Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Hélika - Memoire d'un vieux maître d'école
Author: DeGuise, Charles, 1827-1884
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Hélika - Memoire d'un vieux maître d'école" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



HÉLIKA

MEMOIRE D'UN VIEUX MAÎTRE D'ÉCOLE

PAR LE

Dr. CHS. DeGUISE



LA RÉUNION D'AMIS.

C'est en vain que nous chercherions à nouer des liens plus forts: et
plus durables que ceux qui nous unissent à nos compagnons d'école, et à
nos condisciples de collège. La vieille amitié d'autrefois a jeté dans
nos coeurs des racines si profondes, que nous les sentons grandir avec
le nombre de nos années.

Lorsque rage à desséché notre veine, et que les blessures de la vie ont
laissé sur chaque épine du chemin le reste de nos dernières illusions,
elles viennent nous réjouir et nous consoler sous la riante et
gracieuse image de notre enfance, avec ses jeux, son espièglerie et son
insouciance. Ses racines ont alors produit des fleurs précieuses que
le vieil âge se plait à cueillir comme l'a fait l'auteur des "Anciens
Canadiens."

Mais parmi ceux de nos jeunes compagnons, il en est qui nous sont restés
plus sympathiques; parce qu'ils étaient d'un caractère plus conforme au
nôtre, plus jovials ou taciturnes, plus taquins ou espiègles, suivant,
qu'ils ont pris eux-mêmes plus ou moins; de part dans nos escapades
d'écoliers. Aussi quels francs éclats de rire, lorsque nous nous
rencontrons et nous racontons nos réminiscences du passé, de notre vie
d'école, et de nos années de collège.

En parlant de la jeunesse, temps hélas, bien éloigné de moi aujourd'hui,
il m'est revenu une narration, et la lecture d'un manuscrit, faite par
un ancien maître d'école, qui sont encore l'une et l'autre dans un des
replis de ma mémoire, comme un émouvant souvenir des temps passés.
Ces souvenirs datent de loin, puisque je n'avais qu'à peine vingt ans
lorsque je les entendis de la bouche du père d'Olbigny.

Le père d'Olbigny était un vieux maître d'école.

Il était un jour, arrivant on ne savait d'où, venu prendre possession de
l'école de notre village.

Après un examen passé devant le curé et les syndics, qui n'étaient
malins ni en grammaire, ni en calcul, il avait été décidé qu'il était
capable de nous enseigner l'alphabet.

Or, le père d'Olbigny était un homme instruit, profondément instruit.
Il parlait, et écrivait correctement plusieurs langues anciennes et
modernes; comme nous pûmes en juger plus tard.

Son extérieur n'était rien moins que prévenant en sa faveur. Une balafre
affreuse lui partageait transversalement la figure, et lui donnait une
expression étrange; mais ses yeux étaient si bons, si doux et si chargés
de tristesse; ses procédés à notre égard si affectueux et si paternels,
que nous l'aimâmes à première vue et nous nous livrâmes à l'élude,
crainte de lui faire de la peine. Il nous traitait tous avec la même
bonté, mais il y avait une classe qui paraissait lui être privilégiée.
Cette classe se composait de jeunes gens de mon âge et j'en faisais
partie.

Ce fut donc en pleurant qu'il reçut nos adieux, lorsque nous laissâmes
l'école pour endosser la livrée de collégiens.

Un soir, dix ans après, nous retrouvions les mêmes condisciples de cette
classe, au coin du feu où nous avions été conviés par l'un de nous.
Naturellement, nous vînmes à parler de notre temps d'enfance et de notre
cher monsieur d'Olbigny. Il avait laissé nos endroits, et ce fut alors
que l'un de nous, nous informa qu'il habitait une maison écartée à
quelque distance du village de B...., et qu'il y vivait en véritable
ermite.

Nous décidâmes, séance tenante, d'aller passer une soirée avec lui.

Il vivait, paraissait-il, dans un pénible état de gêne. Plusieurs de mes
amis. étaient riches, une souscription fut ouverte et la bourse qui fut
formée lui fut transmise sous forme de restitution. Il avait, reçu par
ce moyen de quoi vivre largement, comparativement, pendant deux ans.

Au jour fixé, personne ne manqua à l'appel.

Le père d'Olbigny pleura de joie de nous revoir, il nous reçut comme
ses véritables enfants. Quelques verres d'eau de vie que nous avions
apportés le rendirent plus expansif. Il nous avoua qu'une main inconnue
lui avait, fait une restitution; cette main, ajouta-t-il plaisamment, ne
peut venir que du ciel, parce que je ne connais personne sur la terre
qui me doive restitution. Ce fut après un toast pris à sa santé, et
qu'il nous eut affectueusement remerciés, qu'il continua:

Il fait bon, mes amis, d'être jeunes, de voir l'avenir se dérouler
devant nous avec tous les rêves dorés que l'espérance nous fait
entrevoir. Vous voir réunis autour de ma table, me rappelle une époque
bien éloignée, et cependant à peu près analogue.

Nous étions nous aussi, mes compagnons d'école et moi, autour de la
table d'un professeur, qui avait autant de plaisir à nous recevoir que
j'en éprouve aujourd'hui. Hélas! j'étais cette soirée-là bien gai, bien
joyeux, et me doutais guère qu'elle aurait une si grande influence sur
le reste de ma vie.

Si je croyais que cette histoire put vous intéresser, je vous en
raconterais une partie et la terminerais par la lecture d'un manuscrit,
écrit dans toute l'amertume du repentir par l'auteur même d'un drame
terrible de jalousie et de vengeance.

Des bravos enthousiastes accueillirent cette proposition ou plutôt cette
bonne aubaine. Les verres se remplirent les pipes s'allumèrent et ce fut
avec un religieux silence que nous écoutâmes le palpitant récit qui va
suivre:

Il y a au delà de soixante ans que quelques amis et moi avions formé le
même projet que vous exécutez, d'aller revoir notre ancien professeur.
C'était un bon vieux curé qu'on appelait monsieur Fameux. Il habitait un
village qui se trouvait presque sur la lisière des bois. Rien ne pouvait
d'ailleurs mieux nous convenir. Nous avions décidé dans notre réunion,
d'aller faire une partie de chasse et de pêche auprès d'un lac qui se
trouvait à quelques dix lieues dans les grands bois, et nous n'avions
qu'un faible détour à faire pour aller lui serrer la main. Outre le
plaisir que nous éprouvions d'avance à revoir ce bon vieux père, nous
espérions pouvoir nous procurer des guides qu'il nous ferait connaître
parmi les chasseurs et trappeurs de sa mission. Bien que l'heure du soir
fut avancée, nous nous dirigeâmes vers le presbytère, et ce fut en nous
pressant dans ses bras que monsieur Fameux nous reçut. Jamais nous ne
pouvions arriver plus à propos, car il nous annonça au réveillon que
lui-même partait le lendemain matin pour aller explorer des terres
auprès du même lac, qu'on lui avait dit être très fertile, et où il
avait intention d'aller fonder une colonie. Puis, ouvrant la porte de
sa cuisine, il nous montra quatre vigoureux gaillards étendus sur le
parquet, la tête sur leurs havre-sacs et faisant un bruit par leurs
ronflements capable de réveiller les morts. Voilà nos guides,
ajouta-t-il.

Enfin, après une intime causerie, nous récitâmes la prière et nous nous
étendîmes sur des lits de camp; puis, lorsque le dernier d'entre nous
s'endormit, le prêtre agenouillé priait encore.

Le lendemain, le soleil radieux s'élevait à peine de l'horizon que nous
étions sur pieds. La messe sonnait, nous nous y rendîmes.

Je ne sais quel charme cet homme de bien répandait sur tout ce qu'il
faisait ou disait; mais la messe entendue, nous sentions au dedans de
nous un calme, une paix et un bonheur intimes que je n'ai peut-être
jamais éprouvés depuis. Le déjeuner se se ressentit de notre disposition
d'esprit, il fut gai et pétillant de bons mots; puis havre-sacs sur le
dos, nous prîmes, en chantant de gais refrains, le chemin des grands
bois.



LE VOYAGE

Tout alla pour le mieux pendant les premiers six milles, mais à mesure
que le soleil s'élevait, la chaleur devenait de plus en plus forte, et
vers midi, l'air était suffocant. Les moustiques, cette journée-là,
s'étaient liés pour soutirer le droit de passage; aussi, fallut-il que
chacun du nous leur payât un tribut; à vrai dire, ils étaient encore
plus avides que certains douaniers auxquels vous n'avez pas donné un
bonus. Les enflures et les démangeaisons insupportables, que leurs
piqûres nous causaient, faisaient presque regretter d'être venus si
loin chercher le plaisir. De plus, les sources d'eau que nos guides
s'attendaient à rencontrer sur notre route, étaient taries en
conséquence de la sécheresse exceptionnelle de l'été.

Vers quatre heures de l'après midi, nos gosiers étaient arides, nos
palais desséchés et nos estomacs criaient famine. Depuis le matin, nous
n'avions que grignoté par ci par là quelques morceaux de biscuits, tout
en marchant. Malgré l'assurance que nos guides nous donnaient, que nous
n'étions plus qu'à deux milles de la chute; nous allions faire halte,
lorsque la grosse voix de Baptiste, notre premier guide, se fit
entendre. Il avait pris les devants depuis quelque temps, et jamais
refrain plus agréable parvint à nos oreilles. A boire, à boire, qui donc
en voudra boire chantait-il en même temps qu'il se montra portant une
énorme gourde bien remplie. Après que nous eûmes avidement vidé le
contenu de cette bienfaisante gourde et pris quelques minutes de repos,
nous nous remîmes en route rafraîchis et réconfortés. Les guides
entonnèrent les gais chants des voyageurs canadiens, ensemble nous fîmes
chorus. Point ai-je besoin de dire que ces chants n'eussent pas été
admis au Conservatoire de Paris.

Enfin haletants, fatigués, méconnaissables par l'enflure causée par les
piqûres des mouches, nous arrivâmes sous la direction de Baptiste dans
une charmante érablière où le bruit d'une forte chute d'eau se faisait
entendre. C'était l'oasis désirée. Des hourras frénétiques la saluèrent.
Nous allions nous élancer dans la direction de la chute, lorsqu'un
sifflement aiguë et un signe énergique de Baptiste qui se tenait
immobile au milieu du sentier, nous arrêta. Il nous montrait du doigt
une magnifique famille de perdrix branchées sur un arbre du voisinage.
Elles semblaient être venues s'offrir intentionnellement comme le menu
du repas, aussi n'en fîmes nous pas fi. Quatre à cinq coups de feu
jetèrent à nos pieds la bande emplumée. De grands battements de mains de
la part de monsieur Fameux et des spectateurs furent la couronne de
ce bel exploit. Notez que nous avions tiré les perdrix presqu'à bout
portant.

La joie augmenta encore lorsqu'un de nos guides, qui était resté en
arrière, arriva avec quatre beaux lièvres qu'il avait rencontrés;
mais elle devint délirante quand nous aperçûmes bouillonner l'eau des
cascades dont nous n'étions plus éloigné que de quelques pas.

Une minute plus tard, nous étions sur les bords de la rivière et aux
pieds d'une des chutes les plus pittoresques qu'on puisse contempler.
Le spectacle était beau, grandiose, et bien digne eut-il été le seul
de nous faire oublier les tourments de la soif et de la faim que nous
avions endurés, mais ventre affamé n'a pas d'oreilles, c'était le temps
ou jamais de le dire, car ce qui nous réjouit le plus et nous mit en
belle humeur, ce fut lorsque des feux furent allumés et que les marmites
commencèrent à bouillir. Pendant ce temps, tout le monde était à
l'oeuvre. Les uns écorchaient les lièvres, d'autres préparaient les
perdrix, on découpaient des tranches de lard et de jambon; quelques-uns
enfin bûchaient le bois, tandis que Baptiste confectionnait les
assiettes avec des écorces de bouleau et faisait des micoines, des
fourchettes de bois, bref enfin, tout le monde ainsi à l'oeuvre fit
merveille, et une demi-heure après, le bruit des mâchoires eut dominé
celui des meules des plus assourdissants moulins. Il y a de cela bien
près de soixante ans et je ne crains pas de répéter aujourd'hui à la
face du monde que jamais repas fut mieux cuit et mieux assaisonné avec
plus grande sauce de l'appétit, que celui que nous prîmes on plutôt
dévorâmes au pied de la chute de la décharge du Lac à la Truite. Enfin
les appétits satisfaits, les pipes allumées, nous nous étendîmes avec
délices sur les bords de la rivière.

Il eut été difficile de choisir un plus beau moment pour contempler le
paysage qui nous entourait. Le soleil allait bientôt s'enfoncer derrière
le rideau des grands arbres, les oiseaux dans leur suave et beau langage
le saluaient et lui souhaitaient le bonsoir; quelques petits écureuils,
d'un air éveillé et mutin, s'approchaient en sautillant, leurs queues
coquettement retroussées, pour glaner quelques restes de notre repas;
puis vifs comme l'éclair, remontaient au haut d'une branche ou au sommet
de l'arbre pour nous envoyer leur trille de colère ou de plaisir.

Mais la beauté qui ne pouvait être surpassée, était celle de la chute,
avec ses mille paillettes d'or qui brillaient au soleil couchant. Les
rochers qui la surplombaient, semblaient eux aussi tout émaillés de
diamants. L'arc-en-ciel brillait à leurs pieds de ses plus vives
couleurs, pendant que la nappe d'eau qu'elle formait au bas, tranquille
d'abord, puis comme prise d'un accès subit de rage, se ruait un instant
après frémissante et écumeuse de cascades en cascades, hérissant la
crête de chacune de ses vagues, comme pour attester sa colère de voir
son cours intercepté.

Tous ces chants ou ces bruits divers, toutes ces beautés sauvages et
primitives étaient égalés, surpassés peut-être par la grandeur de la
chute elle-même.

L'eau se précipitait d'une hauteur d'à peu près cinquante pieds; mais
dans sa chute, elle rencontrait d'énormes rochers superposés les uns
aux autres, bondissant de l'un à l'autre, elle s'élevait et retombait
blanche et floconneuse comme la neige, pour se former un peu plus bas,
en gerbes de diamants auxquels le soleil couchant, ce véritable peintre
céleste, imprimait ses plus magnifiques nuances et son plus éclatant
coloris.

La splendeur de ce tableau ne saurait être surpassée. Toutefois, un pic
incliné d'une hauteur de cent pieds au dessus de la chute, et dont la
base était minée par l'incessant travail de la rivière attirait notre
attention dans ce moment. Nous en étions même à supputer, combien il lui
faudrait de temps, avant que de parvenir à le précipiter dans l'abîme,
lorsque sur une des pointes les plus élevées, survint une apparition
presque fantastique.



LE LAC.

Cette apparition était celle d'une jeune fille mollement appuyée sur une
légère carabine de chasse. Deux dogues énormes étaient à ses côtés. Le
costume de cette jeune fille était demi-sauvage autant que nous en pûmes
juger. Nous ne pouvions comme de raison, par l'éloignement, distinguer
ses traits; mais à sa taille svelte et dégagée, au contour de ses
épaules, et telle qu'elle nous apparut dans sa pose à la fois gracieuse
et nonchalante, nous nous formâmes l'idée qui se confirma plus tard,
qu'elle était admirablement belle.

Monsieur Fameux la reconnut.--Adala seule, dit-il, où donc est le vieil
Hélika? Voyez, ajouta-t-il, en s'adressant à Baptiste, elle semble nous
avoir reconnus tous les deux, et la voilà qui nous fait signe d'aller la
rejoindre. Si Hélika, qui ne la laisse jamais d'un seul pas, n'est pas
auprès d'elle; c'est qu'un malheur lui est arrivé ou qu'il gît sur son
lit de mort. La jeune fille comprit sans doute le signe que Baptiste lui
adressa, car elle s'assit dans une pose pleine de grâce et de tristesse,
pendant que notre guide allait traverser la rivière plus loin dans un
endroit guéable.

Les chiens s'étaient étendus à ses pieds, comme deux vigilantes
sentinelles. Nous aurions dû le dire déjà, Baptiste était le type du
chasseur et du trappeur canadien. Il était par conséquent le commensal
et l'ami de toutes les tribus sauvages, il en possédait la langue et les
dialectes. Pendant l'absence de Baptiste, nous pressâmes monsieur Fameux
de questions. L'histoire de cette malheureuse enfant des bois est bien
douloureuse, nous répondit-il d'une voix pleine d'émotion; mais elle ne
m'appartient pas. C'était nous faire comprendre qu'il ne pouvait en dire
plus long; mais ces quelques paroles de monsieur Fameux, comme
bien vous pensez ne firent que redoubler notre curiosité déjà bien
surexcitée. Baptiste revînt au bout de quelque temps, sa bonne et
honnête figure était empreinte de tristesse.

Hélika est bien malade, dit-il, l'enfant des bois cherche du secours.
Nos coups de feu à la chasse de tantôt l'ont effrayée; elle a craint de
rencontrer quelques pirates des bois; voilà, pourquoi elle s'est retirée
sur l'autre rive et vous supplie d'arriver au plus vite. C'est Hélika
qui l'envoie vous chercher; elle se fut rendue jusqu'à votre presbytère,
si elle n'avait rencontré personne pour remplir son message auprès de
vous. Hélika est gisant dans sa cabane sur son lit de mort, et il désire
ardemment vous voir. Elle retourne immédiatement auprès de lui, avec
l'espoir que nous la suivrons de près. Si vous n'êtes pas trop fatigué,
mon bon monsieur, nous allons tous deux nous remettre en marche, pendant
que les autres guides dresseront des campements pour la nuit à vos
jeunes compagnons. Demain, je les attendrai sur les bords du lac avec
des canots. Le prêtre et Baptiste partirent immédiatement.

La veillée se passa en conjectures. Cet incident nous avait
singulièrement intrigués, parce qu'aucun des guides qui nous restaient
ne pouvait donner des renseignements précis sur le nom et l'origine de
la jeune fille. Tout ce qu'ils nous apprirent, ce fut qu'ils l'avaient
bien souvent rencontrée dans les bois, toujours accompagnée d'un
vieillard d'une haute stature, qui paraissait lui porter un amour et une
sollicitude véritablement paternels. Bien plus, son attention pour elle,
et ses soins étaient ceux de la mère la plus tendre. Ils ajoutaient
aussi, qu'esclave de tous ses désirs, il venait de temps en temps dans
le village, y séjourner aussi longtemps qu'elle le voulait. Il y prenait
les meilleurs logements; mais les seules visites qu'ils faisaient où
recevaient, étaient celles de monsieur Fameux. Il la conduisait dans les
magasins, ne regardait jamais au prix des étoffes qu'elle choisissait,
suivant ses caprices, le prix en fut-il très élevé.

L'un d'eux assurait même avoir entendu monsieur Fameux dire au père
Hélika, tel était le nom du vieux sauvage: je suis heureux de voir
combien vous vous donnez de peine pour former l'éducation de votre chère
Adala, et combien elle répond admirablement à vos efforts, elle parle et
écrit aujourd'hui parfaitement le Français.

II y avait certes dans ces informations, matière plus que suffisante
pour piquer notre curiosité déjà excitée à l'extrême. Malgré notre
fatigue, nous mîmes longtemps avant de nous endormir tous, faisant des
suppositions plus où moins ridicules ou extravagantes.

De bonne heure, le lendemain matin, nos étions en route tout en
discourant sur l'incident de la veille. Comme toujours lorsqu'on est
jeune, la gaîté nous était revenue Avec le repos; aussi ne mîmes-nous
pas de temps à franchir les trois milles qui séparaient le lac du lieu
de notre campement. Lorsque nous arrivâmes sur ses bords, deux beaux
grands canots, creusés dans le tronc de gros pins, nous attendaient.
Baptiste se promenait sur le rivage et du revers de sa main essuyait une
larme.

Hâtez-vous, messieurs, nous dit-il, le père Hélika désire vous voir. Il
a paraît-il quelque confidence à vous faire, et le pauvre vieillard n'a
plus bien longtemps à vivre. En peu d'instants nous fûmes installés dans
les canots et pesâmes hardiment sur l'aviron.

Le lac était beau ce matin là. Sa surface était plane et unie, pas une
ride ne venait troubler le paisible miroir que nous avions devant les
yeux. Quelques vapeurs humides s'élevaient ça et là des rochers ou de la
masse d'eau. Elles nous apparaissaient comme les images fantastiques des
fées de nos anciens contes. Les cris des huards se faisaient entendre de
l'un ou l'autre rivage, tant l'atmosphère était calme. Parfois aussi, le
martin-pêcheur nous envoyait des notes saccadées et stridentes, tantôt
frémissantes de joie de la prise qu'il venait de faire d'un petit
goujon. Les fleurs des glaïeuls, qui nageaient à la surface et
s'ouvraient au soleil levant nous faisaient penser à un riche tapis de
verdure émaillé de fleurs. Mais entre les rives et le pied des montagnes
avoisinantes, de beaux grands arbres séculaires donnaient par les
différentes nuances de leur feuillage un cadre magnifique au miroir qui
s'étendait devant nous. Ces arbres avaient une grandeur et une majesté
impossibles à décrire.

Quelques-uns d'une taille plus svelte s'inclinaient complaisamment comme
s'ils eussent voulu contempler leur beauté dans le cristal limpide de
l'eau, tel que peut le faire une coquette jeune fille. D'autres au
contraire élevaient leurs troncs énormes et secs, montrant ainsi leurs
branches desséchées comme les membres d'un vieillard. Tandis qu'un
bouquet verdoyant semblait, comme la tête d'un patriarche, avoir seul
conservé un reste de sève et de vie. On voyait à ses pieds, des arbustes
de différentes familles s'élever et sembler lui demander protection.

Plus loin et du quatrième côté du lac, s'étendait une savane sombre et
triste. Des arbres rabougris, une mousse épaisse, un terrain marécageux
et rempli de fondrières donnaient à cet endroit un aspect solitaire
et désolé. Il formait un contraste frappant qui faisait rassortir
d'avantage la beauté des autres rives. Nous nageâmes en silence
pendant quelque temps, absorbés dans la contemplation de la sauvage et
pittoresque beauté de paysage, lorsqu'après avoir doublé un cap, nous
aperçûmes un plateau élevé de quinze à vingt pieds qui dominait le lac
et la rivière.



HÉLIKA.

Sur ce plateau qui pouvait avoir une étendue d'une dizaine d'arpents,
trois grandes huttes se touchant les unes les autres avaient été
élevées. L'une d'elles avait une apparence toute particulière. Bien que
comme les autres, elle fut construite de matériaux grossiers, sa forme
ressemblait à celle d'une chaumière, elle était plus spacieuse que
les autres. Le houblon et quelques vignes sauvages, en la tapissant à
l'extérieur, lui donnaient un air de fraîcheur et de bien-être. Des
fenêtres l'éclairaient de tous côtés, les unes donnant sur le lac,
les autres sur la rivière, Nous connaîtrons plus tard comment le
propriétaire avait pu se procurer un tel luxe pour un sauvage, habitant
la profondeur des forêts.

De forts volets garnis de fer avaient été posés pour les protéger du
dehors. Par ci par là, un trou ou plutôt une meurtrière était percée.
Enfin, on voyait combien Hélika, puisque c'était sa demeure, était
jaloux de veiller à la sûreté de ceux qui l'habitaient.

Les deux autres étaient construites de gros morceaux de bois, superposés
les uns aux autres, et encochées à chacune de leurs extrémités pour
s'adapter l'un dans l'autre et donner la solidité à cette construction
toute primitive. Ce fut vers la première que Baptiste nous conduisit.
La chambre d'entrée était spacieuse et parfaitement éclairée. Bien que
l'ameublement en fut grossier, il offrait toutefois tout le confort
désirable. Quelques fleurs sauvages de diverses familles y étaient
cultivées avec le même soin que nous en prenons pour les fleurs
exotiques. Des livres aussi étaient disposés sur quelques rayons. Mais
ce qui frappa surtout nos regards, ce fut lorsqu'ils tombèrent sur un
lit recouvert d'une peau d'ours où gisait un vieillard dont les traits
portaient l'empreinte de la mort.

Cet homme devait être bien vieux. Des rides profondes sillonnaient son
front et ses joues en tous sens. Il avait plutôt l'air d'un spectre,
aussi n'eut-on pas manqué de le considérer comme tel, si ses yeux noirs
et enfoncés dans leur orbite n'eussent conservé un éclat extraordinaire.
Ses sourcils étaient épars, son nez aquilin ressemblait au bec d'un
oiseau de proie. Son front était haut et fuyant, ses lèvre minces et
son menton proéminent, tout annonçait dans la figure de cet homme
une indomptable énergie. L'ensemble de cette figure dénotait une si
implacable férocité, qu'il eut fait frémir celui qui l'aurait rencontré
un soir dans un chemin détourné ou sur la lisière d'un bois. Cependant,
au moment où nous l'aperçûmes ses mains étaient jointes sur sa poitrine,
ses lèvres s'agitaient et semblaient répéter les paroles d'une prière
que monsieur Fameux disait à haute voix.

Comme contraste, agenouillée auprès du lit, se tenait dans l'attitude de
la prière la jeune fille de la veille. Son épaisse chevelure inondait
ses épaules et descendait jusqu'à la ceinture. Elle avait le dos tourné
vers la porte. C'était bien la taille que nous avions admirée le soir
d'avant, elle offrait dans ses contours tout ce que nous avions pu
imaginer dans nos rêves de jeune homme de plus gracieux et de plus
parfait. Nous étions arrêtés sur le pas de la porte à contempler ce
tableau, lorsque le bruit de nos pas la fit se retourner. Jamais de ma
vie, je n'ai vu aussi ravissante figure, nous en fûmes tous éblouis,
fascinés. Murillo ou Raphaël eussent été heureux d'en faire la portrait
et de le présenter comme celui de leur Madone. Une profonde tristesse
était empreinte sur ses traits, et les larmes abondantes qui inondaient
ses joues rehaussaient encore, s'il était possible, son angélique
beauté. En nous apercevant, elle se retira timide et confuse dans un
coin de la chambre; mais sur un signe du moribond elle disparut dans
l'autre hutte. Celui-ci, après avoir jeté sur nous un regard perçant, et
scrutateur, nous dit: "Vous devez avoir besoin, messieurs, de prendre un
peu de nourriture et de repos, pendant que moi de mon côté, je vais avec
ce saint homme terminer ma paix avec Dieu".

Une vieille sauvagesse nous conduisit dans la troisième cabane où un
repas, composé de gibier et de poisson, nous avait été préparé. On
s'était mis en frais pour nous y recevoir, car les lits, de sapin
avaient été renouvelés. C'était, nous dit Baptiste, la maison que
le père Hélika avait fait construire spécialement pour y exercer
l'hospitalité, là, chasseurs canadiens ou sauvages y trouvaient toujours
un gîte et la nourriture. Ils restèrent tous deux trois heures en tête
à tête, et lorsqu'à l'appel de monsieur Fameux nous entrâmes dans la
chambre du mourant, une transformation complète s'était faite sur son
visage. Les yeux n'avaient plus rien de farouche ou d'inquiet, des
larmes mêmes s'en échappaient. C'était bien encore la même figure
énergique mais elle n'avait plus ce cachet de férocité, cet air empreint
de trouble et de remords que nous avions d'abord remarqués; elle
indiquait plutôt le calme et le recueillement intérieur qui ne
paraissaient pas exister auparavant.

Monsieur Fameux insista pour qu'il prit quelque nourriture. Il le
fit pour lui complaire. Le bon prêtre lui parla quelques instants à
l'oreille; mais il secoua la tête et reprit tout haut: non Monsieur,
c'est en vain que vous voudriez m'en dissuader, ma confession doit être
publique; puisse-t-elle être une légère expiation de mes crimes et
servir d'exemple à ceux qui se laissent entraîner par la fougue de leurs
passions. Un frisson involontaire parcourut les membres des assistants,
nous pressentions quelque drame lugubre, sanguinaire peut-être, dont
Hélika avait été le héros.

Nous prîmes donc chacun une place autour de son lit, et c'est ainsi
qu'il commença:



LA CONFESSION.

Plus de quatre-vingts ans ont passé sur ma tête, et la terre dans
quelques heures va recouvrir cette masse de boue et de misère qui
devrait y être enfouie depuis mon enfance. On ne souffre pas dans le
fond du cercueil après la mort; mais devrais-je sentir chacun des
vers qui doivent dévorer mon cadavre, dussent-ils m'occasionner les
souffrances les plus atroces, je remercierais Dieu de m'infliger des
peines aussi légères; car quelques grandes qu'elles fussent, elles ne
pourraient vous donner une idée des épouvantables tortures que les
remords ont fait endurer à ma conscience depuis de longues bien longues
années.

Dieu est juste, ajouta-t-il, d'un ton pénétré. Il m'a fait entendre sa
grande voix dans tous les objets de la nature; oui je l'ai entendue,
glacé de terreur depuis au delà de quinze ans dans le frizelis des
feuilles comme dans les roulements terribles du tonnerre, je l'ai
entendue dans le souffle léger de la brise comme dans les hurlements
épouvantables de la tempête; et depuis le brin d'herbe jusqu'au grand
chêne des bois; je l'ai vu dans la goutte d'eau dont je me désaltérais
jusqu'au fruit savoureux que je voulais goûter. Je l'entendais, je le
voyais, je le sentais en moi-même, ce vengeur inexorable des crimes que
nous commettons et des souffrances que nous faisons endurer à nos frères
de même que je l'ai éprouvé plus tard, sous le fouet du maître et dans
les chaînes de l'esclavage.

En prononçant ces paroles, bien que les membres du vieillard fussent
glacés par le froid de la mort, nous voyions cependant un frémissement
qui lui parcourait tout le corps. Sans doute qu'il remarqua notre
surprise de l'entendre s'exprimer aussi bien, car il ajouta en
continuant: Ne soyez pas surpris si je parle un français qui peut vous
paraître bien pur pour un habitant des bois, mais j'appartiens à votre
race, et c'est à une vengeance diabolique que je dois le triste état
dans lequel vous me voyez aujourd'hui.

Dans mon enfance et ma jeunesse, j'ai vu moi aussi de beaux jours. Si
vous saviez comme j'étais heureux lorsque je revenais chaque année dans
ma famille pour y passer mes vacances. Nous étions plusieurs compagnons
de collège de la même paroisse. Oh! que nous nous en promettions des
parties de pêche et de chasse et comme alors nous avions le coeur léger,
l'âme pure et tranquille. Il me semble encore voir ma vieille mère, mon
père et mes soeurs accourir au-devant de moi, me presser tour à tour
dans leurs bras et m'arroser la figure de leurs larmes lorsque je venais
déposer A leurs pieds les prix nombreux que j'avais obtenu pour mes
succès classiques. Puis le bon vieux curé que nous ne manquions jamais
d'aller voir, il nous avait baptisés, fait faire notre première
communion; de plus, il nous avait initiés aux premières notions de
la langue latine. Il nous considérait donc comme ses enfants et nous
recevait avec le plus grand plaisirs et la plus touchante affection. Son
presbytère et sa table étaient toujours à notre disposition. Il était
aussi fier de nos succès que si nous lui eussions appartenus.

Nos jours de vacance se passaient en des parties de pêche et de chasse;
mes bons parents refusant que je prisse part à leurs travaux crainte que
je ne me fatiguasse. Le soir amenait les joyeuses veillées. Nous nous
réunissions tantôt dans une maison, tantôt dans l'autre. Au son du
violon nous dansions quelques rondes au milieu des rires de la plus
folle gaîté; puis, dix heures sonnant, la voix de l'aïeule se faisait
entendre, nous tombions à genoux et récitions en commun la prière du
soir, et noua noua séparions en nous promettant bien de recommencer le
lendemain.

La voix du moribond à ces souvenirs se remplit d'émotion puis il ajouta
comme se parlant à lui-même. Chers souvenirs des beaux jours du ma
jeunesse, combien de fois avec celui des larmes de plaisir de mes bons
parents n'êtes vous pas venus tomber sur mon coeur désespéré comme la
rosée bienfaisante sur la fleur desséchée? Ah! pourquoi ai-je à jamais
abandonné le sentier béni de la vertu avec ses joies si pures et si
naïves pour céder à mon exécrable passion? Pourquoi ai-je perdu le
touchant exemple de cette vie de calme, d'amour et de religion que
me donnaient ma famille et tous ceux qui m'entouraient!... A ces
réminiscences de son passé si fortuné, Hélika ferma les yeux comme pour
savourer une dernière fois les délices des beaux jours de son enfance.
Il parut se recueillir et garda le silence pendant quelque temps.

Monsieur Fameux s'approcha de lui et voulut le dissuader de continuer
son récit. "Non monsieur, répondit-il, je dois aller jusqu'au bout
de mes forces, c'est un devoir que ma conscience m'impose, et je
l'accomplis avec plaisir; ma résolution est inébranlable." Puis il
demanda quelque chose pour se rafraîchir. Cette demande fut sans doute
entendue de l'autre côté, car la même indienne dont nous avons déjà
parlée, apporta une tisane d'une couleur verdâtre. Il but quelques
gouttes de ce breuvage qui parut le ranimer. "Éloigne Adala, dit-il à la
vieille, qu'elle n'entende pas ce qui me reste à dire."

C'est peut-être mal, ajouta-t-il, en se tournant vers monsieur Fameux,
mais je voudrais conserver l'estime et l'amour de mon enfant jusqu'au
dernier soupir, puis il reprit:

Vers l'année 17... nous touchions aux vacances qui devaient commencer
vers la mi-juillet, mais je ne sais comment me l'expliquer aujourd'hui,
était-ce un pressentiment qu'avec elles allaient s'éteindre pour
toujours les joies de ma vie? Hélas! elles devaient être les dernières,
car je terminais mon cours d'étude. Je me sentais triste et abattu. Il
y a toujours quelque chose de solennel dans ce suprême adieu que nous
faisons à nos belles années de collège. Le succès avait couronné mon
travail au delà de mes espérances. Je remportai presque tous les
premiers prix de ma classe. L'accueil que je reçus à la maison
paternelle fut encore plus chaleureux, plus affectueux, s'il était
possible qu'il ne l'avait été les années précédentes.

Mon père, ma mère et mes soeurs me reçurent avec les mêmes
démonstrations de joie, j'étais le seul fils. Or sans être bien riche,
ma famille jouissait d'une honnête aisance comme cultivateur. Après les
premiers embrassements. "Il va falloir, me dit mon vieux père, bien te
reposer mon enfant. Je t'ai acheté un beau fusil, un beau cheval est à
l'écurie, j'ai quelques épargnes, amuses-toi, promènes-toi et surtout
laisses là tes livres pour jouir de la vie dont tu ne connais pas encore
les plaisirs".

Puis ma mère et mes soeurs me conduisirent dans la plus belle chambre
qui avait été préparée avec tous les soins, la tendresse et l'affection
qu'elles me portaient. Je remarquai plein d'attendrissement, avec quelle
ingénieuse sollicitude on y avait déposé tous les objets qui pouvaient
flatter mon goût et me procurer le plus grand confort.

Tu vas faire ta toilette maintenant, me dit ma mère en m'embrassant,
nous avons invité les voisins à souper, et j'espère que tu vas t'amuser
dans la soirée puisque tous tes anciens compagnons d'enfance avec leur
soeurs sont de la partie.

En effet personne n'avait manqué à l'invitation. Les bons voisins avec
leurs enfants étaient venus se réunir à cette fête, et je rougissais
d'orgueil et de plaisir, lorsque je voyais ces braves gens venir me
presser la main avec une considération qui tenait presque du respect; et
me prodiguer des éloges sur mes succès, en présence des jeunes filles et
de leurs frères.

Le souper fut bien joyeux, les langues déliées par quelques verres de
bon vieux rhum, débitaient mille et mille plaisanteries qui étaient
saluées par des tonnerres d'éclats de rire. Les chants ensuite
succédèrent aux bons mots, enfin la gaîté était au diapason, lorsque
nous nous levâmes de table. Ma mère, par une délicate attention, m'avait
fait placer auprès d'une jeune fille plus jolie, plus instruite et plus
distinguée que ses compagnes. Cette jeune fille n'était pas précisément
belle, elle n'était peut-être pas même jolie, tel qu'on l'entend dans
l'acception du mot, mais sa figure était si sympathique, sa voix et son
regard si caressants et si doux, qu'elle répandait autour d'elle un
charme et un bonheur auxquels il était difficile de résister. Sa
conversation était entraînante, et se ressentait de son caractère aimant
et contemplatif, elle avait une teinte de mélancolie lorsque le sujet
s'y prêtait, qui donnait à sa figure et à ses paroles quelque chose
d'enivrant. Pendant le souper nous parlâmes de différentes choses, mais
le sujet sur lequel je me surpris à l'écouter avec un indicible plaisir,
ce fut lorsqu'elle m'entretint des beautés de la nature. Ce n'était
certes pas dans les livres qu'elle les avait étudiés, ce n'était pas non
plus dans les ébouriffantes dissertations des romanciers; mais dans le
grand livre de la nature, où chacun y puise les connaissances et la foi
en celui qui a créé toutes ces merveilles. Elle en parlait avec chaleur
et émotion, et, suspendue ses lèvres, j'écoutais les descriptions
qu'elle me faisait. Elles débordaient, pittoresques et animées, comme
une cascade de diamants.

Bref, ai-je besoin de le dire, j'avais alors vingt ans, l'enivrement de
la fête, le sentiment supposé de ma supériorité, les vins qui avaient
été versés à profusion, les éloges qu'on m'avait prodigués, tout enfin
avait contribué à exalter mon cerveau. Mais lorsque je me levai de
table, je sentis dans mon coeur quelque chose que je n'avais pas encore
éprouvé.

Le bal s'ouvrit ensuite, je dansai plusieurs fois avec cette jeune fille
que je nommerai Marguerite, et quand la veillée fut finie, qu'elle
fut partie avec ses parents, j'éprouvai un vide mêlé de charme et un
sentiment de vague inquiétude indéfinissable. Il fallut m'avouer, que de
l'avoir vue au bras d'un beau et loyal jeune homme, et échanger ensemble
des paroles d'intimité en était la cause. Quelques regards que j'avais
surpris produisirent dans mon être un bouleversement jusqu'alors
inconnu. Ce jeune homme s'appelait Octave, il avait été mon condisciple
de collège et jusqu'à ce temps mon ami. Il avait terminé ses études
depuis deux ans, et était revenu prendre les travaux des champs sur
la ferme de son père. Ça fut en vain cette nuit-li que je cherchai le
sommeil, je la passai à me rouler sur mon lit, et, lorsque plus calme
le lendemain matin, je voulus descendre dans les replis de mon âme,
je sentis que j'aimais éperdument Marguerite, et que le démon de la
jalousie allait prendre possession de moi.

Je formai donc la résolution du ne plus la revoir. Effectivement, bien
des jours se passèrent, oui quinze longs jours s'écoulèrent avant que je
la revisse, et cependant pas une heure, pas un instant au jour ou de
la nuit sans que je pensasse, que je rêvasse à elle. Tout le monde me
faisait des reproches sur mon air morne et abattu, j'avais perdu le
sommeil et l'appétit. Mes parents étaient inquiets, ma bonne mère ne
manquait pas de l'attribuer au travail excessif de mes études.

Cependant il fallut céder aux obsessions et retourner aux soirées du
village. Je croyais être assez fort pour pouvoir affronter le danger.
J'y rencontrais fréquemment Marguerite et Octave et m'en revenais chaque
soir de plus on plus éperdument amoureux et jaloux. Son nom m'arrivait
sur les lèvres à chaque jeune fille dont j'apercevais dans le lointain
la robe onduler sous les caresses de la brise. Je partais pour la chasse
sans munitions, ni carnassière et allais m'asseoir sur le bord de la
mer, et là, des journées entières je pensais à elle. La plainte de
la vague gui venait tristement déferler sur la plage convenait à ma
tristesse.

Ainsi se passa ma première année chez mes parents. La demeure de
Marguerite était presque voisine de la nôtre, nous nous visitions
réciproquement et la voyais très fréquemment, Il était impossible
qu'elle ne s'aperçut pas du feu qui me dévorait. Cependant sa conduite
envers moi et ses paroles étaient toujours affectueuses et amicales,
mais qu'étaient-elles ces marques d'amitié pour moi qui sentais au
dedans de mon coeur un brasier dévorant? De ma fenêtre je voyais sa
demeure, ses allées et venues et avec frémissement j'apercevais sa
silhouette dans le lointain. Lorsqu'elle se rendait à l'église, je la
suivais de loin et aurais été heureux de baiser les traces de ses pas
dans la poussière du chemin.

Vous pouvez juger de ce que j'éprouvais avec cet amour immense, quand je
la voyais au bras d'Octave et avec quelle rage j'appris un jour qu'ils
étaient fiancés. Elle devint désespoir, le jour ou je la rencontrai
rougissante de bonheur et de plaisir, elle était amoureusement inclinée
vers Octave et le main dans la sienne, ils se souriaient l'un à l'autre,
Pendant que je passais ainsi toutes mes journées en folles rêveries
amoureuses, Octave par son travail et avec l'aide de l'argent que son
père lui avait donné s'était acquis une belle propriété, et moi je ne
faisais rien. Ma famille était très occupée de voir la tournure que
prenait mon esprit, car je devenais de plus en plus morose et taciturne.
Ma mère un jour à la suggestion de mon père m'en fit la remarque
d'une manière douce et maternelle. Je lui répondis d'un ton bourru et
grossier. La sainte femme m'écouta avec étonnement d'abord, comme si
elle n'en pouvait croire ses oreilles ou comme si elle se fut éveillée
d'un mauvais rêve, puis tout à coup elle fondit en larmes et m'entourant
de ses bras elle me dit en m'embrassant: "Pauvre enfant, tu souffres
donc bien." Elle ne put ajouter un seul mot, les sanglots la
suffoquèrent. Ces larmes de ma mère furent les premières qu'elle versa
de chagrin, mais elles ne furent pas, hélas! les dernières que virent
couler ses cheveux blancs et dont seul je fus la cause par mon
ingratitude et ma méchanceté.

Enfin le jour décisif arrivait, il me fallait sortir de cet affreux
état.

Un dimanche matin, Octave était absent, je revenais de l'église
accompagnant Marguerite. Je résolus de profiter de l'occasion pour
tenter un dernier effort. Je lui rappelai d'une voix émue les joies, les
plaisirs de notre enfance, combien alors les journées étaient longues et
ennuyeuses quand nous ne pouvions nous rencontrer pour partager nos
jeux et nos promenades. Je remontai ainsi jusqu'au temps présent. Elle
m'écouta d'abord avec plaisir, ne sachant où je voulais en venir. Mais
bientôt mes paroles devinrent plus significatives et plus pressantes.
Lorsque je lui exprimai en termes brûlants combien je l'aimais, quels
étaient mes rêves, le bonheur que j'avais fondés sur son amour et son
union avec moi, elle rougit, puis pâlit au point que je crus qu'elle
allait défaillir. Je lui fis ensuite le tableau de mes souffrances
passées et de mon désespoir si elle refusait de se rendre à mes voeux.
Alors des larmes abondantes glissèrent sur ses joues, mais elle ne me
répondit pas. Je redoublai d'instances, tout mon coeur, toute mon âme,
tout mon amour passèrent dans mes paroles, elles devaient tomber sur son
coeur de glace comme des gouttes de feu. Insensé, j'espérai un instant
qu'elle aurait pitié de moi et se laisserait fléchir, mais ce ne fut
qu'un éclair.

Jugez de ce que je devins, lorsque me prenant les deux mains et
m'enveloppant de son regard si doux et si caressant elle me dit en
pleurant: "Le ciel m'est à témoin que je donnerais la plus grande part
du bonheur qu'il me destine pour vous savoir heureux. Mais pour vous
appartenir je manquerais au serment que j'ai fait à un autre devant
Dieu, je manquerais de plus aux cris de ma conscience et à la voix de
mon coeur; car je ne vous cacherai pas je suis fiancée à Octave et que
dans peu de jours nous serons irrévocablement unis." Je ne sais quelle
transformation se fit dans ma figure, si elle eut peur de l'expression
des mes traits ou de l'effet de ses paroles; mais en levant les yeux sur
moi elle recula de quelques pas.

"Pourquoi ajouta-t-elle tristement, faut-il que je vous cause du
chagrin? une autre vous comprendra mieux que je ne le puis faire, car
elle sera plus que moi à la hauteur de votre intelligence et vous serez
heureux avec elle. Octave et moi vous avons désigné une place au coin
du feu où vous viendrez vous asseoir bien souvent, nous causerons, nous
nous amuserons et nous nous occuperons de vous trouver une épouse digne
de vous".

Tels furent les dernier mots qu'elle m'adressa en me pressant
affectueusement la main. Elle était toute émue et tremblante, je la
voyais pleurer et j'avais l'enfer dans le coeur; c'est ainsi que nous
nous quittâmes.

