Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I - Suivie de ses oeuvres morales, politiques et littéraires
Author: Franklin, Benjamin, 1706-1790
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I - Suivie de ses oeuvres morales, politiques et littéraires" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



                                  VIE
                            DE B. FRANKLIN,
                                 SUIVIE
                       DE SES OEUVRES POSTHUMES.

                                 T. I.



       _Décret concernant les Contrefacteurs, rendu le 19 Juillet
                    1793, l'An 2 de la République._


La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de son Comité
d'instruction publique, décrète ce qui suit:

ART. 1. Les Auteurs d'écrits en tout genre, les Compositeurs de Musique,
les Peintres et Dessinateurs qui feront graver des Tableaux ou Dessins,
jouiront durant leur vie entière du droit exclusif de vendre, faire
vendre, distribuer leurs Ouvrages dans le territoire de la République,
et d'en céder la propriété en tout ou en partie.

ART. 2. Leurs héritiers ou Cessionnaires jouiront du même droit durant
l'espace de dix ans après la mort des auteurs.

ART. 3. Les officiers de paix, Juges de Paix ou Commissaires de Police
seront tenus de faire confisquer, à la réquisition et au profit des
Auteurs, Compositeurs, Peintres ou Dessinateurs et autres, leurs
Héritiers ou Cessionnaires, tous les Exemplaires des Éditions imprimées
ou gravées sans la permission formelle et par écrit des Auteurs.

ART. 4. Tout Contrefacteur sera tenu de payer au véritable Propriétaire
une somme équivalente au prix de trois mille exemplaires de l'Édition
originale.

ART. 5. Tout Débitant d'Édition contrefaite, s'il n'est pas reconnu
Contrefacteur, sera tenu de payer au véritable Propriétaire une somme
équivalente au prix de cinq cents exemplaires de l'Édition originale.

ART. 6. Tout Citoyen qui mettra au jour un Ouvrage, soit de Littérature
ou de Gravure dans quelque genre que ce soit, sera obligé d'en déposer
deux exemplaires à la Bibliothèque nationale ou au Cabinet des Estampes
de la République, dont il recevra un reçu signé par le Bibliothécaire;
faute de quoi il ne pourra être admis en justice pour la poursuite des
Contrefacteurs.

ART. 7. Les héritiers de l'Auteur d'un Ouvrage de Littérature ou de
Gravure, ou de toute autre production de l'esprit ou du génie qui
appartiennent aux beaux-arts, en auront la propriété exclusive pendant
dix années.

                   *       *       *       *       *

_Je place la présente Édition sous la sauve-garde des Loix et de la
probité des citoyens. Je déclare que je poursuivrai devant les Tribunaux
tout_ Contrefacteur, Distributeur _ou_ Débitant _d'Édition
contrefaite. J'assure même au Citoyen qui me fera connoître le_
Contrefacteur, Distributeur _ou_ Débitant, _la moitié du
dédommagement que la Loi accorde._ Paris, ce 5 Prairial, l'an 6e de la
République Française.

  BUISSON.



                   [Illustration: Benjamin Franklin.]



                                  VIE
                                   DE
                           BENJAMIN FRANKLIN,

                          ÉCRITE PAR LUI-MÊME,

                                 SUIVIE
                             DE SES OEUVRES
                          MORALES, POLITIQUES
                            ET LITTÉRAIRES,

       Dont la plus grande partie n'avoit pas encore été publiée.

                 TRADUIT DE L'ANGLAIS, AVEC DES NOTES,

                            PAR J. CASTÉRA.

                              Eripuit coelo fulmen sceptrumque tyrannis.


                             TOME PREMIER.

                   *       *       *       *       *

                                À PARIS,
          Chez F. BUISSON, Imp.-Lib. rue Hautefeuille, Nº. 20.

                        AN VI DE LA RÉPUBLIQUE.



PRÉFACE DU TRADUCTEUR.


Pendant les dernières années que Benjamin Franklin passa en France, on
parloit beaucoup, dans les Sociétés où il vivoit, des Confessions de
Jean-Jacques Rousseau, dont la première partie venoit de paroître. Cet
Ouvrage, dont on peut dire et tant de bien et tant de mal, et qui est
quelquefois si attrayant par les charmes et la sublimité du style,
quelquefois si rebutant par l'inconvenance des faits, engagea quelques
amis de Franklin à lui conseiller d'écrire aussi les Mémoires de sa Vie:
il y consentit.

Ces amis pensoient, avec raison, qu'il seroit curieux de comparer à
l'Histoire d'un Écrivain, qui semble ne s'être servi de sa brillante
imagination que pour se rendre malheureux, celle d'un Philosophe qui a
sans cesse employé toutes les ressources de son esprit à assurer son
bonheur, en contribuant à celui de l'humanité entière. Eh! en effet,
combien il est intéressant de considérer les chemins différens qu'ont
suivis ces deux hommes également nés dans le simple état d'Artisan,
livrés à eux-mêmes au sortir de l'enfance et n'ayant presque point eu de
maîtres. Chacun d'eux fit sa propre éducation et parvint à la plus
grande célébrité. Mais l'un passa indolemment plusieurs années dans la
servitude obscure, où le retenoit une femme sensuelle[1]; et l'autre ne
comptant que sur lui, travailla constamment de ses mains, vécut avec la
plus grande tempérance, la plus sévère économie, et en même-temps,
fournit généreusement aux besoins, même aux fantaisies de ses amis.

  [1] Madame de Warens.

Cette comparaison, tout entière à l'avantage de Franklin, ne doit pas
faire supposer que je cherche à déprécier Jean-Jacques. Personne
n'admire et n'aime plus que moi le rare talent de cet éloquent Écrivain:
mais j'ai cru devoir indiquer combien sa conduite, rapprochée de celle
de Franklin, peut être une utile et grande leçon pour la Jeunesse.

Il y a des préceptes d'une saine morale, non-seulement dans la Vie de
Franklin, mais dans la plupart des morceaux qui composent le Recueil de
ses OEuvres. Le reste est historique ou ingénieux.

Une partie de la Vie de Franklin avoit été déjà traduite en français, et
même d'une manière soignée. Malgré cela, j'ai osé entreprendre de la
traduire de nouveau.

L'Éditeur anglais a joint à ce qu'il a pu se procurer du manuscrit de
Franklin, la suite de sa Vie, composée à Philadelphie. J'ai été assez
heureux pour pouvoir ajouter à ce que m'a fourni cet Éditeur, divers
morceaux qu'il n'a point connus, et un second Fragment des Mémoires
originaux[2]: mais j'ai encore à regretter de n'avoir pas eu tous ces
Mémoires, qui vont, dit-on, jusqu'en 1757.--On ne sait pourquoi M.
Benjamin Franklin Bache[3], qui les a en sa possession et vit maintenant
à Londres, en prive si long-temps le Public. Les Ouvrages d'un grand
Homme appartiennent moins à ses Héritiers qu'au Genre-humain.

  [2] On trouvera ce Fragment à la fin du second Volume, page 388.

  [3] Franklin eut un fils et une fille. Dans la Révolution d'Amérique,
    le fils suivit le parti des Anglais, et fut quelque temps gouverneur
    de la province de New-Jersey. Pris par les Américains, il auroit,
    dit-on, été fusillé sans la considération qu'on avoit pour son père.
    On le fit évader et il passa à Londres. La fille épousa M. Bache, de
    Philadelphie, et c'est d'elle qu'est né M. Benjamin Franklin Bache,
    possesseur des Manuscrits de son grand-père.

Peut-être ne sera-t-on pas fâché de lire une lettre que le célèbre
Docteur Price a adressée à un de ses amis, au sujet des Mémoires de
Franklin. La voici:


  À Hackney, le 19 juin 1790.

«Il m'est difficile, Monsieur, de vous exprimer combien je suis touché
du soin que vous voulez bien prendre de m'écrire.--Je suis, sur-tout,
infiniment reconnoissant de la dernière lettre, dans laquelle vous me
donnez des détails sur la mort de notre excellent ami, le Docteur
Franklin.

»Ce qu'il a écrit de sa Vie, montrera, d'une manière frappante, comment
un homme peut, par ses talens, son travail, sa probité, s'élever du sein
de l'obscurité jusqu'au plus haut degré de la fortune et de la
considération. Mais il n'a porté ses Mémoires que jusqu'à l'année 1757;
et je sais que depuis qu'il a envoyé en Angleterre le manuscrit que j'ai
lu, il lui a été impossible d'y rien ajouter.

»Ce n'est pas sans un vif regret que je songe à la mort de cet ami. Mais
l'ordre irrévocable de la nature nous condamne tous à mourir; et quand
on y réfléchit, il est consolant, sans doute, de pouvoir penser qu'on
n'a pas vécu en vain, et que tous les hommes utiles et vertueux se
retrouveront encore au-delà du tombeau.

»Dans la dernière lettre que m'a écrite le Docteur Franklin, il me parle
de son âge et de ses infirmités; il observe que le Créateur a été assez
indulgent pour vouloir qu'à mesure que nous approchons du terme de la
vie, nous ayons plus de raisons de nous en détacher; et parmi ces
raisons, il regarde comme une des plus grandes, la perte de nos amis.

»J'ai lu, avec beaucoup de satisfaction, le détail que vous me donnez
des honneurs qui ont été rendus à la mémoire de Franklin, par les
Habitans de Philadelphie et par le Congrès américain.--J'eus aussi hier
le plaisir d'apprendre que l'Assemblée nationale de France avoit résolu
de porter le deuil de ce Sage.--Quel spectacle glorieux la liberté
prépare dans ce pays!--Les Annales du monde n'en offrent point de
pareil; et l'un des plus grands honneurs de Franklin est d'y avoir
beaucoup contribué.»

  Agréez mon respect,

    RICHARD PRICE.


Je dois observer que, quoique la _Science du Bonhomme Richard_ ait déjà
été publiée, je l'ai traduite de nouveau et mise à la fin du second
Volume, car sans ce petit Ouvrage, les OEuvres Morales de Franklin
auroient paru trop incomplètes.



                                  VIE
                                   DE
                           BENJAMIN FRANKLIN.


  MON CHER FILS,

Je me suis amusé à recueillir quelques petites anecdotes concernant ma
famille. Vous pouvez vous rappeler que, quand vous étiez avec moi en
Angleterre, je fis des recherches parmi ceux de mes parens qui vivoient
encore, et j'entrepris même un voyage à ce sujet. J'aime à penser que
vous aurez, ainsi que moi, du plaisir à connoître les circonstances de
mon origine et de ma vie, circonstances qui, en grande partie, sont
encore ignorées de vous. Je vais donc les écrire: ce sera l'agréable
emploi d'une semaine de loisir non-interrompu, dont je me propose de
jouir pendant ma retraite actuelle à la campagne.

Il est aussi d'autres motifs qui m'engagent à écrire mes mémoires. Du
sein de la pauvreté et de l'obscurité, dans lesquelles je naquis et je
passai mes premières années, je me suis élevé à un état d'opulence et ai
acquis quelque célébrité dans le monde. Un bonheur constant a été mon
partage jusqu'à l'âge avancé où je suis parvenu; mes descendans seront
peut-être curieux de connoître les moyens qui, grace au secours de la
providence, m'ont toujours si bien réussi; et si par hasard ils se
trouvent dans les mêmes circonstances que moi, ils pourront retirer
quelqu'avantage de mes récits.

Je réfléchis souvent au bonheur dont j'ai joui, et je me dis quelquefois
que, si l'offre m'en étoit faite, je m'engagerois volontiers à parcourir
la même carrière, depuis le commencement jusqu'à la fin. Je demanderois,
de plus, le privilège qu'ont les auteurs, de corriger, dans une seconde
édition, les erreurs de la première. Je voudrois aussi pouvoir changer
quelques incidens futiles, quelques petits évènemens pour d'autres plus
favorables: mais quand bien même cela me seroit refusé, je ne
consentirois pas moins à recommencer ma vie.

Toutefois, comme une répétition de la vie ne peut avoir lieu, ce qui,
suivant moi, y ressemble le plus, c'est de s'en rappeler toutes les
circonstances; et pour en rendre le souvenir plus durable, il faut les
écrire. En m'occupant ainsi, je satisferai cette inclination qu'ont
toujours les vieillards, à parler d'eux-mêmes et à conter ce qu'ils ont
fait; et je suivrai librement mon penchant sans fatiguer ceux qui, par
respect pour mon âge, se croiroient obligés de m'écouter. Ils pourront,
au moins, ne pas me lire, si cela ne les amuse pas. Enfin, il faut bien
que je l'avoue, puisque personne ne voudroit me croire si je le niois,
peut-être satisferai-je ma vanité.

Toutes les fois que j'ai entendu prononcer ou que j'ai lu cette phrase
préparatoire:--«_Je puis dire sans vanité_», j'ai vu qu'elle étoit
aussitôt suivie de quelque trait d'une vanité transcendante. En général,
quelque vanité qu'aient les hommes, ils la haïssent dans les autres.
Pour moi, je la respecte par-tout où je la rencontre, parce que je suis
persuadé qu'elle est utile et à l'individu qu'elle domine et à ceux qui
sont soumis à son influence. Il ne seroit donc pas tout-à-fait absurde
que dans beaucoup de circonstances, un homme comptât sa vanité parmi les
autres douceurs de la vie, et en rendît grace à la providence.

Mais laissez-moi reconnoître ici, en toute humilité, que c'est à cette
divine providence que je dois toute ma félicité. C'est sa main puissante
qui m'a fourni les moyens que j'ai employés et les a couronnés du
succès. Ma foi, à cet égard, me donne, non la certitude, mais
l'espérance que la bonté divine se signalera encore envers moi, soit en
étendant la durée de mon bonheur jusqu'à la fin de ma carrière, soit en
me donnant la force de supporter les funestes revers que je puis
éprouver comme tant d'autres. Ma fortune à venir n'est connue que de
celui qui tient dans ses mains notre destinée, et qui peut faire servir
nos afflictions mêmes à notre avantage.

Un de mes oncles, qui avoit désiré comme moi, de rassembler des
anecdotes de notre famille, me donna quelques notes dont j'ai tiré
plusieurs particularités, touchant nos ancêtres. C'est par-là que j'ai
su que pendant trois cens ans au moins, ils ont vécu dans le village
d'Eaton, en Northampton-Shire, sur un domaine d'environ trente acres.
Mon oncle n'avoit pu découvrir combien de temps ils y avoient été
établis avant ce terme. Probablement ils y étoient depuis l'époque où
chaque famille prit un surnom, et où la nôtre choisit celui de Franklin,
qui avoit été auparavant la dénomination d'un certain ordre de
personnes[4].

  [4] On trouve dans l'ouvrage de Fortescue, écrit vers l'an 1412, et
    intitulé: _De laudibus legum Angliæ_, une preuve que le mot
    _Franklin_ désignoit un ordre ou un rang en Angleterre. Voici la
    traduction du passage qui dit qu'on pouvoit aisément former de bons
    jurys dans toutes les parties de ce royaume.

    --«En outre, le pays est tellement rempli de propriétaires, qu'il
    n'y a pas un village, quelque petit qu'il soit, où l'on ne trouve un
    chevalier, un écuyer, ou un de ces chefs de famille, appelés
    _Franklins_, qui tous ont de riches possessions. Il y a aussi
    d'autres francs-tenanciers, et beaucoup de métayers, qui ont assez
    de bien pour jouir du droit de composer un jury, dans la forme
    ci-dessus mentionnée».

    Le poëte Chaucer appelle aussi son campagnard un _Franklin_; et
    ayant décrit la manière honorable dont il tenoit sa maison, il dit
    à-peu-près:

        Ce bon _Franklin_, l'honneur de son pays,
        Simple en ses moeurs, simple dans sa parure,
        Modestement portoit à sa ceinture,
        Bourse de soie aussi blanche qu'un lys.
        Preux chevalier, juge très-équitable,
        Franc, généreux, compatissant, humain,
        Tendant au pauvre une main secourable,
        Par ses conseils éclairant l'incertain,
        Il eut le don de plaire: il fut enfin,
        Toujours aimé, comme toujours aimable.

Le petit domaine qui appartenoit à nos ancêtres, n'eût pas suffi pour
leur subsistance, sans le métier de forgeron qui se perpétua parmi eux
et fut constamment exercé par l'aîné de la famille, jusques au temps de
mon oncle; coutume que lui et mon père suivirent aussi à l'égard de
leurs fils.

Dans les recherches que je fis à Eaton, je ne trouvai aucun détail sur
la naissance, les mariages et la mort de nos parens, que depuis l'année
1555, parce que le registre de la paroisse ne remontoit pas plus haut.
J'appris, par ce registre, que j'étois le plus jeune fils du plus jeune
des Franklin, en remontant à cinq générations. Mon grand-père Thomas, né
en 1598, vécut à Eaton jusqu'à ce qu'il fût trop âgé pour continuer son
métier. Alors il se retira à Banbury, dans l'Oxford-Shire, où résidoit
son fils John, qui exerçoit le métier de teinturier, et chez qui mon
père étoit en apprentissage. Mon grand-père mourut là et y fut enterré.
Nous visitâmes sa tombe en 1758. Son fils aîné, Thomas, demeuroit à
Eaton, dans la maison paternelle, qu'il légua avec la terre qui en
dépendoit, à sa fille unique. Cette fille, de concert avec son mari, M.
Fisher de Wellingborough vendit depuis son héritage à M. Ested, qui en
est encore propriétaire.

Mon grand-père eut quatre fils qui lui survécurent; savoir: Thomas,
John, Benjamin et Josias. Je ne vous en dirai que ce que me fournira ma
mémoire; car je n'ai point ici mes papiers, dans lesquels vous trouverez
un plus long détail, s'ils ne se sont pas égarés en mon absence.

Thomas avoit appris, sous son père, le métier de forgeron. Mais
possédant beaucoup d'esprit naturel, il le perfectionna par l'étude, à
la sollicitation de M. Palmer, qui étoit alors le principal habitant de
la paroisse d'Eaton, et encouragea de même tous mes oncles à
s'instruire. Thomas se mit donc en état de remplir l'office de
procureur. Il devint bientôt un personnage essentiel pour les affaires
du village, et fut un des principaux moteurs de toutes les entreprises
publiques, tant pour ce qui avoit rapport au comté qu'à la ville de
Northampton. On nous en raconta plusieurs traits remarquables, lorsque
nous allâmes à Eaton. Il jouit de l'estime et de la protection
particulière de lord Halifax, et mourut le 6 janvier 1702, précisément
quatre ans avant ma naissance. Je me rappelle que le récit que nous
firent de sa vie et de son caractère, quelques personnes âgées, dans le
village, vous frappa extraordinairement par l'analogie que vous
trouvâtes entre ces détails et ce que vous connoissiez de moi.

--«S'il étoit mort quatre ans plus tard, dites-vous, on pourroit croire
à la transmigration des ames.»

John fut, à ce que je crois, élevé dans la profession de teinturier en
laine.

Benjamin fut mis en apprentissage à Londres, chez un teinturier en soie.
Il étoit industrieux. Je me souviens très-bien de lui; car lorsque
j'étois encore enfant, il vint joindre mon père à Boston et vécut
quelques années dans notre maison. Il fut toujours lié d'une tendre
amitié avec mon père, qui me le donna pour parrain. Il parvint à un âge
très-avancé. Il laissa deux volumes _in-quarto_ de poésies manuscrites,
consistant en petites pièces fugitives, adressées à ses amis. Il avoit
inventé une tachygraphie, qu'il m'enseigna; mais n'en ayant jamais fait
usage je l'ai oubliée. C'étoit un homme rempli de piété, et
très-soigneux d'aller entendre les meilleurs prédicateurs, dont il se
fesoit un plaisir de transcrire les sermons d'après sa méthode abrégée.
Il en avoit ainsi recueilli plusieurs volumes. Il aimoit aussi beaucoup
les matières politiques, peut-être même trop pour sa situation.

Je trouvai dernièrement à Londres une collection qu'il avoit faite, de
tous les principaux pamphlets relatifs aux affaires publiques, depuis
l'année 1641 jusqu'en 1717. Il en manque plusieurs volumes, comme on le
voit par la série des numéros: mais il en reste encore huit _in-folio_
et vingt-quatre _in-quarto_ et _in-octavo_. Ce recueil étoit tombé entre
les mains d'un bouquiniste qui, me connoissant pour m'avoir vendu
quelques livres, me l'apporta. Il paroît que mon oncle le laissa en
Angleterre, quand il partit pour l'Amérique, il y a environ cinquante
ans. J'y trouvai un grand nombre de notes marginales, écrites de sa
main. Son petit-fils, Samuel Franklin, vit maintenant à Boston.

Notre humble famille avoit embrassé de bonne heure la réformation: elle
y resta fidélement attachée durant le règne de Marie, et fut même en
danger d'être persécutée à cause de son zèle contre le papisme. Elle
avoit une Bible anglaise; et pour la cacher d'une manière plus sûre,
elle s'avisa de l'attacher toute ouverte, avec des cordons qui
traversoient les feuillets, en dedans du couvercle d'une chaise percée.
Quand mon grand-père vouloit la lire à ses enfans, il renversoit sur ses
genoux le couvercle de la chaise percée, et fesoit passer les feuillets
d'un cordon sous l'autre. Un des enfans fesoit sentinelle à la porte,
afin d'avertir s'il voyoit l'appariteur, c'est-à-dire, l'huissier de la
cour ecclésiastique. Dans ce cas, on remettoit le couvercle à sa place,
et la Bible demeuroit cachée comme auparavant. C'est mon oncle Benjamin
qui m'a raconté cette anecdote.

Toute la famille demeura attachée à l'église anglicane jusque vers la
fin du règne de Charles second. Alors quelques ministres qui avoient été
destitués comme non-conformistes, tinrent des conventicules en
Northampton-Shire. Benjamin et Josias se joignirent à eux et ne se
séparèrent plus de leur croyance. Le reste de la famille resta dans
l'église épiscopale.

Josias, mon père, s'étoit marié jeune. Vers l'an 1682, il conduisit à la
Nouvelle-Angleterre, sa femme et trois enfans. Il y avoit été engagé par
quelques personnes considérables, de sa connoissance, qui, voyant les
conventicules défendus par la loi et souvent inquiétés, s'étoient
déterminées à passer en Amérique, dans l'espoir de jouir du libre
exercice de leur religion.

Mon père eut encore de sa première femme, quatre enfans nés en Amérique.
Il eut ensuite, d'une seconde femme, dix autres enfans, ce qui fait en
tout, dix-sept. Je me souviens d'en avoir vu, assis à sa table, treize,
qui tous grandirent et se marièrent. J'étois le dernier des fils, et le
plus jeune de la famille, excepté deux filles. Je naquis à Boston, dans
la Nouvelle-Angleterre. Ma mère, cette seconde femme dont je viens de
parler, étoit Abiah Folger, fille d'un des premiers colons, nommé
_Pierre Folger_, que Cotton Mather, dans son histoire ecclésiastique de
la province, cite honorablement comme un pieux et savant anglais, autant
que je puis me rappeler ses expressions.

J'ai ouï dire que le père de ma mère avoit composé diverses petites
pièces: mais l'on n'en a imprimé qu'une, que j'ai vue il y a plusieurs
années. Elle porte la date de 1675, et est en vers familiers, suivant le
goût du temps et du pays où elle fut écrite. L'auteur s'adressant à ceux
qui gouvernoient alors, parle pour la liberté de conscience, et en
faveur des anabaptistes, des quakers et des autres sectaires qui avoient
été exposés à la persécution. C'est à cette persécution qu'il attribue
les guerres avec les sauvages, et les autres calamités qui affligeoient
le pays, les regardant comme un effet des jugemens de Dieu, en punition
d'une offense aussi odieuse; et il exhorte le gouvernement à abolir des
lois aussi contraires à la charité. Cette pièce est écrite avec une
liberté mâle et une agréable simplicité. Je m'en rappelle les six
derniers vers, quoique j'aie oublié l'arrangement des mots des deux
premiers, dont le sens est que les censures de l'auteur sont dictées par
la bienveillance, et que conséquemment il désire d'être connu. Je hais
de tout mon coeur, ajoute-t-il, la dissimulation:

    Comme cette pièce est écrite
    Dans une bonne intention,
    Je dis qu'à Shelburne[5] j'habite,
    Et je signe ici mon vrai nom[6].

      PIERRE FOLGER.

  [5] Ville de l'île de Nantuket.

  [6] Voici les vers anglais:

        From Shelburne, where I dwell,
          I therefore put my name,
        Your friend, who means you well.

          PETER FOLGER.

Mes frères furent tous placés pour apprendre différens métiers. Pour
moi, on m'envoya dans un collège à l'âge de huit ans; mon père me
destinoit à l'église et me regardoit déjà comme le chapelain de la
famille. Il avoit conçu ce dessein, à cause de la promptitude avec
laquelle j'avois appris à lire dans mon enfance, car je ne me souviens
pas d'avoir jamais été sans savoir lire, et il y étoit, en outre, excité
par les encouragemens de ses amis, qui l'assuroient que je deviendrois
certainement un homme de lettres. Mon oncle Benjamin l'approuvoit aussi,
et promettoit de me donner tous ses volumes de sermons, si je voulois me
donner la peine d'apprendre la méthode abrégée, selon laquelle il les
avoit écrits.

Cependant, je demeurai à peine un an au collège, quoique dans ce court
intervalle, je fusse du milieu de ma classe monté à la tête, et ensuite
dans la classe immédiatement au-dessus, d'où je devois passer, à la fin
de l'année, dans une classe supérieure. Mais mon père, chargé d'une
nombreuse famille, se trouva hors d'état de fournir, sans se gêner
beaucoup, à la dépense d'une éducation de collège. Considérant, en
outre, comme il le disoit quelquefois devant moi à ses amis, le peu de
ressources que cette carrière promettoit aux enfans, il renonça à ses
premières intentions, me retira du collège, et m'envoya dans une école
d'écriture et d'arithmétique, tenue par M. Georges Brownel, maître
habile, qui réussissoit très-bien dans sa profession, en n'employant que
des moyens doux et propres à encourager ses élèves. J'acquis bientôt
sous lui une belle écriture: mais je ne fus pas aussi heureux en
arithmétique, car je n'y fis aucun progrès.

Je n'avois encore que dix ans, lorsque mon père me rappela auprès de lui
pour l'aider dans sa nouvelle profession. C'étoit celle de fabricant de
chandelles et de savon. Quoiqu'il n'en eût point fait l'apprentissage,
il s'y étoit livré à son arrivée à la Nouvelle-Angleterre, parce qu'il
avoit jugé que son métier de teinturier ne lui donneroit pas le moyen
d'entretenir sa famille. Je fus donc employé à couper des mèches, à
remplir des moules de chandelle, à prendre soin de la boutique et à
faire des messages.

Cette occupation me déplaisoit, et je me sentois une forte inclination
pour celle de marin: mais mon père ne voulut pas me la laisser
embrasser. Cependant, le voisinage de la mer me donnoit fréquemment
occasion de m'y hasarder et dedans et dessus. J'appris bientôt à nager
et à conduire un canot. Quand je m'embarquois avec d'autres enfans, le
gouvernail m'étoit ordinairement confié, sur-tout dans les occasions
difficiles. Dans nos projets, j'étois presque toujours celui qui
conduisoit la troupe, et je l'engageois quelquefois dans des embarras.
Je vais vous citer un fait qui, quoiqu'il ne soit pas fondé sur la
justice, prouve que j'ai eu de bonne heure des dispositions pour les
entreprises publiques.

Le réservoir d'un moulin étoit terminé d'un côté, par un marais sur les
bords duquel mes camarades et moi avions coutume de nous tenir, à la
haute marée, pour pêcher de petits poissons. À force d'y piétiner, nous
en avions fait un vrai bourbier. Ma proposition fut d'y construire une
chaussée sur laquelle nous puissions marcher de pied ferme. Je montrai
en même-temps à mes compagnons un grand tas de pierres, destinées à
bâtir une maison près du marais, et très-propres à remplir notre objet.
En conséquence, le soir, dès que les ouvriers furent retirés, je
rassemblai un certain nombre d'enfans de mon âge, et en travaillant avec
la diligence d'un essaim de fourmis, et nous mettant quelquefois quatre
pour porter une seule pierre, nous les chariâmes toutes, et
construisîmes un petit quai. Le lendemain matin, les ouvriers furent
très-surpris de ne plus retrouver leurs pierres. Ils virent bientôt
qu'elles avoient été conduites à notre chaussée. On fit les recherches
sur les auteurs de ce méfait. Nous fûmes découverts. On porta des
plaintes. Plusieurs d'entre nous essuyèrent des corrections de la part
de leurs parens; et quoique je défendisse courageusement l'utilité de
l'ouvrage, mon père me convainquit enfin que ce qui n'étoit pas
strictement honnête, ne pouvoit être regardé comme utile.

Peut-être sera-t-il intéressant pour vous d'apprendre quelle sorte
d'homme étoit mon père. Il avoit une excellente constitution. Il étoit
d'une taille moyenne, mais bien fait, fort, et mettant beaucoup
d'activité dans tout ce qu'il entreprenoit. Il dessinoit avec propreté,
et savoit un peu de musique. Sa voix étoit sonore et agréable, quand il
chantoit un pseaume ou une hymne, en s'accompagnant avec son violon, ce
qu'il fesoit souvent le soir après son travail; il y avoit vraiment un
grand plaisir à l'entendre. Il étoit aussi versé dans la mécanique, et
savoit se servir des outils de divers métiers. Mais son plus grand
mérite étoit d'avoir un entendement sain, un jugement solide et une
grande prudence, soit dans sa vie privée, soit dans ce qui avoit rapport
aux affaires publiques. À la vérité il ne s'engagea point dans les
dernières, parce que sa nombreuse famille et la médiocrité de sa fortune
fesoient qu'il s'occupoit constamment des devoirs de sa profession. Mais
je me souviens très-bien que les hommes qui dirigeoient les affaires,
venoient souvent lui demander son opinion sur ce qui intéressoit la
ville, ou l'église à laquelle il étoit attaché, et qu'ils avoient
beaucoup de déférence pour ses avis. On le consultoit aussi sur des
affaires particulières; et il étoit souvent pris pour arbitre entre les
personnes qui avoient quelque différend.

Il aimoit à réunir à sa table, aussi souvent qu'il le pouvoit, quelques
amis ou quelques voisins, en état de raisonner avec lui, et il avoit
toujours soin de faire tomber la conversation sur quelque sujet utile,
ingénieux et propre à former l'esprit de ses enfans. Par ce moyen, il
tournoit de bonne heure notre attention vers ce qui étoit juste,
prudent, utile dans la conduite de la vie. Il ne parloit jamais des mets
qui paroissoient sur la table. Il n'observoit point s'ils étoient bien
ou mal cuits, de bon ou de mauvais goût, trop ou trop peu assaisonnés,
préférables ou inférieurs à tel autre plat du même genre. Ainsi,
accoutumé dès mon enfance à ne pas faire la moindre attention à ces
objets, j'ai toujours été parfaitement indifférent à l'espèce d'alimens
qu'on m'a servis; et je m'occupe encore si peu de ces choses-là, que
quelques heures après mon dîner il me seroit difficile de me ressouvenir
de quoi il a été composé. C'est, sur-tout, en voyageant que j'ai senti
l'avantage de cette habitude; car il m'est souvent arrivé de me trouver
avec des personnes, qui ayant un goût plus délicat que le mien, parce
qu'il étoit plus exercé, souffroient dans bien des occasions où je
n'avois rien à désirer.

Ma mère avoit aussi une excellente constitution. Elle nourrit elle-même
tous ses dix enfans; et je n'ai jamais vu ni à elle, ni à mon père,
d'autre maladie que celle dont ils sont morts. Mon père mourut à l'âge
de quatre-vingt-sept ans, et ma mère à celui de quatre-vingt-cinq. Ils
sont enterrés à Boston, dans le même tombeau; et il y a quelques années
que j'y plaçai un marbre avec cette inscription.

  «Ci-gissent

  »JOSIAS FRANKLIN et ABIAH,

  »sa femme.

  »Ils vécurent ensemble avec une affection réciproque pendant
  cinquante-neuf ans; et sans biens-fonds, sans emploi lucratif, par un
  travail assidu et une honnête industrie, ils entretinrent décemment
  une famille nombreuse, et élevèrent avec succès treize enfans et sept
  petits-enfans.--Que cet exemple, lecteur, t'encourage à remplir
  diligemment les devoirs de ta vocation, et à compter sur les secours
  de la providence!

  »Il fut pieux et prudent;

  »Elle, discrète et vertueuse.

  »Leur plus jeune fils, par un sentiment de piété filiale, consacre
  cette pierre à leur mémoire.»

Mes digressions multipliées me font appercevoir que je deviens vieux.
Mais nous ne devons pas nous parer pour une société particulière, comme
pour un bal de cérémonie. Ma manière ne mérite peut-être que le nom de
négligence.

Revenons. Je continuai à être employé au métier de mon père pendant deux
années, c'est-à-dire, jusqu'à ce que j'eus atteint l'âge de douze ans.
Alors, mon frère John, qui avoit fait son apprentissage à Londres,
quitta mon père, se maria et s'établit à Rhode-Island. Je fus, suivant
toute apparence, destiné à remplir sa place, et à rester toute ma vie
fabricant de chandelles. Mais mon dégoût pour cet état ne diminuoit pas;
et mon père appréhenda que s'il ne m'en offroit un plus agréable, je ne
fisse le vagabond et ne prisse le parti de la mer, comme avoit fait, à
son grand mécontentement, mon frère Josias. En conséquence, il me menoit
quelquefois voir travailler des maçons, des tonneliers, des
chaudronniers, des menuisiers et d'autres artisans, afin de découvrir
mon penchant, et de pouvoir le fixer sur quelque profession qui me
retînt à terre. Ces visites ont été cause que depuis j'ai toujours
beaucoup de plaisir à voir de bons ouvriers manier leurs outils; et
elles m'ont été très-utiles, puisqu'elles m'ont mis en état de faire de
petits ouvrages pour moi, quand je n'ai pas eu d'ouvrier à ma portée, et
de construire de petites machines pour mes expériences, à l'instant où
l'idée que j'avois conçue étoit encore fraîche et fortement imprimée
dans mon imagination.

Enfin, mon père résolut de me faire apprendre le métier de coutelier; et
il me mit pour quelques jours en essai chez Samuel Franklin, fils de mon
oncle Benjamin. Samuel avoit appris son état à Londres et s'étoit établi
à Boston. Le payement qu'il demandoit pour mon apprentissage ayant déplu
à mon père, je fus rappelé à la maison.

J'étois, dès mes plus jeunes ans, passionné pour la lecture, et je
dépensois en livres tout le peu d'argent que je pouvois me procurer.
J'aimois, sur-tout, les relations de voyages. Ma première acquisition
fut le _Recueil de Bunyan_, en petits volumes séparés. Je vendis ensuite
ce recueil pour acheter la _Collection historique de R. Burton_,
laquelle consistoit en quarante ou cinquante petits volumes peu coûteux.

La petite bibliothèque de mon père étoit presqu'entièrement composée de
livres de théologie-pratique et de controverse. J'en lus la plus grande
partie. Depuis, j'ai souvent regretté, que dans un temps où j'avois une
si grande soif d'apprendre, il ne fut pas tombé entre mes mains des
livres plus convenables, puisqu'il étoit alors décidé que je ne serois
point élevé dans l'état ecclésiastique. Il y avoit aussi parmi les
livres de mon père, les _Vies de Plutarque_, que je parcourois
continuellement; et je regarde encore comme avantageusement employé le
temps que je consacrai à cette lecture. Je trouvai, en outre, chez mon
père, un ouvrage de Defoe, intitulé: _Essai sur les Projets_; et
peut-être est-ce dans ce livre que j'ai pris des impressions, qui ont
influé sur quelques-uns des principaux évènemens de ma vie.

Mon goût pour les livres, détermina enfin mon père à faire de moi un
imprimeur, bien qu'il eût déjà un fils dans cette profession. Mon frère
étoit retourné d'Angleterre, en 1717, avec une presse et des caractères,
afin d'établir une imprimerie à Boston. Cet état me plaisoit beaucoup
plus que celui que je fesois: mais j'avois pourtant encore une
prédilection pour la mer. Pour prévenir les effets qui pouvoient
résulter de ce penchant, mon père étoit impatient de me voir engagé avec
mon frère. Je m'y refusai quelque temps; mais, enfin, je me laissai
persuader, et je signai mon contrat d'apprentissage, n'étant encore âgé
que de douze ans. Il fut convenu que je servirois comme apprenti jusqu'à
l'âge de vingt-un ans, et que je ne recevrois les gages d'ouvrier que
pendant la dernière année.

En peu de temps, je fis de grands progrès dans ce métier, et je devins
très-utile à mon frère. J'eus alors occasion de me procurer de meilleurs
livres. La connoissance que je fis nécessairement des apprentis des
libraires, me mit à même d'emprunter de temps en temps quelques volumes,
que je rendois très-exactement, sans les avoir gâtés. Combien de fois
m'est-il arrivé de passer la plus grande partie de la nuit à lire à côté
de mon lit, quand un livre m'avoit été prêté le soir, et qu'il falloit
le rendre le lendemain matin, de peur qu'on ne s'apperçût qu'il manquoit
ou qu'on n'en eût besoin!

Par la suite, M. Mathieu Adams, négociant très-éclairé, qui avoit une
belle collection de livres, et qui fréquentoit notre imprimerie, fit
attention à moi. Il m'invita à aller voir sa bibliothèque, et il eut la
complaisance de me prêter tous les livres que j'eus envie de lire. Je
pris alors un goût singulier pour la poésie, et je composai diverses
petites pièces de vers.

Mon frère s'imaginant que mon talent pourroit lui être avantageux,
m'encouragea et m'engagea à faire deux ballades. L'une, intitulée _la
Tragédie de Phare_, contenoit le récit du naufrage du capitaine
Worthilake et de ses deux filles; l'autre étoit une chanson de matelot
sur la prise d'un fameux pirate, nommé _Teach_, ou _Barbe-Noire_. Ces
ballades n'étoient que des chansons d'aveugle, des vers misérables.
Quand elles furent imprimées, mon frère me chargea d'aller les vendre
par la ville. La première eut un débit prodigieux, parce que l'évènement
étoit récent, et avoit fait grand bruit.

Ma vanité fut flattée de ce succès: mais mon père diminua beaucoup ma
joie en tournant mes productions en ridicule, et en me disant que les
faiseurs de vers étoient toujours pauvres. Ainsi j'échappai au malheur
d'être probablement un très-mauvais poëte. Mais comme la faculté
d'écrire en prose m'a été d'une grande utilité dans le cours de ma vie,
et a principalement contribué à mon avancement, je vais rapporter
comment, dans la situation où j'étois, j'acquis le peu de talent que je
possède en ce genre.

Il y avoit dans la ville un autre grand amateur de livres. C'étoit un
jeune garçon, nommé _Collins_, avec lequel j'étois intimement lié. Nous
disputions souvent ensemble, et nous aimions tellement à argumenter que
rien n'étoit si agréable pour nous qu'une guerre de mots. Ce goût
contentieux est, pour l'observer en passant, très-propre à devenir une
mauvaise habitude, et rend souvent insupportable la société d'un homme,
parce qu'il le porte à contredire à tous propos; et indépendamment du
trouble et de l'aigreur qu'il met dans la conversation, il fait naître
souvent le dédain et même la haine entre des personnes qui auroient
besoin de s'aimer. J'avois pris ce goût, chez mon père, en lisant les
livres de controverse. J'ai depuis remarqué qu'un tel défaut est
rarement le partage des gens sensés, excepté les avocats, les membres
des universités, et les hommes de tout autre état, élevés à Edimbourg.

Un jour, il s'éleva entre Collins et moi une dispute sur l'éducation des
femmes. Il s'agissoit de décider s'il convenoit de les instruire dans
les sciences, et si elles étoient propres à l'étude. Collins soutenoit
la négative, et affirmoit qu'une telle éducation n'étoit pas à leur
portée. Je défendis le contraire, peut-être un peu pour le plaisir de
disputer. Il étoit naturellement plus éloquent que moi. Les paroles
couloient en abondance de ses lèvres. Je me croyois souvent vaincu,
plutôt par sa volubilité que par la force de ses raisons. Nous nous
séparâmes sans nous accorder sur le point en question; et comme nous ne
devions pas nous revoir de quelque temps, j'écrivis mes raisons, je les
mis bien au net, et je les lui envoyai. Il répondit; je répliquai. Trois
ou quatre lettres avoient déjà été écrites de part et d'autre, lorsque
mon père examina par hasard mes papiers, et lut ces lettres. Sans entrer
en discussion sur le fond de la dispute, il en prit occasion de me
parler de ma manière d'écrire. Il observa que bien que je connusse mieux
que mon adversaire l'ortographe et la ponctuation, je lui étois
très-inférieur pour l'élégance des expressions, l'ordre et la clarté; et
il m'en donna plusieurs exemples. Je sentis la justesse de ses
remarques: je devins plus attentif à la pureté du langage; et je résolus
de faire tous mes efforts pour perfectionner mon style.

Sur ces entrefaites, il tomba entre mes mains un volume dépareillé du
_Spectateur_. Je ne connoissois point encore cet ouvrage. J'achetai le
volume et le lus plusieurs fois. J'en fus enchanté; le style m'en parut
excellent, et je désirai de pouvoir l'imiter. Dans ce dessein, j'en
choisis quelques discours, je fis de courts sommaires du sens de chaque
période, et je les mis de côté pendant quelques jours. Au bout de ce
temps-là, j'essayai, sans regarder le livre, de rendre aux discours leur
première forme, et d'exprimer chaque pensée comme elle étoit dans
l'ouvrage même, employant les mots les plus convenables, qui s'offroient
à mon esprit. Je comparai ensuite mon _Spectateur_ avec l'original.
J'aperçus quelques fautes, que je corrigeai: mais je trouvai qu'il me
manquoit un fonds de mots, si je peux m'exprimer ainsi, et cette
facilité à me les rappeler et à les employer, qu'il me sembloit que
j'aurois déjà acquise, si j'avois continué à faire des vers. Le besoin
continuel d'expressions, qui eussent la même signification, mais dont la
longueur et le son fussent différens à cause de la mesure et de la rime,
m'auroit forcé à chercher les divers synonymes et me les eût rendus
familiers. Plein de cette idée, je mis en vers quelques-uns des contes,
qu'on trouve dans le _Spectateur_; et après les avoir suffisamment
oubliés, je les remis en prose.

Quelquefois je mêlois tous mes sommaires; et au bout de quelques
semaines, je tâchois de les ranger dans le meilleur ordre, avant de
commencer à former les périodes et à compléter les discours. Je fesois
cela pour acquérir de la méthode dans l'arrangement de mes pensées. En
comparant ensuite mon ouvrage avec l'original, je découvrois beaucoup de
fautes, et je les corrigeois: mais j'avois par fois le plaisir de
m'imaginer que dans certains passages de peu de conséquence, j'avois été
assez heureux pour mettre plus d'ordre dans les idées et employer des
expressions plus élégantes; et cela me faisoit espérer que, par la
suite, je parviendrois à bien écrire la langue anglaise, ce qui étoit un
des grands objets de mon ambition.

Le temps que je consacrois à ces exercices et à la lecture, étoit le
soir après le travail de la journée, le matin avant qu'il commençât, et
le dimanche quand je pouvois m'empêcher d'assister au service divin.
Tant que mon père m'avoit eu dans sa maison, il avoit exigé que
j'allasse régulièrement à l'église. Je le regardois même encore comme un
devoir, mais un devoir que je ne croyois pas avoir le temps de
pratiquer.

J'avois environ seize ans, lorsque je lus par hasard un ouvrage de
Tryon, dans lequel il recommande le régime végétal. Je résolus de
l'observer. Mon frère étant célibataire n'avoit point d'ordinaire chez
lui. Il s'étoit mis en pension avec ses apprentis chez des personnes de
son voisinage. Le parti que j'avois pris de m'abstenir de viande devint
gênant pour ces personnes, et j'étois souvent grondé pour ma
singularité. Je me mis au fait de la manière dont Tryon préparoit
quelques-uns de ses mets, sur-tout de faire bouillir des pommes de terre
et du riz, et de faire des poudings à la hâte. Après quoi je dis à mon
frère que s'il vouloit me donner, chaque semaine, la moitié de ce qu'il
payoit pour ma pension, j'entreprendrois de me nourrir moi-même. Il y
consentit à l'instant; et je trouvai bientôt le moyen d'économiser la
moitié de ce qu'il m'allouoit.

Ces épargnes furent un nouveau fonds pour l'achat de livres; et mon plan
me procura encore d'autres avantages. Quand mon frère et ses ouvriers
quittoient l'imprimerie pour aller dîner, j'y demeurois; et après avoir
fait mon frugal repas, qui n'étoit souvent composé que d'un biscuit, ou
d'un morceau de pain, avec une grappe de raisin, ou, enfin, d'un gâteau
pris chez le pâtissier et d'un verre d'eau, j'employois à étudier le
temps qui me restoit jusqu'à leur retour. Mes progrès étoient
proportionnés à cette clarté d'idées, à cette promptitude de conception,
qui sont le fruit de la tempérance dans le boire et le manger.

Ce fut à cette époque qu'ayant eu un jour à rougir de mon ignorance dans
l'art du calcul, que j'avois deux fois manqué d'apprendre à l'école, je
pris le _Traité d'Arithmétique de Cocker_, et je l'appris seul avec la
plus grande facilité. Je lus aussi un livre sur la navigation, par
Seller et Sturmy, et je me mis au fait du peu de géométrie qu'il
contient: mais je n'ai jamais été loin dans cette science. À-peu-près
dans le même temps, je lus l'_Essai sur l'Entendement humain de Locke_,
et l'_Art de Penser, de MM. de Port-Royal_.

Tandis que je travaillois à former et à perfectionner mon style, je
rencontrai une grammaire anglaise, qui est, je crois, celle de
Greenwood, à la fin de laquelle il y a deux petits essais sur la
rhétorique et sur la logique. Je trouvai dans le dernier un modèle de
dispute selon la méthode de Socrate. Peu de temps après je me procurai
l'ouvrage de Xenophon, intitulé: _les Choses Mémorables de Socrate_,
ouvrage dans lequel l'historien grec donne plusieurs exemples de la même
méthode. Charmé jusqu'à l'enthousiasme de cette manière de disputer, je
l'adoptai; et renonçant à la dure contradiction, à l'argumentation
directe et positive, je pris le rôle d'humble questionneur.

La lecture de Shaftsbury et de Collins m'avoient rendu sceptique; et
comme je l'étois déjà sur beaucoup de points des doctrines chrétiennes,
je trouvai que la méthode de Socrate étoit à la fois la plus sûre pour
moi, et la plus embarrassante pour ceux contre lesquels je l'employois.
Elle me procura bientôt un singulier plaisir. Je m'en servois sans
cesse, et je devins très-adroit à obtenir, même des personnes d'un
esprit supérieur, des concessions, dont elles ne prévoyoient pas les
conséquences. Ainsi, je les embarrassois dans des difficultés y dont
elles ne pouvoient pas se dégager, et je remportois des victoires, que
ne méritoient ni ma cause, ni mes raisons.

Je continuai pendant quelques années à me servir de cette méthode. Mais
ensuite je l'abandonnai peu-à-peu, conservant seulement l'habitude de
m'exprimer avec une modeste défiance, et de n'employer jamais, pour une
proposition qui pouvoit être contestée, les mots _certainement_,
_indubitablement_, ou tout autre qui pût me donner l'air d'être
obstinément attaché à mon opinion. Je disois plutôt: j'imagine, je
suppose, il me semble que telle chose est comme cela par telle et telle
raison; ou bien: cela est ainsi, si je ne me trompe.

