Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Le Héros de Châteauguay
Author: David, Laurent-Olivier, 1840-1926
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le Héros de Châteauguay" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



[Illustration: LA BATAILLE DE CHATEAUGUAY.]

LE HÉROS DE CHATEAUGUAY


PAR L. O. DAVID
1883



C.-M. DE SALABERRY.


La plus populaire de nos gloires militaires.

Une belle et imposante figure taillée dans le marbre; les traits
réguliers, fièrement dessinés; le front hardi, agressif; un teint riche,
rosé et blanc; des yeux brillants, limpides, pétillants de verve,--des
rayons de soleil dans un ciel bleu;--des épaules larges, solides comme
des bastions; une poitrine où les boulets, il semble, devaient rebondir;
un bras qui frappait comme Charles Martel ou Richard Coeur-de-Lion; des
muscles forts et souples comme l'acier; un magnifique ensemble de force,
de distinction, de vigueur et de beauté, une puissante organisation
débordant de vie et de sève.

Un coeur de lion, une intrépidité à tout oser, à tout braver. Type
accompli de ces preux chevaliers qui, de la pointe de leur épée, ont
écrit l'histoire de France. Au temps des croisades, il aurait monté à
l'assaut de Jérusalem à côté de Godefroy de Bouillon; plus tard, il eût
été l'émule des Gaston, des Bayard et des Duguesclin.

Si le Canada eût appartenu à la France, en mil huit cent, il eût
peut-être conquis le bâton de maréchal en se battant comme Lannes et
Masséna. Dans la guerre d'Afrique, guerre de surprises, d'embuscades et
de glorieuses aventures, il eût été à côté de Lamoricière sur les murs
de Constantine, et eût couvert sa vaillante épée de gloire depuis la
pointe jusqu'au pommeau.

Vif, brusque, impétueux, toujours prêt à venger une injure d'un coup de
poing ou d'un coup de sabre.

Le baron de Rottenburg l'appelait, dans ses lettres: "Mon cher marquis
de la poudre à canon."

Bon, cependant, généreux et affectueux, n'attaquant jamais le premier,
et pardonnant facilement, une fois l'explosion faite.

Nature de soldat, pleine d'élan et de vivacité aimant autant à chanter,
rire et danse qu'à se battre, aussi vaillant à la table que sur le champ
de bataille.

Sévère en fait de discipline, et ne ménageant point les jurons et les
punitions à ses voltigeurs qui chantaient;

  C'est notre major
  Qu'a le diable au corps,
  Qui nous don'ra la mort
  Va pas de loup ni tigre
  Qui soit si rustique;
  Sous la rondeur du ciel
  Y'a pas son pareil.

Aimé pourtant, de ses officiers et soldats à cause de son impartialité.

Tel est le portrait du lieutenant-colonel de Salaberry, cet illustre
guerrier dont les Canadiens-Français ont raison d'être fiers.

Après avoir loué le mérite et le talent de ceux qui, depuis la conquête,
ont soutenu l'honneur et les droits de leurs compatriotes par la
plume et la parole, il est juste que je rende hommage à celui dont la
vaillante épée a su nous faire craindre et respecter.

Le héros de Châteauguay avait reçu en héritage des traditions
glorieuses.

La famille d'Irumberry de Salaberry, originaire du pays de Basque, dans
le royaume de Navarre, avait conquis ses titres de noblesse sur les
champs de bataille. L'un des ancêtres de notre héros était au combat
de Coutras, où il frappa dru et fort. Henri de Navarre, depuis roi de
France sous le nom d'Henri IV, aperçut le terrible chevalier au moment
où, après avoir terrassé de nombreux et vaillants adversaires, il
accordait la vie à un gendarme qu'il venait de blesser.--"_Force à
superbe! merci à faible_, lui cria le galant Béarnais, c'est ta devise."

Noble devise! que les de Salaberry ont raison de porter avec orgueil sur
leur écusson, car ils y ont toujours été fidèles et l'ont illustrée par
maintes actions éclatantes.

Le grand-père, Michel de Salaberry, vint en Canada dans l'année mil sept
cent trente-cinq, en qualité de capitaine de frégate.

Il avait une grande réputation de force et de bravoure. Il épousa, en
mil sept cent cinquante, mademoiselle Juchereau Duchesnay, fille
du seigneur de Beauport. Il prit part aux luttes héroïques qui se
terminèrent par la cession du Canada à l'Angleterre.

Le père, Louis-Ignace de Salaberry, fut remarquable par ses vertus, son
intelligence, sa haute et belle taille, la franchise de son caractère et
cette force corporelle qui se transmet dans la famille de père en fils.
Il combattit vaillamment dans les rangs de l'armée anglaise en mil sept
cent soixante et seize, et reçut trois blessures sérieuses dans le cours
de la guerre. Le gouvernement anglais le récompensa de ses services en
lui accordant une demi-pension et plusieurs charges.

Mais la reconnaissance qu'il devait au duc de Kent et au roi
d'Angleterre ne purent jamais lui faire trahir les droits de ses
compatriotes. Lorsque Craig voulut, en mil huit cent-neuf, unir les deux
Canadas dans le but de mettre les Canadiens-Français sous l'empire
d'une minorité anglaise, il fut un de ceux qui s'opposèrent la plus
énergiquement à ce projet. Et lorsque le gouverneur le menaça de lui
enlever ses moyens d'existence s'il ne se rendait pas à ses désirs, il
lui fit cette belle réponse:--"Vous pouvez, Sir James, m'enlever mon
pain et celui de ma famille mais mon honneur...... jamais!"

Devenu seigneur de Beauport, son manoir fut pendant vingt ans l'aimable
rendez-vous où gentilshommes français et anglais, réunis par la
conquête, apprirent à s'estimer après s'être battus; les plus hauts
personnages d'Angleterre y trouvaient une hospitalité pleine de charme
et de distinction. Le noble seigneur avait épousé, en mil sept cent
soixante et dix-huit, la belle et distinguée demoiselle Hertel, et de ce
mariage étaient nés sept enfants, tous beaux et bien faits, trois filles
et quatre garçons, dont l'aîné fut le héros de Châteauguay.

Les Canadiens-Français étaient fiers de l'éclat qui environnait cette
belle et bonne famille et des hommages qu'elle recevait de leurs fiers
conquérants.

De toutes les sympathies qui l'honorèrent, la plus illustre et la plus
bienveillante fut sans doute, celle du duc de Kent, père de notre
Souveraine, la reine Victoria.

On sait que ce prince vint en Canada en mil sept cent quatre-vingt-onze,
à la tête de son régiment, et qu'il fut, pendant son séjour au milieu de
nous, l'idole de la population. C'était un bon prince, aussi, que le duc
de Kent, généreux, affable et loyal, aussi noble par le coeur que par
la naissance. Il n'eut pas mis le pied, une fois, dans le manoir de
Beauport qu'il fut épris d'admiration et d'amitié pour ses aimables
hôtes. Les heures les plus agréables de sa vie étaient celles qu'il
passait au sein de cette famille, dont il fut toujours l'ami fidèle et
le protecteur puissant. Une correspondance de vingt-trois ans, depuis
mil sept cent quatre-vingt-onze à mil huit cent-quatorze, démontre
toute la profondeur et la sincérité de cette honorable amitié qui se
manifeste, à chaque ligne, par les sentiments les plus délicats, les
épanchements les plus gracieux.

C'est par son influence que les quatre fils du seigneur de Salaberry,
Michel, Maurice, Louis et Edouard, son filleul, purent satisfaire leurs
inclinations militaires en entrant dans l'armée anglaise, où ils se
firent tous en peu d'années, à la pointe de leur épée, une belle
position.

De ces quatre frères si beaux, si vaillants, qui faisaient l'orgueil de
leur famille, de leur protecteur et de leurs compatriotes, il ne
resta bientôt que l'aîné. Les trois autres moururent au service de
l'Angleterre, de mil huit cent-neuf à mil huit cent-douze, à quelques
mois d'intervalle. Maurice et Louis périrent de la fièvre sous ce ciel
empesté des Indes dont la conquête et la conservation ont coûté à
l'Angleterre des flots de sang.

Le plus jeune, Edouard, fut tué à la tête de sa compagnie sous les murs
de Badajoz; il n'avait que dix-neuf ans. Quelques heures avant l'assaut,
sous l'empire d'un noir pressentiment, il avait écrit une lettre à son
protecteur le duc de Kent, pour le remercier de toutes les bontés qu'il
avait eues pour sa famille et pour lui.

Ils étaient tous trois lieutenants, aimés de leurs chefs et de leurs
compagnons d'armes pour leur bravoure, leurs talents et la bonté de leur
caractère.

Une humble tombe fut élevée en l'honneur de Maurice par les officiers et
soldats de son régiment près de l'endroit où il avait été tué.

Puisse le temps respecter cette glorieuse tombe! afin que partout il y
ait des témoignages éclatants de la loyauté et de la bravoure du peuple
canadien.

La tradition parle des sympathies que la famille de Salaberry trouva
dans sa douleur; ce fut un deuil universel.

Le duc de Kent ne fut pas le moins affecté; il manifesta son chagrin
dans des lettres touchantes où il parle du sort de ces pauvres enfants
avec une tendresse toute paternelle.

Pendant ce temps-là, l'aîné des de Salaberry faisait vaillamment son
chemin dans l'année anglaise à travers les balles et les boulets; la
mort craignait de briser une si belle destinée. Soldat à quatorze ans,
il partait, à seize, pour les Indes Occidentales, en qualité d'enseigne,
devenait rapidement lieutenant et capitaine, grâce à la protection
incessante du duc et à l'admiration que sa belle conduite inspirait dans
l'armée.

On était fier, au pays, lorsque l'écho y apportait la nouvelle des
succès et de la gloire du jeune Canadien. On applaudissait, lorsque la
rumeur apprenait comment il savait soutenir l'honneur de sa famille et
de sa patrie. Il avait montré, en arrivant aux Indes, que, malgré sa
jeunesse, il ne se laisserait pas insulter impunément. Voici comment M.
de Gaspé raconte ce fait:

"Les officiers du soixantième régiment, dans lequel Salaberry était
lieutenant, appartenaient à différentes nationalités. Il y avait
des Anglais, des Prussiens, des Suisses, des hanovriens et deux
Canadiens-Français, les lieutenants de Salaberry et Des Rivières.
C'était chose assez difficile de maintenir la paix parmi eux; les
Allemands surtout étaient portés à la querelle; excellents duellistes,
ils étaient de dangereux antagonistes. Un matin, Salaberry était à
déjeuner avec quelques-uns de ses frères d'armes, quand entre l'un
des Allemands qui le regarde et lui dit d'un air de Mépris:--Je viens
justement d'expédier un Canadien-Français dans l'autre monde,--faisant
par là allusion à Des Rivières qu'il venait de tuer en duel."

"Salaberry bondit sur son siège; mais, reprenant son sang-froid, il
dit:--Nous allons finir le déjeuner, et alors vous aurez le plaisir d'en
expédier un autre."

