Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: De veritate religionis Christianae. French - Traité de la Vérité de la Religion Chrétienne
Author: Grotius, Hugo, 1583-1645
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "De veritate religionis Christianae. French - Traité de la Vérité de la Religion Chrétienne" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



from images generously made available by the Bibliothèque
nationale de France (BnF/Gallica)



1797
Emp. Massilia dufelman & co.



TRAITÉ
DE LA VÉRITÉ
DE LA
RELIGION
CHRÉTIENNE

_Traduit du Latin de GROTIUS,_

PAR P. LE JEUNE.

_Nouvelle Édition augmentée de deux
Dissertations de M. Le Clerc,
qui ont raport à la matière._


À AMSTERDAM,
Chez ELIE JACOB LEDET,
& COMPAGNIE,

MDCCXXVIII.



AVERTISSEMENT
SUR CETTE ÉDITION


_Les Exemplaires de cette Traduction Françoise du_ Traité de la
Vérité de la Religion Chrétienne, _du célèbre GROTIUS, sont devenus
si rares, qu'on se flate de faire plaisir au Public, en lui en donnant
une nouvelle Édition. On ne dira rien ici sur l'excellence de
l'Ouvrage; le mérite en est assez connu, & il y a long tems que divers
Savans en ont fait l'éloge: Le seul nom de l'Auteur seroit même
suffisant pour le recommander, & pour le faire rechercher avec
empressement. Mais on se croit obligé d'avertir, que cette Édition a
plusieurs avantages considérables, qui la doivent faire préférer à
la précédente. En voici les principaux.

I. Comme l'on sait que plusieurs Personnes de bon goût ont
désapprouvé la_ _liberté que le Traducteur s'étoit donnée,
d'insérer quelques_ Additions _de sa façon dans le Texte même de_
GROTIUS; _on a jugé à propos, pour ôter ce juste sujet de plainte, de
placer ces Additions au bas des pages d'où elles ont été tirées:
& pour les faire distinguer des Notes, on a mis à la fin de chaque
Addition ces mots abrégés_, ADD. DU TRAD.

2. _Dans l'autre Édition, on avoit mis toutes ensemble les Notes de_
GROTIUS _après les corps de l'Ouvrage; ce qui étoit fort incommode
pour les Lecteurs, qui n'aiment pas d'interrompre leur lecture, pour
aller chercher à la fin d'un Livre les éclaircissemens dont ils
peuvent avoir besoin: au lieu que dans celle-ci, on a placé ces Notes,
de même que celles du Traducteur, sous l'endroit du Texte auquel elles
se rapportent, chacune dans son rang; de sorte qu'on peut voir d'un coup
d'oeil, et sans se détourner, ce qu'il y a à remarquer sur chaque
page._

3. _On a encore ajouté quelques Notes historiques d'un autre
Traducteur, qui a publié sa Traduction à_ Paris _en 1724; & on les
a toutes distinguées en deux manieres différentes: car d'un coté,
celles de GROTIUS sont marquées par des chiffres, celles du Traducteur
de cette Édition par des Astérisques, & celles du Traducteur de_ Paris
_par des lettres: d'autre côté, on n'a rien mis à la fin de celles
du premier, au lieu qu'on a mis le mot_ TRAD. _à la fin de celles du
second, & les mots_ TRAD. DE PAR. _à la fin de celles du troisième;
ainsi on ne sauroit prendre les unes pour les autres. Il est bon
d'observer ici, en passant, qu'on n'a emprunté du Traducteur de_ Paris
_que ses Notes historiques, & qu'on a laissé à l'écart celles
d'une autre espèce, n'aiant pas trouvé à propos d'en charger cette
Édition. On doit remarquer aussi, que notre Traducteur n'a pris des
Notes & des Citations de GROTIUS, que celles qui lui ont paru curieuses
& de quelque importance, & qu'il en a omis quantité d'autres qu'il a
cru inutiles ou indifférentes pour les Lecteurs; comme, par exemple,
les Citations du Talmud, des Livres des Rabbins, de l'Alcoran &c. À
l'égard des Notes qu'il a pris la peine de traduire, il a tâché
de leur donner plus de force & de clarté qu'elles n'en ont dans
l'Original, tantôt en les abregeant, tantôt en les paraphrasant un
peu, tantôt en y faisant quelques remarques_ &c. _& c'est de quoi on
doit lui tenir compte._

4. _Enfin on a enrichi cette nouvelle Édition de deux_ Dissertations
_de l'illustre Monsieur LE CLERC; qu'il avoit ajoutées aux dernieres
Éditions de l'Original, & qu'on a traduites en faveur de ceux qui
n'entendent pas le Latin. Ces deux Pièces ont un si grand rapport avec
la matière qui fait le sujet de ce Traité, qu'on peut dire qu'elles
en sont autant de dépendances, & une espèce de suite assez naturelle.
Monsieur LE CLERC est d'ailleurs si connu dans la République des
Lettres, par tant de beaux & savans Ouvrages, que le nommer simplement,
c'est faire son Éloge; & c'est aussi pour cette raison qu'on
n'entreprendra pas de s'étendre ici sur ses louanges, d'autant plus
qu'on se sent fort incapable de le louer dignement. On se contentera
donc de dire, qu'on ne doute pas que tout le monde ne lise avec plaisir
les deux Dissertations dont il s'agit, lorsqu'on saura que ce Savant du
premier ordre en est l'auteur._

_En voilà assez pour faire juger que cette derniere Édition l'emporte
de beaucoup, à plusieurs égards, sur la précedente. Ainsi l'on se
flate qu'elle sera d'autant plus favorablement reçue du Public, & que
le Libraire n'aura pas sujet de se repentir de l'avoir publiée._



[Illustration]


DISCOURS
DU TRADUCTEUR.


_Où l'on fait voir la nécessité qu'il y a d'étudier les fondemens de
la Religion: où l'on tâche de diminuer le scandale de la voir combatue
par les Libertins tant de moeurs que de créance: & où l'on rend compte
de la conduite qu'on a tenue dans cette Traduction._

Il n'est rien de si commun ni de si blâmable tout ensemble, que le peu
d'aplication des Chrétiens à examiner les véritables fondemens de
leur Religion; & que cette espèce de bonne foi mal-entendue avec
laquelle ils continuent de croire des véritez, qu'ils ont embrassées
avant que de savoir pourquoi ils les embrassoient. Si l'on y prend
garde, on verra que l'un des derniers principes sur quoi repose leur
persuasion, est à peu près le même que celui qui sert d'apui à
toutes les fausses Religions, & qui est la source de la plûpart des
erreurs, même de simple spéculation. Voici ce principe, _Mes Ancêtres
ont été dans cette créance: Or ils étaient trop habiles pour se
tromper, & trop sincéres pour se vouloir tromper les uns les autres
successivement: Donc j'ai raison de recevoir cette créance & d'y
persévérer._ Ce raisonnement fait pitié, je l'avoue, lors qu'il est
dévelopé: & tel qui en sent la prétendue force, tant qu'il demeure
dans les replis du coeur, & dans le rang des idées confuses, n'a garde
de le reconnoître, lors qu'on le tire de là pour le mettre en son
jour. Mais il n'en est pas moins vrai qu'il n'y a rien de si ordinaire;
qu'on le renconte en toutes sortes d'hommes, & sur toutes sortes de
sujets, & qu'il est particuliérement assez commun en matière de
Religion.

Remarquons cependant, à l'honneur de ceux qui font profession du
Christianisme le plus épuré, que quoi qu'ils ne soient pas exempts
de cette foiblesse, lors qu'ils s'agit de la vérité de la Religion
Chrétienne en général, ils prennent un soin extrême de l'éviter par
raport au Christianisme Réformé. Rien n'est plus édifiant que de voir
parmi eux les enfans croître en la connoissance de leur Religion, à
mesure qu'ils croissent en âge, & parvenir avec le tems à une certaine
maturité, qui les rend capables de soutenir leur créance contre les
Docteurs du Parti contraire.

Mais il faut reconnoître de bonne foi qu'ils ne font en cela que la
moitié de leur tâche, & qu'en s'accoutumant à suposer la divinité
des Livres dont ils se servent si bien contre les Communions ennemies
de celle où ils sont nez, ils s'acoutument aussi à négliger
de connoître les preuves de cette divinité. La raison de cette
négligence est claire. Si la Providence eût permis qu'il y eût
des Sociétez de Libertins & d'Athées, distinctes des Sociétez
Chrétiennes, il est certain que l'oposition auroit produit à cet
égard son éfet ordinaire. Le besoin où chaque Chrétien auroit été
de trouver des armes, tant pour ataquer que pour se défendre, lui en
eût bien tôt fait chercher. Mais dans l'état où sont les choses,
la timidité qu'inspirent des sentimens qui choquent la créance
universelle, & apuyée même du bras séculier, oblige les ennemis
de nos Véritez à se cacher sous le voile de la profession du
Christianisme. Si quelquefois ils se produisent, ils le font ou avec si
peu de ménagement, & une si grande éfronterie, qu'il ne paroissent pas
même vouloir faire des Sectateurs; ou d'une maniére si circonspecte &
si mistérieuse, que le commun des Chrétiens ne les comprend pas, ou
n'opose à leur témérité, dés qu'ils viennent à l'apercevoir, que
l'horreur & le mépris.

S'il a plu à Dieu de ne nous pas mettre tout à fait dans cette triste
nécessité de nous atacher à l'étude des principes du Christianisme,
il en naît d'ailleurs une si pressante de la nature même de
la Religion, de la conduite de Dieu dans la Révélation, & des
inconvéniens dont l'ignorance de ces principes pourroit être suivie,
qu'il est étrange qu'on ne sente pas cette nécessité, ou qu'on la
sente si inutilement.

La Religion étant la chose du monde la plus conforme à la droite
Raison, il est juste aussi de la croire sur des principes raisonnables.
De plus, c'est très-mal répondre aux soins que la Sagesse divine a
pris d'y répandre tant de lumière, de ménager avec tant d'art les
degrez de la Révélation, que les premiers conduisent aux derniers,
& les prouvent invinciblement: de déployer si à propos la force du
pouvoir divin pour en autoriser les premiers Ministres; de fournir, en
un mot, tout ce qui pouvoit afermir la créance que c'est Dieu même qui
parle: C'est, dis-je, très-mal répondre à ces soins si dignes de Dieu
que de ne faire que peu ou point d'atention à ces illustres caractéres
de sa Parole, de n'en pas pénétrer le but, & de ne pas travailler à
les munir contre les exceptions de l'Impiété.

En vérité, l'on a de la peine à comprendre que l'esprit de l'homme,
toûjours inquiet, jusques dans les moindres choses, toûjours curieux
pour les grandes, toûjours en défiance contre les nouveautez, surtout
si elles lui imposent quelque joug, demeure néanmoins dans une si
grande indolence à l'égard des véritez de la Religion. Cet esprit
qui, lors qu'il agit avec quelque raison, ne se soumet jamais à une
autorité gênante, & ne se laisse jamais éfrayer par de grandes
menaces ni flatter d'espérances un peu extraordinaires, sans en avoir
quelque motif: Cet esprit ne se demandera-t-il pas enfin à lui-même,
mais qui m'a soumis aux Loix de cette Religion que je professe?
N'aurois-je point cru un peu trop légèrement ceux de qui je la tiens?
Quelle certitude ai-je que ses menaces ne sont pas vaines? Qui me sera
garand de l'acomplissement de ses promesses?

Il le fait sans doute, dira-t'on, & il s'est bien tôt répondu, que
sa soumission, ses craintes, & ses espérances sont fondées sur
l'autorité de Dieu qui lui en révèle les objets. J'avoue que cette
raison est bonne, mais ce n'est pas proprement une derniére raison.
Qu'on presse ce Chrétien, & qu'on lui demande les preuves en vertu
desquelles il se persuade que Dieu est l'auteur de cette
Révélation, on verra qu'il les ignore, ou qu'il ne les connoit que
très-imparfaitement.

Distinguons pourtant ici deux sortes de preuves. Les unes consistent,
dans des raisonnemens qui vont à établir la certitude des principaux
Faits que l'Écriture contient; dans l'harmonie des deux parties de la
Révélation: dans le juste & précis acomplissement des Oracles qu'elle
renferme; dans la qualité des premiers témoins des événemens
miraculeux qui y sont raportez. Les autres se tirent de diverses
réflexions, sur la simplicité du stile, jointe à une majesté qui
n'a rien d'humain; sur la sublimité des Dogmes; sur l'excellence de la
Morale, & sur le raport de toutes les parties de la Révélation à tous
les besoins de la conscience. Les unes & les autres peuvent être un
sujet de raisonnement, & devenir, étant bien éclaircies, des motifs de
conviction par raport aux Incrédules mêmes. Cependant il est certain
que les derniéres ont ces deux caractéres particuliers, I. Qu'elles
sont encore plus l'objet du sentiment que celui de la réflexion & du
discours, & que toute divine qu'est leur force, il est bien dificile de
la faire passer dans les coeurs qui n'ont point encore été ébranlez
par les premiéres, 2. Que ce sont elles, pourtant qui font le
véritable fidèle, & qui le distinguent le mieux de ceux qui n'ont
qu'une foi stérile, froide, & purement historique.

Cela posé, j'avoue que dans ceux qui sont véritablement persuadez de
la Religion, cette persuasion ne naît pas seulement de ce préjugé
dont j'ai parlé dès l'entrée, & qu'elle vient aussi de cette
derniére sorte de preuves, que j'apelle _preuves de sentiment_. Mais,
après tout, cela ne sufit pas. Outre qu'elles ne sont pas assez
sures, lors qu'on ne veut que les sentir, & qu'on ne tâche pas à les
aprofondir par le secours de la réflexion, on demeure toûjours par là
dans une ignorance assez honteuse des preuves de la premiére espéce, &
l'on néglige d'aquerir des connoissances utiles, capables de fortifier
la foi, & d'afermir même les preuves de sentiment. De plus, où en
seroit-on avec celles-ci, au cas que Dieu présentât quelque ocasion
de défendre la Religion, ou de combatre l'Incrédulité? On rougiroit
assurément d'en être réduit à dire, _Quoi qu'il en soit, je sens
qu'il faut que cela soit ainsi. Je ne puis pas bien vous déveloper
pourquoi ma Religion me semble vraye. Mais j'en suis si pleinement
convaincu, que je suis prêt à répandre mon sang plutôt que d'y
renoncer._ Cela ne ressembleroit-il pas assez à ce _je ne sai quoi_
dont on a tant parlé, & par lequel un bel Esprit de ce tems a
très-sérieusement prétendu définir la grace?

Ce n'est pas là le seul mauvais éfet de cette demi-science des
principes de la Religion. On pourroit soutenir, sans donner dans le
Paradoxe, qu'elle est capable de répandre sur la pratique même,
d'assez mauvaises influences: ou que du moins, une connoissance entiére
des preuves ne peut qu'y en répandre de très-heureuses. Que de
Chrétien à Chrétien on entasse controverses sur controverses, quel
sera l'éfet de toutes ces peines? Ordinairement plus de fermeté
dans la Communion particuliére où l'on est né, mais souvent plus
d'animosité contre ceux qu'on regarde comme errans, & plus de
présomption de sa propre capacité. Pour la sanctification, il ne
paroît pas que cela contribue fort à l'avancer. Mais que par une
méditation sérieuse on entre dans l'étude de la vérité de
l'Écriture, & des raisons qui la prouvent, quel sera le fruit de ce
travail? Une persuasion plus vive & plus forte que c'est Dieu qui y
parle: que par conséquent rien n'est plus certain que les promesses &
les menaces qui y sont faites, rien plus auguste & plus inviolable que
les Loix qui y sont prescrites. Et n'est-ce pas là le premier & le plus
universel Principe de la Morale, & celui dont l'afoiblissement est le
plus propre à ralentir l'Homme, & à le jetter dans la négligence &
dans le relâchement?

Enfin, la foi du commun des Fidéles, qui roule sur un certain
sentiment, raisonnable à la vérité, mais un peu confus, est de tems
en tems sujette à des ébranlemens qui naissent, ou de la trop grande
sublimité & de la spiritualité de son objet; ou de l'inconstance
naturelle à l'ame, qui a beaucoup de peine à se tenir sur un certain
point fixe; ou de quelque persécution, qui ne porteroit peut-être pas
le Chrétien à embrasser les opinions de ses Persécuteurs, mais
qui faisant prévaloir le sentiment vif & distinct des peines ou des
récompenses sur le sentiment confus de la vérité du Christianisme,
pourroit bien le porter à ne plus rien croire du tout. Il faut
avouer qu'en ces trois cas-là, le sentiment peut soufrir de grandes
défaillances, & que le moyen le plus sûr de le réveiller, c'est
d'apeller à son secours ces autres preuves de réflexion & de
raisonnement. Ce sont elles qui ont établi la Religion Judaïque. C'est
par elles que le Christianisme s'est produit pour la première fois dans
Jérusalem, & s'est répandu de là dans tout l'Univers. C'est donc
à elles à le défendre dans le coeur des Fidèles, lors qu'il y est
combatu ou par leur foiblesse, ou par leur inconstance, ou par la malice
des hommes.

Il n'est pas dificile de voir où tendent ces réflexions, C'est
d'un côté, à exciter puissamment les Chrétiens à une étude si
nécessaire & si négligée, & à leur faire naître l'envie d'être
aussi raisonnables dans la chose du monde la plus importante, qu'ils
le sont dans les plus indiférentes & les plus communes. Mais d'autre
côté, elles nous mènent à rendre justice à ceux qui nous ayant
prévenu dans cette étude, nous ont bien voulu faire part de leurs
lumiéres; à les écouter favorablement, & à profiter de leurs
travaux.

Et que l'on ne craigne pas de s'engager par là dans une trop longue
étude. Jamais sujet aussi digne d'être traité n'exerça moins
l'esprit des Savans. Le dénombrement des Livres qui ont été faits sur
cette matiére, ne seroit pas fort dificile à faire; & à peine notre
Langue, si fertile en productions d'esprit & de science, en fournit-elle
cinq ou six. Cette stérilité peut venir de deux principes
tout opposez; ou d'une crainte scrupuleuse de donner prise à
l'Incrédulité, en montrant à nud les fondemens de la Religion; ou, ce
qui arrive plus souvent, d'une si grande confiance sur l'évidence de
ses preuves, que l'on ait cru que l'industrie n'y pouvoit rien ajouter:
sentimens presque également faux & excessifs.

Quoi qu'il en soit, l'Eglise semble n'avoir pris cette matiere à coeur,
que quand ses Ennemis l'y ont forcée. Lors que le Christianisme,
parfaitement établi sur les ruines de la Religion Payenne, n'eut plus
d'ennemis à combatre, on vit tout d'un coup cesser ces disputes, ces
Apologies, & tels autres Écrits que l'Eglise naissante & persécutée
avoit mis en usage avec tant de succès. Délivrée de ces Ennemis, il
lui en naquit d'autres de son propre sein. La corruption des moeurs,
l'obscurcissement des Véritez, l'introduction des erreurs lui furent,
& lui ont toujours été depuis cela, une matiére de combats & de
triomphes. Trop heureuse, au milieu de ces désordres, si elle se fût
souvenue de n'employer contre ses Enfans révoltez, que les mêmes armes
dont elle s'étoit servie jusques là contre ses Ennemis; & si, par une
funeste imitation de la fureur des Payens, elle n'eût pas joint aux
voyes de raisonnement & de discussion, ces mêmes voyes de fait qu'elle
avoit si hautement désaprouvées, & dont elle avoit si bien fait voir
l'injustice!

Il ne faut pas douter que dans ce progrès de corruption & d'erreurs,
la malice du coeur n'en ait souvent précipité plusieurs dans le
Libertinage & dans l'Athéisme. Mais on peut dire que c'étoit plûtôt
un libertinage de moeurs que de créance, ou du moins d'une créance qui
cherchât des raisons pour s'apuyer. Il y avoit sans doute beaucoup de
ces Insensez, qui disent en leur coeur, _Il n'y a point de Dieu:_ mais
il ne paroît pas qu'il y en eût beaucoup qui le dissent dans leur
esprit. La dépravation ordinaire du coeur ne va pas là. Pour franchir
ce pas, il faut un degré de malice qui n'apartient pas à tous les
siécles, il faut un certain tour & une certaine mesure d'esprit assez
extraordinaires. Lors qu'il s'agit d'ataquer des Véritez ou obscures,
ou peu importantes, & ausquelles personne ne prend intérêt, il n'est
besoin pour y réussir, que d'un degré fort médiocre d'esprit & de
hardiesse. Mais il faut beaucoup de l'un & de l'autre, pour entreprendre
de ruiner dans son coeur, & dans celui des autres hommes, des sentimens
& des notions, que la Nature, que la Conscience, que le consentement des
Peuples, qu'une Religion enfin aussi ancienne que le Monde, établissent
unanimement; ou pour tâcher de détruire une Religion, qui, outre ces
apuis généraux, en a d'autres qui lui sont particuliers, & qui sont si
fermes que ni la fureur ni l'artifice, n'ont fait après mille éforts,
que les rendre encore plus inébranlables.

De si étranges excès sembloient donc être réservez à nôtre
siècle: siècle dont on ne sauroit dire ni trop de bien ni trop de mal.
En éfet il n'est pas facile de déterminer s'il a fait plus de progrès
dans les choses qui perfectionnent l'esprit, que dans celles qui le
corrompent. Toutes les Sciences & tous les Arts semblent avoir pris une
nouvelle face. La seule Religion Chrétienne y a perdu. Ses divisions
intérieures, & les ataques secrettes de plusieurs Esprits, beaux &
heureux à l'égard d'autres objets, mais gâtez & perdus par raport à
la Religion, ont bien balancé les conquêtes qu'elle a pu faire, soit
dans l'Orient; soit dans l'Occident. Il étoit donc juste qu'à mesure
que les Ennemis paroissoient, il parût aussi des Défendeurs, & que
l'on n'abandonnât pas les foibles à ce sentiment confus, si peu
capable de tenir contre l'artifice d'un Sophisme manié par des mains
adroites. Il étoit même de la charité qu'on travaillât à ramener
ces esprits égarez, & à leur rendre aimable une Religion qu'ils ne
combatent, que parce qu'ils ne la connoissent pas.

C'a été l'une des vues de l'Illustre GROTIUS, dont le nom exciteroit
la plus parfaite admiration qu'on puisse concevoir pour un homme,
s'il ne réveilloit pas en même tems le souvenir de ses derniéres
foiblesses.

Je ne m'étendrai pas sur le mérite de son Ouvrage. Ce seroit avoir
mauvaise opinion du goût du Siécle, que de croire que 50 ou 60 ans
eussent encore laissé quelque chose à ajoûter à sa réputation. Elle
est si bien établie, que l'on peut hardiment dire du bien de ce
Livre sans craindre d'exposer son jugement, & qu'on ne peut en parler
foiblement sans se faire tort à soi-même.

Il me sufira de remarquer, qu'à peine une si belle matière
pouvoit-elle tomber en de meilleures mains. Rien n'est plus satisfaisant
à un coeur plein d'amour pour nôtre sainte Religion, que de la voir
défendre par un homme en qui toutes les Sciences humaines se trouvent
réunies dans le plus haut degré. On a beau faire, on ne se défera
jamais entiérement du préjugé que forment, pour ou contre de certains
sentimens, l'habileté & le mérite de ceux qui les soutiennent ou qui
les combatent. Il est vrai que la Religion Chrétienne est en un sens
la Religion _des simples, des humbles, des enfans, & des pauvres en
esprit_. Mais il n'est pas moins vrai, que c'est aussi la Religion des
_prudens, des sages, & des parfaits_. Il n'y auroit donc rien de plus
capable d'ébranler la Foi, que de voir que dans ce double ordre
de Savans & de Simples, où l'on peut ranger tous les hommes, le
Christianisme n'eût en partage que ces derniers, & fût ou négligé ou
rejetté par les autres. Ainsi c'est par une conduite infiniment sage,
que la Providence atire dans le parti de la Religion ces deux sortes de
personnes indiféremment; & que pendant que ces bienheureux Simples lui
rendent témoignage par la sainteté de leur vie, & quelquefois par
leur sang, cette même Providence suscite de tems en tems des personnes
éclairées, _des scribes bien apris, qui tirant du trésor de leur
coeur des choses anciennes & nouvelles_ la défendent par la voye de la
méthode & du raisonnement. Il semble qu'en Grotius, la Philosophie &
l'érudition fassent hommage à nos Véritez, qu'elles les vangent de
l'insolence & du mépris où l'abus de ces Sciences-là les expose
quelquefois, & qu'elles servent même à établir le Christianisme.

L'érudition sur tout est une des parties les plus nécessaires à un
Apologiste de la Religion Chrétienne. S'il ne faloit que la prouver
positivement, le seul bon sens fourniroit pour cela des secours
sufisans. Mais il faut outre cela répondre aux objections, qui sont les
seules preuves des plus dangereux mêmes de nos Adversaires. Il faut
abatre les fausses Religions, & faire de leurs ruïnes un trophée à la
véritable. Or comment y réüssir que par la connoissance de plusieurs
Langues, par la lecture des Auteurs des autres Religions, par une
Critique tant sacrée que profane, & par une vaste Litérature?

Ce n'est pas qu'entre les preuves positives mêmes de la Religion, ce
siécle n'en ait produit une, dont Grotius a presque donné l'ouverture,
& qui a reçu sa dernière perfection par les recherches utiles &
laborieuses de M. Bochart & de M. Huet. Je parle de ces conformitez
entre les Auteurs sacrez & les Auteurs profanes, & entre la Religion
des uns & la Religion des autres: conformitez qui vont à l'avantage
du Judaïsme ancien & du Christianisme, puis qu'elles tendent à faire
regarder nos Livres sacrez comme un Original, dont les autres n'ont
été que des copies; & par conséquent, comme ayant le privilége de
l'Antiquité, qui étant bien entendue, fait un argument très-solide.

Qui ne sera surpris de voir qu'après tant de preuves de toutes les
espéces, qui chacune en particulier ont beaucoup de solidité, mais
qui réunies avec art, comme elles le sont dans ce Traité, forment une
démonstration invincible, la Religion Chrétienne rencontre encore
de l'oposition en ceux qui étant nez dans son sein, sont assez
téméraires pour oser la rejetter? Qu'il me soit permis de m'arrêter
un peu à en découvrir les raisons.

Ces Ennemis domestiques sont de deux sortes, les Mondains & les
Philosophes. Les uns l'ataquent par une suite du déréglement de leur
coeur, & les autres par le déréglement de leur esprit.

L'oposition des premiers ne doit pas nous étonner. Leur conduite
publioit déjà si hautement le mépris qu'ils font de la Religion, que
la hardiesse qu'ils ont de le découvrir par leurs discours, n'a rien
qui doive nous surprendre. De plus, il faut, si je puis m'exprimer
ainsi, un sixième sens, un coeur libre & dégagé de préjugez
charnels, pour être frapé de nos Véritez; & ils ne l'ont pas.
Fascinez des avantages de la vie, pénétrez de ses douceurs
criminelles, incommodez d'ailleurs du souvenir d'une Divinité, à qui
ils sentent qu'ils feroient nécessairement odieux, quelle merveille
qu'ils ne comprennent rien à tout ce que la Religion nous enseigne
d'une autre sorte de vie, & d'une autre espéce de douceurs, & qu'ils se
tiennent en garde contre la créance d'un Dieu, qui ne pourrait être
qu'irrité de leurs désordres! Quelle merveille qu'ils prennent
les devans, & que, pour me servir de l'expression d'un homme de ce
caractère, _ils tuent leur conscience, de peur que leur conscience ne
les tue_! Une oposition à nos Véritez, qui naît de ces honteuses
sources, leur fait aussi peu de tort, que la profession de les croire,
jointe à de pareils déréglemens, leur feroit peu d'honneur. Je suis
plus indigne de voir un Fourbe conserver des égards pour la Religion au
milieu de ses plus grands excès, que je ne le suis de voir cette union,
toute triste qu'elle est, entre les sentimens & la pratique, en ceux
dont nous parlons à cette heure.

Si leur oposition ne nous surprend point, nous ne devons pas non plus
nous étonner que leur opiniâtreté soit à l'épreuve des argumens les
plus propres à les convaincre de la vérité de la Religion. Il y en a
deux principales raisons, l'une de la part de Dieu, l'autre de la part
de la disposition de leur coeur. Ils ont étoufé toutes les lumiéres
qui pouvoient les tirer de leur déplorable état, à son tour Dieu
les abandonne à leurs ténèbres. Ils lui ont dit librement & de sens
froid, _Retire toi de nous, nous ne voulons point de la science de tes
voyes_: Dieu ne trouve pas à propos de se raprocher d'eux, & il les
laisse dans cette funeste indépendance. Il n'est rien de plus juste. Si
sa bonté fait quelquefois des exceptions à cette conduite ordinaire de
sa Justice, elles sont rares; quoi qu'elles le soient beaucoup moins que
celles dont il use en faveur de la seconde sorte d'Ennemis, dont nous
parlerons tout à l'heure.

La disposition du coeur fait le second obstacle au retour de ces
malheureux dans le bon chemin. Je l'ai touchée dans le premier des 2.
articles précédens, & je n'y reviendrai pas.

Je viens à la seconde espéce d'Ennemis de la Religion. Il n'est
pas aussi de se délivrer de l'embarras où jette la conduite de ces
gens-là. Dans le fond, soit par tempérament, soit par point d'honneur,
soit par je ne sai quelle idée de vertu Payenne; toûjours est-il
certain qu'il y en a parmi eux qui sont assez exemts des plus honteux
excès du libertinage, & dont les occupations vont moins à satisfaire
des passions criminelles, qu'à cultiver & à polir leur esprit.
D'où peut donc venir leur éloignement pour la Religion? Pourquoi
n'ouvrent-ils pas les yeux à l'évidence, & à la solidité des preuves
du Christianisme? Pourquoi ne les ouvrent-ils pas du moins aux risques
éfroyables de parti qu'ils ont embrassé? Que devient cette prudence
qu'on voit régner dans toute leur conduite, qui leur fait manier si
adroitement les afaires les plus dificiles, & qui les guide si bien dans
les diférens embarras de la vie?

L'Écriture; qui a prévû ce scandale, n'a pas manqué de le lever, &
de prévenir ses éfets dans les esprits foibles. Elle le fait par les
dispositions qu'elle demande à ceux qu'elle veut instruire, c'est
l'humilité, c'est la conviction de leur ignorance. Elle le fait par un
aveu sincére que les véritez qu'elle enseigne, ne sont pas pour
_les sages & pour les entendus_. Elle va plus loin. Elle déclare
formellement qu'elle a pour but de choquer leur Sagesse Philosophique
& terrestre, & de l'abolir; pour y en substituer une autre toute
diférente.

Apliquons à nôtre tems ces déclarations de l'Écriture, qui nous
ouvrent les deux grandes sources de l'Incrédulité.

Il est aisé de voir qu'il y a deux obstacles principaux à la
conversion des Esprits forts, 1. leur orgueil, 2. le goût qu'ils ont
pris aux idées métaphysiques & de simple spéculation.

Par l'orgueil je n'entens pas proprement cette fierté ridicule &
choquante, qui est si odieuse à toutes sortes de gens; ni même cette
_enflure de coeur_ par laquelle nous grossissons nous-mêmes à nos
yeux tout ce que nous avons de mérite vrai ou faux; ni cette secrette
avidité de louanges & d'aprobations, comme d'autant de témoins que
nous ne nous trompons point dans le jugement avantageux que nous faisons
de nous-mêmes. J'entens une espéce d'orgueil rafiné & spirituel, qui
rend l'esprit indocile & intraitable, arrêté dans ses vûes, plein
d'amour pour ses découvertes, mais sur tout, incapable d'admettre ce
qu'il ne comprend pas jusqu'à la derniére precision. Il n'y a presque
rien, dans la Nature qui ne mette cette sorte d'orgueil à la gêne, &
qui ne donne aux Esprits les plus roides & les plus indomtables, des
leçons d'humilité. Mais malheureusement cette docilité forcée où
les réduit l'obscurité des Véritez naturelles, ne les dispose guére
à quelque humiliation à l'égard des Véritez révélées. On les
voit malgré cela aporter à leur lecture tout le faste & toute la
présomption, que pourroit leur donner la connoissance des secrets les
plus impénétrables de la Nature. Par là nos Véritez deviennent leur
grande pierre d'achopement. Car enfin ce ne sont pas proprement les
Miracles, ni la beauté de la Morale, considérée spéculativement, qui
les rebutent & qui les choquent. Ils ne sont pour la plûpart, ni si
ignorans que de ne pas savoir que la Puissance qui a formé l'Univers,
& qui en a établi les Loix, est assez forte & assez libre pour les
pouvoir violer, ni si corrompus que de ne pas sentir la perfection &
la pureté de nos Régles sacrées. On peut croire que jusques-là
ils prendroient patience. Mais dès que la Révélation prend pié
là-dessus pour captiver leur Raison à des choses qui la surpassent,
ils reculent & aiment mieux se défier de ce qu'ils avoient pu recevoir,
que de se charger l'esprit de choses embarrassantes, obscures, & dont on
leur déclare qu'ils ne doivent pas espérer une parfaite intelligence.
Alors sans doute retournant sur leurs pas, ils cherchent après coup des
raisons de douter de la solidité des preuves, dont ils n'avoient pas
été choquez, tant qu'elles laissoient à leur esprit toute sa liberté
& toute son élévation.

Ne pourrions-nous pas remarquer ici, sans trop nous écarter, que
c'est-là aussi l'esprit régnant de celle d'entre toutes les Sectes
du Christianisme, qui mérite le moins de porter ce nom? Un homme de
qualité assez connu par ses Emplois disoit librement, que s'il avoit
à embrasser le Christianisme (admirable expression pour un homme
né Chrétien) il se rangeroit de ce parti. On a sans doute beaucoup
d'obligation à ceux de cette Secte de la peine qu'ils se sont donnée
pour aplanir la Religion Chrétienne, & pour en faire une Religion toute
unie, toute naturelle, & accessible à toute sorte d'esprits.
Après cela n'ont-ils pas de quoi nous insulter sur ces obstacles
insurmontables, que nos Dogmes, pleins de mystéres & d'obscurité,
mettent à la conversion des Incrédules? Mais plûtôt, ne pouvons-nous
pas leur dire ici, que leur conduite si semblable à celle de ces
nouveaux Apôtres, qui dérobent à la vue des Idolâtres l'Image
choquante de Jésus-Christ crucifié, pour ne leur présenter que celle
de Jésus-Christ glorieux, ne ressemble guère à cette généreuse
liberté de S. Paul; qui pour établir la Sagesse. Chrétienne, ne
l'accommode pas à la Sagesse du siécle, mais détruit de plein pié
celle-ci par la première.

Je pose pour féconde raison de l'obstination des Philosophes Déistes
ou Athées, & de leur peu de sensibilité tant pour la Religion que pour
ses preuves, un certain esprit nourri d'abstractions & de spéculations;
qui n'en trouvant d'un côté dans la Théologie Scholastique que de
sèches & de dégoûtantes, & n'en trouvant point du tout dans la
Religion prise dans sa véritable nature, tiennent cette espéce de
Véritez pratiques extrêmement au dessous d'eux, & tâchent de se
dédommager dans les idées de la Métaphysique, de la perte volontaire
qu'ils font de celles de la Religion. Ils s'y font d'autant plus
aisément, qu'ils ne prennent pas le change à tous égards, qu'ils
rencontrent vérité pour vérité, qu'ils y gagnent même en un sens;
puis que pour des connoissances qui les confondroient presque avec le
reste des hommes, ils en trouvent d'autres qui leur donnent un beau rang
dans le monde savant, & dont l'aquisition les remplit de cette joye, qui
accompagne toûjours la Vérité lors qu'elle paroît après s'être
fait quelque tems chercher. Après tout, comment ne se borneroient-ils
pas là, & ne se contenteroient-ils pas de ces choses si propres à les
flater? Comment au milieu des heureux éforts de leur esprit, & des
aclamations de tous les Savans, sentiroient-ils le besoin que l'Homme
a de la Religion; puis qu'entre ceux-mêmes qui font une profession
sincére de la Religion Chrétienne, il s'en trouve, qui lors qu'ils
ont aquis, dans l'étude de ses Véritez, quelques lumiéres un peu
distinguées, ont tant de peine à en tirer de nouveaux motifs de
sainteté, & s'en tiennent si aisément à ces secrets aplaudissemens
qui sont tous sur le compte de l'Homme, & où Dieu n'a point de part.
Tant il est vrai que les choses les plus excellentes, & les plus propres
à nous rendre heureux, perdent toute leur éficace, dès qu'une fois
l'esprit s'en est emparé au préjudice du coeur.

