Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Sur les moeurs et usages des Morlaques, appellés Montenegrins
Author: Fortis, Alberto, 1741-1803
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Sur les moeurs et usages des Morlaques, appellés Montenegrins" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



http://dp.rastko.net. This file was produced from images
generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica)



LIBRARY OF THE UNIVERSITY OF MICHIGAN


       LETTRE DE M. L'ABBÉ FORTIS
       À MYLORD COMTE DE BUTE,
       SUR LES MOEURS ET USAGES DES MORLAQUES, APPELLÉS MONTENEGRINS.


À BERNE, CHEZ LA SOCIÉTÉ TYPOGRAPHIQUE.
M DCC LXXVIII



MYLORD,


Pendant votre séjour parmi nous, vous aurez souvent entendu parler des
_Morlaques_ comme d'un peuple féroce, inhumain, stupide, & capable de
commettre tous les crimes. Vous me taxerez, peut-être, de témérité,
d'avoir dirigé mes voyages dans un pays habité par une nation semblable?

Les habitans[1] des villes maritimes de la Dalmatie, racontent une
infinité d'actions cruelles de ce peuple, qui, livré à une rapacité
habituelle, s'est porté, souvent, à des excès atroces. Mais ces faits
raportés, ou sont d'anciennes dattes, ou, s'il y en a d'arrivés dans des
tems plus modernes, les circonstances prouvent qu'il faut les attribuer
plutôt à la corruption de quelques individus, qu'au mauvais caractère
de la nation en général. Dans les dernières guerres contre les _Turcs_,
les _Morlaques_ peuvent avoir pris l'habitude de voler et d'assassiner
impunément, et avoir donné, après la paix, quelques tristes exemples de
cruauté et d'un naturel féroce. Mais quelles troupes, revenues d'une
guerre, qui semble autoriser toutes les violences contre un ennemi, n'ont
pas peuplé les forêts et les grand chemins de voleurs et de meurtriers?
Je crois devoir une apologie à une nation, qui m'a fait un si bon accueil,
et qui m'a traité avec tant d'humanité. À cet effet, je n'ai qu'à raconter
sincèrement ce que j'ai observé de ses moeurs et de ses usages. Mon récit
doit paroître d'autant plus impartial, que les voyageurs ne sont que trop
enclins à grossir les dangers, qu'ils ont courus dans les pays qui ont
fait l'objet de leurs recherches.

[Note 1: l'orthographe et la ponctuation propres au manuscrit original
sont conservées dans la présente édition.]



§. I.

_De l'origine des MORLAQUES_.


L'origine des _Morlaques_, répandus aujourd'hui dans les vallées riantes
de _Kotar_; le long des rivieres de _Kerka_, de _Cettina_, de _Naventa_, &
dans les montagnes de la _Dalmatie intérieure_[2], est envelopée dans la
nuit obscure des siècles barbares. Il en est de même à l'égard de celle de
plusieurs peuples, qui, à cause de leur ressemblance avec les _Morlaques_
dans la langue & dans les Moeurs, paroissent composer une seule nation,
étendue depuis le Golfe de Venise jusqu'à la mer Glaciale. Les émigrations
des différentes tribus des peuples _Slaves_, qui sous le nom de _Scythes_,
de _Getes_, de _Goths_, de _Huns_, de _Slavini_, de _Croates_, d'_Avares_,
de _Vandales_, ont inondé les provinces Romaines du tems de la décadence
de l'Empire, ont vu troubler étrangement la généalogie des nations qui
dans des siècles plus reculés, se sont emparées peut-être des mêmes pays
de la même manière[3]. Les restes des _Ardiées_, des _Autariates_, & des
autres peuples Illiriens, anciennement établis, en Dalmatie & toujours
impatiens du joug des Romains, se seront joints volontairement à ces
conquérans étrangers dont la langue, & les moeurs ressembloient si fort à
celles du peuple conquis[4]. Au commencement du treiziéme siècle, les
_Tartares_ chasserent _Bela_ IV, Roi de Hongrie, qui se réfugia dans les
isles de Dalmatie. Il est probable que plusieurs familles de ce peuple se
fixérent, à cette occasion, dans les vallées désertes des montagnes &
produisirent ces germes de _Calmouks_, qu'on voit encore s'y déveloper,
principalement dans le comté de _Zara_.

[Note 2: Le pays habité par les Morlaques s'étend beaucoup plus loin vers
la Grèce, l'Allemagne, & la Hongrie. Il ne s'agit ici que de la partie que
l'auteur a parcourue.]

[Note 3: L'auteur compte parmi ces branches prétendues des _Slaves_, des
peuples d'une origine très différente. _Scythes_ paroit avoir été un nom
générique, donné par les Grècs, à toutes les nations du nord de l'Asie &
de l'Europe orientale. Ce que nous savons des _Goths_ & de _Huns_, nous
prouve clairement qu'ils n'ont pas été d'extraction _Esclavone_. _Remarque
du Trad._]

[Note 4: On ne peut pas douter de l'existence de la langue _Esclavone_ en
_Illirie_, déjà du tems de la république Romaine. Les noms des villes, des
rivières, des montagnes, des peuples, de ces contrées, conservés par les
auteurs Grècs & Latins, sont visiblement _Esclavons_. _Promona_, _Alvona_,
_Senia_, _Jadera_, _Rataneum_, _Stlupy_, _Uscana_, _Bilazora_, _Zagora_,
_Tristolus_, _Ciabrus_, _Ochra_, _Carpatius_, _Pleuratus_, _Agron_,
_Teuca_, _Dardani_, _Triballi_, _Græbai_, _Pirusiæ_, & tant d'autres mots,
qui se trouvent dans les historiens & les géographes anciens, le prouvent
assez. On pourroit ajouter encore un grand nombre de noms de racine
_Esclavone_, qu'on rencontre en _Illirie_ dans des inscriptions, dressées
du tems des premiers Empereurs.]

On ne peut pas faire grande attention au sentiment de _Maginy_, qui dérive
de l'_Épire_ & les _Uscoques_ & les _Morlaques_. Le dialecte de ces
peuples a cependant plus d'affinité avec celui des _Rasciens_, & des
_Bulgares_, qu'avec celui des _Albanois_. Suposé même que les _Morlaques_
de la Dalmatie Vénitienne fussent sortis, en partie de l'_Albanie_,
il seroit toujours question de savoir d'où ils sont venus pour se
transplanter autrefois dans ce dernier pays? Cet auteur fait d'ailleurs
une nation séparée des _Haiducks_, qui, comme on peut juger par la
signification de leur nom, n'ont jamais formé un peuple[5].

[Note 5: _Haiduck_, signifie originairement un chef de parti, ou, comme en
_Transylvanie_, un chef de famille. En Dalmatie on se sert de ce mot pour
désigner un criminel, un fugitif, un assasin ou un voleur de grand
chemin.]



§. II.

_Étymologie du nom des MORLAQUES._


Dans leur langue, les _Morlaques_ s'appellent généralement Ulah[6];
nom national, duquel cependant, autant que j'ai pu apprendre, il ne se
rencontre avant le treizième siècle, aucun vestige dans les documens
existans en Dalmatie. Il signifie un homme puissant & considéré. Le nom
de _More-Ulah_, ou par corruption de _Morlaque_, que leur donnent les
habitans des villes, pourroit indiquer leur origine, & faire présumer que
ce peuple est parti des bords de la mer Noire[7] pour s'emparer du pays
qu'il habite actuellement. Il est probable, que le nom de _More-Ulah_ a
dénoté, dès le commencement, les puissans ou les conquérans venus de la
mer, qui s'appelle _More_ dans tous les dialectes de l'Esclavon.

[Note 6: Dans ces mots Esclavons, la lettre H se prononce avec une
aspiration gutturale.]

[Note 7: Ou plutôt des bords de l'Océan septentrional.]

Une Étymologie du nom _Morlaque_, inventée par le célèbre savant Dalmatien
JEAN LUCIO, & adoptée aveuglément par son compilateur FRESCHOT, mérite peu
d'attention: Cet historien prétend, que le nom de _More-Ulah_, signifie
des _Latins Noirs_ quoique le mot _More_, en langue Illyrienne, ne dénote
pas le noir, & que les _Morlaques_ soient plus blancs que les Italiens.
Trouvant dans le mot _Ulah_, qui indique puissance & autorité, la racine
commune des noms _Ulah_ & _Ulak_ ou _Valaques_, il en infère que les
_Morlaques_ & les _Valaques_ doivent être nécessairement la même nation.
Or les _Valaques_ parlent un latin corrompu, & quand on leur en demande
la raison, ils répondent qu'ils sont Romains: ainsi nos _Morlaques_ sont
aussi Romains, quoique leur langue soit si différente du Latin. Ces
_Ulah_, descendans d'une colonie Romaine, furent depuis subjugués par
les _Slaves_, parmi lesquels le nom de _Ulah_ devint un terme injurieux,
désignant la servitude, & appliqué uniquement aux classes les plus
méprisées de la nation conquérante.

La foiblesse de ces conjectures chimériques se montrera suffisamment
par quelques remarques. Les _Morlaques_ ou les _Ulah_, prirent le nom de
nobles & de puissans, avec autant de raison, que le corps de la nation
prit celui de _Slave_ ou d'Illustre. Ce mot de _Ulah_ n'a aucun rapport
avec le Latin, & s'il est en effet, la racine du nom des _Valaques_,
la raison en est naturelle, puisqu'il est connu, que, malgré quelques
colonies Romaines établies par TRAJAN, la _Dacie_ étoit presque
entièrement peuplée par une nation, qui parlait Esclavon aussi bien
que ses conquérans postérieurs. Il est peu croyable que ces vainqueurs
_Slaves_, voulant laisser ou donner un nom au peuple vaincu, en eussent
choisi un, qui dans leur propre langue, signifie un homme noble & puissant.

Il se trouve, sans doute, plusieurs mots dérivés du Latin, dans le langage
des habitans de l'intérieur de l'_Illyrie_. Tels sont _falbun_ fable;
_plavo_, jaune, _slap_, cascade; _vino_, vin; _capa_, bonnet; _teplo_,
tiéde; _zlip_, aveugle; _sparta_, panier; _skrynia_, coffre; _lug_, forêt,
qui viennent visiblement des mots Latins, _Sabulum_, _flavus_, _lapsus_,
_vinum_, _caput_, _tepidus_, _lippus_, _sporta_, _scrinium_, _lucus_.
Mais de ces mots, ou des autres encore, dont on pourroit dresser un assez
long catalogue, il seroit absurde d'inférer que nos _Morlaques_ modernes
descendent en droite ligne des anciens Romains, établis en Dalmatie.

C'est un défaut commun à presque tous les écrivains, qui traitent de
l'origine des nations, de tirer des conséquences générales d'un petit
nombre de données légéres & particulieres, dépendantes, à l'ordinaire, de
quelques circonstances accidentelles & passageres. Je suis persuadé de la
possibilité de découvrir l'origine des peuples par l'examen des langues
qu'ils parlent: mais je suis convaincu en même tems, de la nécessité d'une
profonde critique, pour distinguer les mots primitifs d'une langue, de
ceux qui ont été empruntés des langues étrangéres, si l'on veut éviter de
tomber dans de grandes méprises. Dans la langue _Illyrienne_, répandue
depuis la mer Adriatique jusqu'à l'Océan, se trouve une quantité
considérable de racines, semblables à celles de la langue Grècque: il y
en a même, parmi les noms des nombres, qui cependant doivent être sensés
indigènes. Beaucoup de mots Esclavons sont entièrement Grècs; comme
_Spugga_, _Trapeza_, _Catrida_, provenus sans aucune altération sensible
de _Spoggos_, _Trapeza_, _Kathedra_. La multitude des Grécismes &
l'analogie des deux Alphabeths, ne m'engagera, pas cependant à soutenir,
que la nation nombreuse des Esclavons descend des Grècs, resserrés dans un
pays borné: ou plutôt que la premiere de ces nations, a envahi & peuplé la
Grèce dans les tems les plus reculés. Il seroit également difficile &
inutile d'éclaircir des matières de cette nature, qui resteront toujours
couvertes des ténèbres de l'Antiquité.

Un savant Anglois[8] a traité de la ressemblance entre la langue
_Illyrienne_ & l'_Angloise_. Il y a, sans doute, dans ces deux langues
quelques mots correspondans: mais, comme ces mots se trouvent dans la
langue Germanique, portée par les _Saxons_ dans la Grande-Bretagne, il
faudroit examiner, si ces mots n'appartiennent pas plutôt à quelque
dialecte des anciens _Celtes_ du nord? En tout cas, je serois sur mes
gardes avant de prononcer sur ces matières, à moins d'observer une
ressemblance frapante entre le corps entier & le génie des deux langues.
La quantité de termes étrangers, mêlés sans l'Italien, prouve que,
indépendamment de l'origine d'un peuple, son idiome peut contenir beaucoup
de mots, qui lui sont communs avec des idiomes différens. Sans parler
des Arabismes, des Grécismes, des Germanismes de la langue Italienne,
dont MURATORI a déjà donné la collection, n'est-elle pas remplie
encore d'Esclavonismes? _Abbajare_ vient de _objalati_; _svaligiare_ de
_svlaçiti_; _barare_ de _varati_; _tartagliare_ de _tartati_, _ammazzare_
de _Maç_, épée de son dérivé _maçati_; _ricco_ de _srichian_, heureux;
_tassa_ de _çassa_; _copa_ de _kuppa_; _danza_ de _tanza_; _bravo_ de
_pravo_, adverbe d'approbation; _briga_ est un mot purement Illyrien,
qui répond à sa signification en Italie. Enfin, une infinité de mots du
dialecte Vénitien, empruntés des _Illyriens_, ne prouvent pas que ces
républicains descendent de la nation _Esclavone_.