Cette habitude m'a été, je crois, très-avantageuse, quand j'ai eu besoin
d'inculquer mon opinion dans l'esprit des autres, et de leur persuader
de suivre les mesures que j'avois proposées. Puisque les principaux
objets de la conversation sont de s'instruire ou d'instruire les autres,
de plaire ou de persuader, je désirerois que les hommes intelligens et
bien intentionnés ne diminuassent pas le pouvoir qu'ils ont d'être
utiles, en affectant de s'exprimer d'une manière positive et
présomptueuse, qui ne manque guère de déplaire à ceux qui écoutent, et
n'est propre qu'à exciter des oppositions, et à prévenir les effets pour
lesquels le don de la parole a été accordé à l'homme.

Si vous voulez instruire, un ton dogmatique et affirmatif en avançant
votre opinion, est toujours cause qu'on cherche à vous contredire, et
qu'on ne vous écoute pas avec attention. D'un autre côté, si en désirant
d'être instruit et de profiter des connoissances des autres, vous vous
exprimez comme étant fortement attaché à votre façon de penser, les
hommes modestes et sensibles, qui n'aiment point la dispute, vous
laisseront tranquillement en possession de vos erreurs. En suivant une
méthode orgueilleuse, vous pouvez rarement espérer de plaire à vos
auditeurs, de vous concilier leur bienveillance, et de convaincre ceux
que vous cherchez à faire entrer dans vos vues. Pope dit
judicieusement[7]:

  [7] Essai sur la critique.

    En donnant des leçons n'affectez point d'instruire.
    Plutôt au goût d'autrui soigneux de vous plier,
    Feignez de rappeler ce qu'on put oublier.

Ensuite il ajoute:

    Quoique certain, parlez d'un air de défiance.

À ces vers, il auroit pu en joindre un autre, qu'il a placé ailleurs
moins convenablement à mon avis. Le voici:

    Car c'est manquer de sens que manquer de décence.

Si vous demandez pourquoi je dis _moins convenablement_, je vous citerai
les deux vers ensemble:

    Un immodeste mot n'admet point de défense;
    Car c'est manquer de sens que manquer de décence.

Le défaut de sens, quand un homme a le malheur d'être dans ce cas,
n'est-il pas une sorte d'excuse pour le défaut de modestie? Et ces vers
ne seroient-ils pas plus exacts, s'ils étoient construits ainsi?

    Un immodeste mot n'admet qu'une défense;
    C'est qu'on manque de sens en manquant de décence.

Mais je m'en rapporte pour cela à de meilleurs juges que moi.

En 1720, ou 1721, mon frère commença à imprimer une nouvelle gazette.
C'étoit la seconde qui paroissoit en Amérique. Elle avoit pour titre:
_le Courier de la Nouvelle-Angleterre_[8]. La seule qu'il y eût
auparavant à Boston, étoit intitulée: _Lettres-Nouvelles de Boston_[9].

  [8] New-England courant.

  [9] Boston News-Letter.

Je me rappelle que quelques-uns des amis de mon frère voulurent le
détourner de cette entreprise, comme d'une chose qui ne pouvoit pas
réussir, parce que selon eux un seul papier-nouvelle suffisoit pour
toute l'Amérique. Cependant, à présent, en 1771, il n'y en pas moins de
vingt-cinq. Mon frère exécuta son projet. Et moi après avoir aidé à
composer et à imprimer sa gazette, j'étois employé à en distribuer les
exemplaires à ses abonnés.

Parmi ses amis étoient plusieurs hommes lettrés, qui se faisoient un
plaisir d'écrire de petites pièces pour sa feuille; ce qui lui donna de
la réputation et en augmenta le débit. Ces auteurs venoient nous voir
fréquemment. J'entendois leur conversation, et ce qu'ils disoient de la
manière favorable, dont le public accueilloit leurs écrits. Je fus tenté
de m'essayer parmi eux. Mais comme j'étois encore un enfant, je craignis
que mon frère ne voulût pas insérer, dans sa feuille, un morceau dont il
me connoîtroit pour l'auteur. En conséquence, je songeai à déguiser mon
écriture, et ayant composé une pièce anonyme, je la plaçai le soir sous
la porte de l'imprimerie. Elle y fut trouvée le lendemain matin. Mon
frère profitant du moment où ses amis vinrent le voir suivant leur
coutume, leur communiqua cet écrit. Je le leur entendis lire et
commenter. J'eus l'extrême plaisir de voir qu'il obtenoit leur
approbation, et que dans leurs diverses conjectures sur l'auteur, ils
n'en nommoient pas un, qui ne jouît, dans le pays, d'une grande
réputation d'esprit et de talent.

Je suppose à présent que je fus heureux en juges, et je commence à
croire qu'ils n'étoient pas aussi excellens écrivains que je l'imaginois
alors. Quoi qu'il en soit, encouragé par cette petite aventure,
j'écrivis et j'envoyai, de la même manière, à l'imprimerie, plusieurs
autres pièces, qui furent également approuvées. Je gardai le secret
jusqu'à ce que mon petit fonds de connoissances pour de pareils écrits
fût presqu'entièrement épuisé. Alors je me nommai.

Après cette découverte, mon frère commença à avoir un peu plus de
considération pour moi. Mais il se regardoit toujours comme mon maître,
et me traitoit en apprenti. Il croyoit devoir tirer de moi les mêmes
services que de tout autre. Moi, au contraire, je pensois qu'il étoit
trop exigeant dans bien des cas, et que j'avois droit à plus
d'indulgence de la part d'un frère. Nos disputes étoient souvent portées
devant mon père; et soit qu'en général mon frère eût tort, soit que je
plaidasse mieux que lui, le jugement étoit presque toujours en ma
faveur. Mais mon frère étoit violent, et souvent il s'emportoit jusqu'à
me donner des coups; ce que je prenois en très-mauvaise part. Ce
traitement sévère et tyrannique contribua, sans doute, à imprimer dans
mon ame l'aversion, que j'ai conservée toute ma vie pour le pouvoir
arbitraire. Mon apprentissage me devint si insupportable que je
soupirois sans cesse après l'occasion de l'abréger. Elle s'offrit enfin
à moi d'une manière inattendue.

Un article inséré dans notre feuille, sur quelqu'objet politique, dont
je ne me souviens point, offensa l'assemblée générale de la province.
Mon frère fut arrêté, censuré et emprisonné pendant un mois, parce qu'il
ne voulut pas, je crois, découvrir l'auteur de l'article. Je fus aussi
arrêté et examiné devant le conseil: mais quoique je ne donnasse aux
juges aucune satisfaction, ils se contentèrent de me faire une
réprimande, et ils me renvoyèrent, me regardant, peut-être, comme
obligé, en qualité d'apprenti, de garder les secrets de mon maître.

Malgré mes querelles particulières avec mon frère, sa détention me causa
beaucoup de ressentiment. Tandis qu'il étoit en prison, j'étois chargé
de la rédaction de sa feuille, et j'eus assez de courage pour y insérer
quelques sarcasmes contre nos gouvernans. Cela fit grand plaisir à mon
frère: mais d'autres personnes commencèrent à me regarder sous un point
de vue défavorable, et comme un jeune bel esprit enclin à l'épigramme et
à la satyre.

L'élargissement de mon frère fut suivi d'un ordre arbitraire de
l'assemblée, portant: «Que James Franklin n'imprimeroit plus la feuille
intitulée: _Le Courier de la Nouvelle-Angleterre_».--Dans cette
conjoncture nous convoquâmes nos amis dans notre imprimerie, afin de les
consulter sur ce qu'il convenoit de faire. Quelques-uns proposèrent
d'éluder l'ordre, en changeant le titre de la gazette. Mais mon frère
craignant qu'il n'en résultât quelques inconvéniens, pensa qu'il valoit
mieux désormais imprimer cette feuille avec le nom de Benjamin Franklin;
et pour éviter la censure de l'assemblée qui pouvoit l'accuser d'en être
encore lui-même l'imprimeur sous le nom de son apprenti, il fut résolu
que mon ancien contrat d'apprentissage me seroit rendu avec une pleine
et entière décharge, écrite au verso, afin de le produire dans
l'occasion. Mais pour assurer mon service à mon frère, on décida, en
même-temps, que je signerois un nouveau contrat, qui seroit tenu secret
durant le reste du terme. C'étoit un très-pauvre arrangement. Cependant
il fut aussitôt mis à exécution; et la feuille continua, pendant
quelques mois, à paroître sous mon nom. Enfin, un nouveau différend
s'étant élevé entre mon frère et moi, je me hasardai à profiter de ma
liberté, présumant qu'il n'oseroit pas montrer le second contrat.

Certes, il étoit honteux pour moi de me servir de cet avantage, et je
compte cette action comme une des premières erreurs de ma vie. Mais
j'étois peu capable de la juger pour ce qu'elle étoit. Le souvenir
d'avoir été battu par mon frère m'avoit excessivement aigri. Quoiqu'il
se mît souvent en colère contre moi, mon frère n'avoit point un mauvais
caractère; et peut-être que ma manière de me conduire avec lui, étoit
trop impertinente pour ne pas lui donner de justes raisons de s'irriter.

Quand il sut que j'avois résolu de quitter sa maison, il voulut
m'empêcher de trouver de l'emploi ailleurs. Il alla dans les diverses
imprimeries de la ville, et prévint les maîtres contre moi. En
conséquence, ils refusèrent tous de me faire travailler. L'idée me vint
alors de me rendre à New-York, la ville la plus voisine, où il y eût une
imprimerie. D'autres réflexions me confirmèrent dans le dessein de
quitter Boston, où je m'étois déjà rendu suspect au parti gouvernant.
D'après les procédés arbitraires de l'assemblée dans l'affaire de mon
frère, il étoit probable que si j'étois resté, je me serois bientôt
trouvé exposé à des difficultés. J'avois même d'autant plus lieu de le
craindre, que mes imprudentes disputes sur la religion commençoient à me
faire regarder, par les gens pieux, avec l'horreur qu'inspire un apostat
ou un athée.

Je pris donc décidément mon parti. Mais comme mon père étoit alors
d'accord avec mon frère, je pensai que si j'essayois de m'en aller
ouvertement, on prendroit des mesures pour m'arrêter. Mon ami Collins se
chargea de favoriser ma fuite. Il fit marché pour mon passage avec le
capitaine d'une corvette de New-York. En même-temps, il me représenta à
ce marin comme un jeune homme de sa connoissance, lequel avoit eu
affaire avec une fille débauchée, dont les parens vouloient le forcer à
l'épouser, et il dit qu'en conséquence je ne pouvois ni me montrer ni
partir publiquement. Je vendis une partie de mes livres pour me procurer
une petite somme d'argent, et je me rendis secrètement à bord de la
corvette. Favorisé par un bon vent je me trouvai, en trois jours, à
New-York, à près de trois cents milles de chez moi. Je n'étois âgé que
dix-sept ans, je ne connoissois personne dans le pays où je venois
d'arriver, et je n'avois que fort peu d'argent dans ma poche.

L'inclination que je m'étois sentie pour le métier de marin, étoit
entièrement passée, sans quoi j'aurois été alors bien à même de la
satisfaire. Mais ayant un autre état, et me croyant moi-même assez bon
ouvrier, je ne balançai pas à offrir mes services au vieux William
Bradford qui, après avoir été le premier imprimeur en Pensylvanie, avoit
quitté cette province, parce qu'il avoit eu une querelle avec le
gouverneur, William Keith.

William Bradford ayant peu d'ouvrage et autant d'ouvriers qu'il lui en
falloit, ne put pas m'employer. Mais il me dit que son fils, imprimeur à
Philadelphie, avoit depuis peu vu mourir Aquila Rose, son principal
compositeur, et que si je voulois aller le joindre, il s'arrangeroit
probablement avec moi. Philadelphie n'étoit qu'à cent milles plus loin.
Je n'hésitai pas à m'embarquer dans un bateau, pour me rendre à Amboy,
par le plus court trajet de mer; et je laissai ma malle et mes autres
effets, afin qu'ils me parvinssent par la voie ordinaire. En traversant
la baie, nous essuyâmes un coup de vent qui mit en pièces nos voiles
déjà pourries, nous empêcha d'entrer dans le Kill et nous jeta sur les
côtes de Long-Island[10].

  [10] L'île Longue.

Pendant le mauvais temps, un Hollandais, ivre, qui, comme moi, étoit
passager à bord du bateau, tomba dans la mer. À l'instant où il
s'enfonçoit, je le saisis par le toupet, le tirai à bord et le sauvai.
Cette immersion le désenivra un peu, et il s'endormit tranquillement
après avoir tiré de sa poche un volume qu'il me pria de faire sècher. Je
vis bientôt que ce volume étoit la traduction hollandaise des Voyages de
Bunyan, mon ancien livre favori. Il étoit parfaitement bien imprimé, sur
de très-beau papier et orné de gravures en taille-douce; parure sous
laquelle je ne l'avois jamais vu dans sa langue originale. J'ai su
depuis qu'il a été traduit dans la plupart des langues de l'Europe; et
je suis persuadé qu'après la Bible, c'est un des livres qui ont été le
plus répandus.

L'honnête John est, à ma connoissance, le premier qui a mêlé la
narration et le dialogue, manière d'écrire attrayante pour le lecteur,
qui dans les endroits les plus intéressans, se trouve admis dans la
société des personnages dont parle l'auteur, et présent à leur
conversation. Defoe a suivi avec succès cette méthode, dans son
_Robinson Crusoé_, dans sa _Molly Flanders_, et dans d'autres ouvrages;
et Richardson en a fait de même dans sa _Pamela_ et ailleurs.

En approchant de l'île, nous nous apperçûmes que nous étions dans un
endroit, où nous ne pouvions point aborder, à cause des forts brisans
qu'occasionnoient les rochers qui hérissoient la côte. Nous jetâmes
l'ancre et filâmes le cable vers le rivage. Quelques hommes, qui étoient
sur le bord de l'eau, nous hélèrent, tandis que nous les hélions aussi;
mais le vent étoit si fort et la vague si bruyante, que nous ne pouvions
distinguer ce que nous disions ni les uns ni les autres. Il y avoit des
canots sur la plage. Nous leur criâmes et leur fîmes des signes pour les
engager à venir nous chercher: mais soit qu'ils ne nous comprissent pas,
soit qu'ils jugeassent que ce que nous demandions étoit impraticable,
ils se retirèrent. La nuit approchoit, et le seul parti qui nous resta,
étoit d'attendre patiemment que le vent s'appaisât. Pendant ce temps-là,
nous résolûmes, le pilote et moi, d'essayer de nous endormir. Nous nous
mîmes en conséquence, sous l'écoutille, où étoit le Hollandais, encore
tout mouillé. Mais nous fûmes bientôt presqu'aussi trempés que lui; car
la lame qui passoit par-dessus le pont, nous atteignit dans notre
retraite.

Durant toute la nuit, nous n'eûmes que très-peu de repos. Le lendemain,
le calme nous permit de gagner Amboy avant la fin du jour. Nous avions
passé trente heures, sans avoir de quoi manger et sans autre boisson
qu'une bouteille de mauvais rhum, l'eau sur laquelle nous fîmes route,
étant salée. Le soir, je me couchai avec une fièvre violente. J'avois lu
quelque part, que dans ces cas, l'eau fraîche, bue en abondance, étoit
un bon remède. Je suivis ce précepte; je suai beaucoup la plus grande
partie de la nuit, et la fièvre me quitta.

Le jour suivant, je passai le bac et continuai mon voyage à pied.
J'avois cinquante milles à faire pour arriver à Burlington, où l'on
m'avoit dit que je trouverois des bateaux de passage qui me porteroient
à Philadelphie. La pluie tomba avec force toute la journée; de sorte que
je fus mouillé jusqu'à la peau. Vers midi, me trouvant fatigué, je
m'arrêtai dans un mauvais cabaret, où je passai le reste du jour et
toute la nuit. Je commençai à me repentir d'avoir abandonné la maison de
mon frère. D'ailleurs, je fesois une si triste figure, qu'on me
soupçonna d'être un domestique fugitif. Je m'en apperçus aux questions
qu'on me fesoit, et je sentis que je courois risque d'être à tout moment
arrêté comme tel. Cependant, le matin, je me remis en route, et le soir
j'arrivai à huit ou dix milles de Burlington, dans une auberge dont le
maître se nommoit le docteur Brown.

Tandis que je prenois quelques rafraîchissemens, cet homme entra en
conversation avec moi, et s'appercevant que j'avois un peu de lecture,
il me témoigna beaucoup d'intérêt et d'amitié. Nos liaisons ont duré
tout le reste de sa vie. Je crois qu'il avoit été ce qu'on appelle un
docteur ambulant; car il n'y avoit point de ville en Angleterre, même
dans toute l'Europe, qu'il ne connût d'une manière particulière. Il ne
manquoit ni d'esprit, ni de littérature; mais c'étoit un vrai mécréant.
Quelques années après que je l'eus connu, il entreprit malignement de
travestir la Bible en vers burlesques, comme Cotton a travesti Virgile.
Par ce moyen, il présentoit plusieurs faits sous un point de vue
très-ridicule; ce qui auroit pu donner de l'ombrage aux esprits foibles,
si l'ouvrage eût été publié; mais il ne le fut point.

Je passai la nuit dans la maison de ce docteur. Le lendemain je me
rendis à Burlington. En arrivant au port, j'eus le désagrément
d'apprendre que les bateaux de passage venoient de mettre à la voile.
C'étoit un samedi, et il ne devoit partir aucun autre bateau avant le
mardi suivant. Je retournai en ville, chez une vieille femme qui m'avoit
vendu du pain d'épice pour manger dans la traversée. Je lui demandai
conseil. Elle m'invita à demeurer chez elle, jusqu'à ce que je trouvasse
une occasion de m'embarquer. Fatigué comme je l'étois d'avoir fait tant
de chemin à pied, j'acceptai sa proposition. Quand elle sut que j'étois
imprimeur, elle voulut me persuader de rester à Burlington pour y
exercer mon état. Mais elle ne se doutoit pas des capitaux qu'il
m'auroit fallu pour tenter une pareille entreprise. Je fus traité par
cette bonne femme avec une véritable hospitalité. Elle me donna un dîner
composé de grillades de boeuf[11], et ne voulut accepter en retour
qu'une pinte d'aile[12].

  [11] Beef-steak.

  [12] Espèce de bière.

Je m'imaginois que je demeurois là jusqu'au mardi suivant. Mais le soir,
me promenant sur le bord de la rivière, je vis approcher un bateau, dans
lequel il y avoit un grand nombre de personnes. Il alloit à
Philadelphie; et l'on consentit à m'y donner passage. Comme il ne fesoit
point de vent, nous nous servîmes de nos avirons. Vers minuit, ne voyant
point la ville, quelques personnes de la compagnie crurent que nous
l'avions dépassée, et ne voulurent pas ramer davantage. Les autres ne
savoient pas où nous étions. Enfin, l'on décida qu'il falloit s'arrêter.
Nous nous approchâmes du rivage, entrâmes dans une crique, et
débarquâmes près de quelques vieilles palissades, qui nous servirent à
faire du feu, car nous étions dans une des froides nuits d'octobre.

Nous restâmes là jusqu'au point du jour. Alors une des personnes de la
compagnie reconnut la crique où nous étions pour celle de Cooper, située
un peu au-dessus de Philadelphie; et dès que nous eûmes regagné le
large, nous apperçûmes la ville. Nous y arrivâmes le dimanche vers les
huit ou neuf heures du matin, et descendîmes sur le quai de
Market-Street[13].

  [13] La rue du marché.

Je vous ai raconté tous les détails de mon voyage; et je décrirai de la
même manière ma première entrée à Philadelphie, afin que vous puissiez
comparer des commencemens si peu favorables, avec la figure que j'y ai
faite depuis.

À mon arrivée à Philadelphie, j'étois dans mon costume d'ouvrier, mes
meilleurs habits devant venir par mer. J'étois tout crotté. Mes poches
étoient remplies de chemises et de bas. Je ne connoissois personne dans
la ville, et ne savois pas même où je devois aller loger. Fatigué
d'avoir marché, ramé et passé la nuit sans dormir, j'avois grand'faim,
et ne possédois pour tout argent qu'une risdale hollandaise[14] et la
valeur d'un schelling en monnoie de cuivre. Je donnai cette monnoie aux
bateliers pour mon passage. Comme je les avois aidés à ramer, ils
refusèrent d'abord de la prendre: mais j'insistai et la leur fis
accepter. Un homme est quelquefois plus généreux quand il a peu d'argent
que lorsqu'il en a beaucoup; et probablement c'est parce que, dans le
premier cas, il cherche à cacher son indigence.

  [14] Environ cinq livres tournois.

Je m'avançai vers le haut de la rue, en regardant attentivement de tous
côtés, et quand je fus dans Market-Street, je rencontrai un enfant qui
portoit un pain. J'avois souvent fait mon dîner avec du pain sec. Je
priai l'enfant de me dire où il avoit acheté le sien, et je fus droit au
boulanger qu'il m'indiqua. Je voulois avoir des biscuits, parce que je
croyois qu'il y en avoit de pareils à ceux de Boston; mais on n'en
fesoit point à Philadelphie. Je demandai alors un pain de trois sols. On
n'en tenoit point à ce prix. Voyant que j'ignorois la différence des
prix et les sortes de pain du pays, je priai le boulanger de me donner
pour trois sols de pain de quelqu'espèce qu'il fût. Il me donna alors
trois grosses miches. Je fus surpris d'en avoir tant. Cependant je les
pris; et je me mis à marcher avec un pain sous chaque bras, et mangeant
le troisième.

Je suivis de cette manière Market-Street, jusqu'à Fourth-Street[15], et
je passai devant la maison de M. Read, père de la personne qui, depuis,
devint ma femme. Elle étoit sur sa porte, m'observa et trouva, avec
raison, que je fesois une très-singulière et très-grotesque figure.

  [15] La quatrième rue.

Je tournai au coin de la rue, et tout en mangeant mon pain, je parcourus
Chesnut-Street[16]. Après avoir fait ce tour, je me retrouvai sur le
quai de Market-Street, près du bateau qui m'avoit porté. J'y entrai pour
boire de l'eau de la rivière; et comme j'étois rassasié d'avoir mangé un
pain, je donnai les deux autres à une femme et à son enfant, qui avoient
descendu la rivière dans le même bateau que nous, et attendoient
l'instant de continuer leur route.

  [16] La rue du Châtaignier.

Ainsi rafraîchi, je regagnai la rue. Elle étoit alors remplie de gens
proprement vêtus, qui alloient tous du même côté. Je me joignis à eux,
et je fus conduit dans la grande maison d'assemblée des quakers, près de
la place du marché. Je m'assis avec les autres; et après avoir regardé
quelque temps autour de moi, n'entendant rien dire, et ayant besoin de
dormir à cause du travail de la nuit précédente, je tombai dans un
profond sommeil. Je restai ainsi jusqu'à ce que l'assemblée se dispersa.
Alors un des quakers eut la complaisance de me réveiller. Leur maison
fut donc la première dans laquelle je dormis à Philadelphie.

Je me remis à marcher dans la rue, pour gagner le côté de la rivière. Je
regardois attentivement tous ceux que je rencontrois. À la fin,
j'apperçus un jeune quaker, dont la physionomie me plut. Je l'acostai,
et le priai de me dire où un étranger pouvoit trouver un logement. Nous
étions près de l'enseigne des _Trois matelots_.--«On reçoit-là les
étrangers, dit-il; mais ce n'est pas une maison honnête. Si tu veux
venir avec moi, je t'en montrerai une meilleure». Il me conduisit à la
_Bûche crochue_, dans Water-Street.

Là je me fis donner à dîner. Pendant que je mangeois on me fit plusieurs
questions. Ma jeunesse et ma mine fesoient soupçonner que j'étois un
fugitif. Après dîner je me sentis encore assoupi; et m'étant jeté sur un
lit sans me déshabiller, je dormis jusqu'à six heures du soir, qu'on
m'appela pour souper. Je me mis ensuite au lit de très-bonne heure, et
ne me réveillai que le lendemain matin.

Aussitôt que je fus levé, je m'arrangeai le plus décemment qu'il me fût
possible, et je me rendis chez l'imprimeur André Bradford. Je trouvai,
dans sa boutique, son père, que j'avois vu à New-York, et qui ayant
voyagé à cheval, étoit arrivé à Philadelphie avant moi. Il me présenta à
son fils, qui me reçut avec beaucoup de civilité et me donna à déjeûner:
mais il me dit qu'il n'avoit pas besoin d'ouvrier, parce qu'il s'en
étoit déjà procuré un. Il ajouta qu'il y avoit dans la ville un autre
imprimeur nommé _Keimer_, qui pourroit peut-être m'employer; et qu'en
cas de refus, il m'invitoit à venir loger dans sa maison, où il me
donneroit de temps en temps un peu d'ouvrage, jusqu'à ce qu'il se
présentât quelque chose de mieux.

Le vieillard offrit de me conduire chez Keimer. Quand nous y
fûmes:--«Voisin, lui dit-il, je vous amène un jeune imprimeur: peut-être
avez-vous besoin de ses services.»

Keimer me fit quelques questions, me mit un composteur dans la main,
pour voir comment je travaillois; et me dit ensuite qu'il n'avoit point
d'ouvrage à me donner pour le moment, mais qu'il m'emploieroit bientôt.
Prenant en même-temps le vieux Bradford pour un habitant de la ville,
bien disposé en sa faveur, il lui fit part de ses projets et de ses
espérances. Bradford eut soin de ne pas se faire connoître pour le père
de l'autre imprimeur. Sur ce que Keimer disoit qu'il comptoit bientôt
avoir l'imprimerie la plus occupée de Philadelphie, il sut, en lui
fesant des questions adroites et en lui présentant des difficultés,
l'amener à lui découvrir toutes ses vues, tous ses moyens, et de quelle
manière il vouloit s'y prendre pour les faire réussir. J'étois présent
et j'entendois tout. Je vis à l'instant que l'un étoit un vieux renard
très-rusé, et l'autre un parfait novice. Bradford me laissa chez Keimer,
qui fut étrangement surpris quand je lui dis le nom du vieillard.

Je trouvai que l'imprimerie de Keimer consistoit en une vieille presse
endommagée et une petite fonte de caractères anglais usés, dont il se
servoit alors lui-même, pour une élégie sur la mort d'Aquila Rose, dont
j'ai parlé plus haut. Aquila Rose étoit un jeune homme plein d'esprit et
d'un excellent caractère, très-estimé dans la ville, secrétaire de
l'assemblée et poëte assez agréable. Keimer se mêloit aussi de faire des
vers, mais ils étoient mauvais. On ne pouvoit pas même dire qu'il
écrivît en vers; car sa méthode étoit de les composer avec ses
caractères d'imprimerie, à mesure qu'ils couloient de sa verve. Or,
comme il travailloit sans copie, qu'il n'avoit qu'une casse, et que
l'élégie devoit probablement employer tous ses caractères, il étoit
impossible de l'aider. J'essayai de mettre en ordre sa presse, dont il
ne s'étoit point servi, et à laquelle il n'entendoit rien; et après lui
avoir promis de venir tirer son élégie aussitôt qu'elle seroit prête, je
retournai chez Bradford. Celui-ci m'occupa, pour le moment, à faire
quelque bagatelle, et me donna la table et le logement.

Peu de jours après, Keimer m'envoya chercher pour tirer son élégie. Il
s'étoit alors procuré d'autres caractères, et il avoit à réimprimer un
pamphlet sur lequel il me mit à l'ouvrage.

Les deux imprimeurs de Philadelphie me parurent dénués de toutes les
qualités nécessaires dans leur profession. Bradford n'avoit point appris
son état, et étoit absolument illétré. Keimer, quoique moins ignorant,
n'étoit qu'un simple compositeur, et n'entendoit rien au travail de la
presse. Il avoit été un des convulsionnaires français, et savoit fort
bien imiter leurs agitations surnaturelles. Au moment de notre
connoissance, il ne suivoit aucune religion particulière, mais il
professoit un peu de toutes, suivant les circonstances. Il ne
connoissoit absolument point le monde; et il avoit l'ame d'un fripon,
ainsi que j'ai eu, depuis, occasion de l'éprouver.

Keimer voyoit avec beaucoup de peine que, travaillant avec lui, je fusse
logé chez Bradford. Il avoit bien une maison; mais elle n'étoit pas
meublée, et conséquemment il ne pouvoit pas m'y recevoir.

Il me procura un logement chez le propriétaire de sa maison, ce M. Read,
dont j'ai déjà parlé. Ma malle et mes effets étant alors arrivés, je
songeai à paroître aux yeux de miss Read, avec un air de plus de
conséquence, que lorsque le hasard m'avoit offert à sa vue mangeant mon
pain et errant dans la ville.

Dès ce moment je commençai à faire la connoissance des jeunes gens qui
aimoient la lecture, et je passois agréablement mes soirées avec eux,
tandis que je gagnois de l'argent par mon industrie, et vivois
très-content, grace à ma frugalité. Ainsi, j'oubliois Boston autant
qu'il m'étoit possible, désirant que le lieu de ma résidence n'y fût
connu de personne, excepté de mon ami Collins, à qui j'écrivois, et qui
gardoit mon secret.

Cependant un incident me fit retourner dans ma ville natale beaucoup
plutôt que je n'y comptois. J'avois un beau-frère, nommé _Robert
Holmes_, qui commandoit une corvette et fesoit le commerce entre Boston
et la Delaware. Se trouvant à Newcastle, à quarante milles au-dessous de
Philadelphie, il entendit parler de moi. Aussitôt il m'écrivit pour
m'informer du chagrin que mon prompt départ de Boston avoit occasionné à
mes parens, et de l'affection qu'ils conservoient encore pour moi. Il
m'assura que si je voulois m'en retourner, tout s'arrangeroit à ma
satisfaction; et il m'y exhorta d'une manière très-pressante. Je lui
répondis, le remerciai de son avis, et lui expliquai avec tant de force
et de clarté les raisons qui m'avoient déterminé à m'éloigner de Boston,
qu'il resta convaincu que j'étois bien moins répréhensible qu'il ne
l'avoit imaginé.

Sir William Keith, gouverneur de Pensylvanie, étoit alors à Newcastle.
Au moment où le capitaine Holmes reçut ma lettre il se trouvoit par
hasard auprès de lui; et il profita de l'occasion pour la lui montrer et
lui parler de moi. Le gouverneur lut la lettre, et parut étonné quand on
lui apprit l'âge que j'avois. Il dit qu'il me regardoit comme un jeune
homme dont les talens promettoient beaucoup, et qu'à ce titre je
méritois d'être encouragé; que les imprimeurs de Philadelphie n'étoient
que des ignorans; que si je m'y établissois il ne doutoit pas de mes
succès; que pour sa part, il me feroit imprimer tout ce qui avoit
rapport au gouvernement, et qu'il me rendroit tous les services qui
dépendroient de lui.

Je ne sus alors rien de tout cela: mais mon beau-frère me le raconta
dans la suite à Boston. Un jour que nous travaillions ensemble, Keimer
et moi, auprès d'une fenêtre, nous apperçûmes le gouverneur avec le
colonel Finch de Newcastle, tous deux très-bien parés, traversant la rue
et venant droit à notre maison. Nous les entendîmes à la porte. Keimer
croyant que c'étoit une visite pour lui, descendit à l'instant. Mais le
gouverneur me demanda, monta; et avec une politesse et une affabilité,
auxquelles je n'étois nullement accoutumé, il me fit beaucoup de
complimens, et me témoigna le désir de faire connoissance avec moi. Il
me reprocha obligeamment de ne m'être pas présenté chez lui à mon
arrivée dans la ville; et m'invita à l'accompagner à la taverne, où il
alloit avec le colonel Finch boire d'excellent vin de Madère.

Je fus, je le confesse, un peu surpris, et Keimer parut abasourdi.
J'allai, cependant, avec le gouverneur et le colonel dans une taverne,
au coin de Third-Street; et là, tout en buvant le Madère, sir William
Keith me proposa d'établir une imprimerie. Il me présenta les
probabilités du succès; et lui et le colonel Finch m'assurèrent que je
pouvois compter sur leur protection et leur crédit, pour me procurer
l'impression des papiers que publieroient les deux gouvernemens. Comme
je paroissois craindre que mon père ne voulût pas m'aider à m'établir,
sir William me dit qu'il lui écriroit pour moi une lettre dans laquelle
il lui représenteroit les avantages de cette entreprise, sous un jour
qui, sans doute, l'y détermineroit. Il fut donc décidé que je
m'embarquerois dans le premier vaisseau qui partiroit pour Boston, et
que j'emporterois une lettre de recommandation du gouverneur, pour mon
père. En attendant, mon projet devoit être tenu secret, et je continuai
à travailler chez Keimer, comme auparavant.

Le gouverneur m'envoyoit inviter de temps en temps, à dîner avec lui. Je
regardois cela comme un très-grand honneur; et j'y étois d'autant plus
sensible, qu'il s'entretenoit avec moi de la manière la plus affable, la
plus familière et la plus amicale qu'il soit possible d'imaginer.

Vers la fin du mois d'avril 1724, un petit navire étant prêt à faire
voile pour Boston, je pris congé de Keimer, sous prétexte d'aller voir
mes parens. Le gouverneur me donna une longue lettre, dans laquelle il
disoit à mon père beaucoup de choses flatteuses pour moi, et lui
recommandoit fortement le projet de mon établissement à Philadelphie,
comme une chose qui ne pouvoit manquer d'assurer ma fortune.

En descendant la Delaware, nous touchâmes sur un écueil et nous eûmes
une voie d'eau. Le temps étoit très-orageux. Il fallut pomper
continuellement. J'y travaillai comme les autres. Cependant, après une
navigation de quinze jours, nous arrivâmes sains et saufs à Boston.

J'avois été absent sept mois entiers, pendant lesquels mes parens
n'avoient reçu aucune nouvelle de moi; car le capitaine Holmes, mon
beau-frère, n'étoit point encore de retour, et n'avoit rien dit de moi
dans ses lettres. Mon aspect inattendu surprit mes parens. Ils furent
charmés de me revoir, et tous, à l'exception de mon frère,
m'accueillirent très-bien. J'allai voir ce frère dans son imprimerie.
J'étois mieux vêtu que du temps que je travaillois chez lui. J'avois un
habit complet, neuf et très-propre, une montre dans mon gousset, et ma
bourse garnie de près de cinq livres sterlings en argent. Mon frère ne
me fit aucune politesse, et m'ayant considéré de la tête aux pieds, il
se remit à son ouvrage.

Ses ouvriers me demandèrent avec empressement, où j'avois été, comment
étoit le pays, et si je l'aimois. Je fis alors un grand éloge de
Philadelphie, et de la vie agréable qu'on y menoit; et je dis que mon
intention étoit d'y retourner. L'un d'entr'eux me demanda quelle sorte
de monnoie on y avoit: je tirai aussitôt de ma poche une poignée de
pièces d'argent, que j'étalai devant eux. C'étoit une chose curieuse et
rare pour eux; car le papier étoit la monnoie courante de Boston. Je ne
manquai pas ensuite de leur faire voir ma montre. Mais enfin, comme mon
frère étoit toujours sombre et de mauvaise humeur, je donnai aux
ouvriers un schelling pour boire, et me retirai.

Cette visite piqua singulièrement mon frère; car peu temps après, ma
mère lui ayant parlé du désir qu'elle avoit de nous voir réconcilier et
bien vivre ensemble, il lui répondit que je l'avois tellement insulté
devant ses ouvriers, que jamais il ne l'oublieroit ni ne le
pardonneroit: cependant, il se trompoit en cela.

La lettre du gouverneur parut causer quelqu'étonnement à mon père: mais
il n'en dit pas grand'chose. Quelques jours après, voyant le capitaine
Holmes de retour, il la lui montra, et lui demanda s'il connoissoit
Keith, et quelle espèce d'homme c'étoit, ajoutant que selon lui, il
falloit qu'il eût bien peu de discernement pour songer à mettre à la
tête d'une entreprise un enfant qui avoit encore trois ans à courir pour
être rangé dans la classe des hommes. Holmes dit tout ce qu'il put en
faveur du projet: mais mon père soutint constamment qu'il étoit absurde,
et refusa d'y concourir. Cependant, il écrivit une lettre polie à sir
William. Il le remercia de la protection qu'il m'avoit si obligeamment
offerte, et lui dit qu'il ne pouvoit, en ce moment, m'aider à établir
une imprimerie, parce qu'il me croyoit trop jeune pour être chargé d'une
entreprise si importante, et qui exigeoit des avances si considérables.

Mon ancien camarade, Collins, étoit alors commis à la poste. Charmé de
la description que je lui fis du pays que j'habitois, il désira d'y
aller; et tandis que j'attendois la résolution de mon père, il prit, par
terre, la route de Rhode-Island, laissant ses livres, qui formoient une
asses belle collection d'ouvrages de physique et de mathématiques, pour
être envoyés avec les miens à New-York, où il se proposoit de
m'attendre.

Quoique mon père n'approuvât pas les proposition de sir William, il
étoit très-satisfait que j'eusse obtenu une recommandation aussi
avantageuse, que celle d'un homme de ce rang; et que mon industrie et
mon économie m'eussent mis à même, en très-peu de temps, de m'équiper
aussi bien que je l'étois. Voyant qu'il n'y avoit pas d'apparence de
pouvoir me racommoder avec mon frère, il consentit à mon retour à
Philadelphie. En même-temps il me conseilla d'être poli envers tout le
monde, de m'efforcer d'obtenir l'estime générale, et d'éviter la satire
et le sarcasme, auxquels il me croyoit trop enclin. Il ajouta qu'avec de
la persévérance et une prudente économie, je pouvois amasser de quoi
m'établir lorsque je serois majeur[17], et que si alors il me manquoit
une petite somme, il se chargeroit de me la fournir.

  [17] À l'âge de vingt-un ans.

Ce fut là tout ce que j'en obtins, excepté quelques petits présens qu'il
me donna en signe d'amitié de sa part et de celle de ma mère. Muni alors
de leur approbation et de leur bénédiction, je m'embarquai encore une
fois pour New-York. La corvette, où j'étois, ayant relâché à Newport, en
Rhode-Island, j'allai voir mon frère John qui, depuis quelques années,
s'y étoit établi et marié. Il avoit toujours eu de l'attachement pour
moi, et il m'accueillit avec beaucoup d'affection. Un de ses amis, nommé
_Vernon_, auquel il étoit dû, en Pensylvanie, environ trente-six livres
sterlings, me pria de les recevoir et de les garder jusqu'à ce que
j'eusse de ses nouvelles. En conséquence, il me donna un ordre. Cette
affaire m'occasionna, par la suite, beaucoup d'inquiétude.

Nous prîmes, à Newport, un assez grand nombre de passagers, parmi
lesquels étoient deux jeunes femmes, et une dame quakeresse, grave et
sensée, accompagnée de ses domestiques. J'avois montré assez
d'empressement à rendre quelques légers services à cette dame; ce qui
l'engagea probablement à prendre quelqu'intérêt à moi. Ayant remarqué
qu'il s'étoit formé entre les deux jeunes femmes et moi, une
familiarité, chaque jour croissante, elle me tira à part et me
dit:--«Jeune homme, je suis en peine pour toi. Tu n'as point de parent
qui veille sur ta conduite. Tu parois ne pas connoître le monde, et les
piéges auxquels la jeunesse est exposée. Compte sur ce que je te dis. Ce
sont-là deux femmes de mauvaise vie. Je le vois à toutes leurs actions.
Si tu ne prends pas garde à toi, elles t'entraîneront dans quelque
danger. Elles te sont étrangères. Je te conseille, par l'intérêt amical
que je prends à ta conservation, de ne former aucune liaison avec
elles.»

Comme je ne parus pas d'abord penser aussi mal qu'elle sur leur compte,
elle me rapporta beaucoup de choses, qu'elle avoit vues et entendues, et
auxquelles je n'avois point fait attention, mais qui me convainquirent
qu'elle avoit pleinement raison. Je la remerciai de son généreux avis,
et lui promis de le suivre.

Quand nous arrivâmes à New-York, les deux jeunes femmes m'apprirent où
elles logeoient, et m'invitèrent à aller les voir. Cependant je n'y
allai point; et je fis très-bien; car le lendemain de notre arrivée, le
capitaine s'appercevant qu'il lui manquoit une cuiller d'argent et
quelques autres objets, qu'on avoit pris dans la chambre du navire, et
sachant que ces femmes étoient des prostituées, obtint un ordre pour
faire des recherches dans leur logement, y trouva ce qu'on lui avoit
volé, et les fit punir. Ainsi après avoir été sauvé d'un rocher caché
sous l'eau sur lequel notre vaisseau toucha dans la traversée,
j'échappai à un autre écueil d'un genre bien plus dangereux.

Je trouvai mon ami Collins à New-York, où il étoit arrivé quelque temps
avant moi. Nous étions intimement liés depuis notre enfance. Nous avions
lu ensemble les mêmes livres: mais il pouvoit donner plus de temps que
moi à la lecture et à l'étude, et il avoit une aptitude étonnante aux
mathématiques, dans lesquelles il me laissa bien loin derrière lui.

Quand j'étois à Boston, j'avois coutume de passer avec lui presque tous
mes momens de loisir. C'étoit alors un garçon très-rangé et
très-industrieux. Ses connoissances lui avoient acquis l'estime
générale, et il sembloit promettre de figurer un jour avec avantage dans
le monde. Mais pendant mon absence, il s'étoit malheureusement adonné à
l'usage de l'eau-de-vie; et j'appris, par lui-même, et par d'autres
personnes, que depuis son arrivée à New-York, il avoit été tous les
jours ivre, et s'étoit conduit d'une manière extravagante. Il avoit
aussi joué et perdu tout son argent. Ainsi je fus obligé de payer sa
dépense à l'auberge, et de le défrayer durant le reste du voyage; ce qui
devint une charge très-incommode pour moi.

Burnet, gouverneur de New-York, ayant entendu dire au capitaine de notre
navire, qu'un jeune passager, qui étoit à son bord, avoit beaucoup de
livres, le pria de me mener chez lui. J'y allai; mais je n'y conduisis
pas Collins, parce qu'il étoit ivre. Le gouverneur me traita avec
beaucoup de civilité; me montra sa bibliothèque, qui étoit
très-considérable, et s'entretint quelque temps avec moi, sur les livres
et sur les auteurs. C'étoit le second gouverneur qui m'eût honoré de son
attention; et pour un pauvre garçon, comme je l'étois alors, ces petites
aventures ne laissoient pas que d'être assez agréables.

Nous arrivâmes à Philadelphie. J'avois recouvré en route l'argent de
Vernon, sans quoi nous aurions été hors d'état d'achever notre voyage.

Collins désiroit d'être placé dans le comptoir de quelque négociant.
Mais son haleine ou sa mine trahissoient, sans doute, sa mauvaise
habitude; car bien qu'il eût des lettres de recommandation, il ne put
pas trouver de l'emploi, et il continua à loger et à manger avec moi, et
à mes dépens. Sachant que j'avois l'argent de Vernon, il m'engageoit
sans cesse à lui en prêter, me promettant de me le rendre aussitôt qu'il
auroit de l'emploi. Enfin, il me tira une si grande partie de cet
argent, que je fus vivement inquiet sur ce que je deviendrois s'il
manquoit de le remplacer. Son goût pour les liqueurs fortes, ne
diminuoit pas, et devint une source de querelles entre nous; parce que
quand il avoit trop bu, il étoit extrêmement contrariant.

Nous trouvant un jour dans un canot sur la Delaware, avec quelques
autres jeunes gens, il refusa de prendre l'aviron à son tour.--«Vous
ramerez pour moi, nous dit-il, jusqu'à ce que nous soyons à
terre».--«Non, lui répondis-je, nous ne ramerons point pour
vous».--«Vous le ferez, répliqua-t-il, ou vous resterez toute la nuit
sur l'eau».--«Comme il vous plaira, dis-je».--«Ramons, s'écrièrent les
autres. Qu'importe qu'il nous aide ou non»?--Mais j'étois déjà irrité de
sa conduite à d'autres égards; et j'insistai pour qu'on ne ramât point.

Alors il jura qu'il me feroit ramer, ou qu'il me jeteroit hors du canot;
et il se leva, en effet, pour venir vers moi. Aussitôt qu'il fut à ma
portée, je le pris au collet, et le poussant violemment, je le jetai la
tête la première dans la rivière. Je savois qu'il nageoit très-bien, et
par conséquent je ne craignois point pour sa vie. Avant qu'il pût se
retourner, nous eûmes le temps de donner quelques coups d'aviron, et de
nous éloigner un peu de lui. Toutes les fois qu'il se rapprochoit du
canot et le touchoit, nous lui demandions s'il vouloit ramer, et nous
lui donnions, en même-temps, quelques coups d'aviron sur les mains, afin
de lui faire lâcher prise. Prêt à suffoquer de colère, il refusoit
obstinément de promettre qu'il rameroit. Cependant, nous étant apperçus
qu'il commençoit à perdre ses forces, nous le mîmes dans le canot, et le
soir nous le conduisîmes encore tout trempé jusqu'à la maison.

Après cette aventure, nous vécûmes, lui et moi, dans la plus grande
froideur. Enfin, un capitaine qui naviguoit aux Antilles, et s'étoit
chargé de procurer un instituteur aux enfans d'un planteur de la
Barbade, fit la connoissance de Collins, et lui proposa cette place.
Collins l'accepta, et prit congé de moi, en me promettant de me faire
payer ce qu'il me devoit, avec le premier argent qu'il pourroit toucher:
mais je n'ai plus entendu parler de lui.

La violation du dépôt, que m'avoit confié Vernon, fut une des premières
grandes erreurs de ma vie. Elle prouve que mon père ne s'étoit point
trompé, quand il m'avoit cru trop jeune pour être chargé de conduire des
affaires importantes. Cependant sir William, en lisant sa lettre, jugea
qu'il étoit trop prudent. Il dit qu'il y avoit de la différence entre
les individus; que la maturité de l'âge n'étoit pas toujours accompagnée
de prudence; et que la jeunesse n'en restoit pas non plus toujours
dépourvue.--«Puisque votre père, ajouta-t-il, refuse de vous établir, je
veux le faire moi-même. Faites la liste des articles qu'il faut tirer
d'Angleterre, et je les ferai venir. Vous me les paierez quand vous
pourrez. J'ai résolu d'avoir ici un bon imprimeur, et je suis sûr que
vous le serez.»

Le gouverneur me dit cela avec un si grand air de cordialité, que je ne
doutai pas un instant de la sincérité de son offre. J'avois jusque-là
gardé le secret, à Philadelphie, sur l'établissement dont sir William
m'avoit inspiré le projet; et je continuai à n'en rien dire. Si l'on eût
su que je comptois sur le gouverneur, peut-être quelqu'ami, connoissant
mieux que moi son caractère, m'auroit averti de ne pas m'y fier; car
j'appris depuis qu'il passoit généralement pour un homme libéral en
promesses, qu'il n'avoit point intention de tenir. Mais, ne lui ayant
jamais rien demandé, pouvois-je soupçonner que ses offres étoient
trompeuses? Je le croyois, au contraire, le plus franc, le meilleur de
tous les hommes.

Je lui remis l'état de ce qu'il falloit pour une petite imprimerie, dont
le prix se montoit, suivant mon calcul, à environ cent livres sterlings.
Il l'approuva: mais il me demanda s'il ne seroit pas avantageux que
j'allasse en Angleterre, pour choisir moi-même les caractères, et
m'assurer que tous les articles fussent de la meilleure espèce.--«Vous
pourriez aussi, me dit-il, y faire quelques connoissances, et vous
procurer des correspondans parmi les libraires et les marchands de
papier.»

