Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Aventures d'un Gentilhomme Breton aux iles Philippines
Author: Gironiere, Paul de la
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Aventures d'un Gentilhomme Breton aux iles Philippines" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by the
Digital & Multimedia Center, Michigan State University
Libraries.)



                               AVENTURES

                                  D'UN

                           GENTILHOMME BRETON

                          AUX ILES PHILIPPINES


  Avec un aperçu sur la géologie et la nature du sol de ces îles, sur
   ses habitants; sur le règne minéral, le règne végétal et le règne
 animal; sur l'agriculture, l'industrie et le commerce de cet archipel;

                         Par P. de la Gironière

          Illustrations d'après documents et croquis originaux

                    Par Henri Valentin (des Vosges)


  Paris au comptoir des Imprimeurs-Unis, Lacroix-Comon Quai Malaquais,
              15 et chez L'auteur, 85, Rue de la Victoire

                                  1855

    L'auteur et l'éditeur se réservent le droit de traduction et de
                       reproduction à l'étranger.



A MADAME
ANNA BOURGEREL, NÉE DE MALVILAIN.


Je te dédie mes souvenirs, chère nièce. Qui, plus que toi, a des
droits à mon amitié et à ma reconnaissance! Tu entoures mes chers
enfants de toute la sollicitude d'une mère, et remplaces dignement
celle que le sort funeste leur a enlevée dès leur bas âge.

L'hommage de ce livre est sans doute un bien faible témoignage de
ma gratitude; mais j'espère qu'il sera pour ces chers enfants un
souvenir. Il leur rappellera toujours que pour eux tu as fait autant
qu'eût pu faire la meilleure et la plus tendre des mères.


Ton oncle et ami,

P. de la Gironière.



INTRODUCTION.


Au récit de quelques aventures qui m'étaient arrivées dans mes longs
voyages, plusieurs de mes amis m'avaient souvent engagé à en publier
la relation peut-être intéressante.

Rien ne vous sera plus facile, me disaient-ils, puisque vous avez
toujours tenu un journal depuis votre départ de France.

Cependant j'hésitais à suivre leurs conseils et à céder à leurs
instances, lorsqu'un jour je fus surpris de lire mon nom dans un des
feuilletons du _Constitutionnel_.

M. Alexandre Dumas publiait, sous le titre de _Mille-et-un Fantômes_,
un _roman_ dans lequel un des principaux personnages, en voyageant aux
îles Philippines, m'aurait connu lorsque j'habitais, à _Jala-Jala_,
la colonie que j'y ai fondée.

Je dus croire que le spirituel romancier m'avait rangé dans la
catégorie de ses _Mille-et-un Fantômes_; et, pour prouver au public
que j'existe bien réellement, je me suis décidé à prendre la plume,
pensant que des faits de la plus exacte vérité qui pourraient être
attestés par quelques centaines de personnes présenteraient quelque
intérêt, et seraient lus sans trop d'ennui par celui surtout qui
désirera connaître les usages des peuplades sauvages parmi lesquelles
j'ai séjourné.



NOTE DE L'ÉDITEUR.


Nous croyons devoir faire précéder ce volume d'un article inséré
dans un journal américain, article signé par M. G.-R. Russel, qui
a longtemps été témoin de la vie de M. de la Gironière aux îles
Philippines.


Les Iles Philippines, Par M. de la Gironière.


A L'ÉDITEUR DE LA TRADUCTION.


Votre journal de lundi dernier contient une notice sur un ouvrage
intitulé _Vingt années aux Philippines_, traduit du français, et qui
a été dernièrement publié par MM. Hasper et frères.

L'auteur, M. de la Gironière, m'a envoyé le volume français avec une
lettre lorsque son livre a paru. La lettre me fit un vif plaisir,
non-seulement parce qu'elle venait de lui, mais à cause d'une foule
de souvenirs qui se sont représentés à mon esprit, souvenirs bien
doux et bien agréables d'années passées.

Le livre de M. de la Gironière a été bien accueilli en Angleterre,
et je crois qu'il a été en partie publié dans l'_Evening Post_
de New-York. Bien des personnes qui l'ont lu m'ont demandé avec
intérêt des renseignements sur les incidents racontés par M. de la
Gironière. Je considère qu'il est de mon devoir et de toute justice
de vous offrir mon témoignage et de dire quelques mots en faveur d'un
vieil et estimable ami...

A l'époque dont parle M. de la Gironière, j'habitais les îles
Philippines: il était déjà ancien colon à _Jala-Jala_. Quand j'arrivai
à Manille, sa maison devint la mienne; pendant plusieurs années je me
suis toujours empressé d'aller passer mes moments de loisir dans cette
belle et sauvage habitation. Son hospitalité était bien plus grande
qu'il ne le dit. Toutes les personnes qui sont allées a _Jala-Jala_,
et elles étaient nombreuses, ont été accueillies avec une rare bonté,
non-seulement par M. de la Gironière, mais aussi par sa femme, qui
était la meilleure des femmes, et par son frère, autre lui-même. Je
les ai connus, et je les ai beaucoup aimés. Comme personne n'a été
mieux placé que moi pour juger leurs rapports de famille, on peut me
consulter sur n'importe quel point qui pourrait nuire à la véracité
de Don Pablo, ainsi qu'il était nommé.

En lisant ses aventures, bien des personnes pourraient avoir des doutes
sur la véracité des incidents, ou supposer qu'il y a de l'exagération
ou de la fiction; on pourrait croire qu'un homme qui parle avec tant
de sans-gêne est pétri d'amour-propre, défaut qui transforme souvent
des événements ordinaires en périls et dangers imaginaires. Si M. de
la Gironière eût été pour moi un étranger, j'avoue que j'aurais
eu des doutes: la lecture de son livre m'eût peut-être laissé une
impression d'incrédulité; mais, connaissant son caractère et sa
position et ce dont il est capable, je suis prêt à constater les
événements. Je suis sûr qu'il donne une histoire fidèle de sa vie à
Luçon; même personnellement je puis dire plusieurs choses qui me sont
connues. Tout ce qu'il a raconté des moeurs des habitants est peint
avec vérité et précision. Ces détails m'ont fait une impression bien
vive, à cause du souvenir de mes jours passés au milieu des montagnes
et des broussailles de _Jala-Jala_.

Don Pablo était un homme remarquable dans cette petite principauté. On
dit que la monarchie pure serait la perfection d'un gouvernement, si
l'on était sûr que les rois sont les plus intelligents et les plus
sages; les sujets placés sous la domination de M. de la Gironière
avaient raison d'être satisfaits de son pouvoir despotique, qu'il
eut le bon sens d'exercer avec une bienveillance et une justice
qui lui attiraient le respect et la confiance d'un peuple qui sait
distinguer le mal du bien, et qui craignait plus les reproches que
les punitions. Il exerçait un pouvoir qui lui était indispensable
pour vivre parmi ces hommes à demi barbares; il était très-courageux,
toujours prêt à braver le danger. Son courage n'était pas bouillant,
mais calme. Il ne perdait jamais ce calme ni son sang-froid, même
en face de la mort... Il ne parle pas assez de ses mérites, mais
il parle souvent de son courage, croyant que tout autre en ferait
autant. Les environs de sa demeure étaient peuplés par les hommes les
plus féroces, et il s'en inquiétait peu. Quand ils devaient l'attaquer,
il allait à leur rencontre, et même dans leurs repaires. Pourtant sa
maison ne fut jamais envahie pendant son séjour par les brigands. On
le connaissait et l'estimait trop bien pour l'attaquer: mais à peine
l'eut-il quittée, que son successeur fut attaqué et pillé. Malgré son
grand courage, il était modeste; il avait des manières distinguées et
très-bienveillantes; il était bon pour tous ceux qui l'entouraient,
et les Indiens qui dépendaient de lui lui étaient très-attachés. Son
départ fut un triste jour pour eux.

Dans sa manière de vivre il y avait un charme inouï. On ne peut
comprendre comment il a pu quitter un pays où il était libre de ses
actions, pour revenir au milieu de la société. Il avait vaincu ce
désert et ses sauvages habitants. Quand il a jeté un dernier regard
sur le bien-être et les riches cultures qu'il avait créées autour de
lui à _Jala-Jala_, son coeur a dû faiblir. Mais hélas! il était seul,
rien ne lui restait de ce qui lui était cher; tous ceux qui l'avaient
soutenu au milieu de ses rudes travaux n'étaient plus. Son frère, qu'il
aimait tant, succomba le premier; ensuite sa femme et son enfant! Il ne
pouvait rester au milieu d'objets qui à chaque instant lui rappelaient
tant de douleur. La description des événements extraordinaires de
sa vie dans un pays si peu connu et en même temps si ravissant est
exacte; et, en attestant que ce sont des faits réels et non des fables,
je ne fais que rendre hommage à un digne ami.


G.-R. Russel.

Juin 1854.

Jamaïca-Plaine, près Boston (États-Unis).



CHAPITRE PREMIER.

    Naissance de l'auteur.--Premier départ pour l'Inde.--Deuxième,
    troisième et quatrième voyage.


Mon père, né à Nantes d'une maison noble, était capitaine dans le
régiment d'Auvergne. La révolution lui fit perdre son grade et sa
fortune; il ne lui resta pour toute ressource que _la Planche_, petite
propriété appartenant à ma mère, et située à deux lieues de Nantes,
dans la commune de Vertoux.

Au commencement de l'empire il voulut reprendre du service; mais,
à cette époque, son nom et ses sentiments étaient un obstacle, et il
échoua dans toutes les tentatives qu'il fit pour obtenir le simple
grade de lieutenant.

Sans ressources et presque sans moyens d'existence, il se retira à
_la Planche_ avec toute sa famille.

Il y vécut quelques années, dans les ennuis et les chagrins que lui
causaient le passage subit de l'opulence à la gêne et l'impossibilité
de pourvoir à tous les besoins de sa nombreuse famille. Une maladie
de courte durée termina sa triste existence, et ses restes mortels
furent déposés dans le cimetière de Vertoux.

Ma mère, modèle de courage et de dévouement, resta veuve avec six
enfants, deux filles et quatre garçons; elle continua à habiter la
campagne, et nous donna elle-même les premiers éléments d'instruction.

La vie libre des champs, les exercices violents auxquels nous nous
livrions, mes frères aînés et moi, contribuèrent à m'endurcir le
corps, et à me rendre capable de résister à toute espèce de fatigues
et de privations.

Cette vie de campagne, de liberté, et je puis dire de bonheur, pendant
mes jeunes années, passa bien vite; et bientôt arriva l'époque où les
besoins de mon éducation m'obligèrent à aller tous les jours étudier
dans un collége de Nantes: c'étaient quatre lieues que j'avais à
faire journellement.

Mais ces quatre lieues je les faisais gaiement, et le soir, quand je
rentrais à la maison, j'y retrouvais les caresses de notre bonne mère
et les petits soins de deux soeurs, que j'aimais tendrement.

On me destina à la médecine.

J'étudiai quelques années à l'Hôtel-Dieu de Nantes, et je fus
reçu chirurgien de marine à un âge où un jeune homme est encore
ordinairement renfermé entre les quatre murs d'un collége pour y
terminer ses études.

Il serait difficile de se faire une idée de ma joie lorsque je me
vis possesseur de mon diplôme de chirurgien.

Dès lors je me considérai comme un être important qui allait tenir sa
place parmi des hommes raisonnables et laborieux; et ce qui peut-être
me rendait encore plus joyeux, c'est que je pourrais alors pourvoir
à mon existence et venir en aide à ma mère et à mes soeurs.

J'étais aussi travaillé par la maladie de la locomotion et le désir
de voir des contrées lointaines et un nouveau monde.

Vingt-quatre heures après ma nomination de chirurgien, j'allai
offrir mes services à un armateur qui expédiait un navire aux
Grandes-Indes. Nous tombâmes bientôt d'accord sur les conditions. Pour
quarante francs par mois, je m'engageai à faire le voyage.

_La Victorine_, joli trois-mâts, était prête à mettre à la voile pour
les îles Maurice et Bourbon.

J'eus bientôt fait mes préparatifs de voyage; mais il n'en fut pas
de même de mes adieux.

Ce premier départ de la terre natale, cette première séparation
d'une mère chérie, de frères et de soeurs que j'aimais avec toute la
force de mon jeune coeur, me firent éprouver toutes les angoisses et
l'agitation que ressent celui qui sort de l'atmosphère d'affection
et de tendresse où se sont écoulées ses premières années.

Les dangers d'une longue navigation et toutes les privations que
j'allais supporter ne me préoccupaient pas.

J'étais entièrement absorbé par la pensée de mes parents: une
année s'écoulerait sans les voir, et peut-être sans avoir de leurs
nouvelles! Une année, pour moi qui à peine entrais dans la vie, me
paraissait un siècle. Que de malheurs et que d'accidents pouvaient
arriver dans ma nombreuse famille pendant ce long laps de temps! La
crainte de ne pas les retrouver tous à mon retour bouleversait mon
être; et j'avoue qu'il me fallut plus que du courage pour comprimer
ma douleur, dévorer mes larmes, et, le coeur tout gonflé d'angoisses,
de craintes et d'espérances, m'arracher des bras de ma mère et de
mes soeurs.

Le lendemain de mes tristes adieux, _la Victorine_ m'emportait vers
un autre hémisphère.

J'avais cependant un grand motif de consolation: mon jeune frère
Prudent était embarqué avec moi. Il était déjà fait à la mer. Dès sa
tendre enfance il avait navigué sur nos vaisseaux de guerre.

Appuyé sur les bords du navire, les yeux fixés sur cette terre qui
renfermait toutes mes affections, je conservai la même attitude
jusqu'au moment où, comme un gros nuage poussé par la bourrasque,
elle disparut à l'horizon.

La mer était houleuse; de grosses lames ballottaient _la Victorine_
comme un simple esquif.

Ce mouvement que j'éprouvais pour la première fois me produisit bien
vite les symptômes avant-coureurs du mal de mer. Je commençais déjà à
éprouver de véritables souffrances, lorsque le lieutenant du navire,
homme d'un caractère facétieux, m'adressa la parole:

«Docteur, me dit-il, vous commencez à pâlir; dans quelques minutes
vous donnerez à manger aux poissons. Mais que faites-vous donc de
votre science et de votre pharmacie? C'est pourtant le moment d'en
user. Vous autres, savants docteurs, vous ne comprenez rien au mal de
mer. Ce n'est pas comme nous, vieux marins, qui avons l'expérience. Si
je voulais, pourvu que vous eussiez un peu de courage, sans aucun
médicament, dans deux ou trois heures, je pourrais vous guérir.»

Je ne me doutais pas du plaisir que prennent les vieux marins à
faire de mauvaises plaisanteries à ceux qui, pour la première fois,
mettent le pied sur un navire. Je lui répondis naïvement:

«Lieutenant, si vous avez un pareil moyen, si vous possédez un tel
secret, donnez-le-moi bien vite: je vous promets que le courage ne
me manquera pas pour le mettre à exécution.»

«Il s'agit, dit-il, de bien peu de chose; seulement d'une petite
promenade aérienne. Prenez les enfléchures du grand mât _sous le vent_,
et montez jusqu'aux barres de perroquet; restez-y pendant deux ou
trois heures, si vous n'avez pas peur; et lorsque vous descendrez
vous serez entièrement aguerri, et complétement délivré du mal de mer.»

Je ne comprenais pas pourquoi il fallait monter plutôt _sous le
vent_; mais le malicieux lieutenant savait bien, lui, que j'aurais
eu beaucoup plus de difficultés que si j'étais monté au vent. Je le
remerciai cependant d'avoir bien voulu me donner son secret, et je
commençai mon ascension.

Je n'étais pas encore rendu à la grande hune, que deux matelots,
beaucoup plus lestes que moi, me saisirent chacun par un bras, et
m'amarrèrent dans les enfléchures. Je leur demandai si leur intention
était de m'empêcher de me guérir du mal de mer.

«Non sûrement, me dirent-ils; mais toute personne qui monte pour la
première fois au mât doit payer son tribut; et si vous nous promettez
de nous donner un pourboire, nous vous laisserons librement continuer
votre promenade.»

J'avais trop grande hâte de me guérir pour les refuser; et, après
leur avoir donné ma parole que leur pourboire ne serait pas moindre
d'une pièce de cinq francs, ils me laissèrent en liberté.

Malgré tout le danger que court celui qui se livre pour la première
fois, par un gros temps, à un pareil exercice, j'arrivai aux barres
de perroquet, et je m'y cramponnai le mieux qu'il me fut possible.

Si les premiers balancements de _la Victorine_ avaient produit sur moi
ce malaise précurseur du mal de mer, ceux, dix fois plus forts, que
j'éprouvais en haut du mât m'eurent bientôt rendu tout à fait malade,
et à tel point, que je ne conçois pas que j'eusse le courage de passer
trois mortelles heures dans des angoisses et une agonie continuelles.

Mais j'étais de si bonne foi, j'avais tellement peur que par lâcheté
l'expérience que je faisais ne manquât son effet, que ce ne fut
qu'après trois heures que, le corps brisé, l'estomac complétement vide,
et le coeur toujours sur les lèvres, je descendis.

Je n'en pouvais plus, et j'allai me coucher. La position horizontale,
le mouvement du navire, qui n'était plus à comparer à celui que
je venais d'éprouver, me remirent un peu; je m'endormis, et ne me
réveillai que le lendemain, tourmenté par un dévorant appétit. Un
copieux déjeuner me restaura complétement.

Depuis lors, dans tous mes voyages, jamais je n'ai ressenti le mal
de mer. Dois-je ce bienfait à mes trois heures passées sur les barres
de perroquet? Cela peut être; en tous cas, je ne voudrais conseiller
à personne d'en faire l'expérience.

La première terre que nous découvrîmes fut, sur la côte d'Afrique, les
îles Canaries. Nous vîmes au-dessus des nuages le pic de Ténériffe,
et passâmes si près de l'île de Feu, que pendant quelque temps nous
nous trouvâmes dans une atmosphère aussi parfumée qu'elle pourrait
l'être au milieu d'un bois d'orangers en fleurs.

Tout l'équipage était en parfaite santé. Nous jouissions d'un temps
et d'un climat superbes: chacun de nous s'était créé des occupations,
et, malgré la monotonie qui règne toujours à bord d'un navire en
pleine mer, les journées s'écoulaient rapidement.

Une seule chose me tourmentait, c'était mon frère. Son modeste grade
de pilotin l'obligeait d'exécuter des travaux pénibles et souvent
dangereux. J'aurais voulu les partager avec lui, si le capitaine me
l'eût permis; mais à bord d'un navire la discipline exige que chacun
garde son rang et sa position.

Mon frère, d'un caractère gai, courageux, et d'une capacité au-dessus
de son âge, avait un si grand désir de devenir un bon marin, que rien
ne lui coûtait pour atteindre ce but.

Nous arrivâmes au passage de l'équateur. La cérémonie du baptême, qui
a été décrite trop souvent pour en ennuyer mes lecteurs, se célébra à
bord de _la Victorine_ avec toute la pompe possible. Le _bonhomme la
Ligne_, en grand costume, nous fit sa visite. Chaque néophyte reçut
le baptême, et prononça le serment exigé par les marins liés _par la
foi conjugale_.

Nous passâmes, trop rapidement pour que je m'y arrête, _l'île de
l'Ascension_ et _le cap de Bonne-Espérance_, si connus.

_La Victorine_, après un voyage heureux, mouilla dans le Port-Louis.

Le lendemain, je descendis à terre: j'avais hâte de parcourir une ville
située à trois mille lieues de ma patrie, et qui, selon l'idée que
je m'étais formée, devait entièrement différer de nos cités d'Europe.

Je fus, je l'avoue, bien désappointé.

Le Port-Louis, capitale de l'île Maurice, me fit l'effet d'une de
nos villes de France; j'y retrouvai à peu près les mêmes costumes,
les mêmes usages, les mêmes hommes, à cela près de quelques nègres
esclaves qui singeaient les blancs, et de quelques métisses qui
jouaient les grandes dames.

On y donnait des bals, on y jouait l'opéra, et l'on s'y battait en
duel comme à Paris, et peut-être plus qu'à Paris.

Les hautes montagnes de _Piterbott_, _le Pouce_, et les fruits,
étaient seuls différents; on y mangeait cependant des pêches qui,
pour le goût, ne différaient en rien de celles d'Europe.

Après six mois passés à Maurice et à Bourbon, _la Victorine_ remit
à la voile.

Trois mois après, elle rentrait dans le golfe de Gascogne, et bientôt
nous découvrîmes la terre de France, où j'allais enfin retrouver les
personnes dont je m'étais séparé si péniblement.

Là, si mon départ m'avait fait éprouver les sensations douloureuses
que j'ai si faiblement décrites, mon arrivée m'en fit supporter
sans doute une de moins longue durée, mais peut-être plus cruelle et
plus poignante.

Nous approchions à vue d'oeil de notre destination, et dans quelques
heures nous allions être au port. Mais avec quelle lenteur marchait
_la Victorine_! Que les minutes me paraissaient longues! J'étais
agité par une impatience, par un mouvement fébrile indéfinissable,
et surexcité sans doute par les mortelles inquiétudes où je me
trouvais. Pendant mon séjour à Maurice, je n'avais reçu qu'une seule
fois des nouvelles de ma famille. Depuis lors, six mois s'étaient
écoulés: trouverai je tout le monde à mon arrivée, ou n'aurai-je
point à déplorer d'affreux malheurs? Telles étaient mes pensées,
tels étaient mes tourments, lorsque _la Victorine_ laissa tomber
l'ancre dans le port de Saint-Nazaire, à l'entrée de la Loire.

Là, dans une agitation toujours croissante, il me fallut attendre la
visite de la douane et rester en proie à mes mortelles inquiétudes,
perdre toute une nuit qui fut employée à remonter le fleuve jusqu'à
Nantes, où enfin je débarquai.

J'aurais voulu courir, voler chez un parent dont la demeure était la
plus rapprochée du lieu de mon débarquement; mais je tremblais comme la
feuille, et mon agitation était si grande, que mes jambes, si agiles
à cette époque, me refusaient le service; je marchais en chancelant,
et la tête me tournait comme si j'avais été ivre. Sur ma route,
je rencontrai un de mes oncles. Je me précipitai dans ses bras sans
pouvoir prononcer un seul mot; puis, tout à coup je m'en éloignai de
quelques pas et le regardai fixement pour examiner sa physionomie, car
je n'osais pas l'interroger. Il me comprit, et en souriant il me dit:

«Tout le monde t'attend avec impatience.»

Jamais de plus douces paroles n'avaient résonné à mes oreilles, et
il s'opéra en moi un changement subit. Mes jambes avaient recouvré
leur force et leur agilité, ma tête ne tournait plus.

Un instant après, j'embrassais ma bonne mère et mes soeurs. Mes
deux frères aînés étaient absents. Henri était à quelques lieues de
Nantes, dans une petite ville de Bretagne; et Robert s'était établi
à Porto-Rico, où il exerçait la médecine.

Je n'ai point voulu fatiguer mon lecteur par la narration de tout ce
qui me fut particulier pendant un séjour de six mois aux îles Maurice
et Bourbon, et donner des détails sur des pays trop connus et trop
souvent décrits par tous nos voyageurs.

Maintenant j'indiquerai très-sommairement les deux autres voyages
qui suivirent celui-ci, pour arriver brièvement aux Philippines.

Je restai un mois à terre, entouré de l'affection de ma mère et de mes
soeurs; malgré leurs soins assidus, l'ennui ne tarda pas à s'emparer
de moi.

Je fis un second voyage à Maurice, et ensuite un troisième aux
Philippines.

Je passai trois mois dans le port de Cavite, temps tout à fait
insuffisant pour m'initier aux coutumes et aux usages de ce pays,
qui me paraissait si différent de tout ce que j'avais vu jusqu'alors,
mais assez cependant pour apprécier l'admirable et belle végétation
que j'avais déjà remarquée à Sumatra et à Java, et entendu raconter,
par les naturels, mille anecdotes sur des races de sauvages qui
habitent l'intérieur des montagnes.

Tous ces récits et cette belle et riche nature enflammaient mon
imagination et me faisaient vivement désirer d'avoir mon entière
liberté, pour parcourir un pays qui avait déjà pour moi tant d'attraits
et de merveilles.

De retour en France, je ne rêvais plus qu'à faire un second voyage
à Manille.

L'occasion ne tarda pas à se présenter. Un trois-mâts fut annoncé pour
les Philippines; j'obtins facilement à m'y embarquer comme médecin.

Je me séparai alors de mon pauvre frère Prudent. Nous nous fîmes nos
derniers adieux;--nous ne devions plus nous revoir.

Enfin, après avoir passé six fois le cap de Bonne-Espérance,
j'entrepris ce quatrième voyage, qui devait m'éloigner pour vingt
ans de ma patrie.

Le 9 octobre 1819, je m'embarquai sur _le Cultivateur_, vieux
trois-mâts à moitié pourri, commandé par un vieux capitaine qui
n'avait pas navigué depuis de longues années.

Ainsi, vieux capitaine et vieux navire, telles étaient les conditions
dans lesquelles j'entrepris ce voyage; je dois ajouter que j'avais
obtenu une augmentation de solde.

Nous relâchâmes à Bourbon; nous parcourûmes toute la côte de Sumatra,
une partie de Java, les îles du détroit de la Sonde, celles de Banca;
et enfin, le 4 juillet 1820, plus de huit mois après notre départ de
Nantes, nous arrivions dans la magnifique baie de Manille.

_Le Cultivateur_ alla mouiller près de la petite ville de Cavite.

J'obtins la permission de m'installer à terre, et je pris un petit
logement à Cavite même, distante de Manille de cinq à six lieues.

La liberté que je venais d'obtenir de m'installer à Cavite ne
m'affranchit pas de mes engagements envers mes armateurs; je conservai
mon emploi à bord du _Cultivateur_, et continuai à donner mes soins
à son équipage.

Dans les années 1819 et 1820, notre commerce avait fait de nombreuses
expéditions aux Philippines; plusieurs navires français étaient dans
le port de Cavite; parmi leurs officiers je fis quelques connaissances,
et me liai d'amitié avec MM. de Malvilain, dont je parlerai plus loin,
Drouand, qui commandait un brick de Marseille, et enfin avec le docteur
Charles Benoît, médecin de _l'Alexandre_, grand trois-mâts de Bordeaux.

Benoît eut quelques difficultés avec son capitaine; il débarqua à
Cavite et vint s'installer chez moi.

Nous faisions donc ménage ensemble, vrai ménage de garçon. Notre
personnel se composait d'un vieil Indien, qui remplissait les fonctions
de cuisinier, et d'un très-jeune, cumulant les fonctions de valet de
chambre, de palefrenier, de laquais, etc.

Le temps s'écoulait pour nous rapidement, et dans toute l'insouciance
du jeune âge qui jouit du présent sans penser à l'avenir, lorsqu'un
incident imprévu vint nous séparer.

Un dimanche, je passais la soirée chez le gouverneur de Cavite;
Benoît s'y présenta, les vêtements en désordre et les traits aussi
altérés que s'il venait d'être frappé d'un grand malheur.

«Nous sommes volés, dit-il, pillés, dévalisés; nous ne possédons
plus rien; notre valet de chambre a brisé nos malles, s'est emparé
de notre argent, de nos vêtements, de tout ce que nous possédions,
puis il a pris la fuite.»

La physionomie de Benoît m'avait fait croire à une bien plus grande
catastrophe que le malheur qu'il venait de m'annoncer, ce qui me fit
lui répondre presque en souriant:

«Est-ce pour si peu de chose que vous êtes ainsi bouleversé? Cela
n'en vaut pas la peine; Santiago ne nous a point enlevé une fortune,
car vous et moi nous ne possédions pas grand'chose; et si, comme vous
le dites, nous avons tout perdu, nos navires, où nous sont assurés
un gîte et la nourriture, sont toujours dans le port. Calmez-vous,
et allons voir si Santiago a fait quelque oubli, ou s'il est possible
d'aller à sa poursuite.»

Nous nous rendîmes à notre demeure, où bientôt j'eus la conviction
que mon ami Benoît avait raison pour ce qui le concernait; Santiago
s'était littéralement emparé de tout ce qui lui appartenait, mais il
avait scrupuleusement respecté tout ce qui était à moi.

Cette déférence de Santiago pour moi était une énigme; quelques jours
après, mon vieux cuisinier me l'expliqua ainsi:

«Votre compatriote, me dit-il, n'est pas un bon chrétien, c'est un
_judio_ (_juif_). Jamais il ne prie pendant l'_Angélus_; tout au
contraire, lorsque la cloche annonce aux fidèles de se recueillir,
il prend son flageolet et se met à jouer, comme s'il voulait tourner
en dérision la prière.»

C'était la vérité, et sans aucun doute Santiago avait cru faire une
oeuvre méritoire en dépouillant un mécréant.

Après avoir fait mon inventaire, je fus touché de l'affliction de mon
ami; je lui proposai de nous mettre à la poursuite de Santiago. Nous
montâmes à cheval, et prîmes la direction qu'il avait dû suivre.

La nuit était très-obscure; nous avions de la peine à diriger
nos chevaux; à peu de distance du bourg de _San-Roque_, nous nous
jetâmes dans des sables mouvants, où nos montures enfonçaient jusqu'à
mi-jambes; Benoît, qui n'était pas bon cavalier, fit une chute qui
le démoralisa complétement. Il me pria de retourner sur nos pas. Le
lendemain il partit pour la capitale, où il espérait que s'était
réfugié son voleur; ce ne fut que plusieurs mois après que je le
revis à Manille.

Benoît parti, Cavite et ses alentours me parurent un champ trop limité
pour satisfaire mon penchant aux grandes excursions; le fusil sur
l'épaule, je me mis à parcourir le pays dans tous les sens.

Prenant pour guide le premier Indien que je rencontrais, je faisais
de longues courses dans les campagnes, moins occupé à chasser qu'à
admirer cette magnifique nature.

Je savais déjà un peu d'espagnol, auquel je pus bientôt ajouter
quelques mots _tagalocs_.

Était-ce comme une excitation poétique? était-ce un désir vague
d'affronter des dangers? J'aimais surtout à fréquenter les lieux
retirés que l'on disait infestés de bandits; plus d'une fois j'en
rencontrai sur ma route, mais la vue de mon fusil les tenait en
respect, et je n'en avais pas peur.

Je puis dire qu'à cette époque (et ce n'était sans doute pas bravoure)
j'avais si peu le sentiment du péril que j'étais toujours prêt à me
mettre en avant lorsqu'il y avait un danger à courir.

Je voulais tout voir, tout expérimenter par moi-même: non-seulement
la belle végétation qui se développe si majestueuse sur le sol des
Philippines fixait mon attention, mais aussi les moeurs, les habitudes
des naturels, si différentes de tout ce que j'avais vu jusqu'alors,
excitaient à un haut degré ma curiosité.

J'allais de nuit à des fêtes indiennes dans un grand bourg près de
_Cavite_, _San-Roque_, dont les habitants, tous marins ou ouvriers,
sont connus pour les hommes les plus méchants et les plus pervers
des _Philippines_.

Dans ces fêtes, plusieurs fois j'avais assisté à des rixes sanglantes,
et vu tirer les poignards pour une futilité; souvent même je m'étais
interposé avec succès comme médiateur dans ces débats.

Une nuit, j'étais resté plus tard que de coutume à un bal; je me
rendais seul du bourg à la ville, en traversant la presqu'île qui les
sépare, lieu désert et renommé pour les nombreux assassinats qui s'y
commettent; à peu de distance de moi j'entendis des voix confuses,
entre lesquelles je distinguai quelques paroles en anglais, puis un
bruit sourd, tel que les sanglots d'une personne qu'on étouffe.

Deux heures du matin, une nuit obscure étaient trop favorables à des
malfaiteurs pour ne pas me faire présumer que c'était un crime qui
s'accomplissait; sans trop réfléchir, je m'avançai vers l'endroit
d'où le bruit continuait à se faire entendre.

Je n'avais fait que quelques pas, lorsque j'aperçus un groupe d'Indiens
qui me parurent entraîner une personne vers le bord de la mer; je
compris de suite leur intention, et, quelques minutes plus tard,
ils allaient sans doute précipiter une victime dans les flots.

Je m'avançai résolûment à son secours, et, élevant la voix le plus
qu'il m'était possible, dans l'espoir d'être entendu par quelques
passants attardés, je criai:

«Que faites-vous? Vous êtes au moins six contre un. Lâchez cet homme
que vous maltraitez, ou nous allons voir!»

Soit surprise de s'entendre apostrophés dans un moment si inattendu,
soit par crainte, ils s'arrêtèrent, et me répondirent:

«Laissez-nous, nous savons ce que nous faisons; c'est un Anglais qui
nous doit une piastre, et qui ne veut pas nous payer.

«Un Anglais n'a jamais refusé de payer ses dettes, il y a sans doute
un malentendu; lâchez-le sans répliquer, et je réponds pour lui.»

L'assurance avec laquelle je leur parlais leur fit croire que je
n'étais pas seul; ils lâchèrent l'Anglais, qui d'un bond sauta jusqu'à
moi, et, libre du bâillon qui l'empêchait un instant avant de crier, il
se mit à jurer comme un désespéré. Les Indiens m'entourèrent, et tous
à la fois cherchèrent à me donner des explications presque en forme
de menaces, car ils voyaient bien alors que j'étais seul. Je ne voulus
pas les écouter, et, m'adressant à l'Anglais dans une langue que sans
doute il ne comprenait pas, mais familière aux Indiens, je lui dis:

«Vous avez tort, ces braves gens vous ont rendu un service, et vous
ne voulez pas le reconnaître; ils vous réclament une piastre, je la
paye pour vous. Que tout soit fini, suivez-moi; et vous, mes amis,
voilà votre salaire, retirez-vous.»

La piastre acceptée, toute explication devenait inutile. Les Indiens
nous accompagnèrent jusqu'à l'extrémité de la ville; là ils nous
quittèrent, en me faisant de fortes protestations de dévouement et
de reconnaissance, de leur avoir évité, comme ils le disaient, la
nécessité de se venger d'un mauvais débiteur.

L'Anglais, matelot ou novice d'un navire qui était en rade, après
m'avoir remercié, retourna à son bord, et je n'en entendis plus parler.

Peu de jours après cette petite anecdote, je fus obligé d'interrompre
mes promenades et mes excursions favorites. Le _choléra_, ce terrible
fléau, venait de se déclarer à Manille.



CHAPITRE II.

    Choléra à Manille.--Massacre des Européens.


Ce fut au mois de septembre 1820 que le choléra fit irruption pour
la première fois à Manille [1].

Jusqu'à cette époque, ce terrible fléau n'était point encore sorti
du continent indien, lorsqu'un navire chargé d'étoffes de coton,
parti de Madras, poussé par une tempête, arriva à Manille, lieu de
sa destination.

Il avait éprouvé des avaries. Plusieurs ballots d'étoffe avaient
été mouillés d'eau de mer. Le consignataire les fit remettre à des
blanchisseurs qui habitaient un des faubourgs de Manille, _Sanpaloc_.

A peine les eurent-ils ouverts, que la terrible maladie se déclara
parmi eux; et, quelques jours après, elle sévissait dans toute la
population du faubourg.

De là elle passa à Manille, et bientôt envahit toute l'île de Luçon.

Dès son début, cette épidémie moissonnait des milliers d'Indiens.

Les rues de Manille étaient sillonnées, la nuit et le jour, de chariots
remplis de cadavres.

Les habitants, renfermés chez eux, employèrent divers moyens pour se
préserver de la contagion.

Dans quelques maisons on brûlait des herbes aromatiques, on enfumait
toutes les chambres;

Dans d'autres, on inondait les appartements de vinaigre.

Mais rien n'arrêtait la mortalité; la consternation était
générale. Aussi plus d'affaires, plus de promenades, plus de
distraction.

Chaque famille restait dans sa demeure; les femmes et les enfants,
prosternés devant l'image du Christ, imploraient à haute voix sa
miséricorde.

Quelques médecins espagnols s'étaient enfuis de la capitale; et ceux
qui restèrent, avec deux Français, MM. Godefroy et Charles Benoît, ne
suffisaient point aux nombreux malades qui réclamaient leur assistance.

Les Indiens, qui n'avaient jamais vu pareille mortalité, s'imaginèrent
que les étrangers empoisonnaient les fontaines et les rivières,
pour détruire la population et s'emparer du territoire.

Cette fatale opinion, qui eut des suites si affreuses, courut bientôt
de bouche en bouche.

Le général qui gouvernait l'île en fut prévenu. C'était alors
M. Folgueras, excellent homme, mais faible et pusillanime.

Soit qu'il ne vît aucun danger pour les étrangers, soit qu'il fût
trop préoccupé lui-même des effets désastreux de l'épidémie, il ne
prit aucune précaution pour la sécurité de ses hôtes.

Le 9 octobre 1820, anniversaire de mon départ de France, commença un
épouvantable massacre à Manille et à Cavite.

M. Victor Godefroy le médecin, et son frère le naturaliste, arrivés
depuis peu à Manille, logeaient avec quatre Français, tous officiers
de la marine du commerce, dans le faubourg de _Santa-Cruz_.

Ce jour-là, le médecin sortit de très-bonne heure pour voir un malade.

Dans la rue, quelques Indiens commencèrent à lui crier qu'il était
un empoisonneur.

Peu à peu le nombre augmenta, et bientôt il se vit entouré d'un
groupe menaçant.

Des alguazils arrivèrent, s'emparèrent de lui, et, comme un coupable,
le conduisirent à la maison communale.

Au moment où ils allaient lui passer la tête dans un _bloc_ [2] pour
le tenir prisonnier, Godefroy, qui n'avait jamais vu une pareille
machine, se figura qu'elle était un instrument de supplice, et qu'on
voulait s'en servir pour l'étrangler.

Dans l'espoir de conserver sa vie, il sauta par une croisée,
et s'enfuit.

Les Indiens coururent après lui, l'atteignirent, et, après lui avoir
asséné deux coups de sabre sur la tête en guise de correction, ils lui
lièrent les mains et le conduisirent chez le corrégidor de _Tondoc_,
M. Varela, créole de Manille, homme superstitieux et sans instruction,
qui tremblait pour lui-même et croyait autant aux empoisonneurs que
les Indiens.

Il fit venir Godefroy en sa présence, lui adressa quelques paroles
et le fit fouiller par un de ses alguazils, qui trouva sur lui une
fiole contenant quelques onces de laudanum.

Le corrégidor crut alors plus que jamais au poison, traita le pauvre
Godefroy en conséquence, et l'envoya en prison.

Pendant l'interrogatoire qu'avait subi le prétendu empoisonneur,
quelques milliers d'Indiens s'étaient réunis sous les fenêtres du
corrégidor, demandant qu'on leur livrât le prisonnier. Le corrégidor,
pour les calmer, se présenta à son balcon, et à haute voix leur dit:

«_Hijos_ (_enfants_), l'empoisonneur est en sûreté dans la prison,
et il sera puni selon la gravité de son crime. Nous allons bien
voir s'il est coupable: voici un flacon trouvé sur lui, contenant
un liquide qui me paraît bien suspect; mais il faut nous assurer si
c'est bien du poison. Ainsi, que deux d'entre vous m'amènent un chien,
et nous verrons quel effet produira sur lui cette liqueur.»

Les Indiens ne se firent pas prier, ils lui présentèrent un petit
chien; l'un lui ouvrit la gueule, tandis que l'autre lui versa dans
le gosier le contenu du flacon. Quelques minutes suffirent pour que
cette grande quantité de narcotique produisit son effet; le chien
fit quelques pas en chancelant, et tomba dans un affaissement qui
annonçait sa mort.

Le corrégidor et les Indiens n'eurent alors plus de doute;
l'expérience qu'ils venaient de faire était une preuve évidente du
crime d'empoisonnement.

Le premier fit instruire le procès de son prisonnier, tandis que la
foule des Indiens se dirigea vers la maison où se trouvait Godefroy
le naturaliste, avec ses amis.

Réunis sous les croisées, ils n'osèrent d'abord pas les attaquer; ils
se contentèrent de jeter des pierres dans les fenêtres, et de crier:
_Mort aux empoisonneurs_!

Le gouverneur, instruit de ce qui se passait, envoya un sergent et dix
soldats pour protéger la demeure des étrangers. Ceux-ci, effrayés par
les menaces et les clameurs des Indiens, s'étaient réunis dans leur
salon, avaient chargé quelques paires de pistolets, et s'apprêtaient
à faire feu sur celui qui aurait osé franchir le seuil de la porte.

Le sergent et sa petite troupe montèrent l'escalier et se présentèrent
à la porte. Godefroy et ses amis, croyant qu'ils venaient les attaquer,
firent feu sur eux: aussitôt les soldats, sans attendre aucun ordre
de leur chef, déchargèrent leurs armes sur les malheureux Français,
qui tous tombèrent percés de balles.

Le sergent, effrayé de la méprise que sa troupe venait de commettre,
se retira.

Les Indiens alors les remplacèrent, poignardèrent les blessés,
pillèrent, brisèrent les meubles, et ne se retirèrent qu'après avoir
accompli leur oeuvre de meurtre et de dévastation.

L'un d'eux, le poignard tout sanglant dans la main, et au milieu de
la foule qui encombrait la rue, élève la voix et dit:

«Mes frères, vous le voyez tous, le gouverneur envoie fusiller les
empoisonneurs qui veulent nous faire tous périr; n'attendons pas que
les Castillans nous vengent, vengeons-nous nous-mêmes!»

Des cris de joie accueillirent les paroles du fanatique et
superstitieux Indien. La foule se divisa par groupes, qui prirent
diverses directions pour se rendre dans les quartiers où demeuraient
les étrangers.

Le capitaine Dibard, celui qui commandait mon navire, son subrécargue
Pasquier; Grosbon, fils du général du même nom, et un matelot,
demeuraient dans le faubourg _San-Gabriel_.

Ils furent prévenus que les Indiens venaient pour les attaquer; ils
fermèrent leurs portes. Mais quelle résistance pouvaient opposer de
faibles portes à une troupe d'assassins déjà ivres de sang et du désir
du pillage? Aussi leur maison fut-elle bientôt envahie. La mort leur
paraissant inévitable, ils se décidèrent à fuir, chacun du côté où
il espérait trouver une issue.

Le capitaine se dirigea vers la cuisine; mais à peine s'y était-il
réfugié, que les agresseurs, le sabre et le poignard à la main, se
précipitèrent sur lui et le percèrent de mille coups, lui arrachèrent
les membres, et les jetèrent tout palpitants par les croisées.

Pendant que le meurtre du malheureux Dibard s'accomplissait, Pasquier,
Grosbon et le matelot, plus heureux que leur capitaine, avaient
traversé une petite cour, escaladé un mur, et avaient été reçus dans
un jardin par madame _Escarella_, femme d'un courage héroïque.

Pour les sauver, elle les fit monter dans un donjon; mais à peine
venait-elle d'en fermer la porte, que les assassins, couverts du sang
de l'infortuné Dibard, se présentèrent devant elle et lui demandèrent
la proie qui venait de leur échapper.

«Les Français, répondit madame Escarella, sont sous ma sauvegarde,
et je ne vous les livrerai pas. Si vous voulez briser cette porte,
vous commencerez par m'assassiner moi-même. Vous êtes des lâches;
retirez-vous, ou le gouverneur que j'ai envoyé prévenir ne tardera
pas à vous faire châtier comme vous le méritez.»

L'énergie et la résolution de cette courageuse femme imposèrent assez
aux assassins pour les obliger à se retirer, et ils allèrent chercher
dans un autre quartier des victimes moins bien défendues.

A peu de distance du lieu où venait de se commettre le meurtre du
capitaine Dibard, habitait M. Lestoup, capitaine du navire de Bordeaux
_l'Alexandre_. Il avait avec lui six personnes de son bord.

Tous étaient à table lorsque les Indiens envahirent leur maison à
l'improviste, se précipitèrent sur eux et les égorgèrent, sans qu'un
seul échappât.

Au même instant, trois Anglais, dans une maison contiguë, subissaient
le même sort que les malheureux Français.

M. Darbel, gérant d'une habitation sur les bords du _Pasig_, pour
se soustraire à la fureur de ses ouvriers, s'était jeté dans une
pirogue qu'il dirigeait vers Manille, où il espérait se mettre sous
la protection des Espagnols.

Poursuivi, près d'être atteint dans sa frêle embarcation, il sauta à
terre; mais bientôt il se voit entouré par les Indiens, et, considérant
sa perte comme inévitable, il se résignait à mourir. Adossé à un mur,
il avait déjà reçu trois coups de sabre, lorsqu'un métis, témoin de
la cruauté de ses compatriotes, s'élança hors de sa maison, écarta
la foule, s'empara de Darbel déjà presque évanoui, l'entraîna, et
l'emporta, pour ainsi dire, jusqu'à sa demeure.

Cet acte de courage et de dévouement sauva la vie à Darbel et fut
cause de la mort du généreux métis. L'émotion qu'il avait ressentie et
l'effort qu'il avait fait lui produisirent de violentes palpitations
de coeur, qui se terminèrent par la rupture d'un anévrisme.

Il serait trop long de compter ici tous les massacres, tous les
crimes commis dans les faubourgs de Manille et ses environs, sur
des personnes isolées et surprises sans défense. Je terminerai ce
déplorable tableau par le récit d'un dernier drame auquel un de nos
compatriotes, qui habite Paris, échappa comme par miracle.

M. Gautherin, commandant un navire de Bordeaux, et un ancien capitaine
de hussards, son passager, qui voyageait pour son plaisir, étaient
dans un hôtel tenu par un Allemand nommé Antelmann.

La foule des Indiens armés et leurs clameurs les avertirent du
danger qu'ils couraient; ils voulurent fuir, mais toute retraite
étant impossible, ils se réfugièrent dans une chambre à coucher,
et fermèrent la porte.

L'officier se mit à la croisée, s'en retira aussitôt, et dit à
Gautherin:

«Nous sommes perdus, rien au monde ne peut nous sauver. Mon Dieu,
que faire?»

«Cachez-vous sous le lit, dit Gautherin.»

«Me cacher sous le lit, à quoi cela m'avancerait-il?»

«A prolonger de quelques minutes votre existence, et peut-être à
gagner du temps jusqu'à ce qu'on vienne à notre secours. Je voudrais
bien avoir la même facilité que vous pour me cacher; mais vous voyez
mon embonpoint.»

Pendant ce court dialogue, les Indiens étaient arrivés à la porte et
y frappaient à grands coups. Il n'y avait plus un moment à perdre; les
deux amis s'embrassèrent, se firent leurs derniers adieux. L'officier
se cacha sous le lit. Gautherin, resté seul, se blottit derrière un
coffre, et se recouvrit la partie supérieure du corps avec une natte.

A peine était-il dans sa cachette que la porte fut enfoncée, et une
foule d'Indiens se précipita dans la chambre.

Dès leur entrée, ils aperçurent le malheureux officier de hussards:
ils le tirèrent par les pieds, divisèrent son corps par morceaux,
déchirèrent ses membres et les jetèrent par les croisées à leurs
amis, qui n'avaient pu, comme eux, souiller leurs mains du sang de
notre compatriote.

Gautherin, de sa cachette, avait assisté malgré lui à cette horrible
scène, et le sang de son ami avait inondé la natte qui le recouvrait.

Quelle émotion et quelle angoisse ne devait-il pas éprouver? et quel
courage ne lui fallut-il pas pour conserver son immobilité? Le moindre
mouvement, un souffle, pouvait le faire découvrir! Heureusement la
Providence veillait sur lui, et son sang-froid devait lui sauver
la vie.

Les Indiens, qui ne voyaient plus de victimes à sacrifier, tournèrent
leur rage contre les meubles, et se mirent à les briser. Pendant cette
oeuvre de destruction, l'un d'eux tira la natte qui dérobait Gautherin
à leur vue. Celui-ci, dès qu'il se vit découvert, se leva subitement.

Cette apparition inattendue d'un homme de la force et de la stature
de Gautherin produisit sur les assassins un instant de surprise et
d'hésitation. Gautherin en profita pour leur dire:

«Je suis chrétien comme vous, ne me tuez pas!»

Mais à peine avait-il prononcé ces mots, que deux coups de sabre
lui faisaient deux profondes blessures à la tête; ces deux coups de
sabre produisirent sur lui une réaction, un mouvement de rage contre
les assaillants.

Soutenu par le désir de conserver son existence ou de périr en se
défendant, il passa sa main sur ses yeux inondés du sang qui coulait
de ses blessures, et se précipita au milieu de ses ennemis, les
culbutant, les renversant à coups de poing et à coups de coude. Il
parvint à retrouver l'escalier, renversa tout ce qui s'opposait à
son passage. Ce ne fut pas néanmoins sans un rude coup de lance dans
le côté; mais cette nouvelle blessure, plus dangereuse que les deux
autres, ne l'arrêta pas.

Arrivé au rez-de-chaussée, toujours poursuivi par ses ennemis, il
entra dans une salle de billard: après en avoir fait le tour, il
se disposait à se précipiter par la porte qui donnait sur une rue,
lorsqu'il vit un Indien armé d'un énorme sabre et qui l'attendait
au passage, brandissant son arme, tout préparé à lui enlever la tête
d'un seul coup.

Gautherin crut alors sa mort inévitable; cependant son courage ne
l'abandonna point encore, et, au moment où il allait recevoir le
dernier coup, il leva la main pour le parer. Ce mouvement en effet fit
dévier la lame du sabre, qui vint lui frapper à plat sur la figure,
mais avec tant de force, qu'étourdi par ce coup, il tomba évanoui
dans la rue.

Ses assassins le crurent mort, et quelques soldats d'un poste voisin,
attirés par la curiosité, le transportèrent à leur corps de garde. Ils
le jetèrent sur un lit de camp.

L'intrépide Gautherin était revenu à lui, ses blessures le faisaient
horriblement souffrir, celle du côté surtout; il était dévoré d'une
soif ardente, il demanda un peu d'eau pour l'étancher.

Mais les soldats indiens, voyant en lui un homme prêt à mourir,
ne faisaient pas attention à sa demande.

Cependant un curé indien, que le hasard avait amené au corps de garde,
s'approcha et lui dit:

«Êtes-vous chrétien?»

«Oui, je suis chrétien comme vous, lui répondit Gautherin.»

«Eh bien, puisque vous êtes chrétien, je vais vous confesser, et vous
administrer les sacrements.»

«Hélas! me confesser, cela m'est impossible; je me meurs, et vous
voyez qu'à peine je puis dire une parole.»

«En ce cas, dit le bon curé, l'absolution sera suffisante pour mourir
dans la grâce de Dieu.»

Et le saint homme se mit en devoir de la lui donner.

Après cette funèbre cérémonie, accomplie sans cierges, sans appareil,
et en présence seulement de quelques soldats, le bon curé pria le
sous-officier indien qui commandait le poste de faire donner un peu
d'eau au mourant et de faire bander ses plaies.

Ce premier pansement, l'eau que Gautherin venait de boire avec tant
d'avidité, lui produisirent un peu de soulagement; et les paroles de
consolation que lui avait adressées le ministre de Dieu lui rendirent
l'espérance et ranimèrent son courage.

Tous les événements que je viens de raconter s'étaient accomplis
dans l'espace de huit heures. L'obscurité avait ramené le calme,
les assassins s'étaient retirés dans leurs demeures.

La ville de guerre, qui pendant ces huit heures de massacre avait
fermé ses portes et était restée étrangère à tous les crimes commis
dans les faubourgs, les rouvrit dès que la nuit fut venue, pour donner
passage à quelques personnes charitables qui voulaient secourir les
malheureux étrangers échappés aux assassins.

Le colonel Manuel Oléa, accompagné de quelques soldats, parcourut
tous les faubourgs, recueillit les blessés et ceux qui, par miracle,
s'étaient soustraits au poignard des Indiens.

Il tira aussi Victor Godefroy de sa prison, et les conduisit tous
à la citadelle, où non-seulement ils furent en sûreté, mais où ils
trouvèrent aussi le commandant don Alexandro _Pareño_ et toute sa
famille, qui entourèrent nos malheureux compatriotes des soins et
attentions que méritait leur position.

Le lendemain, les fanatiques indiens reprirent leur poignard et
parcoururent de nouveau les faubourgs, espérant y trouver encore
quelques victimes.

Le général Folgueras, si faible et si pusillanime, craignait une
révolte générale, et n'osa pas encore prendre les mesures de rigueur,
seules capables d'arrêter les crimes de ces forcenés.

L'archevêque, revêtu de ses habits sacerdotaux, le saint sacrement à
la main, accompagné de tout son clergé, parcourut la grande rue d'_el
Rosario à Binondoc_, priant et exhortant les Indiens à rentrer dans
l'ordre, et à se repentir des crimes qu'ils avaient commis la veille
sur d'innocentes victimes.

Mais, loin de tenir compte des exhortations du saint prélat, ne
trouvant plus d'étrangers européens à égorger, ils tournèrent leur
rage contre de pacifiques Chinois, et commirent sur eux de nouveaux
massacres.

Alors les principales autorités de Manille se réunirent chez le
gouverneur, et lui firent comprendre la nécessité d'arrêter par la
force le désordre et les crimes qui se commettaient.

Folgueras ne put plus reculer, et se mit en devoir de prendre des
mesures qui lui étaient presque imposées par les hommes les plus
honorables de Manille.

Des troupes furent envoyées dans les faubourgs, des canons furent
braqués à toutes les embouchures de rues, et ordre fut donné de tirer
sur tous les groupes formés de plus de trois personnes.

Les Indiens, effrayés de ces mesures sévères, rentrèrent chez eux;
le bon ordre fut rétabli, et la justice espagnole punit du dernier
supplice tous les coupables qu'elle put découvrir [3].

Je fus aussi traqué dans Cavite, mais je parvins à m'échapper; je me
jetai dans une pirogue, et je fus assez heureux pour me réfugier à
bord du _Cultivateur_.

Il n'y avait pas dix minutes que j'étais sur le trois-mâts, lorsqu'on
vint me chercher pour donner des soins au second d'un navire américain,
qui venait d'être poignardé à son bord par des gardes de la douane.

Je terminais le pansement, quand des officiers de différents navires
français me prévinrent que le capitaine Drouant, commandant un navire
de Marseille, était resté à terre, et qu'il était peut-être encore
temps de le sauver.

Il n'y avait pas un moment à perdre; la nuit approchait; il fallait
profiter de la dernière demi-heure de jour; je partis dans un canot,
et en arrivant à terre je donnai l'ordre à mes matelots de se tenir
assez loin du rivage pour éviter une surprise de la part des Indiens,
mais assez près cependant pour aborder promptement si le capitaine
ou moi leur faisions un signal.

Je me mis aussitôt à la recherche de Drouant.

Arrivé à une petite place appelée _Puerta Baga_, j'aperçus un groupe
de trois ou quatre cents Indiens; un pressentiment me disait que
c'était de ce côté que je devais diriger mes recherches.

Je m'approchai de la foule, je reconnus en effet l'infortuné Drouant,
pâle comme un mort. Un Indien furieux allait lui plonger son kris dans
la poitrine; je me jette entre le poignard de l'Indien et le capitaine,
et je les repousse assez violemment l'un et l'autre pour les séparer.

«Sauvez-vous! criai-je en français au capitaine: un canot vous attend.»

La stupéfaction des Indiens avait été telle, qu'il put s'échapper
sans qu'on songeât à le poursuivre.

Il fallait maintenant me tirer du mauvais pas où je m'étais
engagé. Quatre cents Indiens m'entouraient: il fallait payer d'audace.

Je dis en tagaloc à celui qui avait voulu frapper le capitaine,
qu'il était un lâche. L'Indien bondit jusqu'à moi; il lève son arme:
je lui applique sur la tête un coup d'une petite canne que je tenais
à la main; il demeure un instant étonné, et se retourne vers ses
compagnons pour les exciter.

De tous côtés les poignards sont tirés; la foule forme autour de moi
un cercle qui va toujours en se rétrécissant.

Étrange fascination du blanc sur l'homme de couleur! De ces quatre
cents Indiens pas un n'ose m'attaquer le premier; ils veulent me
frapper tous ensemble.

Tout à coup, un soldat indien armé d'un fusil fend la foule; il donne
un coup de crosse à mon adversaire, lui arrache son poignard, et,
prenant son fusil par la baïonnette, il le fait tourner au-dessus
de sa tête, et exécute un moulinet qui agrandit le cercle d'abord,
et disperse ensuite une partie de mes ennemis.

«Fuyez, Monsieur! me dit mon libérateur; maintenant que je suis là,
personne ne touchera un de vos cheveux.» En effet, la foule se sépare
et me laisse le passage libre; j'étais sauvé sans savoir par qui et
pourquoi!... lorsque le soldat me cria de loin:

«Vous avez soigné ma femme qui était malade, et vous ne m'avez pas
demandé d'argent; j'acquitte ma dette.»

Le capitaine Drouant devait être parti dans le canot; il ne m'était
plus possible de me rendre à bord du _Cultivateur_.

Je me dirigeai vers ma demeure, longeant les murailles et profitant
de l'obscurité, lorsqu'au détour d'une rue je tombai au milieu d'une
bande d'ouvriers de l'arsenal, tous armés de haches, et se disposant
à aller attaquer les navires français qui étaient en rade.

Là encore je dus mon salut à une connaissance à qui j'avais rendu
quelques services dans la pratique de mon art; un métis m'avait
poussé dans l'encoignure d'une maison, et m'avait dit, me couvrant
de son corps:

«Ne bougez pas, docteur Pablo [4]!»

Quand la foule fut écoulée, mon protecteur m'engagea à me cacher,
et surtout à ne point me rendre à bord; puis il reprit sa course pour
rejoindre ses camarades.

Mais tout n'était pas fini; à peine étais-je chez moi, que j'entendis
frapper à ma porte.

«--Docteur Pablo,» dit une voix qui ne m'était pas inconnue.

J'ouvris, et j'aperçus, pâle comme un mort, un Chinois qui tenait,
au rez-de-chaussée, un magasin de thés.

«--Qu'y a-t-il, Yang-Pô?»

«--Sauvez-vous, docteur!»

«--Et pourquoi me sauver?»

«--Parce que les Indiens vous attaqueront cette nuit; ils l'ont
résolu.»

«--Tu crains pour ta boutique, Yang-Pô?»

«--Oh! non; ne plaisantez point. Si vous restez, c'est fait de
vous; vous venez de frapper un Indien, et ses amis ne parlent que
de vengeance.»

Les appréhensions de Yang-Pô, je le vis bien, n'étaient que trop
fondées; mais que faire?... Fermer ma porte et attendre était encore
le plus sûr.

«--Merci, dis-je au Chinois, merci de vos bons avis; mais je reste.»

«--Rester ici, seigneur docteur! y pensez-vous?»

«--Maintenant, Yang-Pô, un service: allez dire à ces Indiens que j'ai
là, à leur intention, deux pistolets et un fusil double dont je sais
faire usage.»

Le Chinois sortit en poussant un profond soupir de négociant tourmenté
par l'idée que l'attaque contre le docteur pourrait bien se terminer
par le pillage de sa marchandise. Je barricadai ma porte à l'aide de
quelques gros meubles, je chargeai mes armes et j'éteignis ma lumière.

Il était huit heures du soir. Le moindre bruit me faisait croire
que le moment était venu où la Providence seule pourrait me sauver:
ma fatigue était si grande que, malgré l'émotion bien naturelle en
pareille circonstance, j'avais souvent besoin de lutter contre l'envie
de céder au sommeil.

Vers onze heures, quelqu'un heurta à ma porte. Je m'emparai de mes
pistolets et prêtai l'oreille: à un second coup, je m'approchai sur
la pointe du pied.

«--Qui est là, demandai-je.»

Une voix me répondit:

«Nous venons vous sauver. Ne perdez pas un instant: passez par-dessus
le petit toit; nous vous attendons de l'autre côté, dans la rue du
_Campanario_.»

Puis deux ou trois personnes descendirent précipitamment; j'avais
reconnu la voix d'un métis dont les bonnes intentions à mon égard
n'étaient point douteuses.

Il était temps; car, au moment où je passais par une fenêtre qui
éclairait l'escalier et conduisait sur le toit, les Indiens se
faisaient déjà entendre de l'autre côté de la rue; quelques minutes
plus tard ils étaient chez moi, brisant et pillant le peu que je
possédais.

J'eus bien vite franchi le toit, et je me trouvai dans la rue
du _Campanario_, où m'attendaient mes nouveaux sauveurs; ils me
conduisirent chez eux.

Là, un profond sommeil me fit bientôt oublier les dangers que j'avais
courus.

Le lendemain, mes amis avaient préparé une petite pirogue pour me
conduire à bord du _Cultivateur_, où, suivant toute apparence, je
devais être plus en sûreté qu'à terre.

J'étais sur le point de m'embarquer, lorsqu'un de mes hôtes me remit
une lettre qu'il venait de recevoir, et qui m'était adressée. Elle
était signée de tous les capitaines de navires en rade. Ils
m'apprenaient que, se voyant à chaque instant exposés à une attaque
de la part des Indiens, ils s'étaient tous décidés à appareiller et
à prendre le large; mais que deux d'entre eux, Drouant et Perroux,
avaient été contraints de laisser à terre une partie de leurs vivres,
toute leur voilure et leur eau.

On me suppliait de venir à leur aide; un canot devait se tenir au
large et se mettre à mes ordres.

Je communiquai cette lettre à mes amis, et leur déclarai que je ne
retournerais pas à bord sans avoir essayé de satisfaire au désir de
mes compatriotes: il s'agissait de sauver la vie à deux équipages,
et il n'y avait pas d'hésitation possible.

Ils firent tous leurs efforts pour ébranler ma résolution.

«Si vous vous montrez dans un seul quartier de la ville, me dirent-ils,
vous êtes perdu. Quand bien même les Indiens ne vous tueraient pas, ils
ne manqueront pas de piller tous les objets qui leur seront confiés.»

Je restai inébranlable, et leur fis observer que c'était une affaire
d'honneur et d'humanité.

«Allez donc seul, s'écria le métis qui avait le plus contribué «à
mon évasion; mais aucun de nous ne vous suivra: «nous ne voulons pas
qu'il soit dit que nous avons aidé à la «perte de notre hôte.»

Je remerciai mes amis, et après leur avoir serré la main je cheminai
dans les rues de Cavite, mes deux pistolets à la ceinture, songeant
au moyen de mener à bonne fin ma périlleuse mission.

Cependant je connaissais déjà assez le caractère des Indiens pour
être convaincu que l'excès de mon audace les calmerait, au lieu de
les irriter.

Je me rendis sur la plage voisine du port de débarquement où la veille
j'avais échappé à un si grand péril. Elle était couverte d'Indiens
en observation devant les navires en rade.

Quand je fus à quelques pas, tous les regards se portèrent vers moi;
mais, ainsi que je l'avais prévu, la physionomie de ces hommes,
que la nuit avait d'ailleurs calmés, annonçait plus d'étonnement que
de colère.

«Voulez-vous gagner de l'argent? leur criai-je. Ceux qui viendront
travailler avec moi auront chacun une piastre à la fin de la journée.»

Un moment de silence suivit mes paroles; puis l'un d'eux me dit:

«Vous n'avez donc pas peur de nous?»

«Regarde si j'ai peur, lui répondis-je en lui montrant mes «pistolets:
avec cela je joue une seule vie contre deux; tout «l'avantage est de
mon côté.»

Ces mots produisirent un effet magique; mon interlocuteur me dit:

«Replacez vos pistolets à votre ceinture, vous êtes fort par le coeur;
vous méritez d'être en sûreté au milieu de nous. Parlez, que faut-il
faire? nous vous suivrons.»

Je vis le moment où ces hommes, qui voulaient me tuer la veille,
allaient me porter en triomphe.

Je leur expliquai alors que j'avais l'intention d'opérer le
déménagement de différents objets appartenant à mes compatriotes,
et que ceux qui voudraient me donner un coup de main recevraient
le salaire promis; puis, je chargeai celui qui m'avait interpellé
de prendre avec lui deux cents hommes, à peu près le double de ce
qui était nécessaire: pendant qu'il choisissait son monde, je fis
signe au canot d'approcher de terre et remis un mot écrit au crayon,
afin que toutes les chaloupes des navires français vinssent assez
près pour recevoir, au moment opportun, tout ce que j'aurais fait
transporter sur le rivage.

Un instant après je marchais à la tête de ma colonne, composée de
deux cents Indiens; avec leur aide, les voiles, les salaisons, les
biscuits et les vins furent bientôt à bord des chaloupes.

Ce qui m'embarrassait le plus, c'était le transport d'une énorme
somme de piastres appartenant au capitaine Drouant.

Si les Indiens avaient soupçonné de telles richesses, l'appât des
piastres les eût fait manquer à leur parole. Je pris donc le parti
de remplir mes poches d'argent, et de faire une vingtaine de voyages
de la maison à la chaloupe.

Là, caché par les matelots, je déposai l'argent pièce par pièce,
pour ne faire aucun bruit.

En transportant les voiles du capitaine Perroux, une circonstance
fâcheuse faillit m'être fatale: quelques jours avant l'époque du
massacre, un matelot français qui travaillait à la voilure était mort
du choléra. Ses camarades, effrayés, avaient enveloppé son cadavre
dans une voile, et s'étaient sauvés à bord du navire.

Mes Indiens découvrirent ce cadavre, qui déjà entrait en
putréfaction. Ils furent d'abord saisis d'effroi, puis de l'effroi
passèrent à la fureur; je craignis un instant qu'ils ne se ruassent
sur moi.--«Vos amis, s'écriaient-ils, ont abandonné ce cadavre
avec intention, pour qu'il empoisonne l'air et redouble la fureur
de l'épidémie.»

«Quoi! vous avez peur d'un pauvre diable mort du choléra? leur dis-je
en affectant la plus grande tranquillité. Qu'à cela ne tienne, je
vais vous en débarrasser.»

Et, malgré l'horreur que j'éprouvais, j'enveloppai le corps dans une
petite voile et le portai au bord de la mer. Là, je fis creuser une
fosse et l'y déposai; après quoi je plaçai sur ce tertre improvisé deux
morceaux de bois en croix, qui indiquèrent pendant quelques jours la
dernière demeure du malheureux, qui n'eut sans doute d'autre prière
que la mienne.

Toute la journée se passa en émotions diverses; vers le soir,
cependant, j'avais fini ma tâche et les navires étaient pourvus.

Je m'empressai de payer les Indiens, et je leur fis, en outre, la
largesse d'un baril d'eau-de-vie. Je ne craignais plus leur ivresse,
j'étais le seul Français à terre; la nuit venue, je m'embarquai dans
une lourde chaloupe qui traînait, à la remorque, une douzaine de
tonneaux d'eau douce.

Depuis vingt-quatre heures je n'avais pris aucune nourriture, j'étais
brisé de fatigue; je me jetai pour reposer sur un des bancs de la
chaloupe.

Mais bientôt un froid mortel glaça mes membres, et je tombai en
défaillance. Cet état dura plus d'une heure.

Enfin la chaloupe aborda le _Cultivateur_, on me hissa à bord, et,
à force de frictions d'eau-de-vie et de cordiaux, je revins à moi.

Quelque nourriture et du repos suffirent pour réparer mes forces,
et le lendemain j'étais tranquille au milieu de mes compatriotes.

Je dressai le bilan de ma situation personnelle; les
événements accomplis depuis deux jours l'avaient singulièrement
simplifiée. J'avais tout perdu.

Une petite pacotille, économie de plusieurs voyages, confiée au
capitaine pour être vendue à Manille, avait été entièrement pillée,
ainsi que tout ce que je possédais à Cavite; il ne me restait que ce
que j'avais sur le corps; quelques mauvaises nippes qui ne pouvaient
me servir qu'à bord, et trente-deux piastres. Je n'étais guère plus
riche que Bias.

J'eus le malheur de me rappeler qu'un capitaine anglais que j'avais
soigné en rade me devait quelque chose, comme cent piastres. Dans la
circonstance, c'était une fortune.

Le capitaine en question, par crainte des Indiens, était allé
mouiller à _Maribélès_, à l'entrée de la baie, à dix lieues à peu
près de Cavite.

Pour être payé, il fallait me rendre à son bord.

J'obtins du capitaine Perroux un canot, quatre matelots, et je
partis. J'arrivai à la brune.

Le scrupuleux capitaine, qui se voyait presque en pleine mer et hors
de toute poursuite, répondit qu'il ne savait pas ce que je voulais
lui dire. J'insistai pour être payé, il se mit à rire, je le traitai
de fripon. Il me menaça de me faire jeter à la mer. Bref, après une
inutile discussion, et au moment où le capitaine avait fait venir
sur le pont cinq ou six vigoureux matelots pour mettre sa menace à
exécution, je me retirai vers mon canot.

La nuit était noire, un vent violent et contraire venait de s'élever;
il me fut impossible de regagner le navire.

Je passai toute la nuit ballotté par les vagues, sans trop savoir
où j'allais.

Le lendemain matin, je m'aperçus que j'avais fait du chemin bien
inutilement. Cavite était loin derrière moi. Le vent s'étant un peu
calmé, nous reprîmes les rames, et à deux heures après midi nous
étions enfin de retour.

Cependant le calme était rétabli à Cavite et à Manille.

L'autorité espagnole avait pris des mesures pour que les scènes
déplorables dont nous avions été les témoins ne se renouvelassent plus;
le curé du faubourg de Cavite avait même pris la peine de lancer une
excommunication en pleine chaire contre ceux qui auraient attenté à
ma vie. J'attribuai le motif de cette sollicitude exceptionnelle à
la profession que j'exerçais; j'étais en effet le seul Esculape de
l'endroit, et, depuis mon départ, les malades se voyaient obligés
d'avoir recours à la science très-conjecturale des sorciers indiens.

Un matin, j'étais à peu près décidé à retourner à terre, lorsque _le
Cultivateur_ fut abordé par une jolie pirogue montée par un Indien
que j'avais vu quelquefois dans mes excursions. Il venait me proposer
de m'emmener à son habitation située à dix lieues de Cavite, auprès
des montagnes de _Marigondon_.

La perspective de quelques bonnes parties de chasse m'eut bientôt
décidé.

J'emportai avec moi mes trente-deux piastres, un fusil, enfin toute
ma fortune, et je me livrai à cet ami improvisé que je connaissais
à peine.

Sa petite maison, ombragée par de belles pamplemousses et des
ylangs-ylangs, grands arbres dont la fleur répand au loin un parfum,
était abritée dans un lieu ravissant. Deux jeunes filles, aimables
enfants, contribuaient encore à embellir ce paradis terrestre.

Le bon Indien tint la parole donnée; je fus entouré par lui et sa
famille de petits soins et d'attentions inconnus à l'hospitalité
européenne.

La chasse était mon plus grand amusement, surtout celle du cerf,
qui exige un violent exercice.

J'ignorais encore celle du buffle sauvage, dont j'aurai occasion
de parler plus tard, et j'avais souvent demandé à mon hôte de m'y
conduire; mais il s'y refusait toujours, alléguant qu'elle était
trop dangereuse.

Les jours s'écoulaient comme des heures dans ces agréables occupations.

Depuis trois semaines je vivais au milieu de la famille indienne, sans
aucune nouvelle de Manille, quand un exprès m'apporta une lettre du
second du navire, qui en avait pris le commandement après l'assassinat
du malheureux Dibard.

Il m'annonçait que _le Cultivateur_ allait faire voile pour la France,
et que je devais me hâter si je voulais quitter un pays qui nous
avait été à tous si fatal. La lettre avait déjà quelques jours de date.

Malgré la peine que j'éprouvais à me séparer de mon Indien et de sa
famille, qui avait si bien su charmer les jours de l'hospitalité,
je me résignai à partir. Je fis cadeau de mon fusil au maître de la
maison. Je n'avais rien à donner aux jeunes filles, car leur offrir
de l'argent eût été une insulte.



CHAPITRE III.

    Départ du navire le Cultivateur.--Abandon.--Manille
    et ses faubourgs. --Binondoc.--Cérémonies
    religieuses.--Processions.--Douane chinoise.


Le lendemain j'arrivai à Manille, en songeant encore aux blanches
colombes des pamplemousses de Marigondon. Ma première pensée fut
de me rendre sur le port; mais, hélas! j'eus la douleur de voir le
Cultivateur bien loin à l'horizon.

Poussé par une petite brise, il flottait vers la sortie de la baie.

Je proposai aussitôt à des gondoliers indiens de me conduire au
navire. Ils me dirent que la chose était peut-être faisable, si la
brise ne fraîchissait pas; mais ils exigeaient que je leur donnasse
préalablement douze piastres; il ne m'en restait plus que vingt-cinq.

Je réfléchis un instant: Si je ne réussis pas à aborder le vaisseau,
pensai-je, que vais-je devenir dans cette ville où je ne connais
personne, réduit à treize piastres et sans vêtements? Quelle figure
ferai-je avec une garde-robe composée d'une veste blanche, pantalon
de même couleur, et d'une chemise rayée?

Une idée subite me traversa le cerveau: je songeai à rester à Manille,
et à gagner ma vie par la pratique de mon art.

Jeune, sans expérience, j'avais la prétention de me croire le premier
médecin et chirurgien des îles Philippines.

Qui n'a pas, comme moi, cédé à cette orgueilleuse confiance que donne
la jeunesse?

Je tournai le dos au navire et me mis résolûment en route vers la
ville de guerre.

Mais, avant de poursuivre ce récit, disons un mot de la capitale
des Philippines.

Manille et ses faubourgs ont une population d'environ cent cinquante
mille âmes, dont les Espagnols et leurs créoles ne forment guère
que la dixième partie; le reste se compose entièrement de Tagalocs,
de métis et de Chinois.

Elle est divisée en ville de guerre et ville marchande ou faubourgs.

La première, entourée de hautes murailles, est bordée d'un côté par les
flots, et de l'autre par une vaste plaine, espèce de Champ-de-Mars
destiné à l'exercice des troupes. C'est là que chaque soir les
nonchalantes créoles, paresseusement couchées dans leurs équipages,
viennent étaler leurs brillantes toilettes et respirer la brise de la
mer. Les fringants cavaliers, les amazones intrépides, les calèches
à l'européenne, se croisent en tous sens dans ces Champs-Élysées de
l'archipel indien.

L'autre partie de la ville de guerre est séparée de la ville marchande
par la rivière de Pasig, qui est sillonnée toute la journée par des
milliers de pirogues chargées d'approvisionnements et de charmantes
gondoles qui transportent les promeneurs dans les divers quartiers
des faubourgs, ou les conduisent en rade pour visiter les navires.

La ville de guerre communique à la ville marchande par le pont de
_Binondoc_. Habitée principalement par les Espagnols qui occupent des
emplois publics, elle a un aspect monotone et triste; toutes les rues,
parfaitement alignées, sont bordées de vastes trottoirs en granit.

En général, la chaussée macadamisée est entretenue avec le plus grand
soin. La mollesse des habitants est telle, qu'ils ne supporteraient
pas le bruit des voitures sur des dalles.

Les maisons, vastes et spacieuses, véritables hôtels, sont bâties dans
des conditions particulières pour pouvoir résister aux tremblements de
terre et aux ouragans, si fréquents dans cette partie du monde. Elles
sont toutes d'un seul étage, avec un rez-de-chaussée.

Le premier, habitation ordinaire de la famille, est entouré d'une
spacieuse galerie, s'ouvrant ou se fermant à l'aide de grands panneaux
à coulisse, dont les vitraux sont en nacre très-mince. La nacre permet
à la lumière d'arriver dans les appartements sans y laisser pénétrer
la chaleur du soleil.

C'est dans la ville de guerre que sont tous les couvents de moines
et de religieux de divers ordres, l'archevêché, les administrations,
la douane européenne et les hôpitaux, le palais du gouverneur et la
citadelle, qui domine les deux villes.

On entre à Manille par trois portes principales: _puerta Santa-Lucia,
puerta Réal, et puerta Parian_. A minuit les ponts-levis sont levés et
les portes impitoyablement fermées; l'habitant attardé est contraint
de chercher un gîte dans le faubourg.

Les processions sont célébrées avec pompe à Manille. Elles ont
généralement lieu aux flambeaux, à l'heure où les derniers rayons du
jour font place à l'obscurité.

Cependant il en est quelques-unes qui ont lieu en plein jour,
particulièrement celle du _Corpus_, dont je vais donner un aperçu.

Le jour de la _Fête-Dieu_, à dix heures du matin, les cloches de
toutes les églises sont mises en branle à toute volée, pour annoncer
aux fidèles que les portes de la cathédrale vont s'ouvrir, et que le
saint cortége va se mettre en marche.

Les Indiens, accourus de dix lieues à la ronde, vêtus de leurs plus
beaux habits de fête, encombrent les rues de la ville. Celles de ces
rues que doit traverser la procession sont couvertes de tentes, et
pavoisées des plus beaux et des plus éclatants damas de la Chine. Le
sol est jonché de fleurs et d'herbes aromatiques. De distance
en distance sont échelonnés d'immenses reposoirs où des draperies
magnifiques se mêlent à l'or et à l'argent, à des ornements de verdure
naturelle, et aux plus belles fleurs écloses sous les tropiques.

Toute l'armée en grande tenue, avec guidons et drapeaux déployés, forme
une double haie sur toute l'étendue des rues où doit passer le cortége.

Les ordres religieux [5] et les nombreuses personnes qui veulent
assister à la cérémonie, le cierge en main, marchent sur deux
lignes. Au milieu la musique de tous les régiments, le chapitre
avec les musiques, les croix et les bannières des communes
environnantes. Vient ensuite l'archevêque, revêtu de ses splendides
habits pontificaux, portant sous un dais somptueux le saint sacrement;
et derrière lui le gouverneur, les fonctionnaires publics et tous
les corps constitués.

Ce long cortége, salué des balcons par une pluie de fleurs, chante
des hymnes à la gloire du Rédempteur, tandis que la musique exécute
des symphonies religieuses et que l'artillerie tonne sur les remparts.

Toutes les fois que l'archevêque arrive à la tête d'un bataillon,
les drapeaux sont jetés sur le sol, et le vénérable prélat les foule
aux pieds, pour montrer aux humains que la grandeur et la force
s'inclinent devant le Tout-Puissant qu'il représente.

Enfin cette immense file de prêtres, de religieux et d'assistants,
après une longue et sainte promenade, rentre à pas lents dans
la cathédrale. Dès que son extrémité a dépassé un bataillon, il se
reforme à l'arrière en ordre de bataille, et toute l'armée réunie
termine la cérémonie par un long défilé.

La Fête-Dieu, célébrée avec tant de pompe et de magnificence,
n'est cependant pas la procession qui attire le plus l'attention des
fidèles. Celles qui ont lieu la nuit, pendant la semaine sainte, ont
un cachet tout particulier aux Philippines. Elles se célèbrent alors
que Manille et ses faubourgs sont plongés dans le plus profond silence
[6], lorsque tous les fidèles prient et attendent la résurrection
du Sauveur. Ces cérémonies ont un aspect de tristesse et de grandeur
tout à fait en harmonie avec ces jours de deuil.

Après que l'_Angelus_ a sonné [7], le clergé, les ordres religieux
et une longue suite d'assistants, chacun un flambeau à la main,
accompagnent, sur deux lignes, diverses effigies qui représentent les
tortures qu'a supportées pour nous le divin Rédempteur. Ces effigies,
de grandeur naturelle, sont richement vêtues et placées sur des
chars, ou portées sur des brancards recouverts de draperies. Celle
qui est en tête est la Mort, représentée par un squelette. Viennent
ensuite Pie V, saint Pierre, Notre-Seigneur priant dans le jardin
des Olives, Jésus-Christ attaché par les Juifs, la flagellation,
la couronne d'épines, enfin Jésus portant sa croix, entouré de ses
bourreaux. Après le Christ, suivent sainte Véronique, _la Salomé_,
la Madeleine, saint Jean, et la Vierge en grand deuil.

Les saintes sont très-richement vêtues, et couvertes de pierreries,
de perles et de diamants [8].

L'ordre qui règne dans les fêtes religieuses, surtout dans celles qui
ont lieu la nuit, produit un effet irrésistible: cette belle musique
sacrée, les voix harmonieuses qui élèvent des hymnes au Seigneur,
ces innombrables lumières artificielles, donnent à ces cérémonies un
aspect imposant qui élève l'âme vers notre Créateur.

Ces solennités ne se passent pas tout à fait de la même manière dans
les provinces. Le manque de ressources oblige souvent les ministres de
l'Église à employer des moyens qu'ils savent d'un grand effet sur leurs
ouailles. Ainsi, j'ai vu fréquemment des saints représentés au naturel
par des Indiens dans leurs habits de fête, et le coq de saint Pierre
par un magnifique champion qui, plus tard, luttait dans les arènes.

Dans le bourg de _Pangil_, à la procession de la semaine sainte,
le saint sépulcre est exposé et traîné sur un char. Deux Indiens
le précèdent, l'un vêtu en saint Michel, l'autre en diable, et se
livrent un combat qui dure pendant toute la cérémonie. Le saint est,
bien entendu, toujours vainqueur.

Certaines croyances modifient aussi, dans les campagnes, les fêtes
religieuses. Par exemple, il est une procession qui se célèbre tous les
ans dans le bourg de _Paquil_, à laquelle tous les malades et infirmes
assistent en dansant, croyant qu'ils seront ainsi infailliblement
guéris de leurs souffrances. De vingt lieues à la ronde, tous les
estropiés et malades qui ont encore un peu de force se rendent ou
se font porter à Paquil pour assister à la fête. Pendant tout le
temps que dure la procession, ces malheureux dansent avec tous les
assistants, en chantant: _Toromba la Virgen, la Virgen toromba!_
C'est un curieux spectacle que de voir tous ces pauvres diables faire
des efforts surhumains et des contorsions inimaginables, pour arriver
jusqu'à la rentrée de la Vierge dans l'église. Alors ces infortunés à
bout de force et haletants se jettent à terre, et restent étendus sans
mouvement pendant des heures entières. Ceux qui avaient des maladies
graves expirent de fatigue, tandis que d'autres recouvrent la santé
ou aggravent leurs maux.

Cette procession a pour origine la légende que voici: Un Arménien,
surpris au milieu du lac par une tempête, était au moment de faire
naufrage. Pendant la tourmente, il fit le voeu, s'il parvenait à
aborder une plage, de faire célébrer au bourg le plus voisin une
procession à la sainte Vierge, qu'il suivrait en dansant. Il accomplit
son voeu, et, tout en exécutant sa danse au-devant de la Madone,
il prononçait le mot toromba, dont personne n'a jamais pu donner
la signification.

Le faubourg ou ville marchande, nommée _Binondoc_, offre un aspect
plus gai et plus vivant que la ville de guerre. Il existe moins de
régularité dans les rues, les édifices n'ont point la majesté un
peu roide qui distingue particulièrement les monuments de Manille
proprement dite; mais c'est dans Binondoc qu'est le mouvement, c'est
là qu'est la vie.

Une multitude de canaux chargés de pirogues, de gondoles et
d'embarcations de tout genre, sillonnent ce faubourg, qui est la
résidence des riches négociants espagnols, anglais, indiens, chinois
et métis.

C'est surtout sur la rive du Pasig que sont situées les plus fraîches
et les plus coquettes habitations.

Dans ces maisons si simples à l'extérieur, resplendit tout ce qu'a
inventé le luxe des Indes et de l'Europe. Les vases précieux de
la Chine, les énormes potiches du Japon, l'or, l'argent, la soie
surprennent et éblouissent les yeux quand on pénètre dans ces fraîches
habitations.

Chaque maison possède sur la rivière un débarcadère, et un petit
palais en bambou qui sert de salle de bains, et où les habitants
viennent plusieurs fois le jour se délasser de la fatigue causée par
la chaleur du climat.

La fabrique de cigares, qui occupe continuellement de quinze à
vingt mille ouvriers et employés, est également situé dans Binondoc,
ainsi que la douane chinoise [9], et tous les grands établissements
industriels de Manille.

Pendant la journée, les belles Espagnoles, revêtues de riches et
transparentes étoffes de l'Inde et de la Chine, courent de magasin
en magasin et mettent à l'épreuve la patience du vendeur chinois,
qui déplie, sans se plaindre et sans manifester la moindre mauvaise
humeur, des milliers de coupons devant la pratique, laquelle le plus
souvent ne regarde toutes ces magnificences que pour se distraire,
et n'achète pas un demi-mètre d'étoffe.

Les bals et les fêtes offerts à leurs invités par les métis de Binondoc
sont célèbres dans toutes les Philippines. Les contredanses d'Europe
succèdent aux danses indiennes; et pendant que femmes et jeunes gens
exécutent le fandango espagnol, le boléro, la cachucha, ou le pas
lascif des bayadères, l'entreprenant métis, l'insouciant Espagnol
et le positif Chinois, retirés dans le salon des jeux, tentent la
fortune des cartes, des dés, ou du _tay-po_ [10].

La fureur du jeu est poussé à un tel point, que des commerçants
perdent ou gagnent dans une seule nuit des sommes de 50,000 piastres
(250,000 fr.)

Les métis, les Indiens et les Chinois ont aussi un grand amour pour
les combats de coqs; ces combats ont lieu dans de vastes arènes. J'ai
vu placer 40,000 francs sur un coq qui en avait coûté 4000; au bout
de quelques minutes, ce coûteux champion tombait frappé à mort par
son adversaire.

Enfin, si Binondoc est par excellence la ville des plaisirs, du luxe
et de l'activité, c'est aussi la ville des intrigues amoureuses et
des galantes aventures.

Le soir venu, Espagnols, Anglais et Français vont sur les promenades
jouer de la prunelle avec les belles et faciles métis, dont les
vêtements diaphanes révèlent des formes splendides.

Ce qui distingue la métis chinoise tagale, ou espagnole tagale, c'est
une physionomie piquante et singulièrement expressive. Sa chevelure,
relevée à la chinoise, est soutenue par de longues broches en or,
et surtout d'une richesse merveilleuse. Elle porte sur la tête, tout
ouvert comme un voile, un mouchoir en fil d'ananas, plus fin que notre
plus belle batiste; son col est orné d'un rosaire en corail, à gros
grains, terminé par une large médaille en or. Une petite chemisette,
transparente, de la même étoffe que le mouchoir, et qui ne descend que
jusqu'à la ceinture, recouvre, sans la cacher, sa poitrine, que n'a
jamais emprisonnée le corset. Au-dessous, et à deux ou trois doigts
du bord de la chemisette, est attaché un jupon bariolé de couleurs
éclatantes imitant le madras; par-dessus ce jupon, une large ceinture
en soie brillante enveloppe et serre le corps de manière à en laisser
voir les formes, depuis la ceinture jusqu'au genou. Son pied blanc
et délicat, toujours nu, est chaussé d'une petite pantoufle brodée,
qui ne recouvre absolument que l'extrémité des doigts.

Rien de charmant, de coquet et de provocateur comme ce costume,
qui excite, au plus haut point, l'admiration des étrangers.

Aussi les métis tagales et chinoises savent si bien l'effet que produit
sur les Européens cette toilette déshabillée, que pour rien au monde
elles ne consentiraient à la modifier.

Deux mots en passant sur le costume des hommes. L'Indien et le métis
portent pour coiffure un vaste chapeau de paille noir ou blanc, ou une
espèce de chapeau chinois, nommé _salacote;_ sur l'épaule, le mouchoir
d'ananas brodé; au col, un rosaire en corail. Leur chemise est en
fil d'ananas, ou en soie végétale; un pantalon de couleur en soie,
brodé au bas, et une ceinture rouge en crêpe de chine, complètent
cet habillement. Leurs pieds, sans bas, sont chaussés de souliers
à l'européenne.

La ville de guerre, si triste pendant le jour, prend vers le soir un
aspect plus animé: c'est l'heure où, de toutes les maisons, sortent
les magnifiques équipages, invariablement conduits _à la d'Aumont_.

Les habitants, proprement dits, vont se mêler aux promeneurs de
Binondoc.

Ensuite viennent les visites, les bals, ou les réunions plus intimes:
dans ces réunions, on cause, on fume le cigare de Manille, et surtout
on mâche le _bétel_ [11]; on boit des verres d'eau sucrée à la glace,
et l'on mange des sucreries de toute espèce.

Vers minuit on se retire, à moins qu'on ne veuille prendre part
au souper de famille, qui, toujours servi avec luxe, se prolonge
ordinairement jusqu'à deux heures du matin.

Telle est la vie que mènent les classes opulentes sous ces latitudes
favorisées du ciel.

Maintenant, que le lecteur me permette de revenir à mes aventures.



CHAPITRE IV.

    Séjour à Manille.--Le capitaine don Juan Porras.-- La marquise
    de las Salinas.


Pendant que je causais sur le rivage avec les Indiens, j'avais
remarqué, à quelques pas de moi, un jeune Européen; je le rencontrai
précisément sur ma route en me dirigeant vers Manille, et je pris le
parti de l'accoster.

Ce jeune homme était un médecin qui se préparait à partir pour
l'Europe. Je lui fis part du projet que je venais de former, et je
lui demandai quelques détails sur la ville où je voulais me fixer
désormais.

Il s'empressa de me satisfaire, et m'encouragea dans ma résolution
d'exercer la médecine aux Philippines.

Lui-même avait conçu la même pensée que moi, mais des affaires de
famille l'obligeaient à retourner dans son pays.

Je ne lui cachai rien de ma situation, et je lui fis observer qu'il
me serait difficile de faire des visites avec le costume plus que
modeste dont j'étais revêtu.

«Qu'à cela ne tienne, me répondit-il; j'ai tout ce qu'il vous faut:
un habit tout neuf et six magnifiques lancettes; «je vous vendrai
ces objets au prix coûtant de France: c'est «un marché d'or.»

L'affaire fut bientôt conclue. Il me conduisit à son hôtel, et j'en
sortis affublé d'un habit assez propre, mais beaucoup trop grand et
beaucoup trop large.

Malgré cela, il y avait si longtemps que je ne m'étais vu si bien mis,
que je ne me lassais pas d'admirer ma nouvelle acquisition.

J'avais caché dans mon chapeau ma pauvre petite veste blanche, et je
marchais plus fier qu'Artaban sur la chaussée de Manille. Je possédais
un habit et six lancettes! mais il ne me restait pour toute fortune
qu'une piastre: cette pensée tempérant un peu la joie que me faisait
éprouver la vue de mon brillant costume, je songeais où j'irais passer
la nuit, et comment je trouverais à subsister le lendemain et les
jours suivants, si les malades se faisaient attendre...

En réfléchissant ainsi, j'errais lentement de Binondoc à la ville de
guerre, et de la ville de guerre à Binondoc,--lorsque tout à coup
une idée triomphante illumina mon cerveau: j'avais entendu parler,
à Cavite, d'un capitaine espagnol nommé don Juan Porras, qu'une
imprudence avait presque rendu aveugle.

Je résolus d'aller le trouver et de lui offrir mes services; il ne
s'agissait plus que de savoir où il demeurait. Je m'adressai à cent
personnes, mais chacun répondait qu'il ne le connaissait pas et
passait son chemin.

Un Indien qui tenait une petite boutique, et à qui je m'adressai,
me tira de peine.

«Si le seigneur don Juan est capitaine, me dit-il, votre «excellence
trouvera son adresse à la première caserne «venue.»

Je remerciai l'Indien, et m'empressai de suivre son conseil.

A la caserne d'infanterie où je me présentai, l'officier de garde me
donna un soldat pour me conduire à la demeure du capitaine: il était
temps; la nuit était déjà close.

Don Juan Porras était un Andalous, bon homme, et d'un caractère
extrêmement gai. Je le trouvai la tête enveloppée de madras, et occupé
à assujettir deux énormes cataplasmes qui lui couvraient entièrement
les yeux.

«--_Señor capitan_, lui dis-je, je suis médecin et savant oculiste; je
viens ici pour vous soigner, et j'ai la ferme confiance de vous guérir.

«--_Basta_ (C'est assez), me répondit-il. Tous les médecins de Manille
sont des ânes.»

Cette réponse plus que sceptique ne me découragea pas, et je résolus
d'en tirer parti.

«C'est aussi mon opinion, repris-je aussitôt; et c'est parce que je
suis très-fortement convaincu de l'ignorance des docteurs indigènes,
que j'ai pris la résolution de venir pratiquer aux Philippines.»

«--De quelle nation êtes-vous, monsieur?» me demanda le capitaine.

«--Je suis Français.»

«--Un médecin français! s'écria don Juan. Oh! c'est bien différent; je
vous demande pardon d'avoir parlé avec tant d'irrévérence des hommes de
votre art. Un médecin français! Je me fie complétement à vous: prenez
mes yeux, monsieur le docteur, et faites-en ce que vous voudrez.»

La conversation prenant une bonne tournure, je m'empressai d'aborder
la question principale.

«--Vos yeux sont bien malades, seigneur capitaine, lui dis-je;
il faudrait, pour arriver à une prompte guérison, que je ne vous
quittasse pas d'une minute.»

«--Voudriez-vous consentir à demeurer quelque temps chez moi, monsieur
le docteur?»

La question était résolue.

«--J'y consens, répondis-je, mais à une condition: c'est que je vous
payerai mon logement et ma pension.»

«--Qu'à cela ne tienne! vous êtes libre, me dit le bon homme: c'est une
affaire conclue. J'ai une jolie chambre et un bon lit tout préparé,
il ne vous reste plus qu'à envoyer chercher vos bagages. Je vais
appeler mon domestique.»

Ce terrible mot de bagages résonna comme un glas à mon oreille;
je jetai un regard mélancolique sur la coiffe de mon chapeau, cette
malle improvisée qui contenait toutes mes hardes... je veux dire ma
petite veste blanche, et je craignais que don Juan ne me prît pour
quelque matelot déserteur, cherchant à le duper.

Cependant il n'y avait pas à reculer; je m'armai de tout mon courage,
et je lui racontai brièvement la triste situation où je me trouvais,
en ajoutant que je ne pourrais payer ma pension qu'à la fin du mois,
si j'étais assez heureux pour découvrir quelques malades.

Don Juan Porras m'avait tranquillement écouté. Quand mon récit fut
terminé, il partit d'un grand éclat de rire qui me fit frémir des
pieds à la tête.

«--Eh bien! s'écria-t-il, j'aime mieux cela; vous êtes pauvre, donc
vous aurez plus de temps à donner à ma maladie, et plus d'intérêt à
me guérir. Comment trouvez-vous le syllogisme?

«--Excellent, seigneur capitaine; et vous verrez avant peu, j'espère,
que je ne suis pas homme à compromettre un logicien aussi distingué
que vous. Dès demain matin j'examine vos yeux, et je ne les abandonne
plus que je ne les aie guéris radicalement.»

Nous causâmes encore longtemps sur ce ton joyeux, après quoi je
me retirai dans ma chambre et m'endormis au milieu des songes les
plus riants.

Le lendemain, j'endossai de bonne heure mon habit doctoral et j'entrai
chez mon hôte.

Je me mis à examiner ses yeux; ils étaient dans un état déplorable. Le
droit était non-seulement perdu, mais il menaçait la vie du malade. Un
_cancer_ s'y était déclaré, et le volume énorme qu'il avait acquis
pouvait faire douter de la réussite d'une opération. L'oeil gauche
contenait plusieurs dépôts, mais on pouvait espérer de le guérir.

Je parlai franchement à don Juan de mes craintes et de mes espérances,
et j'insistai sur la nécessité d'enlever complétement l'oeil droit.

Le capitaine, étonné d'abord, se décida courageusement à subir
cette opération, que je lui fis le jour suivant et qui eut un
plein succès. Peu de temps après, les symptômes d'inflammation se
dissipèrent, et je pus garantir à mon hôte une guérison complète.

Je donnai donc tous mes soins à l'oeil gauche. Je désirais d'autant
plus vivement rendre la vue à don Juan, que j'étais convaincu du
bon effet que produirait à Manille sa guérison. C'était pour moi la
réputation et la fortune.

Du reste, j'avais déjà acquis en quelques jours une petite clientèle,
et je fus en position de payer ma pension à la fin du mois.

Au bout de six semaines de traitement, don Juan était parfaitement
guéri, et pouvait se servir de son oeil gauche presque aussi bien
qu'avant sa maladie.

Cependant le capitaine continuait à se claquemurer, à mon grand regret;
sa réapparition dans le monde, qu'il avait abandonné depuis plus d'un
an, eut produit une immense sensation, et eût fait de moi le premier
docteur des Philippines.

Un jour, j'abordai cette question délicate.

«--Seigneur capitaine, lui dis-je, à quoi pensez-vous de rester
toujours entre quatre murs? et pourquoi ne reprenez-vous pas vos
anciennes habitudes? Il faut visiter vos amis, vos connaissances...»

«Docteur, interrompit don Juan, comment voulez-vous que je me montre
sur les promenades avec un oeil de moins? Quand je passerais dans les
rues, les femmes diraient en me voyant: Voilà don Juan le Borgne. Non,
non, avant de quitter la chambre j'attendrai que vous me fassiez
venir un oeil d'émail de Paris.»

«--Y pensez-vous? l'oeil ne sera pas arrivé avant dix-huit mois.»

«Va donc pour dix-huit mois de réclusion,» répondit don Juan.

J'insistai pendant plus d'une heure, mais le capitaine fut intraitable;
il poussait si loin la coquetterie, que, bien que je lui eusse
recouvert l'orbite de taffetas noir, il faisait fermer ses volets
aussitôt que quelqu'un venait lui faire visite; en sorte que, le
voyant toujours plongé dans la même obscurité, personne ne voulait
croire à sa guérison.

J'étais vivement contrarié, comme on le pense bien, de l'entêtement de
don Juan; je n'avais pas le temps de faire pendant dix-huit mois le
pied de grue à la porte de la fortune; aussi je résolus de fabriquer
moi-même cet oeil, sans lequel le coquet capitaine ne voulait pas se
faire voir.

Je pris des morceaux de verre, un chalumeau, et me mis à l'oeuvre.

Après bien des essais infructueux, je parvins enfin à obtenir une
forme parfaite du globe de l'oeil; ce n'était pas tout: il fallait
lui donner les couleurs et l'apparence de l'oeil gauche. Je fis
venir chez moi un pauvre peintre en voitures, qui imita à peu près
l'oeil qui restait à don Juan. Il était nécessaire de préserver cette
peinture du contact des larmes, qui l'auraient bientôt détruite. Pour
y réussir, je fis exécuter par un orfévre un globe en argent plus
petit que le globe de verre, et je l'appliquai avec un peu de cire
à cacheter dans l'intérieur du premier. Je polis soigneusement les
bords sur une pierre, et après huit jours de travail j'obtins un
résultat satisfaisant.

L'oeil que je venais de fabriquer n'était, toute modestie à part,
vraiment pas trop mal. Je m'empressai de le placer dans son orbite. Il
gênait bien un peu le seigneur don Juan; mais je lui persuadai si
bien qu'avec le temps il s'y habituerait, qu'il consentit à le garder.

Il se logea sur le nez une paire de lunettes, se contempla dans la
glace et se trouva si bon air, qu'il se décida à commencer ses visites
dès le lendemain.

Ainsi que je l'avais prévu, la réapparition dans le monde du capitaine
Juan Porras fit grand bruit, et bientôt, par contre-coup, il ne fut
plus question dans Manille que du señor don Pablo, grand médecin
français et surtout oculiste très-distingué.

De tous côtés les malades m'arrivèrent.

Malgré ma jeunesse et mon peu d'expérience, mon premier succès m'avait
inspiré une confiance telle, que je fis coup sur coup plusieurs
opérations de cataractes qui, par bonheur, réussirent complétement.

Je ne suffisais plus à ma clientèle, et je passai, en quelques jours,
de la plus profonde détresse à une véritable opulence. J'avais voiture,
et quatre chevaux dans mon écurie. Je ne pus cependant, malgré ce
changement de fortune, me résigner à quitter la maison de don Juan,
par reconnaissance pour l'hospitalité qu'il m'avait si libéralement
offerte.

Dans mes heures de loisir il me tenait compagnie, et m'amusait par
le récit de ses histoires de guerre et de bonnes fortunes. Il y avait
déjà près de six mois que j'habitais avec lui, lorsqu'une circonstance
qui fait époque dans ma vie vint changer mon existence, et m'obligea
de me séparer du joyeux capitaine.

Un Américain de mes amis m'avait souvent fait remarquer sur les
promenades une jeune femme en deuil qui passait pour l'une des plus
jolies señoras de la ville.

Chaque fois que nous la rencontrions, l'Américain ne manquait jamais
de me vanter la beauté de _la marquesa de las Salinas_. Elle avait
de dix-huit à dix-neuf ans, des traits doux et réguliers, de beaux
cheveux noirs, et de grands yeux à l'espagnole; elle était veuve d'un
colonel aux gardes, qui l'avait épousée presque enfant.

La vue de cette jeune femme avait produit sur moi une impression
profonde, et je me mis à courir les salons de Binondoc pour tâcher
de la rencontrer ailleurs qu'à la promenade.

Démarches vaines! La jeune veuve ne voyait personne; je désespérais
presque de pouvoir jamais trouver une occasion de lui parler, lorsqu'un
matin un Indien vint me chercher pour aller visiter son maître.

Je montai en voiture et partis, sans m'informer du nom du malade;
la voiture s'arrêta dans l'une des plus belles maisons du faubourg
de Santa-Cruz.

Après avoir examiné le malade et causé quelques instants avec lui,
je m'étais assis devant un guéridon pour griffonner une ordonnance.