"Ils se battirent, comme c'était alors la coutume, à l'arme blanche.
Tous deux firent preuve d'une grande adresse, et le combat fut long et
obstiné. Salaberry était très jeune.; son adversaire, plus âgé, était un
rude champion. Le premier reçut une blessure au front dont la cicatrice
ne s'est jamais effacée. Comme il saignait abondamment et que le sang
lui interceptait la vue, ses amis voulurent faire cesser lu combat; mais
il refusa. S'étant attaché un mouchoir autour de la tête, le combat
recommença avec encore plus d'acharnement, A la fin, son adversaire
tomba mortellement blessé, et la plupart dirent qu'il n'avait eu que ce
qu'il méritait."

Ce duel mit pour toujours de Salaberry a l'abri des insultes; il avait
fait ses preuves.

La guerre des Indes se faisait alors entre l'Angleterre et la France; la
possession de la Martinique et de la Guadeloupe devait être le prix de
la victoire. Il devait en coûter ou jeune de Salaberry, si français par
l'origine et le caractère, de se battre contre la France; il devait lui
répugner de combattre le drapeau pour lequel ses ancêtres avaient versé
leur sang. Mais la loyauté était pour lui un devoir et la carrière
militaire une vocation.

La lutte fut vive, les batailles acharnées, les dangers continuels; les
maladies dévoraient ceux que les balles épargnaient.

Il vint un jour où de son régiment il ne resta plus que deux cents
hommes. Il apprenait cela à son père dans une lettre où parlant des
milliers d'hommes qu'il avait vus tomber autour de lui, il ajoutait: "Je
crois que je serai aussi heureux que mon grand-père."

Lorsque le général Prescott se décida à abandonner la dernière place
forte de la Guadeloupe, le fort Mathilde, c'est à de Salaberry, alors
âgé de seize ou dix-sept ans, qu'il confia le soin de protéger la
retraite de l'année. Le jeune lieutenant se montra digne de la confiance
de son chef. Il était fait capitaine peu de temps après.

En mil huit cent-huit, on le trouve en Irlande, major de brigade, et
faisant la cour à une blonde et belle jeune fille qui aurait enchaîné le
jeune officier pour la vie sans l'intervention du duc de Kent. Celui-ci
écrivit à son protégé une longue lettre pour lui démontrer que chez les
militaires le coeur doit céder à la raison, lorsqu'ils n'ont pas de
fortune.

En mil huit cent-neuf, il prenait part à la malheureuse expédition de
Wolcheren, qui coûta cher et rapporta peu de gloire A l'Angleterre.

L'année suivante, il devenait aide-de-camp du général de Rottenburg et
partait pour le Canada, où des parents et amis dévoués l'accueillirent
avec des transports de joie.

Les Canadiens-Français se montraient avec enthousiasme le jeune
officier, qui, parti enfant de son pays, revenait plein de force, dans
tout l'éclat de la gloire et de la beauté.

On était alors aux mauvais jours de Craig, époque de fanatisme et de
persécution, mais époque aussi de grandeur morale et nationale. La lutte
devenait difficile; l'énergie des Bédard et des Papineau n'en pouvait
plus.

Mais bientôt un cri d'alarme retentit partout; les États-Unis venaient
de déclarer la guerre à l'Angleterre et se préparaient à envahir le
Canada. On comprit, en face du danger, la nécessité de se gagner les
sympathies de la population; on lui fit force caresses et concessions.
Et pour exciter son enthousiasme et lui faire prendre les armes, on
nomma Charles-Michel de Salaberry lieutenant-colonel, et on lui confia
la mission d'organiser les voltigeurs canadiens.

Les Canadiens-Français répondirent à l'appel de l'Angleterre et
s'enrôlèrent sous le drapeau de leur jeune chef.

Il était temps, les Américains traversaient la frontière, au mois de
juin mil huit cent-douze, à trois endroits différents.

Pendant que Brock et Sheaffe repoussaient les deux armées de l'ouest et
du centre dans des combats glorieux, le général Dearborn marchait
sur Montréal avec dix mille hommes, par le chemin de Saint-Jean et
d'Odeltown. De Salaberry courut à sa rencontre, à la tête de quatre
cents voltigeurs, et n'eut pas même besoin des milices du district
de Montréal, qui s'avançaient à la hâte sous les ordres du colonel
Deschambault. Ayant trouvé l'ennemi campé sur la rive droite du la
rivière Lacolle, il résolut de le déloger. La rapidité de ses mouvements
et l'initelligence avec laquelle il avait préparé ses travaux de défense
déconcertèrent le général américain, qui repassa la frontière après une
attaque malheureuse où quatorze cents de ses hommes furent mis en fuite
par un avant-poste composé d'une poignée de voltigeurs.

La campagne de mil huit cent-douze était finie.

Sir George Prévost félicita le lieutenant-colonel de Salaberry de son
succès, dans un ordre général, et rendit hommage à la loyauté et au
courage de la milice. Les Canadiens-Français durent être surpris;
c'était la première fois qu'ils s'entendaient dire des choses agréables
par les représentants de la couronne anglaise.

La campagne de mil huit cent-treize fut plus sérieuse; les Américains,
honteux de leur échec, s'étaient préparés à frapper un grand coup sur
Montréal, qu'ils considéraient comme la clef du pays. La défaite
de Proctor, en Haut-Canada, par le général Harrison, exalta leur
enthousiasme et jeta avec raison le Bas-Canada dans l'effroi.

La situation devenait critique.

Deux armées, fortes chacune de sept à huit mille hommes, marchaient sur
Montréal, l'une, sous les ordres de Hampton, par le lac Champlain, et
l'autre, commandée par Dearborn et Wilkinson, descendait de Kingston.
A ces dix-sept mille hommes le Bas-Canada ne pouvait opposer que trois
mille soldats et miliciens.

La lutte parut un instant impossible.

Il fallait un homme assez habile pour empêcher la jonction des deux
armées américaines et capable de suppléer au nombre par la prudence et
la valeur, d'accomplir un prodige, s'il le fallait. La patrie en danger
avait besoin enfin d'un sauveur, d'un héros, elle le trouva:--c'était le
lieutenant-colonel de Salaberry. Il accourt, prend le devant avec
quatre cents voltigeurs, rencontre Hampton, culbute ses avant-postes à
Odeltown. et le poursuit jusqu'à Four-Corners, tombe sur lui avec une
poignée d'hommes et le remplit de terreur.

Après plusieurs jours de marches et de contre-marches, Hampton
reprenait, le vingt et un octobre, sa course en avant sur les bords de
la rivière Châteauguay, que de Salaberry immortalisait, le vingt-six,
par une victoire à jamais mémorable.

Inutile de donner des détails de cette bataille si souvent racontée et
célébrée par l'histoire, l'éloquence et la poésie. Qui n'a senti
battre son coeur au récit de cette lutte glorieuse où trois cents
Canadiens-Français défirent sept mille Américains? Qui ne sait que tout
l'honneur de cette victoire appartient au brave colonel de Salaberry,
que le succès de nos armes en ce jour célèbre fut le résultat de
l'habileté avec laquelle il sut disposer ses forces et fortifier sa
position, et de la bravoure qu'il déploya pendant la bataille? Avec quel
enthousiasme les derniers survivants de la poignée de braves qui partage
avec lui l'honneur de ce triomphe, racontent les faits éclatants de leur
héroïque colonel!

Ils le représentent, avant la bataille, cherchant, exploitant toutes les
ressources que le terrain, la rivière et la forêt pouvaient lui offrir,
faisant de chaque arbre, de chaque pierre un retranchement, un abri
pour ses troupes, frappant du pied la terre pour en faire jaillir des
éléments de victoire. Et lorsque la bataille est commencée, ils le
montrent entraînant ses braves voltigeurs à sa suite; dominant le bruit
de la bataille des éclats de sa voix présent sur tous les points à
la fois; multipliant le nombre de ses soldats par la rapidité et la
précision de ses mouvements; dispersant un instant ses forces et les
ralliant soudain pour tomber sur un point où on ne l'attendait pas;
faisant, faire un bruit de trompettes et pousser des cris effrayants;
employant mille ruses pour étourdir, surprendre l'ennemi, et lui faire
croire qu'il avait à combattre des milliers d'hommes; donnant, enfin
l'exemple d'un courage, d'une bravoure que le danger semblait grandir,
bravant les balles avec cette héroïque insouciance qui l'avait illustré
sur les champs de bataille de la Martinique, et de la Guadeloupe.

La bataille dura quatre heures, Hampton, croyant avoir affaire à une
armée de dix mille hommes, se retira après avoir eu une centaine
d'hommes tués et blessés, et reprit à la hâte le chemin des États-Unis;
et lorsque Wilkinson, qui attendait au pied du Long-Sault le résultat de
la bataille apprit la fatale nouvelle, il jugea à propos de se retirer.

Le Bas-Canada était sauvé. Les Américains, découragés, ne tentèrent plus
sérieusement de l'envahir pendant cette guerre, qui se termina l'année
suivante par le traité de Gand.

Oui, le Bas-Canada était sauvé et conservé à l'Angleterre par la
bravoure des Canadiens-Français. Quel démenti jeté à la face de ceux qui
avaient reproché à cette noble population d'être déloyale, parce qu'elle
avait du coeur et ne voulait pas laisser fouler aux pieds ses droits et
ses libertés! Ils tentèrent bien un instant, les insensés! deo lui ravir
sa gloire, d'arracher du front de Salaberry des lauriers si noblement
conquis; mais les applaudissements de tout un peuple étouffèrent les
cris de la jalousie et du fanatisme. L'Angleterre elle-même déclara,
par la bouche du prince régent et du due de Kent, que Salaberry et
ses braves voltigeurs étaient les sauveurs du pays, les héros de
Châteauguay.

Salaberry fut fait compagnon du Bain, et les chambres provinciales lui
votèrent des remercîments; plus tard, en mil huit cent dix-sept, il fut
fait conseiller législatif.

Mais ce fut là toute la récompense accordée au brave colonel et à
ses compagnons d'armes; on trouva que c'était assez pour des
Canadiens-Français. On a vu de ces braves dont la loyauté avait conservé
à l'Angleterre une riche colonie, mendier leur pain, la médaille de
Châteauguay sur la poitrine. Et après un demi-siècle, pas une pierre
ne marque encore le glorieux champ de bataille où ils ont illustré son
drapeau; seule, une tombe dans un cimetière ignoré indique l'endroit où
reposent les cendres du héros de Châteauguay.

On a quelquefois contesté l'importance de cette bataille en donnant pour
raison, ou plutôt pour prétexte, le petit nombre de tués et de blessés;
mais depuis quand mesure-t-on la grandeur d'une victoire à la quantité
de sang versé? Salaberry aurait-il plus de mérite, s'il eut fait
tuer ses hommes inutilement? N'est-ce pas plutôt un titre de gloire
incomparable d'avoir pu accomplir un si beau fait d'armes sans une plus
grande effusion de sang, d'avoir su ménager par des mesures prudentes,
la vie de ses braves soldats?