[Note 8: _BREREWOOD_, _de Scrut. Relig._]



§. III.

_De la différence entre l'origine des MORLAQUES, & celle des habitans des
bords de la mer & des ISLES_.


Les habitans des villes maritimes, qui font la véritable postérité des
colonies Romaines, marquent peu de bonne volonté aux _Morlaques_, & ces
derniers témoignent aux premiers, comme aux insulaires, un profond mépris.
Ces sentimens réciproques, sont peut-être un indice d'une ancienne
inimitié, qui a désuni ces deux races. Un _Morlaque_ s'incline devant un
gentilhomme des villes, ou devant un avocat, dont il a besoin: mais il ne
les aime pas; il compte le reste de la nation, à qui il n'a pas à faire,
dans la classe des _Bodoli_; nom auquel il attache une idée de mépris &
d'injure. Je me souviens, à cette occasion, du propos d'un soldat Morlaque
qui mourut, il y a peu de tems, dans l'hópital de Padoue. Le religieux,
destiné à le consoler dans ses derniers momens, ignorant la force de ce
terme, commença son exhortation par lui dire: courage mon cher _Bodolo!_
«Mon pere, répliqua le mourant tout de suite, ne m'appellez pas Bodolo, ou
je me damne».

La diversité considérable dans le langage, dans l'habillement, dans les
coutumes & dans le caractère, prouve clairement que les habitans des
contrées maritimes de la _Dalmatie_, ont une autre origine que ceux qui
habitent les montagnes: ou si leur origine est la même, qu'ils se sont
établis dans ce pays en différentes époques, & dans des circonstances,
capables d'altérer le caractère national? Parmi les peuplades des
_Morlaques_ il regne la même diversité, résultante des différens pays d'où
elles sont sorties, de leur mélange avec d'autres peuples, des invasions
successives, & des guerres entre leurs tribus. Les habitans de _Kotar_
sont généralement blonds, avec des yeux bleus, la face large & le nez
écrasé; traits qui se rencontrent aussi chez les _Morlaques_ des plaines
de _Scign_ & de _Knin_. Ceux de _Douaré_ & de _Vergoraz_ ont les cheveux
châtains, le teint olivâtre, le visage long, & la taille avantageuse. Dans
leur caractère on remarque la même diversité: les _Morlaques_ de _Kotar_
sont à l'ordinaire, doux, honnêtes & dociles; ceux de _Vergoraz_, au
contraire sont féroces, altiers, audacieux & entreprenans. La situation
de ces derniers, au milieu de montagnes stériles & inaccessibles, qui en
augmentant les besoins, assurent aussi l'impunité des moyens pour les
satisfaire, & leur inspire une passion démesurée pour la rapine. Peut-être
le sang des anciens _Ardiées_ & des _Autariates_, chassés par les Romains
dans ces montagnes, coule-t-il encore dans leurs veines[9]?

[Note 9: «Les _Ardiées_, les _Daorisses_, les _Plérées_ sont dans le
voisinage de la rivière _Narona_. Les plus proches s'appellent les
_Ardiées Varales_. Les Romains les éloignerent de la mer, & les
chasserent dans les terres, pour les empêcher de piller & de saccager
tout, selon leur coûtume. Leur pays est âpre, stérile, & digne de ses
habitants sauvages.» _STRABON. L. VII_.]

Leurs pillages tombent à l'ordinaire sur les _Turcs_; en cas de besoin,
cependant, ils n'épargnent guères plus les chrétiens. Entre plusieurs
traits subtils & hardis de friponnerie, qu'on m'a racontés d'un de ces
montagnards, il y en a un, qui me semble caractéristique. Un pauvre
homme, se trouvant à une foire dans une ville voisine, posa par terre un
chaudron, qu'il venoit d'acheter, & en s'assayant à côté, s'engagea dans
un entretien sérieux avec un homme de sa connoissance. Le fripon de
_Vergoraz_ s'approcha, & mit le chaudron sur sa tête, sans changer de
situation. Le propriétaire, ayant fini son entretien & n'appercevant plus
son chaudron, demanda à celui qui le portoit sur sa tête, s'il n'avoit pas
vu quelqu'un emporter cet ustencile? «Non, répondit le fripon je n'y ai
pas fait attention, mais si, comme moi, vous aviez mis votre chaudron sur
votre tête, on n'auroit point pu vous le voler». Malgré ces friponneries,
qu'on dit être très-communes chez cette nation, un étranger peut voyager
dans ce pays en toute sureté, & s'attendre à être par-tout bien escorté &
reçu avec hôspitalité.



§. IV.

_Des HAIDUCKS._


Le plus grand danger à craindre vient de la quantité des _Haiducks_, qui
se retirent dans les cavernes & dans les forêts de ces montagnes rudes
& sauvages. Il ne faut pas cependant s'épouvanter trop de ce danger.
Pour voyager surement dans ces contrées désertes, le meilleur moyen est
précisément de se faire accompagner par quelques-uns de ces honnêtes gens,
incapables d'une trahison. On ne doit pas s'effaroucher, par la réflexion
que ce sont des bandits: quand on examine les causes de leur triste
situation, on découvre, à l'ordinaire, des cas plus propres à inspirer
de la pitié que de la défiance. Si ces malheureux dont le nombre augmente
sans mésure, avoient une ame plus noire, il faudroit plaindre le sort des
habitans des villes maritimes de la Dalmatie.

Ces _Haiducks_ mènent une vie semblable à celle des loups; errant parmi
des précipices presque inaccessibles; grimpant de rochers en rochers pour
découvrir de loin leur proye; languissant dans le creux des montagnes
désertes & des cavernes les plus affreuses; agités par des soupçons
continuels; exposés à toute l'intempérie des saisons; privés souvent de
l'aliment nécessaire, ou obligés de risquer leur vie pour pouvoir la
conserver. On ne devroit attendre que des actions violentes & atroces,
de la part de ces hommes devenus sauvages, & irrités par le sentiment
continuel de leur misere: mais on est surpris de ne les voir entreprendre
jamais quelque chose contre ceux, qu'ils regardent comme les auteurs de
leurs calamités, de respecter les lieux habités, & d'être les fidèles
compagnons des voyageurs.

Leurs rapines ont pour objet le gros & le menu bétail, qu'ils traînent
dans leurs cavernes, se nourrissent de la viande, & gardent les peaux pour
se faire des souliers. Tuer le boeuf d'un pauvre laboureur, pour consommer
une petite partie de sa chair & de sa peau, semble une indiscrétion
barbare, que je ne prétends pas excuser. Il faut remarquer cependant que
les souliers sont de la nécessité la plus indispensable à ces malheureux,
condamnés à mener une vie errante dans les lieux les plus âpres, qui
manquent d'herbe & de terre, & qui sont couverts par les débris tranchans
des rochers. La faim chasse quelquefois ces _Haiducks_ de leurs repaire, &
les raproche des cabanes des bergers, où ils prennent par force des vivres
quand on les leur refuse. Dans des cas semblables, le tort est du côté
de celui qui résiste. Le courage de ces gens est en proportion de leurs
besoins & de leur vie dure. Quatre _Haiducks_ ne craignent pas d'attaquer,
& réussissent à l'ordinaire à piller & à battre, une caravane de 15, à 20
Turcs.

Quand les _Pandours_[10] prennent un _Haiduck_, ils ne le lient pas, comme
on fait dans le reste de l'Europe: ils coupent le cordon de sa longue
culotte, qui tombant sur ses talons, l'empêche de se sauver & de courir.
Il paroît plus conforme à l'humanité, d'employer un moyen de s'assurer
d'un prisonnier, sans le lier comme un vil animal. Un _Haiduck_ se croit
un homme d'importance, quand il a pu répandre le sang des infidelles. Un
faux zèle de religion, joint à leur férocité naturelle & acquise, porte
ces malheureux à infester les _Turcs_ voisins sans s'embarrasser des
conséquences de ces déprédations. Souvent leurs ecclésiastiques, remplis
de préjugés & de cette impétuosité ordinaire à la nation, sont la première
cause de ces excès, en excitant & en nourrissant la haine naturelle de
leurs compatriotes contre les _Turcs_.

[Note 10: _Pandour_, signifie en Esclavon, un preneur de voleurs. Cette
espèce de maréchaussée a été pendant les dernières guerres, augmentée &
employée comme une millice.]



§. V.

_Des vertus morales & domestiques des MORLAQUES._


Le _Morlaque_, qui demeure loin de la mer & des villes de garnison, est à
l'égard du moral un homme assez différent des autres nations. Sa sincérité,
sa confiance, & sa probité, tant dans les actions ordinaires de la vie
que dans les affaires, dégénère quelquefois entièrement en débonaireté &
en simplicité. Les Italiens, qui trafiquent en Dalmatie, & même les
habitans des villes maritimes, n'abusent que trop souvent de l'honnêteté
de ces bonnes gens. Par cette raison la confiance des _Morlaques_ diminue
sensiblement, & fait place aux, soupçons & à la crainte d'être trompés.
Les expériences multipliées qu'ils ont des procédés des Italiens, a
fait passer en proverbe la mauvaise foi de cette nation. Les termes
_Passia-viro_, foi de chien, & _Lanzmanzka-viro_, foi d'Italien, sont
dans leur langue, des termes synonimes & extrêmement injurieux. Cette
prévention désavantageuse contre les Italiens, semblera devoir influer
sur un voyageur peu connû: mais, malgré ces sentimens, le _Morlaque_, né
généreux & hôspitalier, ouvre sa pauvre cabane à l'étranger, fait son
possible pour le bien servir, & ne demandant jamais, refuse même souvent
avec obstination, les récompenses qu'on lui offre. Dans ce pays, il m'est
arrivé plus d'une fois, de partager la table d'un homme qui ne m'avoit
jamais vu, & qui ne pouvoit esperer raisonnablement de me revoir de sa vie.

Aussi longtems que je vivrai, je n'oublierai pas l'acceuil cordial que
j'ai reçu du _Voïvode_ PERVAN à _Coccorich_. Mon unique mérite à son égard,
étoit de me trouver l'ami d'une famille de ses amis. Une liaison si
légére l'engagea néantmoins à envoyer à ma rencontre une escorte & des
chevaux; à me combler des marques les plus recherchées de l'hôspitalité
nationale; à me faire accompagner, par ses gens & par son propre fils,
jusqu'aux campagnes de _Narenta_, distantes de sa maison d'une bonne
journée; enfin à me fournir des provisions si abondantes, que je n'avois
rien à dépenser dans cette tournée.

Quand je partis de la maison de cet excellent hôte, lui & toute sa famille
me suivirent des yeux, & ne se retirerent qu'après m'avoir perdu de vue.
Ces adieux affectueux me donnerent une émotion que je n'avois pas éprouvée
encore, & que je n'espere pas sentir souvent en voyageant en Italie.
J'ai apporté le portrait de cet homme généreux, à fin d'avoir le plaisir
de le revoir malgré les mers & les montagnes qui nous séparent; & pour
pouvoir donner, en même tems, une idée du luxe de la nation à l'égard de
l'habillement de ses chefs. (_V. T. IV_.) me permit encore de prendre le
dessin d'une de ses petites filles, habillée tout autrement que ne sont
les femmes de Kotar & des autres contrées que j'ai parcourues.

Il suffit de traiter avec humanité les Morlaques, pour obtenir d'eux des
bons offices de toute espéce & pour acquérir leur amitié. Dans ce peuple,
l'indigent exerce l'hospitalité comme le riche: si celui-cy vous traite
avec un agneau ou avec un mouton entier rôti, le pauvre offre un dindon,
du lait, ou un gâteau de miel. Cette générosité ne se borne pas aux
étrangers mais s'étend encore à tous ceux de la nation qui sont dans
le besoin.

Quand un _Morlaque_ voyageur va loger chez un ami ou chez un parent, la
fille ainée de la famille, ou la nouvelle épouse s'il y en une dans la
maison, le reçoit en l'embrassant. Un voyageur d'une autre nation, ne
jouit pas de cette faveur à son arrivée; les jeunes filles, au contraire,
se cachent alors ou se tiennent dans l'éloignement. Les infractions
fréquentes des loix de l'hôspitalité, les ont peut-être effarouchées;
où la jalousie des _Turcs_ voisins a gagné aussi les _Morlaques_.

Aussi longtems que dans la maison d'un riche, dont le nombre est
aujourd'hui bien diminué, se trouvent des denrées, les pauvres de ce
village peuvent être assurés de leur subsistance. De-là vient qu'aucun
_Morlaque_ s'avilit assez jusqu'à demander l'aumône à un passant. Dans
tous mes voyages, que j'ai faits par des contrées habitées par cette
nation, je n'ai jamais rencontré un mendiant. Il m'est arrivé, au
contraire, d'avoir besoin de choses que j'ai demandées à de misérables
Bergers, qui malgré leur pauvreté, me donnerent libéralement ce qu'ils
avoient. Plus souvent encore, quand j'ai traversé les campagnes au milieu
des ardeurs du soleil, de pauvres moissonneurs sont venus à ma rencontre,
pour m'offrir de leur gré des rafraichissemens, avec une cordialité
franche & touchante.

