Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Quatre mois de l'expédition de Garibaldi en Sicilie et Italie
Author: Durand-Brager, Henri, 1814-1879
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Quatre mois de l'expédition de Garibaldi en Sicilie et Italie" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



Europe, http://dp.rastko.net.  This file was produced from images
generously made available by the Bibliotheque nationale de France
(BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr.



QUATRE MOIS DE L'EXPÉDITION
DE GARIBALDI EN SICILE ET EN ITALIE

PAR H. DURAND-BRAGER.


PARIS.--IMPRIME CHEZ BONAVENTURE ET DUCESSOIS,
55, QUAI DES AUGUSTINS.


PARIS
E. DENTU, ÉDITEUR
LIBRAIRE DE LA SOCIÉTÉ DES GENS DE LETTRES
PALAIS-ROYAL, GALERIE D'ORLÉANS, 13.

1861

Tous droits réservés.



PRÉFACE


On a beaucoup parlé de Garibaldi et de ses volontaires; les journaux ont
retenti pendant quatre mois des événements qui se sont accomplis en
Sicile et en Italie. Pour les uns, le célèbre Niçois est un aventurier,
un écumeur de mer, un Walker de la pire espèce; ses compagnons un amas
de bandits, de flibustiers, rebut de la société des quatre parties du
monde. Pour les autres, l'ancien défenseur de Rome est un héros, une
figure prise dans le livre de Plutarque, presque un nouveau Messie
entouré d'une phalange de martyrs et de libérateurs. Mais il y a un
point sur lequel tout le monde est d'accord, c'est sur l'intégrité et le
désintéressement de l'ermite de Caprera.

J'aurais pu, comme un autre, essayer une monographie de Garibaldi que
j'ai connu dans la Plata, à l'époque où il commençait la vie aventureuse
qui l'a mené jusqu'à la conquête d'un royaume; et aborder à ce propos
les considérations historiques et politiques auxquelles on est
naturellement si enclin à se laisser entraîner: j'avais aussi ma petite
brochure dans la tête et ma petite solution dans la poche. Mais je me
suis rappelé heureusement à temps le vers du Bonhomme, et me suis
souvenu que je ne devais avoir d'autres couleurs que celles de ma
palette.

Je me suis donc résigné à écrire les faits dont j'ai été témoin, comme
je les aurais dessinés, cherchant à reproduire leur côté pittoresque
sans blesser personne. Peut-être ces simples esquisses recueillies à la
hâte par un artiste qui depuis vingt ans a assisté, soit comme
correspondant de nos premières feuilles, soit comme peintre officiel de
la marine, à tous les grands événements contemporains, auront-elles leur
enseignement et leur utilité. C'est tout ce que j'espère, tout ce que je
désire pour ce petit livre.

        H. DURAND-BRAGER.

    Paris, janvier 1861.



I


Marsala est une jolie petite ville, coquettement assise sur les plages
fertiles qui s'étendent de Trapani à Girgenti. Fortifiée jadis, comme
presque toutes les villes de la Sicile, elle a conservé ses murs et ses
remparts moyen âge; mais, débordant sa ceinture, elle a fini par
s'étendre en dehors des anciens fossés. Le faubourg, qui relie la ville
au port, est presque moderne. Il y a un siècle, environ, le port de
Marsala était à peu près sûr, et des navires d'un fort tonnage pouvaient
y venir chercher abri. L'indifférence du gouvernement l'a laissé
combler presque entièrement, et des bateaux d'une centaine de tonneaux
ont, de nos jours, de la peine à y mouiller. La jetée qui le ferme est
elle-même dans le plus triste état, et chaque nouvelle tempête enlève
une partie de ses enrochements. Il y a presque un kilomètre du port à la
ville. On a construit sur les quais de vastes magasins et d'importants
établissements qui appartiennent, en grande partie, aux Anglais. C'est
là que se fabriquent les vins de Marsala. Une seule maison sicilienne,
la maison Florio, représente le commerce italien. Sur la gauche s'élève
le Monte di Trapani, couronné par son ancien château et sa vieille
ville, séjour de la colonie albanaise, dont les membres ont continué de
vivre entre eux et pour eux, sans jamais se mêler ou s'allier au reste
de la population.

Rien n'est gai comme l'aspect de cette petite ville lorsqu'on la
découvre par une belle matinée. Une vapeur bleuâtre l'entoure du côté de
la campagne et fait ressortir la couleur chaude et transparente à la
fois des murailles et des tours, tandis que le soleil dore les plages de
sable et resplendit sur les façades blanches et roses des maisons.

Tel était le tableau qu'on pouvait contempler le 11 mai dernier avec les
premières lueurs du jour.

Une corvette de guerre anglaise reposait tranquillement sur ses ancres
presque à l'entrée du port et en face des établissements de ses
nationaux. Quelques rares habitants, se rendant à leurs affaires,
commençaient à circuler sur les quais, et observaient curieusement les
manoeuvres de deux ou trois vapeurs dont on apercevait au loin les
fumées dans la direction de l'île de Favignano. C'était la croisière
napolitaine qui surveillait la côte sud de Sicile, et qui, la veille,
avait passé une partie de la journée stoppée devant Marsala.

Quelques bateaux de pêche rentraient au port, et s'empressaient de
débarquer le butin de la nuit. Certes, personne, dans la ville, ne se
doutait des événements que cette journée apportait.

Il était environ six heures lorsque deux nouveaux vapeurs parurent à
perte de vue dans le sud. Ils avaient l'air de faire route sur Malte.
Mais, après avoir laissé sur bâbord les croiseurs napolitains, ils
mirent ostensiblement le cap sur Marsala. Il y a dans les ports de
Sicile, comme dans toutes les villes maritimes de France, une population
de flâneurs, de rentiers, de marins ou d'officiers en retraite, qui n'a
d'autre occupation que de guetter l'arrivée de tout navire ou bateau qui
se dirige vers le port. Il y a aussi partout un point du littoral qui
leur sert de rendez-vous, semblable à la célèbre _Pointe-des-Blagueurs_
de Brest. A Marsala, ce centre de conversations est situé à l'entrée du
môle, et près d'une petite maison blanche qui sert de corps de garde aux
douaniers. Cet emplacement n'est pas à l'abri du vent, les jours de
grande brise et de tempête. Les vagues s'y égarent même quelquefois au
milieu des flâneurs. Mais on se réfugie de son mieux contre la face de
la maisonnette la moins exposée aux rafales et aux coups de mer, et l'on
est toujours certain de trouver là à qui parler. Aussitôt qu'il fut
avéré que les deux vapeurs manoeuvraient bien pour donner dans le port,
on vit donc la foule se diriger vers cet endroit, et les conversations
prirent leur train.

Les deux navires grossissaient à vue d'oeil. Leurs ponts paraissaient
couverts d'un nombreux équipage. Ils étaient sans pavillon, et
semblaient se soucier aussi peu des vapeurs napolitains que de la
corvette anglaise mouillée dans la rade. On put même bientôt distinguer
des uniformes rouges montés sur les tambours des bâtiments. En ce
moment, la corvette anglaise commença à faire des signaux qui
demeurèrent sans réponse. Les commentaires allaient de plus belle à la
_Pointe-des-Blagueurs_. Qu'est-ce que cela signifie? D'où viennent ces
bateaux? Que veulent-ils? Les fortes têtes de l'endroit savaient
peut-être qu'il était question quelque part d'une expédition du général
Garibaldi; mais une prudence naturelle aux profonds politiques les
empêchait de se communiquer trop haut leurs conjectures à cet égard; ils
étaient en tout cas bien loin de supposer que la descente projetée vint
se faire dans leur petite ville, à la barbe des bâtiments de guerre
napolitains, et au milieu de gens qui n'avaient rien fait pour être
privés de leur calme et de leur sieste dans le milieu du jour; car, il
ne faut pas se le dissimuler, si le gouvernement napolitain était
détesté à Marsala, comme dans toute la Sicile, il n'en est pas moins
vrai qu'à part quelques exaltés, personne ne se serait avisé d'y faire
une révolution, et c'est seulement dans les grands centres, comme
Palerme, Messine, Catane, etc., que pouvaient se rencontrer quelques
hommes d'action.

Cependant une certaine émotion vint bientôt se manifester parmi les
curieux. Un gros _padre_ capucin, ancien marin peut-être, venait de
faire remarquer que les croiseurs napolitains paraissaient pousser leurs
feux et avaient changé de direction. Les deux navires inconnus s'étaient
sans doute aperçu aussi de cette manoeuvre, car ils s'empanachaient
d'une manière splendide, et l'un d'eux, meilleur marcheur sans doute,
prenait les devants, et n'était plus qu'à deux milles environ de
l'entrée du port. Quoique la corvette anglaise n'eût obtenu aucune
réponse à ses signaux, il est probable qu'elle avait reconnu de quoi il
s'agissait, car sa hune de misaine, ses passerelles et son gaillard
d'avant étaient couverts de matelots et d'officiers observant avec
intérêt la marche des deux bâtiments. Une embarcation avait même été
armée le long du bord, et se tenait prête à pousser. En ce moment, un
officier napolitain et quelques soldats arrivaient aussi à l'entrée du
môle, car Marsala possédait un commandant supérieur et une garnison
composée d'une centaine d'infirmes ou de soldats; le nom ne fait rien à
l'affaire. Des groupes nombreux commençaient à paraître à la porte de
la ville du côté de la plage. Les fenêtres se garnissaient, une sourde
rumeur se répandait partout, et le premier des deux navires signalés
doublait à peine la lanterne du môle, qu'une panique folle s'empara de
la foule de femmes et d'enfants qui, insensiblement, avaient rejoint les
curieux. Ce fut une fuite générale. On pressentait le danger sans le
deviner. Bientôt le bâtiment fut dans le port, et il fut aisé de lire
sur son arrière: _Piemonte_. Une embarcation s'en détacha en même temps
que les ancres tombaient; elle poussa à terre. Quelques mots furent
échangés avec des matelots du quai, et, aussitôt, comme par
enchantement, les bateaux s'armèrent de toutes parts, et se dirigèrent à
force de rames vers le _Piemonte_. C'était le débarquement qui
commençait. L'opération marchait lestement lorsque le second navire
donna lui-même dans le port. Mais il avait trop serré la jetée, et il
s'échoua à une centaine de mètres par le travers du fanal. C'était le
_Lombardo_. Au lieu de stopper, sa machine continua à marcher, et il se
hâla un peu plus en dedans en labourant le gravier et la vase.

Il n'eut donc pas besoin de mouiller, et commença aussi son
débarquement. De leur côté, les croiseurs napolitains arrivaient grand
train. On voyait facilement qu'ils étaient en branle-bas de combat, les
hommes aux pièces et parés à faire feu. Un premier boulet vint mourir à
quelques mètres du fanal. Un second, passant par-dessus la jetée, se
noya dans le port. Ce fut le signal du sauve-qui-peut. Les orateurs de
la Pointe jugèrent que leur rôle était fini. On dit même que leur
retraite manqua de décorum. Les guerriers napolitains pensèrent qu'il
valait mieux en cette occurrence être dedans que dehors les murailles.
Quant au _padre_ il retroussa rapidement sa casaque, et se rappelant que
l'Église devait avoir horreur du sang, il devança la foule qui ne
s'attardait guère cependant à franchir la distance qui la séparait des
magasins du port derrière lesquels elle trouva un abri. La fumée de ces
deux coups de canon courait encore comme une vapeur blanche sur l'azur
de la mer, lorsque l'embarcation anglaise, débordant la corvette, se
dirigea rapidement vers le vapeur napolitain qui paraissait commander
aux autres. Le feu cessa. Pendant ce temps le débarquement continuait,
et ce ne fut qu'après un temps assez long, lorsque l'embarcation
anglaise retourna à son bord, que la canonnade recommença, et qu'une
grêle de boulets vint tomber sur le _Lombardo_, dans le port, et sur la
route qui mène à la ville.

C'était trop tard. Garibaldi était à terre. Les volontaires du
_Piemonte_ se formaient en bataille à l'abri des magasins. Ceux du
_Lombardo_ commençaient à se masser sur la plage. Au premier boulet ils
s'abritèrent eux-mêmes où ils purent. Somme toute, deux heures tout au
plus après leur entrée dans le port, tout le monde était à terre, sain
et sauf. La seule perte que les volontaires eurent à subir fut celle
d'un caniche embarqué sur le _Lombardo_. Il fut coupé par un boulet au
moment où il se disposait à suivre le mouvement de l'équipage et des
volontaires.

Quelques instants après les événements dont nous venons de parler, la
petite armée libératrice faisait son entrée dans Marsala. La garnison,
ni le gouverneur ne s'obstinèrent à se faire tuer. L'une mit bas les
armes, l'autre se rendit avec enthousiasme. Les habitants ouvraient de
grands yeux; quelques-uns criaient: _Viva la liberta!_ c'était le plus
petit nombre; d'autres, plus avisés, le pensaient peut-être, mais le
gardaient pour eux. On a si vite commis une imprudence, et les
événements changent si vite de face du soir au lendemain!

Quelques magasins restaient ouverts, et ces malheureux soldats de
Garibaldi, exténués par une navigation de huit jours, entassés sur leurs
navires comme des harengs dans une caque, cherchaient partout quelques
vivres frais, quelque autre boisson que l'eau croupie et saumâtre du
bord. C'était à qui se détendrait les bras et les jambes pour s'assurer
qu'il ne les avait pas perdus à bord dans l'engourdissement causé par
l'agglomération de tant d'hommes sur le pont des navires.

Cependant, avant l'entrée de Garibaldi dans Marsala, le télégraphe avait
signalé à Trapani l'arrivée de deux bâtiments sans pavillon, puis leur
entrée dans le port, puis le commencement du débarquement des
volontaires. Il s'était arrêté là.

A peine dans la ville et en vrais volontaires, les Garibaldiens
s'étaient immédiatement répandus partout. L'employé du télégraphe avait
décampé au plus vite, laissant son collègue de Trapani lui faire, mais
en vain, force signaux. Dans les volontaires, il y a généralement un peu
de tout. Il fallait un agent télégraphique: on en trouva un
immédiatement. Lire la dépêche commencée, fut pour lui peu de chose;
traduire celle de Trapani ne fut pas plus difficile.

Mais que répondre? On fut immédiatement consulter un chef; les uns
disent que ce fut le général Garibaldi lui-même. Toujours est-il que
l'on donna l'ordre à l'employé télégraphique improvisé de signaler à
Trapani: «Fausse alerte. Les navires qui débarquent contiennent des
recrues anglaises se rendant à Malte.» Il était urgent, en effet, de
dérouter, ne fût-ce que pour quelques heures, les autorités militaires
de Trapani qui pouvaient lancer immédiatement sur les flancs de la
petite colonne libératrice un corps de troupes de deux ou trois mille
hommes.

La réponse de Trapani ne fut pas longue: en l'adoucissant beaucoup, on
peut la traduire ainsi: «Vous êtes un imbécile de vous être trompé.»

Le peu de temps que les volontaires séjournèrent à Marsala dut être
laborieusement employé. Changement de municipalité; organisation de
la garde civique; nomination d'un gouverneur; commission
d'approvisionnement et d'habillement; inspection des vivres et des
munitions de chaque homme, etc. Il fallait pourvoir à tout cela. Des
pavillons aux couleurs nationales furent improvisés et arborés partout.
Les étoffes rouges de la ville mises en réquisition servirent à
confectionner dans les vingt-quatre heures autant de chemises de laine
que possible.

Le soir même, suivant les ordres du général, une avant-garde se lançait
sur Calatafimi, en passant par Rambingallo, Saleni et Vita. Le reste de
l'armée devait partir le lendemain matin de bonne heure et faire étape à
Rambingallo.

La nuit fut bruyante dans Marsala. Cette ville, si calme, si tranquille,
dont les habitants rentraient ordinairement chez eux à la nuit tombante,
abandonnant leurs rues et leurs places à des multitudes de rats de
catégories variées, dut se trouver complétement abasourdie en entendant
les pas des Garibaldiens et le bruit de leurs sabres rebondissant sur
les dalles de pierre qui pavent toutes les cités italiennes.

Quelques cris de _Viva Garibaldi!_ s'échappant de fenêtres discrètes,
venaient de temps en temps se joindre aux chants des volontaires. Mais
l'on eût toujours été fort embarrassé de dire précisément d'où ils
partaient. Quant aux couronnes de fleurs et aux bouquets dont on
accablait la petite armée libératrice, ils n'ont, je crois, jamais
existé que dans l'imagination des conteurs. C'eût été trop oser. Les
agents du seigneur Maniscalco (lisez sbires), étaient trop redoutés
dans toute la Sicile pour que l'enfant la plus légère et la plus
inconséquente se permît une démonstration aussi sympathique à l'endroit
de la liberté nationale.

C'était un Croquemitaine en habit noir, que ce Maniscalco. Il savait
tout ce qui se passait non-seulement en public, mais encore dans
l'intérieur des familles et jusque dans les couvents. Nous le
retrouverons d'ailleurs à Palerme, et nous aurons occasion d'en parler
longuement.

Les Garibaldiens passèrent donc cette première nuit comme ils purent,
les uns dans les églises métamorphosées pour l'instant en casernes de
passage, les autres dans les maisons; beaucoup restèrent dans les rues.
Sous le beau ciel de la Sicile, ce n'étaient pas les plus mal partagés.
Le matin du 12, vers trois heures, les premiers éveillés parmi les
habitants purent les voir capeler leurs petites sacoches, essuyer leurs
fusils, ternis par l'humidité qui, même dans les plus beaux jours, règne
sur le littoral de la mer, puis s'acheminer vers la porte de Calatafimi
où les compagnies se reformèrent, attendant l'ordre du départ. A quatre
heures, le mouvement commençait, et les érudits de la bande pouvaient
s'écrier comme César: _Alea jacta est!_ Les colonels Bixio, Orsini,
Türr, Carini, etc., marchaient en tête de leurs régiments ou plutôt de
leurs petits bataillons. L'artillerie se composait de deux ou trois
pièces assez mal outillées, encore plus mal attelées; les munitions
étaient rares, presque nulles. Quant à la cavalerie, une douzaine de
chevaux, dont les cavaliers portaient le nom de guides, en
représentaient l'effectif.

La voilà donc en route, cette intrépide colonne, et pendant qu'elle
s'avance ainsi pêle-mêle, flanquée de quelques éclaireurs qui ne se
préoccupent guère d'une rencontre avec l'armée napolitaine, regardons-la
défiler, et observons-en l'ensemble et les types particuliers. Pour
l'ensemble, c'est une poignée d'hommes déterminés, des fusils de tous
modèles, de l'entrain et de la gaieté, le bagage du Juif errant moins
les cinq sous, des costumes dont la variété ferait envie au parterre le
plus émaillé, et dont l'originalité exciterait la verve de Callot ou
d'Hogarth.

Quant aux types, ils ne sont pas moins curieux: Ici, c'est un Hongrois,
à la taille élevée, aux larges épaules et à la démarche de Madgyar. Il
porte en se jouant son escopette aussi facilement qu'une femme fait
manoeuvrer son ombrelle. Derrière lui s'avance un blond Anglais; mais sa
figure, pour être rasée comme celle d'un bon bourgeois, n'en respire pas
moins ce courage froid et calme que rien ne pourra troubler. Celui-là
porte un peu son fusil comme un promeneur fait de sa canne; la
baïonnette, attachée par un bout de ficelle, bat la breloque avec un
petit sac de voyage. En vrai fils d'Albion, il n'a pas oublié une gourde
à la panse rebondie. On peut parier que ce n'est pas de l'eau qu'elle
contient.

Puis voici un compatriote. Ils sont rares encore. Celui-là chante avec
insouciance le _Sire de Framboisy_, et, si on fouillait dans un sac de
toile accroché sur son épaule, on y trouverait, j'en suis sûr, quelque
poule assassinée traîtreusement, car il est peu probable que les plumes
accusatrices qui se faufilent à travers les coutures de ce havre-sac
soient le commencement d'un édredon. Son armement se compose d'une
carabine, qui ressemble terriblement à celles de nos chasseurs à pied,
et d'un énorme bâton, complice de bien des forfaits et dont la vue seule
doit faire frémir la volaille. Qui vient après lui? Un enfant. Il a
seize ans, tout au plus. C'est un petit Niçois, entraîné par l'amour de
la gloire ou de la liberté, comme vous voudrez, et qui vient essayer ses
forces dans les hasards de cette guerre aventureuse. Le pauvre garçon a
déjà bien de la peine à supporter le poids de ses bibelots et de son
lourd fusil de munition. Courage! Il arrivera comme les autres,
peut-être même avant. Les gardes mobiles de France étaient aussi, pour
la plupart, des enfants. Mais quel est ce nouveau costume étonné de son
entourage? Quoi, un cordelier! Dieu me pardonne! c'est celui de la
_Pointe-aux-Blagueurs_. Son capuchon, rejeté militairement sur le dos;
laisse apercevoir une encolure d'Hercule. Sa face barbue semble celle
d'un zouave ou d'un Arabe. Sa cotte est retroussée jusqu'aux hanches au
moyen d'une corde; dans cette ceinture improvisée passe un pistolet dont
le canon défierait en longueur une canardière; et ses jambes mises
ainsi à nu font saillir des muscles dont la vigueur doit résister
merveilleusement à la fatigue et aux marches forcées. Sa croix en
sautoir, probablement par un reste d'habitude, se balance de droite à
gauche, étonnée de la récente désinvolture de son maître; un foulard
quelque peu troué sert de képi, et complète l'équipement. C'est sans
doute l'uniforme des aumôniers de l'armée: honni soit qui mal y pense!
Mais que vient faire ce pantalon garance dans ce pêle-mêle? Parle-t-il
français? non. C'est un Toscan; car ce bon duc de Toscane, séduit par la
couleur brillante des pantalons de notre armée, en avait, comme feu le
roi de Naples, affublé les jambes de ses troupes. Puis, passent quelques
Suisses, deux ou trois Allemands, puis des Lombards; puis surtout des
Romains en grand nombre, vieux compagnons de Garibaldi, débris des
défenseurs de Rome.

Enfin, la colonne est presque passée, lorsque apparaît une guérilla
bizarre. C'est le noyau des volontaires siciliens autour desquels vont
se grouper tous les _picchiotti_ de la montagne. Le musée d'artillerie,
dans sa collection, ne possède rien de plus curieux que les engins
auxquels ils sont accrochés. Armes d'autrefois, exhumées on ne sait
d'où, calibres à chevrotines ou à biscaïens; il serait difficile de dire
de quelques-uns de ces instruments s'ils partent par la culasse ou par
le bout du canon. Ce sont de ces vieux tromblons dans lesquels on
pourrait facilement loger toute une grappe de raisin, tout un paquet de
mitraille, ou ces petites carabines, au canon de cuivre, chères aux
voleurs de grands chemins. Il y a encore nombre de stylets et de
couteaux corses ou catalans. Les costumes sont comme les armes: des
vestes de velours et des guenilles. Des figures que l'on n'aimerait pas
à rencontrer au coin d'un bois. On dirait presque la bande de Fra
Diavolo. Quelques femmes les accompagnent et, petit à petit, les
quittent pour s'en retourner vers la ville en leur donnant de ces
poignées de main qui disent à elles seules plus que tous les discours.

Tout ce monde chemine, marche, aux rayons du soleil levant, et la
colonne, semblable à un long serpent bariolé, commence à gravir les
contre-forts des montagnes qui s'élèvent dans l'intérieur de la Sicile.

Cette première marche fut peut-être l'une des plus pénibles du
commencement de la campagne. Un soleil brûlant, beaucoup de poussière,
peu ou presque pas d'eau; pour des hommes encore engourdis par leur
séjour forcé à bord, c'était dur. Enfin, on arriva sans encombre à
Rambingallo.

Rambingallo est une petite ville ou, pour mieux dire, un misérable bourg
qui offre peu de ressources pour une armée en marche. Aussi n'y fit-on
qu'une courte halte; on repartait le soir même pour Saleni, où l'on
entrait le 14 au matin. Il y eut là séjour nécessaire pour organiser
plus militairement la petite armée, et pour laisser le temps aux
traînards de rallier.

Jusque-là, la colonne n'avait été inquiétée que par des bruits ou de
fausses nouvelles apportées par des espions empressés: les Napolitains
sont ici; les royaux sont là; ils sont devant vous, sur votre flanc,
etc. Somme toute, on ne les voyait nulle part.

Mais le général Garibaldi, mieux informé, savait qu'un corps de troupes
détaché de Palerme s'avançait à marches forcées, et qu'il devait le
rencontrer quelque part comme à Vita, Calatafimi ou Alcamo. Ce corps
possédait de l'artillerie, et même un peu de cavalerie.

A Saleni, le rôle de chaque chef et de chaque corps fut bien spécifié.
Les munitions furent partagées aussi également que possible. Un corps de
chasseurs fut organisé; Menotti, le fils de Garibaldi, en prit le
commandement, ainsi que d'une réserve destinée à protéger les quelques
chariots de bagages et de munitions appartenant à l'armée libératrice.
Quant à la caisse, elle se défendait toute seule: elle était vide.
Plusieurs soldats napolitains déserteurs avaient rejoint dans la soirée
du 14, et avaient donné des renseignements précis sur la position des
troupes royales qui attendaient les libérateurs à Calatafimi, non pas
les bras ouverts, mais dans de fortes positions militaires.

On devait donc prévoir une première et sérieuse affaire pour le
lendemain. De ce combat allait dépendre sans doute tout le succès de
cette aventureuse expédition. Pour les Napolitains, la défaite, c'était
le désarroi, le découragement et la désertion. Pour les Garibaldiens, la
victoire, c'était presque la certitude du succès dans tout le reste de
la Sicile. Mais aussi pour eux, la défaite, c'était le danger d'une
fuite dans les montagnes, autant dire la mort! Aussi, dans la petite
armée de Garibaldi, n'y avait-il qu'une devise: «Vaincre ou mourir.» Les
_picchiotti_ seuls n'étaient pas aussi décidés, et ils songeaient sans
doute à la retraite plutôt qu'à la mort ou à la victoire; mais ils se
taisaient et attendaient.

Le 15, au matin, l'armée garibaldienne, partie de bonne heure de Saleni,
arrivait à Vita qu'elle trouvait abandonnée par les troupes
napolitaines. Ces dernières occupaient, à la sortie du village, une
suite de collines allongées, aboutissant à Calafatimi.

Cette chaîne présente sept positions dominantes, successives. La route
se déroule à leurs pieds; elle n'est, de fait, qu'un véritable défilé
entre les collines dont nous parlons, à droite, et les hautes montagnes
qui, sur la gauche, suivent la même direction. Seulement, ces dernières,
quoique fort élevées, descendent par une pente presque insensible vers
la plaine, de sorte que les sommets, trop éloignés du lieu de l'action,
ne pouvaient servir de positions militaires. Une petite rivière, qui
arrive obliquement à la route, venait la rejoindre à la hauteur du
premier mamelon, et un moulin, qui se trouvait à cet endroit, était
fortement occupé par un détachement de l'armée napolitaine. La route de
Trapani à Palerme court aux pieds des montagnes de gauche, paraissant et
disparaissant dans les plis du terrain.

A peine sortie de Vita, l'avant-garde de Garibaldi, dont les tirailleurs
s'étaient déployés sur une petite colline à la droite du village, en
face des positions ennemies, s'engagea vigoureusement avec les
tirailleurs napolitains abrités par des plantations et embusqués dans un
hameau situé entre les deux collines, au fond d'un ravin qui se prolonge
jusqu'aux montagnes qui encadrent l'horizon.

Vivement ramenés par les tirailleurs garibaldiens, ceux de l'armée
royale ne tardèrent pas à regagner le sommet du premier mamelon,
poursuivis, la baïonnette dans les reins, par leurs adversaires. Le
colonel Orsini mettait en batterie à ce moment, à cheval sur la route de
Calatafimi et à l'entrée du ravin, deux pièces de campagne battant cette
route et le moulin.

Arrivés presque au sommet du premier mamelon, les tirailleurs de
Garibaldi durent s'arrêter pour reprendre haleine et attendre des
renforts qui leur arrivaient au pas de course. Couchés à terre, au
milieu des aloès et des cactus, ils laissèrent passer un instant la
grêle de boulets que leur envoyait l'artillerie napolitaine. Mais, à
peine rejoints par quelques compagnies, ils reprennent l'offensive,
abordent à la baïonnette les lignes ennemies, dont l'artillerie se hâte
de battre en retraite, tirant par sections, et se dirigeant vers le
sommet du deuxième mamelon où sont massées d'autres troupes.
L'infanterie résiste mieux, mais bientôt elle suit l'exemple de
l'artillerie, et prend position en tirailleurs sur le versant de ce
deuxième mamelon. On voit à ce moment de fortes réserves dans la
direction de Calatafimi; elles se hâtent de rejoindre les troupes
engagées.

D'autres renforts arrivent aux Garibaldiens qui abordent le deuxième
mamelon et l'enlèvent comme le premier. Une petite maison, située au
sommet, est immédiatement convertie en ambulance et occupée par les
chirurgiens de l'armée libératrice.

Un nouveau repos de quelques minutes était devenu nécessaire; six
compagnies qui n'avaient pas encore été engagées furent formées en deux
colonnes d'attaque, et se lancèrent résolûment sur la troisième
position. L'armée royale tint un instant; mais, débordée par les
tirailleurs garibaldiens et attaquée par le bataillon de chasseurs
génois qu'entraîne intrépidement son commandant Menotti, elle se met en
pleine retraite, cherchant à se rallier sur le quatrième mamelon qui lui
servait de base d'opérations. Elle y masse son artillerie et attend
l'ennemi. Efforts inutiles. Les volontaires ont engagé toute leur armée.
C'est une légion d'enragés qui tuent sans s'arrêter, glissent sous le
canon, et débusquent successivement les royaux des trois autres
positions. Menotti, un drapeau à la main, se précipite au milieu des
masses napolitaines jusqu'à ce que, blessé au poignet, il soit obligé
de céder cet honneur à un officier de marine qui fut tué quelques
instants après. Ce n'est plus une retraite, c'est une déroute complète.
Vainement le général Landi, qui commande les royaux, cherche à les
rallier. Traversant à la débandade Calatafimi, où les _picchiotti_,
embusqués dans tous les coins, leur font éprouver de grandes pertes, les
fuyards se précipitent vers Alcamo, où les attendent encore des
volontaires descendus de la montagne. Les malheureux sont obligés, pour
fuir ce nouveau danger, de continuer leur retraite vers Palerme, en
abandonnant morts, blessés, bagages, et une grande quantité d'armes,
couvrant la route de cadavres, car les balles des _picchiotti_ les
atteignent partout.

Les volontaires campèrent sur le champ de bataille, et cette première
victoire leur tint lieu de tout ce qui leur manquait en vivres et en
secours. En somme, les Napolitains s'étaient bien battus, quoi qu'on ait
pu en dire, et l'armée de Garibaldi avait montré ce qu'elle pouvait
faire, ce que l'on devait attendre de gens déterminés et animés d'une
haine profonde contre la tyrannie. Les _picchiotti_ n'avaient pas été
brillants, sauf ceux d'Alcamo. Ils n'avaient pas tenu au feu malgré
leurs chefs et quelques prêtres qui, payant de leurs personnes,
cherchèrent vainement à les enlever. Ils tiraient à distance, mais il
était impossible de les faire aborder l'ennemi et soutenir son choc
lorsqu'il s'avançait. A cette affaire, les troupes royales avaient un
effectif de quatre à cinq mille hommes, et l'armée libératrice comptait
environ mille huit cents baïonnettes.

Le lendemain matin, 16, Garibaldi entrait à Calatafimi, où les blessés
avaient été déjà transportés dans la nuit; et, vers l'après-midi,
l'avant-garde marchait sur Alcamo, où l'armée la rejoignait le lendemain
17.

En arrivant à Alcamo, un triste spectacle attendait les volontaires. Les
_picchiotti_ suivant leurs moeurs et leurs usages sauvages, avaient
ramassé les corps des Napolitains tués la veille, et les avaient jetés
dans un champ pour les voir manger par les chiens et les oiseaux de
proie. Leurs factionnaires veillaient ce charnier, de peur que quelque
âme charitable ne vînt les ensevelir. Il fallut l'arrivée du général
Garibaldi pour réprimer cet acte de féroce barbarie, et faire donner la
sépulture à ces malheureux. «Certes, disait un _picchiotti_, le général
Garibaldi a raison, mais il ne sait pas tout ce que nous avons souffert
de cette race maudite; nous ne rendons que barbarie pour barbarie.» Il
est triste de penser qu'il disait peut-être la vérité.

C'est à Alcamo que le mouvement révolutionnaire commença véritablement à
se dessiner. De nombreux messagers arrivaient à tout moment au général
Garibaldi, lui promettant des secours, et lui apportant l'assurance d'un
concours sympathique et vigoureux. Partout les anciennes autorités
étaient chassées et remplacées par les hommes du mouvement. Les gens de
Maniscalco s'éclipsaient, et, avec eux, disparaissait une partie de
cette crainte et de cette torpeur qui pesaient sur toutes les classes
siciliennes. Le clergé, vigoureusement lancé dans la voie des réformes,
employait son ascendant pour entraîner les populations et les disposer à
l'action. Quelle différence, déjà, entre ce que l'on appelait la poignée
d'aventuriers débarqués à Marsala et les volontaires victorieux de
Calatafimi! Ainsi marchent toutes choses: le succès avait transformé les
_flibustiers_ de Marsala en armée nationale.

Ce fut aussi à Alcamo qu'un semblant d'intendance commença à
s'organiser. Le service des vivres y gagna. Quant à celui des finances,
il resta le même jusqu'à Palerme, et même longtemps après la prise de
cette ville. Qui ne connaît cette heureuse lithographie de Raffet
qu'accompagne cet adage: «Avec du fer et du pain on peut aller en
Chine?» Garibaldi disait: «Avec du fer et du pain on conquiert sa
liberté!» Et, le premier, il donnait, comme toujours et partout,
l'exemple d'un désintéressement sans bornes et d'une sobriété à toute
épreuve. D'ailleurs, l'argent eût servi à peu de chose: il n'y avait
rien à acheter.

Un événement assez curieux s'était passé à Calatafimi, au moment de
l'entrée de Garibaldi. Un jeune cordelier, à la figure intelligente et
enthousiaste, s'était élancé vers le général, et, en lui donnant
l'accolade, lui avait tenu à peu près ce langage: «Frère, tu es le
sauveur de l'Italie, tu es le Messie de la liberté; mais cette liberté,
tu nous l'apportes flétrie d'une excommunication. Tu es chrétien, nous
sommes chrétiens, tu nous commandes: pourquoi rester sous le coup de
cette bulle? Attends un instant. J'entre à l'église, je vais préparer ce
qu'il faut, et, là, devant Dieu et les hommes, je te releverai de cet
anathème maladroit, et rendrai à Dieu ce qui est à Dieu.» Aussitôt dit
aussitôt fait. Le _padre_ Pantaleone (c'était son nom) entre à l'église;
Garibaldi continue son chemin; mais, rejoint bientôt par celui qui
devait être plus tard son aumônier particulier, il se laissa faire, et
le diable lancé à ses trousses fut exorcisé par le cordelier.

On peut dire bien des choses à propos de cette anecdote; quant à moi, je
n'en garantis que la scrupuleuse véracité.

Le 18, la petite armée, bien réorganisée, arrivait à Rena, après une
rude étape, en passant par Valguarnero et Partenico. Sur toute la route,
des bandes de volontaires descendant des montagnes avaient rallié la
colonne; mais Garibaldi leur avait enjoint de se tenir sur les flancs ou
en arrière. Il craignait avec raison le désordre que pourraient apporter
dans une attaque l'inexpérience et souvent même la frayeur de ces
soldats improvisés. Il avait promptement jugé leur valeur, et les
regardait dans une action comme un embarras plutôt que comme une aide.
Cependant leur présence autour de l'armée garantissait de toute
surprise, et leur feu pouvait gêner et même embarrasser les tentatives
de l'armée royale. Leurs tirailleurs éclairaient de fait toute la
marche. On passa la journée du 19 à Rena, et, dans l'après-midi, les
_picchiotti_, soutenus par quelques avant-postes de l'armée régulière,
attaquèrent Ensiti évacué incontinent par une petite arrière-garde
napolitaine qui l'occupait.