De Salaberry n'eut plus l'occasion de se signaler. Il avait conquis tous
les grades que l'Angleterre pouvait accorder à un soldat catholique et
Canadien-Français; la protection même du duc de Kent n'aurait pu le le
faire sortir des rangs accessibles aux médiocrités. Une telle position
ne devait pas convenir à notre immortel compatriote. Il avait assez
fait, d'ailleurs, pour un gouvernement qui avait eu l'ingratitude
d'enlever à son illustre père la demi-pension qu'il avait si noblement.
gagnée en combattant pour l'Angleterre. Il renonça à la carrière
militaire et vécut ensuite pour sa famille, s'occupant d'administrer la
seigneurie que mademoiselle Hertel de Rouville lui avait apportée sous
forme de dot. Il avait épousé cette noble demoiselle quelques mois avant
la bataille de Châteauguay. Belle alliance! dont le duc de Kent le
félicita.

C'est à Chambly qu'il fixa sa résidence, an milieu de la population
témoin de sa valeur et de sa gloire pendant la guerre. Sur la rivière
Chambly, qu'on appelait le grenier du Bas-Canada, vivaient alors
des familles remarquables par leur origine ou leurs talents, qui se
disputaient la palme des belles manières, de la libéralité et de la
fidélité aux traditions du passé. On y menait joyeuse vie; c'était
pendant l'hiver une succession de fêtes, de promenades et de fricots
légendaires. On luttait à qui ferait le plus et le mieux.

On partait le matin; on dînait chez le seigneur Jacob; on prenait les
amis en passant, et on allait passer la soirée chez M. Cartier, de
Saint-Antoine, ou chez les messieurs Drolet, Franchère et autres. Quel
bruit! quel entrain! On se séparait à regret, avec la promesse de se
revoir bientôt.

C'était une grande joie dans la tribu, lorsqu'on voyait arriver le brave
colonel, car il n'était pas le moins bruyant, et lorsque venait son tour
de chanter ou de prendre part à un cotillon emporté, à un reel favori,
il ne tirait pas en arrière. Tout le monde l'admirait pour sa gloire et
l'aimait pour la gaieté et l'affabilité de son caractère.

C'est dans une de ces joyeuses réunions, chez M. Hatte de Chambly, qu'il
fut soudain frappé d'apoplexie, le vingt-six février mil huit cent
vingt-neuf. Il mourut le lendemain sans avoir pu recouvrer l'usage de la
parole, mais en pleine possession de ses facultés mentales et en paix
avec Dieu, entouré de ses enfants qu'il fit venir pour les bénir.

Comme son père, il avait eu quatre fils et trois filles dont voici
les noms: Alphonse-Melchior, ancien aide-de-camp provincial et député
adjudant-général de milice pour le Bas-Canada, mort il y a quatre on
cinq ans; Louis-Michel, mort; Maurice qui se tua à l'âge de douze ans,
par accident; Charles-René-Léonidase, mort; Hermine, dame Dr Galen,
décédée; Charlotte, mariée a M. Hatte de Sorel, et une autre, morte
enfant; tous grands et robustes, héritiers du type remarquable des de
Salaberry. Plusieurs petits-enfants existent pour perpétuer le nom de
cette belle famille.



Montréal, septembre 1811.

HOMMAGES DE LA PATRIE AU HÉROS DE CHÂTEAUGUAY.


Plusieurs personnes avaient parfois exprimé l'opinion qu'un monument
devrait être élevé à la mémoire du héros de Châteauguay, Mais c'est à M.
J. O. Dion, de Chambly que revient l'honneur d'avoir forcé la nation à
accomplir un grand acte de réparation et de reconnaissance. Dès mil huit
cent soixante-dix, il avait parlé de ce projet et exprimé l'espoir et
la volonté de le mettre bientôt à exécution. Son rêve était de tout
préparer pour le centenaire du général de Salaberry, en 1878, ou au
moins pour le cinquantième anniversaire de sa mort. Mais il ne put se
mettre sérieusement à l'oeuvre que dans le mois de janvier 1879. Un
comité fut nommé alors à Chambly, et il tut décidé qu'on lancerait
l'idée par la célébration d'une fête destinée à commémorer en même temps
le centenaire du héros de Châteauguay et le cinquantième anniversaire de
sa mort.

Cette fête eut lieu le vingt-cinq février mil huit cent soixante et
dix-neuf, et elle fut magnifique. Elle commença par une procession dans
laquelle figurèrent des députations militaires d'un grand nombre
de corps de milice et de volontaires de Montréal et des paroisses
environnantes, des membres du clergé, les élèves du collège et des
écoles des Frères et plusieurs corps de musique. Après avoir parcouru
le village, la procession se rendit à l'église qu'on avait pavoisée
de draperies noires et jaunes. Au milieu de la nef, s'élevaient un
catafalque et un obélisque imposant couvert d'inscriptions patriotiques.
Une messe de requiem fut chantée avec beaucoup d'effet par un choeur
puissant; le comité énergiquement aidé par Messire Thibault, curé de la
paroisse avait tout fait pour rendre la cérémonie imposante.

L'obélisque se trouvait à gauche de l'autel, au-dessus de l'endroit
même où reposent les cendres du héros. M. Globenski, seigneur de
Saint-Eustache, y avait déposé une couronne d'immortelles avec
l'inscription suivante: "Hommage du fils d'un voltigeur au héros de
Châteauguay."

Dans l'après-midi, à une réunion du comité général, il fut décidé
d'élever un monument à de Salaberry au moyen d'une souscription générale
d'une piastre par tête. Le soir, il y eut concert et banquet, et des
discours patriotiques furent prononcés par l'honorable Boucherville,
M. Globenski, M. Bernier, de Saint-Jean, M. le colonel D'Orsennens, et
l'auteur de cette biographie.

M Sulte avait composé pour la circonstance les couplets suivants, qui
furent chantés avec effet par les élèves du collège:

  S A L A B E R R Y!

Couplets à chanter pour la fête du 25 février 1879.


  Fils de soldats, vaillante race,
  Rappelons-nous les jours passés,
  Que l'histoire en garde la trace:
  Aimons ceux qui nous ont sauvés.

  CHOEUR:

  Chantons les combats de nos pères,
  Ils marchaient droit à l'ennemi! (bis.)
  Vivent nos militaires,
  Gloire à Salaberry!

  Oui! que chacun de nous s'apprête
  A transmettre le souvenir
  Des récits qu'en ces jours de fête
  Nous recueillons pour l'avenir.

  Chantons, etc.

  Aux favoris se la victoire,
  Ces vétérans restés debout
  Comme les piliers de la gloire.
  rendons des hommages partout.

  Chantons, etc.

  S'il lui fallait prendre les armes.
  Le Canadien sous les drapeaux.
  Retrouvait encor des charmes
  Et l'exemple de ses héros.

  Chantons, etc.

A partir de ce jour, M. Dion se multiplia pour assurer le succès de
l'oeuvre; il écrivit à droite et à gauche, alla de ville en ville, de
village en village, de porte en porte, mendier pour le monument du héros
de Châteauguay. Il eut à lutter péniblement contre ceux qui voulaient
que ce monument fut érigé à Montréal, dans une ville, où il aurait
nécessairement produit plus d'effet. Ses adversaires avaient peut-être
les meilleures raisons de leur côte, mais comme il n'y avait personne
pour le suivre, pour déployer autant de dévouement et d'activité, il
l'emporta naturellement et il n'y eut bientôt qu'une voix pour répéter
après lui que Chambly devait avoir l'honneur de posséder le monument
comme les cendres du héros.

Mais la souscription marchait lentement.

M. Dion vit avec regret que le monument ne pourrait pas être inauguré en
mil huit cent quatre-vingt. En attendant, pour stimuler le zèle de la
population dans le district de Québec, il entreprit de faire poser
une tablette commémorative A Beauport sur la maison même ou naquit
de Salaberry. La population de Québec répondit à son appel, et le
vingt-huit juin mil huit cent quatre-vingt, la cérémonie eut lieu. Son
Honneur le lieutenant-gouverneur présidait, entouré de personnages
marquants et d'une foule enthousiaste. Une immense acclamation remplit
l'air quand le lieutenant-gouverneur écarta le voile qui couvrait
le marbre commémoratif. Ce marbre a la forme d'un écusson et porte
l'inscription suivante:


  Force à superbe et mercy à faible.

  ICI

  NAQUIT, LE 18 NOVEMBRE
  1778
  CHARLES M. DE SALABERRY

  C. B.

  LE HÉROS DE CHATEAUGUAY

  COMITÉ DE CHAMBLY

  27 juin 1880.

Enfin le quatre août de la même année, (1880) le comité de Chambly
autorisait M. Dion à confier à notre jeune et distingué sculpteur
Canadien, M. Hébert, l'exécution du monument projeté, et à lui payer
la somme de quatorze cents piastres, à la condition que l'ouvrage fût
terminé dans le mois de mars mil huit cent quatre vingt-un.

On ne pouvait faire un meilleur choix.

M. Hébert a fait ses preuves; c'est lui qui a exécuté sous la direction
de son maître distingué, M. Bourassa, la magnifique statue de Notre-Dame
de Lourdes. Il se mit à l'oeuvre et remplit les conditions de son
contrat. Dans le mois de mars mil huit cent quatre vingt-un, la statue,
exposée dans une vitrine sur la rue Notre-Dame, attirait l'admiration
générale. Voici la description que la _Minerve_ en faisait à cette
époque. "La statue est en bronze. Elle est en pied et mesure six pieds
et demi, y compris le socle. Le héros est debout, appuyé sur la jambe
gauche. La position est celle du militaire au repos. Attitude calme et
noble, assurée, sans jactance, tel qu'il convient à un héros. La tête
est droite, le regard porté en avant, comme contemplant le champ de
bataille."

"Ses deux mains se croisent sur la poignée du sabre, dont la pointe
repose sur le socle. Le manteau militaire, attaché sur les épaules et
rejeté en arrière, vient se replier sur la bouche d'un canon place à la
gauche."

"La base est d'une grande simplicité mais très élégante dans la forme.
Elle appartient au style dorique, arec écusson portant les armes de la
famille du héros, celles de Chambly et de la province de Québec. Sur
la face principale est inscrit:--Au héros de Châteauguay, 26 Octobre
1818.--"

"Au bas de cette inscription est un trophée composé du drapeau des
Voltigeurs d'une branche de laurier et d'une couronne. Le monument,
statue et piédestal compris, aura une hauteur de vingt-sept pieds."

Enfin, le sept juin mil huit cent quatre vingt-un, l'inauguration du
monument avait lieu à Chambly. Jamais ce village n'avait vu et ne verra
probablement réunion plus imposante, spectacle plus grandiose. Le
gouverneur-général, le marquis de Lorne, le lieutenant-gouverneur,
T. Robitaille, plusieurs membres du gouvernement, grand nombre de
militaires, de prêtres et de députés, des représentants de nos sociétés
nationales, les hommes les plus marquants de notre société s'étaient
donné rendez-vous à cette belle fête.

Chambly, de loin, ressemblait à un immense pavillon couvert de drapeaux
de verdure et de fleurs.

Le 65° bataillon, sous le commandement du lieutenant-colonel Ouimet, fut
naturellement le premier rendu sur les lieux avec sa belle musique et
les officiers de la Saint-Jean-Baptiste de Montréal. Presqu'en même
temps, arrivaient son Honneur le lieutenant-gouverneur de Québec et
madame Robitaille qui passèrent une partie de l'avant-midi à visiter
les principaux établissements de l'endroit, l'hôpital, le collège et
le couvent (les Dames de la Congrégation) où une adresse charmante
fut présentée à madame Robitaille qui répondit en termes non moins
charmants.