Dans ce moment j'entendis derrière moi le frôlement d'une robe; je
tournai la tête, la plume me tomba des mains... J'avais devant les
yeux cette même femme que j'avais vainement poursuivie pendant si
longtemps, et qui surgissait tout à coup comme dans un rêve!

Ma surprise fut si grande, que je balbutiai quelques mots
inintelligibles, en la saluant avec une gaucherie qui excita son
sourire.

Elle m'adressa la parole simplement pour s'informer de l'état de
santé de son neveu, puis elle se retira presque aussitôt.

Quant à moi, au lieu de continuer le cours ordinaire de mes visites,
je rentrai au logis; je fis à don Juan force interrogations sur madame
de las Salinas; celui-ci satisfit complétement ma curiosité.

Il avait connu toute la famille de la jeune femme, qui jouissait dans
la colonie de la plus grande considération.

Le lendemain et les jours suivants, je retournai chez la charmante
veuve, qui voulut bien m'accueillir avec faveur. J'abrége tous ces
détails, qui me sont trop exclusivement personnels... Six mois après
ma première entrevue avec madame de las Salinas, j'avais demandé et
obtenu sa main.

J'avais donc trouvé à plus de cinq mille lieues de mon pays le bonheur
et la richesse. Il avait été convenu entre ma femme et moi que nous
irions en France aussitôt que sa fortune, dont la plus grande partie
se trouvait au Mexique, serait réalisée.

En attendant, ma maison était le rendez-vous des étrangers et surtout
des Français, qui étaient déjà assez nombreux à Manille.

A cette époque le gouvernement espagnol m'avait nommé chirurgien-major
du premier régiment léger et des miliciens du bataillon de la Panpanga.

Tout m'avait réussi en si peu de temps, que je ne doutais pas que la
fortune ne m'offrît toujours ses plus riantes faveurs. Déjà j'avais
tout préparé pour mon retour en France, car nous attendions d'un moment
à l'autre l'arrivée des gallions qui faisaient le service d'Acapulco
à Manille, et qui devaient rapporter la fortune de ma femme. Cette
fortune se montait au chiffre honnête de sept cent mille francs.

Un soir, à l'heure où nous prenions le thé, on vint nous annoncer
que les navires d'Acapulco avaient été signalés par le télégraphe,
et que le lendemain ils seraient en rade; nos piastres devaient être
à bord: je laisse à penser si nous fûmes au comble de nos voeux.

Mais quel réveil nous attendait! les navires ne rapportaient pas une
seule piastre; voici ce qui était arrivé: Cinq à six millions avaient
été expédiés par terre de Mexico à San Blas, lieu d'embarquement,
et le gouvernement mexicain avait fait escorter le convoi par un
régiment de ligne commandé par le colonel Yturbidé.

Dans le trajet, celui-ci s'était emparé du convoi, et était passé
avec son régiment aux indépendants.

On sait qu'Yturbidé dans la suite fut proclamé empereur du Mexique,
puis chassé et enfin fusillé, après une expédition qui offre plus
d'une analogie avec celle de Murat.

Le jour même de l'arrivée des navires, nous avions donc la certitude
que notre fortune était entièrement perdue, sans espoir d'en retrouver
jamais une faible partie.

Ma femme et moi nous supportâmes ce coup avec assez de philosophie. Ce
que nous regrettions le plus, ce n'était pas la perte des piastres,
mais la nécessité à laquelle nous étions contraints d'abandonner,
ou tout au moins d'ajourner, notre voyage en France.

Je continuai à tenir le même train de maison que par le passé.

Ma clientèle et les différentes places que j'occupais me permettaient
de mener l'existence à grandes guides des colonies espagnoles, et il
est probable que j'aurais fait ma fortune en peu d'années si j'avais
continué l'état de médecin; mais le désir d'une liberté sans limites
me fit abandonner tous ces avantages pour une vie toute de hasards
et d'émotions.

Toutefois n'anticipons point, et que le lecteur ait la patience de lire
encore quelques pages sur Manille, et divers événements où j'ai figuré
comme acteur ou témoin avant de quitter la vie du sybarite citadin.



CHAPITRE V.

    Le capitaine Novalès.--Insurrection militaire.--Novalès,
    empereur des Philippines.--Sa mort.--Tierra-Alta.--Bandits.


J'étais, comme je l'ai dit, chirurgien-major du bataillon de ligne le
1er léger, et j'avais des relations intimes avec tout l'état-major,
particulièrement avec le capitaine Novalès, créole d'origine, et d'un
caractère brave et aventureux.

Il fut soupçonné de vouloir soulever, en faveur de l'indépendance,
le régiment auquel il appartenait. On fit à ce sujet une enquête qui
ne donna aucune preuve: cependant le gouverneur, conservant toujours
ses soupçons ordonna qu'il fût envoyé dans une province du sud sous
la surveillance de l'alcade.

Le matin du jour fixé pour son départ, Novalès vint me voir, et, après
s'être plaint amèrement de l'injustice du gouverneur à son égard, il
ajouta qu'on se repentirait de n'avoir pas confiance en son honneur,
et qu'il ne tarderait pas à revenir.

J'essayai de le calmer; nous échangeâmes une poignée de main, et
le soir il partait sur un petit bâtiment chargé de le conduire à
sa destination.

Au milieu de la nuit qui suivit le départ de Novalès, je fus réveillé
en sursaut par des détonations d'armes à feu. Je me revêtis aussitôt
de mon uniforme, et m'empressai de me diriger vers la caserne de
mon régiment.

Les rues étaient désertes; seulement, de cinquante pas en cinquante
pas, étaient échelonnées des sentinelles.

Je compris qu'un événement extraordinaire se passait sur quelque
point de la ville. Quand j'arrivai à la caserne, je ne fus pas peu
surpris de trouver les grilles ouvertes, le poste vide, pas un soldat
dans l'intérieur.

Je montai à l'infirmerie que j'avais fait établir pour le service
spécial des cholériques, et là un sergent m'apprit que le mauvais temps
avait forcé l'embarcation qui conduisait Novalès en exil de rentrer
dans le port; que vers une heure du matin, Novalès, accompagné du
lieutenant Ruiz, était venu à la caserne, et qu'après s'être assuré
du concours de tous les sous-officiers créoles, il avait fait mettre
le régiment sous les armes, s'était emparé des portes de Manille,
et enfin s'était proclamé empereur des Philippines.

Ces nouvelles extraordinaires me jetèrent dans une certaine perplexité.

Mon régiment était en pleine insurrection: si j'allais le rejoindre et
qu'il succombât, j'étais considéré comme traître, et comme tel fusillé;
si, au contraire, je me battais contre lui et qu'il triomphât, je
connaissais assez Novalès pour être convaincu d'avance qu'il ne me
ferait pas quartier.

Cependant je n'avais pas à hésiter, le devoir me liait à l'Espagne,
qui m'avait si bien traité; c'était elle que je devais défendre.

Je sortis de la caserne et me dirigeais au hasard.

Bientôt je me trouvai en face du quartier d'artillerie; un officier
se tenait en observation derrière la grille; je m'approchai de lui,
et lui demandai s'il tenait pour l'Espagne.

Sur sa réponse affirmative, je le priai de me faire ouvrir, en lui
déclarant que je voulais me rallier à son corps, auquel je pouvais
peut-être rendre quelques services comme chirurgien.

J'entrai et allai prendre les ordres du commandant, qui me mit bien
vite au courant des événements.

Pendant la nuit, Ruiz s'était rendu, au nom de Novalès, chez le général
Folgueras qui commandait en l'absence du gouverneur Martinès, retenu
à sa campagne, peu distante de Manille. Il avait surpris la garde et
s'était emparé des clefs de la ville, après avoir poignardé Folgueras;
de là, il était allé aux prisons, avait donné la liberté aux détenus,
et avait mis à leur place les principaux fonctionnaires de la colonie.

Le 1er léger était sur la place du Gouvernement, prêt à livrer
bataille; deux fois il avait essayé de surprendre l'artillerie et la
citadelle, mais il avait été repoussé.

On attendait des secours du dehors et les ordres du général Martinès
pour attaquer les révoltés.

Bientôt nous entendîmes quelques décharges d'artillerie: c'était
le général Martinès qui, à la tête du régiment de la Reine, faisait
enfoncer la porte Sainte-Lucie et pénétrait dans la ville de guerre.

Le corps d'artillerie se joignit au général gouverneur, et nous
marchâmes vers la place du Gouvernement.

Les insurgés avaient placé deux canons à l'issue de chaque rue.

A peine approchions-nous du palais, que nous essuyâmes une terrible
décharge de mousqueterie. L'aumônier particulier du général fut la
première victime.

Nous étions alors engagés dans une rue qui longe les fortifications,
et par laquelle il était impossible d'attaquer l'ennemi avec avantage.

Le général Martinès changea la direction de l'attaque, et nous revînmes
à la charge par la rue Sainte-Isabelle.

Les troupes, formées sur deux lignes, suivaient les deux côtés de
la rue et laissaient le milieu libre; d'un autre côté, le régiment
de Panpangas avait traversé la rivière et arrivait par une des rues
opposées: les insurgés étaient pris entre deux feux.

Cependant ils se défendaient avec acharnement, et leurs tirailleurs
nous causaient beaucoup de mal. Novalès était partout, animant
ses soldats de la voix, du geste et de l'exemple, pendant que le
lieutenant Ruiz s'occupait de pointer un des canons qui balayait le
milieu de la rue où nous avancions.

Enfin, après trois heures de combat, le sauve-qui-peut commença. On
fit main-basse sur tout ce qu'on rencontra, et Novalès fut amené
prisonnier au gouverneur.

Quant à Ruiz, quoique atteint au bras d'une balle, il fut assez
heureux pour franchir les fortifications et pour parvenir à s'évader;
ce ne fut que trois jours après qu'il fut pris.

A peine le combat fut-il terminé, qu'on forma sur-le-champ un conseil
de guerre. Novalès fut le premier jugé.

A minuit, il était proscrit; à deux heures du matin, proclamé empereur;
et à cinq heures du soir, fusillé par derrière.

Ces revirements de fortune sont assez fréquents dans les colonies
espagnoles.

Le conseil de guerre jugea sans désemparer, jusqu'au lendemain à midi,
tous les prisonniers arrêtés les armes à la main.

La dixième partie du régiment fut envoyée aux galères, et tous les
sous-officiers furent condamnés à mort.

J'avais reçu l'ordre de me rendre à quatre heures sur la place
du Gouvernement, où devait avoir lieu l'exécution, à laquelle
assistaient deux compagnies de chaque bataillon de la garnison et
tout l'état-major.

Vers cinq heures, les portes de l'hôtel de ville s'ouvrirent, et au
milieu d'une haie de soldats on fit défiler dix-sept sous-officiers,
assistés chacun de deux moines et des frères de la Miséricorde.

Un silence solennel régnait sur la place; on n'entendait, par
intervalle, que le roulement funèbre des tambours, et les prières
des agonisants psalmodiées par les moines.

Le cortége, qui défilait à pas lents, s'arrêta devant la façade du
palais; les dix-sept sous-officiers reçurent l'ordre de s'agenouiller,
le visage tourné contre le mur.

A un roulement prolongé de tambours les moines se séparèrent des
victimes, et à un second roulement une décharge retentit: les dix-sept
jeunes gens tombèrent la face contre terre.

L'un d'eux cependant n'avait pas été atteint; il s'était laissé tomber,
en conservant une complète immobilité. Un instant après, les frères
allaient jeter leurs voiles noirs sur les victimes; elles n'auraient
plus alors appartenu qu'à la justice divine.

J'avais vu ce qui venait de se passer.

J'étais placé à quelques pas de celui qui jouait si bien son rôle
de mort, et mon coeur battait à fendre ma poitrine... J'aurais voulu
pousser les frères vers ce malheureux, qui devait éprouver les plus
terribles angoisses; mais, au moment où le voile noir était prêt
à recouvrir le pauvre malheureux jeune homme épargné par miracle,
un officier prévint le commandant qu'un coupable avait échappé au
châtiment: les frères furent arrêtés dans leur pieux ministère, et
deux soldats reçurent l'ordre de tirer sur l'infortuné sous-officier
à bout portant.

J'étais indigné.

Je m'avançai vers le délateur, et lui reprochai sa cruauté; il voulut
me répondre, je le traitai de lâche et lui tournai le dos [12].

Un ordre précis de mon colonel m'avait obligé à sortir de chez moi
pour assister à la terrible exécution que je viens de raconter,
et cependant des inquiétudes bien vives auraient dû m'y retenir,
ainsi qu'on va le voir.

La veille, lorsque le combat avait été terminé, les insurgés mis
en déroute, les tourments que devait éprouver ma chère Anna étaient
revenus à mon esprit.

Il était une heure de l'après-midi, et je l'avais laissée sans
nouvelles de moi depuis trois heures de la nuit: ne pouvait-elle pas
me croire mort, ou au milieu des révoltés?

Ah! si mon devoir avait pu me faire oublier un instant celle que
j'aimais plus que ma vie, le danger étant passé, son image revint à
ma pensée.

Bonne Anna! je la vis pâle, agitée, émue, se demandant si chaque coup
de feu qui partait ne la rendait pas veuve; et, l'âme toute chagrine,
je courus chez moi pour la rassurer.

Arrivé à ma demeure, je montai précipitamment l'escalier; le coeur
me battait avec violence; je m'arrêtai un instant devant la porte de
sa chambre; puis, ayant repris un peu de courage, j'entrai.

Anna était agenouillée, elle priait; en entendant mon pas, elle leva
la tête et vint se jeter dans mes bras, sans proférer une seule parole.

J'attribuai d'abord ce silence à l'émotion; mais, hélas! en examinant
ce charmant visage je vis que l'oeil était hagard, la figure
contractée; je tressaillis... J'avais reconnu tous les symptômes
d'une congestion cérébrale.

Je craignis que ma femme n'eût perdu la raison, et cette crainte me
causa de vives alarmes.

Heureux encore dans ma profonde douleur de pouvoir par moi-même
lui procurer quelques soulagements, je la fis mettre au lit, et lui
administrai tous les secours que réclamait son état.

Elle était assez calme, les quelques mots qu'elle prononçait étaient
incohérents; son idée fixe, c'était qu'on voulait l'empoisonner et
m'assassiner. Toute sa confiance était en moi. Pendant trois jours,
les remèdes que je prescrivis et que j'administrai furent inutiles;
la malade n'éprouvait aucun soulagement.

Je résolus alors de consulter les médecins de Manille, bien que je
n'eusse pas confiance en leur mérite. Ils me conseillèrent quelques
médicaments insignifiants, et m'avouèrent que tout espoir était perdu,
ajoutant à leur dire, en forme de consolation philosophique, que la
mort était préférable à la perte de la raison.

Je n'étais pas de l'avis de ces messieurs: j'eusse préféré la folie à
la mort, car j'avais toujours l'espérance de voir la folie se calmer,
puis disparaître.

Que de fous n'a-t-on pas guéris et ne guérit-on pas tous les
jours? tandis que la mort c'est le dernier mot de l'humanité; et,
comme l'a bien dit un jeune poëte:


                    La pierre de la tombe,
        Entre le monde et Dieu c'est un rideau qui tombe!


Je résolus de lutter contre la mort et de défendre Anna, en essayant
tous les calculs si problématiques de la science.

Je regardai mes confrères comme plus ignorants encore que je ne les
avais jugés; et, fort de mon amour, de mon attachement, de ma volonté,
je commençai le combat avec le destin, qui se montrait à moi sous
des couleurs aussi sombres.

Je m'enfermai dans la chambre de la malade, et ne la quittai
plus. J'avais beaucoup de mal pour lui faire prendre les médicaments
que je croyais lui être nécessaires; il me fallait tout l'empire que
j'avais conservé sur elle pour lui persuader que les boissons que je
lui présentais n'étaient pas empoisonnées.

Sans dormir, elle était cependant dans une somnolence qui dénotait
un grand ébranlement du cerveau.

Cet état affreux dura pendant neuf jours; neuf jours pendant lesquels
je ne savais si je gardais une morte ou une vivante, et je priais
Dieu à tous les instants du jour de faire un miracle.

Un matin, je vis la malade fermer les yeux... j'eus une peur
effrayante, et que je ne saurais décrire... Le sommeil qui venait
de s'emparer d'elle aurait-il un réveil? Je me penchai vers elle,
j'écoutai sa respiration, elle était égale et s'exhalait sans bruit; je
tâtai le pouls, les pulsations étaient plus calmes et plus régulières;
un peu de mieux s'annonçait. J'attendis dans une terrible anxiété.

Au bout d'une demi-heure le calme et le sommeil continuaient, et je
ne doutai pas qu'une crise salutaire ne ramenât ma pauvre malade à
la vie et à la raison.

Je m'assis à son chevet, j'y restai dix-huit heures, observant ses
moindres mouvements. Enfin, après une attente remplie de trouble
et de poignante incertitude, la malade se réveilla et sembla sortir
d'un songe.

«Tu veilles depuis longtemps, me dit-elle en me tendant la main: j'ai
donc été bien malade? Que de soins tu as pris de moi! Heureusement
que tu vas pouvoir te reposer, je sens que je suis guérie...

Je crois avoir ressenti dans ma vie les émotions les plus fortes,
soit de bonheur, soit de chagrin, que l'homme puisse éprouver; mais
jamais ma joie n'a été plus vive, plus profonde qu'en entendant ces
paroles d'Anna.

On se rendra facilement compte de la situation de mon esprit en
pensant aux tourments qui m'avaient agité depuis dix jours, et l'on
comprendra la fièvre morale que je devais éprouver.

Depuis quelque temps j'avais assisté à des spectacles si étranges,
qu'il eût été plus naturel que ce fût moi qui perdît la raison.

J'avais été acteur dans un combat acharné; autour de moi j'avais vu
tomber des blessés et entendu râler des mourants; après une exécution
terrible, rentré chez ma femme, les plus grands chagrins étaient venus
m'accabler; j'étais resté auprès d'une personne adorée, ignorant s'il
me faudrait la perdre pour toujours ou la garder insensée; puis, tout
à coup, comme par miracle, cette chère compagne de ma vie revenait
à la santé et se jetait dans mes bras...

Je mêlai mes pleurs aux siens; mes yeux, secs et brûlants par les
veilles et les angoisses, retrouvèrent des larmes, mais ce furent
des larmes de joie et de bonheur.

Nous reprîmes tous deux plus de calme; dans une douce causerie nous
nous racontâmes tout ce que nous avions souffert. O sympathie des
coeurs aimants! Nos peines avaient été les mêmes, nous avions ressenti
les mêmes alarmes, elle pour moi, moi pour elle!

Remise comme par enchantement après ce sommeil réparateur, Anna se
leva, fit sa toilette comme à l'ordinaire; et les personnes qui la
virent ne voulurent pas croire qu'elle avait passé dix jours entre
la mort et la folie, ces deux abîmes, dont l'amour et la foi avaient
su l'un et l'autre nous préserver.

J'étais heureux; ma profonde tristesse fut promptement remplacée par
une joie expansive qui se peignait sur mon visage. Hélas! cette joie
fut passagère comme toutes les joies: l'homme est ici-bas la proie
du malheur!

Au bout d'un mois, ma femme retomba dans le même état maladif; les
mêmes symptômes se produisirent avec les mêmes effets pendant le
même laps de temps; je restai encore neuf jours au chevet de son lit,
et le dixième jour un sommeil bienfaisant la rendit à la raison.

Mais cette fois j'avais pour moi l'expérience, cette maîtresse
impitoyable qui vous donne des leçons qu'on ne devrait jamais oublier;
et je ne me réjouis pas comme je l'avais fait un mois plus tôt.

Je craignis que ce changement subit ne fût une guérison factice, et
que tous les mois la pauvre malade n'eût une rechute jusqu'à ce que
son cerveau, complétement affaibli, se dérangeât enfin pour toujours.

Cette fatale idée me brisait le coeur, et me causait une tristesse
que je ne pouvais dissimuler devant celle qui me l'inspirait.

J'avais épuisé toutes les ressources de la médecine, et toutes ces
ressources avaient été inutiles.

Je pensai que peut-être, en éloignant la malade des lieux où s'étaient
passés les événements cause de son affection, sa guérison deviendrait
plus facile; que peut-être les bains, les promenades à la campagne par
la belle saison, contribueraient à la guérir; dès lors j'invitai une de
ses parentes à nous accompagner, et nous partîmes pour _Tierra-Alta_,
lieu enchanteur, véritable oasis où tout était réuni pour faire aimer
la vie en la rendant agréable.

Les premiers jours de notre installation à cette belle campagne furent
pour nous remplis de joie, d'espérance, de félicité. Anna se remettait
chaque jour davantage, sa santé était devenue florissante.

Nous nous promenions dans de magnifiques jardins, à l'ombre des
orangers et des mangliers, qui formaient des massifs tellement épais,
que pendant les plus fortes chaleurs on était à l'abri et au frais
sous leurs ombrages.

Une jolie rivière, à l'eau limpide et bleue, passait au milieu de
notre verger. J'y avais fait établir des bains à l'indienne.

Quand nous voulions jouir de promenades ravissantes, une jolie calèche
attelée de quatre bons chevaux nous conduisait sur des routes bordées
de flexibles bambous, et semées de toutes les fleurs variées des
tropiques.

Ainsi qu'on en peut juger par ce court récit, rien ne manquait à
_Tierra-Alta_ de tout ce qu'on peut souhaiter à la campagne: c'était
un Éden pour une convalescente. Mais on a bien eu raison de dire qu'il
n'y a pas de bonheur parfait sur la terre! J'étais avec une femme que
j'adorais, et qui m'aimait avec toute la sincérité d'un coeur jeune
et pur. Nous vivions dans un paradis, loin du monde, du bruit, des
tracas d'une ville, et surtout loin des jaloux et des envieux. L'air
que nous respirions était parfumé, l'eau qui baignait nos pieds était
pure, et reflétait un ciel chaud et parfois tout brillant d'étoiles
scintillantes... La santé d'Anna semblait se remettre, j'étais heureux
de son bonheur.

Qui donc pouvait nous troubler dans notre charmante retraite?... Une
troupe de bandits!

Ces bandits s'étaient établis dans les parages enchantés de
_Tierra-Alta_, et désolaient le pays et tous les environs par les
vols et les meurtres qu'ils commettaient. Un régiment était à leur
poursuite, mais cela les inquiétait fort peu; ils étaient nombreux,
adroits, audacieux, et, quelle que fût la vigilance du gouvernement,
la bande continuait ses brigandages et ses assassinats.

Dans la maison que j'occupais alors et que je quittai plus tard, le
commandant de cavalerie Aguilar, qui m'avait remplacé, fut surpris,
et périt percé de vingt coups de poignards.

Plusieurs années après cette époque, le gouvernement fut obligé de
capituler avec ces bandits; et un jour on vit entrer dans Manille
une vingtaine d'hommes, tous armés de carabines et de poignards.

Leur chef les conduisait; ils marchaient la tête haute, d'un air fier
et assuré, et se rendirent chez le gouverneur; celui-ci les harangua,
leur fit déposer leurs armes, et les envoya chez l'archevêque pour
qu'il les exhortât.

L'archevêque, dans un discours profondément religieux, les invita
à se repentir de leurs crimes, à devenir d'honnêtes citoyens, et à
retourner dans leurs villages.

Ces hommes, qui s'étaient souillés du sang de leurs semblables, et
qui avaient cherché dans le crime, ou, pour dire mieux, dans tous
les crimes, l'or qu'ils convoitaient, écoutèrent religieusement le
ministre de Dieu, changèrent complétement de conduite, et devinrent
par suite de bons et paisibles cultivateurs.

Mais revenons à mon séjour à _Tierra-Alta_, à l'époque où les bandits
n'étaient pas encore _convertis_, et auraient pu troubler ma douce
quiétude et ma sécurité.

Néanmoins, soit insouciance, soit confiance dans un Indien chez
lequel j'avais passé quelque temps après les ravages occasionnés
par le choléra, et dont l'influence dans le pays m'était connue,
je ne craignais nullement les bandits.

Cet Indien vivait à quelques lieues de _Tierra-Alta_, dans les
montagnes de _Marigondon;_ il était venu me voir plusieurs fois, et
m'avait dit à différentes reprises: «Ne craignez rien des bandits,
señor docteur Pablo; ils savent que nous sommes amis, et cela seul
suffira pour les empêcher de s'attaquer à vous, car ils auraient trop
peur de me déplaire et de se faire de moi un ennemi.»

Ces paroles m'avaient tout à fait rassuré, et j'eus bientôt l'occasion
de voir que l'Indien m'avait pris sous sa protection.

Si quelques-uns des lecteurs, pour lesquels j'écris mes souvenirs,
étaient pris, comme je fus, du désir de visiter les cascades de
_Tierra-Alta_, qu'ils aillent à l'endroit appelé _Ylang-Ylang;_ c'était
près de ce lieu que logeaient les parents de mon Indien protecteur.

A cet endroit la rivière, très-resserrée dans son lit, se précipite,
d'un seul jet d'une hauteur de trente à quarante pieds, dans un
énorme bassin d'où les eaux s'écoulent paisiblement pour aller à
quelques pas de là former trois nouvelles chutes moins élevées, mais
embrassant toute la largeur de la rivière, et formant trois nappes
d'eau claire et transparente comme du cristal.

C'est un spectacle admirable, comme tous ceux offerts aux yeux des
hommes par la main puissante du Créateur; et j'ai eu bien souvent
à remarquer combien les travaux de la nature sont supérieurs à ceux
que les hommes se fatiguent à élever et à inventer!

Un matin, nous nous étions rendus aux cascades et nous allions mettre
pied à terre à _Ylang-Ylang_, quand tout à coup notre calèche fut
entourée de brigands fuyant devant les soldats de la ligne.

Le chef (ou du moins supposâmes-nous d'abord que c'était lui) dit à
ses compagnons, sans s'occuper de nous et sans nous adresser la parole:

«Il faut tuer les chevaux!»

Je compris qu'il craignait que ses ennemis ne se servissent des
chevaux pour les poursuivre. Avec le sang-froid qui heureusement ne
m'abandonne jamais dans les circonstances difficiles ou périlleuses,
je lui dis: «N'aie aucune crainte, mes chevaux ne serviront pas à
tes ennemis pour te poursuivre; fie-toi à ma parole.»

Le chef porta la main à son salacot, et dit à ses camarades:

«S'il en est ainsi, les soldats espagnols ne nous feront pas
de mal aujourd'hui, et nous n'en ferons pas non plus à notre
tour. Suivez-moi!»

Ils partirent au pas de course.

Un instant après je mis mes chevaux au galop dans une direction tout
à fait opposée à celle où j'aurais pu rencontrer les soldats.

Les bandits me regardaient de loin, et le scrupule avec lequel je
tenais la parole que je leur avais donnée porta son fruit.

Non-seulement je vécus plusieurs mois en sécurité à _Tierra-Alta_,
mais quelques années après, lorsque j'habitais _Jala-Jala_ et qu'en ma
qualité de commandant de la gendarmerie territoriale de la province
de la Lagune, j'étais l'ennemi naturel des bandits, je reçus le
billet suivant:


    «Monsieur,

    «Défiez-vous de Pedro Tumbaga! Nous sommes invités par
    lui à nous rendre à votre habitation, et à vous attaquer
    par surprise; nous nous sommes souvenus du matin où nous
    vous avons parlé aux cascades, et de la sincérité de
    votre parole. Vous êtes un homme d'honneur. Si nous nous
    trouvons face à face avec vous, et qu'il le faille, nous
    vous combattrons, mais loyalement, et jamais après vous avoir
    tendu une embûche. Tenez-vous donc sur vos gardes, craignez
    Pedro Tumbaga; c'est un lâche, capable de se cacher pour vous
    tirer un coup de fusil...»


On conviendra que j'avais affaire à des bandits bien honnêtes.

Je leur répondis:


    «Vous êtes des braves. Je vous remercie de votre avis, mais
    je ne crains pas Pedro Tumbaga. Je ne conçois pas que vous
    gardiez parmi vous un homme capable de se cacher pour tuer son
    ennemi; si j'avais un soldat comme lui, j'en aurais bientôt
    fait justice, et cela sans avoir recours aux tribunaux...»


Quinze jours après ma réponse, Tumbaga n'existait plus; la balle d'un
bandit m'en avait débarrassé.

Je reviens à mon premier récit.

Lorsque je fus éloigné des bandits à _Ylang-Ylang_, j'arrêtai mes
chevaux, et je pensai à Anna, car je craignais pour elle l'impression
qu'avait produite la rencontre peu agréable que nous venions de faire.

Mais heureusement mes craintes étaient vaines, ma femme n'éprouvait
aucune terreur; et lorsque je m'informai si elle avait eu peur,
elle me répondit:

«Peur! ne suis-je pas avec toi?»

J'eus plus tard, dans bien des circonstances périlleuses, la preuve
certaine qu'elle m'avait dit l'exacte vérité, car elle conserva
toujours le même sang-froid.

Lorsque je jugeai qu'il n'y avait plus de danger, je revins sur mes
pas et nous rentrâmes chez moi, satisfaits de la conduite des bandits
envers nous, et trouvant dans cette conduite la certitude qu'ils ne
nous voulaient point de mal.

Je remerciai mentalement mon ami l'Indien, car je ne doutais pas
que je lui dusse la tranquillité dont nos turbulents voisins nous
laissaient jouir.

L'époque fatale où ma femme devait ressentir une nouvelle crise
approchait; bientôt elle allait éprouver une attaque de la terrible
maladie causée par la révolte de Novalès.

J'avais espéré que l'air de la campagne, les bains, les distractions
de tout genre guériraient ma pauvre malade; mon espoir fut déçu,
et, comme le mois précédent, j'eus la douleur d'assister à toute une
période de souffrances physiques et morales.

Je fus désespéré: je ne savais plus quel parti prendre; je me
décidai cependant à rester à _Tierra-Alta_. Là, ma chère compagne
était heureuse les jours où sa santé lui revenait; les autres jours,
je ne la quittais pas, essayant de combattre la fatale maladie par
tout ce que l'art et l'imagination peuvent inventer.

Enfin, à force de soins et de tentatives, mes efforts furent couronnés
d'un plein succès, et, à l'époque où le mal devait revenir, j'eus
le bonheur de ne pas le voir paraître et la certitude d'une guérison
définitive.

Dès lors j'éprouvai toute la joie que l'on ressent après avoir
longtemps craint de perdre une personne tendrement aimée, quand on
la voit revenir à la vie, et je me livrai sans crainte aux plaisirs
multipliés qu'offrait _Tierra-Alta_.

J'aimais la chasse, et j'allais fort souvent dans les montagnes de
_Marigondon_, chez mon ami l'Indien.

Nous poursuivions ensemble le cerf et les divers oiseaux qui abondent
dans ce pays, à tel point que l'on a à choisir entre quinze à vingt
espèces de colombes, de poules et de canards sauvages, et qu'il m'est
arrivé souvent d'en abattre cinq ou six d'un seul coup.

La chasse aux poules sauvages, espèce de faisans, m'amusait beaucoup.

Nous chassions dans de grandes plaines parsemées de petits bois,
avec de bons et beaux chevaux dressés exprès; les chiens faisaient
partir le gibier, nous étions armés de fouets, et nous tâchions de
l'abattre d'un seul coup, ce qui n'était pas aussi difficile que l'on
pourrait le croire.

Lorsqu'une compagnie de poules épouvantées partait d'un petit massif,
nous mettions nos chevaux au galop, et c'était une véritable course
au clocher que les gentlemen-riders eussent bien désiré faire.

Je chassais aussi le cerf à cheval et à la lance; cet exercice est
très-amusant, malheureusement il occasionne souvent des accidents.

Voici comment: Les chevaux dont on se sert sont si bien dressés
pour cette chasse, que dès qu'ils aperçoivent le cerf il n'est plus
nécessaire ni même possible de les guider; ils le poursuivent de
toute la vitesse de leurs jambes, franchissant tous les obstacles
qui se trouvent devant eux.

Le cavalier, qui porte à la main une lance dont la hampe a de deux à
trois mètres, la tient en arrêt; et aussitôt qu'il se croit à portée
de l'animal, il la jette contre lui.

S'il manque son coup, la lance va se ficher en terre; alors il faut
une grande adresse pour éviter le bout opposé, qui souvent blesse le
chasseur dans la poitrine, ou le cheval.

Je ne parle pas des chutes que l'on est exposé à faire en allant au
grand galop dans des terrains inconnus et inégaux.

J'avais fait ces chasses lors de mon premier séjour chez l'Indien;
et, bien que je m'en fusse tiré à mon honneur, je n'avais pu obtenir
de lui qu'il me fit assister à une chasse bien plus dangereuse et
que j'appellerai presque un combat: celle du buffle sauvage.

A chacune de mes questions, mon hôte me répondait:

«Cette chasse est trop à craindre, je ne veux pas vous exposer à
un malheur.»

Il évitait même de me conduire dans une partie de la plaine qui
avoisine les montagnes de _Marigondon_, et où se trouvent d'ordinaire
les buffles sauvages.



CHAPITRE VI.

    Tierra-Alta.--Chasse au buffle.--Retour à Manille.


Pourtant, après bien des instances réitérées, je parvins à obtenir ce
que je désirais si impatiemment; seulement, l'Indien voulut savoir
si j'étais bon cavalier, si j'avais de l'adresse; et lorsqu'il fut
rassuré sur ces deux points, nous partîmes par une belle matinée,
escortés de neuf chasseurs et d'une petite meute.

Dans cette partie des Philippines où nous nous trouvions, la chasse
aux buffles se fait à cheval avec un lacet, les Indiens n'étant pas
assez habitués à se servir du fusil; dans d'autres parties elle se
fait à l'aide des armes à feu, ainsi que j'aurai plus tard l'occasion
de le raconter; mais, quoi qu'il en soit, ces deux exercices sont
également dangereux.

Pour l'un, il faut être bon cavalier et fort adroit; pour l'autre,
il faut être doué d'un grand sang-froid et posséder une bonne arme.

Le buffle sauvage est tout à fait différent du buffle domestique,
c'est un animal terrible; il poursuit le chasseur aussitôt qu'il
l'aperçoit, et lorsqu'il peut l'atteindre de ses cornes aiguës,
il lui fait promptement expier sa témérité.

Mon fidèle Indien veillait à ma conservation bien plus qu'à la
sienne. Il s'opposa à ce que je prisse une arme à feu, et même un
lacet; il n'avait pas assez de confiance en mon adresse, et préféra
que je restasse à cheval, libre de mes mouvements.

Je partis donc, ayant pour toute arme un poignard à ma ceinture.

Nous nous divisâmes par trois, parcourant la plaine au petit pas,
mais ayant bien soin de nous écarter de la lisière des bois, pour
n'être pas surpris par l'animal que nous allions bravement combattre.

Après avoir marché pendant une heure, nous entendîmes enfin les
aboiements des chiens, et comprîmes que le gibier que nous chassions
était débusqué.

Alors nous regardâmes avec la plus grande attention l'endroit où nous
pensions voir arriver l'ennemi. Il se faisait prier pour se montrer;
enfin, tout à coup les bois craquèrent, les branches furent rompues,
les jeunes arbres renversés, et un superbe buffle parut à environ
cent cinquante pas de nous.

Ce buffle était d'un beau noir, ses cornes étaient d'une très-grande
dimension. Il portait la tête haute, et flairait où étaient ses
ennemis...

Tout à coup, partant avec une vitesse incroyable chez un animal aussi
puissant, il se dirigea vers un de nos groupes, formé de trois Indiens.

Ceux-ci partirent au galop de leurs chevaux, et allèrent former
un triangle.

L'animal choisit l'un d'eux, et fondit impétueusement sur lui.

Pendant ce temps, un autre, qu'il avait déjà dépassé, tourna bride
et lança le lacet qu'il tenait à la main; mais il ne fut pas adroit,
et manqua son coup.

Le buffle changea de direction, et poursuivit l'imprudent qui venait
de l'attaquer et qui revenait droit vers nous.

Un second groupe de trois chasseurs alla à sa rencontre. Un d'eux
passa près de lui au galop, jeta son lacet, et fut aussi malheureux
que son camarade.

Trois autres chasseurs tentèrent le même coup; aucun d'eux ne réussit.

Moi, simple spectateur, j'admirais ce combat, ces évolutions, ces
fuites, ces poursuites, exécutées avec autant d'ordre et de courage
que de précision, et qui me paraissaient extraordinaires.

J'avais souvent assisté à des combats de taureaux, et souvent j'avais
frémi en voyant les toréadors observer le même ordre pour détourner
le furieux animal lorsqu'il menace le picador.

Mais, cette fois, il n'y avait pas de comparaison possible à établir
entre un combat en champ clos et un combat en pleine campagne; entre
un buffle sauvage et le plus terrible des taureaux.

Vous, Espagnols au sang vif et pétillant, fiers Castillans qui
recherchez les émotions, les spectacles émouvants et dangereux,
allez chasser le buffle dans les campagnes _Marigondon_!

Après bien des fuites, des poursuites, des courses et des dangers,
un chasseur adroit couronna l'animal de son lacet.

Le buffle ralentit sa marche et secoua la tête en tous sens, s'arrêtant
de temps en temps pour se débarrasser de l'obstacle qui le gênait
dans sa course.

Un autre Indien, non moins adroit que le premier, lança son lacet
avec la même vitesse et le même bonheur.

L'animal furieux labourait avec ses cornes aiguës la terre qu'il
faisait sauter autour de lui, voulant sans doute nous prouver sa
force, et le parti qu'il eût fait à celui d'entre nous qui se serait
laissé surprendre.

Avec beaucoup de soins et de précaution, les Indiens firent passer
leur capture au milieu d'un petit bois dans un fourré, d'où nous
eûmes bientôt le plaisir de le voir sortir.

Tous les chasseurs poussèrent un cri de joie; moi, je jetai un cri
d'admiration.

L'animal était vaincu, il n'y avait plus que quelques précautions de
plus à prendre pour se rendre tout à fait maître de lui.

Je fus fort étonné qu'on l'excitât de la voix et du geste, au
point de le rendre agressif et de le faire bondir. Quel eût été
notre sort si, par impossible, les lacets se fussent détachés ou
brisés?... Heureusement il n'y avait aucun danger.

Un Indien était descendu de cheval, et avec beaucoup d'agilité il
avait fixé à un solide tronc d'arbre les deux lacets qui retenaient
le buffle furieux.

Puis il donna le signal pour avertir que son opération était terminée,
et se retira.

Deux chasseurs s'approchèrent, et jetèrent aussi leur lacet à l'animal;
puis avec des pieux ils fixèrent les deux bouts à terre, et bientôt
notre proie se trouva prise dans un rayon qui la rendit immobile.

Nous pûmes alors nous approcher impunément. A grands coups de coutelas
les Indiens abattirent ses cornes, qui l'eussent si bien vengé s'il
eût pu s'en servir; ensuite, avec un bambou aigu, ils lui percèrent
les membranes qui séparent les deux naseaux, pour y passer un rotin
qu'ils tressèrent en forme d'anneau.

Ainsi martyrisé, on l'attacha fortement derrière deux buffles
domestiques, et on le conduisit jusqu'au prochain village.

Alors commença la curée.

On tua l'animal, et les chasseurs se partagèrent la viande, qui est
aussi bonne que celle du boeuf.

J'avais été heureux pour mon début, car toutes les chasses au buffle
ne se font pas aussi facilement que s'était faite celle-là.

Quelques jours après nous en fîmes une seconde qui fut interrompue
par un accident, hélas! assez fréquent.

Un Indien avait été surpris par un buffle au moment où il sortait
du bois.

D'un coup de corne son cheval avait été traversé et jeté à
terre. L'Indien s'était blotti auprès de sa monture tuée près de
lui, et, grâce à une inégalité de terrain, il espérait échapper à son
redoutable ennemi; mais celui-ci, d'un second mouvement de tête, avait
renversé le cheval sur son cavalier, et portait à ce dernier des coups
qui l'eussent infailliblement tué s'ils l'eussent tout d'abord atteint.

Heureusement d'autres chasseurs détournèrent l'animal et le forcèrent
à abandonner sa victime. Il était temps!

Nous trouvâmes le pauvre Indien à demi mort; les cornes du buffle
lui avaient fait d'horribles blessures.

Nous parvînmes à arrêter le sang qu'il perdait à flots, et sur un
brancard improvisé nous le transportâmes au village.

Ce ne fut qu'après de longs soins qu'il parvint à guérir; et mon ami
l'Indien, mon protecteur, ne voulut plus que j'assistasse à une chasse
aussi dangereuse.

Anna était tout à fait rétablie. Je ne craignais plus de voir
reparaître sa cruelle maladie.

J'avais en plusieurs mois goûté tous les plaisirs et tous les agréments
qu'offrait _Tierra-Alta_; les emplois que j'occupais à Manille
réclamaient ma présence; je le compris, et nous partîmes pour la ville.

Aussitôt de retour, il me fallut, à mon grand regret, reprendre ma
vie habituelle, c'est-à-dire visiter des malades du matin au soir et
du soir au matin.

Mon état ne convenait réellement pas à mon caractère. Je n'étais pas
assez philosophe pour voir endurer, sans m'affliger, des souffrances
que j'étais impuissant à guérir, et surtout pour voir mourir des
pères, des mères utiles à leurs familles, ou des êtres jeunes, aimés
et aimants.

En un mot, je n'agissais pas en médecin, car je n'envoyais de note
à personne; on me payait quand et comme on voulait.

Je dois dire à la louange de l'humanité que j'ai peu souvent trouvé
des oublieux.

Au reste, mes places me produisaient assez pour me permettre de
mener une vie somptueuse, d'avoir huit chevaux dans mon écurie,
table ouverte à mes amis et aux étrangers.

Ce que mes amis appelèrent alors un _coup de tête_ me fit bientôt
perdre tous ces avantages.

Je passais tous les mois un conseil de révision dans le régiment où
je servais.

Un jour je portai un jeune soldat, afin de le faire réformer; tout
allait bien: mais un médecin français, M. Charles Benoît [13], qui
me jalousait, fut désigné par le gouverneur pour faire une enquête
et contrôler ma déclaration.

Naturellement il mit dans son rapport que je m'étais trompé, que la
maladie dont je parlais était imaginaire; et il fit si bien que le
gouverneur, irrité, me condamna à une amende de six piastres.

Le mois suivant, je présentai de nouveau le même soldat pour qu'il fût
réformé, comme n'étant pas apte à faire son service; une commission
de huit médecins fut nommée; leur décision fut que j'avais raison,
et cela à l'unanimité. Le soldat fut licencié.

Cette réparation ne me suffisant pas, je présentai une réclamation au
gouverneur, qui ne voulut pas y faire droit, sous le prétexte étrange
que la décision du comité médical ne pouvait infirmer la sienne.

J'avoue que je ne compris pas cet argument. Ce raisonnement, en
admettant toutefois que c'en fût un, me parut spécieux. Comment
admettre que l'innocent fût puni et que l'ignorant qui m'avait
contredit et s'était trompé ne reçût aucun blâme.

Cette injustice me révolta. Je suis Breton et j'ai vécu avec les
Indiens, deux natures qui n'aiment que la justice et le bon droit.

Je fus tellement affecté de la conduite du gouverneur à mon égard,
que je me rendis chez lui, non pour réclamer encore, mais pour lui
donner ma démission des places importantes que j'occupais.

Il me reçut en souriant, et me dit qu'après un peu de réflexion je
reviendrais sur mon idée.

Le cher gouverneur se trompait. En sortant de son palais, j'allai au
ministère des finances et j'achetai la propriété de _Jala-Jala_.

Mon parti était pris, ma résolution inébranlable.

Bien que ma démission ne fût pas encore acceptée, je commençai à agir
comme si j'étais entièrement libre. J'avais, au préalable, prévenu
Anna, et lui avais demandé si elle voudrait vivre à _Jala-Jala?_

«Avec toi, je serai heureuse partout!»

Telle avait été sa réponse. J'étais donc le maître d'agir au gré de
ma volonté, et je pouvais me laisser aller où m'entraînait ma destinée.

C'est ce que je fis.

Je voulus aller visiter les terres que je venais d'acquérir.



CHAPITRE VII.

    Jala-Jala.--Lac de Bay.--Légende chinoise. --Alila
    (Mabutin-Tajo).


Pour l'exécution de ce projet, il me fallait trouver un Indien fidèle
sur lequel je pusse compter; parmi mes domestiques, je choisis mon
cocher, homme dévoué, discret et courageux.

Je pris quelques armes, des munitions, des vivres; je frétai, à
_Lapindan_, petit village près du bourg de _Santa-Anna_, une petite
pirogue conduite par trois Indiens; et un matin, le 2 avril 1824, sans
faire part de mon projet à mes amis, sans m'informer si le gouverneur
m'avait remplacé, je partis pour prendre possession de mes domaines,
respirant l'air vivifiant et pur de la liberté.

Je remontai dans ma pirogue, qui volait sur les eaux comme une mouette
légère, la jolie rivière de _Pasig_ qui sort du lac de _Bay_, et va
se jeter dans la mer en traversant les faubourgs de Manille.

Les bords de cette rivière sont plantés de touffes de bambous et
parsemés de jolies habitations indiennes; au-dessus du grand bourg de
Pasig, elle reçoit les eaux de la rivière de _San-Mateo_ à l'endroit
où cette rivière se réunit au fleuve de _Pasig_.

Sur la rive gauche, on aperçoit encore les ruines de la chapelle
et du presbytère de Saint-Nicolas, élevés par les Chinois, dit la
légende que je vais essayer de vous raconter.

A une époque reculée, un Chinois qui se trouvait dans une pirogue et
naviguait, soit sur la rivière de _Pasig_, soit sur celle de San-Mateo,
aperçut tout à coup un caïman qui se dirigea vers sa frêle embarcation,
et la fit chavirer. A cette vue, et en se sentant tomber à l'eau,
l'infortuné Chinois, qui avait pour perspective de servir de pâture au
féroce animal, appela à son secours saint Nicolas. Vous ne l'eussiez
peut-être pas fait, ni moi non plus, et nous aurions eu tort; l'idée
était bonne.

Le grand saint Nicolas entendit les cris de détresse du naufragé,
lui apparut, et d'un coup de baguette, comme eût pu le faire une
fée bienveillante, changea le caïman importun en un rocher..... le
Chinois fut sauvé.

Ne croyez pas que la légende s'arrête là: les Chinois ne sont pas
ingrats; la Chine est le pays de la terre à porcelaine, du thé,
et de la reconnaissance.

Le Chinois échappé au sort cruel qui l'attendait voulut consacrer
le souvenir du miracle, et, de concert avec ses frères de Manille,
il éleva une jolie chapelle et un presbytère au grand saint Nicolas.

Cette chapelle fut longtemps desservie par un bonze, et tous les ans,
à la Saint-Nicolas, les riches Chinois de Manille se réunissaient,
au nombre de plusieurs milliers, pour donner des fêtes qui duraient
quinze jours.

Mais il arriva qu'un archevêque de Manille trouva que ce culte de la
reconnaissance chinoise était du paganisme, et fit enlever le toit
du presbytère et celui de la chapelle.

Ces mesures brutales n'eurent aucun résultat, si ce n'est de laisser
l'eau du ciel pénétrer dans les bâtiments.

Mais pour le culte voué à saint Nicolas, il dura toujours, et dure
encore. Peut-être est-ce bien parce qu'on a voulu l'interdire!

De nos jours, à l'époque où cette fête a lieu, c'est-à-dire vers le
6 novembre de chaque année, on peut jouir d'un coup d'oeil ravissant.

Le _Pasig_ à Saint-Nicolas offre la nuit une délicieuse perspective:
on y voit de grandes embarcations amenées à grand frais de Manille,
sur lesquelles sont bâtis de véritables palais à plusieurs étages,
terminés en pyramides, et éclairés depuis la base jusqu'au sommet.

Toutes ces lumières se reflètent dans les eaux paisibles de la rivière,
et semblent augmenter le nombre des étoiles qui tremblent en se mirant
à la surface des flots: c'est Venise improvisée.

Dans ces palais, on joue, on fume de l'opium, on fait de la musique.

Le _pévété_, encens chinois, brûle partout et continuellement en
l'honneur de saint Nicolas, que l'on invoque chaque matin, en jetant
dans la rivière des petits carrés de papier de diverses couleurs. Saint
Nicolas ne paraît pas; la fête dure deux semaines, au bout desquelles
les fidèles se retirent jusqu'à l'année suivante.

Maintenant que le lecteur connaît la légende du caïman, du Chinois
et du grand saint Nicolas, je reviens à mon voyage.

Je naviguais paisiblement sur le _Pasig_, allant à la conquête de
mes nouveaux domaines et faisant des rêves dorés.

Je suivais la fumée légère de ma cigarette, sans penser que mes songes,
mes châteaux en Espagne devaient s'envoler comme elle!...

Bientôt je me trouvai dans le lac de _Bay_. Ce lac, le plus
grand de l'île de Luçon, a de quarante-cinq à cinquante lieues de
circonférence. Il est de tous côtés entouré de hautes montagnes de
formation volcanique, où prennent leur source quinze rivières qui
viennent toutes se jeter dans cet immense réservoir. Il n'a d'issue
à la mer que par le fleuve de _Pasig_. Ce fleuve, après avoir coulé
entre des collines, traverse les faubourgs de Manille et va déboucher
dans la baie, qui est éloignée de sept à huit lieues du lac.

Vingt-neuf grands bourgs sont situés sur les bords du lac, à
l'embouchure des rivières [14].

Cette belle nappe d'eau, dont la plus grande profondeur est de 30
mètres, est parsemée de jolies îles toujours couvertes d'une admirable
végétation. La plus grande de ces îles, celle de _Talim_, forme avec la
terre de Luçon le détroit de _Quinabutasan_, et avec _Jala-Jala_, qui
est situé parallèlement en face, la partie du lac nommée _Rinconada_.

Les eaux de _Bay_ sont douces et potables. Cependant, avant de
les boire, il faut qu'elles reposent quelques heures pour laisser
précipiter au fond une grande quantité de corps étrangers qu'elles
tiennent en suspension. Si cette précaution était négligée, elles
pourraient se trouver dans des conditions tout à fait nuisibles; elles
produiraient de fortes coliques et de graves dérangements d'estomac.

Ce fait est assez curieux pour l'expliquer. Lorsque le soleil est à
l'horizon et que le vent souffle de la partie opposée à la plage où
l'on se trouve, on ne peut impunément boire de l'eau puisée sur cette
plage qu'après avoir mis le vase qui la contient pendant une grande
heure à l'ombre. Si dans les mêmes conditions on se baigne dans le lac,
le corps se couvre de gros boutons, et l'on est tourmenté pendant
plusieurs heures par d'intolérables démangeaisons. Ce phénomène,
particulier au lac de _Bay_, est sans nul doute produit par des
millions d'insectes microscopiques auxquels les rayons du soleil
donnent la vie, et que le mouvement des vagues rejette vers les
plages opposées au vent. Les pêcheurs, pour se préserver de cet effet
nuisible, ont le soin de s'enduire le corps avec de l'huile de coco.

Le lac de _Bay_ abonde en excellents poissons. Trois espèces seulement
sont les mêmes qu'en Europe: le mulet, l'anguille et la crevette. Ces
deux dernières sont d'une grosseur remarquable. Les anguilles de 15
à 20 kilogrammes sont très-communes, ainsi que les crevettes de la
grosseur de nos langoustes, c'est-à-dire du poids d'un kilogramme à
un kilogramme et demi.

Deux poissons de mer se sont acclimatés dans les eaux douces du lac:
le _requin_ et la _scie_. Le premier est heureusement assez rare,
mais le second est très-abondant.

On trouve aussi dans ce beau lac une espèce de tortue d'une forme
différente de celle de mer et d'un goût plus agréable, une grande
quantité d'excellents poissons qu'il serait trop long d'énumérer,
et enfin de monstrueux _aligators_, dont j'aurai l'occasion de parler
plus tard, ainsi que d'innombrables oiseaux aquatiques.

Enfin, j'arrivai à _Quinabutasan_. Ce mot est _tagal_, et signifie
_qui est troué_.

Nous nous arrêtâmes pendant une heure dans la seule case indienne qu'il
y eût dans l'endroit, pour faire cuire du riz et prendre notre repas.

Cette case était habitée par un vieux pêcheur et sa femme,
fort âgés. Cependant ils pourvoyaient encore à leurs besoins en
pêchant. Plus tard, j'aurai occasion de parler du père _Relempago_
ou _la Foudre_, et de raconter son histoire.

Lorsque je fus au milieu de la nappe d'eau qui sépare _Talim_
de la presqu'île de _Jala-Jala_, j'aperçus le nouveau domaine que
j'avais acquis si légèrement, et je pus juger d'un coup d'oeil de
mon acquisition.

_Jala-Jala_ est une longue presqu'île qui s'étend du nord au sud,
au milieu du lac de _Bay_.

Cette presqu'île est divisée, dans sa longueur, par une chaîne de
montagnes qui vont en déclinant, pour ne plus former que des collines
pendant l'espace de trois lieues.

Ces montagnes, d'un accès facile, ont en général un versant couvert
de forêts, et l'autre de beaux pâturages, où croissent, à la hauteur
d'un ou deux mètres, des graminées flexibles et onduleux, qui,
sous le souffle du vent, imitent les vagues de la mer lorsqu'elles
sont agitées.

Il est impossible de voir une nature plus belle; des sources limpides
et pures surgissent du haut des montagnes et arrosent une riche
végétation, puis vont se jeter dans le lac.

Ces pâturages font de _Jala-Jala_ le lieu le plus giboyeux de
l'île. Les cerfs, les sangliers, les buffles sauvages, les poules,
les cailles, les bécassines, les colombes de quinze à vingt sortes,
les perroquets, enfin toutes les espèces d'oiseaux, y abondent.

Le lac est également peuplé d'oiseaux aquatiques, et particulièrement
de canards.

Malgré son étendue, l'île ne produit pas d'animaux nuisibles et
carnivores; on a seulement à craindre la civette, petit animal de
la grosseur d'un chat, qui ne fait la chasse qu'aux oiseaux; et les
singes, qui sortent par bandes des forêts et vont ravager les champs
de cannes à sucre et de maïs.

Le lac, qui renferme d'excellents poissons, est moins favorisé que la
terre; on y trouve beaucoup de caïmans, alligators d'une si grande
dimension, qu'un seul de ces animaux divise, en peu d'instants,
un cheval par morceaux et l'engloutit dans son vaste estomac. Les
accidents qu'ils occasionnent sont fréquents et terribles, et j'ai
vu plus d'un Indien devenir leur victime, ainsi que je le raconterai
plus tard.

J'aurais sans doute dû commencer par parler ici des hommes qui peuplent
les forêts de _Jala-Jala_; mais je suis chasseur et l'on m'excusera
d'avoir commencé par le gibier.

A l'époque où je l'achetai, _Jala-Jala_ était habité par quelques
Indiens de race malaise qui vivaient dans les bois et cultivaient
quelques coins de terre.

La nuit, ils faisaient sur le lac le métier de pirates et donnaient
asile à tous les bandits des provinces environnantes.

A Manille, on m'avait peint cette contrée sous les couleurs les
plus sombres; au dire des habitants de la ville, je ne devais pas y
séjourner longtemps sans devenir la victime des bandits.

Mon caractère aventureux faisait que tous ces récits, loin de
m'éloigner de mon projet, augmentaient mon désir de visiter ces hommes,
qui vivaient presque à l'état sauvage.

Dès que j'eus acheté _Jala-Jala_, je me formai un plan de conduite
ayant pour but de m'attacher les habitants les plus à craindre;
je résolus de me faire l'ami des bandits, et pour cela je compris
qu'il fallait arriver chez eux, non comme un propriétaire exigeant
et sordide, mais bien comme un père.

Tout dépendait, pour l'exécution de mon entreprise, de la première
impression que je produirais sur ces Indiens qui devenaient mes
vassaux.

Lorsque j'eus abordé, je me dirigeai, en suivant le bord du lac,
vers un petit hameau composé de quelques cabanes. J'étais accompagné
de mon fidèle cocher; nous étions armés tous les deux d'un bon fusil
à deux coups, d'une paire de pistolets, et d'un sabre.

J'avais eu soin de me renseigner auprès de quelques pêcheurs pour
savoir quel était l'Indien auquel je devais m'adresser de préférence.

Cet homme, le plus respecté de ses compatriotes, s'appelait en langue
tagale _Mabutin-Tajo_, surnom que je traduirais en français par _le
Brave-le-vaillant_.

C'était un véritable brigand, un vrai chef de pirates. Il eût fort
bien commis, sans vergogne, cinq ou six assassinats dans une seule
excursion; mais il était brave, et la bravoure est pour les peuples
primitifs une qualité devant laquelle ils s'inclinent avec respect.

Ma conversation avec _Mabutin-Tajo_ ne fut pas longue; quelques paroles
me suffirent pour m'attirer sa bonne grâce, et me faire de lui un
fidèle serviteur pendant tout le temps que je demeurai à _Jala-Jala_.

Voici les termes dans lesquels je lui parlai:

«Tu es un grand scélérat, lui dis-je. Je suis le seigneur de
_Jala-Jala;_ je veux que tu changes de conduite; si tu refuses, je
te ferai expier tous tes méfaits. J'ai besoin d'une garde; veux-tu
me donner ta parole d'honneur de devenir honnête homme, et je te fais
mon lieutenant?»

Après ces courtes paroles, _Alila_ (c'était le nom du bandit) resta
un instant sans me répondre. Je vis sur son visage toutes les marques
d'une profonde réflexion. J'attendis qu'il parlât; j'étais dans une
certaine anxiété; qu'allait-il me répondre?

«Maître, me dit-il avec élan, en me présentant la main et mettant un
genou à terre,

«Je vous serai fidèle jusqu'à la mort!»

J'étais heureux de sa réponse, mais je ne lui laissai pas voir mon
contentement.

«Très-bien, lui dis-je. Pour te prouver que j'ai confiance en toi,
prends cette arme, et ne t'en sers que contre des ennemis.»

Je lui présentai un sabre tagal sur lequel était écrit en gros
caractères espagnols: _No me sacas sin rason ni me envainas sin
honor_, Ne me tire pas sans raison, et ne me remets pas dans le
fourreau sans honneur.»

Je traduisis cette légende en langage tagaloc; _Alila_ la trouva
sublime, et jura de ne pas s'en écarter.

«Quand j'irai à Manille, ajoutai-je, je te rapporterai des épaulettes
et un bel uniforme; mais il ne faut pas perdre de temps pour réunir
les soldats que tu vas commander, et qui formeront ma garde.

«Conduis-moi chez celui de tes camarades que tu crois le plus capable
de t'obéir comme sergent.»

Nous allâmes à quelques kilomètres de sa cabane, chez un de ses amis
qui l'accompagnait presque toujours dans ses tentatives de piraterie.

Quelques mots semblables à ceux que j'avais dit à mon futur lieutenant
exercèrent sur son camarade la même influence, et le déterminèrent
à accepter le grade que je lui offrais.

Nous passâmes la journée à aller recruter dans les diverses cases,
et le soir nous avions, en cavalerie et en infanterie, une garde de
dix hommes d'effectif, nombre que je ne voulais pas dépasser.

Je pris le commandement en qualité de capitaine.

Ainsi que l'on en peut juger, je menais les choses avec promptitude.

Le lendemain je réunis la population de la presqu'île, et, entouré de
ma garde improvisée, je choisis l'emplacement où je voulais fonder un
village, et le lieu où je voulais que l'on construisit mon habitation.

Je donnai l'ordre aux pères de famille de construire leurs cases sur
un alignement que j'indiquai, et je chargeai mon lieutenant d'employer
le plus de monde possible pour extraire de la pierre, couper du bois
de charpente, et tout préparer enfin pour ma maison.

Mes ordres étant donnés, je partis pour Manille, en promettant de
revenir bientôt.

Lorsque j'arrivai chez moi on était inquiet, car, n'ayant pas eu
de mes nouvelles, on me croyait la proie des caïmans ou la victime
des pirates.

Le récit de mon voyage, la description que je fis de _Jala-Jala_,
loin d'éloigner ma femme de l'idée que j'avais conçue d'habiter ces
contrées, la rendirent, au contraire, impatiente de visiter notre
propriété et de s'y établir. C'était cependant un adieu qu'elle
faisait à la capitale, à ses fêtes, à ses réunions, à ses plaisirs!

J'allai voir le gouverneur. Ma démission avait été considérée comme
non avenue; il m'avait conservé toutes mes places. Cet acte de
bonté me toucha; je le remerciai sincèrement, et lui dis que je ne
plaisantais pas, que ma détermination était irrévocablement arrêtée,
et qu'il pouvait disposer de mes emplois.

J'ajoutai que je lui demandais une seule faveur, celle de commander
toute la gendarmerie locale de la province de la _Lagune_, avec la
faculté d'avoir une garde personnelle que je formerais moi-même.

Cette faveur me fut accordée à l'instant même, et peu de jours après
je reçus ma commission.

Ce n'était point l'ambition qui m'avait suggéré l'idée de demander
cette place importante, c'était la raison.

Mon but avait été de me créer une puissance à _Jala-Jala_, et de
pouvoir punir moi-même mes Indiens sans avoir recours à la justice
de l'alcade, qui demeurait à dix lieues de mes domaines.

Voulant être commodément dans ma nouvelle résidence, je fis le plan
de ma maison.

Cette maison se composait d'un premier étage avec cinq chambres à
coucher, un grand vestibule, un spacieux salon, une terrasse, et des
chambres de bains.

Je traitai avec un maître maçon et un maître charpentier pour les
travaux de construction; j'emportai des armes et des uniformes pour
ma garde, et je repartis.

A mon arrivée, je fus reçu avec joie par mes Indiens.

Mon lieutenant avait ponctuellement exécuté mes ordres; une grande
quantité de matériaux étaient préparés, et plusieurs cases indiennes
étaient déjà construites.

Cette activité me fit plaisir, elle me prouva que l'on tenait à
m'être agréable.

Je mis tout de suite mes ouvriers à l'oeuvre, ordonnant que l'on
défrichât les bois voisins; et bientôt je vis jeter, sous mes yeux,
les fondations de ma maison; puis je repartis pour Manille.

Les travaux durèrent huit mois, et pendant ce temps je voyageai
continuellement de Manille à _Jala-Jala_, et de _Jala-Jala_ à Manille.

J'eus de la peine, mais j'en fus bien récompensé quand je vis un
village sortir de terre.

Mes Indiens avaient construit leurs cases aux lieux que j'avais
indiqués; ils avaient réservé la place d'une église, et en attendant
qu'elle fût élevée, on devait célébrer la messe dans le vestibule de
ma maison.

Enfin, après bien des allées et des venues qui inquiétaient beaucoup
ma femme, je pus lui annoncer que le castel de _Jala-Jala_ n'attendait
plus que sa châtelaine.

Ce fut une heureuse nouvelle: nous allions donc bientôt ne plus
être séparés!

Je vendis promptement mes chevaux, mes voitures, des meubles inutiles;
je frétai une embarcation pour transporter à _Jala-Jala_ ce qui m'était
nécessaire, et après avoir pris congé de mes amis, je partis cette
fois, le 20 octobre 1825, avec l'intention de ne revenir à Manille
que pour une absolue nécessité.

Notre voyage fut heureux.

A notre arrivée nous trouvâmes sur le rivage mes Indiens, qui saluèrent
avec des cris d'allégresse la bienvenue de la _reine de Jala-Jala_.

C'est ainsi qu'ils appelaient ma femme.

Nous consacrâmes les premiers jours de notre arrivée à notre
installation. Il fallut meubler notre maison et la rendre utile et
agréable; c'est ce que nous fîmes.

Aujourd'hui que les années sont passées, que je suis loin de ce temps
d'indépendance et de liberté parfaites, je pense à la bizarrerie de
ma destinée.

Nous étions, ma femme et moi, seuls blancs et civilisés, au milieu
d'une population bronzée et presque sauvage, et cependant je n'avais
aucune crainte.

Je comptais sur mes armes, sur mon sang-froid, et sur la parole des
gens de ma garde. Anna ne connaissait qu'une partie des dangers que
nous courions, et sa confiance en moi était si grande qu'à mes côtés
elle ignorait ce que c'était que la peur.

Lorsque je fus bien établi dans ma maison, j'entrepris un travail
difficile et dangereux, celui de mettre de l'ordre parmi mes Indiens,
et d'organiser mon bourg comme c'est l'usage aux Philippines.



CHAPITRE VIII.

    Jala-Jala.--Organisation municipale.--Caractère des Indiens.


Les lois espagnoles concernant les Indiens sont tout à fait
patriarcales.

Chaque bourg est érigé, pour ainsi dire, en petite république.

On y élit tous les ans un chef dépendant, pour les affaires
importantes, du gouverneur de la province; lequel chef, à son tour,
dépend du gouverneur des Philippines.

J'avoue que le mode de gouvernement, aux Philippines, m'a toujours
semblé être le plus convenable et le plus propre à la civilisation. Les
Espagnols l'ont trouvé tout établi dans l'île de Luçon lors de leur
conquête, et n'y ont apporté que quelques améliorations.

Je vais entrer ici dans quelques détails.

Chaque population indienne se divise en deux classes: la classe noble
et la classe populaire.

La première se compose de tous les Indiens qui sont ou ont été
_cabessas de barangay_, ce qui veut dire collecteurs des contributions;
cette place est honorifique.

Les contributions établies par les Espagnols sont personnelles.

Chaque Indien ayant plus de vingt et un ans paye, en quatre termes,
une somme annuelle de _trois francs;_ cette taxe est la même pour le
riche comme pour le pauvre.

A une certaine époque de l'année, douze des _cabessas de barangay_
sont électeurs.

Ils se réunissent avec quelques anciens habitants du bourg, et
élisent, au scrutin, trois d'entre eux, dont les noms sont adressés
au gouverneur des Philippines.

Celui-ci choisit parmi ces noms celui qu'il veut, et lui confie,
pendant une année, les fonctions de _gobernadorcillo_, ou petit
gouverneur.

Pour se distinguer des autres Indiens, le _gobernadorcillo_ porte
une baguette en rotin, à pomme d'or, avec laquelle il a le droit de
frapper ceux de ses concitoyens qui ont commis de légères fautes.

Ses fonctions tiennent à la fois de celles des maires, des juges de
paix et des juges d'instruction.

Il veille au bon ordre, à la tranquillité publique; il juge sans
appel les différends et les procès dont l'importance ne dépasse pas
16 piastres (ou 80 francs).

Les dimanches, après les offices, le _gobernadorcillo_ réunit à la
maison communale les anciens du bourg et les officiers de justice, pour
discuter et arrêter avec eux toutes les affaires administratives. C'est
aussi le dimanche, en conseil, qu'il consulte les anciens pour tous les
procès dans lesquels il ne se croit pas suffisamment éclairé. C'est
alors un véritable jury de patriarches qui juge sans appel et sans
partialité.

Il instruit aussi les procès criminels de haute importance: seulement
là s'arrête son pouvoir.

Les dossiers de ces procès sont envoyés par lui au gouverneur de la
province, qui les remet, à son tour, à la cour royale de Manille.

La cour rend son arrêt, et l'alcade le fait exécuter.

Lors de l'élection du _gobernadorcillo_, les électeurs réunis
choisissent toutes les autorités qui doivent lui être soumises.

Ces autorités sont: des _alguazils_, dont le nombre est proportionné
à la population; deux _témoins_ ou _adjoints_, qui sont chargés de
sanctionner tous les actes du _gobernadorcillo_, car sans leur sanction
et leur présence ces actes seraient considérés comme nuls; un _jouès de
palma_, ou juge de palme, remplissant les fonctions de garde-champêtre;
un vaccinateur, obligé d'avoir toujours du vaccin pour les enfants
nouveau-nés; puis un maître d'école chargé de l'instruction publique;
enfin, une sorte de gendarmerie pour la surveillance des bandits et
l'entretien des routes sur le territoire de la commune et dans les
campagnes voisines. Les hommes faits et sans emploi forment une garde
civique qui veille à la conservation du village: cette garde indique
les heures de la nuit au moyen de coups frappés sur un gros morceau
de bois creux.

Il y a dans chaque bourg une maison communale; on la désigne sous le
nom de _casa réal_. C'est là que demeure le _gobernadorcillo_.

Il doit l'hospitalité à tous les voyageurs qui passent dans le bourg,
et cette hospitalité est semblable à celle des montagnards écossais:
_elle se donne et ne se vend jamais_.

Pendant deux ou trois jours, le voyageur a droit au logement, dans
lequel il trouve une natte, un oreiller, du sel, du vinaigre, du bois,
des vases de cuisine, et, moyennant payement, tous les comestibles
nécessaires à sa nourriture.

Si même à son départ il réclame des chevaux et des guides pour
continuer sa route, on les lui procure.

Quant au payement des vivres, afin d'éviter les abus si fréquents chez
nous, dans chaque _casa réal_ on affiche sur une grande pancarte les
prix des objets, tels que viande, volaille, poisson, fruits, etc., etc.

Dans n'importe quelle circonstance, le _gobernadorcillo_ ne peut rien
exiger pour les peines qu'il se donne [15].

Telles étaient les mesures que je voulais adopter; ces mesures
offraient, il est vrai, des avantages et des inconvénients.

Le plus grand, sans contredit, c'était de me mettre presque sous la
dépendance du _gobernadorcillo_, auquel ses fonctions donnaient un
certain droit; car j'étais son administré.

Il est vrai de dire que mon grade de commandant de toute la gendarmerie
de la province me mettait à l'abri des injustices que l'on eût pu
commettre à mon égard.

Je savais fort bien qu'en dehors du service militaire, je ne
pouvais infliger à mes hommes aucune punition sans l'intervention du
_gobernadorcillo_; mais j'avais assez étudié le caractère indien pour
comprendre que je ne pouvais le dominer que par une parfaite justice
et une sévérité bien entendue.

Quelles que fussent les difficultés que je prévoyais, sans redouter
les peines et les dangers de toute espèce qu'il faudrait surmonter,
je marchai droit vers le but que je m'étais tracé: le chemin était
aride, hérissé d'écueils; j'y entrai avec courage, et j'arrivai
à prendre sur les Indiens une telle influence, que, par la suite,
ils obéissaient à ma voix comme à celle d'un père.

Le Tagaloc a un caractère extrêmement difficile à définir. Lavater
et Gall auraient été fort embarrassés, car la physionomie et la
crânologie se trouveraient peut-être bien en défaut aux Philippines.

La nature indienne est un mélange de vices et de vertus, de bonnes et
de mauvaises qualités. Un bon moine disait, en parlant des Tagalocs:
«Ce sont de grands enfants qu'il faut traiter comme s'ils étaient
petits.»

Le portrait moral d'un naturel des Philippines est vraiment curieux
à tracer, et plus curieux à lire.

L'Indien tient à sa parole, et, le croirait-on? il est menteur; il
a en horreur la colère, qu'il compare à la démence, et il préfère
l'ivresse, qu'il méprise cependant.

Pour se venger d'une injustice, il ne craint pas de se servir du
poignard.

Ce qu'il supporte le moins, c'est l'injure, même lorsqu'elle est
méritée.

Après une faute commise, on peut lui infliger des coups de fouet,
il les reçoit sans se plaindre; mais une injure le révolte.

Il est brave, fataliste, généreux.

Le métier de bandit, qu'il exerce volontiers, lui plaît à cause de
la vie d'émotion et de liberté qu'on y mène, et non parce qu'on peut
s'enrichir en le faisant.

Généralement les Tagalocs sont bons pères, bons époux, ces deux
qualités inhérentes l'une à l'autre.

Horriblement jaloux de leurs femmes, ils ne le sont nullement de
l'honneur des filles; peu leur importe si l'Indienne qu'ils épousent
a commis des fautes avant son union.

Ils ne lui demandent jamais de dot; eux seuls en apportent une,
et font des cadeaux aux parents de leur fiancée.

Le lâche est mal vu par eux, mais ils s'attachent volontiers à l'homme
assez brave pour aller au-devant du danger.

Leur passion dominante, c'est le jeu.

Ils applaudissent aux combats d'animaux, surtout à celui des coqs.

Voilà succinctement un aperçu du caractère des hommes que j'avais
à conduire.

Mon premier soin fut de me maîtriser.

Je pris la ferme résolution de ne jamais laisser éclater à leurs yeux
un mouvement d'impatience, même dans les moments les plus difficiles,
et de conserver un calme et un sang-froid imperturbables.

J'appris bientôt qu'il serait dangereux d'écouter les rapports qui
me seraient faits, cela pouvait m'exposer à commettre des injustices,
ainsi qu'il m'arriva dès le début. Voici dans quelle circonstance:

Deux Indiens vinrent un jour déposer une plainte contre un de leurs
camarades, demeurant à quelques lieues de _Jala-Jala_. Ces délateurs
l'accusaient particulièrement d'un vol de bestiaux.

Après les avoir écoutés, je partis avec ma garde pour m'emparer de
l'accusé; je l'amenai à mon habitation.

Là, je cherchai à lui faire avouer sa faute; il nia, et se dit
innocent.

J'eus beau lui promettre, s'il disait la vérité, de lui accorder son
pardon; il persista, même devant les accusateurs.

Persuadé qu'il mentait, mécontent de sa persistance à nier un fait qui
m'était attesté avec toute l'apparence de la sincérité, j'ordonnai
qu'on l'attachât sur un banc et qu'on lui appliquât douze coups
de fouet.

Mes ordres furent exécutés; le coupable nia comme il avait fait
précédemment. Cette opiniâtreté m'irrita, et je lui fis administrer
une nouvelle correction semblable à la première.

Le malheureux endurait avec un véritable courage cette cruelle
punition.

Tout à coup, au milieu de ses souffrances, il s'écria avec un accent
pénétrant:

«Oh! Monsieur, je suis innocent, je vous le jure. Puisque vous ne
voulez pas me croire, prenez-moi chez vous; je serai un serviteur
fidèle, et bientôt vous acquerrez la preuve que je suis victime d'une
infâme calomnie.»

Ces paroles me touchèrent.

Je réfléchis que cet infortuné n'était peut-être pas coupable. J'eus
peur de m'être trompé, d'avoir été injuste sans le savoir. Je pensai
qu'une haine particulière avait pu pousser les deux témoins à me
faire une fausse déclaration et m'exposer à punir un innocent.

Je le fis délier.

«L'épreuve que tu demandes, lui dis-je, est facile à tenter.

«Si tu es un honnête homme, je serai pour toi un père; mais si tu
me trompes, n'attends de moi aucune pitié. A dater de ce moment,
tu fais partie de ma garde; mon lieutenant te remettra des armes.»

Il me remercia avec effusion, et son visage s'éclaira d'une joie
subite. On l'incorpora dans ma garde.

O justice humaine, combien tu es fragile et souvent
inintelligente!... J'appris, quelque temps après cette scène, que
Bazilio de la Cruz (c'était le nom du patient) était innocent.

Les deux misérables qui l'avaient dénoncé s'étaient sauvés, pour
échapper au châtiment qu'ils méritaient.

Bazilio tint sa promesse. Tout le temps que je restai à _Jala-Jala_,
il me servit fidèlement et sans rancune.

Ce fait m'impressionna vivement.

Je jurai qu'à l'avenir je n'infligerais point de punition sans être
bien sûr de la vérité des faits énoncés. J'ai tenu religieusement ma
promesse, du moins je le pense. Je n'ai jamais fait appliquer un seul
coup de fouet sans qu'au préalable le coupable n'eût avoué sa faute
[16].

Les meilleurs marins connus dans les Indes sont les naturels des
Philippines.

Courageux et d'une forte constitution, ils aiment à supporter les
plus grandes fatigues et à affronter les dangers; leur intelligence
les rend supérieurs aux autres marins de l'Inde.

Un matelot tagaloc peut remplir, à bord d'un navire, toutes les
fonctions nécessaires. Timonier, voilier, charpentier et calfat,
on l'emploie avec la certitude qu'il fera bien tout ce qui lui sera
commandé.

Cependant ces hommes ne sont, pour ainsi dire, employés comme marins
que par les Espagnols, qui les connaissent et savent les gouverner.

Les Anglais ne les admettent qu'en très-petit nombre à bord de leurs
bâtiments qui naviguent dans les Indes, et les assurances de Madras
ne permettent pas que le nombre de trois Tagalocs soit dépassé à bord
de chaque navire assuré par elles.

Cette mesure est due au grand nombre de navires dont les équipages
ont été assassinés par quelques-uns de ces matelots, qui ensuite se
sont emparés du vaisseau.

L'épisode que je vais raconter fera bien connaître l'utilité de
cette précaution.

En 1838, un joli brick de Calcutta était sorti depuis quelques jours
du port de Canton, où il avait réalisé en bonnes piastres un riche
chargement d'opium.

La saison favorable, une mer unie et paisible, faisaient espérer au
capitaine un prompt retour à Calcutta, son port d'armement.

Plus de trois millions de francs, résultat de sa vente, lui assuraient
une bonne réception de ses commettants; mais le destin en avait
disposé autrement, et ce beau navire, la riche cargaison, et une
partie de son équipage, ne devaient plus revoir les bords du Gange.

L'équipage était composé de trente hommes: le capitaine, un second,
un lieutenant, cinq matelots anglais, vingt Lascars et deux matelots
des Philippines, nommés _Antonio_ et _Cayetano_.

Un soir, _Cayetano_ fut accusé par un matelot anglais d'avoir dérobé
une bouteille de rhum.

Le capitaine, sévère comme tous les officiers de la marine anglaise qui
commandent aux pacifiques Indiens du Bengale, fit venir _Cayetano_, et,
sans tenir compte des preuves qu'il voulait donner de son innocence, le
fit attacher sur une caronade et frapper de vingt-cinq coups de corde.

Pas une plainte, pas un soupir ne trahirent la douleur et l'affront
que venait de subir _Cayetano_ pour un châtiment non mérité.

Seulement, au moment où il fut renvoyé par le capitaine, il lui lança
un coup d'oeil de vengeance plus expressif que tous les reproches
qu'il eût pu lui faire, et il descendit dans sa cabine.

A dix heures du soir, _Antonio_ et _Cayetano_ étaient de quart.

Tous les deux, appuyés sur le bossoir de bâbord, restèrent un long
intervalle sans s'adresser la parole; _Antonio_ rompit le silence,
et, dans sa langue maternelle si expressive, il dit:

«Frère, tu as bien souffert?»

«Si j'ai souffert, _Antonio_, je souffre encore. Ne comprends-tu
pas toute la douleur qu'a au coeur celui qui vient de subir, sans le
mériter, un infâme châtiment?»

«Oh! si, frère! et je souffre moi-même de la cruauté et de l'injustice
de tes bourreaux, de ces orgueilleux Anglais.»

«Eh bien! _Antonio_, si ton coeur est aussi malade, vengeons-nous!»

«Vengeons-nous, répondit _Antonio_. Demain, nous prenons le quart de
minuit; il n'y a pas de lune, l'obscurité sera profonde: choisissons
cet instant pour la vengeance.»

Quelques paroles qu'ils échangèrent suffirent pour arrêter entre
eux tout un plan de destruction; ils se séparèrent, pour ne pas être
remarqués des matelots anglais.

Le lendemain, ils firent leur service comme à l'ordinaire. A six
heures, c'était leur tour de dormir; ils se retirèrent dans leur
cabine, avec la certitude qu'ils n'avaient aucune surveillance à
redouter, et qu'on ne soupçonnait rien de leur fatal projet.

A minuit, ils reprirent le quart: le temps était beau; le brick,
sous toutes ses voiles, sillonnait légèrement une mer paisible et
unie; la nuit n'était éclairée que par de brillantes étoiles, et
un vent fixe n'exigeait d'autre surveillance que celle du timonier;
tout favorisait le projet des deux matelots philippinois.

_Antonio_ était à la barre; à quelques pas de lui, sur son banc
de quart, sommeillait le lieutenant; sur le gaillard d'avant, deux
matelots anglais, deux Lascars attendaient dans un demi-sommeil que
quelques manoeuvres imprévues les obligeassent à interrompre un
instant leur repos. _Cayetano_, le coeur palpitant de vengeance,
se promenait au vent, tout en observant ses ennemis, et attendait
avec impatience le moment propice de mettre à exécution son projet.

Quelques instants s'étaient à peine écoulés, qu'il s'approcha
d'_Antonio_, et lui dit:

«Ton poignard est-il prêt?»

«Ne crains pas, _Cayetano_, il coupe; ma main ne tremble pas.»

«Bien! dit _Cayetano_; charge-toi du lieutenant; frappe lorsque tu
m'entendras frapper; descends ensuite dans la chambre, expédie le
capitaine et le second, et moi je ferai le reste.»

Quelques instants après, le lieutenant s'affaissait sur son banc de
quart; le coup qui venait de lui donner la mort avait été asséné d'une
main si sûre, qu'il ne poussa même pas un cri. _Cayetano_, de son côté,
avec la même précision, avait expédié les deux matelots anglais et un
Lascar; dans l'impossibilité de donner un seul coup mortel au second
Lascar, qui dormait appuyé sur la lisse, il l'avait précipité à la mer;
ensuite il était descendu dans la cabine, et de trois coups de poignard
il avait tué les trois matelots anglais surpris dans leur profond
sommeil. Il remonta de suite sur le pont, où il trouva _Antonio_ qui,
de son côté, venait d'accomplir son oeuvre de destruction avec le même
bonheur que son complice: le capitaine et le second n'existaient plus.

«Assez, lui dit _Cayetano_, assez de sang! il ne reste plus à bord
que dix-huit Lascars; ce ne sont pas des hommes, ce ne sont pas même
des femmes tagalocs, et cependant ce sont nos frères; ils sont nés
sous le même climat que nous.»

_Antonio_ et _Cayetano_ étaient maîtres du navire; pas un Anglais
n'avait échappé à leurs poignards. Ils fermèrent l'écoutille pour
empêcher les Lascars de monter sur le pont.

_Antonio_ reprit la barre pour donner une direction au brick, qui
avait été abandonné au gré des vents pendant que son camarade et
lui commettaient leur crime; il changea de direction, et au lieu de
suivre la route primitive du nord au sud-ouest, il dirigea la proue
vers le sud-sud-est.

Au moment où le navire opérait son évolution, _Cayetano_ entendit
une espèce de gémissement; il appela _Antonio_ pour s'assurer
d'où partaient ces gémissements. Ce dernier aperçut, cramponné aux
sauvegardes du gouvernail, le malheureux Lascar qu'il avait jeté à
la mer; il le rassura en lui promettant qu'il ne lui sera pas fait
de mal. Le pauvre Lascar remonta sur le pont, bien heureux d'en avoir
été quitte pour la peur.

Au jour, huit cadavres furent jetés à la mer; et le lendemain,
_Antonio_ et _Cayetano_ débarquaient les dix-neuf Lascars sur l'une
des îles _Paracels_; ils leur laissèrent des vivres pour plusieurs
semaines, et reprirent leur route vers Luçon, leur pays natal.

Un vent favorable les fit aborder le douzième jour sur la côte ouest
de Luçon, dans un petit port inhabité de la province d'_Illocos_;
ils prirent en or et en argent ce qu'ils pouvaient porter sur eux,
sabordèrent le joli brick, dirigèrent la proue au large, et dans une
frêle embarcation débarquèrent au port sans que personne les eût vus.

A quelques milles, le brick, rempli d'eau, s'enfonçait dans l'abîme,
disparaissait avec les richesses qu'il renfermait, et ne laissait
plus de traces des crimes commis par les deux marins, qui, riches et
heureux de s'être vengés, se livrèrent à toutes les jouissances que
leur procuraient les piastres et l'or dont ils s'étaient chargés en
abandonnant le brick.

Ils vivaient dans la plus grande sécurité; personne ne pouvait les
accuser, et leur crime paraissait devoir rester impuni.

Mais la Providence n'avait point pardonné aux deux assassins.

Un navire anglais recueillit à son bord les dix-neuf Lascars abandonnés
sur une des _Paracels_, et les conduisit à Canton.

Le consul anglais écrivit au gouvernement de Manille; celui-ci fit
des recherches: le brick avait disparu, on n'en avait aucune nouvelle.

Toutefois, les deux Indiens, qui, dans leur sécurité et leur
imprévoyance, dépensaient en femmes, en combats de coqs, des sommes
si considérables, appelèrent l'attention de la police; ils furent
mis en prison, et ne tardèrent point à faire un aveu complet de leur
crime et à en raconter les détails.

Tous deux furent condamnés au dernier supplice, et le jugement ajouta
en outre que leurs têtes seraient exposées à l'entrée du port de
Manille, pour servir d'exemple. Tous deux entendirent leur sentence
de mort avec le même sang-froid que s'il se fût agi d'une légère
correction; _Antonio_ fumait paisiblement sa cigarette, et _Cayetano_
mâchait du bétel.

Le jour suivant, j'allai les voir en chapelle; ils causèrent avec moi,
sans être émus ou affligés du sort qui les attendait le lendemain.

Ils me racontèrent eux-mêmes la manière dont ils s'étaient débarrassés
des Anglais, et ils appuyèrent fortement sur le bonheur qu'ils avaient
eu de se venger.

Je ne pus m'empêcher de leur demander si la mort ne les effrayait
pas? «Que voulez-vous, me dit _Cayetano_, c'est notre sort, il faut
bien le subir; pourquoi nous affligerions-nous?»

Le lendemain, la justice eut son cours; les deux têtes furent exposées
comme le jugement l'ordonnait.

Un mois après, lorsque je me préparais à revenir en France, un soir,
en passant près des fourches patibulaires, je décrochai la tête de
_Cayetano_, et l'emportai chez moi. C'est de cette tête que j'ai fait
don au musée d'anatomie du jardin des Plantes.

Tels étaient les hommes que j'allais avoir à gouverner.



CHAPITRE IX.

    Jala-Jala.--Église.--Le père Miguel de
    San-Francisco.--Bandits. --Règlement.--Chasse aux buffles.


J'ai dit plus haut que j'avais témoigné le désir que l'on construisît
une église dans mon village, non-seulement par esprit religieux,
mais aussi comme moyen civilisateur; je tenais essentiellement à
avoir un curé à _Jala-Jala_. A cet effet, je demandai à l'archevêque,
monseigneur Hilarion, dont j'avais été le médecin et avec lequel
j'étais lié d'amitié, qu'il me donnât un ecclésiastique que je
connaissais, et qui était alors sans emploi.

J'eus beaucoup de peine à obtenir cette nomination.

«Le père Miguel de San-Francisco, me répondit l'archevêque, est un
homme violent, fort entêté; il vous sera impossible de vivre avec lui.»

Je persistai; et comme la persistance amène toujours un résultat,
j'obtins enfin qu'il fût nommé curé à _Jala-Jala_.

Le père Miguel était d'origine japonaise et malaise. Il était jeune,
fort, courageux, et très-capable de m'aider dans les circonstances
difficiles qui se seraient présentées, comme, par exemple, s'il eût
fallu se défendre contre des bandits.

Je dois déclarer que, malgré les prévisions et, je pourrais dire,
les préventions de mon honorable ami l'archevêque, je le conservai
tout le temps de mon séjour à _Jala-Jala_, et n'eus pas la moindre
discussion avec lui.

Je ne pouvais lui reprocher qu'un seul fait regrettable, c'était de
ne pas assez prêcher ses paroissiens. Il ne les sermonnait qu'une
fois l'an, encore son discours était-il toujours le même, et divisé
en deux parties: la première en langue espagnole, à notre intention,
et la seconde en tagaloc pour les Indiens. Ah! que de gens j'ai
rencontrés depuis qui eussent dû imiter le bon curé de _Jala-Jala_!

Aux observations que je lui faisais parfois, «Laissez-moi faire,
et ne craignez rien, répondait-il: il ne faut pas tant de paroles
pour faire un bon chrétien.» Peut-être disait-il vrai!...

Depuis mon départ, le bon prêtre est mort, emportant dans la tombe
les regrets de tous ses paroissiens!

Comme on le voit, j'étais au commencement de mon oeuvre de
civilisation. Il était nécessaire, pour acquérir sur mes Indiens
l'influence que je voulais obtenir, de contracter avec eux des
engagements qui leur assurassent les priviléges que je leur accordais
en qualité de propriétaire, et de leur part les charges auxquelles
ils s'obligeaient envers moi.

Ces conventions entre le maître et le fermier, débattues avec les
anciens du bourg et adoptées à l'unanimité, me paraissent assez
curieuses pour les indiquer ici en abrégé.

On verra que les clauses de cette espèce de _charte constitutionnelle_
protégeaient bien plus les Indiens que mes propres intérêts:

«Les habitants de _Jala-Jala_, sans exception, sont gouvernés par
leur chef, le _gobernadorcillo_.

«Celui-ci est élu tous les ans, selon l'usage, par les anciens et
les _cabessas de barangay_.

«Lui seul peut administrer la justice, à moins que les parties
plaignantes ou l'accusé ne demandent à être jugés par le seigneur
de _Jala-Jala_.

«Le _gobernadorcillo_ est chargé de l'administration du bourg.

«Il doit maintenir le bon ordre parmi ses administrés, et faire
religieusement exécuter les engagements stipulés entre le seigneur
de _Jala-Jala_ et ses colons.

«Tout étranger qui viendra s'établir à _Jala-Jala_ jouira
immédiatement, quelle que soit sa religion, des mêmes droits et
prérogatives que les autres habitants. Toutefois, s'il n'appartient
pas à la religion catholique, il ne pourra remplir aucunes fonctions
municipales. C'est la seule exception que lui imposera la différence
de religion.

«Les combats du coqs sont permis les dimanches et les jours de
fête, après les offices divins, sans aucune redevance au seigneur
de _Jala-Jala_.

«Tous les jeux de hasard sont prohibés et seront sévèrement punis. Ils
seront cependant permis pendant trois jours dans l'année, savoir:
le jour de la fête patronale du bourg, le jour de la fête du seigneur
de _Jala-Jala_, et le jour de la fête de sa femme.

«Tout homme valide et les enfants en âge de rendre des services devront
travailler. Les paresseux seront sévèrement punis, et pourront être
renvoyés de l'habitation.

«Le travail est entièrement libre. Chaque habitant a le droit de
travailler pour son compte ou de louer ses services, moyennant un
salaire qui sera préalablement convenu à l'amiable.

«Tout père de famille est obligé d'avoir une maison d'une grandeur
convenable, avec une petite cour et un jardin soigneusement palissadé,
et planté d'arbres fruitiers, de légumes et de fleurs. Il jouira à
perpétuité du terrain occupé par son jardin et sa maison, moyennant
le payement au seigneur de _Jala-Jala_ d'une redevance annuelle d'une
poule ou de sa valeur, soit trente centimes. Cette redevance ne pourra,
sous  aucun prétexte, être augmentée par le seigneur.

«Chaque père de famille possédant une maison a le droit de défricher
les terres qui lui conviennent dans les domaines de _Jala-Jala_, à
la charge d'en obtenir par avance l'indication du seigneur. Pendant
les trois premières années aucune redevance ne sera exigible de la
part du seigneur; mais, la quatrième année et les années suivantes,
il aura droit au prélèvement de dix pour cent sur chaque récolte. Cette
redevance ne pourra, dans aucun cas, être augmentée.

«Chaque habitant peut posséder, sans payer aucune redevance, les
buffles et les chevaux qui lui sont nécessaires.

«Le seigneur de _Jala-Jala_ s'engage à fournir des buffles à tous
ceux qui en auront besoin pour la culture de leurs terres, et pour
les charrois des bois de construction et des bois à brûler.

«Chaque habitant a le droit de couper dans les forêts, sans payer
aucune redevance, le bois de construction et de chauffage nécessaire à
son usage. Mais lorsqu'il le vendra à l'extérieur, le quart du produit
de la vente sera alloué au seigneur, pour l'indemniser de la valeur
du bois et du travail de ses buffles.

«La pêche est entièrement libre sur toutes les plages. Celui qui
établira une pêcherie à poste fixe jouira du terrain sur lequel la
pêcherie sera établie, dans un rayon de 500 barres (500 mètres). Nul
autre que lui ne pourra établir, dans ce rayon, une autre pêcherie.

«La chasse est entièrement libre dans tout le domaine de _Jala-Jala_;
mais pour chaque cerf ou sanglier abattu, il sera remis un quartier
au seigneur.

«Tous les jeunes gens de douze à dix-huit ans seront divisés par
escouades de quatre. Chaque escouade, à tour de rôle, sera tenue de
servir le curé, pendant quinze jours, sans aucune rétribution que
la nourriture.

«L'église est à la charge des jeunes filles, qui doivent la tenir
avec propreté et l'orner de fleurs.

«Les jeunes filles au-dessus de douze ans se réuniront à la maison de
l'habitation deux fois par semaine, le lundi et le jeudi, pour piler
et préparer le riz nécessaire à la maison du seigneur. Elles seront
payées de ce travail par mesure, selon l'usage du pays.»

Avec ces hommes primitifs, il fallait peu de phrases. Il suffisait
de leur bien faire comprendre leurs droits et les miens, et surtout
de les graver dans leur mémoire.

Après avoir fait accepter les conventions que je viens d'indiquer, je
remarquai immédiatement une plus grande confiance parmi mes Indiens,
et une plus grande facilité à les associer à mes travaux.

Anna m'aidait de tout son coeur et de toute son intelligence. Aucune
fatigue ne la décourageait. Pendant la surveillance des jeunes filles
qui venaient deux fois par semaine piler le riz à la maison, elle
leur enseignait à aimer la vertu, qu'elle pratiquait si bien. Elle
leur fournissait des vêtements; car à cette époque les jeunes filles
de dix à douze ans étaient encore nues comme des sauvages.

Le père Miguel de San-Francisco était chargé de la mission plus
spécialement en rapport avec son caractère; et c'était pour répandre
plus promptement dans la colonie l'instruction, cette mère bienfaisante
qui mène à la conquête de la civilisation, que les jeunes gens étaient
divisés par escouades de quatre, et qu'à tour de rôle chaque escouade
allait passer quinze jours au presbytère.

Là, ces jeunes gens apprenaient un peu d'espagnol et se formaient
aux usages du monde, qui leur étaient tout à fait inconnus.

Moi, je surveillais tout en général. Je m'occupais des travaux de
culture, de donner une bonne direction aux bergers qui conduisaient
les bestiaux que j'avais acquis pour faire valoir mes pâturages.

J'étais aussi le médiateur des différends qui s'élevaient entre mes
colons. Ils aimaient mieux s'adresser à moi qu'au _gobernadorcillo_;
j'étais parvenu à prendre sur eux l'influence que je voulais obtenir.

Une partie de mon temps, et ce n'était pas la moins occupée, se
passait à chasser les bandits de mon habitation et de ses alentours.

Quelquefois je partais avant le jour et ne revenais que la nuit. Alors
je retrouvais ma femme, toujours bonne, affectueuse, dévouée; son
accueil me récompensait des fatigues de la journée. O félicités
presque parfaites, je ne vous ai jamais oubliées! Temps heureux,
qui as laissé d'ineffaçables traces dans ma mémoire, tu es toujours
présent à ma pensée! J'ai vieilli, mais mon coeur est toujours resté
jeune pour se ressouvenir!...

Dans ces longues causeries du soir, nous nous rendions compte des
travaux du jour et de tout ce qui nous était arrivé. C'était l'instant
des douces confidences. Heures trop tôt envolées, hélas! heures
fugitives, vous ne reviendrez plus!...

C'était l'heure aussi de mes audiences, véritable lit de justice
renouvelé de saint Louis, et ouvert à mes sujets.

La porte de ma maison accueillait tous les Indiens qui avaient quelque
chose à me communiquer.

Assis avec ma femme autour d'une grande table ronde, j'écoutais,
en prenant le thé, toutes les demandes qui m'étaient faites, toutes
les réclamations qui m'étaient adressées.

C'était pendant ces audiences que je rendais mes arrêts.

Mes gardes m'amenaient les coupables, et, sans perdre mon calme
ordinaire, je les admonestais sur les fautes qu'ils avaient commises.

J'avais toujours présent à la mémoire mon erreur lors du jugement de
mon pauvre _Bazilio_, et j'étais très-circonspect.

J'écoutais d'abord les témoins; mais je ne condamnais qu'après avoir
entendu le coupable dire:

«--Que voulez-vous, maître, c'était ma destinée; je ne pouvais pas
m'empêcher de faire ce que j'ai fait!...

«--Toute faute mérite un châtiment, lui répondais-je alors. Choisis,
veux-tu que ce soit le _gobernadorcillo_ ou moi qui te châtie?»

La réponse était toujours la même:

«--Tuez-moi, maître, disait l'Indien; mais ne me remettez pas aux
mains d'un de mes semblables.»

J'infligeais la punition. Anna, présente à mes arrêts, intercédait
pour le coupable. C'était un motif que je saisissais toujours pour
pardonner, ou faire remise d'une partie du châtiment. J'étais humain
sans faiblesse, et je faisais aimer Anna comme elle le méritait.

Mes gardes étaient chargés d'appliquer la punition. Lorsque l'exécution
était terminée, l'Indien rentrait au salon; je lui donnais un cigare,
signe du pardon; je l'engageais à ne plus commettre de nouveaux
méfaits. Anna l'exhortait à suivre mes conseils, et il partait avec
la certitude que sa faute était oubliée. Loin de m'en vouloir, il
témoignait souvent sa satisfaction à ses camarades dans des termes
analogues à ceux que prononçait l'un d'eux, après une punition sévère:
«J'ai reçu, disait-il, le châtiment qu'un père donne à son fils. Je
suis heureux que ma faute soit oubliée, et de fixer maintenant sans
aucun trouble le visage de mon maître.»

L'ordre et la discipline que j'avais établis étaient pour moi d'un
grand secours dans l'esprit des Indiens; ils me donnaient une influence
positive sur eux.

Mon calme, ma fermeté, ma justice, ces trois grandes qualités sans
lesquelles il n'est pas de gouvernement possible, satisfaisaient
beaucoup ces natures encore vierges et indomptées.

Mais une chose les inquiétait cependant. Étais-je brave?

Voilà ce qu'ils ignoraient, et ce qu'ils se demandaient souvent.

Ils répugnaient à l'idée d'être commandés par un homme qui n'aurait
pas été intrépide devant le danger.

J'avais bien fait quelques expéditions contre les bandits, mais ces
expéditions avaient été sans résultat, et d'ailleurs elles ne pouvaient
pas me servir à faire mes preuves de bravoure aux yeux des Indiens.

Je savais fort bien qu'ils formeraient leur opinion définitive sur moi
en raison de ma conduite dans la première occasion périlleuse que nous
viendrions à rencontrer; j'étais donc décidé à tout entreprendre pour
égaler au moins le meilleur et le plus brave de tous mes Indiens: tout
était là! Je comprenais l'impérieuse nécessité dans laquelle j'étais
de me montrer, non-seulement égal, mais supérieur pendant la lutte,
si je voulais conserver mon commandement.

L'occasion se présenta enfin de subir l'épreuve que désiraient mes
vassaux.

Les Indiens regardent la chasse au buffle comme la plus dangereuse
de toutes les chasses, et mes gardes me disaient souvent qu'ils
préféreraient se trouver la poitrine à nu à vingt pas du canon d'une
carabine, que de se trouver à cette distance d'un buffle sauvage.

«La différence, disaient-ils, c'est que la balle d'une carabine peut
blesser seulement, et que le coup de corne du buffle tue toujours.»

Je profitai de la frayeur qu'ils ont pour cette sorte d'animal, et
je leur déclarai un jour, et cela le plus froidement qu'il me fut
possible, mon intention formelle de le chasser.

Alors ils employèrent toute leur éloquence pour me faire renoncer
à mon projet; ils me firent un tableau très-pittoresque et fort peu
encourageant des dangers, des difficultés que je pouvais rencontrer,
moi surtout qui n'étais pas habitué à cette sorte de guerre; car un
pareil combat est en effet une espèce de guerre à mort.

Je ne voulus rien écouter.

J'avais parlé; je ne voulais pas discuter, et je regardai comme non
avenus tous leurs conseils.

Bien m'en prit, car ces conseils affectueux, ces tableaux effrayants
des dangers que je voulais courir n'étaient donnés et tracés que pour
me tendre un piége: ils s'étaient concertés entre eux afin de juger
de mon courage par mon acceptation ou mon refus de combattre.

J'ordonnai la chasse; ce fut ma réponse.

J'évitai avec le plus grand soin que ma femme fût informée de notre
excursion, et je partis accompagné d'une dizaine d'Indiens, presque
tous armés de fusils.

La chasse au buffle se fait autrement dans les montagnes que dans
les plaines.

En plaine, on n'a besoin que d'un bon cheval, de beaucoup d'adresse
et d'agilité pour lancer le lacet.

Mais dans les montagnes c'est différent; il faut plus que cela,
il faut un sang-froid extraordinaire.

Voici ce que l'on fait: on s'arme d'un fusil dont on est sûr, et
l'on va se placer de façon à ce que le buffle, en sortant du bois,
vous aperçoive.

Du plus loin qu'il vous voit, il s'élance sur vous de toute la vitesse
de sa course, brisant, rompant, foulant sous ses pieds tout ce qui
fait obstacle à son passage; il fond sur vous comme s'il allait vous
écraser; puis, arrivé à quelques pas, il s'arrête quelques secondes,
et présente ses cornes aiguës et menaçantes.

C'est pendant ce temps d'arrêt que le chasseur doit lâcher son coup
de feu, et envoyer sa balle au milieu du front de son ennemi.

Si par malheur le fusil rate, ou bien si le sang-froid fait défaut,
que la main tremble, que le coup dévie, il est perdu; la Providence
seule pourra le sauver!

