Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Le dîner interrompu
Author: Doin, Ernest, 1809-1891
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le dîner interrompu" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



LE DÎNER INTERROMPU
ou
NOUVELLE FARCE DE JOCRISSE


FARCE COMIQUE EN UN ACTE PAR
ERNEST DOIN

1873



LE DÎNER INTERROMPU
ou
NOUVELLE FARCE DE JOCRISSE.

PIÈCE COMIQUE EN UN ACTE FAISANT SUITE AU DÉSESPOIR
DE JOCRISSE (UN AN APRÈS).


M. E. Doin, voyant le succès qu'avait obtenu "Le Désespoir de Jocrisse",
joué dans presque tous les localités, s'est décidé à faire cette
nouvelle pièce qui, comme l'autre est très comique; il espère qu'elle
obtiendra le même succès.



PERSONNAGES.

M. PLUMET. Propriétaire.
JOCRISSE. Domestique cuisinier.
LAFLUTE, Cousin de Jocrisse, domestique.
M. VINCENT. Ex-fournisseur d'armée, riche.
UN OFFICIER DE POLICE.


Le théâtre représente un salon, table à dîner au fond, chaises, petite
table sur un des côtés du théâtre, miroir, rasoir savonnette.


SCÈNE 1ère.

Laflûte, seul, balayant et rangeant des chaises.

Allons tout est en ordre, il est à peine huit heures et toute ma besogne
est faite; M. Plumet n'est pas encore levé, je vais l'attendre ici;...
ah! à propos il va vouloir se raser, préparons tout... là, sa petite
table, son miroir, sa savonnette, rasoir et as serviette de rigueur;
bon!... Voilà cependant un an de passé depuis que je suis au service de
M. Plumet, ça m'rappelle le jour de la grande catastrophe où mon cousin
Jocrisse a fait tant de fracas, ici, précisément dans cette même salle!
Dieu! quand je me rappelle, quel carambolage, table, buffet, assiettes,
j'en ris encore, surtout de son empoisonnement au vin de champagne!...
Diable de cousin, va!... il s'en est pas mal tiré, mais dame aussi,
ça l'a t'y changé? Est-il tranquille à présent?...... Depuis que le
cuisinier, le p'tit scopette, a quitté M, Plumet c'est mon cousin qui
l'a remplacé, et il s'y entend ma foi pas mal, puisque not' maître
trouve tout bon!... oh non, Jocrisse n'est plus le même, excepté une
chose c'est qu'il a toujours le mot pour rire et pour placer un petit
mensonge; ah dame! à lui l'pion pour ça... n'importe, c'est un bon
cousin pour moi...... (il regarde dans la coulisse) Ah j'entends
quelqu'un, c'est précisément lui.


SCÈNE 2e

JOCRISSE, LAFLUTE

JOCRISSE

Déjà à l'ouvrage, Laflûte, c'est superbe! C'est comme moi depuis une
heure mes fourneaux sont allumés, je ne fais fricasser et refricasser
pour le déjeuner de not' maître, Est-il levé.

LAFLUTE

Non, mon cousin, et tenez, au moment où vous entriez, je parlais de
vous.

JOCRISSE

Et à qui donc, Laflûte, à ton manche à balai?

LAFLUTE

Non, cousin, à moi-même, à mon particulier,

JOCRISSE (riant)

Ah! ah! ah! Et le sujet était intéressant, j'parie.

LAFLUTE

Ma foi oui, pour moi toujours, et j'en riais d'bon coeur; j'pensais à
vot' journée de désespoir.

JOCRISSE

Ah! Ah! Ils sont passés mes jours de fête!... Mais écoute Laflûte.......
ils vont revenir,

LAFLUTE (étonné)

Ah bath!

JOCRISSE

Oui, et peut-être aujourd'hui.

LAFLUTE

Quoi?... Quoi?... Encore cassé?......

JOCRISSE

Oh! non, non, c'est trop vulgaire... c'est autre chose, c'est une
fête...... une fête...... Eh quoi? Esprit étroit?... Tu ne sais pas?...
Tu ne comprends pas?...

LAFLUTE

Dame... non, mon cousin.

JOCRISSE

Quel quantième sommes-nous du mois?

LAFLUTE

Eh ben, j'pardi... c'est aujourd'hui le 14

JOCRISSE (le prenant par l'oreille)

Et le 14..... Monsieur Laflûte ne se rappelle pas l'hôtel de l'oie
rouge?

LAFLUTE (joyeux et battant des mains)

Oh! oh! l'anniversaire de la naissance de M. Plumet, le grand souper
avec le bailli Giffard?

JOCRISSE

Précisément. Et comme M. Plumet ne nous en parle pas je crains qu'il
n'ait invité quelques amis, car, il n'oublie jamais ce jour.

LAFLUTE

Eh ben?

JOCRISSE

Eh ben, je crains que nous soyons obligés de manger les restes du dîner.

LAFLUTE

Ah!

JOCRISSE

Et voila ce que je veux empêcher!... je me creuse et recreuse le cerveau
pour trouver un moyen certain et efficace de nous faire inviter à faire
partie du festin, et du diable! il faut que j'en trouve un... mais pour
cela, il me faudrait connaître l'invité on les invités?... S'il y a
la moindre physionomie à farce, tu verras, tu me seconderas et nous
rirons...... A propos... j'ai préparé quelque chose pour présenter à M.
Plumet pour la circonstance, je vais me tenir non loin d'ici, et pendant
qu'il se fera la barbe; ta regarderas par cette fenêtre, tu me verras,
tu me feras signe... allons... je l'entends, je m'sauve... attention au
signal.

(Il sort)


SCÈNE 3e

LAFLUTE (seul)

Bon! Puisque Jocrisse s'en mêle, tout ira bien, j'en suis sûr... Ah! vlà
M. Plumet, attention.


SCÈNE 4e

M. PLUMET, LAFLUTE

M. PLUMET

Eh bien, Laflûte, tout est-il prêt pour ma barbe?

LAFLUTE

Oui, oh! oui, not' maître.

M. PLUMET

Ai-je de l'eau chaude?

LAFLUTE

Ben sûr, oh ben sûr, not maître.

PLUMET

C'est bien, mon garçon.

(Il s'assied et tout en se préparant et se rasant, il parle.)

Jocrisse est-il allé au marché ce matin?

LAFLUTE

Oui, not' maître, oh! il y a déjà longtemps que je l'entends à la
cuisine, j'gage qu'il sue à grosses gouttes pour vous faire un bon à
déjeuner.

PLUMET

Allons, allons, c'est bien... ma foi je ne regrette pas de vous
avoir gardé tous les deux, malgré vos folies, je suis content, oui,
oui,--Jocrisse va bien, surtout depuis que je l'ai mis à la cuisine et
ma foi, il s'en tire à merveille.