Vers midi et demi un superbe goûter, ordonné par les officiers du 65°,
fut servi, dans une des salles des casernes, à tout le bataillon et à
bon nombre d'invités, au nombre desquels étaient sir Hector Langevin,
les honorables MM. Caron, Mousseau, MM. Mercier, M. P. P., Coursol, M.
P., Ryan, M. P., Bergeron, M. P., Préfontaine, M. P. P., Benoît, M.
P., M. Dr Mount, vice-président de la Société-Saint Jean-Baptiste de
Montréal, le colonel Brosseau, du 88°, le colonel Doherty, du 81° le
colonel Houde, du 86°, les lieutenants Thibeaudeau et Garneau, de la
batterie de campagne de Québec, le lieutenant Hudon, de l'artillerie de
garnison de Québec, le colonel Crawford, les capitaines Lyman, Caverhill
et McCorkill, et les lieutenants Hood, Crawford et Lithgow, du 5° Royaux
Écossais, le capitaine Blackrock, et le lieutenant Patterson, du 6°
Fusiliers, les capitaines Henshaw et Davies, des Carabiniers Victoria,
et d'autres dont les noms nous échappent.

Le _Sorelois_ arrivait, ayant à son bord Son Excellence le
gouverneur-général et sa suite, qui se composait du colonel de Salaberry
et de Mme de Salaberry, de Mme Hatt, de Mme Smyth, de Mme Lindsay, de
M. et Mme G. Bossé, de Mlle de Salaberry, du colonel Duchesnay,
député-adjudant général du 7° district, du capitaine Chater,
aide-de-camp de son Excellence, de MM. O. et H. de Salaberry, du
capitaine Campbell et de Mme Campbell, de M. et Mme Russell Stephenson.

M. Willett, maire de Chambly, lut une adresse à Son Excellence, puis le
gouverneur, escorte du 65e, etc., fît le tour du village, et rendu au
Carré Fréchette, le marquis de Lorne prit place sur une estrade élevée
à côté du monument, avec bon nombre de dames et d'autres invités. Le Dr
Martel lui lut une adresse à laquelle Son Excellence fit l'éloquente
réponse qui suit:



"Agréez, mes remerciements pour votre adresse qui exprime éloquemment le
désir patriotique que vous avez d'honorer d'une manière convenable la
mémoire d'un patriote."

"Je suis heureux de m'unir à vous dans cette commémoration des services
rendus à la patrie par un vaillant soldat."

"Nous sommes rassemblés pour inaugurer un monument consacré à la mémoire
d'un homme qui représente dignement le noble esprit de son temps.
Ce même esprit existe encore de nos jours, et si l'occasion s'en
présentait, une foule de Canadiens imiteraient l'exemple de ce grand
homme et s'efforceraient même de réaliser ses exploits."

Cette statue nous rappelle le trait caractéristique de nos compatriotes.
Content de peu pour lui-même, la grandeur seule pouvait le satisfaire
quand il s'agissait de sa patrie. Tel était le caractère de Salaberry;
tel est celui du Canadien de nos jours.

C'est à Chambly, c'est près du champ de bataille où il eut la bonne
fortune de pouvoir faire éclater cette bravoure, glorieuse tradition de
sa race, que nous plaçons cette statue.

Ce n'est pas dans un esprit de vaine gloire que nous élevons ce
monument; mais c'est dans l'espérance que les vertus antiques conservées
dans le souvenir de tous, pourront guider et éclairer les générations
futures.

Ces vertus brillaient d'un vif éclat dans cet homme distingué que ses
talents militaires rendaient apte à accomplir son devoir à la gloire de
nos armes.

N'oublions pas en lui élevant ce monument, de rendre, en même temps, à
ses frères, le tribut d'hommage qu'ils méritent.

Ils se livrèrent, eux aussi, à l'heure du danger, à cette profession des
armes qui, en quelque sorte, était innée chez eux. Trois d'entre eux
succombèrent en défendant l'honneur de ce drapeau, qui est aujourd'hui
le symbole de notre union et de nos libertés.

Dans ce beau pays, autrefois son séjour, il existe entre notre époque et
celle où il vécut, un contraste qui s'impose forcément à nos réflexions.
Où nous voyons maintenant de vastes et fertiles campagnes, un pays
traversé par nos voies ferrées et où nos rivières permettent à nos
bateaux à vapeur d'aborder; on ne voyait, quand cette lutte héroïque
était soutenue par de Salaberry, Perrault, Mailloux, Daly, et Duchesnay,
que quelques arpents cultivés au milieu de vastes forêts. Trop souvent,
hélas! ces forêts abritaient même des armées ennemies.

Maintenant que nous nous réjouissons au souvenir des hauts faits
accomplis à l'endroit où les Canadiens, Anglais et Français, se sont
également illustrés, il n'est pas nécessaire de m'arrêter sur les
tristes événements de ces jours. Nous sommes en paix, et nous vivons
avec le peuple grand et généreux qui nous avoisine, dans les douceurs
d'une amitié et d'une alliance qui, nous l'espérons, seront durables.

Alors ils essayèrent de nous vaincre, mais la bravoure des Canadiens
sut leur inspirer ce sentiment de respect profond qui est le fondement
solide d'une amitié durable.

Nous devons être heureux et nous réjouir de ce que nos rivalités avec
eux n'existent maintenant que dans l'arène féconde du commerce.

Grâce à cette ère pacifique, l'accroissement journalier de nos
ressources et le développement des forces vives de la nation rendraient
toute guerre entreprise contre le Canada longue et difficile; aussi ne
désirent-ils aucunement envahir notre territoire, et, nous! l'espérons,
un tel désir ne se manifestera plus jamais, car les nations, à moins que
la division ne provoque intervention, ne s'interposent pas aujourd'hui
aussi souvent qu'autrefois dans les affaires de leurs voisins.

Si en 1812 le Canada fut si cher aux Canadiens, combien plus ne doit-il
pas l'être aujourd'hui! Alors, en effet, sa population peu nombreuse
goûtait les douceurs de la liberté sous l'égide d'une constitution peu
libérale; maintenant, il renferme dans son sein un grand peuple, se
développant sans cesse, se gouvernant par lui-même à l'intérieur,
jouissant avec fierté de la forme de constitution la plus libre, et
ayant la faculté, par l'entremise de sa propre représentation, de
bénéficier de l'influence diplomatique d'un grand empire pour l'avantage
de son commerce avec les nations étrangères. Chez nous, aucun parti
ne voudrait provoquer des révolutions ou un changement quelconque de
gouvernement. Personne n'a de chance de succès dans la vie publique, en
Canada, personne ne reçoit l'appui de notre peuple, s'il n'aime avant
tout nos libres institutions.

Le gouverneur-général qui, grâce à votre invitation, se trouve en ce
moment au milieu de vous, n'est, en tant que chef de gouvernement
fédéral, que le premier et continuel représentant du peuple.

Cependant ce n'est pas seulement comme personnage officiel que je me
réjouis d'être avec vous aujourd'hui; c'est pour moi une satisfaction
personnelle, ce sont de joyeux instants que ceux où il m'est donné de
visiter, en compagnie des membres de la famille de Salaberry, le théâtre
de tant de grandeur et de courage.

La Princesse et moi, nous ne pourrons jamais oublier les relations
d'amitié intime qui ont existé entre le prince Edouard, duc de Kent, et
le colonel de Salaberry, amitié de famille qui, j'ose l'espérer, ne sera
pas restreinte à nos aïeux. La Princesse m'a prié de vous exprimer le
profond intérêt qu'elle porte à cette solennité; elle désire que je
vous fasse part du regret qu'elle a de ne pouvoir se trouver avec vous
aujourd'hui. Elle espère cependant, pouvoir admirer ce monument où, pour
la première fois, l'art d'un de nos sculpteurs a si bien commémoré la
loyauté, le courage, et le génie d'un guerrier canadien.

Ce beau discours prononcé en français par Son Excellence fut applaudi
comme il méritait de l'être. Il est bon de transmettre à la postérité
les paroles éloquentes tombées en cette circonstance solennelle de
la bouche du représentant de sa majesté, de conserver ce témoignage
précieux de la valeur et de la loyauté des Canadiens-Français.

Ayant fini de parler, Son Excellence découvrit la statue au milieu
des acclamations de la foule, des détonations du canon, des fanfares
retentissantes, de la musique et des feux de joie tirés par le 65°
bataillon.

Le colonel de Lotbinière Harwood fit; alors le discours de circonstance.
Sa voix forte, vibrante, sa belle prestance et l'énergie avec laquelle
il exprima ses sentiments et ses pensées produisirent le meilleur effet
sur la foule, M. Harwood commença comme suit,:



Qu'il plaise à Votre Excellence,

Messieurs,

Il est des circonstances dans la vie où le coeur semble, nager comme
dans un océan de délices. Telle est pour moi, Messieurs, chers
compatriotes et compagnons d'armes, la circonstance actuelle; tel est
pour moi ce moment à jamais béni où le grand peuple canadien, sortant
pour ainsi dire de son long assoupissement, se lève enfin noble et fier
pour rendre aux cendres d'un mort illustre, que dis-je, au sauveur de
son pays, les honneurs qui lui étaient dus depuis trop longtemps, et
dont le souvenir, par une pénible indifférence, avait été presque rejeté
au fond du lugubre et triste gouffre de l'oubli, de ce rapide oubli que
le poète nomme "le second linceul des morts." Hélas! depuis longtemps le
héros de Châteauguay dort au fond de sa tombe... pas une pierre... pas
un mausolée... pas la moindre trace de l'endroit où la froide poussière
de cet homme illustre attend le grand jour de la résurrection... (On
comprend que je ne veux parler ici que du monument public, du monument
élevé par la nation; je ne parle pas du modeste mausolée que la, piété
filiale érigea, il y a quelques années, dans le champ du long repos, le
paisible et modeste cimetière de Chambly.)

Que du fois les étrangers au pays, cherchant partout de l'oeil quelque
souvenir du héros de Châteauguay et ne voyant rien, absolument rien
qui leur révélât d'une manière tangible le passé glorieux de cet homme
illustre, s'écriaient dans leur indignation: "Canadiens ingrats..... que
faites-vous? C'est à vous qu'on peut dire: il est donc bien vrai que
l'ingratitude est un vent brûlant qui dessèche le coeur." Peuple
canadien, vous avez une tache au front! Vous ne serez jamais un grand
peuple que vous n'ayez effacé cette tache..... Permettrez-vous plus
longtemps à l'univers étonné de répéter à votre adresse:

  On ne voit que regrets en ce monde,
  L'injure se grave en métal
  Et le bienfait s'écrit sur l'onde.

Mais non, non... mille fois non. Ceci se ne dira pas de mes
compatriotes. Voici le jour venu où le peuple canadien peut reprendre
son rang parmi les peuples de la terre... car il a payé la première,
la plus sacrée des dettes... sa dette d'honneur...... sa dette de
reconnaissance...... Cette mémoire du coeur--il s'est souvenu du passé,
les mânes de Salaberry sont apparus,--Justice leur est enfin rendue, et
grâces au ciel, maintenant plus que jamais, je suis fier et heureux de
me dire: Je suis Canadien.