Je passai le peu de jours qui suivirent cet entretien et précédèrent
leur union dans des transports de rage et de jalousie inexprimables. Mes
parents crurent véritablement que je devenais fou furieux.

Cependant, ainsi qu'elle me l'avait dit, huit jours après, la tête
brûlante, la figure affreusement contractée, j'entendis à l'abri d'un
pilier de la petite église de notre paroisse le serment qu'Octave et
Marguerite se firent de s'appartenir l'un à l'autre. J'aurais voulu voir
le temple s'écrouler sur eux et les mettre en poussière. C'en était fait
de moi, j'avais au fond du coeur tous les esprits du mal et tout ce
que le coeur humain peut avoir de haine contre son semblable, je
le ressentis pour eux. De tous les pores de ma peau sortait le cri
vengeance, vengeance! Si elle m'eut aperçu lorsque sa robe vint me
frôler au sortir de l'église, elle eut reculé, épouvantée comme à
l'aspect d'un serpent.

Fou, insensé, j'avais espéré jusqu'au moment solennel. Oui j'espérais
qu'elle comprendrait toute l'immensité de mon amour et combien j'aurais
travaillé à la rendre heureuse. Le dimanche même, malgré la publication
des bancs, cet espoir m'enivrait encore.

Vous êtes peut-être surpris qu'après tant d'années et en ce de moment
solennel où il ne me reste que peu de temps à vivre, je vous parle avec
autant de chaleur du passé; mais sur son lit de mort, le vieillard
sent quelquefois son sang se réchauffer aux brûlants souvenirs de sa
jeunesse: c'est la dernière lueur du flambeau qui va s'éteindre.

Je laissai le cortège nuptial s'éloigner et m'élançai hors du temple. Je
courus à la maison, fis un paquet de quelques hardes, me munis d'un bon
sac de provisions et d'amples munitions, sifflai mon chien et répondant
à peine aux douces paroles de ma mère qui pleurait en m'embrassant, je
pris le chemin du bois.

Mes bons parents je ne les ai jamais revus depuis; mais j'ai appris par
d'autres que mes deux soeurs avaient embrassé la vie religieuse dans un
couvent des Soeurs de Charité; que mon père et ma mère joignaient leurs
prières aux leurs pour celui qu'ils croyaient mort depuis longtemps.
Hélas! leur fils dénaturé n'a pas été essuyer les pleurs de leurs vieux
ans et leur fermer les yeux.



DANS LES BOIS.

Les forces du moribond étaient complètement épuisées. Ces souvenirs
chargés de repentir avaient trop longtemps pesé sur son âme.

Il indiqua à monsieur Fameux un endroit dans la chambre où il trouverait
un manuscrit qui contenait toute l'histoire de sa vie. Il nous demanda
comme une faveur de vouloir en prendre connaissance, de le publier même,
si on le voulait, afin qu'il servit d'enseignement.

Sur un des rayons poudreux de ses tablettes, Monsieur d'Olbigny alla
prendre un manuscrit jauni par le temps: "Voilà, nous dit-il, qui
complétera l'histoire d'Hélika, si elle vous présente quelqu'intérêt.
Mais auparavant, permettez-moi de vous raconter ses derniers moments."

Il était donc évident que l'heure suprême était arrivée pour le
vieillard, aussi le sentait-il lui-même. Il nous fit signer comme
témoins, un testament olographe qu'il avait préparé, par lequel il
instituait Adala, sa légatrice universelle, lui enjoignant toutefois de
prendre un soin tout filial de la vieille indienne et nommait monsieur
Fameux son exécuteur testamentaire.

Toutes ces dispositions prises, il nous exprima le désir de rester
encore quelques instants seul avec le ministre de Dieu. Ses forces
l'abandonnaient rapidement. Après un assez long entretien avec monsieur
Fameux, sur sa demande nous rentrâmes dans la chambre. La jeune fille
agenouillée, recevait toute en larmes la dernière bénédiction et les
derniers baisers du mourant, pendant que la vieille indienne regardait
d'un oeil sec et stoïque cet émouvant tableau.

Bientôt après, nous nous mîmes à genoux et récitâmes les prières des
agonisants; quelques heures plus tard, Hélika était devant Dieu. Le
surlendemain, nous le déposâmess dans sa dernière demeure à l'endroit
qu'il nous avait lui-même indiqué. La cérémonie fut touchante et bien
propre à nous impressionner. La nature avait cette journée là une teinte
morne et sombre. Le temps était couvert, le soleil voilé ne répandait
qu'une lumière blanchâtre à travers les nuages qui le recouvraient. Une
brise froide et glacée comme un vent d'automne, imprimait aux arbres
des craquements et un balancement qui leur arrachaient des plaintes
continues; elles faisaient écho aux lamentations la jeune orpheline,
qui, la figure prosternée, arrosait de ses larmes la terre sous laquelle
reposait celui qu'elle avait aimé comme son père.

Les plaintes du vent allaient s'éteindre dans les fourrés comme des
sanglots. Le lac soulevé par la brise venait déferler ses vagues sur les
galets du rivage avec de sourds gémissements.

La cérémonie terminée, Adala toute en larmes se jeta dans les bras de
monsieur Fameux. "Ma grand'mère et moi seules désormais sur la terre que
deviendrons-nouss, si avec l'aide de Dieu vous ne nous protégez".

Tes parents, ma chère enfant, lui répondit-il d'une vois émue veillent
sur toi du haut du Ciel; sois donc confiante et résignée, tant que Dieu
me laissera un souffle de vie, je tiendrai leur place sur la terre;
auprès de toi; d'ailleurs, le pauvre vieillard, qui vient de rendre
son âme à Dieu, t'a laissé de quoi compléter ton éducation et vivre
richement. Bénis la Providence pour ce qu'elle a fait, car dans ses
inscrutables desseins, elle donne en abondance d'une main ce qu'elle
paraît ôter de l'autre. Tu dois d'ailleurs, d'après l'ordre de
ton bienfaiteur, abandonner la vie des bois, venir au sein de le
civilisation, ou tu rencontreras plus de protection et te préparer à y
remplir la mission que le ciel te destine.

Ce fut avec une voix pleine d'émotion et de reconnaissance qu'Adala
remercia M. Fameux de ces bonnes paroles. Pour nous, après cet
entretien, nous n'eûmes, au gré de nos désirs, que bien peu d'occasions
de la revoir. Toujours sous la surveillance de la vieille sauvagesse;
elle l'aidait à préparer nos repas, à renouveler le sapin de nos lits,
pendant que nous passions nos journées à la chasse ou à la pêche et que
le bon missionnaire explorait les terres.

La journée finie nous nous retrouvions le soir au coin du feu et nous
racontions les exploits du jour avec leurs incidents; puis l'heure du
repos arrivée, nous donnions, dans nos prières, un souvenir au pauvre
vieillard qui venait de nous laisser. Le lendemain, quelque matinal que
fut notre déjeuner, il était toujours prêt. La bonne indienne et Adala
nous l'avaient préparé avec le plus grand soin.

Nos coeurs jeunes et neufs de toutes impressions devaient céder aux
attraits de cette enfant des bois, qui avait pour nous le parfum et la
suavité d'une fleur sauvage, poussée sous l'ombrage des grands arbres
de nos bosquets. Sa séduisante beauté et sa grâce naturelle étaient
rehaussées encore s'il était possible, par la tristesse répandue sur ses
traits et par ses habits de deuil.

Est-il étonnant que ses charmes produisent leur effet sur nous. Bois
Hébert, l'un de mes compagnons, se prit à l'aimer avec toute la force et
l'ardeur du son tempérament de feu, et jamais dans le cours de sa vie
son amour se ralentit un seul instant.

Pourquoi, ne vous avouerai-je pas que je cédai à l'entraînement, que je
l'aimai moi aussi comme on ne peut aimer qu'une seule fois dans la vie,
c'est vous dire qu'elle fut mon premier et mon dernier amour. Bois
Hébert était beau, riche et noble, brave comme un lion, il possédait
de plus un caractère d'or et une générosité qui ne se démentit jamais;
aussi obtint-il facilement la préférence sur moi, qui n'avais autre
chose à lui offrir qu'un coeur dévoué.

Ce qui vous surprendra peut-être encore plus, c'est que j'ai toujours
été à l'un et à l'autre le plus sincère et intime ami, partageant avec
Bois Hébert toutes les péripéties de sa vie aventureuse, et reprenant
dans les temps de calme mes fonctions de précepteur auprès de ses
enfants quand il eut épousé Adala.

Pardonnez, ajouta monsieur d'Olbigny, au vieillard, les pleurs qui
coulent de ses yeux, et permettez-moi de tirer le rideau sur ces
souvenirs qui m'émeuvent encore malgré moi. D'ailleurs, si quelqu'un
d'entre nous en ressent le courage après la lecture de ces pages, il
pourra voir l'histoire de leur vie dans le "Braillard de la Magdeleine".

Je reprends la lecture du manuscrit, c'était, si vous vous en rappelez
au sortir de l'église et après que Hélika eut reçu les embrassements de
sa mère, pour prendre les grands bois.

Où allais-je? où ai-je été? Qu'ai-je fait? Je n'en sais rien. J'étais
habitué au collège aux plus violents exercices. En gymnase j'étais de
première habileté et l'on me considérait comme un très grand marcheur;
ma force et ma vigueur étaient réputées extraordinaires.

Lorsque la connaissance me revint, j'éprouvai une grande lassitude dans
les jambes, je marchais encore mais d'un mouvement automatique.
Je devais être bien loin, mon pauvre chien ne me suivait plus que
difficilement, et le soleil était monté sur les onze heures du matin.
Mon front était brûlant et je frissonnais parce qu'une fièvre ardente me
dévorait. J'étais auprès d'un petit ruisseau où coulait une eau fraîche
et limpide; j'y trompai mon mouchoir et m'en enveloppai la tête; cette
application me fit du bien. Je tirai ensuite de mon havre-sac quelques
aliments, mais je ne pus pas même les approcher de ma bouche; je les
jetai à mon chien qui les dévora. Quelques instants après, je dormais
profondément, Je n'avais pas fermé l'oeil depuis longtemps et avais
toujours marché depuis le matin de la veille. Grâce à ma forte
constitution, lorsque je m'éveillai le lendemain, la fièvre avait
disparu complètement et mes idées étaient parfaitement lucides.

Le soleil s'était levé dans tout son éclat; un nid de fauvettes placé
sur une branche auprès de moi, était balancé par la brise du matin. Le
père secouant ses ailes toutes humides des gouttes de rosée, adressait
au Créateur ses notes d'amour et de reconnaissance, pendant que la mère
distribuait à la famiile la becquée du matin. Un instant, une seconde
peut-être, je les contemplai avec plaisir; mais tout A coup, le démon de
la jalousie me souffla le mot Marguerite, Marguerite, depuis deux
jours et une nuit dans les bras d'Octave. Oh! alors je bondis dans un
transport de rage inexprimable. Je saisis mon fusil, ajustai le musicien
ailé et fis feu J'avais bien visé, le chantre qui m'avait éveillé par
son ramage, tomba mort à mes pieds, la mère mortellement blessée roula
un peu plus loin; tandis que je lançai le nid et la couvée par terre et
les écrasai sous mes pieds. Leur bonheur, leur gaîté m'avaient paru une
provocation dérisoire.

Fou, furieux, je m'enfonçai encore plus avant dans la forêt. Ma
conscience m'avertissait de prendre garde, que j'allais en finir avec la
vie honnête et et entrer dans la carrière du crime. Mais une autre voix
me soufflait les mots vengeance, vengeance, et malheureusement, ce fut
cette dernière qui l'emporta. Dès ce moment je n'eus donc plus qu'une
idée fixe, inflexible, inexorable. Ce fut de tirer contre Octave et
Marguerite, une vengeance terrible parce que dans ma folle méchanceté,
je les accusais d'avoir empoisonné le bonheur de mon existence.

Je l'avoue aujourd'hui, après cet acte de barbarie, j'eus peur de moi,
quand je sondai l'abîme des maux dans lequel j'allais m'enfoncer. Jamais
une créature vivante n'avait été mise à mort par moi, pour le seul
plaisir de voir couler son sang ou par méchanceté. Mais de ce jour, le
génie du mal s'empara de moi et se garda bien de lâcher sa proie; pour
la première fois, je vis le sang avec une joie féroce.

Je continuai donc ma marche en m'avançant du plus en plus dans la forêt;
je marchai encore plusieurs jours, ne sachant où j'allais. Les étoiles
et la lune, la nuit, le soleil, le jour, me servaient de boussole, et
ma fureur, ma jalousie augmentaient à chaque pas. Tout en cheminant, je
méditais, je m'ingéniais à trouver quelle pourrait être la plus grande
souffrance que je pourrais leur infliger.

Le meurtre ou l'empoisonnement d'Octave se présentèrent bien à mon
esprit, je tressaillis d'abord à cette idée, qu'Octave mort, je
pourrais encore espérer de devenir le mari de Marguerite; mais en y
réfléchissant, je songeai qu'elle n'était plus aujourd'huit cette chaste
et candide jeune fille que j'avais connue, et ma rage s'en augmenta
encore s'il était possible. Pour la satisfaire, je sentis qu'il me
fallait inventer d'autres tortures que tous deux devaient partager. Il
me les fallait terribles mais incessantes.

Depuis cinq jours que j'avais laissé la maison paternelle, j'errais à
l'aventure lorsqu'un matin j'arrivai sur le bord d'une clairière. Au
milieu, une biche, nonchalamment couchée, suivait avec orgueil et amour
les ébats d'un jeune faon qui folâtrait auprès d'elle. Ils étaient tous
deux dans une parfaite sécurité. J'avais des provisions en abondance;
mais l'instinct féroce déjà me dominait. J'ajustai donc le faon, le coup
partit et il tomba à deux pas de sa mère. Un jet de sang s'échappa de sa
poitrine. Surprise d'abord, la malheureuse biche regarda autour d'elle
pour se rendre compte sans doute du lieu d'où venait le danger, puis
ses regards se portèrent sur son petit. Il était étendu par terre, ses
membres s'agitaient et se raidissaient sous l'étreinte d'une suprême
agonie. D'un bond elle fut auprès de lui, et lorsqu'elle aperçut le flot
de sang qui ruisselait de sa blessure, elle poussa un gémissement si
triste, si plaintif qu'il eut attendre le coeur le plus endurci. Ce cri
d'une inénarrable douleur, qui ne peut venir que des entrailles d'une
mère, me réjouit cependant intérieurement, et ce fut avec plaisir
que j'observai ce qui se passa. La pauvre mère, en continuant ses
gémissements, se mit à lécher la blessure et à inonder son petit de
son souffle, comme pour réchauffer ses membres que le froid de la mort
saisissait. Elle tournait autour de lui, essayait à soulever sa tête,
puis s'éloignait ensuite de quelques pas comme pour l'engager à la
suivre et à fuir avec elle. Elle revenait un instant après, recommençait
encore à l'appeler comme elle avait dû faire bien des fois dans sa
sollicitude maternelle, pour l'avertir d'éviter un danger; mais le
faon ne bougeait pas, il était bien mort. A mesure que le faon se
refroidissait et qu'elle voyait ses efforts de plus en plus inutiles,
ses braiements devenaient plus désespérés et déchirants. Parfois elle
courait à chaque coin de la clairière et faisait retentir les échos des
bois de ses plaintes, comme si elle eut appelé au secours, puis elle
revenait en toute hâte auprès de son petit, paraissant refuser de croire
qu'un être fut assez méchant pour lui avoir donné la mort, Enfin,
lorsqu'elle se fut assurée que tout espoir était perdu, elle s'arrêta
morne et immobile auprès de lui, appuya ses narines sur les siennes.
C'était le dernier baiser que donne la mère sur les lèvres glacées de
son enfant. La clairière était d'une petite étendue, la biche avait
la face tournée vers moi; je remarquai dans ses yeux une expression
d'indicible douleur et des larmes abondantes qui s'en échappaient.

Je le confesse, loin d'être touché de cette scène, j'y pris un froid
et secret intérêt. Après l'avoir contemplée pendant quelque temps, je
sortis soudain de ma cachette. Une idée diabolique venait de me frapper.
Il ne me restait plus qu'à attendre pour la mettre à exécution. Ma
figure devait être bien hideuse de méchanceté, car la pauvre mère
en m'apercevant s'enfuit toute effarée en poussant de douloureux
gémissements. Je passai auprès du faon et d'un brutal coup de pied, je
le lançai à vingt pas plus loin. J'avais remarqué avec joie que la biche
s'était retournée sur la lisière du bois et qu'elle m'observait. Puis je
continuai ma route en sifflant joyeusement.



DANS LA TRIBU.

Je passai deux mois m'éloignant toujours des endroits où j'avais été
autrefois si heureux, et jamais l'idée des angoisses que ma famille
devait éprouver de mon absence ne se présenta à mon esprit. Je ne vivais
plus depuis longtemps que de chasse et de pêche. Je m'étais ainsi
habitué aux bruits des bois, et pouvais à mon oreille et à l'examen de
la piste reconnaître quelle était la bête fauve, et quelquefois la tribu
du sauvage qui avaient traversé les sentiers que je parcourais.

Un soir j'étais occupé a préparer mon repas, j'avais décidé de passer la
nuit auprès d'une belle source où je m'étais installé. Depuis au delà de
deux mois je n'avais point rencontré de créature humaine. J'étais tout
occupé aux préparatifs du souper, qui d'ailleurs ne sont pas longs
dans les bois, lorsque des craquements de branches inusités se firent
entendre à quelques pas en arrière de moi. Je me retournai, deux yeux
étincelants brillaient dans la demi obscurité, et mon feu faisait
miroiter l'éclat de la lame d'un poignard déjà levé pour me percer.
L'instinct de la conservation s'était réveillé en moi. Heureusement que
mon fusil était sous ma main, je le saisis et en appuyai la gueule sur
la poitrine du survenant. Ne tirez pas, me dit-il, je me rends. Jette
ton poignard, m'écriai-je, ou tu es mort. Il le laissa tomber par terre,
De mon côté, je déposai mon fusil, saisis mon homme d'un bras ferme, et
le conduisis auprès du feu. Gare à toi, lui dis-je, d'une voix tonnante,
si tu fais le moindre mouvement. Que me veux-tu? Que cherches-tu ici? Il
balbutia alors quelques paroles que je ne compris pas. Je le fis asseoir
en face de moi de manière que la lumière éclaira son visage. Que veux-tu
lui demandai-je de nouveau? Il me répondit, j'ai faim, je veux manger.
Et, certes, le gaillard m'eut bien disputé ce repas, s'il ne m'eut senti
de force à lui résister. Je lui coupai une large tranche de venaison, il
la dévora en aussi peu de temps que je mets à vous le dire. Je lui en
donnai une seconde, et, pendant qu'il la mangeait avec la même avidité,
je pus l'examiner tout à mon aise à la lueur de mon feu.

C'était un jeune sauvage à figure véritablement patibulaire. Bien que
sa charpente fut robuste et osseuse, on voyait par son teint hâve et
amaigri qu'il avait souffert de la misère et de la faim. Il était
hideux, son visage reflétait toutes les mauvaises passions de son âme,
et en l'interrogeant je pus me convaincre qu'il était aussi laid au
moral qu'au physique. Il appartenait à une de ces races abâtardis de
sauvages, qui ont pris tous les défauts et les vices des blancs, sans
même en avoir conservé leurs rares qualités. Il me raconta avec un
cynisme étrange ses vols et ses rapines, me nomma avec des ricanements
sataniques les victimes qu'il avait faites en tous genres. Puis il
confessa qu'il s'était échappé de la prison dans laquelle il avait été
enfermé pour la troisième fois. Je compris d'après ses paroles, que ce
n'était pas une évasion, mais le dégoût ou la crainte qu'il ne gâtât
les autres prisonniers, fussent-ils même des plus pervers, l'avait fait
rejeter de son sein. C'était d'ailleurs dans un temps où l'on croyait
que le jeune délinquant, ne devait pas venir en contact et prendre les
leçons des plus roués ou infâmes bandits.

Je le fis ainsi longtemps causer, et m'assurai que je pourrais le
dominer. Je me convainquis qu'il serait le meilleur instrument de ma
vengeance, et lui demandai ses projets d'avenir. Il m'apprit qu'il
allait rejoindre une tribu Iroquoise qui se trouvait à quelques vingt
lieues plus loin.

Pourquoi lui demandai-je ne vas-tu pas rejoindre tes frères de ta tribu?
Ils ne voudront plus me recevoir, me répondit-il. C'est la troisième
fois qu'ils m'ont chassé.

Je suis Huron, ajouta-t-il, d'un ton déterminé, mais malheur à eux quand
je serai chez les Iroquois, et que j'aurai le moyen de me venger.

Nous causâmes longtemps, bien longtemps et mêlâmes deux gouttes de sang
que nous tirâmes l'un de l'autre avec la pointe d'un couteau, en signe
d'éternelle alliance. C'est un serment que le sauvage, fut-il le plus
renégat, n'oserait pas violer. Il convint de plus qu'il m'obéirait
aveuglement.

Peut-être est-ce le temps de dire ici que, malgré ma scélératesse, je
suis toujours resté franchement l'ami de mon, pays.

Je lui ordonnai de me conduire dans sa propre tribu, me faisant fort de
lui obtenir son pardon.

Les nations sauvages qui nous étaient alors alliées étaient peu
nombreuses, et il me répugnait de voir ce jeune homme plein
d'intelligence et de force, passer dans le camp ennemi. Il connaissait
parfaitement les villages et les moyens de leurs habitants, et aurait
pu aider puissamment les ennemis à dévaster notre colonie française qui
n'était alors, on le sait, que dans son enfance.

Malgré sa répugnance il m'obéit.

Je me présentai quelques jours après dans sa tribu, et m'offris à leur
chef comme voulant faire partie des leurs. L'occasion était on ne peut
plus favorable. Nous étions en 17.... L'histoire du Canada nous apprend
combien furent longues et sanglantes les luttes que nous soutînmes
contre les Iroquois, leurs plus mortels ennemis.

J'eus toutes les peines du monde à obtenir son pardon du grand chef mais
enfin il céda à mes instances et à l'assurance que je lui donnai que
j'allais combattre avec Paulo à leurs côtés.

Il m'est inutile de faire l'histoire des actes de courage et d'audace
qui furent déployés dans nos rencontres désespérées, ainsi que des
affreux supplices qui furent infligés aux malheureux prisonniers.

Après trois ans de guerre, j'étais unanimement choisi comme un des
principaux chefs de ta tribu. Vingt fois j'ai vu la mort autour de moi,
et me suis trouvé presque seul au milieu de nombreux ennemis. Bien que
je désirasse ardemment de mourir, je voulais faire payer ma vie aussi
chèrement que possible, je ne sais combien de monceaux de cadavres j'ai
vus à mes pieds sans que la mort elle-même eut voulu de moi, malgré mes
blessures nombreuses.

Pendant que je prodiguais ainsi mon sang pour sa tribu, Paulo. en
misérable lâche, fuyait du champ de bataille, aussitôt que l'action
s'engageait; mais quand le feu était cessé, le premier il était à
l'endroit du carnage pour dépouiller les morts et torturer les blessés.

Ma position de chef que je devais à ma force musculaire, (tel que mon
nom Hélika, qui veut dire bras fort, vous l'indique,) me donnait un
ascendant considérable sur mes nouveaux alliés. Le fait est que mon
pouvoir était illimité parmi eux, et qu'ils obéissaient aveuglement à
mes ordres.

Depuis quatre ans, nous faisions cette guerre barbare et sanguinaire
avec toute la férocité et l'acharnement possibles, lorsque nous apprîmes
par un envoyé des Iroquois, que le reste de leur tribu demandait la
paix. Nous la leur accordâmes aux conditions les plus avantageuses pour
nous. Malgré nos exigences, ils y accédèrent volontiers.

La paix une fois signée, ce fut alors que surgirent en moi plus
terribles et plus inexorables les idées de vengeance. Le jour elles
faisaient bouillonner mon sang et donnaient à ma figure une expression
diabolique. La nuit elles revenaient encore dans mon sommeil et me
faisaient entrevoir les jouissances des démons lorsqu'ils enlèvent une
âme à leur Créateur.



L'ENLÈVEMENT

Mon plan était tout tracé, et Paulo en connaissait une partie, il devait
être mon complice dans son exécution.

Bien qu'occupé dans les luttes continuelles de ruses et d'embucades
que nous avions à tendre ou à éviter dans une guerre indienne, pour
surprendre et ne pas être surpris par l'ennemi; je me tenais cependant
parfaitement au courant de ce qui se passait au village. Mes coureurs,
d'après mon ordre, allaient fréquemment rôder autour de la demeure
d'Octave, et me rapportaient qui s'y passait. Il avait acheté à un mille
du village une charmante propriété, où il jouissait avec Marguerite du
plus grand bonheur domestique. Une petite fille, alors âgée de trois
ans, était venue mettre le comble à leur félicité. Cette enfant, par sa
rare beauté et sa gentillesse, faisait les délices de ses parents qui
l'aimaient avec idolâtrie.

Tous ces détails exaspéraient encore ma rage contre eux. Ils étaient si
heureux, et moi si malheureux. Oh! le temps de les faire souffrir à leur
tour, le père et la mère d'abord et leur enfant ensuite était venu.
Car, dans ma fureur insensée, je tenais cette chère et innocente petite
créature solidaire des tourments que j'endurais.

Je ne perdis donc pas de temps, et partis accompagné de Paulo. Peu de
jours de marche nous amenèrent auprès du village. J'envoyai mon complice
en exploration pour examiner les lieux, se rendre compte de la position,
et prendre connaissance du personnel de la maison. Je lui enjoignis
d'avoir bien soin de ne pas se laisser voir.

Le misérable ne manquait ni d'intelligence, ni d'adresse, aussi
s'acquitta-t-il de sa mission de manière à lui faire honneur. Il avait
su se glisser auprès de la ferme, compter le nombre de ses habitants, et
apprendre parfaitement la topographie des lieux.

Nous nous rendîmes auprès de l'habitation d'Octave, pour guetter une
occasion favorable et accomplir mon dessein.

Elle était située sur une légère éminence, et dominait un agreste et
beau paysage. Une rivière profonde l'une certaine largeur dont le cours
était rapide, coulait à quelques arpents de sa porte. Cette rivière
était traversée au moyen d'un bac.

Nous étions aux beaux jours de juillet, c'est-à-dire que c'était le
temps de la fenaison. Octave possédait de l'autre côté de la rivière, de
vastes prairies.

Le soir du jour où nous arrivâmes, nous pûmes remarquer qu'il avait
fait abattre une grande quantité de foin, qui devait être engrangé le
lendemain. Or, il fallait pour cette opération un grand nombre de bras,
et je compris que tous ceux de la ferme seraient mis en réquisition,
Cette circonstance secondait parfaitement l'exécution de mes projets.

Pauvre Marguerite, si tu avais pu apercevoir le soir dont je parle,
les yeux flamboyants où brillait une joie diabolique, les deux figures
hideuses et sinistres qui du dehors épiaient les abords de ta maison,
et jusqu'aux tendres caresses que tu donnais à ton enfant, tu serais
morte d'épouvanté.

Le lendemain de cette soirée nous nous tînmes Paulo et moi dans le
voisinage, surveillant avec le plus grand soin ce qui se passait.

Ce fut avec un indicible plaisir que nous vîmes Octave, Marguerite et
tous leurs employés traverser la rivière pour s'occuper aux travaux des
champs. Angeline, c'est ainsi que la veille je l'avais entendu appeler
par sa mère, avait été confiée aux soins d'une vieille servante.

La journée se passa sans incidents. Marguerite traversa deux ou trois
fois pour venir embrasser l'enfant. Vers cinq heures du soir, j'ordonnai
à Paulo d'aller couper la corde qui retenait le bac. L'embarcation
emportée par un courant rapide disparut bientôt de nos yeux, et alla se
briser dans des cascades qui étaient à quelques milles plus loin. Au
même moment, je remarquai que la veille servante était sortie et occupée
pour un instant dans le jardin qui se trouvait à un demi arpent de la
maison. Tout semblait concourir à assurer le succès de mes projets.

Je profitai de son absence pour entrer par une fenêtre qui était ouverte
du coté opposé où elle se trouvait. L'enfant dans son berceau, dormait
du sommeil doux et calme de l'enfance. On voyait avec quelle tendre
sollicitude sa mère avait orné sa couche, et rendu son lit aussi
douillet qu'il était possible. Sur les meubles et le berceau étaient
dispersés les jouets. Au moment où j'entrai dans la chambre, la petite
avait quelques-uns de ces beaux rêves dorés où elle causait avec les
anges que sa mère lui avait représentés comme de petites soeurs, car sa
figure était épanouie, et un sourire d'un ineffable plaisir errait sur
ses lèvres. J'ai peine à me rendre compte aujourd'hui comment, malgré
mon extrême scélératesse, je ne fus pas ému de ce touchant tableau.
Pourtant avec fureur, la saisir dans mes bras, m'élancer vers la
fenêtre, et gagner le bois qui était à deux arpents plus loin, ce fut
pour moi l'affaire d'une minute, je ne pus pas toutefois m'évader
tellement vite, que l'enfant éveillée soudainement en sursaut, jeta un
cri qui fut entendu de la vieille servante et qui la fit accourir
en toute hâte à la maison. Elle alla sans doute droit au berceau de
l'enfant, car elle sortit aussitôt en poussant elle aussi un autre cri
qui fut entendu des travailleurs sur l'autre rive.

Derrière un des grands arbres, je pus voir sans être vu ce qui se
passait. Je savais que la rivière guéable qu'à plusieurs milles plus
loin, et m'étais assuré qu'il n'y avait aucune embarcation qui put leur
permettre de traverser. Je vis les employés d'Octave et Marguerite les
retenir pour les empêcher de se noyer, en voulant aller porter secours
à leur enfant, sans qu'ils pussent eux-mêmes savoir quels dangers la
menaçait.

J'avais au moins deux grandes heures devant moi avant qu'ils arrivassent
à la maison. Deux heures et la nuit étendrait ses sombres voiles dans la
forêt, ma fuite était assurée.

Cependant Paulo par mon ordre, avait jeté dans une des chambres de la
maison un brandon incendiaire, et était revenu me rejoindre tandis
que que la vieille fille sur les bords de la rivière, s'arrachait les
cheveux et jetait des cris de désespoir. Bientôt après elle aperçut la
fumée qui s'échappait par l'embrasure; je la vis courir à la maison, et
quelques instants plus tard le feu était éteint, mais l'enfant déposée
dans une hotte que j'avais préparée exprès était sur mes épaules, et je
pris ma course vers la profondeurs des bois, Paulo me suivait et portait
les provisions.

Je marchai ainsi sans relâche deux jours et deux nuits, ne m'arrêtant
qu'un instant pour donner quelque nourriture à la petite malheureuse,
ne prenant pas moi-même le temps de dormir. La troisième journée, nous
devions avoir parcouru une distance considérable, et par les précautions
que nous avions prises de ne laisser aucun vestige da notre passage,
nous étions hors de l'atteinte de ceux qui nous poursuivaient. Nous
fîmes halte, et je sortis pour la première fois l'enfant de sa hotte. La
pauvre petite était affreusement changée, elle n'avait cessé depuis ïe
moment de l'enlèvement de pleurer et d'appeler à grands cris sa
mère, son père, tous ceux enfin de qui elle pouvait espérer quelque
protection. La frayeur qu'elle éprouva en apercevant nos figures est
encore présente à ma mémoire, elle cacha son visage dans ses deux
petites mains, et se mit à pousser des cria déchirants en appelant
encore maman, maman. Je fus obligé de la menacer pour lui faire prendre
quelque nourriture qu'elle avait jusqu'alors presque toujours refusée.

Je tenais l'enfant sur mes genoux et la sentais trembler d'effroi. Je
revois encore ses beaux yeux chargés de larmes qui nous imploraient tour
à tour d'un air suppliant, pendant que la peur lui faisait étouffer des
sanglots, et que sa petite bouche ne s'ouvrait que pour nous demander sa
mère. Au lieu d'en avoir pitié, j'eus la férocité de lever la main sur
elle et lui défendis d'une voix terrible de ne jamais prononcer ce nom
devant moi, puis je l'étendis sur un lit que j'avais fait préparer par
Paulo, car véritablement je commençais à craindre que l'enfant ne mourut
épuisée par ses larmes et que ma vengeance ne fut ainsi qu'à moitié
satisfaite.

Elle s'endormit enfin et bien longtemps pendant son sommeil des soupirs
vinrent soulever sa poitrine. Lorsqu'elle s'éveilla quelques heures
après, ce fut d'une voix triste et timide qu'elle me demanda à manger.

Pendant qu'elle dormait j'avais préparé pour elle nos meilleurs
aliments. Ce n'était certes pas par tendresse que je l'avais fait, car
je sentais au dedans de moi une telle fureur contre l'enfant d'Octave,
que je l'eusse saisie par les pieds et lui eus broyé la tête sur un
rocher; mais mon désir de leur faire du mal n'était pas encore au tiers
satisfait. Il me fallait prolonger la souffrance et leur voir boire le
calice de la douleur jusqu'à la lie.

Enfin, lorsqu'elle eut pris son repas, je l'installai de nouveau dans la
hotte. La pauvre petite se laissa faire sans même proférer une parole;
mais la regard suppliant qu'elle tournait de temps à autre sur Paulo et
sur moi, nous demandait grâce. Nous continuâmes notre route allant vers
le nord. Je présumais que la poursuite s'était plutôt dirigée au sud,
parce qu'un parti d'Iroquois avait été aperçu quelques jours auparavant
prenant cette direction, et qu'ils retournaient dans leurs foyers; ces
sauvages d'ailleurs étaient coutumiers de ces sortes d'enlèvements chez
les colons français.

Nous marchâmes plusieurs jours faisant la plus grande diligence, et
arrivâmes un soir dans un village montagnais. Ces sauvages avaient été
nos alliés pendant presque toute la guerre que nous venions de soutenir;
et leurs chefs me reçurent avec les plus grandes acclamations de joie.
Dans la tribu, je connaissait une vieille indienne idolâtre qui avait
conservé contre les blancs une haine implacable. Ce fut entre ses mains
que je déposai Angeline, en lui donnant de l'or, beaucoup d'or, et lui
promettant le double se je la retrouvais vivante lorsque, dans quatre
ans, je reviendrais la chercher. La part des pillages qui me
revenait comme chef, dans les guerres qui avaient eu lieu était très
considérable, leur vente m'avait mis en mains de grandes valeurs en
argent. Cette femme était cupide et méchante, et je ne doutais pas
qu'entre ses mains l'enfant aurait tout à souffrir.

Je passai quelques jours au milieu des montagnais, et vins rejoindre
ensuite la tribu huronne à l'endroit où je l'avais laissée.

Grâce à la paix qui avait été faite, un commerce étendu s'était établi
entre les colonies françaises et anglaises, je m'engageai comme guide
conduisant les caravanes, quelquefois aussi je faisais le métier de
trappeur. Ces deux états augmentèrent beaucoup pendant quatre années les
sommes que j'avais amassées.



PLAISIRS DE LA VENGEANCE

Douze mois après les évènements que je viens de relater, sous un
déguisement qui me rendait méconnaissable, je m'approchai de la demeure
d'Octave et Marguerite, pour m'assurer par moi-même si la douleur que je
leur faisais endurer, pouvait satisfaire la haine que je leur portais.

Non jamais le tigre altéré du sang de sa victime, n'éprouve un plus
grand plaisir, lorsqu'il la tient dans ses griffes, que celui que me
causa la scène que je vais décrire.

La nuit était déjà avancée quand je frappai à leur porte et demandai
l'hospitalité. On me l'accorda de tout coeur. Aussitôt après la vieille
servante que je reconnus pour celle aux soins de laquelle l'enfant avait
été confiée, dressa la table sur l'ordre d'Octave, que j'eus de la peine
à reconnaître tant il était changé. Mais je refusai de manger et allai
m'asseoir dans le coin le plus obscur de la salle: j'avais bien autre
chose à faire que de prendre de la nourriture.

Ce fut donc avec une extrême satisfaction que je remarquai chez lui une
empreinte de tristesse inexprimable. Son teint était hâve et ses membres
amaigris. Tout dénotait les ravages d'un mal incurable et d'une douleur
sans bornes.

La scène était plus déchirante encore lorsque je me retournai de l'autre
coté de la chambre et que je vis Marguerite gisant sur son lit. Quelques
bonnes voisines l'entouraient et pleuraient avec elle, et j'entendais le
nom d'Angeline se mêler à leurs larmes. "Dieu, disait l'une, prend soin
des petits enfants, pourquoi n'en ferait-il pas autant pour votre chère
petite fille?" Marguerite à ces paroles se levait sur son lit, et leur
répondait: "Pourquoi Dieu nous l'a-t-il donnée cette enfant, notre joie
et notre bonheur, et a-t-il permis que de barbares sauvages s'en soient
emparés?" Vous avez entendu, reprenait une autre voisine, ce que
monsieur le curé vous a dit: "le cheveu qui tombe de notre tête, c'est
Dieu qui l'ordonne, les trésors de sa Providence sont infinis, il veille
sur ses petits enfants. Pourquoi la vôtre ne serait-elle pas aussi sous
sa main?"

Pauvre Marguerite, dirai-je encore une fois, combien tu étais différente
du jour où je t'avais vue si heureuse prêtant le serment éternel d'être
fidèle à Octave, au pied de l'autel de notre vieille église. Oh! tu
souffrais, oui tu souffrais dans ton coeur de mère toutes les tortures
les plus atroces, physiques et morales qu'un être humain puisse
infliger. Elle était pâle, élevait parfois aussi vers le Ciel ses yeux
baignés de larmes. Mon Dieu, mon Dieu, dit-elle, qui donc nous rendra
notre chère petite Angeline?

Octave racontait dans un autre coin de la chambre aux voisins qui
voulaient le consoler, combien il avait goûté du bonheur intime avant
l'enlèvement de leur petite fille. A ce déchirant tableau, je voyais les
yeux de chacun se baigner de larmes, et de mon coin je contemplais leur
désespoir, un seul mot leur eut donné une félicité suprême, mais je
me gardai bien de le prononcer, je jouissais trop des délices de ma
vengeance. Ces jouissances devinrent plus effectives encore, lorsque la
pauvre mère s'adressant à moi me demanda: Vous mon frère, qui venez
sans doute de bien loin, ne pourriez-vous pas me donner quelques
renseignements sur ce qui est devenue mon enfant? Je parus étonné et
demandai des explications.

Octave et Marguerite me racontèrent l'un et l'autre ce qui s'était
passé. Je me plaisais à contourner le poignard dans la blessure. Elle
doit, leur dis-je, avoir été enlevée par une tribu Iroquoise, qui soumet
aux plus affreux tourments les enfants qu'ils ravissent aux blancs. Je
leur racontai quelles devaient être les souffrances qu'elle endurait
entre leurs mains. En entendant ces détails les pauvres et malheureux
parents fondaient en larmes, je voyais tous les assistants frémir et
paraître me dire, c'est assez, par grâce n'allez pas plus loin.

Cette nuit-là, le démon de la jalousie qui me possédait, devait
tressaillir d'allégresse, car lorsqu'Octave allait embrasser sa femme et
essayer de la consoler; au dedans de moi je sentais un ineffable plaisir
de les entendre échanger entr'eux des paroles de désespoir, elles
étaient le témoignage de ce qu'ils souffraient mutuellement. Tels furent
les premiers fruits que je cueillis de mon odieuse vengeance.



AU LABRADOR.

Lorsque j'arrivai au camp, je fut accueilli comme de coutume, je
m'informai si Paulo était revenu. Le misérable s'était depuis un an
engagé avec d'autres vagabonds pour aller faire la chasse dans le
Nord-Ouest. Il était arrivé de la veille, paraît-il. Je le fis appeler
et j'écoutai le récit de ses exploits.

Certes, il n'avait pas toujours trouvé viande cuite! Associé avec
un parti d'Esquimaux, il avait parcouru les régions les plus
septentrionales de l'Amérique, longeant toujours les côtes du Labrador
et du Détroit de Davis. Ils avaient vécu tous ensemble de la chair de
quelques loups-marins qu'ils avaient capturés ça et là.

Un jour enfin, il leur avait fallu tirer au sort pour savoir lequel
d'entr'eux servirait de nourriture aux autres. Leurs chiens avaient été
dévorés, l'un après l'autre, le tissu des raquettes qu'ils avaient fait
bouillir, leur avait même servi d'aliment. Une poussière de glace qui
leur fouettait sans cesse la figure, leur avait causé une maladie des
yeux dont ils eurent mille peines à se guérir. Plusieurs d'entr'eux
avaient déjà succombé à la faim et aux misères de toutes sortes; ils
avaient été obligés d'abandonner leur chasse, leurs pelleteries et leurs
munitions, et c'est avec peine; qu'ils se sauvèrent des troupeaux de
loups et d^ours blancs qui les poursuivaient.

Un parti de chasseurs montagnais qu'ils rencontrèrent les sauva de la
mort qui les menaçait de si près, ceux-ci les emmenèrent avec eux dans
leur propre village, où Paulo lui-même passa quelques jours. Il y fut
reçu avec la plus cordiale hospitalité. Par la manière dont il me
désigna l'endroit, je compris qu'il avait été, recueilli par la même
tribu et dans le même village où j'avais été confier Angeline aux soins
d'une vieille sauvagesse.

Effectivement, il ajouta qu'il s'était pris d'amitié pour une vieille
femme; que bien souvent il se rendait dans son wigwam et la voyait
battre une enfant qu'elle avait recueillie, disait-elle. L'enfant
portait sur son corps et sur ses membres les meurtrissures des coups
qu'elle avait reçus.

Je lui avais caché le lieu où j'avais laissé Angeline, mais je ne doutai
pas un instant après l'avoir entendu parler que le misérable avait
reconnu l'enfant, et qu'il savait me faire plaisir en m'apprenant les
traitements qu'elle recevait.

Quelques mois après, la guerre se renouvela plus féroce encore qu'elle
n'avait été. Les Iroquois portèrent toutes leurs forces contre les
Hurons, qui étaient fixés sur les bords du lac qui porte leur nom.
Ils firent un épouvantable massacre des vieillards, des femmes et
des enfants qu'ils trouvèrent dans la bourgade. Les pères Brébeuf et
Lalemant expirèrent eux aussi, comme l'avait fait précédemment le père
Daniel dans les plus affreux tourments.

C'était le coup de grâce qui était donné à nos malheureux alliés les
Hurons. Aussi durent ils se disperser et venir chercher sous l'abri des
canons de Québec, la protection dont ils avaient besoin pour conserver
les restes de leur tribu.

Les massacres avaient été terribles; couvert du sang de mes ennemis et
cherchant la mort, je ne pus pas la rencontrer.

Paulo, dans les guerres dont je viens de parler, avait été fidèle au
serment qu'il avait prêté de répondre à mon appel. Il était lâche, comme
je vous l'ai dit, mais remplissait auprès de moi le rôle de valet que je
lui avais donné.

Enfin les quatre années que j'avais fixées pour le temps où j'irais
réclamer Angeline, étaient expirées. L'or que j'avais donné à la vieille
devait être épuisé, si elle l'avait employé comme je le lui avait dit.
Angeline avait alors sept ans et demi et j'avais trop souffert d'être
privé du plaisir de la voir endurer des tourments comme ceux dont elle
avait été victime pendant ce temps, pour ne pas avoir hâte de l'avoir
auprès de moi, pour jouir au moins de ce que je lui réservais pour
l'avenir.

Quand les restes de la tribu Huronne furent fixés auprès de Québec,
repris avec Paulo la direction des contrées du Nord. La saison de la
pêche et de la chasse était arrivée. Dans les régions septentrionales,
tout le monde sait que c'est aux derniers jours de décembre que les
loups-marins en troupeaux nombreux se laissent aller au courant sur les
glaces polaires, pour venir raser les côtes de l'Ile de Cumberland et
celles du Labrador. C'était par conséquent vers ces endroits que la
tribu des Montagnais s'était dirigée. Paulo me désigna dans notre route
les endroits où plusieurs de ses anciens associés avaient trouvé la
mort. La triste expérience qu'il avait acquise m'avait mis sur mes
gardes, aussi n'avais-je pas regardé aux dépenses pour m'assurer
d'amples suppléments de provisions et un heureux retour.

Lorsque je rejoignis les Montagnais, je fus salué avec plaisir,
Malheureusement leur chasse et leur pêche n'avaient pas été fructueuses,
cependant ils espéraient des secours qui devaient leur venir d'un parti
de chasseurs qui étaient allés plus loin.