Je reviens à ce que j'ai posé d'abord: c'est que la Religion n'ayant
aucuns charmes pour des Esprits acoutumez à une autre sorte de
nourriture, ils se laissent aller peu à peu à la mépriser. S'il
arrive donc qu'une nouvelle lumière vienne fraper leurs yeux à
l'avantage de la Religion, ils aiment mieux y répandre des ténèbres,
que de s'y laisser conduire; puis qu'aussi bien elle ne les conduiroit
qu'à des choses désolantes pour eux, en les obligeant à perdre la
haute idée qu'ils avoient de leur Science, & en leur faisant voir dans
quel abîme ils se sont précipitez, si la Religion est véritable, &
quelle est l'horreur des mépris outrageans qu'ils ont eu jusques-là
pour elle.

Mais, dira-t'on toûjours, d'où leur vient cette régularité de vie &
cette belle Morale qu'ils savent si bien débiter & dont on aperçoit
quelques traits dans leur conduite: & pourquoi ne les dispose-t-elle pas
à embrasser la Religion, dont le grand but est de corriger l'Homme & de
lui inspirer la vertu?

Je répons premièrement, que cette Morale, toute brillante qu'elle est,
n'est par raport à la véritable Morale, que ce que les premières
lueurs de l'Aurore sont à l'égard de l'éclat du Soleil en plein midi:
elle est si aisée & si douce, cette Morale, que les Idolâtres mêmes,
pour qui ceux dont nous parlons doivent avoir un souverain mépris,
l'ont poussée tout aussi loin qu'eux. Aimer Dieu de tout son coeur,
se sentir porter pour ses intérêts & pour ceux du Prochain par une
véritable sensibilité; s'humilier du fond de l'ame, même auprès des
hommes; avoir pour soi un mépris sincére: voilà les grands Préceptes
du Christianisme. Et c'est ce qui ne se trouvera jamais, ni dans les
Athées, puis qu'ils s'en moquent, ni dans les Déïstes, puis qu'ils se
contentent de certaines Régles commodes, qui laissent l'amour propre
dans son entier.

Je dis en second lieu, que quand même ce qu'ils ont de bon pourroit les
disposer à recevoir la Religion, ce qui leur manque à cet égard est
encore plus capable de les en éloigner. Qui sait si par de certains
retours ordinaires à l'Homme, qui n'est jamais dans un parfait repos
sur ses principes, mais ordinaires sur tout à ceux en qui la conscience
n'est pas entièrement morte, ils n'entrent pas quelquefois en défiance
de leurs sentimens & de leur témérité? Qui sait si alors ils ne
repassent pas avec exactitude ces Véritez; qu'ils avoient rejettées, &
leurs preuves qu'ils n'avoient pû goûter? Qui sait si dans cette revue
ils ne pourroient pas bien passer à la Religion ses obscuritez, ses
Mystéres, ses Miracles, la beauté même & l'austérité de sa Morale,
considerée en général comme preuve, si elle n'exigeoit pas d'eux
des devoirs contre lesquels ils se sont fortifiez le coeur par un long
endurcissement, & dont ils se sont rendu la pratique comme impossible?
Qui sait enfin, si alors désespérant de pouvoir y fléchir leur
coeur, & apaiser par de véritables regrets la Divinité outragée,
ce désespoir ne les replonge pas plus avant que jamais, dans leurs
premiers égaremens?

Toutes ces considérations ne seront peut-être pas inutiles, pour
diminuer le scandale que pourroit donner aux véritables Chrétiens
l'opiniâtreté de tant d'Esprits éclairez, qui marquent si peu de
soumission & si peu d'amour pour une Religion, que mille preuves
convainquantes devroient leur faire recevoir.

Avant que de finir, je dois me justifier sur deux Points. 1. Sur ce que
ce Livre aiant déjà paru en François, il semble que je me sois donné
une peine assez inutile. 2. Sur la conduite un peu libre que j'ai tenue
dans cette Traduction.

A l'égard du 1. j'avouerai franchement que j'avois déjà commencé ma
Traduction, avant que de savoir qu'il y en eût une. Je l'apris quelque
tems après; & j'apris aussi que cette Traduction étoit assez bonne,
quoi qu'elle n'aprochât pas de celles des Giri & des Ablancourt. Sur
cela je fis réflexion que peut-être le Traducteur s'étoit un peu
asservi à l'Original; que peut-être voulant en conserver le suc & la
force, il en avoit un peu conservé la dureté; que depuis ce tems-là,
nôtre Langue avoit assez considérablement changé, soit pour la
pureté des termes & des expressions, soit à l'égard de la clarté du
stile, pour donner aux esprits médiocres d'à présent quelque avantage
à cet égard sur les meilleurs de ce tems-là; qu'enfin la facilité
d'avoir une Traduction passablement bonne donneroit à la mienne quelque
avantage sur l'autre, qui est extrémement rare.

Pour ce qui est des libertez que je me suis données, elles regardent ou
le stile, ou les choses mêmes.

Le stile de Grotius, comme on le sait, est serré & concis. Ce
caractére, qui trouve de grands modéles dans la Langue dont cet Auteur
s'est servi, & qui semble avoir cet avantage, de retrancher toutes les
superfluitez fastueuses du Langage des Orateurs, pour présenter à
l'esprit plus de choses que de mots: ce caractère, dis-je, n'a pu
jusqu'ici gagner le dessus en nôtre Langue. Si d'un côté elle ne
donne pas dans les prolixitez & les détours du Langage oratoire, elle
se fait d'ailleurs un scrupule d'abandonner cette clarté & cette
douceur, qui l'ont jusqu'ici distinguée des autres Langues. Et pour
le dire ici par une espéce de digression, ce caractère n'est-il pas
infiniment plus raisonnable que l'autre? A quoi bon ce ménagement
mystérieux par lequel on ne se montre qu'à demi, lors qu'on peut sans
honte se montrer tout entier? A quoi bon cette épargne de termes &
d'expressions, lors que ceux à qui vous parlez ne vous peuvent entendre
qu'en supléant à peu près ce que vous avez suprimé? A quoi bon enfin
cette sécheresse & cette dureté dans des matières qui occupent assez
l'esprit par elles-mêmes, sans emprunter le secours du stile obscur &
serré, pour mériter quelque aplication?

Encore une fois, je ne prétens pas blâmer absolument les maniéres de
Grotius. Il a ses modéles, qui font encore aujourd'hui les délices des
Savans. Outre cela il est certain qu'il est bien difficile de vaincre
son naturel, & de sortir de son caractère. Si ce naturel n'a pu le
porter à la dernière clarté ni dans cet Ouvrage ni dans plusieurs
autres, il vaut mieux qu'il s'en soit éloigné par ce stile un peu sec
mais savant, que de donner, en s'en raprochant, dans cette superfluité
si rebutante pour ceux qui ne se payent pas de mots. Il est beaucoup
plus agréable à un esprit bien fait, d'ajouter que de retrancher, de
suivre son Auteur en lecteur atentif & ataché, que de le suivre en
Censeur dégoûté par l'abondance incommode de ses expressions. Il
est plus agréable de trouver plus qu'on n'atendoit, que de ne trouver
presque rien.

C'est dans le dessein de garder le milieu entre ces deux extrémitez
vicieuses, que je me suis permis de tems en tems de certaines libertez.
Ici j'ai dévelopé une pensée ou une preuve que l'Auteur avoit
plûtôt indiquée que traitée: là j'ai changé son ordre, lors que
j'ai cru pouvoir y en substituer un plus clair & plus facile. En un
mot, j'ai tâché à me rendre maître de mon Auteur quand je l'ai cru
nécessaire pour le plier à nos manières. Mes premières vues ont
été de découvrir les pensées & de les exprimer. Mes secondes vûes
ont été de les exprimer, comme il l'a fait lui-même. Mais lors que je
n'ai pu obéïr à cette seconde loi sans tomber dans l'obscurité ou
dans la langueur, je m'en suis départi: me tenant néanmoins ataché
inviolablement à la 1. de ces deux Loix, qui est de réprésenter
fidélement les pensées de l'Auteur.

Pour ce qui est des libertez qui regardent les choses mêmes, elles
consistent en quelques Additions & quelques Remarques.

Je ne dirai là-dessus qu'un mot en général. Il n'est point d'Ouvrage
parfait à tous égards, & où une revue exacte faite par d'autres yeux
que ceux de l'Auteur, ne puisse découvrir quelque endroit à fortifier,
& quelque [Note marg.: Je ne pretens pas exclure Mr. du Plessis Mornai
du nombre de ceux qui ont reüssi sur la matiere.] autre à redresser.
Cela arrive sur tout dans les matiéres qui n'ont pas encore reçu leur
derniére perfection. Telle étoit du tems de Grotius celle qu'il traite
en ce Livre. C'est presque lui qui a ouvert la carriére; d'autres y ont
heureusement couru sur ses pas. Et je ne sai si l'on ne peut pas dire
que M. Abbadie l'a fournie parfaitement, & qu'il s'est rendu pour le
moins aussi original que Grotius l'étoit en son tems. Il ne faut donc
à présent qu'une capacité médiocre pour apercevoir dans ceux qui
ont précédé, certaines choses qui pouvoient être plus éclaircies &
mieux prouvées, & d'autres qui ne sont pas dans toute l'exactitude où
elles auroient été, si elles fussent nées plus tard.

En particulier, l'on voit en quelques endroits du premier Livre de ce
Traité, une certaine teinture de vieille Philosophie qui n'est plus
à la mode, depuis que l'on a apris à mieux raisonner, à ne se pas
contenter de mots, & à ne rien admettre que de clair & de certain. Mais
ces endroits sont rares, & ils ne préjudicient aucunement au fond du
Systême de cet Auteur, ni à la force de ses raisons.

Peut-être cependant aurois-je mieux fait de donner l'Auteur tel qu'il
est, & de me tenir dans une religieuse retenue. On écoute volontiers
ceux qui par leurs longs services ont aquis le droit de parler en
maîtres. On souffre qu'ils se mesurent à ceux du premier rang. C'est
là le privilège des _vétérans_ dans la République des Lettres. Le
partage des nouveaux venus est d'écouter, & de se taire. Et quoi qu'en
matiére de raisonnement, le bon sens ne reconnoisse ni âge ni sexe,
& qu'étant Citoyen né dans cette heureuse République dont nous
parlions, il doive jouir de tous ses privilèges: il y a néanmoins en
cela, comme en beaucoup d'autres rencontres, de certaines bien-séances
qu'on ne peut se dispenser de suivre sans quelque nécessité. Si l'on
trouve que j'en aye passé les bornes, je suis tout prêt à rentrer
dans le devoir en éfaçant & Additions & Remarques.

Il ne sera pas inutile d'avertir ici le Lecteur, que quoique nôtre
Langue n'ait point encore d'orthographe fixe, on on s'est déterminé
à retrancher toutes les lettres superflues, afin de mettre ce Livre en
état d'être lu commodément de toutes sortes de personnes. Si cette
maniére d'écrire ne plait pas à tout le monde, du moins elle a cet
avantage par dessus les autres, qu'elle est & la plus débarassée & la
plus uniforme.



AVIS
A CEUX QUI COMBATENT LA
RELIGION CHRÉTIENNE.


_Puis que c'est pour vous que l'on écrit, il est juste que ce soit
à vous qu'on s'adresse. Si l'on n'avoit pour but que de défendre
la Religion contre vos doutes & contre vos dificultez, peut-être
n'employeroit-on à les repousser, que le même moyen dont un certain
homme repoussa les objections contre la possibilité du mouvement. On
iroit toûjours son train; on n'exposeroit point ces ataques à la vue
des faibles qu'elles scandalisent: Content de n'en pas sentir les coups,
on ne songeroit pas à passer en révision les titres sous lesquels la
Religion s'est établie dans le monde. Aussi, ne voit-on pas que ces
ataques nous fassent beaucoup de mal. Vos succès ne grossissent vôtre
parti que des rebuts du nôtre. Ceux qui nous quitent pour vous suivre,
vous suivoient déjà du coeur. Certaines semences de révolte qui y
étoient cachées, sans qu'ils s'en aperçussent, les avoient déjà
perdus. Si vos soins y ajoûtent quelque chose, ce n'est qu'un peu plus
de sécurité & beaucoup plus de hardiesse._

_Ce n'est donc pas seulement par un intérêt de parti, mais aussi par
le dessein de vous tirer d'un état, dont on apréhende pour vous les
funestes suites, que l'on tâche de communiquer avec vous, & de vous
faire voir la vérité & l'excellence de nôtre Religion. Nous tenons
encore à vous par quelque endroit, ne fût-ce que par la qualité
d'hommes & de membres d'une même Société. Nous ne pouvons voir sans
douleur ce que nous regardons en vous comme le plus déplorable de tous
les égaremens, & comme un mal très-dificile à guérir, Les lumières
de l'esprit, & je ne sai quelle droiture de coeur, qui devoient être le
premier degré de la Religion, deviennent en vous des machines pour la
détruire, ou du moins un rempart derriére lequel vous vous tenez en
sureté. Ce sont là vos Autels, que vous dressez contre nos Autels: Ce
sont là les livrées de vôtre profession._

_Nous perdrions donc courage, si la charité ne nous ranimoit. C'est
elle qui fait en nous ce que l'horreur de la singularité fait en vous.
Vous n'aimez pas à être seuls: nous n'aimons pas à vous voir périr.
Lequel de ces deux engagemens au dessein de nous atirer les uns les
autres, vous paroît le plus raisonnable? Quelque secret plaisir que
vous donne ce degré d'esprit, qui vous élève au dessus de ce que vous
apellez superstition & opinions populaires, vous vous faites une peine
de n'avoir pas la multitude pour vous. Vous ménagez adroitement le peu
de liberté que vous avez, & vous tâchez d'étendre ses bornes, en
étendant celles de vôtre Parti. Pardonnez nous, si nous ne donnons
point d'autre motif à l'empressement que vous faites paroître pour
répandre vos sentimens, que la crainte de vous voir trop seuls: nous ne
pouvons y en donner d'autres. La charité & la compassion, raisons ou
prétextes ordinaires des Convertisseurs, ne nous paroissent pas être
le mobile qui vous remue, & qui vous porte à nous vouloir détromper._

_Mais ne fouillons pas dans les secrets de vôtre coeur, j'y consens;
égalons-nous pour la bonté des intentions. Il est sûr néanmoins
qu'à l'égard de l'état ou nous sommes & vous & nous, & d'où nous
tâchons de nous retirer les uns les autres, le mal que vous croyez
que nous voulons vous faire, est bien moindre que celui que nous
apréhendons de vôtre part. Laissant dans l'indécision la certitude
des suplices éternels, n'est-il pas vrai que la crainte vive & certaine
que nous en avons, est beaucoup plus sure que la crainte, ou si vous
voulez, le soupçon que vous devez avoir, que ce l'on en dit pourroît
bien être véritable? L'une nous porte à faire nos éforts pour les
éviter; elle diminue à mesure que ces éforts redoublent, & nous fait
dire enfin:_ Je craignois, mais je ne crains plus, & je sai que je ne
dois plus craindre. _L'autre vous porte à faire de nouveaux éforts
pour en éloigner la pensée, ou pour les croire chimériques; mais
elle ne diminue jamais assez pour vous faire dire avec une parfaite
confiance;_ Je craignois, mais je ne crains plus, & je sai que je n'ai
plus rien à craindre.

_Mais à quoi bon, direz-vous, cet éfroi où vous voulez nous jetter?
Sont-ce là les armes de vôtre Religion? Est-ce ainsi que la vérité
se persuade?_

_Il nous est rude, n'en doutez pas, de vous présenter des motifs
de frayeur, pendant que nous en avons d'autres qui ne respirent que
douceur, que joye, & que tranquillité. Il nous est rude d'être obligez
de vous ébranler par la crainte, pendant que nous croyons avoir de quoi
vous ébranler par le poids & par la force des raisons. Ne prenez pas
cela comme des menaces de personnes poussées à bout, & à qui les
raisons manquent: prenez-le au contraire, comme un avis plein de
tendresse, que nous suggérent vôtre persévérance dans une voye qui
nous fait peur, & le peu de succès de nos autres armes. Si nous voulons
vous éfrayer, c'est parce que nous tremblons les premiers pour vous.
Nous souhaiterions avec ardeur de porter ces craintes jusques dans vos
consciences, & de vous communiquer un peu de nôtre repos par les mêmes
voyes, par lesquelles nous l'avons aquis._

_Mon dessein n'est pas de disputer ici: c'est de vous parler en frère
touché de vôtre état. Au nom de Dieu, faites y avec moi quelques
réflexions: vous sur tout qui n'êtes ni Athées, ni Chrétiens._

_N'oserois-je pas vous prier de rentrer encore un peu en vous-mêmes, &
d'éprouver si vous ne vous acommoderiez pas de la Religion Chrétienne?
Détournez un moment les yeux de dessus ce que vous regardez comme son
foible, ou regardez-le avec un peu moins de prévention, & un peu plus
d'équité. Suposez un peu, par une espéce de concession, que la
Divinité ait voulu se révéler par une autre voye que par celle de ses
Ouvrages; n'auroit-elle pas bien pu trouver à propos de laisser la plus
considérable partie des hommes dans l'ignorance du salut puis
qu'elle ne peut rien devoir à l'homme, encore moins à l'Idolatre?
N'auroit-elle pas même pu mettre dans cette Révélation plusieurs
choses capables de faire de la peine à l'esprit, aussi bien qu'elle
en a pu mettre dans la Nature? Voyez si cela ne pourrait pas un peu
diminuer la surprise, que vous causent les obscuritez de l'Écriture.
Voyez si en ce cas la Divinité n'eût pas pû user de quelque retenue,
pour ainsi dire, & de quelque ménagement dans la dispensation de
ses lumières; se cacher pendant long tems sous des voiles, qui ne
laissoient qu'entrevoir ses desseins, se raprocher en suite de nous
par des voyes extraordinaires; employer à cela des gens qui n'avoient
presque rien qui les distinguât, que leur grossiéreté & leur
simplicité. Voyez si elle n'auroit pas pu permettre ce grand nombre de
sentimens oposez, parmi ceux qui font profession de s'en tenir à sa
parole. Voyez si elle n'auroit pas pu se passer de parler avec cette
derniére évidence, qui réunit tous les esprits, & qui bannit tout
doute & tout diférent._

_Pour vous engager un peu à suposer que Dieu pouvait bien ajouter à la
Nature une Révélation expresse, & à la Loi du coeur une Loi écrite,
considérez s'il a pu se contenter de toutes les diférentes maniéres,
dont les hommes le servent; s'il a pu lui être indiférent de se voir
comme multiplié dans toutes les Divinitez des Payens, & si les idées
grossiéres & ridicules qu'ils ont eues de lui, ont pu lui être
suportables. Que jugeriez-vous d'un tas d'Ignorans, qui, suposant en
gros qu'ils vous doivent beaucoup de vénération & d'estime, n'auroient
de vous que des pensées basses & directement contraires à celles qui
doivent imprimer du respect? Si Dieu n'a pu qu'être choqué de ces
extravagances, n'auroit-il pas plus agréé le Culte Judaïque, qui sous
un extérieur charnel renfermoit les idées les plus magnifiques que
l'on puisse avoir de lui, les plus capables, par conséquent, d'exciter
dans l'homme, l'amour, le respect, la confiance, & l'adoration? Ne
trouveroit-il pas encore dans le Culte que les Chrétiens lui rendent,
quelque chose de plus digne de lui: & ainsi, y auroit-il trop de
témérité dans la suposition que nous exigeons de vous? Mais je
vais plus loin. Si nous pensons mieux de lui, que toutes les autres
Religions, seroit-ce le hazard qui nous auroit fait naître ces
pensées? D'où nous viendroit ce rafinement de Culte & de sentimens, si
peu connu dans les autres Religions? Dieu ne s'en seroit-il pas un
peu mêlé, & n'y auroit-il pas, dès là, quelque vraisemblance
dans l'histoire que nous faisons de la manière dont il l'a fait? Ne
pourriez-vous pas remarquer que, dans le tems où l'Idolatrie étoit
montée à son comble, & que tout alloit à déifier sans façon
la Grandeur & l'Autorité, quelque deshonorée qu'elle fût par le
déréglement des moeurs, c'est nôtre Religion seule qui a arrêté ces
excès, fait remonter Dieu sur le Trône, & remis l'homme dans le rang
qu'il doit tenir? Ne pourriez-vous pas enfin reconnoître, que ces
hautes idées que vous croyez avoir de Dieu indépendamment de la
Religion, sont dans le fond des fruits de la Religion même, puis que
les lumières des plus habiles de ceux qui n'ont eu autrefois que la
Nature pour guide, n'étoient presque rien au prix de celles que vous
avez, & qu'étant nez plusieurs siécles après la Religion, vous avez
été élevez par ses mains à ces grands sentimens, & à ces belles
connoissances._

_Si ces réflexions pouvaient un peu diminuer la mauvaise opinion que
vous avez du Christianisme, je vous exhorterois ensuite de tout mon
coeur, d'éprouver, si entrant dans nos sentimens, & vous soumettant,
comme par provision, à ce que l'Écriture nous prescrit, & pour la Foi
& pour la Vertu, vous ne pourriez pas venir jusqu'au point de sentir ce
que tant de personnes, des lumières de qui vous convenez, se vantent de
sentir; si vous ne pourriez pas trouver que_ nôtre joug est doux, & que
nôtre fardeau est léger; _si la complaisance que vous auriez eue de
mettre à part pour quelque tems les dificultez de l'Écriture, de
plier sous ses véritez & de vous assujettir à ses Loix, ne seroit pas
ensuite sufisamment récompensée par une véritable tranquillité, & si
enfin vous ne viendriez pas à faire par goût & par discernement ce
que vous auriez commencé par une espéce d'honnêteté & de
condescendance._

_Je n'ai pas dessein de vous surprendre par des interrogations
captieuses. Je vous ferois en cela moins de tort qu'à nous. C'est mon
coeur qui parle & qui parle au vôtre. Après tout, qu'est-ce que vous
auriez à craindre? Vous avez toûjours la voye du retour, si le chemin
où je vous veux engager n'a rien qui puisse vous plaire. Dieu veuille
que vous y entriez, & que vous y persévériez: Dieu veuille ajoûter
aux preuves de nôtre sainte Religion, dont l'évidence n'a pu encore
vous fraper, ce secours puissant, qui plie les coeurs les plus
inflexibles, qui fait rompre les plus durs, mais qui les rompt pour en
faire des coeurs nouveaux, capables de nouvelles inclinations, & de
nouveaux goûts, & faire par là succéder le plus grand de tous les
biens, au plus terrible de tous les malheurs. AMEN._



TABLE
DES
SECTIONS.


LIVRE PREMIER.

  I. _OCCASION de cet Ouvrage._
  II. _Qu'il y a un Dieu._
  III. _Qu'il n'y a qu'un Dieu._
  IV. _Que toutes les perfections sont en Dieu._
  V. _Qu'elles y sont dans un degré infini._
  VI. _Que Dieu est éternel, tout-puissant, tout-bon, et qu'il fait toutes
     choses._
  VII. _Que Dieu est la Cause de toutes les choses du Monde. 1. Preuve de
     cette vérité._ _2. Preuve tirée de la considération de toutes les
     parties du Monde, & de leurs diferens usages._ Ibid. _Que les hommes
     ne sont pas de toute éternité, & qu'ils sont tous issus d'un seul
     homme._
  VIII. _Réponse à l'Objection, que si Dieu étoit la Cause de tout, il
     seroit l'auteur du mal._
  IX. _Réfutation de l'Opinion de deux premiers Principes._
  X. _Que Dieu gouverne toutes choses. 1. Preuve._
  XI. _Que Dieu gouverne toutes les choses Sublunaires._ _Que Dieu
     gouverne les Natures particulieres._
  XII. _2. Preuve de la Providence, par la conservation des États._ Ibid.
  XIII. _3. Preuve, par les Miracles._
  XIV. _En particulier par les Miracles de Moïse & de Josué, que l'on
     prouve 1. par la durée de la Religion Judaïque._
  XV. _2. Par la sincérité de Moïse, & par l'antiquité de ses Livres._
  XVI. _3. Par les témoignages des Auteurs étrangers._
  XVII. _4. Preuve de la Providence, savoir les Prédictions._ _Quelques
     confirmations de cette même Vérite._
  XVIII. _1. Objection,_ Qu'on ne voit plus de Miracles.
  XIX.  _2. Objection,_ Que s'il y avoit une Providence, il n'y auroit
     pas tant de crimes.
  XX. _Que cette 1. Objection nous conduit à reconnaître un dernier
     Jugement._
  XXI. _Et par cela même l'immortalité de l'Ame._
  XXII. _1. Preuve de l'immortalité de l'Ame, savoir, une Tradition
     ancienne & universelle._
  XXIII. _2. Preuve, tirée de ce qu'aucune raison ne peut faire voir que
     l'Ame soit mortelle._
  XXIV. _Trois autres Preuves de l'immortalité de l'Ame._
  XXV. _Que la derniere fin de l'Homme est un bonheur éternel._

LIVRE SECOND.

  I. _DESSEIN de ce II. Livre, savoir de prouver que la Religion
      Chrétienne est véritable._
  II. _Que JESUS a été._
  III. _Qu'il a été crucifié._
  IV. _Que les premiers Adorateurs de Jesus Christ n'étoient pas des
      personnes ignorantes & grossiéres. Preuve de la vérité des Miracles
      de l'Evangile.
  V. Que ces Miracles n'ont été ni naturels, ni illusoires &c. mais
      produits par la puissance de Dieu_.
  VI. _Preuves de la Résurrection de Jesus-Christ._
  VII. _Objection:_ Que la Résurrection est une chose impossible.
      _Réponse._ _Que la Résurrection de Jesus-Christ prouve
      invinciblement la Religion Chrétienne._
  VIII. _Que la Religion Chrétienne est plus excellente que toutes les
      autres._
  IX. _1. Avantage de la Religion Chrétienne sur les autres, savoir les
      récompenses qu'elle promet._
  X. _Que la Résurrection des corps dissous & réduits en poudre n'est pas
      impossible._
  XI. _2. Avantage de la Religion Chrétienne sur les autres, savoir la
      sainteté de la Morale, dans ce qui concerne le Service de Dieu._
  XII. _Avantage de la Religion Chrétienne sur les autres dans les
      devoirs qui regardent le Prochain._
  XIII. _Dans le devoir de la chasteté, & dans ce qui regarde le Mariage._
  XIV. _Dans la maniere d'aquerir & de conserver les richesses._
  XV. _Dans les Loix qui règlent le Serment._
  XVI. _Perfection de la Morale Évangélique._
  XVII. _Objection tirée de la diversité de sentimens qui est parmi les
      Chrétiens._
  XVIII. _3. Avantage de la Religion Chrétienne tiré de la maniere dont
      elle s'est établie._ _Où l'on considere 1. son Auteur._ Ibid.
      _2. Sa grande étendue dès le commencement même._
      _3. Ceux qui l'ont les premiers prêchée. 4. Les dispositions des
      premiers qui l'embrassèrent._
  XIX. _Réponse à ceux qui demandent des preuves encore plus
      demonstratives._
  _Conclusion._

LIVRE TROISIÈME.

  Où l'on prouve l'autorité de l'Écriture.

  I. _PREUVE générale de l'autorité des Livres du Nouveau Testament._
  II. _Preuves plus particulieres. 1. Que ceux d'entre ces Livres, qui
      portent le nom de quelque Auteur, sont véritablement de cet Auteur._
  III. _Qu'on n'a pas lieu de douter de ceux qui autrefois ne furent pas
      généralement reçus._
  IV. _Qu'à l'égard de ce que quelques-uns ne portent aucun nom d'Auteur,
      cela ne leur préjudicie point._
  V. _2. Que tous ces Auteurs n'ont pu écrire que des choses vraies._
  VI. _1. Preuve: on ne peut les accuser d'ignorance._
  VII. _Qu'on ne peut les accuser de mauvaise foi._
  VIII. _2. Preuve, tirée des Miracles que ces Auteurs ont faits._
  IX. _3. Preuve prise des Prédictions que ces Livres renferment._
  X. _4. Preuve, Qu'il n'étoit pas de la bonté de Dieu de permettre que
      l'on trompât tant de gens de bien._ Ibid. _5. Preuve, tirée du
      consentement de tant de Sectes opposées._
  XI. _Objection:_ Que quelques Sectes ont rejetté plusieurs de ces
      Livres. _Ibid._
  XII. _1. Objection:_ Que les Livres du Nouveau Testament contiennent
      des choses impossibles.
  XIII. _2. Objection:_ Des choses contraires à la Raison.
  XIV. _3. Objection:_ Qu'il y a dans ces Livres des choses
      contradictoires.
  XV. _4. Objection:_ Qu'il y a des choses combatues par les Auteurs
      étrangers.
  XVI. _5. Objection:_ Que ces Livres ont été corrompus.
  XVII. _Preuves de l'autorité des Livres du Vieux Testament._

LIVRE QUATRIÈME.

  I. Réfutation du Paganisme.
  II. _CONTRE le Culte des Esprits créez_.
  III. _Que les Esprits qui étaient adorez, par les Payens étaient les
      Démons._
  IV. _Impiété de ce Culte_
  V. _Contre le Culte que les Payens rendoient aux Héros après leur mort._
  VI. _Contre le Culte des Astres & des Élémens._
  VII. _Contre le Culte que les Payens rendoient aux Animaux_.
  VIII. _Contre le Culte qu'ils rendoient aux Passions, à la Vertu &c._
  IX. _Réfutation de la preuve que les Payens tiroient de leurs Miracles_
      _Réfutation de la preuve qu'ils tiroient de leurs Oracles._
  X. _Que le Paganisme est tombé de lui-même lorsque les secours humains
      lui ont manqué_.
  XI. _Que les Astres n'ont aucune influence sur la Religion_.
  XII. _Que les Principaux Points de la Religion Chrétienne se trouvent
      dans les Écrits des sages Payens. Et que les Payens croioient des
      choses aussi difficiles à croire que nos Mystéres._

LIVRE CINQUIÈME

  I. Réfutation du Judaïsme.
  II. _Que les Juifs ne doivent pas douter des Miracles de Jésus-Christ._
  III. _Que ces Miracles n'ont pas été faits par le secours des Démons._
  IV. _Ni par la force de quelques paroles._
  V. _Preuve de la divinité de ces Miracles, par la Doctrine de
      Jésus-Christ._
  VI. _Réponse à l'Objection tirée de la diférence entre la Loi de Moïse
      & celle de Jésus-Christ._
  VII. _Qu'il peut y avoir une Loi plus parfaite que celle de Moïse._
  VIII. _Que Jésus-Christ a observé la Loi._
  IX. _Que cette partie des Loix de Moïse, qui a été abolie, ne contenoit
      rien que d'indifferent par soi-même._
  X. _Que les Sacrifices n'étoient ni agréables à Dieu par eux-mêmes, ni
      irrévocables._
  XI. _Preuve de la même verité, à l'égard de la difference des viandes._
  XII. _2. De la difference des jours._
  XIII. _3. A l'égard de la Circoncision._
  XIV. _Que les Juifs conviennent qu'un Messie a été promis._
  XV. _Que ce Messie est venu. 1. Preuve; le tems marqué pour sa venue
      est expiré._
  XVI. _Réponse à l'Objection, que l'avènement a  été différé à cause des
      péchez du Peuple._
  XVII. _2. Preuve: Comparaison de l'état présent des Juifs avec ce que la
      Loi leur promettoit._
  XVIII. _Que Jesus est le Messie. Preuves tirées des Prédictions._
  XIX. Réponse à l'Objection, que quelques-unes de ces Prédictions n'ont
      pas été accomplies_.
  XX. _Réponse à l'Objection prise de la bassesse & de la mort de
      Jesus-Christ._
  XXI. _Examen du préjugé favorable que beaucoup de Juifs ont pour ceux
      qui ont condamné Jesus Christ._
  XXII. _Réponse à l'Objection, que les Chrétiens adorent plusieurs Dieux._
  XXIII. _Réponse à l'Objection, que les Chrétiens adorent la nature
      humaine._

LIVRE SIXIÈME.

  Réfutation du Mahométisme.

  I. _Origine du Mahometisme._
  II. _Contre la soumission aveugle, qui est le fondement du Mahometisme._
  III. _1. Preuve contre les Mohometans, tirée de l'Écriture Sainte dont
      ils avouent en partie la divinité._
  IV. _Que l'Écriture n'a pas été corrompue._
  V. _2. Preuve tirée de la comparaison de la Religion Chrétienne & de la
      Mahometane,
  & 1. de la comparaison de Jesus-Christ avec Mahomet._
  VI. _2. De la comparaison des actions de l'un & de l'autre._
  VII. _3. De la comparaison de ceux qui ont les premiers embrassé le
      Christianisme & le Mahometisme._
  VIII. _4. De la comparaison des moyens par lesquels ces deux Religions
      se sont établies._
  IX. _5. De la comparaison de la Morale Chrétienne avec celle de Mahomet._
  X. _Reponse à l'Objection que les Mahometans tirent de la qualité de Fils
      de Dieu, que nous donnons à Jesus-Christ._
  XI. _Que les Livres des Mahometans sont pleins d'absurditez._
  XII. _Application de tout l'Ouvrage, adressée aux Chrétiens._
  XIII. _Usage du I. Livre, pour la Pratique._
     _Usage du II. Livre._
     _Usage du III. Livre._
     _Usage du IV. Livre._
     _Usage du V. Livre._
     _Usage du VI. Livre._


I. DISSERT. Du choix qu'on doit faire entre les divers Sentimens qui
partagent les Chrétiens.

Par Mr. LE CLERC.

  I. _Qu'on doit examiner qui sont ceux d'entre tous les Chrétiens, qui
      suivent aujourd'hui la Doctrine la plus pure de Jesus-Christ._
  II. _Qu'il faut s'atacher à ceux qui sont les plus dignes du nom de
      Chrétiens._
  III. _Les plus dignes du nom Chrétien sont ceux qui enseignent la
      Doctrine la plus pure, dont_ Grotius _a prouvé la verité._
  IV. _Des choses dont les Chrétiens sont d'accord, & de celles où ils
      sont d'un sentiment contraire._
  V. _De quelle source chaqu'un doit tirer la connoissance de la Religion
      Chrétienne._
  VI. _Qu'on ne doit prescrire aux Chrétiens que ce qui est tiré du
      Nouveau Testament._8
  VII. _Qu'on doit admirer la Providence de Dieu dans le soin qu'il a
      pris de conserver la Doctrine Chrétienne._.
  VIII. _On répond à la question, pourquoi Dieu a permis qu'il y eût des
      erreurs & des disputes entre les Chrétiens_.
  IX. _Que ceux-là professent & enseignent la plus pure Doctrine de
      Jesus-Christ, qui ne proposent pour Règle de la Foi, de l'Esperance
      & des Moeurs que les choses dont tous les Chrétiens sont d'accord._
  X. _Que la prudence nous oblige de participer à l'Eucharistie avec ceux
      qui ne demandent des Chrétiens, que ce que chacun trouve dans les
      Livres du Nouveau Testament._
  XI. _De la Discipline Ecclésiastique._
  XII. _Que_ Grotius _a beaucoup estimé l'ancienne Discipline, quoiqu'il
      n'ait jamais condamné l'autre._
  XIII. _Exhortation à tous les Chrétiens, divisés de sentimens, de
      n'exiger les uns des autres la créance d'aucun Point de Doctrine,
      que de ceux dont chacun connoît la certitude par la lecture du
      Nouveau Testament, & qui ont toujours fait l'objet de la Foi._

II. DISSERT. contre l'Indiférence de Religion.

Par Mr. LE CLERC.