J'avouai que cela étoit à désirer.--«Eh bien, reprit-il, tenez-vous prêt
à partir dans l'_Annis_».--C'étoit le seul navire, qui fît alors
annuellement le voyage de Londres à Philadelphie, et de Philadelphie à
Londres: mais il ne devoit mettre à la voile qu'au bout de quelques
mois. Je continuai donc à travailler chez Keimer, où j'étois dévoré
d'inquiétude à cause des sommes que Collins avoit tirées de moi, et
frémissois à la seule idée de Vernon, qui, heureusement, ne me redemanda
son argent que quelques années après.

Dans le récit de mon premier voyage de Boston à Philadelphie, j'ai omis,
je crois, une petite circonstance, qui, peut-être, ne sera point
déplacée ici. Pendant un calme, qui nous arrêta au-delà de Block-Island,
l'équipage de notre corvette, se mit à pêcher de la morue, et en prit
une assez grande quantité. J'avois été jusqu'alors constant dans ma
résolution de ne manger rien de ce qui avoit eu vie; et conformément aux
maximes de mon maître Tryon, je regardai, dans cette occasion, la
capture de chaque poisson, comme un meurtre injustement commis,
puisqu'aucun d'eux n'avoit pu faire le moindre mal, qui méritât qu'on
leur donnât la mort. Cette manière de raisonner étoit, selon moi, sans
réplique.

Cependant j'avois autrefois beaucoup aimé le poisson; et quand je vis
une morue frite, sortir de la poële, l'odeur m'en parut délicieuse.
J'hésitai quelque temps entre mes principes et mon inclination. Mais me
rappelant, enfin, que quand on avoit ouvert la morue, on avoit tiré de
son estomac plusieurs petits poissons, je dis aussitôt en moi-même:--Si
vous vous mangez les uns les autres, je ne vois pas pourquoi nous ne
vous mangerions point. En conséquence, je dînai de morue avec grand
plaisir, et je continuai depuis, à manger comme les autres, retournant
seulement par occasion au régime végétal. Ô qu'il est commode d'être un
_animal raisonnable_, qui connoît ou invente un prétexte plausible pour
tout ce qu'il a envie de faire!

Je continuai à bien vivre avec Keimer, qui ne se doutoit pas de mon
projet d'établissement. Il conservoit en partie son premier
enthousiasme. Il aimoit à argumenter, et nous disputions fréquemment
ensemble. J'étois si accoutumé à me servir, avec lui, de ma méthode
socratique, et je l'embarrassois si souvent par mes questions, qui
paroissoient d'abord très-étrangères aux points que nous discutions,
mais qui néanmoins l'y ramenoient par degrés, et le fesoient tomber dans
des difficultés et des contradictions dont il ne pouvoit plus se tirer,
qu'il en devint d'une circonspection ridicule. Il n'osoit plus répondre
aux interrogations les plus simples, les plus familières, sans me dire
auparavant:--«Que prétendez-vous inférer de là»?--Toutefois, il prit une
si haute idée de mes talens, qu'il me proposa sérieusement de devenir
son collègue dans l'établissement d'une nouvelle secte. Il devoit
propager sa doctrine en prêchant, et moi je devois réfuter tous les
opposans.

Quand il s'expliqua avec moi sur ses dogmes, j'y trouvai beaucoup
d'absurdités, que je refusai d'admettre, à moins qu'il ne voulût à son
tour adopter quelques-unes de mes opinions. Keimer portoit une longue
barbe, parce que Moïse a dit quelque part:--«Tu ne gâteras pas les coins
de ta barbe».--Il observoit aussi le jour du sabbat; et ces deux points
lui paroissoient très-essentiels.

Ils me déplaisoient l'un et l'autre. Mais je consentis à y adhérer, si
Keimer vouloit s'abstenir de manger d'aucune espèce d'animal.--«Je
crains, dit-il, que ma constitution ne puisse pas y résister».--Je
l'assurai qu'au contraire, il s'en trouveroit beaucoup mieux. Il étoit
naturellement gourmand, et je voulois m'amuser à l'affamer. Il se décida
à faire l'essai de ce régime, pourvu que je voulusse m'y astreindre avec
lui; et, en effet, nous l'observâmes pendant trois mois. Une femme du
voisinage préparoit nos alimens et nous les apportoit. Je lui donnai une
liste de quarante plats, dans la composition desquels il n'entroit ni
viande ni poisson. Cette fantaisie me devenoit d'autant plus agréable,
qu'elle étoit à fort bon compte; car notre nourriture ne nous coûtoit
pas à chacun, plus de dix-huit pences[18] par semaine.

  [18] C'est-à-dire trente-six sols tournois.

Depuis cette époque, j'ai observé très-rigoureusement plusieurs carêmes,
et je suis revenu tout d'un coup à mon régime ordinaire, sans en
éprouver la moindre incommodité; ce qui me fait regarder comme inutile,
l'avis qu'on donne communément, de s'accoutumer par degrés à ces
changemens de nourriture.

Je continuois gaiement à vivre de végétaux: mais le pauvre Keimer
souffroit terriblement. Ennuyé de notre régime, il soupiroit après les
pots de viande d'Égypte. Enfin, il commanda qu'on lui fît rôtir un
cochon de lait, et m'invita à dîner avec deux femmes de notre
connoissance. Mais voyant que le cochon de lait étoit prêt un peu avant
notre arrivée, il ne put résister à la tentation, et il le mangea tout
entier.

Dans le temps dont je viens de parler, je rendois des soins à miss Read.
J'avois pour elle beaucoup d'estime et d'affection, et tout me donnoit
lieu de croire qu'elle répondoit à ces sentimens. Nous étions jeunes
l'un et l'autre, n'ayant guère plus de dix-huit ans; et comme j'étois
sur le point d'entreprendre un long voyage, sa mère jugea qu'il étoit
prudent de ne pas nous engager trop avant pour le moment. Elle pensoit
que si notre mariage devoit avoir lieu, il valoit mieux que ce fût à mon
retour, lorsque je serois établi, comme j'y comptois: peut-être
croyoit-elle aussi que mes espérances à cet égard n'étoient pas aussi
bien fondées que je l'imaginois.

Mes amis les plus intimes étoient alors Charles Osborne, Joseph Watson
et James Ralph, qui tous aimoient beaucoup la lecture. Les deux premiers
étoient clercs de M. Brockden, l'un des principaux procureurs de
Philadelphie; l'autre étoit commis chez un négociant. Watson étoit un
jeune homme honnête, sensé et très-pieux. Les autres étoient plus libres
dans leurs principes religieux, sur-tout Ralph, dont j'avois moi-même
contribué à ébranler la foi, ainsi que celle de Collins. L'un et l'autre
m'en ont justement puni. Osborne avoit de l'esprit, et étoit sincère et
ardent en amitié; mais il aimoit trop la critique en matière de
littérature. Ralph étoit ingénieux, subtil, plein d'adresse, et
extrêmement éloquent. Je ne crois pas avoir jamais vu un plus agréable
parleur. Ils cultivoient les muses, ainsi qu'Osborne; et ils s'étoient
déjà essayés tous deux, par quelques petites poésies.

Le dimanche, j'avois coutume de faire d'agréables promenades avec ces
amis, dans les bois qui bordent le Skuylkil. Nous y lisions ensemble, et
ensuite nous dissertions sur ce que nous avions lu. Ralph étoit disposé
à se livrer tout entier à la poésie. Il se flattoit de devenir supérieur
dans cet art, et de lui devoir un jour sa fortune. Il prétendoit que les
plus grands poëtes, en commençant à écrire, avoient fait non moins de
fautes que lui. Osborne cherchoit à le dissuader, il l'assuroit qu'il
n'avoit point un génie poétique, et lui conseilloit de s'attacher à la
profession dans laquelle il avoit été élevé.

«Dans la carrière du commerce, lui dit-il, vous parviendrez, quoique
vous n'ayiez point de capitaux, à vous procurer de l'emploi comme
facteur, et vous pourrez, avec le temps, acquérir les moyens de vous
établir pour votre compte».--J'approuvois l'opinion d'Osborne: mais je
prétendois aussi qu'il nous étoit permis de nous amuser quelquefois à
faire des vers, afin de perfectionner notre style. En conséquence, il
fut décidé qu'à notre prochaine entrevue, chacun de nous apporteroit une
petite pièce de poésie de sa composition. Notre objet, dans ce concours,
étoit de nous perfectionner mutuellement par nos remarques, nos
critiques et nos corrections; et comme nous n'avions en vue que le style
et l'expression, nous interdîmes toute invention, en convenant que nous
prendrions pour tâche une version du dix-huitième pseaume, dans lequel
est décrite la descente de la divinité.

Le terme de notre rendez-vous approchoit, lorsque Ralph vint me voir, et
me dit que sa pièce étoit prête. Je lui avouai que j'avois été
paresseux, et que me sentant fort peu de goût pour ce travail, je
n'avois rien fait. Il me montra sa pièce et me demanda ce que j'en
pensois. J'en fis un très-grand éloge, parce qu'elle me parut réellement
le mériter. Alors il me dit:--«Osborne n'avouera qu'aucun de mes
ouvrages soit de quelque prix. L'envie seule lui dicte mille critiques.
Il n'est point jaloux de vous. Ainsi, je vous prie de prendre ces vers,
et de les présenter comme si vous les aviez faits. Je déclarerai que je
n'ai eu le temps de rien composer. Nous verrons alors ce qu'il dira de
cette pièce».--Je consentis à ce que désiroit Ralph, et je me mis
aussitôt à copier ses vers, afin d'éviter tout soupçon.

Nous nous rassemblâmes. L'ouvrage de Watson fut lu le premier. Il
renfermoit quelques beautés et de nombreux défauts. Nous lûmes ensuite
la pièce d'Osborne, et nous la trouvâmes bien supérieure. Ralph lui
rendit justice. Il y remarqua quelques fautes, et applaudit les endroits
qui étoient excellens. Il n'avoit lui-même rien à montrer. C'étoit mon
tour. Je fis d'abord quelques difficultés, je feignis de désirer qu'on
m'excusât; je prétendis que je n'avois pas eu le temps de faire des
corrections. Mais aucune excuse ne fut admise; il fallut produire la
pièce. Elle fut lue et relue. Waston et Osborne lui cédèrent aussitôt la
palme, et se réunirent pour l'applaudir. Ralph seul fit quelques
critiques et proposa quelques changemens: mais je défendis la pièce.
Osborne se joignit à moi, et dit que Ralph ne s'entendoit pas plus à
critiquer des vers qu'à en faire.

Quand Osborne fut seul avec moi, il s'exprima d'une manière encore plus
énergique en faveur de ce qu'il croyoit mon ouvrage. Il m'assura qu'il
s'étoit d'abord un peu contraint, de peur que je ne prisse ses éloges
pour de la flatterie.--«Mais, qui auroit pu croire, ajouta-t-il, que
Franklin eût été capable de composer de pareils vers? Quel pinceau!
quelle énergie! quel feu! Il a surpassé l'original. Dans la conversation
ordinaire il semble n'avoir point un choix de mots. Il hésite, il est
embarrassé; et, cependant, bon dieu! comme il écrit!»

À l'entrevue, qui suivit celle-ci, Ralph découvrit le tour que nous
avions joué à Osborne; et ce dernier fut raillé sans pitié.

Cette aventure confirma Ralph dans la résolution où il étoit de devenir
poëte. Je n'épargnai rien pour l'en détourner: mais il y persévéra,
jusqu'à ce qu'enfin la lecture de Pope[19] le guérit. Il écrivoit,
cependant, assez bien en prose. Par la suite, je m'entretiendrai encore
de lui: mais comme il est vraisemblable que je n'aurai plus occasion de
parler des deux autres, je dois observer ici que, peu d'années après,
Watson mourut dans mes bras. Il fut extrêmement regretté; car c'étoit le
meilleur d'entre nous. Osborne passa aux Antilles, où il se fit une
grande réputation comme avocat, et gagna beaucoup d'argent: mais il
mourut jeune. Nous nous étions sérieusement promis, Osborne et moi, que
celui qui mourroit le premier de nous deux, reviendroit, s'il étoit
possible, faire une visite amicale à l'autre, pour lui dire ce qui se
passe dans l'autre monde: mais il n'a jamais tenu sa promesse.

  [19] Probablement la _Dunciade_, où Pope a immortalisé Ralph de cette
    manière:

        Quand Ralph hurle à Cynthie, et rend la nuit affreuse,
        Vous, Loups, faites silence; Hiboux, répondez lui!

Il sembloit que ma société plût beaucoup au gouverneur: aussi
m'invitoit-il souvent chez lui. Il parloit toujours de l'intention de
m'établir, comme d'une chose décidée. Il devoit me donner non-seulement
des lettres de recommandation pour un grand nombre de ses amis, mais
encore une lettre de crédit pour me procurer l'argent nécessaire à
l'achat d'une presse, des caractères et du papier. Il me donna plusieurs
rendez-vous pour aller prendre ces lettres, qui, disoit-il, chaque fois,
devoient certainement être prêtes: mais quand j'arrivois, il me
remettoit sans cesse à un autre jour.

Ces délais successifs se prolongèrent jusqu'à ce que le navire, dont le
départ avoit été plusieurs fois différé, fût enfin prêt à mettre à la
voile. Alors je me présentai de nouveau chez sir William, pour recevoir
les lettres promises et prendre congé de lui. Je ne pus voir que le
docteur Bard, son secrétaire, qui me dit que le gouverneur étoit
extrêmement occupé à écrire; mais qu'il se rendroit à Newcastle avant le
navire, et qu'il m'y donneroit ses lettres.

Quoique Ralph fût marié et eût un enfant, il se décida à m'accompagner
dans mon voyage. Son but supposé étoit de se procurer des correspondans
en Angleterre, afin d'avoir des marchandises à vendre par commission.
Mais j'appris ensuite que mécontent des parens de sa femme, il se
proposoit de la laisser chez eux, et de ne jamais retourner en Amérique.

Après que j'eus pris congé de mes amis, et que miss Read et moi nous
fûmes mutuellement promis de rester fidèles, je quittai Philadelphie. Le
navire mouilla à Newcastle. Le gouverneur y étoit déjà arrivé. Je me
rendis à son logement. Son secrétaire m'accueillit avec beaucoup de
politesse, et me dit que sir William ne pouvoit me voir pour le moment,
parce qu'il avoit des affaires de la plus grande importance, mais qu'il
m'enverroit ses lettres à bord, et qu'il me souhaitoit de tout son
coeur, un bon voyage et un prompt retour. Un peu surpris de ce discours,
mais n'ayant cependant encore aucun soupçon, j'allai rejoindre
l'_Annis_.

M. Hamilton, célèbre avocat de Philadelphie, passoit dans ce navire avec
son fils; et conjointement avec un quaker nommé _M. Denham_, et MM.
Oniam et Russel, propriétaires d'une forge dans le Maryland, il avoit
arrêté la chambre; en sorte que nous fûmes obligés, Ralph et moi, de
nous loger avec l'équipage. Inconnus l'un et l'autre à toutes les
personnes du vaisseau, nous étions regardés comme des gens du commun.
Mais M. Hamilton et son fils, qui fut depuis le gouverneur James
Hamilton, nous quittèrent à Newcastle; le père étant rappelé, à
très-grands frais, à Philadelphie, pour plaider une cause concernant un
vaisseau qui avoit été saisi.

Précisément au moment, où nous allions lever l'ancre, le colonel Finch
vint à bord et me fit beaucoup d'honnêtetés. Dès-lors, les passagers
eurent un peu plus d'attention pour moi. Ils m'invitèrent à occuper dans
la chambre, avec mon ami Ralph, la place que MM. Hamilton venoient de
laisser vacante; ce que nous acceptâmes avec joie.

Ayant appris que les dépêches du gouverneur avoient été portées à bord
par le colonel Finch, je demandai au capitaine celles dont je devois
être chargé. Il répondit qu'elles avoient été toutes mises dans le sac,
et qu'il ne pouvoit l'ouvrir pour le moment; mais qu'avant d'aborder les
côtes d'Angleterre, il me donneroit l'occasion de les retirer. Je fus
content de cette réponse, et nous poursuivîmes notre voyage.

Les personnes logées dans la chambre étoient toutes très-sociables; et
nous fûmes parfaitement bien pour les provisions; parce que nous
profitâmes de toutes celles de M. Hamilton, qui en avoit embarqué une
grande quantité. Durant la traversée, M. Denham se lia avec moi d'une
amitié qui n'a fini qu'avec sa vie. À tout autre égard, le voyage ne fut
pas fort agréable, car nous eûmes beaucoup de mauvais temps.

Quand nous entrâmes dans la Tamise, le capitaine fut exact à me tenir sa
parole. Il me permit de chercher dans le sac, les lettres du gouverneur.
Je n'en trouvai pas une seule sur laquelle mon nom fût écrit, comme
devant être confiée à mes soins: mais j'en choisis six ou sept, que je
jugeai, par les adresses, être celles qui m'étoient destinées. Il y en
avoit entr'autres une pour M. Basket, imprimeur du roi, et une autre
pour un marchand de papier, qui fut la première personne chez qui
j'allai.

Je lui remis la lettre comme venant du gouverneur Keith.--«Je ne le
connois pas, me dit-il».--Puis, ouvrant la lettre, il s'écria:--«Oh!
elle est de Riddlesden! J'ai découvert depuis peu que c'est un coquin
fieffé; et je n'ai envie ni d'avoir affaire avec lui, ni de recevoir de
ses missives».--En même-temps, il mit la lettre dans mes mains, tourna
les talons, et se mit à servir quelques chalands.

Je fus très-surpris de voir que ces lettres n'étoient point du
gouverneur; Réfléchissant alors sur ses délais, et m'en rappelant toutes
les circonstances, je commençai à douter de sa sincérité. J'allai
trouver mon ami Denham et lui racontai toute l'affaire. Il me mit tout
de suite au fait du caractère de Keith, me dit qu'il n'étoit nullement
probable qu'il eût écrit une seule lettre en ma faveur; et que tous ceux
qui le connoissoient, n'avoient aucune confiance en lui. Le bon quaker
ne put s'empêcher de rire de ce que j'avois été assez crédule pour
croire que le gouverneur me procureroit du crédit, lorsqu'il n'avoit
aucun crédit pour lui-même. Comme je lui montrai quelqu'inquiétude sur
le parti que j'avois à prendre, il me conseilla de chercher à travailler
chez un imprimeur.--«Là, me dit-il, vous pourrez vous perfectionner dans
votre profession, et vous vous mettrez à même de vous établir plus
avantageusement quand vous retournerez en Amérique.»

Nous savions déjà, aussi bien que le marchand de papier, que le
procureur Riddlesden étoit un coquin. Il avoit presque ruiné le père de
miss Read, en l'engageant à être sa caution. Nous apprîmes par sa
lettre, que, de concert avec le gouverneur, il tramoit secrètement une
intrigue pour nuire à M. Hamilton, sur le voyage duquel il avoit compté.
Denham, qui étoit ami d'Hamilton, pensa qu'il falloit l'instruire de
cette perfidie. Aussi, dès qu'il arriva en Angleterre, ce qui ne tarda
pas, je me rendis chez lui, et autant par intérêt pour lui que par
ressentiment contre le gouverneur, je lui donnai la lettre de
Riddlesden. L'information qu'elle contenoit étoit très-importante pour
lui; il m'en remercia beaucoup; et dès ce moment, il m'accorda son
amitié qui, depuis, m'a été souvent très-utile.

Mais que faut-il penser d'un gouverneur, qui joue de si misérables
tours, et trompe si grossièrement un pauvre jeune homme sans expérience?
C'étoit sa coutume. Voulant plaire à tout le monde, et ayant peu à
donner, il prodiguoit les promesses. D'ailleurs, sensible, judicieux,
écrivant assez bien, il étoit bon gouverneur pour la colonie, mais non
pour ses commettans, dont il dédaignoit fréquemment les instructions.
Plusieurs de nos meilleures loix ont été établies sous son
administration, et sont son ouvrage.

Nous étions, Ralph et moi, toujours inséparables. Nous prîmes ensemble
un logement qui nous coûtoit trois schellings et demi par semaine; car
nous ne pouvions pas y mettre davantage. Ralph trouva quelques parens à
Londres: mais ils étoient pauvres et hors d'état de l'assister. Il me
dit alors, pour la première fois, que son intention étoit de rester en
Angleterre, et qu'il n'avoit jamais pensé à retourner à Philadelphie. Il
étoit absolument sans argent; le peu qu'il avoit pu s'en procurer, ayant
à peine suffi à payer son passage. Quant à moi, j'avois encore quinze
pistoles. Ralph avoit de temps en temps recours à ma bourse, pendant
qu'il cherchoit de l'emploi.

Se croyant d'abord beaucoup de talent pour l'état de comédien, il songea
à monter sur le théâtre: mais Wilkes, à qui il s'adressa, lui conseilla
franchement de renoncer à cette idée, parce qu'il lui étoit impossible
de réussir. Il proposa ensuite à Roberts, libraire dans
Pater-Noster-Row, d'écrire pour lui une feuille hebdomadaire dans le
genre du _Spectateur_: mais les conditions qu'il y mit, ne convinrent
point à Roberts. Enfin, il essaya de se procurer du travail comme
copiste. Il parla aux gens de loi et aux marchands de papier des
environs du Temple: ce fut en vain; il ne trouva point de place vacante.

Pour moi, je fus tout de suite employé chez Palmer, qui étoit alors un
fameux imprimeur dans l'enclos de Saint-Barthélémy, et chez lequel je
restai près d'un an. Je m'appliquois assidument à mon ouvrage: mais je
dépensois avec Ralph, presque tout ce que je gagnois. Quand les
spectacles et les autres lieux d'amusement, que nous fréquentions
ensemble, eurent mis fin à mes pistoles, nous fûmes réduits à vivre
uniquement du travail de mes mains. Ralph sembloit avoir entièrement
perdu de vue sa femme et son enfant. J'oubliai aussi, par degrés, mes
engagemens avec miss Read, à laquelle je n'écrivis jamais qu'une lettre;
encore étoit-ce pour lui apprendre que vraisemblablement je ne
retournerois pas de sitôt à Philadelphie. Ce fut là une autre grande
erreur de ma vie; et je désirerois de pouvoir la corriger, si j'étois à
recommencer.

Je travaillois chez Palmer, à l'impression de la seconde édition de la
_Religion naturelle, de Woolaston_. Quelques-uns des raisonnemens de cet
ouvrage ne me parurent pas bien fondés; j'écrivis un petit traité de
métaphysique pour les combattre. Mon pamphlet étoit intitulé:
_Dissertation sur la Liberté et la Nécessité, le Plaisir et la Peine_.
Je le dédiai à mon ami Ralph, l'imprimai et en tirai un petit nombre
d'exemplaires. Dès-lors, Palmer me traita avec plus de considération, et
me regarda comme un jeune homme de talent; mais il me fit des reproches
sérieux sur les principes de mon pamphlet, qu'il regardoit comme
abominables. La publication de ce petit ouvrage fut une autre erreur de
ma vie.

Pendant que je logeois dans Little-Britain, je fis connoissance avec le
libraire Wilcox, dont la boutique touchoit à ma porte. Les magasins de
lecture n'étoient point encore en usage. Wilcox avoit une immense
collection de livres de toute espèce. Nous convînmes que, moyennant un
prix raisonnable, dont je ne me souviens plus, je pourrois prendre chez
lui les livres qui me plairoient, et que je les lui rendrois après les
avoir lus. Je regardai ce marché comme très-avantageux pour moi, et j'en
profitai autant qu'il me fut possible.

Mon pamphlet tomba entre les mains d'un chirurgien, nommé _Lyons_,
auteur d'un livre intitulé: l'_Infaillibilité du Jugement humain_; et ce
fut l'occasion d'une liaison intime entre nous. Lyons me témoignoit
beaucoup d'estime, et venoit souvent me voir, pour s'entretenir avec moi
sur des sujets de métaphysique. Il me fit connoître le docteur
Mandeville, auteur de _la Fable des Abeilles_, lequel avoit formé dans
la taverne de Cheapside, un club dont il étoit l'ame. Ce docteur étoit
un homme facétieux et très-amusant. Lyons me présenta aussi, dans le
café Batson, au docteur Pemberton, qui me promit de me procurer
l'occasion de voir sir Isaac Newton. Je le désirois beaucoup: mais le
docteur Pemberton ne me tint point parole.

J'avois apporté d'Amérique quelques curiosités, dont la principale étoit
une bourse, faite d'asbeste[20], qui n'éprouve aucune altération dans le
feu. Sir Hans-Sloane en ayant entendu parler, vint me voir, et m'invita
à aller chez lui, dans Bloomsbury-Square. Après m'avoir montré tout ce
que son cabinet renfermoit de curieux, il m'engagea à y joindre ma
bourse d'asbeste, qu'il me paya honorablement.

  [20] L'asbeste est une pierre de la nature de l'amiante, et ses filets
    ne sont pas moins flexibles.

Il logeoit dans notre maison une jeune marchande de modes, qui tenoit
une boutique du côté de la Bourse. Vive, sensible, et ayant reçu une
éducation au-dessus de son état, elle avoit une conversation
très-agréable. Le soir, Ralph lui lisoit des comédies. Ils devinrent
intimes. Elle changea de logement, et il la suivit. Ils vécurent quelque
temps ensemble. Mais Ralph étoit sans emploi. Elle avoit un enfant; et
les profits de sa boutique ne suffisoient pas pour les faire vivre tous
les trois. Ralph résolut alors de quitter Londres et d'essayer de tenir
une école de campagne. Il se croyoit très-propre à y réussir; car il
avoit une belle écriture, et connoissoit très-bien l'arithmétique et la
partie des comptes. Mais regardant cet emploi comme au-dessous de lui,
et comptant qu'il feroit un jour une toute autre figure dans le monde,
et qu'il auroit à rougir si l'on savoit qu'il eût exercé une profession
si peu honorable, il changea de nom et me fit l'honneur de prendre le
mien. Bientôt après, il m'écrivit pour m'apprendre qu'il s'étoit établi
dans un petit village du Berkshire. Il recommanda à mes soins mistriss
T... la marchande de modes, et il me pria de lui répondre à l'adresse de
M. Franklin, maître d'école à N....

Il continua de m'écrire fréquemment, m'envoyant de longs fragmens d'un
poëme épique, qu'il composoit, et qu'il m'invitoit à critiquer et à
corriger. Je fesois ce qu'il désiroit; mais non sans chercher à lui
persuader de renoncer à ce travail. Young venoit précisément de publier
une de ses satyres. J'en copiai une grande partie et l'envoyai à Ralph,
parce que c'étoit un endroit, où l'auteur démontroit la folie de
cultiver les muses, dans l'espoir de s'élever dans le monde par leur
moyen. Tout cela fut en vain. Les feuilles du poëme continuèrent à
m'arriver par chaque courrier.

Pendant ce temps-là, mistriss T... ayant perdu, à cause de Ralph, et ses
amis et son commerce, étoit souvent dans le besoin. Elle avoit alors
recours à moi; et pour la tirer d'embarras, je lui prêtois tout l'argent
qui ne m'étoit pas nécessaire pour vivre. Je me sentis un peu trop de
penchant pour elle. N'étant retenu, dans ce temps-là, par aucun frein
religieux, et abusant de l'avantage que sembloit me donner sa situation,
j'osai, et ce fut une autre erreur de ma vie, j'osai essayer de prendre
avec elle des libertés, qu'elle repoussa avec une juste indignation.
Elle informa Ralph de ma conduite; et cette affaire occasionna une
rupture entre lui et moi.

Quand il revint à Londres, il me donna à entendre qu'il regardoit toutes
les obligations qu'il m'avoit, comme anéanties par ce procédé; d'où je
conclus que je ne devois jamais espérer le remboursement de l'argent que
j'avois avancé pour lui, ou prêté à lui-même. J'en fus d'autant moins
affligé qu'il étoit entièrement hors d'état de me payer, et qu'en
perdant son amitié, je me trouvois en même-temps délivré d'un
très-pesant fardeau.

Je songeai alors à mettre quelqu'argent en réserve. L'imprimerie de
Watts, près de Lincoln's-Inn-Fields, étant plus considérable que celle
où je travaillois, je crus qu'il me seroit plus avantageux d'y entrer.
Je m'y présentai; on m'y reçut; et ce fut-là que je demeurai pendant
tout le reste de mon séjour à Londres.

À mon entrée dans cette imprimerie, je commençai à travailler à la
presse, parce que je crus avoir besoin de l'exercice corporel, auquel
j'avois été accoutumé en Amérique, où les ouvriers travaillent
alternativement comme compositeurs et comme pressiers.

Je ne buvois que de l'eau. Les autres ouvriers, au nombre d'environ
cinquante, étoient grands buveurs de bière. Je portois souvent, en
montant et en descendant les escaliers, une grande forme de caractères
dans chaque main, tandis que les autres avoient besoin des deux mains
pour porter une seule forme. Aussi étoient-ils étonnés de voir, et par
cet exemple et par beaucoup d'autres, que l'_Américain aquatique_, comme
ils m'appeloient, étoit plus fort que ceux qui buvoient du porter[21].
Le garçon du marchand de bière avoit assez d'occupation toute la journée
à servir cette seule maison. Mon camarade de presse buvoit tous les
matins, avant le déjeûner, une pinte de bière, une pinte en déjeûnant
avec du pain et du fromage, une entre le déjeûner et le dîner, une à
dîner, une vers les six heures du soir, et encore une lorsqu'il avoit
fini son ouvrage. Cette habitude me sembloit très-mauvaise: mais mon
camarade disoit que sans cette quantité de bière, il n'auroit pas assez
de force pour travailler.

  [21] De la bière forte.

J'essayai de le convaincre que la force corporelle, que donnoit la
bière, ne pouvoit être qu'en proportion de la quantité solide de l'orge,
dissoute dans l'eau, dont la bière étoit composée. Je lui dis qu'il y
avoit plus de farine dans un pain d'un sol, et que conséquemment s'il
mangeoit ce pain et buvoit une pinte d'eau, il en retireroit plus de
force que d'une pinte de bière. Cependant, ce raisonnement ne l'empêcha
pas de boire sa quantité de bière accoutumée, et de payer chaque samedi
au soir, quatre ou cinq schellings d'écot pour cette maudite boisson;
dépense, dont j'étois entièrement exempt. C'est ainsi que ces pauvres
diables restent volontairement toute leur vie dans la pénurie et dans le
malheur.

Au bout de quelques semaines, Watts ayant besoin de m'employer à la
composition, je quittai la presse. Les compositeurs me demandèrent la
bienvenue. Mais je considérai cela comme une injustice, attendu que je
l'avois déjà payée en bas. Le maître fut de mon avis, et m'engagea à ne
rien donner. Je restai donc deux ou trois semaines, sans fraterniser
avec personne. On me regardoit comme un excommunié; et quand je
m'absentois, il n'y avoit point de tour qu'on ne me jouât. Je trouvois à
mon retour, mes caractères mêlés, mes pages transposées, mes matières
rompues, etc.; et tout cela étoit attribué au lutin qui fréquentoit la
chapelle[22], et tourmentoit, me disoit-on, ceux qui n'étoient pas
régulièrement admis. Enfin, malgré la protection du maître, je fus
obligé de payer de nouveau, convaincu qu'il y avoit de la folie à ne pas
être en bonne intelligence avec ceux, au milieu desquels j'étois destiné
à vivre.

  [22] La chapelle est le nom que les ouvriers donnent à l'imprimerie.
    Les imprimeurs anglais appellent le lutin _Ralph_, nom que portoit
    cet ami dont Franklin a parlé plus haut.

Après cela je fus parfaitement d'accord avec mes compagnons de travail,
et j'acquis bientôt, parmi eux, une grande influence. Je leur proposai
quelques changemens dans les loix de la chapelle, et ils les acceptèrent
sans difficulté. Mon exemple détermina plusieurs de mes camarades à
quitter la détestable habitude de déjeûner avec du pain, du fromage et
de la bière. Ils firent, ainsi que moi, venir d'une maison voisine, un
bon plat de gruau chaud, dans lequel il y avoit un petit morceau de
beurre, avec du pain grillé et de la muscade. C'étoit un bien meilleur
déjeûner, qui coûtoit tout au plus la valeur d'une pinte de bière,
c'est-à-dire, trois demi-sols; et qui, en même-temps, fesoit qu'on avoit
des idées bien plus claires.

Ceux qui continuoient à se gorger de bière, perdoient souvent leur
crédit chez le cabaretier, faute de payer leur compte. Ils s'adressoient
alors à moi, pour que je leur servisse de caution; leur _lumière_,
disoient-ils, _étoit éteinte_. Je me tenois chaque samedi au soir,
auprès de la table, où l'on payoit l'ouvrage de la semaine, et je
prenois les petites sommes dont j'avois répondu. Elles s'élevoient
quelquefois à près de trente schellings.

Cet avantage, joint à la réputation d'être assez goguenard, me donnoit
de l'importance dans la chapelle. J'avois, en outre, acquis l'estime du
maître, en m'appliquant beaucoup à l'ouvrage, et n'observant jamais le
Saint-Lundi. La célérité extraordinaire avec laquelle je composois,
fesoit qu'on me donnoit toujours les ouvrages les plus pressés, qui sont
ordinairement les mieux payés. Ainsi Je passois mon temps d'une manière
très-agréable.

Le logement que j'occupois dans Little-Britain, étant trop éloigné de
l'imprimerie, je le quittai pour en prendre un autre dans Duke-Street,
vis-à-vis de l'église catholique. Il étoit sur le derrière d'un magasin
italien. La maison étoit tenue par une veuve, qui avoit une fille, une
servante et un garçon de boutique: mais ce dernier ne couchoit point
dans la maison.

Après avoir fait prendre des informations sur mon compte dans
Little-Britain, la veuve voulut bien me recevoir au même prix que mes
premiers hôtes, c'est-à-dire, à trois schellings et demi par semaine.
Elle se contentoit de si peu, disoit-elle, parce qu'il n'y avoit que des
femmes dans sa maison, et qu'elles seroient plus en sûreté lorsqu'un
homme y logeroit.

Cette femme, déjà avancée en âge, étoit née d'un ministre protestant,
qui l'avoit élevée dans sa religion. Mais son mari, dont elle respectoit
singulièrement la mémoire, l'avoit convertie à la foi catholique. Elle
avoit vécu dans la société intime de diverses personnes de distinction,
et en savoit un grand nombre d'anecdotes, qui remontoient jusqu'au règne
de Charles second. Étant sujette à des attaques de goutte, qui
l'obligeoient de garder souvent la chambre, elle aimoit à recevoir
quelquefois compagnie. La sienne étoit si amusante pour moi, que j'étois
charmé de passer ma soirée auprès d'elle toutes les fois qu'elle le
désiroit. Notre souper n'étoit composé que d'une moitié d'anchois pour
chacun, sur un morceau de pain avec du beurre, avec une pinte d'aile
pour nous tous. Mais la conversation de la veuve assaisonnoit
délicieusement ce repas.

Comme je rentrois de bonne heure, et que je n'occasionnois presque aucun
embarras dans la maison, la veuve avoit de la répugnance à notre
séparation; et quand je parlai d'un autre logement que j'avois trouvé
plus près de l'imprimerie et à deux schellings par semaine, ce qui
s'accordoit avec l'intention où j'étois de faire des épargnes, elle
m'engagea à y renoncer, et me fit en même-temps une diminution de deux
schellings. Ainsi je continuai à loger chez elle à un schelling et demi
par semaine, pendant le reste du temps que je fus à Londres.

Dans un grenier de la maison vivoit de la manière la plus retirée une
demoiselle âgée de soixante-dix ans. Voici ce que mon hôtesse m'en
apprit. Elle étoit catholique romaine. Dans sa jeunesse, elle avoit été
envoyée dans le continent, et étoit entrée dans un couvent pour se faire
religieuse. Mais le climat ne convenant point à sa santé, elle fut
obligée de repasser en Angleterre, où, quoiqu'il n'y eût pas de couvens,
elle fit voeu de mener une vie monastique, de la manière la plus rigide
que les circonstances le lui permettroient. En conséquence, elle disposa
de tous ses biens pour être employés en oeuvres de charité, ne se
réservant qu'une rente annuelle d'onze livres sterlings, dont elle
donnoit encore une partie aux pauvres. Elle ne mangeoit que du gruau
bouilli dans de l'eau, et ne fesoit jamais de feu que pour faire cuire
cette nourriture. Il y avoit déjà plusieurs années qu'elle vivoit dans
ce grenier, où les principaux locataires catholiques, qui avoient
successivement tenu la maison, l'avoient toujours logée gratuitement,
regardant son séjour chez eux comme une faveur céleste. Un prêtre venoit
la confesser tous les jours.--«Je lui ai demandé, me dit mon hôtesse,
comment elle peut, vivant comme elle le fait, trouver tant d'occupation
pour un confesseur; et elle m'a répondu qu'il est impossible d'éviter
les mauvaises pensées.»

J'obtins une fois la permission de lui rendre visite. Je la trouvai
polie, gaie et d'une conversation agréable. Son appartement étoit
propre: mais tous les meubles consistoient en un matelas, une table sur
laquelle il y avoit un crucifix et un livre, et une chaise qu'elle me
donna pour m'asseoir. Sur la cheminée étoit un tableau de sainte
Véronique, déployant son mouchoir, où l'on voyoit l'empreinte
miraculeuse de la figure du Christ; ce qu'elle m'expliqua avec beaucoup
de gravité. Son visage étoit pâle; mais elle n'avoit jamais été malade;
et je puis la citer comme une autre preuve du peu qu'il faut pour
maintenir la vie et la santé.

À l'imprimerie, je me liai d'amitié avec un jeune homme d'esprit, nommé
_Wygate_, qui, étant né de parens riches, avoit reçu une meilleure
éducation que la plupart des autres imprimeurs. Il étoit assez bon
latiniste, parloit facilement français, et aimoit beaucoup la lecture.
Je lui appris à nager, ainsi qu'à un de ses amis, en me baignant
seulement deux fois avec eux. Ils n'eurent plus ensuite besoin de
leçons. Un jour nous fîmes la partie d'aller par eau à Chelsea, pour
voir le collége et les curiosités de don Saltero. Au retour, cédant aux
sollicitations du reste de la compagnie, dont Wygate avoit excité la
curiosité, je me déshabillai et m'élançai dans la Tamise. Je nageai
depuis Chelsea jusqu'au pont des Blackfriards[23], et je fis dans ce
trajet plusieurs tours d'adresse et d'agilité, soit à la surface de
l'eau, soit en plongeant. Cela causa beaucoup d'étonnement et de plaisir
à ceux qui le voyoient pour la première fois. Dès mes plus jeunes ans
j'avois beaucoup aimé cet exercice. Je connoissois et pouvois exécuter
toutes les évolutions et les positions de Thevenot; et j'en avois
inventé quelques autres, dans lesquelles je m'efforçois de réunir la
grace et l'utilité. Je ne négligeai pas de les montrer toutes dans cette
occasion, et je fus extrêmement flatté de l'admiration qu'elles
excitèrent.

  [23] Des moines noirs.

Indépendamment du désir qu'avoit Wygate de se perfectionner dans l'art
de la natation, il m'étoit très-attaché, parce qu'il y avoit une grande
conformité dans nos goûts et dans nos études. Il me proposa de faire
avec lui le tour de l'Europe, en nous défrayant, en même-temps, par le
travail dans notre profession. J'étois sur le point d'y consentir; et
j'en fis part au quaker Denham, mon ami, avec lequel je me fesois un
plaisir de passer une heure, lorsque j'en avois le loisir. M. Denham
m'engagea à renoncer à ce projet, et me conseilla de songer à retourner
à Philadelphie, ce qu'il se proposoit de faire bientôt lui-même. Il faut
que je rapporte ici un trait du caractère de ce digne homme.

Il avoit fait autrefois le commerce à Bristol. Obligé de manquer, il
composa avec ses créanciers et partit pour l'Amérique, où à force de
travail et d'application, il acquit bientôt une fortune considérable. Il
repassa alors en Angleterre, dans le vaisseau où j'étois embarqué, ainsi
que je l'ai rapporté plus haut. Là, il invita tous ses créanciers à une
fête. Quand ils furent rassemblés, il les remercia de la facilité avec
laquelle ils avoient consenti à un accommodement favorable pour lui; et
tandis qu'ils ne s'attendoient à rien de plus qu'à un simple repas,
chacun trouva sous son assiette, au moment où il la retourna, un mandat
sur un banquier, pour le reste de sa créance et des intérêts.

M. Denham me dit que son dessein étoit d'emporter à Philadelphie une
grande quantité de marchandises, afin d'y ouvrir un magasin; et il
m'offrit de me prendre avec lui, en qualité de commis, pour avoir soin
de son magasin, copier ses lettres, et tenir ses livres, ce qu'il se
chargeroit de m'apprendre. Il ajouta qu'aussitôt que je serois au fait
du commerce, il m'avanceroit, en m'envoyant, avec une cargaison de bled
et de farine, aux îles de l'Amérique, et en me procurant d'autres
commissions lucratives; de sorte qu'avec de la conduite et de
l'économie, je pourrois, avec le temps, entreprendre des affaires
avantageuses pour mon compte.

Ces propositions me plurent. Londres commençoit à m'ennuyer. Les momens
agréables que j'avois passés à Philadelphie, se retracèrent à ma
mémoire, et je désirai de les voir renaître. En conséquence je
m'engageai avec M. Denham à raison de cinquante livres sterlings par an.
C'étoit à la vérité, moins que je ne gagnois comme compositeur
d'imprimerie: mais aussi j'avois une plus belle perspective. Je quittai
donc l'état d'imprimeur, et je crus que c'étoit pour toujours. Je me
livrai entièrement à mes nouvelles occupations. Je passois mon temps,
soit à accompagner M. Denham de magasin en magasin, pour acheter des
marchandises, soit à les faire emballer et à presser les ouvriers.
Cependant, lorsque tout fut à bord, j'eus quelques jours de loisir.

Durant cet intervalle, on vint me demander de la part d'un homme que je
ne connoissois que de nom. C'étoit sir William Wyndham. Je me rendis
chez lui. Il avoit entendu parler de la manière dont j'avois nagé entre
Chelsea et Blackfriards; et on lui avoit dit que j'avois enseigné, en
quelques heures, l'art de la natation, à Wygate et à un autre jeune
homme. Ses deux fils étoient sur le point de voyager en Europe. Il
désiroit qu'ils sussent nager avant leur départ; et il m'offrit une
récompense assez considérable, si je voulois le leur apprendre.

Ils n'étoient pas encore à Londres, et le séjour que j'y devois faire
moi-même étoit incertain; c'est pourquoi je ne pus accepter sa
proposition. Mais je supposai, d'après cet incident, que si j'eusse
voulu rester dans la capitale de l'Angleterre, et y ouvrir une école de
natation, j'aurois pu gagner beaucoup d'argent. Cette idée me frappa
même tellement, que si l'offre de sir William Wyndham m'eût été faite
plutôt, j'aurois renoncé, pour quelque temps, au dessein de retourner en
Amérique.

Quelques années après, nous avons eu, vous et moi, des affaires plus
importantes à traiter, avec l'un des fils de sir William Wyndham, devenu
comte d'Egremont. Mais n'anticipons pas sur les évènemens.

J'avois passé dix-huit mois à Londres, travaillant presque sans relâche
de mon métier, et ne fesant d'autre dépense extraordinaire pour moi, que
d'aller quelquefois à la comédie, et d'acheter quelques livres. Mais mon
ami Ralph m'avoit tenu dans la pauvreté. Il me devoit environ vingt-sept
livres sterlings, qui étoient autant de perdu, et qui, prises sur mes
petites épargnes, me paroissoient une somme considérable. Malgré cela,
j'avois de l'affection pour lui, parce qu'il possédoit beaucoup de
qualités aimables. Enfin, quoique je n'eusse rien fait pour ma fortune,
j'avois augmenté la somme de mes connoissances, soit par le grand nombre
d'excellens livres que j'avois lus, soit par la conversation des savans
et des gens de lettres, avec lesquels je m'étois lié.

Nous fîmes voile de Gravesende le 23 juillet 1726. Je ne vous dirai rien
ici des incidens de mon voyage. Vous les trouverez dans mon journal, où
toutes les circonstances en sont particulièrement détaillées. Nous
arrivâmes à Philadelphie le 11 octobre suivant.

Keith avoit perdu son emploi de gouverneur de Pensylvanie, et étoit
employé par le major Gordon. Je le trouvai dans la rue, où il se
promenoit en simple particulier. Il fut un peu honteux de me voir, et
passa sans me rien dire.

J'aurois été moi-même aussi honteux en voyant miss Read, si sa famille,
désespérant avec raison de mon retour, d'après la lecture de ma lettre,
ne lui eût conseillé de renoncer à moi et d'épouser un potier nommé
_Rogers_, à quoi elle consentit. Mais ce Rogers ne la rendit point
heureuse, et bientôt elle se sépara de lui, renonçant même à porter son
nom, parce qu'on prétendoit qu'il avoit une autre femme. Son habileté
dans sa profession avoit séduit les parens de miss Read: mais il étoit
aussi mauvais sujet qu'excellent ouvrier. Il contracta beaucoup de
dettes, et en 1727 ou 1728, il s'enfuit aux Antilles, où il mourut.

Pendant mon absence, Keimer avoit pris une maison plus considérable, où
il tenoit un magasin bien fourni de papier et de divers autres articles.
Il s'étoit procuré quelques caractères neufs et un certain nombre
d'ouvriers, qui, tous, étoient pourtant très-médiocres. Il paroissoit ne
pas manquer d'ouvrage.

M. Denham loua un magasin dans Water-Street[24], où nous étalâmes nos
marchandises. Je m'appliquai au travail; j'étudiai la partie des
comptes, et en peu de temps, je devins habile commerçant. Je logeois et
mangeois chez M. Denham. Il m'étoit sincèrement attaché, et me traitoit
comme s'il eût été mon père. De mon côté, je le respectois et l'aimois.
Ma situation étoit heureuse: mais ce bonheur ne fut pas de longue durée.

  [24] C'est la rue la plus près du port, et la plus commerçante de
    Philadelphie. (_Note du Traducteur._)

Au commencement du mois de février 1727, époque où j'entrois dans ma
vingt-deuxième année, nous tombâmes malades, M. Denham et moi. Je fus
attaqué d'une pleurésie, qui faillit à m'emporter. Je souffrois
beaucoup; je crus que c'en étoit fait de moi, et lorsqu'ensuite je
commençai à me rétablir, j'éprouvai une autre sorte de peine; j'étois
fâché d'avoir encore à éprouver, tôt ou tard, une scène aussi
désagréable.

J'avois oublié la maladie de M. Denham. Elle dura long-temps, et enfin
il y succomba. Il me laissa, par son testament, un petit legs, comme un
témoignage de son amitié; et je me trouvai encore une fois abandonné à
moi-même dans ce vaste monde, car l'exécuteur testamentaire s'étant mis
à la tête du magasin, je fus congédié.

Mon beau-frère Holmes, qui se trouvoit alors à Philadelphie, me
conseilla de reprendre mon premier état. Keimer m'offrit des
appointemens considérables, si je voulois me charger de conduire son
imprimerie, parce qu'il vouloit lui-même ne s'occuper que de son
magasin. Sa femme et les parens, qu'il avoit à Londres, m'avoient donné
une mauvaise idée de son caractère, et je répugnois à me lier d'affaires
avec lui. Je cherchai à me placer chez quelque marchand, en qualité de
commis; mais ne pouvant y réussir tout de suite, j'accédai aux
propositions de Keimer.

Voici quels étoient alors ceux qui travailloient dans son imprimerie:

Hugh Meredith, pensylvanien, âgé d'environ trente-cinq ans. Il avoit
passé sa jeunesse à cultiver la terre. Il étoit honnête, sensé, avoit
quelqu'expérience et aimoit beaucoup la lecture: mais il s'adonnoit trop
à la boisson.

