Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II - suivie de ses oeuvres morales, politiques et littéraires
Author: Franklin, Benjamin, 1706-1790
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II - suivie de ses oeuvres morales, politiques et littéraires" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



                                  VIE
                            DE B. FRANKLIN,
                                 SUIVIE
                       DE SES OEUVRES POSTHUMES.

                                 T. II.



                                  VIE
                                   DE
                           BENJAMIN FRANKLIN,
                          ÉCRITE PAR LUI-MÊME,
                                 SUIVIE
                             DE SES OEUVRES
                          MORALES, POLITIQUES
                            ET LITTÉRAIRES,
       Dont la plus grande partie n'avoit pas encore été publiée.

                 TRADUIT DE L'ANGLAIS, AVEC DES NOTES,
                            PAR J. CASTÉRA.

                              Eripuit coelo fulmen sceptrumque tyrannis.

                              TOME SECOND.


                                À PARIS,
          Chez F. BUISSON, Imp.-Lib. rue Hautefeuille, Nº. 20.

                         AN VI DE LA RÉPUBLIQUE



OEUVRES MORALES, POLITIQUES ET LITTÉRAIRES DE BENJAMIN FRANKLIN, DANS LE
GENRE DU SPECTATEUR.



LETTRE SUR LES INNOVATIONS DANS LA LANGUE ANGLAISE, ET DANS L'ART DE
L'IMPRIMERIE.


À NOÉ WEBSTER, À HARTFORD.

                                      Philadelphie, le 26 décembre 1789.

J'ai reçu depuis quelque temps, monsieur, votre dissertation sur la
langue anglaise. C'est un excellent ouvrage, et qui sera très-utile à
nos compatriotes en leur fesant sentir la nécessité d'écrire
correctement. Je vous remercie de l'envoi de ce pamphlet et de
l'honneur, que vous m'avez fait, de me le dédier. J'aurois dû vous
offrir plutôt ces remerciemens: mais j'en ai été empêché par une forte
indisposition.

Je ne puis qu'applaudir à votre zèle, pour conserver la pureté de notre
langue, soit dans l'expression, soit dans la prononciation, et pour
corriger les fautes, qui ont rapport à l'une et à l'autre, et que
commettent sans cesse les habitans de plusieurs des États-Unis.
Permettez-moi de vous en citer quelques-unes, quoique vraisemblablement
vous les connoissiez déjà. Je voudrois que dans quelqu'un des écrits que
vous publierez par la suite, vous prissiez la peine de les improuver, de
manière à en faire abandonner l'usage.

Le premier dont je me rappelle est le mot _perfectionné_[1]. Quand je
quittai la Nouvelle-Angleterre, en 1723, je n'avois jamais vu qu'on se
fût servi de ce mot que dans le sens d'_amélioré_, excepté dans un vieux
livre du docteur Mather, intitulé: _les Bienfaits de la Providence_.
Comme ce docteur avoit une fort mauvaise écriture, je crus, en voyant ce
mot mis au lieu d'_employé_, que l'imprimeur avoit mal lu le
manuscrit[2] et s'étoit trompé. Mais lorsqu'en 1733, je retournai à
Boston, je trouvai que cette innovation avoit réussi et étoit devenue
fort à la mode. Je voyois souvent que dans la gazette on en fesoit un
usage très-ridicule. Par exemple, en annonçant qu'une maison de campagne
étoit à vendre, on disoit qu'elle avoit été long-temps _perfectionnée_
comme taverne; et en parlant d'un homme qui venoit de mourir, on ne
manquoit pas d'observer qu'il avoit été pendant plus de trente ans
_perfectionné_ comme juge de paix.

Cette acception du mot _perfectionné_ est particulière à la
Nouvelle-Angleterre; et elle n'est point reçue dans les autres pays, où
l'on parle anglais, en-deçà, ni au-delà des mers.

À mon retour de France, j'ai trouvé que plusieurs autres mots nouveaux
s'étoient introduits dans notre langue parlementaire. Par exemple, on a
fait un verbe du substantif _connoissance_. _Je n'aurois point
_connoissancé_ cela_[3], dit-on, _si l'opinant n'avoit pas_, etc. On a
fait un autre verbe du substantif _avocat_, en disant: _le_ représentant
qui _avocate_, ou qui a _avocaté cette motion_.--Encore un autre du
substantif _progrès_; et celui-ci est le plus mauvais, le plus
condamnable de tous. _Le comité ayant _progressé_, résolut de
s'ajourner_[4]. Le mot _résister_[5] est un mot nouveau: mais je l'ai vu
employer d'une manière neuve, en disant: _Les représentans qui ont
résisté à cette mesure à laquelle j'ai toujours moi-même _résisté_._

Si vous pensez comme moi sur ces innovations, vous ne manquerez pas de
vous servir de tous les moyens qui sont en votre pouvoir pour les faire
proscrire.

La langue latine, qui a long-temps servi à répandre les connoissances
parmi les différentes nations de l'Europe, est chaque jour plus
négligée; et une des langues modernes, la langue française, l'a
remplacée et est devenue presqu'universelle. On la parle dans toutes les
cours de l'Europe; et la plupart des gens de lettres, de tous les pays,
ceux même qui ne savent pas la parler, l'entendent assez bien pour
pouvoir lire aisément les livres français. Cela donne un avantage
considérable à la nation française. Ses écrivains peuvent répandre leurs
sentimens, leurs opinions, sur les points importans qui ont rapport aux
intérêts de la France, ou qui peuvent servir à sa gloire, et contribuer
au bien général de l'humanité.

Peut-être n'est-ce que parce qu'il est écrit en français, que le _Traité
de Voltaire, sur la Tolérance_, s'est si promptement répandu et a
presqu'entièrement désarmé la superstition de l'Europe; l'usage général
de la langue française a eu aussi un effet très-avantageux pour le
commerce de la librairie; car il est bien reconnu que lorsqu'on vend
beaucoup d'exemplaires d'une édition, le profit est proportionnément
beaucoup plus considérable, que lorsqu'on vend une plus grande quantité
de marchandises d'aucun autre genre. Maintenant il n'y a aucune des
grandes villes d'Europe, où l'on ne trouve un libraire français qui a
des correspondans à Paris.

La langue anglaise a droit d'obtenir la seconde place. L'immense
collection d'excellens sermons imprimés dans cette langue et la liberté
de nos écrits politiques[6], sont cause qu'un grand nombre
d'ecclésiastiques de différentes sectes et de différentes nations, ainsi
que beaucoup de personnes qui s'occupent des affaires publiques,
étudient l'anglais et l'apprennent au moins, assez bien pour le lire; et
si nous nous efforcions de faciliter leurs progrès, notre langue
pourroit devenir d'un usage beaucoup plus général.

Ceux qui ont employé une partie de leur temps à apprendre une langue
étrangère, doivent avoir souvent observé, que lorsqu'ils ne la savoient
encore qu'imparfaitement, de petites difficultés leur paroissoient
considérables, et retardoient beaucoup leurs progrès. Par exemple, un
livre mal imprimé, une prononciation mal articulée, rendent
inintelligible une phrase qui, lorsqu'elle est imprimée d'une manière
correcte, ou prononcée distinctement, est aussitôt comprise. Si nous
avions donc voulu avoir l'avantage de voir notre langue plus
généralement répandue, nous aurions dû ne pas négliger de faire
disparoître des difficultés qui, toutes légères qu'elles sont,
découragent ceux qui l'étudient. Mais depuis quelques années, je
m'apperçois avec peine qu'au lieu de diminuer, ces difficultés
augmentent.

En examinant les livres anglais imprimés depuis le rétablissement des
Stuards sur le trône d'Angleterre, jusqu'à l'avènement de Georges II,
nous voyons que tons les substantifs commencent par une lettre capitale,
en quoi nous avons imité notre langue mère, c'est-à-dire, la langue
allemande. Cette méthode étoit sur-tout très-utile à ceux qui ne
savoient pas bien l'anglais; car un nombre prodigieux de mots de cette
langue, sont à-la-fois verbes et substantifs, et on les épelle de la
même manière, quoiqu'on les prononce différemment. Mais les imprimeurs
de nos jours ont eu la fantaisie de renoncer à un usage utile, parce
qu'ils prétendent que la suppression des lettres capitales fait mieux
ressortir les autres caractères, et que les lettres qui s'élèvent
au-dessus d'une ligne, empêchent qu'elle n'ait de la grace et de la
régularité.

L'effet de ce changement est si considérable, qu'un savant français,
qui, quoiqu'il ne sût pas parfaitement la langue anglaise, avoit coutume
de lire les livres anglais, me disoit qu'il trouvoit plus d'obscurité
dans ceux de ces livres, qui étoient modernes, que dans ceux de l'époque
dont j'ai parlé plus haut, et il attribuoit cela à ce que le style de
nos écrivains s'étoit gâté. Mais je le convainquis de son erreur, en
mettant une lettre capitale à tous les substantifs d'un paragraphe,
qu'il entendit aussitôt, quoiqu'auparavant il n'eût pu y rien
comprendre. Cela montre l'inconvénient qu'a ce perfectionnement
prétendu.

D'après ce goût pour la régularité et l'uniformité de l'impression, on
en a aussi, depuis peu, banni les caractères italiques, qu'on avoit
coutume d'employer pour les mots auxquels il importoit de faire
attention, pour bien entendre le sens d'une phrase, ainsi que pour les
mots qu'il falloit lire avec une certaine emphase.

Plus nouvellement encore, les imprimeurs ont eu le caprice d'employer
l'_s_ rond au lieu de _s_ long, qui servoit autrefois à faire distinguer
promptement les mots, à cause de la variété qu'il mettoit dans
l'impression. Certes, ce changement fait paroître une ligne d'impression
plus égale, mais il la rend en même-temps moins lisible; de même que si
tous les nés étoient coupés, les visages seroient plus unis, plus
uniformes, mais on distingueroit moins les physionomies.

Ajoutez à tous ces changement, qui ont fait reculer l'art, une autre
fantaisie moderne, l'encre grise, qu'on trouve plus belle que l'encre
noire. Aussi, les livres anglais sont imprimés d'une manière si confuse,
que les vieillards ne peuvent les lire qu'au grand jour, ou avec de
très-bonnes lunettes. Quiconque fera la comparaison d'un volume d'un
journal[7] imprimé depuis 1731 jusqu'à 1740, avec ceux qui ont paru
depuis dix ans, sera convaincu que l'impression faite avec de l'encre
noire est infiniment plus facile à lire que celle qui est faite avec de
l'encre grise.

Lord Chesterfield fit plaisamment la critique de cette nouvelle méthode.
Après avoir entendu Faulkener, imprimeur de Dublin, vanter pompeusement
sa propre gazette, comme la plus parfaite qu'il y eût dans le
monde.--«Mais monsieur Faulkener, dit-il, ne croyez-vous pas qu'elle
seroit encore plus parfaite, si l'encre et le papier n'étoient pas
tout-à-fait autant de la même couleur?»--

D'après toutes ces raisons, je désirerois que nos imprimeurs américains
ne se piquassent pas d'imiter ces perfectionnemens imaginaires, et que
par conséquent ils rendissent les ouvrages qui sortiront de leurs
presses, plus agréables aux étrangers, et avantageux à notre commerce de
librairie.

Pour mieux sentir l'avantage d'une impression claire et distincte,
considérons la facilité qu'elle donne à ceux qui lisent tout haut,
devant un auditoire. Alors, l'oeil parcourt ordinairement trois ou
quatre mots avant la voix. S'il distingue clairement ces mots, il donne
à la voix le temps de les prononcer convenablement: mais s'ils sont
obscurément imprimés, ou déguisés par l'omission des lettres capitales
et des longs _s s_, ou de quelqu'autre manière, le lecteur les prononce
souvent mal; et s'appercevant de sa méprise, il est obligé de revenir en
arrière et de recommencer la phrase; ce qui diminue nécessairement le
plaisir des auditeurs. Ceci me rappelle un ancien vice de notre manière
d'imprimer.

L'on sait que quand le lecteur rencontre une question, il doit varier
les inflexions de sa voix. En conséquence, il y a une marque qu'on
appelle _point_ d'interrogation, et qui doit servir à la faire
distinguer. Mais ce point est fort mal placé à la fin de la question.
Aussi le lecteur, qui ne l'apperçoit que quand il a déjà mal prononcé,
est obligé de relire la question. Pour éviter cet inconvénient, les
imprimeurs espagnols, plus judicieux que nous, mettent un point
d'interrogation au commencement, ainsi qu'à la fin des questions.

Nous commettons encore une faute du même genre, dans l'impression des
comédies, où il y a beaucoup de choses marquées pour être dites _à
part_. Mais le mot _à part_ est toujours placé à la fin de ce qui doit
être dit ainsi, au lieu de le précéder, pour indiquer au lecteur qu'il
doit donner à sa voix une inflexion différente.

Souvent cinq ou six de nos dames se réunissent pour faire de petites
parties de travail, où tandis que chacune est occupée de son ouvrage,
une personne de la compagnie leur fait la lecture: certes, un usage si
louable mérite que les écrivains et les imprimeurs cherchent à le rendre
le plus agréable possible au lecteur et à l'auditoire.

Recevez avec les assurances de mon estime, mes voeux pour votre
prospérité.

B. FRANKLIN.

  [1] Improved.

  [2] Qu'il avoit pris l'_e_ d'employé pour un _i_, l'_l_ pour un _r_ et
    l'_y_ pour un _v_. (_Note du Traducteur._)

  [3] Au lieu de _donné connoissance de cela_.

  [4] De pareilles innovations se sont quelquefois introduites dans
    l'assemblée nationale de France; et s'il y en a eu d'heureuses, il y
    en a eu aussi de très-ridicules. Cet abus menaçoit même de corrompre
    la pureté de notre langue: mais le bon goût en a fait justice.
    (_Note du Traducteur._)

  [5] Il y a dans l'original _opposer_, qui, en anglais, est le synonyme
    de _résister_.

  [6] Quand Franklin écrivoit ceci, les Français n'avoient pas encore
    l'inappréciable avantage de la liberté de la presse. (_Note du
    Traducteur._)

  [7] The Gentleman's Magazine.



TABLEAU DU PRINCIPAL TRIBUNAL DE PENSYLVANIE, LE TRIBUNAL DE LA PRESSE.


POUVOIR DE CE TRIBUNAL.

Il peut recevoir et publier les accusations de toute espèce contre
toutes personnes, quelque rang qu'elles occupent, et même contre tous
les tribunaux inférieurs. Il peut juger et condamner à l'infamie,
non-seulement des particuliers, mais des corps entiers, après les avoir
entendus, ou sans les entendre, comme il le juge à propos.


EN FAVEUR ET AU PROFIT DE QUELLES PERSONNES CE TRIBUNAL EST ÉTABLI.

Il est établi en faveur d'environ un citoyen sur cinq cents, parce que
grace à son éducation, ou à l'habitude de griffonner, il a acquis un
style assez correct et le moyen de faire des phrases assez bien
tournées, pour supporter l'impression; ou bien parce qu'il possède une
presse et quelques caractères. Cette cinq centième partie des citoyens a
le privilège d'accuser et de calomnier à son gré les autres quatre cent
dix-neuf parties; ou elle peut vendre sa plume et sa presse à d'autres
pour le même objet.


USAGES DE CE TRIBUNAL.

Il ne suit aucun des règlemens des tribunaux ordinaires. Celui qui est
accusé devant lui n'obtient point un grand jury, pour juger s'il y a
lieu à accusation avant qu'elle soit rendue publique. On ne lui fait pas
même connoître le nom de son accusateur, ni on ne lui accorde l'avantage
d'être confronté avec les témoins qui ont déposé contre lui, car ils se
tiennent dans les ténèbres, comme ceux du tribunal de l'inquisition
d'Espagne.

Il n'a pas non plus un petit jury, formé de ses pairs, pour examiner les
crimes qu'on lui impute. L'instruction du procès est quelquefois si
rapide, qu'un bon et honnête citoyen peut tout-à-coup, et lorsqu'il s'y
attend le moins, se voir accuser, et dans la même matinée être jugé,
condamné, et entendre prononcer l'arrêt qui le déclare un coquin et un
scélérat.

Cependant, si un membre de ce tribunal reçoit la plus légère réprimande,
pour avoir abusé de sa place, il réclame aussitôt les droits que la
constitution accorde à tout citoyen libre, et il demande à connoître son
accusateur, à être confronté avec les témoins, et à être jugé loyalement
par un jury composé de ses pairs.


SUR QUOI EST FONDÉE L'AUTORITÉ DU TRIBUNAL.

Cette autorité est, dit-on, fondée sur un article de la constitution de
l'état, qui établit la liberté de la presse, liberté pour laquelle tous
les Pensylvaniens sont prêts à combattre et à mourir, quoique fort peu
d'entr'eux aient, je crois, une idée distincte de sa nature et de son
étendue. En vérité, elle ressemble tant soit peu à celle que les loix
anglaises accordent aux criminels avant leur conviction; c'est-à-dire, à
celle d'être forcés à mourir ou à être pendus.

Si par la liberté de la presse nous entendons simplement la liberté de
discuter l'utilité des mesures du gouvernement et des opinions
politiques, jouissons de cette liberté de la manière la plus étendue:
mais si c'est au contraire, la liberté d'insulter, de calomnier, de
diffamer, je déclare que dès que nos législateurs le jugeront à propos,
je renoncerai volontiers à la part qui m'en revient; et que je
consentirai de bon coeur à changer la liberté d'outrager les autres,
pour le privilége de n'être point outragé moi-même.


QUELLES PERSONNES ONT INSTITUÉ CE TRIBUNAL, ET EN NOMMENT LES OFFICIERS.

Il n'est point institué par un acte du conseil suprême de l'état. Il n'y
a point de commission établie par lui, pour examiner préalablement les
talens, l'intégrité, les connoissances des personnes à qui est confié le
soin important de décider du mérite et de la réputation des citoyens;
car le tribunal est au-dessus de ce conseil, et peut accuser, juger et
condamner à son gré. Il n'est point héréditaire, comme la cour des pairs
en Angleterre. Mais tout homme, qui peut se procurer une plume, de
l'encre et du papier, avec quelques caractères, une presse et une paire
de grosses balles, peut se nommer lui-même chef du tribunal, et il a
aussitôt la pleine possession et l'exercice de tous ses droits. Si vous
osez alors vous plaindre, en aucune manière, de la conduite du juge, il
vous barbouille le visage avec ses balles partout où il peut vous
rencontrer; et en outre, mettant en lambeaux votre réputation, il vous
signale comme l'horreur du public, c'est-à-dire, comme l'ennemi de la
liberté de la presse.


DE CE QUI SOUTIENT NATURELLEMENT CE TRIBUNAL.

Il est soutenu par la dépravation de ces ames, à qui la religion
n'impose aucun frein, et que l'éducation n'a point perfectionnées.

    De son voisin, publier les sottises,
    Est un plaisir à nul autre pareil[8].

Aussi,

    À l'immortalité la médisance vole.
    Mais la triste vertu ne naît que pour mourir[9].

Quiconque éprouve quelque peine à entendre bien parler des autres, doit
sentir du plaisir lorsqu'on en dit du mal. Ceux qui, en désespérant de
pouvoir se distinguer par leurs vertus, trouvent de la consolation à
voir les autres ravalés à côté d'eux, sont assez nombreux dans toutes
les grandes villes, pour fournir aux frais nécessaires d'un des
tribunaux de la liberté de la presse.

Un observateur assez ingénieux disoit une fois, qu'en se promenant le
matin dans les rues, lorsque le pavé étoit glissant, il distinguoit
aisément où demeuroient les bonnes gens, parce qu'ils avoient soin de
jeter des cendres sur la glace qui étoit devant leur porte. Probablement
il auroit porté un jugement tout différent du caractère de ceux qui
fournissent aux frais du tribunal dont nous parlons.


DES MOYENS PROPRES À RÉPRIMER LES ABUS DU TRIBUNAL.

Jusqu'à présent, on n'en a employé aucun. Mais depuis qu'on a tant écrit
sur la constitution fédérative des États-Unis, et qu'on a si savamment
et si clairement discuté toutes les autres parties d'un bon
gouvernement, je me suis instruit au point de m'imaginer qu'il y a
quelque moyen de réprimer le tribunal: cependant je n'ai pu en trouver
aucun qui ne soit une violation du droit sacré de la liberté de la
presse. Mais, je crois en avoir découvert un, qui, au lieu de diminuer
la liberté générale, doit l'augmenter; c'est de rendre au peuple une
sorte de liberté, dont nos loix l'ont privé, la liberté du bâton.

Lorsque la société étoit dans son enfance, et que les loix n'existoient
point encore, si un homme en insultoit un autre, par quelques mauvais
propos, l'offensé pouvoit se venger de l'agresseur par un bon coup de
poing sur l'oreille; et en cas de récidive, il lui donnoit une volée de
coups de bâton. Cela n'étoit contraire à aucune loi. Mais à présent ce
droit est interdit. Ceux qui en usent sont punis comme des
perturbateurs, tandis que le droit de calomnier est encore dans toute sa
force, parce que les loix, qu'on a faites contre lui, sont rendues
inutiles par la liberté de la presse.

Je propose donc de ne point toucher à la liberté de la presse, et de lui
laisser toute son étendue, sa force, sa vigueur; mais de permettre aussi
à la liberté du bâton de marcher avec elle d'un pas égal.

Alors, ô mes concitoyens! si un impudent écrivain attaque votre
réputation, qui vous est, peut-être, plus chère que la vie, et s'il met
son nom au bas de son barbouillage, vous pourrez aller le trouver en
plein jour et lui fendre la tête loyalement. S'il se cache derrière
l'imprimeur, et que vous découvriez pourtant qui il est, vous pourrez
vous cacher aussi, vous mettre en embuscade la nuit, l'attaquer par
derrière, et lui donner une bonne volée de coups de bâton. Si votre
adversaire paie de meilleurs écrivains que lui, pour vous mieux
calomnier, vous paierez aussi de robustes porte-faix, qui auront de
meilleurs bras que les vôtres, et qui vous aideront à le mieux rosser.

Telle est mon opinion quant au ressentiment particulier et à la
rétribution que méritent les calomnies. Mais si, comme cela doit être,
le public est offensé de la conduite des diffamateurs, je ne
conseillerai pas d'en venir tout de suite, avec eux, aux moyens que j'ai
proposés, mais de nous contenter modérément de les plonger dans une
barrique de goudron, de les couvrir de plumes, de les mettre dans une
couverte et de les bien berner.

Cependant si l'on croyoit que ma proposition pût troubler le repos
public, je recommanderois humblement à nos législateurs de prendre en
considération la liberté de la presse et la liberté du bâton, et de nous
donner une loi qui marque bien distinctement l'étendue et les limites de
l'une et de l'autre; car il est nécessaire que dans le même temps qu'ils
mettent la personne d'un citoyen en sûreté contre les attaques des
autres, ils s'occupent aussi des moyens d'empêcher qu'on attente à sa
réputation.

  [8] There is a lust in man no charm can tame,
      Of loudly publishing his neighbour's shame.

  [9] On aegle's wings, immortal, scandals fly,
      While virtuous actions are but born and die.

    DRYDEN.



SUR L'ART DE NAGER[10].


J'avoue que je n'ai pas le temps de faire toutes les recherches et les
expériences qu'exige l'art de nager. C'est pourquoi je me bornerai à
faire un petit nombre de remarques.

La gravité spécifique du corps humain relativement à celle de l'eau, a
été observée par M. Robinson, et on trouve le résultat de ses
expériences dans le volume des _Transactions philosophiques de la
société royale de Londres_[11], pour l'année 1757[12]. Il prétend que
les personnes grasses, qui ont les os menus, flottent très-aisément sur
l'eau.

La cloche plongeante est aussi décrite dans les _Transactions
philosophiques_.

J'avois fait, dans mon enfance, deux palettes ovales, d'environ dix
pouces de long et six pouces de large, avec un trou pour pouvoir passer
le pouce, et les tenir solidement. Elles ressembloient beaucoup aux
palettes des peintres. En nageant, je les poussois horizontalement en
avant, et ensuite j'appuyois fortement leur surface sur l'eau en les
ramenant en arrière. Je me souviens que ces instrumens me fesoient nager
beaucoup plus vîte; mais ils fatiguoient mes poignets.

J'avois aussi attaché sous chacun de mes pieds une espèce de sandale:
mais je n'en étois pas content, parce que j'observai que les pieds des
nageurs repoussoient l'eau plutôt avec le dedans et la cheville du pied
qu'avec la plante du pied.

Nous avons ici pour nager plus commodément, des corsets faits avec une
double toile à voile piquée et garnie en dedans de petits morceaux de
liége.

Je ne connois point le scaphandre de Lachapelle.

Je sais, par expérience, qu'un nageur qui a beaucoup de chemin à faire,
a beaucoup d'avantage à se retourner de temps en temps sur le dos, et à
varier les moyens d'accélérer son mouvement progressif.

Quand il éprouve une crampe à la jambe, le moyen de la faire cesser, est
de frapper tout-à-coup la partie qui en est affectée, et il ne peut le
faire qu'en se tournant sur le dos et levant sa jambe en l'air.

Durant les grandes chaleurs de l'été, on ne court aucun risque à se
baigner, quoiqu'on ait chaud, lorsque la rivière, dans laquelle on se
baigne, a été bien échauffée par le soleil. Mais il est très-dangereux
de se jeter dans l'eau froide, quand on a fait de l'exercice et quand on
a chaud. Je vais en citer un exemple. Quatre jeunes moissonneurs, qui
avoient travaillé toute la journée et s'étoient échauffés, voulant se
rafraîchir, se plongèrent dans une source froide. Deux d'entr'eux
moururent sur-le-champ; un troisième expira le lendemain matin, et le
quatrième ne réchappa qu'avec peine. Lorsqu'en pareille circonstance on
boit une certaine quantité d'eau froide, dans l'Amérique septentrionale,
on en éprouve des effets non moins funestes.

La natation est un des exercices les plus agréables et les plus sains.
Quand on nage une heure ou deux, dans la soirée, on dort fraîchement
toute la nuit, même dans la saison la plus chaude. Peut-être est-ce
parce que les pores de la peau étant alors plus propres, la
transpiration insensible en est augmentée et procure cette fraîcheur.

Il est certain qu'un homme attaqué de la diarrhée, se guérit en nageant
beaucoup, et éprouve quelquefois un inconvénient tout opposé. Quant aux
gens qui ne savent point nager, ou qui ont la diarrhée dans une saison
qui ne leur permet point cet exercice, ils peuvent prendre des bains
chauds, qui, en nétoyant et rafraîchissant la peau, leur deviennent
salutaires, et souvent les guérissent radicalement. Je parle d'après ma
propre expérience, et celle des personnes à qui j'ai conseillé de faire
comme moi.

Vous ne serez pas fâché si je termine ces observations, faites à la
hâte, en vous disant que, comme la méthode ordinaire de nager se borne
au mouvement des bras et des jambes, et est par conséquent un exercice
fatigant, lorsqu'on a besoin de traverser un espace d'eau considérable,
il y a un moyen de nager long-temps avec aisance: ce moyen est de se
servir d'une voile. J'en ai fait la découverte heureusement et par
hasard, ainsi que je vais vous l'expliquer.

Lorsque j'étois encore fort jeune, je m'amusois un jour avec un
cerf-volant; et m'approchant du bord d'un étang, qui avoit près d'un
mille de large, j'attachai à un pieu la corde du cerf-volant, qui
s'étoit déjà élevé très-haut. Pendant ce temps-là je nageois. Mais
voulant jouir des deux plaisirs à-la-fois, j'allai reprendre la corde de
mon cerf-volant, et me tournant sur le dos, je m'apperçus que j'étois
entraîné sur l'eau d'une manière très-agréable. Je priai alors un de mes
camarades de faire le tour de l'étang, et de porter mes vêtemens dans un
endroit que je lui indiquai; et tenant toujours la corde du cerf-volant,
je traversai l'eau sans la moindre fatigue, et même avec beaucoup de
plaisir. Je fus seulement obligé de temps en temps de ralentir un peu ma
course, parce que je m'apperçus que quand j'allois trop vîte, le
cerf-volant descendoit trop bas. Mais dès que je m'arrêtois, il
remontait.

C'est la seule fois que j'ai fait usage de ce moyen, avec lequel on
pourroit, je crois, traverser de Douvres à Calais. Mais le paquebot est
encore préférable.

  [10] Ceci a été écrit pour répondre à quelques questions de M.
    Dubourg.

  [11] On trouve chez le citoyen _Buisson_, libraire, _rue
    Hautefeuille_, l'Abrégé des Transactions philosophiques de la
    Société royale de Londres, traduit de l'anglais, et rédigé par
    _Gibelin_, et autres Savans, avec 39 planches gravées en
    taille-douce; 14 vol. _in-8º_.

    Il reste très-peu d'exemplaires de ces Mémoires de l'Académie royale
    de Londres. Cet Ouvrage est complet: il comprend neuf divisions;
    savoir:

    _L'Histoire naturelle_, Tremblemens de terre, Volcans, Curiosités
    naturelles, Fossiles, Pétrifications, Zoologie, Quadrupèdes,
    Poissons, Insectes, etc. 2 vol. _Botanique, Agriculture, Économie
    rurale_, 2 vol. _Physique expérimentale_, 2 vol. _Chimie_, 1 vol.
    _Anatomie et Physique animale_, 1 vol. _Médecine et Chirurgie_, 1
    vol. _Matière médicale et Pharmacie_, 2 vol. _Mélanges,
    Observations, Voyages_, 1 vol. _Antiquités, Beaux-Arts, Inventions
    et Machines_, 2 vol.

    En tout 14 vol. On ne les sépare point.

  [12] Tome 50, page 30.



NOUVELLE MODE DE PRENDRE DES BAINS[13].


                                            Londres, le 28 juillet 1768.

J'approuve beaucoup l'épithète de tonique, que vous donnez, dans votre
lettre du 8 juin, à la nouvelle méthode de traiter la petite vérole; et
je saisis cette occasion, pour vous faire part de l'usage que j'ai
moi-même adopté.

Vous savez que depuis long-temps les bains froids sont employés ici
comme un tonique. Mais le saisissement que produit en général l'eau
froide, m'a toujours paru trop violent; et j'ai trouvé plus analogue à
ma constitution, et plus agréable de me baigner dans un autre élément,
c'est-à-dire, dans l'air froid. Je me lève donc, tous les jours, de
très-bon matin, et je reste alors sans m'habiller une heure ou une
demi-heure, suivant la saison, m'occupant à lire, ou à écrire.

Cet usage n'est nullement pénible. Il est, au contraire, très-agréable;
et si avant de m'habiller je me remets dans mon lit, comme cela m'arrive
quelquefois, c'est un supplément au repos de la nuit, et je jouis une
heure ou deux d'un sommeil délectable. Je ne crois point que cela puisse
avoir aucun dangereux effet. Ma santé, du moins, n'en est point altérée;
et j'imagine, au contraire, que c'est ce qui m'aide à la conserver.
C'est pourquoi j'appelerai désormais ce bain, _un bain tonique_.


                                                           10 mars 1793.

Je ne tenterai pas d'expliquer pourquoi les vêtemens humides
occasionnent des rhumes plutôt que les vêtemens mouillés; parce que j'en
doute. J'imagine, au contraire, que ni les uns ni les autres n'ont un
tel effet; et que les causes des rhumes sont absolument indépendantes de
l'humidité et même du froid. Je me propose d'écrire une petite
dissertation sur ce sujet, dès que j'en aurai le temps.

À présent, je me bornerai à vous dire que croyant mal fondée l'opinion
commune, qui attribue au froid la propriété de resserrer les pores et
d'arrêter la transpiration insensible, j'ai engagé un jeune médecin, qui
fesoit des expériences avec la balance de _Sanctorius_, à examiner les
différentes proportions de sa transpiration, en restant une heure
entièrement nud, et une heure chaudement vêtu. Il a renouvelé cette
expérience pendant huit jours consécutifs, et a trouvé que sa
transpiration étoit deux fois plus considérable dans les heures qu'il
étoit nud.

  [13] Ceci est extrait de quelques lettres adressées à M. Dubourg.



OBSERVATIONS SUR LES IDÉES GÉNÉRALES CONCERNANT LA VIE ET LA MORT[14].


Vos observations sur les causes de la mort, et les moyens que vous
proposez pour rappeler à la vie les personnes qui paraissent avoir été
tuées par le tonnerre, prouvent également votre sagacité et votre
humanité. Il paroît que les idées qu'on a sur la vie et sur la mort,
sont en général peu exactes.

Un crapaud enseveli dans du sable, vit, dit-on, jusqu'au moment où ce
sable se pétrifie; et alors l'animal étant renfermé dans une pierre,
peut vivre encore pendant une longue suite de siècles. Les faits cités à
l'appui de cette opinion, sont trop nombreux, et trop bien
circonstanciés pour ne pas mériter un certain degré de créance.

Accoutumés à voir manger et boire tous les animaux qui nous sont
familiers, nous avons de la peine à concevoir comment un crapaud peut
exister dans une pareille prison. Mais si nous réfléchissons que, dans
leur état ordinaire, les animaux n'éprouvent la nécessité de prendre de
la nourriture, que parce que la transpiration leur fait perdre
continuellement une partie de leur substance, il nous paroîtra moins
impossible que ceux qui sont dans l'engourdissement, transpirant moins,
parce qu'ils ne font point d'exercice, aient moins besoin d'alimens; et
que d'autres, tels que les tortues de terre et de mer, les serpens, et
quelques espèces de poisson, qu'on voit couverts d'écailles ou de
coquilles, qui arrêtent la transpiration, puissent exister un temps
considérable, sans prendre aucune espèce de nourriture.

Une plante, chargée de fleurs, se fane et meurt presqu'aussitôt qu'elle
est exposée à l'air, si sa racine n'est point dans un sol humide, où
elle pompe une assez grande quantité de substance pour remplacer celle
qui s'exhale, et que l'air emporte continuellement. Mais, peut-être, que
si elle étoit enveloppée de vif-argent, elle pourroit, pendant un
très-long espace de temps, conserver sa vie végétale, son parfum et sa
couleur. Alors, cette méthode seroit très-commode pour transporter, des
climats lointains, ces plantes délicates, qui ne peuvent supporter l'air
de la mer, et qui exigent un soin et des ménagemens particuliers.

J'ai vu un exemple de mouches communes, conservées d'une manière qui a
quelque rapport avec celle-là. Elles avoient été noyées dans du vin de
Madère, au moment où l'on l'avoit mis en bouteilles, en Virginie, pour
l'envoyer à Londres. Lorsqu'on le déboucha, dans la maison d'un de mes
amis, chez qui j'étois alors, il tomba trois mouches dans le premier
verre qu'on remplit. Comme j'avois entendu dire que des mouches noyées
pouvoient être rappelées à la vie, quand on les exposoit aux rayons du
soleil, je proposai d'en faire l'expérience sur celles-là. En
conséquence, on les mit au soleil, sur un petit tamis, qui avoir servi à
passer le vin dans lequel elles étoient.

En moins de trois heures, deux de ces mouches commencèrent à recouvrer
la vie par degrés. Elles eurent d'abord quelques mouvemens convulsifs
dans les jambes; puis elles se levèrent, frottèrent leurs yeux avec
leurs pieds de devant, battirent leurs ailes avec ceux de derrière, et
bientôt après, commencèrent à voler, se trouvant dans la vieille
Angleterre, sans savoir comment elles y étoient venues, La troisième ne
donna aucun signe de vie jusqu'au coucher du soleil, et comme on n'avoit
plus aucun espoir de la voir ressusciter, on la jeta.

Je désirerois que, d'après cet exemple, il fût possible d'inventer une
méthode d'embaumer les noyés de manière à pouvoir les rappeler à la vie,
à une époque très-éloignée, et comme je désire ardemment de voir quel
sera l'état de l'Amérique dans cent ans d'ici, au lieu d'attendre une
mort ordinaire, je me plongerois dans un tonneau de vin de Madère, avec
un petit nombre d'amis, pour être, au bout d'un siècle, rappelé à la vie
par le doux soleil de ma chère patrie.

Mais puisque très-probablement nous vivons dans un temps où les sciences
sont encore trop dans l'enfance, pour voir un tel art porté à sa
perfection, il faut que je me contente du plaisir, que vous me
promettez, de voir ressusciter un poulet ou un coq d'Inde.

  [14] Ceci est aussi tiré des lettres à M. Dubourg.



PRÉCAUTIONS NÉCESSAIRES DANS LES VOYAGES SUR MER.


Quand on veut entreprendre un long voyage, il n'y a rien de mieux que de
le tenir secret jusqu'au moment du départ. Sans cela, on est
continuellement interrompu et tracassé, par des visites d'amis et de
connoissances, qui font non-seulement perdre un temps précieux, mais
oublier des choses importantes; de sorte que quand on est embarqué et
qu'on cingle déjà en pleine mer, on se rappelle avec beaucoup
d'inquiétude des affaires non terminées, des comptes non réglés, et un
nombre infini de choses qu'on se proposoit d'emporter, et dont on sent,
à chaque instant, la privation.

Ne seroit-il pas très-avantageux de changer la coutume de rendre visite
aux gens qui vont voyager, de les laisser seuls et tranquilles pendant
quelques jours, pour faire leurs préparatifs, et ensuite, prendre congé
de leurs amis, et recevoir leurs voeux pour un heureux retour?

Il n'est pas toujours possible de choisir le capitaine avec lequel on
doit s'embarquer; et cependant, le plaisir, le bonheur du voyage en
dépend; car il faut, pendant un temps, vivre dans sa société, et être,
en quelque sorte, soumis à ses ordres. Si c'est un homme spirituel,
aimable et d'un caractère obligeant, on en est bien plus heureux.

On en rencontre quelquefois de tels: mais ils sont rares. Toutefois, si
le vôtre n'est pas de ce nombre, il peut être bon marin, actif,
très-vigilant, et vous devez alors le dispenser du reste; car ce sont
les qualités les plus essentielles pour un homme, qui commande un
vaisseau.

Quelque droit que, d'après votre accord avec lui, vous ayez à ce qu'il a
embarqué pour l'usage des passagers, vous devez prendre toujours
quelques provisions particulières, dont vous puissiez vous servir de
temps en temps. Il faut donc avoir de bonne eau, parce que celle du
vaisseau est souvent mauvaise. Mais mettez la vôtre en bouteilles; car
autrement, vous courriez risque de la voir se gâter. Il faut aussi que
vous emportiez du bon thé, du café moulu, du chocolat, du vin de
l'espèce que vous aimez le mieux, du cidre, des raisins secs, des
amandes, du sucre, du sirop de capillaire, des citrons, du rhum, des
oeufs dans des flacons d'huile, des tablettes de bouillon, et du
biscuit. Quant à la volaille, il est presqu'inutile d'en emporter, à
moins que vous ne vouliez vous charger du soin de lui donner à manger et
de la soigner vous-même. L'on en prend ordinairement si peu de soin à
bord, qu'elle est presque toujours malade, et que la viande en est aussi
coriace que du cuir.

Tous les marins ont une opinion qui doit sans doute son origine à un
manque d'eau, et à la nécessité où l'on a été de l'épargner. Ils
prétendent que la volaille est toujours extrêmement altérée; et que
quand on lui donne de l'eau à discrétion, elle se tue elle-même en
buvant outre mesure. En conséquence, ils ne lui en donnent qu'une fois
tous les deux jours, encore est-ce en petite quantité. Mais comme ils
versent cette eau dans des auges inclinées, elle court du côté qui est
le plus profond; alors les poules sont obligées de monter les unes sur
les autres pour en attraper un peu, et il y en a quelques-unes qui ne
peuvent pas même y tremper leur bec: dévorées de soif et éprouvant
continuellement le tourment de Tantale, elles ne peuvent pas digérer la
nourriture très-sèche qu'elles ont pris, et bientôt elles sont malades
et périssent. On en trouve, chaque matin, quelqu'une de morte, qu'on
jette à la mer, tandis que celles qu'on tue pour la table, valent
rarement la peine d'être mangées.

Pour remédier à cet inconvénient, il est nécessaire de diviser les auges
en petits compartimens, pour que chacun puisse contenir une certaine
quantité d'eau: mais c'est un soin qu'on ne prend guère. Il est donc sûr
que les cochons et les moutons sont les animaux qu'il est plus
convenable d'embarquer, parce que la viande de mouton est en général
très-bonne à la mer, et celle de cochon, excellente.

Il peut arriver qu'une partie des provisions, que je recommande de
prendre, devienne inutile, par les soins qu'aura eus le capitaine, d'en
mettre à bord une suffisante quantité. Mais, dans ce cas, vous pouvez en
faire présent aux pauvres passagers, qui, payant moins pour leur
passage, sont logés dans l'entre-pont avec l'équipage, et n'ont droit
qu'à la ration des matelots.

Ces passagers sont quelquefois malades, tristes, abattus: on voit
souvent, parmi eux, des femmes, des enfans, qui n'ont pas eu le moyen de
se procurer les choses dont je viens de faire mention, et qui leur sont
de la plus grande nécessité. En leur distribuant une partie de votre
superflu, vous pouvez leur être du plus grand secours; vous pouvez leur
donner la santé, leur sauver la vie, enfin les rendre heureux; avantage
qui procure toujours les sensations les plus douces à une ame
compatissante!

La chose la plus désagréable en mer, est la manière dont on y apprête à
manger; car, à proprement parler, il n'y a jamais à bord de bon
cuisinier[15]. Le plus mauvais matelot est ordinairement choisi pour cet
emploi, et il est presque toujours fort mal-propre. C'est de là que
vient ce dicton des marins anglais:--«Dieu nous envoie la viande et le
diable les cuisiniers».--Cependant ceux qui ont meilleure opinion de la
providence, pensent autrement. Sachant que l'air de la mer, et le
mouvement que procure le roulis du vaisseau, ont un étonnant effet pour
aiguiser l'appétit, il disent que Dieu a donné aux marins de mauvais
cuisiniers, pour les empêcher de trop manger, ou bien que prévoyant
qu'ils auroient de mauvais cuisiniers, il leur a donné un bon appétit,
pour les empêcher de mourir de faim.

Mais si vous n'avez pas confiance dans ces secours de la providence,
vous pouvez vous pourvoir d'une lampe à l'esprit-de-vin et d'une
bouilloire, et vous apprêter vous-même quelques alimens, comme de la
soupe, des viandes hachées, etc. Un petit fourneau de tôle est aussi
très-commode à bord; et votre domestique peut vous y faire rôtir des
morceaux de mouton ou de cochon.

Si vous avez envie de manger du boeuf salé, qui est souvent très-bon,
vous trouverez que le cidre est la meilleure liqueur pour étancher la
soif qu'occasionnent et cette viande et le poisson salé.

Le biscuit ordinaire est trop dur pour les dents de quelques personnes;
on peut le ramollir en le fesant tremper: mais le pain cuit deux fois
est encore meilleur; parce qu'étant fait de bon pain, coupé par
tranches, et remis au four, il s'imbibe tout de suite, devient mou, et
se digère facilement. Aussi est-ce une nourriture excellente, et bien
préférable au biscuit qui n'a point fermenté.

Il faut que j'observe ici que ce pain remis au four étoit autrefois le
biscuit qu'on préparoit pour les vaisseaux; car en français le mot
_biscuit_ signifie cuit deux fois. Les pois qu'on mange à bord, sont
souvent mal cuits et durs. Alors il faut mettre dans la marmite un
boulet de deux livres, et le roulis du vaisseau fait que les pois
forment une espèce de purée.

J'ai souvent vu à bord que lorsqu'on servoit la soupe dans des plats
trop peu profonds, elle étoit renversée de tous côtés par le roulis du
vaisseau; et alors je désirois que les potiers d'étain divisassent les
soupières en compartimens, dont chacun contiendroit de la soupe pour une
seule personne. Par ce moyen, on seroit sûr que dans un roulis
extraordinaire, ceux qui seroient à table ne courroient pas risque de
voir la soupe tomber sur leur poitrine et les brûler.

Maintenant que je vous ai entretenu de ces choses peu importantes,
permettez-moi de conclure ces observations, par quelques réflexions
générales sur la navigation.

Quand nous considérons la navigation comme un moyen de transporter des
denrées nécessaires, d'un pays où elles abondent dans les lieux où elles
manquent, et de prévenir la disette, qui étoit jadis si commune, nous ne
pouvons nous empêcher de la regarder comme un des arts qui contribuent
le plus au bonheur du genre-humain. Mais quand la navigation n'est
employée qu'à charier des choses inutiles, des objets d'un vain luxe, il
n'est pas certain que les avantages qui en résultent, suffisent pour
contre-balancer les malheurs qu'elle occasionne en mettant en danger la
vie de tant d'hommes, qui parcourent sans cesse le vaste Océan; et
lorsqu'elle sert à piller des vaisseaux et à transporter des esclaves,
elle est, sans contredit, un moyen funeste d'accroître les calamités qui
affligent la nature humaine.

On ne peut s'empêcher d'être étonné, quand on songe au nombre immense de
vaisseaux et d'hommes, qui s'exposent tous les jours en allant chercher
du thé à la Chine, du café en Arabie, du sucre et du tabac en Amérique;
tous objets, sans lesquels nos ancêtres vivoient fort bien. Le seul
commerce du sucre emploie mille vaisseaux, et celui du tabac
presqu'autant. Pour l'utilité du tabac, on n'en peut presque rien dire;
et quant au sucre, combien ne seroit-il pas plus glorieux de sacrifier
le plaisir momentané que nous avons à en prendre deux fois par jour dans
notre thé, que d'encourager les cruautés sans nombre qu'on exerce
continuellement pour nous le procurer!

Un célèbre moraliste français, dit que quand il considère les guerres
que nous fomentons en Afrique pour y acheter des nègres, le grand nombre
qu'il en périt dans ces guerres, les multitudes de ces infortunés qui
meurent, pendant la traversée, victimes de la maladie, de l'air
empoisonné ou de la mauvaise nourriture, et enfin tous ceux qui
succombent aux traitemens cruels qu'on leur fait souffrir dans leur état
d'esclaves, il ne peut pas voir un morceau de sucre, sans s'imaginer
qu'il est rempli de taches de sang humain. Mais s'il ajoutoit aux moyens
qui le blessent, les guerres que nous nous fesons les uns aux autres
pour prendre et reprendre les îles qui produisent cette denrée, il ne
croiroit pas le sucre simplement taché de sang; il verroit qu'il en est
entièrement trempé.

Ces guerres sont cause que les puissances maritimes de l'Europe, et les
habitans de Paris et de Londres, payent leur sucre bien plus cher que
les habitans de Vienne, encore que ceux-ci soient presqu'à trois cents
lieues de la mer. Une livre de sucre coûte aux premiers, non-seulement
le prix qu'ils donnent pour l'avoir, mais aussi les impôts nécessaires
pour soutenir les flottes et les armées destinées à protéger et à
défendre les contrées qui le produisent.

  [15] Franklin n'a sans doute voulu parler que des navires marchands en
    général; car dans les vaisseaux de guerre français et anglais, on
    fait souvent très-bonne chère. (_Note du Traducteur._)



SUR LE LUXE, LA PARESSE, ET LE TRAVAIL.


À BENJAMIN VAUGHAN[16].

                                                                   1784.

On ne peut s'empêcher d'être étonné, quand on voit combien les affaires
de ce monde sont conduites à contre-sens. Il est naturel d'imaginer que
l'intérêt d'un petit nombre d'individus devroit céder à l'intérêt
général. Mais les individus mettent à leurs affaires beaucoup plus
d'application, d'activité et d'adresse que le public n'en met aux
siennes; de sorte que l'intérêt général est très-souvent sacrifié à
l'intérêt particulier.

Nous assemblons des parlemens et des conseils, pour profiter de leur
sagesse collective: mais en même-temps, nous avons nécessairement
l'inconvénient de leurs passions réunies, de leurs préjugés et de leurs
intérêts personnels. Par ce moyen, des hommes artificieux triomphent de
la sagesse, et trompent même ceux qui la possèdent; et si nous en
jugeons par les actes, les arrêts, les édits, qui règlent la destinée du
monde et les rapports du commerce, une assemblée d'hommes importans, est
le corps le plus fou qui existe sur la terre.

Certes, je n'ai encore rien trouvé pour remédier au luxe. Je ne suis
même pas sûr qu'on puisse y réussir dans un grand état, ni que ce soit
toujours un mal aussi dangereux qu'on le croit.

Supposons qu'on comprenne, dans la définition du luxe, toutes les
dépenses inutiles. Examinons ensuite s'il est possible d'exécuter, dans
un pays étendu, les loix qui s'opposent à ces dépenses; et si, en les
exécutant, les habitans de ce pays doivent être plus heureux, ou même
plus riches. L'espoir de devenir un jour en état de se procurer les
jouissances du luxe, n'est-il pas un puissant aiguillon pour le travail
et pour l'industrie? Le luxe ne peut-il pas, par conséquent, produire
plus qu'il ne consomme, puisqu'il est vrai que, sans un motif
extraordinaire, les hommes seroient naturellement portés à vivre dans
l'indolence et dans la paresse? Cela me rappelle un trait que je vais
vous citer.

Le patron d'une chaloupe, qui naviguoit entre le cap May et
Philadelphie, m'avoit rendu quelque petit service, pour lequel il refusa
toute espèce de paiement. Ma femme apprenant que cet homme avoit une
fille, lui envoya en présent, un bonnet à la mode. Trois ans après, le
patron se trouvant chez moi avec un vieux fermier des environs du cap
May, qui avoit passé dans sa chaloupe, parla du bonnet envoyé par ma
femme, et raconta combien sa fille en avoit été flattée.--«Mais,
ajouta-t-il, ce bonnet a coûté bien cher à notre canton».--«Comment
cela, lui dis-je».--«Oh! me répondit-il, quand ma fille parut dans
l'assemblée, le bonnet fut tellement admiré, que toutes les jeunes
personnes voulurent en faire venir de pareils de Philadelphie; et nous
calculâmes, ma femme et moi, que le tout n'a pas coûté moins de cent
livres sterlings».--«Cela est vrai, dit le fermier. Mais vous ne
racontez pas toute l'histoire. Je pense que le bonnet vous a été de
quelqu'avantage; parce que c'est la première chose qui a donné à nos
filles l'idée de tricoter des gants d'estame pour vendre à Philadelphie,
et se procurer, par ce moyen, des bonnets et des rubans; et vous savez
que cette branche d'industrie s'accroît tous les jours et doit avoir
encore de meilleurs effets».

Je fus assez content de cet exemple de luxe, parce que non-seulement les
filles du cap May devenoient plus heureuses en achetant de jolis
bonnets, mais parce que cela procuroit aussi aux Philadelphiennes, une
provision de gants chauds.

Dans nos villes commerçantes, situées le long de la mer, les habitans
s'enrichissent de temps en temps. Quelques-uns de ceux qui acquièrent du
bien, sont prudens, vivent avec économie, et conservent ce qu'ils ont
gagné pour le laisser à leurs enfans. Mais d'autres, flattés de faire
parade de leur richesse, font des extravagances et se ruinent. Les loix
ne peuvent l'empêcher; peut-être même n'est-ce pas un mal pour le
public. Un schelling prodigué par un fou, est ramassé par un sage, qui
sait mieux comment il faut en faire usage; et conséquemment, il n'est
point perdu.