LAFLUTE

Ah! Dame, not' maître, c'est pas pour dire, mais mon cousin Jocrisse,
vous aime bien, il me disait encore hier soir: "Tiens, Laflûte,
j'voudrais tous les mets les plus rares et savoir toutes les raffineries
de la cuisine pour contenter M. Plumet qui a été si bon de me pardonner
toutes mes fredaines, toutes mes folies."

PLUMET

Ce pauvre Jocrisse!... Oui, oui, il m'en a diablement fait... Mais,
bath! Tout est oublié!...... Ah! ça, Laflûte viens m'habiller.

(Comme tout l'habillement doit se trouver sur une chaise tout va
vivement, pendant qu'il aide M. Plumet, Laflûte a fait des signes à
Jocrisse qui arrive tenant de ses deux mains un pot contenant un énorme
bouquet de fleurs rouges, jaunes, bleues, blanches, larges feuilles, il
est facile de confectionner ce bouquet avec des fleurs artificielles,
papier de soie.)


SCÈNE 5e

JOCRISSE, PLUMET, LAFLUTE

PLUMET (apercevant Jocrisse)

Ah! mon Dieu! qu'est-ce que c'est que cela, Jocrisse, apportes-tu un
jardin?

JOCRISSE

Not' maître, c'est un bouquet, et ce léger bouquet, ce bouquet...
qu'est... l'embarras...... non... l'emblématique de vos vertus... de vos
bontés... de votre grand corps... c'est-à-dire... coeur... Ce bouquet...
not' maître, ben plus mince que les sentiments de Jocrisse et de
Laflûte, vous est offert par eux, car, ils vous regardent comme leur
bras tutélaire... et... et...enfin... M Plumet; c'est au nom de votre
anniversaire de l'oie rouge... Non.... de votre grande naissance...
que... en ce jour... qui... je... que... enfin... not' maître je vous
l'offre et je vous remercie de tout mon coeur.

LAFLUTE (saluant)

Et moi aussi, not' maître?

PLUMET

Merci, merci, mes enfants... vous me faites plaisir, je suis ému...
j'accepte ton bouquet, Jocrisse, pose-le là, mon garçon... et pour vous
récompenser tous deux... je...

JOCRISSE (à part)

Il va nous inviter à dîner.

PLUMET

Je vous permets de vous divertir ce soir à la cuisine.

JOCRISSE (à part)

Ah! diable! C'est ce que je n'veux pas.

PLUMET

Il y a un an vous avez partagé le souper de mon anniversaire, parce
qu'il y avait des circonstances, dont tu dois te rappeler, Jocrisse!

JOCRISSE

Oh! oui, not' maître... et même qu'c'était un fier souper!... On s'en
est-y donné!

PLUMET

Oui... mais aujourd'hui, vois-tu, depuis un an tout est changé, on eut
obligé de tenir un certain rang, un décorum enfin... surtout depuis que
j'ai été nommé capitaine de la garde nationale...... Si j'étais seul, je
vous dirais: mes enfants, vous partagerez le festin de votre maître...
mais......

JOCRISSE (imitant le mouton)

Mai.......

PLUMET (souriant)

Tu fais le mouton...... Mais, voyez-vous,--j'ai des convives et surtout
un, qui trouverait inconvenant si j'admettais à ma table--mes deux
domestiques.

JOCRISSE

Et ce convive, not' maître, que'qu'c'est donc, s'y vous plaît?

PLUMET

C'est mon plus grand ami, mon ami Vincent, l'homme riche et influent.

JOCRISSE (à part)

Oui, influent en bêtises (haut) Ah! Ah! not' maître je l'connais, il est
déjà venu ici, j'l'ai déjà vu.... c'est-y pas c't'ancien fournisseur de
l'armée que les soldats appelaient: riz, pain, sel?

PLUMET

Précisément. J'ai reçu hier sa lettre, tiens, la voici, je vais vous la
lire: (Il lit)

"Mon cher Anatase Plumet, J'ai reçu ta lettre par laquelle tu m'invites
à ton gala à l'occasion de l'anniversaire de ta naissance; je ferai
en sorte de m'y rendre, à moins que de grandes circonstances m'en
empêchent... car j'ai tant d'affaires!...... Si je ne suis pas chez toi
à quatre heures, ne m'attends plus, ce sera pour plus tard et nous n'en
serons pas moins bon amis."

"A toi,

Jérôme Vincent."

JOCRISSE (à part)

Du diable s'il dîne ici.

PLUMET

Comment?

JOCRISSE

J'dis qu'ça convient... qu'vous avez raison, not' maître.

LAFLUTE

Oui, mais ça nous rappelle l'souper de l'année dernière, et dame,
voyez-vous, ça fait! d'la peine.

PLUMET

Eh bien, écoutez mes enfants, si mon ami Vincent ne vient pas, je vous
promets que tous les deux, vous mangerez à ma table, car, il n'y a que
lui seul, voyez-vous, lui seul, qui est un obstacle à cela, et, j'ai
besoin de sa protection; vous savez que c'est à lui que je dois mon
grade de capitaine?

JOCRISSE (à part)

Bon! la partie est gagnée ou j'y perds tous les boutons d'ma veste
(haut). Ah! not' maître, ma parole, vous m'mettez la joie au coeur.

AIR: T'EN SOUVIENS-TU.

  C'est-y tout d'bon que not' maîtr' nous invite?

PLUMET

Oui mes enfants, oui, je le veux ainsi.

LAFLUTE

S'il vient du monde...

PLUMET

Vous partirez tout d'suite.

JOCRISSE

  Ah! qu'vous êtes bon! que vous êtes poli.
  Mais j'fons un rêve; je n'pouvons pas y croire.

PLUMET

Non, mes enfants, non vous ne dormez pas,

JOCRISSE ET LAFLUTE

  J'sens que d'plaisir, je n'vas manger ni boire (bis),
  Vraiment, vraiment, c'est un joyeux repas (bis).

PLUMET

Alors je sors, je vais faire quelques emplettes et je reviendrai pour le
dîner.. Tout sera prêt n'est-ce pas?

JOCRISSE

Ah! soyez tranquille not'maître... la broche, les casseroles, les poêles
et tout le bataclan... ça va marcher son brain!... gare la bombe!

PLUMET

Allons! bon!... Ah! à propos, Jocrisse as-tu bien cherché dans ta tête
à nous trouver quelques morceaux choisis? hein? mon gaillard, toi qui
connais les bons mets?

JOCRISSE (riant)

Ah! ma foi, not'maître, à votr'école on n'peut pas aimer les mauvais.

LAFLUTE (à part)

En a t'y! En a-t-y dans sa tête?

PLUMET

Voyons, voyons, un petit aperçu de ce que tu vas nous donner, sauf, ce
que je dois apporter en revenant.