  II. _Qu'il n'y a rien de plus important que la Religion, & que par
      conséquent on doit emploier tous ses soins pour la connoître._
  III. _Que l'indifférence de Religion n'est pas permise d'elle même;
      qu'elle est défendue par les Loix divines, & condamnée par toutes
      les Communions Chrétiennes._
  IV. _Qu'il ne faut pas legerement taxer d'erreur & d'un culte deffendu
      ceux qui sont d'un sentiment contraire au nôtre, ni les exclure
      du Salut éternel qui ne se peut trouver dans leur Communion; quoi
      qu'il ne soit jamais permis de professer ce que nous ne croions
      pas, ou de pratiquer ce que nous condamnons._
  V. _Qu'un homme qui est dans l'erreur, & qui péche par ignorance, peut
     être agréable à Dieu; mais qu'un Hypocrite & un Fourbe qui dissimule
     ne sauroit lui plaire._
FIN



TRAITÉ
DE LA VERITÉ
DE LA
RELIGION
CHRÉTIENNE.



_LIVRE PREMIER_.


[Note marg.: _Occasion de cet Ouvrage._]

[Note marg.: Jérôme Bignon Avocat Général.]

I. Vous souhaitez, Monsieur, de savoir quel est le précis des livres
que j'ai faits en Flamand, pour prouver la vérité de la Religion
Chrétienne. Vôtre curiosité ne me surprend point. Une personne qui,
comme vous, joint à une lecture fort vaste un discernement parfaitement
juste, ne peut ignorer, que la subtilité du Philosophe Raimond
de Sébonde[a], l'agréable variété des Dialogues de Vivès[b],
l'érudition & l'éloquence de Mr du Plessis-Mornai[c], ont en quelque
sorte épuisé cette matiére, & ne nous ont laissé que le soin de
copier ou de traduire ces Auteurs.

[Note a: Raimond de Sebond étoit Espagnol, sa Théologie naturelle fut
composée en Latin, & le célèbre Montagne l'a traduite en François.
TRADUCTEUR DE PARIS.]

[Note b: Louis Vivès, Espagnol, Professeur de Belles Lettres à Louvain
& à Bruges, un des plus habiles Critiques du seizième siécle, cinq
Livres _de la Vérite de la Religion Chrétienne_, en Latin. TRAD. DE
PAR.]

[Note c: Philippe de Mornay, Sieur du Plessis Marly, _de la Vérité de
la Religion Chrétienne, contre les Athées, Épicuriens, &c._ à Paris
in-oct, 1582, en François, à Genève 1590. à Leyde 1651. On le trouve
aussi en Latin & en Italien. TRAD. DE PAR.]

Cependant, quelque jugement que d'autres puissent faire d'un nouvel
ouvrage sur ce sujet, j'espère que vous serez assez équitable pour ne
désaprouver pas qu'après avoir lu non seulement ces ouvrages dont je
viens de parler, mais aussi ce que les Juifs ont écrit pour l'ancienne
Religion Judaïque, & ce que les Chrétiens ont fait pour la défense
du Christianisme, je ne me sois pas contenté de ce qu'ont dit tous ces
Auteurs: mais qu'ajoûtant mes lumiéres aux leurs, j'aye donné à mon
esprit la liberté dont j'étois moi-même privé[d], lors que je
fis cet Ouvrage. Je savois qu'on ne doit employer pour défendre la
Vérité, d'autres armes que la Vérité même; que je ne pouvois
apeller Vérité que ce qui m'avoit paru l'être; & qu'en vain
j'entreprendrois de persuader les autres par des raisons qui ne
m'auroient pas convaincu. Je choisis donc dans les Auteurs anciens &
modernes les preuves qui m'avoient le plus frapé, je laissai celles qui
me paroissoient les plus foibles, & en particulier je ne voulus tirer
aucun avantage de certains livres dont les uns sont évidemment suposez,
& dont les autres m'étoient suspects. Ayant fait ce choix, je donnai
à mes preuves l'ordre le plus naturel qu'il me fut possible, je les
énonçai d'une maniére proportionnée à la portée du peuple, & je
les mis en vers, afin qu'elles fussent plus aisées à aprendre & à
retenir.

[Note d: L'Auteur étoit en prison quand il fit cet Ouvrage en vers
Flamands; car ce fut à Paris qu'il le traduisit en Latin. TRAD. DE
PAR.]

Mon dessein étoit de travailler pour l'utilité de tous ceux de mon
païs; mais j'avois sur-tout en vûe ceux qui vont sur mer, à qui je
voulois procurer par là les moyens de bien employer le loisir qu'une
longue navigation leur donne, & dont la plupart tâchent à dissiper
l'ennui par des ocupations peu raisonnables.

Je commence cet ouvrage par les éloges des habitans de nos Provinces,
auxquels aucun autre peuple ne peut sans doute disputer la gloire
d'exceller dans l'art de la navigation. Je leur fais regarder
cet avantage comme un éfet de la bonté de Dieu. Je les exhorte
sérieusement à l'employer comme un moyen pour étendre le
Christianisme, aussi bien que pour s'enrichir. Je leur fais remarquer
que leurs longs voyages leur en fournissent l'occasion; qu'ils trouvent
des Payens dans la Chine & dans la Guinée, des Mahométans dans la
Turquie, dans la Perse & dans la Barbarie; que pour les Juifs, les plus
déclarez ennemis du Christianisme, il y a peu de lieux sur la terre où
ils ne soient répandus; qu'enfin, parmi les Chrétiens mêmes, il se
trouve des Impies, qui dans l'ocasion versent adroitement dans l'esprit
des Simples le venin de leurs sentimens, que la crainte leur fait
ordinairement cacher; que c'est contre ces ataques que je voulois leur
fournir des armes, dont les plus éclairez pourroient se servir pour
combatre vigoureusement l'erreur, & les autres, pour s'en garantir.

Après cela j'entre en matiére; & afin de faire voir que la Religion
n'est pas une chose vaine & imaginaire, j'en établis d'abord le
fondement, renfermé dans cette proposition, qu'_Il y a un Dieu_. C'est
ainsi que je le prouve.



[Note marg.: _Qu'il y a un Dieu._]

II. Le sentiment & l'aveu de tout le monde mettent hors de doute qu'il y
a des choses qui ont commencé d'être. Or ces choses ne se sont point
produites elles-mêmes; car produire c'est agir. Or pour agir il faut
exister. Par conséquent si elles se sont produites elles-mêmes, elles
ont existé avant que d'être, ce qui est contradictoire. Il s'ensuit
donc qu'elles ont tiré l'être de quelqu'autre principe. Pour fortifier
cette preuve, j'ajoûte, qu'elle ne porte pas seulement sur les choses
que nous voyons ou que nous avons vûes, mais aussi sur leurs causes, &
sur les causes de ces causes; jusqu'à ce qu'enfin l'on remonte à un
premier Principe, c'est à dire, à un Être qui n'ait jamais commencé,
& qui existe nécessairement & par lui-même. Et c'est précisement
ce Principe que nous apellons Dieu, & dont nous essayerons tantôt de
découvrir la nature.

Ma seconde preuve est tirée du consentement manifeste de toutes les
Nations du monde à croire une Divinité; au moins de celles en qui un
naturel sauvage & farouche n'a point éteint les lumières de la Raison,
& les idées du bien & du mal. Je dis donc que les choses qui ne
viennent que d'un établissement purement humain, ont deux caractéres
qui ne se trouvent point dans ce consentement unanime. Le premier, c'est
d'être diférentes selon les païs[A] & selon les inclinations des
peuples: le second, d'être sujettes à changer. Or comme l'a remarqué
Aristote même, lequel on auroit tort de soupçonner de crédulité sur
ce sujet, la créance d'une Divinité est généralement répandue par
tout. D'ailleurs, comme l'a aussi reconnu ce Philosophe, le tems qui
change toutes les choses de pure institution, n'a jamais pu altérer
celle-ci. D'où vient donc cette créance, sinon d'une cause qui agit
naturellement sur l'esprit de tous les hommes du monde? Or cette cause
ne peut être que l'une de ces deux-ci: une révélation expresse,
émanée de Dieu, ou une tradition, qui de main en main ait passé des
premiers hommes jusques à nous. La premiére décide la question en
notre faveur; puis qu'il n'y peut avoir de révélation divine, qu'il
n'y ait un Dieu. Si l'on dit que c'est une tradition, qu'on nous aporte
quelque raison, qui puisse nous faire croire que ces premiers hommes ont
eu dessein, dans une afaire de cette importance, d'en imposer à toute
leur postérité[B]. Ajoutez à cela, que soit que nous jettions les
yeux sur toutes les parties de l'ancien Monde, soit que nous regardions
toutes celles du nouveau, nous ne verrons aucuns Peuples, (je ne parle
pas de ceux qui n'ont presque de l'homme que la figure) nous ne verrons,
dis-je, aucuns Peuples qui ne reconnoissent une Divinité, quoi qu'à
dire vrai, la connoissance qu'ils en ont soit distincte ou confuse,
à proportion de leur politesse & de leurs lumiéres. Or peut-on se
persuader que ceux d'entre ces Peuples qui ont eu des lumiéres, ayent
pu être trompez ou que ceux en qui l'on remarque de la stupidité,
ayent pu entreprendre de se tromper les uns les autres?

[Note A: On pourroit dire que la Religion est diférente selon les
inclinations des peuples, mais ce n'est qu'à l'égard de telle ou telle
Divinité particuliére, ou de la maniére de servir les Dieux; & non
par raport à cette opinion générale, qu'il y a un Dieu, quel qu'il
soit; & c'est de cela qu'il s'agit ici. TRAD.]

[Note B: Ou que l'on prouve qu'ils se sont eux-mêmes trompez; faute de
quoi j'ai droit de conclurre, qu'ils ont été légitimement persuadez
de cette vérité qu'ils ont transmise à leurs descendans. ADD. DU
TRAD.]

Que l'on n'objecte point ici ce peu d'hommes, qui dans un grand nombre
de siécles ont cru, ou fait profession de croire, qu'il n'y a point
de Dieu. Leur petit nombre, & l'oposition générale qu'ils ont
rencontrée, lors qu'ils ont voulu introduire leurs sentimens, font voir
que ces sentimens n'étoient pas le fruit du bon usage que ces gens
faisoient de leur Raison; mais un éfet, ou de l'amour de la nouveauté,
passion dont la bizarrerie a quelquefois été jusques à faire soutenir
que la neige est noire: ou d'un esprit corrompu, qui de même qu'un
goût dépravé, juge des choses, non selon ce qu'elles sont en
elles-mêmes, mais selon ce qu'elles lui paroissent. En éfet, tant les
Livres historiques que ceux d'un autre genre, nous aprennent que les
hommes ont conservé l'idée d'une Divinité, à proportion de la
droiture de leur coeur. Il paroît donc que cet éloignement pour une
opinion si ancienne & si universelle, est une suite de la dépravation
de l'esprit & qu'elle n'a guére pu se trouver qu'en ceux, à qui il
importe souverainement qu'il n'y ait point de Dieu, c'est à dire, point
de Juge de leurs déréglemens.

Il est si vrai que ce qui peut jetter les hommes dans cette erreur,
n'est pas le dessein d'entrer dans des opinions un peu moins humiliantes
pour la Raison, que pour peu qu'on y fasse reflexion, on voit que le
sentiment d'une suite de générations sans commencement, ou d'un
concours fortuit d'atomes, ou quelque autre sentiment que ce soit,
est sujet à d'aussi grandes dificultez, pour ne pas dire à de plus
grandes, & ne fait pas moins de peine à l'esprit que la créance d'une
Divinité. Par exemple, ce que quelques-uns disent, que parce que leurs
sens ne découvrent pas Dieu, ils ne peuvent croire qu'il y en ait
un, peut-il arrêter un esprit qui fasse quelque usage de sa Raison?
Voyent-ils leur ame, qui de quelque nature qu'elle soit, corporelle ou
spirituelle, est très certainement en eux, & y produit des pensées,
des jugemens, & des volontés[C]? L'objection qu'on tire de
l'incompréhensibilité de l'Être suprême, n'a pas plus de force que
la précédente pour prouver qu'il n'y a point de Dieu. On sait qu'il
est de la nature des choses inférieures, de ne pouvoir bien comprendre
celles qui sont d'un ordre plus élevé & plus éminent. [D] Les
bêtes ne comprennent point ce que c'est que l'Homme: beaucoup moins
peuvent-elles pénétrer ses actions, & découvrir de quelle maniére
il établit & gouverne les États, mesure le cours des Astres, & fait
voyager sur la Mer. Certes la vûe même de ces beaux avantages de
l'homme sur la bête, devroit bien lui faire conclurre, que celui de qui
il les a reçus est pour le moins autant au dessus de lui, qu'il est
lui-même au dessus des bêtes, & devroit bien diminuer la peine qu'il a
à reconnaître quelque chose de plus excellent que lui, sous prétexte
qu'il n'en connoit pas la nature.

[Note marg.: _Qu'il n'y a qu'un Dieu._]

[Note C: Si l'invisibilité n'est pas une raison pour faire rejetter ce
principe de connoissance & de volontez, parce qu'on à d'ailleurs de
trop fortes preuves de sa réalité, pourquoi formeroit elle un doute
plus raisonnable contre l'existence d'un Dieu? ADD. DU TRAD.]

[Note D: Cela paroîtra foible à ceux qui sont persuadez que la Bête
est une pure machine: mais qu'au lieu de _Bête_ on mette ici un
_Cafre_, par exemple, ou un _Hottentot_, & cela fera le même éfet.
TRAD. Peut-être le raisonnement seroit meilleur, si on le poursuivoit
ainsi: Or cette proprieté individuelle ne pouvant être en Dieu que
quelque perfection (comme il paroîtra par la suite) l'un de ces Dieux
auroit une perfection que les autres n'auroient pas: par conséquent ces
autres ne seroient pas Dieu. TRAD.]



III. Nous avons prouvé qu'il y a un Dieu: venons à ses atributs. Le
premier qui se présente, c'est l'Unité. Elle se recueille 1. de ce
que nous avons déjà établi, c'est que Dieu est un Être, qui
existe nécessairement & par soi-même. Or une chose est dite être
nécessairement & par elle-même, non entant qu'on la considére dans
une idée générale, & dans l'indétermination à être ou à n'être
pas, mais entant qu'elle existe actuellement. Cela posé, je dis que si
l'on établit qu'il y a plusieurs Dieux, l'on ne trouvera rien en chacun
d'eux qui le fasse exister nécessairement; rien même qui oblige à
en admettre deux plutôt que trois, ou dix plutôt que cinq. 2. La
multiplicité des Êtres particuliers de même espéce, vient de la
fécondité de leurs principes, qui, selon qu'elle est plus ou moins
grande, les rend capables de plus ou de moins de productions: or Dieu
n'a ni principe ni cause.

3. Il y a dans plusieurs Êtres singuliers certaines propriétez qui les
distinguent les uns des autres: or dans une nature nécessaire,
comme est celle de Dieu, rien n'oblige à reconnoître ces sortes de
propriétez. 4. S'il y avoit plusieurs Dieux, il y auroit plusieurs
agens libres, qui par conséquent pourroient vouloir des choses
directement oposées: [E] or l'un, comme Dieu, c'est-à-dire, comme
Tout-puissant, devroit pouvoir empêcher l'autre d'exécuter ses
desseins. Mais si cela étoit, celui duquel il arrêteroit l'action, ne
seroit pas Dieu, puis qu'être Dieu, & rencontrer de l'obstacle dans
l'exécution de ses projets, sont deux choses incompatibles.[F] Ajoutons
à tout cela une reflexion, qui, quoiqu'elle ne soit pas absolument
concluante, forme pourtant un préjugé assez fort en faveur de l'Unité
de Dieu. C'est que, de quelque côté que nous jettions les yeux, nous
ne découvrons rien qui nous fasse même soupçonner qu'il y ait plus
d'un Dieu. L'Univers fait un seul Monde; dans ce Monde il n'y a qu'un
Soleil: dans chaque homme il n'y a qu'un principe dominant, qui est
l'Esprit.

[Note E: Quelques-uns répondent à cette objection, que ces Dieux ne
pourroient pas vouloir des choses oposées, parce qu'ils seroient sages,
& non bizarres ni capricieux. Mais c'est ne rien dire. J'avoue, si l'on
veut, qu'ils en seroient plus sages, s'ils s'accordoient assez pour
ne vouloir que les mêmes choses. Mais aussi, ils ne seroient pas
infiniment libres s'ils ne pouvoient en vouloir de contraires, & par
conséquent, ils ne seroient pas Dieu. _Le même._]

[Note F: Cette réflexion étoit couchée en forme de preuve, entre la
troisième & quatrième raison; & on l'a mise à la fin de l'article,
parce qu'elle ne paroît pas assez considérable pour être mise entre
de solides preuves. _Le même._]



[Note marg.: _Que toutes les perfections sont en Dieu_]

IV. Poursuivons, & tâchons de découvrir les autres atributs de Dieu.
Tout ce qu'on entend par le mot de _perfection_ est nécessairement en
Dieu, & je le prouve ainsi. Toutes les perfections qui sont dans le
Monde ont eu un commencement, ou n'en ont pas eu. Celles qui n'ont point
eu de commencement, ne peuvent être que celles de Dieu. Celles qui
ont commencé d'être, suposent manifestement un principe qui les ait
produites. Et comme de toutes les choses qui sont, aucune ne s'est
produite elle-même, il s'ensuit que les perfections qu'on découvre
dans les éfets sont tellement dans leurs causes, qu'elles les rendent
capables d'en produire de pareilles: par conséquent tout ce qu'il y
a de perfection au monde, a du se trouver dans la cause premiére.
J'ajoûte, que si elles y ont été, elles n'ont jamais pu cesser d'y
être, puisqu'on ne peut pas dire que cette cause ait pu en suite en
être dépouillée. Je le prouve: ou ce changement viendroit d'ailleurs,
ou il viendroit de la cause premiére elle-même. Le premier ne se peut:
un Être éternel, ne dépendant d'aucun autre, aucun autre ne peut agir
sur lui. Le second n'est pas plus possible, puis que chaque chose tend
d'elle-même autant qu'elle peut à se perfectionner, bien loin de
travailler à se rendre moins parfaite.



[Note marg.: _Qu'elles y sont dans un degré infini._]

V. Ce premier principe étant posé, il faut en établir un autre, c'est
que _Toute perfection se doit trouver en Dieu dans un degré infini_: en
voici la preuve. Ce qui borne l'atribut d'un Être, est, ou que la cause
qui a produit cet Être ne lui a communiqué cet atribut, que jusqu'à
un certain degré: ou que cet Être même ne le pouvoit recevoir, que
dans une certaine mesure. Or ni l'un ni l'autre ne se peut dire de Dieu,
par cette seule raison, qu'étant par soi-même & nécessairement, il
n'a jamais pu rien recevoir d'ailleurs.



[Note marg.: _Que Dieu est éternel, tout-puissant, tout bon, & qu'il
fait toutes choses._]

VI. Voyons, à présent quelles doivent être ces perfections de l'Être
suprême. Il est certain que ce qui vit, est plus parfait que ce qui ne
vit pas; que ce qui peut agir, l'est plus que ce qui en est incapable;
que ce qui est doué d'intelligence, est plus excellent que ce qui ne
l'est pas; qu'enfin ce qui a de la bonté, surpasse en perfection ce
qui n'en a point. Donc tous ces atributs de _vivant_, de _puissant_,
d'_intelligent_, de _bon_, sont en Dieu. Or par le second principe que
nous avons posé, il ne peut y avoir rien en Dieu qui ne soit infini:
donc ces atributs y sont dans un degré infini: donc sa vie ne doit
être bornée d'aucun tems, c'est à dire, d'aucun commencement ni
d'aucune fin: voilà l'_Éternité_. Son pouvoir est illimité: voilà
la _Toute-puissance_. Je dis le même de la _Science_ & de la _Bonté_,
qui, comme les deux autres atributs, ne se peuvent trouver en Dieu, que
par cela même ils ne soient infinis.



[Note marg.: _Que Dieu est éternel, tout-puissant tout-bon, & qu'il
fait toutes choses.]

VII. De ce que nous venons d'établir, il résulte que tout ce qui
subsiste, tire son origine de Dieu. Car puis que nous avons conclu de ce
qu'une chose existe nécessairement, qu'elle est par cela même unique,
& exclut tout autre Être de même nature: il est évident que toutes
les choses qui sont hors de Dieu ne sont point nécessairement &
par elles-mêmes, & qu'elles ont dû être produites par une cause
diférente d'elles. Or cette cause ne peut être que celle qui n'a point
eu de commencement, puis que, comme nous l'avons vu dès l'entrée, tout
ce qui est, doit avoir été produit ou immédiatement, ou médiatement,
c'est-à-dire, dans ses causes, par un premier Principe. Et ce premier
Principe est ce que nous apellons Dieu.

[Note marg.: _2 Preuve, tirée de la considération de toutes les
parties du Monde, & de leurs diferens usages._]

Quand le raisonnement ne nous conduiroit pas à cette derniére
vérité, la vûe seule des choses créées nous l'aprendroit
sufisamment. En éfet il est impossible de considérer avec atention la
structure admirable du corps humain, l'arrangement de ses parties tant
extérieures qu'intérieures, la destination des plus petites à de
certains usages, le peu de part que les péres & les méres ont à cet
arrangement & à cette destination; en un mot, l'artifice exquis que
l'on découvre dans cet excellent ouvrage, & qui fait l'admiration
de ceux qui s'occupent avec le plus de succès à en étudier les
merveilles: l'on ne peut, dis-je, considérer tout cela sans conclurre,
que l'Auteur de cet ouvrage est un Être souverainement sage &
intelligent. Si dans une chose aussi évidente on ne se contente pas de
ses propres lumières, on n'a qu'à lire Galien dans les endroits où il
traite de l'usage de la main, & de celui de l'oeil.

Les corps des animaux brutes ne nous fournissent pas une preuve moins
solide de cette vérité. La forme & la situation de leurs parties
marquent visiblement une certaine intention & de certaines fins, dont
une puissance aveugle, telle qu'est celle de la matiére, est absolument
incapable. Je dis la même chose des plantes & des herbes, & je le dis
après les Philosophes les plus éclairez. La situation des eaux[1] a
fait fort à propos naître à Strabon la même pensée.[G] Selon leur
nature & la qualité de la matiére qui les compose, elles devroient
être placées entre la Terre & l'Air. Si donc la Terre, au lieu d'en
être couverte, en est seulement arrosée en diférens endroits,
n'est-ce pas afin qu'elle puisse servir de demeure à l'homme, &
produire les choses qui lui sont nécessaires? Or qui peut se proposer
une certaine fin dans ses actions, sinon un Être sage & intelligent?

[Note 1: La _situation des eaux &c_. Strabon liv. 17. après avoir
distingué les ouvrages de la nature, c'est-à-dire, de la matiére, &
ceux de la Providence, ajoûte ces mots. «Mais comme naturellement les
eaux devroient environner & couvrir toute la terre, & que d'ailleurs
l'homme n'est pas un animal aquatique, mais en partie terrestre & en
partie aërien, & capable de jouïr de la lumiére, d'un côté la
Providence a fait sur la surface de la terre plusieurs enfoncemens pour
recevoir l'eau ou une partie de l'eau, & pour en être cachée: & de
l'autre, plusieurs éminences par lesquelles la Terre s'élevant au
dessus de l'eau, la couvre & n'en laisse paroître qu'autant qu'il
en faut, pour l'usage de l'homme & des animaux, & pour nourrir les
plantes.]

[Note G: La nature de l'eau ne demande pas qu'elle soit placée entre
l'air & la Terre. Il sufit de remarquer, que la distribution qui en a
été faite par toute la terre marque une sagesse & une bonté qui ne
peut convenir à la matiére. TRAD.]

[H] Pour dire encore un mot des bêtes, quelques-unes, comme les fourmis
& les abeilles, font des choses si bien réglées & si bien conduites
qu'à peine peut-on se défendre d'y reconnoître de la raison & de la
sagesse. On en voit d'autres qui avant que d'avoir éprouvé ce qui leur
peut nuire, ou ce qui leur est bon, s'éloignent de l'un & recherchent
l'autre. Y auroit-il donc, éfectivement en celles-là, quelque
intelligence qui dirigeât leurs actions, & dans celles-ci, quelque
discernement qui réglât leur choix? Non sans doute; puis qu'on les
voit astreintes à agir toûjours de la même maniére, & que leur
capacité est tellement bornée à un certain ordre de choses, qu'elle
n'a point de lieu dans d'autres un peu diférentes, quoi qu'aussi peu
dificiles. Il faut donc que ces actions partent d'une cause extérieure,
intelligente, qui agisse sur ces bêtes, & qui en régle les mouvemens:
& cette cause n'est autre chose que Dieu.

[Note G: On a tiré cet Article de son lieu, pour mettre tout d'une
suite les réflexions de l'Auteur sur les fins particuliéres. TRAD.]

Au reste, on voit dans les parties de l'Univers, non seulement
une direction à de certaines fins particuliéres, mais aussi une
destination à des fins générales, & qui tendent à la conservation
réciproque de ces parties. L'eau, par exemple, qui de sa nature tend en
bas, se meut quelquefois en haut. Pourquoi cela, si ce n'est [I] de peur
que le vuide venant à séparer les parties de l'Univers, n'en détruise
la liaison, qui ne peut subsister, à moins qu'elle ne soit universelle?
Or ni cette fin qui va, pour ainsi dire, au profit du Monde entier, ni
la force que telle ou telle partie a d'y concourir, ne peuvent être que
la production d'un Esprit qui préside sur toutes les parties du Monde.

[Note I: Cette crainte du vuide n'est aparemment, dans le sens de
l'Auteur, qu'une précaution de la Providence, qui pour mieux lier les
parties du Monde; en a exclus le vuide. Et cette réflexion, ainsi
expliquée, supose que le vuide est possible. TRAD.]

De plus le cours des Astres, & en particulier celui du Soleil & de la
Lune, est si propre à rendre la terre fertile, & à conserver les
animaux dans une bonne disposition, que l'imagination même, quelques
éforts qu'elle fît, ne pourroit rien concevoir de plus éficace pour
ces usages-là. La simplicité des Loix naturelles exigeoit, ce semble,
que les Astres se mûssent sur l'Équateur[e]. Pourquoi donc ont ils
reçu une impression qui les fait mouvoir sur un cercle oblique? C'est
sans doute, afin qu'ils répandissent leurs bonnes influences sur un
plus grand nombre d'endroits. Le Ciel est donc en quelque façon pour la
Terre, & la Terre est pour tous les animaux en général. Mais ne nous
arrêtons pas là. Pour qui sont les brutes? Pour l'Homme, sans doute,
qui par la prééminence de son esprit s'est assujetti les plus
indomtables. Quand nous recueillirons de tout cela, que le Monde entier
a été fait pour l'Homme, nous ne dirons rien que tous les Stoïciens
n'ayent aperçû.[2] Or comme cet ordre qui assujettit à l'Homme toutes
les parties du Monde, & entr'autres les Astres, n'est ni l'éfet de la
puissance de l'Homme, laquelle ne s'éléve guére au-dessus de l'air
qu'il respire, ni de la soumission volontaire de ces Êtres célestes:
il faut nécessairement reconnoître une Intelligence supérieure, dont
les ordres secrets obligent ces Êtres sur qui l'Homme a si peu de
pouvoir, à servir continuellement à ses besoins: & cette Intelligence
n'est autre que celle du Créateur même des Astres, & de l'Univers
entier.

[Note e: L'Équateur est un des quatre grands cercles qui divise la
Sphère en deux parties égales, dont l'une est septentrionale, &
l'autre méridionale. TRAD. DE PAR.]

[Note 2: _Que tous les Stoïciens n'ayent aperçu._ Cicéron Offic. liv.
I. & de la nature des Dieux liv. 2.]

[3] Enfin tous ces mouvemens, excentriques,[f] epicycliques,[J] &
autres, qu'on remarque dans les Astres; leurs situations diférentes; la
diversité de leurs cours, qui les aproche ou les éloigne plus ou moins
de certains endroits; la variété presque infinie qui se voit dans
la surface de la Terre, & dans la figure des Mers, sont des traces si
sensibles d'une Cause également libre & sage, qu'il faudroit être
stupide, pour n'y reconnoître que l'impression brute & aveugle d'un
principe matériel. [K] La figure du Monde entier, qui est d'une rondeur
parfaite, & l'arrangement admirable de ses parties, toutes enfermées
dans la vaste enceinte des Cieux, font aussi voir clairement que ce
n'est pas le hazard, mais une Intelligence sans bornes, qui a pu
composer ce grand Tout & en assembler les parties. Les coups du hazard
ne sont pas d'ordinaire d'une si grande justesse. L'on ne verra jamais
des matériaux jettez à l'avanture, s'unir avec assez d'art & de
régularité pour composer un Palais. L'on ne verra jamais naître un
Poëme de l'amas fortuit de plusieurs caractéres. C'est du moins ce qui
ne parut pas possible à celui qui ayant vû des figures géométriques
tracées sur le bord de la Mer, dit qu'il apercevoit les traces d'un
homme.

[Note 3: _Enfin tous ces mouvemens &c._ Si l'on supose que la Terre
tourne, la même réflexion aura lieu, quoi que sous diferens termes.]

[Note f: Petit cercle qui a pour centre un point pris sur la
circonférence d'un autre cercle plus grand, sur lequel ce petit se met
επί sur & κύκλος cercle. TRAD. DE PAR.]

[Note J: La simplicité du Systême que l'on a substitué à celui de
Ptolémée, est encore bien plus propre à nous faire connoître la
sagesse d'un Dieu Créateur que tous ces mouvemens embarrassez, que l'on
n'a inventez que sur la suposition fausse de la solidité des Cieux.
TRAD.]

[Note K: Cette rondeur du Monde est une suite de ce même faux principe,
que les Cieux sont d'une matiére solide. TRAD.]

[Note marg.: _Que les hommes ne sont pas de toute éternité; & qu'ils
sont tous issus d'un seul homme._]

Il faut aussi prouver que les hommes n'ont pas été de toute
éternité, & qu'ils doivent leur origine & à un certain tems & à
une certaine tige qui leur est commune à tous. Cela se recueille,
premiérement[4] du progrès des Arts qui se sont perfectionnez nez
peu-à-peu, & de ce que plusieurs Païs auparavant déserts & incultes,
ont commencé d'être habitez par des Peuples, qui pour la plûpart,
& sur tout ceux des Iles, ont conservé dans la ressemblance de leur
Langue avec celle des Païs voisins, une preuve évidente qu'ils en
étoient venus. Cela se voit en second lieu par quelques maximes &
quelques pratiques, qui naissent moins d'un instinct naturel, ou d'un
raisonnement clair & sensible à tous les hommes, que d'une tradition
qui s'est répandue dans tous les tems, & dans tous les lieux, sans
aucune interruption, que celle qu'a pu y aporter la malice des hommes,
ou les désastres publics. Tels furent autrefois les sacrifices. Telles
ont été, & sont encore aujourd'hui, la délicatesse de la pudeur
pour les choses qui la peuvent blesser, les cérémonies nuptiales, &
l'horreur pour les incestes.

[Note 4: _Du progrès des Arts, &c._ Tertullien prouve ce progrès des
Arts, & cette multiplication du genre humain par le témoignage de
l'Histoire, dans son liv. de l'ame, sect. 36. _Nous trouvons_, dit-il,
_dans les histoires les plus anciennes que le genre humain s'est
multiplié peu-à-peu_ &c. Et plus bas, _le monde entier même se
perfectionne tous les jours & pour la politesse des moeurs, & pour
l'invention de plusieurs choses nécessaires_. Ces deux raisons, savoir
cette multiplication & ce progrès, ont fait rejeter à ceux qui savent
l'Histoire, & aux Épicuriens mêmes, l'opinion d'Aristote, lequel a
cru que les hommes ont été de toute éternité. A l'égard des
Épicuriens, en voici un témoignage que Lucréce nous fournit. «Si la
Terre & les Cieux n'avoient point eu de commencement, seroit-il possible
que les Poëtes n'eussent rien chanté de plus ancien que la guerre de
Troye et la ruïne de cette Ville; que la mémoire de tant de grandes
actions, que tant de siécles doivent avoir vûes, fût périe, & qu'il
n'en fût resté aucun monument qui les rendît immortelles? Je crois
donc que l'Univers est nouveau, & que la Nature ne subsiste que depuis
peu de siécles. De là vient que nous voyons encore quelques Arts se
polir, & quelques autres nouvellement nez croître de jour en jour.
Tantôt l'on a ajoûté aux navires quantité de piéces & d'instrumens
qui les rendent plus parfaits, tantôt les joueurs d'instrumens ont
inventé des sons mélodieux &c. Virgile. Ecl. 6. _Siléne commença à
chanter comment tous les élemens, & le monde entier dans sa naissance,
avaient été composez de ces principes_ (c'est-à-dire des atomes.)
Géorg. liv. I. «Jupiter mit fin à l'heureuse abondance qui régnoit
avant son tems, afin que la nécessité obligeât l'homme à inventer
divers Arts, à chercher le blé dans les sillons, & à tirer des veines
des cailloux le feu qui y est caché. Alors les fleuves commencèrent
à sentir le poids des arbres creusez & travaillez en forme de navires.
Alors le Pilote étudia le rang des Etoiles, apella les unes Pleïades,
les autres Hyades, quelques autres Ourse. Alors on trouva l'invention de
prendre les animaux au lacet & à la glu, & d'entourer les bois avec des
chiens. Alors on commença à jetter des filets dans les rivières &
dans la mer même. Alors on profita de la dureté du fer, & au lieu
qu'auparavant on fendoit le bois avec des coins, on commença à le
couper avec des scies. Enfin plusieurs autres Arts commencérent à
paroître». _Horace Sat. 3. du liv_ I. Après avoir réprésenté les
premiers hommes dans leur naissance, comme assez semblables à des
bêtes, fait voir par quels progrès ils vinrent à un état plus
policé & mieux réglé. Sénèque dans un endroit cité par Lactance
assure que la Philosophie n'est pas encore vieille de mille ans. Tacite
Ann. 3. dit «que les hommes de la premiére Antiquité ne savoient ce
que c'étoit de loix & d'Empires, & que les loix ne furent introduites,
& les Empires ne se formèrent, qu'après que l'ambition & la violence
eurent succédé à la modération & à l'honnêteté.» Ce qui a
obligé Aristote à croire & à soutenir l'éternité du genre humain &
par conséquent du Monde, a été l'absurdité de l'opinion de Platon,
qui disoit, à la vérité, que le Monde avoit eu un commencement, mais
qui prétendoit qu'il avoit été engendré, & non pas créé. L'un
& l'autre de ces deux Philosophes ont eu raison & ne l'ont pas eu à
divers égards. Platon avoit raison de nier l'éternité du Monde,
mais il se trompoit en disant qu'il avoit été formé par voye de
génération. Aristote raisonnoit juste, lors qu'il rejettoit cette
génération; mais il raisonnoit mal, lors qu'il concluoit de
l'absurdité de cette doctrine, qu'il faloit donc que le Monde fût sans
commencement. Que l'on prenne ce que l'un & l'autre ont eu de bon,
& l'on tombera dans l'opinion des Juifs & des Chrétiens. Il semble
néanmoins qu'Aristote n'ait pas été tout à fait content de son
hypothèse. Il en parle fort souvent d'une maniére à faire voir qu'il
étoit fort irrésolu là-dessus. Dans la préface du second livre qu'il
a fait des Cieux, il dit qu'il n'a pas de démonstration de ce qu'il
avance sur ce sujet, mais une simple persuasion. Dans le premier livre
de ses Topiques chapitre 9. il met la question de l'éternité du Monde
au rang de celles sur lesquelles on peut disputer de part & d'autre avec
probabilité. Et dans le 3. liv. de la génération des animaux, il
supose qu'ils ont pu avoir un commencement, & là-dessus il tâche à
découvrir de quelle maniére ils ont pu avoir été engendrez.]