Un homme vain et fastueux bâtit une belle maison, la meuble avec
élégance, y vit d'une manière splendide, et se ruine en peu d'années;
mais les maçons, les charpentiers, les serruriers et d'autres ouvriers
honnêtes qu'il a fait travailler, ont pu, par ce moyen, entretenir et
élever leur famille. Le fermier a été récompensé des soins qu'il a pris,
et le bien a passé en de meilleures mains.

Il est, à la vérité, des cas, où quelques modes inventées par le luxe
peuvent devenir un mal public, comme il est lui-même un mal particulier.
Par exemple, si un pays exporte son boeuf et sa toile pour payer
l'importation du vin de Bordeaux et du porter, tandis qu'une partie de
ses habitans ne vivent que de pommes de terre et n'ont point de
chemises, cela ne ressemble-t-il pas à ce que fait un fou qui laisse sa
famille souffrir la faim et vend ses vêtemens pour acheter de quoi
s'enivrer? Notre commerce américain est, je l'avoue, un peu comme cela.
Nous donnons aux Antilles de la farine et de la viande, pour nous
procurer du rum et du sucre; c'est-à-dire, les choses les plus
nécessaires à la vie pour des superfinités. Malgré cela, nous vivons
bien, et nous sommes même dans l'abondance; mais si nous étions plus
sobres, nous pourrions être plus riches.

L'immense quantité de terres couvertes de bois, que nous avons encore à
préparer pour la culture, rendra long-temps notre nation laborieuse et
frugale. Si l'on juge du caractère et des moeurs des Américains, par ce
qu'on voit le long des côtes, on se trompe beaucoup. Les habitans des
villes commerçantes peuvent être riches et adonnés au luxe, tandis que
ceux des campagnes possèdent toutes les vertus qui contribuent au
bonheur et à la prospérité publique. Ces villes commerçantes ne sont pas
très-considérées par les campagnards. Ils les regardent à peine comme
une partie essentielle de l'état; et l'expérience de la dernière guerre
a prouvé, que quand elles étoient au pouvoir de l'ennemi, elles
n'entraînoient pas la sujétion du reste du pays, qui continuoit
vaillamment à défendre sa liberté et son indépendance.

Quelques calculateurs politiques ont compté que si tous les individus
des deux sexes, vouloient travailler pendant quatre heures par jour à
quelque chose d'utile, ce travail leur suffiroit pour se procurer les
choses les plus nécessaires et les agrémens de la vie; le besoin et la
misère seroient bannis du monde, et le reste des vingt-quatre heures
pourroit être consacré au repos et aux plaisirs.

Qu'est-ce qui occasionne donc tant de besoin et de misère? C'est que
beaucoup d'hommes et de femmes travaillent à des choses qui ne sont ni
utiles, ni agréables, et consomment avec ceux qui ne font rien, les
objets de première nécessité, recueillis par les gens utilement
laborieux. Je vais expliquer ceci.

Le travail arrache du sein de la terre et des eaux les premiers élémens
des richesses. J'ai de la terre, et je recueille du bled. Si, avec cela,
je nourris une famille, qui ne fasse rien, mon bled sera consommé, et à
la fin de l'année, je ne serai pas plus riche que je ne l'étois au
commencement. Mais, si en nourrissant ma famille, j'en occupe une partie
à filer, l'autre à faire des briques et d'autres matériaux pour bâtir,
le prix de mon bled me restera, et au bout de l'an, nous serons tous
mieux vêtus et mieux logés. Mais si au lieu d'employer un homme à faire
des briques, je le fais jouer du violon pour m'amuser, le bled qu'il
consomme s'en va, et aucune partie de son travail ne reste dans ma
famille pour augmenter nos richesses et les choses qui nous sont
agréables. Je serai, conséquemment, rendu plus pauvre par mon joueur de
violon, à moins que le reste de ma famille n'ait travaillé davantage ou
mangé moins, pour remplacer le déficit qu'il aura occasionné.

Considérez le monde, et voyez des millions de gens occupés à ne rien
faire, ou du moins, à faire des choses qui ne produisent rien, tandis
qu'on est embarrassé pour se procurer les commodités de la vie, et même
le nécessaire. Qu'est-ce, en général, que le commerce pour lequel nous
combattons et nous nous égorgeons les uns les autres? N'est-ce pas la
cause des fatigues de plusieurs millions d'hommes, qui courent après des
superfluités, et perdent souvent la vie, en s'exposant aux dangers de la
mer? Combien de travail ne perd-on pas, en construisant et équipant de
grands vaisseaux, pour aller chercher en Chine du thé, en Arabie du
café, aux Antilles du sucre, et dans l'Amérique septentrionale, du
tabac. On ne peut pas dire que ces choses sont nécessaires à la vie; car
nos ancêtres vivoient fort bien sans les connoître.

On peut faire une question. Tous ceux qui sont maintenant employés à
recueillir, à faire ou à charier des superfluités, pourroient-ils
subsister en cultivant des denrées d'une nécessité première?--Je crois
qu'oui. La terre est très-vaste, et une grande partie de sa surface est
encore sans culture. Il y a en Asie, en Afrique, en Amérique, des
forêts, qui ont plusieurs centaines de millions d'acres; il y en a même
beaucoup en Europe. Un homme deviendroit un fermier d'importance, en
défrichant cent acres de ces forêts; et cent mille hommes à défricher
chacun cent acres, ne feroient pas une lacune assez grande pour être
visible de la lune, à moins qu'on n'y eût le télescope d'Herschel; tant
sont vastes les pays que les bois couvrent encore!

C'est, cependant, une sorte de consolation, que de songer que parmi les
hommes, il y a encore plus d'activité et de prudence que de paresse et
de folie. De là provient cette augmentation de beaux édifices, de fermes
bien cultivées, de villes riches et populeuses, qui se trouvent dans
toute l'Europe, et qu'on n'y voyoit autrefois que sur les côtes de la
Méditerranée. Cette prospérité est même d'autant plus remarquable, que
des guerres insensées exercent continuellement leurs ravages, et
détruisent souvent en une seule année les travaux de plusieurs années de
paix. Nous pouvons donc espérer, que le luxe de quelques marchands des
côtes des États-Unis de l'Amérique ne causera pas la ruine de leur pays.

Encore une réflexion, et je termine cette vague et longue lettre.
Presque toutes les parties de notre corps nous obligent à quelque
dépense. Nos pieds ont besoin de souliers, nos jambes de bas, le reste
du corps exige des habillemens, et notre estomac une bonne quantité de
nourriture. Quoiqu'excessivement utiles, nos yeux, quand nous sommes
raisonnables, demandent l'assistance peu coûteuse de lunettes, qui ne
peuvent pas beaucoup déranger nos finances. Mais les yeux des autres
sont les yeux qui nous ruinent. Si tout le monde étoit aveugle, excepté
moi, je n'aurois besoin ni de magnifiques habits, ni de belles maisons,
ni de meubles élégans.

  [16] Membre du parlement d'Angleterre, pour le bourg de Calne, en
    Wiltshire. Il étoit lié d'une intime amitié avec Franklin.



SUR LA TRAITE DES NÈGRES.


                                                           23 mars 1790.

En lisant dans les gazettes, le discours adressé par M. Jackson[17], au
congrès américain, contre ceux qui se mêlent de l'esclavage des nègres,
ou qui essaient d'adoucir la condition des esclaves, je me suis rappelé
un discours pareil, prononcé il y a environ cent ans, par Sidi Mehemet
Ibrahim, membre du divan d'Alger, ainsi qu'on peut le voir dans la
relation que Martin a publiée de son consulat, en 1687.

Ce discours avoit pour but d'empêcher qu'on n'eût égard à la pétition de
la secte des _Erika_, ou Mahométans purs, qui regardoient la piraterie
et l'esclavage comme injuste, et en demandoient l'abolition. M. Jackson
ne le cite pas: mais, peut-être, ne l'a-t-il pas lu. S'il se trouve dans
son éloquent discours quelques raisonnemens de Sidi Mehemet, cela prouve
seulement que les intérêts des hommes influent et sont influencés d'une
manière étonnamment semblable dans tous les climats, où ils se trouvent
dans des circonstances pareilles. Voici la traduction du discours
africain.

«ALLA Bismillah, etc. Dieu est grand, et Mahomet est son prophète!

»Ont-ils considéré, ces Erika, les conséquences que pourroit avoir ce
qu'ils proposent dans leur pétition? Si nous mettions un terme à nos
croisières contre les chrétiens, comment nous procurerions-nous les
denrées que produit leur pays, et qui nous sont si nécessaires? Si nous
renonçons à les rendre esclaves, qui est-ce qui cultivera la terre, dans
nos brûlans climats? Qui est-ce qui fera les travaux les plus communs
dans nos villes? Qui est-ce qui nous servira dans nos maisons? Ne
serons-nous pas alors nos propres esclaves? et ne devons-nous pas plus
de compassion et de faveur à nous, musulmans, qu'à ces chiens de
chrétiens?

»Nous avons maintenant plus de cinquante mille esclaves, à Alger et dans
les environs. Si nous n'en recevons pas de nouveaux, bientôt ce nombre
diminuera, et sera insensiblement réduit à rien. Si nous cessons de
prendre et de piller les vaisseaux des infidèles, et de réduire à
l'esclavage l'équipage et les passagers, nos terres n'auront plus aucune
valeur, faute de culture; les loyers de nos maisons diminueront de
moitié; et le gouvernement, privé de la part qu'il retire des prises,
verra ses revenus presqu'anéantis.

»Et pourquoi? Pour céder aux fantaisies d'une secte capricieuse, qui
voudroit, non-seulement nous empêcher de faire de nouveaux esclaves,
mais nous forcer d'affranchir ceux que nous avons. Mais si les maîtres
perdent leurs esclaves, qui les en dédommagera? Sera-ce l'état? Le
trésor public y suffira-t-il? Sera-ce les Erika? En ont-ils les moyens?
ou voudroient-ils, pour faire ce qu'ils croient juste à l'égard des
esclaves, commettre une plus grande injustice envers les propriétaires?

»Si nous donnons la liberté à nos esclaves, qu'en ferons-nous? Peu
d'entr'eux voudront retourner dans leur pays natal. Ils savent trop bien
qu'ils y auroient à souffrir bien plus que parmi nous. Ils ne veulent
point embrasser notre sainte religion; ils ne veulent point adopter nos
moeurs. Nos frères ne veulent pas se souiller par des mariages avec des
personnes de cette race. Devons-nous les laisser mandier dans nos rues,
ou souffrir qu'ils pillent nos propriétés? car les hommes accoutumés à
l'esclavage, ne travaillent point pour gagner leur vie, à moins qu'ils
n'y soient forcés.

»Mais qu'y a-t-il donc de si malheureux dans leur condition présente?
N'étoient-ils pas esclaves dans leur pays? L'Espagne, le Portugal, la
France, l'Italie, ne sont-ils pas gouvernés par des despotes qui
tiennent leurs sujets dans l'esclavage, sans aucune exception?
L'Angleterre elle-même ne traite-t-elle pas ses matelots en esclaves?
car, lorsque le gouvernement le veut, ils sont enlevés, renfermés dans
des vaisseaux de guerre, condamnés non-seulement à travailler, mais à
combattre pour de très-petits gages, et un peu de nourriture qui ne vaut
pas mieux que celle que nous donnons à nos esclaves.

»Leur condition est-elle donc devenue pire, parce qu'ils sont tombés
entre nos mains? Non. Ils n'ont fait que changer un esclavage pour
l'autre; et je puis dire pour un meilleur; car ils sont ici sur une
terre où le soleil de l'Islamisme répand sa lumière et brille dans toute
sa splendeur. Ils y ont occasion de connoître la véritable doctrine, et
de sauver leurs ames. Ceux qui restent dans leur pays, sont privés de ce
bonheur. Ainsi, renvoyer les esclaves dans les lieux où ils sont nés, ce
seroit les faire passer de la lumière dans les ténèbres.

»Je répète la question. Si l'on donne la liberté aux esclaves, qu'en
fera-t-on? J'ai entendu dire qu'on les transplanteroit dans le désert où
il y a une vaste étendue de terre, sur laquelle ils pourroient
subsister, et former un état libre et florissant. Mais je crois qu'ils
sont trop peu portés à travailler volontairement, et trop ignorans pour
établir un bon gouvernement. D'ailleurs, les Arabes sauvages les
opprimeroient, les détruiroient ou les réduiroient de nouveau à
l'esclavage.

»Tandis qu'ils nous servent, nous avons soin de leur fournir tout ce qui
leur est nécessaire, et nous les traitons avec humanité. Dans les pays
où ils sont nés, la classe de ceux qui travaillent est, ainsi que j'en
suis informé, plus mal nourrie, plus mal logée, plus mal vêtue. La
condition de la plupart d'entr'eux est donc déjà améliorée, et n'exige
rien de plus.--Ici, ils vivent en sûreté; ils ne sont point sujets à
devenir soldats, et à être forcés de s'égorger les uns les autres, comme
dans les guerres qu'on fait chez eux.

»Si quelques-uns de ces bigots insensés, qui nous fatiguent à présent de
leurs sottes pétitions, ont, dans l'excès d'un zèle aveugle, affranchi
leurs esclaves, ce n'est ni par générosité, ni par humanité. C'est parce
qu'accablés du fardeau de leurs péchés, ils ont espéré que le mérite
prétendu de cette action les sauveroit d'une damnation éternelle. Mais
combien ils se trompent grossièrement en imaginant que l'esclavage est
condamné par l'alcoran! Je ne citerai ici que deux préceptes qui sont la
preuve du contraire:--Maîtres, traitez vos esclaves avec
douceur.--Esclaves, servez vos maîtres avec fidélité.--Ce livre sacré ne
défend pas non plus de piller les infidèles; puisqu'il est bien connu,
d'après lui, que Dieu a donné le monde et tout ce qu'il contient, à ses
fidèles Musulmans, et qu'ils ont le droit d'en jouir autant qu'ils
pourront y étendre leurs conquêtes.

»Ne prêtons donc plus l'oreille à la détestable proposition d'affranchir
les esclaves chrétiens. Si elle étoit adoptée, le prix de nos terres et
de nos maisons diminueroit; beaucoup de bons citoyens seroient
dépouillés de leur propriété; le mécontentement deviendroit universel et
provoqueroit des insurrections qui mettroient en danger le gouvernement,
et la confusion générale seroit bientôt à son comble. Je ne doute donc
pas que ce sage conseil ne préfère la tranquillité et le bonheur de
toute une nation de vrais croyans, au caprice de quelques Erika, et ne
rejette leur pétition.»

Le consul Martin nous apprend que la résolution du divan portoit:--«Que
la doctrine qui prétendoit qu'il étoit injuste de piller les Chrétiens
et de les rendre esclaves, paroissoit au moins problématique: mais que
l'intérêt qu'avoit l'état à maintenir cet usage, étoit clair; et
qu'ainsi la proposition seroit rejetée».--Et, en effet, elle le fut.

Puisque les mêmes motifs produisent dans l'ame des hommes, des opinions
et des résolutions semblables, ne pouvons-nous pas, sans parler de notre
congrès Américain, nous hasarder à prédire que les adresses présentées
au parlement d'Angleterre, pour l'abolition de la traite des nègres, et
les débats qui auront lieu à ce sujet, auront le même effet que ceux du
divan d'Alger?

  [17] L'un des représentans de la Georgie.



OBSERVATIONS SUR LA GUERRE.


D'après la première loi des nations, la guerre et la destruction étoient
destinées à punir l'injure: en s'humanisant par degrés, elles admirent
l'esclavage au lieu de la mort; ensuite, l'échange des prisonniers
succéda à l'esclavage; et enfin, pour respecter davantage la propriété
des particuliers, les conquérans se contentèrent de régner sur eux.

Pourquoi cette loi des nations ne s'amélioreroit-elle pas encore? Des
siècles se sont écoulés entre les divers changemens qu'elle a éprouvés:
mais comme de nos jours l'esprit humain a fait des progrès plus rapides,
pourquoi le perfectionnement de la loi des nations ne seroit-il pas
accéléré? Pourquoi ne conviendroit-on pas désormais que dans toutes les
guerres, on n'attaqueroit point certaines classes d'hommes, que même les
partis opposés les protégeroient également, et leur permettroient de se
livrer à leurs travaux avec sécurité? Ces hommes seraient:

1º. Les agriculteurs, parce qu'ils travaillent pour la subsistance du
genre-humain.

2º. Les pêcheurs, qui ont le même but que les agriculteurs.

3º. Les marchands, dont les navires ne sont point armés, et qui sont
utiles aux différentes nations, en leur portant des denrées ou des
marchandises agréables.

4º. Les artistes et les ouvriers qui travaillent dans des villes sans
défense.

Il n'est pas, sans doute, nécessaire d'ajouter que les hôpitaux de
l'ennemi devroient être, non pas inquiétés, mais secourus au
besoin.--L'intérêt général de l'humanité exigeroit qu'on diminuât les
causes de la guerre, et tout ce qui peut exciter à la faire. Si l'on
interdisoit le pillage, on auroit moins d'ardeur à combattre, et
vraisemblablement la paix seroit bien plus durable.

L'usage de voler les marchands en pleine mer est un reste de l'ancienne
piraterie; et quoiqu'il soit accidentellement avantageux à quelques
particuliers, il est loin de l'être à tous ceux qui l'entreprennent, et
aux nations qui l'autorisent. Au commencement d'une guerre, quelques
navires richement chargés sont surpris et enlevés; cela encourage les
premiers armateurs des corsaires à en armer de nouveaux. Beaucoup
d'autres les imitent. Mais, en même-temps, l'ennemi devient plus
soigneux. Il équipe mieux ses vaisseaux marchands, et les rend plus
difficiles à prendre. Il les fait aussi partir plus souvent sous la
protection d'un convoi. Tandis que les corsaires se multiplient, les
navires qui peuvent être pris et les chances du profit diminuent; de
sorte qu'il y a beaucoup de croisières où les dépenses surpassent le
gain. C'est alors une loterie comme les autres. Quoiqu'un petit nombre
de particuliers y gagne, la masse de ceux qui y mettent perd. La
totalité de ce que coûte l'armement de tous les corsaires, durant le
cours d'une guerre, excède de beaucoup le montant de toutes les prises.

Ainsi, une nation perd tout le travail de beaucoup d'hommes, pendant le
temps qu'ils sont employés à voler. En outre, ce que ces hommes
acquièrent, ils le dépensent en s'enivrant et en s'abandonnant à toute
sorte de débauches. Ils perdent l'habitude du travail. À la paix, ils
sont rarement propres à reprendre des occupations honnêtes, et ne
servent qu'à augmenter le nombre des scélérats qui infestent les villes,
et des voleurs de grand chemin.

Les armateurs mêmes, qui ont été heureux, aveuglés par la rapidité de
leur fortune, se livrent à une manière de vivre dispendieuse, et ne
pouvant plus y renoncer, lorsque les moyens d'y suffire diminuent,
finissent par se ruiner; juste punition de l'extravagante cruauté qu'ils
ont eue de réduire à la misère les familles de beaucoup d'honnêtes
commerçans, employés à servir l'intérêt commun du genre-humain.



SUR LA PRESSE DES MATELOTS[18].


Le juge Foster, page 158 de son ouvrage, dit: «Chaque homme» cette
conclusion du tout à une partie ne me semble pas d'une bonne
logique.--Si l'alphabet disoit:--«Que toutes nos lettres combattent pour
la défense commune.--» Il y auroit de l'égalité, et par conséquent de la
justice. Mais s'il disoit:--«Qu'A, B, C, D, s'arment et combattent
pendant que les autres lettres resteront chez elles et dormiront
tranquilles».--Cela ne serait point égal, et conséquemment ne pourroit
être juste.

_Ibid._--«Employez»--s'il vous plaît. Le mot signifie engager un homme à
travailler pour moi, en lui offrant des gages suffisans pour lui faire
préférer mon service à tout autre. Cela est fort différent de forcer un
homme à travailler aux conditions qui me conviendront.

_Ib._--«Ce service et occupation, etc». Ceci est faux. Son occupation et
son service ne sont pas les mêmes. Un vaisseau marchand n'est point un
vaisseau armé. Il n'est point obligé à combattre, mais à transporter des
marchandises. Le matelot, qui est au service du roi, est forcé de
combattre, et de s'exposer à tous les dangers de la guerre. Les maladies
sont aussi plus communes et plus souvent mortelles à bord des vaisseaux
du roi que dans les vaisseaux marchands. À la fin d'une campagne, un
matelot peut quitter le service des marchands, et non le service du roi.
En outre, les marchands lui donnent de meilleurs gages.

_Ib._ «Je suis très-certain, etc».--Ici on compare deux choses qui ne
sont pas comparables, l'injustice faite aux gens de mer, et les embarras
occasionnés au commerce. Les embarras qu'éprouve tout le commerce d'une
nation, ne justifient point l'injustice faite à un seul matelot. Si le
commerce souffrait de ce qu'un matelot ne seroit point à son service, il
pourroit et devroit lui offrir des gages qui le décideraient à y entrer
volontairement.

_Page 159._--«Un mal particulier doit être supporté avec patience, pour
prévenir une calamité générale».--Cette maxime peut-elle se trouver dans
les loix et dans une bonne politique? et peut-il y avoir une maxime
contraire au sens commun? Si la maxime disoit que les maux particuliers
qui préviennent une calamité nationale, doivent être généreusement
compensés par la nation, on pourroit l'entendre: mais quand elle dit
seulement que ces maux doivent être supportés avec patience, elle est
absurde!

_Ib._ «L'expédient, etc».--Vingt plans inutiles ou incommodes n'en
justifient pas un qui est inique.

_Ib._--«Sur le pied de, etc».--Certes, votre raisonnement ressemble à un
mensonge. Il se tient sur un pied. La vérité se tient sur deux.

_Page 160._ «--De bons gages». Probablement les mêmes qu'on a dans les
vaisseaux marchands?

_Page 174._--«J'admets difficilement, etc.»--Quand cet auteur parle de
la presse, il diminue, autant qu'il le peut, l'horreur qu'inspire cette
coutume, en représentant qu'un matelot souffre seulement une _fatigue_,
comme il l'appelle tendrement, _dans quelques cas particuliers_; et il
oppose à ce mal particulier, les embarras du commerce de l'état. Mais
si, comme il le suppose, le cas arrive souvent, le matelot, qui est
pressé, et obligé à servir pour la défense du commerce au prix de
vingt-cinq schellings par mois, pourrait gagner trois livres sterlings
et quinze schellings au service d'un marchand, et vous lui prenez chaque
mois cinquante schellings. Or, si vous employez cent mille matelots,
vous dérobez à ces hommes honnêtes et industrieux et à leurs pauvres
familles, deux cent cinquante mille livres sterlings par mois, ou trois
millions sterlings par an; et, en même-temps, vous les forcez de
hasarder leur vie, en combattant pour la défense de votre commerce;
défense à laquelle devroient sans doute contribuer tous les membres de
la société, et les matelots comme les autres, en proportion du profit
que chacun en retire. Ces trois millions excéderoient, dit-on, la part
qui devroit leur revenir s'ils n'avoient pas payé de leur personne; mais
quand vous les forcez à se contenter de si peu, il me semble que vous
devriez les exempter de combattre.

Cependant on peut dire que si l'on allouoit aux matelots qui servent
dans les vaisseaux du roi, les mêmes gages qu'ils pourroient avoir dans
les vaisseaux marchands, il en coûteroit trop cher à la nation, et l'on
seroit obligé d'augmenter les impôts. Alors la question se réduit à
ceci:--Est-il juste que dans une société les riches forcent la classe la
plus pauvre à combattre pour leur défense et celle de leurs propriétés,
en lui fixant arbitrairement des gages, et en la punissant si elle
refuse?--Le juge Foster nous dit que cela est _légal_.

Je ne connois pas assez les loix pour prétendre que ce principe n'est
pas fondé sur quelqu'autorité: mais je ne puis me persuader qu'il soit
équitable. Je veux bien avouer pour un moment qu'il peut être légal
quand il est nécessaire: mais, en même-temps, je soutiens qu'il ne peut
être employé de manière à produire les mêmes bons effets, c'est-à-dire,
la sécurité publique, sans faire commettre une aussi intolérable
injustice, que celle qui accompagne la presse des matelots.

Pour mieux me faire entendre, je ferai d'abord deux observations. La
première, c'est qu'on pourroit avoir pour les vaisseaux de guerre des
matelots de bonne volonté, si l'on les payoit suffisamment. Ce qui le
prouve, c'est que pour servir dans ces vaisseaux et courir les mêmes
dangers, on n'a besoin de presser ni les capitaines, ni les lieutenans,
ni les gardes-marine, ni les trésoriers, ni beaucoup d'autres officiers.
Pourquoi? Parce que les profits de leurs places ou leurs émolumens, sont
d'assez puissans motifs pour les leur faire rechercher. Il ne faudroit
donc que trouver assez d'argent pour engager les matelots à servir de
bonne volonté comme leurs officiers, sans mettre pourtant de nouveaux
impôts sur le commerce.

La seconde de mes observations est que vingt-cinq schellings par mois
avec une ration de boeuf, de porc salé et de pois, étant jugés suffisans
pour faire subsister un matelot qui travaille beaucoup, ils doivent
suffire aussi à un homme de plume et à un jurisconsulte sédentaire. Je
voudrais donc qu'on établit une caisse, qui serviroit à donner des
récompenses aux marins. Pour remplir cette caisse, je proposerois de
presser un grand nombre d'officiers civils, qui ont à présent de gros
salaires, et de les obliger à remplir leurs emplois pour vingt-cinq
schellings par mois, avec une ration pareille à celle des gens de mer,
afin de verser le surplus de leurs salaires dans la caisse des matelots.

Si l'on me chargeoit de faire exécuter l'ordre d'une telle presse, le
premier que je ferois presser seroit un assesseur de Bristol, ou un juge
nommé _Foster_. J'aurois besoin de son édifiant exemple, pour montrer
comment on doit se soumettre à la presse, car il trouveroit assurément
que, quoique ce soit un _mal particulier_ d'être réduit à vingt-cinq
schellings par mois, il faut, conformément à sa maxime légale et
politique, _le supporter avec patience_, afin de prévenir une calamité
nationale.

Alors, je presserois le reste des juges; et ouvrant le livre rouge, je
n'oublierois aucun des officiers civils du gouvernement, depuis ceux qui
n'ont qu'un salaire de cinquante livres sterlings par an, jusqu'à ceux
qui en ont cinquante mille. Ces messieurs n'auroient pas à se plaindre,
puisqu'ils recevroient vingt-cinq schellings par mois, avec une ration;
et encore sans être obligés de combattre. Enfin, je crois que je ferois
presser ***.

  [18] Ce morceau est composé de diverses notes, que Franklin avoit
    écrites avec un crayon, sur les marges d'un exemplaire de la fameuse
    _Apologie de la Presse des Matelots_, par le juge Foster.



SUR LES LOIX CRIMINELLES, ET SUR L'USAGE D'ARMER EN COURSE.


À BENJAMIN VAUGHAN.

                                                           14 mars 1785.

MON AMI,

Parmi les pamphlets, que vous m'avez fait passer dernièrement, il y en a
un intitulé: _Pensées sur la Justice exécutive_.--Je vous envoie, en
revanche, une brochure française sur le même sujet. Elle a pour titre:
_Observations concernant l'exécution de l'article II de la Déclaration
sur le Vol_.

L'un et l'autre de ces ouvrages sont adressés aux juges, mais écrits,
comme vous le verrez, dans un esprit très-différent. L'auteur anglais
veut qu'on pende tous les voleurs. Le français prétend qu'on doit
proportionner la punition au crime.

Si nous croyons réellement, ainsi que nous fesons profession de le
croire, que la loi de Moyse étoit la loi de Dieu, et l'émanation de la
sagesse divine, infiniment supérieure à la sagesse humaine, d'après quel
principe pouvons-nous donner la mort pour punir une offense, qui,
conformément à cette loi, ne devroit être punie que par la restitution
du quadruple de l'objet enlevé?--Mettre à mort un homme, pour un crime
qui ne le mérite point, n'est-ce pas commettre un meurtre? Et, comme dit
l'auteur français, doit-on punir un délit contre la société par un crime
contre la nature?

Une propriété superflue est de l'invention de la société. Des loix
simples et douces suffisent pour conserver les propriétés purement
nécessaires. L'arc du sauvage, sa hache et son vêtement de peaux
n'exigent pas qu'une loi lui en assure la conservation. Ils sont
suffisamment gardés par la crainte de son ressentiment et de sa
vengeance. Lorsqu'en vertu des premières loix, une partie de la société
accumula des richesses et devint puissante, elle fit des loix plus
sévères, et voulut, aux dépens de l'humanité, conserver ce qu'elle
possédoit. Ce fut un abus du pouvoir, et un commencement de tyrannie.

Si, avant de faire entrer un sauvage en société, on lui avoit dit:«--Par
le moyen du pacte social, ton voisin pourra devenir propriétaire de cent
daims. Mais si ton frère, ton fils ou toi-même, vous n'avez pas de
daims, et qu'ayant faim, vous vouliez en tuer un, vous serez obligés de
subir une mort infame.»--Alors le sauvage auroit probablement préféré sa
liberté, et le droit commun de tuer des daims, à tous les avantages de
la société qu'on lui proposoit.

Il vaut mieux que cent coupables soient sauvés que non pas qu'un
innocent périsse: c'est une maxime qui a été long-temps et généralement
approuvée; et je ne crois pas qu'on l'ait jamais combattue. Le
sanguinaire auteur des _Pensées sur la Justice exécutive_, convient
lui-même qu'elle est juste; et il remarque fort bien:--«Que la seule
idée de l'innocence _outragée_, et plus encore celle de l'innocence
_souffrante_, doit réveiller en nous tous les sentimens de la plus
tendre compassion, et en même-temps, exciter la plus vive indignation
contre les instrumens de ses maux.»--Mais il ajoute:--«Que l'innocence
ne sera jamais exposée ni à être outragée, ni à souffrir, si l'on suit
strictement les loix.»--Est-ce bien vrai?--Est-il donc impossible de
faire une loi injuste? Et si la loi elle-même est injuste, ne
sera-t-elle pas le véritable instrument qui excitera une indignation
générale?

J'apprends, par les dernières gazettes de Londres, qu'une femme y a été
condamnée capitalement pour avoir dérobé, dans une boutique, de la gaze
qui valoit quatorze schellings trois sous. Y a-t-il donc quelque
proportion entre le tort fait par un vol de quatorze schellings trois
sous, et la punition d'une créature humaine, qu'on fait mourir au gibet?
Cette femme ne pouvoit-elle pas, par son travail, remplacer quatre fois
la valeur de son vol, ainsi que dieu l'a ordonné? Tous les châtimens
infligés au-delà de ce que mérite le crime, ne sont-ils pas une punition
de l'innocence? Si le principe est vrai, combien l'innocence,
non-seulement est _outragée_ mais _souffre_ chaque année, dans presque
tous les états civilisés de l'Europe!

Il semble qu'on a pensé que cette sorte d'innocence pouvoit être punie
pour prévenir les crimes. Je me rappelle avoir lu qu'un turc cruel, qui
habitoit les côtes de Barbarie, n'achetoit jamais un esclave chrétien
sans le condamner aussitôt à être pendu par les jambes et à recevoir
cent coups de bâton sur la plante des pieds, afin que le souvenir de ce
châtiment sévère et la crainte de le subir de nouveau, l'empêchassent de
commettre des fautes qui pourroient le lui mériter.

L'auteur du pamphlet anglais auroit lui-même de la peine à approuver la
conduite de ce turc dans un gouvernement d'esclaves; et cependant il
paroît recommander quelque chose de semblable pour le gouvernement des
Anglais, quand il applaudit le discours du juge Burnet à un voleur de
chevaux. On demandoit à ce voleur ce qu'il avoit à dire pour n'être pas
condamné à mort. Il répondit qu'il étoit bien cruel de pendre un homme
pour avoir _seulement_ volé un cheval.--«Homme, répliqua le juge, tu ne
seras pas pendu pour avoir _seulement_ volé un cheval; mais pour que les
chevaux ne puissent pas être volés.»

Il me semble que la réponse du voleur, examinée loyalement, doit
paraître raisonnable, parce qu'elle est fondée sur le principe éternel
de l'équité, qui veut que le châtiment soit proportionné à l'offense; et
la réplique du juge est brutale et insensée. Cependant, l'auteur du
pamphlet--«désire que tous les juges se la rappellent quand ils vont
tenir leurs assises; parce qu'elle contient la sage raison des peines
qu'ils sont appelés à faire infliger.--Elle explique tout de suite,
dit-il, les bases et les véritables motifs des punitions capitales. Elle
apprend, sur-tout, que la propriété d'un homme, ainsi que sa vie, doit
être regardée comme sacrée».

N'y a-t-il donc point de différence entre le prix de la propriété et
celui de la vie? Si je pense qu'il est juste que le meurtre soit puni de
mort, non-seulement parce que le châtiment est égal au crime, mais pour
empêcher d'autres meurtres, s'ensuit-il que je doive approuver qu'on
inflige le même châtiment pour une petite atteinte portée à ma
propriété? Si je ne suis pas moi-même assez méchant, assez vindicatif,
assez barbare pour donner la mort à quelqu'un qui m'a dérobé quatorze
schellings trois sous, comment puis-je applaudir à la loi qui la lui
donne? Montesquieu, qui étoit un juge, a essayé de nous inculquer
d'autres maximes. Il devoit connoître les sentimens qu'éprouvent des
juges humains dans ces occasions, et quels sont les effets de ces
sentimens. Bien loin de penser que des châtimens sévères et excessifs
préviennent le crime, voici ce qu'il dit:

«L'atrocité des lois en empêche l'exécution.

»Lorsque la peine est sans mesure, on est souvent obligé de lui préférer
l'impunité.

»La cause de tous les relâchemens vient de l'impunité des crimes, et non
de la modération des peines.»

Ceux qui connoissent bien le monde, prétendent qu'il y a plus de vols
commis et punis en Angleterre, que dans tous le reste de l'Europe. Si
cela est, il doit y avoir une cause, ou plusieurs causes de la
dépravation du peuple anglais. L'une de ces causes ne peut-elle pas être
le défaut de justice et de morale dans le gouvernement, défaut qui se
manifeste dans sa conduite oppressive envers ses sujets, et dans les
guerres injustes qu'il entreprend contre ses voisins? Voyez les longues
injustices, les monopoles, les traitemens cruels qu'il fait éprouver à
l'Irlande, et qui sont enfin avoués! Voyez les pillages que ses
marchands exercent dans l'Inde! la guerre désastreuse, qu'il fait aux
colonies de l'Amérique! et sans parler de ses guerres contre la France
et l'Espagne, voyez celle qu'il a faite dernièrement à la Hollande!
Toute l'Europe impartiale ne l'a considérée que comme une guerre de
rapine. Les espérances d'une proie immense et facile ont été les motifs
apparens et probablement réels, qui l'ont porté à attaquer cette nation.
Des peuples voisins se doivent une justice non moins stricte que des
citoyens d'un même pays. Un voleur de grands chemins n'est pas moins
voleur, quand il dérobe avec une bande de ses camarades, que quand il
est seul; et un peuple qui fait une guerre injuste, n'est qu'une grande
bande de voleurs. Si vous avez employé des gens à voler un hollandais,
est-il étrange que quand la paix leur interdit ce brigandage, ces gens
cherchent à voler ailleurs, et même à se voler les uns les autres? La
_piraterie_, comme l'appellent les Français, ou la course, est le
penchant général des Anglais; et ils s'y livrent par-tout où ils sont.

On dit que dans la dernière guerre, cette nation n'avoit pas moins de
sept cents corsaires. Ces navires étoient armés par des marchands, pour
piller d'autres marchands qui ne leur avoient jamais rien fait. N'est-il
pas probable que plusieurs de ces armateurs de Londres, si ardens à
voler les marchands d'Amsterdam, voleroient aussi volontiers ceux de la
rue voisine de la leur, s'ils pouvoient le faire avec la même impunité?
Le désir du bien d'autrui[19] est toujours le même: il n'y a que la
crainte du gibet qui mette de la différence dans ses effets.

Comment une nation, qui, parmi les plus honnêtes de ses membres, a tant
de gens inclinés à dérober, et dont le gouvernement a autorisé et
encouragé jusqu'à sept cents bandes de voleurs, comment, dis-je,
peut-elle avoir le front de condamner ce crime dans les individus, et
d'en faire pendre vingt dans une matinée? Cela rappelle naturellement
une anecdote de Newgate[20]. L'un des prisonniers se plaignoit que
pendant son sommeil, on lui avoit ôté les boucles de ses
souliers.--«Comment diable! dit un autre, est-ce que nous avons quelque
voleur parmi nous? Il ne faut pas le souffrir. Cherchons le coquin, et
nous le rosserons jusqu'à ce qu'il en meure.»

Cependant on peut citer l'exemple récent d'un marchand anglais, qui n'a
point voulu profiter de ce que lui avoit produit la course. Il étoit
intéressé dans un navire, que ses associés jugèrent à propos d'armer en
corsaire, et qui prit un assez grand nombre de bâtimens français. Après
le partage du butin, le marchand dont je parle, a envoyé en France un
agent, qui a mis un avis dans les gazettes pour découvrir ceux à qui le
corsaire a fait tort, et leur restituer une part des prises. Cet homme,
qui a une conscience si pure, est un quaker[21]. Les presbytériens
écossais étoient jadis aussi délicats; car il existe encore une
ordonnance du conseil d'Édimbourg, publiée peu après la réformation, et
portant: «Qu'il est défendu d'acheter les marchandises qui proviennent
des prises, sous peine de perdre pour toujours le droit de cité, et de
subir d'autres punitions à la volonté des magistrats; parce que l'usage
de faire des prises est contraire à une bonne conscience et au précepte
de traiter nos frères chrétiens comme nous désirons d'être traités
nous-mêmes. Ainsi ces sortes de marchandises ne seront point vendues par
les hommes honnêtes de cette ville.»

La race de ces hommes honnêtes est probablement éteinte en Écosse, où
ils ont, du moins, renoncé à leurs principes, puisque cette nation a
contribué, autant qu'elle l'a pu, à faire la guerre aux colonies de
l'Amérique septentrionale, et que les prises et les confiscations en ont
été, dit-on, un de ses grands motifs.

Pendant quelque temps on a généralement cru qu'un militaire ne devoit
pas s'informer si la guerre, dans laquelle on l'employoit, étoit juste
ou non, mais exécuter aveuglément les ordres qu'il recevoit. Tous les
princes, qui ont du penchant à la tyrannie, doivent, sans doute,
approuver cette opinion, et désirer de la maintenir. Mais n'est-elle pas
très-dangereuse? D'après un tel principe, si le tyran commande à son
armée d'attaquer et de détruire, non-seulement une nation voisine, qui
ne l'a point offensé, mais même ses propres sujets, l'armée doit obéir.

Dans nos colonies, un nègre esclave à qui son maître ordonne de voler et
d'assassiner son voisin, ou de commettre quelqu'autre action criminelle,
peut le refuser; et le magistrat le protége en applaudissant à son
refus. L'esclavage d'un soldat est donc pire que celui d'un nègre!--Un
officier, qui a de la conscience, peut donner sa démission, plutôt que
d'être employé dans une guerre injuste, s'il n'est pas retenu par la
crainte de voir attribuer sa démarche à une toute autre cause: mais les
simples soldats restent dans l'esclavage toute la vie, et peut-être
aussi ne sont-ils pas en état de juger de ce qu'ils doivent faire. Nous
ne pouvons que déplorer leur sort, et plus encore celui d'un matelot,
qui est souvent forcé de quitter des occupations honnêtes, pour aller
tremper ses mains dans le sang innocent.

Mais il me semble qu'un marchand, étant plus éclairé par son éducation,
et absolument libre de faire ce qu'il veut, devroit bien considérer si
une guerre est juste, avant d'engager volontairement une bande de
mauvais sujets à attaquer les commerçans d'une nation voisine, pour
piller leurs propriétés et les ruiner avec leurs familles, s'ils se
rendent sans combattre, ou à les blesser, les estropier, les assassiner,
s'ils tentent de se défendre. Cependant ce sont des marchands chrétiens
qui commettent ce crime, dans une guerre juste ou non; et il est
difficile qu'elle soit juste des deux côtés. Elle est faite par des
marchands anglais et américains, qui, malgré cela, se plaignent des vols
particuliers, et pendent, par douzaines, les voleurs, à qui ils ont
eux-mêmes donné l'exemple du pillage.

Il est enfin temps que pour le bien de l'humanité, on mette un terme à
ces horreurs. Les États-Unis de l'Amérique sont mieux placés que les
Européens, pour tirer des avantages de la course, puisque la plus grande
partie du commerce de l'Europe avec les Antilles, se fait à leur porte;
mais ils font tout ce qui dépend d'eux pour abolir cet usage, en offrant
d'insérer, dans tous leurs traités avec les autres puissances, un
article par lequel on s'engage solemnellement et réciproquement en cas
de guerre, à ne point armer de corsaires, et à laisser passer, sans être
molestés, les vaisseaux marchands qui ne seront point armés[22].

Ce seroit un heureux perfectionnement de la loi des nations. Tous les
hommes, qui ont des principes de justice et d'humanité, doivent désirer
que cette proposition réussisse.

Recevez les assurances de mon estime et de mon inaltérable amitié.

B. FRANKLIN.

  [19] Alieni appetens.

  [20] Prison de Londres.

  [21] Nouvel exemple digne du quaker Denham, dont il est parlé dans le
    premier volume. (_Note du Traducteur._)

  [22] Cette offre ayant été acceptée par le roi de Prusse, Frédéric II,
    il fut conclu entre ce monarque et les États-Unis, un traité
    d'amitié et de commerce, contenant un article dicté par l'humanité
    et la philantropie. Franklin, qui étoit l'un des plénipotentiaires
    américains, le rédigea de la manière suivante:

    ART. XXIII.

    «Si la guerre a lieu entre les deux nation contractantes, les
    marchands de l'une qui résideront dans les états de l'autre,
    pourront y demeurer neuf mois pour se faire payer de leurs créances
    et régler leurs affaires, et partiront ensuite librement, emportant
    tous leurs effets sans aucun empêchement ou molestation quelconque.
    Toutes les femmes, les enfans, les gens de lettres de toutes les
    facultés, les agriculteurs, les artisans, les manufacturiers, les
    pêcheurs, et les habitans non armés des villes, des villages et
    autres places sans fortifications, et en général tous ceux qui
    travaillent pour la subsistance et le bien de l'humanité, pourront
    continuer à se livrer à leurs occupations, sans être molestés dans
    leur personne, sans qu'on brûle leurs maisons et leurs marchandises,
    ou qu'on les détruise en aucune manière, et sans que la force armée
    de l'ennemi ravage leurs champs, en aucun des lieux où elle
    pénétrera: mais si elle a besoin de prendre quelque chose pour son
    usage, elle le paiera à un prix raisonnable. Tous les vaisseaux
    marchands, employés à l'échange des productions des différens pays,
    et à rendre les objets de première nécessité et les commodités de la
    vie plus faciles à obtenir et plus communs, pourront passer
    librement et sans molestation; et ni l'une ni l'autre des puissances
    contractantes, ne délivrera des lettres de marque à aucun
    particulier, pour lui donner le pouvoir de prendre ou de détruire
    les vaisseaux marchands, ou interrompre leur commerce».



OBSERVATIONS SUR LES SAUVAGES DE L'AMÉRIQUE SEPTENTRIONALE.


Nous appelons ces peuples des Sauvages, parce que leurs moeurs diffèrent
des nôtres, que nous croyons la perfection de la politesse: ils ont la
même opinion des leurs.

Si nous examinions, avec impartialité, les moeurs des différentes
nations, peut-être trouverions-nous que quelque grossier qu'il soit, il
n'y a pas de peuple qui n'ait quelques principes de politesse; et qu'il
n'en est aucun de si poli, qui ne conserve quelques restes de barbarie.

Les Indiens sont, pendant leur jeunesse, chasseurs et guerriers. Quand
ils deviennent vieux, ils sont conseillers; car ces peuples sont
gouvernés par l'avis des sages. Il n'y a chez eux ni force coercitive,
ni prisons, ni officiers qui obligent à obéir, ou infligent des
châtimens. De là vient qu'en général ils s'étudient à bien parler. Le
plus éloquent est celui qui a le plus d'influence.

Les femmes indiennes cultivent la terre, préparent à manger,
nourrissent, élèvent les enfans, conservent et transmettent à la
postérité le souvenir des événemens mémorables. Ces différens emplois
des deux sexes sont regardés comme honorables et conformes aux lois de
la nature. Avant peu de besoins factices, ils ont beaucoup de temps pour
s'instruire en conversant entr'eux. Notre vie active leur paroît basse
et servile auprès de la leur; et ils regardent les sciences, dont nous
nous enorgueillissons, comme frivoles et inutiles. On en eut une preuve,
lors du traité conclu à Lancastre, en Pensylvanie, en 1744, entre le
gouvernement de Virginie et les six Nations.

Quand on fut convenu des principaux articles, les commissaires de la
Virginie informèrent les Sauvages, qu'il y avoit au collége de
Williamsbourg des fonds destinés à l'éducation de jeunes Indiens, et que
si les chefs des six Nations vouloient y envoyer une demi-douzaine de
leurs enfans, le gouvernement en prendroit soin et les feroit instruire
dans toutes les sciences des blancs. Une des règles de la politesse de
ces peuples est de ne jamais répondre à une proposition publique, le
même jour qu'elle leur a été faite. Ils pensent que ce seroit la traiter
avec trop de légèreté, et qu'ils montrent plus de respect en prenant du
temps pour la considérer comme une chose importante. Ils différèrent
donc de répondre aux Virginiens; et le lendemain après que l'orateur eût
témoigné combien ils étoient sensibles à l'offre qu'on leur avoit faite,
il ajouta:--«Nous savons que vous estimez beaucoup l'espèce de science
qu'on enseigne dans ces colléges, et que tandis que nos jeunes gens
seroient chez vous, leur entretien vous coûteroit beaucoup. Nous sommes
donc convaincus que dans ce que vous nous proposez, votre intention est
de nous faire du bien; et nous vous en remercions de bon coeur. Mais
vous, qui êtes sages, vous devez savoir que les différentes nations
voient les choses d'une manière différente; et vous ne devez pas être
offensés, si nos idées sur l'éducation d'un collége ne sont pas les
mêmes que les vôtres. Nous en avons déjà fait l'expérience. Plusieurs de
nos jeunes gens ont été élevés dans les colléges des provinces
septentrionales. Ils ont été instruits dans toutes vos sciences. Mais
quand ils sont revenus parmi nous, à peine savoient-ils courir. Ignorant
entièrement la manière de vivre dans les bois, incapables de supporter
le froid et la faim, ils ne savoient ni bâtir une cabane, ni prendre un
daim, ni tuer un ennemi: ils parloient imparfaitement notre langue; et
par conséquent ils n'étoient propres ni à la chasse, ni à la guerre, ni
aux conseils. Enfin, nous ne pouvions en rien faire.--Nous n'acceptons
pas votre offre: mais nous n'en sommes pas moins reconnoissans; et pour
vous le prouver, si les habitans de la Virginie veulent nous envoyer une
demi-douzaine de leurs enfans, nous aurons le plus grand soin de leur
éducation, nous leur apprendrons ce que nous savons; et nous en ferons
des _hommes_.»

Les Sauvages ayant de fréquentes occasions de tenir des conseils
publics, ils se sont accoutumés à maintenir beaucoup d'ordre et de
décence dans ces assemblées. Les vieillards sont assis au premier rang;
les guerriers au second, et les femmes et les enfans au dernier.
L'emploi des femmes est de remarquer avec soin ce qui se passe dans les
conseils, de le graver dans leur mémoire, et de l'apprendre par
tradition à leurs enfans; car ces peuples n'ont point d'écriture. Elles
sont les registres du conseil. Elles conservent le souvenir des traités,
qui ont été conclus cent ans auparavant; et quand nous comparons ce
qu'elles disent avec nos écrits, nous le trouvons toujours exact.

Celui qui veut parler se lève: les autres gardent un profond silence.
Quand il a fini il se rassied, et on lui laisse cinq ou six minutes,
pour qu'il puisse se rappeler s'il n'a omis rien de ce qu'il avoit
intention de dire, et se lever de nouveau pour l'énoncer. Interrompre
quelqu'un, même dans la conversation ordinaire, est regardé comme
très-indécent. Ô combien cela diffère de ce qu'on voit dans la chambre
polie des communes d'Angleterre, où il se passe à peine un jour, sans
quelque tumulte qui oblige l'orateur à s'enrouer à force de crier à
l'ordre! Combien diffère aussi la conversation des Sauvages, de la
conversation de plusieurs sociétés polies d'Europe, dans lesquelles, si
vous n'énoncez pas votre pensée avec beaucoup de rapidité, vous êtes
arrêté au milieu d'une phrase par l'impatient babil de ceux avec qui
vous vous entretenez, et il ne vous est plus possible de la finir!

Il est vrai que la politesse qu'affectent les Sauvages dans la
conversation, est portée à l'excès; car elle ne leur permet pas de
démentir, ni même de contredire ce qu'on énonce en leur présence. Par ce
moyen, ils évitent les disputes: mais aussi on peut difficilement
connoître leur façon de penser et l'impression qu'on fait sur eux. Les
missionnaires qui ont essayé de les convertir au christianisme, se
plaignent tous de cette extrême déférence, comme d'un des plus grands
obstacles au succès de leur mission. Les Sauvages se laissent patiemment
expliquer les vérités du christianisme, et y donnent leurs signes
ordinaires d'approbation. Vous croiriez qu'ils sont convaincus. Point du
tout. C'est pure civilité.

Un missionnaire suédois ayant assemblé les chefs Indiens des bords de la
Susquehannah, leur fit un sermon dans lequel il développa les principaux
faits historiques sur lesquels est fondée notre religion; tels que la
chute de nos premiers parens quand ils mangèrent une pomme; la venue du
Christ pour réparer le mal; ses miracles, ses souffrances, etc.--Quand
il eut achevé, un orateur indien se leva pour le remercier.--«Ce que
vous venez de nous faire entendre, dit-il, est très-bon. Certes, c'est
fort mal que de manger des pommes; il vaut beaucoup mieux en faire du
cidre. Nous vous sommes infiniment obligés d'avoir la bonté de venir si
loin de votre pays, pour nous apprendre ce que vos mères vous ont
appris. En revanche, je vais vous conter quelque chose de ce que nous
tenons des nôtres.

»Au commencement du monde, nos pères ne se nourrissoient que de la chair
des animaux; et quand leur chasse n'étoit pas heureuse, ils mouroient de
faim. Deux de nos jeunes chasseurs ayant tué un daim, allumèrent du feu
dans les bois pour en faire griller une partie. Au moment où ils étoient
prêts à satisfaire leur appétit, ils virent une jeune et belle femme
descendre des nues et s'asseoir sur ce sommet que vous voyez là bas, au
milieu des montagnes bleues. Alors les deux chasseurs se dirent l'un à
l'autre: C'est un esprit, qui peut-être a senti l'odeur de notre gibier
grillé, et désire d'en manger. Il faut lui en offrir. Ils lui
présentèrent, en effet, la langue du daim. La jeune femme trouva ce mets
de son goût, et leur dit: Votre honêteté sera récompensée. Revenez ici
après treize lunes, et vous y trouverez quelque chose qui vous sera
très-utile pour vous nourrir vous et vos enfans, jusqu'à la dernière
génération. Ils firent ce qu'elle leur disoit, et à leur grand
étonnement, ils trouvèrent des plantes qu'ils ne connoissoient point,
mais qui, depuis cette époque, ont été constamment cultivées parmi nous,
et nous sont d'un grand avantage. Là où la main droite de la jeune femme
avoit touché la terre, ils trouvèrent le maïs; l'endroit où avoit touché
sa main gauche, portoit des haricots, et celui où elle s'étoit assise,
du tabac».