JOCRISSE

Dame! Not'maître, j'ai tout r'passé dans ma mémoire les mets que je sais
d'votr' goût: prima, premièrement, d'abord: Un salmis aux fines herbes,
pommes d'amour pour entourage.

PLUMET

Bravo! C'est excellent ce plat-là?

JOCRISSE

Secunda pour le second plat. La persillade en vinaigrette, redoublement
de tomates ou pommes d'amour avec addition de cornichons.

PLUMET (il se passe la langue sur les lèvres à chaque mot).

De mieux en mieux, continue donc?

JOCRISSE

Troissio... Canard aux oignons, sauce parisienne à la russe et gélatine.

PLUMET

Excellent! excellent! Ensuite! ensuite?

JOCRISSE

"Quatritia." Un petit cochon d'lait farcé aux truffes.

PLUMET (vivement)

Un petit cochon de lait, Jocrisse, ah! tu me mets dans le ravissement!
Un p'tit cochon d'lait! Ah!... après?

JOCRISSE

Après.... après... Dame, not'maîtr' j'crois qu'c'est déjà pas mal
raisonnable.

PLUMET

Oh! Jocrisse! Jocrisse! Toi dont les idées fourmillent... tu oublies...
tu oublies mon mets favori?

JOCRISSE

Quoi?... Quoi?... ma foi, du diable si j'y suis.

PLUMET

Il est vrai qu'il y a diablement longtemps que je n'en ai mangé... Eh
bien, Jocrisse... ce mets... c'est... des oreilles de cochon piquées,
entrelardées de truffes et de fines herbes! Hein?

JOCRISSE (à part, comme frappé d'une idée.)

Des oreilles!... oh! la bonne idée! Merci, ma belle étoile! Merci, mon
génie tutélaire!

PLUMET

Diable qu'est-ce que tu marmonnes, avec tes choses tutélaires?

LAFLUTE

J'gage qu'il est content d'vot' idée.

JOCRISSE.

Oui content, contenssimus, oui, not' maître j'suis content Parce que
j'vas contenter vot'goût, j'veux qu'vot palais s'en rappelle de ces
oreilles-là.

PLUMET

Allons voilà pour un, maintenant je voudrais un pudding à la chipolata.

JOCRISSE

Hein? Hein? Qué qu'c'est que c'lui-là, c'est pas français?

PLUMET

Il l'est et il ne l'est pas, il vient de la Prusse.

JOCRISSE.

De... de la Prusse? oh! bon alors, not' maître n'm'en parlez pas, j'n'en
suis pas, y a du Bismarck là dedans, c'est indigeste j'suis contre.

PLUMET

Imbécile! oui je serais de ton avis, mais ce plat, ce mets exquis,
quoique venant de la Prusse a été inventé par un français cuisinier en
Prusse et qui a parcouru la Suède, la Russie, la Norwège... la...

JOCRISSE

Qui ça? votre pudding?

PLUMET

Eh non! Eh non, imbécile... Le cuisinier qui a donné ce nom là à ce
pudding et qui s'est fait une grande réputation dans l'art culinaire.

JOCRISSE

Allons not' maître, j'vous en f'rai un y s'ra p't'être pas tout à fait
chicoulata, mais enfin ça s'ra ch'nu et ça s'ra tout à fait français.

PLUMET

Enfin ce que j'aime encore beaucoup et surtout mon ami Vincent...
c'est...

JOCRISSE

C'est...

PLUMET

C'est un plat de macaroni.

JOCRISSE

Je ne connais pas ce gibier.

PLUMET (levant les épaules avec dédain)

Macaroni, Gibier!...

JOCRISSE

Eh bien, cette plante.

PLUMET (même geste)

Macaroni, une plante.

JOCRISSE

Enfin cet oiseau?

PLUMET (même geste)

Macaroni, oiseau.

JOCRISSE (impatienté)

Eh bien! cet animal!

PLUMET (vivement, et en colère)

Animal toi-même! Il te sied bien de traiter de macaroni d'animal, songe
donc que le macaroni doit sa naissance à l'Italie, à la belle Italie! A
la noble Italie! A la grande Italie...

JOCRISSE

Oui, elle est propre votre grande Italie, j'en entends dire de belles
choses, depuis qu'qu'temps, surtout d'c'Roi, l'fameux Emmanuel, eu v'la
un d'macaroni.

PLUMET

Silence! Jocrisse! Pas de politique, je n'en veux pas!... laissons
faire, attendons et motus! Tout viendra comme tout doit arriver...
parlons et continuons.

JOCRISSE

Ma foi, not'maître j'suis rendu au bout, vot' mazzoni, macaroni, m'a
donné l'vertigo, la chair de poule.

PLUMET

Jocrisse! Être indéfinissable, vas tu encore recommencer comme
autrefois?

JOCRISSE

Eh! non, not'maitre, mais vous prenez la mouche tout d'suite, vous vous
enl'vez comme une soupe au lait, parce que j'ai dit que l'macaroni était
un animal, quand on n'connaît pas les choses... ma foi... ma parole
d'honneur ça m'suffoque; moi, moi qui veux tout faire pour votre
plaisir, vous m'rudoyez!... Ah faut avouer que j'suis ben malheureux!

(Il fait mine de pleurer)

LAFLUTE

Ah! M. Plumet, voyez donc, mon pauvre cousin; ma parole, il pleure.

PLUMET

Allons, allons Jocrisse, ne te chagrine pas, je me suis laissé un
peu emporter, voyons n'en parlons plus... plus tard, tantôt je t en
apporterai de ce macaroni et tu verras que la chose est fort simple
quoique très bonne!... Voyons, mes enfants à la besogne, chacun de votre
côté, pour moi, je sors, je rentrerai le plus tôt possible et si mon ami
Vincent vient avant mon retour, recevez-le avec respect, avec égard...
allons, au revoir.

(Il sort)

JOCRISSE ET LAFLUTE

Au revoir not' maître.


SCÈNE 6e

JOCRISSE, LAFLUTE

LAFLUTE

Mon pauvre cousin, M, Plumet vous a encore rudoyé, il vous a chagriné,
hein?

JOCRISSE (joyeusement)

Moi! triste, chagrin! Oh! Laflûte, tu n'y es pas, je suis d'une gaieté
folle! Tiens, j'peux sauter comme un cabri!... Moi! triste! Que tu es
encore niais, mon pauvre Laflûte.

LAFLUTE (interdit)

Mais vous allez presque pleurer?

JOCRISSE.