Stephen Potts, jeune campagnard sortant de l'école, étant aussi
accoutumé aux travaux de l'agriculture, mais doué de qualités qui
n'étoient pas communes, et de beaucoup d'intelligence et de gaîté. Il
étoit pourtant un peu paresseux. Keimer avoit arrêté ces deux ouvriers à
très-bas prix: mais il avoit promis de les augmenter tous les trois
mois, d'un schelling par semaine, pourvu qu'ils le méritassent par leurs
progrès dans l'art typographique. Cette augmentation de gages étoit
l'appât dont il s'étoit servi pour les séduire.

John Savage, irlandois, qui n'avoit appris aucune espèce de métier, et
dont Keimer s'étoit procuré le service pour quatre ans, en l'achetant
d'un capitaine de navire. Il devoit être pressier.

Un étudiant d'Oxford, nommé _George Webb_, que Keimer avoit aussi acheté
pour quatre ans, et qu'il destinoit à être compositeur. Je ne tarderai
pas à parler encore de lui.

Enfin, David Harry, jeune homme de la campagne, entré chez Keimer comme
apprenti.

Je m'apperçus bientôt que Keimer ne m'avoit engagé à un prix fort
au-dessus de celui qu'il avoit coutume de donner, que pour que je
formasse tous ces ouvriers ignorans, qui ne lui coûtant presque rien, et
étant tous liés avec lui par des contrats, pourroient, aussitôt qu'ils
seroient suffisamment instruits, le mettre en état de se passer de moi.
Malgré cela, je fus fidèle à notre accord. L'imprimerie étoit dans la
plus grande confusion: je la mis en ordre; et j'amenai insensiblement
les ouvriers à être attentifs à leur travail et à l'exécuter d'une assez
bonne manière.

Il étoit assez singulier de voir un étudiant d'Oxford, vendu pour le
paiement de son passage. Il n'avoit pas plus de dix-huit ans, et voici
les particularités qu'il me raconta. Né à Glocester, il avoit été élevé
dans une pension, et s'étoit distingué parmi ses camarades, par la
manière supérieure dont il jouoit, lorsqu'on leur fesoit représenter des
pièces de théâtre. Il étoit membre d'un club littéraire, et plusieurs
pièces de vers, et plusieurs morceaux de prose de sa composition,
avoient été insérés dans les journaux de Glocester. De là, il fut envoyé
à Oxford, où il demeura environ un an. Mais il n'y étoit pas content. Ce
qu'il désiroit le plus, c'étoit de voir Londres, et de devenir comédien.
Enfin, ayant reçu quinze guinées pour payer le quartier de sa pension,
il quitta le collège, cacha sa robe d'écolier dans une haie et se rendit
dans la capitale. Là, n'ayant point d'ami qui pût le diriger, il fit de
mauvaises connoissances, dépensa bientôt ses quinze guinées, ne trouva
aucun moyen de se faire présenter aux comédiens, devint méprisable, mit
ses hardes en gage et manqua de pain.

Un jour qu'il marchoit dans la rue, ayant faim et ne sachant que faire,
on lui mit dans la main un billet d'enrôleur, par lequel on offroit un
repas soudain et une prime à ceux qui voudroient aller servir en
Amérique. Aussitôt il se rendit au lieu indiqué dans le billet,
s'engagea, fut mis à bord d'un vaisseau, et conduit à Philadelphie, sans
avoir jamais écrit une ligne à ses parens, pour les informer de ce qu'il
étoit devenu. La vivacité de son esprit et son bon naturel, en fesoient
un excellent compagnon: mais il étoit indolent, étourdi et excessivement
imprudent.

L'irlandais John déserta bientôt. Je commençai à vivre très-agréablement
avec les autres. Ils me respectoient d'autant plus qu'ils voyoient que
Keimer étoit incapable de les instruire, et qu'avec moi ils apprenoient
tous les jours quelque chose. Nous ne travaillions jamais le samedi,
parce que c'étoit le sabbat de Keimer: ainsi nous avions chaque semaine
deux jours à consacrer à la lecture.

Je fis de nouvelles connoissances dans la ville parmi les personnes qui
avoient de l'instruction. Keimer me traitoit avec beaucoup de politesse
et avec une apparente estime; et rien ne me causoit de l'inquiétude,
sinon la créance de Vernon, que j'étois encore hors d'état de payer, mes
épargnes ayant été jusqu'alors très-peu de chose.

Notre imprimerie manquoit souvent de caractères, et il n'y avoit point
en Amérique d'ouvrier qui sût en fondre. J'avois vu pratiquer cet art
dans la maison de James à Londres, sans y faire beaucoup d'attention.
Cependant, je trouvai le moyen de fabriquer un moule. Les lettres que
nous avions me servirent de poinçons; je jetai mes nouveaux caractères
en plomb dans des matrices d'argile, et je pourvus ainsi assez
passablement à nos besoins les plus pressans.

Je gravois aussi, dans l'occasion, divers ornemens; je fesois de
l'encre; je donnois un coup-d'oeil au magasin; en un mot, j'étois le
_factotum_ de la maison. Mais quelqu'utile que je me rendisse, je
m'appercevois chaque jour qu'à mesure que les autres ouvriers se
perfectionnoient, mes services devenoient moins importans. Lorsque
Keimer me paya le second quartier de mes gages, il me donna à entendre
qu'il les trouvoit trop considérables, et qu'il croyoit que je devois
lui faire une diminution. Il devint, par degrés, moins poli et affecta
davantage le ton de maître. Il trouvoit souvent à reprendre; il étoit
difficile à contenter; et il sembloit toujours sur le point d'en venir à
une querelle pour se brouiller avec moi.

Malgré cela, je continuai à le supporter patiemment. J'imaginois que sa
mauvaise humeur étoit en partie causée par le dérangement et l'embarras
de ses affaires. Enfin, un léger incident occasionna notre rupture.
Entendant du bruit dans le voisinage, je mis la tête à la fenêtre pour
voir ce que c'étoit. Keimer étoit dans la rue; il me vit, et d'un ton
haut et courroucé, il me cria de faire attention à mon ouvrage. Il
ajouta quelques mots de reproche, qui me piquèrent d'autant plus qu'ils
étoient prononcés dans la rue, et que les voisins, que le même bruit
avoit attirés à leurs fenêtres, étoient témoins de la manière dont on me
traitoit.

Keimer monta sur-le-champ à l'imprimerie, et continua à déclamer contre
moi. La querelle s'échauffa bientôt des deux côtés; et Keimer me
signifia qu'il falloit que je le quittasse dans trois mois, comme nous
l'avions stipulé, regrettant d'être obligé de me garder encore si
long-temps. Je lui dis que ses regrets étoient superflus, parce que je
consentois à le quitter sur-le-champ. Je pris, en effet, mon chapeau, et
je sortis de sa maison, priant Meredith de prendre soin de quelques
objets que je laissois, et de les apporter chez moi.

Meredith vint le soir. Nous parlâmes quelque temps du mauvais procédé
que je venois d'essuyer. Il avoit conçu une grande estime pour moi, et
il étoit affligé de me voir quitter la maison tandis qu'il y restoit. Il
m'engagea à renoncer au projet que je formois, de retourner dans ma
patrie. Il me rappela que Keimer devoit plus qu'il ne possédoit; que ses
créanciers commençoient à être inquiets; qu'il tenoit son magasin d'une
manière pitoyable, vendant souvent les marchandises au prix d'achat pour
avoir de l'argent comptant, et fesant continuellement crédit sans tenir
aucun livre de comptes; que conséquemment il feroit bientôt faillite; et
que cela occasionneroit un vide dont je pourrois profiter.

J'objectai mon manque d'argent. Sur quoi il me dit que son père avoit
une très-haute opinion de moi, et que d'après une conversation, qui
avoit eu lieu entr'eux, il étoit sûr qu'il nous avanceroit tout ce qui
seroit nécessaire pour nous établir, si je consentois à entrer en
société avec lui.--«Le temps, que je dois rester chez Keimer,
ajouta-t-il, expirera au printems prochain. En attendant, nous pouvons
faire venir de Londres une presse et des caractères. Je sais que je ne
suis pas ouvrier: mais si vous acceptez ma proposition, votre habileté
dans le métier sera balancée par les fonds que je fournirai, et nous
partagerons également les profits.»

Ce qu'il désiroit étoit raisonnable, et nous fûmes bientôt d'accord. Son
père, qui se trouvoit en ville, approuva notre arrangement. Il
n'ignoroit pas que j'avois de l'ascendant sur son fils, puisque j'avois
réussi à lui persuader de s'abstenir, pendant long-temps, de boire de
l'eau-de-vie, et il espéroit que quand je serois plus étroitement lié
avec lui, je parviendrois à le faire renoncer entièrement à cette
malheureuse habitude.

Je fournis une liste des objets qu'il étoit nécessaire de faire venir de
Londres. Il la remit à un négociant, et l'ordre fut aussitôt donné. Nous
convînmes que nous garderions le secret jusqu'à l'arrivée de nos
caractères et de notre presse, et qu'en attendant, je ferois en sorte de
travailler dans une autre imprimerie. Mais il n'y avoit point de place
vacante, et je restai oisif.

Au bout de quelques jours Keimer eut l'espoir d'obtenir l'impression de
quelque papier-monnoie, pour la province de New-Jersey, impression qui
exigeoit des caractères et des gravures que je pouvois seul fournir.
Craignant alors que Bradford ne m'engageât et ne lui enlevât cette
entreprise, il m'envoya un message très-poli, par lequel il disoit que
d'anciens amis ne devoient point rester brouillés pour quelques paroles,
qui n'étoient que l'effet d'un moment de colère, et qu'il m'engageoit à
retourner chez lui. Meredith me conseilla de me rendre à cette
invitation, parce qu'alors il pourroit profiter de mes instructions et
se perfectionner dans son état. Je me laissai persuader; et nous vécûmes
avec Keimer en meilleure intelligence qu'avant notre séparation.

Keimer eut l'ouvrage de New-Jersey. Pour l'exécuter, je construisis une
presse en taille-douce, la première de ce genre qu'on eût vue dans le
pays. Je gravai divers ornemens et vignettes. Nous nous rendîmes ensuite
à Burlington, où j'imprimai les billets à la satisfaction générale.
Keimer reçut, pour cet ouvrage, une somme d'argent, qui le mit en état
de tenir long-temps la tête au-dessus de l'eau.

À Burlington, je fis connoissance avec les principaux personnages de la
province. Plusieurs d'entr'eux étoient chargés, par l'assemblée, de
veiller sur la presse, et d'empêcher qu'on n'imprimât plus de billets
que la loi ne l'ordonnoit. En conséquence, ils devoient se tenir
tour-à-tour auprès de nous; et celui qui étoit en fonction, amenoit un
ou deux de ses amis pour lui tenir compagnie.

J'avois l'esprit plus cultivé par la lecture que Keimer. Aussi nos
inspecteurs fesoient-ils plus de cas de ma conversation que de la
sienne. Ils m'invitoient à aller chez eux, me présentoient à leurs amis,
et me traitoient avec la plus grande honnêteté, tandis qu'ils
négligeoient un peu mon maître Keimer. C'étoit, dans le fait, un assez
étrange animal, ignorant les usages du monde, prompt à combattre
grossièrement les opinions reçues, enthousiaste sur certains points de
religion, d'une mal-propreté rebutante, et de plus, un peu fripon.

Nous restâmes près de trois mois dans le New-Jersey; et à compter de
cette époque, je pus mettre sur la liste de mes amis, le juge Allen,
Samuel Bustil, secrétaire de la province; Isaac Pearson, Joseph Cooper,
plusieurs des Smith, tous membres de l'assemblée, et Isaac Deacon,
inspecteur-général. Ce dernier étoit un vieillard spirituel et rusé. Il
me raconta que dans son enfance il avoit commencé par charier de
l'argile pour les briquetiers; qu'il étoit déjà assez âgé lorsqu'il
avoit appris à lire et à écrire; qu'ensuite il fut employé à porter la
chaîne pour un arpenteur, qui lui apprit son état, et qu'à force
d'industrie, il avoit enfin acquis une fortune honnête.

«Je prévois, dit-il, un jour, en me parlant de Keimer, que vous ne
tarderez pas à vous mettre à la place de cet homme, et que vous ferez
fortune à Philadelphie».--Il ignoroit, cependant alors, si mon intention
étoit de m'établir là ou ailleurs.--Les amis, que je viens de nommer, me
furent très-utiles par la suite; et je rendis moi-même des services à
quelques-uns. Nul d'entr'eux n'a cessé d'avoir de l'estime pour moi.

Avant de raconter les circonstances de mon établissement, peut-être
est-il nécessaire de vous dire quels étoient alors mes principes de
morale, afin que vous puissiez voir le degré d'influence qu'ils ont eu
depuis sur les évènemens de ma vie.

Mes parens m'avoient donné de bonne heure des impressions religieuses;
et je reçus, dès mon enfance, une éducation pieuse, dans les principes
du calvinisme. Mais à peine fus-je parvenu à l'âge de quinze ans,
qu'après avoir eu des doutes tantôt sur un point du dogme, tantôt sur
l'autre, suivant que je les trouvois combattus dans les livres que je
lisois, je commençai à douter de la révélation même.

Quelques livres contre le déïsme me tombèrent entre les mains. Ils
contenoient, disoit-on, la substance des sermons prêchés dans le cabinet
où Boyle fesoit ses expériences de physique. Il arriva qu'ils
produisirent sur moi un effet précisément contraire à celui qu'on
s'étoit proposé en les écrivant; car les argumens du déïsme, qu'on y
citoit pour les combattre, me parurent beaucoup plus forts que leur
réfutation. En un mot, je devins un vrai déïste.

Ma doctrine pervertit quelques jeunes gens, particulièrement Collins et
Ralph. Mais quand je vins, dans la suite, à me rappeler qu'ils avoient,
l'un et l'autre, très-mal agi envers moi, sans en avoir le moindre
remords; quand je considérai le procédé de Keith, autre esprit fort, et
ma propre conduite à l'égard de Vernon et de miss Read, qui me donnoit
de temps en temps, beaucoup d'inquiétude, j'entrevis que quelque vraie
qu'elle pût être, cette doctrine n'étoit pas très-utile. Je commençai à
avoir une idée moins favorable du pamphlet que j'avois composé à
Londres, et auquel j'avois mis pour épigraphe ce passage du poëte
Dryden:

    Oui, tout est bien, malgré nos préjugés divers.
    L'homme voit qu'une chaîne embrasse l'univers:
    Mais de l'anneau qu'il touche, en vain son oeil s'élance;
    Il ne peut remonter jusques à la balance,
    Où tout, avec sagesse, est pesé dans les cieux[25].

  [25] Voici les vers anglais:

        Whatever is, is right; though purblind man
        Sees but a part o' the chain, the nearest link,
        His eyes not carrying to the equal beam
        That poises all above.

L'objet de ce pamphlet étoit de prouver que, d'après les attributs de
Dieu, sa bonté, sa sagesse, sa puissance, rien ne pouvoit être mal dans
le monde; que le vice et la vertu n'existoient pas réellement, et
n'étoient que de vaines distinctions. Je ne regardai plus cet écrit
comme aussi irréprochable que je l'avois d'abord cru; et je soupçonnai
qu'il s'étoit glissé, dans mes argumens, quelqu'erreur qui s'étendoit à
toutes les conséquences que j'en avois tirées, comme cela arrive souvent
dans les raisonnemens métaphysiques. En un mot, je finis par être
convaincu que la vérité, la probité, la sincérité, dans les relations
sociales, étoient de la plus grande importance pour le bonheur de la
vie. Je résolus, dès ce moment, de les pratiquer aussi long-temps que je
vivrois, et je consignai cette résolution dans mon journal.

La religion révélée n'avoit, à la vérité, comme telle, aucune influence
sur mon esprit. Mais je pensois que, quoique certaines actions pussent
n'être pas mauvaises, par la seule raison qu'elle les défendoit, ou
bonnes, parce qu'elle les prescrivoit, il étoit pourtant probable que
tout bien considéré, ces actions étoient défendues, parce qu'elles
étoient dangereuses pour nous, ou commandées parce qu'elles étoient
avantageuses par leur nature. Grace à cette persuasion au secours de la
divine providence, ou de quelqu'ange protecteur, et peut-être à un
concours de circonstances favorables, je fus préservé de toute
immoralité et de toute grande et _volontaire_ injustice, dont mon manque
de religion m'exposoit à me rendre coupable, dans ce temps dangereux de
la jeunesse, et dans les situations hasardeuses où je me trouvai
quelquefois, parmi les étrangers et loin des regards et des leçons de
mon père.

Peu de temps après mon retour de Burlington, ce que nous avions demandé
pour établir notre imprimerie, arriva de Londres. Je réglai mes comptes
avec Keimer, et le quittai de son consentement, avant qu'il eût
connoissance de mon projet. Nous trouvâmes, Meredith et moi, une maison
à louer près du marché. Nous la prîmes. Cette maison, qui depuis a été
louée soixante-dix livres sterlings par an, ne nous en coûtoit que
vingt-quatre. Pour rendre ce loyer encore moins lourd pour nous, nous
cédâmes une partie de la maison à Thomas Godfrey, vitrier, qui vint y
demeurer avec sa famille, et chez qui nous nous mîmes en pension.

Nous avions à peine déballé nos caractères et mis notre presse en ordre,
que George House, l'une de mes connoissances, m'amena un homme de la
campagne, qu'il avoit rencontré dans la rue, cherchant un imprimeur.
Nous avions déjà dépensé presque tout notre argent, parce que nous
avions été obligés de nous procurer une grande quantité de choses. Le
campagnard nous paya cinq schellings, et ce premier fruit de notre
entreprise, venant si à propos, me fit plus de plaisir qu'aucune des
sommes que je gagnai depuis; et le souvenir de la reconnoissance que
George House m'inspira en cette occasion, m'a souvent plus disposé, que
je ne l'aurois peut-être été, sans cela, à favoriser les jeunes
commençans.

Il y a dans tous les pays, des esprits chagrins, qui aiment à
prophétiser le malheur. Un être de cette trempe vivoit alors à
Philadelphie. C'étoit un homme riche, déjà avancé en âge, ayant un air
de sagesse et une manière de parler sentencieuse. Il se nommoit _Samuel
Mickle_. Je ne le connoissois point: mais il s'arrêta un jour à ma
porte, et me demanda si j'étois le jeune homme qui avoit, depuis peu,
ouvert une imprimerie. Sur ma réponse affirmative, il me dit qu'il en
étoit fâché pour moi; que c'étoit une entreprise dispendieuse, et que
l'argent que j'y avois employé seroit perdu, parce que Philadelphie
tomboit en décadence, et que tous ses habitans, ou du moins presque
tous, avoient déjà été obligés de demander des termes à leurs
créanciers. Il ajouta qu'il savoit, d'une manière certaine, que les
choses qui pouvoient nous faire supposer le contraire, comme les
nouvelles bâtisses, le haussement des loyers, n'étoient que des
apparences trompeuses, qui, dans le fait contribuoient à hâter la ruine
générale. Il me fit enfin, un si long détail des infortunes qui
existoient déjà, et de celles qui devoient bientôt avoir lieu, qu'il me
jeta dans une sorte de découragement.

Si j'avois connu cet homme avant de me mettre dans le commerce, je
n'aurois sans doute jamais osé m'y hasarder. Cependant il continua à
vivre dans cette ville en décadence, et à déclamer de la même manière,
refusant pendant plusieurs années, d'acheter une maison, parce que,
selon lui, tout alloit chaque jour plus mal; et à la fin, j'eus la
satisfaction de lui en voir payer une cinq fois aussi cher qu'elle lui
eût coûté, s'il l'avoit achetée quand il commença ses lamentations.

J'aurois dû rapporter que, pendant l'automne de l'année précédente,
j'avois réuni la plupart des hommes instruits, que je connoissois, pour
former un club, auquel nous donnâmes le nom de _Junto_, et dont l'objet
étoit de perfectionner notre esprit. Nous nous assemblions les vendredis
au soir. Les règlemens que je traçai, obligeoient chaque membre de
proposer, à son tour, une ou plusieurs questions de morale, de politique
ou de philosophie, pour être discutées par la société; et de lire, en
outre, une fois tous les trois mois, un essai de sa composition sur un
sujet à son choix.

Nos débats devoient avoir lieu sous la direction d'un président, et être
dictés par l'amour de la vérité, sans que le plaisir de disputer, et la
vanité de triompher, pussent y entrer pour rien. Afin de prévenir toute
chaleur déplacée, nous établîmes que, toutes les fois qu'on se
permettroit des expressions qui annonceroient trop d'entêtement pour une
opinion, ou qu'on se livreroit à des contradictions directes, on
payeroit une légère amende.

Les premiers membres de notre club furent:--Joseph Breintnal, notaire.
C'étoit un homme dans la maturité de l'âge, doué d'un naturel heureux,
très-attaché à ses amis, chérissant la poésie, lisant tout ce qui
tomboit sous sa main, écrivant passablement, ingénieux dans beaucoup de
petites choses, et d'une conversation agréable.

Thomas Godfrey, habile mathématicien, qui s'étoit formé sans maître, et
qui fut ensuite l'inventeur de ce qu'on appelle _le Quart de Cercle
d'Hadley_. Presque tout ce qu'il savoit se bornoit à la connoissance des
mathématiques. Il étoit insupportable en société, parce qu'il exigeoit,
ainsi que la plupart des géomètres que j'ai rencontrés, une précision
inusitée dans tout ce qu'on disoit, et qu'il contrarioit sans cesse ou
fesoit des distinctions futiles; vrai moyen de faire manquer le but de
toutes les conversations. Il nous quitta bientôt.

Nicolas Scull, arpenteur, qui devint par la suite arpenteur-général de
la province. Il aimoit beaucoup les livres et fesoit des vers.

William Parsons, à qui on avoit fait apprendre le métier de cordonnier,
mais qui, ayant du goût pour la lecture, acquit de profondes
connoissances dans les mathématiques. Il les étudia d'abord dans
l'intention d'apprendre l'astrologie, dont il étoit ensuite le premier à
rire. Il devint aussi arpenteur-général.

William Mawgridge, menuisier, très-excellent mécanicien, et à tous
égards, homme d'un esprit très-solide.

Hugh Meredith, Stephen Potts et George Webb, dont j'ai déjà parlé.

Robert Grace, jeune homme riche, généreux, vif et plein d'esprit. Il
aimoit beaucoup l'épigramme, mais encore plus ses amis.

Enfin, William Coleman, commis chez un négociant, et à-peu-près du même
âge que moi. Il avoit la tête la plus froide, l'esprit le plus clair, le
meilleur coeur, et la morale la plus pure que j'aie presque jamais
rencontrés dans aucun homme. Il devint par la suite négociant
très-considéré, et l'un de nos juges provinciaux. Notre amitié dura,
sans interruption, pendant plus de quarante ans, et ne finit qu'avec la
vie de cet homme estimable. Le club continua d'exister presqu'aussi
long-temps.

C'étoit la meilleure école de politique et de philosophie, qu'il y eût
alors dans toute la province; car, comme nos questions étoient lues dans
la semaine qui précédoit celle de leur discussion, nous avions soin de
parcourir attentivement les livres qui y avoient quelque rapport, afin
de nous mettre en état de parler plus pertinemment. Nous acquîmes aussi
l'habitude d'une conversation plus agréable, chaque objet étant discuté
conformément à nos règlemens, et de manière à prévenir tout ennui. C'est
à cela qu'on doit attribuer la longue existence de notre club, dont
j'aurai désormais de fréquentes occasions de parler.

J'en ai fait mention ici, parce que c'étoit un des moyens sur lesquels
je pouvois compter pour le succès de mon commerce; chacun des membres
fesant ses efforts pour nous procurer de l'ouvrage. Breintnal
entr'autres, engagea les quakers à nous donner l'impression de quarante
feuilles de leur histoire, dont le reste devoit être fait par Keimer.
Nous n'exécutâmes pas cet ouvrage d'une manière supérieure, attendu
qu'il étoit à très-bas prix. C'étoit un _in-folio_, sur du papier
_pro-patria_, en caractère de cicéro, avec de longues notes du plus
petit caractère. J'en composois une feuille par jour, et Meredith la
mettoit sous presse.

Il étoit souvent onze heures du soir, quelquefois plus tard, avant que
j'eusse achevé ma distribution pour le travail du lendemain; car les
petits ouvrages, que nous envoyoient de temps en temps nos amis, ne
laissoient pas que de nous détourner. J'avois cependant si bien résolu
de composer chaque jour une feuille de l'histoire des quakers, qu'un
soir, lorsque ma forme étoit imposée et que je croyois avoir achevé mon
travail de la journée, un accident ayant rompu cette forme et dérangé
deux pages entières, je les distribuai immédiatement, et les composai de
nouveau, avant de me mettre au lit.

Cette infatigable assiduité, dont s'appercevoient nos voisins, commença
à nous donner de la réputation et du crédit. J'appris, entr'autres
choses, que notre imprimerie étant devenue le sujet de la conversation,
dans un club de marchands, qui s'assembloient tous les soirs, et
l'opinion générale ayant été qu'elle tomberoit, parce qu'il y avoit déjà
en ville deux imprimeurs, Keimer et Bradford, cette opinion avoit été
combattue par le docteur Bard, que nous avons eu vous et moi, occasion
de voir plusieurs années après, dans son pays natal, à St.-André en
Écosse.--«L'activité de ce Franklin, dit-il, est supérieure à tout ce
que j'ai vu en ce genre. Le soir, en me retirant du club, je le vois
encore à l'ouvrage, et le matin il s'y est remis avant que ses voisins
soient levés.»

Ce discours frappa le reste de l'assemblée; et bientôt après un de ses
membres vint nous trouver, et nous offrit de nous fournir des articles
de papeterie. Mais nous ne voulions pas encore nous charger de tenir une
boutique.

Ce n'est point pour m'attirer des louanges que j'entre si librement dans
les détails sur mon assiduité au travail; c'est pour que ceux de mes
descendans, qui liront ces mémoires, connoissent le prix de cette vertu,
en voyant dans le récit des évènemens de ma vie, de quel avantage elle
m'a été.

George Webb ayant trouvé un ami, qui lui prêta l'argent nécessaire pour
racheter son temps, de Keimer, vint un jour s'offrir à nous pour
ouvrier. Nous ne pouvions pas l'occuper tout de suite: mais je lui dis
imprudemment, en lui recommandant le secret, que je me proposois de
publier avant peu une nouvelle feuille périodique, et qu'alors nous lui
donnerions de l'ouvrage. Je lui fis part de mes espérances de succès.
Elles étoient fondées sur ce que le seul papier que nous avions en ce
temps-là à Philadelphie, et qui s'imprimoit chez Bradford, étoit
pitoyable, mal dirigé, nullement amusant, et cependant donnoit du profit
à son propriétaire. J'imaginois donc qu'un bon ouvrage de ce genre ne
pourroit manquer de réussir. Webb dévoila mon secret à Keimer, qui, pour
me prévenir, publia sur-le-champ le prospectus d'une feuille, qu'il se
proposoit d'imprimer, et à laquelle il devoit employer Webb.

Je fus indigné de ce procédé, et comme je voulois contrecarrer Keimer et
Webb, et que je ne pouvois pas encore commencer ma feuille périodique,
j'écrivis dans celle de Bradford, quelques pièces amusantes sous le
titre du _Tracassier_, (Busy-Body)[26] que Breintnal continua pendant
quelques mois. Par ce moyen, j'attirai l'attention du public sur la
feuille de Bradford; et le prospectus de Keimer, que nous tournâmes en
ridicule, fut regardé avec mépris. Malgré cela, sa feuille fut
commencée: mais l'ayant continuée neuf mois de suite, sans avoir plus de
quatre-vingt-dix souscripteurs, il me proposa de me la céder pour une
bagatelle. J'étois prêt, depuis quelque temps, à entreprendre une
pareille affaire; j'acceptai, sans balancer, l'offre de Keimer; et en
peu d'années la feuille imprimée pour mon compte, me donna beaucoup de
profit.

  [26] Une note manuscrite qui se trouve dans la collection du _Mercure
    Américain_, conservée dans la bibliothèque de Philadelphie, dit que
    Franklin écrivit les cinq premiers numéros de ce journal et une
    partie du huitième.

Je m'apperçois que je suis porté à parler au singulier, quoique ma
société avec Meredith continuât. C'est, peut-être, parce que, dans le
fait, toute l'entreprise rouloit sur moi. Meredith n'étoit point
compositeur, mais pressier médiocre, et rarement il s'abstenoit de trop
boire. Mes amis étoient affligés de me voir lié avec lui: mais je fesois
en sorte d'en tirer le meilleur parti possible.

Notre premier numéro ne produisit pas plus d'effet que les autres
feuilles périodiques de la province, soit pour les caractères, soit pour
l'impression: mais certaines remarques, écrites à ma manière, sur la
querelle qui s'étoit élevée entre le gouverneur Burnet et l'assemblée de
Massachusett, paroissant saillantes à quelques personnes, les firent
parler de la feuille et de ceux qui la publioient, et, en peu de
semaines, les engagèrent à devenir nos souscripteurs. Beaucoup d'autres
suivirent leur exemple; et le nombre de nos abonnés continua à
s'accroître.

Ce fut un des premiers bons effets des peines que j'avois prises pour
apprendre à former mon style. J'en retirai un autre avantage; c'est
qu'en lisant ma feuille, les principaux habitans de Philadelphie, virent
dans l'auteur de ce papier un homme si bien en état de se servir de sa
plume, et jugèrent qu'il convenoit de le soutenir et de l'encourager.

Les loix, les opinions des membres de l'assemblée et les autres pièces
publiques s'imprimoient alors chez Bradford. Une adresse de la chambre
au gouverneur de la province, sortit de ses presses, grossièrement
exécutée et avec beaucoup d'incorrection. Nous la réimprimâmes d'une
manière exacte et élégante, et nous en envoyâmes une copie à chaque
membre. Ils apperçurent aussitôt la différence; et cela augmenta
tellement l'influence de nos amis dans l'assemblée, que nous fûmes
nommés ses imprimeurs pour l'année suivante.

Parmi ces amis, je ne dois pas oublier d'en nommer un, M. Hamilton, dont
j'ai déjà parlé dans ces mémoires, et qui étoit revenu d'Angleterre. Il
s'intéressa vivement pour moi dans cette occasion, ainsi que dans
beaucoup d'autres qui suivirent; et il me conserva sa bienveillance
jusqu'à sa mort.

À-peu-près dans le temps dont je viens de faire mention, M. Vernon me
rappela ma dette envers lui, mais sans me presser pour le paiement. Je
lui écrivis une lettre remplie de témoignages de reconnoissance, en le
priant de m'accorder encore un petit délai, à quoi il consentit.
Aussitôt que je le pus, je lui payai le capital et les intérêts, et lui
renouvelai tous mes remerciemens; de sorte que cette première erreur de
ma vie fut presque corrigée.

Mais il me survint alors un autre embarras, auquel je ne croyois pas
devoir m'attendre. Le père de Meredith qui, suivant nos conventions,
s'étoit chargé de payer en entier le fonds de notre imprimerie, n'avoit
payé que cent livres sterlings. Il en étoit encore dû autant; et le
marchand impatienté d'attendre, nous fit assigner. Nous fournîmes
caution, mais avec la triste perspective que si l'argent n'étoit pas
prêt au temps fixé, l'affaire seroit jugée; le jugement mis à exécution,
nos belles espérances s'évanouiroient, et nous resterions entièrement
ruinés, parce que notre presse et nos caractères seroient vendus,
peut-être à moitié prix, pour payer la dette.

Dans cette détresse, deux vrais amis, dont le procédé généreux sera
présent à ma mémoire, aussi long-temps que j'aurai la faculté de me
souvenir de quelque chose, vinrent me trouver séparément, à l'insçu l'un
de l'autre, et sans que j'eusse eu recours à eux. Chacun d'eux m'offrit
de m'avancer tout l'argent qu'il me faudroit pour me charger seul de
l'imprimerie, si cela étoit praticable; attendu qu'ils ne voyoient pas
avec plaisir que je restasse en société avec Meredith, qu'on
rencontroit, disoient-ils, souvent ivre dans les rues, et jouant dans
les cabarets à bière, ce qui nuisoit beaucoup à notre crédit.

Ces amis étoient William Coleman et Robert Grace. Je leur répondis que
tant qu'il resteroit la moindre probabilité que les Meredith
rempliroient leurs engagemens, je ne consentirois pas à leur proposer de
me séparer d'eux, attendu que je croyois leur avoir de grandes
obligations, pour ce qu'ils avoient fait déjà, et pour ce qu'ils étoient
encore disposés à faire, s'ils en avoient le pouvoir; mais que s'ils ne
pouvoient pas enfin tenir leur promesse, et que notre société fût
dissoute, je me croirois alors libre de profiter de la bienveillance de
mes amis.

Les choses restèrent quelque temps en cet état. Un jour je dis à mon
associé:--«Votre père est peut-être mécontent de ce que vous n'avez
qu'une part dans l'imprimerie, et il répugne à faire pour deux ce qu'il
feroit pour vous seul. Dites-moi franchement si cela est ainsi. Je vous
céderai toute l'entreprise, et je chercherai, de mon côté, à faire comme
je pourrai».--«Non, répondit-il, mon père a réellement été trompé dans
ses espérances. Il est hors d'état de payer, et je ne veux pas le mettre
davantage dans l'embarras. Je sens que je ne suis nullement propre au
métier d'imprimeur. J'ai été élevé au travail des champs; et ce fut une
folie à moi de venir à la ville, et de me mettre, à l'âge de trente ans,
en apprentissage d'un nouveau métier. Plusieurs de mes compatriotes vont
s'établir dans la Caroline septentrionale, où le sol est excellent: je
suis tenté d'aller avec eux, et de reprendre mon premier état. Vous
trouverez, sans doute, des amis qui vous aideront. Si vous voulez vous
charger des dettes de la société, rendre à mon père les cent livres
sterlings qu'il a avancées, payer mes petites dettes particulières, et
me donner trente livres sterlings et une selle neuve, je renoncerai à
notre société et laisserai tout ce qui en dépend, entre vos mains.»

Je n'hésitai point à accepter cette proposition. Elle fut écrite, signée
et scellée sans délai. Je donnai à Meredith ce qu'il demandoit, et
bientôt après il partit pour la Caroline, d'où il m'écrivit l'année
suivante deux longues lettres, contenant les meilleurs détails qui
eussent été donnés sur cette province, relativement au climat, au sol et
à l'agriculture; car il ne manquoit pas de connoissances à cet égard. Je
publiai ses lettres dans ma feuille, et elles furent très-bien
accueillies du public.

Aussitôt que Meredith fut parti, j'eus recours à mes deux amis; et ne
voulant donner à aucun d'eux une préférence désobligeante pour l'autre,
j'acceptai de chacun la moitié de ce qu'il m'avoit offert, et qui
m'étoit en effet nécessaire. Je payai les dettes de la société, et
continuai le commerce pour mon propre compte. J'eus soin, en même-temps
d'avertir le public que la société étoit dissoute. Ce fut, je crois, en
l'année 1729, ou à-peu-près.

Vers cette époque, le peuple demanda une nouvelle émission de
papier-monnoie. Tout celui qui avoit été créé jusqu'alors en
Pensylvanie, ne s'élevoit qu'à quinze mille livres sterlings, et il
devoit être bientôt éteint. Les habitant riches, prévenus contre tout
papier de ce genre, parce qu'ils craignoient sa dépréciation, comme on
en avoit eu l'exemple dans la province de la Nouvelle-Angleterre, au
préjudice de tous les créanciers, s'opposoient fortement à ce qu'on en
créât davantage.

Nous avions discuté cette affaire dans notre club, où je m'étois
prononcé en faveur de la nouvelle émission. J'étois convaincu que la
première petite somme, fabriquée en 1723, avoit fait beaucoup de bien
dans la province, en favorisant le commerce, l'industrie et la
population; car depuis, toutes les maisons étoient habitées, et
plusieurs autres s'élevoient; tandis que je me souvenois que la première
fois que j'avois rodé dans les rues de Philadelphie, en mangeant mon
pain, la plupart des maisons de Walnut-Street, Second-Street,
Fourth-Street et même plusieurs de celles de Chesnut-Street et ailleurs,
portoient des écriteaux qui annonçoient qu'elles étoient à louer; ce qui
m'avoit fait penser que les habitans de cette ville l'abandonnoient l'un
après l'autre.

Nos débats me mirent si bien au fait de ce sujet, que j'écrivis et
publiai un pamphlet anonyme intitulé: _Recherches sur la nature et la
nécessité d'un papier-monnoie_.--Il fut accueilli par les gens de la
classe inférieure: mais il déplut aux riches, parce qu'il augmenta les
clameurs en faveur de la nouvelle émission. Cependant, comme il n'y
avoit dans leur parti aucun écrivain capable de répondre à mon pamphlet,
leur opposition devint moins forte; et la majorité de l'assemblée étant
pour le projet, il passa.

Les amis que j'avois acquis dans cette assemblée, persuadés qu'en cette
occasion j'avois rendu un service essentiel au pays, crurent devoir me
récompenser en me donnant l'impression des nouveaux billets. L'ouvrage
étoit lucratif, et il vint très à propos pour moi. Ce fut un autre
avantage que je dus à mon talent pour écrire.

Le temps et l'expérience démontrèrent si pleinement l'utilité du
papier-monnoie, que par la suite, il n'éprouva jamais une grande
contradiction; de sorte qu'il monta bientôt jusqu'à cinquante-cinq mille
livres sterlings, et en l'année 1739, à quatre-vingt mille livres
sterlings. Il s'est élevé, durant la dernière guerre, à trois cents
cinquante mille livres sterlings, et pendant ce temps-là, le commerce,
le nombre des maisons, la population se sont continuellement accrus.
Mais je suis maintenant convaincu qu'il est des bornes au-delà
desquelles le papier-monnoie peut être préjudiciable.

Bientôt j'obtins, à la recommandation de mon ami Hamilton, l'impression
du papier-monnoie de Newcastle, autre ouvrage avantageux, d'après la
manière dont je voyois alors; car de petites choses paroissent
importantes aux personnes d'une médiocre fortune; et en effet, elles
furent importantes pour moi, parce qu'elles devinrent de grands motifs
d'encouragement. M. Hamilton me procura aussi l'impression des loix et
des opinions du gouvernement de Newcastle; et je conservai ce travail
tant que j'exerçai la profession d'imprimeur.

Sur ces entrefaites, j'ouvris une petite boutique de marchand de papier.
J'y tenois des obligations en blanc et des accords de toute espèce, les
plus corrects qui eussent encore paru en Amérique. Mon ami Breintnal
m'avoit aidé à les dresser. Je vendois aussi du papier, du parchemin, du
carton, des livres, et divers autres articles. Un excellent compositeur
d'imprimerie nommé _Whitemash_, que j'avois connu à Londres, vint
m'offrir ses services. Je l'engageai, et il travailla diligemment et
constamment avec moi. Je pris aussi un apprenti, qui étoit le fils
d'Aquila Rose.

Je commençai à payer peu-à-peu la dette que j'avois contractée; et afin
d'établir mon crédit et ma réputation, comme commerçant, j'eus soin,
non-seulement d'être laborieux et frugal, mais d'éviter toute apparence
du contraire. J'étois vêtu simplement, et l'on ne me voyoit jamais dans
aucun lieu d'amusement public. Je n'allois ni à la pêche ni à la chasse.
Un livre, il est vrai, me détournoit par fois, de mon ouvrage; mais
c'étoit rarement, à la dérobée et sans scandale. Pour montrer que je ne
me regardois pas comme au-dessus de ma profession, je traînois
quelquefois moi-même la brouette, où étoit le papier que j'avois acheté
dans les magasins.

Ainsi, je parvins à me faire connoître pour un jeune homme laborieux et
très-exact dans ses paiemens. Les marchands qui fesoient venir les
articles de papeterie, sollicitoient ma pratique; d'autres m'offroient
de me fournir des livres; et mon petit commerce prospéroit.

Pendant ce temps-là, le crédit et les affaires de Keimer diminuoient
chaque jour. Il fut enfin forcé de vendre tout ce qu'il avoit pour
satisfaire ses créanciers; et il passa à la Barbade, où il vécut quelque
temps dans la misère.

David Harry, qui avoit été apprenti chez Keimer, pendant que j'y
travaillois, et que j'avois instruit, acheta le fonds de l'imprimerie et
succéda à son maître. Je craignis d'abord, d'avoir en lui un puissant
concurrent, car il tenoit à une famille opulente et respectée. En
conséquence, je lui proposai une association, qu'heureusement pour moi
il rejeta avec dédain. Il étoit extrêmement vain, se croyoit un homme
très-élégant, fesoit de la dépense, aimoit les plaisirs et se tenoit
rarement chez lui. Bientôt, ne trouvant plus rien à faire dans le pays,
il prit, comme Keimer, le chemin de la Barbade, où il emporta ses
matériaux d'imprimerie; et là, l'apprenti employa, comme ouvrier, son
ancien maître. Ils se querelloient continuellement. Harry s'endetta de
nouveau, et fut obligé de vendre sa presse et ses caractères, et de
retourner en Pensylvanie, pour reprendre son premier état d'agriculteur.
Celui qui acheta son imprimerie, chargea Keimer de la diriger: mais ce
dernier mourut peu d'années après.

Il ne me restoit, à Philadelphie, d'autre concurrent que Bradford, qui,
étant riche, n'entreprenoit d'imprimer des livres que de temps en temps
et lorsqu'il rencontroit des ouvriers. Il ne se soucioit nullement
d'étendre son commerce. Cependant, il avoit un avantage sur moi: il
tenoit le bureau de la poste; et on s'imaginoit d'après cela, qu'il
étoit mieux à même de se procurer des nouvelles. Sa gazette passoit pour
être plus propre que la mienne, à avertir les acheteurs, et en
conséquence, on y inséroit plus d'annonces. Cette source, d'un grand
profit pour lui, étoit véritablement à mon détriment. En vain je me
procurois les autres papiers-nouvelles, et j'envoyois le mien par la
poste; le public étoit persuadé de mon insuffisance à cet égard; et je
ne pouvois, en effet, y remédier qu'en gagnant les courriers, qui
étoient obligés de me servir à la dérobée, parce que Bradford avoit la
malhonnêteté de le leur défendre. Cette conduite excita mon
ressentiment; j'en eus même tant d'horreur que, lorsqu'ensuite je
succédai à Bradford, dans la place de directeur de la poste, je me
gardai bien d'imiter son exemple.

J'avois jusqu'alors continué à manger avec Godfrey, qui occupoit, avec
sa femme et ses enfans, une partie de ma maison. Il tenoit, en outre, la
moitié de la boutique, pour son métier de vitrier: mais il travailloit
peu, parce qu'il étoit continuellement absorbé dans les mathématiques.

Mistriss Godfrey forma le projet de me marier avec la fille d'un de ses
parens. Elle ménagea diverses occasions de nous faire trouver ensemble;
et elle vit bientôt que j'étois épris, ce qui ne fut point difficile, la
jeune personne étant douée de beaucoup de mérite.

Les parens favorisèrent mon inclination, en m'invitant continuellement à
souper, et me laissant seul avec leur fille, jusqu'à ce qu'il fût,
enfin, temps d'en venir à une explication.

Mistriss Godfrey se chargea de négocier notre petit traité. Je lui fis
entendre que je m'attendois à recevoir, avec la jeune personne, une dot,
qui me mît au moins en état d'acquitter le restant de la dette
contractée pour mon imprimerie. Ce restant ne s'élevoit plus, je crois,
qu'à cent livres sterlings. Elle m'apporta pour réponse, que les parens
n'avoient pas une pareille somme à leur disposition. J'observai qu'ils
pouvoient aisément se la procurer en donnant une hypothèque sur leur
maison. Au bout de quelques jours, ils me firent dire qu'ils
n'approuvoient pas le mariage; qu'ayant consulté Bradford, ils avoient
appris que le métier d'imprimeur n'étoit pas lucratif; que mes
caractères seroient bientôt usés, et qu'il faudroit en acheter de neufs;
que Keimer et Harry avoient manqué, et que vraisemblablement je ferois
comme eux. En conséquence, on m'interdit la maison, et on défendit à la
jeune personne de sortir.

J'ignore s'ils avoient réellement changé d'intention, ou bien s'ils
usoient d'artifice, dans l'idée que leur fille et moi, nous étant
engagés trop avant pour nous désister, nous trouverions le moyen de nous
marier clandestinement; ce qui leur laisseroit la liberté de ne nous
donner que ce qu'il leur plairoit. Mais soupçonnant ce motif, je ne
remis plus le pied chez eux.

Quelque temps après, mistriss Godfrey me dit qu'ils étoient
très-favorablement disposés à mon égard, et qu'ils désiroient de renouer
avec moi. Mais je déclarai que j'étois fermement résolu à ne plus avoir
aucun rapport avec cette famille. Les Godfrey en furent piqués, et comme
nous ne pouvions plus être d'accord, ils quittèrent la maison et
allèrent demeurer ailleurs. Je résolus, dès-lors, de ne plus prendre de
locataires.

Cette affaire ayant tourné mes pensées vers le mariage, je regardai
autour de moi, et cherchai en quelques endroits à former une alliance.
Mais je m'apperçus bientôt que la profession d'imprimeur étant
généralement regardée comme un pauvre métier, je ne devois pas
m'attendre à trouver de l'argent avec une femme, à moins que je ne
désirasse en elle aucun autre charme. Cependant, cette passion de
jeunesse, si difficile à gouverner, m'avoit souvent entraîné dans des
intrigues avec des femmes méprisables, qui m'occasionnoient de la
dépense et des embarras, et qui m'exposoient sans cesse à gagner une
maladie que je craignois plus que toute autre chose: mais je fus assez
heureux pour échapper à ce danger.

En qualité de voisin et d'ancienne connoissance, j'avois entretenu une
liaison d'amitié avec les parens de miss Read. Ils avoient conservé de
l'affection pour moi, depuis le temps que j'avois logé dans leur maison.
J'étois souvent invité à aller les voir. Ils me consultoient sur leurs
affaires, et je leur rendois quelques services. Je me sentois touché de
la triste situation de leur fille, qui étoit presque toujours
mélancolique et ne cherchoit que la solitude. Je regardois mon
inconstance et mon oubli, pendant mon séjour à Londres, comme la
principale cause de son malheur, quoique sa mère eût la bonne foi de
s'en attribuer uniquement la faute, parce qu'après avoir empêché notre
mariage avant mon départ, elle l'avoit engagée à en épouser un autre en
mon absence.

Notre tendresse mutuelle se ralluma. Mais il y avoit de grands obstacles
à notre union. Quoique le mariage de miss Read passât pour n'être point
valide, son mari ayant, disoit-on, une première femme vivante en
Angleterre, il étoit difficile d'en obtenir la preuve à une si grande
distance; et quoiqu'on eût déjà rapporté que cet homme étoit mort, nous
n'en avions pas la certitude; d'ailleurs, en supposant que cela fût
vrai, il avoit laissé beaucoup de dettes, pour le paiement desquelles il
étoit à craindre que son successeur ne fût inquiété. Cependant, nous
passâmes par-dessus toutes ces difficultés; et j'épousai miss Read, le
premier septembre 1730.

Nous n'éprouvâmes aucun des inconvéniens que nous avions craint. Elle
fut pour moi une bonne et fidèle compagne, et contribua essentiellement
au succès de mon magasin. Nous prospérâmes ensemble; et notre étude
continuelle fut de nous rendre mutuellement heureux. Ainsi, je
corrigeai, autant que je le pus, le tort que j'avois eu envers miss
Read, lequel étoit, comme je l'ai dit, une des grandes erreurs de ma
jeunesse.