La vieille sauvagesse avait suivi la tribu. Elle surtout avait
souffert toutes les misères possibles. Angeline était dans un état
d'amaigrissement à faire peur. Comment dans ce moment n'ai-je pas frémi
en faisant un rapprochement du temps où j'avais arraché cette enfant, si
heureuse d'entre les bras de ses parents, pour la remettre aux soins de
cette marâtre. Je récompensai cette dernière en lui donnant de l'argent
pour payer ses mauvais traitements. J'avais eu soin d'enfouir dans des
endroits sûrs, le long du trajet, les provisions et les viandes fumées
dont je pouvais disposer, de sorte que j'étais certain de n'en pas
manquer au retour.

Ainsi revins-je avec Angeline prenant d'elle les soins les plus tendres
et désirant qu'elle fut aussi belle, aussi charmante que possible, quand
j'irais la présenter à ses parents sous un nom supposé.

Après notre retour, grâce à une bonne nourriture, elle retrouva toutes
ses forces; et sa beauté en se développant, frappait tous ceux qui la
voyaient. Elle avait néanmoins conservé de la hutte sauvage une teinte
de tristesse et de timidité, qui donnait à sa figure un charme dont il
était difficile de se défendre. Son caractère était sympathique, et sa
sensibilité extrême, elle ressentait très profondément les injustices
et les mauvais traitements sans toutefois jamais se plaindre: les bons
procédés ne manquaient jamais de faire venir à ses yeux des larmes
de gratitude accompagnées des plus touchants remercîments. Trois ans
s'étaient écoulés, depuis que je l'avais ramenée, auprès de moi; je
m'était chaque jour évertué à former son éducation et à développer son
intelligence; l'enfant répondait d'une manière admirable aux leçons que
je lui donnais; c'était une belle petite sensitive que je cultivais,
elle était bonne, affectueuse et possédait de plus une grâce et une
délicatesse naturelle exquise.

Il me semble la revoir encore dans ce moment, lorsqu'elle tournait ses
beaux yeux si caressants vers moi, me demander à chaque instant du jour
de sa voix si douée: Père (c'est ainsi qu'elle m'appelait) que puis-je
faire qui puisse t'être agréable? La manière dont elle me parlait
semblait une supplication, une prière et faisait taire pour un moment
mes mauvaises passions, je me sentais attendri de tant de prévenances
et de soumission, mais le démon qui me dominait reprenait bien vite le
dessus. Octave et Marguerite, me soufflait-il à l'oreille, comme ils
devraient s'amuser de te voir si lâche, eux qui ont été si heureux. A
cette idée, je bondissais dans d'inexplicables transporta de rage comme
aux premiers jours de leur union, Je maudissait tout le monde et jusqu'à
Dieu lui-même... Oh! quel enivrement, me disais-je dans ma fureur
insensée, quel enivrement, quels délices de les voir souffrir avec usure
des tourments qu'ils m'ont fait endurer. Mais je ne connaissais pas
alors combien plus terribles et inexorables sont les châtiments que Dieu
inflige à notre conscience, lorsque nous enfreignons ses lois.

En écrivant ces pages néfastes des jours malheureux de ma vie, les
larmes brûlantes et si amères du repentir coulent le long de mes joues,
il vous ferait pitié si vous le voyiez, dans ce moment, anéanti sous le
poids des remords, ce vieillard qui n'a jamais sourcillé aux tristes
apprêts des bûchers dans les guerres indiennes, lui qui voyait d'un
oeil indifférent les chairs palpitantes et dénudées des infortunés
prisonniers de guerre, frémir sous les tisons ardents dans une dernière
agonie.

Hélas la pauvre enfant ne se doutait guère, que tous les bons
traitements dont je l'entourais n'étaient qu'autant de réseaux perfides
que je tendais autour d'elle; comme enfant de Marguerite, je la haïssais
de toutes les puissances de mon âme. De même que le cannibale engraisse
son prisonnier pour le préparer à son repas de fête, ainsi ai-je fait
d'Angeline; et sur une nature comme la sienne, j'étais certain d'avance
d'une obéissance aveugle envers moi.

Jamais allusion n'avait été faite aux jours de son enfance, que par
l'histoire que je lui racontais de la manière dont elle était tombée
dans mes mains. C'était, lui avais-je dit, en passant un jour le long
d'une grande route déserte, que j'avais entendu les cris d'une toute
jeune enfant; abandonnée par ses parents dénaturés, elle aurait
indubitablement servi de proie aux bêtes féroces, si je ne l'avais pas
recueillie. De sales haillons l'enveloppaient, la faim et les misères
de toutes sortes étaient empreintes sur sa figure. J'avais ainsi rempli
pour elle le rôle de la Providence.

A chaque mot de cette histoire, l'enfant, baignée de larmes venait
m'embrasser en me remerciant.

Enfin le jour où je devais la conduire à ses parents, sans toutefois la
faire reconnaître, était arrivé.

Elle était encore tout émue de la répétition de ce conte. Oh! qu'elle
était belle avec son costume pittoresque et demi-sauvage que je lui
avais fait confectionner sans regarder au prix lorsque je la conduisis
chez Octave quelques jours après. J'étais d'ailleurs informé que le
temps pressait, parce qu'il n'avait plus que quelques jours à vivre. Mes
renseignements étaient bien précis, puisqu'en entrant dans la maison,
cette fois j'eus presque peur de mon oeuvre. Jamais le génie du mal ne
peut infliger dans une paisible et heureuse demeure, plus ou même
autant de douleurs que je leur en ai fait endurer. Pour compléter leurs
souffrances, un incendie avait détruit leur grange et toute leur récolte
l'année précédente; mes espions m'en avaient informé, c'étaient eux qui
y avaient mis le feu d'après mon ordre.

Les malheureux jeunes gens avaient été obligés de contracter des dettes
considérables pour réparer les pertes qu'ils avaient subies; ils étaient
donc devenus dans un état de gêne des plus apparentes. Au moment où
nous arrivâmes, un prêtre avec une nombreuse assistance terminaient
les derniers versets du _De Profondis_. Tout le monde était triste et
recueilli, et l'on entendait des sanglots de tous côtés, Octave venait
d'expirer. Son cadavre gisait devant moi. Il était hâve et défiguré au
point que je ne l'aurais point reconnu, si ma haine ne m'eût dit que
c'était lui.

La prière finie, chacun en essuyant ses larmes disait: Pauvre Octave, si
jeune avec un si long avenir de bonheur devant lui, si plein de force
et de santé et malgré cela déjà mort. Quelles douleurs terribles les
malheureux enfants ont enduré depuis l'enlèvement de leur petite fille,
quelles larmes de sang le désespoir ne leur a-t-il pas fait verser, et
Marguerite dans peu d'instants, elle aura été rejoindre Octave. Ils
seront tous deux bienheureux, alors leur martyr sera terminé.

Cependant, d'après le conseil du prêtre, ou avait transporté Marguerite
dans un autre appartement pour lui épargner la vue navrante des derniers
moments d'Octave; le silence était parfait et nous l'entendions qui
l'exhortait d'une voix émue et pleine d'onction à se résigner et à faire
à Dieu l'offrande des sacrifices que dans ses inscrutables desseins,
il avait exigés d'elle. Si votre enfant est auprès des anges,
réjouissez-vous, lui disait-il, dans peu d'instants vous serez avec elle
et votre mari; si au contraire, elle vit encore, du haut du ciel vous
veillerez tous deux sur elle, et dans le cas où elle serait entre les
mains des méchants, vous la protégerez plus efficacement que vous
n'auriez pu le faire ici-bas.

Peu après, elle demanda à revoir encore une fois son Octave. On
s'empressa d'acquiescer à son désir et de transporter son lit dans la
chambre où il gisait. Elle fît un signa à une vieille servante, que
je reconnus pour la même qui prenait soin de l'enfant le jour de
l'enlèvement. Celle-ci alla chercher le berceau et le plaça entre les
deux lits. Hélas il était à jamais resté désert. Les mêmes jouets que
j'avais vus autrefois auprès de la petite étaient encore là au pied de
sa couche et comme a portée du sa main. Ils avaient été religieusement
conservés, comme s'ils eussent espéré qu'un ange la leur ramènerait.
Leur lustre seul avait été terni par les larmes et les baisera des
parents désolés.

Avant que de jeter un regard sur la mourante, je fermai les yeux pour
me recueillir et jouir intérieurement des ravages que la douleur et le
désespoir devaient lui avoir causé. En les rouvrant, je faillis pousser
un cri de joie, mes plus extravagantes espérances étaient dépassées.
Marguerite n'était plus qu'un squelette, recouvert d'un parchemin jauni
et collé sur des os.

Ses yeux seuls vivaient, mais ils avaient un éclat véritablement
effrayant. Ils semblaient vous percer et rentrer dans l'âme de ceux sur
lesquels ils s'arrêtaient. Je les suivais avec angoisse, de crainte
qu'ils ne s'arrêtassent sur moi quand je les voyais se promener avec
indifférence sur chacune des personnes de l'assistance.

Les pleurs d'Angeline se mêlaient abondamment à ceux des voisins et de
leurs femmes, qui chaque jour avaient suivi les progrès du mal.

Marguerite regarda un instant Octave, puis ses yeux tombèrent sur moi
après avoir erré vaguement sur les personnes présentes. Un feu sombre et
terrible les éclairait. C'était les derniers jets de lumière de la
lampe qui s'éteint. Surpris d'abord, ils prirent bientôt une fixité
extraordinaire. Je sentais qu'ils plongeaient jusqu'aux derniers replis
de mon âme comme s'ils eussent voulu en pénétrer les secrets. De plus en
plus, de ternes et maladifs qu'ils étaient auparavant, ils devenaient
intelligents et perçants. Je ne sais ce qui se passait au dedans d'elle,
mais je comprenais qu'il y avait quelque chose de surnaturel, et qu'elle
lisait au dedans de moi comme dans un livre ouvert. Le feu qui sortait
sous ses prunelles me brûlait, me dévorait, et j'aurais donné tout le
monde pour pouvoir m'y soustraire.

Sous ce regard ardent, mes dents claquaient, dans ma bouche, un
frémissement se fit sentir dans tous mes membres, et malgré l'empire que
j'avais sur moi-même, je tremblais et une sueur abondante se répandit
sur tout mon corps.

Je le voyais, elle me reconnaissait et devinait tout. Je ne sais ce qui
fut advenu, si ses paupières ne se fussent fermées. Bien que son regard
n'eut pas été long, il m'avait exprimé tout ce qu'il y avait eu dans ma
conduite de méchanceté et de scélératesse. Je profitai toutefois de
ce moment pour me réfugier dans un coin de la chambre d'où je pouvais
l'observer sans qu'elle ne me vit.

Pendant, ce temps, tout le monde était silencieux, le prêtre seul priait
tout bas auprès de leurs chevets.

Peu d'instants après, la mère ouvrit de nouveau ses yeux et les tourna
vers l'endroit que je venais de laisser. Angeline avait pris ma place.
Elle la couvrit à son tour de son regard brillant, mais maintenant
lucide. Elle la fixa longtemps. Jamais je ne pourrai décrire le
changement d'expression qui s'opéra soudainement. Ce fut comme un rayon
céleste d'espérance et d'amour d'abord, puis de bonheur ineffable, il
passa et s'éteignit comme l'éclair. Elle ferma de nouveau les yeux pour
se recueillir encore un moment, et fit signe à la vieille servante
d'approcher plus près d'elle, lui murmura quelques mots à l'oreille. Ces
quelques mots que nous n'entendîmes pas nous parurent être un ordre.
Celle-ci vint prendre Angélique qui fondait en larmes, et la conduisit
auprès du lit. Marguerite la contempla un instant avec une expression
que je ne puis décrire, et que vous ne sauriez jamais imaginer; puis,
d'un bond, elle fut sur son séant, saisit Angeline, la pressa sur sa
poitrine et collant ses lèvres sur celles de la petite: Mon enfant, ma
chère Angeline, s'écria-t-elle, d'une voix impossible à rendre, merci,
merci mon Dieu... puis elle retomba sur son oreiller tenant toujours son
enfant étroitement embrassée.

À cette vue, tout le monde était muet de stupeur et quand au bout d'une
minute quelques assistants les séparèrent, Marguerite ne souffrait plus,
et Angeline par ses sanglots et ses larmes avait inondé la visage de la
morte pendant que dans ses paroles à peine articulées, on entendait:
ma mère, oh! ma mère...... Dieu avait permis qu'elles se reconnussent
mutuellement.

Maintenant que je n'étais plus sous les regards de la mère, ma joie
féroce était revenue. Je devais être horrible à voir dans ce moment
solennel et déchirant; je craignais que le bonheur que je ressentais
dans mon âme, ne se trahit sur ma figure et qu'on ne s'en aperçut. Je
saisis donc Angeline par la main et me précipitai vers la porte; A nous
deux, à présent, lui dis-je, bien que la malheureuse victime répétât
encore, ma mère, oh! ma mère, et qu'elle étouffa dans ses sanglots.



LES YEUX DE MARGUERITE.

Lorsque je quittai la demeure d'Octave tout occupé que j'étais à
poursuivre mes idées diaboliques de vengeance jusque sur Angeline, je
n'avais pas remarqué un tout jeune homme qui avait observé avec une
attention extraordinaire, comme je pus m'en convaincre plus tard, ce qui
venait de se passer. Il était doué d'une perspicacité bien rare. Sans
doute qu'il analysa tout ce qu'il y avait d'horreur et de reproches dans
les terribles yeux de Marguerite lorsqu'ils se fixèrent sur moi, et
qu'elle m'eut reconnu ainsi que son enfant.

Vraiment l'ange de la vengeance ne saurait avoir lors du jugement
dernier rien de plus affreux, de plus implacable que n'eut ce regard.
Malgré tout l'empire que j'avais sur moi, et les efforts que je fis pour
le dissimuler, la terreur et l'épouvante qu'il me causa ne lui avaient
pas échappé. Sans aucune défiance, je pris le chemin des bois,
tressaillant de plaisir au souvenir des succès inespérés que j'avais
obtenus, et méditant de nouveaux projets aussi exécrables contre
Angeline. Une chose toutefois me revenait à l'esprit et me causait
intérieurement un malaise indéfinissable, c'était ce regard si terrible
qui m'effrayait autant qu'une apparition d'outre'tombe.

Tant que le permirent les forces de l'enfant, nous marchâmes sans
prendre un instant de repos et aussi vite qu'il était possible. Vers la
fin de la journée, je fus obligé d'entreprendre de la porter jusqu'à une
hutte que je savait être sur la lisière des bois et où j'avais décidé de
passer la nuit.

Le sentier que j'avais choisi pour revenir, n'était pas le même que
j'avais suivi les jours précédents. Autant le premier était rempli de
vie, de clarté et de fraîcheur sous le couvert des grands arbres,
autant celui-ci était triste et désolé. Je l'avais préféré parce qu'il
abrégeait notre route. Il serpentait à travers des savanes et des
fondrières à perte de vue. Quelques mousses brûlées, quelques arbres
rabougris épars ça et là, faisaient contraste avec les magnifiques
chênes qui bordaient le premier. A part quelques couleuvres ou autres
reptiles qui traversaient notre sentier, et se glissaient sous l'herbe
desséchée, point de gaîté, point de chants des oiseaux. Seul parfois, un
héron solitaire envoyait une ou deux notes gutturales et monotones, puis
tout retombait dans le silence.

Le soleil si brillant le matin, avait pris une lueur sombre. De
blafardes et épaisses vapeurs l'obscurcissaient, et le faisaient
paraître comme entouré d'un cercle de fer chauffé à blanc. L'atmosphère
était lourde et suffocante, pas un souffle ne se faisait sentir.
Habitué par ma vie errante à observer les astres et les changements de
température, il me fut aisé de prévoir l'approche d'un de ces terribles
ouragans qui sont heureusement assez rares dans nos climats.

La distance qui nous séparait du lieu où nous devions passer la nuit
était encore considérable, il fallait doubler le pas si nous voulions
y parvenir avant que l'orage éclatât, tel que tout dans la nature nous
l'annonçait. Exaspéré moi-même par la fatigue et les mille passions qui
me dominaient, je déposais Angeline de temps à autre et la forçais de
marcher. Elle était épuisée; elle trébuchait à chaque pas, et malgré
cela, je la brutalisais pour la faire avancer encore plus vite. Depuis
plusieurs heures, je lui parlais d'une voix menaçante. J'étais le maître
désormais, elle une victime orpheline. Enfin elle s'affaissa au milieu
du sentier, puis joignant les mains et jetant sur moi un regard baigné
de larmes, "Père, dit-elle, je ne puis aller plus loin." Je grinçai des
dents et levai mon bâton sur elle, elle baissa la tête. "Tue moi si tu
veux, je le mérite bien, ajouta-t-elle, en pleurant plus fort, car je
n'ai plus la force de me soutenir." Furieux, j'allais frapper, quand un
éblouissement me saisit, il ne dura pas une seconde, mais il fut assez
long pour produire un tremblement dans tous mes membres. Marguerite avec
son effroyable regard était entre son enfant et moi, pendant qu'à mon
oreille résonnaient ces mots de menace et de défit "frappes si tu
l'oses" en même temps que ses yeux jetaient des flammes.

Je lançai au loin mon bâton, saisis Angeline dans mes bras et pris ma
course poursuivi par cette terrible vision. Lorsque j'arrivai haletant
et épuisé à l'endroit où devait se trouver la cabane, il n'y avait plus
qu'un monceau de cendres et quelques morceaux de bois que l'incendie
n'avait pu dévorer.

Malgré mon extrême fatigue, je profitai des dernières lueurs du
crépuscule pour chercher un gîte. Un rocher ayant un enfoncement qui
pouvait donner abri à une seule personne, se présenta à ma vue. J'y fis
entrer Angeline, lui donnai quelques aliments et fermai l'ouverture avec
les restes des pièces de bois que le feu avait épargnées; puis je
me glissai sons un amas d'arbres que le vent avait renversés et qui
formaient par leurs branches une toiture presque imperméable.

Il était grand temps, car en ce moment la tempête éclatait dans toute sa
fureur. Bien des fois j'avais pris plaisir à voir le choc terrible que
les éléments dans leur colère insensée se livrent entre eux. J'entendais
alors sans crainte roulements du tonnerre, et je n'avais pas été ému en
voyant la foudre écraser des arbres gigantesques à quelques pas de moi.
Je croyais avoir vu en fait d'ouragans tout ce que la nature peut offrir
de plus effroyable; mais jamais je n'avais été témoin d'un tumulte
pareil, les éclats du tonnerre étaient accompagnés de torrents de grêle
et de pluie. Le vent avec une rage indicible passait au travers des
branches, s'enfonçait dans les anfractuosités des rochers avec des cris
aigres et discordants qui vous glaçaient de terreur. Sous sa puissante
étreinte, les arbres s'entrechoquaient avec de douloureux gémissements.
Il me semblait voir leurs troncs se tordre en tous sens, pour échapper à
la force irrésistible de cet ennemi invisible. Je suivais en imagination
les péripéties de cette, lutte suprême; mais bientôt, un craquement
prolongé m'annonça qu'un des géants de nos forêts venait de tomber,
entraînant dans sa chute les arbres voisins qui n'avaient pu supporter
son poids énorme. Pendant ce temps, les éclairs se succédaient sans
interruption, le firmament était en feu, on eut dit du dernier jour.
C'était un spectacle grandiose et effrayant à la fois.

Jamais non plus la grande voix des éléments déchaînés ne s'était montrée
aussi solennelle et ne m'avait empêché du fermer l'oeil; mais ce
soir-là, je me sentais inquiet, mal à l'aise et malgré mon extrême
fatigue, je ne pus pendant longtemps réussir à m'endormir. Toutes ces
voix stridentes, tous ces fracas terribles et discordants produisaient
sur moi l'effet de fanfares infernales.

L'apparition de l'après-midi me revenait sans cesse à l'esprit et
me faisait frissonner; pourtant ma vengeance n'était pas complète
puisqu'Angeline me restait! D'un autre côté, il me semblait entendre
encore le prêtre qui, en montrant le ciel à Marguerite, lui disait: "De
là haut, vous et Octave protégerez votre enfant, si elle est au pouvoir
des méchants."

Toutes ces pensées différentes me bouleversaient et lorsqu'enfin je pus
m'endormir, une fièvre ardente s'était emparée de moi et ma tête était
brûlante. Mon sommeil fut pénible et agité. J'étais au milieu d'un songe
affreux, lorsqu'un éclat de tonnerre plus terrible que tous les autres
vint abattre un chêne énorme à quelques pas de moi. Le bruit me fit
ouvrir les yeux et que devins-je? en apercevant un spectre hideux penché
sur moi! Son souffle glacé, comme le vent d'hiver m'inondait tout la
corps. Bientôt un pétillement comme celui d'un incendie dans les bois se
fit entendre. Des lueurs sombres et sinistres environnèrent le spectre.
La figure s'en dégagea. Grand Dieu! que vis-je? C'était Marguerite telle
que je l'avais vue le matin, plongeant encore son regard dans le mien.
Il avait la même fixité et le même éclat; mais cette fois de même que
dans la savane, il était chargé de menaces. Ma frayeur augmenta encore,
lorsqu'approchant sa bouche décharnée de mon visage, elle me répéta de
sa voix brève et sépulcrale: "Frappe si tu l'oses!" Et après ces mots,
un autre spectre vint se placer à côté d'elle, c'était Octave, je le
reconnus parfaitement. Ses traits à lui aussi avaient un caractère
d'implacable sévérité. Angeline, je ne sais comment, se trouvait
derrière eux et arrêtait leurs bras prêts à me précipiter dans un
gouffre béant tout auprès de ma couche. Je demeurai foudroyé, anéanti
par cette affreuse vision. Mes cheveux se dressèrent d'épouvante, une
sueur froide et abondante s'échappa de chaque pore de ma peau; mes dents
claquaient de terreur et pourtant malgré toutes les tentatives que
je fis, je ne puis réussir à me soustraire à l'apparition. Vainement
cherchai-je à l'éloigner de moi, je fis des efforts en raidissant les
bras pour la repousser, mais ils étaient rivés au sol. Ma langue ne put
articuler un seul mot, ni mes yeux se fermer. Il ne faut pas croire que
ce que je rapporte était l'effet d'un cerveau en délire; non certes,
j'avais la fièvre, mais je les voyais tous deux. Je sentais leur
souffle, j'aurais pu les toucher, si l'épouvante et la terreur n'eussent
paralysé tout mon être. Mes chiens eux-mêmes, blottis et tremblant
auprès moi, poussaient des gémissements plaintifs et semblaient me
demander protection.

Ah! combien je souffris dans ces quelques heures, je ne saurais le dire.
La force humaine a des limites: peut-être aussi l'idée d'une prière me
vint-elle et Dieu eut-il pour moi un regard de pitié; mais ce que je
me rappelle, c'est d'avoir entendu des cris plaintifs, que des flammes
m'environnèrent et que je perdis connaissance.

Quand je revins à moi, j'étais étendu sur un bon lit de sapins, un dôme
de verdure me protégeait contre les rayons matinals du soleil. Les
branches entrelacées laissent filtrer une douce lumière et la rosée du
matin me représentaient avec les rayons du soleil qui les traversaient,
comme un écrin de diamants.

Je fus quelque temps avant que de pouvoir me rendre compte de l'endroit
où j'étais, et me rappeler ce qui s'était passé. Après un effort, je
réussis à me mettre sur mon séant. Mes idées devinrent plus lucides.
Angeline au pied de mon lit pleurait et priait. "Où suis-je demandai-je
d'une voix presqu'éteinte?" Au son de ma voix, elle poussa un cri de
joie et vint m'embrasser: les mains; puis mettant un doigt mutin et
discret sur sa bouche pour me défendre de parler, elle continua d'une
voix émue; "Le bon Dieu nous a envoyé un grand secours! Après lui, c'est
à une femme des bois et à son fils surtout, que tu dois de n'être pas
brûlé vif, et moi morte de faim ou d'épuisement. Ils t'ont sauvé des
flammes au moment ou un affreux incendie, allumé par le tonnerre,
allait t'envelopper. Il était grand temps; crois-moi, les flammes
t'entouraient, tes vêtements étaient en feu; Père, tu étais sans
connaissance. Depuis bientôt dix jours, ils te soignent et nous donnent
à tous deux la nourriture; mais ne dis pas mot, car ils me gronderaient;
vois-tu ils m'ont défendu de te laisser parler et m'ont recommandé de te
faire boire à ton réveil un peu de cette tisane."

Enfin deux jours après je me trouvai beaucoup mieux et pus avoir
quelques explications d'Angeline quoiqu'elles fussent bien imparfaites,
n'ayant pu obtenir encore le plaisir d'offrir à mes sauveurs inconnus
l'expression de ma reconnaissance et les récompenses que je leur
destinais. Ils s'obstinèrent longtemps sous un prétexte ou sous un
autre à ne pas se montrer, mais enfin ils durent céder à mes demandes
réitérées et je pus faire leur connaissance.

Ils m'apprirent plus tard qu'ils s'étaient trouvés chez Octave le jour
de sa mort; qu'Octave et Marguerite avaient été pour le jeune homme et
sa mère une véritable Providence.

Ils les avaient recueillis un soir que manquant de tout, ils allaient
mourir en proie à une fièvre ardente et ils leur avaient donné tous les
soins possibles.

Tous deux avaient donc voué à leurs protecteurs une reconnaissance sans
bornes et ne manquaient jamais de venir la leur exprimer à leur sortie
des bois.

A la nouvelle de leur mort prochaine, ils s'étaient hâtés d'accourir.
Ils avaient vu bien des fois le désespoir des malheureux parents au
sujet de leur petite fille; mais appartenant à une autre tribu, ils
ignoraient ce qu'elle était devenue.

Aucun des incidents de la journée ne leur avait échappé. Ils avaient
remarqué mon malaise indicible lorsque Marguerite avait fixé son regard
sur moi et entendu le cri déchirant de la mère lorsqu'elle avait reconnu
l'enfant. Ils avaient aussi soupçonné une partie de la vérité et
s'étaient mis sur mes traces pour approfondir ce mystère et protéger au
besoin la malheureuse orpheline.

Cependant mes forcée se rétablirent bientôt et je pus reprendre en
regagnant ma tribu la vie d'habitant des bois. Mais le croirait-on à
mesure que les forces me revenaient, l'idée de poursuivre ma vengeance
se réveillait plus pressante, plus terrible que jamais; et malgré la
terreur que m'inspirait encore le souvenir du la vision, je résolus
fermement de la pousser jusqu'au bout. Quelque fussent les obligations
que j'avais envers l'indienne et son fils je ne tardai pas à les prendre
en haine. Je sentais instinctivement qu'ils allaient être de puissants
protecteurs pour Angeline et je décidai de me soustraire à leur
surveillance.

Je partis un jour avec Angeline pendant qu'Attenousse et sa mère avaient
rejoint un parti de chasseurs et devaient être absents plusieurs
semaines; je me dirigeai vers les rivages de la Baie des Chaleurs, sans
que personne sut de quel côté j'allais. J'y passai cinq années au milieu
des Abénakis, cultivant et développant, autant qu'il m'était possible,
l'esprit et les sentiments de délicatesse de l'enfant, ne perdant durant
ce temps aucune occasion de m'informer de Paulo et de tâcher de lui
faire connaître l'endroit où je l'attendais, car il était indispensable
à mes projets. Enfin un matin, il arriva tout dégradé, plus hideux et
plus cynique encore qu'il ne l'était les dernières fois que je l'avais
vu. Le fer rouge du bourreau lui avait imprimé sur le front le stigmate
d'infamie. A cette vue, le coeur me bondit de joie, aussi j'en fis mon
hôte et mon commensal; il devint mon compagnon inséparable.

Angeline pouvait alors avoir de quatorze à quinze ans, elle s'était
admirablement développée. Sa figure était belle, son front respirait
la douceur et la candeur. Elle m'était soumise et dévouée à l'extrême,
s'évertuant à prévenir le moindre de mes désirs; et je savais qu'elle se
mettrait à la torture pour me faire plaisir.

Pour compléter ma vengeance, j'avais décidé de jeter cet ange de
vertu et de bonté entre les bras du misérable Paulo. Il est facile de
comprendre l'aversion et l'horreur que ce scélérat lui inspirait. Bien
que je lui recommandasse de cacher ses débauches crapuleuses aux yeux de
la jeune fille, sa scélératesse naturelle l'en empêchait. J'aurais mis
mon projet, à exécution depuis longtemps si le regard de Marguerite ne
m'eut encore poursuivi et n'était venu de temps en temps me faire frémir
de terreur, lorsque surtout sa vox sépulcrale soufflait à mon oreille
"frappe si tu l'oses."

Cependant, un jour que j'avais pris de l'eau-de-vie plus qu'à
l'ordinaire, je me résolus à frapper le dernier coup. Je n'avais encore
fait que des allusions détournées à Angeline quant à mon projet, et
chaque fois, j'avais vu la jeune fille frissonner de dégoût au seul
nom du monstre. Ce fut donc ce jour-là, après avoir pris un bon repas,
qu'elle m'avait apprêté avec grand soin et pendant que Paulo d'après
mes ordres, s'était absenté, que je lui signifiai formellement ce que
j'exigeais d'elle. La pauvre enfant me regarda d'abord d'un oeil doux et
étonné comme pour s'assurer si j'étais sérieux, n'en pouvant croire ses
oreilles, mais bientôt ma voix devint plus sèche et plus impérative, je
pris le ton de la colère et l'informai que dans trois semaines, elle
serait l'épouse de Paulo. A ces mots, elle tomba à mes pieds en les
arrosant de ses larmes. Les mains jointes, elle tourna ses beaux
grands yeux vers moi: "Oh! mon père, mon bon père, dit-elle d'une voix
entrecoupée de sanglots, non! non! c'est impossible! Je veux toujours
demeurer avec toi, je te soignerai dans tes vieux jours et tâcherai de
ne jamais te donner aucune cause de chagrin. Pardonnes-moi, toi qui est
si bon, car il faut que, sans intention, j'aie fait des choses bien
mauvaise qui ont pu te déplaire, pour que tu veuilles me livrer à
cet infâme. Si tu l'exiges, mon père, je laisserai la cabane et n'y
reviendra que pour préparer tes repas et prendre soin de toi lorsque tu
seras malade. Je ne te demande pour toute nourriture que de partager
avec les chiens les restes que tu nous abandonnera; je t'aimerai
autant que je le fais et te servirai aussi bien que je le pourrai. Je
m'étendrai à la porte de ton wigwam et serai toujours prête à répondre à
ton appel. Non jamais je me plaindrai car je te sais bon et juste et à
force du soins et de prévenances, je te ferai peut-être oublier le mal
que je t'ai fait sans le vouloir; mais au nom du ciel, au nom de tout ce
que tu as de plus cher sur la terre, oh! ne me livres pas, ne me donnes
pas à ce misérable." En disant ces mots, la misérable enfant embrassait
mes pieds et versait des larmes capables d'attendrir un rocher.

Quels mépris ne devront pas avoir pour moi ceux qui liront ces lignes et
quelle horreur n'ai-je pas ressentie depuis quinze ans contre moi même
au souvenir de cette scène déchirante. Non, dans ce moment je n'étais
pas une créature de Dieu, je n'étais pas même un homme, j'étais un
véritable démon incarné. Une joie féroce parcourut tout mon être et
comme l'éclair, la rage et la jalousie que j'avais nourries depuis si
longtemps éclatèrent plus effrayante que jamais.

Au lieu d'être attendri, je saisis l'enfant dans mes bras et allais lui
briser la tête sur la pierre du foyer, lorsque l'éblouissement et la
vision des yeux de Marguerite passèrent devant moi. En même temps mes
deux bras se trouvèrent serrés comme dans un étau, cette fois encore,
tous les objets disparurent à ma vue et les mots "frappe si tu l'oses"
retentirent à mes oreilles.

Mes terribles passions à force de violence avaient enfin fini par
influer sur ma constitution. Un médecin que j'avais consulté dans une de
mes excursions, m'avait prévenu que si je ne modérais pas la fougue de
mes emportements, je ressentirais bientôt les atteintes du _Haut
Mal_. Toujours est-il que dans le cours de la nuit, lorsque je repris
connaissance, Angeline, agenouillée dans un coin de ma chambre, avait
les mains élevées vers le ciel, elle récitait en pleurant, une fervente
prière, demandait à Dieu de conserver mes jours, promettant bien de
faire tout ce que j'ordonnerais; elle s'accusait d'être la cause de mon
mal par le chagrin qu'elle me causait.

Cependant, je sentais aux deux bras une douleur très-vive. Je relevai
mes manches et aperçus les empreintes de doigts telles qu'en aurait
pu faire une main de fer. Or, pas un homme de la tribu, je le savais,
n'aurait pu imprimer par sa force musculaire de semblables meurtrissures
sur moi et ne l'aurait osé. Le souvenir de cette étreinte formidable me
revint à l'esprit. Était-ce Octave ou un protecteur inconnu qui était
venu sauver Angeline? On le saura.

Ce fut alors et peut-être pour la première fois depuis bien des années,
qu'en cherchant à répondre aux questions que je m'adressait, l'idée d'un
Dieu vengeur se présenta à ma pensée, et pour la première fois aussi des
larmes de repentir glissèrent sur mes joues, Pendant ce temps, Angeline
priait toujours. Oh! comme dans ce moment, si je l'avais osé, je
l'aurais interrompue pour lui demander pardon. Quand elle eut terminé
sa fervente prière, elle s'approcha de moi, me prit la main d'un air
timide; son regard était chargé de tristesse et de larmes. J'allais
parler pour la consoler lorsque des pas se firent entendre de ma cabane.
En même temps, un beau jeune indien à la taille herculéenne, aux traits
mâles et francs s'arrêta sur le seuil. Il portait le costume d'une
autre tribu sauvage, nos plus fidèles amis. Je remarquai de plus avec
étonnement qu'il avait le tatouage et les armes du guerrier indien qui
parcourt les sentiers de la guerre. Il s'arrêta immobile et attendit,
comme il est d'usage chez eux, que je lui adressasse la parole. Que veux
mon jeune frère, lui dis-je, en m'asseyant sur mon lit? Depuis quand
est-il dans le camp et pourquoi n'est-il pas venu fumer le calumet avec
l'Ours Gris (c'est ainsi qu'on me désignait parmi les indiens dans le
wigwam du grand chef). Je suis venu, répondit-il, mais le mauvais génie
s'était emparé de l'esprit du Grand Chef et au moment ou je suis entré,
il allait écraser la tête d'une pauvre jeune fille. "L'Ours Gris,
ajouta-t-il d'un air dédaigneux, n'a-t-il donc plus assez de force pour
combattre des hommes, puisqu'il s'attaque aujourd'hui aux femmes.
Le Grand Chef de Stadaconé sera bien surpris, lorsque je lui dirai
qu'Hélika qu'il m'a envoyé chercher pour réunir ses guerriers, je l'ai
trouvé assassinant une enfant qui ne lui a jamais fait de mal? Que
diront aussi Ononthio et ses guerriers, si jamais ils entendent parler
de ce que j'ai vu hier soir? J'ai attendu que le génie du mal fut parti
du ton esprit, que tu pusses me comprendre pour te remettre un message
pressé et important."

Ces paroles étaient dites d'une voix ferme et pleine de mépris.

Dès ce moment, les empreintes que je portais sur mes bras étaient
expliquées.

Je fis signe au guerrier de s'asseoir et m'empressai de décacheter ce
message. C'était effectivement un ordre du gouverneur de Québec qui
m'invitait ainsi que tous les autres chefs des divers tribus alliées aux
français, de se rendre immédiatement à un conseil de guerre. Il fallait,
ajoutait le message, faire la plus grande diligence, car les anglais
et les iroquois avaient déjà fait irruption sur notre territoire; des
renseignements positifs le mettait à même d'affirmer que plusieurs des
nôtres avaient été massacrés par ces derniers.

Il n'y avait pas à balancer un seul instant. En peu de temps,
j'assemblai la tribu et je réunis le grand conseil de guerre. Il fut
unanimement décidé que nous irions porter secours à nos frères, et
repousser, pour toujours, s'il était possible, ces puissants et barbares
ennemis. Toutes les diverses peuplades, Malachites, Abénakis, et
Montagnais se joignirent à nous et deux jour après l'arrivée du
courrier, ayant remis les femmes et les enfants sous la protection du
grand _Esprit des visages pâles_, nous prîmes les sentiers de la guerre.

Malgré l'activité fébrile que j'avais déployée, je n'avais pas oublié de
pourvoir aux besoins futurs d'Angeline. Depuis la dernière nuit dont
je vous ai parlé, une transformation complète s'était faite en moi.
Était-ce l'effet de la peur, ou était-ce dû aux prières d'Angeline,
peut-être aussi a une protection céleste? Je ne puis m'en rendre compte
encore aujourd'hui; mais j'en avais fini avec mes idées de haine et de
vengeance. Le bras de Dieu s'était appesanti sur moi. J'avais usurpé
ses droits, violé ses commandements, c'était à moi désormais qu'il
appartenait de souffrir. La pauvre et chère enfant entendit avant
mon départ les premières paroles de tendresse que je lui adressais
sincèrement. Elle reçut avec avec une gratitude infinie l'assurance
que je lui donnai que je travaillerais toujours, au retour de notre
expédition, à la rendre heureuse. Je la confiai aux mains de la vieille
indienne qui nous avait déjà sauvé la vie et qui depuis deux jours était
arrivée je ne savais d'où dans notre camp. Son fils Attenousse, car
c'était bien lui qui était le porteur du message du Gouverneur, était
reparti la veille de notre départ pour aller prendre le commandement
d'une tribu Montagnaise dont il était le chef.

Je remis de plus à la vieille des papiers importants qu'elle
transmettrait à un missionnaire que je lui avais désigné et qui devait
bientôt revenir, laissant une procuration à ce dernier et l'autorisait
à retirer les fonds nécessaires afin de pourvoir amplement à la
subsistance d'Angeline et de celle qui en prendrait soin. Mes fonds
étaient déposés comme la chose se faisait alors, dans le Trésor Royal,
et reçus en bonne forme m'en avaient été donnés. Toutes ces dispositions
prises, j'étais tranquille sur le sort d'Angeline; c'était d'ailleurs
un commencement de réparation qui lui était dû, ainsi qu'à ses parents
dont j'avais été le persécuteur et le bourreau.

Cet homme de bien auquel j'avais confié l'exécution de mes dernières
volontés en partant, ce bon prêtre, dont la charité et les bonnes
oeuvres étaient sans bornes s'appelait monsieur Odillon. Il me
représentait l'ancien curé de ma paroisse si bon et si vénérable. Dans
mon imprévoyance, je n'avais pas songé que si lui-même venait à manquer
ou bien était forcé de s'éloigner sans avoir pu remplir la mission de
pourvoyeur que je lui avais confiée, Angeline et la mère d'Attenousse
se trouveraient toutes deux dans un complet dénûment comme la chose est
arrivé. Cette vieille sauvagesse était la même qui s'était mise à ma
piste le jour de la mort.



_LA BRISE_

Deux jours après, je partis si la tête de guerriers que j'avais plus
d'une fois, conduits au combat. Mais je l'avoue, cette fois ce n'était
plus la pensée, l'espoir ou plutôt le désespoir de rencontrer la mort
qui me guidait, mais bien le ferme désir de faire à Angeline les
jours aussi heureux que je les lui destinais misérables et tourmentés
auparavant. Les, remords, ces cris de la conscience, ces inexorables
vengeurs de la transgression des lois de Dieu, d'une minute à l'autre me
parlaient de plus en plus fort, désormais je n'étais plus le même homme;
une transformation salutaire s'était opérée en moi.

Tant que le feu des batailles, avec l'excitation qu'elles produisent,
dura, je vécus comparativement calme et tranquille, les succès que nous
obtînmes dans les années de 1744 à 48 sont enregistrés dans les pages
de l'histoire, et certes ils avaient été assez grands pour exalter nos
cerveaux pleins d'amour et de patrie.

M. de Beauharnais, alors Gouverneur de Québec, avait admirablement
combiné ses plans. Il avait divisé ses troupes en plusieurs endroits
de manière à partager ainsi les forces de l'ennemi plus nombreux qu'il
avait à rencontrer.

Cinq mois après, j'étais revenu de Saratoga avec un des corps
expéditionnaires dont je faisais partie. La lutte avait été sanglante,
et acharnée, mais je portais sur moi les témoignages de ma valeur, que
j'avais gagnés sur les champs d'honneur. Enivré par le souffle des
batailles ou plutôt par le désir de chercher dans une excitation
extérieure, un calmant pour les remords qui me dévoraient, je résolus de
me joindre avec mes hommes au corps du M. Ramsay qui se dirigeait vers
l'Acadie. Je n'ai pas besoin du vous dire sous cet habile général,
combien nous réussîmes dans nos projets.

Tous les officiers d'état-major m'avaient, tour à tour félicité sur la
bravoure que j'avais déployée dans les combats que nous livrâmes dans
cet endroit. Mais si mes idées ou mon ambition de gloire étaient
satisfaites, mon désir de procurer de plus grandes richesses encore à ma
malheureuse Angeline, était loin de l'être. J'aurais voulu pouvoir lui
construire un palais d'or, la voir entourée de toute l'abondance et des
jouissances que le monde peut produire. Je reconnais intérieurement que
tous ces biens de la terre ne seraient rien en comparaison de ce que
je lui avais fait perdre, le plus grand bienfait que Dieu ait donné à
l'enfant, c'est de recevoir les caresses et les baisers de sa mère.

J'appris donc un jour qu'à Louisbourg des corsaires avaient amassé des
fortunes considérables par la prise de vaisseaux ennemis. Chacun de
l'équipage avait sa part de prise. Bien que je pusse revenir paisible
dans mes foyers, je résolus, après avoir choisi cinquante hommes des
plus vigoureux et intelligents de la tribu, et leur avoir fait part de
mes projets, d'aller offrir mes services à quelqu'un de ces corsaires.

Tous me suivirent avec enthousiasme et nous nous dirigeâmes vers Port
Royal.

C'étaient des hommes forts et déterminés que ces braves que j'avais
choisis, et j'en parle encore aujourd'hui avec orgueil, car ils se sont
toujours battus comme des lions et n'ont jamais compté le nombre de
leurs ennemis.

Pendant dix-huit mois nous parcourûmes les mers de ces parages à bord de
la corvette _La Brise_, commandée par le capitaine Le Blond, avec une
chance sans égale pour ainsi dire. Nous fîmes des prises que nous
dirigeâmes vers Québec et qui nous donnèrent encore des sommes
considérables qui furent déposées en notre nom dans le Trésor Royal.
J'y étais pour ma part de pas moins de vingt-cinq mille piastres, dont
j'avais la reconnaissance. Cet argent devait être retiré par M. Odillon.
le missionnaire dont, j'ai parlé plus haut.

Enfin, mus par le désir de revoir nos foyers, rassasiés de gloire et de
nos parts prises, nous allions reprendre terre, lorsqu'un sloop qui nous
servait d'éclaireur vint nous informer qu'un gros bâtiment anglais se
dirigeait vers Boston. Son allure était lourde et sa marche bien lente.
Il était à dix-neuf milles de la côte et paraissait faire force de
voiles pour gagner sa destination. Unanimement nous décidâmes d'en faire
notre proie.

Nous levâmes l'ancre et nous nous mîmes à sa poursuite. Nous ne fûmes
pas longtemps sans l'atteindre. Après vingt-quatre heures de course, nos
vedettes perchées dans les hunes, nous apprirent qu'elles apercevaient
les lumières du bâtiment que nous convoitions. Il était neuf heures du
soir. Nous mîmes toute la toile disponible au vent et vers quatre heures
du matin, le bâtiment n'était plus qu'à un demi-mille de nous. Nous
étions alors au mois d'août et l'aurore est encore matinale dans les
latitudes septentrionales.

Au premier coup de canon que nous tirâmes, nous le vîmes carguer
et mettre en panne. Des hourrahs de notre bord accueillirent cette
manoeuvre. Ce bâtiment était à nous, nous le croyions déjà, et
nous-mêmes avions serré nos voiles, car pendants ce temps, nous l'avions
approché à moins qu'à demi-portée de canon.

Mais le capitaine anglais était un rusé vieux loup de mer. Pour retarder
la marche de son vaisseau et nous laisser approcher autant que possible,
il avait suspendu des sacs de sable qui l'empêchaient d'avancer. Il
avait aussi masqué l'ouverture des sabords et abaissé la mâture des
ses _hautes oeuvres_. Cette tactique lui réussit parfaitement.
Malheureusement, nous avions affaire à une frégate de cinquante-six,
montée par trois cents hommes d'équipage, plus un régiment de soldats
qu'elle amenait à Boston. Nous ne nous en aperçûmes que lorsqu'il était
trop tard. Notre chère corvette ne portait qu'à peine vingt petites
couleuvrines.

