Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Les lois sociologiques
Author: Greef, Guillaume de, 1842-1924
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les lois sociologiques" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



From images generously made available by Gallica
(Bibliothèque Nationale de France) at http://gallica.bnf.fr.



LES LOIS SOCIOLOGIQUES

PAR

GUILLAUME DE GREEF

Docteur agrégé à la Faculté de Droit
Professeur a l'École des sciences sociales de l'Université de Bruxelles.



PARIS


1893



CHAPITRE PREMIER

LA CLASSIFICATION DES SCIENCES


Quelles sont les méthodes des sciences sociales? Que faut-il entendre
par lois sociologiques? Quel est, en général, le sens de ce mot: loi? Il
semble extraordinaire que les juristes, les légistes et les politiciens
possèdent les notions les plus confuses à ce sujet, si même ils y ont
jamais réfléchi; une longue et constante expérience nous prouve
cependant qu'il en est malheureusement ainsi. Ce divorce, ou plutôt
cette séparation transitoire entre l'empirisme juridique et politique
d'un côté et la philosophie naturelle ou positive de l'autre, a son
explication dans ce fait que les phénomènes juridiques et politiques
sont les plus complexes de tous ceux qui sont soumis à nos méditations,
L'empirisme et la métaphysique chassés de presque tontes les autres
sciences physiques et naturelles proprement dites se sont réfugiés et
barricadés dans cette dernière et haute citadelle largement
approvisionnée depuis des siècles, en prévision de cet assaut ultime,
des munitions les plus lourdes et des subsistances les plus indigestes
dont les éternels vaincus du progrès scientifique reconnaîtront bientôt
eux-mêmes l'irrémédiable insuffisance.

Quand toutes les sciences sociales, y compris le Droit et la Politique,
auront emprunté aux sciences antécédentes les armes, c'est-à-dire les
méthodes positives qui ont donné la victoire à leurs aînées, cette
forteresse en apparence inaccessible et irréductible s'écroulera
d'elle-même ou mieux encore, pareille à ces demeures enchantées
défendues par des monstres et des chimères, elle s'évanouira, comme une
pure fantasmagorie qu'elle est, pour rejoindre, dans les mystérieuses
régions de l'inconnaissable, toutes ces vaines superstitions légendaires
où se complaisent les sociétés dans leur enfance.

Avant donc d'aborder l'étude des sciences sociales et surtout de la
politique, il convient de mettre de l'ordre dans nos raisonnements,
c'est-à-dire dans les procédés ou instruments d'investigation qu'il
faut employer dans ce genre de recherches.

Les sciences en général, au point de vue de la méthode, peuvent être
envisagées sous trois aspects différents: au point de vue dogmatique,
c'est-à-dire de leur enseignement; au point de vue historique,
c'est-à-dire de leur formation et de leur évolution réelles dans le
temps et dans l'espace; au point de vue logique, c'est-à-dire des
procédés ou des lois du raisonnement.

La question se présente tout d'abord de savoir si l'ordre logique des
sciences correspond à leur ordre historique et l'un et l'autre à leur
ordre dogmatique.

Une première distinction est à faire entre les sciences abstraites et
les sciences concrètes: les premières ont pour objet les phénomènes,
abstraction faite des corps particuliers dans lesquels ils se
manifestent; les secondes considèrent les phénomènes en tant
qu'incorporés. La chimie, la physiologie sont des sciences abstraites;
la minéralogie, la géologie, la zoologie, des sciences concrètes.
La sociologie, en tant qu'ayant pour objet la recherche des lois des
civilisations particulières, est une science concrète; lorsqu'elle
s'élève jusqu'à l'étude des lois qui règlent les rapports sociaux dans
toute société quelconque, indépendamment du moment et de l'espace
historiques, elle est une science abstraite. Ce double caractère des
sciences ne doit pas être perdu de vue dans les considérations qui vont
suivre.

On peut, à la façon idéaliste, soutenir que l'histoire des sciences,
tant particulière que générale, doit être assimilée à un véritable
raisonnement logique; on peut, s'élevant à des hauteurs métaphysiques,
au delà même des nuages, prétendre indifféremment ou bien que le noumène
est un produit du phénomène ou celui-ci une création du noumène, que
l'esprit est le reflet du monde ou le monde le reflet de l'esprit. Ce
sont là jeux de princes, des princes de la pensée humaine, nous le
concédons, mais de princes qui, à l'exemple des souverains temporels,
vivent dans l'absolu et aussi de l'absolu. La philosophie positive ne
s'élève pas à ces sublimités; elle n'a pas de ces envolées qui font
perdre de vue à la fois et la terre et les hommes; cependant, elle a la
prétention d'observer, de classer et de juger même ces grandes doctrines
qui semblent échapper à toute loi; elle les ramène à leur relativité
naturelle et sociale; elle décrit et explique leurs formes et leurs
évolutions successives; ainsi elle réduit ces absolus apparents à ce
qu'ils sont et peuvent être socialement: des phénomènes soumis eux-mêmes
à un ordre statique et dynamique comme tous les phénomènes naturels. Si
l'immortel auteur de l'_Esprit des lois_ a pu dire avec raison que
«la Divinité même a des lois», l'orgueil métaphysique peut bien se plier
au même niveau, et c'est encore lui rendre service que de lui restituer
ce caractère relatif et social, qui seul peut le sauver de l'oubli en le
faisant entrer dans l'histoire, à côté et au-dessus des religions et de
leurs formes primitives. On a pu calculer les probabilités, c'est-à-dire
démontrer que le hasard même n'a rien d'absolu; si les religions et les
métaphysiques soulevaient la prétention de se soustraire au déterminisme
universel, par cela même elles méconnaîtraient leur incontestable et
respectable fonction sociale; elles se calomnieraient pour ne pas
déchoir, elles se suicideraient croyant se sauver et s'affranchir; mais
cela même ne leur est plus possible: la philosophie positive, leur
assignant leur rôle transitoire bien que considérable, dans l'évolution
générale, leur garantit la seule immortalité possible, celle que procure
l'histoire, organe enregistreur de la mémoire collective.

Nous ne connaissons des choses y compris l'homme et les sociétés que
leurs phénomènes et les rapports entre ces derniers, c'est-à-dire encore
des phénomènes; l'absolu, la substance, l'en-soi ne peuvent être
scientifiquement atteints; il en est de même des causes premières et des
causes finales, elles sont insaisissables; la science ne peut s'emparer
des uns et des autres qu'en tant que leur préoccupation et leur
recherche sont elles-mêmes des phénomènes sociaux, dès lors relatifs et
susceptibles d'être étudiés.

Si nous limitons ainsi, comme il le faut, le domaine des sciences
positives, si en outre, départageant celles-ci en concrètes et
abstraites, nous avons surtout égard à ces dernières, nous reconnaissons
que la série logique des sciences correspond d'une façon assez générale
à leur évolution historique, c'est-à-dire aux divers moments où elles
sont parvenues à se constituer comme sciences abstraites à l'état
positif.

Les phénomènes relatifs à l'étendue et au nombre sont les plus simples
et les plus généraux; les mathématiques sont aussi la plus abstraite des
sciences; non seulement il est possible de les étudier indépendamment de
toutes les autres sciences, mais les lois abstraites qu'une expérience
antique a dégagées dans leur domaine sont tellement parfaites, que le
raisonnement déductif a pu s'y substituer en très grande partie à la
méthode inductive, en dehors de toute application concrète et
particulière. Bien que, comme toutes les sciences, la mathématique ait
été précédée d'une période d'empirisme, de tâtonnements et d'inductions
accompagnées et suivies de constantes vérifications, sa perfection est
devenue telle que certains logiciens ont perdu de vue ces caractères
primitifs; en réalité les mathématiques doivent tout à l'observation et
à l'expérience comme toutes les autres sciences. L'étendue et le nombre
sont les phénomènes et les rapports les plus simples et les plus
généraux que nous puissions atteindre. Ceci explique pourquoi Pythagore
y crut trouver la cause première de tous les faits naturels, y compris
les faits sociaux et politiques; plus tard, les métaphysiciens en firent
des catégories de l'esprit humain, des cadres préexistants à toutes nos
idées et où elles venaient nécessairement se classer. La vérité est que
tout phénomène implique la double relation d'étendue et de nombre; on
n'en peut concevoir aucun indépendamment de ces propriétés élémentaires;
l'étendue et le nombre, l'espace et le temps, sont le point extrême de
toute abstraction.

Les mathématiques, limitées au calcul et à la géométrie, nous
présentent principalement le monde des phénomènes au point de vue
statique, à l'état de repos; ce n'est toutefois pas l'aspect exclusif
des notions qu'elles dégagent; les nombres, par exemple, nous donnent
en effet déjà, par leurs seules combinaisons, les notions d'addition, de
multiplication, de succession, de développement, de croissance, d'ordre
sériel hiérarchique et par conséquent d'évolution, en un mot une vue
rudimentaire, la plus simple possible, de propriétés dynamiques. C'est
dans la mécanique rationnelle, cette troisième branche des
mathématiques, que la division logique et naturelle des phénomènes en
statiques et dynamiques acquiert une importance décisive. D'un autre
côté, il est incontestable qu'on peut étudier et enseigner le calcul et
la géométrie indépendamment de la mécanique, même statique, on ne peut,
au contraire, aborder cette dernière sans le secours des Mathématiques
proprement dites. Les propriétés relatives à l'étendue et au nombre sont
aussi plus générales que celles relatives aux forces; celles-ci sont
déjà une combinaison particulière de celles-là; l'arithmétique et la
géométrie sont donc des sciences plus simples, plus générales, plus
abstraites que la mécanique.

Nombre, étendue, forces en repos ou en activité, voilà les trois
propriétés élémentaires de la phénoménalité universelle. Nous les
rencontrons aux confins les plus éloignés, aux dernières cimes
accessibles de la science; elles sont au berceau, de l'évolution
cosmique; elles sont à la base de tout enseignement; de même, au point
de vue historique de la constitution positive des sciences abstraites,
les annales de toutes les civilisations nous montrent ces sciences comme
les premières en possession de leurs méthodes et de leurs lois; leurs
applications concrètes elles-mêmes ont précédé dans leurs progrès toutes
les autres.

On peut envisager l'astronomie, à l'exemple d'A. Comte, comme science
abstraite, c'est-à-dire en tant qu'ayant pour objet les lois générales
des corps célestes, indépendamment de leurs structures et de leurs
évolutions particulières. Si l'arithmétique, la géométrie, la mécanique
se suffisent à elles-mêmes, il n'en est plus ainsi de l'astronomie, même
abstraite; celle-ci n'a plus la même indépendance; elle a toujours
besoin de l'appui de ses soeurs aînées: le nombre, l'étendue, le
mouvement sont inséparables de l'étude des corps célestes; la théorie de
leur formation et de leur évolution, la loi de la gravitation
universelle sont des applications plus complexes à des cas spéciaux des
propriétés dont s'occupent les sciences antécédentes; il y a une
astronomie mathématique et une mécanique céleste, qui sont quelque chose
de plus que la mathématique et la mécanique; elles sont en un mot moins
simples, moins générales, moins abstraites. L'ordre logique postpose
donc avec raison l'astronomie aux trois grandes divisions des
mathématiques. Or, on ne peut étudier et enseigner ce qui est complexe
qu'à la suite et au moyen de ce qui est plus simple, de la même manière
que, dans un raisonnement logique, on ne peut déduire des lois générales
ou des conclusions complexes que d'inductions particulières et de
propositions plus simples. La constitution de l'astronomie en science
positive abstraite, s'est conformée historiquement à cette loi logique;
elle fut consécutive à la constitution des sciences mathématiques
abstraites.

Toutes ces sciences, ainsi que les sciences suivantes, dont nous allons
nous occuper, sont, remarquons-le bien, considérées toujours ici en tant
que sciences abstraites; elles le sont sous un double rapport: d'abord
en tant qu'elles peuvent être étudiées et enseignées, abstraction faite
des corps particuliers et concrets de la nature, ensuite en tant
qu'elles peuvent et doivent l'être, abstraction faite des sciences
postérieures plus complexes.

Il ne faut pas non plus confondre le degré d'abstraction d'une science
avec son degré de généralité, bien qu'en fait ces deux notions se
confondent bien souvent. Les sciences les plus simples et les plus
générales sont également les plus abstraites ou susceptibles de la plus
grande abstraction; mais les sciences les plus générales ne sont pas
nécessairement et seulement abstraites, elles peuvent être également
concrètes, c'est-à-dire s'appliquer à l'étude de formes, corps
inorganiques, organiques ou sociaux, déterminées. C'est ainsi qu'il y a
une astronomie abstraite et une astronomie concrète, une sociologie
abstraite et une sociologie concrète. Il y a, en effet, une astronomie
et une sociologie qui ont pour objet la science des lois de tous les
corps célestes et de toutes les sociétés, abstraction faite de la
structure et du fonctionnement transitoire de ces corps et de ces
sociétés dans le temps et dans l'espace; ceux-ci sont du domaine de la
sociologie et de l'astronomie concrètes; dans les deux cas, le degré de
généralité des phénomènes relatifs à ces sciences reste le même; la
différence est dans leur aspect concret ou abstrait.

Parmi les sciences abstraites consacrées à l'étude des corps bruts,
la physique est évidemment moins simple et moins générale, plus complexe
et plus spéciale que les sciences antécédentes. Elle étudie les rapports
des corps les uns avec les autres, indépendamment de la composition de
ces corps et de leurs combinaisons, abstraction faite par conséquent de
leurs propriétés chimiques et organiques Au contraire, si l'on peut
étudier les mathématiques, la mécanique et l'astronomie, abstraction
faite des phénomènes relatifs à la barologie, à la thermologie, à
l'acoustique, à l'optique, à l'électricité, etc., on ne peut étudier
ceux-ci sans celles-là. La théorie des mouvements des corps célestes,
la loi de la gravitation universelle sont tirées des rapports entre la
masse et la distance des corps, c'est-à-dire de rapports de nombre et
d'étendue d'après lesquels on calcule la vitesse de leur mouvement ou
l'intensité de leur gravitation; ainsi, géométrie, calcul, mécanique
sont les facteurs logiques et naturels de l'astronomie. De même les lois
astronomiques et les lois des sciences encore plus simples interviennent
constamment dans l'étude des phénomènes physiques; il en est ainsi, par
exemple, de la pesanteur qui se relie directement à la gravitation
universelle. C'est aussi un fait historique incontestable que la
physique s'est constituée comme science positive postérieurement aux
mathématiques, à la mécanique et à l'astronomie: les sciences
mathématiques et mécaniques avaient dès la plus haute antiquité, en
Orient, en Egypte et en Grèce, réalisé des progrès considérables même
comme sciences abstraites, notamment dans ce dernier pays. Au contraire,
la science astronomique, surtout abstraite, malgré des observations
empiriques, des inductions, des généralisations et surtout des
hypothèses importantes très anciennes, ne s'est élevée à la dignité
de science abstraite que très tard, vers la fin du XVe au XVIe et au
commencement du XVIIe siècle. Il suffit de citer Copernic, Galilée,
Kepler. Si Newton découvrit la loi de la gravitation et de la pesanteur,
c'est qu'il était le plus grand mathématicien de son temps. La physique,
à son tour, se constitua comme science positive abstraite, encore plus
tard. Il est inutile de rappeler qu'elle fut, par suite de la confusion
primitive bien que naturelle de l'animé et de l'inanimé, une des sources
principales, de toutes les superstitions religieuses qui, depuis le
fétichisme le plus grossier jusqu'au monothéisme le plus élevé,
alimentèrent l'ignorance universelle et remplacèrent provisoirement la
philosophie positive des sciences, mais il convient de ne pas oublier
que, déjà au déclin du monothéisme occidental, il y a trois cents ans
à peine, les théories métaphysiques d'après lesquelles, par exemple, la
nature avait horreur du vide, étaient encore en pleine efflorescence.
C'est, en définitive, au XVIIe siècle seulement que la physique s'érigea
en science positive, indépendante de la religion et des vaines et
puériles entités et subtilités de la métaphysique. En réalité, la
physique est une science non seulement européenne, mais moderne.

Les mêmes considérations s'appliquent aussi à plus forte raison à la
chimie; cette science ne peut être étudiée ni enseignée sans une
initiation préliminaire et suffisante aux sciences antérieures; elle
est un degré de plus dans l'ordre de complexité et de spécialité des
phénomènes. Longtemps la composition et la décomposition des corps
furent la base des croyances et des dogmes mystérieux sur le fumier
desquels pullulèrent les religions; longtemps la chimie fut la science
hermétique, scholastique et puis franchement métaphysique; pendant des
siècles, sous le nom de chrysopée ou d'alchimie, elle s'affola dans la
recherche de l'absolu, notamment dans la poursuite des procédés pour
changer les métaux en or. Ce n'est qu'après de longs tâtonnements
empiriques, que, parvenant enfin à rompre ses préjugés mystiques et
philosophiques, vers la fin seulement du XVIIIe siècle, la chimie
réussit à circonscrire nettement son domaine dans le monde de la
phénoménalité universelle; elle se limita dès lors à la recherche des
rapports et des lois de combinaison et de décomposition résultant de
l'action moléculaire des diverses espèces de corps cristallisables ou
volatils, naturels ou artificiels. Alors seulement une philosophie
chimique devint possible par la généralisation de plus en plus parfaite
des faits et des rapports observés ou expérimentés; alors seulement on
put commencer à entreprendre de déduire de ces généralisations des lois
abstraites, tant statiques que dynamiques, soit que l'on considérât
surtout les _conditions_ nécessaires dans lesquelles les phénomènes
peuvent avoir lieu, c'est-à-dire sont _aptes_ à agir, soit que l'on
considérât principalement les actions moléculaires elles-mêmes dans
leur _activité._ La constitution de la chimie abstraite et positive
nous reporte seulement à la fin du XVIIIe siècle; le nom de l'illustre
et malheureux Lavoisier restera à jamais attaché à cette période capitale
de l'évolution historique des sciences.

La chimie dite organique est toute moderne; sa constitution est
postérieure à celle de la chimie inorganique; en tant qu'elle s'occupe
des substances organisées, telles que la fibrine, l'albumine, la
cellulose, l'amidon, etc., Dumas et Littré ont soutenu avec raison, au
point de vue des classifications logiques et naturelles, qu'il convenait
de la rattacher de préférence à l'anatomie et à la physiologie, le
domaine de la chimie devant être limité à celui des corps non vivants,
non organisés. Ce qu'A. Comte appelle la chimie organique appartiendrait
donc en réalité déjà à la physiologie. La controverse soulevée autour de
cette question est du reste la meilleure preuve que la chimie dite
organique est la transition naturelle, à la fois logique et historique,
reliant la chimie à la physiologie. Quoi qu'il en soit, la chimie ne
peut être ni étudiée ni enseignée sans le secours des autres sciences
antécédentes; celles-ci, au contraire, peuvent l'être et se sont
constituées historiquement avant et sans la chimie.

Si Lavoisier peut être considéré comme ayant, à la fin du
XVIIIe siècle, jeté les bases de la philosophie chimique
abstraite[1], il est incontestable qu'il fallut les progrès décisifs et
continus depuis lors de cette dernière science pour permettre à la
physiologie de dégager ses premières lois abstraites des conceptions
empiriques, métaphysiques et même religieuses où elle se complaisait
encore au siècle dernier. De tous les ancêtres de la physiologie
générale ou, si l'on préfère, de la philosophie physiologique,
l'illustre Wolf seul appartient à la fin du XVIIIe siècle;
tous les autres, l'olympien Goethe, Bichat, Lamarck, Cuvier,
Geoffroy-Saint-Hilaire, K. von Baer, Darwin appartiennent ou tout à fait
au siècle actuel, ou en partie seulement aussi au siècle précédent.
Que la physiologie est une science plus complexe que la chimie et moins
générale, il ne viendra à l'idée de personne de le contester; son
enseignement serait impossible sans l'étude préliminaire de cette
dernière. Les propriétés vitales résultent d'un degré supérieur de
composition et de combinaison des corps; de là des caractères spéciaux,
lesquels ne peuvent être reconnus et dégagés qu'à la suite des
propriétés chimiques. La vie et la mort sont la province de la
physiologie, province comprise dans un Etat plus étendu dont les autres
départements ne manifestent pas les mêmes phénomènes; au delà de l'étude
des éléments anatomiques commence le territoire de la Chimie, comme au
delà de celui des éléments chimiques s'ouvre celui de la physique, et
puis, dans des limites qui les englobent tous, ceux relatifs aux
phénomènes de l'étendue et du nombre, lesquels eux-mêmes confinent à
l'inconnaissable infini de l'espace et du temps.

Comme dépendance particulière et plus complexe encore de la physiologie,
A. Comte, avec raison, a compris dans sa classification hiérarchique des
sciences le groupe de phénomènes désigné par lui sous le titre de
physiologie intellectuelle et affective, autrement dit la physiologie
psychique ou Psychologie. Elle aussi, à cette heure, s'érige en science
abstraite indépendante.

Au point de vue logique, il est certain que cette classe de phénomènes
est un cas spécial, mais plus complexe des propriétés vitales en
général, de la même manière que celles-ci sont une combinaison
supérieure et particulière des propriétés chimiques, physiques,
mécaniques, lesquelles, en fin de compte, le sont en général de la
figuration et de la situation (géométrie) d'un certain nombre (calcul)
d'éléments ou d'agrégats d'éléments inorganiques dans le temps et dans
l'espace. L'étude des phénomènes psychiques est impossible sans la
connaissance préalable des lois de la physiologie générale et de celles
de toutes les sciences antécédentes. Historiquement, du reste, la
physiologie psychique s'est dégagée seulement dans ces derniers temps de
la gangue fruste des dogmes religieux et des systèmes métaphysiques:
elle n'a commencé à être en possession constante de sa méthode
scientifique que dans la dernière moitié de ce siècle. L'antique
classification même des sciences, basée non pas sur leurs caractères
objectifs, mais sur les facultés subjectives déduites _a priori_ de la
constitution imaginaire de la nature humaine, telle que l'établirent
F. Bacon et après lui d'Alembert lui-même, dans la Grande _Encyclopédie,_
est la meilleure preuve qu'aux XVIIe et XVIIIe siècles la science des
phénomènes mentals était encore, chez ses représentants les plus
éminents, dans sa période de gestation métaphysique. Le tableau des
facultés cérébrales dressé par A. Comte est aussi essentiellement
subjectif, et les déductions sociologiques qu'il en tira étaient la
négation radicale de sa propre méthode positive. Il a fallu, en
définitive, que nos laboratoires de physiologie, après que celle-ci
elle-même fut devenue une science expérimentale, prêtassent aux
psychologues leurs instruments d'observation et d'expérimentation, pour
que la science des phénomènes mentals fût enfin entraînée dans le
courant scientifique général. Alors seulement la psychologie, devenue
positive, put s'arracher notamment à la simple et stérile observation
interne du moi par le moi, procédé si imparfait qui excluait
naturellement et tout d'abord et la psychologie infantile et la
psychologie des populations primitives, y compris celle de ces masses
attardées qui grouillent au fond de nos hautes civilisations. A l'aide
d'instruments enregistreurs dont l'usage lui fut révélé principalement
par la physiologie, la psychologie put alors seulement aussi commencer
à mesurer, d'une façon exacte, la quantité, la durée, l'intensité des
faits psychiques, problèmes si importants au point de vue, par exemple,
de la question du temps normal et utile qu'il convient de consacrer au
travail, tant physique qu'intellectuel. L'observation interne et même la
simple observation externe étaient également impuissantes à aborder
l'examen des phénomènes plus ou moins anormaux, tels que ceux relatifs
à la psychologie des idiots, des déments, des délinquants, sans compter
celle des femmes et des vieillards; tous ces états mentals, le plus
grand métaphysicien et prestidigitateur du monde ne peut évidemment les
produire en lui-même à volonté aux fins de les contempler dans le champ
de sa propre conscience, et, s'il le pouvait, il ne serait plus guère à
même de les observer, car on ne se figure pas aisément ce dédoublement
mystérieux d'une âme dont une part, en pleine conscience scientifique,
observerait avec sérénité l'autre devenue déraisonnable et même
imbécile. L'étude des passions en général, dans ce système, révèle la
même inconséquence, les mêmes contradictions. L'observation directe
externe elle-même ne peut nous en révéler que les caractères également
externes, c'est-à-dire superficiels. L'une et l'autre dans tous les cas
étaient impuissantes à transformer les simples descriptions psychiques
qualitatives en ces mensurations quantitatives qui sont l'idéal de toute
science parfaite en possession de sa méthode.

Il faut donc étudier la physiologie végétale d'abord et animale ensuite
avant la psychologie; cette initiation préliminaire est indispensable,
ne fût-ce que pour acquérir la notion de ce que sont la structure et le
fonctionnement des êtres vivants, ces deux aspects, l'un statique,
l'autre dynamique, de la science de la vie et de la mort. La biologie
proprement dite, la première élève notre intelligence à la notion de
structures, d'organes, d'appareils d'organes, etc.; la physiologie nous
fournit celle du fonctionnement, non plus d'entités idéales, mais de
combinaisons objectives supérieures dont l'activité constitue la vie des
organes et des systèmes généraux de structure.

En fait, c'est par les progrès d'une dépendance directe de la
physiologie, c'est-à-dire par la psychiatrie, que la psychologie s'est
émancipée et des dogmes religieux et des hypothèses métaphysiques. Ce
progrès, réalisé dans les cas anormaux ou morbides, s'étendra
naturellement de plus en plus à l'ensemble de la science mentale. Il
restera à la philosophie métaphysique cette gloire, qui n'est pas petite
au point de vue des progrès de l'esprit humain, d'avoir contribué, au
nom de la raison à arracher nos conceptions en général au joug des
superstitions religieuses; ce fut son grand rôle social; dans l'oraison
funèbre que l'histoire impartiale prononcera sur sa tombe, il ne faudra
jamais oublier le caractère positif et organique par lequel la
métaphysique, comme du reste les religions elles-mêmes, ont participé au
progrès de l'humanité par la réduction successive des superstitions et
des systèmes: de ce progrès, religion et métaphysique furent
inconsciemment les artisans sociaux.

Mathématiques, astronomie, physique, chimie, physiologie, psychologie,
telle est donc d'après A. Comte et la philosophie positive en général,
à part certaines divergences particulières inutiles à discuter ici, la
classification hiérarchique, à la fois logique et historique des
sciences abstraites, non compris la sociologie, qui en est le
couronnement et dont nous nous occuperons plus loin.

D'après A. Comte, cette classification hiérarchique serait conforme non
seulement à l'ordre logique et historique, mais à l'ordre dogmatique,
c'est-à-dire relatif à l'enseignement des sciences. Il restreint
cependant cette vue trop générale en ajoutant qu'au point de vue
dogmatique l'ordre logique est et doit rester prédominant, tandis qu'au
point de vue de la constitution historique des sciences, il faut tenir
compte d'un phénomène considérable, c'est-à-dire de leur connexion
statique, ou de structure et de leur interdépendance dynamique,
c'est-à-dire de leur activité réciproque, de l'influence mutuelle
qu'elles exercent les unes sur les autres au cours de leur évolution
progressive. De ce phénomène capital résulte leur avancement, non plus
simplement successif, mais aussi et à la fois connectif ou collectif et
simultané.

Cette considération de Comte nous semble elle-même devoir être
restreinte, en ce sens qu'elle s'applique principalement à la structure
et à l'évolution historiques des sciences concrètes. Toutes les sciences
abstraites dont nous venons de parcourir la série ont, en effet, leurs
sciences correspondantes concrètes. Il en est ainsi des mathématiques,
y compris la mécanique, en tant que sciences appliquées; il y a de même
une astronomie concrète; les sciences physico-chimiques abstraites ont
leurs équivalents concrets, par exemple, dans la minéralogie et la
géologie; la physiologie, dans la médecine, la botanique, la zoologie,
l'anthropologie; la sociologie abstraite, dans l'histoire des
civilisations particulières.

Ces sciences concrètes préparées et fortifiées pendant des siècles, par
des procédés d'abord empiriques, doivent faire seules, en réalité,
l'objet principal de la restriction apportée par Comte à la concordance
qui existe entre la constitution logique des sciences abstraites et leur
constitution historique; en tant que sciences abstraites, même au point
de vue historique comme nous l'avons indiqué, la correspondance entre
l'ordre logique et l'ordre historique est, peut-on dire, parfaite, sauf
les variations accessoires et négligeables que l'on rencontre à
l'occasion de l'étude de tous les phénomènes sociaux, variations dont
l'importance disparaît, pour ainsi dire, à mesure que l'on embrasse un
champ d'expérience plus étendu dans le temps et dans l'espace.

