Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: La maniere de bien traduire d'une langue en aultre
Author: Dolet, Étienne, 1509-1546
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La maniere de bien traduire d'une langue en aultre" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



images generously made available by the Bibliothèque
nationale de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



                               LA MANIERE
                                DE BIEN
                             TRADVIRE D'VNE
                               LANGVE EN
                                AVLTRE.

                              D'aduantage.

              _De la punctuation de la langue Francoyse._

                                 Plus.

                        _Des accents d'ycelle._

          _Le tout faict par Estienne Dolet natif d'Orleans._

                           [SCABRA, & IMPOLITA
                           AD AMVSSIM DOLO,
                           ATQVE PERPOLIO.]

                      _A Lyon, chés Dolet mesme._

                               M. D. XL.

                     Auec priuileige pour dix ans.



  _AV LECTEVR._

Ly, & puis iuge: ne iuge toutesfois deuant que d'auoir ueu mon Orateur
Francoys, qui (possible est) te satisfaira quant aux doubtes, ou tu
pourras encourir lisant ce liure.



                        _ESTIENNE    DOLET    A_
                      Monseigneur de Langei humble
                        salut, & recongnoissance
                            de sa liberalité
                                 enuers
                                  luy.


_Ie n'ignore pas (Seigneur par gloire immortel) que plusieurs ne
s'esbaissent grandement de ueoir sortir de moy ce present Oeuure:
attendu que par le passé i'ay faict, & fais encores maintenant
profession totalle de la langue Latine. Mais à cecy ie donne deux
raisons. L'une, que mon affection est telle enuers l'honneur de mon
pais, que ie ueulx trouuer tout moyen de l'illustrer. Et ne le puis
myeulx faire, que de celebrer sa langue, comme ont faict Grecs, &
Rommains la leur. L'aultre raison est, que non sans exemple de
    [En marge: Autheurs antiques illustrateurs de leur langue.]
plusieurs ie m'addonne à ceste exercitation. Quant aux Antiques tant
Grecs, que Latins, ilz n'ont prins aultre instrument de leur eloquence,
que la langue maternelle. De la Grece seront pour tesmoings Demosthene,
Aristote, Platon, Isocrate, Thucydide, Herodote, Homere. Et des Latins
ie produis Ciceron, Cæsar, Salluste, Virgille, Ouide. Lesquelz n'ont
delaissé leur langue, pour estre renommés en une aultre. Et ont mesprisé
toute aultre: sinon qu'aulcuns des Latins ont apprins la Grecque, affin
de scauoir les arts, & disciplines traictées par les Autheurs d'ycelle.
    [En marge: Aulcuns Autheurs modernes illustrateurs de leur
    langue, tant en Italien, qu'en Francoys.]
Quant aut modernes, semblable chose que moy a faict Leonard Aretin,
Sannazare, Petracque, Bembe (ceulx la Italiens) & en France Budée,
Fabri, Bouille, & maistre Iacques Syluius. Doncques non sans l'exemple
de plusieurs excellents personnages i'entreprends ce Labeur. Lequel
(Seigneur plein de bon iugement) tu recepuras non comme parfaict en la
demonstration de nostre langue, mais seulement comme ung commencement
d'ycelle. Car ie scay, que quand on uoulut reduire la langue Grecque, &
Latine en art, cela ne fut absolu par ung homme, mais par plusieurs. Ce
qui se faira pareillement en la langue Francoyse: & peu a peu par le
moyen, & trauail des gens doctes elle pourra estre reduicte en telle
parfection, que les langues dessusdictes. A ceste cause (Seigneur tout
humain) ie te requiers de prendre ce mien labeur en gré, & s'il ne
reforme totallement nostre langue, pour le moyns pense, que c'est
commencement, qui pourra paruenir à fin telle, que les estrangiers ne
nous appelleront plus Barbares. Te soubuienne aussi en cest endroict,
qu'il est bien difficille, qu'une chose soit inuentée, & parfaicte tout
a ung coup. Parquoy tu te doibs contenter de mon inuention, & en
attendre ou par moy, ou par aultres la parfection auec le temps. Ioinct
aussi, qu'en choses grandes, & difficilles le uouloir doibt estre
    [En marge: Le comble des uertus de Monsieur de Langei.]
asses. Ie laisse ce propos, & te ueulx dire ce, qui m'a esmeu de te
dedier ce Liure. Certes l'opinion, & estime grande, que i'ay de ton
scauoir, eloquence, & iugement en tout esmerueillable, m'a induict à ce
faire, aultant ou plus, que l'humanité, & liberalité, de laquelle tu
uses de iour en iour de plus en plus en mon endroict: & ce sans aulcun
mien merite: car de te faire aulcun seruice meritant telle amour, que me
la portes, & monstres par effect, cela est hors totallement de mon
pouuoir. Toutesfoys pour suppliment du pouuoir la uoulunté te doibt
satisfaire: laquelle est telle, que sans exception d'aulcun Humain ie te
reuere, comme ung Demidieu habitant en ces lieux terrestres, &
estincellant de tous costés par une lumiere de uertus à toy seul
octroiées par l'Omnipotent: Omnipotent enuers toy prodigue de ses
graces, si iamais il en eslargist à aulcune sienne creature. Et qui est
celuy, qui puisse à mon dict coutredire, s'il a congnoissance de tes
faicts? Nul ne doubte de la bonté de ta nature. Chascun se sent de ta
munificence. Toutes Nations estranges ne preferent aulcun a toy,
touchant l'art militaire, & conduicte de guerre. Quant a la politique, &
gouuernement equitable d'ung pais, le Piedmont en donnera tesmoignage:
en laquelle Prouince tu es a present gouuerneur soubz l'autorité du Roy,
qui t'a esleu à ceste charge, comme personne idoine à touts faicts de
grand conseil, & prudence. Croy (Seigneur le premier des Humains) que ie
suis l'homme le moins admirant les hommes sans raison, & cause
uehemente: mais tes uertus, & perfections infinies m'ont rauy iusques
a la, que sur touts ie t'adore: & ceste affection, la Posterité
n'ignorera, si mes Oeuures meritent immortalité de nom. Icy feray fin de
mon epistre, te priant de rechef auoir ce mien Liure pour aggreable.
De Lyon ce dernier iour de May, Mil cinq cents quarante._



                            _ESTIENNE DOLET_
                    au peuple Francoys humble salut,
                       & accroyssement d'honneur,
                              & puissance.