[Note marg.: _Réponse à l'objection, que si Dieu étoit la cause de
tout, il seroit l'auteur du mal._]

VIII. Mais ne semble-t-il pas que, s'il y avoit un Dieu auteur de toutes
choses, & infiniment bon, on ne verroit pas dans le monde tant de
miséres & tant de désordres? Je répons qu'il y a de deux sortes de
maux, le mal _moral_, c'est-à-dire, le crime, & le mal _physique_,
c'est-à-dire, la misére. A l'égard du premier, il est sûr qu'on ne
peut l'atribuer à Dieu sans blesser sa sainteté. Nous avons dit
qu'il est l'auteur de toutes choses, mais ce n'est que de celles qui
subsistent réellement: & rien n'empêche que les choses qui subsistent
réellement, n'en produisent d'autres qui ne sont que de purs accidens &
de pures maniéres d'être, tel qu'est ce qu'il y a de criminel dans les
méchantes actions: de sorte qu'il n'est pas besoin de remonter
jusqu'à Dieu pour en trouver la source. Lors qu'il créa l'Homme & les
Intelligences qui sont au-dessus de l'homme, il leur donna une liberté
qui les rendait capables du bien & du mal. Mais quoique cette liberté
se puisse déterminer au mal, elle n'est pas cependant mauvaise en
elle-même. Pour ce qui est du mal physique qui est proprement ce que
nous apellons _douleur_, il n'y a aucun inconvénient à dire qu'il
vient de Dieu; puis qu'il s'en sert ou à corriger l'Homme, ou à le
punir. Et bien loin que cette espéce de mal répugne à sa bonté,
on peut dire qu'il l'employe souvent par un principe d'amour pour les
hommes; de la même manière que les Médecins prescrivent aux malades
des remédes désagréables au goût, mais nécessaires pour leur
guérison.



[Note marg.: _Réfutation de l'opinion de deux premiers principes_]

IX. Il faut réfuter en passant l'opinion de ceux qui établissent deux
premiers Principes, l'un bon, & l'autre mauvais.

I. Deux Principes si oposez ne peuvent que causer du désordre, & même
une destruction entiére, bien loin de pouvoir produire quelque chose
d'aussi bien construit, & d'aussi sagement réglé, qu'est le Monde. II.
De ce qu'il y a un Être bon par soi-même, il ne s'ensuit pas qu'il y
en ait un absolument & nécessairement mauvais. La malice est un défaut
qui supose une chose qui existe déjà: or l'existence est par soi-même
quelque chose de bon[L].

[Note L: De plus il ne faut pas concevoir le mal comme une chose
naturelle, mais comme la dépravation de l'état naturel des choses.
Or, comme nous l'avons prouvé, un Être qui est nécessairement & par
soi-même, est parfaitement immuable: & quand il ne le seroit pas, il
est toujours évident qu'un premier Être devenu mauvais, ne le seroit
pas nécessairement, puis qu'il ne le seroit pas de toute éternité.
ADD. DU TRAD.]



[Note marg.: _Que Dieu gouverne toutes choses. x. Preuve._]

X: S'il est vrai, comme nous l'avons établi, que Dieu a créé le
Monde, il n'est pas moins constant, qu'il le gouverne par sa Providence.
Sa bonté l'y oblige: sa science infinie & sa toute-puissance lui en
donnent les moyens: l'une lui fait connoître tout ce qui se fait & tout
ce qui se doit faire: l'autre le rend capable d'exécuter ce qu'il juge
à propos pour conduire & pour régler l'Univers. Avec un degré de
sagesse & de bonté infiniment plus petit, les hommes étendent leurs
soins sur leurs enfans, & avec quelque chose qui n'est en soi-même ni
bonté ni sagesse, mais qui en réprésenté assez bien les démarches,
les bêtes mêmes savent élever & conserver leurs petits. Il faut
rapeller ici ce que nous avons dit de certains mouvemens peu naturels,
que l'on remarque dans le Monde, mais qui servent bien mieux à sa
conservation que d'autres plus naturels, & plus simples.



[Note marg.: _Que Dieu gouverne toutes les choses sublunaires._]

XI. La Terre & toutes les choses sublunaires étant l'ouvrage du
Créateur, aussi bien que le Ciel, & tous les corps célestes, cette
même raison fait voir combien est mal fondée l'opinion de ceux, qui
reconnoissant une Providence, la renferment dans l'étendue des Cieux.
Il ne seroit pas même dificile de prouver, que la Terre est plus
particuliérement que le Ciel, l'objet des soins de la Providence. Le
cours des Astres est si conforme aux besoins de l'Homme, qu'on peut dire
qu'ils ont été créez pour lui. Or lequel est le plus digne des soins
de Dieu, ou la Fin, ou les moyens qui sont destinez à cette fin?

[Note marg.: _Que Dieu gouverne les natures particuliéres._]

Il n'y a pas plus de raison à prétendre, que Dieu ne conduit que les
natures universelles, & ne touche point aux Êtres Singuliers. Est-ce
qu'il ne les connnoît pas? C'est ce que quelques-uns disent, mais si
cela est, comment se connoît-il lui-même? De plus, nous avons prouvé
que la science de Dieu est nécessairement infinie: elle s'étend donc
à tous les Êtres particuliers. Or si Dieu les connoit tous, pourquoi
ne les gouverneroit-il pas tous? Cela paroît encore par ces fins tant
particuliéres, que générales, que nous avons découvertes dans chaque
partie du Monde. Sans toutes ces considérations, une seule raison
sufit. C'est que les natures universelles ne subsistent que dans les
Êtres particuliers. Si donc Dieu abandonne les Êtres particuliers, il
faut aussi qu'il abandonne le genre; s'il conserve & gouverne le
genre, il faut de nécessité qu'il conserve & gouverne les Êtres
particuliers.



[Note marg.: _Preuve de la Providence, par la conservation des États_]

XII. La durée des États & des Empires est une preuve si forte de la
Providence Divine, que tous les Philosophes et tous les Historiens en
ont très-bien senti le poids. En général, par tout où cet ordre,
qui soumet un État à une autorité supérieure, a été reçu, il
y subsiste toujours. En particulier, on voit que certaines formes de
Gouvernement se maintiennent en quelque Païs pendant une longue
suite de siécles. Combien de temps n'a pas duré, par exemple, le
Gouvernement monarchique des Assyriens, des Egyptiens et des François.
Le Gouvernement Aristocratique des Vénitiens compte déjà plus de
douze cents ans. Il est vrai que la Politique a beaucoup contribué
à cette longue durée. Cependant, si l'on prend garde combien il y a
toûjours eu d'esprits déréglez et turbulens; à combien de
traverses un État est sujet de la part de ses Voisins, et quelle,
est l'inconstance de toutes les choses du Monde: on verra qu'il est
impossible qu'une certaine maniére de Gouvernement subsiste: si long
tems, sans une direction toute particuliére de la Providence. Cette
direction est encore plus sensible dans la maniére dont Dieu change la
forme des Empires & les ôte à de certains Peuples pour les donner à
d'autres. Ceux par qui il opére ces grandes Révolutions, Cyrus, par
exemple, Alexandre, César, Cingi parmi les Tartares, & Namcaa dans la
Chine, ont tous eu une enchaînure de succès, que toute la prudence
humaine n'auroit jamais pu leur procurer; ils ont tous éprouvé un
bonheur dont la grandeur surpassoit leurs désirs, & dont la durée
constante était fort éloignée du cours ordinaire des choses du
monde, dans lesquelles on ne voit que mêlange & qu'inégalité. La
ressemblance qu'ont entr'eux ces événemens mémorables, & leur
concours à une même fin, c'est-à-dire, à l'établissement d'un
Empire sur les ruïnes d'un autre, ne peuvent partir d'une cause
fortuite & aveugle. On peut faire plusieurs fois de suite un coup de dé
heureux: mais si on le fait jusqu'à cent fois, il n'y a personne qui ne
l'atribue d'abord à quelque adresse cachée.



[Note marg.: _3. Preuve par les miracles._]

XIII. Entre toutes les preuves qui nous convainquent d'une Providence,
il n'en est point de incontestable que les miracles & les prédictions
dont les Historiens font mention. Il est vrai qu'on en débite beaucoup
sans fondement. Mais doit-on rejetter pour cela tout ce qu'on a
là-dessus de bien atesté par des témoins oculaires, dont le
jugement & la bonne foi sont au-dessus du soupçon? Ce sont des choses
impossibles, dira-t'on; mais si Dieu peut tout & sait tout, pourquoi ne
feroit-il pas ce qu'il veut, & ne pourroit-il pas révéler ce qu'il
sait? Si l'on ajoûte que ces actions miraculeuses violent les loix de
la Nature; je demanderai pourquoi Dieu, étant l'auteur de ces loix,
il n'en seroit pas le maître; & s'il s'y est tellement lié, qu'il ne
puisse jamais se dispenser de les suivre? Si l'on dit que ces choses
extraordinaires peuvent avoir été produites par des Esprits
inférieurs à Dieu, j'y consens: mais j'en conclus qu'à plus forte
raison Dieu les pouvoit produire lui-même: outre que, comme dans un
Royaume bien réglé il ne se fait rien d'extraordinaire que sous le
bon plaisir de celui qui le gouverne, il faut nécessairement que ces
Esprits, à qui on veut faire honneur de ces grandes choses, ne les
ayant faites que par l'ordre ou par la permission de leur Maître.



[Note marg.: _En particulier par les miracles de Moyse & de Josué, que
l'on prouve I. par la durée de la Religion Judaïque._]

XIV. Que l'on chicane tant qu'on voudra sur la certitude des histoires
qui nous parlent d'événemens surnaturels & miraculeux; l'Histoire de
la Religion Judaïque, & des merveilles qui lui servent de fondement,
est au-dessus de toute exception. Cette Religion[5], quoique privée
depuis long tems de tous apuis humains; quoi qu'en bute à la raillerie
& aux mépris de toutes les Nations, a subsisté jusqu'à présent dans
tous les endroits du du Monde où elle s'est répandue. Toutes les
autres Religions, si vous en exceptez la Chrétienne, qui n'est autre
que la Religion Judaïque amenée à sa perfection, sont tombées du
même coup qui a renversé les Empires, dont la puissance leur servoit
d'apui. C'est ce qui est arrivé à toutes les diférentes branches de
l'ancien Paganisme. Et si le Mahométisme se maintient encore, ce n'est
qu'à la faveur de l'Autorité souveraine. Si l'on recherche la cause
de cette impression profonde & inefaçable, que la Religion Judaïque
a faite dans le coeur de ceux qui la professent, on n'en trouvera pas
d'autre qu'une Tradition certaine & constante, qui leur a apris de
génération en génération les miracles que leurs premiers pères
virent faire à Moyse & à Josué à leur sortie d'Égypte, & à leur
entrée dans le Païs de Canaan. Sans cela, il n'est pas concevable
qu'un Peuple qui a toujours eu un grand fonds d'obstination, & un
extrême penchant à la désobéïssance, eût voulu se charger d'une
loi qui l'acabloit par une multitude rebutante de Cérémonies & de
Rites. Sur-tout[6], la Circoncision est quelque chose de si douloureux,
& qui leur atiroit de si cruelles railleries de la part des Étrangers,
qu'il n'est pas croyable qu'entre tant de cérémonies que l'esprit
peut inventer, des hommes sages eussent pris celle-ci pour en faire le
symbole de leur Religion, s'ils n'avoient été convaincus que c'étoit
Dieu qui leur en ordonnoit la pratique.

[Note 5: _Cette Religion.... subsiste encore aujourd'hui_. Joséphe dans
son premier livre contre Appion nous a conservé un passage d'Hécatée,
où cet Auteur parlant des Juifs qui étoient avant Alexandre, dit,
«qu'ils étoient si atachez à leurs loix & à leurs coutumes, que ni
le mépris outrageant que leurs Voisins faisoient d'eux, ni les mauvais
traitemens des Rois de Perse & de leurs Satrapes, ni même les derniers
suplices, ne les pouvoient obliger à y renoncer. Un autre passage du
même Hécatée porte que _du temps d'Alexandre, des Soldats Juifs
refusèrent constamment d'aider à rebâtir le temple de Bélus._
Joséphe dans la Réponse à Appion, liv. 2. conclut de cette fermeté
des Juifs à conserver leurs loix au milieu de leurs malheurs & de leurs
dispersions & malgré les menaces & les caresses des Rois étrangers,
qu'il faloit bien qu'ils eussent été fermement persuadez de tout tems
que Dieu en étoit l'Auteur.]

[Note 6: _La Circoncision étoit quelque chose de si douloureux, & qui
leur &c._ Philon.]



[Note marg.: 2. _Par la sincérité de Moyse & par l'antiquité de ses
Livres_]

XV. Les Écrits de Moyse, qui nous ont conservé la mémoire de tant de
miracles, ont des caractéres de vérité extrémement vifs & sensibles.
Tous les Juifs qui ont été depuis ce grand Homme jusqu'à nous, ont
toujours cru très-sincérement, que Dieu le leur avoit envoyé pour les
conduire & pour établir leur Religion[M]. On ne lui voit ni passion
pour la gloire, ni desir d'établir sa Maison. S'il fait des fautes, il
veut bien les publier; s'il jouït de l'autorité suprême, c'est parce
qu'il étoit seul capable de la manier. Mais d'ailleurs il ne travaille
point à l'afermir dans sa famille, qu'il s'est contenté de confondre
dans la foule des Lévites. Il laisse à d'autres l'honneur du Sacerdoce
dont il auroit pu s'emparer. On ne remarque dans ses discours, ni
cet artifice, ni ces maniéres flateuses & insinuantes, qui sont les
couleurs ordinaires du mensonge; mais une simplicité inimitable, & une
proportion merveilleuse avec les choses dont il parle. Joignez à
cela qu'aucun autre livre ne peut disputer aux siens l'avantage de
l'antiquité. Les Grecs mêmes, de qui les autres Peuples ont tiré
ce qu'ils ont d'érudition, avouent qu'ils ont reçu d'ailleurs[7]
l'invention de l'écriture. Et il est certain que le nom de leurs
lettres, leur rang, & la figure qu'elles eurent dans les commencemens;
ne sont autres que le nom, le rang, & la figure des lettres Syriaques &
Hébraïques.[8] Les loix mêmes les plus anciennes des Athéniens,
sur lesquelles celles des Romains furent ensuite formées, viennent
manifestement des loix de Moyse.

[Note M: Mais comment eût-il obtenu créance dans l'esprit des premiers
Israëlites, si Dieu n'eût véritablement signalé sa Mission par tous
ces prodiges qu'il a laissez par écrit? Certes il n'étoit pas possible
qu'il jouât tout un grand Peuple. Mais quand il l'eût pu, il ne
l'auroit pas fait. On le voit très-éloigné de tout ce qui peut porter
un homme à la fourbe & à l'imposture. ADD. DU TRAD.]

[Note 7: _L'invention de l'Écriture_, Hérodote dans sa Terpsichore dit
que «les Ioniens ayant apris des «Phéniciens l'usage des lettres,
l'avoient retenu, quoi qu'avec quelques changemens; que c'est à cause
de cela que les lettres Gréques sont nommées Phéniciennes.» En éfet
Timon & Plutarque les apellent ainsi. Ce dernier dit aussi qu'_Alpha_
signifie _un boeuf_ dans la langue Phénicienne, ce qui est vrai.
Eupoléme dans son livre des Rois de Judée, dit «que Moyse a été
le premier de tous les Sages, & que ce fut lui qui enseigna aux Juifs
l'invention des lettres, laquelle passa ensuite de ce peuple aux
Phéniciens»; & il est vrai que le plus ancien Hébreu étoit le même
ou presque le même que le Phénicien. _Il prononçoit_, dit Lucien,
_certains mots inconnus tels que seroient des mots Hébreux ou
Phéniciens_. Chérilus dans les Vers qu'il a fait des Solymes[N] dont
il posoit la demeure auprès d'un lac, qui est à ce que je crois le lac
Asphaltite ou la mer morte, dit qu'ils parloient Phénicien. Cela se
recueille aussi de cette scéne de Plaute qui est en langue Punique. Non
seulement la langue des anciens Israëlites étoit la même que celle
des Phéniciens, mais ils se servoient aussi des mêmes lettres, comme
l'ont prouvé Joseph Sealiger, & Gérard Vossius.]

[Note N: Rochart Liv. I. _des Colonies des Phéniciens_, Ch. 6. fait
voir que Josephe s'est trompé; & que ces Solymes dont Chérilus
parle ne sont pas un peuple de Judée; mais de l'Asie Mineure dans le
voisinage de la Lycie.]

[Note 8: _Les lois mêmes les plus anciennes des Athéniens_ &c. Telle
est la loi touchant _le voleur de nuit_, & celle qui ordonnoit _qu'un
homme venant à mourir sans enfans, son plus proche parent épouseroit
sa veuve_. Sopater, Térence, & Donat, font voir que c'étoit là une
loi des Athéniens. Ces Peuples avoient aussi pris de la fête des
Tabernacles la coutume de porter des rameaux dans une de leurs
solemnitez. A l'imitation du souverain Sacrificateur des Juifs, leur
Pontife étoit obligé par les loix d'épouser une fille vierge &
citoyenne. Enfin la loi qui ordonnoit parmi eux _que lorsque deux ou
plusieurs soeurs viendroient à mourir sans enfans ou sans frères,
les parens du côté du père seroient héritiers_, venoit aussi des
Hébreux.]



[Note marg.: _3. Par les témoignages des Auteurs étrangers._]

XVI. Outre cela, on trouve dans les Écrits de plusieurs Auteurs
Païens, beaucoup de choses conformes à celles que Moyse nous aprend,
& qui ne pouvant être regardées que comme les restes d'une Tradition
très-ancienne & très-universelle, sont fort propres à confirmer ce
que cet Auteur a écrit. Ce qu'il nous dit de l'origine du Monde se
trouve en substance, quoi qu'un peu déguisé,[9] dans les plus vieilles
histoires des Phéniciens, que[P] Sanchionation avoit compilées, &
que[g] Philon de Biblos a traduites.[10] On en voyoit aussi quelques
traces parmi les Indiens, au raport de Mégasthénes & de Strabon;[11]
& parmi les Égyptiens, selon le témoignage de Laërce & de Diodore de
Sicile. Entre les Grecs,[h] Linus,[12] Hésiode[i], & beaucoup d'autres,
ont parlé du Chaos, que quelques-uns ont réprésenté comme un grand
oeuf[R]. Ils n'ont pas ignoré non plus, [Note marg. A: C'est une
province d'Égypte.] ni la création des animaux, ni celle de l'Homme;
ils ont su qu'il a été formé à l'image de Dieu, & qu'il reçut de
son Créateur l'empire sur les animaux.[13] Ovide, qui avoit pris tout
cela des Grecs, l'énonce dans ses Métamorphoses d'une maniére
fort aprochante des expressions de Moyse.[14] Épicharme[j] & les
Platoniciens ont dit, que toutes choses avoient été faites par la
parole de Dieu. C'est ce qu'on voit aussi dans l'ancien Auteur des[15]
Vers ausquels on a donné le nom d'Orphiques [Note marg.: δόχημα.
και όχημα.] non qu'ils fussent d'Orphée, mais parce qu'ils en
contenoient les leçons & la doctrine. La lumiére du Soleil,[16] selon
Empédocle[k], ne vient pas originairement de lui: il n'en est que le
dépositaire, ou, comme a parlé un des Docteurs de l'ancienne Eglise,
le _réceptacle_ & le _véhicule_.[l] Aratus & Catulle[m] ont placé
au-dessus des Astres le séjour de la Divinité,[n] Homére y a conçu
une lumiére éternelle. Thalés[o], instruit dans la discipline des
Phéniciens, de qui il étoit descendu, a enseigné que Dieu est le plus
ancien de tous les Êtres comme n'ayant été produit par aucun autre,
que le Monde n'est si Beau que parce qu'il est l'ouvrage de Dieu, & que
les ténèbres ont précédé la lumiére. Ce dernier point, qui se
trouve aussi[17] dans les vers Orphiques, & dans Hésiode, nous aprend
pourquoi[18] plusieurs Nations, qui retenoient inviolablement les
vieilles coutumes, mesuroient plutôt le tems par les nuits que par les
jours. Anaxagore a reconnu que toutes les parties du Monde ont été
arrangées par une Intelligence suprême.[19] Aratus dit que les Etoiles
ont été créées de Dieu.[20] Virgile marchant sur les traces des
Philosophes Grecs, parle d'un Esprit universel répandu dans tout
l'Univers, & qui est le Principe de la vie & du mouvement[21]. Hésiode,
Homére,[22] & Callimaque, ont assuré que l'Homme avoit été formé
de boue.[23] Maxime de Tyr avance que toutes les Nations s'accordent à
reconnoître un seul Dieu auteur & maître du Monde. On peut dire aussi
qu'elles ne se sont pas moins rencontrées, à reconnoître dans un
septième jour quelque chose de plus que dans les autres: ce qui est un
monument très-sensible de la création du Monde en six jours. Pour les
Hébreux, cela est clair. A l'égard des Grecs, & des Latins,[24] nous
l'aprenons de Joseph, de Philon, de Tibulle, de Clément Alexandrin,
& de Lucien. Selon le raport de Philostrate de[25] Dion Cassius, & de
Justin Martyr, les Indiens & les Celtes, anciens Peuples de l'Allemagne,
de la Bretagne & de la Gaule, ont divisé le tems en semaines: ce qui
prouve qu'ils conservoient la mémoire du repos qui suivit la Création.
Et cela paroît aussi par les noms que ces peuples donnoient aux jours
de la semaine.

[Note 9: _Dans les plus vieilles histoires des Phéniciens que
Sanchoniaton avoit compilées & que Philon de Biblos a traduites_. Voici
un fragment de cet ancien Auteur qu'Eusebe a garanti de l'oubli en
le citant dans sa Préparation Évangélique liv. 1. ch. 10. «La
Théologie des Phéniciens établit pour premier principe du Monde _un
air ténébreux & spiritueux ou un soufle, un vent d'un air ténébreux
& un Chaos_ envelopé d'obscurité: Que ces deux principes occupoient un
espace infini, & que pendant un fort long tems, il ne furent séparez
par aucune borne: mais qu'enfin _l'Esprit_ étant devenu amoureux de ces
principes qui lui apartenoient, il s'étoit mêlé avec eux: Que cette
conjonction avoit été apellée _desir_ ou _amour_: Que ce fut de
là que naquirent toutes choses: Que pour l'Esprit il étoit sans
commencement, & n'avoit été produit par aucune cause: Que la premiére
chose qui provint de son union avec ces principes, fut _Mot_, par où
quelques-uns entendent du limon, d'autres une putréfaction qui naît
d'un mélange d'eau avec quelque autre substance: Que ce _Mot_ avoit
été la semence de toutes les Créatures, & la matiére dont elles ont
été formées...... Que les Astres étoient dans ce limon comme dans un
oeuf, & que ce limon qui renfermoit le Soleil, la Lune, les Étoiles, &
[O]les grans Astres, fut ensuite illuminé. Tout le Monde voit le raport
qu'a cette doctrine avec celle de Moyse. Dans l'une & dans l'autre on
voit, I. une matiére informe & ténébreuse que Moyse appelle תהזם
_Tehom_, _abîme_ תחו & בהן _Tohou_ & _Bohou_, _terre sans forme &
vuide; eaux_ & que Sanchoniaton nomme _Chaos_, avant qu'elle ait reçu
du mouvement, & _Mot_, après qu'elle en eut reçu. On y voit, II.
_l'Esprit_, auteur du mouvement, & qui tire de cette matiére tous les
Êtres qui devoient composer l'Univers. III. On y voit même son action
représentée par une même image, qui est celle d'une colombe qui couve
un oeuf: car c'est là la force du mot מרהפת _Merachépheth_, que
nous avons traduit, _se mouvoir_, comme l'a remarqué le Rabbin Salomon
Jarchi. Or Sanchoniaton dit que les Astres étoient dans le limon comme
dans un oeuf. C'est à cela que se raportent les passages suivans.
Macrobe Saturnal. liv. 7. ch. 16. dit qu'un oeuf est un bel emblême du
Monde. Les Vers Orphiques enseignent que le principe de la génération
de toutes choses a été _un oeuf_, & dans Arnobe les Dieux Syriens, qui
ne sont autre chose que les Astres, sont dits _être nez d'oeufs_. IV.
Enfin on voit dans l'Auteur Phénicien aussi bien que dans Moyse, que la
lumiére a précédé le Soleil. Dans la suite de ce fragment, il est
parlé de βάαν _Bâan_ & de κολπία _Kolpia_. Le premier est le
בהן, _Bohou_ que nous avons traduit, _vuide_; le second, par lequel
Sanchoniaton entend le vent, est visiblement כדפיח _Kol pi jah_,
_la voix de la bouche de Dieu_. Zenon qui étoit de Cittium, ville
de Cypre & Colonie des Phéniciens, disoit, au raport du Scholiaste
d'Apollonius, «que ce Chaos dont a parlé Hésiode, étoit de l'eau; &
que cette eau venant à s'abaisser, il s'étoit produit une espéce de
limon lequel s'épaississant devint ce que nous apellons la terre».
Numénius, allégué par Porphyre, cite expressément Moyse, dans ces
paroles, _le Prophète a dit que l'Esprit de Dieu_ ένεφέρετο,
_étoit porté sur les eaux_. La séparation de la terre & des eaux se
trouve aussi dans Phérécydes, qui l'avoit apris des Syriens, & dans
Anaximander, qui dit que la Mer est _un reste de l'humidité originelle
de l'Univers_. Linus & Anaxagore ont enseigné _qu'au commencement tout
étoit mêlé et confus, mais que l'Esprit a tout arrangé_. Ce qu'ils
tiroient des Phéniciens, qui dès la premiére Antiquité ont eu
commerce avec les Grecs. Linus même étoit Phénicien d'origine.
Orphée, qui a puisé des mêmes sources, dit dans un passage cité par
Athénagore, que _le limon a été fait d'eau_. Outre cela, il a parlé
du Chaos comme _d'un grand oeuf, qui venant à se crever, s'est partagé
en deux parties qui sont le ciel & la terre_. On trouve aussi dans un
passage de cet ancien Auteur, cité par Timothée le Chronologue, _& les
premiéres ténèbres, & la premiére illumination de l'Univers_.]

[Note O: Après avoir nommé le Soleil, la Lune & les Étoiles
qu'entend-il par les grans Astres? Peut-être les Étoiles de la
premiére grandeur.]

[Note P: Sanchoniaton de Betyte est le plus ancien & le plus fameux des
Historiens Phéniciens. Suidas assure qu'il a vécu quelque tems après
la guerre de Troye: & s'il est vrai que son ouvrage ait été adressé
à Abibal Roi de Phénicie, pére d'Hiram, allié de Salomon, il faut
qu'il ait vécu du tems de David. M. de Saint Jore (Richard Simon)
_Bibliot. Crit. t. I._ dit qu'il paroît que l'histoire attribuée à
Sanchoniaton a été supposée, vers le tems de Porphyre, en faveur du
Paganisme. Voyez ce qu'il dit _p. 131. & suiv._ TRAD. DE PAR.]

[Note g: Philon _de Biblos_, qui avoit traduit son ouvrage de Phénicien
en Hébreu, étoit un Grammairien qui vivoit, dit-on, sous l'Empereur
Adrien; nous n'avons plus l'original ni la traduction. Voyez-en des
fragmens dans Euseb. _Prep. Ev. Le même._]

[Note 10: _On en voyoit quelques traces parmi les Indiens, au raport de
Mégasthénes._ Voici le passage, tiré du liv. 15. de Strabon. «Les
indiens ont en beaucoup de choses les mêmes opinions que les Grecs. Ils
croyent, par ex. que le Monde a eu un commencement, & qu'il doit finir
un jour: que Dieu qui en est l'auteur, & qui le gouverne, se trouve dans
toutes ses parties: que toutes choses ont chacune en particulier des
principes diférens; mais que le principe général dont tout le Monde
a été formé, c'est l'eau.» On voit aussi dans Clément Alexandrin,
liv. I. des Stromates un passage de Mégasthénes, qui témoigne que
les Brachmanes, Philosophes Indiens, ont cru ce que les plus anciennes
traditions enseignent touchant la Nature.]

[Note 11: _ Et parmi les Égyptiens._ Laërce dans sa préface; «Ils
tiennent (_ce sont les Égyptiens_) que le Monde dans sa naissance a
été[Q] une masse confuse: que les Élémens ont été tirez de cette
masse par voye de séparation: que les animaux en ont été formez.. que
le Monde périra, de même qu'il a commencé d'être.»]

[Note Q: Voici comme Diodore de Sicile explique leur opinion. «Ils
disent que lors que l'Univers commença d'exister, le Ciel & la Terre
n'avoient qu'une même face, & étoient mêlez l'un avec l'autre:
Qu'ensuite l'air ayant reçu un mouvement perpétuel, ce qu'il y avoit
de parties de feu s'élévérent au-dessus des autres, pour composer
les Astres: & les parties bourbeuses & épaisses s'affaissérent &
s'amassérent dans un même lieu, avec les parties humides: Que les unes
& les autres ayant aussi reçu un mouvement continuel, les plus
humides s'étoient séparées des plus grossiéres & des plus solides;
celles-là pour composer la Mer, & celles-ci, la Terre: Que la Terre
qui étoit d'abord fort molle, s'épaissit peu à peu par la chaleur du
Soleil: Que sa surface ayant commencé à fermenter par cette chaleur,
il s'y étoit formé de petites élevures qui contenoient une certaine
pourriture, environnée d'une espéce de membrane ou de peau fort
déliée; ce qui arrive encore aujourd'hui dans des lieux humides &
marécageux, lors que le Soleil vient à les échaufer tout d'un coup.
Que cette petite pourriture étant devenue un Fétus, ou une ébauche
d'animal, tous ces Fétus tirérent leur nourriture d'un brouillard qui
de nuit se répandoit autour d'eux, & que de jour la chaleur du Soleil
leur donnoit une juste consistence: Qu'ayant aquis toutes leurs parties
dans une forme convenable, & le Soleil ayant brulé & dissipé ces peaux
où ils étoient enfermez, toutes les espéces d'animaux vinrent enfin
à paroître: Que ceux qui avoient eu en partage plus de degrez de
chaleur, s'élevérent dans l'air, les plus terrestres demeurérent sur
la Terre, & les plus humides eurent l'eau pour leur demeure: Que la
Terre se durcissant tous les jours de plus en plus par la chaleur &
par les vents, étoit devenue incapable de produire les animaux de la
maniére qui vient d'être décrite; & qu'à cette voye de génération
succéda celle que nous voyons aujourd'hui..... Qu'il ne faut pas être
surpris de cette force que la Terre a eu de produire les animaux: Qu'on
en voit un exemple dans la [A]Thébaïde, où dans le tems que le Nil
est le plus débordé, le Soleil échaufant tout d'un coup la terre qui
a été humectée & détrempée par ce debordement, il s'engendre sur sa
surface une pourriture, de laquelle naît une multitude incroyable de
rats & de souris: Qu'à plus forte raison cela a pu arriver dans le
commencement, puis qu'alors la Terre, qui étoit plus molle, & l'air
qui avoit une autre température, étoient dans une disposition plus
prochaine à produire des animaux». Macrobe, Saturnal. liv. VII.
raporte en abrégé cet article de la Théol. Égyptienne touchant la
génération des animaux. Tout cela, si vous y joignez _l'Esprit,_
ressemble assez à la doctrine de Moyse, & à la Tradition des
Phéniciens. La plûpart des Philosophes Grecs ne regardant qu'à la
matiére, n'ont point parlé de la cause qui lui a donné le mouvement
& la forme. Aristote, qui a senti ce défaut l'a prétendu éviter en
disant qu'il faloit, outre la matiére, concevoir une cause qui ait agi
sur elle, & que cette cause est la _Nature_. Mais Thalès, Anaxagore,
& Platon ont mieux rencontré lors qu'ils ont dit que cette cause est
Νας, c'est-à-dire une _Intelligence, un Esprit_.]

[Note h: Linus étoit un Poëte Grec qui vivoit avant Homere, selon
quelques-uns: on le fait inventeur des rithmes & des airs; il ne nous
reste rien de lui. TRAD. DE PAR.]

[Note 12: _Hésiode & beaucoup d'autres_. Ces autres sont l'Auteur
de certains Hymnes, & du Poëme des Argonautes, que l'on a cru être
Orphée; Épicharme, le plus ancien des Poëtes Comiques,& Aristophane,
dans la Comédie qui a pour titre, _les oiseaux_, & dont Lucien & Suidas
nous ont conservé le passage qui fait à ce sujet. Dans tous ces
Auteurs on voit un _Chaos_, matiére informe, & principe de toutes
choses: une cause qui agit sur ce Chaos, qu'ils apellent _Amour_, & qui
séparant toutes les diférentes parties du Chaos, a produit le Ciel, la
Terre, la Mer, les Hommes &c. Sur quoi il faut remarquer I. qu'Hésiode
étant né proche de Thèbes, ville qui a été bâtie par Cadmus
Phénicien, il en a pu tirer ce qu'il dit là-dessus, & qui est si
conforme à ce que nous venons de voir de la tradition des Phéniciens.
II. Que les Phéniciens ayant eu de tout tems commerce avec les Ioniens,
qui ont été les premiers habitans de l'Attique, ont pu leur porter la
connoissance de leurs dogmes, aussi bien que leurs marchandises.]

[Note i: Hesiode autre Poëte, né a Ascre en Beocie, que quelques-uns
mettent avant Homere, & d'autres plus probablement un siécle après
ou environ. Les ouvrages qui nous restent de lui sont simples pour
le stile, mais grands pour les pensées morales. Sa Theogonie ou
Génération des Dieux est la Théologie des Païens. Son ouvrage
intitulé les Oeuvres & les Jours, est plein de belles pensées. TRAD.
DE PAR.]

[Note R: Aparemment à cause de la métaphore que Moyse employe pour
réprésenter l'action de l'esprit de Dieu, & qu'il tire de l'action
d'une poule qui fait éclorre ses oeufs en les couvant. ADD. DU TRAD.]

[Note 13: _Ovide.... l'énonce dans ses Métamorphoses_ &c. Le passage
est très-beau, Grotius l'a raporté tout entier. Comme il est un peu
long, je n'en donnerai qu'un abrégé. Ovide, après avoir décrit le
Chaos d'une maniére fort ingénieuse, représente le partage que Dieu
fait de toutes ses parties confuses & mêlées. Il dit qu'il en tira
les Élémens, à chacun desquels il marqua sa place: Qu'il arrondit la
Terre, l'environna de Mers, & qu'il la coupa de riviéres, & de lacs:
Qu'il étendit les campagnes, abaissa les valons, éleva les montagnes,
& orna les bois de feuillage. Il parle ensuite des cinq Zones &
célestes & terrestres, des brouillards, des nues, des orages, dont il
dit que Dieu établit le siége dans les airs, ou il assigna de même à
chacun des vents leur quartier. Plus haut il nous fait voir l'_Æther_,
ou l'air pur, & dégagé de parties terrestres; & plus haut encore le
Ciel & les Astres, qu'il représente, aussi bien que les Dieux, comme
les habitans du Ciel. Il parle en général des diférentes espéces
d'animaux, & de leurs demeures. «Il leur manquoit un Maître,
ajoûte-t-il; l'Homme naquit pour posséder ce beau rang. Japétus
mêlant avec de l'eau le limon tout nouvellement séparé de l'_Æther_,
le forma à l'image des Dieux maîtres & directeurs de tout l'Univers.
Et au lieu que les autres animaux sont panchez vers la terre, il donna
à l'Homme une tête droite, élevée, & capable de porter les yeux vers
le Ciel.» Eurysus Pythagoricien dit «que celui qui a formé l'Homme
étant souverainement bon & bien faisant, a bien voulu se prendre
lui-même pour patron de cet ouvrage.» Horace, Virgile, & Juvénal ont
représenté nôtre ame comme descendue du Ciel, & faisant même partie
des Êtres célestes. Cicéron, & Hipparchus cité par Pline liv. II.
ont donné à l'ame une espéce de parentage avec les Étoiles.]