Le bon missionnaire qu'ennuyoit ce conte ridicule, dit à celui qui le
fesoit:--«Je vous ai annoncé des vérités sacrées: mais vous ne
m'entretenez que de fables, de fictions, de mensonges».--L'Indien choqué
lui répondit: «Mon frère, il semble que vos parens ont eu envers vous le
tort de négliger votre éducation. Ils ne vous ont pas appris les
premières règles de la politesse. Vous avez vu que nous, qui connoissons
et pratiquons ces règles, nous avons cru toutes vos histoires. Pourquoi
refusez-vous de croire les nôtres?»

Lorsque quelques-uns de ces Sauvages viennent dans nos villes, la foule
s'assemble autour d'eux, on les regarde avec attention, on les fatigue
dans les momens où ils voudraient être seuls. Ils prennent cela pour une
grande impolitesse, et ils l'attribuent à ce que nous ignorons les
véritables règles du savoir vivre.--«Nous sommes, disent-ils, aussi
curieux que vous, et quand vous venez dans nos villages, nous désirons
de vous regarder: mais alors nous nous cachons derrière les buissons,
qui sont sur la route où vous devez passer, et nous ne nous avisons
jamais d'aller nous mêler parmi vous.»

Leur manière d'entrer dans les villages les uns des autres a aussi ses
règles. Ils croient qu'un étranger, qui voyage, manque de civilité
lorsqu'il entre dans un village sans avoir donné avis de son arrivée.
Aussi, dès que l'un d'eux approche d'un village, il s'arrête, crie, et
attend qu'on l'invite à entrer. Ordinairement deux vieillards vont au
devant de lui, et lui servent d'introducteurs. Il y a dans chaque
village une cabane vide, qu'on appelle _la Maison des Étrangers_. On y
conduit le voyageur, et les vieillards vont de cabane en cabane avertir
les habitans qu'il est arrivé un étranger, qui probablement est fatigué
et a faim. Chacun lui envoie aussitôt une partie de ce qu'il a pour
manger, avec des peaux pour se reposer. Quand l'étranger a pris quelque
nourriture et s'est délassé, on lui apporte du tabac et des pipes; et
alors seulement commence la conversation. On demande au voyageur qui il
est? où il va? quelles nouvelles il apporte? et on finit communément par
lui offrir de lui fournir un guide et des vivres pour continuer son
voyage. Mais on n'exige jamais rien pour la réception qu'on lui a faite.

Cette hospitalité, qu'ils considèrent comme une des principales vertus,
est également pratiquée par chaque particulier. En voici un exemple, que
je tiens de notre interprète, Conrad Weiser. Il avoit été naturalisé
parmi les six Nations, et parloit très-bien la langue Mohock. En
traversant le pays des Indiens, pour porter un message de notre
gouverneur à l'assemblée d'Onondaga, il s'arrêta à l'habitation de
Canassetego, l'un de ses anciens amis. Le sauvage l'embrassa, étendit
des fourrures pour le faire asseoir, plaça devant lui des haricots
bouillis, du gibier et de l'eau, dans laquelle il avoit mêlé un peu de
rum. Quand Conrad Weiser eut achevé de manger, et allumé sa pipe,
Canassetego commença à s'entretenir avec lui. Il lui demanda comment il
s'étoit porté depuis plusieurs années qu'ils ne s'étoient vus l'un
l'autre; d'où il venoit, et quel étoit l'objet de son voyage. Conrad
répondit à toutes ces questions; et quand la conversation commença à
languir, le sauvage la reprit ainsi:--«Conrad, vous avez long-temps vécu
parmi les blancs, et vous connoissez un peu leurs coutumes. J'ai été
quelquefois à Albany, et j'ai observé qu'une fois tous les sept jours,
ils ferment leurs boutiques et s'assemblent tous dans une grande maison.
Dites-moi, pourquoi cela? Que font-ils dans cette maison?

»Ils s'y rassemblent, répondit Conrad, pour entendre et apprendre de
bonnes choses.--Je ne doute pas qu'ils ne vous l'aient dit, reprit le
sauvage. Ils me l'ont dit de même: mais je ne crois pas que cela soit
vrai; et je vais vous en dire la raison.--J'allai dernièrement à Albany,
pour vendre des fourrures, et pour acheter des couvertures de laine, des
couteaux, de la poudre et du rum. Vous savez que je fais ordinairement
affaire avec Hans Hanson, mais cette fois-ci j'étois tenté d'essayer de
quelqu'autre marchand. Cependant je commençai par aller chez Hans
Hanson, et je lui demandai combien il me donneroit pour mes peaux de
castor. Il me répondit qu'il ne pouvoit pas me les payer plus de quatre
schellings la livre: mais, ajouta-t-il, je ne puis parler d'affaire
aujourd'hui; c'est le jour où nous nous rassemblons pour apprendre de
bonnes choses, et je vais à l'assemblée.

»Pour moi, je pensai que ne pouvant faire aucune affaire ce jour-là, je
ferois aussi bien d'aller à l'assemblée avec Hans Hanson, et je le
suivis. Un homme vêtu de noir se leva, et commença à parler aux autres
d'un air très-fâché. Je ne comprenois pas ce qu'il disoit: mais
m'appercevant qu'il regardoit beaucoup et moi, et Hanson, je crus qu'il
étoit irrité de me voir là. Ainsi je sortis; je m'assis près de la
maison, je battis mon briquet, j'allumai ma pipe, et j'attendis que
l'assemblée fût finie. Il me vint alors dans l'idée que l'homme vêtu de
noir avoit fait mention des peaux de castor, et que cela pouvoit être le
sujet de l'assemblée. En conséquence, dès qu'on sortit de la maison,
j'accostai mon marchand.--Eh bien! lui dis-je, Hans, j'espère que vous
êtes convenu de payer les peaux de castor plus de quatre schellings la
livre.--Non, répondit-il, je ne puis plus même y mettre ce prix. Je ne
peux en donner que trois schellings six sous.--Je m'adressai alors à
divers autres marchands: mais c'étoit par-tout la même chanson; trois
schellings six sous, trois schellings six sous. Je vis donc clairement
que mes soupçons étoient bien fondés; et que, quoique les blancs
prétendissent qu'ils alloient dans leurs assemblées pour apprendre de
bonnes choses, ils ne s'y rendoient, en effet, que pour se concerter,
afin de mieux tromper les Indiens sur le prix des peaux de castor.
Réfléchissez-y un peu, Conrad, et vous serez de mon avis. Si, en
s'assemblant aussi souvent, leur dessein étoit d'apprendre de bonnes
choses, ils devroient certainement en avoir déjà appris quelqu'une. Mais
ils sont encore bien ignorans.

»Vous connoissez notre usage. Si un blanc voyage dans notre pays, et
entre dans nos cabanes, nous le traitons toujours comme je viens de vous
traiter. Nous le fesons sécher s'il est mouillé; nous le fesons chauffer
s'il a froid, nous lui donnons de quoi bien satisfaire sa faim et sa
soif, et nous étendons des fourrures devant lui, pour qu'il puisse se
reposer et dormir. Mais nous ne lui demandons jamais rien pour la
manière dont nous l'avons accueilli[23]. Mais si j'entre dans la maison
d'un blanc à Albany, et que je demande quelque chose à manger et à
boire, on me dit aussitôt: Où est ton argent? Et si je n'en ai point, on
me dit: Sors d'ici, chien d'indien.--Vous voyez bien que les blancs
n'ont point encore appris ce peu de bonnes choses que nous apprenons,
nous, sans assemblées; parce que, quand nous sommes enfans, nos mères
nous les apprenent. Il est donc impossible que leurs assemblées soient
pour l'objet qu'ils disent. Elles n'ont d'autre but que d'apprendre à
tromper les Indiens sur le prix des castors.»

  [23] C'est une chose très-remarquable, que dans tous les temps et dans
    tous les pays, l'hospitalité ait été reconnue pour la vertu de ceux
    que les nations civilisées se sont plu à appeler barbares. Les Grecs
    ont célébré les Scythes à cause de cette vertu. Les Sarrasins l'ont
    portée au plus haut degré, et elle règne encore chez les Arabes du
    désert. Saint-Paul nous dit, dans la relation de son voyage et de
    son naufrage sur l'île de Malthe:--«Les Barbares nous traitèrent
    avec beaucoup de bienveillance, car ils allumèrent du feu, et nous
    reçurent à cause de la pluie qui tomboit, et à cause du
    froid».--Cette note est tirée d'un _petit recueil des OEuvres de
    Franklin_, publié par Dilly.



SUR LES DISSENTIONS ENTRE L'ANGLETERRE ET L'AMÉRIQUE.


À M. DUBOURG.

                                             Londres, le 2 octobre 1770.

Je vois, avec plaisir, que nous pensons à-peu-près de même au sujet de
l'Amérique anglaise. Nous, habitans des colonies, nous n'avons jamais
prétendu être exempts de contribuer aux dépenses nécessaires au maintien
de la prospérité de l'empire. Nous soutenons seulement qu'ayant des
parlemens chez nous, et n'étant nullement représentés dans celui de la
Grande-Bretagne, nos parlemens sont les seuls juges de ce que nous
pouvons et devons donner, et le parlement anglais n'a nul droit de
prendre notre argent sans notre consentement.

L'empire britannique n'est pas un simple état. Il en comprend plusieurs;
et quoique le parlement de la Grande-Bretagne se soit arrogé le pouvoir
de taxer les colonies, il n'en a pas plus le droit qu'il n'a celui de
taxer l'électorat d'Hanovre. Nous avons le même roi, mais non la même
législature.

La dispute, qui s'est élevée entre l'Angleterre et les colonies, a déjà
fait perdre à l'Angleterre plusieurs millions sterlings. Elle les a
perdus dans son commerce, et l'Amérique en a gagné autant. Ce commerce
consistoit principalement en superfluités, en objets de luxe et de mode,
dont nous pouvons fort bien nous passer; et la résolution que nous avons
prise, de n'en plus recevoir jusqu'à ce qu'on ait fait cesser nos
plaintes, est cause que nos manufactures commencent à sortir de
l'enfance, et à prendre quelque consistance. Il ne seroit même pas aisé
d'engager nos colons à les abandonner, quand une amitié plus sincère que
jamais succéderoit à la querelle qui nous divise.

Certes, je ne doute point que le parlement d'Angleterre ne finisse par
abandonner ses prétentions, et ne nous laisse paisiblement jouir de nos
droits et de nos privilèges.

B. FRANKLIN.



SUR LA PRÉFÉRENCE QU'ON DOIT DONNER AUX ARCS ET AUX FLÈCHES SUR LES
ARMES À FEU.


AU MAJOR-GÉNÉRAL LEE.

                                       Philadelphie, le 11 février 1776.

GÉNÉRAL,

Le porteur de cette lettre est M. Arundel, que le congrès adresse au
général Schuyler, pour qu'il l'emploie dans le service de l'artillerie.
Il se propose de vous voir en passant, et il me demande une lettre de
recommandation pour vous. Il a servi en France, ainsi que vous le verrez
par ses brevets; et comme il paroît attaché à notre cause, j'espère
qu'il se rendra utile, en instruisant nos jeunes canonniers et nos
matelots. Peut-être donnera-t-il quelque moyen de déboucher la lumière
des canons encloués.

Je vous envoie ci-joint une lettre que m'a écrite un officier nommé _M.
Newland_, qui a servi dans les deux dernières guerres. Il est connu du
général Gates, qui m'en parla avantageusement, lorsque j'étois à
Cambridge. Maintenant il désire de servir sous vos ordres, et je lui ai
conseillé d'aller vous joindre à New-York.

Les Anglais parlent encore haut, et nous menacent durement: mais leur
langage est un peu plus poli, ou du moins, il n'est pas tout-à-fait
aussi injurieux pour nous. Ils sont rentrés peu-à-peu dans leur bon
sens; mais j'imagine que c'est trop tard pour leurs intérêts.

Nous avons reçu cent vingt tonneaux de salpêtre, ce qui fait une grande
quantité, et nous en attendons trente tonneaux de plus. À présent, nous
manquons de moulins pour faire la poudre: mais malgré cela, je crois que
l'ouvrage ira son train, et qu'on le fera à force de bras.--Je
désirerois, cependant, comme vous, que nos armées se servissent de
piques, et même d'arcs et de flèches. Ce sont de très-bonnes armes qu'on
a follement négligées. On doit se servir d'arcs et de flèches:

1º. Parce qu'un homme peut ajuster son coup avec un arc, aussi bien
qu'avec un fusil.

2º. Il peut faire partir quatre flèches dans le même temps qu'il lui
faut pour tirer un coup de fusil et recharger.

3º. L'objet qu'il doit viser n'est point dérobé à sa vue, par la fumée
du côté duquel il combat.

4º. Un nuage de flèches, que l'ennemi voit venir, l'intimide, le
trouble, l'empêche d'être attentif à ce qu'il fait.

5º. Une flèche qui perce un homme en quelque partie de son corps que ce
soit, le met hors de combat, jusqu'à ce qu'on la lui ait arrachée.

6º. On se procure plus aisément des arcs et des flèches, que des fusils,
de la poudre et du plomb.

Polydore-Virgile, en parlant d'une bataille entre les Français et les
Anglais, sous le règne d'Edouard III, fait mention du désordre dans
lequel fut jetée l'armée française, par un nuage de flèches[24], que lui
envoyèrent les Anglais, et qui leur donna la victoire[25].--Si les
flèches fesoient tant d'effet quand les hommes étoient couverts d'une
armure difficile à pénétrer, combien plus elles en feraient à présent,
que cette armure est hors d'usage!

Je suis bien aise que vous soyez revenu à New-York: mais je voudrois que
vous pussiez être au Canada. Ici, les esprits sont maintenant en
suspens, dans l'attente des propositions que doit faire l'Angleterre. Je
ne crois pas qu'elle en fasse une seule que nous puissions accepter.
Quand on en aura une preuve évidente, les Américains seront plus
d'accord entr'eux et plus décidés. Alors votre proposition de former une
ligue solemnelle sera mieux accueillie, et peut-être adoptera-t-on la
plupart de nos autres mesures hardies.

Vos lettres me font toujours un grand plaisir: mais j'ai de la peine à
m'en croire digne, car je suis un bien mauvais correspondant. Mes yeux
ne me permettent plus d'écrire que très-difficilement à la lumière; et
les jours sont à présent si courts et j'ai tant d'affaires depuis
quelque temps, que je suis rarement assis dix minutes, sans qu'on vienne
m'interrompre.

Dieu vous donne des succès!

B. FRANKLIN.

  [24] _Sagittarum nube._

  [25] Il conclut par ces mots: _Est res profectò dictu mirabilis, ut
    tantus ac potens exercitus à solis ferè anglicis sagittariis victus
    fuerit; adeo anglus est sagittipotens, et id genus armorum valet._



COMPARAISON DE LA CONDUITE DES ANTI-FÉDÉRALISTES DES ÉTATS-UNIS DE
L'AMÉRIQUE, AVEC CELLE DES ANCIENS JUIFS.


Un zélé partisan de la constitution fédérative dit dans une assemblée
publique:--«Qu'une grande partie du genre-humain avoit tant de
répugnance pour un bon gouvernement, qu'il étoit persuadé que si un ange
nous apportoit du ciel une constitution qui y aurait été faite exprès
pour nous, elle trouveroit encore de violens contradicteurs».--Cette
opinion parut extravagante; l'orateur fut censuré; et il ne se défendit
point.

Probablement il ne lui vint pas tout-à-coup dans l'esprit que
l'expérience étoit à l'appui de ce qu'il avoit avancé, et qu'elle se
trouvoit consignée dans la plus fidèle de toutes les histoires, la
Sainte Bible. S'il y eût songé, il aurait pu, ce me semble, s'étayer
d'une autorité aussi irréfragable.

L'être suprême se plut à élever une seule famille, et son attentive
providence la combla de bienfaits jusqu'à ce qu'elle devînt un grand
peuple. Après avoir délivré ce peuple de l'esclavage, par une suite de
miracles, que fit son serviteur Moyse, il remit lui-même à ce serviteur
choisi, en présence de toute la nation, une constitution et un code de
loix, et il promit de récompenser ceux qui les observeroient fidèlement,
et de punir avec sévérité ceux qui leur désobéiroient.

La divinité elle-même étoit à la tête de cette constitution; c'est
pourquoi les écrivains politiques l'ont appelée _une théocratie_. Mais
malgré cela les ministres de Dieu ne purent parvenir à la faire
exécuter. Aaron et ses enfans composoient, avec Moyse, le premier
ministère du nouveau gouvernement.

L'on auroit pensé que le choix d'hommes qui s'étoient distingués pour
rendre la nation libre, et avoient hasardé leur vie en s'opposant
ouvertement à la volonté d'un puissant monarque, qui vouloit la retenir
dans l'esclavage, auroit été approuvé avec reconnoissance; et qu'une
constitution tracée par Dieu même, auroit dû être accueillie avec les
transports d'une joie universelle. Mais il y avoit, dans chacune des
treize tribus, quelques esprits inquiets, mécontens, qui, par divers
motifs, excitoient continuellement les autres à rejeter le nouveau
gouvernement.

Plusieurs conservoient de l'affection pour l'Égypte, leur terre natale;
et dès qu'ils éprouvoient quelqu'embarras, quelqu'inconvénient, effet
naturel et inévitable de leur changement de situation, ils accusoient
leurs chefs d'être les auteurs de leur peine; et non-seulement ils
vouloient retourner en Égypte, mais lapider ceux qui les en avoient
arrachés[26].--Ceux qui étaient enclins à l'idolâtrie, voyoient, avec
regret, la destruction du veau d'or. Plusieurs chefs pensoient que la
constitution nouvelle devoit nuire à leur intérêt particulier; que les
places avantageuses seraient toutes occupées par les parens et les amis
de Moyse et d'Aaron, et que d'autres qui étoient également bien nés en
seraient exclus[27].

Nous voyons dans Josephe et dans le Talmud quelques particularités, qui
ne sont pas aussi détaillées dans l'Écriture.

Voici ce que nous y apprenons.--«Coré désiroit ardemment d'être
grand-prêtre; et il fut blessé de ce que cet emploi étoit conféré à
Aaron, par la seule autorité de Moyse, disoit-il, et sans le
consentement du peuple. Il accusa Moyse d'avoir employé divers artifices
pour s'emparer du gouvernement, et priver le peuple de sa liberté; et de
conspirer avec Aaron pour perpétuer la tyrannie dans sa famille. Ainsi,
quoique le vrai motif de Coré fût de supplanter Aaron, il persuada au
peuple qu'il n'avoit en vue que le bien général; et les Juifs excités
par lui, commencèrent à crier:--Maintenons la liberté de nos diverses
tribus. Nous nous sommes, nous-mêmes, affranchis de l'esclavage où nous
tenoient les Égyptiens; souffrirons-nous donc que Moyse nous rende
encore esclaves? Si nous devons avoir un maître, il vaut mieux retourner
vers le Pharaon, par qui nous étions nourris avec du pain et des
oignons, que de servir ce nouveau tyran qui, par sa conduite, nous a
exposés à souffrir la famine.--

»Alors ils nièrent la vérité de ses entretiens avec Dieu; et ils
prétendirent que le secret de ses rendez-vous, le soin qu'il avoit eu
d'empêcher que personne écoutât ses discours, et approchât même du lieu
où il étoit, devoit donner beaucoup de doutes à cet égard. Ils
accusèrent aussi Moyse de péculat, et d'avoir gardé un grand nombre des
cuillers et des plats d'argent que les princes avoient offerts à la
dédicace de l'autel[28], ainsi que les offrandes d'or, qu'avoit faites
le peuple[29], et la plus grande partie de la capitation[30]. Ils
accusèrent Aaron d'avoir mis de côté la plupart des joyaux qui lui
avoient été fournis pour le veau d'or.

»Indépendamment du péculat qu'ils reprochoient à Moyse, ils prétendoient
qu'il étoit rempli d'ambition, et que pour satisfaire cette passion, il
avoit trompé le peuple en lui promettant une terre où couloit le lait et
le miel. Ils disoient qu'au lieu de lui donner une telle terre, il l'en
avoit arraché; et que tout ce mal lui sembloit léger, pourvu qu'il pût
se rendre un prince absolu[31]. Ils ajoutoient que pour maintenir avec
splendeur, dans sa famille, sa nouvelle dignité, il devoit faire suivre
la capitation particulière qui avoit déjà été levée et remise à
Aaron[32], par une taxe générale[33], qui probablement seroit augmentée
de temps en temps, si l'on souffroit la promulgation de nouvelles loix,
sous prétexte de nouvelles révélations de la volonté divine, et qu'ainsi
toute la fortune du peuple seroit dévorée par l'aristocratie de cette
famille.»

Moyse nia qu'il se fût rendu coupable de péculat, et ses accusateurs ne
purent alléguer aucune preuve contre lui.--«Je n'ai point, dit-il, avec
la sainte confiance que lui inspirait la présence de Dieu, je n'ai point
pris au peuple la valeur d'un ânon, ni rien fait qui puisse lui
nuire».--Mais les propos outrageans de ses ennemis avoient eu du succès
parmi le peuple; car il n'est aucune espèce d'accusation si aisée à
faire, ou à être crue par les fripons, que celle de friponnerie.

Enfin, il n'y eut pas moins de deux cents cinquante des principaux
hébreux, «fameux dans l'assemblée et hommes de renom»[34], qui se
portèrent à exciter la populace contre Moyse et Aaron, et lui
inspirèrent une telle frénésie, qu'elle s'écria:--«Lapidons-les,
lapidons-les; et assurons, par ce moyen, notre liberté. Choisissons
ensuite d'autres capitaines, qui nous ramènent en Égypte, en cas que
nous ne puissions pas triompher des Cananéens.»

D'après tout cela, il paroît que les Israélites étoient jaloux de leur
nouvelle liberté, et que cette jalousie n'étoit pas, par elle-même, un
défaut: mais que quand ils se laissèrent séduire par un homme
artificieux, qui prétendoit n'avoir en vue que le bien public, et ne
songer en aucune manière à ses intérêts particuliers, et qu'ils
s'opposèrent à l'établissement de la nouvelle constitution, ils
s'attirèrent beaucoup d'embarras et de malheurs. On voit, en outre, dans
cette inappréciable histoire, que lorsqu'au bout de plusieurs siècles,
la constitution fut devenue ancienne, qu'on en eut abusé et qu'on
proposa d'y faire des changemens, la populace qui avoit accusé Moyse
d'ambition et de s'être fait prince, et qui avoit crié:--«Lapidez-le,
lapidez-le», fut encore excitée par les grands-prêtres et par les
scribes, et reprochant au Messie de vouloir se faire roi des Juifs,
cria:--«Crucifiez-le, crucifiez-le.»--

Tout cela nous apprend qu'une sédition populaire contre une mesure
publique, ne prouve pas que cette mesure soit mauvaise, encore que la
sédition soit excitée et dirigée par des hommes de distinction.

Je conclus, en déclarant que je ne prétends pas qu'on infère de ce que
je viens de dire, que notre convention nationale a été divinement
inspirée, quand elle nous a donné une constitution fédérative, parce
qu'on s'est déraisonnablement et violemment opposé à cette constitution.
Cependant j'avoue que je suis si persuadé que la providence s'occupe du
gouvernement général du monde, que je ne puis croire qu'un événement qui
importe au bien-être de plusieurs millions d'hommes, qui existent déjà
ou qui doivent exister, ait lieu sans qu'il soit préparé, influencé et
réglé par cet esprit bienfaisant, tout-puissant et présent partout,
duquel émanent tous les autres esprits.

  [26] Nombres, chap. 14.

  [27] Nombres, chap. 14, vers. 3.--«Et ils se réunirent tous contre
    Moyse et Aaron, et leur dirent: Vous prenez trop sur vous. Vous
    savez que toutes les assemblées sont saintes, ainsi que chaque
    membre de ces assemblées: pourquoi donc vous élevez-vous au-dessus
    de l'assemblée?»

  [28] Nombres, chap. 7.

  [29] Exode, chap. 35, vers. 22.

  [30] Nombres, chap. 3, et Exode, chap. 30.

  [31] Nombres, chap. 14, vers. 13.--«Tu regardes comme peu de chose de
    nous avoir ôtés d'une terre où coule le lait et le miel, et de nous
    faire périr dans le désert, pourvu que tu deviennes notre prince
    absolu».

  [32] Nombres, chap. 3.

  [33] Exode, chap. 30.

  [34] Nombres, chap. 14.



SUR L'ÉTAT INTÉRIEUR DE L'AMÉRIQUE, OU TABLEAU DES VRAIS INTÉRÊTS DE CE
VASTE CONTINENT.


La tradition rapporte que les premiers Européens qui s'établirent à la
Nouvelle-Angleterre, éprouvèrent beaucoup de peines et de difficultés,
comme cela arrive ordinairement quand un peuple civilisé fonde une
colonie dans un pays sauvage. Ils étoient portés à la piété, et ils
demandoient des secours au ciel, par des prières et des jeûnes fréquens.
Cet objet de leurs méditations constantes et de leurs entretiens, tenoit
leurs esprits dans la tristesse et le mécontentement; et semblables aux
enfans d'Israël, plusieurs d'entr'eux désiroient de retourner dans cette
Égypte, que la persécution les avoit engagés à abandonner.

Un jour qu'on proposa dans une assemblée de proclamer un nouveau jeûne,
un fermier, plein de bon sens, se leva et observa:--«Que les
inconvéniens auxquels ils étoient exposés, et pour lesquels leurs
plaintes avoient si souvent fatigué le ciel, n'étoient pas si grands
qu'ils auroient pu le craindre, et qu'ils diminuoient chaque jour, à
mesure que la colonie se fortifioit; que la terre commençoit à compenser
leur travail et à fournir libéralement à leur subsistance; que la mer et
les rivières étoient remplies de poisson; que la température étoit
douce, le climat sain; qu'ils pouvoient sur-tout, jouir pleinement de la
liberté civile et religieuse; qu'il croyoit donc qu'il falloit
s'entretenir de pareils sujets, parce qu'ils étoient plus consolans,
plus propres à les rendre contens de leur situation; et qu'il convenoit
mieux à la gratitude, qu'ils devoient à l'Être-Suprême, de proclamer, au
lieu d'un jeûne, un jour d'action de graces.»

L'avis de ce bon cultivateur fut goûté; et depuis ce moment, les
habitans de la colonie ont eu, chaque année, assez de motifs de félicité
publique, pour pouvoir en remercier Dieu; et en conséquence, un jour
d'action de graces a été constamment ordonné par eux et religieusement
observé.

Je vois dans les différentes gazettes des États-Unis, de fréquentes
réflexions sur la dureté du temps, la décadence du commerce, la rareté
de l'argent.--Mon intention n'est point d'affirmer que ces plaintes sont
totalement dénuées de fondement. Il n'y a aucun pays, aucun état, où
quelques individus n'éprouvent des difficultés à gagner leur vie; où des
gens qui n'ont point de métier lucratif, manquent d'argent, parce qu'ils
n'ont rien à donner pour s'en procurer; et il est toujours au pouvoir
d'un petit nombre d'hommes, de faire beaucoup de bruit.--Mais observons
froidement la situation générale de nos affaires, et peut-être nous
paroîtra-t-elle moins triste qu'on ne l'a imaginé.

La grande occupation du continent de l'Amérique septentrionale, est
l'agriculture. Four un artisan ou un marchand, nous comptons au moins
cent laboureurs qui, pour la plupart, cultivent leurs propres champs, et
en retirent non-seulement leur subsistance, mais aussi de quoi se vêtir,
de sorte qu'ils ont besoin de fort peu de marchandises étrangères; et
qu'ils vendent, en outre, une assez grande quantité de denrées pour
accumuler insensiblement beaucoup d'argent.

La providence est si bienfaisante envers ce pays, le climat y est si
favorable, qu'à compter des trois ou quatre premières années de son
établissement, où nos pères eurent à y supporter beaucoup de peine et de
fatigue, on n'y a presque jamais entendu parler de disette: au
contraire, quoique quelques années aient été plus ou moins fécondes,
nous avons toujours eu assez de provisions pour nous nourrir, et même
pour exporter. La récolte de l'année dernière a été généralement
abondante; et cependant le fermier n'a jamais vendu aussi cher ce qu'il
a livré au commerce, ainsi que l'attestent les prix courans qu'on a
publiés. La valeur des terres augmente continuellement, à mesure que la
population s'accroît. En un mot, le fermier est en état de donner de si
bons gages à ceux qui travaillent pour lui, que tous ceux qui
connoissent l'ancien monde, doivent convenir qu'il n'y a pas d'endroit
où les manouvriers soient si bien nourris, si bien vêtus, si bien logés,
que dans les États-Unis de l'Amérique.

Si nous entrons dans nos cités, nous voyons que, depuis la révolution,
les propriétaires des maisons et des terreins qui y sont compris, ont vu
considérablement augmenter leur fortune. Les loyers se sont élevés à un
prix étonnant; ce qui fait multiplier les bâtisses et fournit du travail
à un nombre immense d'ouvriers. L'accroissement du luxe, et la vie
splendide de ceux qui sont devenus riches, entretiennent aussi beaucoup
de monde. Les ouvriers demandent et obtiennent un prix plus haut que
dans aucune autre partie du monde, et ils sont toujours payés comptant.
Cette classe n'a donc pas à se plaindre de la dureté du temps; et elle
compose une très-grande partie des habitans des villes.

Comme je vis fort loin de nos pêcheries américaines, je ne peux pas en
parler avec beaucoup de certitude. Mais j'ai entendu dire que
l'estimable classe d'hommes qu'on y emploie, est la moins bien payée, ou
qu'elles ont moins de succès qu'avant la révolution. Ceux qui font la
pêche de la baleine, ont été privés d'un marché où ils alloient vendre
leur huile: mais je sais qu'il s'en ouvre un autre qui pourra leur être
également avantageux; et les demandes de chandelle de spermaceti
augmentent chaque jour; ce qui conséquemment, en fait hausser le prix.

Restent à présent les détailleurs, ou ceux qui tiennent des boutiques.
Quoiqu'ils ne composent qu'une petite partie de la nation, leur nombre
est considérable, et même trop pour le genre d'affaires qu'ils ont
entrepris; car dans tous les pays, la consommation des marchandises a
ses limites, qui sont les facultés du peuple, c'est-à-dire, ses moyens
d'acheter et de payer. Si les marchands calculent mal ces proportions,
et qu'ils importent trop de marchandises, ils doivent nécessairement
trouver difficilement à vendre l'excédent; et quelques-uns d'entr'eux
diront que le commerce languit. L'expérience les rendra, sans doute,
sages, et ils importeront moins. Si trop d'artisans des villes, et de
fermiers de la campagne deviennent marchands, dans l'espoir de mener une
vie plus agréable, la quantité d'occupation de ce genre divisée entr'eux
tous, est trop peu de chose pour chacun en particulier; et ils doivent
se plaindre de la décadence du commerce. Ils disent aussi que cela n'est
dû qu'à la rareté de l'argent; tandis que, dans le fait, l'inconvénient
provient moins de la diminution des acheteurs, que de la multiplicité
des vendeurs; et si les fermiers et les ouvriers qui se sont faits
marchands, retournoient à leur charrue et à leurs outils, il y auroit
assez de veuves et d'autres femmes pour tenir les boutiques, et elles
trouveroient suffisamment à gagner dans ce commerce de détail.

Quiconque a voyagé dans les différentes parties de l'Europe, et a
observé combien peu on y voit de gens riches ou aisés, en comparaison
des pauvres; combien peu de gens y sont grands propriétaires, en
comparaison de la multitude de misérables ouvriers mal payés, et de
journaliers déguenillés et souffrant la faim; quiconque, dis-je, se
rappelle ce tableau, et contemple l'heureuse médiocrité qui règne dans
les états américains, où le cultivateur travaille pour lui-même et
entretient sa famille dans une honnête abondance, doit, ce me semble,
juger que nous avons raison de bénir la divine providence, qui a mis
tant de différence en notre faveur, et être convaincu qu'aucune nation
connue, ne jouit d'une plus grande portion de félicité humaine.

Il est vrai que la discorde et l'esprit de parti troublent quelques-uns
des États-Unis. Mais regardons en arrière, et demandons-nous s'ils en
ont jamais été exempts? Ce mal existe par-tout où fleurit la liberté, et
peut-être aide-t-il à la conserver. Le choc des sentimens opposés fait
souvent jaillir des étincelles de vérité, qui produisent une lumière
politique. Les diverses factions qui nous divisent, tendent toutes au
bien public; et il n'y a réellement de différence entr'elles, que dans
la manière d'y parvenir. Les choses, les actions, les opinions, tout
enfin, se présente à l'esprit sous des points de vue si différens, qu'il
n'est pas possible que nous pensions, tous à-la-fois, de la même
manière, sur un objet quelconque, tandis qu'à peine le même homme en a
la même idée en différens temps. L'esprit de parti est donc le lot
commun de l'humanité; et celui qui règne chez nous n'est ni plus
dangereux, ni moins utile que celui des autres pays et des autres
siècles qui ont joui, au même degré que nous, de l'extrême bonheur d'une
liberté politique.

Quelques-uns d'entre nous ne sont pas si inquiets de l'état présent de
nos affaires, que de ce qui peut arriver un jour. L'accroissement du
luxe les alarme; et ils pensent que c'est-là ce qui nous conduit à
grands pas vers notre ruine. Ils remarquent qu'il n'y a jamais de revenu
suffisant sans économie; et que toutes les productions annuelles d'un
pays peuvent être dissipées en dépenses vaines et inutiles, et la
pauvreté succéder à l'abondance.--Cela peut-être. Cependant cela arrive
rarement; car il semble qu'il y a chez toutes les nations une plus
grande quantité de travail et de frugalité, contribuant à les enrichir,
que de paresse et d'oisiveté, tendant à les appauvrir; de sorte que tout
balancé, il se fait une accumulation continuelle de richesses.

Songez à ce qu'étoient du temps des anciens Romains, l'Espagne, les
Gaules, la Germanie, la Grande-Bretagne, habitées par des peuples
presqu'aussi pauvres que nos Sauvages; et considérez les richesses
qu'elles possèdent à présent, l'innombrable quantité de villes superbes,
de fermes bien établies, de meubles élégans, de magasins remplis de
marchandises; sans compter l'argenterie, les bijoux et tout le
numéraire. Oui, elles possèdent tout cela, en dépit de leurs
gouvernement exacteurs, dispendieux, extravagans, et de leurs guerres
destructives. Cependant on n'a jamais gêné, dans ces contrées, ni le
luxe, ni les prodigalités de l'opulence.--Ensuite, examinez le grand
nombre de fermiers laborieux et sobres, qui habitent l'intérieur des
états américains, et composent le corps de la nation, et jugez s'il est
possible que le luxe de nos ports de mer puisse ruiner un tel pays.

Si l'importation des objets de luxe pouvoit ruiner un peuple, nous
serions probablement ruinés depuis long-temps, car la nation anglaise
prétendoit avoir le droit de porter chez nous, non-seulement les
superfluités de son pays, mais celles de toutes les autres contrées de
la terre. Nous les achetions, nous les consommions; et cependant nous
avons prospéré et sommes devenus riches. À présent nos gouvernemens
indépendans peuvent faire ce qui leur étoit alors impossible. Ils
peuvent diminuer par des impôts considérables ou empêcher par une
prohibition sévère, ces sortes d'importations; et nous nous enrichirons
davantage, si toutefois, et cela est incertain, le désir de nous parer
de beaux habits, d'être bien meublés, d'avoir des maisons élégantes, ne
doit pas, en excitant le travail et l'industrie, produire beaucoup plus
que ne nous coûtent ces objets.

L'agriculture et les pêcheries des États-Unis sont les grandes sources
de l'accroissement de nos richesses. Celui qui sème un grain de bled,
est peut-être récompensé de sa peine par quarante grains de bled que la
terre lui rend; et celui qui tire un poisson du sein de la mer, en
retire une pièce d'argent.

Nous devons être attentifs à ces choses-là, et nous le serons sans
doute. Alors, les puissances rivales, avec tous leurs actes prohibitifs,
ne pourront pas beaucoup nous nuire. Nous sommes les enfans de la terre
et des mers, et semblables à l'Antée de la fable, si en luttant avec un
Hercule nous avons quelquefois le dessous, le seul attouchement de nos
parens nous rendra la force de renouveler le combat.



AVIS À CEUX QUI VEULENT ALLER S'ÉTABLIR EN AMÉRIQUE.


Plusieurs personnes en Europe, sachant que l'auteur de cet avis connoît
très-bien l'Amérique septentrionale, lui ont parlé ou écrit pour lui
communiquer l'intention où elles sont d'aller s'y établir. Mais il lui
semble qu'elles ont formé ce projet par ignorance, et en se fesant de
fausses idées de ce qu'on peut se procurer dans le pays où elles veulent
se rendre. Ainsi, il croit devoir donner ici quelques notions plus
claires que celles qu'on a eues jusqu'à présent sur cette partie du
monde, afin de prévenir l'émigration et les voyages dispendieux et
infructueux de ceux à qui ne conviennent pas de pareilles entreprises.

Beaucoup de gens s'imaginent que les habitans des États-Unis de
l'Amérique sont riches, en état de faire de la dépense, et disposés à
récompenser toute sorte de talens; mais qu'en même-temps ils ne
connoissent point les sciences, et que par conséquent des étrangers, qui
possèdent la littérature et les beaux-arts, doivent être très-estimés
dans ces contrées, et assez bien payés pour y devenir bientôt riches. On
croit aussi qu'il y a beaucoup d'emplois lucratifs que les gens du pays
ne sont pas propres à remplir; et que comme peu de personnes y sont
d'une noble origine, les étrangers qui portent un nom distingué doivent
y être très-respectés, obtenir les meilleures places et y faire
fortune.--On va jusqu'à se flatter que, pour encourager l'émigration des
Européens, les divers gouvernemens des États-Unis, non-seulement payent
le voyage de ceux qui viennent pour s'établir chez eux, mais leur font
présent à leur arrivée, de terres, de nègres, de bétail et d'instrumens
de labourage.

Toutes ces choses-là sont imaginaires; et ceux qui fondent leurs
espérances sur cela, et passent en Amérique, sont sûrement bien trompés.

La vérité est que quoique dans ce pays il y ait très-peu de gens aussi
misérables que les classes pauvres d'Europe, il y en a aussi très-peu
qu'on pût regarder en Europe comme riches. On y trouve plutôt une
heureuse et générale médiocrité. On y voit peu de grands propriétaires
de terres, et peu de fermiers qui cultivent les terres des autres. La
plupart des Américains labourent leurs propres champs, exercent quelque
métier ou font quelque commerce. Il en est très-peu d'assez riches pour
vivre dans l'oisiveté, et pour payer aussi chèrement, qu'on le fait en
Europe, les tableaux, les statues, l'architecture et les autres
productions des arts, qui sont plus curieuses qu'utiles. Aussi ceux qui
sont nés en Amérique avec le goût de cultiver ces arts, ont communément
quitté leur patrie, et sont allés s'établir en Europe, où ils pouvoient
être mieux récompensés.

Certes, la connoissance des belles-lettres et de la géométrie est
très-estimée dans les États-Unis; mais elle y est, en même-temps, plus
commune qu'on ne le pense. Il y a déjà neuf grands colléges ou
universités; savoir quatre à la Nouvelle-Angleterre[35], et un dans
chacune des provinces de New-York, de New-Jersey, de Pensylvanie, de
Maryland et de Virginie. Ces universités ont des professeurs
très-savans. Il y a, en outre, un grand nombre de petits colléges, ou
d'écoles; et l'on apprend à beaucoup de jeunes gens les langues, la
théologie, la jurisprudence et la médecine.

Il n'est nullement défendu aux étrangers d'exercer ces professions; et
le rapide accroissement de la population dans toutes les parties des
États-Unis, leur promet une occupation qu'ils peuvent partager avec les
gens du pays. Il y a peu d'emplois civils, et il n'y en a point
d'inutile comme en Europe. D'ailleurs, l'on a établi pour règle, dans
quelques-unes de nos provinces, qu'aucune place ne seroit assez
lucrative, pour tenter la cupidité de ceux qui voudroient la remplir. Le
trente-sixième article de la constitution de Pensylvanie, dit
expressément:--«Comme pour conserver son indépendance, tout homme libre,
qui n'a point une propriété suffisante, doit avoir quelque profession,
métier, commerce ou ferme qui le fasse subsister honnêtement, il n'est
pas nécessaire de créer des emplois lucratifs; parce que leur effet
ordinaire est d'inspirer à ceux qui les possèdent ou qui les postulent,
un esprit de dépendance et de servitude, indigne d'hommes libres. Ainsi,
toutes les fois que les émolumens d'un emploi augmenteront au point de
le faire désirer à plusieurs personnes, il faudra que la législature en
diminue les profits.»

Ces idées ont été plus ou moins adoptées par tous les États-Unis. Or, il
ne vaut pas la peine qu'un homme, qui a quelque moyen de vivre chez lui,
s'expatrie dans l'espoir d'obtenir une place avantageuse en Amérique.
Quant aux emplois militaires, il n'y en a plus depuis la fin de la
guerre, puisque les armées ont été licenciées.

Il convient encore moins d'aller dans les États-Unis, lorsqu'on n'a à y
porter qu'une naissance illustre. En Europe, cela peut être de quelque
prix: mais une pareille marchandise ne peut être offerte dans un plus
mauvais marché qu'en Amérique, où, en parlant d'un étranger, les
habitans demandent, non pas _qui il est_, mais _ce qu'il sait faire_.
S'il a quelque talent utile, il est bien accueilli; et s'il exerce son
talent et qu'il se conduise bien, il est respecté par tous ceux qui le
connoissent. Mais celui qui n'est qu'_homme de qualité_, et qui, par
rapport à cela, veut obtenir un emploi et vivre aux dépens du public,
est rebuté et méprisé.

Le laboureur et l'artisan sont honorés en Amérique, parce que leur
travail est utile. Les habitans y disent que Dieu lui-même est un
artisan, et le premier de l'univers; et qu'il est plus admiré, plus
respecté, à cause de la variété, de la perfection, de l'utilité de ses
ouvrages, que par rapport à l'ancienneté de sa famille.--Ils aiment
beaucoup à citer l'observation d'un nègre, qui disoit:--«Boccarorra[36]
fait travailler l'homme noir, le cheval, le boeuf, tout, excepté le
cochon.--Le cochon mange, boit, se promène, dort quand il veut, et vit
comme un gentilhomme.»--

D'après cette façon de penser des Américains, l'un d'entr'eux croiroit
avoir beaucoup plus d'obligation à un généalogiste qui pourroit lui
prouver que, depuis dix générations, ses ancêtres ont été laboureurs,
forgerons, charpentiers, tourneurs, tisserands, taneurs, même
cordonniers, et que conséquemment ils étoient d'utiles membres de la
société, que s'il lui démontroit qu'ils étoient seulement nobles, ne
fesant rien de profitable, vivant nonchalamment du travail des autres,
ne sachant que _consommer les fruits de la terre_[37], et n'étant enfin
propres à rien, jusqu'à ce qu'à leur mort, leurs biens ont été dépecés
comme le cochon gentilhomme du nègre.

Quant aux encouragemens que le gouvernement donne aux étrangers, ils ne
sont réellement que ce qu'on doit attendre de la liberté et des loix
sages. Les étrangers sont bien reçus en Amérique, parce qu'il y a assez
de place pour tous; et les habitans n'en sont point jaloux. Les loix les
protégent assez, pour qu'ils n'aient besoin de l'appui d'aucun homme en
place; et chacun d'eux peut jouir en paix du produit de son industrie.
Mais s'ils n'apportent point de fortune, il faut qu'ils soient laborieux
et qu'ils travaillent pour vivre. Une ou deux années de séjour leur
donnent tous les droits de citoyen. Mais le gouvernement ne fait point
aujourd'hui ce qu'il pouvoit faire autrefois. Il n'engage plus les
étrangers à s'établir, en payant leur passage, et leur donnant des
terres, des nègres, du bétail, des instruments de labourage, ou en leur
fesant aucune autre espèce d'avances. En un mot, l'Amérique est la terre
du travail, et non point ce que les Anglais appellent une contrée de
fainéans[38]; et les Français un pays de cocagne, où les rues sont
pavées de miches, les maisons couvertes d'omelettes, et où les poulets
volent tout rôtis, en criant: _Approchez-vous pour nous manger._

Quels sont donc les hommes auxquels il peut être avantageux de passer en
Amérique? Et quels sont les avantages qu'ils peuvent raisonnablement s'y
promettre?

La terre est à bon marché dans ces contrées, à cause des vastes forêts
qui manquent d'habitans, et qui probablement en manqueront encore plus
d'un siècle. La propriété de cent acres d'un sol fertile, couvert de
bois en divers endroits, voisin des frontières, peut s'acquérir pour
huit ou dix guinées. Ainsi, des jeunes gens laborieux qui s'entendent à
cultiver le bled et à soigner le bétail, ce qui se fait dans ces
contrées à-peu-près comme en Europe, ont de l'avantage à aller s'y
établir. Quelques épargnes sur les bons gages qu'ils y recevront pendant
qu'ils travailleront pour les autres, les mettront bientôt à même
d'acheter de la terre et de commencer à la défricher. Ils seront aidés
par des voisins de bonne volonté, et ils trouveront du crédit. Beaucoup
de pauvres colons, sortis d'Angleterre, d'Irlande, d'Écosse et
d'Allemagne, sont, de cette manière, devenus, en peu d'années, de riches
fermiers; mais s'ils étoient restés dans leur pays, où toutes les terres
sont occupées et le prix des journaliers fort médiocre, ils ne se
seroient jamais élevés au-dessus de la triste condition dans laquelle
ils étoient nés.

La salubrité de l'air, la bonté du climat, l'abondance de bons alimens,
la facilité qu'on a à se marier de bonne heure, par la certitude de ne
pas manquer de subsistance en cultivant la terre, font que
l'accroissement de la population est très-rapide en Amérique; et elle le
devient encore davantage par l'immigration des étrangers. Aussi, on y
voit sans cesse augmenter le besoin des ouvriers de toute espèce, pour
construire des maisons aux agriculteurs, et leur faire les meubles et
ustensiles grossiers qu'il ne seroit pas aussi commode de faire venir
d'Europe.

Des ouvriers qui peuvent faire passablement les choses dont je viens de
parler, sont sûrs de ne pas manquer d'occupation et d'être bien payés,
car rien ne gêne les étrangers qui veulent travailler, et ils n'ont pas
même besoin de permission pour cela. S'ils sont pauvres, ils commencent
par être domestiques ou journaliers; et s'ils sont sobres, laborieux,
économes, ils deviennent bientôt maîtres, s'établissent, se marient,
élèvent bien leurs enfans, et sont des citoyens respectables.

Les gens qui, ayant une médiocre fortune, et une nombreuse famille,
désirent d'élever leurs enfans au travail, et de leur assurer une
propriété, peuvent aussi passer en Amérique. Ils y trouveront des
ressources dont ils manquent en Europe. Là, ils pourront apprendre et
exercer des arts mécaniques, sans que cela leur procure aucun
désagrément. Au contraire, leur travail leur attirera du respect. Là, de
petits capitaux employés à acheter des terres qui acquièrent chaque jour
plus de prix par l'accroissement de la population, donnent à ceux qui en
font cet usage, la certitude de laisser d'assez grandes fortunes à leurs
enfans.

L'auteur de cet écrit a vu plusieurs exemples de grands terrains,
achetés à raison de dix livres sterlings pour cent acres, dans le pays,
qu'on appeloit alors les frontières de la Virginie, lesquels, au bout de
vingt ans, ayant été défrichés, et se trouvant en-deçà de nouveaux
établissemens, ont été vendus trois livres sterlings l'acre. L'acre
américain est le même que l'acre anglais et l'acre de Normandie[39].

Ceux qui veulent connoître le gouvernement des Américains, doivent lire
les constitutions des différens États-Unis, et les articles de
confédération qui les lient les uns aux autres, sous la direction d'une
assemblée générale, appelée _Congrès_. Ces constitutions ont été
imprimées en Amérique, par ordre du congrès. L'on en a fait deux
éditions à Londres, et la traduction française en a été publiée
dernièrement à Paris.

Depuis quelque temps, divers princes de l'Europe, croyant qu'il y auroit
de l'avantage pour eux à multiplier les manufactures dans leurs états,
de manière à diminuer l'importation des marchandises étrangères, ont
cherché à attirer des ouvriers des autres pays, en leur accordant de
gros salaires et des privilèges.--Beaucoup de personnes, qui prétendent
être très-habiles dans divers genres de manufactures précieuses,
s'imaginant que l'Amérique devoit avoir besoin d'elles, et que le
congrès seroit probablement disposé à imiter les princes dont je viens
de faire mention, lui ont proposé de se rendre dans les États-Unis, à
condition qu'il paieroit leur passage et qu'il leur donneroit des
terres, des appointemens, et des privilèges pour un certain nombre
d'années. Mais si ces personnes lisent les articles de la confédération
des États-Unis, elles verront que le congrès n'a ni le pouvoir ni
l'argent nécessaire pour faire ce qu'elles désirent. Si de tels
encouragemens peuvent avoir lieu, ce n'est que de la part du
gouvernement de quelqu'un des états. Cependant, cela arrive rarement en
Amérique; et quand on l'a fait, le succès a souvent mal répondu aux
espérances. On a vu que le pays n'étoit pas encore assez avancé pour
engager des particuliers à y établir des manufactures. La main-d'oeuvre
y est communément trop chère; il est trop difficile d'y rassembler des
journaliers, parce que chacun veut y travailler pour son compte; et le
bas prix des terres y excite beaucoup d'ouvriers à abandonner leur
métier pour s'adonner à l'agriculture.

Le peu de manufactures qui y ont réussi, sont celles qui exigent peu de
bras, et dans lesquelles la plus grande partie du travail se fait avec
des machines. Les marchandises trop volumineuses, et qui ne sont pas
d'un prix assez considérable pour supporter les dépenses du fret,
peuvent être faites dans le pays et vendues à meilleur marché, que
lorsqu'on les y transporte. Mais ce ne sont que ces sortes d'objets
qu'il est avantageux d'y fabriquer lorsqu'on en trouve le débit. Les
fermiers américains ont tous les ans beaucoup de laine et de lin: mais
au lieu d'en exporter, on emploie le tout dans le pays. Chaque fermier a
chez lui sa petite manufacture pour l'usage de sa famille. L'on a
essayé, dans plusieurs provinces, d'acheter une grande quantité de laine
et de lin, pour les faire filer et tisser, et former des établissemens
où l'on pût vendre beaucoup de toile et d'étoffes de laine: mais ces
projets n'ont presque jamais réussi, parce que les marchandises
pareilles qui viennent de l'étranger, sont moins chères.