L'observation de Comte exige encore d'être rectifiée et complétée sous
un autre rapport: sa distinction entre l'ordre logique et dogmatique
d'un côté et l'ordre historique de l'autre est insuffisante; l'ordre
dogmatique n'est pas et ne peut pas être absolument le même que l'ordre
logique; il est quelque chose d'intermédiaire, par sa nature, entre les
lois de la pensée et du raisonnement et les lois de l'histoire; il
emprunte aux unes et aux autres des caractères spéciaux qui en font un
type à part qu'on ne peut confondre avec elles sans amener des
conséquences graves à la fois théoriques et pratiques. Dans
l'enseignement, le procès logique et le procès historique doivent se
prêter un constant et mutuel appui; par là seulement l'enseignement à
tous ses degrés revêt ce grand caractère social de simultanéité et de
continuité qui ne permet pas que les diverses parties de l'organisme
scientifique soient disloquées et mutilées à l'école, non plus qu'elles
le sont dans la structure générale effective des sociétés et dans leur
évolution ou dynamique réelle.

Sous ce rapport, de tout temps l'enseignement public officiel et libre
s'est heureusement, comme par un besoin instinctif, conformé plus ou
moins, bien que d'une façon encore empirique et insuffisante, aux
véritables et permanentes nécessités scientifiques des sociétés. A tous
les degrés, dans l'enseignement primaire, dans l'enseignement moyen, y
compris les athénées, et dans les universités, l'enseignement est déjà
et continuera d'une façon de plus en plus raisonnée et systématique à
être à la fois successivement et simultanément intégral; l'ordre
successif, logique, et historique des sciences y sera seulement de plus
en plus combiné avec les nécessités dogmatiques de simultanéité et
d'interdépendance de toutes les sciences, en ce sens, qu'à chaque degré
plus élevé dans la hiérarchie de l'enseignement et dans chaque classe
plus élevée de chaque degré, cet enseignement sera de plus en plus
approfondi dans toutes et chacune des branches spéciales.
L'enseignement, en un mot, à tous les degrés devra toujours être à la
fois général et spécial, c'est-à-dire encyclopédique; en outre, il devra
devenir de plus en plus approfondi et spécial, à mesure que l'on gravit
les échelons scolaires, mais en contre-balançant de plus en plus
rigoureusement cette spécialisation croissante par le contrepoids
nécessaire de considérations générales et abstraites tirées des sciences
particulières et des rapports qui les unissent entre elles. Cette
prédominance constante et progressive de l'ensemble sur le particulier
imprime seule à l'enseignement son véritable caractère social.

Ces observations sont surtout importantes, si, avec Comte et toute
l'école positiviste y compris Spencer, nous complétons maintenant le
tableau hiérarchique des sciences, tel que nous venons de l'exposer, par
l'adjonction de la science la plus spéciale et la plus complexe de
toutes et qui en est comme le couronnement, la sociologie.

La sociologie abstraite complète la série logique et historique des
autres sciences abstraites. Elle a pour objet la recherche et la
connaissance des lois générales qui résultent des rapports des hommes
les uns avec les autres, abstraction faite des formes originales,
variables et transitoires dans lesquelles ces rapports se manifestent
dans les sociétés particulières; celles-ci sont le domaine réservé de la
sociologie concrète.

Au point de vue logique, c'est un fait d'observation constante et
indéniable que les phénomènes sociologiques sont de leur nature plus
complexes et moins généraux que les phénomènes purement physiologiques
et psychiques individuels. Ceux-ci, il est vrai, manifestent déjà un
degré très intéressant des propriétés d'association tant organiques
proprement dites qu'émotionnelles et intellectuelles. Les phénomènes
relatifs à l'imitation, à la sympathie, à l'association des sentiments
et des idées, le langage lui-même sont à la fois d'ordre psychique
individuel et collectif; par eux la sociologie se relie
fonctionnellement et organiquement aux phénomènes du ressort de toutes
les sciences antécédentes. Par cela même ils constituent la transition
naturelle vers des modes d'organisation et d'association plus composites
encore. Les sociétés, en effet, nous présentent des propriétés, des
formes de combinaisons et de fonctionnement que nous ne rencontrons
nulle part ailleurs, pas même dans les corps organisés et vivants en
général. Il suffit, par exemple de signaler, comme caractères
distinctifs, que dans les agrégats sociaux toutes les unités composantes
sont plus ou moins douées de sensibilité et de conscience, qu'en outre,
tout au moins dans les structures sociales supérieures, des
combinaisons originales résultent, notamment en ce qui concerne leurs
liens connectifs, de la propriété que possèdent ces mêmes unités
composantes de s'unir entre elles, tant au point de vue économique
qu'aux points de vue génésique ou familial, intellectuel, moral,
juridique et politique, par des liens purement contractuels, pour
reconnaître que la science sociale a un domaine privé, constitué d'un
ensemble de propriétés particulières qu'on ne rencontre dans les
départements d'aucune des sciences antérieures. De ces titres
authentiques résulte pour la sociologie son droit légitime à sa
reconnaissance comme science à la fois indépendante et souveraine, bien
que la dernière conçue et née de toutes les autres sciences. Telle est,
en un mot, la constitution de la sociologie, que, dans le grand royaume
féodal des sciences, elle est à la fois serve et seigneur; serve en tant
que dépendante elle-même de toutes les sciences antécédentes, seigneur
en tant que par sa naissance et son évolution elle s'est élevée
au-dessus de ces dernières par la dignité et la supériorité croissante
de ses prérogatives et de ses fonctions. Si nous complétons maintenant
à ce point de vue nos précédentes conclusions dogmatiques, nous devons
dire qu'à tous les degrés, primaire, moyen, supérieur, l'enseignement
des sciences doit être parfait par un enseignement, proportionnel en
intensité, des sciences sociale.

Ici se place naturellement une observation applicable à toutes les
sciences, y compris la sociologie: non seulement l'enseignement
scientifique doit être encyclopédique à tous les degrés, mais cet
enseignement doit être méthodique, c'est-à-dire conforme aux procédés
rationnels qu'imposent les lois logiques, lesquelles sont elles-mêmes
des lois tirées de notre constitution physiologique et psychique. Ainsi,
au degré inférieur doivent naturellement être enseignées seulement de
chaque science les notions les plus simples et les plus générales; cette
nécessité résulte à toute évidence de nos considérations antérieures;
mais ce n'est pas tout: la psychologie positive nous montre que, pas
plus que le sauvage, l'enfant n'est capable d'abstraire ni de
généraliser; ce n'est que peu à peu et très lentement, à force
d'observations et d'expériences particulières et accumulées, qu'il
parvient à s'élever à des concepts généraux, à la notion de lois d'abord
concrètes, puis abstraites.

L'enseignement inférieur et même moyen, dans les classes inférieures,
celui-ci cependant dans une proportion déjà moindre, sera donc avant
tout un enseignement intuitif, inductif, concret. Tout en embrassant
partout et toujours l'arbre encyclopédique complet des sciences, y
compris les sciences sociales, il ne se départira qu'avec une
circonspection extrême de ces procédés dogmatiques imposés par la nature
elle-même. C'est dans tous les cas par des observations tirées des
sciences les plus générales et les plus simples, des phénomènes les plus
fréquents et les plus ordinaires qu'il faudra commencer, à pas comptés,
par enseigner aux jeunes gens à formuler eux-mêmes leurs premières
généralisations, leurs abstractions spontanées, notamment dans la
géométrie, le calcul, la mécanique et la physique, tous ordres de
phénomènes du plus haut intérêt pour les enfants et les jeunes gens et
constituant même une véritable récréation quand, au lieu de se servir de
formules sèches et abrutissantes, le professeur objective
expérimentalement son enseignement. C'est assez dire que l'irrationnel
enseignement des _règles_ de la grammaire, par exemple, est aussi peu en
rapport avec l'état des jeunes intelligences que celui d'une
métaphysique ou d'une philosophie générale et abstraite des sciences. La
grammaire, en tant que formulaire des lois du langage oral ou écrit doit
être rigoureusement expulsée de renseignement au moins primaire tout
aussi bien que le cathéchisme. Il n'y a pas plus de place dans les
cerveaux infantiles pour une conception des lois du langage, que pour
une conception cosmogonique et sociale, générale ou abstraite et même
concrète.

C'est ainsi qu'au point de vue dogmatique, il convient de combiner
toujours rigoureusement les nécessités de l'ordre logique avec celles de
l'ordre historique, en procédant en définitive pour chaque éducation
particulière, mais avec une rapidité incomparable, par les mêmes stades
traversés par les civilisations particulières et l'humanité en général
dans son évolution scientifique, avec cette restriction capitale qu'il
est inutile de repasser par les mêmes erreurs ou déviations, et qu'il
est possible actuellement de suivre une ligne raisonnée et droite.

En résumé, les procédés dogmatiques, tout en se conformant aux
classifications logiques, suivent un ordre moins simple et moins
rigoureux; ils doivent également tenir compte des grandes conditions de
simultanéité et d'interdépendance historiques des sciences, surtout
concrètes. Ce n'est pas tout: comme nous venons de le voir, les
classifications logiques sont elles-mêmes en rapport avec la structure
et le fonctionnement de notre intelligence; celle-ci, au cours de
l'évolution de toute vie individuelle, se manifeste suivant des
modalités différentes selon les âges; son activité est autrement
conditionnée pendant l'enfance et l'adolescence qu'en pleine maturité;
les méthodes dogmatiques, tout en se différenciant partiellement de
l'ordre purement logique, doivent donc toujours se conformer à la
constitution physiologique et psychique des élèves; elles doivent par
conséquent transiter du concret à l'abstrait, du particulier au général,
du simple au composé.

D'un autre côté, renseignement scientifique n'a pas son objectif en
lui-même; il a une destination sociale; il s'applique à tous les besoins
de plus en plus complexes, non seulement matériels, mais idéaux, des
individus et des sociétés; chaque science correspond, dans ses
applications, à un ou à plusieurs arts et professions différents.
Aux premiers stades de l'enseignement, les notions les plus simples se
confondent généralement avec leur utilité pratique, mais à mesure qu'il
devient à la fois plus généralisateur, plus abstrait et en même temps
plus intensif, la nécessité apparaît, dans l'intérêt de l'équilibre
intellectuel et même physiologique et surtout dans l'intérêt supérieur
de l'adaptation incessante aux conditions sociales de l'existence, d'une
intervention de plus en plus considérable de l'enseignement professionnel.
Ainsi, dans les instituts supérieurs du Commerce, de l'Industrie, de
l'Agriculture, dans les écoles polytechniques et dans les diverses
facultés universitaires, le maximum d'abstraction et de généralisation
scientifiques et philosophiques doit être naturellement contre-balancé
par le maximum de spécialisation professionnelle. Là où l'enseignement
universitaire se réduit à être une fabrique de diplômes professionnels,
il est aussi vicieux que là où il ne produirait que des théoriciens et
des abstracteurs de quintessence. En outre, qu'on y prenne garde, ce
n'est pas la métaphysique qui peut servir de contrepoids, avec ses rêves,
à la différenciation sociale progressive des études et des fonctions;
la philosophie de chaque science particulière et la philosophie générale
des sciences peuvent seules remplir cette indispensable mission; la
spécialisation scientifique et professionnelle a son antidote dans la
généralisation également scientifique qui permet à chaque conscience
individuelle de rattacher l'existence de toute profession particulière
à l'ensemble de l'organisation collective et par là de reconnaître et de
proclamer la dignité et l'équivalence de tous les métiers, libéraux ou
manuels, dans la trame indivisible de la vie des sociétés.

Cette considération est de la plus haute importance, surtout si l'on
complète le tableau hiérarchique des sciences par la philosophie des
sciences sociales particulières, c'est-à-dire par la sociologie qui en
est le couronnement. L'enseignement de la sociologie est l'indispensable
conclusion de l'enseignement de toutes les écoles, instituts ou
facultés, dont l'ensemble constitue l'Instruction supérieure. Sans
l'initiation à cette philosophie générale, les spécialistes non
seulement ne pourront jamais être que des particularistes très bornés
et sujets à toutes les divagations dès qu'ils seront, comme c'est
inévitable pour tout homme vivant en société, entraînés à sortir du
domaine restreint de leur activité ordinaire, mais ils en arriveront
même à être des spécialistes inférieurs en intelligence à ceux de leurs
confrères dont l'équilibre intellectuel n'aura pas été déformé comme le
leur par l'exercice de facultés isolées. Il se produira, et il s'est
malheureusement produit déjà, dans le domaine des professions dites
libérales, le même phénomène qui s'est manifesté dans le domaine
industriel: la division excessive et sans contrepoids du travail amènera
l'automatisme machinal et finalement une atrophie mentale générale.

L'enseignement doit donc être intégral à tous les degrés; il commencera
par être concret et, à mesure qu'il se différenciera en spécialités
professionnelles, cette division nécessaire sera compensée par une
généralisation et une abstraction progressives non moins nécessaires.
Les spécialités les plus éminentes, si elles ne sont pas constamment
dans un rapport harmonique, avec le surplus de la structure sociale,
n'apparaissent plus, en définitive, que comme des déviations et des
déformations organiques; les gibbosités les plus hautes n'ont jamais,
en aucun temps, été considérées comme un attribut de la beauté; les
difformités intellectuelles ne le sont pas davantage au point de vue
de la plastique du corps social.

De tout ce qui précède il résulte, avec non moins d'évidence, qu'il
existe, dans la législation qui règle notre enseignement supérieur,
des lacunes et des vices considérables. Les conditions physiologiques,
psychiques, logiques, historiques et dogmatiques que nous avons
brièvement exposées ci-dessus, conditions actuellement reconnues par
tous les hommes de science, constituent, en réalité, les lois
nécessaires, c'est-à-dire naturelles, qui doivent présidera
l'organisation de tout enseignement notamment supérieur.

Or, non seulement la sociologie abstraite et même concrète est écartée
des programmes officiels, mais par quelle aberration, si ce n'est par
une réminiscence théologique et métaphysique inconcevable dans l'état
de nos connaissances, a-t-on pu, par exemple, placer la Faculté de
philosophie, au point de vue de l'ordre des études, avant les autres
facultés, notamment celle de droit? Il est évident, pour peu qu'on y
réfléchisse, que la philosophie ne peut consister que dans la recherche
des lois dégagées par l'étude de toutes les sciences antérieures; c'est
à cette condition seulement qu'elle peut être elle-même une philosophie
positive ou scientifique. La philosophie des sciences en général et des
sciences sociales en particulier ne peut donc être que le couronnement,
la terminaison naturelle de ces dernières; son enseignement final
devrait réunir dans un même auditoire les étudiants de _toutes_ les
Facultés _après_ l'achèvement de leurs études professionnelles,
c'est-à-dire spéciales. L'ordre antinaturel et imparfait actuel ne
s'explique précisément que par le caractère soit théologique, soit
métaphysique de l'enseignement philosophique dominant.

Voilà pour la philosophie en général. En ce qui concerne la psychologie
en particulier, elle est une dépendance de la physiologie, elle ne peut
donc et ne doit être enseignée qu'après une initiation physiologique
suffisante; la dernière loi sur l'enseignement universitaire, en
Belgique, a déjà partiellement reconnu cette dépendance nécessaire;
il faut l'affirmer d'une façon de plus en plus nette; il faut insister
notamment sur ce que l'enseignement d'une physiologie psychique purement
scientifique est le véritable préliminaire à l'étude des sciences
sociales et notamment de toutes celles qui sont enseignées dans les
facultés de droit. Le droit lui-même et surtout le droit criminel ont
leurs fondements dans notre structure biologique et psychique; la
théorie de la responsabilité pénale n'est qu'un cas particulier de la
théorie de la responsabilité morale; l'une et l'autre sont conditionnées
par la psycho-physiologie; même toute là théorie du consentement, celle
des conventions et des obligations en droit civil sont à réviser dans ce
sens; ici également l'ancienne métaphysique doit être expulsée par la
philosophie positive.[2]

L'ordre logique, historique et dogmatique de l'ensemble de toutes les
sciences particulières nous montre déjà par lui-même ce qu'il faut
entendre par loi au sens scientifique de ce mot: _la loi est le rapport
nécessaire qui existe entre tout phénomène et les conditions où ce
phénomène apparaît._ Le tableau hiérarchique des sciences depuis les
mathématiques jusqu'à la sociologie, est la formule d'une loi à la fois
statique et dynamique; statique en ce sens que l'ordre nécessaire de
l'organisme scientifique est tel que les sciences les plus spéciales et
les plus complexes reposent sans exception sur des sciences plus
générales et plus simples; dynamique en ce sens que dans leur activité
et notamment dans leur évolution à la fois historique et logique elles
obéissent à la même loi, au même ordre, déterminés par les mêmes
conditions.

Voyons maintenant par quelles méthodes nous pouvons reconnaître et
dégager les lois scientifiques des phénomènes en général et notamment
des phénomènes sociologiques.



CHAPITRE II

LES LOIS SCIENTIFIQUES


La classification des sciences, conformément aux considérations
précédentes, et moyennant les réserves qu'il convient d'y apporter selon
que l'on envisage spécialement cette classification, soit au point de
vue simplement logique, soit au point de vue historique, soit au point
de vue dogmatique, nous fournit par elle-même un premier et frappant
exemple de ce qu'il faut entendre par: _loi sociologique._ Cette
classification formule de la façon la plus simple et la plus générale le
_rapport nécessaire_ qui, abstraction faite de toutes les circonstances
locales ou temporaires, c'est-à-dire quel que soit le corps social
observé, relie indissolublement les phénomènes scientifiques entre eux
tant à l'état statique, c'est-à-dire sous le rapport de leur structure
générale, qu'à l'état dynamique, c'est-à-dire sous le rapport de leur
évolution et de leur action réciproque. Il s'agit donc, dans cet
exemple, d'une loi sociologique abstraite dégagée des sciences également
abstraites.

Comment, par quelle méthode les fondateurs de la philosophie générale
des sciences et notammens Bacon, Descartes, d'Alembert, Condorcet, A.
Comte ont-ils d'une façon successivement plus parfaite et plus complète,
dressé ce tableau hiérarchique des sciences, comment sont-ils parvenus
à dégager et à formuler cette loi?

L'évolution scientifique progressive dont ces illustres penseurs furent
les plus nobles représentants fut, en réalité, conforme aux lois mêmes
de notre constitution psychique dont les lois logiques, à leur tour,
sont une application. Les sciences abstraites succédèrent naturellement
aux sciences concrètes, comme ces dernières elles-mêmes avaient été
précédées d'une phase principalement empirique dont la nécessité
explique à son tour les hypothèses théologiques et métaphysiques qui
furent les premiers liens artificiels de nos observations primitives,
confuses et incohérentes. Le progrès de la philosophie positive ou
générale repose sur le progrès des sciences abstraites et celui-ci sur
le perfectionnement des sciences concrètes dont les premiers pas sont
empiriques; sciences abstraites et sciences concrètes se prêtent, en
outre, un appui mutuel, celles-là servant à leur tour au
perfectionnement de celles-ci, à mesure que la série hiérarchique des
sciences abstraites devient plus complète par la constitution de ses
départements les plus spéciaux et les plus complexes, tels que la
physiologie, la psychologie et la sociologie. A partir de ce moment la
fonction sociale de la théologie et de la métaphysique, bon gré, mal
gré, disparaît faute d'exercice et d'emploi; leurs organes s'atrophient
comme tous les organes hors d'usage.

Les procédés individuels des précurseurs de la philosophie générale des
sciences furent, en réalité, le reflet du processus intellectuel
collectif. Ils avaient recueilli par héritage ancestral ou social une
masse considérable d'observations de tous genres; ils y avaient ajouté
un grand nombre d'acquisitions personnelles. Il s'agissait maintenant
pour eux de mettre, comme disait Descartes, de l'ordre dans cette
collection de faits dont les plus redoutables et les plus trompeurs
étaient précisément ceux qui, sous le masque des hypothèses religieuses
ou métaphysiques, s'offraient déjà fallacieusement sous une apparence
séduisante de cohésion naturelle et universellement admise par les
consciences. Descartes, sous ce rapport, rendit un inappréciable service
philosophique en faisant du doute le point de départ de tout progrès
philosophique. Dès lors, la première opération devait être
nécessairement une révision ainsi qu'un dénombrement analytique de tout
le savoir scientifique emmagasiné par l'intelligence des siècles. La
deuxième opération fut de réunir sous une même dénomination ou étiquette
toutes les observations, tous les phénomènes qui présentaient des
caractères communs et de former successivement des groupes distincts de
phénomènes de ceux auxquels venaient s'ajouter des caractères spéciaux
qui ne se retrouvaient pas chez les autres.

L'observation, l'analyse, l'induction, voilà quels furent les flambeaux
de la méthode; par elles, il fut possible de procéder à des
classifications naturelles, à des groupements de phénomènes d'après
leurs ressemblances et leurs dissemblances, par suite à des
généralisations.

Cette première et double entreprise d'analyse et de synthèse, menée à
bonne fin, nous montre à ce moment, par le seul examen des résultats
obtenus, qu'il y a une filiation logique entre les divers groupes de
phénomènes ainsi établis ainsi qu'entre les connaissances qui s'y
rapportent: certaines propriétés, telles que les propriétés
mathématiques, se retrouvent dans tous les groupes; les propriétés
physiques proprement dites, les propriétés chimiques, biologiques,
psychiques, sociologiques apparaissent d'une façon de moins en moins
générale.

Dès lors, les propriétés qui se rencontrent indistinctement partout,
dans toutes les classes des phénomènes naturels, sont par cela même les
plus générales, puisqu'elles se manifestent en fait et peuvent se
concevoir comme non mélangées avec les autres; elles sont non seulement
les propriétés les plus générales, mais aussi les moins composées, les
plus simples.

C'est d'après cette juste observation tirée du degré de généralité et
de simplicité décroissantes des groupes des phénomènes naturels que
la philosophie naturelle positive put finalement, à dater d'A. Comte,
instaurer la classification non pas seulement complète, mais
hiérarchique des sciences.

Qu'est-ce maintenant que cette classification hiérarchique des sciences?
C'est la création ou plutôt la découverte d'un ordre naturel dans
l'ensemble primitivement incohérent de nos connaissances. C'est la _loi_
de nos connaissances. La loi, dans son acception la plus simple, est un
rapport de ressemblance ou de dissemblance étendu de deux ou plusieurs
phénomènes à la généralité des phénomènes dans la mesure où ces derniers
nous sont connus. Si nos observations, notre analyse, nos inductions
sont insuffisantes, erronées, incomplètes, la loi le sera dans la même
proportion; elle sera tôt ou tard infirmée par une découverte nouvelle,
mais, en somme, la méthode positive d'observation restera le seul
instrument de rectification de notre erreur; une observation exacte
amendera l'observation et la généralisation consécutive fausses; à une
observation mal faite, il n'y a de remède qu'une observation bien faite;
la méthode positive trouve en elle-même sa règle, sa discipline.

C'est donc par la généralisation et la classification des inductions
particulières que nous parvenons à concevoir et à formuler des lois
scientifiques; plus ces lois embrassent un nombre considérable
d'inductions, plus elles sont générales; plus ces lois éliminent les
propriétés spéciales pour ne tenir compte que des caractères les plus
simples et les plus généraux, plus les lois ainsi formulées sont
abstraites. Les lois naturelles peuvent donc être abstraites sous deux
rapports: soit qu'on les dégage indépendamment des corps particuliers
dans lesquels elles se manifestent, soit que dans une classe quelconque
de l'ordre hiérarchique des phénomènes et des sciences, on les dégage
des propriétés spéciales et complexes de l'ordre auquel elles se
rattachent pour les ramener à un ordre plus général et plus simple.

Ainsi l'arpentage, l'astronomie terrestre, la minéralogie, la géologie,
la botanique, la zoologie, l'anthropologie, la médecine et la chirurgie,
la structure et l'évolution des sociétés particulières sont des sciences
concrètes; la géométrie, l'astronomie en général, la physique, la chimie
inorganique, la physiologie végétale, la physiologie animale, la
physiologie psychique, la sociologie sont des sciences abstraites;
celles-ci formulent les lois des phénomènes compris dans leur
département, indépendamment des combinaisons concrètes auxquelles ces
phénomènes peuvent donner lieu dans le temps et dans l'espace. Ainsi,
la physiologie recherche les lois de la vie et de la mort quels que
soient les organismes; les lois qu'elle dégage s'appliquent
indifféremment à tous les êtres organisés. De même, en sociologie, si
nous étudions la structure et l'évolution d'une société déterminée, la
Belgique, par exemple, les généralisations que nous parviendrons à
dégager de nos observations relatives à ce pays nous fourniront des lois
non pas abstraites mais concrètes, en ce sens qu'elles impliqueront les
caractères originaux qui font de la Belgique une société en partie
différente des autres sociétés; ces lois seront spécialement
particulières à notre pays, puisque, dans l'étude des phénomènes sociaux
dont nous les aurons tirées, il aura été tenu compte des conditions
sociales particulières qui sans doute ne se rencontrent pas également
partout ailleurs; la sociologie abstraite, elle, néglige ces conditions
particulières.

L'observation et la généralisation des faits concrets ont, du reste,
partout et dans tous les temps, précédé la constatation des phénomènes
et des apports abstraits; ce processus est naturel; il est commun à
l'individu et à la collectivité. L'empirisme le plus grossier a précédé
la médecine et la chirurgie et ces dernières à leur tour ont permis à la
physiologie de se constituer; de même les biographies, les chroniques
locales ont précédé les histoires générales et ces dernières la
sociologie abstraite.

Où l'abstraction devient dangereuse et souvent nuisible, c'est lorsque
dans l'étude de phénomènes appartenant à un groupe spécial et plus
complexe de la série hiérarchique des sciences, elle supprime
précisément les propriétés spéciales qui seules justifient la
constitution de ce groupe en science particulière indépendante, en vue
de ramener l'explication de ces phénomènes spéciaux aux explications
fournies par les lois des classes antécédentes de phénomènes plus
simples et plus généraux. Ainsi, les phénomènes sociologiques peuvent
se ramener à des phénomènes psychiques et physiologiques, ceux-ci à des
lois chimiques, lesquelles peuvent être réduites à des lois purement
physiques et finalement astronomiques et même simplement numériques et
géométriques. Les phénomènes complexes et spéciaux sont en effet
toujours convertibles en phénomènes plus simples et plus généraux; on
peut ainsi ramener la science sociale à des principes premiers tels que
l'intégration et la désintégration continues de la matière et du
mouvement, mais, ce faisant, en réalité, on n'explique rien, on montre
simplement que tout est impliqué dans tout. Les phénomènes spéciaux,
en un mot, exigent une explication spéciale, tout en s'en référant aux
explications plus générales fournies par la série entière des sciences.
Ces audacieuses généralisations ont le grave défaut de supprimer les
caractères spéciaux des phénomènes pour mieux les expliquer; en
réalité, elles suppriment le problème et ne le résolvent pas. Quand,
en biologie, on dépasse les éléments anatomiques, on ne fait plus de la
biologie, mais de la chimie; de même en sociologie, quand on dépasse les
deux agrégats territoire et population en tant qu'agrégats, on tombe
dans le domaine des sciences simplement organiques et inorganiques. Ces
abstractions ne doivent être utilisées que pour montrer la dépendance
nécessaire qui relie les phénomènes les plus spéciaux aux phénomènes
généraux, mais elles ne peuvent se substituer aux observations, aux
généralisations et aux lois spéciales dont l'exposé est l'oeuvre de
chaque science particulière. Ni les nombres de Pythagore, ni la
gravitation universelle de Carey ne peuvent constituer le summum de
l'abstraction et de la généralisation sociologiques; ce n'est pas
avancer, mais reculer la solution du problème[3]. Chaque science
spéciale dégage des lois également spéciales, bien que dépendantes des
lois plus générales des sciences antécédentes; mais on ne peut, sans
supprimer par le fait cette science spéciale, la ramener exclusivement
à ces dernières; le problème des sciences les plus complexes consiste
au contraire surtout à déterminer les propriétés et les lois qui les
distinguent des sciences les plus simples.

Tous les rapports imaginables entre les phénomènes quelconques se
réduisant en fin de compte à des rapports soit de similitude, soit de
différence dans l'espace ou le temps, il faut entendre par _loi_, au
sens le plus général, les rapports constants de similitude et de
succession qui existent entre les phénomènes de l'univers, inorganiques,
organiques et superorganiques ou sociaux.