[Note 14: _Épicharme_ &c. _La Raison des hommes_, dit ce Poëte, _est
née de la Raison de Dieu_. Amélius Platonicien cité par Eusébe
Prépar. lib. XI. «Cette Raison par qui subsistent toutes les choses
qui ont été faites, est assurément cette _Parole_ dont un certain
Auteur Barbare dit, qu'elle étoit avec Dieu quand il créoit le Monde,
& même avant qu'il le créât: que tout a été fait par elle: & que
tout Être vivant & animé, vit & subsiste par elle.» Cet Auteur
Barbare est S. Jean, qui vivoit un peu avant ce Philosophe. Chalcidius,
dans son commentaire sur le Timée de Platon, parlant de Moyse: «Il
est clair, _dit-il_, qu'il jugeoit bien que la Sagesse divine avoit
présidé à la creation du Ciel & de la Terre, & qu'en un mot elle est
le premier Principe de tout l'Univers.» Zénon & ses Sectateurs ont
aussi le même dogme. _Tertull._ contre les Gent.]

[Note j: Épicharme de Sicile, Poëte comique & Philosophe, que
quelques-uns font inventeur de la Comédie: il avoit écrit sur la
Nature & sur la Medecine, ces ouvrages sont perdus. TRAD. DE PAR.]

[Note 15: _Les vers Orphiques_. «J'en prens à témoin cette premiére
parole que le Pére de l'Univers prononça lors que par ses ordres il
fonda le Monde entier.» Et ailleurs, «Tourne tous tes regards, &
dirige tous les mouvemens de ton coeur vers la Raison divine. Jette les
yeux sur le Créateur du Monde. Lui seul est éternel, lui seul a créé
toutes choses; lui seul présent à toutes les parties de la vaste
machine du Monde, les agite & les remue. Aucun homme ne le voit,& il
voit seul tous les hommes». Ces deux passages se trouvent dans Justin
Martyr, liv. de la Monarchie, dans Clément Alexandrin, Stromat. liv. v.
& dans Eusébe, Prépar. Evang. liv. XIII.]

[Note 16: _Selon Empédocle_. «Ce Philosophe disoit que la premiére
chose qui fut séparée du Chaos, fut _l'Æther: Qu'ensuite le Feu en
fut tiré, & enfin la Terre: Que la Terre étant venue à se resserrer
par l'impétuosité même du mouvement de ses parties, l'Eau en étoit
sortie, comme par bouillons: Que l'Air s'étoit dégagé de dedans l'eau
à-peu-près comme les exhalaisons sortent de la terre: Que pour ce qui
est de _l'Æther_, & du Feu, le premier avoit produit le Ciel, & le
second, le soleil.» Plut. liv. 2. ch. 6. Il disoit aussi _qu'il y
avoit deux Soleils, l'un, original, & l'autre qui a été formé sur le
premier, & c'est celui que nous voyons_.]

[Note k: Empedocle d'Agrigente, disciple de Pythagore & de Parménide,
avoit écrit sur la Physique, & une Relation de l'expedition de Xerxès.
TRAD. DE. PAR.]

[Note l: Aratus, c'est ce Poëte Grec dont Cicéron encore jeune, avoit
traduit les Phenomenes. TRAD. DE. PAR.]

[Note m: Catulle Poëte Latin, de Vérone, mort à Rome à l'âge de 30.
ans, 44. ans avant J.C. _Le même_]

[Note n: Homere le meilleur des Poëtes Grecs, & le desespoir de tous
ceux qui voudraient l'imiter, vivoit, à ce que l'on croit, plus de
900. ans avant J. C. Il y en a qui le font contemporain de Salomon. _Le
même_.]

[Note o: C'est le premier de ceux qu'on nomma les sept Sages de la
Grèce. Il naquit vers l'an 115. de Rome, & mourut vers l'an 209. âgé
de 92. ans; étant jeune sa mere, dit-on, le pressa de se marier: il
répondit, _il n'est pas encore tems_; sollicité de nouveau dans un
âge avancé, il dit, _il n'est plus temps_. Le même.]

[Note 17: _Dans les vers Orphiques_ &c. _Je chanterai la Nuit, Mere des
Dieux & des hommes_.]

[Note 18: _Plusieurs Nations qui retenoient &c._ Nicolas de Damas le dit
des[S] Numides: Tacite, des Anciens Allemans: César, des Gaulois: &
Pline, des [T]Druïdes, en particulier: Aulu-Gelle des Athéniens. Les
Bohémiens & les Polonois ont encore aujourd'hui cette coutume.]

[Note S: Anciens peuples d'Afrique.]

[Note T: Prêtres & Philosophes des Gaules.]

[Note 19: _Aratus dit que les Etoiles &c._ «Commençons par Jupiter,
& ne nous lassons jamais de parler de lui. Toutes les parties du Monde
ressentent les éfets de sa présence. Nous jouissons même de lui, _&
c'est de lui que nous tirons nôtre origine_. C'est aussi lui qui a
ataché les Astres au Ciel dans l'ordre où nous les y voyons, afin
qu'ils nous montrassent en quelle saison chaque chose se doit faire, &
que tout naquît selon de certaines loix.» Ces mots, _& c'est de lui
que nous tirons nôtre origine_, ont été citez pat St. Paul Act. XVII.
28. Chalcidius, dans son Comment. sur le Timée de Platon. «L'opinion
des Hébreux s'acorde avec ce que je viens de dire. Ils enseignent que
Dieu qui a arrangé & orné l'Univers, a donné charge au Soleil de
dominer sur le jour, & à la Lune, d'avoir soin de la nuit: qu'il a
établi les Etoiles pour déterminer les tems, pour marquer les années,
& pour faire connoître d'avance la fertilité ou la stérilité de la
terre.»]

[Note 20: _Virgile parle d'un Esprit &c_. Georgiques liv. IV.
«Quelques-uns faisant réflexion sur cette adresse & sur cette prudence
qui paroissent par tant de marques dans les mouches à miel, ont dit
qu'il y avoit en elles une portion de l'Intelligence divine: qu'en
éfet, Dieu est comme répandu dans toutes les parties de la Terre & de
la Mer, aussi bien que dans les Cieux; & que c'est de lui que l'homme &
tous les animaux puisent en naissant cet Esprit subtil & délié qui les
anime.»]

[Note 21: _Hésiode_. _Il commanda à Vulcain_, dit ce Poëte, _de
mêler de l'eau avec de la terre, & de donner à ce composé une voix
humaine_. Euripide. «Souffrez que les morts rentrent dans le sein de la
Terre. Chaque chose retourne à la source dont elle est sortie. L'Esprit
retourne au Ciel, & le corps rentre dans la Terre. Ce dernier ne nous
est pas donné en possession perpétuelle: il ne nous est que prêté.
Et si, peu après, la Terre le reprend, elle ne reprend que ce qui lui
apartient, puis que c'est elle qui l'a nourri.» Tout cela a un raport
évident avec Gen. III. 9. & Eccles. XII. 7.]

[Note 22: _Et Callimaque_. Il appelle l'Homme, _la boue de Prométhée_.
Démocrite, Épicure, Juvénal, & Martial, ont aussi parlé de cette
boue dont l'homme a été formé.]

[Note 23: _Maxime de Tyr_. &c. Dissertat. I. Au milieu de tant
d'opinions diférentes, qui se combattent les unes les autres, on en
voit une constante & universelle; que Dieu est & le Roi & le Pére
de toutes choses; qu'il y a plusieurs Dieux, qui sont fils du Dieu
souverain, & qui ont part à la conduite de l'Univers. Le Grec,
le Barbare; ceux qui habitent près de la mer, & ceux qui en sont
éloignez, le Sage & l'Idiot, parlent tous là-dessus le même langage.
Antisthéne, Sophocle, & Varron, reconnoissent aussi un seul Dieu
souverain.]

[Note 24: _Nous l'aprenons de Joséphe, de Philon_ &c. Jos. Rép. à
Appion, liv. II. dit _qu'il n'y a aucune ville, soit Gréque soit
Barbare, où ne soit parvenue la coutume de célébrer le septième
jour, de même que le font les Juifs_. Philon. _Le septième jour est
un jour de fête, non pour une seule ville, ou pour un seul païs, mais
pour tous les peuples du monde._ Clément Alexandrin cite là-dessus
Hésiode, Homére, & Callimaque.]

[Note 25: _Dion Cassius._ Il témoigne «que la coutume de compter le
tems par une révolution, de sept jours est venue des Egyptiens, & que
d'eux elle s'est répandue parmi tous les autres Peuples.»]

Les Egyptiens tenoient que la vie des premiers hommes avoit été d'une
grande simplicité,[26] & que l'usage des vétemens leur étoit inconnu.
L'âge d'or si vanté par les Poëtes, & que Strabon témoigne[27] avoir
été connu des Indiens, n'est autre chose que cet heureux tems qui a
précédé la chûte du premier homme.[p] Maimonides remarque que[28]
l'histoire d'Adam, d'Eve, de l'Arbre, & du Serpent, faisoit de son tems
un des articles de la Tradition des Indiens Idolâtres, des habitans du
Pegu, & des Calaminsames. Ferdinand de Mendès, & quelques autres de ce
siécle, raportent que le nom d'Adam n'est pas inconnu aux Brachmanes:
& que les Siamois comptent aujourd'hui[29] six mille ans, depuis la
création du Monde. La longue vie des Patriarches se trouve dans
l'histoire que[q] Bérose[30] a faite de la Chaldée, dans celle
d'Égypte par Manéthon[r], dans celle des Phéniciens composée par
Hirom[s], & enfin dans l'Histoire Grecque d'Hestiæus, d'Hécatée,
d'Hellanicus, & dans les Poësies d'Hesiode. Ce qui peut rendre cette
vérité moins incroyable, c'est que des Auteurs de plusieurs païs,
entre autres[t] Pausanias[31] Philostrate[u] & Pline raportent qu'en
quelques sépulcres on a trouvé des corps[Y] d'une grandeur beaucoup au
dessus de l'ordinaire.[32] Catulle, & avant lui plusieurs Auteurs Grecs,
disent qu'avant que la corruption du genre humain fût montée à
l'excès, Dieu[33] & les Intelligences par lesquelles il exécute
ses ordres, n'ayant pas encore rompu tout commerce avec les hommes,
communiquoient quelquefois avec eux par des aparitions. La vie brutale
des Géans raportée par Moyse se lit aussi[34] dans presque tous les
Auteurs Grecs, & dans quelques Auteurs Latins.

[Note 26: _Et que l'usage des vêtements_ &c. Diodore de Sic. raportant
l'opinion des Egyptiens sur cela, dit[U] «que les premiers hommes
menoient une vie fort incommode & fort dure, parce qu'on n'avoit encore
inventé aucune des choses utiles à la vie: qu'ils n'avoient ni habits,
ni maisons, ni feu & que leur manger étoit très-grossier. Dicéarque,
Philosophe Péripatéticien, cité par Varron & par Porphyre, dit «que
les premiers hommes étant bien plus près des Dieux que nous étoient
d'un très-bon naturel», et vivoient dans l'innocence; & que de là est
venu le nom d'âge d'or, qu'on a donné aux premiers siècles.]

[Note U: Ce témoignage joint à celui qui suit forme une description
assez bizarre des premiers hommes, l'un les réprésente menant une
vie fort misérable, & l'autre, fort sainte. Ainsi il pourroit sembler
qu'ils ne sont pas au but de l'Auteur. Ils y sont pourtant, aujourd'hui;
que le lait, le vin & le miel couloient de source de même que l'eau:
mais que cette délicieuse abondance ayant rendu les hommes fiers &
insolens, Dieu qui ne le put souffrir leur ôta tous ces biens, &
établit un autre genre de vie, pénible & laborieux.»]

[Note 27: _Avoir été connu des Indiens._ Strabon, liv. xv. fait dire
à Calanus l'Indien, «qu'autrefois la farine étoit aussi commune que
la poussiére l'est autant le premier, pour ce qui est de la simplicité
de la vie de nos premiers Péres, l'autre, pour l'innocence de leurs
moeurs. Le 3. passage qui est directement contraire au 1. peut
néanmoins avoir lieu ici, en ce qu'il représente assez bien cette vie
toute simple, & toute naturelle de l'homme avant qu'il tombât dans la
révolte.]

[Note p: Le Rabin Maimonides étoit très savant, quelques Juifs
l'appellent la lumière d'Israel, à cause de sa science; il étoit né
à Cordoue en Espagne l'an de J.C. 1135. & mourut âgé de plus de 70
ans. TRAD. DE PAR.]

[Note 28: _L'Histoire d'Adam, d'Eve, du Serpent, &c._ Chalcidius sur le
Timée de Platon: _selon Moyse Dieu défendit aux premiers hommes de
manger de certains fruits, qui leur pouvoient donner la Connoissance du
bien & du mal_. Et ailleurs; «C'est à cela que se raporte ce que les
Hébreux dirent; que Dieu avoit donné à l'Homme une ame raisonnable
par une inspiration céleste, & aux bêtes, une ame destituée de
raison, se contentant de commander à la Terre de les produire de son
sein; que de ce nombre fut ce serpent, qui par ses suggestions engagea
dans le crime ces prémices de tous les hommes.» Dans les plus
anciennes céremonies des Grecs on crioit _Eva,_ & en même tems on
montroit un serpent.]

[Note 29: _Six mille ans depuis la création._ Selon le raport
de Simplicius, Callisthéne envoya à Aristote des Observations
Astronomiques qu'il avoit recueillies à Babylone, & qui remontoient
jusqu'à 1903 ans, ce qui est à-peu-près le tems qui pouvoit s'être
écoulé depuis le Deluge jusqu'à Callisthéne.]

[Note q: Berose est le premier Écrivain de l'histoire des Chaldéens;
il fleurissoit sous Ptolémée Philadelphe, Roi d'Égypte. Nous n'avons
plus son Histoire, car celle d'Annius de Viterbe est supposée.
Joseph, _dans ses l. contre Appion_, nous a conservé des Fragmens
considérables du véritable Berose. TRAD. DE PAR.]

[Note 30: _Bérose, Manéthon, Hirom, Hestiæus, Hécatée, Hellanicus_.
Joséphe Antiq. Jud. liv. I. ch. 4. cite tous ces Auteurs dont on
avoit encore de son tems les livres. Servins sur Virgile, dit que les
Arcadiens vivoient jusqu'à 300 ans.]

[Note r: Manéthon, Grand Prêtre d'Égypte, Secrétaire ou
Bibliothécaire des Archives sacrées de l'Égypte, sous Ptolem. Philad.
Joseph _contre Appion_, Eusebe _dans sa Chron._ Jules Africain, ont
conservé plusieurs Fragments de l'Hist. d'Égypte de Manethon. TRAD. DE
PAR.]

[Note s: Il étoit Égyptien & Gouverneur de Syrie sous Antigonus ou
sous Antiochus. _Le même Pline_.]

[Note t: Pausanias étoit de Cesarée en Cappadoce, il vivoit sous
l'Empereur Antonin le Philosophe, & fleurissoit vers l'an de J.C. 139.
Sa description de la Grèce est un bon ouvrage. TRAD. DE PAR.]

[Note 31: _Pausanias...... des corps d'une grandeur au dessus de
l'ordinaire._ Dans ses Laconiques il dit _qu'on montroit dans le Temple
d'Esculape, auprès de la ville d'Asopus, des os d'homme d'une grandeur
extraordinaire_. Et dans le I. liv. de ses Eliaques, _qu'on avoit tiré
de la mer un os qui avoit été ensuite gardé à[V] Pise, & que
l'on croyoit être de Pélops_. _Philostrate_ Au commencement de ses
Héroïques il dit _que dans[W] la Palléne, les inondations & les
tremblemens de terre découvroient beaucoup de corps de taille
démesurée_. Dans le liv. VII. ch. 16., «Dans l'Île de Créte un
tremblement de terre ayant rompu une montagne, on y trouva un corps qui
étoit sur ses piez, & que les uns disoient être celui d'Orion, & que
les autres, d'Eétion. L'Histoire nous aprend que le corps d'Oreste
ayant été déterré par le commandement de l'Oracle, on trouva qu'il
étoit grand de sept coudées. Il y a plus de mille ans qu'Homére s'est
plains que les hommes de son tems n'étoient plus si grans que leurs
Ancêtres.» Solin dit «que pendant la guerre de Crete, après une
inondation extraordinairement grande, les eaux s'étant retirées, on
avoit trouvé sur la terre un corps de 33. coudées, qui fut vu de
Mérellus & de son Lieutenant Flaccus. Joséphe, Antiq. Jud. liv. V, ch.
2. «On voyoit encore alors des Géans, dont la grandeur énorme &
la figure extraordinaire ofroit un spectacle capable d'éfrayer, &
étonnoit ceux mêmes qui ne les connoissoient que par le récit des
autres. Aujourd'hui même on montre encore de leurs os qui surpassent
toute créance.» Gabinius dans la description de la Mauritanie disoit
_que Sertorius avoit trouvé les os d'Anteus, qui étant rejoints
faisoient un corps de 69 coudées_. Phlégon, Histoire des choses
merveilleuses ch. 9. parle d'une tête qu'on déterra à Ida, & qui
étoit trois fois plus grosse qu'une tête ordinaire. Il raporte aussi
qu'on avoit trouvé en Dalmatie beaucoup de corps qui d'une main à
l'autre avoient plus de seize aunes; & dans [X]le Bosphore Cimmérien,
un squeléte de 24 coudées de hauteur.]

[Note V: Ville du Péloponnèse.]

[Note W: Presqu'ile de Macédoine.]

[Note X: Aujourd'hui détroit de Caffa ou de Kerel, dans la petite
Tartarie.]

[Note u: Philostrate étoit un Courtisan de l'Empereur Sévère, &
de l'Impératrice Julie son épouse. Ce fut à la prière de cette
Princesse & pour lui plaire, qu'il composa la fabuleuse histoire
d'Apollonius de Tyane. Il fleurissoit vers l'an 204. de J. C. TRAD. DE
PAR.]

[Note Y: Je ne vois pas quel raport la taille démesurée des Géans
peut avoir avec la longue vie des premiers hommes. TRAD.]

[Note 32: _Catulle...... qu'avant que la corruption_. C'est dans
l'Epithalame de Pélée & de Thétis. «Mais après que la Terre eut
été fouillée par les crimes des hommes, & que leur coeur transporté
par la passion eut renoncé à la justice, les frères trempérent leurs
mains dans le sang de leurs fréres...... & une fureur criminelle ayant
rompu les bornes qui séparoient la justice d'avec l'injustice, obligea
les Dieux à se retirer d'avec les hommes, & à les abandonner à eux
mêmes.»]

[Note 33: _Et les Intelligences par qui_ &c. Voyez Plutarque dans son
Traité d'Isis, & Maxime de Tyr, Dissertat. I. & XVI. Le nom d'Anges se
trouve en ce sens non seulement dans la Bible des LXX; mais aussi dans
Labéon, Aristide, Porphyre, Jamblique & Chalcidius, Auteurs Payens, &
dans Hostanes, qui est plus ancien que tous ceux-là. Héraclite, selon
le témoignage de Chalcidius, assure _que les puissances divines donnent
des avis & des instructions aux hommes qui en sont dignes._]

[Note 34: _Dans presque tous les Auteurs Grecs_ &c. Homére Iliad. X.
Hésiode, Platon, Ovide, Métamorph. 1. X. Lucain, liv. IV. Sénèque,
30. Quest. Natur.]

Pour ce qui est du Déluge, il est remarquable que de toutes les
Histoires, sans en excepter celles des Peuples du nouveau Monde, aucune
ne remonte plus haut.[35] C'est ce qui a obligé Varron[v] de nommer le
temps qui l'a précédé, _un tems inconnu_. La licence des Poëtes a
fort obscurci la mémoire de ce grand évenement. Mais les Écrivains
de la premiére Antiquité, comme[36] Joséphe Rép. à Appion Bérose
Chaldéen, &[37] Abydène d'Assyrie, l'ont rapporté d'une maniére
très-conforme à ce qu'en dit Moyse; jusques-là qu'Abydène,[38] &
Plutarque même parlent du pigeon qui fut lâché hors de l'Arche.[39]
Lucien dit que dans une ville de Syrie, nommée Hiérapolis, on
conservoit une vieille tradition, qui portoit, qu'autrefois un Déluge
universel ayant couvert la Terre, un petit nombre de personnes illustres
par leur piété, & quelques animaux de toute espéce, avoient été
conservez par le moyen d'une grande Arche. La même histoire se lit
aussi[40] dans Molon,[41] dans Nicolas de Damas, & dans Apollodore[w]; &
ces deux derniers font particuliérement mention de l'Arche. Plusieurs
Auteurs Espagnols[AD] assurent que dans quelques endroits de
l'Amérique, comme dans les païs de Cuba, de Méchoachan, & de
Nicaragua, la mémoire du Déluge, & des animaux conservez, & celle du
corbeau & de la colombe, subsiste encore aujourd'hui; & que les habitans
de la Castille d'Or font aussi l'histoire d'un grand Déluge. Il semble
même que les Payens n'ayent pas ignoré en quels endroits de la terre
les hommes demeuroient avant ce tems là; puis que Pline dit que la
Ville de Joppe a été bâtie avant le Déluge.[AE] On a montré de tout
tems, & on montre encore à present[42] sur les montagnes Gordiées en
Arménie, l'endroit où s'arrêta l'Arche.

[Note 35: _C'est ce qui a obligé Varron_ &c. Censorin; Varron divisoit
le tems en trois grans espaces, savoir, le tems _Inconnu_, le tems
_Fabuleux_, & le tems _Historique_. Le premier, depuis le commencement
du Monde jusqu'au [Z] premier Déluge: le second, depuis le premier
Déluge jusqu'à la premiere Olympiade: le troisieme, depuis la premiere
Olympiade, jusqu'à nous. Les Rabbins appellent le premier de ces trois
périodes, _le tems vuide_.]

[Note Z: Les anciennes histoires ont parlé de deux Déluges. Celui
qui arriva dans l'Attique du tems d'Ogygès, environ 532 ans après le
Deluge de Noé. L'autre qui arriva dans la Thessalie sous le Regne de
Deucalion 248 ans après celui d'Ogygès & du tems de Moyse.]

[Note v: Varron, le plus savant des Romains, étoit Poëte & Philosophe:
il avoit composé 24. livres de la langue Latine qu'il dédia à
Cicéron. Il mourut 26. ans avant J. C. TRAD. DE PAR.]

[Note 36: _Bérose Chaldéen_. 1. I. [AA] «Berose raporte conformément
aux plus anciennes histoires & à ce que Moyse en a dit, la destruction
du genre humain par le Déluge, à la réserve de Noé Auteur de nôtre
race, qui par le moyen de l'Arche se sauva sur le sommet des montagnes
d'Arménie.» Antiq. Jud. liv. I. ch. 3. il raporte ces paroles de
Bérose; «On dit que l'on voit encore des restes de l'Arche sur la
montagne des Cordiées en Arménie, que quelques uns raportent de ce
lieu des morceaux du bitume dont elle étoit enduite, & s'en servent
comme d'un préservatif.»]

[Note AA: Je suis dans ce passage & dans tous ceux qui seront citez de
Joséphe, la Traduction de M. Arnaud d'Andilly, excepté 2 ou 3 endroits
où il me semble qu'il s'est trompé: je les marquerai.]

[Note 37: _Abydène d'Assyrie_. Voici le passage, cité par Eusebe,
Prépar. liv. IX. & par Cyrille contre Julien, liv. II. «Entre ceux qui
leur succédérent fut Sisithrus. Saturne lui ayant prédit que le I du
mois de Désius, il y auroit une pluye extrémement grande & forte, &
donné ordre de cacher à Héliopolis[AB] ville de Sippares, tout
ce qu'il pourroit ramasser d'écrits, il obéit à ce commandement,
s'embarqua pour l'Arménie, & incontinent après il vit l'éfet de cette
prédiction. Le troisième jour la tempête ayant cessé, il lâcha des
oiseaux; pour voir s'ils pourroient découvrir quelque endroit de la
Terre qui ne fût pas couvert d'eau. Mais ces oiseaux ne trouvant par
tout qu'une vaste mer, & ne voyant pas où se reposer, retournérent à
Sisithrus. Il en laissa encore sortir d'autres, mais avec aussi peu de
succès, si ce n'est qu'ils revinrent les ailes pleines de boue. A peine
en eut-il lâché d'autres pour la troisième fois, que les Dieux le
retirérent du Monde. Le vaisseau aborda en Arménie; & les habitans
du païs se servirent du bois dont il étoit bâti comme d'un
préservatif». Alexandre Plyhistor cité par Cyrille dit «qu'après la
mort d'Otyarre, son fils Xisuthrus lui succéda & regna 18 ans; que
de son tems il y eut un grand déluge, dont ce Roi s'étoit sauvé en
obéissant à l'ordre que Saturne lui donna de faire une Arche, & d'y
entrer avec des animaux de toute espéce.» Il faut remarquer ici que le
nom de _Sisithrus_, aussi bien que celui _d'Ogygès_ & de _Deucalion_,
signifie en d'autres langues ce que le mot de Noé signifie en Hebreu,
c'est à dire; _repos_. Eusébe nous aprend qu'Alexandre Poyhistor, qui
écrivoit en Grec, appelle Isaac, γέλως, _gelôs_ c'est à dire
_ris_, ce qui est le sens du mot _Isaac_. Les Histoires sont pleines
d'exemples de ces sortes de changemens. A l'égard du mon de _Saturne_,
il est donné à Dieu dans ces passages, ou parce que les Assyriens
nommoient le Dieu souverain, du nom de la plus haute des 7. Planétes,
our parce que le mot Syriaque איל _El_, signifiant & Dieu & Saturne,
les Grecs n'ont pris que la dernière de ces deux significations.
Jusques-là tout se raporte assez bien à l'Histoire sainte. Mais il
faut de plus savoir, que dans la Tradition des Egyptiens, ce Déluge de
Deucalion a été universel. Diodore liv. I. & que Pline liv. III. ch.
14. dit que l'Italie même n'en avoit pas été exemte.]

[Note AB: Dans Prolomée Sippare est une ville de Mesopotamie. Selon le
texte d'Abydène, ce doit être un Peuple.]

[Note 38: _Et Plutarque même_ &c. Voici ses paroles. _On dit que
Deucalion lâcha hors de l'Arche un pigeon, qui, tant qu'il revint lui
fit connoître par là que la tempête duroit encore, & lors qu'il ne
revint plus, lui fit juger qu'elle étoit passée._]

[Note 39: _Lucien dit que dans une ville_ &c. C'est dans la Déesse de
Syrie.[AC] «La plus commune opinion, _dit-il_, est que Deucalion est
le fondateur du Temple de cette ville. Car les Grecs disent que les
premiers Hommes étant cruels et insolens, sans foi, sans hospitalité,
sans humanité, périrent tous par le Déluge; la Terre ayant poussé
hors de son sein quantité d'eaux qui grossirent les fleuves, & firent
déborder la mer à l'aide des pluyes, de sorte que tout fut inondé.
Il ne demeura que Deucalion, qui s'étoit sauvé dans une Arche avec
sa famille, & une couple de bêtes de chaque espéce qui le suivirent
volontairement, tant sauvages que domestiques, sans s'entremanger,
ni lui faire mal. Il vogua ainsi jusqu'à ce que les eaux fussent
retirées. Il fut le pére d'une seconde race d'hommes, qui remplit la
place de celle que le Déluge avoit détruite &c.»]

[Note AC: Je donne ce passage selon la Traduction de Mr. d'Ablancourt;
elle est fort libre, & fort belle.]

[Note marg. A: _Joseph d'Acosta & Ant. Herrera._]

[Note 40: _Dans Molon_. Le passage est dans Eusébe Préparat. liv. IX.
ch. 19. «Immédiatement après le Deluge, cet Homme qui s'étoit sauvé
en Arménie avec sa famille, en fut chassé par les habitans du lieu. De
là il vint en cette partie de la Syrie qui est fort montagneuse, & qui
alors n'étoit pas habitée.»]

[Note 41: _Dans Nicolas de Damas_. Voici ses paroles, qui se trouvent
dans Joséphe liv. XCVI. «Il y a en Arménie, dans la province de
Myniade une haute montagne nommée Baris, où l'on dit que plusieurs se
sauvérent durant le Déluge. On dit aussi qu'une Arche, dont les restes
se sont conservez pendant plusieurs années, & dans laquelle un Homme
s'étoit enfermé, s'arrêta sur le sommet de cette montagne. Il y a de
l'aparence que cet Homme est celui dont parle Moyse Législateur des
Juifs». Jérôme d'Égypte, & Mnaséas, citez par Joséphe, ont aussi
parlé du Déluge & de l'Arche.]

[Note w: Apollodore étoit Grammairien d'Athenes, il vivoit sous le
regne de Ptolomée Evergetes. Nous avons l'abrégé de sa Bibliothèque,
ou histoire fabuleuse des Grecs, en 3. liv. TRAD. DE PAR.]

[Note AD: _On a montré_ &c. C'est ce que témoignent Théophile
d'Antioche liv. III. St. Épiphane contre les Nazaréens, St.
Chrysostome dans son Sermon sur la charité parfaite, Isidore liv.
XIV. des origines ch. 8. le Géographe de Nubie, & l'Itinéraire de
Benjamin.]

[Note 42: _Sur les montagnes Gordiées_. Les Interprétes Chaldaïques
ont rendu l'_Ararath_ de Moyse par _Cardu_; Joséphe par _Cordiées_; Q.
Curce les appelle _Cordées_; Strabon, Pline, & Ptolomée, _Gordiées_.]

Pour achever de parcourir l'histoire de Moyse, [43]Japétus, pére des
Européens, Jon, ou comme on l'écrivoit autrefois, Javon, le pére des
Grecs, & [44]Hammon qui peupla le premier l'Afrique, sont visiblement le
Japhet, le Javan, & le Cham de la Genése.[AF] Joséphe[45] & beaucoup
d'autres ont découvert dans les noms de quantité de Peuples & de
Païs, des traces de ceux qui se trouvent dans ce même livre.[46]
L'entreprise téméraire des Géans & leurs guerres contre les Dieux, si
fameuses chez les Poëtes, n'est qu'un déguisement de l'histoire de la
tour de Babel[x]. [47]Diodore de Sicile,[48] Strabon,[49] Tacite[y],
Pline[z] & Solin, font mention de l'embrasement de Sodome.[50]
Hérodote[aa], [51]Diodore, [52]Strabon, Philon[ab], & avec eux,[53] des
Nations entiéres issues d'Abraham, les Hébreux,[54] les Iduméens,[55]
& les Ismaëlites, confirment ce que Moyse nous aprend de la
circoncision. L'histoire qu'il fait d'Abraham, d'Isaac, de Jacob, & de
Joseph, se trouvoit autrefois, non seulement dans ce que Philon
avoit traduit de Sanchoniaton, mais aussi dans les ouvrages[56]
de Bérose,[57] d'Hécatée,[58] de Nicolas de Damas, d'Artapan,
d'Eupoléme, de Démétrius, & dans[59] les Vers Orphiques. On en voit
encore aujourd'hui une partie,[60] dans l'abrégé que Justin a fait des
livres de Trogue Pompée.[61] Presque tous ces Auteurs ont aussi parlé
de Moyse & de ses actions. Les Vers Orphiques disent expressément qu'il
fut tiré des eaux, & qu'il reçut de Dieu deux tables. On voit dans
Eusébe un Fragment[62] de Polémon, qui raporte en peu de mots la
sortie des Israëlites hors de l'Égypte; & ce même événement se
trouve dans[63] Manéthon, dans Lysimaque, & dans Chérémon, Auteurs
Egyptiens citez par Joséphe.

[Note 43: _Japétus est le Japhet_ &c. La lettre פ se prononçoit
tantôt comme un π, _p_, tantôt comme un _ φ, _ph_.]

[Note 44: _Hammon qui peupla le premier l'Afrique est le cham_ &c. _On_
est une terminaison que les Grecs ont ajoûté au mot de _Cham_. Ils
rendent aussi la lettre ת _ch._ par un simple _h_; quelquefois même
ils l'omettent. St. Jérôme dit que les Egyptiens appeloient encore de
son tems l'Égypte _Cham_.]

[Note AF: Bochart l'a fait d'une maniére à laquelle on ne peut rien
ajoûter; mais son livre n'avoit pas encore paru lors que Grotius fit
celui-ci. TRAD.]

[Note 45: _Joséphe a découvert dans les noms_ &c. Selon lui, de
_Gomer_ est la Galatie, où Pline met une ville nommée _Comara_.
De Magog, sont les Scythes, qui ont bâti dans la Sytie la ville de
Scythopolis, & de plus une autre ville que Pline liv. V ch. 25. appelle
_Magog_, d'autres _Hiérapolis_ & _Bambyce_. Il est visible que de
_Medai_ sont venus _les Médes_, de _Javan_ les anciens Grecs, qui
s'appelloient _Ioniens_ ou _Iaoniens_ comme on le lit dans les anciens
Auteurs. De _Chabal_ sont venus les _Ibériens_ peuples d'Asie dans le
voisinage desquels Ptolomée met la ville de _Thabilaca_. De _Mésec_,
vint la ville de _Mazaca_, dont parlent Strabon liv. XII. & Pline liv.
VI. ch. 3. Et de plus les _Mosches_. De _Thiras_ vient le nom & le
peuple de _Thrace_. L'Auteur ajoute à cela plus de 50 noms, sur
lesquels il fait les mêmes remarques. Ceux qui sont curieux de ces
recherches ont déjà lu cet article. C'est pourquoi je ne le traduirai
pas, d'autant plus qu'il est chargé d'une critique qui a meilleure
grâce en Latin qu'en François.]

[Note 46: _L'entreprise téméraire des Géans_ &c. Homére Iliad. 1.
XI. Virgile Géorg. 1. I. Lucain, Pharsale l. VII. Ovide Métamorph.
liv. I. ont dit que les Géans ont tâché de se rendre maîtres du
Ciel. Cette fable est fondée sur la vérité. Le raport de cet atentat
des Géans contre le Ciel est fondé sur le langage courant de toutes
les Nations, selon lequel, tout ce qui est d'une hauteur extraordinaire,
telle que celle de cette tour, est dit aller, s'élever jusqu'au Ciel.
Joséphe cite ce passage d'une certaine Sibylle. «Tous les Hommes
n'ayant alors qu'une même langue ils batirent une tour si haute, qu'il
sembloit qu'elle dût s'élever jusques dans le Ciel. Mais les Dieux
excitérent contre elle une si violente tempête qu'elle en fut
renversée, & firent que ceux qui la bâtissoient parlérent en un
moment diverses langues; ce qui fut cause qu'on donna le nom de Babylone
à la ville, qui a été depuis bâtie en ce même lieu.» Eusébe
Prépar. liv. IX. ch. 4. cite un passage d'Abydène qui porte la même
chose. Bérose nous aprend aussi que les Grecs se sont trompez, lors
qu'ils ont dit que c'étoit Sémiramis qui avoit bâti Babylone.]

[Note x: Diodore de Sicile, Historien Grec, vivoit sous Jules Cesar &
Auguste 60 ans avant J.C. TRAD. DE PAR.]

[Note 47: _Diodore de Sicile_, &c. Liv. XIX. après avoir décrit le Lac
Asphaltite, ou la mer morte; «parce que les lieux d'alentour, _dit-il_,
sont pleins d'un feu caché, & jettent une odeur fort mauvaise, ceux qui
habitent près de là sont fort sujets à des maladies & ne vivent pas
long tems.»]

