Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Nouveau moyen de préparer la couche sensible des plaques destinées à recevoir les images photographiques - Lettre à M. Arago
Author: Daguerre, Louis-Jacques-Mandé, 1787-1851
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Nouveau moyen de préparer la couche sensible des plaques destinées à recevoir les images photographiques - Lettre à M. Arago" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



from images generously made available by the Bibliothèque
nationale de France (BnF/Gallica)



NOUVEAU MOYEN
DE
PRÉPARER LA COUCHE SENSIBLE DES PLAQUES
DESTINÉES A RECEVOIR LES
IMAGES PHOTOGRAPHIQUES,
PAR M. DAGUERRE.

LETTRE A M. ARAGO.


PARIS,
BACHELIER, IMPRIMEUR-LIBRAIRE
DU BUREAU DES LONGITUDES, DE L'ÉCOLE POLYTECHNIQUE, ETC.,
QUAI DES AUGUSTINS, 55.

1844.



NOUVEAU MOYEN
DE
PRÉPARER LA COUCHE SENSIBLE DES PLAQUES
DESTINÉES A RECEVOIR
LES IMAGES PHOTOGRAPHIQUES.



LETTRE A M. ARAGO.


Vous avez bien voulu annoncer à l'Académie que j'étais arrivé, par une
suite d'expériences, à reconnaître d'une manière certaine que, dans
l'état actuel de mon procédé, la couche sensible à la lumière étant trop
mince, elle ne pouvait fournir toute la dégradation de teintes
nécessaire pour reproduire la nature avec relief et fermeté; en effet,
quoique les épreuves obtenues jusqu'à ce jour ne manquent pas de pureté,
elles laissent, à quelques exceptions près, beaucoup à désirer sous le
rapport de l'effet général et du modelé[1].

C'est en superposant sur la plaque plusieurs métaux, en les y réduisant
en poussière par le frottement et en acidulant les espaces vides que
laissent leurs molécules, que je suis parvenu à développer des actions
galvaniques qui permettent l'emploi d'une couche d'iodure beaucoup plus
épaisse sans avoir à redouter, pendant l'opération de la lumière dans la
chambre noire, l'influence de l'iode devenu libre.

La nouvelle combinaison que j'emploie, et qui se compose de plusieurs
iodures métalliques, a l'avantage de donner une couche sensible qui se
laisse impressionner simultanément par toutes les valeurs de ton, et
j'obtiens ainsi, dans un très-court espace de temps, la représentation
d'objets vivement éclairés avec des demi-teintes qui conservent toutes,
comme dans la nature, leur transparence et leur valeur relative.

En ajoutant l'or aux métaux dont je me servais d'abord, je suis parvenu
à aplanir la grande difficulté que présentait l'usage du brome comme
substance accélératrice. On sait que les personnes très-exercées
pouvaient seules employer le brome avec succès et qu'elles n'arrivaient
à obtenir le maximum de sensibilité que par hasard, puisque ce point est
impossible à déterminer très-précisément, et qu'immédiatement au delà le
brome attaque l'argent et s'oppose à la formation de l'image[2].

Avec mon nouveau moyen, la couche d'iodure est toujours saturée de
brome, puisqu'on peut laisser sans inconvénient la plaque exposée à la
vapeur de cette substance la moitié au moins du temps nécessaire; car
l'application de la couche d'or s'oppose à la formation de ce qu'on
appelle _le voile de brome_. Il ne faut cependant pas abuser de cette
facilité, car la couche d'or, étant très-mince, pourrait être attaquée,
surtout si on l'avait trop usée par le polissage[3]. On trouvera
peut-être le procédé que je vais donner un peu compliqué; mais, malgré
le désir que j'avais de le simplifier autant que possible, j'ai été au
contraire conduit, par les résultats de mes expériences, à multiplier
les substances employées qui, toutes, jouent un rôle important dans
l'ensemble du procédé. Je les regarde comme étant toutes nécessaires
pour obtenir un résultat complet, et cela doit être, puisque ce n'est
que graduellement que je suis arrivé à découvrir les propriétés de ces
différents métaux, dont l'un aide à la promptitude, l'autre à la vigueur
de l'épreuve, etc.[4].

Il naît du concours de ces substances une puissance qui neutralise tous
les effets inconnus qui venaient si souvent s'opposer à la formation de
l'image[5].