J'avais bien plutôt envie de rire! Ah! ah! ah! ah! Tu ne sais pas ce
qu'il y a dans cette cervelle, va!... Il y en a des idées, et des idées
tumultueuses, ça s'croisent en tous sens j'te dis qu'mon horizon s'est
éclairai; on est plus au temps du père Griffard? Tu te rappelles ce
vieux bailli que j'ai si bien joué, mais ça, ce n'était rien qu'une
petite comédie; mais aujourd'hui, Laflûte, c'est en grand, ce sera
émouvant, étourdissant, une chose... mais une chose... à rendre poussif
à force de rire!... Ah! Laflûte, si connue moi, depuis un an, tu avais
lu, parcouru tous les volumes qui m'ont développé l'intellectualité des
idées, oui, si tu avais lu: le parfait cuisinier Jean de Calais, les
prédictions de Nostradamus, la vie du juif errant et autres auteurs, si
tu avais suivi comme moi; les faits divers des feuilles publiques
et générales! Oh! alors, tu en aurais aussi des idées! Mais, pauvre
adolescent, tu ne sais pas même faire la différence de l'A et du B,
c'est pourquoi tu restes dans cette innocence qui dégénère en bêtise...
mais je ne t'en veux pour cela, je t'aime comme mon parent et je veux
que mes idées te soient profitables comme à moi.

LAFLUTE

Mais où diable, voulez-vous en venir, mon cousin, car vous m'embrouillez
tout mon individu?

JOCRISSE

Écoute Laflûte, M. Plumet ne veut pas nous admettre à sa table, n'est-ce
pas?

LAFLUTE

Eh ben non! parce qu'y y aura un monde, surtout c'm'sieur Vincent? Eh
bon, après?

JOCRISSE

Eh bien! M. Vincent ne dînera pas, M. Plumet ne dînera pas.

LAFLUTE (étonné).

Ah bath!

JOCRISSE

C'est comme çà, Laflûte? Connais-tu le mets favori de not' maitre! à
part son diable de macaroni?

LAFLUTE

Oui. il a dit les oreilles farcies...

JOCRISSE

Assez! Dis comme moi, parle comme moi, imite-moi, et, tout ira bien...
je descends à la cuisine, je vais m'excrimer sur les plats et autres
ustensiles et pendant que je ferai les sauces, j'en prépare une dans ma
tête qui sera piquante, mirobolante, épouvantante, tragicale, comicale
et encore plus qu'ça.

LAFLUTE (étonné).

Ah! mon Dieu! Et encore qué qu'c'est?

JOCRISSE

Motus ne dis rien, ne parle de rien, dis comme moi... tout ce que je
peux te confier c'est que nous dînerons à la table de M. Plumet... à
bientôt.

(Il sort en se frottant les mains)


SCÈNE 7e

LAFLUTE (seul)

(Il le regarde sortir, la bouche ouverte, les bras pendants, tout
ébahi).

En a t'y, mais en a t'y d'esprit c'gaillard là?... c'est pas parc'que
c'est mon cousin, mais ma parole, y en a pas pour avoir des idées comme
lui... J'vous d'mande un peu, quoi qu'y va faire, qui qui va dire pour
empêcher l'dîner d'M. Plumet... faut qu'ça soye ben drôle, ben fort...
y m'tarde d'y être... Pourvu qu'y n'fasse qué qu'mauvais coup pour nous
faire chasser... oh! non, il avait l'air trop joyeux, ça doit être au
contraire qué qu'chose de risible... C'est égal ça n'laisse pas de
m'turlupiner!... Diable de cousin, va!... Encore, s'y m'avait mis
seulement sus l'bord de la piste, ça irait?... Mais non. "Motus...
dis comme moi, fais comme moi..." ma parole, c'est vexant... enfin...
attendons... Mais! qu'est ce qu'y chante là-bas... j'connais cette voix
là.


SCÈNE 8

VINCENT, LAFLUTE.

(On entend Vincent dans la coulisse)

  Par la voix du canon d'alarme
  La France appelle ses enfants
  Allons, dit le soldat aux armes
  C'est ma mère que j'défends. [1]

(NOTE DE L'AUTEUR).--Chaque directeur de la société
d'amateurs peut mettre le couplet qu'il voudra, j'ai mis celui-ci parce
qu'il m'est venu à l'idée.

(Entrée en scène)

LAFLUTE

Eh! c'est M. Vincent?

(Refrain tous les deux)

  Mourir pour la patrie
  C'est le sort, etc.

LAFLUTE

Bonjour M, Vincent, vous aimez toujours à chanter?

VINCENT (avec fatuité affectée)

Oui, jeune homme, surtout le chant qui rappelle les beaux jours!... Ah!
morbleu! quand j'y pense!

LAFLUTE

Mais vous n'étiez pas soldat, vous M. Vincent?

VINCENT

Eh! conscrit, n'est-ce pas moi qui étais le fournisseur général de
l'armée? N'est-ce pas à moi que tous nos braves sont redevables de cette
nourriture grande et saine que je leur distribuais?

LAFLUTE

Oui, mais mon cousin Jocrisse qu'est ben induqué, y m'dit qu'vous aviez
une bonne et qu'avec les tours de bâton, qu' c'était tout ça qui vous
avait enrichi.

VINCENT (brusquement)

Jocrisse est un imbécile et toi aussi... Silence dans les rangs.

LAFLUTE

Faut pas vous fâcher, M. Vincent, j''vous dis ça, c'est pas pour...

VINCENT

Eh! je ne me fâche pas, Laflûte, j'ai le caractère comme ça un peu
prompt, vif, mais ça ne dure pas... mais laissons cela... l'ami Plumet
est-il ici?

LAFLUTE

Non, M'sieur, il est sorti, mais il doit rentrer bientôt.

VINCENT

Ce pauvre et vieil ami, il y a longtemps que nous nous connaissons et
j'aurais été fâché de ne pas m'être rendu à son invitation.

LAFLUTE

Ah! y s'ra ben content aussi, lui, allez car il nous a parlé de vous
avant d'sortir et nous a ben r'commandé d'vous recevoir avec ben du
respect.

VINCENT

Allons, je vais l'attendre... où est donc, le célèbre, le fameux
Jocrisse, ton cousin?

LAFLUTE

Pardié, ça s'demande pas, il est à la cuisine.

VINCENT (riant)

Ah! c'est vrai, depuis son escapade, l'ami Plumet l'a placé aux
fourneaux... Et ça prend-t-il un peu?

LAFLUTE

Si ça prend, comme le feu!... Ah dame! c'est pas rien qu'mon cousin.

VINCENT (riant)

Ah! je connais l'oiseau d'ancienne date.

LAFLUTE

Ça m'étonne, faut qu'il vous ait pas entendu, y s'rait déjà ici...
mais... (fausse sortie).

VINCENT (l'arrêtant)

Non, non, ne le dérange pas, car je présume qu'il s'occupe du dîner?

LAFLUTE

Comme vous dites... Mais tenez, je l'entends qui monte... le voici.