_Depuis six ans (ô peuple Francoys) desrobbant quelcques heures de mon
estude principalle (qui est en la lecture de la langue Latine, &
Grecque) te uoulant aussi illustrer par touts moyens, i'ay composé en
    [En marge: l'Orateur Francoys.]
nostre langage ung Oeuure intitulé l'Orateur Francoys: duquel Oeuure
les traictés sont telz._

  _La grammaire._
  _L'orthographe._
  _Les accents._
  _La punctuation._
  _La pronunciation._
  _L'origine d'aulcunes dictions._
  _La maniere de bien traduire d'une langue en aultre._
  _L'art oratoire._
  _L'art poëtique._

_Mais pource que ledict Oeuure est de grand importance, & qu'il y eschet
ung grand labeur, scauoir, & extreme iugement, i'en differeray la
publication (pour ne le precipiter) iusques a deux, ou troys ans. Ce
pendant tu t'ayderas des instructions, qui sont en ce present Liure.
Lequel si ie congnois t'estre aggreable, ie seray plus enclin a te bien
polir, & parfaire le demeurant de mon entreprinse. Combien que i'en
attends plus tost contentement de la Posterité, que du Siecle present:
    [En marge: La uertu du uiuant est tousiours enuiée.]
car le cours des choses humaines est tel, que la uertu du uiuant est
tousiours enuiée, & deprimée par Detracteurs, qui se pensent aduantager
en reputation, s'ilz mesprisent les labeurs d'aultruy. Mais l'homme de
scauoir, & de bon iugement ne doibt regarder à telz resueurs, & plus
tost s'en mocquer du tout. Ainsi faisant, ie poursuiuray mon effort, &
attendray legitime los de la Posterité: non d'aulcuns uiuants par trop
pleins d'ingratitude, & mauluais uouloir. Contente toy pour ceste heure
(ô peuple Francoys) de ce petit Oeuure: & prens pour pleige l'affection,
que ie porte à ma renommée, que dedans quelcque temps ie te rendray
parfaict l'Oeuure dessusdict. Et si aulcuns se delectent en tel labeur,
cela n'est que bon. Que pleust à dieu, que pour ung il y en eust mille:
car par telz efforts le plus parfaict sera congneu, & en demeurera la
gloire au bien entendant la langue Latine, & Francoyse. Pour le moins de
mon costé ie tascheray de faire mon debuoir en si noble, & louable
passetemps. Vray est, que si i'estois enuieux du bien d'aultruy, ie me
deporteroys de ce mien labeur: pource que i'ay congneu telle
    [En marge: L'ingratitude d'aulcuns personnages de
    ce temps.]
ingratitude entre les hommes de mon temps, que ceulx, qui ont le plus
proffité sur mes Oeuures, sont les premiers, qui taschent de deprimer
mon renom: mais pour leur meschante nature ie ne laisseray de produire
par Oeuures le don de grace, que le Creatur m'a faict tant en la
congnoissance de la langue Latine, que de ma maternelle Francoyse. Et ce
tout à l'honneur, & gloire de luy (luy seul autheur de tout bien) & à
l'utilité de la chose publicque: laquelle ie prefere aux maldicts de
touts mes Enuieux, & Detracteurs: qui à la fin se trouueront trompés en
moy: car leur meschant langage ne me sert, que d'ung esguillon à la
uertu: tout au rebours de ce qu'ilz uouldroient de moy proceder. Mais ie
scay, comme il fault tromper telles bestes chaussées: & en telle
prudence consumeray le demeurant de ma uie, taschant tousiours de
perpetuer mon nom par Oeuures recommendables à la Posterité, & aage
futur: lequel se trouuant uuide d'enuie en mon endroict, & muni de bon
uouloir, ne se monstrera ingrat, mais par une equité, & raison louera
ce, qui est de louer. Ceste esperance m'a tousiours esmeu à escrire, &
donné cueur de prendre les labeurs, que i'ay iusques icy prins en la
uacation literaire. Car au iugement des uiuants il y a bien peu
d'equité, & racueil pour les Doctes. A dieu Peuple le plus triumphant du
Monde, soit en uertu, soit en puissance. A Lyon, ce dernier iour de May,
l'an de grace. Mil cinq cents quarante._



LA MANIERE DE BIEN TRADVIRE D'VNE LANGVE EN AVLTRE.

_Autheur Estienne Dolet natif d'Orleans._


La maniere de bien traduire d'une langue en aultre requiert
principallement cinq choses.

    [En marge: La premiere reigle pour bien traduire.]

En premier lieu, il fault, que le traducteur entende parfaictement le
sens, & matiere de l'autheur, qu'il traduict: car par ceste intelligence
il ne sera iamais obscur en sa traduction: & si l'autheur, lequel il
traduict, est aulcunement scabreux, il le pourra rendre facile, & du
tout intelligible. Et de ce ie te uois bailler exemple familierement.
    [En marge: Lieu de Ciceron interpreté.]
Dedans le premier Liure des questions Tusculanes de Ciceron il y a ung
tel passage Latin. Animum autem animam etiam ferè nostri declarant
nominari. Nam & agere animam, & efflare dicimus: & animosos, & bene
animatos: & ex animi sententia. Ipse autem animus ab anima dictus est.

Traduisant cest Oeuure de Ciceron, i'ay parlé, comme il s'ensuict. Quant
à la difference (dy ie) de ces dictions animus, & anima, il ne s'i fault
point arrester: car les facons de parler Latines, qui sont deduictes de
ces deux mots, nous donnent à entendre, qu'ilz signifient presque une
mesme chose. Et est certain, que animus est dict de anima: & que anima
est l'organe de animus: comme si tu uoulois dire la uertu, & instruments
uitaulx estre origine de l'esprit: et iceluy esprit estre ung effect de
ladicte uertu uitale. Dy moy (toy qui entends Latin) estoit il possible
de bien traduire ce passage, sans une grande intelligence du sens de
Ciceron? Or saiche doncques, qu'il est besoing, & necessaire à tout
traducteur d'entendre parfaictement le sens de l'autheur, qu'il tourne
d'une langue en aultre. Et sans cela il ne peult traduire seurement, &
fidellement.

    [En marge: La seconde reigle.]

La seconde chose, qui est requise en traduction, c'est, que le
traducteur ait parfaicte congnoissance de la langue de l'autheur, qu'il
traduict: & soit pareillement excellent en la langue, en laquelle il se
mect a traduire. Par ainsi il ne uiolera, & n'amoindrira la maiesté de
l'une, & l'aultre langue. Cuydes tu, que si ung homme n'est parfaict en
la langue Latine, & Francoyse, il puisse bien traduire en Francoys
    [En marge: Chascune langue a ses proprietés.]
quelcque oraison de Ciceron? Entends, que chascune langue a ses
proprietés, translations en diction, locutions, subtilités, & uehemences
à elle particulieres. Lesquelles si le traducteur ignore, il faict tort
à l'autheur, qu'il traduict: & aussi à la langue, en laquelle il le
tourne: car il ne represente, & n'exprime la dignité, & richesse de ces
deux langues, desquelles il prend le manîment.

    [En marge: La tierce reigle.]

Le tiers poinct est, qu'en traduisant il ne se fault pas asseruir
iusques à la, que lon rende mot pour mot. Et si aulcun le faict, cela
luy procede de pauureté, & deffault d'esprit. Car s'il a les qualités
dessusdictes (lesquelles il est besoing estre en ung bon traducteur)
sans auoir esgard à l'ordre des mots il s'arrestera aux sentences, &
faira en sorte, que l'intention de l'autheur sera exprimée, gardant
curieusement la proprieté de l'une, & l'aultre langue. Et par ainsi
c'est superstition trop grande (diray ie besterie, ou ignorance?) de
commencer sa traduction au commencement de la clausule: Mais si l'ordre
des mots peruerti tu exprimes l'intention de celuy, que tu traduis,
aulcun ne t'en peult reprendre. Ie ne ueulx taire icy la follie
    [En marge: C'est follie de uouloir rendre ligne pour
    ligne, ou uers pour uers.]
d'aulcuns traducteurs: lesquelz au lieu de liberté se submettent à
seruitude. C'est asscauoir, qu'ilz sont si sots, qu'ilz s'efforcent de
rendre ligne pour ligne, ou uers pour uers. Par laquelle erreur ilz
deprauent souuent le sens de l'autheur, qu'ilz traduisent, & n'expriment
la grace, & parfection de l'une, & l'aultre langue. Tu te garderas
diligem^ment de ce uice: qui ne demonstre aultre chose, que l'ignorance
du traducteur.