La réduction de ces lois au moindre nombre possible est la fonction de
la généralisation et de l'abstraction. Quand nous rattachons les faits
particuliers à une loi générale, nous disons communément que cette loi
est la _cause_ de ces phénomènes particuliers; c'est là en réalité une
expression vicieuse, correspondant à une conception métaphysique et,
primitivement même théologique, des rapports qui unissent les phénomènes
naturels. Ainsi, l'immense variété des phénomènes astronomiques et de
ceux relatifs à la pesanteur des corps en général sont tous compris dans
la loi de la gravitation universelle formulée par Newton. Cependant la
gravitation n'est pas la cause de la chute des corps; cette loi exprime
seulement le fait général de la tendance constante de tous les corps à
se diriger les uns vers les autres, en raison directe de leurs masses et
en raison inverse du carré de leurs distances. La cause n'est donc qu'un
rapport plus ou moins constant et formulé d'une façon générale.
Généraliser des rapports, dégager des lois, voilà les plus hauts sommets
scientifiques que l'intelligence humaine peut atteindre; les causes
premières et finales, la substance et l'absolu sont incognoscibles.

Les causes ne sont donc que des rapports plus généraux de similitude ou
de différence, de coexistence ou de succession auxquels nous rattachons
des phénomènes particuliers.

Quand nous étudions les lois relatives à la pesanteur des corps, lois
physiques, et à la gravitation des corps célestes, lois astronomiques,
indépendamment des corps déterminés où ces lois se manifestent, nous
faisons de la physique et de l'astronomie abstraites; quand, au
contraire, nous les étudions dans ces corps, nous faisons de la science
concrète.

Le tableau hiérarchique des sciences, dressé par A. Comte, avec les
quelques amendements qui n'en détruisent pas les grandes lignes et qu'il
convient d'y apporter, nous montre également, par son seul examen, une
distinction importante à faire au point de vue de la définition d'une
loi. Ce tableau nous indique, en effet, non seulement le rapport général
et constant qui existe entre les diverses branches de nos connaissances,
mais il nous montre ce rapport général et constant, c'est-à-dire _la
loi_ des phénomènes scientifiques sous un double aspect: l'un statique,
l'autre dynamique. Ceci revient à dire qu'il existe des lois statiques
et des lois dynamiques; nous le savions déjà d'une façon générale; le
tableau des sciences nous le montre pour des phénomènes d'ordre
sociologique relatifs, dans l'espèce, à la vie intellectuelle des hommes
en société.

Les lois statiques sont celles qui se rapportent à la structure
nécessaire et constante des êtres sociaux à l'état de repos, dans un
espace et un moment déterminés, s'il s'agit de lois statiques concrètes,
ou indéterminés, c'est-à-dire quelconques, s'il s'agit de lois statiques
abstraites. Les lois dynamiques sont celles qui, dans les mêmes
conditions, se rapportent aux mouvements simultanés, réciproques et
surtout successifs des mêmes organismes sociaux.

Le tableau hiérarchique des sciences nous expose d'un côté la structure
scientifique invariable et nécessaire des sociétés clans tous les temps,
dans toutes les parties de l'espace, la loi statique abstraite de toutes
les sciences; de l'autre, l'évolution nécessaire et invariable de cette
même structure également dans tous les temps et dans toutes les parties
de l'espace, la loi dynamique abstraite de toutes les sciences.

Cette distinction entre la statique et la dynamique, la structure et le
fonctionnement, nous paraîtra encore plus claire dans la loi des trois
états de Comte, loi qu'il convient du reste de restreindre à l'ordre
spécial de phénomènes qu'elle embrasse et de ne pas traduire en loi
sociologique universelle, comme l'a tenté hâtivement celui qui l'a
formulée. La période théologique, avec ses subdivisions en âge du
fétichisme, du polythéisme et du monothéisme, la période métaphysique
avec son stade scholastique préparatoire, la période positive ou
purement scientifique représentent parfaitement, bien qu'uniquement
au point de vue des croyances générales ou philosophiques, d'un côté
l'aspect statique et structural nécessaire de toutes les sociétés,
de l'autre leur aspect dynamique et évolutif.

C'est dans ces conditions que la philosophie embrassant les lois
générales de toute la série des phénomènes naturels, depuis, les plus
simples et les plus généraux jusqu'aux plus complexes et aux plus
spéciaux, en un mot depuis les mathématiques jusqu'aux sciences
sociales, constitue ce que Bacon appelait la philosophie première et ce
qu'on a appelé depuis soit la philosophie naturelle abstraite, soit la
philosophie scientifique ou positive. _La philosophie positive est donc
la philosophie générale des sciences_; au point de vue de renseignement,
il n'en peut exister d'autre; la science ne connaît que des phénomènes,
des rapports et des lois. Loin de pouvoir imposer leurs concepts, les
religions et les métaphysiques sont elles-mêmes des phénomènes, des
objets de notre connaissance; elles n'ont d'importance qu'au point de
vue scientifique, c'est-à-dire relatif et, dans l'espèce, social. Leur
structure et leur évolution sont, comme nous venons de l'indiquer,
soumises elles-mêmes à des lois. C'est dans ce sens que Montesquieu a pu
écrire ces paroles profondes: «La Divinité a ses lois.» S'il en est
ainsi, la Divinité n'est plus l'absolu, elle est réduite à une simple
fonction sociale dont nous pouvons suivre les développements depuis les
origines jusqu'à sa transformation positive finale.

Ayant défini la philosophie positive en général, nous pouvons de même
définir la science qui en est le couronnement: _la Sociologie est la
philosophie générale des sciences sociales particulières_.



CHAPITRE III

LES MÉTHODES


Quel que soit le domaine scientifique spécial dont il s'agisse, la loi
est un rapport nécessaire entre deux ou plusieurs phénomènes; c'est un
rapport nécessaire qui se reproduit d'une façon constante et invariable
quand les conditions où les phénomènes se produisent sont les mêmes, et,
d'une façon variable, quand ces conditions varient.

La constatation des phénomènes, de leurs rapports et de leurs lois a une
source unique: l'observation; il n'y a pas d'autre méthode scientifique;
les procédés de l'observation seuls différent suivant la nature des
phénomènes à étudier et les conditions subjectives de notre constitution
physiologique et psychique. Les erreurs possibles de la méthode positive
ont leur correctif dans la méthode positive même; elles ne peuvent, en
effet, provenir que soit d'une constitution momentanément ou
radicalement défectueuse du sujet qui observe ou de l'imperfection des
procédés, c'est-à-dire des instruments, soit de rapports erronés
supposés entre le sujet et ses instruments d'un côté et les faits
observés de l'autre.

Le processus intellectuel est invariable, le point de départ de toute
acquisition scientifique, comme de tout raisonnement, est une induction
simple et particulière, menée par des intermédiaires successifs, de plus
en plus complexes et étendus, jusqu'à des lois ou propositions
générales. Toute conclusion raisonnée, toute loi ne trouvent leur preuve
que par la vérification de leur conformité avec toutes les inductions et
propositions particulières qu'elles embrassent; aucune déduction, même
dans les sciences les plus simples, telles que les mathématiques, n'est
légitime que sous réserve constante du contrôle de cette conformité. La
méthode scientifique est une de sa nature; elle varie seulement dans ses
procédés ou instruments d'application. Ceci nécessite quelques
explications.

Chaque branche principale de l'arbre encyclopédique des sciences
développe l'un des aspects caractéristiques des procédés utilisés par la
méthode positive. Plus on s'élève vers les degrés de complexité
supérieure de l'échelle scientifique, plus les instruments d'observation
deviennent à la fois puissants et d'un maniement délicat et difficile;
leur perfection et leur force sont naturellement en corrélation avec
celles des objets soumis à leurs investigations. Si dans les sciences
abstraites les plus générales, telles que les mathématiques, la
simplicité et la constance supérieures des rapports qui règnent entre
les phénomènes a permis, à tort cependant, de supposer que c'étaient des
sciences déductives, il ne paraît plus contesté aujourd'hui que cette
illusion logique provenait de ce qu'on avait substitué l'effet à la
cause; si les mathématiques autorisent si généralement l'emploi des
méthodes déductives, c'est que la généralité et la simplicité des
relations qui forment leur département étant naturement mieux connues
pour cela même qu'elles sont plus restreintes et moins variables, la
prévision scientifique y est plus facile; or, la prévision est une
déduction; c'est une conclusion particulière tirée d'observations
générales supposées constantes. Dans les mathématiques aussi bien que
dans l'astronomie, ces déductions et ces prévisions ne sont devenues
possibles que grâce à l'accumulation des observations particulières
finalement généralisées; elles y ont été possibles antérieurement aux
prévisions et aux déductions dans les autres sciences, parce que ces
dernières sont plus complexes, c'est-à-dire qu'il est plus difficile d'y
formuler en lois, eu égard aux multiples conditions au sein desquelles
leurs phénomènes se manifestent, les rapports invariables et nécessaires
d'apparition de ces phénomènes. Il n'y a donc de différence entre les
sciences, au point de vue des méthodes, que dans leurs difficultés
relatives. Les mathématiques et l'astronomie doivent leurs progrès
fondamentaux à _l'observation directe_: leurs procédés ont été des
procédés inductifs; la déduction n'y devint possible qu'accessoirement,
grâce à l'antériorité naturelle et historique de leur constitution
positive. L'observation directe n'en reste pas moins leur méthode
propre.

A l'observation directe, les sciences physico-chimiques ajoutent un
instrument nouveau rendu nécessaire et devenu possible par suite même
des conditions et des variations plus nombreuses, des phénomènes que ces
sciences embrassent; ce procédé qu'elles inaugurent est en rapport avec
la nécessité et la possibilité de reproduire artificiellement, dans cet
ordre scientifique, les conditions et les variations qui donnent
naissance nécessairement aux phénomènes conformément aux conditions et
aux variations de leur milieu artificiel. Ce procédé, c'est la _méthode
expérimentale_; celle-ci, en nous montrant, par le fait, que les mêmes
conditions produisent invariablement le même phénomène, nous fournit la
meilleure démonstration pratique de ce qu'il convient d'entendre par les
mots rapport, déterminisme et loi. Le déterminisme, en effet, tant en
physique qu'en chimie, signifie qu'en recréant les mêmes conditions on
recrée toujours le même phénomène suivant un rapport nécessaire, ou
bien, qu'en éliminant certaines de ces conditions ou en ajoutant de
nouvelles conditions, on obtient également, suivant un rapport non moins
nécessaire et constant, certaines variations correspondantes.

L'histoire le démontre, ce sont les sciences physico-chimiques qui ont
introduit et développé l'usage des méthodes expérimentales et, par
réaction, ces dernières ont reçu certaines applications en astronomie et
en mécanique. C'est en effet un phénomène historique constant en rapport
avec le caractère interdépendant de toutes les sciences, que les
perfectionnements des instruments de méthode dans les sciences plus
complexes profitent par contre-coup aux sciences plus simples,
spécialement dans leurs parties extrêmes qui servent de transition avec
les sciences plus complexes.

En revanche, chaque science supérieure utilise les procédés des sciences
antécédentes: ainsi la physique et la chimie, tout en ayant ce caractère
original d'être des sciences expérimentales, ne cessent pas pour cela
d'être également des sciences descriptives et d'observation directe.
A mesure qu'on gravit l'échelle des sciences, les instruments d'étude
s'ajoutent aux instruments, mais les plus puissants et les plus délicats
n'excluent pas l'emploi des plus simples, pas plus que les chemins de
fer n'ont supprimé les canaux, les routes et les voies naturelles.

Les sciences physiologiques, à leur tour, ont été fécondées par
l'emploi successif et de plus en plus complet des méthodes précédentes;
c'est l'expérimentation qui a permis au physiologiste, aussi bien qu'au
chimiste et au physicien, d'agir sur les phénomènes naturels, sur les
organismes vivants, et de les modifier, ce qui n'est possible évidemment
qu'en agissant soit sur le milieu ambiant, soit sur le milieu interne de
l'organisme, en y déterminant par une mutation des conditions ordinaires
une perturbation fonctionnelle et une plus ou moins rapide perturbation
ou variation de la structure. Après les belles expériences et les
démonstrations de l'illustre et regretté Claude Bernard, il est inutile
d'insister sur l'application des procédés d'expérimentation en
physiologie. La pratique et la théorie des variations dans les espèces
animales, dont les travaux de Darwin sont une application, sont une
justification supplémentaire, si c'était nécessaire, de la légitimité
de la méthode expérimentale en physiologie.

Un procédé spécial à la science des corps vivants, surtout en ce qui
concerne leur structure, c'est la _méthode de comparaison_ qui, en
biologie, vient s'ajouter à tous les procédés antérieurs: observation
directe et expérimentation. A son tour, elle réagit sur le progrès des
sciences antérieures. Ce sont les méthodes d'expérimentation et de
comparaison qui, depuis un siècle, ont fait réaliser à la biologie et
à la physiologie les progrès décisifs qui nous permettent de leur
attribuer la dignité de sciences positives au même titre qu'à leurs
aînées. Goethe et Cuvier peuvent être cités comme des exemples à jamais
mémorables de l'application de la méthode comparative dans l'étude des
êtres vivants et notamment dans la reconstitution des structures
appartenant aux périodes préhistoriques.

Les considérations qui précèdent suffiraient à elles seules à nous
convaincre que tous les procédés dont nous venons de parler, observation
directe, expérimentation, comparaison, sont tous également utilisables
dans cette branche spéciale de la physiologie qui constitue la science
de l'activité et de la structure des phénomènes affectifs, émotionnels
et intellectuels. La psychologie ne peut, sans une amputation mortelle,
réduire ses instruments de méthode à la seule observation, soit interne,
soit externe. Si elle persistait, et heureusement elle y a renoncé,
à limiter ses procédés dans ces bornes étroites où la prudence et
l'imperfection même de la science l'enfermaient, naturellement peut-être
à l'origine, elle exclurait par cela même l'étude des phénomènes
psychiques les plus importants et les plus intéressants: la physiologie
et la pathologie mentales des enfants, des vieillards, des déments, des
délinquants, etc., lui resteraient inaccessibles; il en serait de même
de l'étude de toutes les passions humaines où l'observation interne est
également impuissante, puisque la première condition de celle-ci est une
sérénité absolue dans la personne même de l'agent qui s'observe. Les
phénomènes du sommeil et du rêve lui seraient aussi interdits, bien que
ce soit surtout dans le rêve que la psychologie subjective se complaise.
Quant à l'observation externe, elle ne peut être qu'une description
superficielle tout à fait insuffisante pour nous révéler les caractères
intimes des phénomènes psychiques, tant au point de vue de la manière
dont ils fonctionnent qu'au point de vue des modifications et des
troubles qu'ils apportent dans les organes mêmes, pas du tout
extérieurs, mais au contraire secrets et intimes, qui sont les agents de
ces fonctions. Pareillement, ni l'observation interne, ni l'observation
externe, ne sont aptes à mesurer exactement les conditions les plus
élémentaires des phénomènes psychiques, telles que leur durée, leur
intensité, leurs périodes de croissance et de décroissance, etc.; et,
cependant, la perfection de la psychologie, comme celle de toutes les
autres sciences, ne peut résulter que de cette transformation de science
purement descriptive et qualitative, en science expérimentale et
quantitative.

Renfermée dans les limites de l'observation, la psychologie serait
certainement restée à l'état stagnant, si elle n'avait pas été
renouvelée et vivifiée par la méthode expérimentale au point de vue
principalement fonctionnel et, par la méthode de comparaison, au point
de vue organique ou structural. On peut affirmer qu'elle doit, à la
lettre, son salut et sa rénovation actuels à ce que la biologie et la
physiologie lui ont prêté leurs instruments d'exploration et
d'expérimentation, dans le sens le plus matériel de ces mots,
instruments. Le chronoscope de Darsonval a fait et fera réaliser plus de
progrès à la science des phénomènes mentaux que ne l'ont fait depuis des
siècles toutes les soi-disant observations externes et internes qui
généralement même ne constituaient pas des descriptions exactes.

Ainsi, la psychologie emprunte aux sciences antécédentes tous leurs
procédés d'investigation: observation directe, expérimentation,
comparaison. En revanche, elle enrichit le laboratoire général d'un
instrument qui est son outil original, instrument d'une puissance
incomparable, mais d'une délicatesse excessive en rapport étroit avec la
puissance et la délicatesse des phénomènes à l'étude desquels il doit
être utilisé; cet instrument, c'est la _Logique_.

La psychologie positive comprend dans son domaine la logique ou la
science des lois du raisonnement, science que des métaphysiciens
pouvaient seuls placer avec les mathématiques parmi les sciences les
plus générales et les plus simples. En dehors de la sociologie, la
logique est au contraire la plus complexe des sciences; sa constitution
même, encore fort défectueuse, ne pourra se parfaire que grâce aux
progrès de la psychologie générale dont elle est une dépendance.
Or, il existe, surtout en physiologie et en psychologie,des phénomènes
tellement délicats et dont les conditions sont tellement malaisées à
reproduire et à réunir, même par les procédés et les instruments les
plus perfectionnés, qu'il devient nécessaire d'y suppléer par des
procédés intellectuels empruntés à notre constitution cérébrale.
Ces instruments véritablement psychiques, mais organisés dans leur
structure, permettent, par le raisonnement, de créer hypothétiquement ce
milieu artificiel que produit effectivement l'expérimentateur dans les
sciences physico-chimiques.

Cette étude n'est pas un traité de Logique; nous devons donc ici nous
borner à rappeler ce qui doit être enseigné dans les diverses Facultés
dont l'enseignement est préparatoire aux Instituts de Sociologie.
Il existe quatre Méthodes expérimentales ou d'induction directe _a
posteriori_: 1° la Méthode de Concordance; 2° la Méthode de Différence;
la première, plus spéciale, applicable surtout là où l'expérimentation
artificielle proprement dite est impossible; elle est en effet alors,
comme s'exprime Stuart Mill, «presque toujours la seule ressource
directement inductive»; 3° la Méthode des Résidus, application encore
plus spéciale de la Méthode de Différence, et 4° la Méthode des
Variations concomitantes. Cette dernière reçoit son application la plus
large dans tous les cas où les variations des conditions déterminantes
du phénomène à produire ou à étudier portent sur la quantité de ces
variations; si les variations des conditions du phénomène et celles du
phénomène lui-même sont exactement correspondantes, leur rapport, leur
loi ou, comme on dit vulgairement, leurs causes, peuvent être exactement
établis, sinon ils ne peuvent l'être aussi que partiellement.[4]

La méthode expérimentale logique intervient donc là où les autres
instruments, soit à cause de la ténuité, soit à cause de la multiplicité
et de la complexité des conditions des phénomènes, soit pour tous ces
motifs réunis, deviennent inefficaces. Ce n'est pas tout; comme nous
l'avons indiqué à propos de tous les procédés antérieurs, les procédés
logiques d'expérimentation profitent à leur tour en partie tant aux
sciences antécédentes qu'aux sciences subséquentes. C'est ainsi que
Stuart Mill observe notamment avec raison que la méthode expérimentale
de concordance, en tant que méthode purement logique, est applicable à
l'astronomie aussi bien qu'à la sociologie.

Les sciences sociales qui, dès l'abord, ont surtout et spécialement
scruté les phénomènes de solidarité, de continuité et de succession,
dans le temps et l'espace, des phénomènes collectifs, avaient
nécessairement besoin d'un instrument encore plus puissant et d'une
portée encore plus étendue en correspondance avec la complexité, la
grandeur et la durée supérieures des organismes soumis à leur
investigation. Cet instrument approprié à ces conditions tout à fait
spéciales, elles l'ont trouvé dans la _Méthode historique_, laquelle,
appliquée à son tour à toutes les sciences antécédentes, leur a fait
réaliser de nouveaux progrès en leur révélant, par la description de
leurs accroissements successifs antérieurs, la direction à suivre pour
leurs développements futurs. Par l'usage de la méthode historique, notre
activité scientifique avait ainsi elle-même conscience qu'elle était une
oeuvre en réalité impersonnelle et collective, reliée à la structure
générale et à la vie d'ensemble des sociétés dans le passé, le présent
et l'avenir. C'est surtout dans la dynamique sociale que la méthode
historique produit tous ses avantages; par elle cette partie la plus
compliquée de la sociologie pourra sans doute aboutir à constituer une
philosophie politique de l'histoire.

Les considérations que nous avons exposées relativement à l'application
rétroactive, tout au moins partielle, des méthodes des sciences plus
complexes aux sciences antécédentes plus simples et plus générales,
doivent nous préparer à admettre qu'à son tour la sociologie peut faire
et continuera toujours à faire son profit de toutes les méthodes propres
à chacune des sciences dont nous avons indiqué les instruments
d'observation; les méthodes logiques, celles de comparaison,
d'expérimentation et d'observation directe et indirecte sont donc les
auxiliaires naturels et indispensables de la méthode historique, en
sociologie; réunies, elles constituent la méthode inductive ou de la
découverte scientifique, dont la déduction n'est jamais qu'une
dérivation toujours soumise au contrôle permanent de la première.

En définitive, tous les instruments d'induction, depuis l'observation
directe jusques et y compris la méthode historique, sont de véritables
prolongements artificiels de nos organes et surtout de l'oeil, cet
organe intellectuel et scientifique par excellence, le plus directement
de tous en rapport avec le cerveau.

De même que pour la psychologie, c'est surtout l'utilisation de la
méthode expérimentale qui a été contestée en sociologie, même par les
partisans les plus convaincus de la science positive. C'est ainsi que
J.-S. Mill notamment avance que «dans les sciences ayant pour objet les
phénomènes dans lesquels l'expérimentation est impossible,
l'astronomie, par exemple, ou n'a qu'une part très réduite, comme dans
la physiologie, dans la philosophie mentale et la science sociale,
l'induction de l'expérience directe est d'une pratique si fautive
qu'elle est généralement à peu près impraticable.[5] M. A. Bain partage
la même opinion.

J.-S. Mill atténue toutefois un peu plus loin son appréciation, tout en
proclamant, à tort, suivant nous, que «le mode d'investigation qui, par
suite de l'inapplicabilité constatée des méthodes directes d'observation
et d'expérimentation, reste comme principal instrument de la
connaissance acquise ou à acquérir relativement aux conditions et aux
lois de réapparition des phénomènes les plus complexes est, au sens le
plus général, la méthode déductive», il corrige lui-même cette
proposition en apparence absolue et il la contredit en quelque sorte
immédiatement en reconnaissant que a le premier pas du procédé déductif
est une opération inductive, parce que c'est une induction directe qui
doit être la base de tout». Et encore: «Le problème de la méthode
déductive consiste à déterminer la loi d'un effet d'après les lois des
diverses tendances dont il est le résultat commun. En conséquence, la
première condition à remplir est de connaître les lois de ces
tendances. _Ce qui suppose une observation_ ou une _expérimentation
préalable pour chaque cause séparée_, ou une déduction préliminaire dont
les prémisses supérieures doivent dériver aussi de l'observation ou de
l'expérimentation. Ainsi, s'il s'agit des phénomènes sociaux ou
historiques, les prémisses doivent être les lois des causes dont
dépendent les phénomènes de cet ordre; ces causes sont les actions des
hommes, ainsi que les circonstances extérieures sous l'influence
desquelles le genre humain est placé et qui constituent la condition de
l'homme sur la terre. La méthode déductive, appliquée aux faits sociaux,
doit donc _commencer par rechercher les lois de l'activité humaine_ et
ces propriétés des choses extérieures par lesquelles sont déterminées
les actions des hommes en société. Naturellement quelques-unes de ces
vérités générales seront obtenues par l'observation et l'expérience,
d'autres par déduction. _Les lois les plus complexes des actions
humaines,_ par exemple, _peuvent être déduites des lois plus simples,
mais les lois simples ou élémentaires seront toujours et nécessairement
déterminées par l'induction directe_.»[6]

Malheureusement les lois simples ne suffisent pas à l'explication des
lois plus complexes; cette explication qu'on leur réclame ne peut être
également que simple ainsi que nous croyons l'avoir démontré au
commencement de notre étude; donc, même dans les limites tracées par
J.-S. Mill, la méthode déductive est subordonnée aux divers procédés de
l'induction et toute déduction n'est légitime que si elle est
l'application d'une loi générale, simple ou complexe, induite, à un fait
particulier compris dans les rapports nécessaires formulés et embrassés
par cette loi.

Il y a contradiction à dire que la méthode déductive est la méthode
des sciences mentales et sociales; elle est au contraire la méthode
utilisable surtout après coup, à partir de leur constitution plus
ou moins parfaite, dans les sciences les plus simples et les plus
générales. Les physiologistes et les psychologistes modernes ont,
du reste, démontré par le fait que les procédés inductifs, y compris
l'expérimentation, sont et seront encore longtemps, dans ces branches
complexes, les instruments véritables de tous nos progrès scientifiques.

En sociologie, en ce qui concerne la méthode expérimentale, il ne faut
notamment jamais perdre de vue que si les procédés expérimentaux
individuels sont souvent inefficaces, il en existe et il en existera de
plus en plus, qui seront de véritables instruments collectifs en rapport
avec les expérimentations collectives qu'il convient d'instituer de
plus en plus en matière sociale. Le cabinet du savant est, sous ce
rapport, devenu depuis longtemps insuffisant; ce qu'il faut, ce sont
de vastes laboratoires collectifs, tant nationaux qu'internationaux,
consacrés spécialement à dresser des statistiques intelligentes et non
incohérentes, comme le sont trop souvent les travaux officiels actuels,
et à suivre dans leurs effets les plus éloignés les lois en général et
toutes ces mesures beaucoup trop empiriques émanées des administrations
et des législatures, mesures et lois qui sont en réalité de véritables
expériences collectives. Dans ces matières étendues et complexes, l'oeil
du savant est insuffisant; il faut des instruments et des laboratoires
en rapport avec la nature des études. L'histoire en général est au
surplus une expérimentation sociale constante. De ce que nous ne sommes
pas actuellement suffisamment outillés pour procéder à des
expérimentations méthodiques et systématiques, il n'est pas permis de
conclure qu'il faille rejeter la méthode expérimentale du domaine
sociologique. En somme, si l'individu est incapable d'embrasser toutes
les conditions, tous les facteurs d'un phénomène social et surtout de
reproduire artificiellement ces conditions et ces phénomènes pour
établir le rapport nécessaire et invariable qui existe entre le
phénomène et ses conditions, rien n'autorise _a_ préjuger que la
puissance collective, supérieurement armée, ne puisse le faire; dans
ce cas, en effet, l'agent qui observe et qui expérimente est égal en
étendue et en puissance aux objets soumis à ses expériences et à ses
observations; c'est la société qui s'observe et qui expérimente sur
elle-même.

Dans un beau livre sur «la Politique expérimentale», M. Donnât, tout en
ne se rendant pas compte des difficultés théoriques et philosophiques
de la question, a exposé d'une façon empirique et approximative la
possibilité d'utiliser la méthode expérimentale dans le domaine des
arrangements sociaux pratiques. Nous avons également ailleurs proposé
des expérimentations de ce genre, notamment en ce qui concerne le
problème de la limitation des heures de travail dans les charbonnages
et celui de la réorganisation des circonscriptions administratives
actuelles par l'application facultative du régime des syndicats avec
personnification civile aux communes et aux cantons.[7]

Par cela même que la sociologie est la plus complexe de toutes les
sciences, sa matière est susceptible d'un nombre considérable de
combinaisons; elle est donc, par excellence, une matière plastique,
malléable, modifiable et perfectible. Nous pouvons, en agissant sur
certains facteurs sociaux, dans des conditions déterminées, surtout
sur les facteurs les plus généraux et les plus simples, produire des
phénomènes nécessaires, c'est-à-dire en rapport avec des lois observées,
expérimentées, et permettant par conséquent la prévision scientifique du
phénomène social dont la production ou la reproduction sont recherchées.
Ceci constitue la méthode expérimentale proprement dite, avec cette
réserve, que dans ses applications aux phénomènes sociologiques, cette
méthode est avant tout et doit devenir de plus en plus collective, être
l'oeuvre raisonnée à la fois des générations passées, présentes et
futures. La méthode historique, essentiellement propre à la sociologie,
n'est au surplus elle-même qu'une extension collective des procédés
expérimentaux; elle est la méthode expérimentale mise en action par les
sociétés devenues conscientes de leur activité vitale.