SCÈNE 9e

Les précédents: JOCRISSE

JOCRISSE (il fait la mine triste pendant cette scène)

Ah! c'est M. Vincent, vous allez bien M. Vincent.

VINCENT

Mais très-bien, mon garçon... et toi, je pense que comme toujours la
santé et la gaîté vont toujours de compagnie?

JOCRISSE

Toujours?... oh non... pas toujours M. Vincent.

VINCENT

Comment donc?... Qu'y a-t-il donc pour empêcher cela?

JOCRISSE

Oh rien... presque rien.

LAFLUTE (à part)

Vlà la comédie qui commence, mais j'y comprends rien encore.

VINCENT

Mais encore, que diable, quand la gaîté s'en va, c'est que...

JOCRISSE

C'est que la tristesse arrive et la santé s'en sent.

VINCENT

Ah! ça, mon gaillard, quel diable de ton prends-tu donc?... tu as la
mine d'un enterrement.

JOCRISSE (lentement)

Dame... M. Vincent... voyez-vous, j'suis comme ça moi... quand
j'vois qu'un malheur doit arriver à un honnête homme. Eh ben... ça
m'bouleverse... ça m'tourmente comme une âme en peine.

VINCENT

Et où vois-tu donc arriver un malheur à quelqu'un?

JOCRISSE

Peut être oui... peut être non... c'est selon...

VINCENT

Ah! ça, sais tu que tu m'intrigues, est-ce que tu ne pourrais pas
t'expliquer un peu mieux? Ce ne doit pas être un secret.

JOCRISSE

Au contraire... c'est un grand secret... et cependant... y m'pèse sus
l'estomac... pauvre M. Vincent...t'nez... faut que j'vous dise tout,

VINCENT

Parle... parle mon garçon... tu viens de prononcer mon nom... ma parole
d'honneur tu m'intrigues.

JOCRISSE (à part bas à Laflûte et vivement)

Attention!... tu vas comprendre, dis comme moi (haut à M. Vincent) M.
Vincent, vous v'nez dîner avec mon maître aujourd'hui n'est-ce pas?

VINCENT

Sans doutes, mais qu'a de commun ce dîner avec les airs de funérailles?

JOCRISSE

M. Vincent, si j'vous disais que vous courez ici, un grand, un énorme,
un formidable danger.

VINCENT (effrayé)

Hein?... Comment?... Que veux-tu dire?

LAFLUTE (à part)

J'comprens pas encore.

JOCRISSE

M. Vincent, t'nez vous à vos oreilles?

VINCENT (se touchant les oreilles.)

Saperlotte! si j'y tiens... Mais j'crois bien et, fortement encore.

JOCRISSE

Eh ben, écoutez... il y a de ça environ deux mois... Notre pauvre M.
Plumet était-là... ici... dans cette même chambre où nous sommes...
j'étais occupé à arranger quelques papiers sur cette table... quant tout
à coup j'entends not'maitre qui parlait tout seul et qui disait; "Oui...
oui... rien de meilleur... de plus exquis... que les oreilles... surtout
les oreilles coupées de suite..." Vous comprenez qu'en entendant cela,
les miennes se redressent et je m'dis: Diable! Qu'est-ce qu'il veut
dire là? J'le r'gardais, il avait une mine... mais une mine!... Ah! M.
Vincent, c'était effrayant à voir!

VINCENT (commençant à avoir peur)

Tu m'épouvantes, Jocrisse?

LAFLUTE (à part) (souriant)

J'comprends un p'tit peu.

JOCRISSE

Laissez-moi continuer... vrai... quand j'pense à ça, l'frisson m'passe
partout... brrrou... Vlà qui s'promène... qui marche à grands pas... et
puis... y s'tâtait les oreilles... y souriait... y grimaçait... y parait
que c'te maladie là, parce que, voyez-vous, c'est une maladie, ça vous
prends tout d'un coup à c'que me dit l'docteur Turgeon à qui qu'j'en
ai fait confidence et qui soigne not' maître... enfin M, Vincent, vous
comprenez que j'savais pus quoi comprendre et ma foi, j'étais là,
j'pouvais pus bouger, tant j'avais peur.

VINCENT (toujours effrayé).

Certes! il y avait de quoi, et ça s'est passé? comme ça?

JOCRISSE

Oh! non, la suite est bien plus terrible, car au moment où je ne m'y
attendais pas, M. Plumet se r'tourne devant moi... sa bouche souriait...
mais ses yeux flamboyaient. Jocrisse! qui m'dit comme ça, aimes-tu les
oreilles?... j'ai pas pu trouver un seul mot... je l'vois marcher droit
à la table... j'pense ben qu'il v'nait prendre son rasoir... j'l'ai pas
entendu comme vous pensez ben, je m'suis sauvé et j'ai été m'cacher une
partie d'la journée dans la cave.

LAFLUTE (à part)

J'comprends tout, ah! diable de Jocrisse, va.

VINCENT

Diable! Diable! Mais je ne suis pas en sûreté ici... j'ignorais cela,
moi, mais quelle est donc cette maladie? Jamais je ne me suis aperçu
de rien chez ce pauvre Plumet? Jamais au grand jamais, je n'ai entendu
parler qu'il avait une semblable maladie.

JOCRISSE

Sans doute que vous n'en avez jamais entendu parler, c'est pas difficile
à comprendre je m'tue d'vous dire qu'il y a deux moins que deux mois
seulement que cette maladie l'a pris, et voilà plus de six mois que vous
n'êtes venu ici à Saint Quentin.

VINCENT

C'est vrai, c'est vrai, Diable! Diable! Et t'a-t-on dit... sais-tu quel
est le nom de cette triste maladie?

JOCRISSE

On me l'a dit et à Laflûte aussi, te souviens-tu du nom, toi mon pauvre
Laflûte, qui as été si près de te voir avec une seule oreille.

LAFLUTE

Ah! cousin, ne me rappelez pas ce triste jour, j'en tremble encore,
brrrr!

VINCENT

Quoi? Laflûte aussi?

JOCRISSE

Eh! parbleu, croyez-vous que quand cette rage le prend, il choisit son
homme? Non, non, je crois que son frère, s'il en avait un y passerait
comme un autre,

VINCENT

Mon sang se glace, Diable! Diable!

JOCRISSE

Attendez-donc, je croîs me rappeler le nom, ça s'appelle... ça
s'appelle... une... une... mélancolie.

LAFLUTE

Non, non, cousin, je crois qu'c'est une cérémonie.

VINCENT

Mélancolie! cérémonie... ce ne sont pas des termes de médecine ça...
laissez-moi chercher... est-ce que ce ne serait pas le mot... monomanie?

JOCRISSE ET LAFLUTE

Juste! Juste! c'est comme ça.

