Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Recueil des expressions vicieuses et des anglicismes les plus fréquents
Author: Gingras, Jules Fabien
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Recueil des expressions vicieuses et des anglicismes les plus fréquents" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



book was created from images provided by Bibliothèque et
Archives nationales du Québec (http://www.banq.qc.ca/).)



[Transcriber's Note: words in _italics_ and in =small capitals= have
been represented as shown.]



Prix: 12 sous.

RECUEIL
DES
EXPRESSIONS VICIEUSES
ET DES
ANGLICISMES
LES PLUS FRÉQUENTS.

Par un Membre de la Société Typographique de Québec.

QUÉBEC,
IMPRIMÉ PAR E. R. FRÉCHETTE,
21, Rue La Montagne, Basse-Ville.

1861.



Tel qu'il est, ce recueil est loin de la perfection que l'on serait en
droit d'exiger, s'il était sorti de mains plus habiles; mais il n'en
est pas moins un acheminement vers une oeuvre plus complète en ce
genre, et le compilateur croit que tout de même il atteindra le but
qu'il se propose: attirer l'attention du public franco-canadien sur le
danger que court l'idiome franc en Canada, en lui démontrant jusqu'à
quel point il est déjà défiguré par les anglicismes et les termes
corrompus qui s'y sont introduits.

Ce but sera-t-il dépassé? Ce modeste travail porte-t-il en lui le
germe de la réforme que tout patriote sincère doit désirer? Nous le
souhaitons. Mais, pour que cette réforme salutaire se réalise, il faut
le concours actif de tous les amis de l'éducation, et de tous ceux qui
croient à la possibilité de conserver la langue française en ce pays.
Ce concours fera-t-il défaut? A cette question nous n'hésitons pas à
répondre négativement. A notre avis, jamais Canadien d'origine
française ne refusera de coopérer à une oeuvre aussi patriotique, que
celui qui en est le promoteur soit ou non un artisan.

Entre les mains des instituteurs, et comme aide-mémoire, ce recueil
pourrait contribuer pour une bonne part au succès de cette réforme,
qui ne pourrait radicalement s'opérer pour le moment que parmi les
élèves de nos écoles françaises.



RECUEIL
DES
EXPRESSIONS VICIEUSES ET DES ANGLICISMES
LES PLUS FRÉQUENTS.


A.

ALLÉGUÉ. Ce participe est souvent transformé en substantif, et cela
inutilement, vu que nous avons le mot =allégation=.

ALLSPICE. Poivre de la Jamaïque.

AMARRER. Expression maritime très répandue parmi les classes
ouvrières, car, généralement elles disent _amarrer_ au lieu d'=attacher=
des souliers, une coiffure, etc. Nos écoles seules pourraient parvenir
à faire disparaître cette mauvaise expression, ainsi que beaucoup
d'autres, en mettant leurs élèves en garde contre elles.

AMENDEMENT. Faire une proposition, une motion _en_ amendement. Cette
manière de dire est anglaise et incorrecte. Pour être exact il faut
dire: Faire une proposition, une motion =par voie= ou =sous forme=
d'amendement.

ANGLIFIER. Verbe anglais francisé. Le verbe français correspondant est
=angliciser=.

APPLICATION. Comme ce mot a beaucoup d'acceptions, nous nous bornerons
à démontrer dans quels cas on lui prête, mais à tort, la même
signification en français qu'en anglais. S'agit-il de faire une
demande, une requête, etc., presque invariablement l'on dit: j'ai fait
ou je vais faire _application_. En consultant le dictionnaire, l'on se
convaincra que l'on fausse l'acception de ce mot en l'employant ainsi.

APPOINTEMENT, APPOINTER. En anglais, ces deux mots signifient
Nomination à quelque emploi, mais dans notre langue, _appointements_
signifie Le salaire d'un employé, et _appointer_, Donner des
appointements. Ces deux mots sont très souvent employés dans leur
signification anglaise par nos hommes de profession; c'est pourquoi
nous les insérons ici, tout en les priant d'éviter cette faute.

APPROPRIATION. Ce mot ne désigne que l'action de s'approprier,
d'accaparer une chose. C'est donc à tort qu'on le voit figurer dans
les documents et journaux publics, pour désigner une somme d'argent
affectée à quelque objet, ou un crédit voté par la législature ou par
des corporations. Pour être exact, il faut dire: _vote d'argent_,
_vote d'un crédit_, ou bien: _somme affectée_ ou _destinée_ à quelque
fin. La même faute se répète pour le verbe =approprier=, qui a une
acception de plus que son substantif; exemple: _une_ somme
_appropriée_ (c'est-à-dire proportionnée) aux besoins, aux
circonstances. Il y a donc barbarisme chaque fois qu'on lit ou qu'on
entend dire qu'une somme a été _appropriée_, au lieu de _affectée_,
_votée_, _appliquée_ ou _destinée_ à des travaux ou autres fins.

ARGENTS. C'est à tort que nous écrivons souvent ce mot au pluriel, et
cette erreur vient encore de l'anglais, qui dit _moneys_, mot qui
signifie =deniers= ou =espèces=.

AVANCÉ. Nous faisons encore erreur en employant substantivement ce
participe. C'est faire une =assertion= qu'il faut dire, et non faire un
_avancé_.


B.

BACHELIER. Par ce mot, l'on désigne souvent, mais à tort, le =garçon= ou
le =célibataire=.

BADRER. C'est encore un mot anglais francisé, et assurément il n'est
pas un des moins ridicule, surtout lorsqu'on dit: c'est _badrant_!
Nous avons les épithètes d'=ennuyeux=, de =fatigant=, voire même de
=scieur=, qui rendent parfaitement l'idée de _badrer_; pourquoi donc ne
pas nous en servir?

BAILLER. Vieux mot qui signifiait Donner et qui n'est plus usité qu'au
palais, et encore l'est-il rarement; mais dans nos campagnes il est
encore d'un emploi journalier, bien qu'il soit difficile de le
reconnaître, tant il est aujourd'hui corrompu. Dans toutes leurs
transactions, nos paysans disent: je vous _barerai_ tant pour telle
chose, au lieu de =baillerai= ou =donnerai=. Les instituteurs seuls sont
en mesure de corriger la génération qui grandit de ce défaut.

BALLAST GROUND. Lieu de délestage.

BANDE DE MUSIQUE, _BANDE MILITAIRE_. Désignations empruntées de
l'anglais par nous, tandis que nous avons celles-ci, qui valent
beaucoup mieux: _Corps de musiciens_, _Musique de régiment_.

BANK. =Banc= du pressier. Ce banc est surmonté d'un pupitre sur lequel
on place le papier à imprimer.

BARAUDER. Les ouvriers disent souvent _barauder_ au lieu de =virer= ou
=tourner= quelque chose bout pour bout.

BARDA. Qui peut dire d'où vient ce terme, dont les classes ouvrières,
particulièrement les femmes, se servent au lieu de =ranger=, =nettoyer= ou
=faire le ménage=? La disparition de ce mot barbare est grandement à
désirer.

BARDEAU. Terme d'imprimerie synonime de _casseau_. C'est une réserve,
distribuée comme la casse, dans laquelle on survide les sortes
surabondantes. C'est ce que nos typographes appellent la _casse de
fonte_.

BARLEY. Rarement l'on désigne ce grain par son nom français, et
pourtant le mot =orge= est bien connu. _Peeled barley_, orge émondé;
_pearl barley_, orge perlé.

BARRE. Ici encore, nous avons laissé s'introduire dans notre langage
certaines acceptions que l'anglais seul doit reconnaître à ce mot,
erreur que nous allons relever en indiquant les deux cas où nous avons
à tort adopté ces acceptions. Le mot anglais _bar_, dans le cas où il
signifie =banc des accusés=, est adopté par tous nos avocats français,
car toujours nous les entendons dire: "le prisonnier à la _barre_." Il
est bon, toutefois, de remarquer le soin qu'ils ont pris de le
franciser, en écrivant _barre_ au lieu de _bar_.--L'autre cas où
_barre_ est mal appliqué, c'est lorsque par lui nous voulons désigner
le =comptoir= ou la =buvette= d'une auberge.