Les _Morlaques_ n'entendent guères l'économie domestique. Dans ce cas
particulier, ils ressemblent aux _Hottentots_, & quand il se présente
quelque occasion extraordinaire, ils consument souvent dans une semaine,
autant qu'il faudroit pour les nourrir pendant plusieurs mois. Une noce,
la fête d'un saint, l'arrivée de quelque parent ou ami: enfin tout
prétexte de réjouissance, les engage à boire & manger sans modération
toutes les provisions qu'ils possedent. Ils se tourmentent, au contraire,
eux mêmes par la seule économie qui leur est habituelle: celle dans
l'usage des choses qui devroient les garantir de l'intempérie des saisons.
Quand un _Morlaque_, portant un bonnet neuf, est surpris par la pluye, il
tire ce bonnet, & préfère de recevoir l'orage sur sa tête nue, au malheur
de gâter sa coëffure. Il ôte ses souliers en passant par un bourbier.

Un _Morlaque_ est à l'ordinaire très-exact à remplir ses engagemens,
si une impossibilité absolue ne l'en empêche. Si au terme préscrit il ne
peut pas payer une dette, il offre quelque présent à son créancier, en le
priant de prolonger le terme du payement. De-là vient que souvent, par la
quantité de ces présens, il paye le double de la valeur de la dette.



§. VI.

_Des amitiés & des inimitiés_.

L'amitié, si sujette, parmi nous, au changement pour les causes le plus
légères, est très-durable chez les _Morlaques_. Ils en font presque un
article de religion, & c'est au pied des autels, qu'ils en serrent les
noeuds sacrés. Dans le Rituel Esclavon ils se trouve une formule pour bénir
solemnellement, devant le peuple assemblé, l'union de deux amis ou de
deux amies. J'ai assisté à une cérémonie de cette espéce dans l'église de
_Perusich_, où deux jeunes filles se firent _Posestre_. Le contentement
qui brilloit dans leurs yeux, après la formation de ce lien respectable,
montroit aux spectateurs de quelle délicatesse de sentiment sont
susceptibles ces âmes simples, non corrompues par les sociétés que nous
appellons cultivées. Les amis unis d'une manière si solemnelle, prennent
le nom de _Pobratimi_, & les amies celui de _Posestrimé_, qui signifient
_demi-frères_ & _demi-soeurs_. Aujourd'hui les amitiés entre deux personnes
de sexe différent ne se forment plus avec tant d'appareil: elles étoient
plus usitées dans les tems réculés, où regnoit encore l'innocence[11].

[Note 11:   Dozivgliega Viila Posestrima
            S'Velebite visoke planine:
            Zloga fijo, Kraliu Radoslave;
            Eto na te dwanajest delija.
            _Pifm. od Radosl_.

            «Sa Fée _Posestrima_
            lui cria du sommet des montagnes:
            vous êtes malheureux, Roi Radoslave;
            douze cavaliers tombent sur vous.»]

Les associations, existantes parmi le peuple en Italie, sous le nom de
_frères Jurés (Fratelli Giurati,_) paroissent être une imitation des
amitiés, des _Morlaques_, & des autres nations de la même origine. La
différence entre ces _Frères_ & les _Pobratimi_ ne consiste pas seulement
dans le défaut de cérémonie; mais surtout encore dans le but, qui est
louable dans les contrées Esclavonnes, & qui en Italie au contraire, est
nuisible à la société.

Dans ces amitiés, les _Morlaques_ se font un devoir de s'assister
réciproquement dans tous les besoins, dans tous les dangers, & de vanger
les injustices que l'ami a essuyées. Ils poussent l'enthousiasme jusqu'à
hazarder & à donner la vie pour le _Pobratimé_. Ces sacrifices même ne
sont pas rares, quoiqu'on parle moins de ces amis sauvages, que des
_Pylades_ des anciens. Si la désunion se met entre deux _Pobratimi_, tout
le voisinage regarde un tel événement comme une nouveauté scandaleuse.
Ce cas arrive cependant quelquefois de nos jours, à la grande affliction
des vieillards _Morlaques_, qui attribuent la dépravation de leurs
compatriotes à leur commerce trop fréquent avec les Italiens. Mais le
vin & les liqueurs fortes, dont cette nation commence à faire un abus
continuel, produisent chez elle, comme par-tout ailleurs, des querelles &
des événemens tragiques.

Si les amitiés des _Morlaques_, non corrompus, sont confiantes & sacrées,
leurs inimitiés ne sont pas moins durables & presque indélébiles. Elles
passent de père en fils, & les mères n'oublient jamais d'inculquer, déjà
aux enfans en bas âge, le devoir de venger un père tué, & de leur montrer
souvent, à cet effet, la chemise ensanglantée, ou les armes du mort.
La passion de la vengeance s'est si fort identifiée avec la nature de
ce peuple, que toutes les exhortations du monde ne pourroient pas la
déraciner. Un _Morlaque_ est porté naturellement à faire du bien à ses
semblables, & à marquer sa réconnoissance pour les moindres bienfaits:
mais il ne sait ce que c'est que de pardonner des injures. Vengeance &
justice se confondent dans sa tête & composent une seule & même idée:
combinaison, qui paroît, il est vrai, avoir formé la notion primitive de
la justice. Ce peuple se sert d'un proverbe familier, qui n'est que trop
accrédité: _Kò fe ne ofveti, onfe ne pofveti_, qui ne se venge pas, ne se
sanctifie pas. Il est remarquable que dans la langue Illyrienne, _Ofveta_
signifie également vengeance & sanctification, tout comme son verbe dérivé
_Ofvetiti_. Les anciennes inimitiés des familles font couler le sang,
encore après une longue suite d'années. En _Albanie_, comme on me dit,
ces vengeances personnelles produisent des effets plus terribles encore, &
les esprits aigris y sont plus difficiles à appaiser. Dans cette contrée,
l'homme le plus doux est capable d'exercer la vengeance la plus barbare:
il croit s'acquiter d'un devoir, en comettant un crime, en préférant un
honneur chimérique à l'observation des loix, & en s'exposant de propos
délibére aux châtimens les plus sévères.

A l'ordinaire, le meurtrier d'un _Morlaque_ bien apparenté, se voit obligé
de s'enfuir & de se cacher pendant longtems dans différens endroits.
Si par son adresse ou par son bonheur, il parvient à se dérober aux
poursuites de ses ennemis, & s'il a trouvé le moyen d'amasser quelque
argent, il tâche, après un tems raisonnable, d'obtenir son pardon. Pour
traiter des conditions de sa paix, il demande un sauf-conduit, qu'on
observe fidellement. Il trouve des médiateurs, qui, à un jour fixé
rassemblent les deux familles ennemies. Après quelques préliminaires on
introduit le criminel dans le lieu de l'assemblée, où il entre en marchant
à quatre, en se traînant par terre, & en tenant pendus à son col les
armes, avec lesquelles il a exécuté le meurtre. Pendant qu'il se trouve
dans cette position incommode & humiliante, un ou plusieurs des parens
présens, font l'éloge du défunt; ce qui rallume quelquefois leur colère, &
met la vie du criminel en danger. Dans quelques endroits, les parens du
mort menacent le meurtrier, en lui mettant des armes à la gorge, & ne
consentent, qu'après beaucoup de resistance, à recevoir le prix du sang
répandu. En _Albanie_ ces paix coûtent beaucoup: chez les _Morlaques_
elles se font souvent à peu de fraix: toutes, cependant, se terminent par
un bon repas aux dépens du criminel.



§. VII.

_Des talens & des arts des MORLAQUES_.


Une grande vivacité d'esprit, & un génie naturellement entreprenant, font
réussir les _Morlaques_ en tout à quoi ils s'appliquent. Bien conduits,
ils deviennent d'excellent soldats. Dans la dernière guerre avec la
_Porte_, le brave général DELFINO, qui conquît sur les _Turcs_ une partie
considérable de la province, les employa dans le service en toute manière,
principalement comme grenadiers. Ils réussissent merveilleusement dans
la conduite des affaires de commerce, & quoique déjà avancés en âge, ils
apprennent avec facilité à lire, à écrire & à calculer. On dit, qu'au
commencement de ce siécle, les bergers _Morlaques_ s'occuperent beaucoup
de la lecture d'un gros livre de théologie, de morale & d'histoire,
compilé par un certain P. DIVCOVICH, & imprimé plusieurs fois à Venise
avec leurs caractères _Cyrilliens-Bosniaques_, différens un peu des
_Russes_. Il arriva souvent, quand le curé, plus pieux que savant,
estropioit dans son prône quelque fait de l'histoire sainte, qu'un des
auditeurs s'avisa de crier: _Nie tako_, il n'est pas ainsi. Pour obvier
à ce scandale, on prit le parti de ramasser tous les exemplaires de cet
ouvrage, qui par cette raison est devenu fort rare en Dalmatie. Leur
vivacité d'esprit se montre aussi dans des reparties piquantes. Un
_Morlaque_ de _Scign_ se trouvant présent à l'échange des prisonniers
après la dernière guerre, vit qu'on rendit plusieurs soldats _Ottomans_
contre un seul officier Vénitiens. Un des députés _Turcs_ dit alors en
se moquant, que les Vénitiens lui paroissoient faire un mauvais marché.
«Sache, répliqua le _Morlaque_, que mon souverain donne volontiers
plusieurs ânes pour un bon cheval».

Malgré les dispositions les plus heureuses pour tout apprendre, les
_Morlaques_ ont des connoissances très imparfaites à l'égard de
l'agriculture & de l'art de gouverner le bétail. La ténacité à garder les
anciennes coutumes, singuliérement propre à cette nation, & le peu de soin
qu'on prend à les convaincre des avantages des nouvelles méthodes, ont du
produire naturellement cet effet. Ils laissent les bêtes à corne, & à
laine, exposées à l'inclémence de l'air, au froid, & souvent à la faim.
Leurs charues, & les autres instrumens de labourage paroissent construits
dans l'enfance des arts, & ressemblent aussi peu aux nôtres, que les modes
du tems de _Triptoleme_ ressemblent à celles du siécle présent. Ils font
tant bien que mal, du beurre & des fromages, qui pourroient passer si ce
laitage étoit préparé avec moins de malpropreté.

Le métier du tailleur se borne à l'ancienne & invariable coupe des habits,
qui se prennent toujours de la même étoffe. Un drap plus étroit ou plus
large que de coutume, désoriente un tailleur _Morlaque_, & met en défaut
son habileté.

Ils ont quelques idées de l'art de la teinture, & leurs couleurs ne sont
nullement à mépriser. Leur noir se fait avec l'écorce du _Frêne_, qu'ils
appellent _Jassea_, mise en infusion avec du machefer, qu'ils ramassent
dans les atteliers des maréchaux ferrans. Avec du _Pastel sauvage_, séché
à l'ombre & bouilli pendant quelques heures, ils obtiennent un beau bleu
foncé. Ils tirent le jaune & le brun du _fustet_ [_Scèdano_], appellé par
eux _Raci_, & la première de ces couleurs encore du _Fusain_ [_Evonimo_]
connu chez eux sous le nom de _Puzzalina_. Ils sont accoûtumés à teindre
leurs étoffes à froid.

Presque toutes les femmes _Morlaques_ savent broder & tricoter. Leurs
broderies sont assez curieuses, & parfaitement égales des deux côtés de
l'étoffe. Elles font un tissu à maille, que les Italiennes ne peuvent
imiter, & dont elles se servent pour fabriquer cette espéce de cothurne,
appelle _Nazuvka_, qu'elles portent dans leurs _Pappuzze_ & leurs
_Oporche_, ou souliers. Dans ces lieux on trouve aussi des métiers pour
fabriquer des serges & des toiles grossieres: les femmes cependant y
travaillent peu, leurs devoirs domestiques ne leur permettant guères de
s'adonner à des travaux sédentaires.

Dans quelques villes, comme à _Verlika_, fleurit la poterie. Les vases
travaillés grossiérement, & cuits dans des fourneaux rustiques creusés en
terre acquièrent cependant avec le tems une dureté, qui surpasse celle des
poteries Italiennes.



§. VIII.

_Des superstitions des MORLAQUES_.


Ces peuples, tant ceux qui sont de l'église Romaine que ceux qui sont
de la Grècque, ont par rapport à la religion les idées les plus étranges.
L'ignorance des ecclésiastiques qui devroient les éclairer, achève de les
entretenir dans des opinions absurdes. Les _Morlaques_ croient avec tant
d'obstination, aux sorciers, aux esprits, aux spectres, aux enchantemens,
aux sortiléges, comme s'ils étoient convaincus de l'éxistance de ces Etres
par mille expériences réitérées. Ils sont persuadés aussi de la vérité des
_Vampires_, à qui ils attribuent, comme en _Transylvanie_, le désir de
sucer le sang des enfans. Lorsqu'un homme, soupçonné de pouvoir devenir
_Vampire_, ou comme ils disent _Vakodlak_, meurt: on lui coupe les jarrets
& on lui pique tout le corps avec des épingles; ces deux opérations
doivent empêcher le mort de rétourner parmi les vivants. Quelquefois
un _Morlaque_ mourant, croyant sentir d'avance une grande soif du sang
des enfans, prie ou oblige même ses héritiers à traiter son cadavre en
_Vampire_ avant de l'enterrer.

Le plus hardi _Haiduck_ se sauve à toutes jambes à la vue de quelque chose
qu'il peut envisager comme un spectre, ou comme un esprit-follet; & de
telles apparitions se présentent souvent à des imaginations échauffées,
crédules & remplies de préjugés. Ils n'ont aucune honte de ces terreurs, &
les excusent par une maxime, qui revient à un vers de PINDARE: «la crainte
des esprits, fait fuir même les enfans des dieux». Les femmes _Morlaques_,
sont, comme il est naturel, cent fois plus craintives & plus visionaires
que les hommes, plusieurs, à force d'entendre dire qu'elles sont sorcières,
s'imaginent l'être devenues réellement.