JOCRISSE

Et ben not' maître est attaqué d'une monomanie... ça n'paraît pas, il
n'y a que quand l'accès le prend.

VINCENT

Ma foi, mon brave Jocrisse, je vous remercie mille fois; c'est un
service que je n'oublierai pas. Ko attendant, tiens, prends cette
bourse, quant à moi je m'esquive avant que le malheureux n'arrive.

LAFLUTE (qui a regarde au fond).

Il n'est plus temps, le vlà, qui entre dans la cour.

VINCENT

Diable! Comment faire? Je voudrais cependant bien m'en aller.

JOCRISSE

Attendez...... d'abord, il n'est pas certain que son accès le prenne
précisément pendant que vous êtes là?... Dans tous les cas à présent, je
connais le moment où çà le prend, les premiers symptômes comme on dit,
ainsi soyez tranquille, M. Vincent, si dans tous les cas il y a danger,
je vous préviendrai à temps... Mais je vous en prie au nom de tout ce
que vous aimez le plus, ne parlez de rien, ne me vendez pas, il me
chasserait pour toujours.

LAFLUTE (pleurant)

Et moi aussi.

VINCENT

Je m'en garderai bien.

JOCRISSE

Silence!... le voila... faites comme si vous ne saviez rien.


SCÈNE 10e

Les précédents: Plumet (un paquet sous le bras).

PLUMET

Eh! le voilà ce cher ami, ce vieux camarade, il y a plus de six mois,
sais-tu, que nous ne nous sommes vus! oh! c'est mal, c'est mal de
négliger les amis, il a donc fallu cette circonstance pour t'avoir?

VINCENT (timidement)

Comme tu dis, mon cher Plumet, et encore me suis-je bien forcé pour
venir, j'ai tant d'affaires... tant d'embarras...... Mais à propos... ta
santé comment est-elle?

PLUMET (gaiement).

Ma santé!... Mais elle est des plus florissantes... ma parole; je me
sens rajeunir je crois; je ne me suis jamais mieux porté... je bois...
je mange... je me promène... ma foi, je trouve ma vie très-agréable.

VINCENT (à part)

Le malheureux! Comme il se fait illusion.

PLUMET

Et toi, je pense qu'en en est de même, un ancien fournisseur!... Un
mondor!

VINCENT

Mais... Mais... je me porte bien...je suis bien.

PLUMET

Cependant, tu me parais inquiet, troublé... il ne t'est pas survenu de
malheur?

VINCENT

Non, non... mais j'ai certaines affaires en tête qui m'occupent beaucoup
en ce moment, et si je n'avais pas eu crainte de te faire de la peine,
je ne me serais pas rendu à ton invitation.

PLUMET

Et tu aurais très-mal fait... Allons, allons, il faut de la gaîté avec
moi!... A table! à table!... Allons vous autres, dépêchons!... Jocrisse!
Tout est prêt, n'est-ce pas?

JOCRISSE

Oui, not' maître, il n'y a plus qu'à mettre la table... Voyons Laflûte,
prépare tout, je vas chercher les plats (à cette répartie Laflûte, sert
la table) (en souriant en apercevant le paquet) Mais qu'qu'vous avez
donc là sous l'bras, not'maître... Encore une surprise... j'parie
qu'c'est l'macaroni?

PLUMET (en riant).

Non... ça... c'est...
  C'est un dindon
  Ma donduine
  C'est un dindon
  Mon garçon.

JOCRISSE

Ah! ah! ah! ah! toujours gai, not' maître, toujours gai et faut-y
l'mettre à la broche tout d'suite?

PLUMET

Oui, oui, et comme il n'y a pas de fête sans lendemain, le dindon est
pour nous régaler demain matin, car, mon ami Vincent, malgré ses grandes
affaires prendra domicile ici.

VINCENT (embarrassé)

Mais.....

PLUMET

Il n'y a pas de mais... c'est comme ça... allons, Jocrisse, vivement mon
garçon.

JOCRISSE

Oui, not' maître, donnez-moi l'dindon et j'vas vous l'farcir d'une façon
lumineuse, petit habis et truffes, ce sera excellent et embaumant,
laissez-moi faire.

PLUMET

Je compte sur toi... Ta mon garçon.

VINCENT (bas à Jocrisse)

Surtout Jocrisse..... veille, veille, et préviens-moi.

JOCRISSE (de même)

Soyez tranquille, je n'vous quitte pas.

PLUMET

Ah ça, mon cher Vincent, je me suis permis de passer après le dîner une
bonne et joyeuse veillée, j'attends Grégoire, Jourlo, Dominique, tous
des anciens amis, ils ne peuvent venir que ce soir Nous, en attendant,
nous allons prendre un acompte avec un dîner copieux?... bon! voilà
Jocrisse! La fleur des cuisiniers.

(Jocrisse place tous les plats, il y en a un qui est couvert, c'est le
supposé plat d'oreilles)

JOCRISSE

Tout est prêt, vous pouvez vous mettre à la table (A part) Et vous n'y
resterez pas longtemps.

PLUMET

A Table donc! Et en avant la fourchette et l'appétit... Tiens, Vincent,
mets toi là... là devant moi.

VINCENT (à part)

J'voudrais être bien loin.

PLUMET (le servant).

Comment trouves-tu ce salmis?

VINCENT (toujours préoccupé jusqu'à la fin)

Excellent.

PLUMET

Donne moi ton verre, tu me dira des nouvelles de ce gaillard là... il
est de la Bourgogne... à ta santé!

(Ils trinquent et boivent)

VINCENT

Bon vin! délicieux (à part) Ça me remet un peu.

PLUMET

Goûte-moi un peu de ce canard.

VINCENT

Volontiers.

PLUMET

Ah! c'est que le sieur Jocrisse fait des progrès dans la cuisine,
sais-tu?

VINCENT

Je m'en aperçois.

PLUMET

Tu ne bois pas...! à boire! à boire!

VINCENT

C'est que ton vin est capiteux.

PLUMET

Allons bon, ne vas-tu pas faire la Duchesse? Bois donc?

VINCENT

Allons (à part) au fait, ça m'encourage.

PLUMET (il se gratte l'oreille.)

Oh! tiens, j'y pense.

JOCRISSE (à part à Vincent)

V'là qu'ça le prend.

VINCENT (à part)

Ah! mon Dieu!

PLUMET

Aimes-tu les oreilles, Vincent?

VINCENT

Des...... oreilles.

PLUMET

Oui les oreilles, rien de meilleur, rien de plus exquis... ah!

JOCRISSE (à part à Vincent)

Méfiez-vous.

PLUMET

Tiens Vincent, j'en ai déjà mangé! beaucoup et plus j'en mange, plus je
les aime.

VINCENT (tout à fait épouvanté)

Mais... mais... moi... je n'en suis pas.