Voilà peut-être le sort qui m'attendait; mais j'étais décidé à tenter
cette cruelle épreuve, et je marchais avec intrépidité... peut-être
à la mort.

Nous arrivâmes sur la lisière d'un grand bois où nous pressentions
qu'il y avait des buffles; nous nous arrêtâmes.

J'étais sûr de mon fusil, je croyais l'être assez de mon sang-froid;
je voulus alors que la chasse fût faite comme si j'eusse été un
simple Indien.

Je me fis placer à l'endroit où tout faisait présumer que l'animal
viendrait à passer, et je défendis à qui que ce soit de rester auprès
de moi.

J'exigeai que chacun prît sa place, et dès lors je restai seul en rase
campagne, à deux cents pas de la lisière de la forêt, à attendre un
ennemi qui ne devait pas me faire de grâce si je le manquais.

Je l'avoue, c'est un moment solennel que celui où l'on est placé entre
la vie et la mort, et cela par le plus ou le moins de justesse d'un
fusil, ou le plus ou le moins de calme du bras qui le tient.

Quand chacun fut à son poste, deux piqueurs entrèrent dans la
forêt. Ils s'étaient au préalable débarrassés d'une partie de leurs
vêtements, à l'effet de mieux gravir au haut des arbres en cas de
danger; pour toute arme ils avaient un coutelas, les chiens les
accompagnaient.

Pendant plus d'une demi-heure il se fit un morne silence.

Chacun de nous écoutait si quelque bruit n'arriverait pas à son oreille
inquiète; rien ne se faisait entendre. Le buffle reste souvent fort
longtemps sans donner signe de vie.

Au bout de la demi-heure nous entendîmes les aboiements réitérés des
chiens, les cris des piqueurs: la bête était dépistée.

Elle se défendait des chiens jusqu'au moment où, devenue furieuse,
elle s'élancerait d'un trait vers la lisière du bois.

Au bout de quelques instants j'entendis le craquement des branches
et des jeunes arbres que le buffle brisait sur son passage avec
une effrayante rapidité. Cette course ne pouvait se comparer qu'au
galop de plusieurs chevaux, au bruit précurseur d'un monstre, et je
dirai presque d'un être fantastique:--c'était comme une avalanche
qui s'avançait.

En ce moment, je l'avoue, j'éprouvais une émotion si vive, que mon
coeur battait avec une rapidité extraordinaire. N'était-ce pas la mort,
et une mort affreuse peut-être, qui m'arrivait là?

Soudain le buffle apparut...

Il fit un mouvement d'arrêt, promena ses regards effrayés autour de
lui, huma l'air de la plaine qui s'étendait au loin; puis, le museau
au vent, les cornes couchées pour ainsi dire sur le dos, se dirigea
vers moi furieux et terrible...

Le moment était venu.

Si j'avais attendu l'occasion de montrer aux Indiens mon courage et
mon sang-froid, en revanche le moment que j'avais choisi était grave,
et demandait bien en effet ces deux précieuses qualités.

J'étais là, je puis le dire, face à face avec le danger: le dilemme
était, de tous les dilemmes, le plus logique, le plus précis: vainqueur
ou vaincu, il fallait une victime: le buffle ou moi; et nous étions
tous deux également disposés à nous bien défendre.

Il me serait difficile de raconter exactement ce qui se passa d'abord
en moi pendant le court espace que le buffle mit à traverser la
distance qui nous séparait.

Mon coeur, si vivement agité pendant la course de l'animal à travers
la forêt, ne battait plus alors... Mes yeux étaient arrêtés sur lui,
mes regards fixés à son front, tellement que je ne voyais rien autour
de moi.

Il se fit dans mon esprit un silence profond... J'étais trop absorbé
d'ailleurs pour rien entendre, et cependant les chiens aboyaient
toujours, en suivant leur proie à une courte distance.

Enfin, le buffle baissa sa tête en présentant ses cornes aiguës,
fit un temps d'arrêt; puis, prenant son élan, s'élança pour se jeter
sur moi; je fis feu.

Ma balle alla lui labourer l'intérieur du crâne: j'étais à demi sauvé.

L'animal vint s'abattre à un pas au-devant de moi: on eût dit un
quartier de roche qui se détachait, tant sa chute fut lourde et
bruyante tout à la fois.

Je lui mis le pied entre les deux cornes, et je m'apprêtais à lâcher
mon second coup, lorsqu'un beuglement sourd et prolongé m'avertit
que ma victoire était complète: l'animal avait rendu le dernier soupir.

Mes Indiens arrivèrent.

Leur joie tourna à l'admiration; ils étaient enchantés; j'étais pour
eux tel qu'ils me désiraient.

Tous leurs doutes s'étaient envolés avec la fumée de mon fusil lorsque
j'avais ajusté et tiré le buffle. J'étais brave, j'avais toute leur
confiance: mes preuves étaient faites.

Ma victime fut coupée en morceaux, et portée en triomphe au
village. Comme vainqueur, je pris ses cornes; elles avaient six pieds
de long; je les ai depuis déposées au Muséum de Nantes.

Les Indiens, ces imagistes, ces _donneurs_ de surnom, me nommèrent
dès lors _Malamit-Oulou_, mots tagals qui signifient: _Tête froide_.

J'avouerai, sans amour-propre, que l'épreuve à laquelle mes Indiens
m'avaient soumis était assez sérieuse pour leur donner une opinion
définitive de mon courage, et leur prouver qu'un Français était aussi
brave qu'eux.

L'habitude que je pris plus tard de chasser ainsi me prouva que l'on
courait moins de dangers lorsque l'arme dont on se servait était bonne,
et que le sang-froid ne manquait pas.

Une fois par mois environ, je me livrais à cet exercice qui donne de
si vives émotions, et j'avais reconnu la facilité avec laquelle on
pouvait loger une balle dans une surface plane, de quelques pouces
de diamètre, à quelques pas de soi.

Mais il n'en est pas moins vrai que les premières chasses étaient
très-dangereuses.

Une seule fois, je permis à un Espagnol nommé Ocampo de nous
accompagner.

J'avais eu le soin de placer deux Indiens à ses côtés; mais lorsque
je l'eus quitté pour aller prendre mon poste, l'imprudent renvoya les
deux hommes, et bientôt le buffle débusqua du bois, et se dirigea
sur lui. Il lâcha ses deux coups de feu et manqua l'animal; nous
entendîmes les détonations, nous accourûmes en toute hâte: mais il
était trop tard! Ocampo n'existait plus. Le buffle l'avait traversé
de part en part, son corps était sillonné par d'affreuses blessures.

Un aussi douloureux accident ne se renouvela plus.

Quand des étrangers vinrent pour assister à une pareille chasse, je les
fis monter sur un arbre ou sur la crête d'une montagne, d'où ils purent
rester spectateurs du combat sans y prendre part et sans être exposés.

Maintenant que j'ai décrit la chasse aux buffles dans les montagnes,
je reviens à mes travaux de colonisation.



CHAPITRE X.

    Situation de Jala-Jala.--Colonisation.--Tremblements de
    terre. --Combats de coqs.


Ainsi que je l'ai dit plus haut, la maison que j'avais fait construire
renfermait tout le confort désirable. Elle était bâtie en bonnes
pierres de taille, et pouvait me servir de petite forteresse en
cas d'attaque.

Une de ses façades donnait sur le lac, dont les eaux claires et
limpides baignaient la plage verdoyante à cent pas de ma demeure.

L'autre, opposée, donnait sur les bois et les montagnes, où la
végétation était riche et plantureuse.

De nos fenêtres, nous jouissions d'un spectacle grandiose et
majestueux, comme le beau ciel des tropiques en offre quelquefois.

Par une nuit obscure, la crête des montagnes s'éclairait tout à coup
d'une lueur blafarde; cette lueur augmentait par degrés, puis peu à
peu la lune resplendissante apparaissait et embrasait le sommet des
montagnes, comme eût fait un vaste incendie; puis, calme, limpide,
sereine, elle reflétait sa lumière poétique et douce dans les eaux
du lac, calmes, limpides et sereines comme elle! C'était un coup
d'oeil éblouissant.

Quelquefois, vers le soir, la nature se montrait dans toute sa
splendeur imposante, et faisait descendre au fond des âmes un secret
effroi. Tout accusait l'influence sacrée du Dieu créateur.

A une faible distance de notre habitation, on apercevait une montagne
dont la base était dans le lac et le sommet dans les cieux. Cette
montagne servait de paratonnerre à _Jala-Jala_: elle attirait sur
elle la foudre.

Souvent de gros nuages noirs, chargés d'électricité, s'amoncelaient sur
ce point culminant; on eût dit d'autres monts cherchant à renverser
celui-là. Un orage se formait, le tonnerre grondait avec fureur, la
pluie tombait à torrents, des détonations terribles se succédaient de
minute en minute, et l'obscurité profonde était à peine interrompue
par la foudre qui sillonnait l'espace en longs serpents de feu pour
aller frapper, sur le sommet et le flanc de la montagne, d'énormes
blocs de rochers qu'elle précipitait dans le lac avec fracas.

C'était une des admirables colères de Dieu!

Bientôt tout se calmait; la pluie ne tombait plus, les nuages
disparaissaient, l'air embaumé apportait tous les parfums des fleurs
et des plantes aromatiques sur ses ailes encore humides, et la nature
reprenait sa tranquillité ordinaire!

Plus tard, j'aurai l'occasion de parler d'un autre spectacle que
nous avions aussi à certaines époques, et qui était d'autant plus
effrayant qu'il durait douze heures. C'étaient les coups de vent
appelés _Tay-Foung_ dans les mers de la Chine.

A diverses époques de l'année, particulièrement dans celle où s'opère
le changement de _mousson_ [17], nous subissions des phénomènes plus
terribles encore que nos orages; je veux parler des tremblements
de terre.

Ces tremblements affreux présentent un aspect bien différent à la
campagne de ce qu'ils sont dans les cités.

Dans les villes, la terre commence-t-elle à trembler? partout on
entend un bruit épouvantable; les édifices craquent, et sont prêts à
s'écrouler; les habitants se précipitent hors des maisons, courent
par les rues qu'ils encombrent, et cherchent à se sauver. Les cris
des enfants effrayés, des femmes éplorées se mêlent à ceux des hommes
éperdus; chacun est à genoux, les mains jointes, les regards levés
vers le ciel, et l'implore avec des larmes dans la voix. Tout s'émeut,
tout s'agite, tout redoute la mort, et l'effroi devient général.

A la campagne, c'est tout le contraire, et c'est cent fois plus
imposant et plus terrible.

A _Jala-Jala_, par exemple, à l'approche d'un de ces phénomènes,
un calme profond, lugubre même, s'empare de la nature.

Le vent ne souffle pas; il n'y a ni brise, ni zéphyr. Le soleil, sans
être couvert de nuages, s'obscurcit, et répand une clarté sépulcrale.

L'atmosphère est chargée de vapeurs qui la rendent lourde et
étouffante. La terre est en travail.

Les animaux, inquiets et silencieux, cherchent un refuge contre le
cataclysme qu'ils pressentent.

Le sol tressaille; tout à coup il tremble sous les pieds. Les arbres
s'agitent, les montagnes s'ébranlent sur leurs bases, et leurs sommets
paraissent prêts à s'écrouler.

Les eaux du lac sortent de leur lit, et se répandent avec impétuosité
dans les campagnes. Un roulement plus fort que celui produit par le
tonnerre se fait entendre; la terre tremble... et tout s'en ressent
à la fois.

Mais dès lors le phénomène est accompli, tout reprend l'existence.

Les montagnes se consolident sur leurs bases, et redeviennent
immobiles; les eaux du lac rentrent peu à peu dans leur bassin naturel,
le ciel s'épure et reprend sa brillante clarté, la brise souffle;
les animaux sortent des tanières dans lesquelles ils s'étaient cachés;
la terre a repris sa tranquillité, et la nature son calme imposant.

Je n'ai pas cherché à faire des descriptions souvent fort ennuyeuses
pour le lecteur; j'ai voulu seulement donner une idée des divers
panoramas qui se déroulaient tour à tour sous nos yeux à _Jala-Jala_.

Je reviens à présent au récit de ma vie habituelle.

J'avais tué un buffle à la chasse, j'avais dès lors fait mes preuves,
et mes Indiens m'étaient dévoués, car ils avaient confiance en moi.

Rien plus ne me préoccupait, et j'employais mon temps à faire exécuter
des travaux dans la campagne.

Bientôt les bois, les forêts avoisinant mon domaine tombèrent sous la
cognée, et furent remplacés par des champs immenses d'indigo et de riz.

Je peuplai les montagnes de bêtes à cornes, et d'une belle troupe de
chevaux aux pieds fins et à l'oeil fier.

Je parvins peu à peu à éloigner les bandits de _Jala-Jala_. Je dois
dire qu'un grand nombre d'entre eux avaient abandonné leur vie errante
et criminelle; je les avais recueillis sur mes terres, et j'en avais
fait de bons cultivateurs.

Comment étais-je arrivé à faire de pareilles recrues?

J'avoue que le moyen était un peu bizarre, et mérite qu'on le raconte;
on verra combien l'Indien se laisse influencer et conduire lorsqu'il
a confiance dans un homme qu'il regarde comme lui étant supérieur.

Je me promenais très-souvent dans les forêts, seul, et tenant mon fusil
sous mon bras. Tout à coup un bandit, sorti comme par enchantement de
derrière un arbre, m'apparaissait armé de pied en cap, et s'avançait
sur moi.

«Maître, me disait-il en mettant un genou en terre, je veux être un
honnête homme, prenez-moi sous votre protection!»

Je m'informais alors de son nom; s'il était signalé par la haute cour
de justice, je lui répondais sévèrement:

«Retire-toi, et ne te présente jamais devant moi; je ne peux pas te
pardonner, et si je te rencontre de nouveau, il faudra que je fasse
mon devoir.»

S'il m'était inconnu, je lui disais avec bienveillance:

«Suis-moi.»

Je l'emmenais à mon habitation.

Là, je lui faisais déposer ses armes; puis, après l'avoir sermonné
en l'engageant à persister dans sa résolution, je lui indiquais le
lieu du village où je voulais qu'il construisît sa case, et, pour
l'encourager, je lui faisais quelques avances, afin qu'il pût se
nourrir en attendant que de bandit il devînt cultivateur.

Je m'applaudissais chaque jour d'avoir laissé une porte ouverte
au repentir, puisque je rendais par mes soins, à la vie honnête et
laborieuse, des gens égarés et pervertis.

Je m'attachais aussi à habituer les Indiens à quitter leurs coutumes
vicieuses et sauvages, sans pourtant employer trop de sévérité à leur
égard : je savais qu'avec eux, pour obtenir beaucoup, il fallait se
relâcher un peu.

Les Indiens sont passionnés pour les jeux de cartes et les combats
de coqs , ainsi que je l'ai dit plus haut.

Pour ne pas les priver tout à fait de ces plaisirs, je leur permettais
le jeu de caries trois fois par an, ainsi que je l'ai dit.

Hors ces trois époques, malheur à celui qui était pris en flagrant
délit! il était puni sévèrement.

Quant aux combats de coqs, j'avais permis qu'ils eussent lieu les
dimanches et fêtes, après les offices.

A cet effet, j'avais fait construire des arènes publiques.

Dans ces arènes, en présence de deux juges dont les arrêts étaient
sans appel, les spectateurs engageaient de forts paris.

Rien n'est plus curieux à voir qu'un combat de coqs.

Les deux fiers animaux , choisis et élevés exprès pour le jour de la
lutte, arrivent sur le champ de bataille, armés de longs et tranchants
éperons d'acier.

Leur tenue est superbe, leur démarche hardie et guerrière  ils portent
haut la tête, et battent leurs flancs de leurs ailes, dont les plumes
simulent l'éventail orgueilleux du paon.

C'est avec un regard fier qu'ils parcourent l'arène, levant leurs
pattes avec précaution, et se mesurant de l'oeil avec colère.

On dirait deux anciens chevaliers armés en guerre, prêts à combattre
sous les yeux de la cour assemblée.

Leur impatience est vive, leur courage impétueux.

Tout à couples deux adversaires fondent l'un sur l'autre, et
s'attaquent avec une égale furie; les armes tranchantes qu'ils portent
leur font d'horribles blessures, mais ces intrépides  lutteurs ne
semblent pas en ressentir les cruels effets.

Le sang coule, les champions n'en paraissent que plus acharnés.

Celui qui faiblit ranime son courage à l'idée de la victoire; s'il
recule , c'est pour prendre plus d'élan et se jeter avec plus d'ardeur
sur l'ennemi qu'il voudrait terrasser.

Enfin, lorsque le sort s'est prononcé, lorsque , couvert de blessures
et de sang, l'un des héros succombe ou s'enfuit, il est déclaré
vaincu, et c'est alors que l'on peut dire: « Et le « combat finit,
faute de combattants ! »

Les Indiens assistent avec une joie féroce à ce genre d'exercice.
Ils ne parlent pas, tant leur attention est captivée; ils suivent
avec un soin particulier la lutte dans ses moindres détails.

Ils élèvent presque tous un coq pendant quelques années avec une
tendresse vraiment comique, surtout lorsqu'on réfléchit  que cet
animal, choyé comme le serait un enfant, est destiné par eux à périr
au  premier jour où il ira combattre.

J'avais aussi compris qu'il fallait un amusement qui rentrât dans
les goûts, les moeurs et les habitudes de mes anciens bandits, dont
la vie avait été pendant longtemps errante et vagabonde.

À cet effet, j'avais permis la chasse dans toule l'étendue de ma
propriété, à la condition toutefois que je prélèverais comme dîme assez
naturelle un quartier du cerf ou du sanglier  que l'on aurait tué.

Jamais, je le crois, un chasseur, un de ces hommes ramenés  du chemin
du vice dans celui de la vertu, n'a manqué  à cet engagement, et
n'a cherché à me dérober du gibier. J'ai souvent reçu sept à huit
quartiers de cerf dans la journée,  et ceux qui me les apportaient
étaient enchantés de pouvoir me les offrir.

L'église dont j'avais fait jeter les fondations s'élevait à vue d'oeil
; la population du bourg s'accroissait chaque jour, et tout allait
au gré de mes désirs.

J'avais bien toujours des difficultés avec les bandits endurcis  qui
m'environnaient; mais je les poursuivais sans relâche,  car il était
de mon intérêt de les éloigner de mon habitation.

Très-souvent ils me causaient de vives alarmes et des alertes.

Ces hommes résolus et déterminés arrivaient par bandes pour faire le
siége de notre maison; nous étions cernés.

Mes gardes se rangeaient autour de moi, et nous livrions des
combats très-fréquents, mais qui se terminaient pour nous toujours
avantageusement.

La Providence a des secrets inouïs. Jamais la balle d'un bandit
ne m'a frappé. Je porte la trace de dix-sept blessures, mais ces
blessures ont toutes été faites avec des armes blanches. On pourrait
dire de moi, comme dans je ne sais plus quelle ballade écossaise:
«N'a-t-on pas vu les soldats du diable passer à travers les balles,
au lieu que ce soient les balles qui passassent au travers d'eux?»
En effet, j'ai reçu bien des coups de fusil, quelques-uns à bout
portant; j'ai souvent vu le canon d'un fusil dirigé sur ma poitrine
à quelques pas de moi, mes vêtements ont été troués par le plomb;
mais mon corps a toujours été respecté.

Un matin, on vint m'avertir que des bandits étaient réunis à quelques
lieues de ma demeure, et qu'ils se disposaient à venir l'attaquer.

A cette nouvelle, j'armai mes gens et je partis à la rencontre de la
troupe qui devait m'assaillir, pour prévenir son attaque.

A l'endroit qui m'avait été indiqué, je ne trouvai personne, et
je passai ma journée à battre les environs, dans l'espoir de faire
quelque rencontre; toutes mes recherches furent inutiles.

Tout à coup la pensée me vint qu'un ennemi secret m'avait pu donner
le change, et qu'au moment où j'allais au-devant d'un danger sans
doute imaginaire, ma maison, que j'avais abandonnée, était peut-être
attaquée.

Je tressaillis, un frisson parcourut tout mon corps. Je partis au
galop, et j'arrivai chez moi au milieu de la nuit.

Mes craintes n'étaient que trop fondées. J'étais tombé dans un
piége. Je trouvai mes domestiques armés, et ma femme veillant à leur
tête. «--Que fais-tu là? m'écriai-je en allant vers elle.--Je veille,
répondit-elle avec le plus grand sang-froid. J'ai été prévenue
que l'avis qu'on t'a adressé était faux; que tu ne trouverais pas
les bandits là où ils devaient être, et que pendant ton absence ils
viendraient ici. J'ai dès lors pris mes précautions, et voilà pourquoi
tu nous trouves disposés à nous défendre.»

Ce trait de courage, qui s'est renouvelé bien des fois, me prouva
combien Dieu a mis de force et d'énergie dans la femme en apparence
la plus délicate.

Les bandits ne nous attaquèrent pas: un ange ne veillait-il pas sur
ma demeure?

Il y avait plus d'une année que nous étions à _Jala-Jala_ sans avoir
vu un Européen.

On aurait dit que nous étions retirés du monde civilisé pour toujours,
et que nous ne devions plus vivre qu'avec les Indiens.

Nos montagnes avaient une si triste réputation, que personne ne voulait
s'exposer aux mille dangers qu'on craignait de rencontrer chez nous.

Nous étions donc seuls, et nous étions cependant fort heureux. C'est
peut-être le temps le plus agréable que j'aie passé dans ma vie. Je
vivais avec une femme aimée et aimante; l'oeuvre que j'avais entreprise
s'accomplissait sous mes yeux; le bien-être et le bonheur, qui en est
la conséquence, régnaient chez mes vassaux, qui s'attachaient de plus
en plus à moi.

Comment aurais-je pu regretter les plaisirs et les fêtes d'une
ville où ces fêtes et ces plaisirs sont achetés par le mensonge,
l'hypocrisie et la fausseté, ces trois vices de la société civilisée?

Cependant l'effroi que répandaient les bandits ne fut pas assez
grand pour éloigner tout à fait les Européens; et un matin nous vîmes
arriver, armées jusqu'aux dents, quelques personnes assez folles pour
oser aller visiter un fou [18]. C'est ainsi que l'on m'appelait à
Manille, depuis mon départ pour la campagne.

La surprise de ces hardis visiteurs ne saurait se décrire lorsqu'ils
nous trouvèrent, en arrivant à _Jala-Jala_, calmes, tranquilles,
et dans une sécurité presque parfaite.

Cette surprise augmenta lorsqu'ils virent en entier notre colonie; et,
à leur retour à la ville, ils firent un tel récit de notre retraite
et des divertissements qu'on y trouvait, que bientôt nous reçûmes
d'autres visites, et j'eus à donner l'hospitalité, non-seulement à
des amis, mais à des étrangers [19].

Si parfois nos affaires nous forçaient d'aller à Manille, nous
revenions tout de suite à nos montagnes et à nos forêts; car là,
seulement, Anna et moi nous nous trouvions heureux.

Il aurait fallu de grandes raisons pour nous arracher à notre douce
retraite; une circonstance bien simple cependant nous la fit quitter
momentanément.

J'appris qu'un de mes amis, qui m'avait servi de témoin à mon mariage,
était gravement malade [20].

Ce que le plaisir le plus vif, la joie la plus grande, la fête la plus
splendide n'aurait pu obtenir de moi, l'amitié sut me le persuader.

A cette fâcheuse nouvelle, je résolus d'aller à Manille donner mes
soins au malade, dont la famille me faisait demander; et comme mon
absence pouvait se prolonger, je fis mes paquets, et nous partîmes,
le coeur doublement attristé de quitter _Jala-Jala_ pour une semblable
cause.

A mon arrivée, j'appris que mon ami avait été transporté de Manille
à _Boulacan_, province au nord de cette ville; on espérait que l'air
de la campagne amènerait sa guérison.

Je laissai Anna chez ses soeurs, et j'allai rejoindre don Simon, que
je trouvai en pleine convalescence; ma présence était inutile ou à
peu près, et le voyage que j'avais fait sans résultats, si ce n'était
celui de serrer affectueusement la main d'un excellent camarade, que je
ne voulais pas quitter sans être certain que sa guérison fût parfaite.



CHAPITRE XI.

    Voyage chez les _Tinguianès_.


Je me proposais d'utiliser mon temps et de faire un voyage au nord,
dans la province d'_Ilocos_ et de _Pangasinan_.

J'avais mon projet; je voulais, s'il était possible, faire une
excursion chez les _Tinguianès_ et les _Igorrotès_, populations
sauvages desquelles on parlait beaucoup, sans les connaître, et que
je désirais étudier par moi-même.

Je me gardai bien de confier cette idée à personne; c'est alors que
l'on n'aurait plus su quel nom me donner!

Je fis mes préparatifs, et je partis avec mon fidèle lieutenant Alila,
qui ne me quittait jamais, et qu'on avait bien eu raison de surnommer
_Mabouti-Tajo_.

Nous étions montés sur de bons chevaux qui nous emportèrent comme des
gazelles à _Vigan_, chef-lieu de la province d'_Ilocos-Sud_, où nous
les laissâmes. Là nous primes un guide qui nous conduisit dans l'est,
auprès d'une petite rivière nommée _Abra_ (ouverture).

Cette rivière est la seule issue par laquelle on peut pénétrer chez
les _Tinguianès_. Elle serpente entre de hautes montagnes de basalte;
ses bords sont escarpés, son lit est encombré d'énormes blocs de
rochers qui sont tombés du flanc des montagnes. Il est impossible de
côtoyer ses bords.

Pour arriver chez les _Tinguianès_, il faut avoir recours à une
embarcation légère qui puisse facilement franchir le courant et les
endroits peu profonds.

Mon guide et mon lieutenant eurent bientôt fabriqué un petit radeau
de bambous. Le radeau construit, nous nous embarquâmes, Alila et moi,
notre guide refusant de nous accompagner.

Après beaucoup de peine et de fatigues, en nous mettant souvent à
l'eau pour traîner notre radeau, nous franchîmes enfin la première
ligne des montagnes, et nous aperçûmes, dans une petite plaine,
le premier village _tinguian_.

Arrivés là, nous mîmes pied à terre pour nous diriger vers les huttes
que nous distinguions de loin.

Je conviens que c'était bien un peu agir en fou que d'aller nous
aventurer ainsi au milieu d'une peuplade d'hommes féroces et cruels,
dont nous ne connaissions pas la langue; mais je comptais sur mon
étoile! J'ajouterai que j'avais pris divers objets pour les offrir
en cadeaux, espérant rencontrer quelque habitant parlant la langue
tagaloc.

Je marchais donc sans m'inquiéter de ce qui nous adviendrait.

Après quelques instants nous arrivâmes enfin aux premières cases,
et les habitants nous firent tout d'abord une réception peu
agréable. Effrayés de notre approche, ils s'avancèrent vers nous
armés de haches et de lances; nous les attendîmes sans reculer. Je
résolus de parler avec eux au moyen de gestes, et je leur montrai des
colliers de verroterie, pour leur faire comprendre que nous venions
en amis. Ils se concertèrent entre eux, et lorsqu'ils eurent tenu
conseil, ils nous firent signe de les suivre.

Nous obéîmes.

On nous conduisit devant un vieux chef.

Ma générosité fut plus grande envers lui qu'elle ne l'avait été avec
ses sujets. Il parut si enchanté de mes présents, qu'il nous rassura,
nous faisant comprendre que nous n'avions rien à craindre, et qu'il
nous prenait sous sa haute protection.

Ce bon accueil m'avait donné la certitude que nous étions traités en
amis par ces sauvages, si cruels envers leurs ennemis.

Je me mis alors à examiner avec attention les hommes, les femmes et
les enfants qui nous entouraient, et qui paraissaient aussi étonnés
que nous l'étions nous-mêmes.

Ma surprise fut très-grande lorsque je vis des hommes d'une
belle stature, légèrement bronzés, aux cheveux plats, au profil
régulier, avec un nez aquilin, et des femmes vraiment belles et
gracieuses. Étais-je bien chez des sauvages?

J'aurais plutôt pu croire que j'étais chez des habitants du midi de
la France, si ce n'eût été le costume et le langage.

Les hommes portaient pour tout vêtement une ceinture, et une espèce de
turban fait d'écorce de figuier. Ils étaient armés, comme ils le sont
toujours, d'une longue lance, d'une petite hache, et d'un bouclier.

Les femmes portaient également une ceinture, mais elles avaient en
outre un petit tablier très-étroit qui leur descendait jusqu'aux
genoux. Leur tête était ornée de perles, de grains de corail et d'or,
mêlés avec leurs cheveux; la partie supérieure de leurs mains était
peinte en bleu, leurs poignets étaient garnis de bracelets en tissu,
parsemés de verroterie: ces bracelets montaient jusqu'au coude,
et formaient comme des demi-manches tressées.

J'appris, à ce sujet, une particularité assez singulière. Ces bracelets
en tissu compriment follement le bras; on les met quand les femmes sont
encore toutes jeunes, et ils empêchent le développement des chairs au
profit du poignet et de la main, qui se boursouflent et deviennent
horriblement gros: c'est un signe de beauté chez les _Tinguianès_,
comme le petit pied chez les Chinoises, et la taille fine chez les
Européennes.

Dans les jours de grande fête, quelques favorisés du sort, hommes et
femmes, ajoutent à la primitive ceinture de figuier une petite veste
très-étroite en étoffe de coton, ainsi qu'une espèce d'écharpe qui,
selon le bon plaisir de celui qui la porte, prend la forme de turban,
de ceinture, ou de véritable écharpe jetée sur une épaule et passant
sous le bras opposé.

Les veuves, pendant les funérailles de leurs maris, portent aussi un
large voile blanc qui les couvre de la tête aux pieds.

Ces étoffes sont tissées par eux-mêmes d'une manière tout à fait
primitive: ils attachent un certain nombre de fils à un pieu ou à
un arbre, l'autre extrémité à leur corps; ensuite, en tournant sur
eux-mêmes, ils enroulent les fils à leur ceinture, en s'approchant
jusqu'à la longueur du bras, de l'extrémité attachée à l'arbre;
une petite navette et un peigne forment le reste du métier. Au fur
et à mesure qu'ils ont ourdi une certaine longueur d'étoffe, ils
s'éloignent du point de départ en tournant en sens inverse, pour
dérouler de leur ceinture le fil nécessaire à la trame. Avec cette
méthode, ils ne parviennent à faire que des étoffes n'ayant qu'une
largeur de 20 à 30 centimètres.

J'étais tout étonné de me trouver entouré de cette population, qui
n'avait véritablement rien d'effrayant.

Une seule chose m'importunait, c'était l'odeur que ces peuplades
répandaient autour d'elles, et que l'on sentait même d'assez
loin. Cependant les hommes et les femmes sont très-propres, ils ont
l'habitude de se baigner deux fois par jour. J'attribuai cette odeur
désagréable à leur ceinture et à leur turban, qu'ils ne quittent pas
et qu'ils laissent tomber en lambeaux.

Je remarquai que l'accueil qui m'avait été fait par le chef attirait
sur nous la bienveillance de tous les habitants, et j'acceptai sans
crainte l'hospitalité qui nous fut offerte.

C'était le seul moyen de bien étudier les moeurs et les habitudes de
mes nouveaux hôtes.

Le territoire occupé par les _Tinguianès_ est situé par le 17º
de latitude nord, et le 27º de longitude ouest; il est divisé en
dix-sept villages.

Chaque famille possède deux habitations, une pour le jour, l'autre
pour la nuit.

L'habitation du jour est une petite case en bambou et en paille,
dans le genre de toutes les cases indiennes.

Celle de nuit est plus petite et perchée sur de grands pieux, ou au
sommet d'un arbre, à soixante ou quatre-vingts pieds au-dessus du sol.

Cette hauteur m'étonna; mais je compris cette précaution lorsque je sus
que, réfugiés dans cette case de nuit, les _Tinguianès_ se préservent
ainsi des attaques nocturnes des _Guinanès_, leurs ennemis mortels,
et s'en défendent avec des pierres qu'ils lancent du sommet des arbres
[21].

Au milieu de chaque village, il y a un grand hangar qui sert aux
réunions, aux fêtes et aux cérémonies publiques.

Il y avait déjà deux jours que j'étais au village de _Palan_ (c'est
ainsi que s'appelait le lieu où je m'étais arrêté), lorsque les
chefs reçurent un message de la bourgade de _Laganguilan y Madalag_,
une des plus éloignées dans l'est. Par ce message, les chefs étaient
prévenus que les habitants de la bourgade avaient soutenu un combat,
et qu'ils en étaient sortis victorieux.

A cette nouvelle, les habitants de _Palan_ poussèrent des cris de
joie qui se changèrent en véritable tumulte, lorsqu'on apprit qu'une
fête allait être célébrée en commémoration du succès à _Laganguilan
y Madalag_. Chacun désirait y assister; hommes, femmes, enfants,
tous voulurent partir.

Mais les chefs choisirent un certain nombre de guerriers, quelques
femmes, plusieurs jeunes filles, et l'on se prépara au départ.

L'occasion s'offrait trop belle pour que je n'en profitasse pas, et
je priai instamment mes hôtes de me permettre de les accompagner. Ils
consentirent, et la nuit même nous nous mîmes en marche au nombre
de trente.

Les hommes portaient leurs armes, qui se composent de la hache,
qu'ils nomment _aligua_, de la lance aiguë en bambou, et du bouclier;
les femmes étaient affublées de leurs plus beaux ornements.

Nous marchions les uns derrière les autres, suivant la coutume des
sauvages.

Nous passâmes par plusieurs villages dont les habitants se rendaient
comme nous à la fête; nous traversâmes des montagnes, des forêts, des
torrents; et enfin, à la pointe du jour, nous arrivâmes à _Laganguilan
y Madalag_.

Toute la bourgade était en fête.

On entendait de tous côtés les sons de la conge et du tam-tam. Le
premier de ces instruments est de forme chinoise, le second est en
forme de cône aigu, recouvert à la base d'une peau de cerf. C'était
un vrai tohu-bohu.

Vers onze heures, les chefs du village, suivis de toute la population,
se dirigèrent vers le grand hangar. Là, chacun prit sa place sur le
sol; chaque bourgade, ayant son chef à sa tête, occupait une place
désignée à l'avance.

Au milieu d'un cercle formé par les chefs des combattants, il y avait
de grands vases pleins d'une boisson faite avec du jus de canne à
sucre, et quatre hideuses têtes de _Guinanès_ entièrement défigurées:
c'étaient les trophées de la victoire.

Lorsque tous les assistants eurent pris leurs places, un guerrier de
_Laganguilan y Madalag_ prit une des têtes et la présenta aux chefs
de la bourgade, qui la montrèrent à tous les assistants en faisant
un long discours renfermant des louanges pour les vainqueurs.

Ce discours achevé, le guerrier reprit la tête, la divisa à coups de
hache, et en retira la cervelle.

Pendant cette opération peu agréable à voir, un autre guerrier prit
une seconde tête, la présenta aux chefs; le même discours fut prononcé,
puis le guerrier brisa le crâne, ôta la cervelle.

Il en fut ainsi pour les quatre dépouilles sanglantes des ennemis
vaincus.

Quand les cervelles furent retirées, les jeunes filles les broyèrent
avec leurs mains dans les vases contenant la liqueur de jus de canne
fermentée. Elles remuèrent le tout, puis les vases furent rapprochés
des chefs; ceux-ci plongèrent dedans de petites coupes en osier
qui laissaient échapper par leurs fissures la partie trop liquide;
ce qui restait au fond des petits paniers fut bu par eux avec extase
et sensualité.

J'éprouvai un affreux mal de coeur à ce spectacle, nouveau pour moi.

Après le tour des chefs, vint le tour des guerriers. Les vases leur
furent présentés, et chacun y puisa avec délices l'affreux breuvage,
au bruit des chants sauvages.

Il y avait vraiment dans ce sacrifice à la victoire quelque chose
d'infernal....

Nous étions rangés en cercle, et les vases promenés à la ronde. Je
compris que nous allions avoir une épreuve bien dégoûtante à subir.

En effet, hélas! elle ne se fit pas attendre. Les guerriers
s'arrêtèrent devant moi, et me présentèrent le basi [22] et l'affreuse
coupe.

Tous les regards se fixèrent sur moi. L'invitation était bien directe;
la refuser, c'était s'exposer peut-être à la mort!

Il se fit en moi un combat que je ne saurais rendre...

J'eusse préféré la carabine d'un bandit à cinq pas de ma poitrine,
ou attendre, ainsi que je l'avais déjà fait, que le buffle sauvage
sortît du bois.

Quelle perplexité! Je n'oublierai jamais cet horrible moment; il me
glaça d'effroi et de dégoût.

Cependant je me contins, rien ne trahit mon émotion; j'imitai les
sauvages, et, trempant la coupe d'osier dans la boisson, je l'approchai
de mes lèvres... et la passai au malheureux Alila, qui ne put éviter
l'infernale boisson.

Le sacrifice était accompli.

Les libations cessèrent, mais il n'en fut pas de même des chants.

Le basi est une liqueur très-spiritueuse et très-enivrante, et les
assistants, qui avaient usé outre mesure de cet infernal breuvage,
chantaient plus fort au bruit du tam-tam et de la conge, pendant
que les guerriers divisaient les crânes humains en petits morceaux,
destinés à être envoyés comme cadeaux à toutes les bourgades amies.

La distribution se fit séance tenante, puis les chefs déclarèrent la
cérémonie terminée.

On se mit alors à danser. Les sauvages se divisèrent en deux lignes,
et, hurlant comme s'ils eussent été enragés ou fous furieux, ils se
mirent à sauter en appliquant leur main droite sur l'épaule de leur
vis-à-vis, et à changer de place avec lui.

Ces danses durèrent toute la journée; enfin la nuit vint, chaque
habitant se retira avec sa famille et quelques hôtes dans sa demeure
aérienne, et tout rentra dans l'ordre.

Il y a lieu de s'étonner, quand on est en Europe, couché dans un bon
lit, sous un chaud édredon, la tête mollement appuyée sur de bons
oreillers, de penser au singulier gîte que choisissent ces sauvages
dans les forêts.

Combien de fois je me suis représenté ces familles juchées à
quatre-vingts pieds au-dessus de la terre, sur le sommet des arbres. Et
cependant je sais qu'elles dorment aussi tranquilles dans ces retraites
ouvertes à tous les vents, que moi dans ma chambre bien close et bien
silencieuse. Ne sont-elles pas comme les oiseaux qui se reposent sur
les branches à leurs côtés? N'ont-elles pas pour mère la nature, cette
admirable gardienne de ce qu'elle a fait? et ne ferment-elles pas leurs
paupières sous le regard tutélaire du Père suprême, du Maître éternel?

Mon fidèle Alila se retira avec moi dans une des cases de bas étage
pour passer la nuit, ainsi que nous avions coutume de le faire depuis
notre séjour chez les _Tinguianès_.

Pour plus de sûreté, nous avions pris l'habitude de veiller
mutuellement l'un sur l'autre: jamais nous ne dormions tous les deux
à la fois. Sans être peureux, ne doit-on pas être prudent?

Cette nuit-là, c'était à mon tour de commencer à dormir; je me
couchai, mais les impressions de la journée avaient été trop vives;
je ne ressentis pas la moindre velléité de sommeil.

J'offris alors à mon lieutenant de me remplacer; le pauvre diable
était comme moi: les têtes des _Guinanès_ dansaient devant ses
yeux. Il les voyait pâles, sanglantes, hideuses, puis déchirées,
broyées, brisées; puis l'affreux breuvage des cervelles, qu'il avait
aussi courageusement avalé, lui revenait au coeur et à l'esprit,
et il souffrait vraiment de notre visite à la bourgade victorieuse.

«Maître, me disait-il avec un air désolé, pourquoi sommes-nous venus
parmi tous ces démons? Ah! nous aurions mieux fait de rester à notre
bon pays de _Jala-Jala_.»

Il n'avait peut-être pas tort; mais mon désir de voir des choses
extraordinaires me donnait un courage et une volonté qu'il ne
partageait pas.

«Il faut, lui répondis-je, que l'homme connaisse tout, et voie tout
ce qu'il lui est possible de voir. Puisque nous ne pouvons dormir,
et que nous sommes les maîtres ici quant à présent, faisons une
visite de nuit; peut-être trouverons-nous des choses qui nous sont
inconnues... Allume du feu, Alila, et suis-moi.»

Le pauvre lieutenant obéit sans répondre. Il frotta deux morceaux de
bambou l'un contre l'autre, et je l'entendis murmurer entre ses dents:

«Quelle maudite idée a donc le maître? Qu'allons-nous voir dans cette
malheureuse case? Si ce n'est le _Tic balan_ [23], ou _Assuan_ [24],
nous ne trouverons rien.»

Pendant ces réflexions de l'Indien, le feu prit. J'allumai, sans
rien dire, une mèche de coton enduite de gomme-élémie que je portais
toujours sur moi dans mes voyages, et je commençai ma visite.

Je parcourus tout l'intérieur de l'habitation sans rien trouver,
pas même le _Tic balan_ ou _Assuan_, comme le pensait mon lieutenant.

Je croyais ma visite infructueuse, lorsque l'idée me prit de descendre
au rez-de-chaussée de la case; car toutes les cases sont élevées de
huit à dix pieds au-dessus du sol, et le dessous du plancher, fermé
avec des bambous, sert de magasin.

Je descendis. Quelqu'un qui eût pu me voir, moi, blanc, Européen,
enfant d'un autre hémisphère, errer la nuit, une mèche à la main,
dans la case d'un _Tinguianès_, eût été vraiment surpris de mon
audace et je dirais presque de mon entêtement à chercher le danger,
à courir après le merveilleux et l'inconnu.

Mais je marchais sans réfléchir à la singularité de mon action. Comme
disent les Indiens, «je suivais ma destinée.»

Lorsque j'eus atteint le sol, j'aperçus, au milieu du carré formé
par l'entourage des bambous, une espèce de trappe, et je m'arrêtai
satisfait. Alila me regardait avec étonnement. Je soulevai la trappe,
et je vis alors un puits assez profond. Je regardai avec ma lumière,
mais je ne pus découvrir le fond; seulement, sur les côtés, à une
profondeur de quatre à cinq mètres environ, je crus distinguer des
ouvertures que je pris pour les entrées de galeries souterraines... Que
venais-je de découvrir?... Allais-je, comme Gil Blas, pénétrer chez
un peuple de bandits vivant dans les entrailles de la terre, ou
bien trouverais-je, comme dans les contes des _Mille et une nuits_,
quelques belles jeunes filles prisonnières d'un mauvais génie? En
vérité, ma curiosité augmentait au fur et à mesure de mes découvertes.

«Il y a ici quelque chose d'étrange, dis-je à mon lieutenant. Allume
une seconde mèche, je vais descendre au fond de ce puits.»

En entendant cet ordre, mon fidèle Alila fit un geste d'épouvante,
et se hasarda à me dire, d'un ton chagrin:

«--Comment, maître, vous n'êtes pas content de voir ce qu'il y a sur
terre, vous voulez encore voir ce qu'il y a dedans?»

Cette observation naïve me fit sourire. Il continua:

«--Vous voulez me laisser seul ici! Et si l'âme du _Guinanès_ dont
j'ai bu la cervelle vient me chercher, que deviendrai-je? Vous ne
serez plus là pour me défendre!»

Mon lieutenant n'eût pas craint vingt bandits, il aurait lutté seul
contre eux jusqu'à la mort; mais ses jambes tremblaient, sa voix était
émue, sa figure effrayée, à l'idée de rester seul dans cette case,
exposé à la vue de l'âme du _Guinanès_ qui viendrait lui demander
sa cervelle!

Pendant qu'il m'adressait ses plaintes, j'avais appuyé mon dos d'un
côté du puits, mes genoux de l'autre, et je descendais.

J'avais franchi deux à trois mètres environ, lorsque je sentis des
gravois qui tombaient sur moi; je levai la tête, et je vis Alila qui
descendait aussi. Le pauvre garçon n'avait pas voulu rester seul.

«Bravo! lui dis-je; tu deviens donc curieux? Tu seras récompensé, va;
nous verrons de fort belles choses... » Et je continuai mon voyage
sous terre.

Après avoir franchi cinq mètres environ, j'arrivai à l'ouverture que
j'avais remarquée d'en haut, et je m'y arrêtai; je plaçai ma lumière
en avant, et je vis une espèce de niche au fond de laquelle était
assis un corps _tinguian_ desséché, noir, à l'état de momie.

Je ne dis rien, j'attendais mon lieutenant, et voulais jouir de sa
surprise. Lorsqu'il fut à côté de moi:

«Tiens, lui dis-je, vois!... »

Il resta stupéfait...

«Maître, dit-il enfin, je vous en prie, partons; sortons de ce trou
maudit! Menez-moi pour combattre les _Tinguianès_ du village, je suis
prêt. Mais ne restons pas là avec des morts! Que voulez-vous que nous
fassions de nos armes, s'ils nous apparaissent tout à coup pour nous
demander pourquoi nous sommes là?»

«--Rassure-toi, lui répondis-je, nous n'irons pas plus loin.»

J'avais compris que ce puits était une tombe, et que plus bas je
verrais encore des Tinguianès conservés.

Je respectai l'asile des morts, et je remontai, à la grande
satisfaction d'Alila.

Nous remîmes tout en place, nous regagnâmes l'étage de la case, et je
m'endormis, car mon lieutenant ne pouvait songer même à se reposer:
la momie et le basi le tenaient éveillé.

Le lendemain, avant le jour, nos hôtes commencèrent à descendre de
leurs régions élevées, et nous quittâmes notre gîte pour aller faire
nos préparatifs de départ.

J'avais assez séjourné à _Laganguilan y Madalag_; je désirais me rendre
à _Manabo_, grand village situé à peu de distance de _Laganguilan_. Je
profitai des gens de Manabo qui étaient venus assister à la _cérémonie
des cervelles_ (c'est ainsi que j'avais surnommé la fête sauvage),
et je partis avec eux.

Dans la troupe, il s'en trouvait un qui avait habité quelque temps
parmi les Tagalocs; il parlait un peu leur langage, que je possédais
assez bien.

Je profitai de cet heureux hasard, et pendant toute la route je
causai avec le sauvage, l'interrogeant sur les usages, les coutumes,
les moeurs de ses compatriotes.

Un point surtout me préoccupait. J'ignorais quelle était la religion
de ces peuplades si curieuses à étudier. Jusqu'alors je n'avais vu
aucun temple, rien qui ressemblât à une idole; j'ignorais quel était
leur dieu.

Mon guide, bavard comme un Indien, me renseigna fort bien et
promptement.

«Les _Tinguianès_, me dit-il, n'ont aucune vénération pour les astres;
ils n'adorent ni le soleil, ni la lune, ni les étoiles. Ils croient
à l'existence de l'âme, et prétendent qu'elle se détache du corps et
reste dans la famille après la mort.»

Ils ont, comme on le voit, un commencement de saine religion et de
douce philosophie. On regrette moins la vie, si l'on pense laisser
quelque chose de soi à ceux que l'on quitte! Quant au dieu qu'ils
adorent, il varie et change de forme, selon les hasards et les
circonstances. Voici pourquoi:

Lorsqu'un chef _tinguianès_ a trouvé dans la campagne un rocher ou
un tronc d'arbre de forme bizarre, c'est-à-dire représentant assez
bien un chien, une vache, un buffle, il le dit à la bourgade; et
le rocher ou le tronc d'arbre est aussitôt considéré comme un dieu,
c'est-à-dire comme une chose supérieure à l'homme.

Alors tous les habitants du village se rendent au lieu indiqué,
emportant avec eux des provisions et quelques porcs vivants.

Arrivés là, ils élèvent au-dessus de l'idole nouvelle un toit en
paille pour la couvrir, et font un sacrifice en faisant rôtir les
porcs; puis, au son des instruments, ils exécutent des danses jusqu'à
ce qu'ils n'aient plus de provisions.

Quand tout a été bu et mangé, on met le feu au toit de paille, et
l'idole est oubliée jusqu'à ce que le chef, en ayant découvert une
autre, ordonne une nouvelle cérémonie.

Relativement aux moeurs, voici ce que j'ai appris:

Le _Tinguianès_ a ordinairement une femme légitime et plusieurs
concubines; mais la femme légitime habite seule la maison conjugale,
et les maîtresses ont chacune une case séparée.

Le mariage est une convention entre les deux familles des époux. Le
jour de la cérémonie, l'homme et la femme apportent leur dot en
nature: cette dot se compose de vases en porcelaine, de verroteries,
de grains de corail, et quelquefois d'un peu de poudre d'or. Elle ne
profite en rien aux époux, car on la distribue à leurs parents.

«Cet usage, me disait mon guide en forme d'observation, a été établi
pour empêcher le divorce, qui ne pourrait avoir lieu qu'en restituant
intégralement tous les objets qui ont été apportés par celui qui
le demanderait.»

Le moyen est assez adroit pour des sauvages; c'est agir en gens
civilisés. En effet, les parents ont tous intérêt à empêcher la
séparation, puisqu'ils devront restituer les cadeaux reçus; et si
l'un des époux persistait à la demander, ils l'en empêcheraient par
la disparition d'un seul objet donné, tel qu'un grain de corail ou un
vase de porcelaine. Sans cette sage mesure, il est à penser qu'avec
des concubines, un mari divorcerait très-souvent.

Mon compagnon de voyage m'instruisait sur tout ce que je voulais
savoir.

«Le gouvernement, me dit-il après s'être reposé quelques instants,
est tout à fait paternel. C'est le doyen d'âge qui commande.»

C'est comme à Lacédémone, pensais-je; on y honore la vieillesse.

Les lois sont conservées par tradition, les _Tinguianès_ n'ayant
aucune idée de l'écriture.

Dans certains cas, on applique la peine de mort. Lorsque l'arrêt fatal
a été prononcé, il faut que le _Tinguianès_ qui l'a mérité s'échappe
s'il veut l'éviter, et aille vivre dans les forêts; car les vieillards
ayant parlé, tous les habitants sont tenus d'exécuter leur jugement.

La société se divise en deux classes, comme parmi les Tagalocs:
la noblesse et le peuple.

Quiconque possède est noble, et pour posséder il suffit de pouvoir
présenter en public un certain nombre de vases en porcelaine. Ces
vases constituent toute la richesse des _Tinguianès_.

Nous causions encore des usages des naturels du pays, lorsque nous
arrivâmes à _Manabo_.

Depuis _Laganguilan_, mon guide, mon cicérone, n'avait presque pas
gardé le silence.

Mes regards furent attirés par les flammes qui s'échappaient de
dessous une case, où un grand feu était allumé. Autour du feu, je
vis plusieurs personnes rassemblées, qui hurlaient comme des loups.

«--Ah! ah! me dit mon guide d'un air satisfait, voici un
enterrement. Je ne vous ai encore rien dit de ces cérémonies; mais
vous jugerez par vous-même de ce qu'elles sont. Il sera encore temps
demain. Vous devez être fatigué, je vais vous conduire à ma case
de jour, et vous pourrez vous reposer sans danger des _Guinanès_,
car l'enterrement oblige beaucoup de monde à veiller cette nuit.»

J'acceptai l'offre qui m'était faite, et nous allâmes prendre
possession de la case du _Tinguianès_.

J'étais de _premier quart_, et mon pauvre Alila, un peu rassuré,
s'endormit profondément. Bientôt je l'imitai, et nous ne nous
éveillâmes qu'au grand jour.

Nous venions à peine de terminer notre repas du matin, composé de
patates, de palmier et de viande de cerf boucanée, lorsque mon guide
de la veille vint me prendre pour me conduire où se célébraient les
funérailles du défunt. Je le suivis, et nous prîmes place à quelques
pas du cortége.

J'assistai à un étrange spectacle.

Le défunt était assis au milieu de sa case sur une espèce d'escabeau;
au-dessous de lui et à ses côtés, il y avait dans d'énormes réchauds
des feux très-ardents; à une certaine distance, une trentaine
d'assistants étaient assis en cercle.

Une dizaine de femmes formaient également un cercle; elles étaient
plus rapprochées du corps, auprès duquel était la veuve, que l'on
reconnaissait à une longue toile blanche qui l'enveloppait des pieds
à la tête.

Les femmes portaient toutes du coton avec lequel elles essuyaient les
sérosités que le feu faisait sortir du cadavre, qui rôtissait petit
à petit.

De temps en temps, un des _Tinguianès_ prenait la parole, et
prononçait, sur un ton lent et cadencé, un discours qu'il terminait
par une sorte d'hilarité bruyante, imitée de tous les assistants.

Après quoi on se levait, on mangeait des morceaux de viande boucanée,
on buvait du _basi_, et l'on exécutait une danse en répétant les
dernières paroles de l'orateur.

J'endurai--c'est le mot--ce spectacle pendant une heure environ;
mais je ne me sentis pas le courage de demeurer dans la case plus
longtemps. L'odeur qu'exhalait le cadavre était insupportable. Je
sortis prendre l'air, mon guide me suivit, et je le priai de me dire
ce qui s'était fait depuis le commencement de la maladie du trépassé.

«--Volontiers, me répondit-il.»

Heureux de respirer librement, j'écoutai avec intérêt le récit suivant:

«--Quand Dalayapo, me dit le conteur, tomba malade, on l'apporta sur
la grande place pour lui appliquer les grands remèdes; c'est-à-dire
que tous les hommes du village vinrent en armes, et au son de la
conge et du tam-tam, pour pratiquer pendant un soleil des danses
autour du malade. Mais ce grand remède fut sans effet, le mal était
incurable. Au coucher du soleil, on rapporta notre ami dans sa maison,
et on ne s'occupa plus de lui. Sa mort était certaine, puisqu'il
n'avait pas voulu danser avec ses compatriotes.»

Je ris du remède et du raisonnement, mais je n'interrompis pas le
narrateur.

«--Pendant deux jours Dalayapo fut dans un état de souffrance, puis,
au bout de ces deux jours, il ne souffla plus... et lorsqu'on s'en
aperçut, on le mit tout de suite sur le banc où nous l'avons vu tout
à l'heure.

«Dès lors, toutes les provisions qu'il possédait ont été réunies pour
nourrir les assistants qui lui rendent les honneurs. Chacun a prononcé
un discours à sa louange; ses parents les plus proches ont commencé les
premiers, et son corps a été entouré de feu pour le faire dessécher.

«Quand les provisions seront finies, les étrangers quitteront la case,
et il n'y restera plus que la veuve et quelques parents, qui attendront
que le corps soit bien réduit et bien sec.

«Enfin, après quinze jours on le descendra dans un grand trou qui
est sous sa maison; il sera mis dans une niche au-dessus de celles
où sont déjà ses défunts parents, et ce sera fini.»

Ce trou, pensai-je, est semblable à celui dans lequel je suis descendu
l'autre nuit à _Laganguilan_.

L'explication qui venait de m'être donnée me satisfit complétement,
et je ne demandai pas à assister de nouveau à la cérémonie.

Je résolus, puisque j'étais fort bien assis à l'ombre d'un _baletè_,
d'abuser de l'obligeance de mon guide, et je lui demandai, en changeant
tout à coup de conversation, comment les tribus s'y prenaient pour
faire la guerre aux _Guinanès_, ces mortels ennemis?

«Les _Guinanès_, me dit-il sans me faire attendre, portent les
mêmes armes que nous. Ils ne sont ni plus forts, ni plus adroits,
ni plus vigoureux.

«Nous avons deux manières de les combattre. Parfois nous leur livrons
de grandes batailles en plein jour, et nous nous trouvons face à
face sous le soleil; ou bien, la nuit, quand tout est sombre, nous
nous approchons en silence des endroits qu'ils habitent; et alors si
nous pouvons en surprendre quelques-uns, nous leur coupons la tête
et nous l'emportons, pour avoir une fête semblable à celle que vous
avez vue déjà.»

Ce mot de fête me rappela l'orgie sanglante à laquelle j'avais assisté,
et surtout la part que j'y avais prise, et je me sentis rougir et
pâlir tour à tour. L'Indien ne s'en aperçut pas, et continua.

«Dans les grands combats, tous les hommes d'un village sont forcés
de prendre les armes et de marcher contre le village ennemi; c'est
ordinairement au milieu des bois que se fait la rencontre des deux
armées.

«Aussitôt qu'elles s'aperçoivent, des cris, des hurlements éclatent
de toutes parts. Chacun s'élance sur son ennemi.

«De ce premier choc dépend la victoire, car l'une des armées a
toujours peur et prend la fuite; l'autre alors la poursuit, et tue
tout ce qu'elle peut atteindre, en ayant toujours le soin de couper
les têtes et de les rapporter [25].»

C'est un combat de cache-cache, dont cependant les suites sont
cruelles, pensais-je. Mon Indien me confirma dans mon idée en ajoutant:

«En général, les vainqueurs sont toujours ceux qui se cachent le
mieux pour surprendre leurs ennemis, et qui fondent tout à coup sur
eux en criant.»

Mon guide se tut. Le combat n'offrait pas d'autre intérêt. Puis,
voyant que je ne l'interrogeais plus, il me quitta; et je retournai
à mon habitation rejoindre Alila, qui s'ennuyait beaucoup à _Manabo_.

De mon côté, j'avais assez vu les _Tinguianès_; je crus d'ailleurs
remarquer que le long séjour que je faisais chez eux semblait leur
porter ombrage; je pensai à la fête des _cervelles humaines_, et me
décidai à partir.

J'allai prendre congé des vieillards.

Malheureusement, je n'avais rien à leur donner; mais je leur promis
beaucoup de présents quand je serais de retour chez les chrétiens,
et je les quittai.

La satisfaction de mon lieutenant était à son comble lorsque nous
nous mîmes en route.

Je ne voulus pas repasser par où j'étais venu, et me décidai à prendre
plus à l'est en traversant les montagnes et me laissant diriger par
le soleil.

Cette route me semblait d'autant préférable que j'allais parcourir un
pays habité par quelques _Igorrotès_, cette autre espèce de sauvages
que je ne connaissais pas.

Les montagnes que nous traversions étaient couvertes de magnifiques
forêts. De temps en temps, de riches vallées se déroulaient sous nos
pieds; les herbes y étaient si hautes et si touffues, que nous avions
de la peine à les écarter pour nous frayer un passage.

Tout en cheminant, mon lieutenant cherchait à tuer quelque gibier qui
servirait à nous nourrir; quant à moi, j'étais trop en contemplation
devant les sites admirables que nous rencontrions, trop amoureux de
cette nature vierge, féconde, qui s'épanouissait devant nous, pour
songer à chasser.

Mon fidèle Alila était moins enthousiaste, mais il était en revanche
plus prudent.

Au déclin du jour de notre départ, il tira un cerf. Nous fîmes halte
auprès d'un ruisseau, nous coupâmes du palmier pour remplacer le
riz et le pain, et nous nous mîmes à manger le foie de l'animal à
la broche. Notre repas fut copieux. Ah! que de fois depuis, assis à
une bonne table, devant des mets succulents et recherchés, dans des
salles à manger dont l'atmosphère était tiède et parfumée par l'arôme
des plats, ai-je regretté mon souper pris avec Alila dans le bois,
après une journée de course dans les montagnes! Quel est donc le
mortel qui pourrait oublier de pareilles heures, de pareils lieux?



CHAPITRE  XII.

    Les Igorrotès.


Après cette collation, quelques branches d'arbres abattues et réunies
sur le sol très-humide au fond de grands bois furent notre lit,
et nous y dormîmes jusqu'au lendemain sans crainte, et surtout sans
faire de sombres rêves.

A l'aube naissante, nous reprîmes notre route. La nature s'éveillait
comme nous; elle était belle et calme.

Les vapeurs qui s'échappaient de son sein la couvraient d'un voile
comme une jeune vierge à son lever; puis, peu à peu ce voile se
déchirait par lambeaux, et ces lambeaux, balancés mollement par la
brise matinale, disparaissaient en allant se briser sur les cimes
des arbres ou aux sommets des rochers.

Nous marchâmes longtemps; vers le milieu du jour, nous arrivâmes dans
une petite plaine habitée par les _Igorrotès_.

Il y avait en tout trois cabanes. La population n'était pas nombreuse.

Sur le seuil d'une de ces cabanes, je vis un homme d'une soixantaine
d'années et quelques femmes.

Nous étions arrivés par derrière les huttes, et nous avions surpris
les sauvages; ils n'eurent pas le temps de s'enfuir à notre approche:
nous étions au milieu d'eux.

Je recommençai ce que j'avais fait en arrivant à _Palan_; seulement
je n'avais plus de grains de corail et de verroterie, mais j'offris
de notre cerf, et je leur fis comprendre par mes gestes que nous
venions avec d'excellentes intentions.

Dès lors il s'établit entre nous une conversation mimique assez
curieuse, et pendant laquelle je pus observer tout à mon aise la
nouvelle race que je voyais.

Je remarquai que la toilette des _Igorrotès_ était à peu près la même
que celle des _Tinguianès_, moins les ornements, mais que leurs traits
et leur physionomie étaient tout à fait différents.

L'homme était plus petit, sa poitrine était excessivement large, sa
tête démesurément grosse, ses membres développés, sa force herculéenne;
ses formes étaient moins belles que celles des sauvages que je
quittais; sa couleur était d'un bronze foncé, très-foncé même. Il
avait le nez moins aquilin, et les yeux jaunes et entièrement fendus,
à la chinoise.

Les femmes avaient aussi des formes très-marquées, une couleur foncée,
et des cheveux longs relevés à la chinoise.

Malheureusement il m'était impossible en mimant d'arriver à obtenir
les renseignements que je désirais avoir, et je me bornai à visiter
la case.

C'était bien une véritable hutte. Point d'étage. L'entourage était
fermé par des pieux d'une grosse dimension, surmontés d'un toit en
forme de ruche; il n'y avait qu'une petite ouverture, de laquelle on
ne pouvait guère profiter qu'en se traînant sur le ventre.

Malgré cette difficulté, je voulus voir l'intérieur, et fis signe à
mon lieutenant de veiller; puis je m'introduisis dans la cabane.

Les _Igorrotès_ furent très-surpris de mon action, mais ils ne
cherchèrent pas à m'empêcher de l'accomplir.

J'entrai dans une espèce de bouge infect. Une petite ouverture
au sommet du toit donnait un peu de jour, et laissait la fumée de
l'âtre s'échapper. Le sol était jonché de poussière: c'est sur cette
douce couche que reposait sans doute la famille. Dans un coin je pus
distinguer quelques lances de bambou, quelques noix de coco divisées
et servant de vase, un petit tas de cailloux ronds qui étaient là
pour servir de défense en cas d'attaque, et quelques morceaux de bois
grossièrement travaillés qui servaient d'oreillers.

Je sortis promptement de cette tanière, l'odeur infecte qu'on y
respirait m'en chassa; d'ailleurs j'avais tout vu.

Je demandai par signes à l'_Igorrotè_ quelle route je devais suivre
pour rejoindre les chrétiens; il me comprit, m'indiqua le chemin avec
son doigt, et nous partîmes pour continuer notre voyage.

Je remarquai, en passant, quelques champs de patates et de cannes à
sucre; c'était sans doute la seule culture de ces malheureux sauvages.

Après avoir cheminé pendant une heure, nous faillîmes courir un grand
danger. A notre entrée dans une vaste plaine, nous vîmes un _Igorrotè_
qui s'enfuyait à toutes jambes; il nous avait aperçus, et j'attribuais
cette fuite à la peur, lorsque tout à coup nous entendîmes le bruit
du tam-tam et de la conge, et vîmes vingt hommes armés de lances qui
venaient vers nous.

Je compris que nous allions avoir à combattre, et je dis à mon
lieutenant de faire feu sur le groupe, en ayant bien soin de
n'atteindre personne.

Alila tira; sa balle passa par-dessus les têtes des sauvages, qui
furent si étonnés du bruit causé par la détonation, qu'ils s'arrêtèrent
subitement et nous examinèrent attentivement.

Je profitai prudemment de leur surprise; et une immense forêt s'offrant
à notre droite, nous y entrâmes en laissant le village à gauche;
les sauvages heureusement ne nous suivirent pas.

Mon lieutenant n'avait pas soufflé le mot pendant toute cette scène.

J'avais déjà remarqué plusieurs fois qu'il devenait muet pendant le
danger.--Quand nous eûmes perdu de vue les _Igorrotès_, la parole
lui étant revenue:

«Maître, me dit-il d'un ton mécontent, combien j'ai de regret de
n'avoir pas tiré juste au milieu de ces mécréants!...

«--Pourquoi cela? lui demandai-je.

«--Parce que je suis sûr que j'en aurais tué un.

«--Eh bien?

«--Eh bien, maître, au moins notre voyage ne se serait pas terminé
sans que nous eussions envoyé au diable un sauvage.

«--Ah! Alila, lui dis-je, tu es donc devenu méchant?

«--Non, maître, répondit-il; mais je ne sais pas pourquoi vous êtes
si bon pour cette race maudite... vous qui poursuivez les _Tulisanès_
[26], qui valent cent fois mieux, et qui sont chrétiens.

«--Comment, m'écriai-je, des bandits, des voleurs, des assassins,
valent mieux que de pauvres êtres primitifs qui n'ont personne pour
les guider dans le bien?

«--Oh! maître, répondit mon lieutenant d'un ton sentencieux cette
fois, les bandits, comme vous les nommez, ne sont pas ce que vous
pensez... Le _Tulisanè_ n'est pas un assassin. Quand il tue, c'est
qu'il est obligé de défendre sa vie... et s'il le fait, c'est toujours
de bon coeur...

«--Oh! oh! dis-je, et le vol, comment expliques-tu ça?

«--S'il vole, c'est seulement pour prendre un peu du superflu des
riches et le donner aux pauvres; voilà tout. Savez-vous l'emploi que
fait le _Tulisanè_ de ce qu'il dérobe?

«--Non, maître Alila, répondis-je en souriant.

«--Eh bien! il ne garde rien pour lui, dit mon lieutenant avec
orgueil. D'abord il en donne une partie au prêtre, pour lui faire
dire des messes.

«--Ah! c'est édifiant. Ensuite?

«--Ensuite il en donne une autre à sa maîtresse, car il l'aime et
veut toujours la voir parée... Puis, le reste, il le dépense avec
ses amis. Vous le voyez, maître, le _Tulisanè_ prend du superflu
d'une personne pour en contenter plusieurs. Il est loin d'être aussi
méchant que ces sauvages, qui vous tuent sans rien dire et vous
mangent la cervelle...»

Et Alila fit un long soupir... La cervelle lui revenait toujours... Sa
conversation m'intéressait tellement, son système était si curieux,
et lui-même était de si bonne foi en l'expliquant, qu'à l'écouter
j'oubliais presque mes _Igorrotès_.

Nous continuâmes notre route à travers le bois, en nous dirigeant
le plus possible vers le sud, pour nous rapprocher de la province
de Boulacan, où je devais aller retrouver mon pauvre malade, qui
s'inquiétait sans doute de ma longue absence.

Lors de mon départ, je n'avais rien laissé connaître de mon projet;
il est à penser que si on l'eût su, j'eusse passé pour mort.

Le souvenir de ma femme que j'avais laissée à Manille, et qui était
loin de me croire chez les _Igorrotès_, me faisait désirer de revenir
le plus tôt possible dans ma famille.

Absorbé dans mes pensées, entraîné par mes réflexions, je marchais
silencieusement, sans jeter cette fois les yeux sur la végétation
qui étalait ses riches trésors à nos côtés.

Il fallait que je fusse bien préoccupé, car une forêt vierge entre
les tropiques, et surtout aux Philippines, n'est en rien comparable
à nos forêts d'Europe.

Le bruit d'un torrent vint me rappeler le lieu où je me trouvais,
et je saluai la nature dans ses gigantesques productions.

Je regardai au-dessus de moi, et j'aperçus un immense _balèté_,
figuier extraordinaire qui croît dans les sombres et mystérieuses
forêts des Philippines. Je m'arrêtai pour admirer le balèté.

Cet arbre immense provient d'une graine semblable à celle de la figue
ordinaire; son bois est blanc et spongieux, il acquiert en peu d'années
une croissance extraordinaire.

La nature, qui a tout prévu, qui permet au jeune agneau de laisser
sa laine aux buissons du chemin pour que l'oiseau timide puisse la
dérober et en former un nid, s'est montrée dans tout son génie en
faisant grandir le figuier des Philippines.

Les branches de cet arbre partent généralement de son tronc,
s'étendent horizontalement, et forment un coude pour s'élever ensuite
perpendiculairement; mais, ainsi que je l'ai dit déjà, l'arbre est
spongieux, facile à se rompre; et lorsque la branche, en formant sa
courbe, est trop faible, elle se casserait infailliblement, si un
fil que les Indiens appellent goutte d'eau ne s'échappait de l'arbre
pour aller prendre racine en terre, et, grossissant en raison de la
branche, lui former un étai vivant.

Ensuite, autour du tronc s'étendent, à une très-grande distance du
sol, des supports naturels qui vont se terminer en pointe vers le
milieu du tronc. Le grand architecte de l'univers a tout prévu.

Le coup d'oeil qu'offre le _balèté_ est souvent d'un pittoresque
indescriptible.

Aussi, le croirait-on? dans un espace de quelques centaines de pas de
diamètre, espace qu'occupent d'ordinaire ces gigantesques figuiers,
on voit tour à tour des grottes, des vestibules, des chambres, qui
souvent sont meublées de siéges naturels formés par des racines.

Nulle végétation n'est plus variée ni plus extraordinaire.

Cet arbre pousse parfois sur un rocher où il n'y a pas un pouce
de terre; ses longues racines s'étendent sur le sol du rocher, le
contournent, et vont se plonger dans le ruisseau voisin. C'est un
chef-d'oeuvre, bien commun cependant dans les forêts vierges des
Philippines.

«--Voici un bon endroit pour passer la nuit, dis-je à mon lieutenant.»

Il recula de plusieurs pas.

«--Comment, dit-il, est-ce que vous voulez vous arrêter ici, maître?

«--Certainement, répondis-je.

«--Ah! mais vous ne voyez donc pas que nous y sommes beaucoup plus
en danger qu'au milieu des _Igorrotès_?... »

«--Pourquoi donc sommes-nous en danger? demandai-je...

«--Pourquoi? pourquoi? Ne savez-vous donc pas que c'est dans les
grands _balètés_ qu'habite le _Tic balan_ [27]? Si nous restons ici,
vous êtes bien sûr que je ne dormirai pas un instant, et que toute
la nuit nous serons tourmentés... »

Je souris; mon lieutenant vit mon sourire.

«--Oh! maître, dit-il tristement, que voulez-vous que nous fassions
sur un esprit qui ne craint ni la balle, ni le poignard?»

L'effroi du pauvre Tagal était trop grand pour que je lui résistasse;
je cédai, et nous allâmes nous abriter dans un lieu beaucoup moins
à mon goût, mais bien plus à celui d'Alila.

Notre nuit se passa comme toutes les autres, c'est-à-dire parfaitement
bien; nous nous réveillâmes pour reprendre notre course dans la forêt.

Il y avait deux heures que nous marchions, lorsqu'au sortir du
bois pour entrer en plaine nous nous trouvâmes face à face avec un
_Igorrotè_, monté sur un buffle.

La rencontre était assez curieuse. Je présentai le canon de mon
fusil au sauvage, mon lieutenant saisit la monture par la longe,
et je fis signe à l'_Igorrotè_ de ne pas bouger; puis, toujours en
mimant, je m'informai s'il était seul.

Je compris qu'il n'avait pas de compagnon de route et qu'il se rendait
au nord, à l'opposé de nous.

Alila, qui décidément en voulait aux sauvages, désirait tirer un coup
de fusil à celui-là et lui loger une balle dans la tête; je m'opposai
vigoureusement à ce projet, et lui dis de lâcher le buffle.

«--Maître, dit-il, voyons au moins ce que renferment les vases
que voici!»

L'_Igorrotè_ avait attaché sur le col de son buffle trois ou quatre
vases, recouverts de feuilles de bananier.

Mon lieutenant, sans attendre ma réponse, y porta le nez et reconnut,
à sa grande satisfaction, qu'ils contenaient un ragoût de cerf qui
jetait un certain parfum. Toujours sans me consulter, il détacha
le plus petit des vases, donna un coup de crosse de fusil au buffle
qu'il lâcha, et dit:

«--_Ve-te, Judio!_ (Va, vilain Juif!)»

L'_Igorrotè_, se voyant libre, s'enfuit de toute la vitesse de son
buffle; et nous, nous rentrâmes dans les bois en évitant les endroits
découverts, de crainte d'être surpris par un trop grand nombre de
sauvages.

Vers les quatre heures, nous fîmes halte pour prendre notre repas.

Mon lieutenant attendait ce moment avec impatience, car le vase du
sauvage répandait une suave odeur.

Enfin, l'instant désiré arriva; nous nous assîmes sur la pelouse:
je plongeai mon poignard dans le vase qu'Alila avait approché du feu,
et j'en retirai... une main tout entière [28].

Mon pauvre lieutenant fut aussi stupéfait que moi, et nous restâmes
quelques minutes sans nous adresser la parole.

Enfin je donnai un vigoureux coup de pied dans le vase, qui se brisa;
la chair humaine qu'il contenait s'éparpilla sur le sol. Je tenais
toujours la main fatale au bout de mon poignard...

Cette main me faisait horreur; je l'examinai avec soin, elle me parut
avoir appartenu à un enfant ou à un _Ajetas_, race de sauvages qui
habite les montagnes de _Nueva-Exica_ et de _Maribèles_, de laquelle
j'aurai occasion de parler dans le cours de ce récit.

Je pris quelques tiges de palmier cuites sous la cendre; Alila m'imita,
et nous repartîmes, assez mécontents, chercher un gîte pour la nuit.

Deux heures après le lever du soleil, nous sortîmes de la forêt pour
entrer dans la plaine.

De distance en distance nous trouvions des champs de riz cultivés à
la manière tagale; mon lieutenant me dit alors avec une joie naïve:

«--Maître, nous sommes sur la terre des chrétiens!»

En effet, la route devenait plus facile. Nous suivîmes un petit
sentier, et vers le soir nous arrivâmes devant une cabane indienne.

Au seuil de cette cabane une jeune fille était assise; des larmes
coulaient avec abondance sur son visage attristé. Je m'approchai,
et lui demandai la cause de son chagrin.

En entendant mes questions elle se leva, et sans y répondre nous
conduisit au fond de son habitation.

Là nous vîmes le corps inanimé d'une vieille femme, et nous apprîmes
que cette morte était la mère de la jeune fille.

Son frère était allé jusqu'au village chercher les parents de la
défunte, pour qu'ils l'aidassent à transporter son corps.

Cette scène m'attendrit. Je cherchai à consoler la jeune désolée,
et lui demandai l'hospitalité, qui nous fut accordée aussitôt.

La compagnie d'une morte ne m'effrayait pas; mais je pensai à Alila,
si superstitieux et si craintif quand il s'agissait des revenants et
des esprits malins.

«--Eh bien! lui dis-je, n'as-tu pas peur de passer la nuit auprès
d'une morte?

«--Non, maître, me répondit-il hardiment. Cette morte c'est une âme
chrétienne, qui, loin de nous vouloir du mal, veillera sur nous.»

Je m'étonnai de la réponse du Tagaloc, de son calme, de sa sécurité. Le
coquin avait des motifs pour me parler ainsi.

Les cases indiennes, dans les campagnes, ne se composent jamais que
d'une chambre; celle où nous étions était à peine assez grande pour
nous loger tous quatre.

Chacun de nous s'y arrangea le mieux qu'il lui fut possible.

La morte occupait le fond; une petite lampe placée à sa tête jetait
une faible clarté; auprès d'elle était couchée sa pauvre fille.

Je m'étais placé à une petite distance de ce lit funéraire, et mon
lieutenant était le plus rapproché de la porte, que nous avions
laissée ouverte pour éviter la chaleur et le mauvais air.

Vers les deux heures de la nuit je fus réveillé par une voix
déchirante, et je sentis au même instant que quelqu'un passait
par-dessus moi en poussant des cris qui retentirent bientôt en dehors
de la cabane.

Je portai aussitôt la main du côté où était couché Alila; sa place
était vide, la lampe était éteinte, l'obscurité complète...

Cela m'inquiéta.

J'appelai la jeune fille; elle me répondit qu'elle avait entendu
comme moi des cris et du bruit, mais qu'elle en ignorait la cause.

Je pris mon fusil et je sortis, en appelant mon lieutenant. Personne
ne répondait, tout restait silencieux.

Alors je me mis à parcourir la campagne au hasard, appelant de temps
en temps Alila...

J'avais fait environ une centaine de pas, lorsque j'entendis sortir
d'un arbre auprès duquel je passais ces mots timidement prononcés:

«--Je suis ici, maître!»

C'était Alila. Je m'approchai, et vis mon lieutenant blotti derrière
le tronc de l'arbre, et tremblant comme une de ses feuilles.

«--Que t'est-il donc arrivé? lui demandai-je, et que fais-tu là?»

«--O maître! me dit-il, pardonnez-moi: il m'est arrivé de mauvaises
pensées; la jeune Indienne me les a inspirées, mais le démon seul me
les a soufflées... Je me suis approché cette nuit de la couche de la
jeune fille; j'ai éteint la lampe quand je vous ai vu bien endormi.»

«--Et puis? dis-je impatienté.»

«--Et puis... j'ai voulu embrasser la jeune femme; mais, au moment
où je me suis approché, la morte a pris la place de sa fille; je
n'ai plus trouvé qu'une figure froide et glacée; et, au même instant,
deux grands bras se sont allongés pour me saisir... Alors j'ai poussé
un cri... je me suis enfui... Mais la vieille femme m'a suivi, la
morte a marché derrière moi, et elle n'a disparu que tout à l'heure,
en entendant votre voix: c'est alors que je me suis abrité derrière
cet arbre, où vous me voyez maintenant.»

La frayeur du Tagaloc et sa méprise me donnèrent envie de rire; mais
je lui adressai une réprimande sévère sur la mauvaise intention qu'il
avait eue d'abuser de l'hospitalité qu'on nous avait si gracieusement
offerte.

Il se repentit, et me pria de l'excuser. Il était, je crois, assez
puni par sa frayeur.

Je voulus le ramener à la cabane, ce fut impossible. Je lui laissai
mon fusil, et je rentrai dans la case.

La pauvre fille était aussi tout effrayée.

Je la mis au courant de l'aventure, je la remerciai de l'accueil
qu'elle nous avait fait; et, la nuit étant avancée, j'allai rejoindre
Alila, qui m'attendait avec impatience.

L'espoir de revoir bientôt nos parents, notre pays, doubla nos forces;
et avant le coucher du soleil nous atteignîmes un village indien,
sans qu'il nous fût survenu rien de remarquable. C'était notre
dernière étape.

Après ce long et intéressant voyage, j'arrivai à _Quingua_, bourg de
la province de Boulacan, où j'avais laissé mon ami en convalescence.

Mon absence prolongée avait causé de grandes inquiétudes; ma femme,
étant heureusement restée à Manille, ignorait le voyage que j'avais
entrepris et exécuté.

Mon malade s'était écarté du régime prescrit, son mal s'était aggravé,
et il m'attendait avec impatience pour retourner mourir, disait-il,
dans sa maison: ses voeux furent satisfaits.

Nous partîmes quelques jours après mon retour, et nous arrivâmes le
lendemain à Manille, où mon ami rendit le dernier soupir au milieu
de sa famille.

Cet événement attrista le plaisir que j'éprouvais de revoir ma femme.

Quelques jours après le décès de notre ami, nous nous embarquâmes et
fîmes voile pour _Jala-Jala_.

Nous voyageâmes fort agréablement sur le lac, jusqu'à la sortie du
détroit de _Quinabutasan_; mais, arrivés là, nous trouvâmes un vent
d'est tellement violent, les eaux du lac si tourmentées, que nous
dûmes rentrer dans le détroit, et aller mouiller près de la cabane
du vieux pêcheur _Re-Lampago_, dont j'ai déjà parlé.

Nos matelots mirent pied à terre pour préparer leur souper: quant
à nous, nous restâmes nonchalamment couchés dans notre embarcation,
pendant que le vieux pêcheur, accroupi à quelques pas de nous à la
manière indienne, faisait de son mieux pour nous distraire en nous
racontant des histoires de bandits.



CHAPITRE XIII.

    Aventures de Re-Lampago.


Je l'interrompis tout à coup, et lui dis:

«Re-Lampago, je préférerais entendre le récit des aventures qui te
sont arrivées; conte-nous donc plutôt tes malheurs.»

Le vieux pêcheur poussa un soupir; puis, ne voulant pas me désobliger,
il commença sa narration en ces termes poétiques, si familiers à la
langue tagale, et qu'il est presque impossible de reproduire dans
une traduction:

«--La lagune n'est pas mon pays, dit-il; je suis né sur l'île de
_Zébu_. J'étais à vingt ans ce que l'on appelle un beau garçon; mais,
croyez-le bien, je ne tirais aucun orgueil de mes avantages physiques,
et je préférais être le premier pêcheur de mon village. Mes compagnons
me jalousaient cependant, et cela parce que les filles me regardaient
avec une certaine complaisance, et semblaient me trouver à leur goût.»

Je souris de l'aveu naïf du vieillard. Il s'en aperçut.

«Je vous dis ces choses-là, monsieur, reprit-il, parce qu'à mon
âge on peut en parler sans crainte de paraître ridicule. Il y
a si longtemps! Et puis, sachez-le bien, c'est pour vous faire
un récit exact que je rapporte ces particularités, et non par
vanité! D'ailleurs, les regards que les jeunesses daignaient m'adresser
lorsque je traversais le village ne me flattaient aucunement.

«J'aimais Thérésa, monsieur; je l'aimais avec passion, j'étais
aimé d'elle: tout autre regard que le sien m'était bien
indifférent. Ah! c'est que Thérésa était la plus jolie fille
du village! Elle a fait comme moi, la pauvre femme! elle a bien
changé. Les années sont un poids énorme qui vous courbe malgré vous,
et contre lequel il n'y a pas à lutter.

«Quand, assis comme je le suis en ce moment, je songe aux beaux
jours de ma jeunesse, à la force, au courage que nous puisions
dans notre mutuelle affection, je répands des larmes de regret et
d'attendrissement.

«Où sont-ils ces beaux jours? Ils ont disparu sous les vents âpres
et terribles qui amènent les orages. La vie a son aube comme le jour,
et comme le jour aussi elle a son déclin... »

Le pêcheur s'arrêta. Je ne voulus pas interrompre ce moment de
méditation. Il s'établit alors un profond silence, qui dura quelques
instants.

Tout à coup _Re-Lampago_ sembla sortir d'un songe, il passa la main sur
son front, nous regarda comme pour s'excuser de ce moment d'absence,
et continua:

«Nous avions été élevés ensemble, dit-il, et nous nous étions fiancés
aussitôt que nous avions grandi. Thérésa serait morte plutôt que
d'appartenir à un autre, et, ainsi que je le prouverai bientôt,
j'eusse accepté toutes les conditions, même les plus défavorables,
pour ne pas quitter l'amie de mon coeur.

«Hélas! dans la vie c'est presque toujours avec ses larmes que l'on
trace son pénible chemin.

«Les parents de Thérésa s'opposaient à notre union; ils alléguaient
toujours de vains prétextes, et, quels que fussent mes efforts pour les
décider à m'accorder la main de ma fiancée, je ne pouvais y parvenir.

«Pourtant ils savaient bien que, semblables aux palmiers, nous ne
pouvions vivre l'un sans l'autre, et que nous séparer c'eût été nous
faire mourir! Mais nos pleurs, nos prières, nos douleurs ne trouvaient
que des gens insensibles, et nous souffrions sans que personne comprît
nos souffrances.

«Je commençais à me décourager, lorsqu'un matin la pensée pieuse
me vint d'offrir à l'enfant Jésus de l'église de _Zébu_ la première
perle que je pêcherais.

«Je me rendis plus tôt que je n'avais coutume de le faire aux bords
de la mer, et j'invoquai tout haut le Seigneur pour qu'il me protégeât
et que l'on m'unît à ma Thérésa.

«Le soleil commençait à lancer ses feux sur la terre. Il dorait la
surface argentée des eaux; la nature s'éveillait, et chaque être
vivant chantait dans son langage un hymne au Créateur.

«Le coeur ému, je commençai à plonger pour retirer du fond de la mer
la perle que je désirais si ardemment; mes recherches furent d'abord
infructueuses.

«Si quelqu'un eût été à côté de moi en ce moment, il eût vu sur ma
physionomie mon désappointement. Cependant je ne perdis pas courage. Je
recommençai, mais sans être plus heureux.

«O Seigneur! m'écriai-je, vous n'entendez donc pas ma prière? Vous
ne voulez donc pas pour votre fils bien-aimé l'offrande que je lui
destine [29]?

«Je plongeai pour la sixième fois, et je rapportai du fond de la mer
deux énormes huîtres; mon coeur bondit de joie.

«J'ouvris l'une, et j'y trouvai une perle si belle, que de ma vie
je n'en avais vu de pareille. Ma joie fut si grande, que je me mis à
danser dans ma pirogue, comme si j'avais perdu la raison. Le Seigneur
daignait me protéger, puisqu'il me mettait à même d'accomplir mon voeu.

«Le coeur tout joyeux, je m'en retournai chez moi, et, ne voulant
pas manquer à ma parole, je portai chez M. le curé de _Zébu_ cette
belle perle.

«--M. le curé, reprit le vieux pêcheur, fut enchanté de mon
présent. Cette perle vaut 5,000 piastres [30], et vous avez dû
l'admirer comme toutes les personnes qui vont prier dans l'église,
car l'enfant Jésus la tient toujours à la main. Le curé me remercia,
et me félicita de ma bonne pensée.

«--Va, mon ami, me dit-il, le ciel te tiendra compte de ce
désintéressement et de cette bonne action, et tôt ou tard tes voeux
seront exaucés.

«Je sortis de chez le saint homme l'âme toute contente, et je courus
dire à Thérésa les bonnes paroles du pasteur.

«Nous nous réjouîmes, comme deux enfants que nous étions.

«Ah! la jeunesse a reçu de Dieu tous les priviléges: elle a reçu
surtout l'espérance. A vingt ans, si le coeur croit devoir espérer,
tous les chagrins s'envolent; et comme la brise du matin boit les
gouttes d'eau laissées par l'orage dans le calice des fleurs, de même
l'espoir sèche les larmes qui roulent dans les yeux, et chasse les
soupirs qui gonflent la poitrine et l'oppressent.

«Nous étions tellement sûrs que bientôt nos chagrins seraient finis,
que nous ne pensions déjà plus à nos douleurs passées. Au printemps de
la vie, le chagrin ne laisse pas plus de trace que le pied de l'Indien
agile n'en laisse sur le sable quand le vent de la mer a soufflé!

«Les habitants du village en nous voyant si joyeux enviaient notre
sort, et les parents de Thérésa ne trouvaient plus de prétextes pour
empêcher notre mariage.

«Nous touchions au port, notre pirogue voguait doucement balancée
par un vent doux; nous chantions l'hymne du retour, sans penser,
hélas! que nous allions nous briser contre un écueil!

«Les jeunes Indiens ne voient pas, le matin, le _grain_ qui doit les
atteindre le soir; le buffle ne sait pas éviter le lacet, et souvent
il s'élance au-devant du danger pour lui échapper. J'allais comme
un insensé, regardant le soleil, sans songer au précipice qui était
caché dans l'ombre. Le malheur me surprit d'autant plus que je ne
l'attendais pas.

«Un soir, au retour de la pêche, au moment où je revenais me reposer
de mes fatigues auprès de Thérésa, je vis arriver au-devant de moi
un de mes voisins qui m'avait toujours témoigné une grande affection.

«A sa vue, un tremblement me saisit, les battements de mon coeur
s'arrêtèrent. Son visage était pâle et tout changé. Ses yeux hagards
lançaient des éclairs de terreur, sa voix était tremblante et agitée:

«--_Les Moros_ [31] sont débarqués sur la côte, me dit-il...

«--Ciel! m'écriai-je en mettant la main sur ma figure.

«--Ils ont surpris quelques personnes du village, et les ont emmenées
prisonnières.

«--Et Thérésa? m'écriai-je.

«--Thérésa a été enlevée, répondit-il.

«Je n'entendis plus rien à cette révélation, et pendant quelques
minutes, tel que le guerrier frappé au coeur par la flèche empoisonnée,
je fus privé de tout sentiment.

«Lorsque je revins à moi, des larmes inondèrent mon visage et vinrent
me soulager.

«Subitement je repris courage, et je compris qu'il ne fallait pas
perdre de temps.

«Je courus à la plage, où j'avais laissé ma pirogue. Je la détachai,
et m'élançai à force de rames à la poursuite des Malais, non dans
l'espoir de leur arracher Thérésa, mais pour partager sa captivité
et ses malheurs. On souffre moins à deux les maux qu'il faut souffrir.

«Celui qui m'avait apporté la fatale nouvelle me vit partir, et crut
que j'étais fou. Mon visage portait en effet toutes les traces de
l'aliénation mentale.

«Je semblais inspiré par le Grand Esprit; ma pirogue volait sur les
eaux agitées de la mer, comme si elle eût eu des ailes. On eût dit
que j'avais vingt rameurs à mes ordres; je fendais les flots avec la
même rapidité que le vol de l'alcyon emporté par la tempête.

«Après quelques instants de navigation pénible et douloureuse,
j'aperçus enfin les corsaires qui emmenaient mon trésor. Leur vue
doubla mes forces, et je les rejoignis bientôt.

«Lorsque je fus auprès d'eux, je leur dis, avec des accents touchants
et qui venaient de mon âme, que Thérésa était ma femme, et que je
préférais être esclave avec elle que de l'abandonner.

«Les pirates écoutèrent ma voix étouffée par les larmes, et me prirent
à leur bord, non par commisération, mais par cruauté.

«J'étais un esclave de plus! Pourquoi m'eussent-ils repoussé?

«Quelques jours après cette soirée fatale, nous arrivâmes à _Jolo_.

«Là, on fit le partage des captifs, et le maître que le sort nous
donna nous emmena chez lui.

«Était-ce donc pour avoir un sort pareil que j'étais allé pêcher de
grand matin, et que j'avais fait le voeu de donner à l'enfant Jésus
de _Zébu_ la première perle que je prendrais?...

«Malgré mon chagrin, je ne murmurai pas, et je ne regrettai pas
mon offrande. Le Seigneur était le maître, sa volonté devait être
faite!...»

_Re-Lampago_ s'arrêta pour regarder le ciel avec résignation, et
nous pûmes voir sur son visage les traces laissées par les peines
profondes que la vie amène avec elle.

Le vent soufflait toujours avec violence, et balançait notre
embarcation; nos matelots avaient achevé leur repas, et, pour entendre
le récit du pêcheur, ils étaient venus s'asseoir à ses côtés. Leurs
figures portaient l'empreinte de l'attention la plus naïve.

Je fis signe au conteur de continuer; il reprit en ces termes:

«--Notre captivité dura deux ans, pendant lesquels nous eûmes à
supporter de grandes souffrances. Souvent mes maîtres m'emmenaient avec
eux sur les bords d'un lac de l'intérieur de l'île, et ces absences
duraient des mois entiers, pendant lesquels j'étais séparé de ma
Thérésa, de ma femme; car, ne pouvant être unis par les hommes, nous
nous étions unis sous le regard bienveillant de Dieu! A mon retour,
je retrouvais ma pauvre compagne toujours bonne, fidèle et dévouée;
sou courage soutenait le mien.

«Une circonstance me décida à prendre une résolution
audacieuse. Thérésa devint enceinte...

«Quelle eût été ma joie si nous eussions été à _Zébu_ au milieu
de notre famille et de nos amis! Que de bonheur j'eusse éprouvé à
l'idée d'être père! Hélas! dans l'esclavage, cette pensée me glaça de
terreur, et je résolus d'arracher la mère et son enfant aux tortures
de la captivité.

«Je m'étais fait une plaie à la jambe dans une excursion précédente,
et cette blessure me fut d'un grand secours.

«Mes maîtres partirent un jour pour aller sur le bord du grand lac,
et, me sachant blessé, me laissèrent à _Jolo_.

«Je profitai de cette occasion pour mettre à exécution un projet que
j'avais formé depuis fort longtemps, celui de fuir avec Thérésa.

«L'oeuvre était hardie, mais le désir d'être libre double les forces
et augmente le courage; je n'hésitai pas un seul instant.

«Lorsque la nuit fut venue, Thérésa prit par une route que je lui
indiquai, je pris par une autre, et nous arrivâmes tous les deux à
peu de distance du bord de la mer. Là, nous nous jetâmes dans une
petite pirogue, et nous nous mîmes sous la protection du ciel.

«Toute la nuit, nous fîmes force de rames; je n'oublierai de ma vie
cette fuite mystérieuse. Le vent soufflait avec une certaine violence,
la nuit était noire, et les étoiles perdaient peu à peu leur vif éclat.

«Nous croyions toujours entendre derrière nous le bruit causé par
les gens chargés de nous poursuivre, et nos coeurs battaient si
violemment qu'on eût pu les entendre au milieu du silence qui régnait
dans la nature!

«Enfin, le jour arriva; peu à peu nous distinguâmes, dans les brumes
du matin, les rochers qui bordaient la mer, nous pûmes voir assez
dans le lointain pour reconnaître que nous n'étions pas poursuivis!

«L'âme remplie d'un saint espoir, nous continuâmes à ramer avec
courage en dirigeant notre barque vers le nord, pour aborder dans
une île chrétienne.

«J'avais pris avec nous quelques cocos, mais ils étaient d'une faible
ressource; et il y avait trois grands jours que nous naviguions sans
rien prendre, lorsque, exténués de fatigue, nous tombâmes à genoux
en invoquant l'enfant Jésus de _Zébu_.

«Après cette fervente prière, nos forces étaient tout à fait
épuisées. Nous laissâmes tomber nos rames de nos mains affaiblies,
et nous nous couchâmes au fond de la pirogue, décidés à périr dans
une étreinte affectueuse.

«Notre défaillance augmenta insensiblement, et nous perdîmes tout à
fait connaissance...

«La pirogue alla au gré des flots!

«Lorsque nous revînmes à nous,--j'ignore au bout de combien de
temps,--nous nous retrouvâmes entourés de soins par des chrétiens
qui nous avaient aperçus dans notre frêle embarcation, et qui nous
avaient charitablement recueillis.

«A peine fûmes-nous à terre, que ma chère Thérésa se sentit prise
par de violentes douleurs, et qu'elle mit au monde un enfant chétif
et souffreteux.

«Je m'agenouillai devant cette innocente créature échappée de
l'esclavage. C'était un garçon...»

Le pêcheur poussa un soupir, et des larmes vinrent tomber sur ses
deux mains amaigries.

Chacun de nous respecta ce douloureux souvenir.

«--Notre convalescence fut longue, dit _Re-Lampago;_ enfin nous
reprîmes assez de santé pour quitter l'île de _Négros_, où l'enfant
Jésus nous avait fait miraculeusement aborder, et nous vînmes nous
établir ici, au bord de ce grand lac, qui, situé dans l'intérieur
de l'île de Luçon, me facilitait les moyens de continuer mon état
de pêcheur sans craindre les Malais, qui auraient fort bien pu nous
reprendre à _Zébu_.

«Mon premier soin fut, en arrivant, de faire célébrer mon mariage
dans l'église de _Moron_. Je l'avais promis à Dieu, et je ne voulus
pas manquer à la promesse que j'avais faite à Celui qui lit au fond
de nos coeurs.

«Puis je construisis cette cabane que vous voyez, et je commençai à
vivre tranquille avec ma famille.

«La pêche était abondante, j'étais encore jeune; je trouvais facilement
à vendre mon poisson aux embarcations qui passaient par le détroit.

«Mon fils était devenu un beau garçon...»

«--Il tenait de son père,» dis-je, me souvenant du commencement du
récit du vieillard.

Mais mon observation ne put lui arracher un sourire.

«--C'était un bon pêcheur, reprit-il, et nous vivions heureux tous
les trois, lorsqu'un malheur terrible vint nous atteindre.

«L'enfant Jésus nous abandonna sans doute, ou Dieu fut mécontent
de nous. Je ne murmure pas, mais il nous a punis bien sévèrement,
puisqu'il nous a frappés d'un chagrin que nous emporterons dans
le tombeau!»

Et les pleurs du vieillard coulèrent plus abondants et plus amers.

Ah! combien le poëte italien a eu raison de dire:


        Rien ne dure ici-bas que les larmes!


«Les yeux épuisés des vieillards ne peuvent plus y voir, qu'ils
peuvent toujours pleurer!»

La voix de _Re-Lampago_ était étouffée par les sanglots; cependant
il fit un effort, et continua:

«--Une nuit, par un beau clair de lune, nous avions jeté nos filets
dans un endroit du détroit; et comme nous éprouvions de la difficulté
pour les retirer, l'enfant plongea au fond de l'eau pour voir quel
était l'obstacle qui les retenait.

«J'étais dans ma pirogue, et, penché sur le bord, j'attendais qu'il
remontât, quand je crus voir, aux rayons argentés de l'astre qui
nous regardait, une large tache de sang qui s'étendait à la surface
de l'eau.

«J'eus peur, et retirai promptement mon filet.

«Mon malheureux enfant s'y était cramponné; mais, hélas! quand je
l'aperçus, il avait cessé de vivre!...

«--Quoi! votre fils, m'écriai-je...?

«--Mon pauvre _José-Maria_, dit-il, avait eu la tête coupée par un
caïman qui s'était pris dans les filets!...

«Depuis cette nuit fatale, Thérésa et moi prions Dieu de nous rappeler
à lui, car rien ne nous attache à la terre.

«Celui de nous deux qui partira le premier sera enterré par le
survivant auprès de notre fils chéri, là... sous ce petit tertre
surmonté d'une croix de bois devant l'entrée de la cabane... et le
dernier qui partira pour les rejoindre trouvera bien sans doute un
chrétien charitable qui le placera à côté de ceux qu'il aura aimés
pendant sa triste vie...»

_Re-Lampago_ s'arrêta, et, pour donner un libre cours à ses regrets
et à sa douleur, il se leva et nous fit un signe d'adieu, que nous
lui rendîmes, le coeur chagrin.

Les vents s'étaient calmés;

Les matelots attentifs attendaient nos ordres.

Quelques instants après, nous voguions vers _Jala-Jala_, où nous
arrivâmes avant le coucher du soleil.



CHAPITRE XIV.

    Jala-Jala.--Arrivée de mon frère Henri.--Le bandit Cajoui.--
    Anten-Anten.--Alila.--Bandits du lac de Bay.


Dès le lendemain de mon arrivée, je m'occupai de mon petit
gouvernement.

Mon absence ne lui avait pas été favorable, et j'eus à réprimer
plusieurs abus qui s'y étaient glissés.

Quelques légères corrections, une surveillance active, rétablirent
bientôt l'ordre et la discipline, et dès lors je pus donner mes soins
à la culture de mes terres.

Nous étions au commencement de l'hivernage, époque des pluies
torrentielles et des coups de vent.

Aucun étranger n'avait osé traverser le lac pour venir nous voir.

Seuls, ma femme et moi, nos journées s'écoulaient paisibles et
heureuses; nous ne connaissions point l'ennui. L'affection que nous
avions l'un pour l'autre était trop vive et trop positive pour ne
pas nous suffire à nous-mêmes.

Cette douce solitude fut bientôt interrompue par un événement heureux
et imprévu.

Chose assez rare à _Jala-Jala_, je reçus de Manille une lettre
qui m'annonçait que mon frère aîné, Henri, venait d'arriver; qu'il
avait été reçu par mon beau-frère, et qu'il m'attendait avec toute
l'impatience que l'on peut se figurer.

Je n'avais point su qu'il eût quitté la France pour venir me trouver;
aussi cette nouvelle, cette arrivée subite, me causèrent-elles autant
de surprise que de joie.

J'allais donc revoir un des miens, un frère pour lequel j'avais
toujours eu une tendre amitié. Oh! celui qui jamais ne s'est éloigné
de ses dieux pénates, de sa famille, de ses premières affections,
comprendra difficilement toute l'émotion que produisit en moi cette
heureuse lettre.

Les premiers transports de ma joie un peu calmés, je ne voulus pas
perdre un instant pour me rendre à Manille.

Mes préparatifs de départ furent bientôt faits; je choisis ma pirogue
la plus légère et mes deux plus vigoureux Indiens, et, quelques
instants après avoir embrassé ma chère Anna, je voguais sur les eaux
du lac, trop lentement, hélas! pour mon impatience; car j'aurais
voulu pouvoir donner des ailes à ma frêle embarcation, et parcourir,
aussi vite que ma pensée, l'espace qui me séparait de mon frère.

Jamais voyage ne me parut plus long, et cependant mes deux robustes
rameurs, animés par mon impatience, employaient toute leur force à
seconder mes désirs.

J'arrivai enfin, et me rendis de suite chez mon beau-frère; je me
jetai dans les bras de Henri.

L'émotion que nous ressentîmes tous les deux nous priva longtemps
de l'usage de la parole; nos larmes, qui coulaient abondamment,
attestaient seules la joie de nos coeurs.

Cette première émotion passée, que de questions ne lui adressai-je pas!

Aucune personne de la famille ne fut oubliée. Les moindres petits
détails qui avaient rapport à ces êtres chéris étaient pour moi d'un
grand intérêt.

Nous passâmes le reste de la journée et toute la nuit suivante dans
une continuelle et intéressante conversation; le lendemain, nous
partîmes pour _Jala-Jala_.