S'il faut donc restreindre la méthode expérimentale, en sociologie, dans
des limites raisonnables, s'il n'est pas toujours donné par exemple à un
individu isolé, quelque savant qu'il puisse être, d'instaurer lui-même
des expériences sociales, il convient cependant d'ajouter qu'il le peut
encore, dans une certaine mesure, grâce aux méthodes purement logiques
que nous avons indiquées ci-dessus. Nous pouvons, en effet, sans
recourir à des expérimentations réelles, procéder à des expérimentations
essentiellement intellectuelles, c'est-à-dire fictives ou raisonnées,
bien que toujours basées sur l'induction. Nous montrerons plus loin, par
un exemple emprunté aux rapports nécessaires qui existent entre l'état
économique général d'un pays et l'état de sa population, qu'il est
possible par la méthode des variations concomitantes, par la méthode
d'élimination, par la méthode de différence et celle des résidus,
d'utiliser les matériaux fournis par la statistique pour créer des
expériences idéales ou artificielles permettant, d'une façon
suffisamment certaine, d'aboutir à des prévisions sociales, c'est-à-dire
de conclure de certaines conditions déterminées à la production d'un
phénomène social également déterminé.

Ainsi, même dans le milieu social et politique actuel, encore bien
incohérent et si mal outillé au point de vue des méthodes d'observation
et d'expérimentation, une science sociologique suffisante est dès à
présent possible, si l'on sait utiliser convenablement les instruments
imparfaits des sciences antécédentes à la sociologie. L'empirisme
grossier des législateurs et des hommes d'Etat modernes reste donc à
tous les points de vue inexcusable; il existe, en effet, une suffisante
coordination de faits sociaux observés et expérimentés pour régler
scientifiquement nos actes politiques et il est en outre parfaitement
à notre portée de suivre toute mesure législative et autre dans ses
conséquences, de manière à faire de toute loi, au sens politique, une
véritable expérience sociale, la constatation d'une loi dans le sens
scientifique de ce terme.[8]

Ainsi, en résumé, les sciences sociales empruntent à toutes les autres
sciences, dans des proportions diverses, leurs méthodes: aux
mathématiques, à la mécanique, à l'astronomie l'observation directe
et indirecte avec ses applications déductives, en rapport avec la
perfection supérieure de ces sciences, mais toujours sous le contrôle
sévère des modes inductifs de vérification et de preuve; aux sciences
physico-chimiques, la méthode expérimentale; à la biologie, la méthode
de comparaison; à la psychologie tous ses procédés logiques légitimes;
enfin la sociologie se complète elle-même et perfectionne toutes les
autres sciences par la méthode historique. C'est en utilisant, à
l'exclusion de tous autres procédés subjectifs, dans la mesure du
possible, ces instruments de méthode positive, que dans nos travaux
sociologiques antérieurs nous avons essayé de parfaire, surtout au
point de vue de la méthodologie des sciences sociales, les monuments
considérables élevés notamment par A. Comte, Quetelet et S.-H. Spencer;
pas plus du reste qu'il n'est extraordinaire pour un jeune étudiant
actuel d'être plus fort en mathématiques que Newton, pas plus il n'est
difficile, après les défrichements opérés par ces illustres penseurs,
d'améliorer et d'utiliser le domaine ainsi hérité; on peut même, sans
avoir du génie, redresser nombre de leurs erreurs, sans diminuer en rien
la gloire et la reconnaissance qui leur reviennent légitimement. Le
siècle actuel a produit des savants qui ont révolutionné les bases des
sciences spéciales, notamment des sciences organiques, y compris la
psychologie, mais c'est à ces princes de la pensée que nous devons et la
constitution positive de la Sociologie, c'est-à-dire d'une philosophie
des sciences sociales et, par suite, la possibilité d'une philosophie
positive de la série hiérarchique complète de l'ensemble du savoir
humain.



CHAPITRE IV

ANALYSE ET CLASSIFICATION NATURELLE SOCIOLOGIQUES


La méthode positive, avec ses procédés divers, est donc la seule
applicable aux sciences sociales, comme à toutes les autres parties
de nos connaissances; il y a unité de méthode, bien que variété
d'instruments. Le raisonnement déductif en sociologie, comme ailleurs,
n'est donc légitime que si les conclusions particulières déduites de
leurs prémisses générales sont comprises dans ces prémisses; si on
procède à une telle déduction du général au particuler, _a priori_,
la conclusion n'a de valeur que dans la mesure même de la vérification
et de l'expérience; sinon, elle reste à l'état d'hypothèse. Si le
raisonnement: tous les hommes sont mortels, donc Pierre est mortel,
est exact, ce n'est pas parce que les prémisses générales ont pu être
observées et vérifiées, nos observations à cet égard sont, en effet,
incomplètes, et la conclusion particulière déduite ne constitue qu'une
probabilité très forte,[9] c'est seulement parce que les phénomènes de
vie et de mort se rapportent à des lois physiologiques générales,
lesquelles peuvent être considérées comme démontrées.

Dans l'étude des faits sociaux nous devons donc nous garder tout d'abord
des purs raisonnements déductifs, quelque rigoureux et séduisants qu'ils
paraissent; leurs prémisses ne constituent, en général, que des
hypothèses plus ou moins heureuses. Nous avons à faire table rase de
toutes les constructions subjectives des réformateurs, quelque bien
agencées et attrayantes qu'elles soient. Ces constructions ont cependant
elles-mêmes une valeur, mais relative, sociale et objective, en ce sens
que, par le fait même de leur apparition spontanée à de certains moments
de l'histoire, elles font partie des phénomènes vitaux des sociétés,
par conséquent de la science sociale et notamment de l'évolution des
croyances et doctrines politiques dont l'étude est une branche de la
sociologie générale. Les constructions subjectives ne sont pas la
science sociale; elles font partie des matériaux de cette dernière tout
aussi bien que les rêves font partie de notre psychologie individuelle.
Pour imaginer et construire intellectuellement une société idéale
parfaite, il suffirait, dès que l'on renonce aux méthodes positives,
d'être un bon romancier; cette création subjective sera, du reste,
et avec raison, d'autant plus sympathique au public que l'on prend
davantage et même uniquement comme type idéal le contre-pied absolu de
la société actuelle; alors on a la presque certitude de proposer, dans
tous les cas, un tableau plus agréable que la situation présente.
Ces dernières années ont vu éclore un grand nombre de constructions
subjectives de ce genre. Elles tiennent à un état psychique réel. A ce
point de vue, toute utopie, en dehors de sa minime valeur objective et
positive, offre toujours une utilité critique et négative réelle, ne
fût-ce qu'au point de vue de la préparation des esprits à l'inévitable
et salutaire transformation des formes anciennes. Sous ce rapport, les
croyances et les doctrines les moins scientifiques aident cependant au
progrès social.

Pour réaliser, d'une façon raisonnée et consciente, des progrès
sociologiques, il faut s'en tenir aux méthodes positives; elles
suffisent parfaitement à cette mission. La grande erreur d'A. Comte,
dans son _Système de politique positive_, provient d'avoir renoncé,
sans doute par suite d'une insuffisante élaboration des sciences
particulières et notamment de l'économie politique, du droit et de la
politique proprement dite, aux procédés inductifs qui sont la condition
_sine qua non_ de toute généralisation objective. Heureusement la
méthode positive suffit à redresser elle-même ces déviations et ces
erreurs momentanées.

Les phénomènes sociologiques se présentent tout d'abord à nos
observations, comme tous les autres phénomènes naturels, sous leur forme
concrète, complexe, comme un agrégat compact d'éléments divers, mais
confus et non encore dissociés pour notre intelligence. La première
opération consiste à dissocier par l'analyse ces éléments combinés, à
les réduire à leurs éléments les plus simples, _irréductibles_. Il faut,
en effet, entendre par éléments sociologiques ceux qui, par l'analyse,
ne peuvent être ramenés à des constituants plus simples sans empiéter
sur le domaine des sciences antécédentes. C'est ainsi qu'en biologie,
les éléments les plus simples sont les éléments anatomiques ultimes que
l'analyse anatomique parvient à dégager sans pénétrer sur le terrain
réservé à la chimie.

Or, l'analyse ou l'anatomie sociologique nous montre comme facteurs les
plus généraux et les plus simples, deux éléments irréductibles, le
territoire d'un côté, la population de l'autre.[10] Ces deux éléments,
tissés de façons diverses, constituent la matière élémentaire de tous
les phénomènes sociaux; on ne peut pousser l'analyse sociologique au
delà sans tomber dans le domaine des sciences inorganiques et organiques
proprement dites.

Cette analyse préliminaire terminée, observons les diverses combinaisons
sociologiques auxquelles, dans les sociétés passées ou présentes, le
mélange variable de ces éléments a donné lieu. Prenons, pour ne rien
négliger, si nous voulons, la société la plus complexe, c'est-à-dire la
plus parfaitement combinée ou organisée contemporaine, de cette manière
nous aurons la certitude d'embrasser les combinaisons les plus diverses
actuellement observables.

Cette opération nécessite une accumulation énorme de faits particuliers,
c'est-à-dire d'observations particulières. Ceci ne fut pas l'oeuvre de
quelques individualités, quel que fut leur génie, mais l'héritage sans
cesse agrandi de la pensée collective depuis ses origines les plus
lointaines, oeuvre empirique primitivement où les religions d'abord,
les métaphysiques ensuite, tentèrent d'établir une certaine coordination
malheureusement sans inventaire suffisant. Devant ces trésors accumulés,
transmis et accrus d'âge en âge, la méthode sociologique procède
laborieusement à un travail de comparaison. Or, toute comparaison
aboutit, en dernière analyse, à la constatation soit d'une ressemblance,
soit d'une différence, c'est-à-dire d'un rapport; lorsque ce rapport est
envisagé au point de vue du temps, la ressemblance et la différence
constituent des rapports de coexistence ou de conséquence.

C'est par l'observation directe, par l'expérimentation, par l'analyse,
par la comparaison, par les procédés logiques, par la méthode
historique, appliqués aux phénomènes sociologiques que nous parvenons
à reconnaître et distinguer les diverses combinaisons auxquelles le
territoire et la population peuvent donner lieu.

Ces applications, aussi complètes que possible de la méthode positive,
nous ont permis de ramener à un nombre limité de combinaisons sociales
les résultats du mélange variable des grands facteurs élémentaires de
toute structure sociale: combinaisons économiques, génésiques,
artistiques, scientifiques, morales, juridiques et politiques. Toutes
ces combinaisons sociales diffèrent les unes des autres par des
propriétés ou modalités spéciales, bien que formées des mêmes éléments,
territoire et population.

Nos analyses, nos inductions ont ainsi abouti à une première
généralisation. Cette généralisation constitue ce qu'on appelle une
classification; les classifications naturelles sont toutes, en effet,
des généralisations tirées des ressemblances et des différences
également naturelles des objets observés et comparés. Moins ces
observations, ces comparaisons sont superficielles, plus elles sont
profondes et plus elles sont des généralisations ou classifications
exactes et complètes, embrassant tous les caractères des choses. Le
progrès des classifications, dans toutes les sciences de la Nature,
a toujours été des classifications purement subjectives aux
classifications objectives et, dans ces dernières, des classifications
simplement superficielles aux classifications de plus en plus intimes et
organiques des êtres; il en a été ainsi des classifications botaniques
et zoologiques; il en a été de même des classifications sociologiques.
En démontrant ailleurs que notre classification des phénomènes sociaux
correspondait à celle des fonctions et des organes sociaux depuis les
plus simples jusqu'aux plus complexes, nous n'avons fait que suivre les
progrès réalisés par les autres sciences naturelles.[11]

Si cependant ces données fournies par l'application consciencieuse de la
méthode positive aux faits sociaux peuvent paraître à certains inexactes
ou incomplètes, nous répétons ici l'appel que nous avons adressé à nos
lecteurs à l'occasion de chacun de nos ouvrages précédents: si vos
observations vous amènent à pouvoir relever des phénomènes sociaux qui
ne se rapportent à aucune des sept combinaisons spéciales énumérées
ci-dessus, cette constatation ne sera pas un échec pour la méthode
positive, mais au contraire une nouvelle victoire que nous nous
empresserons d'enregistrer à son actif; elle diffère en cela des
religions et des métaphysiques qu'elle se prête à toutes les découvertes
scientifiques d'autant plus aisément qu'elle en est toujours elle-même
l'instrument.

Dans les diverses combinaisons auxquelles a donné jusqu'ici et continue
à donner lieu la contexture sociale élémentaire, nous reconnaissons donc
qu'il y a des phénomènes qui se rapportent principalement à la vie
nutritive des sociétés, d'autres à leur vie reproductive et affective,
d'autres à leur vie émotionnelle et esthétique, d'autres à leur activité
intellectuelle proprement dite, un certain nombre à leur conduite et à
leurs moeurs, une quantité plus restreinte à leur existence juridique,
c'est-à-dire à des cas plus spéciaux où la pure contrainte morale semble
insuffisante; finalement nous distinguons des phénomènes d'une nature
tout à fait particulière, relatifs à la direction plus ou moins
volontaire des sociétés, c'est-à-dire politiques.

Quelle a donc été notre troisième opération? Nous avons placé sous une
étiquette commune les phénomènes sociaux qui présentaient les mêmes
caractères en en distinguant par d'autres étiquettes ceux qui
présentaient des caractères spéciaux. Nous avons ainsi abouti à une
première classification ou généralisation simples.

Réduction des agrégats sociaux à leurs facteurs élémentaires, analyse
des combinaisons diverses auxquelles ces éléments donnent naissance,
classification de ces combinaisons ou phénomènes sociaux suivant leurs
caractères communs et spéciaux, à cela cependant ne se bornent pas
encore nos opérations méthodiques; nous pouvons faire un pas de plus.
Toujours armés des seuls instruments d'induction, nous avons à
rechercher, comme A. Comte l'avait fait pour les sciences en en général,
si, outre la classification simple des phénomènes sociaux suivant leurs
propriétés communes, une classification hiérarchique de ces phénomènes
ne correspond pas à leur structure et à leur évolution naturelles. Nous
constatons en effet que parmi les diverses classes de phénomènes sociaux
dont nous avons noté l'existence, il en existe dont les propriétés sont
à la fois plus simples et plus générales les unes que les autres; il en
est, en effet, qui se rencontrent également dans tous les cas, un plus
petit nombre qui n'apparaissent que dans des circonstances plus
restreintes; quelques-unes enfin qui sont limitées à des cas tout à fait
spéciaux. S'il en est ainsi, l'ordre de classification simple peut être
complété par un ordre de classification sérielle ou hiérarchique. Il y
a, en effet, dans la structure et la formation des phénomènes sociaux un
ordre de superposition et un ordre de succession absolument comme dans
tous les autres phénomènes naturels qui font l'objet des autres
sciences. Ce n'est pas tout; comme les propriétés sociologiques sont
relatives à des corps supérieurement organisés, cette superposition et
cette succession ne constituent pas seulement une série purement
logique, mais une structure et une filiation également organiques dont
le caractère n'a été méconnu qu'à cause même de la complication plus
grande des corps sociaux. Chaque classe spéciale de phénomènes sociaux
naît organiquement par voie de filiation ou de différenciation
naturelles, de la classe plus simple et plus générale immédiatement
antécédente et indirectement de toutes les autres encore plus simples et
plus générales.

Nos recherches ont abouti à reconnaître que les phénomènes économiques
sont les plus généraux et les plus simples de la vie collective; la
nutrition c'est-à-dire la circulation, la consommation et la production
des utilités assimilables, est la condition _sine qua non_ de toute
existence sociale; elle en est la fonction la plus universelle, la plus
constante; il est impossible même de se figurer un fait social
quelconque sans le soutènement de certaines formes économiques.
Supprimez la vie économique des sociétés, tout s'écroule: vie affective
ou familiale, vie artistique, vie intellectuelle, vie morale, le droit
même n'a plus de raison d'être et la direction politique collective
devient sans force et sans objet. Nous avons exposé ailleurs l'ordre
hiérarchique naturel des phénomènes sociaux suivant leur spécialité
et leur complexité croissantes.[12] Nous pouvons donc maintenant,
complétant l'oeuvre d'A. Comte, grâce à l'utilisation des méthodes
positives par lui malheureusement délaissées en partie en sociologie,
établir comme suit le tableau hiérarchique intégral de toutes les
sciences abstraites, depuis les plus simples et les plus générales
jusqu'aux plus complexes et aux plus spéciales:

_Tableau hiérarchique intégral des sciences abstraites_:

 1. Mathématiques: calcul, géométrie, mécanique statique et dynamique.

 2. Astronomie rationnelle ou abstraite.

 3. Physique.

 4. Chimie: _a_) inorganique; _b_) organique.

 5. Physiologie: _a_) végétale; _b_) animale.

 6. Psychologie et Logique.

 7. Economique.

 8. Génétique.

 9. Esthétique.

10. Croyances: _a_) religieuses; _b_) métaphysiques; _c_) positives.

11. Ethique.

12. _A_. Droit: _a_) procédure; droit pénal; _b_) droit civil économique;
                _c_) droit personnel et familial; _d_) droit artistique,
                moral et philosophique; _e_) droit administratif--interne
                et international.

    _B_. Droit public: _a_) interne; _b_) international.

13. Politique: _a_) représentation; _b_) délibération; _c_) exécution
               --internes et internationales.

Ce tableau hiérarchique des sciences se distingue radicalement de ceux
de Bacon et de d'Alembert, en ce qu'il correspond à la constitution
objective de nos connaissances et non plus à un groupement plus ou moins
fantaisiste, c'est-à-dire subjectif, des facultés de l'homme. Il diffère
par les mêmes caractères de celui d'A. Comte, et en outre par
l'importance plus grande accordée à la physiologie psychique et en ce
que la logique y trouve sa place véritable comme dépendance directe de
la psychologie; notre innovation principale, bien que déjà préparée
vaguement par les insuffisantes indications d'un grand nombre
d'écrivains qui généralement divisaient les sciences sociales en
sciences économiques, morales et politiques, comprenant même parfois la
science économique dans les sciences politiques, consiste dans une
analyse et une classification sérielle plus complètes et plus précises
des divers phénomènes sociologiques et des sciences correspondantes.

Le tableau ci-dessus nous expose dans leurs relations mutuelles les
diverses parties de la structure scientifique; il nous montre que non
seulement dans les sciences physiques et naturelles proprement dites,
mais aussi dans les sciences sociales, il existe un ordre nécessaire,
naturel, constant; il y a, en un mot, une loi à la fois statique et
dynamique de toutes nos connaissances. De même que nous l'avons vu pour
les autres sciences, cette loi est à la fois, bien que dans des
proportions variables, aussi bien une loi logique qu'une loi dogmatique
et historique.

L'évolution des sciences en général est déjà par elle-même un phénomène
sociologique; à plus forte raison en est-il ainsi de l'évolution des
sciences sociales. La loi essentiellement logique de leur structure et
de leur activité doit donc être, en ce qui les concerne, complétée et
rectifiée en partie par cette autre loi que manifestent déjà les
sciences antécédentes. Les sciences et les phénomènes sociaux, surtout
à un point avancé de leur développement, nous montrent encore mieux que
toutes les autres sciences l'interdépendance de leurs divers organes et
la simultanéité de leurs progrès. La filiation naturelle et historique,
bien que continuant, d'une façon générale, à y être conforme à la série
logique, se complique en sociologie, plus encore qu'en biologie, par le
fait que les fonctions et les organes sociaux forment une partie d'une
structure d'ensemble; chacun des organes agit sur les autres et tous,
par conséquent, évoluent, sinon du même pas et sur le même rang, dans
tous les cas concurremment, comme les individualités d'une subdivision
militaire ou corporative quelconque, en exercice.

Les conditions et les lois qui président au développement historique des
sciences sociales sont donc déjà quelque chose de plus compliqué que les
conditions et les lois de leur structure purement logique. Les lois
dogmatiques des sciences sociales c'est-à-dire celles qu'il faut
observer dans leur enseignement doivent, plus encore que les lois
dogmatiques des sciences plus simples, tenir compte et de leur caractère
superorganique interdépendant et de leur simultanéité historique
relative. Les sciences sociales les plus générales seront donc toujours
enseignées avant les plus spéciales, mais, dans l'application, cette
nécessité logique sera mise en rapport avec la loi historique qui, non
seulement domine la constitution effective des sciences sociales, mais
régit la formation et la filiation naturelles des fonctions et des
organes sociaux. Ainsi, les sciences sociales, dans leurs généralités
d'abord, dans leurs particularités ensuite, peuvent et doivent être
l'objet de cours à tous les degrés de l'enseignement, mais partout et à
tous les degrés également, il conviendra de ne jamais perdre de vue et
de faire bien pénétrer dans les intelligences qu'aucune des sciences
sociales ne se suffit à elle-même, que toutes en définitive trouvent
seulement leur justification et leur explication complètes clans leur
agencement organique, dans leurs réactions réciproques; de la même
manière, l'homme individuel n'a de valeur que comme membre de la
société, comme unité d'une fonction sociale nécessaire à la vie de
l'ensemble. Certes, on peut dans les sciences sociales, comme dans les
autres sciences, se consacrer de préférence à l'étude d'une branche
spéciale, mais, comme ailleurs, cette spécialisation, si elle était
absolue et exclusive, conduirait à la destruction de la science même et
à l'abrutissement du savant, si elle n'était continuellement vivifiée
par la considération supérieure du vaste ensemble sociologique dont
chaque science sociale n'est qu'un fragment. S'il en était autrement,
le particularisme scientifique produirait les mêmes résultats néfastes
que l'extrême division du travail manuel; l'ouvrier, simple rouage
inconscient de l'atelier et de l'usine, n'ayant aucune connaissance des
relations de sa fonction avec l'ensemble de l'industrie, en arrive
inévitablement, par son abêtissement, à devenir un coopérateur
détestable, même dans sa spécialité. La coordination des fonctions et
des organes est le caractère essentiel de toute structure sociale; cette
coordination objective doit avoir son équivalent dans l'intelligence de
toutes les unités humaines qui concourent à l'activité de ces fonctions
et à la formation de ces organes.

Le grand service que rend déjà et que rendra de plus en plus la
sociologie, c'est-à-dire la philosophie positive des sciences sociales,
sera de faire toujours prédominer, non seulement dans renseignement,
mais dans la vie pratique, le lien connectif qui unit les membres de la
même humanité aussi bien les uns vis-à-vis des autres, y compris leurs
ancêtres et leurs successeurs, que vis-à-vis de l'ensemble des
phénomènes naturels. Tant que l'économie politique a eu la prétention de
se suffire à elle-même, elle n'a pas été une science sociale: dans cet
état fragmentaire et informe, où elle ne parvenait pas même à se
définir, elle devait nécessairement méconnaître l'action sur la vie
nutritive des sociétés de toutes les autres fonctions collectives; elle
devait sacrifier à ses formules arides nos besoins affectifs et
familiaux, déprimer nos aspirations artistiques, violer continuellement
les données des autres sciences, notamment de la physiologie et de la
psychologie, dénaturer et abaisser nos moeurs et la morale de la manière
la plus choquante, en nivelant notre dignité aux seules et égoïstes
préoccupations d'un industrialisme à outrance, mettre en péril tous les
progrès du droit en livrant l'humanité à tous les assauts d'une
concurrence illimitée érigée en système et en loi, et finalement aboutir
en politique aune simple négation de toute intervention de la volonté
collective, c'est-à-dire à la suppression de toute direction collective
coordonnée et consciente, en somme, à la destruction du corps social et
spécialement de ses organes les plus élevés, de ses régulateurs par
excellence analogues à l'organisme cérébral, c'est-à-dire les organes
régulateurs politiques.

La sociologie nous rappelle constamment, au contraire, que toutes les
sciences sociales sont organiquement et fonctionnellement
interdépendantes et que les lois des sciences les plus complexes et les
plus spéciales ont précisément pour mission de faciliter et de
régulariser de plus en plus, par l'intervention systématique de la
conscience collective, l'action des phénomènes sociaux plus généraux et
plus simples tels que ceux relatifs à notre vie de nutrition. Les
sciences sociales sont interdépendantes parce que les phénomènes sociaux
et, par conséquent, la structure sociale, le sont également.

Les organes des phénomènes sociaux supérieurs servent de régulateurs aux
organes des phénomènes sociaux inférieurs, lesquels sont eux-mêmes les
pouvoirs régulateurs sociaux des phénomènes physiologiques et psychiques
des unités humaines dont l'agrégat forme la masse sociale. Les
phénomènes sociaux supérieurs sont donc toujours, de leur côlé,
conditionnés par les phénomènes inférieurs plus simples et plus
généraux. Ainsi, si, dans l'organisation des rapports génésiques,
c'est-à-dire sexuels, familiaux ou relatifs à la population en général,
vous négligez de tenir compte des nécessités économiques, des données
et des lois psychiques et physiologiques, les lois politiques les mieux
intentionnées seront impuissantes à reconstituer l'ordre dans les
familles et à relever le niveau de la natalité encore beaucoup plus que
si vous ne tenez pas compte, dans cette législation des besoins
esthétiques, moraux, scientifiques et juridiques plus élevés des membres
du groupe social. Les organes sociaux supérieurs ont surtout pour
mission de parfaire et de régulariser le fonctionnement des organes
sociaux les plus généraux, les plus simples; ceux-ci de leur côté
doivent se soumettre servilement aux lois dégagées par toutes les
sciences plus générales et plus simples que les sciences sociales, donc
par la psychologie, la physiologie et les autres sciences antécédentes.

Que voulez-vous que soit au point de vue politique, au point de vue du
droit, de la morale, de la culture scientifique et artistique, de la
vertu et de la dignité domestiques, une famille où le père, la mère et
même les enfants sont, par le fait de notre organisation ou plutôt de
notre désorganisation industrielle, condamnés à ne se voir pour ainsi
dire jamais, à vivre dans la promiscuité dans un taudis infect, où
l'enfant est arraché à l'école trop tôt, où la femme est détournée du
ménage et de sa fonction éducatrice, où le père est enlevé à tout et à
tous pendant les trois quarts de la journée, n'ayant plus d'autre besoin
en rentrant de l'ouvrage que celui de manger, de boire et de dormir,
sans la moindre préoccupation morale ni intellectuelle, il n'en a pas le
loisir, ni sans autre excitation idéale que celle que peut procurer
l'alcool?

Donc, subordination des fonctions sociales les plus hautes vis-à-vis des
fonctions sociales les plus simples et les plus générales, de celles
notamment relatives à la vie économique. Nécessité également de
subordonner notre organisation économique aux conditions plus générales
et plus simples encore de notre constitution psychique et biologique et
de toute la nature organique et inorganique. Aucune organisation
industrielle véritablement sociale et stable n'est possible si au point
de vue de la durée du travail elle ne commence par respecter les lois
physiologiques et psychiques impératives d'après lesquelles toute
dépense physiologique a besoin de se réparer; tout effort, au delà d'une
certaine limite, tend à se ralentir, à s'affaiblir, toute attention
(phénomène psychique) diminue et finalement même est distraite, puis
abolie entièrement. Ainsi la première législation à réclamer, eu ce qui
concerne les accidents du travail, est une législation qui limite la
durée du travail en tenant compte des impératifs catégoriques de la
physiologie et de la psychologie. Cette législation elle-même nécessite
à son tour pour correspondre à la variété considérable des conditions
du travail manuel, une refonte et une extension du système représentatif
à tous les degrés, dans toutes les catégories d'intérêts, une loi
uniforme et générale ne pouvant également déterminer que d'une façon
uniforme et générale des limites à la durée du travail, limites
essentiellement variables suivant les métiers. Pour mieux préciser,
les agents ou représentants généraux de la collectivité nationale ou
internationale ne sont compétents que pour fixer la durée maxima de
la journée normale de travail; aux représentants spéciaux de chaque
profession appartient de débattre, de fixer ou de modifier, suivant les
circonstances, la durée de cette même journée de travail, dans chaque
profession; la représentation centrale ne serait compétente que si elle
en arrivait à être elle-même la synthèse représentative exacte de tous
les intérêts particuliers.[13]

L'exemple ci-dessus nous montre comment d'un côté les phénomènes sociaux
les plus complexes dépendent de ceux qui sont plus simples, et, d'un
autre côté, comment les organes régulateurs de ceux-là interviennent
à leur tour pour perfectionner l'organisation et le fonctionnement de
ceux-ci; il nous démontre que si le progrès social dépend avant tout
des réformes économiques, ces dernières exigent l'extension et le
perfectionnement de notre système représentatif, délibérant et même
exécutif, en un mot de notre organisation politique.