Que le spectacle qui s'offre à mes yeux en ce moment est donc beau! De
tous les coins du pays, de l'étranger même, des personnes de la plus
haute distinction sont venues orner de leur présence cette splendide et
brillante fête de famille: cette fête de la jeune nation canadienne,
de cette nation que le ciel, dans sa sagesse infinie, a destinée
indubitablement à jouer un si grand rôle dans l'avenir de la grande
confédération canadienne. Ici, ce sont les sommités de la judicature, du
pouvoir législatif et exécutif. Là, le représentant de notre Souveraine
et le lieutenant-gouverneur de Québec, Plus loin, les défenseurs de
la patrie, ces vaillants jeunes gens, au coeur chevaleresque qui
n'attendent que l'occasion de prouver que l'ardeur martiale de leurs
ancêtres n'est pas éteinte dans l'âme de leurs descendants.

Voyez, là-bas, ce groupe de femmes aussi belles que spirituelles, ne
nous semblent-elles pas encourager du regard ces jeunes guerriers
et leur dire: "Soyez braves, soyez grands, soyez généreux, soyez
magnanimes, soyez de bons et de fidèles patriotes puis vous aurez notre
coeur à jamais."

Oui, Messieurs, nous assistons à une grande, belle et noble fête. Ce
n'est pas la fête d'une secte, d'un parti politique, c'est une fête
nationale, dans toute la force du mot......

Aussi, un éminent écrivain a-t-il dit à propos de ces sortes de fêtes:
"Il y a des fêtes nationales qui attirent autour du même souvenir ou
de la même espérance les pensées, les amours et les joies de tout
un peuple, et qui en font comme une seule famille liée par un même
sentiment et perdue dans une commune allégresse. Toute fête qui se
rattache à un souvenir bien compris, à une idée profondément sentie,
toute fête qui a un sens pour l'esprit, et qui se produit à l'extérieur
qu'après avoir passé par l'âme, est sainte, auguste et digne d'une
nation......"

M. Harwood lit ensuite l'histoire du héros de Châteauguay et termina son
discours par les paroles suivantes:

En contemplant cette statue, le vieillard dira à son petit-fils les
exploits du héros de Châteauguay!! Fasse le ciel que ce moment ne cesse
jamais de proclamer A toutes les classes, à toutes les conditions, à
tous les âges, la grandeur et l'importance des évènements qu'il est
destiné à rappeler. Puisse l'enfance y venir apprendre, des lèvres
maternelles, le but et l'objet de son érection... Puisse l'homme
découragé et abattu, l'homme aux prises avec les luttes, les déboires
et les chagrins de la vie, y venir remonter son courage aux grands
souvenirs que ce monument réveille...... Puisse l'artisan, fatigué des
rudes travaux du jour, y jeter un simple regard en passant...... Ah!
comme il se sentira soulagé...... et si jamais la patrie est en danger,
puisse le citoyen y venir retremper son patriotisme en contemplant les
nobles traits de cet homme qui a si bien mérité de la patrie, de ce
patriote par excellence.

Puisse cette statue être le dernier objet qui frappe le regard du jeune
homme de Chambly en laissant le sol natal pour l'étranger, et puisse
cette statue être encore le premier objet sur lequel ses yeux se
porteront à son heureux retour...... Oui, cette statue... toujours cette
statue, avec son glorieux souvenir.

Et pour nous, Messieurs, que venons nous apprendre au pied de cette
statue? l'amour de la patrie... car, comme a dit un grand écrivain
français: c'est Dieu qui a mis l'amour de la patrie dans le coeur des
hommes, un jour où il leur à commandé d'honorer le tombeau des ancêtres,
de suivre les lois donnée à leurs pères, de défendre l'autel, le temple,
ou le tabernacle, où ils avaient prié!... Ce jour là, il leur a fait un
commandement d'aimer la patrie; car la patrie, c'est le passé, gardé par
le présent et légué à l'avenir... c'est la génération vivante veillant
sur les cendres de la génération morte, et disant à celles qui vont
suivre: "aimez ce que nous avons aimé, honorez ce que nous avons honoré,
et que notre Dieu soit à jamais votre Dieu."

Oui, Messieurs, nous sommes venus içi pour y apprendre le patriotisme.

Permettez-moi, Messieurs, en terminant. de m'écrier ici, comme jadis un
grand orateur français:--Avez-vous réfléchi, Messieurs, à ce qu'était le
patriotisme?

Écoutez! Sans doute, pour l'homme religieux, pour le philosophe, pour
l'homme d'État, la patrie ce compose d'abstractions sublimes: la patrie,
c'est la succession continue d'une race humaine possédant le même sol,
parlant la même langue, vivant sous les mêmes lois, et qui, ne mourant
jamais, se perfectionne en se renouvelant toujours, comme un être
immortel qui n'a que Dieu avant lui et Dieu après lui... Mais, pour
l'homme des champs, la patrie est quelque chose de plus sensuel, de plus
réel, de plus près du coeur. Ce qu'il aime dans la patrie, c'est ce
petit nombre d'objets auxquels son âme est attachée toute sa vie;
c'est la maison, c'est la famille, ce sont toutes ces images sensibles
devenues des sentiments pour lui. Riche ou pauvre, peu importe, c'est le
toit et l'espoir de sa vie. Il y a autant de patriotisme dans le petit
champ que dans le grand domaine; il y a autant de patriotisme dans la
masure dégradée et couverte de chaume et de mousse que dans la demeure
élevée et resplendissante au soleil. C'est pour cela qu'on vit, c'est
pour cela qu'on meurt avec joie quand il faut les défendre contre la
profanation du pied étranger.



M. Dion, invité à prendre la parole, parla des sacrifices et du travail
qu'avait coûté l'oeuvre du monument de Salaberry. Il aurait pu ajouter
que sans lui ce monument n'existerait pas.

Le marquis de Lorne s'avançant alors sur le devant de l'estrade proposa
trois hourras pour la famille Salaberry. Inutile de dire que la foule
fit un accueil favorable à cette proposition.

L'assemblée se dispersa ensuite. Le gouverneur-général et sa suite ainsi
que Sir Hector Langevin, et l'honorable M. Caron, quittèrent Chambly
vers quatre heures.

A six heures avait lieu le banquet. Le Dr Martel présidait, ayant à sa
droite le lieutenant-gouverneur Robitaille et à sa gauche, l'honorable
M. Mousseau. Plusieurs toasts furent portés et des discours patriotiques
furent prononcés par le lieutenant-gouverneur, l'honorable M. Mousseau,
l'honorable M. H. Mercier, député de Saint-Hyacinthe, M. R, Préfontaine,
M. Brisson et M. Benoît, député de Chambly.



Au toast porté au lieutenant-gouverneur de la province, Son Honneur M.
Robitaille répondit par l'excellent discours qui suit:

Messieurs

Comme représentant de la Reine dans la province de Québec, je vous
remercie de la santé que vous venez de boire. Elle est une nouvelle
preuve de cette loyauté inaltérable que les Canadiens-Français ont
manifestée en tant de circonstances.

Cette province est peuplée en grande partie de Canadiens-Français, et
je suis fier de pouvoir proclamer hautement que Sa Majesté la reine
Victoria ne compte pas une province plus fidèle, au drapeau. anglais. Et
ce n'est pas par oubli du passé, par déchéance nationale, par faiblesse,
qu'il en est ainsi. C'est au contraire par réflexion, par raison, par
expérience, par sagacité politique, que nous en sommes arrivés à ce
résultat.

Lors de la chute du gouvernement français en ce pays, il y eut parmi
la population un sentiment de malaise et de regret entièrement
incontrôlables. La vieille France, le drapeau blanc, les exploits
accomplis dans la lutte suprême, tous ces souvenirs glorieux et chers
faisaient battre les coeurs et maintenaient les esprits dans un état de
défiance et de désaffection pour le pouvoir nouveau. Les tracasseries
administratives ne firent d'abord qu'augmenter ce sentiment. Mais à
mesure que le gouvernement se départit de ses rigueurs et fit des
concessions plus larges, la confiance naquit, les rancunes s'apaisèrent,
et petit à petit on vit s'établir un nouvel ordre de choses où
l'Angleterre se montra plus sagement libérale et le peuple de cette
province plus sympathique. Les progrès furent lents, mais n'en furent
pas moins réels. Il y eut bien des pas en arrière; mais, enfin,
graduellement les principes fondamentaux du gouvernement anglais
s'introduisirent dans notre constitution politique.

Cette constitution britannique qui a peut-être été à un certain moment
la plus parfaite du monde, on nous l'a accordée, pour ainsi dire pièce
par pièce. L'édifice n'a été parachevé qu'après bien des années de
travail, et cependant les garanties qu'on nous a accordées dès le
commencement, les droits politiques et sociaux dont on nous a mis
successivement en possession ont suffi pour gagner notre affection à la
couronne à laquelle nous avions été cédés.

Nous sommes restés fidèles au nouveau drapeau comme nous l'avions été
à l'ancien, comptant que l'avenir et notre persévérance nous
apporteraient; les droits et les légitimes libertés qui nous manquaient
encore.

Nous avons eu raison, Messieurs, d'agir ainsi; ce qui se passe sous
nos yeux, de nos jours, en est une preuve. Aujourd'hui, en effet, nous
sommes presque entièrement les arbitres de nos propres destinées.
Nous jouissons d'institutions libres, et d'une sécurité sociale
malheureusement inconnue à d'autres pays. Nous grandissons à l'ombre
protectrice de l'étendard d'Angleterre et nous n'avons à craindre, au
moins pour le présent, ni les révolutions, ni les bouleversements, ni
les discordes intérieures qui tourmentent notre ancienne patrie. La
province de Québec est en possession du "self-government" et aucun pays
au monde n'a plus de libertés civiles que le nôtre. Il n'est donc pas
surprenant que nous soyons des sujets fidèles de la couronne anglaise.

Cette loyauté des Canadiens-Français a été mise plus d'une fois
à l'épreuve. Au lendemain de la cession, en 1773, les Américains
rencontrèrent un obstacle invincible dans le respect des habitants de ce
pays pour le serment de leur allégeance. Il suffit pour s'en convaincre
de se rappeler le siège de Québec par l'armée du Congrès. Mais c'est
surtout en 1812 que se sont manifestées avec plus d'éclat la fidélité et
la valeur de notre peuple. C'est alors qu'on a vu les enfants du Canada
français se lever spontanément pour la défense d'une colonie anglaise;
c'est alors que nos braves miliciens, dont nous pourrons encore
quelquefois saluer dans nos rues les débris glorieux, se sont précipités
vers la frontière à l'appel d'un gouverneur Anglais, pour repousser les
envahisseurs; c'est alors que l'impétuosité française et la calme valeur
anglaise se sont complétées l'une par l'autre, comme elles firent plus
tard sous les murs de Sébastopol; c'est alors que nous donnâmes à
la journée de Carillon, une soeur immortelle dans la bataille de
Châteauguay, et que le nom du soldat dont nous célébrons aujourd'hui la
mémoire, de l'héroïque de Salaberry, entra soudain dans l'histoire comme
la plus éclatante personnification du courage et de la gloire militaire
de notre race. Messieurs, le nom de Salaberry est pour nous plus qu'un
souvenir de triomphe, c'est un symbole, un symbole de ce nouvel état de
choses qui, cinquante-deux ans après la bataille des plaines d'Abraham,
faisait remporter à des soldats d'origine française une victoire
anglaise.