Henri avait hâte de connaître sa belle-soeur, et moi de faire partager
à cette chère compagne tout mon bonheur.

Bonne Anna, ma joie était de la joie pour toi; mon bonheur, pour toi
du bonheur! Tu reçus Henri comme un frère, et cette amitié fraternelle
fut toujours chez toi aussi sincère que ton affection pour moi.

Après quelques jours écoulés dans de douces causeries sur la France et
tout ce qu'elle renfermait de cher à nos coeurs, quelques sentiments
de tristesse que j'avais peine à réprimer vinrent se mêler à ma joie.

Je pensais à notre nombreuse famille, si éloignée et disséminée sur
le globe.

Le plus jeune de mes frères, hélas! était mort à Madagascar.

Robert, le cadet, habitait Porto-Rico, et mes deux beaux-frères,
tous deux capitaines au long cours, faisaient continuellement des
voyages aux grandes Indes.

Pauvre mère! pauvres soeurs! seules, sans appui, sans soutien, que
de douloureux moments de crainte et d'inquiétude ne deviez-vous pas
passer dans votre solitude! J'aurais voulu vous avoir près de moi;
mais, hélas! un monde entier nous séparait, et l'espoir seulement de
vous revoir un jour dissipait les nuages qui obscurcissaient parfois
ces jours heureux embellis par la présence de mon frère.

Après quelque temps de repos, Henri voulut partager mes travaux; je
l'eus bientôt mis au courant de mon exploitation, et il se chargea
du détail des plantations et des récoltes.

Moi, je me réservai le gouvernement de mes Indiens, le soin des
troupeaux, et celui de poursuivre les bandits à outrance.

J'avais souvent maille à partir avec ces turbulents Indiens; avec eux
j'étais continuellement en lutte, mais je ne me vantais pas de tous
les petits combats où j'étais souvent obligé de prendre la part la
plus active.

Je recommandais au contraire sévèrement le silence à mes gardes; je ne
voulais pas donner de l'inquiétude à ma bonne Anna, et à mon frère le
désir de m'accompagner; je n'aurais pas voulu l'exposer aux dangers
que je courais moi-même; je n'avais point la même confiance pour lui
que pour moi; je me fiais à mon étoile, et, modestie à part, jusqu'à
un certain point je crois que les balles des bandits me respectaient.

Lorsqu'il s'agissait de petits combats en rase campagne, de quelques
escarmouches, le danger n'était pas grand. Mais c'était bien autre
chose lorsqu'il fallait lutter corps à corps, ce qui m'est arrivé
plus d'une fois; et je cède au plaisir de rappeler ici l'une de ces
circonstances qui tout à l'heure me faisaient dire que les balles
des bandits me respectaient.

Un jour, seul avec mon lieutenant, n'ayant tous deux pour toute arme
que nos poignards, nous revenions à l'habitation en traversant une
épaisse forêt située au fond du lac. Alila me dit:

«Maître, nous sommes dans les parages fréquentés par _Cajoui_.»

Or, _Cajoui_ était un chef de brigands des plus redoutables.

Dans ses nombreux méfaits, il s'était amusé à noyer, le même jour,
une vingtaine de ses compatriotes.

J'avais à coeur de purger le pays d'un pareil assassin, et l'avis de
mon lieutenant me fit prendre un petit sentier qui nous conduisit à
une case cachée au milieu des bois.

Je dis à Alila de rester en bas, et de veiller pendant que j'irais
reconnaître les personnes qui l'habitaient. Je montai par la petite
échelle qui conduit à l'intérieur des cabanes tagales; une Indienne
y était seule, occupée à tresser une natte. Je lui demandai du feu
pour allumer mon cigare, et je revins trouver mon lieutenant.

Ayant jeté les yeux par hasard sur l'extérieur de la case, elle me
sembla beaucoup plus grande qu'elle ne m'avait paru dans l'intérieur.

Je remontai précipitamment, je regardai tout autour de la chambre où
était la jeune fille, et j'aperçus au fond une petite porte masquée
par une natte: je la poussai brusquement, et au même instant _Cajoui_,
qui m'attendait derrière avec sa carabine, me lâcha son coup à bout
portant.

Le feu, la fumée, m'aveuglèrent, et, par un hasard inconcevable,
la balle effleura mon vêtement sans me blesser.

Alila, qui savait que je n'avais pas d'arme à feu, entendant la
détonation, me crut mort.

Il se précipita au haut de l'escalier, me trouva entouré d'un nuage
de fumée, le poignard à la main, cherchant mon ennemi, qui, me voyant
encore sur pied après son coup de feu, crut sans doute que j'avais sur
moi de l'_anten-anten_, certaine oraison diabolique qui, d'après la
croyance indienne, rend l'homme invulnérable à toutes les armes à feu.

La peur alors s'était emparée du bandit; il s'était précipité par
une fenêtre, et se sauvait à toutes jambes à travers la forêt.

Alila ne pouvait pas croire à ce qui venait de m'arriver; il me tâtait
par tout le corps pour s'assurer que la balle ne m'avait pas traversé.

Après s'être bien convaincu que je n'avais aucune blessure, il me dit:

«Maître, si vous n'aviez pas de l'_anten-anten_, vous seriez mort!»

Mes Indiens ont toujours cru que j'étais possesseur de ce secret et
de bien d'autres.

Par exemple, comme ils me voyaient souvent passer vingt-quatre, même
trente-six heures sans boire et sans manger, ils étaient persuadés
que je pouvais vivre ainsi indéfiniment; et un jour, un bon curé
tagal, chez lequel je me trouvais, se mit presque à genoux pour que
je lui communiquasse la faculté que j'avais, disait-il, de vivre
sans aliments.

Les Tagals ont conservé toutes leurs vieilles superstitions.

Cependant, grâce aux Espagnols, ils sont tous chrétiens; mais ils
comprennent cette religion à peu près comme des enfants, et croient que
d'assister, les fêtes et dimanches, aux offices divins, se confesser
et communier une fois l'année, cela suffit pour la rémission de tous
leurs péchés.

Une petite anecdote qui m'est arrivée suffira pour faire connaître
comment ils comprennent la charité évangélique.

Deux jeunes Indiens avaient un jour volé des volailles à un de leurs
voisins, et ils étaient venus les vendre à mon majordome pour une
douzaine de sous.

Je les fis venir devant moi, pour leur faire une réprimande et
les punir.

Dans leur naïveté, ils me répondirent:

«C'est vrai, maître, nous avons mal fait, mais nous ne pouvions pas
faire autrement; nous communions demain, et nous n'avions pas d'argent
pour prendre une tasse de chocolat.»

C'est un usage que la tasse de chocolat après la communion, et c'était
pour eux un plus grand péché d'y manquer que de commettre le petit
larcin dont ils s'étaient rendus coupables.

Deux divinités malfaisantes jouent un grand rôle parmi eux; ils y
croyaient avant la conquête des Philippines.

L'un de ces dieux funestes est le _Tic-Balan_, dont j'ai déjà parlé,
qui habite les forêts dans l'intérieur des grands figuiers.

Cette divinité peut faire tout le mal possible à celui qui ne la
respecte pas, ou qui ne porte pas sur lui certaines herbes; toutes
les fois qu'il passe sous l'un de ces figuiers, il fait un signe
de la main en prononçant: _Tavit-po_, mots tagals qui veulent dire:
_Avec votre permission, Seigneur_.

Le seigneur du lieu est le _Tic-Balan_.

L'autre divinité s'appelle _Azuan_.

Elle préside surtout aux accouchements d'une manière malfaisante,
et l'on voit souvent un Indien, pendant que sa femme est dans le
travail de l'enfantement, perché à califourchon sur le toit de sa
case, un sabre à la main, frappant dans l'air d'estoc et de taille
pour chasser, dit-il, l'_Azuan_.

Quelquefois il continue cette manoeuvre pendant plusieurs heures,
jusqu'à ce que l'accouchement soit terminé.

Une de leurs croyances, que pourraient envier les Européens, c'est
que lorsqu'un enfant au-dessous de l'âge de raison vient à mourir,
c'est un bonheur pour toute la famille: c'est un ange qui va dans
le ciel, pour y être le protecteur de tous ses parents. Aussi, le
jour de l'enterrement est-il une grande fête; parents et amis y sont
invités: on boit, on chante et l'on danse toute la nuit dans la case
où l'enfant est mort.

Mais je m'aperçois que les superstitions des Indiens m'éloignent trop
de mon sujet.

J'aurai plus tard et plus utilement l'occasion de décrire les moeurs
et les usages de ces singuliers hommes.

Je reprends mon récit au moment où mon lieutenant venait de m'assurer
que j'avais de l'_anten-anten_, et que par conséquent je ne pouvais
pas être blessé par un coup de feu.

Il s'adressa ensuite à la jeune fille qui était restée dans son coin,
plus morte que vive.

«--Ah! maudite créature, lui dit-il, tu es la concubine de _Cajoui_;
à présent, c'est à toi que nous allons avoir affaire!»

Et au même instant il s'avança vers elle avec son poignard à la main;
je me précipitai entre lui et cette pauvre fille, car je le savais
homme à tuer quelqu'un, surtout lorsque j'avais été attaqué de manière
à courir un danger.

«--Malheureux! lui dis-je, que vas-tu faire?

«--Pas grand'chose, maître: couper les cheveux et les oreilles à cette
vilaine femme, et l'envoyer dire à _Cajoui_ que nous le rejoindrons
bientôt.»

J'eus beaucoup de peine à l'empêcher d'exécuter son projet.

Il me fallut pour cela user de toute mon autorité et lui permettre
de brûler la case, après que la jeune fille tout effrayée se fut,
grâce à ma protection, sauvée dans la forêt.

Mon lieutenant avait raison de faire dire à _Cajoui_ que nous le
rejoindrions.

Quelques mois après, à plusieurs lieues de l'endroit où nous
avions mis le feu à sa case, un jour que trois hommes de ma garde
m'accompagnaient, nous découvrîmes, dans une partie des plus épaisses
du bois, une petite cabane.

Mes Indiens allèrent tout de suite la cerner au pas de course; mais
presque tout autour se trouvait une espèce de marais recouvert d'herbes
et de broussailles, où tous les trois enfoncèrent jusqu'à la ceinture.

Comme je courais moins vite qu'eux, je m'aperçus du danger, et tournai
le marais pour aborder la case par le seul endroit accessible.

Tout à coup je me trouvai face à face avec _Cajoui_, pouvant presque
le toucher.

J'avais mon poignard à la main, lui aussi avait le sien; la lutte
s'engagea.

Pendant quelques secondes nous nous portâmes des coups multipliés,
que chacun de nous évitait comme il le pouvait; je crois cependant
que la chance tournait contre moi; la pointe du poignard de _Cajoui_
m'était déjà entrée assez profondément dans le bras droit, lorsque
de la main gauche je pus prendre à ma ceinture un pistolet d'assez
fort calibre; je le lui déchargeai en pleine poitrine: la balle et
la bourre lui traversèrent le corps.

Pendant quelques secondes, _Cajoui_ chercha encore à se défendre;
mais je le poussai vigoureusement, je le fis tomber à mes pieds,
et lui arrachai alors son poignard, que je conserve encore.

Mes gens, étant sortis de leur bourbier, vinrent me rejoindre.

La compassion remplaça bientôt l'animosité que nous avions contre
_Cajoui_.

Nous fîmes un brancard, je bandai sa plaie, et pendant plus de six
lieues nous le transportâmes ainsi jusqu'à mon habitation, où je lui
fis donner tous les soins que réclamait son état.

D'un moment à l'autre je croyais qu'il allait rendre l'âme; de quart
d'heure en quart d'heure mes gens venaient me donner de ses nouvelles,
et toujours ils me disaient:

«Maître, il ne peut pas mourir, parce qu'il a sur lui de
l'_anten-anten_; et c'est bien heureux que ce soit vous, qui en avez
aussi, qui lui ayez tiré le coup de pistolet, parce que nos armes
n'eussent rien fait contre lui.»

Je riais de leur superstition, et m'attendais bien à apprendre,
d'un instant à l'autre, que le blessé avait rendu le dernier soupir,
lorsque mon lieutenant tout joyeux m'apporta un petit manuscrit,
à peu près de deux pouces carrés, en me disant:

«Voilà, maître, l'_anten-anten_ que j'ai pu trouver sur le corps
de _Cajoui_.»

Au même instant, un autre de mes gens vint me prévenir qu'il n'existait
plus.

«Voyez, me disait Alila, si je ne lui avais pas pris son _anten-anten_,
il vivrait encore.»

J'avais feuilleté le petit livre: des prières, des invocations qui
n'avaient pas beaucoup de sens, étaient écrites en langue tagale.

Un bon moine qui était présent me le prit des mains; je croyais qu'il
éprouvait la même curiosité que moi, mais pas du tout: il se leva,
passa à la cuisine, et un instant après vint me dire qu'il en avait
fait un auto-da-fé.

Mon pauvre lieutenant en pleura presque de chagrin, car il considérait
le petit livre comme sa propriété, et pensait que sa possession devait
le rendre invulnérable.

J'aurais aussi voulu le conserver, comme un document curieux de la
superstition indienne.

Le lendemain, j'eus beaucoup de peine à décider mon gros curé, le père
Miguel, à enterrer _Cajoui_ dans le cimetière; il prétendait qu'un
homme qui était mort ayant sur lui de l'_anten-anten_ ne pouvait pas
être enterré en lieu saint.

Il fallut, pour le convaincre, lui dire que l'_anten-anten_ avait
été ôté à _Cajoui_ avant sa mort, et qu'il avait eu le temps de
se repentir.

Quelques jours après la mort de _Cajoui_, ce fut au tour de mon fidèle
Alila d'affronter un danger non moins imminent que celui auquel je
m'étais exposé lors de mon combat avec ce chef de bandits.

Mais Alila était brave, et, quoiqu'il n'eût pas d'_anten-anten_,
une arme à feu ne lui faisait pas peur.

De grandes embarcations, véritables arches de Noé, chargées de
marchands forains, partaient toutes les semaines du bourg de Pasig
pour se rendre à celui de Santa-Cruz, où, le jeudi, se tenait un
grand marché.

Huit bandits entreprenants et déterminés s'embarquèrent sur un de ces
bateaux; ils cachèrent leurs armes dans des ballots de marchandises.

A peine l'embarcation avait-elle pris le large, qu'ils les saisirent,
et commencèrent une horrible scène de carnage.

Tous ceux qui voulurent leur résister furent égorgés, le pilote
lui-même fut jeté à l'eau; enfin, ne trouvant plus de résistance,
ils dévalisèrent tous les passagers de l'argent qu'ils avaient sur
eux, leur prirent tout ce qu'ils trouvèrent d'objets précieux, et,
chargés de butin, ils conduisirent l'embarcation sur une plage déserte,
où ils débarquèrent.

J'avais été prévenu de cette audacieuse entreprise, et m'étais rendu
à la hâte à l'endroit où ils avaient mis pied à terre.

Malheureusement j'étais arrivé trop tard, et ils fuyaient déjà vers
les montagnes, après s'être partagé leur butin.

Malgré le peu d'espoir que j'avais de les atteindre, je me mis
cependant à leur poursuite, et, après une assez longue marche, un
Indien que je rencontrai me prévint que l'un de ces bandits, moins
bon marcheur que les autres, n'était pas très-éloigné, et que si mes
gardes et moi nous courions bien, nous pourrions l'atteindre.

Alila était mon meilleur coureur, il avait toute la légèreté du cerf;
aussi lui dis-je:

«Pars, Alila, et, mort ou vif, amène-moi ce fuyard.»

Mon brave lieutenant, pour moins d'embarras dans sa course, nous
laissa son fusil, prit une lance, et partit.

Peu d'instants après l'avoir perdu de vue, nous entendîmes la
détonation d'une arme à feu; ce ne pouvait être que le bandit qui
avait tiré sur Alila, et nous pensâmes tous qu'il était mort ou blessé.

Nous hâtâmes le pas, dans l'espoir d'arriver encore à temps pour
le secourir; mais bientôt nous l'aperçûmes revenant tranquillement
vers nous.

Il avait la figure et ses vêtements couverts de sang, dans la main
droite sa lance, et dans la gauche la hideuse tête du bandit, qu'il
tenait par les cheveux, comme Judith autrefois celle d'Holopherne.

Mais mon pauvre Alila était blessé, et mon premier soin fut d'examiner
si la blessure était grave. Après m'être assuré qu'elle n'offrait
aucun danger, je lui demandai quelques détails sur son combat:

--«Maître, me dit-il, peu de temps après vous avoir quitté,
j'aperçus le bandit; il me vit aussi, lui, et se mit à se sauver
le plus bravement possible; mais je courais mieux que lui, et je
le serrais de près. Lorsqu'il eut perdu l'espoir de m'échapper, il
se retourna vers moi et me présenta un pistolet. Je n'eus pas peur,
et m'avançai quand même... Le coup partit, et je me sentis blessé à
la figure; cette blessure ne m'arrêta pas: je fonçai sur lui et lui
traversai le corps avec ma lance, et comme il était trop lourd pour
vous l'apporter, je lui ai coupé la tête, que voici!»

Après avoir félicité Alila de son succès, j'examinai sa blessure: un
fragment d'une balle coupée en quatre l'avait atteint sur la pommette
de la joue, et s'était aplati sur l'os; j'en fis l'extraction, et la
guérison ne se fit pas longtemps attendre.

Maintenant que j'ai presque terminé, pour ne plus y revenir, mes
nombreuses expéditions contre les bandits, je reprends la suite de
ma vie habituelle à _Jala-Jala_.



CHAPITRE XV.

    Jala-Jala.--Bermigan.--Le capitaine Gabriel Lafond.--Joaquin
    Balthazar.--Tay-Foung.--Rixes.--Bandits.--Tapuzi.-- Ile de
    Talim.--Guerre civile.


A cette époque, un malheur vint mettre le deuil dans ma maison.

Des lettres de ma famille m'annonçaient que mon frère Robert était
revenu de Porto-Rico, mais que bientôt une maladie grave l'avait
conduit au tombeau.

Il était mort entre les bras de ma mère et de mes soeurs dans la
petite maison de la Planche, où, comme je l'ai dit, nous avons tous
été élevés.

Ma bonne Anna pleura avec nous, et employa mille soins et les plus
douces attentions pour alléger la douleur que mon frère Henri et moi
nous ressentions d'une perte si cruelle.

Quelques mois après, un nouveau chagrin vint encore nous affliger.

Nous avions une petite société à _Jala-Jala_, qui se composait de ma
belle-soeur, de Delaunay, jeune homme de Saint-Malo, venu de Bourbon
pour établir à Manille des usines pour la cuisson des sucres; de
Bermigan, jeune Espagnol, et de mon ami le capitaine Gabriel Lafond,
Nantais comme moi [32].

Il était venu aux Philippines sur _le Fils de France_, avait passé
quelques années dans l'Amérique du Sud, et y avait occupé plusieurs
emplois de distinction dans la marine, comme capitaine commandant;
enfin, après bien des aventures et des vicissitudes, il était arrivé à
Manille avec une petite fortune, avait acheté un navire, et s'était
rendu dans l'océan Pacifique pour y faire la pêche du _balaté_,
ou ver de mer.

A peine arrivé à l'île de _Tongatabou_, son navire s'était brisé sur
les rochers qui entourent cette île. Lafond s'était sauvé à la nage,
et avait tout perdu.

De là, il s'était rendu aux îles Mariannes, où le chagrin et la
mauvaise nourriture l'avaient fait tomber malade; il était revenu à
Manille, affecté d'une affreuse dysenterie.

Je l'avais conduit à mon habitation, et là je lui donnais tous les
soins que méritait un compatriote, un bon ami, doué de qualités
solides et aimables.

Nos soirées se passaient en conversations amusantes et instructives.

Chacun de nous, ayant beaucoup voyagé, avait quelque chose à raconter;
dans la journée, les malades tenaient compagnie aux dames, pendant
que mon frère et moi nous vaquions à nos occupations ordinaires.

Mais bientôt, hélas!... un malheureux accident vint troubler le calme
qui régnait à _Jala-Jala_.

Bermigan tomba si dangereusement malade, que quelques jours suffirent
pour m'ôter tout espoir de lui sauver la vie. Jamais je n'oublierai la
nuit fatale dans laquelle nous étions tous réunis au salon, la douleur
et la consternation sur tous les visages et dans tous les coeurs; à
quelques pas de nous, dans une chambre voisine, nous entendions le râle
de la mort: le pauvre Bermigan n'avait plus que peu d'instants à vivre.

Mon bon ami Lafond, que la maladie avait aussi réduit à un état
presque désespéré, rompit le silence et dit:

--«Allons, aujourd'hui Bermigan, et dans quelques jours, peut-être
demain, ce sera mon tour. Vois, mon cher don Pablo: je puis dire
que je n'existe plus. Regarde mes jambes, mon corps, je ne suis plus
qu'un squelette, je ne peux plus prendre aucune nourriture. Ah! il
vaut mieux mourir que de vivre comme cela!»

J'étais si persuadé que son pressentiment ne tarderait pas à
se vérifier, que j'osais à peine lui donner quelques paroles de
consolation et d'espérance.

Qui m'eût dit alors que lui seul et moi survivrions à tous ceux qui
nous entouraient, tous si pleins de vie et de santé!

Mais, hélas! n'anticipons pas sur l'avenir.

Le pauvre Bermigan rendit le dernier soupir.

La maison de _Jala-Jala_ n'était plus vierge; une créature humaine
venait d'y expirer, et le lendemain, tristes et silencieux, nous nous
rendions tous au cimetière pour y déposer notre ami et lui rendre
les derniers devoirs.

Son corps fut placé au pied d'une grande croix qui occupait le centre
du cimetière, et pendant plusieurs jours la tristesse et le silence
régnèrent dans la maison de _Jala-Jala_.

Quelque temps après, j'eus le bonheur de voir mes efforts couronnés
de succès pour mon ami Lafond.

A la suite de violents remèdes que je lui administrai, sa santé revint
tout à coup, et peu de temps après l'appétit.

Bientôt il fut en état de s'embarquer pour la France.

Maintenant établi à Paris, marié à une femme ornée de toutes les
qualités faites pour rendre un homme heureux, père de beaux enfants,
jouissant d'une position honorable et de l'estime publique, il n'a
point oublié les six mois passés à _Jala-Jala_, et l'ingratitude ne
souilla jamais un coeur noble, aimant et dévoué.

Aussi existe-t-il toujours entre lui et moi le plus sincère
attachement, et je suis heureux de lui dire ici qu'il est et sera
toujours mon meilleur ami.

Puisque je viens de nommer plusieurs personnes qui ont séjourné quelque
temps à _Jala-Jala_, je ne passerai pas sous silence un de mes colons,
Joaquin Balthazar, Marseillais d'origine, homme excentrique comme je
n'en ai jamais connu.

Joaquin, très-jeune, s'était embarqué par-dessus le bord à Marseille.

Étant arrivé à Bourbon sans être porté sur le rôle d'équipage, il
avait été pris et mis à bord de _l'Astrolabe_, qui faisait le voyage
du tour du monde.

Il avait déserté aux îles Mariannes, était arrivé dans le plus grand
dénûment aux Philippines, s'était adressé à de bons moines pour faire,
disait-il, sa conversion et son salut.

Il avait vécu parmi eux et à leurs dépens près de deux années;
ensuite il avait ouvert un café à Manille, et absorbé en plaisirs
et en débauches une assez forte somme qu'un Français et moi lui
avions avancée.

Enfin il était venu faire construire sur mon habitation un grand
édifice en paille, qui avait plutôt l'air d'un grand magasin que
d'une maison.

Là, il entretenait toujours une espèce de sérail, adoptait tous les
enfants qu'on voulait lui donner, et qui, avec les siens, faisaient
ressembler sa maison à une école mutuelle.

Le jour où il était fatigué d'une de ses femmes, il faisait venir un
de ses ouvriers, et, avec un grand sérieux, il lui disait:

«Voilà une femme que je te donne; sois bon mari, traite-la bien. Et
toi, femme, voilà ton mari; sois-lui fidèle. Allez, que Dieu vous
bénisse! décampez, et que je ne vous revoie plus.»

Il était toujours sans le sou, ou tout à coup se voyait riche de
sommes assez fortes, qui, en peu de jours, étaient dissipées.

Il empruntait à tout le monde, ne rendait jamais, vivait comme un
véritable Indien, et était poltron comme une poule mouillée.

Ses cheveux blonds, sa figure blafarde et sans barbe lui avaient fait
donner par les Indiens le surnom de _Ouela-Dougou_, paroles tagales
qui voulaient dire: _Qui n'a point de sang_.

Un jour que je traversais le lac dans une petite pirogue avec lui
et deux Indiens, nous fûmes surpris par un de ces terribles coups de
vent des mers de Chine que l'on nomme _tay-foung_.

Ces coups de vent, qui sont extrêmement rares, sont effrayants.

Le ciel se couvre de gros nuages, la pluie tombe à torrent, la lumière
du jour disparaît presque comme dans nos plus sombres brouillards,
et le vent souffle avec une telle furie, qu'il renverse tout ce qui
se trouve sur son passage [33].

Nous étions donc dans notre pirogue: à peine le vent commença-t-il
à souffler avec toute sa force, que Balthazar se mit à invoquer tous
les saints du paradis.

Dans sa désolation, il criait à haute voix: «O mon Dieu! moi qui suis
un si grand pécheur, faites-moi la grâce que je puisse me confesser
et recevoir l'absolution!»

Toutes ses jérémiades et ses cris ne faisaient qu'épouvanter mes deux
Indiens; et certes notre position était assez critique pour tâcher
de conserver notre présence d'esprit, afin de manoeuvrer notre frêle
embarcation, qui d'un moment à l'autre allait être submergée.

Cependant j'étais certain qu'armée de ses deux grands balanciers en
bambou elle pouvait parfaitement se tenir entre deux eaux et ne pas
chavirer, si nous avions la précaution et la force de fuir devant le
temps, et de ne pas présenter le côté à la lame; car dans ce cas nous
eussions tous péri.

Ce que je prévoyais arriva.

Une lame vint déferler sur nous; pendant quelques secondes nous fûmes
totalement engloutis; mais, la lame passée, nous revînmes au-dessus
de l'eau.

Notre pirogue resta submergée entre deux eaux, mais nous ne l'avions
pas abandonnée, nous avions passé nos jambes sous les bancs, où nous
nous tenions fortement cramponnés; nous avions tout le haut du corps
au-dessus de l'eau.

Toutes les fois qu'une lame s'avançait sur nous, elle nous passait
par-dessus la tête, s'éloignait, et nous avions alors le temps de
respirer jusqu'à ce qu'une autre lame vînt encore nous atteindre.

A chaque trois ou quatre minutes, la même manoeuvre se répétait.

Mes Indiens et moi nous mettions alors toute notre force et notre
adresse à toujours fuir devant le temps.

Balthazar avait fini ses jérémiades, le plus grand silence régnait
parmi nous; seulement je prononçais de temps en temps ces quelques
mots: «Courage, enfants! nous arriverons.»

Pour empirer notre triste position, la nuit était venue.

La pluie continuait à tomber à torrents, le vent redoublait de fureur.

De temps en temps nous étions éclairés par des globes de feu semblables
à ce que les marins appellent _feu de saint Elme_.

Dans ces moments de rayons de lumière, je portais les yeux au loin,
mais je n'apercevais que l'immensité des eaux en fureur.

Pendant deux heures à peu près nous fûmes ainsi ballottés par la lame,
qui cependant peu à peu nous poussait vers une plage; et au moment où
nous y pensions le moins, nous nous trouvâmes au milieu d'un énorme
buisson de hauts bambous.

Je reconnus alors que nous étions sur la plage, et que le lac avait
débordé à plusieurs milles dans les terres.

Nous avions de l'eau jusqu'à la poitrine, et il n'était pas possible
de traverser l'inondation.

L'obscurité était trop grande pour pouvoir prendre une direction
quelconque; notre pirogue, engagée dans les bambous, ne pouvait plus
nous servir.

Nous nous hissâmes comme nous pûmes au milieu du buisson, jusqu'à la
hauteur où les bambous se terminent en flèches; nous avions le corps
déchiré par les épines aiguës qui garnissent toujours les petites
branches; la pluie continuait à tomber sans interruption, le vent
soufflait toujours, et chaque rafale faisait plier les bambous, dont
les branches flexibles venaient nous déchirer le corps et la figure.

J'ai bien souffert dans ma vie; mais jamais nuit ne me parut si longue
et si cruelle!

Joaquin Balthazar recouvra alors la parole, et d'une voix tremblante
et saccadée il me dit:

«Ah! don Pablo, écrivez, je vous en prie, à ma mère la fin tragique
de son malheureux fils!...»

Je ne pus m'empêcher de lui répondre:

«Maudit poltron!... crois-tu que je sois plus à mon aise que
toi?... Tais-toi, sinon je vais te faire faire le plongeon pour ne
plus t'entendre.»

Le pauvre Joaquin prit alors son parti, et ne prononça plus une parole;
seulement, de temps en temps, il faisait connaître sa douleur par de
profonds soupirs.

Le vent, qui avait soufflé à l'est et au nord, vers les quatre heures
du matin passa subitement à l'est, et peu de temps après cessa tout
à coup.

Il était presque jour, nous étions sauvés.

Nous pûmes alors nous reconnaître: nous avions tous les quatre un
aspect déplorable; nos vêtements étaient en lambeaux.

Nous avions tout le corps flagellé et couvert de profondes écorchures.

Le froid avait pénétré jusque dans la moelle de nos os, et le long bain
que nous venions de prendre avait ridé notre peau; nous ressemblions
à des noyés retirés des eaux après y avoir demeuré plusieurs heures.

Enfin, perclus comme nous l'étions, nous nous laissâmes glisser de
nos bambous pour rentrer dans les eaux du lac.

Elles firent sur nous une impression salutaire et agréable; elles
nous paraissaient tièdes comme un bain à 30 degrés de chaleur.

Ranimés par cette douce température, nous retirâmes notre pirogue du
buisson, où fort heureusement elle était tellement engagée, que les
vagues et les courants n'avaient pu l'entraîner plus loin.

Nous la remîmes à flot, et nous parvînmes à gagner une case indienne,
où nous nous séchâmes et réparâmes nos forces.

Le calme était rétabli, le soleil brillait de tout son éclat; mais
partout on voyait les traces qu'avait laissées le _tay-foung_.

Dans la journée nous regagnâmes _Jala-Jala_, où notre arrivée causa
une grande joie.

On me savait sur le lac, et tout devait faire présumer que j'avais
péri.

Ma bonne et chère Anna se jeta dans mes bras en pleurant; elle avait
été si inquiète, que sa joie de me voir ne put s'exprimer pendant
plusieurs instants que par les larmes qui inondaient son visage.

Balthazar retourna à son sérail.

Tant qu'il fut sous ma protection, les Indiens le respectèrent; mais
après mon départ de _Jala-Jala_, il fut assassiné, et tous ceux qui le
connaissaient bien convinrent qu'il l'avait mérité à plus d'un titre.

Puisque j'ai parlé d'un _tay-foung_, je vais un peu anticiper, et,
le plus brièvement possible, en décrire un bien plus terrible encore
que celui que j'avais essuyé dans une frêle pirogue et sur le buisson
de bambous.

Je venais de terminer de jolis bains sur le lac, en face de ma maison;
j'étais tout fier et tout content de procurer ce nouvel agrément à
ma femme.

Le jour même où mes Indiens venaient d'y ajouter les derniers
ornements, vers le soir, le vent d'ouest commença à souffler avec
furie; peu à peu les eaux du lac s'agitèrent, bientôt nous ne doutâmes
plus que nous allions avoir affaire à un _tay-foung_.

Mon frère et moi restâmes longtemps à examiner, à travers les vitraux
des croisées, si les bains résisteraient à la force du vent; mais,
dans une forte rafale, mon pauvre édifice disparut comme un château
de cartes.

Nous nous retirâmes de la fenêtre, et bien nous en prit, car une plus
forte rafale que celle qui avait détruit les bains enfonça toutes les
croisées qui donnaient à l'ouest; le vent s'enfourna dans la maison,
et se fit jour en renversant toute la muraille au-dessus de la porte
d'entrée.

Le lac était si agité, que les lames passaient par-dessus ma maison
et inondaient tous les appartements.

Nous ne pouvions plus y tenir...

En nous aidant les uns les autres, ma femme, mon frère, un jeune
Français qui se trouvait alors à _Jala-Jala_ [34], et moi, nous pûmes
gagner un rez-de-chaussée qui n'avait jour au dehors que par une
petite fenêtre; là, dans une obscurité profonde, nous passâmes une
grande partie de la nuit, mon frère et moi, l'épaule appuyée contre
la fenêtre, opposant toute notre force à celle du vent qui menaçait
de l'enfoncer.

Dans ce rez-de-chaussée il y avait quelques dames-jeannes d'eau-de-vie:
ma chère Anna en versait dans sa main, et nous en donnait à boire
pour soutenir nos forces et nous réchauffer.

Au point du jour le vent cessa, et le calme reparut.

Tous les meubles et ornements de ma maison avaient été brisés et mis
en pièces; toutes les chambres étaient inondées, tous les greniers
remplis de sable apporté par les eaux du lac.

Bientôt toute la maison fut le refuge de mes colons; tous avaient
passé une nuit affreuse et étaient sans asile.

Le soleil vint enfin briller de tout son éclat; le ciel était sans
nuages. Mais quelle tristesse s'empara de moi lorsque j'examinai
d'une fenêtre les désastres produits par le _tay-foung_!

Plus de villages! toutes les cabanes avaient été rasées..., l'église
renversée! mes magasins, mon usine à sucre entièrement perdus; ce
n'étaient plus que monceaux de ruines.

Mes beaux champs de cannes étaient tout à fait détruits, et la
campagne, si belle douze heures auparavant, paraissait avoir souffert
comme après un long hiver.

On ne voyait plus aucune verdure, les arbres étaient entièrement
dépouillés de leurs feuilles, les branches hachées, des portions de
bois entièrement renversées; et tout ce bouleversement s'était opéré
en quelques heures!

Dans la journée et le lendemain, le lac rejeta sur la plage plusieurs
cadavres de malheureux Indiens qui avaient péri! Le premier soin
du père Miguel fut de leur donner la sépulture, et longtemps après
on voyait encore dans le cimetière de _Jala-Jala_ quelques croix,
avec l'inscription: Inconnu _mort pendant le tay-foung_.

Mes Indiens se mirent tout de suite à reconstruire leurs cabanes,
et moi à réparer autant que possible mes désastres.

La nature féconde des Philippines eut bientôt effacé l'aspect de
deuil qu'elle avait pris.

En moins de huit jours les arbres se couvrirent complétement de
nouvelles feuilles, et donnaient déjà le spectacle d'un bel été après
celui d'un hiver affreux.

Le _tay-foung_ avait embrassé un diamètre de deux lieues à peu près,
et, comme une forte trombe, avait renversé et brisé tout ce qu'il
avait trouvé sur son passage.

Mais c'est assez parler de désastres; je reviens à l'époque où le
pauvre Bermigan cessa de vivre, pour nous affliger tous!

Mon habitation prospérait; l'abondance, qui donne le bonheur, régnait
parmi tous mes colons; la population de _Jala-Jala_ augmentait chaque
jour. Mes Indiens étaient heureux; j'étais aimé et respecté; ils
m'aidaient avec zèle dans mes travaux, et ils m'étaient aveuglément
soumis. Ce n'était cependant pas par l'oppression que je les dominais,
mais par l'ascendant et la puissance que donnent la justice et le
bon droit.

Dans des circonstances difficiles où il fallait agir avec énergie
contre eux, c'était toujours sans armes et par la seule force de ma
volonté que j'obtenais leur obéissance. Cependant je les bâtonnais
vigoureusement quelquefois; mais c'était pour leur éviter de plus
grands malheurs. Ces actes de justice exécutive n'avaient lieu que
dans les grandes réunions, les jours de fête, lorsqu'il s'élevait
une rixe, quand, les poignards tirés, une lutte sanglante allait
s'engager, qu'ils méconnaissaient l'autorité de leurs chefs et de
mes gardes. Dans de pareils moments on venait à la hâte me prévenir;
je prenais une canne, et je me rendais au lieu de la réunion: c'était
généralement là où se livraient les combats de coqs.

Je me précipitais au milieu de la foule, et je frappais à tort
et à travers sur tous ceux qui se trouvaient à la longueur de ma
canne. C'était alors une panique, un sauve qui peut général. Chacun
allait se cacher dans son coin, et ne reparaissait qu'après que les
esprits, devenus plus calmes, étaient tout à fait pacifiques.

Ils prenaient avec gaieté ces sortes d'exécutions, et ne manquaient
jamais de raconter quelque accident burlesque occasionné par leur
fuite précipitée. Ils disaient hautement: «Nous étions tous coupables,
les uns de vouloir se battre, les autres de les regarder. Le maître
a bien fait de ne ménager personne.»

D'autres fois, c'était un brave, un vaillant qui, le poignard
dégaîné, se promenait au milieu de ses compatriotes et les menaçait
tous. Personne n'osait l'approcher, parce qu'on savait qu'il aurait
fait usage de son arme. On venait me prévenir, et, sans armes, sans
canne, je me présentais devant lui: d'une voix ferme je lui ordonnais
de me remettre son poignard, de se rendre à la prison pour être mis
au bloc. Jamais ces hommes, qui dans de tels moments sont la terreur
de leurs semblables, ne manquaient de m'obéir. Le lendemain, je les
faisais comparaître devant moi, et, après une réprimande, je leur
rendais leur poignard et leur liberté.

J'avais rendu de grands services au gouvernement espagnol par la
guerre incessante que je faisais aux bandits, et, je puis dire que,
parmi ces derniers, je jouissais d'une véritable vénération.

Ils me considéraient bien comme leur ennemi, mais comme un ennemi
brave, incapable d'aucune lâcheté envers eux, leur faisant loyalement
la guerre; et le caractère indien m'était si bien connu que je ne
craignais pas qu'ils me tendissent aucune embûche et m'attaquassent
en traîtres.

J'en étais si convaincu, que, dans mon habitation, jamais je ne me
faisais accompagner ni de nuit ni de jour.

Je parcourais sans crainte les forêts, les montagnes, et souvent même
je traitais avec mes honnêtes bandits de puissance à puissance, ne
dédaignant point les invitations qu'ils me faisaient quelquefois pour
me rendre dans un lieu où, sans crainte de surprise, ils pouvaient
me consulter ou invoquer mon appui.

Ces sortes de rendez-vous avaient toujours lieu la nuit, dans des
lieux solitaires.

De leur part comme de la mienne, la parole donnée de ne pas se nuire
était toujours religieusement observée.

Dans ces entretiens nocturnes et sans témoins, je ramenais souvent
à la vie paisible des hommes égarés, et qu'une jeunesse turbulente
avait jetés dans une série de crimes que les lois auraient punis par
le dernier châtiment.

Quelquefois aussi j'échouais dans mes tentatives, lorsque surtout
j'avais affaire à ces caractères fiers et indomptables comme il s'en
trouve chez l'homme qui n'a jamais eu que la nature pour guide.

Un jour, entre autres, je reçus une lettre d'un métis, grand coupable
qui fréquentait une province voisine de la lagune.

Il me disait qu'il voulait me voir, et me priait de venir seul, au
milieu de la nuit, dans un lieu sauvage qu'il me désignait, où lui
aussi se rendrait seul.

Je ne balançai pas à aller au rendez-vous.

Je l'y trouvai comme il me l'avait promis.

Il me dit qu'il désirait changer de conduite et venir demeurer sur
mon habitation. [ERROR: unhandled comment start] = ma plantation -->

Il ajoutait qu'il n'avait jamais commis de crime contre les Espagnols,
mais seulement contre les Indiens et les métis.

Il m'était impossible de le recevoir sans me compromettre.

Je lui proposai de le placer chez un moine: là il serait resté caché
pendant quelques années, après lesquelles, ses crimes étant oubliés,
il pourrait rentrer dans la société.

Après avoir réfléchi un instant, il me dit:

«Non, ce serait perdre ma liberté. Pour vivre en esclave, j'aime
mieux mourir.»

Je lui proposai alors de se rendre à _Tapuzi_, endroit où les bandits
trop poursuivis pouvaient se cacher impunément. (J'aurai bientôt
occasion de parler de ce village.)

Mon métis fit un geste, et me dit encore:

«Non; la personne que je voudrais emmener avec moi n'y viendrait
pas. Vous ne pouvez rien faire pour moi, adieu.»

Puis il me donna une poignée de main, et nous nous quittâmes.

Peu de jours après, une cabane dans laquelle il se trouvait, près de
Manille, fut cernée par une compagnie de troupes de ligne.

Le bandit fit d'abord sortir les propriétaires de la cabane, et
quand il les vit hors de danger, il prit sa carabine et se mit à
faire feu sur les soldats, qui de leur côté ripostèrent et tirèrent
sur la cabane.

Quand elle fut criblée de balles et que l'on vit que le bandit ne
ripostait plus, un soldat s'approcha et mit le feu à la case, tant
on avait peur de le trouver encore vivant!

Ces rendez-vous nocturnes m'ayant amené à parler de _Tapuzi_, je
ne puis m'empêcher de consacrer quelques lignes à cette singulière
retraite, où des hommes proscrits par la loi vivent dans un accord
si rare et une union si parfaite.

_Tapuzi_ [35], qui en langue tagale veut dire bout du monde, est
un petit village situé dans l'intérieur des montagnes, à vingt-cinq
lieues à peu près de _Jala-Jala_.

Il a été formé par des bandits et des échappés de galères qui vivent
librement, se gouvernent eux-mêmes, et sont entièrement à l'abri,
par la position inaccessible qu'ils occupent, de toutes les poursuites
que pourrait ordonner contre eux le gouvernement espagnol.

J'avais souvent entendu parler de ce singulier village; mais je
n'avais jamais pu rencontrer une personne qui l'eût visité, et qui pût,
par conséquent, me donner des détails positifs.

Je me décidai un jour à faire moi-même le voyage. Je ne communiquai
mon projet qu'à mon lieutenant, qui me dit:

«Maître, je trouverai sans doute là quelques-uns de mes anciens
camarades, et ainsi nous n'aurons rien à craindre.»

Nous partîmes au nombre de trois, prétextant un autre voyage que
celui que j'entreprenais.

Nous marchâmes pendant deux jours au milieu des montagnes par des
routes presque impraticables.

Le troisième, nous arrivâmes à un torrent dont le lit était encombré
d'énormes blocs de pierre.

Les bords, éloignés l'un de l'autre d'une vingtaine de pas, s'élevaient
perpendiculairement comme deux hautes murailles dont le sommet,
à environ mille mètres d'élévation, se rapprochait sensiblement,
et ne laissait qu'une faible ouverture par où passaient quelques
rayons de lumière qui pouvaient à peine éclairer la partie où nous
cheminions en sautant d'un bloc de pierre à l'autre.

Cette gorge, ou ce ravin, était la seule route par laquelle on pouvait
arriver à _Tapuzi_: c'était le rempart naturel et inexpugnable qui
défendait le village contre l'invasion des sbires espagnols.

Mon lieutenant venait de me dire:

«Regardez, maître, au-dessus de votre tête: les habitants de
_Tapuzi_ connaissent seuls les sentiers qui conduisent au sommet des
montagnes. Sur toute la longueur du ravin, ils ont placé d'énormes
pierres qu'ils n'ont qu'à pousser pour les précipiter sur ceux qui
voudraient venir les attaquer; une armée entière ne pourrait pas
pénétrer chez eux s'ils voulaient s'y opposer.»

Je vis effectivement que nous nous trouvions dans une position qui
n'avait rien de rassurant, et que, si les _Tapuziens_ nous prenaient
pour des ennemis, nous ne pouvions leur opposer aucune défense. Mais
nous étions engagés; il n'y avait pas moyen de reculer, et il fallait
poursuivre jusqu'à _Tapuzi_.

Nous avions marché plus d'une grande heure dans cette gorge, lorsqu'un
énorme bloc de rocher vint, en tombant perpendiculairement, se briser
en éclats à une vingtaine de pas devant nous: c'était un avertissement.

Nous nous arrêtâmes, et déposâmes nos armes à terre. Peut-être un
bloc pareil à celui qui venait de tomber devant nous était-il suspendu
au-dessus de nos têtes, prêt à nous écraser...

Un cri se fit entendre devant nous. Je dis à mon lieutenant de
s'avancer seul, sans armes, dans la direction d'où il était parti.

Quelques minutes après, il revint accompagné de deux Indiens qui,
assurés par lui de mes intentions toutes pacifiques à leur égard,
venaient nous chercher pour nous conduire au village.

Avec cette escorte nous n'avions plus rien à craindre. Nous fîmes
gaiement le reste de la route jusqu'à l'endroit où finissait l'espèce
d'entonnoir dans lequel nous marchions.

A cette hauteur, une plaine de quelques milles de circonférence se
trouvait encaissée par de hautes montagnes.

Le lieu que nous parcourions était encombré d'immenses blocs de
rochers superposés les uns aux autres.

Derrière surgissait une montagne abrupte, menaçante, sans aucun vestige
de végétation, représentant assez bien une vieille forteresse d'Europe
qu'une puissance magique avait élevée au milieu des hautes montagnes
qui la dominaient.

D'un coup d'oeil, j'avais embrassé l'ensemble du site que nous
traversions tout en réfléchissant aux immenses variétés qu'offre
la nature.

Tout à coup l'objet tant désiré de mon voyage, le village de _Tapuzi_,
se présenta à mes regards.

Situé à l'extrémité de la plaine, il est composé d'une soixantaine
de maisons en paille, en tout semblables à celles des Indiens.

Les habitants étaient aux fenêtres pour voir notre arrivée.

Nos guides nous conduisirent chez leur chef ou _matanda-sanayon_ [36].

C'était un beau vieillard qui, d'après son visage, paraissait approcher
de quatre-vingts ans. Il nous salua avec affabilité, et s'adressant
à moi, il me dit:

«Comment êtes-vous ici? Est-ce en ami, est-ce curiosité? ou les
lois cruelles des Castillans vous obligent-elles de venir chercher
un refuge parmi nous? S'il en est ainsi, soyez le bien venu, vous
trouverez ici des frères.»

«Non, lui dis-je, nous ne venons point pour rester parmi vous. Je
suis votre voisin, le seigneur de _Jala-Jala_; je viens vous voir,
vous offrir mon amitié et vous demander la vôtre.»

Au nom de _Jala-Jala_, le vieillard fit un mouvement de surprise;
puis il me dit:

«Il y a longtemps que j'ai entendu parler de vous comme d'un agent du
gouvernement pour poursuivre des malheureux; mais j'ai entendu dire
aussi que vous remplissiez votre mission avec bonté, et que souvent
vous étiez leur appui; ainsi, soyez le bien venu.»

Après cette première reconnaissance, on nous fit servir du lait et
des patates, et pendant notre repas le vieillard continua de causer
librement avec moi.

«Il y a bien des années, me dit-il, à une époque que je ne sais pas
fixer, quelques hommes vinrent habiter _Tapuzi_. La tranquillité
et la sécurité dont ils jouirent ici firent imiter leur exemple par
d'autres qui cherchaient à se soustraire à la punition de quelques
fautes qu'ils avaient commises. On vit bientôt arriver des pères de
famille avec leurs femmes et leurs enfants; ce furent les premières
bases du petit gouvernement que vous voyez.

«Maintenant, ici, presque tout est en commun: quelques champs de
patates ou de maïs, et la chasse, nous suffisent; celui qui possède
donne à celui qui n'a pas. Presque tous nos vêtements sont filés
et tissés par nos femmes; l'_abaca_ [37] de la forêt fournit le
fil nécessaire; nous ne connaissons pas l'argent, nous n'en avons
pas besoin.

«Ici, point d'ambition; chacun est sûr de ne pas souffrir de la faim.

«De temps en temps, il nous arrive des étrangers. S'ils veulent se
soumettre à nos lois, ils restent parmi nous; ils ont quinze jours
d'épreuves pour se décider. Après ces quinze jours, ils sont libres
de se retirer, ou faire partie de notre famille.

«Nos lois sont douces et indulgentes; le plus grand châtiment que
nous puissions infliger est de chasser pour toujours celui qui a
commis une grande faute.

«Nous n'avons point oublié la religion de nos pères, et Dieu sans doute
me pardonnera mes premières fautes en faveur de tout ce que je fais,
depuis tant d'années, pour son culte et le bien de mes semblables.»

«Mais, lui dis-je, qui est votre chef? quels sont vos juges et vos
prêtres?

«C'est moi, dit-il; à moi seul je remplis toutes ces fonctions.

«Autrefois, ici on vivait comme de vrais sauvages; j'étais jeune,
robuste, et dévoué à tous mes frères.

«Leur chef vint à mourir; je fus choisi pour le remplacer.

«Je mis alors tous mes soins à ne rien faire qui ne fût juste, et
propre au bonheur de ceux qui se confiaient à moi.

«Jusqu'alors on avait fait peu de cas de la religion; j'ai voulu
rappeler à mes semblables qu'ils étaient nés chrétiens. J'ai donc
fixé une heure le dimanche pour prier tous ensemble, et je me suis
revêtu de tous les attributs d'un ministre de l'Évangile.

«Je célèbre les mariages, je répands l'eau du baptême sur le front
des nouveau-nés, et j'offre des consolations aux moribonds.

«Dans ma jeunesse, j'avais été enfant de choeur: je me suis rappelé
les cérémonies de l'Église. Si je ne suis pas investi des attributions
nécessaires pour les fonctions que je me suis données, je les exerce
avec foi et avec amour; c'est pourquoi j'espère que mes bonnes
intentions me feront pardonner par celui qui est le Maître suprême.»

Pendant tout le discours du vieillard, j'avais été dans une admiration
continuelle: j'étais au milieu de gens qui avaient la réputation de
vivre dans la plus grande licence, comme des voleurs et des assassins.

Ils étaient tout à fait méconnus. C'était un véritable grand
phalanstère, composé de frères presque tous dignes de ce nom.

J'admirais surtout ce beau vieillard qui, avec des principes de morale
et des lois si simples, les gouvernait depuis un grand nombre d'années.

D'un autre côté, quel exemple que celui d'hommes libres ne pouvant
vivre sans se choisir un chef, un roi pour ainsi dire, et revenant
les uns par les autres à pratiquer le bien et la vertu!

Je fis part à mon vieillard de toutes mes pensées, je lui fis mille
éloges de sa conduite, et l'assurai que monseigneur l'archevêque de
Manille approuverait tous les actes religieux qu'il remplissait dans
un si noble but; je lui offris même d'intercéder près de l'archevêque
pour qu'il lui envoyât un aide et un pasteur.

Mais il me répondit:

«Non, Monsieur, je vous remercie; ne parlez jamais de nous. Assurément,
nous serions heureux d'avoir ici un ministre de l'Évangile; mais
bientôt, par son influence, nous serions soumis au gouvernement
espagnol.

«Il nous faudrait de l'argent pour payer nos contributions,
l'ambition se glisserait parmi nous, et, de libres que nous sommes,
nous deviendrions esclaves et ne serions plus heureux.

«Non, encore une fois, ne parlez pas de nous! donnez-m'en votre
parole.»

Son raisonnement me semblait si juste, que j'acquiesçai à sa
demande. Je lui donnai de nouveau toutes les louanges qu'il méritait,
et je lui promis de ne jamais troubler par aucune indiscrétion la
tranquillité des habitants de son village.

Le soir, nous reçûmes la visite de tous les habitants, particulièrement
des femmes et des jeunes filles, qui toutes avaient une curiosité
immodérée de voir un blanc.

Pas une des femmes de _Tapuzi_ n'était jamais sortie de son village
et n'avait presque perdu sa case de vue; il n'était donc pas étonnant
qu'elles fussent aussi curieuses.

Le lendemain, accompagné du vieillard et de quelques anciens, je fis
le tour de la plaine et visitai les champs de patates douces et de
maïs, principaux aliments des habitants.

En arrivant à la partie où j'avais déjà remarqué la veille d'énormes
blocs de rochers, le vieillard s'arrêta, et me dit:

«Voyez, _Castilla_ [38], à une époque où les Tapuziens étaient sans
religion et vivaient comme des bêtes sauvages, Dieu les punit.

«Regardez toute cette partie de la montagne dégarnie de végétation:
une nuit, au milieu d'un affreux tremblement de terre, la montagne
se divisa en deux, et une partie vint engloutir la moitié du village,
qui occupait alors tout l'endroit où sont ces énormes rochers. Quelques
centaines de pas de plus, tout eût été détruit, il n'eût plus existé
une seule personne à _Tapuzi_. Mais une partie de la population ne
fut pas atteinte, et alla s'établir où est maintenant le village.

«Depuis, nous prions Dieu, et vivons de manière à ne pas mériter un
aussi grand châtiment que celui éprouvé par les malheureuses victimes
de cette terrible nuit.»

La conversation et la compagnie de ce vieillard, je pourrais dire
du _roi de Tapuzi_, était pour moi des plus intéressantes. Mais il y
avait déjà plusieurs jours que j'avais quitté _Jala-Jala_; on devait
être inquiet de mon absence. Je prévins mon lieutenant de préparer
notre départ. Nous fîmes nos adieux à nos hôtes.

Deux jours après je rentrai chez moi, content de mon voyage et des
bons habitants de _Tapuzi_.

Je trouvai Anna dans une grande inquiétude, non-seulement à cause de
mon absence, mais parce que la veille on était venu me prévenir que
les habitants des deux plus grands bourgs de la province s'étaient,
pour ainsi dire, déclaré la guerre.

Les plus courageux, au nombre de trois ou quatre cents de chaque côté,
s'étaient rendus sur l'île de Talim.

Là, les deux partis en présence étaient sur le point de se livrer
bataille; déjà dans quelques escarmouches il y avait eu des victimes.

Cette nouvelle avait effrayé Anna.

Elle savait que je n'étais pas homme à attendre tranquillement chez moi
le résultat du combat; elle me voyait déjà, avec mes dix gardes, engagé
au plus fort de la mêlée, et victime peut-être de mon dévouement.

Je la rassurai, comme je le faisais toujours, en lui promettant d'être
prudent et de ne pas l'oublier; mais il n'y avait pas un moment
à perdre; il fallait, à tout prix, faire cesser une collision qui
aurait sans doute causé la mort de bien des hommes.

Mais que faire avec mes dix gardes? Pouvais-je prétendre imposer ma
volonté à toute cette multitude? Évidemment non. Vouloir agir par
la force, c'était nous sacrifier tous. Que faire donc? Armer tous
mes Indiens... mais je n'avais pas assez d'embarcations pour les
transporter à Talim. Dans cet embarras, je me décidai à partir seul
avec mon lieutenant; nous prîmes nos armes, et nous embarquâmes dans
une petite pirogue que nous conduisîmes nous-mêmes.

A peine étions-nous arrivés vers la plage, à la portée de la voix,
que des Indiens armés nous crièrent de ne pas aborder, ou qu'ils
allaient faire feu sur nous.

Sans tenir compte de cette menace, mon lieutenant et moi, quelques
minutes plus tard, sautions résolument à terre, et à quelques pas
plus loin nous nous trouvâmes au milieu des combattants.

Je me dirigeai aussitôt vers les chefs:

«Malheureux! leur dis-je, que faites-vous? C'est sur vous qui commandez
que retombera toute la sévérité des lois.

«Il est encore temps: méritez votre pardon, ordonnez à vos hommes
de mettre bas les armes, remettez-moi les vôtres vous-mêmes;
ou dans quelques minutes je serai à la tête de vos ennemis pour
vous combattre. Obéissez, ou vous allez tous être traités comme
des rebelles.»

Ils m'avaient écouté avec attention, ils étaient à demi vaincus.

Cependant l'un d'eux me répondit:

«Et si vous nous ôtez nos armes, qui nous répondra que nos ennemis
ne viendront pas nous attaquer?

«--Moi, leur dis-je; je vous en donne ma parole; et s'ils ne
m'obéissent pas, comme vous allez le faire, je reviens vers vous,
je vous rends vos armes, et je combattrai à votre tête.»

Ces paroles, dites avec un ton d'autorité et de commandement,
produisirent l'effet que j'attendais.

Les chefs, sans répliquer un mot, vinrent déposer leurs armes à
mes pieds.

Leur exemple fut suivi par tous les combattants, et, en un instant,
un monceau de carabines, de fusils, de lances et de coutelas fut
devant moi.

Je désignai une dizaine d'individus parmi ceux qui venaient de m'obéir,
je leur donnai à chacun un fusil, et leur dis:

«Je vous confie le dépôt de ces armes. Si l'on venait pour s'en
emparer, faites feu sur les agresseurs.»

Je fis semblant de prendre leurs noms, et partis de suite pour le
camp opposé, où je trouvai tous les combattants sur pied, prêts à
marcher contre leurs ennemis.

Je les arrêtai en leur disant:

«Plus de combat! vos ennemis sont désarmés. Vous aussi, vous allez
me remettre vos armes, ou vous embarquer de suite dans vos pirogues
pour rejoindre votre village.

«Si vous ne m'obéissez pas, dans un instant je rendrai les armes à
vos ennemis, et me mettrai à leur tête pour vous combattre. Exécutez
ce que je vous ordonne, je vous promets que tout sera oublié.»

Il n'y avait pas à balancer. Les Indiens savaient que je ne leur
donnais pas longtemps à réfléchir, et que chez moi menace et châtiment
se suivaient de près.

En quelques minutes, ils s'embarquèrent tous dans leurs pirogues.

Je restai seul sur la plage avec mon lieutenant, jusqu'à ce que
j'eusse à peu près perdu de vue la petite flottille.

Je retournai alors à l'autre camp, où l'on m'attendait avec impatience;
j'annonçai aux Indiens qu'ils n'avaient plus d'ennemis, et qu'ainsi
ils pouvaient rentrer tranquillement dans leur village.



CHAPITRE XVI.

    Jala-Jala.--Séjour.--Prisonniers.--Don Prudencio Santos,
    alcade de Pagsanjan.--Fêtes.--Chasses.--Hamilton Lindsay.--Ile
    et lac de Socolme.--Grotte de San-Matéo.


Comme on voit, il se passait peu de jours sans que j'eusse de nouveaux
dangers à affronter.

J'en avais pris l'habitude; je me fiais à mon étoile, et je triomphais
de toutes mes imprudences.

J'étais aimé de mes Indiens, j'étais sûr de leur fidélité; aussi
rien ne me coûtait lorsqu'il s'agissait de leur rendre un service. Ma
sollicitude n'était pas seulement acquise aux habitants de _Jala-Jala_;
elle s'étendait sur tous ceux de la province.

Tous les mois j'allais à _Pagsanjan_ pour y voir l'alcade. C'était
une visite que je nommais _visite du pardon_. Dans les prisons du
chef-lieu, il y avait toujours un assez grand nombre de détenus qui
n'avaient commis que des fautes légères. L'alcade, _don Prudencio de
Santos_, homme honorable et bon, avec lequel j'étais intimement lié,
ne pouvait pas leur infliger le châtiment qui lui eût paru juste,
et les renvoyer; son ministère l'obligeait à instruire leur procès,
et à les soumettre au jugement des tribunaux.

Ainsi qu'en Europe, la justice n'est guère expéditive aux Philippines;
aussi beaucoup de ces malheureux attendaient-ils pendant des années
un arrêt qui les rendît à la liberté.

Dès mon arrivée à Pagsanjan, les parents ou les amis des détenus
me présentaient des pétitions, et me priaient d'intercéder pour
eux. J'examinais les fautes qu'ils avaient commises. Si elles étaient
de nature à ne mériter qu'une simple correction, je leur demandais
de se conformer à celle qui me paraîtrait juste; leur réponse était
toujours affirmative. Je négociais alors avec l'alcade; je débattais
avec lui le châtiment qui serait appliqué à mon client. Lorsque nous
étions d'accord, il envoyait un ordre à la prison; mon Indien signait
un procès-verbal constatant qu'il s'en était rapporté à mon arbitrage;
il recevait la correction que j'avais demandée pour lui, et il était
immédiatement mis en liberté.

Le soir, en retournant à mon habitation, je trouvais sur la route tous
ceux qui me devaient la liberté; ils m'attendaient pour me remercier,
et me demander ma main à baiser en signe de reconnaissance.

Après de pareilles visites, j'avoue que j'éprouvais une satisfaction
bien douce, le bonheur que seul peut apprécier celui qui a rendu un
captif à la liberté.

Mes Indiens m'étaient aveuglément soumis; j'étais si certain de
leur fidélité, je le répète, que je ne prenais plus contre eux les
précautions auxquelles je m'étais assujetti la première année de ma
demeure à _Jala-Jala_.

Mon Anna partageait chaque jour davantage mes travaux, mes inquiétudes,
une partie même de mes dangers. Eût-il été possible de ne pas
l'aimer d'une affection plus touchante que celle qu'on éprouve pour
sa compagne dans une vie paisible et insignifiante? Avec quel bonheur
elle me recevait après la moindre absence! La joie et la satisfaction
brillaient sur son visage; ses caresses étaient un baume qui dissipait
toutes mes fatigues; et les reproches même qu'elle me faisait avec
tant de douceur, pour l'inquiétude que je lui avais causée, étaient
encore pour moi du bonheur.

Je n'avais qu'à me louer des preuves de reconnaissance que me donnaient
continuellement mes Indiens.

Les jours de la fête de ma femme et de la mienne, ils employaient toute
leur intelligence à les célébrer avec le plus de solennité possible.

Ils se divisaient en trois bandes: le _gobernadorcillo_, les vieillards
et les hommes mûrs formaient la première, les femmes mariées la
seconde, et la troisième se composait de la troupe joyeuse des jeunes
gens et des jeunes filles.

Pendant la nuit, ils ornaient les abords de ma maison de longs
et flexibles bambous, entourés de guirlandes de verdure et de
fleurs. Le matin, tout le village était en fête. A neuf heures,
le _gobernadorcillo_ en grande tenue, le père Miguel dans ses plus
beaux habits, avec un fouet richement orné à la main [39], suivis de
tous les hommes du village, nous faisaient la première visite.

Le _gobernadorcillo_ nous offrait, au nom d'eux tous, des fleurs et
des fruits. (C'étaient les seules choses que je consentais à recevoir.)

Le père Miguel prononçait un long discours pour nous complimenter. Je
faisais servir des rafraîchissements, et, excepté le père Miguel
qui restait avec nous, tous se retiraient pour céder la place à
leurs femmes.

Elles apportaient une couronne formée de l'assemblage de tous les
bijoux en or qu'elles possédaient: sur de flexibles baguettes de
bambous, chaînes, médailles, bagues, boucles d'oreilles étaient
groupées comme par la main d'un habile artiste. Si c'était Anna que
l'on fêtait, la femme du _gobernadorcillo_ plaçait sur sa tête cette
couronne improvisée; l'étiquette exigeait qu'elle la gardât pendant
toute la durée du discours de compliment et l'offrande des fleurs et
des fruits.

Arrivait ensuite la bande bruyante des jeunes gens et des jeunes
filles. La plus jolie faisait une seconde représentation du
couronnement, et la meilleure chanteuse, accompagnée d'un joueur de
guitare, présentait l'offrande, et _chantait_ le compliment composé à
l'avance par toute la troupe. Ce compliment, en langue tagale, était
toujours gracieux et plein de poésie, surtout lorsqu'il s'adressait
à ma femme. En voici un échantillon, dont j'ai conservé la traduction:

«_Tala_ [40], qui paraît le soir sur la montagne, un matin, plus
brillante que jamais, sortit du lac et vint se fixer parmi nous [41].

«C'était la reine de _Jala-Jala_, plus bienfaisante que _Tala_ de la
montagne, qui ne donne qu'une faible clarté au voyageur égaré.

«C'était toi, lumière de tes vassaux, mouchoir de larmes des affligés.

«Reine de _Jala-Jala_, tu es pour nous un brillant soleil, et la
pluie du matin qui fait renaître les jeunes plantes que la sécheresse
faisait mourir.

«Nous sommes à toi, nous t'avons donné nos coeurs: que pouvons-nous
t'offrir? Des fleurs, des fruits; c'est tout ce que tes enfants
possèdent.»

Après le compliment, les plus agiles exécutaient des danses
du pays. Ensuite, un des jeunes gens jouait une pantomime; il
représentait, avec une expression très-souvent comique, quelque
scène de la vie indienne: c'étaient des voyageurs égarés et mourant
de faim. L'un d'eux va à la découverte. Il aperçoit une ruche
d'abeilles. Il fait signe à ses compagnons, pour leur faire part du
bon repas que les abeilles lui promettent. Cependant il craint leurs
piqûres, et ne s'approche qu'avec précaution. Il réunit quelques
broussailles, et y met le feu; il est aveuglé par la fumée. Lorsqu'il
croit les abeilles parties, il tire, tout joyeux, son coutelas pour
détacher le rayon qui pend à la branche [42]. Mais les abeilles
viennent bourdonner à ses oreilles et l'attaquer de tous côtés;
il fait alors les grimaces et les contorsions qui représentent la
douleur occasionnée par la piqûre des abeilles.

Après la pantomime, venait un bateleur qui exécutait des tours
d'adresse et d'escamotage.

Lorsque les jeux et les danses étaient terminés, la troupe joyeuse
se retirait, et la fête continuait dans le village. J'avais eu soin
d'y faire préparer une immense table, copieusement servie pour tous
ceux qui voulaient prendre part au repas que j'offrais.

Le reste de la journée se passait en combats de coqs, et la nuit tout
entière en jeux de cartes et de hasard.

_Jala-Jala_ était en pleine prospérité: des champs immenses de riz,
de cannes à sucre et de café avaient remplacé des forêts et des bois
improductifs; de gras pâturages étaient couverts de nombreux troupeaux,
un beau village à l'indienne occupait le centre des exploitations.

On y voyait toujours régner l'abondance, l'activité, comme la joie
sur la physionomie de tous les habitants.

Ma maison était devenue le rendez-vous de tous les voyageurs qui
arrivaient à Manille, et un lieu de convalescence pour bien des
malades qui venaient respirer le bon air de _Jala-Jala_ et y jouir
de tous ses agréments.

Là, point de distinctions; tous les hommes étaient égaux pour nous,
Français, Espagnols, Anglais, Américains: quelle que fût la nation
de ceux qui abordaient à _Jala-Jala_, ils étaient reçus en frères,
avec toute la cordiale hospitalité que l'on trouvait autrefois dans
nos colonies.

On jouissait d'une liberté entière dans ma seigneurie; seulement, celui
qui ne voulait pas manger seul ne devait pas oublier l'heure des repas;
aux autres heures de la journée, chacun se livrait à ses goûts divers.

Les naturalistes, par exemple, poursuivaient les insectes, les oiseaux,
et faisaient d'amples récoltes de plantes de toute espèce.

Les malades trouvaient les soins assidus d'un médecin, les attentions
et la société d'une maîtresse de maison aimable, spirituelle, et qui se
faisait adorer de tous ceux qui passaient quelque temps auprès d'elle.

Ceux qui aimaient la promenade pouvaient explorer les plus beaux sites,
et choisir entre les bois, les montagnes, les cascades, les ruisseaux
et les belles plages du lac.

Les chasseurs, à _Jala-Jala_, étaient dans une véritable terre promise;
ils avaient toujours à leur disposition une bonne meute, des Indiens
pour la conduire, de bons chevaux pour parcourir les montagnes et
les plaines les plus variées, où ils trouvaient abondamment du cerf
et du sanglier.

Ceux qui venaient à _Jala-Jala_ pour y passer les derniers jours du
carême pouvaient y voir une chasse toute particulière, qui offrait
le plus vif intérêt aux amateurs.

Cette chasse n'avait lieu qu'une seule fois dans l'année, le jour du
samedi saint, après l'office de la messe.

Les Indiens, généralement superstitieux, prétendent que ce jour-là les
animaux les plus sauvages se réunissent pour fêter la résurrection de
Notre-Seigneur, et qu'ils sont alors d'une si grande douceur qu'ils
se laissent prendre sans se défendre.

La veille, tout est préparé. Indiens, petits et grands, qui peuvent
manier une lance et gravir la montagne, sont chasseurs ce jour-là. Tous
les chiens du bourg, les roquets comme les mâtins, forment la meute
imposante qui doit faire retentir les forêts de ses aboiements. Le
curé, prévenu, est prié de s'y prendre de bonne heure pour célébrer
la messe. Enfin, le soir, toute la bande joyeuse, avide de sang et de
carnage, pressée surtout de manger de la viande fraîche, dont elle
est privée depuis quarante jours, prend la route de la montagne,
et va établir son bivouac sur celle qui domine le bourg. Là, chacun
fait son gîte comme il l'entend, se couche sur l'herbe tendre, et
dort aussi bien qu'un Sybarite sur de moelleux édredons.

A peine le jour commence-t-il à luire, que tous les chasseurs sont sur
pied. Les yeux fixés sur le presbytère et sur les cases du village,
qui apparaissent au-dessous d'eux comme des cabanes de Lilliputiens,
ils se tourmentent et se désolent de la paresse du curé et de celle de
leurs femmes, que, dans leur impatience, ils trouvent moins diligentes
qu'à l'ordinaire.

Après une longue et ennuyeuse attente, un point noir, suivi
de quelques points blancs, descend les degrés du presbytère et se
dirige vers l'église. C'est le pasteur avec ses sacristains. La joie
se manifeste parmi les chasseurs: ils n'ont plus que quelque quart
d'heure d'attente pour commencer la guerre qu'ils ont déclarée aux
habitants des forêts. Les femmes, car il n'y a plus d'hommes dans le
village, se rendent à l'église, ainsi que les habitants de la demeure
du maître. C'est le signal que l'office va commencer; c'est aussi
celui du recueillement et du silence pour les chasseurs. Tous, au même
instant, tombent à genoux, et adressent leurs prières au Tout-Puissant.

Ce silence, qui a remplacé le flux de paroles qui s'échangeaient
bruyamment un instant avant; cet immense lac aux eaux paisibles
et argentées; ces belles montagnes couvertes de toute la richesse
d'une végétation dans un printemps perpétuel; ce lever imposant et
majestueux du soleil, encore enveloppé des vapeurs de la nuit, ne
projetant de son disque de feu que de faibles rayons, et permettant à
l'oeil de le fixer sans fatigue; ces humbles et modestes cabanes d'où
s'élèvent quelques faibles colonnes de fumée indiquant la vigilance
de leurs habitants; enfin, ces hommes prosternés au sommet de la
montagne, adressant leurs voeux au Créateur, formaient le tableau le
plus capable d'impressionner l'observateur, et de lui faire adorer
la majesté de Dieu. Ce n'est jamais sans émotion que le souvenir de
cet imposant spectacle se présente à ma mémoire.

Après la prière, les chasseurs, sans changer d'attitude, portaient
leurs regards sur le clocher d'où devait partir le signal de la fin de
l'office divin. Dès qu'ils apercevaient le sacristain monter l'échelle
pour sonner les cloches, la scène changeait instantanément. Ils
jetaient des cris de joie, auxquels venaient se mêler les aboiements
des chiens. Chacun s'emparait de ses armes, et toute la bande prenait
la direction des forêts. Ce n'était pas le moment le moins pittoresque
de la journée: la diversité des costumes et des armes; les piétons,
les cavaliers, des chiens courant de tous côtés, formaient un départ
de chasse bien digne d'être représenté par un habile pinceau.

La chasse était toujours abondante, bien que les habitants des forêts,
malgré la croyance des Indiens, ne soient pas plus faciles et plus
doux ce jour-là qu'un autre jour. Malheur si, contre la volonté des
chasseurs, on venait à débusquer un buffle! C'était alors un sauve
qui peut général. Les plus lestes grimpaient sur les arbres; ceux qui
se trouvaient à portée gravissaient, pour jouir du coup d'oeil, sur
la crête des montagnes; des cris partaient de tous côtés, surtout si
quelqu'un de la bande se trouvait en danger, ainsi qu'il nous arriva
un jour avec un enfant d'une douzaine d'années.

Cet enfant nous fit passer un moment émouvant de crainte et d'angoisse:
il était à cheval; un énorme buffle le poursuivait avec un acharnement
incroyable. L'enfant avait mis son cheval au galop, et fuyait de toute
la vitesse de sa monture. De tous côtés on lui criait: «Sauve-toi,
le _caravao_ approche! Tu es pris: recommande ton âme à Dieu.»
C'était aussi au buffle que l'on adressait toutes les menaces et les
imprécations imaginables, comme s'il eût été une créature humaine.

Quelques pas seulement séparaient l'ennemi de celui qui allait
être la victime. Il se fit un moment de silence; l'émotion des
spectateurs était grande: chacun s'attendait à voir les énormes
cornes du terrible animal labourer le corps du cheval, puis mettre
en lambeaux le malheureux enfant.

Celui-ci cependant ne perdait pas la tête, et veillait plus qu'on ne
le pensait à sa conservation.

Il avait dirigé son cheval vers une partie de la plaine où se trouvait
un arbre séculaire, et en passant dessous, au galop, il s'élance d'un
bond sur une des branches. Il était sauvé. Un hourra général, en signe
d'allégresse, fit retentir tous les échos de la montagne. Le cheval,
libre de son cavalier, doubla de vitesse, changea de direction, et,
au lieu de suivre un plan incliné, se dirigea vers la montagne. Le
buffle, poursuivi par les chiens, voyant sa victime lui échapper,
regagna la forêt [43].

Une autre fois, j'étais accompagné par des étrangers: la chasse ne
fut pas une de celles où les animaux, pleins de mansuétude et de
douceur, comme le disent les Indiens, se laissent prendre sans se
défendre. Nous avions abattu d'assez bonne heure trois cerfs et deux
sangliers. Je dis à mes hôtes: «Mes chiens suivent un sanglier énorme;
c'est une bête qui nous mènerait loin. Nous avons assez de venaison;
retournons à l'habitation.»

Un Indien qui nous accompagnait, armé seulement de son poignard et
d'une mauvaise lance, me dit:

«Maître, je veux avoir ce sanglier; permettez-moi de suivre la chasse.»

«Bien, lui dis-je, fais ta volonté; aujourd'hui liberté entière à
tous les chasseurs.»

Il partit aussitôt pour rejoindre les chiens, et nous rentrâmes
à l'habitation.

La journée se passa sans avoir des nouvelles du chasseur. Ce ne fut
qu'à huit heures du soir qu'on m'amena, sur un buffle, Indien et
sanglier. Le malheureux était couvert de sang et de blessures. Il en
avait à la jambe, à la cuisse, au ventre, à la mâchoire inférieure;
la main gauche était littéralement broyée. Avant de lui adresser
aucune question, je bandai ses plaies. Lorsque j'eus terminé, je
l'invitai à me raconter ce qui lui était arrivé. Voici sa réponse:

«Maître, faites-moi donner un verre de vin, afin que je ne perde
pas courage.»

Après avoir avalé un petit verre d'eau-de-vie, il commença ainsi
sa narration:

«Il était déjà tard lorsque j'ai pu rejoindre le sanglier. Il faisait
tête aux chiens. Je lui portai un coup de lance qui le traversa;
mais le bois de ma lance s'étant brisé, il s'est jeté sur moi, et m'a
blessé au ventre et puis à la cuisse. J'ai voulu reculer: il m'a porté
un coup à la jambe, qui m'a fait tomber. C'est alors qu'il m'a frangé
le menton, comme vous l'avez vu. Dans ce moment, me voyant perdu sans
rémission, je recommandai mon âme à Dieu. Cependant il me vint une
idée: ce fut de lui fourrer la main gauche dans la gueule. Pendant
qu'il la mordait et que j'éprouvais d'atroces souffrances, je pus tirer
mon poignard de la main droite. Je lui portai plus de vingt coups
avant de le tuer. Je vous assure qu'il avait la vie dure. Lorsqu'il
fut mort, je croyais bien que j'allais mourir aussi à côté de lui. Je
ne pouvais plus ni marcher, ni remuer; mais heureusement _Sourout_,
qui revenait de la chasse, a entendu les chiens. Il est venu à mon
secours, et m'a ramené dans l'état où vous me voyez.»

Pendant un mois je donnai des soins au malheureux chasseur. J'eus
le bonheur de le guérir de ses blessures, mais non de la guerre
à mort qu'il déclara à ceux qu'il appelait toujours ses ennemis:
les sangliers.

Les chasseurs qui voulaient se livrer à un exercice moins fatigant
faisaient dans de jolies embarcations la guerre aux oiseaux aquatiques,
et pouvaient passer sur les petites îles situées entre la terre de
_Jala-Jala_ et l'île de _Talim_.

Là, ils faisaient une chasse tout à fait inconnue en Europe, celle
d'énormes chauves-souris, espèce de vampire connu par les naturalistes
sous le nom de _roussettes_.

Pendant six mois de l'année, à l'époque de la mousson de l'est,
tous les arbres de ces petites îles sont couverts, depuis le sommet
jusqu'aux premières branches, de ces chauves-souris; elles remplacent
le feuillage qu'elles ont entièrement détruit. Enveloppées de leurs
grandes ailes, elles dorment durant le jour, puis, la nuit, partent
en grandes bandes et vont au loin chercher leur pâture.

Dès que la mousson de l'ouest remplace celle de l'est, elles
disparaissent pour aller, toujours dans les mêmes lieux, s'abriter
du vent sur la côte est de Luçon. La mousson change-t-elle? elles
reviennent à leur ancienne demeure.

Aussitôt que mes hôtes mettaient pied à terre sur une de ces îles,
la fusillade commençait, et durait jusqu'à ce que les chauves-souris,
épouvantées par tant de détonations et par les cris des blessés restés
accrochés aux branches, partissent en masse.

Elles tourbillonnaient pendant quelque temps comme un gros nuage
au-dessus de leur demeure, imitaient parfaitement les Furies
représentées dans certaines gravures qui figurent les enfers, et
allaient ensuite à une faible distance s'abattre sur les arbres d'une
petite île voisine.

Si les chasseurs n'étaient pas fatigués du carnage, ils pouvaient
aller les rejoindre et le recommencer; mais presque toujours il y
avait assez de victimes, et l'on s'occupait alors à les ramasser sous
les arbres d'où elles avaient été abattues.

La chasse aux chauves-souris terminée, on s'amusait à poursuivre et
à tirer des _iguanas_, grande espèce de lézard de cinq à six pieds
de long, qui habite dans les rochers sur le bord du lac.

Fatigués de tirer sans avoir eu besoin d'adresse, les chasseurs se
rembarquaient dans les pirogues, et jouissaient encore d'un autre
amusement: c'était de tirer les aigles qui venaient planer au-dessus
de leur tête.

Mais ici il fallait de l'adresse et beaucoup de justesse de coup
d'oeil, car presque toujours ce n'était qu'avec une balle qu'on
pouvait atteindre ces énormes oiseaux de proie.

On rentrait ensuite à l'habitation avec les embarcations pleines de
gibier, et chacun avait quelques prouesses à raconter.

L'_iguana_ et la chauve-souris ont une chair savoureuse et délicate;
mais quant au goût, tout gît dans notre imagination, comme on va
le voir.

Après une de ces grandes chasses aux petites îles, un jeune Américain
me dit que ses amis et lui désiraient goûter de l'_iguana_ et de
la _chauve-souris_.

Les croyant tous d'accord, je commandai à mon maître d'hôtel un carik
d'_iguana_ et un ragoût de _chauve-souris_.

Au dîner, on commença par le carik; tous en mangeaient de bon appétit,
lorsque je dis à l'un d'eux:

«Vous voyez que l'_iguana_ est une chair d'un goût délicat?»

A ce mot d'_iguana_, tous mes hôtes changèrent de couleur, et chacun,
par un mouvement subit, repoussa son assiette sans pouvoir avaler
le morceau qu'il avait dans la bouche; il fallut faire disparaître
l'_iguana_ et la _chauve-souris_ pour qu'ils pussent continuer
leur repas.

Lorsque je le pouvais, j'accompagnais mes hôtes: alors la chasse était
toujours abondante et remplie d'intérêt, parce que j'avais soin de
les conduire dans des lieux giboyeux et pittoresques.

Je les menais quelquefois à l'île de _Socolme_, beaucoup plus curieuse
encore que les îles aux chauves-souris.

_Socolme_ est un lac circulaire, d'une lieue de circonférence, au
milieu du grand lac, dont il est séparé par un cordon de terre, ou,
pour mieux dire, par une montagne d'un très-petit diamètre à la base,
et dont le sommet se termine en arête, et presque perpendiculairement
à plus de cinq cents mètres au-dessus des eaux. Les deux versants sont
complétement couverts de grands arbres d'une belle végétation. C'est
sur le côté du petit lac, où les Indiens ne vont jamais, de crainte
des caïmans, que vont nicher presque tous les oiseaux aquatiques
du grand lac. Chaque arbre, blanchi depuis le haut jusqu'en bas par
la fiente qu'ils y déposent, est couvert de nids remplis d'oeufs et
d'oiseaux de tous les âges...

Un jour, accompagné de mon frère et de M. Hamilton Lindsay [44], aussi
intrépide explorateur que nous l'étions nous-mêmes, nous partîmes de
l'habitation, avec l'intention de faire passer une légère pirogue
par-dessus la montagne de _Socolme,_ et de nous en servir pour une
promenade sur le lac. Après bien des difficultés, avec l'aide de
quelques Indiens, nous parvînmes à mettre notre projet à exécution.

Nous étions les premiers touristes qui s'aventuraient sur le lac
de _Socolme_. Les Indiens qui nous avaient accompagnés refusèrent
de s'embarquer avec nous; ils s'arrêtèrent sur la rive, et là ils
employèrent toute leur éloquence pour nous faire abandonner notre
projet.

«Vous allez, nous dirent-ils, inutilement vous exposer à un grand
danger, contre lequel vous n'avez aucun moyen de défense; car vous
verrez bientôt surgir du fond des eaux des milliers de caïmans qui
viendront vous attaquer: et qu'opposerez-vous à ces invulnérables
ennemis, contre qui vos balles sont inoffensives? Croyez-vous leur
échapper par la fuite? Détrompez-vous. Dans leur élément ils vont
plus vite que votre pirogue: dès qu'ils l'auront atteinte, ils la
feront chavirer avec plus de facilité que vous n'avez à la conduire,
et c'est alors que commencera un horrible carnage, dont pas un de
vous ne pourra échapper.»

Leur raisonnement n'était pas dépourvu de bon sens; et certainement
c'était une imprudence de s'embarquer dans une faible pirogue pour
faire une promenade sur un lac peuplé d'une grande quantité de caïmans,
d'autant plus à redouter que difficilement ce lac pouvait fournir
une assez grande quantité de poissons pour assouvir leur voracité,
et que, pressés par la faim, ils étaient plus à craindre.

Mais le danger et les difficultés ne nous faisaient jamais reculer,
comme on l'a déjà vu; ainsi, sans tenir compte du pronostic de mes
prudents Indiens, pendant leur long discours nous avions fait nos
préparatifs, et nous étions entrés dans notre pirogue.

A peine se fut-elle éloignée de quelques toises de la rive, qu'une
certaine émotion s'empara de nous tous; elle était, sans aucun doute,
autant l'effet de l'attente du danger, que produite par l'aspect du
site qui se déroulait à notre vue.

Nous étions au fond d'un gouffre entouré de hautes et abruptes
montagnes, entièrement couvertes d'une épaisse végétation.

Partout elles forment une barrière qui nous paraissait
infranchissable. L'ombre qu'elles projetaient sur l'eau au fond de
ce gouffre produisait une demi-obscurité qui, jointe au silence qui
régnait alors dans cette solitude, lui donnait un aspect lugubre et
mélancolique. Involontairement nous étions tous vivement impressionnés,
et absorbés dans un profond recueillement qui nous empêchait de nous
communiquer nos observations.

Notre pirogue continuait cependant à s'éloigner du lieu du départ;
elle glissait légèrement sur cette nappe liquide, jamais agitée par
les vents les plus impétueux, et qui ne reçoit les rayons du soleil
que lorsqu'il est entièrement à son zénith.

Le silence où nous étions tous plongés fut tout à coup interrompu
par l'apparition d'un caïman. Il éleva sa hideuse tête au-dessus de
l'eau, ouvrit une énorme gueule, comme s'il eût voulu nous menacer,
et se diriger vers nous.

Le moment était venu. Le grand drame annoncé par nos Indiens allait
se réaliser, ou toutes nos craintes se dissiper; il n'y avait pas un
instant à perdre. Il fallait prendre un parti, et fuir au plus vite
l'ennemi plutôt que de s'exposer à son attaque.

C'est moi qui dirigeais la pirogue. Je fis tous mes efforts pour
l'éloigner du danger et la conduire à terre; mais l'animal amphibie
s'avançait avec une si grande rapidité qu'il était sur le point de
nous atteindre, lorsque Lindsay, à tout hasard, déchargea contre lui
son arme.

L'effet produit par la détonation fut prodigieux, et comme par
enchantement dissipa toutes nos appréhensions. Il rompit, de la manière
la plus éclatante, le silence qui avait régné jusqu'alors. Le caïman
effrayé rentra au fond des eaux; un nombre incalculable d'échos,
semblables au bruit qu'aurait produit un feu de tirailleurs, se
répétèrent jusqu'au sommet des montagnes, et une nuée de cormorans
sortit de tous les arbres en jetant des cris perçants auxquels vinrent
s'unir les clameurs d'allégresse des Indiens, qui de la rive avaient
remarqué l'épouvante et la fuite de l'ennemi qu'ils redoutaient tant.

Entièrement rassurés, nous continuâmes paisiblement notre promenade. De
temps à autre, quelques caïmans reparaissaient; mais le bruit de nos
armes les faisait rentrer dans leur demeure.

Nous nous approchâmes des grands arbres dont les branches s'étendaient
sur le lac; elles étaient couvertes de nids remplis d'oeufs, et d'une
si grande quantité de jeunes oiseaux, que nous aurions pu en charger
plusieurs pirogues comme celle où nous étions.

Les cormorans, effrayés par le bruit de nos armes, tourbillonnaient
continuellement comme un gros image au-dessus de nous, sans vouloir
s'éloigner du lieu où sans doute les retenait leur sollicitude
maternelle.

Après avoir fait entièrement le tour du lac, nous arrivâmes au lieu
du départ, où nous attendaient les Indiens pour nous aider à faire
franchir la montagne une seconde fois à notre pirogue.

Nous ne voulûmes cependant point terminer cette promenade sans faire
quelque chose pour la science; ainsi nous mesurâmes la circonférence
du lac, qui est à peu près de 4 kilomètres. Nous ne pûmes pas mesurer
la plus grande profondeur vers le milieu; mais à quelques toises de
la rive nous trouvâmes partout qu'elle était de 180 pieds. Il est à
remarquer que, dans aucune partie du grand lac de _Bay_, on ne trouve
une profondeur qui dépasse 75 pieds.

De _Socolme_ je conduisais aussi mes hôtes à _Los Banos_, au pied d'une
haute montagne de plusieurs mille mètres d'élévation, d'où jaillissent
de belles sources d'eau bouillante qui vont se jeter dans le lac,
et, se mêlant à ses eaux, forment des bains naturels à toutes les
températures que l'on peut désirer.

Là aussi, sur les collines, la chasse était abondante et facile. De
nombreux pigeons ramiers et de belles colombes, perchés sur de grands
arbres, attendaient sans méfiance les chasseurs, qui ne revenaient
jamais des bains sans avoir rempli leurs carniers.

Je leur donnais aussi quelquefois le spectacle imposant d'une chasse
au buffle; mais, depuis le malheur arrivé à l'infortuné Ocampo, je ne
permettais plus à aucun étranger de prendre part à ses dangers. Placés
sur des arbres ou sur la crête d'une montagne, ils jouissaient du
coup d'oeil en pleine sécurité.

Les jours de repos, nous allions, dans les bois voisins des champs
cultivés, faire la guerre aux singes, les plus grands ennemis de
nos moissons.

Aussitôt qu'un petit chien dressé à cette chasse nous avertissait par
ses aboiements que des maraudeurs étaient en vue, nous nous rendions
sur les lieux, et la fusillade commençait.

L'épouvante se mettait dans la petite famille. Chacun se cachait dans
son arbre, et, du mieux qu'il pouvait, devenait invisible.

Mais le petit chien ne quittait pas le pied de l'arbre. Nous tournions
tout autour, et finissions toujours par découvrir celui qui s'y était
blotti. La fusillade recommençait, alors jusqu'à ce qu'il fût tombé.

Enfin, quand nous avions fait plusieurs victimes, je les envoyais
pendre à des fourches patibulaires autour des champs de canne à sucre,
pour épouvanter ceux qui s'étaient échappés.

Seulement, le plus gros était toujours porté au père Miguel, mon bon
curé, pour lequel un ragoût de singe était un vrai régal.

Quelquefois, c'était à plusieurs jours de marche de _Jala-Jala_ que
je conduisais mes hôtes, pour leur faire voir des sites admirables,
des cascades, des grottes, ou ces merveilles de végétation que produit
la féconde nature des Philippines.

Un jour, M. Hamilton Lindsay, le plus intrépide voyageur que j'aie
connu, le même qui m'avait accompagné sur le lac de _Socolme_,
me proposa une partie pour la grotte de _San-Matéo_, grotte que
plusieurs voyageurs et moi-même avions visitée plus d'une fois, mais
toujours d'une manière si incomplète que nous n'en avions exploré
qu'une faible partie.

Cette proposition était trop dans mes goûts pour ne pas l'accepter
avec empressement; mais, cette fois, je ne voulus pas revenir de cette
expédition comme des précédentes, c'est-à-dire sans avoir fait toutes
les tentatives possibles pour la parcourir dans toute son étendue.

Lindsay, un médecin que je m'abstiens de nommer et mon frère prirent,
avec moi, la résolution de vérifier si tout ce que nous disaient
les Indiens de cette grotte avait quelque vraisemblance, ou bien si,
comme je l'avais si souvent éprouvé, leur esprit poétique n'inventait
pas des merveilles qui n'avaient jamais existé.

Leurs vieilles traditions donnaient à ce souterrain une étendue
immense: on y voyait, disaient-ils, des palais féeriques auxquels
rien ne pouvait être comparé et qui servaient de résidence à des
êtres fantastiques.

Bien résolus de voir par nous-mêmes toutes ces merveilles, nous
partîmes pour _San-Matéo_, emmenant avec nous un Indien muni d'un
pic et d'une pioche, pour nous frayer passage, si nous avions quoique
chance de prolonger notre promenade souterraine au delà de la limite
que tous, déjà, nous connaissions.

Nous emportâmes aussi une bonne provision de flambeaux, nécessaire
pour mettre notre projet à exécution.

Nous arrivâmes de bonne heure à _San-Matéo_, et nous passâmes le reste
de la journée à visiter d'admirables sites qui avoisinent le bourg.

Nous descendîmes aussi dans le lit d'un torrent qui prend sa source
dans les montagnes et passe dans le nord du bourg; nous y vîmes
plusieurs Indiens et Indiennes occupés à laver les sables pour en
extraire la poudre d'or. Le produit qu'ils retirent journellement de
ce travail, auquel ils se livrent trois ou quatre heures par jour,
varie depuis un franc, deux francs, jusqu'à huit ou dix; c'est selon
la plus ou moins heureuse veine que le hasard leur fait découvrir.

Cette industrie, la culture des terres douées d'une fécondité sans
égale, les bois de construction dont abondent les montagnes voisines,
voilà toute la richesse des habitants, qui, généralement, vivent dans
l'abondance et la prospérité.

Le lendemain, à l'aube du jour, nous cheminions vers la grotte,
éloignée du bourg de deux heures de marche.

La route, qui d'abord serpente au milieu de belles plantations de
riz et de bétel, encadrée elle-même dans une superbe végétation,
est d'un facile parcours; mais, à la moitié de son trajet, tout à
coup elle devient dangereuse et difficile.

On laisse alors les champs cultivés pour suivre les bords de la
rivière. Elle coule au milieu de montagnes de peu d'élévation, et
forme tant de circuits et de détours, qu'il faut, à chaque instant,
la traverser presque à la nage d'un bord à l'autre pour profiter de
petits sentiers qui se trouvent sur la berge.

Jusqu'à une faible distance de la grotte, rien ne vient rompre la
monotonie de ces sites agrestes.

On marche au milieu d'une gorge où de tous côtés la vue est limitée
par des rochers et un rideau de verdure formé par les arbustes qui
boisent les collines.

Mais, à un fort détour que fait la rivière, l'oeil est tout à coup
ébloui en face d'un panorama qui se déroule avec une lente et féerique
magnificence.

Figurez-vous un torrent au pied de deux immenses montagnes de
forme pyramidale, toutes deux entièrement semblables, et de la même
élévation!

L'intervalle qui les sépare permet à la vue de se porter au loin,
et de découvrir le fond d'un tableau impossible à décrire.

Entre les deux géantes la rivière s'est ouvert une issue, et là, sous
vos pieds, vous la voyez se précipiter au milieu d'écueils formés
par d'énormes blocs de marbre blanc; l'eau, limpide et brillante,
se joue au milieu de tous les obstacles qui gênent son cours; parfois
elle forme une bruyante cascade, puis disparaît à la base d'un énorme
rocher, pour reparaître bientôt écumeuse et bouillonnante, comme si
une force surnaturelle la faisait surgir des entrailles de la terre.

Plus loin, formant une suite continue de petites cascades, elle
coule en large nappe argentée sur un lit de marbre blanc et brillant
comme l'albâtre, pour retomber sur d'autres, d'une blancheur non
moins éclatante. Enfin, après avoir franchi tous les écueils, elle
coule paisiblement dans un lit plus modeste, et où vient se refléter
l'admirable végétation qui pousse sur ses bords.

C'est dans la montagne située sur la rive droite que se trouve la
fameuse grotte.

On traverse la rivière en sautant d'un bloc de marbre à l'autre;
ensuite, après avoir gravi une pente ardue pendant l'espace de deux
cents mètres, on se trouve à l'entrée de cette grotte, où, pas à pas,
je vais conduire mon lecteur.

Cette entrée, d'une forme presque régulière, représente assez bien
le portique d'une église en plein cintre, garni de festons verdoyants
dont les plantes rampantes et des lianes font les frais.

A peine en a-t-on franchi le seuil, que l'on se trouve dans un large
et spacieux vestibule, tout tapissé de stalactites d'une couleur
jaunâtre; c'est là qu'une nuée de chauves-souris, effrayées par la
lumière des flambeaux, prend son vol pour se précipiter au dehors.

Pendant une centaine de pas, en se dirigeant dans l'intérieur, la
voûte continue très-élevée, et la galerie spacieuse; mais tout à coup
l'une s'affaisse, et l'autre se rétrécit, ne laissant plus d'issue
que celle nécessaire à un seul homme, obligé encore de se traîner sur
les mains et les genoux pour franchir, dans cette pénible position,
à peu près une centaine de mètres.

Ensuite la galerie s'élargit de nouveau, et la voûte s'élève de
plusieurs toises; mais bientôt il faut surmonter un nouvel obstacle, il
faut gravir une espèce de muraille de deux à trois mètres d'élévation.

Immédiatement au delà se trouve le lieu le plus dangereux du
souterrain: là, deux énormes précipices, la bouche béante, au ras du
sol, sont prêts à engloutir l'imprudent qui, armé de son flambeau,
ne marcherait pas avec précaution dans cet obscur labyrinthe.

Des pierres lancées dans ces gouffres attestent, par le bruit sourd
qu'elles font en arrivant au fond, une profondeur de plusieurs
centaines de mètres.

Ensuite la galerie, large et spacieuse, se continue, sans rien offrir
de remarquable, jusqu'au lieu où s'étaient arrêtées les recherches
faites jusqu'alors.

Là, elle paraît se terminer par une espèce de rotonde entourée de
stalactites de diverses formes, qui, dans un endroit, représentent
un véritable dôme soutenu par des colonnes.

Ce dôme recouvre un petit lac d'où continuellement s'élance un ruisseau
qui va se perdre dans les précipices dont j'ai parlé.

C'est dans cette partie que nous nous livrâmes à de sérieuses
investigations, cherchant à nous assurer s'il était possible de
prolonger notre promenade souterraine.

Nous plongeâmes à plusieurs reprises dans le lac, sans rien découvrir
qui pût favoriser nos désirs; nous nous dirigeâmes alors vers la
droite, examinant, à la lumière de nos flambeaux, les moindres petits
enfoncements que nous apercevions sur les parois de la galerie.

Après bien des recherches infructueuses, nous découvrîmes enfin une
crevasse par laquelle à peine pouvait-on passer le bras.

En y introduisant un flambeau, quelle ne fut point notre surprise d'y
entrevoir un grand vide tout tapissé de brillants cristaux! Cette
découverte nous donna un vif désir d'examiner de plus près ce que
nous voyions si imparfaitement.

L'Indien, avec son pic, se mit à l'oeuvre pour agrandir l'ouverture,
par laquelle nous espérions nous introduire. Il travaillait lentement
et à petits coups, pour éviter un éboulement qui non-seulement eût
pu détruire nos espérances, mais aussi occasionner une catastrophe.

Cette voûte de rochers suspendue au-dessus de nos têtes pouvait nous
engloutir, et, comme on va le voir, les précautions que nous prenions
n'étaient point inutiles.

Au moment où nos espérances allaient se réaliser, et que déjà
l'ouverture était assez grande pour nous donner passage, tout à coup,
au-dessus de nous, il se fit un bruissement sourd et prolongé qui
nous glaça d'effroi.

La voûte s'était ébranlée, et menaçait de s'affaisser sur nous.

Pendant un court instant, qui cependant nous parut bien long, nous
fûmes terrifiés; notre Indien lui-même, immobile comme une statue,
était resté la main appuyée sur le manche de son pic, dans la même
position où il se trouvait en donnant le dernier coup.

Après un instant de silence solennel, revenus un peu de notre peur,
nous examinâmes le danger que nous venions de courir.

Au-dessus de nos têtes, une longue et large crevasse serpentait la
voûte sur une longueur de plusieurs mètres; vers la paroi où elle
allait aboutir, un énorme rocher qui, s'en étant séparé, avait été
arrêté dans sa chute par un hasard providentiel; la tête du pic,
dont la pointe était fortement fixée sur un sol solide, lui avait
servi de point d'appui, et ce chanceux arc-boutant le tenait suspendu
au-dessus de l'ouverture que nous venions de pratiquer.

Après nous être assurés, avec bien des précautions, que le pic et
le rocher offraient une certaine solidité, comme de véritables fous
habitués à vaincre toute espèce d'obstacles et de difficultés, nous
nous décidâmes à nous glisser un à un dans cette périlleuse ouverture.

Le docteur, qui jusqu'alors avait gardé un morne silence, aussitôt
qu'il connut notre décision fut pris d'une si grande frayeur, que
la voix lui revint pour se lamenter et nous prier de le conduire
au dehors.

Comme si tout à coup il avait été pris d'un vertige, d'une voix
saccadée il nous disait que la respiration lui manquait, qu'il se
sentait étouffer, et que son coeur battait avec une si grande force,
que, s'il restait plus longtemps au milieu des dangers que nous
courions, il allait mourir de la rupture d'un anévrisme.

Il offrait tout ce qu'il possédait à celui qui lui sauverait la vie;
il suppliait à mains jointes notre Indien de ne pas l'abandonner,
et de lui servir de guide.

Nous eûmes pitié de cette panique, et permîmes à l'Indien d'acquiescer
à sa prière.

Aussitôt que ce dernier fut revenu, et que nous eûmes la certitude que
pendant son absence le rocher, cause de notre frayeur momentanée,
était resté immobile, nous mîmes notre projet à exécution, et,
comme des serpents, un à un nous nous glissâmes par cette dangereuse
ouverture, à peine suffisante pour la grosseur de nos corps.

Nous ne pensâmes bientôt plus au danger que nous courions, ni à
l'imprudence que nous venions de commettre, et toute notre attention
se fixa sur ce qui s'offrait à nos regards.

Nous nous trouvions au milieu d'un immense salon, d'un aspect tout
à fait féerique.

A la lumière de nos flambeaux, la voûte, le sol et les murailles
étincelaient et brillaient comme s'ils eussent été recouverts de
cristaux de roche de la plus admirable transparence.

Dans quelques endroits, la main de l'homme paraissait avoir présidé
à l'ornementation de ce palais enchanté. De nombreuses stalactites
et stalagmites, aussi diaphanes que l'eau limpide qui vient de
se congeler, affectaient les formes les plus bizarres; elles
représentaient de brillantes draperies, des rangées de colonnes,
des lustres et des candélabres.

A une extrémité, adossé à la muraille, on voyait un autel avec ses
degrés, qui paraissait attendre le pasteur pour y célébrer l'office
divin.

Il serait impossible à ma plume de représenter tout ce qui nous
transportait d'admiration.

Nous croyions véritablement nous trouver dans un palais des _Mille
et une Nuits_; les Indiens eux-mêmes n'avaient deviné qu'une faible
partie des merveilles que nous venions de découvrir...

Après avoir quitté ce palais étincelant, nous continuâmes notre
promenade souterraine, nous enfonçant de plus en plus dans les
entrailles de la terre, et suivant pas à pas un tortueux labyrinthe
qui, pendant une demi-lieue, ne nous présenta rien de remarquable,
si ce n'est, d'intervalle en intervalle, le danger que nous faisait
courir notre indomptable curiosité.

La voûte, dans certains endroits, ne présentait plus la solidité de
la pierre; la terre seule s'y révélait, et de récents écoulements
attestaient qu'il pouvait s'en faire d'assez considérables pour nous
fermer tout moyen de retraite.