Ainsi, non seulement les faits sociaux sont interdépendants, mais les
sciences sociales dont ils sont le domaine le sont également. De même
que la Politique sans le Droit enfante nécessairement le despotisme,
de même que le Droit, sans la morale dont il est une dérivation, est un
sépulcre blanchi, de même que la Morale non éclairée par la Science est
aveugle, de même que la Science séparée de ses utilités artistiques et
pratiques dégénérerait en un pédantisme chinois, de même que l'art pour
l'art finit en dévergondage, de même que la famille est impossible sans
les conditions économiques qui doivent en assurer la dignité et
l'existence, de même qu'enfin ces conditions économiques ne peuvent
impunément violer les lois inorganiques et organiques de la nature, de
même dans l'enseignement des sciences sociales, chacune des branches
fait partie d'un tronc commun, d'un arbre puissant et vénérable dont
une sève commune parcourt et vivifie toutes les parties; séparez ces
branches, taillez et coupez ce tronc, vous n'avez plus que du bois mort,
bon tout au plus, comme beaucoup de branches de notre enseignement, à
faire des fagots et à mettre au feu. Ainsi, par elle-même,la description
de la structure et de l'évolution logiques, historiques et dogmatiques
des sciences en général et des sciences sociales en particulier, nous
démontre, en dehors même de l'étude des phénomènes que ces sciences ont
pour objet, qu'il existe des lois tant statiques que dynamiques qui,
sous ce triple aspect, président à cette structure et à cette évolution.

Tout phénomène social est donc nécessairement déterminé, dans sa forme
et dans son activité, par les conditions dans lesquelles il se produit;
toutes les conditions étant identiques ou égales, le même phénomène se
produira toujours d'une façon invariable; toutes les conditions ou
quelques-unes des conditions venant à se modifier, le phénomène se
produira d'une façon variable en tout ou en partie.

Ici se présente une observation, d'une importance capitale pour la
sociologie: les conditions les plus générales au milieu desquelles se
produisent les phénomènes sociologiques sont les facteurs inorganiques
et organiques; ce sont eux qui déterminent la structure et la dynamique
des Sociétés d'une façon générale; ils ébauchent les corps sociaux dont
les agents spéciaux achèveront en détail la physionomie et l'allure.
Ces facteurs inorganiques et organiques, nous les avons compris sous la
dénomination de: Territoire et Population; ils sont les plus constants
et les moins variables. En somme, les conditions mathématiques,
mécaniques, astronomiques, physiques, chimiques, biologiques et
psychiques qui déterminent la structure et l'évolution des diverses
parties de l'humanité, sur les divers points de notre globe, sont, sinon
absolument identiques, dans tous les cas resserrées dans des limites de
variation assez étroites; les oscillations de la vie tant individuelle
que sociale s'écartent fort peu de la moyenne des conditions générales
et, plus elles s'en éloignent, plus les phénomènes vitaux et sociaux
deviennent rares à mesure qu'ils se rapprochent d'un point d'écartement
où ils disparaissent tout à fait. Si, comme l'a fait Quetelet,on établit
le tableau de quelques-unes de ces conditions générales inorganiques ou
organiques, si par exemple on dresse le tableau de la moyenne de la
taille humaine ou de la capacité cranienne, ou de la moyenne des
climats, etc., on reconnaît immédiatement que l'espèce humaine, dans sa
masse la plus considérable, se rapproche de ces moyennes et que plus
elle s'en éloigne plus ces écarts ou variations sont rares et deviennent
des cas isolés; passé certaines limites, on ne rencontre plus que ce
qu'on appelle des anomalies et des monstruosités et, au delà, plus rien.
Ainsi, au point de vue du climat, au-dessous d'un certain nombre de
degrés, l'humanité n'est plus possible, les conditions de viabilité pour
les unités composantes de cette humanité n'existant plus; l'adaptation
aux conditions les plus générales et les plus simples de la nature est
la première loi de toute existence, l'adaptation aux conditions
spéciales et les variations correspondantes constituent un progrès
consécutif et accessoire.

Il résulte de cette constatation un premier fait, une première loi,
c'est que les facteurs généraux déterminants de toutes les sociétés sans
exception étant, dans leurs rapports avec celles-ci, plus constants que
variables, plus permanents qu'intermittents et accidentels, la structure
et l'évolution de toutes les sociétés, c'est-à-dire les phénomènes
sociaux dont l'apparition est déterminée par ces facteurs, auront
également une tendance générale, constante et permanente à se produire
sous des formes et dans une direction identiques, homogènes. En un mot,
l'unité de l'espèce humaine que les légendes religieuses et les
hypothèses métaphysiques déduisaient de notre commune origine divine ou
d'une cause ordonnatrice intelligente est directement déterminée par des
conditions exclusivement naturelles, sans la moindre intervention
mystérieuse: l'unité des conditions les plus générales de notre milieu
physique et de notre structure biologique, explique notre unité
collective; les diverses sociétés passées et présentes ne sont que des
variétés d'un type primitif homogène; les sociétés ne constituent pas
des espèces immuables différentes; leurs variations continueront sans
doute à s'effectuer suivant des lois régulières dans l'avenir comme
pendant les siècles écoulés.

Ceci vient confirmer ce phénomène sociologique considérable que nous
avons observé dans nos études antérieures, relativement surtout aux
sociétés politiques les moins avancées et les moins complexes: la
ressemblance générale, à tous les points de vue, économique, familial,
religieux, moral, juridique et politique de toutes les sociétés
rudimentaires, sans distinction, sans que cette ressemblance entre elles
provienne de la moindre influence réciproque; toutes ces sociétés, tant
celles qui sont restées dans leur état rudimentaire, que celles qui ont
disparu et que celles qui ont dépassé ces stades primitifs, ont eu la
même structure générale, ont agi, c'est-à-dire vécu, senti, pensé, réglé
leur conduite et dirigé leur politique d'une façon uniforme, à part des
variations accessoires limitées à la mesure des variations également
accessoires de leur milieu physique et biologique. En somme, les
variations sociales ne parviennent jamais à l'emporter sur l'unité
fondamentale naturelle à l'espèce humaine.

Les considérations précédentes, d'abord celles relatives à la structure
et à l'évolution des sciences, puis celles relatives à la structure et
à l'évolution générales des sociétés, nous prouvent ainsi, dès l'abord,
que des lois générales, des rapports nécessaires, régissent les
phénomènes sociaux au même titre que tous les phénomènes naturels; ces
rapports et ces lois sont seulement plus difficiles à reconnaître eu
égard à la complexité supérieure des faits sociaux.

Aucun phénomène n'apparaît an hasard; ce que nous appelons de ce nom
n'est que la mesure de notre ignorance; le jeu même a ses lois; il y a
une théorie et un calcul des probabilités; les sociétés ont leurs lois.
Parmi ces dernières, les lois de la nature inorganique et organique ont
été, sont encore et resteront toujours la première Providence de
l'humanité, le génie élémentaire, la fée généreuse ou non, peu importe,
qui la dota de ses propriétés nocives et bienfaisantes. Ces lois, les
plus générales et les plus simples, sont aussi les moins modifiables par
notre propre intervention; elles nous dominent par leur généralité et
leur simplicité mêmes; elles ont imposé aux sociétés l'uniformité de
leur irrésistible empreinte; s'adapter à ces lois fut la première et la
plus urgente de toutes les nécessités; là où cette adaptation fit
défaut, la mort sociale fut inévitable.

Personne ne met actuellement en doute l'existence des lois
mathématiques, physiques, chimiques, physiologiques; mais le
déterminisme admis dans toutes ces sciences, on prétend le rejeter du
domaine des sciences sociales. Contradiction étrange cependant; ceux-là
mêmes que l'idée des lois sociales offusque, sont précisément aussi
ceux qui introduisent la Providence, c'est-à-dire la prévoyance, la
prévision dans l'histoire. Or, qui dit prévision, dit science et il n'y
a pas de science, ni de prévision, ni de prévoyance s'il n'y a pas de
lois. Admettre une Providence, c'est donc ou reconnaître des lois
sociales, des rapports nécessaires entre les phénomènes sociaux, une
science sociale, ou affirmer que ces lois ne sont que des ordres, des
commandements arbitraires émanés d'une autorité supérieure, absolue et
inconditionnée, et par conséquent non susceptibles d'être humainement
prévus, en un mot, au-dessus et en dehors de la science. Malheureusement
pour ses adeptes, dans la théorie providentielle il faut aller jusqu'au
bout; s'il n'y a pas de lois et de sciences sociales, c'est qu'il n'y a
pas non plus de lois et de sciences inorganiques et organiques, car si
on admet ces dernières, on reconnaît par cela même que les sociétés ont
des lois, les plus simples et les plus générales, il est vrai, mais par
cela même les plus importantes. Entre la science intégrale et la
Providence intégrale, entre l'ordre universel nécessaire et l'ordre
universel arbitraire ou le désordre, il faut donc choisir, il n'y a pas
de milieu. La Providence sociale, c'est la science sociale.



CHAPITRE V

LOIS SOCIOLOGIQUES ÉLÉMENTAIRES


Pour prouver qu'il y a des lois sociales naturelles et nécessaires, il
nous a suffi de démontrer que la structure de nos connaissances en
général et leur évolution sont soumises à des rapports invariables et
nécessaires et ensuite que le milieu inorganique et organique par
lui-même, crée avec le milieu social des rapports également invariables
et nécessaires. Faisons maintenant un pas de plus; prouvons, par des
exemples empruntés aux diverses classes de phénomènes sociaux, qu'il y a
des lois sociales et que ces lois spéciales peuvent être dégagées au
moyen des diverses méthodes inductives et notamment au moyen des
procédés d'expérimentation indiqués antérieurement.


EXEMPLE D'UNE LOI ÉCONOMIQUE

Supposons que le problème à résoudre soit de démontrer qu'un phénomène
social, de la classe des phénomènes économiques, se rapportant
spécialement à la circulation, se produit suivant des rapports
nécessaires avec les conditions où il apparaît, en d'autres termes,
suivant des lois.

L'expérience nous démontre que le transport d'une matière quelconque
nécessite toujours une dépense ou un effort de tirage.

Abstraction faite de la nature du véhicule et de la voie, l'économie du
transport se mesure par le rapport du poids mort au poids utile. Le
progrès est donc, avec un véhicule du poids mort le plus faible, de
transporter la charge utile la plus grande.

Voilà donc une loi; c'est un rapport nécessaire; elle est générale au
point de vue circulatoire; en effet, quelles que soient les conditions
où se fait le tirage, ce tirage nécessite un effort, une dépense dont la
mesure est en raison directe du poids mort.

C'est en même temps une loi statique parce qu'elle nous montre les
conditions du phénomène à l'état de repos et une loi abstraite, parce
qu'elle est indépendante de la nature spéciale des objets circulants et
des résistances qui font obstacle à leur déplacement.

Veut-on considérer le phénomène au point de vue dynamique et concret?
Alors intervient l'état du véhicule et de la voie; celui-ci détermine
le coefficient, c'est-à-dire le rapport entre l'effort de tirage et
l'ensemble de la charge à déplacer, poids mort et poids utile. Ce
coefficient augmente suivant les résistances que doit vaincre la roue,
ou tout autre agent pour avancer.

Le transport d'un fardeau sur une voiture, sur le sol naturel exige un
effort égal au quart ou au cinquième du poids total mis en mouvement.
Cet effort constitue donc le rapport entre le poids total et le poids
mort.

Sur une bonne route empierrée, ce rapport n'est plus que de 0,080 à
0,030.

Sur des madriers en chêne, ce rapport n'est plus que de 0,022.

Sur des rails, ce rapport n'est plus que de 0,005 à 0,003.

Sur des canaux, ce rapport n'est plus que de 0,030 à 0,001.[14]

Ces données qui sont des constatations acquises particulièrement par
l'observation et l'expérimentation directes ainsi que par voie de
comparaison, se rapportent aux phénomènes les plus simples de la
circulation économique, à tel point qu'on peut les considérer comme de
simples phénomènes mécaniques; ils suffisent déjà cependant pour nous
montrer ce que c'est qu'une loi dynamique en général, et une loi
dynamique concrète par opposition à cette même loi abstraite. En effet,
l'exemple ci-dessus nous indique les variations que subit le phénomène,
effort de tirage, suivant les variations des conditions où il se
produit. Nous pouvons notamment en dégager la loi dynamique abstraite
et progressive suivante: Le progrès dans la circulation s'opère dans le
sens de la réduction du rapport entre le poids total et le poids mort,
c'est-à-dire de l'effort de tirage.

Si maintenant, au lieu de formuler cette loi d'une façon abstraite, nous
la formulons en spécifiant les corps particuliers qui sont les
conditions déterminantes du phénomène: un fardeau d'une certaine espèce,
une voiture d'un certain genre, une route ou des rails et des canaux,
si en un mot nous incorporons les conditions du phénomène lui-même dans
des objets spécifiés, la loi dégagée ne sera plus abstraite, mais
concrète.

Nous avons exposé ailleurs que ces mêmes lois, statiques et dynamiques
relatives à la circulation en général, s'appliquent également à la
circulation économique proprement dite.

Dans la transmission des offres et demandes de marchandises, dans
l'intervention des signes fiduciaires des échanges et dans la
circulation de ces signes, il y a toujours un rapport entre la
marchandise totale transportée, l'offre et la demande transmises, la
monnaie circulante et l'agent de ce transport, de cette transmission et
de cette circulation. Ce rapport dans l'espèce est représenté par les
frais d'expédition et de commission, par le coût de l'instrument
monétaire, par l'usure, par l'intérêt. Loi statique aussi certaine,
rapport aussi nécessaire que dans le premier exemple de circulation
simple donné plus haut. Même loi dynamique, abstraite ou concrète,
suivant qu'on la formule pour une société particulière ou pour toutes
les civilisations quelconques: partout et toujours le progrès de la
circulation économique s'opère dans le sens de la substitution d'une
marchandise spéciale comme monnaie, à toutes les marchandises, de la
monnaie métallique à la monnaie marchandise, d'une monnaie métallique
avec empreinte conventionnelle à la monnaie métallique pesée, du billet
de banque à la monnaie métallique, du paiement par simple virement ou
compensation au billet de banque.

Dans ces cas, plus complexes que noire premier exemple, de circulation
économique, la loi dynamique est toujours: Le progrès s'opère dans le
sens de la réduction du poids mort, de l'effort de tirage, des frais de
circulation, de l'intérêt, de l'usure.

Il convient cependant de signaler cette restriction importante en
sociologie. C'est que l'intervention et l'usage des agents ou organes
perfectionnés nouveaux n'exclut pas nécessairement ni immédiatement
l'emploi et la conservation des procédés anciens. Ainsi, les chemins de
fer n'ont supprimé ni les routes ni les canaux, les clearing-houses
n'ont pas chassé le billet de banque, lequel fonctionne à côté de la
monnaie métallique, qui, à son tour, n'a pas complètement supprimé la
monnaie-marchandise. En ce qui concerne les clearing-houses, ils sont
le plus remarquable exemple de la réduction extraordinaire que peuvent
atteindre, dans une société munie de cet instrument supérieur de la
circulation, les frais de transmission des signes fiduciaires des
échanges. On sait que tout le système des clearing-houses est basé sur
la constatation de cette loi, que dans toute société particulière aussi
bien que dans l'humanité en général, la valeur des achats est toujours
égale à la valeur des ventes; tous les comptes pourraient donc y être
réglés par des écritures au grand livre social, de telle sorte que la
balance des opérations serait la constatation d'un chiffre de ventes
égal à celui des achats. Il s'opère ainsi au clearing-house de Londres
pour plusieurs milliards de francs de payements par semaine sans bourse
délier, moyennant des frais minimes d'écritures et de comptabilité.[15]

Il est inutile, sans doute, de signaler le haut intérêt social et
scientifique qui est attaché à la constatation des rapports nécessaires,
c'est-à-dire des lois tant statiques que dynamiques qui régissent les
phénomènes sociologiques. La constatation de ces rapports est notamment
le mètre infaillible qui nous permet de mesurer si une civilisation
particulière est avancée ou arriérée, si une mesure proposée
législativement ou autrement est réactionnaire, conservatrice ou
progressive. Nous pouvons, en effet, appliquer le mètre ci-dessus à
chaque nation successivement: toutes autres conditions égales, la nation
la plus civilisée sera celle où le rapport du poids mort au poids total,
celui de l'usure à la circulation fiduciaire seront les moins élevés.
Toute mesure ayant cette tendance à la réduction du quantum de ce
rapport sera un progrès, toute mesure tendant à l'aggravation de ce
quantum sera un recul.


EXEMPLES DE LOIS GÉNÉSIQUES

A.--NAISSANCES ILLÉGITIMES

Il existe des rapports nécessaires entre le chiffre des naissances
illégitimes dans un pays quelconque et les autres conditions sociales de
ce pays, notamment sa situation économique et tout particulièrement le
taux des salaires; les variations de ces conditions correspondent à des
variations dans la cohérence des liens familiaux. Toutes autres
conditions égales, le pays le plus civilisé sera celui où les liens
sociaux mesurés par le rapport entre le chiffre des naissances
illégitimes et celui des naissances en général seront les plus
cohérents.

Les procédés à l'aide desquels nous allons sommairement ici essayer de
dégager cette loi sont une application pratique des procédés que nous
avons signalés comme étant ceux de la méthode logique dite inductive
et expérimentale en ce sens que les expériences faites résultent des
constatations de la statistique et de l'histoire. Nous allons utiliser
les quatre procédés de méthode expérimentale dont nous avons parlé plus
haut et dont l'usage devrait être rendu familier par le cours de
logique qui est compris dans le programme officiel des universités.
Ces quatre méthodes de recherche expérimentale sont, comme nous l'avons
indiqué ci-dessus: la méthode de concordance, la méthode de différence,
la méthode des variations concomitantes et la méthode des résidus.

Nous connaissons des sociétés rudimentaires disparues et même encore
actuellement existantes, où les liens familiaux, spécialement ceux entre
le père et l'enfant, sont à peu près inexistants; la maternité, fait
matériel, y sert de lien social entre la famille et l'enfant; celui-ci
peut être, dans ce stade de civilisation, considéré comme à moitié
légitime seulement, c'est-à-dire vis-à-vis de sa mère.

Représentons par 100 le chiffre des naissances dans les sociétés de ce
genre; nous pouvons représenter par 50, par exemple, le quantum supposé
du rapport entre les naissances en général et leur légitimité de
l'autre. Il est, du reste, bien entendu que, dans les considérations qui
vont suivre, nous ne discutons pas la question de savoir si certaines
formes libres d'union sexuelle sont ou non supérieures à certaines
formes officiellement légitimes; nous considérons seulement que dans
notre état de civilisation, l'illégitimité des naissances est l'indice
incontestable d'un relâchement des liens entre l'enfant et ses auteurs.

Appliquons nos procédés à un pays particulier, la Belgique:

A. _Tableau des naissances illégitimes_ par 100 _naissances_.


               I          II        III

             ROYAUME   HAINAUT   LUXEMBOURG

1840..        6.33       5.73       2.53
1841-1850     7.43       7.59       2.53
1851-1860     7.91       8.40       2.75
1861-1870     7.13       8.94       2.73
1871-1880     7.20       8.32       2.43
1881-1889     8.72      10.74       2.71
1890            ?          ?          ?


Joignons maintenant à ce tableau celui des salaires des houilleurs du
Hainaut et des travailleurs agricoles, hommes et femmes, dans le
Luxembourg:


B.--_Tableau des salaires._

         IV

DES HOUILLEURS DU HAINAUT

1841-1850   1.39
1851-1860   2.85
1861-1870   2.62
1871-1880   3.39
1881-1889   3.00
1890        3.69


               V

SALAIRES AGRICOLES DU LUXEMBOURG, SANS NOURRITURE

       Hommes      Femmes

1830    1.08        0.74
1835    1.09        0.74
1840    1.12        0.76
1846    1.16        0.79
1850    1.30        0.92
1856    1.81        1.10
1874    2.38        1.48
1880    2.48        1.62


Les phénomènes sociaux d'ordre génésique enregistrés par le premier
tableau mis en regard de ceux enregistrés par le second, constituent une
véritable expérimentation, dont par les procédés logiques expérimentaux
et inductifs en général, nous pouvons dégager des lois.

La simple comparaison des indications fournies par les données
statistiques nous montre tout d'abord qu'il y a, dans le royaume, des
conditions ou causes générales qui agissent dans un sens défavorable sur
la production du phénomène naissances illégitimes. En un demi-siècle le
rapport pour cent des naissances illégitimes aux naissances en général
s'est élevé de 6,33 p. 100 à 8,71 p. 100.

L'examen de la colonne II du premier tableau, nous prouve que si le
royaume en général a été soumis, au point de vue du fait envisagé, à
des conditions socialement désavantageuses, il y a des facteurs spéciaux
qui, dans le Hainaut, ont agi d'une manière encore plus néfaste que dans
le royaume sur l'apparition du phénomène; dans le Hainaut, en effet, le
pour cent de naissances illégitimes, inférieur, en 1840, à celui de
l'ensemble du pays, a depuis lors progressé de 5,73 p. 100 à 10,74 p. 100!

Quelles sont les conditions qui différencient particulièrement le
Hainaut de l'ensemble du royaume? Ce sont évidemment les conditions
économiques et principalement le développement de la grande industrie:
mines, usines, etc. Ces conditions ou causes spéciales sont si bien les
causes ou conditions de la différence entre le Hainaut et le royaume de
la proportion des naissances illégitimes, que si nous remontons à une
époque antérieure au développement de l'industrialisme capitaliste,
c'est-à-dire à la période qui a précédé celle de 1841-1850, la situation
du Hainaut ne diffère guère de celle de la moyenne des naissances
illégitimes de tout le pays. En _éliminant_ les causes ou conditions
industrielles propres à la période d'exploitation industrielle du
Hainaut, nous obtenons un _résidu_ ou reste qui est égal à la situation
de l'ensemble du royaume; cette intense exploitation industrielle est
donc la condition ou la cause de la _différence_ qui existe entre le
phénomène tel qu'il apparaît dans le pays en général et tel qu'il se
produit dans le Hainaut en particulier. Il va de soi qu'en parlant des
conditions industrielles spéciales au Hainaut, nous embrassons par ces
mots une pluralité de causes ou de conditions qui elles-mêmes pourraient
faire l'objet d'une recherche spéciale. Nous pouvons en examiner une:

La colonne IV du deuxième tableau, relative aux salaires des houilleurs
du Hainaut, nous permet de constater que les _variations_ favorables de
ces salaires sont _concomitantes_ avec les variations relativement
favorables que manifestent certaines périodes du premier tableau,
colonne II. Ainsi la période de hauts salaires industriels de 1871-1880,
dans le Hainaut, _concorde_ avec un abaissement favorable du rapport des
naissances illégitimes dans la même province.

Cette _concordance_ est prouvée plus exactement encore par le fait que
les _variations_ des deux faits envisagés, salaires et naissances
illégitimes, sont _concomitantes_. Ainsi, dans cette même période de
1871-1880, les années 1872-1874, supérieurement avantageuses au point de
vue de l'élévation des salaires, ont vu réduire le rapport des
naissances illégitimes à 7,04 p. 100 pour le royaume et à 8,28 p. 100
pour le Hainaut, au lieu de 7,20 p. 100 et de 8,32 p. 100 qui sont les
chiffres moyens de cette période décennale et constituaient,
particulièrement pour le Hainaut, par eux-mêmes, une variation
favorable. La méthode des variations concomitantes confirme encore cette
induction expérimentale en nous montrant par la statistique officielle
que la période la plus mauvaise de toutes pour la production des
naissances illégitimes dans le Hainaut, concorde avec une crise intense
de l'industrie charbonnière et un abaissement des salaires, mais qu'en
revanche, les variations favorables qui, en 1888 et 1889, se produisent
dans le taux des salaires, se manifestent immédiatement par des
variations concomitantes également favorables dans la proportion des
naissances illégitimes; le taux de ces dernières qui, de 1881 à 1889,
est de 10,74 p. 100 se réduit immédiatement, en 1888-1889, à 10,66 p.
100. Nous ne connaissons pas encore en ce moment le chiffre officiel des
naissances illégitimes pour 100 naissances dans le Hainaut pour 1890,
mais nous savons par le dernier et si remarquable rapport de M. Harzé
sur la _Statistique des mines_, que la moyenne du salaire des houilleurs
du Hainaut s'est élevée à 3 fr. 69. Nous pouvons dès lors à peu près
avec certitude prévoir et prédire que la réduction favorable qui s'est
manifestée en 1888-1889 dans la proportion des naissances illégitimes
s'accentuera encore pour l'année 1890.[16]

Ainsi, en sociologie comme dans les sciences physico-chimiques et
physiologiques, les méthodes de recherche expérimentale nous permettent
de découvrir les conditions de production et de reproduction des
phénomènes, c'est-à-dire les lois de leur apparition et de leur
évolution, et d'introduire dans la politique la prévoyance, cette
véritable providence non plus surnaturelle, mais humaine et collective.

Il y a donc des lois, c'est-à-dire des rapports nécessaires qui
déterminent les phénomènes génésiques et les relient à l'ensemble
notamment des conditions économiques de leur milieu de production et
d'activité; les salaires sont une de ces conditions économiques. Les
variations brusques et continuelles des salaires sont du reste par
elles-mêmes une cause de perturbation nocive; même un relèvement
important mais brusque des salaires ne produit pas tous les effets bien
taisants que produirait un relèvement faible, mais régulier et continu.

La colonne III du tableau _A_ et la colonne V du tableau _B_ relatives
aux naissances illégitimes et aux salaires agricoles du Luxembourg
constituent, sous ce rapport, une véritable expérimentation sociale,
surtout si on met cette expérimentation en rapport avec les données
fournies par le Hainaut. Le Luxembourg est en effet remarquable entre
toutes nos provinces par la constance relative de ses conditions
sociales; les plus générales, les conditions économiques, n'y ont pas
subi de changements intenses, comme dans le Hainaut, par la formation de
grands centres industriels; les chemins de fer eux-mêmes n'y ont que
fort peu activé la circulation et développé les centres urbains. Au
contraire, la progression lente mais régulière des salaires agricoles y
a assuré la stabilité et la régularité des rapports familiaux, notamment
des parents vis-à-vis de leurs enfants. Dans le Luxembourg,
l'invariabilité relative du milieu social et notamment du milieu
économique a nécessairement déterminé l'invariabilité du rapport du
phénomène: naissances illégitimes, avec ce milieu. La méthode
expérimentale de concordance vient donc ici confirmer la méthode
expérimentale des variations concomitantes, de même que cette dernière
confirme les méthodes de différence et des résidus.

En ce qui concerne celles-ci, nous pouvons en effet, en faisant usage
des données statistiques, éliminer par la pensée, c'est-à-dire par un
procédé purement logique, du Hainaut et du Royaume, les causes ou
conditions spéciales, telles que l'industrialisme intense et instable
avec ses conséquences, les grandes agglomérations urbaines, le
morcellement agricole excessif, etc., etc.; nous pouvons en un mot
réduire par la pensée le pays à la même situation que celle du
Luxembourg: les différences constatées seront les conditions et les
causes des différences constatées dans la production des naissances
illégitimes; au contraire les résidus de ressemblances seront les
conditions communes à tous les pays.

On comprend dès lors pourquoi, dans le Luxembourg, le taux des
naissances illégitimes n'a pour ainsi dire pas varié, la constance
relative du milieu y est en rapport avec la régularité relative du
phénomène social produit; les conditions restant les mêmes, le phénomène
apparaîtra naturellement de même; les conditions variant, le phénomène
apparaîtra aussi, mais modifié.

Observons que ce phénomène spécial relatif à la cohérence des liens
familiaux correspond, dans le Hainaut et dans le Luxembourg, au
mouvement général de la population. Ce mouvement est aussi lent et
régulier dans la dernière province qu'il est rapide et excessif dans
la première. Dans une période de cinquante-sept ans la population du
Luxembourg n'augmente que de 35 p. 100, soit d'un peu plus de 1/2 p.
400 par an, celle du Hainaut augmente de 70 p. 100 et dans
l'arrondissement de Charleroi, cet accroissement s'élève à 230 p. 100
tandis que, dans la même province, il n'est que de 14,18 p. 100 dans
l'arrondissement de Thuin et de 3,61 p. 100 dans l'arrondissement d'Ath.
Donc, au point de vue de la population en général, comme à celui des
naissances illégitimes, les conditions sociales du Hainaut présentent
des variations excessives concomitantes avec les autres circonstances
excessives du milieu, à tel point qu'outre ces véritables excroissances
harmoniques le Hainaut, en dehors même de tous autres aspects, révèle
encore au point de vue du mouvement de la population en général, des
variations violentes qu'on ne rencontre nulle part ailleurs.

Il y a, en conséquence, des lois génésiques ou relatives à la
population; en effet, par exemple, toutes autres conditions égales, il y
a un rapport nécessaire entre l'état économique d'un pays, notamment ses
salaires industriels, et la proportion des naissances illégitimes dans
le chiffre total des naissances; aux variations de cet état économique
correspondent des variations du taux des naissances illégitimes; elles
dépendent donc nécessairement du milieu économique, plus spécialement
encore des conditions où le travail est rémunéré. Ces conditions sont
ce qu'on appelle vulgairement les causes des naissances illégitimes.