BARRÈNE. Jeu d'enfant qui consiste en une manière d'échelle tracée
avec de la craie, dans laquelle on marche à cloche-pied, en poussant
avec le pied une espèce de palet. Le nom français de ce jeu est
=mérelle= ou =marelle=.

BARRER. _Barrer_ une porte peut se dire lorsque cette porte se ferme
au moyen d'une _barre_; mais si elle se ferme à la clé, il sera plus
logique de dire porte =fermée à clé= que porte _barrée_.

BED. L'on appelle _bed_, à Québec, le meuble qui sert à la fois de lit
et de banc; =banc-lit= est le nom français de ce meuble.

BELT. =Ceinturon= de cuir ou d'étoffe.

BILL OF LADING. =Connaissement=. Ce mot est assez connu, mais nos
marchands canadiens se servent de préférence de l'anglais. Inutile
d'ajouter qu'ils ont tort.

BITTERS. Pour bien des gens, _bitters_ et =absinthe= sont deux choses
tout-à-fait différentes, tandis qu'il n'y a de différence réelle que
dans les noms. Il n'est pas besoin de dire qu'=absinthe= est le mot dont
on devrait toujours se servir.

BITTERS (MIXED). Absinthe composée.

BLANC. Mettre du _blanc_ se dit à tort au lieu de =blanchir=, qui
signifie augmenter les interlignes, ainsi que cela se fait dans les
pages où il se trouve des titres, etc.

BLOQUER une lettre. C'est la remplacer provisoirement par une autre de
même épaisseur, afin de n'avoir pas de remaniement à faire en la
débloquant. C'est ce que, dans nos imprimeries françaises, nous
appelons _virer_.

BODKINS. =Pointe=. Outil qui sert à lever soit une lettre, un mot ou une
ligne dans la correction de toute composition.

BOITE. Les avocats sont dans une complète ignorance de la nomenclature
de leur profession, ignorance à laquelle ils suppléent en se servant,
soit du mot anglais même, soit en le traduisant. Toujours ils disent:
la _boîte_ des témoins, la _boîte_ des jurés, et pourtant, s'ils
s'étaient donné la peine, ou plutôt l'agrément de lire le code
criminel français, ils sauraient aujourd'hui qu'au lieu de _boîte_ il
faut dire: =banc= des témoins, =banc= des jurés.

BOMBE. A Québec, l'on dit presque toujours _bombe_ au lieu de
=bouilloire=, et pourtant, ce dernier mot désigne assurément mieux que
le premier l'objet dont il est question.

BOOME. Ce mot est employé par nous, mais un peu francisé, car l'on dit
_bôme_ pour désigner une =estacade flottante= ou =barrage= en dedans
duquel l'on tient du bois en flotte.

BOW-SAW. =Scie à chantourner=. Les menuisiers et ébénistes désignent
toujours cette scie par son nom anglais.

BRACE ( } [Note: horizontal curly brace]). Accolade.

BRACE (TO). Poser des bandages de fer en dedans de l'avant d'un
navire. C'est ce que les charpentiers appellent à tort _brécer_.

BRAID. Bordures de robes de femmes. =Milleret= est le nom français de
cette bordure, que nous appelons indifféremment _braid_ ou _miret_;
mais il est facile de voir que ce dernier mot est la corruption de
=milleret=.

BOUCHARDE. Outil d'acier par le bas et fait en plusieurs pointes à
diamant, à l'usage des tailleurs de pierre et désigné par eux sous le
nom de _ciseau à dents_; mais ils se trompent davantage lorsqu'ils
appellent _boucharde_ le marteau dentelé et brételé, vu que =laie= est
le véritable nom de ce marteau.

BRANDY. Tout le monde sait qu'=eau-de-vie= est le nom français de ce
spiritueux; mais non content de le désigner par le nom anglais, l'on
dit encore: du _pale_, du _dark brandy_, et c'est là le comble du
ridicule, car si l'on veut du _dark_, il ne s'agit que de demander de
l'=eau-de-vie colorée=; l'autre qualité de cette boisson se désigne sans
qualificatif.

BRASSER LES CARTES. C'est =battre= les cartes qu'il faut dire.

BRASS RULES. =Lames=. _Waved rules_, =Tremblés=: _Space rules_, =filets
systématiques=.

BREAST HOOK. Fortes pièces de bois courbes que l'on applique en dedans
de l'avant du vaisseau pour le lier et le renforcer, pièces que l'on
désigne en français sous le nom de =guirlande=.

BRICKLAYER. =Maçon briqueteur=.

BUTIN. Par ce mot, les classes laborieuses désignent le =linge= et tous
les articles de vêtement. Si elles savaient que _butin_ veut dire
=objets volés= ou tout ce qui peut être pris à l'ennemi, nous pensons
bien qu'elles cesseraient de le mal appliquer; mais sa mauvaise
application ne disparaîtra qu'à la longue, et si les instituteurs
s'appliquent à corriger leurs élèves des expressions erronées dont
fourmille notre langage.

BUTT (TO). Les charpentiers de navire disent _botter_ au lieu de
=rogner= des pièces de bois. Ils appellent aussi _botteur_ celui qui est
chargé de cette besogne. Nous ne saurions trop leur conseiller
d'abandonner ces termes anglais corrompus. Le bon sens et leur langage
ne pourront qu'y gagner.


C.

CAGE. L'on appelle ici _cage_ un =radeau ou train de bois=. Inutile de
dire que ces deux dernières désignations sont préférables à la
première.

CALOTTE. S'emploie au lieu de =casquette=, et bien à tort, vu que
_calotte_ est un petit bonnet sans visière qui ne recouvre que le
dessus de la tête.

CAMBRIC. Sorte de tissu de coton et dont =percale= est le nom français.

CANTHOOK. Espèce de crochet muni d'un manche et dont on se sert pour
déplacer du gros bois, des plançons. =Renard= est le nom français.

CARACTÈRES D'IMPRIMERIE:--

  ======================================================================
                       |                          |       Nouvelles
      Dénominations    |        Anciennes         |     Dénominations
       Anglaises.      |      Dénominations       |      Françaises.
                       |       Françaises.        |   Force de corps en
                       |                          |       points.
  ---------------------+--------------------------+---------------------
  Diamond,             | Diamant,                 |        3 points.
  Pearl,               | Perle,                   |        4   id.
  Agate,               | Parisienne ou sédanoise, |        5   id.
  Nonpareil,           | Nonpareille,             |        6   id.
  Nonpareil,           | Nonpareille,             |        6   id.
  Minion,              | Mignonne,                |        7   id.
  Brevier,             | Petit texte,             |    7-1/2   id.
  Bourgeois,           | Gaillarde,               |        8   id.
  Long primer,         | Petit romain,            |        9   id.
  Small pica,          | Philosophie,             |       10   id.
  Pica,                | Cicéro,                  |       11   id.
  English,             | Saint Augustin,          |    12 13   id.
  Great primer,        | Gros texte,              | 14 15 16   id.
  Paragon,             | Gros romain,             |       18   id.
  Double small pica,   | Petit paragon,           |       20   id.
  Real double pica,    | Gros paragon,            |       22   id.
  Double english,      | Palestine,               |       24   id.
  Double great primer, | Petit canon,             |       28   id.
  Double Paragon,      | Trismégiste,             |       36   id.
  Canon,               | Gros canon,              |    44 48   id.
  Five lines pica,     | Double canon,            |       56   id.
  Four lines Paragon,  | Double trismégiste,      |       72   id.
  Eight lines pica,    | Triple canon,            |       88   id.
  Eight lines english, | Grosse nonpareille,      |       96   id.
  Nine lines pica,     | Moyenne de fonte,        |      100   id.