Nous poursuivîmes cependant encore bien au delà notre reconnaissance
aventureuse, et nous arrivâmes dans un nouvel espace magnifique et
grandiose, recouvert, comme le premier, de brillantes stalactites,
et qui ne lui cédait en rien pour la beauté de ses détails.

Nous nous y livrâmes de nouveau au minutieux examen de toutes les
merveilles qui nous entouraient, et qui resplendissaient comme des
prismes à la clarté de nos torches.

Nous recueillîmes sur le sol plusieurs petites stalagmites, grosses
et rondes comme des noisettes, qui représentaient si parfaitement ces
fruits confits, que quelques jours après, nous trouvant à Manille dans
un bal, nous en présentâmes à des dames, dont le premier mouvement
fut de les porter à la bouche pour les croquer; mais, lorsqu'elles
reconnurent leur méprise, elles voulurent les conserver, pour s'en
faire, disaient-elles, des pendants d'oreille.

Après avoir joui du beau et brillant spectacle que nous avions sous
les yeux, la faim, la fatigue commencèrent à se faire sentir.

Nous avions marché, dans ce ténébreux souterrain, un espace de plus
de quatre kilomètres; depuis le matin nous n'avions rien pris, et la
journée était déjà bien avancée.

J'ai souvent expérimenté que la force morale décroît en raison des
forces physiques, et sans doute nous nous trouvions dans cet état
lorsque de sinistres suppositions vinrent frapper notre imagination.

Un de nous fit la réflexion qu'un éboulement pouvait avoir en lieu
entre nous et la sortie, ou, ce qui paraissait plus probable, que
l'énorme rocher suspendu et tenu en équilibre sur notre pic pouvait
s'être affaissé, et nous fermer toute issue.

Si pareil malheur fût arrivé, dans quelle horrible position nous
serions-nous trouvés?

Nous ne pouvions point espérer de secours du dehors, même de notre
ami _le docteur_, que nous avions vu si bouleversé par la peur;
nos poignards eussent été alors notre seule ressource pour ne pas
mourir dans les angoisses qu'endure le malheureux renfermé vivant
dans un sépulcre.

Toutes ces réflexions, que nous analysâmes les unes après les autres,
nous déterminèrent à rebrousser chemin, et à laisser à d'autres plus
imprudents que nous, s'il pouvait s'en rencontrer, le soin d'explorer
l'espace qui nous restait à parcourir.

Nous eûmes bientôt franchi celui qui nous séparait du lieu que nous
avions le plus à redouter.

La Providence nous favorisait: le pic soutenait encore le roc qui
nous préoccupait si vivement.

Un à un, en évitant le plus possible le moindre frottement contre
le roc et le pic, nous nous glissâmes de nouveau par cette étroite
ouverture, et, tout joyeux de nous voir hors de danger d'une si
fatigante expédition, nous commencions déjà à cheminer vers la sortie,
lorsque tout à coup un bruit sourd et prolongé, et sous nos pieds
un tressaillement subit, nous causèrent une nouvelle frayeur; mais
bientôt nous fûmes rassurés par notre Indien qui accourait vers nous,
tenant à la main son pic libérateur.

L'imprudent n'avait pas voulu en faire le sacrifice, et, après avoir
attendu que nous fussions éloignés de quelques pas, il l'avait,
tout en se sauvant, fortement tiré par le manche.

Grâce à la Providence ou à sa légèreté, il ne fut pas écrasé par le pan
de rocher, qui, n'ayant plus son point d'appui, s'était affaissé sur le
sol, en recouvrant complétement l'issue qui nous avait donné passage.

Après nous, sans doute, personne ne pourra pénétrer dans la belle
partie de cette grotte que nous venions de traverser si heureusement.

Après ce dernier épisode, nous ne nous fîmes pas prier pour nous
diriger vers la sortie; et ce ne fut point sans une vive sensation de
plaisir que nous revîmes la lumière du soleil, et que nous retrouvâmes,
assis sur un bloc de marbre, notre ami le docteur, réfléchissant à
notre longue absence et à notre inqualifiable témérité.

Peut-être taxera-t-on d'exagération ce que je dis des jouissances et
des émotions telles que se composait ma vie à _Jala-Jala_.

Je me renferme partout dans l'exacte vérité, et il me serait facile de
citer bien des personnes prêtes à témoigner de la véracité de chacun
de mes récits.

Plusieurs voyageurs, du reste, qui ont passé quelque temps à mon
habitation, ont reproduit dans leurs publications le tableau de
mon existence au milieu de mes chers Indiens, qui tous m'étaient
si dévoués.

Je citerai entre autres le _Voyage autour du monde_ du malheureux
Dumont-d'Urville et celui du vice-amiral Laplace, dans chacun desquels
on trouvera un article spécial consacré à _Jala-Jala_.

Je puis citer également M. Thomas Dent, actuellement à Londres. Il
a séjourné quelque temps à _Jala-Jala_, et a assisté à plusieurs
de nos aventureuses excursions. J'ai été heureux de le retrouver en
Europe, et de lui rappeler des services qu'il m'a rendus avec la plus
affectueuse bienveillance.



CHAPITRE XVII.

    Le vice-amiral Laplace.--Matelots déserteurs
    de _l'Artémise_.--M. le capitaine de vaisseau
    Paris.--Tagalocs.--Cérémonies.--Mariages.--Caïman.--Serpent
    boa.--M. R. G.
    Russell.--Dajon-Palay.--Alin-Morany.--Sauterelles.


Puisque j'ai nommé M. Laplace, je vais raconter une petite anecdote
où il a joué un rôle, et qui prouvera l'influence que je possédais
généralement dans toute la province de la Lagune.

Plusieurs matelots de l'équipage de la frégate _l'Artémise_, que
commandait M. le vice-amiral Laplace, alors capitaine de vaisseau,
avaient déserté à Manille.

Malgré toutes les recherches qu'avait fait faire le gouvernement
espagnol, il avait été impossible de découvrir la retraite de quatre
d'entre eux.

M. Laplace venait passer quelques semaines sur mon habitation; le
gouverneur lui dit:

«Pour avoir vos hommes, adressez-vous à M. de la Gironière; personne
n'est plus capable que lui de les découvrir: donnez-lui l'ordre,
de ma part, de se mettre à leur recherche.»

M. Laplace, en arrivant chez moi, m'avait transmis cet ordre; mais
j'étais trop indépendant pour songer à l'exécuter; je ne m'occupai
point des déserteurs.

Quelques jours après, un capitaine, avec une centaine de soldats,
aborda à _Jala-Jala_.

Il vint prévenir M. Laplace qu'il avait parcouru toute la province
sans avoir eu aucun indice des déserteurs qu'il cherchait depuis une
quinzaine de jours.

Cette nouvelle affligea M. Laplace.

Il vint à moi, et me dit:

«Monsieur de la Gironière, je vois que je serai obligé de mettre à la
voile sans les hommes qui ont déserté, si vous ne voulez pas vous-même
aller à leur recherche. Je vous supplie de sacrifier un peu de votre
temps pour me rendre ce service.»

Ce n'était plus un ordre, c'était une prière qui m'était adressée;
aussi ma réponse ne se fit pas attendre.

«Dans une heure, commandant, je me mets en route, et avant
quarante-huit heures vous aurez ici vos hommes.»

«Faites attention, me dit-il, que vous allez avoir affaire à de mauvais
sujets. N'exposez pas votre vie, et s'ils font quelque résistance,
traitez-les sans pitié; faites feu sur eux.»

Quelques instants après, accompagné de mon lieutenant et d'un soldat
de ma garde, je traversai le lac, et me dirigeai vers les lieux où
je supposais que s'étaient réfugiés les matelots déserteurs.

Tous trois nous étions bien armés, et en état de mettre à la raison
quatre gaillards qui, pour toutes armes, avaient des bâtons.

Au premier village où je débarquai, je pris langue et j'obtins de
leurs nouvelles.

J'avais un grand avantage sur la police espagnole, à qui les Indiens
ne disent jamais la vérité quand il s'agit de poursuivre des coupables.

Lorsque je m'adressais à un Indien, me fût-il inconnu, mon nom
seul suffisait pour lui imposer; de telle sorte qu'il m'obéissait
aveuglément, et n'osait pas me cacher la vérité.

J'avais appris que les déserteurs s'étaient réfugiés dans le grand
bourg de _Pila_; que le curé les avait pris sous sa protection; qu'il
les cachait dans son presbytère, d'où ils ne sortaient que la nuit,
dans la crainte d'être découverts avant le départ de _l'Artémise_.

Cette protection du curé compliquait singulièrement ma mission;
il n'était ni prudent ni facile d'aller attaquer le presbytère.

Pour prendre les matelots français, il fallait agir de ruse.

A une petite distance du bourg, je me cachai dans un bois, et attendis
que la nuit fût close pour en sortir avec mes gens.

Je me rendis chez le chef du bourg, et je lui dis:

«Quatre déserteurs français sont cachés ici, et cela ne peut être
qu'avec ton consentement et celui de tes administrés; en conséquence,
je viens te prendre pour te conduire à Manille, où tu rendras compte
de ta conduite au gouvernement.»

Le pauvre Indien commença à trembler, et me répondit:

«C'est vrai; mais je vous assure que nous n'avons manqué à nos devoirs
qu'à la prière et sur l'ordre de notre curé, qui a eu pitié des
pauvres Français, qui se disent si malheureux à bord de leur navire.»

«Je te crois, lui dis-je, et ta faute peut être pardonnée, si,
à l'instant, tu me les amènes ici. Dis-leur, pour les faire venir,
tout ce que tu voudras; mais surtout pas un mot sur ma présence! Si,
dans une demi-heure, tu n'es pas de retour, j'irai te chercher.»

L'Indien partit, et un quart d'heure après j'entendis dans la rue les
matelots qui venaient en chantant un air français. Je fis cacher mes
deux gardes. Je me plaçai près de la porte, dans une position à ce
qu'ils pussent entrer sans me voir; et aussitôt qu'ils furent tous
les quatre au milieu de la chambre, je me découvris, et me mis entre
la porte et eux.

«Vous êtes déserteurs de _l'Artémise_, leur dis-je; et je viens vous
prendre pour vous conduire à bord de votre frégate.»

«A bord de notre frégate, Monsieur! mieux vaut mourir. Nous nous
ferons tuer plutôt que de nous y laisser conduire.»

Je voyais déjà mes quatre gaillards qui saisissaient leurs gourdins,
avec l'apparence de ne pas avoir grand'peur de moi; je frappai un coup
dans la main, une porte s'ouvrit, et mes deux gardes se présentèrent,
la carabine en arrêt et le poignard au côté.

«Vous le voyez, leur dis-je, toute forfanterie est inutile. Je ne veux
pas vous tuer! Déposez vos bâtons, donnez-moi votre parole d'honneur
de me suivre sans résistance; sinon, je vous fais amener et conduire
comme des brigands.

«Croyez-moi, c'est un véritable service que je vous rends. Après le
départ de la frégate, immanquablement vous seriez pris et jetés dans
une prison, jusqu'à ce qu'un navire vous emmenât en France, où vous
passeriez à un conseil de guerre. Ainsi, suivez-moi de bonne volonté,
et vous n'aurez pas à vous plaindre; j'intercéderai pour obtenir
votre grâce.»

La vue de mes gardes, le raisonnement que je venais de leur faire,
les avaient vaincus. Ils me remirent leurs bâtons et promirent tout
ce que j'exigeai d'eux, en me suppliant toutefois d'invoquer pour
eux la clémence de leur commandant. Je les rassurai, et nous partîmes.

Le lendemain, j'étais de retour à _Jala-Jala_, et j'accomplissais la
promesse que j'avais faite à M. Laplace. Je lui remis ses matelots,
et, grâce à la prière de la bonne Anna, le commandant leur fit grâce
d'une partie du châtiment qu'ils avaient justement mérité.

Je donnai quelques soldats de ma garde et une bonne embarcation à
M. Paris, alors lieutenant de vaisseau, qui, à son grand regret, partit
de _Jala-Jala_ pour les conduire à bord, en rade de Manille [45].

J'ai déjà souvent parlé des Tagalocs, et dépeint quelques traits de
leur caractère.

Cependant je ne suis point encore entré dans tous les détails
nécessaires pour bien faire connaître cette population si soumise aux
Espagnols, et dont l'origine primitive ne sera jamais que supposition
et véritable problème.

Il est de toute probabilité, et presque incontestable, que les
Philippines furent primitivement peuplées par des aborigènes,
petite race de nègres qui habitent encore en assez grand nombre dans
l'intérieur des forêts, et que les Tagalocs nomment _Ajetas_, et les
Espagnols _Négritos_.

A une époque sans doute bien reculée, les plus proches voisins des
Philippines, les Malais, envahirent les plages et refoulèrent la
population indigène dans l'intérieur des montagnes; ensuite, soit par
des accidents de navigation, ou pour profiter de la richesse du sol,
se réunirent à eux des Chinois, des Japonais, des habitants des vastes
archipels des mers du Sud, des Javanais, et même des Indous.

Du mélange qui résulta de l'union de ces divers hommes, d'une
physionomie si différente, sont résultés les diverses nuances et
les différents types que l'on remarque parmi la race _tagaloc_, qui
cependant conserve généralement la physionomie et la cruauté malaise.

Le Tagal est bien fait, plutôt grand que petit; il a les cheveux
longs, rarement de la barbe, une couleur un peu cuivrée, parfois
presque blanche; l'oeil grand et vif, quelquefois un peu bridé,
à la chinoise; le nez un peu gros, et, comme la race malaise, les
pommettes saillantes.

Son caractère est gai et enjoué.

Il aime beaucoup la danse, la musique; est ardent en amour, cruel
avec ses ennemis; ne pardonne jamais l'injustice et s'en venge
toujours par le poignard, qui, ainsi que chez les Malais le kris,
est son arme favorite.

Il tient à la parole qu'il a donnée dans des affaires sérieuses, se
livre aux jeux de hasard avec passion; il est bon époux, excellent
père, jaloux de l'honneur de sa femme, mais peu soucieux de celui
de sa fille, qui, malgré des écarts de jeunesse, n'éprouve aucune
difficulté à se marier.

Il est d'une sobriété admirable: de l'eau, un peu de riz et du poisson
salé lui suffisent.

L'homme âgé est toujours pour lui en grande vénération.

Dans une famille, à toutes les époques de la vie, le plus jeune obéit
à son aîné.

Il exerce l'hospitalité sans égoïsme, et sans autre pensée que celle
de soulager son semblable.

Aussi lorsqu'un étranger se présente chez un Indien au moment de
son repas, n'eût-il que le strict nécessaire pour lui et sa famille,
il l'invite à prendre place à sa table.

Lorsqu'un vieillard, auquel son âge ne permet plus de travailler, se
trouve dénué de toutes ressources, il va s'établir chez un voisin. Là,
il est considéré comme étant de la maison. Il peut y rester jusqu'à
la fin de ses jours.

Dans les occasions solennelles, il aime à poétiser, à dramatiser _ses
gestes et ses paroles_; et c'est toujours avec un tact et un à-propos
remarquables, chez des peuples que l'on croit généralement inférieurs
aux basses classes de notre vieille civilisation. Une petite anecdote
suffira pour les juger.

Je me trouvais par hasard dans le bourg de _Siniloan_ le jour où l'on
célébrait la fête patronale. Les anciens me firent inviter à aller
prendre place à leur banquet. Pendant tout le festin j'avais été
le but des plus délicates attentions et de la sollicitude la plus
recherchée. Au moment où j'allais me lever, remercier mes hôtes et
prendre congé, le plus ancien me pria de lui permettre de me porter
un toast.

Le verre en main, il se leva, et dit à haute voix:

«Mes frères, l'honneur que me fait le seigneur de _Jala-Jala_ en
acceptant mon invitation n'est pas pour moi seul. Comme les rayons
de l'astre de la lumière, il vous couvre tous. Réunissez-vous donc à
moi, et élevons nos voeux au grand Maître, pour lui demander que la
prospérité soit toujours sous son toit et la joie dans son coeur.»

Après avoir vidé son verre, il le jeta sur le sol, où il se brisa en
éclats; et, reprenant la parole:

«Ce verre, dit-il, qui a servi pour affirmer les voeux que les
habitants de Siniloan adressent au Seigneur pour leur hôte, ne devait
plus servir à personne.»

Le mariage présente chez les Tagals des particularités assez curieuses.

Deux cérémonies le précèdent: la première se nomme _tain manoc_,
mots tagals qui veulent dire:_ le coq qui cherche sa poule_.

Aussitôt qu'un jeune homme a dit à ses père et mère qu'il a des
préférences pour une jeune Indienne, ceux-ci se rendent un soir chez
les parents de celle-ci, et, après avoir eu avec eux une conversation
indifférente, la mère du poursuivant présente une piastre à celle de
la prétendue.

Le prétendant est admis, si elle accepte; et alors elle va aussitôt
employer cette piastre en bétel et en vin de cocos.

Pendant une grande partie de la nuit, toute la société mâche le
bétel et boit le vin de cocos, et l'on parle de tout autre chose que
de mariage.

Les jeunes gens ne se montrent qu'après que la piastre a été acceptée,
parce qu'alors ils considèrent cette acceptation comme préliminaire
de leur union.

Le lendemain, le jeune homme se présente chez les parents de sa
fiancée. Il est reçu comme l'enfant de la maison; il y couche, y loge,
prend part à tous les travaux, et surtout à ceux particulièrement à
la charge de la jeune fille.

Il commence alors un service qui dure plus ou moins longtemps, deux,
trois ou quatre ans, pendant lesquels il faut qu'il s'observe bien;
car si on a quelques reproches à lui faire, il est renvoyé, et ne
peut plus prétendre à la main, de celle qu'il voulait épouser.

Les Espagnols ont fait tout ce qu'ils ont pu pour supprimer cette
habitude, à cause des inconvénients qu'elle entraîne après elle.

Souvent un père, pour avoir à son service un homme qui ne lui coûte
rien, fait durer indéfiniment cet état de servitude, et quelquefois
renvoie celui qui déjà a passé deux ou trois ans chez lui, pour en
prendre un autre sous le même titre de prétendant.

Mais il arrive aussi que si les deux fiancés se fatiguent, ils usent
alors des droits du mariage avant la cérémonie; et un jour la jeune
fille prend son amant par les cheveux, le conduit chez le curé du
village, auquel elle dit:

«Qu'elle vient de l'enlever, qu'ainsi il faut les marier.»

La cérémonie du mariage a lieu alors sans le consentement des parents;
mais si c'était le jeune homme qui enlevât sa maîtresse, il serait
sévèrement puni, et la jeune fille serait rendue à sa famille.

Si les choses se sont passées dans le bon ordre, si le prétendant
a fait les deux ou trois années de servitude volontaire, et que
les parents soient tout à fait contents de son caractère et de sa
conduite, arrive le jour de la seconde cérémonie, nommée _tajin bojol_
(_le jeune homme qui veut serrer le noeud de l'union_).

Cette seconde cérémonie est un grand jour de fête.

Tous les parents et amis des deux familles sont réunis chez la fiancée
et divisés en deux camps, dont chacun débat les intérêts des fiancés.

Mais chaque famille a un avocat, qui seul peut prendre la parole en
faveur de son client.

Les parents n'ont pas le droit de parler; ils font seulement, à voix
basse, les observations qu'ils jugent convenables à leur avocat.

L'Indienne n'apporte jamais de dot. Quand elle prend un mari, elle
n'a rien; c'est le jeune homme qui apporte la dot: aussi l'avocat de
la jeune fille adresse-t-il le premier la parole pour la demander et
établir les conditions.

Je vais rapporter le discours des deux avocats dans une cérémonie de
ce genre à laquelle j'eus la curiosité d'assister.

Pour ne pas blesser l'amour-propre des parties, les avocats ne parlent
qu'en termes allégoriques.

Dans la cérémonie que j'honorais de ma présence, celui de la jeune
Indienne commença ainsi:

«Un jeune homme et une jeune fille s'étaient unis; ils ne possédaient
rien, pas même un abri. Pendant plusieurs années la jeune femme fut
bien malheureuse! enfin ses malheurs eurent une fin, et un jour elle
se vit dans une belle case qui lui appartenait; elle devint mère d'une
jolie petite fille; le jour de ses couches, un ange lui apparut et lui
dit: Rappelle-toi ton mariage et le temps de misère que tu as passé. Je
prends l'enfant qui vient de naître sous ma protection; lorsqu'elle
sera grande et belle fille, et que tous les jeunes gens rechercheront
son alliance, ne la donne qu'à celui qui lui bâtira un temple où il y
aura dix colonnes, composées chacune de dix pierres. Si tu n'exécutes
pas mes ordres, ta fille sera malheureuse comme tu l'as été.»

Après ce petit discours, l'avocat adverse prit la parole et dit:

«Il y avait une reine dont le royaume était sur le bord de la mer.

«Parmi les lois de son gouvernement, il en existait une qu'elle
faisait observer avec la plus grande rigueur.

«Tous les navires qui arrivaient dans un port de ses États ne
pouvaient, d'après cette loi, jeter leur ancre que par une profondeur
de cent brasses; celui qui enfreignait cette loi était mis à mort
sans pitié.

«Il advint un jour qu'un brave marin fut surpris par une grande
tempête.

«Après bien des efforts pour sauver son navire, il fut obligé d'entrer
dans ce port et d'y mouiller, quoique son câble ne fut seulement
que de quatre-vingts brasses; il préférait mourir sur l'échafaud,
plutôt que de perdre son navire avec l'équipage.

«La reine, courroucée, le fit venir en sa présence; il se jeta à
ses pieds, lui dit qu'une force majeure l'avait obligé à enfreindre
ses lois, et que, n'ayant que quatre-vingts brasses de câble, il ne
pouvait par conséquent mouiller par cent: ainsi, qu'il la suppliait
de lui pardonner.»

Là se termina son discours.

L'autre avocat reprit et dit:

«La reine, touchée de la prière et de l'impossibilité où se trouvait
le pauvre capitaine de jeter son ancre par cent brasses, lui pardonna,
et fit bien.»

A ces dernières paroles, la joie se répandit sur tous les visages,
les musiciens commencèrent à jouer de la guitare.

Le fiancé et la fiancée, qui s'étaient tenus dans une chambre voisine,
se présentèrent.

Le jeune homme ôta de son cou son rosaire, le passa à celui de sa
fiancée, et prit le sien pour remplacer celui qu'il venait de lui
donner. La nuit se passa en danses, et la cérémonie du mariage,
toute chrétienne comme chez nous, fut remise à la huitaine.

Maintenant je vais, telle que je la reçus, donner l'explication des
discours des avocats, que je n'avais pas trop compris.

La mère de la fiancée s'était mariée sans dot, elle avait été
malheureuse; le temple que l'ange lui avait dit de demander pour sa
fille était une maison; et les dix colonnes composées de dix pierres
chacune voulaient dire qu'avec la maison il fallait une somme de 100
piastres (500 francs).

Le discours de l'avocat du jeune homme signifiait qu'il consentait à
donner la maison, puisqu'il n'en parlait pas; mais que, ne possédant
que 80 piastres, il se jetait aux pieds des parents de sa fiancée,
afin que les 20 piastres qui lui manquaient ne fussent pas un obstacle
à son union. Le pardon accordé par la reine était celui du jeune homme,
qui était accepté avec 80 piastres seulement.

La servitude qui précède le mariage, et dont je viens de parler,
était pratiquée bien avant la conquête des Espagnols. Elle prouve
l'origine que j'attribue aux Tagalocs, que je fais descendre des
Malais, qui, étant tous musulmans, auront conservé quelques usages
de nos anciens patriarches.

La dernière cérémonie, celle du mariage à l'église, est toute
chrétienne, ainsi que je viens de le dire. Le jour où elle a lieu se
termine par une grande fête, un banquet et la danse.

Dans quelques bourgs, la fête dure trois jours. Pendant ces trois
jours, les époux sont obligés de tenir table ouverte et splendidement
servie pour tous ceux qui se présentent, connus ou inconnus. Le
troisième jour, la marraine de la mariée distribue à chaque assistant
ou convive une tasse en porcelaine de Chine, et celui qui la reçoit
est obligé d'y déposer une pièce de monnaie et d'aller l'offrir à
la mariée. Cette offrande est destinée à son mariage, et en quelque
sorte à l'indemnité de l'énorme sacrifice qu'elle a fait pendant les
trois jours de fête.

Je crois avoir suffisamment fait connaître les Indiens et leurs
coutumes; je vais maintenant entretenir mes lecteurs de deux espèces de
monstres que j'ai eu souvent occasion d'observer et même de combattre:
l'un, habitant les forêts, le serpent boa, et l'autre, les grandes
rivières et les lacs, le caïman.

A l'époque où j'avais commencé à coloniser le village de _Jala-Jala_
et d'habiter ma demeure, les caïmans abondaient de ce côté du lac,
et de mes fenêtres je les voyais journellement se jouer dans les eaux,
guetter et happer les chiens qui approchaient de la plage.

Un jour, une femme de chambre de ma maison ayant eu l'imprudence de se
baigner sur le bord du lac, fut surprise par l'un d'eux, d'un volume
énorme. Un de mes gardes arriva au moment où le monstre l'emportait;
il lui tira un coup de carabine et l'atteignit sous l'aisselle,
seule partie vulnérable; mais la blessure était trop peu de chose
pour qu'elle l'arrêtât; il disparut avec sa proie.

Cependant ce petit trou de balle fut cause de sa mort, et il est à
remarquer que, dans les eaux de _Bay_, la moindre blessure faite à
la peau du caïman est incurable.

Les crevettes, si abondantes dans le lac, s'introduisent dans la
blessure: peu à peu leur nombre augmente; elles finissent par lui
ronger les chairs, et par s'introduire jusque dans l'intérieur de
son corps.

C'est ce qui arriva à celui qui avait dévoré la femme de chambre.

Un mois après cet accident, le monstre fut trouvé mort sur la plage,
à cinq ou six lieues de mon habitation.

Les Indiens me rapportèrent les boucles d'oreilles de cette malheureuse
femme, qu'ils avaient retrouvées dans son estomac.

Une autre fois, je voyageais dans les parages de _Marigondon_,
accompagné d'un guide. La chaleur était excessive, le soleil dardait
perpendiculairement ses rayons sur un sol brûlant. Nos chevaux
suivaient lentement une route peu fréquentée, éloignée de toute
habitation. Nous rencontrâmes un Chinois qui voyageait aussi à cheval,
et suivait la même direction que nous; mais, plus précautionneux,
il se garantissait du soleil avec un parasol en papier gommé, meuble
inséparable de l'habitant du Céleste Empire.

Mon guide me dit: «Nous voici près de la rivière
_Indang_. Reposons-nous: une petite halte ne fera pas de mal à
nos montures.»--Je n'étais pas de son avis; je lui fis observer
que si nous nous arrêtions, nous n'arriverions pas de jour au
village.--«N'importe, me répondit-il, je connais la route, je ne
vous égarerai pas. Croyez-moi, laissons passer devant les plus
pressés. Vous allez voir ce mécréant Chinois, qui se garde si bien
du soleil et se tient si mal à cheval, nous montrer où nous pourrons
passer la rivière sans faire nager nos chevaux.»

Cette dernière observation me parut assez sage pour être prise en
considération. J'acquiesçai à la demande de mon guide, et nous mîmes
pied à terre.

Quelques instants après, le Chinois fouettait son cheval pour le
faire entrer dans la rivière. A peine était-il arrivé au milieu,
que plusieurs caïmans, cachés sous l'eau, se jetèrent sur lui,
et instantanément, cheval et Chinois disparurent. Pendant quelques
minutes les eaux se teignirent de sang; mais rien du Chinois et de sa
monture ne reparut à la surface, si ce n'est le parasol qui flottait
au gré du courant.

Mon guide rompit le premier le silence en faisant claquer sa langue
contre son palais, et il dit: «_Sayan!_ (Quel dommage!)»

«Tu pourrais bien, lui dis-je, te servir du mot malheur.»

«Oh oui, reprit-il, car nous n'avons pas de chance. Le vent aurait
pu le pousser vers nous.»

Cette réponse, faite avec tout le sang-froid indien, me fit comprendre
que le mouvement de langue avait été pour le Chinois, et l'exclamation
_Sayan!_ (Quel dommage!) pour le parasol, dont la perte le préoccupait
beaucoup plus que la catastrophe qui venait de s'accomplir sous
nos yeux.

J'étais curieux de voir de près un de ces animaux voraces.

Lorsqu'ils fréquentaient les abords de ma maison, j'avais fait diverses
tentatives à ce sujet.

Une nuit, j'avais mis un mouton tout entier à un énorme hameçon tenu
par une chaîne et une forte corde; le lendemain, mouton et chaîne
avaient disparu.

J'avais souvent guetté les caïmans avec mon fusil; mais lorsqu'ils
étaient dans l'eau, la balle frappait sur leurs écailles, et
rebondissait sans leur faire le moindre mal.

Un soir qu'il m'était mort un énorme chien de cette race unique aux
Philippines, d'une taille au-dessus de toutes celles connues en Europe,
je le fis traîner sur la plage; je me cachai dans un petit buisson,
et j'attendis, avec mon fusil bien préparé, qu'un caïman se présentai
pour l'enlever.

Mais bientôt le sommeil me gagna...

Quand je me réveillai, le chien avait disparu. Heureusement que le
caïman ne s'était pas trompé de proie.

Après quelques années, on n'en voyait plus aux environs du village
de _Jala-Jala_, lorsqu'un matin, me trouvant avec mes bergers à
quelques lieues de ma maison, il nous fallut traverser une rivière
à la nage. L'un d'eux me dit:

«Maître, les eaux sont hautes, nous sommes ici dans des parages où il y
a beaucoup de caïmans: un malheur est bientôt arrivé. Remontons un peu
la rivière, nous passerons dans un endroit où il y aura moins d'eau.»

Nous allions changer de direction, lorsqu'un d'eux, plus imprudent
que tous les autres, dit:

«Moi, je n'ai pas peur des caïmans!» et lança son cheval à l'eau.

A peine fut-il au milieu de la rivière, que nous vîmes un caïman
d'une taille monstrueuse s'avancer vers lui.

Nous jetâmes tous un cri pour le prévenir; il aperçut aussi le danger,
et, pour l'éviter, il descendit de son cheval du côté opposé à celui
par où le caïman se dirigeait vers lui, et nagea de toutes ses forces
pour regagner le bord.

Il avait déjà touché terre; mais il eut l'imprudence de s'arrêter
derrière le tronc d'un arbre qui avait été renversé par le courant,
et où il avait de l'eau jusqu'aux genoux.

Il croyait être parfaitement en sûreté. Il tira son coutelas, et se
mit à observer ce que ferait le caïman, qui, pendant que l'Indien
était descendu de son cheval, s'était approché de celui-ci, avait
élevé son énorme tête au-dessus des eaux, s'était jeté sur le cheval,
et l'avait saisi par la selle. Le cheval avait fait un effort, les
sangles s'étaient rompues, et pendant que le caïman broyait la selle
entre ses dents il s'était sauvé à terre.

Mais bientôt le caïman s'était aperçu que sa proie lui avait échappé;
il rejeta la selle et s'avança vers l'Indien.

Nous nous aperçûmes de ce mouvement, et criâmes tous aussitôt:

«Sauve-toi! sauve-toi! le caïman va te trouver!»

Mais l'Indien impassible, son coutelas à la main, ne bougea pas.

Le monstre s'avança vers lui; l'Indien lui porta un coup sur la tête:
c'était une chiquenaude sur la corne d'un taureau!...

Le caïman fit un saut, le saisit par une cuisse, et pendant plus
d'une minute nous vîmes mon pauvre berger, le corps droit au-dessus
de la surface de l'eau, les mains jointes, les yeux au ciel, ayant
l'attitude d'un homme qui implore la clémence divine, entraîné vers
le lac; bientôt il disparut...

Le drame était achevé, l'estomac du caïman lui servait déjà de tombeau.

Pendant ce moment d'angoisse nous étions restés silencieux; mais à
peine mon pauvre berger eut-il disparu, que nous jurâmes de le venger.

Je fis fabriquer trois filets de grosses cordes, qui pouvaient chacun
barrer la rivière; je fis aussi construire une petite cabane, et j'y
logeai un Indien qui devait faire une garde assidue, et me prévenir
lorsque le caïman reviendrait dans la rivière.

Il attendit vainement plus de deux mois; mais au bout de ce temps
l'Indien vint me dire que le monstre s'était emparé d'un cheval,
et que, pour le dévorer tout à son aise, il l'avait entraîné dans
la rivière.

Je me rendis aussitôt sur les lieux: j'étais accompagné de mes gardes,
de mon curé qui voulait absolument voir la chasse d'un caïman, et
d'un Américain mon ami, _M. George Russell_ [46], qui se trouvait
alors à mon habitation.

Je fis tendre les filets de distance en distance, afin que le caïman
ne put pas retourner au lac.

Cette opération ne se faisait pas sans quelques imprudences: par
exemple, lorsque les filets furent placés, un Indien plongea pour
s'assurer qu'ils arrivaient bien jusqu'au fond, et que notre ennemi
ne pouvait s'échapper en passant par-dessous; mais il pouvait fort
bien se trouver entre l'intervalle qui séparait les filets, et croquer
mon Indien.

Heureusement tout se passa au gré de nos désirs.

Quand tout fut prêt, je fis mettre sur la rivière trois pirogues
fortement unies, bord contre bord, et au milieu quelques Indiens
armés de lances et de grands bambous, avec lesquels ils pouvaient
toucher le fond.

Enfin, toutes les mesures prises pour arriver à mon but sans craindre
d'accident, mes Indiens avec leurs longs bambous commencèrent à battre
la rivière.

Un animal d'une taille aussi formidable que celui dont nous faisions
la recherche ne se cache pas facilement.

Aussi le vîmes-nous bientôt à la surface de l'eau, battant l'onde
de sa longue queue, faisant claquer ses mâchoires, et cherchant à
atteindre ceux qui osaient le troubler dans sa retraite.

Dès qu'il parut, chacun poussa des cris de joie; les Indiens des
pirogues lui jetèrent leurs lances, et nous autres, placés sur les deux
bords, nous fîmes une décharge générale; mais les balles rebondissaient
sur les écailles sans pénétrer.

Les lances, plus aiguës, glissaient jusqu'à leur défaut, et entraient
de huit à dix pouces dans son corps; mais alors il disparaissait en
nageant d'une vitesse incroyable, arrivait au premier filet, dont la
résistance lui faisait remonter la rivière et reparaître au-dessus
de l'eau.

Ce mouvement violent brisait les hampes des lances que les Indiens
avaient clouées dans son corps, et le fer seul y restait.

Toutes les fois qu'il reparaissait, la fusillade recommençait, et de
nouvelles lances allaient encore se perdre dans son énorme corps.

J'avais cependant reconnu l'inutilité de nos armes à feu sur ses
écailles invulnérables.

Je l'excitais de mes cris et de mes gestes, et lorsqu'il arrivait
sur le bord de l'eau, ouvrant son énorme gueule prête à m'engloutir,
j'approchais le bout de mon fusil à quelques pouces et lâchais mes deux
coups, dans l'espoir que mes balles ne trouveraient pas d'écailles
dans l'intérieur de sa formidable gueule, et qu'elles pourraient
pénétrer jusqu'à son cerveau; mais tout était inutile.

La gueule se fermait avec un bruit terrible, ne saisissant que le
feu et la fumée sortis de mon fusil, et mes balles allaient s'aplatir
sur ses os sans les endommager.

L'animal, devenu furieux, faisait des efforts inconcevables pour
chercher à s'emparer d'un de ses ennemis; ses forces paraissaient
augmenter au lieu de diminuer, et nous étions à bout des nôtres.

Presque toutes nos lances étaient clouées sur son corps, et nos
munitions tiraient à leur fin.

Il y avait près de six heures que la lutte durait sans aucun résultat
qui pût faire espérer la fin du combat, lorsqu'un Indien le toucha au
fond de l'eau avec une lance d'une force et d'une grosseur inusitée;
un autre Indien, sur l'avis de son camarade, appliqua deux forts coups
de masse sur l'extrémité de la hampe; le fer pénétra profondément
dans le corps de l'animal, et à l'instant, par un mouvement rapide
comme l'éclair, il se dirigea vers les filets et disparut.

La hampe de la lance, séparée du fer, revint flotter à la surface de
l'eau; nous attendîmes quelques minutes inutilement que le monstre
reparût; nous crûmes que le dernier effort qu'il avait fait lui
avait permis de regagner le lac, et que notre chasse était tout à
fait infructueuse.

Nous retirâmes le premier filet; une large trouée nous convainquit
que notre supposition était exacte; le second filet était dans le
même état que le premier.

Tristes de notre échec, nous retirions le troisième, lorsque nous
sentîmes une forte résistance.

Plusieurs Indiens se mirent à tirer vers le bord, et, à notre
grande joie, nous aperçûmes le monstre à la surface de l'eau: il
était expirant.

Nous lui jetâmes plusieurs lacets de fortes cordes, et quand il fut
bien attaché, nous l'attirâmes vers le bord.

Il n'était pas facile de le haler sur la berge; la force de quarante
Indiens était à peine suffisante.

Enfin, lorsque nous l'eûmes sous nos yeux tout entier hors de l'eau,
nous restâmes tout stupéfaits; car autre chose était de voir ainsi
son corps, ou de le voir nageant lorsque nous le combattions.

M. Russell, homme tout à fait compétent, fut chargé d'en prendre
les dimensions.

De l'extrémité des naseaux au bout de la queue, il lui trouva
_vingt-sept pieds_, et onze pieds de circonférence mesuré sous les
aisselles.

Le ventre était bien plus volumineux: nous ne jugeâmes pas utile de le
mesurer dans cette partie, car nous pensions bien que le cheval dont il
avait fait son déjeuner avait considérablement augmenté son embonpoint.

Après cette première opération, nous tînmes conseil sur ce que nous
allions en faire: chacun émit son opinion.

J'aurais voulu le transporter tel qu'il était à mon habitation,
mais c'était impossible; il nous eût fallu une embarcation du port
de cinq ou six tonneaux, et nous ne pouvions pas nous la procurer.

Un autre voulait la peau; les Indiens demandaient la chair pour
la boucaner, et s'en servir comme spécifique contre la maladie de
l'asthme. Ils disaient que tout asthmatique qui se nourrit pendant
quelque temps de cette chair est infailliblement guéri.

Un troisième voulait la graisse pour les douleurs rhumatismales.

Et enfin mon bon curé demandait, lui, que nous lui ouvrissions
l'estomac, pour voir combien de chrétiens le monstre avait pu
ensevelir.

«Chaque fois, disait-il, qu'un caïman mange un chrétien, il avale en
même temps un gros caillou: ainsi, le nombre de caillons que nous lui
trouverons dans l'estomac indiquera positivement celui des fidèles
auxquels son énorme estomac aura servi de sépulture.»

Pour contenter tout le monde, j'envoyai chercher une hache, afin de
couper la tête que je me réservais, abandonnant le reste à tous ceux
qui avaient pris part à la capture.

Ce ne fut pas chose facile de séparer cette tête. La hache entrait
dans les chairs jusqu'au milieu du manche sans atteindre les os;
enfin, après bien des efforts, nous y parvînmes.

Alors nous ouvrîmes l'estomac, et retirâmes par quartiers le cheval
qui avait été dévoré le matin.

Le caïman ne mâche pas; il coupe avec ses énormes dents un quartier,
et l'avale.

Nous retrouvâmes donc tout le cheval divisé en sept ou huit pièces;
ensuite, à peu près cent cinquante livres de cailloux, de la grosseur
du poing à celle d'une noix.

Lorsque mon curé vit cette grande quantité de cailloux, il ne put
s'empêcher de dire:

«Allons, c'est un conte; il est impossible que cet animal ait jamais
avalé un si grand nombre de chrétiens.»

Il était huit heures du soir lorsque nous terminâmes la curée;
j'abandonnai le corps à nos aides, et je fis transporter la tête sur
une embarcation, pour la conduire à ma maison.

J'aurais bien désiré conserver cette tête monstrueuse à peu près dans
l'état où elle se trouvait; mais il me fallait une grande quantité
de savon arsenical, et j'en manquais.

Je pris le parti de la disséquer, et d'en conserver le squelette.

Je la pesai avant d'en détacher les ligaments; son poids était de
quatre cent trente livres; sa longueur, depuis le museau jusqu'à la
première vertèbre, était de cinq pieds.

Je retrouvai toutes mes balles, qui s'étaient aplaties sur les os du
palais et des mâchoires, comme elles eussent pu faire sur une plaque
de fonte.

Le coup de lance qui lui avait donné la mort était un hasard, une
espèce de miracle.

A l'instant où l'Indien avait frappé de sa masse la hampe, le fer
était entré par la nuque dans la colonne vertébrale, et avait pénétré
dans la moelle épinière, seule partie vulnérable.

Après que cette tête formidable fut bien préparée et que les os furent
desséchés et blanchis, je fus heureux de l'offrir à mon ami George
Russell, qui depuis l'a déposée au musée de Boston.

L'autre monstre dont j'ai promis la description, le serpent boa,
est très-commun aux Philippines, mais il est rare d'en voir d'une
grande dimension.

Il est possible, probable même, que ce reptile, pour arriver à une
taille monstrueuse, doit vivre plusieurs siècles; mais comme il est
difficile pour un animal quelconque de vivre un grand laps de temps
sans éprouver des accidents qui mettent fin à son existence, ce n'est
que dans les plus sombres forêts et les lieux les plus sauvages que
l'on rencontre des boas qui aient atteint toute leur grosseur.

J'en avais vu souvent d'une dimension ordinaire, telle que ceux que
l'on voit dans nos cabinets.

Il y en avait même qui habitaient ma maison, et une nuit j'en trouvai
un, long de deux mètres, en possession de mon propre lit.

Plusieurs fois, en me promenant dans les bois avec mes Indiens,
nous entendions les cris perçants d'un sanglier.

Nous nous dirigions aussitôt à l'endroit d'où partaient ces cris,
et presque toujours nous apercevions un pauvre sanglier saisi au
milieu du corps par un boa qui l'avait enlacé dans ses replis, et
peu à peu le hissait en haut de l'arbre où il avait pris son point
d'appui pour saisir sa proie.

Lorsqu'il l'avait élevé à une certaine hauteur, il le pressait contre
l'arbre avec tant de force, qu'il l'étouffait et lui brisait les os.

Alors il le laissait tomber, descendait de l'arbre, et se préparait
à l'avaler.

Cette dernière opération était beaucoup trop longue pour en attendre
la fin, car elle nécessitait plusieurs jours sans doute.

Pour simplifier la chose, j'envoyais une balle dans la tête du boa;
mes Indiens en prenaient la chair pour la boucaner et s'en servir
comme aliment, et la peau pour faire des gaînes de poignard.

Il n'est pas besoin de dire que le sanglier n'était pas oublié;
c'était une proie qui nous avait coûté peu de peine.

Un jour, un Indien trouva un de ces reptiles endormi après avoir
avalé une énorme biche; il était si monstrueux, qu'il eût été
nécessaire d'une charrette et d'un buffle pour le transporter au
village. L'Indien se contenta de le couper par morceaux, et d'emporter
sa charge de chair.

Ayant été prévenu, j'envoyai tout de suite chercher les restes;
on m'apporta un tronçon d'environ huit pieds de long, et si énorme,
qu'après en avoir desséché la peau, elle pouvait, comme un manteau,
envelopper un homme de la plus haute stature.

J'en fis cadeau à mon ami Hamilton Lindsay.

Je n'avais pas encore vu vivants de ces monstrueux reptiles, dont
les Indiens me parlaient tant et toujours avec un peu d'exagération,
lorsqu'une après-midi, traversant les montagnes avec deux de mes
bergers, notre attention fut éveillée par les aboiements continuels de
mes chiens, qui paraissaient attaquer un animal décidé à se défendre.

Nous crûmes d'abord que c'était un buffle qu'ils avaient débusqué,
et qui leur faisait tête; nous nous approchâmes avec précaution.

Mes chiens étaient éparpillés sur les bords d'un ravin profond,
dans lequel nous aperçûmes un superbe boa.

Le monstre élevait sa tête à la hauteur de cinq à six pieds, la
dirigeait d'un bord à l'autre; il menaçait de sa langue fourchue
les ennemis qui l'attaquaient; mais les chiens, plus lestes que lui,
l'évitaient facilement.

Ma première pensée fut de lui tirer une balle dans la tête; mais
l'idée me vint de m'en emparer tout vivant, et de l'envoyer en France.

Assurément c'eût été le plus monstrueux boa que jamais on y eût vu.

Pour exécuter mon projet, nous fîmes des lacs en rotin d'une force
telle, qu'ils auraient pu résister au plus furieux buffle sauvage.

Avec beaucoup de précaution nous pûmes passer un de nos lacs au cou
du boa; puis nous le liâmes fortement à un arbre, de manière à lui
tenir la tête à la hauteur à peu près de six pieds de terre.

Cela fait, nous passâmes de l'autre côté du ravin, et lui jetâmes un
autre lacet que nous amarrâmes comme le premier.

Lorsqu'il se sentit pris des deux côtés et dans l'impossibilité
presque de remuer sa tête, il se replia sur lui-même, et enlaça
plusieurs petits arbres qui étaient à sa portée sur le bord du ravin.

Malheureusement pour lui, tout cédait à ses efforts; il déracinait
les jeunes arbres, en broyait les branches, et faisait rouler des
pierres énormes à l'endroit où il cherchait vainement à prendre le
point d'appui qui lui manquait; mais les lacets étaient solides,
et résistaient à toute sa furie.

Pour transporter un animal comme celui-là, il eût fallu plusieurs
buffles et tout un attirail de cordes.

La nuit approchait: nous avions confiance dans nos lacets; nous nous
promîmes de revenir le lendemain avec tout ce qui serait nécessaire
pour terminer notre chasse. Mais nous comptions sans notre hôte: dans
la nuit le boa changea de direction, reploya son corps au-dessus de
l'endroit qu'il occupait lorsque nous l'avions enlacé, prit un point
d'appui à d'énormes blocs de basalte, et fit de tels efforts que les
lacs cédèrent et se rompirent à l'endroit où il était saisi.

Quand je me fus assuré que notre proie nous était échappée et qu'aucune
recherche dans les environs ne pouvait nous la faire découvrir, mon
désappointement fut très-grand, car je doutais que jamais pareille
occasion pût se retrouver.

Du reste, les accidents occasionnés par ces énormes reptiles sont
très-rares; une seule fois j'ai eu connaissance qu'un homme avait
été leur victime.

Voici comment:

Cet homme, poursuivi pour quelques méfaits, se cachait dans une
caverne.

Son père, qui seul connaissait sa retraite, allait de temps en temps
le voir et lui porter du riz.

Dans une de ses visites, il trouva à la place de son fils un énorme
boa endormi; il le tua, et retira de son estomac le corps de son
malheureux fils.

Il paraît que pendant la nuit il avait été surpris et étouffé par le
boa, et qu'il lui avait servi de pâture.

Le curé du village, qui avait été chercher le corps pour lui donner
la sépulture, et qui avait vu les restes du boa, me le dépeignit
d'une grosseur presque incroyable.

Malheureusement c'était assez loin de mon habitation, et je ne fus
prévenu que lorsqu'il n'était plus temps de vérifier le fait par
moi-même; mais il n'est point surprenant qu'un boa, qui peut avaler
une biche, puisse plus facilement encore avaler un homme.

Plusieurs autres faits à peu près semblables m'ont été racontés par
les Indiens.

Ils me citaient de leurs camarades qui, en parcourant les bois, avaient
été saisis par un boa, broyés contre un arbre, et ensuite dévorés;
mais j'ai toujours été en garde contre les histoires indiennes,
et je n'ai pu vérifier positivement que celle que je viens de citer.

Le boa est un des serpents le moins à craindre parmi ceux que l'on
trouve aux Philippines.

Il y en a d'une petite dimension, qui donnent la mort en quelques
heures: celui surtout nommé par les Indiens _dajon-palay_ (feuille
de riz) est extrêmement vénéneux.

Le seul remède à sa morsure est de la brûler avec un tison ardent;
et si l'on tarde seulement de quelques minutes, la mort arrive après
quelques heures de souffrances atroces.

L'_alin-morani_ est une autre espèce, qui acquiert une longueur de
huit à dix pieds; sa morsure est peut-être encore plus dangereuse que
celle du _dajon-palay_. Elle est plus profonde, et, par conséquent,
plus difficile à cautériser.

Jamais je n'ai été mordu par aucun de ces reptiles, malgré le peu de
précautions que je prenais en voyageant dans les bois, la nuit comme
le jour.

Deux fois seulement, je courus une espèce de danger: la première, ce
fut en marchant sur un _dajon-palay_; je fus averti par le mouvement
et l'impression que je ressentis sous mon pied.

J'appuyai fortement, et je vis sa petite tête qui s'allongeait pour me
saisir à la cheville. Fort heureusement, je le tenais cloué sur le sol
à une si petite distance de sa tête qu'il ne pouvait pas m'atteindre:
je tirai mon poignard, et la lui coupai.

Une autre fois, je vis deux aigles qui s'élevaient et retombaient
comme des flèches entre des buissons, toujours au même endroit.

Je voulus voir quelle espèce d'animal ils attaquaient.

A peine m'étais-je approché, qu'un énorme _alin-morani_, furieux
des blessures que les aigles lui avaient faites, s'avança sur moi;
je voulus reculer, il se reploya sur lui-même, s'élança, et vint
m'atteindre presque à la figure.

Par un mouvement inverse, je fis un saut en arrière et l'évitai;
mais je me gardai bien de tourner le dos et de fuir, car j'aurais
alors été pris sans défense.

Le serpent revint à la charge en bondissant vers moi; je l'évitai
de nouveau, et cherchais vainement à l'atteindre du tranchant de mon
poignard, lorsqu'un Indien qui m'aperçut de loin accourut armé d'une
branche, et m'en débarrassa.

Jamais vie n'a été plus active et plus remplie d'émotions que celle
que je passais à _Jala-Jala_; mais elle convenait à mes goûts et à
mon caractère, et je jouissais d'un bonheur aussi parfait que celui
que l'on peut goûter loin de sa famille et de son pays. Mon Anna
était pour moi un ange de bonté et de douceur; mes Indiens étaient
heureux, l'abondance et le bien-être régnaient dans leurs familles;
mes champs étaient couverts de riches moissons, et mes pâturages de
nombreux troupeaux.

Ce n'était point sans beaucoup de peine et de difficulté que j'étais
arrivé à mon but: que de fois j'eus besoin de tout mon courage et
de toute ma philosophie pour ne pas désespérer en présence de revers
qu'il m'était impossible d'éviter!

Combien de fois ne vis-je pas des coups de vent ou des inondations
détruire de belles récoltes prêtes à être moissonnées, et que j'avais
eu tant de peine à défendre contre les buffles, les singes et les
sangliers, voire même contre un insecte bien plus nuisible encore
que tous les fléaux dont je viens de parler, contre les sauterelles,
une des plaies d'Égypte, transportée apparemment dans cette contrée,
et qui, presque régulièrement tous les sept ans, partent par nuages
des îles du sud, et viennent s'abattre sur Luçon en y apportant la
désolation et souvent la famine.

Il faut avoir vu un tel spectacle pour s'en former une idée.

Quand elles arrivent, on aperçoit à l'horizon un nuage couleur de feu;
d'innombrables sauterelles forment ce nuage.

Elles ont un vol rapide, embrassent souvent un diamètre de deux à
trois lieues et en bataillon serré, et passent ainsi au-dessus de
vous pendant cinq à six heures consécutives.

Si elles aperçoivent un champ bien vert, elles s'y abattent;
en quelques minutes, toute la verdure a disparu, la terre reste
entièrement nue: alors elles reprennent leur vol pour porter ailleurs
la disette et la destruction.

Le soir, c'est dans les forêts, sur les arbres, qu'elles vont prendre
leur gîte; elles s'abattent en si grande quantité aux extrémités des
branches, que leur poids brise les plus grosses.

Pendant la nuit, dans l'endroit où elles se sont reposées, c'est un
craquement continuel et un bruit tellement fort, que l'on a peine à
croire qu'il puisse être produit par un si petit insecte.

Le lendemain, elles repartent à la pointe du jour, laissant les
arbres sur lesquels elles se sont reposées, hachés et brisés comme
si la foudre avait sillonné la forêt dans tous les sens; puis elles
vont ailleurs produire de nouveaux ravages.

A une certaine époque, elles se reposent dans de vastes plaines ou
sur les montagnes fertiles; là elles allongent l'extrémité de leur
corps en forme de tarière, et percent la terre à une profondeur de
quatre à cinq centimètres, pour y déposer leurs oeufs; la ponte finie,
elles laissent le sol percé comme un crible, et disparaissent, car
leur existence est terminée.

Mais, trois semaines après, les oeufs éclosent, et des myriades de
petites sauterelles surgissent de la terre.

Dans le lieu où elles naissent, tout ce qui peut servir à leur pâture
est détruit.

Aussitôt qu'elles ont acquis un peu de force, elles abandonnent le
site de leur naissance, font disparaître toute végétation sur leur
passage, et se dirigent vers les champs cultivés, qu'elles parcourent
et désolent jusqu'à ce qu'elles aient leurs ailes; alors elles prennent
leur vol pour aller plus loin dévaster de nouvelles plantations.



CHAPITRE XVIII.

    Jala-Jala.--Agriculture.--Pertes douloureuses.--Vente de
    Jala-Jala.--M. Adolphe Barrot.


L'agriculture, aux Philippines, présente bien des difficultés; mais
aussi elle donne des produits que l'on ne peut trouver dans aucun
autre pays.

Les années exemptes de calamités, la terre se couvre de richesses,
toutes les denrées coloniales se produisent avec une abondance
extraordinaire; il n'est pas rare que la production soit dans la
proportion de quatre-vingts pour un, et sur beaucoup de plantations
on fait deux récoltes du même produit dans la même année.

La richesse et l'immensité des pâturages donnent la facilité d'élever
un grand nombre de bestiaux, qui ne coûtent absolument que les faibles
gages payés par le propriétaire à quelques bergers.

Je possédais sur mon habitation trois troupeaux: un de bêtes bovines,
de trois mille têtes; un autre de huit cents buffles, et l'autre de
six cents chevaux.

A une époque de l'année, lorsque les riz étaient récoltés, les bergers
parcouraient les montagnes, et chassaient tous les bestiaux vers une
grande plaine peu éloignée de ma maison.

Cette plaine se couvrait de ces trois espèces, et présentait, surtout
pour le propriétaire, un coup d'oeil admirable; le soir, ils étaient
conduits dans de grands enclos, près du village.

Le lendemain, on choisissait les boeufs qui étaient bons pour la
boucherie, les chevaux en âge d'être domptés, et les buffles assez
forts pour être employés au labourage; puis les troupeaux étaient
reconduits à la plaine, pour y rester jusqu'au soir.

Cette opération se prolongeait pendant une quinzaine de jours, après
lesquels on leur donnait la liberté jusqu'à l'année suivante, à la
même époque.

Le troupeau en liberté se divisait par petites bandes dans les
montagnes et dans les pâturages qu'ils avaient l'habitude de
fréquenter; et pour tous soins les bergers faisaient de temps en
temps une promenade dans les lieux où ils pâturaient.

Tout prospérait autour de moi: mes Indiens étaient heureux aussi,
et avaient pour moi un respect et une obéissance qui allaient presque
jusqu'à l'idolâtrie.

Mon frère me secondait dans mes travaux, et auprès de ma chère Anna
j'oubliais toutes les fatigues et les contrariétés que je pouvais
éprouver.

Bientôt un nouvel espoir vint encore ajouter au bonheur que je lui
devais, et me la rendre plus chère.

Depuis quelques mois, la santé d'Anna s'était altérée; elle avait
eu des symptômes de grossesse. Cependant il y avait près de douze
années que nous étions unis, et jamais elle n'avait donné aucun signe
de maternité.

J'étais si persuadé que nous n'aurions jamais d'enfants, que le
dérangement de sa santé me donnait de vives inquiétudes, lorsqu'un
matin, partant pour aller à mes travaux, elle me dit:

«Je ne me sens pas bien; reste près de moi aujourd'hui.»

Deux heures après, à ma grande surprise, elle mettait au monde une
petite fille qui n'était attendue de personne. Elle n'était pas
arrivée à terme, et vécut seulement pendant une heure, le temps de
recevoir le baptême, que je m'empressai de lui donner.

C'était la seconde créature humaine qui expirait dans la maison de
_Jala-Jala_, mais aussi c'était la première qui y recevait le jour!

Le chagrin que nous en ressentîmes fut adouci par la certitude que ma
chère Anna pouvait devenir mère dans des conditions plus favorables. Sa
santé fut bientôt rétablie, elle reprit sa gaieté et tous ses charmes.

Elle était si belle, que souvent des Indiennes faisaient de longs
voyages uniquement pour la voir; elles lui disaient:

«Madame, nous sommes enceintes; si nous devons avoir une petite fille,
nous voudrions qu'elle eût vos traits: permettez-nous donc de vous
regarder quelque temps.»

Alors elles demeuraient devant elle pendant une demi-heure, et
retournaient dans leur village, où elles mettaient au monde une
créature qui n'avait rien du modèle qu'elles avaient observé avec
tant de soin et une confiance aussi naïve.

Mon Anna donna de nouveaux signes de maternité. Cette fois,
sa grossesse suivit un cours ordinaire sans que sa santé en fût
très-altérée, et au bout de neuf mois je reçus dans mes bras un petit
garçon faible et délicat, mais plein de vie.

Nous étions au comble du bonheur, nous possédions enfin ce que nous
avions tant désiré, et ce qui seul nous manquait, je crois.

Mes Indiens manifestèrent tous une grande joie.

Pendant plusieurs jours ce furent des fêtes continuelles à _Jala-Jala_,
et mon Anna, quoique alitée, fut obligée de recevoir d'abord la visite
de toutes les femmes et jeunes filles du village, ensuite celle de
tous les Indiens pères de famille.

Chacun apportait un petit présent pour le nouveau-né, et le plus
habile était chargé de faire un petit compliment qui se résumait en
des souhaits de toute espèce de bonheur pour la mère et pour l'enfant,
et en assurances de la joie qu'ils avaient de penser qu'un jour ils
seraient gouvernés par le fils du maître qui leur avait fait tant de
bien, nous disaient-ils dans leur sincère reconnaissance.

La nouvelle des couches de ma femme amena chez moi une nombreuse
société d'amis et de parents.

Ils y restèrent jusqu'au baptême, qui eut lieu dans mon salon.

Anna, presque entièrement rétablie, put y assister; mon fils fut
nommé Henri, du nom de son oncle.

A cette époque j'étais heureux, oh! bien heureux! car tous mes voeux
étaient presque remplis.

Je n'en formais plus qu'un, c'était de revoir ma vieille mère et mes
soeurs; et j'espérais que le temps n'était pas bien éloigné où je
pourrais réaliser le projet de revoir ma patrie.

Tout prospérait sur mon habitation, j'augmentais tous les ans mon
revenu, mes champs étaient couverts de riches moissons de cannes
à sucre.

A cette culture et à celle du riz j'avais joint celle du café, et mon
frère avait pris la direction d'une vaste plantation qui promettait
de brillants résultats, et plus tard la prime que le gouvernement
espagnol s'était engagé à donner au possesseur d'une plantation de
quatre-vingt mille pieds de café en rapport; mais hélas! le temps de
bonheur pour moi était passé! Et que de peines et de douleurs j'avais
à supporter avant de revoir ma patrie!!

Mon frère, mon pauvre Henri commit quelques imprudences, et fut tout à
coup pris d'une fièvre intermittente qui l'enleva en quelques jours!...

Mon Anna et moi nous versâmes bien des larmes! car nous aimions Henri
avec une profonde tendresse.

Depuis plusieurs années nous vivions ensemble; il partageait nos
travaux, nos peines et nos plaisirs; c'était le seul parent que
j'eusse aux Philippines.

Il avait quitté la France, où il occupait une place honorable, dans
l'unique but de me voir et de m'aider dans la grande tâche que je
m'étais imposée. Ses qualités aimables et un coeur excellent nous le
rendaient bien cher; sa perte était irréparable, et la pensée que
je n'avais plus de frère... venait encore rendre ma douleur plus
poignante et plus amère.

Prudent, le plus jeune, était mort à Madagascar; Robert, mon cadet, à
la Planche, près de Nantes, dans la petite maison de campagne qui avait
abrité notre jeunesse; et mon pauvre Henri, à _Jala-Jala_!--Je lui fis
élever un modeste tombeau à la porte de l'église, et pendant plusieurs
mois _Jala-Jala_ ne fut plus qu'un séjour de deuil et de tristesse...

Nous commencions à peine, non à nous consoler, mais à supporter la
perte que nous venions de faire, lorsqu'un nouveau coup du sort vint
encore fondre sur moi.

A mon arrivée aux Philippines, pendant mon séjour à Cavite, je m'étais
lié étroitement avec Prosper de Malvilain, natif de Saint-Malo,
et second d'un navire du même port.

Pendant quelques mois qu'il séjourna à Cavite, notre liaison devint
intime.

Il était bien rare si nous passions un jour sans nous voir, et jamais
deux amis n'ont eu l'un pour l'autre un plus sincère dévouement.

Nos deux navires étaient mouillés dans le port, à peu de distance
l'un de l'autre.

Un jour que je me promenais sur le pont, attendant une embarcation
pour me conduire à bord du navire de Malvilain, qui, dans ce moment,
faisait faire une manoeuvre pour la mâture, une corde vint à se rompre,
et le mât tomba avec fracas sur le pont, au milieu des hommes de
l'équipage où Malvilain se trouvait.

De mon navire je voyais tout ce qui se passait sur celui de mon ami.

Je crus qu'il était mort ou blessé; j'eus un moment d'angoisse
et d'inquiétude que je ne pus maîtriser. Je me jetai à l'eau, et
atteignis à la nage le navire de mon ami que j'eus le bonheur de
trouver sans blessure, et seulement tout étourdi du danger auquel il
venait d'échapper.

Après l'avoir étroitement serré dans mes bras, tout ruisselant encore
du bain de mer d'où je sortais, je donnai mes soins à quelques matelots
de son équipage qui avaient été moins heureux que lui.

Une autre fois, c'était moi qui devais causer une vive frayeur
à Malvilain.

Un jour, une masse de nuages noirs et compactes s'étaient amoncelés
au-dessus de la pointe de Cavite, et un épouvantable orage _des
tropiques_ avait éclaté.

Les coups de tonnerre se succédaient de minute en minute, et à chaque
coup la foudre en longs serpents de feu s'échappait des nuages, et
venait labourer la petite plaine située à l'extrémité de la pointe
de Cavite, près du mouillage des navires.

Malgré cet orage, j'allai voir Malvilain. J'étais déjà prêt à mettre
le pied sur le pont de son navire, lorsque la foudre tomba dans la mer,
mais si près de moi, que la respiration me manqua.

Je ressentis tout à coup une vive souffrance dans le dos, aussi forte
que si l'on m'avait appliqué un tison ardent entre les deux épaules;
la douleur fut si aiguë, qu'à peine revenu à moi je jetai un cri.

Malvilain, qui se trouvait à quelques pas, se sentait lui-même tout
étourdi de la commotion électrique dont je venais d'être légèrement
atteint. Il crut, en entendant ce cri, que j'étais grièvement
blessé. Il se précipita vers moi, et me tint dans ses bras jusqu'à
ce que je l'eusse rassuré à plusieurs reprises. L'étincelle m'avait
frôlé, mais n'avait produit aucune lésion.

J'ai cité ces deux petites anecdotes pour faire connaître toute
l'intimité qui existait entre nous, et combien j'ai été frappé dans
mes plus chères affections.

Mon existence a été jusqu'au jour où j'écris si pleine de faits
extraordinaires, que j'ai été naturellement conduit à croire que la
destinée de l'homme est soumise à un ordre qui doit infailliblement
s'accomplir.

Cette pensée a eu une grande influence pour me résigner à supporter
tous les malheurs qui m'ont affligé.

Était-ce aussi bien ma destinée qui m'avait conduit à aimer Prosper
de Malvilain, et à être aussi sincèrement aimé de lui?--Je ne puis
en douter.

Quelques jours avant que le terrible fléau du choléra se déclarât
aux Philippines, le navire de Malvilain mit à la voile pour retourner
en France.

Le coeur serré, nous nous quittâmes en nous promettant bien de part
et d'autre de nous revoir... Mais, hélas! le sort en avait décidé
autrement.

Malvilain retourna dans son pays, alla à Nantes pour y prendre un
commandement; là il fit connaissance avec ma soeur aînée, et l'épousa.

J'avais appris cette nouvelle à l'époque où j'habitais encore Manille;
elle m'avait causé une grande joie, et certes si j'avais été à même
de choisir un mari pour ma chère soeur Émilie, cette union seule eût
pu répondre aux souhaits de bonheur que je formais pour tous les deux.

Après son mariage, Prosper de Malvilain avait continué à naviguer
pour le port de Nantes.

Son noble caractère et ses connaissances l'avaient fait apprécier de
tout le haut commerce.

Ses affaires étaient dans une assez bonne position pour ne plus exposer
sa vie aux hasards de la mer; il était enfin à son dernier voyage
lorsqu'à l'île Maurice il fut atteint d'une maladie à laquelle il
succomba, en laissant ma soeur inconsolable et trois filles en bas âge!

Cette nouvelle perte irréparable que je venais d'apprendre ajoutait
encore à la douleur que m'avait fait éprouver la fin malheureuse de
mon pauvre frère.

Quelle calamité ne pesait pas alors sur moi!

Après quelques années de bonheur, je voyais peu à peu disparaître de
ce monde mes plus chères affections; mais, hélas! je n'étais pas encore
au bout de mes douleurs, et de bien plus rudes épreuves m'attendaient!

Je voyais avec plaisir mon fils d'une bonne santé, et prendre des
forces. Cependant je n'étais pas heureux, et à la tristesse que
m'avaient laissée les pertes que je venais de faire se joignit une
mortelle inquiétude: ma chère Anna ne s'était pas bien remise de ses
couches, et de jour en jour sa santé s'altérait; elle ne connaissait
pas son état; son bonheur d'être mère était si grand, qu'elle ne
pensait pas du tout à elle.

J'avais terminé ma récolte de sucre, elle avait été abondante; mes
plantations étaient faites.

Désirant donner un peu de distraction à ma femme, je lui proposai
d'aller passer quelque temps chez sa soeur Joséphine, qu'elle aimait
avec une véritable passion. Elle accepta avec empressement.

Nous partîmes avec notre cher Henri et sa nourrice; nous allâmes
nous installer chez mon beau-frère don Julien Calderon, qui habitait
alors une jolie maison de campagne sur le bord de la rivière de Pasig,
à une demi-lieue de Manille.

Joséphine était l'une des trois soeurs de ma femme pour qui j'avais
le plus d'affection; je l'aimais comme ma propre soeur.

Le jour de notre arrivée fut un jour de fête. Tous nos amis de Manille
vinrent nous voir.

Anna était si heureuse de faire admirer notre cher Henri, que sa santé
parut s'améliorer sensiblement; mais ce bien apparent ne dura que
quelques jours, et bientôt j'eus la douleur de voir son mal s'aggraver.

J'appelai le seul médecin de Manille en qui j'eusse confiance, mon
ami Genu; il vint fréquemment la voir, et, après six semaines de
soins assidus sans aucun résultat satisfaisant, il me conseilla de
retourner à mon habitation, où tant de malades avaient recouvré la
santé dans des maladies semblables à celle qui affectait ma chère
Anna. Elle-même le désirant, je fixai le jour du départ.

Une embarcation commode, avec de bons rameurs, nous attendait sur le
Pasig, à l'extrémité du jardin de mon beau-frère, et une nombreuse
société nous accompagna jusqu'au bord de l'eau.

Au moment de nous séparer, une sombre tristesse était peinte sur toutes
les physionomies; chacun avait l'air de se dire: «Nous reverrons-nous?»

Ma belle-soeur Joséphine, qui versait d'abondantes larmes, se jeta
dans les bras d'Anna. J'eus beaucoup de peine à les séparer; enfin,
il fallut partir.

J'entraînai ma femme dans l'embarcation, et, de la voix, ces deux
soeurs, qui avaient toujours eu l'une pour l'autre une amitié si
tendre, se firent leurs derniers adieux, en se promettant de ne pas
être longtemps séparées et de se revoir bientôt.

Ces pénibles adieux et les souffrances de ma femme firent qu'un
voyage que nous avions toujours fait avec tant de gaieté fut triste
et silencieux.

A notre arrivée, je ne revis point non plus _Jala-Jala_ avec le même
bonheur que d'ordinaire; je fis mettre ma pauvre malade au lit,
et ne quittai plus sa chambre, espérant que mes soins assidus lui
donneraient un peu de soulagement.

Mais, hélas! de jour en jour la maladie faisait des progrès effrayants;
j'étais désespéré.

J'écrivis à Joséphine, et envoyai une embarcation à Manille pour
qu'elle vînt soigner sa soeur, qui désirait ardemment la voir.

L'embarcation revint seule, avec une lettre dans laquelle la bonne
Joséphine m'apprenait qu'elle-même, gravement malade, ne quittait
pas son lit; qu'elle était bien affligée, mais que je pouvais assurer
Anna que bientôt elles seraient réunies pour ne plus se séparer.

Cinquante jours, plus longs qu'un siècle, s'étaient à peine écoulés
depuis notre retour à _Jala-Jala_, que je n'avais plus d'espoir!

La mort s'approchait à grands pas, et l'instant fatal où j'allais
être séparé de celle que j'aimais tant était arrivé.

Elle conservait toute sa raison, et pouvait voir ma profonde tristesse
et mes traits bouleversés par la douleur.

Quand elle sentit sa dernière heure arriver, elle m'appela près d'elle,
et me dit:

«Adieu, mon Paul chéri, adieu! Console-toi, nous nous reverrons
dans le ciel. Conserve-toi pour ton fils. Quand je ne serai plus,
retourne dans ta patrie, pour revoir ta vieille mère. Ne te remarie
qu'en France, si ta mère te le demande, mais non aux Philippines,
car tu n'y trouverais pas une compagne qui t'aimerait autant que je
t'ai aimé!»

Ces paroles furent les dernières que prononça cet ange de douceur et
de bonté. Les liens les plus sacrés, la plus tendre et la plus pure
union venaient de se rompre: mon Anna n'existait plus.

Je tenais son corps inanimé entre mes bras, j'espérais par mes caresses
le rappeler à la vie; mais, hélas! le destin avait prononcé.

On fut obligé d'employer la force pour m'arracher les précieux restes
que je pressais sur mon coeur, et m'entraîner dans une chambre voisine
où était mon fils.

En le pressant dans mes bras convulsivement, j'aurais voulu pleurer;
mais mes yeux n'avaient plus de larmes, et j'étais insensible aux
caresses mêmes de mon pauvre enfant.

Il n'y a point de nature assez forte pour résister à cinquante jours
de veilles et d'inquiétudes, et à l'anéantissement dans lequel se
trouvent le physique et le moral, après que le désespoir a remplacé
la lueur d'espérance qui nous soutenait encore; aussi tombai-je dans
un affaissement qui fut suivi d'un profond sommeil.

Je me réveillai le lendemain avec mon fils entre mes bras; mais,
grand Dieu! quel épouvantable réveil! Tout ce que ma position
avait d'horrible vint se représenter à mon imagination. Hélas! elle
n'existait plus, mon adorable compagne, cet ange chéri et consolateur
qui avait tout abandonné, parents, amis, et les plaisirs d'une
capitale, pour se renfermer avec moi seul dans des lieux sauvages
où elle était exposée à mille dangers, et n'avait que moi pour
la soutenir! Elle n'existait plus! le sort funeste venait de me
l'arracher, et me plonger pour toujours dans la désolation et la
douleur!

Ses funérailles eurent lieu le lendemain.

Pas un habitant de _Jala-Jala_ ne manqua d'y assister.

Son corps fut déposé près de l'autel de la modeste église que j'avais
fait élever, et où si souvent elle avait adressé des voeux ardents
pour mon bonheur.

Le deuil et la consternation régnèrent longtemps à _Jala-Jala_.

Tous mes Indiens se montrèrent sensibles à la perte qu'ils venaient
de faire. Anna avait été aimée avec idolâtrie pendant sa vie, elle
fut pleurée sincèrement après sa mort.

Pendant plusieurs jours je demeurai plongé dans un complet abattement,
sans pouvoir m'occuper d'autres soins que de ceux que je donnais à
mon fils, seule consolation qui me restait.

Trois semaines s'étaient déjà écoulées sans que je fusse sorti de la
chambre où avait expiré ma pauvre femme, lorsque je reçus une lettre
de Joséphine.

Elle m'apprenait que sa maladie s'était aggravée, et terminait en
me disant:

«Viens, mon cher Paul, viens près de moi, nous pleurerons ensemble;
je sens que ta présence me soulagera.»

Je ne balançai pas à me rendre aux sollicitations de ma chère
Joséphine.

J'avais pour elle la même affection que pour ma propre soeur; ma
présence pouvait la soulager, et je sentais moi-même que ce serait
pour moi une grande consolation de voir une personne qui avait tant
aimé mon Anna.

L'espoir de lui être utile ranima un peu mon courage; je laissai mon
habitation aux soins de Prosper Vidie, un excellent ami qui pendant
les derniers jours de ma femme ne m'avait point quitté, et je partis
avec mon fils.

Après la première émotion que nous ressentîmes, Joséphine et moi,
en nous revoyant, et que nous eûmes tous deux versé bien des larmes,
j'examinai son état.

Il me fallut un grand effort pour lui cacher mon inquiétude
en reconnaissant en elle une des maladies les plus graves, et
qui me faisait craindre d'avoir bientôt à déplorer un nouveau
malheur. Hélas! je prévoyais trop bien: huit jours plus tard, la
pauvre Joséphine, dans des souffrances inouïes, expirait dans mes bras.

Que d'infortunes dans un si court laps de temps! Il fallait être doué
d'une constitution aussi forte que la mienne pour résister à tant de
douleurs et ne pas y succomber.

Après avoir rendu les derniers devoirs à ma belle-soeur, je retournai
à _Jala-Jala_.

Le monde m'était à charge; il me fallut revoir mes forêts, mes
montagnes, pour recouvrer un peu de calme.

Quelques mois s'écoulèrent sans que je pusse penser à mes affaires;
cependant, la dernière prière de ma pauvre femme, de quitter les
Philippines et de retourner dans ma patrie, m'obligea de m'en occuper.

Je cédai mon habitation à mon ami Vidie, que je croyais plus que
personne en état de poursuivre mon oeuvre et de bien traiter mes
pauvres Indiens.

Il me demanda de rester quelque temps avec lui pour le mettre au
courant de mon petit gouvernement; j'y consentis d'autant plus
volontiers que ces quelques mois rendraient mon fils plus fort et
plus en état de supporter le voyage.

Je restai donc à _Jala-Jala;_ mais la vie m'était devenue si pénible
qu'elle m'était tout à fait à charge; rien ne pouvait me distraire
ni m'arracher à mes tristes pensées.

Les beaux sites de _Jala-Jala_, que j'avais toujours vus avec tant de
plaisir, m'étaient devenus indifférents; je recherchais les lieux les
plus sombres et les plus silencieux, j'aillais souvent sur le bord
d'un ruisseau encaissé au milieu de hautes montagnes, et ombragé par
de grands arbres.

Ce site n'était peut-être connu que de moi seul, et probablement
jamais avant moi créature humaine ne s'y était assise. Là je me
livrais tout entier à l'amertume de mes souvenirs; ma femme, mes
frères, ma belle-soeur occupaient toute mon imagination.

Quand la pensée de mon fils venait enfin m'arracher à mes sombres
rêveries, je retournais lentement à mon habitation, où je retrouvais
ce pauvre enfant, qui par ses caresses paraissait chercher à faire
diversion à ma douleur; mais elles ne faisaient guère que me rappeler
l'époque où c'était toujours mon Anna qui accourait me recevoir, et
en me serrant dans ses bras me faisait oublier toutes les fatigues et
les ennuis que j'avais éprouvés loin d'elle. Hélas! ce temps avait fui
sans retour, et en perdant ma compagne j'avais perdu tout mon bonheur.

Mon ami Vidie faisait ce qui dépendait de lui pour me distraire;
il me parlait souvent de la France, de ma mère, et de la consolation
que je trouverais à leur présenter mon fils.

L'amour de la patrie, la pensée d'y retrouver des affections dont
j'avais tant besoin était un baume salutaire qui endormait un peu
des souffrances toujours vibrantes au fond du coeur.

Mes Indiens étaient profondément affligés de la résolution que j'avais
prise de les quitter.

Ils me témoignaient leur chagrin en me disant, toutes les fois qu'ils
m'abordaient:

«O maître, que deviendrons-nous lorsque nous ne vous verrons plus?»

Je les tranquillisais le plus qu'il m'était possible en leur disant
que Vidie travaillerait à leur bonheur; que, mon fils devenu grand,
je reviendrais avec lui pour ne plus les quitter. Ils me répondaient:

«Que Dieu vous entende, maître! Mais que de temps nous passerons sans
vous voir!... Cependant nous ne vous oublierons point.»

A l'époque à laquelle je suis arrivé de mes souvenirs, au milieu de ma
tristesse et de mes chagrins, j'eus l'occasion de me lier intimement
avec un compatriote, digne et bon ami pour lequel je conserve toujours
cette sincère amitié qui a pris naissance dans un pays étranger,
à quelques milliers de lieues de la patrie: je veux parler d'Adolphe
Barrot, qui avait été envoyé consul général à Manille.

Il vint avec quelques amis passer plusieurs jours à _Jala-Jala_. Ne
voulant point qu'il eût à souffrir de ma situation d'esprit, je tâchai
de lui rendre le séjour de _Jala-Jala_ aussi agréable que possible.

Je lui fis faire plusieurs belles parties de chasse, des promenades
dans les montagnes et sur le lac; je repris pour lui ma vie habituelle
avant les malheurs qui venaient de m'accabler.



CHAPITRE XIX.

    Voyage chez les Négritos ou Ajetas.--Le bambou.--Le
    cocotier.--Le bananier.


Les jours que je venais de passer avec Adolphe Barrot m'avaient rappelé
mes anciens exercices, et avaient réveillé en moi ma passion dominante
des excursions.

Mon ami Vidie, toujours en vue de me distraire, m'engageait fortement
à aller voir des peuplades que j'avais toujours eu le désir de visiter.

Mes affaires étaient à peu près réglées; mon fils était sous sa
surveillance, sous celle de sa nourrice et d'une gouvernante en
qui j'avais toute confiance: cette sécurité et les instances de mon
ami me décidèrent enfin à me rendre chez les _Ajetas_ ou Négritos,
peuples sauvages, tout à fait dans l'état de simple nature, véritables
aborigènes des Philippines, et qui furent longtemps les seuls maîtres
de Luçon.

A une époque qui n'est pas encore bien éloignée, lors de la conquête
par les Espagnols, les _Ajetas_ exerçaient des droits seigneuriaux
sur les populations tagales établies sur les plages du lac de _Bay_.

A jour fixe, ils sortaient de leurs forêts, venaient dans les villages,
dont ils forçaient les habitants à leur donner une certaine quantité
de riz et de maïs; et lorsque les Tagalocs refusaient de payer cette
contribution, ils la remplaçaient en coupant quelques têtes qu'ils
emportaient pour leurs fêtes barbares.

Après la conquête des Philippines, les Espagnols prirent la
défense des Tagalocs; et les _Ajetas_, épouvantés par les armes à
feu, restèrent dans leurs forêts, et ne reparurent plus chez les
populations indiennes.

Dans plusieurs parties de la Malaisie on retrouve la même race
d'hommes, et les habitants de la Nouvelle-Zélande, les Papouins,
leur sont presque semblables par leurs formes et leur couleur.

Ce fut parmi ces sauvages que je voulus aller habiter pendant
quelques jours.

Mes préparatifs furent bientôt faits.

Je choisis deux de mes meilleurs Indiens pour m'accompagner; et il
va sans dire que mon lieutenant en faisait partie; il ne m'a jamais
quitté dans toutes mes périlleuses expéditions.

Nous prîmes chacun un petit havresac qui contenait pour trois ou quatre
jours de riz, un peu de viande de cerf boucanée, une bonne provision
de poudre, des balles et du plomb à giboyer, quelques mouchoirs de
couleur, et une assez forte quantité de cigares pour notre provision
et notre bienvenue chez les _Ajetas_.

Chacun de nous avait un bon fusil à deux coups et son poignard.

Nos vêtements étaient ceux que nous portions habituellement dans
toutes nos expéditions: le salacot, la chemise de soie végétale, le
pantalon relevé jusqu'au-dessus des genoux; les pieds et les jambes
restaient à découvert.

Ce fut après ces simples préparatifs que nous nous mîmes en route pour
un voyage de plusieurs semaines, durant lequel, et dès le second jour
de notre départ, nous devions avoir pour seul abri les arbres de la
forêt, et pour toute nourriture notre chasse et les palmiers.

Je me gardai bien aussi d'oublier le _vade-mecum_ que je prenais
toujours avec moi lorsque je m'éloignais pour quelques jours; je veux
dire du papier et un crayon. Je prenais ainsi quelques notes qui,
aidées de ma mémoire, me servaient à consigner ensuite sur mon journal
les remarques que j'avais faites pendant mes voyages.

Tout étant préparé, nous partîmes un matin de _Jala-Jala_; nous
traversâmes la presqu'île formée par mon habitation, et nous allâmes
nous embarquer, de l'autre côté, dans une petite pirogue qui nous
conduisit au fond du lac, dans la partie nord-est de mon habitation.

Nous passâmes la nuit dans le grand village de _Siniloan_, et le
lendemain nous nous remîmes de bonne heure en route.

Cette première journée fut pénible, car nous étions au commencement
de la saison des pluies; de forts orages avaient grossi les rivières.

Nous côtoyâmes les bords d'un torrent qui descendait des montagnes,
et que nous eûmes à traverser à la nage quinze fois dans la journée.

Nous arrivâmes vers le soir au pied des montagnes où commencent les
forêts d'arbres gigantesques qui occupent à peu près tout le centre
de Luçon.

Là, nous fîmes notre première halte; nous allumâmes nos feux, nous
préparâmes nos lits et notre souper.

Je crois avoir déjà dit ce que nous appelions nos _lits_; l'habitude et
la fatigue nous les faisaient trouver délicieux, lorsque nul accident
ne venait troubler notre sommeil.

Mais je n'ai encore rien dit de la composition fort simple de nos
repas et de la manière dont nous les préparions.

Il nous fallait faire cuire notre riz et notre palmier, opération
qui pourrait sembler embarrassante, car nous ne portions pas avec
nous de grands ustensiles de cuisine; le briquet même et l'amadou
nous manquaient le plus souvent. Le bambou suppléait à tout.

Le bambou est une des trois plantes des tropiques que la nature,
dans sa bienfaisante prévoyance, paraît avoir données aux hommes pour
suffire à une foule de besoins.

Je ne puis résister au désir de consacrer quelques lignes à décrire
ces trois productions des tropiques: le _bambou_, le _cocotier_
et le _bananier_.

Le _bambou_, de la famille des graminées, croît en épais buissons dans
les bois, sur le bord des rivières, et partout où il peut trouver un
sol un peu humide.

On en compte, aux Philippines, vingt-cinq ou trente espèces, bien
distinctes par leur forme et leur grosseur.

Il y en a du diamètre du corps d'un homme ordinaire, formant à
l'intérieur un grand vide: cette espèce sert particulièrement à
construire des cabanes, à faire des vases pour transporter de l'eau
et l'y conserver.

Divisé en filaments, il sert à faire des corbeilles, des chapeaux,
et toute espèce d'objets de vannerie; enfin, des cordes ou des câbles
d'une grande solidité.

Un autre bambou, d'une dimension plus petite, vide aussi à l'intérieur
et recouvert d'un vernis presque aussi solide que l'acier, sert
également aux constructions des cases indiennes.

Taillé en pointe, il présente une extrémité aiguë et tranchante:
les Indiens s'en servent pour faire des lances, des flèches, des
lancettes pour saigner les chevaux, ouvrir un abcès, ou entamer les
chairs et en extraire une épine ou tout autre corps étranger qui s'y
serait introduit.

Un troisième, beaucoup plus solide et de la grosseur du bras, ne
présentant pas de vide à l'intérieur, sert particulièrement pour la
partie des cases qui exige une grande solidité, comme la toiture.

Un quatrième, beaucoup plus petit et aussi sans vide, sert à faire
des barrières et des entourages pour clore les champs cultivés.

Les autres espèces sont moins employées, mais cependant elles ont
toutes leur utilité.

Pour conserver la plante et la rendre tous les ans bien productive,
on coupe les jets à la hauteur de dix pieds du sol; tous ces jets
imitent un assemblage de tuyaux d'orgue, et sont entourés de branches
et d'épines.

Au commencement de la saison des pluies, il sort de chacun de ces
buissons, comme de grosses asperges, une quantité de bambous qui
s'élèvent comme par enchantement.

Dans l'espace d'un mois, ils ont cinquante à soixante pieds, et au
bout de quelque temps ils ont acquis toute la solidité nécessaire
pour être employés aux divers ouvrages auxquels ils sont destinés.

Le _cocotier_, de la famille des palmiers, met sept années à croître
avant de donner des fruits; mais après ce temps, et pendant plus d'un
siècle, il fournit toujours la même récolte, c'est-à-dire, tous les
mois, une vingtaine de grosses noix. Jamais cette récolte ne manque,
et, sur le même tronc, on voit constamment des fleurs et des fruits
de toutes les grosseurs.

La noix de coco est, comme on sait, une bonne nourriture; on en retire
aussi une grande quantité d'huile.

L'enveloppe solide sert à faire des vases, et la partie filamenteuse
des cordes et des câbles pour les navires, et même des vêtements
grossiers.

Les feuilles sont employées à couvrir les cases, ou à faire des balais
et des corbeilles.

On retire encore du cocotier ce que l'on nomme _vin de coco_; c'est
une liqueur très-enivrante, et dont les Indiens font habituellement
usage dans leurs fêtes.

Pour produire le vin de coco, de grands bois de cocotiers sont destinés
à ne plus donner de fruits, mais seulement leur sève.

Les arbres se communiquent tous à leur sommet par de longs bambous;
ces bambous servent de passerelles aux Indiens, qui, tous les matins,
munis de grands vases, vont faire une récolte.

C'est un métier pénible et dangereux, véritable promenade dans les
airs, à soixante et quatre-vingts pieds du sol.

C'est du bouton qui doit produire la fleur que l'on retire l'eau ou
la liqueur destinée à la fabrication de l'eau-de-vie.

Aussitôt qu'un bouton est prêt à s'épanouir, l'Indien chargé du soin de
la récolte le lie fortement, à quelques centimètres de son extrémité;
puis il coupe toute cette extrémité, en dehors de la ligature. C'est de
cette coupure, ou des pores qu'elle laisse à découvert, que s'écoule
continuellement une liqueur sucrée, douce et agréable au goût tant
qu'elle n'a pas fermenté.

Lorsqu'elle a passé à l'état de fermentation, on la porte à l'alambic
pour la transformer par la distillation en liqueur alcoolique connue
sous le nom de _vin de coco_.

Enfin, l'enveloppe solide de la noix étant brûlée donne une belle
peinture noire dont les Indiens font usage pour teindre les chapeaux
de paille.

Le _bananier_ est une plante herbacée, sans partie ligneuse; le tronc
de chaque pied est formé de feuilles superposées les unes aux autres.

Ce tronc s'élève ordinairement de douze à quinze pieds du sol, et va
s'épanouir en longues et larges feuilles qui n'ont pas moins de cinq
à six pieds chacune.

C'est du milieu de ces feuilles que sort la fleur, et ensuite ce que
l'on nomme un _régime_.

Par ce mot, il faut entendre une centaine de grosses bananes attachées
sur la même tige, formant une longue grappe qui vient s'incliner vers
le sol.

Avant que les fruits aient acquis toute leur maturité, on coupe le
_régime_, et on se sert de bananes pour aliments au fur et à mesure
qu'elles mûrissent.

La partie de la plante qui est en terre est une espèce de grosse souche
de laquelle sortent successivement une trentaine de jets. Chaque
jet ne doit fournir qu'un seul _régime_ ou grappe; ensuite il est
coupé vers le sol; et comme tous les jets qui sont sortis du même
tronc ont différents âges, il s'en trouve de toutes les époques de
fructification; de manière que, chaque mois ou chaque quinzaine, et en
toute saison, on peut recueillir un régime ou deux de la même plante.

C'est aussi d'une espèce de bananier, dont les fruits ne sont pas
bons à manger, que l'on retire la soie végétale, ou abaca, qui sert
à faire des vêtements et des cordages de toute espèce.

Ce filament se trouve dans le tronc de la plante, qui, comme je l'ai
dit, est formé de feuilles superposées les unes aux autres.

On les sépare en longues lanières que l'on met quelques heures au
soleil; ensuite on les place sur une lame de fer qui n'est pas aiguë,
et l'on tire fortement à soi.

Le parenchyme de la plante est retenu par la lame de fer, et les
filaments s'en séparent: il n'y a plus qu'à les mettre quelque temps
au soleil pour les livrer ensuite au commerce.

Je m'aperçois que je me suis déjà bien éloigné de mon voyage; mais j'ai
voulu faire connaître les trois plantes des tropiques qui pourraient
suffire à tous les besoins de l'homme.

Ces plantes sont bien connues; mais peut-être quelques personnes
ignorent-elles tous les services qu'elles rendent aux habitants des
tropiques, et mes lecteurs seront naturellement amenés à réfléchir
combien les naturels de cette zone sont favorisés de la nature,
comparativement à ceux de notre climat glacé.

Nous étions donc au pied des montagnes à faire nos préparatifs pour
passer la nuit.

Nous nous divisions toujours le travail: l'un préparait le coucher,
l'autre le feu, et le troisième la cuisine.

Celui qui s'occupait du feu réunissait une grande quantité de bois
mort et de broussailles. Au-dessous de ce bûcher, il mettait une
douzaine de livres de gomme élémie, très-commune aux Philippines,
et que l'on trouve amoncelée sur le sol, au pied des grands arbres
dont elle découle naturellement.

Ensuite il prenait un morceau de bambou long d'un demi-mètre, le
fendait dans sa longueur, grattait avec son poignard l'un de ces
morceaux pour faire de petits copeaux bien menus; puis il les frottait
en les roulant entre ses deux mains, et les plaçait ensuite dans la
partie concave de l'autre morceau, l'appliquait sur le sol, et, avec
la partie d'où il avait retiré des copeaux, de son côté tranchant il
frottait vivement celui qui était sur le sol, comme s'il eût voulu
le scier en deux.

En moins d'une minute, le bambou qui contenait les copeaux était
traversé, et le feu s'en emparait; la flamme qu'on obtenait en
soufflant légèrement sur ces copeaux allumait la gomme élémie, et
dans un instant nous avions assez de feu pour rôtir un boeuf.

Celui qui s'occupait de la cuisine coupait deux ou trois morceaux
de gros bambou, mettait dans chacun ce qu'il voulait faire cuire,
ordinairement du riz ou du palmier; il y ajoutait l'eau nécessaire,
bouchait l'extrémité avec des feuilles, et le plaçait au milieu du feu.

Ce bambou se charbonnait à l'extérieur; mais l'intérieur était protégé
par l'humidité de l'eau qu'il contenait, et les aliments s'y cuisaient
aussi bien que dans des vases en terre.

Ensuite, de grandes feuilles de palmier nous servaient d'assiettes.

Nos repas, comme on voit, étaient assez Spartiates, même pendant nos
jours de provisions de riz et de viande boucanée; car lorsqu'elles
étaient épuisées il fallait nous contenter de palmier.

Mais lorsque la chasse fournissait, qu'un cerf ou qu'un buffle tombait
sous nos coups, pendant quelques jours notre nourriture était celle
de vrais épicuriens.

Nous buvions de l'eau lorsqu'une source ou un ruisseau nous y invitait;
mais si nous en étions privés, nous coupions de longs morceaux de
lianes dites d_u voyageur_, d'où découlait une eau claire et limpide,
préférable peut-être à celle que nous aurions pu nous procurer à la
meilleure source.

Évidemment, je ne voyageais pas comme un nabab; plus de bagages eût
été impossible: comment eût-on pu, avec de grandes provisions et
un pompeux fourniment, circuler au milieu de montagnes couvertes de
forêts littéralement vierges de toutes traces humaines, et obligé, pour
les parcourir, de traverser à chaque instant des torrents à la nage,
et n'ayant toujours pour guide que le soleil ou le souffle du vent?

Il n'y avait donc pas à choisir: voyager ainsi que je le faisais,
comme un Indien, ou rester chez soi.

La première nuit que nous passâmes à la belle étoile s'écoula
paisiblement; le sommeil vint réparer nos forces, et nous mettre en
état de continuer.

Le lendemain, nous fûmes de bonne heure sur pied, et après un déjeuner
frugal nous reprîmes notre marche.

Pendant plus de deux heures, nous gravîmes une montagne couverte de
grands bois; la pente était rude et fatigante; enfin, tout essoufflés,
nous arrivâmes au sommet, sur un vaste plateau que nous devions mettre
plusieurs jours à traverser.

C'est là, sur ce plateau, que j'ai vu la plus majestueuse, la plus
belle forêt vierge qui existe au monde.

Elle est toute plantée d'arbres gigantesques, s'élevant droits comme
des joncs à des hauteurs prodigieuses.

A leur sommet seulement naissent des branches qui, s'entrelaçant les
unes aux autres, forment une voûte impénétrable aux rayons du soleil.

Sous cette voûte et entre ces beaux arbres, la nature féconde donne
naissance à une foule de plantes grimpantes très-remarquables.

Le rotin, par exemple, et la liane flexible s'élèvent jusqu'à leurs
plus hautes branches, redescendent jusqu'au sol, y reprennent racine
pour y puiser un nouvel aliment; puis remontent de nouveau, et de
distance en distance se lient au tronc hospitalier de ses colonnes,
avec lesquelles ils figurent parfois les plus beaux décors.

On y remarque aussi des variétés de _pandanus_, dont les feuilles
en faisceau partent du sol pour prendre la forme d'une belle gerbe;
on y voit d'énormes fougères, véritables arbres par leur taille, et
sur lesquelles nous montions souvent pour en couper le sommet, d'une
saveur agréable, et qui sert d'aliment à peu près comme le palmier.

Mais, au milieu de cette végétation extraordinaire, la nature est
triste et silencieuse; aucun bruit ne se fait entendre, si ce n'est
parfois le vent qui souffle au sommet des arbres, ou, de temps à autre,
le murmure lointain d'un torrent qui se précipite en cascade du haut
des montagnes vers leur base.

Le sol humide ne reçoit jamais les rayons du soleil; de petits lacs,
et des rivières qui ne coulent que lorsqu'elles sont grossies par les
orages, présentent à l'oeil une eau noire et stagnante, sur laquelle
jamais on ne voit le reflet d'un beau ciel bleu.

Les seuls habitants de ces sites lugubres, mais grandioses, sont les
cerfs, les buffles et les sangliers, qui, cachés le jour dans leur
tanière, ne sortent que la nuit pour chercher leur pâture.

Il est rare d'y apercevoir un oiseau; et les singes, si communs aux
Philippines, fuient la solitude de ces immenses forêts.

Une seule espèce d'insectes, véritable désolation des voyageurs,
s'y trouve en abondance: ce sont de petites sangsues qui habitent
sur toutes les hautes montagnes des Philippines recouvertes de forêts.

Elles se blottissent dans l'herbe, sur les feuilles des arbres,
et s'élancent comme des sauterelles sur la proie à laquelle elles
veulent s'attacher.

Aussi les voyageurs sont-ils toujours munis de petits couteaux en
bambou pour leur faire lâcher prise; après quoi ils frottent la petite
blessure avec du tabac mâché.

Mais bientôt une autre sangsue, attirée par le sang qui coule, vient
remplacer celle dont on s'est débarrassé; et il faut une attention
continuelle pour ne pas être la victime de ces petits vampires,
d'une voracité bien plus grande que celle de nos sangsues ordinaires.

C'était au milieu de cette singulière nature que nous cheminions:
moi, tout occupé de l'examiner sous tous ses aspects, et mes Indiens,
cherchant à découvrir une proie quelconque, cerf, buffle ou sanglier,
pour remplacer nos provisions de riz et de viande boucanée, dont nous
avions vu la fin.

Nous étions réduits alors au palmier pour toute pitance.

Or, le palmier est agréable au goût, mais pas assez nourrissant pour
réparer les forces de pauvres voyageurs aux prises avec l'extrême
fatigue, et qui, après une marche pénible, ne trouvent pour gîte que
le sol humide, et pour tout abri que la voûte céleste.

Nous nous dirigions autant que possible vers la côte baignée par
l'océan Pacifique.

Nous savions que c'était vers cette partie que les _Ajetas_ commencent
à habiter.

Nous voulions aussi traverser un grand village tagaloc,
_Binangonan-de-Lampon_, qui se trouve isolé et perdu au pied des
montagnes de l'est, au milieu des sauvages.

Nous avions déjà passé plusieurs nuits dans la forêt sans y éprouver
de grandes incommodités.

Les feux que nous allumions tous les soirs nous réchauffaient, et nous
préservaient des myriades de ces terribles sangsues qui, autrement,
nous eussent dévorés.

Nous pensions n'avoir plus qu'un jour de marche pour arriver sur le
bord de la mer, où nous espérions prendre un peu de repos, lorsque
tout à coup le bruit lointain du tonnerre nous fit craindre un orage.

Nous continuâmes cependant notre route; mais, peu après, le bruit se
rapprochait de manière à ne plus nous laisser de doute sur l'ouragan
qui allait fondre sur nous.

Il fallait nous arrêter, allumer nos feux avant la nuit, faire cuire
notre repas du soir et placer quelques feuilles de palmier sur des
perches inclinées, pour nous préserver au moins de la grosse pluie.

Nous n'avions pas encore terminé ces divers préparatifs, que l'orage
grondait au-dessus de nous.

Sans la clarté blafarde de nos tisons, nous eussions été déjà dans
l'obscurité la plus profonde, et cependant la nuit n'était pas
encore arrivée!

Tous trois, avec un morceau de tige de palmier à la main, nous nous
blottîmes sous l'espèce d'abri que nous avions improvisé, et attendîmes
que l'orage éclatât.

Les coups de tonnerre redoublèrent, la pluie commença à battre les
arbres avec force, puis à nous assaillir, semblable à un torrent.

Nos feux furent bientôt éteints; nous nous trouvâmes alors dans
d'épaisses ténèbres, interrompues seulement par la foudre, qui de temps
à autre, serpentant au milieu des arbres de la forêt, répandait une
clarté éblouissante, pour laisser après elle une plus grande obscurité.

Il se faisait autour de nous un fracas épouvantable: le tonnerre
grondait sans interruption, les échos des montagnes répétaient de
loin en loin son bruit, quelquefois sourd et d'autres fois éclatant.

Le vent qui soufflait avec force balançait la cime des arbres,
d'énormes branches s'en détachaient, et tombaient avec fracas sur
le sol; des troncs entiers déracinés se renversaient en brisant dans
leur chute les branches des arbres voisins.

La pluie ne cessait pas de tomber...

Un torrent qui passait au pied du mamelon où nous nous étions réfugiés
faisait entendre, dans les intervalles des coups de tonnerre, le
sourd mugissement des eaux qui roulaient vers le bas de la montagne.

A tout ce fracas venaient se joindre des cris tristes et lugubres,
semblables aux hurlements d'un gros chien qui a perdu son maître;
c'étaient les plaintes des cerfs épouvantés, et cherchant çà et là
un abri.

La nature entière paraissait en convulsion, et déclarer la guerre à
tous les éléments.

Le faible toit sous lequel nous nous étions réfugiés avait été bien
vite traversé; nous étions tout ruisselants d'eau.

Nous quittâmes ce triste abri, préférant donner un peu de mouvement
à nos membres engourdis et presque perclus.

Nous étions couverts de ces redoutables petites sangsues, dont les
morsures peu à peu nous faisaient perdre les forces qui nous étaient
si nécessaires.

J'avoue que dans ce moment je donnais au diable une curiosité dont
j'étais bien puni...

Je pouvais comparer cette affreuse nuit à celle passée dans les
bambous, lorsque j'avais fait naufrage sur le lac.

En apparence, nous ne courions pas un danger aussi pressant, car nous
ne pouvions pas être engloutis par les eaux; mais l'un des grands
arbres sous lesquels nous étions obligés de rester pouvait être
déraciné et tomber sur nous; une branche brisée par le vent eût suffi
pour nous écraser, et la foudre, plus épouvantable par son bruit que
par ses effets, pouvait à chaque instant nous frapper.

Une chose nous effrayait surtout: c'était le froid que nous
ressentions, et la difficulté de remuer les membres, glacés et
paralysés pour ainsi dire...

Nous attendions avec une grande impatience que l'orage cessât; mais ce
ne fut qu'après plus de trois grandes heures d'une mortelle angoisse
que peu à peu le bruit du tonnerre s'éloigna. Le vent cessa ensuite,
puis la pluie; et pendant quelque temps nous n'entendîmes plus que
les grosses gouttes d'eau qui tombaient des arbres, et enfin le bruit
sourd des torrents.