Ces vieilles sorcières, sont censées habiles dans l'art de faire des
sortiléges de toute espéce. Un des plus ordinaires, est celui d'ôter le
lait aux vaches d'autrui, pour augmenter le lait de leurs propres vaches.
Elles exécutent encore des choses plus merveilleuses. On m'a raconté
l'histoire d'un jeune homme, à qui deux sorcières enlevèrent, pendant
son sommeil, le coeur, pour le manger rôti. Dormant profondément, il ne
s'apperçut pas de sa perte; mais en se reveillant il sentit la place du
coeur vuide. Un cordelier, couché dans la même chambre & qui ne dormoit
pas, vit bien l'opération des deux sorcières, mais, se trouvant enchanté,
ne put pas l'empêcher. L'enchantement cessant au réveil du jeune homme,
ces ces deux méchantes femmes, après s'être frottées avec un onguent,
s'envolèrent. Après leur départ le cordélier, s'empressant de tirer de la
braise le coeur moitié rôti, le fit avaler au jeune homme, qui, comme de
raison, le sentit tout de suite remis à sa place accoutumée. Ce cordélier
raconte souvent cette histoire, & en assure, sous serment, la vérité.
Les bonnes gens, qui l'écoutent, n'oseroient soupçonner que le vin a
produit cette apparition, & que les deux femmes, dont l'une n'étoit
nullement âgée, étoient venues dans la chambre pour autre chose que
pour faire des sortiléges. Si ce peuple souffre du mal, causé par ces
sorcières, appellées _Ujestize_, il a le remède à portée dans le secours
des enchanteresses, connues sous le nom de _Babornize_, qui défont les
enchantements, formés par les premières. Un malheureux incrédule, qui
douterait de la vérité de ce systême de magie, auroit à craindre le
ressentiment des deux pouvoirs opposés.

Entre la communion Romaine & la Grècque règne une haine décidée, que
les ministres de ces religions ne cessent de fomenter. Les deux partis
racontent, l'un de l'autre, milles anecdotes scandaleuses. Les églises
des Latins sont pauvres, mais assez propres: celles des Grècs sont aussi
pauvres, & de plus d'une malpropreté honteuse. Dans une ville de la
MORLACHIE, j'ai vu un prêtre, assis par terre à la place devant l'église,
écouter la confession des femmes qui s'étoient mises à genoux à ses côtés:
posture singuliere, qui indique l'innocence des manières de ce bon peuple.
Ils marquent aux ministres des autels une vénération profonde, une
soumission entière & une confiance sans bornes. Souvent ces ministres
traitent militairement leurs ouailles, & les corrigent par des coups de
bâton. Sur ce procédé, comme sur les pénitences publiques, ils s'appuyent
de l'exemple de l'église primitive.

Les prêtres abusent encore de la crédulité & de la confiance des pauvres
Montagnards, en leur vendant chèrement des billets superstitieux &
d'autres drogues de cette espéce. Ils écrivent d'une manière singuliere
dans ces billets, appelles _Zapiz_, le nom de quelque saint; quelquefois
ils en copient d'anciens, en y ajoutant quelque absurdité de leur propre
invention. Ils attribuent à ces _Zapiz_ à peu près les mêmes vertus, que
les _Basilidens_ attribuèrent à leurs monstrueuses amuletes. Pour se
préserver ou pour se guérir de quelques maladies, les Morlaques les
portent cousus à leur bonnet: souvent, dans le même but, ils les attachent
aux cornes de leur bétail. Le profit considérable, que les prêtres tirent
de ces paperasses, les engage à prendre toutes les mésures possibles pour
en maintenir le crédit, malgré les fréquentes preuves de leur inutilité,
dont ceux, qui s'en servent, ne manquent pas de s'appercevoir. Il est
remarquable, que les _Turcs_ même du voisinage accourent pour avoir de ces
billets des prêtres Chrétiens; ce qui augmente encore le débit de cette
marchandise.

Un autre point de la superstition Morlaque; qui cependant n'est pas
entièrement inconnue parmi le peuple en Italie, c'est une vertu
particulière contre l'épilepsie & plusieurs maladies, attribuée aux
médailles de cuivre & d'argent du Bas-Empire, ou aux monnoyes Vénitiennes
du moyen âge, qui passent généralement pour être des médailles de _Sainte
Hélene_. Ils attribuent la même vertu aux monnoyes Hongroises, appellées
_Petizze_, quand leur revers représente la _Sainte Vierge_, portant
l'enfant Jésus sur le bras droit.

Les _Turcs_ voisins, qui portent dévotement ces zapiz superstitieux, & qui
présentent des offrandes, ou font dire la messe, devant les images de la
sainte Vierge (actions surement contraires aux préceptes de l'Alcoran),
tombent dans une contradiction manifeste, en ne voulant pas répondre au
salut, usité parmi les habitans des bords de la mer, _buaglian Issus_;
loué soit Jésus. Par cette raison les voyageurs vers les frontières se
saluent réciproquement, en disant, _buaglian Bog_, Dieu soit loué.



§. IX.

_Des manières des MORLAQUES_.


L'innocence de la liberté, naturelle aux peuples pasteurs, se conservent
en _Morlachie_; où l'on en observe, au moins, des vestiges frapants dans
les endroits éloignés des côtés maritimes. La cordialité n'y est gênée
par aucuns égards, & elle se montre à découvert sans distinction des
circonstances. Une belle fille _Morlaque_ rencontre en chemin un
compatriote, & l'embrasse affectueusement sans penser à mal. J'ai vu les
femmes, les filles, les jeunes gens, & les vieillards, se baiser tous
entre eux, à mésure qu'ils s'assembloient sur la place de l'église; en
sorte que toute une ville paroissoit composée d'une seule famille. Cent
fois j'ai observé la même chose aux marchés des villes, où les _Morlaques_
viennent vendre leurs denrées.

Les jours de fête, outre le baiser, ils se permettent encore de certaines
libertés, que nous trouverions peu décentes: mais qu'ils ne regardent pas
comme telles, en disant, que ce sont des badinages sans conséquence.
Par ces badinages, cependant, commencent à l'ordinaire leurs amours,
qui, quand les amants sont d'accord, finissent, souvent par des
enlèvemens. Il arrive rarement qu'un _Morlaque_ déshonore une fille, ou
l'enlève contre sa volonté. Dans un cas semblable, elle seroit surement
une belle défense, puisque dans ces pays le sexe cède de peu aux hommes en
force & en courage. Presque toujours une fille fixe elle-même l'heure & le
lieu de son enlèvement. Elle le fait pour se délivrer d'une foule d'amants,
auxquels elle a donné peut-être des promesses, ou desquels elle a reçu
quelques présens galans, comme une bague de laiton, un petit couteau, ou
telle autre bagatelle.

Les femmes _Morlaques_ prennent quelque soin de leurs personnes pendant
qu'elles sont libres: mais, après le mariage, elles s'abandonnent tout de
suite à la plus grande malpropreté; comme si elles voulurent justifier le
mépris avec lequel leurs maris les traitent. Il ne faut pas s'attendre,
cependant, à des émanations douces à l'approche des filles _Morlaques_:
elles ont la coûtume d'oindre leurs cheveux avec du beurre, qui, devenu
rance; exhale, même de loin, l'odeur la plus détestable.



§. X.

_De l'habillement des femmes_.


Les habits des femmes _Morlaques_ varient suivant les districts, &
paroissent toujours singuliers aux yeux d'un étranger. La parure des
filles diffère de celles des femmes mariées, en ce que les premières
portent sur leur tête des ornemens bizarres, au lieu que les dernieres
n'osent se coëffer que d'un mouchoir noué, blanc ou en couleur. Ces filles
mettent un bonnet d'écarlate, d'où descend à l'ordinaire jusqu'aux épaules
un voile, comme une marque de leur virginité. Si ce bonnet est garni de
plusieurs médailles, parmi lesquelles se trouvent souvent de précieuses
antiques; d'ouvrages de filogramme, comme des pendants d'oreilles, & de
chaînes d'argent, terminées par des croissans: les plus hupées se croyent
assez parées. Quelques-unes y mettent encore des verres colorés, montés
en argent. Les pauvres portent ce bonnet sans ornemens, ou garni seulement
de coquillages étrangers, de boules de verres enfilées, ou de quelques
pièces rondes d'étain, un principal mérite de ces bonnets, & par quoi les
plus élégantes _Morlaques_ montrent leur bon goût, c'est celui de fixer
les yeux par le brillant des ornemens, & de faire du bruit au moindre
mouvement de tête. Dans quelques endroits, elles plantent sur ces bonnets,
des houpes de plumes teintes, qui ressemblent à deux cornes; dans d'autres
elles y mettent des pannaches de verre filé, ou des bouquets de fleurs
artificielles; achetées dans les villes maritimes. On voit, dans cette
variété d'ornemens fantasques & barbares, percer quelquefois une étincelle
de goût & de génie.

Leurs chemises, déstinées pour les jours de fête, sont brodées en soye
rouge, souvent même en or. Elles travaillent elles-mêmes ces chemises
en menant paître les troupeaux; & l'exactitude, avec laquelle elles
font cette broderie, en marchant & sous métier, est réellement surprenante.
Ces chemises se ferment au cou par deux crochets, nommés _Maite_, & elles
sont ouvertes sur la poitrine comme celles des hommes.

Tant les femmes que les filles, portent des colliers de verres, en
couleurs mêlées d'une manière barbare; elles chargent leurs doigts d'une
quantité de bagues de laiton, ou d'argent, & leurs poignets de brasselets,
de cuir couverts de lames d'étain ou d'argent selon leurs facultés. Elles
ne connoissent pas les corps, & ne mettent jamais dans leurs corsets,
brodés ou garnis de verre enfilé ou de coquillages, ni fer ni baleine. Où
ce corset se joint à la jupe, elles portent une large ceinture, tissue de
laine en couleur, ou faite de cuir ornée de plaques d'étain. Cette jupe
est garnie, encore, à ses bords de coquillages, & s'appelle _Modrina_,
puisqu'elle est toujours d'un bleu foncé nommé _Modro_. Leurs Robes, ou
_Sadak_, de serge comme la jupe descend jusqu'au gras de jambes, & on
la borde d'écarlate. Les bas des filles sont toujours rouges, & leurs
souliers, ou _Opankê_ semblables à ceux des hommes, sont composés d'un
semelle de cuir crud, avec un dessus de bandelettes entrelacées de peau
de mouton, appellées _Opulé_. Elles lient ces bandelettes au-dessus de la
cheville du pied, de manière que cette chaussure ressemble au brodequin
des anciens. Quelque riche que soit une famille, on n'y permet pas aux
filles de se servir d'autres souliers, mariées: elles peuvent quitter les
_Opanke_ & prendre des babouches, ou _l'apuzzé_ à la mode des _Turques_.

Les filles cachent sous le bonnet leurs cheveux tressés: les femmes
laissent tomber ces tresses sur la poitrine, se les nouent quelquefois
sous le menton; toujours elles y attachent, des verres, des médailles ou
d'autres pièces de monnoye percées suivant la coutume des _Tartares_ & des
_sauvages de l'Amérique_. Une fille qui donne atteinte à sa réputation
risque de se voir arracher son bonnet rouge, par le curé, en public dans
l'église, & d'avoir les cheveux coupés par quelque parent, en signe
d'infamie. Par cette raison, s'il arrive qu'une fille manque à son honneur,
elle dépose volontairement les marques de sa virginité & quitte son pays
natal.



§. XI.

_Des mariages des MORLAQUES_.


Il est très-commun chez cette nation, qu'un jeune homme, natif d'un
endroit très-éloigné, fasse la demande d'une fille. Ces mariages se
traitent entre les viellards des familles intéressées, sans que les époux
futurs se soient jamais vus. La raison de ces recherches lointaines, n'est
pas la rareté des filles dans le village ou dans les environs, mais le
désir de s'allier à une famille étendue & célèbre pour avoir produit
des hommes courageux. Le père de l'époux, ou quelque parent âgé, vient
demander la fille, ou plutôt une fille d'une telle maison, le choix
n'étant pas à l'ordinaire déterminé d'avance. On lui montre toutes les
filles de la maison, & il choisit selon son goût, quoiqu'il respecte le
plus souvent le droit d'ainesse. Rarement on refuse une fille & l'on
s'arrête peu à l'examen des circonstance de celui qui la recherche.
Souvent un _Morlaque_ donne sa fille à son propre valet ou à un simple
laboureur, comme il étoit usité du tems des patriarches. Tant on fait peu
de cas des femmes dans ces contrées.

Elles jouissent néantmoins, dans ces occasions, d'un droit, que le sexe
dans d'autres pays voudroit posséder, & auquel il pourroit prétendre avec
justice. Quand on accorde la fille demandée, l'entremetteur du mariage va
chercher l'époux & le mene chez sa future, pour qu'ils apprennent à se
connoître. Si les jeunes gens se plaisent réciproquement, l'affaire est
conclue. Dans quelques districts, la fille, avant de donner sa parole, va
voir la maison & la famille du prétendant, & elle a la liberté de rompre
le contract, toutes les fois que les personnes ou l'habitation lui
déplaisent. Si elle en est contente? elle retourne dans la maison
paternelle, où le futur, avec ses parens & les amis de sa famille,
l'accompagnent.

Le tems fixé pour les noces étant arrivé, l'époux assemble ses parens les
plus distingués, qui ainsi réunis, s'appellent _Svati_, qui bien montés &
bien ajustés, vont ensemble à la maison de l'épouse. L'ornement distinctif
d'un homme invité aux noces, est un panache de queue de Paon, planté sur
le bonnet. Toute la compagnie est bien armée, pour pouvoir repousser les
attaques ou les embûches de ceux qui voudroient troubler la fête.