Lorsque le gouvernement a été invité à soutenir ces établissemens, par
des encouragemens, par des avances de fonds, ou en mettant des impôts
sur l'importation des marchandises étrangères, il a presque toujours
refusé; car il a pour principe que si le pays est déjà en état d'avoir
des manufactures, des particuliers trouveront assez d'avantage à les
entreprendre; et que s'il ne l'est pas encore, c'est une folie de
vouloir forcer la nature.

L'établissement de grandes manufactures exige qu'il y ait un grand
nombre de pauvres ouvriers, qui travaillent pour un faible salaire. Il
peut y avoir de ces pauvres ouvriers en Europe: mais il ne s'en trouvera
point en Amérique, jusqu'à ce que toutes les terres soient occupées et
cultivées, et qu'il y ait un surcroît de population, qui, ne pouvant
avoir de terres, manque de travail.

Les manufactures de soieries sont, dit-on, naturelles en France, comme
celles de drap en Angleterre; parce que chacun de ces pays produit
abondamment les matières premières. Mais si l'Angleterre vouloit
fabriquer des soieries, comme elle fabrique des draps, et la France
fabriquer des draps, comme elle fabrique des soieries, ces entreprises
contre nature auroient besoin d'être soutenues par des prohibitions
mutuelles, ou par des droits considérables mis sur les marchandises
importées d'un de ces états dans l'autre. Par ce moyen les ouvriers
feroient payer un plus haut prix aux consommateurs, tandis que le
surcroît de salaires qu'ils recevroient, ne les rendroit ni plus
heureux, ni plus riches, car ils boiroient davantage et travailleroient
moins.

Les gouvernemens américains croient donc ne pas devoir encourager ces
sortes de projets. Aussi, ni les marchands, ni les ouvriers, ne font la
loi à personne. Si le marchand veut vendre trop cher une paire de
souliers qui vient de l'étranger, l'acheteur s'adresse à un cordonnier;
et si le cordonnier demande un trop haut prix, l'acheteur retourne an
marchand: ainsi la concurrence retient dans de justes limites le
marchand et l'ouvrier. Cependant le cordonnier gagne en Amérique,
beaucoup plus qu'il ne gagneroit en Europe, parce qu'il peut ajouter au
prix qu'il vend ses souliers, une somme presqu'égale aux dépenses de
fret, de commission, d'assurances, que fait nécessairement payer le
marchand. Il en est de même pour les ouvriers dans tous les autres arts
mécaniques. Aussi, les artisans vivent en général beaucoup mieux en
Amérique qu'en Europe; et ceux qui sont économes ramassent aisément de
quoi vivre dans leur vieillesse, et laisser du bien à leurs enfans.--Les
hommes qui ont un métier peuvent donc avoir de l'avantage à aller
s'établir dans les États-Unis.

L'Europe est depuis long-temps habitée; et là, les arts, les métiers,
les professions de toute espèce sont si bien fournis, qu'il est
difficile à un pauvre homme, qui a des enfans, de les placer de manière
à leur faire gagner, ou apprendre à gagner une honnête subsistance.
L'artisan qui craint de se créer des rivaux refuse de prendre des
apprentis, à moins qu'on ne lui donne de l'argent, qu'on ne les
nourrisse ou qu'on ne se soumette à d'autres conditions trop onéreuses
pour les parens. Aussi les jeunes gens restent souvent dans l'ignorance
de tout ce qui pourroit leur être utile, et ils sont obligés, pour
vivre, de devenir soldats, domestiques ou voleurs.

En Amérique, l'augmentation continuelle de la population, empêche qu'on
n'ait cette crainte de se créer des rivaux. Les ouvriers y prennent
volontiers des apprentis, parce qu'ils espèrent retirer du profit de
leur travail, pendant tout le temps qui s'écoulera depuis l'époque où
ils sauront leur métier, jusqu'au terme stipulé dans leur contrat. Il
est donc facile aux familles pauvres de faire élever utilement leurs
enfans; et les ouvriers sont si portés à avoir des apprentis, que
plusieurs d'entr'eux donnent de l'argent aux parens, pour avoir des
garçons de dix à quinze ans, et les garder jusqu'à ce qu'ils en aient
vingt-un. Par ce moyen beaucoup de pauvres parens ont, à leur arrivée en
Amérique, ramassé assez d'argent, pour acheter des terres, s'y établir,
et subsister, en les cultivant avec le reste de leur famille.

Les contrats d'apprentissage se font en présence d'un magistrat, qui en
règle les conditions, conformément à la raison et à la justice; et comme
il a en vue de voir former un citoyen utile, il oblige le maître de
s'engager, par écrit, non-seulement à bien nourrir l'apprenti, à
l'habiller, à le blanchir, à le loger, et à lui donner un habillement
complet à la fin de l'apprentissage, mais encore à lui faire apprendre à
lire, à écrire, à chiffrer, et à lui enseigner sa profession, ou
quelqu'autre par laquelle il puisse être en état de gagner sa vie, et
d'élever une famille.

Une copie de cet acte est remise à l'apprenti ou à ses parens, et le
magistrat en garde la minute, à laquelle on peut avoir recours, en cas
que le maître manque à quelqu'une de ses obligations.

Ce désir qu'ont les maîtres, d'avoir beaucoup de mains employées à
travailler pour eux, les engage à payer le passage des personnes de l'un
et de l'autre sexe, qui arrivent jeunes en Amérique, et conviennent de
les servir pendant deux, trois ou quatre ans. Les jeunes gens, qui
savent déjà travailler, s'engagent pour un terme moins long,
proportionné à leur talent et au profit qu'on peut retirer de leur
service. Ceux qui ne savent rien faire donnent plus de temps, à
condition qu'on leur enseignera un métier, que leur pauvreté ne leur
avoit pas permis d'apprendre dans leur pays.

Comme la médiocrité de fortune est presque générale en Amérique, les
habitans sont obligés de travailler pour vivre. Aussi on y voit rarement
cette foule de vices qu'enfante l'oisiveté. Un travail constant est le
conservateur des moeurs et de la vertu d'un peuple. Les jeunes gens ont
moins de mauvais exemples en Amérique qu'ailleurs; et c'est une
considération qui doit flatter les parens. On peut ajouter à cela qu'une
religion grave y est, sous différentes dénominations, non-seulement
tolérée, mais respectée et pratiquée.--L'athéisme y est inconnu.
L'incrédulité y est rare et secrète; de sorte qu'on peut y vivre jusqu'à
un âge très-avancé sans y avoir à souffrir de la présence d'un athée ou
d'un mécréant. La providence semble manifester son approbation de la
tolérance et de la douceur avec lesquelles les différentes sectes s'y
traitent mutuellement, par la prospérité qu'elle daigne accorder à tout
le pays.

  [35] La province de Massachusett, dont Boston est la capitale. (_Note
    du Traducteur._)

  [36] C'est-à-dire l'homme blanc.

  [37] . . . . . . . . . .  Born
       Merely to eat up the corn.

    WOTTS.

  [38] Lubberland.

  [39] Le département de la Seine-Inférieure. Cet acre n'existe plus
    depuis que la république a sagement établi l'égalité des mesures.
    (_Note du Tra._)



DISCOURS PRONONCÉ DANS LA DERNIÈRE CONVENTION DES ÉTATS-UNIS.


MONSIEUR LE PRÉSIDENT,

J'avoue qu'en ce moment je n'approuve pas entièrement notre
constitution: mais je ne sais point si, par la suite, je ne
l'approuverai pas; car, comme j'ai déjà vécu long-temps, j'ai souvent
éprouvé que l'expérience ou la réflexion me fesoit changer d'opinion sur
des sujets très-importans, et que ce que j'avois d'abord cru juste, me
sembloit ensuite tout différent. C'est pour cela que plus je deviens
vieux, et plus je suis porté à me défier de mon propre jugement, et à
respecter davantage le jugement d'autrui.

La plupart des hommes, ainsi que la plupart des sectes religieuses, se
croient en possession de la vérité, et s'imaginent que quand les autres
ont des opinions différentes des leurs, c'est par erreur. Steel, qui
étoit un protestant, dit dans une épitre dédicatoire an pape, «Que la
seule différence qu'il y ait, entre l'église romaine et l'église
protestante, c'est que l'une se croit infaillible, et que l'autre pense
n'avoir jamais tort».--Mais quoique beaucoup de gens ne doutent pas plus
de leur propre infaillibilité que les catholiques de celle de leur
église, peu d'entr'eux ne l'avouent pas aussi naturellement qu'une dame
française, qui, dans une petite dispute qu'elle avoit avec sa soeur, lui
disoit:--«Je ne sais pas, ma soeur, comment cela se fait; mais il me
semble qu'il n'y a que moi, qui ai toujours raison[40].»

J'accepte notre constitution, avec tous ses défauts, si tant est,
pourtant, que les défauts que j'y trouve, y soient réellement. Je pense
qu'un gouvernement général nous est nécessaire. Quelque forme qu'ait un
gouvernement, il n'y en a point qui ne soit avantageux, s'il est bien
administré. Je crois qu'il est vraisemblable que le nôtre sera
administré sagement pendant plusieurs années; mais que, comme tous ceux
qui l'ont précédé, il finira par devenir despotique, lorsque le peuple
sera assez corrompu, pour ne pouvoir plus être gouverné que par le
despotisme.

Je déclare en même-temps, que je ne pense pas que les conventions que
nous aurons par la suite, puissent faire une meilleure constitution que
celle-ci; car lorsqu'on rassemble un grand nombre d'hommes pour
recueillir le fruit de leur sagesse collective, on rassemble
inévitablement avec eux, leurs préjugés, leurs erreurs, leurs passions,
leurs vues locales et leurs intérêts personnels. Une telle assemblée
peut-elle donc produire rien de parfait? Non sans doute, Mr. le
président; et c'est pour cela que je suis étonné que notre constitution
approche autant de la perfection qu'elle le fait. J'imagine même qu'elle
doit étonner nos ennemis, qui se flattent d'apprendre que nos conseils
seront confondus comme les hommes qui voulurent construire la tour de
Babylone, et que nos différens états sont au moment de se diviser dans
l'intention de se réunir ensuite pour s'égorger mutuellement.

Oui, Mr. le président, j'accepte notre constitution, parce que je n'en
attend pas de meilleure, et parce que je ne suis pas sûr qu'elle n'est
pas la meilleure. Je sacrifie au bien public l'opinion que j'ai
contr'elle. Tandis que j'ai été dans les pays étrangers, je n'ai jamais
dit un seul mot sur les défauts que j'y trouve. C'est dans cette
enceinte que sont nées mes observations, et c'est ici qu'elles doivent
mourir. Si en retournant vers leurs constituans, les membres de cette
assemblée, leur fesoient part de ce qu'ils ont à objecter contre la
constitution, ils empêcheroient qu'elle fût généralement adoptée, et
préviendroient les salutaires effets que doit avoir parmi les nations
étrangères, ainsi que parmi nous, notre réelle ou apparente unanimité.
La force et les moyens qu'a un gouvernement pour faire le bonheur du
peuple, dépendent beaucoup de l'opinion; c'est-à-dire, de l'idée
générale qu'on se forme de sa bonté, ainsi que de la sagesse et de
l'intégrité de ceux qui gouvernent.

J'espère donc que par rapport à nous-mêmes, qui fesons partie du peuple,
et par rapport à nos descendans, nous travaillerons cordialement et
unanimement à faire aimer notre constitution, partout où nous pourrons
avoir quelque crédit, et nous tournerons nos pensées, nous dirigerons
nos efforts vers les moyens de la faire bien administrer.

Enfin, Mr. le président, je ne puis m'empêcher de former un voeu, c'est
que ceux des membres de cette convention, qui peuvent encore avoir
quelque chose à objecter contre la constitution, veuillent, ainsi que
moi, douter un peu de leur infaillibilité, et que pour prouver que nous
avons agi avec unanimité, ils mettent leur nom au bas de cette charte.

                   *       *       *       *       *

--On fit la motion d'ajouter à la convention des États-Unis, cette
formule:--«Fait en convention, d'un consentement unanime, etc.»--La
motion passa, et la formule fut ajoutée.

  [40] Franklin ne cite pas très-exactement cette anecdocte, qui se
    trouve dans les _Mémoires de madame de Stalh_, née mademoiselle
    Delaunay. (_Note du Traducteur._)



PROJET D'UN COLLÉGE ANGLAIS, PRÉSENTÉ AUX CURATEURS DU COLLÉGE DE
PHILADELPHIE.


Il faut que, pour être admis dans ce collége, chaque écolier soit au
moins en état de bien prononcer les syllabes en lisant, et d'écrire
passablement. Aucun écolier ne pourra y être reçu au-dessous de l'âge
de.... ans.


PREMIÈRE CLASSE, OU CLASSE INFÉRIEURE.

Il faut que dans cette classe, on enseigne aux écoliers les règles de la
grammaire anglaise, et qu'en même-temps on prenne soin de les faire bien
ortographier. Peut-être la meilleure manière d'apprendre l'ortographe
est de mettre toujours ensemble les deux écoliers qui ont le même degré
de capacité. Il faut que ces deux rivaux se disputent la victoire, et
que chacun d'eux propose, tous les jours, à l'autre, d'ortographier des
mots différens. Celui qui écrira correctement le plus grand nombre des
mots proposés par son adversaire, aura la victoire; et celui qui la
remportera le plus souvent dans un mois, obtiendra, pour prix, un petit
livre, ou quelqu'autre chose utile à ses études.

Cette méthode fixe l'attention des enfans sur l'ortographe, et fait
qu'ils écrivent de bonne heure très-correctement. Il est honteux pour un
homme d'ignorer l'ortographe de sa propre langue, au point de confondre
les mots qui ont le même son et une différente signification. Celui qui
a le sentiment de son insuffisance à cet égard, et qui cependant a de
l'esprit et des connoissances, a de la répugnance pour écrire, même la
lettre la plus simple.

Il faut que dans la première classe, les écoliers ne lisent que des
morceaux fort courts, tels que les Fables de Croxal, et de petites
histoires. En leur donnant leur leçon, on doit la leur lire, leur
expliquer les mots difficiles qu'elle contient et ensuite leur donner le
temps de l'apprendre par coeur, avant qu'ils la lisent au maître.
Celui-ci doit prendre garde qu'ils lisent sans trop de rapidité, et
qu'ils observent exactement les endroits où la voix doit se reposer.

On doit former pour leur usage, un vocabulaire des mots les plus
difficiles, avec leur explication; et chaque jour ils pourront apprendre
par coeur un certain nombre de ces mots, ce qui exercera leur mémoire.
S'ils ne les apprennent pas, ils peuvent au moins les écrire dans un
petit cahier, ce qui les aidera à s'en rappeler la signification, et en
même-temps, leur formera un petit dictionnaire qui, par la suite, leur
sera utile.


SECONDE CLASSE.

Là, on doit enseigner à lire avec attention, et avec les modulations de
la voix, analogues au sujet de l'ouvrage qu'on lit et aux sentimens
qu'on veut exprimer.

Les leçons à étudier dans cette classe, ne doivent pas excéder la
longueur des discours du _Spectateur_; et même ceux de ces discours qui
sont le plus aisés, peuvent très-bien servir à ces leçons. C'est le soir
qu'on doit donner ces leçons aux écoliers, afin qu'ils aient le temps de
les étudier pour le matin. Il faut qu'on les accoutume d'abord à rendre
compte de quelques parties du discours, et à en construire une ou deux
phrases: cela les obligera à avoir fréquemment recours à leur grammaire,
et à en fixer les principales règles dans leur mémoire; ensuite, il faut
qu'ils sachent expliquer l'intention de l'écrivain, le but de l'ouvrage,
et dire quelle est la signification de chaque phrase et même de chaque
mot extraordinaire. Cela leur rendra bientôt familiers le sens et la
force des termes, et leur donnera la très-utile habitude de lire avec
attention.

Le maître doit lire le discours avec le ton et la dignité convenables,
et employer même les gestes, lorsque cela est nécessaire, afin que ses
écoliers puissent imiter sa manière.

Quand l'auteur a employé une expression qui manque de justesse, il faut
le faire observer aux écoliers. Mais on doit, sur-tout, leur faire
particulièrement remarquer les beautés d'un ouvrage.

On doit aussi varier les lectures, de manière que la jeunesse apprenne à
connoître les bons styles de tout genre, soit en prose, soit en vers, et
la manière différente dont il convient de les lire. Il faut leur donner,
tantôt une histoire bien écrite, quelque partie d'un sermon, la harangue
d'un général à ses soldats, tantôt un morceau de tragédie, ou de
comédie, une ode, une satire, une lettre, des vers blancs, et un passage
d'_Hudibras_ ou de quelque poëme héroïque. Mais ces écrits doivent être
bien choisis, et contenir quelqu'instruction propre à former l'esprit
des jeunes gens, et à leur inspirer le goût des bonnes moeurs.

Il est nécessaire que les écoliers commencent par étudier les leçons, et
qu'ils les entendent bien, avant de les lire tout haut; en conséquence,
il faut que chaque écolier ait un petit dictionnaire anglais, afin de
pouvoir y chercher le sens des mots qui lui paroissent difficiles. Quand
nos enfans lisent de l'anglais en notre présence, nous nous imaginons
qu'ils entendent tout ce qu'ils lisent, parce que nous l'entendons
nous-même, et parce que c'est notre langue naturelle. Mais le fait est
qu'ils lisent souvent comme les perroquets parlent, comprenant très-peu,
ou plutôt ne comprenant rien de ce qu'ils disent.

Il est impossible qu'un lecteur donne à sa voix le ton convenable, et
prononce avec justesse, à moins que son esprit ne précède sa voix, et ne
sente bien ce qu'il dit. La coutume qu'on a d'exercer les enfans à lire
haut ce qu'ils n'entendent pas, occasionne cette manière monotone qui
est si commune parmi les lecteurs; et lorsqu'on s'y est une fois
accoutumé, il est très-difficile de s'en corriger. Aussi, parmi
cinquante lecteurs, à peine s'en trouve-t-il un de bon. La rareté des
gens qui lisent bien, est cause que les écrits qu'on publie dans le
dessein d'influer sur les opinions des hommes, ou pour leur avantage,
ont toujours la moitié moins d'effet. Si dans chaque canton il y avoit
seulement un homme qui sût bien lire, un bon orateur auroit sur toute
une nation, le même avantage et le même effet qu'il a dans l'assemblée
où il parle; et il sembleroit alors que sa voix seroit entendue de tous
ses concitoyens.


TROISIÈME CLASSE.

Dans cette classe, on doit apprendre à parler avec justesse et avec
grâce; ce qui a beaucoup de rapport avec l'art de bien lire, et le suit
naturellement dans les études de la jeunesse. Là, il faut que les
écoliers commencent à apprendre les élémens de la rhétorique, d'après un
traité abrégé et propre à leur faire connoître les tropes, les figures.
On doit, en outre, leur faire remarquer leurs fautes contre la
grammaire, leur mauvais accent, leurs phrases peu correctes, et
généralement tous les vices de leur élocution.

On doit leur faire apprendre par coeur et réciter avec action, de
courtes harangues qui se trouvent dans l'histoire romaine, ou dans
d'antres histoires, ainsi que des discours tirés des débats
parlementaires. On peut aussi leur apprendre à déclamer les meilleures
scènes de nos belles tragédies et comédies, en choisissant toutefois
celles où il n'y a rien qui puisse nuire aux moeurs de la jeunesse.
Enfin, il faut avoir le plus grand soin de les former dans l'art de la
parole, d'après les meilleurs modèles.

Pour les perfectionner davantage et varier un peu leurs études, on doit
commencer à leur faire lire l'histoire, après qu'ils ont gravé dans leur
mémoire une petite table des principales époques de la chronologie.
_L'Histoire ancienne_ et l'_Histoire romaine de Rollin_ sont celles
qu'il faut mettre entre leurs mains, ainsi que les meilleures histoires
d'Angleterre et des colonies anglaises. Ils les liront à des heures
convenables, et continueront dans les autres classes où ils passeront.

Il faut exciter l'émulation parmi les enfans, en donnant chaque semaine
de petits prix ou d'autres encouragemens à ceux qui sont le mieux en
état de citer les noms des personnes, les temps et les lieux, dont il
est parlé dans ce qu'ils ont lu. Cela les engagera à lire avec plus
d'attention, et à mieux apprendre l'histoire. En fesant des remarques
sur l'histoire, le maître a de fréquentes occasions d'instiller dans
l'esprit de ses élèves, une instruction variée, et de former leur
jugement en leur inspirant le goût d'une morale pure.

Les leçons d'histoire naturelle et d'astronomie qu'on trouve dans le
_Spectacle de la Nature_, doivent aussi occuper les écoliers de la
troisième classe, et être continuées dans les suivantes, par la lecture
d'antres livres du même genre; car ce genre d'étude est, après celui des
devoirs de l'homme, le plus utile et le plus agréable. Il apprend au
marchand à mieux connoître une foule d'objets, qui ont rapport à son
commerce; il apprend à l'artisan à perfectionner son travail, par des
instrumens nouveaux, et par le mélange de différentes matières; il donne
enfin, des idées pour l'établissement de nouvelles manufactures, et
l'amélioration du sol; ce qui peut être du plus grand avantage pour un
pays.


QUATRIÈME CLASSE.

C'est dans cette classe qu'on doit enseigner la composition. Bien écrire
sa propre langue est, pour un homme, le talent le plus nécessaire après
celui de la bien parler. Il faut que le maître à écrire prenne soin que
les enfans aient un beau caractère d'écriture et forment leurs lignes
bien droites et bien égales. Mais former leur style et être attentif à
ce qu'ils ponctuent bien et emploient à propos les lettres capitales,
est du devoir du maître d'anglais. Les élèves doivent être mis en
concurrence pour écrire des lettres sur divers sujets, et composer des
morceaux d'après leur imagination, soit de petites histoires, soit des
observations sur ce qu'ils ont lu et sur les passages des auteurs qui
leur plaisent le plus, ou enfin, des lettres de félicitation, de
compliment, de sollicitation, de remerciement, de recommandation,
d'exhortation, de consolation, de plainte, d'excuse. On leur apprendra à
s'exprimer, dans ces lettres, avec clarté, d'une manière concise et
naturelle, et à éviter les grands mots et les phrases ampoulées.

Tout ce qu'ils écriront passera sous les yeux du maître, qui leur fera
remarquer leurs fautes, les corrigera, et donnera des éloges aux
endroits qui en mériteront. Quelques-unes des meilleures lettres
publiées dans notre langue, telles que celles de sir William Temple, de
Pope, de ses amis, et quelques autres, seront données pour modèle aux
élèves; et le maître, en les leur fesant copier, leur en fera remarquer
les beautés.

Les élèves liront les _Élémens de Morale_[41] du docteur Johnson; et le
maître les leur expliquera, afin de graver dans leur ame des principes
solides de vertu et de piété.

Comme les élèves de la quatrième classe continueront à lire l'histoire,
on leur donnera, à certaines heures, de nouvelles leçons de chronologie,
et le maître de mathématiques leur enseignera cette partie de la
géographie qui est nécessaire pour bien connoître les cartes et la
sphère armillaire. On leur apprendra aussi les noms modernes des lieux
dont parlent les anciens auteurs. On continuera de temps en temps à les
former dans l'art de bien lire et de bien parler.


CINQUIÈME CLASSE.

Ici, les élèves se perfectionneront dans la composition. Non-seulement
ils continueront à écrire des lettres, mais ils feront de petits traités
en prose, et ils s'essaieront en vers; non qu'on en veuille faire des
poëtes, mais parce que rien n'est si utile à un jeune homme pour
apprendre à varier ses expressions, que la nécessité de trouver des mots
et des phrases, qui conviennent à la mesure, à l'harmonie et à la rime
des vers, et qui, en même-temps, rendent bien le sentiment qu'il doit
peindre.

Le maître examinera ces divers essais, et en indiquera les fautes, pour
que l'élève les corrige lui-même. Les élèves, dont le jugement ne sera
pas assez formé pour cette composition, recevront du maître le sens d'un
discours du _Spectateur_, et l'écriront le mieux qu'ils pourront. On
leur donnera aussi le sujet d'une histoire pour qu'ils l'arrangent d'une
manière convenable. On leur fera abréger quelques paragraphes d'un
auteur diffus, ou amplifier des morceaux trop concis.--On leur fera lire
les _Premiers Principes des Connoissances Humaines_[42] du docteur
Johnson, contenant la logique ou l'art de raisonner; et on leur
expliquera les difficultés qu'ils pourront y trouver.

On continuera encore, dans cette classe, à former les élèves dans l'art
de bien lire et de bien parler.


SIXIÈME CLASSE.

Indépendamment de l'histoire, qui sera continuée dans la sixième classe,
les élèves y étudieront la rhétorique, la logique, la morale, la
physique; et on leur fera lire les meilleurs écrivains anglais, tels que
Tillotson, Milton, Locke, Addisson, Pope, Swift, les discours les plus
élégans du _Spectateur_ et du _Tuteur_, et les meilleures traductions
d'Homère, de Virgile, d'Horace, du Télémaque et des Voyages de Cirus.

Il y aura, chaque année, un exercice général, en présence des curateurs
du collége et de tous les citoyens qui voudront y assister. Alors, de
beaux livres, bien reliés et dorés sur tranche, seront distribués aux
élèves qui se distingueront et surpasseront leurs camarades dans quelque
genre de science. Il y aura trois degrés de comparaison. Le meilleur
prix sera donné à l'élève qui excellera; le second, à celui qui viendra
immédiatement après, et le troisième, au suivant. Des éloges, des
encouragemens, des avis seront le partage du reste. Car il faut leur
faire espérer qu'avec de l'assiduité, ils pourront, une autre fois,
avoir le prix. Les noms de ceux qui l'auront remporté, seront imprimés
tous les ans.

Les heures du travail seront, chaque jour, distribuées de manière que le
maître à écrire et le maître de mathématiques, puissent donner des
leçons aux diverses classes; car il faut que tous les élèves continuent
à se perfectionner dans l'écriture, et apprennent l'arithmétique, la
partie des comptes, la géographie, l'usage de la sphère, le dessin et la
mécanique. Tandis qu'une partie d'entr'eux sera occupée de ces sciences,
les autres étudieront sous le maître d'anglais.

Instruits de cette manière, les élèves qui sortiront du collége, seront
propres à toute espèce de profession, excepté celles qui exigent la
connoissance des langues mortes et des langues étrangères. Mais s'ils ne
savent point ces langues, ils sauront au moins parfaitement la leur, qui
est d'un usage plus immédiat et plus utile, et ils auront acquis
plusieurs autres connoissances précieuses.

Le temps qu'on consacre souvent infructueusement à apprendre les langues
mortes et étrangères, sera ici employé à acquérir des connoissances et
des talens qui, convenablement perfectionnés, mettront les élèves en
état de remplir toutes les places de la vie civile, d'une manière utile
et glorieuse pour eux-mêmes et pour leur pays.

  [41] Ethices Elementa.

  [42] Noetica.



SUR LA THÉORIE DE LA TERRE.


À L'ABBÉ S....

                                            Passy, le 22 septembre 1782.

MONSIEUR,

Je vous renvoie votre écrit, avec quelques corrections.--Je n'ai point
vu de mines de charbon sous les rochers calcaires du Derby-Shire. J'ai
seulement remarqué que la partie inférieure des montagnes de rochers,
qu'on peut y voir, est mêlée d'écailles d'huître et de pierres. Les
endroits élevés du comté de Derby sont, je crois, autant au-dessus du
niveau de la mer, que les mines de charbon de Whitehaven sont
au-dessous; ce qui semble prouver un grand bouleversement dans la
surface de l'Angleterre. Quelques parties de cette île se sont enfoncées
dans la mer, tandis que d'autres, qu'elle couvroit, se sont beaucoup
élevées au-dessus d'elle.

Si le centre du globe étoit composé d'une masse solide, il me semble que
de tels changemens ne s'appercevroient pas à sa surface. C'est pourquoi
j'imagine que les parties intérieures de la terre sont un fluide plus
dense et d'une gravité plus spécifique qu'aucun des solides que nous
connoissons, et qui, par conséquent, peuvent nager dans ce fluide, ou
flotter au-dessus. Ainsi la surface du globe n'est qu'une espèce de
coquille, qui peut être brisée et mise en désordre, par les violens
mouvemens du fluide sur lequel elle repose. L'on a trouvé, par le
secours de l'art, le moyen de comprimer l'air, de manière à le rendre
deux fois aussi dense que l'eau; or, si cet air se trouvoit renfermé
avec de l'eau dans un vase de verre très-fort, il se rendroit bientôt au
fond et l'eau flotteroit au-dessus. Mais nous ne savons pas jusqu'à quel
degré de densité l'air peut être comprimé. M. Amontons a calculé que sa
densité croît à mesure qu'elle approche du centre, dans une proportion
relative à celle de la surface, et qu'à la profondeur de quelques lieues
il doit être plus pesant que l'or: ainsi il est possible que le fluide
dense, qui forme la partie intérieure du globe, ne soit que de l'air
comprimé; et comme, quand l'air dense est échauffé, son expansion a de
la force en raison de sa densité, cet air central peut être cause qu'un
autre agent bouleverse la surface du globe, pendant qu'il sert lui-même
à tenir en activité les feux souterrains. Cependant, la raréfaction
soudaine de l'eau peut, ainsi que vous l'observez, être sans le secours
de ces feux, assez forte pour cela, lorsqu'elle agit entre la terre, qui
la presse, et le fluide sur lequel elle repose.

Si l'on pouvoit s'abandonner à son imagination pour expliquer comment le
globe a été formé, je dirois que tous les élémens étoient divisés en
petites parties et confusément mêlés, qu'ils occupoient un grand espace,
et qu'aussitôt que l'Être Suprême a ordonné l'existence de leur gravité,
c'est-à-dire, l'attraction mutuelle de certaines parties, et la
répulsion mutuelle des autres, tous ont tendu vers leur centre commun.
Je dirois que l'air étant un fluide, dont les parties repoussent toutes
celles qui leur sont étrangères, il a été entraîné vers le centre
commun, par sa gravité, et devoit être plus dense à mesure qu'il
approchoit plus de ce centre; que conséquemment tous les corps, plongés
dans cet air et plus légers que ces parties centrales, ont dû s'éloigner
du centre et s'élever jusqu'à cette région, où la gravité spécifique de
l'air étant la même que la leur, ils se sont arrêtés; tandis que
d'autres matières mêlées avec un air plus léger, sont descendues, et se
rencontrant avec les premières, ont formé la coquille de la terre, et
laissé l'atmosphère qui est au-dessus, presqu'entièrement dégagé de
toutes les parties hétérogènes.

Le premier mouvement des parties de l'air vers leur centre commun, a dû
occasionner un tourbillon, qui a été continué par la rotation du globe
nouvellement formé, et le plus grand diamètre de la coquille s'est
trouvé à l'équateur. Ensuite, si par quelqu'accident l'axe du globe a
été changé, le fluide dense et intérieur a dû, en changeant de forme,
crever la coquille, et jeter les diverses substances, qui la composent,
dans la confusion où nous la voyons.

Je ne veux pas, à présent, vous fatiguer de mes idées sur la manière
dont a été formé le reste de notre systême terrestre. Les esprits
célestes sourient de nos théories, et de la présomption avec laquelle
nous osons les faire.

Je ne dois pas négliger de vous dire que votre observation sur la nature
ferrugineuse de la lave que vomissent les volcans, m'a fait très-grand
plaisir. Je me suis imaginé, depuis très-long-temps, que le fer contenu
dans la substance du globe, l'a rendu propre à être, comme il est en
effet, un grand aimant; que le fluide du magnétisme existe, peut-être,
dans tout l'espace; de sorte que l'Univers a, ainsi que notre globe, un
nord et un sud magnétique; et si un homme avoit la faculté de voler
d'une étoile à l'autre, il pourroit diriger sa route par le moyen de la
boussole. Je crois, enfin, que c'est par le pouvoir de ce magnétisme
général, que le globe terrestre est devenu un aimant particulier. Dans
du fer ramolli, ou chaud, le fluide magnétique est également répandu:
mais quand il est sous l'influence d'un aimant, il est attiré à l'une
des extrémités du fer, de laquelle la densité augmente, tandis que celle
de l'extrémité opposée diminue.

Pendant que le fer est ramolli et chaud, il n'est qu'un aimant
momentané: s'il se refroidit et qu'il se durcisse dans cet état, il
devient un aimant perpétuel; parce que le fluide magnétique ne reprend
pas aisément son équilibre. Peut-être est-ce parce que le globe a acquis
un magnétisme permanent, qu'il n'avoit point d'abord, que son axe est à
présent retenu dans une ligne parallèle avec lui, et qu'il n'est plus
sujet aux changemens qu'il a jadis éprouvés, et qui, en brisant sa
coquille, ont occasionné la submersion de quelques terres,
l'exhaussement de quelques autres, et le désordre des saisons. À présent
que le diamètre de la terre à l'équateur, diffère de près de dix lieues
de celui des pôles, il est aisé de concevoir, qu'en cas que quelque
pouvoir changeât graduellement l'axe et parvînt à le placer où se trouve
actuellement l'équateur, tandis que l'équateur passeroit où sont les
pôles, il est aisé de concevoir, dis-je, quel écoulement d'eau auroit
lieu dans les régions qui sont sous la ligne, et quel exhaussement de
terres s'opéreroit dans celles qui sont sous les pôles. Beaucoup de
terres, qui sont à présent sous les eaux, resteroient à découvert, et
d'autres seroient submergées, puisque l'eau s'élèveroit ou s'enfonceroit
de près de cinq lieues dans les extrémités opposées. Une telle opération
est peut-être cause qu'une grande partie de l'Europe, et, entr'autres
endroits, la montagne de Passy, où je demeure, et qui est composée de
pierre à chaux, de roc et de coquilles de mer, a été abandonnée par cet
élément, et que son climat est devenu tempéré, de chaud qu'il semble
avoir été.

Le globe étant maintenant un aimant parfait, nous sommes peut-être à
l'abri de voir désormais changer son axe, mais nous sommes encore
exposés à voir arriver, à sa surface, des accidens occasionnés par le
mouvement du fluide intérieur; et ce mouvement est lui-même l'effet de
l'explosion violente et soudaine que produit sous la terre la rencontre
de l'eau et du feu. Alors, non-seulement la terre qui se trouve
au-dessus, est enlevée, mais le fluide, qui est au-dessous, est pressé
avec la même force, et éprouve une ondulation qui peut se faire sentir à
mille lieues de distance, soulevant ou ébranlant successivement toutes
les contrées au-dessous desquelles elle a lieu.

Je ne sais pas si je me suis expliqué assez clairement, pour que vous
puissiez comprendre mes rêveries. Si elles occasionnent quelques
nouvelles recherches, et produisent une meilleure hypothèse, elles ne
seront pas tout-à-fait inutiles. Vous voyez que je me suis laissé
emporter par mes idées. Cependant j'approuve beaucoup plus votre façon
de philosopher, procédant d'après des observations, rassemblant des
faits, et ne concluant que d'après ces faits. Mais dans les
circonstances où je me trouve actuellement, cette manière d'étudier la
nature de notre globe n'est pas en mon pouvoir; c'est pourquoi je me
suis permis d'errer un peu dans les déserts de l'imagination.

Je suis avec beaucoup d'estime, etc.

B. FRANKLIN.

P.S. J'ai ouï dire que les chimistes pouvoient décomposer le bois et la
pierre, et qu'ils tiraient de l'un une grande quantité d'air, et de
l'autre une grande quantité d'eau. De là il est naturel de conclure que
l'air et l'eau entrent dans la composition originale de ces substances;
car l'homme n'a le pouvoir de créer aucune espèce de matière. Ne
pouvons-nous pas supposer aussi que quand nous consumons des
combustibles, et qu'ils produisent la chaleur et la clarté, nous ne
créons ni cette chaleur ni cette clarté; mais nous décomposons seulement
une substance, dans la formation de laquelle elles étoient entrées?

La chaleur peut donc être considérée comme étant originairement dans un
état de fluidité: mais attirée par les corps organisés, pendant leur
croissance, elle en devient une partie solide. En outre, je conçois que
dans la première agrégation des molécules, dont la terre est composée,
chacune de ces molécules a porté avec elle sa chaleur naturelle, et
quand toute la chaleur a été pressée ensemble, elle a formé sons la
terre, le feu qui y existe actuellement.



PENSÉES SUR LE FLUIDE UNIVERSEL, etc.


                                                 Passy, le 25 juin 1784.

La vaste étendue de l'Univers paroît, dans tout ce que nous pouvons en
découvrir, remplie d'un fluide subtil, dont le mouvement ou la vibration
s'appelle _lumière_.

Ce fluide est, peut-être, le même que celui qui, attiré par une matière
plus solide, la pénètre, la dilate, en sépare les parties constitutives,
en rend quelques-unes fluides, et maintient la fluidité de quelques
autres. Quand nos corps sont totalement privés de ce fluide, on dit
qu'ils sont gelés. Quand ils en ont une quantité nécessaire, ils sont
dans un état de santé, et propres à remplir toutes leurs fonctions: il
est alors appelé _chaleur naturelle_. Lorsqu'il est en très-grande
quantité, on le nomme _fièvre_. S'il en entre beaucoup trop dans le
corps, il sépare, brûle, détruit les chairs, et est appelé _feu_.

Tandis qu'un corps organisé, soit animal, soit végétal, augmente en
croissance ou remplace ce qu'il perd continuellement, n'est-ce pas en
attirant et en consolidant ce fluide, appelé _feu_, de manière à en
former une partie de sa substance? Et n'est-ce point la séparation des
parties de cette substance, c'est-à-dire la dissolution de son état
solide, qui met ce fluide subtil en liberté, quand il reparoît comme
feu?

Le pouvoir de l'homme, relativement à ce fluide, se borne à le diviser,
à en mêler les diverses espèces, ou à changer sa forme et ses
apparences, par les différentes manières dont il le compose. Mais il ne
peut ni créer une nouvelle matière, ni anéantir celle qui existe. Or, si
le feu est un élément, ou une sorte de matière, la quantité qu'il y en a
dans l'univers, est fixée et doit y rester. Il ne nous est possible ni
d'en détruire la moindre partie, ni d'y faire la moindre addition. Nous
pouvons seulement le séparer de ce qui le contient, et le mettre en
liberté, comme par exemple, quand nous brûlons du bois; ou le faire
passer d'un corps solide dans l'autre, comme lorsque nous fesons de la
chaux, en brûlant de la pierre; parce qu'alors la pierre conserve une
partie du feu, qui sort du bois. Lorsque ce fluide est en liberté, ne
peut-il pas pénétrer dans tous les corps, soit organisés, soit non
organisés, abandonner totalement ces derniers, et quitter en partie les
autres, tandis qu'il faut qu'il y en reste une certaine quantité jusqu'à
ce que le corps soit dissous?

N'est-ce pas ce fluide qui sépare les parties de l'air et leur permet de
se rapprocher, ou les écarte davantage, à proportion de ce que sa
quantité est diminuée ou augmentée? N'est-ce pas parce que les parties
de l'air ont plus de gravité, qu'elles forcent les parties de ce fluide
à s'élever avec les matières auxquelles il est attaché, comme la fumée
ou la vapeur?

N'a-t-il pas une grande affinité avec l'eau, puisqu'il quitte un corps
solide pour s'unir avec elle, et s'élever en vapeur, laissant le solide,
froid au toucher et à un degré qu'on peut mesurer par le thermomètre?

La vapeur attachée à ce fluide s'élève avec lui. Mais à une certaine
hauteur, ils se séparent presqu'entièrement. La vapeur conserve très-peu
de ce fluide quand elle retombe en pluie; et encore moins quand elle est
en neige ou en grêle. Que devient alors ce fluide? S'élève-t-il
au-dessus de notre atmosphère, et se mêle-t-il également avec la masse
universelle de la même matière? ou une couche sphérique de cette
matière, plus dense que l'air, ou moins mêlée avec lui, attirée par
notre globe, et repoussée seulement jusqu'à une certaine hauteur par la
pesanteur de l'air, enveloppe-t-elle la terre, et suit-elle son
mouvement autour du soleil?

En ce cas, comme il doit y avoir une communication continuelle de ce
fluide avec la terre, n'est-ce pas par le mouvement qu'il reçoit du
soleil, que nous sommes éclairés? Ne se peut-il pas que chacune de ses
infiniment petites vibrations, frappant la matière commune avec une
certaine force, il en pénètre la substance, y est retenu par
l'attraction, et augmenté par des vibrations nouvelles, jusqu'à ce que
la matière en ait reçu toute la quantité qu'elle est susceptible de
contenir?

N'est-ce pas ainsi que la surface de ce globe est continuellement
échauffée par les vibrations qui se répètent pendant le jour; et
rafraîchie quand la nuit les fait cesser, ou que des nuages les
interrompent?

N'est-ce pas ainsi que le feu est amassé, et compose la plus grande
partie de la substance des corps combustibles?

Peut-être que quand notre globe fut créé, et que ses parties
constitutives prirent leur place à différens degrés de distance du
centre, et proportionnément à leur plus ou moins de gravité, le fluide
du feu attiré vers ce centre, pouvoit, comme très-léger, être en grande
partie forcé de prendre place au-dessus du reste, et former ainsi
l'enveloppe sphérique, dont nous avons parlé plus haut. Elle doit,
ensuite, avoir été continuellement diminuée par la substance qu'elle a
fournie aux corps organisés; mais en même-temps ses pertes se sont
réparées, lorsque ces corps ont été brûlés ou détruits.

La chaleur naturelle des animaux n'est-elle pas produite, parce que la
digestion sépare les parties des alimens et met leur feu en liberté?

N'est-ce pas la sphère du feu qui allume les globes errans qu'elle
rencontre, lorsque la terre fait sa révolution autour du soleil, et qui
après avoir enflammé leur surface, les fait crever aussitôt que l'air
qu'ils contiennent est très-raréfié par la chaleur?



OBSERVATIONS SUR LE RAPPORT FAIT PAR LE BUREAU DU COMMERCE ET DES
COLONIES, POUR EMPÊCHER L'ÉTABLISSEMENT DE LA PROVINCE DE L'OHIO[43].


Le premier paragraphe du rapport semble établir deux propositions comme
faits; savoir:

La première, c'est que l'espace de terre, spécifié avec les commissaires
de la trésorerie, contient une partie de la province de Virginie.

La seconde, c'est qu'il s'étend à plusieurs milles à l'ouest de la
chaîne des montagnes d'Allegany.

À l'égard de la première proposition, nous remarquerons seulement
qu'aucune partie de cet espace de terre, n'est située à l'orient des
montagnes d'Allegany, et que ces montagnes doivent être considérées
comme les vraies limites occidentales de la Virginie; car le roi n'avoit
aucun droit sur le pays situé à l'ouest de ces montagnes, jusqu'en 1768,
qu'il l'acheta des six Nations; et depuis cette époque, on ne l'a réuni,
ni en totalité, ni en partie, à la province de Virginie.

Quant à la seconde proposition, nous observerons que les lords
commissaires du commerce et des colonies, nous paroissent ne s'être pas
moins trompés sur cet objet que sur le premier; car ils disent que
l'espace de terre, dont il s'agit, s'étend à plusieurs degrés de
longitude à l'ouest. La vérité est qu'il n'y a pas plus d'un degré et
demi de longitude depuis la chaîne occidentale des montagnes d'Allegany,
jusqu'à la rivière de l'Ohio.

D'après le second paragraphe du rapport des lords commissaires, il
semble qu'ils craignent que les terres situées au sud-ouest des limites
tracées sur la carte, soient réclamées par les Cherokées, comme leur
pays de chasse, ou même que ce soit là que chassent les six Nations et
leurs confédérés.

Les Cherokées n'ont aucun droit sur ce pays. C'est une opinion nouvelle,
qui ne peut être défendue, et dont on n'a entendu parler qu'en 1764,
lorsque M. Steward fut nommé inspecteur des colonies méridionales. Nous
allons le démontrer par le rapport exact des faits; et nous ferons voir,
en même-temps, que le roi a un droit incontestable à la rive méridionale
de l'Ohio, jusqu'à la rivière des Cherokées, par la cession qu'en ont
faite les six Nations, dans le congrès qui a eu lieu au fort Stanwix, en
novembre 1768. En un mot, le pays qui s'étend depuis le grand Kenhawa
jusqu'à la rivière des Cherokées, n'a jamais été habité par les
Cherokées, ni servi à leurs chasses. Il fut autrefois habité par les
Schawanesses, et il leur appartint jusqu'au moment où les six Nations en
firent la conquête.

M. Colden, qui est actuellement sous-gouverneur de New-York, et qui a
écrit l'histoire des cinq Nations[44], observe que vers l'année 1664,
les cinq Nations ayant été amplement pourvues par les Anglais, de fusils
et de munitions, se livrèrent entièrement à leur génie belliqueux. Elles
portèrent leurs armes depuis la Caroline méridionale jusqu'au nord de la
Nouvelle-Angleterre, et depuis les bords du Mississipi, jusqu'à
l'extrémité d'un pays, qui a douze cents milles de longueur du nord au
sud, et six cents milles de largeur. Elles détruisirent toutes les
peuplades qu'elles rencontrèrent, et sur lesquelles les Anglais n'ont
conservé aucun renseignement.

En 1701, les cinq Nations mirent sous la protection des Anglais, tout le
pays où elles chassoient, comme on le voit dans les annales des
colonies, et comme cela est confirmé par un acte du 4 septembre 1726.

Le gouverneur Pownal, qui, il y a déjà plusieurs années, examina avec
beaucoup de soin les droits des Indiens, et particulièrement de ceux qui
formoient la confédération septentrionale, dit dans son livre intitulé:
_de l'Administration des Colonies_,--«On peut prouver clairement que les
cinq Nations ont droit de chasser sur les bords de l'Ohio, dans le pays
de Ticûeksouchrondité et de Scaniaderiada, puisqu'elles en ont fait la
conquête, en subjuguant les Schaöanaès, que nous appelons _Delawares_,
les _Twictwées_ et les _Illinois_, et qu'elles le possédoient à la paix
de Riswick, en 1697.»

M. Lewis Evans, qui connoît beaucoup l'Amérique septentrionale, et qui,
en 1755, a publié une carte des colonies du centre, y a marqué le pays
situé au sud-est de l'Ohio, comme celui sur lequel chassent les six
Nations; et dans l'analyse de sa carte, il s'exprime ainsi:--«Les
Schawanesses, qui étoient autrefois une des plus puissantes nations de
cette partie de l'Amérique, et dominoient depuis Kentucke jusqu'au
sud-ouest du Mississipi, ont été vaincus par les six Nations
confédérées, qui, depuis ce moment, sont restées maîtresses du
pays.--Aucune nation, ajoute M. Evans, ne résista avec autant de courage
et de fermeté que celle des Schawanesses; et quoiqu'elle ait été quelque
temps dispersée, elle s'est encore rassemblée sur les bords de l'Ohio,
et y vit sous la domination des confédérés.»

Il y eut un congrès tenu en 1744, par les représentans des provinces de
Pensylvanie, de Maryland et de Virginie, avec ceux des six Nations. Là,
les commissaires de la Virginie, dans un discours qu'ils adressèrent aux
Sachems et aux guerriers indiens, leur dirent:--«Apprenez-nous de
quelles nations vous avez conquis les terres, en Virginie; combien il y
a de temps que vous avez fait ces conquêtes, et jusqu'où elles
s'étendent. Et s'il y a sur les frontières de la Virginie, quelques
terres que les six Nations aient droit de réclamer, nous nous
empresserons de vous satisfaire.»

Alors, les six Nations répondirent d'une manière fière et
décisive.--«Tout le monde sait que nous avons dompté les diverses
nations qui vivoient sur les bords de la Susquehannah, du
Cohongoranto[45], et sur le revers des grandes montagnes de la
Virginie. Les Conoy-uck-suck-roona, les Cock-now-was-roonan, les
Tohoa-irough-roonan et les Connut-skin-ough-roonaw ont senti le pouvoir
de nos armes. Ils font maintenant partie de nos nations, et leurs terres
sont à nous.--Nous savons très-bien que les Virginiens ont souvent dit
que le roi d'Angleterre et les habitans de cette colonie avoient soumis
tous les Indiens qui y étoient. Cela n'est pas vrai. Nous avouons qu'ils
ont vaincu les Sach-dagugh-ronaw, et qu'ils ont écarté les
Tuskaroras[46]. À ce titre, ils ont droit à la possession de quelque
partie de la Virginie: mais c'est nous, qui avons soumis tous les
peuples qui résidoient au-delà des montagnes; et si les Virginiens ont
jamais un juste droit aux terres de ces peuples, il faut qu'ils le
tiennent de nous.»

En l'année 1750, les Français arrêtèrent sur les bords de l'Ohio, quatre
marchands anglais, qui trafiquoient avec les six Nations, les
Schawanesses et les Delawares. Ils les envoyèrent prisonniers à Quebec,
et de là en France.

En 1754, les Français prirent authentiquement possession de l'Ohio, et
construisirent des forts à Venango, au confluent de l'Ohio et du
Monongehela, et à l'embouchure de la rivière des Cherokées.

En 1755, l'Angleterre donna le commandement d'une armée au général
Braddock, et l'envoya en Amérique pour chasser les Français des lieux
qu'ils possédoient sur les montagnes d'Allegany et sur les bords de
l'Ohio. À son arrivée à Alexandrie, ce général tint conseil avec les
gouverneurs de la Virginie, du Maryland, de la Pensylvanie, de New-York
et de la Baie de Massachusett; et comme ces officiers savoient très-bien
que les terres réclamées par les Français, appartenoient aux six
Nations, et non pas aux Cherokées, ni à aucune autre tribu d'Indiens, le
général donna ordre à sir William Johnson, de rassembler les chefs des
six Nations, et de leur rappeler la cession qu'ils avoient faite de ces
terres au roi d'Angleterre en 1726, époque où ils avoient aussi mis sous
la protection de ce prince tout leur pays de chasse, pour être défendu
pour eux et pour leur usage.

Les instructions du général Braddock, contenant une reconnoissance
très-claire du droit qu'avoient les six Nations sur les terres dont il
s'agit ici, nous croyons devoir transcrire les mots qui les
terminent.--«Il paroît que les Français ont de temps en temps employé la
ruse et la violence[47], pour bâtir des forts sur les limites des terres
dont nous avons fait mention; ce qui est contraire à tous les actes et
traités qui y ont rapport. Ainsi, vous pouvez, en mon nom, assurer les
six Nations que je suis envoyé par sa majesté britannique, pour détruire
tous lesdits forts, en bâtir d'autres qui protégeront lesdites terres,
et en garantiront la possession aux six Nations et à leurs héritiers et
successeurs pour jamais, conformément à l'esprit de nos traités.
J'inviterai donc les six Nations à prendre la hache, et à venir se
mettre en possession de leurs propres terres.»

Les négociations, qui ont eu lieu en 1755, entre les cours de France et
d'Angleterre, prouvent évidemment que le général Braddock et les
gouverneurs américains, n'étoient pas les seuls qui pensoient que
c'étoit aux six Nations qu'appartenoit le pays qui s'étend sur les
montagnes d'Allegany, sur les deux rives de l'Ohio, et jusqu'aux bords
du Mississipi.