Plus on avançait, et plus on rencontrait de sympathies pour la cause
libérale. Les _picchiotti_ commençaient à se réunir en grand nombre et à
marcher moins isolément. Une partie fut enrégimentée tant bien que mal,
et choisit pour colonel Roselino Pilo, qui devait le surlendemain payer
de sa vie l'honneur que lui faisaient ses compatriotes. On leur assigna
leurs postes de combat à l'avant-garde et à l'arrière-garde.

Partie dans la nuit du 19, l'armée venait s'arrêter le 20 à Piappo ou
Misere-Canone. Là, le général Garibaldi eut de nouveaux renseignements
sur les opérations de l'armée napolitaine. Elle s'était concentrée aux
abords de Palerme, et occupait les crêtes des montagnes voisines.
Plusieurs fortes colonnes mobiles, avec de l'artillerie, s'étaient
lancées sur la route de Palerme à Trapani et Marsala, ainsi que sur
celles de Messine et de Castellamare. On savait aussi qu'il leur était
arrivé des renforts et un général envoyé par la cour de Naples. Une
nouvelle rencontre était donc imminente, et cette pensée ne fit
qu'exalter le courage des Garibaldiens en leur laissant entrevoir un
nouveau succès. Le régiment des _picchiotti_ partit le soir même. Il
devait marcher sur le flanc de l'armée, qui s'acheminait elle-même vers
Palerme. On avançait avec précaution, prenant garde aux surprises. On
était déjà arrivé à quelques milles de San-Martino lorsqu'une vive
fusillade se fit entendre. C'était un engagement des _picchiotti_ avec
l'ennemi. Abordés par les troupes royales, ils plièrent d'abord sous le
choc; mais, valeureusement ramenés au feu par leur colonel et quelques
officiers dévoués, ils reprirent l'offensive, et, à leur tour,
arrêtèrent la marche en avant de la colonne napolitaine. Le combat ne
fut plus alors qu'une affaire de tirailleurs qui dura quelques heures,
et finit sans résultat de part ni d'autre. Malheureusement, Roselino
Pilo fut frappé à mort au milieu de l'engagement. C'était une grande
perte, car il était aimé et avait beaucoup d'empire sur ces bandes
indisciplinées. Cette affaire de San-Martino eut lieu le 21 dans la
matinée.

L'armée libératrice avait fait halte, prête à se porter au secours des
_picchiotti_. Sans doute, pendant ce laps de temps, des nouvelles
importantes parvinrent au général Garibaldi; car, faisant volte-face, il
revint sur ses pas, et prit l'embranchement de la route de Rena à Parco.
Il faisait un temps affreux. La pluie tombait par torrents, et la nuit
était tellement obscure, que les hommes se distinguaient à peine
eux-mêmes. La route, défoncée, arrêtait à chaque instant la marche de
l'artillerie, et les chevaux refusaient d'avancer. Il fallut porter les
pièces à dos, laissant les affûts seuls attelés. Les troupes n'avaient
pas mangé et étaient harassées par cette longue et pénible étape à
travers les montagnes. Dans cette triste nuit, leur persévérance fut
mise à une rude épreuve. Enfin, le 22, au petit jour, on arrivait sur le
mont Calvaire, et on y prenait le bivouac de grand coeur. La pluie avait
cessé; un beau soleil fit bientôt oublier aux volontaires les fatigues
de la nuit.

Le mont Calvaire est à environ cinq ou six kilomètres au-dessus de
Montreal. Une étroite vallée le sépare des montagnes sur lesquelles est
située cette petite ville. Des bois, des jardins et des maisons occupent
tout le vallon, et remontent de chaque côté jusqu'à mi-côte. La route
royale, qu'avait quittée l'armée garibaldienne, passe du côté de
Montreal, tracée dans le flanc des montagnes, à peu près au tiers de
leur hauteur. Toute cette route, jusqu'en face le mont Calvaire, était
gardée par de grand'gardes napolitaines. Du bivouac, on les voyait
distinctement, et la ville paraissait remplie de troupes. Parco est
immédiatement au-dessous du mont Calvaire, à deux kilomètres au plus de
distance, et la route qui conduit de Palerme à Parco, Piano, etc., se
déroule sur le versant de la chaîne de montagnes dont fait partie le
mont Calvaire, qu'elle commence à gravir après avoir tourné Parco,
passant à mi-hauteur de la montagne. L'armée avait grand besoin de
repos, et quoique l'on manquât de bien des choses, on resta au bivouac
jusqu'au 23. Vers le soir de ce dernier jour, les avant-postes
s'engagèrent avec les grand'gardes napolitaines qui, descendues dans la
vallée, avaient commencé à gravir le mont Calvaire. Après une fusillade
insignifiante elles se retirèrent, et reprirent leurs premières
positions.

Le matin du 24, de bonne heure, à l'instant où l'armée nationale se
mettait en mouvement, on aperçut sur la route de Palerme de profondes
colonnes s'avançant sur Parco. En même temps on apprenait que les
troupes qui étaient à Montreal exécutaient un mouvement tournant par le
sommet de la montagne.

On ne tarda pas en effet à apercevoir leurs têtes de colonnes descendant
des plateaux élevés qui sont un peu plus loin que Parco, et qui se
relient avec le mont Calvaire. L'ennemi menaçait l'aile gauche de
Garibaldi: évidemment, son but était de la couper.

Derrière les crêtes d'où descendait l'armée de Montreal se trouve une
suite d'autres sommets qui se relient aussi aux premiers. Le général
Garibaldi embrassa d'un seul coup d'oeil toute la situation. Ordre fut
donné à l'aile gauche de tenir bon jusqu'à la dernière extrémité. Une
section de deux pièces placées sur le mont Calvaire, une autre en
batterie sur la route, prenaient à revers tout à la fois les colonnes
venant de Palerme et celles de Montreal.

L'affaire s'engagea vivement. Pendant ce temps, le général Garibaldi
dérobait, grâce aux sinuosités de la montagne, la marche de son centre
et de son aile droite, et, tournant la route vers Piano, il les lançait
sur le versant des crêtes les plus élevées. Cette manoeuvre fut
accomplie au pas gymnastique et avec une rapidité inouïe. Une heure ne
s'était pas écoulée depuis le commencement de l'action, que la brigade
venue de Montreal, qui attendait, pour aborder franchement l'armée
garibaldienne, l'approche des colonnes venant de Palerme, voyait son
aile droite compromise, et se trouvait elle-même presque entièrement
tournée par le centre et l'aile droite de Garibaldi qui prenaient une
position menaçante en arrière de ses lignes. Les Napolitains se hâtèrent
alors de se replier, les uns sur Montreal, et les autres sur Palerme. De
son côté, l'armée de Garibaldi se dirigeait, par une marche de flanc,
sur Piano, où elle arriva à la nuit tombante. Chacun pensait que le
général allait profiter de ce premier et important succès pour se porter
rapidement en avant. Mais, à la stupéfaction générale, l'artillerie et
les bagages reçurent l'ordre de se séparer du corps d'armée, et de filer
grand train sur la route de Corleone, battant ainsi ostensiblement en
retraite.

Corleone est une petite ville située de l'autre côté des monts
Mata-Griffone, à environ quarante à quarante-cinq kilomètres de Piano.
Le colonel Orsini, suivant les instructions qu'il avait reçues, se mit
immédiatement en marche, pendant que l'armée, à la faveur de la nuit,
se dirigeait elle-même sur les forêts de Fienza qu'elle atteignait vers
une heure du matin. Garibaldi savait en effet que le général commandant
l'armée napolitaine avait réuni toutes ses troupes dans Palerme. La plus
grande partie était massée dans la rue de Tolède et au Palazzo-Reale;
d'autres étaient renfermées dans la citadelle; deux ou trois bataillons
se trouvaient près du mont Pellegrini, et, enfin, une division entière
gardait l'entrée de Palerme vers la route de Missilmeri et Abbate. Il
fallait tromper cette division, et lui faire abandonner sa position pour
suivre un ennemi qui paraissait fuir en désordre. C'était le rôle
attribué au colonel Orsini. Garibaldi, de son côté, se dérobant par une
marche de nuit dans les profondeurs des forêts de Fienza, tournait le
mouvement de la colonne napolitaine de manière à arriver promptement aux
positions que l'ennemi abandonnait.

Ce projet, bien conçu, et encore mieux exécuté, réussit complètement. On
se rappelle la pompeuse dépêche napolitaine annonçant la fuite en
désordre des bandes de brigands, et leur poursuite acharnée par une
division royale. Pendant ce temps Garibaldi quittait la forêt de Fienzza
le 25, au matin, et entrait à Marinero sans s'inquiéter de la division
ennemie qui passait à quelques milles de cette petite ville.

On vit en cette circonstance se produire un fait digne de remarque, et
qui se renouvela pendant toute cette guerre. Les habitants montrèrent
souvent de la faiblesse et de la tiédeur. Le souvenir des affreux
traitements que leur infligeait le gouvernement de Naples, n'était pas
fait pour les enhardir; mais ils se bornaient à s'enfermer, à ne pas
donner signe de vie, et il n'y a pas eu un traître parmi eux. Un seul
homme pouvait compromettre le succès de cette audacieuse manoeuvre. Bien
plus, à Palerme, tout le monde savait l'arrivée de Garibaldi pour le 26,
et connaissait la porte qu'il devait attaquer. Nul ne pensa à vendre ce
projet aux autorités napolitaines qui auraient pu facilement remplacer,
par d'autres troupes, les naïfs soldats lancés plus naïvement encore à
la poursuite des débris de l'armée libératrice. Ce qui montre combien
tout le monde était d'accord pour souhaiter la fin de leur occupation.

Dans la nuit du 25 au 26, l'armée nationale quittait Marinero, et
marchait vers Missilmeri qu'elle laissa sur sa droite pour gagner les
monts Gibel-Rosso. C'était une bonne position militaire, et d'où l'on
pouvait découvrir tout Palerme. Le 26 il y eut une alerte assez vive,
mais qui n'eut pas de suites. L'armée passa le restant de la journée à
ce bivouac; dans la soirée, une reconnaissance de cavalerie napolitaine
vint se heurter contre ses vedettes, et, après avoir échangé quelques
coups de feu, se replia sur la ville.

Ce fut là que le général Garibaldi prit ses dernières dispositions et
prépara l'attaque de la ville. Les munitions étaient rares; il ne
restait plus qu'une dizaine de cartouches par homme. On n'avait plus
d'artillerie. L'armée avait bien grossi en nombre, mais les recrues
étaient des _picchiotti_, et l'on avait perdu plus de trois cents hommes
parmi les soldats véritables. C'était donc avec seize à dix-sept cents
baïonnettes tout au plus qu'on allait attaquer une ville et une
citadelle défendues par une garnison de vingt à vingt-deux mille hommes.
Quelles que fussent les sympathies des habitants, il n'y avait pas à se
faire de grandes illusions sur le concours qu'on en pouvait attendre, au
moins dans les premiers moments.

Le 26, dans la nuit, cette poignée d'hommes prenait les armes et
descendait impétueusement des monts Gibel-Rosso vers Abbate, traversait
ce bourg et arrivait sans coup férir au pont de l'Amiraglio, défendu par
un régiment napolitain; le 27, à trois heures du matin, trente-deux
hommes et seize guides composant l'avant-garde se jetaient sans hésiter
sur les troupes qui gardaient les abords du pont, et les forçaient à en
abandonner la défense. L'armée avait été partagée en trois colonnes
d'attaque: l'une commandée par Bixio, l'autre par Sertori, celle du
centre par le général Garibaldi. A quatre heures, chassant l' ennemi de
maison en maison, dans le faubourg, les volontaires arrivèrent à la
porte de Palerme au milieu de l'incendie allumé par les fuyards dans
chacune des maisons qu'ils étaient forcés d'abandonner. A six heures le
faubourg était pris. Il y avait en ce moment environ douze mille hommes
au Palazzo-Reale, couvrant le front de la ville. La citadelle, avec cinq
mille hommes, défendait la gauche, du côté du mont Pellegrini; deux
mille hommes, environ, occupaient le faubourg que venait d'enlever
l'armée libératrice. Il y avait bien encore quatre mille hommes, mais
ils étaient à la poursuite d'Orsini. En attaquant par ce faubourg, le
général Garibaldi avait l'intention d'isoler, par un vigoureux coup de
main, la citadelle du Palazzo-Reale, et d'offrir en même temps, par ce
seul fait, un point d'appui au mouvement insurrectionnel des habitants.
A quelques heures d'intervalle, le colonel Orsini atteignait aussi
Palerme, ramenant ses pièces, après avoir dérobé adroitement sa marche à
la colonne napolitaine qui le poursuivait, et qui, un beau matin, en se
réveillant, n'avait plus su retrouver la piste du gibier qu'elle
chassait si maladroitement.

On ne saurait se faire une idée du désarroi dans lequel se trouvait déjà
en ce moment l'armée royale, et du découragement que les défaites de
Calatafimi et de Parco avaient apporté même parmi les soldats les plus
résolus. En voici un exemple: après le passage du pont de l'Amiraglio,
un jeune volontaire, nommé Kiossoni, Messinois, et dont le père avait
été longtemps vice-consul de France en cette ville, se précipita, suivi
seulement de quelques camarades, sur une barricade qui barrait le
boulevard, à gauche de la porte de Termini, par laquelle les troupes
royales rentraient en désordre. Aucun défenseur n'y paraissait; mais,
arrivés au sommet, ils virent de l'autre côté, à une cinquantaine de
mètres, deux ou trois compagnies, l'arme au pied, qui, en apercevant les
casaques rouges, se débandèrent immédiatement dans toutes les
directions, laissant nos volontaires se frotter les yeux pour s'assurer
s'ils ne rêvaient pas.

Deux braves soldats napolitains étaient restés seuls cernés dans une des
maisons du faubourg, et, brûlant jusqu'à leur dernière cartouche, ils ne
mirent bas les armes que sur les instances d'un compatriote, volontaire
dans l'armée de Garibaldi; ils furent parfaitement traités, et même
fêtés par leurs vainqueurs. Ces pauvres diables, pleurant presque de
rage, ne savaient de quelle expression flétrir les compagnons qui les
avaient abandonnés lâchement.

L'aspect du faubourg était pitoyable. Partout où passaient les
Napolitains arrivaient l'incendie et le pillage. Leur fuite précipitée
ne les empêcha pas de commettre dans la ville les atrocités qui avaient
désolé le faubourg sur la route de Montreal.

Pendant que les Garibaldiens bousculaient devant eux les troupes
royales, s'apprêtant à les suivre dans Palerme, ils furent rejoints par
quelques volontaires Palermitains, mais peu nombreux. La plus grande
partie des jeunes gens et des hommes d'action avaient été éloignés de la
ville ou exilés depuis longtemps par la police de Maniscalco.

Du reste l'expiation commençait déjà pour ses agents. Plusieurs sbires,
qui essayaient de fuir pendant l'attaque, furent reconnus et écharpés à
côté du Jardin des Plantes.

Un autre, voulant forcer les factionnaires napolitains pour chercher son
salut dans la fuite, fut fusillé par les siens qui le prirent pour un
transfuge.

Dans une petite et misérable habitation, près du pont de l'Amiraglio,
vivait une pauvre famille; le père, forcé par les soldats royaux d'aller
leur chercher de l'eau, fut malheureusement atteint d'une balle et tué
sur le coup. Un instant après, sa maison était brûlée. Sa femme et ses
deux enfants n'ont jamais reparu. Tristes scènes qui pâlissent cependant
à côté de celles dont l'intérieur de Palerme va être le théâtre.



II


Pour bien comprendre la manoeuvre hardie que ne craignait pas de tenter
le général Garibaldi, certain qu'il était du courage et de la
détermination de ses volontaires, manoeuvre qui devait d'un seul coup
lui donner gain de cause vis-à-vis de troupes démoralisées, il faut se
rendre compte de la situation topographique de Palerme, ainsi que des
positions qu'occupaient les Napolitains.

Jadis entourée de fortifications assez imposantes qui existent encore
pour la plupart, la ville a la forme d'un rectangle dont les côtés les
plus petits regardent, l'un la mer, et l'autre la campagne dans la
direction de Montreal et Parco. Les deux autres, qui ont au moins trois
fois le développement des premiers, font face, l'un au mont Pellegrini
et aux campagnes de Castellamare, l'autre aux monts Gibel-Rosso et
Abbate. C'est de ce dernier côté que l'armée de Garibaldi se présentait
devant Palerme. Deux rues principales coupent presque à angle droit
l'espace occupé par la ville. L'une, la rue de Tolède, part du bord de
la mer, près de la citadelle, et monte jusqu'au Palais-Royal; l'autre
vient couper la première à la place des Quatre-Cantons, presque au
centre de la ville, et aboutit à la porte qu'attaquait le général
Garibaldi. Chacune de ces voies partage Palerme en deux parties égales,
soit en longueur, soit en largeur. Les Napolitains ayant leurs forces
réunies aux deux extrémités de la rue de Tolède, le Palazzo et la
citadelle, allaient donc trouver leurs communications coupées, si
Garibaldi pouvait, sans coup férir, s'emparer de l'autre rue. Il avait
encore cet avantage, en occupant le centre de la ville, qu'il donnait la
facilité à tous les habitants de se replier sur sa ligne d'opérations et
de s'y fortifier sans craindre d'être eux-mêmes surpris par les troupes
royales et fusillés sans autre forme de procès. De plus, il empêchait,
par cette audacieuse manoeuvre, le ravitaillement des troupes et de
l'artillerie du Palazzo-Reale, en les isolant de leur base d'opérations
qui était la citadelle et surtout l'escadre.

Aussi les troupes garibaldiennes, que nous avons laissées à la porte de
Palerme poussant devant elles les troupes royales, et s'arrêtant un
instant pour se reformer en épaisse colonne d'attaque, lancèrent-elles
bientôt plusieurs compagnies dans l'intérieur de la ville pour nettoyer
les petites ruelles qui viennent aboutir à la porte dont on venait de
s'emparer; tandis que le gros de l'armée se jetait, tête baissée, dans
la grande voie pour gagner au plus vite la place des Quatre-Cantons. Ce
mouvement fut si énergiquement exécuté qu'en moins d'une heure la place
des Quatre-Cantons, le reste de la rue et la porte qui est à
l'extrémité, étaient au pouvoir des volontaires. Vainement les
Napolitains avaient essayé de les arrêter en trois ou quatre endroits.
Par un choc irrésistible et presque sans tirer un coup de feu, les
casaques rouges, chargeant à la baïonnette, les obligeaient à céder la
place et à se retirer en désordre vers la citadelle ou vers le
Palazzo-Reale. C'est en ce moment que l'escadre napolitaine, qui
jusque-là, s'était contentée d'envoyer quelques boulets dans la
direction du faubourg attaqué, commençait à prendre une position plus
sérieusement offensive, et manoeuvrait pour trouver un mouillage
favorable à son tir. Mais deux frégates seulement parvinrent à
s'embosser; les autres, soit mauvaise volonté, ce qui est probable, soit
impossibilité, manquèrent leur mouvement et restèrent spectatrices des
événements. Ces deux navires, parfaitement placés et balayant la rue de
Tolède, commencèrent immédiatement sur la ville un feu violent, qu'ils
continuèrent même pendant la nuit. La citadelle, de son côté, ne
ménageait ni ses bombes ni ses boulets.

Les barricades commencèrent immédiatement. Élevées par des mains
habiles, elles prirent en peu d'heures un développement et un relief
incroyables. Il faudrait un volume entier pour en expliquer le réseau.
La nuit, qui arriva à temps pour seconder les travailleurs, fut bien
employée par les deux partis; car les Napolitains, de leur côté,
établissaient des retranchements à toutes les issues venant aboutir au
Palazzo-Reale et à la citadelle.

Dans cette ville privée de lumière, et où toutes les maisons semblaient
abandonnées, on n'entendait alors que le bruit des pinces et des pioches
frappant les dalles des rues et quelques coups de feu échangés au hasard
de part et d'autre.

De temps en temps, des coups de canon partant de l'escadre, de la
citadelle et du Palazzo, jetaient une lueur rapide dans la rue de Tolède
et éclairaient sinistrement les travailleurs des deux partis. Sur les
deux heures du matin, plusieurs détachements de volontaires commencèrent
à s'avancer par les rues latérales dans la direction du Palazzo-Reale,
ainsi que vers la place de la Marine et le ministère des finances du
côté de la citadelle. Ce ministère était occupé par quatre bataillons.

La fusillade petilla bientôt partout et la canonnade, qui ne tarda pas
à s'y joindre, donna à tous ces engagements partiels les proportions
d'une vraie bataille. Mais c'était surtout aux abords du Palazzo-Reale
que le combat était le plus vif.

Ou tirait à bout portant au milieu des flammes allumées par les bombes
et les obus de la citadelle ou de l'escadre. Peu d'habitants
apparaissaient pour se joindre aux troupes libérales. Ils ne trouvaient
sans doute pas la poire assez mûre. Leurs maisons restaient
impitoyablement fermées, sauf celles qu'ouvrait le feu ou la troupe
napolitaine; car ces défenseurs de la royauté ne se faisaient faute ni
d'aider l'incendie quand ils ne l'allumaient pas eux-mêmes, ni de piller
sans scrupule, et la plume se refuse à retracer les actes d'atrocité
commis par ces bandes effrénées.

Cependant deux colonnes étaient parties en même temps pour tourner les
positions de l'armée royale en l'attaquant par la Porta-Nuova et par la
Porta-Maqueda. L'une, commandée par Bixio, l'autre par La Masa. Bixio
s'empare d'abord de la caserne des Suisses, puis se porte vers la
caserne des Quatro-Venti où il fait prisonniers plusieurs officiers
supérieurs et un régiment.

Déconcertées par l'impétuosité de cette attaque, les troupes royales
commencèrent à se replier en désordre sur la place du Palais-Royal dont
les abords étaient fortement gardés. La place de la Cathédrale, qui est
un peu avant celle du Palais-Royal en venant de la mer, devint alors le
théâtre d'un combat acharné. Le couvent des Jésuites, à l'angle de la
rue de Tolède et de la place de la Cathédrale, occupé par un bataillon
de chasseurs à pied, est attaqué et enlevé rapidement.

Le général Lanza, qui commande les troupes du palais, voyant ce couvent
pris par les Garibaldiens, fait tirer dessus à obus et l'incendie. Le
palais Carini, situé en face, a le même sort.

Les tours de la cathédrale elles-mêmes servent de point de mire à
l'artillerie napolitaine.

On voit insensiblement les couleurs nationales apparaître partout. Les
fenêtres qui peuvent donner vue sur les troupes royales sont garnies de
volontaires qui les déciment par leur feu.

On se bat à la fois au Palais-Royal, à la Cathédrale, dans la rue de
Tolède, à la place de la Marine, autour de la citadelle et dans tout le
quartier Paperito, où l'incendie, allumé par les bombes de la citadelle
et de l'escadre, fait de rapides progrès. Déjà beaucoup de détachements
royaux battent en retraite vers la citadelle par la place Caffarello et
la place de la Funderia. Ces détachements sont assaillis dans leur fuite
par une grêle de balles, qui leur fait perdre beaucoup de monde.

La place des Quatre-Cantons était devenue désormais la base des
opérations de Garibaldi. Le général Türr occupait le palais du Sénat.
L'état-major de Garibaldi était partout et se multipliait pour faire
face aux exigences de la position. On commence à pousser quelques
barricades du côté de la place de la Marine, pour attaquer
vigoureusement la brigade qui la défend. La fusillade devient très-vive
entre le ministère des finances et les coins de rues qui lui font face.
Les vaisseaux napolitains continuent un feu terrible, mais plus
destructeur que meurtrier. A cinq heures, les troupes campées au palais
étaient bien et dûment entourées et coupées. Complétement maître de la
partie de la ville comprise entre la Marine et le Palais-Royal,
Garibaldi n'avait plus qu'à se fortifier pendant la nuit, et à attendre
le lendemain. Palerme tout entier était en insurrection. Les faiseurs de
barricades surgissaient de toutes parts.

A six heures du soir, le feu avait molli; mais, sur les sept heures et
demie, le bombardement recommençait avec plus de fureur. On se battait à
la lueur de l'incendie que les projectiles allumaient de toutes parts.

Pendant la nuit, les barricades se multiplièrent et prirent un relief
imposant. Les volontaires se rapprochaient de minute en minute du
Palais-Royal, où, de leur côté, les Napolitains se barricadaient de plus
en plus. Plusieurs bombes lancées par l'escadre, vinrent tomber au
milieu d'eux et causèrent un grand désordre. Le 28, au matin, la
position des troupes royales était celle-ci: treize à quatorze mille
hommes au Palazzo-Reale, deux ou trois mille hommes à la Marine et
plusieurs bataillons dans les prisons et les casernes; le reste dans la
citadelle. Dans la journée, ils furent forcés d'abandonner toutes ces
positions, sauf celles du Palais-Royal et de la Marine. Le palais Carini
était complétement détruit. Tout le quartier qui est à l'est du
Palais-Royal brûlait. Le bombardement continuait toujours. De nombreuses
bandes de _picchiotti_ descendaient les hauteurs et venaient se mêler
aux volontaires. Vers le soir, on ne se battait plus qu'autour du
Palais-Royal, que les insurgés commençaient à dominer du sommet des
maisons voisines, et entre autres de l'Archevêché. Partout les maisons
s'écroulaient sous les bombes et les obus. La nuit, comme celle de la
veille, fut employée à se fortifier de part et d'autre. Le lendemain, au
lever du jour, plusieurs décrets du général Garibaldi étaient affichés:
ils punissaient de mort l'assassinat, le vol et le pillage, organisaient
la garde nationale, nommaient une municipalité provisoire, faisaient
appel aux enrôlements. A midi, l'attaque du palais recommence avec
acharnement; les troupes royales quittent la place de la Marine et se
retirent dans la citadelle, abandonnant plusieurs canons. Vers le soir,
l'incendie est dans trois ou quatre quartiers de la ville. La nuit se
passe sur le qui-vive du côté des Garibaldiens; on s'attend à une
attaque résolue de la part des troupes qui reviennent de la poursuite
d'Orsini, où elles ont été si bien jouées. En effet, le lendemain matin,
elles viennent donner tête baissée sur la ville par la porte Reale, où
elles sont reçues par les troupes de Bixio qui les forcent à la
retraite. Vers midi, on parle d'armistice, et deux délégués du général
Lanza se rendent à bord de l'_Hannibal_, où se trouvent réunis également
le commandant du _Vauban_ et celui d'une frégate américaine. Garibaldi y
vient de son côté avec Crispi, le colonel Türr et Menotti. On ne peut
s'entendre, et l'entrevue est bientôt terminée. Cependant la convention
tacite d'armistice dure toujours.

Le lendemain 31, on annonce une trêve de trois jours.

Plus de trois mille bombes avaient été lancées sur la ville pendant le
bombardement. Le temps de l'armistice fut mis à profit par les
volontaires de Garibaldi et les habitants de Palerme. Les barricades
furent complétées partout; les plus fortes reçurent des canons. Quant
aux Napolitains, ils restaient bloqués au Palais-Royal et manquaient
totalement de vivres; Garibaldi leur en fit donner. Il fit retirer
également, et emporter dans les hôpitaux, tous leurs blessés, et Dieu
sait si le nombre en était grand! On apprenait, en même temps, l'arrivée
à Marsala d'un fort détachement de volontaires qui venaient grossir
l'armée nationale.

Trois ou quatre jours se passèrent ainsi. Garibaldi coupant, taillant
administrativement, législativement, militairement, financièrement, et
le tout carrément et promptement.

Les décrets se suivaient avec une rapidité inouïe et, certes, on ne peut
accuser ses ministres d'avoir occupé des sinécures.

Enfin, le six, le retour du général Letizia, arrivant de Naples,
termina les pourparlers et l'armistice provisoire fut remplacé par une
capitulation en règle.

Les troupes napolitaines devaient évacuer immédiatement toutes leurs
positions de la ville et se retirer dans la citadelle et sur le môle, où
leur embarquement aurait lieu avec armes et bagages dans le plus bref
délai possible. Les prisonniers civils et militaires encore en leur
pouvoir devaient être remis entre les mains du nouveau gouvernement, le
jour même où la citadelle terminerait son évacuation. Les troupes
campées au Palais-Royal durent donc traverser la ville pour rentrer à la
citadelle. Ces douze ou quatorze mille hommes étaient tellement frappés
de stupeur et découragés qu'au moment de s'acheminer, ou plutôt de se
faufiler dans ce réseau de barricades qui les séparait de la forteresse,
ils refusèrent de marcher sans un sauf-conduit et une garde de casaques
rouges. Le général Garibaldi souscrivit à leur demande, et on vit cette
armée, avec artillerie, cavalerie, génie, etc., défiler tristement au
milieu d'une population exaspérée, dont les regards, certes, n'avaient
rien de bien rassurant. Une centaine de volontaires formaient l'escorte,
protection du reste bien superflue. A peine entrées dans la citadelle,
ces troupes y furent consignées rigoureusement. Aussitôt, d'ailleurs,
toutes les rues aboutissant à la forteresse furent murées jusqu'à la
hauteur du premier et du deuxième étages, et les _picchiotti_,
montagnards, etc., vinrent d'eux-mêmes s'installer autour des remparts,
afin d'éviter toute espèce de surprises.

Déjà, depuis plusieurs jours, la cour de Naples prenait ses dispositions
pour l'évacuation des troupes de Palerme. On vit mouiller bientôt, sur
la rade, une quantité de vapeurs remorquant des transports. Les blessés
et les malades partirent les premiers, puis vint le tour du matériel,
pêle-mêle avec les hommes. Toutes ces troupes, il faut l'avouer,
parurent peu touchées de leur défaite une fois qu'elles se virent sur le
pont des bâtiments. Leurs musiques ne cessaient de se faire entendre, et
ont les eût prises plutôt pour des conquérants célébrant leur victoire
que pour des vaincus forcés, par une poignée d'hommes, d'abandonner une
des plus belles provinces de la couronne qu'ils avaient été appelés à
défendre. Ainsi vont les choses. Quoi qu'il en soit, l'évacuation marcha
grand train, et bientôt devait venir le jour où le pavillon national
serait arboré dans toute la Sicile.

Il faut maintenant jeter un coup d'oeil rétrospectif sur tous ces
événements, dont la marche rapide nous a fait négliger une foule de
faits qui doivent être constatés. Plus de trois cents maisons, brûlées
dans le quartier de l'Albergheria par les troupes napolitaines battant
en retraite sur le Palazzo-Reale, n'offraient plus, au moment du premier
armistice, qu'un amas de décombres encore fumants. On trouvait à chaque
instant au milieu de ces débris, des cadavres à moitié calcinés, car
les guerriers du roi de Naples avaient égorgé femmes et enfants, et
pillé, sans scrupule, tout ce qui leur tombait sous la main. Le couvent
des Dominicains blancs fut saccagé, incendié, et les femmes qui s'y
étaient réfugiées furent brûlées toutes vives. On repoussait à coups de
fusil dans les flammes celles qui cherchaient à s'échapper. Des actes
atroces furent commis. En vain, les officiers cherchaient à rappeler
leurs soldats aux sentiments de l'honneur militaire. En vain,
quelques-uns mirent même le sabre à la main pour empêcher ces infamies.
Voyant leurs ordres comme leurs épaulettes méconnus, ils furent obligés
d'assister à ces horreurs. Le palais du prince Carini, en face de la
cathédrale, fut pillé et brûlé. Les bombes aidant, il n'en restait plus,
le 1er juin, que d'informes débris menaçant de crouler dans la rue de
Tolède. Les superbes magasins de M. Berlioz, dans la même rue, étaient
complétement détruits. Il en était de même du palais du duc Serra di
Falco. Un Français, M. Barge, avait cru, en plaçant au-dessus de son
magasin nos couleurs nationales, qu'elles empêcheraient sa maison d'être
pillée; un officier napolitain donne l'ordre à un clairon de monter
enlever le pavillon. Il est lacéré, foulé aux pieds; la porte de la
maison enfoncée, et M. Barge, rossé de main de maître avec la hampe même
de son pavillon, fut emmené en prison sans autre forme de procès, tandis
que, naturellement, sa maison était pillée. Un autre compatriote, M.
Furaud, maître de langues, père de six enfants, est assailli dans sa
maison, assassiné à coups de baïonnette; quant à ceux-ci, on les a
vainement cherchés, ils ont disparu. La demeure du premier commis de la
chancellerie fut violée, et les portraits de l'Empereur et de
l'Impératrice, qui se trouvaient dans un salon, déchirés à coups de
baïonnette. Le couvent de l'Annunziata et presque toutes les maisons de
la rue qui mène à la Porta-di-Castro ont été incendiés et pillés. Celui
de Santa-Catarina, dans la rue de Tolède, a eu le même sort. On estime à
plus de quatre cents le nombre des malheureux qui ont été assassinés ou
brûlés. C'est encore en dehors de la Porta-Reale, dans ce beau faubourg
rempli de ravissantes habitations de campagne, que s'est exercée à
l'incendie et au pillage cette armée de triste mémoire. Ce ne sont ni
une ni deux maisons choisies; c'est tout le côté droit du faubourg, en
allant à Montreal, dans lequel les Napolitains ont laissé, par
l'incendie et le pillage, la trace de leur retraite.

Leur empressement et leur joie, en quittant enfin Palerme, n'ont donc
rien qui doive surprendre. Le commandant d'un des transports qui les
emmenaient à Naples les a vus compter et énumérer leur butin dans une
partie de cartes improvisée le soir sur le gaillard d'avant. Plusieurs
de ces héros jouaient vingt piastres sur table, ou, pour mieux dire, sur
le pont.

Dans une petite maison qui a voisine le Palazzo-Reale, un infortuné
coutelier, ou quincaillier, est assailli à l'instant où il sortait sans
armes pour tâcher d'avoir un morceau de pain pour trois enfants qui
criaient la faim. A peine dehors, malgré toutes les explications qu'il
veut donner, il est saisi, garrotté, et on se dispose à l'entraîner pour
le fusiller. Les pauvres enfants arrivent, demandant leur père. Une
décharge le jette en bas avec deux de ses enfants; le troisième est tué
d'un coup de baïonnette. Assez de ces horreurs, il y en aurait trop à
citer. En parcourant ces maisons mutilées, ces décombres sanglants, en
voyant, çà et là, les extrémités des cadavres ensevelis sous les ruines,
les débris de vêtements, que de drames ne doit-on pas supposer! Et si
chacun de ces malheureux pouvait revenir à la vie, quelle longue file de
forfaits se dresserait criant vengeance et stigmatisant d'infamie cette
armée qui semblait n'avoir pour devise, en ce moment, que pillage et
incendie!

Pendant les divers combats qui signalèrent la prise de Palerme, les
pertes furent sensibles de part et d'autre. Celles de l'armée royale
doivent être portées, au minimum, à deux mille hommes, tués ou blessés;
parmi eux se trouvaient plusieurs officiers supérieurs, entre autres le
commandant de la gendarmerie, généralement détesté à Palerme, comme tout
ce qui tenait à la police, mais auquel il faut cependant rendre cette
justice qu'il s'est conduit bravement. Quant aux volontaires, leurs
pertes avaient aussi été sensibles. Le brave colonel hongrois Tukery,
grièvement blessé à l'attaque du Palazzo-Reale, mourait le 11 juin,
après d'atroces souffrances. Carini, dangereusement atteint d'une balle
qui lui fracturait le bras presque à la hauteur de l'épaule, au moment
où, envoyé par le général Garibaldi, il examinait, sur une barricade,
les troupes napolitaines opérant leur retour offensif, était couché pour
longtemps sur un lit de douleur. Près de trois cent cinquante soldats
étaient tués ou hors de combat.