Notre club n'étoit point alors établi dans une taverne. Nous tenions nos
assemblées chez Robert Grace, qui avoit fait arranger une chambre
exprès. L'un des membres observa un jour que, puisque nos livres étoient
fréquemment cités dans le cours de nos discussions, il seroit convenable
de les avoir tous dans le lieu de nos assemblées, afin de les consulter
au besoin. Il ajouta qu'en formant ainsi de nos différentes
bibliothèques, une bibliothèque commune, chacun de nous auroit
l'avantage de se servir des livres de tous les autres, ce qui seroit
presque la même chose que si chacun possédoit tout. Cette idée fut
approuvée; et en conséquence, chacun de nous prit chez soi tous les
livres qu'il crut devoir fournir, et nous les plaçâmes dans le fond de
la salle du club. Cette collection ne fut pas aussi nombreuse que nous
nous y attendions; et quoique nous eussions occasion de les feuilleter
souvent, nous nous apperçûmes, au bout d'environ un an, que le défaut de
soin leur avoit un peu nui. Nous convînmes alors de séparer la
collection, et chacun remporta ses livres chez soi.

Ce fut à cette époque que j'eus la première idée d'établir, par
souscription, une bibliothèque publique. J'en fis le _Prospectus_. Les
conditions furent rédigées suivant les formes d'usage, par le procureur
Brockden; et mon projet réussit, comme on le verra par la suite...

                   *       *       *       *       *

Ici s'arrête ce qu'on a pu se procurer de ce que Franklin a écrit de sa
vie. On prétend que le manuscrit qu'il a laissé s'étend un peu plus
loin; et nous espérons qu'il sera tôt ou tard publié. Il y a lieu de
croire que les lecteurs seront satisfaits de la simplicité, de la
raison, de la philosophie, qui caractérisent ce qui précède; c'est
pourquoi nous croyons devoir y joindre la continuation qu'en a faite le
docteur Stuber[27] de Philadelphie, l'un des intimes amis de Franklin.

  [27] Le docteur Stuber naquit à Philadelphie, d'une famille allemande
    qui s'y étoit établie. Il fut envoyé jeune au collége, où son
    esprit, son goût pour l'étude, et la douceur de son caractère lui
    acquirent l'affection de ses instituteurs. Après avoir passé par les
    différentes classes du collége, en beaucoup moins de temps qu'on a
    coutume de le faire, il en sortit, n'étant encore âgé que de seize
    ans.--Peu de temps après, il commença à étudier la médecine;
    l'ardeur avec laquelle il s'y livra, les progrès qu'il y fit,
    donnoient à ses amis, raison d'espérer qu'il se rendroit un jour
    utile et célèbre dans cette carrière. Cependant, comme sa fortune
    étoit très-bornée, il cessa bientôt de croire que l'état de médecin
    pût lui convenir; et après avoir pris un grade et s'être rendu
    capable de cultiver avec succès l'art de guérir, il y renonça pour
    se livrer à l'étude de la jurisprudence. Mais la mort vint
    interrompre le cours de ses travaux, avant qu'il eût le temps de
    cueillir le fruit des talens dont il étoit doué, et des soins qu'il
    avoit pris, en consacrant sa jeunesse aux sciences et à la
    littérature.

                   *       *       *       *       *

La culture des lettres avoit été long-temps négligée en Pensylvanie. Les
habitans étoient, pour la plupart, trop attachés à des affaires
d'intérêt, pour songer à s'occuper des sciences; et le petit nombre de
ceux que leur inclination portoit à l'étude, ne pouvoit s'y livrer que
difficilement, parce que les collections de livres étoient trop bornées.

Dans ces circonstances, l'établissement d'une bibliothèque publique fut
un important évènement. Franklin fut le premier qui le proposa, vers
l'année 1731. Cinquante personnes s'empressèrent de souscrire pour
quarante schellings chacune, et s'obligèrent en outre, de payer
annuellement dix schellings. Peu-à-peu, le nombre des souscripteurs
augmenta; et en 1742, ils formèrent une société, qui prit le titre de
_Compagnie de la Bibliothèque de Philadelphie_.

À l'exemple de cette société, il s'en forma plusieurs autres dans la
même ville: mais toutes finirent par se réunir à la première qui, par ce
moyen, acquit un surcroît considérable de livres et de revenu. À
présent, elle contient environ huit mille volumes sur divers sujets, un
assez grand nombre de machines et d'instrumens de physique, et une
petite collection d'objets d'histoire naturelle et de productions des
arts, indépendamment d'une riche propriété territoriale. La société a
fait récemment bâtir dans Fifth-Street, une maison élégante sur le
frontispice de laquelle doit être placée la statue, en marbre, de son
fondateur, Benjamin Franklin.

Cette société fut extrêmement encouragée par les amis des lettres et de
la littérature en Amérique et dans la Grande-Bretagne. La famille du
célèbre Penn, se distingua par les dons qu'elle lui fit. On ne doit pas
oublier de citer aussi parmi les premiers zélateurs de cette
institution, le docteur Peter Collinson, ami et correspondant de
Franklin. Non-seulement il fit lui-même à la société des présens
considérables, et lui en procura de la part d'autres personnes, mais il
se chargea des affaires qu'elle pouvoit avoir à Londres, lui indiquant
les bons livres, les achetant et les lui expédiant. Ses connoissances
étendues, et son zèle pour les progrès des sciences, le rendoient
capable de justifier de la manière la plus avantageuse la confiance que
la société avoit en lui. Il la servit pendant plus de trente années
consécutives, et il refusa constamment toute espèce de récompense.
Durant ce temps-là, les directeurs étoient exactement instruits par lui,
de tous les perfectionnemens et les inventions qui avoient lieu dans les
arts, en agriculture et en philosophie.

Les avantages de cette institution furent bientôt évidens. Ils n'étoient
point le partage des seuls riches. Le peu qu'il en coûtoit pour devenir
membre de la société, la rendit aisément accessible. Les citoyens des
classes mitoyennes et même des dernières classes, y furent admis comme
les autres. De là s'étendit parmi tous les habitans de Philadelphie, un
certain degré d'instruction, qu'on trouve rarement dans les autres
villes.

L'exemple fut bientôt suivi. Il s'établit des bibliothèques en différens
endroits; et elles sont maintenant très-multipliées dans les États-Unis,
particulièrement en Pensylvanie. On doit même espérer que le nombre en
augmentera encore, et que les lumières s'étendront de toutes parts. Ce
sera le meilleur garant de notre liberté. Une nation d'hommes éclairés,
qui ont appris de bonne heure à connoître et à estimer les droits, que
Dieu leur a donnés, ne peut être réduite à l'esclavage. La tyrannie est
toujours la compagne de l'ignorance; mais elle fuit devant le flambeau
de l'instruction. Que les Américains encouragent donc les institutions
propres à répandre les connoissances parmi le peuple; et qu'ils
n'oublient pas que parmi ces institutions, les bibliothèques publiques
ne sont pas les moins importantes.

En 1732, Franklin commença à publier l'_Almanach du Bon-homme Richard_,
ouvrage remarquable par le grand nombre de maximes simples et
précieuses, qu'il contient, et qui tendent toutes à faire sentir les
avantages de l'industrie et de la frugalité. Cet almanach parut
plusieurs années de suite; et dans le dernier volume toutes les maximes
furent rassemblées dans un discours intitulé: _Le Chemin de la Fortune_,
ou _la Science du Bon-homme Richard_. Ce morceau a été traduit dans
plusieurs langues, et inséré dans divers ouvrages[28]. Il a été aussi
imprimé sur une grande feuille de papier, et on le voit encadré dans
plusieurs maisons de Philadelphie. Il contient peut-être le meilleur
systême d'économie-pratique, qui ait jamais paru. Il est écrit d'une
manière intelligible pour tout le monde; et il ne peut manquer de
convaincre ceux qui le lisent, de la justesse et de l'utilité des
observations et des avis qu'il renferme.

  [28] Il est si intéressant, que nous avons cru devoir le joindre à ce
    recueil.

L'almanach de Franklin eut un tel succès, qu'on en vendit dix mille dans
l'année, nombre qui doit paroître très-considérable, si l'on réfléchit
qu'à cette époque l'Amérique n'étoit pas encore très-peuplée. On ne peut
pas douter que les salutaires leçons, contenues dans cet almanach,
n'aient fait une impression favorable sur plusieurs de ses lecteurs.

Peu de temps après, Franklin entra dans sa carrière politique. En 1736,
il fut nommé secrétaire de l'assemblée générale de Pensylvanie; et réélu
tous les ans pour la même place, jusqu'à ce qu'on l'éleva à celle de
représentant de la ville de Philadelphie.

Bradford, étant chargé de la direction de la poste, avoit, comme l'a
observé Franklin lui-même, l'avantage de répandre sa gazette plus
facilement que les autres, et par conséquent de la rendre plus propre à
faire circuler les annonces des marchands. Franklin obtint, à son tour,
cet avantage. Il fut nommé en 1737, directeur des postes de
Philadelphie. Tandis que Bradford avoit occupé cette place, il en avoit
agi indignement envers Franklin, en s'opposant, de tout son pouvoir, à
la circulation de son papier-nouvelle: mais lorsque Franklin eut la
facilité de prendre sa revanche, la noblesse de son ame ne lui permit
point d'imiter son lâche concurrent.

La police de Philadelphie avoit établi dès long-temps des gardes de
nuit[29], qui sont, à-la-fois, chargés de prévenir les vols et de donner
l'alarme en cas de feu. Cet emploi est peut-être l'un des plus importans
qu'on puisse confier à une classe d'hommes quelconque. Mais les
règlemens à cet égard n'étoient pas stricts. Franklin entrevit le danger
qui pouvoit en résulter; et il proposa des arrangemens, pour obliger les
gardes à veiller avec plus de soin, sur la vie et la propriété des
citoyens. L'avantage de ces changemens fut aisément reconnu, et on ne
balança pas à les adopter.

  [29] Ils ont, comme en Angleterre, le nom de _Watchmen_, et crient
    exactement l'heure qui sonne.

Rien n'est plus dangereux que les incendies pour des villes qui
s'agrandissent. Les autres causes, qui peuvent leur nuire, agissent
lentement et presqu'imperceptiblement: mais celle-ci détruit en un
moment les travaux des siècles. On devroit donc multiplier, dans toutes
les cités, les moyens d'empêcher le feu de s'étendre. Franklin en sentit
bientôt la nécessité; et vers l'année 1738, il forma, à Philadelphie, la
première compagnie pour éteindre les incendies. Son exemple ne tarda pas
à être suivi; et on compte maintenant, dans cette ville, plusieurs
compagnies du même genre. C'est à ces institutions qu'on doit, en grande
partie, attribuer la promptitude avec laquelle les incendies sont
éteints à Philadelphie, et le peu de dommage que cette ville a éprouvé
de ces sortes d'accidens.

Peu de temps après, Franklin suggéra le plan d'une association pour
assurer les maisons contre le feu. Cette association eut lieu. Elle
subsiste encore; et l'expérience a montré combien elle est utile.

Il paroît que, dès l'instant où les Européens se sont établis en
Pensylvanie, un esprit de dispute a régné parmi les habitans de cette
province. Pendant la vie de William Penn, la constitution de la colonie
fut changée trois fois. Depuis cette époque, l'histoire de ce pays
n'offre guère qu'un tableau des querelles, qui ont eu lieu entre les
propriétaires, ou les gouverneurs et l'assemblée. Les propriétaires
prétendoient que leurs terres devoient être exemptes d'impôts.
L'assemblée soutenoit le contraire. L'objet de cette dispute se
renouveloit à chaque instant, et s'opposoit à l'établissement des loix
les plus salutaires. Par ce moyen, le peuple se trouvoit souvent dans de
très-grands embarras.

Lorsqu'en l'année 1744, l'Angleterre étoit en guerre avec la France,
quelques Français et quelques Indiens firent des incursions sur les
frontières de la province. Les habitans de ces frontières n'étoient pas
en état de leur résister. Il devint nécessaire que les citoyens
s'armassent pour leur défense. Le gouverneur Thomas demanda alors à
l'assemblée une loi pour une levée de milice. L'assemblée ne voulut
consentir à l'accorder qu'à condition qu'il donneroit lui-même sa
sanction à certaines loix favorables aux intérêts du peuple. Mais le
gouverneur, qui croyoit ces loix nuisibles aux propriétaires, refusa de
les approuver; et l'assemblée se sépara sans avoir rien statué
relativement aux milices.

La province étoit alors dans une situation très-alarmante. Exposée à des
invasions continuelles de la part de l'ennemi, elle restoit sans aucun
moyen de défense. Dans cette crise, Franklin ne resta point oisif. Il
proposa, dans une assemblée des citoyens de Philadelphie, une
association volontaire pour la défense du pays. Son plan fut si bien
approuvé que douze cents personnes le signèrent sur-le-champ. On en fit
circuler des copies dans toute la province; et, en peu de temps, le
nombre des signataires s'éleva jusqu'à dix mille. Franklin fut choisi
pour colonel du régiment de Philadelphie: mais il ne jugea pas à propos
d'accepter cet honneur.

Des objets d'un genre bien différent attiroient la plus grande partie de
son attention, et l'occupèrent même pendant quelques années. Il suivoit
avec un cours d'expériences électriques tout le désir, que les
philosophes de ce temps-là avoient de s'illustrer par des découvertes.

De toutes les branches de la physique expérimentale, l'électricité avoit
été jusqu'alors la moins connue. Théophraste et Pline ont fait mention
du pouvoir attractif de l'ambre, et après eux, tous les autres
naturalistes en ont parlé. En l'année 1600, Gilbert, physicien anglais,
augmenta considérablement le catalogue des substances qui ont la
propriété d'attirer les corps légers. Boyle, Otto Guericke,
bourguemestre de Magdebourg, célèbre par l'invention de la machine
pneumatique, le docteur Wal et l'illustre Isaac Newton ont ajouté
quelques faits à ceux de Gilbert. Guericke observa le premier le pouvoir
répulsif de l'électricité, et la lumière et le bruit qu'elle produit. En
1709, Hawkesbec publia des expériences et des observations importantes
sur le même sujet.

L'électricité fut ensuite assez long-temps négligée. Mais en 1728, M.
Grey s'en occupa avec beaucoup d'ardeur. Ce savant et son ami Wheeler
firent un grand nombre d'expériences, dans lesquelles ils démontrèrent
que l'électricité pouvoit être communiquée d'un corps à l'autre, même
sans qu'il y eût un contact immédiat, et que de cette manière, on
pouvoit la conduire à une grande distance. M. Grey découvrit encore
qu'en suspendant une baguette de fer avec des cordons de soie ou de
cheveux, et mettant au-dessous d'elle un tube agité, on pouvoit retirer
des étincelles des extrémités de cette baguette, et y appercevoir de la
lumière dans l'obscurité.

M. Dufay, intendant du Jardin des Plantes, à Paris, fit aussi plusieurs
expériences, très-utiles aux progrès de l'électricité. Il en découvrit
deux sortes, qu'il distingua sous les noms de _vitreuse_ et de
_résineuse_; la première, produite par le frottement du verre, et la
seconde excitée par le soufre, la cire à cacheter et quelques autres
substances: mais il l'abandonna ensuite comme erronée.

Depuis 1739 jusqu'en 1742, Desaguliers s'occupa beaucoup de
l'électricité. Mais ses travaux furent de peu d'importance. Il se servit
pourtant le premier, des termes de _conducteurs_ et _d'électrique_, _par
soi-même_.

En 1742, plusieurs savans allemands firent des expériences
d'électricité. Les principaux d'entr'eux étoient le professeur Boze de
Wittemberg, le professeur Winkler de Leipsic, Gordon, bénédictin
écossais et professeur de philosophie à Erfurt, et le docteur Ludolf de
Berlin. Le résultat de leurs recherches étonna l'Europe. Ils se
servoient de grandes machines, et par ce moyen ils pouvoient recueillir
une quantité considérable d'électricité, et produire des phénomènes qui
n'avoient point été jusqu'alors observés. Ils tuèrent de petits oiseaux,
et mirent le feu à de l'esprit-de-vin.

Leurs expériences excitèrent la curiosité des autres philosophes. Vers
l'année 1745, Collinson envoya à la compagnie de la bibliothèque de
Philadelphie, un détail de ces expériences, avec une machine électrique
et des instructions sur la manière de s'en servir. Franklin et
quelques-uns de ses amis, entreprirent aussitôt un cours d'expériences,
dont le résultat est bien connu.

Franklin devint bientôt en état de faire plusieurs découvertes
importantes, et de donner l'explication théorique de divers phénomènes.
Ses idées à cet égard ont été universellement adoptées, et
immortaliseront son nom. Il fit part de toutes ses observations à son
ami Collinson, à qui il écrivit, en conséquence, une série de lettres,
dont la première est datée du 28 mars 1747. C'est là qu'il fit connoître
la propriété qu'ont toutes les pointes, d'attirer et d'écarter la
matière électrique, propriété qui avoit jusqu'alors échappé à la
sagacité des physiciens. Il reconnut aussi le premier, un plus et moins,
ou un état positif et négatif d'électricité. Nous n'hésitons point à lui
faire honneur de cette découverte, quoique les Anglais l'aient attribuée
à leur compatriote Watson. L'écrit, où Watson en fait mention, est daté
du 21 janvier 1748; et celui de Franklin est du 11 juillet 1747,
c'est-à-dire, de plus de six mois antérieur à l'autre.

Enfin, d'après sa théorie, Franklin expliqua d'une manière
satisfaisante, les phénomènes de la bouteille de Leyde, phénomènes qui,
d'abord observés par M. Cuneus, ou par le professeur Muschenbroeck de
Leyde, ont long-temps embarrassé les physiciens. Il démontra clairement
que quand on chargeoit la bouteille, elle ne contenoit pas plus
d'électricité qu'auparavant, parce que plus elle en recevoit d'un côté,
plus elle en rejetoit de l'autre; et qu'il suffisoit d'établir entre les
deux côtés une communication, pour opérer le retour de l'équilibre, de
manière qu'il ne restoit plus aucun signe d'électricité.

Il prouva ensuite, par expérience, que l'électricité ne résidoit pas
dans la garniture de la bouteille, mais dans les pores du verre même.
Après qu'une bouteille fut électrisée, il en changea la garniture, et
trouva, qu'en y en appliquant une nouvelle, il en partoit encore un choc
électrique.

En 1749, il songea à expliquer les phénomènes de la foudre et des
aurores boréales, d'après les principes de l'électricité. Il avança
qu'il y avoit plusieurs traits d'analogie entre les effets de
l'électricité et ceux de la foudre; et il présenta à l'appui de cette
assertion, un grand nombre de faits, et de raisonnemens tirés de ces
faits. La même année, il conçut l'audacieuse et admirable idée de
démontrer la vérité de son systême, en attirant la foudre, par le moyen
d'une barre de fer terminée en pointe, et élevée dans la région des
nuages. Même dans cette expérience incertaine, le désir d'être utile au
genre-humain se montre d'une manière frappante.

Admettant l'identité de la foudre et de la matière électrique, et
connoissant la double propriété qu'ont les pointes d'écarter les corps
chargés d'électricité, et d'attirer ce fluide doucement et
imperceptiblement, il suggéra l'idée de préserver les maisons et les
vaisseaux du danger de la foudre, en y plaçant des barres de fer
pointues, qui en surmonteroient de quelques pieds la partie la plus
élevée, et descendroient aussi de quelques pieds, soit dans la terre,
soit dans l'eau. Il conclut que l'effet de ces barres seroit d'écarter
le nuage à une distance où l'éclat de la foudre ne pourroit pas se faire
sentir; d'en détacher la matière électrique, ou du moins, de la conduire
jusque dans la terre, sans qu'elle pût être dangereuse pour le bâtiment.

Ce ne fut que dans l'été de 1752, qu'il put démontrer efficacement sa
grande découverte. La méthode qu'il avoit d'abord proposée, étoit de
placer sur une haute tour ou sur quelqu'autre édifice élevé une guérite,
au-dessus de laquelle seroit une pointe de fer isolée, c'est-à-dire,
plantée dans un gâteau de résine. Il pensoit que les nuages électriques,
qui passeroient au-dessus de cette pointe, lui communiqueroient une
partie de leur électricité, ce qui deviendroit sensible par les
étincelles, qui en partiroient toutes les fois qu'on en approcheroit une
clef, la jointure du doigt ou quelqu'autre conducteur.

Philadelphie n'offroit alors aucun moyen de faire une pareille
expérience. Tandis que Franklin attendoit impatiemment qu'on y élevât
une pyramide, il lui vint dans l'idée qu'il pourroit avoir un accès bien
plus prompt dans la région des nuages, par le moyen d'un cerf-volant
ordinaire, que par une pyramide. Il en fit un en étendant sur deux
bâtons croisés un mouchoir de soie, qui pouvoit mieux résister à la
pluie que du papier. Il garnit d'une pointe de fer le bâton qui étoit
verticalement posé. La corde étoit de chanvre comme à l'ordinaire; et
Franklin en noua le bout à un cordon de soie, qu'il tenoit dans sa main.
Il y avoit une petite clef attachée à l'endroit où la corde de chanvre
se terminoit.

Aux premières approches d'un orage, Franklin se rendit dans les prairies
qui sont aux environs de Philadelphie. Il étoit avec son fils, à qui
seul il avoit fait part de son projet, parce qu'il craignoit le
ridicule, qui trop communément, pour l'intérêt des sciences, accompagne
les expériences qui ne réussissent pas. Il se mit sous un hangard pour
être à l'abri de la pluie. Son cerf-volant étoit en l'air. Un nuage
orageux passa au-dessus: mais aucun signe d'électricité ne se
manifestoit encore. Franklin commençoit à désespérer du succès de sa
tentative, quand tout-à-coup il observa que quelques brins de la corde
de chanvre s'écartoient l'un de l'autre et se roidissoient. Il présenta
aussitôt son doigt fermé à la clef, et il en tira une forte étincelle.
Quel dut être alors le plaisir qu'il ressentit! De cette expérience
dépendoit le sort de sa théorie. Il savoit que s'il réussissoit, son nom
seroit placé parmi les noms de ceux qui avoient agrandi le domaine des
sciences; mais que s'il échouoit, il seroit inévitablement exposé au
ridicule, ou, ce qui est encore pire, à la pitié, qu'on a pour un homme
qui, quoique bien intentionné, n'est qu'un faible et inepte fabricateur
de projets.

On peut donc aisément concevoir avec quelle anxiété il attendoit le
résultat de sa tentative. Le doute, le désespoir avoient commencé à
s'emparer de lui, quand le fait lui fut si bien démontré, que les plus
incrédules n'auroient pu résister à l'évidence. Plusieurs étincelles
suivirent la première. La bouteille de Leyde fut chargée, le choc reçu;
et toutes les expériences qu'on a coutume de faire avec l'électricité
furent renouvelées.

Environ un mois avant l'époque, où Franklin fit son expérience du
cerf-volant, quelques savans français avoient completté sa découverte,
d'après la manière qu'il avoit d'abord indiquée lui-même. On refusa,
dit-on, d'insérer, parmi les Mémoires de la Société royale de Londres,
les lettres qu'il adressa au docteur Collinson. Mais ce dernier les
réunit en un volume, et les publia sous le titre de _Nouvelles
Expériences et Observations sur l'Électricité_, faites à Philadelphie,
en Amérique.

Ces lettres furent lues avec avidité, et on les traduisit bientôt en
différentes langues. La première traduction française en étoit
très-incorrecte; cependant, le célèbre Buffon fut extrêmement satisfait
des idées qu'elle contenoit, et il répéta, avec succès, les expériences
de Franklin. Il engagea en même-temps son ami Dalibard à donner à ses
compatriotes une traduction plus correcte de l'ouvrage du physicien de
Philadelphie; ce qui contribua beaucoup à répandre en France la
connoissance des principes de Franklin. Louis XV entendant parler de
l'électricité, témoigna le désir d'en voir des expériences; et pour le
satisfaire, le physicien Delor en fit un cours dans la maison du duc
d'Ayen, à Saint-Germain.

Les applaudissement qu'on prodigua alors aux découvertes de Franklin,
excitèrent en Buffon, Dalibard et Delor, un vif désir de constater la
vérité de son systême, sur les moyens d'écarter la foudre. Buffon plaça
une barre de fer pointue et isolée, sur la tour de Montbar; Dalibard en
mit une à Marly-la-Ville, et Delor une sur sa maison de l'Estrapade,
l'un des quartiers les plus élevés de Paris. La première de ces
machines, qui parut électrisée, fut celle de Dalibard. Le 10 mai 1752,
un nuage électrique passa au-dessus d'elle. Dalibard étoit absent: mais
Coiffier, menuisier, auquel il avoit laissé des instructions, et Raulet,
prieur de Marly-la-Ville, tirèrent beaucoup d'étincelles de la barre
électrisée[30]. On rendit compte de cette expérience à l'Académie des
Sciences, dans un mémoire composé par Dalibard, et daté du 13 mai 1752.

  [30] Elle avoit quarante pieds de longueur.

Le 18 du même mois, la barre que Delor avoit élevée sur sa maison,
produisit les mêmes effets que celle de Dalibard. Ce succès excita
bientôt les autres physiciens de l'Europe, à répéter l'expérience. Mais
nul d'entr'eux ne se signala plus qu'un moine de Turin, le père
Beccaria, aux observations duquel les sciences doivent beaucoup.

Jusque dans les froides contrées de la Russie, on sentit l'ardeur de
participer à ces brillantes découvertes. Le professeur Richman donnoit
droit d'espérer qu'il ajouteroit aux connoissances déjà acquises,
lorsqu'un coup, parti de la barre qui servoit à ses expériences, mit un
terme à sa vie. Les amis des sciences regretteront long-temps cette
victime de l'électricité.

D'après toutes ces expériences, la théorie de Franklin fut établie de la
manière la plus solide. Cependant, quand on ne put plus douter de la
vérité de cette théorie, l'envie essaya d'en rabaisser le mérite. Il
étoit des hommes qui regardoient comme trop humiliant pour eux, qu'un
Américain, un habitant d'une ville encore peu célèbre, un homme dont le
nom étoit à peine connu, fût en état de faire des découvertes, et de
présenter des théories qui avoient échappé aux recherches des
philosophes les plus éclairés de l'Europe. On prétendit que cet homme
devoit à quelqu'autre l'idée de son systême, et qu'il étoit impossible
qu'il eût fait lui-même les découvertes qu'il s'attribuoit. On dit que
dès l'année 1748, l'abbé Nollet avoit indiqué dans ses _Leçons de
Physique_, l'analogie entre l'électricité et la matière de la foudre.

Il est certain que l'abbé Nollet en fait mention: mais il n'en parle que
comme d'une simple conjecture, et il ne propose aucune manière d'en
démontrer la vérité. Il reconnoît ensuite lui-même que Franklin a, le
premier, eu la courageuse idée de faire descendre la foudre, par le
moyen des barres métalliques, pointues et isolées. L'analogie entre les
effets de la foudre et l'étincelle électrique est si frappante, qu'il
n'est point surprenant qu'on l'ait remarquée, aussitôt que les
phénomènes de l'électricité ont été généralement observés. Le docteur
Wall et M. Grey en ont eu l'idée, lorsque la science étoit encore dans
son enfance. Mais l'honneur d'une théorie régulière des causes de la
foudre, la méthode de démontrer la vérité de cette théorie, et le
courage de la mettre en pratique et de l'établir sur les solides bases
de l'expérience, sont incontestablement dus à Franklin. Dalibard qui, le
premier, fit des expériences en France, avoue qu'il n'a fait que suivre
les procédés que Franklin avoit indiqués.

On a avancé dernièrement que la gloire de completter l'expérience du
cerf-volant électrique, n'appartenoit point à Franklin. Quelques
paragraphes des papiers anglais l'attribuent à un français, qu'ils ne
nomment pas, mais qui est, vraisemblablement ce M. Deromas, assesseur du
présidial de Nerac, auquel l'abbé Bertholon prétend qu'elle est due.

Il est aisé de se convaincre de l'injustice de cette assertion.
L'expérience de Franklin fut faite au mois de juin 1752, et la lettre,
dans laquelle il en rend compte, est datée du 19 octobre de la même
année.--Deromas fit la première tentative le 14 mai 1753: mais il ne
réussit que le 7 juin suivant; c'est-à-dire, un an après que Franklin
eut fait son expérience, et lorsqu'elle étoit déjà connue de tous les
physiciens de l'Europe.

Indépendamment des grandes découvertes, dont nous venons de rendre
compte, on trouve dans les lettres que Franklin a écrites sur
l'électricité, beaucoup de faits et d'apperçus, qui ont singulièrement
contribué à faire de cette partie des connoissances humaines une science
particulière. M. Kinnersley, ami de Franklin, lui apprit qu'il avoit
découvert différentes espèces d'électricité, produites par le frottement
du verre et du soufre. Nous avons déjà observé que la même découverte
avoit été faite par M. Dufay, mais qu'ensuite on l'avoit négligée
pendant plusieurs années. Les physiciens pensoient que ce phénomène ne
provenoit que d'une différence dans la quantité d'électricité
recueillie, et Dufay lui-même parut, à la fin, avoir adopté cette
opinion.

Franklin eut d'abord la même idée: mais dans le cours de ses
expériences, il reconnut que M. Kinnersley avoit raison, et que
l'électricité vitreuse et l'électricité résineuse de Dufay n'étoient
autre chose que l'état positif et l'état négatif, qu'il avoit d'abord
observés; c'est-à-dire, que le globe de verre chargeoit positivement le
principal conducteur, ou lui communiquoit une plus grande quantité
d'électricité, tandis que le pain de résine diminuoit sa quantité
naturelle, ou le chargeoit négativement.

Ces expériences et ces observations ouvrirent aux recherches un nouveau
champ, dans lequel les physiciens entrèrent avec ardeur; et leurs
travaux ajoutèrent beaucoup à la somme de nos connoissances.

Au mois de septembre 1752, Franklin commença un cours d'expériences,
pour déterminer l'état de l'électricité dans les nuages; et après un
grand nombre d'observations, il reconnut que les nuages orageux étoient
très-communément dans un état négatif d'électricité, mais quelquefois
aussi dans un état positif. De là il inféra nécessairement que le plus
souvent les coups de tonnerre étoient l'effet de l'électricité de la
terre, qui frappoit les nuages, et non de celle des nuages, qui frappoit
la terre.

La lettre, qui contient ces observations, est datée du mois de septembre
1753. Cependant la découverte de l'ascension du tonnerre passe pour être
assez récente, et est attribuée à l'abbé Bertholon, qui publia un
mémoire sur ce sujet en 1776.

Les lettres de Franklin ont été traduites non-seulement dans la plupart
des langues de l'Europe, mais en latin. À mesure qu'elles se sont
répandues, les principes qu'elles contiennent ont été suivis. Cependant
la théorie de Franklin ne manqua pas d'abord d'adversaires. L'abbé
Nollet fut un de ceux qui la combattirent: mais les premiers physiciens
de l'Europe en devinrent les défenseurs; et parmi ces derniers on doit
distinguer Dalibard et Beccaria. Insensiblement les ennemis disparurent;
et maintenant par-tout où l'on cultive la science de l'électricité, on a
adopté le systême de Franklin.

Nous avons déjà fait mention de l'important usage que Franklin fit de
ses découvertes, pour préserver les maisons des redoutables effets de la
foudre. Les conducteurs sont devenus très-communs en Amérique: mais
malgré les preuves certaines de leur utilité, le préjugé les empêche
encore d'être généralement adoptés en Europe. Les hommes se déterminent
difficilement à renoncer à leurs coutumes pour en prendre de nouvelles;
et, peut-être, devons-nous plutôt nous étonner de voir qu'un usage
utile, qui n'a été proposé que depuis environ quarante ans, soit déjà
établi en beaucoup d'endroits, que de ce qu'il n'est pas encore
universellement suivi. Ce n'est que par degrés que les choses les plus
salutaires peuvent être mises en pratique. Il y a près de quatre-vingts
ans que l'inoculation a été introduite en Europe et en Amérique.
Cependant, elle n'est pas d'un usage général; et il faut, peut-être,
encore un ou deux siècles avant qu'elle le devienne.

En 1745, Franklin publia un mémoire sur les cheminées, qu'il avoit
nouvellement inventées en Pensylvanie. Il fit connoître, d'une manière
très-détaillée, les avantages et les désavantages des différentes
cheminées, et il s'efforça de démontrer que les siennes méritoient
d'être préférées à toutes les autres. Les poêles ouverts devinrent
dès-lors d'un usage général: mais ils ne sont pas tout-à-fait construits
conformément à ses principes, puisqu'ils n'ont point par derrière une
boîte, par le moyen de laquelle l'air chaud soit rejeté dans
l'appartement. Ces poêles ont, à la vérité, l'avantage de faire
continuellement circuler la chaleur; de sorte qu'on a besoin de moins de
chauffage pour entretenir la température dans un état convenable,
sur-tout lorsque la chambre est assez close pour empêcher l'air
extérieur d'entrer: mais ils peuvent aussi occasionner des rhumes, des
maux de dents, et d'autres incommodités de ce genre.

Quoique pendant plusieurs années la physique fût le principal objet des
études de Franklin, il ne s'y borna pas entièrement. En 1747, il fut
élu, par la ville de Philadelphie, membre de l'assemblée générale de la
province. Il y avoit alors beaucoup de dispute entre l'assemblée et les
propriétaires[31]. Chaque parti défendoit ce qu'il croyoit être ses
droits. Franklin, dès son enfance, ardent ami des droits de l'homme, se
montra bientôt l'un des plus fermes opposans aux injustes projets des
propriétaires. Il fut même regardé comme le chef de l'opposition; et ce
fut à lui qu'on attribua la plupart des courageuses réponses que
l'assemblée fit aux messages des gouverneurs.

  [31] Les héritiers de William Penn.

Il acquit beaucoup d'influence dans l'assemblée: mais il ne dut point
cette influence à une éloquence extraordinaire. Il ne parloit que
rarement; et il ne fit jamais ce qu'on appelle un discours soigné. Il
énonçoit communément une seule maxime, ou bien il racontoit un fait, un
trait historique, dont la conséquence ne manquoit pas d'être saisie. Son
extérieur étoit doux et prévenant. Sa méthode, en parlant comme en
écrivant, étoit simple, sans art et singulièrement concise. Mais avec
cette manière naturelle, sa sagacité et son jugement solide, il savoit
confondre les plus éloquens et les plus subtils de ses adversaires,
soutenir les opinions de ses amis, et entraîner les hommes impartiaux
qui avoient été d'abord d'un avis différent du sien. Souvent une simple
observation lui suffisoit pour détruire tout l'effet d'un long et
élégant discours, et déterminer le sort d'une question importante.

Mais il ne se contentoit point de défendre ainsi les droits du peuple.
Il vouloit les lui assurer d'une manière permanente. Pour cela, il
savoit qu'il falloit en faire sentir tout le prix, et que le seul moyen
d'y réussir étoit d'étendre l'instruction dans toutes les classes de la
société.

L'on a déjà vu qu'il fut le fondateur d'une bibliothèque publique, qui
contribua beaucoup à augmenter les connoissances des habitans de
Philadelphie. Mais cette bibliothèque ne suffisoit pas. Les écoles
étoient alors en général de très-peu d'utilité. Ceux qui les tenoient,
n'avoient pas les qualités nécessaires pour remplir l'important devoir
dont ils s'étoient chargés; et tout ce qu'on pouvoit attendre d'eux
étoit de donner les principes d'une commune éducation anglaise. Franklin
traça pour la ville de Philadelphie le plan d'un collége, tel qu'il
devoit être dans un pays nouveau. Mais dans ce plan, comme dans tous
ceux qu'il a faits, ses vues ne se bornoient pas à l'intérêt du moment.
Il regardoit dans l'avenir l'époque où il faudroit étendre les bases de
ses institutions. Il considéroit le collége de Philadelphie, comme une
établissement qui deviendroit, avec le temps, un séminaire de savoir,
plus étendu et plus analogue aux circonstances.

D'après son plan, les statuts du collége furent dressés et signés le 13
novembre 1749; et on y nomma, en qualité de curateurs, vingt-quatre des
plus respectables citoyens de Philadelphie. Les principales personnes
que Franklin consulta, et sur son plan, et sur le choix des curateurs,
furent Thomas Hopkinson, Richard Peters, alors secrétaire de l'assemblée
provinciale, Tench Francis, procureur-général, et le docteur Phineas
Bond.

Nous allons citer un article des statuts, pour montrer que l'esprit de
bienfaisance, qui l'a dicté, est digne d'imitation; et, pour l'honneur
de Philadelphie, nous espérons qu'il continuera à être long-temps en
vigueur.

«En cas que le recteur, ou quelque professeur devienne incapable de
remplir sa place, soit par maladie, ou par quelqu'autre infirmité
naturelle, qui peut le réduire à un état d'indigence, les curateurs
auront le pouvoir de lui donner des secours proportionnés à ses besoins,
à son mérite, ainsi qu'aux fonds qu'ils auront entre les mains.»

La dernière clause est exprimée d'une manière si tendre, si paternelle,
qu'elle doit faire un honneur éternel à l'esprit et au coeur des
fondateurs.

«On doit espérer que les curateurs se feront un plaisir, et même un
devoir de visiter souvent le collége, soit pour encourager et soutenir
la jeunesse, soit pour exciter et aider les maîtres, et par tous les
moyens en leur pouvoir, faire en sorte que cette institution remplisse
son but. On doit croire aussi qu'ils regarderont jusqu'à un certain
point, les élèves comme leurs propres enfans; qu'ils les traiteront avec
familiarité et avec affection; et que quand ils se seront bien conduits,
qu'ils auront achevé leurs études, et qu'ils entreront dans le monde,
les curateurs feront à l'envi tout ce qui dépendra d'eux pour les
avancer et les établir, soit dans le commerce ou dans les emplois, soit
par des mariages ou de toute autre manière qui pourra leur être
avantageuse; et cela préférablement à toute autre personne, même d'un
mérite égal.»

Ces statuts étant signés et rendus publics, avec les noms des personnes
qui se proposoient pour fondateurs et curateurs, le dessein en fut si
bien approuvé par les généreux citoyens de Philadelphie, qu'au bout de
peu de semaines, il y eut une souscription de huit cents livres
sterlings par an, pour l'espace de cinq années. Au commencement du mois
de janvier suivant[32], on ouvrit les écoles de latin, de grec,
d'anglais et de mathématiques.

  [32] En 1750.

D'après un article du premier plan, on établit encore une école pour
élever gratis soixante garçons et trente filles. Cette école a été,
depuis, appelée l'_École de Charité_; et malgré l'obstacle que les
curateurs ont eu quelquefois à vaincre pour se procurer assez de fonds,
cette école subsiste depuis quarante ans. Or, en comptant que chacun des
enfans, qui y ont été admis, y a demeuré trois ans, ainsi qu'il est
d'usage, on trouvera qu'on y a donné la principale partie de leur
éducation à plus de douze cents enfans, qui, sans cela, seroient restés,
pour la plupart, privés de toute espèce d'instruction. En outre,
plusieurs de ceux qui ont été élevés dans cette école, sont maintenant
comptés parmi les citoyens les plus utiles et les plus estimés de
l'état.

L'institution, si heureusement commencée, continua à prospérer à la
grande satisfaction de Franklin. Malgré ses études, et les occupations
multipliées, qu'il avoit alors, il fut extrêmement assidu aux visites et
aux examens qui se fesoient chaque mois dans les écoles. Il eut
également soin de profiter des correspondances qu'il entretenoit dans
plusieurs pays, pour étendre la réputation du collége de Philadelphie,
et y attirer des élèves des différentes parties du continent de
l'Amérique et des Antilles.

Par l'entremise du docteur Collinson, ce généreux et savant ami de
Franklin, les curateurs du collége virent se réunir à eux[33], les deux
héritiers du fondateur de la Pensylvanie, Thomas Penn et Richard Penn,
qui, en même-temps, firent au collége un présent de cinq cents livres
sterlings. Franklin commença dès-lors à se flatter de voir bientôt
accomplir son principal dessein. Il espéra que Philadelphie alloit avoir
une institution semblable aux colléges et aux universités d'Europe;
institution à laquelle, suivant lui, son premier collége devoit
seulement servir de base.

  [33] L'acte d'incorporation est du 13 juillet 1753.

L'éclaircissement de ce fait est très-important pour la mémoire de
Franklin, comme philosophe et comme ami et bienfaiteur des sciences. Il
dit expressément, dans le préambule des statuts du collége: «Que ce
collége étoit fondé pour qu'on y enseignât le latin et le grec, avec
toutes les autres parties utiles des arts et des sciences; qu'il étoit
en outre tel qu'il convenoit à un pays encore peu avancé, et qu'il
devoit servir de base à la postérité, pour établir un séminaire de
savoir, plus étendu et analogue aux circonstances qui auroient lieu dans
le temps».--Malgré cela, on s'est étayé naguère de l'autorité du docteur
Franklin, pour prétendre que le latin, le grec et les autres langues
mortes, étoient un embarras dans le plan d'une éducation utile; et que
le soin qu'on avoit pris de fonder un collége plus étendu que le sien,
avoit été contraire à son intention et lui avoit occasionné du
mécontentement.

Si ce que nous venons de citer plus haut, ne suffit pas pour prouver la
fausseté de cette assertion, les lettres, que nous allons transcrire,
achèveront de la démontrer. Un homme, qui venoit de publier des idées
sur un collége propre à un pays encore peu avancé, c'est-à-dire, à
New-York, envoya son pamphlet à Franklin, et lui demanda quelle étoit
son opinion à ce sujet. Franklin lui répondit. Leur correspondance, qui
dura environ un an, fut suivie de l'établissement du grand collége, sur
les principes du premier. L'auteur du projet fut, en même-temps, mis à
la tête de l'un et de l'autre; et depuis trente-six ans, il les dirige
d'une manière très-distinguée.

On verra aussi par ces lettres, quel étoit alors l'état du collége.


  À M. W. SMITH, à Long-Island.

                                         Philadelphie, le 19 avril 1753.

«J'ai reçu, Monsieur, votre lettre du 11 courant, ainsi que votre nouvel
écrit[34] sur l'éducation. Je vais le lire attentivement, et par le
prochain courrier, je vous en dirai ma façon de penser, ainsi que vous
le désirez.

  [34] Intitulé: _Idée générale du collége de Mirania_.

»Je pense que vos jeunes élèves pourroient faire ici, d'une manière
satisfaisante, un cours de mathématiques et de physique. M. Alison[35],
qui a été élevé à Glascow, a long-temps professé la dernière de ces
sciences, et M. Grew[36] la première; et leurs écoliers font des progrès
très-rapides. M. Alison est à la tête de l'école de latin et du grec:
mais comme il a maintenant trois bons aides[37], il peut fort bien
consacrer, chaque jour, quelques heures à l'instruction de ceux qui
étudient les hautes sciences.

  [35] Le savant docteur Francis Alison, qui est devenu vice-recteur du
    collége de Philadelphie.

  [36] M. Théophile Grew, professeur de mathématiques dans le même
    collége.

  [37] Ces aides étoient alors M. Charles Thompson, dernier secrétaire
    du congrès; M. Paul Jackson et M. Jacob Duche.

»Notre école de mathématiques est assez bien pourvue d'instrumens. Notre
bibliothèque de livres anglais est très-bien composée, et nous y avons
un assortiment de machines pour les expériences de physique, assortiment
qui n'est pas considérable, mais que nous espérons incessamment
completter. La bibliothèque loganienne, l'une des plus belles
collections qu'il y ait en Amérique, sera bientôt ouverte; de sorte que
les livres, ni les instrumens ne nous manqueront pas. En outre comme
nous sommes toujours déterminés à allouer de bons honoraires aux
professeurs, nous avons lieu de croire que nous pourrons en choisir
d'habiles; et certes, c'est de ce choix que dépend le succès de
l'institution.

»Si avant de retourner en Europe, il vous est possible de venir à
Philadelphie, je serai bien charmé de pouvoir converser avec vous.
J'aurai aussi un vrai plaisir à vous écrire et à recevoir de vos
lettres, après que vous serez fixé en Angleterre; car la correspondance
des hommes qui ont du savoir, de la vertu et l'amour du bien public, est
une de mes plus grandes jouissances.

»J'ignore si vous avez vu le premier plan que j'ai fait pour
l'établissement de notre collége. Je vous l'envoie ci-joint.
Quoiqu'imparfait, il a eu le succès que je désirois, puisqu'il a été
suivi d'une souscription de quatre mille livres sterlings, qui nous ont
servi à le mettre à exécution. Comme nous aimons beaucoup à recevoir des
conseils, et que chaque jour nous donne plus d'expérience, j'espère
qu'en peu d'années, notre institution sera parfaite.

»Je suis, etc.»

  B. FRANKLIN.


  AU MÊME.

                                            Philadelphie, le 3 mai 1753.

«M. Peters, Monsieur, étoit, il n'y a qu'un instant, avec moi; et nous
avons comparé nos notes sur votre nouvel écrit. Ce plan d'éducation est
vraiment excellent: nous n'y avons apperçu rien qui ne soit
très-praticable. La principale difficulté est de trouver l'_aratus_[38],
et les autres personnes propres à le mettre à exécution; mais on peut
pourtant y réussir, en offrant à ces personnes les encouragemens
nécessaires.

  [38] C'est le nom qui étoit donné au chef du collége, dans le plan
    dont il est ici mention, et qui depuis plusieurs années, a été
    exécuté en très-grande partie, dans le collége de Philadelphie, et
    dans divers autres colléges des États-Unis.

»Nous avons eu, M. Peters et moi, un grand plaisir à examiner votre
plan. Quant à moi, je ne me souviens pas que la lecture d'aucun autre
écrit m'ait jamais fait plus d'impression; tant il y a de noblesse et de
justesse dans les idées, et de chaleur et d'élégance dans le style!
Toutefois, comme les critiques de vos amis peuvent vous être plus utiles
et plus agréables que leurs éloges, je dois vous observer que je
désirerois que vous eussiez omis, non-seulement la citation du
Review[39], mais les expressions[40], que le ressentiment vous a dictées
contre vos adversaires. En pareil cas, la plus noble victoire est celle
qu'on obtient en brillant davantage, et en dédaignant l'envie.

  [39] Cette citation du _Monthly Review_ de Londres, année 1749,
    attaquoit d'une manière trop sévère, l'administration et la
    discipline des universités d'Oxford et de Cambridge, et fut ôtée des
    nouvelles éditions de l'écrit de M. W. Smith.

  [40] Pages 65 et 79 du pamphlet.

»M. Allen est depuis dix jours absent de Philadelphie. Avant son départ,
il me chargea de lui procurer six exemplaires de votre plan. M. Peters
en a pris dix. Il se proposoit d'abord de vous écrire, mais il ne le
fait point, parce qu'il espère vous voir bientôt ici. Il me prie de vous
présenter ses complimens, et de vous assurer qu'il vous accueillera avec
grand plaisir. J'ajouterai que vous pouvez compter que, de mon côté, je
ferai tout ce qui dépendra de moi pour vous rendre agréable le séjour de
Philadelphie.

»Je suis, etc.»

  B. FRANKLIN.


  AU MÊME.

                                      Philadelphie, le 27 novembre 1753.

«Comme je vous ai écrit, mon cher Monsieur, une très-longue lettre, par
la voie de Bristol, je n'ai maintenant que peu de choses à vous dire. Ce
qui concerne notre collége, est toujours dans le même état.