Nous allons rapporter une observation très-juste, qui se trouve dans un
mémoire relatif aux prétentions de la France sur les terres des six
Nations, et remis le 7 juin 1755, par les ministres du roi d'Angleterre
au duc de Mirepoix.--«Quant à la réclamation faite par la France, de
l'article XV du traité d'Utrecht, la cour de la Grande-Bretagne ne pense
pas que la France soit fondée à s'autoriser ni des expressions, ni de
l'intention de ce traité.

»1º. La cour de la Grande-Bretagne est convaincue que l'article XV est
seulement relatif aux personnes des Sauvages, et non à leur pays. Les
expressions du traité sont claires et précises. Elles disent que les
cinq Nations, ou les cinq Cantons sont soumis à la Grande-Bretagne; ce
qui, d'après tous les traités, doit se rapporter au pays, aussi bien
qu'aux habitans.--La France l'a déjà reconnu de la manière la plus
solennelle.--Elle a bien pesé l'importance de cet aveu, au moment où
elle a signé le traité; et la Grande-Bretagne ne peut jamais
l'oublier.--Le pays possédé par ces Indiens est très-bien connu, et ses
limites ne sont pas incertaines, comme le porte le mémoire de la cour de
France. Ces Indiens en sont entièrement les maîtres, et ils en font tout
ce que d'autres propriétaires font dans tous les autres pays.

»2º. Quelque chose que puisse alléguer la France, en considérant ces
contrées comme des dépendances du Canada, il est certain qu'elles ont
appartenu et qu'elles appartiennent encore aux mêmes Indiens, qui n'y
ont point renoncé, ni ne les ont abandonnées aux Anglais; et par le
quinzième article du traité d'Utrecht, la France s'est engagée à ne
point troubler ces Indiens[48].

»Malgré tout ce qui a été avancé dans cet article, la cour de la
Grande-Bretagne ne peut avouer que la France ait le moindre titre à la
possession de l'Ohio, et du territoire dont elle parle dans son
mémoire[49].

»On n'allègue point et on ne peut pas, en cette occasion, alléguer la
possession, puisque la France ne peut pas prétendre qu'avant ni depuis
le traité d'Aix-la-Chapelle, elle y ait rien eu, excepté certains forts,
qui ont été dernièrement bâtis sur les terres qui appartiennent
évidemment aux cinq Nations, et qui ont été cédées par elles à la
couronne de la Grande-Bretagne et à ses sujets, ainsi qu'on peut le
démontrer par des traités et des actes de la plus grande authenticité.

»La cour de la Grande-Bretagne maintient que les cinq Nations des
Iroquois, reconnues par la France, sont originairement, ou par droit de
conquête, les légitimes propriétaires de la rivière de l'Ohio et de tout
le pays mentionné dans son mémoire; et quant au territoire que ces
Indiens ont cédé à la Grande-Bretagne, ce qui, il faut l'avouer, est la
manière la plus juste et la plus légale de faire une acquisition de
cette nature, elle le réclame, parce qu'il lui appartient, qu'elle le
cultive depuis plus de vingt ans, et qu'elle y a fait divers
établissemens depuis les sources mêmes de l'Ohio jusqu'à Pichawillanès,
dans le centre du pays, entre l'Ohio et le Wabache.»

En 1755, les lords commissaires du commerce et des colonies, désirèrent
de connoître précisément le territoire des six Nations. En conséquence,
ils engagèrent le docteur Mitchel à publier une carte générale de
l'Amérique septentrionale. M. Pownal, qui est encore secrétaire du
bureau du commerce et des colonies, certifia que ce bureau avoit fourni
au docteur Mitchel, tous les documens nécessaires à ce sujet; et le
docteur observe lui-même sur sa carte:--«Que depuis l'année 1672, les
six Nations ont toujours étendu leur territoire, quand elles ont soumis
et incorporé parmi elles les anciens Schawanesses, premiers possesseurs
de ces contrées et de la rivière de l'Ohio. En outre, les six Nations
réclament un droit de conquête sur les Illinois et sur toute l'étendue
du Mississipi. Cela est confirmé, puisqu'en 1742, elles possédoient tout
ce qui leur est désigné sur cette carte, et que personne n'a jamais
prétendu le leur disputer.»

Pour mieux démontrer encore le droit qu'ont les six Nations à la
possession du pays situé sur les bords de l'Ohio, et dont le ministère
anglais fait mention dans le mémoire remis au duc de Mirepoix, en 1755,
nous observerons que les six Nations, les Schawanesses et les Delawares,
occupoient le territoire au midi du grand Kenhawa, même après que les
Français eurent formé quelques établissemens sur les bords de l'Ohio; et
qu'en 1752, ces tribus avoient un grand village sur les bords de la
rivière de Kentucke, à deux cent trente-huit milles au-dessous du
Sioto.--En 1754, elles habitoient et chassoient au sud de l'Ohio, dans
le pays-bas et à environ trois cent vingt milles au-dessous du grand
Kenhawa.--En 1755, elles avoient aussi un grand village, vis-à-vis de
l'embouchure du Sioto, précisément dans le même endroit qui doit être la
frontière méridionale des terres, que demandent M. Walpole et ses
associés.

Il est un fait certain: c'est que les Cherokées n'ont jamais eu ni
villages, ni établissemens dans le pays qui est au sud du grand Kenhawa;
qu'ils n'y chassent point; et que les six Nations, les Schawanesses et
les Delawares ne résident et ne chassent _plus_ au sud de l'Ohio, ni ne
le fesoient _plus_, quelques années avant d'avoir vendu le pays au roi.
Ce sont des faits qu'on peut clairement et aisément prouver.

Au mois d'octobre 1768, les Anglais tinrent un congrès avec les six
Nations, au fort Stanwix. Voici ce que dit l'orateur indien à sir
William Johnson.--«Frère, toi qui connois toutes les affaires, tu dois
savoir que nos droits vont très-loin au midi du grand Kenhawa, et que
nous sommes très-bien fondés à nous étendre du même côté jusqu'à la
rivière de Cherokée; prétention que nous ne pouvons céder à aucune autre
nation Indienne, sans nuire à notre postérité, et outrager les guerriers
qui ont combattu pour la conquérir.--Nous espérons donc que notre droit
sera respecté.»

En novembre 1768, les six Nations vendirent au roi d'Angleterre, tout le
pays qui s'étend de la rive méridionale de l'Ohio, jusqu'à la rivière de
Cherokée. Mais malgré cette vente, aussitôt qu'on apprit en Virginie que
le gouvernement favorisoit les prétentions des Cherokées, et qu'on eut
vu de retour le docteur Walker et le colonel Lewis, que cette province
avoit envoyés au congrès du fort Stanvix, lord Bottetourt chargea ces
deux commissaires de se rendre à Charles-Town, dans la Caroline
méridionale, pour essayer de convaincre M. Stuart[50] de la nécessité
d'étendre la ligne de démarcation qu'il avoit tracée, d'accord avec les
Cherokées, et l'engager à la porter depuis le grand Kenhawa jusqu'à la
rivière d'Holston.

Ces deux commissaires furent choisis par lord Bottetourt, parce qu'ils
s'étoient occupés depuis long-temps des affaires qui avoient rapport aux
Indiens, et qu'ils connoissoient parfaitement l'étendue du pays des
Cherokées. Quand ils furent arrivés dans la Caroline méridionale, ils
écrivirent à M. Stuart, relativement aux prétentions formées par les
Cherokées, sur les terres au midi du grand Kenhawa. M. Stuart n'avoit
été nommé que depuis très-peu d'années, à la place qu'il remplissoit
alors, et d'après la nature de ses premières occupations, on ne devoit
pas penser qu'il pût bien connoître le territoire des Cherokées. Voici
ce qu'on trouve dans la lettre que lui adressèrent les commissaires
virginiens.


                                       Charles-Town, le 2 février, 1769.

«Les Cherokées n'ont jamais prétendu à la possession du pays situé au
midi du grand Kenhawa. À présent, ce pays appartient à la couronne,
puisque sir William Johnson l'a fort chèrement acheté des six Nations,
et en a reçu l'acte de cession au fort Stanwix.»

En 1769, la chambre des citoyens de la colonie de Virginie, représenta à
lord Bottetourt:--«Qu'elle avoit la plus grande raison de craindre que
si la ligne tracée pour servir de limites, étoit conservée, les Indiens
et les autres ennemis de sa majesté, auroient sans cesse une entrée
libre et facile jusque dans le coeur du pays de l'Ohio, de la rivière
d'Holston et du grand Kenhawa; qu'alors les établissemens qu'on
entreprendroit de faire dans ces contrées, seroient sans doute
entièrement détruits; et que tout le pays[51] qui s'étend depuis
l'embouchure du Kenhawa, jusqu'à celle de la rivière de Cherokée, et
ensuite vers l'est jusqu'à la montagne du Laurier, pays si récemment
cédé à sa majesté, et sur lequel aucune tribu d'Indiens ne formoit de
prétentions, resteroit entièrement abandonné aux Cherokées; qu'en
conséquence il pourroit y avoir à l'avenir, des réclamations, totalement
contraires aux vrais intérêts de sa majesté, et que les acquisitions
qu'on regardoit, avec raison, comme les plus avantageuses de la dernière
guerre, seroient tout-à-fait perdues.»

D'après les faits dont nous venons de faire l'exposition, il est
évident:

1º. Que le pays situé au midi du grand Kenhawa, ou au moins, celui qui
s'étend jusqu'à la rivière de Cherokée, appartenoit originairement aux
Schawanesses.

2º. Qu'en subjuguant les Schawanesses, les six Nations devinrent les
vrais propriétaires de ce pays.

3º. Qu'en conséquence de la cession que les six Nations en ont faite au
roi d'Angleterre, dans le congrès tenu, en 1768, au fort Stanwix, ce
pays appartient à présent légitimement aux Anglais.

4º. Que les Cherokées n'ont jamais résidé ni chassé dans ce pays, et
qu'ils n'y ont aucune espèce de droit.

5º. Que la chambre des citoyens de la colonie de Virginie a été
très-fondée à affirmer que les Cherokées, dont les Virginiens
connoissent les possessions, parce qu'ils en sont voisins, n'ont aucun
droit sur le territoire qui est au sud du grand Kenhawa.

6º. Enfin, que ni les six Nations, ni les Schawanesses, ni les Delawares
n'habitent ni ne chassent plus dans ce pays.

Ces considérations prouvent qu'en nous permettant d'établir toutes les
terres, comprises dans notre contrat avec les lords commissaires de la
trésorerie, le conseil privé ne nuira ni au service de sa majesté, ni à
la confédération des six Nations, ni même aux Cherokées.

Mais, depuis le congrès du fort Stanwix, où les six Nations ont cédé au
roi le pays que nous demandons, il y a eu quelque traité par lequel la
couronne a promis aux six Nations et aux Cherokées de ne point former
d'établissemens au-delà de la ligne marquée sur la carte jointe au
rapport du bureau du commerce et des colonies, quoique les lords
commissaires aient reconnu que les six Nations avoient cédé la propriété
de ces terres à sa majesté; si, disons-nous, il existe un tel traité,
nous nous flattons que les lords commissaires ne feront plus aucune
objection, en voyant spécialement inséré dans l'acte de concession,
qu'il nous sera défendu d'établir aucune partie du pays, sans en avoir
préalablement obtenu la permission de sa majesté, et l'agrément des
Cherokées, des six Nations et de leurs confédérés.

Il est dit dans le troisième paragraphe du rapport des lords
commissaires,--«Que le principe du bureau du commerce et des colonies
étoit qu'après le traité de Paris, on devoit rapprocher les limites
occidentales des colonies de l'Amérique septentrionale, de manière que
ces établissemens fussent entièrement à la portée du commerce du
royaume». Nous n'aurons point la hardiesse de contester ce qu'avancent
les lords commissaires: mais nous croyons pouvoir observer que
l'établissement du pays, qui s'étend sur les montagnes d'Allegany et sur
l'Ohio n'étoit point regardé, avant le traité de Paris, ni dans le temps
de la proclamation royale, faite au mois d'octobre 1763, comme hors de
la portée du commerce du royaume. Ce qui le prouve, c'est qu'en 1748, M.
John Hanbury et un assez grand nombre d'autres anglais, présentèrent une
pétition au roi, pour lui demander cinq cent mille acres de terre sur
les montagnes d'Allegany, et sur les bords de l'Ohio; et les lords
commissaires du commerce et des colonies, firent, à ce sujet, un rapport
favorable au conseil-privé de sa majesté. Ils dirent:--«Que
l'établissement du pays situé à l'occident des grandes montagnes, et
centre des possessions anglaises dans ces contrées, seroit conforme aux
intérêts de sa majesté, et accroîtroit les avantages et la sûreté de la
Virginie et des colonies voisines.»

Le 23 février 1748, les mêmes lords commissaires rapportèrent encore au
conseil-privé:--«Qu'ils avoient pleinement exposé la grande utilité et
l'avantage d'étendre nos établissemens au-delà des grandes montagnes; ce
que le conseil avoit approuvé.--Comme ces nouvelles propositions,
ajoutent-ils, rendent probable qu'on établira une plus grande étendue de
terrain, que ne l'annonçoient les premières, nous pensons qu'en
accordant ce que demande la pétition, on se conformera aux intérêts du
roi, et on assurera le bien-être de la Virginie.»

Le 16 mars 1748, le roi donna ordre au gouverneur de la Virginie, de
concéder à M. Hanbury et à ses associés, cinq cent mille acres de terre
sur les montagnes d'Allegany. Ces mêmes concessionnaires font
aujourd'hui partie de la compagnie de M. Walpole.--L'ordre du roi
portoit expressément:--«Ces établissemens seront utiles à nos intérêts
et augmenteront la sécurité de notre dite colonie, ainsi que les
avantages des colonies voisines;--d'autant plus que nos chers sujets se
trouvant par-là, à même de cultiver l'amitié des Indiens qui habitent
ces contrées, et d'étendre leur commerce avec eux, de tels exemples
peuvent exciter les colonies voisines à tourner leurs pensées vers des
projets de la même nature.»

Il nous paroît évident que le bureau du commerce et des colonies, dans
le temps que lord Halifax le présidoit, pensoit que les établissemens
sur les montagnes d'Allegany, n'étoient point contraires aux intérêts du
roi, ni assez éloignés des côtes de la mer, pour être--«Hors de la
portée du commerce du royaume, et pour que son autorité et sa
juridiction ne pussent pas s'y exercer.»

Le rapport que nous examinons, donne à entendre que les deux principaux
objets de la proclamation de 1763, étoient de ne pas porter les
établissemens qu'on feroit à l'avenir, au-delà des sources des rivières
qui coulent de l'ouest et du nord-ouest et se jettent dans la mer, ou,
en d'autres termes, à l'est des montagnes d'Allegany; et de ne point
créer d'autres gouvernemens que les trois qu'on venoit de former en
Canada et dans les deux Florides[52].--Pour établir ce fait, les lords
commissaires du commerce et des colonies, citent une partie de la
proclamation.

Mais si l'on considère cette proclamation dans son entier, on trouvera
qu'elle a pour but neuf objets principaux, savoir;

1º. De déclarer aux sujets de sa majesté, qu'elle a établi en Amérique
quatre gouvernemens distincts: celui de Quebec, celui de la Floride
orientale, celui de la Floride occidentale et celui de la Grenade.

2º. De fixer les limites respectives de ces quatre nouveaux
gouvernemens.

3º. De donner l'approbation royale à la conduite et à la bravoure des
officiers et des soldats de l'armée du roi, et au petit nombre
d'officiers de la marine, qui ont servi dans l'Amérique septentrionale,
et de les récompenser par des concessions gratuites de terres à Quebec
et dans les deux Florides.

4º. D'empêcher les gouverneurs de Quebec et des deux Florides d'accorder
des permissions d'arpenter, ou des patentes pour des terres au-delà des
limites de leurs gouvernemens respectifs.

5º. De défendre aux gouverneurs des autres colonies ou plantations en
Amérique, d'accorder des concessions de terres, au-delà des sources
des rivières qui coulent de l'ouest et du nord-ouest, et tombent dans
l'océan Atlantique, ou d'autres terres qui, n'ayant été cédées au roi
ni achetées par lui, sont réservées aux Indiens.

6º. De réserver _pour le présent_, sous la protection et la souveraineté
du roi, _pour l'usage desdits Indiens_, toutes les terres qui ne sont
point comprises dans les limites des trois nouveaux gouvernemens, ou
dans celle de la compagnie de la baie d'Hudson; ainsi que le pays situé
à l'ouest des sources des rivières, qui coulent de l'ouest et du
nord-ouest vers la mer; sa majesté défendant à ses sujets de faire des
acquisitions sur lesdites terres, et d'en prendre possession, sans en
avoir obtenu d'elle une permission expresse.

7º. De requérir toutes personnes qui ont fait des établissemens, sur les
terrains que le roi n'a point achetés des Indiens, d'abandonner ces
établissemens.

8º. De régler qu'à l'avenir on n'occupera des terres des Indiens que
dans les contrées où sa majesté permet, par cette proclamation de faire
des établissemens.

9º. De déclarer qu'il sera libre à tous les sujets de sa majesté, de
faire le commerce avec les Indiens; et de prescrire la manière dont ce
commerce doit être fait.

10º. Enfin, d'ordonner à tous les officiers militaires et à tous les
inspecteurs des affaires concernant les Indiens, de faire saisir et
arrêter toutes les personnes qui, accusées d'avoir commis quelque
trahison ou quelque meurtre, et fuyant la justice, se seront réfugiées
sur les terres des Indiens; et d'envoyer ces personnes dans la colonie
où leur accusation aura eu lieu.

Il est certain qu'en parlant de l'établissement des trois nouveaux
gouvernemens, fixant leurs limites respectives, récompensant les
officiers et les soldats, réglant le commerce avec les Indiens, et
ordonnant l'arrestation des criminels, cette proclamation avoit pour but
de convaincre les Indiens, de la justice de sa majesté, et de la
résolution où elle étoit, de prévenir toute cause raisonnable de
mécontentement de leur part, en défendant de former des établissemens
sur le territoire qui n'avoit point été cédé à sa majesté, ou acheté par
elle; et en déclarant que sa royale volonté et son bon plaisir étoit,
ainsi que nous l'avons déjà rapporté, «De réserver, _pour le présent_,
sous sa protection et souveraineté, et _pour l'usage des Indiens_,
toutes les terres situées à l'ouest des sources des rivières qui coulent
de l'ouest et du nord-ouest vers l'océan Atlantique.»

Quels mots peuvent exprimer plus décidément l'intention royale? Ne
signifient-ils pas explicitement que le territoire est _quelque temps_
réservé, sous la protection de sa majesté, _pour l'usage des
Indiens_?--Mais comme les Indiens ne fesoient point usage de ces terres,
qui sont bornées à l'occident par la rive sud-est de l'Ohio, et qu'ils
n'y résidoient pas, et n'y fesoient pas la chasse, ils consentirent
volontiers à les vendre; et en conséquence, ils les vendirent au roi, en
novembre 1768. Ce qui donna occasion à cette vente sera clairement
expliqué dans nos observations sur la suite du rapport des lords
commissaires du commerce et des colonies.

Il est naturel de croire que quant à l'établissement des terres
comprises dans la vente dont nous venons de parler, l'effet de la
proclamation n'a pas pu s'étendre au-delà de l'époque de cette vente; M.
George Greenville[53], qui lorsque la proclamation parut, étoit l'un des
ministres, reconnut toujours que le but de cette proclamation étoit
rempli dès que le pays qu'elle désignoit avoit été acquis des Indiens.

Dans leur quatrième paragraphe, les lords commissaires du commerce et
des plantations, donnent deux raisons pour engager sa majesté à traiter
de nouveau avec les Indiens et à faire tracer une ligne de démarcation
plus précise, plus certaine que celle qu'indiquoit la proclamation du
mois d'octobre 1763. Voici ces raisons:

«1º. C'est que la ligne désignée dans la proclamation de 1763, manque de
précision.

»2º. C'est qu'il faut considérer la justice à l'égard de la propriété
des terres.»

Nous croyons avoir suffisamment démontré dans nos observations sur le
troisième paragraphe du rapport que, pour ce qui concernoit les terres
situées à l'ouest des montagnes d'Allegany, la proclamation n'avoit
d'autre but que de les réserver _quelque temps_, sous la protection de
sa majesté, _pour l'usage des Indiens_.--Nous ajouterons que la ligue
désignée dans la proclamation, ne pouvoit pas l'être d'une manière plus
claire et plus précise, relativement à ces terres, car la proclamation
porte:--«Que toutes les terres et territoires situés à l'occident des
sources des rivières qui coulent de l'ouest et du nord-ouest vers la
mer, seront réservés sous la protection de sa majesté.»

Nous sommes loin de penser que sa majesté doive traiter de nouveau avec
les Indiens, pour établir des limites plus précises et plus certaines,
d'après la considération de la justice, relativement à la propriété des
terres. La propriété de la moindre partie du territoire, dont nous
parlons, ne peut être contestée.

Mais pour mieux faire entendre toutes les raisons pour lesquelles on
veut engager sa majesté à traiter de nouveau avec les Indiens, pour
tracer une ligne de démarcation plus précise et plus certaine que celle
que désigne la proclamation du mois d'octobre 1763, nous prendrons la
liberté d'exposer quelques faits.

En 1764, les ministres du roi désiroient d'obtenir un acte du parlement
qui réglât le commerce avec les Indiens, et y mît un impôt, par le moyen
duquel on auroit de quoi fournir aux salaires des surintendans, des
commissaires, des interprètes, et à l'entretien des forts, dans le pays
où l'on traitoit avec les Indiens. Pour éviter à l'avenir, de donner aux
Indiens occasion de se plaindre de ce qu'on usurpoit leur pays de
chasse, on résolut d'acheter d'eux, un vaste territoire, et de reculer,
d'accord avec eux, la ligne des limites, bien au-delà de l'endroit où il
n'étoit pas permis aux sujets de sa majesté de s'établir.

En conséquence, on donna, la même année, des ordres à sir William
Johnson, pour qu'il convoquât les chefs des six Nations, et qu'il leur
fît part du projet des ministres anglais. Sir William Johnson assembla
en effet, dans sa maison, les députés des six Nations, le 2 mai 1765, et
il leur tint ce discours:

FRÈRES,

«La dernière et la plus importante proposition que j'ai à vous
communiquer, est relative à l'établissement des limites entre vous et
les Anglais. Il y a quelque temps que j'envoyai un message à
quelques-unes de vos nations, pour vous avertir que je voulois conférer
avec vous à ce sujet.--Le roi, dont vous avez déjà éprouvé la clémence
et la générosité, désirant de mettre fin à toutes les disputes entre ses
sujets et vous, à l'occasion des terres, et d'être strictement juste
envers vous, a formé le plan d'établir entre nos provinces et celles des
Indiens, des limites qu'aucun homme blanc n'ose franchir; parce que
c'est la plus sûre et la meilleure méthode de terminer les querelles, et
de mettre vos propriétés à l'abri de toute invasion.

»L'intention du roi vous paroîtra, j'espère, si raisonnable, si juste,
et si avantageuse pour vous et pour votre postérité, que je ne doute
nullement que vous ne consentiez avec joie à voir établir une ligne de
démarcation. Nous la tracerons, vous et moi, de la manière la plus
avantageuse pour les hommes blancs et pour les Indiens, et telle qu'elle
conviendra le mieux à l'étendue, à l'accroissement de chaque province,
et aux gouverneurs, que je consulterai à cette occasion, aussitôt que
j'aurai reçu les pouvoirs nécessaires pour cela.--Mais, en attendant, je
désire savoir comment vous voulez étendre cette ligne, et ce que vous
consentez de faire cordialement à cet égard, afin que cela me serve de
règle.--Je dois aussi vous prévenir que quand cette affaire sera
terminée, et qu'on verra que vous aurez eu égard à l'accroissement de
notre population, et à la nécessité de nous céder des terres là où nous
en avons besoin, vous recevrez, pour prix de votre amitié, un présent
très-considérable[54].»

Après avoir conféré quelque temps entr'eux, les Sachems et les guerriers
des six Nations, répondirent à sir William Johnson, qu'ils acceptoient
la proposition des nouvelles limites; et sir William fit parvenir leur
réponse au bureau des lords commissaires du commerce et des colonies.

Soit qu'il y eût un changement dans l'administration, qui avoit formé le
projet d'obtenir un acte du parlement pour régler le commerce avec les
Indiens, et pour reculer la ligne des limites, soit par quelqu'autre
cause que nous ignorons, on ne s'en occupa plus jusqu'à la fin de
l'année 1767. Alors, la négociation relative aux limites fut reprise.

Cependant, entre les années 1765 et 1768, beaucoup d'habitans de la
Virginie, du Maryland et de la Pensylvanie, allèrent s'établir sur les
montagnes; et les six Nations en furent si irritées, qu'en 1766, elles
massacrèrent plusieurs de ces colons, et déclarèrent la guerre aux
colonies du centre de l'Amérique septentrionale. Pour les appaiser et
prévenir une calamité générale, on fit partir du fort Pitt, un
détachement du quarante-deuxième régiment d'infanterie, avec ordre de
ramener les Anglais qui s'étoient établis à la Crique de la
Pierre-Rouge[55].--Mais les efforts et les menaces de ce détachement
furent vaines, et il retourna au fort sans avoir pu exécuter ses ordres.

Les six Nations se plaignirent alors davantage de ce qu'on s'emparoit de
leurs terres sur les montagnes. Le 7 décembre 1767, le général Gage
écrivit à ce sujet au gouverneur de Pensylvanie, et lui manda:--«Vous
êtes témoin du peu d'attention qu'on a fait aux diverses proclamations
qui ont été publiées; vous savez que le soin qu'on a pris, cet été,
d'envoyer une partie de la garnison du fort Pitt, pour faire abandonner
les établissemens des montagnes, n'a presque servi de rien. Nous
apprenons que les colons sont retournés à la Crique de la Pierre-Rouge
et sur les bords de la rivière de la Fraude[56], en plus grand nombre
qu'auparavant.»

Le 5 janvier 1768, le gouverneur de la Pensylvanie envoya un message à
l'assemblée générale de la province avec la lettre du général Gage.--Le
13 du même mois l'assemblée ayant délibéré sur les plaintes des Indiens,
répondit au gouverneur.--«Pour faire cesser les causes du mécontentement
des Indiens, et établir une paix durable entr'eux et les sujets de sa
majesté, nous pensons qu'il est absolument nécessaire qu'on fixe
promptement les limites, et qu'on les satisfasse pour la partie de leur
territoire, qui se trouvera en-deçà de la ligne de démarcation. Par ce
moyen, ils ne se plaindront plus qu'on envahit leurs propriétés, et les
habitans de nos frontières auront assez de pays pour s'établir et pour
chasser, sans se mêler avec ces peuples.»

Le 19 janvier 1768, M. Galloway, orateur de l'assemblée de Pensylvanie
et le comité de correspondance de cette assemblée, écrivirent à Richard
Jackson et à Benjamin Franklin, agens de Pensylvanie à Londres, pour
leur faire part des querelles des colons avec les Indiens.--«Les
Indiens, disoient-ils, se plaignent vivement du délai qu'on a mis à
établir les limites, et de ce que, quoiqu'ils n'aient encore rien reçu
pour les terres, qu'ils sont convenus de céder à la couronne, les
Anglais y forment chaque jour de nouveaux établissemens.»

Au mois d'avril 1768, l'assemblée de Pensylvanie voyant qu'une guerre
avec les Indiens devenoit presqu'inévitable, parce que ce peuple n'avoit
pas vendu les terres des montagnes où l'on formoit des établissemens; et
croyant en outre qu'on recevroit bientôt des ordres d'Angleterre
relativement aux limites, résolut d'employer la somme de mille livres
sterlings en couvertures, etc. d'en faire présent aux Indiens de l'Ohio,
afin de modérer leur ressentiment jusqu'à ce que la cour prît d'autres
mesures. Le gouverneur de Pensylvanie étant alors informé que George
Croghan devoit bientôt faire un traité avec les Indiens, par l'ordre du
général Gage et de sir William Johnson, envoya au fort Pitt, son
secrétaire et une autre personne, en qualité de commissaires de la
province, pour offrir aux Indiens le présent des Pensylvaniens.

Le 2 mai 1768, les députés des six Nations, qui s'étoient rendus au fort
Pitt, tinrent le discours suivant:

FRÈRES,

«C'est avec douleur que nous avons vu nos terres occupées par vous, sans
notre consentement. Il y a long-temps que nous nous plaignons à vous de
cette injustice, qui n'a point encore été redressée. Au contraire, vos
établissemens s'étendent dans notre pays. Quelques-uns se trouvent même
directement dans le chemin de guerre, qui conduit vers le pays de nos
ennemis; et nous en sommes très-mécontens.--Frères, vous avez parmi vous
des loix pour vous gouverner. Vous nous donneriez donc la plus forte
preuve de la sincérité de votre amitié, si vous nous fesiez voir que
vous faites sortir les gens de votre nation de dessus nos terres; car
nous pensons qu'ils auront assez le temps de s'y établir quand vous les
aurez achetées et que le pays vous appartiendra.»

En réponse à ce discours, les commissaires de Pensylvanie informèrent
les six Nations, que le gouverneur de la province avoit fait partir
quatre personnes avec sa proclamation et l'acte de l'assemblée (qui
déclaroit crime de félonie digne de mort sans bénéfice de clergé,
l'occupation des terres des Indiens) pour ordonner à tous les habitans
des montagnes situées dans les limites de la Pensylvanie, d'abandonner
leurs établissemens: mais que cela avoit été inutile.--Ils dirent aussi
que le gouverneur de la Virginie avoit non moins infructueusement fait
une proclamation; et que le général Gage n'avoit pas été plus heureux en
envoyant deux fois des soldats pour forcer les colons à abandonner la
Crique de la Pierre Rouge et les bords du Monongehela.

Aussitôt que M. Jackson et le docteur Franklin eurent reçu les
instructions de l'assemblée générale de Pensylvanie, ils se rendirent
chez le ministre chargé du département de l'Amérique, et lui
représentèrent combien il étoit nécessaire et pressant de faire terminer
l'affaire des limites. En conséquence, le gouvernement donna de nouveaux
ordres à sir William Johnson.

Il est donc certain que la proclamation du mois d'octobre 1763, ne
pouvoit pas, comme l'ont dit les lords commissaires du commerce et des
colonies, signifier que la politique du royaume étoit de ne pas laisser
former des établissemens sur les montagnes d'Allegany, après que le roi
auroit acheté ce territoire, car la véritable raison, qu'on avoit de
l'acheter, étoit d'éviter une rupture avec les Indiens, et de donner
occasion aux sujets du roi de s'y établir légitimement et paisiblement.

Nous allons examiner dans nos observations sur le cinquième paragraphe
du rapport des lords commissaires du commerce et des colonies, s'ils
sont bien fondés à déclarer que l'établissement des terres dont il est
question, ne peut être nullement avantageux au commerce du
royaume.--«Les diverses propositions d'établir de nouvelles colonies
dans l'intérieur de l'Amérique, disent-ils, ont été, d'après l'extension
des limites, soumises à la considération du gouvernement, sur-tout
lorsqu'il s'est agi de cette partie du pays, où sont situées les terres,
dont on demande la concession; et le danger d'accéder à de pareilles
propositions, a paru si évident, que les tentatives à cet égard ont
toujours été infructueuses.»

Comme nous ignorons quelles étoient les propositions, dont parlent les
lords commissaires, et d'après quel principe les tentatives à cet égard
ont été infructueuses, il nous est impossible de juger si cela peut nous
être appliqué.

Cependant nous savons qu'il y a eu en 1768 une proposition faite au
gouvernement pour l'établissement d'une partie des terres en question.
Cette proposition étoit du docteur Leé, de trente-deux Américains et de
deux habitans de Londres. Ils prièrent le roi de leur accorder, gratis,
deux millions cinq cent mille acres de terre sur les montagnes
d'Allegany, en un ou plusieurs arpentages, entre le vingt-huitième et le
quarante-deuxième degré de latitude, à condition de posséder ces terres
douze ans, sans payer aucun cens, et ces douze ans ne devant commencer à
courir que lorsque les deux millions cinq cent mille acres seroient
arpentés. En outre, les concessionnaires ne devoient être obligés
d'établir sur ces terres que deux mille familles dans l'espace de douze
ans.

Surement les lords commissaires ne prétendent pas que cette proposition
ressemble à la nôtre, et puisse s'appliquer au cas où nous nous
trouvons. Ils ont dû, sur-tout, remarquer que le docteur Lée et ses
associés n'offroient point, comme nous, d'acheter les terres, ou de
payer le cens au roi, sans aucune déduction, ou enfin, de faire tous les
frais nécessaires à l'établissement et à l'entretien du gouvernement
civil du pays concédé.

Le sixième paragraphe des lords commissaires dit:--«Que tous les
argumens contre l'établissement des terres, dans la partie du pays dont
on demande la concession, sont rassemblés avec beaucoup de force et de
précision, dans des représentations faites à sa majesté, par les lords
commissaires du commerce et des colonies, au mois de mars 1768.»

Pour bien faire connoître ce qui donna lieu à ces représentations, nous
observerons que dès le premier octobre 1767, et durant tout le temps que
lord Shelburne[57] fut secrétaire d'état au département de l'Amérique
méridionale, on conçut le projet d'établir aux frais de la couronne,
trois nouveaux gouvernemens dans l'Amérique septentrionale; savoir le
premier au détroit, entre le lac Huron et le lac Erié, le second dans le
pays de Illinois, et le troisième dans le bas du pays qu'arrose l'Ohio.
Ce projet fut communiqué aux lords commissaires du commerce et des
colonies, afin de savoir quelle étoit leur opinion à cet égard.

Nous avons tout uniment expliqué la cause des représentations, sur
lesquelles insistent avec tant de force, les lords commissaires du
commerce et des colonies, en disant qu'elles contiennent tous les
argumens contre l'établissement des terres dont il est aujourd'hui
question. À présent, nous exposerons les raisons qui nous font croire
que ces représentations sont si loin de nous être contraires, qu'elles
disent précisément qu'on doit permettre d'établir les terres que nous
demandons.

Trois raisons principales sont énoncées dans les représentations. «Comme
propres à faire sentir l'utilité des colonies dans le continent de
l'Amérique septentrionale.

»La première, c'est qu'elles favorisent la pêche avantageuse qui se fait
sur la côte du Nord.

»La deuxième, c'est qu'on y soigne la culture des bois de construction
et autres matières qui peuvent servir à la marine, et qu'on les échange
pour des marchandises des manufactures anglaises.

»La troisième, c'est qu'on y a toujours du merrein, du bois de
charpente, des farines et d'autres choses nécessaires pour
l'approvisionnement de nos établissemens aux Antilles.»

Nous n'imaginons pas qu'il soit nécessaire de faire beaucoup
d'observations sur la première de ces raisons. Les provinces de
New-Jersey, de Pensylvanie, de Maryland, de Virginie et les colonies
méridionales, n'ont point favorisé, et, d'après leur situation et la
nature de leur commerce, ne favoriseront pas plus la pêche que les
établissemens que nous proposons de faire sur l'Ohio. Cependant, ces
provinces sont utiles au royaume, soit à cause de la culture, soit à
cause de l'exportation de différens articles; et nous osons croire que
la colonie de l'Ohio aura le même avantage, si toutefois la production
des marchandises d'entrepôt peut être regardée comme avantageuse.

Quant à la seconde et à la troisième raison des représentations, nous
remarquerons qu'aucune des possessions anglaises dans l'Amérique
septentrionale, n'exige moins d'encouragement que celle de l'Ohio, pour
cultiver les matières propres à la construction des vaisseaux et à la
marine, et pour approvisionner les Antilles, de bois et de comestibles.

1º. Les terres des bords de l'Ohio sont extrêmement fertiles; le climat
y est tempéré. La vigne, les mûriers et les vers-à-soie, s'y trouvent
par-tout. Le chanvre croît spontanément dans les vallées et dans le pays
bas. Les mines de fer sont communes dans les montagnes; et nulle terre
n'est plus propre que celle de ces contrées, à la culture du tabac, du
lin et du coton.

2º. Le pays est bien arrosé par plusieurs rivières navigables, qui
communiquent entr'elles; et par le moyen desquelles, et d'un transport
par terre de quarante milles seulement, les productions des terres de
l'Ohio, peuvent, même à présent, être envoyées au port d'Alexandrie[58],
sur le Potomack, à meilleur marché qu'il n'en coûte pour transporter de
Northampton à Londres, quelqu'espèce de marchandise que ce soit.

3º. Dans toutes les saisons, de grands bateaux semblables aux barges de
l'ouest de l'Angleterre, peuvent naviguer sur l'Ohio, et il ne faut que
quatre ou cinq hommes pour les conduire. Depuis le mois de janvier
jusqu'au mois d'avril, il est aisé de bâtir de grands vaisseaux sur
cette rivière, et de les envoyer en Angleterre, chargés de fer, de
chanvre, de lin et de soie.

4º. La farine, le bled, le boeuf salé, les planches pour le bordage des
vaisseaux et beaucoup d'autres marchandises, peuvent être envoyées sur
l'Ohio jusqu'à la Floride occidentale, et de là aux Antilles, à meilleur
marché et mieux conservées que celles qu'on expédie de New-York et de
Philadelphie.

5º. Le chanvre, le tabac, le fer, et les autres articles qui tiennent
beaucoup de place, peuvent également être envoyés sur l'Ohio jusqu'à la
mer, à plus de cinquante pour cent meilleur marché que ne coûte leur
transport par terre, dans l'espace de soixante milles, en Pensylvanie,
où les charrois sont pourtant moins chers que dans aucune autre province
de l'Amérique septentrionale.

6º. Les frais de transport des marchandises anglaises, depuis la mer
jusqu'aux établissemens que nous voulons former sur l'Ohio, ne seront
pas aussi considérables que ce qu'on paie et qu'on paiera toujours pour
conduire les mêmes marchandises, dans une grande partie de la
Pensylvanie, de la Virginie et du Maryland.

D'après l'exposition de ces faits, nous espérons qu'on verra clairement
que les terres, dont nous demandons la concession, sont entièrement
propres, par leur fertilité, leur situation et le peu de frais que
coûtera le transport de leurs productions jusqu'en Angleterre,--«à faire
sentir l'utilité d'établir des colonies dans le continent de l'Amérique
septentrionale».--Mais pour éclaircir davantage ce point important, nous
prendrons la liberté de faire encore quelques observations.

Les lords commissaires du commerce et des colonies, ne nient point,
mais, au contraire, ils avouent que le climat et le sol de l'Ohio, sont
aussi favorables que nous l'avons dit.--Quant aux vers-à-soie qui y
viennent naturellement, il est certain qu'au mois d'août 1771, plus de
10,000 livres pesant de cocons, qui en provenoient, furent vendues à la
filature publique de Philadelphie. Il est également sûr que la soie que
produisent les vers de l'Ohio, est belle et très-estimée des
Pensylvaniens.

Pour le chanvre, nous sommes prêts à prouver qu'il est d'une très-bonne
qualité, et qu'il croît spontanément sur les bords de l'Ohio, ainsi que
nous l'avons avancé. Qu'on considère donc que, par rapport au chanvre,
l'Angleterre dépend chaque jour davantage de la Russie, et qu'on n'en a
pas encore exporté des colonies américaines, situées sur le bord de la
mer, parce que leur sol n'en produit pas aisément. Et, certes, alors on
verra que cette dépendance peut avoir des conséquences graves pour la
nation, et mérite toute l'attention du gouvernement.--La nature nous
indique où nous pouvons recueillir promptement et facilement une grande
quantité de chanvre; et par ce moyen, non-seulement nous empêcherons,
chaque année, des sommes considérables de sortir du royaume, mais nous
emploierons nos propres sujets avec beaucoup d'avantage, et nous les
paierons avec des marchandises de nos manufactures.--Voici, en abrégé,
l'état du commerce de Russie.

    Depuis l'année 1722 jusqu'en 1731,
    l'Angleterre envoya annuellement 250
    vaisseaux chercher du chanvre à Petersbourg,
    à Narva, à Riga et à Archangel.                   250 vais.

    Et depuis 1762 jusqu'en 1771, 500 vaisseaux.      500
                                                     -----------
    Accroissement.                                    250 vais.

Il est donc évident que dans les dix dernières années, le commerce russe
a doublé. La sagesse, la politique de la nation européenne, qui entend
le mieux le commerce et la navigation, lui permettent-elles d'avoir sans
cesse besoin des étrangers pour se procurer une marchandise dont dépend
l'existence de sa navigation et de son commerce? Non, assurément; et
sur-tout quand Dieu nous a accordé la propriété d'un pays produisant
naturellement cette même marchandise qui nous fait débourser notre
argent, en nous mettant à la merci de la Russie.

Nous n'avons encore parlé que des petits frais de transport entre le
Potomack et l'Ohio. Maintenant nous allons essayer de montrer combien
les lords commissaires du commerce et des colonies se sont trompés, en
disant, dans le cinquième paragraphe de leur rapport: «Que l'Angleterre
ne pouvoit avoir aucune relation avantageuse avec les terres en
question».--Pour qu'on se forme une opinion juste à cet égard, nous
donnerons un état de ce qu'étoient les frais de charroi, même durant la
dernière guerre avec la France, et lorsqu'il n'y avoit point de retour
de l'Ohio à Alexandrie. On verra que ces frais ne s'élevoient alors qu'à
un demi-sou anglais, par livre pesant; et nous le démontrerons de la
manière la plus certaine.

                                                       par quintal.

    D'Alexandrie au fort Cumberland, par eau.           » 1 s. 7 d.

    De fort Cumberland à la Crique de la Pierre-Rouge,
    à 14 piastres par voiture, portant
    1500 livres pesant.                                 » 4    2

                                                        » 5    9[59].

Si l'on considère que ce prix de charroi étoit établi en temps de
guerre, et lorsqu'il n'y avoit point d'habitans sur l'Ohio, nous ne
doutons point que tout homme intelligent ne conçoive qu'il est
aujourd'hui beaucoup moindre que ce qu'on paie journellement à Londres,
pour le transport des grosses étoffes de laine, de la quincaillerie et
des ustensiles de fer qu'on y envoie de plusieurs comtés d'Angleterre.

Voici ce que coûtent les charrois de Birmingham et de quelques autres
villes jusqu'à Londres.

    De Birmingham.                      4 s. par quintal,
    De Walsall dans le Staffordshire.   5
    De Sheffield.                       8
    De Warrington.                      7

Si, comme le prétendent les lords commissaires du commerce et des
colonies, les terres de l'Ohio ne peuvent être d'aucun avantage au
commerce du royaume, nous ne devinons pas ce qui doit, à leurs yeux,
être avantageux à ce commerce.--Les colons établis sur les montagnes
d'Allegany, sur les bords de l'Ohio et dans le nouveau comté de Bedford
dans la province de Pensylvanie, sont tous vêtus d'étoffes anglaises. Eh
bien, le pays qu'ils habitent n'est-il donc d'aucun avantage au commerce
du royaume?--Les marchands de Londres sont maintenant occupés à faire
embarquer des marchandises de fabrique anglaise pour les colons des
terres de l'Ohio: cette exportation paroît-elle aussi aux lords
commissaires n'être d'aucun avantage pour le commerce du royaume.

En un mot, d'après les principes des lords commissaires, les relations
avec le royaume doivent être avantageuses si les colons sont établis à
l'orient des montagnes d'Allegany. Mais, quoi! le charroi d'environ
soixante-dix milles, à partir des montagnes de l'Ohio, charroi dont les
frais n'augmenteront pas le prix des étoffes les plus grossières de plus
d'un demi-sou anglais par aune[60], changera-t-il donc l'état du
commerce relativement aux colons de ces contrées? Sera-t-il, comme
l'avancent les lords commissaires, «sans aucun avantage pour ce
royaume?»--Les pauvres Indiens de l'Amérique septentrionale, qui
habitent les parties les plus éloignées des côtes, et qui n'ont rien que
ce qu'ils prennent à la chasse, sont pourtant en état de payer les
toiles, les étoffes de laine, les ustensiles de fer, que leur
fournissent les marchands anglais, en employant toute la fraude et les
ruses que la friponnerie peut inventer pour enchérir ces marchandises.
Ainsi, des cultivateurs industrieux, qui pourront livrer du chanvre, du
lin, de la soie, auront bien plus de facilité à payer ce qu'on leur
portera par la voie d'un commerce loyal, sur-tout quand on se rappelera
qu'il ne leur sera permis d'avoir de débouché pour les productions de
leurs terres, que dans le royaume.--Si les productions de ce pays sont
envoyées dans le royaume, les marchandises anglaises n'iront-elles pas
en retour dans ce pays, et particulièrement dans l'endroit d'où sortira
le chanvre?

Nous n'examinons point si la Nouvelle-Écosse et les deux Florides ont
procuré à l'Angleterre des bénéfices proportionnés aux sommes énormes,
qu'il en a coûté pour les établir et les conserver, ni si l'on a droit
d'en espérer les avantages que promirent les lords commissaires du
commerce et des colonies, dans le rapport qu'il firent en 1768.--Nous
croyons qu'il nous suffit de dire que ces principaux Pensylvaniens dont
parle le rapport, et--«qui ont présenté leurs noms et leur association
au conseil de sa majesté, dans l'intention de faire des établissemens à
la Nouvelle-Écosse,»--ont été convaincus, depuis plusieurs années, de
l'impossibilité d'engager des habitans à quitter les colonies du centre,
pour aller s'établir dans cette province; et même que ceux, à qui on
avoit persuadé d'y aller, sont, pour la plupart, retournés chez eux, en
se plaignant beaucoup de la dureté et de la longueur des hivers.

Quant aux deux autres provinces, nous sommes persuadés qu'il est
moralement impossible que les habitans des contrées, situées entre les
trente-septième et le quarantième degré de latitude nord, dont le climat
est tempéré et où il y a encore beaucoup de terres inoccupées, se
déterminent à aller s'établir dans les provinces brûlantes et mal-saines
des deux Florides. Il serait tout aussi aisé d'engager les habitans de
Montpellier à quitter leur climat pour les parties septentrionales de la
Russie, ou pour les bords du Sénégal. Enfin, les inspirations de la
nature, et l'expérience de tous les âges prouvent qu'un peuple né et
vivant dans un climat tempéré, et dans le voisinage d'un pays riche,
sain et bien cultivé, ne peut point être forcé à traverser plusieurs
centaines de milles pour se rendre dans un _port de mer_, faire un
voyage _par mer_, et s'établir dans des latitudes excessivement froides
ou excessivement chaudes.

Si le comté d'York, en Angleterre, n'étoit ni cultivé, ni habité, et que
les habitans, qui sont encore plus au sud de l'île, manquassent de
terres, se laisseroient-ils conduire dans le nord de l'Écosse? Ne
voudroient-ils pas plutôt, en dépit de toutes les oppositions, s'établir
dans le fertile comté d'York?

Voilà ce que nous nous sommes crus dans l'obligation de remarquer à
l'égard des principes généraux que contient le rapport de 1768.--Nous
espérons avoir suffisamment démontré que les argumens, dont on y fait
usage, ne peuvent être d'aucun poids contre notre pétition; et qu'ils ne
doivent s'appliquer comme l'exprime le rapport, «qu'aux colonies, qu'on
propose d'établir aux frais du royaume, et à la distance de plus de
quinze cents milles de la mer, où les habitans étant dans
l'impossibilité de fournir de quoi payer les marchandises de la
Grande-Bretagne, seroient probablement réduits à en fabriquer eux-mêmes,
et resteroient séparés des anciennes colonies par d'immenses déserts.»

Il ne nous reste maintenant qu'à demander si, en 1768, l'intention des
lords commissaires du commerce et des colonies étoit que le territoire,
qui devoit être renfermé dans les limites, qu'on traça cette année,
d'accord avec les Indiens, restât un désert inutile, ou fût établi par
les sujets de l'Angleterre?--Le rapport, que les lords actuels disent
contenir tous les argumens contre cet établissement, nous fournit
lui-même une ample et satisfaisante réponse à cette question.

En 1768, les lords commissaires après avoir énoncé leur opinion contre
les trois nouveaux gouvernemens proposés, s'expriment en ces
termes:--«Nous sommes contraires à ces gouvernemens, parce qu'il faut
encourager l'établissement d'une immense étendue de côtes, jusqu'à
présent inoccupée. Comme les habitans des colonies du centre auront,
d'après les nouvelles limites, la liberté de s'étendre graduellement
dans l'intérieur du pays, ces côtes rempliront le but d'augmenter la
population et la consommation, bien plus efficacement et plus
avantageusement que l'établissement des gouvernemens nouveaux.
L'extension graduelle des établissemens sur le même territoire étant
proportionnée à la population, entretient les rapports d'un commerce
avantageux entre la Grande-Bretagne et ses possessions les plus
éloignées; rapports qui ne peuvent exister dans des colonies séparées
par des déserts immenses.»

Peut-il y avoir une opinion plus claire, plus concluante, en faveur de
la proposition que nous avons humblement soumise au conseil de sa
majesté?--Les lords commissaires de 1768, ne disent-ils pas positivement
que les habitans des colonies du centre auront la liberté de s'étendre
graduellement dans l'intérieur du pays?--N'est-il donc pas bien
extraordinaire qu'après deux ans de délibération, les lords commissaires
actuels présentent aux lords du conseil privé un rapport, dans lequel se
référant à celui de 1768, ils disent: _Que tous les argumens à ce sujet
y ont été rassemblés avec beaucoup de force et de précision_; et qu'ils
ajoutent dans le même paragraphe qu'_ils doivent combattre cette opinion
et conseiller au roi d'arrêter les progrès des établissemens dans
l'intérieur du pays_?--Ils disent encore, «Qu'on doit empêcher, autant
qu'il est possible, ces établissemens éloignés; et qu'il faut qu'une
proclamation nouvelle annonce la résolution où est sa majesté, de ne
point permettre à présent qu'on fasse de nouveaux établissemens au-delà
des limites; c'est-à-dire, au-delà des montagnes d'Allegany.»

Combien tout cela est étrange et contradictoire! Mais nous nous
dispenserons de l'examiner plus strictement, et nous terminerons nos
observations sur cet article, en citant l'opinion qu'ont eue, à
différentes époques, les lords commissaires du commerce et des colonies.

En 1748, les lords commissaires exprimèrent le plus vif désir
d'encourager les établissemens sur les montagnes et sur les bords de
l'Ohio.

En 1768, ils déclarèrent, relativement aux nouvelles limites pour
lesquelles on négocioit alors, que les habitans des colonies du centre,
auroient la liberté de s'étendre graduellement dans l'intérieur du pays.

En 1770, le comte d'Hillsborough[61], recommanda l'acquisition d'un
territoire sur les montagnes, suffisant pour établir une nouvelle
colonie, et il demanda aux lords commissaires de la trésorerie, s'ils
étoient dans l'intention de traiter pour cet objet, avec M. Walpole et
ses associés.