PLUMET

Eh bien, moi, j'en mangerai, ce bourgogne m'a ouvert le goût... vivent
les oreilles.

JOCRISSE (à part)

Il n'est que temps, vlà, l'accès au plus fort.

VINCENT (reculant sa chaise).

Aie! oh! mon Dieu!

PLUMET

Qu'as-tu donc, Vincent, tu as les oreilles rouges comme un corail? (il
est levé)

VINCENT

Seigneur! Je suis perdu.

PLUMET (prend couteau et fourchette)

Allons! Allons Vincent, goûtera des oreilles. (Il se penche pour aller
au plat couvert, à l'instant, Vincent se lève vivement, renverse sa
chaise, casse une assiette se sauve sans chapeau en criant)

Aie! Aie! Aie!... Grâce! Grâce! Pas d'oreilles! Pas d'oreilles. Je
m'sauve! Je m'sauve!

(Pendant la scène de Vincent, Plumet est debout, le couteau an l'air,
la main sur le plat, la bouche ouverte, l'air tout étonné, Jocrisse et
Laflûte au fond, s'efforcent de se cacher pour étouffer leurs rires)


SCÈNE 11e

JOCRISSE, PLUMET, LAFLUTE

(NOTE DE L'AUTEUR.--Pendant tous ces a-parte, il ne faut pas que la
scène languisse, M. Plumet chantonne entre ses dents, il rit, il regarde
Vincent, Laflûte est derrière lui, il rit.)

PLUMET

Ah! ça! Mais qu'a-t-il donc? est-il devenu fou? Qu'est-ce que ça
signifie de se sauver ainsi? Diable qu'est-ce qui l'a pris? J'en suis
tout effrayé!... Mais courez donc après lui, ramenez-le... Pauvre
Vincent, que peut-il avoir? ramène-le... peut-être est-il malade? Je ne
sais que penser?

JOCRISSE

Ah! Dame, Monsieur, Dame, faut pas s'fier à la mine de tout l'monde, on
dit toujours: l'eau dormante est plus traître que l'eau courante.

PLUMET

Allons, à l'autre, à présent, que diable viens-tu me chanter avec ton
eau dormante et courante.

JOCRISSE

Dame. Not' maître, ça pourrait ben être que'qu'chose comme ça?

PLUMET

Eh va t'en au diable avec tes paraboles et tes proverbes, qu'est-ce que
tout ça signifie? Voyons en sais-tu quelque chose, toi? Parle.

JOCRISSE

C'est que, quand on vous veut du bien vous r'pousser vot' monde... Oui
j'sais qu'equ'chose et c'qu'equ'chose, c'est p't'être ben vot' vie
qu'était menacée aujourd'hui, et j'veillais sur vous! là!

PLUMET (commençant à avoir peur)

Comment? Que me dis-tu lu Jocrisse? Ma vie menacée? Et par qui, Grand
Dieu?

JOCRISSE (avec aplomb)

Par qui?.. Par vot' ami Vincent!

PLUMET

Vincent? Allons donc, c'est impossible?.. Quel intérêt le pousserait
d'attenter à mes jours?

JOCRISSE

(à part) Voyons... ah! j'y suis (haut) pas un intérêt mais une
maladie... une maladie grave... triste et surtout dangereuse.

PLUMET

Oh! mon Pieu!... Dis vite, Jocrisse.

JOCRISSE

Eh bon, not' maître, c'pauvre Monsieur Vincent, j'sais pas où diable
il a pêché ça, mais ça y est venu tout d'un coup, sans qu'il y pense
j'crois ben, mais d'après l'dit-on qu'j'ai appris c'matin seulement, il
est attaqué d'une... d'une... (à part) Diable quel nom y donner... ah!
(haut) d'une maladie qu'on nomme effraction vicieuse.

PLUMET

Effraction vicieuse?

LAFLUTE

(à part) Diable, de Jocrisse va! (haut) Non cousin, c'est pas comme ça
qu'm'sieur Robard l'a nommé c'est une constipation vertueuse.

PLUMET

Que diable me chantez-vous là, mais ces deux êtres là me donnent la
chair chair de poule et m'écorchent les oreilles avec leurs mots qui
n'ont ni queue ni tête, mais imbéciles que vous êtes a-t-on jamais
entendu parler de ces maladies-là?

JOCRISSE

Dame; Not' maître, ça rime toujours un peu comme ça... j'suis pas ben
sûr, moi?

PLUMET

Attendez-donc, ce ne serait pas des crispations nerveuses.

JOCRISSE

Bon! Bon! Not' maître, c'est ça. Eh ben, tant y est que l'pauvre M.
Vincent en est attaqué et quand ses nerfs le prennent, faut qu'y tue,
n'importe quoi.

LAFLUTE

A preuve, c'est qu'au moment qu'y s'est ensauvé, j'ai z'aperçu sous son
gilet la crosse d'un pistolet qu'il avait ben sûr, pour poignarder qué
qu'un.

PLUMET

Mais puisqu'il s'est sauvé, alors, c'est qu'il n'avait pas l'intention
de me tuer.

JOCRISSE

(à part) Ah Diable! Ah! mais attendez, not' maîtr' y paraît dans ces
maladies là, l'individu connaît son mauvais moment, M. Vincent s'en s'ra
aperçu et......

PLUMET

Je comprends à présent.... de là, sa frayeur, sa crainte de commettre un
crime causé par sa cruelle maladie, et il s'est enfui. Pauvre ami! Je le
plains... n'importe il faut savoir où il est allé?... Ah Diable! Voilà
une triste fête d'anniversaire.


SCÈNE 12e

Les précédents: VINCENT, L'OFFICIER DE POLICE (on entend dans la
coulisse)

Allons! allons! Marchez!

VINCENT

--Mais je vous dis que je ne suis pas un voleur?

PLUMET

Qu'est-ce que j'entends? Je ne me trompe pas. Vincent avec un officier
de Police?

JOCRISSE (à part)

Aie! Gare la bombe, tenons ferme.

(L'officier entre, tenant Vincent par le collet)

M. Plumet, voici un individu, étranger pour moi surtout, je l'aperçois
en haut de la rue; se sauvant sans chapeau, l'air égaré je lui demande
son nom, il ne me répond que par des exclamations auxquelles Je ne
comprends rien, je le conduis au poste, je le fais fouiller et on trouve
sur lui ce couvert d'argent marque en toutes lettres à votre nom...
voyez plutôt.

PLUMET

D'abord, M. l'Officier, je réponds de l'homme que voilà, c'est M
Vincent ex-fournisseur de l'armée et mon plus grand ami, il est riche,
indépendant et par conséquent ne peut être accusé de vol... Quant au
couvert d'argent... c'est bien mon nom, Anastase Plumet (il regarde sur
la table) J'ai toute mon argenterie, rien ne manque.