»Les curateurs seroient charmés d'y placer un recteur: mais ils
craignent de prendre de nouveaux engagemens jusqu'à ce qu'ils se soient
libérés des dettes qu'ils ont contractées; et je n'ai pas encore pu leur
persuader entièrement qu'un bon professeur dans les hautes sciences,
attireroit assez d'écoliers pour payer en grande partie, sinon
tout-à-fait, ses honoraires. Ainsi, à moins que les propriétaires[41] de
la province ne veuillent soutenir notre institution, je crains que nous
ne soyons obligés d'attendre encore quelques années avant de la voir
dans l'état de perfection, dont je la crois déjà susceptible; et
l'espérance que j'avois de vous voir établi parmi nous, s'évanouira.

  [41] La famille des Penn.

»Le bon M. Collinson m'écrit qu'il n'épargnera pas ses soins à cet
égard. Il espère qu'avec l'aide de l'archevêque, il décidera nos
propriétaires[42]; et je prie Dieu qu'il le fasse réussir.

  [42] À la sollicitation de Franklin, de M. Allen et de M. Peters,
    l'archevêque Herring et M. Collinson, engagèrent MM. Thomas Penn et
    Richard Penn à souscrire pour une somme annuelle, et à donner
    ensuite 5000 livres sterlings au collége de Philadelphie.

»Mon fils vous présente sa respectueuse affection.

  »Je suis, etc.

  B. FRANKLIN.

_P. S._ Je n'ai pas reçu un seul mot de vous, depuis votre arrivée en
Angleterre.»


  AU MÊME.

                                         Philadelphie, le 18 avril 1754.

«Depuis que vous êtes de retour en Angleterre, Monsieur, je n'ai reçu
qu'une petite lettre de vous, par la voie de Boston, et en date du 18
octobre dernier. Vous me mandez que vous m'avez écrit très au long par
le capitaine Davis.--Davis a fait naufrage, et conséquemment votre
lettre est perdue; ce qui me fait beaucoup de peine.

»Mesnard et Gibbon sont arrivés ici, et ne m'ont rien apporté de votre
part. Ma consolation est que vous ne m'écrivez point, parce que vous
venez, et que vous vous proposez de me dire de vive voix ce qui
m'intéresse. Étant donc incertain que cette lettre vous trouve en
Angleterre, et espérant de vous voir arriver, ou au moins de recevoir de
vos nouvelles, par le navire _la Myrtilla_, capitaine Budden, que nous
attendons à tout instant, je me borne à vous renouveler les assurances
de mon estime et de mon affection.»

  B. FRANKLIN.


Environ un mois après que cette lettre fût écrite, M. Smith arriva à
Philadelphie, et fut aussitôt placé à la tête du collége. Par ce moyen,
Franklin et les autres curateurs, purent exécuter le dessein de
perfectionner leur collége, et de lui donner le degré d'étendue et
d'utilité, dans lequel il s'est soutenu jusqu'à présent. Ils obtinrent
pour cela une charte additionelle, datée du 27 mai 1755.

Nous avons cru nécessaire de montrer de quelle importance les soins de
Franklin furent pour cette institution. Peu de temps après, il
s'embarqua pour l'Angleterre, où l'appeloit le service de son pays; et
comme depuis le même service l'a presque toujours occupé au dehors,
ainsi qu'on le verra dans la suite de ces mémoires, il n'eut plus que
peu d'occasions de prendre une part directe aux affaires du collége.

Lorsqu'en l'année 1785, il retourna à Philadelphie, il trouva les
chartes du collége violées, et ses anciens collègues, qui en étoient,
comme lui, les premiers fondateurs, privés de leurs droits
d'administration, par un acte de la législature. Quoique son nom eût été
inséré dans la liste des nouveaux curateurs, il refusa de prendre place
parmi eux, et de se mêler de l'administration jusqu'à ce qu'une loi eût
rétabli les choses dans leur premier état.

Cette loi fut rendue. Alors Franklin convoqua ses anciens collègues dans
sa maison. Ils le choisirent pour leur président; et, à sa
sollicitation, ils continuèrent long-temps à s'assembler chez lui.
Cependant, quelques mois avant sa mort, craignant que l'attention qu'il
donnoit aux affaires du collége, ne le fatiguât trop, ils lui
proposèrent de tenir leurs assemblées dans le collége même, et il y
consentit, quoiqu'avec quelque répugnance.

Non-seulement Franklin fut l'auteur de plusieurs institutions utiles,
mais il favorisa celles dont d'autres hommes avoient conçu l'idée. Vers
l'année 1752, le docteur Bond, célèbre médecin de Philadelphie, touché
de l'état déplorable des pauvres, qu'il visitoit dans leurs maladies,
forma le projet d'établir un hôpital. Quels que fussent ses efforts, il
ne put déterminer que peu de personnes à concourir à l'exécution d'un
plan aussi utile. Mais ne voulant pas y renoncer, il eut recours à
Franklin, qui travailla avec ardeur à le faire réussir, soit en
employant son crédit auprès de ses amis, soit en démontrant, dans sa
gazette, les avantages du projet.

Ses soins ne furent point inutiles. Les souscriptions s'élevèrent
bientôt à une somme considérable. Cependant cette somme étoit encore
au-dessous de ce qu'il falloit pour les premiers frais de
l'établissement. Franklin fit une nouvelle tentative. Il s'adressa à
l'assemblée; et après quelqu'opposition, il obtint la permission de
présenter un bill, qui disoit qu'aussitôt que les souscriptions pour
l'établissement de l'hôpital, s'élèveroient à deux mille livres
sterling, le trésor public fourniroit une pareille somme. Comme cette
somme étoit promise à des conditions, qu'on espéroit ne voir jamais
remplir, les opposans gardèrent le silence et le bill passa. Mais les
soutiens du projet redoublèrent d'efforts, pour obtenir les
souscriptions nécessaires, et ils ne tardèrent pas à y réussir. Ce
fut-là l'origine de l'hôpital de Philadelphie; institution qui, avec le
Mont-de-Piété et la maison où l'on distribue des remèdes, est une preuve
de l'humanité des habitans de cette ville.

Franklin avoit rempli avec tant d'intelligence l'emploi de directeur des
postes de Philadelphie, et il connoissoit si bien ce département, qu'on
jugea nécessaire de l'élever à une place plus distinguée. En 1753, il
fut nommé sous-directeur-général des postes des colonies britanniques.
Les profits de la poste aux lettres n'étoient pas une petite partie des
revenus que le gouvernement anglais retiroit de ses colonies. On prétend
que tandis que Franklin en fut chargé, les postes de l'Amérique
septentrionale produisirent annuellement trois fois autant que celles
d'Irlande.

Les frontières des colonies d'Amérique étoient très-exposées aux
incursions des Indiens, sur-tout lorsque la guerre avoit lieu entre la
France et l'Angleterre. Ces colonies étoient individuellement trop
foibles, pour que chacune pût prendre des mesures efficaces pour sa
propre défense, ou elles avoient trop peu de bonne volonté pour se
charger, en particulier, de construire des forts, d'entretenir des
garnisons, tandis que celle qui auroit fait ces entreprises, auroit vu
ses voisins partager le fruit de ses peines, sans avoir contribué à les
faire naître. Quelquefois aussi les querelles, qui subsistoient entre
les gouverneurs et les assemblées, empêchoient qu'on adoptât des moyens
de défense, comme nous avons déjà rapporté que cela avoit eu lieu en
Pensylvanie, en 1745.

Cependant il étoit à désirer que les colonies formassent un plan
d'union, et pour leur défense commune, et pour leurs autres intérêts.
Elles en sentirent la nécessité; et en conséquence, des commissaires des
provinces de New-Hampshire, de Massachusett, de Rhode-Island, de
New-Jersey, de Pensylvanie et de Maryland, se réunirent, en 1754, à
Albany. Franklin s'y rendit, en qualité de commissaire de la
Pensylvanie, et il y présenta un plan, qui, d'après le lieu où se tenoit
l'assemblée, a été communément appelé le _Plan d'Union d'Albany_.

Il proposoit dans ce plan, de demander au parlement d'Angleterre, un
acte d'après lequel on établiroit un gouvernement-général, composé d'un
président, nommé par le roi, d'un grand-conseil, dont les membres
seroient élus par les représentans des différentes colonies. Il vouloit,
en même-temps, que le nombre de ces représentans fût proportionné aux
sommes que chaque colonie verseroit dans le trésor public, avec cette
restriction, qu'aucune ne pourroit en avoir ni plus de sept, ni moins de
deux.

Toute l'autorité exécutive devoit être déléguée au président-général, et
l'autorité législative devoit résider dans le grand-conseil et le
président réunis; le consentement de ce dernier étant nécessaire pour
qu'un bill fût converti en loi. Le président et le conseil devoient
avoir le pouvoir de faire la guerre et la paix, de conclure des traités
avec les nations indiennes, de régler le commerce avec elles, et d'en
acheter des terres, soit au nom de la couronne d'Angleterre, soit au nom
de l'union coloniale; d'établir de nouvelles colonies, de faire des
loix, pour les gouverner, jusqu'à ce qu'elles fussent érigées en
gouvernemens séparés; de lever des troupes, de construire des
forteresses, d'équiper des vaisseaux, et d'employer tous les autres
moyens propres à la défense générale. En conséquence, ils auroient pu
aussi établir les impôts, ou mettre les taxes qu'il auroient cru
nécessaires, et les moins onéreuses au peuple.

Toutes ces loix devoient être envoyées en Angleterre, pour obtenir la
sanction du roi; et à moins qu'elles ne fussent improuvées avant trois
ans, elles devoient demeurer en vigueur. La nomination de tous les
officiers de terre et de mer devoit être faite par le président-général,
et approuvée par le conseil. Les officiers civils, au contraire,
devoient être nommés par le conseil, et approuvés par le président.

Telle est l'esquisse du plan que Franklin proposa au congrès d'Albany.
Après une discussion, qui dura quelques jours, ce plan fut agréé par
tous les commissaires; et l'on en envoya une copie à l'assemblée de
chaque province, ainsi qu'au conseil du roi. Sa destinée fut singulière.
Les ministres anglais le désapprouvèrent, parce qu'il accordoit trop
d'autorité aux représentans du peuple; et les assemblées coloniales n'en
voulurent point, parce qu'il donnoit au président-général, qui
représentoit le roi, une plus grande influence qu'elles ne le jugeoient
convenable dans un plan de gouvernement destiné à des hommes libres.

Peut-être ce double motif de rejet est ce qui prouve le mieux combien le
plan de Franklin étoit convenable dans la situation relative où se
trouvoient alors l'Amérique et la Grande-Bretagne. En homme intelligent
et sage, il avoit exactement ménagé leurs intérêts divers.

L'adoption de ce plan auroit fort bien pu empêcher que les colonies
anglaises ne se séparassent de leur métropole: mais c'est une question,
qu'il n'est nullement aisé de décider. On peut dire qu'en mettant les
colonies en état de se défendre elles-mêmes, on auroit écarté le
prétexte, qui a servi à faire passer au parlement d'Angleterre l'acte du
timbre, l'acte du thé et quelques autres, qui ont excité en Amérique un
esprit de mécontentement, et occasionné par la suite la séparation des
deux peuples. Mais d'un autre côté, on doit considérer que quand ces
actes ne seroient point émanés du parlement, les Américains n'auroient
pas tardé à briser les entraves que l'Angleterre mettoit à leur
commerce, en les forçant de ne vendre leurs productions qu'aux Anglais,
et de leur acheter les marchandises que le peu d'encouragement qu'il y
avoit dans leurs manufactures leur rendoit nécessaires, et que ces
Anglais leur fesoient payer beaucoup plus cher que ne l'auroient fait
les autres nations.

En outre, le président-général devant être nommé par le roi
d'Angleterre, il n'eût pas manqué de lui être exclusivement dévoué, et
conséquemment il auroit refusé son consentement aux loix les plus
salutaires, lorsque ces loix auroient eu la moindre apparence de blesser
les intérêts de son maître. De plus, le consentement même du président
n'eût pas suffi. Il auroit fallu que les loix eussent encore
l'approbation du roi, qui, dans toutes les circonstances, auroit, sans
doute, préféré l'avantage de ses états d'Europe à celui de ses colonies.
Cette préférence eût fait naître des discordes perpétuelles entre le
conseil et le président-général, et par conséquent entre le peuple
d'Amérique et le gouvernement d'Angleterre.--Tandis que les colonies
seroient restées faibles, elles auroient été obligées de se soumettre:
mais aussitôt qu'elles auraient acquis de la force, elles seroient
devenues plus pressantes dans leurs demandes; et secouant enfin le joug,
elles se seroient déclarées indépendantes.

Lorsque les Français étoient en possession du Canada, ils fesoient un
grand commerce avec les Sauvages; ils alloient même traiter jusqu'auprès
des frontières des colonies britanniques; et quelquefois ils formoient
de petits établissemens sur le territoire que les Anglais prétendoient
leur appartenir. Indépendamment du tort considérable que cela fesoit aux
Anglais relativement au commerce des pelleteries, leurs colonies étoient
sans cesse exposées à se voir dévastées par les Indiens qu'on excitoit
contr'elles.

En 1753, il y eut quelques ravages commis sur les frontières de la
Virginie. Les remontrances, qui furent faites à cet égard, restèrent
sans effet. En 1754, on envoya sur les lieux un corps de troupes dont le
commandement fut donné à Washington; car, quoique très-jeune encore, cet
officier s'étoit conduit, l'année précédente, de manière à prouver qu'il
méritoit cette confiance.

Tandis qu'il marchoit pour aller prendre possession du poste situé dans
l'endroit où se réunissent l'Allegany et le Monongahela, il apprit que
les Français y avoient déjà construit un fort. Un détachement de leurs
troupes s'avança aussitôt contre lui. Il se fortifia autant que les
circonstances le lui permirent; mais la supériorité du nombre l'obligea
bientôt à rendre le fort de _la Nécessité_. Il obtint une capitulation
honorable, et il retourna en Virginie.

Le gouvernement britannique crut ne pas devoir rester spectateur
tranquille de cette querelle. En 1755, il donna ordre au général
Braddock de marcher avec un corps de troupes régulières et quelques
milices américaines, pour chasser les Français du poste dont ils
s'étoient emparés. Lorsque les troupes furent rassemblées, il s'éleva
une difficulté, qui fut sur le point d'empêcher l'expédition. C'étoit le
manque de chariots. Franklin s'empressa d'en faire fournir; et, avec
l'aide de son fils, il en procura, en peu de temps, cent cinquante.

Braddock donna dans une embuscade, et y périt avec une grande partie de
son armée. Washington, qui étoit au nombre des aides-de-camp de ce
général, et l'avoit en vain averti de son danger, déploya alors de
grands talens militaires, en rassemblant les débris de l'armée, et
effectuant une jonction avec l'arrière-garde, que conduisoit le colonel
Dunbar, devenu commandant en chef par la mort de Braddock. Ce ne fut pas
sans peine qu'on parvint à conduire dans un endroit sûr les foibles
restes de ces troupes. On crut devoir, en même-temps, détruire les
chariots et le bagage pour empêcher qu'ils ne tombassent au pouvoir de
l'ennemi.

Franklin avoit fait des obligations, en son nom, pour les chariots qui
avoient été fournis à l'armée. Les propriétaires de ces chariots
déclarèrent que leur intention étoit de le forcer à leur en tenir
compte. S'ils avoient exécuté cette menace, il est certain que Franklin
auroit été ruiné. Mais le gouverneur Shirley voyant qu'il n'avoit
répondu des chariots que pour servir le gouvernement, se chargea de les
faire payer, et retira Franklin d'une situation très-désagréable.

La nouvelle de la défaite et de la mort du général Braddock, répandit
l'alarme dans les colonies anglaises. Toutes s'occupèrent de préparatifs
de guerre. Mais en Pensylvanie, le crédit des quakers empêcha qu'on
adoptât aucun systême de défense, qui pourroit forcer les citoyens à
prendre les armes. Franklin voulant faire organiser une milice, présenta
à l'assemblée, un bill, d'après lequel tout homme avoit la liberté de
prendre les armes, ou non. Les quakers restant ainsi maîtres de ne pas
s'armer, laissèrent passer le bill; car bien que leurs principes ne leur
permissent pas de combattre, ils ne les obligeoient pas à empêcher leurs
voisins de combattre pour eux.

D'après ce bill, les milices de Pensylvanie devinrent une troupe
respectable. L'idée d'un danger imminent enflamma d'une ardeur
belliqueuse tous ceux à qui leurs principes religieux ne l'interdisoient
pas. Franklin fut nommé colonel du régiment de Philadelphie, composé de
douze cents hommes.

L'ennemi ayant fait une invasion sur la frontière nord-ouest de la
province, on fut obligé de s'occuper à y porter des secours. Le
gouverneur chargea Franklin de prendre, à cet égard, toutes les mesures
nécessaires. Il reçut le pouvoir de lever des troupes, et de nommer
leurs officiers. Aussitôt il forma un régiment, avec lequel il se rendit
dans l'endroit qui exigeoit sa présence. Il y bâtit un fort, et y mit
une garnison en état de s'opposer aux incursions qui avoient,
jusqu'alors, inquiété les habitans. Il y séjourna même quelque temps,
afin de s'acquitter mieux des soins qui lui avoient été confiés.
Ensuite, l'intérêt du peuple demandant qu'il reparût dans l'assemblée,
il retourna à Philadelphie.

La défense des colonies de l'Amérique septentrionale étoit
très-dispendieuse pour l'Angleterre. Le meilleur moyen de diminuer cette
dépense, étoit de mettre des armes dans les mains des habitans, et de
leur enseigner le moyen de s'en servir. Mais l'Angleterre ne se soucioit
point que les Américains apprissent à connoître leurs propres forces.
Elle craignoit que dès qu'ils en seroient venus là, ils ne voulussent
plus se soumettre au monopole qu'elle exerçoit sur leur commerce, et qui
ne leur étoit pas moins onéreux qu'avantageux à elle-même. L'entretien
des flottes et des armées qu'elle avoit en Amérique, n'étoit rien, en
comparaison des profits du commerce qu'elle y fesoit.

Ce qu'elle crut pouvoir faire de mieux, pour retenir ses colonies dans
une soumission paisible, fut de leur rendre sa protection nécessaire.
Elle voulut écarter tout ce qui tendoit à montrer un esprit militaire;
et quoiqu'on fût alors dans le fort de la guerre entre l'Angleterre et
la France, le ministère anglais improuva l'acte par lequel l'assemblée
de Pensylvanie avoit permis l'organisation des milices. Les régimens qui
avoient été formés, furent licenciés; et on fit marcher des troupes
régulières pour défendre la province.

La guerre qui désoloit les frontières, n'empêchoit pas que les
propriétaires[43] et le peuple de la Pensylvanie, ne fussent toujours en
mésintelligence. L'appréhension même d'un danger commun ne suffisoit pas
pour les réconcilier un moment. L'assemblée prétendoit jouir du juste
droit de mettre des impôts sur les terres des propriétaires: mais les
gouverneurs refusoient opiniâtrement de donner à cette mesure, un
consentement sans lequel aucun bill ne pouvoit être converti en loi.

  [43] Les héritiers Penn.

Indignée d'une résistance qu'elle regardoit comme une iniquité,
l'assemblée résolut enfin, de demander à la mère-patrie qu'elle y mît un
terme. Elle adressa au roi et à son conseil, une pétition, dans laquelle
elle montroit tout le tort que fesoient au peuple, et l'attachement
exclusif des propriétaires à leur intérêt particulier, et leur
indifférence pour le bien général de la colonie; et elle en demandoit
justice.

Franklin fut chargé d'aller présenter cette adresse, et nommé, en
conséquence, agent de la province de Pensylvanie. Il partit d'Amérique
au mois de juin 1757. Conformément aux instructions qu'il avoit reçues
de l'assemblée, il eut une conférence avec les héritiers Penn, qui
résidoient alors à Londres, et il essaya de les déterminer à abandonner
des prétentions dès long-temps contestées. Mais voyant qu'ils refusoient
toute espèce d'accommodement, il présenta au conseil-d'état, la pétition
de l'assemblée.

Pendant ce temps-là, le gouverneur Denny donna son assentiment à une loi
qui établissoit un impôt, sans faire aucune distinction en faveur des
biens de la famille Penn. Alarmée de cette nouvelle et des démarches de
Franklin, cette famille employa tout son crédit pour empêcher que la
sanction royale ne fût donnée à la nouvelle loi. Ils la représentèrent
comme une loi excessivement injuste, qui leur feroit bientôt supporter
tous les frais du gouvernement, et auroit les conséquences les plus
funestes pour eux et pour leur postérité.

Cette cause fut amplement discutée devant le conseil privé. Les
héritiers Penn y trouvèrent plusieurs zélés défenseurs; mais il y eut
aussi des membres du conseil, qui soutinrent, avec chaleur, la cause du
peuple. Après d'assez longs débats, on proposa que Franklin promît
solemnellement que la répartition de l'impôt seroit telle que les biens
des Penn ne paieroient pas au-delà de ce qu'ils devroient
proportionnément aux autres. Franklin n'hésita point à le promettre. La
famille Penn cessa de s'opposer à la sanction de la loi; et la
tranquillité fut rendue à la Pensylvanie.

La manière dont se termina ce différend, montre clairement la haute
opinion qu'avoient de l'honneur et de l'intégrité de Franklin, ceux
mêmes qui le considéroient comme opposé à leurs vues. Certes, cette
opinion n'étoit point mal fondée. La répartition de l'impôt fut faite
d'après les principes de la plus austère équité; et les terres des Penn
ne contribuèrent aux dépenses du gouvernement que proportionnément à
leur valeur.

Après la conclusion de cette importante affaire, Franklin demeura à la
cour de Londres, en qualité d'agent de la province de Pensylvanie. La
profonde connoissance qu'il avoit de la situation des colonies, et son
zèle constant pour leurs intérêts, le firent nommer aussi agent des
provinces de Massachusett, de Maryland et de Georgie. Sa conduite dans
cette place, le rendit encore plus cher à ses compatriotes.

Il eut alors occasion de cultiver la société des amis, que son mérite
lui avoit procuré pendant qu'il étoit encore éloigné d'eux. L'estime,
qu'ils avoient conçue pour lui, s'accrut, quand ils le connurent
personnellement. Ceux, qui avoient combattu les avantages de ses
découvertes en physique, se turent insensiblement, et les récompenses
littéraires lui furent prodiguées.

La Société royale de Londres, qui s'étoit d'abord refusée à insérer dans
ses transactions, les écrits de l'électricien de Philadelphie, pensa
bientôt qu'elle se feroit un honneur de l'admettre au nombre de ses
membres. D'autres compagnies savantes désirèrent également d'inscrire
son nom parmi ceux qui les illustroient. L'université de Saint-André, en
Écosse, lui conféra le titre de docteur ès loix; et cet exemple fut
suivi par les universités d'Edimbourg et d'Oxford. Les premiers
philosophes de l'Europe ambitionnèrent d'entrer en correspondance avec
lui. Les lettres qu'il leur écrivit, contiennent des idées savantes et
profondes, exprimées de la manière la plus simple et la plus naturelle.

Les Français possédoient alors le Canada, où ils avoient, les premiers,
fait des établissemens. Le commerce que cette colonie les mettoit à même
de faire avec les Sauvages, étoit extrêmement lucratif. Ils avoient
trouvé là, un débouché considérable pour les produits de leurs
manufactures, et ils recevoient en échange une grande quantité de belles
fourrures, qu'ils vendoient chèrement en Europe. Mais si la possession
du Canada étoit très-avantageuse à la France, les habitans des colonies
anglaises souffroient beaucoup de ce qu'il lui appartenoit. Les Sauvages
étoient en général jaloux de cultiver l'amitié des Français, qui leur
fournissoient abondamment des armes et des munitions. Quand la guerre
avoit lieu entre l'Angleterre et la France, les Sauvages s'empressoient
de ravager les frontières des colonies anglaises. Bien plus: ils
commettoient de pareils excès, lors même que la France et l'Angleterre
étoient en paix.

D'après ces considérations, il n'étoit pas douteux que l'Angleterre ne
fût intéressée à acquérir le Canada. Mais l'importance de cette
acquisition n'étoit pas très-bien sentie à Londres. Franklin publia
alors un pamphlet, dans lequel il démontra, avec la plus grande force,
les avantages qui résulteroient de la conquête du Canada.

On traça aussitôt le plan d'une expédition, à la tête de laquelle fut
mis le général Wolfe. Le succès en est connu. Par le traité de paix
signé en 1762, la France abandonna le Canada à la Grande-Bretagne; et
par la cession, qu'elle fit peu après, de la Louisiane, elle perdit
toutes ses possessions dans le continent d'Amérique.

Quoique Franklin fût alors très-occupé de politique, il trouvoit le
moyen de cultiver les sciences. Il étendit ses recherches sur
l'électricité, et fit un très-grand nombre de nouvelles expériences,
particulièrement sur le tourmalin. Il n'y avoit encore que très-peu de
temps qu'on avoit découvert la singulière propriété qu'a cette pierre de
s'électriser positivement, d'un côté, et négativement de l'autre, sans
friction, et par la seule action de la chaleur.

Le professeur Simpson de Glascow, communiqua à Franklin quelques
expériences que le docteur Cullen avoit faites sur le froid, produit par
l'évaporation. Franklin les répéta, et il trouva que lorsqu'on pompoit
l'air dans le récipient de la machine pneumatique, le froid y augmentoit
à un tel degré, même en été, que l'eau y étoit convertie en glace. Il se
servit de cette découverte pour expliquer un nombre de phénomènes, et
particulièrement un fait, dont les physiciens avoient jusqu'alors
cherché vainement la cause; c'est que la chaleur du corps humain, dans
un état de santé, n'excède jamais le quatre-vingt seizième degré du
thermomètre de Fareinheit, quoique l'atmosphère qui l'environne puisse
s'élever à un bien plus haut degré. Franklin attribua cela à
l'augmentation de transpiration, et par conséquent à l'évaporation
produite par la chaleur.

Dans une lettre écrite à M. Small, à Londres, et datée du mois de mai
1760, Franklin lui fit part d'un grand nombre d'observations, qui
servent à prouver que dans l'Amérique septentrionale, les tempêtes du
nord-est commencent dans le sud-ouest. Il paroît, d'après une
observation nouvelle, qu'une tempête du nord-est, qui s'étendit à une
distance considérable, commença à Philadelphie quatre heures avant de se
faire sentir à Boston.

Franklin essaya d'expliquer le fait, dont il rendoit compte, en
supposant que la chaleur occasionnoit une raréfaction de l'air dans les
environs du golfe du Mexique; qu'alors l'air plus froid qui étoit
immédiatement au nord, se portoit vers ce côté, et étoit remplacé par un
air plus froid, que suivoit un plus froid encore: ce qui formoit un
courant d'air continuel.

Le son produit par le frottement du bord d'un verre à boire avec un
doigt mouillé, étoit généralement connu. Un irlandois, nommé
_Puckeridge_, essaya de former un instrument harmonieux, en plaçant sur
une table un certain nombre de verres de diverse grandeur et à moitié
remplis d'eau. Une mort prématurée l'empêcha de perfectionner cette
invention. Mais d'autres profitèrent de sa découverte. La douceur des
sons, que rendoient ces verres, engagea Franklin à s'en occuper, et il
produisit, enfin, cet élégant instrument, auquel on a donné le nom
d'_harmonica_.

Dans l'été de 1762, Franklin retourna en Amérique. Dans la traversée, il
remarqua le singulier effet, produit par le mouvement d'un vase qui
contenoit de l'huile flottant sur l'eau. La surface de l'huile restoit
unie et calme, tandis que l'eau étoit très-violemment agitée. Nous ne
croyons pas que ce phénomène ait été encore expliqué d'une manière
satisfaisante.

Franklin reçut les remerciemens de l'assemblée de Pensylvanie, et pour
la fidélité avec laquelle il avoit rempli son devoir envers cette
province, et pour les nombreux et importans services qu'il avoit rendus
pendant son séjour à Londres, à toutes les colonies de l'Amérique
septentrionale. L'assemblée décréta, en même-temps, qu'il lui seroit
alloué une indemnité de cinq mille livres sterlings[44], pour les six
ans qu'il avoit passés à Londres.

  [44] Il y a dans l'original, _argent courant de Pensylvanie_, qui vaut
    à-peu-près un tiers de moins; mais on a traduit _sterling_, parce
    qu'autrement, peu de lecteurs français auroient compris ce que cela
    auroit signifié. (_Note du Traducteur._)

Pendant son absence, il avoit été élu tous les ans membre de l'assemblée
de Pensylvanie. À son retour, il reprit sa place dans ce corps, et il
continua à être le courageux défenseur des droits du peuple.

Il survint, dans le mois de décembre 1762, un évènement qui répandit
l'alarme dans la province. Une peuplade, composée d'une vingtaine
d'Indiens, étoit dès long-temps établie dans le comté de Lancaster, et
n'avoit pas cessé de se conduire paisiblement et amicalement envers les
colons anglais. Cependant les dévastations que d'autres Sauvages
commettoient sur les frontières, irritèrent tellement les colons, qu'ils
résolurent de s'en venger sur tous les Indiens. Environ cent vingt
habitans, qui, pour la plupart, étoient de Donnegal et de Peckstang ou
de Paxton, dans le comté d'York, montèrent à cheval, se rassemblèrent,
et prirent la route du petit établissement des paisibles et innocens
Indiens de Lancastre. Ces bons Sauvages furent avertis qu'on venoit les
attaquer: mais considérant les hommes blancs comme leurs amis, ils
crurent n'avoir rien à craindre.

Lorsque les colons arrivèrent dans le village de ces Indiens, ils n'y
trouvèrent que des femmes, des enfans, et quelques vieillards, parce que
le reste de la peuplade étoit allé vaquer à ses occupations accoutumées.
Ils égorgèrent tous ceux qu'ils rencontrèrent, entr'autres le chef,
nommé _Schahaès_, distingué par son attachement aux colons. Cette action
barbare excita l'indignation de tous ceux des habitans, qui avoient
quelque sentiment d'humanité.

Les malheureux Indiens, qui, s'étant trouvés absens de leur village,
avoient échappé à la mort, furent amenés à Lancastre et logés dans la
geole, afin qu'ils pussent être à l'abri des nouveaux attentats de leurs
assassins. Le gouverneur témoigna, par une proclamation, combien il
désapprouvoit le massacre des Indiens, offrit une récompense à ceux qui
feroient connoître les auteurs de cette barbarie, et défendit qu'on
portât la moindre atteinte au repos du reste de la peuplade. Mais, au
mépris de cette proclamation, les scélérats contre lesquels elle étoit
rendue, marchèrent droit à Lancastre, brisèrent les portes de la geole
et massacrèrent les infortunés Indiens qui y étoient renfermés.

Une seconde proclamation du gouverneur n'eut pas plus d'effet que la
première. Un détachement de colons s'avança vers Philadelphie, dans le
dessein d'égorger quelques Indiens amis qu'on y avoit conduits pour les
dérober à la mort. Plusieurs citoyens de cette ville prirent les armes
pour défendre ces malheureux. Les quakers même, à qui leurs principes
religieux ne permettent pas de combattre pour leur propre défense,
furent les plus ardens à protéger les Indiens[45].

  [45] Ce trait, ce que Franklin rapporte du bon _Denham_, dans la
    première partie de ces mémoires, et tout ce que j'ai observé
    moi-même pendant mon séjour à Philadelphie, m'ont inspiré, je
    l'avoue, une grande vénération pour les quakers. (_Note du
    Traducteur._)

Les assassins entrèrent dans Germaintown[46]. Le gouverneur se sauva
dans la maison de Franklin, tandis que celui-ci marcha, avec quelques
autres personnes, à la rencontre des enfans de Paxton, car c'est le nom
qu'avoient pris les assassins. Franklin les harangua, et parvint à leur
persuader d'abandonner leur entreprise et de retourner chez eux.

  [46] Petite ville à quatre milles de Philadelphie. Elle a été bâtie
    par une colonie allemande, ainsi que l'indique son nom. (_Note du
    Traducteur._)

Les disputes entre les propriétaires[47] et l'assemblée avoient été
long-temps appaisées. Elles se renouvelèrent. Les propriétaires
mécontens d'avoir cédé aux habitans, s'efforçoient de recouvrer leurs
priviléges; et quoiqu'ils eussent déjà consenti qu'on mît des impôts sur
leurs biens, ils vouloient qu'ils en fussent encore exempts.

  [47] Les héritiers Penn.

En 1763, l'assemblée adopta un bill concernant les milices. Le
gouverneur refusa d'y donner son assentiment, à moins que l'assemblée
n'y fît quelques changemens qu'il proposa. Ces changemens consistoient
en une augmentation d'amende, en certains cas, et en une substitution de
la peine de mort à l'amende, en quelques autres. Il vouloit aussi que
les officiers fussent nommés par lui seul, et non élus par le peuple,
comme le portoit le bill. Mais l'assemblée considéra ces changemens
comme contraires à la liberté. Elle ne voulut point y souscrire. Le
gouverneur s'opiniâtra; le bill resta sans effet.

Cette circonstance et beaucoup d'autres du même genre, furent cause que
la mésintelligence qui subsistoit entre les propriétaires et
l'assemblée, s'accrut à un tel point, qu'en 1764, l'assemblée résolut de
présenter au roi une pétition, pour le prier de changer le gouvernement
_propriétaire_ en un gouvernement _royal_.

Il y eut beaucoup d'opposition à cette mesure, non-seulement dans
l'assemblée, mais dans les papiers publics. On publia un discours de M.
Dickenson[48], sur ce sujet, avec une préface du docteur Smith, qui
s'efforça de montrer combien la démarche proposée étoit déplacée et
impolitique.

  [48] Auteur des fameuses _Lettres d'un Fermier de Pensylvanie_.

M. Galloway fit imprimer un discours en réponse à celui de M. Dickenson;
et Franklin y mit une préface, dans laquelle il combattit
victorieusement les principes de celle de Smith. Cependant, l'adresse au
roi n'eut aucun effet; le gouvernement propriétaire continua.

Lorsque vers la fin de l'année 1764, on fit les élections pour le
renouvellement de l'assemblée, les partisans de la famille des Penn,
firent tous leurs efforts pour exclure ceux qui leur étoient opposés, et
ils obtinrent une petite majorité dans la ville de Philadelphie.
Franklin perdit alors la place qu'il avoit occupée quatorze ans de suite
dans l'assemblée. Mais ses amis y conservoient encore une prépondérance
décidée. Ils le firent nommer, sur-le-champ, agent-général de la
province; et le parti opposé en fut si mécontent, qu'il protesta contre
sa nomination. Mais la protestation ne fut point inscrite sur le
registre, parce qu'elle étoit trop tardive. On la fit insérer dans les
papiers publics; et avant de s'embarquer pour l'Angleterre, il y
répondit d'une manière ingénieuse et piquante.

On connoît les troubles que produisit, en Amérique, l'acte du timbre,
présenté par le ministre Grenville[49], et les oppositions qu'il y
rencontra. Lorsque le marquis de Rockingham parvint au ministère, on
crut devoir chercher à calmer les colons, et on pensa qu'un des
meilleurs moyens d'y réussir, étoit la révocation de l'acte odieux. Pour
savoir comment le peuple américain étoit disposé à se soumettre à cette
loi, la chambre des communes fit venir Franklin à sa barre. Les réponses
qu'il y fit, ont été publiées; et elles sont une preuve frappante de
l'étendue, de la justesse de ses connoissances, et de la facilité avec
laquelle il s'exprimoit.

  [49] Dans un discours que prononça, le 15 mai 1777, dans la chambre
    des communes, Charles Jenkinson, devenu comte de Liverpool, il
    déclara que l'acte du timbre n'étoit point de l'invention de M.
    Grenville. On a su depuis que l'idée en étoit due à quelques
    Américains réfugiés en Angleterre, et mécontens de leur patrie.
    (_Note du Traducteur._)

Il présenta les faits avec tant de force, que tous ceux qui n'étoient
pas aveuglés par leurs préventions, virent aisément combien l'acte du
timbre étoit dangereux. Malgré quelqu'opposition, cet acte fut donc
révoqué une année après qu'il eut passé, et avant d'avoir été mis à
exécution.

En 1766, Franklin voyagea en Hollande et en Allemagne, et il y reçut les
plus grandes marques d'attention de la part de tous les savans.
Observateur constant, il apprit des matelots, en traversant la Hollande,
que l'effet d'une diminution d'eau dans les canaux, étoit de ralentir
nécessairement la marche des yachts. À son retour en Angleterre, il fit
un grand nombre d'expériences, qui toutes lui confirmèrent cette
observation. Il adressa ensuite à sir John Pringle, son ami, une lettre
qui contenoit le détail de ces expériences et l'explication du
phénomène. Cette lettre se trouve dans le volume de ses oeuvres
philosophiques.

L'année suivante[50], il se rendit en France, où il ne fut pas accueilli
d'une manière moins distinguée, qu'il ne l'avoit été en Allemagne. Il
fut présenté à plusieurs hommes de lettres célèbres, ainsi qu'au
monarque qui régnoit alors[51].

  [50] En 1767.

  [51] Louis XV.

Il tomba entre les mains de Franklin diverses lettres adressées par
Hutchinson, Oliver[52] et quelques autres, à des personnes qui
occupoient des places éminentes en Angleterre. Ces lettres contenoient
les plus violentes invectives contre les principaux habitans de la
province de Massachusett, et invitoient les ministres à employer des
moyens vigoureux pour forcer le peuple à leur obéir. Franklin transmit
ces lettres à l'assemblée générale de Massachusett, qui les publia. On
en fit passer aussi en Angleterre, des copies certifiées, avec une
adresse au roi, pour le prier de rappeler des hommes qui étoient devenus
odieux au peuple, en se montrant si indignement opposés à ses intérêts.

  [52] Thomas Hutchinson étoit gouverneur de la province de
    Massachusett, et Andrew Oliver, sous-gouverneur. (_Note du
    Traducteur._)

La publication de ces lettres occasionna un duel entre M. Temple et M.
Whately[53], qui, tous deux, étoient soupçonnés de les avoir procurées
aux Américains. Franklin voulant prévenir de nouvelles querelles à ce
sujet, déclara, dans une des gazettes de Londres, qu'il avoit lui-même
envoyé les lettres en Amérique, mais qu'il ne diroit jamais de quelle
manière il les avoit eues. En effet, on ne l'a jamais découvert.

  [53] Les lettres étoient adressées à Thomas Whately, secrétaire de la
    trésorerie, sous le ministère de G. Grenville, et le duel eut lieu
    entre William Whately, frère du premier, et John Temple, américain.
    Ils commencèrent par se battre au pistolet, après quoi ils mirent
    l'épée à la main. William Whately reçut cinq blessures. (_Note du
    Traducteur._)

Bientôt après, l'adresse de l'assemblée de Massachusett fut examinée
devant le conseil-privé. Franklin s'y rendit en qualité d'agent de
l'assemblée; et se vit accabler d'un torrent d'injures, par le
solliciteur-général, qui servoit de défenseur à Oliver et à Hutchinson.
L'adresse fut déclarée inique et scandaleuse, et la demande qu'elle
contenoit, fut rejetée.

Le parlement de la Grande-Bretagne avoit, il est vrai, révoqué l'acte du
timbre; mais c'étoit sous prétexte que la révocation en étoit
nécessaire. Il n'en prétendoit pas moins avoir le droit de taxer les
colonies; et dans le même-temps où il révoqua l'acte du timbre, il en
promulgua un autre, par lequel il déclaroit que, dans tous les cas, il
avoit le droit de faire des loix pour les colonies, et de les
contraindre à y obéir. Ce langage étoit celui des membres du parlement
les plus opposés à l'acte du timbre, et entr'autres, de M. Pitt.

Les colons ne reconnurent jamais ce droit de contrainte: mais comme ils
se flattoient qu'on ne l'exerceroit pas, ils n'étoient pas très-ardens à
le combattre. Si les Anglais n'avoient pas eu la prétention de le faire
valoir, les Américains auroient volontiers continué à fournir leur part
des subsides, de la manière dont ils avoient coutume de le faire;
c'est-à-dire, d'après des décrets de leurs propres assemblées, rendus
sur la demande du secrétaire-d'état.

Si cet usage eût été maintenu, les colonies de l'Amérique septentrionale
étoient si bien disposées pour la métropole, que malgré les désavantages
que leur fesoit éprouver les entraves mises à leur commerce, et toute la
faveur accordée à celui des Anglais, une séparation entre les deux pays
eût, sans doute, été encore très-éloignée. Les Américains étoient, dès
leur enfance, instruits à révérer un peuple dont ils descendoient, et
dont les loix, les moeurs, le langage, étoient les leurs. Ils le
regardoient comme un modèle de perfection; et leurs préjugés à cet égard
étoient si grands, que les peuples les plus éclairés de l'Europe leur
paroissoient des barbares auprès des Anglais. Le seul nom d'Anglais
portoit dans l'ame des Américains, l'idée d'un être grand et bon. Tels
étoient les sentimens qu'on leur inspiroit de bonne heure. Il ne falloit
donc rien moins que des traitemens injustes, long-temps répétés, pour
les faire songer à rompre les liens qui les attachoient à l'Angleterre.

Mais les impôts mis sur le verre, sur le papier, sur les cuirs, sur les
matières propres à faire des couleurs, sur le thé et sur plusieurs
autres articles; les franchises enlevées à quelques colonies;
l'opposition des gouverneurs aux mesures législatives de quelques
autres; l'accueil dédaigneux qu'éprouvoient auprès du trône les humbles
remontrances, dans lesquelles elles demandoient le redressement de leurs
griefs, et beaucoup d'actes violens et oppressifs, excitèrent enfin un
ardent esprit d'insurrection. Au lieu de songer à l'appaiser, par une
conduite plus modérée et plus juste, les ministres anglais parurent
fermement décidés à exiger des colonies l'obéissance la plus servile.
Leur imprudence ne servit qu'à faire empirer le mal. Ce fut en vain
qu'on s'efforça de les faire renoncer à leurs desseins, en leur
représentant que l'exécution en étoit impossible, et que les
conséquences en deviendroient funestes à l'Angleterre. Ils persistèrent
à les suivre avec une opiniâtreté dont l'histoire fournit peu
d'exemples[54].

  [54] Cet exemple se renouvelle de nos jours; et c'est un ministre
    anglais qui le donne. William Pitt s'opiniâtre à faire la guerre à
    la France, contre la volonté de presque tout le peuple anglais.
    (_Note du Traducteur._)

La conservation des colonies de l'Amérique septentrionale étoit si
avantageuse à l'Angleterre, qu'il falloit avoir un entêtement
extravagant pour continuer à employer des moyens propres à donner à
leurs habitans l'idée de se séparer d'elle. Quand nous considérons les
grands progrès qu'on a faits dans la science du gouvernement,
l'extension des principes de liberté parmi les peuples de l'Europe, les
effets qu'ils ont déjà produits en France, ceux qu'ils auront
probablement ailleurs[55], et que nous voyons que tout cela est dû à la
révolution d'Amérique, nous ne pouvons nous empêcher de trouver étrange
que des évènemens, qui peuvent avoir une si grande influence sur le
bonheur du genre-humain, aient été occasionnés par la perversité ou
l'ignorance du cabinet de Londres.

  [55] Cette prophétie, faite il y a cinq ans, est en partie accomplie.
    (_Note du Traducteur._)

Franklin ne négligea rien pour engager les ministres anglais à prendre
d'autres mesures. Et dans des entretiens particuliers, qu'il eut avec
plusieurs chefs du gouvernement, et dans les lettres qu'il leur écrivit,
il leur démontra combien leur conduite, à l'égard des Américains, étoit
injuste et dangereuse. Il leur déclara que malgré l'attachement des
colons pour la métropole, les mauvais traitemens, qu'on leur fesoit
éprouver, finiroient par les aliéner. On n'écouta point cet avis. Les
ministres suivirent aveuglément leur plan, et mirent les colons dans
l'alternative d'opter entre la soumission absolue ou l'insurrection.

En 1775, Franklin voyant que tous ses efforts, pour rétablir l'harmonie
entre les colonies et la Grande-Bretagne, étoient inutiles, retourna en
Amérique. Il trouva que les hostilités avoient déjà commencé. Le
lendemain de son arrivée, il fut élu, par l'assemblée de Pensylvanie,
membre du congrès des États-Unis. Peu de temps après on le chargea,
ainsi que M. Lynch et M. Harrison, d'aller visiter le camp de Cambridge,
et de se concilier avec le commandant en chef, pour tâcher de persuader
aux troupes, qu'il étoit nécessaire qu'elles renouvelassent leur
enrôlement, dont le terme devoit bientôt expirer; et qu'elles
persévérassent à défendre leur pays.

Vers la fin de la même année, il se rendit en Canada, pour proposer aux
habitans d'embrasser, avec les autres colons, la cause de la liberté.
Mais il ne put les engager à s'opposer aux mesures du gouvernement
britannique. M. le Roy dit, dans une lettre écrite à ce sujet, que le
mauvais succès de la négociation de Franklin fut, en grande partie,
occasionné par la différence des opinions religieuses, et le
ressentiment que conservoient les Canadiens, de ce que leurs voisins
avoient plusieurs fois brûlé leurs églises.

Lorsqu'en 1776, lord Howe[56] passa en Amérique, avec le pouvoir de
traiter avec les colons. Il écrivit à Franklin, pour l'engager à
effectuer une réconciliation[57]. Franklin fut nommé, avec John Adams et
Édouard Rutledge, pour se rendre auprès des commissaires et savoir
jusqu'où s'étendoient leurs pouvoirs. Il apprit que ces pouvoirs se
bornoient à pardonner aux colons soumis. De pareilles conditions ne
convenoient point aux Américains: les commissaires ne purent remplir
leur mission.

  [56] Lord Howe commandoit la flotte, et le chevalier Howe, son frère,
    l'armée anglaise. Ils avoient, en même temps, le titre de
    commissaires pacificateurs. (_Note du Traducteur._)

  [57] Sa lettre et la réponse de Franklin seront imprimées dans le
    deuxième volume de ce recueil.

L'importante question de l'indépendance des Américains fut bientôt
agitée; et c'étoit en présence des armées et des flottes formidables,
destinées à les soumettre. Avec des troupes nombreuses, il est vrai,
mais sans discipline, et ignorant absolument l'art de la guerre, sans
argent, sans escadres, sans alliés, n'ayant presque pour appui que le
seul amour de la liberté, les Américains se déterminèrent à se séparer
d'une mère-patrie, qui leur avoit fait subir une longue suite de
vexations et d'outrages. Lorsqu'on proposa cette mesure hardie, Franklin
fut un des premiers à l'adopter, et son opinion entraîna beaucoup
d'autres membres du congrès.

L'esprit du peuple avoit été déjà préparé à cet évènement par le célèbre
pamphlet de Thomas Paine, intitulé: _Le Sens Commun_. Il y a lieu de
croire que Franklin eut beaucoup de part à cet ouvrage, ou du moins,
qu'il fournit des matériaux à l'auteur.

Franklin fut élu président de la convention, qui s'assembla en 1776, à
Philadelphie, pour établir une nouvelle forme de gouvernement. La
constitution actuelle de l'état de Pensylvanie, fut le résultat des
travaux de cette assemblée, et peut être considérée comme le fruit des
principes politiques de Franklin. L'unité législative et la pluralité
exécutive semblent avoir été ses maximes favorites.

Vers la fin de la même année 1776, Franklin fut choisi pour aller suivre
les négociations, entamées par Silas Deane à la cour de France. La
certitude des avantages que la France pouvoit retirer d'un traité de
commerce avec l'Amérique, et le désir d'affoiblir l'empire britannique,
en le démembrant, étoient de puissans motifs pour engager le
gouvernement français à prêter l'oreille aux propositions d'alliance
avec les Américains. Mais il montroit pourtant une répugnance, que
firent cesser, et l'adresse de Franklin, et sur-tout le succès des armes
américaines contre le général Burgoyne[58]. En 1778, on conclut un
traité d'alliance offensive et défensive, et, en conséquence, la France
déclara la guerre à l'Angleterre.