Je crois d'ailleurs que la science et l'art ne doivent pas être arrêtés
par la considération d'une manipulation plus ou moins longue; on doit se
croire heureux d'obtenir à ce prix de beaux résultats, surtout lorsque
les moyens d'exécution sont faciles.

Car la préparation galvanique de la plaque ne présente aucune
difficulté. L'opération se divise en deux parties principales: la
première, qui est la plus longue, peut être faite très-longtemps à
l'avance, et peut être considérée comme le complément de la fabrication
de la plaque. Cette opération une fois faite, sert indéfiniment, et l'on
peut, sans la recommencer, faire un grand nombre d'épreuves sur la même
plaque.


_Désignation des nouvelles substances._

Solution aqueuse de bichlorure de mercure (sublimé corrosif);

Solution de cyanure de mercure;

Huile de pétrole blanche acidulée avec de l'acide nitrique;

Dissolution de chlorure d'or et de platine.


_Préparation des substances._

_Solution aqueuse de bichlorure de mercure (sublimé corrosif)._--5
décigrammes de bichlorure de mercure dans 700 grammes d'eau distillée.

_Solution de cyanure de mercure_.--On sature un flacon d'eau distillée
de cyanure de mercure, et l'on en décante un volume quelconque, que l'on
allonge d'une égale quantité d'eau distillée.

_Huile de pétrole blanche acidulée_[6].--On acidule cette huile en y
mêlant un dixième d'acide nitrique pur, qu'on y laisse au moins
quarante-huit heures, en ayant soin d'agiter le flacon de temps en
temps. On décante l'huile qui s'est acidulée, et qui rougit alors
fortement le papier de tournesol. Elle s'est aussi un peu colorée, tout
en restant très-limpide.

_Dissolution de chlorure d'or et de platine._--Pour ne pas multiplier
les dissolutions, j'ai pris pour point de départ le chlorure d'or
ordinaire, qui sert à fixer les épreuves. On sait qu'il est composé de
_1 gramme de chlorure d'or et de 4 grammes d'hyposulfite de soude pour 1
litre d'eau distillée_.

Quant au chlorure de platine, il faut en faire dissoudre 2-1/2
décigrammes dans 3 litres d'eau distillée; on mêle ensuite ces deux
dissolutions en égales quantités.


MANIÈRE D'OPÉRER.

_Première préparation de la plaque._

_Nota._--Pour être plus court dans la description qui va suivre,
j'indiquerai chaque substance en abrégé. Ainsi je dirai, pour désigner
la _solution aqueuse de bichlorure de mercure_, sublimé; pour la
_solution de cyanure de mercure_, cyanure; pour l'_huile de pétrole
acidulée_, huile; pour la _dissolution de chlorure d'or et de platine_,
or et platine; et pour l'_oxyde de fer_, rouge seulement.

On polit la plaque avec du sublimé et du tripoli d'abord, et ensuite
avec du rouge[7], jusqu'à ce qu'on arrive à un beau noir. Puis, on pose
la plaque sur le plan horizontal et on y verse la solution de cyanure
que l'on chauffe avec la lampe, absolument comme si l'on fixait une
épreuve au chlorure d'or. Le mercure se dépose et forme une couche
blanchâtre. On laisse un peu refroidir la plaque, et après avoir
renversé le liquide, on la sèche en la frottant avec du coton et en la
saupoudrant de rouge.

Il s'agit maintenant de polir la couche blanchâtre déposée par le
mercure. Avec un tampon de coton imbibé d'huile et de rouge, on frotte
cette couche juste assez pour qu'elle devienne d'un beau noir. Ou
pourra, en dernier lieu, frotter assez fortement, mais avec du coton
seul, pour amincir le plus possible la couche acidulée.

Ensuite on place la plaque sur le plan horizontal et on y verse la
dissolution d'or et de platine. On chauffe comme à l'ordinaire; on
laisse refroidir et puis on renverse le liquide que l'on sèche, en
frottant légèrement avec du coton et du rouge.

Il faut faire cette opération avec soin, surtout lorsqu'on ne doit pas
continuer immédiatement l'épreuve; car autrement, on laisserait sur la
plaque des lignes de liquide, qu'il est toujours difficile de faire
disparaître. Par ce dernier frottage la plaque ne doit être que séchée
et non pas polie.

Ici se borne la première préparation de la plaque, celle qui peut être
faite longtemps à l'avance.


_Seconde préparation._

_Nota._ Je ne crois pas convenable de mettre entre cette opération et
l'iodage de la plaque un intervalle de plus de douze heures.