Depuis cette époque, comme je le disais tout à l'heure, ce mouvement de
transformation s'est accéléré, s'est accentué. Nous formons maintenant
une grande nation composée de nationalités diverses, mais unies dans un
même sentiment: l'amour de la patrie commune. C'est ce sentiment qui
animait les soldats de 1812, c'est ce sentiment qui doit nous rallier
lorsqu'il s'agit des intérêts et de la renommée de notre pays. Et si
jamais la guerre nous appelait de nouveau aux frontières, si jamais une
armée ennemie s'avançait dans nos campagnes et menaçait nos villes, je
suis sûr qu'il se trouverait encore parmi nous un autre de Salaberry
pour nous conduire à un autre Châteauguay.

La démonstration d'aujourd'hui, cette statue qu'on a élevée au héros
canadien, ces honneurs rendus à la mémoire d'un vaillant soldat, sont
en même temps qu'un acte de justice et de reconnaissance un haut
enseignement pour les générations actuelles. Ils proclament quel est le
prix des vertus guerrières et du dévouement à la patrie, et ne peuvent
manquer d'être, dans un moment donné, un puissant encouragement pour
tous qui parcourent la carrière des armes. Depuis quelques années on
s'est sérieusement occupé de l'organisation et du mouvement militaire en
ce pays.

Eh bien, je crois qu'une démonstration comme celle à laquelle nous avons
assisté aujourd'hui est de nature à produire dans ce sens les meilleurs
résultats et à jeter dans l'esprit du peuple de cette province des
germes qui ne resteront pas sans fruits pour l'avenir. Je considère donc
qu'il est de mon devoir de profiter de cette circonstance pour féliciter
cordialement les organisateurs et les promoteurs de cette oeuvre de
reconnaissance nationale. C'est en glorifiant les grands hommes qu'une
nation se grandit elle-même; et l'expérience de tous les peuples est
là pour démontrer cette vérité historique: que les honneurs rendus
aux morts illustres sont une semence féconde de vertus civiques, de
dévouement et d'héroïsme.



DISCOURS DE L'HONORABLE M. MOUSSEAU

Monsieur le Président.

Messieurs,

Avant de répondre au toast qui m'a été dévolu, mon devoir est de faire
remarquer le caractère particulier et grand de la démonstration. Il y a
cent-vingt ans que nous sommes passés sous la domination anglaise.
Nous fêtons aujourd'hui la gloire d'un Canadien-Français qui s'est
immortalisé dans la défense du pavillon anglais en 1813. La fête est
présidée par Son Excellence le gouverneur-général, le marquis de Lorne,
le représentant direct de Sa Majesté la reine Victoria. Son discours
généreux et noble, nous a profondément émus. Le lieutenant-colonel
Harwood, représentant les deux races appartenant au département de
la milice du Canada a démontré le principe de la vitalité de la race
française. Son excellence le lieutenant-gouverneur de la province de
Québec, mon ami, l'honorable M. Théodore Robitaille, aussi représentant
de Sa Majesté, vous a fait un discours marqué au même coin du
patriotisme le plus pur; et tout Cela, Monsieur le président et
Messieurs, se fait à l'ombre du glorieux drapeau de l'Angleterre, qui
nous a toujours couverte de sa protection généreuse et efficace, et
qui porte dans ses plis la plus grande liberté que le monde a jamais
possédée et qu'il prodigue à toutes ses colonies.

J'ai été appelé à répondre à la santé du Canada, c'est-à-dire à sa
grandeur, à sa prospérité futures. Je remercie infiniment le comité du
centenaire de Salaberry de m'avoir confié cette tâche; seulement je suis
tenu de dire sans modestie que je me crois au-dessous du devoir qui m'a
été imposé. Je ne fais pas de fausse modestie,--il parait reçu dans les
cercles les mieux informés que la modestie n'est pas le fort des hommes
politiques--; mais comme je suis au début de ma carrière ministérielle,
je n'aimerais pas dévier de la règle. Cependant, on a beau se croire
fort, on a beau se croire puissant, on a beau se croire grand, il y a
des situations, des tableaux, des paysages qui éblouissent, qui vous
empoignent et qui vous surpassent; c'est alors le temps, pour l'homme
qui comprend la fragilité humaine, de crier miséricorde. C'est ce que
je vais faire en ce moment et cela sans faire preuve ni d'excès de
modestie, ni d'excès de vanité.

Tout ici parle histoire et patriotisme. D'un coté, le monument du grand
homme, ce nouveau héros des nouvelles Thermopyles, dont nous venons de
célébrer la gloire en nous inclinant devant le bronze qui l'éternisera
moins que la bataille de Châteauguay.

De l'autre, la rivière Chambly, le Richelieu, auquel se rattachent tant
de souvenirs historiques, le Richelieu, témoin de luttes si héroïques;
de l'autre, ces belles et riches campagnes peuplées de gens paisibles
et d'une race forte, qui a déjà fait sa prospérité en s'attachant aux
grands principes sans lesquels tout dans le monde n'est, comme disait un
grand prédicateur, que vanité et mensonge, et qui sont renfermés dans
ces deux mots sacrés: religion et patrie.

Je désire parler de notre grandeur future, mais auparavant permettez-moi
de dire quelques mots de notre passé.

L'histoire du passé est le soleil qui éclaire et guide l'avenir. Nous
sommes à Chambly, ce poétique village qui a aujourd'hui convié les
belles campagnes environnantes à la fête du héros de Châteauguay.

Chambly a bien souvent entendu le bruit des armes et vu les couleurs de
maints drapeaux. Placé sur la première route entre les États-Unis et
le Canada, Chambly a vu tour à tour défiler les hordes sauvages et les
soldats de la vieille France; il a vu les grandes guerres contre les
colonies anglaises et plus tard les soldats de la Grande Bretagne et les
miliciens de 1776 et de 1812. C'est l'endroit où nous sommes qui a vu
passer les vainqueurs de Carillon.

Les lieux, les monuments qui ont vu passer les grands hommes semblent
avoir retenu quelque chose de leur présence, tellement leur souvenir s'y
présente avec force à l'imagination. Je ne puis donc voir Chambly sans
songer à ces hommes qui ont payé de leur vie l'établissement de
notre pays et arrosé de leur sang les racines de la nationalité
canadienne-française.

En ce jour de fête nationale, à la mémoire d'un homme qui s'est couvert
de gloire dans la défense du pays, je ne puis m'empêcher de rendre
hommage an courage de ces héroïques soldats qui, malgré les périls de
ces jours tristes mais glorieux, malgré les tristes perspectives de
l'avenir qui s'offrait à eux sous les plus sombres couleurs, malgré
l'indifférence de la mère-patrie, donnaient gaiement leur vie pour une
cause qu'ils pouvaient croire perdue.

C'est là l'enseignement pour nous. Que de fois ne sommes-nous pas témoin
de défaillances dans les rangs de ceux qui luttent pour conserver
l'héritage conquis au prix de tant de sacrifices et d'héroïsme! Ces gens
de peu de foi se mettent quelquefois à douter de l'avenir et pensent que
la lutte est inutile.

Messiers, franchement, je n'ai jamais compris et j'espère ne jamais
comprendre ces désespoirs, et je devrais le dire, ces lâchetés. Ce qui
s'est fait dans le passé se répétera dans l'avenir. Heureusement ces
âmes auxquelles répugne la lutte deviennent de plus en plus rares parmi
nous. Le sang des héros est comme celui des martyrs: c'est une semence
féconde qui produit des coeurs plus généreux, des caractères plus
virils, des caractères qui ont foi dans l'avenir et qui ont la noble
ambition de remplir une mission civilisatrice en Amérique.

Où est le secret de cette force, de cette confiance, de cette foi dans
l'avenir? Dans le principe religieux, dans la foi catholique, dans
l'alliance intime entre le peuple et le clergé. Qu'on me permette de
répéter ce que j'écrivais, il y a onze ans: C'est le catholicisme qui a
sauvé la Nouvelle-France.

Ils n'ont pas désespéré de l'avenir de leur pays cette poignée de
Canadiens qui, abandonnés par les plus riches d'entr'eux, écrasés par la
défaite, seuls en face de leurs vainqueurs, entreprirent de continuer,
sans la France ingrate, l'oeuvre de la Nouvelle-France. Et quelle tâche?

Et quelle perspective ne fut jamais plus sombre? Aux yeux des gens
froids qui calculent tout, quelle chance d'avenir et de succès
avaient-ils? Aucune? Mais ces héroïques vaincus avaient foi dans leur
destinée, voulaient être quelque chose; en dépit de la défaite et de
la pauvreté, de l'isolement, ils furent quelque chose. Pourquoi? parce
qu'ils avaient de leur côté cette grande force morale sans laquelle on
ne fait rien de grand en ce monde, la foi dans leur mission, la foi en
eux-mêmes, la volonté énergique d'exister, de conquérir comme nation
leur place sous le soleil qui luit pour tous.

Et nous qui sommes aujourd'hui un million, nous serait-il permis du
douter lorsque nos ancêtres au nombre de 60,000 seulement étaient
pleins d'espoir? Nous serait-il permis de douter de l'avenir lorsque
la politique qui voulait exterminer cette poignée de braves a reconnu
depuis 50 ans le néant de ses désirs? Désespérer aujourd'hui de notre
avenir, ce serait presque trahir; ce serait au moins de la lâcheté.

Pour préparer l'avenir qui est notre présent, quels combats de géants
nos ancêtres n'ont-ils pas eus à soutenir! Vous savez les luttes
héroïques des premiers temps de notre histoire; guerres contre la
barbarie--les sauvages; guerres contre la civilisation--les colonies
anglaises de l'Angleterre. Depuis, la lutte a continué. Nous avons lutté
pour l'existence nationale en 1776 et en 1812 lorsque les Américains
voulaient nous absorber; des Canadiens aussi fidèles à l'Angleterre
qu'ils l'avaient été à la France. des soldats braves et intelligents
comme le héros dont le nom nous unit ici, firent de leur poitrine un
rempart à la puissance britannique en Amérique.

On l'a déjà dit, mais il est bon de le répéter de temps en temps, c'est
aux héros de 1776 et de 1812, à Salaberry, et à ses braves compagnons
que l'Angleterre doit l'avantage et l'honneur d'avoir son drapeau dans
le nord de l'Amérique. Il est inutile d'insister la-dessus.

Si les Canadiens avaient écouté les Américains et les Français en 1776
et en 1812, c'en était fini de la puissance anglaise en Amérique.

Et nos braves ancêtres en cela se trouvaient dans une singulière
position; ils luttaient pour leurs sentiments de fidélité à l'Angleterre
et dans le but de préparer un avenir à leurs descendants; ils luttaient
sur les champs de bataille pour l'honneur et le prestige de leurs
vainqueurs de 1759. Les Canadiens d'alors, comme ceux d'aujourd'hui,
comprenaient que leur intérêt était de rester sujets britanniques, de
même qu'ils comprenaient que faire cause commune avec les Américains,
c'était pour leur nationalité naissante, l'absorption et le néant.