Le calme rétabli, le ciel devint sans doute pur et étoilé; mais nous
étions privés de cette vue qui rend l'espérance au voyageur, puisque
toute la forêt présentait comme un dôme de verdure impénétrable
à l'oeil.

Le sommeil est une chose si nécessaire à l'homme, que, malgré le froid
et nos vêtements traversés par cette horrible pluie, nous pûmes le
reste de la nuit dormir assez tranquillement.

Le lendemain au jour, cette forêt, où quelques heures auparavant avait
lieu la scène effrayante que j'ai décrite, était calme et silencieuse.

Lorsque nous sortîmes de notre tanière, nous étions affreux à voir:
sur tout le corps nous avions des sangsues, et sur la figure des
traces de sang qui nous rendaient hideux.

En voyant mes deux pauvres Indiens, je ne pus m'empêcher de partir
d'un éclat de rire: eux aussi me regardaient..., et le respect seul
contenait leur hilarité; car je devais être tout aussi maltraité,
et ma peau blanche devait conserver encore davantage les marques de
ces maudites bêtes.

Nous étions harassés: à peine pouvions-nous faire un mouvement,
tant nous étions faibles.

Cependant il fallait agir, et promptement; allumer à la hâte du feu
pour nous réchauffer, faire cuire des tiges de palmier, traverser à
la nage un torrent qui coulait avec un fracas épouvantable au-dessous
de nous, et gagner dans la journée les bords de l'océan Pacifique.

Si nous tardions à nous mettre en route, il ne serait peut-être plus
possible de traverser le torrent; nous en avions laissé plusieurs
derrière nous; nous nous trouverions alors dans l'impossibilité
d'aller en avant ou en arrière, et peut-être dans la nécessité de
rester plusieurs jours à attendre l'écoulement des eaux pour continuer
notre voyage.

De plus, il pouvait survenir d'autres orages, si fréquents dans cette
saison; et nous aurions été plusieurs semaines dans un lieu désert,
sans ressources, et que cette première nuit passée sous un si mauvais
toit ne recommandait pas à notre reconnaissance.

Il n'y avait donc pas de temps à perdre; nous tirâmes d'un amas de
feuilles de palmier nos havre-sacs, que nous avions pris le plus grand
soin de préserver de l'humidité, et fort heureusement nos précautions
n'avaient pas été inutiles: ils étaient parfaitement secs.

Nous fîmes un grand feu, grâce à la gomme élémie, qui s'enflamme
facilement.

Quelle douce sensation nous ressentîmes de cette chaleur bienfaisante
qui venait pénétrer dans tous nos membres, sécher nos vêtements
ruisselant d'eau, ranimer notre courage et nous donner un peu de force!

Mais si pour savourer cette jouissance il fallait l'acheter ce qu'elle
venait de me coûter, je doute que beaucoup d'Européens voulussent
prendre leur part de la veille et du lendemain de cette nuit.

Notre mince cuisine fut bientôt préparée, encore plus vite expédiée,
et nous songeâmes à déguerpir.

Mes Indiens étaient inquiets.

Ils craignaient de ne pouvoir passer le torrent que nous entendions
à une grande distance; ils marchaient plus vite que moi, aussi
arrivèrent-ils les premiers.

Lorsque je les eus rejoins, je les trouvai consternés.

«Oh! maître, me dit mon fidèle Alila, pas possible de passer; il
faut nous établir ici pour quelques jours.»--Je jetai les yeux sur
le torrent: il roulait entre des roches escarpées une eau jaune et
boueuse; il avait tout l'aspect d'une cascade, et entraînait des
troncs d'arbres et des branches brisées pendant l'orage.

Mes Indiens avaient déjà pris leur parti; ils se préparaient à choisir
l'endroit où nous aurions pu bivouaquer convenablement.

Mais, pour moi, je ne voulus pas jeter si vite le manche après la
cognée: je me mis à examiner avec soin si nous ne pouvions pas nous
tirer d'embarras.

Le torrent n'avait guère dans toute sa largeur qu'une centaine de
pas qu'un bon nageur pouvait franchir en quelques minutes.

Mais il fallait, sur l'autre rive, aborder dans un endroit qui ne
fût pas trop escarpé, où l'on pût mettre pied à terre et sortir du
torrent; autrement, on courait le risque d'être entraîné on ne sait où.

Sur la rive où nous étions, il était facile de se jeter à l'eau; mais,
sur celle opposée, à une centaine de pas en aval, il n'y avait qu'un
endroit où les rochers fussent interrompus.

Après avoir bien calculé, de la vue, la distance à parcourir, je
me crus assez de force pour tenter le passage. Je nageais beaucoup
mieux que mes Indiens, et j'étais certain qu'une fois à l'autre bord,
ils me suivraient.

Je leur déclarai donc que j'allais passer.

Mais une réflexion me fit suspendre ma détermination.

Comment préserver les havre-sacs, où se trouvait notre précieuse
provision de poudre? Comment garantir mes armes? Il était impossible
de penser à transporter tous ces objets sur mon dos au milieu d'un
torrent si rapide, et où j'allais sans doute faire le plongeon plus
d'une fois avant d'arriver à l'autre bord.

Mes Indiens, féconds en expédients, me tirèrent d'embarras à l'instant
même.

Ils coupèrent plusieurs rotins et ils les réunirent, montèrent au
sommet d'un arbre qui penchait sur le torrent; ils y attachèrent un
des bouts, et me donnèrent l'autre pour le porter sur la rive opposée.

Toutes nos mesures bien prises, je me jetai à l'eau, et sans trop de
peine j'arrivai, en entraînant mon rotin, à l'autre bord.

Je le fixai sur la berge à une hauteur suffisante pour que, de l'arbre
au lieu où j'étais, il y eût une légère inclinaison, et qu'il fût
cependant assez élevé au-dessus de l'eau pour préserver les objets
que nous allions faire glisser sur ce pont d'un nouveau genre.

Notre manoeuvre réussit à merveille, et mes Indiens eux-mêmes,
à l'aide du rotin, me rejoignirent promptement.

Nous nous trouvâmes bien heureux tous les trois sur l'autre bord,
d'autant plus que nous espérions arriver avant la fin du jour à
l'océan Pacifique.

Nous en avions assez des bois! il nous tardait de revoir le soleil,
voilé depuis plusieurs jours à nos regards. Les sangsues nous causaient
toujours une vive souffrance, et nous affaiblissaient de plus en
plus; notre chétive nourriture n'était pas suffisante pour réparer
nos forces épuisées: du reste, nous ne doutions pas qu'arrivés à
la mer nous ne fussions amplement dédommagés des privations et des
fatigues que nous avions endurées.

Bref, avec l'espoir nous avions retrouvé notre grand courage et oublié
la fatale nuit d'orage.

Je marchais presque aussi vite que mes Indiens, qui, comme moi,
avaient hâte de sortir de l'humidité insupportable au milieu de
laquelle nous vivions depuis plusieurs jours.

Il y avait deux heures que nous avions quitté le torrent, quand un
bruit sourd et lointain vint frapper nos oreilles.

Nous crûmes d'abord que c'était un nouvel orage; mais bientôt nous
reconnûmes que ce bruit régulier, qui paraissait venir de si loin,
n'était autre que le murmure de l'océan Pacifique, et le bruit des
vagues qui viennent se briser sur la côte-est de Luçon.

Cette certitude me causa une bien douce émotion.

Dans quelques heures j'allais revoir mon ciel bleu, me réchauffer
aux rayons bienfaisants du soleil, n'avoir plus la vue limitée que
par l'horizon; j'allais enfin me débarrasser des maudites sangsues,
saluer de nouveau la nature animée par des oiseaux et des animaux,
en échange des solitudes que nous venions de parcourir.

Nous étions sur le versant des montagnes; la pente était douce et
notre marche facile.

Le bruit des vagues augmentait sensiblement. Vers trois heures de
l'après-midi, à travers les arbres, nous aperçûmes la clarté du soleil,
et un instant après nous contemplions la mer, et une magnifique plage
recouverte d'un sable fin et brillant.

Notre premier mouvement à tous les trois fut de nous débarrasser
de nos vêtements et de nous jeter au milieu des vagues; et, tout en
prenant un bain salutaire, nous nous amusâmes à détacher des rochers
une grande quantité de coquillages qui nous servirent à faire le repas
le plus savoureux que nous eussions pris, hélas! depuis notre départ.

Après nous être bien restaurés, nous pensâmes au repos; nous en avions
grand besoin.

Ce n'était plus sur des morceaux de bois noueux et inégaux que nous
allions nous reposer, mais sur le sable moelleux que nous offrait la
grève, tiède encore des derniers feux du jour.

Il était presque nuit lorsque nous nous étendîmes sur cette couche,
préférable pour nous au meilleur lit de plume.

Nos sacs nous servaient d'oreillers; nous plaçâmes nos armes bien
amorcées à côté de nous, et quelques minutes après nous dormions tous
trois d'un profond sommeil.

Je ne sais combien de temps j'avais joui de son charme réparateur,
lorsque je fus réveillé par l'impression douloureuse d'animaux qui se
promenaient sur moi. Je sentais comme l'empreinte de griffes aiguës
qui labouraient mon épiderme, et me causaient parfois une vive douleur.

La même sensation venait de réveiller aussi mes Indiens; nous réunîmes
quelques tisons qui brûlaient encore, et nous pûmes reconnaître
quel nouveau genre d'ennemis venaient nous assaillir: c'étaient des
_Bernard-l'ermite_ [47], et en si grande quantité que tout le sol
autour de nous en était parsemé; il y en avait de toutes les grosseurs
et de tous les âges.

Nous balayâmes le sable autour de notre gîte, espérant les éloigner
et retrouver quelque repos; mais les importuns ou bien plutôt les
affamés _Bernard-l'ermite_ revinrent bientôt à la charge, et ne nous
laissaient ni paix ni trêve.

Nous étions occupés à repousser cette agression, lorsque tout à coup
nous aperçûmes sur la lisière de la forêt une clarté qui s'avançait
vers nous; nous prîmes nos fusils, et attendîmes dans un profond
silence et une complète immobilité.

Nous vîmes bientôt sortir du bois un homme et une femme qui tous
deux tenaient une torche à la main; nous reconnûmes que c'étaient
des _Ajetas_, qui sans doute venaient sur la plage pour chercher des
poissons; ils s'approchèrent à quelques pas de nous, restèrent un
instant immobiles en nous regardant fixement.

Nous étions tous trois assis et nous les observions, faisant en sorte
de deviner leurs intentions. Au mouvement que fit l'un d'eux pour
prendre son arc sur son épaule, j'armai mon fusil; le léger bruit
du ressort de mon arme suffit pour les terrifier; ils jetèrent leurs
flambeaux et, comme deux bêtes fauves effarouchées, ils disparurent
dans la forêt.

Cette apparition disait assez que nous foulions déjà le sol fréquenté
par des _Ajetas_; il n'était plus prudent de nous livrer au sommeil.

Les deux sauvages dont nous avions reçu la visite allaient peut-être
prévenir leurs camarades, qui pourraient bien revenir en grand nombre
nous décocher quelques flèches empoisonnées.

Cette crainte et les _Bernard-l'ermite_ qui nous harcelaient nous
firent passer le reste de la nuit auprès d'un grand feu.

Dès que le jour parut, après avoir fait un bon repas, grâce à
l'abondance des coquillages que nous pouvions choisir à notre gré,
nous reprîmes notre route, quelquefois côtoyant le bord de la mer,
de rochers en rochers; d'autres fois nous enfonçant dans les bois.

La journée fut très-fatigante, mais sans incident digne de remarque.

Il était tout à fait nuit lorsque nous arrivâmes au village de
_Binangonan-de-Lampon_.

Ce village, habité par des Tagalocs, est jeté là comme une oasis
d'hommes presque civilisés au milieu des forêts et des populations
sauvages, sans aucune route praticable pour se rendre à d'autres
peuplades placées sous la domination espagnole.

Mon nom était connu des habitants de _Binangonan-de-Lampon_. Nous
fûmes reçus à bras ouverts, et tous les chefs du village se disputèrent
l'honneur de m'avoir chez eux.

Je donnai la préférence au premier qui m'avait invité; je trouvai
chez lui une hospitalité des plus affectueuses.

A peine arrivé, la maîtresse de la maison voulut elle-même me laver
les pieds, et me prodiguer les petits soins qui me prouvaient le
plaisir qu'ils ressentaient tous deux de la préférence que je leur
avais accordée.

Pendant que je soupais et savourais de bons aliments, la case où
j'étais se remplit de jeunes filles qui me regardaient avec une
curiosité vraiment comique.

Lorsque j'eus terminé, la conversation avec mon hôte commençait un
peu à me fatiguer; j'avais un grand désir de m'étendre dans un bon lit
(c'est-à-dire sur une natte), lorsque mon Tagaloc me dit:

«Monsieur, vous êtes fatigué, il faut aller vous reposer: choisissez,
entre ces jeunes filles, la plus belle pour vous tenir compagnie.»

J'étais, hélas! trop rempli de souvenirs récents et douloureux,
pour accepter l'offre singulière de mon amphitryon.

Je me contentai de noter sur mon journal la manière excentrique,
à _Binangonan-de-Lampon_, de fêter ses visiteurs.

Je demandai à l'Indien si cet usage était général; il me répondit:

«Oui, mais nous le pratiquons seulement à l'égard des étrangers
remarquables par leur rang et leur couleur.»

Je passai trois jours chez les bons Tagalocs de _Binangonan_, qui
m'avaient reçu et fêté comme un véritable prince.

Le quatrième, je leur fis mes adieux, et nous nous dirigeâmes vers
le nord, au milieu de montagnes toujours couvertes d'épaisses forêts,
et qui, semblables à celles que nous quittions, n'offrent au voyageur
aucune route tracée, si ce n'est quelques petits sentiers fréquentés
par les animaux sauvages.

Nous marchions avec précaution, car nous nous trouvions dans les
lieux habités par les _Ajetas_.

La nuit, nous cachions nos feux, et toujours un de nous faisait
sentinelle, car ce que nous craignions le plus c'était une surprise.



CHAPITRE XX.

    Arrivée chez les Ajetas ou Négritos.--Départ.--Navigation
    sur l'océan Pacifique.--Arrivée à Jala-Jala et à Manille.


Un matin, cheminant en silence, nous entendîmes devant nous un choeur
de voix glapissantes qui avaient plutôt l'air de cris d'oiseaux que
de voix humaines.

Nous nous tenions sur nos gardes, nous effaçant le plus possible à
l'aide des arbres et des broussailles.

Tout à coup nous aperçûmes à peu de distance une quarantaine de
sauvages, de tout sexe et de tout âge, qui avaient absolument l'air
d'animaux.

Ils étaient sur le bord d'un ruisseau, autour d'un grand feu.

Nous fîmes quelques pas en avant, leur présentant le bout de nos
fusils.

Dès qu'ils nous aperçurent, ils poussèrent des cris aigus et se
préparaient à prendre la fuite; mais je leur fis signe, en leur
montrant des paquets de cigares, que nous voulions les leur offrir.

J'avais heureusement pris à _Binangonan_ tous les renseignements
nécessaires pour savoir comment les aborder.

Dès qu'ils nous eurent compris, ils se rangèrent tous sur une ligne,
comme des hommes que l'on va passer en revue; c'était le signal que
nous pouvions approcher d'eux.

Nous les abordâmes nos cigares à la main, et par une extrémité de la
ligne je commençai à distribuer mon offrande.

Il était très-important de nous faire des amis et, selon leur coutume,
de donner à chacun une part égale.

Les femmes enceintes comptaient pour deux, et se frappaient sur le
ventre pour me faire signe qu'elles devaient avoir double part.

Ma distribution faite, notre alliance fut cimentée, la paix était
conclue; les sauvages et nous, nous n'avions plus rien à craindre
les uns des autres.

Ils se mirent tous à fumer.

Un cerf était suspendu à un arbre, le chef alla en couper trois gros
morceaux avec un couteau de bambou; il les jeta au milieu du brasier,
et un instant après les retira pour en présenter un à chacun de nous.

La partie extérieure de cette grillade était un peu brûlée et
saupoudrée de cendres, mais l'intérieur était parfaitement cru et
tout sanglant. Il ne fallait cependant pas manifester la répugnance
que j'éprouvais à faire un repas presque de cannibale; mes hôtes en
auraient été scandalisés, et je voulais vivre en bonne intelligence
pendant quelques jours avec eux.

Je mangeai donc mon morceau de cerf, qui, à tout prendre, n'était
pas trop mauvais; mes Indiens firent comme moi, après quoi nos bons
rapports étaient établis. Dans ces parages une trahison n'était
plus possible.

Je me trouvais enfin au milieu des hommes à la recherche desquels
j'étais depuis mon départ de _Jala-Jala_; j'allais les examiner et
les étudier à mon aise le temps que je voudrais.

Nous installâmes notre bivouac à quelques pas du leur, comme si nous
eussions fait partie de la famille de nos nouveaux amis.

Je ne pouvais leur parler que par gestes, et j'avais une difficulté
inouïe à me faire comprendre; mais, le lendemain de mon arrivée,
j'eus un interprète.

Une femme, qui vint m'apporter son enfant pour lui donner un nom,
avait été élevée par des Tagalocs, elle avait parlé leur langue,
elle s'en souvenait un peu, et pouvait me donner, quoique avec peine,
tous les renseignements qui m'intéressaient.

Les hommes avec lesquels je venais de me lier pour quelques jours,
tels que je les voyais, me paraissaient plutôt une grande famille de
singes que des créatures humaines.

Leur voix même imitait assez bien les petits cris de ces animaux,
et dans leurs gestes ils leur ressemblaient entièrement.

La seule différence que je trouvais, c'est qu'ils savaient se
servir d'un arc et d'une lance, et faire du feu; mais, pour bien
les dépeindre, je vais commencer par décrire leurs formes et leurs
physionomies.

L'Ajetas ou _Négrito_ est d'un noir d'ébène comme les nègres d'Afrique.

Sa plus haute stature est de quatre pieds et demi; sa chevelure est
laineuse, et comme il n'a pas soin de s'en débarrasser, et qu'il
ne saurait comment s'y prendre, elle forme autour de sa tête une
couronne qui lui donne un aspect tout à fait bizarre, et de loin la
fait paraître comme entourée d'une sorte d'auréole.

Il a l'oeil un peu jaune, mais d'une vivacité et d'un brillant
comparable à celui de l'aigle.

La nécessité de vivre de chasse et de poursuivre sans cesse sa
proie, exerce cet organe de manière à lui donner cette vivacité si
remarquable. Les traits des _Ajetas_ tiennent un peu du noir d'Afrique;
ils ont cependant les lèvres moins saillantes.

Quand ils sont jeunes, ils ont de jolies formes; mais la vie qu'ils
mènent dans les bois, couchant toujours en plein air, sans abri,
mangeant beaucoup un jour et souvent pas du tout, des jeûnes prolongés
suivis de repas pris avec la même gloutonnerie que les bêtes fauves,
leur donnent un gros ventre, et rendent leurs extrémités chétives
et grêles.

Ils ne portent jamais aucun vêtement, si ce n'est une petite ceinture
d'écorces d'arbres, large de huit à dix pouces, qui entoure le milieu
du corps.

Leurs armes consistent dans une lance en bambou, un arc de palmier,
et des flèches empoisonnées.

Ils se nourrissent de racines, de fruits, et du produit de leur chasse.

Ils mangent la viande à peu près crue, et vivent par tribus composées
de cinquante à soixante individus.

Durant le jour, les vieillards, les infirmes et les enfants se
tiennent autour d'un grand feu, pendant que les autres courent les
bois pour chasser. Quand ils ont une proie qui peut suffire à les
nourrir pendant quelques jours, ils restent tous autour de leur feu;
le soir, ils se couchent pêle-mêle au milieu des cendres.

Il est extrêmement curieux de voir ainsi une cinquantaine de ces
brutes de tout âge, et plus ou moins difformes.

Les vieilles femmes surtout sont hideuses: leurs membres décrépits,
leur gros ventre, et leur chevelure si extraordinaire, leur donnent
l'aspect de Furies ou de vieilles sorcières.

A peine étais-je arrivé, les mères qui avaient des enfants en bas
âge me les présentaient.

Afin de leur complaire, je faisais quelques caresses à leurs
nourrissons; mais ce n'était pas ce qu'elles voulaient, et, malgré
leurs gestes et leurs paroles, il m'était impossible de les comprendre.

Le lendemain, celle dont j'ai déjà parlé, et qui avait vécu parmi
les Tagalocs, arriva d'une tribu des environs.

Elle était accompagnée d'une dizaine d'autres femmes, qui toutes
portaient dans leurs bras leurs petits enfants.

Elle m'expliqua ce que je n'avais pu comprendre la veille.

«Nous avons, me dit-elle, très-peu de mots pour causer entre nous;
tous nos enfants, à leur naissance, prennent le nom de l'endroit où
ils sont nés: c'est alors une grande confusion, et nous venons vous
les apporter pour que vous leur donniez des noms.»

Dès que j'eus cette explication, je voulus faire cette cérémonie avec
toute la pompe que la circonstance et le lieu permettaient.

Je m'approchai d'un petit ruisseau. Je connaissais la formule pour
donner l'eau du baptême à un nouveau-né.

Je pris mes deux Indiens pour parrains, et pendant quelques jours je
baptisai environ cinquante de ces pauvres enfants.

Chaque mère qui apportait son nourrisson était toujours accompagnée de
deux personnes de sa famille. Je prononçais les paroles sacramentelles,
je versais l'eau sur la tête de l'enfant, puis j'articulais à haute
voix le nom qu'il me plaisait de lui donner.

Or, comme ils n'ont aucun moyen de transmettre leurs souvenirs, dès
que j'avais, par exemple, prononcé le nom de _François_, la mère et
les deux témoins qui l'accompagnaient le répétaient jusqu'à ce qu'ils
pussent bien le prononcer et en conserver la mémoire; puis ils s'en
allaient en continuant, pendant leur route, de répéter le nom qu'ils
avaient à retenir.

Le premier jour, ce fut une cérémonie assez longue; mais le jour
suivant le nombre diminua, et je pus me livrer entièrement à l'étude
de mes hôtes.

J'avais gardé près de moi la femme qui parlait tagaloc, et, dans les
longues conversations que j'eus avec elle, elle m'initia complétement
à toutes leurs coutumes et à leurs usages.

Les _Ajetas_ n'ont aucune religion, ils n'adorent aucun astre. Il
paraît cependant qu'ils ont transmis aux _Tinguianès_, ou qu'ils
tiennent de ceux-ci, l'usage d'adorer pendant une journée le rocher ou
le tronc d'arbre auquel ils trouvent une ressemblance avec un animal
quelconque; puis ils l'abandonnent ensuite pour ne plus penser à
aucune idole, jusqu'à ce qu'ils rencontrent une autre forme bizarre,
nouvel objet d'un culte aussi frivole.

Ils ont une grande vénération pour leurs morts. Pendant plusieurs
années ils vont sur leurs tombeaux déposer un peu de tabac et de bétel;
l'arc et les flèches qui ont appartenu au défunt sont suspendus,
le jour où il est mis en terre, au-dessus de sa tombe, et toutes les
nuits, suivant la croyance de ses camarades, il sort de sa tombe pour
aller à la chasse.

Les enterrements se font sans aucune cérémonie. On étend le mort tout
de son long dans une fosse, où on le recouvre de terre.

Mais lorsqu'un Ajetas est gravement malade, que la maladie est jugée
incurable, ou qu'il a été légèrement blessé par une flèche empoisonnée,
ses amis le placent assis dans un grand trou, les bras croisés sur
la poitrine, et l'enterrent ainsi tout vivant.

Je voulus parler religion à mon interprète.

Je lui demandai si elle ne croyait pas à un être suprême, à une
divinité toute-puissante, dont la nature entière et nous-mêmes
dépendrions en toutes choses, qui aurait créé le firmament et verrait
toutes nos actions.

Elle me regarda en souriant, et me dit:

«Quand j'étais jeune, parmi vos frères, je me souviens qu'ils me
parlaient souvent d'un maître qui, disaient-ils, avait le ciel pour
sa demeure. Mais tout cela était des mensonges; car voyez» (elle se
leva, prit un caillou, le jeta en l'air, et me dit d'un grand sérieux):

«Est-ce qu'un roi, comme vous dites, peut rester dans le ciel plutôt
que ce caillou?»

Qu'avais-je à répondre à un pareil raisonnement?... Je laissai la
religion de côté, pour lui faire d'autres questions.

Comme je l'ai déjà dit, les _Ajetas_ n'attendent souvent pas la mort
d'un malade pour le mettre en terre.

Aussitôt que les honneurs de la sépulture ont été rendus à l'un d'eux,
il faut, d'après leurs usages, que sa mort soit vengée.

Les chasseurs de la tribu à laquelle il appartenait partent avec
leurs lances et leurs flèches pour tuer le premier être vivant qui
tombera sous leur regard: homme, cerf, sanglier, ou buffle.

Dès qu'ils se mettent en campagne à la recherche de leur victime,
ils ont soin, partout où ils passent dans les forêts, de briser
les jeunes pousses des arbustes qu'ils trouvent sur leur passage,
en inclinant le sommet dans la direction de la route qu'ils suivent.

Cette précaution est pour avertir les voyageurs et leurs voisins de
s'éloigner des passages où ils cherchent l'animal ou l'homme qu'ils
doivent sacrifier; car si l'un des leurs tombait sous leurs mains,
c'est lui-même qu'ils prendraient pour victime expiatoire.

Ils sont fidèles dans le mariage, et n'ont qu'une femme.

Quand un jeune homme a fait son choix, ses amis ou ses parents font
la demande de la jeune fille.

Dans aucun cas ils n'éprouvent de refus. On choisit un jour.

Le matin de ce jour, avant que le soleil soit levé, la jeune fille
est envoyée dans la forêt; là elle s'y cache ou ne s'y cache pas,
selon le désir qu'elle a de s'unir à celui qui l'a demandée.

Une heure après, le jeune homme est envoyé à la recherche de sa
fiancée: s'il a le bonheur de la trouver et de la ramener vers ses
parents avant le coucher du soleil, le mariage est consommé, et elle
est pour toujours sa femme; si au contraire il rentre au camp sans
elle, il ne peut plus y prétendre.

La vieillesse est très-respectée chez les _Ajetas_, et c'est toujours
un des plus anciens qui gouverne la réunion dont il fait partie.

Tous les sauvages de cette race vivent, comme je l'ai déjà dit,
en grandes familles de soixante à quatre-vingts.

Ils errent dans les forêts sans avoir de résidence fixe, et changent
de lieu selon la plus ou moins grande abondance de gibier que leur
fournit la place où ils se trouvent.

Lorsqu'une femme ressent les douleurs de l'enfantement, elle
s'éloigne de ses compagnes, se rend sur le bord d'un ruisseau, lie
transversalement un morceau de bois à deux arbres, repose et incline
son corps sur cet appui, la tête penchée vers le sol, et reste dans
cette position jusqu'à ce qu'elle soit délivrée.

Alors elle prend son nouveau-né, se baigne avec lui dans le ruisseau,
et retourne ensuite à sa tribu.

Vivant à l'état de nature tout à fait primitive, ces sauvages ne
possèdent aucun instrument de musique; et leur langue imitant, comme
je l'ai dit, le gazouillement des oiseaux, emploie très-peu de mots,
d'une difficulté incroyable pour l'étranger qui voudrait l'étudier.

Ils sont tous bons chasseurs, et se servent de l'arc avec une adresse
merveilleuse.

Les petits négrillons des deux sexes, pendant que leurs parents
courent les bois, s'exercent sur le bord des rivières, armés d'un petit
arc. Lorsque dans l'eau transparente ils aperçoivent un poisson, ils
lui tirent une flèche, et il est très-rare que le coup ne porte pas.

Toutes les armes des _Ajetas_ sont empoisonnées. Une simple flèche ne
ferait point une blessure assez grave pour arrêter dans sa course un
animal aussi fort que le cerf; mais si le dard a été recouvert de
la préparation vénéneuse connue d'eux, la moindre piqûre produit
à l'animal atteint une soif inextinguible, et la mort immédiate
lorsqu'il la satisfait.

Les chasseurs, alors, enlèvent les chairs autour de la blessure, et
peuvent ensuite impunément se servir du reste pour leur nourriture;
tandis que s'ils négligeaient cette précaution, la chair entière
aurait acquis une saveur si amère, que des Ajetas mêmes ne pourraient
la dévorer.

N'ayant jamais cru au fameux _boab de Java_, j'avais fait à Sumatra des
recherches sur l'espèce de poison dont se servent les Malais. J'avais
découvert que c'était tout simplement une forte dissolution d'arsenic
dans du jus de citron, dont ils donnaient plusieurs couches à leurs
armes.

Je voulus savoir ce qu'employaient les _Ajetas_. Ils me conduisirent
au pied d'un grand arbre, en arrachèrent un peu d'écorce, et me dirent
que c'était cette écorce qui leur servait de poison.

J'en mâchai devant eux: elle était d'une amertume insupportable,
inoffensive d'ailleurs dans son état naturel; mais les _Ajetas_
lui font subir une préparation, dont ils ne voulurent pas me donner
le secret.

Quand leur poison forme une espèce de pâte, ils en mettent une simple
couche sur leurs armes, de l'épaisseur d'un quart de centimètre.

L'_Ajetas_ est d'une agilité et d'une adresse incroyables dans tous
ses mouvements; il monte comme les singes sur les arbres les plus
élevés, en saisissant le tronc des deux mains et y appliquant la
plante des pieds.

Il court comme un cerf à la poursuite des bêtes fauves, son occupation
favorite.

Il est extrêmement curieux de voir ces sauvages partir pour la chasse:
hommes, femmes et enfants marchent tous ensemble, à peu près comme
une troupe d'_orang-outangs_ qui vont à la picorée.

Ils ont toujours avec eux un ou deux petits chiens, d'une race toute
particulière, qui leur servent à poursuivre leur proie quand elle a
été blessée.

J'avais joui tout à mon aise de l'hospitalité que m'avaient donnée
ces hommes primitifs; j'avais vu par moi-même et au milieu d'eux tout
ce que je voulais savoir.

La vie pénible que je menais depuis mon départ n'ayant d'autre abri
que les arbres, et ne mangeant que ce que me donnaient les sauvages,
commençait à me fatiguer; je résolus de retourner à _Jala-Jala_.

Cependant, avant mon départ, il me vint une idée, ce fut d'emporter le
squelette d'un sauvage: c'était, selon moi, une pièce assez curieuse
pour en doter le Jardin des Plantes ou le Musée d'anatomie.

L'entreprise devenait fort dangereuse, à cause de la vénération des
_Ajetas_ pour leurs morts.

Ils pouvaient nous surprendre à violer leurs sépultures, et dans ce
cas ils ne nous eussent pas fait de quartier; mais j'étais si habitué
à vaincre ce qui pouvait s'opposer à ma volonté, que le danger ne me
fit pas changer de résolution.

J'en fis part à mes Indiens; ils ne s'opposèrent point à mon projet.

Quelques jours auparavant, à un quart de lieue de notre bivouac,
j'avais remarqué plusieurs sépultures.

Un après-midi, nous prîmes tout notre bagage, je fis mes adieux à
mes hôtes, et nous nous dirigeâmes vers cet endroit.

Dans les premières tombes que nous ouvrîmes, le temps avait détruit
une partie des os, et je ne pus me procurer que deux crânes, peu
dignes vraiment du danger qu'ils nous faisaient courir.

Cependant nous continuâmes notre travail, et vers la fin du jour
nous avions découvert une femme que nous reconnûmes, par la position
qu'elle occupait dans sa fosse, avoir été enterrée avant sa mort.

Ses ossements étaient encore recouverts de sa peau, mais elle était
desséchée, et presque à l'état de momie; c'était un sujet convenable.

Nous l'avions retirée de la fosse et nous commencions à la mettre
dans un sac fragments par fragments, lorsqu'à peu de distance nous
entendîmes de petits cris aigus.

C'étaient les _Ajetas_ qui arrivaient.

Il n'y avait pas de temps à perdre. Nous nous hâtâmes d'emporter
notre butin, et de nous sauver à toutes jambes.

Nous n'avions pas fait une centaine de pas, que nous entendîmes des
flèches siffler à nos oreilles.

Les _Ajetas_, perchés au sommet des arbres, nous attendaient et nous
attaquaient, sans que nous eussions même le moyen de nous défendre.

Heureusement la nuit venait à notre secours; leurs flèches
ordinairement si sûres étaient mal dirigées, et ne nous atteignaient
pas.

Tout en fuyant, nous déchargeâmes au hasard un de nos fusils pour
les effrayer, et bientôt nous pûmes les distancer sans autre mal que
la peur, et un avertissement préalable sur le danger de troubler le
repos des morts.

Cependant, au sortir du bois, quelques gouttes de sang me firent
remarquer une légère égratignure à l'index de la main droite,
égratignure que j'attribuai à ma course précipitée. Sans m'en inquiéter
davantage, selon mon habitude, je continuai ma marche jusqu'au bord
de la mer.

Nous n'avions point abandonné notre squelette: nous le déposâmes
sur la grève, ainsi que nos havre-sacs et nos fusils, et nous nous
assîmes pour nous remettre des fatigues de la journée.

Alors commencèrent de la part de mes compagnons les réflexions
motivées par notre position; le premier, mon lieutenant, inspiré
par son affection pour moi et l'appréciation des dangers communs,
m'apostropha ainsi:

«Ah! maître, qu'avons-nous fait, et qu'allons-nous devenir?

«Demain, les enragés _Ajetas_ vont être sur pied pour venger
l'exécrable butin que nous leur enlevons peut-être au prix de
notre vie.

«Si du moins ils nous attaquaient en rase campagne, avec nos fusils
nous pourrions nous défendre; mais que voulez-vous faire contre ces
animaux perchés çà et là, comme des singes, au haut des arbres de
leurs forêts?

«Ce sont pour eux autant de forteresses d'où pleuvront demain sur
nous ces dards qui, hélas! ne partent jamais en vain.

«Heureusement il était nuit lorsqu'ils nous ont attaqués, sans cela
nous aurions tous à l'heure qu'il est une bonne flèche au travers du
corps; ensuite ils auraient coupé nos têtes pour servir de trophée à
une superbe fête. La vôtre d'abord, maître, ils l'auraient placée sur
le sol et ils auraient dansé autour comme des brutes, et, en qualité
de chef, vous eussiez été la cible d'honneur proposée à leur adresse.

«Enfin, maître, tout ce qui nous serait arrivé si la nuit n'avait
pas favorisé notre fuite n'est, hélas! que différé.

«Nous ne saurions séjourner indéfiniment sur cette plage, seul
endroit favorable pour nous défendre de ces maudits négrillons: il
faudra bien retourner chez nous, ce que nous ne pouvons faire sans
traverser toutes les forêts habitées par cette race abominable, qui
nous a fait manger de la viande toute crue et assaisonnée de cendres.

«Tenez, maître, avant d'entreprendre ce maudit voyage, vous auriez bien
dû vous souvenir de tout ce qui nous est arrivé chez les _Tinguianès_
et les _Igorotès_.»

J'avais écouté cette touchante jérémiade de mon lieutenant, qui au
fond n'avait pas tout à fait tort; mais quand il eut fini je voulus
relever son courage, et je lui dis:

«Eh! comment, toi aussi, brave Alila, tu as donc peur?... Je croyais
que le _Tic-balan_, les esprits malins et les âmes des revenants
avaient seuls prise sur ta bravoure!

«Tu vas donc me laisser croire que des hommes comme toi, sans autres
armes que de mauvaises flèches, te causent de la frayeur?

«Allons, rassure-toi: demain il fera jour, et nous verrons ce que nous
avons à faire. En attendant, tâchons de trouver quelques coquillages;
car j'ai grand'faim, malgré la peur que tu voudrais me faire!»

Ce petit sermon réconforta mon Alila, qui se mit à faire du feu; puis,
à l'aide de bambous enflammés, lui et son camarade se dirigèrent vers
les rochers à la recherche des coquillages.

Alila, cependant, n'avait que trop raison, et moi-même je ne me
dissimulais pas qu'un hasard seul pouvait nous tirer de la position
critique dans laquelle nous nous trouvions par ma faute, pour avoir
pensé à mon pays, et vouloir orner le musée de Paris d'un squelette
d'_Ajetas_ [48].

Par tempérament et habitude, je n'étais pas homme à m'effrayer
d'un danger qui n'était pas immédiat; toutefois, je l'avoue, les
dernières paroles que j'avais dites à Alila, «Il sera jour demain,
et nous verrons,» me revenaient à la pensée et me préoccupaient.

Mes Indiens m'avaient déjà apporté une assez grande quantité de
coquillages pour suffire à notre souper, lorsque Alila revint tout
essoufflée:

«Maître, dit-il, je viens de faire une découverte: sur la plage,
à cent pas d'ici, se trouve une pirogue que la mer a jetée sur le
sable; elle est assez grande pour nous porter tous les trois; nous
pouvons nous en servir pour nous rendre à _Binangonan_, et là nous
serons à l'abri des flèches empoisonnées de ces chiens d'_Ajetas!_»

Cette découverte était, ou la Providence qui venait à notre secours,
ou une complication de dangers plus grands encore que ceux réservés,
sur terre, à notre réveil du lendemain.

Je me rendis tout de suite au lieu où Alila venait de faire son
importante découverte.

Après avoir dégagé la pirogue des sables qui en recouvraient une
partie, je m'assurai qu'avec des bambous, et en bouchant quelques
crevasses, elle pouvait nous porter tous les trois, et nous servir
à naviguer sur l'océan Pacifique pour nous éloigner des _Ajetas_.

«Eh bien! dis-je à Alila, tu le vois: n'avais-je pas raison, et ne
reconnais-tu pas ici la Providence? Ne semble-t-il pas que cette
belle embarcation, fabriquée peut-être à quelques mille lieues d'ici,
nous arrive tout exprès des îles de la Polynésie pour nous tirer des
griffes des sauvages?

«--C'est vrai, maître, c'était notre sort!... Demain, ils seront
bien attrapés de ne plus nous retrouver. Mais mettons-nous aussitôt
à l'ouvrage, car nous avons bien à faire pour que cette _belle_
embarcation, comme vous l'appelez, soit à peu près en état de
naviguer.»

Nous fîmes à l'instant un grand feu sur le bord de la mer, et nous
allâmes couper dans le bois quelques bambous et des rotins; puis,
nous nous mîmes à boucher toutes les ouvertures qui se multipliaient
sous nos efforts dans cette pirogue abandonnée.

Les personnes qui n'ont point voyagé chez les sauvages ne comprendront
pas comment, sans instruments et sans clous, on peut boucher les
fissures d'une embarcation, et la mettre en état de prendre la mer;
ce moyen cependant est des plus simples: nos poignards, des bambous
et quelques rotins suppléaient à tout.

En grattant un bambou, on en retire une espèce d'étoupe que l'on met
dans les fentes, pour que l'eau ne s'y introduise pas.

S'il faut boucher une ouverture de quelques pouces de diamètre, on
retire encore, du bambou, une petite planchette un peu plus grande que
l'ouverture que l'on veut boucher; puis, avec la pointe du poignard, on
la perce tout autour de petits trous correspondant à des trous pareils
que l'on a pratiqués à l'embarcation même. Ensuite, avec une longueur
suffisante de rotin, qui a été divisée et effilée en petites cordes,
on coud la planchette sur l'ouverture, comme on pourrait coudre un
morceau de drap sur un habit; on recouvre la couture avec de la gomme
élémie, et l'on est sûr que l'eau ne s'y introduira pas.

Le rotin remplace ainsi le chanvre, et répond à tous les besoins qui
peuvent, je crois, se présenter.

Nous travaillâmes avec ardeur à notre véritable planche de salut.

Une fois radoubée, nous y plaçâmes deux forts balanciers composés
de deux gros bambous, car, sans ces balanciers, nous n'eussions pas
navigué dix minutes sans chavirer.

Un autre bambou nous servit à faire un mât; notre grand sac en natte,
où était notre squelette, fut transformé en voile; enfin, la nuit
n'était pas très-avancée quand tous nos préparatifs furent terminés.

Le vent était favorable; nous avions hâte d'essayer notre embarcation
et de lutter contre de nouvelles difficultés. Nous mîmes dans notre
pirogue nos armes et le squelette, cause de nos tribulations nouvelles;
puis nous la poussâmes sur le sable pour la mettre à flot.

Pendant plus d'une grande demi-heure nous eûmes à lutter contre les
brisants. A chaque instant, nous étions sur le point d'être engloutis
par de grosses lames qui venaient se briser sur les rochers qui
bordent la côte.

Enfin, après des difficultés et des dangers inouïs, nous pûmes
atteindre la pleine mer, où la lame plus régulière, véritable montagne
mobile, élève sans secousse une frêle embarcation presque à la hauteur
des nuages, et avec la même mansuétude la précipite dans un abîme,
d'où elle se relève pour reparaître de nouveau au sommet d'une
montagne liquide.

Ces grandes lames, qui se succèdent d'intervalles en intervalles
ordinairement très-réguliers, font courir peu de dangers au bon pilote
qui a la précaution de leur présenter toujours la proue: mais malheur
à lui s'il s'oublie, et si en faisant une fausse manoeuvre il présente
le côté! il est alors certain de chavirer et de faire naufrage.

J'étais si habitué à gouverner des pirogues, que, plus confiant en
ma vigilance qu'en celle de mes Indiens, j'avais pris le gouvernail.

Le vent était de travers, nous avions déployé notre petite voile,
nous faisions bonne route, quoique à chaque instant je fusse obligé
de mettre la proue au large pour faire face à la lame.

Nous étions déjà à une assez grande distance de la côte pour ne
pas craindre, si le vent venait à changer, que la lame nous rejetât
dans les brisants; tout nous faisait espérer une navigation heureuse,
quand j'entendis mes pauvres Indiens faire des efforts. Ils n'avaient
jamais navigué que sur le lac, sur l'eau douce: ils venaient d'être
pris du mal de mer.

C'était fâcheux pour moi, car je savais par expérience que la personne
atteinte de ce mal, surtout pour la première fois, est tout à fait
incapable de rendre aucun service, et même de se défendre contre le
plus petit danger qui la menacerait.

Il ne fallait donc plus compter que sur moi seul pour gouverner la
barque; aussi je dis à celui qui tenait l'écoute de me la passer. Je
la tournai autour de mon pied, car je n'avais pas trop de mes deux
mains pour la pagaye qui me servait de gouvernail. Mes pauvres Indiens,
comme deux corps inanimés, se couchèrent dans le fond de la pirogue.

Quand je songe à la position dans laquelle je me trouvais, au
milieu de l'océan soi-disant Pacifique, dans une frêle pirogue,
ayant pour auxiliaires deux individus sans mouvement, deux crânes
et un squelette d'_Ajetas_, je ne puis m'empêcher de supposer à
mon lecteur la tentation assez naturelle de croire que je forge une
histoire pour mon bon plaisir. Cependant je ne raconte que l'exacte
vérité, et, du reste, me croira qui voudra.

J'étais donc seul dans ma frêle embarcation à lutter continuellement
contre ces grosses lames qui m'obligeaient à chaque instant à dévier
de la route.

Le jour pour moi tardait bien à revenir... car avec lui j'espérais
reconnaître la plage de _Binangonan-de-Lampon_, refuge assuré où je
devais retrouver l'hospitalité la plus franche et les secours précieux
de mes anciens amis.

Enfin, ce soleil tant désiré parut à l'horizon; je reconnus alors
que nous étions environ à trois lieues de la côte; j'avais beaucoup
trop pris le large, et dépassé _Binangonan_ d'une grande distance;
il était impossible de revenir en arrière, le vent ne le permettait
pas. Je me décidai donc à poursuivre la même route, et à faire tout
mon possible pour arriver avant la nuit à _Maoban_, grand village
tagaloc, situé sur la côte est de Luçon, et qu'une petite chaîne de
montagnes sépare du lac de Bay.

Les premiers rayons du soleil et un peu de calme remirent mes Indiens
en état de me rendre quelques services.

Nous passâmes toute la journée sans boire ni manger, et nous eûmes
le chagrin de voir revenir l'obscurité sans avoir atteint notre but.

Cette position était des plus inquiétantes. Il pouvait survenir un
orage, le vent pouvait souffler avec force, et la seule ressource que
nous aurions eue alors était d'aller nous jeter au milieu des brisants
pour faire côte: mais heureusement il n'en fut rien, et vers le milieu
de la nuit nous reconnûmes, par une petite île, que nous étions en
face du village de _Maoban_.

Je laissai aussitôt arriver, et, peu de temps après, nous nous
trouvâmes dans une baie calme et paisible, près d'une plage
sablonneuse.

La fatigue et le manque d'aliments avaient complétement épuisé mes
forces; je mis pied à terre, je m'étendis sur le sable et m'endormis
d'un profond sommeil, qui dura jusqu'au jour.

Lorsque je me réveillai, les rayons du soleil dardaient en plein sur
moi; il était à peu près sept heures.

En toute autre occasion, j'aurais rougi de ma paresse; mais le moyen de
m'en vouloir après trente-six heures de jeûnes et d'efforts désespérés!

Pendant mon sommeil, un de mes Indiens était allé au village chercher
des provisions; je trouvai près de moi d'excellent riz et du poisson
salé. Nous fîmes un repas délicieux et splendide.

Mes Indiens m'engagèrent, de la part des habitants, à me rendre au
village pour y passer la journée; mais j'avais trop hâte d'arriver
à mon habitation.

Je savais qu'en marchant bien nous pouvions traverser les montagnes
et arriver à la nuit sur le bord du lac de _Bay_, à quelques heures
de chez moi; je me décidai donc à partir sans délai.

Nous eûmes bientôt retiré nos effets de notre embarcation; la petite
voile reprit sa forme primitive pour contenir les crânes et le
squelette, cause de tous les dangers que nous venions d'affronter; et
tous trois enfin, bien restaurés, munis de provisions pour la journée,
nous commençâmes à gravir les hautes montagnes qui séparent le golfe
de _Maoban_ du lac de _Bay_.

La journée fut fatigante et pénible.

A sept heures du soir, nous nous embarquâmes sur le lac, et vers le
milieu de la nuit nous arrivâmes à _Jala-Jala_, où j'oubliai bien
vite toutes les fatigues de ce long et périlleux voyage, en pressant
sur mon coeur mon cher fils et le couvrant de mes baisers paternels.

Mon bon ami Vidie, à qui j'avais vendu mon habitation, me remit
des lettres qu'il avait reçues de Manille. On m'y attendait depuis
plusieurs jours pour des affaires importantes. Je me décidai à partir
dès le lendemain.

Je venais de terminer le dernier voyage que je devais faire dans
l'intérieur des Philippines; je ne voulais plus m'éloigner de mon
fils, seul être qui me restait de tous ceux que j'avais si tendrement
aimés; je l'emmenai à Manille avec moi; je ne fis pas tout à fait
mes adieux à _Jala-Jala_. Cependant j'avais presque l'intention de
ne plus y revenir.

Le voyage fut pour moi aussi agréable que le permettaient mes tristes
souvenirs.

J'éprouvais un si grand bonheur à tenir dans mes bras mon enfant
et à recevoir ses naïves caresses, que j'oubliais par instant tous
mes malheurs....

J'arrivai à Manille et fus prendre ma demeure chez Baptiste Vidie,
frère de l'ami que j'avais laissé à l'habitation.

Après avoir échappé à l'attaque des _Ajetas_, je m'étais aperçu
que j'avais une petite blessure à l'index de la main droite, et
j'attribuai ce léger accident à une branche ou une épine qui m'avait
froissé lorsque, avec tant de précipitation, nous nous sauvions des
flèches que nous décochaient les sauvages.

La première nuit que je passai à Manille, je ressentis à l'endroit
de cette légère blessure des douleurs si aiguës, que je tombai deux
fois sans connaissance.

La souffrance augmentait à chaque instant, et devint si violente,
que je ne doutai plus qu'elle ne fut causée par le poison d'une flèche
d'_Ajetas_; je fis venir un de mes confrères.

Après un scrupuleux examen, il me fit au doigt une large incision
qui ne me procura aucun soulagement; la main, au contraire,
s'envenimait. Peu à peu l'inflammation gagna tout le bras, et je fus
bientôt dans un état alarmant...

Bref, après un mois de souffrances et d'inquiétudes les plus cruelles,
il sembla que le poison fût passé à la poitrine. Je n'avais pas
un moment de sommeil, et malgré moi des cris sourds et douloureux
sortaient de ma poitrine en feu; mes yeux se voilaient, une sueur
ardente inondait mon visage, mon sang brûlant ne circulait plus dans
mes veines, ma vie semblait s'éteindre.

Les médecins déclarèrent que je ne passerais pas la nuit.

D'après les usages du pays, on me prévint qu'il fallait songer à
mettre ordre à mes affaires.

Je demandai qu'on fit venir près de moi le consul général de France,
mon bon ami, Adolphe Barrot.

Je savais Adolphe homme de coeur et de dévouement: je lui recommandai
mon fils. Il me promit d'en avoir soin comme s'il eût été son propre
enfant, de le conduire en France et de le remettre à ma famille.

Ensuite vint un bon moine dominicain: nous nous entretînmes longuement,
et, après m'avoir prodigué les consolations de son ministère, il
m'administra l'extrême-onction. Tout enfin s'était passé avec les
formes voulues; il ne manquait plus que moi pour achever la cérémonie
funèbre.

Toutefois, au milieu de tous ces préparatifs, moi seul n'étais
pas aussi pressé, et malgré mes douleurs je conservais ma présence
d'esprit, et ne voulais pas mourir.

Était-ce du courage? Était-ce cette grande confiance de ma force et
de ma robuste santé qui me faisait croire à ma guérison? Était-ce
un pressentiment, une voix intérieure qui me disait: Les médecins
se trompent; et quelle surprise ils auront demain de me trouver
mieux!... Bref, je ne voulais pas mourir; selon moi, ma volonté
devait arrêter l'ordre de la nature, et me faire survivre à toutes
les douleurs imaginables.

Le lendemain, j'étais mieux; les médecins me trouvèrent le pouls
régulier et sans intermittence. Quelques jours après, le poison passa
de la poitrine à la peau; tout mon corps se couvrit d'une éruption
miliaire... Dès lors j'étais sauvé.

Ma convalescence fut longue, et plus d'une année après je ressentais
encore de vives douleurs dans la poitrine.

Pendant le cours de ma maladie, j'avais reçu bien des marques
d'affection de mes compatriotes, et en général de tous les Espagnols
habitants de Manille; je dois dire ici, à la louange de ces derniers,
que, pendant vingt années passées aux Philippines, j'ai toujours
trouvé, dans tous ceux avec lesquels j'ai eu des relations, une grande
noblesse d'âme et un dévouement sans égoïsme.

Aussi jamais je n'oublierai tous les services que j'ai reçus de cette
noble race, pour qui je conserve de vifs sentiments de reconnaissance.

Pour moi, tout Espagnol est un frère à qui je serais heureux de
prouver que ses compatriotes n'ont point obligé un ingrat.

J'espère que mon lecteur me pardonnera de m'éloigner ainsi de mon
sujet pour remplir un devoir de reconnaissance. Ne sont-ce pas mes
souvenirs que j'écris [49]?

Le désir d'entreprendre prochainement avec mon fils le voyage qui
devait me rendre à ma patrie, la pensée de revoir ma bonne mère,
mes soeurs et tant d'amis que j'y avais laissés, me réconciliait avec
l'existence, et me faisait entrevoir encore un peu de bonheur.

J'attendais avec impatience l'époque de m'embarquer; mais, hélas! ma
mission n'était point encore terminée aux Philippines, et une nouvelle
catastrophe allait rouvrir toutes mes douleurs.



CHAPITRE XXI.

    Mort de mon fils.--Départ de Jala-Jala et des
    Philippines.--Retour en France.


A peine fus-je rétabli, que mon cher fils, mon seul bonheur, le
dernier être bien-aimé qui me restât sur cette terre féconde et
dévorante tout à la fois, mon pauvre Henri tomba subitement malade;
son mal fit des progrès rapides.

Mes amis pressentirent aussitôt qu'un malheur suprême me menaçait. Moi
seul je ne connaissais pas l'état dans lequel se trouvait mon
enfant. Je l'aimais d'une si grande passion, que je croyais impossible
que la Providence voulût me séparer de lui.

Mon médecin, ou plutôt mon ami Genu, me conseilla de le conduire
à _Jala-Jala_, où l'air natal et la campagne, me disait-il,
favoriseraient sans doute sa guérison.

Je goûtai ce conseil; tant de personnes avaient recouvré la santé à
_Jala-Jala_, que je devais espérer le même succès pour mon fils.

Je partis donc avec lui et sa gouvernante; le voyage fut bien triste,
car je voyais mon pauvre enfant souffrir sans pouvoir le soulager.

A notre arrivée, Vidie vint me recevoir, et un instant après
j'occupais, avec mon Henri, la même chambre qui me rappelait déjà deux
pertes bien douloureuses, la mort de ma petite fille et celle de ma
chère Anna; de plus, c'était dans cette même chambre que mon Henri
était né, rapprochement cruel des moments les plus heureux de mon
existence avec celui où j'allais pleurer mon fils si tendrement aimé.

Néanmoins, ne désespérant pas encore des ressources de mon art et de
mon expérience, je m'assis au chevet de mon fils et ne le quittai
plus. Je dormais près de lui, et passais toutes mes journées à lui
donner des soins qui n'apportaient, hélas! aucun soulagement à ses
souffrances. Je perdis tout espoir, et, le neuvième jour après notre
arrivée, ce cher enfant expira dans mes bras.

Il est impossible de rendre compte de ce que je ressentis à cette
dernière épreuve. J'avais le coeur brisé, la tête en feu. Je devenais
fou, et jamais désespoir plus grand ne s'était emparé de moi. Je
n'écoutais plus que ma douleur, et il fallut employer la force pour
arracher de mes bras les restes mortels de mon enfant.

Le lendemain il fut déposé près de sa mère, et une tombe de plus
s'éleva dans l'église de _Jala-Jala_.

En vain mon ami Vidie chercha-t-il à me soulager et à me distraire;
plusieurs fois il voulut m'éloigner de la chambre fatale où je ne
comptais plus que des malheurs, il ne put y parvenir. J'avais l'espoir
et je croyais avoir le droit de mourir aussi... là où ma femme et mon
fils avaient rendu le dernier soupir. Mes larmes ne coulaient plus,
la parole elle-même manquait à l'épanchement de ma douleur. Une fièvre
ardente qui me dévorait était trop lente encore au gré de mon désir.

Dans un moment d'égarement, je fus sur le point de commettre la plus
grande lâcheté dont puisse se rendre coupable le malheureux envers
son Créateur: je fermai ma porte à double tour, je saisis le poignard
qui si souvent avait défendu ma vie, et le retournai contre moi...

Déjà je choisissais l'endroit où il fallait frapper pour terminer d'un
seul coup ma triste existence: mon bras, roidi par le délire, allait
s'abattre sur ma poitrine... lorsqu'une pensée subite vint m'empêcher
de consommer le crime sans pardon, le crime du désespoir. Ma mère,
ma pauvre mère que j'avais tant aimée, ma bonne mère se présenta à
mon esprit; elle me disait:

«Tu veux donc m'abandonner? Je ne te verrai donc plus?»

Je me rappelai aussi les dernières paroles de ma chère Anna:

«Va revoir ta vieille mère.»

Cette pensée opéra en moi une révolution complète: je rejetai avec
horreur mon poignard, je tombai anéanti sur mon lit; mes yeux,
secs et brûlants depuis bien des jours, retrouvèrent des larmes qui
soulagèrent mon coeur ulcéré.

Cette force d'âme dont j'avais tant besoin se réveilla en moi; je ne
pensai plus à mourir, mais à accomplir ma rigoureuse destinée. Plus
calme déjà, et soulagé par les larmes abondantes que j'avais versées,
je me livrai complétement à l'idée d'embrasser ma mère et mes soeurs;
puis je voulus ajouter la page suivante à mon journal.

Je n'avais pas encore la tête bien à moi; je traduirai ce que
j'écrivais alors en espagnol, ma langue adoptive et familière, de
préférence même au français, que je ne parlais presque plus depuis
près de vingt années.

«Comment ai-je la force de prendre cette plume? Mon pauvre fils,
mon Henri bien aimé n'existe plus; son âme s'est envolée vers le
Créateur! Mon Dieu, pardonnez cette plainte à ma douleur... Mais
qu'ai-je donc fait pour être éprouvé aussi cruellement? Mon fils, mon
cher fils, ma seule espérance, mon dernier bonheur, je ne le reverrai
plus! Autrefois j'étais encore heureux; j'avais ma bonne Anna et notre
cher enfant. Bientôt le sort cruel vint m'enlever ma compagne. Mon
chagrin fut bien grand et mon affliction bien profonde; mais tu me
restais, ô mon fils! et toutes mes affections se reportèrent sur toi;
tu séchais mes larmes avec tes caresses, tu souriais comme ta mère, et
les beaux traits de ton visage me faisaient la retrouver. Aujourd'hui,
hélas! je vous ai perdus tous deux!... Quel vide, mon Dieu! et quelle
solitude! Oh! je devrais mourir dans cette chambre, dépositaire de
tous mes malheurs. Ici j'ai pleuré mon pauvre frère; ici j'ai fermé
les yeux à ma fille; ici encore, baignée de larmes, Anna mourante
m'a fait ses derniers adieux... et ici enfin, toi, mon fils, on t'a
arraché de mes bras pour te déposer près des cendres de ta mère.

«Que d'afflictions, que de chagrins pour un seul homme! Dieu de bonté
et de miséricorde, ne me rendrez-vous pas mon pauvre enfant? Hélas! je
sens à peine que je m'abuse; mais il plaindra mon égarement celui
qui a été aimé, et qui s'est vu enlever un à un tous les éléments
de son bonheur. Quant à moi, être isolé et inutile désormais sur
cette terre, peu importe où je succomberai à ma douleur. Si ce
n'était l'espoir de voir ma mère et mes soeurs, ici, à _Jala-Jala_,
je terminerais ma pénible existence: mon sépulcre serait le vôtre,
ô vous que j'ai tant aimés! Je reposerais près de vous, et pendant
le reste de ma triste vie j'irais chaque jour sur votre tombe! Mais
non, un devoir sacré m'obligera bientôt à me séparer de vous, et à
vous dire un éternel adieu!... Cruel, bien cruel sera le moment où
je m'éloignerai de vous!... Et toi, ô chère et bonne épouse, Anna
si bien aimée, tes dernières paroles s'accompliront: je partirai,
mais le regret et la douleur m'accompagneront dans ce voyage, mon
coeur et mes souvenirs resteront à _Jala-Jala_.

«Terre arrosée de mes sueurs, de mon sang et de mes larmes, lorsque le
sort m'amena sur ta rive, tu étais alors couverte de sombres forêts qui
aujourd'hui ont fait place à de riches moissons; parmi les habitants,
l'ordre, l'abondance et le bien-être ont remplacé la débauche et la
misère; tout avait couronné mes efforts, tout prospérait autour de moi:
hélas! j'étais trop heureux!

«Mais, en m'accablant, le malheur n'aura frappé que moi, mon oeuvre me
survivra. Vous serez heureux, ô mes amis! et si je l'ai été moi-même
d'y avoir contribué, qu'un souvenir vienne quelquefois vous rappeler
celui à qui vous avez si souvent donné le nom de _père_! Si vous
conservez pour lui un peu de reconnaissance, oh! gardez religieusement
les tombeaux trois fois chéris qu'il vous confie!»

Mes lecteurs me pardonneront cette triste et longue plainte; ils la
comprendront, s'ils se pénètrent bien de ma position. Éloigné de cinq
mille cinq cents lieues de ma patrie, le coup le plus sensible, le
plus inattendu, venait de me frapper; je n'avais plus de parents aux
Philippines; en France seulement je pouvais retrouver des affections
vivantes, et, au moment d'abandonner pour toujours _Jala-Jala___,
l'idée de quitter aussi mes Indiens si affectueux, si dévoués pour
moi, était un surcroît ajouté à mes chagrins; aussi je ne pouvais me
décider à les prévenir de cette séparation.

Je restais renfermé dans ma chambre, sans en sortir, même pour
les repas.

Mon ami Vidie faisait tout au monde pour me préparer à ces adieux et
pour me consoler; il m'engageait surtout à me rendre à Manille pour
y faire mes préparatifs de départ; mais une force irrésistible me
retenait à _Jala-Jala_. J'étais si faible, j'avais le coeur tellement
brisé par le chagrin, que je n'avais plus le courage de prendre
aucune résolution. Je remettais de jour en jour, et de jour en jour
j'étais plus indécis; il fallait une occasion imprévue pour vaincre mon
apathie; il fallait surtout triompher de moi par les doux sentiments
de la reconnaissance, sentiments auxquels je n'ai jamais pu résister.

Cette occasion, ce motif déterminant à mon départ, la Providence
daigna me le fournir.

J'avais à Manille une amie, une femme angélique de bonté, de douceur
et de dévouement.

Dès mon arrivée aux Philippines, lié intimement avec toute sa famille,
je l'avais connue enfant, ensuite mariée à un homme honorable qu'elle
avait perdu; je lui avais alors prodigué les consolations que peut
offrir l'amitié la plus sincère. Elle avait été témoin du bonheur dont
j'avais joui avec ma chère Anna, et, apprenant que j'étais malheureux,
elle ne craignit pas de faire seule un long voyage pour venir à son
tour prendre sa part de mes chagrins.

La bonne Dolorès Señeris arriva un matin à _Jala-Jala_; elle se jeta
dans mes bras, et, pendant quelques instants, nos larmes seules furent
l'interprète de nos pensées.

Quand nous fûmes remis de notre première émotion, elle me dit
qu'elle venait me chercher, et fit elle-même les préparatifs de mon
départ. J'étais trop reconnaissant de cette preuve d'amitié de la
bonne Dolorès pour ne pas acquiescer à ses désirs, et il fut décidé
que le lendemain je quitterais pour toujours _Jala-Jala_.

Le bruit s'en répandit parmi mes Indiens.

Ils vinrent tous me faire leurs adieux. Tous paraissaient profondément
affligés; ils pleuraient, et me disaient: «O maître, ne nous ôtez
pas l'espoir de vous revoir! Allez vous consoler près de votre mère,
et revenez ensuite au milieu de vos enfants.»

Ce jour fut un jour de pénibles émotions.

Le lendemain, 29 février 1838, était un dimanche. J'allai faire mes
derniers adieux aux restes bien chers que je laissais dans la tombe;
j'entendis pour la dernière fois l'office divin dans cette modeste
église que j'avais fait élever, et où pendant longtemps, entouré de
toutes mes affections, j'étais heureux de réunir à pareil jour la
petite population de Jala-Jala.

Après l'office, je me rendis au rivage, où m'attendait l'embarcation
qui devait me conduire à Manille.

Là, entouré de tous mes Indiens, du bon curé le père Miguel, de mon
ami Vidie, je leur fis à tous mon dernier adieu.

Dolorès et moi nous entrâmes dans l'embarcation.

A peine s'éloigna-t-elle de la rive, que tous les bras furent tendus
vers moi, et toutes les bouches répétèrent:

«Bon voyage, maître; oh! revenez promptement!»

Un des plus anciens, d'un signe imposa silence, et dit à haute vois
ces prophétiques paroles:

«Frères, pleurons et prions... , car le soleil s'est obscurci pour
nous...; l'astre qui s'éloigne a éclairé nos meilleurs jours, et
désormais, privés de la lumière, nous ne saurons combien durera la
nuit où nous plonge le malheur de son départ.»

Cette exhortation du vieil Indien furent les dernières paroles qui
arrivèrent jusqu'à moi; l'embarcation s'éloignait, et j'avais les yeux
toujours fixés sur cette terre chérie que je ne devais jamais revoir.

Nous arrivâmes à Manille par une de ces ravissantes nuits telles que
je les ai décrites aux beaux jours de mes voyages.

Dolorès ne voulut pas que je logeasse ailleurs que chez elle.

Avant son départ, les soins et l'amitié avaient pourvu à tout. Je fus
entouré de ces petites attentions dont une femme seule a le secret,
et qu'elle sait faire accepter avec tant de grâce par celui qui en
est l'objet.

Mes fenêtres donnaient sur la jolie rivière de _Pasig_; j'y passais
des journées entières à voir glisser sur l'eau les jolies pirogues
indiennes, et à recevoir les visites de mes amis, qui à l'envi les
uns des autres venaient essayer de me distraire.

Lorsque j'étais seul, pour tromper ma mélancolie je pensais à mon
voyage, au bonheur que je goûterais encore à revoir ma pauvre mère,
mes soeurs, un beau-frère que je ne connaissais pas, et enfin des
nièces qui étaient nées pendant mon absence.

L'obligation où je me vis de rendre les visites que j'avais reçues,
et le rétablissement de ma santé, me permirent enfin de m'occuper
des affaires qui devaient hâter mon départ.

Mon ami Adolphe Barrot, consul général de France à Manille, devait de
jour en jour recevoir des nouvelles de son gouvernement pour retourner
en France; il me proposa de l'attendre et de faire le voyage avec
lui. J'acceptai avec plaisir, et nous décidâmes entre nous que pour
notre retour nous prendrions la route des Grandes Indes, la mer Rouge
et l'Égypte.

Je ne voulus pas rester oisif pendant le temps que j'avais à passer
à Manille.

Les Espagnols se rappelaient qu'à une autre époque j'avais exercé
la médecine avec assez de succès: bientôt il m'arriva des malades de
tous côtés, et gratuitement, il est vrai, je repris mon premier état.

Mais quelle différence entre ce temps et celui de mon début! Alors
j'étais jeune, plein de force et d'espérance; je me berçais des
illusions ordinaires à la jeunesse, un long avenir de bonheur se
présentait à mon imagination.

Maintenant, accablé sous le poids du chagrin et des pénibles travaux
que j'avais exécutés, il ne me restait plus qu'un seul désir, celui
de revoir la France; et cependant mes souvenirs se reportaient sans
cesse vers _Jala-Jala_.

Pauvre petit coin du globe que j'avais civilisé, où mes plus belles
années s'étaient passées dans une vie de travaux, d'émotions, de
bonheur et d'amertume!

Pauvres Indiens qui m'aimiez tant, je ne devais plus vous
revoir! L'immensité des mers allait nous séparer pour toujours!....

Que de réflexions et de souvenirs remplissaient alors ma pensée! Mais,
hélas! on lutterait en vain contre sa destinée; et la Providence,
dans ses vues impénétrables, me réservait encore de rudes épreuves
et de nouveaux malheurs.

Redevenu le médecin de Manille, où j'avais eu tant de peine à débuter,
je visitais les malades du matin au soir; je recevais de Dolorès
et de sa soeur Trinidad les soins les plus touchants et les mieux
choisis pour la blessure toujours saignante que je portais au fond
de mon coeur.

Je voyais aussi souvent les deux soeurs de ma pauvre femme, Joaquina
et Mariquita, ainsi que ma jeune nièce, fille de cette excellente
Joséphine pour qui j'avais eu tant d'amitié, et qui avait suivi de
si près ma chère Anna dans la tombe.

Peu à peu je formais de nouvelles affections, que bientôt il me
faudrait rompre pour ne plus les retrouver.

Je n'oubliais point _Jala-Jala_, et mes souvenirs ne quittaient pas
ce lieu, où étaient déposés les restes de ce que j'avais le plus aimé
au monde! Je formais des voeux pour que mon oeuvre de colonisation
se continuât, et que mon ami Vidie trouvât une compensation à la rude
tâche qu'il venait d'entreprendre.

A cette époque, lorsque j'étais encore à Manille, un grand malheur
fut sur le point de ramener _Jala-Jala_ à son premier état de barbarie.

Les bandits, qui avaient toujours respecté mon habitation pendant
que je la possédais, vinrent une nuit l'attaquer, et se rendirent
maîtres de la maison où s'était renfermé et défendu Vidie.

Il fut obligé de s'échapper par une fenêtre et d'aller se cacher dans
les bois, en abandonnant sa fille en très-bas âge aux soins d'une
Indienne, sa nourrice.

Les bandits pillèrent et brisèrent tout dans la maison, blessèrent
sa fille d'un coup de sabre dont elle porte encore les marques [50];
après quoi ils se retirèrent avec le butin qu'ils avaient fait.

Mais _Jala-Jala_ était devenu un point trop important; le gouvernement
espagnol y envoya des troupes pour protéger Vidie et y maintenir
l'ordre.

Enfin Adolphe Barrot reçut les instructions du gouvernement français
qui le rappelaient dans sa patrie; mes préparatifs étaient faits pour
le départ.

Le 29 octobre 1838, je passai la journée dans de pénibles et douloureux
adieux...

J'avais reçu tant de marques de bienveillance et d'affection des
habitants de Manille, j'y laissais des amis si bons, si dévoués, que la
pensée de ne plus les revoir me brisait le coeur... Ma douleur était
si grande, qu'il me fallut une force surhumaine pour ne pas renoncer
à m'éloigner de ma seconde patrie et de ces amis qui me disaient:
«Restez au milieu de nous.»

La pensée de ma mère me soutenait. Cependant cette douce pensée était
mêlée de mille réflexions qui jetaient encore plus de trouble dans
mon âme.

Depuis longtemps je n'avais pas reçu de nouvelles de cette bonne mère;
elle était bien âgée, sa vie entière s'était passée dans une longue
suite de malheurs et dans une abnégation complète d'elle-même. Les
nombreuses peines morales qu'elle avait éprouvées devaient avoir
agi sur sa santé; et puis j'étais si malheureux, le sort m'avait
si rudement frappé dans toutes mes affections, que je ne pouvais me
soustraire à la cruelle pensée que je ne reverrais plus celle pour
qui j'abandonnais un pays qui m'était si cher...

Cependant, dans un moment de calme, j'avais pris une résolution; le
trouble de mon âme ne pouvait m'empêcher de l'accomplir. Je m'arrachai
des bras de mes amis. Ils m'avaient accompagné au port; une légère
embarcation me conduisit à bord du trois-mâts américain le _Laïton_.

A dix heures du soir, il leva l'ancre et cingla vers la sortie de
la baie.

J'étais en proie à une si grande agitation, que je restai sur le
pont, espérant que la fraîcheur de la nuit calmerait l'ardeur qui
me dévorait. Je m'assis sur un banc de quart, et je vis peu à peu
disparaître les feux de Manille, puis l'île de Marivélès et les
montagnes de _Marigondon_. Je fis alors mentalement mes derniers
et plus cruels adieux aux Philippines, et, de plus en plus agité,
j'éprouvai bientôt une fièvre ardente qui produisit sans doute un
véritable délire.

Dans ce délire, je voyais _Jala-Jala_ dans sa prospérité, comme
à l'époque de mon bonheur. Ma chère compagne était dans ses plus
beaux jours; elle me souriait. Mon frère et mon fils étaient à
côté d'elle. Tous trois me tendaient les bras. En vain je voulais
m'y précipiter: une force invincible me retenait. Je faisais des
efforts pour leur parler, il m'était impossible d'articuler un
seul mot. J'entendais Anna me dire: «Attends, ta destinée n'est pas
accomplie.» Puis, ces trois êtres chéris devenaient pâles, livides;
ils se couvraient d'un suaire. Anna montrait à mon frère deux tombeaux,
et lui disait: «Marche, nous te suivons.» Ils se dirigeaient alors vers
les tombes, accompagnés du père Miguel et de mes Indiens en pleurs. Les
tombes s'ouvraient, et, à pas lents, ils en descendaient les degrés.

Sans doute mon délire devint alors tout à fait complet. Ce ne fut que
le lendemain, au jour, que j'eus le sentiment de moi-même. J'avais
le visage inondé de larmes et le corps brisé. Je me traînai dans ma
cabine, et me mis au lit. Mes larmes continuèrent à couler, jusqu'à
ce qu'un profond sommeil vint mettre un terme aux souffrances morales
exaltées par le délire.

Le soleil était à plus de moitié de sa course lorsque je me
réveillai. Les larmes et le repos m'avaient rendu à mon calme
habituel. Je me levai, et je fus jeter un dernier coup d'oeil vers
Luçon; mais, hélas! nous en étions bien loin!... Je ne devais plus
revoir cette terre où je laissais tant de souvenirs...

Ici devrait se terminer la relation que je me suis proposée; mais je
ne puis m'empêcher de consacrer encore quelques lignes à mon retour
dans ma patrie.

Je parcourus sur divers navires les côtes des Grandes Indes, le golfe
Persique et la mer Rouge; puis, après plusieurs relâches, j'abordai
en Égypte.

Après avoir si souvent admiré les grandes oeuvres de la nature,
j'avais un vif désir de voir les travaux gigantesques exécutés par
la main des hommes.

J'allai à Thèbes, et y visitai en détail ses palais, ses tombeaux et
ses nombreux monolithes.

Je descendis ensuite le Nil, en m'arrêtant partout où se présentaient
des monuments dignes de curiosité. Je montai au sommet de l'une des
pyramides; je passai quelques jours au Caire, et me rendis enfin
à Alexandrie, où je m'embarquai de nouveau pour franchir le petit
espace de mer qui me séparait de l'Europe.

J'avais voulu comparer de grands travaux humains aux oeuvres du
Créateur: cette comparaison n'avait pas été à l'avantage des premiers,
car tous ces inutiles monuments ne s'étaient présentés à moi que comme
des preuves durables de l'orgueil et du fanatisme de quelques hommes
auxquels obéissaient des peuples esclaves.

J'avais vu aussi ce qui restait des traces de destruction des deux plus
grands conquérants du monde: le premier n'était-il pas un orgueilleux
despote, faisant agir à sa volonté des cohortes d'esclaves, et portant
parmi des peuples paisibles le fer et la destruction, pour profaner
des tombeaux, poursuivre d'inutiles conquêtes? L'histoire nous le
montre mourant à la suite d'une orgie, et l'autre, hélas! après tant
de gloire, enchaîné sur un rocher!!

Du sommet de l'une des pyramides, accompagné de mon ami Barrot,
dans un religieux recueillement j'avais admiré le Nil majestueux,
qui serpente au milieu d'une vaste plaine bordée par le désert et
d'arides montagnes.

Regardant ensuite au-dessous de moi, j'avais eu de la peine à
apercevoir mes camarades de voyage qui contemplaient le grand sphinx,
et paraissaient de petites taches noires sur le sable.

Je me disais alors: Ce ne sont point ces inutiles monuments que
nous devons admirer, mais bien plutôt ce grand fleuve qui, obéissant
toujours aux lois d'une sagesse toute-puissante, franchit chaque année,
à une époque fixe, ses limites, et s'étend comme une vaste mer pour
arroser, vivifier d'immenses plaines qui se couvrent toujours de
riches moissons.

Sans cet ordre immuable et bienfaisant de la nature, toutes ces belles
campagnes ne seraient plus qu'une partie du désert où aucun être ne
pourrait exister.

Ces réflexions provenaient sans doute d'une vie presque entièrement
écoulée au milieu de cette grande nature, où l'homme puise constamment
des sentiments qui l'élèvent vers l'Être suprême. J'avais trop étudié
cette nature dans tous ses détails, ses bienfaits et sa magnificence,
pour que tout ce qui était de création humaine fit sur moi l'impression
à laquelle j'avais cru lorsque j'avais désiré voir les monuments
de l'Égypte; et tout en voguant pour l'Europe, je pressentais déjà
qu'un court séjour au milieu de la civilisation me ferait regretter
mon ancienne liberté, mes montagnes, et mes solitudes des Philippines.

J'arrivai à Malte, où, pendant dix-huit jours, je fus renfermé dans
le fort Manuel pour y purger ma quarantaine.

Je reçus alors des nouvelles de ma famille. Ma mère, mes soeurs
m'écrivaient qu'elles jouissaient d'une parfaite santé, et qu'elles
attendaient mon arrivée avec une bien vive impatience.

Ma quarantaine terminée, je restai près d'une semaine dans la ville,
attendant le départ d'un bateau à vapeur pour la France.

Je profitai de ce retard pour voir tout ce que Malte offre de curieux
aux voyageurs; puis je repris ma route vers ma patrie, et, la semaine
suivante, je reconnus les rochers arides de la Provence, enfin cette
France que j'avais quittée depuis vingt ans!...

Peu de jours après j'étais à Nantes, où, pendant quelque temps je
jouis dans toute sa plénitude du bonheur que l'on éprouve au milieu
de personnes dont on a été éloigné pendant de longues années, et qui
sont les dernières affections vivantes encore chez un malheureux trop
éprouvé par une bizarre destinée.

Mais l'oisiveté dans laquelle je vivais me devint bientôt
insupportable; j'avais toujours mené une vie trop active pour qu'une
transition aussi subite ne produisît pas en moi un effet nuisible à
ma santé, et la seule idée de soumettre le reste de mon existence à
une vie stérile et monotone m'était devenue insupportable.

Ne sachant toutefois que faire pour m'occuper, je me décidai à voyager
en Europe et à étudier le monde civilisé, auquel je me trouvais alors
si étranger.

Je parcourus la France, l'Angleterre, la Belgique, l'Espagne et
l'Italie.

Je retournai ensuite dans ma famille, sans avoir rien trouvé dans
l'étude que je venais de faire qui pût me faire oublier mes Indiens,
_Jala-Jala_, mes voyages solitaires dans mes forêts vierges; et la
société des hommes élevés dans une extrême civilisation ne pouvait
effacer de ma mémoire ma modeste existence passée.

Malgré mes efforts, je conservais toujours un fond de tristesse qu'il
m'était impossible de dissimuler: ma bonne mère, qui voyait avec peine
ma répugnance à me fixer dans aucun lieu de mon pays, et qui avait
des craintes, peut-être bien fondées, que je ne voulusse retourner
aux Philippines, mit tout en oeuvre pour l'empêcher.

Elle me parla mariage, me répétant dans toutes ses lettres qu'elle
ne serait heureuse qu'autant que je me déciderais à contracter de
nouveaux liens; elle me disait qu'après moi mon nom s'éteignait,
et enfin me demandait, comme dernière consolation pour elle, celle
de choisir une compagne.

Le désir de la satisfaire, et le souvenir d'ailleurs des dernières
paroles de mon Anna:

«Retourne dans ta patrie, marie-toi avec une de tes compatriotes,»
me décidèrent.

J'eus bientôt fait choix de celle qui pouvait combler les voeux de
l'homme qui n'aurait pas eu trop présent le souvenir d'une union
antérieure.

Cependant je fus aussi heureux que je pouvais l'être. Ma nouvelle
femme possédait toutes les qualités nécessaires à mon bonheur; elle
me rendit père de deux enfants, et je commençais déjà à bénir la
détermination que ma mère avait tant contribué à me faire prendre;
mais, hélas! le bonheur ne devait jamais être de longue durée pour
moi: la coupe de l'amertume n'était pas épuisée, et j'avais encore
bien des larmes à verser.

Dans le cimetière de Vertoux, pour toi, pauvre mère, un modeste
tombeau s'éleva entre celui d'un époux et d'un fils, et bientôt un
autre s'ouvrit encore dans celui de Neuilly.

Dans ma douleur profonde, je fis graver ces deux vers sur le dernier:


        Veille, du haut des cieux, sur ta triste famille;
        Conserve-moi ton fils, et revis dans ta fille!



APERÇU

Sur la géologie et la nature du sol des îles Philippines; sur ses
habitants; sur le règne minéral, le règne végétal et le règne animal;
sur l'agriculture, l'industrie et le commerce de cet archipel.



§ I.--Nature du sol.


L'île de Luçon, la principale de l'archipel des Philippines, est située
entre les 123º 22' et les 127° 53' 30'' de longitude, et par les 12°
10' et 15° 43' de latitude du méridien de Madrid.

C'est la plus grande de l'archipel.

A l'est, ses côtes sont baignées par l'océan Pacifique, et à l'ouest
par la mer de Chine.

Dans toute sa longueur du nord au sud, elle est divisée par une haute
chaîne de montagnes, dont de grandes ramifications s'étendent à l'est
et à l'ouest.

Son sol est essentiellement volcanique. On y remarque encore quelques
volcans en combustion, de nombreux cratères éteints, et de grands
bouleversements produits par des feux souterrains. Ses montagnes
doivent leur origine à de grands soulèvements du sol.

Le volcan de _Taal_, au milieu du lac de _Bombon_, dans la province
de _Batangas_, est toujours à l'état d'ignition; et, bien que depuis
1754 il n'ait pas fait de grandes éruptions, d'énormes colonnes de
fumée s'échappent continuellement de son vaste cratère, qui n'a pas
moins de quatre kilomètres de circonférence. L'éruption de 1754 fut
si terrible, qu'à une distance de trente à quarante lieues la clarté
du jour était obscurcie par l'immense quantité de cendres qu'il
avait projetée dans l'air. A Manille, éloignée de vingt lieues,
on entendit plusieurs détonations semblables à celles de la grosse
artillerie. Les bourgs de _Sala, Lipa, Tanaban_ et _Taal_, situés
sur les bords du lac de _Bombon_, furent entièrement détruits.

Il est probable que ce volcan a des communications souterraines avec
la haute montagne de _Mainit_, située au nord-est, à une distance
de quatre à cinq lieues du lac de _Bombon_. Peut-être à une époque
prochaine cette haute montagne se transformera-t-elle en un énorme
volcan: elle menace continuellement de faire éruption; à son sommet,
plusieurs crevasses laissent parfois échapper une épaisse fumée et
souvent des flammes. A sa base, dans la partie baignée par les eaux
du lac de _Bay_, surgissent de nombreuses sources thermales, à la
température de l'eau bouillante. Toutes ces sources vont se jeter
dans les eaux froides de _Bay_, et dégagent une si grande quantité
de vapeur, qu'à une petite distance cette partie du lac paraît dans
une ébullition continuelle. C'est dans ces sources que quelques
auteurs ont prétendu que des poissons vivaient et que des plantes
croissaient. Je puis assurer que c'est là une erreur.

L'île de _Socolme_, dont j'ai parlé, éloignée de quatre à cinq
kilomètres des sources thermales, est un ancien cratère.

Dans les provinces de la _Lagune_ et de _Tayabas_, plus à l'est de
_Mainit_, la montagne de _Majayjay_, une des plus élevées de l'île
de _Luçon_, a probablement été formée par un volcan dont le cratère,
qui occupait le sommet, est maintenant un lac circulaire; sa profondeur
n'a jamais pu être mesurée. A l'époque où ce volcan était en ignition,
la lave qui coulait du sommet vers la base, dans la direction du bourg
de _Nacarlang_, a probablement recouvert d'immenses cavités dans une
grande étendue. Souvent, à la suite d'inondations ou de tremblements
de terre, la couche volcanique qui recouvre ces cavités vient à se
rompre, et laisse à découvert d'énormes profondeurs que les Indiens
nomment _bouches de l'enfer_.

Entre _Mainit_ et _Majayjay_, sur tout le territoire du bourg de
_San-Pablo_, on trouve de distance en distance des petits lacs
circulaires qui étaient autant de volcans. Les amas de pierre ponce
et de laves de diverses natures qu'on remarque aux alentours de ces
lacs ne laissent aucun doute sur leur première nature.

Le volcan de _Mayon_, qui, le 23 octobre 1766, fit une si terrible
éruption, est situé tout à l'extrémité de _Luçon_, dans la province
d'_Albay_. En 1814, une nouvelle éruption détruisit complétement le
bourg de ce nom.

Tout le territoire de cette province est volcanique. On y trouve un
grand nombre de cratères éteints, d'où l'on retire une grande quantité
de soufre pour le commerce.

Tout à fait au nord de Luçon, les îles _Babuyanes_ sont entièrement
volcaniques. Dans ce groupe, celles nommées _Camiguin, Dalapury_
et _Fuya_ fournissent une grande quantité de soufre.

Comme on vient de le voir, au centre de l'île de Luçon, et à ses deux
extrémités, le sol est essentiellement volcanique. Il serait superflu
de donner dans ce court aperçu plus de détails sur les autres parties,
qui sont absolument de la même nature, et qui prouvent évidemment que
les Philippines ont été bouleversées par des feux souterrains et de
fréquents tremblements de terre.

Ceux de ces tremblements de terre qui font époque ont eu lieu en 1627,
1645, 1675, le 24 septembre 1716, le 20 juin 1767, 1796, 1824, 1828
et 1852.

Celui de 1627 engloutit une des plus hautes montagnes de la province
de _Cagayan_.

Celui de 1675 sépara, dans l'île de Mindanao, une haute montagne. Les
eaux de la mer se précipitèrent par cette ouverture, et inondèrent
une immense étendue de terres cultivées.

Le dernier qu'a éprouvé Luçon commença le 16 septembre 1852, à six
heures trente minutes du soir. Les premières oscillations, accompagnées
d'un fort bruit souterrain, firent varier le pendule de 43 degrés;
elles se répétèrent, moins fortes, d'intervalles en intervalles plus
ou moins éloignés, jusqu'au 12 octobre.

Il causa la ruine de tous les grands édifices; la montagne
d'_Uba-Uba_, située dans la baie de _Subic_, province de _Zembales_,
fut complétement engloutie.

Dans plusieurs parties de Luçon, la terre s'entr'ouvrit pour rejeter
des masses d'eau, de vase et de sable. Non-seulement ce cataclysme
fit sentir ses terribles effets dans toute l'île de Luçon, mais
aussi dans les îles voisines. A _Mindanao_, les édifices et les ponts
s'écroulèrent, et la terre, comme à _Luçon_, s'ouvrit dans plusieurs
endroits pour vomir des masses d'eau, de vase et de sable.



§ II.--Climat.


La position topographique de l'île de _Luçon_ et la haute chaîne de
montagnes qui la divise du nord au sud, nommée _Caravallo_, procurent à
ces belles contrées un printemps perpétuel. Cependant deux saisons bien
distinctes y régnent en même temps: celle des pluies ou l'hivernage,
celle des sécheresses ou l'été.

Pendant six mois, depuis juin jusqu'à la fin de novembre, le vent
souffle du sud-ouest, et, pendant les autres six mois, du nord-est.--On
distingue ces deux époques par mousson de sud-ouest et mousson de
nord-est.

Pendant la durée de la mousson de sud-ouest, toute la partie de l'île
située à l'ouest est dans la saison de l'hivernage, tandis que la
partie opposée, à l'est, est dans la saison d'été, et _vice versa_,
lorsque c'est le vent de nord-est qui règne. Celui qui voudrait
éviter l'hivernage pourrait employer le même moyen que les _Négritos_
ou _Ajetas_, lesquels, ainsi que je l'ai dit, changent de localité
avec la mousson.

Le vent, dans une mousson ou dans l'autre, vient toujours de la mer. Il
est arrêté par la haute chaîne de montagnes. Les nuages qu'il apporte,
retenus par cette barrière, grossissent et s'accumulent jusqu'à ce
qu'un orage vienne à se former. Alors le tonnerre gronde, la foudre
sillonne l'air, la pluie tombe comme si le ciel avait ouvert ses
cataractes; les rivières et les torrents grossis se précipitent dans
la plaine, qu'ils fertilisent de tous les détritus et des terres
limoneuses qu'ils ont arrachés au flanc des montagnes couvertes
de hautes forêts. Mais bientôt le calme se rétablit, les nuages
se dissipent, et le soleil luit de tout son éclat. Alors l'air est
rafraîchi non-seulement pour les habitants de la région de l'hivernage,
mais aussi pour ceux qui, de l'autre côté des montagnes, se trouvent
dans la saison des sécheresses, car la brise qu'ils reçoivent a lamé
cette fraîcheur dans la région humide qu'elle a parcourue.

Les orages, qui se répètent continuellement pendant la saison de
l'hivernage, ne se passent pas toujours comme je viens de l'indiquer:
souvent le tonnerre se fait à peine entendre, et la pluie tombe à
torrents pendant cinq à six jours sans interruption; ou bien le vent
ne suit pas son cours naturel. Dans moins de vingt-quatre heures,
il parcourt tous les points de la boussole; il se déclare alors des
ouragans ou _tay-foungs_, tels que je les ai décrits au commencement
de ce livre.

Généralement, ces grands bouleversements de l'atmosphère arrivent au
changement de mousson, pendant la lutte qui se livre entre le vent
de nord-est et celui de sud-ouest. A cette époque aussi il survient
des calmes de plusieurs jours, pendant lesquels les plus fortes et
les plus accablantes chaleurs de l'année se font sentir.



§ III.--Regne minéral.


Le règne minéral est très-riche dans les Philippines.

L'or s'y trouve en paillettes et en grains dans presque toutes les
rivières et les torrents.

Dans l'île de _Luçon_, les provinces de _Tondoc_, _Nueva-Ecija_,
_Camarines-Nord_, en fournissent abondamment.

M. Oudan de Virly, Parisien d'origine, a longtemps exploité une mine en
filon dans les montagnes nommées _Caragas_, dans l'île de _Mindanao_.

On trouve aussi à Luçon plusieurs mines de fer _hydraté_ et d'_aimant_
qui pourraient fournir à des exploitations gigantesques.

Dans la province de _Boulacan_, les montagnes d'_Angat_ sont presque
entièrement formées de ce minéral.

Dans la province de la _Laguna_, sur le territoire de _Moron_, il
existe une grande étendue couverte de blocs séparés de minerai de
fer, dont le rendement à la fonte n'est pas moindre de 80 p. 100. Ces
blocs, disséminés sur le sol, paraissent avoir été rejetés du sein
de la terre par une éruption volcanique.

On trouve aussi des mines de cuivre dans les provinces de _Batangas_
et de _Panpanga_; leurs échantillons indiquent qu'elles sont d'une
grande richesse.

Les _Igorrotès_ et les _Tinguianès_ connaissent, sans aucun doute,
sur leur territoire, des mines vraisemblablement très-riches de ce
métal; car ils fabriquent pour leurs usages des ustensiles grossiers
qui paraissent avoir été faits avec un seul bloc de cuivre, tiré de
la mine à l'état natif.

Le soufre, le charbon de terre y sont aussi très-abondants.

Enfin les roches basaltiques, le porphyre, le cristal de roche et les
agates se trouvent en abondance, ainsi que des marbres de diverses
couleurs.

Le granit y est peu connu; celui dont on se sert à Manille pour les
trottoirs est apporté de la Chine.

La pierre la plus utile, celle que l'on emploie pour la construction
des édifices, est une espèce de tuf volcanique très-solide, et aussi
facile à tailler que le tuf ordinaire.

La province de la _Laguna_ renferme une quantité considérable de
sources _thermales_ et _minérales_.

On trouve les premières à des températures différentes: elles ont
de 80 à 90 degrés aux environs du bourg de _Mainit_, et de 28 à 30
degrés à _Pagsanjan_ et à _Jala-Jala_.

Cette dernière localité renferme une grande variété de sources
minérales, ferrugineuses, acides et sulfureuses.

Dans un des ravins de _Jala-Jala_ on trouve du sulfate de fer en
grande quantité. C'est sans doute la dissolution de ce sulfate de
fer qui donne à quelques sources le goût acide.

Dans diverses autres parties de Luçon, aux environs de Manille entre
autres, il y a aussi plusieurs sources d'eaux minérales ferrugineuses.



§ IV.--Règne végétal.


C'est dans le règne végétal que la nature a déployé aux Philippines
toute sa magnificence.

Les hautes montagnes s'étendant du nord au sud dans tout l'archipel,
qui, à une époque reculée, ont éprouvé de si grands bouleversements
où les feux souterrains ont joué un si grand rôle, sont actuellement
le plus grand, le plus puissant auxiliaire qui puisse aider cette
luxuriante végétation.

Ainsi que je l'ai fait remarquer lorsque j'ai parlé du climat, ces
montagnes divisent l'année _en saison des pluies_ et _en saison des
sécheresses_.

Leurs versants _est_ et _ouest_, chacun à son tour, pendant six mois,
reçoivent abondamment les eaux du ciel.

Les vallées qui se trouvent entre les montagnes, les inégalités du
sol, les crevasses, les cratères éteints, sont autant de réservoirs
où, pendant ces six mois, se réunissent les eaux pluviales pour
s'échapper, pendant la saison des sécheresses, en sources et en
ruisseaux limpides qui vont serpenter dans les plaines et y porter
la fertilité et l'abondance.

Presque sans exception, toutes les montagnes sont recouvertes d'une
forte couche de terre végétale, et revêtues de la plus splendide
végétation qu'il y ait au monde.

Sur leurs versants se déroulent d'immenses forêts d'arbres gigantesques
de diverses essences, où se mêlent des _palmiers_, des _fougères
hautes comme des arbres_, des _bambous_, des _rotins_, des _pandanus_
et des _lianes_ de mille espèces, qui semblent avoir été créées pour
former, d'un arbre à l'autre, des décors de guirlandes de verdure,
de fleurs et de fruits.

La nature a pourvu à tout aux Philippines.

Ces hautes montagnes couvertes de bois précieux ont généralement un de
leurs versants (celui qui se trouve le plus exposé aux pluies) garni
de magnifiques et gras pâturages, où croissent diverses graminées,
particulièrement le _talaje_, espèce de canne à sucre sauvage, le
_cogon_, long et flexible, d'un usage précieux pour la couverture
des cases indiennes.

Dans ces beaux pâturages s'engraissent, sans aucun soin, d'innombrables
troupeaux de _buffles_, de _boeufs_, de _chevaux_ et de _timides
cerfs_, qui, la nuit, sortent en troupes des sombres forêts pour y
venir prendre leur pâture.

A l'époque des sécheresses, toutes ces graminées ont atteint une
hauteur de six à huit pieds.--Les Indiens prévoyants, pour renouveler
l'herbe trop sèche et trop dure, y mettent le feu. D'immenses incendies
se déclarent; la flamme, emportée par le vent, détruit tout sur
son passage jusqu'à la lisière des bois, où elle s'arrête toujours
[51]. Le sol, mis à nu, paraît brûlé et calciné; mais, trois jours
après, la nature a déjà repris ses droits. Il ne reste plus trace
de l'incendie, un tapis d'herbe tendre et verdoyante a remplacé les
désastres de l'incinération, et offre aux animaux une nourriture
abondante et succulente.

Les bois les plus remarquables par leur emploi dans l'industrie sont
les suivants:

Le _molauin_ ou _molave_, _vitex_ (didynamie de Linné). Son bois, de
la couleur du buis, est incorruptible et inattaquable par les insectes;
il est employé dans toutes les constructions exposées aux intempéries,
et particulièrement pour la membrure des vaisseaux.

Le _banaba_, mouchausia speciosa (polyadelphie de Linné). Le bois,
de couleur rose, sert pour toutes espèces de construction, et il
donne de belles fleurs couleur violette.

Le _palomaria_, calophyllum, inophyllum (polyadelphie de Linné),
fournit une gomme résine employée dans la médecine indienne; son
bois, léger et flexible, est d'une grande solidité, et il est employé
particulièrement pour la mâture.

Le _mangachapoi_, mocanera (polyandrie de Linné), et le _guio_, de
la même espèce, parviennent tous deux à une hauteur prodigieuse. Il
n'est pas rare d'en trouver de 30 à 40 mètres sur un équarrissage
de 70 à 90 centimètres sur toute leur longueur. Leur bois, compact,
serré, et d'une grande solidité, est employé pour les grandes pièces
de charpente, et notamment pour la mâture des jonques chinoises.

Le _dongon_, helicteres apelata (décandrie de Linné), est aussi un
arbre gigantesque, dont le bois solide est propre aux constructions.

L'_anobin_, arctocarpus maxima (monoécie de Linné), acquiert des
dimensions colossales; son bois, jaune, léger, et inaltérable dans
l'eau, est employé aux constructions navales, et particulièrement
pour faire des pirogues. Cet arbre est de la même famille que celui
connu sous le nom d'arbre à pain: en faisant des incisions à l'écorce,
il en découle une gomme dont les Indiens se servent pour prendre des
oiseaux, comme avec la glu.

La _narra_, ou _asana_, pterocarpus palidus (diadelphie de Linné). Le
bois est semblable à l'acajou pour la couleur. Cet arbre acquiert
des dimensions énormes; un seul tronc est souvent employé à faire une
embarcation qui peut charger plusieurs tonneaux; il est généralement
employé à faire des meubles, et particulièrement des tables d'une
seule pièce, qui peuvent contenir vingt et trente couverts.

Le _calantas_, cedrela odorata (pentandrie de Linné), est une espèce
de cèdre dont le bois a la couleur, l'odeur et toutes les propriétés
du cèdre du Liban; il est généralement employé pour les constructions
navales.

Le _baleté_, ficus indius (monoécie de Linné), est un arbre dont le
bois blanc et spongieux est peu employé; il parvient à une élévation
prodigieuse, et son tronc acquiert des dimensions colossales: c'est
avec son écorce que les sauvages font leurs vêtements et les cordes
de leurs arcs. J'ai déjà parlé de cet arbre dans le cours de mon livre.

Dans les espèces propres à l'ébénisterie, on trouve une grande variété:

L'ébène ordinaire; puis le _camagon_, ou _mabolo_, diospyros koki
(octandrie de Linné), qui donne un fruit savoureux, de la grosseur
et de la couleur de la pêche, et dont le bois est veiné de noir et
de blanc.

Le _malatapai_, diospyros pilosanthera (octandrie de Linné), donne
une ébène veinée de noir et de rouge.

Le _lanotan_, uvaria lanotan (polyandrie de Linné), dont le bois
blanc et compacte ressemble beaucoup à l'ivoire.

On trouve aussi aux Philippines des citronniers d'une dimension
prodigieuse, ayant plusieurs mètres de circonférence; et enfin pour
le commerce une grande variété de bois de teinture.

Il serait trop long de donner ici la nomenclature de tous les arbres
qui croissent dans les forêts des Philippines. La province d'_Ilocos
Nord_ en produit à elle seule cent seize espèces différentes, toutes
utiles et propres à l'industrie.

Auprès de ces arbres gigantesques et dont le bois est précieux, il
s'en trouve une multitude qui fournissent aux habitants des fruits
savoureux et d'excellents aliments.

Le _manguier_, manga mangifera india (pentandrie de Linné). Dans
aucun pays du monde cet arbre, qui atteint la taille de nos plus
grands chênes, ne fournit des fruits aussi savoureux et aussi variés
qu'aux Philippines.

Le _lanzones_, ekebergia de Jus. (ennéandrie de Linné), est un arbre
propre aux Philippines; il fournit un excellent fruit, qui a beaucoup
de rapport avec le _lechi_.

Le _chicos_, achras sapota (hexandrie de Linné), est un arbre dont
cinq ou six espèces donnent des fruits délicieux.

Le _macupa_, eugenia iambos (icosandrie de Linné), produit des fruits
d'une belle couleur rose et très-savoureux, ayant l'odeur de la rose.

Le _lumboi_, calyptrantes jambolana (icosandrie de Linné), se
trouve dans toutes les forêts; son fruit, de couleur violette, est
rafraîchissant et d'un goût agréable.

Le _santol_, sandoricum ternatum (décandrie de Linné), est un grand
arbre qui donne une prodigieuse abondance de fruits de la grosseur
d'une pomme.

Le camias, averrhoa bilimbi (décandrie de Linné), est un arbuste qui
produit un gros fruit, remarquable par sa propriété rafraîchissante.

Le _tamarinier_, le _papayer_, le _goyavier_, les diverses espèces
d'_orangers_ et _citronniers_, les _pamplemousses_, fournissent tous
des fruits aussi savoureux que variés, ainsi que les bananiers de
tant d'espèces dont j'ai déjà parlé.

Il y a aussi dans les forêts des Philippines une grande variété
de _palmiers_, parmi lesquels on en trouve qui servent d'aliment,
tel que celui qui donne le sagou; d'autres, d'où découle une
liqueur douce et agréable à boire; et enfin une grande quantité de
rotins, dont quelques-uns produisent un fruit agréable au goût et
très-rafraîchissant.

Le _rima_, arctocarpus maxima (monoécie de Linné), connu vulgairement
sous le nom d'arbre à pain, est aussi très-abondant aux Philippines.

Les plantes et les arbustes cultivés dans l'île de Luçon, et qui font
la richesse du pays, sont:


        Le _caféier_,
        Le _cacaotier_,
        L'_indigo_,
        Le _poivre_,
        Le _tabac_,
        Le _riz_, de diverses espèces;
        Le _froment_,
        Le _maïs_;
        Une grande variété de plantes légumineuses;
        La _canne à sucre_,
        L'_abaca_, espèce de bananier qui croît presque
        naturellement dans la province _d'Albay_;
        Diverses espèces de _cotonniers_.


J'aurai à entretenir le lecteur de ces diverses plantes lorsque je
parlerai de l'agriculture.

On cultive aussi des patates de diverses espèces.

Dans les forêts on trouve plusieurs genres de tubercules
très-abondants, et excellents comme nourriture.

Parmi les palmiers de diverses espèces, on trouve celui (dont j'ai
déjà parlé) qui produit le sagou, et celui dont la sève, d'une saveur
agréable, donne, lorsqu'elle est réduite au feu, une espèce de sucre
très-recherchée comme assaisonnement pour le riz.

Un pays aussi riche dans le règne végétal fournit également, à l'état
sauvage, les plus belles, les plus brillantes fleurs que l'on puisse
voir.



§ V.--Des habitants des Philippines.


Avant de m'occuper du règne animal, sur lequel je suis obligé de
m'étendre plus que je ne me l'étais proposé, je vais passer rapidement
en revue les diverses races d'hommes qui habitent les Philippines,
et chercher à établir, par des calculs et des rapprochements
approximatifs, l'origine probable de celles de ces races qui ne sont
pas connues.