Plusieurs corps de volontaires s'étaient fait remarquer par l'énergie de
leur courage. Les chasseurs des Alpes, à Palerme comme à Calatafimi,
firent des prodiges de valeur. A l'attaque du couvent des Benedittini,
ils ont été superbes d'entrain et de fermeté. Une seule compagnie de
trente-cinq hommes avait eu, depuis son départ de Marsala, vingt-deux
tués ou blessés. Il se passa au milieu de ces combats un épisode qui,
tout en étant fort original, ne manque pas d'une certaine grandeur.

En tête de beaucoup de détachements de volontaires ou d'habitants de
Palerme se trouvaient des moines qui, la croix à la main, et payant de
leur personne, entraînaient au feu jusqu'aux moins résolus. Le _padre_
Pantaleone, que Garibaldi avait nommé son chapelain à Calatafimi, se
trouvait, au moment le plus chaud de l'action, sur la place de la
Cathédrale, à l'angle de la rue qui passe devant l'archevêché. Se
souciant moins des balles que de l'excommunication, qu'il avait naguère
si lestement conjurée, notre moine guerrier, avec sa figure exaltée et
intelligente, encourageait bravement son monde et il était facile de
lire dans ses yeux que, s'il ne mettait pas les mains à la besogne, ce
n'était pas par timidité.

Cependant, malgré le feu soutenu des volontaires, la barricade
napolitaine attaquée tenait toujours. Les balles allaient leur train,
démolissant, par-ci par-là, quelques jambes, quelques bras, au grand
désespoir de notre aumônier qui ne ménageait pas les anathèmes à
l'ennemi, chaque fois qu'il voyait tomber un de ses braves volontaires.
Le _padre_ Pantaleone portait une grande croix de chêne d'au moins deux
mètres de haut et, dans les instants difficiles, il la brandissait
vigoureusement au-dessus de sa tête. Las, enfin, de cette fusillade qui
n'aboutissait à rien, notre chapelain s'élance, sans souci ni vergogne,
tout seul, sur la barricade napolitaine, en grimpe les étages successifs
au milieu d'un _miserere_ de balles coniques, puis, arrivé au sommet, se
met, dans son langage le plus sympathique, à faire aux soldats de
François II un discours approprié à la circonstance: il cherche à leur
expliquer brièvement comme quoi cette guerre fratricide est honteuse
pour l'humanité, comme quoi Dieu la défend, comment enfin la résistance
est inutile puisque Garibaldi est l'ange de la liberté et que le Dieu
des armées marche avec lui.

Les soldats royaux, étonnés de cet aplomb et du courage du prédicateur,
finissent par laisser leurs cartouches tranquilles et leurs fusils se
refroidir. On en était même au plus pathétique du discours, lorsque le
capitaine qui commandait s'aperçoit que les Garibaldiens, en gens bien
avisés, profitaient insensiblement de la situation et touchaient déjà la
barricade. Il saisit une arme, couche en joue le _padre_ Pantaleone qui
ne bronche pas et lui envoie à bout portant un coup de fusil qui brûle
son froc et lui brise la croix dans les mains. Sans s'émouvoir, le
_padre_ en ramasse les morceaux pendant que les Garibaldiens escaladent
la barricade. Les soldats se hâtent de décamper et le capitaine est tué.
Un volontaire saisit son sabre, le _padre_ Pantaleone attrape le
ceinturon, le passe en sautoir, et, se précipitant à la suite des
fuyards, il plante le tronçon de sa croix dans le ceinturon du défunt
capitaine en s'écriant, de sa plus belle voix: «Allez, allez, sicaires
d'un tyran, reporter à votre maître que le _padre_ Pantaleone a mis la
croix là où était l'épée.»

C'est le sens sinon le texte de ses paroles, car notre langue est pauvre
pour traduire quelques expressions un peu emphatiques du bel idiome
italien. Un autre moine, de l'ordre des Cordeliers, fit, sur la place de
la Marine et pendant plus de deux heures, le coup de feu avec quatre
soldats napolitains embusqués dans une construction commencée presque en
face du ministère des finances. Au bout de ce temps, on vit un de ces
soldats rallier eu toute hâte un fort peloton qui était au coin du
ministère. Le cordelier en conclut que, si les autres ne s'en allaient
pas, puisqu'ils ne tiraient plus c'est qu'il devait leur être arrivé
des choses graves et que leur position étant fort hasardée, vu la
quantité de projectiles qui pleuvaient dru comme grêle, il était de son
devoir, à lui, d'aller les trouver pour leur porter les consolations de
son ministère. Il posa tranquillement son fusil, rejeta son froc en
arrière et traversa la place pour disparaître dans la bâtisse en
question. Quelques instants après, on le vit reparaître avec un blessé
qu'il portait comme un enfant. Trois fois il fit le même voyage, trois
fois il ramena son homme; la dernière fois, à l'instant où il
franchissait sa barricade, la même balle qui lui fracassait le bras,
tuait roide l'infortuné pour lequel il se dévouait. Sans s'émouvoir, il
posa à terre son fardeau, lui récita les prières des morts et s'en fut
ensuite à l'ambulance.

Un jeune volontaire vénitien, déjà blessé assez gravement à Calatafimi,
se précipite à l'attaque du couvent des Benedittini et s'efforce, à
coups de hache, de briser une petite porte latérale pouvant donner accès
dans le couvent. Les balles pleuvent sur lui de toutes parts, un obus
vient, en ricochant, éclater au-dessus de sa tête et le couvrir de
gravats. En vain ses camarades le rappellent. «Je ne suis plus bon qu'à
être tué, leur crie-t-il, au moins, en mourant, je rendrai encore un
service.» Exaltés par cette intrépidité, deux d'entre eux le rejoignent
et cherchent à l'entraîner. En ce moment, un canon de fusil passe par
une fenêtre immédiatement au-dessus de la porte et le malheureux reçoit
le coup en pleine poitrine. Ses camarades ne rapportent qu'un cadavre.

Dans les rues qui mènent à la Piazza di Bologni, la lutte fut sérieuse.
Les soldats royaux, comme partout ailleurs, incendiaient et pillaient.
Les malheureux habitants de ce quartier, éperdus d'effroi, essayaient de
fuir dans toutes les directions, entraînant femmes et enfants; ce
n'étaient partout que gémissements et lamentations. Quelques hommes
déterminés se réunissent en armes à l'angle d'une petite impasse, en
occupent la maison et s'y barricadent après y avoir donné l'abri à
quantité de femmes et d'enfants. Quelques instants après, cette maison
est attaquée; mais on s'y défend vigoureusement. Les femmes, reprenant
courage, font pleuvoir sur les assaillants une grêle de tuiles, de vases
de toutes sortes, enfin ce qui leur tombe sous la main.

Une bombe vient s'abattre sur le toit, entraîne le troisième et le
quatrième étages, et, en éclatant, tue et blesse encore plusieurs femmes
et des enfants. Quelques moments après, les flammes viennent se joindre
aux balles napolitaines.

De huit qu'ils étaient, les assiégés ne comptent plus que cinq hommes,
dont un blessé. Cependant, des femmes, des enfants, des vieillards les
supplient de ne pas les abandonner. Il faut prendre un parti; le blessé
et un de ses camarades grimpent au faîte de l'édifice qui menace ruine;
on y hisse, les uns après les autres, les malheureux réfugiés, et,
lorsque tous sont à l'abri dans une maison dont l'issue donne sur une
rue inoccupée par l'armée royale, les trois braves gens qui continuaient
à lutter avec les royaux, battent eux-mêmes en retraite, n'abandonnant
qu'une ruine ensanglantée.

Dès le 8 juin, des débarquements de volontaires s'effectuaient un peu
partout.

Du 9 au 11, une petite escadre partait de Gênes. Elle se composait de
l'_Utile_, remorquant le _Charles and Jane_, le premier commandé par le
capitaine Molessa, le second par le capitaine Quain; puis venaient le
_Franklin_, capitaine Orrigoni, un des anciens compagnons d'armes de
Garibaldi dans la Plata; l'_Orregon_, capitaine West; le _Washington_,
dont les volontaires étaient commandés par le colonel Baldeseroto.
Environ 3,000 hommes étaient répartis sur ces différents navires et
c'était le renfort le plus considérable que l'on eût encore reçu. Medici
commandait en chef.

Partis à quelques heures d'intervalle, ces navires firent des routes
diverses pour atteindre Cagliari où était le rendez-vous général. Tous y
arrivèrent heureusement, excepté l'_Utile_ et le bâtiment qu'il
remorquait.

Se trouvant dans le N.-E. du cap Corse, à environ douze milles au large,
ces deux navires furent approchés par une corvette à vapeur battant
pavillon français. Bientôt un canot accosta et un officier, s'exprimant
parfaitement en français, vint demander où l'on allait et offrir même la
remorque de son bâtiment pour gagner les côtes de Sicile, si telle
était la destination des navires. Ces propositions furent accueillies
par les volontaires aux cris de _Vive la France!_ _vive Garibaldi!_
Toutefois le capitaine crut devoir refuser la remorque offerte si
galamment. Le canot retourne à son bord; mais à peine est-il arrivé
qu'un changement à vue s'opère sur la corvette de guerre. Les mantelets
des sabords, rapidement abaissés, laissent apercevoir les pièces
détapées et l'équipage en branle-bas de combat. Le pavillon français
glisse le long de sa drisse et est remplacé par le pavillon napolitain
en même temps qu'un coup de canon à boulet signifiait aux deux navires
l'ordre de stopper et d'amener leurs pavillons.

L'_Utile_ portait le pavillon piémontais et le _Charles and Jane_, celui
des États-Unis. Les capitaines se refusèrent à amener leurs pavillons,
mais ils durent se résigner à se laisser emmener, non sans protester.
Quel triste moment eussent passé les marins de la _Fulminante_ (c'est le
nom de la corvette napolitaine), si les volontaires avaient pu sauter
sur son pont. Faute de mieux, ils leur lancèrent toutes les malédictions
que le vocabulaire italien peut offrir. Pendant que la diplomatie
s'occupait de cette affaire, les autres bâtiments de l'expédition
atteignaient Cagliari, et, de là, mettaient le cap sur Castellamare,
dans le golfe de ce nom, où devait s'effectuer leur débarquement. Le 18
juin, en effet, on apprit à Palerme l'arrivée du convoi de Medici. Un
navire débarquait ses troupes à Santo-Vito, et les deux autres à
Castellamare. Il est aisé de se figurer l'allégresse générale en
apprenant l'arrivée à bon port de cette petite division qui, outre trois
mille hommes aguerris, apportait encore dix mille fusils et une grande
quantité de munitions. Aux illuminations quotidiennes se joignirent
immédiatement toutes sortes de concerts en plein vent, des promenades
aux flambeaux avec force drapeaux et force _Viva la liberta_!

Le général Garibaldi était immédiatement monté à cheval pour assister au
débarquement de ces renforts.

Mais, vers minuit, au moment où le calme commençait à se faire, grâce à
la fatigue des musiciens et à l'enrouement des criards, à l'instant,
enfin, où les illuminations commençaient à s'éteindre et les habitants à
s'endormir, quelques coups de canon de fort calibre se firent entendre
au large et vinrent éclairer de leur lueur sinistre les sommets du mont
Pellegrini, ainsi que les mâtures des navires qui étaient sur rade. A la
première détonation, chacun dresse l'oreille; à la seconde, on saute de
son lit; à la troisième, on est presque habillé, enfin, à la quatrième,
les fenêtres et les portes commencent à s'ouvrir, les femmes à trembler
et les enfants à piailler. Dans les rues, les factionnaires regardent si
leurs amorces sont bien on place et redoublent leurs cris de:
_Sentinelles, veillez!_ Les bourgeois se groupent à chaque carrefour, et
les suppositions vont leur train. Dans les casernes, les clairons
écorchent les airs les plus variés pour appeler aux armes les
volontaires. Enfin, au palais, tout le monde s'inquiète, et le
commandant, en l'absence du général Garibaldi, commence à envoyer dans
toutes les directions des ordonnances à la recherche des nouvelles.

Quelle voix mystérieuse annonce tout dans ces circonstances? On apprend
bientôt qu'il n'est arrivé que trois navires à Castellamare. Le
quatrième et son remorqueur manquent.

La canonnade devient plus vive, elle semble parfois se rapprocher de
l'entrée du port de Palerme.

On sent s'agiter dans l'ombre toute cette ville surprise dans son
premier sommeil. Parmi les suppositions, la plus probable est que la
croisière napolitaine, après s'être emparée du navire manquant et
qu'elle fait semblant de combattre en ce moment, se dirigera vers ceux
qui débarquent. Tout le monde court et s'agite. Les postes en armes se
dirigent vers le quai. On entend tomber, çà et là, sur les dalles des
rues, les baguettes des fusils chargés par des mains encore
inexpérimentées. Enfin, de sourds piétinements, venant du côté des
casernes, indiquent que les troupes sont en marche. Malheureusement,
l'âme de toute l'armée est absente; le général Garibaldi est à
Castellamare.

Les décharges continuent toujours, plus multipliées et plus rapprochées.
Il est deux heures. L'inquiétude est à son comble. On se voit déjà à la
veille d'un nouveau bombardement.

Autour de la citadelle, on a peine à retenir les _picchiotti_ qui
veulent se précipiter à l'assaut de ces remparts, dégarnis de leurs
engins de guerre, pour se venger sur les troupes napolitaines des
événements qu'on suppose se passer au large. Enfin, à deux heures un
quart, un canot arrive à force d'avirons sur le quai, et un midshipman
qui en débarque prévient que l'on ait à aviser les autorités que le
canon que l'on entend est celui d'une frégate britannique qui fait
l'exercice au large. Ce trait peint-il assez les Anglais? Entre une et
deux heures du matin, à quelques milles à peine d'une ville qui vient de
subir les horreurs d'un bombardement et qui, encore tout en émoi, se
remet à peine des terreurs du combat et de l'incendie, aller faire
branle-bas de combat de nuit et exercice à feu! Et que dire de ces
pauvres soldats napolitains enfermés dans la citadelle et non moins
inquiets que les habitants de la ville, car ils entendaient du haut de
leur bicoque désarmée les imprécations et les cris de vengeance de leurs
ennemis!

Que fût-il arrivé si l'on n'eût pu retenir les _picchiotti?_ et, quel
qu'eut été le résultat de leur attaque, que de sang pouvait être versé,
et pourquoi? Enfin, à trois heures du matin, tout était rentré dans le
calme.

Le 20, au matin, le premier détachement des volontaires débarqués
arrivait à Palerme à cinq heures environ. C'étaient deux magnifiques
bataillons de chasseurs à pied, parfaitement uniformes et bien équipés,
armés de carabines rayées et paraissant remplis de gaieté et d'entrain.
Le 21 et le 22, le restant des troupes débarquées suivait le mouvement
et venait prendre ses casernements en ville.

L'enthousiasme avec lequel chaque nouveau corps arrivant était reçu est
indescriptible. Les bouquets et les applaudissements se succédaient sans
interruption sur la route qu'il parcourait.

Le corps des guides s'organisait rapidement. Une commission de remonte
avait été installée et fonctionnait avec activité. Bientôt leurs deux
escadrons furent complets, et on s'occupa de la formation de deux
régiments de hussards.

Toutes les statues rappelant l'ancien gouvernement avaient été brisées
dès les premiers jours, et leurs débris jetés à la mer. Le 6 juin, un
décret du général Garibaldi faisait adopter par la patrie les enfants et
les familles des volontaires tués pendant la guerre.

Le 8 et le 9, une forte escadre sarde venait mouiller sur rade, et
apportait à Garibaldi un appui moral immense.

On avait appris les événements de Syracuse et de Catane, qui étaient
venus encore surexciter l'enthousiasme des habitants de Palerme et des
volontaires.

Le 9, on avait connaissance de l'évacuation de Trapani par les troupes
royales. La prison d'État du fort de Favignano, sur l'île de ce nom,
abandonnée par sa garnison, fut ouverte par les habitants de l'île, qui
s'empressèrent de mettre en liberté tous les prisonniers politiques.

On apprenait aussi le pronunciamento de Girgenti, de Caltanisetta, qui
avaient chassé les préfets royaux et leurs troupes, organisé leurs
gardes nationales et ouvert immédiatement des souscriptions dont ils
envoyaient les fonds au dictateur.

Tout allait donc pour le mieux, et l'évacuation, qui continuait grand
train, allait amener bientôt la remise de la citadelle. En effet, le 18
au soir, à la nuit tombante, le pavillon napolitain fut amené. Le
lendemain matin, vers les neuf heures, les couleurs italiennes étaient
hissées en tête du mât de pavillon à la porte d'entrée du fort qui était
lui-même remis aux délégués du général Garibaldi, et occupé
immédiatement par un poste de chasseurs des Alpes.

Il restait cependant encore vers le môle une certaine quantité de
troupes à embarquer; mais à une heure, les derniers hommes rejoignaient
les navires, et toute l'escadre napolitaine appareillait. Peu de temps
auparavant avait eu lieu la remise des prisonniers palermitains retenus
dans le fort depuis le 4 avril. Ces prisonniers, appartenant aux
premières familles de la cité, étaient: le prince Antonio Pignatelli, le
baron di Calabria, le _padre_ Octavio Lanza, le marquis Santo-Giovanni,
le prince Nisciemi, le prince Giardinelli, le baron Rizzo, etc.

Toute la ville s'était donné rendez-vous devant la citadelle pour les
recevoir.

Accueillis par des cris frénétiques, les prisonniers furent portés,
plutôt qu'escortés, vers les voitures où leurs familles les attendaient.
Un long cortège d'équipages, les musiques civiles et militaires de
Palerme, des détachements de tous les corps de volontaires et de
nombreux _picchiotti_ remplissaient les rues avoisinantes. Dans leur
parcours, jusqu'au Palais-Royal, ce ne fut qu'une longue ovation. Les
prisonniers étaient littéralement ensevelis sous les fleurs qu'on leur
jetait de toutes parts. On dansait, on sautait et on s'embrassait aux
abords du cortège, en tête duquel marchait, ou plutôt gambadait, tout le
monde a pu le voir, plus d'un grave cordelier à la robe de bure qui
envoyait à la fois des bénédictions avec ses mains et des entrechats
avec ses pieds. C'était, en un mot, la folie de l'ivresse et un coup
d'oeil magique. Pas un cri, pas une figure qui ne fût à l'unisson de
l'allégresse commune, et, ce qui est plus remarquable, on n'eut pas à
déplorer le plus petit accident dans ce brouhaha et dans cette cohue.

De nombreux déserteurs napolitains restaient en ville, la plus grande
partie demandant à être incorporés dans les volontaires.

En résumé, le nombre des morts en ville était de 573; celui des
volontaires, de près de 300, et celui des Napolitains, de 5 à 600 tués
et 1,500 blessés.

Le chiffre des dégâts dans la ville s'élevait à plus de 30 millions.

Comme on pourrait taxer d'exagération le récit des atrocités commises
par les troupes royales, il est bon de citer, entre autres documents, le
rapport du vice-amiral anglais Mundy.

«A bord de l'_Hannibal_, à Palerme, 3 juin.»

«_Le vice-amiral Mundy au secrétaire de l'Amirauté._»

«Je vous adresse le rapport suivant sur les dégâts et les morts causés
dans la ville par le bombardement. Les ravages sont épouvantables. Tout
un quartier, d'une longueur de mille yards sur cent de large, est réduit
en cendres. Des familles entières ont été brûlées vivantes avec les
bâtiments. Les troupes royales ont commis d'horribles atrocités. Dans
d'autres parties de la ville, des couvents, des églises et des édifices
isolés ont été détruits par les bombes. On en a lancé onze cents de la
citadelle sur la ville, et environ deux cents des navires de guerre,
sans compter les boîtes à feu, la mitraille et les boulets.

«L'armistice à été indéfiniment prolongé, et l'on espère que les
puissances européennes s'interposeront pour empêcher une plus longue
effusion de sang.

«La conduite du général Garibaldi, pendant l'action et depuis la
suspension des hostilités, a été noble et généreuse.»



III


C'est ainsi que le 30, au matin, dans la bonne ville de Palerme, tout le
monde se levait, aspirant à pleins poumons l'air de la liberté. Ses cent
quatre-vingt-dix mille habitants pouvaient causer de tout impunément, et
s'en donner à crier: A bas François II! A bas les Napolitains! sans que
le moindre sbire vînt leur mettre la main au collet et les conduire,
avec accompagnement de coups de trique, jusque dans de jolis petits
cachots bien noirs et bien infects.

Les couleurs italiennes flottaient partout, et, sauf les déserteurs, il
ne restait pas en ville, ni dans la citadelle, l'ombre d'un guerrier du
roi François II. Bien plus, afin d'effacer jusqu'au souvenir de la
domination napolitaine, une quantité innombrable de jeunes patriotes de
huit à douze ans,

    La valeur n'attend pas le nombre des années,

avaient attaqué, à grands coups de cailloux et de marteau, les deux
statues de François II et de son père que, dans un moment d'épanchement,
la ville de Palerme avait fait élever sur la promenade de la Marine. En
moins d'une heure, elles étaient réduites en morceaux et leurs débris
jetés à la mer. On avait seulement conservé les deux têtes, dont l'une,
je ne sais si c'est celle du père ou du fils, fut coiffée d'une tête de
boeuf à laquelle, bien entendu, on avait eu soin de laisser les cornes.
Ces trophées furent promenés par la ville avec grand renfort de fusées
et de pétards, et le soir ce fut le prétexte d'une immense promenade aux
flambeaux. Triste spectacle pour quelque opinion que ce soit!

A partir de ce bienheureux jour, la ville commença à dépouiller sa
parure guerrière. Les dalles, amoncelées en barricades, durent
rechercher leur ancienne place et les réintégrer. Quelques-uns des
canons qui armaient ces fortifications passagères rentrèrent à
l'arsenal, tandis que d'autres, plus modestes, reprirent leur humble
état de bornes, car il est bon de noter que plusieurs de ces engins de
destruction auraient été bien plus dangereux pour leurs propres
artilleurs que pour l'ennemi. Après avoir servi longtemps à amarrer les
bateaux sur le port, ils s'étaient vus, une belle après-midi, déterrés
et plus ou moins volontairement forcés de reprendre de l'activité. Les
malheureux étaient hors d'âge cependant, et, certes, avaient bien mérité
les invalides à perpétuité. Il y en avait un qui datait de 1666.

Toute la population, affairée, recommençait à circuler avec plus
d'entrain que jamais, pêle-mêle avec les _picchiotti_ et les volontaires
garibaldiens. Mais, si le danger du bombardement était passé, si l'on ne
craignait plus les balles coniques napolitaines, on n'était pas encore à
l'abri de tout danger, et c'est le cas de dire, puisque nous sommes en
Sicile, qu'on était presque tombé de Charybde en Scylla.

Les braves volontaires de Garibaldi eux-mêmes y regardaient à deux fois
avant de s'aventurer dans les rues ou les places publiques. Il est, en
effet, impossible de se figurer le laisser-aller plein de désinvolture
et d'insouciance de ces bons _picchiotti_ et montagnards, qui
promenaient partout leurs escopettes chargées, amorcées et armées. De
quelque côté que l'on se tournât, en avant, en arrière, sur le flanc
droit ou sur le flanc gauche, on était toujours sûr d'être regardé en
face par une arme à feu quelconque, au chien relevé, à la petite capsule
brillant au soleil. Or, comme on connaissait les qualités de ces armes,
qui partaient très-volontiers au repos, leur voisinage était peu
agréable. A tout instant on entendait, dans les rues, des détonations
qui faisaient courir le monde: c'était toujours un _picchiotti_ étourdi
qui, ici, venait de casser la jambe à un homme, là, de tuer une femme
allaitant son enfant. Les plus adroits se contentaient de blesser les
ânes ou de briser les vitres d'un magasin.

Dans la campagne, c'était mieux encore. Une fois l'ennemi parti, chacun
aurait rougi de ne pas se montrer armé jusqu'aux dents. Il n'y avait pas
jusqu'aux maraîchers qui n'apportassent leurs choux et leurs carottes en
compagnie d'une canardière ou deux. Cela a duré longtemps; mais les plus
belles choses ont une fin. Sans froisser trop ouvertement et d'un seul
coup l'amour de ces braves gens pour leurs armes favorites, on commença
par leur signifier qu'ils n'eussent à circuler dans la ville qu'avec
leurs chefs particuliers. Un caporal était, au moins, de rigueur. Puis
on les engagea à aller promener leurs armes dans les montagnes, où le
grand air leur ferait du bien. On ne manqua cependant pas d'offrir, à
ceux qui voulaient faire au pays le sacrifice de leur vie, de s'engager
dans les troupes régulières, ou dans la légion anglo-sicilienne. Mais
c'était une affaire de pure politesse, car fort peu se sentirent pris
d'une passion assez belliqueuse pour suivre le nouveau drapeau du pays.
N'y avait-il pas là, tout près, avec son grand air et sa liberté, la
montagne et les bandes de pillards et de voleurs de grands chemins qui
s'organisaient un peu partout, car les troupes royales avaient eu soin
de lâcher par monts et par vaux tous les voleurs, galériens et autres
gens déclassés qui fourmillaient dans les prisons de Palerme.

Dès le lendemain de l'évacuation, un décret municipal appela toutes les
corporations de la ville et toutes les pelles, pioches, brouettes,
pinces disponibles, à la destruction de la citadelle. Elle devait être
rasée de fond en comble afin d'ôter à tout jamais à une tyrannie
quelconque l'envie, l'idée, ou la possibilité d'un nouveau bombardement.
C'était quelque chose de curieux que l'entrain, et, en même temps,
l'inexpérience qui présidèrent au commencement de ce travail.
L'affluence était telle que les travailleurs, agglomérés les uns sur les
autres et en masse serrée sur les remparts, ne pouvaient plus bouger. On
fut obligé de faire des catégories. Un jour, c'était le tour des cochers
de fiacre, de bonne maison, de voitures de louage, etc. Tant pis pour
ceux qui voulaient une voiture. A quelque prix que ce fût, on n'eût pas
trouvé un véhicule, et les Garibaldiens qui, pas plus que nos turcos, ne
dédaignaient le plaisir d'une promenade en carrosse, durent y renoncer
et se contenter de leurs jambes. Le lendemain, c'était le tour des
congrégations, couvents, etc. Une longue procession de cordeliers, de
moines, de dominicains, voire même de prêtres, marchait militairement au
son d'une musique bruyante et de tambours fêlés; armés, qui d'une
pioche, qui d'une pelle; les petits séminaristes avaient la spécialité
des mannequins et des paniers à gravats. Tout cela hurlant: _Viva
Garibaldi! viva la Italia! viva la liberta! viva ..._ Il y en avait qui,
sur le point de se tromper par la force de l'habitude, n'avaient que le
temps d'avaler la fin de la phrase. Les abbés titrés et autres se
contentaient de brandir des oriflammes aux couleurs nationales et de
jeter des bénédictions à la foule qui, la bouche béante, les regardait
défiler.

Un coup de canon annonçait l'ouverture et la fermeture des travaux.
Aussitôt la première détonation, un nuage de poussière couronnait la
citadelle, et ce n'était plus, aux environs, qu'une avalanche et une
pluie de gravats. Cela dura plusieurs jours ainsi. Mais un accident
troubla la fête; on ne sait par quel hasard plusieurs bombes enfouies
dans les décombres se prirent à éclater, et à tuer ou blesser quelques
travailleurs. L'enthousiasme des démolisseurs s'en ressentit et, à
l'avenir, des ouvriers seuls procédèrent à cette destruction. A chacun
son métier. Mais s'il était facile de démolir, il était moins aisé de
réparer. C'est à grand'peine que plusieurs rues commençaient à devenir
praticables. De tous côtés il fallait solidifier des édifices menaçant
ruine, ou achever la destruction de ceux qui, effondrés complètement,
n'offraient plus la possibilité d'aucune réparation. Tels étaient le
palais Carini, le couvent des Dominicains, le palais du duc Serra di
Falco, les magasins Berlioz, etc. La piazza Marina était devenue
impraticable à la hauteur de la rue de Tolède. Les égouts, effondrés,
s'étaient transformés en précipices dont il fallait se garer avec soin.
Une fois les illuminations éteintes, il n'était pas prudent de se
hasarder dans ces parages sous peine de chutes désagréables.

Il existait à Palerme, comme dans tous les grands centres, un vaste
dépôt d'enfants trouvés. Il y en avait de grands, de petits, de moyens.
Un beau jour, grâce à un officier anglais, tout cela fut embrigadé,
embataillonné, et on vit ce diminutif de régiment, gravement armé de
balais emmanchés dans des fers de piques, manoeuvrer sur la piazza del
Palazzo-Reale, et monter la garde avec aplomb à la porte d'un couvent
quelconque dont on avait fait leur caserne. Ces enfants jouaient aussi
carrément au militaire qu'ils jouaient, quelques jours avant, à la
procession et à servir la messe, et plus d'un de ces bambins, partis
avec les brigades expéditionnaires, fit parfaitement la campagne, et se
conduisit dans maintes circonstances en troupier fini.

La liberté est pour tout le monde. Aussi, la population mercantile de
Palerme en usa-t-elle pour étriller de main de maître ces pauvres
volontaires qui, naturellement, affluaient dans tous les établissements
publics, les cafés et les restaurants. Presque immédiatement, le prix
des consommations doubla. Il en fut de même pour tous les objets
nécessaires à la vie et à l'habillement. Quelques décrets cherchèrent à
arrêter, mais en vain, cette tendance à la rapacité, naturelle aux
boutiquiers de toutes les nations, et les libérateurs garibaldiens
furent écorchés avec aussi peu de vergogne que nos troupiers pendant la
campagne d'Italie. Le moindre verre d'eau, le moindre grain de mil,
étaient une affaire importante. Quelquefois les Garibaldiens se
fâchaient; mais il faut leur rendre cette justice, que jamais armée ne
souffrit avec plus de modération les exigences de cette race de Banians.
Peu de troupes, quelque régulières qu'elles fussent, auraient montré
autant de patience et de respect pour la propriété.

De déplorables scènes vinrent aussi, à côté de ces événements
héroï-comiques, attrister les honnêtes gens et les véritables patriotes.
D'atroces assassinats se commettaient journellement, et, sous le
prétexte de détruire les sbires, plus d'une vengeance s'exerçait
impunément. A cinq heures du soir, en pleine rue de Tolède, un
malheureux était massacré à la porte d'un pharmacien qui lui avait
impitoyablement fermé sa boutique au nez. Vainement deux ou trois
Garibaldiens essayèrent de le sauver, et allèrent même jusqu'à dégaîner.
Menacés dans leur existence par cette cohue meurtrière, ils durent se
résigner à laisser massacrer ce malheureux, dont le corps, palpitant
encore, fut traîné et précipité à la mer.

--«C'était un sbire, disait-on.--Vous croyez?--On le dit.--Ah!»--C'était
fini.

A côté du pont de l'Amiraglio, près du cimetière des suppliciés, là où
commencèrent les Vêpres siciliennes, deux hommes, une femme et un
enfant, poursuivis par une foule furieuse et avide de sang, furent
impitoyablement immolés. Le lendemain, les cadavres de ces infortunés
étaient encore à l'endroit où ils avaient péri, à moitié ensevelis sous
des moellons et des pavés.--«C'étaient des sbires.--En êtes-vous
sûr?--Je crois bien: celui-là était receveur pour les chaises à la
petite église de la piazza Marina.»

Sur ladite place, vers les onze heures du soir, à l'instant où les
cafés, encore pleins de monde, retentissaient de gaieté, on entend un
cri déchirant, un suprême appel à la pitié. Personne ne se dérange. Un
gamin venait de crier: «C'est un sbire qu'on écorche.» Le lendemain, au
matin, un cadavre était étendu au milieu de la place, la face contre
terre, percé de vingt coups de couteau. Quelques femmes, en passant, le
poussaient du pied, et toujours: «C'est un sbire!»

A la porta Maqueda, deux agents de l'ancienne police, que l'on savait
réfugiés dans une maison, y furent guettés avec une persistance digne de
tigres. Le premier qui sortit avait deux enfants et une femme dont il
ignorait le sort. L'inquiétude, pour lui, était pire que la mort. A
peine dehors, il est assailli, entraîné sur le boulevard; on lui passe
une corde au cou, et, quelques instants après, percé de coups de
couteau, le crâne brisé à coups de pierres, son cadavre était jeté dans
un fossé rempli d'ordures. L'autre se hasarda, vers minuit, à sortir,
croyant une évasion possible; il n'avait pas fait un pas qu'un coup de
coutelas le clouait contre la porte même, et son cadavre allait
rejoindre le premier.

Chaque soir, il fallait enregistrer plusieurs meurtres semblables. Pas
un, cependant, ne fut accompli dans une maison ou dans un domicile
violé.

Une Française, madame D..., habitant Palerme depuis de longues années,
avait recueilli, au moment du bombardement, un agent de Maniscalco dont
la vie était menacée. Forcée de chercher un refuge sur le _Vauban_, elle
laissa ce malheureux dans sa maison en lui recommandant de ne pas
sortir, sa vie y étant en sûreté. Mais lui aussi était père, et, sans
nouvelles de sa femme et de ses enfants, il voulut se hasarder, la nuit
venue, à gagner son domicile pour embrasser sa famille.

A mi-chemin, il fut reconnu et massacré. A quelques jours de là, la
femme et les enfants vinrent à leur tour chercher asile chez madame
D..., alors débarquée du _Vauban_; Palerme était au pouvoir de l'armée
libérale. Deux ou trois jours se passent tranquillement, mais, le
quatrième, la malheureuse, allant chercher quelques provisions, est
reconnue et, sans un chasseur des Alpes qui dégaîna et prit bravement sa
défense, elle était assassinée avec son enfant.

Madame D... était encore sous l'impression de ce triste événement,
lorsqu'elle rencontre, dans la rue de Tolède, le général Garibaldi
descendant à la Marine avec deux de ses aides de camp. Sans se
déconcerter, elle l'aborde et lui dit: «Général, j'ai chez moi la
malheureuse femme et les deux enfants d'un sbire assassiné il y a dix
jours, et, tout à l'heure, sans un des vôtres, cette malheureuse et ses
deux enfants éprouvaient le même sort.

--«Madame, répondit le général, venez au palais dans une heure, je vous
écouterai.»

Effectivement, une heure après, madame D..., accompagnée de la femme du
sbire et de ses deux enfants, arrivait au Palazzo dont la garde
nationale lui refusait impitoyablement l'entrée, lorsque, heureusement,
un aide de camp survint et immédiatement l'introduisit auprès du
Dictateur.

Pendant le récit de ces horribles détails, le général Garibaldi tenait
les yeux fixés sur la pauvre femme dont le dernier enfant, âgé de onze
mois, était enveloppé dans un châle qu'elle serrait sur sa poitrine.
Après quelques instants, il se dirigea vers elle et, soulevant le châle
qui entourait la pauvre petite créature endormie sur le sein de sa mère:
«Pauvre femme! dit-il; mais, madame, soyez tranquille, je la prends sous
ma protection et je ferai en sorte de réparer, autant qu'il est en mon
pouvoir, de tristes événements indépendants de ma volonté.»

Elle resta au palais où on lui donnait deux thari par jour pour pourvoir
à ses besoins et, plus tard, le général la fit entrer dans un couvent
avec ses deux enfants.

Plusieurs autres malheureuses, qui vinrent aussi se réfugier au
Palazzo-Reale, furent traitées de la même manière.

Cependant la partie saine de la population finit par s'émouvoir de ces
actes barbares. Des décrets parurent, sévères et fermes. Ce remède fut
inefficace. Il fallut une ordonnance aussi inexorable que les actes des
septembriseurs palermitains. A partir de ce jour, tout individu
convaincu d'avoir frappé d'une arme quelconque qui que ce fût, d'avoir
crié haro ou ameuté la population contre quelqu'un, d'avoir arrêté
illégalement quelque personne que ce fût, passait de suite devant un
conseil de guerre qui, séance tenante, prononçait le jugement,
exécutoire dans les dix minutes.