    [En marge: La quarte rigle.]

La quatriesme reigle, que ie ueulx bailler en cest endroict, est plus à
obseruer en langues non reduictes en art, qu'en aultres. I'appelle
langues non reduictes encores en art certain, & repceu: comme est la
Francoyse, l'Italienne, l'Hespaignole, celle d'Allemaigne, d'Angleterre,
& aultres uulgaires. S'il aduient doncques, que tu traduises quelcque
Liure Latin en ycelles (mesmement en la Francoyse) il te fault garder
    [En marge: Il se fault garder d'usurper mots trop approchants
    du Latin.]
d'usurper mots trop approchants du Latin, & peu usités par le passé:
mais contente toy du commun, sans innouer aulcunes dictions follement, &
par curiosité reprehensible. Ce que si aulcuns font, ne les ensuy en
cela: car leur arrogance ne uault rien, & n'est tolerable entre les gens
scauants. Pour cela n'entends pas, que ie die, que le traducteur
s'abstienne totallement de mots, qui sont hors de l'usage commun: car
    [En marge: La langue Grecque, ou Latine est plus riche en
    dictions, que la Francoyse.]
on scait bien, que la langue Grecque, ou Latine est trop plus riche en
dictions, que la Francoyse. Qui nous contrainct souuent d'user de mots
peu frequentés. Mais cela se doibt faire a l'extreme necessité. Ie scay
bien en oultre, qu'aulcuns pourroient dire, que la plus part des
dictions de la langue Francoyse est deriuée de la Latine, & que si noz
Predecesseurs ont heu l'autorité de les mettre en usage, les modernes, &
posterieurs en peuuent aultant faire. Tout cela se peult debattre entre
babillarts: mais le meilleur est de suiure le commun langage. En mon
Orateur Francoys ie traicteray ce poinct plus amplement, & auec plus
grand' demonstration.

    [En marge: La cinquiesme reigle.]

Venons maintenant à la cinquiesme reigle, que doibt obseruer ung bon
traducteur. Laquelle est de si grand' uertu, que sans elle toute
composition est lourde, & mal plaisante. Mais qu'est ce, qu'elle
contient? Rien aultre chose, que l'obseruation des nombres oratoires:
    [En marge: Nombres oratoires.]
c'est asscauoir une liaison, & assemblement des dictions auec telle
doulceur, que non seulement l'ame s'en contente, mais aussi les oreilles
en sont toutes rauies, & ne se faschent iamais d'une telle harmonie de
langage. D'yceulx nombres oratoires ie parle plus copieusement en mon
Orateur: parquoy n'en feray icy plus long discours. Et de rechef
aduertiray le traducteur d'y prendre garde: car sans l'obseruation des
nombres on ne peult estre esmerueillable en quelcque composition que ce
soit: & sans yceulx les sentences ne peuuent estre graues, & auoir leur
poix requis, & legitime. Car pense tu, que ce soict asses d'auoir la
diction propre, & elegante, sans une bonne copulation des mots? Ie
t'aduise, que c'est aultant que d'ung monceau de diuerses pierres
precieuses mal ordonnées: lesquelles ne peuuent auoir leur lustre, à
cause d'une collocation impertinente. Ou c'est aultant, que de diuers
instruments musicaulx mal conduicts par les ioueurs ignorantz de l'art,
& peu congnoissantz les tons, & mesures de la musique. En somme, c'est
peu de la splendeur des mots, si l'ordre, & collocation d'yceulx n'est
telle, qu'il appartient. En cela sur touts fut iadis estimè Isocrate
Orateur grec: & pareillement Demosthene. Entre les Latins Marc Tulle
Ciceron à este grand obseruateur des nombres. Mais ne pense pas, que
cela se doibue plus obseruer par les Orateurs, que par les
Historiographes. Et qu'ainsi soit, tu ne trouueras Cæsar, & Salluste
moins nombreux, que Ciceron. Conclusion quant à ce propos, sans grande
obseruation des nombres ung Autheur n'est rien: & auec yceulx il ne
peult faillir a auoir bruict en eloquence, si pareillement il est propre
en diction, & graue en sentences, & en arguments subtil. Qui sont les
poincts d'ung Orateur parfaict, & uray^ment comblé de toute gloire
d'eloquence.



LA PVNCTVATION DE LA LANGVE FRANCOYSE.


Si toutes langues generalement ont leurs differences en parler, &
escripture, toutesfoys non obstant cela elles n'ont qu'une punctuation
    [En marge: Toutes langues n'ont qu'une punctuation.]
seulement: & ne trouueras, qu'en ycelle les Grecs, Latins, Francoys,
Italiens, ou Hespaignolz soient differents. Doncques ie t'instruiray
briefuement en cecy. Et pour t'y bien endoctriner il est besoing de deux
choses. L'une est, que tu congnoisses les noms, & figures des poincts.
L'aultre, que tu entendes les lieux, ou il les fault mettre.

    [En marge: Les figures des poincts.]

Quant aux figures, elles sont telles, qu'il s'ensuit.

  1  , ou en ceste sorte / .
  2  :
  3  .
  4  ?
  5  !
  6  ( )

    [En marge: Les noms d'yceulx.]

1  Le premier poinct est appellé en Latin incisum: & en Francoys
(principalement en L'imprimerie) on l'appelle ung point à queue, ou
uirgule: & se souloit marcquer ainsi / .

2  Le second est appellé en grec Comma: & les Latins ne luy ont baillé
aultre nom. Mais il fault entendre, que toutes ces sortes de punctuer
n'ont leur appellation, & nom à cause de leur forme, & marcque, ains
pour leur effect, & proprieté.

3  Le tiers est dict par les Grecs Colon. En Latin on l'appelle
punctum. Et en l'imprimerie on l'appelle ung poinct, ou ung poinct rond.
Toutesfoys quant à l'efficace il n'y a pas grand' difference entre
colon, & comma. Sinon que l'ung (qui est comma) tient le sens en partie
suspens, Et l'aultre (qui est le colon) conclud la sentence. Par ainsi
on pourroit dire, que le colon peult comprendre plusieurs comma: & non
pas le comma plusieurs colon.

    [En marge: Preuention contre les detracteurs.]