Des Espagnols.


Les Espagnols et leurs créoles sont au nombre de 4,050 [52]. Ce
sont généralement, à part les créoles, des habitants de passage, qui
viennent aux Philippines comme employés du gouvernement ou négociants,
y séjournent le temps nécessaire pour y faire fortune, et retournent
dans leur patrie.

Il est remarquable que quelques milliers d'hommes puissent gouverner et
maintenir en paix une population de plus de trois millions d'habitants,
composée d'êtres si divers, braves et belliqueux, souvent cruels
envers leurs ennemis. Ce n'est ni par l'oppression ni par la force
brutale qu'ils les dominent, mais par une justice bien entendue,
scrupuleusement administrée, par un gouvernement tout paternel, et par
la plus juste indépendance dont puisse jouir l'homme en société. Si,
dans cette vaste administration, il se commet quelques abus, ce sont
des faits isolés, provenant d'employés subalternes, contre la volonté
du pouvoir.

Dans aucun pays du monde le peuple ne jouit d'une plus grande somme de
liberté et de plus larges prérogatives qu'aux Philippines. L'Indien,
à quelque classe qu'il appartienne, est un mineur qui a pour tuteur
la loi et ceux qui la font exécuter [53].

Il y aurait une grande étude à faire, une belle page à écrire sur la
conquête des Philippines, et sur cette maxime sublime du conquérant
disant à des peuples presque à l'état sauvage: «Vous êtes mes enfants;
mon Dieu m'envoie vers vous: fiez-vous à moi. Je vous offre l'appui
et l'indulgence qu'un père doit à la faible créature que la Providence
lui a confiée.»

Cette indulgence, cette justice que l'homme éclairé doit à son
semblable à l'état primitif, n'a point enrichi l'Espagne, mais elle
lui a donné plus que la richesse, la satisfaction d'avoir répandu
l'abondance, la paix et le bonheur parmi des peuples divisés et
décimés par des guerres de province à province; elle les a réunis
en une grande famille, leur a apporté ses lumières, ses relations,
les animaux domestiques qui leur manquaient, les préservatifs à
la terrible épidémie qui moissonnait leurs enfants [54], des lois
indulgentes qui protégent toutes les classes, l'ordre et la paix;
et enfin le culte d'un Dieu plein de bonté et de clémence, qui a
remplacé l'idolâtrie et le mensonge.

Tous ces bienfaits, si justement appréciés par les peuples auxquels
ils étaient offerts, et qui ont eu de si grands résultats pour leur
bonheur, ne valent-ils pas l'or et les richesses conquis par le fer et
la destruction? L'Espagne, en exécutant scrupuleusement le programme
qu'elle avait offert, en remplissant religieusement sa noble mission,
ne doit-elle pas s'enorgueillir de sa belle conquête?

Je serais heureux que cette page, écrite avec toute l'impartialité
d'un observateur consciencieux, pût inspirer à mon lecteur une partie
de l'admiration dont je suis pénétré pour cette noble nation, et
détruire les préventions qu'ont pu donner quelques fragments écrits
par des voyageurs de passage, qui saisissent avec avidité une faute
exceptionnelle, un abus inévitable dans une grande administration,
sans se rendre compte de l'organisation toute paternelle qui gouverne
un peuple encore dans l'enfance.

Il est un fait positif: c'est que l'Espagne a fait le bonheur de la
population indienne. Il serait trop long d'entrer ici dans tous les
détails de son administration; quelques lignes suffiront à démontrer
sa sollicitude pour cette classe d'hommes.

Le capitaine général des Philippines a le pouvoir et les attributions
de l'autorité royale en Espagne.

Il a pour adjoint un assesseur, espèce de ministre responsable,
qui prépare les décrets et les ordonnances soumis à sa signature.

Il est à la fois le chef civil et militaire, et il préside la cour
royale, la seconde autorité de la colonie.

Cette cour se compose d'un régent, de cinq conseillers (_oïdores_) et
de deux _fiscaux_, l'un pour le civil, l'autre pour le criminel. Ces
deux fiscaux sont spécialement chargés de protéger les Indiens.

L'un des membres de la cour royale est nommé juge contre
l'esclavage. Il n'y a pas d'esclaves aux Philippines. Cependant,
comme cet abus pourrait se présenter, le magistrat dont il s'agit
est spécialement chargé de le surveiller et de le réprimer au besoin.

L'archipel est divisé en provinces. Chaque province est gouvernée
par un _alcade_. Comme souvent il est, dans sa province, le seul et
unique Espagnol, il a droit à une garde de vingt à trente indigènes.

Chaque province est divisée par bourgs, et chaque bourg est administré
par un _gobernadorcillo_ et son conseil municipal, indigènes élus
d'après le mode que j'ai indiqué.

Le capitaine général gouverne, promulgue des lois, rend des décrets.

La cour royale fait exécuter les lois, rend la justice, et protége
la classe indienne contre les abus.

L'alcade, dans la province, remplit les fonctions du gouverneur, fait
exécuter les décrets, et reçoit des percepteurs les fonds provenant
de l'impôt.

Le _gobernadorcillo_, dans son bourg et avec le conseil municipal,
administre la commune et exécute les ordres de l'alcade.



Des Indiens convertis au christianisme.


La population indienne soumise au christianisme s'élève à 3,304,742
âmes. A l'époque de la conquête, elle était fort inférieure à ce
chiffre. Elle était divisée en grandes peuplades qui se gouvernaient
elles-mêmes, et qui parlaient chacune un idiome différent. Ces idiomes
paraissent dériver du tagaloc, lequel a lui-même une certaine analogie
avec la langue malaise.

Les noms de ces diverses peuplades et leurs idiomes se sont conservés;
ils ont servi aux Espagnols dans la division de l'archipel en
provinces.

En commençant par le nord de Luçon, on trouve les provinces
de _Cagayan_, habitées par les _Cagayanès_, qui ont une langue
particulière;

En descendant vers le sud, les provinces d'_Ilocos___, qui ont aussi
un idiome particulier, l'_ilocano_;

Celles de _Pangasinan_ et de _Panpanga_, où l'on parle le _panpango_;

Les provinces de _Zembales_, _Nueva-Exija_, _Bulacan_, _Tondoc_,
_la Laguna_, _Tayabas_ et _Batangas_, habitées par les _Tagalocs_,
qui parlent la langue _tagale_;

En allant toujours vers le sud, les provinces de _Camarinès_, _Albay_,
et tout le groupe des îles que l'on nomme _Bisayas_, où l'on parle
le _bisayo_.

Les habitants de ces diverses provinces, dont la langue varie,
présentent aussi une différence marquée dans leur type et leur
physionomie. Doit-on attribuer cette différence à la variété des
races? ou n'est-ce pas des hommes de même origine qui, sous l'influence
du climat et des habitudes, auraient subi un changement dans leurs
formes et leurs couleurs primitives?

Quoi qu'il en soit, il est un fait certain, c'est que de toute cette
diversité d'hommes, _Cagayanès_, _Ilocanos_, _Panpangos_, _Tagalocs_
et _Bisayos_, aucune n'est originaire des Philippines.

Il est probable qu'elles sont un mélange d'hommes de différentes
nations, que des circonstances fortuites ont amenés dans une partie
de l'archipel.

Que l'on jette un coup d'oeil sur la carte, et l'on verra les
Philippines entourées, d'un côté, par le _Japon_, la _Chine_, la
_Cochinchine_, _Siam_, _Sumatra_, _Bornéo_, _Java_, les _Célèbes_, et,
de l'autre côté, par toutes les îles dont est semé l'océan Pacifique.

On peut supposer, de ce voisinage, que les premiers conquérants,
établis dans cet archipel contre la volonté des _Ajetas_, véritables
aborigènes dont je parlerai bientôt, auront eu des relations, soit
par le commerce, soit par des naufrages, avec les divers peuples qui
les environnaient, et avec les _Ajetas_ eux-mêmes. De ces relations
il est sans doute résulté un si grand mélange de races, que les types
primitifs se sont presque entièrement effacés.

A l'appui de cette opinion, je puis citer un fait dont j'ai déjà parlé:
mon curé de _Jala-Jala_, le père _Miguel_, naturel de la province
de _Tayabas_, connaissait exactement l'origine de sa famille; il
descendait du mariage d'un _Japonais_ avec une femme _tagaloc_,
et on remarquait chez lui tous les traits _japonais_.

Cependant le _type malais_ est le plus généralement répandu, et celui
qui est demeuré le plus apparent.

Il est probable que les _Malais_ furent les premiers qui occupèrent
les côtes de l'archipel des Philippines, et qu'à ceux-ci se mêlèrent
successivement quelques _Ajetas_, des _Japonais_, des _Chinois_,
et des habitants si variés de la _Polynésie_.

Les Indiens soumis aux Espagnols diffèrent fort peu, dans leurs
coutumes et leur caractère, des _Tagalocs_ que j'ai décrits et fait
connaître.



De la langue tagale.


On a recherché l'origine des divers idiomes en usage aux
Philippines. Quelques personnes les font provenir du chinois et du
japonais; d'autres, de l'hébreu ou du malais. Cette dernière opinion
paraît la plus vraisemblable, si l'on considère la langue _malaya_
comme primitive.

Dans le _bisayo_ et le _tagaloc_, d'où dérivent tous les idiomes parlés
aux Philippines, on trouve un grand nombre de mots _malayos_, et qui
ont la même signification dans les deux langues. On en trouve aussi
d'exactement semblables, mais qui ont une signification différente.


    Ainsi, _Olo_, tête;
    _Puti_, blanc;
    _Languit_, ciel;
    _Mata_, yeux;
    _Susu_, saint;
    _battu_, pierre, sont les mêmes en _togaloc: bisayo_
    et _malayo_.


Beaucoup d'autres mots varient fort peu. Ainsi, en _malayo_, _lina_
veut dire _langue_; _babi_, _porc_; en _tagaloc_, _dila_ signifie
_langue_; _babui_, _porc_.

Il faut considérer que les idiomes des Philippines ont été
singulièrement altérés par les divers dialectes qui s'y sont mêlés. La
langue espagnole a fourni les caractères qui lui sont propres aux
idiomes des races placées sous la domination de cette nation.

On ne retrouve plus de documents écrits avec les premiers caractères de
la langue tagale. Les anciens _Tagalacs_ écrivaient sur les feuilles
d'un arbre nommé _banava_; ils traçaient leurs caractères sur ces
feuilles au moyen de la pointe d'un _bambou_.

La langue tagale est claire, riche, élégante, métaphorique et
poétique. Elle prête beaucoup à l'improvisation, pour laquelle le
_Tagaloc_ a un goût prononcé.

L'écriture, avant l'adoption des caractères espagnols, allait de
droite à gauche, à la manière orientale.

L'alphabet _tagaloc_ ne possédait que dix-sept lettres, dont trois
voyelles ayant la même valeur que les voyelles de notre langue.

A et E ont le même son que I, et un autre son qui équivaut à O et
U. De là vient une grande diversité dans la prononciation. Ainsi le
mot _tubi_ (qui signifie permettez-moi) se prononce _tobe_; _olo_
se prononce _ulu_.

Les consonnes sont au nombre de quatorze; elles se prononcent toujours
avec la finale A. Ainsi les lettres C, M se prononcent _CA, MA_. Mais
en plaçant un point au-dessus, cette prononciation se change en E
ou en I. Le même point mis au bas, la finale se change en _O_ ou
en _U_. Les lettres _C_ et _S_ ont la même valeur. Le D se prononce
souvent comme R: ainsi _madali_ se prononce _marali_. F se change en
P. Souvent le C se change en M, le G en Y.

Dans la poésie, les syllabes Ge-Ji se prononcent quelquefois comme
_guy_.

H se prononce d'une manière gutturale, comme la _J_ espagnole;
Q comme K, et U comme _ou_.

La langue tagale a ses noms, qui se déclinent en six genres; elle
a aussi ses conjonctions: de telle sorte que l'on peut écrire le
_tagaloc_ et le _bisayo_ comme nos langues européennes.

On a publié à Manille, en langue tagale, divers ouvrages en vers et
en prose, par exemple, une traduction de l'Écriture sainte, diverses
tragédies, des odes, etc.



Métis espagnols-indiens, chinois-indiens, et métis chinois-espagnols.


Les métis _espagnols-indiens_ sont au nombre de 8,584. Les métis
_chinois-indiens_ et les métis _chinois-espagnols_ sont les plus
nombreux: on en compte 180,000. Ils sont répandus dans tout l'archipel,
et gouvernés par les mêmes lois que celles qui régissent les Indiens,
sans différence de priviléges.



Des Chinois aux Philippines.


A l'époque du dernier recensement, en 1845, on comptait dans toutes
les Philippines 9,901 Chinois.

Depuis, la cour de Madrid ayant accordé de nouveaux priviléges aux
naturels du Céleste Empire afin d'encourager l'immigration, leur
nombre a dû augmenter considérablement.

Ce sont, en général, des hommes laborieux, s'occupant, avec une
remarquable aptitude, d'agriculture, d'industrie, et particulièrement
de commerce. Aussi économes qu'habiles, ils sont peut-être les
premiers commerçants du monde. Lorsqu'ils ont amassé une fortune assez
considérable pour que le tiers puisse satisfaire la cupidité de leur
mandarin, le second tiers celle de leur famille, et leur dernier tiers
leur suffire à eux-mêmes, ils retournent volontiers dans leur patrie.

Comme c'est uniquement l'intérêt matériel qui les amène aux
Philippines, ils s'y marient et y changent facilement de religion;
mais s'ils y trouvent leur compte, lorsqu'ils rentrent en Chine ils
reprennent leur ancienne religion, et souvent même la femme qu'ils
y avaient laissée.

Les Chinois ont à Manille une juridiction à part, mais à peu près
semblable à celle des _Tagalocs_, c'est-à-dire qu'ils nomment entre
eux leur _gobernadorcillo_, ainsi que les collecteurs de l'impôt
qu'ils sont tenus de payer au gouvernement espagnol.

Ainsi qu'on vient de le voir, la population de l'archipel des
Philippines, gouvernée par les lois espagnoles, se compose:


    1º De la population blanche.        4,050 habitants.
    2º Métis _espagnols-indiens_.       8,584 habitants.
    3º Métis _chinois-espagnols_ et
       _chinois-indiens_.             180,000 habitants.
    4º Indiens.                     3,304,742 habitants.
    5º Chinois.                         9,901 habitants.

    Ensemble.                       3,507,277 habitants.



Des infidèles.


Au centre de l'île de Luçon se trouve une étendue de terres de quatre
cent cinquante lieues carrées, que les Espagnols nomment _le pays
des infidèles_.

Cette partie de l'île est habitée par des peuples insoumis, vivant plus
ou moins à l'état sauvage, mais en grandes réunions, se garantissant
des intempéries des saisons sous un toit dans le genre des cases
indiennes, vivant de chasse, d'un peu d'agriculture, et empruntant
aux arbres de la forêt l'écorce qui leur sert de vêtement.

Les _Ajetas_ sont les seuls qui, dans l'état de primitive nature,
habitent indistinctement presque toutes les montagnes de l'île de
Luçon. Ces peuples, dont l'origine se perd en vaines conjectures,
changent de nom selon les localités qu'ils habitent, ou portent celui
qu'ils se sont donné eux-mêmes. En 1838, le gouvernement espagnol
voulut tenter de les soumettre, et fit pénétrer chez eux une petite
armée. Cette expédition fut obligée de se retirer sans avoir rempli
le but qu'on s'était proposé [55]. On ne connaîtra leurs moeurs que
lorsqu'on aura pu les aller étudier chez eux-mêmes.

Les _Tinguianès_ et les _Igorrotès_ sont ceux chez lesquels j'ai le
plus voyagé. J'ai donné dans ce livre d'assez longs détails sur leurs
coutumes et leurs moeurs; je crois inutile de me répéter.

Il serait difficile d'indiquer d'une manière exacte l'origine des
_Tinguianès_, de même que celle des peuplades qui les avoisinent. Il
paraît cependant certain qu'ils ne sont point aborigènes des
Philippines.

Les _Tinguianès_, par leur couleur, leurs belles formes, leurs
cheveux longs, leurs yeux bridés, le prix qu'ils attachent aux vases
en porcelaine, leur musique, par l'ensemble de leurs habitudes enfin,
pourraient bien descendre des Japonais. Peut-être, à une époque sans
doute bien reculée, des jonques japonaises, poussées par la tempête,
auront-elles fait naufrage sur la côte nord-est de _Luçon_. Les
équipages, dans l'impossibilité de retourner dans leur pays, pour se
soustraire aux _Ajetas_ ou aux habitants des côtes, se seront réfugiés
dans l'intérieur des montagnes, dans des lieux où la difficulté de
pénétrer aura pu les mettre à l'abri des poursuites de leurs ennemis.

Les marins japonais, dont la navigation est généralement limitée au
simple cabotage sur leurs côtes, embarquent ordinairement leurs femmes
avec eux. J'ai eu l'occasion de m'en assurer à bord de deux jonques de
cette nation qui avaient été poussées par une tempête, et s'étaient
abritées sur la côte est de Luçon. Elles y séjournèrent quatre mois,
pour attendre avec la mousson du nord-ouest qu'un vent favorable leur
permît de retourner dans leur pays. Si elles n'avaient pas trouvé
un gouvernement protecteur, leurs équipages auraient été obligés,
comme je suppose qu'ont dû le faire les premiers _Tinguianès_, de
se réfugier dans les montagnes. Ces derniers ayant quelques femmes,
s'en seront procuré d'autres, soit des _Ajetas_ ou des populations
environnantes. De ce mélange, de l'influence du climat, il sera
résulté des types différant du primitif, et, sous ce beau ciel,
dans ce magnifique pays, leur nombre se sera rapidement accru.

Ne seraient-ils pas encore descendants des _Dajacks_, que l'on croit
être les habitants primitifs de Bornéo?

Comme les _Tinguianès_, les _Dajacks_ ont la coutume de couper la tête
de leurs ennemis, et de les emporter comme trophée de victoire. De
même qu'eux également, ils attachent un grand prix aux vases,
qui sont une marque de noblesse et de richesse pour celui qui les
possède. Dans leurs fêtes, d'après M. Temminck, ils font des libations
de _docok-katan_, boisson enivrante préparée avec du riz fermenté qui
lui donne la couleur laiteuse que prend le _bassi_ des _Tinguianès_,
lorsqu'ils y ont dissous les cervelles de leurs ennemis. Enfin,
comme ces derniers, les Dajacks portent une espèce de turban et une
ceinture faits avec la seconde écorce d'une espèce de figuier.

Aujourd'hui la race des _Tinguianès_ habite seize villages [56].

Les _Igorrotès_, que j'ai eu bien moins l'occasion d'étudier,
paraissent être, et on le croit généralement, les descendants de la
grande armée navale du Chinois _Lima-on_, qui, après avoir attaqué
Manille le 30 novembre 1574, s'était réfugié avec son armée dans le
golfe de _Lingayan_, province de _Pangasinan_. Là il fut de nouveau
attaqué et battu. Sa flotte, complétement détruite, une grande partie
des équipages prit la fuite, et se sauva dans les montagnes, où les
Espagnols ne purent les poursuivre.

Les _Igorrotès_ sont de petite stature; ils ont les cheveux longs,
les yeux à la chinoise, le nez un peu gros, les lèvres épaisses, les
pommettes prononcées, de larges épaules, les membres gros et nerveux,
et la couleur fortement cuivrée. Ils ressemblent beaucoup aux Chinois
des provinces avoisinant la Cochinchine.

Je n'émets ici qu'une opinion basée sur des probabilités. On
ne connaîtra sûrement jamais d'une manière exacte l'origine des
_Tinguianès_ et des _Igorrotès_, pas plus que celle des _Guinanès_,
des _Buriks_, _Busaos_, _Ibréis_, _Apayoos_, _Gadanos_, _Caluas_,
_Ifugos_ et _Ibilaos_.

Toutes ces populations, si différentes entre elles, habitent _la terre
des infidèles_. On ne peut que supposer qu'ils descendent des Chinois,
des Japonais, des Malais et des naturels de la Polynésie.



Des Ajetas ou Négritos.


Si on se perd en conjectures sur l'origine des habitants de _la
terre des infidèles_, il n'en est pas de même des Ajetas. Toutes les
traditions indiennes s'accordent à dire qu'ils sont les véritables
aborigènes et les anciens possesseurs des Philippines.

A certaine époque ils étaient si nombreux, si puissants, que beaucoup
de villages _tagalocs_ les reconnaissaient pour maîtres et seigneurs du
sol, et leur payaient un tribut annuel en riz, en patates, ou en maïs.

Ainsi que j'ai déjà eu occasion de le dire, tous les ans, à une
époque déterminée, ils descendaient de leurs montagnes, sortaient
de leurs forêts, et obligeaient les _Tagals_ à payer le tribut. Si
ces derniers refusaient, ils leur déclaraient la guerre, et ne
retournaient dans leurs forets qu'après avoir coupé quelques têtes
à leurs vassaux. Ils emportaient ces têtes comme trophées et comme
preuves de leur domination.

Après la conquête des Philippines, les Espagnols prirent la défense des
_Tagalocs_; et les _Ajetas_, éprouvant pour la première fois l'effet
des armes à feu, furent saisis d'effroi, obligés de demeurer dans leurs
forêts et de renoncer à l'exercice de leurs droits de suzeraineté.

J'ai déjà eu l'occasion, lorsque j'ai raconté mon voyage chez les
_Ajetas_, de parler longuement de cette race d'hommes, la seule
qui vit, aux Philippines, à l'état de nature primitive. C'est
la plus nombreuse, la plus répandue.--Elle n'est susceptible
d'aucune civilisation, et a donné, dans plus d'une occasion, la
preuve irrécusable qu'elle préfère sa vie nomade, l'ombre des bois
pour abri, l'écorce des arbres pour vêtements, la terre nue pour
reposer ses membres, la poursuite de sa proie pour assouvir sa faim,
aux douceurs et au confortable de la vie civilisée. Elle peut être
comparée à certains animaux sauvages qu'on n'a jamais pu réduire à
l'état de domesticité.

Un archevêque de Manille avait pu se procurer un _Ajetas_ tout
à fait en bas âge. Il le fit élever avec une sollicitude toute
paternelle. Après lui avoir fait donner une instruction solide,
il le destina à l'état ecclésiastique; mais lorsqu'il fut devenu
vicaire, et par conséquent entièrement libre, pouvant mener une
existence paisible et heureuse, il se rappela son enfance, sa vie
nomade d'autrefois, ses montagnes et ses forets. Tout à coup il se
dépouille de sa soutane, reprend le vêtement primitif de ses parents,
s'enfuit, et va les rejoindre. Toutes les tentatives qu'on a pu faire
pour le ramener à la vie civilisée furent inutiles.

On pourrait citer bien des exemples de ce genre.

Il serait impossible de déterminer, même approximativement, la
population des _Ajetas_. Elle a dû considérablement diminuer depuis
la conquête des Philippines; elle finira par disparaître entièrement.



§  VI.--Règne animal.



Mammifères.

Les animaux domestiques que possédaient les habitants des Philippines
avant l'époque de la conquête, et ceux qui peuplaient leurs forêts,
ont conservé leurs noms _tagals_; ainsi:


    _Cambin_, chèvre;
    _Babui_, porc;
    _Asso_, chien;
    _Poussa_, chat;
    _Oussa_, cerf;
    _Carabajo_, buffle;


Les animaux domestiques apportés par les Espagnols ont conservé,
ou à peu près, les mêmes noms qu'en Espagne:


    _Caballo_, cheval;
    _Vaca_, vache;
    _Carnero_, mouton, etc., etc.



Des quadrumanes, en langue Tagaloc, matchin.


Les singes sont peu variés aux Philippines. A _Mindanao_ on en remarque
qui sont albinos, tout à fait blancs, ayant les yeux rouges et la
peau d'un joli rose. Cette variété est recherchée par les Chinois,
qui les élèvent à l'état de domesticité comme animaux curieux.

Les deux espèces que l'on trouve dans l'île de Luçon, connus sous le
nom de _bonnets-chinois_, macacus niger, que les _Tagalocs_ nomment
_matschin_, vivent par petites familles dans les grands bois, et de
préférence aux environs des champs cultivés. L'étude de leurs moeurs
serait assez curieuse; mais je crains d'abuser de la patience de mon
lecteur, et je me bornerai à faire connaître qu'ils ont l'instinct le
plus intelligent pour satisfaire leur appétit vorace et se défendre
de leurs ennemis.

J'ai souvent vu autour d'une cage, espèce de piége pour les prendre,
toute une petite famille. Celui qui paraissait le plus âgé se
donnait tous les soins qu'aurait pu prendre un grand'père pour ses
petits-enfants; il semblait les empêcher de s'approcher de la cage;
lorsqu'il les avait placés à une certaine distance, il s'en approchait
seul, prenait un morceau de bois, le fourrait à l'intérieur de la cage,
à travers les barreaux, et en retirait adroitement et sans danger les
épis de riz qui y avaient été mis comme appât. Lorsque les Indiens
voyaient tant de précautions, ils disaient: «Nous n'en prendrons
point de cette famille, car les écoliers ont un vieux maître avec eux.»



Des quadrupèdes.


Il y a peu de variétés dans les quadrupèdes. La nature, qui a prodigué
tous ses bienfaits aux Philippines, n'y a point fait naître d'animaux
féroces, et dans le genre carnassier on ne compte qu'une petite espèce,
peu nuisible, comme on le verra.

Les chevaux, les boeufs et les moutons, comme je l'ai déjà fait
savoir, ont été apportés par les conquérants. Dans ce beau pays,
dans ces gras pâturages, où ils vivent presque en liberté, ils ont
prospéré d'une manière si extraordinaire, qu'un boeuf gras rendu
à Manille ne se vend pas plus de 60 à 70 francs; un beau cheval,
depuis 50 jusqu'à 100 francs. Les moutons n'ont pas de valeur; les
Indiens ne se donnent pas la peine d'en conduire au marché.

Le porc paraît de la même race que celui de Chine. Il est
très-abondant; sa chair est l'aliment préféré des Indiens, qui ne
manquent jamais d'en pourvoir abondamment leur table dans les grands
festins.

Le chien et le chat sont des animaux qui se trouvaient aux Philippines
lors de la conquête. Une espèce de chien paraît particulière à Luçon:
c'est un dogue d'une taille monstrueuse et d'une férocité remarquable;
il a le poil court, d'une couleur jaunâtre, un peu plus foncé que celui
du lion. Cette belle race tend à disparaître; lors de mon séjour aux
Philippines, il était fort difficile de s'en procurer.



1. Le buffle sauvage (carabajo-bondoc).


Le buffle sauvage est de la taille de nos plus grands boeufs. Sa
couleur est noire, et sa peau, semblable à celle de l'éléphant, peu
couverte de poil. Il est armé de deux magnifiques cornes qui, à leur
base, se réunissent presque sur le front, et dont les extrémités sont
très-aiguës. Il s'en sert avec une remarquable adresse. Il ressemble
beaucoup au buffle domestique pour les formes. Cependant il est à
observer que jamais il n'a été possible de le réduire à l'état de
domesticité, pas même à l'âge le plus jeune; ce qui ferait supposer
que cette espèce est différente de celle du buffle domestique, qui
sans doute est originaire de la Chine ou des îles de la Sonde.

Cet animal est aussi féroce que sauvage. Le jour, il habite l'intérieur
des forêts les plus sombres, particulièrement les lieux marécageux;
la nuit, il sort dans la plaine pour y chercher sa pâture. Son
instinct le conduit à faire une guerre acharnée à l'homme, son
seul ennemi. Lorsqu'il peut le surprendre, il se plaît à mettre son
corps en lambeaux avec ses cornes aiguës. Aussi, dès qu'un Indien
aperçoit un buffle, il se hâte de grimper sur un arbre, où cependant
il n'est pas encore à l'abri du danger. L'animal demeure souvent
des journées entières au pied de l'arbre pour y attendre sa proie
à la descente. Dans ce cas de persistance, le seul moyen de s'en
débarrasser est de lui jeter les vêtements que l'on a sur soi. Il
les met en morceaux, et lorsqu'il croit avoir fait beaucoup de mal
à celui qu'il attendait, il se retire dans la forêt la plus voisine.

Sa chasse, comme on l'a vu, est remplie de dangers, pleine
d'émotions. Aussi est-ce celle que préfèrent les grands chasseurs
indiens; elle est pour eux une véritable fête.

Sa chair, composée de fibres beaucoup plus fortes que celle des
boeufs, est très-bonne à manger. Sa peau, d'une ténacité et d'une
force incroyables, coupée en petites lanières, sert à faire des lacets
et des courroies qui résistent à un attelage de trente à quarante
buffles. De ses longues cornes, les Indiens font de jolies cannes,
des boîtes, des peignes et des tabatières.



2. Le buffle domestique (_carabajo_).


Le buffle domestique est presque entièrement noir; seulement il a
les genoux blancs, et une raie de la même couleur sous le poitrail.

On en voit cependant quelquefois qui sont entièrement blancs, dont
la peau est rose et les yeux rouges: ce n'est point une variété,
mais bien un accident de la nature.

De tous les animaux domestiques, c'est celui qui rend le plus de
services à l'homme. Il est plus doux, plus fort, et a plus d'instinct
que le boeuf.

Jusqu'à l'âge de quatre à cinq ans, il vit en liberté dans les
montagnes et les forêts. C'est à cet âge que les Indiens le prennent
pour le dompter. Il est alors comme un animal sauvage, qu'il faut
poursuivre avec de bons chevaux et de forts lacets. On ne se rend
maître de lui qu'après l'avoir assujetti, au moyen de fortes cordes,
au tronc d'un arbre, et lié de tous côtés. Il faut encore prendre des
précautions pour l'approcher. Il n'est entièrement vaincu que lorsqu'on
lui a percé la cloison qui sépare les deux naseaux, et qu'on y a passé
un anneau en fer ou en rotin. A cet anneau on attache la longe pour
le conduire, comme la bride sert à diriger le cheval.

Après cette dernière opération, il devient tout à fait
inoffensif. Il a reconnu son impuissance, et il se laisse facilement
conduire. Cependant, s'il est méchant ou rétif, on lui donne pour
gardien un enfant: son instinct lui fait comprendre qu'il n'a pas
de mauvais traitement à craindre de la part d'une faible créature;
aussi jamais ne lui fait-il aucun mal.

Sa nourriture est des plus faciles. Il mange toute espèce d'herbes,
celles délaissées par les animaux les moins dégoûtés. Il va chercher
sa pâture dans les plaines, dans les ravins, dans les sombres forêts,
sur les montagnes les plus escarpées, et au fond des eaux, où il
broute pendant les heures de chaleur avec la même facilité que dans
les lieux secs.

C'est le seul animal que les caïmans n'osent pas attaquer. Lorsque
plusieurs femelles, pendant la chaleur, sont plongées avec leurs petits
dans le lac où se trouvent des caïmans, elles ont soin de former un
cercle au milieu duquel elles les placent, pour les préserver de la
surprise du caïman. Celui-ci n'ose pas attaquer les grands, mais il
pourrait fort bien enlever un des petits.

L'Indien associe le buffle à tous ses travaux. C'est avec lui qu'il
laboure ses champs, son jardin, les terrains secs et ceux couverts
d'eau jusqu'à mi-jambe, destinés aux plantations de riz. C'est
aussi avec lui qu'il fait ses charrois, ses transports à dos dans les
montagnes, par des routes presque impraticables. Il lui sert également
de monture, comme le cheval, pour faire de longs trajets. Sa force
permet au buffle de porter à la fois trois ou quatre hommes.

L'Indien se sert aussi de cet utile animal pour traverser de larges et
profondes rivières et des étendues d'eaux considérables. La bride à la
main pour le diriger et l'empêcher de plonger, il se place debout sur
son large dos, et le patient animal nage en suivant la direction que
son maître lui indique; souvent il traîne en même temps sa charrette,
qui flotte derrière lui.

De tous les herbivores, c'est assurément le plus patient, celui dont
l'instinct est le plus développé. Il sait quand il commet un dommage
quelconque. Lorsqu'il est dans un champ cultivé, s'il y est surpris,
il se cache; et s'il s'aperçoit qu'il a été découvert, il se sauve
comme un voleur pris en flagrant délit.

J'ai souvent vu des bûcherons, travaillant dans la forêt à une grande
distance de leur demeure, atteler leurs buffles à une pièce de bois,
et leur dire: _Va à la maison_. Les patients animaux partaient, sans
guide, marchaient, suivaient leur route en évitant avec précaution les
mauvais pas et ce qui aurait pu entraver leur marche, et arrivaient
à l'habitation de leur maître.

Son attelage est des plus simples et des plus commodes: il consiste
en un morceau de bois courbé naturellement, de la forme du garot
(_voyez_ fig. B). Ce collier prend le col, et descend jusqu'au milieu
des épaules; il est attaché au-dessous du col avec une corde ou une
liane, et les traits sont fixés aux deux extrémités.

La femelle, peu employée aux travaux, produit beaucoup de lait,
et aussi bon que la meilleure crème. On en fait du beurre d'un goût
agréable et d'excellents fromages.

La chair du buffle est presque aussi bonne que celle du boeuf; mais
on en fait peu d'usage aux Philippines.

C'est un animal tellement utile à l'agriculture, que, malgré la
modicité de son prix (40 à 60 fr. pour un beau buffle de travail, et
20 à 25 fr. pour un jeune buffle venant d'être dompté), les Espagnols
ont fait une loi pour protéger sa vie. Ainsi, un Indien n'a le droit
d'abattre son buffle que lorsqu'un jury spécial l'a autorisé, et a
déclaré qu'il n'est plus en état de servir à l'agriculture.

Je considère que cet animal serait de la plus grande utilité pour nos
colonies d'Afrique, et aussi pour la Corse. Il détruirait les herbes
qui poussent dans les marais et sur leurs berges, les nombreux insectes
qui y prennent naissance, et contribuerait ainsi à faire disparaître
les émanations qui produisent le mauvais air.



3. Le cerf (_oussa_).--Cervus Philippinensis.


De tous les mammifères, le cerf des Philippines est le plus
nombreux. Il habite les montagnes, les forêts, et se cache dans les
hautes herbes.

Le mâle a un bois beaucoup plus petit que nos cerfs d'Europe. Jamais
il ne porte plus de trois andouillers.

Sa chasse est un des plus grands amusements des Indiens, qui le
poursuivent souvent avec de bons chiens jusqu'à le mettre aux abois;
ou bien, armés d'une longue lance et montés sur de bons chevaux,
ils le suivent de toute la vitesse de leur monture, jusqu'au moment
où ils peuvent l'atteindre. Ils le prennent aussi avec des filets
ingénieusement fabriqués; mais cette dernière chasse, exigeant beaucoup
moins d'adresse et d'exercice, est à la fois trop facile et trop
abondante pour leur procurer le même plaisir que les deux premières.

Sa chair est d'un goût savoureux, bien meilleure que celle de nos
cerfs d'Europe, préférable même à nos meilleures viandes de boucherie.

Les Chinois attribuent une grande vertu médicinale au jeune bois
lorsqu'il est encore recouvert de sa peau. Ils payent jusqu'à 30 et 40
fr. une paire de jeunes bois. Ils les font sécher pour les conserver
et les administrer en poudre dans certaines maladies.

Ils attribuent aussi une grande vertu aphrodisiaque aux tendons, et
tous les ans ils en exportent pour la Chine une quantité considérable.



4. Le sanglier (_babui-damon_).


Le sanglier que les Indiens nomment _babui-damon_ (cochon d'herbes)
est presque semblable au porc domestique des Philippines. Le mâle
seulement en diffère par deux énormes glandes garnies de soies longues
et dures, placées des deux côtés du cou, près des os maxillaires.

Il habite les lieux les plus sombres et les plus fourrés des forêts, où
il trouve abondamment, pour sa nourriture, des fruits et des racines,
ainsi que de gros bulimes, espèce de limaçon dont il est très-friand.

On le chasse avec des chiens, des filets, et avec la lance. On lui
fait, avec cette arme, une chasse particulière aux Philippines,
et assez singulière pour mériter une description.

A l'époque des pluies, les sangliers qui habitent les grands bois
situés sur le sommet des montagnes souffrent du froid. Pour s'en
garantir, ils coupent avec leurs dents une énorme quantité d'herbes
et de jeunes plantes. Ils en font un immense tas, et se blottissent
dessous quelquefois au nombre de douze. Les chasseurs sont armés de
lances préparées pour cette chasse, dont le fer tient faiblement par
sa douille à la hampe, et qui cependant y est attaché par un bout
de corde; de façon que le fer se détachant de la hampe y reste fixé,
et forme une espèce de crochet qui s'embarrasse dans les broussailles
et arrête l'animal dans sa fuite.

Ces dispositions faites, les chasseurs parcourent la forêt, et
lorsqu'ils aperçoivent un de ces grands tas d'herbes, ils s'en
approchent avec précaution. S'ils voient se dégager au-dessus de ce
monticule une vapeur comme celle que produit notre haleine par un temps
froid, c'est pour eux l'indication certaine que des sangliers y sont
couchés. Alors, à un signal convenu, ils envoient tous leurs lances
comme des javelots, dans la direction où ils croient devoir atteindre
leurs proies. Les sangliers s'enfuient précipitamment. Ceux qui ont
été blessés emportent la lance; mais au moindre mouvement la hampe
se détache du fer, s'accroche dans les broussailles, arrête l'animal,
et les chasseurs achèvent de le tuer avec une autre lance.

Comme le sanglier d'Europe, le mâle est armé de deux fortes
défenses. Sa chasse doit toujours se faire avec précaution; car,
ainsi qu'on l'a vu, il ne ménage pas le chasseur lorsqu'il tombe en
son pouvoir.

Sa chair est d'un goût exquis, délicat, préférable à celle de toute
espèce d'animaux sauvages.



5. La civette (_moussan_ et _alimous_).


Deux espèces de civettes sont connues aux Philippines: l'une, d'une
couleur grise, mouchetée et rayée de noir, de la grosseur d'un chat,
nommée par les Indiens _moussan_; l'autre, plus petite, couleur de
tabac, nommée _alimous_. Ces deux espèces ont les mêmes habitudes;
elles se tiennent dans les bois, et font la chasse aux petits oiseaux,
aux rats, aux reptiles et aux insectes.

C'est de la civette nommée _moussan_ que les Indiens retirent
le musc. Ils les enferment, les élèvent dans des cages, et les
nourrissent de poisson. Tous les matins, à travers les barreaux de
la cage, ils leur saisissent la queue pour les rendre furieuses, et,
après les avoir tourmentées pendant un quart d'heure, ils retirent,
avec une petite spatule en argent, l'humeur qui a été sécrétée entre
les deux glandes qui produisent le musc.

A l'époque où les belles Liméniennes se servaient avec profusion
de cette substance pour leur toilette, le musc se vendait de 80 à
100 francs l'once. Depuis qu'elles en font moins d'usage, ce prix a
beaucoup diminué.



6. Plæmis Cumingii (_parret_).


Le plus gros mammifère après la civette est le _plæmis Cumingii_,
nommé par les Indiens _parret_. Il est de l'espèce des rongeurs, de la
grosseur d'un petit chat. Sa fourrure est d'un gris blanchâtre. On le
trouve particulièrement dans la province de _Nueva-Ecija_, où il vit,
dans les bois, de fruits et de racines.

J'en ai remis deux sujets au musée du Jardin des Plantes.



7. La roussette (_paniquet_).--Pteropus.


Les roussettes, nommées par les Indiens _paniquet_, dont j'ai
déjà eu l'occasion de parler ainsi que de leur chasse, sont des
_chauves-souris_ de la grosseur d'une petite poule. Elles vivent
en grandes familles. Le jour, elles se tiennent accrochées dans les
arbres qu'elles ont adoptés pour demeure, et dont elles ont détruit
toutes les feuilles. Elles y sont en si grand nombre, que les arbres
paraissent recouverts de grandes feuilles noires, et qu'il n'est pas
rare d'en abattre douze ou quinze d'un seul coup de fusil.

La nuit, elles prennent leur vol, et vont à plusieurs lieues chercher
leur pâture.

Elles se nourrissent de fruits, dont elles sucent le jus sans avaler
la pulpe. Elles sont aussi carnivores, et sucent le sang des petits
animaux qu'elles peuvent prendre, ce qui leur a fait donner le nom
de _vampires_.

La femelle n'a jamais qu'un petit à la fois. Elle l'allaite, le
tient accroché à sa poitrine, et le transporte partout où elle va,
jusqu'à ce qu'il ait la force de voler.

L'instinct des roussettes leur fait distinguer la différence des
moussons. Elles font exactement comme les _Ajetas_: lorsqu'elles sont
à l'ouest des montagnes et que cette mousson remplace celle de l'est,
elles quittent leur refuge, partent toutes ensemble, et vont chercher
à l'est le même lieu qu'elles avaient abandonné six mois avant pour
la même cause.

La chair de la roussette est très-bonne à manger. Les Indiens en font
un ragoût particulier qui n'est point à dédaigner.



8. Le galéopithèque (_guiga_).


Le galéopithèque, nommé _guiga_ par les Indiens, est un joli
petit animal de la grosseur d'un lapin de garenne. Sa fourrure,
fine et soyeuse, varie beaucoup dans sa couleur. Ainsi, il y en a
de tout à fait noirs, de gris de diverses nuances, de jaune nankin,
de noirs tachetés de blanc, de gris tachetés de blanc, etc. Il est
extraordinaire qu'un animal à l'état sauvage présente une aussi grande
variété dans la couleur de sa robe.

Le _guiga_ porte des membranes comme les écureuils volants; il s'en
sert pour sauter d'un arbre à l'autre. Il ne se trouve que dans
les _Bisayas_.

Le jour, il demeure caché dans les arbres sur lesquels il peut trouver
un trou pour se blottir. Il en sort la nuit pour se nourrir de fruits
et d'insectes.

Les Indiens ont une habileté particulière pour préparer leurs peaux,
qu'ils vendent généralement aux Américains du Nord.

Comme on vient de le voir, le nombre des mammifères aux îles
Philippines est réduit à quelques individus. Ses grandes forêts
n'abritent point d'animaux féroces comme Java, Bornéo et Sumatra,
leurs voisines.



§ VII.--Oiseaux.


Les oiseaux sont si nombreux aux Philippines, que plusieurs volumes
suffiraient à peine pour dépeindre toutes leurs variétés de forme et
de plumage, leurs habitudes, et l'instinct que la prévoyante nature
a donné à plusieurs espèces pour se reproduire, se garantir de leurs
ennemis, et pourvoir à leur subsistance.

Ne pouvant pas faire un cours d'ornithologie, je vais me borner à
décrire quelques individus dans les familles les plus remarquables,
et donner le catalogue de tous ceux qui sont connus.

Dans les rapaces, où se trouve le monarque des habitants de l'air,
on remarque _l'haliateus blagrus_, l'_aigle-pêcheur_, que les Indiens
nomment _laouyn_. Il habite les bois situés près des bords de la mer,
des lacs ou des grandes rivières. Son plumage est varié de noir et
de blanc; il est armé d'un bec crochu et tranchant; il a des pattes
nerveuses couvertes d'écailles, des serres aiguës, l'oeil étincelant;
il frappe l'air de ses puissantes ailes, plane dans les nuages, d'où il
se précipite sur sa proie avec la rapidité d'une flèche; il la saisit
dans ses serres, s'élève de nouveau, puis, suspendant son vol rapide,
plane majestueusement pendant qu'il déchire sa victime. Lorsqu'elle
est sans vie, il reprend son vol, et va se percher sur un arbre élevé
qu'il a choisi pour le lieu de ses festins.

A l'époque de la reproduction, le mâle aide sa femelle à construire son
aire. Celle-ci y dépose deux ou trois oeufs, et, pendant tout le temps
qu'elle passe à les couver, le mâle, sur une branche voisine, veille
sur elle, et ne s'en éloigne que pour chercher sa pâture. Lorsque les
aiglons sont éclos, il partage avec sa compagne le soin de les nourrir.

Le plus petit individu connu de cette famille, l'_irax siriceus_,
auquel quelques naturalistes ont donné le nom de _gironieri_, est un
joli faucon de la grosseur du moineau. Son ventre et sa gorge sont
blanc argenté, et le reste de son corps d'un beau noir bronzé.

On pourrait le prendre pour le symbole de la fidélité: le mâle ne
quitte jamais sa femelle; il est toujours perché près d'elle, sur une
branche morte, d'où il plane de son oeil perçant sur le sommet des
arbres voisins; lorsqu'il aperçoit voler un insecte, il s'élance à
tire-d'aile, le saisit, et revient partager sa proie avec sa compagne.

Dans les perroquets, famille si variée par la diversité du plumage,
on remarque plusieurs espèces de jolies perruches, dont la couleur
dispute aux feuilles leur verdure, à l'écarlate, au jaune et au bleu
leur éclat. Ces jolis oiseaux, qui flattent si agréablement la vue,
n'ont qu'un cri discordant et désagréable. Ils vivent ordinairement
par couples, font leur nid dans des trous d'arbres, et se nourrissent
de fruits.

Dans cette même famille se trouvent les _cacatois_ au blanc plumage,
à la huppe couleur de soufre. A certaines époques de l'année, ils sont
réunis en grandes bandes, font retentir la lisière des bois de leurs
cris aigus et discordants, et ne s'interrompent qu'après avoir placé
des sentinelles de distance en distance, pour avertir de l'approche
de l'ennemi, pendant que la bande entière s'est abattue sur un champ
de riz ou de maïs, qu'elle dévaste.

Plusieurs espèces de gallinacés méritent l'attention du
naturaliste. L'une est le _labouyo_ des Indiens, le _bankiva_ des
naturalistes, ou le _coq sauvage_, le coq primitif qui a fourni son
espèce à toutes nos basses-cours.

Dans les champs, en liberté, loin de l'esclavage, le _bankiva_ a
conservé son beau plumage noir bronzé et rouge doré, et sa femelle
celui de noir, mêlé d'un peu de gris et de jaune.

Dans l'état de nature, il est étranger aux vices contractés dans la
civilisation par les esclaves de son espèce; il a conservé intactes
les lois qu'il a reçues de la nature; ainsi il ne remplit jamais le
rôle de nos sultans de basses-cours, auxquels il faut tout un harem
de jeunes poules. Pendant la saison des amours, il choisit une seule
compagne, qu'il aide assidûment dans tous ses soins maternels.

Le coq sauvage a plus de fierté et de bravoure que le coq
domestique. Les Indiens profitent de son courage pour le faire
succomber dans un combat inégal, et se régaler ensuite de sa chair
délicate.

Le matin, lorsque la sentinelle vigilante des hôtes des bosquets
annonce l'aube du jour, l'Indien aux aguets lui envoie un de ses
semblables qu'il a apprivoisé et armé de deux éperons en acier
tranchant. Dès que les deux champions se rencontrent, il s'engage entre
eux un combat acharné. L'habitant des bois, avec ses armes naturelles,
ne fait que de légères blessures à son ennemi, tandis que celui-ci,
fort de celles que lui a données son maître, le blesse mortellement,
fait couler son sang jusqu'à ce que, trahi par ses forces et son
intrépidité, le loyal habitant des bois succombe aux pieds de son
déloyal vainqueur.

La seconde espèce du même genre présente, dans sa reproduction,
des particularités qui font admirer l'art et l'intelligence que le
Créateur a donnés à tous les êtres qui peuplent notre globe.

Le _mangapodius rubripes_ des naturalistes, nommé par les Indiens
_tabon_ [57], est de la grosseur d'une poule ordinaire. Le mâle et
la femelle sont de la même couleur, _noir fauve_. Ils se servent peu
de leurs ailes pour voler, ont des pattes plus fortes et plus longues
que la poule, des ongles très-forts dont ils se servent pour gratter
la terre.

Ces oiseaux vivent ordinairement en troupe dans les grands bois. A la
saison de la ponte, ils se séparent par couples. Le mâle et sa femelle
cherchent aux environs des lacs ou des rivières de grands amas de
sable. La femelle s'y introduit à une profondeur de huit à dix pieds;
elle y dépose un oeuf et le recouvre soigneusement. Le lendemain, elle
revient à la même place, fait la même opération, et dépose un second
oeuf à côté du premier. Elle continue ainsi tous les jours, jusqu'à
ce que sa ponte, qui se compose de huit à dix oeufs, soit terminée.

Ces oeufs, entièrement blancs ou de couleur rosée, sont d'une grosseur
plus que double de celle des oeufs de nos poules.

L'oeuvre de l'incubation est abandonnée à la chaleur du sable. Pendant
tout le temps qu'elle s'opère, le mâle et la femelle se tiennent
éloignés de leur précieux dépôt, de crainte que leur présence ne le
fasse découvrir à leurs ennemis.

A une époque fixe, que la nature sans doute leur indique, ils
reviennent. La femelle s'introduit de nouveau dans le sable, casse
le premier oeuf qu'elle a pondu, et il en sort un petit qui a toute
la force nécessaire pour suivre sa mère. Elle recouvre le reste de la
couvée, revient le lendemain, et ainsi de suite tous les jours, jusqu'à
ce qu'elle ait cassé un par un tous les oeufs dans le même ordre
qu'elle les avait pondus. Toute la famille retourne alors habiter les
bois et vit en commun jusqu'au retour de la saison de l'accouplement.

L'éperonnier (_polyplectron bicalcaratum_), qui se trouve aux îles
_Bisayas_, est aussi de la famille des _gallinacés_. C'est un bel
oiseau, de la taille d'un petit faisan, et dont le plumage est à peu
près semblable à celui du paon.

On compte aux Philippines trois espèces de _calaos_. Le grand, le
plus remarquable (_buceros hydrocorax_), est brun et blanc, et porte,
sur son énorme bec rouge, une monstrueuse protubérance osseuse, de
la même couleur que le bec; elle est entièrement vide, et sa cavité
communique par des ouvertures à l'intérieur du bec. C'est un vrai
diapason, qui donne au cri de cet oiseau une telle sonorité, que ce
cri s'entend à des distances considérables; il imite parfaitement le
nom de l'oiseau: _calao_.

La nature a refusé au _calao_ la faculté de se poser à terre. Les
arbres lui servent de demeure, les fruits qu'ils produisent de
nourriture; et les feuilles qui conservent la rosée du ciel lui
fournissent l'eau nécessaire pour étancher sa soif.

L'une des deux autres espèces, _noire et blanche_, porte sur le bec
une moins grosse protubérance, d'une couleur blanchâtre.

La troisième espèce, beaucoup plus petite, que les Indiens nomment
_talictic_, a le dos verdâtre, le ventre blanc, et une très-petite
protubérance noirâtre, bariolée de jaune.

Tous ces oiseaux se nourrissent de fruits, et particulièrement de
celui que produit le _balète-ficus_.

Aucun pays n'offre plus de variétés de colombes que les
Philippines. Pour orner leur beau plumage, la nature semble avoir
mis à contribution toutes les combinaisons possibles.

C'est dans les _Bisayas_ que se trouve ce beau pigeon (_caloenas
nicobarina_) d'un vert d'émeraude resplendissant, et qui porte à la
naissance du cou de légères plumes d'un brillant métallique, longues
et flottantes, et qui forment au-dessus des ailes et sur sa poitrine
la plus jolie collerette qu'il soit possible d'inventer.

C'est aussi à la même espèce qu'appartient la jolie colombe _coup de
poignard_ (_caloenas luzonica_). Elle a le dos couleur d'ardoise,
le ventre et le cou d'un blanc parfait, et à la poitrine une tache
de sang si naturelle, que celui qui la voit pour la première fois a
peine à ne pas la prendre pour une blessure.

Cette espèce se trouve dans l'île de Luçon, habite sous les grands
bois, et fait son nid sur la terre.

Parmi les hirondelles, on trouve deux espèces de _salangans_: l'une,
l'_esculenta_, et l'autre, le _nidifica_. Les habitudes de ces oiseaux,
au vol léger, sont bien différentes de celles des oiseaux de la même
famille habitant nos pays.

L'_esculenta_ et le _nidifica_ vivent presque toujours sur les eaux
de la mer. Ils s'éloignent des plages à plusieurs centaines de lieues,
planent continuellement entre les vagues, et pendant les plus terribles
tempêtes ils caressent l'onde du bout de leurs ailes sans paraître
y toucher; et cependant, dans leur vol rapide, ils recueillent, sur
la surface de l'eau, une gomme blanche et diaphane. Ils l'apportent
dans des cavernes, sur les rochers les plus arides, les plus escarpés,
pour y construire artistement leur nid. Ces nids sont recherchés avec
avidité par les Indiens; ils les vendent au poids de l'or aux opulents
Chinois, qui, après leur avoir fait subir une préparation culinaire,
les considèrent comme l'aliment le plus riche et le plus recherché
qu'ils puissent servir dans leurs splendides festins.

La famille des _palmipèdes_ est aussi très-abondante et
très-variée. Sur les eaux des lacs et des grandes rivières on voit
continuellement se jouer des millions de canards, de sarcelles, de
plongeons, de poules d'eau, de cormorans et de monstrueux _pélicans
blancs_, auxquels la nature a donné, sous leur long bec, une énorme
poche membraneuse où ils conservent tout vivants, comme dans un
vivier, les poissons qu'ils ont pris pendant le calme, et dont ils
se nourrissent à loisir lorsque l'onde trop agitée ne leur permet
pas de pourvoir à leur subsistance.

Sur les plages des lacs et des rivières, on voit se promener
majestueusement des troupeaux d'_échassiers_, parmi lesquels on
distingue la belle _aigrette_ aux plumes blanches comme neige, qui
donne une partie de sa parure pour orner la tête de nos dames et la
coiffure de nos officiers.

Enfin, la famille la plus nombreuse, la plus variée, celle qui
offre dans le plumage tant de couleurs différentes, est celle des
_passereaux_. Bien que l'on dise généralement qu'entre les tropiques
les oiseaux ne chantent pas, aux Philippines ils sont les véritables
orphéonistes du ciel. Le matin surtout, lorsque de leurs chants
harmonieux ils célèbrent la naissance d'un beau jour, chaque bosquet
semble une académie de musique, où une troupe de jeunes artistes
fait assaut d'harmonie. Mais ces doux ramages sont interrompus par
intervalle par les pics, les coucous et les martins, plus brillants
par leur plumage que par leur chant, et qui font retentir les bois
de leurs cris aigus et discords.

Je dois à MM. Édouard et Jules Verreaux la nomenclature scientifique
des oiseaux des Philippines.

A une époque où les trois frères Jules, Alexis et Édouard Verreaux
avaient un grand établissement d'histoire naturelle au cap de
Bonne-Espérance, Édouard, le plus jeune, interrompit ses périlleuses
excursions dans l'intérieur de l'Afrique, pour visiter les contrées
asiatiques. Sa vie aventureuse l'amena à _Jala-Jala_. Pendant les
quelques mois de son séjour chez moi, il se livra particulièrement à
l'étude de l'ornithologie, et il recueillit une belle collection qui
figure maintenant dans le grand établissement que son frère Jules et
lui ont créé à Paris, place Royale, 9.

Les curieux et les savants qui désireraient consulter MM. Verreaux sur
les particularités que j'ai pu omettre dans mon aperçu sur l'histoire
naturelle, peuvent le faire en toute confiance. Ils trouveront en
eux, avec l'obligeance la plus bienveillante, une profonde et solide
instruction sur toutes les branches de l'histoire naturelle.

C'est avec plaisir que j'insère ici cette note, qui n'est qu'un faible
témoignage de ma reconnaissance pour le concours qu'ils m'ont donné
dans mon travail sur l'ornithologie.


ORNITHOLOGIE DES PHILIPPINES.

Numéros.     Noms scientifiques.            Noms Tagalocs.

1        Psittacula loxia (Less.)           Boubouctouc.
2        Loriculus Coulaci (Bonap.)         Coulacissi.
3        Tanygnatus marginatus (Wagl.)
4        Prioniturus platurus (Bonap.)
5        Cacatua Philippinarum (Bourj.)     Cacatoua.
6        Haliætus blagrus (Smith.)          Laouin.
7        Haliastur ponticerianus (Selby.)       Id.
8        Aviceda magnirostris (Bonap.)          Id.
9        Ierax sericeus (Gray), ou falco
         Gironieri (Eydoux)                 Laouin-monti.
10       Spizætus lanceolatus (Tem.)        Laouin.
11       Astur trivirgatus (Cuv.)               Id.
12       Accipiter virgatur (Gray)              Id.
13       Jeraglaux philippensis (Bonap.)
14       Otus philippensis (Gray.)
15       Syrnium philippense (Gray.)
16       Caprimulgus macrotis (Dig.)
17       Acanthylis giganteus (Bonap.)
18       Cypselus sinensis (Cuv.)
19       Dendrochelidon comatus (Boie.)
20       Buceros hydrocorax (Lin.)          Calao.
21       Buceros antracinus (Tem.)              Id.
22       Tockus sulcatus (Bonap.)           Talictik.
23       Tockus sulsirostris (Bonap.)           Id.
24       Dasylophus supersiliosus (Swains.) Sabucot-pula.
25       Dasylophus Cumingi (Fraser.)           Id.
26       Eudynamis australis (Swains.)      Saboucot.
27       Centropus viridis (Pueher.)            Id.
28       Centropus Molkenboeri (Bonap.)         Id.
29       Cacomantis flavus (Bonap.)             Id.
30       Chrysocolaptes hæmatribon (Bonap.) Manounuctouc.
31         Id.      palalaca (Bonap.)           Id.
32         Id.      menstruus (Bonap.)          Id.
33       Picus moluccensis (Lin.)               Id.
34       Megalaima philippensis (Gray.)     Aso.
35       Harpactes ardens (Gould.)
36       Halcyon fusca (Gray.)              Salacsac.
37         Id.   collaris (Gray.)               Id.
38         Id.   Lindsayi (Gray.)               Id.
39       Ceyx melanura (Kaup.)                  Id.
40       Alcyone cyanipectus (Bonap.)           Id.
41       Merops badius (Gm.)                Pirit.
42         Do  javanicus (Horsf.)               Id.
43       Kitta speciola (Bonap.)
44       Eurystomus orientalis (Bonap.)     Ouackuackean.
45       Parus quadrivittatus (Lafres.)
46       Motacilla luzoniensis (Scopol.)
47       Brachyurus atricapillus (Bonap.)
48         Id.  erythogastra (Bonap.)
49       Hypsypetes philippensis (Strickl.)
50       Microscelis philippensis (Gray)
51       Ixos chrysorrhæus (Tem.)
52       Id. sinensis (Bonap.)
53       Copsychus luzoniensis (Kittl.)     Dominico.
54       Megalurus palustris (Horf.)
55       Calliope camtschatkensis (Bonap.)
56       Petrocincla eremita (Gray)
57       Petrocossypha manillensis (Bonap.)
58       Pratincola caprata (Bonap.)        Tainbabouii.
59       Cyornis elegans (Bonap.)
60       Myiagra manadensis (Bonap.)
61       Rhipidura nigritoryques (Bonap.)   Maria-Cafra.
62       Muscipeta rufa (Bonap.)
63       Collocalia nidifica (Bonap.)       Salangan.
64         Id.  esculenta (Bonap.)              Id.
65       Artamus leucorhynchus  (Vieill.)   Palacpat.
66       Oriolus acrorhynchus (Vig.)        Couliaouan.
67       Irena cyanogastra (Vig.)
68       Dicrourus balicassicus (Vieill.)   Balicassiao.
69       Ceblepyris cærulescens (Blyth.)
70       Graucalus lagunensis (Bonap.)
71       Lalage orientalis (Boie.)          Balac-angin.
72       Enneoctonus superciliosus (Bonap.)
73       Lanius sach. (Lin)
74       Crypsirhina varians (Vieill.)
75       Corvus inca (Horsf.)               Couac.
76       Meliphaga mystacalis (Tem.)        Coulanga.
77       Jora scapularis (Horsf.)
78       Zosterops meyeni (Bonap.)
79       Dicæum trigonostigma (Gray.)
80       Cinnyris pectoralis (Vieill.)      Pipi.
81       Id.  ruber (Vieill.)                   Id.
82       Lamprotornis insidiator (Caban.)   Tordo.
83       Id.      columbianus (Bonap.)          Id.
84       Heterornis ruficollis (Bonap.)         Id.
85       Acridotheres philippensis (Bonap.)     Id.
86       Gymnops calvus (Cuv.)              Coulin.
87       Ploceus philippensis (Bonap.)
88       Munia oryzivora (Bonap.)           Maya.
89       Id. minuta (Bonap.)                    Id.
90       Estrelda amandava (Gray)               Id.
91       Passer jugiferus (Tem.)            Maya-pakin.
92       Ptilinopus roseicollis (Gray)      Batu-batu punay.
93       Ramphiculus occipitalis (Bonap.)   Batu-batu.
94       Treron psittacea (Gray)                Id.
95         Id. vernans (Steph.)                 Id.
96       Phapitreron leucotis (Bonap.)
97       Carpophaga chalybura (Bonap.)
98       Ptilocolpa griseipectus (Bonap.)
99       Id. carola (Bonap.)
100      Macropygia phasianella (Bonap.)    Batu-batutabacuan.
101      Tutur chinensis (Scopol.)
102      Streptopelia humilis (Bonap.)      Batu-batu monti.
103      Phlegænas cruenta (Bonap.)
104      Chalcophaps indica (Gould.)        Lipagin.
105      Caloenas nicobarica (Gray)         Batu-batu dougou.
106      Megapodius rubripes (Tem.)         Tavon.
107      Id. Forstenii (Müll.)
108      Polyplectron Napoleonis (Less.)
109      Gallus bankiva (Tem.)              Labouio.
110      Coturnix chinensis (Gould.)        Pogo.
111      Turnix pugnax (Steph.)                 Id.
112      Id. ocellata (Gray)                Pogo-malaquit.
113      Melanopelargus leucocephalus (Bonap.)
114      Typhon robusta (Müll.)
115      Ardea purpurea (Lin.)
116      Herodias sacra (Bonap.)
117      Buphus malaccensis (Bonap.)
118      Butorides javanica (Bonap.)
119      Ardeola cinnamomea (Bonap.)
120      Nycticorax manillensis (Vig.)
121      Id. caledonicus (Steph.)
122      Id. Goisagi (Gray)
123      Platalea luzoniensis (Scopol.)
124      Plegadis bengaleusis (Bonap.)
125      Totanus glareolus (Gray)
126      Id. ochropus (Tem.)
127      Id. hypoleucus (Gray)
128      Rallus torquatus (Lin.)            Ticline.
129      Id. philippensis (Lin.)                Id.
130      Ortygometra ocularis (Gray)            Id.
131      Porphyrio pulverulentus (Tem.)     Abab.
132      Gallinula cristata (Lath.)             Id.
133      Gallinula olivacea (Meyer)         Abab.
134      Dendrocygna vagans (Eyton.)        Itic.
135      Id.     arcuata (Swains.)              Id.
136      Id.     viduata (Swains.)              Id.
137      Anas luzonica (Fraser.)                Id.
138      Id.   gibbifrons (Müll.)               Id.
139      Id.   superciliosa (Gm.)               Id.
140      Spatula rhynchotis (Gould )            Id.
141      Querquedula crecca (Steph.)            Id.
142      Id.      circia (Steph.)               Id.
143      Podiceps gularis (Gould.)          Coulisi.
144      Id.    australis (Gould.)              Id.
145      Plotus Novæ-Hollandiæ (Gould.)     Cassili.
146      Phalacrocorax sinensis (Gray.)         Id.
147      Carbo javanicus (Horsf.)               Id.
148      Pelecanus philippensis (Gm.)       Pagala.
149      Fregata ariel (Gould.)
150      Larus pacificus (Lath.)
151      Xema Jamesonii (Gould.)
152      Sylochelidon strenuus (Gould.)
153      Thalasseus poliocercus (Gould.)
154      Sterna melanauchen (Tem.)
155      Onychoprion fuliginosa (Swains.)
156      Anous melanops (Gould.)
157      Diomedea exulans (Lin.)
158      Id.   chlororhynchos (Lath.)
159      Id.   culminata (Gould.)
160      Id.   fuliginosa (Lath.)
161      Procellaria gigantea (Lath.)
162      Id.      atlantica (Gould.)
163      Id.      hasitata (Kuhl.)
164      Procellaria glacialoides (Smith.)
165      Puffinus æquinoctialis (Less.)
166      Prion turtur (Forst.)
167      Id.  ariel (Gould.)
168      Thalassidroma marina (Less.)
169      Id.       leucogastra (Gould.)
170      Id.       nereis (Gould.)
171      Id.       Wilsonii (Bonap.)
172      Spheniscus minor. (Tem.)



§ VIII.--Poissons.


Les lacs et les rivières abondent en excellents poissons. J'ai
déjà fait connaître les espèces qui habitent le lac de _Bay_. J'ai
cependant omis de parler de l'espèce la plus abondante, celle qui se
distingue par les particularités qui lui méritent une place spéciale:
je veux parler du _machoirin_, nommé par les Indiens _candolé_.

Le _candolé_ est un poisson sans écailles, dont la longueur ne dépasse
jamais deux pieds à deux pieds et demi; il est bleu sur le dos, et
blanc argenté sous le ventre. Il a une grosse tête en proportion
de son corps. Il porte trois fortes défenses, l'une sur le dos à
la naissance de la nageoire, et les deux autres de chaque côté du
thorax. Ces défenses sont longues d'un pouce à un pouce et demi,
selon la grosseur du poisson, très-aiguës, et sont dentelées en scie
le long des bords. Lorsque ce poisson est menacé par un ennemi, il
dresse ses trois défenses, et aucune force, à moins de les rompre,
ne peut leur faire reprendre leur position naturelle.

La piqûre de cette arme est très-dangereuse, et produit une douleur
atroce. Un individu qui serait blessé en même temps par plusieurs de
ces poissons en mourrait. Lorsque les Indiens en sont piqués, ils se
guérissent en faisant tomber dans la blessure quelques gouttes d'huile
enflammée. Pour cette petite opération, ils se servent d'une mèche de
coton fortement imbibée d'huile, allument l'une de ses extrémités,
et, en l'inclinant au-dessus de la blessure, quelques gouttes s'en
détachent et tombent dans la plaie. Cette manière de cautérisation
fait immédiatement cesser la douleur.

Il est de la famille des vivipares. A l'époque de la reproduction,
on trouve dans l'intérieur des femelles un long chapelet d'oeufs
globuleux, de la grosseur d'un gros pois. Ces oeufs renferment un
germe à un état plus ou moins parfait de création. Quelques-uns
ne présentent à l'intérieur qu'une substance laiteuse, tandis que
d'autres contiennent un foetus tout formé, et si plein de vie, qu'il
suffit de rompre l'enveloppe et de le mettre dans l'eau pour le voir
nager aussi bien que s'il était né naturellement.

La chair du _candolé_ se mange surtout fumée ou séchée au soleil.

Avec son estomac on fait de la colle de poisson.

On trouve aussi, et particulièrement dans le lac de _Bay_ et la
baie de Manille, une espèce de serpent d'eau, dont les plus forts
ne dépassent pas une longueur de trois à quatre pieds. Il est gris,
bariolé de noir et de jaune. Il est plus répugnant que dangereux;
il est même inoffensif. Dans les grandes crues les Indiens pêchent
ce serpent pour en faire de l'huile à brûler. Les aigles-pêcheurs
lui font une chasse acharnée.

La mer fournit aux habitants des plages une quantité considérable
de bons et excellents poissons. Ceux que nous avons en Europe, et
qui se trouvent dans les mers de Luçon, sont les _sardines_, les
_mulets_, les _maquereaux_, les _soles_, les _thons_, les _dorades_
et les _anguilles_.

On prend dans la baie de Manille, avec des lignes de fond, une espèce
de serpent de mer, d'une longueur de dix à douze pieds, d'une couleur
verdâtre mêlée de jaune. Les pêcheurs prétendent que sa morsure est
mortelle; aussitôt qu'ils en prennent un, ils lui coupent la tête.

C'est un animal dégoûtant et hideux. Cependant les Indiens le font
figurer dans leurs repas.

Les Indiens pêchent une grande quantité de trépangs; des requins, dont
ils prennent les ailerons pour les vendre aux Chinois; des tortues, qui
fournissent un bon aliment et de l'écaille, et des huîtres perlières.

Parmi ces huîtres il en est une espèce très-abondante dans la
baie de Manille, dont les écailles sont très-plates, minces et
transparentes. On taille ces écailles en petits carrés, pour servir
aux vitraux des maisons de Manille. Ces vitraux ont sur le verre
l'avantage de ne donner aux appartements qu'un clair-obscur, et de
ne pas laisser pénétrer les rayons du soleil.

La mer produit encore une grande quantité et une variété infinie
de crustacés, des mollusques, des coquillages de toute espèce, et
notamment d'excellentes huîtres.



§ IX.--Reptiles.


Il ne manque pas de reptiles aux Philippines; mais, n'ayant pas
l'intention de faire un cours d'histoire naturelle qui serait
au-dessus de mes forces, je vais seulement, ainsi que je l'ai fait
pour les poissons, m'occuper des espèces qui ont fixé mon attention
par leur particularité.

Dans le genre des sauriens j'ai déjà décrit l'_aligator_, le plus
monstrueux de tous les reptiles.

On trouve dans la même famille plusieurs espèces d'_iguanas_. La
plus grande a souvent sept à huit pieds de longueur. C'est un énorme
lézard couleur gris verdâtre, mêlé de points jaunes. Il vit sur
le bord des lacs, des rivières, dans des lieux humides, et souvent
dans les maisons. Il est presque amphibie, se nourrit de poissons,
de rats, de volatiles, et il est tout à fait inoffensif pour les
hommes. Sa chair blanche ressemble beaucoup à celle du poulet; elle
est très-bonne à manger. Les Indiens n'en font pas usage; ils sont
seulement très-friands de leurs oeufs, de la dimension de grosses noix,
et, comme ceux de la tortue, sans enveloppe solide.

Une petite espèce d'_iguana_, d'une couleur fauve, dont la longueur ne
dépasse pas un pied et demi à deux pieds, porte une crête ou carenne
qui se prolonge de la tête jusqu'au milieu de l'épine dorsale. Elle
habite toujours le bord des rivières et des lacs; elle se tient
ordinairement au soleil, sur les arbres qui avoisinent les bords
de l'eau.

Dans toutes les maisons de Manille, il y a toujours une grande quantité
de petits lézards qui ne se montrent que lorsque les lumières sont
allumées. Ils sont de couleur grise. Ils ont sous les pattes une
membrane qui les fait adhérer au sol, et leur facilite la faculté de
se promener au plafond, sur les murs, et même sur les glaces. Ils se
nourrissent de mouches et de moustiques.

Les _tacons_ ou _tchacons_, espèce bien plus grande que la dernière,
habitent aussi les maisons. Ils ont la longueur d'un pied; ils sont
de couleur grise mêlée de jaune, de bleu et de rouge. Leur tête
est énorme, et leur gueule d'une grandeur disproportionnée à tout le
corps. Ils ont aussi, comme les petits lézards dont je viens de parler,
une membrane sous les pattes. Ils adhèrent avec tant de force où ils
se posent, que lorsque c'est sur une partie du corps d'une personne,
on ne peut leur faire lâcher prise qu'en leur présentant un miroir;
la vue de leur semblable les fait se jeter sur lui pour le combattre.

Ce sont, du reste, des animaux inoffensifs. Ils se nourrissent
de cancrelats, espèce de scarabée. La nuit, ils font entendre par
intervalle un cri qui se répète sans interruption sept à huit fois:
_tcha-con_, ce qui leur a fait donner ce nom.

Les Indiens considèrent les maisons où ils habitent comme favorisées
du sort. Cette croyance les empêche de les détruire.

Dans les bois on voit voler d'un arbre à l'autre des petits
_dragons_. Ce sont aussi des lézards d'une longueur de sept à huit
pouces. Ils ont le corps mince et la queue très-déliée. La nature
leur a donné, comme aux chauves-souris, des ailes membraneuses, et de
plus, sous la mâchoire inférieure, une longue poche qui se termine en
pointe. Ils remplissent cette poche d'air pour se rendre plus légers,
et prolonger leur vol lorsqu'ils ont une longue distance à parcourir.

Ils sont inoffensifs, et se nourrissent d'insectes.

On trouve plusieurs espèces de serpents. Les plus connus, que j'ai
déjà décrits, sont le monstrueux _boa_; et dans ceux dont la morsure
est mortelle, l'_alin-morani_; puis une espèce de vipère nommée
_dajou-palay_ (feuille de riz).

Beaucoup d'autres sont aussi très-dangereux, mais leurs noms ne me
sont pas connus.



§ X.--Des insectes.


Plusieurs espèces d'insectes sont un tourment et même, on peut le dire,
une véritable calamité pour les habitants des Philippines.

Telles sont les innombrables sauterelles qui, ainsi qu'un gros nuage et
un foudroyant orage, s'abattent sur les récoltes et les moissonnent
en quelques heures; et sur les montagnes, les petites sangsues,
qui ne laissent pas un instant de repos au voyageur.

Une troisième famille dont je n'ai pas parlé, celle des fourmis,
vient aussi apporter son contingent d'incommodité et de destruction:
ouvrières diligentes, nuit et jour en mouvement, elles s'introduisent
partout, dévorent les provisions, montent dans les lits lorsqu'on n'a
pas la précaution de placer les pieds dans des vases remplis d'eau,
détruisent les récoltes avant de naître, font crouler les édifices sans
qu'on s'y attende; et enfin, lorsqu'on les trouble sans précaution dans
leurs travaux, elles vous enfoncent leur aiguillon dans les chairs,
et vous causent une vive douleur.

Cette famille mérite, pour chacune de ses espèces, une description
particulière.



1. Fourmi rouge (_langam_).


La fourmi rouge, de la couleur que son nom indique, et que les Indiens
nomment _langam_, est la plus nombreuse, la plus répandue. Elle
se trouve partout, dans les champs et les habitations; elle dévore
toutes les provisions qu'on laisse à sa portée, attaque les animaux
vivants qui sont sans défense. J'ai vu souvent des oiseaux en cage,
que l'on n'avait pas eu soin de mettre hors de leur portée, dévorés
dans une nuit. Elles montent dans les lits, si on n'a pas pris la
précaution de s'en garantir, et leur morsure produit une douleur et
une démangeaison insupportables. Elles détruisent dans les champs
les graines qui sont ensemencées, ce qui oblige le cultivateur
à semer le double des semences dont elles sont le plus friandes
[58]. Elles sont, en un mot, une véritable calamité contre laquelle
il faut constamment être en lutte. Elles ont cependant un avantage:
celui de faire disparaître, en peu de temps, tous les débris d'animaux
dont les émanations putrides pourraient être nuisibles.



2. Fourmi des bois (_lanteck_).


La fourmi des bois, que les Indiens nomment _lanteck_, est d'un beau
noir, de la grosseur et plus longue qu'une mouche ordinaire. Elle
n'habite que les bois, où elle construit des fourmilières, et elle
y renferme ses provisions. Elle n'est nuisible que si on l'attaque;
alors elle saisit son ennemi avec deux fortes pinces qu'elle porte près
des antennes, se replie sur elle-même et lui enfonce dans les chairs
l'aiguillon dont elle est armée à l'extrémité du corps. La douleur
que produit sa piqûre est si vive, qu'elle se fait sentir comme une
étincelle électrique. J'ai vu des étrangers piqués par un seul de ces
insectes, et qui ont cru avoir été mordus par un serpent. La douleur
vive se passe très-vite, mais l'enflure et la démangeaison durent
plusieurs heures.



3. Petite fourmi noire (_couitis_).


Cette petite fourmi, nommée _couitis_ par les Indiens, habite les bois,
n'établit pas de fourmilières, et se tient généralement sur le tronc
des arbres. Elle est presque imperceptible; cependant, lorsqu'on la
touche, elle pique, et occasionne une douleur plus vive que toutes
les autres, mais qui se passe instantanément, sans laisser de traces.



4. Des termites ou fourmis blanches (_anay_).


Les termites ou fourmis blanches, nommées par les Indiens _anay_,
sont divisées en trois classes: les travailleuses, celles qui les
dirigent ou les commandent, et les reines.

Les travailleuses ont généralement le corps blanc, plus gros et
plus court que les fourmis ordinaires, les pattes très-courtes,
le corselet et la tête un peu jaunes. Elles sont armées de deux
mandibules, capables d'entamer et de broyer les bois les plus durs.

Les secondes, celles qui commandent, diffèrent des premières par
une petite corne placée à l'extrémité de la tête, comme celle du
rhinocéros.

Les reines ont la tête et le corselet absolument semblables à ceux
des travailleuses; mais, à partir du corselet, le corps est d'une
grosseur démesurée; il est ordinairement long de 1 à 2 pouces, et il
a 8 à 10 lignes de circonférence.

La demeure habituelle des termites est dans les champs qui ne sont pas
exposés à de fortes inondations. Dans les campagnes on aperçoit, de
distance en distance, de petits monticules de terre de forme conique,
qui s'élèvent de 5 à 6 pieds au-dessus du sol, et se terminent en
pointe. La base de ces monticules, appuyée au sol, a de 12 à 15 pieds
de circonférence.

C'est dans l'intérieur de ces meules ou monticules que réside tout un
gouvernement, composé d'individus de divers grades, et une seule et
unique reine, dont la mission est de reproduire les générations qui
s'éteignent. C'est là aussi que se fait un travail continu, digne
de l'étude de l'observateur qui cherche à pénétrer les admirables
secrets de la nature.

Chaque demeure ou monticule a plusieurs ouvertures extérieures
pour pénétrer dans l'intérieur, et pour la sortie de celles qui vont
parcourir les champs environnants, où elles dévorent et rongent toutes
les plantes, tous les bois morts qu'elles rencontrent.

Les termites ne font pas, comme nos fourmis d'Europe, des amas de
provisions pour l'hiver. Sous le beau climat des Philippines, rien ne
les oblige à se confiner dans leur demeure une partie de l'année. Elles
recueillent seulement une espèce de gomme dont elles tapissent les
nombreux compartiments qui composent leur habitation souterraine. Cet
enduit, autant que j'ai pu m'en rendre compte, sert à alimenter la
reine et les jeunes termites, depuis le premier âge jusqu'à l'époque
où elles ont la force de pourvoir elles-mêmes à leur subsistance. Il
est probable que cette gomme est appropriée aux divers âges, et qu'elle
est plus parfaite là où se trouvent la reine et ses derniers nés, que
vers l'extérieur, où se tiennent celles qui ont déjà toute leur force.

Comme je viens de le dire, l'intérieur des petits monticules est divisé
en une foule de compartiments, de chambres et de galeries artistement
construits avec de la terre tellement dure, qu'elle semble avoir été
pétrie pour en faire de la poterie.

Lorsqu'on pénètre avec la pioche dans cet asile, on trouve les
compartiments tapissés de petites fourmis qui n'ont pas la force de
sortir; et plus on pénètre à la partie la plus profonde, qui se trouve
généralement à 3 ou 4 pieds au-dessous du sol, ou à 9 ou 10 du sommet
du cône, on remarque qu'elles sont plus petites. Près la demeure de
la reine, celles qui viennent de naître sont presque imperceptibles
à l'oeil nu.

La reine occupe la chambre la plus profonde. Là elle est renfermée,
sans pouvoir sortir par les petites ouvertures qui communiquent de
sa demeure aux autres compartiments. Sa mission est de travailler
continuellement à la reproduction de ses sujets.

Lorsqu'on veut détruire un de ces essaims, il faut pénétrer à
l'intérieur jusqu'à ce qu'on puisse s'emparer de la reine. Si on
néglige cette précaution, si on se contente d'aplanir le monticule
et de remettre le terrain au niveau du sol, les fourmis recommencent
leur travail, et le rétablissent en peu de mois dans son état primitif.

Elles font souvent, pour se garantir de la pluie ou pour monter au
sommet d'un arbre, de longues galeries couvertes qui les conduisent de
leur demeure au lieu de leur travail. Ces galeries sont ordinairement
à deux voies, l'une pour aller, l'autre pour revenir.

Lorsqu'on veut bien examiner leurs habitudes et leurs travaux, il
faut démolir une partie de ces galeries. On voit aussitôt arriver les
commandeurs; ils semblent examiner le dommage fait à leurs travaux,
partent tous pour revenir, un instant après, avec un bon nombre
d'ouvrières qui se mettent immédiatement à l'oeuvre; chacune va
chercher un globule de terre, et le place artistement pour rétablir
la galerie.

Les chefs ou commandeurs qui accompagnent les ouvrières poussent, avec
leur petite corne, celles qui marchent trop lentement, et paraissent
animer toute la bande laborieuse.

Les termites ne se bornent pas à habiter la campagne, elles
s'introduisent souvent dans les maisons; et comme elles le font
toujours par des ouvertures souterraines et cachées, elles produisent
des dégâts considérables. Par exemple, si la maison n'est pas
construite avec des bois qu'elles n'attaquent pas, elles s'introduisent
par les extrémités des charpentes, laissent parfaitement intact
l'extérieur du bois, et dévorent tout l'intérieur. Si, par malheur,
on ne s'en aperçoit pas, la maison s'écroule sans qu'on s'y attende.

Elles attaquent aussi les meubles et les vêtements en réserve, et
il leur faut peu de jours pour occasionner des dégâts considérables;
mais elles n'attaquent jamais les matières animales.

On connaît encore, dans le genre termite, une variété beaucoup plus
grosse et entièrement noire; mais est-ce une variété, ou le même
insecte à une époque différente de son existence? C'est ce que je ne
saurais déterminer.

Cette variété, nommée par les Indiens _anay-maitim_, n'habite point
sous terre; elle court dans les forêts et se nourrit des bois en
décomposition; elle ne cause pas les mêmes ravages que les blanches.

A une certaine époque, sans doute la dernière de leur existence,
il leur pousse quatre grandes ailes, et elles prennent leur vol.

Lorsque, la nuit, on s'aperçoit que ces insectes, attirés par les
lumières, s'introduisent dans les maisons, il est indispensable de
fermer immédiatement toutes les fenêtres, si on ne veut pas rester
dans les ténèbres. Sans cette précaution, ils arrivent en si grand
nombre qu'ils ont bientôt éteint les lumières, et le lendemain le
sol est jonché de leurs cadavres.

Ainsi que je l'ai dit, elles ont l'avantage sur les blanches de ne
causer aucun dégât.



5. Le cancrelat (_blatte_).


Un autre insecte habite aussi l'intérieur des maisons: c'est une
espèce de scarabée nommé _cancrelat_, animal dégoûtant, qui répand
une odeur désagréable, attaque toutes les provisions, vole pendant
la nuit, surtout dans les temps d'orage, se repose partout, souvent
sur les personnes, et leur enfonce ses ongles aigus dans l'épiderme.

Si tous ces insectes sont un véritable fléau pour les habitants des
Philippines, il en est aussi une innombrable quantité que je ne peux
pas décrire, et qui embellissent les campagnes: une variété infinie
de beaux, de magnifiques papillons aux couleurs resplendissantes,
qui, dans les beaux jours, sillonnent l'air et caressent toutes les
fleurs; les mouches phosphorescentes, qui, la nuit, se jouent dans
les feuilles des arbres, et les font paraître émaillés de pierres
précieuses; enfin les _buprestes_, aux ailes de couleur métallique,
qui, encadrés dans l'or et l'argent, servent à faire de charmants
bijoux: leur brillant est plus éclatant que les émaux les plus beaux.



§ XI.--De l'agriculture aux Philippines.


Aucune terre n'est plus féconde, plus riche que celle des Philippines,
et ne rémunère plus largement les travaux et les soins du cultivateur;
ce qui fait dire aux habitants de Manille: «Gratter la terre, faire
de la boue, y jeter de la semence, suffit pour remplir son grenier.»

La végétation est d'une si grande vigueur dans ce beau pays, que
des champs abandonnés quelques années sans culture se couvrent de
végétaux et deviennent des bois impénétrables. Certaines espèces de
plantes s'élèvent si spontanément, que quelques jours suffisent pour
une croissance de plusieurs mètres.

Cette grande fertilité est due à plusieurs causes, dont le concours
réuni contribue puissamment à la fécondité et au développement de
la végétation.

La première de ces causes, et sans doute la plus puissante, doit
être attribuée à la formation volcanique de toutes les îles de ce
vaste archipel.

La seconde est due aux hautes montagnes généralement recouvertes d'une
forte couche de terre végétale, d'où s'élève une gigantesque végétation
qui restitue continuellement au sol les parties nutritives qu'elle lui
emprunte. A l'époque de l'hivernage, les pluies torrentielles enlèvent
du versant de ces montagnes les terres limoneuses et les détritus des
végétaux qui s'y sont amassés pendant la saison des sécheresses, et les
précipite vers les plaines, engrais naturel qui les vient fertiliser.

La troisième est due à ce que, pendant la même saison des pluies, les
sources, les réservoirs se remplissent et sont abondamment pourvus
pour fournir, pendant la saison des sécheresses, l'eau nécessaire
aux irrigations, et pour entretenir le sol inférieur dans un état
d'humidité constante.

La quatrième cause doit être attribuée à ces longues nuits des
tropiques, rafraîchies par la brise qui souffle constamment de la
partie où règne l'hivernage. Ces brises apportent d'abondantes rosées
qui conservent cette fraîcheur et cette souplesse aux feuilles,
si nécessaire pour absorber l'air et faciliter la végétation.

La cinquième cause enfin, l'électricité, n'est-elle pas aussi
un puissant moyen qu'emploie la nature pour la splendeur du règne
végétal? De nombreuses observations m'amènent à constater ici un fait
qui semble venir à l'appui de cette opinion.

A une époque de l'année, au moment du changement de mousson, pendant un
mois ou plus, il se forme journellement des orages; le tonnerre gronde
sourdement; l'air se charge d'électricité; de gros nuages parcourent
l'atmosphère, et sont bientôt dissipés sans pluie; le soleil brille
de tout son éclat, ses rayons brûlants dardent sur une terre qui,
privée d'eau pendant six mois, paraît calcinée. Cependant c'est
alors que les grands végétaux semblent prendre une vie nouvelle, et
se couvrent de bourgeons qui se développent presque instantanément,
et donnent de belles et larges feuilles qui ont toute la fraîcheur
de celles qui naissent pendant la saison humide.

On doit comprendre qu'avec tous ces éléments de fécondité, le sol des
Philippines est largement privilégié de la nature, et qu'une culture
qui ne serait pas dans l'enfance donnerait à l'agronome des résultats
presque incalculables.

Je vais donner maintenant quelques détails sur la propriété, sur la
culture en général, et décrire ensuite celle de chacun des produits
qui font la richesse des cultivateurs.

Les Espagnols sont les maîtres suzerains de tout le territoire des
Philippines; mais les lois qu'ils ont établies sur la propriété
protégent autant qu'il est possible le cultivateur laborieux, et lui
assurent à perpétuité la possession du champ qu'il a défriché. Il
peut le vendre ou le transmettre à ses héritiers; seulement il perd
ses droits, et le gouvernement reprend les siens, lorsque, par paresse
ou négligence, il a laissé, pendant plusieurs années, ses terres sans
aucune espèce de culture. Dans ce cas encore, les autorités espagnoles
n'agissent jamais qu'avec la plus indulgente réserve.

Presque tous les bourgs avoisinent des terres incultes et des
forêts. Jusqu'à une certaine distance du bourg, les habitants possèdent
en communauté ces terres incultes et ces forêts, et chacun d'eux peut
devenir le propriétaire exclusif de la portion qu'il lui convient
de défricher.

Les terres et les forêts en dehors des limites du bourg, et que
les Espagnols nomment _realengas_ (terres incultes), appartiennent
à l'État. Il les vend aux personnes qui veulent acquérir de grands
domaines. Le prix est de une à cinq piastres (5 à 25 fr.) le _quiñon_,
mesure qui représente une superficie de 810,000 _pieds espagnols_.

Voici la mesure des terres aux Philippines:

Le _quiñon_ est un carré de 100 _brasses_ sur toutes ses faces;

La _balita_ représente 10 _brasses_ en largeur sur 100 _brasses_
de longueur;

Le _lucan_ représente une _brasse_ en largeur sur 100 _brasses_
de longueur;

La _brasse_ espagnole est de _trois varas castillanes_, et la _vara
castillane_, de _trois pieds espagnols_.

Le _pied espagnol_ équivaut à 11 _pouces français_.

Ainsi, le _quiñon_ est un carré de 900 pieds espagnols sur toutes ses
faces, ou une superficie de 810,000 _pieds espagnols_, soit environ
neuf hectares de notre mesure agraire.

Les Indiens ne payent aucun impôt territorial. Ce que l'on appelle
_dîme_ se réduit à un _réal d'argent_ par année, soit _soixante-dix
centimes_ par individu au-dessus de dix-huit ans.

La plus grande partie des terres cultivées sont la propriété des
Indiens, et sont fort divisées. Il y a cependant de vastes domaines
qui appartiennent généralement aux ordres religieux, et quelques-uns à
des particuliers. Ces grands domaines sont donnés à ferme aux Indiens
par petites portions. Depuis peu d'années, quelques propriétaires
font valoir par eux-mêmes ceux qui leur appartiennent.

Presque toutes les terres, et même les montagnes, sont susceptibles
d'être fructueusement cultivées; mais les terres préférées sont
celles qui peuvent être abondamment arrosées pendant la saison des
sécheresses. Elles sont généralement destinées à la culture du riz;
jamais elles ne reçoivent d'autre engrais que celui que leur fournit
la nature et l'écoulement des eaux, et cependant elles donnent chaque
année et sans repos d'abondantes récoltes.

Les terres aménagées pour les plantations du riz sont nommées par les
Indiens _tubiganès_ (terres irriguées). Elles ont alors une véritable
valeur qui varie, selon les localités, de 200 à 300 piastres le
_quiñon_, (1,000 à 1,580 fr.), qui est de trois cents _varas_
castillanes carrées.

On calcule qu'il faut trois ouvriers pour mettre en culture un _quiñon_
de terres _tubiganès_, et cinq _cabanès_, mesure qui équivaut à 133
livres espagnoles, pour ensemencer un _quiñon_, qui produit, année
commune, de 60 à 80 _pour un_. Presque toutes les terres _tubiganès_
peuvent être ensemencées deux fois dans l'année. La seconde récolte
est moins abondante que la première.

Les terres non irriguées, celles situées sur le penchant des montagnes,
sont d'une valeur inférieure et qui varie selon les situations. Dans
beaucoup de localités, on peut acquérir des terres déjà cultivées,
et qui ne laissent rien à désirer sous le rapport de la bonne qualité,
à raison de 20 à 50 piastres (100 à 250 fr.) le _quiñon_.

Ces terres non irrigables s'ensemencent en riz de montagne, en indigo,
canne à sucre, tabac, et toutes espèces de plantes qui n'ont pas
essentiellement besoin d'eau.

Il serait difficile d'établir, même approximativement, la production
des terres de ce genre. Cette production varie selon la culture. Le
riz y produit moins que dans les terres irriguées; mais généralement
les autres récoltes donnent, dans les bonnes années, au cultivateur un
bénéfice plus que double de celui des terres exclusivement destinées
à la culture du riz.

Le prix de la journée des ouvriers indiens varie selon les
localités. On peut cependant l'évaluer, en moyenne, sur le pied de
0,60 à 0,70 centimes pour les hommes, à 0,33 centimes pour les femmes
et les enfants, à 0,33 centimes pour le buffle, et à 0,33 centimes
pour une charrue. L'ouvrier qui fournit son buffle et sa charrue
reçoit à peu près 1 fr. 30 cent.

En temps ordinaire, la journée commence à six heures du matin pour
finir à six heures du soir. On accorde une heure et demie de repos
pour les repas.

Aux époques des récoltes, et particulièrement pendant celle du sucre,
la journée commence, pour les ouvriers employés au moulin et à l'usine,
à trois heures du matin, et se termine à huit heures du soir.

Les instruments qui servent aux Indiens pour la culture sont de la
plus grande simplicité, comme on peut le voir par les dessins et
l'explication des planches.

Les produits qui font la base de la grande culture sont:


            _Le riz_,
            _L'indigo_,
            _L'abaca_ (soie végétale),
            _Le tabac_,
            _Le café_,
            _Le cacao_,
            _Le coton_,
            _Le poivre_,
            _Le froment_,
            _Et la canne à sucre_.



§ XII.--Culture du riz.


Plus de trente espèces de riz sont cultivées aux Philippines, toutes
bien distinctes par le goût, la forme, la couleur, et la pesanteur
des grains.

Ces trente espèces sont divisées en deux classes:

1o _Les riz des montagnes_;

2o _Les riz aquatiques_.

Elles se cultivent différemment; cependant les riz des montagnes
peuvent recevoir la même culture que les riz aquatiques.



1o Culture du riz des montagnes.

Les riz des montagnes, dont je donne tous les noms en note [59], se
cultivent sur les terres élevées, et qui sont à l'abri des inondations
pendant la saison des pluies.

Dans la partie ouest de l'île de Luçon, aussitôt que commencent les
premières pluies, vers la fin de mai ou les premiers jours de juin,
le cultivateur prépare les terres en leur donnant deux labours et
deux hersages. La charrue (fig. A.) est employée à cet effet. La
herse est triangulaire, comme celle dont nous nous servons en France,
et dont je n'ai pas cru nécessaire de donner le modèle.

Les terres étant bien préparées et bien meubles, le riz est semé à la
volée, et environ un mois après on fait un bon sarclage, qui suffit
ordinairement pour débarrasser le champ des mauvaises plantes qui y
ont poussé.

Si c'est l'espèce nommée _pinursegui_ qu'on a cultivée, espèce la
plus précoce, on peut faire la récolte trois mois ou trois mois et
demi après l'ensemencement.

Si c'est une des autres espèces, il faut calculer, pour atteindre
une maturité complète, au moins cinq mois.

Après cette maturité, le riz est coupé avec la faucille (voir
fig. E.), mis en petites gerbes, dont on forme de grandes meules
pour attendre plusieurs jours de beau temps, afin de séparer le grain
de la paille. Cette opération se fait avec des buffles qui tournent
dans une grande aire où est étendu le riz, ou bien sur un treillage
en bambous élevé à une dizaine de pieds du sol. Là, un Indien écrase
avec les pieds les gerbes de riz qu'on lui passe, et il fait tomber
les grains par les intervalles du treillage.

Les riz des montagnes se sèment aussi quelquefois sans aucun labour.



Culture du riz pour les défrichements.


Après avoir coupé les arbres et les broussailles qui recouvrent le
terrain, on y met le feu, et ensuite on sème le riz en faisant, avec
un bâton ou plantoir, un trou dans lequel on met trois à quatre grains
de riz; ou bien on se contente de semer à la volée, et de renfermer
dans le champ, pendant une nuit, un troupeau de buffles qui, par
leurs piétinements, enfoncent les grains dans la terre. Dans cette
sorte de culture l'herbe pousse vigoureusement, et oblige à plusieurs
sarclages; mais la peine du cultivateur est amplement payée par une
abondante récolte, qui généralement produit de 100 à 120 pour un.

Dans les petites cultures, on coupe les épis _un à un_, pour les
faire ensuite sécher au soleil. Cette manière de récolter, longue
et ennuyeuse, offre, sur celle qui se fait en grand, l'avantage de
préserver une partie des grains de la voracité des oiseaux.

Toutes les autres espèces de _riz des montagnes_ se sèment de la même
manière que celui appelé _pinursegui_. Ce dernier a l'avantage sur
les autres de se récolter trois mois ou trois mois et demi après la
semence, tandis qu'il faut au moins cinq mois pour les autres.



2o Culture des riz aquatiques.


Les diverses espèces de riz aquatiques sont au nombre de neuf [60]. Ils
se cultivent de la même manière. Les deux derniers, _malaquit-puti_
et _malaquit-pula_, ne servent pas pour les aliments habituels; l'un
a le grain d'un blanc mat, tandis que l'autre l'a d'une belle couleur
violette, même à l'intérieur. Tous les deux s'emploient généralement
pour des friandises, et pour faire une colle qui remplace l'amidon.

Les cultures de ces divers riz se font par semis, qui se transplantent
dans des terres préparées _ad hoc_.

Pour un terrain d'une superficie de 10,000 mètres, soit un hectare,
il faut à peu près de 90 à 100 kilog. de semences.



Semis.


Aussitôt les premières pluies, dans le mois de juin, on prépare
la terre pour recevoir la semence; on la couvre d'abord de 15 à 20
centimètres d'eau, ensuite on lui donne un bon labour à la charrue,
et on y passe le peigne (fig. E.) jusqu'à ce qu'elle soit réduite en
vase liquide; on laisse ensuite écouler les eaux, et on y jette la
semence, qui préalablement, pour faciliter la germination, a été mise
pendant vingt-quatre heures à tremper dans l'eau. Lorsque le champ
est entièrement recouvert de semence, on passe sur toute la superficie
une planche longue d'un mètre et demi à deux mètres. Cette opération
a pour but d'enfoncer les grains dans la vase, et de les en recouvrir.

Pendant les cinq ou six premiers jours, il n'est pas utile d'irriguer;
mais si, lorsque les plantes sont déjà élevées à quelques centimètres
de terre, les sécheresses étaient trop fortes, il faudrait faire
une irrigation en ayant soin de ne pas couvrir totalement les jeunes
feuilles d'eau, car sous l'eau elles périraient.



Plantation.


Quarante à quarante-cinq jours après que la semence a été mise en
terre, le riz est en état d'être transplanté. La terre qui doit
recevoir les jeunes plantes est divisée en grands carrés, entourés
de petites chaussées qui servent à retenir les eaux. Après qu'elle en
a été complétement couverte, on lui donne un labour à la charrue, et
ensuite, comme pour les semailles, au moyen d'un peigne on la réduit
en vase liquide. Le lendemain, on écoule les eaux et on prépare les
plants qui doivent y être placés.

Ordinairement ce sont des hommes qui sont chargés d'arracher le plant,
et des femmes de le mettre en terre.

Deux hommes suffisent pour cette opération: l'un arrache le plant,
et l'autre le conduit au lieu de la plantation, qui n'est jamais bien
éloigné, et le distribue aux planteuses.

Celui qui est chargé de l'arracher a devant lui une petite table,
fixée en terre par un pieu, et une grande quantité de petits liens en
bambou, qu'il porte à la ceinture, comme nos jardiniers portent le
jonc quand ils taillent les arbres. Il arrache le plant sans aucune
précaution, coupe sur sa petite table les feuilles et les longues
racines, en forme de petites bottes de la grosseur d'un bras, et les
place dans une espèce de traîneau auquel est attelé un buffle.

L'autre Indien les conduit au lieu de la plantation, et jette les
bottes dans toutes les directions sur le terrain qui doit être planté,
les séparant assez les unes des autres pour que les planteuses puissent
les prendre en allongeant le bras, sans avoir à se déranger de la
direction qu'elles suivent pour faire la plantation.

Les planteuses, dans la vase jusqu'à mi-jambe, sont placées sur une
même ligne; elles marchent à reculons, prennent les petites bottes de
plants qui ont été jetées sur le champ, en défont le lien, séparent
un à un les plants, les enfoncent avec le pouce dans la vase, en
observant de les placer à une distance de dix à douze centimètres
les uns des autres.

Elles ont une si grande habitude de cette plantation, elles la font
avec une rapidité et une régularité si parfaites, qu'on serait tenté
de croire qu'elles se sont servies d'une mesure pour conserver la
distance qui existe d'une plante à l'autre.

Aussitôt la plantation terminée, et malgré un soleil ardent, on laisse
le champ sans eau pendant huit à dix jours; mais dès que les plants
commencent à pousser leurs feuilles vertes, s'il n'y a pas de pluies,
on irrigue et on recouvre la terre de cinq à six centimètres d'eau; au
fur et à mesure que la plante s'élève, on augmente la quantité d'eau.

Il est rare qu'il soit nécessaire de faire un sarclage; mais les bons
cultivateurs ont soin de débarrasser les champs des grandes plantes
aquatiques qui nuiraient au riz.

Lorsque le riz a acquis sa plus grande hauteur, un mètre dix à un
mètre vingt centimètres, il n'est plus nécessaire d'irriguer; il
serait même nuisible de le faire à l'époque de la floraison.

Quelquefois le terrain est si fertile, que la plante acquiert une
hauteur presque égale à celle de nos blés; alors elle croit tout en
herbe, et, pour l'obliger à produire, un Indien armé d'une longue
perche, sur le milieu de laquelle il marche pour lui donner plus
de poids, couche toutes les plantes, qui semblent alors avoir été
versées par un fort coup de vent.

Quatre mois après la plantation, c'est-à-dire cinq mois et demi après
les semailles, le riz est à sa maturité et bon à récolter. On le coupe
à la faucille. Des hommes et des femmes sont chargés de ce travail. Au
fur et à mesure, on en fait de grosses gerbes, qui sont placées en
meules sur un terrain élevé pour attendre le moment du triage.

Dans quelques parties de l'île de Luçon, cette première récolte est
remplacée par une seconde plantation d'une espèce de riz plus précoce
(par celle de montagne, nommée _pinursegui_); mais alors le semis
s'est fait à l'avance, et d'une manière toute différente de celle
dont je viens de donner la description.