En 1772, le même comte d'Hillsborough et les autres lords commissaires
du commerce et des colonies, firent un rapport sur la pétition de M.
Walpole et ses associés, et citèrent à leur appui, celui qu'avoit fait
leur bureau, en 1768, comme contenant tous les argumens à ce sujet,
rassemblés avec beaucoup de force et de précision. Ce rapport de 1768,
annonçoit, ainsi que nous l'avons déjà dit, _que les habitans des
colonies du centre auroient la liberté de s'étendre graduellement dans
l'intérieur du pays_, c'est-à-dire, sur les terres dont nous demandons
la concession. Mais, quoique les lords commissaires se soient autorisés
d'une manière si positive de l'opinion qu'avoient leurs prédécesseurs,
en 1768, ils ont en même-temps fait un rapport absolument contraire à
cette opinion et à l'engagement qui en étoit la suite.

L'on demandera peut-être ce que signifie la phrase du rapport de 1768,
qui dit que les habitans pourront _s'étendre graduellement dans
l'intérieur du pays_?--Nous répondrons qu'elle a été écrite dans
l'intention de combattre l'envie qu'on avoit d'établir trois nouveaux
gouverneurs, et de disperser la population dans des contrées
séparées.--En un mot, nous croyons qu'il est hors de doute, qu'en 1768,
l'opinion _précise_ des lords commissaires étoit que le territoire
compris dans la ligne des limites, pour laquelle on étoit en négociation
et qui ensuite a été tracée, suffisoit alors pour remplir le but qu'on
avoit, d'augmenter la population et la consommation. Ces lords pensoient
que jusqu'à ce que ce territoire fût entièrement peuplé, il n'étoit pas
nécessaire d'établir les trois nouveaux gouvernemens proposés _aux frais
du royaume_, dans des contrées qui sont, comme ils l'observent, séparées
par d'immenses déserts.

Nous ne nous étendrons pas davantage sur le sixième paragraphe du
rapport des lords commissaires du commerce et des colonies. Nous nous
flattons d'avoir démontré que les habitans des provinces du centre de
l'Amérique septentrionale ne peuvent être forcés à échanger le sol et le
climat de ces provinces, ni pour les forêts glacées de la
Nouvelle-Écosse et du Canada, ni pour les déserts brûlans et mal-sains
des deux Florides.

Mais examinons maintenant ce qu'il arriveroit si l'on pouvoit contenir
ces habitans dans un territoire resserré. Cela ne les empêcheroit-il pas
de se livrer à l'inclination naturelle, qui les porte à cultiver la
terre? Ne seroient-ils pas en même-temps forcés d'établir des
manufactures qui rivaliseroient celle de la mère-patrie?--Les lords
commissaires ont d'avance répondu, avec beaucoup de candeur à ces
questions, dans le rapport fait en 1768.--«Nous admettons, disent leur
seigneuries, comme un principe incontestable de la vraie politique, que
pour prévenir l'établissement des manufactures dans les colonies, il est
nécessaire d'ouvrir aux établissemens un territoire étendu et
proportionné à l'accroissement de la population; parce que lorsque
beaucoup d'habitans sont renfermés dans d'étroites limites, et n'ont pas
assez de terre à cultiver, ils sont forcés de porter leurs vues et leur
industrie vers les manufactures».--Mais ces lords observent en
même-temps:--«Que l'encouragement donné aux colonies voisines de la mer,
et l'effet qu'a eu cet encouragement, ont efficacement pourvu à cet
objet». Cependant, ils ne désignent pas les parties de l'Amérique
septentrionale où l'on a pourvu à l'objet de la population. S'ils ont
cru qu'il suffisoit pour cela d'avoir formé l'établissement des
gouvernemens de Quebec, de la Nouvelle-Écosse, de l'île de Saint-Jean de
Terre-Neuve, et des deux Florides, nous oserons dire qu'ils se sont
trompés. Il est une vérité incontestable, c'est que bien que dans les
colonies du centre il y ait au moins un million d'habitans, nul
d'entr'eux n'a émigré pour aller s'établir dans ces nouvelles provinces.
Par cette même raison, et d'après les motifs ordinaires, qui engagent à
former des colonies, nous affirmons que personne n'aura envie de quitter
le climat salubre et tempéré de la Virginie, du Maryland, de la
Pensylvanie, pour aller s'exposer au froid excessif du Canada et de la
Nouvelle-Écosse ou aux chaleurs des deux Florides.--D'ailleurs, le
gouvernement n'a pas le pouvoir de faire des avantages qui puissent
compenser la perte des amis et des voisins, la nécessité de rompre des
liens de famille, et l'abandon d'un sol et d'un climat infiniment
supérieurs à ceux du Canada, de la Nouvelle-Écosse et des deux Florides.

L'accroissement de population des provinces du centre est sans exemple.
Les habitans ont déjà commencé à établir quelques manufactures. Or, n'y
a-t-il pas lieu de croire qu'ils seront forcés de porter presque toute
leur attention vers ce dernier objet, si l'on les retient dans les
étroites limites où ils sont? Eh! comment peut-on empêcher qu'ils ne
deviennent manufacturiers, si ce n'est, comme l'ont justement observé
les lords commissaires, en leur donnant une étendue de territoire
proportionnée à l'accroissement de leur population?--Mais où
trouvera-t-on un territoire convenable pour une nouvelle colonie
d'habitans des provinces du centre?--Où?--Dans le pays même, où les
lords commissaires ont dit que les habitans de ces provinces auroient la
liberté de s'établir; pays que le roi a acheté des six Nations; pays où
des milliers de ses sujets sont déjà établis; pays, enfin, où les lords
commissaires ont reconnu que:--«l'extension graduelle des établissemens
sur le même territoire, étant proportionnée à la population, pouvoit
entretenir les rapports d'un commerce avantageux entre la
Grande-Bretagne et ses possessions les plus éloignées.»

Le septième paragraphe du rapport parle de l'extrait d'une lettre du
commandant en chef des forces anglaises en Amérique, extrait que le
comte d'Hillsborough a présenté aux lords commissaires du commerce et
des colonies. Mais leurs seigneuries ne font mention ni du nom du
commandant, ni du temps où il a écrit sa lettre, ni de ce qui l'a engagé
à communiquer son opinion sur l'établissement des colonies dans des pays
éloignés. Toutefois, nous imaginons que le général Gage est l'auteur de
la lettre, et qu'il l'écrivit vers l'année 1768, lorsque les lords
commissaires du commerce et des colonies étoient occupés à examiner le
plan des trois nouveaux gouverneurs, et avant qu'on eût fait
l'acquisition des terres de l'Ohio et établi la ligne des limites avec
les six Nations.

Certes, nous sommes persuadés que le général n'avoit alors en vue que
les pays, qu'il appelle des contrées éloignées, c'est-à-dire, le
détroit, le pays des Illinois, et le bas de l'Ohio; car il dit que «Ce
sont des pays étrangers, dont l'éloignement ne permet de tirer ni des
choses nécessaires à la marine anglaise, ni des bois et des provisions
pour les îles à sucre».--Il dit aussi, «Qu'en formant des établissemens
à une si grande distance, le transport de la soie, du vin et des autres
objets qu'ils produiroient, les rendroit probablement trop chers pour
tous les marchés où l'on voudroit les vendre, et que les habitans
n'auroient à donner que des fourrures en échanges des marchandises
anglaises.»

Ce qui, selon nous, prouve que le général ne vouloit parler que des
établissemens du détroit, du pays des Illinois et du bas de l'Ohio, et
non du territoire, dont nous demandons la concession, c'est qu'il
ajoute:--«Il n'est pas certain que l'établissement de ces contrées ne
fût suivi d'une guerre avec les Indiens, et qu'il ne fallût combattre
pour chaque pouce de terrain.»

Nous avouons franchement qu'il nous est impossible de concevoir pourquoi
les lords commissaires du commerce et des plantations ont chargé leur
rapport de l'opinion du général Gage sur ce qu'il appelle
_l'établissement d'un pays étranger_, établissement qu'on ne pouvoit
entreprendre sans être obligé de combattre pour chaque pouce de terrain.
Nous ne concevons pas plus comment leurs seigneuries ont pu appliquer
cette opinion à l'établissement d'un territoire acheté par le roi,
depuis près de quatre ans, déjà habité par plusieurs milliers d'Anglais,
et où, ainsi que nous le démontrerons dans la suite de ces observations,
les Indiens même, qui vivent sur la rive septentrionale de l'Ohio, ont
demandé qu'on se hâtât d'établir un gouvernement.

Le huitième paragraphe du rapport qui nous concerne, vante beaucoup
l'exactitude et la précision de celui de 1768. Or, ce dernier disoit,
ainsi que nous l'avons déjà observé, que les habitans des colonies du
centre auroient la liberté de s'établir sur les montagnes et sur les
bords de l'Ohio.--Les lords commissaires font aussi un grand éloge de la
lettre du commandant en chef, et citent l'opinion de M. Wright,
gouverneur de la Georgie, au sujet des grandes concessions de terrain
dans l'intérieur de l'Amérique.

Nous aurions désiré qu'en parlant de l'opinion de ce dernier, on nous
eût dit dans quel temps sa lettre fut écrite; s'il connoissoit alors la
situation du pays des montagnes, les dispositions des habitans des
colonies du centre, la douceur du climat des bords de l'Ohio, la
fécondité du sol, le voisinage du Potomack, et la facilité de tirer de
ce pays de la soie, du lin, du chanvre, et beaucoup d'autres objets,
pour les envoyer en Angleterre.--Instruits de ces faits, nous aurions
jugé si, en effet, les connoissances et l'expérience du gouverneur
Wright relativement aux colonies, doivent, ainsi que l'avancent les
lords commissaires, donner dans cette circonstance un grand poids à son
opinion.

Ce que pense le gouverneur Wright nous semble devoir se réduire aux
propositions suivantes.

1º. Que si l'on concède un vaste territoire à une compagnie, qui désire
de le peupler et s'en occupe réellement, on fera sortir d'Angleterre
beaucoup d'habitans.

2º. Que cette colonie formera une espèce d'état séparé et indépendant,
qui voudra se régir lui-même, avoir des manufactures chez lui, et ne
recevoir des provisions ni de la mère-patrie, ni des provinces dans le
voisinage desquelles il se trouvera établi; et que comme il sera
très-loin du centre du gouvernement, des tribunaux et des magistrats, et
conséquemment affranchi de l'inspection des loix, il deviendra bientôt
un réceptacle de brigands.

3º. Qu'il faudroit que les habitans fussent très-nombreux dans le
voisinage de la mer, et que le terrain y fût bien cultivé et amélioré.

4º. Que les idées du gouverneur Wright ne sont point chimériques; qu'il
connoît _un peu_ la situation et l'état des choses en Amérique, et que
d'après quelques petits exemples, il se figure aisément ce qui peut et
doit certainement arriver si l'on ne le prévient à temps[62].

Nous nous permettrons de faire quelques remarques sur ces propositions.

Quant à la première, nous espérons prouver d'une manière satisfaisante,
que les colonies du centre, telles que le New-Jersey, la Pensylvanie, le
Maryland et la Virginie, n'ont presque d'autre terrain vacant, que celui
qu'ont acquis de grands propriétaires pour le revendre à haut prix. Nous
observerons ensuite que les pauvres colons, chargés de beaucoup
d'enfans, ne sont pas en état de payer ce prix; que cela est cause que
plusieurs milliers de familles se sont déjà établies sur l'Ohio; que
nous n'avons nulle envie d'engager aucun des sujets européens de sa
majesté à aller se fixer dans ces contrées; mais que pour les défricher
et les cultiver nous comptons entièrement sur la bonne volonté des
habitans qui seront de trop dans les colonies du centre.

Nous répondrons à l'égard de la deuxième proposition, que nous croyons
seulement nécessaire d'observer que la supposition de voir devenir ce
pays une espèce d'état séparé et indépendant, perd toute sa force,
puisqu'on a proposé d'y établir un gouvernement à l'instant où l'on en
obtiendroit la concession. Les lords commissaires du commerce et des
colonies ne l'ont point désavoué.

Pour la troisième proposition, nous observerons rapidement que nous y
avons pleinement répondu dans la dernière partie de nos remarques sur le
sixième paragraphe.

Enfin, la quatrième proposition ne contient que l'aveu que fait le
gouverneur en disant qu'il connoît _un peu_ la situation et l'état des
choses en Amérique; et que d'après quelques _petits_ exemples, il se
figure aisément ce qui peut et doit certainement arriver, si l'on ne le
prévient à temps.--Nous avouerons que comme le gouverneur ne dit point
quels sont ces petits exemples, nous ne prétendons pas juger, si ce
qu'il se figure peut s'appliquer à l'objet que nous considérons, ou à
quelle autre chose il peut avoir rapport.

Mais, comme les lords commissaires du commerce et des colonies ont jugé
à propos d'insérer dans leur rapport, la lettre du général Gage et celle
du gouverneur Wright, il est nécessaire que nous citions l'opinion de
l'assemblée des citoyens de Virginie sur l'objet dont il est question.
Cette opinion se trouve dans la pétition que cette assemblée a adressée
au roi le 4 août 1767, et que M. Montague, agent de la colonie, a
remise, vers la fin de la même année, aux lords commissaires du commerce
et des colonies.--Voici ce que disent les citoyens de Virginie:--«Nous
espérons humblement que nous obtiendrons votre royale indulgence, quand
nous vous dirons que notre opinion est que le service de votre majesté
et l'intérêt général, de vos possessions en Amérique, exigent qu'on
continue à encourager[63] l'établissement des terres de ces
frontières.--L'assemblée observe que par ce moyen, des hommes qui ont
des propriétés et sont les sujets fidèles du gouvernement, feront de
nouveaux établissemens. Mais si l'on continue à s'y opposer, nous avons
les plus fortes raisons de croire que ce pays deviendra le réfuge des
vagabonds, des gens qui braveront l'ordre et les loix, et qui, avec le
temps, peuvent former un corps funeste à la paix et au gouvernement
civil de cette colonie.»

Nous allons maintenant faire quelques observations sur les neuvième,
dixième et onzième paragraphes du rapport des lords commissaires du
commerce et des colonies.

Dans le neuvième, les lords commissaires disent:--«Qu'une des choses,
qui doivent engager à rejeter la proposition des pétitionnaires, c'est
ce qu'on dit du grand nombre d'habitans qu'il y a déjà sur les montagnes
et sur les bords de l'Ohio».--Nous prouverons, d'après des témoignages
incontestables, qu'il y a, en effet, jusqu'à cinq mille familles, qui,
l'une dans l'autre, sont au moins de six personnes chacune;
indépendamment de quelques milliers de familles, qui sont aussi établies
sur les montagnes dans les limites de la province de Pensylvanie.--

Leurs seigneuries ajoutent:--«Que si leur raisonnement est de quelque
poids, il doit certainement déterminer les lords du conseil privé à
conseiller à sa majesté d'employer tous les moyens pour arrêter les
progrès de ces établissemens, et non de faire aucune concession de
territoire qui les favorise.»

Nous avons démontré clairement que le pays situé au midi du grand
Kenhawa jusqu'à la rivière de Cherokée, appartenoit, non aux Cherokées,
mais aux six Nations;--Que maintenant ce pays appartient au roi, parce
que sa majesté l'a acquis des six Nations;--Que ni les six Nations, ni
les Cherokées ne chassent entre le grand Kenhawa et la terre opposée à
la rivière de Sioto;--Que malgré la ligne des limites nouvellement
tracées, les lords commissaires du commerce et des colonies
sacrifieroient aux Cherokées une étendue de pays de huit cents lieues de
long, an moins, pays que sa majesté a acheté et payé;--Que les
véritables limites occidentales de la Virginie ne s'étendent pas au-delà
des montagnes d'Allegany;--que depuis que sa majesté a acheté le pays
des six Nations, elle n'en a pas réuni la moindre partie à la province
de Virginie;--Qu'il n'y a point d'établissemens d'après des titres
légitimes, sur aucune partie du pays, que nous sommes convenus d'acheter
des lords commissaires de la trésorerie;--Qu'en 1748, le gouvernement
encourageoit, autant qu'il étoit possible, les établissemens qu'on
fesoit sur les montagnes;--Que la proclamation de 1763 ne suspendit ces
encouragemens que momentanément, c'est-à-dire, jusqu'à ce que le pays
fût acheté des Indiens;--Que l'ardeur qu'on mettoit à établir ces terres
étoit si grande, que de grands défrichemens y furent faits avant qu'on
les eût acquises;--Que, quoique les colons y fussent journellement
exposés aux cruautés des Sauvages, ni une force militaire, ni des
proclamations répétées ne purent les engager à abandonner leurs
établissemens;--Que le sol des montagnes est très-fertile, et que le
pays produit aisément du chanvre, du lin, de la soie, du tabac, du fer,
du vin, etc.;--Que ces articles peuvent être charriés à très-bon marché
dans un port de mer;--«Que les frais de charroi sont si peu de chose,
qu'il est impossible qu'ils empêchent la consommation des marchandises
anglaises;--Que le roi n'a acquis les terres des Indiens, et tracé une
ligne de démarcation avec eux, que pour que ses sujets pussent s'établir
sur ces terres;--Qu'enfin, les commissaires du commerce et plantations
déclarèrent, en 1768, que les habitans des provinces du centre auroient
la liberté de s'étendre graduellement dans l'intérieur du pays.»

À tous ces faits, nous ajouterons qu'au congrès tenu avec les six
Nations, dans le fort Stanwix, en 1768, lorsque sa majesté acheta le
territoire de l'Ohio, MM. Penn[64] achetèrent aussi de ces Indiens un
territoire très-étendu sur les montagnes d'Allegany, et limitrophe des
terres en question.--Au printemps de 1769, MM. Penn firent ouvrir un
bureau à Philadelphie, pour la distribution du terrain qu'ils avoient
acheté au fort Stanwix; et tous les colons qui s'étoient déjà établis
sur les montagnes dans les limites de la Pensylvanie, avant qu'elles
fussent acquises des Indiens, ont depuis, obtenu des titres légitimes
pour leurs plantations.

En 1771, on présenta une pétition à l'assemblée générale de Pensylvanie,
pour la prier de créer un nouveau comté sur les montagnes.--L'assemblée
en considération du grand nombre de familles établies sur ces montagnes,
dans les limites de la province, y créa, en effet, le comté de
Bedford.--En conséquence, William Thompson fut élu pour représenter ce
comté dans l'assemblée générale. Un sheriff, un accusateur public, des
juges-de-paix, des huissiers et d'autres officiers civils furent nommés
pour résider sur les montagnes.--Mais plus de cinq mille familles, qui
sont établies au sud de ces montagnes, et sont près des limites
méridionales de la Pensylvanie, restent sans ordre, sans loix, sans
gouvernement. Aussi, les voit-on sans cesse en querelle. Elles ont déjà
franchi la ligne des limites, tué plusieurs Sauvages et envahi une
partie du territoire qui est vis-à-vis de l'Ohio. Si l'on ne se hâte de
leur donner des loix, et de les obliger à une juste subordination, le
désordre dans lequel elles vivent, sera bientôt à son comble, et
deviendra non moins funeste aux anciennes colonies qu'aux
Indiens.--Voilà des faits réels. Pourra-t-on donc à présent, les
dénaturer au point d'en conclure qu'il ne faut point donner un
gouvernement aux sujets du roi, établis sur le territoire de l'Ohio?

Il faut aussi considérer que nous sommes convenus de payer pour une
petite partie du terrain acquis au fort Stanwix, tout ce qu'en a coûté
la totalité; et qu'en outre nous devons nous charger de tous les frais
d'établissemens et d'entretien de la nouvelle colonie.

Il est si vrai que les colons établis sur ce terrain sont sans loix et
sans gouvernement, que les Indiens eux-mêmes s'en plaignent; de sorte
que si l'on ne remédie pas bientôt à ces maux, les Anglais auront
inévitablement la guerre avec les Indiens. Ce danger a été déjà prévu
par le général Gage, ainsi qu'on le voit dans ses lettres au comte
d'Hillsborough et dans un discours, transmis par ce général, au même
lord, et adressé aux gouverneurs de la Pensylvanie, du Maryland et de la
Virginie, par les chefs des Delawares, des Munsies et des Mohickons,
nations qui vivent sur les bords de l'Ohio.

Après avoir parlé du territoire que le roi a acquis dans leur pays, ces
Indiens disent:--«Les gens de votre nation sont venus, en grand nombre,
sur les montagnes et se sont établis dans le pays. Nous sommes fâchés de
vous dire que plusieurs querelles se sont déjà élevées entre les gens de
votre nation et les nôtres; qu'il y a eu des hommes tués des deux côtés,
et que nous voyons quelques peuples indiens, et vos anglais prêts à
entrer en guerre, ce qui nous inquiète beaucoup, car nous désirons de
vivre amicalement avec vous.--Vous nous avez souvent dit que vous aviez
des loix pour gouverner votre nation; mais nous ne voyons pas qu'en
effet vous en ayez. Ainsi, frères, à moins que vous ne trouviez quelque
moyen de contenir ceux de vos anglais, qui habitent entre les grandes
montagnes et l'Ohio, et qui sont très-nombreux, il sera impossible aux
Indiens de modérer leurs jeunes guerriers.--Soyez en sûrs, les nuages
noirs commencent à se rassembler sur ce pays; et si l'on ne se hâte pas
de faire quelque chose, ces nuages nous empêcheront bientôt de voir le
soleil.

»Nous désirons que vous fassiez la plus grande attention à ce que nous
vous disons; parce que cela part du fond de nos coeurs, et que comme
nous avons envie de vivre en paix et en amitié avec nos frères les
Anglais, nous sommes affligés de voir quelques peuples autour de nous,
prêts à se battre avec les gens de votre nation.

»Vos anglais aiment beaucoup nos riches terres. Nous les voyons tous les
jours se disputer des champs et brûler les maisons les uns des autres;
de sorte que nous ne savons pas s'ils ne passeront pas bientôt l'Ohio
pour venir nous chasser de nos villages; et nous ne voyons pas, frères,
que vous preniez aucun soin pour les arrêter.»

Ce discours des tribus, qui ont beaucoup d'influence dans leur pays, est
très-utile à connoître.--Il prouve que les colons sont très-nombreux sur
les montagnes; que les Indiens donnent toute leur approbation à
l'établissement d'une colonie sur les bords de l'Ohio;--et qu'ils se
plaignent d'une manière très-pathétique, de ce que les sujets du roi ne
sont point gouvernés. Il confirme enfin, l'assertion contenue dans le
huitième paragraphe du rapport des lords commissaires du commerce et des
colonies, qui dit:--«Que si l'on souffre que les colons continuent à
vivre dans un état d'anarchie et de confusion, ils commettront tant de
désordres, qu'ils ne pourront manquer de nous entraîner dans des
querelles avec les Indiens, et de compromettre la sûreté des colonies de
sa majesté.»

Cependant, les lords commissaires du commerce et des colonies, ont fort
peu d'égard à toutes ces circonstances. Ils se contentent de faire une
seule observation:--«Nous ne voyons rien, disent-ils, qui empêche le
gouvernement de Virginie d'étendre ses loix et sa constitution jusque
dans les contrées de l'Ohio, où des colons se sont établis avec des
titres légitimes».--Nous répétons qu'il n'y a point là de colons qui
aient de titres légitimes.--Malgré cela, leurs seigneuries disent, dans
le dixième paragraphe de leur rapport:--«Qu'il leur paroît qu'il y a
quelques possessions accordées par le gouverneur et le conseil de
Virginie».--Eh bien! supposons qu'il y en ait, et admettons même que les
loix et la constitution de la Virginie s'étendent jusque sur ce
territoire, quoique nous soyons bien certains qu'elles ne s'y étendent
pas: les lords commissaires en auront-ils davantage proposé quelque
manière de gouverner plusieurs milliers de familles qui s'y sont
établies, non avec des titres légitimes, mais conformément à l'ancien
usage de se placer sur des terrains inoccupés?--Non certainement. Au
contraire, leurs seigneuries ont recommandé de conseiller à sa majesté
d'employer tous les moyens possibles pour arrêter les progrès de ces
établissemens; et par conséquent de laisser les colons sans gouvernement
et sans loix, au risque de les voir entraîner les provinces du centre
dans une guerre qui détruiroit le commerce et la population des comtés
de leurs frontières.

Après avoir fait ces observations, il convient, peut-être, d'examiner si
les loix et la constitution de la Virginie peuvent être efficacement
étendues jusque sur le territoire de l'Ohio.--La ville de Williamsbourg,
capitale de la Virginie, n'est-elle pas au moins à quatre cents milles
de distance des établissement de l'Ohio?--Les loix de la Virginie
n'exigent-elles pas que toute personne, accusée d'un crime capital, soit
jugée à Williamsbourg _seulement_?--N'est-ce pas là que se tient
l'assemblée générale de la province?--N'est-ce pas là qu'est aussi le
tribunal du banc du roi, ou le tribunal de l'état?--La Virginie a-t-elle
destiné quelques fonds à l'entretien des officiers civils de ces
établissemens éloignés, au transport des accusés, et au paiement des
frais de voyage et de séjour des témoins, qui auroient huit cents milles
à faire pour aller à Williamsbourg et s'en retourner? Enfin, d'après
toutes les raisons que nous avons détaillées, les colons de l'Ohio ne
seroient-ils pas exactement dans la situation dont parle le gouverneur
Wright, dans la lettre qu'ont tant vantée les lords commissaires du
commerce et des colonies?--«Les personnes, dit-il, établies au-delà des
provinces, étant trop éloignées du siége du gouvernement, des tribunaux
et des magistrats, sont hors de la portée des loix et de l'autorité; et
leurs établissemens deviendront bientôt un receptacle de brigands.»

Nous pensons ne pas devoir dire grand'chose sur le deuxième paragraphe
du rapport des lords commissaires du commerce et des colonies.--La
clause de réserve, qui se trouve dans notre pétition, est une clause
d'usage; et nous espérons qu'en cette occasion, le conseil privé sera
d'avis qu'elle est suffisante, d'autant plus que nous sommes en état de
prouver que dans des limites du territoire pour lequel nous voulons
traiter, il n'y a point d'établissemens faits avec un titre légal.

Concluons.--Il a été démontré que ni les proclamations royales, ni
celles des assemblées provinciales, ni la crainte des horreurs d'une
guerre sauvage, n'ont pu empêcher des colons de s'établir sur les
montagnes, même avant que le pays fût acheté des Indiens. Or, à présent
que ce pays appartient aux Anglais, à présent qu'on a vu les
propriétaires de la Pensylvanie, qui sont les soutiens héréditaires de
la politique britannique dans leur province, donner toute sorte
d'encouragement pour établir les terres à l'ouest des montagnes, à
présent, enfin, que la législature de la province a approuvé cette
mesure des propriétaires, et que des milliers de familles se sont
établies dans le nouveau comté de Bedford, peut-on concevoir que les
habitans des colonies du centre, consentiront à ne pas cultiver les
fertiles contrées de l'Ohio?

Mais en admettant qu'il eût été jadis raisonnable de demander si l'on
devoit, ou non, faire des établissemens dans ce pays, il n'en est pas
moins certain que cela ne peut plus entrer en question, lorsque plus de
trente mille anglais y sont établis.--Convient-il de laisser un si grand
nombre de colons sans loix et sans gouvernement?--La saine politique
peut-elle approuver cette manière de former des colonies et d'accroître
les richesses, la force, le commerce de l'empire? Ou ne dit-elle pas
plutôt que l'indispensable devoir du gouvernement est de changer les
sujets _dangereux_ en sujets _utiles_? Ne dit-elle pas qu'il faut, pour
cela, établir immédiatement parmi eux l'ordre et la subordination, et
fortifier de bonne heure leur attachement naturel aux loix, aux coutumes
et au commerce du royaume?

Nous osons nous flatter d'avoir démontré et par des faits, et par des
raisonnemens justes, que l'opinion des lords commissaires du commerce et
des colonies, au sujet du territoire de l'Ohio, est mal fondée; et que
si le conseil privé l'adoptoit, elle auroit les conséquences les plus
dangereuses, les plus funestes pour le commerce, la paix et la sécurité
des colonies de sa majesté en Amérique.

D'après cela nous espérons que la nécessité de faire du territoire de
l'Ohio, une colonie séparée sera regardée comme une mesure conforme à la
plus sage politique et très-avantageuse au repos des anciennes colonies,
à la conservation de la ligne des limites, et aux intérêts commerciaux
de la mère-patrie.

  [43] En 1770, Benjamin Franklin, Thomas Walpole, banquier de Londres,
    John Sargent, Samuel Warton et quelques autres, présentèrent une
    pétition au roi d'Angleterre, pour obtenir la concession de terres
    sur les bords de l'Ohio, où ils vouloient établir une nouvelle
    province. Lord Halifax, qui étoit alors à la tête du bureau du
    commerce, approuvoit beaucoup ce projet. Mais lord Hillsborough, qui
    le remplaça, pensoit autrement; et lorsqu'en 1772, la pétition lui
    fut renvoyée, il fit un rapport pour la faire rejeter. Franklin
    écrivit les observations qu'on va lire, et le conseil du roi
    prononça en faveur des pétitionnaires. Lord Hillsborough en fut si
    piqué, qu'il donna sur-le-champ sa démission. (_Note du
    Traducteur._)

  [44] Les cinq Nations d'alors sont les mêmes que celles qu'on appelle
    les six Nations, depuis qu'elles se sont confédérées avec quelques
    autres peuplades. (_Note du Traducteur._)

  [45] Le Potowmack.

  [46] Les premiers vivoient non loin de la rivière James, en Virginie,
    et les seconds sur les bords de cette rivière.

  [47] C'est le délégué du gouvernement le plus injuste et le plus
    perfide de l'Europe, qui ose ainsi parler des Français! (_Note du
    Traducteur._)

  [48] Nullo in posterum impedimento, aut molestiâ afficiant.

  [49] Ce territoire est tout le pays qui s'étend depuis les montagnes
    d'Allegany jusqu'à l'Ohio, sur les deux rives de ce fleuve et
    jusqu'aux bords du Mississipi.

  [50] Inspecteur-général des affaires indiennes dans la partie
    méridionale des colonies anglaises.

  [51] Il est au moins de huit cents milles de long.

  [52] La Floride orientale et la Floride occidentale.

  [53] M. George Greenville étoit père du ministre actuel. Il fut
    premier lord de la trésorerie. Sa querelle avec Wilkes fit, dans le
    temps, beaucoup de bruit. (_Note du Traducteur._)

  [54] Le sir William Johnson, qui tint ce discours, joue un très-grand
    rôle dans l'histoire de l'Amérique septentrionale. Il connoissoit
    parfaitement le caractère des Sauvages; et étoit parvenu à se faire
    donner, par eux, un territoire très-considérable. Voici un des
    traits qu'on m'a cités de lui, lorsque je voyageois dans les
    États-Unis. Les Sauvages prétendent qu'un véritable ami doit, s'il
    le peut, réaliser leurs songes. Johnson connoissant ce préjugé, et
    voulant tenter l'ambition d'un chef, qui étoit venu le voir, exposa
    à sa vue un habit d'écarlate galonné, et un beau sabre. Le Sauvage
    n'osa pas demander ces objets: mais le lendemain, il revint chez
    Johnson, et lui dit: «Frère, j'ai rêvé, cette nuit, que tu m'avois
    donné ton habit rouge et ton beau sabre».--«Tu les auras», répondit
    Johnson; et il les lui donna sur-le-champ.--Au bout de quelque
    temps, le Sauvage ayant reparu, Johnson lui dit:--«Frère, j'ai rêvé
    que tu m'avois donné le pays qui s'étend depuis telle rivière
    jusqu'à telle autre».--«Il est à toi, répliqua le Sauvage. Mais mon
    frère, ne rêvons plus; car tes songes valent mieux que les miens, et
    tu me ruinerois».--(_Note du Traducteur._)

  [55] Redstone creek.

  [56] Cheat river.

  [57] Il porte aujourd'hui le nom de marquis de Lansdown. (_Note du
    Traducteur._)

  [58] C'est là que les troupes du général Braddock débarquèrent
    lorsqu'elles passèrent en Amérique.

  [59] La distance étoit alors de soixante-dix milles mais par une route
    nouvellement faite, elle n'est que de quarante milles; et l'on
    épargne plus de la moitié des 5 s. 9 d.

  [60] Le demi-sou anglais vaut un sou tournois. L'aune anglaise n'a
    qu'environ 33 pouces. (_Note du Traducteur._)

  [61] Premier lord commissaire du bureau du commerce et des colonies.

  [62] Franklin a combattu avec beaucoup d'adresse l'opinion du
    gouverneur Wright: mais la révolution d'Amérique a prouvé combien ce
    dernier étoit clairvoyant. (_Note du Traducteur._)

  [63] Ces encouragemens étoient une exemption de toute espèce de
    paiement en argent, de cens pour dix ans, et de toutes les taxes
    pour quinze ans.

  [64] Les héritiers de William Penn, fondateur de la colonie de
    Pensylvanie.



SUR UN PLAN DE GOUVERNEMENT ENVOYÉ PAR LE CABINET DE LONDRES EN
AMÉRIQUE[65].


AU GOUVERNEUR SHIRLEY.

                                                         Le mardi matin.

Je renvoie à Votre Excellence les feuilles détachées du plan, qu'elle a
bien voulu me communiquer.

Je crains que le désir qu'on a d'empêcher le peuple des colonies de
participer à la nomination du grand-conseil, et de le faire taxer par le
parlement d'Angleterre, où il n'est point représenté, n'occasionne
beaucoup de mécontentement.

Il est très possible que ce gouvernement général soit aussi bien, aussi
fidèlement administré sans que le peuple s'en mêle, qu'avec lui: mais
lorsqu'on lui a imposé de pesans fardeaux, on a toujours trouvé utile de
faire en sorte que cette imposition parût en partie son ouvrage, attendu
qu'il la supporte beaucoup mieux lorsqu'il croit qu'elle vient de lui,
et que quand quelques mesures publiques lui semblent injustes ou
désagréables, les roues du gouvernement ont de la peine à marcher.

                   *       *       *       *       *

AU MÊME.

                                                         Mercredi matin.

Je communiquai hier à Votre Excellence, mon opinion sur le
mécontentement que doit exciter l'envie d'empêcher le peuple
de participer à l'élection des membres du grand-conseil, et de
le faire taxer par un acte du parlement, sans qu'il y ait des
représentans.--Lorsqu'il s'agit de l'intérêt général du peuple, et
sur-tout lorsqu'on doit lui imposer des charges, il ne faut pas moins
considérer ce qu'il sera disposé à penser et à dire que ce qu'il est de
son devoir de penser. Je vais donc, pour obéir à Votre Excellence, lui
faire brièvement part des idées qui me sont venues à cette occasion.

On dira peut-être avec raison;

1º. Que les habitans des colonies ont autant de loyauté et sont aussi
attachés à la constitution anglaise et à la famille règnante, que tous
les autres sujets du roi.

2º. Qu'il n'y a aucun doute que si les colonies avoient des représentans
au parlement, ces représentans ne manqueroient ni de bonne volonté, ni
d'empressement à accorder les secours qu'on jugeroit nécessaires pour la
défense du pays.

3º. Que les habitans des colonies, qui doivent sentir tout le danger
d'une invasion de la part de l'ennemi, puisque la perte de leurs
propriétés, de leur vie, de leur liberté, pourroient en être la suite,
doivent aussi mieux juger que le parlement d'Angleterre, qui est
très-éloigné d'elles, de la quantité de troupes à lever et à entretenir
sur leurs frontières, des forteresses à y bâtir, et des moyens qu'ils
ont de supporter ces dépenses.

4º. Que souvent les gouverneurs ne viennent dans les colonies que dans
l'intention d'acquérir une fortune pour l'emporter en Angleterre; qu'ils
ne sont pas toujours des hommes capables et intègres; que plusieurs
d'entr'eux n'ont ni des propriétés dans le pays, ni des relations avec
nous, qui puissent leur faire prendre à coeur notre bien-être; et qu'ils
peuvent fort bien désirer de tenir sur pied plus de forces qu'il n'en
faut, afin d'augmenter leurs profits et de favoriser leurs amis et leurs
créatures.

5º. Que dans la plupart des colonies les conseillers étant nommés par le
roi, d'après la recommandation du gouverneur, ils ne possèdent
ordinairement que très-peu de propriétés, dépendent du gouverneur pour
leurs emplois, et sont, par conséquent, trop soumis à leur influence.

6º. Qu'il y a grande raison de se défier du pouvoir que les gouverneurs
et les conseils ont de lever les sommes qu'ils jugent à propos, en
tirant des mandats sur les lords de la trésorerie, pour qu'un acte du
parlement taxe ensuite les colonies et les oblige à payer ces sommes;
que les gouverneurs et les conseils peuvent abuser de ce droit, en
formant des projets d'expéditions vaines, en fatigant le peuple et
l'arrachant à son travail, pour lui faire exécuter ces projets, et en
créant des emplois, pour les donner à leurs partisans et en partager les
profits.

7º. Que le parlement d'Angleterre étant à une grande distance des
colonies, peut être mal informé et égaré par les gouverneurs et les
conseils, qui, réunis d'intérêts, doivent probablement rendre vaines
toutes les plaintes que les colons peuvent former contre eux.

8º. Que tout anglais a le droit incontestable de n'être taxé que d'après
le consentement qu'il en donne par la voie de ses représentans.

9º. Que les colonies n'ont point de représentans dans le parlement.

10º. Que de proposer de les taxer par un acte du parlement, et de leur
refuser la liberté d'élire un conseil représentatif pour s'assembler
dans le pays, et juger de la nécessité des taxes et de la somme à
laquelle elles doivent s'élever, c'est paroître soupçonner leur fidélité
envers la couronne, leur attachement à leur patrie, et l'intégrité de
leur bon sens; injure qu'elles n'ont point méritée.

11º. Que forcer les colonies à donner de l'argent sans leur
consentement, est un acte qui ressemble plutôt à la levée des
contributions en pays ennemis, qu'à l'usage de taxer des Anglais pour
l'avantage commun.

12º. Que c'est traiter les colons comme un peuple conquis, non comme de
vrais sujets de l'empire britannique.

13º. Qu'une taxe mise par les représentans des colonies peut être
diminuée à mesure que les circonstances le permettent: mais que si elle
est une fois établie par le parlement, et d'après les suggestions des
gouverneurs, elle doit probablement être maintenue pour le profit de ces
gouverneurs, encore qu'elle soit onéreuse pour les colonies, et qu'elle
gêne leur accroissement et leur prospérité.

14º. Que si les gouverneurs ont le pouvoir de faire marcher les habitans
d'une extrémité des colonies anglaises et françaises jusqu'à l'autre,
c'est-à-dire, dans l'étendue d'un pays de quinze cents milles carrés,
sans qu'auparavant les représentans du peuple y aient consenti, les
colons peuvent être ruinés par ces expéditions, et seront traités comme
les sujets de la France le sont en Canada, où un gouverneur oppresseur
les fatigue depuis deux ans par de longues et pénibles marches sur les
bords de l'Ohio.

15º. Que si plusieurs colonies réunies peuvent se passer de représentans
et être bien administrées par un gouverneur et un conseil nommés par le
roi, la même méthode doit également et même mieux convenir à des
colonies particulières; qu'alors le parlement peut les taxer toutes pour
le soutien du gouvernement, et que leurs assemblées doivent être
congédiées, comme étant une partie inutile de la constitution.

16º. Que les pouvoirs dont on a proposé de revêtir le conseil
représentatif du peuple, dans le plan d'union d'Albany, ne sont pas
aussi considérables, même pour ce qui a rapport au militaire, que ceux
que les chartes donnent aux colonies de Rhode-Island et de Connecticut,
et dont ces colonies n'ont jamais abusé. D'après le plan d'Albany, le
président-général devoit être nommé par le roi, et pouvoit refuser son
assentiment à tout ce qui ne lui paroîtroit pas juste: mais à
Rhode-Island et dans le Connecticut, le peuple nomme le gouverneur et ne
lui accorde point de négative.

17º. Que les colonies anglaises étant limitrophes des établissemens
français, elles sont proprement frontières de l'empire britannique; et
que les frontières d'un empire doivent être défendues aux frais de tout
ce qui le compose;--Qu'il seroit maintenant très-difficile d'obliger,
par un acte du parlement, les habitans des _Cinq ports_, ou des côtes
d'Angleterre, à entretenir toute la marine anglaise, parce qu'ils sont
immédiatement défendus par elle, et de leur refuser, en même-temps, le
droit d'avoir des représentans au parlement;--Qu'enfin, si les
frontières anglaises en Amérique, doivent supporter les frais de leur
défense, il est bien dur pour elles de ne pouvoir ni participer à l'acte
qui les taxe, ni juger de la nécessité de l'impôt, et de la somme à
laquelle il doit s'élever, ni donner des conseils sur les mesures qui y
ont rapport.

18º. Qu'indépendamment des taxes nécessaires pour la défense des
frontières, les colonies paient annuellement à la mère-patrie, de
grosses sommes, dont on ne fait point mention; que les impôts payés en
Angleterre par le propriétaire des terres et par l'artisan, doivent être
comptés dans l'augmentation de prix des productions territoriales et de
celles des manufactures; et que beaucoup de ces productions étant
achetées par les consommateurs, qui sont dans les colonies, ils paient,
par conséquent, une grande partie des taxes des Anglais.

Nous sommes gênés dans notre commerce avec les nations étrangères, qui
pourroient nous fournir plusieurs sortes de marchandises à bon marché;
et il faut que nous achetions chèrement ces marchandises des Anglais:
ainsi il est clair que la différence du prix est un impôt que
l'Angleterre met sur nous.--L'on nous oblige de porter directement en
Angleterre les productions de notre pays, et les droits qu'on y met
diminuent tellement leur prix, que le colon en retire beaucoup moins
qu'il ne les vendroit dans des marchés étrangers; ce qui est encore un
impôt payé à l'Angleterre.

Nous pourrions fabriquer chez nous, quelques marchandises; mais il nous
est défendu d'en faire, et il faut que nous les achetions des Anglais.
La totalité du prix de ces objets est bien un impôt payé à l'Angleterre.

Nous avons considérablement augmenté la consommation des marchandises
anglaises, ce qui, dans les dernières années, en a fait beaucoup hausser
le prix. C'est un bénéfice clair pour l'Angleterre; ses habitans en ont
plus de facilité à supporter leurs taxes; et comme nous y contribuons
beaucoup, c'est un impôt que nous payons à l'Angleterre.

Enfin, comme il ne nous est permis ni de régler notre commerce, ni
d'arrêter l'importation et la consommation des superfluités anglaises,
ce que l'Angleterre peut faire pour les superfluités des pays étrangers,
toutes nos richesses finissent par passer dans les mains des marchands
et des habitans de la Grande-Bretagne; et puisque nous les enrichissons,
et que nous les mettons plus en état de payer leurs impôts, c'est comme
si nous étions taxés nous-mêmes, et tout aussi avantageux à la couronne.

Cependant, nous ne nous plaignons point de ces espèces de taxes
secondaires, quoique nous ne participions point à la manière dont on les
impose. Mais payer des taxes directes et très-fortes, sans avoir aucune
part à leur établissement, taxes qui peuvent nous sembler aussi inutiles
qu'onéreuses, c'est sans doute, une mesure trop cruelle pour des
Anglais, qui ne peuvent croire qu'en hasardant leur fortune et leur vie
pour conquérir, défricher des contrées nouvelles, et étendre l'empire et
le commerce de leur patrie, ils ont perdu leurs droits naturels. Ils
pensent, au contraire, que leurs entreprises et leurs travaux leur
auroient mérité ces droits, s'ils avoient été auparavant dans un état
d'esclavage.

Voilà, j'imagine, ce que diront les habitans des colonies, si les
changemens proposés dans le plan d'Albany, ont lieu. Alors, les
gouverneurs et les conseils n'ayant point de représentans du peuple pour
approuver leurs mesures, y concourir et les rendre agréables aux colons,
verront bientôt leur administration devenir suspecte et odieuse. Des
haines, des discordes naîtront entre les gouvernans et les gouvernés, et
tout sera bientôt en confusion.

Peut-être ai-je trop de craintes à cet égard: mais à présent que je vous
ai communiqué, avec franchise, ma façon de penser, Votre Excellence peut
juger mieux que moi, si j'ai raison. Et le peu de temps que j'ai eu pour
composer cette lettre, doit, j'espère, excuser en partie son
imperfection.

Je suis, etc.

B. FRANKLIN.

                   *       *       *       *       *

AU MÊME

                                            Boston, le 22 décembre 1754.

Depuis la conversation que j'ai eue avec Votre Excellence, sur le moyen
d'unir plus intimement les colonies à la Grande-Bretagne, en leur
accordant des représentans au parlement, j'ai réfléchi encore sur ce
sujet, et je pense qu'une telle union seroit très-agréable aux colonies,
pourvu qu'on leur accordât un nombre convenable de représentans. Il
faudroit aussi qu'on révoquât les anciens actes du parlement, qui
bornent le commerce des colonies, et empêchent qu'on n'y établisse des
manufactures. Il faudroit enfin, que les sujets de l'Angleterre, qui
habitent en-deçà de la mer, eussent, à cet égard, les mêmes droits que
ceux qui vivent dans la Grande-Bretagne, jusqu'à ce que le nouveau
parlement jugeât qu'il est de l'intérêt général de rétablir quelques-uns
ou même tous les actes prohibitifs.

En vous parlant d'un nombre convenable de représentans des colonies, je
n'imagine pas que ce nombre doive être si considérable qu'il puisse
avoir beaucoup d'influence dans le parlement; mais je pense qu'il doit
l'être assez pour faire considérer avec plus d'attention et
d'impartialité les loix qui auront rapport aux colonies; et peut-être
aussi pour contre-balancer les sentimens particuliers d'une petite
corporation ou d'une troupe d'ouvriers et de marchands, auxquels il
semble jusqu'à présent qu'on a eu plus d'égard qu'à toutes les colonies;
de sorte qu'on leur a sacrifié l'intérêt général et l'avantage de la
nation.

Je pense aussi que si les colonies étoient gouvernées par un parlement,
dans lequel elles seroient loyalement représentées, les habitans
préféreroient beaucoup ce gouvernement, à la méthode qu'on a
dernièrement essayé d'introduire par des instructions royales; parce
qu'il est bien plus conforme à la nature de la constitution anglaise et
à la liberté. Les mêmes loix, qui semblent à présent peser cruellement
sur les colonies, paroîtroient douces et faciles à exécuter, si un
parlement où il y auroit des représentants colons, les avoit jugées
conformes à l'intérêt général.

Par une telle union, les habitans de l'Angleterre et ceux des colonies
apprendroient à se regarder non plus comme appartenant à deux
communautés différentes et dont les intérêts sont opposés, mais à une
communauté qui n'a qu'un seul intérêt. J'imagine que cela donneroit plus
de force à la nation entière et diminueroit de beaucoup le danger d'une
séparation.

L'on pense, je crois, que l'intérêt général d'un état, quel qu'il soit,
est que le peuple y soit nombreux et riche; qu'il y ait assez d'hommes
pour combattre pour sa défense, et assez pour payer les impôts
nécessaires aux frais de son gouvernement; car c'est ce qui contribue à
sa sécurité et à le faire respecter des puissances étrangères. Maïs
pourvu qu'on combatte, il paroît assez indifférent que ce soit Jean ou
Thomas; et si les taxes sont bien payées, qu'importe que ce soit par
William ou par Charles?

Les manufactures de fer occupent et enrichissent beaucoup d'anglais.
Mais il est égal pour l'Angleterre que les manufacturiers demeurent à
Birmingham ou à Sheffield, ou dans l'une et l'autre de ces villes,
pourvu qu'ils restent dans le pays, et que leurs richesses et leurs
personnes soient à ses ordres. Si l'on avoit pu dessécher par des
fossés, les sables de Goodwin, et donner, par ce moyen, à l'Angleterre
un vaste pays, qui seroit à présent couvert d'habitans, pourroit-on
croire qu'il fût juste de priver ces habitans des droits dont jouissent
tous les autres Anglais? Faudroit-il leur enlever le droit de vendre les
productions de leur canton dans les mêmes ports où iroient leurs
compatriotes, et de faire eux-mêmes leurs souliers, parce qu'un
cordonnier ou un marchand de la partie de l'île habitée avant la leur,
s'imagineroit qu'il seroit plus avantageux pour lui de les chausser et
de trafiquer avec eux. Cela seroit-il juste, quand bien même leur
terrain auroit été acquis aux frais de l'état? Cela ne seroit-il pas
encore moins juste si c'étoit par leur industrie et par leur travail que
ce terrain eût été acquis à l'Angleterre? Le tort ne paraîtroit-il pas
enfin bien plus cruel si on leur refusoit le droit d'avoir des
représentans au parlement, d'où émaneroient tous ces actes.

Je regarde les colonies comme autant de nouveaux comtés acquis à
l'Angleterre, et bien plus précieux pour elle, que si on les avoit fait
sortir du sein de la mer qui baigne ses côtes, et qu'ils fussent
adjacens à sa terre. Étant situées en différents climats, les colonies
fournissent une plus grande variété de productions et de matières pour
les manufactures de la Grande-Bretagne; et séparées d'elle par l'Océan,
elles sont cause qu'elle a bien plus de vaisseaux et de
matelots.--Puisqu'elles font partie de l'empire britannique, qui n'a
fait que s'étendre par leur moyen; et puisque la force et la richesse
des parties font la force et la richesse du tout, qu'importe-t-il à
l'état en général, qu'un marchand, un forgeron, ou un chapelier, soit
riche dans la _Vieille_ ou dans la _Nouvelle-Angleterre_?--Si
l'accroissement de la population est cause qu'on a besoin de deux
forgerons, au lieu d'un qu'on employoit auparavant, pourquoi ne veut-on
pas que le second prospère dans le nouveau pays, comme le premier dans
l'ancien? Enfin, pourquoi l'appui de l'état seroit-il accordé, avec
partialité, à moins que cette partialité ne soit en faveur de ceux qui
ont le plus de mérite? Et s'il y a quelque différence, ceux qui ont le
plus contribué à reculer les bornes de l'empire britannique, et à
accroître son commerce, sa force, ses richesses et sa population, en
exposant leur fortune et leur vie, dans des pays nouveaux, doivent, ce
me semble, être préférés.

Agréez mon estime et mon respect.

B. FRANKLIN.

  [65] L'on a déjà vu dans la vie de Franklin, qu'au mois de juillet
    1754, des députés de toutes les colonies anglaises de l'Amérique
    septentrionale, se rassemblèrent à Albany pour établir un plan de
    défense commune. Ce plan fut désapprouvé en Angleterre, d'où on en
    fit passer un autre au gouverneur Shirley. C'est à cette occasion
    que Franklin, qui étoit l'un des députés, et le rédacteur du premier
    plan, écrivit les trois lettres suivantes. (_Note du Traducteur._)



LETTRE DE LORD HOWE À BENJAMIN FRANKLIN[66]


                                   À bord de l'_Aigle_, le 20 juin 1776.

Je ne puis, mon digne ami, laisser partir les lettres et les autres
papiers que je vous envoie, sans y ajouter un mot au sujet des mesures
cruelles auxquelles nous ont entraînés nos malheureuses disputes. Les
dépêches officielles, que j'ai recommandé de vous faire passer avec
cette lettre, vous apprendront la nature de ma mission. Plein du désir
que j'ai toujours témoigné, de voir terminer nos différens, j'espère que
si je trouve dans les colonies les dispositions que j'y ai autrefois
vues, je pourrai seconder efficacement la sollicitude paternelle du roi,
pour le rétablissement de l'union et d'une paix durable entre les
colonies et l'Angleterre.