[Note 48: _Strabon_ liv. XVI, après avoir parlé de ce même Lac,
ajoûte «Pour prouver qu'il y a dans ces endroits des feux qui minent
la terre, ils montrent auprès de Moasas des pierres âpres, raboteuses,
& brûlées. Ils font remarquer que la terre est en plusieurs lieux
coupée de cavernes, & toute cendreuse; que les pierres y distillent
la poix; qu'il y a quelques riviéres qui bouillent, & qui rendent
une odeur puante. Cela prouve assez bien la vérité d'une certaine
tradition que ces Peuples ont. Ils disent qu'autrefois il y avoit dans
cette contrée treize villes; que Sodome dont on voit encore aujourd'hui
l'enceinte, grande de soixante stades, en étoit la Capitale. Mais que
le feu & les eaux bitumineuses qui sortirent de terre par un grand
tremblement, firent paroître ce Lac que nous nommons Asphaltite,
embrasèrent les pierres, engloutirent une partie de ces treize villes,
& rendirent les autres désertes en contraignant les habitans de
fuir.»]

[Note 49: _Tacite_ Hist, liv. V. «Près de là il y a une vaste
campagne qui, à ce qu'on dit, étoit autrefois fort fertile, & où il
y avoit des villes grandes & bien peuplées, mais qui furent embrasées
par la foudre. On ajoûte qu'il y reste encore quelques marques de cet
embrasement, en ce que le terre paroît toute brûlée, & qu'elle a
perdu la force de produire des fruits: car tout ce qui y naît est d'une
couleur noire, n'a aucune substance capable de nourrir, & se réduit en
cendre.»]

[Note y: Tacite Historien Romain, fleurissoit sous l'Empereur Trajan,
vers l'an 100. de J.C. TRAD. DE PAR.]

[Note z: C'est Pline l'ancien, ou le Naturaliste: il vivoit sous les
Empereurs Vespasien & Tite 70 ou 75 ans après J.C. TRAD. DE PAR.]

[Note 50: _Hérodote_. C'est dans l'Euterpe. «Les Colches, les
Egyptiens, & les Éthiopiens sont les premiers qui ont pratiqué la
circoncision. Les Phéniciens & les Syriens de la Palestine avouent
qu'ils l'ont reçue des Egyptiens. Les Syriens qui demeurent auprès du
fleuve de Thermodon, & de Parthenius, & les Macrons leurs voisins disent
qu'ils l'ont reçue des Colches. Pour ce qui est des Éthiopiens je ne
puis dire avec certitude s'ils l'ont reçue des Egyptiens, ou si ce sont
eux qui la leur ont aprise.» Je remarque sur ce passage I. qu'il n'y
avoit dans la Palestine que les Juifs qui fussent circoncis: c'est ce
que témoigne[AG] Joséphe Antiquit. Liv. VIII. Chap. 4. II. que bien
loin que ceux ci avouent qu'ils l'ont «reçue des Egyptiens», ils
disent au contraire que ce fut Joseph qui la porta en Égypte. III. que
ceux qu'Hérodote apelle Phéniciens, sont les Iduméens, lesquels les
Grecs ont cru faussement être descendus des Phéniciens. IV que ceux
d'entre les Éthiopiens qui se circoncisoient étoient issus d'Abraham &
de Chettura. V. que les Colches & leurs voisins qui pratiquoient cette
cérémonie étoient des dix Tribus que Salmanasar avoit emmenées
captives, & dont quelques personnes vinrent jusqu'en Thrace.]

[Note AG: Josephe 3 ou 4 lignes plus haut atribue à Hérodote d'avoir
dit que les Éthiopiens ont apris des Egyptiens à se faire circoncire.
Mais comme dans le passage qui vient d'être raporté, Hérodote dit
qu'il ne sait lequel de ces deux peuples l'a apris de l'autre, il faut
ou que dans quelque autre endroit il ait parlé aussi afirmativement que
Josephe dit qu'il a fait, ou que celui-ci se soit trompé.]

[Note aa: Hérodote est le plus ancien Historien Grec, dont les ouvrages
soient venus jusqu'à nous, il vivoit 440 ans avant J.C. TRAD. DE PAR.]

[Note 51: _Diodore_. Liv I. _Une preuve que les Colches sont descendus
des Egyptiens, c'est qu'ils se circoncisent de même que ceux-ci._ Cela
ne prouve pas davantage que les Egyptiens sont ou les auteurs de la
Circoncision; ou les péres de ce Peuple que cela le prouve des Juifs.]

[Note marg. A: Peuples d'Éthiopie.]

[Note 52: _Strabon_. Liv. XVI. _Quelques-uns d'entre les[A] Troglodites
sont circoncis de même que les Egyptiens._]

[Note ab: Philon étoit Juif, mais né à Alexandrie. L'an 40. de J.C.
les juifs le députèrent à l'Empereur Caligula, pour lui demander
justice des insultes des Païens; mais Caligula ne le voulut point
écouter. _Le même_.]


[Note 53: _Des nations entiéres issues d'Abraham._ Théodore cité par
Eusébe parlant d'Abraham dit _que celui qui l'avoit tiré de son païs
lui commanda de se circoncire lui & toute sa maison, & qu'il obéit._]

[Note 54: _Les Iduméens_. Ils sont ainsi appelez d'Edom le Pére de
ce peuple, & qui est le même qu'Esaü. Je dirai en passant que la
postérité d'Edom s'étant multipliée & répandue jusques vers la Mer
qui sépare l'Égypte de l'Arabie, donnérent leur nom à cette Mer, &
que les Grecs sachant qu'Edom signifie _roux_ ou _rouge_, la nommèrent,
_Mer Erythrée_, c'est-à-dire, _rouge_. Ammonius, Justin Martyr, &
Épiphane, témoignent que ces Peuples se circoncisoient.]

[Note 55: _Et les Ismaëlites._ De tout tems ils ont circoncis
leurs enfans, mais au même âge qu'Ismaël avoit été circoncis,
c'est-à-dire à l'âge de treize ans, comme le témoignent Joséphe &
Origéne. Épiphane entend par ces Ismaëlites, les Sarrazins, & il a
raison; car les Sarrazins ont toujours suivi cette coutume religieuse; &
c'est de ceux-ci que les Turcs l'ont tirée. Alexandre Polyhistor, cité
par Joséphe & par Eusébe, parle ainsi des enfans de Chettura. «Le
Prophéte Cleodéme surnommé Malchas dit dans son Histoire des Juifs,
aussi bien que Moyse, Législateur de ce Peuple, qu'Abraham eut de
Chettura, entr'autres enfans, Afer, Assur, & Afra; qu'Assur donna le nom
à l'Assyrie, Afra & Afer, à la Ville d'Afra & à l'Afrique. On
voit par là d'où les Éthiopiens, Peuples d'Afrique, ont pris la
circoncision. Ils la retiennent encore aujourd'hui, quoi que Chrétiens,
mais c'est simplement par respect pour une coutume si ancienne, & non
par principe de Religion.]

[Note 56: _De Bérose_. _En l'âge dixième après le déluge il y avoit
parmi les Chaldéens un Homme fort juste & fort intelligent dans la
science de l'Astrologie._ Il est évident par le tems qui est marqué
là que c'est d'Abraham qu'il y est parlé. Ce passage est dans Joséphe
Antiquit. Liv. 1.]

[Note 57: _Hécatée_. Il avoit écrit l'histoire d'Abraham, mais ce
livre qui étoit encore du tems de Joséphe, ne se trouve plus.]

[Note 58: _Nicolas de Damas_. C'étoit un Homme fort illustre & par
lui-même & par l'honneur qu'il avoit d'être aimé d'Auguste &
d'Hérode. Voici ce qu'il dit d'Abraham. «Abraham sortit avec une
grande troupe du païs des Chaldéens qui est au dessus de Babylone,
régna en Damas, en partit quelque tems après avec tout son peuple, &
s'établit dans la Terre de Canaan qui se nomme maintenant Judée, où
sa postérité se multiplia d'une maniére incroyable, ainsi que je le
dirai plus particuliérement dans un autre lieu. Le nom d'Abraham est
encore aujourd'hui fort célèbre & en grande vénération dans le Païs
de Damas. On y voit un bourg qui porte son nom, & où l'on dit qu'il
demeuroit.»]

[Note 59: _Les vers Orphiques_. «Personne n'a connu le Maître & le Roi
de tous les hommes, que ce seul Chaldéen, qui a si bien su le cours du
Soleil & le mouvement des Cieux.»]

[Note 60: _Dans l'Abrégé que Justin_ &c. Liv XXXVI. Ch. 2. «Les Juifs
sont originaires de Damas, la plus célèbre Ville de Syrie. Après
Damascus, Azélus, & Adores, ils eurent pour Rois Abraham & Israël.»
Le tître de Roi que Nicolas de Damas & Justin donnent à ces
Patriarches, vient de ce qu'ils avaient sur leurs familles une autorité
royale. De là vient qu'ils sont apellez _Oints_. Ps. CVI. 15.]

[Note 61: _Presque tous ces Auteurs_ &c. Justin Liv. XXXVI. «Moyse
ayant été fait le Chef de cette Nation que les Egyptiens avoient
banni, déroba de nuit tout ce qu'ils avoient de plus sacré. Ceux-ci
étant venus les armes à la main pour reprendre ce qu'on leur avoit
emporté, furent contraints par de grans orages de s'en retourner. Moyse
étant rentré dans son ancienne patrie s'empara du mont Sina.»]

[Note 62: _De Polémon_. «Sous le régne d'Apis fils de Phoronée; une
partie de l'armée des Egyptiens sortit d'Égypte, & s'alla habituer
dans cette partie de la Syrie qu'on apelle Palestine. Ce passage se fit
dans la Chronique d'Eusébe. Polémon vivoit, à ce qu'on croit, dans le
tems d'Antiochus Epiphanès ou l'Illustre.]

[Note 63: _Manéthon, Lysimaque & Chérémon_. Ce que ces Auteurs ont
écrit là-dessus est rempli de fables, & il ne s'en faut pas étonner,
puis que les Egyptiens ont toujours été ennemis jurez des Juifs. Ce
que l'on peut recueillir de plus raisonnable de ce qu'il nous reste
d'eux, c'est que les Hébreux, issus des Chaldéens, étant maîtres
d'une partie de l'Égypte, y avoient fait le métier de Berger: mais que
les Egyptiens les ayant traitez en esclaves & acablez de travail,
ils sortirent de ce Païs acompagnez de quelques Egyptiens & sous
la conduite de Moyse: qu'ayant passé les déserts de l'Arabie, ils
étoient enfin arrivez dans la Palestine, & s'étoient fait une Religion
toute diférente de celle des Egyptiens.]

Faisons; en passant, une réflexion sur tout cela. C'est qu'il ne
tombera jamais dans l'esprit d'un homme sensé, que Moyse, étant
environné[64] d'Egyptiens,[65] d'Iduméens,[66] d'Arabes, & [67] de
Phéniciens, tous ennemis des Israëlites, eût jamais osé écrire sur
la naissance du Monde & sur tout ce qui s'étoit passé jusques à
son tems, des choses qu'on eût pu réfuter par d'autres livres plus
anciens, ou qui eussent choqué la créance reçue & universelle; ni
qu'il eût été assez hardi, pour avancer des Faits comme arrivez de
son tems, si ces Faits eussent pû être démentis par des Nations
entiéres.

[Note 64: _D'Egyptiens ennemis des Israëlites_. 1. parce que ceux-ci
les avoient quitez malgré eux. 2. parce qu'ils avoient renoncé à
leurs cérémonies sacrées.]

[Note 65: _D'Iduméens_. A cause de la haine que les deux Chefs de ces
Nations s'étoient portée l'un à l'autre, & qui vivoit encore dans
leurs descendans: de là vient que les Iduméens refusérent le passage
aux Israëlites, Nomb. XX. 14.]

[Note 66: _D'arabes_. C'étoient ceux qui étoient issus d'Ismaël.]

[Note 67: _De Phéniciens_. Ce sont les Cananéens &c. avec qui les
Hébreux ont eu une guerre éternelle.]

A ces Auteurs déjà allêguez, qui ont fait mention de Moyse, il faut
joindre[68] Diodore de Sicile,[69] Strabon,[70] Pline,[71] Tacite, &[72]
Longin[ac] dans son Traité du Sublime. On voit non seulement dans les
Auteurs du Talmud, mais aussi dans Pline & dans Apulée[ad],[73] le nom
de ces deux Magiciens qui résistérent à Moyse.[74] Plusieurs Auteurs
ont parlé de la Loi, & en particulier, des Ordonnances cérémonielles,
que ce Législateur a établies: & Pythagore même, au raport
d'Hermippus, en a tiré beaucoup de choses lesquelles il a adoptées.
Enfin[75] Strabon &[76] Justin rendent à la piété & à la justice des
premiers Juifs, de magnifiques témoignages.

[Note 68: _Diodore de Sicile_. _Moyse a dit qu'il avoit reçu ses loix
du Dieu que les Juifs apellent Jao._ Ce _Jao_ n'est autre que _Jéhova_.
Philon Juif nous aprend que les Tyriens rendoient ce nom par celui de
_Jevo._ Clement Alexandrin dit que d'autres Peuples l'exprimoient
par celui de _Jaou_, & l'on voit dans Théodoret que les Samaritains
l'écrivoient ainsi, _Jabai_. Cette diversité vient de ce que les
Orientaux exprimoient les mêmes mots, les uns avec de certaines
voyelles, les autres avec d'autres: & c'est de là que vient cette
grande diversité que l'on voit dans les noms propres du vieux
Testament. Philon a fort bien remarqué que ce mot de _Jehovah_,
marquoit l'existence de Dieu. L'exhortation aux Grecs atribuée à
Justin Martyr, nomme encore beaucoup d'autres Auteurs Payens qui ont
parlé de Moyse.]

[Note 69: _Strabon_. Dans son liv. XVI. Il donne cet abrégé de la
doctrine de Moyse, dans lequel le vrai est mêlé avec le faux. «Il
enseignoit que les Egyptiens avoient tort de représenter la divinité
par des Images d'animaux: que les Grecs & les Africains n'avoient pas
plus de raison de lui atribuer une forme humaine: que Dieu n'est autre
chose que ce que nous apellons le Ciel, le Monde & la Nature. Peut-on
donc, disoit-il, le représenter par les Images des choses que nous
voyons autour de nous? Ne vaut il pas mieux le servir sans le peindre,
se contenter de lui bâtir un Temple, & dans ce Temple un Sanctuaire
magnifique, & l'adorer là sans y faire intervenir aucune figure? Il
ajoûte que c'est là le sentiment de tous les gens de bien: que Moyse
institua des cérémonies qui n'engageoient pas à trop de dépenses &
où rien ne ressentoit un emportement de fureur religieuse. Il parle
ensuite de la circoncision, des viandes défendues, &c. & après avoir
montré que naturellement l'homme aime la société, il dit que les loix
divines sont les plus propres à établir cette société.]

[Note 70: _Pline_, liv. XXX. ch. I. _Il y a encore une autre Secte de
Magiciens. C'est celle que Moyse a fondée_.]

[Note 71: _Tacite_. Hist. 1. V. Là Moyse est nommé l'un des bannis,
c'est-à-dire, l'un des Israëlites qui furent chassez par les
Egyptiens. Ce qui est oposé aux fables des Egyptiens qui le font passer
pour un de leurs propres Sacrificateurs.]

[Note 72: _Longin_, dans son Traité du Sublime. «Moyse Homme d'un
esprit peu commun a conçu & exprimé la puissance de Dieu d'une maniere
fort sublime au commencement de son livre, où il s'exprime ainsi; _Dieu
dit_, & que dit-il? _Que la lumiére soit, & elle fut; que la Terre
soit, & elle fut_. Chalcidius apelle Moyse un Homme sage, & reconnoît
qu'il passoit pour un Homme inspiré.]

[Note ac: Longin fut Maître du Philosophe Porphyre, ce grand ennemi des
Chrétiens: Zenobie, Reine des Palmyriens, peuples de l'Arabie déserte,
le mit pour son Conseiller. Ce fut lui qui s'opposa à ce que la Reine
se rendît aux Romains: il lui en coûta la vie. L'Empereur Aurélien
aiant défait l'armée de Zenobie, fit servir cette Reine à son
triomphe, & fit tuer Longin. Cela arriva vers le milieu du troisième
siécle de l'Eglise. TRAD. DE PAR.]

[Note ad: Apulée, Philosophe Platonicien, fleurissoit au milieu du 2.
siécle. _Le même_.]

[Note 73: _Le nom de ces deux Magiciens_. Numénius dans Eusébe,
«Jannés & Jambrés, Prêtres Egyptiens, passoient pour grands
Magiciens dans le tems que les Juifs furent chassez d'Égypte. Ils
furent choisis pour résister à Musée Homme très-puissant auprès de
Dieu par ses prières, & furent seuls capables de détourner de dessus
les Egyptiens les maux que Musée atiroit sur cette Nation.» Là, Moyse
est apellé _Musée_, pour donner à ce nom un air de nom Grec.]

[Note 74: _Plusieurs Auteurs ont parlé de la Loi_. Strabon, Tacite,
Théophraste, Hécatée. La défense de se joindre avec les étrangers
se trouve dans Justin, & dans Tacite; celle de manger du porc se lit
dans Tacite, Juvénal, & Plutarque. Ce dernier parle aussi des Lévites
& de la fête des Tabernacles. Pythagore en a même tiré beaucoup de
choses; par exemple, la défense de manger de la chair de bêtes mortes
d'elles-mêmes; de représenter Dieu par des Images corporelles; de
gâter les arbres fruitiers &c. Porphyre reconnoissoit aussi que
Platon avoit emprunté beaucoup de choses des Juifs, comme le remarque
Théodoret.]

[Note 75: _Strabon_ liv. XVI. _Les successeurs de Moyse gardérent
pendant quelque tems ses loix & furent justes & pieux._ Un peu plus
bas il dit, _que ceux qui crurent à Moyse étoient justes & craignans
Dieu_.]

[Note 76: _Justin_ liv. XXXVI. Ch. 2. _Il est incroyable combien la
piété & la justice de ces Rois & de ces Sacrificateurs firent fleurir
cette nation._ Aristote parlant d'un Juif qu'il avoit connu, dit qu'il
étoit très-sage & & très-savant. Jos. Rép. à App. liv. 1. Tacite
dit que les Juifs adorent l'Être souverain, éternel, & immuable.]

C'est assez d'avoir trouvé dans les Auteurs étrangers des choses
conformes avec ce que les livres de Moyse enseignent. Je ne m'arrêterai
pas à chercher de pareilles conformitez, entre ces Auteurs, & ce que
Josué & ses successeurs ont fait & laissé par écrit. Je crois avoir
assez solidement établi ce que je prétendois, qui est, que l'autorité
des livres de Moyse étant apuyée sur des fondemens si fermes que
l'impudence même les doit respecter, les miracles que ces livres nous
raportent ne peuvent plus être révoquez en doute. Pour les autres,
que l'Histoire des siécles suivans contient, comme[77] ceux d'Elie,
d'Elisée &c. ils doivent être d'autant moins suspects, que le Peuple
Juif étant alors beaucoup plus connu, & l'opposition de sa Religion
avec celle de ses voisins, le rendant l'objet de leur haine & de leur
contradiction, ils n'eussent pas manqué de se récrier d'abord sur
ses fourberies & sur ses impostures, si les miracles dont ce Peuple se
vantoit, n'eussent pas été véritables[AH].

[Note 77: _Ceux d'Elie_ &c. Eusébe Préparation liv. XX. Ch. 3. dit
qu'Eupoléme a fait un livre touchant les Prophéties d'Elie, & Ch. 19.
il raporte un passage de cet Auteur sur celles de Jérémie.]

[Note AH: Il est aisé de tromper des gens qui n'ont aucun intérêt à
se défendre de l'illusion, sur tout si l'on a la prudence de ne pas
choquer grossiérement la déposition des sens & de l'expérience,
& qu'on n'entreprenne pas de leur persuader qu'ils ont vu, ce
qu'éfectivement ils n'ont su ni pu voir. ADD. DU TRAD.]

Je n'alleguerai que deux exemples des témoignages que les Payens ont
rendu aux miracles de l'Écriture. L'histoire du séjour que Jonas fit
dans le ventre d'un grand poisson.[78] se trouve dans Lycophron & dans
Enéas de Gaza. Il est vrai qu'ils attribuent cela à Hercule. Mais
Tacite & plusieurs autres ont remarqué, que c'étoit assez la coutume
des Anciens de faire honneur à ce Héros, de tout ce qu'ils savoient
de grand & de merveilleux. La force de la vérité a fait avouer
à l'Empereur Julien, ennemi juré des Juifs aussi bien que des
Chrétiens,[79] que ce Peuple avoit eu des Hommes divinement inspirez, &
que les sacrifices de Moyse & d'Elie avoient été consumez par un feu
descendu du ciel.

[Note marg.: Deut. XIII. 5.]

[Note 78: _Se trouve dans Lycophron_. Ce Poëte représente Hercule tout
vif dans le ventre d'un poisson qu'il apelle le cruel chien de Triton,
ayant la tête tout en sueur, & remuant le foye de ce poisson dans son
vaste corps, comme dans une chaudiére, et sur un foyer sans feu. Sur
quoi le Commentateur Tzetzès dit, _Il parle ainsi parce qu'il fut trois
jours dans le ventre d'une Baleine, ou d'un grand poisson_. Æneas[AI]
Gazæus, _Hercule fut sauvé d'un naufrage par le moyen d'un monstre
marin qui l'engloutit_.]

[Note AI: Le texte du Traité portoit Hazoüs au lieu de Gazæus.]

[Note 79: _Que ce peuple avoit eu des Hommes divinement inspirez, et que
les sacrifices_ &c. Ce double aveu de Julien se trouve dans S. Cyrille;
le premier liv. III. le second, 1. X. «Vous ne voulez pas sacrifier,
_dit Julien aux Chrétiens_. C'est, sans doute, parce que le feu ne
descend plus du ciel pour consumer les victimes, comme du temps de
Moyse: mais ne voyez-vous pas que cela n'est arrivé que deux fois,
l'une sous Moyse, l'autre, du tems d'Elie le Thisbite? Ménandre dans
l'Histoire des Phéniciens parloit de cette grande sécheresse qui
arriva pendant qu'Elie fleurissoit, et la raportoit au tems d'Ithobal,
Roi de Tyr.]

Je finirai toutes ces considérations par deux remarques; l'une, sur les
Prophètes; l'autre, sur l'Oracle du Pectoral que portoit le souverain
Pontife. Le soin que le Législateur des Juifs avoit pris d'empêcher,
qu'il n'y eût des gens assez téméraires pour s'arroger faussement le
titre et la charge de Prophéte, et les peines qu'il avoit décernées
contre cet atentat, font bien voir qu'il y avoit quelque chose de réel,
de grand, & d'extraordinaire, dans ceux que ce Peuple regardoit comme de
véritables Prophètes. S'il eût été facile de passer pour tel,
il seroit étrange qu'entre tant de Rois dont cette charge eût
extrêmement rehaussé la dignité, & tant de personnes habiles à la
science de qui elle eût donné un fort grand lustre, il n'y en eût eu
aucun qui s'en fût mis en possession. C'est pourtant ce qu'aucun
Roi après David, ce que les Savans d'entre ce Peuple sans excepter
même[80] Esdras, ce que personne enfin depuis lui jusques à
Jésus-Christ, n'a jamais osé entreprendre. [81] A l'égard de l'Oracle
de l'Urim & du Thummim, qui se rendoit par une lumiére extraordinaire
des pierres du Pectoral, le moyen de s'imaginer que l'on pût faire
illusion à tout un grand Peuple, sur un Fait si public & si souvent
réitéré? Si donc les Juifs ont constamment cru sur la déposition de
ceux de leurs Ancêtres qui en ont du être les témoins, que cet Oracle
avoit duré jusqu'à la ruine du premier Temple; cette persuasion ne
peut être que très-légitime, puis qu'elle roule sur une déposition
si certaine, & si peu sujette à l'erreur.

[Note 80: _Esdras_ &c. Les Historiens Juifs marquent son tems par ces
paroles: _Ici finissent les Prophètes & commencent les sages_. Cette
cessation de Prophètes paroît encore I. Macchab IX. 27. _Il y eut
une grande afliction en Israël, telle qu'il n'y en avoit pas eu de
semblable depuis qu'il n'y paroissoit plus de Prophètes parmi ce
peuple.]

[Note 81: _A l'égard de l'Oracle_ &c. Les LXX. Interprétes ont traduit
le mot d'URIM, _choses claires & évidentes_; & celui de THUMMIM,
_vérité_. Les Egyptiens ont en cela copié les Juifs, mais en enfans.
Diodore de Sicile liv. I _Leur souverain Juge avoit la Vérité
pendue à son cou._ Et ailleurs. «Une petite image faite de pierres
précieuses, & nommée _Vérité_, pendoit à son cou par une chaîne, &
il commençoit les fonctions de sa charge après s'être ataché cette
image au cou. Voici en passant ce que la Gemara de Babylone ch. 1.
dit qu'il y avoit dans le premier Temple, & qui manquoit au second:
_L'Arche, avec le Propitiatoire, & les Chérubins; le feu tombé du
Ciel; la Schekina, ou, l'habitation de Dieu dans le Temple; le Saint
Esprit; Urim & Thummim._]



[Note marg.: 4. _Preuve de la Providence, savoir, les prédictions._]

XVII. J'ai joint les prédictions aux miracles, comme des preuves qui ne
sont pas moins concluantes en faveur d'une Providence. Les Écrits
des Juifs en contiennent un très-grand nombre, dont la plûpart sont
extrémement claires & formelles. Je n'en toucherai que quelques-unes.

[Note marg.: _Ch. III 32. 39. VII. 5. VIII. 3. 20. X. 20. XI. 1._]

Josué prédit en forme d'imprécation, que celui qui rétabliroit
Jérico, se verroit privé d'enfans, Jos. VI. 26: l'accomplissement se
trouve I Rois VI. 34. Un Prophéte déclare, plus de trois cens ans
avant que la chose arrivât, qu'un Roi nommé Josias détruiroit le
Temple de Béthel.[82] Esaïe dans le chap. XXXVII & XXXVIII. de ses
Révélations, prophétize tout ce que Cyrus devoit faire de plus
mémorable, & marque jusqu'à son nom. On voit dans Jérémie la
prédiction de la prise de Jérusalem par les Chaldéens. Daniel décrit
la Révolution qui devoit transporter aux Médes & aux Perses l'Empire
des Assyriens; celle qui devoit assujettir cette féconde Monarchie[A]
à Alexandre Roi de Macédoine; les principaux Successeurs de ce Prince,
qui sont les Lagides[B] & les Séleucides; les maux que la Nation Juive
auroit à soufrir de la part de ces Rois, & sur tout d'Antiochus [ae]
l'Illustre: & il décrit tout cela avec tant de clarté,[83] que
Porphyre, ayant conféré ces Oracles avec les histoires Greques qui
étoient encore de son tems, n'a pu se tirer de ce pas qu'en disant, que
ce qu'on atribuoit à Daniel n'étoit pas de lui, & n'avoit été écrit
qu'aprés l'événement. Avec une pareille défaite on pourroit, si l'on
en avoit besoin, nier que les Ouvrages qui portent le nom de Virgile, &
qu'on a toûjours cru être de ce Poëte, soient véritablement de lui,
& qu'ils ayent été écrits dans le siécle d'Auguste. Le contraire a
toûjours passé pour constant parmi les Romains; les Juifs n'ont pas
varié non plus dans la persuasion qu'ils avoient que les Oracles
atribuez à Daniel sont éfectivement de lui: cette persuasion constante
& universelle fait une preuve pour la premiére de ces deux choses: elle
doit donc en faire une pour la seconde.

[Note 82: _Esaïe.... prophétise ce que Cyrus_, &c. Voyez
l'accomplissement au ch. XXXIX. & LII. Eupoléme a fait mention de cette
prophétie & de son accomplissement, Eus. liv. IX. ch. 39.]

[Note marg. A: _Dan. II. 32. 39. VII. 5. 6. 7. 8. 21. X. 20. XI. 34_]

[Note marg. B: _Dan. II. 33. 40. VII. 7. 19. 23. 24. X. 5--20._]

[Note marg. C: _Dan. VIII. 9-14 & 32-45._]

[Note ae: Des douze Antiochus Rois de Syrie, le plus célèbre & celui
qui a le plus signalé ses exploits, est le quatrième surnommé
_Epiphanès_ ou _l'illustre_. TRAD. DE PAR.]

[Note 83: _Que Porphyre_. &c. Voyez St. Jérôme sur Daniel.]

Les Juifs ne sont pas les seuls qui se vantent d'avoir des prédictions
certaines. Les habitans du Mexique & du Pérou, en ont eu beaucoup, & de
fort claires, qui marquoient l'arrivée des Espagnols dans leurs païs,
& les malheurs dont ces nouveaux hôtes les devoient acabler.

[Note marg.: _Quelques confirmations de cette même vérité._]

On peut raporter à cela plusieurs songes qui ont été vérifiez par
l'événement, & qui marquoient certaines choses, qui, soit qu'on les
considere en elles-mêmes, soit qu'on regarde les causes qui devoient
concourir à leur production, étoient si cachées & si impénétrables
qu'on ne peut sans témérité les atribuer ou au hazard, ou à des
causes naturelles. Je n'aporterai ici aucun exemple de ces songes. On en
peut voir beaucoup de fort singuliers, tirez des meilleurs Auteurs, &
ramassez dans[84] le livre que Tertullien a écrit _de l'ame_. On peut
aussi tirer un grand avantage, de l'aparition[85] des Spectres, lesquels
on a même quelquefois entendu parler[AJ].

[Note 84: _Le livre que Tertullien_ &c. Ch. XLVI. Voyez aussi Valére
Maxime, liv. I. ch. 7. & Cic. de l'art de deviner.]

[Note 85: _Des spectres_. Voyez Plutarque, dans la Vie de Dion & de
Brutus; Tacite Annal. XI. & ce qu'il dit de Curtius Rufus. Valére Max.
liv. I. ch. 8. où il parle de Cassius; qui, tout Épicurien qu'il
étoit, fut extrémement éfrayé à la vûe d'un fantôme, qui
représentoit César, dont ce Romain avoit été le meurtrier.]

[Note AJ: Il est vrai que nos esprits forts, voyant bien qu'on ne
les peut convaincre par l'expérience, se munissent ordinairement de
quelques exemples qui se sont trouvez faux dans la suite, & que là
dessus ils nient tout ce que l'on en dit. J'avoue que la crédulité du
peuple va trop loin sur ce sujet. J'avoüerai même, si on le veut,
que la créance commune & perpétuelle n'est pas toujours une preuve
convainquante, dans des choses que l'on ne peut connoître que par la
voye du raisonnement. Quand on auroit cru jusqu'à la fin du Monde,
que la Terre est immobile, que les Cométes sont les Avant-coureurs
ordinaires des calamitez publiques &c. il n'en seroit pas moins vrai que
ce sont, ou que ce peuvent être des erreurs. Mais pour les choses qui
frapent les sens, & que les Hommes auroient même intérêt à ne pas
croire; dès qu'une fois elles sont atestées par les Auteurs les moins
crédules, & reçûes dans toutes les parties de l'un & de l'autre
hémisphére, il me semble que ce concours général de tous les
siécles & de tous les Peuples, forme une preuve à l'évidence de
laquelle il n'est pas possible de résister. ADD. DU TRAD.]

Pour ne rien négliger de ce qui peut servir à confirmer l'opinion
d'une Providence, je finirai toutes ces considérations par celle d'une
certaine coutume que quantité d'histoires d'Allemagne certifient, &
dont quelques loix même font mention. Cette coutume est une maniére
d'éprouver l'innocence d'une personne acusée, [86] en lui faisant
toucher un fer rouge, qui, si elle est coupable, la brûle, & si elle ne
l'est pas, ne lui cause aucune douleur.

[Note 86: _En lui faisant toucher un fer rouge_, &c. Il semble que
cette coutume ait eu lieu parmi les Grecs; Sophocle dans la Tragédie
d'Antigone, «Nous sommes prêts à vous prouver que nous ne sommes ni
coupables ni complices de ce crime, ou par des sermens, ou en touchant
des masses de fer toutes rouges, ou en marchant sur du feu.»]



[Note marg.: Objection, _qu'on ne voit plus de miracles_.]

XVIII. Si l'on objecte qu'on n'entend plus aujourd'hui parler ni de
miracles, ni de prédictions; je répons qu'il sufit, pour établir la
vérité d'une Providence, qu'il s'en soit fait autrefois. Et cette
Vérité, qu'il y a une Providence, étant une fois posée, elle
diminue la surprise que pourroit causer la cessation de ces choses
extraordinaires. Car s'il y a un Dieu qui gouverne l'Univers, il faut
croire qu'il a d'aussi fortes raisons de ne plus employer aujourd'hui
ces voyes surnaturelles, qu'il en a eu autrefois de les mettre en usage.
Ces raisons ne sont pas bien dificiles à deviner. Il n'est pas de la
sagesse divine de violer perpétuellement ou pour de légéres causes,
les Loix selon lesquelles elle conduit le Monde, & cache à l'Homme
l'avenir qui dépend de causes libres & contingentes. Elle n'a du le
faire que dans des ocasions importantes, & où les voyes naturelles
auroient été foibles, & sans éfet. Lors que le véritable culte de la
Divinité, ignoré de tous les hommes, étoit renfermé dans un
petit coin de la Terre, ou lorsque la Religion Chrétienne a dû,
conformément aux desseins de Dieu, se répandre par tout l'Univers,
rien n'étoit plus à propos que de l'afermir puissamment par des
coups d'éclat, qui arrêtassent les débordemens de l'impiété & de
l'idolâtrie.[AK]

[Note AK: Il est visible que la nature des obstacles qu'elle avoit
à vaincre, demandoit quelque chose de plus fort que la simple
prédication. ADD. DU TRAD.]



[Note marg.: II. Objection, _que s'il y avoit une Providence, il n'y
auroit pas tant de crimes_.]

XIX. Il est tems de répondre à la grande objection que l'on fait
contre la Providence & qu'on tire des crimes qui couvrent la face de la
Terre. Si, dit-on, un Dieu tout-bon & tout-puissant gouvernoit le Monde,
à quoi devroit-il principalement s'ocuper, qu'à réprimer l'insolence
des hommes, & à empêcher les tristes éfets de leur corruption? Je
répons que Dieu, qui se vouloit réserver le glorieux privilége d'une
bonté nécessaire & immuable, ayant donné à l'Homme la liberté
de faire le bien & le mal,[87] ne pouvoit empêcher éficacément le
mauvais usage de cette liberté, sans la détruire absolument. C'étoit
assez pour mettre sa bonté à couvert de tout reproche, qu'il employât
tous les moyens, qui, sans violer cette liberté, pouvoient porter
l'Homme à se déterminer au bien. Ce fut dans ce dessein qu'il lui
donna une loi munie de promesses & de menaces, & lui fournit plusieurs
secours tant intérieurs qu'extérieurs, pour le rendre capable
d'obéïr à cette loi. J'ajoûte, qu'il ne faut pas croire que Dieu
regarde d'un oeil indiférent, le penchant qui entraîne l'Homme au mal.
Il sait y mettre des barriéres, lors qu'il le trouve à propos. Sans
cela, on verroit un bouleversement général dans toutes les afaires du
Monde, & un entier oubli des Loix divines. S'il permet le crime, il le
destine à des fins très-dignes de sa sagesse infinie. Il se sert de
l'ambition & de la cruauté des uns, pour en punir d'autres qui ne sont
pas moins coupables. Il s'en sert pour redresser ceux qui étant tombez
dans le relâchement, ont besoin d'une correction vive & forte. Il s'en
sert enfin à faire éclater la patience & la fermeté de ceux dont il
veut rendre la vertu plus accomplie. Mais il n'en demeure pas là. Il
aflige à leur tour ceux qui lui ont rendu ces services criminels; &
dans le tems qu'une suite continuelle de succès semble les mettre en
repos du côté de la Justice divine, cette Justice vient tout d'un coup
troubler leur tranquillité, & leur faire rendre de leurs crimes & de
leurs succès mêmes, un compte d'autant plus sévére, qu'il a été
diféré. C'est alors que par une juste rétribution, Dieu traite
ces malheureux avec autant de rigueur, qu'ils l'avoient traité avec
insolence & avec mépris.