Le jour même où ce décret était affiché, un assassinat avait lieu près
du marché: le coupable, arrêté, était passé par les armes à trois heures
de l'après-midi, sur la place de la Citadelle.

Le lendemain, deux autres exemples semblables avaient lieu sur la place
de la Marine.

Dès lors, ces scènes de cannibales devinrent plus rares.

L'assassinat de la Bagheria vint encore cependant ensanglanter ces pages
de l'histoire de Palerme. Un corps de volontaires siciliens y avait été
mis en cantonnement. Leur commandant, jeune homme d'une trentaine
d'années qui depuis dix ans sacrifiait sa fortune au bénéfice de la
révolution projetée et qui, pendant longtemps, lors des événements
révolutionnaires de Sicile, avait commandé ses guérillas dans la
montagne, rentrait à son quartier, revenant de Palerme où il avait dîné
dans sa famille. Il est abordé par un de ses volontaires qui lui réclame
quelque argent. Le commandant lui répond qu'on ne lui doit rien et qu'on
ne lui donnera rien. Un instant après, trois coups de feu l'étendaient
roide mort. Toute la population palermitaine s'émut vivement de ce
nouvel acte de férocité; mais il fallut plusieurs jours pour trouver et
arrêter le meurtrier qui fut fusillé sur la piazza de la Bagheria.

On a parlé aussi vaguement, à cette époque, d'une tentative d'assassinat
sur la personne même du Dictateur. Ce fait est certainement controuvé.

Les volontaires continuaient à arriver en foule de toutes parts. Ce
n'étaient plus les aventuriers sans ressources de Marsala: c'étaient de
beaux soldats bien équipés, bien armés. Ils ressemblaient, à s'y
méprendre, à des régiments piémontais, dont ils portaient le costume,
légèrement modifié. Beaucoup même de leurs officiers se souciaient si
peu de laisser paraître leur nationalité qu'ils conservaient l'uniforme,
et jusqu'au numéro de leur régiment. Il est probable, ou du moins on
doit le supposer, que soldats et officiers avaient fini leur temps ou
étaient en disponibilité. Mais ce n'était certainement pas pour
infirmités temporaires qu'ils étaient réformés, car les uns comme les
autres étaient généralement des gaillards solides. Il ne se passait
presque pas de jour sans que quelque convoi d'hommes et d'armes ne
débarquât dans le port. Aussi les rues de la ville et les promenades
regorgeaient-elles d'uniformes étranges et variés: une douzaine ou deux
de zouaves, quelques turcos, des chasseurs d'Afrique, des spahis, des
Anglais en assez grande quantité, puis des officiers de toutes les
nations de l'Europe. Il finit par y en avoir tant et tant qu'il fallut
songer à les utiliser et à les acheminer sur divers points de la Sicile.

Dans beaucoup de localités, bien des choses allaient un peu de travers.
On se permettait quelques escapades à l'égard des propriétaires. On ne
se privait même pas, à l'occasion, de les tuer, de les brûler et de les
piller par-dessus le marché.

Comme il n'y avait plus de police, plus de soldats et presque plus de
municipalité, ces espiègleries se commettaient tranquillement et
paraissaient devoir rester impunies. Depuis le départ des Napolitains,
on avait organisé quelques régiments; on les forma alors en brigades. Le
général Türr prit le commandement de la première division, qui devait
traverser la Sicile en passant par Girgenti, Caltanisetta, puis gagner
Catane. La seconde, commandée par le général Bixio, devait suivre aussi
la route de l'intérieur, mais par la montagne. La troisième, sous les
ordres du général Medici, devait prendre la route maritime de Palerme à
Messine.

Dans les derniers jours de juin, vers les quatre heures du soir, la
division du général Türr se formait en bataille sur la place du
Palazzo-Reale, où le général Garibaldi la passait en revue, et, vers les
sept heures, elle se mettait en marche avec une section de pièces de
campagne, une d'obusiers de seize pouces et quelques caissons de
munitions; les caissons étaient représentés par de simples charrettes
ornées de petits pavillons. Toute cette division avait néanmoins bonne
tournure. Un grand laisser-aller dominait, mais on trouvait énormément
de bonne volonté. On y remarquait surtout avec plaisir un superbe
bataillon de chasseurs à pied piémontais, un bataillon de Suisses ou
Bavarois, presque tous déserteurs de l'armée royale, et une belle
compagnie de tirailleurs indigènes. Toutes ces troupes avaient une tenue
assez régulière en ce qui concernait, du moins, la casaque rouge et le
pantalon de toile. Le képi piémontais figurait aussi généralement comme
coiffure. Mais, pour le fourniment, c'était une autre affaire. Chacun
avait organisé son havre-sac le mieux qu'il avait pu. La grande sacoche
en sautoir était le plus généralement employée. On voyait des bidons de
toute espèce, des cartouchières de modèles variés, mais le tout arrangé
de la manière la plus commode.

Cette division traversa la ville de Palerme et prit la route de
Missilmeri, qui devait être sa première étape. A son passage dans les
rues, il y eut un vrai moment d'enthousiasme. C'est que l'on comprenait
que c'étaient ces volontaires qui allaient décider en définitive du sort
de la Sicile. Ils marchaient au-devant des troupes royales, et devaient
relever sur leur route le drapeau de l'ordre renversé en plusieurs
endroits, et planter les couleurs italiennes sur les derniers points de
la Sicile occupés par les troupes napolitaines. Le général Türr, qui les
commandait, emportait avec lui toutes les sympathies de la population
palermitaine. Malheureusement la maladie devait bientôt l'arracher, pour
quelque temps, à sa division. Plusieurs jours après, à la même heure, le
général Bixio partait aussi avec sa brigade.

Cette dernière était beaucoup moins forte que celle du général Türr.
Elle comptait tout au plus quinze cents hommes, mais presque tous hommes
faits et soldats. Il y avait bien, par-ci par-là, quelques dizaines de
moines défroqués, portant haut la tête et maniant certes mieux leur
fusil qu'ils n'avaient manié le goupillon; mais, en résumé, cette
brigade paraissait plus homogène que la division du général Türr. Elle
n'avait pas d'artillerie, et possédait seulement quelques guides pour le
service d'état-major du général. Sa mission était de réprimer
vigoureusement les désordres qu'elle rencontrerait sur son itinéraire et
de courir sus, sans miséricorde, aux bandes de malfaiteurs qui se
montraient dans beaucoup d'endroits. Le troisième corps, celui de
Medici, partait ensuite par la route maritime de Palerme à Messine et
devait se réunir, à un endroit donné, avec celui de Bixio.

On avait installé, à Palerme, une fonderie de canons qui fonctionnait
déjà admirablement. Une partie des cloches non-seulement de Palerme,
mais encore de toutes les villes de la Sicile, avaient été offertes par
les églises et les couvents. Il y avait de quoi fondre plus de pièces
qu'il n'en aurait fallu à une armée de cent mille hommes, et cependant
il en restait encore une telle quantité que, les jours où elles se
mettaient en branle et aux grandes fêtes, c'était un vacarme à ne pas
s'entendre.

On fut un jour bien étonné en rade. Une embarcation du port, toute
simple d'apparence, poussait du débarcadère et se dirigeait vers
l'escadre anglaise. Quelques officiers garibaldiens, en chemise de laine
rouge, étaient à bord de ce canot qui, bientôt, accostait l'amiral
anglais.

Le Dictateur allait faire une visite non officielle, puisque son
gouvernement n'était pas reconnu, mais de courtoisie, aux commandants
des stations étrangères sur rade. Du vaisseau amiral anglais, il se
dirigea vers le _Donawerth_, puis vers le commandant piémontais qui le
salua de dix-sept coups de canon lorsqu'il regagna la terre. Ces visites
lui furent rendues avec empressement, mais toujours en écartant le
caractère officiel. A cette époque aussi, le _Franklin_, capitaine
Orrigoni, fut envoyé en mission sur la côte Sud. Il devait toucher à
Trapani, Marsala, Girgenti, Alicata, Terranova, et pousser jusqu'au cap
Passaro. Il était chargé de rapporter les fonds offerts par les
provinces, de faire le sauvetage d'un transport napolitain chargé de
boulets et de canons, échoué entre Alicata et Terranova. Il devait
aussi, à son retour, coopérer, s'il y avait lieu, au sauvetage du
_Lombardo_ à bord duquel une corvée de marins et d'officiers du génie
maritime avait été envoyée préalablement de Palerme, et enfin y amener
les délégués de toutes les villes du littoral.

Il serait trop long d'énumérer tous les décrets et tous les changements
de fonctionnaires qui eurent lieu alors. On pataugeait un peu partout,
mais on cherchait cependant à faire pour le mieux. L'expérience seule
manquait. On n'est pas parfait. Cette armée d'hommes déterminés manquait
d'organisateurs. C'est à grand'peine si le service médical avait pu être
installé dans les différents corps. Celui de l'intendance était tout à
fait incomplet. On procédait, autant que possible, par réquisitions.
Elles étaient payées par le trésor municipal; celui de l'armée était
trop pauvre. On pouvait tout au plus compter aux volontaires leur mise
en campagne: les officiers touchaient environ deux francs par jour,
juste de quoi manger; le reste de leurs appointements devait leur être
payé en arrérages, lorsque l'état de la caisse le permettrait. Quant au
service des hôpitaux et des ambulances, c'était encore, il faut
l'avouer, ce qui laissait le plus à désirer. La population palermitaine
y mettait peu du sien, et l'empressement était minime pour recevoir les
blessés dans les maisons particulières ou leur porter des secours, soit
en nature, soit en argent. Déjà mal organisés, les hôpitaux eux-mêmes,
accablés par ce surcroît de malades ou de blessés, n'offraient presque
aucune ressource aux malheureux qui venaient y chercher des soins et des
pansements.

On ne se serait jamais imaginé, certes, à voir l'égoïsme de la
population et sa froideur, qu'il s'agissait de leurs sauveurs ou, tout
au moins, de leurs libérateurs. Pas un inspecteur, pas un chef de
service ne surveillait les hospices ni les blessés à domicile. Ce qui
est pire encore, ils étaient le plus généralement oubliés dans la
répartition de la paye. Quelques-uns manquaient de tout et la plus
grande partie étaient obligés de se contenter de bien peu; heureux
encore lorsque le linge ne venait pas faire défaut aux blessés.

La garde nationale avait été organisée dès l'entrée de Garibaldi dans
Palerme; mais elle était généralement assez mal vue par lui. Il
n'appréciait pas au juste la valeur des services qu'elle pouvait être
appelée à rendre dans un moment donné. Le Dictateur disait qu'il lui
fallait des soldats et non des avocats. Cependant elle finit par prendre
un peu d'importance, car il faut convenir qu'elle montra une grande
fermeté en plusieurs circonstances difficiles.

Une affreuse cohue se dirigeait un soir vers la porte du Palazzo-Reale
en traversant la place. Des cris de mort et des hurlements de vengeance
sortaient de cette foule armée de toutes sortes de choses et éclairée
par des torches au reflet rougeâtre et sanglant. Un malheureux, déjà
blessé à la tête, était traîné, la corde au cou, par un horrible
Quasimodo, espèce de bête féroce, bossue, tortue et bancale.

Les misérables qui entouraient la victime brandissaient à chaque instant
sur sa tête des coutelas de toute nature. On entendait, dans cette
foule, des sifflements inexplicables, semblables au bruit que ferait une
forte fusée en s'élançant dans les airs.

En voyant ce rassemblement à l'aspect sauvage, le poste de la garde
nationale prit les armes et, à l'instant où, arrivés vis-à-vis le
Palais-Royal, ces massacreurs allaient sans doute immoler leur victime,
le chef du poste se jeta résolument, le sabre à la main, sur ceux qui
serraient de plus près le pauvre diable; ses soldats en firent autant
pour les autres, jouant un peu de la baïonnette par-ci par-là. Eu
quelques moments la place était libre; les torches, abandonnées par
leurs porteurs, gisaient à terre et les fuyards disparaissaient en toute
hâte dans les rues voisines. Bien entendu, la victime était restée aux
mains de la garde nationale sans autre mal qu'un coup de baïonnette dans
la joue et un coup de couteau dans l'épaule. C'était, du reste, un assez
triste personnage, pis qu'un sbire; c'était un traître qui avait vendu
ses camarades lors de l'affaire du couvent de la Ganzza. Malgré cela,
Garibaldi, le lendemain, lui faisait donner un sauf-conduit et le
faisait embarquer sur un bâtiment en partance pour Naples.

Plusieurs histoires de ce genre finirent par faire prendre la garde
nationale plus sérieusement par le nouveau gouvernement. Il y avait
aussi quelquefois des manifestations.

La manifestation est une chose assez inconnue dans notre pays. C'est une
coutume tout italienne. On vous dit le matin: il y aura ce soir
manifestation pour tel motif ou contre tel autre. A l'heure dite, vous
voyez une longue procession de promeneurs à pied, en voiture, à cheval,
qui viennent défiler sous les fenêtres de l'autorité, ou même tout
simplement se poser devant elles avec calme, y séjourner quelques
instants, puis se retirer comme elle est venue. Quelques vivat s'en
mêlent; mais c'est une exception. On fait une manifestation en faveur
d'un ministre ou contre un autre. On fait une manifestation pour fêter
l'arrivée d'un général ou d'un étranger de distinction. Dans ce cas, les
plus huppés des deux sexes, parmi les acteurs, montent dans le salon du
noble général ou étranger, lui adressent leurs compliments de bienvenue.
Alexandre Dumas, qui était logé au Palazzo-Reale, ne put l'échapper, et
fut le héros d'une cérémonie de ce genre. Une foule enthousiaste vint,
une après-midi, encombrer brusquement la place vis-à-vis ses fenêtres,
et s'égosiller aux cris de _Viva Dumas! viva l'Italia! viva Dumas! viva
la liberta! viva Garibaldi! viva Dumas!_ etc.--«Qu'est-ce que Dumas?
disait l'un à son voisin.--Je ne sais pas, disait l'autre.--C'est le
frère du roi de Naples, ou bien encore c'est un prince circassien
accablé de richesses qui vient mettre à la disposition de la liberté
sicilienne ses sujets et son vaisseau.» Il va sans dire que la plus
grande partie connaissait parfaitement notre illustre romancier; mais,
dans la classe vulgaire qui, généralement, ne sait pas lire, en Sicile,
il n'est pas étonnant que la majorité ne connût pas, même de nom,
l'auteur des _Mousquetaires_ et des _Mémoires de Garibaldi_. En somme,
Dumas se prêta galamment à l'ennui de la réception qui suivit la
manifestation. Il trouva de ces paroles qui ne lui font jamais défaut,
et renvoya tout le monde content, même les musiciens qui terminèrent la
cérémonie par une sérénade, et auxquels il dut, à en juger d'après leurs
figures épanouies, distribuer quelques-uns des trésors de
_Monte-Cristo_. Deux ou trois jours après, Dumas quittait Palerme, et
faisait route, avec la brigade de Türr, pour Caltanisetta et Girgenti où
son yacht devait le reprendre. Ce fut un départ tout militaire. Il y
avait là Legray, le photographe, Lockroy, le dessinateur, etc., enfin,
une quatorzaine de troupiers finis, plus ou moins moustachus, plus ou
moins barbus, le sac au dos, le fusil à deux coups sur l'épaule, et
chacun avec un râtelier varié à sa ceinture.

Il était trois heures du matin lorsque cette petite troupe se mit en
marche, les voitures et les bagages au centre, trois superbes pointers
anglais en éclaireurs, et le pilote du yacht à l'arrière-garde. Mais
revenons à Palerme.

Pendant que tous ces événements se passaient, la ville avait repris son
animation d'autrefois. Le commerce, qui jamais n'y a brillé beaucoup,
avait un certain essor, grâce aux volontaires. On se croyait enfin pour
toujours débarrassé des Napolitains. Cependant, une vague inquiétude,
causée par les nouvelles de l'intérieur, courait dans les classes
élevées. Il ne fallut rien moins que le départ des colonnes mobiles pour
calmer un peu certaines craintes, peut-être exagérées, mais certainement
motivées par les événements de Modica, Caltanisetta, etc.

Malgré toutes ses préoccupations militaires et les ennuis que lui
causaient ses embarras ministériels, le Dictateur n'en trouvait pas
moins encore le temps de réunir ses municipalités pour essayer, sinon
une réorganisation complète, du moins un attermoiement qui permît
d'attendre, avec une certaine tranquillité, une époque plus calme. Le
général Orsini, ministre de la guerre, faisait de son côté tout son
possible pour organiser et mettre en état quelques batteries d'obusiers
de montagne et de pièces de campagne dont l'armée libératrice avait le
plus grand besoin. On formait aussi deux régiments de cavalerie, et les
remontes avaient fini par produire un assez bon résultat pour espérer
que l'on pourrait même dépasser ce chiffre.

Un assez grand nombre de recrues et de nouveaux volontaires arrivant
chaque jour, le général Garibaldi ordonna une revue pour le 2 juillet,
au pied du mont Pellegrini, sur le Champ-de-Mars.

A cet effet, dès trois heures du matin, toutes les troupes se mirent en
marche et se trouvèrent bientôt réunies sur le terrain de manoeuvres. Il
est impossible de donner une juste idée de ce spectacle. L'emplacement,
par lui-même, est quelque chose de magnifique. D'un côté la mer, de
l'autre le mont Pellegrini, avec ses formes majestueuses et ses rochers
aux tons violets, que le soleil levant colorait des teintes les plus
vives et les plus harmonieuses; du côté de la campagne, la promenade de
la Favorita et la fertile vallée de la Conca-d'Oro. Les curieux étaient
en petit nombre. On ne se lève pas d'aussi bonne heure à Palerme, et le
général Garibaldi, peu désireux d'une nombreuse assistance, avait songé,
avant tout, à la santé des soldats en ne les exposant pas aux
intolérables chaleurs du milieu de la journée. Parmi les troupes qui
défilèrent devant le général on remarquait surtout, à leur belle tenue,
les corps toscan et lombard; la légion anglo-sicilienne y était
représentée par son bataillon de dépôt. Quant aux recrues, elles
n'étaient pas brillantes: il y avait beaucoup d'enfants, un grand nombre
même n'étaient pas armées. Telle qu'elle était, cette armée comptait
encore douze à treize mille hommes. Le défilé eut lieu aux cris de _Viva
la liberta! Viva Garibaldi! Viva Vittorio-Emmanuele!_ Il est à remarquer
que ce dernier nom ne venait jamais qu'après celui de Garibaldi.

Le lendemain de cette revue, le général Türr revenait à Palerme, forcé,
par la maladie, d'abandonner le commandement de sa division. Il dut
s'embarquer immédiatement pour Gênes et aller prendre les eaux que
l'état de sa blessure réclamait.

Un nouveau décret du Dictateur venait aussi, à cette époque, confisquer
au profit de l'État les biens d'une foule de congrégations religieuses
plutôt nuisibles qu'utiles, et dont l'existence devenait un non-sens
avec le nouvel état de choses. C'étaient, entre autres, les Jésuites et
les congrégations du Saint-Rédempteur. La municipalité vint aussi offrir
à Garibaldi, en même temps que ses remerciements, le titre de citoyen de
Palerme. Le conseil municipal, dans cette occasion, ne dissimula pas au
Dictateur que la population attendait avec une vive impatience le vote
de l'annexion; que cette mesure seule ramènerait le calme et la sécurité
dans le commerce et l'industrie, en même temps qu'elle permettrait de
réprimer vigoureusement les excès qui, dans certains districts,
ensanglantaient la révolution sicilienne. Le général se montra
très-reconnaissant du droit de cité qu'on lui octroyait, mais, quant à
l'annexion, sa réponse, quoique longue, pouvait se résumer en quelques
lignes:

«Je suis venu combattre pour l'Italie et non pas pour la Sicile seule,
et, tant que l'Italie entière ne sera pas réunie et libre, rien ne sera
fait pour une seule de ses parties.» Ce qui n'empêcha pas les
mécontents de demander l'annexion plus fort que jamais, et de voir
afficher dans quelques rues, sur les portes et fenêtres, de vastes
pancartes blanches, portant:--«Votons pour l'annexion et
Vittorio-Emmanuele!»

La demande du conseil municipal exprimait-elle sincèrement le voeu de la
nation? C'est ce que l'avenir prouvera.

A propos de placards, il en parut un jour un et des plus bizarres. Un
monsieur, un avocat, appelait le peuple de Palerme aux armes et à la
liberté en invoquant ... l'exemple des Vêpres siciliennes. Le moment
était en effet bien choisi pour rappeler un pareil souvenir; c'était une
grande preuve de tact et de bon goût! «Montrons-nous, disait-il, les
dignes fils des héros qui délivrèrent jadis leur patrie!» Je ne sais si
les Palermitains avaient conservé un culte très profond pour ces héros
d'un autre âge, mais la proclamation ne fit lever que les épaulés chez
tous ceux qui la lurent.

On avait espéré à Naples que la promesse d'une constitution et
l'adoption des couleurs italiennes par François II feraient sensation à
Palerme et dans la Sicile, et ramèneraient quelques esprits au
gouvernement royal. Mais le fort Saint-Elme, à Naples, et les bâtiments
de guerre napolitains, saluèrent seuls ces modifications à une politique
à jamais repoussée par l'opinion publique. Quant à Palerme et à la
Sicile, la nouvelle y passa tout à fait inaperçue; ce ne fut pas
cependant la faute du général qui la fit afficher partout; elle reçut
le même accueil que la proclamation de l'habile panégyriste des Vêpres
siciliennes.

Le moment approchait où l'armée libératrice allait sortir de
l'immobilité et reprendre l'offensive. Il était fortement question de
l'attaque de Messine sur laquelle convergeaient les colonnes
indépendantes. Quatre forts transports à vapeur avaient été achetés par
le général Garibaldi et on se disposait à les armer aussi bien que
possible. Ils formaient, avec ceux que l'on possédait déjà, une petite
escadre pouvant transporter plusieurs milliers d'hommes à la fois. Trois
nouveaux bâtiments vinrent encore bientôt l'augmenter. Un matin, la
population des quais fut stupéfaite de voir apparaître l'une des plus
jolies corvettes de la marine napolitaine, son pavillon à la corne, mais
le guidon parlementaire au mât de misaine. Elle approchait toujours,
traversait la rade, et venait mouiller jusque dans le port. Quelques
instants après, son pavillon était amené et remplacé par les couleurs
italiennes. Le général Garibaldi se rendit à bord, et reçut le bâtiment
qui lui fut remis par le commandant et la presque totalité des
officiers. Quant aux matelots, ils furent débarqués, et la plupart s'en
retournèrent à Naples. Un nouvel équipage fut formé immédiatement, un
commandant nommé, et le _Véloce_ repartait de suite en croisière, pour
revenir, vingt-quatre heures après, avec deux prises napolitaines,
l'_Elba_ et le _Duc de Calabre_. C'était donc un vrai bâtiment de
guerre ajouté au matériel naval dont pouvait dès lors disposer le
général Garibaldi.

Trois jours après, l'on apprenait l'arrivée de la colonne Medici à
Barcelona et la marche en avant du général napolitain Bosco.

C'est à Messine qu'il faut maintenant se transporter au plus vite, cette
ville va devenir le théâtre de nombreux et intéressants événements.



IV


Messine, à peine remise du bombardement de 1848, devait ressentir le
contre-coup immédiat des événements de Palerme. Plusieurs fois ravagée
par la peste et les tremblements de terre, celui de 1783, entre autres,
qui fit périr plus de quarante mille personnes, elle est construite en
amphithéâtre sur le bord de la mer et à peu près au milieu du détroit
qui porte son nom. Cette ville est partagée, dans le sens de sa
longueur, par deux grandes voies parallèles au quai du port, la strada
Ferdinanda et le Corso. Une quantité d'autres rues coupent ces deux
premières à angle droit et viennent aboutir sur le quai. Dès qu'on a
traversé le Corso, le sol s'élève rapidement et les rues deviennent
presque impraticables aux voitures. C'est là que sont les quartiers des
couvents.

Le port, qui est vaste et parfaitement à l'abri, est défendu par une
imposante citadelle, pentagone régulier dont chacun des bastions est
retranché et fermé à la gorge par une tour maximilienne. Les deux qui
sont sur le front de la place en regard du champ de manoeuvres de
Terranova sont carrées et munies de canons de gros calibre. Plusieurs
ouvrages y ont été ajoutés à diverses époques: entre autres une batterie
rasante casematée de vingt-deux pièces, construite en face de la ville
sur l'emplacement de l'ancien chemin couvert, et un autre ouvrage
allongé en forme de jetée, défendu à son extrémité par une forte
batterie qui commande la mer et le détroit.

Au delà de la citadelle, une étroite langue de terre, haute tout au plus
de deux ou trois mètres au-dessus du niveau de la mer, et appelée bras
de Saint-Renier, se dirige vers l'entrée du port. A son extrémité se
trouve un second fort qui porte le nom de San-Salvador. Trois autres
occupent les points culminants des collines qui avoisinent la ville. On
conçoit dès lors comment les habitants ne pouvaient mettre le nez à leur
fenêtre sans apercevoir quelques canons braqués dans leur direction.

Les quais sont magnifiques et bordés de belles constructions
malheureusement inachevées ou en ruines. Au beau milieu un affreux
Neptune à jambes torses, tenant en laisse deux monstres encore plus
laids et plus difformes que lui qu'on décore des noms de Charybde et de
Scylla, se pavane sur un socle bizarre; c'est une oeuvre florentine, on
la prendrait plus volontiers pour celle de quelque sauvage sculpteur de
la Nouvelle-Calédonie. Il y a un beau jardin public appelé la Flora, où
l'on fait de la musique. Des églises à chaque pas et autant de couvents
que de maisons. Les jours de fête religieuse et même à certaines heures
du soir, celle de l'_angelus_, par exemple, c'est un vacarme de cloches,
de pétards et de coups de fusil à étourdir Vulcain et ses Cyclopes.
Quant aux rues, elles sont dallées et assez propres au premier abord,
mais elles ne supportent guère un examen attentif. La cathédrale possède
un baldaquin en pierre dure de la plus grande richesse et d'une exquise
élégance. Ce monument fut commencé par le duc Roger et terminé plus
tard. La façade, de style ogival, est en marbre et ornée de mosaïques et
de bas-reliefs. Elle est malheureusement à moitié détruite.

Une charmante petite fontaine se laisse encore admirer sur la place,
mais dans quel état est-elle! C'est à peine si l'on peut en approcher,
tant les immondices et le fumier encombrent ses abords. Les marbres
disjoints menacent ruine, et les bas-reliefs, ainsi que les gracieuses
statuettes de femmes assises qui supportent la vasque supérieure, sont
ornés d'une telle croûte de crasse, de boue et de sable, qu'on a peine à
en distinguer les contours et la forme.

Elle fut édifiée en 1547 par Fra Giovanni d'Angelo. La place est assez
belle, du reste, et ornée de deux statues: l'une en bronze, représentant
Charles II à cheval, et l'autre le bon roi Ferdinand. Le Corso et la
strada Ferdinanda sont les promenades favorites des habitants. Il y a
des quantités de palais, mais ils sentent la misère à dix lieues à la
ronde. A part quelques exceptions, lorsque l'oeil vient à plonger dans
ces somptueuses habitations, on reste épouvanté de ce qu'on aperçoit à
l'intérieur. Une haute chaîne de montagnes, appelée monts Pelore,
entoure la ville et va aboutir au Faro.

Depuis le débarquement de Garibaldi à Marsala, les habitants de Messine,
quoique non moins exaltés que ceux de Palerme, paraissaient frappés de
stupeur. Plus les troupes royales arrivaient en ville, venant de
Palerme, Trapani, Girgenti, etc., enfin de partout excepté de Syracuse,
et plus on s'empressait de fermer les magasins, d'emballer les
marchandises et de les cacher partout où faire se pouvait. On se
remémorait avec crainte les horreurs du premier bombardement et on en
prévoyait un second pire encore et presque inévitable.

La citadelle et les forts entassaient effectivement canons sur canons,
perçaient meurtrières sur meurtrières, blindaient leurs embrasures et
couvraient leurs parapets de sacs à terre.

Près de trente mille hommes défendaient ces ouvrages et formaient autour
de Messine, sur tous les points dominants des monts Pelore, une suite de
postes d'observation dont le télégraphe et le monte Barracone étaient le
centre et la base de défense.

Toujours en alerte, toujours sur pied et toujours en tenue de campagne,
ces troupes paraissaient décidées et dévouées. Le général Clary, qui
commandait en chef, avait l'ordre formel de n'abandonner aucun des
points utiles à la défense. On devait donc croire que les colonnes
libérales rencontreraient une résistance désespérée. Or les habitants de
Messine, en prévision de ces événements, avaient quelques raisons de
s'alarmer. Si les soldats royaux paraissaient vouloir défendre leur
drapeau un peu mieux qu'à Palerme, on pouvait être certain que la plus
grande partie se hâteraient aussi de profiter des moments favorables
pour renouveler les scènes de massacre et de pillage qui avaient désolé
Palerme et autres lieux. Aussi, tous les magasins restaient-ils, depuis
près d'un mois, impitoyablement fermés; les rues presque désertes de
jour, étaient, la nuit, entièrement abandonnées. On n'y rencontrait que
de longues files de factionnaires tirant à tort et à travers à la
moindre alerte, sans beaucoup de souci de l'endroit où leurs balles
allaient se loger, ni du mal qu'elles pouvaient faire à des innocents.

A l'approche des colonnes de Garibaldi, la désertion, qui commença
parmi les troupes royales, amena un relâchement marqué dans la
discipline et, par suite, augmenta les craintes: dans la nuit du 23 au
24 juin, quelques coups de feu, tirés par des sentinelles timorées,
donnent l'alarme aux postes de la ville. Plusieurs se mettent en
retraite sur la citadelle et, sans autre forme de procès, commencent à
piller les maisons. Deux habitations furent complètement saccagées;
heureusement les propriétaires, comme la plupart des habitants, étaient
absents. Ceux qui le pouvaient passaient la nuit à la campagne où ils se
croyaient plus en sûreté que dans la ville. Les consuls, entre autres
celui de France, M. Boulard, firent d'énergiques remontrances au général
commandant en chef qui répondit qu'il était peiné de ces actes
inqualifiables d'indiscipline et de ladronerie, mais que malheureusement
les moyens de répression lui manquaient: il promit cependant de faire
une enquête; on savait ce que cela voulait dire.

A partir de ce jour, la panique devint générale. Les familles riches
affrétèrent, à quelque prix que ce fût, des bâtiments étrangers à bord
desquels elles embarquèrent, en toute hâte, meubles et argenterie.
Certains commerçants payaient jusqu'à quinze livres par jour rien que le
droit de rester à bord des bâtiments sur rade, sans préjudice des autres
dépenses; tandis que d'autres, moins riches, ne pouvant retenir des
bâtiments de commerce, louaient des bateaux de pêche et des chalands.
Les plus pauvres, emportant leurs enfants dans leurs bras et leurs
matelas sur le dos, se dirigèrent vers les plages du Paradis, de la
Grotta et du Faro qui offrirent ainsi bientôt l'aspect d'une ville
improvisée.

Les consuls qui avaient des bâtiments de leur nation sur rade,
s'empressèrent aussi d'y transporter les archives de leurs
chancelleries. Les autres les évacuèrent sur leur maison de campagne. Le
service des messageries impériales lui-même fut obligé de chercher un
refuge sur une mahonne installée _ad hoc_. Quant aux administrations, il
n'y en avait autant dire plus. Chacun s'empressait de mettre la clef
sous la porte et de décamper sans tambour ni trompette. Le service des
postes, seul, tint bon ou à peu près. Chose étrange, il apportait à
Messine les édits de Garibaldi que l'on affichait tranquillement, et
réciproquement, il remportait à Palerme les décrets et journaux
napolitains. Quant aux tribunaux, à la municipalité, etc., un décret du
général Garibaldi, publiquement affiché dans les rues de la ville, leur
avait enjoint de se rendre à Barcelona, et tout le monde s'était
empressé d'obéir, excepté le directeur de la Banque qui avait prétexté
la nécessité de sa présence à Messine pour éluder l'ordre du Dictateur.

Les églises elles-mêmes restaient en partie fermées; c'est à peine enfin
si l'on pouvait se procurer les objets les plus nécessaires à la vie. Le
commerce maritime, de son côté, devenu complètement nul, faisait, des
quais une vaste solitude que rien ne venait troubler, sauf les cris des
factionnaires et le bruit des marches et contre-marches des soldats,
dans lesquels on commençait à avoir si peu de confiance qu'on ne les
laissait plus séjourner quarante-huit heures dans le même endroit.

Le 14 juillet, plusieurs bateaux calabrais, ayant à bord des
volontaires, débarquaient à un mille et demi de la ville, sur la route
de Taormini, et les hommes se répandaient isolément dans la campagne.

Les troupes royales, en observation dans les environs, ne les virent pas
ou ne voulurent pas les voir.

Ces volontaires devaient, aussitôt la retraite de l'armée napolitaine
sur Messine, se précipiter dans la ville, en barricader les rues et
empêcher ainsi la rentrée des troupes royales.

La cité ressemblait à un tombeau. Presque toutes les troupes furent à ce
moment dirigées vers la montagne. Des bandes de _picchiotti_ avaient
apparu sur les sommets du mont Castellamare et dans les ravins
environnants; ils échangeaient même, de temps en temps, des coups de feu
avec les avant-postes royaux, qu'ils commençaient à inquiéter chaque
jour.

Le général Medici, arrivé depuis plusieurs jours à Barcelona avec sa
colonne, publia le 6 juillet une proclamation adressée aux soldats
napolitains et dans laquelle il leur représentait leur cause comme
perdue et les appelait à la liberté. Il avait avec lui quelque chose
comme trois mille hommes. Les troupes royales occupaient Spadafora et le
Jesso, séparées par trois ou quatre milles à peine de la brigade de
Fabrizzi. On annonça, le 15, le débarquement, du général Cosenz à
Olivieri, petite ville située à dix-huit milles de Milazzo et près de
Poti. Il avait avec lui, disait-on, huit bateaux à vapeur, dont le
_Véloce_, le tout amenant deux ou trois mille hommes. Le soir même, il
faisait sa jonction avec le général Medici.

Le chiffre de l'armée nationale, prête à commencer les opérations,
s'élevait donc à environ six mille soldats, sans compter les guérillas.
On apprenait, en même temps, l'arrivée à Catane de l'ancienne division
du général Türr, commandée alors par le général hongrois Ehber. La
colonne de Bixio, arrivée de son côté à San-Placido, ne comptait pas
plus de cinq ou six cents hommes.

Pendant ce temps, le corps du général Bosco était parti de Messine le
14, vers trois heures du matin, et s'avançait sur Spadafora en trois
colonnes, la première longeant la mer pour donner la main à la garnison
de Milazzo, la deuxième suivant la route consulaire, et la troisième se
dirigeant sur les derniers contre-forts de la montagne. Cette petite
armée comptait quatre bataillons de chasseurs à pied, plusieurs
escadrons de chasseurs à cheval et de lanciers, et deux batteries
d'artillerie.

Les avant-postes de l'armée libératrice se replièrent devant les troupes
royales, prenant position à Linieri et Meri, bourgades à trois milles
environ en avant de Barcelona.

Pendant que le général Medici exécutait ce mouvement de feinte
retraite, le général Fabrizzi prenait la traverse de Saponara, de
manière à gagner, par les Fiumares, les hauteurs d'Antellamare, et de
couper de sa base d'opérations la colonne expéditionnaire du général
Bosco. Le départ précipité des troupes royales pour la montagne donnait
beaucoup de chances à ce mouvement. Chaque pas en avant de l'armée
libérale venait augmenter l'appréhension des habitants de Messine.
Cependant, il était évident que tant que les bâtiments de guerre
étrangers seraient dans le port, entre la ville et la citadelle, et
qu'on ne les aurait pas sommés de se retirer ainsi que les bâtiments de
commerce, le bombardement ne pourrait avoir lieu.