CASSEROLE. Ustensile de cuisine; mais, par ce mot, nous voulons
désigner, nous, le vase de fonte attaché au devant d'un poële pour en
recevoir les cendres qui s'en échappent. Inutile de dire que nous nous
trompons en nommant _casserole_ ce vase, dont le véritable nom est
=cendrier=.

C'EST =de valeur!= Expression souvent employée au lieu de =c'est
malheureux!=

CHAMPLURE. Trou pratiqué au bas d'un tonneau ou baril, pour en faire
écouler le contenu. C'est donc à tort qu'on emploie ce mot pour celui
de =robinet=.

CHARGE. S'emploie dans ce cas-ci, dans nos palais de justice: "La
_charge_ du juge au jury." Pas n'est besoin de dire que c'est là un
barbarisme affreux que nos hommes de loi pourraient éviter facilement.
Si _charge_ est parfois synonime de caricature, ils deviennent
certainement un sujet de _charge_ lorsqu'ils se servent de ce mot au
lieu d'=allocution=.

CHARGER. On _charge_, on m'a _chargé_ tant pour cette marchandise. Ces
deux expressions sont anglaises. Pour être exact, il faut dire: "On
=demande= tant, on m'a =pris= tant pour cette marchandise."

CHASSIS. L'on dit d'ordinaire _châssis_ au lieu de =fenêtre=.

CHEQUE. Ce mot anglais est tellement en usage parmi nous, et depuis si
longtemps, qu'on le croit aujourd'hui français. Pourtant, l'équivalent
était facile à trouver dans notre langue, vu que _chèque_, dans le
sens qu'il est le plus généralement employé, veut dire =bon= sur une
banque.

CHEQUER. C'est encore un verbe de création canadienne, et dont la
classe marchande se sert dans les cas suivants: _chèquer_ un compte,
un livre de comptes, et cela quoique la comptabilité française ait
déjà deux verbes analogues à son service: =vérifier= ou =contrôler= un
compte, etc. Sur les chemins du fer et les bateaux à vapeur, les
gardes-bagages disent aussi _chèquer_; mais, pour eux, cela signifie
=marquer= ou =numéroter= les colis qu'on leur remet, et en échange
desquels ils donnent des =jetons= de cuivre numérotés (aussi appelés
_cheques_ en anglais), jetons que l'on présente ensuite au terme du
voyage pour ravoir les objets qu'on leur a confiés.

CHEVAL A CHEVAL. Se dit entre joueurs lorsqu'ils ont gagné chacun une
partie à un jeu quelconque, et qu'il s'agit de jouer la partie
décisive. Cette expression vient de l'anglais _horse hand_, mais dans
notre langue, =manche à manche= est l'expression consacrée.

CIVILIEN. En parlant d'un militaire, il arrive fréquemment d'entendre
dire qu'il a assisté quelque part en habit de _civilien_, mot qui
n'est nullement français, et qui n'a pas non plus cette acception en
anglais. Habit =bourgeois= sont les mots qui conviennent en pareil cas.

CLAIR, JE SUIS. Expression imitée de l'anglais, _I am clear_, et qui
s'emploie souvent, mais à tort, pour indiquer que l'on a =fini= une
tâche, un travail, que l'on est =sorti victorieux= d'une lutte ou d'une
partie à un jeu quelconque. _Clairer_, mot anglaise vicié, s'emploie
aussi impérativement. Exemple: _clairez_ le chemin, _clairez_ la
maison, et cela à la place de ces expressions plus correctes: =livrez=
le chemin, =videz= la maison, etc.

CLERC DE POLL (_Poll Clerk_). =Secrétaire d'élection= est le titre par
lequel cet officier devrait être désigné.

CLINCHING. En terme de construction, ce verbe signifie =river=. Dans nos
chantiers de navire, les ouvriers ont francisé ce mot, et ils disent
maintenant _clincher_ au lieu de =river= un boulon, une cheville. C'est
là un malheur; car, pour peu qu'ils continuent ainsi à se servir de
mots anglais, leur langage ne pourra bientôt plus être appelé
français, et une fois cet idiome perdu pour nous, sur quoi s'appuiera
la nationalité française en Canada, ce bien si cher à tous les
Franco-canadiens?

COMMISSIONED OFFICERS. =Officiers=. _Non-commissioned officers_,
=sous-officiers=.

CONDENSED TYPES. Caractères allongés.

CONSISTANT, INCONSISTANT. Être _consistant_ ou _inconsistant_ à
soi-même, à ses principes. Ce sont là deux barbarismes souvent commis
par les journaux français de ce pays. C'est être =conséquent= ou
=inconséquent= qu'il faut dire.

CONTEMPLATION. Ce substantif est souvent employé à tort et dans les
cas suivants: L'objet en _contemplation_, au lieu de l'objet en =vue=;
l'entreprise en _contemplation_, au lieu de l'entreprise =projetée=.

CONTRACTEUR. Ce mot, qui vient de l'anglais _contractor_, est aussi
presque toujours employé de préférence au mot français =entrepreneur=.

COPIE, EXEMPLAIRE. Le premier de ces mots signifie une =expédition= ou
un écrit fait d'après un autre écrit. C'est donc à tort que l'on dit
_copie_ d'un livre ou d'un imprimé quelconque; =exemplaire= est le mot
dont il faut se servir en ce cas.

COUVERTE. Se dit erronément pour =couverture= de laine.

CRAB. Les charpentiers de navire appellent ainsi un engin dont le nom
français, =chèvre=, est bien connu.

CRÉATURE. On ne saurait trop s'élever contre la signification que la
classe ouvrière donne à ce mot, car toujours par lui elle entend
désigner les personnes du sexe. Il ne serait donc que juste que chacun
l'aidât à se corriger de cette faute, qui est trop grossière pour ne
pas jeter du ridicule tant sur elle que sur ceux qui la laissent se
perpétuer.

CULLER. C'est par ce mot--qu'ils prononcent à la française,
_colleur_--que les mesureurs-inspecteurs de bois désignent leur
profession. Il en est même qui disent: j'ai _collé_, pour j'ai
=inspecté= du bois; aussi, est-il impossible à une personne qui ne sait pas
l'anglais de les comprendre. Veulent-ils dire: j'ai =livré= tant de
pièces de bois pour un chargement, ils se servent de ces mots: J'ai
_chippé_ tant de pièces de bois. Ils ne savent pas, assurément, que
_chipper_ veut dire voler!

CUTS. Vignettes, attributions.


D.

DASHES (ORNAMENTED). =Filets ornés=.

DÉFRANCHISER. C'est le verbe anglais, _to disfranchise_, qui a été
ainsi francisé, quoique nous ayons déjà en français le verbe
=désaffranchir=, qui vaut certainement mieux.

DÉMANCHER. L'on dit souvent: il s'est _démanché_ le bras, la jambe, et
il se l'est fait _ramancher_. Pour être exact, il faut dire jambe
=démise=, bras =démis=.

DÉPUTÉ. En français, ce substantif est synonime d'envoyé, de représentant
du peuple. On l'emploie donc à tort, et cela fréquemment, dans ces
cas-ci: _député_-shérif, _député_-adjudant, _député_-greffier,
désignations inexactes qui devraient être remplacées par celles de
=sous=-shérif, de =sous=-adjudant et de greffier-=adjoint=.

DISCOUNT. Le mot français =escompte= est rarement employé. En ce pays,
les affaires commerciales se transigent presque toujours en anglais;
de là vient que ce mot et beaucoup d'autres sont ignorés de bien des
marchands et commis de notre origine. Ne feraient-ils pas bien de
travailler à les connaître?

DOUBLET. =Doublon=. Lettre ou mot répété.

DRAFT. Soit dans les transactions commerciales ou autres, le plus
souvent on se sert de ce mot anglais au lieu de =traite=. Nos
charpentiers disent aussi _draft_ pour =plan= de navire, et _drafter_ au
lieu de =tracer= un plan de navire.