Si en cest endroict quelcque maling detracteur ueult dire, que i'entends
mal ce, que les Grecs appellent comma, & colon: ie luy responds, que
combien que les Grecs ayent appellé comma, ce que i'appelle ung poinct à
queue: & que dudict comma ie marcque ung colon: & que ie constitue ung
colon pour fin de sentence, certainement ie n'erre en rien. Car les
Latins interpretent comma pour incisum: & si les Grecs le prennent pour
incision de locution, ie le ueulx prendre pour incision de sentence,
c'est asscauoir pour sentence moyenne, & suspendue: & le colon pour
sentence finale du periode. Ie dy cecy, pour obuier aux maldisants, &
calumniateurs. Desquelz il est au temps present si grand nombre, que si
ung homme d'esprit s'arrestoit à eulx, il ne composeroit iamais rien.
Mais mon naturel est tel, que ie n'ay aultre passetemps, que de telz
folz.

4  Le quart est nommé par les Latins interrogans: & par les Francoys
interrogant.

5  Le quint differe peu du quart en figure: toutesfoys il se peult
appeller admiratif, & non interrogant.

6  Le sixiesme est appellé parenthese: & est double, comme l'on peult
ueoir par ses deux petits demys cercles.

    [En marge: La collocation des poincts.]

Or puisque tu congnois leurs noms, & figures, ie te ueulx maintenant
monstrer familierement, quelz lieux ilz doibuent auoir en nostre parler,
& escripture. Et te prie y uouloir entendre: car une punctuation bien
gardée, & obseruée sert d'une exposition en tout oeuure.

    [En marge: Qu'est ce que periode.]

Premierement il te fault entendre, que tout argument, & discours de
propos, soit oratoire, ou poëtique, est deduict par periodes.

Periode est une diction Grecque, que les Latins appellent clausula, ou
compræhensio uerborum: c'est adire une clausule, ou une comprehension de
parolles. Ce periode (ou aultrement clausule) est distingué, & diuisé
par les poincts dessusdicts. Et communément ne doibt auoir que deux, ou
trois membres: car si par sa longueur il excede l'alaine de l'homme, il
est uicieux. Si tu en ueulx auoir exemple, ie te uoys forger ung propos,
ou il y aura troys periodes: dedans lesquelz touts les poincts, que ie
t'ay proposés, seront contenus: & puis ie te declaireray par le menu
l'ordre, & la cause d'ung chascun. Or mon propos sera tel.

    [En marge: Exemple d'ung periode parfaict.]

L'Empereur congnoissant, que paix ualoit mieulx, que guerre, a faict
appoinctement auec le Roy: & pour plus confirmer ceste amytié, allant en
Flandre il a passé (chose non esperée) par le Royaulme de France: ou il
a esté repceu en grand honneur, & extreme ioye du peuple. Car qui ne se
resiouyroit d'ung tel accord? Qui ne loueroit dieu de ueoir guerre
assopie, & paix regner entre les Chrestiens? Ô que long temps auons
desiré ce bien! ô que bien heureux soient, qui ont traicté cest accord!
que mauldicts soient, qui tascheront de le rompre!

    [En marge: .
    L'usage, & collocation de l'incisum, dict en Francoys poinct
    a queue, ou uirgule.]

Au premier periode (qui se commence l'Empereur congnoissant) ie te ueulx
monstrer l'usage du poinct à queue, du comma, de la parenthese, & du
poinct final, aultrement dict poinct rond. Le poinct à queue ne sert
d'aultre chose, que de distinguer les dictions, & locutions l'une de
l'aultre. Et ce ou en adiectifs, substantifs, uerbes, ou aduerbes
simples. Ou auec adiectifs ioincts aux substantifs expressément. Ou auec
adiectifs gouuernants ung substantif. Ou auec uerbes regissants cas: ce
que nous appellons locutions. Exemple de l'adiectif simple. Il est bon,
beau, aduenant, ieune, & riche. Ne uois tu pas, que ce poinct distingue
ces dictions bon, beau, aduenant, ieune, & riche? Exemple du substantif
simple. Il est plein de grand' bonté, beaulté, addresse, ieunesse, &
richesse. Exemple du uerbe simple. Il ne faict rien que manger, boire, &
dormir. Exemple de l'aduerbe. Il a faict cela prudem^ment,
courageusement, & heureusement. Exemple de l'adiectif ioinct au
substantif. Il est de grand courage, de prudence singuliere, & execution
extreme. Exemple de l'adiectif gouuernant ung substantif. Il a tousiours
uescu bien seruant dieu, secourant ses prochains, & n'offensant
personne. Exemple du uerbe regissant cas. C'est chose louable de bien
seruir Dieu, secourir ses prochains, & n'offenser personne.

Voila des exemples, pour te monstrer clairement l'usage de ce poinct à
queue. Il a pareillement tel usage en la langue Latine. Deuant que de
uenir aux aultres poincts, ie te ueulx aduertir, que le poinct à queue
se mect deuant ce mot, ou: semblablement deuant ce mot, &. Exemple de
    [En marge: Ou.]
ce mot, ou.  Sot, ou sage qu'il soit, il me plaist. ²Exemple de ce mot,
    [En marge: Et.]
&. Sans scauoir, & bonne uie l'homme n'est poinct à priser. Or entends
maintenant, que ce mot, ou, aussi ce mot, &, sont aulcunesfoys doublés:
& lors au premier membre il n'y eschet aulcun poinct à queue. Exemple
de, ou. Soit ou par mer, ou par terre, le Roy est le plus puissant.
Exemple de, &. Il a tousiours esté constant & en bonne fortune, & en
mauluaise.

    [En marge: :
    La collocation du comma.]

Ie uiens maintenant à parler du comma: lequel se mect en sentence
suspendue, & non du tout finie. Et aulcunesfoys il n'y en a qu'ung en
une sentence: aulcunesfoys deux, ou trois. Exemple. Il est bon de
n'offenser personne: car il n'est nul petit ennemy: & chascun tasche de
se uenger, quand il est offensé.

    [En marge: ( )
    La collocation de la parenthese.]

Quant à la parenthese, c'est une interposition, qui a son sens parfaict:
& pour son interuention, ou detraction elle ne rend la clausule plus
parfaicte, ou imparfaicte. Exemple. Allant en Flandre il a passé (chose
non esperée) par le Royaulme de France. Oste la parenthese, le sens sera
aussi parfaict, que s'y elle y estoit. Ce qui est facile à congnoistre.
Entends aussi, que la parenthese peult auoir lieu par tout le discours
du periode: sinon au commencement, & à la fin. D'aduantage il est à
    [En marge: Deuant, ou apres la parenthese il n'y eschet
    aulcun poinct.]
noter, que deuant, ou apres la parenthese il n'y eschet aulcun poinct à
queue, ou final. Et dedens y en eschet aussi peu: si ce n'est ung
interrogant, ou ung admiratif. Exemple du premier. Si ie puis iamais
auoir puissance, ie me uengeray d'ung si uillain tour (en doibs ie faire
moins?) & luy donneray à entendre, qu'il me souuient d'une iniure dix
ans apres, qu'elle m'est faicte. Exemple du second. Estant le plus fort
en toutes choses il fut uaincu (quel hazart de guerre!) & tost apres fut
uicteur seulement par prudence.

Sans aulcune uigueur de parenthese on trouue quelcque fois ung demy
cercle en ceste sorte ) ou ainsi ] & cela se faict, quand nous exposons
quelcque mot, ou quand nous glosons quelcque sentence d'aulcun Autheur
Grec, Latin, Francoys, ou de tout aultre langue.