Trois semaines ou un mois avant la première récolte, les Indiens
placent sur les étangs, sur les rivières, de _petits radeaux en
bambous_ qu'ils recouvrent d'une forte couche de paille, et sur
cette paille ils font leur semis; les grains poussent, les racines
s'entrelacent à la paille, et vont à la surface de l'eau puiser
leur nourriture. Lorsque la première récolte a été faite, lorsque le
champ a reçu un labour et qu'il a été préparé à recevoir la seconde
plantation, on enlève le semis du radeau, en roulant tout simplement
la paille comme on roulerait une natte; on la transporte au lieu
de la plantation, et là on arrache une à une les jeunes plantes,
on les débarrasse des feuilles et des longues racines, et on les met
en terre. Moins de trois mois après, on obtient une seconde récolte,
bien moins abondante, il est vrai, que la première, mais qui cependant
indemnise largement le cultivateur.

L'Indien des Philippines a étudié tous les moyens possibles de se
procurer son aliment naturel, et il a profité de tous les avantages que
lui fournit la nature féconde de son pays. Aussi emploie-t-il encore
une autre méthode pour obtenir presque sans travail d'abondantes
récoltes.

Une espèce de riz essentiellement aquatique (_macon sulug_) donne
d'abondants produits, quoique baignée continuellement par les eaux.

Dans quelques parties de l'île où se trouvent des marais, des lacs
de petite profondeur, les Indiens préparent des semis de cette espèce
de riz, qui a la propriété de donner de très-longues feuilles.

Ces semis se font comme pour l'espèce aquatique.

Six semaines après, on arrache le plant, on coupe les racines, mais
on a bien soin de conserver les feuilles dans toute leur longueur.

On les place dans de légères embarcations, et un Indien parcourt toute
la partie du lac où son bras peut atteindre le fond; il enfonce le
plant dans la vase, et laisse surnager la feuille.

Bientôt ces feuilles prennent de la force, et s'élèvent au-dessus de
l'eau, à peu près à la même hauteur que si la surface de l'eau était
la terre.

Survient-il un accident qui fasse monter les eaux? la tige du
riz s'élève encore, si elle peut surnager. La plante ne périt que
lorsqu'elle est entièrement submergée.

Enfin, quatre mois après la plantation, on fait la récolte avec de
petites embarcations, au moyen desquelles on parcourt toute la partie
du lac qui a été plantée.

Toutes les espèces de riz produisent d'abondantes récoltes; on peut
toujours compter pour les plus exiguës sur 25 pour un, et dans les
bonnes, 60 et 80.

Un seul fléau, qui arrive à peu près tous les sept ou huit ans, prive
le cultivateur de ses peines et de ses fatigues: je veux parler des
sauterelles, qui tout à coup, comme de gros nuages, viennent s'abattre
sur un champ couvert d'une luxuriante végétation, et la détruisent
dans un instant jusqu'à la racine.

Quelquefois de grandes sécheresses détruisent également les rizières
des montagnes. Aussi l'Indien dit-il: _De l'eau, du soleil, point de
sauterelles, et nos récoltes sont assurées._



§ XIII.--Culture de l'indigo.--Sa récolte.


Dans diverses parties des Philippines, particulièrement à Luçon,
on cultive l'indigo avec succès.

Cependant cette culture est celle qui présente le plus
d'éventualités. Quelques jours de mauvais temps et de vent détruisent
souvent toute la récolte. Quelquefois aussi des myriades de chenilles
dévorent dans quelques heures toutes les feuilles; ce qu'elles laissent
ne suffit pas pour payer les frais de manipulation.

Mais si la saison a été favorable, s'il n'arrive pas d'accidents, si
la fabrication se fait avec intelligence, le prix élevé de l'indigo
indemnise largement le cultivateur.

Pour la culture, aussitôt après l'hivernage, avant la saison des
grandes chaleurs et lorsque l'on n'a pas à craindre de fortes pluies,
on prépare les terres par deux ou trois bons labours à la charrue et
plusieurs hersages, jusqu'à ce qu'elles soient parfaitement ameublies,
et on sème à la volée.

La plante sort de terre le troisième ou le quatrième jour. Elle pousse
tant qu'elle trouve un peu d'humidité; mais les sécheresses la font
demeurer stationnaire pendant tout le temps de leur durée. Aussitôt que
les premières pluies arrivent au commencement de la mousson d'ouest,
elle s'élève avec vigueur, ainsi que toutes les mauvaises herbes;
c'est alors qu'il faut faire successivement un, deux, et parfois
trois sarclages.

Deux mois et demi après les premières pluies, les plantes ont acquis
toute leur hauteur, et l'on reconnaît qu'elles sont bonnes à récolter
lorsque la feuille est épaisse, recouverte d'un velouté blanchâtre,
et qu'elle est cassante à la moindre pression.

La maturité arrive ordinairement vers la fin du mois de juillet,
au milieu de la saison des pluies.

A cette époque, on a déjà préparé tout ce qui est nécessaire pour la
fabrication, afin de ne pas être pris au dépourvu et de ne pas donner
aux plantes le temps de se dégarnir d'une partie de leurs feuilles,
ce qui arriverait si on ajournait la récolte.

Des préparatifs plus ou moins considérables sont nécessaires, selon
l'importance de la récolte. Ils consistent en plusieurs _batteries_.

Chacune d'elles est ainsi composée:

Deux grandes cuves d'un diamètre de 2 mètres 70 centimètres à 2
mètres 80 centimètres, et de 3 mètres de profondeur. L'une sert pour
la fermentation, et l'autre pour le battage. Cette dernière doit être
un peu plus petite que la première.

Elles sont toutes deux placées sur le bord d'un ruisseau ou d'une
rivière, pour la facilité de l'eau. Celle destinée à la fermentation
doit être placée sur un plan assez élevé pour qu'au moyen de robinets
établis longitudinalement, toute l'eau qu'elle contient puisse être
transvasée dans la cuve du battage.

Un ou deux seaux sont placés à l'extrémité de balanciers, avec des
poids à l'autre extrémité. Ces balanciers, fixés sur des fourches,
s'élèvent à quelques mètres au-dessus de la cuve de fermentation.

Cet appareil à puiser est en tout semblable à celui que l'on voit sur
les bords du Nil, en Espagne, et dans quelques-unes de nos contrées
méridionales:

Deux longs bambous, armés à l'extrémité d'une petite planchette de
12 à 15 centimètres de longueur sur 5 à 6 centimètres de largeur,
que l'on nomme _battoirs_;

Enfin sous un hangar, à une petite distance des _batteries_, une
petite cuve, des hamacs ou couloirs en grosse toile de coton, une
petite presse et de grandes claies pour la dessiccation.

Tout étant ainsi disposé, on commence la récolte.

Dans la première journée, on coupe assez de plantes pour avoir toujours
un jour d'avance.

La plante est coupée à ras du sol avec l'espèce de coutelas que
l'Indien a toujours au côté, et qu'il nomme _bolo_.

Si la saison se comporte favorablement, la plante repousse, et donne
quelquefois successivement deux ou trois récoltes dans la même année.

Chaque _batterie_ est conduite par deux Indiens, l'un pour remplir
la cuve de plantes, l'autre pour la remplir d'eau, et tous deux pour
exécuter le battage.

De grand matin, la cuve de fermentation est chargée de toute la
quantité de plantes qu'elle peut contenir.

On les maintient au niveau des bords de la cuve avec des madriers qui
viennent se fixer à de petits tasseaux ménagés dans les douilles. Sans
cette précaution, elles surnageraient.

Lorsque cette cuve est pleine d'eau et de plantes, on l'abandonne à
la fermentation, qui s'opère ordinairement en vingt ou vingt-quatre
heures, selon la température.

Quand la fermentation est arrivée à son plus haut degré, ce qui a
lieu le lendemain matin, on enlève les plantes de la cuve, en ayant
soin de bien les secouer pour qu'il n'y reste pas d'eau.

Lorsqu'il n'y reste plus que le _liquide, qui est alors d'un vert
émeraude_, on divise dans un seau d'eau une certaine quantité de
chaux vive, que l'on verse avec soin dans la cuve de fermentation,
sans remuer le liquide qu'elle contient.

L'Indien alors prend un des battoirs, le plonge au fond de la cuve,
et fait quelques mouvements pour que la chaux se répande partout.

Il juge alors s'il en a mis assez par la couleur, qui change subitement
de nuance. De _vert émeraude_, le liquide devient _vert foncé_, et
paraît contenir une grande quantité de petits grumeaux, qui ne sont
autre chose que l'indigo encore en dissolution.

La quantité de chaux nécessaire ne peut être appréciée que par un
homme expérimenté.

De cette quantité dépend exclusivement la qualité que l'on veut
obtenir, ainsi que les diverses nuances.

Après que la chaux a été mise dans le liquide, on laisse reposer
pendant quelques minutes, pendant lesquelles se précipitent au fond
de la cuve toutes les parties étrangères à l'indigo, qui, encore à
l'état de solubilité dans l'eau, y reste en suspens.

Après quelques minutes écoulées, on ouvre, les uns après les autres,
les robinets superposés sur toute la hauteur de la cuve, et le liquide
s'écoule dans la cuve du battage.

On travaille ensuite à remplir la cuve de nouvelles plantes, après
toutefois l'avoir débarrassée du dépôt de chaux et de terre qui est
resté au fond.

Dans l'après-midi on procède au _battage_.

Les deux Indiens, armés de leurs _battoirs_, agitent avec force le
liquide en le ramenant du fond à la surface, pour le mettre en contact
avec l'air, qui le rend insoluble dans l'eau.

Lorsqu'il a pris une belle _couleur bleue_, l'opération est terminée.

Trois ou quatre heures après, tout l'indigo contenu dans le liquide
s'est déposé au fond de la cuve; alors on ouvre les robinets
superposés, pour laisser écouler l'eau au dehors.

Cette eau ne contient plus aucune partie colorante.

Chacune de ces opérations produit en moyenne 3 kilog. d'indigo.

Tous les six jours, lorsque 18 ou 20 kilog. sont récoltés, on les
retire de la cuve pour les transporter dans une autre cuve beaucoup
plus petite placée près des couloirs.

Dans cette dernière on laisse encore déposer, et on décante le plus
possible avec un siphon.

Enfin, lorsqu'on ne peut plus en retirer de l'eau, et lorsque l'indigo
est déjà comme une espèce de boue, on le place dans des couloirs,
où il finit de s'égoutter.

Ensuite on le met sous la presse, d'où on le retire comme un gros
gâteau que l'on divise au moyen d'un fil d'archal en petits carrés, que
l'on place sur les séchoirs. Cette dessiccation, pour être complète, se
fait souvent attendre plus d'un mois, selon l'état de la température.

Lorsque l'indigo est parfaitement sec, on le met dans des caisses
pour le livrer au commerce.

Cette manière de faire la récolte est celle qui est usitée partout
aux Philippines.

Cependant quelques grands cultivateurs y apportent une modification
dont j'ai été le premier auteur, et qui réduit de beaucoup les frais
de manipulation.

Cette modification consiste à remplacer les cuves pour la fermentation
par un grand bassin en maçonnerie, disposé de manière à recevoir
naturellement l'eau nécessaire pour le remplir dans l'espace d'une
heure. A une distance de 50 à 60 mètres sur un plan au-dessous du
niveau de ce bassin, on place le nombre de cuves nécessaires pour
recevoir tout son contenu.

Ce bassin, dont les bords sont au niveau du sol, facilite beaucoup
le travail, et apporte une grande économie de main-d'oeuvre.

D'abord il se remplit sans qu'il soit nécessaire de puiser de l'eau
à force de bras, et on évite de monter les plantes à une hauteur de
4 à 5 mètres.

L'Indien qui transporte la récolte à la fabrique arrive avec une petite
charrette sans roues sur le bord du réservoir, et là, sans difficulté,
il la décharge dans le réservoir même.

Les cuves pour le battage sont placées à une distance de 50 à 60
mètres sur une même ligne.

La première communique au réservoir par des bambous divisés en deux
et formant une espèce de dalle; ensuite chaque cuve communique l'une
avec l'autre par le même moyen. Le liquide se rend à la première
cuve en recevant, dans toute la longueur du trajet qu'il parcourt,
le contact de l'air.

Lorsque la première cuve est pleine, elle déverse par un robinet son
trop-plein, qui va remplir la seconde cuve; et ainsi de suite jusqu'à
la dernière.

Tout ce mouvement que reçoit le liquide est un véritable battage qui
se complète avec peu de travail, et les deux tiers de moins d'ouvriers
que dans le système des cuves de fermentation.

Les diverses autres cultures aux Philippines présentent si peu de
différence avec celles des mêmes produits pratiquées dans d'autres
pays, que je crois inutile de les décrire ici.



§ XIV.--Culture du tabac.


Après le riz, le tabac est le produit qui donne, pécuniairement
parlant, les plus grands résultats, bien qu'il soit mis en régie et
ne puisse être vendu qu'au gouvernement.

C'est dans les provinces de _Nueva-Ecija_ et de _Cagayan_ que l'on
cultive la plus grande quantité de tabac.

Cette culture diffère sans doute bien peu de celle mise en pratique
dans tous les pays du monde: elle consiste à faire de grands semis qui
sont ensuite transplantés dans des terres bien ameublies par plusieurs
labours à la charrue et à la herse. On repique les jeunes plantes
par lignes distantes de 1 mètre 50 centimètres les unes des autres,
et sur la longueur on laisse 1 mètre d'intervalle entre chaque plant.

Pendant les deux mois qui s'écoulent après la plantation, il est
indispensable de donner quatre labours avec la charrue entre chaque
rang, et après chaque labour, tous les quinze jours, détruire à la
main, ou mieux avec la pioche, les herbes qui n'ont pu être atteintes
avec la charrue.

Les quatre labours doivent être pratiqués de manière à former
alternativement un sillon au milieu de chaque ligne et sur les côtés;
et par conséquent, au dernier labour, la terre recouvre les plantes
jusqu'aux premières feuilles, et il reste une rigole au milieu pour
l'écoulement des eaux.

Aussitôt que chaque plant a acquis une hauteur suffisante, on l'étête
pour obliger la sève à se porter vers les feuilles; et quelques
semaines après on fait la récolte.



Récolte.


Cette récolte consiste à arracher du tronc les feuilles, et à les
diviser en trois classes selon leur grandeur, et ensuite à les réunir
par 50 ou 100, en les traversant vers le pied avec une petite baguette
de bambou, de manière à en former des espèces de brochettes que l'on
suspend dans de vastes hangars où le soleil ne doit pas pénétrer, mais
où l'air circule librement. On les laisse dans ce hangar jusqu'à ce que
la dessiccation soit parfaite; elle se fait plus ou moins attendre,
selon la température. Lorsqu'elle est terminée, chaque qualité est
réunie par ballots de 25 livres, et ensuite livrée dans cet état à
la régie.

La culture du tabac est l'une des plus importantes de la colonie.

Le gouvernement espagnol a mis ce produit en régie, et il emploie
dans ses deux manufactures de _Binondoc_ et de _Cavite_ 15 à 20,000
ouvriers, hommes et femmes, occupés à la fabrication des cigares
et des cigarettes. Cette grande quantité d'ouvriers ne suffit pas à
fournir aux besoins de l'exportation et à ceux de la population.

Les seuls produits de la régie des tabacs suffisent et au delà pour
couvrir toutes les dépenses du gouvernement colonial.



§ XV.--Culture de l'abaca ou bananier (soie végétale).


L'_abaca_ se cultive exclusivement sur les versants des montagnes. Il
pousse vigoureusement dans les terres volcaniques, et s'y reproduit
indéfiniment.

La graine, que chaque plante donne abondamment, n'est point employée
pour sa reproduction; si l'on s'en servait, il faudrait attendre
trop longtemps pour obtenir une première récolte: c'est le pied même
d'un vieux plant, préalablement divisé en autant de morceaux que
l'on aperçoit d'indices d'où doivent sortir de nouvelles pousses,
qui sert à former une nouvelle plantation.

Pendant la saison des sécheresses on prépare le terrain, on coupe
toutes les broussailles et les jeunes arbres; on conserve seulement
les plus élevés, pour donner de l'ombre. Les deux premières années,
lorsque le sol est bien nettoyé, on trace des lignes transversales à
la montagne, espacées de 3 mètres 1/2 les unes des autres. On ouvre,
avec une pioche, des trous de 10 à 15 centimètres de profondeur,
et d'un diamètre à peu près égal. Aux premières pluies on place un
morceau dans chaque trou, et on le recouvre de terre.

Les deux premières années, il faut pratiquer de fréquents sarclages,
détruire les broussailles qui gêneraient les jeunes plantes, et à
plusieurs reprises, pendant la saison des pluies, remuer la terre
avec la pioche.

La seconde année, les longues et larges feuilles, élevées de 4 à 5
mètres du sol, suffisent pour empêcher les herbes et les broussailles
de pousser.



Récolte.


Après trois ans de plantation, chaque plante a produit de 12 à 15
jets, dont une partie a donné des fruits, indice qu'elles doivent
être coupées. Pour en tirer les filaments, on sépare les feuilles
des troncs, et ces derniers sont transportés hors du champ au lieu
de la manipulation, où des femmes les divisent en longues lanières
de 8 à 10 centimètres de largeur, séparant les premières couches des
couches intérieures. Les premières couches fournissent l'_abaca_ qui
sert aux cordages, et les autres, dont les filaments sont plus fins,
servent aux tissus.

Les lanières sont exposées au soleil pendant quelques heures, pour les
rendre plus flexibles. Ensuite un Indien, placé devant un petit banc
sur lequel vient s'abaisser par la pression du pied une lame en fer,
place une des lanières sur le banc, pèse sur son marchepied, fait
descendre la lame sur la lanière, la tire avec force vers lui, et,
au moyen de ce mouvement et de la pression, les filaments se séparent
du parenchyme et sortent d'un beau blanc. Après cela il suffit de les
exposer quelques heures au soleil pour qu'ils soient en état d'être
livrés au commerce.

Tous les ans, à l'époque des sécheresses, on a une nouvelle récolte,
et une plantation faite dans un terrain convenable dure indéfiniment.



§ XVI.--Culture du café.


La culture de cet arbuste se pratique de la même façon que dans
toutes nos colonies. Elle consiste à faire de grands semis dans
des lieux garantis du soleil, soit naturellement par des arbres,
ou artificiellement par de petits toits en paille.

Lorsque les caféiers ont acquis une élévation de 15 à 20 centimètres,
on les transplante dans le terrain préparé à cet effet. C'est
ordinairement dans les grands bois, à l'exposition du soleil levant, et
sur une pente où préalablement on a détruit toutes les broussailles,
les petits arbres, et conservé seulement ceux dont l'ombre est
nécessaire. Ensuite, sur des rangs séparés les uns des autres de 3
mètres, on ouvre des trous de 2 mètres en 2 mètres, et l'on y place les
jeunes plants, dont on recouvre les racines avec de la terre meuble.

Les premières années, on est obligé, à trois fois différentes, de
détruire avec la pioche les mauvaises herbes. Lorsque les caféiers
ont acquis l'âge de trois ans, époque où ils commencent à produire,
il suffit de faire chaque année, après la récolte, un bon sarclage. La
quatrième et la cinquième année, on les étête à la hauteur de 10
pieds du sol: une trop grande élévation nuirait au développement
des branches horizontales, qui sont celles qui produisent le plus,
et serait une difficulté pour la récolte.



Récolte.


La récolte se fait par cueillette, au fur et à mesure que les fruits
passent du vert à un beau rouge cerise.

Dans nos colonies, aussitôt les fruits cueillis, on les met au soleil
pour les sécher avec toute la pulpe; ensuite on les pile dans des
mortiers pour séparer la pulpe séchée et le parchemin, ou seconde
enveloppe du grain.

Les Indiens, aux Philippines, après chaque cueillette écrasent avec
la main la pulpe, et la séparent des grains en la lavant à grande
eau. Après cette manipulation, les grains, qui conservent seulement
leur seconde enveloppe ou parchemin, sont séchés pendant quelques
heures au soleil et ramassés dans des sacs.

Par la première méthode, il faut plusieurs semaines pour opérer la
dessiccation. S'il survient des pluies et qu'on n'ait pas la précaution
de remuer trois ou quatre fois par jour les grands amas qui sont
à sécher, il s'y établit une fermentation qui doit nécessairement
nuire à la qualité du café. Par la méthode indienne, il suffit d'un
beau jour de soleil pour opérer une parfaite dessiccation, et pour
que la récolte puisse être mise en magasin.



§ XVII.--Culture du cacao.

Le cacao croît facilement dans toutes les localités de l'île de
Luçon; mais c'est l'île de Cebu qui fournit la meilleure qualité,
et où cette culture se fait le plus en grand.

Les terres d'alluvion qui ont un grand fond et qui sont un peu
ombragées par de grands arbres sont les plus convenables pour
cette culture, qui exige la première année bien plus de frais et de
main-d'oeuvre que celle du café. Après avoir, comme pour cet arbuste,
détruit toutes les broussailles, les mauvaises herbes et tous les
arbres qui donneraient trop d'ombrage, on ouvre en quinconce des
fosses de 4 à 5 pieds de profondeur sur un carré à peu près égal;
on passe la terre à la claie, on y mêle les détritus des plantes que
l'on a détruites, et on rejette la terre dans la fosse; ensuite on
place au milieu les jeunes plants, qu'on a eu soin de faire pousser
trois semaines auparavant dans une petite portion de terre contenue
dans des feuilles de bananier.

Pendant deux ou trois ans on bêche les jeunes arbustes, et l'on
détruit toutes les mauvaises plantes qui pourraient leur nuire.



Récolte.


Cette récolte consiste à cueillir les fruits à leur maturité, à les
ouvrir, à séparer les fèves du parenchyme, et à les faire sécher.



§ XVIII--Culture du coton.


Cette culture se fait en grand, particulièrement dans les provinces
d'_Iloco_; elle est de tous les produits des Philippines celui qui
demande le moins de frais. Ordinairement il remplace une récolte de
riz de montagne. Aussitôt que cette récolte est faite, on donne un
petit labour à la charrue, et, sur des lignes tracées avec le même
instrument de mètre en mètre, on met quelques grains de coton que
l'on recouvre de terre. A peu près deux mois après, les cotonniers
commencent à entrer en fleurs et à produire des fruits que l'on
récolte tous les jours, pendant que le soleil est le plus ardent.

Cette récolte continue jusqu'aux premières pluies, qui détruisent
les arbustes ou tachent le coton qu'ils produisent alors.



§ XIX.--Culture du poivre.


Autrefois l'île de Luçon, et particulièrement les provinces de la
_Laguna_ et de _Batangas_, livraient une grande quantité de poivre au
commerce. La compagnie des Philippines, qui avait alors le monopole,
arrêta avec les cultivateurs le prix d'une mesure nommée _ganta_;
mais lorsque ces derniers vinrent à Manille livrer leurs récoltes, les
agents de la compagnie avaient changé la mesure, et lui avaient donné
une capacité double de celle qui avait servi de base au marché. Les
Indiens, furieux d'avoir été trompés, retournèrent dans leur province,
et en quelques jours détruisirent toutes leurs plantations; de sorte
que maintenant l'île de Luçon ne fournit que le poivre nécessaire à
la consommation du pays.

Le poivre se cultive généralement près des montagnes, dans les parties
où les fortes rosées entretiennent un peu d'humidité. Cette plante
parasite exige peu de culture; elle croît de bouture. Il suffit
d'en couper un morceau long de 15 à 20 centimètres, de le courber en
deux, de recouvrir le milieu de terre, et de lier les deux extrémités
contre un support de 5 à 6 pieds d'élévation, autant que possible de
bois mort recouvert encore de son écorce et susceptible d'absorber
beaucoup d'humidité. La jeune plante s'y attache, pousse jusqu'au
sommet; et il suffit, pour la faire produire, de quelques sarclages,
et de bêcher une fois par an la terre autour de chaque pied.



Récolte.


La récolte se fait par cueillette, au fur et à mesure que les grains
passent du vert au noir. Ces grains sont mis sur des nattes, et
exposés pendant quelques jours au soleil.



§ XX.--Culture du froment.


Le froment, à l'île de Luçon, qui produit de soixante à quatre-vingts
pour un, se cultive sur les montagnes, dans diverses provinces,
particulièrement dans celles de _Batangas_ et _Ylocos-Nord_. Pour cette
culture, les Indiens préparent la terre absolument comme pour celle du
riz des montagnes. Vers la fin du mois de décembre ou au commencement
de janvier, ils font les semailles; trois semaines ou un mois après,
un bon sarclage, exécuté ordinairement par des femmes; et trois mois
et demi ou quatre mois après les semailles, l'on fait la récolte,
qui ne diffère en rien de celle du riz des montagnes.



§ XXI.--Culture de la canne a sucre.


La culture de la canne à sucre se pratique par deux méthodes
différentes: l'une pour les terres nouvellement mises en culture,
et l'autre pour celles qui peuvent être travaillées à la charrue.

Première méthode:

Cette première méthode est un des plus puissants moyens pour opérer
à peu de frais de grands défrichements. Elle consiste, vers le mois
d'octobre, à couper tous les arbres et broussailles qui recouvrent la
terre destinée à la plantation. Cette opération doit se faire avec
soin, et on ne doit pas négliger, aussitôt qu'un arbre est abattu,
de le dégarnir complétement de ses branches; si on attendait quelques
jours, le bois se séchant rendrait cette main-d'oeuvre plus difficile
et plus coûteuse. Quinze jours après que tout le bois a été abattu,
on choisit une belle journée, sans vent, et avec un soleil ardent,
pour y mettre le feu.

Le lendemain, quand tout est brûlé, moins les arbres d'une certaine
dimension, on s'occupe de suite à former un entourage pour garantir
la plantation des animaux. Pour construire cet entourage, on se sert
des arbres qui n'ont pas été brûlés, et qui recouvrent une partie du
sol: les plus gros, qui offriraient beaucoup de difficultés pour être
enlevés, restent sur le champ pour être brûlés l'année suivante.

Après que la clôture est terminée, ou pendant le temps qu'on y
travaille, on met des ouvriers à préparer le sol pour recevoir le
plan des cannes. Chaque ouvrier est muni d'une corde pour tracer
des lignes de quatre à cinq pieds de distance les unes des autres,
et sur chacune de ces lignes, à trois pieds de distance, il ouvre
à la pioche une petite fosse d'un pied et demi de long sur cinq
à six pouces de large et au moins six pouces de profondeur. C'est
dans ces fosses que l'on place les plants. Avant de faire les trous
pour recevoir les plants, il est indispensable de diviser son champ
en grands carrés de quatre-vingts à cent mètres sur chaque fosse,
et séparés entre eux par des allées d'au moins trois mètres.

Toutes ces opérations terminées, on prépare le plant. C'est l'extrémité
des cannes que l'on récolte qui sert de plant. On coupe ces extrémités
de dix à douze pouces de long, on les lie en gros paquets comme des
asperges, et on les met pendant au moins trois jours à tremper dans
une eau, autant que possible, non corrompue.

Après trois jours on les retire de l'eau, on défait les paquets sur
les lieux de la plantation, et on les livre aux planteurs. Ceux-ci les
dépouillent en partie de leurs feuilles et en placent deux dans chaque
fosse, de manière que tout le plant repose parfaitement dans toute
sa longueur sur la terre. Si le fond de la fosse n'est pas de niveau,
on ajoute un peu de terre, pour que tout le plant porte sur la terre.

Chaque plant doit avoir son extrémité opposée à celui placé dans
la même fosse; ensuite on recouvre légèrement avec un peu de terre
très-divisée.

Si la plantation était faite dans un temps de grande chaleur, et que
la terre fût très-sèche, il serait indispensable, avant de placer le
plant dans la fosse, d'y jeter un litre et demi ou deux litres d'eau.

Lorsque la plantation est finie, l'on n'y touche plus jusqu'à ce que
la mauvaise herbe commence à se montrer. Il faut alors avoir grand
soin de la détruire au fur et à mesure qu'elle pousse, car sans cela
elle étoufferait les jeunes cannes. Mais lorsque celles-ci se sont
élevées de terre et qu'elles recouvrent tout le sol de leurs longues
feuilles, il n'est plus nécessaire de faire de sarclage, ni aucun
travail, jusqu'à la récolte.

C'est ordinairement dans le mois de mars, jusqu'à la fin de mai, et
même au commencement de juin, que l'on fait les plantations selon la
méthode que je viens de décrire.

Dix à douze mois après, la canne est bonne à récolter.

Aussitôt que l'on a coupé toutes celles qui recouvrent un des grands
carrés qui forme une des divisions de la plantation, on nettoie avec
grand soin toutes les allées qui l'entourent des herbes sèches et des
feuilles de cannes qui s'y trouvent; et au moment de la journée où il
y a le moins de vent on entoure le carré d'ouvriers avec des branches
à la main, et l'on met le feu à l'amas de feuilles qui généralement
recouvre le champ d'une épaisseur d'un pied et demi à deux pieds,
et dans quelques minutes le feu a tout réduit en cendres.

La précaution que l'on prend de nettoyer les allées et de mettre des
ouvriers avec des branches, est nécessaire pour éviter que le feu
ne se communique aux autres parties du champ qui n'ont pas encore
été récoltées.

Quelques jours après avoir brûlé les feuilles, on passe quelques
traits de charrue près des souches, de manière à les dégarnir et
rejeter la terre au milieu des rangs.

Cette première fois, le travail de la charrue offre des difficultés et
doit se faire avec précaution; car une grande partie des racines des
arbres qui ont été coupés pour être remplacés par la canne ne sont
pas encore détruites, et le labour, par conséquent, ne se fait que
très-difficilement. Si la difficulté était trop grande, il faudrait
remplacer la charrue par la pioche, et dégarnir chaque pied en rejetant
la terre au milieu des rangs.

Aussitôt que les premières pluies commencent, et que les mauvaises
herbes poussent avec les cannes, il faut les détruire, partie avec
la charrue, si c'est possible, et partie avec la pioche, si on ne
peut pas se servir de la charrue. Cette opération de sarclage se
fait ordinairement trois fois dans l'année; à la seconde, on bine
légèrement les pieds des cannes, et à la troisième fois, on ajoute
encore un peu de terre au pied. Mais cette opération de binage doit
varier selon la fertilité du terrain et l'âge de la canne; plus la
canne est jeune et le terrain fertile, moins il faut mettre de terre
au pied. Je vais expliquer pourquoi:

La canne, à l'inverse des autres plantes, tend toujours à s'élever
au-dessus de la terre; c'est-à-dire que si la première année vous
l'avez plantée à six pouces au-dessous du sol, à la seconde année
elle ne se trouve qu'à trois pouces, à la troisième à la superficie,
et à la quatrième tout à fait au-dessus de la terre qui a servi
de binage. Ainsi, plus on met de terre, et plus vite elle monte;
et l'on perd alors quelques années de récolte.

Dans une terre fertile, il suffit de recouvrir légèrement le pied de
la canne pour qu'elle pousse avec vigueur et produise bien; et alors
on augmente le binage peu à peu, pour avoir de la même plantation le
plus grand nombre de récoltes possible.

A la troisième année, généralement tous les troncs d'arbres et les
racines sont détruits, et presque tout le travail peut se faire à la
charrue. Seulement on se sert de la pioche pour le binage, qui alors
doit être assez fort pour bien recouvrir le pied de la canne à une
hauteur de dix à douze pouces.

Voilà à peu près tout ce qu'il est important d'observer pour une
plantation par défrichement.

Cependant je dois ajouter une recommandation des plus importantes:
c'est de ne jamais planter plus que l'on ne peut entretenir, et si l'on
avait commis cette faute, abandonner plutôt une partie de la plantation
pour soigner convenablement l'autre, que de mal entretenir le tout.



Culture a la charrue.


La culture de la canne à sucre à la charrue coûte moins que par
défrichement; mais aussi elle produit un moins grand nombre d'années:
deux récoltes, quelquefois trois, dans de très-bonnes terres.

Une des premières conditions est, vers les mois de novembre, décembre
et janvier, de bien préparer la terre que l'on veut planter, de
la rendre bien meuble en y passant au moins trois fois la charrue
et deux fois la herse. Lorsque la terre est bien ameublie et bien
labourée à la plus grande profondeur possible, on divise le champ par
grands carrés de 80 à 100 mètres sur chaque face, entre lesquelles
on laisse des allées de 3 et 4 mètres de large. Cette division est
nécessaire pour faciliter l'incinération des feuilles à la récolte,
comme il est dit pour les plantations par défrichement.

Lorsque le champ est divisé, on donne une troisième et dernière
façon à la charrue. Cette dernière main-d'oeuvre est pour tracer
les lignes où doit être placée la canne. Ces lignes sont distantes
les unes des autres de quatre pieds à quatre pieds et demi; et comme
ce dernier labour se donne en forme de sillon, c'est la division de
chaque sillon qui forme les lignes où doivent se faire les trous pour
recevoir les plants.

Lorsqu'on a terminé le labour, on entoure la plantation de
palissades pour les préserver des animaux qui pourraient détruire
les cannes, et on prépare le plant comme pour une plantation par
défrichement. Ensuite, des ouvriers, avec des pioches, ouvrent sur
les lignes des fosses comme pour une plantation par défrichement,
et d'autres ouvriers qui les suivent par derrière y placent le plant,
et le recouvrent légèrement de terre.

Si la plantation s'est faite dans un temps convenable, il n'est pas
nécessaire d'arroser; mais si c'était au moment des sécheresses,
il serait indispensable, avant de placer le plant dans la fosse,
d'y jeter un à deux litres d'eau. Ordinairement, c'est pendant
la récolte que l'on fait les plantations, parce qu'alors on se
sert pour plant des extrémités des cannes qui ont été récoltées;
mais cette époque est celle des plus grandes sécheresses, l'eau est
alors indispensable. C'est généralement une main-d'oeuvre longue et
coûteuse de transporter aux champs des milliers de litres d'eau:
pour l'éviter, et pour éviter également trop de main-d'oeuvre de
sarclage, il faut avoir un champ de cannes destiné à la plantation,
et qui doit exclusivement servir de pépinière pour le plant.

On fait la plantation au mois de décembre ou de janvier, avant de
commencer la récolte, à l'époque où il n'y a plus de grandes pluies,
mais où la terre est encore très-humide. Alors le plant pousse
vigoureusement, et la canne est déjà grande lorsque les premières
pluies commencent à tomber. Un sarclage ou deux suffisent pour
détruire les plantes parasites, qui ne commencent à pousser qu'aux
premières pluies.

Soit enfin que la plantation ait été faite pendant la sécheresse, ou à
l'époque où la terre conserve encore de l'humidité, la culture pendant
sa croissance est la même. Aussitôt les premières pluies, dès que la
mauvaise herbe commence à pousser, il faut passer entre chaque rang
la charrue, en ayant soin de conserver le sillon au milieu du rang,
et de garnir toujours un peu les pieds des cannes. Après une façon
de charrue, il est presque indispensable de sarcler avec la main et
la pioche autour de chaque pied, pour détruire les mauvaises herbes
que la charrue ne peut pas atteindre.

Ordinairement, pendant le temps que la canne met à pousser et à
acquérir une hauteur assez grande pour que l'herbe ne pousse plus,
il faut passer trois fois la charrue et sarcler trois fois.

La récolte se fait comme pour les plantations par défrichement.

Dès que les cannes d'un carré ont été coupées, il faut brûler les
feuilles, et autant que possible passer immédiatement la charrue
entre chaque rang, en rejetant la terre au milieu. Je dis le plus
tôt possible passer la charrue, parce qu'au moment où on vient de
brûler les feuilles la terre est très-humide, et le labourage se
fait facilement. Si l'on attend quelques jours, le soleil, ardent
à l'époque de la récolte, sèche la terre, et rend le labour moins
facile et moins avantageux pour la repousse.

La canne plantée de cette manière produit, dans de bonnes terres,
deux et trois récoltes.



Récolte.


La récolte de la canne se fait, aux Philippines, depuis janvier
jusqu'à la fin de mai, époque des grandes chaleurs. Si cette récolte
peut se terminer en deux mois, il serait préférable de la commencer
dans le mois de mars, pour la terminer vers la mi-mai. C'est pendant
ces deux mois que la canne produit un jus plus riche et plus chargé de
sucre; c'est aussi l'époque où les pluies ne sont pas à craindre. Mais
lorsque l'on a une grande plantation, et pas de moyens en bras et en
machines pour la terminer en deux mois, c'est en janvier qu'il faut
commencer, pour la terminer à la fin de mai, époque où commencent
les grandes pluies.

Les ouvriers sont divisés en quatre escouades: deux pour le champ;
une de coupeurs, l'autre de charretiers ou conducteurs de la canne
à l'usine.

Pour l'usine, deux escouades: celle qui s'occupe de moudre la canne,
et celle qui cuit le sucre.

Récolter avec économie dépend d'un bon moulin et de la distribution
que l'on fait des ouvriers. Le moulin est l'âme du travail, c'est de
sa bonne direction que dépend le bon emploi des ouvriers et l'utile
concours de leur temps.

Si le moulin marche bien, avec de bons ouvriers bien choisis, ceux qui
cuisent n'ont pas un instant à perdre, car ils sont obligés de cuire
tout le jus que le moulin leur envoie. Si le moulin moud beaucoup
de cannes, les coupeurs sont obligés d'accélérer leur travail, et
ceux qui les transportent, de les conduire rapidement. C'est donc une
précaution essentielle que d'avoir un bon moulin, et de bons ouvriers
pour le conduire.

Deux jours avant de commencer à moudre, on fait couper autant de
cannes que possible, que l'on fait transporter au moulin. Cette
précaution est pour avoir à l'avance une provision, et être à l'abri
de l'inconvénient de voir le moulin manquer d'aliment; car dans ce cas
tout le travail est arrêté, et une partie des ouvriers reste inoccupée.

On doit recommander aux coupeurs de couper la canne aussi bas que
possible, c'est-à-dire au ras de la terre; car toute la partie que
l'on laisserait au-dessus de la terre serait autant de perdu, et un
embarras pour la culture.

Je n'entrerai dans aucun détail sur la cuisson du sucre. Depuis
quelques années on a apporté de si grandes améliorations dans les
appareils pour la cuisson, qu'il serait impossible, dans une simple
relation, de décrire ces nouveaux appareils et la manière de s'en
servir.

Aux Philippines, la dernière amélioration qui a été faite a été de
copier ce que l'on faisait, et peut-être ce que l'on fait encore,
à Bourbon.

C'est une batterie composée ordinairement de cinq ou six chaudières
qui vont en diminuant de dimension, depuis la première où se fait
la défécation, jusqu'à celle de cuisson. Chaque opération ne dure
que quarante-cinq minutes; c'est-à-dire que, dès l'instant que la
batterie est bien en train, chaque quarante-cinq minutes on retire
ce qui a été déféqué, à peu près 135 à 150 livres de sucre. Ce qui
est seul difficile, c'est la défécation et le point de cuisson;
la pratique seule peut apprendre lorsqu'on a mis une assez grande
quantité de chaux pour que le jus soit bien déféqué, et la pratique
seule aussi peut apprendre lorsque le sucre est cuit à point.



EXPLICATION DES FIGURES.


Fig. A. _Charrue indienne_.

Elle est extrêmement simple; elle se compose de quatre morceaux de bois
(1, 2, 3, 4) que le laboureur le plus maladroit peut confectionner
lui-même; d'une oreille, et d'un soc en fonte (5 et 6) qui, aux
Philippines, se vend 2 fr. 50 c.

La légèreté et la simplicité de cette charrue en facilite l'emploi
pour toute espèce de culture; et dans les plantations divisées par
lignes, comme celles des tabacs, maïs, cannes à sucre, etc., on s'en
sert avec avantage, non-seulement pour le sarclage, mais aussi pour
donner, entre chaque rang, un labour qui profite à la plantation, et
qui est moins coûteux et moins long qu'un simple sarclage à la pioche.

Fig. B. _Joug pour l'attelage du buffle_.

Fig. C. _Guiligan_, espèce de moulin à bras pour séparer le riz de
son enveloppe.

1 et 2 représentent deux cônes tronqués, faits avec des bambous
tressés en forme de panier. Chaque cône est séparé, vers le milieu,
par une cloison aussi en bambou; et le vide du côté du sommet est
rempli d'argile bien battue. Dans cette argile sont enfoncées de
petites planchettes en bois de palmier, de la largeur du doigt,
d'une épaisseur d'un centimètre et d'une longueur de dix; elles sont
placées de manière à se toucher presque, et par rayons représentant
une meule qui vient d'être nouvellement piquée. Ces deux cônes ainsi
préparés sont superposés par leur sommet: le supérieur, au moyen d'une
manivelle, tourne sur l'inférieur, et le riz, qui passe entre les
deux meules, est légèrement broyé, et n'a plus besoin que de quelques
coups de pilon pour être parfaitement décortiqué et d'un beau blanc.

Fig. D. _Luçon_, mortier en bois, dont l'île de Luçon tire son nom,
parce qu'il se trouve dans toutes les cases indiennes pour piler
journellement le riz.

Fig. E. _Lilit_, ou faucille indienne.

Avec le croc on saisit le riz qui, réuni dans l'angle, facilite d'en
prendre une bonne poignée de la main gauche; on pousse alors le croc en
avant, en faisant faire un petit mouvement à la main, qui le dégage,
et, par le même mouvement, la lame d'acier se trouve appliquée contre
la paille; on tire vers soi, et toute la poignée que l'on tenait de
la main gauche est coupée d'un seul coup.

Fig. F. _Peigne_, instrument qui sert, après un premier labour à la
charrue, à réduire la terre en boue et à niveler le terrain:

1 représente un morceau de bois rond que tient des deux mains le
laboureur.

2. Long morceau de fer armé de fortes et longues dents.

Les traits où le buffle est attelé sont figurés aux deux extrémités
de ce fer.



§ XXII.--Industrie.


L'industrie, à Manille, commence à sortir de ses langes; elle est
généralement exercée par les Indiens et par les Chinois. On trouve
parmi eux tous les corps de métiers nécessaires à la vie habituelle,
tels que tailleurs, cordonniers, ébénistes, charpentiers, forgerons,
maçons, etc., etc.

Depuis quelques années, on commence à introduire quelques machines à
vapeur; une de ces machines fait marcher une scierie mécanique située
dans les faubourgs. Il en est d'autres, dans les provinces, employées
aux grandes sucreries, comme à l'habitation de _Calatagan_. Cette
belle propriété appartient à don Mariano Roxas, homme éclairé, plein
d'instruction, qui, depuis plusieurs années, voyage utilement en Europe
pour étudier et envoyer aux Philippines, sa patrie, tout ce qui peut
y faire avancer l'industrie. Le progrès ne tarderait pas à prendre un
développement considérable, si l'Espagne possédait dans cette belle
colonie quelques hommes de la capacité et de la persévérance de celui
que je viens de nommer.

Plusieurs bateaux à vapeur naviguent sur les lacs et les rivières,
et dans la mer des _Bisayas_, où ils rendent d'immenses services au
commerce contre la piraterie des Malais. Ces redoutables pirates ne
peuvent plus lutter de vitesse contre la vapeur, avec leurs _pancos_
armés de deux ou trois rangs de rames, comme les anciennes galères,
tandis qu'ils échappaient facilement aux poursuites des bâtiments
à voiles.

L'industrie la plus considérable à Manille, celle qui occupe le
plus de bras, est sans contredit la fabrication des cigares et des
cigarettes. Le gouvernement a pris possession de la régie des tabacs,
et il emploie continuellement de 15 à 20,000 ouvriers des deux
sexes. Le commerce de Manille exporte des cigares pour des sommes
considérables dans l'Inde, l'Australie et l'Europe.

Après la fabrication des cigares viennent les grandes usines où
sont terrés les sucres exportés à l'étranger. Don Mariano Roxas
possède un des plus beaux établissements de ce genre; il y a ajouté
une distillerie où les appareils de Derosne et Cail produisent
journellement des quantités considérables d'excellent rhum. Par suite
d'un accord avec le gouvernement, le même M. Roxas a établi, il y a
peu de temps, vingt-cinq appareils sur divers points de l'archipel,
pour fournir à la régie des boissons les vins de _Nipa_, qui lui sont
nécessaires [61].

De jolies calèches, des voitures de luxe se fabriquent également
à Manille.

Il y a dans les environs plusieurs grandes briqueteries et fabriques
de poterie, ainsi que des corderies où se confectionnent, en _abaca_,
tous les cordages nécessaires à la navigation.

Presque tous les cuirs employés aux Philippines sont tannés et préparés
à Manille. Les Indiens ont un art particulier pour préparer les peaux
de tous les animaux quelconques: dans vingt-quatre heures ils tannent
une peau de boeuf ou de buffle, et la mettent en état d'être employée
dans l'industrie.

L'orfèvrerie et la bijouterie sont des branches d'industrie qui
laissent peu à désirer aux Philippines: des femmes fabriquent des
chaînes en or qui sont de véritables chefs-d'oeuvre de ciselure.

Manille et les provinces fournissent une grande quantité d'étoffes
en soie, en coton et en _abaca_, remarquables pour leur solidité,
leur finesse et la modicité de leur prix.

Les batistes, fabriquées avec les filaments que l'on retire
des feuilles de l'_anana_, sont d'une régularité et d'une finesse
auxquelles ne peuvent être comparés aucun de nos tissus d'Europe. Cette
fabrication est un travail de patience et qui exige beaucoup de temps:
la feuille de l'_anana_ n'a pas plus de deux pieds de longueur;
l'ouvrier en retire les fils, les choisit ensuite un par un, tous
de la même grosseur, les unit au moyen d'un noeud artistement fait,
puis les place sur le métier situé sous une tente dans une chambre
soigneusement fermée, précaution nécessaire afin que l'air ne puisse
pas casser les fils. Lorsque la toile est tissée, les milliers de
noeuds qui réunissaient les fils ont disparu, et l'étoffe, légère,
diaphane, est d'une régularité parfaite.

Il se fabrique aussi une grande quantité de chapeaux de paille
et de jolis étuis à cigares, qui sont généralement faits dans les
provinces. On ne s'imagine pas la patience et l'adresse dont il faut
que les Indiens soient doués, pour la confection de ces deux objets,
surtout pour les porte-cigares, qui sont souvent d'une si grande
finesse, qu'on en expédie en Europe dans une lettre. Les chapeaux,
comme les boîtes à cigares, sont faits avec de gros rotins dont la
première couche est enlevée, divisée et taillée en petits filaments
de la finesse qu'exige l'objet que l'on veut fabriquer.

Dans presque tous les villages on fait, avec les feuilles du
_pandanus_, de charmantes nattes sur lesquelles s'harmonisent mille
brillantes couleurs, que les Indiens obtiennent au moyen des plantes
colorantes recueillies dans les champs.

Ils fabriquent aussi, avec les feuilles du latanier, de grands
sacs. Ils servent à contenir et à expédier en Europe toutes les
denrées coloniales, et il s'en fait un important commerce.

On construit à Cavite et à Manille des embarcations de toutes les
dimensions: des chaloupes, des trois-mâts, des jonques chinoises et
des frégates de guerre; et, dans les provinces, de jolies pirogues
et de grosses embarcations de transport pour naviguer dans la baie,
sur les rivières et les lacs.

Enfin, dans quelques villages, les habitants s'occupent presque
exclusivement de l'éducation des canards pour faire le commerce des
oeufs. Ils ont un moyen de leur invention pour pratiquer l'oeuvre de
l'incubation. Cette industrie singulière, que j'ai étudiée avec soin,
me semble mériter une petite description:

Les habitants du bourg de _Payteros_, situé à l'entrée du lac, sur
un des bras du _Pasig_, se livrent particulièrement à l'éducation
des canards. Chaque propriétaire a un troupeau de 800 à 1,000 canes,
qui lui produisent chaque jour 800 à 1,000 oeufs, un par cane. Cette
grande fécondité est due à la nourriture qu'on leur donne.

Un seul Indien est chargé de pourvoir à la subsistance de tout le
troupeau. Il pêche tous les jours, dans le lac, une grande quantité
de petits coquillages; il les concasse et les jette dans la rivière,
dans un lieu circonscrit par des bambous flottants qui servent de
limite à son troupeau, et empêchent ses canards de se mêler à ceux
des voisins. Les canes vont au fond de l'eau chercher leur pâture;
et le soir, au premier son de cloche de l'_Angélus_, on les voit
sortir elles-mêmes de l'eau et se retirer dans une petite cabane,
pour y pondre les oeufs et y passer la nuit.

Après trois ans, la stérilité succède à cette grande fécondité,
et il faut alors renouveler complétement le troupeau. Ce n'est pas
l'opération la moins curieuse de cette industrie, qui rappelle les
fours des Égyptiens pour l'éclosion des oeufs. Cependant la méthode
des Indiens est toute différente; elle est de leur invention, comme
on va pouvoir en juger.

Quelques Indiens ont pour unique profession de faire éclore des oeufs;
c'est un métier qu'ils apprennent, comme ils apprendraient celui de
menuisier ou de charpentier; on pourrait les nommer des couveurs.

Près de la maison de celui qui a réclamé les soins d'un couveur,
dans un lieu choisi, bien abrité du vent et exposé toute la journée
au soleil, le couveur fait construire une petite cabane en paille,
de la forme d'une ruche; il n'y laisse qu'une petite ouverture,
celle absolument nécessaire pour s'introduire dans la ruche.

On lui confie mille oeufs, maximum qu'il puisse faire éclore en
une seule couvée, de mauvais chiffons et de la balle de riz séchée
au four. Il sépare ses oeufs de dix en dix, les renferme par dix
dans un chiffon avec une certaine quantité de balles. Après cette
première opération, il place une forte couche de balle au fond d'une
caisse en bois de cinq à six pieds de longueur sur trois de largeur,
ensuite une couche d'oeufs; et il continue en alternant, jusqu'à ce
qu'il ait logé les cent petits paquets. Il termine par une épaisse
couche de balle et une couverture.

Cette caisse doit lui servir de lit et la cabane de prison, pendant
tout le temps nécessaire à l'incubation.

On introduit tous les jours par l'ouverture, que l'on referme ensuite
avec soin, les aliments qui lui sont nécessaires.

Chaque trois ou quatre jours, il change ses oeufs de place; il met
en dessus ceux qui étaient en dessous.

Le dix-huitième ou le dix-neuvième jour, lorsqu'il croit que
l'incubation est à son dernier période, il pratique une petite
ouverture à sa cabane pour y laisser pénétrer un rayon de lumière;
il y présente quelques oeufs, les examine, et juge, au plus ou moins
de transparence, et à des signes que ceux qui exercent cette industrie
connaissent seuls, si l'incubation est complète.

Lorsqu'il en est ainsi, son travail est presque terminé; il n'a plus
de précautions à prendre. Il sort de la cabane, il retire ses oeufs
de la caisse, et il les casse un par un. Les petits canards, aussi
forts que s'ils étaient éclos sous leur mère, accourent immédiatement
à la rivière.

Le lendemain, l'Indien sépare soigneusement les mâles des femelles. Ces
dernières seulement sont conservées; les mâles sont rejetés.

Les huit premiers jours, on nourrit les jeunes canes avec de petits
papillons de nuit, qui voltigent le soir en si grande quantité, en
suivant le cours de la rivière, qu'il est facile de s'en procurer
autant qu'il est nécessaire. On leur donne ensuite des coquillages,
et, aussitôt qu'elles commencent à pondre, elles ne s'arrêtent plus
pendant trois ans.

On comprendra facilement que dans un climat brûlant comme celui des
Philippines, dans une cabane soigneusement fermée, exposée à un soleil
ardent, avec la présence continuelle d'un homme, il se produise et
se conserve une chaleur tout à fait convenable pour l'incubation
des oeufs. Aussi, ce qui est étrange dans cette méthode n'est pas le
résultat de l'incubation, mais que les Indiens aient pu apprécier et
trouver les moyens que la nature mettait à leur portée.



§ XXIII.--Commerce.


Le commerce des Philippines n'est point en rapport avec la
population, l'étendue et la richesse du sol. Il pourrait être bien
plus considérable si les Espagnols voulaient gouverner cette colonie
comme les Hollandais gouvernent Java, c'est-à-dire s'ils voulaient
placer la population indienne sous un joug oppresseur. Dans ce cas,
au lieu de n'avoir qu'une minime partie du sol en état de culture,
ils pourraient en avoir une étendue assez vaste pour approvisionner
la plus grande partie de l'Europe en denrées coloniales [62].

Mais, en fait de progrès, l'Espagne marche lentement; et aux
Philippines elle préfère le rôle de souverain indulgent, de maître
paternel et bienfaiteur, à celui de tyran et d'oppresseur.

L'Indien, qui n'a point d'ambition et pas de besoins, pour lequel
la richesse n'est pas le bonheur, se borne à labourer le morceau de
terre qui lui est strictement nécessaire pour suffire à sa frugale
existence, et se procurer des vêtements dont il se couvre plutôt par
luxe que par nécessité.

Lorsque l'on a habité parmi eux, on s'explique facilement le penchant
qu'ils doivent avoir à la paresse, ou plutôt à ne s'occuper que de
travaux à leur convenance.

Que l'on compare l'habitant des Philippines à la classe pauvre,
aux laboureurs de nos contrées civilisées; on ne pourra s'empêcher
de convenir que les premiers sont les privilégiés de la Providence,
tandis que les derniers en sont les déshérités.

Nos laboureurs acquièrent difficilement un morceau de terre. Lorsqu'ils
peuvent y parvenir, ils sont obligés de le fumer et le travailler
avec acharnement pour lui faire produire _au maximum_ dix-huit pour
un. Il leur faut en outre payer un impôt exorbitant, et toujours,
année de bonne ou de mauvaise récolte, il est impérieusement exigé.

Pour se nourrir d'aliments grossiers, notre laboureur est assujetti à
un travail pénible, continu, qui détruit avant l'âge sa santé et ses
forces; il souffre de l'intempérie des saisons, se couvre de vêtements
insuffisants qu'il ne peut pas renouveler selon les exigences d'une
bonne hygiène; enfin il habite des chaumières humides, froides,
fétides, où la clarté du jour ne pénètre souvent que par la porte
entrebâillée.

Aux Philippines, au contraire, le laboureur jouit d'un climat
tempéré, d'un printemps perpétuel. Il n'a pas besoin de vêtements
pour se couvrir. Il laboure son champ une ou deux fois, pour lui faire
produire quatre-vingts et cent pour un. Il habite des maisons commodes,
aérées, qu'il peut construire lui-même sans beaucoup de peine. Il se
procure facilement des aliments aussi bons, aussi sains que ceux du
riche. S'il veut changer ses pénates, il peut s'établir où bon lui
semble, prendre en terres l'étendue à sa convenance, sans qu'aucun
propriétaire puisse exiger de lui une redevance quelconque, et sans
que le fisc impitoyable, plus exigeant encore, vienne lui arracher
la meilleure part de son labeur.

S'il n'a pas ensemencé son champ, il peut emprunter à la forêt les
racines, les fruits et le gibier pour remplacer sa récolte; il peut
prendre à profusion, sans presque aucun travail, dans les lacs,
les rivières et sur les plages, d'excellents poissons.

Enfin, il jouit de toutes les aisances de la vie, d'une liberté
entière. Pourquoi travaillerait-il en vue d'acquérir d'inutiles
richesses, qui assurément, sous un ciel privilégié, ne donnent pas
le bonheur?

Le commerce maritime de Manille peut se diviser en trois classes:
le petit cabotage, le grand cabotage, le long cours.

Le petit cabotage est exclusivement fait par de petits navires et
des embarcations du pays, qui transportent sur tous les points de
l'archipel les marchandises apportées à Manille par les navires au
long cours, et y rapportent les produits agricoles et industriels
des provinces.

Le grand cabotage se fait généralement aussi par des navires du
pays. Ces navires, appartenant aujourd'hui à une compagnie, font le
commerce avec l'archipel de Jolo, les Moluques, Ternate, Manado,
Amboyne, Banda, les îles Pelew, Tongatabou, Batavia, Singapoor,
la Chine, et la Nouvelle-Hollande.

Le commerce des îles de Jolo, dont les habitants sont connus
par leur mauvaise foi, est généralement fait par les Chinois ou
par leur entremise. Malgré le danger de traiter avec des hommes
qui ne présentent aucune garantie de moralité, ce commerce est si
lucratif, que les négociants de Manille ne reculent pas à y envoyer
des navires richement chargés, mais avec la précaution d'embarquer
comme subrécargue un Chinois de Manille, ayant l'habitude des hommes
et du commerce de cet archipel. Généralement les Chinois font ces
expéditions pour leur compte et au risque des armateurs.

Voici les conditions ordinaires que les armateurs font avec les
Chinois qui veulent entreprendre ces voyages:

Pour l'affrétement d'un navire de 200 à 250 tonneaux, les Chinois
payent mensuellement à l'armateur de 6 à 700 piastres (3,000 à 3,500
francs.) En outre, l'armateur fait à l'affréteur chinois un prêt à la
grosse de 10 à 20,000 piastres (50 à 100,000 fr.) Au retour du navire,
il reçoit en marchandises la somme qu'il a avancée, plus l'intérêt
de 20 à 25 p. 100. Mais il perd tout si le navire périt.

Les objets d'importation à Jolo consistent en indiennes de qualités
inférieures, à fonds rouges, à grands ramages de couleurs vives et
éclatantes, en mousselines lisses et ouvrées, en percales, en étoffes
imitant les madras, nommées _cambayas_, à fonds rouges.

En produits des Philippines, on y importe du riz de première et de
seconde qualité, du tabac en feuille, des _bisayas_, de l'huile de
coco, et une infinité de petits articles de peu de valeur.

En produits du Bengale, on y importe les toiles que l'on nomme _cachas_
et _chitas_, des toiles en coton teintes en rouge, des toiles fines
en coton mêlé de fils d'or, des madras où le rouge domine, de l'opium
de Patna.

Les articles de Chine sont les nankins, des pièces de monnaie en cuivre
nommées _chapuas_, de la porcelaine commune, quelques étoffes de soie,
et des ustensiles de cuisine.

Les articles qui offrent le plus d'avantages sont le riz et les
pièces de nankin. Ces dernières sont reçues comme monnaie courante,
à raison d'une piastre (5 fr. 40 c.) la pièce, et elles ne coûtent
ordinairement à Manille que 33 piastres le cent.

Les monnaies courantes à Jolo sont les _chapuas_, pièces en cuivre
percées au milieu; les piastres espagnoles, et les roupies de l'Inde.

Les mois de juin et de juillet sont ceux de l'année où il se fait le
plus grand commerce à Jolo.

Il est utile d'apporter une grande circonspection dans les transactions
que l'on fait avec les naturels. Il faut cependant agir de manière à
ce qu'ils ne s'aperçoivent d'aucune méfiance; ils sont, bien que de
fort mauvaise foi, d'une grande susceptibilité.

Les retours se font en nids de _salanganes_, en écaille de la plus
belle qualité nommée _testudo imbricata_: le prix ordinaire de
cette écaille est de 1,000 à 1,100 piastres le _pécul_; en _balate_,
_holoturies_, nommées à Jolo _tripang_ et en Chine _bogshum_, espèce
de _zoophyte informe_, dont trente-six espèces différentes sont
connues; en ailerons de requin, dont la valeur en Chine est de 20 à
45 piastres le _pécul_; il faut à peu près cinq cents ailerons pour
faire un pécul. On exporte aussi de la nacre, dont le prix en Chine
est de 12 à 15 piastres le pécul. Généralement, les chargements se
complètent avec de l'or en poudre, des perles fines, et de la cire.

On emploie ordinairement de sept à huit mois pour un voyage complet
à Jolo et retour.

Les navires qui vont aux Moluques partent de Manille vers le mois
de décembre. Ils emportent les mêmes cargaisons que pour les îles
de Jolo, et en plus quelques articles de luxe pour les femmes et les
autorités supérieures.

Les retours se font en cacao, oiseaux de paradis, clous de girofle
et noix muscades.

Les Hollandais, qui possèdent ces îles, ont imposé des droits de
douanes considérables; mais, en revanche, on peut y négocier avec
toute sécurité.

Les navires de Manille font aussi le commerce avec l'archipel des îles
Pelew. Ils y apportent de grosses toiles, des perles en verroterie
de toutes couleurs, des couteaux un peu plus grands que les couteaux
de table, et toute espèce de vieux fers.

En retour, ils chargent du _balate-trépang_, de l'écaille, de la nacre.

Il se fait aussi quelques expéditions pour les îles _Tongatabou_,
lieu du naufrage du capitaine Lafond de Lurcy, qui avait entrepris
une spéculation du même genre.

Batavia et Singapoor sont les deux points dans l'Inde où le commerce
de Manille a pris le plus de développement.

On exporte de Manille à Java des cigares, des _guinaras_, étoffes
fabriquées avec l'_abaca_, du _sibucao_ ou _sapan_, des cordages en
_abaca_, et du rhum.

On exporte de Manille à Singapoor du sucre, de l'indigo, du bois de
sapan, de l'abaca, des cordages en _abaca_, des chapeaux de paille,
des boîtes à cigares, de l'huile de coco, du rhum, des os, et une
grande quantité de cigares.

Les navires espagnols qui arrivent d'en deçà ou d'en delà du cap de
Bonne-Espérance jouissent d'un privilége de 7 p. % sur les navires
étrangers, pour les droits de douane dus à l'entrée de Manille. Il
en résulte que la plus grande partie des marchandises d'Europe,
d'Asie et d'Afrique sont déposées à Singapoor, et chargées, dans ce
port, sur des navires espagnols immatriculés au port de Manille. Les
principales marchandises qu'ils embarquent sont des fers anglais
et de Suède, des aciers, du cuivre laminé, des toiles à voiles,
des cordages de chanvre, des ancres, des chaînes pour navires, de
la peinture, de l'huile de lin, de la cire, du poivre, des clous
de girofle, et toute espèce de tissus en lin, en coton, en laine,
en soie, de tous les pays de l'Europe.

Le commerce de Singapoor avec Manille était, en 1842, d'une importance
de 36,000 tonnes. Tout l'avantage est pour Singapoor, qui encombre
Manille de marchandises d'Europe.

Bombay trafique également avec le port de Manille, et y envoie, en
lest, ses grands navires nommés _enchimanès_, pour y charger du sucre.

Manille fait aussi un assez grand commerce avec l'Australie; elle
fournit à Sydney une grande quantité de sucres de qualité inférieure,
du tabac, des cigares, des chapeaux de paille, des bois de sapan,
des cordages d'abaca, des nattes.

Une des branches les plus importantes du commerce de Manille, est celui
qu'elle fait avec la Chine. Les objets d'exportation des Philippines
pour les ports du Céleste Empire sont: les riz pilés et non pilés,
le bois de sapan, le sucre brut, l'huile de coco, l'indigo liquide
nommé à Manille _tintarron_, les trépangs, les _taclovos_, mollusques
desséchés du _tridas_; des nids d'oiseaux, des ailerons de requin,
de l'ébène, des nerfs et des peaux de cerf; des cuirs verts de boeufs,
de buffles et de chevaux; du coton, de l'or en poudre, de l'écaille,
de la nacre, des perles fines, des piastres à colonnes d'Espagne, de
la viande boucanée de buffle et de cerf, des poissons salés ou séchés
ou sous forme d'anchois, et mille autres objets de peu d'importance.

Des ports de la Chine, les navires apportent à Manille: des caisses
de cannelle, de thé, des nankins, du vermillon, des étoffes en
soie de divers genres, des crêpes de Chine, du papier pour écrire
et pour cigarettes, de la porcelaine, des percales, des parasols,
des chaudières et des ustensiles de cuisine en fonte, du cuivre ouvré
sous diverses formes, des fruits secs, de l'or en feuilles.

Le mouvement maritime entre Manille et la Chine a été, en 1842,
de plus du tiers de toute la navigation du port.

J'emprunte au dictionnaire historique et géographique publié à Manille
en 1851, un simple aperçu qui démontre que le commerce de Manille,
avec l'Europe, est bien au-dessous de celui de bien d'autres pays
moins riches, moins peuplés, et dont la position géographique est
moins favorable.

Les marchandises que les navires espagnols exportent de la Péninsule
aux Philippines consistent en: vins rouges de Catalogne, vins doux
de Malaga, de Xerès et de San-Lucar; quelques vins généreux et des
liqueurs en bouteilles; eaux-de-vie anisées, dont il se fait une grande
consommation; papiers, cartes à jouer; comestibles, tels que jambons,
fromages, saucissons de Galice, etc.; huile d'olive, _garbansos_
(pois chiches), et olives.

Les marchandises importées par les navires étrangers, et dont le débit
est facile, sont: les fers, les aciers, l'huile d'olive, la parfumerie,
les toiles de coton, percales, madapolams, _cambayas_, les indiennes,
les mousselines, les articles de nouveautés, les soieries de luxe,
les toiles de lin, les batistes, les goudrons, les vins de diverses
qualités, particulièrement ceux de Bordeaux et de Champagne, les
eaux-de-vie et les liqueurs, les charbons de terre, la carrosserie, le
cuivre laminé, le zinc, les comestibles, les conserves, les cristaux,
la faïence, les pianos, les savons, les cordages en chanvre, les
toiles à voile, le savon de toilette, l'orfévrerie, l'horlogerie,
les livres, les étoffes en laine, les médicaments, les meubles,
l'opium, l'or et l'argent monnayés, les parapluies, les ombrelles,
la chapellerie, les dentelles, les tulles, la peinture, le plomb,
la quincaillerie, les effets confectionnés, et la bière en bouteilles.

Les marchandises exportées annuellement des Philippines, par les
navires de diverses nations européennes, sont: l'_abaca_ (soie
végétale), l'huile de coco, les cotons, l'indigo, le riz, les sucres
terrés et bruts, les rotins, la gomme élémi, le café, les _guinaras_,
étoffes d'_abaca_, les _mendrinaquès_, étoffes également en _abaca_,
_les petites crevettes desséchées_, les cuirs de buffles, de boeufs
et de cerfs, les bois de construction, les _mongos_ (_espèce de
lentilles_), l'or en poudre, les nattes, le sel marin, les bois de
teinture, les chapeaux de paille, les boîtes à cigares, les tabacs
en feuilles et fabriqués en cigares, les nerfs de cerfs, l'écaille,
la nacre, les perles, les viandes boucanées de buffle et de cerf,
les poissons salés et séchés.

Le tableau suivant indique le mouvement commercial de Manille, en 1841,
avec les diverses nations.



Nations.            Valeur des marchandises        Total.

                    Importées à     Exportées de
                    Manille.        Manille.

                    Réaux de        Réaux de       Réaux de
                    veillon.        veillon.       veillon.

Angleterre.         33,949,200      20,643,500      54,592,700
États-Unis.         15,815,600      22,678,400      38,494,000
Espagne.             3,800,000      18,008,200      21,808,200
Chine.               8,360,000      12,522,900      20,882,900
Indes Orientales.    1,637,800       6,532,200       8,170,000
Australie (Sydney).    307,800       4,164,800       4,472,600
France                 729,600       2,850,000       3,579,600

Total.              64,600,000      87,400,000     152,000,000


Ainsi, le commerce d'importation des Philippines s'élève à la
somme de 64,600,000 réaux de veillon, soit à peu près... 16,150,000 fr.
et celui d'importation à 87,400,000--21,850,000

Total en import. et export., 152,000,000 réaux, ou...    38,000,000 fr.



Depuis l'année 1841, le commerce des Philippines a pris une importance
plus grande; et maintenant, en 1855, on peut calculer sur un bon
tiers au-dessus des chiffres qui précèdent.

Pour compléter les renseignements que je donne sur le commerce de
Manille, il me reste à parler des poids et mesures dont on fait usage
dans le pays, des droits de douanes, et de la police des ports de
Manille et Cavite.



Le _pico_ ou _pécul_ des Philippines pèse 137
livres espagnoles, soit.                            65 kil. 25 c.

Il se divise en 10 _chinantas_ et 100 _caltis_
de 16 _taëls_; d'où il résulte que le _taël_
pèse 579 gr. 84 cent. On ne se sert de ce poids
que pour l'or en poudre et les perles.

Le _pico_ ou _pécul_ de Chine ne pèse que.          60 kil. 25 c.

Le _quintal_ d'Espagne.                             46 kil. 25 c.

L'_aroba_.                                          11 kil. 50 c.

Le _caban_ de cacao.                                38 kil. 50 c.

Celui du riz.                                       60 kil. 50 c.

Le _fardo_ équivaut à 3 arobas 1/2.                 40 kil. 25 c.

Le _quintal de cire_ pèse 110 livres espagnoles.    50 kil. 61 c.



La _vara_ de Castille, mesure de longueur adoptée, équivaut à 0,914
millimètres.

Pour les liquides, on se sert de la _ganta_ et du _gallon anglais_,
particulièrement pour le rhum.



Droits de tonnage.


Les droits de tonnage, dans le port de Manille ou dans celui de Cavite,
sont fixés, pour tous les navires chinois ou européens, à _deux réaux
(cinquante centimes) par tonne_, lorsque les navires chargent ou
déchargent dans le port.

Ces droits sont réduits à _un réal (vingt-cinq centimes) par tonne_
pour les navires qui entrent ou sortent en lest, ou comme relâche,
pour faire des vivres ou réparer des avaries.

On ne considère pas, pour l'application du droit _maximum_, comme
partie du chargement, les articles de première nécessité et les
approvisionnements de vivres pour l'équipage.



Droits de douanes.


_Entrepôt._

Tout capitaine arrivant à Manille a un délai de quarante jours pour
déclarer à l'entrepôt une partie ou la totalité de sa cargaison.

Les droits de magasinage s'élèvent à 1 p. 100 sur la valeur totale des
marchandises entreposées, pourvu que le dépôt ne dépasse pas une année.

Lorsque le temps du dépôt dépasse l'année, le droit est augmenté
proportionnellement au temps écoulé.

Au delà de deux ans, il faut obtenir une autorisation spéciale de
l'intendant.

Dans aucun cas le dépôt ne peut se prolonger au delà de trois ans.



Droits d'importation.


Toutes les productions étrangères, sauf quelques exceptions,
introduites sous pavillon étranger, payent à l'entrée un droit de 14
p. 100 de leur valeur.



Les mêmes produits étrangers, sous pavillon espagnol,
payent                                                  7 p. 100

Les produits espagnols, sous pavillon espagnol          3 p. 100

Et dans quelques cas                                    8 p. 100

Tous les produits étrangers des pays situés au delà
du cap de Bonne-Espérance et du cap Horn, lorsque
leur importation a lieu par navires espagnols, par
Singapoor, Batavia et autres ports voisins, payent
un droit de                                             8 p. 100

Par la Chine                                            9 p. 100

Ce droit de 8 et de 9 p. 100 n'est pas perçu pour les
marchandises taxées par avance à un droit supérieur.

Quelques articles, tels que les olives, l'huile
d'olive, les amandes, les pois chiches, sont frappés
d'un droit d'entrée de 50 p. 100 par navires étrangers,
et de 40 p. 100 par navires espagnols.

Les eaux-de-vie de production étrangère, par navires
étrangers                                              60 p. 100

Les mêmes, par navires espagnols                       30 p. 100

Les eaux-de-vie d'Espagne, par navires étrangers       25 p. 100

Les mêmes, par navires espagnols                       10 p. 100



Les objets avariés par une cause quelconque sont évalués par experts,
et ne payent que d'après leur valeur.

Sont exemples de droits d'entrée:

Les matières propres à la teinture, telles que cochenille, racines,
fruits, etc., ainsi que les plantes et les graines de toute espèce
de fleurs et de légumes.

Sont prohibés:

Les produits agricoles et industriels des possessions étrangères
asiatiques, tels que boissons spiritueuses ou fermentées, rhum,
arack, etc.; les cafés, cotons, laines, huiles de coco, indigo, opium,
poudres, sucres et tabacs.

Tous ces divers articles sont seulement reçus en transit dans les
magasins de l'entrepôt.

Les poudres de guerre doivent être déposées dans un magasin du
gouvernement.

Les armes à feu, fusils de calibre ou de chasse, et pistolets d'arçon,
ne peuvent entrer qu'avec une permission spéciale du gouvernement.



Droits d'exportation.


Tout produit des Philippines exporté par navires
espagnols pour l'Espagne paye à sa sortie.          1 p. 100 de sa valr.

Par les mêmes navires, pour un port étranger.       1 1/2 p. 100 --

Par navires étrangers, pour un port d'Espagne.      2 p. 100 --

Par les mêmes navires, pour un port étranger.       3 p. 100 --



L'exportation du tabac en feuilles ou manufacturé, pris dans les
magasins du gouvernement, est libre de droits de sortie, sans
distinction de pavillon.

L'or et l'argent monnayés ou non monnayés, destinés pour l'Espagne,
sont libres de droits d'exportation, soit par navires nationaux
ou étrangers.

Mais si la destination est pour l'étranger, ils payent sans distinction
de pavillon:


        L'argent monnayé.                       8 p. 100.
        -- en lingots.                          6 p. 100.
        L'or monnayé.                           3 p. 100.
        -- en lingots ou en poudre.             1/2 p. 100.
        L'abaca ou soie végétale paye, par
        navire espagnol.                        1/2 p. 100.
        -- par étranger.                        2 p. 100.
        Le riz ne paye aucun droit par navire
        espagnol.                               2 p. 100.
        -- par navire étranger.                 4 p. 100.



Police du port.


_Règlement pour la police du port de Manille et ses dépendances._

1. Tout navire arborera son pavillon à son entrée dans la baie dès
son arrivée à _l'île du Corrégidor_, et se laissera reconnaître par
les embarcations du gouvernement.

Le capitaine qui, sans y être obligé par force majeure, éluderait
cette reconnaissance, et auquel on serait obligé de tirer un coup de
canon comme avertissement, payera une amende équivalant au double de
la valeur de la poudre brûlée.

Le capitaine conservera son pavillon hissé jusqu'à la vue de Manille
ou de Cavite.

2. Aucun navire ne pourra communiquer avec qui que ce soit
avant la visite de la santé et avant son admission à la libre
pratique. Jusqu'alors il conservera, au mât de misaine, le pavillon
de quarantaine.

Après la visite de la santé, le capitaine est responsable de toutes
les infractions à la loi. Pour chaque contravention, il sera passible
d'une amende de 250 piastres (1,250 fr.).

3. Au moment de la visite de la santé, le capitaine présentera le
certificat de l'état sanitaire du port du départ; s'il n'en avait
pas, il sera tenu de signer un procès-verbal constatant l'état
sanitaire de ce port, des individus qu'il y aurait embarqués et de
tous les incidents de la navigation. Pendant la visite, l'équipage
et les passagers se tiendront sur le pont, prêts à répondre aux
interpellations qui leur seraient adressées.

Le capitaine présentera en même temps le rôle de l'équipage et celui
des passagers. Il exhibera les passe-ports de ces derniers, et il
indiquera leurs qualités ou professions. Pour chaque inexactitude,
il sera tenu de payer une amende de 250 piastres.

Si, à la première visite, tous les papiers ne sont pas trouvés en
règle, l'entrée lui sera refusée jusqu'à une seconde visite.

Le capitaine remettra les dépêches à l'employé des postes qui
accompagne les officiers de la santé, et en recevra immédiatement le
port selon les tarifs établis.

4. Tout navire en quarantaine sera tenu d'observer les instructions qui
lui seront données, et conservera le pavillon jaune au mât de misaine.

5. Aussitôt que le capitaine descendra à terre, il devra se présenter
devant le capitaine du port avec ses passagers, afin que cet officier
puisse les remettre à l'autorité.

6. Il n'est pas permis de tirer des pièces d'artillerie ou de les
conserver chargées au mouillage, sans une autorisation spéciale.

7. Les capitaines de navire doivent indiquer un consignataire, et
fournir une caution de 500 piastres pour garantie de l'observation
du présent règlement.

8. Pour charger ou décharger du lest, le capitaine sera tenu de
demander une autorisation au capitaine du port.

9. Les personnes qui communiqueraient avec un navire en quarantaine
payeront une amende de 25 piastres, et leur capitaine celle de 50
piastres, sans préjudice des autres peines qu'ils pourraient encourir.

10. Après dix heures du soir, les navires comme les petites
embarcations ne pourront effectuer aucune opération de commerce sans
une autorisation.

Les navires au mouillage pourront retenir, après dix heures, toute
pirogue qui les approcherait et qui paraîtrait suspecte.

Les matelots qui resteront à terre à des heures indues seront retenus
et punis selon les désordres qu'ils auront commis.

11. Tout navire qui entrera en rivière sera tenu de renfermer ses
poudres dans des sacs marqués et bien fermés. Les capitaines qui
ne se conformeront pas à cette prescription seront passibles d'une
amende d'_une piastre par livre de poudre_.

12. Après huit heures du soir, les feux seront éteints à bord, et
les lumières placées dans des fanaux.

Il est interdit de cuire à bord du brai, du suif, ou toute autre
matière inflammable.

13. Il est aussi défendu de débarquer, sous aucun prétexte, les armes
du bord.

14. Personne n'a le droit de châtier les indigènes pour les fautes
qu'ils pourront commettre dans les travaux qu'on leur fera faire à
bord. Le capitaine du port a seul le droit de leur infliger une amende
applicable au dommage commis par ceux qui seraient reconnus coupables.

15. Aucun indigène ne peut être embarqué à bord d'un navire contre
sa volonté. Sera considéré comme nul de droit tout contrat passé par
des capitaines, et qui aurait pour objet de protéger ou de faciliter
la désertion.

16. Il est défendu d'embarquer un passager qui ne serait pas muni
d'un passe-port.

Il est également défendu de débarquer furtivement aucun passager, ou de
permettre son débarquement, sans l'autorisation du capitaine du port.

Est également défendu le transbordement des individus de l'équipage
et de leurs effets, sans l'autorisation du capitaine du port.

Les consignataires et les cautions répondront, pendant le séjour du
navire et jusqu'à sa sortie du port, des individus de l'équipage qui
resteront à terre pour maladie ou pour toute autre cause.

Les capitaines payeront une amende de 10 piastres si, immédiatement
après la désertion d'individus faisant partie de leurs équipages, ils
ne prévenaient pas le capitaine du port, pour qu'il puisse prendre
les mesures nécessaires à leur arrestation. Si la désertion avait
lieu au moment du départ, les consignataires seraient responsables
des frais qu'elle entraînerait.

17. Dans le cas de mort d'un individu à bord d'un navire, le capitaine
sera tenu de prévenir par écrit le capitaine du port de faire un
rapport sur la maladie, et de demander l'autorisation de l'inhumer.

18. Pour obtenir l'autorisation de départ, le capitaine devra se
présenter devant l'autorité deux jours à l'avance, muni de son rôle
d'équipage visé par le capitaine du port. Ce dernier ne lui permettra
pas de mettre à la voile sans s'être fait représenter le permis
de l'autorité supérieure, ceux de la douane et de l'administration
des postes.

Les navires, pour sortir du port, arboreront un pavillon à leur
grand mât.

19. Dans le cas de circonstances extraordinaires, les capitaines de
navire se soumettront à la visite des officiers de la santé et des
autres autorités.

20. Les capitaines ne permettront pas la descente à terre des individus
de leurs équipages dont ils ne voudraient pas garantir les dettes
qu'ils contracteraient ou pourraient contracter à terre.

Les capitaines veilleront, en mouillant, à ne pas jeter leurs ancres
sur les amarres des autres navires. Toutes les fois que leur position
causera quelque dommage, ils seront tenus d'en changer.

Lorsque le navire aura mouillé, il ne pourra plus changer de place
sans une permission.

Au mouillage du _Canacao_, dans l'intérieur des caps, les navires
doivent mouiller avec deux ancres N. O. S. O. Plus loin des caps,
ils ne peuvent pas se placer entre le télégraphe de Cavite et celui
de Manille.

Les navires au mouillage peuvent faire des signaux à leurs
consignataires ou propriétaires. Si ces derniers ne pouvaient pas y
répondre, l'autorité facilitera les secours demandés toutes les fois
que les circonstances le permettront.

En cas de détresse ou de danger, des coups de canon pourront se
répéter par intervalles, avec le pavillon hissé.

Ce pavillon sera toujours le pavillon national, et si c'est nécessaire,
il en sera hissé un de signal; s'il n'y en avait pas à bord, on le
remplacerait par un prélart.


    Secours demandés.       Pavillons.              Coups de
                                                    canon.
    Pour une amarre.        1 au beaupré.           1
    --une ancre.            1 dans les haubans
                            de misaine.             1
    --amarre et ancre.      1 au beaupré.           1
                            1 dans les haubans de
                            misaine.
    --une chaloupe.         2 au mât de misaine.    1
    --révolte à bord.       1 dans les haubans du
                            grand mât.              1
    --incendie.             2 à la pomme du grand
                            mât                     2



                              FIN.



TABLE DES MATIÈRES.


A Madame Anna Bourgerel, née de Malvilain.    1

Introduction.        3

Note de l'éditeur.    5


Chapitre Ier.

Naissance de l'auteur.--Premier départ pour l'Inde. --Deuxième,
troisième et quatrième voyage.        9

Chapitre II.

Choléra à Manille.--Massacre des Européens. 25

Chapitre III.

Départ du navire le Cultivateur.--Abandon.--Manille et ses
faubourgs.--Binondoc.--Cérémonies religieuses.--Processions.--Douane
chinoise.      47

Chapitre IV.

Séjour à Manille.--Le capitaine don Juan Porras.--La marquise de
las Salinas.      61

Chapitre V.

Le capitaine Novalès.--Insurrection militaire.--Novalès, empereur
des Philippines.--Sa mort.--Tierra-Alta.--Bandits. 71

Chapitre VI.

Tierra-Alta.--Chasse au buffle.--Retour à Manille.    89

Chapitre VII.

Jala-Jala.--Lac de Bay.--Légende chinoise.--Alila (Mabutin-Tajo).
97

Chapitre VIII.

Jala-Jala.--Organisation municipale.--Caractère des Indiens. --Cajetan.
109

Chapitre IX.

Jala-Jala.--Église.--Le père Miguel de
San-Francisco. --Bandits.--Règlement.--Chasse aux buffles.    123

Chapitre X.

Situation de Jala-Jala.--Colonisation.--Tremblements de terre.--Combats
de coqs.   137

Chapitre XI.

Voyage chez les _Tinguianes_.   149

Chapitre XII.

Les Igorrotès.   169

Chapitre XIII.

Aventures de Re-Lampago.   181

Chapitre XIV.

Jala-Jala.--Arrivée de mon frère Henri.--Le bandit
Cajoui. --Anten-Anten.--Alila.--Bandits du lac de Bay.   193

Chapitre XV.

Jala-Jala.--Bermigan.--Le capitaine Gabriel Lafond.--Joaquin
Balthazar.--Tay-Foung.--Rixes.--Bandits.--Tapuzi.--Ile de
Talim.--Guerre civile.   205

Chapitre XVI.

Jala-Jala.--Séjour.--Prisonniers.--Don Prudencio Santos, alcade
de Pagsanjan.--Fêtes.--Chasses.--Hamilton Lindsay.--Ile et lac de
Socolme.--Grotte de San-Matéo.  229

Chapitre XVII.

Le vice-amiral Laplace.--Matelots déserteurs de
l'Artémise.--M. le capitaine de vaisseau Paris.--Tagalocs.--
Cérémonies.--Mariages.--Caïman.--Serpent boa.--
M. R. G. Russell.--Dajon-Palay.--Alin-Morany.-- Sauterelles.  257

Chapitre XVIII.

Jala-Jala.--Agriculture.--Pertes douloureuses.--Vente de
Jala-Jala.--M. Adolphe Barrot.  283

Chapitre XIX.

Voyage chez les Négritos ou Ajetas.--Le bambou.--Le cocotier. --Le
bananier.  297

Chapitre XX.

Arrivée chez les Ajetas ou Négritos.--Départ.--Navigation sur l'océan
Pacifique.--Arrivée à Jala-Jala et à Manille. 319

Chapitre XXI.

Mort de mon fils.--Départ de Jala-Jala et des Philippines.--Retour
en France. 343



Aperçu sur la géologie et la nature du sol des îles Philippines;
sur ses habitants; sur le règne minéral, le règne végétal et le règne
animal; sur l'agriculture, l'industrie et le commerce de cet archipel.


    § I.--Nature du sol.  359
    § II.--Climat.  362
    § III.--Règne minéral.  363
    § IV.--Règne végétal.  364
    § V.--Des habitants des Philippines.  369

            Des Espagnols.  _ib._
            Des Indiens convertis au christianisme.  372
            De la langue tagale.  373
            Des Chinois aux Philippines.     375
            Des infidèles.     376
            Des Ajetas ou Négritos.     378

    § VI.--Règne animal. Mammifères.     379

            Des quadrumanes, en langue tagaloc, matchin.
            380
            Des quadrupèdes.     ib.

                1. Le buffle sauvage
                (_carabajo-bondoc_).    381
                2. Le buffle domestique (_carabajo_).
                382
                3. Le cerf (_oussa_).--Cervus
                Philippinensis.    384
                4. Le sanglier (_babui-damon_).     385
                5. La civette (_moussan et alimous_).
                386
                6. Plæmis Cumingii (_parret_).      ib.
                7. La roussette
                (_paniquet_).--Pteropus.    387
                8. Le galéopithèque (_guiga_).      ib.


    § VII.--Oiseaux.     388

            Ornithologie des Philippines.     394

    § VIII.--Poissons.    398
    § IX.--Reptiles.    399
    § X.--Des insectes.    401

            1. Fourmi rouge (_langam_). 402
            2. Fourmi des bois (_lanteck_).    ib.
            3. Petite fourmi noire (_couitis_).   403
            4. Des termites ou fourmis blanches (_anay_).
            ib.
            5. Le cancrelat (_blatte_). 406

    § XI.--De l'agriculture aux Philippines.       ib.
    § XII.--Culture du riz.     410

            1º Culture du riz des montagnes.    411
            Culture du riz pour les défrichements.     412
            2º Culture des riz aquatiques.      ib.
            Semis.     413
            Plantation.   ib.

    § XIII.--Culture de l'indigo.--Sa récolte.     416
    § XIV.--Culture du tabac.    421

            Récolte.     ib.

    § XV.--Culture de l'abaca ou bananier (soie végétale).     422

            Récolte.     423

    § XVI.--Culture du café.       ib.

            Récolte.     424

    § XVII.--Culture du cacao.     ib.

            Récolte.   425

    § XVIII.--Culture du coton.  ib.
    § XIX.--Culture du poivre.    426

            Récolte.      ib.

    § XX.--Culture du froment.  ib.
    § XXI.--Culture de la canne à sucre.     427

            Culture à la charrue.     430
            Récolte.     431

    § XXII.--Industrie. 435
    § XXIII.--Commerce. 439

            Droits de tonnage.     447
            Droits de douane.--Entrepôt.      ib.
            Droits d'importation.     ib.
            Droits d'exportation.     449
            Police du port de Manille.     ib.



NOTES


[1] Le traitement généralement employé par les médecins de Manille
pour le choléra, et le seul qui ait donné des résultats satisfaisants,
consistait à administrer, au début de la maladie, une potion composée
d'une forte dose de laudanum de Sydenham, mêlée à une liqueur
alcoolique; à frictionner le corps avec une pommade dans laquelle
entrait une forte dose d'extrait gommeux d'opium, à appliquer de
forts synapismes aux extrémités et à l'épigastre, et à continuer les
frictions avec une brosse ou une étoffe de laine jusqu'à ce que la
chaleur fût rétablie.

[2] Le bloc, destiné à attacher les prisonniers, se compose de deux
pièces de bois longues de huit à dix pieds, réunies au moyen d'une
charnière, et dans lesquelles se trouvent des demi-ouvertures pour
les bras, les jambes, le cou et le corps. Les deux pièces de bois se
joignent et se ferment par un cadenas.

[3] Folgueras, qui, seul de sa nation, fut cause des malheurs que je
viens de raconter, a péri de la peine du talion: il a été assassiné
par un officier dans la révolte de Novalès.

Victor Godefroy, reconnaissant de tous les bienfaits qu'il avait
reçus de la famille Pareño, a épousé une des filles de cet officier
général. Il vit heureux en Bretagne.

[4] Pablo ou Paul, c'est mon prénom; on ne m'appelait jamais autrement
à Manille et à Cavite.

[5] Les dominicains, l'ordre de Saint-François, les augustins chaussés,
les augustins déchaussés, et l'ordre de Saint Jean-de-Dieu.

[6] Les mercredi, jeudi et vendredi saints, les voitures et les chevaux
ne peuvent pas circuler dans la ville et les faubourgs. Pendant ces
trois jours, tout le monde va à pied.

[7] L'_Angelus_ sonne à toutes les églises à six heures du soir. Au
premier coup de cloche, les personnes occupées dans leurs demeures
suspendent leurs travaux. Les passants, les promeneurs à pied,
à cheval ou en équipage, s'arrêtent pour prier pendant les cinq ou
six minutes que sonnent les cloches.

[8] Chaque sainte possède un trousseau et un écrin de grande
valeur. Chacune a un certain nombre de dames d'honneur, choisies
parmi les meilleures familles de Manille. Ces dames sont chargées du
trousseau et de la toilette de la sainte les jours de fête.

[9] Douane chinoise. A une époque de l'année, dans la mousson du N. O.,
arrive une flotte de jonques chargées de toutes espèces de denrées de
la Chine. Chaque jonque est affrétée par plusieurs négociants chinois,
qui tous accompagnent leurs marchandises. Le gouvernement espagnol,
pour leur faciliter la vente qu'ils font eux-mêmes pendant les cinq à
six mois qu'ils séjournent à Manille, leur a fait construire un vaste
édifice, espèce de bazar divisé par petits boutiques, qui sont mises
à leur disposition moyennant une légère rétribution.

[10] Le tay-po est une espèce de dé renfermé dans une boîte en
cuivre. Le croupier secoue cette boîte et la place sur un tapis divisé
en quatre cases de différentes couleurs, où les joueurs font leur
enjeu. Aussitôt que le jeu est fait, le croupier enlève une partie
de la boîte, qui laisse le dé à découvert. Sur ce dé sont tracés les
mêmes lignes que sur le tapis: la couleur du dé correspondant à celle
du tapis est celle qui gagne.

[11] 1 Le bétel est une composition de feuilles d'une plante
aromatique et d'un peu de chaux lavée dans plusieurs eaux. Les
Indiens, les Chinois, les métis et un grand nombre de créoles mâchent
continuellement cette composition, qui fait abondamment saliver, et
donne aux lèvres et à l'intérieur de la bouche une teinte d'incarnat.

[12] Je m'abstiens d'écrire le nom de cet officier, à cause de
sa famille.

[13] Dans le mois de mai 1853, une personne inconnue vient m'accoster
aux Champs-Élysées en me disant: «Monsieur de la Gironière,
permettez-moi de vous demander une poignée de main.--Veuillez bien,
lui répondis-je, me rappeler votre nom.--Je suis Charles Benoît.» Je le
reconnus alors sans peine. Vingt-huit à trente ans écoulés depuis les
faits que je raconte avaient effacé nos inimitiés passées. Ce fut avec
un vrai plaisir que nous renouâmes connaissance; et depuis, nous nous
voyons souvent avec la même satisfaction que deux anciens et bons amis.

Le docteur Carlos Benoît, après avoir exercé honorablement pendant
plusieurs années la médecine à Madrid, est enfin venu se fixer à Paris.

[14] Le mot _tagaloc_ vient des habitants des bords du lac de
_Bay_. C'est l'abrégé des deux mots _taga_ (gens), _iloc_ (rivière):
_gens de rivière_.

[15] Les Espagnols gouvernent la population indienne sans
l'administrer. Le bon ordre, la tranquillité qui règnent généralement
dans les provinces sont dus au conseil municipal et aux anciens de
chaque bourg, qui se laissent gouverner, mais qui s'administrent.

[16] Le fouet, si avilissant pour nous, est considéré par les Indiens
sous un tout autre point de vue; c'est, d'après eux, le châtiment le
plus léger qu'on puisse leur infliger. Ils disent que les menaces et
les injures déshonorent; que la prison ruine et abrutit; que quelques
coups de fouet ne font pas grand mal, qu'ils effacent complétement la
faute pour laquelle on les a reçus. Avec une pareille croyance, avec
de tels usages, il fallait bien user du fouet pour punir les méchants.

Un drame dont je vais donner les détails fera juger du caractère des
hommes que j'avais à gouverner.

[17] Pendant six mois le vent règne continuellement au nord-est,
et pendant les six autres mois, au nord-ouest; ces deux époques
sont désignées sous le nom de _moussons de nord-est_ et _moussons
de nord-ouest_.

[18] A la tête était don José Fuentès, mon ami, et qui actuellement
habite Madrid.

[19] C'est à _Jala-Jala_ que j'ai fait connaissance avec M. Édouard
Verreaux, du cap de Bonne-Espérance. Il vint passer chez moi plusieurs
mois, pendant lesquels nous nous sommes liés d'une amitié qui ne s'est
point refroidie. Je l'ai retrouvé avec plaisir à Paris, toujours au
milieu de ses occupations d'histoire naturelle.

[20] Don Simon Fernandez, oïdor à la cour royale.

[21] Les _Tinguianès_ ont pour ennemis acharnés une race de sauvages
cruels et sanguinaires qui habitent tout à fait dans l'intérieur des
montagnes; ils ont aussi à craindre les _Igorrotès_, qui vivent plus
près d'eux, mais qui sont moins sauvages. J'aurai plus tard l'occasion
d'en parler.

[22] Nom que l'on donne au jus de cannes à sucre fermenté.

[23] Esprit malin.

[24] Divinité malfaisante des Tagalocs.

[25] C'est d'après ce cruel usage de décapiter leurs victimes,
que les Espagnols ont donné à ces sauvages le nom de corta cabesas,
coupeurs de têtes.

[26] Bandits.

[27] Esprit malin.

[28] Les _Igorrotès_ cependant, selon les rapports des autres Indiens,
ne sont pas anthropophages; peut-être celui-là avait-il reçu ces mets
de quelques autres sauvages, les _Guinanès_, par exemple.

[29] D'après la tradition indienne, même la tradition espagnole,
l'enfant Jésus de Zébu existait avant la découverte des Philippines;
après la conquête, l'enfant fut trouvé sur la plage; les Espagnols
vainqueurs le déposèrent dans la cathédrale, où il opéra de grands
miracles.

[30] 25,000 francs.

[31] Les Malais.

[32] Auteur d'un ouvrage en huit volumes, intitulé Quinze années de
voyages autour du monde.

[33] J'ai éprouvé deux de ces coups de vent pendant mon séjour à
_Jala-Jala_: celui dont je parle, et un second dont je parlerai
plus tard.

[34] M. Pierre Voldemar, Bordelais.

[35] _Tapuzi_, dans les montagnes de _Limutan; limutan_, mot tagaloc
qui veut dire _oubli_ (voir la carte).

[36] Vieux chef.

[37] Abaca, soie végétale.

[38] Aux yeux d'un Tagal, tout Européen, quel que soit son pays,
est un _Castilla_.

[39] Un jour je demandais au père Miguel pourquoi, lorsqu'il nous
faisait une visite de grande cérémonie, il était armé de son fouet;
il me répondit: «Cela veut dire, Monsieur, que vous méritez qu'on
vienne de si loin pour vous saluer, qu'on ne pourrait faire la route
qu'à cheval.»

[40] Tala, étoile du Berger. Les Indiens ne la comparent pas, comme
nous, à Vénus.

[41] Allusion à ma femme, qui était venue à _Jala-Jala_ par le lac.

[42] Dans les pays chauds, les abeilles ne nichent pas dans les cavités
des vieux arbres; elles font un seul rayon, suspendu à une branche.

[43] Le buffle court plus rapidement que le cheval en descendant
une côte; mais lorsqu'il s'agit de la monter, le cheval l'emporte
de vitesse.

[44] M. Hamilton Lindsay, auteur d'une relation de _Voyages sur les
côtes de la Chine, dans la mer Jaune_.

[45] M. Paris, actuellement capitaine de vaisseau, est à Paris,
où j'ai été heureux de le rencontrer.

[46] De la maison Russell et Sturgis. Véritable et bon ami, dont le
souvenir bien présent à ma mémoire ne s'en effacera jamais.

[47] _Bernard-l'ermite_, espèce de crabe qui se loge dans un coquillage
abandonné par son mollusque, et qui, la nuit, sort de la mer pour
chercher sur la plage sa nourriture.

[48] Ce squelette est maintenant au Musée d'anatomie.

[49] La reconnaissance me fait un devoir de nommer ici quelques
personnes qui m'ont donné bien des marques d'affection et de
bienveillance. Il serait ingrat de ma part de les oublier, et je les
prie d'agréer avec bonté cette marque de mon souvenir.

Les gouverneurs des Philippines auxquels je dois ce souvenir sont:

Les généraux Martinès,

Ricafort,

Torrès,

Eurile,

Camba,

Salazar.

Dans les diverses administrations de la colonie, les _oïdores_ don
Inigo Asaola,

Otin-i Doazo,

Don Matias Mier,

Don Jacobo Varela, administrateur général des boissons,

Don José Fuente, commissaire dans le corps du génie, qui m'a rendu
de grands et nombreux services,

Le colonel don Thomas de Murieta, corrégidor de Tondoc,

Le colonel du génie don Mariano Goïcochea,

Le colonel et commandant Santa Romana,

Le gouverneur de province don José Atienza,

Les frères Ramos, fils de l'oïdor,

Toute la famille Caldéron,

Celle de Señeris,

Don Baltazar Mier,

Don José Ascaraga,

Enfin mon ami don Domingo Roxas, dont le fils don Mariano Roxas,
après avoir reçu à Manille une instruction brillante et solide,
est venu voyager en Europe, où il a acquis des connaissances si
étendues dans les sciences et les arts, que lorsqu'il retournera aux
îles Philippines, il y remplacera dignement son respectable père,
qu'une mort prématurée a enlevé à l'industrie, à l'agriculture,
et aux progrès de son pays.

[50] Mademoiselle Vidie est actuellement à Nantes, où elle vient de
terminer son éducation.

[51] Le voyageur, surpris par ces grands incendies qui embrasent
souvent plusieurs lieues à la fois, est obligé, pour se soustraire au
danger du feu, alors qu'il est encore assez éloigné des flammes qui
menacent de l'entourer, de mettre lui-même le feu aux grandes herbes
qui sont sur la route. Il se retire ensuite à quelques pas, dans la
direction opposée à celle que suivent les flammes poussées par le
vent; lorsqu'elles ont détruit toutes les matières combustibles sur
leur passage, le voyageur rentre dans l'espace mis à nu, et attend,
sans aucun risque, que l'incendie qui le menaçait ait accompli son
oeuvre de destruction.

[52]

    Moines et religieux de divers ordres.       500
    Commerçants.                                 70
    Rentiers.                                   200
    Employés, cour royale, intendance de
    la marine, chefs militaires, officiers
    et sous-officiers de tous grades.         3,280
    Ensemble.                                 4,050

[53] L'Indien est toujours considéré comme un mineur, même dans
les transactions commerciales. Ainsi, celui qui aurait contracté une
dette de plus de 25 francs ne pourrait pas être contraint de la payer,
d'après la loi, pas plus qu'un mineur parmi nous.

[54] La petite vérole.

[55] Depuis 1838, le gouvernement a continué ses tentatives pour
soumettre ces diverses populations. Déjà il est parvenu à amener sous
sa domination quelques bourgades _tinguianès_ et _igorrotès_.

[56] Ces seize villages se nomment: _Palan_, _Jalamy_, _Mabuantoc_,
_Dalayap_, _Languiden_, _Baac_, _Padanguitan y Pangal_, _Campusan
y Danglas_, _Lagayan_, _Ganayan_, _Malaylay_, _Bucay_, _Gaddani_,
_Langanguilan y Madalag_, _Manabo_, _Palog y Amay_.

[57] _Tabon_ signifie, en langue tagale, couvrir de terre ou de sable.

[58] Les Indiens, pour préserver les semences de melon, que les fourmis
attaquent de préférence à toute autre, emploient un moyen de leur
invention: ils enlèvent à la graine sa première enveloppe, la mettent
dans un linge qu'ils renferment dans un vase; ils la font chauffer à
un degré qu'ils connaissent. Ensuite ils sèment le soir; le lendemain,
la graine est germée, et par conséquent à l'abri des fourmis.

[59] _Pinursegui_, _Laulan-Sanglay_, _Quinarayon_, _Pinurutung_,
_Quinamalig_, _Pinulut_, _Mangasavag-Puti_, _Binuriri_, _Pinagocpoc_,
_Quinandam-Pula_, _Quinan-Panputi_, _Mangusa_, _Bolibot_, _Dinumero_,
_Quinabiba_, _Binoliti_, _Quiriquiri_, _Binulut-Cabayo_, _Dinulang_,
_Macapilay-Pusa_, _Tinuma_, _Mongolès_.

[60] _Macabunut-Dila_, _Macan_, _Macan-Soulucan_, _Macan-Sulug_,
_Macan-Muriti_, _Macan-Suson_, _Macan-Bucavé_, _Malaquit-Puti_,
et _Malaquit-Pula_.

[61] _Nipa_, espèce de palmier-nain qui pousse très-rapidement et
en abondance dans les savanes baignées par les eaux de la mer, aux
époques des grandes marées. Cet arbuste produit, comme le cocotier,
un spath qui, coupé à l'extrémité, fournit pendant plusieurs jours
une liqueur douce et sucrée. Cette liqueur, après avoir fermenté,
est distillée, et donne un alcool qui est la boisson enivrante dont
les Indiens font usage dans leurs fêtes.

[62] On évalue à 24 millions d'hectares les terres improductives
susceptibles d'être mises facilement et fructueusement en
culture!!... A peine 400,000 hectares sont-ils cultivés.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Aventures d'un Gentilhomme Breton aux iles Philippines" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home