Cet avenir, que vous me demandez de vous peindre, nos ancêtres ne l'ont
pas préparé, conquis sur les champs de bataille seulement: mais aussi
dans les combats politiques. Descendants d'un peuple où les institutions
démocratiques sont encore à peine comprises, nos hommes d'état ont su
voir quelles ressources ils pourraient tirer de la constitution anglaise
et ils ont été les vrais fondateurs du régime parlementaire en Amérique,
Aussi, après avoir consenti le nord de l'Amérique à l'Angleterre, les
Canadiens d'autrefois out arraché à la mère-patrie la liberté politique,
et lui out prouvé --contre la volonté des gouverneurs d'autrefois--que
nous étions à la hauteur des circonstances et que, puisque nous étions
sujets anglais, nous devions jouir de tous les privilèges que ce titre
comporte.

Nos ancêtres ont soutenu des combats de géants, et sur les champs de
bataille, et sur le terrain de la politique. Les Lafontaine, les Morin,
les Cartier, les Dorion ont été les Salaberry du la politique; les uns
et les autres ont assis sur des bases inébranlables l'édifice de notre
nationalité.

Qu'étions-nous en 1760, en 1791, en 1812 et en 1837? Que sommes-nous
aujourd'hui? Une nationalité vivace, forte et en pleine possession de
tous ses droits. Nous sommes inattaquables à Québec. Nous sommes forts à
Ottawa.

Que faut-il maintenant pour conserver le terrain conquis et contribuer
de nouvelles pages à notre histoire?

Notre estimé et regretté gouverneur, lord Dufferin, dans un discours
qu'il prononçait à Londres en 1876 ou 1877, a déclaré que "de toutes les
colonies anglaises l'Amérique britannique du Nord, le Canada français se
pliait le mieux au maniement des institutions représentatives." Il a dit
plus que cela, et je sais que nos compatriotes d'origine anglaise n'en
seront pas froissés, il a dit que les Canadiens-Français paraissaient
mieux comprendre et pratiquer que les Anglais eux-mêmes le rouage, le
maniement de ces institutions. Voilà ce qu'un gouverneur anglais a pu
dire de nous.

Vous connaissez aussi bien que moi un vieux proverbe qui dit: "Quand on
se juge, on ne s'estime pas grand chose. Quand on se compare, on est
plus fier..."

Mais, Messieurs, ce n'est pas tout de dire que nous avons accompli de
grandes choses dans le passé, que nous avons eu nos héros et nos jours
de triomphe; il ne faut pas pour cela se croiser les bras et s'endormir
dans une fausse sécurité.

A l'heure qu'il est si nous nous jugeons, nous n'avons pas lieu d'être
trop fiers. Le principe de notre liberté, la condition indispensable de
la conservation de notre religion et de notre race, c'est le combat, la
lutte de tous les jours et de tous les instants. C'est là la condition
_sine qua non_ de notre existence comme nationalité, du maintien de nos
privilèges, de notre développement dans l'avenir.

Car, tout n'est pas couleur de rosé, et il nous reste encore à nous
emparer de plusieurs éléments avant de devenir le grand peuple dont
nous pouvons ambitionner les destinées. Quand on se compare à d'autres
populations, on s'apperçoit que, sous certains rapports, il nous manque
une foule de choses.

Ce serait ici le temps de parler de la belle réponse, de l'admirable
discours fait par Son Excellence le gouverneur-général en réponse à
l'adresse de Chambly. Il a parlé comme un homme d'état anglais, comme un
coeur noble et plein de sympathie pour les Canadiens-Français. Il a, par
là, écrit son nom dans l'histoire de nos meilleurs gouverneurs anglais
et a droit à notre estime, à notre amitié et à notre reconnaissance.
On a eu raison de l'acclamer, de le féliciter et de le remercier
cordialement.

Revenons aux conditions de notre salut, si nous voulons être dignes de
notre passé et nous faire un avenir digne de nous.

La première condition, c'est la fidélité aux traditions, c'est la
patience et la persévérance dans le travail et les épreuves, c'est le
patriotisme des représentants du peuple.

La deuxième condition, c'est la foi. Il y en a deux; l'une que je puis
appeler la foi nationale, la foi politique. Il faut que nous croyions à
la nation, que nous croyions de cette foi ferme, vivante, convaincue,
qui surmonte tous les obstacles pour assurer le présent et préparer
l'avenir. Et, en nous rappelant de notre glorieux passé, de ce passé
héroïque qu'a immortalisé de Salaberry, nous pouvons, certes, avoir foi
dans notre avenir.

Mais il ne faut pas que notre foi à nous soit une foi aveugle, inactive.
Il faut travailler à imiter ces grands hommes de notre passé, si nous ne
voulons pas dégénérer. Il faut que nous nous inspirions de la même foi
dont ils s'inspiraient quand ils faisaient les grandes choses, quand ils
établissaient les nobles traditions qu'ils nous ont laissées.

Il en est une antre, et celle-là est plus délicate. Mais, Messieurs, si
nous voulons nous maintenir comme race distincte, il faut conserver,
dans toute sa force, l'alliance intime du peuple et du clergé, la
développer, la soutenir. C'est la chose importante. N'oublions pas,
Messieurs, que c'est cette alliance qui, au plus fort des dangers, an
milieu des périls de toutes sortes, a sauvé la province de Québec, l'a
gardée française et catholique. La continuation de cette alliance, qui
nous fut d'un si grand secours dans le passé, est aussi la condition
essentielle, la garantie de notre Avenir.

Ce n'est pas ici le lieu de développer ces idées bien longuement. Mais,
comme homme public, laissez-moi vous dire ce que d'autres hommes publics
éminents, des hommes d'état d'une grande science et d'une grande
autorité en pensaient. En 1878, Disraeli, le grand chef politique dont
l'Angleterre déplore encore la perte, et à qui elle rendait, il n'y
a pas longtemps, un hommage mérité, Disraeli donnait une fête à ses
fermiers. De quoi leur parla-t-il? On s'imagine sans doute qu'il leur
parla des affaires du pays, des grandes mesures politiques qu'il voulait
mettre à exécution. Eh bien! Messieurs, à la fin d'un discours qu'il
leur adressait, il leur parla de religion. "La base du bonheur du
peuple, leur dit-il, c'est le sentiment religieux, c'est le sentiment
chrétien." Eh bien! Messieurs, je vous ^ dis la même chose. Notre salut,
c'est de rester catholiques, en restant unis au clergé.

La troisième condition, c'est le travail sans relâche. L'illustre évêque
d'Orléans, qui n'était pas seulement un homme de génie, mais aussi un
grand et saint évêque, et un grand homme d'état, disait: "Montrez-moi
un peuple qui travaille huit heures par jour, et je vous montrerai le
premier peuple du monde."

Le travail est une nécessité. C'est une loi dont l'application doit
s'exercer sans interruption.

Comment travailler? Il y a mille manières de travailler; il faut
apprendre à travailler, à se tenir au courant des progrès nouveaux. Une
culture améliorée produit plus de grain, et on a eu raison de dire
qu'il faudrait ranger parmi les bienfaiteurs de l'humanité l'homme qui
trouverait le moyen de faire pousser deux brins d'herbe où il n'en
pousse qu'un.

Les hommes publics, les hommes de profession sont ceux qui ont
plus besoin. de travailler, afin de se mettre en mesure de donner
satisfaction aux aspirations, aux besoins de notre peuple, et de le
maintenir sur un pied d'égalité avec les autres peuples.

Une autre cause d'agrandissement pour notre province, c'est la
colonisation. Mais pour parler de ce sujet avec l'éloquence qui lui
convient, il nous faudrait ici un curé Labelle, cet homme qui a passé sa
vie à développer, à promouvoir cette grande cause de la colonisation,
qui est d'une importance majeure pour nous. Il est inutile de parler
longuement de ce sujet. Tous les jours, vous êtes à même de lire
des articles de journaux, des brochures, etc., sur cette matière.
Laissez-moi vous dire seulement que la colonisation, c'est l'oeuvre qui
sauvera le pays.

Je m'aperçois, un peu tard il est vrai, puisque j'ai fini, que le toast
auquel je devais répondre n'est pas celui auquel j'ai répondu.

La santé qu'a proposée le président était "A la prospérité, à la
grandeur et à l'avenir du Canada" et je n'ai parlé que de la prospérité,
de la grandeur et de l'avenir de la province de Québec. Cependant, je ne
suis pas si loin de mon sujet que j'en ai l'air. Ce n'est pas un défaut
de mémoire qui me l'a fait oublier. Mais, dans le système fédéral, toute
province forme un membre inséparable du tronc ou du corps. Si, un membre
souffre, tout le corp souffre. Si au contraire, chaque province est
heureuse et prospère, tout le corps fédéral s'en ressent.

En travaillant donc à améliorer la situation de la province de Québec,
en améliorant les conditions de son progrès, de sa prospérité future,
nous travaillons pour le bien général de tout le pays.

La province de Québec commence à aller mieux, et comme je pense qu'elle
va continuer à aller mieux, j'ai répondu à la santé du Canada.



M. Mercier répondit au toast "À la mémoire du héros de Châteauguay" et
termina une éloquente harangue en lisant la pièce de poésie suivante
faite pour la circonstance par M. L. H. Fréchette:

  I.
  Vous fûtes glorieux, jours de dix-huit cent douze,
  Quand nos pères, grands coeurs qui battaient sous la blouse,
  Oubliant d'immortels affronts,
  Sous les drapeaux anglais, en cohortes altières,
  La carabine au poing, se ruaient aux frontières
  En chantant avec les clairons!

  II
  Gars à la joue imberbe, hommes aux mains robustes,
  Toujours prêts à venger toutes les causes justes
  Comme à braver tous les pouvoirs?
  Toujours prêts, ces héros, au premier cri d'alerte,
  A répondre, arme au bras et la poitrine ouverte,
  A l'appel de tous les devoirs!

  III
  Regardez-les passer, ces guerriers d'un autre âge,
  Conscrits dont le sang-froid, la gaieté, le courage.
  Font honte an soldat aguerri!
  Où vont-ils? Au combat! D'où viennent-ils? De France!
  Comment s'appellent-ils? Ils s'appellent vaillance!
  Demandez à Salaberry.

  IV.
  Ce sont les Voltigeurs! Ils sont trois cents à peine;
  Mais, vainqueurs d'une lutte ardente, surhumaine,
  Ils vont, de leur sang prodigues,
  Sons des trombes de feu, riant des projectiles,
  Un contre vingt, inscrire auprès des Thermopyles,
  Le nom rival de Châteauguay.

  V.
  Avenir, saluez! saluez tous ces braves.
  Leur héroïsme a su, repoussant les entraves,
  Qu'on forgeait pour nos conquérants,
  Rajeunir sur nos bords la légende de gloire,
  Qui dit que lorsque Dieu frappe fort dans l'histoire,
  C'est toujours par la main des Francs.



Il y aurait d'autres discours à citer, mais ce serait trop long.

Cette belle démonstration se termina par une brillante illumination et
les milliers de personnes venues à Chambly le matin s'en retournèrent
vivement impressionnées de ce qu'elles avaient vu et entendu.