Dans les anciens tems, de telles surprises étoient à craindre: alors,
comme on peut voir par les chansons héroïques de la nation: les
prétendants à la main d'une fille, tâchoient de mériter la préférence par
des actions courageuses, ou par des preuves d'âgileté, d'adresse, & de
vivacité d'esprit. Dans un ancien poème sur les noces du _Vojvode_ JANCO
_de Sebigne_, qui étoit contemporain du fameux GEORGE STRATIOTICH surnommé
_Scanderbeg_, les frères d'une certaine JAGNA de _Temeswar_, qu'il avoit
demandée en mariage, proposerent à ce JANCO, après l'avoir enyvré, des
jeux, avec l'alternative de lui donner leur soeur s'il gagnoit, ou de
le tuer s'il perdoit. «En premier lieu ils produisirent une lance, dont
la pointe perce une pomme, & lui dirent d'un air gracieux: JANCO, avec
une flèche tu dois abattre cette pomme, si tu manques ton coup, tu ne
rapporteras pas ta tête; & tu n'emmèneras pas l'aimable épousée»[12]? Un
autre jeu proposé, étoit de franchir d'un seul sault neufs chevaux placés
l'un à côté de l'autre: le troisième, de reconnoître sa future, entre neuf
filles voilées. Janco, brave guerrier, mais peu habile dans ces joutes
galantes, mit à sa place un de ses neveux, comme l'usage de son siècle lui
permettait de faire. Le moyen par lequel ZÉCULO, ce neveu de JANCO, devina
l'épouse promise à son oncle, mérite d'être rapporté, au risque d'allonger
cette digression. Sur son manteau, étendu par terre, il jette une poignée
de bagues d'or, & s'adressant aux neuf voilées, il dit: «Approche, ramasse
les bagues, aimable enfant, toi qui es déstinée à JANCUS. Si une autre ose
étendre sa main, d'un seul coup de sabre, je lui tranche la tête & le bras
ensemble. Toutes reculèrent avec effroi: mais l'amante de Janco ne recula
pas; elle ramassa les bagues, & en para ses mains blanches». Ce ZÉCULO
avoit, en vérité, un talent particulier pour reconnoître les masques.

[Note 12: Ce poëme ne passe pas pour être exactement conforme à la vérité
historique: mais il sert, au moins à faire connaître les moeurs du tems, &
le caractère de la nation.]

Celui, qui après ces épreuves, étoit refusé tâchoit de se dédommager par
la force d'une, préférence, accordée à un autre, & qu'il croyoit injuste:
d'où résultoient de sanglantes querelles. Sur les tombeaux des anciens
_Slaves_, qu'on trouve encore dans les forêts & dans des lieux déserts de
la Morlachie, on voit beaucoup de grossiers bas-reliefs qui représentent
de tels combats[13].

[Note 13: Il se trouve de ses tombeaux principalement dans les bois entre
_Gliuhuski_ & _Vergoraz_, sur les bords du _Trébisat_, un peu loin de
l'ancien chemin militaire, qui conduit de _Salona_ à _Narona_. On en
voit beaucoup encore à _Lovrech_, _à Cista_, à _Mramor_, entre _Scign_
& _Imoski_. Il y en a un isolé à _Dervenich_ en _Primorjé_, appellé
_Costagnichia-Greb_; comme aussi à _Zakuçaz_, qu'on dit érigé sur le lieu
même du combat.]

On conduit à l'église l'épouse voilée, au milieu des _Suati_ à cheval.
Après la cérémonie de la bénédiction, on la ramene à la maison de son père,
ou à celle de son époux, si elle est peu éloignée, parmi les décharges
d'armes à feu, & parmi des cris de joye & des témoignages d'une allegresse
barbare. Pendant la marche, & pendant le repas, qui commence aussi-tôt
après le retour de l'église, chacun des _Soati_ exerce une fonction
particulière. Le _Parvinaz_ les précéde tous, & chante à quelque distance.
Le _Bariactar_ fait flotter un étendart de soye, attaché à une lance, dont
la pointe est garnie d'une pomme: aux noces des gens de distinction, on
voit trois ou quatre de ces _Bariactars_. Le _Stari-Svat_ est le principal
personage de la nôce, & cette dignité se donne toujours à l'homme le
plus considéré parmi les parens. Le _Stachés_ reçoit les ordres du
_Stari-Svat_. Les deux _Divéri_, destinés à servir l'épouse, doivent
être les frères de l'époux. Le _Kuum_ fait les fonctions de parrain, & le
_Komorgia_, ou _Seksana_, celles de gardien de la dot. Un _Chiaus_ porte
la masse, & range la marche comme un maître de cérémonie; il chante à
haute voix: _Breberi_, _Davori_, _Dobra-Srichia_, _Jara_, _Pico_; noms des
anciennes divinités tutelaires de la nation. Le _Buklia_, est l'échanson
de la nôce, en voyage comme à table. Ces charges se doublent ou se
triplent suivant l'importance ou les besoins d'une compagnie nombreuse.

Le repas du premier jour se donne quelquefois dans la maison de l'épouse:
mais plus souvent dans celle de l'époux, où se rendent les _Svati_
immédiatement après la bénédiction du mariage. Trois ou quatre hommes à
pieds, précédent, en courant, le cortège, & le premier arrivé reçoit pour
prix de son agilité une _Mahrama_ espèce d'essuye-main brodé aux deux
extrémités. Le _Domachin_, ou le chef de la maison, va à la rencontre
de sa belle-fille, à laquelle, pendant qu'elle est encore à cheval, on
présente un enfant, pris dans la famille ou chez les voisins, pour le
caresser. Avant d'entrer dans la maison, elle se met à genoux, & baise le
seuil de la porte: Sa belle mère, ou quelqu'autre femme de la parenté, lui
met alors en main un crible, rempli de grains, & de menus fruits, comme
noix & amandes, qu'elle doit répandre sur les _Svati_, en les jettant
derrière elle par poignées. Ce jour l'épouse ne mange pas avec les parens;
mais à une table particulière avec le _Stachés_ & les deux _Divéri_.
L'époux s'assoit à la table des _Svati_: mais pendant ce jour, consacré à
l'union conjugale, il n'ose rien couper ni délier: c'est au _Kuum_ à lui
découper le pain & les viandes. L'office du _Domachin_ est d'inviter
à boire, & le _Stari-Svat_, en faveur de sa dignité, doit répondre le
premier à cette invitation. A l'ordinaire le tour de la _Bukkàra_, espèce
de coupe de bois d'une grande capacité, commence par des voeux pour la
prospérité de la foi, ou par des santés adressées aux noms les plus
respectables.

Dans ces repas règne, au reste, l'abondance la plus excessive, à
laquelle contribuent aussi les _Svati_, dont chacun, apporte sa part des
provisions. On commence le dîner par le fruit & le fromage, & on le finit
par la soupe, d'une manière précisément opposée à nos usages. Parmi les
viandes, entassées avec prodigalité, se trouvent des chevreaux, des
agneaux, de la volaille, & quelquefois du gibier: mais on sert rarement
du veau, & jamais peut-être chez les Morlaques, qui n'ont pas adopté des
moeurs étrangères. Cette aversion pour le veau vient des tems les plus
reculés, & déjà _St. Jerome_ en fait mention[14]. Un auteur, né en
_Bosnie_ & vivant au commencement du siècle passé, POMCO MARNAWICH dit:
«que jusqu'à son tems les Dalmates, préservés de la contagion des vices
étrangers, s'abstiennent du veau comme d'une nourriture immonde»[15]. Si
les femmes de la parenté sont invitées à un tel festin, suivant un usage
généralement établi, elles mangent en particulier, & jamais à la table des
hommes.

[Note 14: At in nostra provincia scelus putant vitulos devorate. HIERONIM.
_contra Jovin_.]

[Note 15: Ad hanc diem Dalmatæ, quos peregrina vitia non infecere, ab efu
vitulorum, nonfecus ac ab immunda esca, ab horrent. MARNAV. _de Illyrico_.]

L'après-dinée se passe en jeux d'esprit ou d'adresse, à danser, ou à
chanter d'anciennes chansons. Après le souper, les trois invitations
solemnelles à boire finies, le _Kuum_ mene l'époux dans la chambre
nuptiale, qui est toujours ou la cave, ou l'étable ordinaire des bestiaux.
A peine y arrivé, il fait sortir le _Stachés_ & les deux _Divéri_, & reste
seul avec les deux conjoints. Si un meilleur lit, que la paille, s'y
trouve, il les y conduit; & après avoir ôté la ceinture à la fille, il
oblige les époux à se déshabiller réciproquement. Autrefois l'usage
vouloit que le _Kuum_ déshabillât l'épouse en entier, & en vertu de cet
usage, ce père spirituel conserve le privilège de la baiser dans toutes
les occasions: privilège, agréable peut-être au commencement, mais qui,
avec le tems, devient surement onéreux. Quand les époux sont déshabillés,
le _Kuum_ se retire, & écoute à la porte, s'il y en a une. Il annonce
l'événement par un coup de pistolet, auquel les _Svati_ répondent par une
décharge de leurs fusils. Si l'époux n'est pas content de l'état, où il a
trouvé sa jeune femme, la fête est troublée. Nos _Morlaques_ cependant ne
font pas autant de bruit d'un tel accident que n'en font les habitans de
l'_Ukraine_, quoique ces deux nations conviennent d'ailleurs assez dans
l'habillement, dans les usages, dans le dialecte & même dans l'ortographe.
Les _Mals-Russes_ promenent le lendemain en triomphe la chemise de la
nouvelle mariée, & maltraitent brutalement la mère, si la vertu de la
fille est suspectée. Un des outrages qu'ils font à un telle gardienne peu
exacte, s'est de lui donner à boire dans un gobelet percé au fond[16].

[Note 16: Ces coutumes sont assez générales par toute la Russie.]

Pour punir le Stachés & les deux Divéri, d'avoir abandonné la fille
confiée à leurs soins, on les fait boire des rasades copieuses, avant de
les admettre de nouveau dans la compagnie des _Svati_. On consomme dans
les occasions une quantité prodigieuse de _Rakia_, ou d'eau de vie. Le
jour suivant la jeune femme dépose le voile & le bonnet, & assiste la
tête couverte, au repas _des Svati_: où elle est obligée d'écouter les
équivoques les plus grossieres, & les plus mauvaises plaisanteries, que
les convives yvres, secouant dans ces occasions le joug de la décence; se
croyent permis de lui adresser.

Ces fêtes, nommées _Zdrave_ par les anciens _Huns_, s'appellent
_Zdravizze_ chez les _Morlaques_; d'où dérive le mot Italien _Stravizzo_,
festin ou régal. Elles durent trois, six, ou huit jours, & quelquefois
davantage, suivant les moyens ou l'humeur prodigue de la famille qui
les donne. Dans ces jours d'allegresse, la jeune femme fait des profits
considérables, qui composent à peu près tout son petit pécule: car elle
n'a pour dot que ses habits & une vache; il arrive même souvent que son
père, au lieu de la doter, exige une somme de l'époux. Tous les matins
elle présente de l'eau à ses hôtes, dont chacun après s'être lavé les
mains, est obligé de jetter dans le bassin une pièce d'argent: aussi
est-il juste qu'ils payent celle qui les engage à remplir un devoir de
propreté qu'ils oublient d'observer à l'ordinaire pendant plusieurs mois.
Il est permis à la jeune femme de faire des tours de malice aux _Svati_:
comme de cacher leurs _Opanké_, leurs bonnets, leurs couteaux, ou d'autres
choses de première nécessité; qui sont forcés alors de les racheter avec
une somme d'argent, déterminée par la compagnie. Outre ces contributions,
ou volontaires ou extorquées, chaque convive, suivant l'usage établi, doit
encore faire un présent à l'épouse, qui le dernier jour des _Zdravizze_,
leur offre à son tour quelques petites galanteries. Le _Kuum_ & l'époux
les portent, sur leurs sabres nus, au _Domachin_; qui les distribue
aux _Svati_ en observant les rangs: ces petits présens consistent à
l'ordinaire, en chemises, en mouchoirs, en serviettes, en bonnets, ou
en bagatelles de peu de valeur.

Les cérémonies des noces, sont à peu près entièrement les mêmes, dans
toute la vaste contrée occupée par les _Morlaques:_les habitans des isles,
& ceux des villages des côtés de l'_Istrie_ & de la _Dalmatie_, les
observent aussi, en n'y mettant que peu de variations. Parmi ces
variations, il en est une digne d'être remarquée, qui s'observe dans
l'isle _Zlarine_ près de _Sebenico._ Dans le moment, où l'épousée est
prête à suivre son mari dans sa chambre, le _Stari-Svat_, qui à
l'ordinaire se trouve yvre, doit abatre d'un seul coup de sabre la
guirlande de fleurs qu'elle porte sur la tête. Dans le village de
_Novaglia_, situé dans l'_isle de Pago_, au _Golfe de Quarnaro_, règne
une coûtume plus comique & moins dangereuse, quoique également sauvage
& brutale. Quand un jeune homme est sur le point d'emmener sa promise,
le père & la mère, en lui remettant leur fille, lui font, avec une
exagération grotesque, le détail de ses mauvaises qualités. «Puisque tu
veux l'avoir absolument, sache qu'elle ne vaut rien, qu'elle est obstinée,
capricieuse &c». L'époux se tournant alors vers elle lui dit: «vous êtes
faite ainsi? je je rangerai bien votre tête». Il accompagne ces paroles de
gestes menaçans, & en faisant semblant de la battre, afin que son procédé
ne soit pris pour une vaine cérémonie, il lui donne souvent des coups
réels. En général les femmes _Morlaques_, comme les insulaires, excepté
les femmes des villes, ne paroissent pas fâchées de recevoir des coups de
bâton de leurs maris, & quelquefois même de leurs amants.