Si on a encore la moindre incertitude au sujet des rapports nécessaires
qui existent entre un phénomène génésique et son milieu, en un mot sur
le déterminisme des phénomènes sociaux, on peut procéder à des
vérifications complémentaires par l'étude de faits du même ordre. Dans
ce cas, encore une fois, la méthode expérimentale sera pleinement
efficace.

Les conditions sociales qui règlent d'une façon nécessaire la production
des naissances illégitimes sont si bien des conditions désavantageuses
d'une nature déterminable, que nous pouvons poursuivre ce phénomène
génésique déjà spécial dans des modalités encore plus originales. Ainsi,
jusque dans le sein de leur mère, les conditions des enfants illégitimes
sont plus défavorables que celles des autres. Il y a proportionnellement
plus de mort-nés illégitimes que de légitimes!

Voici, en effet, quelle a été la proportion des mort-nés pour 100
enfants vivants, légitimes ou non:

1841-1850   4.37 p. 100
1851-1860   4.73   --
1861-1870   4.81   --
1871-1880   4.54   --
1881-1890   4.50   --

Au contraire, la proportion des mort-nés pour 100 enfants illégitimes
vivants a été en:

1841-1850   6.20 p. 100
1851-1860   6.40    --
1861-1870   6.97    --
1871-1880   6.25    --
1881-1890   6.45    --  [17]

Ainsi, d'une façon constante, la loi agit au détriment des enfants
illégitimes mort-nés d'une façon plus meurtrière que vis-à-vis des
autres, dans une proportion à peu près invariable d'un tiers à leur
préjudice; donc inégalité jusque dans le phénomène de production des
mort-nés. Pourquoi? Évidemment parce qu'il y a une inégalité
correspondante dans les conditions où ils naissent morts.

Nous savons du reste également que, nécessairement et d'une façon plus
générale, la mortalité des enfants illégitimes est supérieure à celle
des enfants légitimes et la mortalité des enfants pauvres supérieure à
celle des enfants des classes aisées.


EXEMPLE D'UNE LOI ESTHÉTIQUE

Nous avons exposé ailleurs les principales lois abstraites relatives à
la structure et au fonctionnement des divers organes artistiques;[18]
toute production artistique exige une épargne, une réserve de forces
physiologiques sans emploi actuel pour les nécessités économiques,
génésiques, en un mot primordiales de l'existence; toute production
artistique réclame un certain loisir économique, une certaine excitation
vers la beauté idéale provoquée directement par les relations sexuelles
et les autres affections familiales et indirectement par les autres
formes encore plus élevées mais consécutives de la vie collective; la
société la plus artistique, toutes autres conditions égales, sera donc
nécessairement celle où ces divers facteurs du phénomène appelé art se
rencontreront dans les conditions les plus avantageuses. Nous savons par
expérience, c'est-à-dire par l'histoire des sociétés, que ces
circonstances avantageuses commencent par être le privilège de certaines
castes et de certaines classes. Nous pouvons dès lors également prévoir
et prédire que la diffusion du loisir physiologique et économique
résultant de l'émancipation progressive des classes inférieures,
diffusion qui sera accompagnée d'une excitation constante vers le beau
par le perfectionnement des conditions familiales et autres, aura pour
effet de modifier la structure de l'art en ce sens qu'il sera de plus
en plus accessible à la masse dans la mesure même des autres progrès
sociaux et notamment des loisirs physiologiques et économiques qu'une
limitation rationnelle et humaine du travail et de la production
entraînera.

Voilà la description succincte d'une loi esthétique, à la fois statique
et dynamique, abstraite à la fois et générale. Comme exemple d'une loi
abstraite plus spéciale, mais également statique et dynamique, nous
pouvons citer que, partout et toujours, l'architecture est antérieure
à la sculpture et cette dernière à la peinture, bien entendu en tant
que la sculpture et la peinture s'appliquent à des créations distinctes,
détachées des oeuvres architecturales. Chacun de ces arts repose, est
construit sur l'autre, puis s'en différencie successivement et cela est
vrai de toutes les civilisations; c'est ce qui fait le caractère
abstrait de cette loi à la fois statique et dynamique.


EXEMPLES DES LOIS RELATIVES AUX CROYANCES ET AUX SCIENCES

Dans les premières parties de cette étude, nous avons suffisamment
indiqué le caractère du tableau hiérarchique et intégral des sciences.
Ce tableau nous décrit à la fois leur structure et leur évolution dans
tous les temps et dans tous les pays, par conséquent la loi statique et
dynamique des sciences. La classification hiérarchique des croyances en
fétichisme, polythéisme, monothéisme, métaphysique, philosophie
positive, nous montre l'aspect particulier de cette même loi au point de
vue de la conception générale de l'ensemble des phénomènes de l'univers
également sous leur double aspect, statique et dynamique.


EXEMPLES DE LOIS RELATIVES AUX MOEURS ET A LA MORALE

_Le suicide_.[19]

Les précieux travaux de Quetelet et de M. Yvernès, notamment les
tableaux et les cartes si soigneusement et si complètement dressés par
ce dernier, nous font comprendre pour ainsi dire de visu ce qu'il faut
entendre par loi sociologique; ils nous montrent certains phénomènes
moraux se produisant nécessairement et invariablement dans certains
conditions, tant que celles-ci sont elles-mêmes invariables et
constantes. Nous avons ces tableaux et ces cartes sous les yeux: les
planches XI et XII nous montrent à toute évidence qu'il y a un rapport
nécessaire entre le phénomème social, suicide, et le milieu où il fait
son apparition:

Il y a un rapport nécessaire entre les suicides et les saisons, entre
les suicides et le sexe, l'âge, les heures habituelles du jour où le
phénomène se produit, l'état de mariage ou de célibat, les conditions
économiques, surtout les crises, les professions exercées, et même les
moyens de destruction de soi-même employés. En France, c'est toujours
et invariablement dans le département de la Seine que le chiffre des
suicides, proportionnellement à la population, est le plus élevé, et
c'est dans douze départements, formant entre eux une agglomération
distincte et tranchée, qu'ils le sont invariablement le moins.[20] Si
par les méthodes employées ci-dessus pour les naissances illégitimes,
nous recherchions les conditions perturbatrices qui placent le
département de la Seine dans cette situation particulièrement
désavantageuse au point de vue du phénomène moral dont il s'agit, nous
déterminerions d'une façon précise la loi même de ces perturbations ou
variations. Nous devons nous borner ici à indiquer l'évidence de leur
existence. Nous voyons cependant par l'examen de la planche XII, C, que
les principales conditions sociales fautrices du suicide sont, par ordre
d'importance et en dehors des maladies cérébrales, la misère, les
chagrins de famille et les souffrances physiques dont l'action est à
peu près égale, puis l'alcoolisme, ensuite l'amour, la jalousie et la
débauche et enfin la crainte des poursuites judiciaires. D'une façon
constante également, il y a plus de suicides d'hommes que de femmes, de
célibataires que de gens mariés ou de veufs et de mariés et veufs ayant
charge d'enfants que de mariés et veufs n'en ayant pas, etc. En somme,
les troubles physiques, y compris les troubles cérébraux, les troubles
économiques et génésiques sont le champ de culture le plus favorable à
la production des suicides; en France, ce champ de culture par
excellence c'est Paris et le département de la Seine.


EXEMPLE DE LOIS JURIDIQUES

_L'Infanticide_.

Parmi tous les crimes et délits commis et poursuivis en France de 1826 à
1880, c'est dans l'infanticide que la proportion des illettrés sur cent
accusés est la plus considérable; elle est en moyenne de 72 p. 100.
L'infanticide est donc le crime des illettrés; voilà une des conditions
qui favorisent l'apparition de ce phénomène criminel; nous serons encore
plus exactement renseignés après avoir constaté que ces illettrés sont
généralement des célibataires et ces célibataires des femmes dans la
proportion de 93 p. 100. Ce n'est pas tout; parmi ces femmes ce sont
celles dont la condition est la plus dépendante, la plus servile en
réalité, les moins capables par conséquent de réagir par leur volonté
contre toutes les causes ambiantes qui concourent à les accabler et à
les pousser nécessairement au crime, qui fournissent le chiffre le plus
élevé du contingent des suicides. En France, en effet, comme en
Belgique, les cinq dixièmes des infanticides sont commis par des
ouvrières agricoles et des domestiques de ferme, deux autres dixièmes
par les domestiques attachées au service des personnes dans les villes
et ailleurs. Les femmes indépendantes, exerçant des professions
libérales, n'y participent pas pour un centième par cent crimes.

Aussi en France le jury, en Belgique la Cour, 99 fois sur 100, accordent
les circonstances atténuantes, c'est-à-dire dans une proportion plus
large que pour n'importe quel autre crime.[21]

En vérité, une peine ne devrait être prononcée que si, par hypothèse,
un infanticide avait été déterminé par une cause à laquelle il serait
prouvé que l'accusée pouvait résister ou s'il avait été commis sans
cause, c'est-à-dire si le crime était inconditionné. Dans tous les
autres cas, l'irresponsabilité de l'individu vis-à-vis de la Société
est évidente, puisque c'est au contraire le milieu social qui oblige
nécessairement la mère à agir contre toutes les lois naturelles: _elle_
n'est pas la coupable, mais la victime. Puisque la loi sociologique nous
montre comment, dans des conditions constantes, la contribution aux
infanticides sera nécessairement levée à charge d'un contingent
invariable de personnes du même sexe et de la même catégorie, ce n'est
pas à ces personnes qu'une _peine_ supplémentaire doit être infligée,
c'est la collectivité qui doit prendre à son compte la peine de modifier
à tout prix les conditions sociales qui produisent l'infanticide aussi
naturellement et aussi nécessairement que certains poisons produisent la
mort.

Au point de vue social, le plus important de tous, le libre arbitre, qui
fait l'objet de tant de controverses stériles dans le champ clos de la
psychologie et de la morale individuelles, est une quantité tellement
petite qu'elle peut être négligée sans grave inconvénient. Socialement,
notre libre arbitre est limité à un point pour ainsi dire idéal, non
susceptible de mensuration, noyé au milieu du rythme régulier des flots
du déterminisme complexe et immense. Quetelet, notamment, a parfaitement
établi la constance et la régularité des moyennes dans les phénomènes
sociaux pour des périodes de temps données; il a évidemment attaché à
ces moyennes une importance excessive en négligeant trop souvent les
variations dont elles sont susceptibles et que l'on constate mieux si
l'on observe des périodes plus longues. Il n'en reste pas moins certain
que plus, dans un pays et dans un temps déterminés, les variations
sociales s'éloignent de leurs moyennes, plus aussi elles deviennent
rares; or, le libre arbitre consiste précisément dans le pouvoir de
s'écarter par une énergie subjective volontaire suffisamment supérieure,
du milieu, c'est-à-dire des conditions moyennes; il en résulte que _la
loi du libre arbitre_ serait précisément d'être d'autant plus efficace
qu'il serait plus rare; en fait, le libre arbitre absolu serait sans
application. Le libre arbitre implique donc sa propre négation; cette
contradiction essentielle est du reste scientifiquement démontrée par le
fait qu'il est possible de dégager les lois mêmes des variations et des
probabilités.

Faut-il en conclure, comme on reproche à tort aux doctrines positives de
le faire, qu'il n'y a ni morale, ni justice? Comment pourrait-on le
soutenir sérieusement alors que le déterminisme scientifique, dans tous
les ordres de nos connaissances, a précisément pour objet et pour
mission de nous prouver qu'il existe des lois nécessaires que nous ne
pouvons enfreindre sans supporter immédiatement la peine de notre
révolte? Les phénomènes moraux et sociaux ont même ce privilège d'être
plus malléables et par conséquent plus modifiables que tous les autres;
nous pouvons donc agir sur les conditions qui les déterminent de manière
à les modifier sans cesse dans le sens du progrès de la vertu et de la
justice; ces conditions progressives de la morale et de la justice,
c'est la science qui nous les fait connaître et qui en impose la
poursuite et la réalisation à notre conscience, c'est la science,
disons-nous, et non pas la révélation ni des concepts innés et
indéterminés; voilà ce qui nous sépare de toutes les religions et de
toutes les métaphysiques, c'est une différence de Méthode; la nôtre
implique la reconnaissance complète et exclusive de la Souveraineté de
la Science, l'autre en est la négation. C'est la science qui nous fait
connaître de mieux en mieux ce qui est utile, comme aussi ce qui est
honnête et ce qui est juste; il n'y a pas d'autre révélation et de
critérium que l'expérience.



CHAPITRE VI

LOIS SOCIOLOGIQUES COMPOSÉES


La sociologie positive, en tant que doctrine, est le produit de trois
grands courants principaux dont le cours, désormais unique et
majestueux, entraîne la civilisation moderne vers les vastes océans
transformés de barrières en voies naturelles par excellence de la
civilisation mondiale. La science sociale fut constituée le jour où,
brisant ses enveloppes religieuses et métaphysiques primitives et
atteignant dans ses recherches les phénomènes intimes et profonds de
la structure et de la vie des sociétés, elle parvint à en dégager des
rapports et des lois. Ces faits primordiaux et élémentaires, à la fois
les plus simples et les plus généraux, étaient ceux relatifs à la vie
de nutrition et de reproduction de l'espèce humaine. Ce sera l'éternel
honneur de l'économie politique, même métaphysique, d'avoir déterminé
l'importance prédominante de ces facteurs essentiels; sa faiblesse fut
de les considérer comme des entités abstraites, immuables et, ce qui fut
peut-être plus néfaste encore, comme indépendantes des autres facteurs
sociaux, tels que la morale, le droit et la politique.

La révolution scientifique s'opéra par le triple et irrésistible effort
du socialisme proprement dit, par celui des savants qui les premiers
appliquèrent aux faits sociaux élémentaires les méthodes des sciences
physiques et naturelles et, à peu près en même temps, par les fondateurs
de la sociologie intégrale comme science indépendante et comme
philosophie de toutes les sciences sociales particulières.

Ce n'est pas ici le moment d'étudier l'influence des diverses écoles
socialistes; elles ramenèrent l'économie politique de la vaine agitation
des formules vides et généralement optimistes à l'observation des
réalités trop souvent cruelles, observation dont la conséquence ne fut
heureusement pas un pessimisme déprimant, mais au contraire une réaction
énergique de la volonté réformatrice collective.

Les représentants les plus illustres des sciences mathématiques et
physiques, de leur côté, démontraient que les phénomènes politiques,
moraux et intellectuels sont régis par des lois aussi bien que ceux de
la nature inorganique et organique. Parmi eux, en France, il convient de
rappeler les noms illustres de Lagrange, de Laplace, de Joseph Fourier
qui, dans les problèmes relatifs au calcul des probabilités, à la
natalité, à la mortalité, à la criminalité, aux assurances, etc.,
introduisirent avec tant de puissance l'application des méthodes
scientifiques générales.

C'est grâce au socialisme et à ces ancêtres scientifiques, continuateurs
eux-mêmes des encyclopédistes du XVIIIe siècle et des fondateurs anglais,
hollandais, italiens et allemands antérieurs, de la statistique, qu'il
devint possible, vers le milieu de notre XIXe siècle, d'essayer de
constituer, à l'aide des matériaux recueillis dans les divers ordres de
nos connaissances sociales, une science unifiée et coordonnée, la
sociologie.

Ces premières et grandioses tentatives se présentent à nous sous deux
formes également naturelles bien qu'imparfaites, caractérisées par des
points de départ, des méthodes et des résultats en grande partie
divergents.

Continuateur de Laplace et de Joseph Fourier, ayant cependant aussi subi
l'heureuse influence humanitaire des écoles sociologiques de son époque,
A. Quetelet (1796-1874) applique rigoureusement à l'étude du corps
social la méthode des sciences exactes; il base sa _Physique sociale_
sur la connaissance des rapports et des lois qu'il essaie de dégager,
très souvent avec succès, de l'observation des phénomènes élémentaires
abstraits de la sociologie, c'est-à-dire de ceux dont nous nous sommes
également occupés dans le chapitre précédent. Ses observations
n'embrassent pas seulement les faits économiques et génésiques, elles
s'étendent à l'art, à la science, au droit spécialement à la
criminalité, et à la politique. Sa méthode est irréprochable, mais elle
s'arrête au tiers du chemin. Nulle part Quetelet ne s'élève jusqu'à
l'observation ni même jusqu'à la conception de fonctions et d'organes
sociaux dans lesquels les éléments se coordonnent; ses vues sur la
structure sociale d'ensemble se bornent dès lors à des considérations
assez superficielles et vagues dont il reconnaissait du reste le premier
l'insuffisance.

A la différence de Quetelet, A. Comte (1798-1857) néglige pour ainsi
dire absolument l'observation des phénomènes sociaux élémentaires; au
point de vue des connaissances économiques, artistiques, juridiques et
politiques, il est certainement inférieur à la plupart des spécialistes
de son temps. Il décrit certains organes sociaux et leurs fonctions,
mais ces descriptions sont à la fois incomplètes et insuffisantes tant
au point de vue du nombre que des relations des organes. Sauf en ce qui
concerne l'évolution philosophique, sa sociologie est essentiellement
déductive et non inductive et, comme ses déductions sont tirées d'un
_Tableau des fonctions intérieures du cerveau_ qui est lui-même
défectueux, elles sont à peu près complètement fausses.

Il a entrevu quelques grandes lois relatives à la structure générale
des sociétés, telles que leur continuité, leur solidarité; mais le vice
de sa méthode, aboutit finalement à une conception sociale subjective,
hiérarchiquement autoritaire, religieuse et rétrograde.

M.H. Spencer tient le milieu, au point de vue de la méthode, entre
Quetelet et A. Comte. Sa grande supériorité, vis-à-vis de l'un et de
l'autre, consiste en une observation et une description approfondies des
fonctions et des organes particuliers du corps social; sa conception
d'ensemble dès lors a des rapports plus étroits avec la réalité; mais,
malgré l'accumulation énorme des faits sociaux à l'aide desquels
l'illustre philosophe procède à ses analyses et à ses reconstitutions
organiques, son point de départ est défectueux; ses données
sociologiques ne sont méthodiquement ni analysées ni surtout classées;
ses matériaux économiques et juridiques surtout sont incomplets et leurs
rapports et leurs lois mal définis et conçus.

Si ces trois hommes de génie que nous venons de prendre comme types de
l'évolution méthodique et historique de la science sociale s'étaient
succédé régulièrement en se complétant l'un l'autre, Spencer
perfectionnant Quetelet par l'étude des organes spéciaux et Comte
couronnant, grâce à eux et à son esprit généralisateur, leur oeuvre par
la description de la structure sociale d'ensemble, si en un mot leur
oeuvre au lieu d'être personnelle avait pu être une oeuvre collective,
la sociologie aujourd'hui serait à peu prés parfaite, tout au moins dans
sa méthode et dans son architecture; son enseignement et son influence
se seraient développés beaucoup plus qu'ils ne le sont actuellement.

Si nous appliquons maintenant les considérations ci-dessus aux sept
classes de phénomènes sociologiques (nos 7 à 13) par
lesquelles se termine notre _Tableau hiérarchique intégral des sciences
abstraites_ du chapitre iv, nous comprendrons aisément par quelles
transitions méthodiques il convient de passer de l'étude des phénomènes,
des rapports et des lois sociologiques simples à l'étude des phénomènes,
des rapports et des lois sociologiques composés. Ici encore, comme
toujours, la méthode scientifique consiste à passer du simple et du
général au complexe et au spécial par des gradations successives,
conformément aux lois naturelles de l'esprit humain et du raisonnement.

Les rapports et les lois sociologiques les plus simples sont tout
d'abord ceux qui existent entre des faits de la même classe. Ainsi, dans
le groupe des phénomènes économiques, il y a, comme nous l'avons montré,
des rapports et des lois statiques et dynamiques relatifs à la
circulation des produits et des signes représentatifs de ces produits.

Il faut cependant signaler que clans la même classe de phénomènes il
peut y avoir des rapports et des lois doublement, triplement, etc.,
composés; chaque classe, en effet, se subdivise en groupes et en
sous-groupes distincts. Par exemple la classe des phénomènes économiques
se subdivise en trois groupes principaux: le groupe des phénomènes de
circulation, le groupe des phénomènes de consommation, le groupe des
phénomènes de production; ceux-ci se différencient en groupes
secondaires: ainsi, le groupe relatif à la circulation embrasse des
phénomènes ayant pour objet:

1° Le transport des marchandises;

2° La transmission des offres et des demandes de marchandises;

3° Les signes fiduciaires ou intermédiaires des échanges;

4° La circulation même de ces signes fiduciaires.

Dans chacune des sept classes de phénomènes sociologiques dont nous
avons tracé le tableau hiérarchique, il y a donc des rapports et des
lois internes soit simples soit composées à divers degrés. Dans chacune
de ces classes, la méthode exige donc que l'on passe successivement des
rapports et des lois les plus simples et les plus généraux aux rapports
et aux lois les plus spéciaux.

L'usage des diagrammes, surtout en économie politique et, par extension,
à l'étude des faits intellectuels, moraux, juridiques et même
politiques, permet de se faire une idée pour ainsi dire palpable et
matérielle des rapports et des lois qui régissent le monde social.

Ainsi la Banque Nationale de Belgique a fait publier, en 1884, un atlas
de diagrammes relatifs à ses diverses opérations.[22] On y constate
notamment, de visu, ce que la critique et la théorie avaient déjà
d'ailleurs démontré, qu'il n'y a pas de rapport nécessaire entre le
capital d'une Banque Nationale et les fonctions qu'elle a pour objet
d'assurer; ces fonctions s'accomplissent en réalité sans l'intervention
de son capital, lequel, depuis la fondation de la banque, c'est-à-dire
depuis quarante-deux ans, est resté immobilisé en fonds publics. Au
contraire, les mêmes diagrammes nous montrent avec la plus grande clarté
les rapports constants et nécessaires qui existent entre toutes les
fonctions de la Banque et le taux de l'escompte par exemple. Celui-ci
est en corrélation avec tous les autres éléments dont il apparaît comme
une résultante et une dépendance.

Voilà donc le processus méthodique à suivre dans la recherche des
rapports et des lois relatifs à une seule classe de phénomènes
sociologiques.[23]

Nous pouvons maintenant monter à un échelon supérieur.

Il y a des rapports et des lois entre les phénomènes de chaque classe
particulière et les phénomènes de chacune de toutes les autres classes.
Ainsi l'économie politique a des relations avec la population, avec
l'art, avec la science, avec la morale, avec le droit et avec la
politique. Voilà le premier aspect à considérer dans les rapports entre
ces classes de faits sociologiques dont chacune constitue déjà par
elle-même une collectivité complexe de groupes primaires et secondaires.

Rappelons-nous encore une fois notre tableau hiérarchique des sept
classes de phénomènes sociologiques; considérons-le au point de vue que
nous venons d'indiquer. Que remarque-t-on? On constate immédiatement que
les rapports de l'économie politique avec les six autres classes sont
directs ou indirects. C'est là une observation importante. L'économie
politique se relie directement à la science de la population et, de plus
en plus indirectement seulement, aux cinq autres classes sociologiques.
Or nous savons que les phénomènes les plus généraux sont ceux qui
déterminent, d'une façon également générale, les plus spéciaux; ils les
conditionnent, ils en sont la cause comme on dit en langage
métaphysique. Donc, sauf leurs caractères spéciaux, les rapports et les
lois relatifs à la population sont directement déterminés et
conditionnés par les facteurs économiques; les rapports et les lois
relatifs à l'art, à la science, à la morale, au droit, à la politique,
le sont au contraire de plus en plus indirectement.

Ceci même constitue une des lois sociologiques générales les plus
importantes, car il en résulte que plus on s'élève dans l'échelle
hiérarchique des phénomènes sociaux, plus la volonté collective devient
apte à intervenir efficacement dans l'organisation des sociétés par son
adaptation de plus en plus parfaite et exacte aux conditions spéciales
produites naturellement par le développement de la civilisation.

Au point de vue simplement logique, la même loi nous permet aussi
d'affirmer que les conditions ou causes les plus générales de l'état
et du fonctionnement de tous les autres phénomènes sociaux résident
essentiellement dans la classe générale des facteurs économiques.

Cette double constatation nous permet de conclure que les modifications
apportées par la politique au régime économique, tout en étant les plus
difficiles à réaliser, eu égard à ce que les rapports entre l'économique
et la politique sont les moins directs de tous, sont cependant celles
dont les effets sont les plus féconds et les plus durables précisément
parce que leur action est à la fois la plus simple et la plus générale.
C'est ainsi que les médicaments agissent sur l'organisme individuel par
leur introduction dans le système circulatoire général.

Le tableau hiérarchique des phénomènes sociaux nous montre comment cette
influence politique sur l'organisation économique peut et doit
s'exercer. Elle ne le peut et ne le doit qu'indirectement en
transformant les notions et les règles juridiques, en transformant les
idées morales, en utilisant et en s'assimilant tous les progrès
scientifiques, en rendant l'art même pour ainsi dire le complice et
l'adjuvant du progrès et, finalement, en pénétrant par toutes ces
influences réunies les populations dont le concours et l'acquiescement
sont la condition primordiale de toute réforme sociale dans les sociétés
modernes.

Les rapports et les lois sociologiques sont donc simples ou composés,
directs ou indirects, médiats ou immédiats. Les rapports et les lois
simples sont ceux qui existent entre phénomènes d'une même classe ou
entre phénomènes d'une même subdivision de classe; les rapports et les
lois composés sont ceux que l'observation dégage des phénomènes soit
de subdivisions d'une même classe, soit de classes différentes.

Les rapports et lois directs sont ceux qui s'établissent entre
phénomènes, classes ou subdivisions de classes sans l'intermédiaire
d'autres facteurs.

Dans les exemples statistiques que nous avons donnés antérieurement, le
tableau des naissances illégitimes par cent naissances de 1840 à 1890,
nous montre des rapports simples empruntes à une même subdivision de la
classe des phénomènes génésiques, le groupe de la natalité.

Quand nous avons mis ces phénomènes génésiques en rapport avec les
salaires, nous avons dégagé des rapports composés, c'est-à-dire
provenant de deux classes distinctes de facteurs sociologiques, l'une
économique, l'autre génésique; ces rapports étaient en même temps
directs, puisque la classe des phénomènes génésiques dépend directement,
tant au point de vue organique que logique, de celle des phénomènes
économiques.

Voici du reste quelques exemples des rapports les plus généraux qui
résultent des liens directs ou indirects d'une classe particulière de
faits sociaux, la classe économique avec les six autres classes.

Rapports directs entre l'Economique et la Génétique: le prix des grains
a des rapports constants et nécessaires avec la natalité, la
matrimonialité et la mortalité.

Vis-à-vis des autres classes sociologiques, les rapports de
l'Economique deviennent de plus en plus indirects et médiats dans
l'ordre des exemples suivants:

Rapports entre l'Economique et l'Esthétique: la qualité et la quantité
de la production artistique sont dans un rapport constant et nécessaire
avec le degré de bien-être et de loisir économiques.

Rapports entre l'Economie et la Science: Dans son autobiographie, Ch.
Darwin dit: «J'ai eu beaucoup de loisir, n'ayant pas eu à gagner mon
pain»; il établit un rapport nécessaire entre cette condition économique
favorable et ses succès scientifiques; ce rapport généralisé est une loi
sociologique.

Rapports entre l'Economie et l'Ethique: Nos exemples précédents sur les
naissances illégitimes, les infanticides, les suicides, etc., montrent
suffisamment les liens qui unissent la vie morale à la vie nutritive des
sociétés.

Rapports entre l'Economie et le Droit: Il y a des rapports constants et
nécessaires entre le paupérisme et la criminalité; d'un autre côté, au
point de vue civil, il est suffisamment démontré que la transformation
du Droit est dans un rapport nécessaire et constant avec les
transformations du travail, de la propriété, des modes de production et
de consommation, etc.

Rapports entre l'Economique et la Politique: Il y a des rapports
constants et nécessaires entre la liberté et l'égalité économiques et
la liberté et l'égalité politiques; ces dernières ne sont qu'apparentes
et trompeuses là où les premières font défaut.