  [58] À Saratoga, où les généraux américains Arnold et Gates, le
    forcèrent de se rendre prisonnier de guerre avec son armée. La
    trahison d'Arnold a terni, depuis, la gloire qu'il acquit par cette
    action. (_Note du Traducteur._)

Personne, peut-être, n'étoit aussi en état que Franklin, de servir
essentiellement les Américains, auprès de la cour de France. Ses
découvertes, ses talens y étoient connus, et on y avoit la plus profonde
estime pour son caractère. Il fut accueilli avec les plus grandes
marques de respect par tous les gens de lettres de Paris, et, en
général, par tous les Français. Cela lui donna bientôt une grande
influence, qui, avec divers ouvrages qu'il publia, contribua à établir
le crédit et l'importance des États-Unis. C'est à ses soins qu'on doit
attribuer, en grande partie, le succès des emprunts, négociés en
Hollande et en France, emprunts, qui ont si heureusement décidé le sort
de la guerre.

Le triste succès des armes britanniques, et sur-tout la prise de lord
Cornwalis et de son armée, convainquirent enfin les Anglais de
l'impossibilité de subjuguer les Américains. Les négocians demandoient
la paix à grands cris. Le ministère sentit qu'il ne pouvoit plus
long-temps s'opposer à leurs voeux. Les préliminaires furent signés à
Paris, le 30 novembre 1782, par M. Oswald, qui traitoit pour
l'Angleterre; et par MM. Franklin, Adams, Jay et Laurens, au nom des
États-Unis d'Amérique. Ces préliminaires formoient la base du traité
définitif, qui fut conclu le 3 septembre 1783, et signé par M. David
Hartley d'une part, et par MM. Franklin, Adams et Jay de l'autre.

Le 3 avril 1783, un traité d'amitié et de commerce entre les États-Unis
et la Suède, fut conclu à Paris, par Franklin et le comte de Krutz.

Un pareil traité fut conclu avec la Prusse en 1785, quelque temps avant
que Franklin abandonnât l'Europe.

Les affaires politiques n'étoient pas l'unique objet des occupations de
Franklin. Quelques-uns de ses ouvrages philosophiques furent publiés à
Paris. Leur but étoit, en général, de faire sentir les avantages de
l'industrie et de l'économie.

Lorsqu'en 1784, le magnétisme animal occupoit beaucoup les esprits en
Europe et sur-tout à Paris, on le crut d'une telle importance, que le
roi nomma des commissaires pour examiner les fondemens de cette science
prétendue. Franklin fut un de ces commissaires. Après avoir observé un
grand nombre des expériences de Mesmer, et dont quelques-unes étoient
faites sur eux-mêmes, ils décidèrent que ce n'étoit qu'un charlatanisme,
inventé pour en imposer à des gens ignorans et crédules: Mesmer fut
ainsi arrêté au milieu de la carrière par laquelle il croyoit arriver à
la fortune et à la gloire; et l'un des plus insolens moyens, dont on se
soit servi pour se jouer des hommes, fut anéanti.

Franklin ayant rempli le principal objet de sa mission, en coopérant à
l'établissement de l'indépendance américaine, et commençant à sentir les
infirmités de l'âge, désira de revoir son pays natal. Il demanda son
rappel au congrès, et l'obtint. M. Jefferson partit pour aller le
remplacer, en 1785; et au mois de septembre de la même année, Franklin
retourna à Philadelphie. Au bout de quelque temps, il fut nommé membre
du conseil suprême exécutif de cette ville, et bientôt après, il en fut
élu président.

En 1787, on forma une convention pour reviser, corriger les articles de
la confédération, et donner plus d'énergie au gouvernement des
États-Unis. Elle se rassembla à Philadelphie. Franklin fut nommé l'un
des délégués des Pensylvaniens. Il signa la constitution, proposée pour
cimenter l'union, et y donna son approbation dans les termes les moins
équivoques.

Il s'établit alors, à Philadelphie, une société destinée à s'occuper des
recherches politiques. Elle choisit Franklin pour son président, et tint
ses séances chez lui. Deux ou trois essais, lus dans cette société, ont
été publiés: mais elle n'a pas existé long-temps.

En 1787, il se forma, à Philadelphie, deux autres sociétés, fondées sur
les principes de l'humanité la plus noble et la plus généreuse. L'une
étoit la _Société Philadelphienne, pour le soulagement des prisonniers_;
et l'autre, la _Société Pensylvanienne_, dont l'objet est de travailler
à l'abolition de l'esclavage, de secourir les nègres naturellement
libres et retenus dans la servitude, et d'améliorer la condition des
Africains.--Franklin étoit président de ces deux sociétés. Leurs travaux
ont déjà eu beaucoup de succès, et elles continuent de marcher avec une
ardeur infatigable vers le but de leur institution.

Les infirmités de Franklin augmentant, il lui devint impossible
d'assister régulièrement au conseil; et en 1788, il renonça totalement
aux affaires publiques.

Son tempérament étoit très-robuste. Il n'étoit sujet à presqu'aucune
maladie, excepté quelques accès de goutte, qui le tourmentoient de temps
en temps, et qui cessèrent en 1781, époque où il fut attaqué de la
pierre, dont il s'est ressenti le reste de sa vie. Dans les intervalles
de cette cruelle maladie, il passoit beaucoup d'heures agréables, en se
livrant à une conversation gaie et instructive. Ni son esprit, ni ses
organes ne parurent affoiblis jusques au moment de sa mort.

En qualité de président de la société pour l'abolition de l'esclavage,
il signa le mémoire, présenté le 12 mai 1789 au congrès des États-Unis
de l'Amérique, pour le prier d'employer tout son pouvoir constitutionnel
à diminuer le trafic de l'espèce humaine. Ce fut le dernier acte public
de Franklin.

Dans les débats qu'occasionna ce mémoire, on tenta de justifier la
traite des nègres. Franklin fit insérer dans la gazette fédérative, du
25 mars, un morceau signé _Historicus_, et il y rapporta un discours,
qu'il dit avoir été prononcé dans le divan d'Alger, en 1787, à
l'occasion d'une pétition présentée par la secte des _Erika_, pour
demander l'abolition de la piraterie et de l'esclavage. Ce prétendu
discours algérien est une excellente parodie de ce qu'avoit dit un
représentant de la Georgie, nommé _Jackson_. Tous les argumens en faveur
de l'esclavage des nègres, y sont ingénieusement appliqués à la
justification des pirates qui enlèvent les vaisseaux des Européens et
les réduisent eux-mêmes à l'esclavage. Il démontre, en même-temps, la
futilité des raisonnemens dont on se sert pour défendre la traite des
nègres; et il fait voir combien l'auteur avoit encore de force d'esprit
et de talent à l'âge avancé où il étoit. Enfin, il n'offre pas une
preuve moins convaincante de la facilité avec laquelle Franklin imitoit
le style des anciens temps et des nations étrangères, que sa fameuse
parabole contre la persécution; et de même que cette parabole a engagé
plusieurs personnes à la chercher dans la bible, le discours algérien a
été cause que des curieux ont cherché dans diverses bibliothèques,
l'ouvrage d'où l'on disoit qu'il étoit tiré[59].

  [59] Ce discours sera imprimé dans le deuxième volume de ce recueil.

Au commencement du mois d'avril suivant, il fut attaqué d'une fièvre et
d'une douleur de poitrine, qui mirent un terme à sa vie. Nous allons
transcrire les observations qu'a faites sur sa maladie, le docteur
Jones, son médecin et son ami.

«La pierre dont il étoit attaqué depuis long-temps, l'obligea, pendant
la dernière année de sa vie, à garder presque toujours le lit; et dans
les derniers paroxismes de cette cruelle maladie, il falloit qu'il prît
de fortes doses de _laudanum_ pour calmer ses souffrances. Cependant,
dans les intervalles de repos, non-seulement il s'amusoit à lire et à
converser gaiement avec sa famille, et avec quelques amis qui lui
rendoient visite, mais il s'occupoit d'affaires publiques et
particulières, avec diverses personnes qui venoient le consulter. Il
montroit encore ce désir de faire le bien, cet empressement à obliger,
qui le distinguoient dès long-temps. Il conservoit éminemment ses
facultés intellectuelles et il aimoit encore à dire des plaisanteries,
et à raconter des anecdotes qui fesoient un plaisir extrême à tous ceux
qui les entendoient.

»Environ seize jours avant sa mort, il eut des atteintes de fièvre, mais
sans aucun symptôme caractéristique. Ce ne fut que le troisième ou
quatrième jour qu'il se plaignit d'une douleur dans le côté gauche de la
poitrine, douleur qui s'accrut, devint extrêmement vive, et fut suivie
d'une toux et d'une respiration pénible. Quand il fut dans cet état, et
que l'excès de sa souffrance lui arrachoit quelques plaintes, il
disoit:--Qu'il craignoit bien de ne pas les supporter comme il le
devoit; qu'il savoit combien l'Être-Suprême avoit versé de bienfaits sur
lui, en l'élevant de l'obscurité, dans laquelle il étoit né, au rang et
à la considération dont il jouissoit parmi les hommes; et qu'il ne
doutoit pas que les douleurs qu'il lui envoyoit en ce moment, ne fussent
destinées à le dégoûter d'un monde, où il n'étoit plus capable de
remplir le poste qui lui avoit été assigné.

»Il resta dans cet état jusqu'au cinquième jour qui précéda sa mort.
Alors sa douleur et sa difficulté de respirer l'abandonnèrent
entièrement. Sa famille se flatta qu'il guériroit: mais un abcès qui
s'étoit formé dans le poumon, creva tout-à-coup, et rendit une grande
quantité de matière que le malade continua à cracher tant qu'il eut
quelque force. Aussitôt qu'il cessa de pouvoir rejeter cette matière,
les organes de la respiration s'affoiblirent par degrés. Il éprouva un
calme léthargique; et il expira tranquillement le 17 avril 1790, à onze
heures du soir. Il avoit vécu quatre-vingt-quatre ans et trois mois.

»Peut-être n'est-il pas inutile d'observer qu'en l'année 1735, Franklin
eut une dangereuse pleurésie, qui se termina par un abcès au côté gauche
de ses poumons, et il fut alors presque suffoqué par la quantité de
matière qu'il rendit. Quelques années après, il essuya encore une
maladie pareille: mais il en guérit promptement et sa respiration ne
s'en ressentit point.»


                   *       *       *       *       *


Plusieurs années avant sa mort, il composa lui-même son épitaphe. La
voici:


                                LE CORPS

                                   de

                     BENJAMIN FRANKLIN, imprimeur,
                 comme la couverture d'un vieux livre,
                   dont les feuillets sont arrachés,
                   et la dorure et le titre effacés,
                  gît ici, et est la pâture des vers.
             Cependant, l'ouvrage même ne sera point perdu,
          car il doit, comme il le croyoit, reparoître encore
                               une fois,
                           dans une nouvelle
                         et plus belle édition,
                           revue et corrigée
                                  par
                               l'auteur.

                   *       *       *       *       *


_EXTRAIT du Testament de BENJAMIN FRANKLIN._


... Quant à mes livres, ceux que j'avois en France, et ceux que j'avois
laissés à Philadelphie étant maintenant tous rassemblés ici, et le
catalogue en étant fait, mon intention est d'en disposer de la manière
suivante.

Je lègue à la société philosophique de Philadelphie, dont j'ai l'honneur
d'être président, l'_Histoire de l'académie des sciences_, en soixante
ou soixante-dix volumes _in-4º_.--Je donne à la société philosophique
américaine qui est établie à la Nouvelle-Angleterre, et dont je suis
membre, la collection _in-folio_ des _Arts et Métiers_. L'édition
_in-4º_. du même ouvrage sera remise de ma part à la compagnie de la
bibliothèque de Philadelphie.--Je donne à mon petit-fils Benjamin
Franklin Bache, tous ceux de mes livres, à côté desquels j'ai mis son
nom dans le catalogue ci-dessus mentionné; et à mon petit-fils William
Bache, tous ceux auxquels son nom sera également ajouté. Ceux qui seront
désignés avec le nom de mon cousin Jonatham Williams, seront donnés à ce
parent.--Je lègue à mon petit-fils, William Temple Franklin, le reste de
mes livres, mes manuscrits et mes papiers.--Je donne à mon petit-fils,
Benjamin Franklin Bache, mes droits dans la compagnie de la bibliothèque
de Philadelphie, ne doutant pas qu'il ne permette à ses frères et à ses
soeurs d'en jouir comme lui.

Je suis né à Boston, dans la Nouvelle-Angleterre, et je dois mes
premières connoissances en littérature aux libres écoles de grammaire
qui y sont établies. C'est pourquoi je laisse à mes exécuteurs
testamentaires, cent livres sterlings, pour qu'elles soient remises, par
eux, ou par ceux qui les remplaceront, aux directeurs des libres écoles
de ma ville natale. J'entends que les directeurs, ou les personnes qui
auront la surintendance des libres écoles, placent cette somme à intérêt
perpétuel, afin de l'employer tous les ans à faire frapper des médailles
d'argent, qui seront distribuées aux élèves pour leur servir de
récompense et d'encouragement; et cela de la manière que les notables de
la ville de Boston jugeront convenable.

Je charge mes exécuteurs testamentaires, ou leurs successeurs, de
prélever sur les honoraires qui me sont redus, comme président de l'état
de Pensylvanie, deux mille livres sterlings, et de les compter aux
personnes, qu'un acte de la législature nommera pour les recevoir en
dépôt, afin qu'elles soient employées à rendre le Skuylkil navigable.

Tandis que j'ai été marchand de papier, imprimeur et directeur de la
poste, j'ai fait crédit à beaucoup de personnes, pour des livres, des
insertions d'avis, des ports de lettres et d'autres objets pareils.
L'assemblée de Pensylvanie m'ayant fait partir en 1757 pour aller être
son agent en Angleterre, où j'ai rempli ce poste jusqu'en 1775, et à mon
retour, étant immédiatement occupé des affaires du congrès, et envoyé en
France en 1776, où j'ai séjourné neuf ans, je n'ai pu réclamer les
sommes ci-dessus que depuis mon retour en 1785, et ce sont, en quelque
sorte, des créances surannées, quoique justes. Cependant elles se
trouvent détaillées dans mon grand livre, coté E; et je les lègue aux
administrateurs de l'hôpital de Pensylvanie, espérant que les débiteurs,
ou leurs successeurs, qui font à présent quelque difficulté d'acquitter
ces dettes, parce qu'ils les croient trop anciennes, voudront pourtant
bien en compter le montant, comme une charité, en faveur de l'excellente
institution de l'hôpital.--

Je suis persuadé que plusieurs de ces dettes seront inévitablement
perdues: mais je me flatte qu'on en recouvrera beaucoup. Il est possible
aussi que quelques-uns des débiteurs, aient à réclamer de moi le montant
d'anciens comptes. En ce cas, les administrateurs de l'hôpital voudront
bien en faire la déduction, et en payer la solde, si c'est moi qui la
dois.

Je prie mes amis Henry Hyll, John Jay, Francis Hopkinson et M. Edward
Duffield, de Bonfield dans le comté de Pensylvanie, d'être les
exécuteurs de mes dernières volontés; c'est pourquoi je les nomme dans
le présent testament.

Je désire d'être enterré, avec le moins de dépense et de cérémonie qu'il
sera possible.

À Philadelphie, le 17 juillet 1788.

  B. FRANKLIN.

                   *       *       *       *       *

CODICILE.

Moi, Benjamin Franklin, après avoir considéré le testament précédent, ou
ci-joint, je crois à propos d'y ajouter le présent codicile.

L'un de mes anciens et invariables principes politiques, est que, dans
un état démocratique, il ne doit point y avoir d'emploi lucratif, par
les raisons détaillées dans un article que j'ai rédigé dans notre
constitution; et lorsque j'ai accepté la place de président, mon
intention a été d'en consacrer les honoraires à l'utilité publique. En
conséquence, j'ai déjà légué, par mon testament du mois de juillet
dernier, des sommes considérables aux colléges, et pour construire des
églises. J'ai, de plus, donné deux mille livres sterlings à l'état de
Pensylvanie, pour être employées à rendre le Skuylkil navigable. Mais
apprenant depuis, que cette somme est très-insuffisante pour un pareil
ouvrage, et que vraisemblablement l'entreprise n'aura pas lieu de
long-temps, j'ai conçu une autre idée, que je crois d'une utilité plus
étendue. Je révoque donc et annulle le legs qui devoit servir aux
travaux du Skuylkil; et je désire qu'une partie des certificats, que
j'ai pour ce qui m'est redû de mes honoraires de président, soit vendue
pour produire deux mille livres sterlings, dont on disposera, comme je
vais l'expliquer.

L'on pense que celui qui reçoit un bien de ses ancêtres, est, en quelque
sorte, obligé de le transmettre à ses descendans. Certes, je ne suis
point dans cette obligation, moi, à qui mes ancêtres ni aucun de mes
parens n'ont jamais laissé un schelling d'héritage. J'observe ceci, pour
que ma famille ne trouve pas mauvais que je fasse quelques legs, qui ne
sont pas uniquement à son profit.

Né à Boston, dans la Nouvelle-Angleterre, je dois mes premières
connoissances en littérature aux libres écoles de grammaire de cette
ville: aussi ne les ai-je point oubliées dans mon testament.

Mais j'ai également des obligations à l'état de Massachusett, qui, sans
que je l'aie demandé, m'a nommé son agent, pendant plusieurs années, et
m'a accordé en conséquence des honoraires assez considérables. Quoiqu'en
servant cet état, et en lui transmettant les lettres du gouverneur
Hutchinson, j'aie perdu plus qu'il ne m'a jamais donné, je ne pense pas
lui devoir moins de reconnoissance.

J'ai observé que parmi les artisans, les bons apprentis devenoient
ordinairement de bons citoyens. J'ai moi-même, dans ma ville natale,
commencé par apprendre le métier d'imprimeur; et ensuite j'ai eu la
facilité de m'établir à Philadelphie, parce que deux amis m'ont prêté de
l'argent, qui a été la base de ma fortune, et la cause de tout ce que
j'ai pu faire d'utile dans le cours de ma vie.--Je désire de pouvoir
être encore de quelqu'utilité après ma mort, en formant et soutenant des
jeunes gens, qui rendent service à leur pays, dans les deux villes que
je viens de nommer.

Je donne donc en dépôt mille livres sterlings aux habitans de Boston,
dans l'état de Massachusett, et mille livres sterlings à ceux de
Philadelphie, afin que ces sommes soient employées de la manière
suivante.

Si les habitans de Boston acceptent les mille livres sterlings, elles
seront confiées aux élus de cette ville et aux ministres de l'ancienne
congrégation épiscopale et presbytérienne; et ces administrateurs en
feront des prêts à cinq pour cent d'intérêt par an, à de jeunes artisans
mariés, lesquels seront âgés de vingt-cinq ans, et auront appris leur
métier dans la ville, et rempli fidèlement les obligations spécifiées
dans leur contrat d'apprentissage, de manière à mériter qu'au moins deux
citoyens respectables répondent de l'honnêteté de leur caractère, et
leur servent de caution, pour le paiement de la somme qu'on leur
prêtera, ainsi que des intérêts, avec les conditions ci-après
spécifiées.

Le montant de tous les billets sera payable en piastres espagnoles
cordonnées, ou en monnoie d'or courante; et les administrateurs
tiendront un livre, ou des livres, où seront inscrits les noms de ceux
qui profiteront de l'avantage de cette institution, ainsi que les noms
de ceux qui leur serviront de caution, avec les sommes qui leur seront
prêtées, les dates et tout ce qui y aura rapport. Comme ces prêts sont
destinés à faciliter l'établissement des jeunes ouvriers qui se
marieront, il faut que les administrateurs ne prêtent à une même
personne ni plus de soixante livres sterlings, ni moins de quinze.

Et si le nombre de ceux qui feront des demandes étoit si considérable,
que le legs ne suffît pas pour donner à tous ce qui leur seroit
nécessaire, on fera une diminution générale, pour que chacun reçoive
quelque secours.

Ces secours seront d'abord de peu de conséquence; mais à mesure que le
capital grossira par l'accumulation des intérêts, ils deviendront plus
considérables. Afin qu'on les multiplie, autant qu'il sera possible, et
qu'on en rende le remboursement plus aisé, il faut que chaque emprunteur
soit obligé de payer avec l'intérêt annuel, un dixième du principal; et
le montant de cet intérêt et de ce principal sera prêté à de nouveaux
emprunteurs.

Il est à croire qu'il y aura toujours à Boston des citoyens vertueux et
bienfaisans, qui s'empresseront de consacrer une partie de leur temps à
l'utilité publique, en administrant gratuitement cette institution. On
doit aussi espérer qu'aucune partie de la somme ne restera jamais
oisive, ni ne sera employée à d'autre objet que celui de sa destination
première; mais bien qu'elle augmentera continuellement. Ainsi, il
viendra un temps où elle sera plus considérable qu'il ne le faudra pour
Boston; et alors, on pourra en prêter aux autres villes de l'état de
Massachusett, pourvu qu'elles s'engagent à payer ponctuellement les
intérêts, et à rembourser, chaque année, un dixième du principal aux
habitans de Boston.

Si ce plan est exécuté et réussit, la somme s'élèvera, au bout de cent
ans, à cent trente-un mille livres sterlings. Je désire qu'alors les
administrateurs de la donation emploient cent mille livres sterlings à
faire construire les ouvrages publics qu'on croira les plus généralement
utiles, comme des fortifications, des ponts, des aqueducs, des bains
publics; à paver les rues, et à tout ce qui peut rendre le séjour de la
ville plus agréable aux habitans et aux étrangers qui viendront pour y
rétablir leur santé, ou y passer quelque temps.

Je désire que les autres trente-un mille livres sterlings, soient
prêtées à intérêt, de la manière ci-dessus prescrite, pendant cent ans
encore; et j'espère qu'alors cette institution aura heureusement influé
sur la conduite de la jeunesse, et aidé plusieurs estimables et utiles
citoyens.

À la fin de ce second terme, s'il n'est arrivé aucun accident, la somme
s'élèvera à quatre millions soixante-un mille livres sterlings, dont je
laisse un million soixante-un mille livres sterlings à la disposition
des habitans de Boston, et trois millions sterlings à la disposition du
gouvernement de l'état de Massachusett, car je n'ose pas porter mes vues
plus loin.

Je désire qu'on observe, pour le don que je fais aux habitans de
Philadelphie, ce que je viens de recommander pour celui qui concerne les
habitans de Boston. Il ne doit y avoir qu'une seule différence: c'est
que comme Philadelphie a un corps administratif, je le prie de se
charger de ma donation, pour en faire l'usage expliqué plus haut; et je
lui donne tous les pouvoirs nécessaires à cet égard.--J'ai observé que
le sol de la ville étant pavé ou couvert de maisons, la pluie étoit
chariée loin, et ne pouvoit point pénétrer dans la terre, et renouveler
et purifier les sources, ce qui est cause que l'eau des puits devient
chaque jour plus mauvaise, et finira par ne pouvoir plus être bonne à
boire, ainsi que je l'ai vu dans toutes les anciennes villes. Je
recommande donc qu'au bout de cent ans, le corps administratif emploie
une partie des cent mille livres sterlings, à faire conduire à
Philadelphie, par le moyen de tuyaux, l'eau de Wissahickon-Creek[60], à
moins que cela ne soit déjà fait. L'entreprise est, je crois, aisée,
puisque la crique est beaucoup plus élevée que la ville, et qu'on peut y
faire monter l'eau encore plus haut, en construisant une digue.

  [60] La crique de Wissahickon.

Je recommande aussi de rendre le Skuylkil entièrement navigable. Je
désire que dans deux cents ans, à compter du jour où l'institution
commencera, la disposition des quatre millions soixante-un mille livres
sterlings soit partagée entre les habitans de Philadelphie et le
gouvernement de Pensylvanie, de la même manière que je l'ai indiqué pour
les habitans de Boston et le gouvernement de Massachusett.

Je désire que ces institutions commencent un an après ma mort. On aura
soin d'en donner publiquement avis avant la fin de l'année, pour que
ceux au bénéfice de qui elles sont, aient le temps de faire leurs
demandes en forme.--Je désire donc que dans six mois, à compter du jour
de mon décès, mes exécuteurs testamentaires, ou leurs successeurs,
paient deux mille livres sterlings aux personnes que nommeront les élus
de Boston et le corps administratif de Philadelphie, pour recevoir les
mille livres sterlings qui reviendront à chacune de ces villes.

Quand je considère les accidens auxquels sont sujets tous les projets et
toutes les affaires des hommes, je crains de m'être trop flatté en
imaginant que ces dispositions, si tant est qu'elles soient suivies,
continuent sans interruption, et remplissent leur objet. Cependant,
j'espère que si les habitans de Boston et de Philadelphie, ne jugent pas
à propos de se charger de l'exécution de mon projet, ils daigneront, au
moins, accepter les donations, comme une marque de mon attachement, de
ma gratitude, et du désir que j'ai de leur être utile, même après ma
mort.

Certes, je désire que l'une et l'autre entreprennent de former
l'établissement que j'ai conçu, parce que je pense que, quoiqu'il puisse
s'élever des difficultés imprévues, on peut trouver le moyen de les
vaincre, et de rendre le plan praticable.

Si l'une des deux villes accepte le don avec les conditions prescrites,
et que l'autre refuse de remplir les conditions, je veux alors que les
deux sommes soient données à celle qui aura accepté les conditions, pour
que le tout soit appliqué au même objet et de la même manière que je
l'ai dit, pour chaque partie. Si les deux villes refusent la somme que
je leur offre, elle restera dans la masse de mes biens, et l'on en
disposera conformément à mon testament du 17 juillet 1788.

Je lègue au général George Washington, mon ami, et l'ami de l'humanité,
le bâton de pommier sauvage dont je me sers pour me promener, et sur
lequel il y a une pomme d'or, artistement travaillée, représentant le
bonnet de la Liberté. Si ce bâton étoit un sceptre, il conviendroit à
Washington, car il l'a mérité.

  B. FRANKLIN.

                   *       *       *       *       *



                                OEUVRES
                          MORALES, POLITIQUES
                             ET LITTÉRAIRES
                                   DE
                           BENJAMIN FRANKLIN,

                      DANS LE GENRE DU SPECTATEUR.



                           SUR LES PERSONNES
                         QUI SE MARIENT JEUNES.


  À JOHN ALLEYNE.

Vous voulez, mon cher John, que je vous dise ma façon de penser sur les
personnes qui se marient jeunes, et que je réponde aux critiques sans
nombre, que diverses personnes se sont permises sur votre mariage. Vous
pouvez vous rappeler que, quand vous me consultâtes à ce sujet, je vous
dis que ni d'un côté ni de l'autre, la jeunesse ne devoit être un
obstacle. Certes, tous les ménages que j'ai observés, me font penser que
les personnes qui se marient jeunes sont plus communément heureuses que
les autres.

Les jeunes époux ont toujours un caractère plus flexible et tiennent
moins à leurs habitudes, que lorsqu'ils sont plus avancés en âge. Ils
s'accoutument plus aisément l'un à l'autre, et par-là, ils préviennent
beaucoup de contradictions et de dégoûts. Si la jeunesse manque un peu
de cette prudence qui est nécessaire pour conduire un ménage, elle
trouve assez de parens et d'amis d'un âge mûr, pour remédier à ce
défaut, et elle est plutôt habituée à une vie tranquille et régulière.
En se mariant jeune, un homme prévient peut-être très-heureusement, ces
accidens, ces liaisons qui auroient pu nuire à sa santé, ou à sa
réputation, et quelquefois même à toutes les deux.

Quelques personnes peuvent se trouver dans des circonstances où la
prudence exige qu'elles diffèrent de se marier: mais en général, quand
la nature nous a rendus physiquement propres au mariage, on doit penser
qu'elle ne se trompe point en nous le fesant désirer.

Les mariages tardifs sont souvent suivis d'un inconvénient de plus que
les autres; c'est que les parens ne vivent pas assez long-temps pour
veiller à l'éducation de leurs enfans.--«Les enfans qui viennent tard,
sont de bonne heure orphelins», dit le proverbe espagnol. Triste sujet
de réflexion pour ceux qui peuvent avoir à redouter ce malheur!

Nous autres Américains, nous nous marions ordinairement dès le matin de
la vie. Nos enfans sont élevés et établis dans le monde, à midi; et nos
affaires, à cet égard, étant achevées, nous avons un après-midi et une
soirée de loisir agréable, tel que celui dont jouit à présent notre ami.

En nous mariant de bonne heure, nous avons le bonheur d'avoir un plus
grand nombre d'enfans; et chaque mère, suivant parmi nous, l'usage de
nourrir elle-même ses enfans, usage si conforme au voeu de la nature!
nous en conservons davantage. Aussi, dans nos contrées, les progrès de
la population sont bien plus rapides qu'en Europe.

Enfin, je suis très-content de vous voir marié, et je vous en félicite
cordialement. Vous êtes dans le sentier où l'on devient un citoyen
utile; et vous avez échappé à un état contre nature, à un éternel
célibat! C'est pourtant là le sort d'un grand nombre d'hommes qui ne s'y
étoient pas condamnés; mais qui, ayant trop long-temps différé de
changer de condition, trouvent enfin qu'il est trop tard pour y songer,
et passent leur vie entière dans une situation où un homme semble
toujours valoir beaucoup moins. Un volume dépareillé n'a pas la même
valeur que lorsqu'il fait partie d'une collection complète. Quel cas
fait-on de la moitié isolée d'une paire de ciseaux? Elle ne coupe jamais
bien, et ne peut servir que de mauvais racloir.

Je vous prie de présenter à votre jeune épouse, et mes complimens et mes
voeux pour son bonheur. Je suis vieux et pesant: sans cela, je serois
allé les lui présenter moi-même.

Je ne ferai que peu d'usage du privilège qu'ont les vieillards, de
donner des avis à leurs jeunes amis. Traitez toujours votre femme avec
respect. Cela vous attirera du respect à vous-même, non-seulement de sa
part, mais de la part de tous ceux qui seront témoins de votre conduite.
Ne vous servez jamais avec elle, d'expression dédaigneuse, même en
plaisantant; car les plaisanteries de ce genre finissent souvent par des
disputes sérieuses.

Étudiez soigneusement ce qui a rapport à votre profession, et vous
deviendrez savant. Soyez laborieux et économe, et vous deviendrez riche.
Soyez frugal et tempérant, et vous conserverez votre santé. Pratiquez
toujours la vertu, et vous serez heureux. Une telle conduite, du moins,
promet plus que toute autre de pareilles conséquences.

Je prie Dieu qu'il vous bénisse, vous et votre jeune épouse; et je suis
pour toujours votre sincère ami.

  B. FRANKLIN.



                       SUR LA MORT DE SON FRÈRE,
                             JOHN FRANKLIN.


  À MISS HUBBARD.

Je le sens comme vous; nous avons perdu un parent cher et estimable.
Mais telle est la volonté de Dieu et de la nature; il faut que l'ame
abandonne sa dépouille mortelle, pour entrer dans une véritable vie.
Elle n'est ici-bas que dans un état imparfait, et pour se préparer à
vivre. L'homme n'est complètement né qu'au moment où il meurt. Pourquoi
nous affligerions-nous donc de voir un nouveau né parmi les immortels,
un nouveau membre ajouté à leur heureuse société?

C'est un acte de la bienfaisance divine que de nous laisser un corps
mortel, tandis qu'il peut nous procurer des jouissances douces, et nous
servir à acquérir des connoissances et à faire du bien aux êtres comme
nous; mais quand ce corps, cessant d'être propre à remplir ces objets,
ne peut que nous faire sentir la douleur, et non le plaisir, nous
embarrasse, au lieu de nous être de quelque secours, et ne répond plus à
aucune des intentions pour lesquelles il nous étoit donné, c'est
également un effet de la bonté céleste, que de nous en délivrer.

Le moyen dont elle s'est servi est la mort. Quelquefois nous nous
donnons prudemment nous-même une mort partielle. Nous nous fesons couper
un membre douloureusement blessé et hors d'état de guérir. Celui à qui
on arrache une dent, s'en sépare volontiers, parce que la douleur s'en
va avec elle. Celui qui se sépare de tout son corps, quitte en
même-temps toutes les douleurs et les maladies auxquelles il étoit
exposé et qui pouvoient le faire souffrir.

Nous avons été invités, notre ami et nous, à une partie de plaisir, qui
doit durer à jamais. Sa voiture a été prête avant la nôtre, et il est
parti le premier. Nous ne pouvions pas convenablement nous en aller tous
à-la-fois. Et pourquoi, vous et moi, nous affligerions-nous de son
départ, puisque nous devons bientôt le suivre, et que nous savons où
nous le trouverons?

  Adieu.

    B. FRANKLIN



                                 LETTRE
                           AU DOCTEUR MATHER,
                               DE BOSTON.



                                                À Passy, le 12 mai 1784.

  RÉVÉREND DOCTEUR,

J'ai reçu votre lettre amicale, et votre excellent avis aux habitans des
États-Unis. J'ai lu cet avis avec plaisir, et j'espère qu'il aura le
succès qu'il mérite. Quoique de pareils écrits soient regardés avec
indifférence par beaucoup de gens, il suffit qu'ils fassent une forte
impression sur la centième partie des lecteurs, pour que l'effet en soit
très-considérable.

Permettez-moi de vous citer un petit exemple, qui, quoiqu'il me
concerne, ne sera peut-être pas sans intérêt pour vous. Lorsque j'étois
encore enfant, il me tomba sous la main un livre intitulé: _Essais sur
la Manière de faire le bien_, ouvrage qui, je crois, étoit de votre
père. Le premier possesseur en avoit fait si peu de cas, qu'il y en
avoit plusieurs feuillets déchirés. Mais le reste me frappa tellement,
que durant toute ma vie, il a influé sur ma conduite. C'est pour cela
que j'ai toujours fait beaucoup plus de cas du renom d'homme
bienfaisant, que de toute autre espèce de réputation; et si, comme vous
paroissez le croire, j'ai été un citoyen utile, le public en doit
l'avantage au livre dont je viens de parler.

Vous dites que vous êtes dans votre soixante-dix-huitième année. Je suis
dans ma soixante-dix-neuvième. Nous sommes l'un et l'autre devenus
vieux. Il y a plus de soixante ans que j'ai quitté Boston: mais je me
souviens très-bien de votre père et de votre grand-père. Je les ai
entendu prêcher, et je les ai vus chez eux.

La dernière fois que j'ai vu votre père, c'étoit en 1724, lorsque je lui
rendis visite après mon premier voyage en Pensylvanie. Il me reçut dans
sa bibliothèque; et quand je pris congé de lui, il m'indiqua un chemin
plus court que celui par où j'étois entré. C'étoit un passage étroit,
traversé par une poutre peu élevée. Il conversoit avec moi en
m'accompagnant, et je me tournois de temps en temps vers lui.
Tout-à-coup, il me dit: Baissez-vous! baissez-vous! mais je ne le
compris pas bien, et ma tête heurta contre la poutre.

Votre père étoit un homme qui ne laissoit jamais échapper l'occasion de
donner de bons conseils. Aussi, quand ma tête eut heurté contre la
porte, il me dit:--«Vous êtes jeune, et vous allez parcourir le monde.
Sachez vous baisser à propos, et vous éviterez beaucoup de mal».--Cet
avis resta au fond de mon coeur, et m'a été souvent utile. Je me le suis
rappelé, toutes les fois que j'ai vu l'orgueil humilié, et le malheur
des gens qui avoient voulu porter la tête trop haute.

Je désire beaucoup de revoir la ville où je suis né. J'ai quelquefois
espéré d'y finir mes jours.--Je la quittai, pour la première fois, en
1723. J'y suis retourné en 1733, 1743, 1753 et 1763.--En 1773, j'étois
en Angleterre. En 1775, je passai à la vue de mon pays, mais je ne pus
pas y aborder, parce qu'il étoit au pouvoir de l'ennemi. Je voulois y
aller en 1783: mais il ne me fut pas possible d'obtenir ma démission, et
de quitter le poste que j'occupe ici. Je crains même de n'avoir jamais
ce bonheur. Mes voeux les plus ardens sont cependant pour ma ville
natale: _esto perpetua!_ Elle possède maintenant une excellente
constitution. Puisse-t-elle la conserver à jamais!

Le puissant empire, au milieu duquel je réside, continue d'être l'ami
des États-Unis. Son amitié est pour eux de la plus grande importance, et
doit être cultivée avec soin. La Grande-Bretagne n'est pas encore
consolée d'avoir perdu le pouvoir qu'elle exerçoit sur nous; et elle se
flatte encore par fois de l'espérance de le recouvrer. Des évènemens
peuvent accroître cette espérance, et occasionner des tentatives
dangereuses. Une rupture entre la France et nous, enhardiroit
infailliblement les Anglais à nous attaquer; et cependant nous avons
parmi nos compatriotes, quelques animaux sauvages qui s'efforcent
d'affoiblir les liens qui nous attachent à la France.

Conservons notre réputation, en étant fidèles à nos engagemens; notre
crédit, en payant nos dettes; et nos amis, en montrant de la sensibilité
et de la reconnoissance. Nous ne savons pas si nous n'aurons pas bientôt
besoin de tout cela.

Agréez, révérend docteur, ma sincère estime.

  B. FRANKLIN.



                              LE SIFFLET,
                          HISTOIRE VÉRITABLE,

                 _Adressée, par Franklin, à son Neveu._


Lorsque j'étois encore à l'âge de sept ans, mes amis, un jour de fête,
remplirent mon gousset de monnoie de cuivre. Je m'en allai droit à une
échoppe où l'on vendoit des joujoux pour les enfans; et comme j'étois
charmé du son d'un sifflet, que je venois de voir entre les mains d'un
autre enfant, j'offris et je donnai tout mon argent pour en avoir un
pareil.

Je m'en retournai alors à la maison, enchanté de mon sifflet, et
sifflant continuellement; mais troublant toute ma famille. Mes frères,
mes soeurs, mes cousins apprenant ce que me coûtoit mon sifflet, me
dirent que je l'avois payé quatre fois plus qu'il ne valoit. Cela me fit
songer aux bonnes choses dont j'aurois pu faire emplette avec l'argent
que j'avois donné de trop. On se moqua tant de ma sottise, que je me mis
à pleurer de toute ma force; et la réflexion me causa bien plus de
chagrin, que le sifflet ne m'avoit fait de plaisir.

Cependant cela ne laissa pas que de m'être avantageux dans la suite. Je
conservai le souvenir de mon sot marché; et toutes les fois que j'étois
tenté d'acheter des choses inutiles, je me disois à moi-même:--«Ne paye
pas trop cher le sifflet».--Et j'épargnois mon argent.

Je devins grand, j'entrai dans le monde, j'observai les actions des
hommes, et je crus en rencontrer plusieurs, oui, plusieurs, qui
_payoient trop cher le sifflet_.

Quand j'ai vu quelqu'un qui, trop ardent à rechercher les graces de la
cour, employoit son temps à assister au lever du roi, sacrifioit son
repos, sa liberté, sa vertu, et peut-être ses amis à s'avancer dans
cette carrière, je me suis dit:--«_Cet homme paye trop cher son
sifflet._»

Quand j'ai vu un autre ambitieux, jaloux d'acquérir la faveur populaire,
s'occuper sans cesse d'intrigues politiques, négliger ses propres
affaires, et se ruiner en se livrant à cette folie.--«_Certes, ai-je
dit, celui-ci paye trop cher son sifflet._»

Si je rencontrois un avare, qui renonçât à tous les agrémens de la vie,
au plaisir de faire du bien aux autres, à l'estime de ses concitoyens, à
la joie d'une bienveillante amitié, pour satisfaire son désir
d'accumuler de l'argent:--«_Pauvre homme!_ disois-je, _en vérité, vous
payez trop cher votre sifflet._»

Lorsque je trouvois quelqu'homme de plaisir, sacrifiant la culture de
son esprit et l'amélioration de sa fortune à des jouissances purement
sensuelles:--«Homme trompé, disois-je, vous vous procurez des peines,
non de vrais plaisirs: _Vous payez trop cher votre sifflet._»

Si j'en voyois un autre aimer la parure, les meubles élégans, les beaux
équipages, plus que sa fortune ne le permettoit; s'endetter pour en
avoir, et terminer sa carrière dans une prison:--_Hélas!_ disois-je, _il
a payé cher, et très-cher son sifflet._

Quand j'ai vu une douce, aimable et jolie fille mariée à un homme d'un
caractère dur et brutal: _C'est grand'pitié,_ ai-je dit, _qu'elle ait
payé si cher pour un sifflet._

En un mot, je m'imagine que la plus grande partie des malheurs des
hommes, viennent de ce qu'ils ne savent pas estimer les choses ce
qu'elles valent réellement, et de ce qu'ils _payent trop cher leurs
sifflets_.



                                PÉTITION
                           DE LA MAIN GAUCHE,

                    À CEUX QUI SONT CHARGÉS D'ÉLEVER
                              DES ENFANS.


Je m'adresse à tous les amis de la jeunesse, et je les conjure de jeter
un regard de compassion sur ma malheureuse destinée, afin qu'ils
daignent écarter les préjugés dont je suis victime.

Nous sommes deux soeurs jumelles; et les deux yeux d'un homme ne se
ressemblent pas plus, ni ne sont pas plus faits pour s'accorder l'un
avec l'autre, que ma soeur et moi: cependant la partialité de nos parens
met entre nous la distinction la plus injurieuse.

Dès mon enfance on m'a appris à considérer ma soeur comme un être d'un
rang au-dessus du mien. On m'a laissé grandir sans me donner la moindre
instruction, tandis que rien n'a été épargné pour la bien élever. Elle
avoit des maîtres qui lui apprenoient à écrire, à dessiner, à jouer des
instrumens: mais si par hazard je touchois un crayon, une plume, une
aiguille, j'étois aussitôt cruellement grondée; j'ai même été battue
plus d'une fois, parce que je manquois d'adresse et de grace. Il est
vrai que quelquefois ma soeur m'associe à ses entreprises: mais elle a
toujours grand soin de prendre le devant, et de ne se servir de moi que
par nécessité, ou pour figurer auprès d'elle.

Ne croyez pas, messieurs, que mes plaintes ne soient excitées que par la
vanité. Non. Mon chagrin a un motif bien plus sérieux. D'après un usage
établi dans ma famille, nous sommes obligées, ma soeur et moi, de
pourvoir à la subsistance de nos parens. Je vous dirai, en confidence,
que ma soeur est sujette à la goutte, aux rhumatismes, à la crampe, sans
compter beaucoup d'autres accidens. Or, si elle éprouve
quelqu'indisposition, quel sera le sort de notre pauvre famille? Nos
parens ne se repentiront-ils pas alors amèrement d'avoir mis une si
grande différence entre deux soeurs si parfaitement égales? Hélas! nous
périrons de misère. Il me sera même impossible de griffonner une
pétition, pour demander des secours; car j'ai été obligée d'emprunter
une main étrangère pour transcrire la requête que j'ai l'honneur de vous
présenter.

Daignez, messieurs, faire sentir à nos parens l'injustice d'une
tendresse exclusive, et la nécessité de partager également leurs soins
et leur affection entre tous leurs enfans.

  Je suis, avec un profond respect,

  Messieurs,

  Votre obéissante servante,

    LA MAIN GAUCHE



                             LA BELLE JAMBE
                                   ET
                           LA JAMBE DIFFORME.


Il y a, dans le monde, deux sortes de gens, qui possédant également la
santé, les richesses, deviennent les uns heureux et les autres
malheureux. Cela provient, en très-grande partie, des différens points
de vue, sous lesquels ils considèrent les choses, les personnes et les
évènement, et de l'effet que cette différence produit sur leur ame.

Dans quelque situation que soient placés les hommes, ils peuvent y avoir
des agrémens et des inconvéniens; dans quelque société qu'ils aillent,
ils peuvent y trouver des personnes et une conversation plus ou moins
aimables; à quelque table qu'ils s'asseyent, ils peuvent y rencontrer
des mets et des boissons d'un meilleur ou d'un plus mauvais goût, des
plats un peu mieux ou un peu plus mal apprêtés; dans quelque pays qu'ils
demeurent, ils ont du beau et du mauvais temps; quel que soit le
gouvernement sous lequel ils vivent, ils peuvent y avoir de bonnes et de
mauvaises loix, et ces loix peuvent être bien ou mal exécutées; quelque
poëme, quelqu'ouvrage de génie qu'ils lisent, ils peuvent y voir des
beautés et des défauts; enfin, sur presque tous les visages, dans
presque toutes les personnes, ils peuvent découvrir des traits fins, et
des traits moins parfaits, de bonnes et de mauvaises qualités.

Dans ces circonstances, les deux sortes de gens dont nous venons de
parler s'affectent différemment. Ceux qui sont disposés à être heureux
ne considèrent que ce qu'il y a d'agréable dans les choses, et d'amusant
dans la conversation, les plats bien apprêtés, la délicatesse des vins,
le beau temps, et ils en jouissent avec volupté. Ceux qui sont destinés
à être malheureux, observent le contraire, et ne s'entretiennent pas
d'autre chose. Aussi, sont-ils, sans cesse mécontens, et par leurs
tristes remarques, troublent les plaisirs de la société, offensent
beaucoup de personnes et deviennent à charge par-tout où ils vont.

Si cette tournure d'esprit étoit donnée par la nature, les malheureux
qui l'ont seroient très-dignes de pitié. Mais comme la disposition à
critiquer, à trouver tout mauvais n'est, peut-être, d'abord qu'un effet
de l'imitation, et devient insensiblement une habitude, il est certain
que quelque forte qu'elle soit, ceux qui l'ont peuvent s'en défaire,
lorsqu'ils sont convaincus qu'elle nuit à leur repos. J'espère que ce
petit avis ne leur sera point inutile et les engagera à renoncer à un
penchant qui, quoique dicté par l'imagination, a des conséquences
très-sérieuses dans le cours de la vie, et cause des chagrins et des
malheurs réels.

Personne n'aime les frondeurs, et beaucoup de gens sont insultés par
eux. Aussi, ne les traite-t-on jamais qu'avec une politesse froide,
quelquefois même on la leur refuse; ce qui souvent les aigrit davantage
et leur occasionne des disputes et de violentes querelles. S'ils
désirent de s'élever à des emplois, et d'augmenter leur fortune,
personne ne s'intéresse à leur succès, et ne fait un pas, ni ne dit un
mot en leur faveur. S'ils essuient la censure publique, ou s'ils
éprouvent quelque disgrace, personne ne veut ni les défendre, ni les
justifier. Au contraire, une foule d'ennemis blame leur conduite, et
s'efforce de les rendre complétement odieux. S'ils ne changent donc
point d'habitude, et s'ils ne daignent pas trouver agréable ce qui
l'est, sans se chagriner eux-mêmes pour chagriner les autres, tout le
monde doit les éviter; car il est toujours fâcheux d'avoir des rapports
avec de pareilles gens, sur-tout lorsqu'on a le malheur de se trouver
mêlé dans leurs querelles.

Un vieux philosophe de mes amis étoit devenu, par expérience,
très-défiant à cet égard, et évitoit soigneusement d'avoir aucune
liaison avec les frondeurs. Il avoit, comme les autres philosophes, un
thermomètre, pour connoître le degré de chaleur de l'atmosphère, et un
baromètre, pour savoir à l'avance, si le temps seroit beau ou mauvais.
Mais comme on n'a point encore inventé d'instrument pour découvrir, au
premier coup-d'oeil, si un homme a le caractère chagrin, mon philosophe
se servoit, pour cela, de ses jambes. Il avoit une jambe très-bien
faite; mais l'autre ayant éprouvé un accident, étoit crochue et
difforme.