On trouue aussi ces demys cercles aulcunesfoys doublés: & ce sans force
de parenthese. Ilz se doublent doncq' ainsi [ ] ou ainsi { } Et lors en
iceulx est comprinse quelque addition, ou exposition nostre sur la
matiere, que traicte l'Autheur par nous interpreté. Mais le tout (comme
i'ay dict) se faict sans efficace de parenthese. Lisant les bons
Autheurs, & bien imprimés tu pourras congnoistre ma traditiue estre
uraye.

    [En marge: .
    La collocation du poinct final.]

Quant au poinct final, aultrement dict poinct rond, il se mect tousiours
à la fin de la sentence, & iamais n'est en aultre lieu. Et apres luy on
commence uouluntiers par une grande letre.

    [En marge: ?
    La collocation de l'interrogant.]

Au demeurant: il n'y a que deux poincts. C'est l'interrogant, &
l'admiratif: & l'ung, & l'aultre est final en sens: & en peult auoir
plusieurs en ung periode.

L'interrogant se faict par interrogation pleine, addressée à ung, ou à
plusieurs, tacitement, ou expressément. Exemple. Qui ne se resiouiroit
d'ung tel accord? qui ne loueroit Dieu de ueoir guerre assopie, & paix
regner entre les Chrestiens?

    [En marge: !
    La collocation de l'admiratif.]

L'admiratif n'a si grand' uehemence: & eschet en admiration procedante
de ioye, ou detestation de uice, & meschanceté faicte. Il conuient aussi
en expression de soubhait, & desir. Brief: il peult estre par tout, ou
il y a interiection. Exemple. Ô que long temps auons desiré ce bien! ô
que bien heureux soient, qui ont traicté cest accord! que mauldicts
soient, qui tascheront de le rompre!

A tant te suffira de ce, que i'ay dict des figures, & collocation de la
punctuation. Ie scay bien, que plusieurs Grammairiens Latins en ont
baillé d'auantage: mais tu ne te doibs amuser à leurs resueries. Et si
tu entends, & obserues bien les reigles precedentes, tu ne fauldras à
doctement punctuer.



LES ACCENTS DE LA LANGVE FRANCOYSE.


    [En marge: L'usage des accents est double.]

Les gens doctes ont de coustume de faire seruir les accents en deux
sortes. L'une est en pronunciation, & expression de uoix: expression
dicte quantité de uoyelle. Laultre en imposition de marcque sur quelcque
diction.

Du premier usage nous ne parlerons icy aulcunement: car il n'en est
poinct de besoing. Et d'aduantage il a moins de lieu en la langue
Francoyse, qu'en toutes aultres: ueu que ses mesures sont fondées sur
syllabes, & non sur uoyelles: ce qui est tout au rebours en la langue
Grecque, & Latine.

Quant à l'imposition de marcque (qui est le second membre de l'accent)
i'en diray en ce traicté, ce qu'il en fault dire briefuement, &
    [En marge: L'ostentation d'aulcuns sottelets.]
prifuément, sans aulcune ostentation de scauoir, & sans fricassée de
Grec, & Latin. I'appelle fricassée, une mixtion superflue de ces deux
langues, qui se faict par sottelets glorieux: & non par gens resolus, &
pleins de bon iugement. Venons à la matiere.

    [En marge: Les letres, qui recoipuent principalement
    accent en la langue Francoyse.]

En la langue Francoyse sur toutes letres il y en a deux, qui recoipuent
plus accent, que les aultres. C'est asscauoir, a, & e. De ces deux nous
parlerons par ordre.

    [En marge: a
    En Francoys est usurpé diuersement.]

La letre dicte, a, se trouue en trois sortes communement en nostre
langue Francoyse. Aulcunesfoys elle est ung article du datif: car le
datif Latin est exposé en Francoys par ledict article. Exemple. Dedi
Petro, quod ad me scripseras. I'ay baillé à Pierre ce, que tu m'auois
escript.

Aulcunesfoys est proposition seruant à l'accusatif cas: & uault aultant,
comme, ad, en Latin. Exemple. Rex ad Imperatorem scripsit, tutam ei uiam
in Flandriam per Galliam patêre. Le Roy a escript à l'Empereur, que le
passage luy estoit seur par France, pour aller en Flandre.

Aulcunesfoys aussi ceste particule, a, signifie aultant en Francoys,
que, habet, en Latin. Exemple. Habet omnia quæ in oratore perfecto esse
possunt. Il a toutes choses, qui peuuent estre en ung orateur parfaict.
Aultre exemple. Occîdit illum nefarié. Il l'a tué meschamment. Telle est
la langue Francoyse en aulcunes locutions: ou pour ung mot Latin il y en
a deux Francoys: comme, Respondit: Il a respondu. Cantauit: Il a chanté.
Scripsit: Il a escript. Fuit: il a esté. En ces locutions ce mot, a, est
prins diuersement. Car il est de signification possessiue, actiue, ou
temporelle. Exemple de la possessiue. Multas diuitias habet: Il a
plusieurs richesses. Exemple de l'actiue. Cantauit: Il a chanté. Exemple
de la temporelle. Fuit: Il a esté. Quant à la duplication de mots pour
ung seul Latin, cela se faict seulement en la signification actiue, &
temporelle de ceste diction, a. Exemple. Cantarunt: Ilz ont chanté.
Fuerunt: Ilz ont esté. Et par cela tu peulx congnoistre, que la langue
Latine comprent plus, que la Francoyse: ce qu'il n'aduient pas en toutes
choses.

    [En marge: a
    Quand il est uerbe.]

Note doncques, que, quand, a, est article, ou preposition, il le fault
signer d'ung accent graue, en ceste sorte, à. Et ainsi signent les
Latins leurs prepositions: c'est asscauoir, à, & è. Mais quand, a,
represente ce uerbe Latin, habet, il n'a poinct d'accent. Lors aulcuns
l'escripuent auec une aspiration, ha: ce qui me semble superflu:
toutesfois ie remects cela à la fantasie d'un chascun. Note aussi, que,
quand il est de signification actiue, ou temporelle (comme i'ay
demonstré) il ne recoipt poinct d'accent.

    [En marge: e
    En Francoys est de double prolation.]

La letre appellée, e, a double son, & prolation en Francoys. La premiere
est dicte masculine: & l'aultre feminine. La masculine est nommée ainsi,
pource que, é, masculin a le son plus uirile, plus robuste, & plus fort
    [En marge: é
    Masculin.]
sonnant. D'aduantage, il porte sur soy une uirgule ung peu inclinée à
main dextre, comme est l'accent appellé des Latins aigu, ainsi, é.
Exemple: Il est homme de grand' bonté, priuaulté, & familiarité: plus,
il dict tousiours uerité. Aultre exemple. Apres qu'il eut bien mangé,
bancqueté, & chanté, il uoulut estre emporté de la: & puis fut chouché
en ung bon lict: mais le lendemain matin apres estre desyuré, il se
trouua bien estonné, & fut frotté, & gallé de mesmes par ung tas de
rustres, qui ne l'aymoient guieres. Voila deux exemples de la
termination masculine.

    [En marge: é
    Masculin iamais ne uient en collision.]