Les navires de guerre sur rade étaient alors la frégate à vapeur le
_Descartes_, le _Scylla_, corvette anglaise à hélice, une corvette
autrichienne, enfin, une frégate piémontaise à hélice. Ces quatre
navires avaient choisi leur mouillage de telle façon qu'ils
interceptaient tout le champ de tir entre la citadelle et la ville. Lors
d'un ras de marée, qui eut lieu vers le 10 ou le 11, les corvettes
autrichienne et anglaise crurent devoir quitter le port et aller
mouiller en rade. Mais, dès le lendemain, à la suite d'une espèce
d'invitation officieuse aux autres bâtiments de guerre de suivre
l'exemple des deux premiers, la corvette anglaise rentrait dans le port,
et reprenait son ancienne place, entre le _Descartes_ et la frégate
piémontaise qui était la plus rapprochée de terre.

Il y avait sans cesse, parmi les troupes royales, des alertes du dernier
plaisant. Une nuit, sur le monte Barracone, les troupes qui y campaient
prirent les armes, et, pendant plus de deux heures, firent, dans toutes
les directions, des feux féroces; feux de bataillon, feux de peloton,
rien n'y manqua, qu'un ennemi. On croyait, en ville, à une affaire des
plus sérieuses.

Une autre nuit, deux bateaux caboteurs autrichiens, chargés de vivres
pour la citadelle même, ne purent étaler le courant dans le détroit et
se trouvèrent drossés sur la plage entre la citadelle et le fort de la
Pointe. Un chemin couvert, longeant cette plage, reliait les deux
forteresses et chaque nuit deux ou trois bataillons y restaient de
service en prévision d'un débarquement de Garibaldiens.

En voyant ces deux bateaux s'approcher du rivage et bientôt après
s'échouer, les guerriers de François II commencent une fusillade d'enfer
sur ces malheureuses barques. En vain les matelots leur crient qu'ils
sont des amis; en vain leurs propres officiers leur hurlent aux
oreilles: _Basso et fuoco!_ quand ils obtiennent à grand'peine que le
feu cesse d'un côté, il recommence d'un autre avec plus d'acharnement,
et cependant on ne leur rendait pas un seul coup de fusil. Le feu dura
plus de deux heures, les balles arrivaient jusqu'à bord des bâtiments de
guerre en rade, c'est-à-dire dans une direction diamétralement opposée à
celle où se trouvaient les navires suspects. Enfin, le calme se
rétablit.

Le lendemain matin, ces deux malheureux bateaux, remorqués par des
embarcations qu'on leur avait envoyées, rentraient dans le port, criblés
de balles, leur gréement haché, leurs voiles en lambeaux et, ce qui rend
cette plaisanterie fort triste, la moitié de leurs équipages tués ou
blessés, malgré la précaution qu'ils avaient prise de descendre à fond
de cale.

Le 17, au soir, une partie de la colonne de gauche du général Bosco
marchait en _dépendant_ sur sa gauche, lorsque ses vedettes
rencontrèrent celles de Medici, et engagèrent un feu très-vif. Chaque
parti faisant soutenir ses avant-gardes, il s'ensuivit un combat en
règle. L'affaire continua assez tard dans la nuit. Les troupes de Bosco
se retirèrent vers Milazzo, emmenant quelques prisonniers, dont un
capitaine, et laissant sur le terrain pas mal de morts et de blessés. De
leur côté, les Garibaldiens avaient fait aussi un assez grand nombre de
prisonniers, et ils avaient moins de monde hors de combat. C'est à ce
moment même que Garibaldi, quittant brusquement Palerme le 18,
s'embarquait sur le _City of Alberdeen_ avec un millier d'hommes et
mettait le cap sur Milazzo. Le brave chef de l'armée indépendante avait
flairé la poudre et il venait tomber sur le champ de bataille juste à
point pour enlever ses volontaires et ajouter la victoire de Milazzo à
celles de Calatafimi et de Palerme.

Lors de l'affaire du 17, les troupes napolitaines avaient un grand
avantage sur celles de Medici, en ce qu'elles avaient du canon et
tiraient à boulets creux sur un ennemi à découvert et sans artillerie.
On racontait de différentes manières le commencement de cette petite
action. En rapportant toutes les versions, on est certain de rencontrer
la véritable.

On disait d'abord qu'un petit convoi, appartenant au corps de Bosco et
composé d'une cinquantaine de mulets chargés de farine, avait été
attaqué et enlevé dans l'après-midi par quelques avant-postes siciliens.
Un détachement napolitain fut envoyé pour le reprendre. De là, bataille.

Suivant d'autres, le général Bosco avait confié à un major un poste
important que celui-ci abandonna presque immédiatement. Arrêté par ordre
de son général, il fut enfermé dans le château de Milazzo. En vrais
soldats napolitains, les royaux commencèrent à s'ameuter et à crier haro
sur le général Bosco, exigeant la mise en liberté immédiate de leur
major. Mais ce n'était pas le compte du général qui, peu facile à
intimider, commença par ramasser quelques troupes d'élite et apaisa
rapidement cette mutinerie; puis, prenant en personne le commandement de
deux bataillons, s'en alla bravement reprendre le poste abandonné
qu'occupaient déjà quelques hommes de Medici. Ne voyant pas motif
sérieux pour le garder quand même, il se retira, de sa propre volonté,
ou, suivant la version opposée, il fut forcé de l'abandonner. Ce qu'il y
a de certain, c'est que, dans cette affaire, les Napolitains eurent
quinze hommes tués et cinquante blessés. On leur fit une soixantaine de
prisonniers. Les pertes des Siciliens ne furent que de dix hommes tués,
trente-cinq blessés et vingt-sept prisonniers.

Ces récits variés s'appliquent-ils à une seule affaire ou à plusieurs?
Les deux bulletins de Medici, ci-joints, feraient pencher pour la
seconde hypothèse.

    «Barcelona, 17 juillet, sept heures quinze minutes du soir.

    «L'ennemi a tenté de tourner mon extrême droite. J'ai envoyé
    contre lui quatre compagnies. Combat très-vif. L'ennemi, fort de
    deux mille hommes, avec artillerie et cavalerie, a été repoussé
    et s'est retiré à Milazzo. Notre perte est de sept morts et
    divers blessés, celle de l'ennemi est beaucoup plus forte; il a
    laissé aussi quelques chevaux.

        «_Signé_: MEDICI.»


    «Deuxième bulletin.--17 juillet, deux heures avant minuit.

        «Medici au Dictateur.

    «L'ennemi renouvelle l'attaque avec une plus grande énergie et
    de plus grandes forces. Le combat dure depuis plus de deux
    heures avec un feu nourri, continu, vif, imposant. L'ennemi a
    bombes et canons. Avec des positions bien choisies, il résiste
    énergiquement. Deux charges des nôtres à la baïonnette décident
    de la journée.

    «L'ennemi se retire à Milazzo; il a souffert de graves pertes en
    morts et en blessés. Nous avons peu de morts, mais bon nombre de
    blessés. Nous avons fait quelques prisonniers. L'esprit des
    volontaires est admirable.

        «_Signé_: MEDICI.»

Avant d'en venir au combat de Milazzo, il est nécessaire de donner
quelques détails topographiques sur le champ de bataille.

La ville de Milazzo est située à l'entrée d'une presqu'île étroite et
plate. A toucher la ville une courte chaîne de collines, sur le premier
mamelon de laquelle se trouve le château de Milazzo, s'élève et s'étend
jusqu'au bout de la presqu'île sur un développement d'environ deux
kilomètres. Tout à fait à l'entrée de la presqu'île, avant la cité, à
travers un terrain sablonneux et couvert de roseaux, se faufile une
petite rivière sur laquelle est jeté un pont d'une seule arche. Tous les
alentours sont obstrués par des roseaux à tiges élevées; au delà,
quelques terrains sablonneux, traversés par la route consulaire qui
vient aboutir à l'entrée du pont, s'étendent jusqu'aux terres cultivées
qui montent en pentes insensibles vers Barcelona. Le pays est couvert de
vignobles et les champs sont presque tous entourés de murs de pisé et de
terre d'une hauteur moyenne d'un mètre ou un mètre cinquante, sur
lesquels croissent d'épais cactus aux épines acérées. Après les
engagements du 17 et du 19, les troupes royales occupaient la route
consulaire et les positions environnantes, l'artillerie avait pris
position sur la route, et, en tête du pont, une fortification
passagère, armée de canons, assurait la retraite en cas de besoin.

Les troupes de Medici, dans la plaine en avant de Barcelona, étaient
séparées des troupes royales par deux milles environ; mais les
tirailleurs étaient à peine à quelques centaines de mètres les uns des
autres.

Le 20, vers cinq heures du matin, on entendit sur la droite des
Garibaldiens, à la hauteur des avant-postes du centre napolitain,
quelques coups de feu dont la fumée se confondait avec les légères
vapeurs qui s'exhalaient de la terre. Cette fusillade s'étendit bientôt
sur le front d'une partie de l'armée. A cinq heures et demie, la
mousqueterie, devenue très-vive, annonçait de part et d'autre un
engagement sérieux.

Le feu devint bientôt général. Une affaire décisive était engagée à un
mille et demi de Milazzo et sur une étendue de deux milles environ.

La légion anglo-sicilienne, commandée par le colonel anglais Dunn, fut
une des premières et des plus sérieusement aux prises avec l'ennemi.

L'armée nationale, privée d'artillerie et obligée de lutter contre des
troupes qui avaient choisi d'avance leurs positions, se tenant à couvert
et trouvant partout des abris pour ses tirailleurs, avait, dans le
principe, un désavantage marqué. Ce n'était que par des prodiges de
valeur qu'elle pouvait espérer égaliser les chances du combat. A la
suite d'un mouvement en avant très-prononcé qu'elle exécuta rapidement
et avec audace, il y eut un temps d'arrêt causé par plusieurs décharges
successives de mitraille. Le désordre, se mettant alors de la partie,
obligea les libéraux à battre en retraite pour se rallier et sortir de
la zone de feu dans laquelle ils s'étaient engagés.

On se reformait lentement. Ces décharges écrasantes avaient serré le
coeur des volontaires. Lorsque tout à coup, le cri de: «Voilà
Garibaldi!» se répète d'un bout à l'autre des lignes. Un régiment
piémontais, arrivant tout frais sur le champ de bataille, se précipite
en avant tête baissée, Garibaldi le précède; il est suivi par tout le
reste de l'armée qui se reforme comme elle peut en marchant en avant. Le
combat se rétablit. La route consulaire abordée à la baïonnette est
enlevée et les troupes royales sont rejetées vers le rivage. Mais là,
chaque champ est une redoute qu'il faut forcer. Ces diables de haies
sont infranchissables. Il faut les abattre à coups de crosse et couper
les cactus à coups de sabre. L'ennemi, en fuyant, a abandonné une pièce
sur la route, le général Garibaldi, qui en ce moment n'a auprès de lui
que Missori et deux ou trois guides, l'aperçoit, et on s'empresse de la
jeter dans le fossé, ne pouvant l'emmener; car, au même moment, une
dizaine de braves lanciers de l'armée napolitaine faisaient une charge
pour tâcher de dégager leur pièce et de la ramener. Après avoir parcouru
deux ou trois cents mètres et passé à côté de Garibaldi et de ses
compagnons sans y prendre garde, ils revenaient, renonçant à l'espoir de
retrouver leur canon, lorsqu'ils aperçurent le général et se
précipitèrent, la lance baissée, sur le petit groupe d'hommes qui
l'entourait.--Pends-toi, brave Dumas, tu n'étais pas là pour raconter ce
combat digne de d'Artagnan!--D'un coup de revers de sabre, le général
Garibaldi abat presque la tête du major qui commandait les lanciers.
Missori tue le second et le troisième. Les autres s'espadonnent avec les
guides. En résumé, huit lanciers et huit chevaux restent sur le carreau
et le Dictateur s'élance vers de nouveaux hasards.

Les volontaires avancent toujours avec intrépidité, les Napolitains ne
cèdent que pied à pied. Les terrains conquis sont couverts de morts et
de blessés parmi lesquels il y a bien plus de volontaires que de soldats
royaux. Ou arrive enfin aux roseaux où l'on se bat à bout portant.

Encore refoulés, les Napolitains se précipitent vers l'isthme et le
pont, suivis de près par les Garibaldiens. Mais à ce moment, la batterie
du pont se démasque et fait pleuvoir sur ceux-ci une grêle de mitraille.
C'est là que leurs pertes furent le plus sensibles. Il est impossible
d'aller de l'avant sous cette pluie de biscaïens et cependant un plus
long temps d'arrêt compromet le succès de la journée. Le Dictateur
paraît et, en même temps que le cri de Vive Garibaldi! sort de toutes
les bouches, toutes les poitrines s'élancent au feu; la batterie est
escaladée, quelques pièces, attelées à la hâte, fuient au galop de leurs
chevaux; mais deux canons restent au pouvoir des assaillants. Les uns
et les autres arrivent pêle-mêle sur l'isthme. De tous côtés la ville
est envahie. Pourchassés dans les rues, les royaux se hâtent de gravir
les rampes du château et se réfugient dans la forteresse, aux
acclamations des volontaires. Ceux-ci, après l'avoir tournée, attaquent
et enlèvent immédiatement deux tours et une demi-lune, en face de la
porte principale du château, vers l'intérieur de la presqu'île. Le
_Véloce_ était venu aussi prendre sa part du combat et tirait à boulet
sur l'armée royale. Un instant le général Garibaldi se rendit à bord;
et, au moment où les Napolitains essayaient une sortie du château,
plusieurs volées de mitraille lancées par les grosses pièces du bord les
arrêtèrent court et les forcèrent à rentrer au plus vite dans la place.

Telle était la situation à cinq heures et demie du soir. Le reste des
troupes royales était enfermé et bloqué dans la citadelle de Milazzo,
tandis que sur les hauteurs, du côté de Spadafora et du Jesso, on
apercevait des colonnes napolitaines s'éloignant en toute hâte dans la
direction de Messine.

Le soir, Milazzo était occupée par une division de l'armée sicilienne et
toutes les rues, routes et chemins aboutissant à la citadelle,
barricadés et défendus par de forts détachements.

Pendant le combat, on avait aperçu au large deux grands navires de
guerre croisant sans pavillon. Au premier abord, le chiffre des pertes
du côté des Garibaldiens fut estimé à près de 800 hommes hors de
combat.

Les Napolitains n'en accusèrent qu'environ 300.

Voici les deux bulletins du quartier général garibaldien:

        «Camp national de Meri, le 20 juillet.

    «Ce matin à six heures commençait un échange de coups de fusil;
    on crut d'abord à une affaire d'avant-postes, mais ce fut
    bientôt une mêlée générale. Les royaux avaient de l'artillerie,
    les nôtres en manquaient. La mêlée fut terrible: les royaux
    étant à l'abri, les nôtres se battant à découvert. Un moment la
    position parut difficile; mais au nom magique de Garibaldi, les
    nôtres s'étant élancés comme des lions, les positions furent
    enlevées, et, à trois heures vingt-cinq minutes, nos troupes
    entraient à Milazzo, après s'être emparées de cinq pièces
    d'artillerie, dont trois conquises pendant le combat, hors des
    murs, et les deux autres à l'entrée.

    «Le vapeur le _Véloce_ canonna le fort, où les royaux se
    renfermèrent, toujours poursuivis à la baïonnette; ils y sont
    pressés comme dans un baril d'anchois.

    «Les nôtres ont pris ensuite la première porte du fort et un
    bastion, où notre drapeau flotte sur une tour.

    «Nous devons déplorer des pertes graves; celles des royaux sont
    énormes. On regarde comme certain la reddition du fort et de la
    colonne entière. A l'instant arrive un renfort pour nous avec
    des canons rayés. Les soldats de Spadafora se retirent au
    Jesso.»


        «Deuxième bulletin.--21 juillet.

    «Hier, à six heures du matin, la lutte s'engagea à Milazzo, et
    elle ne finit qu'à huit heures du soir. La mêlée fut terrible.
    On combattait sur toute la ligne. Il y eut un grand carnage des
    bourbonniens qui se battaient avec beaucoup de ténacité, de
    sorte qu'il fallut gagner du terrain pied à pied sous une pluie
    de mitraille. Le champ de bataille, couvert de cadavres ennemis
    et de bagages de toutes sortes, avec cinq canons, fut enfin
    conquis aux cris de: _Vive l'Italie! vive Garibaldi!_

    «Nos jeunes gens ont rivalisé d'enthousiasme avec les braves de
    la légion Garibaldi, qui a été la première au combat et la
    première à courir à la baïonnette pour forcer Milazzo et
    s'emparer aussi des premier et deuxième réduits de la
    forteresse, toujours la baïonnette dans les reins des
    bourbonniens.

    «Nos pertes n'ont pas été excessives. La légion Garibaldi a eu
    quelques hommes légèrement blessés; nos jeunes gens ont aussi un
    peu souffert, mais les pertes des braves du continent ont été
    sensibles. D'énormes dommages ont frappé, l'ennemi qui, en
    fuyant, a été acculé aux redoutes et de là dans le reste de la
    forteresse. Il a été poursuivi jusque-là, et on a coupé les
    conduites d'eau.

    «Ce matin 21, le _héros_ Bosco s'est présenté au Dictateur et a
    demandé à sortir avec les honneurs de la guerre. «Non, a répondu
    Garibaldi, vous sortirez désarmés, si cela vous plaît.»

    «Fabrizzi et Interdonato ont marché sur le Jesso par ordre du
    généralissime. L'ennemi, qui occupait cette position, s'est
    retiré aussitôt vers Messine.

    «Le Dictateur, dans un combat de cavalerie à Milazzo, a d'un
    revers de son sabre fait sauter le bras et l'épée au major du
    corps napolitain, qui le poursuivait; après quoi la cavalerie
    napolitaine a été dispersée et, détruite. Juste punition d'une
    opiniâtreté fratricide.

    «Vive l'Italie! Vive Victor-Emmanuel!»

Le soir même du combat, et malgré l'insuffisance du service d'ambulance,
tous les blessés furent relevés, aussi bien ceux des Napolitains que
ceux de l'armée libérale, et transportés, partie à Barcelona partie dans
les maisons de Milazzo qui étaient restées presque désertes: tous les
habitants s'étant réfugiés sur l'extrémité de la presqu'île où se
trouvent une grande quantité de villas.

Le consul d'Angleterre s'était empressé de mettre sa maison à la
disposition du général Garibaldi et de son état-major. Toute la nuit, la
ville fut illuminée par les volontaires. Le premier soin de Garibaldi,
après avoir pensé à ses blessés, fut de donner l'ordre au général
Fabrizzi et au chef de guérillas Interdonato de marcher avec leurs
troupes sur le Jesso, vers les plus proches versants de la ceinture de
montagnes qui entoure Messine, pour obliger les troupes qui battaient en
retraite de Spadafora à gagner cette ville au plus vite, et inquiéter,
par ce mouvement, les troupes royales dans le cas où elles chercheraient
à faire une pointe pour dégager le général Bosco.

Le 21 et le 22, on commença, du côté de l'armée nationale, quelques
travaux d'attaque contre le château.

Manquant d'artillerie de siége, le général Garibaldi était résolu à
procéder par la mine contre les défenses de la place. De son côté, le
château envoyait des boulets et de la mitraille partout où il apercevait
un assaillant. Le 23, au matin, trois bâtiments de commerce français, le
_Charles-Martel_, la _Stella_ et le _Protis_, frétés par le gouvernement
napolitain, arrivaient sur la rade de Milazzo, chargés de vivres et de
munitions pour l'armée royale. Grand fut l'étonnement du premier des
capitaines de ces navires, M. de Salvi, commandant le _Protis_, en
débarquant, de se voir conduit au général Garibaldi, quand il croyait
rencontrer le général Bosco.

Après avoir expliqué au Dictateur quelle était sa mission, il lui
demanda à retourner à son bord pour décider avec les capitaines des deux
autres navires ce qu'ils avaient à faire. En ce moment, l'aviso à vapeur
de guerre, la _Mouette_, commandant Boyer, qui se rendait à Messine et
devait toucher à Milazzo, mouillait à côté du _Protis_. Le commandant
Boyer s'était à juste titre ému de la fausse position dans laquelle se
trouvaient, ces trois bâtiments français. Après avoir convoqué les
capitaines et apprenant que le général Garibaldi les laissait
entièrement libres de leurs manoeuvres, il les engagea à faire route
pour Messine.

M. de Salvi qui, indépendamment du transport qu'effectuait son navire,
avait une mission particulière de la cour de Naples, déclara alors au
commandant de la _Mouette_ qu'il croyait de son devoir, avant
d'appareiller, de faire tout son possible pour communiquer avec le chef
de l'armée royale.

Quelques instants après, la _Mouette_ continuait sa route sur Messine et
le _Charles-Martel_ et la _Stella_ la suivaient de près. Quant au
capitaine du _Protis_, il se faisait débarquer et retournait chez le
général Garibaldi; celui-ci s'empressa de lui donner l'autorisation de
se rendre à la citadelle pour accomplir sa mission. Il le chargea même,
de son côté, d'un projet de capitulation qu'il devait soumettre au
général Bosco. Garibaldi offrait la liberté aux officiers, mais il
demandait que les troupes restassent prisonnières de guerre. De plus, il
faisait prévenir le commandant de l'armée royale que deux mines étaient
assez avancées pour rendre certaine l'ouverture de plusieurs brèches et
que, s'il refusait la capitulation, on serait forcé de recourir à ce
moyen. M. de Salvi était accompagné d'un clairon avec drapeau blanc et
d'un officier, afin de pouvoir, sans encombre, arriver à sa destination.
Ce ne fut qu'après deux ou trois appels de clairon que deux officiers
napolitains, sortis par la poterne, vinrent s'informer de ce que
désirait le parlementaire et, sur son explication, le prièrent
d'attendre quelques instants pour qu'ils pussent aller rendre compte de
sa demande d'introduction au général Bosco.

Dix minutes après, ils étaient de retour. Le clairon et l'officier
devaient rester où ils étaient. On banda les yeux à M. de Salvi et on ne
lui enleva son bandeau que dans la chambre même du général Bosco.

La conversation s'engagea en italien. Mais M. de Salvi ayant dit qu'il
était Français, le général s'excusa de lui avoir fait bander les yeux,
quoique ce fût une des exigences de la guerre. Après avoir accompli sa
mission, M. de Salvi fit part au général des propositions de Garibaldi.
«C'est impossible, lui répondit Bosco, moi et mes soldats nous tiendrons
dans la place, et jusqu'à la dernière extrémité je n'abandonnerai ni ma
troupe, ni la forteresse.

«Bien plus, ajouta-t-il, que le général Garibaldi m'indique
l'emplacement de sa mine, et j'irai le premier m'y faire tuer à la tête
de mes soldats.» En le congédiant, il dit à M. de Salvi que, sans un
ordre formel de son gouvernement, il ne rendrait jamais la place.

Le capitaine du _Protis_ fut reconduit les yeux bandés, comme il était
venu, jusqu'à l'endroit où il avait laissé son escorte, et vint de suite
transmettre au Dictateur la réponse du commandant des troupes royales.
Garibaldi, appréciant la fermeté de Bosco et ayant hâte d'en finir afin
de pouvoir diriger ses troupes sur Messine et éviter les lenteurs et
l'effusion de sang que pouvait entraîner une attaque de vive force, pria
M. de Salvi de retourner auprès du général Bosco et de lui porter de
nouvelles conditions. Le capitaine accepta avec empressement cette
mission conciliatrice; il pria toutefois Garibaldi de lui donner son
ultimatum par écrit.

Cette nouvelle tentative n'eut pas plus de succès que la première. Le
commandant de la citadelle déclara nettement que sa position n'était pas
assez précaire pour l'obliger à accepter de telles propositions, qu'il
devait attendre les ordres de son gouvernement, et que, dans tous les
cas, et en temps et lieu, si cela était nécessaire, il enverrait
lui-même un parlementaire: tout en désirant de grand coeur, comme le
général de l'armée nationale, éviter des sacrifices inutiles, il voulait
cependant, avant tout, sauvegarder son honneur et celui des troupes que
S.M. le roi de Naples avait daigné lui confier.

En descendant du château, M. de Salvi aperçut au large quatre frégates
napolitaines courant à toute vapeur sur le port de Milazzo, l'une de ces
frégates, le _Fulminante_, battait pavillon de contre-amiral. Comme
cette petite escadre avait le vent debout et que, d'ailleurs, la brise
était très-faible, on ne s'aperçut pas au premier moment que le
_Fulminante_ avait arboré pavillon parlementaire.

M. de Salvi, prévoyant une attaque napolitaine et sachant son navire
mouillé près de terre, par conséquent dans une position dangereuse, se
hâta de porter cette dernière réponse au général Garibaldi et de
regagner son bord pour pouvoir parer aux éventualités. La vue de
l'escadre napolitaine fit accourir sur les remparts toute la garnison du
château de Milazzo et ses acclamations suivaient les navires qui
avançaient grand train.

De leur côté, les Garibaldiens prenaient les armes; la générale battait
partout, et on armait précipitamment trois batteries disposées à tout
événement sur les quais, pendant que l'artillerie de campagne venait au
galop se ranger sur l'isthme. De plus, le _Véloce_, que la rupture d'un
de ses pistons obligeait à l'inaction et qui, amarré derrière le môle,
avait ainsi sa coque abritée du feu de l'ennemi, transportait toute sa
batterie sur le même bord, prête à faire feu.

Mais bientôt on distingua le pavillon parlementaire; et un colonel
d'état-major, envoyé par le roi de Naples, débarqua à terre et fut reçu
par un colonel aide de camp du Dictateur. Après quelques pourparlers et
quelques allées et venues, on tomba d'accord sur les articles de la
capitulation.

Pendant que ces faits se passaient à terre, la _Mouette_, qui n'avait
fait que toucher à Messine et dont le commandant était inquiet sur le
sort du _Protis_, mouillait de nouveau sur rade à côté de celui-ci. Vers
les sept heures, le colonel Anrani, chargé de la capitulation par le roi
de Naples, avait une entrevue avec Bosco; la capitulation était
définitivement signée, et le _Protis_ appareillait immédiatement pour
porter à Messine l'ordre au _Charles-Martel_, au _Brésil_, à la
_Stella_, à la _Ville de Lyon_, etc, de venir embarquer la garnison de
Milazzo.

D'après les conditions de la capitulation, les troupes devaient sortir
avec armes, bagages et les honneurs de la guerre, mais sans munitions;
les pièces de campagne devaient être partagées ainsi que celles de
position; quant aux chevaux de la cavalerie, ils restaient à l'armée
nationale avec la moitié des mulets.

Le total des troupes enfermées dans la citadelle s'élevait à près de
4,000 hommes d'infanterie, 240 chasseurs à cheval et deux batteries
d'artillerie. Il y avait, de plus, 90 blessés et 6 officiers dont 5
amputés.

Le 24, dans la journée, l'embarquement commençait et, le 25, la
citadelle était remise à l'armée nationale. Il y eut, dit-on, au dernier
moment de l'évacuation, un événement assez curieux. La garnison
napolitaine avait emporté, naturellement, les pièces de canon que lui
accordait la capitulation. Mais, lorsque la citadelle fut remise, on
prévint le général Garibaldi que les pièces qui lui étaient échues en
partage avaient été enclouées par les Napolitains avant de partir.
Garibaldi, furieux de ce procédé déloyal, se hâta de se rendre de sa
personne à bord de l'amiral napolitain et se fit remettre un nombre de
pièces égal à celles enclouées.

Avant d'en terminer, pour toujours probablement, avec Milazzo, il faut
convenir qu'enfermée dans une citadelle, sans vivres, sans espoir d'être
ravitaillée, l'armée royale semblait n'avoir d'autre ressource qu'une
capitulation à merci. Cependant, il faut le dire à l'honneur du général
Bosco, il n'a pas un seul instant faibli ni démenti son caractère de
soldat. Si, comme général, il a fait une singulière manoeuvre en se
laissant acculer à la presqu'île de Milazzo, il a racheté cette erreur
par un grand courage et une véritable dignité dans sa conduite.

Les rapports entre le Dictateur et le général Bosco sont restés tout le
temps dans les termes de haute convenance et de parfaite courtoisie,
quoi qu'en aient pu dire certaines versions triviales suggérées par
l'exagération des partis.

Quant à la ville de Milazzo elle-même, hélas! il faut encore l'avouer,
ses braves habitants n'avaient trouvé rien de plus simple que de
décamper en toute hâte. La jeunesse guerrière de cette cité de 12,000
âmes ne fournit pas plus de volontaires à Garibaldi que de renforts au
général Bosco. Cependant c'était une des villes citées pour leur
royalisme.

Ce qu'il y a de certain, c'est que chacun était déménagé avec armes et
bagages, emportant matelas et couvertures. C'est à peine si l'on put
trouver de la paille pour les blessés, aussi bien d'un parti que de
l'autre. Les quelques citadins retenus par des motifs quelconques dans
la ville, refusaient sans honte un verre d'eau aux blessés. Quant au
linge et à la charpie confectionnée par les charmantes péninsulaires, la
quantité en aurait pu tenir dans une coque de noix. Le pharmacien de
l'endroit lui-même avait emballé ses remèdes et ses purgations.

Aussitôt que les événements de Milazzo parvinrent à Messine, il y eut
grand mouvement militaire et brouhaha général sur toute la ligne. Les
troupes de réserve furent massées en face de la citadelle, sur le champ
de manoeuvres de Terranova, pendant que de fortes colonnes
s'établissaient sur toutes les hauteurs environnantes. La cavalerie
seule était, par ordre supérieur, évacuée en toute hâte, et à force de
transports, sur Reggio.

Le 22, les bâtiments de guerre étrangers étaient invités, le plus
poliment possible, à aller mouiller partout ailleurs que dans le port,
où ils gênaient l'oeuvre probable de destruction de la ville par la
citadelle; tandis que les navires de commerce recevaient l'ordre de
déguerpir immédiatement sans tambour ni trompette, emportant leur
chargement d'habitants émigrés. On vit donc, dès le matin, de longs
chapelets de bâtiments de toutes sortes remorqués, qui par des
embarcations, qui par de petits vapeurs, gagner les mouillages de la
Grotta, du Ringo, du Paradis, etc., et venir, comme en 1848, s'abriter
sous les pavillons des vaisseaux de guerre étrangers. Ce fut un
spectacle singulièrement, mais aussi tristement pittoresque, que celui
de cette ville nomade installée sur la plage de toutes les manières les
plus bizarres qu'il soit possible de se figurer. Que l'on s'imagine, en
effet, une agglomération compacte de trois ou quatre cents bâtiments de
commerce et barques de pêche; autant de bateaux, de canots qu'il pouvait
en tenir blottis les uns contre les autres, halés à terre; les uns en
bon état, les autres tombant en ruine; ceux-ci bien espalmés,
embarcations de luxe, celles-là de vraies arches de Noé, galipotées,
goudronnées et sentant le vieux poisson à dix kilomètres à la ronde:
tout cela couvert de tentes bariolées plus étranges les unes que les
autres. En vérité, on ne saurait avoir idée de cette ville aquatique,
qui va servir de refuge à toute une population. A terre, sur la plage,
ce sont des gourbis, des profusions de haillons accrochés à toute espèce
de choses, des feux qui brûlent pour faire la cuisine, des myriades
d'enfants, mâles et femelles, qui gigottent, partie dans le sable,
partie dans l'eau, à qui mieux mieux. De toutes parts, des puits creusés
dans le sable pour fournir une eau saumâtre à des gens qui meurent de
soif. Puis, le long du chemin qui suit la mer, des maisons bondées
d'habitants; une route où l'on ne saurait circuler qu'au pas, tant il y
a de monde et d'obstacles. Tout cela cause, crie, hurle, boit, mange,
sans souci et avec une tranquillité parfaite. N'est-on pas hors de la
portée des canons de la citadelle et sous ceux de la France et de
l'Angleterre? En rade, c'est encore plus curieux: ici, un vieux prélart
de toile cirée, une vieille tente en coutil, jadis les beaux jours du
gaillard d'arrière d'un paquebot, abritent une pauvre mais
nombreuse famille, entassée pêle-mêle, depuis l'aïeul jusqu'aux
arrière-petits-enfants, dans une lourde barque de pêche; là, des tapis
de Turquie, des couvertures africaines ou espagnoles étalent, sur le
pont d'un brick-goëlette ou d'une belle balancelle catalane, le luxe de
leurs brillantes couleurs. Plus loin, un caboteur moins luxueux a
désenvergué ses voiles pour mettre à l'abri sa population passagère, et
partout un luxe inouï de bibelots de toutes natures, d'ustensiles de
toutes sortes, de poteries, de batteries de cuisine, de poêles et de
poêlons, de gargoulettes de formes variées, accrochés de ci, de là; des
montagnes de matelas s'alignant le soir à la belle étoile, les uns à
côté des autres; puis, comme à terre, à bord de chacun de ces bateaux en
particulier, un monde d'enfants, glapissant, braillant, gémissant à qui
mieux mieux, des mères aux voix criardes et discordantes, des chiens qui
aboient, des moutons qui bêlent, et toujours cette inimitable odeur de
poisson grillé, d'ail frit, d'oignons sautés, au milieu d'une atmosphère
de fumée à vous faire éternuer pendant vingt-quatre heures. C'est à y
perdre l'ouïe et l'odorat.

Malheureusement, tout cela est de la triste comédie. Si on rit par ici
en regardant, on est tenté de pleurer par là en détournant les yeux; ce
sont d'affreuses misères qui, certes, eussent ajouté de graves maladies
au fléau de la guerre, si une position aussi hétéroclite eût duré
quelques jours de plus. On a vu des embarcations, une entre autres sur
laquelle il y avait dix-huit enfants dont le plus âgé n'avait pas douze
ans, rester plus de quarante heures sans avoir un morceau de galette ou
de biscuit à distribuer à leur population; et, sans la générosité de
quelques riches propriétaires des maisons de campagne environnantes,
beaucoup de ces malheureux n'eussent certainement pu trouver à soutenir
leur existence. Le besoin n'était pas seulement l'effet du manque
d'argent, car, même à prix d'or, il était difficile de trouver quelque
chose. Beaucoup de ces pauvres gens vivaient au jour le jour avec leurs
enfants, n'ayant à se partager qu'une ou deux maigres pommes de terre.
Heureusement cette triste situation ne dura qu'une semaine; sans cela,
en vérité, et pour empêcher tout ce monde de mourir de faim, il eût
fallu forcément, je crois, que les bâtiments de guerre vidassent leur
soute à biscuit. Ce qu'il y avait de consolant, c'était de voir qu'en
somme, cette population prenait assez philosophiquement son parti et
endurait ses privations avec une résignation digne d'un meilleur sort.

Chacun, cependant, abandonna sans le regretter, je crois, les plages
hospitalières du Ringo et de la Grotta.

On prétend, est-ce à tort ou à raison? que Messine devait être la rançon
de la citadelle de Milazzo. Il est, en effet, permis de penser que le
Dictateur avait bien pu sacrifier la satisfaction de faire prisonnier
tout le corps du général Bosco à l'avantage d'occuper, sans coup férir,
et de sauver d'un bombardement la ville de Messine.

Cette malheureuse cité n'était plus qu'un vaste désert depuis
l'évacuation complète du port.

Le 23 et le 24 se passèrent sans encombre. Partout, des soldats allant
et venant, en troupe ou isolément, sans avoir trop l'air de savoir ce
qu'ils faisaient ou ce qu'ils voulaient faire. Le 25 au matin, les rues
désertes retentirent de plusieurs décharges de mousqueterie. Un nombreux
rassemblement, composé d'au moins trois personnes placées à un kilomètre
environ l'une de l'autre avait provoqué cet accès belliqueux de la part
des Napolitains. On voyait, au même instant, les troupes campées à
Terranova se diriger en profondes colonnes vers la ville. Les deux forts
Gonzague et San-Salvador avaient levé leurs ponts-levis, fermé leurs
portes et hissé leurs pavillons. Une multitude de baïonnettes brillaient
derrière les embrasures aveuglées de canons. Vers une heure, les postes
du Télégraphe et de la Torre étaient enlevés par Interdonato et le
général Fabrizzi. Les troupes royales, après une courte résistance,
s'étaient repliées sur leur vraie ligne de défense, le mont Barracone et
les hauteurs qui s'y rattachent.