Mais si les préjugés de l'Amérique sont trop profondément enracinés, et
que la nécessité d'empêcher son commerce de passer dans des canaux
étrangers nous divise encore, je regretterai sincèrement, et par amour
du bien public, et par toute sorte de motifs particuliers, que ce ne
soit pas le moment où l'on puisse ramener cette paix, l'un des plus
grands objets de mon ambition. Je serai aussi très-affligé d'être encore
privé de l'occasion de vous assurer personnellement de toute l'estime
que j'ai pour vous.

HOWE.


                                  À la vue de Sandy-Hook, le 12 juillet.

P. S. Je n'ai pu vous envoyer cette lettre le jour qu'elle a été écrite.
Des calmes et des vents contraires m'ont même empêché d'apprendre au
général Howe que j'ai la satisfaction d'être chargé d'une mission
pacifique, et qu'il doit la remplir avec moi.

  [66] En 1776, l'amiral Howe fut envoyé en Amérique, pour négocier,
    d'accord avec le général Howe, son frère, une réconciliation entre
    l'Angleterre et les colonies, ou pour continuer la guerre s'il ne
    réussissoit pas à ramener les insurgens. Quand il arriva sur les
    côtes de New-York, il adressa au docteur Franklin, la lettre que je
    traduis ici, et à laquelle Franklin fit la réponse qu'on lira
    ensuite. (_Note du Traducteur._)



RÉPONSE DE BENJAMIN FRANKLIN À LORD HOWE.


                                       Philadelphie, le 30 juillet 1776.

J'ai reçu les lettres que Votre Excellence a bien voulu me faire passer,
et dont je vous prie d'agréer mes remerciemens.

Les dépêches officielles, dont vous me parlez, ne contiennent rien de
plus que ce que nous avons vu dans l'acte du parlement, c'est-à-dire,
des offres de pardon si nous nous soumettons. J'en suis véritablement
fâché; car il est très-désagréable pour Votre Excellence d'être envoyée
si loin de sa patrie pour une mission aussi inutile.

Recommander d'offrir un pardon aux colonies, qu'on a outragées, c'est,
en vérité, montrer qu'on nous croit encore l'ignorance, la bassesse,
l'insensibilité que votre aveugle et orgueilleuse nation s'est
long-temps plu à nous supposer. Mais cette offre ne peut avoir d'autre
effet que d'accroître nos ressentimens.

Il est impossible que nous songions à nous soumettre à un gouvernement,
qui, avec la plus insigne barbarie, a, dans le fort de l'hiver, brûlé
nos villes sans défense, excité les Sauvages à massacrer nos paisibles
cultivateurs, nos esclaves à assassiner leurs maîtres, et nous envoie en
ce moment même des stipendiaires étrangers pour inonder de sang nos
établissemens.

Ces atrocités ont éteint la dernière étincelle d'affection, que nous
avions pour une mère-patrie, qui nous fut jadis si chère. Mais quand il
nous seroit possible d'oublier et de pardonner les injures que nous en
avons reçues, vous ne pourriez pas, vous Anglais, pardonner à un peuple
que vous avez si cruellement offensé; vous ne pourriez jamais le
regarder encore comme fesant partie du même empire que vous, et lui
permettre de jouir d'une liberté à l'occasion de laquelle vous savez que
vous lui avez donné de justes sujets d'inimitié. Si nous étions encore
sous le même gouvernement que vous, le souvenir du mal que vous nous
avez fait, vous engageroit à nous accabler de la plus cruelle tyrannie,
et à employer toute sorte de moyens pour nous empêcher d'acquérir de la
force et de prospérer.

Mais Votre Excellence me parle de «la sollicitude paternelle du roi,
pour le rétablissement de l'union et d'une paix durable entre les
colonies et l'Angleterre».--Si, par la paix, vous entendez celle qui
doit avoir lieu entre deux états différens, qui sont maintenant en
guerre, et que sa majesté vous ait donné le pouvoir de traiter avec
nous, d'une telle paix, j'ose vous dire, quoique je n'y sois nullement
autorisé, que je crois que cela ne sera pas impraticable, avant que nous
ayons contracté des alliances étrangères.

Si votre nation punissoit les gouverneurs des colonies, qui ont fomenté
la discorde entr'elle et nous, rebâtissoit nos villes brûlées, et
réparoit le mieux qu'il lui seroit possible, les torts qu'elle nous a
faits, elle recouvreroit en partie notre estime, profiteroit beaucoup de
notre commerce qui s'accroît sans cesse, et se fortifieroit encore de
notre amitié. Mais je connois trop bien son orgueil et sa folie pour
croire qu'elle veuille prendre des mesures aussi salutaires. Sa manie
d'être belliqueuse et d'étendre ses conquêtes, son ambition, son désir
de dominer, sa soif d'accumuler des richesses par le monopole, sont des
causes, qui, quoiqu'elles ne la justifient point de nous avoir attaqués,
se réunissent pour dérober à ses yeux tous ses vrais intérêts, et la
poussent continuellement à entreprendre ces expéditions lointaines,
ruineuses, qui lui coûtent tant d'hommes et d'argent, et qui, à la fin,
lui seront aussi funestes que les croisades l'ont été à la plupart des
nations de l'Europe.

Je n'ai point, mylord, la vanité de croire que j'intimiderai votre
nation, en lui prédisant les effets de la guerre. Je sais, au contraire,
que cette prédiction aura le sort de toutes celles que j'ai faites en
Angleterre; c'est-à-dire, qu'on n'y croira qu'après que l'événement
l'aura vérifiée.

Long-temps animé d'un zèle sincère et infatigable, je me suis efforcé
d'empêcher qu'on ne brisât ce magnifique vase de porcelaine, l'empire
britannique! car je savois que lorsqu'il seroit une fois brisé, ses
différentes parties ne pourroient conserver la force et le prix qu'avoit
eu le tout, et qu'on ne devoit espérer de les voir jamais bien réunies.

Votre Excellence se rappelle, peut-être, les larmes de joie qui
coulèrent de mes yeux chez votre soeur, à Londres, lorsque vous me fîtes
espérer qu'une réconciliation, entre l'Angleterre et les colonies,
pourroit bientôt avoir lieu. J'ai eu le malheur de voir cet espoir déçu
et d'être traité comme l'auteur du mal que je m'efforçois de prévenir.
Mais ce qui m'a consolé de cette imputation malveillante et sans
fondement, c'est que j'ai conservé en Angleterre, l'amitié de plusieurs
hommes sages et probes, parmi lesquels je puis compter lord Howe.

La juste estime, et permettez-moi de le dire, l'affection que j'ai
toujours eue pour Votre Excellence, me fait voir avec peine que vous
soyez chargé de faire une guerre, dont la principale cause est, comme
vous l'observez dans votre lettre, la nécessité d'empêcher le commerce
américain de passer dans des canaux étrangers.--Il me semble que ni
l'obtention, ni la conservation d'un commerce, quelqu'avantageux qu'il
soit, ne mérite que des hommes versent le sang d'autres hommes. Les
vrais, les plus sûrs moyens qu'on a d'étendre son commerce, c'est de
fournir aux nations avec lesquelles on traite, des marchandises de bonne
qualité et peu chères; et les profits d'aucun commerce ne peuvent
suffire aux frais qu'il en coûte, lorsqu'on veut le faire par force, et
qu'il faut pour cela entretenir des flottes et des armées.

Je considère la guerre que nous font les Anglais, comme une guerre
à-la-fois injuste et insensée. Je suis persuadé que la froide et
impartiale postérité condamnera à l'infamie les hommes qui en ont été
les instigateurs; et que la victoire même ne pourra pas entièrement
effacer la honte des généraux qui se sont volontairement engagés à la
faire.

Je n'ignore pas qu'en venant en Amérique, vous avez eu pour principal
motif l'espoir d'opérer une réconciliation; et je crois que quand vous
aurez vu que, d'après les propositions qu'on vous a laissé la liberté de
faire, cette réconciliation est impossible, vous abandonnerez l'odieux
commandement dont vous vous êtes chargé, et vous retournerez à une vie
privée, bien plus honorable.

Agréez, mylord, mon sincère respect.

B. FRANKLIN.



RÉFLEXIONS SUR L'AUGMENTATION DES SALAIRES QU'OCCASIONNERA EN EUROPE, LA
RÉVOLUTION D'AMÉRIQUE[67].


L'indépendance et la prospérité des États-Unis de l'Amérique, produiront
l'augmentation des salaires en Europe; avantage dont il me semble que
personne n'a encore parlé.

Le bas prix des salaires est un des plus grands vices des sociétés
politiques de l'Europe, ou plutôt de l'ancien monde.

Si l'on donne au mot _salaire_ toute l'extension dont il est
susceptible, on trouvera que presque tous les citoyens d'un grand état
reçoivent et donnent des salaires: mais il n'est ici question que d'une
espèce de salariés, les seuls dont le gouvernement doive se mettre en
peine et qui ont besoin de ses soins; ce sont les salariés du dernier
ordre, de ces hommes sans propriété, sans capital et n'ayant que leurs
bras pour vivre. Cette classe est toujours la plus nombreuse d'une
nation; et par conséquent, on ne peut pas dire heureuse la société, où
par la modicité et l'insuffisance des salaires, les salariés ont une
subsistance si bornée, que pouvant à peine satisfaire leurs premiers
besoins, ils n'ont le moyen ni de se marier, ni d'élever une famille, et
sont réduits à la mendicité, aussitôt que le travail vient à leur
manquer, ou que l'âge et la maladie les forcent de manquer eux-mêmes au
travail.

Au reste, les salaires dont il est ici question, ne doivent pas être
considérés d'après la somme à laquelle ils s'élèvent, mais d'après la
quantité de denrées, de vêtemens et d'autres marchandises que le salarié
peut obtenir avec l'argent qu'il reçoit.

Malheureusement, dans tous les états policés de l'ancien monde, une
nombreuse classe de citoyens n'a pour vivre que des salaires, et ces
salaires lui sont insuffisans. C'est là véritablement ce qui produit la
misère de tant de journaliers qui travaillent dans les campagnes ou dans
les manufactures des villes, la mendicité, dont le mal s'étend chaque
jour de plus en plus, parce que les gouvernemens ne lui opposent que des
remèdes impuissans, la dépravation des moeurs, et presque tous les
crimes.

La politique de la tyrannie et celle du commerce, ont méconnu et déguisé
ces vérités. L'horrible maxime qui dit qu'il faut que le peuple soit
pauvre pour qu'il reste soumis, est encore celle de beaucoup de gens au
coeur dur et à l'esprit faux, qu'il est inutile de combattre ici.--Il en
est d'autres qui pensent aussi que le peuple doit être pauvre, par
rapport aux prétendus intérêts du commerce. Ils croient que
l'augmentation des salaires fait enchérir les productions du sol et
sur-tout celles de l'industrie, qui se vendent à l'étranger; ce qui doit
diminuer leur exportation et les profits qu'elles peuvent donner. Mais
ce motif est à la fois barbare et mal fondé.

Il est barbare; car quels que puissent être les avantages du commerce
avec l'étranger, s'il faut pour les avoir, que la moitié de la nation
languisse dans la misère, on ne peut, sans crime, chercher à les
obtenir, et il est du devoir d'un gouvernement d'y renoncer. Vouloir
empêcher les salaires de s'élever pour favoriser l'exportation des
marchandises, c'est travailler à rendre misérables les citoyens d'un
état, afin que les étrangers achetent ses productions à meilleur marché;
c'est tout au plus essayer d'enrichir quelques marchands, en
appauvrissant le gros de la nation; c'est se ranger du côté du plus
fort, dans la lutte déjà si inégale de celui qui peut donner des
salaires avec celui qui a besoin d'en recevoir; enfin, c'est oublier que
l'objet de toute association politique doit être le bonheur du plus
grand nombre.

En outre, le motif est mal fondé; car la modicité des salaires portée à
l'excès où l'on la voit aujourd'hui dans presque toute l'Europe, n'est
pas nécessaire pour procurer à une nation l'exportation avantageuse des
productions de son sol et de ses manufactures. Ce n'est pas le salaire
de l'ouvrier, mais le prix des marchandises qui doit être modéré, pour
qu'on puisse vendre ces marchandises à l'étranger: mais on a toujours
négligé de faire cette distinction. Le salaire de l'ouvrier est le prix
de sa journée. Le prix des marchandises est ce qu'il en coûte pour
recueillir ou préparer une production du sol ou de l'industrie.--Cette
production peut donc être à un prix très-modéré, en même-temps que
l'ouvrier aura de bons salaires, c'est-à-dire, les moyens de se procurer
une subsistance abondante.--Le travail nécessaire pour recueillir ou
préparer la chose qu'on veut vendre, peut être à bon marché, et le
salaire de l'ouvrier très-bon.--Quoique les ouvriers de Manchester et de
Norwich, et ceux d'Amiens et d'Abbeville, soient occupés du même genre
de travail, le salaire des premiers est bien plus considérable que celui
des autres; et cependant, à qualité égale, les étoffes de laine de
Manchester et de Norwich sont moins chères que celles d'Amiens et
d'Abbeville.

Il seroit trop long de développer ici ce principe. Je me bornerai à
observer qu'il tient sur-tout à ce que le prix du travail des arts et
même de l'agriculture, est singulièrement diminué par le
perfectionnement des machines qu'on y emploie, par l'intelligence et
l'activité des ouvriers, et par la distribution bien entendue du
travail. Or, ces moyens de diminuer le prix des objets qui sortent des
manufactures, n'ont rien de commun avec la modicité du salaire de
l'ouvrier. Dans une grande manufacture, où l'on emploie des animaux au
lieu d'hommes, et des machines au lieu d'animaux, et où le travail est
distribué avec cette intelligence qui double, qui décuple la force et le
temps, l'ouvrage peut être fabriqué et vendu à un prix beaucoup moindre
que dans celles qui n'ont pas le même avantage; et cependant, les
ouvriers de l'une sont payés deux fois plus que ceux des autres.

C'est, sans doute, un avantage pour toute manufacture, d'avoir des
ouvriers à bon marché; et lorsque la cherté des salaires est excessive,
elle devient un obstacle à l'établissement des grandes fabriques. C'est
même cette cherté qui, comme je l'expliquerai plus bas, est une des
raisons qui font croire que les États-Unis de l'Amérique ne pourront, de
très-long-temps, avoir des manufactures rivales de celles
d'Europe.--Mais il ne faut pas en conclure que les manufactures ne
puissent prospérer, sans que les salaires des ouvriers soient réduits au
point où nous les voyons en Europe. Il y a plus: c'est que
l'insuffisance des salaires est une cause de décadence pour une
manufacture, comme leur haut prix est une cause de prospérité.

Les hauts salaires attirent les ouvriers les plus habiles, les plus
industrieux. Alors l'ouvrage est mieux fabriqué; il se vend mieux; et
par ce moyen, l'entrepreneur fait plus de profit qu'il n'en pourroit
faire par la diminution du prix des ouvriers. Un bon ouvrier gâte moins
d'outils, perd moins de matières et travaille plus promptement qu'un
autre; ce qui est encore une source de profit pour l'entrepreneur.

Le perfectionnement du mécanisme dans tous les arts est, en grande
partie, dû aux ouvriers. Il n'y a point de grande manufacture, où ils
n'aient inventé quelque pratique utile, qui épargne le temps et les
matières, ou rend l'ouvrage meilleur.--Si les ouvrages des manufactures
communes, les seules dignes d'intéresser l'homme d'état, si les étoffes
de laine, de coton, même de soie, les ouvrages de fer, d'acier, de
cuivre, les peaux, les cuirs et divers autres objets sont en général de
meilleure qualité, à prix égal, en Angleterre que dans les autres pays,
c'est indubitablement parce que les ouvriers y sont mieux payés.

Le bas prix des salaires n'est donc pas la véritable cause des avantages
du commerce de nation à nation: mais il est un des grands maux des
sociétés politiques.

Examinons à présent quelle est à cet égard la situation des États-Unis.
La condition du journalier, dans ces états, est infiniment meilleure,
que dans les plus riches contrées de l'ancien monde, et particulièrement
en Angleterre, où les salaires sont pourtant plus forts que dans aucune
autre partie de l'Europe.

    Dans la province de New-York, les ouvriers des dernières classes et
    qui exercent les genres d'industrie les plus communs, gagnent
    ordinairement par jour trois schellings six pences, monnoie de la
    colonie, valant                               2 schellings sterling.

    Un charpentier de vaisseau, gagne
    10 sch. 6 pences, monnoie de la colonie,
    avec une pinte de rhum, valant en tout        5 sch.  6 pences st.

    Un charpentier de haute futaie, ou un
    briquetier, 8 sch. de la colonie              4 sch.  6 pences st.

    Un garçon tailleur, 5 sch. monnoie du
    pays, ou environ                              2 sch. 10 pences st.

Ces prix, bien plus forts que ceux de Londres, sont tout aussi hauts
dans les autres parties des États-Unis qu'à New-York. Je les ai tirés de
l'ouvrage d'Adams Smith sur _la Richesse des Nations_.

Un observateur éclairé qui, en 1780, voyagea dans une partie des
États-Unis, nous donne une idée encore plus favorable du prix auquel la
main-d'oeuvre y est portée.

«Je vis, dit-il, fabriquer à Sarmington une espèce de camelot, et une
autre étoffe de laine à raies bleues et blanches, pour l'habillement des
femmes. Ces étoffes se vendent trois schellings et demi l'aune[68],
monnoie du pays, ce qui fait à peu-près quarante-cinq sous
tournois.--Les fils et petits-fils du maître de la maison travailloient
au métier. Un ouvrier peut faire à son aise cinq aunes d'étoffe par
jour; et comme la matière première ne coûte qu'un schelling, il peut
gagner dix à douze schellings dans sa journée».--Enfin, ce fait est si
connu, qu'il est inutile de chercher à le prouver par d'autres
témoignages.

Les causes de la cherté du travail dans nos états américains, ne peuvent
donc que se fortifier sans cesse; puisque l'agriculture et la population
y font des progrès si rapides, que tous les genres de travaux y
augmentent proportionnément.

Ce n'est pas tout. Le taux élevé des salaires qu'on y donne en argent,
prouve qu'ils sont encore meilleurs qu'on ne peut le juger au premier
coup-d'oeil; et pour s'en former une juste idée, il faut être instruit
d'une circonstance importante.--Dans toutes les parties de l'Amérique
septentrionale, les denrées de première nécessité sont à meilleur marché
qu'en Angleterre. On n'y éprouve jamais de disette. Dans les années les
plus stériles, la récolte suffit toujours à la consommation des
habitans, et ils ne sont obligés que de diminuer l'exportation de leurs
denrées. Or, le prix du travail en argent y étant plus haut qu'en
Angleterre, et les denrées moins chères, le salaire réel, c'est-à-dire,
la quantité d'objets de première nécessité, que le journalier peut
acheter, en est d'autant plus considérable.

Il me reste à expliquer comment le haut taux des salaires en Amérique
les fera monter en Europe.

Deux causes différentes concourront à produire cet effet. La première
est la plus grande quantité de travail que l'Europe aura à faire, par
rapport à l'existence d'une grande nation[69] de plus dans le monde
commerçant, et de son accroissement continuel; et la seconde
l'émigration des journaliers européens, ou seulement la possibilité
qu'ils auront d'émigrer pour se rendre en Amérique, où le travail est
mieux payé.

Il est certain que plusieurs millions d'hommes de plus existans dans le
monde commerçant, nécessitent l'augmentation du travail en Europe, dans
l'agriculture, les manufactures, le commerce, la navigation. Or, la
somme du travail, annuel devenant plus considérable, le travail sera
payé un peu plus chèrement; et le taux du salaire journalier de
l'ouvrier augmentera par cette concurrence.--Par exemple, s'il a cent
mille pièces d'étoffe, vingt mille pièces de vin, dix mille barriques
d'eau-de-vie à fournir de plus aux Américains, non-seulement le travail
des hommes nécessaires à la production et à la fabrication de ces
marchandises, mais toutes les autres sortes de travaux augmenteront de
prix.

Le taux des salaires en Europe haussera encore par une autre cause,
qu'il importe de bien connoître. J'ai déjà dit que les salaires ne
doivent pas être estimés seulement d'après la quantité d'or ou d'argent,
ni même d'après la quantité de subsistances que le salarié reçoit par
jour, mais aussi d'après le nombre de jours où il a du travail; car ce
n'est que par ce calcul qu'on peut véritablement savoir ce qu'il a
chaque jour de sa vie. N'est-il pas clair que celui qui seroit payé à
raison de quarante sous par jour et manqueroit de travail la moitié de
l'année, n'auroit réellement que vingt sous pour vivre, et que sa
condition seroit moins avantageuse que celle du salarié, qui, ne
recevant que trente sous, pourroit travailler tous les jours? Ainsi, les
Américains fesant augmenter en Europe la demande et le besoin de
travail, y feront aussi nécessairement augmenter les salaires, quand on
supposeroit même que le prix de la journée du salarié restât au même
taux.

Peut-être m'objectera-t-on que cette nation nouvelle contiendra dans son
sein tous ceux qu'elle fera travailler; qu'ainsi son existence
n'ajoutant rien à la quantité de travail à faire en Europe ne sera
d'aucun avantage pour les hommes qui font ce travail. Mais je réponds
qu'il est impossible que les États-Unis de l'Amérique, tels qu'ils sont
aujourd'hui, et à plus forte raison lorsque leur population et leurs
richesses seront doublées, quadruplées, n'employent pas, d'une manière
ou d'autre, le travail des Européens.--Cela est impossible, parce qu'à
cet égard les Américains ne seront point dans une situation différente
du reste des sociétés politiques, qui toutes ont besoin les unes des
autres.

La fécondité du sol de l'Amérique, l'abondance et la variété de ses
productions, l'activité et l'industrie de ses habitans, et la liberté du
commerce dont l'indépendance américaine occasionnera tôt ou tard
l'établissement en Europe, assurent les relations de l'Amérique avec les
autres pays; parce qu'elle fournira aux autres nations celles de ses
productions, qui leur conviendront, et que chacune en ayant, qui lui
sont particulières, les besoins et les avantages seront mutuels.

La seconde cause, que j'ai dit devoir coopérer à l'augmentation des
salaires en Europe est l'émigration, ou seulement la possibilité
d'émigrer vers l'Amérique, où le travail est mieux payé. Il est aisé de
concevoir que lorsque cette différence sera bien connue, elle attirera
dans les États-Unis beaucoup d'hommes qui, n'ayant d'autre moyen de
subsister que leur travail, accourront dans le lieu où ce travail sera
le mieux récompensé.

Depuis la dernière paix, les Irlandais n'ont cessé d'émigrer pour se
rendre en Amérique. La raison en est qu'en Irlande les salaires sont
bien moindres qu'en Angleterre, et que la dernière classe du peuple en
souffre beaucoup. L'Allemagne a aussi fourni de nouveaux citoyens aux
États-Unis; et tous ces hommes laborieux ont dû, en quittant l'Europe, y
faire hausser le prix du travail de ceux qui y sont restés.

J'ajoute que ce salutaire effet aura lieu, même sans émigration, et
résultera de la seule possibilité d'émigrer, au moins dans les états de
l'Europe, dont les habitans ne seront pas forcés à s'expatrier par
l'excès des impôts, les mauvaises loix et l'intolérance du gouvernement.

Oui, pour faire hausser les salaires, il suffit qu'il y en ait de plus
forts à gagner, dans un lieu où le salarié peut se transporter.

On a sagement remarqué dans les discussions élevées sur le commerce des
grains, que la seule liberté de les exporter, en soutenoit et fesoit
hausser le prix, sans même qu'on en exportât un seul boisseau. Il en est
de même pour les salaires. Les salariés européens ayant la facilité
d'aller gagner en Amérique des salaires plus forts, obligeront ceux qui
achètent leur travail de le leur payer un peu plus cher.

De là il s'ensuivra que ces deux causes du haussement de salaires,
l'émigration réelle et la simple possibilité d'émigrer, concourront à
produire le même effet. L'action de chacune étant d'abord peu
considérable, il y aura quelqu'émigration. Alors les salaires
hausseront, et l'homme laborieux voyant augmenter son gain, n'aura plus
de motif assez puissant pour émigrer.

Mais l'augmentation des salaires ne se fera pas sentir également chez
les diverses nations de l'Europe. Elle sera plus ou moins considérable
en raison de la facilité plus ou moins grande qu'on aura d'émigrer.
L'Angleterre, dont les moeurs, la langue, la religion sont les mêmes que
celles des Américains, doit naturellement participer à cet avantage plus
qu'aucun autre état de l'Europe. On peut dire qu'elle doit déjà beaucoup
à l'Amérique; car ses rapports avec elle, le débouché qu'elle y a trouvé
pour ses marchandises, et qui ont fait hausser les salaires des
journaliers qui travaillent dans ses champs et dans ses manufactures,
sont au nombre des principales causes de ses richesses, et de la
puissance politique que nous lui voyons déployer.

Mais sans parler des autres avantages que peut procurer l'augmentation
des salaires, il en est un bien précieux, que cette augmentation a
produit en Angleterre: c'est celui d'y améliorer la condition de la
classe d'hommes qui n'a que ses bras pour vivre, c'est-à-dire, de la
partie la plus nombreuse de la société. Cette classe, réduite ailleurs à
la subsistance la plus étroite, est en Angleterre dans une bien
meilleure situation. Elle y obtient par son travail de quoi satisfaire
aux premiers besoins plus abondamment que dans beaucoup d'autres parties
de l'Europe; et il n'est nullement douteux que ce ne soit l'effet de
l'influence qu'a eue le commerce d'Amérique sur le taux des salaires.

Je sais qu'on peut dire que malgré l'accroissement du travail et des
denrées en Europe, et malgré l'émigration qui peut avoir lieu, les mêmes
causes dont nous avons fait mention, et qui ont tant fait baisser les
salaires, continueront d'agir, parce que ces causes sont inhérentes aux
constitutions européennes, dont la liberté et la prospérité de
l'Amérique ne corrigeront point les vices. On dira peut-être encore que
le nombre des propriétaires et des capitalistes, nombre si petit
relativement à celui des hommes qui, n'ayant ni propriétés, ni capitaux,
sont forcés de vivre de salaires, restera le même, parce que les causes
qui réunissent les propriétés et les capitaux dans ses mains, ne
changeront point, et que par conséquent il remettra, ou plutôt il
tiendra les salaires très-bas. Enfin, on peut ajouter que la tyrannie
des loix féodales, la forme des impôts, l'accroissement excessif du
revenu public, la police du commerce, auront toujours les mêmes effets
pour diminuer les salaires; et que quand même l'avantage que l'Europe
retirera, à cet égard, de l'indépendance, seroit réel, il ne pourroit
être durable.

À cela, il est aisé de faire plusieurs réponses.--J'observerai d'abord
que si ce sont les gouvernemens d'Europe qui s'opposent aux effets
salutaires que l'indépendance de l'Amérique devroit naturellement
produire chez eux, il n'en est pas moins intéressant de chercher à
déterminer quels pourroient être ces effets. Peut-être viendra-t-il des
temps plus heureux, où les vrais principes du bonheur des nations étant
mieux connus, quelque souverain sera assez éclairé, assez juste pour les
mettre en pratique.

On peut diminuer les causes qui accumulent et concentrent sans cesse les
propriétés et les richesses en un petit nombre de mains. On peut abolir
ou du moins adoucir beaucoup les restes de la féodalité. On peut changer
la forme et modérer l'excès des impôts. Oh peut enfin, corriger la
mauvaise police du commerce; et tout cela contribuera à faire profiter
les salariés du changement favorable que la révolution d'Amérique doit
naturellement occasionner.

Mais en admettant que toutes les causes qu'on vient d'indiquer
concourent à tenir encore en Europe, le travail des journaliers à bas
prix, elles ne peuvent cependant qu'affoiblir l'influence de la
prospérité américaine, et non en détruire totalement l'effet. Quand tout
resteroit, d'ailleurs, dans le même état, il n'y en auroit pas moins une
plus grande consommation, et conséquemment plus de travail à faire. Or,
cette consommation et ce travail croissant sans cesse, à raison de
l'accroissement de population et de richesses du nouveau monde, il en
résultera nécessairement une augmentation de salaires en Europe; car les
causes qui s'y opposent n'agiront pas avec plus de force qu'à présent.

  [67] Ces réflexions ont été trouvées dans les papiers de Franklin. Un
    de ses amis les a fait insérer dans le _Journal d'Économie
    Publique_, du 10 ventôse an V. Mais comme je n'ai pas pu me procurer
    ce journal assez à temps pour les y prendre, je les ai traduites sur
    la version allemande de la _Minerva_, d'Archenholz. (_Note du
    Traducteur._)

  [68] D'environ 33 pouces.

  [69] Les habitans des États-Unis.



DIALOGUE ENTRE LA GOUTTE ET FRANKLIN[70].


                                            À Passy, le 22 octobre 1780.

FRANKLIN.

Eh! oh! eh! mon dieu! qu'ai-je fait pour mériter ces souffrances
cruelles?

LA GOUTTE.

Beaucoup de choses. Vous avez trop mangé, trop bu et trop indulgé vos
jambes en leur indolence.

FRANKLIN.

Qui est-ce qui me parle?

LA GOUTTE.

C'est moi-même, la Goutte.

FRANKLIN.

Mon ennemie en personne.

LA GOUTTE.

Pas votre ennemie.

FRANKLIN.

Oui, mon ennemie; car non-seulement vous voulez me tuer le corps par vos
tourmens; mais vous tâchez aussi de détruire ma bonne réputation.--Vous
me représentez comme un gourmand et un ivrogne; et tout le monde qui me
connoît sait qu'on ne m'a jamais accusé, auparavant, d'être un homme qui
mangeoit trop ou qui buvoit trop.

LA GOUTTE.

Le monde peut juger comme il lui plaît. Il a toujours beaucoup de
complaisance pour lui-même et quelquefois pour ses amis. Mais je sais
bien moi, que ce qui n'est pas trop boire ni trop manger, pour un homme
qui fait raisonnablement d'exercice, est trop pour un homme qui n'en
fait point.

FRANKLIN.

Je prends--Eh! eh!--Autant d'exercice.--Eh!--que je puis, madame la
Goutte.--Vous connoissez mon état sédentaire, et il me semble qu'en
conséquence vous pourriez, madame la Goutte, m'épargner un peu,
considérant que ce n'est pas tout-à-fait ma faute.

LA GOUTTE.

Point du tout. Votre rhétorique et votre politesse sont également
perdues. Votre excuse ne vaut rien. Si votre état est sédentaire, vos
récréations, vos amusemens doivent être actifs. Vous devez vous promener
à pied ou à cheval; ou si le temps vous en empêche, jouer au billard.

Mais examinons votre cours de vie. Quand les matinées sont longues et
que vous avez assez de temps pour vous promener, qu'est-ce que vous
faites?--Au lieu de gagner de l'appétit pour votre déjeûner par un
exercice salutaire, vous vous amusez à lire des livres, des brochures,
ou des gazettes, dont la plupart n'en valent pas la peine.--Vous
déjeûnez néanmoins largement.--Il ne vous faut pas moins de quatre
tasses de thé à la crême, avec une ou deux tartines de pain et de
beurre, couvertes de tranches de boeuf fumé, qui, je crois, ne sont pas
les choses du monde les plus faciles à digérer.

Tout de suite, vous vous placez à votre bureau, vous y écrivez, ou vous
parlez aux gens qui viennent vous chercher pour affaire. Cela dure
jusqu'à une heure après-midi, sans le moindre exercice de corps.--Tout
cela, je vous le pardonne, parce que cela tient, comme vous dites, à
votre état sédentaire.

Mais après dîner, que faites-vous? Au lieu d'aller vous promener dans
les beaux jardins de vos amis, chez lesquels vous avez dîné, comme font
les gens sensés, vous voilà établi à l'échiquier, jouant aux échecs, où
on peut vous trouver deux ou trois heures. C'est là votre récréation
éternelle; la récréation, qui de toutes, est la moins propre à un homme
sédentaire; parce qu'au lieu d'accélérer le mouvement des fluides, ce
jeu demande une attention si forte et si fixe que la circulation est
retardée, et les secrétions internes empêchées.--Enveloppé dans les
spéculations de ce misérable jeu, vous détruisez votre constitution.

Que peut-on attendre d'une telle façon de vivre, si non un corps plein
d'humeurs stagnantes, prêtes à se corrompre, un corps prêt à tomber dans
toute sorte de maladies dangereuses, si moi, la Goutte, je ne viens pas
de temps en temps à votre secours, pour agiter ces humeurs et les
purifier on les dissiper?

Si c'étoit dans quelque petite rue ou dans quelque coin de Paris,
dépourvu de promenades, que vous employassiez quelque temps aux échecs,
après votre dîner, vous pourriez dire cela pour excuse. Mais c'est la
même chose à Passy, à Auteuil, à Montmartre, à Épinay, à Sanoy, où il y
a les plus beaux jardins et promenades, et belles dames, l'air le plus
pur, les conversations les plus agréables, les plus instructives, que
vous pouvez avoir tout en vous promenant. Mais tout cela est négligé
pour cet abominable jeu d'échecs.--Fi donc, monsieur Franklin!--Mais en
continuant mes instructions, j'oubliois de vous donner vos corrections.
Tenez: cet élancement, et celui-ci.

FRANKLIN.

Oh! eh! oh! ohhh!--Autant que vous voudrez de vos instructions, madame
la Goutte, même de vos reproches. Mais de grace, plus de vos
corrections.

LA GOUTTE.

Tout au contraire: je ne vous rabattrois pas le quart d'une. Elles sont
pour votre bien. Tenez.

FRANKLIN.

Oh! ehhh!--Ce n'est pas juste de dire que je ne prends aucun exercice.
J'en fais souvent dans ma voiture, en allant dîner et en revenant.

LA GOUTTE.

C'est de tous les exercices imaginables, le plus léger, le plus
insignifiant, que celui qui est donné par le mouvement d'une voiture
suspendue sur des ressorts. En observant la quantité de chaleur obtenue
de différentes espèces de mouvement, on peut former quelque jugement de
la quantité d'exercice qui est donnée par chacun.

Si, par exemple, vous sortez en hiver, avec les pieds froids, en
marchant une heure, vous aurez les pieds et tout le corps bien
échauffés.--Si vous montez à cheval, il faut trotter quatre heures avant
de trouver le même effet. Mais si vous vous placez dans une voiture bien
suspendue, vous pourrez voyager tout une journée, et arriver à votre
dernière auberge, avec vos pieds encore froids.--Ne vous flattez donc
pas qu'en passant une demi-heure dans votre voiture, vous preniez de
l'exercice.

Dieu n'a pas donné des voitures à roues à tout le monde: mais il a donné
à chacun deux jambes, qui sont des machines infiniment plus commodes et
plus serviables. Soyez en reconnoissant et faites usage des vôtres.

Voulez-vous savoir comment elles font circuler vos fluides en même-temps
qu'elles vous transportent d'un lieu à l'autre? Pensez que quand vous
marchez, tout le poids de votre corps est jeté alternativement sur l'une
et l'autre jambe.--Cela presse avec grande force les vaisseaux du pied
et refoule ce qu'ils contiennent. Pendant que le poids est ôté de ce
pied et jeté sur l'autre, les vaisseaux ont le temps de se remplir, et
par le retour du poids, ce refoulement est répété.

Ainsi, la circulation du sang est accélérée en marchant. La chaleur
produite en un certain espace de temps, est en raison de l'accélération.
Les fluides sont battus, les humeurs atténuées, les sécrétions
facilitées, et tout va bien. Les joues prennent du vermeil et la santé
est établie.

Regardez votre amie d'Auteuil, une femme qui a reçu de la nature plus de
science vraiment utile, qu'une demi-douzaine ensemble de vous,
philosophes prétendus, n'en avez tiré de vos livres. Quand elle voulut
vous faire l'honneur de sa visite, elle vint à pied. Elle se promène du
matin jusqu'au soir, et laisse toutes les maladies d'indolence en
partage à ses chevaux.--Voilà comme elle conserve sa santé, même sa
beauté. Mais vous, quand vous allez à Auteuil, c'est dans la voiture. Il
n'y a cependant pas plus loin de Passy à Auteuil, que d'Auteuil à Passy.

FRANKLIN.

Vous m'ennuyez avec tant de raisonnemens.

LA GOUTTE.

Je le crois bien! je me tais et je continue mon office. Tenez: cet
élancement et celui-ci.

FRANKLIN.

Oh! oh!--Continuez de parler, je vous prie.

LA GOUTTE.

Non. J'ai un nombre d'élancemens à vous donner cette nuit, et vous aurez
le reste demain.

FRANKLIN.

Bon dieu! la fièvre! je me perds! eh! eh! n'y a-t-il personne qui puisse
prendre cette peine pour moi?

LA GOUTTE.

Demandez cela à vos chevaux. Ils ont pris la peine de marcher pour vous.

FRANKLIN.

Comment pouvez-vous être si cruelle de me tourmenter tant pour rien?

LA GOUTTE.

Pas pour rien. J'ai ici une liste de tous vos péchés contre votre santé,
distinctement écrite, et je peux vous rendre raison de tous les coups
que je vous donne.

FRANKLIN.

Lisez-la donc.

LA GOUTTE.

C'est trop long à lire. Je vous en donnerai le montant.

FRANKLIN.

Faites-le. Je suis tout attention.

LA GOUTTE.

Souvenez-vous combien de fois vous vous êtes proposé de vous promener le
matin suivant dans le bois de Boulogne, dans le jardin de la Muette, ou
dans le vôtre, et que vous avez manqué de parole, alléguant quelquefois
que le temps étoit trop froid; d'autres fois, qu'il étoit trop chaud,
trop venteux, trop humide, ou quelqu'autre chose, quand, en vérité, il
n'y avoit rien de trop qui empêchât, excepté votre trop de paresse.

FRANKLIN.

Je confesse que cela peut arriver quelquefois, peut-être pendant un an
dix fois.

LA GOUTTE.

Votre confession est bien imparfaite. Le vrai montant est cent
quatre-vingt-dix-neuf.

FRANKLIN.

Est-il possible?

LA GOUTTE.

Oui, c'est possible, parce que c'est un fait. Vous pouvez rester assuré
de la justesse de mon compte. Vous connoissez les jardins de madame
B...; comme ils sont bons à promener. Vous connoissez le bel escalier de
cent cinquante degrés, qui mène de la terrasse en haut, jusqu'à la
plaine en bas.--Vous avez visité deux fois par semaine cette aimable
famille. C'est une maxime de votre invention, qu'on peut avoir autant
d'exercice en montant et en descendant un mille en escalier qu'en
marchant dix milles sur une plaine; quelle belle occasion vous avez eue
de prendre tous les exercices ensemble! En avez-vous profité? et combien
de fois?

FRANKLIN.

Je ne peux pas bien répondre à cette question.

LA GOUTTE.

Je répondrai donc pour vous.--Pas une fois.

FRANKLIN.

Pas une fois!

LA GOUTTE.

Pas une fois. Pendant tout le bel été passé vous y êtes arrivé à six
heures. Vous y avez trouvé cette charmante femme et ses beaux enfans, et
ses amis, prêts à vous accompagner dans ces promenades, et à vous amuser
avec leurs agréables conversations.--Et qu'avez-vous fait?--Vous vous
êtes assis sur la terrasse; vous avez loué la belle vue, regardé la
beauté des jardins en bas: mais vous n'avez pas bougé un pas pour
descendre vous y promener.--Au contraire; vous avez demandé du thé et
l'échiquier. Et vous voilà collé à votre siége jusqu'à neuf heures, et
cela après avoir joué, peut-être deux heures, où vous avez dîné. Alors,
au lieu de retourner chez vous à pied, ce qui pourroit vous remuer un
peu, vous prenez votre voiture.--Quelle sottise de croire qu'avec tout
ce déréglement, on peut se conserver en santé sans moi!

FRANKLIN.

À cette heure, je suis convaincu de la justesse de cette remarque du
bonhomme Richard, que nos dettes et nos péchés sont toujours plus qu'on
ne pense.

LA GOUTTE.

C'est comme cela que vous autres philosophes avez toujours les maximes
des sages dans votre bouche, pendant que votre conduite est comme celle
des ignorans.

FRANKLIN.

Mais faites-vous un de mes crimes, de ce que je retourne en voiture de
chez madame B...?

LA GOUTTE.

Oui, assurément; car vous, qui avez été assis toute la journée, vous ne
pouvez pas dire que vous êtes fatigué du travail du jour. Vous n'avez
donc pas besoin d'être soulagé par une voiture.

FRANKLIN.

Que voulez-vous donc que je fasse de ma voiture?

LA GOUTTE.

Brûlez-la si vous voulez. Alors vous en tirerez au moins pour une fois
de la chaleur. Ou, si cette proposition ne vous plaît pas, je vous en
donnerai une autre.--Regardez les pauvres paysans, qui travaillent la
terre dans les vignes et dans les champs autour des villages de Passy,
Auteuil, Chaillot, etc.--Vous pouvez tous les jours parmi ces bonnes
créatures, trouver quatre ou cinq vieilles femmes et vieux hommes,
courbés et peut-être estropiés sous le poids des années et par un
travail trop fort et continuel, qui, après une longue journée de
fatigue, ont à marcher peut-être un ou deux milles pour trouver leurs
chaumières.--Ordonnez à votre cocher de les prendre et de les mener chez
eux. Voilà une bonne oeuvre, qui fera du bien à votre ame! Et si, en
même-temps, vous retournez de votre visite chez les B... à pied, cela
sera bon pour votre corps.

FRANKLIN.

Oh! comme vous êtes ennuyeuse!

LA GOUTTE.

Allons donc à notre métier. Il faut vous souvenir que je suis votre
médecin. Tenez.

FRANKLIN.

Oh! oh! quel diable de médecin!

LA GOUTTE.

Vous êtes un ingrat de me dire cela!--N'est-ce pas moi qui, en qualité
de votre médecin, vous ai sauvé de la paralysie, de l'hydropisie, de
l'apoplexie, dont l'une ou l'autre vous auroient tué, il y a long-temps,
si je ne les en avois empêchées.

FRANKLIN.

Je le confesse, et je vous remercie pour ce qui est passé. Mais, de
grâce, quittez-moi pour jamais; car il me semble qu'on aimerait mieux
mourir que d'être guéri si douloureusement.--Souvenez-vous que j'ai
aussi été votre ami. Je n'ai jamais loué de combattre contre vous, ni
les médecins, ni les charlatans d'aucune espèce: si donc vous ne me
quittez pas, vous serez aussi accusable d'ingratitude.

LA GOUTTE.

Je ne pense pas que je vous doive grande obligation de cela. Je me moque
des charlatans. Ils peuvent vous tuer, mais ils ne peuvent pas me nuire;
et quant aux vrais médecins, ils sont enfin convaincus de cette vérité,
que la goutte n'est pas une maladie, mais un véritable remède, et qu'il
ne faut pas guérir un remède.--Revenons à notre affaire. Tenez.

FRANKLIN.

Oh! de grace, quittez-moi; et je vous promets fidèlement que désormais
je ne jouerai plus aux échecs, que je ferai de l'exercice journellement,
et que je vivrai sobrement.

LA GOUTTE.

Je vous connois bien. Vous êtes un beau prometteur: mais après quelques
mois de bonne santé, vous recommencez à aller votre ancien train. Vos
belles promesses seront oubliées comme on oublie les formes des nuages
de la dernière année.--Allons donc, finissons notre compte; après cela
je vous quitterai. Mais soyez assuré que je vous visiterai en temps et
lieu: car c'est pour votre bien; et je suis, vous savez, votre bonne
amie.

  [70] Cette pièce, et la suivante, ont été écrites en français par
    Franklin; aussi y trouvera-t-on divers anglicismes.



LETTRE À MADAME HELVÉTIUS[71].


                                                            Passy, 1781.

Chagriné de votre résolution prononcée si positivement hier au soir, de
rester seule pendant la vie, en l'honneur de votre cher mari, je me
retirai chez moi, et tombé sur mon lit, je me croyois mort et me
trouvois dans les Champs-Élisées.

On m'a demandé si j'avois envie de voir quelques personnages
particuliers.--Menez-moi chez les philosophes.--Il y en a deux qui
demeurent ici-près dans ce jardin. Ils sont de très-bons voisins et
très-amis l'un de l'autre.--Qui sont-ils?--Socrate et Helvétius.--Je les
estime prodigieusement tous deux. Mais faites-moi voir premièrement
Helvétius, parce que j'entends un peu le français et pas un mot de grec.
Il m'a reçu avec beaucoup de courtoisie; m'ayant connu, disoit-il, de
réputation, il y a quelque temps, et m'a demandé mille choses sur la
guerre et sur l'état présent de la religion, de la liberté et du
gouvernement en France.

Vous ne me demandez donc rien de votre chère amie madame Helvétius? et
cependant elle vous aime encore excessivement, et il n'y a qu'une heure
que j'étois chez elle.--Ah! dit-il, vous me faites souvenir de mon
ancienne félicité, mais il faut l'oublier pour être heureux ici. Pendant
plusieurs des premières années, je n'ai pensé qu'à elle. Enfin je suis
consolé. J'ai pris une autre femme, la plus semblable à elle que j'aie
pu trouver. Elle n'est pas, il est vrai, tout-à-fait si belle, mais elle
a autant de bon sens et d'esprit et elle m'aime infiniment. Son étude
continuelle est de me plaire, et elle est sortie actuellement pour
chercher le meilleur nectar, la meilleure ambroisie et me régaler ce
soir. Restez chez moi et vous la verrez.--J'apperçois, disois-je, que
votre ancienne amie est plus fidèle que vous: car plusieurs bons partis
lui ont été offerts, et elle les a refusés tous. Je vous confesse que je
l'ai aimée, moi, à la folie; mais elle a été dure à mon égard et m'a
rejeté absolument pour l'amour de vous.--Je plains, dit-il, votre
malheur, car vraiment c'est une bonne et belle femme et bien aimable.
Mais l'abbé Lar... et l'abbé M... ne sont-ils pas encore quelquefois
chez elle?--Oui, assurément, car elle n'a pas perdu un seul de vos
amis.--Si vous aviez engagé l'abbé M..., avec du café à la crême, à
parler pour vous, peut-être auriez-vous réussi. Car c'est un raisonneur
subtil comme Jean Scot ou St.-Thomas. Il met ses argumens en si bon
ordre, qu'ils deviennent presqu'irrésistibles; ou si l'abbé Lar... avoit
été gagné par quelque belle édition d'un vieux classique pour parler
contre vous, cela auroit été mieux, car j'ai toujours observé que quand
il conseille quelque chose, elle a un penchant très-fort à faire le
revers.

À ces mots, entre la nouvelle madame Helvétius avec le nectar. À
l'instant, je la reconnus pour être madame Franklin mon ancienne amie
américaine. Je la réclamai, mais elle me dit froidement: «J'ai été votre
bonne femme quarante-neuf années et quatre mois, presqu'un demi-siècle.
Soyez content de cela. J'ai formé ici une nouvelle liaison qui durera
l'éternité». Mécontent de ce refus de mon Euridice, je pris sur-le-champ
la résolution de quitter ces ombres ingrates et de revenir en ce bon
monde revoir le soleil et vous. Me voici. Vengeons-nous.

B. FRANKLIN.

  [71] Cette lettre, dont la copie, que nous avons, est de la main de
    Chamfort, a été écrite en français par Franklin: c'est pourquoi nous
    nous sommes fait un devoir de ne pas toucher au style. (_Note du
    Traducteur._)



LE PAPIER, POËME.


Un de ces anciens beaux esprits, dont les idées étoient pleines de sens
et les allusions ingénieuses, voulant marquer toute espèce d'homme d'un
trait caractéristique, disoit que l'ame d'un enfant étoit un papier
blanc, sur lequel le sentiment écrivoit bientôt ses principes, auxquels
la vertu mettoit le sceau, ou que le vice effaçoit.

Cette idée étoit heureuse et vraie. Il me semble qu'un homme de génie
pourroit encore l'étendre; et moi, pardon de tant d'orgueil! moi, qui ne
suis ni homme de génie, ni bel esprit, je vais l'essayer.

Il y a diverses sortes de papiers, parce qu'il y a des besoins divers,
qui sont ceux de l'élégance, de la mode, de l'usage.--Les hommes ne sont
pas moins divers; et si je ne me trompe, chaque sorte de papier
représente quelqu'homme.

Examinez, je vous prie, un fat, bien poudré, couvert de broderie, et
aussi délicat que s'il sortoit d'une boîte de carton, n'est-ce pas le
papier doré, que vous dérobez au vulgaire, et mettez en réserve dans
votre bureau?

Les artisans, les domestiques, les agriculteurs ne sont-ils pas le
papier commun, qu'on prise moins, mais qui est bien plus utile, que vous
laissez sur votre pupitre, et qui offert à toutes les plumes, sert à
chaque instant du jour.

Le malheureux que son avarice force à s'épargner les choses nécessaires,
à pâtir, à fourber, à friponner, pour enrichir un héritier, est le gros
papier gris, employé par les petits marchands pour envelopper des
choses, dont se servent des hommes qui valent mieux qu'eux.

Voyez ensuite le contraste de l'avare. Il perd sa santé, sa réputation,
sa fortune au milieu des plaisirs. Y a-t-il quelque papier qui lui
ressemble? Oui, sans doute, c'est le papier qui boit.

L'inquiet politique croit ce côté toujours exempt d'erreur et cet autre
toujours faux. Il critique avec fureur; il applaudit avec rage. Dupe de
tous les bruits populaires, et instrument des fripons, il ne faut pas
que l'impression annonce sa foiblesse. Il est ce bonnet de papier, qu'on
appelle _un bonnet d'âne_.

L'homme prompt et colère, dans les veines duquel le sang court avec
vivacité, qui vous cherche querelle si vous marchez de travers, et ne
peut endurer une plaisanterie, un mot, un regard, qu'est-il? Quoi? Le
papier de trace assurément.

Que dites-vous de nos poëtes, tous tant qu'ils sont, bons, mauvais,
riches, pauvres, beaucoup lus, ou point lus du tout? Vous pouvez mettre
ensemble et eux, et leurs ouvrages: c'est de tous les papiers le plus
inutile[72].

Contemplez la jeune et douce vierge. Elle est belle comme une feuille de
papier blanc, que rien n'a encore souillé: l'homme heureux que le destin
favorise, peut y écrire son nom et la prendre pour sa peine.

Encore une comparaison: je n'en veux plus faire qu'une. L'homme sage,
qui méprise les petitesses, et dont les pensées, les actions, les
maximes sont à lui, et n'ont pour principe que les sentimens de son
coeur, cet homme, dis-je, est le papier-vélin, qui de tous les papiers
est le plus beau, le meilleur, le plus précieux.

  [72] Il y a dans l'original, la plus pauvre de toutes les
    _maculatures_. La maculature est une feuille de gros papier gris,
    qui sert d'enveloppe à une rame d'autre papier. (_Note du
    Traducteur._)



CONTE.


Jacques Montresor étoit un brave officier, point bigot mais très-honnête
homme. Il tomba malade. Le curé de sa paroisse croyant qu'il alloit
mourir, courut chez lui, et lui conseilla de faire sa paix avec Dieu,
afin d'être reçu en paradis.