DUMMY. Se dit au jeu de whist lorsqu'il manque un quatrième pour faire
cette partie. Le jeu du manquant est alors mis à découvert sur la
table, et c'est ce qu'on appelle en français faire la partie de whist
avec un =mort=.


E.

ÉMANATION. En français, ce mot est synonime d'_exhalaison_; ce qui
n'empêche pas nos hommes de loi de l'employer toujours dans son
acception anglaise, c'est pourquoi ils disent: l'_émanation_ d'un
bref, d'une injonction, etc., au lieu de l'=émission= d'un bref, etc.

EMBARQUER. Se dit souvent, mais à tort, au lieu de =monter= en voiture.

EMBELLE. Partie du corps d'un navire comprise entre les deux
gaillards; cependant, nous disons fréquemment: j'ai, j'aurai eu mon
_embelle_ de faire telle chose, et par cela nous entendons l'=occasion=,
la =facilité= ou la =chance= de pouvoir faire quelque chose. Il ne serait
donc que juste de mettre en ce cas le mot _embelle_ de côté, attendu
que le dictionnaire ne le reconnaît que comme terme de marine.

EM-RULE (--). =Moins= ou =tiret=, servant dans le dialogue, etc. _Two and
three ems rule_, deux et trois quadratins filets.

ENDICTMENT. Terme de droit criminel anglais, et qui signifie =acte
d'accusation=. Mais le mot anglais paraît être employé de préférence
par nos hommes de loi. Seulement, à la manière dont ils le prononcent
(_indictement_), on est porté à le croire français.

ESPÉREZ, ESPÈRE. L'on dit souvent _espérez_, _espère_, pour =attendez=,
=attends=.


F.

FANCY TYPE. Caractères de fantaisie servant à orner et varier les
titres.

FAT COMPOSITION. Composition ouverte.

FILER. Nos avocats disent _filer_ un protêt, un rapport, une
opposition. Il ne leur coûterait pourtant pas plus de dire:
=transmettre=, =présenter= ou =produire= un rapport, etc.

FLOURISHES. =Déliés=, ou ornements calligraphiques.

FOOT LINE. =Ligne de pied=, qu'on place au bas de chaque page, soit en
cadrats ou en lingots métalliques.

FORE-CASTLE. Terme de marine anglais, presque toujours employé par nos
navigateurs au lieu de =gaillard d'avant=.

FOREMAN. Ce mot anglais est généralement mêlé à notre langage, quoique
les termes français équivalents soient assez connus; mais nous croyons
tout de même devoir les donner ici: _Foreman of a jury_, =chef= d'un
jury; _Foreman of a workshop_ or _ship yard_, =contre-maître= d'un
atelier ou d'un chantier de navire; _Foreman_, dans une imprimerie,
=Prote=.

FRIAR. =Moine=. C'est le défaut qui se manifeste au tirage lorsqu'une
partie de la forme n'a pas été touchée.

FULL FACE. Caractères à l'oeil gras.

FURNITURE. =Garniture=. Ce mot comprend tous les bois qui entrent dans
l'intérieur d'une forme, tels que les fonds et les têtières; les
réglettes, les biseaux et les coins sont les accessoires qui
l'entourent.


G.

GAGN. Ce mot est fréquemment employé dans notre langage. Exemple: Nous
étions une _gagn_, une bonne _gagn_ d'amis. C'est un =nombre=, un =bon
nombre= d'amis qu'il faudrait dire. _Gagn of saws_, =Jeu de scies=; mais
le mot _gagn_ prévaut aussi dans le langage des travailleurs des
moulins à scies.

GANGWAY. =Passerelle= est le nom français donné à cette planche que l'on
glisse d'un quai pour en laisser retomber le bout sur un bateau ou
navire, afin de faciliter l'embarquement ou le débarquement.

GALLEY. Petite chambre sur l'avant d'un navire et qui sert de cuisine.
=Coqueron= est le nom français.

GATERS. Quoique connus, les noms français de =guêtres= et de =bottines à
guêtre= sont souvent remplacés par le mot anglais _gaters_.

GILET et VESTE. Nous devons à la langue anglaise de ne pas désigner
par leur propre nom ces deux vêtements. Le =gilet= est sans manches et
se porte sous le surtout ou l'habit. La =veste= qui se porte ici est à
manches et sans basques. En un mot, la =veste= est ce que nous appelons
le _gilet_.

GIN. =Genièvre=.

GRÉER. C'est là un terme de marine qui est souvent mal à propos dans
la bouche de tout le monde. C'est à qui dira une maison, une chambre
bien _gréée_, pour une maison une chambre bien =meublée=. L'on est
autant répréhensible de mal appliquer un mot, une définition, que
pourrait l'être un badigeonneur de peinturer en noir là où le bon sens
et le goût exigent le blanc.

GROCEUR, GROCERIES. Malgré que tout le monde sache qu'=épicier= et
=épiceries= sont les mots dont il faudrait se servir de préférence, cela
n'empêche pas que les premiers soient le plus communément employés.

GUIMBARDE. Petit instrument à languette d'acier, que par corruption
nous appelons _bombarde_.


H.

HABITANT, HABITANTE. Nom par lequel nos classes ouvrières désignent
les paysans ou habitants des campagnes. C'est aux institutions
scolaires à corriger les enfants de la fausse acception donnée à ces
substantifs.

HAIR LINE TYPE. Caractères effilés.

HAND LEATHER. =Manique=. Morceau de cuir dont le cordonnier, le sellier,
etc., s'entourent la paume et le dessus de la main pour que le fil
ciré ne les blesse pas lorsqu'ils serrent avec force les coutures.

HAWSE PIPES. Trous par où passent les chaînes des ancres d'un navire.
=Écubiers= est le nom français.

HOGGED. Les charpentiers de navire disent qu'un vaisseau est _hoggué_
au lieu de =arqué=, ce qui arrive lorsqu'il a heurté une roche vers le
milieu de sa quille.

HYDRANTS. =Bornes-fontaines=. C'est le nom par lequel sont désignés les
robinets d'un aqueduc placés aux coins des rues.


I.

INCORPORATION, INCORPORER. En français, ces deux mots no désignent que
l'action de réunir. Exemple: _incorporer_ un peuple à un autre peuple;
_incorporer_ une compagnie dans un régiment, etc. L'on fait par
conséquent erreur lorsqu'on les emploie pour désigner l'existence
légale d'une compagnie, corporation ou association quelconque, comme
dans les cas suivants: compagnie _incorporée_; acte d'_incorporation_.
Ces deux fausses désignations sont le fait d'un mauvaise traduction
des mots anglais _Incorporated Company_; _Incorporation act_, et qui,
en bon français, veulent dire: Compagnie =constituée= en corporation;
acte =constitutif=.

INSERTION ou TREMEN. C'est par ces deux mots anglais que le marchand
et les acheteuses désignent toujours le fond de dentelle appelée en
français =entre-deux=.

INSTALMENT. Ce mot anglais est aussi fréquemment employé par nous, car
nous disons paiements par _instalments_ au lieu de paiements à =termes=.
_Instalment_ signifie aussi =versement=.

INTRODUIRE. Il arrive souvent que l'on dise _introduire_,
_introduction_ au lieu de =présenter=, =présentation=. Exemple:
_Introduire_ une personne à quelqu'un. C'est =présenter=, =présentation=
dont il faut se servir en ce cas; mais si l'on veut parler d'une
personne étrangère que l'on a conduite dans une famille, c'est alors
qu'il convient d'employer les mots =introduction= et =introduire=.


J.

JOB. Ce mot signifie =entreprise= ou =tâche=, selon le cas. Il serait donc
plus logique de dire: J'ai une =tâche= à remplir, j'ai =entrepris= un
ouvrage ou des travaux, au lieu de: j'ai _une job_, etc.

JOBS. =Bilboquets=. Ce nom se donne aux plus légers des ouvrages de
ville, tels que têtes de lettres, cartes d'adresse, billets de faire
part, factures, etc.