Dans les environs de _Dernifa_, la nouvelle épouse est obligée, pendant la
première année de son mariage, de baiser tous les hommes de sa nation & de
sa connoissance, qui viennent dans sa maison. Cette année écoulée, elles
sont dispensées de cette salutation, comme si la malpropreté insuportable,
à laquelle elles s'abandonnent en peu de tems, les rendit indignes de
faire de telles politesses. Cette malpropreté est peut-être, en même tems,
la cause & l'effet de la manière humiliante, avec laquelle les maris & les
parens les traitent. Quand les hommes nomment une personne du sexe devant
des gens respectables, ils se servent toujours de la formule, usitée aussi
parmi nos paysans quand ils nomment leur bétail, sauf votre respect. Le
plus poli Morlaque en parlant de sa femme, dit: _da prostite_, _moya xena_,
pardonnez-moi, ma femme. Ceux en petit nombre, qui possedent un mauvais
chalit, où ils dorment sur la paille, n'y souffrent jamais leur femme,
qui est obligée de coucher sur le plancher. J'ai couché souvent dans les
cabanes des _Morlaques_, & j'ai été témoin de ce mépris universel qu'ils
marquent au sexe. Mais si les femmes, dans ces endroits où elles sont ni
belles ni aimables, paroissent mériter un tel mépris, il leur fait perdre
cependant encore le peu de dons qu'elles avoient reçues de la nature.

L'état de ces femmes, dans leurs grossesses & dans leurs accouchemens,
passeroit pour un miracle dans les autres pays, où la vie molle du sexe le
rend si sensible. Une _Morlaque_, quand elle est enceinte, ne se ménage
point, ni à l'égard de la nourriture, ni du travail, ni de la fatigue d'un
voyage. Souvent elle accouche seule, au milieu des champs, loin de toute
habitation: elle ramasse alors son enfant, le va laver à la première eau
qu'elle trouve, le porte chez elle, & reprend le lendemain ses occupations
accoutumées; même celle de mener paître les troupeaux. Quand l'enfant nait
dans la maison paternelle, on ne laisse pas, suivant l'usage immémorial de
la nation, de le laver dans l'eau froide: de sorte que les _Morlaques_
peuvent dire comme les anciens habitans d'Italie:

       _Durum à stirpe genus, natos ad flumina primum_
       _Deferimus, foevoque gelu duramus & undis_

Aussi les bains froids ne produisent-ils pas à ces enfans de mauvais
effets, comme le croient ceux qui désaprouvent la coutume des Ecossois
& des Irlandois comme préjudiciable aux nerfs, & qui attribuent à la
superstition les immersions usitées chez les anciens _Germains_[17].

[Note 17: V. Mém. de la Soc. Econom. de Berne. A. 1764. p. III.]

On enveloppe ces petites créatures de misérables haillons, & après les
avoir soignés dans cet état, au plus mal possible, pendant trois à quatre
mois, on les laisse se trainer à genoux, tant dans la maison qu'en pleine
campagnes. Par ce moyen ils acquièrent, avec l'habitude de marcher de
bonne heure, encore cette force & cette santé robuste, dont jouissent les
_Morlaques_, & qui les rend capables d'affronter les neiges & les froids
les plus violens sans couvrir la poitrine. Les mères allaitent leurs
enfans jusqu'à ce qu'une nouvelle grossesse les force de cesser & si elles
ne redevenoient enceintes pendant quatre ou six ans, elles continueraient
à les nourrir de leur lait. Cette coutume rend croyable ce qu'on dit de la
longueur de leurs mamelles, qui leur rend possible d'allaiter les enfans
derrière le dos, ou par-dessous les bras.

Ils mettent tard la culotte aux garçons, qu'on voit communément à l'âge
de 14 à 15 ans courir encore couverts d'une simple chemise, qui leur va
jusqu'aux genoux. Cette coutume s'observe sur-tout vers les confins de
la _Bosnie_, à l'imitation de celle des sujets de la _Porte_, qui avant
d'avoir la culotte ne payent point de Karaz ou de capitation. Avant cette
époque on regarde les garçons comme des enfans, incapables de travailler &
de gagner leur vie.

A l'occasion d'un accouchement, & principalement du premier, tous les
parens & amis de la famille, envoyent des présens de choses comestibles,
& avec ces présens on fait un souper appelle _Bàbine_. Les accouchées
n'entrent dans l'église qu'après quarante jours écoulés, & après avoir
été purifiées par la bénédiction du prêtre.

Les enfans des _Morlaques_ passent leur bas âge dans les bois, à garder
les troupeaux. Dans ce loisir & dans cette solitude, ils s'occupent de
travaux en bois, qu'ils exécutent avec un simple couteau. On voit chez
eux des tasses & des sifflets de cette matière, ornés de bas-reliefs
singuliers, qui ne manquent pas de mérite, & qui prouvent la disposition
de cette nation à faire des progrès dans les arts.



§. XII.

_Des Alimems des MORLAQUES_.


Le lait, préparé de toute manière, est la nourriture la plus commune des
_Morlaques_. Ils l'aigrissent avec du vinaigre, & il en résulte une espèce
de caillé extrêmement rafraichissant. Le petit lait, qu'ils en séparent,
est leur boisson la plus agréable, qui ne déplait pas non plus à un palais
étranger. Avec du fromage frais, frit dans du beurre, ils font leur
meilleur plat, quand ils veulent régaler un hôte inattendu. Ils ne se
servent guères de pain préparé à notre manière: mais de galettes[18],
pétries de farine de millet, d'orge, de mays, de sorgo, & de froment s'ils
sont en état d'en acheter; ils cuisent ces galettes journellement sur la
pierre de l'âtre.

[Note 18: Ils les appellent _Pogaccie_, nom emprunté de l'Italien,
_Fogaccia_, en prononçant la lettre F suivant l'usage des anciens
_Esclavons_.]

Les choux aigres, dont ils font la plus grande provision possible, avec
les racines & les herbes comestibles, qui se trouvent dans les bois & dans
les champs, leur fournissent une nourriture saine & peu couteuse. Mais
après les viandes rôties, pour lesquelles ils ont une véritable passion,
l'ail & les échalottes sont pour eux les mets les plus délicieux. Un
_Morlaque_ s'annonce, déjà de loin, aux nez non accoutumés à cette odeur,
par les exhalaisons de son aliment favori. Je me souviens d'avoir lu
quelque part, que STILPON, repris pour être entré, contre la défense,
dans le temple de Céres après avoir mangé de l'ail, répondit: «donnez-moi
quelque chose de meilleur, & je ne mangerai plus d'ail». Les _Morlaques_
n'accepteroient pas cette condition, qui même ne leur seroit pas peut-être
avantageuse. Il est probable, que l'usage journalier de ces végétaux
corrige en partie la mauvaise qualité des eaux des réservoirs fangeux
& des ruisseaux marécageux, dont les habitans de plusieurs cantons de
la _Morlachie_ sont nécessités, pendant l'été, de faire leur boisson
ordinaire. Ces végétaux contribuent peut-être aussi à maintenir ce peuple
sain & robuste. On trouve en effet parmi eux un grand nombre de vieillards
frais & vigoureux, & je serois tenté d'en faire encore un mérite à l'ail,
quoiqu'en puisse dire HORACE. Il m'a paru étrange, que les _Morlaques_,
qui font une si grande consommation d'ail, d'oignons & d'échalottes, ne
plantent pas ces végétaux dans leur vastes & fertiles campagnes, & que,
par cette négligence, ils se voyent obligés d'en acheter tous les ans pour
plusieurs milliers de ducats des laboureurs des environs d'_Ancona_ & de
_Rimini_. Ce seroit une contrainte salutaire que de les forcer à de telles
plantations: si je ne craignois pas m'exposer au ridicule, je proposerois
un moyen de leur épargner des sommes considérables, c'est celui de les
encourager à des cultures de cette espèce par des récompenses: moyen par
lequel on obtient tout du laboureur.

Un des derniers gouverneurs de la _Dalmatie_, animé d'un zèle patriotique,
introduisit dans cette province la culture du chanvre, qui cependant ne
subsiste plus avec la même vigueur. Quelques _Morlaques_, convaincus par
l'expérience des avantages de cette culture, la continuent néanmoins, & ne
dépensent plus autant pour les toiles étrangeres, dont ils fabriquent chez
eux une partie. Pourquoi ne pourroient-ils pas tous reprendre le désir
de cultiver une plante qui est devenue pour eux un besoin de première
nécessité?

La vie frugale & laborieuse des habitans de la _Morlachie_, jointe à la
pureté de l'air qu'ils respirent, font qu'il s'y trouve, sur-tout dans les
montagnes, un grand nombre de gens qui parviennent à un âge très-avancé.
Comme ils ignorent cependant à l'ordinaire le tems précis de leur
naissance, je ne voudrois pas chercher parmi eux un second DANDO[19]. Je
crois pourtant avoir remarqué un bon vieillard qui pourrait faire pendant
au célèbre PARR.

[Note 19: Alexandre Cornelius memorat Dandonem Illyricum D. annos vixisse
Plin. 7. c. 48.]



§. XIII.

_Des meubles, des Cabanes; de l'habillement & des armes des MORLAQUES_.


Les Morlaques aisés se servent, au lieu de matelats, de couvertures
grossières, qui leur viennent de la _Turquie_: rarement un richard parmi
eux a un lit comme les nôtres; il est peu commun même de voir un bois de
lit travaillé grossièrement, dans lequel ils dorment sans draps & sans
matelats, entre leurs couvertures Turques. Le lit de presque tous est la
terre nue, couverte, tout au plus, d'un peu de paille, où ils étendent
leur grosse couverture, dans laquelle ils s'enveloppent entièrement. En
été ils aiment dormir dans une cour en plein air, & cette coutume est sans
doute le moyen le plus sûr de se délivrer des insectes domestiques.

Dans leurs cabanes ils ont peu de meubles, & simples, tels comme doit les
avoir un peuple de bergers & de laboureurs, qui dans ces arts même est
si peu avancé. Si la maison d'un Morlaque a un galetas, & si elle est
couverte d'ardoise ou de tuile, les travées servent de garderobe à la
famille qui alors est censée vivre d'une manière magnifique: dans ces
maisons brillantes même, les dames couchent sur le plancher. Je les ai
vues quelquefois moudre jusqu'à minuit, en chantant à haute voix des
chansons tout-à-fait diaboliques, dans la même chambre où je devois
coucher, & au milieu de dix ou douze personnes étendues par terre, & qui,
malgré cette musique dormoient d'un profond sommeil.

Dans les endroits éloignés de la mer & des villes, les maisons des
_Morlaques_ ne sont que de pauvres cabanes, couvertes de paille ou de
bardeau, appelle _Zimblé_; couverture usitée sur-tout dans les montagnes,
où l'on manque d'ardoise, & où il est à craindre que les vents, en
découvrant la cabane, n'ensévelissent les habitans sous les ruines du
toit. Le bétail vit dans le même bâtiment, & n'est séparé de ses maîtres
que par une simple cloison de baguettes entrelacées, enduite de boue ou de
bouse de vache: les murs de la cabane sont encore de la même matière, ou
composés de grosses pierres posées à sec les unes sur les autres.

Au milieu de la cabane se trouve le foyer, dont la fumée sort par la
porte, le seul endroit par où elle puisse s'échapper. Par cette raison ces
misérables demeures sont toutes noires & vernies de suye: tout y sent la
fumée, même le lait dont se nourrissent les Morlaques, & qu'ils offrent
volontiers aux voyageurs. Les personnes & leurs habits contractent la même
odeur empestée. Pendant la saison froide, la famille soupe autour du foyer,
& chacun, s'endort au même endroit, où assis à terre il avoit mangé.
Quelques cabanes sont garnies, de bancs. Au lieu d'huile, ils brûlent du
beurre dans leurs lampes: le plus souvent cependant ils s'éclairent la
nuit avec des copeaux de sapin, dont la fumée noircit étrangement leurs
visages. Rarement un _Morlaque_ aisé habite une maison, bâtie à la
manières des _Turcs_, ou meublée à la nôtre: les plus riches vivent à
l'ordinaire en sauvages. Malgré la pauvreté & la saleté de ces habitations,
ce peuple n'y souffre aucune de ces immondices, que nous gardons quelques
fois longtems dans nos chambres. Dans ces contrées, personne, ni homme ni
femme, quoique malade, pourrait se résoudre à aller à ces nécessités dans
sa propre cabane; on porte, dans les cas d'un tel besoin, les mourans même,
en plein air. Si un étranger, par mépris ou par ignorance, s'avisoit de
salir de cette manière la plus chétive habitation, il risqueroit la vie,
ou au moins de recevoir solemnellement la bastonnade.

L'habillement des hommes est simple & économique. Ils se servent, comme
les femmes, d'_Opanké_ en guise de souliers: ils se chaussent d'une espèce
de brodequin tricoté, nommé _Navlakaza_, qui au-dessus de la cheville
du pied se joint à l'extrémité de la culotte, par laquelle le reste des
jambes est couvert. Cette culotte, faite d'une grosse serge blanche, se
lie aux hanches par un cordon de laine, qui la serre comme un sac de
voyage. La chemise entre peu dans cette culotte. Sur la chemise ils
portent un pourpoint, appellé _Jacerma_, & en hyver ils mettent encore
par-dessus un manteau de gros drap rouge, qu'ils nomment _Kabaniza_, ou
_Japungia_. Leur tête se couvre avec un bonnet, surmonté d'une espèce de
Turban cilindrique, appellé _Kalpak_. Ils se rasent la tête, & ne laissent
subsister qu'un petit toupet de leurs cheveux, à la mode des _Polonois_ &
des _Tartares_.