Nos succès antérieurs nous avaient rendus téméraires jusqu'à la folie. A
peine fûmes nous dans ses eaux qu'à un coup de sifflet, ses hunes et ses
vergues se garnirent de matelot, les haches coupèrent les cordages qui
retenaient les sacs de sable et, vive comme un marsouin, la _Vigourous_
tourna son flanc vers nous, ouvrit ses sabords, vingt-huit gueules de
canons nous lancèrent des boulets qui abattirent deux de nos mâts,
coupèrent les cordages; quelques-uns même d'entr'eux traversèrent de
part en part la coque de notre malheureuse corvette. _La Brise_ était
complètement désemparée. Peu d'instants après la frégate avait jeté ses
grappins d'abordage. Vaincre ou mourir cria le capitaine d'une voix
tonnante et hourrah pour la France. Vaincre ou mourir répétâmes nous
à l'unisson et hourrah pour la France, quoique nous sussions la lutte
impossible.

Le carnage fut affreux. Des monceaux de morts et de blessés recouvrirent
notre pont, mais quand nous sentîmes _La Brise_ s'enfoncer et que nous
n'étions plus que quatre hommes vivant auxquels il ne restait qu'un
souffle de vie, car le sang s'échappait de nos nombreuses blessures, il
fallut nous rendre on plutôt permettre qu'on nous transportât à bord du
bâtiment anglais.

Pauvre _Brise_! dix minutes après j'entendais les cris de triomphe
de l'équipage qui m'apprenaient que tu venais d'enfoncer dans les
profondeurs de l'océan et je perdis connaissance.

Le lendemain, quand je revins à moi mes blessures avaient été pansées,
je gisais sur un lit dans un des hôpitaux de Boston. Des quatre marins
qui avaient échappé au désastre, deux seuls survécurent aux suites de
leurs blessures. Ce furent un autre canadien et moi.

Dès que la santé nous revint, il fut dirigé avec moi vers la Caroline
du Sud où nous fûmes vendus comme esclaves. Ce jeune homme, après des
dangers sans nombre et des peines infinies, réussit à s'évader. Je ne
le revis que plusieurs années plus tard: il a été depuis mon hôte, mon
commensal et mon ami. Il s'appelait Baptiste.

C'était, ajouta monsieur D'Olbigny, le même Baptiste qui nous servait de
guide dans notre excursion au Lac à la Truite.



ESCLAVAGE ET ÉVASION.

Je passai cinq longues années enchaîné à un autre homme. C'était un
nègre qu'on avait acheté d'un capitaine négrier. Il avait été vendu à
ce dernier par un vainqueur barbare. Le malheureux était lui aussi un
prisonnier de guerre et venait d'arriver des côtes du Mozambique. Comme
moi, il avait toujours été libre enfant des grands bois, aimant les
fruits savoureux du cocotier et l'ombrage des palmiers dont les
habitants du sol jouissent dans toute leur inappréciable liberté et
indolence.

Il avait de plus laissé au pays une jeune femme, des enfants, des frères
et soeurs, un grand nombre d'amis, mais par dessus tout, de vieux
parents dont il était le seul soutien dans leur vieillesse.

Tous ces renseignements, il me les donna lorsque nous pûmes nous
comprendre, car nous avions réussi, après quelques mois passés dans les
fers, à former un langage dans lequel nous nous entendions parfaitement.

Oh! mon Dieu qu'ils furent longs ces jours d'esclavage, et ce boulet que
nous traînâmes pendant si longtemps, qu'il était pesant.

Combien de fois n'aurais-je pas attenté à ma vie, si des idées plus
chrétiennes et la pensée d'une expiation ne fussent venues ranimer mon
courage. Combien de fois aussi, le dos lacéré par les lanières du fouet
du contre-maître, n'avons-nous pas versé des larmes amères en souvenir
de notre patrie et de notre enfance tout en formant des projets
d'évasion. Deux fois même, nous tentâmes de les mettre à exécution, mais
nos mesures étaient mal prises et nous échouâmes. Nous fûmes repris et
si nous ne succombâmes pas sous les coups, c'est que le Dieu de pitié
veillait sur nous et en avait décidé autrement.

Cependant les tortures que j'endurais produisirent dans mon âme un effet
salutaire, je reconnus la main vengeresse de Dieu qui me frappait, je
les acceptai comme un juste châtiment et les offris en expiation de mes
crimes.

Enfin après cinq années de souffrances indicibles, la Providence qui se
laisse toucher par les pleurs du pécheur pénitent, nous envoya un ange
de délivrance sous la forme d'une toute jeune fille. Elle était l'enfant
unique du planteur qui nous avait achetés.

Dans la journée, elle nous avait vus tous les deux, mon compagnon et moi
attachés au poteau infâme. Elle avait entendu le contre-maître ordonner
à un espèce d'Hercule, monstre de férocité à face humaine, de nous
administrer à chacun cinquante coups de fouet. Elle avait vu avec
horreur le sang ruisseler de chacune des déchirures profondes que le
fouet à neuf branches faisait dans nos chairs. Elle avait vu nos membres
se tordre dans des mouvements convulsifs sous ces inénarrables douleurs,
elle résolut alors de nous sauver.

Elle savait d'ailleurs que nous étions parfaitement innocents de la
faute de larcin dont on nous accusait.

C'était ostensiblement pour punition de cette faute que nous avions été
flagellés, tout le monde savait bien aussi dans la plantation que la
vraie raison était que le nègre et moi nous avions exprimé un sentiment
d'indicible horreur de voir une jeune quarteronne, enfant du vendeur,
exposée nue à la criée publique. Un acheteur d'esclaves menait
l'enchère. C'était un vieillard aux regards lascifs et pleins de
convoitise. La mère de cette jeune fille, élevée dans des sentiments
catholiques, voyait avec désespoir le spectacle auquel on la forçait
d'assister. On peut juger de ce qu'elle devait éprouver et de ce que
j'éprouvais moi-même en songeant: Oh si c'était mon Angeline qui fut à
la place de cette malheureuse!!

Enfin l'adjudication se fit, l'odieux vieillard était l'acquéreur, elle
était désormais son bien, sa propriété.

Combien pourtant ne s'est-il pas trouvé d'hommes qui voyaient avec
indignation le mouvement qui se faisait pour l'abolition de l'esclavage.

La mère, quand elle vit partir son enfant, s'approcha d'elle en poussant
des sanglots déchirants; elle la pressa sur son coeur et lui passa une
croix autour du cou.

Le contre-maître se précipita aussitôt vers elles, les sépara
brutalement, envoya rouler par terre la malheureuse mère par un rude
coup de poing et arracha violemment la croix qu'elle avait suspendue
au cou de son enfant, le cordon qui la retenait laissa sur sa peau un
sanglant sillon.

Oh! si j'avais été libre et que j'eusse eu autour de moi mes braves
sauvages, non, certes cet acte exécrable ne se fut pas accompli.

J'allais m'élancer pour anéantir le contre-maître tant j'étais hors
de moi, le nègre spontanément allait aussi en faire autant, mais nos
chaînes infâmes nous retinrent. Le contre-maître vit sans doute le
mouvement que nous fîmes, il comprit, à l'expression de nos figures,
toute l'horreur qu'il nous inspirait; aussi instinctivement recula-t-il
de quelques pas. Le lendemain le nègre et moi étions attachés au poteau
dont j'ai parlé.

Ce fut donc dans la nuit qui suivit, lorsque nous étions fortement liés
sur des lits de paille remplie de chardons sur lesquels reposaient nos
chairs mises au vif par leurs affreuses cruautés, qu'accompagnée d'une
jeune esclave, notre libératrice entra dans notre hutte. Elle portait
une lanterne sourde, en dirigea la lumière vers son visage pour que nous
vîmes le signe qu'elle nous faisait en mettant le doigt à sa bouche, de
garder le silence.

Elle s'approcha ensuite de nous, déposa des livres à notre portée,
pondant que la servante nous montrait un ample sac de provisions et des
vêtements convenables pour servir à notre déguisement. Elle dit ensuite
quelques mois en espagnol que cette dernière nous traduisit: A un
endroit qu'elle nous indiqua, un canot avait été disposé pour favoriser
noire fuite. En descendant la rivière, nous n'aurions pas à craindre
la poursuite des hommes ou des chiens. Un papier où la signature du
planteur était contrefaite nous accordait un congé de deux semaines.
Elle nous informa de plus que dans trois jours, dans le port de
Charlestown, un bâtiment français devait mettre à la voile pour
l'Europe.

Pour comble de bienfaits notre libératrice nous remit deux bourses bien
garnies et s'éloigna non sans que nous eussions eu le temps de voir
son angélique figure inondée de pleurs. Nous suivîmes à la lettre les
instructions de notre ange de salut. Le canot effectivement se trouvait
à l'endroit désigné. Ce qu'il nous avait fallu déployer d'énergie, de
forces morales et physiques pour réussir à briser nos liens et marcher
jusque là est impossible à décrire, tant nous étions épuisés par les
tortures de la veille.

J'ai vu, depuis ce temps, dans les rapports des chirurgiens militaires
anglais que les soldats obligés de subir des amputations capitales,
disaient à l'opérateur: oh! ce n'est rien, monsieur, les blessures et
les amputations ne produisent jamais les souffrances que nous fait
endurer le chat à neuf queues!

Enfin la Providence sembla favoriser notre évasion, car la nuit était
des plus sombres; tout faisait présager un orage prêt à éclater, ce fut
effectivement ce qui arriva; mais toutefois nous réussîmes avant que le
crépuscule parut et que l'horizon s'éclaira, à mettre une bonne distance
entre nous et ceux qui nous poursuivaient.

Mon expérience dans la vie des bois m'avait fait connaître une plante
dont la friction aux pieds trompe le flair du plus fin limier qui
précède les dogues qu'on lance à la poursuite de l'esclave marron.

Le jour, nous transportions à quelque distance dans les bois notre
embarcation qui n'était rien autre chose qu'un canot d'écorce, puis, la
nuit tombée, nous reprenions la rivière et notre frêle nacelle, poussée
par le courant et nos énergiques efforts volait sur la surface des eaux
avec la rapidité de l'alouette.

Dans la nuit de la troisième journée, nous aspirâmes à pleins poumons
les émanations salées de l'océan. Nous entrions dans la baie de
Charlestown, Caroline du Sud. Là devaient commencer pour nous de
nouvelles angoisses. A qui s'adresser pour prendre ce bâtiment français
qui était eu partance? Nous résolûmes une dernière fois de risquer le
tout pour le tout, et convînmes de nous donner la mort réciproquement
si nous avions à tomber entre les mains de ces infâmes bourreaux qui
s'appelaient des planteurs, possesseurs d'esclaves.

Nous débarquâmes silencieusement dans un endroit écarté et prîmes une
rue obscure. Nous errâmes longtemps dans cette rue bordée de tabagies de
toute espèce, lorsqu'enfin, quelques accents français mêlés de jurons
énergiques vinrent frapper mon oreille.

Immédiatement, je donnai mes instructions au nègre, lui enjoignant de
ne pas dire un seul mot, et de paraître dans un état complet d'ébriété.
Nous entrâmes dans cette tabagie, nous heurtant l'un sur l'autre et
d'une voix enrouée: "Moricaud disais-je, nous prenons une bordée; gare à
nous! l'ancre n'est pas fixée dans les ports des Frères de la Côte."

Ici est le temps de le dire, les habillements que notre bienfaitrice
nous avait fournis pour notre déguisement consistaient en chemise de
toile, chapeau goudronné, vareuse de matelot.

Oh! noble fille! sois à jamais bénie dans les tiens et tout ce que tu as
de plus cher pour cette prévoyante attention......

La salle dans laquelle nous entrâmes avait une atmosphère chargée
de nuages épais de fumée de tabac. On y sentait une odeur de grog
insupportable.

Un contre-maître, avec quatre matelots de son bord, allaient engager une
rixe contre deux autres compagnons d'une taille colossale qui refusaient
absolument de s'embarquer de nouveau avec eux. Certes, au moment où
nous arrivâmes, la discussion était vive, aussi les deux camps ne nous
virent-ils entrer qu'avec dépit ou plutôt avec défiance. Cependant d'un
air délibéré, quoique titubant, nous nous dirigeâmes vers le comptoir où
le nègre et moi nous nous fîmes servir d'un verre de liqueur. Je pris
quelques instants avant que de l'avaler complètement, et saisis le sens
des paroles que l'un et l'autre camp échangeaient mutuellement. Ce fut
leur conversation acrimonieuse et menaçante qui m'apprit que la guerre
était finie depuis trois ans, entre la France et l'Angleterre, que les
deux matelots récalcitrants avaient décidé de sa fixer dans le pays
pour y cultiver des terres, que leurs engagements étaient terminés; ils
étaient deux bretons et certes ce n'est pas peu dire pour l'obstination
et l'opiniâtreté. Le contre-maître leur avait offert des gages très
élevés, mais ils refusaient parce que leurs fiancées avaient exigé
qu'ils s'établissent sur des terres et qu'ils abandonnassent la vie de
marins.

Après avoir vidé mon verre, j'entonnai, d'une voix enrouée et bachique,
une chanson française de matelot en goguettes. Les premières stances
finies, j'observai du coin de l'oeil le contre-maître qui parlait à un
des matelots qui paraissait être son homme de de confiance, puis il
s'approcha de moi d'un air aimable.

--Hé! Hé! dit-il, l'ami, en me tapant sur l'épaule familièrement, il me
vient à l'idée que tu as déjà bouliné dans des parages de la France!

--Oui, lui répondis-je en clignotant des veux, mon moricaud et moi nous
en avons vu bien d'autres que des requins d'eau douce.

--Tu n'étais donc pas un vrai marin puisque te voilà aujourd'hui un
véritable terrien. Je fis un geste d'indignation.

--Par la sainte Barbe, dis-je en frappant du poing sur le comptoir, on
n'insulte pas ainsi un des premiers gabiers des Frères de la Côte!

--J'en ai été un, répliqua le contre-maître ravi, nous sommes frères,
buvons ensemble! Il pourrait se faire que nous naviguerions encore dans
les mêmes eaux.

--C'est pas de refus, répondis-je d'une voix de plus en plus enrouée,
mais d'abord vos civilités; pour le moricaud, ajoutais-je en me tournant
vers le nègre, il en a déjà jusqu'aux écoutilles, il ne peut plus
parler.

Bref, vous le dirai-je, le nègre et moi une heure après, nous étions en
pleine mer à bord d'un bon gros bâtiment marchand et cinglions à toutes
voiles vers la France.

Nons étions en mer depuis deux jours lorsque le capitaine me fit inviter
à passer dans sa cabine. Cet homme, bien que vieux marin, avait conservé
le coeur, l'esprit et la gentillesse de l'homme bien élevé et poli, du
véritable capitaine français. Aimé et respecté des passagers de son
bord, il l'était encore plus, s'il était possible, de ses matelots.

Je n'hésitai donc pas à lui raconter l'histoire d'une partie de ma vie
de guerrier où comme chef sauvage, j'avais combattu à côté des
siens dans les colonies ou à bord de _La Brise_. Je lui montrai les
témoignages de ma valeur que je possédais quand à l'assaut ou à
l'abordage, en qualité de chef, je conduisais mes guerriers. Il avait
une idée vague du désastre de _La Brise_ et m'en fit redire les détails.
Nos cinq années d'esclavage, de misères et de tortures le mirent dans un
état d'émotion considérable.

A la fin du récit, il vint affectueusement me presser la main et
m'embrassa. Il me demanda la permission de raconter aux passagers et
à l'équipage l'histoire de ma vie qui était appuyée sur des preuves
irrécusables.

De ce moment, nous fûmes l'objet des prévenances et des égards de tout
l'équipage, et si quelquefois le nègre et moi nous mîmes la main à la
manoeuvre, c'était plutôt pour aider volontairement, car chacun,
à l'exemple du capitaine, nous traitait d'une manière tout-à-fait
respectueuse et amicale.

Le bâtiment, en passant, devait toucher à Boston. Là je dus me séparer
de mon compagnon d'infortune; non sans avoir offert au capitaine tout
l'or que je tenais de ma bienfaitrice, pour qu'il me donnât l'assurance
qu'il le rapatrierait dans un voyage qu'il devait faire vers les rives
de sa terre natale. Pour moi le chemin de Boston au Canada m'était
parfaitement connu.

Au lieu d'accepter mon argent, le capitaine, les passagers même
l'équipage firent une généreuse souscription pour nous deux. Ainsi nous
quittâmes après les plus affectueuses expressions d'amitié et de bons
souvenirs. Ce fut en me pressant cordialement la main que le capitaine
me dit adieu, j'étais devenu son ami dans le voyage.

J'appris, quelques années plus tard, lorsque je le revis par une
circonstance toute fortuite et que le bâtiment se trouvait dans le
même port de mer où j'étais, qu'il avait effectivement débarqué mon
malheureux compagnon d'esclavage sur les rives de sa terre natale.

Le bâtiment, ajoutait-il, était au large. Je fis mettre à l'eau un
de mes plus forts canots et le nègre s'y embarqua en pleurant et me
témoignant une reconnaissance sans bornes. En mettant le pied à terre,
il se prosterna d'abord, embrassa les rivages d'où il avait été exilé,
vint baiser la main de chacun des matelots qui l'avait conduit, puis
poussant un cri d'un bonheur indicible, il s'élança vers les bois où ils
le perdirent de vue!!

Telle fut l'histoire qui me fut répétée par quelques-uns des matelots
qui avaient conduit le canot.

Un mois après mon débarquement à Boston, j'étais aux Trois-Rivières.
Mais là m'attendait un des plus terribles drames dont ma vie si
tourmentée a été quelquefois l'auteur, mais cette fois le témoin.



LE MEURTRE.

En y débarquant, le premier homme que je rencontrai face à face poussa
un wooh! de surprise, ses yeux s'arrêtèrent sur moi avec une terreur et
un étonnement indicibles. Il allait prendre la fuite, peut-être, lorsque
je l'arrêtai en l'appelant par son nom. C'était un chef sauvage, lui
aussi d'une tribu Souriquoise, nos alliés, et était l'ami le plus
intime et le frère d'armes d'Attenousse. L'Ours Gris, dit-il d'une voix
frémissante, est-ce toi ou ton esprit que le génie du bien envoie
pour sauver Attenousse? Oh! si c'est toi, notre frère n'a plus rien à
craindre, car tu peux tout. Le Dieu des blancs est grand, plus fort
que ceux que ma tribu vénérait avant l'arrivée du Père à la Robe Noire
ajouta-t-il, comme se parlant à lui-même.

En prononçant ces paroles, Anakoui élevait ses yeux vers le ciel et
versait des pleurs d'espérance.

Hélas! les guerres sanglantes avaient laissé sur la figure de ce
malheureux chef sauvage des traces patentes du raffinement de notre
civilisation; il avait la figure balafrée en tous sens et de plus, il
avait perdu un bras.

Quel orgueil ne devons nous pas avoir aujourd'hui, en voyant les moyens
de destruction que le siècle nous apporte, et combien doivent-être
heureux ceux qui, nouveaux Caïns, ne demandent pas mieux que de tuer ou
mutiler leurs frères!!!

Ce fut la remarque que je me fis pendant qu'il me parlait dans un état
de fiévreuse agitation. Véritablement, je crus qu'il était devenu fou,
tant grande était son exaltation. Enfin, je le pris par la main et
nous allâmes nous asseoir sous les grands arbres qui bordaient naguère
encore, les charmants coteaux du rivage St. Laurent aux Trois Rivières.

Ce fut alors, qu'après avoir donné cours à son émotion, exprimée par
des paroles incohérentes, que j'entendis, avec stupeur, le récit des
événements qui s'étaient passés pendant mon absence. En voici le résumé:

Le désastre de _La Brise_ avait été publié à son de trompe par les
vainqueurs. La nouvelle en était venue dans la colonie avec la rapidité
et l'exactitude que comportent toujours un bruit fâcheux ou une mauvaise
nouvelle. Pourtant il y avait un homme, mais celui-là était le seul,
c'était un jeune canadien qui prétendait avoir fait partie de l'équipage
de La Brise et avoir échappé vivant de cette malheureuse croisière avec
un chef sauvage. Il ajoutait que ce chef et lui avaient été amenés en
esclavage dans des directions diverses. Lui avait été dirigé sur une
plantation au bord de la mer, et c'est à cette circonstance qu'il dût
son évasion; s'étant jeté à la nage et ayant gagné un vaisseau européen
qui était en partance. On sait qu'alors c'était un asile inviolable pour
un blanc. Quant au chef, ajoutait-il, plus fort et plus vigoureux que
moi, il a été vendu à un bien plus haut prix et a été envoyé dans la
profondeur des terres, il doit être mort depuis longtemps d'après le
rapport de nègres marrons qui s'étaient échappés de la même plantation,
car jamais maître plus féroce et plus barbare ne pouvait faire subir de
plus mauvais traitements à ses esclaves, aussi en était-il réputé parmi
eux comme un monstre odieux de cruauté.

Toutefois personne ne croyait un mot de cette histoire que Baptiste
leur affirmait être vraie en tous points. Grand donc fut l'étonnement
d'Anakoui, lorsqu'à mon tour, je lui assurai qu'elle était de la plus
exacte vérité.

Mais j'étais sur des charbons ardents et n'osais l'interrompre, crainte
de blesser sa susceptibilité indienne. Quelles angoisses néanmoins ne
ressentais-je pas à la pensée d'Angeline dont le souvenir était venu à
chaque minute du jour et de la nuit, bouleverser mon cerveau depuis cinq
longues années.

Enfin je n'y pu tenir plus longtemps. Angeline, lui demandai-je,
qu'est-elle donc devenue? je frémissais dans l'appréhension de sa
réponse.

--Assieds-toi, mon frère, me répondit Anakoui, je vais tout te dire: "Un
des guerriers d'une tribu amie, un de tes compagnons d'armes que tu
as bien connu autrefois lorsque tu étais plus jeune, est revenu de la
guerre trois mois après être parti à la tête de ses braves guerriers.
Pas un seul d'entre eux n'est arrivé dans la tribu sans montrer avec
orgueil d'honorables blessures.

"Attenousse est un grand chef. Angeline sous les soins de sa mère,
avait souvent entendu, parler de lui et naturellement elle l'aima
par reconnaissance d'abord de ce qu'il t'avait sauvé la vie lors de
l'incendie dans les bois, elle l'aima par dessus tout, parce qu'il était
bon, loyal et courageux, et qu'il l'avait sauvée des poursuites et des
persécutions incessantes de Paulo. Ta fille, ajouterai-je, avait été
élevée par toi aux récits des actes de bravoure et d'héroïsme.

"Le missionnaire, continua Anakoui, chargé par toi de retirer les fonds
pour procurer le confort aux deux femmes laissées sans autres secours
que la procuration que tu lui donnais, n'est pas revenu s'asseoir dans
nos foyers. Elles ont donc manqué de tout et le père à la _Robe Noire_
ignorait tous ces faits, tu vas le voir dans la prison où il est venu
d'après l'ordre de l'Évêque, son grand chef consoler et prendre soin des
malheureux prisonniers."

"Maintenant, mon frère, ne m'interromps pas, les moments sont précieux."

"Pendant trois mois, les deux pauvres femmes essuyèrent toutes espèces
de misères et de privations et ne durent leur subsistance qu'à la
charité des sauvages dont les bras débiles ne pouvaient plus porter les
armes et qui pourtant avaient été préposés aux soins des femmes et des
enfants. Enfin, Attenousse arrivé, l'abondance régna dans leur cabane,
il pourvut amplement à leur bien-être et ce ne fut que deux ans après
ton départ, n'ayant reçu aucune nouvelle de toi, malgré les informations
toujours infructueuses que nous apprîmes de toutes parts, que se
trouvant seule, isolée et sans protection sur la terre, te croyant mort,
Angeline consentit à épouser l'unique homme qu'elle eut jamais aimé
après toi. Cet homme c'est Attenousse."

Puis, comme s'il eût craint d'exciter ma colère, Anakoui ajouta:
"remarque que c'est la seule chose qu'elle ait fait sans ta permission
et c'était pour se débarrasser des persécutions de l'infâme Paulo qui
la tourmentait sans cesse dans les moments où Attenousse et sa mère
s'absentaient."

"Tout alla pour le mieux dans le jeune ménage. Deux ans et demi après
leur union, une petite fille est venue prendre place auprès d'eux.
Cette enfant est une fleur que les femmes se passaient tour à tour pour
l'embrasser. La mère, la grand'mère, la pressaient à tous moments dans
leurs bras. Ils étaient alors heureux et rien ne venait troubler leur
bonheur, Paulo étant disparu; mais le génie du mal dont il était
l'instrument planait sur la demeure de nos amis."

"Il y a, comme tu le sais, à une quinzaine de lieues du campement,
une rivière qu'on appelle la Rivière aux Castor. Ses bords sont très
giboyeux. La marte, le vison, le pékan et le loup-cervier s'y trouvent
en abondance. Parfois aussi, l'ours et l'orignal viennent se désaltérer
dans le cristal de ses eaux. Tu connais d'ailleurs tout cela."

"Un jour Attenousse, avec un de ses amis, résolut d'aller y chasser
pendant quelque temps. Ces deux hommes s'aimaient réciproquement et sans
arrière-pensées."

"Ils tendirent des pièges aussitôt arrivés dans cet endroit. La journée
du lendemain se passa à choisir les places les plus avantageuses pour
parcourir la forêt et à dresser un camp. Attenousse à bonne heure le
surlendemain s'était levé pour aller examiner leurs trappes. Il lui
fallait pour cela, parcourir une grande distance et son compagnon qui
n'avait pas sa vigueur, dormait encore lorsqu'il partit."

"Le couteau qu'il portait ordinairement, lui avait servi à dépecer à
son déjeuner quelques pièces de venaison; sur le manche était sa marque
comme c'est l'habitude de tout sauvage de l'y ciseler, il oublia de le
remettre dans sa gaine."

"Lorsqu'il revint vers cinq heures du soir, un désordre affreux existait
dans la cabane. Une lutte désespérée et sanglante avait dû avoir lieu,
car le sang avait jailli et on en voyait les traces toutes fraîches."

Son malheureux compagnon, étendu par terre, râlait les derniers soupirs
de l'agonie. Un couteau était enfoncé dans sa poitrine. Attenousse
s'élança aussitôt, arracha l'arme de la blessure et vit avec stupeur que
c'était le sien. Au moment où il le rejetait avec horreur, des éclats
de rire se firent entendre, en se retournant, il aperçut la figure de
l'odieux Paulo avec deux autres figures également patibulaires qui le
contemplaient en poussant des ricanements d'enfer.

Ils portaient eux aussi sur leurs habits et leurs figures des traces du
sang de leur victime. Ils en avaient mêmes les mains rougies.

Attenousse demeurait anéanti.

Pendant ce temps, un des scélérats s'avança, saisit le couteau, le
retourna en tous sens, le montra à ses deux associés et tous trois
sortirent du camp en continuant leurs ricanements sataniques, proférant
des paroles de menace et emportant avec eux l'arme fatale.

Mais dans des natures fortes et énergiques comme était celle du mari
d'Angeline, la réaction se fait vite.

Il se mit à leur poursuite, après avoir suspendu toutefois le cadavre
de son ami pour le mettre à l'abri des bêtes fauves en attendant que
quelqu'un de la tribu vint le chercher pour le déposer dans le cimetière
de la bourgade; ce qui donna aux meurtriers le temps de mettre une bonne
distance entre eux et lui.

Grand fut l'émoi à la nouvelle qu'apporta Attenousse parmi ces bons
sauvages, car la victime était très estimée par tout le monde.

On assembla un conseil, et il y fut décidé qu'un parti de chasseurs
irait immédiatement chercher le corps du malheureux, tandis
qu'Attenousse, accompagné de tout ce qu'il y avait de plus respectable
dans la tribu, se rendrait faire sa déposition devant un juge de paix.



LE JUGE DE PAIX.

Était-ce une superstition ou y a-t-il, comme beaucoup le croient
quelquefois, prescience chez l'homme? Voilà la question que je me suis
posée depuis en pensant au récit, de mon ami Anakoui.

Attenousse, continua-t-il, fit le lendemain matin ses adieux à sa
vieille mère, à sa femme et à son enfant, comme s'il eut pressenti qu'il
ne les reverrait plus, il les tint longtemps fortement embrassées, des
larmes même coulaient de ses yeux. Il semblait triste et préoccupé en
parlant.

Ils arrivèrent vers cinq heures de l'après-midi et se rendirent
immédiatement à la maison du juge qu'on leur indiqua. Là ils furent
reçus par un homme d'une taille élevée, aux yeux hors de tête, avec une
bouche édentée et des manières grossières et impérieuses.

--Que me voulez-vous; demanda-t-il d'un ton altier et arrogant.

--Vous parler d'une affaire de meurtre qui vient d'avoir lieu sur le
bord de la Rivière aux Castors.

--Quel est votre nom, dit-il en s'adressant directement à Attenousse?

Celui-ci se nomma sans défiance.

--Alors votre déposition est toute faite, ajouta-t-il d'un ton sinistre,
puisque tel est votre nom.

Ce juge de paix s'appelait Justitia Bélandré. C'était un homme stupide
et grossier comme nous l'avons dit, ignorant et fanatique au suprême
degré et par là même bouffi d'orgueil.

Le mensonge et la calomnie ne lui coûtaient nullement dès qu'il
s'agissait de faire du tort à quelqu'un qu'il n'aimait pas. Dans ses
élucubrations mensongères et calomniatrices, il signait Justifia.
Comme aide-de-camp et huissier se trouvait un autre être aussi vil et
méprisable que lui. C'était son rapporteur: son nom était José. Leur
secrétaire à tous deux était un nommé Vergette.

Ainsi se composait le tribunal devant lequel devait comparaître
Attenousse.

Sur un ordre qu'il donna tout bas, Vergette disparut et revint au bout
de quelque temps, escorté de sept à huit hommes.

C'était ce qu'attendait le juge, car, aussitôt qu'ils furent entrés et
qu'il fut certain qu'il n'existait pour lui aucun danger, il était si
lâche le misérable, que, se levant du haut de sa grandeur, il prononça
lentement,: "Attenousse, d'après des dépositions qui m'ont été faites ce
matin, par trois hommes respectables de votre tribu, vous êtes accusé de
meurtre pour lequel vous venez en accuser d'autres qui, à mon idée, sont
innocents; je suis convaincu d'après leur témoignage, que vous êtes
certainement le meurtrier. J'ai donc dressé l'ordre de vous conduire à
la prison des Trois-Rivières, c'est en cet endroit où vous subirez votre
procès, la cour devant s'ouvrir sous peu de jours et les témoins sont
assignés par moi pour y comparaître. Vos accusateurs sont Paulo, Rodinus
et Dubecca, ils vous ont, vu retirer votre propre couteau du sein de
votre compagnon où vous veniez de l'enfoncer, c'est la preuve la plus
forte qu'il puisse y avoir contre vous."

"Chacun ici connaît combien grands sont mes pouvoirs, ajouta-t-il en
promenant un regard d'importance sur l'auditoire. Gare à vous d'essayer
à résister ou à fuir, car je vous fais lier pieds et poings."

En entendant Justitia s'exprimer ainsi, Attenousse comprit sans doute à
quel homme il avait affaire, car il haussa dédaigneusement les épaules
en disant: "Pourquoi donc chercherais-je à fuir comme un vil assassin?
Ce que je désire, c'est d'être confronté avec mes accusateurs." Les
autre sauvages qui l'accompagnaient voulurent protester de l'innocence
d'Attenousse et certifier de son bon caractère, en en même temps qu'ils
s'offraient de prouver la scélératesse de Paulo et de ses complices.
D'un geste solennel et impérieux, le juge, comme on le pense bien, s'y
refusa, leur ordonnant de laisser la salle et, commandant à ceux
qu'il avait choisi pour conduire Attenousse de se mettre en route
immédiatement.

Or dans ces temps-là, lorsque l'endroit où l'on avait capturé un
incriminé se trouvait éloigné du lieu de la prison, il était conduit
d'un juge de paix à l'autre, chacun d'eux étant obligé de commander des
hommes pour l'accompagner et le garder jusqu'au prochain magistrat et
ces hommes devaient obéir sous peine d'une forte amende ou de la prison.

Mais dans les grands bois où les postes étaient établis à des distances
bien éloignées, le magistrat choisissait quatre à cinq hommes qui
étaient, nourris et payés aux dépens du gouvernement pour remettre le
prisonnier entre les mains du geôlier de la prison la plus rapprochée.

Tel était le cas pour Attenousse. Bélandré, agent d'une société qui
exploitait le commerce de fourrures, parce qu'il avait une teinte
d'instruction, avait été nommé à la charge de magistrat stipendiaire.

Ce n'était pas à son mérite personnel que la chose était due, mais aux
intrigues qu'il avait exercées auprès des personnes haut placées.

On sait que les sauvages Abénakis et Micmacs ne craignaient pas de
s'embarquer dans leurs frêles canots, pour traverser le fleuve, gagner
le Saguenay, le remonter et aller faire la chasse et la pêche au lac St.
Jean.

La distance était à peu de différence près de cet endroit de Québec ou
Trois-Rivières. C'est là que se trouvaient les acteurs de la scène que
nous voyons.

La ville des Trois-Rivieres était alors un entrepôt considérable pour le
commerce de pelleteries; c'était le rendez-vous des trafiquants et des
sauvages. Cette petite ville, à part du temps où les canots chargés
de fourrures y venaient chaque année, avait la tranquillité qu'elle
a aujourd'hui, aussi l'arrivée d'un meurtrier comme Attenousse y
produisit-elle grande sensation.

Il fut escorté par une foule de personnes hurlant et vociférant contre
lui, lui promenant sur eux un regard calme et fier.

Enfin on l'introduisit dans la prison, où il dut encore entendre les
imprécations de cette foule.

Chacun s'empressa d'interroger ceux qui l'avaient conduit l'arme au
bras, et qui ne manquèrent pas de répéter l'affirmation du magistrat
qu'il était un grand scélérat et qu'il n'en était probablement pas à son
premier meurtre.

Le soir, ce fut en frémissant que les commères se répétaient qu'il
y avait dans la prison un homme coupable de plusieurs meurtres, que
c'était un véritable démon incarné; aussi tremblait-on à l'idée qu'il
pourrait s'échapper.

Ces propos plus ou moins crus étaient comme toujours de nature à
préjuger les gens ignorants, et les petits jurés pouvaient aussi s'en
ressentir dans leurs décisions.

Il eut été difficile cette nuit là à tout étranger d'obtenir
l'hospitalité dans la ville, tant les portes étaient solidement
barricadées et tant la frayeur était grande.

Enfin ajouta Anakoui, sache donc que son procès est terminé depuis
quinze jours, qu'il a été trouvé coupable, qu'il est condamné à être
pendu et que l'exécution doit avoir lieu demain à six heures au matin;
vite, agis, ne perds pas une minute si tu veux le sauver.

Je n'avais pas besoin de ce stimulant. Depuis longtemps j'attendais
avec impatience le dénouement de son récit, mais, comme je l'ai dit, je
n'osais l'interrompre. Il était alors quatre heures de l'après midi.

Où est le Gouverneur? lui dis-je en me levant d'un bond. Anakoui me
l'indique, je m'élançai l'oeil en feu, la figure empreinte d'anxiété
vers la demeure de celui qui, je l'espérais, pouvait accorder le pardon
de l'homme innocent qui allait souffrir le dernier supplice. Je voulais
lui dire quel était le caractère, de son infâme accusateur. Mon
témoignage ne devait pas lui être suspect puisque je portais sur moi
les certificats d'éloge et d'estime que m'avaient donnés les premiers
officiers français qui commandaient les armées où j'avais combattu pour
ma bravoure et les services que je leur avais rendus. Je les portais sur
ma poitrine écrits sur parchemin. Je voulais de plus lui raconter ce que
j'avais souffert dans l'esclavage pour servir les français et je croyais
que sans doute, il m'écouterait.

Toutes ces idées me montaient le cerveau, je courais dans les rues,
j'avais tant hâte d'arriver et d'aller porter à mon malheureux ami
l'ordre signé de la délivrance, car je ne doutais point du succès de ma
démarche.

Oh! je l'avoue aujourd'hui, transporté par cette espérance ou plutôt par
la certitude que j'avais de réussir, je devais paraître un fou forcené.
Les gens s'arrêtaient pour me voir passer. Ce fut dans cet état que je
me présentai à la porte de la demeure du Gouverneur.

Je culbutai cinq à six gardes qui me refusaient l'entrée. Je veux voir
le gouverneur, disais-je à toutes les objections qu'on me faisait et je
m'avançais toujours.

Enfin huit hommes vigoureux me saisirent et ne me continrent; qu'avec
les plus grands efforts.

J'étais dans le vestibule; le gouverneur sortit de son appartement,
s'avança sur le palier de l'escalier et s'informa de la cause de ce
vacarme.

C'est un fou furieux, dit un des gendarmes, qui en veut peut-être à
votre vie, Excellence. Oh! non, non, Excellence, m'écriai-je, enjoignant
les mains, ce n'est pas un fou, c'est un homme qui vient implorer
quelques instants d'audience.

Il veut vous tuer, s'écrièrent plusieurs voix et on se précipita nouveau
sur moi.

La surexcitation dans laquelle j'étais décuplait mes forces, je
renversai les gardes et m'élançai sur le haut de l'escalier, là je
m'agenouillai, je priai, je suppliai, tout ce que ma voix pouvait
contenir de sanglots, mon âme de supplications et de désespoir furent
employés pour obtenir une entrevue ne dut-elle même durer que cinq
minutes.

Mais au moment où mes lamentations devaient être des plus déchirantes et
des plus pressantes, pour toute réponse je fus saisi et garrotté.

Alors mes forces m'abandonnèrent complètement et un affreux
découragement s'empara de moi. Dans cet état, on me conduisit à la
prison, on m'enferma dans un obscur cachot et on m'enchaîna comme un
misérable malfaiteur.

Lorsque j'entendis la porte se refermer sur moi, je sortis de mon
complet anéantissement, car depuis le palais jusqu'à la prison, j'avais
perdu l'usage de tous mes sens.

La fraîcheur du cachot me ramena aux sentiments de la réalité.

La prison des Trois-Rivières, comme toutes celles de ces temps était une
bâtisse à deux étages. La lumière ne filtrait dans les cellules que par
un étroit soupirail grillé de niveau avec le plafond, elle ne pouvait
se faire jour qu'à travers un épais rideau de poussière et de fils
d'araignées. Les murs suintaient l'humidité de toutes parts, un monceau
de paille pourrie répandait une odeur infecte quelques crampons de fer
rivés aux murs auxquels étaient attachées de fortes chaînes avec des
menottes qu'on me passa aux pieds et aux mains, tel était l'intérieur de
tous les cachots. Tous rapports avec l'extérieur ne se faisaient que par
un guichet d'une petite dimension par où le geôlier venait passer aux
prisonniers l'écuelle d'eau et le morceau de pain sec s'ils n'étaient
pas enchaînés; dans l'autre cas, ces aliments étaient déposés près
d'eux, celui qui les apportait pénétrait dans la cellule ou plutôt
dans le cachot. C'est à peine si cette nourriture pouvait soutenir ces
pauvres malheureux pendant une quinzaine de jours.

Voilà ce qui explique pourquoi on s'empressait de juger sitôt les
criminels tant on craignait, qu'ils ne mourussent d'inanition avant que
d'avoir subi leur procès.

Toutes ces réflexions je les fis dans un instant, puis tout à coup se
présenta à mon esprit l'exécution d'Attenousse, qui devait avoir lieu le
lendemain et moi qui était si près de lui, moi dont la poitrine était
couverte de blessures et dont la voix était si puissante, quand j'étais
libre, auprès des officiers français et du Gouverneur en chef, qui tous
me connaissaient particulièrement, je ne pouvais rien faire pour lui.
Oh! alors je bondissais comme un lion dans sa cage, je faisais des
efforts surhumains pour conquérir ma liberté, je m'élançais au bout de
mes chaînes et faisais de telles tractions qu'elles ébranlaient presque
le mur vermoulu de mon cachot. Je poussais des cris, des rugissements
qui n'avaient rien d'humain et qui devaient retentir dans les recoins
les plus éloignés de l'édifice, mais tout était inutile et l'heure
fatale avançait avec une effroyable rapidité.

Ce que je souffris dans cette horrible nuit d'angoisses et de tortures
morales je ne pourrais jamais l'exprimer jusqu'au moment où l'idée d'une
prière me vint à l'esprit.

Je tombai à genoux et priai avec toute la ferveur dont mon âme était
capable.

Cette prière sans doute fut écoutée du Ciel, car bientôt des pas lents
et graves comme ceux que j'avais entendus dans la journée retentirent
de nouveau dans le corridor. J'appelai encore une fois d'un accent
désespéré. Cette fois, ma voix parvint aux oreilles de ceux à qui elle
s'adressait. Les pas s'arrêtèrent à la porte de mon cachot et une voix
pleine d'onction et de tristesse demanda à celui qui l'accompagnait qui
appelait ainsi.

Ces un fou furieux, répondit celui à qui la question était posée, il a
voulu aujourd'hui assassiner le gouverneur.

--Oh! non, non, m'écriai-je avec force. Qu'on veuille seulement
m'entendre, mon témoignage peut sauver de la mort un innocent.

--Ouvrez-moi la porte de cette cellule, dit la même voix douce mais
ferme cette fois.

--N'en faites rien, monsieur l'Abbé, il est capable de vous tuer.

--Ouvrez, répéta la voix plus fermement encore. La clef grinça dans la
serrure et la porte roula sur ses gonds, alors entra un prêtre vénérable
dont la chevelure blanche comme la neige retombait en rouleau sur ses
épaules. Il avait à la main un flambeau qu'il déposa près de moi d'un
air calme et paternel. Sa figure portait un caractère de grandeur et de
sérénité empreinte dans ce moment d'une indicible tristesse.

A sa vue, je tombai à genoux et joignant les mains je m'écriai dans un
état de reconnaissance sans bornes "Merci, mon Dieu, merci".

Le prêtre parut d'abord surpris de cette brusque transformation, il
s'avança encore plus près de moi et me prenant les deux mains avec bonté
me dit d'une voix grave et sympathique:

"Vous avez donc bien souffert, mou pauvre frère, ou vous souffrez encore
beaucoup." Je ne pus lui répondre un seul mot, mais à l'altération de
mes traits, il comprit que quelque chose d'extraordinaire se passait en
moi. Il alla alors fermer la porte, ôta le léger manteau qui était jeté
sur ses épaules, le plia en quatre, la déposa sur ma couche, s'assit
lui-même à côté sur la paille humide et avec une douce autorité
m'obligea de prendre place sur ce siège qu'il m'avait improvisé, puis,
prenant une de mes mains, il me dit avec bonté: "Que puis-je faire pour
vous mon frère? Une malheureuse victime innocente des lois humaines
dort du sommeil du juste en attendant l'heure du supplice, je puis donc
demeurer quelques instants auprès de vous, parlez, en quoi puis-je vous
être utile".

Oh! c'est alors que je soulageai mon âme du poids énorme qui l'écrasait
depuis si longtemps en lui faisant, aussi brièvement que possible, la
confession de toute ma vie et en lui racontant les circonstances
qui avaient lié mon existence avec celles de Paulo, Angelina et
d'Attenousse. Je fis la peinture des caractères de ces deux hommes, je
m'accusai de ce que j'avais fait de mal, lui parlai des combats auxquels
j'avais eu part et lui montrai, à l'appui de mes paroles, les cicatrices
qui couvraient ma poitrine et tirai de mon sein les parchemins qui
m'avaient été donnés.

Quand j'eus fini de parler, le prêtre s'approcha de la lumière, examina
mes parchemins un instant, puis, saisissant tout à coup le flambeau,
il vint le présenter devant ma figure: Hélika! Monsieur Odillon! nous
écriâmes-nous spontanément et nous tombâmes dans les bras l'un de
l'autre. Je le suppliai alors, me mettant à ses genoux, de sauver
Attenousse. Le bon prêtre m'embrassa avec effusion, je sentis ses larmes
couler de mes joues, mais il me dit d'une voix profondément émue et en
secouant la tète: "Hélas! je crains qu'il ne soit malheureusement trop
tard, j'ai déjà fait tout ce qui était en mon pouvoir, car je le connais
depuis longtemps et le sais parfaitement innocent, néanmoins je vais
encore tenter l'impossible pour y parvenir."

Au même moment, un des guichetiers vint doucement gratter à la porte du
cachot, sur l'invitation du prêtre, il entra.

Est-il éveillé? demanda-t-il au guichetier d'une voix profondément
affligée.

Non, mon père, répondit celui-ci avec respect, je viens vous dire qu'il
repose encore. Son sommeil est des plus paisibles, seulement ses lèvres
se sont entr'ouvertes pour laisser échapper les noms de sa mère, de sa
femme et de son enfant dont il nous a parlé si souvent depuis qu'il est
ici; il a dit aussi ces mots: Oh! père Hélika! si tu vivais encore.

Le prêtre tout ému se retourna vers moi, m'embrassa avec effusion, mes
sanglots m'empêchaient d'articuler une seule syllabe; "Courage, me
dit-il, priez et espérez. Soumettons-nous dans tous les cas aux
inscrutables desseins de la Providence; dans une heure, je serai de
retour."