VINCENT

Lis au-dessous de ton nom, mon ami, ce que M. l'Officier n'a pas vu.

PLUMET

(Lisant) "présenté par son ami Vincent"... Quoi?...

VINCENT

Oui, mon ami, c'était mon présent... je voulais te l'offrir à la fin du
dîner... quand ta cruelle maladie...

PLUMET

Hein?... ma maladie... Ah! ça qu'est-ce que tu m'chantes là?... Je n'ai
jamais été malade, moi?

VINCENT

Non, pas malade, si tu veux... mais cette monomanie dont tu es attaqué
et...

PLUMET

Ah! ça, veux-t-on me rendre fou aujourd'hui. Maladie, Monomanie,
explique-toi donc, Vincent car, ma parole, je ne sais plus que dire?

JOCRISSE (à, part)

En vlà un galimatias, gare à moi tout à l'heure.

VINCENT

Pauvre ami, ce n'est pas ta faute, et je te pardonne bien, va.

PLUMET (exaspéré)

Mais non!... Mais non!... Je veux tout savoir... dis-moi...
explique-moi, car tu me fais perdre la tête.

VINCENT

Eh bien, je sais, que quand ton accès te prend, il faut que tu manges
les oreilles de quelqu'individu

PLUMET (hors de lui)

Moi!... Moi!... Ah ça!... Ah ça!.... Mais!... Mais!.... ma tête!...
ma tête!... et parbleu mais toi, n'es-tu pas attaqué de crispations
nerveuses?... Qui te portent à certains moments à vouloir poignarder
quelqu'un?

VINCENT (avec force)

Ah! quelle infamie!... Moi! Jamais au grand jamais je n'ai eu ni
crispation nerveuses ni la moindre pensée d'attenter à la vie d'un
homme!... D'où cela vient-il? qui t'a dit cela?

PLUMET

Eh! parbleu! Qui peut t'avoir dit que je mangeais les oreilles de
chacun?... attends... tiens... je ne crois pas me tromper, il y a du
Jocrisse là-dedans.

VINCENT

Voyons Jocrisse, approche, comme dit l'ami Plumet, il y a du Jocrisse
là-dedans.

JOCRISSE (s'avançant au milieu)

Oui, Messieurs, c'est moi, c'est bien moi!... Mais foi de Jocrisse, je
ne pensais pas à\ mal, c'était histoire de rire, une farce, et j'espère
que j'aurai mon pardon.

PLUMET

Mais animal, Vas-tu encore recommencer tes fredaines? je vous demande un
peu, messieurs, me faire passer pour monomane, manger les oreilles de
mes ami, et toi, mon pauvre Vincent, venir me dire que tes crispations
te portaient au meurtre!... Mais sais-tu? Maraud, que tu mérite une
bastonnade pour cela?

JOCRISSE

Non not' maître, non M. Vincent et vous verrez, d'après mon récit, mes
aveux, que vous serez les premiers à rire, même M. l'officier de police.
Vous vous rappelez ce matin, not' maître que vous auriez ben voulu
m'admettre à votre table ainsi que Laflûte à l'occasion de votre fête;
mais vous aviez mis une condition, c'est que si M. Vincent venait, nous
mangerions à la cuisine, ça n'm'allait pas, pour lors, j'ai formé mon
plan quand vous m'avez parlé du plat d'oreilles aux petites herbes, j'ai
profité du mot: oreilles pour bâtir mon affaire et faire déguerpir ce
pauvre M. Vincent, qui a eu assez peur; après son départ, je savais
bien que vous alliez être tout surpris. tout d'suite j'ai rebrodé une
nouvelle affaire et je lui ai donné des crispations nerveuses!...
j'aurai réussi, si vous m'accordez un pardon généreux,

Tous (riant)

Ah! Ah! Ah! Ah!

PLUMET

Ce diable de Jocrisse. Mais tu n'en feras donc jamais d'autres?

VINCENT

Où diable trouves-tu tout ça?

JOCRISSE (se touchant le front)

Là... A propos, M. Vincent, voici la bourse que vous m'aviez donnée pour
veiller sur vos oreilles.

VINCENT (en souriant)

Garde-la, si tu en as un peu effrayé, ma foi je te trouve tant d'idées
qui à présent me font rire, que je te donne la bourse de grand coeur et
te pardonne.

JOCRISSE

Et not' maître?

PLUMET

Parbleu! Il faut bien que j'en passe par là, allons, sois pardonné, mais
prends garde, Jocrisse, toi qui aime tant les proverbes, retiens bien
celui-ci: "Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse".

JOCRISSE (à part)

Ou elle s'emplit (haut). Je m'en rappellerai not'maître, et d'ailleurs
tout n'a qu'un temps.

L'OFFICIER

Quant à moi, Messieurs, j'ai aussi mon excuse à vous faire, surtout à M.
Vincent que j'ai un peu rudoyé.

VINCENT

Mais pas du tout, Monsieur, ce n'est qu'un quiproquo dont le résultat
n'a rien de fâcheux j'ai tout oublié!...

PLUMET

Et Laflûte était donc aussi dans le complot?...

LAFLUTE

Oh! moi, not'maître, je n'marchais que par mon cousin.

PLUMET

Allons, oublions tout... Tiens mon brave Vincent, voici le plat
d'oreilles en question, tu vois qu'elles doivent être délicieuses!...
Maintenant mes amis, nous allons continuer notre dîner, qui, cette fois,
je l'espère ne sera pas interrompu... Vous M. l'officier, vous voudrez
bien le partager avec nous et que vous n'aurez pas d'objections, ni toi,
mon cher Vincent d'admettre à notre table notre joyeux Jocrisse et son
acolyte Laflûte.

VINCENT ET L'OFFICIER

Adopté! Adopté!

JOCRISSE

M. Plumet, le dindon est rôti, il a une odeur des plus appétissantes.

PLUMET

Le dindon? A demain le dindon pour le déjeuner.

VINCENT

C'est ça et moi j'y joins douze bouteilles de Champagne; tu aimes ça,
toi. Jocrisse, le Champagne?

JOCRISSE

J'crois ben, depuis qu'je m'suis empoisonné avec.

Tous (riant)

Ah! ah! ah! ah!

PLUMET

Allons, mes amis, ensemble et ensuite à table.

CHOEUR FINAL

  A demain, demain, demain
  Demain de grand matin
  A demain, demain, de la dinde rôtie
  Nous verrons la fin.

JOCRISSE (au public)

  Plus d'une pièce avant la fin culbute
  Souvent hélas! Voilà comme on débute
  La pièce avance
  Pas de funeste bruit
  De l'indulgence
  Voilà comme on finit.

REPRISE DU CHOEUR

  A demain, etc.


FIN.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le dîner interrompu" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home