[Note 87: _Ne pourroit empêcher éficacément_ &c. Orig. contre
Celsus, ch. IV. _Si vous ôtez à la vertu le caractére de libre & de
volontaire, vous la détruisez._]



[Note marg.: _Que cette II. Objection nous conduit à reconnoître un
dernier Jugement._]

XX. Il faut avouer pourtant que cela n'arrive pas toûjours; & que
quelquefois, pendant que les méchans jouïssent d'une prospérité sans
interruption, les gens de bien traînent une vie languissante, qu'ils
finissent même souvent par une mort honteuse. C'est ce qui a de tout
tems surpris & scandalisé les infirmes. Mais bien loin que cela nous
doive faire douter de la Providence, qui, comme nous l'avons vû, se
prouve par des raisons invincibles; nous devons au contraire conclurre
de là, avec tout ce qu'il y a jamais eu de véritables Sages, que
puisque, d'un côté, Dieu est souverainement juste, & qu'il veille sur
les actions des hommes; & que, de l'autre, on voit parmi eux tant de
déréglemens impunis, il faut nécessairement atendre après cette vie
un Jugement solemnel, qui unisse la peine avec le crime, le bonheur avec
l'innocence; & qui condamnant les auteurs de ces actions énormes aux
supplices qu'ils ont méritez, assigne aux grandes vertus de grandes
récompenses, & un repos assuré.



[Note marg.: _Et par cela même, l'immortalité de l'âme._]

XXI. Mais comme ce Jugement supose l'immortalité de l'ame, je vais
tâcher de la prouver. Je me servirai pour cela de la méthode que j'ai
employée pour démontrer l'existence de Dieu. J'établirai donc cette
Vérité, & par le raisonnement, & par la Tradition, ou, le consentement
de tous les Peuples qui ont eu quelque degré de lumiére & d'humanité:
Tradition dont on ne peut rencontrer l'origine, que dans l'origine même
du Genre humain, c'est-à-dire, dans les premiers hommes. Je commence
par cette dernière preuve.



[Note marg.: I. _Preuve de l'immortalité de l'ame, savoir, une
Tradition ancienne & universelle._]

XXII. L'opinion de l'immortalité de l'ame se trouve dans Homére.
Les Philosophes Grecs,[88] les Druïdes, qui étoient les Sages de
l'ancienne Gaule,[89] & les Brachmanes, Docteurs des Indiens, l'ont
tous unanimement enseignée.[90] Les Egyptiens,[91] les Thraces, & les
anciens peuples de l'Allemagne l'ont tenue pour certaine, selon le
témoignage de plusieurs Auteurs. Les Grecs, les Egyptiens, & les
Indiens ont connu un Jugement après cette vie, si nous en croyons
Strabon, Laërce, Dion, & Plutarque. L'embrasement futur de tout
l'Univers se trouvoit[92] dans Hystaspe & dans les Sibylles. On le lit
encore aujourd'hui dans les Écrits[93] d'Ovide & dans Lucain. Les
Siamois, au raport des Voyageurs, ne l'ont pas ignoré.[94] Quelques
Astrologues ont remarqué que le Soleil s'aproche insensiblement de la
Terre, & ont regardé ce Phénomène comme un acheminement à cette
terrible destruction. Enfin, ceux qui abordérent les premiers dans les
Canaries, dans l'Amérique & dans d'autres païs inconnus, y trouverent
la créance de l'immortalité de l'ame & celle du Jugement, établies
dans l'esprit des habitans de ces terres.

[Note 88: _Les Druïdes_ &c. César nous l'aprend liv. VI. de la Guerre
des Gaules.]

[Note 89: _Et les Brachmanes,_ _Strabon_ lib. XV. «Il faut regarder
l'état de l'Homme dans cette vie, _disoient ces Philosophes_, comme
l'état où il est dans le moment de sa conception; & la mort, comme
un enfantement qui le mène à une vie, seule digne de ce nom,
souverainement heureuse, & destinée aux seuls Sages.]

[Note 90: _Les Egyptiens.... l'ont tenue pour certaine._ Hérod. dans
son Euterpe. Tacite Hist. liv. V. parlant des Juifs. «Ils ne brûlent
pas leurs morts, mais ils les enterrent, à l'exemple des Egyptiens.
Cette coutume vient de la persuasion que les uns & les autres ont, qu'il
y a un enfer, (Ce mot) d'enfer doit être ici entendu à la Payenne,
c'est-à-dire, pour le séjour des bienheureux aussi bien que des
damnez.]

[Note 91: _Les Thraces &c._ Méla liv. II. parlant des Thraces. «Les
uns croyent, _dit-il_, que les ames retourneront un jour; les autres,
qu'elles ne retourneront pas; que cependant elles ne périssent avec le
corps, mais passent dans un état plus heureux.» Solin témoigne la
même chose. De là venoient ces marques d'allégresse qu'ils donnoient
dans leurs enterremens, & dont ces mêmes Auteurs parlent. Cela pourroit
rendre vraisemblable ce que nous avons tantôt dit après le Scholiaste
d'Aristophane, que dès les premiéres dispersions des Hébreux,
quelques uns d'entr'eux étoient venus demeurer dans la Thrace.]

[Note 92: _Dans Hystaspe_. Nous l'aprenons de Justin dans sa seconde
Apologie, & de Clément dans ses Stromates.]

[Note 93: _d'Ovide_. Métam. liv. I. _Il se remet aussi devant les yeux
l'arrêt que les Destins ont prononcé, qu'un jour la Mer, la Terre, &
le Ciel périroient dans les flammes; période fatal à toute la machine
du Monde._ Lucain liv. I. _Lorsque la dernière heure du Monde sera
venue, toutes choses retourneront dans l'ancien Chaos: les Etoiles
se heurteront, elles descendront même dans la Mer &c._. Sénèque
écrivant à Marcie, «Les Etoiles choqueront les unes contre les
autres; & l'Univers étant embrasé, toutes les parties que nous voyons
présentement briller par un bel arrangement, ne tireront plus d'éclat
que des feux qui les consumeront.»]

[Note 94: _Quelques Astrologues &c._ Copernic. liv. III. des Révolut.
ch. 16, & d'autres. S. Cyprien écrivant à Démétrianus, dit[AL] que
l'Univers n'a plus la même vigueur qu'autrefois, & qu'il roule vers la
décadence.]

[Note AL: Je demande pardon à ce Pere, mais je ne saurois laisser
passer cette pensée sans dire ce que j'en crois. Par où nous
prouvera-t-il que le Monde vieillit & qu'il perd insensiblement de des
forces? La Terre en a-t-elle moins à produire des fruits, les Animaux
à engendrer, & les Astres à faire leurs révolutions? Ces sortes de
pensées ont je ne sai quel éclat qui pourroit surprendre; mais pour de
la solidité, elles n'en ont pas même assez à ce qu'il me semble, pour
être soufertes dans la bouche des Orateurs.]



[Note marg.: _II. Preuve, tirée de ce qu'aucune raison ne peut faire
voir que l'ame soit mortelle_.]

XXIII. Je viens aux preuves que les lumiéres de la Raison nous
fournissent. Toutes les choses que nous voyons périr, périssent par
l'une de ces trois causes: ou _par l'oposition d'un contraire plus
puissant_, c'est ainsi que la violence de la chaleur détruit le froid;
_ou parce qu'elles se trouvent destituées du sujet qui les soutenoit_;
la grandeur d'un carreau de vitre, par exemple, périt lorsque le
carreau vient à se casser: _ou enfin par l'éloignement de la cause
éficiente_, dont la présence étoit nécessaire pour les conserver; &
c'est ainsi que la lumiére disparoît par l'éloignement du Soleil. Or
aucune de ces trois maniéres de destruction ne peut avoir lieu ici.
Pour la premiére, l'ame n'a proprement rien qui lui soit oposé. Elle a
même ce privilége, qui lui est particulier, de pouvoir assembler dans
ses idées les choses les plus contraires. La seconde ne se peut dire.
L'ame est une substance, c'est-à-dire, un Être qui subsiste par
soi-même & qui par conséquent n'a pas besoin de sujet qui le
soûtienne. S'il y en avoit un, ce seroit le corps. Mais plusieurs
raisons détruisent cette pensée. I.[AM] La continuité du travail
abat les forces du corps, celles de l'ame demeurent toûjours dans leur
entier. II.[95] Les facultez corporelles ne peuvent admettre un objet
trop vif & trop excellent: celles de l'ame se perfectionnent à
proportion de la sublimité & de la grandeur des choses sur lesquelles
elles déployent leur activité, tels que sont les Universaux, & les
figures considérées en elles-mêmes & separément de la matiére.
III. Le corps ne peut faire agir ses forces que sur des choses qui sont
bornées comme lui par de certains tems & de certains lieux: l'ame agit
& raisonne sur l'infini & sur l'éternité. Je conclus de tout cela que
l'ame ne dépend pas du corps dans ses opérations. Or comme nous
ne pouvons juger de la nature des choses invisibles, que par leurs
opérations, il s'ensuit que l'ame agissant indépendamment du corps,
existe aussi indépendamment de lui. Enfin, la troisiéme voye possible
de destruction, savoir, la cessation de la cause éficiente ou la
suspension de son eficace, n'a pas ici plus de lieu que les deux
autres. L'ame n'a pas de cause éficiente dont elle doive émaner
continuellement. Mais quand on en reconnoîtroit une, ce ne peut être
que la Cause premiére & universelle (car pour ce qui est des pères
& des mères, on sait que leur mort n'entraîne pas celle de leurs
enfans). Or rien ne nous oblige à croire que la Cause premiére cesse
jamais de déployer cette éficace, qui conserve l'ame. Car elle le
feroit, ou faute de puissance, ou faute de volonté. Le premier ne peut
être, & l'on ne prouvera jamais le second.

[Note AM: On pourroit ne pas convenir absolument de cette premiére
raison, quoi que ce qu'elle supose soit vrai pour l'ordinaire. En tout
cas les deux raisons suivantes pourroient sufire. TRAD.]

[Note 95: _Les facultez corporelles ne peuvent &c._ Aristote en donne
cette raison, que ce qui sent en nous, est en partie corporel, & en
partie spirituel; mais que l'ame est purement spirituelle. J'aurois pu
remarquer aussi que l'ame a la force de vaincre les panchans purement
corporels; jusqu'à exposer quelquefois le corps aux tourmens & à la
mort même: & que moins ses actions tiennent du corps, plus elles sont
parfaites.]



[Note marg.: _Trois autres preuves de l'immortalité de l'ame_.]

XXIV. Outre ces raisons qui prouvent négativement l'immortalité de
l'ame, il y en a d'autres assez fortes, qui la prouvent positivement. En
voici trois que je ne ferai qu'indiquer;[96] le pouvoir que l'Homme a
sur ses propres actions; le desir de l'immortalité, né, pour ainsi
dire, avec nous; & la force de la conscience, qui tantôt trouve dans
les bonnes actions quelque pénibles qu'elles soient, un sujet de joye &
de consolation, & tantôt sent des remords vifs & afligeans des crimes
dont elle est chargée. Ces remords augmentant à l'heure de la mort par
le pressentiment d'un Jugement inévitable & prochain, jettent l'ame
dans la derniére désolation. Cette force, au reste, dépend si peu de
la volonté, que[97] les Tyrans les plus endurcis au crime n'ont jamais
pu s'y soustraire, quelques éforts qu'ils ayent fait pour cela. Les
exemples en sont assez connus.

[Note 96: _Le pouvoir que l'homme &c_. On y peut ajoûter le pouvoir
qu'il a sur tous les animaux, & la faculté qu'a nôtre ame de
connoître Dieu: ce qui paroît si bien par la préférence qu'elle lui
donne sur toutes les autres choses, & par le peu de cas qu'elle fait des
plus fâcheuses, lors qu'il s'agit de lui plaire.]

[Note 97: _Les Tyrans &c._ «Enfin, _dit Suetone, parlant de Tibère_,
il devint insuportable à lui-même, comme il parut par cette Lettre
qu'il écrivit au Sénat, & qui est une peinture si naïve d'une
conscience agitée. Que vous écrirai-je, Messieurs? Comment vous
écrirai-je, ou plutôt, que dois-je ne vous pas écrire dans cette
conjoncture? Que les Dieux me fassent périr d'une manière encore plus
afreuse que celle que j'éprouve tous les jours, si je sai que vous
mander. Tant il est vrai, _dit Tacite, après avoir raporté ce
commencement de Lettre_, tant il est vrai que ses crimes & ses
désordres étoient devenus alors la matiére de son suplice.»]



[Note marg.: _Que la derniére fin de l'Homme est un bonheur éternel._]

XXV. Or si nous ne pouvons rien apercevoir dans la nature de l'ame qui
doive causer sa destruction; si Dieu par quantité de marques, qui ne
sont point équivoques, nous aprend que son dessein est qu'elle survive
au corps; si d'ailleurs il faut reconnoître que l'Homme, en qualité
d'Être intelligent & raisonnable, doit avoir une derniére fin: il ne
s'agit plus que de chercher en quoi cette derniére fin peut consister.
Or par cette seule raison, qu'elle doit avoir du raport à l'excellence
de l'ame & à son éternité, il est assez évident qu'elle ne peut
être autre chose qu'une félicité éternelle. C'étoit la pensée de
Platon & des Pythagoriciens, lors qu'ils ont enseigné que le souverain
Bien de l'Homme, consiste à être élevé à la plus parfaite
ressemblance qu'il puisse avoir avec Dieu.

Pour, ce qui est de la nature de ce bonheur éternel, & des moyens de
l'aquerir, c'est une matiére à conjectures, tant que Dieu n'en a rien
révélé. Mais si l'on peut découvrir qu'il se soit expliqué là
dessus, il ne faut plus balancer; l'on doit recevoir ce qu'il nous en
dit, & le croire avec cette certitude que produisent les Véritez les
plus constantes & les plus autentiques.

Or comme la Religion Chrétienne nous promet sur cet article quelque
chose de plus que toutes les autres Religions, il est bon d'examiner
quelle opinion nous devons avoir de ces grandes promesses. C'est ce que
nous allons faire dans le Livre suivant.



TRAITÉ
DE LA VÉRITÉ
DE LA
RELIGION
CHRÉTIENNE.



_LIVRE SECOND_.


[Note marg.: DESSEIN DE CE II. LIVRE. _Savoir de prouver que la Rel.
Chr. est véritable_.]

Dans ce Livre, que nous ne commençons qu'après avoir adressé à
Jesus-Christ régnant glorieusement dans le Ciel, de très-ardentes
priéres, pour obtenir de lui le secours de son Esprit dans un degré
qui réponde à l'importance de notre dessein, & qui nous rende capables
de l'exécuter: nous déclarons dès l'entrée que notre but n'est pas
de traiter tous les dogmes de la Religion Chrétienne, mais de montrer
que cette Religion est très-véritable, & d'une certitude qui exclut
jusqu'aux moindres doutes.



[Note marg.: _Que Jesus a été_.]

II. Qu'il y ait eu autrefois en Judée, sous le régne de Tibére, un
Jésus appelé le Nazaréen, c'est ce dont on ne doutera pas, si l'on
prend garde que les Chrétiens, en quelques endroits de la Terre qu'ils
soient répandus, font & ont toûjours fait une profession invariable
de le croire; que tous les Juifs d'aujourd'hui s'acordent dans le même
aveu, avec tous ceux d'entre eux qui ont vécu & écrit depuis ce
tems-là, & que les Auteurs Payens mêmes, ennemis communs des uns &
des autres,[1] Suetone, par exemple, Tacite,[2] Pline le Jeune, &c.
déposent unanimement de ce même fait.

[Note 1: _Suétone, Tacite, Pline le Jeune &c._ Suétone dans la Vie
de l'Empereur Claude: Tacite liv. XV. où parlant des suplices des
Chrétiens, _l'Auteur du nom & de la Secte des Chrétiens_, dit-il, _
a été Christ, qui sous l'Empire de Tibére avoit soufert la mort par
l'ordre de Ponce Pilate_. Dans cet endroit il représente les Chrétiens
comme des gens chargez de crimes, & comme l'horreur du genre humain.
Mais ces crimes n'étoient autre chose que le mépris des faux Dieux.
C'est par la même raison que cet Auteur & Pline ont parlé des Juifs
avec ce même fiel. Il faut remarquer ici que cette haine ne venoit pas
d'un atachement sincére à la Religion Payenne, entant que Religion.
Les Sages Romains ne l'envisageoient pas ordinairement de ce côté-là.
Ils la regardoient comme une pratique autorisée par les loix; & croyant
y satisfaire par l'observation exacte de toutes ses cérémonies, ils se
réservoient la liberté d'en penser ce qu'ils vouloient. En un mot ils
en usoient à cet égard en simples Politiques, qui ne considérent dans
la Religion que ce qu'elle a de propre à afermir le Gouvernement,
en rendant les hommes plus doux & plus souples. Sénèque, Varron, &
Tacite, étoient dans ce sentiment, comme on le peut voir dans Saint
Augustin, de la Cité de Dieu, liv. IV. ch. 33. & liv. VI. ch. 10. Au
reste on voit par ce passage de Tacite, que du tems même de Néron il y
avoit déjà beaucoup de Chrétiens à Rome.]

[Note 2: _Pline le Jeune_. Voici ce qu'il dit des Chrétiens dans la 97.
Lettre du 10 livre. «Ils ont coutume de chanter des hymnes & la
louange de Christ, qu'ils révérent comme un Dieu; & ils s'obligent
réciproquement, non à commettre quelque crime, mais à ne point voler,
à ne point se souiller d'adultére, à être fidéles & constans dans
toute leur conduite, & à ne point nier le dépôt». Il est vrai qu'il
les acuse d'une opiniâtreté inflexible; mais c'est uniquement en ce
qu'ils refusoient d'invoquer les Dieux, d'encenser leurs Statues, & de
dire du mal de Jésus-Christ, & qu'on ne les y pouvoit contraindre par
les suplices.]



[Note marg.: _Qu'il a été crucifié._]

III. Que ce Jésus ait été crucifié sous Ponce Pilate Gouverneur de
Judée, c'est aussi ce que tous les Chrétiens avouent constamment,
malgré la honte qu'il pourroit y avoir à faire un tel aveu de celui
qui est le grand objet de leur adoration.[3] Les Juifs ne l'avouent pas
moins, eux qui ne peuvent ignorer que la part qu'ils ont eue à cette
mort, par l'empressement avec lequel ils la demandérent à Ponce
Pilate, leur atire la haine & l'indignation des Chrétiens, sous la
domination de qui ils vivent en diférens endroits du Monde. Les Auteurs
Payens que nous venons de citer, atestent ce même fait dans leurs
Écrits. On a vu même, long tems après cet événement, les Actes
de Pilate, preuve assez forte de cette Vérité; & on fait que les
Chrétiens y ont quelque fois eu recours. Enfin, ni Julien, ni les
autres ennemis du Christianisme, n'ont jamais chicané sur ce Fait, &
l'ont reconnu pour sufisamment avéré.

[Note 3: _Les Juifs ne l'avouent pas moins_. Ils apellent ordinairement
Jésus-Christ d'un nom qui signifie ataché en croix, ou pendu.
L'itinéraire de Benjamin reconnoit que Jésus a soufert la mort à
Jérusalem.]

De sorte qu'il est impossible d'en produire quelqu'un qui soit plus
constant & plus assuré, puis qu'il est apuyé sur le témoignage d'un
si grand nombre d'hommes, & de Peuples mêmes, d'ailleurs si oposez
d'intérêts & de sentimens. C'est pourtant ce Jésus, traité avec tant
d'ignominie, à qui les parties de l'Univers les plus éloignées les
unes des autres, rendent d'un commun consentement les honneurs de
l'adoration religieuse: & cela, non seulement dans ce siécle-ci, ou
dans ceux qui l'ont immédiatement précédé, mais dans un grand nombre
d'autres, & dans ceux même qui ont suivi de plus près cet événement.
Car Tacite & d'autres témoignent que sous Néron la profession du
Christianisme & la vénération que l'on avoit pour son Auteur,
exposérent aux derniers suplices un grand nombre de personnes.

[Note marg.: _Que les premiers adorateurs de J. C. n'étoient pas des
personnes ignorantes & grossiéres_.]



[Note marg.: _Preuve de la vérité des miracles de l'Évangile_]

IV. Mais peut-être que ces premiers adorateurs de Jésus-Christ
étoient de bonnes gens, ignorans & entêtez. Nullement, il y a eu parmi
eux beaucoup de personnes sages, judicieuses, & savantes. Pour ne point
parler de ceux qui étoient nez Juifs, on a vu entre eux un Sergius
Gouverneur de Cypre, un Denis l'Aréopagite,[4] Polycarpe,[5] Justin,[6]
Irènée,[7] Athénagore,[8] Origéne,[9] Tertullien,[10] Clement
Alexandrin, & quantité d'autres. Or quelle raison peut-on rendre de
l'atachement de ces gens, qui ne manquoient ni d'esprit ni de savoir, au
culte d'un homme qui avoit soufert une mort ignominieuse; eux qui pour
la plupart avaient été élevez dans d'autres Religions, & qui ne
rencontroient en celle-ci aucun motif ni d'honneur, ni d'intérêt qui
pût les y atirer? Qu'on se tourne de quel côté on voudra, on n'en
trouvera point d'autre raison que celle-ci: c'est qu'après une
recherche aussi exacte & aussi diligente que la prudence le mande dans
une afaire d'une souveraine importance, ils avoient reconnu que rien
n'étoit plus vrai ni mieux atesté, que le bruit qui s'étoit répandu
par tout des miracles éclatans de Jésus-Christ; tels qu'étoient la
guérison de plusieurs maladies dangereuses & invétérées, opérée en
public sans autre moyen que celui de la parole: entr'autres la guérison
d'un aveugle né; la multiplication réitérée de quelques pains
pour sustenter plusieurs milliers de personnes, capables d'en rendre
témoignage; la résurrection de quelques morts, & telles autres
merveilles, également considérables par leur grandeur & par leur
nombre.

[Note 4: _Polycarpe_. Il a soufert le Martyre l'an 169.]

[Note 5: _Justin_. Il a écrit des Apologies pour les Chrétiens l'an
142.]

[Note 6: _S. Irènée_. Il fleurissoit à Lyon l'an 183.]

[Note 7: _Athénagore_. Il étoit d'Athénes, & vivoit dans le même
tems que S. Irènée.]

[Note 8: _Origéne_. En 230.]

[Note 9: _Tertullien_. En 208.]

[Note 10: _Clément Alexandrin_. Dans le même tems.]



[Note marg.: _Que ces miracles n'ont été ni naturels ni illusoires &c.
mais produits par la puissance de Dieu_.]

V. Le bruit de ces miracles avoit un fondement si indubitable & si
ferme, que [11]ni Celsus, [12]ni Julien écrivant contre les Chrétiens,
n'ont osé nier que Jésus-Christ n'ait fait des actions surnaturelles &
prodigieuses, & que les Juifs l'avouent hautement dans leur Talmud. On
ne peut dire, ni que ces miracles ayent été produits par des causes
naturelles, ni que ç'ayent été de pures illusions. Pour le I. outre
que le nom même de miracles & de prodiges que tout le monde leur donne,
fait voir qu'on avoue tacitement qu'il n'y avoit rien de naturel, la
force des causes naturelles va-t-elle bien jusqu'à guérir en un
instant, par la parole seule & par le simple atouchement, des maladies
incurables? Et c'est aussi ce que les ennemis déclarez de Jésus-Christ
n'ont jamais prétendu, ni pendant qu'il étoit encore sur la Terre, ni
depuis la publication de son Evangile dans le Monde. On ne peut croire
non plus qu'il n'y ait rien eu de réel dans ces miracles, & qu'ils
n'ayent été que l'éfet d'une adresse qui ait su tromper les yeux. Ils
ont été faits pour la plûpart en public, en la présence d'un grand
Peuple, & de plusieurs personnes éclairées, qui prévenues contre
Jésus-Christ observoient toutes ses démarches. Mais d'ailleurs, le
nombre en a été trop grand, & les éfets trop réels & trop durables,
pour donner lieu à une pareille défaite. Il faut donc nécessairement
qu'ils ayent été produits par une cause plus qu'humaine, comme les
Juifs l'ont reconnu. Or cette cause ne peut être qu'un Esprit ou bon ou
mauvais. Ce n'est pas le dernier. La doctrine à laquelle ces miracles
servoient de preuve, est à tous égards oposée aux intérêts des
Démons. Elle condamne leur culte, & corrige l'impureté du coeur, qui
leur est si agréable. L'événement a fait voir que par tout où on l'a
reçûe, elle a renversé l'Idolatrie qui n'étoit autre chose que le
service des Démons; qu'elle a inspiré une extrême horreur pour eux;
décrédité les Arts magiques; & établi le Culte d'un seul Dieu.
Porphyre même a reconnu que ces Esprits n'avoient plus ni force ni
puissance depuis que Jésus-Christ avoit paru dans le Monde. Or il n'est
pas croyable que le Démon soit assez imprudent, pour faire des choses,
qui bien loin de lui être ou glorieuses ou utiles, vont à le couvrir
de honte & à ruïner ses intérêts. Mais ce qui est encore plus fort,
il n'étoit nullement ni de la sagesse ni de la bonté de Dieu, de
soufrir que les malins Esprits fissent illusion à des hommes qui
le craignoient, & qui étoient éloignez de tout ce qui lui pouvoit
déplaire. C'est là le caractére des premiers Chrétiens. Leur vie
irréprochable & les maux qu'ils ont endurez, plutôt que de rien faire
contre leur conscience, le prouvent manifestement.

[Note 11: _Ni Celsus_. Origéne. liv. II. _Vous avez cru qu'il étoit
fils de Dieu, parce qu'il a guéri des boiteux & des aveugles_.]

[Note 12: _Ni Julien_. S. Cyrille, liv. VI. raporte ces paroles de
Julien; «A moins que l'on ne regarde comme les plus grandes actions
du monde, de guérir des boiteux & des aveugles, & de secourir les
démoniaques dans les Villages de Bethsaïda ou de Béthanie.»]

Si après cela, on avoue que les miracles de l'Évangile ne viennent
ni d'une cause naturelle, ni de l'artifice des hommes, ni de celui des
Esprits malins; il ne restera plus qu'un subterfuge, c'est de dire
qu'ils ont été opérez par une Intelligence sainte & bonne, mais
inférieure à Dieu. Mais que l'on prenne garde I. Qu'en cela on se
raproche extrémement de nous, & qu'on nous donne lieu de conclure, que
puis qu'une Intelligence pure & sainte ne peut rien faire qu'en vue
de plaire à Dieu, & de le glorifier; ces miracles lui ont été par
conséquent agréables & glorieux, & la Doctrine qu'ils ont scellée,
une Doctrine véritable & divine. II. Que cela même ne peut pas être
vrai à l'égard de tous les miracles de Jésus-Christ; à qu'il y en a
de si grands, qu'il ne paroît pas que d'autres forces que celle d'un
Dieu les eussent pû produire: la résurrection du Lazare, par exemple,
& de ce jeune homme de Naïn. Je conclus que c'est Dieu qui est l'auteur
de ces miracles. Or on ne peut pas concevoir qu'il en fasse, ni par
lui-même ni par le ministére d'un autre, sans en avoir de bonnes
raisons. Un sage Législateur ne se départ jamais de ses Loix sans une
nécessité très-urgente. Quelles seront donc les raisons qui l'auront
mû à faire tant de prodiges par les mains de Jésus-Christ? Certes on
ne peut pas en donner d'autre, que celle que Jésus-Christ en donnoit
lui-même; c'est que Dieu vouloit par là rendre un illustre témoignage
à sa Doctrine. Ceux en présence de qui ils ont été faits n'en ont
pu concevoir d'autre; & comme il y avoit parmi eux beaucoup de gens de
probité & de Personnes pieuses, il y auroit de l'impiété à croire
que Dieu eût voulu leur imposer; & les atirer invinciblement dans
l'erreur, par des coups qui ne pouvoient partir que d'une main
toute-puissante. Aussi voyons nous que l'impression de ces miracles a
été si éficace, [13]que ceux mêmes d'entre les Juifs du tems de
Jésus-Christ, qui étoient si inviolablement atachez à la Loi de
Moyse, qu'ils en vouloient retenir jusqu'aux moindres articles, ont
pourtant donné gloire à Dieu, & ont reconnu Jésus pour un Docteur
envoyé du Ciel. Tels étoient ceux qu'on apelloit [14]Nazariens &
Ebionites.

[Note 13: _Que ceux même d'entre les Juifs_, &c. Act. XV. Rom. XIV.
Saint Jérôme dans la Chronique d'Eusébe, après avoir nommé quinze
Évêques consécutifs de l'Eglise de Jérusalem, dit qu'ils ont tous
été circoncis.]

[Note 14: _Nazariens_. Ce mot ne signifie pas les Chrétiens de Nazaret,
mais tous ceux qui demeuroient dans la Palestine, & ils étoient apellez
ainsi parce que Jésus-Christ étoit aussi apellé _Nazarien_.]



[Note marg.: _Preuves de la Résurrection de J. C._.]

VI. Le grand miracle qui a été fait en la Personne de Jésus Christ,
vérifie admirablement ceux qu'il a faits sur les autres. J'entens sa
Résurrection, qui suivit sa crucifixion, sa mort & sa sépulture. Les
Chrétiens de tous les tems & de tous les lieux la croyent, & ils la
proposent, comme la principale preuve de leur Religion, & comme le
fondement de leur Foi. Cette créance si générale ne peut venir que de
ce que les premiers Docteurs du Christianisme ont persuadé ce Fait
à leurs Disciples. Or ils n'eussent jamais pu le persuader à ces
Disciples, qui ne manquoient ni d'esprit ni de jugement, s'ils ne leur
eussent assuré positivement qu'ils en avoient été des témoins
oculaires. Sans cela on ne les eût jamais crûs, pour peu que l'on eût
eu de sens commun; puis qu'on ne les pouvoit croire sans s'engager dans
des dangers & dans des malheurs également grands & inévitables. Il est
donc sûr qu'ils se sont portez avec une grande fermeté pour témoins
oculaires de cet événement. Outre cette raison, cela paroît par leurs
Livres & par ceux mêmes de leurs Ennemis. Il faut voir à présent de
quel poids a pu être leur témoignage.

I. Ils fortifient ce témoignage de celui de cinq cens Personnes, qu'ils
disent avoir vu Jésus ressuscité. Ce n'est guére la coutume des
Imposteurs, d'en apeller à un si grand nombre de témoins. D'ailleurs,
il n'est pas possible que tant de personnes s'accordent à déposer
d'une fausseté; particuliérement si cette déposition les met en
risque de perdre le repos & la vie.

2. Quand il n'y auroit pas eu d'autres témoins oculaires de ce Fait,
que ces douze fameux Fondateurs du Christianisme, c'en seroit assez.
On n'est pas scélérat pour avoir simplement le plaisir de l'être,
& l'Imposture se propose toujours pour but, ou l'honneur, ou les
richesses, ou la réputation, ou enfin quelque avantage, quel qu'il
soit. C'est ce qu'on ne peut dire des Apôtres. S'ils avoient pu se
flater qu'un pareil mensonge les avanceroit dans le monde, & leur
ouvriroit un chemin à la gloire & aux dignitez, ils ont dû être
bien-tôt détrompez par la honte & l'ignominie dont les Payens &
les Juifs, qui étoient les seuls dispensateurs des Charges & de la
réputation, les couvrirent dès le commencement. Ils n'auroient pas eu
plus de raison d'espérer qu'ils feroient servir le mensonge à amasser
du bien, puisque leur Doctrine leur coutoit souvent le peu qu'ils en
pouvoient avoir, & que les soins de la Prédication ne leur donnoient
pas le tems de travailler à en aquerir d'autre. De plus, ils ne
pouvoient mentir en vue d'aucune des commoditez de cette vie, puisque
cette Prédication les exposoit sans cesse à mille fatigues, à la
faim, à la soif, aux coups & à l'emprisonnement. Enfin, le peu de
réputation qu'ils pouvoient aquerir parmi leurs Concitoyens, n'étoit
pas assez considérable pour balancer dans l'esprit de ces Personnes
simples, & qui par une suite de leur créance étoient ennemies de tout
faste, ce nombre éfroyable de maux qu'atiroit sur eux leur Apostolat.
Car d'espérer que leurs Dogmes dûssent faire en si peu de tems de si
grands progrès, c'est ce que ne leur permettoit pas l'oposition qu'ils
rencontroient & dans l'autorité des Magistrats, & dans le coeur de
l'Homme, naturellement ennemi de tout ce qui l'incommode. Il faut donc
convenir qu'ils n'eussent jamais osé porter leurs espérances si loin,
si elles n'eussent été fondées sur les promesses que leur fit leur
divin Maître après sa résurrection. Ajoutez à cela, qu'ils avoient
une raison particuliére à ces tems-là, pour ne se pas promettre une
réputation de fort longue durée. On voit par leurs Écrits & par ceux
des Docteurs qui leur succédérent, [15]qu'ils atendoient presque
à tous momens la destruction totale du Monde; Dieu qui leur avoit
révélé tant de choses, leur ayant voulu cacher ses desseins sur
celle-là.

[Note 15: _Qu'ils atendoient à tous momens_ &c. I. Thess. IV. 15. 16.
I. Cor. XV. 52. Tertullien,..... _puis que le tems est plus court
que jamais._ Saint Jérôme écrivant à Gérontia, _que cela nous
touche-t-il, nous qui sommes à la fin des siécles?_]

Mais le dessein de défendre leur Religion, n'auroit-il pas été
sufisant pour les porter à mentir sur l'article de la Résurrection de
Jésus Christ? On ne le dira pas, si l'on examine un peu la chose de
près. Car, ou ils ont cru très-sincérement & de tout leur coeur que
cette Religion étoit véritable, ou ils ne l'ont pas cru: s'ils ne
l'ont pas cru, jamais ils ne l'eussent choisie entre tant d'autres plus
respectées dans le Monde, & moins contraires à la tranquillité de
la Vie. Ils n'en auroient pas même voulu faire profession, toute
véritable qu'elle leur eût paru, s'ils n'eussent cru y être
indispensablement obligez, puis qu'il leur étoit aisé de prévoir
ce que l'expérience leur aprit d'abord; c'est que cette profession
causeroit la mort de quantité de personnes; & qu'ainsi, ils ne
pouvoient se regarder que comme de vrais meurtriers, s'ils les y eussent
exposées sans de légitimes raisons. Si après même que Jésus-Christ
fut mort, ils continuérent à croire que sa Religion étoit véritable
& excellente, & qu'ils ne pouvoient se dispenser d'en faire profession,
il faut nécessairement qu'ils l'ayent vu après sa mort: car il étoit
impossible qu'ils persévérassent dans ces sentimens, s'il n'eût
véritablement acompli la promesse qu'il leur avoit faite de
ressusciter. Un manquement de parole eût, en ce cas là, fait
rebrousser chemin à tout homme de bon sens, & banni de son esprit tous
les préjugez favorables qu'il auroit pu avoir jusques-là, pour celui
qui lui eût fait une promesse si vaine. II. Toutes les Religions du
Monde, & sur tout la Religion Chrétienne, défendent sévérement le
mensonge & le faux témoignage particuliérement, dans des matiéres de
Foi. Comment donc auroient-ils pu mentir en faveur d'une Religion si
ennemie du mensonge? III. Leur vie pure, & à couvert des reproches de
leurs ennemis mêmes, ne s'acorde guére avec un pareil dessein; encore
moins leur simplicité, qui est la seule chose que leurs Ennemis leur
ayent objectée. IV. Ils ont tous soufert les derniéres indignitez; &
plusieurs même une mort très-cruelle, à cause de la profession qu'ils
faisoient de croire que Jésus étoit ressuscité. Or il n'est pas
impossible qu'un homme de bon sens soutienne jusqu'à de telles
extrémitez, une opinion où il est entré sincérement. Mais il
est tout à fait incroyable qu'une personne, & à plus forte raison
plusieurs, puissent se résoudre à tant soufrir pour une fausseté
qu'ils reconnoissent telle, & à l'établissement de laquelle ils n'ont
aucun intérêt. Ce seroit là l'éfet d'une extravagance qui n'a point
d'exemple, & dont la vie de nos premiers Docteurs, aussi bien que leurs
Écrits, prouvent qu'ils étoient incapables.