La lueur blafarde du crépuscule du matin scintillait péniblement, déjà
depuis quelque temps, à travers le sombre vitreau grillé de mon cachot
et l'exécution devait avoir, lieu à six heures.

Les ouvriers qui avaient travaillé à dresser l'échafaud avaient; terminé
leur tâche funèbre, car on n'entendait plus les coups de marteau. De
plus, le murmure du dehors, comme celui d'une foule qui s'occupe
avec indifférence des intérêts les plus mercenaires dans ces moments
solennels, parfois même un éclat de rire mal étouffé arrivait à mon
oreille attentive, aiguisée et inquiète; je frémissais en songeant que
déjà on se rendait pour choisir la meilleure place afin de savourer plus
longtemps les dernières palpitations d'un corps humain suspendu au bout
d'une corde.

Je supputai qu'il pouvait être alors quatre heures et demie.

Jamais je ne saurais vous dépeindre les angoisses, les tortures, les
inexprimables douleurs, les anxieuses espérances que chaque minute
m'apporta, en attendant le retour de monsieur Odillon.

Enfin des pas se firent entendre dans le corridor, la porte de mon
cachot s'ouvrit et la figure grave de l'homme de bien m'apparut. Il
était accompagné de deux tourne-clefs.

J'ai enfin pu pénétrer auprès du Gouverneur après des peines sans nombre
me dit-il tristement.

Il paraît qu'il a failli être assassiné hier soir et il a noyé sa
frayeur dans de copieuses libations. Il m'a donné sa parole qu'il allait
envoyer immédiatement l'ordre d'un sursis. Il a refusé de m'en charger
tant il est encore abasourdi, mais il consent néanmoins à ce qu'on vous
ôte vos fers et permet que vous communiquiez avec Attenousse?

Vous savez, reprit-il avec amertume, pendant qu'on me délivrait de mes
fers, qu'on met plus d'empressement souvent à condamner ses semblables
qu'à sauver un innocent.

Ce fut d'un pas défaillant qu'accompagné de monsieur Odillon et d'un
guichetier je pus me rendre au cachot d'Attenousse. Lorsque nous
entrâmes, il dormait encore, mais le bruit de nos pas l'éveilla. En
m'apercevant, il s'élança au bout de ses chaînes et nous nous tînmes
longtemps embrassés. "Angeline, mon entant, et ma vieille mère, me
demanda-t-il lorsqu'il put parier, que sont elles devenues?" Je ne pus
lui répondre, je me sentais, étouffé sous le poids, de tant d'émotions.
Alors monsieur Odillon vint à mon secours, il lui raconta en quelques
mots les principaux incidents qui m'étaient advenus depuis mon départ à
bord de la corvette, _La Brise_.

Puis nous lui fîmes part de l'assurance que le Gouverneur avait donné de
l'envoi d'un sursis, bien que nous n'y ajoutâmes que peu de foi et que
nous ne conservâmes nous-mêmes aucun espoir, Tout est bien fini pour le
pauvre guerrier sauvage, nous répondit-il, en secouant tristement la
tête.

Cette nuit dans un songe, il a vu sa femme, sa vieille mère et son
enfant, mais elles étaient là-haut, dans la demeure du Grand Esprit,
c'est donc qu'il les reverra désormais.

L'horloge marquait cinq heures et un quart et l'ordre du sursis
n'arrivait pas. Nous laissâmes tous le cachot à l'exception de monsieur
Odillon qu'Attenousse désirait entretenir quelques instants.

Dix minutes après, la porte s'ouvrit et nous fûmes invités à entrer de
nouveau. La figure de monsieur Odillon était empreinte de tristesse,
celle d'Attenousse était calme et sérieuse.

A fûmes nous auprès d'eux que la cloche de la prison se fit entendre.
J'écoutai en frémissant: hélas! c'étaient des glas qui invitaient les
âmes charitables à unir leurs prières à celles du prêtre qui allait
offrir le Saint Sacrifice pour le repos de l'âme de celui qui devait
mourir. En effet, quelques instants après, revêtu de sacerdotaux, il
commençait une Messe de Requiem et sa voix émue s'arrêtait de temps en
temps pour dominer son émotion pendant que les sanglots des assistants
troublaient seuls le silence.

Au moment de la communion, le prêtre voulu adresser quelques paroles,
maïs il ne put le faire que difficilement à travers ses sanglots.

Je ne pus comprendra que ces quelques mots: "le Juste par excellence a
été mis à mon injustement, faites-lui donc généreusement le sacrifice
de votre vie, comme il l'a fait sans se plaindre, pour sauver les
coupables. Voici mon frère, le pain des forts qui va vous soutenir dans
le moment où Dieu va vous appeler à lui."

Ce fut tout ce qu'il put dire.

Attenousse reçut l'eucharistie avec une ferveur angélique, lui seul
n'était pas ému.

Après la messe, monsieur Odillon lui administra le Sacrement de
l'Extrême-Onction.

Et le sursis n'arrivait pas.

A six heures moins dix minutes, la porte s'ouvrit, c'était le bourreau
qui entrait suivi de ses aides. En le voyant, le bon prêtre regarda à sa
montre: "encore cinq minutes" lui dit-il. Oh! je compris de suite que
tout espoir était perdu.

En trébuchant, je réussis à me jeter une dernière fois au cou de mon
malheureux ami. Dans l'état d'extrême souffrance où j'étais, je ne pus
que distinguer ces quelques paroles: "Père Hélika, je te confie ma
vieille mère, ma pauvre femme et ma chère petite fille; sois leur
protecteur et ne les abandonne jamais. Portes-leur au plus tôt mes
derniers embrassements et dis leur que je meurs innocent."

Incapable d'y tenir plus longtemps, je sortis de l'appartement supporté
par deux gardiens et allai m'affaisser sur un siège dans une autre
chambre plus loin.

Peu d'instants après, je fus tiré de mon état de torpeur par des bruits
de pas dans le corridor. C'était le cortège funèbre qui défilait, je le
suivis machinalement.

La cloche sonna de nouveau, mais cette fois, c'était le dernier glas.

Attenousse, les mains liées derrière le dos et la corde au cou dont le
bourreau tenait l'autre extrémité, s'avança, d'un air calme, jusque sur
le bord de l'échafaud.

La foule était immense, les rires et les chuchotements cessèrent, le
spectacle allait commencer. Le condamné se mit à genoux, répéta les
prières des agonisants après Monsieur Odillon, puis se levant, il dit
d'une voix ferme: "Avant que de paraître devant Dieu, je déclare de la
manière la plus solennelle que je suis entièrement innocent du crime
pour lequel on m'ôte la vie. Je demande pardon à tous ceux à qui j'ai pu
faire du mal sans le savoir et pardonne de tout coeur à ceux qui m'en on
fait." Il ajouta en se tournant fièrement vers la foule: "le coeur du
guerrier sauvage est inaccessible à la peur. Son chant de mort ne sera
pas celui de ses pères, mais celui de la religion de sa femme et de son
enfant qu'un missionnaire leur apprit à répéter à l'enterrement de leurs
frères." Puis d'une voix forte, pleine d'une suave et pittoresque beauté
il entonna son _Libera_.

Je crois encore, après quinze ans de ces événements, entendre chacune
de ces notes qui retentissent dans mon âme avec le glas funèbre que la
brise du matin nous apportait, du toutes les cloches de la ville.

Son chant funèbre terminé, il se mit de nouveau à genoux, embrassa
pieusement le crucifix que monsieur Odillon lui présenta, le bonnet
fut rabattu sur ses yeux puis un bruit mat se fit entendre. C'était
la trappe qui venait de s'ouvrir. A l'instant même, le cri "grâce"
retentit. Un officier à cheval agitant un papier débouchait au coin de
la prison.

Ce cri produisit un choc électrique. La foule se précipita vers
l'échafaud, la corde fut coupée par vingt couteaux, mais hélas!... il
était trop tard... les vertèbres avaient été disloquées et la mort, par
conséquent, instantanée!!!!......

La justice des hommes comme on le dit généralement était
satisfaite...........

Des médecins furent appelés en toute hâte. Ce que l'art put tenter fut
vainement employé pour lui rendre la vie. Pendant ce temps, la foule
anxieuse, la tête découverte, consultait avec angoisse la figure
des médecins pour tâcher de découvrir s'il n'y avait pas encore
quelqu'espoir. Mais lorsque ceux-ci déclarèrent qu'il était bien mort,
que tout était fini, toutes les poitrines se soulevèrent, il y eut un
long murmure de pitié et bien des yeux laisserent couler des larmes.

Cependant au milieu du silence général, Anakoui s'approcha de Monsieur
Odillon et désignant du doigt quatre hommes à figure imbécile, "voici,
lui dit-il, quatre des jurés qui ont condamné à mort mon malheureux
frère. Demandez-leur donc pourquoi ils ne l'ont pas acquitté quand des
témoins ont déclaré avoir entendu les trois scélérats concerter leur
plan d'accusation contre lui, les avoir vu de plus essayer à faire
disparaître sur leurs habits et leurs mains des taches de sang; et
qu'un autre du nos frères les avait vus sortir ensanglantés de la hutte
quelque temps avant qu'Attenousse y soit entré."

Monsieur Odillon, qui avait assisté au procès et qui l'avait suivi
dans tous ses détails, connaissait l'exactitude de ces remarques. A la
suggestion du chef sauvage, il s'approcha d'eux et leur demanda comment
il se faisait qu'ils eussent trouvé Attenousse coupable de meurtre quand
le juge dans son adresse aux jurés avait appuyé fortement sur cette
partie de la défense où l'alibi se trouvait parfaitement prouvé, qu'il
s'était de plus étendu sur la crédibilité des témoins à décharge et sur
leurs bons caractères attestés par tous ceux qui les connaissaient. Il
avait ajouté que des témoignages non moins irrécusables affirmaient que
les accusateurs n'étaient rien autre que des repris de justice.

Alors un des jurés s'avança et d'un air capable il dit: Faites excuse,
monsieur le juge a dit que ces témoignages se contrecarraient les uns
les autres.

Ils avaient compris contrecarrer au lieu de corroborer que le juge avait
dit; de là leur erreur.

Malheureux, leur dit Monsieur Odillon, en laissant tomber ses deux mains
avec découragement, par votre ignorance, vous êtes cause de la mort d'un
innocent. Puisse Dieu ne pas vous demander compte de la mission que vous
aviez à remplir et de la manière dont vous l'avez fait.

Après ces mots, ils restèrent atterrés pendant quelque temps et des
murmures de plus en plus menaçant commencèrent à s'élever dans la foule.
Enfin l'un d'eux reprit: "le juge de paix lui-même avant le procès nous
avait assuré qu'il était certainement coupable. Le voilà demandez-lui
pourquoi il nous a mis sous cette impression?" Il désignait en même
temps Bélandré qui allongeait le cou et essayait de saisir quelques
paroles de ce qui se disait.

Il y eut alors un cri de rage indicible. Les sauvages qui avaient
assisté à l'exécution sortirent leurs couteaux et s'élancèrent dans la
direction que le juré avait signalé. Bélandré comprit l'immensité du
danger. Il prit la fuite vers la demeure du gouverneur chaudement
poursuivi par les sauvages et la foule. Grâce à l'agilité de ses jambes
et à la peur qui lui donnait des ailes, il put mettre en peu de temps
entre lui et ceux qui le poursuivaient, les gardes du gouverneur et les
portes du palais.

Disons de suite qu'il ne reparut jamais dans ces endroits et qu'il
alla dans une autre partie du pays répandre le venin de sa langue
empoisonnée.

Sans l'intervention de Monsieur Odillon, la foule aurait aussi fait un
fort mauvais parti aux jurés.[1]


[Note 1: N. B. Quoique l'institution de Juge de Paix et celle de
juré soit d'une date bien postérieure à celle où les évènements qui
sont décrits sont sensés se passer, l'auteur a cru toutefois pouvoir se
permettre cet anachronisme que le lecteur voudra bien lui pardonner en
considération du motif qui le lui a fait commettre. Sans être en aucune
manière contre ces deux institutions, on ne peut toutefois se dissimuler
qu'elles comportent parfois de graves inconvénients et occasionnent
souvent d'irréparables malheurs. Il suffit d'assister à une séance d'une
de ces cours de Juge de Paix dans les campagnes pour s'en convaincre. Un
homme, souvent dépourvu de toute éducation et quelquefois même du
plus gros bon sens s'éveille un bon matin tout étonné de recevoir une
commission de juge de paix. Il le doit quelquefois à l'appui qu'il a
donné à un candidat heureux. De suite le voilà grand personnage, il
devient un tyranneau de paroisse. Il y a bien assez souvent pourtant de
graves difficultés, car à peine peut-il réussir quelquefois à signer son
nom d'une manière lisible. Il est obligé de se faire lire la loi par un
voisin complaisant, sauf à l'interpréter comme il l'entendra plus tard.
Ces décisions, pour les parties lésées sont presqu'aussi sans appel que
celles des commissaires pour les décisions des petites causes puisque le
malheureux plaideur a à payer, le plus souvent, une somme au dessus
de ses moyens pour lever un _certiorari_ et obtenir justice. Nous en
connaissons même et le nombre en est plus grand qu'on ne pense, qui ne
voient pas sans plaisir un homme contre lequel ils ont des ressentiments
personnels ou politiques, amené à leur tribunal. Ceux-là à coup sûr sont
invariablement condamnés. Tous les Juges de Paix ne sont sans doute pas
de ce calibre, mais le nombre en est cependant assez grand pour que
la Commission de la Paix ait besoin d'être révisée soigneusement. Les
inconvénients qu'on rencontre dans l'institution de Juré sont plus
grandes encore. En effet, si vous avez une cause d'une légère importance
pour une affaire pécuniaire vous allez la confier à un avocat qui jouit
de la plus haute considération et dont la science et le jugement sont
parfaitement reconnus; mais s'il s'agit d'une question de vie et de mort
vous êtes obligés de vous en rapporter aux jugement d'hommes préjugés
quelquefois et, de plus, souvent dénués du plus gros bon sens. Joignez
à cela l'esprit de nationalité, les traductions imparfaites au corps de
juré, des témoignages rendus dans des langues qu'ils ne comprennent pas,
la longueur des questions et transquestions posées aux témoins et vous
aurez une idée du verdict que peuvent rendre ces hommes fatigués et
ennuyés par la durée des plaidoyers. De plus, il est très rare, qu'aucun
d'eux ne prenne des notes. Ils n'ont donc pour se guider dans leurs
décisions que l'exposé du Juge qu'ils écoutent souvent d'une manière
distraite et qui n'est que le résumé des témoignages contradictoires qui
ont été donnés, ce qui souvent ne saurait jeter une grande lumière sur
les sujets. Qu'on ne croie pas que le fait rapporté plus haut soit
purement imaginaire. Nous avons entendu un avocat éminent, aujourd'hui
sur le banc, qui disait avoir demandé à un juré qui avait déclaré
coupable un de ses clients accusé de meurtre, pourquoi il en avait agi
ainsi: grand nombre de témoins des plus respectables avaient prouvé
l'alibi et le juge lui-même le leur avait expliqué dès que ces
témoignages se trouvaient parfaitement corroborés. Le juré lui avoua
alors franchement qu'ils avaient compris que corroboré était synonyme de
contrecarré. Malheureusement lorsque l'avocat reçut cette déclaration,
il était trop tard. C'est parce que nous croyons les rôles des grands
et des petits jurés intervertis que nous nous permettons ces
remarques.--Note de l'auteur.]

Le lendemain, un concours immense avait envahi l'église des
Trois-Rivières pour assister au service funèbre du malheureux
Attenousse. Ce concours l'accompagna même tête découverte jusqu'à
sa dernière demeure. Toutes les figures portaient l'empreinte de la
tristesse et de la pitié. Parfois aussi un sanglot mal étouffé se
faisait entendre.

La cérémonie terminée, un officier vint me remettre un papier couvert de
la signature du gouverneur par lequel il m'invitait à passer chez lui.
Il avait entendu raconter tout ce qui était arrivé depuis la veille. On
lui avait aussi redit dans les plus minutieux détails la scène aux pieds
de l'échafaud et les déclarations des jurés, il en était profondément
affecté. Il se reprochait amèrement de ne m'avoir pas donné audience la
veille. Il s'accusait même d'être coupable de la mort de mon malheureux
ami en ayant trop tardé à envoyer le sursis, mais il pensait que
l'exécution n'aurait lieu qu'à sept heures. Il m'offrit ensuite comme
compensation une forte somme d'argent pour qu'elle fut remise à la
famille du supplicié. Je la refusai en leur nom de la manière la plus
péremptoire et lui dis avec amertume en découvrant ma poitrine, que si
les blessures dont j'étais couvert et le sang que j'avais versé pour
la patrie n'avaient pas même pu me procurer une audience de quelques
instants pour sauver un innocent, du moins il pourraient servir à leur
assurer le bien-être et le confort matériel, puisque j'avais amassé des
sommes considérables que je leur destinais.

Là dessus je pris congé de lui après qu'il m'eut assuré que par un édit
qu'il allait publier, il proclamerait l'innocence d'Attenousse.

J'allai ensuite faire mes adieux à Monsieur Odillon. Il n'était pas
encore remis des secousses qu'il avait éprouvées. Il put cependant
trouver quelques paroles de consolation et d'encouragement, et ce fut,
avec la plus grande émotion que nous nous séparâmes.



ANGELINE.

La voie qui me restait à suivre était désormais toute tracée. Réparer
le mal que j'avais fait, tel était mon devoir et la détermination
que j'avais prise. Je suis heureux aujourd'hui du témoignage de ma
conscience qui me dit que je n'ai pas forfait à mon serment.

Il me fallait, aller rejoindre Angeline. L'affreux malheur qui était
venu fondre sur elle me l'avait rendu encore plus chère, s'il était
possible, car à l'amour paternel que je lui portais rejoignait un
sentiment d'incommensurable pitié.

Je passai le reste de la journée à acheter des provisions en abondance
ainsi que des étoffes et des vêtements de toutes sortes. Le lendemain
matin, accompagné de quatre hommes vigoureux que j'avais choisis et
engagés, je me dirigeai vers le Lac St. Jean où je devais la rencontrer.
Nous marchâmes pondant quatre jours et quatre nuits sans prendre que
justement le temps nécessaire pour les repas et le repos qui nous
étaient indispensables, j'avais hâte d'arriver et pourtant je redoutais
le moment où elle me demanderait des nouvelles d'Attenousse, car je
savais que ce serait la première question que sa mère et elle me
poseraient.

La quatrième nuit, du haut d'une éminence, par un beau clair de lune,
je pus contempler le campement d'une partie de la tribu qui reposait
paisiblement sur les bords du lac. Je voyais la fumée qui s'échappait de
chaque toit et s'élevait en ondoyant pour se perdre dans l'immensité des
cieux.

Je pressai alors ma poitrine à deux mains pour arrêter les palpitations
de mon coeur qui semblait prêt à en sortir. Un des indiens qui
m'accompagnait me désigna la demeure d'Angeline. Je sentais en
descendant la pente qui y conduisait mes jambes faiblir sous moi. Les
chiens de garde poussaient des hurlements inquiets et plaintifs pour
avertir leurs maîtres que des étrangers arrivaient, j'avançais toujours
malgré la certitude où j'étais que j'allais porter le désespoir dans cet
intérieur. Quelques sauvages sortirent pour se rendre compte de ce bruit
insolite. Presque tous me reconnurent lorsque je passai devant eux, mais
ils rentrèrent précipitamment, croyant que c'était plutôt mon esprit qui
venait les visiter tant ils étaient certains de ma mort et tant était
grande la superstition qui les dominait, malgré les lumières que le
christianisme leur avait données.

Enfin, je réussis à dominer quelque peu mon émotion et me dirigeai vers
la demeure de ma pauvre Angeline. Mes deux chiens que j'avais laissés
avant mon départ et qui avaient toujours montré pour elle un attachement
sans bornes, étaient étendus à la porte l'oeil et l'oreille au guet,
comme deux vigilantes sentinelles. Lorsqu'ils entendirent le bruit de
mes pas, ils se levèrent et poussèrent d'affreux hurlements auxquels
répondirent tous les autres chiens de la tribu, puis dès qu'ils virent
que nous nous avancions vers la porte qu'ils gardaient soigneusement,
ils s'élancèrent vers nous le poil hérissé, l'oeil ardent, nous montrant
deux rangées de dents formidables. On eut dit qu'ils voulaient nous
barrer le passage. Je me sentis touché de ce dévouement si vrai et si
désintéressé; je les appelai par leurs noms, ils reconnurent ma voix.
D'un saut, ils furent auprès de moi, vinrent me lécher les mains, firent
mille cabrioles en avant et autour de moi, allèrent japper joyeusement
à la porte pour leur apprendre qu'un ami arrivait puis recommençaient
leurs gambades tant leur joie était délirante.

Je n'étais plus enfin qu'à quelques pas de l'habitation, lorsque la
porte s'ouvrit et deux femmes parurent sur le seuil. L'une d'elles
tenait une carabine, l'autre pressait un jeune enfant sur sa poitrine.
Toutes deux avaient été éveillées en sursaut par le bruit inusité et
craignaient sans doute une attaque de quelques tribus ennemies, attaques
qui n'étaient que trop fréquentes dans ces temps-là. Je les reconnus du
premier coup d'oeil; c'étaient la mère d'Attenousse et mon Angeline.
Mes forces voulurent m'abandonner, mais je réussis à prendre le
dessus.--Hélika, s'écria la vieille en se reculant épouvantée pendant
qu'Angeline s'élançant à ma rencontre venait jeter son enfant dans mes
bras et me sauter au cou. Je les pressai un instant toutes deux sur mon
coeur.

--Père, me dit Angeline, je t'attendais. Va-t-il bientôt nous revenir?
Elle n'osait prononcer le nom de son époux. Je pus alors, pressé de ses
questions, me débarrasser de son étreinte et ordonner aux sauvages qui
portaient mes effets de les déposer à la porte de la hutte et leur
enjoignis de se retirer. Je leur avais expressément défendu de raconter
la mort tragique d'Attenousse et je pouvais compter sur leur discrétion.
Puis prenant Angeline et son enfant dans mes bras, comme je l'avais fait
les deux jours qui avaient précédé mon départ, j'entrai dans la cabane
et les assis sur mes genoux.

Pendant, ce temps, la vieille mère disséquait chacun des traits de ma
figure comme si elle eut voulu y lire la terrible nouvelle que j'allais
leur annoncer et qu'elle semblait anticiper.

L'accablement dont mon âme était en proie ne put leur échapper, elles
semblèrent comprendre qu'un grand malheur était arrivé, et les
sanglots d'Angeline me tirèrent de l'abîme de douleurs où j'étais
enfoncé.--"Angeline, ma bonne, ma chère enfant, lui dis-je en
l'embrassant, ton mari était trop parfait pour la terre, il ne pouvait
vivre au milieu des méchants qui rôdent autour de nous. Dieu a voulu
qu'il me chargeât de te donner avec nous tous un rendez-vous dans le
ciel, car il l'a appelé à lui. Une affreuse maladie l'a saisie à son
arrivée aux Trois-Rivières, il un est mort entouré de tous les secours
de la religion bénissant ton nom, celui de sa mère et faisant des voeux
pour le bonheur de son enfant. Il m'a chargé de prendre soin de vous
tous et je ne faillirai pas à l'engagement que j'ai contracté sur son
lit de mort. Plutôt m'arracher le coeur que de me séparer de ton enfant
à laquelle j'ai voué tout l'amour, que j'ai porté à la mère et que je
ressens pour toi aujourd'hui."

J'avais dit ces paroles qui ne comportaient qu'une partie de la vérité,
les yeux baissés et l'esprit encore noyé dans le souvenir des scènes
affreuses que j'avais vues se dérouler depuis mon arrivée dans la ville.

Quand je levai la tête, Angeline ne pleurait plus, son regard était
perdu dans le vide, un frisson agitait tous ses membres, sa pâleur était
extrême. La mère continuait à m'examiner et malgré les efforts qu'elle
faisait avec la stoïque énergie du sauvage pour dissimuler ce qu'elle
éprouvait, je pus voir clairement qu'elle pressentait tout ce qui était
arrivé.

Je déposai Angeline sur son lit, je la couvris de mes baisers, l'inondai
de mes larmes et nous tentâmes, la mère et moi, tous les efforts
possibles pour tâcher du la faire revenir à elle. Elle fut longtemps,
bien longtemps avant que de pouvoir reprendre ses sens. Heureusement
qu'une idée lumineuse me frappa. Je couchai auprès d'elle la petite
Adala et lui ayant dit tout bas que sa mère allait mourir si elle
n'essayait pas par ses caresses de la rappeler à la connaissance. Cette
enfant était d'une intelligence bien supérieure à son âge, on eut dit
qu'elle comprenait l'importance de ce que je lui avais dit et elle
répéta les mots que je lui avais appris: "Maman si tu mourais que ferait
Adala?" et elle l'embrassait à chacune de ses paroles. Ces accents naïfs
qui peuvent faire surgir la mère de la tombe à la voix de son enfant
premier-né eurent l'effet désiré.

--Oh! Adala, dit-elle en la pressant avec transport, seules désormais
sur la terre qu'allons-nous devenir, car tu es orpheline et ne comprends
pas encore toute la perte que tu as faite en étant privée de l'appui
de ton père, et des larmes abondantes inondèrent ses joues. Agenouillé
auprès du lit, je suivais avec anxiété cette scène navrante; toutefois,
j'augurai bien des larmes que versait Angeline, car il me semblait
qu'elles devaient la sauver. Je regrettai alors de ne pas lui avoir dit
toute la vérité, mais quelles consolations aurais-je pu lui offrir; une
consolation est-elle possible dans cette vallée de larmes?

Mais pourquoi m'appesantirais-je davantage sur ces tristes
évènements?.....

A force de bons soins, la santé d'Angeline parut se rétablir et chaque
soir, une prière était dite en commun dans la tribu pour le repos de
l'âme du malheureux Attenousse.

Toutefois la position n'était guère tenable. D'un moment à l'autre, un
mot indiscret de quelqu'enfant de la tribu, pouvait tout compromettre,
car chacun savait ce qui s'était passé avant et après l'exécution, et je
craignais qu'il en vint quelque chose aux oreilles d'Angeline et qu'on
lui apprit de quelle manière Attenousse était mort. Je me décidai donc
un jour de fuir ces endroits à jamais néfastes, d'amener avec moi mes
infortunées protégées, d'aller demeurer dans un lieu ignoré, auprès d'un
lac qui se trouve dans les profondeurs des bois, vis-à-vis Ste. Anne
de la Pocatière, autrefois Ste. Anne de la Grande Anse. Je fis mes
préparatifs en conséquence: j'achetai un fort grand canot, engageai des
hommes et le surlendemain, accompagnés d'une embarcation montée par
de puissants rameurs qui devaient nous prêter secours au besoin, nous
descendîmes le Saguenay et quelques jours après nous traversions le
fleuve.

Est-il besoin de vous dire que la veille de mon départ, j'avais visité
plusieurs de mes amis et leur avais exposé le but et la raison qui me
forçaient de les abandonner. Ils comprirent parfaitement, ces enfants
de la nature, quel était le sentiment qui guidait ma conduite, ils
voulurent même m'offrir des venaisons, fumées et des pelleteries dont
j'aurais trouvé un avantageux débit. Je les remerciai avec effusion pour
ces preuves d'amitié qu'ils me donnaient, et lorsque le lendemain, je
doublai le cap qui les séparait à jamais de ma vue, je pus apercevoir
leurs silhouettes mal effacées. Ils venaient nous dire adieu malgré
l'heure matinale du départ, et tâchaient de se mettre à l'abri des
rochers pour que nous ne les vissions pas, tant ils semblaient
comprendre combien il nous était pénible de nous séparer d'eux. Je n'en
ai revus que peu d'entre eux depuis que j'habite les bords du Lac à
la Truite, ceux-là je les ai toujours reçus avec bonheur parce
qu'ils m'apportaient l'expression sincère de l'amitié que tous nous
conservaient.

Nous débarquâmes donc à Ste. Anne à un endroit qu'on appelle encore
aujourd'hui le Cap Martin. L'église se trouvait alors à une bien faible
distance de ce lieu, montrant son clocher d'où trois fois par jour,
comme c'est encore la coutume, la cloche invitait les fidèles à la
prière.

Je m'assurai de suite d'une demeure confortable. Un brave habitant,
moyennant rétribution, me céda une partie de sa maison. J'y installai
Angeline, son enfant et la vieille qui n'avait pas voulu se séparer
d'elles et je m'établis leur pourvoyeur. Chaque jour, je m'évertuais à
trouver de nouveaux plats qui pussent satisfaire leurs goûts, car, en
dépit de tous mes efforts, je voyais la santé d'Angeline faiblir d'un
jour à l'autre malgré tous les soins que nous prenions d'elle. Pourtant
elle parut se ranimer pendant quelque temps. Bien que plongée dans une
affreuse tristesse dont je ne pouvais la tirer, j'avais réussi à lui
faire prendre un peu d'exercice. La vieille indienne l'entourait de
toute espèce de prévenances et me secondait dans ce que j'essayais pour
la distraire. Je lui avais dit tout ce que j'avais caché à Angeline
et par un accord tacite, jamais allusion n'avait été faite aux jours
passés.

Ainsi s'écoulèrent six mois non pas de bonheur, mais au moins de paix et
de tranquillité; chacun dévorant sa peine en silence.

Mais un jour arriva où, entraîné par le désir incessant de chasser,
je m'éloignai de la demeure pour m'enfoncer dans les bois. Lorsque je
revins, la désolation était à son comble. Angeline, comme à l'ordinaire,
avait été faire une promenade, elle avait rencontré dans sa course
une de ces commères obséquieuses qui ont toujours la bouche pleine de
nouvelles. Elle lui avait raconté dans tous ses détails le supplice
qu'un sauvage avait enduré aux Trois-Rivières. elle lui avait rapporté
toutes les atroces calomnies qui avaient pesées sur lui et auxquelles
elle-même ajoutait foi. Elle tenait, disait-elle, tous ces détails d'un
sien cousin qui était parti des Trois-Rivières la veille de l'exécution
et qui les tenaient lui-même de trois sauvages qui avaient vu commettre
le meurtre pour lequel l'indien avait été exécuté. Il avait ajouté de
plus que ces trois hommes erraient dans les bois d'alentour.

Ce coup devait être le dernier qui allait frapper Angeline. Nous la
mîmes au lit le soir avec une fièvre considérable et dans un état de
délire complet. La Providence dans ses décrets avait décidé qu'elle n'en
sortirait plus vivante.

Je glisse rapidement sur ces événements parce que je sens mon être se
déchirer à chacune des péripéties que j'aurais à raconter dans les
différentes phases de sa maladie. Lorsqu'un des derniers jours de mai,
le bon médecin de campagne vint me presser la main, qu'il m'invita à le
reconduire jusqu'au bout de l'avenue, je sentis, à l'émotion de sa voix,
que je n'avais plus rien à espérer des secours des hommes. Il m'annonça
donc que mon enfant bien aimée n'avait plus que peu de jours à
appartenir à la terre. Sa constitution, ajouta-t-il, a été minée
insensiblement par des causes que je ne puis comprendre; elle était née
forte et vigoureuse. C'est à son tempérament et à vos bons soins qu'elle
a dû de vivre jusqu'aujourd'hui. L'énergie de sa volonté a pu lui faire
surmonter bien des crises causées par un mal moral, mais cette dernière
a été au-dessus de ses forces. Dans deux ou trois jours au plus dit-il
en me prenant la main et la serrant affectueusement, Dieu aura mis un à
ses souffrances.

A cette désolante déclaration je sentis mes jambes fléchir sous moi
heureusement que j'avais à ma portée un poteau auquel je pus me retenir,
car j'allais choir. Je demeurai longtemps plongé dans l'abîme de ma
douleur. Je ne sais depuis combien de temps j'étais là lorsqu'une main
amicale vint se poser sur mon épaule. Je fis un soubresaut, comme quand
on est soudainement éveillé au milieu d'un affreux cauchemar. C'était le
bon curé qui venait faire sa visite quotidienne à ma chère malade. Le
docteur était passé chez lui et lui avait raconté l'état de désespoir
dans lequel il m'avait laissé. Il comprit que toutes ces consolations
banales qu'on prodigue quelquefois à ceux qui pleurent étaient
superflues, aussi nous acheminâmes nous en silence vers la maison. Avant
que d'y entrer, le bon prêtre me fit promettre de n'y paraître que
lorsqu'il m'appellerait afin que la malade ne vit pas l'altération de ma
figure.

Quand j'entrai au signal convenu, les traits de ma pauvre Angeline
n'avaient plus rien qui appartint à la terre. Son regard était tourné
vers les cieux et de ses lèvres s'échappait une fervente prière. Le
bruit de mes pas la tira de cet état extatique. Elle me fit signe
d'approcher, me tendit la main et me présenta son front à baiser comme
elle avait coutume de le faire depuis mon retour.

Enfin, vous l'avouerai-je, je ne me sens plus la force de vous exprimer
les souffrances innombrables que j'ai éprouvées pendant les deux jours
et deux nuits qui précédèrent sa mort. Bercé de temps en temps entre le
découragement ou l'espérance, dès qu'une lueur d'amélioration se
faisait entrevoir je redoublais, s'il était possible, mes soins et ma
sollicitude. La mère et moi nous étions constamment à son chevet dans
un morne silence troublé seulement par la respiration haletante de la
mourante et le tic-tac de l'horloge dont l'aiguille, comme le doigt de
l'inexorable destin nous montre à chaque seconde que nous avons fait un
pas vers l'éternité.

Les regards de la malheureuse mère, chargés de tristesse rencontraient
parfois les miens et nous baissions la tête comme si nous eussions
craint, de laisser apercevoir les sentiments de souffrances auxquels nos
coeurs étaient en proie.

Le soir de la troisième journée tout parut renaître à l'espérance l'état
de la malade nous semblait s'être considérablement amélioré. Tout
joyeux, je me livrais à l'espoir et de suite j'envoyai quérir le
médecin.

Nous sommes toujours si heureux d'espérer même lorsque tout est perdu.

Il arriva en toute hâte, prit le pouls de la malade, ausculta sa
poitrine, lui dit quelques paroles d'encouragement puis faisant signe
de l'accompagner à la porte: "le soleil de demain, me dit-il, ne la
trouvera pas vivante."

Dans la soirée, elle reçut tous ses derniers sacrements. Vers minuit,
je vis que le moment fatal approchait mais j'avais un dernier devoir à
remplir et je résolus de le faire avec toute l'énergie que j'avais mis
autrefois à faire le mal. C'était un pardon que je voulais obtenir, car
je ne me dissimulais pas que si j'avais abandonné la voie du crime,
c'était dû aux prières de mes bons parents, de mes soeurs et d'Angeline.

Après que son action de grâces fut finie, je priai l'assistance de se
retirer et prosterné, la face contre terre, je demandai pardon à mon
enfant pour tout ce que je lui avais fait endurer à elle-même, lui
racontai l'histoire de son enlèvement et les souffrances atroces
qu'enduraient ses parents par sa disparition.

J'attendais les paroles qu'elle allait prononcer comme un criminel qui
doit recevoir sa sentence.

--Père, me dit-elle après un moment de silence, viens, m'embrasser. Je
remets entre tes mains Adala, c'est mon trésor, c'est ma vie que je le
confie.

Telles furent les dernières paroles que j'entendis de sa bouche
angélique.

Je fis ensuite rentrer les assistants. La respiration de la mourante
devenait de plus en plus oppressée, ses lèvres seules remuaient pour
répondre aux prières des agonisants. Ses mains étaient jointes et ses
yeux tournés vers le ciel. Un instant après que nous eûmes fini de
prier, une légère teinte parut colorer ses joues: "j'y vais, j'y Vais,"
prononça-t-elle comme si elle se fut adressée à quelqu'être surnaturel
et ce fut tout!!!.......................................

En ce moment, Adala s'éveilla en souriant et demanda sa mère, elle
tendit ses bras vers elle et l'embrassa en l'appelant. Hélas sa pauvre
mère n'était plus qu'un cadavre!

Deux jours après, Angeline fut déposée dans sa dernière demeure où elle
dort encore aujourd'hui sous un gazon émaillé de fleurs sauvages en
attendant le jour où nous nous réunirons. Une pauvre croix de pierre sur
laquelle est gravé son nom, avertit le passant indifférent qui foule les
tombes du cimetière, qu'elle repose là.

Quand la cérémonie funèbre fut terminée, je pris Adala dans mes bras, la
pressai sur ma poitrine et lui dis avec transport: "Oh non, mon Adala,
tu ne resteras pas orpheline, car désormais tu seras ma seule richesse,
mon seul bonheur."



TROIS TRAPPEURS.--UNE VIEILLE CONNAISSANCE.

J'avais adopté l'enfant comme la mienne et la grand'mère qui demeurait
avec moi en prenait un soin tout particulier.

L'intérêt de mon argent fournissait amplement aux besoins de la famille,
et nous vivions heureux.

Je passai tout l'été auprès de mes protégées, mais les premières bordées
de neige firent renaître en moi un désir irrépressible de la chasse dans
les endroits où ma vie s'était en partie écoulée.

Adala avait, pendant ce temps, supporté les maladies auxquelles les
enfants de son âge sont sujets; grâce aux bons soins du médecin et de
ceux que nous lui prodiguâmes, elle était revenue à la santé.

J'avais conçu des soupçons sur le caractère de la femme qui avait
raconté à Angeline la mort tragique de son mari. Je reconnaissais-là,
dans toutes ces informations, une malveillance dictée par une
intelligence plus forte que ne possédait la femme en question. Je fus
aussi frappé de cette histoire du cousin qui l'avait mis parfaitement au
fait d'une circonstance intime de notre vie.

Depuis quelques jours, on m'informait que trois sauvages, après avoir
rôdé longtemps dans les bois, étaient disparus subitement et sans qu'on
sût quel côté ils avaient pris: de là, grande inquiétude parmi mes
voisina, car ils s'étaient livrés à des vols, à des rapines, ils avaient
même commis des actes d'outrages les plus criminels qui avaient attiré
contre eux un juste sentiment d'indignation. Ces derniers actes
mettaient le comble à leur scélératesse. Dernièrement encore, ils
étaient entrés dans la demeure d'un brave citoyen alors absent et la
femme ne put être à l'abri de leurs violences qu'en les menaçant de mon
nom, car on savait dans la paroisse que j'étais un ancien chef sauvage.
En m'entendant nommer celui qui paraissait les conduire, avait
tressailli de surprise. Il avait pris des informations détaillées sur
ma figure, l'endroit d'où je venais et le personnel de la maison que
j'occupais; puis, sur les réponses de la femme, ils avaient échangé
entre eux quelques paroles précipitées et avaient déserté sans ajouter
rien de plus. La terreur qu'ils inspiraient était devenue universelle.
Une battue générale avait été faite dans toutes les montagnes et les
forêts d'alentour sans aucun résultat.

Ce qui jusqu'alors n'avait été que soupçon pour moi devint certitude;
plus moyen d'en douter, c'était Paulo et ses complices. Paulo
connaissait mon lieu de retraite, peut-être savait-il aussi que je
m'étais fait le protecteur d'Adala et chercherait-il à exercer contre
l'enfant d'Angeline la même vengeance que j'avais tirée de sa grand'mère
de son refus de m'épouser.

Ne pouvant tenir plus longtemps à cet état d'anxiété, qui soulevait
d'avantage mon désir de gagner les bois pour me mettre à leur recherche,
tout en chassant, je partis un bon jour après avoir mis Adala et sa
grand'mère hors des atteintes d'un coup de main par lequel on aurait
tenté quelque chose contre elles.

Cette vie nomade et libre du sauvage me convenait, parce qu'au milieu de
mes compatriotes, les blancs, j'avais vu se dérouler les plus douloureux
événements de ma vie et j'y retrouvais à chaque pas, auprès de leurs
demeures, des souvenirs de mon enfance, de ma jeunesse, mais par-dessus
tout de mes parents sans compter de cuisants remords. Il me semblait que
seul encore, assis aux pieds des grands arbres où j'entendrais la voix
toute-puissante de Dieu, je sentirais un peu de calme renaître en mon
âme.

Dans le recueillement des forêts on retrouve, au milieu de la privation
de la vie sauvage, les souvenirs si chers du foyer. Ils étaient pour moi
si remplis de charmes que j'espérais les revoir encore dans le silence
profond et l'isolement. Là j'y reverrais mon père conduisant péniblement
sa charrue, mais tout joyeux à l'idée que c'étaient autant de sueurs
épargnées au front de son enfant. J'y reverrais encore ma vieille et
sainte mère travaillant pour moi et mes chères jeunes soeurs s'ingéniant
à trouver ce qu'elles pouvaient faire pour me prouver leur amour et leur
désir de m'être agréables. L'amour qu'on me portait dans, cet asile
fortuné se déteignait sur tout le personnel de la ferme, les bons
domestiques, les servantes me comblaient eux aussi d'attentions. Il n'y
avait pas même jusqu'aux animaux dont je repassais les noms dans ma
mémoire, qui ne replissassent mon esprit de regrets pleins de charmes
mais à jamais superflus. Ne pouvant résister à ce désir bien légitime de
revoir encore quelques instants du passé, je résolus d'aller faire une
excursion de quelques semaines auprès du Lac à la Truite. et j'espérais
aussi retrouver les traces des trois brigands.

Deux jours après mon départ, j'étais sur les bords de la rivière St.
Jean qui coule sur les limites: du Canada et des États-Unis.

Je n'avais pas encore rencontré une seule figure humaine, mais j'avais
constaté des pistes différentes, les unes, sans aucun doute, appartenant
à des chasseurs blancs et les autres à des indiens, tel qu'il était
facile de les reconnaître aux moyens que prenaient les uns d'en cacher
les vestiges et les autres à l'empreinte plus franche et par conséquent
plus ferme sur la terre boueuse.

Un soir assis devant mon feu, pendant la cuisson d'une pièce de venaison
pour mon souper, je faisais un retour sur le passé et remontant le cours
de ma vie criminelle, je sentais le désespoir me gagner en songeant à
tout le mal que j'avais fait et aux moyens de le réparer.

Mes pensées me reportèrent naturellement vers la soirée où l'âme
gangrenée par l'idée d'une vengeance diabolique, j'avais partagé mon
repas avec Paulo et l'avais associé à mes projets criminels.

J'étais absorbé dans ces idées lorsque les plaintes de mes chiens me
tirèrent de ma rêverie. Les pauvres bêtes n'avaient presque pas pris de
nourriture depuis mon départ de Ste. Anne. Je détachai, les pièces de
venaison qui étaient à la broche, et les leur abandonnai de grand coeur;
je me sentais incapable de manger.

Pendant que mes chiens dévoraient leur repas j'éteignis soigneusement
mon feu, j'en fis disparaître les traces, comme c'est la coutume de ceux
qui veulent cacher leurs campements.

Toutes ces précautions prises, je me replongeai de nouveau; dans mes
réflexions. Un bruit de voix me réveilla en sursaut et me fit sortir de
cet état de somnolence.

J'avais choisi pour gîte une clairière qui dominait la forêt. Des arbres
vigoureux environnaient le plateau où j'avais fait cuire le repas
qui n'avait servi qu'à mes chiens, les rochers qui le surplombaient
laissaient des anfractuosités caverneuses, dans l'une desquelles je
m'étais tapi pour la nuit.

Mes chiens étaient parfaitement dressés, aussi lorsqu'ils voulurent
élever la voix pour m'avertir de l'approche d'étrangers, je leur imposai
silence et ils se couchèrent à mes pieds sans plus bouger que s'ils
eussent été morts.

De ma cachette j'aperçus une flamme vive s'élever au même endroit où
j'avais éteint mon feu quelque temps avant. Je pouvais du lieu que
j'occupais, suivre les mouvements des nouveaux arrivés, eussent-ils été
ceux de l'ennemi la plus rusé.

Quand la flamme commença à éclairer leur bûcher, je vis avec surprise
trois grands gaillards, équipés et vêtus comme l'étaient les trappeurs
canadiens de ce temps-là. Ils étaient jeunes, forts et vigoureux. L'un
surtout, que j'entendis appeler Baptiste et qui paraissait le chef,
était d'une taille et de membrure à pouvoir lutter contre un lion. Un
autre, qu'ils nommaient le Gascon et qui d'ailleurs n'avait pas même
besoin d'en porter le nom, se faisait reconnaître aisément par ses
_sandédious_ et ses _cadédis_ pour un enfant des bords de la Garonne.

Le troisième, également bien découpé, avait une certaine empreinte
de mélancolie. Ses vêtements à celui-là, étaient d'une recherche
prétentieuse qui lui donnait un air ridicule et amenait naturellement le
sourire, si toutefois on se trouvait hors de la porté de son oeil ferme
et de son bras robuste.