Il convient de signaler ici à nouveau que les rapports et les lois que
parviennent à dégager des faits et des groupes naturels de faits,
l'observation, l'expérimentation, et les autres procédés méthodiques
de la Sociologie, ne sont pas et ne doivent pas être uniquement des
rapports et des lois qualitatifs, mais, autant que possible,
quantitatifs, de manière à fournir non seulement une description, mais
une mesure et un calcul exacts de l'amplitude et de l'intensité de ces
rapports et de ces lois. Grâce à la Statistique, ce progrès scientifique
a été réalisé en bien des points surtout dans l'Economique, dans la
Génétique et dans certaines parties de l'Ethique et du Droit, notamment
du Droit criminel; la statistique devient ainsi de plus en plus le
véritable aliment de la méthode historique propre à la Sociologie aussi
bien statique que dynamique.

De l'étude des rapports et des lois élémentaires simples et composés,
directs et indirects, on passe naturellement à celle des fonctions et
des organes sociaux dans lesquels les éléments se combinent et
s'intègrent. Ce qui vicie en grande partie l'oeuvre sociologique
d'Herbert Spencer et surtout celle d'A. Comte, c'est, au point de vue
de la Méthode, d'avoir négligé et même systématiquement nié l'utilité et
la possibilité de procéder à une classification des phénomènes sociaux.
Cette classification est cependant la base indispensable de la Statique
et de la Dynamique, de la Structure et de l'Evolution collective.

La classification élémentaire naturelle fait défaut chez M.H. Spencer,
celle des éléments et des organes chez A. Comte que ses ailes d'Icare
transportent, il est vrai, à des hauteurs vertigineuses d'où son génie
embrasse vaguement les lois sociales les plus générales, mais qui tombe
finalement dans les flots incohérents d'un subjectivisme sentimental où
il s'engloutit.

L'étude des rapports et des lois organiques des sociétés ne peut donc
être méthodiquement que la suite de l'analyse et de la classification
des phénomènes sociologiques élémentaires, de leurs rapports et de leurs
lois également abstraits et élémentaires.

Les phénomènes élémentaires fonctionnent dans la vie sociale par des
organes qui en règlent, facilitent et modèrent l'exercice; ces organes
sont les institutions proprement dites.

Il y a des institutions ou organes économiques: chemins de fer, canaux,
postes et télégraphes, banques de dépôt, d'émission, de circulation,
de crédit, des institutions agricoles, industrielles, commerciales où
s'incarnent le travail, le capital, la production, la consommation, la
circulation. Il y a des institutions génésiques: la famille, le mariage,
la paternité, l'adoption, le divorce, la tutelle.

Il y a des institutions artistiques: écoles, académies, musées.

Il y a des institutions scientifiques: écoles à tous les degrés,
professionnelles ou humanitaires, instituts, congrès, laboratoires,
commissions nationales et internationales de statistique, instituts.

Il y a des institutions morales: religieuses, rationalistes, civiles.

Il a des institutions juridiques: tribunaux civils, de commerce,
répressifs, conseils d'arbitrage, de conciliation.

Il y a enfin des institutions politiques: assemblées représentatives à
tous les degrés, administration, pouvoir exécutif.

Entre chacun de ces organes et de ces groupes d'organes dont nous venons
seulement d'indiquer des spécimens il existe des rapports constants et
nécessaires et par conséquent des lois; ces rapports et ces lois sont
abstraits en tant qu'ils s'appliquent à toutes les sociétés, abstraction
faite des conditions spéciales que ces sociétés subissent, concrets en
tant qu'on les envisage dans ces conditions particulières.

Ici la statistique se transforme véritablement en histoire proprement
dite; ici nous pouvons admirer avec reconnaissance les travaux de ces
sociologistes qui ont fait de l'histoire des institutions sociales une
science dont les progrès placent notre siècle bien au-dessus de ceux
illustrés par les plus grands historiens de l'antiquité. A. Thierry,
Fustel de Coulanges, de Laveleye, Sumner Maine, von Ihering, Mommsen,
pour n'en citer que quelques-uns parmi les plus célèbres, ont scruté
les organes spéciaux des sociétés à une profondeur et avec un talent
d'analyse et de synthèse que n'atteignirent jamais les anciens; ils
en ont décrit la structure et l'évolution, chacun dans la branche
particulière du savoir à laquelle ils avaient consacré leur vie. Leurs
travaux et ceux de nos contemporains encore vivants, dans toutes les
parties des sciences sociales tant élémentaires qu'organiques, rendent
enfin, réalisable avec une perfection plus grande l'étude de cette
structure ou statique sociale générale d'ensemble que l'imperfection
transitoire des connaissances avait rendue si périlleuse pour les
précurseurs de la Sociologie positive.

L'oeuvre des savants qui ont décrit la structure et le fonctionnement
des diverses institutions sociales en insistant principalement sur leur
continuité et leur transformisme dans l'espace et le temps par exemple
au point de vue de la propriété, du mariage, des diverses formes
artistiques, des institutions religieuses, des écoles métaphysiques et
scientifiques, des conceptions et des fondations morales, des théories
et de leurs applications juridiques et enfin du régime et du système
politiques, a eu déjà et aura de plus en plus cet heureux résultat de
nous faire envisager les rapports et les lois qui existent entre les
faits sociaux non plus seulement comme des lois et des rapports
abstraits tels que ceux qui nous apparaissent lorsque nous bornons nos
investigations aux simples relations des phénomènes sociaux
élémentaires, mais leur oeuvre nous prépare à une conception plus
exacte, plus réaliste et plus élevée; elle nous initie et nous prépare
à la compréhension d'une structure sociale, analogue aux structures
organiques bien que considérablement plus vaste et plus compliquée; rien
ne pouvait mieux nous élever à cette notion finale d'une structure
sociale d'ensemble si ce n'est la démonstration désormais acquise que
les rapports et les lois entre phénomènes sociaux élémentaires se
combinent, se coordonnent organiquement et se formulent en institutions
collectives particulières. Dès lors ces rapports et ces lois ne sont
plus simplement des rapports et des lois idéaux, des formules purement
subjectives destinées à, venir en aide à la faiblesse de notre
intelligence; ces rapports et ces lois s'incarnent dans des institutions
positives; celles-ci à leur tour s'agencent, se nouent, se coordonnent,
s'unifient entre elles par des liens structuraux, des organes de
relation qui forment de la vie collective générale non plus une simple
idée, mais une continuation effective de l'ordre naturel universel.

Ainsi l'idéalisme et le matérialisme sociologiques absolus se fondent
méthodiquement et historiquement dans ce réalisme scientifique où
aboutit aussi la philosophie générale des sciences.

La dynamique sociale générale était inabordable sans une connaissance
suffisante de la structure intégrale des sociétés et de celle de leurs
institutions ou organes particuliers. Dynamique et structure générale,
organographie et fonctionnement spéciaux avaient à leur tour comme
fondement naturel et nécessaire l'observation et la classification
hiérarchique naturelle des phénomènes sociaux élémentaires,

La recherche des rapports et des lois sociologiques nous
permettra-t-elle de dégager une loi sociologique générale, à la fois
statique et dynamique, abstraite et concrète? Si notre classification
hiérarchique des phénomènes sociaux est exacte, nous pouvons supposer
dès maintenant que cette loi sociologique primordiale sera la plus
simple et la plus générale de toutes celles qui se rapportent à la
classe également la plus simple et la plus générale de l'ordre
sociologique, c'est-à-dire, l'économique, et dans cette classe à la
division primaire, la circulation. Dès à présent, il n'est pas téméraire
d'affirmer, en se fondant sur les inductions et les expériences
acquises, que la structure et le fonctionnement de toutes les sociétés
sont déterminés en général par la structure et le fonctionnement
économiques et, en première ligne, par les lois de leur circulation
économique.

Les lois sociologiques elles-mêmes sont déterminées par les lois de tous
les phénomènes qui forment l'objet des sciences antécédentes; il est
toujours nécessaire de se le rappeler; c'est ainsi que M. Herbert
Spencer rattache la sociologie aux lois de la persistance de la force,
de la concentration et de la diffusion incessantes de la matière et du
mouvement, lois communes à tous les ordres de phénomènes depuis
l'astronomie jusqu'à la sociologie; dans la nature entière, le passage
de la diffusion à la concentration concorde habituellement avec un
passage de l'homogène à l'hétérogène; partout et toujours l'évolution et
la dissolution sont étroitement unis et dans ce passé et cet avenir qui
nous apparaissaient sans limite déterminante, la force rentre dans la
même catégorie que l'espace et le temps; pas plus que ceux-ci elle
n'admet de bornes dans la pensée.

S'il est vrai que les lois sociologiques, les plus complexes de toutes
les lois naturelles, sont convertibles en quelques lois simples et
universelles, il importe cependant d'ajouter que ces généralisations ne
sont pas du domaine privé de la sociologie, mais plutôt de la
philosophie générale des sciences; la sociologie n'est que la
philosophie des sciences sociales particulières.

Ce domaine est suffisamment vaste; innombrables sont les rapports, les
combinaisons, auxquels donnent naissance et se prêtent les faits
sociaux. A elles seules, les sept classes de phénomènes, considérées
d'une façon indivise comme groupes séparés, peuvent donner lieu à cent
vingt-sept combinaisons, savoir:

Combinaisons   1 à 1 =   7
   ----        2 à 2 =  21
   ----        3 à 3 =  35
   ----        4 à 4 =  35
   ----        5 à 5 =  21
   ----        6 à 6 =   7
   ----        7 à 7 =   1
   Total               427

Chacune de ces sept classes se partage à son tour en divisions et en
subdivisions et toutes en outre sont en rapport avec les phénomènes qui
font l'objet des six classes des sciences antécédentes; on constate
alors que les rapports et combinaisons auxquels peut donner lieu la vie
des sociétés sont pour ainsi dire innombrables.

Il ne suffit pas de colliger un nombre considérable de faits sociaux
pour en déduire des considérations d'ensemble, il faut classer ces faits
suivant leurs rapports naturels de ressemblance et de dissemblance et
aussi suivant leur ordre hiérarchique de complexité. Après cela, il est
permis de procéder à la découverte et à l'appréciation des rapports
simples ou composés, directs ou indirects qui existent entre les divers
groupes de phénomènes.

On se ferait cependant encore une conception incomplète et inexacte de
la grandeur et de la difficulté du problème si l'on envisageait
exclusivement l'action directe ou indirecte exercée par les phénomènes
ou groupes de phénomènes les plus simples et les plus généraux sur les
plus complexes et les plus spéciaux. Il convient en effet de reconnaître
que ces derniers agissent directement et indirectement _par réaction_
sur les premiers. De là une nouvelle série de rapports et de lois à
rechercher et à étudier. Ainsi, par exemple, la classe des facteurs
politiques, qui est la plus spéciale et la plus complexe de toutes,
agit par voie de réaction, et pour ainsi dire par régression, d'abord
directement sur la classe de phénomènes juridiques, et indirectement
ensuite sur toutes les autres clauses antécédentes. Il est possible
en effet, par une politique méthodique et savante, de transformer ou
d'aider à transformer les conceptions juridiques et morales et même
de susciter les progrès scientifiques et artistiques qui facilitent
l'évolution spontanée du développement économique et génésique des
sociétés.

Comme on le voit, le champ des investigations sociologiques est immense;
sa fécondité est inépuisable pour tous ceux qui, s'arrachant à l'absolu
religieux et métaphysique stérile, sauront se résoudre à se livrer à la
patiente et rémunératrice recherche du relatif et de ses lois en
dégageant de mieux en mieux ce qui est général, constant et nécessaire
de ce qui est particulier, variable et contingent.

De là la complexité réellement troublante de la science sociale,
complexité qui n'est dépassée que par la simplicité des gouvernés et
l'outrecuidance des gouvernants dont des générations successives vivent
de l'agitation et de l'exploitation de quelques formules vagues et
décevantes au-dessus et en dépit desquelles le profond déterminisme de
la nature suit son imperturbable cours.

Heureusement, si le tissu des phénomènes sociaux est le plus compliqué
de tous, il entre dans ses matériaux des éléments empruntés aux modes
les plus élevés de notre vie morale et intellectuelle; l'observation
ainsi que l'expérience nous montrent que la vie des sociétés plus encore
que la vie individuelle, précisément parce qu'elle est plus vaste et
plus variée que cette dernière, se prête à l'intervention réformatrice
et régulatrice d'une volonté collective analogue à la volonté
individuelle, mais sans comparaison plus puissante; cette puissance
collective qui dans les civilisations autoritaires s'incarna dans les
formes diverses de la souveraineté devient de plus en plus aujourd'hui
une fonction au service de la société; à mesure que cette fonction
s'organise et se perfectionne, son efficacité augmente tandis que
parallèlement le corps social, par son développement propre, devient
plus plastique et plus malléable.

Ainsi le débat théorique entre l'individu et l'Etat se résout en une
transformation de l'Etat pour le plus grand bien des individus et
l'intervention de la force collective s'étend et se justifie par la
réduction continue, il est vrai, des formes despotiques de cette
intervention, mais aussi par l'accroissement effectif de cette dernière,
par le moyen des formes supérieures du self-government au profit de la
liberté individuelle. C'est pour n'avoir pas compris cette corrélation
progressive, ce parallélisme du développement de l'Etat et de celui de
l'individu que de Laveleye et M. Herbert Spencer ont défendu des thèses
politiques absolues, également inadmissibles et que les événements
sociaux démentent journellement leurs théories.

L'histoire et la philosophie des croyances et des doctrines politiques
devront désormais être étudiées en tenant compte de cette corrélation
nécessaire entre l'évolution des formes de la vie individuelle et celle
des formes de la vie collective ou de l'Etat; celui-ci n'est pas
l'antithèse, mais la synthèse des individus.



CHAPITRE VII

LES CROYANCES ET LES DOCTRINES POLITIQUES


C'est précisément parce que les phénomènes sociaux sont modifiables et
par conséquent perfectibles qu'une science politique est possible. Ainsi
nous sommes naturellement conduits par les considérations précédentes à
la conclusion spéciale de cette étude relativement à l'évolution des
croyances et des doctrines politiques.

Rappelons ici quelques considérations préliminaires indispensables.

Nous entendons par _fonction sociale_ l'acte spécial que chaque _organe_
social exécute habituellement; l'accomplissement des fonctions sociales
n'est autre chose que l'accomplissement par des organes réguliers des
diverses propriétés qui résultent des combinaisons supérieures aux
simples combinaisons vitales, combinaisons qui ne se rencontrent pas, en
général, dans les autres organismes.

Ainsi, la circulation fiduciaire est une fonction _sociale_, d'ordre
économique; la monnaie métallique, le billet de banque, les banques
elles-mêmes sont des organes de cette fonction. L'ensemble coordonné des
divers organes sociaux constitue le superorganisme social. Contrairement
à de Laveleye et à la suite d'A. Comte et de Spencer, l'étude des
sociétés nous les a fait concevoir comme des organisations supérieures,
même en complexité, aux organismes individuels proprement dits. Les
sociétés, comme tous les êtres vivants, obéissent dès lors à des lois
naturelles de structure et de croissance et nous devons également
considérer comme erronée et destructive de toute science sociale la
distinction imaginée par l'illustre et regretté professeur de Liège,
distinction qui reste malheureusement partagée par le vulgaire et par
les politiciens empiriques, que les lois sociales sont celles qu'édicté
le législateur et non pas des lois de la nature, et que «celles-ci
échappent à la volonté de l'homme, les autres en émanent». Il n'y a de
différence entre les lois sociales et les lois inorganiques et
organiques auxquelles on réserve à tort le titre de naturelles, que
celle résultant des combinaisons supérieures dont les phénomènes sociaux
sont susceptibles, de leur plasticité et de leur masse plus
considérables et plus étendues, des arrangements et réarrangements plus
nombreux auxquels ils se prêtent. Ces différences ne sont que
quantitatives; il en est de même pour la chimie et la biologie, bien
qu'à un moindre degré relativement à la physique, et il n'est jamais
venu à l'esprit de personne de nier pour cela l'existence de lois
chimiques et biologiques, de combinaisons chimiques et d'organismes
vivants. Nous avons prouvé ci-dessus qu'il y a, par exemple, des lois
relatives à la structure et à la croissance des organes de la
circulation économique; quand cette volonté collective, que de Laveleye
considérait à tort comme absolument souveraine en matière sociale tant
économique que politique, n'obéit pas à ces lois, les sociétés en
souffrent et parfois en meurent. Que faut-il de plus pour reconnaître
qu'il y a des lois sociales naturelles comme il y a des lois
physiologiques et physiques naturelles? La Volonté humaine ne peut
violenter les phénomènes sociaux qu'en modifiant, dans une mesure qui
est loin d'être arbitraire, les conditions déterminantes de leur
production.[24]

Les sociétés humaines sont donc des organismes supérieurs à tous les
autres et soumis à des lois; leurs organes se forment comme ceux de tous
les autres êtres vivants, par le fonctionnement habituel des propriétés
sociales suivant des voies déterminées; la façon dont, spontanément ou
consciemment, se fixent ainsi les modes d'activité sociale donne
naissance aux organes.

Nous avons exposé ailleurs comment et pourquoi les phénomènes politiques
sont les plus spéciaux et les plus complexes de tous les phénomènes
sociaux. Les sociétés ont des besoins et par conséquent des désirs, les
uns simples et généraux, tels que les besoins et les désirs économiques
et génésiques, ce sont aussi les plus essentiels; les autres, plus
composites et spéciaux, tels que les besoins et les désirs artistiques,
scientifiques, moraux, juridiques, ce sont les plus nobles et les plus
élevés. La façon dont les sociétés y donnent satisfaction est
automatique, instinctive, plus rarement raisonnée et surtout
méthodiquement raisonnée ou volontaire.

Comme chez les individus, les besoins dans les sociétés donnent
naissance à une _Représentation_ émotionnelle ou idéale, à des désirs,
à des tendances d'ordinaire contradictoires, à une hésitation, à une
_Délibération_ qui se coordonnent de mieux en mieux dans des centres
spéciaux appropriés avant de se transformer finalement en _Volition_
et en _Exécution_.

Plus les besoins et les désirs qui arriveront à être représentés dans
les organes spécialement affectés à la délibération seront nombreux,
complexes et contradictoires, plus l'hésitation sera grande, plus la
délibération sera raisonnée et consciente, moins la volition et
l'exécution consécutives seront instinctives, réflexes et automatiques.

Les fonctions et les organes qui, dans les sociétés, sont relatifs à
l'accomplissement de la _Représentation_ des intérêts et des désirs, de
leur _Délibération_ et de la _Volonté_ et de _l'Exécution_ qui en sont
la conséquence, sont les fonctions et les organes politiques proprement
dits; leur ensemble constitue l'organisme ou le système politique, la
partie la plus délicate du superorganisme social, analogue au système
nerveux central des êtres organisés supérieurs, mais bien plus
considérable, plus complexe et doué de propriétés particulières qui ne
se rencontrent pas chez ces derniers.[25]

La science politique est donc cette partie de la science de la nature
qui a pour objet l'étude et la connaissance des phénomènes, des lois,
des fonctions, des organes sociaux relatifs à la représentation, à la
délibération, à la décision et à l'exécution des divers intérêts
collectifs.

La politique est la théorie de la volonté collective; la politique est
le système régulateur suprême des intérêts ou besoins économiques,
génésiques, artistiques, scientifiques, moraux et juridiques qui ne
trouvent pas dans leurs centres propres et successifs de coordination
de régulateurs suffisants.

Quant aux croyances et aux doctrines politiques, elles appartiennent
évidemment à ce groupe de phénomènes sociaux que nous avons embrassés,
d'après leurs caractères communs, dans notre tableau hiérarchique et
intégral des sciences, sous le titre de: scientifiques ou intellectuels.

Les croyances et les doctrines politiques sont naturellement soumises
aux lois les plus générales, tant statiques que dynamiques, de ce groupe
de phénomènes. Homogènes, confuses et incohérentes primitivement, elles
se confondent successivement avec les systèmes théologiques et subissent
l'influence des conceptions métaphysiques; elles partagent, sous ce
rapport, le sort de la morale et du droit; comme eux la science
politique ne se dégage que fort tard des inévitables synthèses
hypothétiques; même après que la politique a commencé à devenir
positive, elle se confond encore longtemps avec les principes simplement
moraux et avec le droit, surtout avec le droit représenté par la loi.

Observons les stades successifs parcourus par les croyances et les
doctrines politiques, depuis leurs formes les plus rudimentaires jusqu'à
ces formes déjà élevées que nous rencontrons notamment au Pérou et au
Mexique, dans l'Egypte ancienne, dans l'Iran, dans l'Inde, dans la
Perse et surtout dans cette intéressante civilisation chinoise, qui par
cela même qu'elle a eu si peu de rapports avec la nôtre, constitue, par
sa conformité avec les lois sociologiques générales, la plus remarquable
expérience collective dont il nous soit peut-être donné de profiter.
C'est en Chine, notamment, que la science politique, dégagée en grande
partie des formes religieuses, nous apparaît comme une science
essentiellement morale et confondue complètement encore avec cette
dernière.

La merveilleuse conformité structurale et évolutive que nous découvrons
sous les apparences divergentes de ces civilisations particulières nous
permet d'entrevoir la possibilité de procéder à des généralisations
provisoires et partielles et de dégager quelques lois sociologiques
relatives à la structure et à l'évolution des doctrines et des croyances
politiques.

L'histoire grecque et romaine nous montre un progrès immense réalisé
dans la pratique et dans la doctrine relatives aux organisations des
fonctions représentatives et executives. C'est là, malgré ce qu'en
pensent les admirateurs exclusifs des races germaniques, c'est là et
dans ces communautés primitives dont la tradition ne se perdit jamais,
que se trouvent les origines profondes et les racines indestructibles
de ce self-government social qui est l'idéal des sociétés politiques.

L'étude des croyances et des doctrines politiques est donc une
application des méthodes à la fois logique, dogmatique et historique
que nous avons exposées au début de ce travail; les observations et les
expériences qu'elle fournit permettront de dégager d'abord certaines
lois sociologiques particulières à des sociétés déterminées dans
l'espace et le temps; puis, par degrés successifs, de s'élever jusqu'à
des lois communes à un nombre plus ou moins considérable de sociétés et
finalement à des lois communes à toutes les sociétés dans quelque
période du temps ou dans quelque partie de l'espace qu'elles vivent ou
aient vécu. Ainsi, de notions d'abord simplement empiriques,
d'observations et d'expériences isolées, nos vues s'étendront de plus en
plus vers le champ plus vaste des lois sociologiques, d'abord concrètes
et finalement abstraites, qui régissent les formes et la croissance ou
la dégénérescence des croyances et des doctrines politiques. Voilà la
seule méthode, lente mais sûre, de toute investigation scientifique;
pour comprendre les phénomènes sociaux, il ne suffit pas de les voir
de haut; celui qui observerait notre humanité en installant son
observatoire dans un ballon à plusieurs milliers de mètres de hauteur,
ne pourrait s'en former qu'une conception fort simpliste et bien vague;
l'abstraction des détails ne doit se faire que graduellement et la
recherche des grandes lignes ne doit jamais faire perdre de vue les
petites; ces grandes lignes, dans l'espèce les lois sociologiques
abstraites, ne sont que la synthèse de tous les linéaments particuliers,
c'est-à-dire non seulement des lois sociologiques concrètes, mais de
toutes les observations et expériences isolées qui forment les matériaux
de ces dernières.

Les croyances et les doctrines politiques font donc elles-mêmes partie
intégrante d'une structure sociale générale, elles concourent à la
dynamique d'ensemble des sociétés; cette seule considération suffit à
démontrer qu'elles sont régies par des lois statiques et fonctionnelles
comme tous les autres phénomènes organiques. Elles sont toutes d'abord
déterminées et par les conditions et les lois de leur milieu externe,
inorganique et physiologique, c'est-à-dire par toutes les propriétés ou
forces physiques, et par toutes les propriétés ou forces des unités
biologiques humaines, douées de sensibilité, dont l'agrégat combiné avec
le milieu physique forme la matière sociale.

Les croyances et les doctrines politiques sont avant tout conditionnées
par ce milieu et parla elles reçoivent, comme nous l'avons déjà indiqué
pour les phénomènes sociaux en général, cette uniformité de structure et
de croissance qui assure objectivement, dès les commencements, l'unité
de l'espèce humaine. Plus tard, la différenciation progressive des
formes et des fonctions, c'est-à-dire la tendance aux variations dans
l'espèce humaine, sera contre-balancée par l'uniformité plus complexe et
plus haute qui résultera notamment des progrès de la science, de la
morale et du droit d'où naîtront finalement des institutions politiques
internationales; en attendant, dès son enfance et dès ses premiers pas,
l'uniformité constitutionnelle de tous les groupes sociaux épars est
assurée par leur dépendance étroite vis-à-vis des grandes lois physiques
et organiques communes, dans des limites de variations restreintes,
à l'ensemble de l'humanité.

Ce n'est pas tout: en tant que partie intégrante de la structure
générale, les croyances et les doctrines politiques sont toujours
coordonnées avec les autres parties de cette structure; elles sont un
rouage dans la machine collective; leurs formes et leur croissance sont
toujours en rapport avec les formes et la croissance de cet autre milieu
que l'on peut appeler interne.

Les croyances et les doctrines politiques ne trouvent pas en elles
seules une explication suffisante; il faut toujours les étudier dans
leurs rapports avec leur milieu externe physique et ethnographique
et avec leur milieu social interne surtout économique, génésique,
philosophique et notamment dans leurs rapports avec les institutions
politiques elles-mêmes; les croyances et les doctrines sont
incompréhensibles si on ne soumet pas leur étude à ce déterminisme
scientifique. En l'absence de cette méthode, les croyances et les
doctrines politiques nous apparaissent, ainsi que dans l'ouvrage de
M. Paul Janet, comme des créations purement subjectives de génies plus
ou moins profonds, soutenant tour à tour des thèses plus ou moins
brillantes; nous voyons alors leur historien entrer en lice avec des
théoriciens morts depuis des siècles et démontrer au public, sans
contradiction possible, qu'Aristote et Platon se sont grandement trompés
en ne pensant pas, il y a plus de deux mille ans, comme on pense de nos
jours; c'est là de la critique et de l'histoire négatives et stériles;
s'il n'est pas extraordinaire que les illustres ancêtres de la science
politique ne soient pas imbus des idées modernes, il l'est certes
beaucoup plus que les publicistes de notre temps continuent à
s'embourber dans les ornières anciennes.

Les croyances et les doctrines politiques ne sont pas des jeux d'esprit
arbitraires; elles exercent une importante fonction sociale; leur
fonctionnement est en rapport direct avec la nature de notre
intelligence. Celle-ci est douée de propriétés d'un côté analytiques et
critiques, de l'autre synthétiques et coordinatrices. De là le double
caractère des idées et des théories politiques en général, leur double
mission sociale. D'une part, elles travaillent à la dissolution et à
l'expulsion des institutions vieillies et qui ne sont plus en rapport
avec le reste de la structure collective, c'est leur aspect négatif et
critique; d'autre part, elles coopèrent à la formation des institutions
nouvelles en correspondance avec les nécessités et les idées modernes.

Les croyances et les doctrines politiques sont donc des organes
importants du corps social dont la fonction est à la fois
révolutionnaire et organisatrice. Transitoirement, tant que les
institutions sociales sont conformes aux besoins sociaux, tant qu'elles
ne sont pas par conséquent discutées et mises en question, les croyances
et les doctrines politiques, conformes alors à ces institutions, sont le
plus fort ciment de la société et dans ce cas, très rare surtout dans
les sociétés modernes si instables et si vivantes, elles sont
essentiellement conservatrices. Dès qu'une institution sociale, au
contraire, est discutée, c'est un indice de sa transformation ou de sa
suppression inévitables. C'est dans ce sens qu'A. Thierry a pu écrire
avec raison en parlant des écrits juridiques et politiques qui se
publiaient sous le règne d'Elisabeth: «Dans ce temps-là, une nuée de
jurisconsultes se levaient pour démontrer ce qui ne se démontre point,
le pouvoir. Le pouvoir se déclare en s'exerçant; c'est un fait que le
raisonnement ne crée ni ne détruit. Toute puissance qui argumente et
soutient qu'elle existe, prononce qu'elle a cessé d'être.»[26]

Or, par cela même que la stabilité absolue serait la mort absolue, toute
puissance argumente parce que inévitablement, à certains stades du
développement social, elle est discutée; éternelle est donc la critique,
c'est-à-dire le progrès, mais éternelle également la transformation
organique, c'est-à-dire la création incessante de l'ordre; ordre et
progrès, voilà la haute conception sociale que la science politique
positive dégage de l'étude des phénomènes sociaux, voilà les deux faces
du même drapeau autour duquel combattent des partis dont l'absolutisme
intransigeant favorise sans s'en douter, en s'entrechoquant et en se
neutralisant, la production continue d'un ordre et d'un progrès
relatifs, indispensables l'un et l'autre à la conservation de la vie
sociale.