Maintenant il te fault noter diligem^ment deux choses. C'est que ceste
letre, é, estant masculine iamais ne uient en collision: c'est a dire,
qu'estant deuant ung mot commencant par uoyelle, elle ne se perd poinct.
Exemple. Il a esté homme de bien toute sa uie: & n'a merité ung tel
oultrage.

En apres il fault entendre, que ceste letre, é, est aussi bien masculine
au plurier nombre, qu'au singulier. Et ce tant en noms, qu'en uerbes.
Exemple des noms. Les iniquités, & meschancetés, desquelles il estoit
rempli, l'ont conduict à ce malheur. Aultre exemple. Toutes uoluptés
contraires à uertu ne sont louables.

    [En marge: L'orthographe de, é, masculin au plurier
    nombre.]

Ie te ueulx aduertir en cest endroict d'une mienne opinion. Qui est, que
le, é, masculin en noms de plurier nombre ne doibt recepuoir ung, z,
mais une, s, & doibt estre marcqué de son accent, tout ainsi qu'au
singulier nombre.

Tu escriras doncq uoluptés, dignités, iniquités, uerités: & non pas
uoluptéz, dignitéz, iniquitéz, ueritéz. Ou sans é marcqué auec son
accent aigu tu n'escriras uoluptez, dignitez, iniquitez, ueritez. Car,
    [En marge: z
    Est le signe de, é, masculin au plurier nombre des uerbes.]
z, est le signe de, é, masculin au plurier nombre des uerbes de seconde
personne: & ce sans aulcun accent marcqué dessus. Exemple. Si uous aymez
uertu, iamais uous ne uous addonnerez à uice, & uous esbatterez
tousiours à quelcque exercice honneste. Aultre exemple. Si uous estiez
telz, que uous dictes, uous ne deschasseriez ainsi les uertueux. Sur ce
propos ie scay bien, que plusieurs non bien congnoissants la uirilité du
son de le, é, masculin trouueront estrange, que ie repudie le, z, en ces
mots uoluptés, dignités, & aultres semblables. Mais s'ilz le trouuent
estrange, il leur procedera d'ignorance, & mauluaise coustume d'escrire:
laquelle il conuient reformer peu à peu.

    [En marge: é Masculin ne se mect seulement en fin de
    diction.]

Oultre ce, qui est dict, saiche, que, é, de pronunciation masculine ne
se mect seulement en fin de diction, mais aussi deuant la fin. Exemple.
Iournée, renommée, meslée, assemblée, diffamée, affolée: & aultres mots,
qui se forment du masculin en feminin: comme est de despité, despitée:
de courroucé, courroucée: de suborné, subornée: & semblables dictions
tant au singulier nombre, qu'au plurier. Exemple. du plurier. Contrées,
iournées, assemblées, menées.

    [En marge: e Feminin.]

L'aultre pronunciation de ceste lettre, e, est feminine: c'est adire de
peu de son, & sans uehemence. Estant feminine elle ne repcoit aulcun
accent. Exemple. Elle est notable femme, de bonne uie, de bonne
rencontre, & aultant prudente, & sage, que femme, qui se trouue en ceste
contrée.

Note aussi, que quand ceste lettre, e, est feminine, elle est de si peu
de force, que tousiours elle est mangée, s'il s'ensuict apres elle ung
    [En marge: L'origine de synalelphe, & apostrophe en la
    langue Francoyse.]
mot commencant par uoyelle. De la ont leur origine les figures
appellées Sinalelphe, & Apostrophe. Entre lesquelles figures il y a
aulcune difference, comme nous demonstrerons maintenant.

    [En marge: Synalelphe.]

La figure, que nous appellons synalelphe, ou collision, oste & mange la
uoyelle en proferant seulement, & non en escripuant: car ladicte uoyelle
se doibt escrire. Exemple en prose. I'ay esperance en luy, & me fie en
la grande amour, & largesse extreme, de laquelle il use enuers touts
gens scauants. En ceste exemple, la derniere lettre d'esperance, fie,
grande, largesse, laquelle, use, se perd en proferant, a cause des
aultres mots ensuiuants, qui commencent pareillement par uoyelle. Mais
non obstant la collision, il fault escrire tout au long tant en prose,
qu'en uers. Exemple en rhythme:

  Tu es tant belle, & de grace tant bonne,
  Qu'a te seruir tout gentil cueur s'addonne.

Necessairement en ce mot, belle, le dernier, e, est mangé: ou aultrement
le uers seroit trop long. Et les Factistes, qui composent rhythmes en
    [En marge: Couppe feminine.]
langage uulgaire, appellent cela couppe feminine: c'est adire abolition
de le, e, feminin, qui rencontre une aultre uoyelle, par laquelle il est
aboli apres la quatriesme syllabe du uers. De cecy ie parleray plus
amplement en l'art poëtique.

Ce dict, e, feminin est aulcunesfoys aultrement mangé par apostrophe.
    [En marge: '
    Apostrophe.]
Or l'apostrophe oste du tout la uoyelle finale de ce, qui precede la
uoyelle du mot ensuiuant: & faict, qu'elle ne s'escript, ne profere
aulcunement: & suffist, que seulement on la marcque au dessus par son
petit poinct. Deuant que de t'en bailler exemple, ie t'aduertis,
    [En marge: Apostrophe eschet sur monosyllabes.]
qu'apostrophe eschet principalement sur ces monosyllabes, ce, se, si,
te, me, que, ne, ie, re, le, la, de. Et combien que les Francoys n'ayent
de coustume de signer ledict apostrophe, si en usent ilz naturellement:
principalement aux monosyllabes dessusdicts, quand le mot ensuiuant se
commence semblablement par uoyelle.

    [En marge: h
    N'empesche poinct l'apostrophe en quelcques dictions.]

Et si d'aduanture il se commence par, h, cela n'empesche poinct
quelcquefoys l'apostrophe: car nous disons, & escripuons sans uice,
l'honneur, l'homme, l'humilité: & non le honneur, le homme, la humilité.
Au contraire nous disons sans apostrophe le haren, la harendiere, la
haulteur, le houzeau, la housse, la hacquebute, le hacquebutier, la
hacquenée, le hazard, le hallecret, la hallebarde. Et si ces mots se
proferent sans grande aspiration, la faulte est enorme. De laquelle
    [En marge: h
    Mal pronuncée par aulcunes prouinces.]
faulte sont pleins les Auuergnats, les Prouuencaulx, les Gascons, &
toutes les prouinces de la langue d'oc. Car pour le haren il disent
l'aren: pour la harendiere, l'arendiere: pour la haulteur, l'aulteur:
pour le houzeau, l'ouzeau: pour la housse, l'ousse: pour la honte,
l'onte: pour la hacquebute, l'acquebute: pour la hacquenée, l'acquenée:
pour le hazard, l'azard: pour le hallecret, l'allecret: pour la
hallebarde, l'allebarde. Et non seulement (qui pis est) font ceste
faulte au singulier nombre de telles dictions, mais aussi au plurier.
Car pour des harens, il disent des arens: pour les hacquenées, les
acquenées, pour mes houzeaux, mes ouzeaux: pour il me fault, ou ie me
uois houzer, il me fault ouser. Or ie laisse le uice de ces nations, &
reuiens a ma matiere.