Pendant que le repas cuisait, j'écoutai leur conversation, ils en
étaient aux facéties:

--Oui, disait le gascon, par ma barbe et la tienne que tu n'auras
jamais, Normand, je vais te dire toute mon histoire et aussi vrai que
le chef Baptiste vient de nous avertir qu'un repas a été pris dans cet
endroit, il n'y a que quelques heures et que le chasseur ne doit pas
être à une grande distance, je me propose, en attendant que nous nous
mettions à table, ce qui veut dire manger sous le pouce, afin de
perfectionner ton éducation, de te faire le récit de toute ma vie: Mon
père était un grand industriel; chaque année nous avions à confectionner
des articles d'art et de nécessité qui trouvaient toujours un prompt
débit. Mon frère aîné lui était un _saigneur_, son cadet était marchand;
pour moi j'étais dans le commerce des perles.

Tu vois, mon bon, si j'ai appartenu à une famille troussée.

L'autre l'écoutait avec étonnement ouvrant la bouche et les yeux d'une
façon démesurée.

Cadédis, reprit-il, tu ne comprends pas qu'avec tous ces moyens de vivre
je me suis fait trappeur. Je vais t'expliquer la chose, oui vrai dans
tous ses détails car je veux faire de toi un savant comme ils sont bien
rares.

Un franc éclat de rire interrompit le narrateur, il en demeura un
instant déconcerté.

--Dès le moment, dit la voix rieuse, qu'un des tiens détache sa langue
du crochet de la vérité, on peut être sûr qu'à force de répéter des
balourdises, il finit par les croire. Puisque ton père était un
industriel que ne t'a-t-il intéressé dans son commerce?

--Faites excuse, mon père confectionnait des sabots et le commerce
n'était pas assez étendu pour qu'il eut besoin d'un associé!

--Ton frère qui était seigneur aurait pu t'établir sur une de ses
terres?

--Quand je vous dis que mon frère était _saigneur_, c'est qu'il saignait
les moutons du voisinage pour avoir une partie du sang. Il n'a jamais
possédé de terre plus que j'en ai sous la main!

--Et ton frère le marchand ne pouvait-il pas te donner une place dans
son établissement et ton industrie dans le commerce des perles ne
t'assurait-elle pas un belle existence?

--Oh! pour ça quant à mon frère le marchand, il était en société avec la
grosse voisine pour vendre de la tire et de la petite bière le dimanche,
à la porte de l'église; pour moi j'enfilais des grains du verre que je
vendais pour des colliers de perles. Nos trois industries réunies ne
rapportaient pas cinq francs chaque semaine pour faire bouillir la
marmite. Voilà ce qui fait que le bonhomme, que nous appelions papa, a
levé le pied un bon matin pour aller rejoindre, disait-il, la mère que
nous n'avons jamais connue. Et il termina d'un ton piteux: Il fallait
bien que je changeasse de pays.

Le rire qui suivit cette déclaration ébouriffante fut
presqu'inextinguible de la part de deux auditeurs, mais, sans se
déconcerter davantage, l'interlocuteur continua:

--Trou de l'air, c'est tout d'même un fort beau pays que celui que
j'ai laissé là _ousque_ l'eau que vous buvez ici est du vin dans nos
rivières, même que chaque matin le soleil trouve cinq ou six gaillards
qui ronflent à réveiller les morts rien que pour s'être assis sur ses
bords.

Ces dernières réflexions augmentèrent encore l'hilarité des deux autres.

Et toi, reprit celui qui s'appelait Baptiste en s'adressant à l'homme à
l'air mélancolique, depuis six mois que nous chassons ensemble et que
tu me promets de me faire connaître ton histoire pourquoi ne nous la
dirais-tu pas aujourd'hui?

Hélas! répondit celui-ci, elle est fort triste mon histoire et ne sera
pas bien longue: Vous m'appelez Normand et c'est bien le cas de me
donner ce nom puisque la terre où j'ai vu le jour se trouve dans la
Normandie. Mon père était autrefois un riche fermier. Il avait acquis de
grandes propriétés mais non content, de la jouissance de nos biens,
il lui prit la sotte fantaisie d'ajouter un titre do noblesse au nom
respectable de Cornichon qu'il portait. Pendant quelques années, il
fit de folles dépenses qui nous amenèrent dans un état, de gêne
considérable. Pour compléter toutes ses sottises, il acheta un château
en ruines qu'on appelait la Cocombière, il acheva d'éparpiller le peu
qui nous restait pour te rendre presqu'habitable. Je ne sais quel
mauvais drôle lui avait fait croire que par cette acquisition il
devenait baron; aussi ne l'appelait-on plus si on ne voulait pas
l'offenser, que le Baron de la Cocombière.

Je passe brièvement sur les détails des toilettes extravagantes qu'il
faisait chaque jour et qui le rendaient, l'objet des risées et des huées
des campagnards du voisinage. Quand je passais avec lui, accoutré d'une
manière aussi ridicule qu'il l'était lui-même, nous entendions les
gamins s'écrier: Voilà Monsieur Concombre et son Cornichon qui passent.
Nous recevions ces insultes avec un dédain superbe et sans sourciller.
Pour ma part j'aurais tordu le cou à un de ces drôles, si mon père, se
renfrognant dans sa dignité, ne m'en eût empêché en m'expliquant qu'il
serait malséant pour moi et indigne du sang qui coulait dans nos veines
de toucher à l'un de ces _vilains_.

C'est avec ce genre d'éducation que j'atteignis mes vingt ans. Nos
ressources pécuniaires étaient complètement épuisées et je songeais à
chercher une position lucrative, lorsqu'un bon matin mon père arriva
dans ma chambre d'un air tout radieux: Mon fils, me dit-il, il va
falloir endosser tes plus beaux habits et aller demander en mariage la
fille du Marquis de Montreuil dont la domaine avoisine le nôtre. Je
vais moi-même présider à ta toilette et voir à ce que le laquais qui
t'accompagnera soit en grande tenue.

Les ordres de mon père étaient pour moi sans appel. Une heure donc
après, coiffé d'un chapeau à plumes, habit galonné en rouge bleu et vert
sur toutes les coutures, bottes à l'écuyère toutes rapiécées, j'étais
installé sur une rosse, pendant que le laquais espèce de jocrisse, qui
devait me suivre à distance et enharnaché d'une manière aussi ridicule,
avait en fourche un âne dont la maigreur l'avait obligé à mettre une
demi-botte de foin pour se protéger des foulures. Ce foin d'ailleurs
devait lui servir de selle.

Ce fut dans cet état que je me présentai au château du Marquis, vieux
noble d'ancienne souche. J'y fus fort bien reçu et avant que je lui
déclarasse le but de ma visite, le marquis m'invita à entrer au salon où
sa fille, charmante personne bien élevée, exécutait un air de musique.
Rougissant comme une pivoine j'entendis lire la pancarte que j'avais
donnée sur laquelle étaient écrits d'une manière illisible mes noms,
titres et qualités. Pendant cette longue énumération que mon père avait
lui-même griffonnée je voyais la jeune fille se tordre en tous sens pour
s'empêcher d'éclater. Cependant elle put se dominer et me montrant un
fauteuil elle m'invita à m'asseoir. J'allai donc m'y installer, mais
croyant qu'il était incivil de l'occuper tout entier je m'appuyai
simplement sur un des bords. Malheureusement, h'avais mal calculé les
lois de l'équilibre, le fauteuil culbuta avec moi. Dans l'effort que je
fis pour me retenir, je renversai une table chargée de pots de fleur
dont la terre et l'eau vinrent me couvrir entièrement la figure. Jamais
de ma vie je n'ai entendu pareils éclats de rire. Je jugeai à propos
de tenter un mouvement de retraite, mais par malheur en faisant mes
salutations de reculons et mes excuses les plus sincères, j'allai poser
le talon de ma botte sur les pattes du chien favori couché à peu de
distance.

Le caniche poussa des cris affreux, je le pris précieusement dans mes
bras et le caressai pour tâcher de le consoler, le croiriez-vous la
vilaine bête laissa _couler de l'eau_ qui m'humecta. La chaleur que
me procura ce _bain improvisé_ me fit perdre complètement la tête, il
m'échappa des mains et tomba lourdement par terre.

De là redoublement de cris du chien, redoublement aussi d'éclats de rire
de l'assistance.

Tout confus, je saisis mon chapeau à plumes que j'avais déposé sur le
plancher à coté de mon siège, tel que le cérémonial de mon père me
l'avait ordonné, et je me retirai de reculons, saluant à droite et à
gauche les valets et les cuisinières que je prenais pour le marquis et
sa demoiselle qui s'étaient esquivés sans doute pour pour rire plus à
leur aise.

Apercevant la porte du dehors dans mon mouvement de retraite, je m'y
dirigeai avec précipitation.

En m'y rendant, toujours en saluant de reculons crainte d'être incivil,
je heurtai violemment une grosse fermière qui entrait. Elle portait sur
sa tête un vase rempli de crème. Je ne sais comment la chose se fit,
mais la fermière dont j'avais barré les jambes tomba sur moi et le pot
de crème m'inonda la figure. Certes ce n'était pas un petit poids je
vous prie de le croire, que celui de la fermière et lorsque je fus
débarrassé de sa masse, grâce aux valets qui nous relevaient en
étouffant de rire, j'enfourchai ma monture que mon laquais tenait à
grand'peine.

Je piquai des deux éperons les flancs de la rosse, elle partit à la
course mais ce fut pour gagner l'étable ou il lui restait, sans doute un
peu de picotin. En y entrant, malgré tous mes efforts pour l'arrêter,
naturellement je fus désarçonné. J'étais tombé à la porte de l'écurie
et lorsqu'on me ramena ma bête et les valets n'avaient pas encore fini
d'enlever avec du foin et des balais les ordures qui couvraient, la
partie de mes habits sur laquelle j'étais tombé.

Je remontai de nouveau et ce ne fut qu'à force d'être poussé, battu par
les valets et enfin grâce à une corde que mon laquais lui passa au cou
pour la faire remorquer par son âne, que l'infâme Rossinante se décida à
se mettre en marche. Je m'éloignai de ces endroits accompagné d'éclats
de rire que je n'oublierai jamais de ma vie.

Mon indigne jocrisse avait entre ses dents au moins la moitié du foin
qui lui avait servi de selle pour s'empêcher de faire chorus avec la
valetaille du château, tandis que son âne poussait des braiments comme
contre-basse.

En entendant raconter cette belle équipée, mon père en fit une maladie
qui le conduisit en peu de temps au tombeau. Après sa mort, tous nos
biens furent vendus, et je m'éveillai un bon matin n'ayant pour tout
partage que le chemin du roi.

J'ai oublié de vous dire que ma mère était morte depuis un grand nombre
d'années.

J'étais fils unique, n'ayant pour tout bien que cette arme, (et il
leur montra sa carabine) que mon père m'avait donnée dans des jours
meilleurs.

Voilà pourquoi je me suis embarqué sur un bâtiment qui faisait voile
pour le Canada et me suis fait trappeur.

Je l'avoue franchement, cette mirobolante histoire réussit à m'arracher
un rire que je n'avais pas connu depuis bien des années.

Pour les deux autres qui l'avaient écouté avec un grand sérieux jusqu'à
ce moment, je crus qu'ils n'en finiraient plus, tant leur hilarité était
grande.

Lorsqu'ils se furent calmés, Baptiste s'écria:

--Sacrement de pénitence, c'était son juron favori, je veux que la
corde qui servira tôt ou tard à pendre les trois coquins que nous avons
rencontrés aujourd'hui m'étrangle si je crois un seul mot de ce que vous
venez de dire. Il vaudrait mieux tout bonnement avouer que comme moi
vous êtes poussés comme des champignons, remettant votre appétit au
lendemain quand vous n'aviez rien à manger la veille. Pour moi qui me
connais en homme, je vous sais deux vigoureux gaillards, honnêtes et
déterminés. Là franchement donnons-nous la main, ce sera entre nous à la
vie et à la mort, si vous voulez. Nos origines et nos titres de noblesse
sont du même niveau et sans frime après que nous aurons soupé, je vous
raconterai la mienne.

Ils échangèrent ensemble de cordiales poignées de mains et le silence ne
fut bientôt troublé que par le pétillement du feu et le bruit de leurs
mâchoires.

Les appétits satisfaits, Baptiste commença sa narration: Son enfance
avait été misérable comme celle de presque tous les enfants trouvés.
Abandonné sur le bord du chemin, il avait été recueilli par une espèce
de mégère qui l'avait élevé dans un but de spéculations Elle parcourait
les villes et les villages, exploitant la pitié des personnes
charitables par l'état de maigreur et de dénûment dans lequel elle le
maintenait en le privant de nourriture et en vendant les hardes
qu'on lui donnait pour en employer l'argent à acheter des liqueurs
spiritueuses dont elle se gorgeait.

Lorsqu'il eut atteint l'âge de sept ans, il avait déserté pour échapper
à ses mauvais traitements et était venu rejoindre un campement de
sauvages qu'il nomma et que je reconnus comme faisant partie de la tribu
où j'étais chef, et au milieu de laquelle il avait passé une dizaine
d'années. La guerre étant survenue, il s'était engagé comme volontaire
dans le corps expéditionnaire du Commandant Ramsay qui partait pour
l'Acadie.

Les ennemis du sol une fois repousses, il s'était embarqué à bord d'une
corvette française ayant nom _La Brise_. Pris comme corsaire et vendu en
qualité d'esclave, en même temps que son chef sauvage qui commandait sur
le même vaisseau à cinquante volontaires de sa nation, il était parvenu
à s'échapper après des dangers sans nombre.

Il avait depuis sillonné les mers en tous sens et était revenu se faire
trappeur avec le dessein bien arrêté de revoir ses anciens amis.
Comme il était certain que le chef devrait être mort dans les fers de
l'esclavage n'en ayant eu aucune nouvelle depuis, il désirait surtout
rencontrer la fille de ce même chef qui avait été une Providence pour
lui avant son départ et la protéger dans le cas où elle serait dans la
nécessité, en reconnaissance de ce qu'elle avait fait.

On peut imaginer avec quel intérêt mêlé de surprise j'écoutai cette
histoire. Elle était d'ailleurs de nature à m'intéresser à plus d'un
titre. D'abord la rencontre de Baptiste que j'avais double plaisir à
revoir puisque je le connaissais depuis nombre d'années et que c'était
le même qui enfant, était, venu nous demander asile. En l'absence de
Paulo, il était le commensal le plus assidu de ma cabane.

Angeline lui avait voué une amitié toute fraternelle. Elle lui
avait même donné des leçons de lecture et d'écriture qui avaient
considérablement développé son intelligence déjà remarquable. Aussi le
pauvre orphelin, peu habitué aux bons procédés, la traitait-il avec une
déférence et un amour tout filial, bien qu'elle n'eut que peu d'années
de plus que lui. C'était elle, la chère ange, qui l'avait engagé a
prendre du service à bord de _La Brise_ pour me porter secours au
besoin. Ces derniers détails, je les ignorais entièrement.

J'étais doublement heureux de la rencontre de Baptiste. Bien que j'eusse
la certitude que je ne m'étais pas trompé sur les scélérats qui avaient
commis les actes de brigandage à Ste. Anne, j'allais cependant éclaircir
tous mes soupçons, car Baptiste connaissait parfaitement Paulo; aussi
m'empressai-je de sortir de ma cachette.

Malgré le peu de bruit que je fis, l'oreille exercée des trappeurs les
avertit de l'approche d'un étranger. Croyant à une attaque subite, il
disparurent derrière les arbres et je vis briller à la lueur du feu les
canons de trois carabines. J'élevai la voix et continuai à avancer en
disant: Est-ce que par hasard trois hommes jeunes et vigoureux comme
vous l'êtes auriez peur d'un compagnon chasseur? Je m'approchai
complètement désarmé jusqu'auprès du feu.

A ma vue, Baptiste laissa tomber son fusil, puis la bouche ouverte,
l'oeil fixe, il me contempla un instant avec un étonnement indicible.
D'un saut, il fut auprès de moi, m'embrassa les mains, fit mille
contorsions, mille gambades, tant était délirante la joie qu'il
éprouvait de me revoir. Ses autres compagnons le regardaient faire avec
une surprise et un ébahissement non moins grand. Sans nul doute, ils
crurent que leur chef devenait fou à lier.

Lorsqu'ils eurent repris leurs sens et que Baptiste leur eut donné
quelques explications, il me fallut répondre aux pressantes questions
de Baptiste qui me demandait des informations sur mon sort et celui
d'Angeline.

Je lui racontai mon temps d'esclavage, mon évasion et les derniers
moments d'Angeline et d'Attenousse aussi brièvement que possible.

On ne saurait voir une douleur plus réelle et des larmes plus sincères
que celles qu'il versa en entendant ce récit. Sa rage contre Paulo était
indicible. "Et moi, disait-il en m'interrompant à chaque instant, moi
qui les ai tenus tous trois aujourd'hui au bout de ma carabine. Ah! si
j'avais su, si j'avais su... mais les misérables ne perdent rien pour
attendre".

Attenousse avait été pour lui un ami et un protecteur.

Il me raconta ensuite qu'il avait surpris une conversation entre les
trois bandits, que ses compagnons n'avaient pu comprendre parce qu'ils
parlaient dans en langue iroquoise à laquelle ceux-ci étaient étrangers.

Bien qu'il n'eut pu saisir qu'imparfaitement, ce qu'ils se disaient,
il avait vu qu'il s'agissait d'un projet d'enlèvement; mais que
l'entreprise qu'ils se proposaient devait être entourée de grands
périls, car c'est à qui des trois ne l'exécuterait pas. Après avoir
longtemps délibéré il fut facile à Baptiste de conclure, par les mots
qu'il pouvait entendre quoiqu'ils ne fissent que des phrases décousues
qu'ils étaient décidés de mettre leur projet à exécution le plus tôt
possible. Ils étaient poussés par l'espoir d'une rançon que le chef
paierait pour délivrer son enfant d'adoption.

On peut concevoir l'impression que me fit cette révélation. C'était à
n'en pas douter mon Adala qu'ils voulaient me ravir; peut-être même
étaient-ils déjà en marche. Ils avaient néanmoins compté sans leur
hôte et, malheureusement pour eux, la partie était trop forte, ils ne
devaient pas en recueillir le gain.

Nous concertâmes nos plans de défense, Baptiste et ses deux amis
devaient surveiller toutes les démarches des brigands et m'avertir quand
ils les verraient tenter quelque chose de suspect. La surveillance de
Baptiste méritait considération surtout, lorsqu'il était guidé par la
reconnaissance comme dans cette occasion; ses compagnons par amitié pour
lui s'étaient liés de tout coeur à moi et me juraient fidélité. Ils
étaient guidés par l'esprit des aventures d'abord, puis par le courage
que met tout honnête homme à prévenir un crime, et en prévenir ceux qui
devaient en être les auteurs. C'était pour eux un stimulant plus que
suffisant.

Comptant donc sur ces auxiliaires, je pris le chemin de ma demeure bien
décidé à verser jusqu'à la dernière goutte de mon sang pour défendre mes
protégées.

En arrivant dans le village, j'informai les habitants que j'étais sur
les traces de ceux qui avaient jeté la consternation parmi eux. Je leur
fis connaître la tentative qu'ils devaient faire pour enlever Adala. Il
n'y eut qu'un cri d'indignation parmi ces braves gens; tous s'offrirent
de me prêter main forte et nous nous séparâmes après avoir convenu de
faire bonne garde et de donner l'éveil dans le cas où un des trois
misérables serait aperçu rôdant dans les environs.

Quinze jours se passèrent dans une parfaite tranquillité et sans que
j'eusse de renseignements sur mes nouveaux alliés. Je connaissais trop
la perspicacité et le dévouement de Baptiste pour douter un instant
qu'il ne remplit scrupuleusement le rôle important que je lui avais
confié.

Cependant ce calme apparent était bien loin de me faire prendre le
change. J'étais trop au fait des habitudes sauvages pour ne pas voir
dans ce repos une ruse afin de mieux nous surprendre plus tard, aussi
avais-je pris mes précautions en conséquence.

Enfin le soir de la vingtième journée, j'étais assis sur le seuil de
la porte lorsque le cri du merle siffleur se fit entendre; c'était le
signal convenu. Je tressaillis involontairement. J'ordonnai à la vieille
de fermer les contrevents, de barricader les portes et de n'ouvrir qu'à
ma voix; puis je me dirigeai précipitamment vers l'endroit d'où était
parti le cri. Je ne m'étais pas trompé, ce signal venait d'un des
compagnons de Baptiste. C'était le gascon qu'il m'expédiait. II
m'informa que les trois bandits s'étaient occupés de chasse et de pêche,
ils avaient, fumé les viandes et les poissons comme s'ils se fussent
préparés à un long voyage. Ils avaient de plus confectionné un léger
canot d'écorce sur la rivière St. Jean avaient déposé des provisions
de distance en distance en descendant vers le village de Ste. Anne.
Baptiste me faisait dire de plus qu'ils avaient préparé une hotte dont
la destination était évidente, il était d'opinion que cette nuit même,
ils frapperaient le coup décisif; puisqu'ils n'étaient qu'à deux lieues
à peine des habitations. Je devais donc me tenir sur mes gardes pendant
qu'eux-mêmes ne seraient pas loin.

Je fis prévenir six des hommes les plus déterminés et intelligents
de mon voisinage et les disposai de manière que leur présence fut
parfaitement dissimulée. D'après mes instructions, ils ne devaient tirer
qu'au premier commandement.

J'oubliai par malheur de faire la même recommandation au gascon éloigné
d'environ trois cents verges de la maison ou je m'étais embusqué.



TENTATIVE ET ATTAQUE.

Une nuit des plus sombres enveloppa bientôt la demeure et tous les
alentours. Un silence parfait régnait dans toute la campagne. Le temps
était à l'orage; parfois un éclair illuminait la nue et venait en
serpentant se perdre dans un endroit désert: Le tonnerre grondait dans
le lointain et ses roulements nous arrivaient comme les détonations de
mèches de canons.

Vers onze heures, le craquement d'une branche comme si elle eut été
brisée sous les pas d'un homme retentit à mon oreille.

Deux carabines bien chargées étaient auprès de moi; j'en saisis une et
me tins prêt à tout événement. Je m'assurai aussi que mon couteau jouait
parfaitement dans sa gaine.

Mon oeil bien qu'exercé à l'obscurité dans les chasses à l'affût que
je faisais la nuit, ne pouvait cependant percer les ténèbres qui
m'environnaient.

Heureusement qu'un éclair brilla un instant. Il disparut très vite, mais
néanmoins j'eus le temps de remarquer une touffe d'arbrisseaux qui
se trouvait à trois arpents à peu près de la maison et qui n'y était
certainement pas lorsque j'avais fait l'inspection des lieux.

Dix minutes après, un nouvel éclair apparut au firmament.

J'avais toujours l'oeil fixé vers l'endroit où je venais de voir
le buisson. Pendant ce laps de temps, il s'était considérablement
rapproché. Il ne devait pas être a plus de vingt pieds du gascon.

Instruit par Baptiste des ruses des indiens, ce dernier n'ignorait pas
qu'il y avait embûche et que l'ennemi s'avançait. En même temps, son
chien qu'il ne retenait qu'avec peine réussit à s'échapper et s'élança
dans la direction du buisson en poussant d'affreux hurlements.

A peine y fut-il arrivé que ses furieux aboiements se changèrent en cris
plaintifs. Le bouillant gascon n'y put tenir plus longtemps. En deux
bonds, il fut à l'endroit où les bandits abrités par le buisson
s'avançaient vers ma demeure. Un détonation se fit entendre, un
blasphème affreux y répondit et le craquement de branches qu'on ne
cherchait plus à dissimuler nous avertit que quelqu'un s'échappait.

Pendant ce temps le français faisait un bruit d'enfer. Les _sandédious_
les _cadédis_, je te tiens _couquin_, étaient montés au plus fort
diapason.

Des torches que nous avions préparées furent allumées et nous
accourûmes. Le compagnon de Paulo avait rendu l'âme, la balle lui avait
traversé le coeur. Le blasphème avait été son dernier adieu à la terre.

Quant au gascon en apercevant son chien qui perdait son sang par une
large blessure à la poitrine il se mit à l'embrasser pleurant et lui
prodiguant les épithètes les plus tendres tandis que les _couchons_, les
_voleurs_, les _canailles_, lui sortaient de la bouche par torrents à
l'adresse de l'homme mort.

Sur ces entrefaites, Baptiste arriva avec le Normand et les villageois.
Tous avaient fait feu mais sans effet pensaient-ils.

Le cadavre du brigand fut identifié par les chasseurs comme celui d'un
des compagnons de Paulo. Sa figure était hideuse. Une hotte qui devait
servir à transporter Adala était auprès de lui.

Cependant ce dernier acte d'audace avait mis le comble à la terreur des
habitants. Éveillés par nos coupa de feu tous étaient accourus pour nous
secourir; les uns armés du haches, les autres de fourches, etc.,
etc., tant on craignait que nous eussions affaire à une bande plus
considérable. On n'avait laissé aux maisons que le nombre d'hommes
nécessaires en cas d'attaque.

Nous décidâmes de suite de faire une nouvelle battue. Au point du jour
le lendemain, nous devions nous mettre en marche pour fouiller avec
le plus grand soin les bois, d'alentour. Nous espérions qu'un des
malfaiteurs, peut-être tous les deux, auraient pu être atteints par les
balles et auraient été dans l'impossibilité de fuir bien loin.

Une semaine de recherches minutieuses et dont le cercle était chaque
jour agrandi ne put nous faire découvrir d'autre trace qu'une ou deux
gouttes de sang dans un fourré où bien probablement Paulo et compagnie
s'étaient arrêtés.

Ces démarches infructueuses mettaient Baptiste au désespoir à cause
de l'intérêt extraordinaire qu'il portait à l'enfant d'Angeline et
d'Attenousse.

Le gascon de son côté était inconsolable de la perte de son chien: il
n'en parlait qu'en jurant comme un païen. Il aurait voulu être le diable
en personne pour faire griller le _couquin_, tant il redoutait la
reconnaissance de sa Majesté Fourchue en faveur d'un misérable qui
l'avait toujours si bien servi de son vivant.

Le normand lui accusait piteusement son peu de chance de ce qu'il était
né un vendredi et sous une mauvaise étoile.

Cependant j'étais dévoré d'inquiétude. Je connaissait trop bien la
scélératesse de Paulo, son caractère haineux et vindicatif pour ne pas
être assuré que tôt ou tard, il tenterait une revanche éclatante.

Je n'osais donc plus m'éloigner de la maison et laisser Adala d'un seul
pas. Je la conduisais par la main dans mes courses journalières. Si je
sortais en voiture, je la faisais asseoir à côté de moi; La nuit, son
petit lit était placé tout près du mien. Je passais des heures entières
à la regarder dormir essayant à deviner, chacune de ses pensées. Quand
je voyais ses lèvres roses s'agiter et laisser échapper un sourire, je
me demandais si elle ne causait en songe avec sa mère ou avec les anges
ses petits frères. J'ajustais ses couvertures de crainte qu'elle ne prit
du froid et doucement bien doucement, j'embrassais son couvre-pieds pour
ne pas l'éveiller par le contact de ma bouche.

Elle avait à peine plus de quatre ans et j'admirais avec quelle rapidité
son intelligence se développait. Tous ceux qui la connaissaient étaient
aussi surpris de son étonnante précocité. Sa grand'mère et une bonne
vigoureuse servante que j'avais engagée, l'aimaient presqu'autant que
moi.

L'hiver qui suivit se passa dans une parfaite tranquillité. On n'avait
pas entendu parler de Paulo ni de son complice, les vols et les rapines
avaient cessé.

Tout le monde se félicitait de l'idée qu'ils étaient pour toujours
disparus, seul probablement je n'ajoutais pas foi à cette croyance
devenue générale.

Toutefois, une chose me rassurait, c'est que si je n'entendais rien
dire de Baptiste et de ses braves compagnons, j'étais certain qu'ils
surveillaient notre homme de près et feraient tout en leur pouvoir
pour détourner les projets malicieux que le traître et son complice
tenteraient contre moi ou plutôt contre Adala. Ce à quoi mes associés et
surtout Baptiste tenaient le plus, c'était de les prendre tous les deux
vivants peut-être auraient-ils recruté quelques autres sauvages et ils
jouissaient d'avance du plaisir de les livrer à la justice. Baptiste
était rusé, mais il avait affaire à forte partie: Paulo de son côté ne
manquait pas de finesse. Son intelligence naturelle, l'instinct de la
conservation l'avertissaient qu'il était poursuivi. Aussi, comme je
l'appris plus tard; fallait-il faire de rudes marches pour ne pas perdre
sa piste. La route qu'ils suivaient était toujours directe et tendait
évidemment à un but... mais n'anticipons pas les évènements.



LA CAVERNE DES FÉES

Ceux qui ont visité Ste. Anne de la Grande Anse n'ont pu s'empêcher de
remarquer une montagne allongée de douze à quinze arpents qui se trouve
à une petite distance du fleuve. Son dos s'arrondit mollement en se
prolongeant; elle n'est pas très élevée, mais assez pour que, du haut de
son sommet, la vue domine le paysage magnifique qui l'environne.

Rien de plus agréable que de contempler son versant nord, boisé d'arbres
variés et magnifiques. Des crêtes de rochers qui partent du haut et
viennent jusqu'au bas vous représentent les côtes d'un immense cétacé
dont la montagne a d'ailleurs l'apparence. L'une de ces crêtes présente
vers le milieu un aspect plus âpre, plus hérissé. Elle a un pic qui
domine les beaux arbres bordant les flancs de la montagne. Ce pic est
aride et dénudé. Vers la partie ouest, il est coupé perpendiculairement.
Il forme un contraste saisissant avec les autres bandes de rochers
parallèles qui sont à demi caché par une luxuriante végétation.

Depuis longtemps, les habitants de l'endroit m'assuraient qu'une
caverne profonde, creusée dans ce pic présentait dans son intérieur
des dispositions tout à fait extraordinaires. Quelques-uns mêmes
affirmaient, mais ceux-là, je suppose, n'étaient pas les plus hardis,
que souvent des bruits étranges s'y faisaient entendre.

Je décidai un jour d'aller en faire l'examen. Je pris avec moi un de
ceux qui l'avait déjà visitée et qui lui prêtait dans son imagination le
caractère le plus féerique.

On y parvenait en gravissant une pente très abrupte. De grands arbres
répandaient leur ombrage sur l'entrée spacieuse de la caverne. La
chambre principale se trouvait éclairée par fissures de la voûte par
lesqelles filtrait une douce lumière.

Au centre, une énorme pierre carrée à surface unie semblait représenter
une table. Cinq ou six pierres échappées de la voûte étaient disposées
autour à la manière de tabourets. A deux pas plus loin une colonne de
pierre, toute d'une pièce, s'élevait droite et perçait la voûte. Elle
avait la forme des cheminées de nos habitations de campagne.

Cette caverne était divisée en plusieurs compartiments. Deux dans le
fond étaient éclairés par les rayons du soleil qui y pénétraient par des
ouvertures naturelles. Cette lumière donnait la vie aux petites fleurs
qui en tapissaient les parois. Quelques vignes sauvages grimpaient le
long des rochers, montaient jusqu'aux interstices et s'échappaient au
dehors comme pour aller demander plus de sève au soleil.

A gauche, se trouvait un alcôve éclairé seulement par l'entrée. Au fond
de cet alcôve et a angle droit on voyait un antre obscur, où il y avait
un trou profond, circulaire, s'enfonçant tellement dans la montagne
que j'essayai à le sonder avec une perche de dix-huit pieds sans aucun
résultat. En approchant mon oreille de l'ouverture, j'entendis comme le
bruit d'une forte chute d'eau.

Quelques années plus tard, lorsque je visitai la caverne, avec mon Adala
à qui j'en avais parlé, l'intérieur en était complètement changé.

Des tremblements de terre avaient fait tomber une partie de la voûte. Ce
n'était plus qu'une ruine de ce que j'avais vu.

Un jour, il y eut grand émoi dans le village. Deux hommes, en longeant
le sentier au pied de la montagne, y avaient aperçu des flammes et une
fumée qui s'en échappaient. On avait même vu deux ou trois ombres sur le
sommet du rocher et ce ne pouvaient être des hommes. La frayeur était à
son comble.

Des voisins vinrent le soir veiller chez moi, suivant leur habitude, et
me racontèrent ce qui faisait le sujet de toutes les conversations.

Tous ceux qui fréquentaient ma maison étaient de braves gens doués
d'un esprit sain et de le plus grande honnêteté, de plus d'un courage
éprouvé.

Mais ce soir-là parmi eux se trouvait un autre homme qui, depuis trois
à quatre jours, sous un prétexte ou sous un autre, venait me faire des
visites fréquentes et fort assidues. Il habitait une cabane à quelque
distance de chez moi. Elle était située sur la lisière immédiate des
bois et aux pieds de ce qu'on appelait la Montagne Ronde.

Cette montagne est ainsi nommée parce qu'elle ressemble à un pain de
sucre dont le sommet aurait été arrondi.

La renommée de cet individu était rien moins que recommandable. Les gens
du l'endroit se disaient tout bas qu'il avait incendié plusieurs granges
et qu'il ne vivait que de vols. A vrai dire, sa figure ne prévenait pas
en sa faveur. Il avait un front bas et fuyant, d'épais sourcils où se
joignaient ensemble et semblaient tirer au cordeau. Ses yeux était
louches, ternes et sournois. Ils s'illuminaient quelquefois et jetaient
alors un éclat fauve. Son nez aquilin se recourbait sur une bouche dont
les lèvres étaient tellement minces qu'on les eut dites coupées comme
une incision faite dans une feuille de papier. Lorsqu'il parlait, ou
pouvait voir quelques dents rares mais aiguës comme celle d'un serpent.
Les muscles de la mâchoire inférieure présentaient à son angle un
gonflement tel qu'en possède le tigre et tous les animaux féroces.

Ce soir là, il était en belle humeur et nous amusait par le récit d'un
événement qui s'était passé chez lui dans la journée: Un fou était entré
dans sa maison, y avait fait toutes les perquisitions possibles sous
prétexte de chercher une poule qu'il disait avoir été dérobée et qui
devait s'y trouver. Il s'était parait-il, livré à mille extravagances
tout en cherchant cette fameuse poule. Les excentricités du pauvre
insensé telles que le "_louche_," ainsi nommerai-je l'individu, les
rapportait, faisaient tordre de rire mes voisins.

Il en était au beau milieu de sa narration, lorsque la porte s'ouvrit.
Un mendiant entra. Il se dirigea d'un pas délibéré vers la table,
s'assit auprès, puis, tout en regardant l'assistance d'un air hébété, il
demanda à manger en frappant du pied.

J'appelai la vieille indienne qui lui apporta de la nourriture. Il
mangea avec avidité sans regarder personne. Lorsqu'il fut rassasié, il
tira de sa poche une sale bouteille et alla en offrir un coup au louche,
son plus proche voisin. Il y mit même beaucoup de persistance en le
regardant fixement. Comme pour la forme seulement il vint à moi, la
bouteille à la main, fit mine de me la présenter et se plaça de manière
que la lumière se refléta sur sa figure, tout en tournant le dos aux
autre, et mit un doigt sur sa bouche et me fit un clin d'oeil.

Je tressaillis malgré moi; si je l'avais pu je lui aurais sauté au cou.
C'était mon brave ami, mon fidèle Baptiste pour moi seulement, pour les
autres c'était le fou dont la louche nous entretenait à son arrivée.

Désappointé et comme insulté de ce que personne ne voulait prendre part
à ses libations, il retourna auprès de la table et avala le contenu de
sa bouteille. Dix minutes après, il était étendu sur le plancher tout
auprès du louche et ronflait profondément.

Par complaisance je lui mis un oreiller sous la tête. Il ouvrit son oeil
intelligent; me fit un nouveau clin d'oeil en même temps qu'un signe
imperceptible aux autres, d'observer le louche.

La conversation de ce dernier continuait intarissable sur le compte du
fou.

Je compris que Baptiste nous ménageait quelque surprise. Effectivement
pendant que le narrateur en était au plus beau de son récit, l'ivrogne,
comme dans le milieu d'un rêve, d'une vois profondément avinée laissa
échapper ces paroles: "j'ai vu l'ombre de ceux que j'ai tués, malheur!"

A ces mots le louche s'arrêta et l'examina, mais le mendiant ronflait
déjà. Sa narration continua avec moins d'entrain.

Néanmoins dix minutes après, de nouveaux souvenirs lui revenant, il
recommença à parler et à rapporter encore des actions du fou lorsqu'un
nom que celui-ci prononça attira son attention: "Paulo est mort, c'était
mon complice." A ce nom, le louche, je ne savais pourquoi, fit un
soubresaut comme s'il eût été piqué par une vipère. Je le vis pâlir
et frissonner imperceptiblement, mais se remettant bientôt, d'un
air dégagé, il alla prendre la chandelle sur la table et, tout en
s'excusant, il l'approcha du mendiant et le regarda longtemps.

Celui-ci dormait du plus profond sommeil, un peu d'écume même lui
sortait de la bouche. "Je pensais, dit-il, en posant la lumière à
sa place, que le malheureux était malade, j'avais cru l'entendre se
plaindre."

Je remarquai toutefois que dès ce moment, le louche devint taciturne.
Bien que l'heure ne fut pas très avance, il nous souhaita le bonsoir
et partit. Peu d'instants après son départ, le mendiant se leva et se
traînant après les meubles, le jarret pliant, d'un pas titubant; il se
dirigea vers la porte que je fus obligé de lui ouvrir tant il n'y voyait
rien. A peine était-il dehors qu'on entendit le cri du merle siffleur.
Bientôt après, le fou rentra en trébuchant, se recoucha, en peu
d'instant ses ronflements sonores recommencèrent.

Mes voisins se retirèrent en nous disant bonne nuit à la vieille mère et
à moi. Tout en allant les reconduire, je fermai les contrevents, pendant
que ma vieille indienne Aglaousse, éteignait les lumières trop vives.
Elle aussi avait reconnu Baptiste, mais moi seul avait pu le remarquer
sur sa figure.

Quand je rentrai, une entière transformation s'était faite chez le fou
apparent. Il avait ôté sa perruque, fait disparaître une partie de ses
haillons; il causait familièrement avec l'Indienne et n'était pas
plus ivres qu'un homme qui n'a bu que de l'eau. C'était aussi ce que
contenait la bouteille.

Nous tombâmes dans les bras l'un de l'autre et après quelques
informations, Baptiste s'empressa de me dire qu'il n'y avait aucun
danger pour Adala du moins pour quelques jours.

Il me raconta le résultat de sa chasse à l'homme.

Depuis au-delà de huit mois qu'ils poursuivaient Paulo et son digne
acolyte, il n'y avait eu que ruses et embûches des deux côtés. C'était à
qui surprendrait et ne serait pas surpris.

Les deux scélérats avaient pris tous les moyens possibles pour que leurs
traces ne fussent pas reconnues. Afin de faire perdre leurs pistes, ils
avaient souvent monté et redescendu dans le cours des ruisseaux des
distances considérables. Aussi les chasseurs eurent-ils bien du mal
avant que de pouvoir les retrouver.

Enfin un jour, les sauvages se croyant à l'abri de toute poursuite
avaient fait halte dans un endroit écarté pour prendre quelque
nourriture, sans même avoir la précaution de dissimuler toute trace de
passage.

Les français et un trappeur canadien, qu'ils s'étaient adjoints,
reconnaissaient par l'habitude de l'observation la piste d'un homme
fut-il sauvage ou blanc.

D'ailleurs Paulo, qui avait, perdu le gros doigt du pied gauche,
imprimait sur le sol humide des marais une empreinte caractéristique.

Mes amis, en arrivant dans le lieu où le repas avait été pris,
reconnurent d'une manière facile et certaine quels étaient ceux qui y
avaient séjourné.

Dès ce moment, ils pouvaient les suivre plus aisément, connaissant la
direction de leurs pas qu'ils ne prenaient plus même la peine de cacher.

Ils se dirigeaient évidemment vers un campement composé de sept sauvages
renégats chassés de leurs tribus pour leur mauvaise conduite.

Il eut été difficile de trouver un homme plus énergique et plus
déterminé que Baptiste. Les trois hommes de coeur qui l'accompagnaient
étaient aussi braves que rusés. Leur nouvel associé s'appelait Bidoune.

Enfin, après une assez longue marche, ils arrivèrent auprès de ce
campement et ils purent se convaincre que Paulo et son ami y était
installés. Comme ils étaient sans défiance, Baptiste, avec des
précautions infinies réussit à s'approcher tout auprès et put saisir
quelques mots de leur conversation.

Ils discutaient vivement un projet d'enlèvement analogue au premier.
Paulo leur avait fait entrevoir quelle forte rançon le chef paierait
pour le rachat de son enfant. Leur plan était tout mûri: A un moment
donné, ils devaient se rejoindre chez le _louche_ où des armes étaient
déposées. C'est d'après ces renseignements que Baptiste avait cru devoir
prendre le prétexte d'une poule perdue pour y faire des perquisitions.

Comme l'enlèvement était plus facile par le fleuve, un canot serait mis
dans le voisinage dans lequel on embarquerait l'enfant pendant qu'une
bande ferait en sorte d'attirer les poursuivants vers les bois.

Leur intention était de se diriger vers les îles de Kamouraska où ils
se tiendraient cachés pendant une quinzaine de jours pour détourner les
soupçons, puis ils se rejoindraient à l'Islet aux Massacres.

Ils devaient de plus incendier la demeure d'Hélika, saisir la vieille et
le chef à qui, d'après les conventions, ils ne feraient aucun mal, les
lier fortement tous les deux de manière à les mettre hors d'état de
donner l'alarme.

Au récit de ce diabolique projet je voyais les yeux de l'indienne
briller comme des tisons ardents à l'idée des outrages que sa petite
fille pourrait endurer parmi de tels brigands. Pour moi des transports
de rage indicible me saisirent, d'un rude coup de poing je fis voler la
table en éclata. Ah! oui je sentais bien alors le sang de ma jeunesse se
réveiller. Je voulais prendre mon fusil, courir au devant d'eux et les
tuer comme de misérables chiens enragés. La vieille mère aussi s'offrait
de s'armer d'une carabine et de venir avec moi à leur rencontre. Tous
les deux nous étions exaspérés, mais Baptiste plus calme réussit à nous
tranquilliser.

Je lui demandai l'explication du cri du merle siffleur que nous avions
entendu pendant sa sortie de là soirée. Vous en saurez quelque chose
demain matin, dit-il, l'invention n'est pas de moi, elle est du gascon
et du normand. Soyez sans aucune inquiétude, nous veillons sur vous
tous.

L'étoile du matin allait, paraître quand Baptiste, après nous avoir
serré la main, se glissa sans bruit dans l'ombre comme s'il en eut été
le génie.

Quelque temps après son départ et avant que le bedeau vint sonner
l'angélus, vous eussiez pu voir un homme agenouillé sur les degrés du
perron de l'église attendant en grande hâte qu'elle fut ouverte pour
y entrer. Cet homme était tout défait. Sa figure était pâle et
cadavéreuse. Il regardait de tous côtés d'un oeil inquiet et
inquisiteur. Lorsque le curé entra dans la sacristie pour dire la messe,
il le supplia de vouloir bien le confesser.

C'est qu'en se rendant chez lui le soir, le louche, car c'était lui,
avait vu et entendu des choses bien terribles.

Dans le sentier qu'il devait parcourir pour gagner son habitation,
il passait à travers de grands arbres sombres et poussés entre deux
rochers. Tout à coup, une boule de feu vint tomber à ses pieds. Il
s'arrêta stupéfait, ses cheveux se dressèrent d'épouvante. A deux pas
en face de lui un être étrange, diabolique, ayant des yeux rouges, une
bouche ouverte qui laissait apercevoir des dents de la longueur du
doigt, était immobile au milieu du chemin. Il avait, en guise de mains
des pattes ressemblant à celles d'un ours avec des griffes beaucoup plus
longues qui s'étendaient vers lui. Il put voir cette apparition à la
lueur que jetait le globe de feu.

La tête du monstre était, surmontée de deux cornes énormes.

Il entendit en même temps un bruit de chaînes. Il se tourna dans
l'intention de rebrousser chemin, mais une seconde boule, de feu tombait
en arrière de lui. Un autre diable plus terrible encore, s'il était
possible, que le premier, dont la bouche lançait des flammes, lui
barrait le passage. Dans sa main, il tenait une fourche énorme tandis
qu'au-dessus de sa tête, un troisième globe de feu roulait dans les airs
eu sifflant et laissait tomber sur lui une pluie d'étincelles.