Elles paraissaient disposées à une sérieuse résistance.

A quatre heures de l'après-midi, on vit toutes les hauteurs en face de
cette ligne de défense occupées par les guérillas d'Interdonato. Le
pavillon national flottait sur plusieurs points de la montagne.

A cinq heures, une longue fusillade, mais de peu de vivacité, s'engagea
entre les deux lignes. Elle dura jusqu'au lendemain 26 à deux heures du
matin environ. Toutes les hauteurs d'où l'on pouvait apercevoir le
combat, étaient couvertes de spectateurs venant assister en curieux à
cette petite guerre d'avant-gardes qui leur promettait, pour le
lendemain, une belle représentation militaire. Aussi, dès quatre heures
du matin, se hâtaient-ils de revenir à leurs places de la veille; mais,
quel désenchantement! pas plus de Napolitains que de Garibaldiens. Les
forts de terre seuls, avec leur air de mauvaise humeur, gardaient leurs
portes fermées et leurs pavillons hauts. A onze heures, arrivaient dans
le port de Messine un grand nombre de vapeurs napolitains et de
transports. L'armée royale commençait son évacuation.

Inderdonato, la veille au soir, avait attaqué sans ordre ou, plutôt,
malgré des ordres contraires. A la fin on s'était entendu. L'armée
royale était rentrée en ville pour s'embarquer et les _picchiotti_
s'étaient couchés.

Comme les Napolitains s'étaient massés autour de la citadelle,
abandonnant complètement la ville, quelques hommes de la garde civique,
bien avisés, étaient rentrés en ville et avaient pris immédiatement
possession des postes.

Le même jour, une proclamation invitait les habitants à réintégrer leurs
demeures, les assurant qu'un arrangement était conclu et qu'ils
pouvaient, sans aucun danger, boire, manger, dormir et se promener de
par la ville avec tous les drapeaux et les vivat possibles.

Cependant, le mouvement s'opéra lentement. On ne paraissait pas avoir
grande confiance dans la bonne foi de cet armistice. Une seconde
proclamation, annonçant l'approche de Medici et son entrée dans la ville
pour le lendemain, eut un peu plus de succès. On vit quelques matelas
franchir timidement les portes de Messine.

Le 27, au matin, le général Medici, avec sa division, qu'une
proclamation du Dictateur avait porté, le jour même de la bataille de
Milazzo, à l'ordre du jour de l'armée, faisait son entrée dans la ville
et l'on attendait le général Garibaldi dans l'après-midi.

Tout le monde était d'accord, tout le monde s'embrassait. Chacun courait
par la ville à ses petites affaires. Les soldats napolitains trottaient
gravement par les rues pour acheter leur macaroni. Leurs officiers
regardaient et flânaient. Les volontaires ne manquaient pas d'envie d'en
faire autant et, aussitôt que faire se put, les fusils en faisceaux et
les sacs à terre, ils s'en furent de leur côté, lorgnant aux balcons,
clignant de l'oeil aux ruelles et frayant sans rancune avec la
soldatesque napolitaine dont les figures, épanouies par la certitude
d'une bataille évitée, respiraient le bonheur de se sentir vivre et de
reprendre bientôt la route de Naples.

Dans l'après-midi, Garibaldi fit son entrée, aux applaudissements
frénétiques de tout le monde; quelques drapeaux commencèrent à se
montrer avec froideur. On semblait, dans la ville, avoir beaucoup de
peine à s'habituer à l'idée d'être piémontisé à perpétuité et, certes, à
ce moment, le roi galant homme n'aurait eu qu'une mesquine ovation.

Presque aussitôt entré à Messine, le Dictateur monta en voiture et se
rendit au Faro, à l'entrée du détroit, en passant par le Ringo, le
Paradis, la Grotta, etc. Cette course ne fut qu'un immense triomphe, un
cri de _Viva Garibaldi!_ depuis la sortie de la ville jusqu'à l'extrême
pointe du Faro; et, cependant, il traversait la malheureuse population
sur laquelle les souffrances et les privations pesaient depuis quelques
jours. Quant à _il Re galantuomo_, il n'en fut pas plus question que de
l'empereur de la Chine, malgré l'air conquérant des officiers piémontais
qui accompagnaient le Dictateur. Quand celui-ci rentra en ville, à la
nuit faite, ce fut une course aux flambeaux jusqu'à Messine. Toutes les
fenêtres, tous les navires, jusqu'au plus petit bateau, s'étaient
pavoisés et illuminés de feux de couleurs.

Ce dut être un agréable spectacle pour les troupes napolitaines campées
de l'autre côté du détroit à San-Giovanni, au fort d'Alta-Fiumare, à la
Torre del Cavallo, etc.

Aussitôt le retour de Garibaldi, deux compagnies de chasseurs des Alpes
partaient pour le Faro et, comme le général en chef, étaient conduites
jusqu'à leur poste avec force flambeaux et musique.

La trêve ne fut cependant définitivement signée que le 29. Les
principaux articles stipulaient:

La remise à Garibaldi des forts situés en dehors de la ville avec leur
armement;

L'embarquement, sans obstacle, de tout le personnel et le matériel de
l'armée;

La libre circulation en ville, pour leurs provisions, des soldats ou
officiers napolitains;

La libre circulation du détroit;

La parfaite égalité, pour les deux pavillons, dans le port de Messine;

Une route, qui traverse le champ de manoeuvres de Terranova, devait
servir de ligne de démarcation entre les deux partis;

De chaque côté de cette route, deux lignes de factionnaires gardaient
chaque zone;

De plus, dans le cas où les hostilités recommenceraient entre la
citadelle, qui restait aux Napolitains, et la ville, la cessation de
l'armistice devait être dénoncée au moins quarante-huit heures à
l'avance.

Dès le lendemain 30, Messine semblait se réveiller d'un long cauchemar.
Les bâtiments de guerre rentraient dans le port. Ceux du commerce les
suivaient. La flottille de bateaux emboîtait le pas intrépidement; et,
le soir, sur le quai, dans la strada Ferdinanda, au Corso, tout le monde
se promenait comme d'habitude à la lueur d'une illumination assez
mesquine. Les cafés, rouverts par enchantement, regorgeaient de
consommateurs, Garibaldiens et Napolitains pêle-mêle; et, enfin, sur les
deux heures chacun rentrait chez soi. Laissons-les dormir.



V


Pendant que les Garibaldiens se casernaient de leur mieux et partout où
ils pouvaient, l'armée royale, entassée vis-à-vis la citadelle, se
hâtait d'opérer son évacuation. Tous les vapeurs de guerre napolitains
et les transports se mettaient à la besogne. C'est à Reggio que la plus
grande partie était transportée. D'autres étaient dirigés sur Scylla et
la Bagnara. Le général Clary ne voulait se réserver, dans la citadelle,
que le nombre d'hommes strictement nécessaire pour sa défense. Un mois
plus tard, à la date du 31 août, il ne restait plus au gouvernement
royal que trois points dans toute la Sicile: la citadelle de Messine,
celle d'Augusta et la ville de Syracuse.

Laissons donc cette armée gagner avec enthousiasme la terre ferme, et
revenons aux Garibaldiens. De grandes mutations avaient eu lieu dans
l'armée nationale. Les généraux de brigade Cosenz, Medici, Carini et
Bixio avaient été élevés au grade de majors généraux. Le colonel Ehber
passait général de brigade. L'armée devait s'appeler désormais armée
méridionale. Organisée définitivement, elle se composait de quatre
divisions d'infanterie, d'une brigade d'artillerie et d'une brigade de
cavalerie. Un appel aux armes avait été fait aussi à la jeunesse
messinoise qui n'avait pas mis beaucoup plus d'empressement, pour ne pas
dire moins, que celle de Palerme à s'enrôler sous les couleurs
piémontaises. Bien plus, beaucoup de Siciliens, de Messinois entre
autres, déjà incorporés dans l'armée, ne se gênaient pas pour manifester
tout haut leur répugnance à passer dans les Calabres. Il y eut même, à
ce sujet, une histoire que l'on peut raconter sans en garantir
l'authenticité quoiqu'elle soit parfaitement dans les idées de la
population de Messine. Un général ***, ayant appris qu'un bataillon,
entre autres, de recrues siciliennes déclarait qu'il ne passerait pas
sur le continent, avait fait réunir les hommes et leur avait adressé une
allocution dont voici à peu près le résumé:

«Vous êtes de braves enfants de la patrie. Elle vous est
reconnaissante, le général Garibaldi aussi et moi de même. Mais voire
rôle est de défendre la Sicile, le nôtre d'aller en Italie. Par
conséquent, il n'y a pas d'inconvénient à vous déclarer que ceux d'entre
vous qui voudront partir volontairement pour partager nos dangers seront
seuls appelés à ce service. Les autres resteront dans les dépôts.» Ce
bataillon se composait d'environ 350 hommes. Six se déclarèrent prêts à
combattre de nouveau pour la liberté et à passer en Calabre. Comme le
courage de ces six volontaires faisait honte aux autres, ils ne
trouvèrent rien de mieux que de les huer. Les mauvaises langues
prétendent que le général, qui n'avait voulu que s'assurer sérieusement
du plus ou moins de bonne volonté des hommes du bataillon, avait pris
ses précautions. Tous ces héros, au lieu d'être renvoyés chez eux
auraient été immédiatement divisés par faibles fractions et incorporés
dans d'autres bataillons avec lesquels ils durent marcher bon gré mal
gré. Du reste, une grande preuve de la froideur de cette nation pour le
métier des armes, c'est la mauvaise humeur générale avec laquelle fut
accueilli le décret de la conscription, et l'opposition qu'il souleva
dans toutes les villes et campagnes de la Sicile. Le discours que le
Dictateur prononça, en faisant ses adieux à Messine, et que l'on
trouvera plus loin, vient lui-même attester que c'était avec peine que
la jeunesse endossait le baudrier.

Néanmoins, de Palerme à Messine, ce n'était qu'une suite non
interrompue de détachements de volontaires accourus de divers points du
continent; la plupart de ces détachements étaient très-nombreux et
allaient le plus vite possible rejoindre l'armée méridionale.

Presque tous ces convois arrivaient de Gênes, dirigés par Bertani et
sous le commandement de leurs officiers particuliers. C'étaient, en
grande partie, des soldats et des officiers piémontais, lombards,
toscans et florentins, ainsi que quelques Vénitiens, mais en petite
quantité. Tous, généralement, étaient assez bien équipés et armés.

Une foule de décrets parurent à Messine dès l'arrivée du Dictateur. Les
plus importants furent une suite d'arrêts des plus sévères contre tout
attentat à la vie, aux biens ou à la sûreté individuelle de quelque
individu que ce fût, y compris tous les employés de l'ancien
gouvernement, même les sbires. Presque chacune des infractions à ce
décret était justiciable des conseils de guerre, dont le jugement,
exécutoire dans les vingt-quatre heures, entraînait la peine capitale.
Les autres décrets avaient principalement rapport à la garde nationale,
aux finances et aux fournitures des troupes. Il serait trop long de les
énumérer.

Dès le lendemain de son arrivée à Messine, le Dictateur, avec la fixité
d'idées qui lui est particulière, commençait les préparatifs du
débarquement en Calabre. Pour cela, il fallait non-seulement une base
d'opérations qui était la Sicile tout entière, mais un point de départ.
Messine, devenue une ville neutre, bien que la circulation des pavillons
des deux partis y fût autorisée, ne pouvait convenir. De plus, l'ennemi
aurait trop facilement su tout ce qui s'y passait. On choisit donc le
Faro.

Le Faro est un village situé à l'extrémité d'une pointe de sable à
laquelle il a donné son nom et qui, lorsqu'on arrive à Messine par le
Nord, se trouve à droite de l'entrée du détroit. Deux étangs d'eau
salée, communiquant avec la mer par un canal à moitié comblé, occupent
l'entrée et le centre de cette espèce de presqu'île. Ce sont les Anglais
qui, lors de leur occupation, ont creusé ce canal pour abriter dans les
étangs les nombreuses canonnières qu'ils entretenaient le long de la
côte. A l'extrémité du Faro se trouve un fanal construit au centre d'un
petit fort carré et casematé. A un kilomètre environ de celui-ci, sur la
côte du large en dehors du détroit, existe un fort bastionné qui avait
été abandonné avec armes et bagages par les Napolitains le surlendemain
de l'affaire de Milazzo. Depuis la tour du Faro jusqu'au village, ce ne
sont absolument que des sables au milieu desquels s'efforcent de surgir
quelques touffes de cactus et de figuiers de Barbarie. La population est
composée presque exclusivement de pilotes du détroit et de pêcheurs
d'espadons.

Du Faro à Messine, il existait il y a quelques années des batteries et
des tours casematées, les unes très-anciennes, les autres datant de
l'occupation anglaise ou même plus modernes; mais tout cela avait fini,
faute d'entretien, par tomber en ruines, et il n'y existait pas un canon
au moment où se passaient ces événements. La route stratégique elle-même
était dans un fort triste état. L'artillerie y fut donc immédiatement
dirigée, et immédiatement aussi, fut commencé un ensemble de travaux de
fortifications et de batteries, défensives pour le Faro, et offensives
pour le détroit.

Chaque jour, plusieurs bataillons s'y rendaient le soir de Messine et le
lendemain étaient relevés par d'autres. Ils faisaient, pendant douze
heures de jour, l'office de travailleurs et, pendant la nuit, celui de
soldats. Car l'ennemi était maître du détroit; ses nombreux vapeurs le
sillonnaient en tous sens; puis, les côtes de Calabre étant couvertes de
troupes napolitaines, il paraissait chose bien facile, par une nuit
obscure, de jeter à terre sur les plages du Faro quelques milliers
d'hommes.

Le général Garibaldi allait tous les jours inspecter lui-même les
travaux de ces fortifications passagères et il en profitait pour passer
en revue les bataillons de garde. Il avait toujours soin d'arriver sur
les trois heures ou trois heures et demie du matin, c'est-à-dire à
l'heure où les appels avaient lieu. On y vit s'élever d'abord, comme par
enchantement, une batterie de huit pièces de trente-deux avec des
parapets d'une épaisseur moyenne de dix mètres. C'était la plus
rapprochée du fanal.

Un chemin couvert reliait cette batterie à une deuxième de trois pièces
de soixante-huit, tirant en barbette. L'espèce de courtine produite par
le chemin couvert qui reliait ces deux batteries, était armée elle-même
de plusieurs pièces de vingt-quatre, de caronades et de deux obusiers de
seize. Puis venait, à l'entrée du village, une troisième batterie; une
quatrième fut élevée un peu plus tard à l'entrée du canal et une
cinquième vis-à-vis l'église du Faro. Une grosse tour d'origine
anglaise, construite près du village, fut armée d'une caronade et d'une
superbe coulevrine en bronze portant les armoiries des chevaliers de
Malte. Les plates-formes du fort du fanal reçurent elles-mêmes huit
pièces de gros calibre. Tout cet ensemble présentait vers le détroit un
front assez respectable pour ne pas être à dédaigner.

Ces travaux avaient été commencés primitivement sous la direction d'un
officier français. Mais le général Orsini, ayant quitté le ministère de
la guerre, vint prendre le commandement en chef de l'artillerie de
l'armée méridionale et, en cette qualité, celui du Faro. Il n'eut rien
de plus pressé, naturellement, que de trouver mal tout ce qui avait été
fait, d'en modifier beaucoup les détails et quelque peu l'ensemble. Il
eût peut-être mieux fait de laisser les choses aller leur train et de
tâcher de trouver des soldats aux nombreux officiers d'artillerie,
sachant tout excepté ce qu'était un canon, qu'il avait amenés de Palerme
avec lui. Il y avait, en résumé, de quoi mettre trois officiers par
pièce ou peu s'en faut.

Dès le 10 août, la pacifique presqu'île du Faro s'était métamorphosée en
camp retranché. Sur la plage, en regard du détroit, s'alignaient trois
cents ou trois cent cinquante barques de pêche, future flottille de
débarquement. A leur droite, deux batteries de campagne, trophées de
Milazzo et de Calatafimi, deux batteries d'obusiers de montagne,
provenant de la fonderie de canons improvisée à Palerme, et une section
d'obusiers de seize resplendissaient au soleil, abritées en arrière par
une forêt de baïonnettes en faisceaux, au milieu desquels se promenaient
les factionnaires de chaque bataillon. Tout le village n'était lui-même
qu'une vaste caserne où allaient et venaient constamment des convois de
vivres et de munitions.

Pendant qu'au Faro tout était aux travaux, au débarquement et à la
guerre, dans la bonne ville de Messine, qui avait rêvé pour l'avenir le
calme et la tranquillité, rien n'était plus à la paix.

L'inquiétude recommençait à battre en brèche le courage des habitants,
et l'appréhension d'un autre bombardement venait de nouveau les empêcher
de dormir.

En effet, la cour de Naples, en espérant un instant arrêter
diplomatiquement Garibaldi, avait pu s'imaginer qu'en faisant la part du
loup elle le rassasierait, et avait projeté l'abandon de la Sicile pour
conserver le reste du royaume; mais revenue de son erreur, elle
commençait à s'émouvoir singulièrement de ces préparatifs de
débarquement et de leur apparence menaçante.

Elle savait que les forces de Garibaldi s'élevaient déjà à plus de vingt
mille hommes, véritables soldats, sans compter les non-valeurs et les
inutilités. Des forts de la Torre del Cavallo, elle pouvait faire
compter les canons de l'aventurier, du brigand auquel, cependant, on
donnait le nom de général dans toutes les transactions de Palerme, de
Milazzo et de Messine. Elle s'effraya donc à juste titre. Cet effroi
gagna naturellement le général Clary, commandant de la citadelle, qui
après avoir bien cherché, finit par trouver qu'évidemment les environs
de Messine et, par suite, le Faro devaient être soumis aux termes et
règlements de l'armistice et qu'en conséquence, l'armée méridionale
devait aller faire plus loin ses préparatifs d'envahissement; les
batteries qu'on élevait au Faro étant en fait selon lui des ouvrages
agressifs contre la libre circulation du détroit et même contre les
positions napolitaines des côtes de Calabre. C'était une interprétation
libre et surtout large. Aussi, sa vive réclamation fut-elle réfutée
encore plus vivement. Il s'en suivit pas mal de pourparlers et pas mal
de notes échangées. Comme chacun tenait bon de son côté, il arriva ce
qui arrive presque toujours en pareille circonstance, c'est que, de
guerre lasse, on en resta là. Les Garibaldiens continuèrent leurs
préparatifs, et le général Clary conserva l'avantage de pouvoir les
examiner tout à son aise avec sa longue-vue de l'observatoire de la
citadelle. Quant aux habitants, ils firent comme le général Clary; ils
en prirent leur parti.

Bien des moyens furent employés pour réchauffer la tiédeur belliqueuse
des citadins. Un des plus originaux fut, sans contredit, les harangues
en plein air renouvelées des Romains d'autrefois. Voilà le Forum, voilà
la tribune aux harangues, voilà surtout le grand peuple. Mais hélas! le
Forum est une petite place mesquine et froide, et la tribune aux
harangues est représentée par des tréteaux de saltimbanque.

Le peuple roi se compose d'une centaine ou deux de particuliers plus ou
moins hétéroclites, et le grand orateur est un monsieur en vareuse
rouge. Quelquefois, ce dernier était le _padre_ Gavazzi, cordelier
défroqué, homme éminemment éloquent, au dire des Siciliens et autres
Italiens, je veux dire Piémontais. Ce qu'il y a de certain, c'est qu'il
criait beaucoup. Quelques autres fois, c'était le _padre_ Pantaleone, le
chapelain de Garibaldi, le cordelier de Calatafimi. Lui aussi ne
manquait pas d'une certaine éloquence, et, de plus, il prêchait à
l'ombre des voûtes religieuses. C'était dans la cathédrale que ses
conférences avaient lieu. Puis, il y eut les manifestations, produit
exclusivement indigène.

Ben-Saïa, brave homme s'il en fut jamais, qui, dans toutes les
tentatives révolutionnaires de la Sicile, a fait sa partie, sacrifiant à
la liberté, son idole, fortune et famille; Ben-Saïa apparaissait sur la
strada Ferdinanda, brandissant le drapeau national. Immédiatement la
foule l'entourait, vite une démonstration à la cathédrale! Une musique!
Celle-ci était vite trouvée. Alors au pas de charge, agitant les
chapeaux, les mouchoirs, appelant les dames aux balcons, le cortège
s'ébranlait, faisant la pelote de neige tout le long de la route,
arrivait comme un torrent à la porte de la cathédrale que le bedeau
s'empressait d'ouvrir à deux battants. La foule s'y précipitait, comme
un fleuve débordé, ne s'arrêtant qu'à la balustrade du maître-autel. On
se hâtait d'allumer tous les lampions et cierges disponibles. Pendant
ces préparatifs, la cohue s'agitait tumultueusement dans l'église avec
le va-et-vient d'une mer houleuse et un brouhaha à ne pas s'entendre.
Puis, éclatait un air de musique, le plus vigoureux possible. Aussitôt
après, les casquettes, les mouchoirs, les bras, les jambes reprenaient
leur office aux cris répétés cent cinquante fois de: _Viva la Italia!
Viva la liberta! Viva Garibaldi! Viva Gavazzi! Viva la liberta! Viva
Dumas! Viva il Re Galantuomo!_ etc, etc.

Quand on avait ainsi bien crié, et que tout le monde avait la pépie, la
musique détalait, Ben-Saïa la suivait, la foule emboîtait le pas, on
faisait le tour par le Corso et insensiblement chacun rentrait chez soi,
pendant que le bedeau éteignait ses cierges, refermait précipitamment la
porte de son église, et, de peur d'une deuxième cérémonie analogue à
celle-ci, se hâtait de mettre la clef sous la porte.

Toutes les manifestations se ressemblaient ou à peu près. Mais elles
produisaient peu d'effet sur les sentiments belliqueux. Tout le monde, à
Messine, était, sans contredit, partisan de la liberté et las du
gouvernement napolitain: on voulait même bien se battre, à la rigueur;
seulement on tenait à rester chez soi.

Le contact des royaux et des Garibaldiens n'amenait jamais en ville de
rixes ni de vexations réciproques. Mais des consignes mal comprises
provoquaient souvent des haro de part et d'autre. Un jour, un canot
manoeuvré par un ou deux Garibaldiens, louvoyant pour sortir du port,
s'approchait trop du fort San-Salvador dont un factionnaire, le premier
venu, lui envoyait un coup de fusil. Naturellement, le bateau se hâtait
de se mettre hors de portée. Un instant après, un canot du fort
traversait le port pour venir à quai acheter des provisions. Les
Garibaldiens, à leur tour, envoyaient aux Napolitains une bordée de
malédictions et d'injures, et leur montrant une multitude de poings
vigoureux, disposés à taper, les obligeaient de repartir en toute hâte.
A la longue, ces taquineries devaient amener et amenèrent des coups de
fusil.

Vers le 10, arriva un officier napolitain chargé d'une mission spéciale
pour le Dictateur. Il devait, par tous moyens et toutes promesses,
tâcher d'obtenir du général l'abandon de ses projets sur le continent.
C'est à la même époque que le roi Victor-Emmanuel vint aussi mettre sa
lettre dans la balance. Ni l'un ni l'autre ne purent rien obtenir.

L'officier napolitain s'en retourna, enchanté, dit-on, de l'accueil
qu'on lui avait fait. Quant au roi Victor-Emmanuel, tout le monde
connaît la réponse de Garibaldi.

Au 12, les préparatifs avaient pris des proportions gigantesques. De
leur côté, les Napolitains, sur la côte opposée, prenaient leurs
mesures, et l'escadre royale avait l'air, sinon l'intention, de vouloir
faire bonne garde et empêcher tout débarquement. Elle se composait de
six corvettes et de plusieurs petits avisos, ainsi que de quelques
canonnières. Ce n'était pas sans une certaine appréhension que beaucoup,
même des plus déterminés, parmi les officiers de l'armée méridionale,
envisageaient les projets du Dictateur. Malgré la confiance sans bornes
qu'on avait en lui et l'espèce de fascination qu'il exerçait sur ses
troupes, plus d'un, en réfléchissant à l'opération difficile qui allait
être tentée, se prenait d'une inquiétude que tout semblait justifier.

N'était-ce pas bien osé d'essayer le passage d'un détroit occupé par une
escadre ennemie, sous le feu croisé de ses bateaux à vapeur et de ses
forts, sans autres ressources qu'une quantité de barques qui, au moment
de l'action, seraient encombrées de soldats et dont quatre ou cinq à
peine portaient de petits pierriers? Sans un seul bâtiment de guerre
pour protéger le passage, à peine avait-on deux ou trois petits vapeurs
pour servir de remorque. Si l'on ajoute encore à tant de désavantages et
de probabilités d'insuccès les obstacles matériels que la violence des
courants du détroit et la différence de marche des embarcations devaient
apporter à un ordre régulier de débarquement, la confusion inévitable de
toute opération militaire nocturne, on avouera qu'à l'idée des entraves
qui pouvaient retarder et même faire échouer l'entreprise, chacun avait
le droit de craindre pour le premier acte d'un drame dont le dénoûment
devait se jouer à Naples.

Quoi qu'il en soit, le général Garibaldi avait commencé, dès le 8, à
masser ses troupes dans les environs du Faro. Près de quinze mille
hommes y furent campés; au premier ordre, ils devaient se jeter dans les
barques et tenter le passage sous la protection des batteries du Faro.
La flottille se composait de plus de trois cents bateaux halés à sec sur
la plage les uns contre les autres et les équipages bivouaquaient à côté
de chaque embarcation. Elle était organisée en plusieurs divisions.
L'une d'elles était commandée par un ex-lieutenant de vaisseau de la
marine française, M. de Flotte, ancien représentant du peuple, qui, à
quelques jours de là, comme Roselino Pilo, devait trouver la mort à la
tête de son petit bataillon ou, plutôt, de sa compagnie de marins
français. Ce bataillon n'était pas un des éléments les moins curieux de
l'armée nationale. Pour servir l'étranger, quelle qu'en fût la cause,
aucun de ses membres n'avait mis de côté ni oublié les moeurs
traditionnelles et les allures débrouillardes du troupier français.
Aussi, appelait-on cette compagnie, le bataillon des _croque-poules_.
Au milieu de ces sables inhospitaliers, lorsque, généralement, presque
tout le monde restait sur un appétit féroce, obligé de serrer autant que
possible les ceinturons et de grignoter de maigres pitances, le
bataillon des croque-poules menait joyeuse vie et faisait bombance. On y
mangeait des brochettes d'alouettes, des fricassées de pigeons, voire
des rôtis de gibier; on s'y procurait même des plats de douceurs. Aussi
c'était à qui aurait des amis et des connaissances parmi les
croque-poules; ou y était toujours bien accueilli, et, autour de chaque
plat où huit hommes se prélassaient, en se serrant on pouvait facilement
trouver deux ou trois places.

L'artillerie de campagne, avec ses approvisionnements et les attelages,
était alignée sur la plage, prête à s'embarquer au premier signal sur le
_City of Aberdeen_, le _Duc de Calabre_, l'_Elba_ et l'_Orégon_. Une
trentaine de grands bateaux plats, disposés pour transporter les chevaux
et la cavalerie stationnaient dans le premier étang, où l'embarquement
devait être plus facile qu'à la plage. De toutes parts, on était sur le
qui-vive, et on attendait incessamment l'ordre de départ. Ou apercevait
bien dans le petit golfe, entre la pointe du fort de Pezzo et la Torre
del Cavallo, les croiseurs royaux; mais leurs mouvements étaient indécis
et pouvaient, avec les bruits qui commençaient à courir, donner lieu à
bien des suppositions.

Quelques fusées, lancées par la frégate amirale, attestaient seulement
la surveillance supposée attentive des côtes du Faro par l'escadre
napolitaine. Le 9, les préparatifs se continuèrent encore plus
activement. Mais la nuit s'annonçait sombre et orageuse. Vers les six
heures du soir, en effet, le ciel se couvrit de gros nuages, les côtés
de Calabre disparaissaient dans des grains multipliés et le tonnerre
grondait sourdement sur les hauteurs d'Aspri-Monte. La brise, qui avait
fraîchi en même temps, rendait la mer tellement clapoteuse dans le
détroit qu'il était peu probable qu'aucune tentative put être essayée
avec succès contre la côte italienne. Cependant, à minuit environ, par
une obscurité des plus intenses, vingt-cinq barques à peu près
poussaient de terre à tout hasard chargées de volontaires, et
appareillaient. Elles allaient tenter la fortune d'un premier
débarquement: si elles réussissaient, c'était un premier succès, un
jalon, un noyau de volontaires et d'officiers, surtout un chef donné aux
insurgés de la Calabre.

En trois quarts d'heure, elles traversaient le détroit. Malheureusement,
l'obscurité et la force des courants ne leur avaient pas permis de
garder leur ordre de marche. Les unes vinrent faire tête sous les forts
mêmes de Scylla; d'autres s'échouèrent près de la Torre del Cavallo. Les
plus heureuses furent sous-ventées et abordèrent à deux ou trois cents
mètres plus loin que le fort d'Alta-Fiumare sur une belle plage de sable
où elles purent jeter à terre leurs volontaires.

Deux cents hommes, en tout, débarquèrent. Mais Missori les commande et
tous sont déterminés. Aussitôt à terre ils s'élancent isolément dans la
montagne. Le lendemain, ils se retrouveront sur Aspri-Monte où ils ne
tarderont pas à être rejoints par les bandes calabraises. Presque tous
les hommes débarqués sont des guides dont Missori est le colonel.

En essayant de rejoindre le Faro, plusieurs embarcations de la flottille
tombèrent en travers de l'escadre napolitaine qui ne souffla mot et les
laissa porter sur Messine. L'une d'elles vint même se jeter sur l'avant
d'un des bâtiments royaux qui pouvait l'anéantir d'un souffle, mais qui
resta sourd, muet et aveugle. Le lendemain 10, une nouvelle tentative
eut lieu sous les ordres du commandant de Flotte; on voulait avoir
quelques nouvelles des volontaires débarqués la nuit précédente. Il
était quatre heures et demie du matin lorsque son embarcation atteignait
la côte. Mais à peine l'avant avait-il touché le sable que l'ennemi
sortant de mille embuscades, vignes, jardins, trous, maisons, ouvre une
vive fusillade sur lui. Deux Garibaldiens tombent grièvement blessés et
on est forcé de rétrograder, non sans avoir vigoureusement riposté au
feu des royaux qui se hâtent à leur tour de s'abriter en laissant
plusieurs des leurs sur le carreau. Cette petite expédition se composait
de huit Anglais et huit Français. Dans la nuit du 10 au 11, une autre
tentative échoue encore. L'escadre napolitaine s'était rapprochée du
Faro et pesait passivement sur les opérations projetées.

Il y avait alors tantôt au Faro, tantôt à Messine, une signora, la
comtesse della Torre, jeune et charmante femme, à nature sympathique,
dont le costume demi-hongrois et la désinvolture gracieuse et militaire
faisaient rêver bon nombre des blessés ou des malades auxquels elle
était venue offrir le tribut de ses soins et ses consolations. On en a
dit beaucoup de bien, on en a dit du mal. Il n'y a pas de chose, quelque
bonne qu'elle soit, qui ne trouve son détracteur. Enfin, quoi qu'en
aient dit quelques journaux bien ou mal informés, elle n'en partageait
pas moins avec une Française, madame de ***, la direction des dames
charitables, en petit nombre, il est vrai, qui prodiguaient leurs soins
aux blessés et aux malades dans les hôpitaux.

La journée du 11 se passa à embarquer l'artillerie, les chevaux et les
hommes. Les vapeurs bondés de troupes, allumaient les feux à sept heures
du soir. Les compagnies de la flottille étaient parées à sauter dans
leurs embarcations.

Vienne le signal et tout cela va se mettre en mouvement. Mais, à minuit,
arrive un ordre contraire et, dans la matinée du 12, toutes les troupes
commençaient à débarquer.

Vers une heure, dans la nuit, on avait entendu une fusillade très-vive
et quelques coups de canon près des forts de Scylla et de Pezzo.
L'escadre napolitaine étant restée silencieuse, c'était donc à terre que
l'on s'était battu. Étaient-ce les volontaires débarqués ou les
Calabrais? Le feu cessait vers les deux heures un quart. Il recommençait
une heure après et durait jusqu'au petit jour. Au même moment, un petit
bateau, chassé par une corvette napolitaine, venait s'abriter sous les
feux du Faro, et la corvette, trompée dans sa poursuite, s'arrêtait à
portée de canon. C'était un habitant de Reggio qui, à ses risques et
périls, venait annoncer que quelques centaines de Calabrais, réunis dans
les ravins d'Aspri-Monte, allaient se mettre en marche pour rejoindre
les volontaires débarqués l'avant-veille et qui, en ce moment,
occupaient les hauteurs de Solano. Le débarquement des troupes et de
l'artillerie faisait supposer, naturellement à tout le monde, un
changement d'intentions de la part du général Garibaldi. Mais, il faut
l'avouer, ce fut à regret que les volontaires, entassés depuis
trente-six heures sur les vapeurs, se virent encore une fois jetés sur
les sables brûlants du Faro sans savoir quand il leur serait enfin donné
de mettre le pied dans les Calabres.



VI


Trois jours après, une frégate sarde arrivait au Faro, et restant sous
vapeur, communiquait avec le général Garibaldi. Ensuite elle venait au
mouillage dans le port de Messine. C'était le _Victor-Emmanuel_. Le même
soir, un petit aviso partant de Messine touchait aussi au Faro. Ces
allées et venues excitaient vivement la curiosité générale. Le
lendemain, on apprenait avec étonnement que le général Garibaldi s'était
embarqué dans la nuit sur le _Washington_, dont tout le monde ignorait
la destination; et on lisait une proclamation rédigée à peu près en ces
termes: «Le général en chef Dictateur, étant obligé de s'absenter
momentanément, laisse au général Sertori le commandement des forces de
terre et de mer.» Suivait un ordre du jour de ce dernier donnant à
l'armée et à la population connaissance de ce décret et ajoutant qu'il
espérait qu'en l'absence du Dictateur, chacun s'efforcerait de continuer
à faire son devoir. C'est à cette époque que les troubles de Bronte
éclatèrent. Plusieurs assassinats et de honteuses scènes de pillage,
provoqués par les montagnards, obligèrent d'en venir à une répression
énergique. Le général Bixio fut dirigé sur ce point. Il fit saisir une
vingtaine des principaux émeutiers qui passèrent immédiatement devant un
conseil de guerre et furent fusillés séance tenante. Puis il vint à
Taormini rejoindre le corps de Cosenz et la brigade Ehber.

Pendant que ces événements se passaient au Faro, la ville de Messine,
métamorphosée en grande caserne, tâchait de faire contre fortune bon
coeur en rouvrant ses magasins le plus gaiement possible. Tous les
soirs, les musiques militaires circulaient dans la ville; et la strada
Ferdinanda, ainsi que le Corso, un peu plus illuminés et embanniérés que
dans les premiers jours, avaient presque un air d'allégresse.

Les manifestations continuaient, soit dans les églises, soit sur des
places publiques. Les statues de François II et de son père avaient
éprouvé le même sort qu'à Palerme. Une fois la nuit arrivée, il n'y
avait plus guère que des Garibaldiens dans les rues et, par-ci par-là,
quelques soldats napolitains attardés dans leurs provisions, ou quelques
officiers dans leurs visites. On organisait activement les nouvelles
recrues, et chaque jour des promenades militaires avaient lieu avec
armes et bagages. Quelques-uns des corps campés au Faro avaient reçu
l'ordre de rentrer en ville.