Ils se ceignent les reins avec une écharpe rouge, de laine ou de soye
tissue à mailles. Entre cette écharpe & la culotte ils placent leurs
armes, en arrière un ou deux pistolets; en avant un énorme couteau, nommé
_Hanzar_, enfermé dans une gaine de laiton, ornée de fausses pierreries.
Ce _Hanzar_ est souvent assuré par une chaîne de laiton, qui tourne autour
de l'écharpe. A la même place ils mettent un cornet, garni d'étain, dans
lequel ils tiennent la graisse nécessaire pour garantir leurs armes de
l'humidité, ou pour se guérir eux-mêmes, quand chemin faisant ils se
meurtrissent les pieds. De l'écharpe pend aussi une bourse, destinée à
contenir un briquet, & le peu d'argent qu'ils peuvent avoir. Le tabac à
fumer se conserver encore dans l'écharpe, enfermé dans une vessie séche.
Ils tiennent la pipe sur les épaules, laissant la tête dehors, & passant
le tuyau entre la chemise & la peau nue. Quand un _Morlaque_ sort de chez
lui il porte toujours son fusil sur l'épaule.

Les chefs de la nation sont vêtus avec plus de magnificence. On peut juger
du goût de leurs habits par le portrait de mon bon hôte, le _Vajvode_
PERVAN _de Courrich_. (p. IV.)



§. XIV.

_De la poësie, de la musique, des danses & des jeux des MORLAQUES_.


Dans les assemblées champêtres, qui se tiennent à l'ordinaire dans les
maisons où il y a plusieurs filles, se perpétue le souvenir des anciennes
histoires de la nation. Il s'y trouve toujours un chanteur, qui accompagne
sa voix d'un instrument, appellé _Guzla_ monté d'une seule corde, composée
de plusieurs crins de cheval entortillés. Cet homme se fait entendre en
repetant, & souvent en raccommodant, les vieilles _Pismé_, ou chansons.
Le chant héroïque des _Morlaques_ est extrêmement lugubre & monotone. Ils
chantent encore un peu du nez, ce qui s'accorde, il est vrai, assez bien
avec le son de l'instrument dont ils jouent. Les vers des plus anciennes
chansons, conservées par la tradition sont de dix syllabes & sans rime.
Les poësies abondent en expressions fortes & énergiques; mais on y
apperçoit à peine quelques lueurs d'une imagination vive & heureuse. Elles
font cependant une impression singulière sur l'ame des auditeurs, qui peu
à peu les apprennent par coeur. J'en ai vu soupirer & pleurer aux passages,
qui ne m'avoient aucunement afecté. La valeur des paroles _Illyriennes_
mieux entendue des Morlaques, produit peut-être cet effet: ou, ce qui est
plus probable encore, leur esprit simple & peu cultivé, est remué par les
impulsions les plus foibles. La simplicité & le désordre, qu'on trouve
réunis dans les poësies des _Troubadours Provençaux_, forment aussi le
caractère distinctif des contes poétiques des _Morlaques_. Il s'en trouve
néanmoins dont le plan est assez régulier: mais le lecteur, ou l'auditeur,
est toujours obligé de suppléer, par sa pensée, au défaut des détails,
nécessaires à la précision, & sans lesquels une narration, en vers ou en
prose, paroitroit monstrueuse aux nations éclairées de l'Europe.

Je ne suis pas parvenu à découvrir de ces poësies, dont l'antiquité bien
constatée remonte au de-là du quatorziéme siècle. La cause de la perte
des plus anciennes, est apparemment la même que celle qui fit disparoitre
tant de livres Grècs & Latins, dans les tems de la barbarie réligieuse.
Je soupçonne, qu'on en pourroit trouver de plus ancienne datte chez les
_Méredites_, & chez les habitans des _montagnes Clémentines_, peuples
séparés entiérement des autres nations, & qui menent une vie purement
pastorale. Mais, qui se flattera de pénétrer impunément jusqu'à ces
peuplades sauvages & intraitables? Je me sens assez de courage pour
entreprendre une telle expédition; non seulement pour chercher de ces
anciennes poësies, mais encore pour étudier l'histoire naturelle de ces
contrées totalement inconnues, & qui renferment peut-être encore les
plus précieux monumens des Grècs, & des Romains: mais trop d'obstacles
s'opposent à l'ordinaire à l'accomplissement de tels desirs.

J'ai traduit plusieurs chansons héroïques des _Morlaques_, & j'en
joindrai une, qui m'a paru bien faite & intéressante, à cette lettre. Sans
prétendre la comparer aux poësies d'OSSIAN, je me flatte qu'on y trouvera
au moins un autre mérite, celui de peindre la simplicité des anciens tems,
& les moeurs de la nation. Le texte _Illyrien_ mettra le lecteur en état de
juger combien cette langue sonore & harmonieuse, négligée cependant par
les peuples cultivés même qui la parlent, est propre à la musique & à la
poësie. OVIDE, pendant qu'il vivoit parmi les _Slaves de la mer noire_[20],
ne dédaigna pas de faire des vers dans leur idiome, & y réussit jusqu'à
l'admiration, & à acquérir l'amitié de ces sauvages: quoique par un retour
de l'orgueil Romain, il parut se repentir après, d'avoir profané de cette
manière les muses Latines[21].

[Note 20: Les Allemands: qui comptent OVIDE parmi leurs poëtes, ne seront
pas contens de le voir ici du nombre des _Illyriens_. Si les _Getes_ &
_les Goths_ ont été une même nation, ils auront raison. Car la langue des
_Goths_ étoit un dialecte de la _Teutonique_.]

[Note 21:   Ah! pudet, & Getico scripsi sermone libellum,
            Structaque funt nostris barbara verba modis.
            Et placui (gratare mihi), coepique poëtæ
            Inter inhumanos nomen habere Geras.
            OVIDE. _de Ponto. IV. Ep._ 13.]

La ville de _Raguse_ a produit plusieurs poëtes élégans, & même quelques
femmes distinguées par le talent de faire des vers: le plus célèbre de
ces poëtes est JEAN GONDOLA. Les autres villes des côtes & des isles
de la _Dalmatie_, n'en manquèrent pas non plus: mais le grand nombre
d'_Italianismes_, introduit dans les dialectes de ces villes, y altère de
plus en plus l'ancienne pureté de la langue. Les habiles gens dans cette
langue & sur-tout le plus savant entr'eux, l'Archidiacre MATHIAS SOVICH,
trouvent le dialecte des _Morlaques_ également barbare & rempli de mots &
de façons de parler étrangères[22]. Celui des _Bosniens_ dont se servent
aussi les Morlaques montagnards dans l'intérieur des terres, est à mes
oreilles plus harmonieux que le dialecte _Illyrien_ des habitans des
côtes. Mais revenons à nos chansons.

[Note 22: Depuis mon retour, le savant, pieux & charitable Archidiacre
SOVICH, est mort, emportant les regrets de tous les honnêtes gens de sa
nation. La mémoire de cet excellent homme, digne d'un meilleur sort &
d'une plus longue vie, ne doit se perdre parmi ces compatriotes s'ils
chérissent leur honneur. Né à _Pétersbourg_ au commencement de ce
siècle, d'un père originaire de _Cherso_ & attaché au service de PIERRE
_le Grand_, il devint orphelin dans l'âge le plus tendre; mais il reçut
une excellente éducation dans la maison de l'admiral _Zmajevich_. Après
la mort de cet admiral, il fut ramené en Dalmatie par l'abbé CARAMAN qui
avoit été envoyé en Russie pour y chercher les connoissances nécessaires
à la correction du Bréviaire _Glagolitique_. A la recommandation de
Mr. ZMAJEVICH, alors archévêque de _Zara_, le jeune SOVICH entra dans
le seminaire _della Propaganda_, où il s'appliqua à la théologie &
principalement à la lecture des manuscripts _Glagolitiques_. Il aida
_Monsieur Caraman_, mort aussi depuis peu archévêque de _Zara_, dans la
correction du Missel, & à écrire une apologie, qui ne vit pas le jour.
Pour rècompense de ses services, il obtint la place d'Archidiacre
d'_Osero_, où il vécut dans une retraite philosophique, partageant le peu
qu'il possedoit avec les pauvres & avec ses amis. On l'appella plusieurs
fois à Rome pour la correction du Missel: il y alla une seule fois &
revint mécontent. Dans sa solitude il n'abandonnoit pas les études, comme
le prouvent plusieurs manuscrits précieux de sa composition que j'ai vus
entre ses mains. Parmi les productions de sa plume, doit se trouver un
ouvrage fin: savoir la _Grammatica Slavonica de Meletius Smotrisky_,
traduit en latin avec le texte à côté, purgée de superfluités, & enrichie
d'observations à l'usage des jeunes Ecclésiastiques _Illyriens_. Cet
ouvrage mérite d'autant plus de voir le jour, que la langue _Esclavone_,
usitée dans les livres religieux, & qu'on enseigne dans les séminaires de
_Zara_ & d'_Almisa_, n'a aucune grammaire bien faite, & que, après la mort
de _Sovich_, il ne se trouve plus en _Dalmatie_ personne, qui sache
profondémemnt cette langue.]

Quand un Morlaque voyage par les montagnes désertes, il chante,
principalement de nuit, les hauts faits des anciens _rois & barons Slaves_,
ou quelque aventure tragique. S'il arrive qu'un autre voyageur marche
en même tems sur la cime d'une montagne voisine, ce dernier répéte le
verset chanté par le premier; & cette alternative de chant continue
aussi longtems que les chanteurs peuvent s'entendre. Un long hurlement,
consistant dans un _Oh!_ rendu avec des inflexions de voix rudes &
grossières, précède chaque vers, dont les paroles se prononcent rapidement,
& presque sans modulation qui est reservée à la dernière syllabe, & qui
finit par un roulement allongé, haussé à chaque expiration.

La poësie ne s'est pas perdue entièrement chez les Morlaques, & ils ne
sont pas réduits à répéter uniquement les anciennes compositions. Il y a
encore beaucoup de chantres, qui après avoir chanté, en s'accompagnant de
la _Guzla_, quelque morceau antique, finissent par des vers composés à
la louange de ceux qui les employent. Plus d'un Morlaque est en état de
chanter, depuis le commencement à la fin, ces propres vers impromptus, &
toujours au son de la _Guzla_. Ils ne manquent pas d'écrire leurs poësies,
quand l'occasion se présente de transmettre à la postérité quelque
événement mémorable. La musette, le flageolet, & un chalumeau de plusieurs
roseaux, sont encore les instrumens favoris de la nation.

Les chansons nationales, conservées par tradition, contribuent beaucoup à
maintenir les anciennes coûtumes. De-là vient que leurs cérémonies, leurs
jeux, & leur danses tirent leur origine des tems les plus reculés. Leurs
jeux consistent presque tous dans des preuves de force ou d'adresse: comme
de sauter plus haut, ou de courir plus vite, ou de jetter le plus loin une
pierre qu'on peut soulever à peine. Les _Morlaques_ dansent, au son de la
voix ou de la musette, leur danse favorite appellée _Kolo_, ou cercle; qui
change bientôt en celle qu'ils nomment _Skosi-gori_, ou sauts hauts. Tous
les danseurs, hommes & femmes, se tenant par la main, forment un rond, &
commencent par tourner lentement. A mésure que la danse s'anime, ce rond
prend des figures différentes, & dégénère à la fin en sauts extravagans,
exécutés par les femmes même, malgré le désordre qu'ils mettent dans leur
habillement. Il est incroyable avec quelle passion les _Morlaques_ aiment
cette danse sauvages. Quoique fatigués par le chemin ou par le travail,
quoique mal nourris, ils la dansent, & passent plusieurs heures, sans
presque prendre de repos dans ce violent exercice.



§. XV.

_De la médecine des MORLAQUES_.


De ces bals s'ensuivent fréquemment des maladies inflammatoires. Dans un
tel cas, comme dans d'autres, les _Morlaques_ se guérissent eux-mêmes,
& n'appellent jamais un médecin, puisque heureusement il ne s'en trouve
aucun parmi eux. Une bonne quantité de _Rakia_, ou d'eau-de-vie, est leur
première potion médicinale: si la maladie ne s'amende pas, ils infusent
dans l'eau-de-vie une bonne dose de poivre, on de poudre à canon, & ils
avalent la mixture. Après quoi ils se couvrent bien si c'est en hyver;
ou, si c'est en été, ils s'exposent, couchés sur le dos, aux ardeurs du
soleil, _afin_, comme ils disent, _de suer le mal_. Ils ont contre la
fièvre tierce une cure plus systématique. Le premier & le second jour, ils
prennent un gobelet de vin, dans lequel trempe une pincée de poivre: le
troisième & le quatrième, ils doublent la dose. J'ai vu plus d'un Morlaque
parfaitement remis par le moyen de cet étrange fébrifuge.

Ils guérissent les obstructions, en appliquant une grande pierre platte
sur le ventre du malade; & les rhumatismes par de violentes frictions, qui
écorchent d'un bout à l'autre le dos du patient. Contre les douleurs de
rhumatismes, ils employent encore une pierre rougie au feu, & enveloppée
d'un linge mouillé. Pour reprendre l'appétit, perdu à la suite d'une
longue fièvre, ils boivent copieusement du vinaigre. Mais le dernier &
principal remède, dont ils se servent, quand ils peuvent l'avoir, dans
les cas les plus désespérés, c'est le sucre, dont ils mettent un morceau
encore dans la bouche des mourans, pour qu'ils puissent passer dans
l'autre vie avec moins d'amertume. Ils employent l'Ivette contre les
douleurs des jointures, & appliquent fréquemment les sangsues aux membres
enflés.