Le louche, dit le premier diable, dont la voix caverneuse ressemblait à
s'y méprendre à celle des enfants des bords de la Garonne, "Cadédious,
mon bon, nous venons te chercher au nom de Satan. Tu as fait assez,
de mal comme cela, tu nous appartiens corps et âme". L'autre voix en
arrière reprenait: "Nous allons t'amener rejoindre Paulo en enfer,
depuis une heure nous l'y avons conduit." On entendait une autre voix
avec un rire sec qui disait: "Nous allons en faire un fricot avec vous
tous." Puis les deux autres diables s'approchaient de lui pendant que
la boule de feu venait lui roussir les cheveux. Il allait s'affaisser
lorsqu'il eu ressentit la chaleur. Se signant à la hâte, il s'élança
d'un bond prodigieux en avant d'un des diables qui effrayé sans doute
par le signe de croix lui avait, livré passage.

Il prit sa course, mais une course plus rapide que celle du meilleur
lévrier, malheureusement les diables eux aussi courent fort vite et
les boules de feu l'eurent bientôt rejoint, tantôt le précédant et le
suivant. Pour les éviter, il faisait des sauts de bélier, poursuivi
toujours par le même bruit de chaînes et les mêmes ricanements. Hors
d'haleine, sentant ses jambes fléchir sous lui, il arriva enfin à sa
cabane; mais à sa grande stupeur, elle était toute réduite en cendres.
Il s'arrêta terrifié. Une détonation venant d'en haut lui fit lever les
yeux. Il aperçut des globes de feu énormes et de toutes les couleurs qui
menaçaient de lui tomber sur la tête. A cette vue, il reprit sa course
désespérée poursuivi et toujours par les mêmes fanfares infernales.

Enfin à force de se signer et de recommander son âme à Dieu, il put
faire disparaître tous les diables. Il gagna le village toujours en
courant et alla se réfugier, comme on l'a vu, sur le perron de l'église.

Telle fut l'histoire qu'il raconta au bedeau et dont je donne ici le
résumé.

Celui qui eut visité la caverne des fées le jours précédent aurait été
étonné de voir le genre d'occupation auquel trois hommes se livraient.

Deux cousaient ensemble des morceaux d'écorce de bouleau percés de trous
à l'endroit des yeux, de la bouche et ornés d'un nez énorme. De temps en
temps, ils s'ajustaient ces masques sur la figure en riant de bon coeur
à l'apparence qu'ils leur donnaient.

Bidoune, d'un autre côté, (car le lecteur a sans doute reconnu que la
mascarade qui avait causé une si grande terreur au louche, était une
pure invention du gascon et de son ami pour débarrasser la paroisse de
cet homme traître et méchant) adaptait au bout d'une perche un paquet
d'étoupe. Des boules enduites de térébenthine étaient à côté de lui.

Tout en travaillant, on se distribuait les rôles. Bidoune devait grimper
dans le haut d'un arbre pour lancer à point nommé la seconde boule
préalablement enflammée. La première était réservée au gascon qui la
pousserait à coups de pieds en avant du louche pendant que Bidonne
l'empêchait de retourner en arrière avec la sienne en poussant des
rires homériques que le pauvre malheureux prenait pour des ricanements
infernaux.

Il est inutile de dire que l'étoupe que Bidoune faisait jouer au bout de
sa perche et qui laissait tomber des étincelles constituait le globe de
feu venant des airs. Une simple figure avait produit la détonation.

La cabane avait été incendiée parce que Baptiste dans la recherche de
sa poule y avait découvert les armes et les provisions nécessaires à
l'enlèvement. Le canot, soigneusement caché dans les branches, les
avirons, la hotte et des cordes y avaient été transportés et le tout
avait brûlé ensemble.

Leur plan avait réussi, jamais la louche ne reparut dans ces endroits.

Les trois ombres de la Caverne des fées qui avaient causé tant d'effroi
aux braves habitants de Ste. Anne, sont maintenant expliquées.



L'HÔPITAL GÉNÉRAL

La guerre entre Paulo et mon Adala allait donc se continuer avec plus
d'acharnement que jamais. J'avais espéré vainement que la leçon qu'il
avait reçue, lors de sa première tentative d'enlèvement, lui aurait
profité; mais puisqu'il redoublait de rage, c'était à moi de pourvoir
au salut de mon enfant et de la mettre hors des atteintes de ce tigre à
face humaine.

Je dois l'avouer, si j'avais usé de ménagement envers lui, c'est c'est
que je me sentait coupable des mauvais exemples que je lui avais donnés
et dont il n'avait que trop profité; je lui avais fait dire, combien je
regrettais mon fatal passé; je lui avais même envoyé de l'argent pour
qu'il put vivre honnêtement et abandonner le sentier du crime. Il parut
accepter ces conditions et garda la somme d'argent qu'il dépensa en
orgies crapuleuses et à préparer des plans diaboliques.

Le lendemain soir, Baptiste revint chez moi pendant que nous étions
seuls, je lui fis part du plan que j'avais conçu de mettre Adala et sa
grand'mère on sûreté et de donner ensuite la chasse aux bandits. Il
m'approuva du tout coeur.

Ce qui me faisait hâter d'avantage c'est que la rumeur rapportait qu'un
meurtre atroce avait été commis à une douzaine de lieues de l'endroit
que j'habitais.

En voici les détails: Deux sauvages étaient entrés dans la maison d'un
riche et honnête cultivateur. C'était un Dimanche, et tout le monde
assistait au service divin. La mère de famille était restée seule avec
deux petits enfants dont l'aîné pouvait avoir sept ans et le plus jeune
cinq.

Cette jeune femme était très hospitalière et très charitable, aussi
accorda-t-elle volontiers la nourriture que les deux sauvages avaient
demandée en entrant.

Lorsqu'ils eurent pris un copieux repas, ils exigèrent de l'argent.

La pauvre mère comprit alors qu'elle avait affaire à des scélérats et
qu'elle pouvait redouter les derniers outrages. Elle chercha à gagner du
temps espérant qu'on reviendrait bientôt de l'Église lui porter secours.

Par malheur pour elle, la messe avait été beaucoup retardée, le curé
ayant été obligé d'aller administrer les derniers sacrements à un homme
mourant.

C'est alors que Paulo, saisissant son tomahawk en asséna un coup
terrible sur la tête de l'infortunée qui tomba assommée. Deux crimes
affreux furent accomplis ensuite.

Les infâmes firent des recherches dans tous les coins de la maison et
découvrirent une somme d'argent considérable qu'ils séparèrent entre eux
puis ils disparurent.

Les enfants avaient été enfermés dans un cabinet pendant
l'accomplissement de ce drame odieux. Le complice de Paulo les avait
menacés de sa hache avec des imprécations effroyables et jurait de leur
fendre la tête s'ils proféraient une parole ou essayaient de sortir.

Les pauvres petits s'étaient blottis l'un près de l'autre demi-morts de
terreur, n'osant pas pleurer et retenant leur respiration.

Lorsque le bruit eut cessé, le plus âgé se décida à s'avancer tout
doucement vers la fenêtre. Il aperçut les deux bandits qui fuyaient dans
la direction du bois. Ils sortirent alors de leur cachette ouvrirent
la porte de l'appartement où ils avaient vu leur mère pour la dernière
fois. Une mare de sang inondait le plancher. Hélas! la pauvre femme
n'était plus qu'un cadavre.

Je renonce à peindre la scène déchirante qui s'en suivit, les larmes et
les cris de désespoir des malheureux enfants.

Enfin la messe était terminée et le père revenait tout joyeux avec les
autres personnes de la famille, lorsqu'ils rencontrèrent dans l'avenue
les deux enfants qui couraient éplorés en criant: "papa, papa, viens
donc vite, maman est morte, il y a des hommes méchants qui l'ont tuée."
Le père en ouvrant la porte ne connut que trop la triste verité.

Cette nouvelle que je rapportai à Baptiste fut confirmée le lendemain
par des document officiels et certains.

Par la désignation que firent les enfants, je reconnus mon ancien
complice.

Ce récit expliqua à Baptiste pourquoi à pareille date, il avait perdu
les brigands de vue, pendant plusieurs jours. C'était pour dépister
leurs poursuivants qu'ils étaient revenus sur leurs pas jusqu'au lieu où
ils avaient commis ce meurtre.

Il n'y avait donc plus de temps à perdre. J'envoyai de suite Baptiste
louer une barque et le même soir à neuf heures, Adala, Aglaousse et moi,
nous voguions sur le fleuve poussés par un bon vent. Douze heures
après, nous entrions dans la rivière St. Charles et débarquions près de
l'Hôpital Général de Québec.

Baptiste et ses amis devaient rester dans ma maison pendant mon absence
et se tenir prêts à tout évènement.

Revenons à notre voyage. Nous allâmes frapper à la porte du parloir du
couvent. Une jeune soeur vint au guichet. J'avais tant hâte de savoir
si mon enfant y trouverait asile et confort que sans autre préambule je
demandai la permission de visiter les salles, prétextant qu'il devait y
avoir une de mes connaissances qui était là depuis plusieurs années.

Sans m'en douter, je disais bien vrai. Une religieuse vint me conduire.
Je tenais Adala par la main, la vieille indienne nous suivait. Tout en
causant j'admirais l'ordre parfait et le bien-être qui y régnait. En
approchant d'un lit où était étendue une vieille malade, je m'arrêtai
malgré moi. Ses traits quoique portant les traces de l'idiotisme me
frappèrent. Ils me rappelaient quelque vague souvenir de ma jeunesse.

Ou l'avais-je vu?

Je ne pouvais m'en rendre compte. J'essayai à l'interroger mais elle ne
me répondit que par quelques paroles incohérentes..

Depuis deux ans, me dit la religieuse, la pauvre vieille a perdu toute
intelligence. Je lui demandai de vouloir bien s'éloigner un instant, la
bonne soeur accéda volontiers a mon désir.

Je m'approchai du lit de l'octogénaire. _Rosalie_ lui dis-je. Elle fit
un soubresaut, me regarda d'un oeil étonné et quelque peu lumineux, puis
son regard redevint terne. Je prononçai mon nom à son oreille; elle
parut se réveiller et me regarda fixement, puis elle retomba dans son
état d'hébètement.

La religieuse vint nous rejoindre. Elle nous avait observés
attentivement. "Vraiment chef, dit-elle en souriant; je vous crois un
peu sorcier; car depuis deux ans, la pauvre vieille n'a pas donné de
pareils signes de connaissance."

Mes pressentiments ne m'avaient pas trompés, cette vieille fille était
l'ancienne servante qui demeurait chez mon père lorsque je désertai la
maison paternelle.

Nous continuâmes la visite des salles où j'admirai, comme je l'ai dis
plus haut, l'ordre parfait qui y régnait. Je fus ensuite conduit au
parloir où m'attendaient la supérieure et la dépositaire qu'on avait
fait prévenir. Je leur exposai le plan que j'avais formé de mettre Adala
entre leurs mains pour qu'elle complétât son éducation. Je leur dis de
plus à quels dangers elle était exposée. Pour attirer davantage leur
sympathie en faveur de l'enfant et afin qu'elles ne la missent pas en
évidence, je leur fis connaître son persécuteur. C'était l'accusateur
de son père et l'assassin de l'homme pour lequel celui-ci avait subi le
dernier supplice.

Jusque là, les deux religieuses n'avaient pas dit un seul mot. En levant
les yeux sur elles, je m'aperçus que toutes deux pleuraient.

Elles m'adressèrent tour à tour la parole. Au lieu de leur répondre, je
me mis à les regarder fixement. Je me retrouvais sous la même impression
où j'avais été au sujet de la vieille en visitant les salles.

Étais-je donc cette journée-là sous l'effet d'une hallucination? Je ne
pouvais m'expliquer ce que je ressentais, mais plus j'analysais chacun
des traits des deux religieuses et plus je me convainquais que je les
avais vues quelque part.

Ma conduite les surprit sans doute, car la supérieure, après un silence
de quelques minutes, me dit en souriant: "Vous vous croyez, sans doute,
chef au milieu des grands bois, à l'affût de quelque gibier. En effet
depuis un quart d'heure que nous vous interrogeons, au lieu de nous
répondre, vous nous examinez comme si vous étiez indécis sur laquelle de
nous vous allez diriger votre coup de fusil."

Ces paroles me ramenèrent à la réalité. Pour un instant, j'avais vécu
dans les rêves dorés de mon enfance et les figures sereines des bonnes
religieuses me rappelaient quelques traits des soeurs chéries que je
croyais mortes et à qui j'avais causé tant de chagrin. Ces souvenirs me
rendaient tout rêveur.

--Pardon, madame, lui répondis-je, mais il me semblait retrouver en vos
personnes deux soeurs que j'ai perdues bien jeunes. Vos traits me les
rappelaient. C'est ce qui m'impressionnait si fortement.

--Hélas! dit la supérieure, nous avions nous aussi un frère qui a
déserté le toit paternel poussé par le désespoir et nous n'en avons
jamais eu de nouvelles.

A ces paroles, je me levai brusquement et m'approchai d'elles. Elles se
reculèrent instinctivement.--"N'êtes-vous pas, leur dis-je, du village
de.....--" Elle parurent très surprises et me regardèrent toutes deux
fixement.

J'ai oublié de dire que je portais le costume et le tatouage d'un chef
sauvage de premier ordre.

Elles me répondirent affirmativement.--Encore une question, mesdames,
s'il vous plait. Votre nom n'est-il pas Hélène et Marguerite D....?
Oui, répondirent-elles en me regardant d'un air stupéfait--O Mon Dieu,
m'écriai-je alors dans un élan de reconnaissance, Hélène et Marguerite!
mes deux soeurs! je suis votre frère et je leur tendis les bras.

Je crus réellement qu'elles allaient défaillir toutes deux à ces
paroles.

--Mais, firent-elles, d'une voix tremblante, notre frère n'était pas
indien.

En deux mots, je leur rappelai quelques circonstances de notre enfance
et nous tombâmes dans les bras les uns des autres. Elles riaient,
pleuraient, me pressaient de questions et quand elles se furent calmées,
vous pensez bien avec quel empressement je demandai des détails sur mes
bons parents.

Elles me racontèrent que mon père, après s'être épuisé en recherches de
toutes sortes, avait fini par croire fermement à ma mort; mais ma mère,
la bonne et sainte femme, assurait que je reviendrais. Tous les soirs,
une prière se faisait en commun pour mon retour et dans la journée, ma
mère allait s'enfermer dans ma chambre où rien n'avait été changé depuis
mon départ et là elle priait et pleurait des heures entières.

Elles me dirent de plus comment Marguerite avait reconnu son enfant et
comment on m'avait soupçonné d'être l'auteur de l'enlèvement, ce que peu
de personnes avaient cru. Elles ajoutèrent que la vieille était notre
ancienne Rosalie, qui aussi avait pleuré sur mon sort.

Enfin après plusieurs heures d'une intime causerie, je leur fis les
adieux les plus touchants et je pris congé d'elles. Je leur donnai mes
dernières instructions et leur laissai une forte somme d'argent pour
pourvoir à la pension et aux besoins d'Adala. Je pressai cette dernière
dans mes bras, embrassai la vieille, lui faisant un part de la somme
qui me restait entre les mains pour l'aider à vivre pendant les années
d'absence que je croyais nécessaires pour terminer l'éducation de mon
enfant. Elle avait décidé d'aller demeurer chez le hurons à Lorette, se
réservant toutefois le privilège de venir embrasser sa petite fille très
souvent.

Il fallut bien me décider à partir. Avant de gagner mon embarcation, je
fus chez un notaire des plus respectables et fis mon testament en cas
de mort, car je ne me dissimulais pas que la poursuite que nous allions
entreprendre contre Paulo allait être pleine de périls. J'étais
fermement décidé de débarrasser la société d'un tel monstre et de
délivrer Adala des dangers qui la menaceraient tant que le misérable
existerait.

J'instituai Adala ma légatrice universelle, lui nommai un homme de bien
comme curateur, donnai une pension plus que suffisante à la vieille. Je
laissai pour l'enfant une lettre que la supérieure lui donnerait si
je ne revenais pas. Je lui recommandai de prendre bien soin de sa
grand'mère et de ne pas oublier dans ses prières celui qui l'avait aimée
autant qu'un père.

Je me munis auprès des autorités de tous les papiers nécessaires me
permettant de m'emparer de Paulo et de ses complices au nom de la loi,
et de les mettre à mort s'il le fallait.

Tous ces devoirs remplis, je m'embarquai pour redescendre.



LA CHASSE A L'HOMME

Tout en dirigeant ma barque vers l'endroit où je devais rencontrer mes
amis, je suivis tristement le sillon qu'elle traçait et me représentais
combien était heureuses ces vagues qui paraissaient remonter, de se
rapprocher des êtres chéris que je venais de quitter, pendant que je
m'en éloignais peu-être pour toujours.

C'était avec peine que je refoulais au fond de mon âme, les pleurs
qui voulaient s'échapper de mes yeux au souvenir des adieux et de la
séparation, séparation qui devait être bien longue.

Pourtant après ces quelques instants d'attendrissement, mon énergie et
ma force morale me revinrent.

Ma détermination d'en finir pour toujours avec Paulo se fixa plus
inexorable que jamais dans mon esprit. Mes compagnons, j'en étais sûr ne
me mettraient pas moins d'acharnement que moi à leur poursuite. Plus je
songeais à leurs affreux forfaits et plus je sentais un désir implacable
du m'emparer d'eux vivants ou de les faire disparaître. Ce fut dans
cette disposition d'esprit que j'abordai à Ste. Anne, à l'extrémité
ouest du Cap Martin, dans une dans une petite anse qui se trouvait
vis-à-vis de ma demeure. J'allai frapper à la porte et me fit
reconnaître. Tout le monde était sur pied, certes mes amis faisaient
bonne garde; ils avaient entendu mes pas.

Nous passâmes le reste de la nuit à faire nos préparatifs de départ,
pendant que je leur racontais les incidents de mon voyage. Il avait
été convenu entre Baptiste et moi que nous commencerions notre chasse
immédiatement après mon arrivée.

Tout le monde dans le village savait quelle était la nature de
l'expédition que nous allions entreprendre; aussi, connaissant à quels
dangers nous allions être exposés, faisait-on des voeux pour notre
succès, tant les bandits inspiraient du terreur. Des prières étaient
faites chaque soir dans les familles, pour que Dieu, nous ramenât sains
et saufs.

Cependant la vue de la barque avait appris mon arrivée à mos bons amis,
qui connaissaient le but de mon voyage, sans savoir en quel lieu j'avais
laissé mon enfant; le curé seul en était informé. A bonne heure le
lendemain matin, une douzaine des habitants les plus aisés et les plus
respectables, ayant le bon prêtre en tête vinrent et nous offrirent
tout ce qu'ils croyaient nous être nécessaire pour notre excursion,
provisions, habillements et munitions. Mais nous étions amplement
pourvus de tout cela. Nous les remerciâmes avec effusion et nous prîmes
le chemin des bois accompagnés de leurs souhaits et de leurs voeux.

Il était facile au calme et à la détermination de nos figures de voir
combien nous allions mettre de persévérance et de fermeté dans la chasse
que nous entreprenions, bien que ceux que nous allions combattre fussent
presque deux fois plus nombreux que notre parti, puisque Paulo et son
ami avaient recruté les sept autres sauvages.

J'avais pris le commandement de l'expédition.

Un mot personnel sur ma petite troupe.

Bidoune était un homme du six pieds trois pouces, brave et infatigable
comme l'étaient les canadiens trappeurs de ce temps-là. Sa force était
herculéenne. Quand une fois il était sorti de sa placidité ordinaire, il
devenait furieux et indomptable comme un taureau blessé. Une fois déjà
pris par cinq sauvages, il, s'était vu attaché au poteau du bûcher et
grâce à sa force musculaire, il avait rompu ses liens, saisi une hache,
engagé contre tous les cinq une lutte désespérée où trois étaient tombés
sous ses coups, le quatrième mortellement blessé et le dernier avait
pris la fuite. Ce qui lui donnait encore plus de désir de se joindre à
nous c'est que ceux qui s'étaient emparés de lui et qui voulaient le
brûler, faisaient partie de la bande où Paulo avait recruté ses nouveaux
complices. Lorsque je lui avais communiqué mon plan d'attaque, Bidoune
s'était frotté les mains avec délices.

Les deux français eux aussi étaient de puissants et fermes auxiliaires.
C'était deux hommes aux muscles d'acier, au coeur franc et loyal, braves
et rusés, qui avaient été formés à l'école de Baptiste. Il m'est inutile
de parler de ce dernier, le lecteur le connaît déjà.

Avec de tels hommes, je pouvais tout tenter. Le point que j'avais décidé
d'explorer était le lieu qui leur servait de repaire, lorsque Baptiste
avait poursuivi Paulo.

Plus nous avancions dans les bois et approchions de cet endroit, plus
nous nous convainquions que nous ne nous étions pas trompés dans nos
prévisions, car les traces de leur passage devenaient de plus en plus
évidentes.

Quand nous fûmes peu éloignés du campement où nous espérions les
surprendre et leur livrer assaut, nous décidâmes de nous séparer on deux
bandes. Nous eûmes aussi la précaution de nous mettre sous le vent, de
crainte que les chiens ne sentissent notre approche et qu'ils ne leur
donnassent l'éveil. De leur coté, nos ennemis avaient bien pris leurs
mesures pour prévenir toute surprise, Ils comprenaient que si leur plan
d'enlèvement avait été ainsi déjoué, c'est qu'il y avait eu trahison de
la part du louche ou qu'ils avaient affaire à quelqu'un d'aussi rusé
qu'eux.

Nous pûmes approcher jusqu'à portée de fusil de leur cabane en nous
glissant, et en rampant de broussailles ou broussailles.

Malheureusement un chien éventa la mèche. Un coup de feu partit d'une
sentinelle embusquée derrière un arbre et une balle vint frapper Bidoune
à la jambe. La carabine de celui-ci retentit à son tour, le Peau Rouge
fit un soubresaut et retomba inerte. Ces coups de feu avait jeté
l'alarme dans le camp. La flamme qui brillait au milieu de leur wigwam
fut en un instant dispersée.

En même temps, trois coups partirent dans la direction d'où était venu
celui qui avait blessé Bidonne. Les deux français tirèrent eux aussi
du côté d'où venaient ces derniers, puis nous entendîmes des plaintes
sourdes et des craquements de branches, comme en peuvent faire les bêtes
fauves en fuite dans les bois.

Il n'eut certes pas été prudent de nous avancer plus loin, cette
nuit-là, car nos ennemis auraient pu s'être cachés et nous envoyer leurs
balles à l'abri des rochers. Nous décidâmes donc d'attendre le jour pour
juger de l'effet de nos coups.

Lorsque l'aube parut, Baptiste se chargea d'aller faire la
reconnaissance pour voir ce qu'était devenu nos ennemis. Il choisit
le Gascon pour l'accompagner. C'était un trappeur consommé en fait
d'adresse, de ressources et de ruse. Ils revinrent deux heures après et
nous informèrent qu'ils avaient relevé les pistes des fuyards et que
Paulo formait l'arrière garde. Ils étaient encore six, nous le savions
déjà, car nous avions examiné l'effet du premier coup qui avait été tiré
par Bidonne. La balle avait traversé le coeur du sauvage. Quant aux
autres coups tirés par les français, bien qu'au juger, ils avaient eux
aussi parfaitement atteint leur but. L'un avait été tué instantanément,
l'autre gisait mortellement blessé.

Bien nous en prit de ne nous approcher qu'avec la plus grande
précaution, car malgré le sang qu'il avait perdu, le blessé avait appuyé
son fusil sur une pierre et de son oeil mourant cherchait encore s'il
ne pourrait pas envoyer une balle dans le coeur d'un ennemi. Je lui en
exemptai la peine, j'ajustai mon coup sur le canon de son arme et tirai;
son fusil vola en éclats loin de lui; nous nous avançâmes alors en toute
sûreté.

Il était le chef des sept nouveaux associés de Paulo. Il me lança un
regard de défi lorsque je fus près de lui, croyant que j'allais le
torturer, dans ses derniers moments, comme il n'eut pas manqué de le
faire si nous fussions tombés entre ses mains. Aussi manifesta-t-il
quelque surprise lorsque je lui demandai s'il voulait boire. Il me fit
un signe affirmatif, le Normand alla lui chercher de l'eau.

J'examinai alors sa blessure, la balle lui était entré dans le dos
obliquement et lui ressortait dans la partie interne de la cuisse
opposée. Elle avait donc traversé les intestins; sa mort était certaine.

Pendant la demi-heure qu'il survécut, nous essayâmes à soulager ses
souffrances et lorsqu'il eut rendu le dernier soupir, nous creusâmes une
fosse commune où nous déposâmes les trois cadavres. Nous les recouvrîmes
de terre et même de pierres pour les protéger des atteintes des bêtes.

Nous incendiâmes ensuite leur cabane et après un repos de quelques
instants, nous nous mîmes à la poursuite des autres bandits qui avaient
sur nous une avance de plus de trois heures. C'était là que commençaient
les difficultés de la lâche que nous avions entreprise.

Maintenant, l'éveil leur était donné. Sans doute qu'ils allaient.
employer toutes les ruses possibles pour nous surprendre à leur tour.

Je comprenais toutefois qu'ils ne pouvaient marcher longtemps ensemble.
L'attaque avait été si inattendue et leur fuite si précipitée qu'ils
n'avaient pas eu le temps de prendre des provisions. Ils devaient donc
se séparer avant que d'avoir fait bien du chemin et c'était justement en
que je voulais empêcher.

Nous étions presque en nombre égal, il n'était donc pas prudent pour
nous de rester tous ensemble, car ils pourraient nous surprendre à
l'entrée où à la sortie d'un défilé et nous tirer à l'affût comme gibier
de passage, aussi nous séparâmes-nous. Je pris avec Bidonne, l'avant
garde, pour servir d'éclaireurs, pour que nous ne nous éloignâmes pas
trop les uns des autres, afin de nous prêter un secours mutuel en cas de
surprise.

Nous étions en route depuis deux jours, lorsque nous découvrîmes des
traces toutes fraîches de leurs pas. Comme dans la chasse que Baptiste
avait donnée à Paulo, ils avaient encore cette fois pris toutes les
peines du monde pour effacer les vestiges de leur passage. Ils avaient
monté et redescendu les ruisseaux, choisi les terrains pierreux, fait un
grand nombre de tours et de détours afin de nous donner le change, mais
j'étais trop habitué A toutes ces ruses pour me laisser tromper. En
partant de l'endroit où nous les avions surpris, ils s'étaient dirigés
vers le sud puis marchant dans le cours d'un ruisseau, ils étaient
revenus plusieurs milles en arrière.

Nous pûmes constater qu'évidemment Paulo conduisait le parti.

Enfin la nuit de la seconde journée, il faisait un clair de lune
magnifique. Nous étions dispersés, les uns des autres, l'oeil et
l'oreille au guet, lorsque tout à coup, une modulation d'abord, puis
le cri du merle siffleur s'élevant à une petite distance arriva à mes
oreilles. C'était le signal de ralliement, l'ennemi devait être en vue
de quelqu'un de notre bande.

Nous nous glissâmes avec des précautions infinies vers le lieu d'où
était parti le cri. Nous aperçûmes effectivement dans un cran de rochers
deux points lumineux et le canon d'une carabine qui brillait au rayon
de la lune. J'abaissai mon arme et fit feu. Deux balles d'un autre côté
vinrent siffler auprès de moi. Trois autres coups partis des nôtres
répondirent aux deux premiers.

J'avais bien recommandé à mes hommes de se tenir à l'abri des arbres et
de se coucher à plat ventre sitôt qu'ils auraient tiré. C'est ce qu'ils
firent. Ils durent à cette précaution de n'être pas atteints par les
balles.

Quelques secondes après, Je reconnu le son de la grosse carabine de
Baptiste et j'aperçus en même temps un sauvage qui dégringolait du haut
du rocher.

A l'assaut m'écriai-je, sans leur donner le temps de recharger et le
couteau aux dents, nous nous précipitâmes sur eux. Paulo comprit alors
qu'il n'y avait plus de salut pour lui que dans une lutte désespérée
dont il sortirait victorieux. D'ailleurs les hommes qu'il commandait
étaient bien propres à lui inspirer de la confiance. C'étaient des gens
déterminés et dont les forces devaient être décuplées par l'idée que
s'ils tombaient vivants entre nos mains, la potence les attendaient.

Le coup de fusil de Baptiste seul avait porté, le mien avait fait voler
en éclats la crosse de la carabine de la sentinelle.

Nous étions cinq contre cinq, la partie était égale. Ce fut la crosse de
nos armes qui nous servit d'abord de massues, mais les bandits étaient
exercés à parer les coups. Les crosses volèrent en éclats et la lutte au
couteau s'en suivit.

Elle fut terrible et sanglante. Qu'il me suffise de dire qu'une heure
après, le plateau qui nous avait servi de champ de bataille était inondé
de sang. Trois hommes gisaient se tordant dans les convulsions de
l'agonie. Deux autres blessés étaient un peu plus loin, mais ceux-là
fortement liés. Trois de mes malheureux compagnons dont Baptiste et
moi pansions les malheureuses blessures, nageaient dans leur sang. Le
Normand, le Gascon, Bidoune étaient blessés plus sévèrement que nos
ennemis qui se trouvaient être Paulo et son complice. Bidoune avait reçu
un coup de couteau en pleine poitrine.

Après avoir pansé les blessures du mieux que nous pûmes, Baptiste et moi
qui n'avions reçu que de légères égratignures, nous nous mîmes à faire
un abri, car il ne fallait pas songer à se mettre en route pour gagner
les habitations dans l'état ou étaient nos amis.

Lorsque le soleil du lendemain éclaira le lieu du carnage, je ne pus
voir sans frémir les cadavres de ces hommes forts et braves, dont la
vigueur et la jeunesse auraient pu être si utiles, si elles eussent été
tournées au bien.

Nos ennemis que nous n'avions pu lier que grâce à la perte de sang qui
avait diminué leurs forces, conservaient sur leurs figures pâlies,
l'expression d'une sauvage férocité.

Cependant notre pauvre canadien s'affaiblissait visiblement. Le nombre
de blessés et de pansements que j'avais vus dans nos guerres m'avait
donné quelqu'idée de chirurgie et quelques connaissances pratiques de
médecine. Je ne me faisais donc pas d'illusions sur le résultat de la
blessure; lui-même de son côté pressentait sa fin prochaine. Cette
blessure, il l'avait reçue après le combat de la manière la plus
traîteuse.

Comme je l'ai dit, Paulo avait été blessé grièvement sans toutefois
l'avoir été dangereusement. Par compassion, on lui avait laissé un
bras libre. Pendant que j'étais occupé à donner des soins à mes chers
blessés, il me fit demander par Bidoune de vouloir bien aller le
trouver, prétextant qu'il avait quelque chose d'important à me
communiquer. Je lui fis répondre que je n'avais pas le temps de me
rendre auprès de lui pour le moment. Le canadien lui porta ma réponse,
il le supplia de lui donner à boire, ce que celui-ci fit volontiers.
Mais Paulo se prétendait trop faible pour pouvoir lever la tête, alors
ce brave homme se mit à genoux auprès de lui, lui soulève la tête d'une
main tandis que de l'autre il lui présentait de l'eau fraîche mêlée à
quelques gouttes d'eau de vie qu'il avait tirées de sa gourde. Tout
occupé à cet acte de charité, il ne remarqua pas le mouvement de Paulo.
Il avait glissé sa main libre sous lui, avait saisi son poignard
et l'avait enfoncé dans la poitrine de son bienfaiteur. Il allait
redoubler, mais le canadien avait eu la force de se mettre hors de ses
atteintes. Ce forfait avait été commis en moins de temps que je ne mets
à le rapporter.

Baptiste avait tout vu, aussi poussa-t-il un rugissement terrible et
saisissant son casse-tête il aurait fendu le crâne du misérable si je ne
me fusse trouvé là, pour arrêter son bras. J'eus toutes les peines
du monde à le détourner de son projet de tuer immédiatement le lâche
assassin. Il ne céda qu'après que je lui eusse expliqué combien plus
terrible serait sa punition d'agoniser dans les chaînes d'un cachot, en
attendant le jour de son procès ou le moment de son exécution.

Tout en lui parlant ainsi, j'avais retiré le poignard de la blessure et
pratiquai une saignée qui arrêta le sang, mais la respiration continua
à devenir de plus en plus haletante et difficile, Enfin, lorsque malgré
nos soins tout espoir fut perdu et que lui-même m'eut avoué qu'il se
sentait mourir et comprenait qu'il n'en avait plus pour longtemps, il
nous fit approcher, nous chargea de ses derniers embrassements auprès de
sa vieille mère. Il nous fit détacher une ceinture remplie de grosses
pièces d'or qu'il nous pria de lui remettre et me recommanda de ne pas
l'abandonner dans le cas où elle aurait besoin.

Il me demanda ensuite de faire une prière qu'il récita après moi d'une
voix râlante et entrecoupée, fit une acte de contrition et recommanda
son âme à Dieu puis, dégageant sa main des miennes, il eut la force de
faire le signe de la croix, montra le ciel du doigt et expira.

Le croirait-on, les deux scélérats pendant ce triste spectacle riaient
d'un rire satanique?

Le lendemain, nous le déposâmes dans sa bière. Elle était formée au
tronc d'un pin énorme dont l'âge avait tellement creusé le centre que
nous pûmes facilement y placer le cadavre. Les reste rendus à la terre,
nous dressâmes sur sa tombe un petit mausolée de pierre brute et nous le
fîmes surmonter d'une croix de bois. Son nom y fut gravé avec ces trois
mots "repose en paix".

Nous creusâmes aussi une tombe commune à quelque distance de celle du
canadien, aux quatre bandits, les associes et les complices de Paulo.
Les misérables avaient conservé jusqu'au moment où la terre les
recouvrit leur air de défi et de férocité tel que nous l'avons décrit
déjà plus haut.

Il nous fallut passer au delà d'un mois dans les bois pour permettre à
nos blessés de se guérir et de reprendre quelques forces avant que de
nous mettre en route. Paulo et son digne séide étaient l'objet de notre
part d'une extrême surveillance. Quatre à cinq fois, jour et nuit, leurs
liens étaient minutieusement examinés et bien nous en prit, car plus
d'une fois nous pûmes constater qu'il faisaient des efforts surhumains
pour s'en délivrer. Quoique entièrement en notre pouvoir, jamais il
ne perdaient une occasion de nous accabler de leurs insultes les
plus ignobles, soit que nous leur donnassions à manger ou que nous
pansassions leurs plaies.

Enfin l'état des malades devint des plus satisfaisant, les blessures se
guérirent comme par enchantement tant le mal avait peu de prise sur ces
charpentes granitiques.

Un mois après cette lutte gigantesque, où nous nous étions pris corps à
corps avec de véritables lions pour la force et de vrais tigres pour la
férocité, nous décidâmes de nous mettre en route.

Avant que de partir, nous allâmes nous agenouiller sur la tombe de notre
malheureux ami, puis nous fîmes nos préparatifs de voyage et nous prîmes
le chemin des habitations.

Baptiste ouvrait la marche avec le Normand, Paulo et son complice, liés
de manière à ce qu'ils ne pussent s'échapper ni faire aucune de leurs
tentatives diaboliques contre nous, formait le centre avec le Gascon,
j'étais à l'arrière-garde.

Nous mîmes six jours avant de pouvoir atteindre le village de Ste. Anne,
la faiblesse des blessés ne nous permettait pas d'avancer plus vite.
Enfin lorsque nous débouchâmes du bois, toute la paroisse était accourue
pour nous recevoir.

Ils avaient appris notre arrivée par un chasseur que nous avions
rencontré et qui avait pris les devants. Les remerciements pleins de
gratitude et d'effusion que ces braves gens nous firent sont encore
présents à ma mémoire. Leurs yeux se mouillèrent de larmes fil entendant
le récit de la mort de notre malheureux ami et les circonstances dans
lesquelles il avait reçu le coup fatal.

Les victimes des deux monstres les identifièrent parfaitement et ce
fut en frémissant qu'elles s'approchèrent d'eux pour les reconnaître.
Comment ne pas frisonner, pour des femmes de se trouver près de ces
êtres à figures patibulaires, pleines de défi et d'effronterie, leur
adressant encore des propos cyniques et immondes.

Nous confiâmes nos prisonniers à la garde, de cinq hommes robustes et
déterminés, puis nous acceptâmes le repas et l'hospitalité qui nous
furent donnés par les citoyens.

C'était à qui nous entoureraient de plus de soins et de prévenances.

Nous prîmes une bonne nuit de repos dont le Gascon et le Normand avaient
surtout besoin. Nous transportâmes les prisonniers à bord de la même
barque que j'avais louée pour mon voyage précédent. Ils refusèrent
de marcher, il fallut donc les y porter, une fois qu'ils y furent
installés, nous fûmes obligés de leur lier de nouveau les jambes pour
nous mettre à l'abri de leur coup de pieds et de les attacher solidement
au fond de la barque pour qu'ils se se jetassent pas à l'eau.

Dans la journée du lendemain, nous les remîmes entre les mains des
autorités et ils furent enchaînés dans un même cachot. Lorsque
nous prîmes congé d'eux, ils nous accablèrent des plus affreuses
malédictions. Nul doute que s'ils eussent pu briser leurs chaînes, ils
se fussent précipités sur nous avec une rage infernale pour essayer à
nous dévorer à belles dents.

Cependant ce ne fut pas sans émotion que je jetai sur Paulo un dernier
regard et lui dit qu'il n'avait plus rien à espérer de la clémence des
hommes et qu'il devait se préparer par le repentir à comparaître devant
un juge plus redoutable que ceux de la terre. Il me répondit par
d'affreux blasphèmes et d'abominables imprécations.

Tels furent ses adieux, je ne devais plus le revoir.

Une fois hors de la prison, je sentis intérieurement un soulagement
indicible, ma vie jusqu'alors si tourmentée allait enfin prendre un
cours plus calme, plus tranquille.



DERNIERS JOURS DE PAULO ET RODINUS

Je suis seul dans la profondeur des bois, la lune envoie quelques rayons
faibles qui percent à peine le dôme de feuillage jauni que la brise
d'automne éparpille à mes pieds.

Depuis deux mois, me demandai-je, pourquoi cette inquiétude, ce malaise
dont je ne puis me débarrasser? En allant conduira Paulo et son complice
à la prison de Québec je n'ai pas voulu aller voir mes soeurs, j'ai
résisté au plaisir de revoir mon Adala et sa pauvre vieille mère. Et
pourtant, j'aurais été heureux d'embrasser ma chère enfant et de donner
une bonne poignée de mains à mes soeurs ainsi qu'à Aglaousse. J'ai cru
devoir en faire le sacrifice.

Adala sous leurs soins maternels doit avoir retrouvé une partie de
toutes les jouissances qu'elle n'avait pas connues dans les bras de sa
mère. Peut-être une prière qu'elle m'eut adressée de revenir auprès
d'elle, sa vue, son sourire, m'eussent-ils trouvé assez faible pour
accéder à son désir.

En agissant ainsi, j'ai cédé à la raison et au devoir.

Il y a trois jours, j'étais agenouillé au pied d'une croix que j'ai fait
ériger sur les bords du lac à la Truite.

Le temps était sombre et triste, le soleil brillait par intervalles au
travers des nuages que le vent faisait entrechoquer dans l'espace. Dans
leur chaos, leurs courses désordonnées, il me semblait revoir toutes les
mauvaises passions qui m'avaient empêché comme tant d'autres de voir
le flambeau religieux qui nous éclaire, et que nous n'apercevons que
lorsque le mal qui obscurcit notre intelligence, lui laisse un espace
pour se montrer.

Il y a trois jours, ai-je dit, je priais avec ferveur au pied de cette
croix et je pleurais. Je pleurais sur un passé dont chaque mauvaise
action doit être enregistrée dans le livre de vie, mais je pleurais
aussi parce que l'aiguille de ma montre marquait onze heures et que
demain à cette heure deux grands criminels vont du haut d'un gibet être
lancés dans l'éternité. Et dans qu'elle état paraîtront-ils devant le
juge suprême?

La journée s'est passée dans de tristes réflexions. L'âme de Paulo et
celle de son complice seront jugées. Mon Dieu vont-elles trouver grâce
auprès de vous et vont-ils dans leurs derniers moments implorer un
regard de votre divine miséricorde.

C'est dans cette disposition d'esprit que je me jette sur mon lit de
sapin, je me retourne en tous sens, mais plongé dans mes pensées, je ne
puis fermer l'oeil.

Demain, j'en suis certain, je serai tiré de ma poignante anxiété. Mon
brave Baptiste est monté à Québec et doit me donner des nouvelles des
derniers instants des malheureux, mais surtout m'apporter une lettre
de mon Adala et de mes soeurs. Combien la journée et la nuit vont être
longues.

8 heures P. M. Non la journée n'a pas été aussi longue que je le
craignais. Un chasseur est venu frapper à la porte de ma cabane et m'a
demandé l'hospitalité. Je lui presse la main et l'attire au dedans de
mon wigwam. Je l'aurais embrassé, tant la solitude me pesait, car ce
frère inconnu venait peupler mon désert. Tout en partageant mon repas,
il me raconte son histoire et celle de sa famille.

C'est un malheureux Acadien. Il habitait le village des Mines. Il y
possédait une belle propriété et vivait heureux au milieu des joies du
foyer, lorsque la guerre éclata entre l'Angleterre et la France. Il
s'était enrôlé volontaire, et après dix mois de guerre, quand l'ennemi
avait été repoussé et poursuivi jusque dans son propre territoire, il
était revenu tout joyeux. Hélas! ses champs avaient été dévastés, sa
maison incendiée par les barbares envahisseurs. Sa pauvre femme et ses
deux petits enfants avaient péri au milieu des flammes. A peine avait-il
pu recueillir parmi les décombres quelques os calcinés de ces êtres
chéris. Tel était le résumé de sa narration; à chaque phrase de cette
triste et lamentable épopée, je sentais des pleurs inonder ma figure...

Il est onze heures du soir, le chasseur est parti. Il est un homme
déterminé et fort intelligent; il jouit d'une grande confiance de la
part des autorités, car il est chargé de remettre au gouverneur de
Québec d'importants documents. Il a pris la route des bois, c'est la
plus courte et la plus sure.

Cet homme qui se montra si énergique après de tels malheurs, a stimulé
mon courage. Il m'a exprimé une profonde gratitude de mon hospitalité et
remercié des provisions dont j'ai rempli son havresac. Entre lui et
moi, désormais, c'est pour la vie que nous conserverons une réciproque
amitié. Son nom est Marquette.

A la montre marque cinq heures du matin, mon sommeil, contre mon
attente, a été assez paisible. Je rêve quelques instants, mais bientôt
il me semble entendre des aboiements, mes chiens répondent. Je m'élance
hors de mon lit, le chien de Baptiste vient de faire irruption dans ma
hutte.

Mon bon et tendre ami ne saurait être loin avec ses deux braves et
dévoués compagnons. Ils ont reçu ordre de se rendre tous les trois à
Québec pour donner leur témoignage dans le procès de Paulo et de son
complice. Je les ai priés d'attendre jusqu'après l'exécution et de se
mettre en rapport avec monsieur Odillon qui doit leur remettre certains
papiers pour moi.

Pendant que je m'habille à la hâte, des pas se rapprochent, c'est
Baptiste avec le Gascon et le Normand. Je cours à leur rencontre et
nous nous embrassons avec effusion. Mes amis sont exténués de fatigue.
Heureusement, j'ai préparé pour eux la veille au soir, un copieux repas
et j'ai renouvelé le sapin des lits.

Je refuse d'écouter les détails des derniers jours et de l'exécution
dont ils ont été témoins, parce que je veux les avoir succincts et bien
minutieux.

Chers amis, comment reconnaître leur dévouement? Ils n'ont pas perdu
une seule minute pour que je reçusse au plus vite les lettres dont ils
étaient porteurs. Je n'ose leur parler pendant leur repas, tant ils
dévorent les aliments avec avidité. Quand leur faim fut un peu apaisée,
ils me racontèrent qu'ils étaient partis à cinq heures du soir dans un
canot et quand leurs bras étaient trop fatigués pour faire glisser le
canot sur les ondes, ils ont demandé du secours à leurs jambes et ont
pris les chemins des bois. Ils ont devancé de beaucoup le postillon, ils
avaient tant hâte de me revoir et de se distraire du spectacle horrible
auquel ils avaient assisté.

Mon brave Baptiste en nie donnant ces quelques détails feint d'être
étouffé par ses bouchées qui, prétend-il, lui font venir les larmes aux
yeux, ce qui lui fournit un prétexte de les essuyer. Le Gascon a besoin,
parait-il, d'une eau plus fraîche et prend de là occasion de sortir,
pour le Normand, il m'avoue que son excessive fatigue lui fait couler
des sueurs qui se répandent sur ses joues. Ces sueurs ne sont pourtant
que des larmes.