Lorsqu'il se trouvoit, pour la première fois, avec un homme qui
regardoit plus sa jambe crochue que l'autre, il commençoit à s'en
défier; et si cet homme lui parloit de sa vilaine jambe et ne lui disoit
rien de la belle, il n'en falloit pas davantage pour déterminer le
philosophe à n'avoir plus aucun rapport avec lui.

Tout le monde n'a pas le baromètre à deux jambes. Mais, avec un peu
d'attention, tout le monde peut observer les signes de cette fâcheuse
disposition à chercher des défauts, et on peut prendre la résolution de
fuir la connoissance de ceux qui ont le malheur de l'avoir. J'avertis
donc ces gens pointilleux, chagrins, mécontens, que s'ils veulent être
respectés, aimés et vivre heureux, ils doivent cesser de regarder la
_jambe crochue_.



                              CONVERSATION
                        D'UN ESSAIM D'ÉPHÉMÈRES,
                                   ET
                       SOLILOQUE D'UN VIEILLARD.


  À MADAME BRILLANT.

                                              De Passy, le 15 août 1778.

Vous pouvez vous rappeler, ma chère amie, que lorsque nous passâmes
dernièrement cette heureuse journée dans le délicieux jardin et
l'agréable société du Moulin-Joli, je m'arrêtai dans une allée, et
m'écartai quelque temps de la compagnie.

On nous avoit montré un nombre infini de cadavres d'une petite espèce de
mouche, appelée _éphémère_, dont les générations successives étoient,
nous dit-on, nées et mortes dans le même jour. J'en apperçus, sur une
autre feuille, une compagnie vivante, qui fesoit la conversation.

Vous savez que j'entends le langage de toutes les espèces inférieures à
la nôtre. Ma trop grande application à cette étude, est la meilleure
excuse que je puisse donner du peu de progrès que j'ai fait dans votre
charmante langue. La curiosité m'engagea à écouter ce que disoient ces
petites créatures: mais comme la vivacité qui leur est propre, les
fesoit parler trois ou quatre à la fois, je ne pus pas entendre bien
clairement leurs discours. Je compris seulement, par quelques
expressions interrompues, que je saisis de temps en temps, qu'elles
disputoient avec chaleur sur le mérite de deux musiciens étrangers, dont
l'un étoit un cousin, et l'autre un maringouin. Elles passoient leur
temps dans cette dispute, en paroissant aussi peu songer à la brièveté
de leur existence, que si elles avoient été sûres de vivre encore un
mois.--«Heureux peuple! dis-je en moi-même, vous vivez certainement sous
un gouvernement sage, équitable et doux, puisque vous n'avez à vous
plaindre d'aucun abus, et que l'unique sujet de vos contestations est la
perfection ou l'imperfection d'une musique étrangère.»

Je les laissai là, pour tourner la tête du côté d'un vieillard à cheveux
blancs, qui, seul sur une autre feuille, se parloit à lui-même. Son
soliloque m'amusa; et je l'ai écrit dans l'espoir qu'il pourra aussi
amuser la femme à qui je dois le plus délicieux de tous les plaisirs,
celui de sa société et de l'harmonie céleste qu'elle me fait entendre.

«L'opinion, dit-il, des savans philosophes de notre espèce, qui ont
fleuri long-temps avant ce temps-ci, étoit que ce vaste monde, qu'on
nomme _le Moulin-Joli_, ne pourroit pas subsister plus de dix-huit
heures; et je pense que cette opinion n'étoit pas sans fondement,
puisque par le mouvement apparent du grand luminaire, qui donne la vie à
toute la nature, et qui depuis que j'existe a, d'une manière sensible,
considérablement décliné vers l'océan[61], qui borne cette terre, il
faut qu'à cette époque, il termine son cours, s'éteigne dans les eaux
qui nous environnent, et laisse le monde dans le froid et dans les
ténèbres, qui produiront nécessairement une mort et une destruction
universelle.

  [61] La Seine.

»J'ai déjà vécu sept de ces heures, long âge, qui n'est pas moins de
quatre cent vingt minutes. Combien peu d'entre nous existent aussi
long-temps! J'ai vu des générations naître, fleurir et disparoître. Mes
amis actuels sont les enfans et les petits-enfans de mes premiers amis,
qui, hélas! ne sont plus, et que je suivrai bientôt; car, quoique je me
porte bien, je ne puis pas m'attendre, suivant le cours de la nature, à
vivre encore plus de sept ou huit minutes. À quoi me servent à présent
tous mes travaux, tous mes soins, pour amasser sur cette feuille une
provision de rosée, dont je n'aurai pas le temps de jouir? Qu'importent
toutes les querelles politiques, dans lesquelles je me suis engagé pour
l'avantage de mes compatriotes qui habitent sur ce buisson? Qu'importent
les études philosophiques que j'ai entreprises pour le bien de notre
race en général? car, en politique, que peuvent les loix sans les
moeurs[62]? La génération présente de nos éphémères va, dans le cours de
quelques minutes, devenir aussi corrompue et par conséquent aussi
malheureuse que celles des buissons plus anciens. Et en philosophie,
combien nos progrès sont bornés! Hélas! l'art est long et la vie est
courte[63]. Mes amis voudroient me consoler, par l'idée d'un nom, qu'ils
prétendent que je laisserai après moi. Ils disent que j'ai assez vécu
pour la nature et pour la gloire. Mais qu'est la renommée pour un
éphémère qui n'existe plus? Et que deviendra l'histoire, lorsqu'à la
dix-huitième heure, le monde lui-même, le Moulin-Joli tout entier
arrivera à sa fin et sera enseveli dans les ruines universelles?»

  [62] Quid leges sine moribus? HOR. _Od. 24. Lib. III._

  [63] Ars longa, vita brevis, tempus preceps. HIPPOCR. _Aphor. I._

Pour moi, après toutes les entreprises auxquelles je me sais livré avec
ardeur, il ne me reste de solides plaisirs, que l'idée d'avoir passé ma
longue vie dans l'intention d'être utile, l'agréable conversation d'un
petit nombre de bonnes dames éphémères, et quelquefois le tendre sourire
et le doux chant de la toujours aimable _Brillant_.



                                 MORALE
                              DES ÉCHECS.


Le jeu des échecs est le plus ancien et le plus généralement connu de
tous les jeux. Son origine remonte au-delà de toutes les notions
historiques; et pendant une longue suite de siècles il a été l'amusement
des Perses, des Indiens, des Chinois et de toutes les autres nations de
l'Asie. Il y a plus de mille ans qu'on le connoît en Europe. Les
Espagnols l'ont porté dans toutes leurs possessions d'Amérique, et
depuis quelque temps il est introduit dans les États-Unis.

Ce jeu est si intéressant par lui-même, qu'il n'a pas besoin d'offrir
l'appât du gain pour qu'on aime à le jouer. Aussi n'y joue-t-on jamais
de l'argent[64]. Ceux qui ont le temps de se livrer à de pareils
amusemens, n'en peuvent pas choisir un plus innocent. Le morceau
suivant, écrit dans l'intention de corriger chez un petit nombre de
jeunes gens, quelques défauts qui se sont glissés dans la pratique de ce
jeu, prouve en même-temps que, dans les effets qu'il produit sur
l'esprit, il peut être non-seulement innocent, mais utile au vaincu
ainsi qu'au vainqueur.

  [64] Excepté en France et en Angleterre, où l'on joue quelquefois
    beaucoup d'argent aux échecs. (_Note du Traducteur._)

Le jeu des échecs n'est pas un vain amusement. On peut, en le jouant,
acquérir ou fortifier plusieurs qualités utiles dans le cours de la vie,
et se les rendre assez familières pour s'en servir avec promptitude dans
toutes les occasions. La vie est une sorte de partie d'échecs, dans
laquelle nous avons souvent des pièces à prendre, des adversaires à
combattre, et nous éprouvons une grande variété de bons et de mauvais
évènemens, qui sont, en partie, l'effet de la prudence ou de
l'étourderie. En jouant aux échecs, nous pouvons donc acquérir.

1º. La _prévoyance_, qui regarde dans l'avenir et examine les
conséquences que peut avoir une action; car un joueur se dit
continuellement:--«si je remue cette pièce, quel sera l'avantage de ma
nouvelle position? Quel parti mon adversaire en tirera-t-il contre moi?
De quelle autre pièce pourrai-je me servir pour soutenir la première, et
me garantir des attaques qu'on me fera?»

2º. La _circonspection_, qui surveille tout l'échiquier, le rapport des
différentes pièces entr'elles, leur position, le danger auquel elles
sont exposées, la possibilité qu'elles ont de se secourir mutuellement,
la probabilité de tel ou tel mouvement de l'adversaire, pour attaquer
telle ou telle autre pièce, les différens moyens qu'on a d'éviter ses
attaques, ou de les faire tourner à son désavantage.

3º. La _prudence_, qui jamais n'agit trop précipitamment. La meilleure
manière d'acquérir cette qualité, est d'observer strictement les règles
du jeu. Elles portent que lorsqu'une pièce est touchée, elle doit être
jouée, et que toutes les fois qu'elle est posée dans un endroit, il faut
qu'elle y reste. Il est d'autant plus utile que ces règles soient
suivies, qu'alors le jeu en devient encore plus l'image de la vie
humaine, et particulièrement de la guerre. Si, lorsque vous faites la
guerre, vous vous êtes imprudemment mis dans une position dangereuse,
vous ne pouvez espérer que votre ennemi vous laisse retirer vos troupes
pour les placer plus avantageusement, et vous devez éprouver toutes les
conséquences auxquelles vous a exposé trop de précipitation.

4º. Enfin, nous acquérons par le jeu des échecs, l'habitude de ne pas
nous décourager, en considérant le mauvais état où nos affaires semblent
être quelquefois, l'habitude d'espérer un changement favorable, et celle
de persévérer à chercher des ressources. Une partie d'échecs offre tant
d'évènemens, tant de différentes combinaisons, tant de vicissitudes; et
il arrive si souvent qu'après avoir long-temps réfléchi, nous découvrons
le moyen d'échapper à un danger qui paroissoit inévitable, que nous
sommes enhardis à continuer de combattre jusqu'à la fin, dans l'espoir
de vaincre par notre adresse, ou au moins, de profiter de la négligence
de notre adversaire pour le faire mat. Quiconque réfléchit aux exemples
que lui fournissent les échecs, à la présomption que produit
ordinairement un succès, à l'inattention qui en est la suite, et qui
fait changer la partie, apprend, sans doute, à ne pas trop craindre les
avantages de son adversaire, et à ne pas désespérer de la victoire,
quoiqu'en la poursuivant il reçoive quelque petit échec.

Nous devons donc rechercher l'amusement utile que nous procure ce jeu,
plutôt que d'autres, qui sont bien loin d'avoir les mêmes avantages.
Tout ce qui contribue à augmenter le plaisir qu'on y trouve, doit être
observé; et toutes les actions, tous les mots peu honnêtes, indiscrets,
ou qui peuvent le troubler de quelque manière, doivent être évités,
puisque les joueurs n'ont que l'intention de passer agréablement leur
temps.

1º. Si l'on convient de jouer suivant les règles, il faut que les règles
soient strictement suivies par les deux joueurs, non pas que tandis que
l'un s'y soumet, l'autre cherche à s'en affranchir; car cela n'est pas
juste.

2º. Si l'on ne convient pas d'observer exactement les règles, et qu'un
joueur demande de l'indulgence, il faut qu'il consente à accorder la
même indulgence à son adversaire.

3º. Il ne faut pas que vous fassiez jamais une fausse marche, pour vous
tirer d'un embarras, ou obtenir un avantage. On ne peut plus avoir aucun
plaisir à jouer avec quelqu'un qu'on a vu avoir recours à ces ressources
déloyales.

4º. Si votre adversaire est lent à jouer, vous ne devez ni le presser,
ni paroître fâché de sa lenteur. Il ne faut pas, non plus, que vous
chantiez, que vous siffliez, que vous regardiez à votre montre, que vous
preniez un livre pour lire, que vous frappiez avec votre pied sur le
plancher, ou avec vos doigts sur la table, ni que vous fassiez rien qui
puisse le distraire; car tout cela déplaît et prouve non pas qu'on joue
bien, mais qu'on a de la ruse et de l'impolitesse.

5º. Vous ne devez pas chercher à tromper votre adversaire en prétendant
avoir fait une fausse marche, et en disant que vous voyez bien que vous
perdrez la partie, afin de lui inspirer de la sécurité, de la négligence
et d'empêcher qu'il aperçoive les pièges que vous lui tendez; car ce ne
seroit point de la science, mais de la fraude.

6º. Quand vous avez gagné une partie, il ne faut pas que vous vous
serviez d'expressions orgueilleuses et insultantes, ni que vous montriez
trop de satisfaction. Il faut, au contraire, que vous cherchiez à
consoler votre adversaire, par des expressions polies, qui ne blessent
point la vérité. Vous pouvez lui dire, par exemple:--«Vous savez le jeu
mieux que moi; mais vous manquez un peu d'attention».--Ou:--«Vous jouez
trop vîte».--Ou bien:--«Vous aviez d'abord l'avantage: mais quelque
chose vous a distrait, et c'est ce qui m'a fait gagner».

7º. Lorsqu'on regarde jouer quelqu'un, il faut avoir grand soin de ne
pas parler; car en donnant un avis, on peut offenser les deux joueurs
à-la-fois. D'abord, celui contre qui il est donné, parce qu'il peut lui
faire perdre la partie; ensuite celui à qui on le donne, parce qu'encore
qu'il croie le coup bon et qu'il le joue, il n'a point autant de plaisir
que si on le laissoit penser jusqu'à ce qu'il l'eût apperçu lui-même. Il
faut aussi, quand une pièce est jouée, ne pas la remettre à sa place,
pour montrer qu'on auroit mieux fait de jouer différemment; car cela
peut déplaire, et occasionner de l'incertitude et des disputes sur la
véritable position des pièces. Toute espèce de propos adressé aux
joueurs, diminue leur attention, et conséquemment est désagréable. On
doit même s'abstenir de faire le moindre signe ou le moindre mouvement
qui ait rapport à leur jeu. Celui qui se permet de pareilles choses, est
indigne d'être spectateur d'une partie d'échecs. S'il veut montrer son
habileté à ce jeu, il doit jouer lui-même, quand il en trouve
l'occasion, et non pas s'aviser de critiquer, ou même de conseiller les
autres.

Enfin, si vous ne voulez pas que votre partie soit rigoureusement jouée,
suivant les règles dont je viens de faire mention, vous devez moins
désirer de remporter la victoire sur votre adversaire, et vous contenter
d'en remporter une sur vous-même. Ne saisissez pas avidement tous les
avantages que vous offre son incapacité, ou son inattention: mais
avertissez-le poliment du danger qu'il court en jouant une pièce, ou en
la laissant sans défense; ou bien dites-lui qu'en en remuant une autre,
il peut s'exposer à être mal. Par une honnêteté si opposée à tout ce
qu'on a vu interdit plus haut, vous pouvez peut-être perdre votre
partie, mais vous gagnerez, ce qui vaut beaucoup mieux, l'estime de
votre adversaire, son respect, et l'approbation tacite et la
bienveillance de tous les spectateurs impartiaux.



                                 L'ART
                     D'AVOIR DES SONGES AGRÉABLES;
                           ADRESSÉ À MISS ...
                      ET ÉCRIT À SA SOLLICITATION.


Comme nous employons une grande partie de notre vie à dormir, et que
pendant ce temps-là nous avons quelquefois des songes agréables et
quelquefois des songes fâcheux, il est assez important de se procurer
les premiers et d'écarter les autres; car, réel ou imaginaire, le
chagrin est toujours chagrin, et le plaisir toujours plaisir.

Si nous pouvons dormir sans rêver, c'est un bien puisque les songes
fâcheux sont écartés. Si durant notre sommeil, nous pouvons avoir des
songes agréables, c'est, suivant l'expression des Français, _autant de
gagné_, c'est-à-dire, autant d'ajouté aux plaisirs de la vie.

Pour cela, il faut commencer par être très-soigneux de conserver sa
santé, en fesant un exercice convenable, et ayant beaucoup de
tempérance; car dans les maladies, l'imagination est troublée, et des
idées désagréables et quelquefois terribles la poursuivent. Il faut que
l'exercice précède les repas, et non pas qu'il les suive immédiatement.
Dans le premier cas, il facilite la digestion, et dans le second, il
l'empêche, à moins qu'il ne soit très-modéré. Si après que nous avons
fait de l'exercice, nous mangeons avec sobriété, la digestion est aisée
et bonne, le corps léger, le caractère gai, et toutes les fonctions
animales se font bien. Le sommeil qui suit est tranquille et doux. Mais
l'indolence, les excès de la table, occasionnent le cochemar et des
terreurs inexprimables. Alors on croit tomber dans des précipices, ou
être attaqué par des bêtes féroces, par des assassins, par des démons;
et on éprouve toutes sortes de peines.

Observez, cependant, que la quantité d'alimens et la quantité d'exercice
sont relatives. Ceux qui agissent beaucoup, peuvent et doivent manger
davantage. Ceux qui font peu d'exercice ne doivent manger que peu. En
général, depuis que l'art de la cuisine s'est perfectionné, les hommes
mangent deux fois autant que l'exige la nature. Les soupers ne sont
point dangereux pour les gens qui n'ont point dîné: mais les insomnies
sont ordinairement le partage de ceux qui dînent et qui soupent
beaucoup. Il est vrai que, comme il y a de la différence entre les
tempéramens, quelques personnes reposent fort bien à la suite de ce
double repas. Il ne leur en coûte seulement qu'un triste songe et une
apoplexie, après quoi elles s'endorment jusqu'au jour du jugement. Il
n'y a rien de plus commun dans les gazettes, que des exemples de gens
qui, après avoir bien soupé, ont été le lendemain matin, trouvés morts
dans leur lit.

Un autre moyen dont on doit se servir pour conserver sa santé, c'est de
renouveler constamment l'air dans la chambre où l'on couche. On a grand
tort de coucher dans des chambres très-closes et dans des lits avec des
rideaux. Il est très-mal-sain de ne pas laisser entrer dans une chambre
l'air extérieur, et de rester long-temps dans un endroit clos où l'air a
été plusieurs fois respiré. L'eau bouillante ne devient pas plus chaude
par une longue ébullition, si les parties qui reçoivent une plus grande
chaleur peuvent s'évaporer; de même les corps vivans ne se putréfient
point, si les parties putrides en sont exhalées à mesure qu'elles le
deviennent. La nature les pousse au dehors par les pores et par les
poumons; et, en plein air, elles sont emportées au loin: mais dans une
chambre close on les respire plusieurs fois, encore qu'elles se
corrompent de plus en plus.

Lorsqu'il y a un certain nombre de personnes dans une petite chambre,
l'air s'y gâte en peu de minutes, et il y devient même mortel comme dans
la caverne noire de Calcutta. On dit qu'une seule personne ne corrompt
qu'un galon[65] d'air par minute, et conséquemment il faut plus de temps
pour que tout celui que contient une chambre soit corrompu: mais il le
devient proportionnément; et c'est à cela que beaucoup de maladies
putrides doivent leur origine.

  [65] Mesure de quatre pintes.

Mathusalem qui, ayant vécu plus long-temps qu'aucun autre homme, doit
avoir mieux conservé sa santé, dormoit, dit-on, toujours en plein air;
car quand il eut déjà vécu cinq cents ans, un ange lui dit:--«Lève-toi,
Mathusalem, et bâtis-toi une maison; car tu vivras encore cinq cents
ans».--Mais Mathusalem répondit:--«Si je ne dois vivre que cinq cents
ans de plus, ce n'est pas la peine que je me bâtisse une maison. Je veux
dormir à l'air, comme j'ai toujours eu coutume de le faire.»

Après avoir long-temps prétendu qu'on ne devoit point permettre aux
malades de respirer un air frais, les médecins ont enfin découvert qu'il
pouvoit leur être salutaire. C'est pourquoi on doit espérer qu'ils
découvriront aussi, avec le temps, que l'air frais n'est pas dangereux
pour ceux qui se portent bien, et qu'alors nous pourrons être guéris de
l'aërophobie, qui tourmente à présent les esprits faibles, et les engage
à s'étouffer, à s'empoisonner, plutôt que d'ouvrir la fenêtre d'une
chambre à coucher, ou de baisser la glace d'un carrosse.

Lorsque l'air d'une chambre close est saturé avec la matière
transpirable[66], il n'en peut pas recevoir davantage, et cette matière
doit rester dans notre corps et nous causer des maladies. Mais on a
auparavant des indices du danger dont elle peut être. On a un certain
mal-aise, d'abord léger, à la vérité, et tel que quant aux poumons, la
sensation en est assez foible, mais, quant aux pores de la peau, c'est
une inquiétude difficile à décrire, et dont un très-petit nombre des
personnes qui l'éprouvent, connoît la cause. Alors si l'on veille la
nuit et qu'on soit trop chaudement couvert, on a de la peine à se
rendormir. On se retourne souvent sans pouvoir trouver le repos d'aucun
côté. Ce fretillement, pour me servir d'une expression vulgaire, faute
d'en avoir une meilleure, est absolument occasionné par une inquiétude
de la peau, dont la matière transpirable ne s'échappe point, attendu que
les draps en ayant reçu une quantité suffisante, et étant saturés, ils
ne peuvent en prendre davantage.

  [66] La matière transpirable est cette vapeur qui se détache de notre
    corps, par les pores et par les poumons. On dit qu'elle est composée
    des cinq huitièmes de ce que nous mangeons.

Pour connoître cette vérité, par expérience, il faut qu'une personne
reste au lit, dans la même position, et que relevant ses draps, elle
laisse une partie de son corps exposée à un air nouveau: alors elle
sentira cette partie tout-à-coup rafraîchie, parce que l'air soulagera
sa peau, en recevant et emportant au loin la matière transpirable qui
l'incommodoit.

Toute portion d'air frais qui approche la peau chaude, reçoit, avec une
partie de cette vapeur, un degré de chaleur qui la raréfie et la rend
plus légère; et alors elle est, avec la matière qu'elle a prise, poussée
au loin par une quantité d'air plus frais, et conséquemment plus pesant,
qui s'échauffe à son tour et fait bientôt place à une nouvelle portion.

Tel est l'ordre qu'a établi la nature pour empêcher les animaux d'être
infectés par leur propre transpiration. D'après le moyen que je viens
d'indiquer, on sentira quelle différence il y aura entre la partie du
corps exposée à l'air, et celle qui, restant couverte, n'en éprouvera
pas l'impression. L'inquiétude de cette dernière partie augmentera par
la comparaison, et on la sentira plus vivement que lorsque tout le corps
en étoit affecté.

Voilà donc une des grandes et principales causes des songes douloureux.
Quand le corps est mal à l'aise, l'ame en est troublée, et toutes sortes
d'idées désagréables en deviennent, dans le sommeil, la conséquence
naturelle. Je vais indiquer la manière certaine d'y remédier.

1º. En mangeant modérément, non-seulement on conserve sa santé, ainsi
que je l'ai dit plus haut, mais on transpire moins dans un temps donné.
Alors les draps du lit sont plus lentement saturés avec la matière
transpirable; et on peut, par conséquent, dormir plus long-temps, avant
de sentir l'inquiétude qu'on éprouve lorsqu'ils ne peuvent en recevoir
davantage.

2º. En ayant des draps légers et une couverture claire, la matière
transpirable s'échappe plus aisément; l'on en est moins incommodé et on
la supporte plus long-temps.

3º. Quand on est réveillé par l'inquiétude déjà décrite, et qu'on ne
peut pas se rendormir, il faut se lever, tourner et battre l'oreiller,
secouer les draps, au moins vingt fois de suite; ouvrir les rideaux et
laisser rafraîchir le lit. Pendant ce temps-là, on doit rester sans
s'habiller, se promener dans sa chambre, jusqu'à ce que les pores se
soient délivrés du poids qui les accable, ce qui s'opère plutôt lorsque
l'air est plus sec et plus froid.

Quand on commence à sentir l'air froid incommode, on peut rentrer dans
le lit. On s'endormira bientôt, et le sommeil sera doux et tranquille.
Tous les tableaux qui se présenteront à l'imagination, seront agréables.
J'ai souvent de ces songes, qui ne sont pas moins amusans pour moi que
les scènes d'un opéra.

S'il vous arrive d'avoir trop de paresse pour sortir du lit, vous pouvez
soulever vos draps avec la main et le pied, pour y introduire une assez
grande quantité d'air frais, et ensuite les laisser retomber, pour
forcer cet air à en sortir. En répétant cela vingt fois de suite, vous
délivrerez votre lit de la matière transpirable dont il sera imprégné;
et vous pourrez vous rendormir pour quelque temps. Mais cette méthode
est loin de valoir la première.

Si ceux qui craignent la fatigue et peuvent avoir deux lits, se
réveillent dans un lit chaud, ils auront grand plaisir à le quitter pour
passer dans celui qui est frais. Ce changement de lit est aussi
très-utile aux personnes attaquées de la fièvre, parce qu'il les
rafraîchit et leur procure souvent du sommeil. Un lit assez grand, pour
qu'on puisse passer d'une place chaude dans une place fraîche, a, en
quelque sorte, le même avantage que deux lits différens.

Un ou deux avis de plus termineront ce petit traité. Quand on se couche,
on doit avoir soin d'arranger son oreiller conformément à l'habitude
qu'on a de placer sa tête, afin d'être parfaitement à son aise. On doit
aussi étendre ses membres, de manière qu'ils ne se gênent pas l'un
l'autre. Il ne faut pas, par exemple, que la cheville d'un pied porte
sur l'autre. Quoiqu'une mauvaise situation ne soit pas d'abord
très-sensible, et qu'on y fasse à peine attention, elle devient bientôt
moins supportable, et l'incommodité peut s'en faire sentir dans le
sommeil, et troubler l'imagination.

Telles sont les règles de l'art. Mais quoiqu'elles doivent en général
conduire au but qu'on se propose, il est un cas où leur observation la
plus ponctuelle peut être totalement infructueuse. Vous n'avez pas
besoin que je vous dise quel est ce cas, ma chère amie: mais si je n'en
fesois pas mention, ce que j'écris sur l'art qui vous intéresse seroit
imparfait. Ce cas est donc celui où la personne qui veut se procurer des
songes agréables, n'a pas eu soin de conserver la chose la plus
nécessaire, UNE BONNE CONSCIENCE.



                                CONSEILS
                          À UN JEUNE ARTISAN.

                        ÉCRITS EN L'ANNÉE 1748.


  À MON AMI A. B.

Vous désirez que je trace ici les maximes qui m'ont été utiles, et qui,
si vous les suivez, peuvent l'être aussi pour vous. Les voici:

N'oubliez pas que le _temps_ est de l'argent. Celui qui, dans un jour,
peut gagner dix schellings par son travail, et qui va se promener, ou
qui reste oisif la moitié de la journée, quoiqu'il ne dépense que six
sous durant le temps de sa promenade, ou de son oisiveté, ne doit pas
compter cette seule dépense: il a réellement dépensé, ou plutôt
prodigué, cinq schellings de plus.

N'oubliez pas que le _crédit_ est de l'argent. Si un homme ne retire pas
de mes mains l'argent que je lui dois, il m'en donne l'intérêt, au
plutôt il me fait présent de tout ce que je puis gagner avec cet argent,
pendant qu'il me le laisse; et cela se monte à une somme considérable,
si un homme a un grand crédit et sait en faire usage.

Souvenez-vous que l'argent est de nature à se multiplier sans cesse.
L'argent produit de l'argent; celui qu'il produit en donne d'autre; et
ainsi de suite. Cinq schellings en font bientôt six; ensuite, ils font
sept schellings, trois sous, et finissent par monter à cent livres
sterlings. Plus il y en a, plus il produit chaque fois qu'on le fait
valoir; de sorte que les profits ont une rapidité toujours croissante.
Celui qui tue une truie pleine, détruit des milliers de cochons. Celui
qui assassine une piastre, perd tout ce qu'elle pourroit lui produire,
c'est-à-dire, plusieurs vingtaines de livres sterlings.

Souvenez-vous que six livres sterlings ne font pas quatre sous par jour.
Cependant, cette petite somme peut être journellement prodiguée, soit en
dépense, soit en perte de temps. Un homme d'honneur doit toujours, sur
son crédit, avoir à sa disposition, cent livres sterlings; et quand il
est actif et laborieux, il retire un grand avantage d'un pareil fonds.

Souvenez-vous du proverbe, qui dit qu'un bon payeur est le maître de la
bourse des autres.--Celui qui est connu pour payer ponctuellement, au
terme de ses engagemens, a, dans tous les temps et dans toutes les
occasions, l'argent dont ses amis peuvent disposer. Cela est quelquefois
d'un grand avantage. Après l'assiduité au travail et la frugalité, rien
n'est plus utile à un jeune homme qui veut prospérer, que l'exactitude
et l'intégrité dans toutes ses affaires. Ainsi, ne gardez jamais
l'argent que vous avez emprunté, une heure au-delà de l'époque où vous
avez promis de le rendre, de peur qu'un manque de parole vous ferme pour
jamais la bourse de votre ami.

On doit faire attention aux moindres choses qui peuvent altérer le
crédit d'un homme. Le bruit de votre marteau à cinq heures du matin et à
neuf heures du soir, peut engager le créancier qui l'entend, à rester
six mois de plus sans vous rien demander: mais s'il voit que vous êtes
dans un billard, ou s'il entend votre voix dans un cabaret, tandis que
vous devriez être à l'ouvrage, il envoie chercher son argent le
lendemain, et le demande, avant de pouvoir le recevoir tout-à-la-fois.

En outre, votre assiduité au travail montre que vous vous ressouvenez de
ce que vous devez. Elle vous fait paroître aussi soigneux qu'honnête
homme, et augmente encore votre crédit.

Gardez-vous de croire que tout ce que vous possédez est à vous, et de
vivre en conséquence. C'est une erreur dans laquelle tombent beaucoup de
gens, qui ont du crédit. Pour l'éviter, tenez pendant quelque temps un
compte exact de vos dépenses et de votre revenu. Si vous commencez par
prendre la peine de tenir ce compte bien en détail, vous en retirerez un
assez grand avantage. Vous verrez à quelles sommes considérables
s'élèvent de très-petites dépenses; et vous apprendrez ce que vous
auriez épargné, et ce que vous pourrez épargner à l'avenir, sans un
grand inconvénient.

Enfin, si vous voulez connoître le chemin de la fortune, sachez qu'il
est tout aussi uni que celui du marché. Pour le suivre, il ne faut que
deux choses, l'assiduité et la sobriété; c'est-à-dire, ne prodiguer
jamais ni le temps, ni l'argent, et faire le meilleur usage de l'un et
de l'autre. Sans assiduité et sans sobriété, on ne fait rien; et avec
elles on fait tout. Celui qui gagne tout ce qu'il peut gagner
honnêtement, et qui épargne ce qu'il gagne, à l'exception des dépenses
nécessaires, doit certainement devenir riche, si toutefois la providence
de cet être qui gouverne le monde, et que nous devons tous prier de
bénir nos entreprises, n'en a pas autrement ordonné.

  UN VIEUX ARTISAN.



                                  AVIS
                     NÉCESSAIRE À CEUX QUI VEULENT
                            DEVENIR RICHES.

                             ÉCRIT EN 1736.


L'argent n'a de l'avantage que par l'usage qu'on en fait.

Avec six livres sterlings, vous pouvez, dans un an, faire usage de cent
livres sterlings, pourvu que vous soyez un homme d'une prudence et d'une
honnêteté reconnues.

Celui qui dépense inutilement plus de quatre sous par jour, dépense
inutilement plus de six livres sterlings dans un an; ce qui est
l'intérêt ou le prix de l'usage de cent livres sterlings.

Celui qui chaque jour perd dans l'oisiveté pour quatre sous de son
temps, perd l'avantage de se servir de cent livres sterlings tous les
jours.

Celui qui prodigue sottement pour cinq schellings de son temps, perd
cinq schellings, avec autant d'imprudence que s'il les jetoit dans la
mer.

Celui qui perd cinq schellings, non-seulement perd ces cinq schellings,
mais tout le profit qu'il pourroit en retirer en les fesant travailler;
ce qui, dans l'espace de temps, qui s'écoule entre la jeunesse et l'âge
avancé, doit s'élever à une somme considérable.

De plus: celui qui vend à crédit, met toujours, à l'objet qu'il vend, un
prix équivalent au principal et à l'intérêt de son argent, pour le temps
dont il doit en être privé. Celui qui achète à crédit, paie l'intérêt de
ce qu'il achète: et celui qui paie argent comptant, pourroit mettre cet
argent à intérêt. Ainsi celui qui possède une chose, qu'il a achetée,
paie un intérêt pour l'usage qu'il en fait.

Cependant, il vaut toujours mieux payer comptant les objets qu'on
achète, parce que celui qui vend à crédit, s'attendant à perdre cinq
pour cent, par de mauvaises dettes, augmente d'autant le prix de ses
marchandises.--Celui qui achète à crédit, paie sa part de cette
augmentation.--Celui qui paie argent comptant, y échappe ou peut au
moins y échapper.

    Quatre liards épargnés sont un sou que l'on gagne.
    Une épingle par jour coûte cinq sous par an[67].

  [67]  A penny sav'd is two-pence clear;
        A pin a day's a groat a year.



                                 MOYENS
                      POUR QUE CHACUN AIT BEAUCOUP
                        D'ARGENT DANS SA POCHE.


À présent que tout le monde se plaint de la rareté de l'argent, c'est un
acte de bienfaisance que d'apprendre à ceux qui n'ont pas le sou,
comment ils peuvent faire cesser leur pénurie. Je veux leur dire quel
est le vrai secret de gagner de l'argent, le moyen certain de remplir
leur bourse et de la conserver toujours pleine. Pour cela, il suffit
d'observer deux règles très-simples.

Premièrement, sois constamment probe et laborieux.

Secondement, dépense toujours un sou de moins que tu ne gagnes.

Alors, ton gousset se remplira et ne criera jamais qu'il a le ventre
vide; les créanciers ne te tracasseront point; l'indigence ne
t'accablera pas; la faim ne pourra point te dévorer, ni le défaut de
vêtemens te faire transir de froid. L'univers entier te paroîtra plus
brillant; et le plaisir dilatera tous les replis de ton coeur.

Suis donc les règles que je viens de te prescrire, et sois heureux.
Bannis loin de toi la tristesse qui glace ton ame, et vis indépendant.
Tu seras alors vraiment un homme. Tu ne détourneras point la vue à
l'approche du riche, ni tu ne seras humilié d'avoir peu, quand les
enfans de la fortune marcheront à ta droite; car l'indépendance, soit
qu'elle ait peu ou beaucoup, est toujours un bonheur, et te placera de
niveau avec ceux qui s'enorgueillissent de posséder la toison d'or.

Oh! sois donc sage; et que l'assiduité au travail marche avec toi, dès
le matin, et t'accompagne jusqu'à ce que tu ayes atteint le soir l'heure
du repos. Que la probité soit comme le souffle de ton ame. N'oublie
jamais d'avoir chaque jour un sou de plus que le montant de tes
dépenses. Alors tu parviendras au plus haut degré du bonheur, et
l'indépendance sera ton bouclier, ton casque et ta couronne; alors ton
ame sera élevée, et ne s'abaissera pas devant le faquin vêtu de soie, ni
ne souffrira point un outrage, parce que la main qui ose le faire, porte
une bague de diamant.



                           PROJET ÉCONOMIQUE,
                                ADRESSÉ
                     AUX AUTEURS D'UN JOURNAL[68].

  [68] En 1784, il parut une traduction de cette pièce dans un des
    journaux de Paris. Celle que nous donnons ici, est faite d'après
    l'original, auquel Franklin a fait, depuis, des corrections et des
    additions.


  MESSIEURS,

Vous nous faites souvent part de nouvelles découvertes. Permettez que je
me serve de la voie de votre journal, pour en communiquer au public une
que j'ai faite moi-même, et qui, je crois, peut être d'une grande
utilité.

Je me trouvai, il y a peu de jours, dans une maison où il y avoit
nombreuse compagnie, et où la nouvelle lampe de MM. Quinquet et Lange
fut présentée et beaucoup admirée à cause de son éclat. La société
demanda, en même-temps, si la quantité d'huile que cette lampe
consumoit, n'étoit pas proportionnée à sa lumière, auquel cas il n'y
auroit aucune économie à s'en servir. Aucun de ceux qui étoient présens
ne put nous satisfaire sur ce point; mais tous convinrent qu'il méritoit
d'être connu, et qu'il étoit à désirer qu'on pût rendre moins cher le
moyen d'éclairer les appartemens, puisque tous les autres objets de
dépense d'une maison étoient considérablement augmentés.

Je fus extrêmement flatté de voir ce désir général d'économie; car
l'économie me plaît singulièrement.

Je me retirai et me mis au lit à trois ou quatre heures après minuit, la
tête encore remplie du sujet, dont on venoit de s'entretenir. Un bruit
accidentel me réveilla vers les six heures du matin. Je fus surpris de
voir ma chambre très-éclairée. Je crus d'abord qu'on y avoit transporté
un grand nombre de lampes de Quinquet. Mais après m'être frotté les
yeux, je m'apperçus que la lumière venoit à travers les fenêtres. Je me
levai, je regardai dehors pour découvrir quelle pouvoit en être la
cause; et je vis que le soleil s'élevoit précisément au-dessus de
l'horizon, d'où ses rayons pénétroient dans ma chambre, parce que mes
domestiques avoient eu la négligence de ne pas fermer les volets.

Je regardai ma montre, qui va très-bien, et je vis qu'il n'étoit que six
heures. Pensant encore qu'il étoit un peu extraordinaire que le soleil
parût de si bonne heure, je pris mon almanach, où je trouvai que c'étoit
l'heure marquée, ce jour là, pour le lever du soleil. Je tournai
quelques feuillets, et je vis qu'il devoit se lever chaque jour encore
plus matin jusqu'à la fin de juin; et que dans aucun temps de l'année il
ne se levoit pas plus tard que huit heures.

Vos lecteurs qui, comme moi, lisent rarement la partie astronomique de
l'almanach, et n'ont jamais apperçu avant midi, aucun signe du lever du
soleil, seront aussi étonnés que je l'ai été moi-même, quand ils
apprendront qu'il se lève de si bonne heure, et sur-tout quand je les
assurerai qu'il éclaire aussitôt qu'il se lève. J'en suis convaincu,
j'en suis certain. Personne ne peut être plus sûr d'aucun autre fait. Je
l'ai vu de mes propres yeux; et après avoir renouvelé l'observation
trois jours de suite, j'ai chaque fois trouvé précisément le même
résultat.

Cependant il arrive que quand je parle de cette découverte à
quelques-uns de mes amis, je m'apperçois aisément à leur air, que
quoiqu'ils ne me le disent pas expressément, ils ont de la peine à y
ajouter foi. L'un d'entr'eux, qui, certes, est un très-savant physicien,
m'a assuré que je dois sûrement m'être trompé quant à la lumière qui a
pénétré dans ma chambre; parce qu'il est, dit-il, bien connu que comme
il ne pouvoit pas y avoir de lumière dehors à cette heure-là, il ne
pouvoit pas en entrer dans l'appartement; et que puisque mes fenêtres
étoient accidentellement ouvertes, elles devoient, au lieu de laisser
entrer la lumière, faire sortir l'obscurité. Il a employé plusieurs
argumens ingénieux, pour me prouver combien je pouvois à cet égard
m'être fait illusion. J'avoue qu'il m'a un peu embarrassé: mais il ne
m'a point satisfait; et les observations que j'ai faites, et dont je
vous ai rendu compte plus haut, m'ont confirmé dans ma première opinion.

Cet évènement m'a fait faire plusieurs réflexions sérieuses et
importantes. J'ai considéré que si je ne m'étois pas éveillé de si bon
matin, j'aurois dormi six heures de plus, à la clarté du soleil, et
qu'en revanche j'aurois la nuit suivante, passé six heures de plus à la
clarté des bougies; et comme la dernière est beaucoup plus coûteuse que
l'autre, mon goût pour l'économie m'a induit à faire usage de tout le
peu d'arithmétique que je sais, pour faire les calculs dont je vais vous
faire part. Je vous observerai, pourtant, auparavant, que l'utilité est,
suivant moi, le principal mérite des inventions, et qu'une découverte,
dont on ne peut pas faire usage ou n'est pas bonne à quelque chose, ne
vaut rien.

J'établis pour base de mon calcul la supposition qu'il y a à Paris cent
mille familles, et que ces familles consument chaque soir une demi-livre
de bougie ou de chandelle par heure. Je pense que c'est une estimation
raisonnable; car quoique je croie que quelques familles en consument
moins, je sais que beaucoup d'autres en consument bien plus. Alors, si
nous prenons six heures par jour pour terme modéré du temps qui s'écoule
entre le lever du soleil et le nôtre, puisqu'il se lève durant six mois,
depuis six heures jusqu'à huit heures avant midi, et qu'alors nous
brûlions de la chandelle chaque jour pendant sept heures de suite, voici
le compte qui en résultera.

Dans les six mois, qui s'écoulent depuis le 20 mars jusqu'au 20
septembre, il y a:

  Nuits                                                              183

  Heures de chaque nuit pendant lesquelles nous
    brûlons de la chandelle                                            7

  La multiplication donne pour nombre total d'heures               1,281

  Ces 1,281 heures multipliées par le nombre de
    100,000 qui est celui des familles, donnent              128,100,000

  Ces cent vingt-huit millions et cent mille
    heures, passées à Paris, à la clarté de la
    bougie ou de la chandelle, font, à
    demi-livre par heure                            64,050,000 liv. pes.

  Soixante-quatre millions cinquante mille
    livres pesant, estimées l'une dans l'autre
    à trente sols la livre, font la somme de
    quatre-vingt-seize millions soixante-quinze
    mille livres tournois                          96,075,000 liv. tour.

Somme immense, que la ville de Paris pourroit épargner tous les ans, en
se servant de la lumière du soleil, au lieu de bougie et de chandelle.

Si l'on prétend que le peuple, étant opiniâtrement attaché à ses
vieilles coutumes, il seroit difficile de l'engager à se lever avant
midi, et que conséquemment ma découverte ne peut être que fort peu
utile, je répondrai: _nil desperandum_. Je crois que tous ceux qui ont
le sens commun, et qui apprendront par cet écrit, qu'il fait jour dès
que le soleil se lève, essaieront de se lever avec lui. Pour y obliger
les autres, voici les règlemens que je proposerai.

1º. Qu'on mette un impôt de vingt-quatre livres tournois par chaque
fenêtre, où il y a des volets, qui font que les rayons du soleil
n'éclairent pas les appartemens.

2º. Que pour empêcher de brûler de la bougie et de la chandelle, la
police emploie le salutaire moyen, qui, l'hiver dernier, nous a rendus
plus économes, dans la consommation du bois; c'est-à-dire, qu'on mette
des sentinelles, à la porte des épiciers, et qu'il ne soit permis à
personne d'acheter plus d'une livre de bougie ou de chandelle par
semaine.

3º. Qu'on ordonne aux gardes de la ville d'arrêter toutes les voitures
qui passeront dans les rues après soleil couché, excepté celles des
médecins, des chirurgiens et des sage-femmes.

4º. Que chaque jour, au lever du soleil, on fasse sonner toutes les
cloches des églises; et si cela ne suffit pas, qu'on tire le canon dans
toutes les rues, afin d'éveiller efficacement les paresseux, et de les
forcer à ouvrir les yeux, pour voir leur véritable intérêt.

La difficulté du succès de ces règlemens ne se fera sentir que dans les
deux ou trois premiers jours. Après quoi la réforme sera aussi
naturelle, aussi aisée, que l'est l'irrégularité actuelle; car il n'y a
que le premier pas qui coûte. Obligez un homme à se lever à quatre
heures du matin, et il est plus que probable qu'il se couchera
volontiers à huit heures du soir. Or, quand il aura dormi huit heures,
il se lèvera volontiers à quatre heures du matin.

Mais la somme de quatre-vingt-seize millions soixante-quinze mille
livres tournois, n'est pas tout ce qu'on peut épargner par mon projet
économique. Vous devez observer que je n'ai fait mon calcul que pour la
moitié de l'année; et l'on peut épargner beaucoup durant l'autre moitié,
encore que les jours soient beaucoup plus courts. En outre, l'immense
quantité de bougie et de suif qu'on ne consumera pas pendant l'été,
rendra la bougie et la chandelle moins chères l'hiver suivant; et le
prix en diminuera progressivement aussi long-temps qu'on maintiendra la
réforme que je propose.

Quelque grand que soit l'avantage de la découverte que je communique si
loyalement au public, je ne demande ni place, ni pension, ni privilége
exclusif, ni aucune autre espèce de récompense. Je ne veux que la seule
gloire de l'avoir faite. Malgré cela, je sais bien qu'il se trouvera de
petits esprits envieux, qui voudront, comme de coutume, me la disputer,
et qui diront que mon invention étoit connue des anciens. Peut-être même
citeront-ils, pour le prouver, des passages de quelques vieux livres.

Je ne soutiendrai point, contre ces critiques, que les anciens ne
savoient pas que le soleil devoit se lever à certaines heures.
Probablement des almanachs, comme ceux que nous avons aujourd'hui, le
leur prédisoient. Mais il ne s'ensuit pas que les anciens sussent qu'il
fesoit jour aussitôt que le soleil se levoit.

C'est là ce que j'appelle ma découverte. Si les anciens connoissoient
cette vérité, elle doit avoir été oubliée depuis long-temps; car elle
est ignorée des modernes, ou du moins des Parisiens; et pour le prouver,
je n'ai besoin de faire usage que d'un argument bien simple.

Les Parisiens sont un peuple aussi bien instruit, aussi judicieux, aussi
prudent qu'aucun autre qui existe sur la terre. Tous les Parisiens
professent, comme moi, l'amour de l'économie; et d'après les nombreux et
pesants impôts qu'exigent les besoins de l'état, ils ont certainement
bien raison d'être économes. Je dis donc qu'il est impossible que dans
de pareilles circonstances, un peuple aussi sensé se fût servi si
long-temps de l'enfumante, mal-saine et horriblement coûteuse lumière de
la chandelle, s'il avoit réellement su qu'il pouvoit avoir pour rien
autant de la pure lumière du soleil.

  UN ABONNÉ.


_Fin du premier Volume._



                           TABLE DES ARTICLES
                        Contenus dans ce Volume.


Vie de Benjamin Franklin.

Extrait du Testament de Benjamin Franklin.

Codicile.

Sur les Personnes qui se marient jeunes. À John Alleyne.

Sur la mort de son frère, John Franklin. À miss Hubbard.

Lettre au Docteur Mather de Boston.

Le Sifflet, histoire véritable, adressée, par Franklin, à son Neveu.

Pétition de la Main Gauche, à ceux qui sont chargés d'élever des Enfans.

La belle Jambe et la Jambe difforme.

Conversation d'un essaim d'Éphémères, et soliloque d'un Vieillard.
À Madame Brillant.

Morale des Échecs.

L'art d'avoir des Songes agréables; adressé à Miss ... et écrit à sa
sollicitation.

Conseils à un jeune Artisan. Écrits en l'année 1748. À mon ami A. B.

Avis nécessaire à ceux qui veulent devenir riches. Écrit en 1736.

Moyens pour que chacun ait beaucoup d'argent dans sa poche.

Projet économique adressé aux Auteurs d'un Journal.


                   Fin de la Table du premier Volume.



---------------------
NOTE DU TRANSCRIPTEUR

L'original comporte en page 190, se rapportant au texte «qui ont eu
lieu entre les propriétaires», une note de bas de page illisible qui
n'a pas pu être restituée.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I - Suivie de ses oeuvres morales, politiques et littéraires" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home