    [En marge: ce
    Auec apostrophe.]

Exemple de, ce. C'est grand' follie, de prendre pied à ses paroles. Sans
apostrophe il fauldroit dire: Ce est grand' follie. Entends toutesfois,
    [En marge: cest
    Sans apostrophe.]
que souuent ce mot, cest, n'a point d'apostrophe: comme quand nous
parlons ainsi. Cest oeuure est digne de louange. Cest homme n'est pas en
son bon sens. Cest Allemant est trop glorieux.

    [En marge: se
    Auec apostrophe.]

Exemple de, se. S'aduanturant de passer la riuiere à pied, il s'est
noyé. Pour, se aduenturant: & pour, il se est noyé. Note icy, que non
seulement ceste diction, se, repcoit apostrophe, mais aussi ces mots la
    [En marge: son, mon, ton
    Recoipuent apostrophe.]
recoipuent: c'est asscauoir, son, mon, ton. Et par cela nous disons
m'amye, pour mon amye: & m'amour, pour mon amour: & t'amour, pour ton
amour: & s'amour, pour son amour. Et usons de tel parler tant en prose,
qu'en rhythme: mais plus souuent en rhythme. Et aussi m'amye, & m'amour,
sont dictions plus usitées, que les deux aultres.

    [En marge: si
    Auec apostrophe.]

Exemple de, si. S'il estoit possible, ie uouldrois bien faire cela.
Pour, si il estoit possible. Toutesfoys tu ne uoirras guieres, qu'il
    [En marge: Exception de cela.]
recoipue apostrophe auec aultre mot, que ce mot, il. Exemple de toutes
aultres uoyelles. De la uoyelle, a. Si audace estoit prisée, chascun
seroit audacieux. De la uoyelle, e. Si eloquence est en luy grande, ce
n'est de merueille: car il a ung esprit merueilleux: & puis il estudie
continuellement en Ciceron. De la uoyelle, i. Si ignorance uient a
regner, tout est perdu. De la uoyelle, o. Si orgueil est en ung homme,
ie ne le puis frequenter. De la uoyelle, u. Si ung homme diligent peult
paruenir à richesses, i'espere quelcque iour estre riche. En touts ces
exemples ie confesse, que l'apostrophe y peult escheoir: mais auec
apostrophe le parler sera plus rude, que sans apostrophe. Ce que peult
facilement iuger ung homme d'oreilles delicates. I'excepte tousiours les
licences poëtiques, & les laisse en leur entier. Car ung poëte pourra
dire (à cause de sa rhythme) s'audace, s'eloquence, s'ignorance,
s'orgueil, s'ung homme.

    [En marge: si
    Pour tant.]

D'aduantage il te conuient scauoir, que ceste particule, si, est
aulcunesfoys conditionnale, ou demonstratiue. Et lors elle peult
recepuoir apostrophe, comme tu as ueu aux exemples precedents.
Aulcunesfoys elle se mect pour tant, ou tant fort. Et lors elle ne
recoipt aulcune apostrophe. Exemple. Il est si ambitieux, si enuieux, si
iniurieux, si oultrageux, que personne ne le peult comporter. Aultre
exemple. Ce lieu est si umbrageux, que le fruict n'y peult meurir. C'est
adire, tant ambitieux, tant enuieux, tant iniurieux, tant oultrageux,
tant umbrageux. Allors garde toy de l'apostropher: car il n'y auroit
rien si aspre en prolation, que de dire s'ambitieux, s'enuieux,
s'iniurieux, s'oultrageux, s'umbrageux.

    [En marge: ni
    Ne recoipt pas souuent apostrophe.]

Tel est l'usage de ceste particule, ni. Car elle ne recoipt pas
bonnement apostrophe, si elle se rencontre deuant ung mot commencant par
uoyelle. Exemple. Ie ne ueis iamais ni Amboise, ni Enuers, ni Italie, ni
Orleans, ni umbrage en ce champ. En toutes ces locutions l'apostrophe
seroit indecente, & lourde.

    [En marge: te
    Auec apostrophe.]

Exemple de, te. Ie serois marry de t'auoir offensé. Il t'eust bien
recompensé, si tu eusses faict cela. Il t'interrogue. Il t'oultrage. Il
t'use ta robbe. Pour de te auoir: il te eust: il te interrogue: il te
oultrage: il te use.

    [En marge: me
    Auec apostrophe.]

Exemple de, me. Il m'assault. Il m'entend bien. Il m'irrite. Il
m'oultrage. Il m'use touts mes habillements. Pour, il me assault: il me
entend bien: il me irrite: il me oultrage: il me use.

    [En marge: que
    Auec apostrophe.]

Exemple de, que. C'est bonne chose, qu'argent en necessité. Qu'est ce
que richesse, sans santé? Il fault qu'il s'y trouue. Ô qu'orgueil est
desplaisant à Dieu! Il n'est scauoir, qu'usage ne surmonte. Pour, que
argent: que est ce: que il se y trouue: que orgueil: que usage.

    [En marge: ne
    Auec apostrophe.]

Exemple de, ne. Ie n'ay que ce uice. Il n'est rien si sot. Il n'ignore
cela. Cela n'orne poinct le parler. Ie n'use iamais de parfums. Pour, ie
ne ay: il ne est: il ne ignore: cela ne orne: ie ne use.

    [En marge: ie
    Auec apostrophe.]

Exemple de, ie. I'ay tousiours peur des calumniateurs. I'entends bien,
que tu demandes. I'interpreteray ce liure de Ciceron. Ie te donneray à
entendre, comme i'ouys cela de luy. I'use souuent de telles figures.
Pour, ie ay: ie entends bien: ie interpreteray: ie ouys: ie use.

    [En marge: re
    Auec apostrophe.]

Exemple de, re. Il fault r'assembler ces pieces. Ie te r'enuoye ton
seruiteur. Il seroit bon de r'imprimer ses Oeuures. Il fault r'ouurir ce
coffre. Il seroit bon de r'umbrager ce ply. Pour, re assembler: re
enuoye: re imprimer: re ouurir: re umbrager. Et note que, re, signifie
de rechef.

    [En marge: le
    Auec apostrophe.]

Exemple de, le. L'auoir n'est rien en ung homme, s'il n'a uertu.
L'entendement trop soubdain ne faict pas grand fruict. L'interpreteur de
cecy ment. L'orgueil de luy me desplaist. L'usage de tel art est faulx.
Pour, le auoir: le entendement: le interpreteur: le orgueil: le usage.

    [En marge: la
    Auec apostrophe.]

Exemple de, la. L'amour est bonne, quand elle est fondée en uertu.
L'enfance de luy a esté terrible. L'interpretation de ce lieu est
difficile. L'oultrecuidance est grande. L'usance est telle. Pour, la
amour: la enfance: la interpretation: la oultrecuidance: la usance.

    [En marge: de
    Auec apostrophe.]

Exemple de ce mot, de. C'est grand' charge d'auoir tant d'enfants. Par
faulte d'entendre le Grec, il a failli. Cela part d'inuention bien
subtile. Ceste responce est pleine d'orgueil, & oultrage. Par faulte
d'user de bon regime, il est retombé en fiebure. Pour, de auoir: de
entendre: de inuention: de orgueil: de user.