CHAPITRE VIII

LOIS SOCIOLOGIQUES PROGRESSIVES ET RÉGRESSIVES


La structure et la dynamique sociales nous apparaissent comme
essentiellement instables et variables, bien que dans des limites
déterminées; la statique des sociétés est une statique vivante comme
celle des corps organisés; dans la réalité, leur structure est
inséparable de leur fonctionnement. L'une et l'autre relèvent, mais en
y ajoutant des caractères spéciaux et plus complexes, des lois les plus
générales de l'univers, la persistance de la force, l'intégration et la
désintégration incessantes de la matière et du mouvement, en un mot de
l'évolution et de la dissolution continues de toutes les formes
existantes.

M.H. Spencer a parfaitement exposé les rapports étroits qui relient
la vie des sociétés à l'ordre universel.[27] Au point de vue de
l'évolution, il a démontré que le progrès social est accompagné
généralement d'un accroissement de la masse, d'une différenciation
progressive de ses parties et de ses fonctions, de la formation
successive d'organes de plus en plus spéciaux et élevés, enfin d'une
coordination de plus en plus parfaite de ces parties et de ces organes
dans des centres régulateurs et modérateurs suivant des modes à peu près
semblables à l'organisation du système nerveux chez les animaux
supérieurs. L'évolution des formes du système nerveux aux divers degrés
de la vie animale est peut-être la meilleure étude préparatoire à la
sociologie; c'est la transition naturelle de la biologie à la
psychologie et à la science sociale.

Cette étude préliminaire a un autre avantage: elle nous initie à une
conception non plus simplement métaphysique, mais organique du progrès:
ainsi l'ancienne philosophie de l'histoire devient une philosophie
positive directement en rapport avec les lois de l'évolution
universelle.

Les sociétés primitives n'ont pas l'idée de progrès; même, dans des
civilisations très avancées, la croyance générale, par un phénomène
psychique très naturel, commence par placer l'âge d'or à l'origine des
sociétés. Déjà cependant, dans l'Inde, en Perse, à Rome, en Judée, parmi
les esprits les plus cultivés d'abord, dans la masse ensuite, une
révolution s'opère; l'âge d'or est placé à la fin des âges successifs
prédits par les prophètes et les poètes.[28]

L'idée de progrès est non pas une conception innée à l'humanité, c'est
une lente acquisition transmise et développée héréditairement;
aujourd'hui, elle peut être considérée comme essentiellement humaine;
beaucoup d'animaux sentent leur coopération simultanée; les hommes
seuls, et encore convient-il de limiter ce privilège aux sociétés les
plus avancées, ont conscience et concourent au développement d'une
coopération successive qui relie par la tradition le passé à l'avenir,
assurant ainsi notre évolution graduelle. Cette différenciation
psychique et sociologique entre les animaux et l'espèce humaine fut une
lente acquisition dont le développement n'entre pas dans le plan de
cette étude; contentons-nous de signaler que, même de nos jours, cette
différenciation est loin d'être universellement accomplie.

Parmi les intelligences philosophiques les plus élevées, l'ancien
concept d'un âge d'or primitif, de formes sociales originaires
supérieures, ne s'est pas entièrement effacé; il s'est simplement
transformé. Ce n'est cependant qu'en apparence que le progrès semble se
manifester par un retour aux formes anciennes. Déjà Hegel, et d'autres
après lui, avaient érigé en loi générale du progrès la ressemblance des
formes dernières et futures avec les formes primitives. Cette
conception, bien que fausse, était historiquement naturelle; elle
inaugurait l'idée évolutionniste, mais continuait à se rattacher aussi
notamment à cette autre croyance ancienne, encore persistante
actuellement, d'après laquelle les civilisations se mouvaient dans un
cercle fatal.

D'après M. de Roberty,[29] cette loi ne pourrait, si elle existe,
s'appliquer qu'aux erreurs et aux mécomptes de l'esprit; l'humanité
agirait dès lors comme l'individu, qui, conscient de s'être égaré,
revient sur ses pas pour retrouver sa route. M. de Roberty attribue à ce
phénomène le mouvement qui s'est produit parmi les criticistes et qui
eut pour objet de nous présenter la métaphysique comme une sorte de
poésie générale ou supérieure. J'ai décrit moi-même ailleurs les liens
filiaux de descendance directe et organique qui existent entre l'art,
la religion et la métaphysique. Toutefois, même avec l'explication de
mon savant ami, la loi du retour aux formes primitives me paraît
inacceptable. Bien qu'elle semble s'observer, notamment en économie
sociale, dans une certaine tendance vers les formes collectives
primitives particulièrement de la propriété et, de même dans quelques
écoles artistiques et dans plusieurs _desiderata_ politiques tels que la
législation directe, le _referendum_, etc., ce retour n'est qu'apparent;
il indique simplement la nécessité de renouer nos liens traditionnels
avec l'égalité homogène mais rudimentaire primitive; les sociétés
modernes ne pourront le faire, dans tous les cas, qu'avec d'énormes
modifications et adaptations en rapport avec leur complexité croissante;
si c'était un retour pur et simple, ce ne serait plus un progrès, mais
une régression. De Laveleye entre autres a malheureusement, dans ses
études sur les formes primitives de la propriété, laissé subsister trop
d'équivoques à cet égard.

La théorie du progrès devient parfaitement claire et intelligible si
nous mettons les caractères si bien décrits par M. Herbert Spencer et
énumérés par nous ci-dessus, en rapport avec la classification
hiérarchique naturelle des phénomènes sociaux, de leurs fonctions et de
leurs organes, classification que nous croyons avoir démontré être le
fondement indispensable de toute sociologie scientifique.

Les lois de l'évolution et de la régression sociales sont des lois
organiques, à un degré plus élevé que les lois psychiques et de deux
degrés plus élevées que les lois purement biologiques. Voilà ce dont il
faut bien se pénétrer. En somme, en complétant l'exposé sociologique de
Comte et de Spencer par une classification hiérarchique des faits
sociaux et par l'extension des lois évolutionnistes de la biologie et de
la psychologie à révolution progressive ou régressive des sociétés, nous
continuons simplement leur oeuvre en la perfectionnant.[30]

Sans remonter aux lois les plus générales de l'évolution dans la nature
inorganique, voyons, par quelques exemples, comment s'opèrent le progrès
et la décadence dans le domaine biologique et psychique.

«Si nous éthérisons des animaux, comme des grenouilles, en continuant
indéfiniment l'introduction des vapeurs d'éther, nous voyons
successivement s'éteindre, après la sensibilité consciente, toutes les
manifestations de la sensibilité inconsciente dans l'intestin et les
glandes et nous finissons par arrêter l'irritabilité musculaire et les
agitations si vivaces des cils vibratiles implantés en très grand
nombre, comme les poils d'une brosse, dans certaines membranes
muqueuses, par exemple celle qui tapisse les voies respiratoires.[31]

Voilà la description d'une loi régressive à la fois biologique et
psychique, nous pouvons la compléter par un exemple vulgaire tiré de
la biologie seule et montrant à la fois le double aspect progressif et
régressif de la vie: le coeur, organe de la circulation, est, suivant
l'heureuse expression de Haller, l'_organum primum vivens, ultimum
moriens_.

En résumé, tous les faits biologico-psychiques, qu'il nous est
impossible de cataloguer ici, paraissent se résumer en cette loi que les
fonctions et les organes les premiers formés continuent à survivre aux
plus récents; ceux-ci s'arrêtent les premiers; d'un autre côté, les plus
anciens sont les plus simples et les plus essentiels à la vie générale,
les plus récents sont les plus délicats et les plus spéciaux.

Voyons ce qui se passe dans le domaine principalement psychique.

Dans sa belle étude sur les _Maladies de la mémoire_,[32] M. Th. Ribot
expose fort bien que l'affaiblissement de la mémoire porte d'abord sur
les faits récents. Les faits nouveaux ne s'inscrivent plus dans les
centres nerveux ou sont de suite effacés. La cause réside dans une
lésion anatomique grave: un commencement de dégénérescence des cellules
nerveuses; elles sont en voie d'atrophie; «le nouveau meurt avant
l'ancien».

L'affaiblissement porte ensuite sur les acquisitions intellectuelles
(scientifiques, artistiques, professionnelles, les langues étrangères,
etc.); les souvenirs personnels s'effacent en descendant vers le passé;
ceux de l'enfance disparaissent les derniers. La cause anatomique est
une atrophie qui envahit peu à peu l'écorce du cerveau, puis la
substance blanche produisant une dégénérescence des cellules, des tubes
et des capillaires de la substance nerveuse.

Les facultés affectives s'éteignent bien plus lentement que les
intellectuelles; elles sont l'expression immédiate et permanente de
notre organisation.

Les dernières acquisitions qui résistent sont celles qui sont presque
entièrement organiques: la route journalière, les vieilles habitudes
appartenant à l'activité automatique, avec un minimum de mémoire
consciente, forme inférieure à laquelle les ganglions cérébraux, le
bulbe et la moelle suffisent.

La mémoire descend donc de l'instable au stable, du spécial au général.
La preuve ou vérification résulte de ce que la guérison ou
reconstitution se fait en sens inverse, du stable à l'instable, du
général au spécial.

Cette loi n'est elle-même qu'un cas particulier de la loi biologique
plus simple d'après laquelle les structures formées les dernières sont,
comme nous l'avons vu, les premières à dégénérer dans l'ordre inverse de
leur évolution progressive.

Il en est de même pour les phénomènes psychiques volontaires.[33]

Prenons maintenant comme exemple une fonction dont l'organisation est en
rapport à la fois avec la biologie, la psychologie et en partie déjà
également avec la sociologie: le langage.[34] Nous y constatons les
mêmes lois d'évolution, progressive et régressive. La mémoire du langage
et des signes se perd suivant un ordre naturel et nécessaire. D'abord
disparaît le langage rationnel, représenté par les mots; en première
ligne les substantifs ou noms propres et noms de choses, concepts
concrets, puis les verbes qui servent de lien ou de rapport entre les
noms, et enfin les adjectifs qui avec les verbes sont les signes
indicatifs d'actes et de qualités.

Après les mots, s'éteint le langage émotionnel représenté par les
interjections, les phrases exclamatives. En dernier lieu s'annihile le
simple langage musculaire, celui des gestes.[35]

De même, à titre de vérification, nous observons que la loi de
formation du langage va des gestes aux paroles et de ces dernières aux
signes idéaux, à l'écriture.

L'ordre sociologique étant une continuation plus complexe de l'ordre
universel antécédent plus simple, nous voilà préparés à concevoir la
nature des lois progressives et régressives en ce qui le concerne.

Dans le deuxième volume de mon _Introduction à la sociologie_, j'ai
systématiquement exposé comment les fonctions et organes relatifs à
chacune des sept classes de phénomènes sociaux se forment naturellement
les uns des autres suivant leur ordre de complexité et de spécialité
croissantes. Leur déformation régressive suit l'ordre inverse,
c'est-à-dire que l'organisation politique décline avant l'organisation
juridique, celle-ci avant la structure morale, laquelle se dégrade avant
les institutions scientifiques; ces dernières à leur tour s'effondrent
antérieurement aux formes artistiques dont le déclin précède celui de
la vie familiale qui s'évanouit avant la débâcle économique après
laquelle les sociétés retombent dans les modes incohérents et simplement
automatiques des formes primitives.

Ceci encore une fois n'est qu'une application particulière d'une loi
générale d'après laquelle la stabilité des formes est en raison inverse
de leur complexité. Les structures sociales sont plus instables que les
structures vivantes, celles-ci que les formes inorganiques, et, dans
toute société, les formes les plus élevées sont aussi les plus
délicates, les plus mobiles, les plus variables. Le pouvoir politique
peut être bouleversé, sans que les lois soient changées; celles-ci
peuvent être fréquemment remaniées sans que leur changement corresponde
à une transformation des moeurs; enfin de grandes révolutions
politiques, juridiques et morales peuvent agiter la société sans altérer
en rien leur structure économique. En général, les formes les moins
complexes et les plus stables sont naturellement les plus lentes à se
modifier. Ainsi, von Ihering a fort bien observé, qu'en droit romain,
la reconnaissance de l'indépendance privée du fils demanda un temps
infiniment plus long que l'émancipation politique de la plèbe. Il en est
aujourd'hui de même pour la situation civile de la femme même dans les
pays à suffrage universel.

Les régressions sociales, de même que le progrès, peuvent être vives ou
lentes, régulières ou quasi subites. En temps de guerre, le corps social
se rétracte; ce n'est plus qu'une hiérarchie militaire avec une tête, le
droit redevient l'antique commandement, _jus, jussus_. Ainsi, à Rome,
les tribuns du peuple n'avaient plus de pouvoir à l'armée; la plèbe y
redevenait sujette. Il y a aussi régression subite et complète quand un
groupe social plus ou moins nombreux et avancé est subitement enlevé au
milieu de la formation de son organisation supérieure. Au Mexique, dans
l'Amérique du Sud, aux îles Fidji, on a vu des Européens retourner en
peu de temps à la sauvagerie, même au cannibalisme.[36]

Sans une classification hiérarchique naturelle des phénomènes sociaux,
la statique et surtout la dynamique sociales deviennent inintelligibles
et inexplicables. Non seulement la formation et la déformation des
fonctions et des organes, dans les sociétés, s'effectuent dans l'ordre
de leur hiérarchie naturelle, mais dans chaque classe, la formation et
la déformation des fonctions et des organes particuliers de cette classe
s'opèrent suivant la même loi. Ainsi dans l'organisation politique les
formes contractuelles supérieures et récentes de self-government
s'effaceront avant les formes purement administratives, avant les
conseils d'Etat, les ministères, avant surtout le despotisme du pouvoir
exécutif. Dans la vie économique, les formes destinées à assurer la
liberté du travail, les conseils de l'industrie, les chambres de
conciliation et d'arbitrage, etc., de formation moderne, disparaîtront
avant les anciennes structures capitalistes et propriétaires d'origine
ancienne, féodale, ou quiritaire. Celles-ci, à leur tour,
disparaîtraient avant qu'il fût possible aux civilisations avancées de
retourner aux formes homogènes primitives.[37]

Quelques exemples empruntés à chacune des classes de phénomènes sociaux
suffiront pour le moment à justifier l'exactitude de ces lois
sociologiques relatives au progrès et à la décadence des sociétés.

Les formes politiques, particulièrement les structures supérieures,
disparaissent les premières. Ainsi la féodalité n'existe plus comme
organisation politique, mais elle persiste encore dans les rapports
économiques et moraux et même familiaux de nos propriétaires avec leurs
tenanciers et ouvriers. Ce qui s'établit à l'origine et fut la base de
la féodalité est ce qui perdure en dernier lieu. Tant que ces rapports
originaires, les plus simples et les plus généraux subsistent, le péril
social subsistera également de voir renaître les formes politiques et
juridiques correspondantes plus complexes qui en sont la suite
naturelle.

Un droit, justifié à l'origine, peut devenir un privilège odieux; ainsi
l'immunité des impôts au profit de la noblesse qui était chargée de
l'office militaire cessa d'être juste après que cette caste ne remplit
plus son office; le droit se transforma après la suppression de la
fonction politique.

Dans toutes les grandes civilisations passées, nous pouvons observer
que la décomposition morale commence par l'effondrement des grandes
doctrines religieuses ou métaphysiques qui, tombées en discrédit,
laissent à découvert les profondes lésions qui ont atteint les moeurs
en général.

Dans son discours de réception à l'Académie française, l'illustre G.
Bernard montrait fort bien la filiation des arts, des lettres et des
sciences: «On a raison de dire que les lettres sont les soeurs aînées
des sciences. C'est la loi de l'évolution intellectuelle des peuples qui
ont toujours produit leurs poètes et leurs philosophes (métaphysiciens)
avant de former leurs savants. Dans ce développement progressif de
l'humanité, la poésie, la philosophie et les sciences expriment les
trois phases de notre intelligence, passant successivement par le
sentiment, la raison et l'expérience.» De son côté, M. Ch. Potvin
indique comme suit que la régression s'opère en sens inverse lorsqu'il
écrit que «le siècle des ducs de Bourgogne jusqu'à Charles-Quint est
à la fois notre premier siècle artistique et notre dernier siècle
littéraire». Cela signifie que le recul social inauguré par le
despotisme politique avait déjà détruit le développement intellectuel
pour ne laisser subsister et s'épanouir que les formes artistiques.

A Rome, en Grèce, on continue à avoir dans la maison un foyer
domestique, à le saluer, à l'adorer, à lui offrir la libation, mais ce
n'était plus qu'un culte d'habitude non vivifié par la foi; de même pour
le foyer des villes ou prytanée, on n'en comprenait plus l'antique
signification: le culte des ancêtres, des fondateurs, des héros de la
cité; on continuait à entretenir le feu, à faire les repas publics, à
chanter les vieux hymnes qu'on ne comprenait plus; les divinités de la
nature _redevenaient_ des sujets poétiques. Les rites et les pratiques
survivaient aux croyances. Ce qui subsiste le plus longtemps des
religions, c'est ce par quoi elles ont commencé, les rites, les
sacrifices, le cérémonial; la foi païenne n'existait plus qu'on
punissait encore sévèrement toute atteinte posée aux rites.

De même continuaient les repas publics en commun alors que la communauté
économique et familiale primitive avait depuis si longtemps disparu que
les repas publics, dégénérés en routine, n'avaient plus de sens ni pour
la multitude ni même pour les sommités sociales.

Les sociétés progressent et régressent donc suivant des lois nécessaires
dont nous venons de donner un faible aperçu. Insistons cependant sur ce
point commun à la sociologie et à la psychologie, que toute décadence
des formes et des fonctions supérieures voile généralement une lésion
plus ou moins grave des formes inférieures. C'est ainsi que les
dégénérescences psychiques sont déterminées par des lésions anatomiques.
En sociologie, les troubles politiques, juridiques, moraux,
philosophiques, artistiques, familiaux, révêlent le plus souvent de
graves perturbations économiques, lesquelles à leur tour peuvent être en
rapport avec des troubles psychiques et une décadence biologique graves;
dans ces derniers cas, la vie même de la société, en général, est en
péril.

Les sociétés peuvent donc se déformer et mourir suivant certaines lois
de même qu'elles progressent et naissent suivant des lois, également
naturelles. Dans les sociétés, comme chez les animaux, le degré de vie
varie avec le degré de correspondance. Parmi les animaux d'organisation
inférieure, la mortalité est énorme; ils subissent les influences les
plus simples; les autres ont plus de ressources, plus de vie, ils
s'adaptent à des circonstances plus nombreuses, plus spéciales; leur
existence est moins simple, leur formation est plus longue; leur mort
exige plus de complications. Les sociétés sont donc d'autant plus
viables qu'elles savent s'élever à des formes plus complexes et plus
spéciales, facilitant leur adaptation continuelle, rétablissant leur
équilibre instable de manière à ne pas être à la merci d'une
perturbation élémentaire.

Il n'y a pas de raison pour qu'une société pacifique, laborieuse, où
la circulation des richesses est bien répartie, où la vie familiale,
émotionnelle, intellectuelle et morale progresse et s'épure, où la
justice devient de plus en plus la règle de l'activité sociale et où
la politique enfin n'est que la régulatrice suprême des grands intérêts
sociaux exactement représentés et se gouvernant librement eux-mêmes,
périsse accidentellement ou naturellement. Au contraire, se développant
régulièrement au point de vue de la masse, se différenciant de mieux en
mieux dans ses parties, coordonnant ces dernières clans des organes
locaux, régionaux et internationaux de plus en plus élevés, une telle
société peut défier la mort; sa longévité indéfinie finit par se
confondre avec celle de l'espèce humaine et de ses conditions
terrestres.

En cela la vie sociale se distingue de la vie animale ordinaire et aussi
en ce que les sociétés étant composées d'unités sensibles et conscientes,
bien qu'à des degrés divers, elles ont le pouvoir, dans les limites
naturelles, d'abréger ou d'augmenter spontanément le cours de leur
existence; leur vie et leur mort sont, dans ces conditions, entre leurs
mains.

FIN

       *       *       *       *       *

FOOTNOTES:

[1] BERTHELOT. _La Synthèse chimique_.

[2] Pour n'en citer qu'un exemple, le contrat de louage de service,
tel que le règle le Code civil, présuppose le libre arbitre absolu de
l'individu et une égalité idéale entre le maître et l'ouvrier; cette
conception métaphysique viole à la fois et méconnaît les conditions
physiologiques, psychiques et collectives, notamment économiques, de la
classe laborieuse. C'est ce qu'ont dû finalement reconnaître tous les
publicistes qui se sont occupés, par exemple, de la question des
accidents du travail et de la réglementation de ce dernier au point de
vue des sexes, de l'âge et aussi de la durée du travail même pour les
adultes.

[3] L'application des théories darwiniennes, essentiellement
biologiques,aux phénomènes sociaux est un exemple du danger auquel on
s'expose en cherchant à ramener des phénomènes complexes qui ont des
lois en partie propres à eux seuls et en partie communes avec les autres
sciences uniquement à ce dernier caractère. Les simplificateurs à
outrance de cette école en sont naturellement arrivés par ce procédé
vicieux à perdre notamment de vue que la lutte sociale pour l'existence
n'est pas seulement représentée par un irréductible antagonisme, mais
aussi par une coopération naturelle dont l'influence bienfaisante ne
fait que croître avec les progrès de la civilisation.

[4] J.-S. MILL, _Système de logique_, traduction PEISSE, 2e édition,
t. I, p. 425-484; A. BAIN, _Logique déductive et inductive_, traduction
COMPAYRÉ, 2° édition, t. II, p. 75-115.

[5] _Logique_, t. I, 421.

[6] _Logique_, t. I, 421 et suiv.

[7] _Réforme_, année 1891, nos 121, 122, 165 et 166.

[8] C'est ainsi qu'à la suite des autres sciences, la science sociale
transforme insensiblement son enseignement dogmatique _ex cathedra_ en
un enseignement pratique et expérimental. Autrefois aussi la botanique
et la physiologie, par exemple, s'enseignaient d'une façon exclusivement
orale ou écrite. Aujourd'hui, en Italie par exemple, des professeurs de
criminologie, tels que Lombroso, E. Ferri et d'autres, ont joint à leurs
leçons orales des observations dans des Musées d'anthropologie et une
véritable clinique criminelle dans les prisons où ils se rendent avec
les étudiants des Facultés de droit.

[9] Condorcet, notamment, croyait à la possibilité de la prolongation
indéfinie de la vie humaine.

[10] Pour les développements de ces considérations et de celles qui
suivent, lire la première partie de notre _Introduction à la
Sociologie_.

[11] _Introduction à la Sociologie_, deuxième partie: _Fonctions et
organes_.

[12] Pour les développements relatifs à la classification hiérarchique
des phénomènes sociaux, lire _l' Introduction à la Sociologie_.

[13] _Le Régime représentatif_, par G. De Greef. Bruxelles, 1893. Office
de publicité.

[14] CH. LABOULAYE. _Dictionnaire des Arts et Manufactures._ V. _Chemins
de fer_.--P.-J. PROUDHON. _Des réformes à opérer dans l'exploitation des
Chemins de fer_.

D'après HUHLMANN, l'effort de tirage nécessaire pour mettre en mouvement
une charge P sur essieu, est une fraction K de P, c'est-à-dire F = KP.

K, coefficient de tirage, diminue avec la résistance.

Pour un mauvais empierrement K = 0,070 Sur bonne voie empierrée K = 0,030
Sur pavé K = 0,018 Sur rail K = 0,005

Mathématiquement et pour tenir compte de toutes les conditions variables
du roulement, la formule établie par RUHLMANN contient les notions
suivantes:

P, poids reposant sur une roue; K, coefficient de résistance au
roulement; Q, poids de la roue; R, rayon du la roue; F, coefficient du
frottement de JLF, rayon de la fusée. la fusée;

Sur un rail, c'est-à-dire sur une route de nature parfaite, K (P + 2) / r
devient négligeable.

[15] Semaine du 26 novembre au 2 décembre 1891: 149,583,000 livres
sterling. Les Etats-Unis, l'Angleterre, la France, l'Autriche, l'Italie
et l'Allemagne se sont successivement assimilé cette institution; la
Belgique, ici encore, retarde.

[16] Cette prévision s'est réalisée après que ces pages étaient écrites
ainsi que mes auditeurs à l'Ecole des sciences sociales ont pu le
constater par les chiffres que je produisis devant eux pendant mes
leçons de l'année suivante. En 1890, en effet, les naissances
illégitimes par 100 naissances ont été: Royaume, 8.63 p. 100; Hainaut,
10.44 p. 100; Luxembourg, 2.95 p. 100. Dans cette dernière province, en
1890 comme en 1889, le chiffre total des naissances a diminué et celui
des naissances illégitimes s'est accru; la population en général tend
à y décroître.

En 1891, le salaire net moyen des houilleurs du Hainaut est tombé à
3 fr. 06 par jour; la dépression ayant persisté depuis, nous pouvons
prévoir une augmentation des naissances illégitimes; les statistiques
officielles nous font défaut jusqu'ici.

[17] _Exposés de la situation du Royaume_ et _Annuaires statistiques de
la Belgique_.

[18] _Introduction à la Sociologie_, t. II, p. 148 à 189.

[19] Compte général de l'Administration de la justice criminelle en
France, de 1826 à 1880.---QUETELET, _Physique sociale_, t. II, p. 232
et suiv.

[20] L'Ariôge, la Haute-Garonne, les Hautes-Pyrénées, le Gers, le Tarn,
l'Aveyron, le Lot, le Cantal, la Lozère, la Haute-Loire, le Puy-de-Dôme
et la Creuse.

[21] YVERNÈS. _Compte de la Justice criminelle_; Rapport. p. XXXIII.

[22] Bruxelles, imprimerie de la Banque nationale, 1884.

[23] A ceux qui voudront se former une conception exacte des rapports
qui existent entre les faits économiques, je recommande tout
spécialement, comme des modèles de méthode et d'exactitude, les
diagrammes de M.H. DENIS, professeur d'économie politique à l'Université
de Bruxelles et tout particulièrement son _Atlas de diagrammes relatifs
à l'histoire des prix en Belgique._ Bruxelles, 1885.

[24] DE LAVELEYE, _Economie politique_; Id., _Le Gouvernement dans la
démocratie_, notamment le chapitre ii: _la Société n'est pris un
organisme_.

[25] G. DEGREEF. _Le Régime représentatif_. Bruxelles, 1892.

[26] _Dix ans d'études historiques: Vue des révolutions d'Angleterre_.

[27] _Les premiers principes_.--_Essais sur le progrès,_ p. 1 à
79.--_Principes de sociologie_, passim.

[28] Virgile, _Eglog. IV_.--Servius sur le vers 4 de cette
éclogue.--Nigidius cité par Servius sur le vers 10.-_Livres du Daniel et
d'Hénoch_.--Liv. III, 97-817 des _Livres sibyllins_.

[29] _La Recherche de l'unité_, p. 6. Paris, Alcan.

[30] J'ai proposé pour la première fois, après de longues préparations,
mes idées sur les lois sociologiques de l'évolution progressive et
régressive des sociétés dans mon cours à l'École des sciences sociales
de l'Université de Bruxelles en 1889-1890. Je m'y appuyais notamment sur
des faits psychiques décrits par M. Ribot dans _les Maladies de la
Mémoire_.

[31] Claude Bernard. _La Science expérimentale_. Paris, F. Alcan.

[32] Paris, Félix Alcan, p. 92 et suiv.

[33] Th. Ribot. _Les Maladies de la volonté_. Paris, F. Alcan,
8e édition, 1893.

[34] A. Comte fait figurer la théorie du langage dans sa _Statique
sociale_.

[35] Th. Ribot. _Les Maladies de la mémoire_. Paris, F. Alcan,
8e édition, 1893.

[36] Waitz. _Anthropology_, 313. Traduction anglaise.

[37] Nous réservons à nos deux derniers volumes d'_Introduction à la
Sociologie_ consacrés à la Structure et à la Dynamique générales des
sociétés l'exposé et la démonstration méthodiques de ces lois.


       *       *       *       *       *


TABLE DES MATIÈRES

CHAPITRE PREMIER.--La classification des sciences.

CHAPITRE II.--Les lois scientifiques

CHAPITRE III.--Les méthodes

CHAPITRE IV.--Analyse et classification naturelle sociologiques

CHAPITRE V.--Lois sociologiques élémentaires

CHAPITRE VI.--Lois sociologiques composées

CHAPITRE VII.--Les croyances et les doctrines politiques

CHAPITRE VIII.--Lois sociologiques progressives et régressives

       *       *       *       *       *





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les lois sociologiques" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home