Nobles coeurs qui pleurent au souvenir de cette triste fin et sur
le sort d'hommes qui les auraient massacrés s'ils en avaient trouvé
l'occasion.

Je vais leur en épargner le récit, car Baptiste m'a remis deux lettres
et un cahier; l'un est du geôlier, l'autre de monsieur Odillon.

Avant que de partir de Québec, j'avais payé le geôlier libéralement pour
qu'il donnât un accès aussi libre que possible au vénérable prêtre que
j'ai prié instamment, par une lettre de se rendre auprès des prisonniers
et de veiller au salut de leurs âmes. De Paulo surtout que je n'ai
malheureusement que trop contribué à perdre. C'est une légère réparation
et un dernier effort que je veux tenter pour le ramener au bien.

Mon bon ami m'a répondu qu'il se mettait de suite en route et qu'il me
tiendrait au courant de ce qui se passerait dans la prison jusqu'au
jour de l'exécution, suivant le désir que je lui en avais exprimé. En
attendant son arrivée, le geôlier s'était engagé à me rendre un compte
exact de la conduite et des dispositions des condamnés.

Le repas terminé, j'invite mes amis à s'étendre sur leurs lits. Peu
de minutes après le Gascon et le Normand ronflaient à pleins poumons,
tandis que Baptiste se tourne de mon côté et semble se consulter
intérieurement. Il a certainement quelque chose d'important à me dire,
car il me regarde en pleine figure et balbutie quelques paroles sans
suite.

Enfin il se décide à s'approcher de moi en disant: "Ne me grondez pas
trop fort, Père Hélika, mais avant que de revenir j'ai été LA voir et
ELLE m'a reconnu. Oh! la chère enfant qu'elle est belle et comme elle
ma demandé avec empressement de vos nouvelles. Puis sans me laisser
le temps d'ajouter un mot! Et les bonnes religieuses, et la mère
d'Attenousse qui se trouvait là, avec quelle anxiété elles se sont
informées de vous! Nom d'un nom! Je ne suis pourtant pas une Madeleine,
mais vrai, j'ai été trop bête pour leur répondre. J'étais, comment vous
dirai-je, tenez aussi incapable de parler que quand ma pauvre mère me
dit dans ses derniers moments en m'embrassant: Baptiste, je vois te
laisser pour toujours, mais Dieu prendra soin de toi. Sois honnête et
religieux avant tout. Je ne pus dire un seul mot. A travers mes larmes,
je voyais tout danser et tourbillonner autour de moi. Je m'agenouillai
seulement pour recevoir sa bénédiction. Le lendemain la sainte femme
n'était plus. Elle était morte sans que j'aie pu lui donner l'assurance
que je suivrais à la lettre ses dernières recommandations. Maintenant,
je vous avouerai que, c'est ainsi que je me suis trouvé en entendant
les belles paroles que la Dame Supérieure et l'Assistante me disaient.
Stupide et pleurnichant comme une vieille femme, je sortis ne sachant
où donner la tête. Un homme m'attendait à la porte et est venu me
reconduire jusqu'au canot. Il avait sous le bras un gros sac qu'on vous
envoyait sans doute."

Baptiste à ces mots me présente ce sac que j'ouvre en sa présence. Il
contenait des provisions que mes bonnes soeurs lui ont fait remettre
pour leur descente. Il y a de plus une enveloppe dans laquelle il doit y
avoir une charmante petite lettre. Elle est si mignonne et si gentille.

--En effet, ajouta-il en se frappant le front, l'homme de l'hôpital,
rendu au canot, m'a dit, ce sac est pour vous, la lettre pour le grand
Chef, et je me rappelle à présent que pendant que je parlais avec les
religieuses la petite avait dit: Je vais écrire à mon père Hélika.

--Ne m'en voulez pas, je l'aime moi aussi et je voulais savoir si elle
était heureuse. Maintenant me pardonnez-vous?

Je l'embrasse à ces paroles et je lui presse la main. C'était là, seule
marque de reconnaissance que je pouvais lui donner. J'étais si ému de
ces témoignages d'amitié. J'insistai pour qu'il prit quelque repos, il
s'étendit sur son lit et ne tarda pas à s'endormir.

Je vais de suite m'installer au pied d'un arbre touffu que les rayons du
soleil ne caressent que mollement avant que d'arriver à moi. J'ouvre le
cahier et je lis le rapport et la lettre du geôlier: La voici.

Monsieur,

"En réponse à la demande que vous m'en avez faite, je vous rends compte
aujourd'hui de là manière dont les prisonniers se sont conduits depuis
leur condamnation. Après le prononcé de leur jugement et l'assurance que
la cour leur donna qu'ils n'avaient aucune miséricorde à espérer des
hommes et qu'ils devaient se préparer à paraître devant Dieu le 20 du
courant, ils ont échangé ensemble quelques mots de fureur que nous
n'avons pu saisir parce qu'ils étaient dits dans une langue que personne
ne comprend".

"Du 12 au 13, ils ont passé une nuit affreuse de même que tous leurs
jours et nuits depuis leur retour à la prison. Ils ont cherché à
s'élancer l'un contre l'autre dans des transports indicibles de rage; un
gardien de la prison s'est approché d'eux pour essayer à les apaiser,
mais ils se sont précipités sur lui avec la férocité de tigres altérés
de sang. Malheureusement il était à portée de leurs atteintes et sans le
prompt secours d'autres gardiens, il eut été impitoyablement massacré
par ces deux monstres. Leurs chaînes sont solides, Dieu merci, il ne
peuvent s'atteindre, car ils s'éventreraient, tant grande est la fureur
qui les anime l'un contre l'autre. Je regrette d'avoir à ajouter que
leur conduite loin de s'améliorer parait augmenter en férocité d'un
instant à l'autre. L'aumônier de la prison est venu plusieurs fois
tenter tout les efforts possibles pour les calmer. Il a essayé à leur
faire entendre des paroles de paix, mais ils lui ont répondu par
d'épouvantables imprécations. Le prêtre en est sorti chaque fois de plus
en plus contristé."

"Enfin, ce soir, le 14, le vénérable abbé dont vous m'avez parlé, est
arrivé et de suite il s'est installé auprès des prisonniers. Il m'a prié
de le laisser seul avec eux. Quelle figure imposante, quelle douceur
se reflète sur chacun de ses traits! Sa voix est douce et pleine d'une
onction à laquelle il est difficile de résister. Il s'est approché d'eux
en leur tendant la main avec bonté et en leur adressant à chacun des
paroles de consolation, mais les monstres, au lieu d'embrasser avec
vénération la main que ce saint apôtre leur tendait, se sont rués sur
lui et l'ont envoyé rouler sur la muraille où sa tête à été se heurter.
Il s'est relevé avec calme, a tiré son mouchoir de sa poche et a essuyé
le sang qui ruisselait de son front sur sa figure par la blessure qu'il
s'était fait en tombant. Pendant ce temps, les deux scélérats poussaient
d'horribles ricanements. Nous comprîmes de suite, en les entendant
qu'ils devaient avoir commis une action diabolique. Nous sommes tous
accourus à son aide, mais avec une douce autorité il nous a priés de
nous retirer, puis tournant vers les deux bandits un regard chargé de
larmes il leur a adressé à tous deux dans leur langue des paroles
d'une douceur ineffable, mais les démons ne voulurent seulement pas
l'entendre. Alors le saint prêtre s'est agenouillé et à longtemps prié
pour eux. Cette prière du juste devait monter vers le ciel comme un
parfum céleste, ils avaient comblé sans doute la mesure de leurs crimes
car Dieu a paru leur refuser les trésors de sa miséricorde".

"Voilà, Chef, ce que j'ai à vous raconter de ce qui s'est passé jusqu'à
l'arrivée de Mr. Odillon. Il m'a annoncé qu'il était chargé de continuer
le journal que j'ai commencé. Il ne me reste plus qu'à ajouter que l'air
de plus en plus abattu et découragé du saint homme, me fait augurer très
mal du résultat de sa divine mission."

"Si je ne craignais de vous contrister davantage vu que vous semblez
leur porter de l'intérêt, qu'ils sont loin de mériter, je vous l'assure,
je vous avouerais que les gardiens et moi qui sommes préposés à la garde
de malfaiteurs, meurtriers, de bandits de toute espèce, nous n'avons
rien rencontré qui peut approcher de la méchanceté et de la scélératesse
de ces deux brigands."

"Agréez, Chef, l'assurance de la haute considération avec laquelle,

je suis votre dévoué."

GASPARD

Geôlier de la prison de Québec.

(Québec, 14 Septembre.)


Bien que je n'aie passé que peu de temps à causer avec le geôlier, j'ai
reconnu en lui le type de l'honnête homme qui bien qu'énergique et ami
de son devoir, sait tempérer les rigueurs de la prison par tous les
moyens dont il peut disposer. Je le sais doué, de plus, d'un sens droit,
d'un esprit expérimenté et observateur.

Je ne puis donc me défendre d'un frémissement en songeant au dénouement
du drame sinistre qui va se dérouler, et dont j'entrevois la fin
affreuse; aussi est-ce en tremblant que je prends le journal de
monsieur Odillon. Je lis d'abord la lettre qu'il m'adresse le jour de
l'exécution.



Septembre 20, A midi

"Mon cher frère,

"Enfin le drame est terminé! Il y a une heure, je voyais disparaître
dans un coin reculé du cimetière, les restes mortels du malheureux Paulo
et de son complice. C'est la mort dans l'âme et encore tout rempli
d'horreur de ce que j'ai vu et entendu dans les derniers jours qui ont
précédé l'exécution et au moment où leur âme devait paraître devant
le juge suprême, que je remplis la promesse que je vous ai faite.
Croyez-le, mon frère, il y a de tristes moments dans la vie. Dieu arrose
quelquefois de larmes bien amères la carrière de ses ministres."

"Jamais peut-être dans une vie qui compte aujourd'hui près de quarante
cinq ans d'apostolat, je n'ai eu autant d'angoisses et de découragement
que pendant ces quelques jours. Mon Dieu je ne m'en plains pas puisque
telle a été votre volonté. Non je ne me plains pas des pleurs que j'ai
versés pour les souffrances morales que j'ai endurées, mais ce qui
m'afflige profondément et jetterait peut-être le désespoir dans mon âme,
si ma conscience ne me disait pas que j'ai fait mon devoir, c'est que
tous mes efforts ont été infructueux et inutiles pour faire germer au
coeur des deux grands pécheurs, une pensée ou un sentiment de repentir."

"J'incline mon néant devant les insondables décrets du Très-Haut. Qui
sait peut-être au moment où ils allaient être lancés dans l'éternité, un
_peccavi_ que la corde ne leur a pas permis d'articuler, s'est-il élevé
du fond de leur âme."

"Frère, prions pour eux qu'ils aient trouvé grâce, priez aussi pour
ce pauvre prêtre afin que Dieu rende son travail efficace, lorsqu'il
tentera de ramener à lui des âmes égarées."

"Je suis avec estime, votre bien sincère ami."

P. S.

"ODILLON ptre."


"J'oubliais de vous remercier de l'envoi généreux que vous m'avez fait.
Cet argent sera distribué aux pauvres, et c'est sur votre tête et sur
celles de ceux qui vous sont chers, que retomberont les bénédictions
qu'ils demanderont au ciel, en reconnaissance de vos bienfaits."

"ODILLON ptre."

Septembre 17. "Je suis entré dans leur cachot vers six heures pour
passer la nuit auprès des malheureux et essayer à verser dans leur coeur
un peu de calme et de repentir. Ils étaient dans un état d'exaspération
épouvantable. Leurs yeux étaient hors de tête, leurs figures sinistres
et empreintes d'une haine indicible. Leurs mains étaient couvertes du
sang qui s'échappait des blessures que les fers leur avaient faites en
essayant à s'élancer l'un sur l'autre pour se frapper et se déchirer. De
leurs bouches s'échappaient une écume sanglante et d'affreux blasphèmes.
Ma vue loin de les apaiser ne fit plutôt que redoubler leur rage. Ils
parurent même la concentrer sur ma personne, car comme je m'approchais
pour les calmer, ils se sont tous deux précipité sur moi et m'ont
violemment repoussé. Toute la nuit s'est ainsi passée dans des
paroxysmes de fureur sans que j'aie pu leur faire entendre une parole de
raison."

"La cause de cette haine frénétique qu'ils se portent, vient de ce que
tous deux ont tenté de se rendre témoins du roi, avec l'assurance qu'ils
voulaient faire donner aux autorités qu'on leur laisserait la vie sauve.
A cette condition, ils auraient tout avoué."

"Ces démarches, ils les avaient faites à l'insu l'un de l'autre et elles
leur avaient été révélées le jour de leur procès. Or de tous les hommes
celui que les sauvages abhorrent le plus et auquel ils ne pardonnent
jamais, c'est au délateur et au traître; aussi lorsqu'ils le tiennent en
leur pouvoir, il est toujours soumis aux plus horribles tortures."

Sep: 18. "La journée ne s'est pas annoncée sous de meilleurs auspices.
Je suis entré dans leur cachot au moment où ils prenaient leur déjeuner.
Mon arrivée n'a fait aucune autre effet sur eux que de m'attirer à peine
un coup d'oeil chargé de mépris, Tout en mangeant ils se sont lancé des
regards farouches et pleins de menaces. Comment donc réussirai-je à
faire entendre une parole de religion à ces hommes dont le coeur est si
profondément gangrené par les plus exécrables passions?"

"Je les laisse; il est onze heures et demi du soir. J'ai le coeur navré
de tristesse. Mon Dieu, encore une journée et une partie de la nuit de
perdues! Mes peines, mes supplications ne paraissent avoir d'autres
résultats que de redoubler leur rage et leurs imprécations. Peut-être la
Providence m'inspirera-t-elle demain de nouveaux moyens pour parvenir au
but auquel j'aspire si ardemment. Le seul espoir que j'entretienne est
de les ramener dans la voie du repentir et d'adoucir leur derniers jours
qui fuient l'un après l'autre avec une incroyable rapidité et qui sont
pour moi si pleins d'amertume."

"Dans deux jours leur âme sera devant Dieu et je n'ai encore rien pu
obtenir des coupables. Pourtant, je le sais, la justice des hommes sera
inflexible, inexorable, ils n'ont plus de merci à attendre ici bas. Deux
jours seulement, c'est si peu pour se préparer à paraître devant le
redoutable tribunal du Souverain Juge; devant ce regard inquisiteur
qui fait dire au roi prophète dans un saint tremblement; _Ante faciem
frigoris ejus quis sustinebit!!_ Je vais prier, la prière est un baume
divin, peut-être m'inspirera-t-elle de nouvelles idées."

Sept: 19. "Mon cher frère, je suis entré un peu plus tard dans la
cellule aujourd'hui. J'ai dès le matin fait demander audience dans les
maisons où l'on prie pour le salut de tous. Monseigneur l'Evêque de
Québec, m'a offert ses services d'une manière spontanée. Il doit aller
les visiter pendant que de mon côté j'implorerai les prières des âmes
charitables en faveur des malheureux qui vont mourir demain, sur la
potence, car pour le condamné, les jours qui suivent la condamnation
sont toujours la veille du supplice."

"Tous m'ont promis leur concours et j'espère encore les retrouver dans
de meilleures dispositions."

"Je vous écris ces pages de ma chambre et maintenant il me semble que ce
poids énorme ne pèse pas sur mes seules épaules, On m'a promis partout
que des prières seraient offertes à Dieu. Elles seront dites et répétées
dans chaque communauté et par toutes les personnes pieuses."

"Je me trouve dans une disposition d'esprit bien différente des jours
précédents. Je m'accuse d'avoir peut-être exprimé des paroles d'aigreur
devant ces hommes qui pourraient être plus malheureux et ignorants
que coupables. Je dirige mes pas vers la prison bien décidé à leur en
demander pardon. Je pourrais prendre Dieu à témoin, que si je les ai
offensés, c'est bien involontairement car je donnerais de grand coeur
jusqu'à la dernière goutte de mon sang pour leur être utile."

"Je marche d'un pas plus léger, plus alerte car l'espérance a fait
renaître mon courage. A peine ai-je franchi les derniers degrés de la
prison que je rencontre le saint Évêque. Il me tend la main, je la porte
à mes lèvres avec respect, mais lui m'embrasse avec tendresse. Je n'ai
pas le courage de l'interroger, son serrement de mains m'indique qu'à
lui aussi était départie la part d'amertume comme aux bons autres
prêtres qui ont tour à tour, mais en vain essayé d'obtenir d'eux une
parole ou un signe de repentir."

"Mon Dieu, j'ai pourtant bien prié dans les deux jours qui sont passés,
je vais prier encore davantage mais je ne puis continuer D'écrire."



19 Sept, 11 heures P. M.

"Pardonnez à mon écriture, ma main est tremblante et peut-être
aurez-vous de la peine à déchiffrer le pauvre griffonnage que je fais.
A peine quelques heures vont-elles s'écouler avant que la justice des
hommes soit satisfaite, et je n'ai pu rien obtenir. La dernière nuit est
épouvantable."

"Quand la réponse à leur demande d'un sursis leur a été apportée, hier
soir, et que l'expression formelle du refus leur a été signifiée, jamais
scène plus déchirante n'a été vue."

"D'abord, ils ont préludé aux apprêts de leur mort d'une manière
différente, l'un par des chants féroces et sauvages, l'autre par
d'exécrables obscénités, puis à minuit sonnant, comme par un accord
mutuel, les deux prisonniers se sont tus. Rodinus le complice s'est
enveloppé la tête de sa couverture et s'est mis à moduler un chant
bizarre mais empreint d'une telle férocité que je ne pouvais m'empêcher
de sentir un frisson qui parcourait tout mon être. Paulo au contraire
est tombé dans un état d'inertie et d'abattement dont il n'a pas pu
être relevé. Le premier a continué son chant étrange jusqu'au moment de
l'exécution. Il ne s'y mêlait presque plus d'accents humains. Hélas! cet
homme était plus misérable encore que je ne pensais. Il n'était pas même
idolâtre, il était Athée."

"Je compris dans son chant qu'il était heureux du rendre à la matière ce
que la matière lui avait donné, le désir de jouissances matérielles, et
trouver les moyens de se les procurer, fussent-ils des plus odieux. Tel
avait été le but de toute sa vie."

"Je cherchai à réveiller chez l'un et l'autre, chez Paulo surtout
d'autres sentiments, mais ce fut en vain, ils ne daignèrent seulement
pas me répondre. Je les conjurai, je les suppliai, je leur présentai un
crucifix qu'ils outragèrent par leurs crachats comme de nouveaux Judas."

"Enfin Paulo vers lequel je tentai une dernière espérance, me fit peur,
je l'avoue. Quand je le secouai de sa torpeur, la malheureux était dans
un délire complet, mais un de ces délires qui ne s'exprime pas par
d'énergiques transports, mais par des paroles incohérentes, où le
cynisme de la pensés le dispute à l'obscénité de la parole."

"Il exprimait dans un odieux langage les plaisirs charnels de son passé,
il en parlait avec un horrible ricanement. Parfois aussi un calme se
faisait. J'essayai bien des fois à en profiter pour me faire entendre.
Et alors c'était plus affreux encore. Il sortait de sa tranquillité
apparente et voyait le bourreau disait-il. Il l'apercevait qui attendait
à la porte du cachot que l'heure du supplice fut arrivée. Il croyait
voir ses gestes d'impatience parce que le moment ne venait pas assez
vite. Il décrivait les plis et replis de la corde qui devait l'étrangler
et qu'il croyait déjà avoir autour du cou. Il se représentait les
vociférations de la foule rendue furieuse par le nombre et l'énormité de
ses forfaits. Puis un instant après, il élevait la voix, mais alors sur
un ton de supplication il conjurait cette même foule d'attendre au
moins que la brise imprimât à cette masse inerte, à ce cadavre et à ces
membres pantelants, un balancement qui les ferait se heurter sur les
poteaux du gibet comme en mesure, aux accords des fanfares infernales."

5 heures A. M. "Rodinus continue sa mélopée inconnue. A quelle divinité
adresse-t-il ce chant? Oh! si c'était à ce Dieu qu'il affecte de ne pas
connaître, au moins conserverais-je une lueur d'espoir sur son avenir,
mais non c'est une glorification de ses forfaits. Il les passe en revue
dans sa mémoire et regrette de ne pouvoir en savourer les délices plus
longtemps."

10 1/2 heures A. M. "Rien n'est changé dans l'attitude de Rodinus. Paulo
a eu un accès de frénésie épouvantable. Il se croyait poursuivi par ses
victimes. Il leur demandait pitié, miséricorde, comme elles-mêmes ont dû
le faire lorsqu'ils les outrageait ou les mettait à mort. Ses cheveux se
dressaient d'épouvante, il attendait, disait-il des ricanements d'enfer
et les cris de joie des démons qui le conviaient à leur horrible fête.
Il entrevoyait les tortures des damnés, il répétait leurs lamentations
et leurs gémissements. Son oeil était hagard, il tremblait de tous ses
membres. Son grincement de dents augmente encore l'horreur de tous les
témoins de cette épouvantable scène. C'est bien là la peinture que
l'écriture nous fait de la mort du pécheur impénitent. _Dentibus suis
fremet et labescet_. Puis il est tombé dans un état de torpeur, il n'est
plus qu'une masse inerte."

"Le silence du cachot n'est troublé que par le bruit de sa respiration
stertoreuse et par le chant de son compagnon plus strident et plus
saccadé. C'est la ronde du jongleur qui évoque les esprits infernaux.
Oh! mon Dieu je n'y puis rien faire!......"

"La porte du cachot s'ouvre, c'est le bourreau et ses aides qui entrent
suivis des officiers de justice."

"Je me précipite au devant d'eux, je les supplie d'accorder encore dix
minutes de répit. Un des officiers tire sa montre et dit en secouant
tristement la tête qu'il a déjà différé l'exécution de quelques minutes
et qu'il ne peut m'accorder un seul instant. Cet instant comment
l'eussent-ils employé? Eussent-ils enfin dans ce moment suprême, tourné
un regard de repentir et de supplication vers Dieu? Hélas! je n'ose plus
rien espérer que dans l'immense miséricorde de la Divine Providence."

"La seule chose que j'ai pu obtenir a été l'aveu complet que Paulo m'a
fait, et dont je ne doutais pas, qu'il était avec ses deux complices les
meurtriers du malheureux compagnon d'Attenousse pour lequel celui-ci
avait subi le dernier supplice. Paulo seul avait ourdi cette trame
diabolique pour se venger de l'horreur qu'Angeline ressentait pour lui.
Les deux autres bandits l'avaient aidé dans l'exécution."

"Pendant qu'on préside aux funèbres apprêts du supplice, je vais de l'un
à l'autre, je les exhorte en pleurant à se préparer à paraître devant
Dieu en exprimant dans leur coeur au moins une parole de contrition."

"Mais Paulo ne m'entend plus, toute vie intellectuelle est éteinte. Son
oeil est vitreux et fixe. Il n'y a plus que sa respiration ou plutôt un
râlement qui vit chez lui. Il ne voit rien, il n'entend rien, il ne peut
plus se mouvoir."

"Rodinus détourne la tête avec dégoût quand je lui présente pour la
seconde fois l'image du Dieu crucifié. Il l'aurait même souillé de
nouveau par un crachat si je ne me fusse empressé de le retirer."

"Enfin la toilette est terminée, leurs chaînes leur ont été enlevées,
ils ont la corde au cou et les mains liées derrière le dos."

"Le cortège se met en marche. Quatre aides portent Paulo toujours
insensible et le déposent sur la trappe fatale, Rodinus l'a précédé. Il
a toute la stoïque férocité du sauvage. La tête haute il jette d'abord
un regard de défi sur la foule et regarde avec indifférence le bourreau
qui passe l'extrémité de la corde dans le crochet. Il ne veut pas
permettre qu'on rabatte le bonnet sur ses yeux comme on vient de le
faire à Paulo."

"La foule est à genoux et prie. Moi, la figure prosternée sur le gibet,
j'entends le bruit sourd qui m'avertit que la trappe est ouverte et que
deux âmes viennent de paraître devant le tribunal suprême, et quelles
sont jugées!!!... Ah! puissent-ils avoir trouvé miséricorde auprès de
Dieu!!!!!!"

"Voilà, mon cher frère, les détails aussi exacts que possible, voilà
aussi la fin déplorable de ces deux grands coupables. Pourtant, malgré
toute l'apparence de l'inutilité de nos prières, redoublons cependant
nos instances auprès du Très-Haut. Qui sait?"



Je ferme en frissonnant ce journal, il m'échappe des mains. J'essuie les
sueurs glacées qui inondent mon front.

J'oublie l'univers entier et me transporte en esprit dans ce monde
invisible et inconnu dont ces deux hommes ont franchi la barrière.
Ma pensée se noie dans l'horreur du sort qui vraisemblablement les y
attendait.

Je ne sais combien d'heures j'ai passé dans ces pénibles réflexions mais
tout à coup mes idées prennent un autre cours. Une figure angélique
vient faire contraste avec les leurs que je crois entrevoir parmi celles
des démons. Cette figure est celle d'Angeline, de la mère d'Adala. Il me
semble entendre cette voix qui n'avait plus rien de terrestre à me
dire, au moment où son âme allait s'envoler vers le ciel et après la
confession que je lui avait faite: "Père viens m'embrasser. Je te confie
mon enfant, mon Adala."

Ce dernier nom a un effet magique. Il m'éveille comme d'un affreux
cauchemar et la chère petite lettre d'Adala est là devant moi qui semble
me sourire et m'inviter à l'ouvrir.

Je la saisis avec émotion, je la tourne et retourne en tout sens avant
que d'en faire sauter le cachet. J'embrasse ce papier que sa main a
touché. Il faut que j'attende quelques instants avant que de pouvoir
distinguer l'écriture, tant les larmes obscurcissent mes yeux.

"Mon Bon et cher grand papa, me dit-elle, voilà déjà plus de quatre mois
que je ne t'ai vu et pourtant je n'ai pas passé un seul instant sans
penser à toi. Je me suis bien ennuyée et je m'ennuie encore beaucoup de
ne pouvoir plus m'asseoir sur tes genoux et t'embrasser."

"Je n'ai pas non plus oublié toutes les belles histoires que tu me
racontais. Il y en avait de tristes si tu t'en souviens qui me faisaient
pleurer, mais quand tu me voyais toute en larmes, tu m'en disais de si
drôles que j'en ris encore rien qu'à y penser."

"Mais ce que je ne comprenais pas et ne comprends pas encore
aujourd'hui, c'est que quand tu me voyais si folle, tes yeux se
mouillaient de larmes. J'avais bien peur que ce ne fut quelque chagrin
que je te causais et tu étais trop bon pour me dire en quoi je
t'affligeais. Je suis aujourd'hui bien plus raisonnable que je ne
l'étais alors et j'ai bien hâte de te revoir pour te demander pardon."

"J'espère, mon bon grand papa, que tu prends toujours un bon soin de ta
santé car si j'apprenais que tu es malade ou qu'il te fut arrivé quelque
malheur, je crois bien j'en mourrais."

"Je me propose quand je te reverrai de te gronder bien fort de ce que tu
ne m'écris pas."

"Je suis à présent une grande fille. Les bonnes religieuses me disent
qu'elles sont très contentes de mes succès. Elles ont pour moi toute
espèce de bontés."

"La mère supérieure et l'assistante me font souvent venir dans leurs
chambres. Elles m'embrassent, me chargent de bonbons, mais je ne sais
pourquoi elles ont l'air triste elles aussi quand elles me parlent. Je
n'ai pas besoin de rien demander, elles préviennent mes moindres désirs
et me disent que c'est toi qui leur a donné l'argent pour y pourvoir."

"Je t'embrasse beaucoup pour te remercier de toutes tes prévenances et
je vais m'appliquer bien fort pour finir mes études au plus vite et
aller te rejoindre. Tu dois toi aussi t'ennuyer un peu de ta petite
fille."

"Depuis huit jours nous prions pour deux criminels qui ont été pendus
ce matin. Toutes les bonnes religieuses étaient tristes nous aussi nous
l'étions. C'est si terrible de penser que deux hommes vont être pendus,
mais c'est plus affreux encore de songer qu'ils vont mourir sans s'être
réconciliés avec Dieu. A dix heures trois quarts ce matin les glas des
deux malheureux ont commencé à sonner. J'en frémis encore. Nous nous
sommes rendues à la chapelle pour prier pour eux. Je n'ai pas osé
demander s'ils ont fait leur paix avec Dieu."

"Tu peux t'imaginer comme j'ai été contente de revoir mon ami Baptiste,
aussi je l'ai embrassé bien fort."

"Grand'mère vient me voir toutes les semaines. Elle m'apporte de ces
beaux petits ouvrages en broderie sur écorce comme elle sait en faire.
Elle y joint de plus de jolies corbeilles remplies de toute espèce de
fruits. J'aurais voulu que ma tante supérieure lui donna de l'argent,
j'avais tant peur qu'elle souffrit de la faim; mais elle m'a embrassée
en me disant que tu lui en donnes plus qu'elle n'en a besoin. Je t'en
aimerais encore plus fort pour cela si j'en étais capable."

"A présent je vais te dire un tout petit secret. Ce n'est, pas moi qui
écris, je ne suis pas assez savante, c'est une de mes compagnes qui le
fais pour moi, mais c'est moi qui dicte."

"Mes bonnes tantes disent que dans quelques mois je pourrai écrire une
lettre seule. Juges si je vais travailler."

"Je t'embrasse mille et mille fois,

Ta petite fille,"

ADALA

20 Septembre.



La lecture de cette lettre me fit un plaisir ineffable que je me plus à
savourer quelque temps. Il fallut pourtant me tirer de cette délicieuse
rêverie et retourner dans ma cabane.

Mes amis étaient éveillés. Je me fis raconter les derniers jours des
bandits dans les plus grandes minuties. Ils avaient été plus diaboliques
encore dans leurs actions que le bon prêtre ne me l'avait dit.

Un jour un d'eux lui avait presque coupé un doigt avec ses dents pendant
qu'il lui présentait à boire, comme il le lui avait demandé.

Un autre jour, Rodinus l'assommait presque avec ses menottes pendant
qu'il avait le dos tourné.

Il n'y avait pas d'avanies, d'injures, de blasphèmes, d'obscénités de
toutes sortes que ce saint prêtre n'eût entendus de leurs bouches et
souffert avec une patience et une douceur angéliques.

Mais je tire le rideau sur ce hideux tableau pour revenir au plus vite à
ma chère enfant.



VIE INTIME

Quoiqu'il m'en coûtât beaucoup d'être pour plusieurs années séparé
d'Adala, il me fallait en faire le sacrifice. Aussi, autant par goût que
par un besoin de distraction et de mouvement, je repris avec mes amis la
vie de coureur des bois.

J'étais parfaitement tranquille au sujet de ma fille chérie, je savais
qu'elle trouverait, auprès de mes bonnes soeurs tout le bonheur
possible. Pour lui éviter des chagrins que ma vue aurait pu lui causer,
je résolus de ne l'aller voir que dans trois ans, mais je me proposai de
lui écrire deux fois par année quoique je fusse convaincu qu'elle était
incapable de m'oublier.

Nos préparatifs de départ ne furent pas longs et nous partîmes bien
décidés à ne plus nous séparer et à partager à chaque retour au poste
les profits de notre chasse.

Il est inutile de vous raconter cette vie de coureur des bois que tout
le monde connaît. Qu'il me suffise de dire que nos chasses furent assez
fructueuses et que je passai les cinq années qui suivirent dans un calme
et une tranquillité d'esprit que je n'avais pas encore connus.

Le spectacle continuel de la nature dans toute sa beauté primitive, les
courses dans les bois et la préparation de nos pelleteries faisaient le
charme de nos journées. Puis le soir arrivé nous nous trouvions réunis
autour d'un bon feu et les histoires et la gaîté intarissable du Normand
et du Gascon, embellissaient nos soirées.

Les trois années que je m'étais condamné à passer sans embrasser Adala,
étaient expirées, je résolu de me rendre à Québec. Grande fut la joie de
mes soeurs et de la petite en me voyant.

L'enfant s'était admirablement développée, et avait considérablement
grandi. Elle ne savait que faire pour me témoigner son bonheur. Elle
riait, pleurait, dansait, venait sauter sur mes genoux et m'embrassait.
Combien j'étais heureux de tous ces témoignages d'amour. Non je ne les
eus pas changé pour tous les trésors de la terre.

Je passai une semaine auprès d'elle, lui faisant visiter la ville et
ses environs. Je jouissais du plaisir qu'elle éprouvait de voir tant de
merveilles et de beautés qu'elle ne connaissait que par ouï dire.

Il va sans dire que nous allâmes aussi chercher la grand'mère et
l'installâmes auprès de nous pour qu'elle prit part à la joie commune.

Ces huit jours furent de courte durée. Si la voix de la raison n'eut
cédé à celle de mon coeur, sans aucun doute, elle fut revenue avec moi.
La vie de réclusion s'accordait peu avec le caractère d'Adala. Ce qu'il
fallait à cette chère enfant c'était la vie libre et indépendante,
indispensable au sang indien. Instinctivement aussi elle ressentait un
entraînement véritable pour la vie demi sauvage. Mais il me fallut céder
devant le devoir.

Après l'avoir pressée plusieurs fois dans mes bras, je me séparai
d'elle. Je lui promis que dans deux ans je viendrais la chercher et
qu'alors nous demeurerions ensemble jusqu'à la mort de l'un de nous.
Aglaousse, de son côté, promit de venir nous rejoindra et de la visiter
plus souvent encore d'ici à ce temps-là.

Je dis adieu à mes soeurs, leur recommandant de nouveau l'enfant. Ces
recommandations étaient bien superflues.

Ce fut un grand sacrifice, que je fis en m'éloignant d'elles, et aussi
longtemps que je le pus, je me retournais pour jeter un regard sur le
toit qui recouvrait des êtres qui m'étaient plus chers que la vie.

Jamais de ma vie, je n'ai éprouvé autant d'ennui que pendant les
premiers mois qui suivirent cette séparation.

Enfin je rejoignis les compagnons qui m'attendaient à un endroit désigné
et nous reprîmes la vie active.

Pendant la courte visite que j'avais faite à Adala, je lui avait souvent
parlé du campement que nous avions établi auprès du Lac à la Truite. Je
lui avais décrit le paysage si beau et les jouissances qu'on y trouvait.
L'enfant avait écouté ces détails avec des larmes de plaisir. Elle me
fit promettre en la laissant d'y construire un logement et que ce serait
là que désormais nous habiterions.

Ses désirs étaient pour moi des ordres impérieux, aussi vers la fin de
la seconde année, nous construisîmes ces cabanes que je ne changerais
pas pour le plus somptueux des palais.

Enfin, depuis sept ans que nous y sommes installés, nous goûtons un
bonheur presque sans nuages. Le seul chagrin qui soit venu assombrir
notre ciel, a été la mort de mes deux soeurs qu'une épidémie a emportées
successivement dans l'espace de deux mois Chères saintes femmes, elles
se sont éteintes comme elles ont vécu, dans la paix du seigneur, après
une carrière bien remplie d'années, mais encore plus de bonnes oeuvres.

Vous ferai-je maintenant une description de la manière dont nous passons
notre temps. Peut-être pourrait-elle vous intéresser.

Le chant des oiseaux nous éveille dès le matin et souvent à ce chant
s'en joint un autre mille fois plus suave, plus agréable à mon oreille,
c'est celui de mon Adala qui semble leur répondre. Elle a, pour ainsi
dire, apprivoisé ces chers petits enfants des bois, car elle charme tout
ce qui l'entoure.

La culture des plantes, les broderies sur écorce, la couture et la
lecture constituent ses occupations de la journée.

Rien de plus charmant que de la voir dans les beaux soirs d'été conduire
son léger canot avec une adresse merveilleuse, sur les eaux tranquilles
du lac. Puis quand tout est silencieux dans la nature, sa voix s'élève
pure et argentine pour chanter un de ces, cantiques si touchants par
leur naïve beauté, et qui sont une prière, une invocation.

C'est alors que les échos des montagnes saisissent ces notes si
fraîches, qu'ils les répètent et se les renvoient les uns aux autres
comme s'ils voulaient se les graver profondément dans leur mémoire.

Parfois aussi je l'amène à des expéditions de chasse, mais ces jours-là,
je suis presque toujours certain de faire buisson creux. Il ne faut
pas tirer sur ce pauvre lièvre qui ne nous fait aucun mal, dit-elle,
n'abattez pas cette mère perdrix qui peut-être laisserait des enfants
orphelins et personne alors pourvoirait à leur nourriture.

Mais si un loup ou n'importe quel autre animal carnassier se présente,
oh! alors malheur à lui, car elle tire avec la plus grande précision.
Elle aime beaucoup la légère carabine que je lui ai achetée et qui est
du plus beau fini. Elle ne perd pas une occasion d'en faire admirer le
mérite.

Lorsqu'elle se promène sur les bords du lac, elle est suivi d'une
marmotte devenue l'hôte de sa maison et sa compagne inséparable.
Plusieurs couvées de canards sauvages qu'elle à réussi à apprivoiser
et qui viennent manger tour à tour dans sa main, en poussant des cris
assourdissants, lui font cortège.

Rien de ses pas, de ces démarches, ni de ses actions, n'échappe aux
regards ravis de sa grand'mère et des miens, nous en examinons tous les
détails pour y trouver de nouveaux charmes, nous l'aimons tant.

Son caractère est quelque peu fantasque et aventureux, mais d'après mes
recommandations elle ne s'éloigne jamais seule de la maison. Deux dogues
énormes, qui sauraient la protéger dans le cas d'une mauvaise rencontre,
sont les gardes les plus sûrs.

Le temps de chaque journée est ainsi réglé et les heures fuient avec une
rapidité sans égale. Nous sommes loin de trouver le temps monotone et de
vivre dans l'isolement. Chaque jour un chasseur ou un amateur de pêche
vient nous demander un gîte. Nous avons aussi des nouvelles de tous
cotés, car jamais ici le pain et l'hospitalité ne sont refusés.

Bien souvent il y a surcroît de vie et de gaîté dans l'habitation, c'est
qu'alors Baptiste et ses deux inséparables compagnons sont venus nous
visiter et se reposer de leurs fatigues.

Oh! ce sont ces jours-là de vrais dîners de _Gamache_ ou de
_Sardanapale_. Tout ce que la forêt peut offrir de gibier à plumes ou
à poil est mis à contribution. Quelle folle gaîté préside au repas, le
Gascon et le Normand ont eu de quinze jours à un mois pour renouveler
leur approvisionnement d'histoire incroyables et fantastiques. Adala rit
aux larmes, la grand'mere et moi rions de la voir rire et à ce concert
d'éclats de rire se joint comme basse la grosse voix de Baptiste.

Des histoires on passe au chant, du chant à la danse, c'est Baptiste qui
fait la musique. Il imite avec sa voix toute espèce d'instruments. Ses
poings jouent du tambour sur n'importe quel meuble, ses pieds marquent
la mesure et les deux français exécutent des cabrioles, des pas, des
sauts impossibles tels qu'ils les ont vus faire, assurent-ils dans tel
ou tel pays où il n'ont pourtant jamais été, la petite de se tordre de
rire et nous, ma foi, de l'imiter. Ces fêtes se prolongent deux à trois
jours.

Mais quand les froids d'hiver commencent à nous menacer, nous descendons
au village pour laisser passer les mois les plus rigoureux.

La cabane reste alors sous les soins de la vieille Aglaousse qui
s'obstine à ne pas vouloir nous suivre. Nous ne la laissons jamais
seule, Baptiste et ses deux compagnons hivernent avec elle. J'ai soin
avant de les laisser de pourvoir à tous leurs besoins. Nous leur faisons
aussi de fréquentes visites dans le cours de l'hiver.

Nous allons habiter des appartements confortables auprès de l'église du
hameau. Quelques bons voisins viennent fréquemment nous visiter. Dans la
journée nous faisons des courses de traîneau et le soir le curé vient
s'asseoir au coin du feu et nous réjouir par une intime et charmante
causerie.

Telle est la vie que nous menons depuis sept années. Hélas! elles ont
été bien courtes comparées à celles du passé, mais aujourd'hui un nuage
de tristesse vient troubler mon bonheur, c'est une inquiétude bien
naturelle, car je sens d'un jour à l'autre le poids des ans qui
s'appesantit sur moi.

J'éprouve aujourd'hui dans les marches les plus courtes, que mon pied
qui gravissait lestement autrefois les pentes les plus rapides, ne se
traîne plus que péniblement même sur un terrain uni.

Ma pauvre Aglaousse elle aussi se fait vieille et je songe avec
tristesse que quand tous les deux nous aurons quitté la terre, ce qui ne
saurait tarder, qui donc prendra soin de ma chère petite fille?

Je dissimule autant que je le puis les traces de ma décrépitude, mais
Adala semble s'en être aperçue, elle m'entoure de plus de soins, de
prévenances s'il est possible. Elle ne me laisse plus un seul instant,
elle parait inquiète. Elle me regardait l'autre jour avec un oeil plein
de tristesse, tout à coup une larme est venue glisser sur ses joues,
elle s'est empressée de la faire disparaître et de me sourire. Je lui en
ai demandé la cause. C'est une vilaine poussière m'a-t-elle répondu!

Depuis trois jours, je n'ai pu sortir, je me sens faible, abattu. Je
voudrais bien avoir Monsieur Fameux, mais Baptiste et ses compagnons n'y
sont pas.

Les deux français sont partis pour une longue expédition de chasse.
Baptiste a pour ainsi dire abandonné la vie des bois, il s'est mis à la
culture et nous ne le voyons plus que rarement.

Mon Dieu, comment pourrai-je faire prévenir Monsieur Fameux de l'état
précaire où je me trouve.

Je me suis ouvert à lui et lui ai dit que je comptais sur sa protection
pour prendre soin d'Adala et de sa grand'mère quand je ne serai plus.
Cette mission, il l'a acceptée, car il sait que je n'ai personne autre
à qui m'adresser, mais il faudrait pourtant que je le visse avant de
mourir.

Adala s'est bien offerte pour aller le chercher.

La vaillante enfant je l'ai refusée. La distance est si grande et je
crains que cette course ne soit au-dessus de ses forces, cependant elle
a si fortement insisté que j'ai cédé à ses instances, car je sens que
mes heures sont comptées.

En partant elle est venue m'embrasser en pleurant. Ses larmes sont
tombées sur mes joues et m'ont réchauffé le coeur.

Je profite de son absence pour écrire ces dernières lignes que ma main
tracera:

Que je te remercie, ma chère Adala, d'avoir égayé ma triste vieillesse
par ton jeune et candide enjouement. Lorsque je remontais en esprit, le
courant d'une vie tourmentée, je me sentais écrasé sous le poids des
événements de mon existence, ta franche gaîté est venue m'arracher bien
des fois l'amertume gui peut-être eut fini par s'emparer de moi.

Tu as été dans la maison la lumière, la joie et la vie, car tu en étais
l'âme bénie. Sois donc à jamais heureuse Adala pour tout le bonheur que
tu m'as fait.

Que ta vie soit aussi calme que la mienne à été tourmentée. Que le ciel
t'accorde les trésors de jouissances que je n'ai pas connues. Enfin sois
heureuse autant que mon coeur le désire.

Aimes toujours ta bonne grande maman et prends en bien soin. Tu sais
combien elle s'est dévouée pour toi, mais je connais trop bien ton
coeur, cette recommandation est superflue. Oui tu l'aimeras autant
qu'elle t'a aimée.

Penses aussi quelquefois à ton vieil ami Hélika, donnes-lui un souvenir
et quand ta voix se mêlera, le soir, à la prière des anges, demandes
miséricorde pour lui!!!!

Adieu, Adieu...

HÉLIKA.


Ici se terminait le manuscrit.

Monsieur D'Olbigny ajouta: C'est le même jour que nous fîmes rencontre
de cette charmante enfant à la décharge du Lac.

Monsieur d'Olbigny demeura pensif quelques instants. Aux dernières
phrases du manuscrit sa voix nous avait paru profondément émue. Nous
respectâmes sa rêverie. Du revers de sa main il essuya une larme, puis
avec un doux sourire il nous dit; si vous le voulez bien, Messieurs,
nous allons déjeuner.

Effectivement l'aurore paraissait, la nuit était passée sans que nous
nous en fussions aperçus, tant ce récit nous avait intéressé.

Et la jeune fille, demandâmes-nous tous ensemble, qu'est-elle devenue?

Son histoire est bien trop longue pour que j'entreprenne de vous la
raconter aujourd'hui. Elle se rattache de plus à bien des souvenirs de
ma vie qu'il me serait pénible de rappeler en ce moment.

Si cette narration vous a présenté quelqu'intérêt, je vous réserve
l'autre partie pour l'occasion où j'aurai le plaisir de vous revoir.

Permettez-moi, charmantes lectrices, de vous en dire autant.

C. DeGUISE.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Hélika - Memoire d'un vieux maître d'école" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home