Cependant la mésintelligence commençait à se mettre pour tout de bon
entre les lignes de factionnaires opposées sur le champ de manoeuvres de
Terranova. Presque chaque soir, on s'envoyait des gros mots et des coups
de fusil.

Mais en ville, une fois le sac à terre et le fusil mis de côté, on
continuait à vivre à peu près en bonne intelligence.

Les échos d'alentour se réjouissaient aux sons des airs guerriers que
soufflaient à outrance les musiciens de la citadelle, pour charmer les
entr'actes des grandes manoeuvres militaires que les soldats du général
Clary exécutaient journellement sur la plage entre la citadelle et le
fort San-Salvador. L'artillerie attelée y manoeuvrait grand train, à
côté des bataillons de chasseurs qui devaient s'estimer heureux qu'on
leur eût conservé ce petit espace pour se dégourdir les jambes et ne pas
perdre l'habitude du pas gymnastique.

Quand les parades étaient finies, les guerriers mettant bas la veste,
endossaient la blouse, et labouraient intrépidement un long chemin
couvert ou, plutôt, une longue tranchée qui reliait la citadelle à
San-Salvador.

Le lazaret, qui était resté dans les dépendances de la citadelle, avait
été converti en hôpital. Mais, si la plus grande partie de cette
garnison ne demandait pas mieux que de rester tranquille et de goûter
les délices d'une prison forcée, il y en avait d'autres qui,
malheureusement, aimaient l'odeur de la poudre et le bruit du fusil, de
loin bien entendu, à en juger du moins par leur attitude journalière
aussitôt qu'une affaire un peu sérieuse s'engageait.

Le 13, il y eut presque une bataille en règle vers les dix heures du
soir. Quelle en fut la cause? Naturellement il est impossible de le
savoir. Le fait est qu'une vive fusillade partit de la ligne
napolitaine, leurs vedettes se replièrent sur leurs grand'gardes; les
grand'gardes sur la citadelle; toujours en tiraillant avec acharnement.
Puis, une fois à l'abri dans les chemins couverts, de nombreux cris de:
_Viva il Re!_ retentirent pendant plus d'un quart d'heure. Quant aux
Garibaldiens, comme il leur était défendu de riposter, aussitôt que
l'envie de batailler prenait aux guerriers de la citadelle, ils se
retiraient patiemment dans les ruines qui longeaient leur ligne de
factionnaires et attendaient que la grêle fût passée. Ce soir-là,
cependant, l'alerte, en ville, fut des plus vives. Il y avait concert à
la Flora, dans le jardin public de la strada Ferdinanda; par conséquent,
il y avait affluence et même une assez grande quantité de dames. Les
rues étaient illuminées et les boutiques à peu près ouvertes. De
nombreux volontaires et bourgeois flânaient dans les rues; tout cela
avait quelque apparence de gaieté, lorsque retentissent tout à coup les
premiers coups de fusil. Les volontaires dressent l'oreille, les civils
cherchent au plus vite leurs portes, les femmes se trouvent mal, mais
suivent leurs maris; les illuminations s'éteignent aux environs des
débouchés de la citadelle, les boutiques se ferment à grand fracas, puis
la générale bat, les clairons sonnent l'assemblée. Un quart d'heure de
ce tohu-bohu s'était à peine écoulé que l'on voyait de fortes colonnes
se diriger vers la place de la Cathédrale, la place de la municipalité,
les quais, et occuper tous les points par lesquels les Napolitains
pouvaient tenter d'entrer en ville. Il faut cependant avouer que, malgré
la consigne, quelques rageurs ripostaient de temps à autre et
renvoyaient aux royaux coup de feu pour coup de feu.

Une belle corvette à vapeur anglaise, achetée par le général Garibaldi,
arrivait sur rade le lendemain, et on procédait immédiatement à son
armement. Une autre, plus petite, était attendue.

Le 15, autre bataille, mais cette fois-ci, plus sérieuse et en plein
jour.

On ne sait toujours pourquoi ni comment elle commença. Une fusillade
s'engagea entre les deux lignes de vedettes. Du reste, tout était à
l'orage ce jour-là.

Depuis le matin, on suffoquait de chaleur. Des nuages bronzés s'étaient
accumulés sur les monts Pelore. L'air, chargé d'électricité, rendait les
plus paisibles d'une humeur massacrante. Positivement l'atmosphère
sentait la poudre.

Cette fois-ci, les Garibaldiens plus nerveux que d'habitude, prirent en
mauvaise part les galanteries napolitaines.

Les royaux, habitués à faire ces petites guerres sans danger et peu
disposés sans doute à se laisser éreinter au nez et à la face de leur
citadelle, se replièrent d'un seul bond jusqu'aux tentes de campement où
stationnait la grand'garde, à la limite des glacis de la citadelle.

Là, soutenus par cette grand'garde et par une compagnie qui sortait du
chemin couvert, ils tinrent un instant pour filer ensuite de plus belle
et rentrer dans la place et dans les chemins couverts d'où ils
continuèrent leur feu innocent sur les Garibaldiens qui, déjà, avaient
cessé le leur. Comme il fallait que la comédie fût complète, le canon
vint terminer la représentation par une vingtaine de coups tirés on ne
sait contre quoi ni contre qui. Naturellement, tant tués que blessés, il
n'y eut personne de mort.

Mais des balles napolitaines étaient arrivées jusqu'à bord des bâtiments
de guerre sur rade. La chaloupe de la frégate à vapeur, le _Descartes_,
en ce moment en corvée au bout du quai, près du champ de manoeuvres de
Terranova, avait été obligée de s'abriter derrière un chaland chargé de
charbon qu'elle remorquait, puis de l'amarrer en toute hâte à quai et de
rallier son bord au milieu d'une grêle de biscaïens et de balles dont
plusieurs traversèrent les bordages de l'embarcation.

Il y eut des plaintes motivées, auxquelles on répondit par des excuses
et par des explications qui n'en étaient pas. L'orage qui vint à éclater
et une pluie torrentielle amenèrent la fin des hostilités pour ce
jour-là.

Le héros de la bataille fut, sans contredit, un maître Aliboron qui
vint, au milieu de la fusillade et de la mitraillade, faire une fugue
sur le champ de bataille, secouant ses oreilles et lançant des ruades
dans toutes les directions. Ce brave animal, dont les élans de gaieté
défiaient les balles et les biscaïens qui pleuvaient autour de lui,
après avoir usé sa première ardeur, se mit tranquillement à brouter puis
à suivre et regarder curieusement les parlementaires qui se succédèrent
après l'affaire. Mais il s'obstina, malheureusement pour lui, à vouloir
bivouaquer sur le théâtre de ses lauriers et, dans la nuit, il fut
victime d'une seconde fusillade qui s'engagea vers les deux heures du
matin.

Le lendemain, les Napolitains plièrent leurs tentes, démolirent un grand
bâtiment en planches qui leur servait de magasin, firent rentrer leur
grand'garde et reculèrent leur ligne de vedettes jusqu'au milieu de
Terranova, ce qui n'empêcha pas la même comédie de se renouveler
presque chaque jour avec une mise en scène analogue.

Cependant le temps passait, et à chaque nouveau soleil on se demandait:
«Mais où est donc le Dictateur?» Mille bruits et mille versions
circulaient. Le général Garibaldi était allé, disait-on, tout simplement
à Naples. D'autres le faisaient prendre terre à Salerne avec une armée
de volontaires piémontais. L'affaire se compliquait. On se mit alors à
ruminer les faits passés.

Presque toute la marine à vapeur est absente. Qui sait où elle est?
Personne. On attendait de Palerme deux nouveaux bateaux à vapeur. Où
sont-ils? Tout le monde l'ignore. Beaucoup de nouveaux corps de
volontaires avaient été concentrés à Milazzo. Que sont-ils devenus?
Parbleu! voilà l'histoire: les vapeurs ont embarqué les troupes sans
tambours ni musiques; ils sont partis de même, ont attendu au large de
Salerne le navire de Garibaldi et on est débarqué.--Chacun répète en
ville cette petite historiette et on unit par y croire. Deux jours se
passent. On attend toujours avec anxiété l'arrivée d'un navire
quelconque qui va, certainement, apporter des nouvelles officielles du
débarquement à Salerne et de la marche en avant de l'armée indépendante.
Espoir déçu! Rien ne paraît et tout le monde de répéter: Anne, ma soeur
Anne, ne vois-tu rien venir?

Mais voilà bien une autre histoire. Un petit bateau calabrais annonce à
son de trompe à qui veut l'entendre que l'on est allé jusque dans le
porte de guerre napolitain de Castellamare, près de Naples, attaquer un
vaisseau, le _Monarc_, en cours d'armement. Évidemment, pour qui connaît
le caractère entreprenant et souvent téméraire du Dictateur, ce doit
être lui qui a tenté le coup de main. Mais on a échoué tout en tuant le
capitaine; seulement si le navire eût été armé, on l'eût enlevé. Ce qui
n'empêchait pas que l'on eût été obligé de s'en aller plus vite que l'on
n'était venu, etc., etc.

Arrive un capitaine de navire de commerce sarde, tombant tout exprès du
ciel à Messine, qui raconte comme quoi il a vu le général Garibaldi,
bien vu en personne, à la baie des Orangers, en Sardaigne.--Ce n'est
donc pas lui qui était à Castellamare ni à Salerne? répète tout le monde
en choeur.--Mais en voici un autre qui prétend aussi l'avoir vu à
Cagliari; puis un autre encore qui assure que le général est allé tout
tranquillement à Palerme.

Un dernier jure, par la barbe de Mahomet, que toutes ces nouvelles sont
erronées et que lui seul sait la vérité; lui qui arrive de l'île de
Maddalena, lui qui a vu le Dictateur tranquillement occupé à visiter sa
maisonnette de Caprera dans l'île du même nom. «Quand il est débarqué,
ajoute-t-il, tous les habitants l'auraient volontiers porté en triomphe
jusqu'à son ermitage. Il a eu toutes les peines du monde à éviter cet
honneur.»

On écoute, la bouche béante; mais, en revanche, on n'y comprend plus
rien. Le général, tout à la fois à Salerne, à Naples, à Caprera, à la
baie des Orangers, à Cagliari, à Palerme, c'est de la magie; les plus
forts y perdent leur latin, et on renonce, jusqu'à nouvel ordre, à
expliquer ce rébus dont l'arrivée seule du Dictateur pourra donner la
clef.

Voilà, en effet, qu'un beau matin un vapeur anglais, le _Prince Noir_,
arrive à Messine. Du plus loin qu'on l'aperçoit, on reconnaît sur son
pont les uniformes garibaldiens. Le navire entre bientôt dans le port et
vient mouiller près du fort San-Salvador. Le général Garibaldi, le
général Türr, le colonel Vecchi, le colonel Bordone, etc., sont à bord.
Le Dictateur débarque aussitôt, et se rend de suite à bord du _Queen of
England_, sa nouvelle corvette, puis, de là à terre où il est reçu,
comme toujours, aux acclamations de tout le monde.

Maintenant, voici les faits dans toute leur vérité: le général était
allé effectivement à la baie des Orangers, à la Maddalena, à Caprera, à
Cagliari, à Palerme, et à Milazzo.

Sur le point d'entrer sérieusement en campagne et en présence des forces
accumulées par le gouvernement napolitain dans les Calabres, le
Dictateur voulait, avant de se lancer dans les hasards de la seconde
période de cette guerre, réunir tous ses moyens d'action; or depuis
quelque temps il attendait des renforts qui n'arrivaient pas et qui,
malgré les promesses de Bertani, paraissaient vouloir rester en route;
il savait cependant que plusieurs convois avaient quitté Gênes et
quelques autres points du littoral piémontais, et devaient se réunir en
Sardaigne pour opérer tous ensemble leur débarquement au port de Sicile
qui leur serait indiqué.

De longs jours s'étaient passés, et rien n'annonçait leur arrivée. Le
Dictateur paraissait inquiet et préoccupé: il avait été prévenu sans
doute par des dépêches de Turin qu'il se tramait quelque chose comme
d'enlever ces renforts à l'armée méridionale et les envoyer opérer pour
leur propre compte un débarquement sur les plages romaines. Ce projet
insensé, conçu par je ne sais qui, existait réellement, et c'était juste
ce qu'il fallait pour porter à la cause italienne un coup mortel. Cette
tentative, sans avoir aucune espèce de chance de réussite, perdait
certainement à tout jamais le parti que représentaient le Dictateur et
son armée. En face d'événements qui pouvaient tout compromettre,
Garibaldi se hâta de gagner la baie des Orangers en Sardaigne, point de
rendez-vous des nouveaux volontaires. Que se passa-t-il? on n'en sait
rien au juste. Ce qu'il y a de positif, c'est que le général Garibaldi
les harangua et les fit rembarquer immédiatement pour Cagliari d'où ils
purent être dirigés en toute hâte sur Palerme et Milazzo. Ces nouveaux
renforts s'élevaient à près de six mille hommes: c'étaient des troupes
tout organisées, il n'y avait qu'à les aligner sur un champ de bataille.

De la baie des Orangers, le général Garibaldi se dirigea sur l'île de la
Madeleine, dans les Bouches de Bonifacio, dont il était peu éloigné: il
n'avait pas voulu venir aussi près de son ermitage de Caprera sans
revoir ces lieux qui lui rappelaient tant de souvenirs d'affection et
tant de soucis, de projets et d'inquiétudes. En quelques heures à peine
il arrivait avec le _Washington_ au mouillage de la Madeleine en passant
par le canal de l'Ours. C'est un des plus ravissants sites que l'on
puisse voir, malgré sa sauvagerie et son aridité.

A peine l'arrivée du Dictateur fut-elle connue que la ville entière se
précipita au-devant de lui, on l'eût en effet volontiers porté en
triomphe jusqu'à sa petite maisonnette.

Il ne sera peut-être pas indifférent de donner quelques détails sur
l'habitation de Garibaldi. Que l'on se figure une petite maison carrée,
élevée seulement d'un rez-de-chaussée avec trois fenêtres sur chaque
côté, une varanda sur la façade et un petit sémaphore rond sur la
terrasse, dans lequel on peut à peine se tenir debout. A gauche, en
regardant la maison, deux baraques de bois, dont l'une sert de cuisine
et que le général habitait pendant que l'on construisait, comme il le
disait, son château. Derrière ces deux baraques, un four. Devant la
maison, un enclos en pierres sèches fermant un jardin dans lequel
poussent à grand'peine cinq ou six figuiers étiques, quelques courges et
de maigres légumes qui ont l'air tout étonné d'avoir pu percer la couche
de cailloux au travers desquels ils se sont frayé passage. Puis des
lichens, des bruyères odorantes et quelques fleurs sauvages aux parfums
balsamiques. L'intérieur de la maison se divise en trois ou quatre
pièces habitables; deux, les seules occupées, sont à peine meublées.
L'une, la salle à manger, possède une chaise; l'autre est la chambre à
coucher, sous laquelle se trouve la citerne: elle est par ce fait fort
malsaine; cependant le général n'a jamais voulu en habiter d'autre. Dans
cette dernière se trouve un lit en fer sans rideaux, une vieille table
vermoulue, deux chaises sans dossiers et une ancienne armoire. Chacun de
ces meubles est un souvenir de sa mère et de sa femme, morte à la tâche
en partageant ses fatigues dans la campagne de Rome. Il y a aussi,
appendu au mur, un médaillon contenant des cheveux de cette compagne
dévouée, un portrait d'elle, un autre de Vecchi, son aide de camp et son
ami, l'historien de l'Italie opprimée qui deviendra plus tard
l'historien de l'Italie affranchie, et qui, quoique fort riche, partage
depuis longtemps les fatigues du général; ses deux fils sont officiers
dans la marine piémontaise. Quant au restant des appartements, peu
nombreux, ils servent de débarras et leurs fenêtres sont veuves de
presque toutes leurs vitres. On comprend, en voyant cette habitation,
qu'elle est souvent solitaire et privée de ses propriétaires.

Mais ce qu'il y a de splendide, c'est la vue dont on jouit de quelque
point que ce soit de la propriété. Dans le Nord, la ville de la
Maddalena, et les hauteurs couvertes de fortifications qui sont en
arrière, les Bouches de Bonifacio, les côtes de Corse; dans l'Est, la
mer, l'entrée des Bouches, le feu de Razzoli; dans le Sud, les hautes
montagnes de la Sardaigne sur un des contre-forts desquelles apparaît,
se découpant en silhouette sur le ciel, l'ours gigantesque formé par un
éboulement de rochers et qui a donné son nom au canal qui communique du
port de la Maddalena avec la haute mer; dans l'Ouest, encore la
Sardaigne, des collines couvertes de pins et de campagnes toujours
vertes aux reflets irisés. Il y a de quoi contenter l'amateur de points
de vue le plus difficile.

Garibaldi parut éprouver un grand bonheur à faire visiter son maigre
manoir à ses compagnons d'armes. Malgré lui, il montra que les
propriétaires sont les mêmes partout. Après quelques heures données à
ses souvenirs, il repartait en donnant une vigoureuse poignée de main au
vieux pâtre et fermier tout à la fois qui sert de garde général à son
domaine. Une particularité curieuse et qui étonna singulièrement ceux
qui n'avaient pas été initiés à la vie intime du Dictateur à Caprera fut
de voir accourir au-devant de lui, aussitôt qu'il parut aux confins de
son territoire, une petite vache qui vint recevoir ses caresses avec les
démonstrations de la joie la plus vive, mais en regardant fortement de
travers et avec méfiance ceux qui accompagnaient le général; elle avait
évidemment aussi envie de leur donner des coups de corne qu'elle était
contente de caresser son maître. Cet animal, qu'il avait élevé lui-même
et nommé Brunettina, obéit à sa voix comme le chien le plus soumis
obéirait à son maître. Dans la vie d'un homme comme Garibaldi, le plus
petit détail devient intéressant.

En quittant Caprera, Garibaldi se dirigea sur Cagliari pour hâter le
départ de ses transports et, de là, sur Palerme, où il ne resta que
quelques heures; il fit route ensuite sur Milazzo. Le vapeur anglais le
_Prince Noir_ en partait en ce moment pour Messine, et le général fit
demander pour lui et sa suite un passage qui lui fut accordé avec
empressement.

Quant à l'affaire du _Monarc_, il va s'en dire que Garibaldi y était
tout à fait étranger et que ce coup de main, aussi mal conçu que
maladroitement dirigé, avait été tenté non-seulement sans son
consentement, mais même contre ses ordres. Certes ceux qui se jetaient,
tête baissée, dans une entreprise aussi téméraire montraient un courage
digne d'un meilleur succès, mais dans des opérations de ce genre, il
faut surtout une direction intelligente et une expérience à toute
épreuve. Cette tentative avortée et qui, de part et d'autre, coûta la
vie à plusieurs officiers, fut généralement mal vue et hautement
désapprouvée.

La première visite du Dictateur à son retour fut pour le Faro, d'où
chaque jour et presque chaque nuit on réussissait à jeter de faibles
détachements de volontaires sur les côtes de Calabre. Les travaux de
fortification avaient été entièrement terminés et presque toute
l'escadre dont pouvait disposer le général s'y trouvait alors réunie,
elle se composait de:

Le _Tukery_ (ancien _Véloce_) armé, portant 800 hommes.
Le _Washington_                       --    800   --
L'_Orégon (Belzunce)_                 --    300   --
Le _Calabria (Duc de Calabre)_        --    200   --
L'_Elba_                              --    200   --
Le _City of Aberdeen_                 --  1,200   --
Le _Torino_                           --  1,500   --
Le _Ferret_, armé                     --    200   --
L'_Anita (Queen of England)_ armé     --  1,800   --
L'_Indipendente_, armé                --  1,700   --
_Un autre_ (nom inconnu) armé         --    800   --
plus, environ 250 bateaux de flottille, dont 20 ou 30 armés de pierriers
ou de petits obusiers de 4.

C'était donc un total d'à peu près 10,000 hommes sans compter ceux de la
flottille, que l'on pouvait débarquer en un seul voyage sur la terre
ferme. Quant à la cavalerie et à l'artillerie, elles étaient, comme il a
été dit plus haut, destinées à être embarquées sur des bateaux disposés
_ad hoc_ et où les précautions les plus grandes étaient prises pour que
le débarquement pût s'opérer d'une manière prompte et facile en face de
l'ennemi.

Les Napolitains avaient, pendant l'absence du général, évacué les
citadelles d'Augusta et de Syracuse. Leurs garnisons avaient été
rejoindre en Calabre les armées de Palerme, de Milazzo et de Messine.
Chaque soir, de la côte sicilienne on apercevait de l'autre côté du
détroit les feux allumés dans la montagne par les volontaires et les
insurgés de la Calabre. On en avait, du reste, journellement quelques
nouvelles, tantôt par des Calabrais, d'autres fois par des volontaires
expédiés par Missori. Ils avaient eu plusieurs engagements avec les
Napolitains, et avaient eu deux hommes tués et deux blessés. Ils leur
avaient aussi fait éprouver quelques pertes et leur avaient pris
plusieurs hommes. Ils restèrent douze jours dans les montagnes et
comptaient parmi eux Mario Alberto, le mari de la célèbre miss White et
le colonel Massolino, commandant en second. Presque chaque nuit, dans la
ville, des déserteurs trouvaient moyen de passer aux Garibaldiens, les
généraux de l'armée royale estimaient eux-mêmes à plus de dix mille le
nombre des désertions depuis le commencement de la guerre.

Les deux ou trois jours qui suivirent le retour du général Garibaldi
virent arriver dans le port même de Messine plusieurs vapeurs chargés de
volontaires; en passant à côté du fort San-Salvador, il y avait souvent
échange de paroles peu amicales entre les soldats napolitains et les
casaques rouges.

Plus que jamais tout fut au débarquement, on recommença à masser les
troupes au Faro. A quelque prix que ce fût on enrôlait des matelots
partout où l'on en trouvait.

Les deux frégates sardes mouillées dans le port ainsi que la frégate
anglaise eurent de nombreux déserteurs, au grand mécontentement de leurs
commandants.

Presque chaque jour il y avait des coups de canon échangés du Faro,
soit avec les forts de Pezzo, d'Alta-Fiumare ou de la Torre del Cavallo,
soit avec l'escadre qui paraissait vouloir prendre une part plus active
à la défense des côtes de Calabre; mais ce feu à longue portée avait un
résultat à peu près nul; les boulets napolitains tombaient à moitié
distance et quelques-uns seulement de ceux du Faro venaient en mourant
atteindre de temps à autre leur but. Le 15 août, il y eut aussi une vive
alerte. Le _Descartes_, frégate à vapeur française, ayant, à huit heures
du matin, fait une salve pour la fête de l'Empereur, on crut au Faro à
un bombardement par la citadelle. La même panique se produisit en ville.
Aux deux ou trois premiers coups, tous les habitants se précipitèrent
aux portes et aux fenêtres pour étudier avec anxiété l'explosion des
projectiles. Toutes les troupes se prirent à courir aux armes.
Heureusement quelques personnes mieux avisées, après avoir compté vingt
et un coups, jugèrent que ce devait être un salut et tranquillisèrent la
foule à laquelle d'ailleurs les nouvelles arrivant du quai rendirent
immédiatement sa quiétude du matin. Les bâtiments de guerre étrangers
sur rade s'empressèrent aussi, eux, de fêter par des salves et en se
pavoisant la fête du souverain français. Les Napolitains seuls, forts et
bâtiments de guerre, s'abstinrent de toute politesse. C'était au moins
une inconvenance.

Dans le port de Messine on s'occupait activement de l'armement du
_Queen of England_, baptisé l'_Anita_ en l'honneur de la femme de
Garibaldi, ainsi que de celui d'un autre vapeur à grande vitesse et à
aube, nouvellement acheté aux Anglais. L'escadre napolitaine paraissait
inquiète et l'amiral qui la commandait avait demandé des renforts
immédiats à Naples, n'ayant pas, disait-il, et cela était vrai, un seul
bâtiment à opposer à l'_Anita_, qui devait porter vingt-deux canons
Amstrong, mais qui, de fait, n'était qu'un grand bateau à hélice fort
cassé et dont l'échantillon eût permis difficilement la moitié de cette
artillerie.

Un nombreux convoi d'armes, débarqué en ce moment à Messine, ainsi que
celles apportées par Alexandre Dumas, permirent d'armer avec des
carabines de précision plusieurs bataillons de chasseurs qui jusque-là
avaient conservé le fusil de munition.

Le 18 août, arrivaient encore plusieurs transports chargés de
volontaires piémontais et toscans. Toutes ces troupes, aussitôt
débarquées, étaient acheminées sur le Faro où l'armée nationale était
concentrée. On apprenait aussi que la brigade Ehber et celle de Bixio
marchaient sur Messine et devaient être déjà à Taormini et même plus
près. Mais rien n'avait transpiré des projets du général Garibaldi.
Toute l'escadre, moins trois ou quatre vapeurs, était mouillée sous les
batteries du Faro. On supposait les absents en mission vers Palerme ou
Milazzo.

Le 17 au soir, le général Türr avait accompagné Garibaldi dans une
reconnaissance sur la route de Taormini. Le 18, tout le monde, excepté
les intimes, croyait Garibaldi au Faro, lorsque le 20, au matin, le
_Béarn_, paquebot des messageries impériales, arrive du Levant eu
relâche à Messine et annonce qu'il a aperçu en entrant dans le détroit,
à quelques milles dans le Sud de Reggio, deux navires dont l'un est à la
côte, et qui viennent de débarquer une grande quantité de soldats
paraissant Garibaldiens. Il ajoutait qu'au moment de son passage,
l'escadre napolitaine s'approchait du lieu du débarquement et que deux
corvettes avaient immédiatement ouvert leur feu contre les troupes
débarquées et sur le bâtiment échoué. Le point qu'il désignait pour
théâtre de cet événement était la Torre delle Armi, au-dessous du
village de Mileto.

Grande rumeur dès lors, et bientôt le débarquement officiel de l'armée
nationale est annoncé par une proclamation. Le soir, la ville est
brillamment illuminée et l'on attend avec une vive impatience les
détails qui ne manqueront pas d'arriver le lendemain.

Voici ce qui s'était passé.

Depuis quelques jours, les brigades Bixio et Ehber ne faisaient que
marches et contre-marches. Ces brigades avaient accaparé plusieurs
grands bateaux sur lesquels avaient même eu lieu quelques préparatifs
d'embarquement. Dès le 17, la brigade de Bixio était à Giardini, et
celle de Türr à Taormini.

Le 17, dans l'après-midi, deux bateaux à vapeur, le _Franklin_ et le
_Torino_, viennent mouiller à Taormini. Le _Franklin_, plus près de
terre et le _Torino_ plus au large. L'embarquement de la brigade du
général Türr commença immédiatement. A cinq heures environ, l'opération
était terminée et les deux vapeurs faisaient route de conserve pour
Giardini.

Le 18, au matin, on commençait l'embarquement de la brigade Bixio. Vers
une heure, le général Garibaldi arrivait et pressait activement le
départ. A huit heures du soir, il était terminé. Les deux capitaines des
bâtiments avaient dû être provisoirement relevés de leurs commandements.
Garibaldi prit celui du _Franklin_, et Bixio celui du _Torino_. On
appareilla vers les onze heures du soir. Le 19, au petit jour, on était
sur la côte de Calabre à la Torre delle Armi, près de Mileto, village
situé au sommet d'un mamelon.

Une magnifique plage de sable, où la mer brise à peine, s'étend au loin
avec complaisance, offrant toutes facilités au débarquement. Sur la
droite, à l'extrémité de la plage, on distingue une église et un peu en
arrière, à moitié côte, le télégraphe. Les deux navires ont le cap à
terre. Vis-à-vis d'eux, on aperçoit la route royale qui longe la côte et
une belle magnanerie dont les plantations vont en s'élevant par étages.
L'habitation est au sommet du premier plateau derrière lequel s'élèvent
en amphithéâtre une foule de points culminants étages les uns au-dessus
des autres.

De Napolitains, pas de traces. Seulement on distingue, à douze milles
environ dans le Nord, les fumées de leur escadre. Le _Torino_ marche
toujours à grande vitesse et s'échoue; mais le fond est de vase molle
et le navire reste horizontal. Le _Franklin_ arrive presque aussitôt; il
stoppe à temps et évite le sort du _Torino_. Immédiatement le
débarquement commence sans autre ressource que les embarcations des deux
navires. Cependant il s'opéra avec une telle activité, chacun y apporta
tant de bonne volonté que, trois heures après, tous les volontaires se
trouvaient à terre et les deux brigades étaient organisées et mises en
mouvement.

A l'instant où elles venaient de prendre position sur les premières
hauteurs en arrière de la plage, tandis que le quartier général
s'établissait dans l'habitation de la magnanerie, on vint prévenir le
Dictateur que l'escadre napolitaine se dirigeait à toute vapeur vers le
lieu du débarquement. Ordre fut donné de suite au _Franklin_, qui
essayait de renflouer le _Torino_ de l'abandonner et d'appareiller à
l'instant pour Messine en faisant fausse route. Quant à l'équipage du
_Torino_, il reçut l'ordre d'évacuer le navire. Dans ce moment, une
corvette napolitaine, arrivée à portée, commençait à tirer. On voulut
mettre le feu au bâtiment; mais ce fut en vain. Les matelots, qui, à ce
qu'il paraît, n'étaient pas payés pour se faire tuer, refusèrent
obstinément d'armer une embarcation pour retourner à bord. La seconde
corvette, aussitôt à portée, ouvrit également son feu, non-seulement sur
le _Torino_, mais encore et surtout sur les colonnes de Garibaldiens
qu'elle apercevait à terre. L'ordre fut alors donné aux troupes de
descendre dans le ravin derrière les hauteurs sur lesquelles elles
étaient campées. Comme on n'avait pas d'artillerie pour répondre au feu
de l'escadre, il n'y avait pas d'autre parti à prendre.

Pendant plus d'une heure, les corvettes continuèrent leur canonnade.
C'est en ce moment que passa le _Béarn_.

Une autre corvette napolitaine, restée en arrière, se détacha
immédiatement pour lui courir sus. Mais, quand elle eut reconnu, en
s'approchant, l'énormité de ce transatlantique et surtout le pavillon
français, elle se hâta de rejoindre ses conserves.

Bientôt, les corvettes napolitaines arment des embarcations et les
envoient à bord du _Torino_. Des amarres sont établies et les corvettes
essayent aussi, mais en vain, de le désensabler. Ne pouvant y réussir,
pas plus que le _Franklin_, elles finissent par le piller et y mettre le
feu.

L'armée passa cette première nuit dans un _fiumare_, à un mille et demi
environ du lieu du débarquement. Quelques volontaires calabrais,
accourus incontinent, assurèrent au général Garibaldi qu'il n'y avait,
dans les environs, aucune troupe royale. Cependant, on s'éclaira avec
soin et on fit bonne garde.

Les deux brigades trouvèrent peu de ressources en approvisionnements. Le
20, à deux heures du matin, on se mettait en route, marchant en colonnes
et par sections. La division d'avant-garde se composait du
demi-bataillon de droite des chasseurs génois commandés par Menotti;
puis venait la première brigade commandée par Bixio, à la tête de
laquelle marchait Garibaldi, la brigade Ehber et enfin le deuxième
bataillon de chasseurs génois qui servait d'arrière-garde. Le
demi-bataillon de gauche de Menotti était déployé en éclaireurs sur le
flanc droit de la colonne. Quoiqu'il fit une chaleur atroce, on marchait
gaiement et en chantant comme s'il s'agissait simplement d'un changement
de garnison. De toutes parts les habitants accouraient, saluant la
colonne de mille vivat. On marcha ainsi jusqu'à sept heures du matin, et
on prit un moment de repos dans un endroit où la route se dissimule
entre deux collines. A onze heures et demie, on arrivait au petit
village de San-Lazaro où l'on s'arrêta pour se reposer jusqu'à la nuit
tombante. Des grand'gardes avaient été placées assez loin en avant du
village, et les volontaires avaient reçu l'ordre de ne pas s'éloigner un
instant de leurs faisceaux. A sept heures du soir, la petite armée
quittait San-Lazaro, se dirigeant directement sur Reggio. A minuit, on
faisait halte, et le général Garibaldi, ayant réuni les généraux et les
officiers supérieurs, prenait ses dispositions d'attaque. Il fut décidé
qu'on changerait de route, et qu'on prendrait à travers champs vers la
montagne. A trois heures du matin, on descendit sur les faubourgs de
Reggio, et à trois heures et demie, la fusillade s'engageait avec
quelques compagnies napolitaines postées sur la route, qui furent
rapidement mises en déroute par deux bataillons garibaldiens et faites
presque entièrement prisonnières. Le bataillon de chasseurs génois de
Menotti se précipita au pas de course dans les rues du faubourg, appuyé
par la première brigade. En un instant, le bataillon napolitain qui
l'occupe, quoique embusqué dans les maisons, les vignes et les jardins,
est refoulé vers la ville où il se hâte de se réfugier. Les Garibaldiens
y entrent pêle-mêle avec lui. Vers midi, le fort de la Marine, situé au
bord de la mer et armé de seize pièces de canon de gros calibre, ouvrait
ses portes, baissait son pont-levis et se rendait avec armes et bagages
sans brûler une amorce.

Ce fort n'était, à proprement parler, qu'une batterie dirigée contre la
mer, mais fermée à la gorge par une muraille bien crénelée, percée de
plusieurs embrasures armées d'obusiers et de pièces de 12. Le général
Garibaldi s'y reposa quelques instants, puis, se mettant à la tête de la
deuxième brigade, il fit un mouvement de flanc pour tourner les hauteurs
du château. Le général Bixio venait d'être blessé légèrement au bras
gauche, il avait eu son cheval tué sous lui et son revolver cassé à sa
ceinture par une balle.

Pendant que le général Garibaldi opérait son mouvement tournant, la
première brigade se ralliait au fort de la Marine pour commencer
l'attaque de la ville.

Le château de Reggio, situé au sommet du mamelon sur lequel la ville
s'élève en amphithéâtre, envoyait des volées de canon dans toutes les
directions et partout où il pensait pouvoir atteindre les assaillants.
La place fut bientôt attaquée par trois points à la fois: la grande rue,
les hauteurs en arrière du château et les quais. C'est surtout dans la
grande rue que le combat fut le plus vif. Massés sur la place du Dôme,
appuyés par une batterie d'artillerie et ayant sur leur droite une
petite rue fortement barricadée et conduisant au château, les
Napolitains, en bataille sur la place, embusqués sur le perron de la
cathédrale et aux fenêtres, s'apprêtaient à faire une vigoureuse
résistance. Ils avaient une grande confiance dans leur position, pensant
qu'ils ne pouvaient être attaqués que de front et avec un grand
désavantage.

Le combat se prolongea effectivement sur ce point jusque vers le soir;
mais enfin, vigoureusement abordées à la baïonnette, les troupes royales
durent battre en retraite et en désordre sur le château, abandonnant six
des huit pièces qui étaient en batterie sur la place.

Vers les dix heures du soir, le bataillon de Menotti attaquait de front
une forte barricade barrant le passage qui conduit de la grande rue au
château, à deux cents mètres tout au plus de celui-ci et sous un feu
plongeant des plus dangereux. Le combat fut long; mais, intrépidement
entraînés par Menotti, les chasseurs génois finissent par se précipiter
à la baïonnette sur la barricade dont ils s'emparent vers les trois
heures du matin, et dans laquelle ils s'établissent pendant que les
royaux se replient pas à pas vers le château sans ralentir leur feu. La
ville était donc au pouvoir de l'armée nationale. Le reste de la nuit,
les canonniers du château continuèrent à envoyer, de ci de là, quelques
paquets de mitraille et quelques boulets, mais sans résultat.

Le matin, de bonne heure, l'armée nationale, décidée à en finir,
commença ses dispositions d'attaque contre le château. Il n'en fallut
pas davantage pour déterminer le général Vial à proposer l'évacuation.
Cette offre fut acceptée immédiatement. C'était le 21, au matin, que se
passaient ces événements.