Nous avons laissé la plaque avec un dépôt d'or et de platine. Pour polir
cette couche métallique, il faut prendre avec un tampon de coton de
l'huile et du rouge, et frotter jusqu'à ce que la plaque redevienne
noire; et puis avec de l'alcool et du coton seulement, on enlève le plus
possible cette couche d'huile et de rouge.

Alors on frotte assez fortement, et en repassant plusieurs fois aux
mêmes endroits, la plaque avec du coton imprégné de cyanure. Comme cette
couche sèche très-promptement, elle pourrait laisser sur la plaque des
traces d'inégalité; pour éviter cela, il faut repasser le cyanure, et
pendant que la plaque est encore humide, avec un tampon imbibé d'un peu
d'huile on s'empresse de frotter sur toute la surface de la plaque, et
de mêler ainsi ces deux substances; puis, avec un tampon de coton sec,
on frotte pour unir et en même temps pour dessécher la plaque, en ayant
soin d'enlever du tampon de coton les parties qui s'humectent de cyanure
et d'huile. Enfin, comme le coton laisse encore des traces, on saupoudre
également la plaque d'un peu de rouge que l'on fait tomber en frottant
légèrement et en rond.

Ensuite, avec un tampon imprégné d'huile seulement, on frotte la plaque
également, et de manière à faire revenir le bruni du métal; et puis on
saupoudre avec du rouge, et l'on frotte très-légèrement en rond, de
manière à faire tomber tout le rouge qui entraîne avec lui la
surabondance de la couche acidulée[8].

Enfin, avec un tampon de coton un peu ferme, on frotte fortement pour
donner le dernier poli[9].

Il n'est pas nécessaire de renouveler souvent les tampons imbibés
d'huile et de rouge; il faut seulement les garantir de la poussière.

J'ai dit plus haut que la première préparation de la plaque peut servir
indéfiniment; mais on comprend que la seconde doit être modifiée selon
qu'on opère sur une plaque qui a reçu une épreuve fixée ou une non
fixée.


_Sur l'épreuve fixée._

Il faut enlever les taches laissées par l'eau du lavage, avec l'oxyde
rouge et de l'eau faiblement acidulée d'acide nitrique (à 2 degrés dans
cette saison, et moins dans l'été).

Ensuite, il faut polir la plaque avec de l'huile et du rouge pour
enlever toutes les traces de l'image qu'on efface.

On continue alors l'opération comme je viens de le dire plus haut pour
la seconde préparation de la plaque neuve et à partir de l'emploi de
l'alcool.


_Sur l'épreuve non fixée (mais dont la couche sensible a été enlevée
comme à l'ordinaire, dans l'hyposulfite de soude)._

D'abord, il faut frotter la plaque avec de l'alcool et du rouge pour
enlever les traces de l'huile qui a servi à faire l'épreuve précédente.

On continue ensuite comme il est indiqué plus haut pour la plaque
neuve, et à partir de l'emploi de l'alcool.


TABLEAU RÉSUMÉ DES OPÉRATIONS.

_Première préparation._

1°. _Sublimé corrosif_ avec _tripoli_ d'abord, et _rouge_ ensuite, pour
polir la plaque;

2°. _Cyanure de mercure chauffé_ et _séché_ avec du _coton_ et du
_rouge_;

3°. _Huile acidulée_ avec _rouge_ pour polir la couche de mercure;

4°. _Or et platine chauffé_ et _séché_ avec du _coton_ et du _rouge_.


_Seconde préparation._

5°. _Huile acidulée_ avec _rouge_ pour polir la couche d'or et de
platine;

6°. _Alcool absolu_ pour enlever le plus possible l'huile et le rouge;

7°. _Cyanure de mercure employé à froid_ et _frotté seulement_ avec du
_coton_;

8°. _Huile frottée assez fortement_ et _égalisée_ en dernier lieu avec
du _rouge saupoudré_.


_Sur l'épreuve fixée._

1°. _Acide nitrique_ à 2 degrés avec _rouge_ pour enlever les taches;

2°. _Huile_ avec _rouge_ pour enlever les traces d'image et pour polir.

Continuer ensuite comme plus haut, à partir du n°6, alcool, etc.


_Sur l'épreuve non fixée (dont la couche sensible a été enlevée avec
l'hyposulfite de soude)._

_Alcool_ avec _rouge_ pour enlever les traces d'huile, et continuer
comme plus haut, à partir du n°6, alcool, etc.


