, un nez laid de tous poinctz,
    Un nez bossé forgé à coups de poincts,
    Illuminé tigneux, et qui se guinde
    A tous costez comme ceux des coqs d'inde,
    Un nez remply de troux, et clous avec,
    Un nez moulé à la forme d'un bec,
    Un nez trop large, un nez que lon admire,
    Faict au patron de prouë d'un navire,
    Un nez velu rehaulsé de verrues
    Espouvantant les enfans par les rues,
    Un nez morveux, et de tigue emperlé
    Eust tel honneur, c'est trop avant parlé:
    Raison ne veut que nom de roy il prenent,
    Bien que soyent grans: & s'il avient qu'ilz regnent
    Et que leur main de Sceptre soit garnie
    C'est une pure et vraye tyrannie:
    Car la grandeur du nez s'il n'ha beauté
    Ne peut avoir tiltre de Royaulté.

    Un nez Royal avant que tel soit faict,
    Veut estre grand, poli, beau, et parfaict,
    Comme le vostre, auquel furent donnez
    Tous les grans biens qu'on peut dire des nez
    Ne trouvent autre encor à soy conforme,
    Grand, gros, & large, ouvert, & long, en forme
    De barbecane ou triangle eminant,
    Qui sur un flang de mur va dominant.
    Et pourautant qu'il est Roy, ne suffit
    Luy faire honneur car honneur sans proffit
    Est de neant si on ne touche au but,
    Scavoir au loz adjouster le tribut.
    Voylà pourquoy un present luy veux faire,
    Qui tant plus est propre, ô Roy nasifere,
    Pour sa grandeur longuement conserver
    Plus me devez de faveur reserver.

    Or tout ainsi que vostre nez est rare
    Est de besoing, Sire, qu'on le rempare
    D'un riche estuy, et jamais ne soit veu
    Sans meur conseil, à quoy sera pourveu
    Par longs moyens, & apres grans requestes
    Comme en Florence on monstre les pandectes,
    Ou comme on garde une chose de pris
    Qu'elle ne tombe en vulgaire mespris:
    Couvrez le donq, Sire, couvrez le donq
    De ce beau masque, & ne soit monstré onq,
    S'il n'est requis par grand' necessité,
    Et soit ainsi de luy, comme ha esté
    Du biffront dieu, qui aux fureurs de guerre
    Tant seulement se monstroit sur la terre:
    Et pour cela je serois fort d'advis,
    Que vous usez comme d'un pont levis
    A vostre nez, lequel viendrez hausser
    Tant seulement pour la guerre annoncer:
    Mais est requis que le tout on manie
    Avecques rare, et grand' cerimonie.
    Et pour ce faire y soyent maistres expres
    Qui vostre nez tiennent tousjours de pres
    S'il veut souffler, que torches on allume:
    S'il veut ronfler, subit qu'on le parfume
    Avec encens, et souz luy faut coucher
    Grands bassins d'or, quand se voudra moucher.
    S'il ha vouloir d'esternuer, je veux
    Que lon descharge un gros canon ou deux.
    Et quand les jours solemnelz seront proches
    Pour se monstrer, que lon sonne les cloches:
    Mais à cecy faut un terme plus long
    Qu'à Solyman quand se monstre, & adonq
    Il estendra ses benedictions
    Dessus les nez de toutes nations,
    Ou sera bon que les femmes se treuvent
    Qui ont vouloir d'engrossir, & ne peuvent.

    Or ce joyau avoit en son thresor
    Le puissant Roy Nabucodenasor,
    Qui à son nez tout expres le feit faire,
    Pour s'en servir en un extreme affaire:
    Et apres luy en furent possesseurs
    De Roy en Roy maintz autres successeurs,
    A qui jadis fut ceste piece ostée
    Par l'Empereur qui saccagea Judée:
    Et la porta en son triomphe, comme
    Le plus haut bien qu'il sceut porter à Romme.
    Et Belisare en priva les Rommains,
    L'avare Grec, puis vint entre les mains
    Du fort Selin, à l'heure qu'il passa
    L'estroit Bosfore, et s'en vint par de cà
    Et Solyman l'ha eu de son ancestre
    Qui le garda un long temps, & sans estre
    Armé d'icelle, on luy eust fait par terre
    Voler le nez d'un coup de cymeterre
    Aupres de Bude, et toutesfois ne sceut
    Faire si bien qu'ostée ne luy fust,
    Pource doutant qu'il ne perdist l'Empire
    Avec le nez en seur lieu se retire.

    Bien tost apres, ce butin fut trouvé
    Par un soldat, j'entends et relevé
    Qui le porta à Romme, ou fut vendu
    A un Rabin, car ayant entendu
    Que le grand Roy Buconasor estoit
    Premier de tous qui au nez le portoit
    Et s'en servoit ainsi que d'une barde,
    Il le fit mettre au Temple en seure garde.
    Deux ans apres, ou un peu moins advint
    Qu'un Habraim de Juif, chrestien devint,
    Qui s'en saisit, ou bien il la changea
    D'un nez, à autre: et ce fut car songea
    Que sa famille envieuse en seroit
    Triste, et pourtant d'un sang bouillant feroit
    Tous ses efforts de l'avoir, & le prendre,
    Voylà comment son nez voulut deffendre:
    Car l'avoit grand, faict à la judaïque,
    Et marqueté tout à la Mosaïque:
    Mais (qui est pire) un gros fic y naissoit
    Qui si avant de jour, en jour croissoit
    Que l'estuy fut estroit bien que soit large,
    (A tout le moins luy donnoit trop grand' charge)
    Dont le vendit, et je l'ay acheté
    Pour mettre au nez de vostre magesté.

Fin.


Souspir d'espoir.



----------------------
NOTES DU TRANSCRIPTEUR

L'orthographe, la ponctuation et l'usage des accents sont conformes
à l'original. Cependant pour faciliter la lecture on a introduit la
distinction entre les lettres i/j, u/v. On a également remplacé les
abréviations par les lettres correspondantes (Comme au lieu de Cõme,
etc.).

Les corrections suivantes ont été apportées:
- Mais au lieu de Nais (Mais j'estoy derriere un buisson)
- C'est au lieu de Cest (C'est figure que l'amour est grande)
- qu'on au lieu de quon (Il faut bien scavoir qu'on demande)
- adroite au lieu de adorite (Et dont la vie en moeurs est plus adroite)
- Droite au lieu de Dorite (même vers)
- ou au lieu de en (Deux ans apres, ou un peu moins advint)
- nous ajouté (En grave stille ilz [nous] ont exposée)





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'amie rustique et autres vers divers" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home