JOB CHASE. =Ramette=. Châssis sans barre, servant aux ouvrages de ville,
comme pour les placards, tableaux, cartes, etc.

JIB, FLYING JIB. En français, les termes de marine sont peu connus en
Canada, même des navigateurs, car ils disent _jib_ au lieu de =foc=, et
_flying jib_ au lieu de =foc volant=.


K.

KID. =Chevreau=. C'est donc à tort que nous disons Gants de _Kid_ au
lieu de Gants en peau de =chevreau=.


L.

LABEL. Les marchands et commis disent le plus souvent _labels_
lorsqu'il s'agit de mettre des =étiquettes= à leurs marchandises.

LARBOARD, STARBOARD. =Babord=, côté gauche d'un navire, =tribord=, côté
droit, sont les mots français correspondants; mais ils paraissent
inconnus de nos navigateurs et charpentiers.

LARGE and SMALL FACE. =Gros oeil= et =petit oeil=. L'_oeil_ de la
lettre est le relief, c'est-à-dire l'extrémité saillante, laquelle
étant couverte d'encre, laisse son empreinte et forme ce qu'on appelle
l'impression.

LEADERS. =Points carrés= ou de conduite (....) Ces points sont d'un
fréquent usage, entr'autres dans les ouvrages à colonnes ou dans les
tables.

LEAD-CUTTER. Coupoir à interlignes. _Lead and brass rule cutter_,
=bisautier=.

LEADS. =Interlignes=. Ce sont des lames de fonte dont le principal
emploi est de séparer les lignes entre elles, ainsi que ce nom le fait
comprendre.

LECTURE. En anglais, ce mot signifie =essai=, =discours= écrit; mais en ce
cas comme en bien d'autres, nous avons adopté le mot anglais pour
laisser de côté celui de notre langue, qui est pourtant bien plus
expressif. Il en est résulté que nous disons aujourd'hui: _donner une
lecture_ (_to give a lecture_) au lieu de =lire= un discours ou un
=essai=. Il est facile de voir que nous avons perdu au change, tant sous
le rapport de l'exactitude que sous celui du bon sens.

LOCK (TO). =Serrer= une forme. C'est à tort que dans nos imprimeries
canadiennes l'on dit _loquer_ au lieu de =serrer=, et _déloquer_ à la
place de =desserrer= une forme.

LOCKERS. Espèce d'armoires dans les embarcations. Nos navigateurs ou
bateliers paraissent ignorer le nom français correspondant, =équipets=.

LOCK-SAW. Petite scie dont =passe-partout= est le nom français.

LONG-STICK. =Bisaigle= ou =Bisaigue=. Outil de bois qui sert aux
cordonniers à lisser ou polir le devant des semelles de souliers.

LUNCH. L'on dit même _luncher_. Quand on prend du galon on n'en
saurait trop prendre; c'est pourquoi, non contents d'avoir fait la
folie d'emprunter le mot _lunch_, nous en avons aussi fait un verbe,
et cela tandis que nous avions déjà =goûter=, =collation= et
=collationner=, qui veulent dire la même chose.

LYE TROUGH. Baquet dans lequel on couche les formes pour les laver.


M.

M-QUADRAT. Cadratin.

MACE. =Macis=. Ecorce intérieure de la noix muscade et dont on se sert
comme épice.

MAHOGANY. =Acajou=. Il est rare que nos ouvriers ne désignent pas ce
bois par son nom anglais.

MAIN [Symbol: hand]. La =main= a pour objet de fixer l'attention sur
des notes ou remarques en têtes desquelles elle est placée. C'est à
tort qu'elle est appelée _index_ dans nos imprimeries.

MENOTTES. Lien avec lequel on attache des prisonniers. C'est donc à
tort que les personnes du sexe désignent par ce terme la =mitaine= de
soie qui ne recouvre que la moitié de la main.

MESS, OFFICERS'. =Ordinaire= des officiers militaires.

MIS-DEAL. Expression anglaise généralement employée au jeu de cartes.
On dit en français: =Cartes mal données=.

MONEY ORDER. =Mandat= d'articles d'argent ou =mandat= sur la poste. _Money
order offices_, Bureaux d'expédition d'argent.

MONTER EN HAUT. Locution des plus vicieuses et qu'accompagne toujours
sa soeur: _descendre en bas_. Il serait sage de s'en corriger en les
remplaçant par celles-ci: =aller là haut=, =aller en bas=.

MOP. Se dit au lieu de =Balai de matelot=, et aussi pour =houppe à
poudrer=.

MOTEUR. Ne s'emploie en français que comme terme de mécanique; mais
nos hommes de loi, nos législateurs, lui ont donné--bien entendu sans
en avoir le droit--une acception de plus, comme cela a lieu pour le
mot anglais _mover_, car, par lui, ils veulent toujours désigner celui
qui fait une proposition ou motion dans un corps délibérant. En pareil
cas, _the mover_ signifie l'=auteur= d'une proposition ou motion.

MOUILLER. Se dit presque toujours au lieu de =pleuvoir=.

MOUVER. Les pilotes lamaneurs disent _mouver_ au lieu de =changer= un
navire de place.


N.

N-QUADRAT. Demi-cadratin.

NET. =Résille=. Espèce de filet ou de réseau qui enveloppe les cheveux.
_Net_, =tulle=; _fancy net_, =tulle-fantaisie=.

NICK. =Cran=. C'est une marque que porte la lettre pour indiquer au
compositeur le sens dans lequel il doit la tourner quand il la place
dans le composteur.


O.

OFFICE. Ce mot, qui est d'un usage fréquent dans les deux langues, est
généralement mal appliqué par nous. Exemple: l'_office_ d'un notaire,
d'un avocat, d'un médecin, tandis que l'on devrait dire: l'=étude= d'un
notaire, le =bureau= d'un avocat, l'=officine= d'un médecin. Pour désigner
leur imprimerie, les typographes canadiens disent souvent l'_office_,
au lieu de l'atelier. Dans certain cas, le mot anglais _office_
signifie =ministère=; alors on se trompe grandement de lui donner en
français le mot _bureau_ pour équivalent, et c'est cependant ce qui se
voit tous les jours, car on dit: _bureau_ du secrétaire provincial
pour désigner le =secrétariat= provincial; _bureau_ des terres de la
couronne, au lieu de =ministère= des terres, et ainsi de suite pour tous
les départements qui ont pour chef un conseiller d'état.

OFFICIER-RAPPORTEUR. En France, l'officier ainsi désigné est un juge
d'instruction devant un conseil de guerre ou de discipline. Ce titre
injudicieux, qui figure dans toutes nos lois électorales et qui est la
traduction mot à mot de _Returning Officer_, devrait être remplacé par
celui de =président d'élection=.

OGEE. Les menuisiers paraissent ignorer le mot français =ogive=, car ils
désignent toujours sous le nom d'_ogee_ la =moulure ogivale= et même
l'outil de cette moulure.

ORIGINER. Ce verbe n'existe pas dans notre langue; mais à force de
singer l'anglais en tout, l'on a fini par dire comme lui: telle chose
a _originé_ ici ou là. L'emprunt de ce verbe serait justifiable si
nous n'avions pas en français d'équivalent, mais il est très facile de
rendre l'idée de ce mot en disant: telle chose a =eu lieu=, telle chose
=s'est passée= ici ou là.

OUT. =Bourdon=. Lettre ou mot d'omis.

OVERHAUL (TO). Signifie d'abord =larguer= ou =lâcher= une amarre, et en
second lieu, =examiner= un compte, etc., mais il arrive souvent que dans
ce dernier cas ce verbe anglais est francisé par les charpentiers et
constructeurs de navire, car ils disent généralement _overhaler_ un
bâtiment, etc., au lieu d'=examiner=.


P.

PALETTE. L'on dit ici _palette_ au lieu de =visière= de shako ou de
casquette.