OBSERVATIONS.

_De l'iodage._

La couleur de l'épreuve dépend de la teinte que l'on donne à l'iodure
métallique. On peut donc la varier à volonté; cependant la couleur _rose
violâtre_ m'a paru la plus convenable.

Pour transmettre l'iode à la plaque, on peut remplacer la feuille de
carton par un plateau de faïence dont on aura usé l'émail. L'iode
transmis par ce moyen n'est pas décomposé.

Il est inutile, je dirai même nuisible, de chauffer la plaque avant de
l'exposer à la vapeur de l'iode.


_Du lavage à l'hyposulfite de soude._

Pour enlever la couche sensible, il ne faut pas que la dissolution
d'hyposulfite de soude soit trop forte, parce qu'alors elle voile les
vigueurs. 60 grammes d'hyposulfite suffisent pour 1 litre d'eau
distillée.


NOTES:

[1] Sur la plaque décapée au moyen de la couche d'eau, comme je l'ai
indiqué, on obtient très-rapidement des épreuves d'une grande finesse,
mais qui manquent aussi de modelé, à cause du peu d'épaisseur de la
couche sensible.

[2] Tout le monde sait que la vapeur sèche du brome est plus favorable
que celle qu'on obtient au moyen de l'eau bromée, car cette dernière a
l'inconvénient d'entraîner avec elle de l'humidité qui se condense à la
surface de la plaque. L'emploi de l'huile que j'indique plus loin
neutralise cet effet et donne à la vapeur du brome étendu d'eau la même
propriété qu'à celle du brome sec.

[3] Cela est tellement vrai que, si l'on fait une épreuve sur une plaque
qui a été fixée plusieurs fois, on peut la laisser à l'exposition de la
vapeur du brome autant de fois en plus du temps nécessaire qu'elle a
reçu de différentes couches d'or.

[4] Je veux dire seulement que l'emploi de tous les métaux que j'indique
plus loin est indispensable; mais la manière de les appliquer peut
varier.

[5] Car, en multipliant ces éléments comme dans une pile, on augmente
cette puissance, et l'on parvient ainsi à faire agir dans le même temps
les radiations les plus paresseuses, telles que celles du rouge et du
vert.

[6] L'huile de pétrole la plus convenable est d'un ton jaune-verdâtre,
et prend, sous différents angles, des reflets azurés.

J'ai donné la préférence à cette huile sur les huiles fixes, parce
qu'elle reste toujours limpide, quoique fortement acidulée. Le but que
je me propose en employant une huile acidulée est de réduire les métaux
en poussière et de retenir cette poussière à la surface de la plaque, en
même temps de donner plus d'épaisseur à la couche par ses propriétés
onctueuses; car le naphte qui résulte de la distillation de cette huile
ne produit pas le même effet, parce qu'étant trop fluide, il entraîne la
poussière des métaux. C'est par cette même raison que j'ai conseillé
dernièrement l'emploi de l'_essence de lavande_, plutôt que celui de
l'essence de térébenthine.

[7] Si je préfère, pour polir, le rouge aux autres substances, ce n'est
pas que je lui reconnaisse une propriété photogénique, mais bien parce
qu'il brunit mieux et qu'il aide à fixer la couche d'or qui n'est plus
si susceptible de s'enlever par écailles lorsqu'on la chauffe trop.

Les plaques galvaniques, lorsqu'elles n'ont ni marbrures ni taches
noires (ce qui arrivait quelquefois dans l'origine), reçoivent mieux que
les autres l'application des métaux, et par conséquent le chlorure d'or
y adhérant plus fortement ne s'enlève pas par écailles.

[8] Il faut avoir soin d'appuyer le moins possible, car autrement le
rouge adhérerait à la plaque et formerait un voile général.

[9] Lorsque l'on opérera sur une plaque qui aura reçu longtemps à
l'avance la première préparation, il faudra, avant d'employer l'huile
acidulée et l'oxyde rouge, opérer comme je l'indique plus loin pour la
plaque qui a reçu une épreuve fixée. Cette précaution est nécessaire
pour détruire les taches que le temps pourrait avoir développées.



IMPRIMERIE DE BACHELIER,

RUE DU JARDINET, N° 12.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Nouveau moyen de préparer la couche sensible des plaques destinées à recevoir les images photographiques - Lettre à M. Arago" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home