«Je ne suis pas inquiet sur cela, lui dit Montresor; car j'ai eu, la
nuit dernière, une vision, qui m'a tout-à-fait tranquillisé».--Et
qu'est-ce que cette vision, demanda le bon curé?--«J'étois, répliqua
Montresor, à la porte du paradis, avec une foule de gens, qui vouloient
entrer. Saint-Pierre leur demanda de quelle religion ils étoient.--Je
suis catholique romain, répondit l'un.--Eh bien! entrez et prenez votre
place parmi les catholiques, lui dit Saint-Pierre.--Un autre cria qu'il
étoit de l'église anglicane.--Placez-vous avec les anglicans, répondit
le Saint.--Moi je suis quaker, dit gravement un troisième.--Entrez où
sont les quakers, fut la réponse de l'apôtre.--Enfin, il me demanda
quelle étoit ma religion.--Hélas! lui répondis-je, le pauvre Jacques
Montresor n'en a malheureusement aucune.--C'est dommage, dit
Saint-Pierre. Je ne sais où vous placer: mais entrez toujours; vous vous
mettrez où vous pourrez[73]».

  [73] Voici une imitation heureuse, que le citoyen Parny a faite de ce
    joli conte de Franklin.

        Abandonnant la terrestre demeure,
        Un jour, dit-on, six hommes vertueux,
        Morts à-la-fois, vinrent à la même heure,
        Se présenter à la porte des cieux.
        L'Ange paroît, demande à chacun d'eux
        Quel est son culte; et le premier s'approche,
        Disant:--«Tu vois un bon Mahométan».

        L'ANGE.

        Entre mon cher, et tournant vers ta gauche,
        Tu trouveras le quartier Musulman.

        LE SECOND.

        Moi, je suis Juif.


        L'ANGE.

                           Entre, et cherche une place
        Parmi les Juifs. Toi, qui fait la grimace
        À cet Hébreu, qu'es-tu?

        LE TROISIÈME.

                                 Luthérien.

        L'ANGE.

        Soit; entre et va, sans t'étonner de rien,
        T'asseoir au temple où s'assemblent tes frères.

        LE QUATRIÈME.

        Quaker.

        L'ANGE.

                Eh bien, entre, et garde ton chapeau.
        Dans ce bosquet les Quakers sédentaires
        Forment un club; on y fume.

        LE QUAKER.

                                    _Bravo._

        LE CINQUIÈME.

        J'ai le bonneur d'être bon catholique,
        Et comme tel, je suis un peu surpris
        De voir un Juif, un Turc, en paradis.

        L'ANGE.

        Entre, et rejoins les tiens sous ce portique.
        Venons à toi; quelle religion
        As-tu suivie?

        LE SIXIÈME.

                      Aucune.

        L'ANGE.

                              Aucune?

        LE SIXIÈME.

                                      Non.

        L'ANGE.

        Mais cependant quelle fut ta croyance?

        LE SIXIÈME.

        L'ame immortelle, un Dieu qui récompense,
        Et qui punit; rien de plus.

        L'ANGE.

                                    En ce cas,
        Entre, et choisis ta place où tu voudras.



FRAGMENT DE LA SUITE DES MÉMOIRES DE FRANKLIN[74].


Ce fut vers ce temps que je formai le hardi et difficile projet de
parvenir à la perfection morale. Je désirois de passer ma vie sans
commettre aucune faute dans aucun moment; je voulois me rendre maître de
tout ce qui pouvoit m'y entraîner: la pente naturelle, la société, ou
l'usage. Comme je connoissois, ou croyois connoître, le bien et le mal,
je ne voyois pas pourquoi je ne pouvois pas toujours faire l'un et
éviter l'autre; mais je m'apperçus bientôt que j'avois entrepris une
tâche plus difficile que je ne l'avois d'abord imaginé. Pendant que
j'appliquois mon attention, et que je mettais mes soins à me préserver
d'une faute, je tombois souvent, sans m'en appercevoir, dans une autre:
l'habitude se prévaloit de mon inattention, ou bien le penchant étoit
trop fort pour ma raison.

Je conclus à la fin que quoiqu'on fût spéculativement persuadé qu'il est
de notre intérêt d'être complétement vertueux, cette conviction étoit
insuffisante pour prévenir nos faux pas; qu'il falloit rompre les
habitudes contraires, en acquérir de bonnes et s'y affermir, avant de
pouvoir compter sur une constante et uniforme rectitude de conduite: en
conséquence, pour y parvenir, j'imaginai la méthode suivante.

Dans les différentes énumérations des vertus morales que j'avois vues
dans mes lectures, le catalogue étoit plus ou moins nombreux, suivant
que les écrivains renfermoient plus ou moins d'idées sous la même
dénomination. La _tempérance_, par exemple, suivant quelques-uns,
n'avoit de rapport qu'au manger et au boire, tandis que d'autres en
étendoient le sens jusqu'à la modération dans tous les autres plaisirs,
dans tous les appétits, inclinations ou passions du corps ou de l'ame,
et même jusqu'à l'avarice et l'ambition. Je me proposai, pour plus de
clarté, de faire plutôt usage d'un plus grand nombre de mots, en
attachant à chacun peu d'idées, que de me servir de moins de termes, en
les liant à plus d'idées. Je renfermai sous treize noms de vertus,
toutes celles qu'alors je regardois comme nécessaires ou désirables, et
j'attachai à chacune d'elles un court précepte qui montrait pleinement
l'étendue que je donnois à leur signification.

Voici ces noms de vertus avec leur précepte:


1. SOBRIÉTÉ. Ne mangez pas jusqu'à être appesanti; ne buvez pas assez
pour que votre tête en soit affectée.

2. SILENCE. Ne dites que ce qui peut être utile aux autres et à
vous-mêmes.

Évitez les conversations frivoles.

3. ORDRE. Que chaque chose ait chez vous sa place, et chaque partie de
vos affaires son temps.

4. RÉSOLUTION. Soyez résolu de faire ce que vous devez, et faites, sans
y manquer, ce que vous avez résolu.

5. ÉCONOMIE. Ne faites aucune dépense que pour le bien des autres ou
pour le vôtre, c'est-à-dire, ne dépensez rien mal à propos.

6. APPLICATION. Ne perdez point de temps; soyez toujours occupé à
quelque chose d'utile; abstenez-vous de toute action qui ne l'est pas.

7. SINCÉRITÉ. N'usez d'aucuns déguisemens nuisibles; que vos pensées
soient innocentes et justes, et conformez-vous quand vous parlez.

8. JUSTICE. Ne nuisez à personne, soit en lui fesant du tort, soit en
négligeant de lui faire le bien auquel vous oblige votre devoir.

9. MODÉRATION. Évitez les extrêmes; gardez-vous de vous offenser des
torts d'autrui, autant que vous croyez en avoir sujet.

10. PROPRETÉ. Ne souffrez aucune malpropreté sur votre corps, sur vos
habits et dans votre maison.

11. TRANQUILLITÉ. Ne vous laissez troubler ni par des bagatelles, ni par
des accidens ordinaires ou inévitables.

12. CHASTETÉ. Livrez-vous rarement aux plaisirs de l'amour, n'en usez
que pour votre santé, ou pour avoir des descendans, jamais au point de
vous abrutir ou de perdre vos forces, et jusqu'à nuire au repos et à la
réputation de vous ou des autres.

13. HUMILITÉ. Imitez Jésus et Socrate.

Mon intention étant d'acquérir l'habitude de toutes ces vertus, je
pensai qu'il seroit bon, au lieu de diviser mon attention en
entreprenant de les acquérir toutes à-la-fois, de la fixer pendant un
temps sur une d'elles; et lorsque je m'en serois assuré, de passer à une
autre, et ainsi de suite, jusqu'à ce que je les eusse parcourues toutes
les treize. Et comme l'acquisition préalable de quelques-unes, pouvoit
faciliter celle de quelques autres, je les rangeai dans cette vue comme
on vient de voir: la _sobriété_ étoit la première, parce qu'elle tend à
procurer le sang-froid et la netteté de tête si nécessaires lorsqu'il
faut observer une vigilance constante, et se tenir en garde contre
l'attrait toujours subsistant des anciennes habitudes, et la force des
tentations continuelles.

Cette vertu une fois obtenue et affermie, le _silence_ devenoit beaucoup
plus aisé. Mon désir étant d'acquérir des connoissances en même-temps
que je me perfectionnois dans la vertu, je considérai que, dans la
conversation, on y parvenoit plutôt par le secours de l'oreille que par
celui de la langue; et voulant, en conséquence, rompre l'habitude qui me
gagnoit de babiller, de faire des pointes et des plaisanteries qui ne
pouvoient me rendre admissible que dans des compagnies frivoles, je
donnai la seconde place au _silence_.

J'espérois par son moyen, et avec l'_ordre_ qui vient après, obtenir
plus de temps pour suivre mon projet et mes études. La _résolution_ une
fois devenue habituelle, devoit m'affermir dans mes efforts pour obtenir
les autres vertus. L'_économie_ et l'_application_ en me délivrant de ce
qui me restoit de dettes, et me procurant l'abondance et l'indépendance,
devoient me rendre plus aisée la pratique de la _sincérité_ et de la
_justice_, etc, etc.

Je conclus alors que, conformément aux avis de Pythagore, contenus dans
ses vers d'or, un examen journalier étoit nécessaire, et pour le diriger
j'imaginai la méthode suivante:

Je fis un petit livre dans lequel j'assignai pour chacune des vertus,
une page que je réglai avec de l'encre rouge, de manière qu'elle eût
sept colonnes, une pour chaque jour de la semaine, que je marquai de la
lettre initiale de ce jour; je fis sur ces colonnes treize lignes rouges
transversales, plaçant au commencement de chacune, la première lettre
d'une des vertus. Dans cette ligne, et la colonne convenable, je pouvois
marquer avec un petit trait d'encre toutes les fautes que, d'après mon
examen, je reconnoîtrois avoir commis ce jour-là contre cette vertu.

FORME DES PAGES.

SOBRIÉTÉ.

_Ne mangez pas jusqu'à être appesanti; ne buvez pas jusqu'à ce que votre
tête soit affectée._

                  --------------------------------------------------
                  | DIM. | LUN. | MAR. | MER. | JEU. | VEN. | SAM. |
                  |======|======|======|======|======|======|======|
    Sobriété.     |      |      |      |      |      |      |      |
                  |------|------|------|------|------|------|------|
    Silence.      |      |      |      |      |      |      |      |
                  |------|------|------|------|------|------|------|
    Ordre.        |      |      |      |      |      |      |      |
                  |------|------|------|------|------|------|------|
    Résolution.   |      |      |      |      |      |      |      |
                  |------|------|------|------|------|------|------|
    Économie.     |      |      |      |      |      |      |      |
                  |------|------|------|------|------|------|------|
    Application.  |      |      |      |      |      |      |      |
                  |------|------|------|------|------|------|------|
    Sincérité.    |      |      |      |      |      |      |      |
                  |------|------|------|------|------|------|------|
    Justice.      |      |      |      |      |      |      |      |
                  |------|------|------|------|------|------|------|
    Modération.   |      |      |      |      |      |      |      |
                  |------|------|------|------|------|------|------|
    Propreté.     |      |      |      |      |      |      |      |
                  |------|------|------|------|------|------|------|
    Tranquillité. |      |      |      |      |      |      |      |
                  |------|------|------|------|------|------|------|
    Chasteté.     |      |      |      |      |      |      |      |
                  |------|------|------|------|------|------|------|
    Humilité.     |      |      |      |      |      |      |      |
                  --------------------------------------------------

Je pris la résolution de donner, pendant une semaine, une attention
rigoureuse à chacune des vertus successivement. Ainsi dans la première,
je pris grand soin d'éviter de donner la plus légère atteinte à la
_sobriété_, abandonnant les autres vertus à leur chance ordinaire;
seulement je marquois chaque soir les fautes du jour: ainsi dans le cas
où j'aurois pu, pendant la première semaine, tenir nette ma première
ligne marquée _sobriété_, je regardois l'habitude de cette vertu connue
assez fortifiée, et ses ennemis, les penchans contraires, assez
affoiblis pour pouvoir hasarder d'étendre mon attention, d'y réunir la
suivante, et d'obtenir la semaine d'après deux lignes exemptes de
marques.

En procédant ainsi jusqu'à la dernière, je pouvois faire un cours
complet en treize semaines, et quatre cours en un an; de même que celui
qui a un jardin à mettre en ordre, n'entreprend pas d'arracher toutes
les mauvaises herbes en une seule fois, ce qui excéderoit le pouvoir de
ses bras et de ses forces; il ne travaille en même-temps que sur une
planche, et lorsqu'il a fini la première, il passe à une seconde. Je
devois jouir (je m'en flattois du moins) du plaisir encourageant de voir
sur mes pages mes progrès dans la vertu, en effaçant successivement les
marques de mes lignes, jusqu'à ce qu'à la fin, après plusieurs
répétitions, j'eusse le bonheur de voir mon livre entièrement blanc, au
bout d'un examen journalier de treize semaines.

Mon petit livre avoit pour épigraphe ces vers du Caton d'Addison.

    Here will I hold: if there is a power above us
    (And that there is, all nature cries aloud
    Thro' all her works) he must delight in virtue,
    And that which he delights in, must be happy.

«Je persévérerai: s'il y a un pouvoir au-dessus de nous (et la nature
entière crie à haute voix dans toutes ses oeuvres qu'il y en a un), la
vertu doit faire ses délices, et ce qui fait ses délices doit être le
bonheur.»

Un autre de Cicéron.

  O vitæ Philosophia dux! ô virtutum indagatrix, expultrixque vitiorum!
  Unus dies benè et ex præceptis tuis actus peccanti immortalitati est
  anteponendus.

«Ô philosophie! guide de la vie, source des vertus et fléau des vices!
Un seul jour employé au bien, et suivant tes préceptes, est préférable à
l'immortalité passée dans le vice.»

Un autre, d'après les proverbes de Salomon, parlant de la sagesse et de
la vertu.

«La longueur des jours est dans sa main droite, et dans sa gauche la
richesse et les honneurs; ses voies sont des voies de douceur, et tous
ses sentiers sont ceux de la paix». _Prov. ch. III. v. 16 et 17._

Et considérant Dieu comme la source de la sagesse, je pensai qu'il étoit
juste et nécessaire de solliciter son assistance pour l'obtenir. Je
composai en conséquence la courte prière qui suit, et je la mis en tête
de mes tables d'examen, pour m'en servir tous les jours.

«Ô bonté puissante! père bienfaisant! guide miséricordieux, augmente en
moi la sagesse pour que je puisse connoître mes vrais intérêts; fortifie
ma résolution pour exécuter ce qu'elle prescrit, agrée mes bons offices
à l'égard de tes autres enfans, comme le seul acte de reconnoissance qui
soit en mon pouvoir pour les faveurs continuelles que tu m'accordes.»

Je me servois aussi de cette prière, tirée des poëmes de Thompson.

    Father of light and life, thou Good supreme!
    O Teach me what is Good, teach me thyself.
    Save me from folly, vanity, and vice,
    From every low pursuit, and fill my soul
    With knowledge, conscious peace and virtue pure,
    Sacred, substantial, never fading bliss.

«Père de la lumière et de la vie! Ô toi, le bien suprême! instruis-moi
de ce qui est bien, instruis-moi de toi-même; sauve-moi de la folie, de
la vanité, du vice, de toutes les inclinations basses, et remplis mon
ame de savoir, de paix intérieure, et de vertu pure; bonheur sacré,
véritable, et qui ne se ternit jamais.»

Le précepte de l'_ordre_ demandant que chaque partie de mes affaires eût
son temps assigné, une page de mon livret contenoit le plan qui suit
pour l'emploi des vingt-quatre heures du jour naturel.

_Plan pour l'emploi des 24 heures du jour naturel_.

_Question du matin_: Quel bien puis-je faire aujourd'hui?

         5.  En me levant, me laver et invoquer la bonté suprème,
         6.  régler les affaires et prendre les résolutions
         7.  du jour, continuer les études actuelles, déjeûner.

         8.
         9.
        10.  Travail.
        11.

      midi.  Lecture, ou examen de mes comptes, et dîner.
         1.

         2.
         3.
         4.  Travail.
         5.

         6.
         7.  Ranger tout à sa place, souper, musique ou
         8.  récréation, ou conversation, examen du jour.
         9.

        10.
        11.
    minuit.
         1.  Sommeil.
         2.
         3.
         4.

_Question du soir_: Quel bien ai-je fait aujourd'hui?

J'entamai l'exécution de ce plan par mon examen, et je continuai pendant
un certain temps, l'interrompant dans quelques occasions. Je fus surpris
de trouver combien j'étois plus rempli de défauts que je ne l'avois
imaginé; mais j'eus la satisfaction de les voir diminuer.

Pour éviter l'embarras de renouveler, de temps en temps, mon livret,
qui, en grattant le papier pour effacer les marques des vieilles fautes,
afin de faire place aux nouvelles dans un nouveau cours, étoit devenu
rempli de trous, je transcrivis mes tables et mes préceptes sur les
feuilles d'ivoire d'un souvenir: les lignes y furent tracées, d'une
manière durable, avec de l'encre rouge, et j'y marquai mes fautes avec
un crayon de mine de plomb, dont je pouvais effacer les traces aisément,
en y passant une éponge mouillée.

Après un temps, je ne fis plus qu'un cours pendant l'année, et, par la
suite, un seul en plusieurs années, jusqu'à ce qu'à la fin je n'en fisse
plus du tout, étant employé, hors de chez moi, par des voyages, des
occupations et une multitude d'affaires. Cependant, je portois toujours
mon petit livre avec moi. Mon projet d'_ordre_ me donna le plus de
peine, et je trouvai que, quoiqu'il fût praticable, lorsque les affaires
d'un homme sont de nature à lui laisser la disposition de son temps,
comme celles d'un ouvrier imprimeur, par exemple, il ne l'étoit plus
pour un maître, qui doit avoir des relations avec le monde, et recevoir
souvent les gens à qui il a affaire, à l'heure qui leur convient. Je
trouvai très-difficile aussi d'observer l'_ordre_, en mettant à leur
place les effets, les papiers, etc. Je n'avois pas été accoutumé, de
bonne heure, à cette règle; et, comme j'avois une excellente mémoire, je
sentois peu l'inconvénient qui résulte de manquer d'ordre. Cet article
me contraignit à une attention pénible; mes fautes, à cet égard, me
tourmentèrent tellement, mes progrès étoient si foibles et mes rechutes
si fréquentes, que je me décidai presque à prendre mon parti sur ce
défaut.

Quelque chose aussi, qui prétendoit être la raison, me suggéroit, de
temps en temps, que cette extrême délicatesse, que j'exigeois de
moi-même, pouvoit bien être une espèce de sottise en morale, qui me
rendroit ridicule, si elle étoit connue; qu'un caractère parfait
pourroit éprouver l'inconvénient d'être un objet d'envie et de haine, et
que celui qui veut le bien, doit se souffrir un petit nombre de défauts,
pour mettre ses amis à leur aise.

Dans le vrai, je me trouvai incorrigible, par rapport à l'_ordre_; et à
présent que je suis devenu vieux, et que ma mémoire est mauvaise, j'en
sens vivement le besoin; mais, après tout, quoique je ne sois jamais
arrivé à la perfection à laquelle j'avois tant d'envie de parvenir, et
que j'en sois même resté bien loin, cependant, mes efforts m'ont rendu
meilleur et plus heureux que je n'aurois été, si je n'avois pas formé
cette entreprise; comme celui qui tâche de se faire une écriture
parfaite, en imitant un exemple gravé, quoiqu'il ne puisse jamais
atteindre la même perfection; néanmoins, les efforts qu'il fait rendent
sa main meilleure et son écriture passable.

Il peut être utile, à ma postérité, de savoir que c'est à ce petit
artifice, à l'aide de Dieu, que leur ancêtre a dû le bonheur constant de
sa vie, jusqu'à sa soixante et dix-neuvième année, pendant laquelle ceci
est écrit. Les revers, qui peuvent accompagner le reste de ses jours,
sont entre les mains de la Providence; mais, s'ils arrivent, la pensée
de son bonheur passé doit l'aider à les supporter avec résignation. Il
attribue, à la _sobriété_, sa longue et constante santé, et ce qui lui
reste encore d'une bonne constitution; à _l'application_ et à
_l'économie_, l'aisance qu'il s'est procurée de bonne heure,
l'acquisition de sa fortune, et des connoissances qui l'ont mis en état
d'être un citoyen utile, et lui ont donné quelque réputation parmi les
savans; à la _sincérité_ et à la _justice_, la confiance de son pays, et
les emplois honorables dont on l'a revêtu. Enfin, c'est à l'influence de
toutes ces vertus, quelqu'imparfaitement qu'il ait pu les atteindre,
qu'il croit devoir cette égalité d'humeur et cette gaieté dans la
conversation, qui fait encore rechercher sa compagnie, même par des gens
plus jeunes que lui. Il espère que quelques-uns de ses descendans
suivront cet exemple, et s'en trouveront bien.

On remarquera que, quoique mon plan ne fût pas entièrement sans rapport
avec la religion, il ne s'y trouvoit pas de traces d'aucun dogme: je
l'avois évité à dessein, car j'étois persuadé de l'utilité et de
l'excellence de ma méthode; je croyois qu'elle devoit être utile aux
hommes, quelle que fût leur religion, et me proposois de la publier
quelque jour.

J'avois dessein d'écrire un petit commentaire sur chaque vertu, dans
lequel j'aurais fait voir l'avantage de les posséder, et les maux qui
suivent les vices qui leur sont opposés; j'aurois intitulé mon livre:
_l'Art de la Vertu_, parce qu'il auroit montré les moyens et la manière
d'acquérir la vertu, ce qui l'auroit distingué d'une simple exhortation
qui, n'indiquant pas les moyens de parvenir à être homme de bien,
ressemble au langage de celui dont, pour employer l'expression d'un
apôtre, la charité n'est qu'en paroles, et qui, sans montrer à ceux qui
sont nuds et qui ont faim, les moyens d'avoir des habits et des vivres,
les exhorte à se nourrir et à s'habiller. (Jacques, chapitre XI, vers.
15, 16).

Mais les choses ont tourné, de manière que mon intention d'écrire et de
publier ce commentaire, n'a jamais été remplie. De temps en temps, à la
vérité, je mettois, par écrit, de courtes notes sur les sentimens, les
raisonnemens, etc. que j'y devois employer, et j'en ai encore
quelques-unes; mais l'attention particulière qu'il m'a fallu donner,
dans les premières années de ma vie, à mes affaires personnelles, et,
depuis, aux affaires publiques, m'ont obligé de le remettre à d'autre
temps; et, comme il est lié, dans mon esprit, avec un grand et vaste
projet, dont l'exécution demande un homme tout entier, et dont une
succession imprévue d'emplois m'a empêché de m'occuper jusqu'à présent,
il est resté imparfait.

J'avois dessein de prouver, dans cet ouvrage, qu'en considérant
seulement la nature de l'homme, les actions vicieuses n'étoient pas
nuisibles, parce qu'elles étoient défendues, mais qu'elles sont
défendues, parce qu'elles sont nuisibles; qu'il est de l'intérêt, de
ceux même qui ne souhaitent que le bonheur d'ici-bas, d'être vertueux;
et, considérant qu'il y a toujours, dans le monde, beaucoup de riches
commerçans, de princes, de républiques, qui ont besoin, pour
l'administration de leurs affaires, d'agens honnêtes, et qu'ils sont
rares, j'aurais entrepris de convaincre les jeunes gens, qu'il n'y a
point de qualités plus capables de conduire un homme pauvre à la
fortune, que la probité et l'intégrité.

Ma liste des vertus n'en contenoit d'abord que douze; mais un quaker de
mes amis m'avertit, avec bonté, que je passois généralement pour être
orgueilleux; que j'en donnois souvent des preuves; que, dans la
conversation, non content d'avoir raison lorsque je disputois quelque
point, je voulois encore prouver aux autres qu'ils avoient tort; que
j'étois, de plus, insolent; ce dont il me convainquit, en m'en
rapportant différens exemples. Je résolus d'entreprendre de me guérir,
s'il étoit possible, de ce vice ou de cette folie, en même temps que des
autres, et j'ajoutai sur ma liste l'humilité.

Je ne puis pas me vanter d'un grand succès pour l'acquisition réelle de
cette vertu; mais j'ai beaucoup gagné, quant à son apparence. Je me
prescrivis la règle d'éviter de contredire directement l'opinion des
autres, et je m'interdis toute assertion positive en faveur de la
mienne. J'allai même, conformément aux anciennes loix de notre
_Junto_[75], jusqu'à m'interdire l'usage d'aucune expression qui marquât
une opinion définitivement arrêtée, comme _certainement_,
_indubitablement_, et j'adoptai, à leur place: _je conçois_, _je
soupçonne_, ou _j'imagine_ qu'une chose est ainsi, ou _il me paroît, en
ce moment, que_.--Quand quelqu'un affirmoit une chose qui me paraissoit
être une erreur, je me refusois le plaisir de le contredire brusquement,
et de lui montrer sur-le-champ quelqu'absurdité dans sa proposition; et,
dans ma réponse, je commençois par observer que, dans certains cas ou
certaines circonstances, son opinion seroit juste; mais que, dans celle
dont il étoit question, il _me sembloit_ qu'il y avoit quelque
différence, etc.

Je reconnus bientôt l'avantage de ce changement dans mes manières: les
conversations dans lesquelles je m'engageois en devinrent plus
agréables; le ton modeste avec lequel je proposois mes opinions, leur
procuroit un plus prompt accueil et moins de contradictions; je
n'éprouvois pas autant de mortifications, lorsqu'il se trouvoit que
j'avois tort, et j'obtenois plus facilement des autres, d'abandonner
leurs erreurs et de se réunir à moi, lorsqu'il arrivoit que j'avois
raison.

Cette disposition, à laquelle je ne pus pas d'abord m'assujétir sans
faire quelque violence à mon penchant naturel, me devint, à la fin, si
facile et si habituelle, que personne, depuis cinquante ans peut-être,
n'a pu, je crois, s'appercevoir qu'il me soit échappé une seule
expression tranchante. C'est à cette habitude, jointe à ma réputation
d'intégrité, que je dois principalement d'avoir obtenu, de bonne heure,
une grande confiance parmi mes concitoyens, lorsque je leur ai proposé
de nouvelles institutions, ou quelques changemens aux anciennes, et une
si grande influence dans les assemblées publiques, lorsque j'en suis
devenu membre; car je n'étois qu'un mauvais orateur, jamais éloquent,
souvent sujet à hésiter, rarement correct dans mes expressions, et
cependant, je fesois généralement prévaloir mon avis.

Aucune de nos dispositions naturelles n'est peut-être plus difficile à
dompter que l'_orgueil_. Qu'on le mortifie, qu'on lui fasse la guerre,
qu'on le terrasse, qu'on l'étouffe vivant, il perce de nouveau; il se
montre de temps en temps. Vous l'appercevrez, sans doute, souvent dans
cette histoire, peut-être au moment même où je parle de le subjuguer, et
vous pourrez me retrouver orgueilleux jusque dans mon humilité.

  [74] Ce morceau qui se rapporte à l'année 1730 ou 1731, et fait suite
    à ce que Franklin a écrit des Mémoires de sa Vie, a été tiré, à
    Philadelphie, d'un manuscrit prêté au citoyen Delessert. Ce dernier,
    qui l'a déjà fait insérer dans la _Décade_, a bien voulu permettre
    qu'il reparût ici.

  [75] Nom du club formé à Philadelphie par Franklin.



LE CHEMIN DE LA FORTUNE, OU LA SCIENCE DU BONHOMME RICHARD[76].


BÉNÉVOLE LECTEUR!

J'ai ouï dire que rien ne fait autant de plaisir à un auteur que de voir
ses ouvrages respectueusement cités par d'autres écrivains. Jugez donc
combien je dus être content d'une aventure que je vais vous rapporter.

Passant dernièrement à cheval dans un endroit, où il y avoit beaucoup de
monde rassemblé pour une vente publique, je m'arrêtai. Il n'étoit pas
encore l'heure de faire la vente, et en attendant qu'on commençât, la
compagnie causoit sur la dureté des temps. Quelqu'un s'adressant à un
homme à cheveux blancs, simplement et proprement mis, lui dit:--«Et
vous, père Abraham, que pensez-vous de ce temps-ci? Ne croyez-vous pas
que le fardeau des impôts ruinera entièrement le pays? Car comment
ferons-nous pour les payer? Que nous conseillez-vous?»

Le père Abraham se leva et répondit:--«Si vous voulez savoir ma façon de
penser, je vais vous la dire brièvement; car un mot suffit à qui sait
entendre, comme dit le bonhomme Richard».--Tout le monde se réunit pour
engager le père Abraham à parler, et l'assemblée ayant formé un cercle
autour de lui, il tint le discours suivant:

«Mes amis, il est certain que les impôts sont très-lourds. Si nous
n'avions à payer que ceux que le gouvernement met sur nous, nous
pourrions les trouver moins considérables: mais nous en avons beaucoup
d'autres, qui sont bien plus onéreux pour quelques-uns d'entre nous.
L'impôt de notre paresse nous coûte le double de la taxe du
gouvernement; notre orgueil le triple, et notre folie le quadruple. Ces
impôts sont tels, qu'il n'est pas possible aux commissaires d'y faire la
moindre diminution. Cependant, si nous voulons suivre un bon conseil, il
y a encore quelqu'espoir pour nous. Dieu aide ceux qui s'aident
eux-mêmes, comme dit le bonhomme Richard.

»S'il existait un gouvernement, qui obligeât les sujets à donner la
dixième partie de leur temps pour son service, on le trouveroit
assurément très-dur: mais la plupart d'entre nous sont taxés par leur
paresse d'une manière beaucoup plus forte. La paresse occasionne des
incommodités et raccourcit nécessairement la vie. La paresse, semblable
à la rouille, use bien plus promptement que le travail: mais la clef,
dont on se sert est toujours claire, comme dit encore le bonhomme
Richard.--Si vous aimez la vie, ne prodiguez pas le temps; car, comme
dit encore le bonhomme Richard, c'est l'étoffe dont la vie est faite.
Nous donnons au sommeil bien plus de temps qu'il ne faut, oubliant que
le renard qui dort n'attrape point de poules, et que nous aurons assez
le temps de dormir dans la tombe, comme dit le bonhomme Richard.

»Si le temps est la plus précieuse de toutes les choses, prodiguer le
temps doit être, comme dit le bonhomme Richard, la plus grande des
prodigalités; puisque, comme il nous l'apprend ailleurs, le temps perdu
ne se retrouve jamais, et que ce que nous appelons _assez de temps_, se
trouve toujours fort peu de temps.--Agissons donc, pendant que nous le
pouvons, et agissons à propos. Avec de l'assiduité, nous ferons beaucoup
plus avec moins de peine. La paresse rend tout difficile, et le travail
tout aisé. Celui qui se lève tard a besoin d'agir toute la journée, et
peut à peine avoir fini ses affaires le soir. D'ailleurs, la paresse va
si lentement que la pauvreté l'a bientôt attrapée. Conduisez vos
affaires, et ne vous laissez jamais conduire par elles. Un homme qui se
couche de bonne heure, et se lève matin, dit le bonhomme Richard,
devient bien portant, riche et sage.

»Que signifient donc les désirs, les espérances de temps plus heureux?
Nous pouvons rendre le temps meilleur si nous savons agir.--L'activité
n'a pas besoin de former des voeux; celui qui vit d'espérance mourra de
faim. Il n'y a point de profit sans peine. Je dois me servir de mes
mains, puisque je n'ai point de terre; ou, si j'en ai, elle est
fortement imposée. Le bonhomme Richard dit que celui qui a un métier a
un fonds de terre, et que celui qui a une profession a un emploi utile
et honorable. Mais il faut alors qu'on fasse valoir son métier et qu'on
suive sa profession; sans quoi ni le fonds de terre, ni l'emploi ne nous
aideront à payer les taxes.

»Si nous sommes laborieux, nous ne mourrons jamais de faim. La faim
regarde la porte de l'homme qui travaille, mais elle n'ose pas y entrer.
Les commissaires et les huissiers la respectent également; car
l'activité paie les dettes, et le désespoir les augmente. Vous n'avez
besoin ni de trouver un trésor, ni d'hériter d'un riche parent: le
travail est le père du bonheur, et Dieu donne tout à ceux qui
s'occupent.

»Tandis que les fainéans dorment, labourez profondément votre champ;
vous recueillerez du bled et pour votre consommation, et pour vendre.
Labourez aujourd'hui, car vous ne savez pas combien vous pourrez en être
empêché demain. C'est ce qui a fait dire au bonhomme Richard: Un
aujourd'hui vaut mieux que deux demain; et ensuite: Ne remettez jamais à
demain ce que vous pouvez faire aujourd'hui.

»Si vous étiez domestique ne seriez-vous pas honteux qu'un bon maître
vous trouvât les bras croisés. Eh bien! puisque vous êtes votre propre
maître, rougissez lorsque vous vous surprenez vous-même dans l'oisiveté,
tandis que vous avez tant à faire pour vous-même, pour votre famille,
pour votre patrie.--Ne mettez point de gants pour prendre vos outils.
Souvenez-vous que le bonhomme Richard dit qu'un chat ganté n'attrape
point de souris.--Il est vrai, qu'il y a beaucoup à faire, et peut-être
manquez-vous de force. Mais ayez de la persévérance, et vous en verrez
les bons effets. L'eau qui tombe constamment goutte à goutte finit par
user la pierre. Avec de la patience une souris coupe un cable; et de
petits coups répétés abattent de grands chênes.

»Il me semble entendre quelqu'un d'entre vous me dire:--Ne faut-il donc
pas se permettre quelques instans de loisir?--Mon ami, je veux vous
apprendre ce que dit le bonhomme Richard. Si vous voulez avoir du repos,
employez bien votre temps; et puisque vous n'êtes pas sûr d'une minute,
gardez-vous de perdre une heure.--Le loisir est un temps qu'on peut
employer à quelque chose d'utile. L'homme laborieux se procure ce
loisir, mais le paresseux ne l'obtient jamais; car une vie tranquille et
une vie oisive sont deux choses fort différentes.--Bien des gens
voudraient vivre sans travailler, et par leur esprit seulement; mais ils
n'ont pas assez de fonds pour cela. Le travail, au contraire, mène
toujours à sa suite la satisfaction, l'abondance et le respect.--Les
plaisirs courent après ceux qui les fuient. La fileuse vigilante ne
manque jamais de chemise. Depuis que j'ai des brebis et une vache,
chacun me souhaite le bon jour.

»Mais indépendamment de notre industrie, il faut que nous ayons de la
constance, de la résolution, des soins; que nous voyions nos affaires
avec nos propres yeux, et que nous ne nous en rapportions pas trop aux
autres. Le bonhomme Richard dit: Je n'ai jamais vu un arbre qu'on
transplante souvent, ni une famille qui déménage plusieurs fois dans
l'année, prospérer autant que ceux qui ne changent point de
place.--Trois déménagemens, dit-il encore, font le même tort qu'un
incendie.--Conservez votre boutique et votre boutique vous
conservera.--Si vous voulez que vos affaires se fassent, allez-y
vous-même; si vous ne voulez pas qu'elles soient faites,
envoyez-y.--Celui qui veut prospérer par la charrue, doit la conduire
lui-même.--L'oeil du maître fait plus que ses deux mains.--Le défaut de
soin fait plus de tort que le défaut de savoir.--Ne pas surveiller vos
ouvriers, c'est laisser votre bourse à leur discrétion.--Le trop de
confiance dans les autres est la ruine de bien des gens; car dans les
affaires de ce monde, ce n'est pas par la foi qu'on se sauve, mais c'est
en n'en ayant pas.

»Les soins qu'on prend pour soi-même sont toujours utiles.--Si vous
voulez avoir un serviteur fidèle et que vous aimiez, servez-vous
vous-même.--Une petite négligence peut occasionner un grand mal, dit le
bonhomme Richard. Faute d'un clou, le fer d'un cheval se perd; faute
d'un fer, on perd le cheval; et faute d'un cheval, le cavalier est
lui-même perdu, parce que son ennemi l'atteint et le tue. Tout cela ne
vient que d'avoir négligé un clou de fer à cheval.

»Mes amis, en voilà assez sur le travail et sur l'attention que chacun
doit donner à ses affaires: mais à cela, il faut ajouter la tempérance,
si nous voulons être plus sûrs du succès de notre travail.

»Un homme qui ne sait pas épargner à mesure qu'il gagne, mourra sans
laisser un sou, après avoir eu toute sa vie le nez collé sur son
ouvrage. Une cuisine grasse rend un testament maigre, dit le bonhomme
Richard. Depuis que pour faire les honneurs d'une table à thé, les
femmes ont négligé de filer et de tricoter, et que pour boire du punch,
les hommes ont quitté la hache et le marteau, bien des fortunes se
dissipent en même-temps qu'on les gagne.--Si vous voulez être riche,
songez à ménager ce que vous acquérez. L'Amérique n'a pas enrichi les
Espagnols, parce que leurs dépenses sont plus considérables que leurs
revenus.

»Renoncez donc à vos folies dispendieuses et vous aurez bien moins à
vous plaindre de la dureté des temps, du poids des impôts, et de la
difficulté d'entretenir vos maisons; car les femmes, le vin, le jeu et
la mauvaise foi, font qu'on trouve sa fortune petite et ses besoins
très-grands. Il en coûte aussi cher pour maintenir un vice que pour
élever deux enfans. Vous vous imaginez, peut-être, qu'un peu de thé, un
peu de punch, de temps en temps, une table un peu mieux servie, des
habits plus beaux, et quelque petite partie de plaisir, ne peuvent être
de grande conséquence. Mais souvenez-vous que beaucoup de petites choses
font une masse considérable. Prenez garde aux menues dépenses. Une
petite voie d'eau, fait périr un grand navire, dit le bonhomme Richard.
Le goût des friandises conduit à la mendicité. Les fous donnent des
repas, et les sages les mangent.

»Vous êtes ici tous rassemblés pour une vente de meubles élégans et de
bagatelles fort chères. Vous appelez cela des biens; mais, si vous n'y
prenez garde, il en résultera du mal pour quelqu'un de vous. Vous
comptez que tout cela sera vendu bon marché. Peut-être le sera-t-il, en
effet, pour beaucoup moins qu'il ne coûte. Mais si vous n'en avez pas
besoin, cela sera toujours trop cher pour vous. Rappelez-vous les
maximes du bonhomme Richard: si vous achetez ce qui vous est inutile,
vous ne tarderez pas à vendre ce qui vous est nécessaire. Avant de
profiter d'un bon marché, réfléchissez un moment. Richard pense, sans
doute, que le bon marché n'est qu'illusoire, et qu'en vous gênant dans
vos affaires, il vous fait plus de mal que de bien.

»Voici encore deux dictons du Bonhomme.--Beaucoup de gens ont été ruinés
pour avoir fait de bons marchés. C'est une folie d'employer son argent à
acheter un repentir.--Cependant, cette folie se fait tous les jours dans
les ventes, faute de se souvenir de l'almanach du bonhomme
Richard.--Pour le plaisir de porter de beaux habits, dit-il, beaucoup de
gens vont le ventre vide, et laissent leur famille manquer de pain.--Les
étoffes de soie, le satin, le velours, l'écarlate, éteignent le feu de
la cuisine. Loin d'être nécessaires, ces étoffes peuvent être à peine
regardées comme des choses commodes; mais parce qu'elles paroissent
jolies, combien de gens sont tentés de les avoir!

»Par ces extravagances, et d'autres pareilles, les gens du bon ton sont
gênés, se ruinent et sont ensuite forcés d'emprunter de ceux qu'ils
avoient méprisés, mais qui, par leur travail et leur sobriété ont su se
maintenir dans leur état.--C'est ce qui prouve, comme l'observe le
bonhomme Richard, qu'un laboureur sur ses pieds est plus grand qu'un
gentilhomme à genoux.

»Peut-être que ceux qui sont ruinés avoient hérité d'une fortune
honnête, mais sans savoir par quels moyens elle avoit été acquise, et
ils pensoient que puisqu'il étoit jour, il ne feroit jamais nuit. Mais,
dit le bonhomme Richard, à force de prendre à la huche, sans y rien
mettre, on en trouve bientôt le fond, et quand le puits est sec, on
connoît tout le prix de l'eau. Mais c'est ce qu'on auroit su d'abord si
l'on avoit consulté le Bonhomme.--Voulez-vous apprendre ce que vaut
l'argent? Essayez d'en emprunter. Celui qui va faire un emprunt, va
chercher une mortification, dit le bonhomme Richard; et certes, autant
en fait celui qui, après avoir prêté à certaines gens, redemande son dû.

»Les avis du bonhomme Richard vont plus loin. L'orgueil de se parer,
dit-il, est une malédiction. Quand vous en êtes atteint, consultez votre
bourse avant de consulter votre fantaisie: l'orgueil est un mendiant qui
crie aussi haut que le besoin, et est bien plus insatiable. Quand vous
avez acheté une jolie chose, il faut que vous en achetiez encore dix
autres afin d'être assorti.--Mais, dit le bonhomme Richard, il est plus
aisé de réprimer la première fantaisie que de satisfaire toutes celles
qui la suivent. Il est aussi fou au pauvre de vouloir singer le riche,
qu'il l'est à la grenouille de s'enfler pour devenir l'égale d'un boeuf.
Les grands vaisseaux peuvent se hasarder en pleine mer: mais les petits
bateaux doivent se tenir près du rivage.

»Les folies de l'orgueil sont bientôt punies; car, comme le dit le
bonhomme Richard, l'orgueil qui dîne de vanité, soupe de mépris. Il dit
encore: L'orgueil déjeune avec l'abondance, dîne avec la pauvreté, et
soupe avec la honte.--Mais après tout, à quoi sert cette vanité de
paroître, pour laquelle on se donne tant de peine et l'on s'expose à de
si grands dangers? Elle ne peut ni nous conserver la santé, ni adoucir
nos souffrances; et sans augmenter notre mérite, elle nous rend l'objet
de l'envie, et accélère notre ruine.

»Mais quelle folie n'y a-t-il pas à s'endetter pour des superfluités?
Dans la vente qu'on va faire ici, l'on nous offre six mois de crédit; et
peut-être cela a-t-il engagé quelques-uns de nous à s'y trouver, parce
que, n'ayant point d'argent comptant, ils espèrent de satisfaire leur
fantaisie, sans rien débourser. Mais, hélas! songez bien à ce vous que
faites, quand vous vous endettez. Vous donnez à un autre des droits sur
votre liberté. Si vous ne pouvez pas payer au terme fixé, vous rougirez
de voir votre créancier; vous ne lui parlerez qu'avec crainte; vous vous
abaisserez à vous excuser auprès de lui, d'une manière rampante;
peu-à-peu, vous perdrez votre franchise, et vous vous déshonorerez par
de misérables menteries. Le bonhomme Richard observe que la première
faute est de s'endetter, et la seconde de mentir.--Les dettes portent le
mensonge sur leur dos, dit-il ailleurs.

»Un anglais, né libre, ne devroit jamais rougir ni craindre de parler à
qui que ce puisse être. Mais la pauvreté ôte à l'homme toute espèce de
courage et de vertu. Il est difficile qu'un sac vide puisse se tenir de
bout.

»Que penseriez-vous d'un prince ou d'un gouvernement qui vous
défendroit, par un édit, de vous habiller comme les personnes de
distinction, sous peine d'emprisonnement ou de servitude?--Ne
diriez-vous pas que vous êtes nés libres; que vous avez le droit de vous
vêtir à votre fantaisie; que l'édit est contraire à vos priviléges et le
gouvernement tyrannique? Cependant, vous vous soumettez volontairement à
cette tyrannie, quand vous vous endettez pour vous parer!

»Votre créancier a le droit de vous priver de votre liberté, en vous
confinant dans une prison pour toute votre vie, ou en vous vendant comme
un esclave, si vous n'êtes pas en état de le payer.

»Quand vous avez fait un marché, vous ne songez, peut-être, guère au
paiement. Mais, comme dit le bonhomme Richard, les créanciers ont
meilleure mémoire que les débiteurs. Les créanciers sont une secte
superstitieuse et grande observatrice des nombres de jours, et des temps
précis. L'échéance de votre dette arrive sans que vous y preniez garde,
et l'on vous en fait la demande, avant que vous vous soyez préparé à y
satisfaire. Si au contraire, vous pensez à ce que vous devez, le terme
qui sembloit d'abord si long, vous paroîtra, en s'approchant,
extrêmement court. Vous vous imaginerez que le temps aura mis des ailes
à ses talons, comme il en a à ses épaules.--Le carême n'est jamais long
pour ceux qui doivent payer à pâques.

»Peut-être vous croyez-vous, en ce moment, dans un état prospère, qui
vous permet de satisfaire impunément quelque petite fantaisie. Mais
épargnez pour le temps de la vieillesse et du besoin, pendant que vous
le pouvez. Le soleil du matin ne dure pas tout le jour. Le gain est
incertain et passager; mais la dépense est continuelle. Le bonhomme
Richard dit qu'il est plus aisé de bâtir deux cheminées que d'entretenir
du feu dans une. Ainsi, couchez-vous sans souper, plutôt que de vous
lever avec des dettes. Gagnez tout ce qu'il vous est possible de gagner
et sachez le conserver: c'est-là la pierre philosophale qui changera
votre plomb en or; et quand vous posséderez cette pierre, bien est-il
sûr que vous ne vous plaindrez plus de la rigueur des temps et de la
difficulté de payer les impôts.

»Cette doctrine, mes amis, est celle de la raison et de la prudence.
Mais ne vous confiez pourtant pas trop à votre travail, à votre
sobriété, à votre économie. Ce sont d'excellentes choses: mais elles
vous seront inutiles, sans les bénédictions du ciel. Demandez donc
humblement ces bénédictions. Ne soyez point insensibles aux besoins de
ceux à qui elles sont refusées; au contraire, accordez-leur des
consolations et des secours. Souvenez-vous que Job fut pauvre et
qu'ensuite il retrouva son opulence.

»Pour conclure ce discours, je vous dirai que l'école de l'expérience
est chère: mais, comme le dit le bonhomme Richard, c'est fa seule où les
imprudens s'instruisent et encore est-ce fort rare; car il est certain
qu'on peut donner un bon avis, mais non pas une bonne conduite.
Cependant, rappelez-vous que celui qui ne sait pas recevoir un bon
conseil, ne peut pas être utilement secouru; et si vous ne voulez pas
écouter la raison, dit encore le bonhomme Richard, elle vous frappera
sur toutes les jointures de vos membres.»

Le vieil Abraham finit ainsi sa harangue. Les gens qui l'avoient écouté
et approuvé, ne manquèrent pourtant pas de faire aussitôt le contraire
de ce que prescrivoient ses maximes. Ils agirent comme s'ils venoient
d'entendre un sermon ordinaire; car dès que la vente commença, ils
achetèrent à l'envi et de la manière la plus extravagante.

Je vis que le bonhomme avait soigneusement étudié mon almanach, et mis
en ordre tout ce que j'avois dit sur le travail et l'économie, durant
l'espace de vingt-cinq ans. Les fréquentes citations qu'il avoit faites
de moi, auroient été ennuyeuses pour tout autre: mais ma vanité en fut
merveilleusement flattée, quoique je fusse bien certain que la dixième
partie de la sagesse qu'il m'attribuoit, ne m'appartenoit pas, et que je
n'avois fait que recueillir quelques maximes du bon sens de tous les
siècles et de toutes les nations.

Cependant, je résolus de faire mon profit de ce que je venois d'entendre
répéter; et quoique j'eusse d'abord eu envie d'acheter de l'étoffe pour
un habit neuf, je me retirai dans la résolution de faire durer le vieux
un peu plus long-temps.--Lecteur, si vous pouvez en faire de même, vous
y gagnerez autant que moi.

RICHARD SAUNDERS.

  [76] Cet ouvrage a déjà été traduit: mais il est si intéressant, que
    j'ai cru devoir en donner une traduction nouvelle. (_Note du
    Traducteur._)


_Fin du dernier Volume._



TABLE DES ARTICLES Contenus dans ce second Volume.

_Lettre sur les innovations dans la Langue anglaise, et dans l'art de
l'Imprimerie. À Noé Webster, à Hartford._

_Tableau du principal Tribunal de Pensylvanie, le tribunal de la
Presse._

_Sur l'art de Nager._

_Nouvelle mode de prendre des Bains._

_Observations sur les idées générales concernant la Vie et la Mort._

_Précautions nécessaires dans les Voyages sur mer._

_Sur le Luxe, la Paresse et le Travail. À Benjamin Vaughan._

_Sur la Traite des Nègres._

_Observations sur la Guerre._

_Sur la Presse des Matelots._

_Sur les Loix criminelles, et sur l'usage d'armer en Course. À Benjamin
Vaughan._

_Observations sur les Sauvages de l'Amérique Septentrionale._

_Sur les dissentions entre l'Angleterre et l'Amérique. À M. Dubourg._

_Sur la préférence qu'on doit donner aux Arcs et aux Flèches sur les
armes à feu. Au major-général Lee._

_Comparaison de la conduite des Anti fédéralistes des États-Unis de
l'Amérique, avec celle des anciens Juifs._

_Sur l'état intérieur de l'Amérique, ou tableau des vrais intérêts de ce
vaste continent._

_Avis à ceux qui veulent aller s'établir en Amérique._

_Discours prononcé dans la dernière Convention des États-Unis._

_Projet d'un Collége anglais, présenté aux Curateurs du Collége de
Philadelphie._

_Sur la Théorie de la Terre. À l'abbé S...._

_Pensées sur le Fluide universel, etc._

_Observations sur le rapport fait par le bureau du Commerce et des
Colonies, pour empêcher l'Établissement de la province de l'Ohio._

_Sur un plan de Gouvernement envoyé par le cabinet de Londres en
Amérique. Au gouverneur Shirley._

_Au même._

_Au même._

_Lettre de lord Howe à Benjamin Franklin._

_Réponse de Benjamin Franklin à lord Howe._

_Réflexions sur l'augmentation des Salaires qu'occasionnera en Europe la
révolution d'Amérique._

_Dialogue entre la Goutte et Franklin._

_Lettre à Madame Helvétius._

_Le Papier, poëme._

_Conte._

_Fragment de la suite des Mémoires de Franklin._

_Le Chemin de la fortune, ou la Science du Bonhomme Richard._


Fin de Table du dernier Volume.



----------------------
NOTES DU TRANSCRIPTEUR

On a conservé l'orthographe de l'original, y compris ses variantes (par
exemple: Lee/lée/Leé, suprême/suprème, etc.). On a cependant corrigé:

    choisies > choisis (ces écrits doivent être bien choisis)
    récration > récréation (la récréation, qui de toutes)
    paece > peace (conscious peace and virtue pure)

On a complété les pages 386 et 387 manquant dans l'original en
reproduisant la citation de "la guerre des dieux", d'Évariste Parny,
d'après l'édition de 1808 (de "Entre, et cherche une place | Parmi les
Juifs" à la fin de l'extrait), en harmonisant l'orthographe de "Quakre"
en "Quaker".





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II - suivie de ses oeuvres morales, politiques et littéraires" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home