PANTRY. Sur un navire, _pantry_ signifie =soute= aux provisions, et dans
une maison la =défense=, c'est à dire le lieu où l'on met toutes les
provisions de table.

PARAGRAPHE (§). Ce signe sert de titre dans une classe de
subdivisions. C'est dans les ouvrages scientifiques, et notamment dans
les matières de jurisprudence qu'on l'emploie le plus ordinairement.
C'est donc à tort que l'on dit souvent _paragraphe_ pour =alinéa=.

PAR ARGENT. Traduction littérale de _by cash_. Dans la tenue des
comptes, cette locution vicieuse devrait être remplacée par le simple
mot =argent= ou =espèces=.

PARAPEL. Corruption de _parapet_, qui signifie élévation en terre ou
en maçonnerie, qui couronne la partie supérieure d'un rampart. Nous
avons donc deux fois tort de dire _parapel_ pour =trottoir=, chemin
réservé aux piétons.

PAYER. _Payer_ une visite, _payer_ des compliments. C'est la
traduction littérale des locutions anglaises _to pay a visit_, _to pay
compliments_. C'est =rendre= une visite, et =faire= des compliments qu'il
faut dire.

PEG-AWL. Les cordonniers désignent par ce mot anglais le perçoir dont
ils se servent lorsqu'ils font des chaussures à la cheville. =Broche=
est le nom français de cet outil.

PEPPERMINT. =Menthe poivrée= est le nom français de cette plante ou de
l'essence qu'on en extrait.

PEPPERMINT LOZENGES. =Pastilles= de menthe.

PIE. =Pâté=. On appelle ainsi un mélange de lettres ou de caractères
brouillés ensemble, soit par accident, soit par négligence.

PLANER. =Taquoir=. Morceau de bois avec lequel on applanit les formes
dans les imprimeries.

PIGEON-HOLE. Sorte de jeu de bagatelle inventé en Amérique et qui n'a
pas encore de nom français, mais que l'on pourrait fort bien désigner
par celui de =colombier=.

PILOTE BRANCHÉ. C'est là une traduction de _branch pilot_ qui peut à
bon droit prendre rang parmi les plus grosses âneries. =Pilote lamaneur=
est le nom par lequel devrait être désigné le marin reçu et
commissionné, après des études spéciales, pour entrer dans notre
fleuve et en sortir toute espèce de bâtiments.

PLASTER. L'on désigne rarement en français cette toile gommée qui sert
à panser les blessures. C'est toujours _plasteur_ que l'on dit au lieu
d'=emplâtre=.

PLASTERER. =Plâtrier=. Il est rare que nos ouvriers ne disent pas
_plasterer_ au lieu de =plâtrier=.

PLUG (TO). =Taponner=. Terme de construction navale. Ce verbe signifie
recouvrir les têtes de clou du pont d'un navire au moyen de petits
tapons de bois. Les charpentiers paraissent ignorer le verbe et le
substantif correspondants de _to plug_ et de _plug_, car ils disent
_ploguer_ au lieu de =taponner= un pont de navire, et _plug_ au lieu de
=tapon=.

POCHE, EMPOCHER. Au jeu de billard, l'on imite l'anglais quand l'on
dit _poche_ au lieu de =blouse=, et _empocher_ au lieu de =blouser= une
bille.

POIGNÉE, BOUTON de PORTE. L'on ne se sert toujours que du mot
_poignée_, et pourtant, lorsqu'une poignée de porte est ronde, il
serait plus exact de dire =bouton=.

POST-OFFICE. =Poste= ou =poste aux lettres=.

PRESENT. Il s'agit ici de la suscription d'une lettre, d'un billet à
faire remettre à sa destination par une autre voie que la poste, et
sur l'adresse desquels il n'est pas besoin d'écrire le nom de la
ville, attendu que l'envoyeur et le destinataire sont du même lieu. En
pareil cas, c'est toujours le mot anglais _present_, que l'on voit
figurer. Il serait donc juste, puisque ce genre d'adresse est aussi
français, de nous servir des mots =en ville= pour cette suscription,
dont nous donnons ici l'exemple:

  A Monsieur,
       Monsieur ----
                      En ville.

PROCÉDÉS. Se dit dans les cas suivants: user de bons, de mauvais
=procédés= envers quelqu'un. Il est aussi synonime de _recettes_. C'est
donc erronément que l'on dit: les _procédés_ d'une assemblée, d'une
cour de justice, etc., ou bien encore, faire lecture des _procédés_
d'une séance. Dans le premier cas, il faut dire: les =actes= d'une
assemblée, d'une cour de justice, et dans le second, faire lecture du
=procès-verbal= d'une séance.

PUMPS, =Escarpins=. Souliers à semelle mince et à oreilles. C'est la
chaussure de bal.

PUNCH. C'est ainsi que les menuisiers désignent souvent le =repoussoir=,
instrument qui sert à chasser les clous plus loin que ne le peut faire
le marteau.

PURSER. C'est tout bonnement le =comptable= d'un bateau ou navire à
vapeur. Il serait donc plus raisonnable de se servir de ce mot de
préférence à _purser_.

PUTTY. Les plâtriers appellent _putty_ la préparation de chaux et de
plâtre avec laquelle ils poussent les moulures et les corniches. =Potée=
est le nom français de cette préparation.


Q.

QUALIFICATION, QUALIFIÉ, L'acception de ces deux mots est fréquemment
faussée. Par _qualification_, l'on entend le =droit d'éligibilité= d'un
candidat à la représentation nationale ou municipale, droit qui, selon
nos lois, n'est acquis au candidat qu'à la condition d'être
propriétaire d'un immeuble non grevé et représentant une valeur
spécifiée. Cette condition, c'est le =cens électif=; ainsi, au lieu de
tel candidat n'est pas _qualifié_, n'a pas la _qualification_ requise,
il sera bien plus logique de dire: tel candidat est ou n'est pas
=éligible=. Le cas est à peu près le même à l'égard de l'électeur. Un
homme est électeur ou il ne l'est pas; s'il est électeur, il n'y a
aucune nécessité de dire, comme le fait l'anglais: c'est un électeur
_qualifié_. S'il n'est pas électeur, s'il ne paie pas un cens assez
élevé pour avoir le droit de voter aux élections, et qu'il y vote, il
est encore moins nécessaire de le qualifier d'électeur _non qualifié_.
Il est alors tout bonnement un =faux= électeur.

QUART. L'on fait erreur en se servant de ce mot au lieu de =baril=.

QUERIR. Il y a bien longtemps que ce verbe a été corrompu par les
classes laborieuses, car aujourd'hui elles ne cessent de dire: va le
_cri_ pour va =quérir= ou va =chercher= quelqu'un. Nos instituteurs seuls
sont capables de faire disparaître un jour cette mauvaise manière de
prononcer ce verbe.

QUOTATION. =Garniture= et =lingots= métalliques servant à remplir les
blancs.


R.

RANK. Meuble d'imprimerie dans et sur lequel on place les casses. =Rang=
est le nom français.

RAPPEL, RÉVOCATION. Il arrive souvent que l'on prête à ces deux mots
la même signification; exemple: _Rappel_, _révocation_ d'une loi.
=Rappeler= une loi veut dire: =faire revivre=, =remettre= cette loi en
=vigueur=, tandis que =révoquer= signifie =annuler=, =abroger=.

RECORD. En anglais, ce mot signifie =registre=, =dossier=, =archives=,
=pièces=, etc., mais dans notre idiome, il n'est plus usité aujourd'hui.
L'ancien droit coutumier s'en servait, mais c'était dans des
acceptions toutes différentes; c'est pourquoi les avocats et autres
feraient bien de le laisser de côté, attendu qu'ils ont à leur
disposition les mots correspondants plus haut cités.