Dans les endroits, où se trouve une ochre rougeâtre, on a la coutume de
mettre de cette terre sur les blessures & sur les contusions: comme on
sait aussi en Bohème & en Misnie, où cette terre abonde. Greisel qui
rapporte ce remède, a reconnu sa vertu par sa propre expérience, comme je
l'ai expérimentée aussi sur moi en Dalmatie. Sans avoir étudié l'anatomie,
les Morlaques savent très-bien remettre les membres disloqués & fracturés:
ils saignent habilement, avec un instrument, semblable à celui avec lequel
on tire du sang aux chevaux, sans jamais causer ces accidens, qui suivent
si souvent l'usage de la lancette.



§. XVI.

_Des funérailles des MORLAQUES_.


Pendant qu'un mort reste encore dans la maison, sa famille le pleure déjà
avec de véritables hurlemens, qui redoublent quand le prêtre vient le
prendre. Dans ces momens de tristesse, les _Morlaques_ parlent au cadavre,
& lui donnent sérieusement des commissions pour l'autre monde. Après
ces cérémonies on couvre le mort d'une toile blanche, & on le porte à
l'église, où recommencent les lamentations, & où les parentes du défunt
& des pleureuses louées, chantent sa vie d'un ton lugubre. Quand il est
enterré, tout le cortège funèbre, avec le curé de la paroisse, retourne à
la maison du défunt, où, en mêlant les prières avec la crapule, on fait un
repas immodéré.

Pour marquer de l'affliction, les hommes se laissent croître la barbe
pendant quelque tems: coutume qui, comme plusieurs autres de ce peuple,
approche de celle des Juifs. Un bonnet bleu ou violet est encore un signe
de deuil. Les femmes s'enveloppent la tête d'un mouchoir bleu ou noir, &
couvrent de noir tout ce qui est rouge dans leurs habillemens.

Pendant la première année, après l'enterrement d'un parent, les femmes
_Morlaques_ vont, au moins chaque jour de fête, faire de nouvelles
lamentations sur le tombeau, & y répandre des fleurs & des herbes
odorantes. Si la nécessité les force quelquefois de manquer à ce devoir,
elle s'excusent auprès du mort, en lui parlant comme s'il étoit vivant,
& lui rendent compte des raisons qui les ont empêchées de lui faire la
visite accoutumée. Elles lui demandent des nouvelles de l'autre monde,
& lui adressent souvent les questions les plus singulières. Tout cela
se chante d'un ton lamentable & mésuré. Les jeunes filles, qui désirent
d'apprendre les belles manières de la nation, accompagnent souvent ces
femmes, & chantent avec elles des duets vraiment funèbres.

Voilà les observations que j'ai faites sur les moeurs d'une nation
jusqu'ici peu connue & méprisée. Je ne prétends pas que ces détails, que
j'ai ramassés dans une grande étendue de pays, & dans des endroits assez
éloignés l'un de l'autre, conviennent également à tous les villages de la
Morlachie. Les différences cependant, qui pourraient s'y trouver, seront
peu considérables.

       *       *       *       *       *



ARGUMENT _du poëme Illyrien suivant_.


_Asan_, capitaine Turc, est blessé dans un combat, & sa blessure le met
hors d'état de retourner dans sa maison. Sa mère & sa soeur vont le visiter
dans le camp: mais sa femme, retenue par une pudeur qui nous paroîtra
étrange, n'ose pas y aller aussi pour voir son mari. _Asan_ prend cette
délicatesse pour un défaut de sentiment de la part de sa femme, s'en
fâche, & dans le premier mouvement de sa colère, il lui envoie une lettre
de répudiation. On arrache cette tendre épouse & mère à cinq créatures
touchantes, à ses enfans, dont le dernier est encore au berceau, & elle
les quitte avec la douleur la plus amere. A peine revenue dans la maison
de son père, les principaux seigneurs du voisinage demandent sa main. Son
frère, le _Begh Pintorovich_, l'accorde au _Cadi_, ou au juge d'_Imoski_:
malgré les prières de sa soeur désolée, qui aimoit toujours son premier
époux & ses enfans avec la plus vive tendresse. Le cortège nuptial, pour
aller à _Imoski_ devoit passer devant la maison d'_Asan_, qui, guéri
de ces blessures & revenu chez lui, se répent vivement de son divorce.
Connoissant parfaitement le coeur de celle, qui avoit été son épouse, il
envoie à sa rencontre deux de ses enfans, auxquels elle fait des présens,
qu'elle avoit préparés pour eux. Alors _Asan_ lui-même fait entendre sa
voix en rappellant ses enfans, & en se plaignant de l'insensibilité de
leur mère. Ce reproche, le départ de ses enfans, la perte d'un mari que,
malgré ses manières rudes, elle aimoit autant qu'elle en étoit aimée,
causent une si grande révolution dans l'ame de cette jeune épouse qu'elle
tombe morte subitement, & sans proférer une parole.

            _XALOSTNA PJESANZA_

                PLEMENITE

            _ASAN-AGHINIZE._

       Sto se bjeli u gorje Zelenoi?
       Al-su snjezi, al-su Labutove?
       Da-su snjezi vech-bi okopnuli;
       Labutove vech-bi poletjeli.
       Ni-su snjezi, nit-su Labutove;
       Nego sciator Aghie Asan-Aghe.
       On bolu-je u ranami gliutimi.
       Oblaziga mater, i Sestriza;
       A Gliubovza od stida ne mogla.

       Kad-li-mu-je ranam' boglie bilo,
       Ter poruça vjernoi Gliubi svojoi:
       Ne çekai-me u dworu bjelomu,
       Ni u dworu, ni u rodu momu.
       Kad Kaduna rjeci razumjela,
       Josc-je jadna u toi misli stala.
       Jeka stade kogna oko dwora:
       J pobjexe Asan-Aghiniza
       Da vrât lomi kule niz penxere,
       Za gnom terçu dve chiere djevoike:
       Vrati-nam-se, mila majko nascia:
       Ni-je ovo babo Asan-Ago
       Vech daixa Pintorovich Bexe.

CHANSON SUR LA MORT DE L'ILLUSTRE EPOUSE D'_ASAN-AGA_.

Quelle blancheur brille dans ces forêts vertes? Sont ce des neiges,
ou des cygnes? Les neiges seroient fondues aujourd'hui, & les cygnes se
seroient envolés. Ce ne sont ni des neiges ni des cygnes, mais les tentes
du guerrier Asan-Aga. Il y demeure blessé & se plaignant amerement. Sa
mère & sa soeur sont allées le visiter: son épouse seroit venue aussi, mais
la pudeur la retient.

Quand la douleur de ses blessures s'appaisa, il manda à sa femme fidelle:
«Ne m'attends pas ni dans ma maison blanche, ni dans ma cour, ni parmi mes
parens». En recevant ces dures paroles cette malheureuse reste triste &
affligée. Dans la maison de son époux, elle entend les pas des chevaux, &
désespérée elle court sur une tour pour finir ses jours en se jettant par
les fenêtres. Ses deux filles épouvantées, suivent ses pas incertains, en
lui criant: Ah, chere mere, ah! ne suis pas: ces chevaux, ne sont pas ceux
de notre père _Asan_; c'est ton frère, le Beg _Pintorovich_ qui vient te
voir.

       J vratise Asan Aghiniza,
       Ter se vjescia bratu oko vrâta.
       Da! moi biate, welike framote!
       Gdi-me saglie od petero dize!
       Bexe muçi: ne govori nista.
       Vech-se máscia u xepe svione,
       J vadi-gnoi Kgnigu oproshienja,
       Da uzimglie podpunno viençanje,
       Da gre s'gnime majci u Zatraghe.
       Kad Kaduna Kgnigu prouçila,
       Dva-je sina u çelo gliubila,
       A due chiere u rumena liza:
       A s'malahnim u besicje sinkom
       Odjeliti nikako ne mogla.
       Vech-je brataz za ruke uzeo,
       J jedva-je finkom raztavio:
       Ter-je mechie K'sebi na Kogniza,
       S'gnome grede u dworu bjelomu.

       U rodu-je malo vrjeme stâla,
       Malo vrjeme, ne nedjegliu dana,
       Dobra Kada, i od roda dobra,
       Dobru Kadu prose sa svi strana;
       Da majvechie Imoski Kadia.
       Kaduna-fe bratu svomu moli:

       «Ai, tako te ne xelila bratzo!
       Ne moi mene davat za nikoga,
       Da ne puza jadno serze moje
       Gledajuchi sirotize svoje».

A ces voix l'épouse d'_Asan_ tourne ses pas, & courant les bras étendus
vers son frère, elle lui dit: «Ah mon frère! vois ma honte extrême! Il me
répudie, moi qui lui ai donné cinq enfans»! Le Beg se tait & ne répond
rien: mais il tire d'une bourse de soye vermeille, une feuille de papier,
qui permet à sa soeur de se couronner pour un nouveau mari, après qu'elle
sera retournée dans la maison de ses pères. La dame affligée voyant ce
triste écrit, baise le front de ses fils & les joues de rose de ses deux
filles. Mais elle ne peut pas se séparer de l'enfant au berceau. Le sévére
Beg l'en arrache, l'entraine avec force, la met à cheval, & la ramene dans
la maison paternelle.

Peu de tems après son arrivée, le peu de tems de sept jours à peine écoulé,
de toute part on demande en mariage la jeune & charmante veuve, issue
d'un sang illustre. Parmi les nobles prétendans se distingue le _Kadi_
d'_Imoski_. D'une voix plaintive elle dit alors à son frère: «ne me donne
pas à un autre mari, mon cher frère: mon coeur se briseroit dans ma
poitrine, si je revoyois mes enfans abandonnés».

       Ali Bexe ne hajasce nista,
       Vech-gnu daje Imoskomu Kadii.
       Josc Kaduna bratu-se mogliasce,
       Da gnoi pisce listak bjele Knighe
       Da-je saglie Imoskomu Kadii.

       «Djevoika te liepo poz dravgliasce,
       A u Kgnizi liepo te mogliasce,
       Kad pokupisc Gospodu Svatove
       Dugh podkliuvaz nosi na djevoiku;
       Kadà bude Aghi mimo dwora,
       Neg-ne vidi sirotize svoje».

       Kad Kadii bjela Kgniga doge
       Gospodu-je Svate pokupio.
       Svate Kuppi grede po djevoiku.
       Dobro Svati dosli do djevoike,
       I Zdravo-se povratili s'gnome.

       A Kad bili Aghi mimo dvora,
       Dve-je chierze s'penxere gledaju,
       A dva fina prid-gnu izhogiaju,
       Tere svajoi majçi govoriaju.

       «Vrati-nam se, mila majko nascia,
       Da mi tebe uxinati damo».

       Kad to çula Asan-Aghiniza,
       Stariscini Syatov govorila:

       «Bogom, brate Svatov Stariscina,
       Ustavimi Kogne uza dvora,
       Da davujem sirotize moje»

       Ustavise Kogne uza dvora,
       Svoje dizu liepo darovala.
       Svakom' sinku nozve pozlachene,
       Svakoi chieri çohu da pogliane.
       A malomu u besicje sinku
       Gnemu saglie uboske hagline.

       A to gleda Junak Asan-Ago;
       Ter dozivglie do dva sina fvoja:

       «Hodte amo, sirotize moje,
       Kad-se nechie milovati na vas
       Majko vasciâ, serza argiaskoga».

       Kad to çula Asan Aghiniza,
       Bjelim liçem u Zemgliu udarila;
       U put-se-je s'duscjom raztavila
       Od xalosti gledajuch sirota.

Le _Beg_ ne fait point d'attention à ses prières, & s'obstine à la donner
au _Kadi_ d'_Imoski_. Alors elle le prie de nouveau: puisque tu veux
absolument me marier, envois au moins une lettre en mon nom au _Kadi_, &
dis-lui: la jeune veuve te salue & te prie par cet écrit, que quand tu
viendras la chercher, accompagné des seigneurs _Svati_, de lui apporter un
voile, avec lequel elle puisse se couvrir, afin qu'en passant devant la
maison d'_Asan_, elle ne voie pas ses enfans orphelins.

Après avoir reçu la lettre, le _Kadi_ assemble sur le champ les seigneurs
_Svati_ pour chercher son épouse, & pour lui porter le long voile qu'elle
demande. Les _Svati_ arrivent heureusement à la maison de l'épouse, & la
conduisent avec le même bonheur vers la demeure de son époux.

Arrivée, chemin faisant, devant la maison d'_Asan_, ses deux filles la
voyent d'un balcon, & ses deux fils courent à sa rencontre, en criant:
«chère mère reste avec nous; prens chez nous des rafraichissemens».

La triste veuve d'_Asan_, entendant les cris de ses enfans, se tourne vers
le premier _Svati:_ «Pour l'amour de Dieu, cher & vénérable arrête les
chevaux près de cette maison, afin que je donne à ces orphelins quelque
gage de ma tendresse». Les chevaux s'arrêtent devant la porte, elle
descend & offre des présens à ses enfans: elle donne aux fils des
brodequins d'or, & de beaux voiles aux filles. Au petit inocent, qui
couche dans le berceaux, elle envoit une Robe.

_Asan_ voyant de loin cette scene, rappelle ses fils: «revenez à moi,
mes enfans; laissez cette cruelle mère, qui a un coeur d'airain, & qui ne
ressent plus pour vous aucune pitié».

Entendant ces paroles, cette veuve affligée pâlit & tombe par terre. Son
ame quitte son corps au moment qu'elle voit partir ses enfans.



FIN





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Sur les moeurs et usages des Morlaques, appellés Montenegrins" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home