_Résolutions adoptées par les deux Chambres à Québec._

Les deux Chambres siégeant à Québec le 7 juin 1881, eurent la bonne
pensée d'interrompre leurs travaux pour rendre hommage à la mémoire de
Salaberry.



CONSEIL LÉGISLATIF DE QUÉBEC.

Présidence de l'honorable M. Ross.

La séance est ouverte à trois heures.

Après la présentation et l'adoption, de plusieurs rapports.

L'honorable M. ROSS dit qu'hier il a lu à la Chambre une lettre
d'invitation du secrétaire du comité du monument de Salaberry priant
les membres du conseil d'assister à la grande démonstration qui a lieu
aujourd'hui à Chambly., Il ne douta pas qu'un grand nombre de membres
de cette Chambre aient désiré ardemment pouvoir assister a cette belle
cérémonie faite en l'honneur du grand patriote canadien dont la mémoire
est chère à tous; cependant nos devoirs parlementaires nous empêchent
d'y prendre part et de nous procurer ce plaisir. Dans ces circonstances
il a cru convenable d'exprimer les sentiments des membres du conseil à
cette occasion; pour cela il a rédigé une dépêche qu'il se propose de
soumettre à l'approbation de la Chambre. Il croit qu'il est inutile de
relater l'histoire du héros de Châteauguay, chacun la connaît. Il croit
que la Chambre sera unanime à adopter la proposition qui suit:--Il
propose que la dépêche suivante soit expédiée immédiatement à M. Dion,
secrétaire du comité du monument de Salaberry:

Adopté.

"Que les membres du Conseil Législatif désirent participer de coeur à la
belle démonstration de Chambly, qu'ils ne sauraient être indifférents à
cette manifestation de notre patriotisme, célébrant le patriotisme d'une
autre époque; que la foule d'élite qui se réunit aujourd'hui autour du
monument de Salaberry prouve que les grandes âmes dominent le temps
et l'espace et se confondent dans un même sentiment de loyauté et de
courageuses aspirations."

L'honorable M. FERRIER appuie avec beaucoup de plaisir la proposition de
l'honorable M. Ross. Il croit qu'il est très convenable que le Conseil
Législatif fasse connaître les vives sympathies qu'il a pour le héros de
Châteauguay. Sans doute, que si les membres de cette chambre avaient pu
assister à la démonstration qui a eu lieu aujourd'hui à Chambly, à la
mémoire du colonel Salaberry, ils l'auraient fait avec le plus grand
plaisir.

La motion est adoptée à l'unanimité et l'Orateur du Conseil est chargé
de la communiquer au secrétaire, à Chambly, par télégraphe.

La séance est levée.



ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE.

_Réponse de l'Assemblée Législative à l'invitation qui avait été
adressée à la Chambre pour lui demander d'assister à la fête de
l'inauguration du monument élevé à la mémoire de Salaberry._

Salle du président de l'Assemblée Législative. Québec, 7 juin 1881.

A M. J. O. Dion. Secrétaire de la commission du monument de Salaberry.
Bassin de Chambly.

L'Assemblée Législative de la province de Québec accuse réception
de l'invitation que lui fait le comité de Salaberry pour la fête
d'inauguration du monument élevé à la mémoire du glorieux vainqueur de
Châteauguay.

Elle est en séance et se joint unanimement à ceux qui prennent part à
cette fête de patriotisme Canadien. L'assemblée Législative de Québec ne
saurait oublier qu'en cette circonstance, le pays tout entier s'incline
non seulement devant le soldat heureux qui fit triompher les armes
britanniques, mais encore devant le Canadien-Français qui a su
personnifier sur le champ de bataille, la loyauté à l'Angleterre.

Arthur Turcotte, Président de l'Assemblée Législative de la Province de
Québec.



L'honorable M. CHAPLEAU--Je dois remercier la Chambre de la réponse qui
vient d'être adressée à M. Dion. Au milieu de nos luttes, au milieu de
nos discussions, il est rafraîchissant de saluer les gloires du passé.
Français par le coeur, Salaberry a été la plus grande personnification
de la loyauté des Français au Canada. On a redit sans doute,
aujourd'hui, à Chambly. sa bravoure, sa valeur. Nous vous félicitons,
M. le président, de nous avoir précédés. Au milieu du choc des opinions
nous nous divisons, mais rappelons-nous nos ancêtres, car au fond de
toutes nos luttes, malgré nos divisions apparentes, nous poursuivons le
même but: le bien du pays: nous partageons le même sentiment: l'amour
de notre patrie. La patrie a le droit d'être fière de ceux qui nous ont
précédés, leur souvenir est cher à nos coeurs.

Pour résumer ma pensée je dirai que le culte des aïeux est juste, que
les honneurs que nous leur rendons sont bien mérités et qu'il est beau
de nous rappeler les exploits de nos héros.

Permettez-moi de réciter les vers suivants qui m'ont été passés par un
ami qui réunit à la qualité de poète celle d'un bon patriote:


  Après tout, ce n'est pas un vain mot que la gloire,
  Ceux qui sont morts, pour nous revivent dans l'histoire,
  L'histoire ouvre au mérite un vaste Panthéon.
  Les hommes dévoués dont on garde les noms,
  Sur le marbre ou l'airain, même sur une page,
  Restent toujours vivants et sont un héritage,
  Pour tout peuple qui croit à de grands avenirs.
  Seulement, nous devons, parmi nos souvenirs,
  Recueillir les bons noms, les poser comme exemple;
  Pour les grandir encore, les loger dans un temple;
  Y sacrifier tout, l'or et l'art, et le talent,
  Pour que l'esprit du peuple y voie un monument.



M. JOLY.--Je me joins à la Chambre pour vous remercier, M. le Président,
de ce que vous vous êtes fait l'interprète des sentiments de la Chambre
en cette circonstance. Le nom de Salaberry réveille de profondes
sympathies. Le peuple est heureux qu'on lui rappelle le souvenir des
exploits de ce héros. L'histoire du Canadien se résume par ces
deux mots: "Loyauté et Fidélité." Fidèles à la, France, fidèles à
l'Angleterre, nous avons le droit d'inscrire ces deux mots sur notre
bannière comme étant la devise du peuple canadien.



M. LYNCH--J'espère qu'à l'avenir, les Canadiens-Français continueront à
marcher côte à côte avec leurs concitoyens d'origine britannique pour la
défense du pays. J'espère que le sol canadien ne sera jamais profané par
l'invasion de l'étranger.



M. ROSS--Nous ferons à l'avenir ce nous avons fait par le passé, et nous
prenons dans ce qui a été fait par le brave Salaberry la gloire qui lui
appartient et la gloire qui nous appartient à chacun de nous. Il est
beau de consulter notre histoire et prendre exemple des hauts faits
accomplis par nos prédécesseurs.



_Dans le mois d'août 1879, on lisait dans le Journal de Québec sous la
signature de M. T. P. Bédard:_

LE COLONEL DE SALABERRY ET LES HURONS DE LORETTE.

Le mouvement populaire en faveur de l'érection d'un monument au héros de
Châteauguay donne de l'actualité au fait suivant, qui m'a été raconté,
il y a quelques jours, par le chef des Hurons de la Petite-Lorette:

C'était en 1812; la jeunesse canadienne était appelée sous les armes
pour défendre la patrie. Mue par un sentiment de patriotisme et docile
à la voix des autorités ecclésiastiques, elle s'était empressée de se
rendre à l'appel du gouvernement anglais; de plus, on avait décidé de
demander le concours des sauvages, encore en assez grand nombre à cette
époque.

Le colonel de Salaberry se chargea lui-même d'aller à Lorette pour
recruter les Hurons, et, dans ce but, une grande assemblée fut
convoquée, et le colonel leur annonça alors que leurs services étaient
requis; tous s'empressèrent à l'envi de donner leurs noms pour aller
combattre sous le drapeau anglais.

Après s'être consulté avec les autorités militaires, M. de Salaberry
revint au village, quelques jours après, annoncer aux Hurons que le
gouvernement avait décidé de les garder comme réserve, au cas où Québec
serait attaqué et où les Américains envahiraient le pays par le chemin
de Kennébec.

Nonobstant cette déclaration, six Hurons parmi lesquels Joseph et
Stanislas Vincent, réclamèrent à grands cris l'honneur d'aller servir
dans les rangs des voltigeurs canadiens.

A la bataille de Châteauguay, où 800 Canadiens accomplirent ce fait
d'armes étonnant de mettre en déroute un corps d'arme de sept ou huit
mille hommes, les frères Vincent traversèrent la rivière à la nage pour
faire prisonniers les fuyards qui refusaient de se rendre.

Mais ces deux héros, très braves et très déterminés pendant l'action,
n'étaient pas très forts sur la discipline, en sorte que quelques jours
après la bataille, se croyant parfaitement libres, ils laissèrent le
service et abandonnèrent leur compagnie pour retourner dans leurs
foyers. C'était un cas de désertion flagrante, et, d'après le code
militaire, qui est inexorable à ce sujet, ils devaient être passés par
les armes; il fallait une grande influence pour obtenir leur grâce, et,
à ce sujet, voici ce qu'écrivait M. de Salaberry, père, au colonel son
fils:

A Beauport, le 4 décembre 1818

"Mon cher fils,

"Joseph et Stanislas Vincent, de ton régiment, sont arrivés à Lorette,
le 2 décembre, et sont venus tout de suite se rendre à moi. Ils
témoignent un vrai repentir et un grand regret de ce qu'ils ont fait.
Ils disent qu'ils savent bien qu'il n'y a pas de bonnes excuses pour une
telle folie; mais que cependant ils peuvent dire avec vérité qu'ils ne
l'ont faite que par de mauvais conseils et qu'ils ne l'auraient pas
faite sans cela. Les autres sauvages leur ont dit que les hommes des
nations, c'est-à-dire les nations indiennes, ne devraient servir que
comme des sauvages et non comme des soldats engagés."

"Ils ajoutent qu'ils n'auraient pas dû écouter ces mauvais conseils;
mais que les jeunes n'ont pas l'expérience des anciens. Ils disent que
comme je suis le père des Hurons et du plus grand guerrier qu'ait le
roi, ils s'adressent à moi, avec confiance pour obtenir leur grâce. Je
leur ai répondu que j'allais te la demander tout de suite, et j'étais
persuadé que tu me l'accorderais parce qu'en effet, les vrais braves
sont toujours miséricordieux envers ceux qui se soumettent et se
repentent. Je te prie donc, mon cher fils, de leur pardonner de bonne
grâce à cause de leur repentir et de leur confiance en toi et en moi."

"Je pense bien que je serai pour beaucoup en ce pardon; mais encore une
autre raison: le grand chef est survenu en disant que tu sais bien qu'il
t'estime beaucoup comme font aussi tous les autres chefs, qu'ils l'ont
chargé de te demander (en leurs noms et au sien) pardon pour leurs
jeunes gens."

"Cette nation et ses chefs t'aiment beaucoup et admirent fort _le grand
guerrier_!"

Ls. SALABERRY.



Les Hurons reconnaissants ont voulu prouver leur gratitude en
souscrivant au monument de Salaberry.



FIN.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le Héros de Châteauguay" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home