RÉFÉRER. Ce verbe s'emploie dans le sens de =faire rapport=, de
=rapporter= une chose à une autre, et de =s'en rapporter= à quelqu'un ou à
un ouvrage pour décider sur quelque matière. Exemple: =référer= à la
chambre; =référer= un passage d'un livre à un autre passage; =en référer=
à quelqu'un pour la décision de quelque chose. Mais l'on fait un
anglicisme lorsqu'on dit: _je vous réfère_ à un tel; je _réfère_ ou je
_référerai_ à ce livre, etc. Il serait donc sage de remplacer ces
expressions vicieuses par celles-ci: Je vous =renvoie= à un tel; je
=consulte= ou je =consulterai= ce livre.

RENARD. Les enfants disent _faire le renard_ lorsque, sans permission,
ils manquent d'aller à l'école. C'est aux maîtres à leur apprendre que
faire l'=école buissonière= est l'expression voulue en ce cas.

RENCONTRER. De la manière dont ce verbe est employé dans ces cas-ci,
il donne lieu à des barbarismes: =rencontrer= les dépenses, le déficit,
mots traduits littéralement de l'anglais: _To meet the expenses_, _the
deficiency_. C'est =faire face= aux dépenses et =combler= le déficit qu'il
faut dire.

ROBRE ou ROBER. Ne se dit qu'au jeu de whist. A tout autre jeu, c'est
=partie liée= ou double qu'il faut dire.

RULE. =Filet=, en cuivre ou en acier, dont le typographe se sert pour
composer.

RUN OVER (TO). =Remanier= est le mot dont on doit se servir au lieu de
_parcourir_, qui est actuellement en usage dans nos imprimeries.


S.

SABOT. Boîte dans laquelle on jette les lettres usées et destinées à
être remises au creuset.

SALLE MUSICALE. C'est une mauvaise traduction de _Music Hall_. Comme
il n'est pas plus logique de dire _salle musicale_ que _salle
dansante_, l'on sera certain d'être exact en disant ou en écrivant
=salle de musique=.

SAMPLE. Presque toujours nos marchands se servent de ce terme anglais,
tout en en changeant la prononciation, car ils disent un ou des
_simples_. Nous croyons, cependant, qu'ils connaissent le mot français
=échantillon=.

SAUCE-PAN. =Poëlon=.

SAVONNETTE. Ici encore l'on constate que ce mot est généralement mal
appliqué. _Savonnette_ est le morceau de savon ordinairement parfumé
et dont la mousse sert à enduire la partie du visage que l'on veut
raser, et =pinceau à barbe= est l'objet avec lequel on applique cette
mousse.

SCARFING. Mettre des pièces de bois bout à bout et assembler leurs
extrémités par le moyen d'entailles. C'est ce que l'on appelle =enter=;
mais nos charpentiers de navire ont francisé le mot anglais, et ils
disent aujourd'hui _scarfer_ une quille, etc. Il n'y a qu'à leur
démontrer le tort qu'ils font à la nationalité en se servant de mots
anglais ainsi corrompus, et nous sommes certains qu'ils reviendront
bien vite aux dénominations françaises, leur patriotisme reconnu en
est pour nous un sûr garant.

SCRAPER. Les ébénistes et menuisiers ne connaissent pas le nom
français de cet outil, qui sert à racler le bois; aussi, disent-ils
toujours un _scraper_ au lieu d'un =racloir=; _scraper_ au lieu de
=racler=.

SCRIPT. =Caractères d'écritures=. Telles sont la _coulée_, la _bâtarde_,
la _gothique_, la _ronde_, l'_anglaise_ ou _cursive_, etc.

SET. Mot anglais qui s'applique à mille choses et qui est presque
passé dans notre langage. Pour éviter l'ambiguité, nous allons
indiquer en anglais les principaux cas où ce substantif est employé,
tout en faisant suivre de la traduction: _Set of friends_, cercle
d'amis; _set of crockery_, service de vaisselle; _set of studs_,
garniture de boutons de chemise; _set of furniture_, assortiment de
meubles; _set of tools_, assortiment d'outils.

SHAPE. Ce sont les femmes d'ouvriers qui emploient ce mot anglais pour
désigner, soit une =forme= de chapeau, la =taille= ou la =mine= bonne ou
mauvaise d'une personne.

SHEERING. Nos marins disent rarement qu'un navire a fait des
=embardées=. Ils ont au contraire francisé le verbe _to sheer_, et en
disant, comme ils le font aujourd'hui, qu'un vaisseau _a pris une
shire_, qu'un vaisseau _shirait_, au lieu de: prenait des embardées,
ils ont certainement perdu au change.

SHIFTING. Un chargement de navire a _shifté_, disent les charpentiers
et arrimeurs, et pourtant ils savent tous que =désarrimé= est le mot
français.

SHIRTING. =Calicot= ou =Coton= blanc.

SHOOTING-STICK. =Décognoir=. Morceau de bois avec lequel on serre et
desserre les formes dans les imprimeries.

SIDE-BOARD. =Buffet= est le nom français de cette espèce d'armoire dans
laquelle on enferme la vaisselle et le linge de table.

SIDE and FOOT STICK. Grand et petit biseaux. Ce sont les morceaux de
bois à l'aide desquels on assujettit des caractères dans un châssis.

SINK. Boîte ordinairement foncée en plomb, avec un trou au milieu pour
l'écoulement des eaux, et dans laquelle se lave la vaisselle. =Évier=
est le nom français.

SKY LIGHT. =Abat-jour=. Mais sur un navire _sky light_ signifie
=écoutille vitrée=.

SLACK. Ce mot anglais est passé dans le langage de tous nos ouvriers
et marins, qui disent _slaquer_ au lieu de =larguer= une amarre; donner
du _slack_ au lieu de donner du =jeu= à une porte, à un tiroir, etc. Ils
disent aussi: les temps sont _slack_ pour: les temps sont =durs=.

SLICE GALLEY. =Coulisse= est le terme français. La coulisse est une
petite planche très mince au moyen de laquelle on fait couler sur le
marbre une page, un tableau, etc. Les coulisses s'enchâssent dans des
galées construites à cet effet.

SLIPPERS. =Pantouffles=. Souliers à semelle mince, sans oreilles, et que
l'on ne porte qu'à la maison.

SLUR (TO). =Friser= ou =papilloter=. On dit d'un tirage qu'il =frise=,
lorsqu'il manque de netteté, et lorsque l'impression se projette
au-delà de l'oeil de la lettre.

SMART. Ce mot anglais, qui signifie badinage, est bien celui dont
l'emploi peut jeter le plus de ridicule sur nous, car il ne comporte
pas le sens que nous lui donnons d'ordinaire. Lorsqu'on dit: c'est un
homme _smart_, toujours nous entendons la capacité, l'habileté, la
finesse ou l'esprit de la personne ainsi désignée; pourquoi, alors, ne
pas dire de préférence: c'est un homme habile, capable, fin ou
d'esprit!

SNACK. Mot anglais qui signifie =manger= un morceau, et nous disons
aujourd'hui _faire_, _donner un snack_, au lieu de donner un =repas= ou
un =régal=. Nous avons là une des mille preuves que nous tombons dans le
ridicule chaque fois que nous remplaçons par une expression étrangère
un mot ou une locution de notre langue.

SPARE BALL. Se dit au jeu de quilles pour indiquer qu'en deux boules
on les a renversées toutes, et qu'avec la troisième qui reste, on peut
encore faire des points en sus des dix déjà faits. _Spare ball_
peuvent en conséquence se traduire par =boule de réserve=.

SPELL. J'ai donné une bonne _spell_ à cet ouvrage, disent bon nombre
d'ouvriers; mais ceux qui ne se servent pas de cette locution anglaise
emploient d'ordinaire celle-ci: J'ai donné une bonne _secousse_ à cet
ouvrage. Inutile de dire que ces deux expressions devraient être
rejetées: la première parce qu'elle est anglaise, et l'autre parce
qu'elle signifie =prendre son élan= pour mieux courir. J'ai bien, ou
j'ai beaucoup =avancé= tel ouvrage, ou toute autre expression analogue
pourrait facilement les remplacer.