La capitulation fut bientôt convenue et signée. La garnison remettait le
château et tout son matériel: artillerie, armes, approvisionnements et
munitions, au général Garibaldi. Les troupes royales, avec armes et
bagages, mais sans munitions, devaient descendre sur le quai qui leur
était réservé jusqu'à leur départ. Aussitôt convenu aussitôt fait, et
immédiatement les Napolitains gagnèrent l'emplacement où ils devaient
attendre leur embarquement, pendant que l'armée nationale, pressée de
marcher en avant, commençait son mouvement sur San-Giovanni où,
disait-on, deux divisions l'attendaient dans des positions formidables
et fortifiées de longue date.



VII


Pendant que Garibaldi attaquait Reggio, le canon grondait partout dans
le détroit; les batteries du Faro échangeaient des boulets avec un ou
deux navires de l'escadre napolitaine, ainsi qu'avec les forts de Pezzo,
de la Torre del Cavallo et d'Alta-Fiumare, à propos d'un débarquement
qui avait lieu près de la Bagnara.

Dans la matinée du 21, de très-bonne heure, le général Cosenz était
descendu en Calabre, près de Scylla, avec une brigade composée de douze
cents hommes environ, un bataillon de chasseurs génois et le bataillon
français commandé par de Flotte.

C'est à l'entrée d'un grand _fiumare_, près d'un petit village, entre
Scylla et la Bagnara, que les troupes furent mises à terre. Le bataillon
français, débarqué un des premiers, repoussa les quelques troupes
napolitaines expédiées de la Bagnara, et bientôt toute la colonne prit
la route de Solano, village situé dans la montagne, à cinq heures de
marche environ du lieu de débarquement. Elle fut aussitôt assaillie de
toutes parts par les royaux, qui occupaient les hauteurs et s'étaient
retranchés dans une petite maison blanche où l'on avait établi un
avant-poste. Le bataillon français fut envoyé par le général Cosenz pour
en débusquer les Napolitains et s'emparer de la hauteur. Ce coup de
main, hardiment exécuté, eut un plein succès. Malheureusement le
commandant de Flotte fut tué roide d'une balle dans la tête à l'instant
où, après avoir blessé deux officiers napolitains, il en faisait
prisonnier un troisième.

Les soldats vengèrent terriblement leur chef, auquel le général
Garibaldi fit rendre le surlendemain les honneurs militaires dans
l'église de Solano. C'est sous une des dalles du choeur que les restes
de de Flotte sont déposés et, par ordre du Dictateur, on doit y élever
un monument.

Le bataillon français et son commandant furent mis à l'ordre de l'armée,
et le capitaine Pogam en prit provisoirement le commandement.

La brigade de Cosenz, aussitôt les Napolitains repoussés, continua son
mouvement en laissant Solano sur la gauche, et gagna les hauteurs pour
arriver au-dessus de San-Giovanni, tournant ainsi complètement les
positions napolitaines qui ne devaient pas tarder à être attaquées de
front par le général Garibaldi.

Le 22 au matin, pendant que ce mouvement s'exécutait, un singulier
événement se passait au Faro. Une grande frégate napolitaine à hélice,
de soixante canons, entrait dans le détroit et venait reconnaître, à
petite distance, les batteries du Faro avec lesquelles elle engageait
une violente canonnade qui dura plus d'une demi-heure. Quelques instants
après, un vapeur à hélice français, rangeant les côtes de Calabre, se
présentait aussi à l'entrée du détroit et était reçu à coups de canon
par le Faro. Ce ne fut qu'au dix-huitième coup que les canonniers
reconnurent leur erreur et cessèrent le feu. Le lendemain 23, au matin,
le _Prony_ arrivait sur rade de Messine, et une demande de satisfaction
était envoyée au commandant en chef de Messine. A midi, le _Descartes_
appareillait avec le _Prony_ pour aller mouiller sous le Faro et être
prêt à agir si pareil événement se renouvelait.

Mais le général Türr, commandant le Faro, s'était hâté de répondre à la
réclamation de notre consul à Messine, M. Boulard, et de lui transmettre
ses profonds regrets pour l'erreur qui avait eu lieu bien
involontairement. Au milieu du feu et sans longue vue, on n'avait pu
distinguer le pavillon français, car celui des Napolitains, même à
petite distance, permet à peine d'apercevoir les armoiries jaunes
frappées sur le blanc du pavillon; en outre, les canonniers étaient sous
l'influence de l'indignation causée par la conduite sans précédent de la
frégate napolitaine, le _Borbone_, qui, arrivée dans le détroit sous
pavillon français, avait tranquillement reconnu les batteries, pris une
position avantageuse pour les attaquer, et commencé un feu meurtrier sur
des hommes occupés sans défiance à la regarder. Ce n'est qu'à la
deuxième bordée que le pavillon français avait été amené et remplacé par
la bannière napolitaine. Sans prendre positivement ce fait pour excuse,
le général offrait la plus ample satisfaction au commandant français,
tout en flétrissant la conduite du bâtiment de guerre napolitain qui
n'avait pas craint, en enfreignant toutes les lois maritimes
internationales, d'être la cause de l'exaspération des Garibaldiens; ce
qui les avait entraînés, dans leur exaltation, à tirer trop légèrement
sur un navire dont ils ne distinguaient pas au juste la nationalité.

Nonobstant, les commandants des trois bâtiments de guerre français sur
la rade de Messine, la frégate à vapeur le _Descartes_, et les avisos le
_Prony_ et la _Mouette_, avaient décidé que pendant que la _Mouette_ se
rendrait à Naples pour prévenir l'amiral de ces faits, le _Descartes_ et
le _Prony_ iraient mouiller en branle-bas de combat près du Faro, de
manière à être à même de repousser par la force une nouvelle agression
de ce genre.

En conséquence, à midi, les deux navires s'étaient dirigés sur le Faro,
au grand émoi de la population de Messine qui n'avait pas vu sans
inquiétude les préparatifs de branle-bas exécutés à bord des bâtiments
français. Il paraîtrait qu'une réponse peu convenable d'un autre
officier général de l'armée garibaldienne, était venue détruire le bon
effet produit par la lettre si convenable et si digne du général Türr,
et avait rendu nécessaire cette démonstration de la part des commandants
français. A deux heures environ, les deux navires jetaient l'ancre un
peu en dedans de l'entrée du détroit, et dans une position où leurs
batteries prenaient en enfilade toutes celles du Faro.

Ceci se passait le 23. Vers les six heures du matin, la frégate le
_Borbone_ se rapprochait du Faro et recommençait l'attaque des
batteries. Pendant près de trois quarts d'heure, le feu fut très-animé
des deux côtés; mais enfin la frégate se laissa culer et vint mouiller
près de la citadelle où elle débarqua en toute hâte ses blessés.

C'est pendant cette opération que les deux bâtiments de guerre français
quittaient eux-mêmes le port pour aller prendre leur position au Faro.
Aussitôt qu'ils eurent jeté l'ancre, on vit que le _Borbone_ se
dirigeait dans le Sud, tenant le milieu du détroit, accompagné des
quatre vapeurs royaux qui composaient en ce moment toute l'escadre.
Quelques instants, elle resta stationnaire vis-à-vis Reggio, puis on la
vit border ses voiles et laisser porter vent arrière dans le Sud, pour
débouquer du détroit où on ne la revit pas, non plus que les bâtiments
de guerre napolitains qui marchaient de conserve avec elle. Il était
environ cinq heures du soir, au moment où, de l'autre côté du détroit,
on apercevait le pavillon national arboré sur le fort de Pezzo.

Il ne restait qu'un petit vapeur de transport à San-Giovanni, ainsi que
deux ou trois autres à Reggio, mais sous pavillon parlementaire:
c'étaient ceux qui opéraient l'évacuation des troupes. A partir de ce
moment, la libre circulation du détroit était donc abandonnée à
l'escadre de Garibaldi sans que l'on pût expliquer ni comprendre une
semblable détermination de la part de l'officier général qui commandait
les forces de mer du roi des Deux-Siciles. Car il est évident qu'il
aurait pu encore faire beaucoup de mal aux troupes nationales et appuyer
de son feu, non-seulement les forts de Pezzo, Alta-Fiumare, Torre del
Cavallo et Scylla, mais encore protéger les divisions de San-Giovanni,
balayer la route royale qui suit le bord de la mer et rendre la marche
des troupes nationales difficile et longue en les obligeant à prendre
par la montagne.

Deux seules raisons peuvent, expliquer ce fait inouï: la première, la
mauvaise volonté; la deuxième, c'est que la frégate le _Borbone_, qui
devait se sentir mal à son aise depuis son premier engagement avec le
Faro où elle avait abusé du pavillon français, put regarder comme un
acte agressif contre elle-même l'appareillage des bâtiments français.
Ceux-ci en effet, étant venus mouiller très-près des batteries,
pouvaient lui donner à supposer qu'ils étaient peu disposés à souffrir
une nouvelle attaque et prêts même à lui demander satisfaction. Dans ce
cas, ce qu'elle avait de mieux à faire était évidemment de filer le plus
rapidement possible, et c'est ce qu'elle fit.

Le même matin, deux heures environ avant l'affaire du _Borbone_ et des
batteries du Faro, un combat d'avant-garde s'engageait sur la terre de
Calabre, au-dessous des hauteurs de San-Giovanni, entre les avant-postes
napolitains et les avant-gardes du général Garibaldi.

Cette petite action eut lieu au milieu de champs de vigne et d'oliviers;
malgré les avantages de leur position, les royaux durent, après une
fusillade assez vive, et quoiqu'ils fussent soutenus par plusieurs
obusiers qui envoyaient, dans la direction des tirailleurs ennemis,
force obus et mitraille, se replier sur leurs positions de San-Giovanni.
Le feu cessait vers les neuf heures du matin.

A partir de la même heure, l'armée nationale, au fur et à mesure que les
troupes arrivaient, était dirigée par Garibaldi de manière à prolonger,
par la droite, la gauche de l'armée napolitaine en contournant, par des
sommets plus élevés, les positions militaires occupées par les deux
divisions des généraux Melendez et Briganti.

Ces divisions comptaient environ dix mille hommes avec artillerie et
cavalerie. Depuis longtemps déjà, cette armée était campée au même
endroit et y avait accumulé de grands moyens de résistance. Elle
occupait le sommet de deux plateaux, appuyant sa droite à un télégraphe
et ayant son front défendu par un profond ravin. De plus, elle tenait sa
communication avec le fort de Pezzo.

Pendant que les deux brigades commandées par le Dictateur exécutaient
leur mouvement, les troupes de Cosenz qui, après l'affaire de Solano,
avaient rapidement continué leur marche, commençaient à montrer leurs
éclaireurs sur les sommets des plateaux en arrière de l'armée
napolitaine. On aperçut bientôt leurs têtes de colonnes; puis, on vit
ces troupes opérer le mouvement contraire à celui du général Garibaldi,
c'est-à-dire s'étendre sur sa droite en prolongeant les derrières de
l'armée napolitaine de manière à la cerner tout à fait et à lui couper
la retraite sur les forts de Pezzo et de Scylla.

Après des efforts inouïs, les artilleurs de l'armée de Garibaldi étaient
venus à bout de hisser sur la montagne, à force de bras et par des
chemins épouvantables, quatre pièces d'artillerie. Pendant que ces
diverses manoeuvres avaient lieu, les royaux demeuraient dans leur camp
sans faire un seul mouvement ni défensif ni offensif. Leurs pièces en
batterie restaient silencieuses, même en voyant les chasseurs de
Menotti venir en éclaireurs jusqu'à deux cents mètres de leur camp. A
trois heures de l'après-midi, le tour était fait et les Napolitains
complètement isolés et coupés de leur base d'opération et de retraite.

Insensiblement les lignes de l'armée indépendante se resserrèrent. Il
n'y avait plus à hésiter pour l'armée royale. Après s'être laissé
tranquillement entourer, il fallait prendre un parti, mettre bas les
armes ou se frayer une route sanglante au milieu des casaques rouges et
racheter ainsi, par un trait de courage, l'ineptie ou la trahison des
généraux.

Malheureusement pour elles, là comme presque partout, les troupes
royales n'eurent que le courage de leur opinion, et leur profonde
horreur pour la bataille leur fit prendre le parti, certes le moins
dangereux, de décamper au plus vite et dans toutes les directions,
abandonnant armes et bagages, effets et drapeaux.

Ce fut une débandade inouïe, une fuite insensée que rien ne pouvait
arrêter.

Toute cette cohue, en pantalons de toile bleue et en vestes, se prit à
courir à la fois au grand galop, et à travers champs, qui vers la plage,
qui vers la route de Scylla; ceux-ci, prenant une autre direction, se
précipitaient comme des grenouilles les uns par dessus les autres dans
un _fiumare_ au fond duquel ils arrivaient en pelote compacte et où,
pendant qu'ils se cherchaient eux-mêmes dans ce pêle-mêle de bras et de
jambes, ils étaient enterrés sous des camarades qui leur tombaient sur
la tête; ceux-là, après avoir pris par une traverse et voyant devant eux
et sur leur flanc des casaques rouges, se mettaient à tourner comme des
lièvres au milieu de ce labyrinthe de baïonnettes bien inoffensives
cependant, car ceux qui les portaient avaient pitié de ces malheureux
fuyards qui semblaient avoir perdu la raison.

Bientôt la panique gagna le fort de Pezzo.

En voyant leurs camarades de San-Giovanni galoper à en perdre haleine
sur la plage, les factionnaires commencèrent par déposer à terre sacs,
fusils, sabres, gibernes, etc., puis, s'accrochant par les mains à la
magistrale du rempart, ils se laissèrent glisser dans les fossés d'où,
gravissant cahin-caha l'escarpe, ils se hâtèrent de se joindre aux ébats
fugitifs des héros de San-Giovanni.

Quant à ceux qui étaient dans le fort, les plus pressés firent le saut
par les embrasures. Ceux de garde à la porte trouvèrent plus court de
l'ouvrir et de détaler par ce chemin, en sorte qu'en quelques minutes il
n'y resta plus qu'un Garibaldien stupéfait qui, arrivé là par hasard, ne
trouva rien de plus simple que de se nommer gouverneur provisoire et, en
cette qualité, de se donner l'ordre de rester en faction à la porte du
fort, ordre qu'il exécuta gravement en attendant que quelques autres
compagnons vinssent lui permettre d'y placer une garnison. Il va sans
dire que quelques paysans ou habitants des environs regardaient cette
triste comédie, les mains dans leurs poches et paraissant aussi peu
soucieux du désastre des royaux que du succès de l'armée nationale.
C'est pénible à dire, mais ce fut ainsi.

En somme, le 23, à cinq heures, les deux rives du détroit appartenaient
à l'insurrection, sauf Alta-Fiumare, la Torre del Cavallo et Scylla.
L'escadre napolitaine avait disparu et toutes les troupes du Faro,
embarquées à la hâte, traversaient en Calabre sous la protection du
_Véloce_ qui, à partir de ce moment, remplaçait, pour le compte du
Dictateur, la croisière napolitaine évanouie dans le lointain vers le
Sud.

Il y eut, dans cette inexplicable affaire de San-Giovanni, appelée aussi
affaire du camp de Piala, une manoeuvre parfaitement entendue et encore
mieux exécutée par les soldats de l'armée nationale, peu expérimentés
cependant.

C'est à peine si le chiffre réuni des deux corps de Garibaldi et de
Cosenz s'élevait à quatre mille hommes. Ils attaquaient, sans
sourciller, un ennemi fort de plus du double et dans de superbes
positions. A quoi donc, là comme dans la marine, attribuer un semblable
sauve-qui-peut? Ce qu'il y eut de fâcheux encore pour l'armée royale,
c'est que, parmi les troupes de Piala, se retrouvaient bon nombre des
officiers de Milazzo qui ne devaient cependant plus servir pendant la
guerre. La seule victime de cette affaire fut un pauvre soldat qui,
arborant le pavillon parlementaire sur une petite maison blanche
vis-à-vis les tirailleurs napolitains, fut tué d'un coup de fusil, ce
qui faillit singulièrement embrouiller les choses.

En fait, y eut-il capitulation, oui ou non? Il paraît que oui, puisqu'il
y a eu pavillon parlementaire, et puisqu'à la suite de cette
capitulation le général Garibaldi laissa ces inoffensifs guerriers se
retirer tranquillement par toutes les routes possibles, avec leurs
effets personnels mais sans armes ni sacs. Seulement ce qu'il y a de
plus positif encore, c'est, que les plus désireux de s'en aller, ceux
qui savaient par expérience qu'un coup de feu maladroit entraîne une
affaire, même contre la volonté des deux partis opposés, commencèrent
bien certainement la déroute avant que les articles de la capitulation
ne fussent ni clos ni signés.

Vers les six heures du soir la plage était couverte de fuyards
napolitains qui y bivouaquèrent. Quant à la route royale, c'était une
longue procession du même genre gagnant en toute hâte la petite ville de
Scylla.

Le lendemain matin 24, de bonne heure, et à l'instant où les
avant-gardes de l'armée nationale arrivaient à la hauteur des forts
d'Alta-Fiumare et de la Torre del Cavallo, ceux-ci arboraient pavillon
blanc et demandaient à se rendre aux mêmes conditions que l'armée de
San-Giovanni, ce qui leur fut octroyé sans la moindre difficulté.

Le soir, l'armée de Cosenz, celle de Garibaldi, et toutes les troupes du
Faro qui ne cessaient de passer d'un bord du détroit à l'autre,
campaient autour de Scylla, et la Bagnara, qui est à onze kilomètres
plus loin et sur le bord de la mer, était occupée par une avant-garde.

Ce même soir, on put assister à un spectacle splendide. Les deux rives
du détroit, complètement illuminées sur toute leur étendue, offraient le
tableau le plus magique qu'il soit possible d'imaginer. Il faut avoir vu
une semblable féerie pour s'en rendre compte, car il n'est pas possible
de la dépeindre.

Le lendemain matin 25, toutes les troupes ayant effectué leur passage,
le général Garibaldi organisait une seconde armée sous la dénomination
d'armée méridionale.

Elle devait se composer des nouveaux volontaires ainsi que des soldats
et officiers de l'armée napolitaine qui venaient en assez grand nombre
offrir leurs services.

Quant à la première armée, celle des volontaires de Marsala, Palerme,
Milazzo, etc., elle devait conserver le titre d'armée nationale.

Le même jour, et pendant que les armées de l'indépendance marchaient sur
la Bagnara, un vaisseau français, l'_Impérial_, arrivait à Messine pour
remplacer le _Descartes_ rappelé en France. Quant au _Prony_, il restait
en station au Faro.



VIII


De Scylla, l'armée nationale devait marcher sur Monteleone, en suivant
la route royale et en passant par Palmi, Gioja, Nicotera, Mileto et
Monteleone. Les environs de celle dernière ville avaient paru favorables
aux généraux napolitains pour tenter un dernier effort contre l'armée de
Garibaldi.

De la Bagnara à Palmi, la route suivie par l'armée, quoique assez
pénible, se fit grand train et sans alerte; presque à chaque pas, on
rencontrait des soldats napolitains, sans armes ni bagages, regagnant
leurs foyers, insoucieux de l'armée à laquelle ils avaient pu
appartenir. Des bandes de Calabrais plus ou moins nombreuses se
joignaient aux volontaires dans chaque localité. Le 26 août les troupes
indépendantes occupaient Nicotera et toute la ligne jusqu'à Rosarno,
ayant une partie de leurs brigades en route de Rosarno, sur Mileto. Le
soir on était à Mileto, chassant devant soi quelques compagnies de
troupes royales qui n'attendaient comme toujours que l'occasion de plier
bagages devant l'ennemi.

On avait appris la veille l'assassinat du général Briganti par ses
propres soldats à Mileto; on y trouva la confirmation de cette nouvelle
et les détails de ce meurtre.

Le général Briganti s'était enfui de Reggio à la tête de sa brigade pour
ne pas capituler avec Garibaldi. Après l'affaire de San-Giovanni, ce
général, qui occupait les forts de Pezzo, d'Alta-Fiumare, etc., les
avait rendus à l'armée libératrice, et le Dictateur lui avait laissé son
cheval et ses armes, ainsi que deux lanciers pour lui servir d'escorte.

Cet officier supérieur partit de suite à franc étrier pour rejoindre à
Monteleone l'armée du général Vial. Le 25, il fut arrêté à Mileto par
une brigade napolitaine composée du 4e et du 16e de ligne. Des officiers
l'entourent, l'injuriant et l'accusant de les avoir trahis et vendus à
l'ennemi pour une somme de cinq millions. Le général irrité d'abord,
puis reconnaissant que sa vie est en danger au milieu de ces forcenés,
chercha par des paroles de persuasion à les faire revenir de l'erreur
dans laquelle la passion les entraînait, mais ce fût en vain; à ce même
moment arriva un autre officier, un de ces porteurs de nouvelles qu'on
voit rarement sur un champ de bataille, mais qui, dans les cafés et les
lieux publics, sont toujours ceux qui crient le plus haut et paraissent
vouloir manger tout le monde. Quarante mille Autrichiens, affirme-t-il,
sont débarqués au Pizzo. Le roi François II est à leur tête, ils
marchent déjà pour prendre de flanc l'armée libérale et l'arrêter court
dans son mouvement en avant sur Monteleone, Le général resté à cheval
cherche alors à ramener à lui les soldats. Il avait à peine commencé à
leur parler qu'un sergent, le couchant en joue, lui ordonna de crier
vive le Roi. Le général leva son képi, et, l'élevant au-dessus de sa
tête, cria vive le Roi, en disant qu'il n'avait pas besoin d'être
contraint à cela et que c'était l'expression de son âme. Un coup de feu
qui traversa la poitrine de son cheval le fit au même moment rouler dans
la poussière.

Le malheureux se releva tout meurtri et couvert du sang de sa monture;
il fit appel aux sentiments d'honneur militaire des soldats, mais une
décharge de plus de quarante coups de fusil retendit roide mort. Il
tomba la face contre terre et le bras droit étendu sur ses assassins
comme si, à l'instant où la mort le frappait, il leur eût jeté une
malédiction suprême, et voulu les stigmatiser de honte et d'infamie.

Ce pauvre général croyait encore sans doute à l'honneur de cette armée
qui, pour se servir de l'expression véhémente d'un officier français
spectateur de toutes ces turpitudes, devrait être marquée au bas des
reins du stigmate de la lâcheté. Les deux lanciers qui servaient
d'escorte au général avaient jugé prudent de tourner bride aussitôt
qu'ils avaient vu le guet-apens dans lequel était tombé leur chef. Quant
aux officiers qui avaient provoqué ce triste événement, ils étaient
restés spectateurs du crime sans chercher à l'empêcher.

Aussitôt que le général Vial eut connaissance de cet assassinat, il
partit pour Naples donner sa démission accompagnée de celles de deux
autres généraux de brigade. Quant aux quatre ou cinq mille royaux en
position à Monteleone, ils allaient traditionnellement se mettre à
piller et saccager la ville, lorsque, heureusement, dans la nuit du 26
au 27, le général Sertori arriva avec son état-major et une escorte de
guides. Il n'en fallut pas davantage pour faire détaler à force de
jambes ces ignobles pillards qui, se débandant dans toutes les
directions, regagnaient leurs foyers ou les bandes de chenapans qui
commençaient à se montrer dans les montagnes et à faire le métier de
détrousseurs de grand chemin.

Le 27, Garibaldi arrivait lui-même à Monteleone, les troupes royales
envoyées pour soutenir celles de cette ville et qui se dirigeaient sur
Cosenza durent, en apprenant l'occupation, s'arrêter et attendre de
nouveaux ordres. A Monteleone, l'armée nationale se mit en rapport
direct avec les insurgés de la Basilicate et des terres de Bari.
L'insurrection précédait partout l'armée libérale. Le 26, le général
Scott expédiait de Salerne une forte colonne dans la direction d'Avelino
où l'on avait arboré le drapeau national. Potenza suivit immédiatement
le mouvement d'Avelino, les troupes royales en furent chassées par la
garde nationale, et une nouvelle municipalité y fut établie le 28. Les
Garibaldiens marchaient sur Cosenza le 29, et poussaient leurs
avant-gardes jusqu'à cette ville. Le général Caldarchi, qui y commandait
la brigade napolitaine, se hâta de parlementer et de quitter la place
avec armes et bagages, à condition de ne plus servir pendant la guerre
contre les troupes de Garibaldi, de maintenir la plus grande discipline
sur la route que suivrait sa brigade en se retirant et de laisser
regagner leurs foyers, ou l'armée libérale, à ceux qui en témoigneraient
le désir; de plus il devait laisser en ville le matériel et les armes en
magasin, il devait encore se retirer sur Salerne, et son itinéraire
étant fixé d'avance, il s'engageait à le suivre sans y faire aucun
changement.

Le 30, les campagnes au Nord et à l'Est de Potenza envoyaient à l'armée
nationale un renfort de près de deux mille volontaires, tous Calabrais,
et l'on apprenait le débarquement à la Punta-Palinuro ou à Sala, non
loin de Salerne, d'une forte division de l'armée indépendante, commandée
par le général Türr. A partir de ce jour, il est bien difficile de
pouvoir suivre les mouvements de l'armée libératrice non plus que de
celle des Napolitains.

Les premiers s'avancent toujours hardiment sur une ligne de front assez
étendue; les seconds, au contraire, battent sans cesse en retraite sans
s'inquiéter de ce qui en arrivera. Avec ces deux systèmes si différents,
il n'était pas difficile de prévoir que bientôt l'armée nationale serait
à Naples. Effectivement, le 4, les volontaires étaient à Potenza et
campaient sur la route de Naples et sur celle de Montepillaro.

Les Napolitains avaient établi autour de la ville quelques travaux de
fortifications passagères, qu'occupèrent immédiatement les gardes
civiques.

Il ne restait plus à cette date dans toutes les provinces de
l'Adriatique, la terre d'Otrante, la terre de Bari, la Capitanate, les
deux Calabres, les principautés Ultérieure et Citérieure, la Basilicate,
un seul soldat ni un magistrat royal; partout les soulèvements étaient
aussi rapides qu'instantanés, mais quoi que l'on en dise, les événements
s'accomplissaient bien plus aux cris de _Viva la liberta!_ qu'à ceux de
_Viva il re galantuomo!_ dont on paraissait aussi peu se soucier que de
l'annexion qui était un mot creux, fort peu compris par les Calabrais en
général.

Le clergé, de même qu'en Sicile, prenait part ostensiblement à ces
manifestations; les capucins, les cordeliers surtout, venaient en aide
au mouvement et ne craignaient pas au besoin de jeter leurs bonnets
par-dessus leur tête en se faisant soldats pour tout de bon.

A Foggia, le départ des troupes royales fut moins pacifique. En se
retirant, priées trop impoliment, à ce qu'il paraît, de décamper, elles
se fâchèrent sérieusement et engagèrent avec les soldats citoyens une
fusillade qui fit quelques victimes départ et d'autre.

Salerne fut menacée le lendemain 5, par les brigades Bixio, Ehber, Türr,
etc. S'attendant à une certaine résistance, l'armée libérale avait
établi ses avant-postes sur les bords de la Selle, petite rivière ou
plutôt torrent qui descend des montagnes et forme plusieurs
embranchements dont le principal longe la route royale de Montefano à
Evoli. Dans la nuit, une partie des troupes vint prendre position entre
Evoli même et Vicenza, prenant ainsi à revers les royaux qui pouvaient
se rencontrer en avant de Salerne: de Vicenza à Salerne, il n'y a que
quelques lieues de marche.

Le 6, une brigade napolitaine, venant de la Capitanate qu'elle avait
évacuée quelques jours auparavant, descendait de Caglieri à Vicenza,
lorsqu'elle rencontra les avant-postes de l'armée indépendante; elle
s'empressa de capituler et une partie passa aux Garibaldiens. Le même
jour, le gros de l'armée était en vue de Salerne, où elle entrait la
nuit et le lendemain matin sans tirer un coup de fusil, et ayant le
Dictateur à sa tête.

Le 7, Garibaldi adressait une proclamation à la population napolitaine,
dans laquelle on remarquait le passage suivant: «Je le répète, la
concorde est le premier besoin de l'Italie, nous accueillerons comme
des frères ceux qui ne pensaient pas comme nous à une autre époque, et
qui voudraient aujourd'hui sincèrement apporter leur pierre à l'édifice
patriotique,» etc., etc.

Enfin le 8, le général Garibaldi, devançant son armée, entrait à Naples
avec cinq ou six de ses officiers d'ordonnance ou amis sans s'inquiéter
le moins du monde des troupes royales qui occupaient encore les postes
de la ville et les forts.

Garibaldi était en voiture, ayant à côté de lui Bertani et un officier;
dans une seconde voiture étaient trois ou quatre autres officiers. Son
entrée et son parcours dans les rues jusqu'au palais de la Forestiera ne
furent qu'un long triomphe, et la garde nationale, qui s'était
immédiatement réunie, vint défiler sous les fenêtres du Dictateur et
prendre le service du palais.

Deux jours avant, le roi François II, quittant sa capitale, avait pris
la route de Capoue, décidé à se renfermer dans Gaëte avec les troupes
qui lui resteraient fidèles et à y résister aussi longtemps que faire se
pourrait. On sait que cette seconde période de la guerre de
l'indépendance a été autrement honorable pour l'armée royale que les
honteux désastres qui, depuis Palerme, et surtout depuis Reggio, sont
venus s'inscrire sur les pages de l'histoire.

Ici une marche rétrograde est nécessaire pour établir les faits au
moment où le Dictateur entrant à Naples réalise la première partie des
projets qu'il a annoncés sur l'Italie. En repassant par Salerne,
Potenza, Evoli, etc., etc., Cosenza, Monteleone et Scylla, les routes
sont couvertes de Garibaldiens en retard ou nouvellement débarqués, de
volontaires calabrais accourant du fond de leurs montagnes pour se
joindre à l'armée libérale; les populations en émoi, comme dans tous
pays le lendemain de révolution, ont organisé partout leurs gardes
civiques et leur police provisoire; les magistrats municipaux, remplacés
à la hâte, administrent provisoirement au nom du Dictateur aussi bien
qu'ils le peuvent, et tâchent, par des réquisitions d'approvisionnements
de toute espèce, de suppléer au défaut d'argent qui se fait surtout
sentir dans l'armée indépendante.

De toutes parts, les soldats royaux, pas honteux et peu confus, s'en
retournent tranquillement dans leurs foyers; une partie de leurs
officiers, décidés à servir leur patrie, et plus militaires que leurs
soldats, attendent impatiemment une occasion pour reprendre du service
et être casés dans l'armée méridionale. On aperçoit partout de nombreux
placards, imprimés qui sait où, probablement en Piémont, et sur lesquels
se lisent en grosses lettres d'une encre très-noire: _Annexion et
Victor-Emmanuel!_ Dans beaucoup d'endroits ces pancartes ont un si
maigre succès qu'elles disparaissent promptement. Dans les campagnes,
les populations ébouriffées ont aussi, comme partout en pareille
circonstance, abandonné leurs champs et laissé leur bétail se promener
à l'aventure, pour venir, massés à l'entrée de leurs villages, ou
groupés sur les grandes routes, politiquer et se raconter les uns aux
autres les batailles les plus incroyables, les nouvelles les plus
bizarres qu'on puisse imaginer. Dans les villes, c'est à peu près la
même chose, peut-être pis, le soldat citoyen envahit tout; il n'y a plus
de boutiquiers, il n'y a plus que des braves tout prêts à se lever comme
un seul homme pour la défense de l'ordre et de la liberté attendue
depuis si longtemps.

Au Faro, de l'autre côté du détroit, tout paraît triste et désert, plus
de ces gais et insouciants volontaires dormant au soleil, chantant à la
lune, souffrant toutes les privations sans se plaindre, mangeant ce
qu'ils trouvaient, buvant sans sourciller de l'eau saumâtre, prenant
enfin tout en patience, pourvu qu'en un temps donné il leur soit permis
de verser leur sang pour la liberté de la patrie. A peine quelques
canonniers, restés pour le service des batteries, promènent-ils de çà de
là, leur ennui et leur chagrin de n'avoir pu suivre leurs camarades.
Cette longue plage, qui du Faro s'étend jusqu'à Messine, n'est plus
animée que par quelques barques de pécheurs d'espadons qui sillonnent
rapidement le détroit. Enfin le calme est redevenu si général que tout
le monde, jusqu'aux canons, a l'air de sommeiller.

Seule la citadelle de Messine, persistant à montrer toujours ses longues
dents noires à travers les déchiquetures de son parapet, a un tel air de
mauvaise humeur que Belzébuth en prendrait les armes. Heureusement les
citadins messinois, presque complètement rassurés sur les horreurs d'un
bombardement, ne s'effarouchent plus aussi vite et ne craignent même pas
de regarder en face la citadelle en affirmant d'un grand air de dédain
que si tôt ou tard cette bicoque ne veut pas amener son pavillon, on
saura bien, ventre-saint-gris! l'y contraindre. Alors, impitoyablement
démolie et rasée, on en labourera le sol, on y sèmera du sel, enfin on
en fera une superbe promenade où le sable régnera en maître absolu; ce
qui fait qu'à l'avenir, la ville sera certaine de ne plus encourir de
châtiments aussi sévères que ceux de 1848.

Les rues de la ville, désertes de soldats nationaux, ont retrouvé leur
aspect bourgeois d'autrefois. A peine si quelques gardes civiques s'y
promènent à l'aise, en compagnie de leurs fusils.

A Milazzo, tout a repris son cours normal; mais tous les matins et tous
les soirs, on voit de nombreux oiseaux de proie planer et s'abattre en
battant de l'aile sur un point quelconque des roseaux qui avoisinent
l'entrée de l'isthme. Dans l'intérieur de l'île, une grande partie de la
population s'imagine toujours que la liberté, c'est le droit pour chacun
de faire ce qui lui plaît, de prendre ce que bon lui semble. Exemple les
événements de Bronte; aussi tout va-t-il pas mal de travers, et le
besoin de gendarmes se fait-il généralement sentir.

Les bandes d'honnêtes bandits qui courent les montagnes rendent les
communications assez peu sûres, et les pancartes votant pour
Victor-Emmanuel sont à l'ordre du jour, pourvu toutefois que le roi
_galantuomo_ agisse comme la liberté, en laissant faire ce qu'on veut. A
cette condition, tous les Siciliens consentiront à être Piémontais,
c'est-à-dire Italiens, car encore veulent-ils rester Siciliens, avoir,
avant tout, leur petit gouvernement à part, leur petit sénat, leurs
petits ministres. Ils tiendraient moins à avoir une petite armée.

Somme toute, Palerme a complètement fait disparaître ses barricades;
comme Messine, elle a quitté son air guerrier; plus heureuse que sa
rivale, aucune citadelle ne l'empêche de dormir. Si Alexandre Dumas
n'habite plus le palais, il y a à sa place presque un vice-roi. La
garnison piémontaise, assez peu choyée, a été casernée aux Quatro-Venti,
où le grand air lui est plus sain que celui de la ville.

A Alcamo, une croix a été élevée sur les victimes de la guerre. A
Calatafimi, un cicerone fait déjà sa fortune en racontant aux touristes
les détails véridiques du combat de Calatafimi et du débarquement à
Marsala. Enfin, depuis que le _Lombardo_ a été renfloué et ramené à
Palerme, on se demande si les événements passés ne sont point un rêve,
et à la _Pointe-aux-Blagueurs_, il n'y a pas de jours que l'histoire du
débarquement ne soit racontée six fois au moins. Quant au _padre_
capucin dont il est question dans le premier chapitre, les mauvaises
langues prétendent qu'après s'être battu comme un Bayard et avoir rossé
l'ennemi comme un Duguesclin à Calatafimi, à Parco, à Palerme, à
Milazzo, à Reggio et autres lieux; après être entré triomphalement
couvert de fleurs et couronné dans la bonne ville de Naples, il est
piteusement revenu un beau matin, licencié parle souverain de son choix
avec bon nombre de ses frères d'armes!

_Sic transit gloria mundi._

FIN.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Quatre mois de l'expédition de Garibaldi en Sicilie et Italie" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home