    [En marge: '
    Apocope.]

Ie ne parleray plus de l'apostrophe, & uiendray maintenant à declairer,
que signifie ung petit poinct semblable à celuy de l'apostrophe. Ce
petit poinct est signe d'une figure nommée des Grecs, & Latins Apocope.
Et ainsi la nomment aussi les Francoys par faulte d'aultre terme à eulx
propre. Ceste figure oste la uoyelle, ou syllabe de la fin d'ung mot
pour la necessité du uers: ou affin, que le mot soit plus rond, & myeulx
sonnant. Exemple. Pri', suppli', com', hom', quel', el', tel',
recommand', encor', auec'. Pour, prie, supplie, comme, homme, quelle,
elle, telle, recommande, encores, auecques. En prose l'exemple peult
estre, grand' chose: quelle quel' soit: pour grande chose: quelle,
quelle soit. Car ainsi la prolation est plus doulce, & plus ronde.

Au demeurant, il fault entendre, que les Francoys usent, oultre ce que
dessus, de deux sortes de characteres: lesquelz sont de telle figure.

  ^
  ¨

    [En marge: ^
    Signe de coniunction de uoyelles.]

Touts deux se signent sur uoyelles: mais au reste ilz sont bien
differents. Le premier est signe de coniunction: le second de diuision.
    [En marge: ^
    R'assemble en troys facons.]
Le premier r'assemble, r'unit, & conioinct les parties diuisées: & ce
en trois facons. La premiere, quand par une figure fort usitée nommée
    [En marge: Syncope.]
Syncope, concision, ou couppure (car ainsi se peult dire en Francoys)
ung mot est syncopé, c'est à dire diuisé, & diminué au milieu, puis les
deux parties sont reioinctes ensemble: la diuision, & reünion d'ycelles
est signifiée par ledict charactere. Exemple. Lai^rra, pai^ra,
urai^ment, hardi^ment, don^ra. Pour, laissera, paiera, uraiement,
hardiement, donnera. Et ainsi font souuent les Latins, comme lon uoit
aux bonnes impressions, esquelles on treuue diu^um, du^um, uiru^m. Pour,
diuorum, duorum, uirorum. La seconde facon de ceste figure est, quand
deux mots (desquelz l'ung est detroncqué) sont r'assemblés en ung.
Exemple. Au^ous, pour auez uous: qu^auous, pour qu'auez uous: m^auous,
pour m'auez uous: n^auous, pour n'auez uous: n^auons, pour nous ne
auons. Tel est le commun usage de la langue Francoyse. La tierce facon
de ceste figure est, quand deux uoyelles sont r'accoursies, & proferées
en une: ce qui se faict souuent en rhythme principalement. Exemple.
    [En marge: ées
    Syllabe double reduicte en une.]
Pensées: ou les deux e^e se passent pour ung proferé par traict de
temps asses longuet, quasi comme si lon disoit pensés. Et note, que cecy
est general en toutes dictions feminines, qui sont formées des dictions
masculines ausquelles la derniere uoyelle est masculine: & ce seulement
au plurier nombre. Et si tu signes ceste figure sur les deux, e^e, il
n'y fault poinct d'accent aigu sur le penultime, e. Exemple. Courroucé,
courroucée, courrouce^es: irrité, irritée, irrite^es: suborné, subornée,
suborne^es. En telle sorte doibt on escrire en rhythme: mais en prose
auec ung accent aigu sur le, é, penultime, ainsi: courroucées, irritées,
subornées. Par ceste figure aussi on dict aise^ement, nomme^ement,
    [En marge: Synerese.]
a^age ou e^age: en faisant de deux syllabes une par synerese, &
r'accoursissement.

    [En marge: ¨
    Dyerese signe de diuision de uoyelles.]

Le second charactere dessus mentionnè, qui est, ¨, noté sur les
uoyelles, est celuy, par lequel on faict au contraire de l'aultre,
duquel sortons de parler. Car il signifie diuision, & separation, & que
d'une syllabe en sont faictes deux. Exemple. Païs, poëte: pour pa^is,
po^ete.

Ce sont les preceptions, que tu garderas quant aux accents de la langue
Francoyse. Lesquelz aussi obserueront touts diligents Imprimeurs: car
telles choses enrichissent fort l'impression, & demonstrent, que ne
faisons rien par ignorance.

    [En marge: ´
    Accent enclitique.]

Quant à l'accent enclitique, il n'est point recepuable en la langue
Francoyse, combien qu'aulcuns soient d'aultre opinion. Lesquelz disent,
qu'il eschet en ces dictions, ie, tu, uous, nous, on, lon. La forme de
cest accent est telle, ´: par ainsi ilz uouldroient estre escript en la
sorte, qui sensuict. M'attenderai´ie à uous? fairas´tu cela? Quand
aurons´nous paix? Dict´on tel cas de moy? Voirra´lon iamais ces
meschantz puniz? De rechef ie t'aduise, que cela est superflu en la
langue Francoyse, & toutes aultres: car telz pronoms demeurent en leur
uigueur, encores qu'ilz soient postposés à leurs uerbes. Et qui plus
est, l'accent enclitique ne conuient qu'en dictions indeclinables, comme
sont en Latin, ne, ue, que, nam. Quainsi soict, on n'escript poinct en
Latin en ceste forme: Feram´ego id iniuriæ? Eris´tu semper tam nullius
consilii? Auersabimini´uos semper à uobis pauperes? Tiens doncques pour
seur, que tel accent n'est propre aulcunement à nostre langue. Qui sera
fin de ce petit Oeuure.



_AV LECTEVR Francoys Dixain de Saincte Marthe._

  _Pourquoy es tu d'aultruy admirateur,
  Vilipendant le tien propre langage?
  Est ce (Francoys) que tu n'as instructeur,
  Qui d'iceluy te remonstre l'usage?
  Maintenant as en ce grand aduantage,
  Si uers ta langue as quelcque affection:
  Dolet t'y donne une introduction
  Si bonne en tout, qu'il n'y a que redire,
  Car il t'enseigne (ô noble inuention)
  D'escrire bien, bien tourner, & bien dire._



                                DOLETVS

                     Durior est spectatæ uirtutis,
                            quàm incognitæ,
                               conditio.



----------------------
NOTES DU TRANSCRIPTEUR

L'orthographe de l'original a été conservé scrupuleusement. On a
cependant remplacé les abréviations usuelles (ã, q;, etc.) par les
lettres correspondantes (an/am, que, etc.).
Les coquilles probables ont été conservées (exemples: «à este» [a esté],
«Creatur» [Createur], «Quant aut modernes» [aux], «estimè» [estimé],
«Laultre» [L'aultre], ...)

Le mot représenté ici par ô, Ô, figure dans l'original avec une sorte
d'accent grave très pentu, un peu comme ceci: ò, O`.

Les symboles représentés ici par { } correspondent à des sortes de
parenthèses en demi-cercle qui se prolongent en haut par une boucle
recoupant le demi-cercle par l'intérieur.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La maniere de bien traduire d'une langue en aultre" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home