SPOKE-SHAVE. Outil de charron et de menuisier d'invention allemande.
=Plane allemande= est le nom que les Français lui donnent.

SPOT. Au jeu de colombier (_Pigeon-hole_), ce mot indique d'abord la
place où l'on met la bille qui sert de premier but; en ce cas, c'est
=placer le but= qu'il faut dire; mais lorsqu'il s'agit de tirer pour
savoir lequel des joueurs aura la main, le gagnant doit se servir de
cette locution: "A moi la =main=," au lieu de: "A moi le _spot_."

SPREE. Le dictionnaire anglais ne reconnaît pas ce terme, que nous
croyons appartenir à l'argot américain. Il ne s'en est pas moins
glissé dans notre langage, car nous entendons dire bien souvent:
Pierre ou Paul est en _spree_, au lieu de Pierre ou Paul =fait la noce=.

STAMP. =Bouche-trou=. Espèce d'étampe dont se servent les cordonniers
pour cacher, en l'imprimant sur une semelle, les trous qu'y ont fait
les deux chevilles qui la tenaient appliquée sur la forme.

STANDING GALLIES. =Galées dormantes=, sur lesquelles on conserve les
matières non à distribuer, ainsi que les lignes de titre, blanc,
filets, interlignes, etc.

STARTING. Ce verbe est fréquemment employé par les charpentiers de
navire, qui ont pris le soin de le franciser, car il disent: On va
_starter_ tel ouvrage, au lieu de =commencer=. Ils disent aussi: les
écarts d'un bordage ont _starté_, pour: se sont =éloignés= ou =disjoints=.

STEWARD. =Commis des vivres= d'un navire ou bateau à vapeur.

STEWPAN. =Casserolle=.

STICK. =Composteur=. Outil dans lequel le compositeur typographe place
la lettre.

STOCK. =Col-cravate=.

STRAP. Ce mot anglais est très répandu, car toujours l'on s'en sert
pour désigner une =mentonnière= de casquette, des =sous-pied=, =courroies=,
etc. C'est aux instituteurs qu'appartient le devoir de réformer notre
langage sous tous ces rapporte. L'honneur de veiller à la conservation
de la nationalité est là qui les y invite.

STRING, HALF-STRING. Ces deux mots se disent au jeu de quilles, et ils
signifient, l'un la =grande=, et l'autre la =petite partie=. La grande
partie est de trente boules et la petite de quinze.

STUFF. Ce mot est souvent employé au lieu du français =étoffe=.

SWINGNER. Les arrimeurs désignent par ce nom le travailleur qui leur
amène pièce à pièce le bois près du navire dont ils ont à faire le
chargement. =Flotteur= est le nom français qui correspond à _swingner_.


T.

TEA-BOARD. =Plateau=. Espèce de plat en tôle, en bois, etc., vernissé,
dans lequel on sert le thé, le café et les rafraîchissements.

TEA-POT. Ce mot anglais s'emploie souvent au lieu de =théière=.

TEN STRIKE. Se dit lorsque d'une seule boule on a renversé les dix
quilles. =Coup de dix= rendraient parfaitement l'idée.

TICKET. L'on se sert quasi toujours de ce mot, et pourtant, =billet= est
très bien connu.

TIRETTE. Morceau de fonte qui se glisse sur la petite ouverture
pratiquée dans la porte d'un poële pour en diminuer la tire. C'est ce
que nous appelons à tort la _petite porte_ d'un poële.

TOAST. Morceau de pain grillé. =Rôtie= est le nom français.

TOW-LINE. Nos navigateurs ne désignent qu'en anglais l'amarre qui sert
à remorquer, et dont =amarre de touée= est le nom français.

TOKEN. Terme d'imprimerie, dont =marque= est le nom français. Cette
=marque= se fait lorsqu'on trempe le papier qui doit être imprimé, et
pour éviter un deuxième comptage, on replie une feuille sur elle-même
tous les deux cent cinquante feuilles.

TRANSQUESTIONNER. Ce verbe n'existe pas dans notre langue, mais c'est
par lui que l'on a cru rendre le mot anglais _to cross-examined_. Si
l'on s'était donné la peine de chercher un peu, l'on aurait
probablement trouvé le terme légal français de =contre-interroger=
lequel rend parfaitement l'idée de _cross-examined_.

TRIC-TRAC. Espèce de jeu de cartes. Mais par lui nous désignons, à
tort bien entendu, le moulinet de bois dont on tire un son aigre et
bruyant en l'agitant avec la main, et dont le véritable nom est
=crécelle=.

TROUSSEAU et LAYETTE. D'ordinaire nous faussons la signification de
_trousseau_, mot qui désigne le linge et tout ce que l'on donne à une
fille lorsqu'on la marie ou qu'elle se fait religieuse. Mais lorsqu'il
s'agit des vêtements et ustensiles nécessaires à un enfant qui vient
de naître, c'est le mot =layette= dont il faut se servir au lieu de
_trousseau_.

TRUE BILL. Terme de droit criminel anglais. Ces mots sont quelquefois
traduits par nos avocats français, mais le plus souvent d'une manière
inexacte. C'est par _vrai bill_ ou _accusation fondée_ qu'ils rendent
ce terme anglais, qui veut dire =arrêt de mise en accusation=, arrêt que
rend un grand jury lorsqu'il trouve fondée la plainte soumise à sa
décision. Ainsi, _accusation fondée_ est loin de rendre cette idée.
L'accusation ne peut être reconnue fondée ou non qu'après
l'instruction du procès. La même erreur a lieu à l'égard de _no bill_,
mots qui, en français, signifient =arrêt de non-lieu=, arrêt que rend un
grand jury quand la plainte soumise à sa décision ne fournit pas
matière à procès.

TUMBLER. Le mot français =verre= est bien connu, mais _tumbler_, que
l'on prononce _tombleur_, nous paraît être plus usité. En ce cas comme
en bien d'autres, c'est aux institutions scolaires qu'il incombe de
corriger les élèves de cette habitude de se servir de mots anglais
inutilement.

TWEED. =Étoffe à pantalon=.

TWO-LINE. Lettres de deux points; elles sont aussi appelées =initiales=;
on les nomme encore =lettres montantes=.


V.

VASISTAS. Vître d'une fenêtre, que l'on peut ouvrir sans ouvrir la
fenêtre. C'est ce qu'à tort nous appelons =guichet=.

VIN de PORT. =Vin d'Oporto=. _Vin Sherry_, =vin blanc ou de Xérès=.

VOTEUR. Ce mot n'est pas français. =Votant= est le terme qui désigne
celui qui vote aux élections ou dans un corps délibérant.


W.

WARRANT. Ce mot est aussi passé dans notre langage, et pourtant nous
avons =mandat= qui correspond parfaitement à ce terme. Exemple: _Warrant
of commitment_, =mandat= de dépôt; _Warrant of arrest_, =mandat= d'amener;
_Search Warrant_, =mandat= de perquisition.

WATER-CLOSETS. Fosses anglaises.

WATER-LOGGED. Vaisseau qui a fait eau.

WATER-POLICE. L'on désigne ce corps sous le nom de _police d'eau_ ou
_police riveraine_, mais =police de rade= le désigneraient bien mieux.

WETTING-TROUGH. =Bassine=. C'est le réservoir de l'eau dont on se sort
pour tremper le papier.

WINCH. Machine dont on se sert pour élever de grosses pierres ou
autres grands fardeaux, et dont =grue= est le nom français.

WRENCH. Clef anglaise.

WRIT. Terme de droit anglais. =Ordonnance=, =ordre=. _Writ of election_,
=bref= d'élection.



ERREURS:

Page 13, ligne 21, au lieu de "et," lisez "car".

Page 13, ligne 23, au lieu de "car," lisez "et".

[Transcriber's Note: these errors have been corrected in the text.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Recueil des expressions vicieuses et des anglicismes les plus fréquents" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home