Ce que nous venons de dire des Apôtres se peut apliquer à St. Paul.
Il a prêché publiquement qu'il avoit vu Jésus-Christ dans sa gloire.
Tout l'engageoit à rester dans le Judaïsme. [16]Il étoit savant, & il
avoit par là un chemin ouvert aux Charges & aux Dignitez. On le voit
cependant renoncer à toutes ses espérances pour la profession de cette
Vérité; encourir volontairement la haine de sa Nation; porter par tout
le Monde la connoissance de cette Vérité malgré les dificultez, les
périls, & les travaux qu'il rencontroit par-tout; & finir une vie si
pleine de traverses, par une mort pleine d'infamie.

[Note 16: _Il étoit savant_. Il avoit été disciple de Gamaliel, &
sous cet illustre Maître il étoit devenu habile dans la Loi & dans la
Tradition. S. Épiphane.]



[Note marg.: _Objection: que la Résurrection est une chose impossible.
Réponse._]

VII. Je ne sache qu'une chose qui pourroit renverser tous
ces témoignages, quelque forts qu'ils paroissent: ce seroit
l'impossibilité de la chose même à laquelle ils servent d'apui, & la
contradiction qu'elle renfermeroit. [17]Mais je soutiens qu'il n'y a
ici, ni impossibilité ni contradiction. C'en seroit une de dire, qu'une
personne a été vivante & morte dans le même tems. Mais que celui qui
a produit la vie la puisse aussi reproduire, cela n'est ni impossible ni
contradictoire. Les Sages Payens l'ont bien senti. On voit même dans
leurs Livres quelques exemples de résurrection; comme celle d'un
certain Eris d'Arménie, dans Platon; celle d'une femme, dans Héraclide
de Pont; d'Aristée, dans Hérodote; & de Thespésius, dans Plutarque.
Je ne veux pas garantir ces Faits. Le seul avantage que j'en tire, c'est
de faire voir que les plus habiles gens d'entre les Payens, ont mis
cette merveille au rang des choses possibles.

[Note 17: _Mais je soutiens_ &c. Justin Martyr. Réponse septiéme aux
Objections contre la Résurrection: «Autre chose est d'être impossible
absolument & en soi-même, & d'être impossible à quelqu'un. Par
exemple, il est tout-à-fait impossible qu'une figure qui sert de mesure
à une autre, soit égale à un des côtez de cette autre. Il est
impossible, non absolument, mais à la Nature, de produire sans
semence, des Êtres animez. Si ceux qui disent que la Résurrection est
impossible, l'entendent dans le premier sens, il n'est rien de plus
faux. La Résurrection est une nouvelle Création. Or une nouvelle
Création n'est pas impossible en elle-même, puis qu'elle ne fait rien
de contradictoire, comme seroit l'égalité d'une figure mesurante, à
l'un des côtés de celle qu'elle mesure: donc la Résurrection n'est
pas impossible en elle-même. Que s'ils entendent une impossibilité
dans le second sens, ne voyent-ils pas que tout ce qui n'est impossible
qu'à la Creature, est très-possible au Créateur?»]

[Note marg.: _Que la Résurrection de J. Ch. prouve invinciblement la R.
Ch._]

[Note marg.: Le Rabbin Béchaï]

Si donc il n'implique pas que Jésus-Christ soit retourné en vie; si
les preuves de cette Histoire sont si fortes, qu'elles ont même pu
convaincre un célèbre Rabbin, & lui arracher l'aveu de sa conviction;
si enfin Jésus-Christ a prétendu avoir une Mission divine, pour
aporter aux hommes une nouvelle Religion, comme toute sorte de gens,
amis & ennemis, en conviennent: il s'ensuit que cette Mission est
divine, & cette Religion véritable. La force de cette conséquence
vient I. de ce qu'il répugne à la Sagesse & à la Justice de Dieu,
[Note marg.: _Jean XVII. Luc XXIV 46. 47._] d'élever à un si haut
degré de gloire un homme qui auroit joué tout le genre humain, dans
la chose du monde la plus importante. 2. Elle vient aussi de ce que
Jésus-Christ avant que de mourir, avoit prédit sa mort, le genre de
sa mort, & la résurrection; & avoit déclaré que le but de tous ces
événemens, étoit de confirmer la Doctrine qu'il avoit prêchée.

Nous n'avons vu jusqu'ici que les dehors de la Religion, & nous ne
l'avons prouvée que par des circonstances qui lui sont en quelque
façon extérieures. Entrons présentement dans les preuves qui se
tirent du fonds même & de l'essence du Christianisme.



[Note marg.: _Que la R. Chr. est plus excellente que toutes les
autres._]

VIII. Certes si l'on considére que de toutes les Religions qui ont
jamais été, & qui sont encore dans toute l'étendue de la Terre, il
n'y en a point qui l'emporte sur la Chrétienne; soit pour la perfection
des Loix, soit pour la grandeur des récompenses, soit pour la maniére
dont elles se sont établies; je soutiens qu'on sera forcé, ou de
convenir qu'elle est véritable, ou de rejetter toute Religion: excès
où ne tombera jamais un homme qui reconnoit qu'il y a un Dieu; que
ce Dieu gouverne toutes les choses créées; que l'Homme a un esprit
capable de le connoître, de discerner le bien & le mal, de se porter
vers l'un ou vers l'autre, & par conséquent de donner matiére aux
peines ou aux récompenses.



[Note marg.: I. _Avantage de la R. Chr. sur les autres, savoir les
récompenses qu'elle promet_.]

IX. Examinons par ordre les trois prérogatives que nous venons
de donner à la Religion Chrétienne sur toutes les autres; ses
récompenses, ses loix, & la maniére de son établissement.

[Note marg. A: _Deut. XI. Hebr. VIII. 6._]

Pour commencer par ses récompenses, si nous considérons atentivement
les Clauses expresses que Moyse [A]a aposées à l'Alliance légale,
nous verrons qu'il n'y a promis que des biens temporels, & dont la
jouissance ne passe pas les bornes de cette vie. C'est une terre
fertile, une maison bien fournie, des victoires, une vie longue &
pleine de vigueur, une Postérité nombreuse, héritiére de tous ces
avantages. S'il y a quelque chose de plus il est caché sous des
ombres; & on ne peut l'en tirer que par la force du raisonnement. Cette
obscurité fut cause que [18]les Sadduciens, qui recevoient les Livres
de Moyse, n'espéroient rien après cette vie.

[Note 18: _Les Sadduciens_. Joséphe. _Le sentiment des Sadduciens est,
que l'ame périt avec le corps,_ & ailleurs, _Ils nient la subsistence
de l'ame après la mort, & les peines de l'enfer._]

Les Grecs, dont la Science est émanée des Chaldéens & des Égyptiens,
ont encore moins connu que les Juifs, ces biens qui regardent une autre
vie. Ceux d'entr'eux qui portoient leurs espérances jusqu'au delà de
la mort, se sont expliquez là-dessus avec une très-grande incertitude;
comme il paroît [19]par les Discours de Socrate, & [20]par les Écrits
de Cicéron, de Sénèque & de tous les autres. Les Argumens sur quoi
ils apuyoient l'espérance d'une autre vie, étoient foibles,[21] &
concluoient presque tous autant pour la Bête que pour l'Homme. Ce
fut sans doute en vertu de ces sortes d'argumens, que [22]quelques
Philosophes s'imaginérent que les Ames passoient tantôt des hommes
aux bêtes, & tantôt des bêtes aux hommes. D'autres voyant que cette
opinion n'avoit aucun fondement légitime, ni dans l'expérience ni dans
le raisonnement, & ne pouvant néanmoins s'empêcher de reconnoître que
l'Homme avoit une derniére fin, crurent & enseignérent qu'il n'y avoit
pas d'autre récompense de la vertu que la vertu même; & que le Sage
étoit toûjours heureux, fût-il dans le taureau de Phalaris. Cela
parut trop outré à quelques autres, qui jugérent, avec raison,
[23]qu'un souverain bonheur joint à des maux très-réels, à des
dangers, des incommoditez, des tourmens, & à la mort même, n'étoit
qu'un mot vuide de sens. Cela les oblige de le faire consister dans ce
qui cause du plaisir à l'Homme par l'entremise des sens, en un mot,
dans la volupté. Cette opinion fut rejettée par le plus grand nombre,
& réfutée solidement. En éfet, elle étoufe tous les sentimens
d'honnêteté morale, que la Nature a imprimez dans le coeur; elle
abaisse l'Homme, né pour des choses élevées & sublimes, à la
condition des bêtes, que la figure même de leur corps, toujours
panché vers terre, ne porte qu'à des choses basses & terrestres.

[Note 19: _Par les Discours de Socrate._ _Vous savez,_ disoit ce
Philosophe, _que j'espére de me trouver bien tôt dans l'assemblée
des hommes vertueux quoiqu'à dire le vrai, je ne voudrois pas trop
l'afirmer,_ & ensuite, «Si ce que je dis est vrai, il n'est rien de
plus beau que de le croire. Mais si après ma mort il ne reste rien de
moi-même, cette erreur aura toûjours ceci de bon, c'est que dans
le tems qui précéde la mort, elle me rendra moins sensible au mal
présent: & d'ailleurs elle ne durera pas toûjours, car en ce cas ce
seroit un véritable malheur, mais elle périra avec moi. Platon dans le
Phédon.»]

[Note 20: _Par les Écrits de Cicéron, de Sénèque, & de tous les
autres_. Cic. Quest. Tuscul. 10. _Faites moi voir premiérement que
l'ame demeure après la mort: & ensuite, si vous pouvez y réussir (car
cela est fort difficile) vous me montrerez que la mort n'est pas un
véritable mal._ Et peu après; _Ils s'imaginent qu'ils ont beaucoup
gagné, lors qu'ils ont apris que la mort les détruira tout entiers.
Quand cela seroit vrai (car je ne veux pas m'y oposer), qu'y a-t-il en
cela d'agréable ou de glorieux?_ Sénèque Lettre LXIV. «S'il est vrai
(comme cela pourroit bien être) ce que les Sages ont cru, qu'il y a
dans le Monde un certain lieu, où nous serons reçus après nôtre
mort, celui que nous estimons être péri, ne l'est pas, mais a été
envoyé dans ce lieu avant nous.»]

[Note 21: _Et concluoient presque tous_ &c. Tel est cet argument de
Socrate, ou de Platon, _ce qui se meut est éternel._]

[Note 22: _Quelques Philosophes._ Les Brachmanes anciens & modernes, &
les Pythagoriciens, qui étoient à cet égard disciples de ceux-là.]

[Note 23: _Qu'un souverain bonheur_, &c. Lactance, liv. III. ch. 12.
_Puisque toute la force & tout l'usage de la vertu consiste à bien
soufrir les maux, il est évident qu'elle n'est pas heureuse par
elle-même._ Dans la suite, «les Stoïciens, que Sénéque a suivis,
disent que l'Homme ne peut pas être rendu heureux sans la vertu. Si la
vertu rend l'Homme heureux, donc le bonheur est la récompense de
la vertu; donc la vertu n'est pas désirable simplement à cause
d'elle-même, comme ils le prétendent, mais à cause du bonheur qu'elle
procure & qui la suit ordinairement. Cet argument devoit leur faire
comprendre quel est le souverain bien. J'en conclus encore, que puis que
cette vie est sujette à tant de maux, elle ne peut pas arriver à ce
souverain bonheur dans toute sa plénitude.»]

Dans le tems donc que les hommes alloient errans sur ce sujet,
d'incertitude en incertitude, & se partageoient en mille opinions
diférentes, Jésus-Christ vint donner aux hommes la véritable
connoissance de leur dernière fin. Il promet à ceux qui le suivront,
qu'après leur mort ils posséderont une vie, qui non seulement ne sera
ni troublée par la douleur & par les aflictions, ni interrompue par la
mort, mais qui sera acompagnée d'une souveraine joye: & il leur promet
aussi que le corps partagera ce bonheur avec l'ame.

On avoit bien eu jusques-là, soit par tradition, soit par conjecture,
quelque espérance que l'ame seroit heureuse après cette vie; mais à
peine pensoit-on que le corps dût avoir part à ce bonheur. N'est-il
pas juste, cependant, qu'il ne soit pas privé de la recompense, puis
qu'il entre avec l'ame en société de peines, de traverses & de
tourmens? Ces joyes au reste, qui sont communes à l'une & à l'autre
des deux parties qui composent l'Homme, ne sont pas de la nature de
celles où quelques Juifs grossiers, & les Mahométans, tournent toutes
leurs espérances. Les festins que les premiers atendent, & les plaisirs
charnels dont ceux-ci se flatent, ne sont que des choses à tems, des
remédes à la foiblesse de l'Homme; l'un pour la conservation de
la vie; l'autre pour la conservation de l'Espéce. Le bonheur que
l'Évangile promet est une vigueur éternelle, & une beauté plue
brillante que celle des Astres; une connoissance claire & sure de toutes
choses, mais particuliérement de Dieu, de ses Vertus, de ses desseins,
& de tout ce qu'il a voulu nous cacher, ou ne nous révéler qu'en
partie; une ame tranquille, & toute ocupée de la contemplation, de
l'admiration, & des louanges de Dieu.

En un mot, ce bonheur renferme des choses & si grandes & si excellentes,
que toutes les grandeurs & tous les plaisirs que nous connoissons,
ne peuvent nous aider à les concevoir, que d'une maniére très
imparfaite.



[Note marg.: _Que la Résurrection des corps dissous & réduits en
poudre n'est pas impossible_.]

X. Nous avons déjà répondu à l'objection qu'on tire de la prétendue
impossibilité de la Résurrection, lors que nous avons prouvé la
vérité de celle de Jésus-Christ. On la fait encore ici revenir sur
les rangs, & même beaucoup plus plausible, puis qu'il s'agit de
la résurrection des corps dissous, & réduits en une forme toute
diférente de celle qu'ils avoient. Mais cette dificulté n'est appuyée
sur aucune raison. Presque tous les Philosophes tombent d'acord que
quelques changemens qui arrivent aux choses matérielles, leur matiére
demeure toûjours & demeure capable de recevoir diverses formes. Il faut
donc, ou convenir que la Résurrection n'est pas une chose impossible,
ou dire que Dieu ignore en quels endroits du Monde, proches ou
éloignez, sont les parties de cette matiére dont le corps humain
a été composé; ou dire qu'il n'est pas assez puissant pour les
rassembler, les rajuster, & leur redonner leur premiére constitution.
Mais comment ne pourroit-il pas faire dans ce grand Univers, dont il est
le maître absolu, ce que nous voyons faire aux Chymistes dans leurs
fourneaux, & dans les instrumens de leur Art, où après avoir comme
détruit une chose en la dissolvant, ils la reproduisent en réünifiant
ses parties? La Nature ne nous présente-t-elle pas aussi dans les
semences des plantes & des animaux, des exemples du retour d'une
chose à sa premiére forme, après en avoir reçû d'extrêmement
diférentes?

Il n'est pas impossible de se tirer de l'embarras où plusieurs tâchent
de nous jetter, sur ce qu'il arrive quelquefois, que des bêtes, après
s'être nourries de chair humaine, servent elles-mêmes d'alimens à
l'Homme.[A] Il faut considérer que la plus grande partie de ce que nous
mangeons ne se convertit pas en nôtre substance, mais se change en
excrémens, ou en quelques humeurs qui ne constituent pas proprement le
corps & qui n'en sont que des accessoires; telles que sont la pituite
& la bile: & que de cela même qui nourrit véritablement le corps, il
s'en consume beaucoup par les maladies, par la chaleur interne, & par
l'air qui nous environne. Cela étant, Dieu qui a tant de soin de toutes
les espèces d'animaux brutes, qu'il ne permet pas qu'aucune périsse,
ne peut-il pas, par l'éfet d'une Providence encore plus particuliére,
empêcher que lors qu'un homme a vécu de quelques animaux nourris de
chair humaine, ce qu'il en mange ne passe en sa substance? Ne peut-il
pas faire que cette sorte d'alimens ne servent pas plus à le
nourrir que les médicamens ou les poisons? Cela est d'autant plus
vraisemblable, que la Nature même nous dicte, en quelque façon,
qu'elle n'a pas mis la chair humaine au rang des choses propres à nous
nourrir.

[Note A: Tout ce raisonnement, jusqu'à la fin de l'Article, paroît
assez foible. I. Il supose un miracle dans le cours ordinaire des
choses. Car cette Providence particuliére dont l'Auteur parle, ne
peut être autre chose ici, qu'un véritable miracle, puis qu'elle
empêcheroit que ce qu'un homme auroit mangé de chair humaine, ne
passât, selon le cours ordinaire, en sa propre substance, & qu'elle
travailleroit à l'exhaler en sueurs, &c. II. On peut assurer que
l'expérience détruit cette suposition, & que ceux d'entre les
Amériquains qui font des repas de la chair de leurs Ennemis vaincus,
en sont aussi parfaitement nourris que de quelque autre aliment que
ce soit. On pourroit donc se passer de cette premiére réflexion de
l'Auteur, d'autant plus que celle de l'Article suivant est bonne &
satisfaisante. TRAD.]

Mais quand cela ne seroit pas, quand un corps devrait perdre pour
toûjours cette portion qui a passé en la substance d'un autre, il
ne s'ensuivroit pas de là que ce ne fût pas le même corps.[24] La
transpiration continuelle des particules qui composent le corps, &
ausquelles d'autres particules succédent aussi continuellement, le
change pour le moins autant, que cet accident dont nous parlons,
obligeroit Dieu à le changer en le ressuscitant. Cependant elle
n'empêche pas que ce ne soit toûjours le même corps.[25] Par quelles
formes diférentes ne passe pas le ver à soye, avant que de devenir un
papillon & les semences des plantes, avant qu'elles arrivent à leur
juste grandeur? Cependant le papillon est dans le ver, & les plantes
sont dans leur semence[B]. Avec ces remarques & plusieurs autres que
l'on pourrait faire, on comprendra aisément que le rétablissement d'un
corps après tous les changemens qu'il a souferts, & les pertes mêmes
qu'il a pu faire, n'a rien que de très-possible. Le bon sens seul l'a
persuadé à Zoroastre Philosophe Chaldéen, [26] à presque tous les
Stoïciens, [27]& à Théopompe, fameux Péripatéticien. Ils ont même
été plus loin, & ont cru que ce rétablissement arriveroit un jour.

[Note 24: _La transpiration_ &c. Sénèque Épît. XVIII. «Le temps
entraîne nos corps avec une rapidité semblable à celle d'un fleuve.
Rien de ce que nous voyons n'est fiable & perpétuel: dans le moment
même que je parle de cette vicissitude, Je sai que je l'éprouve.»]

[Note 25: _Par quelles formes diférentes_ &c. Je passe à dessein,
comme peu nécessaires, quelques citations de Pline, où cet Auteur
raporte de pareils changemens dans les grenouilles, dans les coucous,
dans les cigales, & dans une certaine chenille qu'il apelle Chrysalis.]

[Note B: Et ce sont toujours les mêmes plantes, parce que les parties
qu'elles aquiérent, deviennent leurs parties en s'ajustant avec le peu
qu'elles en ont eu d'abord. Un corps humain sera donc toujours le même,
quand Dieu devroit y ajoûter une portion d'autre matiére qui le
surpasseroit autant en quantité, que, ce qu'une semence ou une plante
naissante aquiert, surpasse ce qu'elle a d'elle-même. ADD. DU TRAD.]

[Note 26: _A presque tous les Stoïciens_ Clément Stromat. 1. V.
«Héraclite, instruit dans les sentimens de la Philosophie Barbare
(c'est-à-dire étrangére, par raport à la Grèce) n'ignoroit pas
qu'un jour le Monde sera nettoyé de méchant Hommes par un grand
embrasement. C'est ce que les Stoïciens, qui font venus depuis, ont
entendu par le mot έκπύρωσις, ecpurôsis, c'est-à-dire,
embrasement. Ils ont aussi cru que par là tous les morts revivroient, &
redeviendroient tels qu'ils avoient été en cette vie. Qui ne reconnoit
au travers de ces envelopes la résurrection des morts?»]

[Note 27: _Et à Théopompe._ Diogéne de Laërce: «Théopompe enseigne
dans le 8. liv. de ses Philippiques, que les Hommes revivront, comme
l'ont aussi enseigné les Philosophes Orientaux; que cette nouvelle vie
sera immortelle; & que chaque chose retiendra les mêmes noms qu'elle a
dans cette vie.»]



[Note marg.: II. _Avantage de la R. Chr. savoir la sainteté de la
Morale, dans ce qui concerne le service de Dieu._]

XI. Le second avantage que la Religion Chrétienne a sur toutes les
Religions qui ont jamais été, ou que l'on pourroit imaginer, consiste
dans la souveraine sainteté de ses Préceptes, tant de ceux qui
constituent le Culte de Dieu, que de ceux qui réglent les devoirs
d'homme à homme. Presque dans tous les lieux où le Paganisme a fleuri,
ses Cérémonies sacrées ne respiroient que fureur & que cruauté.
Porphyre nous en instruit amplement, & les Relations de nos Voyageurs
nous l'aprennent aussi. Non seulement les Nations barbares apaisoient
leurs Dieux avec du sang humain: mais les Grecs mêmes, avec toutes
leurs lumiéres & toute leur érudition, & les Romains qui se
conduisoient par des Loix si sages, ont suivi là-dessus le penchant
général du Paganisme.[28] Les Grecs sacrifioient des Victimes humaines
à Bacchus Omestes. Et[29] l'Histoire Romaine nous aprend que l'on avoit
immolé à Jupiter, quelques Gaulois & quelques Grecs de l'un & de
l'autre sexe. Les mystéres de Cérès & de Bacchus, si saints & si
révérez, ont long tems caché sous le voile sacré du silence, les
plus honteuses saletez; comme il parut, lorsque ce silence religieux
ayant été rompu, le Public fut témoin des excès abominables que ces
mystéres renfermoient. Clément d'Alexandrie, & quelques autres, ont
traité ce sujet fort au long. Pour ce qui est des jours consacrez
aux Dieux du Paganisme, on les solemnisoit avec des Spectacles qui
blessoient si grossiérement la pudeur, que Caton, au raport de
l'Histoire[A-side]*, n'osoit pas y assister.

[Note marg. A: _Val. Max._ Liv. II. c. 10.]

[Note 28: _Les Grecs sacrifioient &c._ Plutarque & Pausanias en font
mention. Clément dans son Exhortation nomme tous les Peuples qui
faisoient la même chose.]

[Note 29: _L'Histoire Romaine nous aprend_ &c. Denys d'Halicarnasse liv.
I. dit _que la coutume de sacrifier des hommes étoit fort ancienne en
Italie_. Elle est demeurée jusqu'au tems de Justin Martyr & de Tatien.
Justin I. Apolog. parlant aux Romains, _Vous faites à votre Idole_,
leur dit-il, _des aspersions, non seulement de sang de bêtes, mais
aussi de sang humain_. Tatien, _J'ai connu avec certitude que le Jupiter
Latialis des Romains aime le sang des hommes, & qu'il prend plaisir aux
victimes humaines qu'on égorge en son honneur_. Cicéron dit la même
chose des Gaulois; Pline, des habitans de la grande Bretagne; Helmoldus,
des Sclavons. Porphyre dit que cette coutume étoit encore de son tems,
& dans l'Arcadie, & à Carthage, & à Rome.]

La Religion Judaïque n'avoit à la vérité rien de tel. Rien n'y
choquoit les Loix naturelles, & en particulier celles de l'honnêteté.
Cependant le penchant qu'il avoit à l'Idolatrie, fut cause que Dieu
le chargea de beaucoup de Préceptes sur des choses, qui n'étoient
moralement ni bonnes ni mauvaises. J'entens par là les Sacrifices, la
Circoncision, l'observation exacte du jour du repos, & la défense de
quantité de viandes. La plûpart de ces choses de trouvent aussi dans
le Mahométisme, qui y a ajoûté la défense de boire du vin.

La seule Religion Chrétienne nous enseigne un Culte proportionné à
la nature de Dieu. Elle nous aprend que Dieu étant Esprit, nous lui de
vouons une adoration spirituelle & pure. Si elle nous prescrit outre
cela quelques Actes extérieurs & visibles, ils sont par eux-mêmes
justes & saints, & n'obligent pas seulement en vertu de l'ordre exprès
qui les exige de nous. Selon cette Religion, ce n'est plus la chair
qu'il faut circoncire, c'est le coeur. Elle ne nous ordonne plus
l'abstinence de tout travail, mais l'abstinence de toute action mauvaise
& illicite. Elle ne nous demande plus le sang ou la graisse de nos
bêtes: elle nous demande de plus nobles Victimes, & veut que nous
sacrifiïons nos biens aux nécessitez des Pauvres, & nôtre sang à ses
Véritez lors qu'il peut servir à les confirmer. Au commandement de
s'abstenir de certaines viandes & de certains breuvages, elle substitue
celui d'user de tout, & d'en user avec cette modération qui est propre
à conserver & à afermir la santé. Si elle commande le jeûne, c'est
afin d'élever l'esprit, en abatant un peu le corps. Mais d'ailleurs,
tous ses Préceptes tendent à exciter dans l'homme une confiance tendre
& respectueuse, qui le disposant à une obéïssance exacte, lui fasse
trouver tout son repos en Dieu, & le porte à croire invariablement ses
promesses. Par ces Principes, l'Evangile produit une ferme espérance &
un véritable amour pour Dieu, & pour le Prochain. Lors qu'il a rempli
le coeur du Fidéle de ces sentimens, il le tourne sans peine vers Dieu
comme vers son Pére, son bienfaiteur & son remunérateur; & l'anime
à une obêissance, dont le motif n'est plus la crainte servile des
châtimens & des peines, mais la crainte de lui déplaire. La priére,
qui est l'acte le plus essentiel du Service divin, trouve aussi ses
régles dans l'Evangile. Selon ces régles, nous ne devons demander ni
les richesses, ni les honneurs, ni en un mot tout ce qui pourroit être
pernicieux aussi bien qu'utile. Mais 1. toutes les choses qui sont à la
gloire de Dieu: 2. entre les choses caduques & passagéres, celles dont
la Nature ne se peut passer; laissant le reste à la Providence, & nous
tenant préparez à tout événement. 3. Nous sommes obligez de demander
de tout nôtre coeur & avec toute l'ardeur dont nous sommes capables,
les choses qui ménent à l'Éternité, le pardon de nos péchez, & le
secours du saint Esprit, qui nous rendant inébranlables aux menaces des
hommes, & invincibles aux atraits de la chair, nous fasse perséverer
jusqu'à la fin dans nôtre course spirituelle. Se peut-il rien imaginer
de plus digne de Dieu, qu'un Culte de cette nature?



[Note marg.: _Avantage de la R. Ch. sur les autres dans les devoirs qui
regardent le Prochain._]

XII. Les devoirs des hommes les uns envers les autres, ne sont pas
réglez dans l'Evangile d'une maniére moins raisonnable & moins
spirituelle. Le Mahométisme ne respire que la guerre. Et cela n'est pas
surprenant, puisque c'est à la guerre qu'il doit & sa naissance &
ses progrès. Les Loix des Lacédémoniens, ausquelles l'Oracle même
d'Apollon donna le premier rang entre celles de tous les autres
peuples de la Grèce, tendent généralement à rendre cette Nation
belliqueuse.[30] Aristote l'a remarqué, & l'a remarqué comme un grand
défaut. Mais s'il paroît raisonnable en cela, il ne l'est pas lors
qu'il dit que la guerre est naturellement permise contre les Nations
barbares; puisqu'au contraire il est certain que la Nature a établi
entre les hommes les devoirs de l'amitié, & les douceurs de la
Société. On a bien compris qu'elle défendoit & punissoit sévérement
le meurtre commis d'homme à homme. Si cela est juste, il est donc
très-injuste de regarder la destruction de Nations entiéres par les
voyes cruelles de la guerre, comme une chose glorieuse, & comme une
matiére de triomphes. C'est pourtant par ces voyes-là, que la fameuse
République de Rome est montée à ce comble de gloire & de grandeur,
que nous admirons encore dans les Histoires. Ses Écrivains ont même
été d'assez bonne foi,[31] pour avouer que la plûpart de ces guerres
étoient injustes. C'est ce qu'ils disent en particulier de celles qui
lui ont assujetti la Sardaigne[32] & l'Isle de Cypre. Il paroît par les
Historiens les plus célèbres,[33] que la plûpart des Peuples ne se
faisoient pas un scrupule ni une honte de piller leurs Voisins, & qu'ils
comptoient de bonne prise tout ce qu'ils pouvoient leur enlever.[34]
Aristote & Cicéron mettent la vangeance au rang de actions vertueuses.
Les combats sanglans des Gladiateurs à outrance, entroient dans les
réjouïssances publiques. Enfin, rien n'étoit plus ordinaire que la
cruelle coutume d'exposer les Enfans nouvellement nez.

[Note 30: _Aristote &c._ Euripide l'avoit remarqué avant lui, dans
la Tragédie d'Andromaque. _Si l'on vous ôtoit_, dit-il aux
Lacédémoniens, _la gloire qui naît des armes, vous n'auriez plus rien
qui vous distinguât.]

[Note 31: _Pour avouer &c._ Pétrone, _S'il y avoit quelque terre qui
fût riche en mines d'or, il n'en faloit pas davantage pour la faire
déclarer ennemie du Peuple Romain_.]

[Note 32: _Et l'Isle de Cypre._ Florus liv. III. ch. 9. «Le bruit des
richesses de cette Isle étoit si grand & si bien fondé, que le Peuple
Romain qui égaloit en grandeur toutes les autres Nations de la Terre,
& dont la libéralité n'allait pas moins qu'à donner des Royaumes,
ne pouvant résister à l'impression que ces richesses firent sur lui,
déclara le Roi de cette Isle, tout Allié qu'il étoit, déchu de
sa Royauté, réduit l'Isle en Province, & en enleva[C] des sommes
prodigieuses.]

[Note C: Plutarque les fait monter à 7000 talens, qui font environ
douze millions six cens mille livres.]

[Note 33: _Que la plûpart des Peuples ne se faisoient pas un scrupule_
&c. Thucydide Liv. I. «Autrefois les Grecs, aussi bien que les Barbares
de Terre ferme & des Isles, ayant trouvé la commodité d'aller les
uns chez les autres par le moyen de la Navigation, s'en servirent
pour exercer des brigandages; prenant pour Chefs de ces sortes
d'expéditions, des Personnes illustres, qui s'y laissoient aller, tant
pour l'espérance de s'enrichir, que dans le dessein de faire du bien à
ceux qui étoient dans l'indigence. Ils avoient d'autant moins de peine
à réüssir dans ces entreprises, qu'ils ne s'ataquoient qu'à des
Villes ouvertes, & à des villages. Ils les pilloient, ils vivoient de
leur butin; tout cela, sans encourir d'infamie, car bien loin qu'il y
en eût à ce métier, il y avoit même de la gloire.. les habitans de
Terre ferme se pilloient aussi, les uns les autres: & les [D]Locres
Ozoles, les Etoliens, les Acarnaniens & les Nations voisines, le font
encore aujourd'hui. Justin témoigne la même chose des Phocenses;
Plutarque des anciens Espagnols; Diodore, des anciens Toséans; César &
Tacite, des Peuples d'Alemagne.]

[Note D: Locres Ozoles, ainsi apellez pour les distinguer de 3. autres
sortes de Locres: Etoliens, Acarnaniens, Phocenses, Peuples de Grèce.]

[Note 34: _Aristote & Cicéron mettent la vangeance_ &c. Arist. à
Nicomachus IV. II. _C'est la marque d'un coeur bas & servile, que de
soufrir patiemment un afront_. Cic. Liv. II. de l'Invention, met au
nombre des choses qui sont fondées sur le Droit naturel, les actes de
vangeance par lesquels nous repoussons la violence ou les injures, en
nous défendant, ou en rendant la pareille. Dans une Lettre à Atticus:
_Je hai cet homme_, dit-il, _& je le haïrai toûjours: & plût aux
Dieux que je me pusse venger de lui_.]

Les Loix des Hébreux étoient à tous égards plus justes, & leurs
Réglemens plus saints. Mais comme ce Peuple étoit naturellement
violent, & sujet aux emportemens de la colére, elles passoient
légérement sur certaines choses, & lui en permettoient même d'autres
qu'autrement elles lui auroient défendues. C'est à cela qu'on doit
atribuer la permission qui fut donnée aux Israëlites, de traiter avec
la derniére cruauté les sept Nations qu'ils depossédérent. En quoi
pourtant on peut remarquer, qu'ils ne faisoient qu'exécuter les Arrêts
de la Justice divine. C'est par une suite, ou plutôt par un abus de
cette condescendance de leurs Loix,[35] qu'ils ont toûjours porté une
haine mortelle à ceux qui suivoient d'autres Loix que les leurs, & qui
ne s'acordoient pas de créance avec eux: & aujourd'hui encore
leurs priéres sont pleines d'imprécations & d'amertume contre les
Chrétiens. La Loi[E] les autorisoit aussi à se venger par une exacte
rétribution des outrages qu'ils avoient reçus, & à tuer de leur
propre autorité le Meurtrier de leur Prochain.

[Note 35: _Qu'ils ont toûjours porté une haine mortelle à ceux_ &c.
Les Rabbins enseignent qu'il faut faire tout le mal qu'on peut, à ceux
de contraire Religion, & qu'on ne doit pas leur rendre ce qu'on leur a
dérobé: qu'il faut exterminer tous ceux qui ne sont pas Juifs. Les
Juifs ont ordinairement cette imprécation à la bouche, _Que tous les
Sectaires périssent subitement_.]

[Note E: Levit. XXIV. 20. L'Auteur entend ce passage, de la vengeance
entre Particuliers. Mais on l'explique ordinairement de la maniere dont
les Juges devoient punir les violences & les outrages.]

La Loi de Jésus-Christ défend de rendre injures pour injures, de
quelque nature qu'elles soient. Elle ne veut pas que nous aprouvions par
l'imitation, ce que nous regardons comme criminel dans les autres. Elle
nous ordonne de faire du bien généralement à tous, & si elle donne
aux personnes vertueuses le premier rang entre les objets de nôtre
amour & de nos bontez, elle ne manque pas de donner le second à ceux
dont la malice sembleroit les en exclurre. Pour nous y engager plus
fortement, elle nous met devant les yeux l'exemple de Dieu, qui fait
servir toutes les créatures aux nécessitez de tous les hommes
indiféremment.



[Note marg.: _Dans le devoir de la chasteté, & dans ce qui regarde le
mariage_]

XIII. La manière dont Dieu a voulu que le Genre humain se multipliât,
est une chose très-digne des sages Réglemens d'un Législateur.
Cependant à peine la Religion Payenne y a-t-elle touché. Et certes
elle auroit eu mauvaise grâce à être sévére là-dessus,[36] puis
qu'elle faisoit mille le contes infames des débauches & des adultéres
de ses Dieux. Ce péché même qui outrage la Nature, trouvoit sa
protection dans l'exemple des Dieux. Ce fut par là que Ganyméde &
Antinoüs méritèrent les honneurs divins. Ce crime monstrueux est
assez commun parmi les Mahométans, & il est permis dans la Chine, & en
d'autres endroits. Les Philosophes Grecs semblent avoir travaillé[37]
à en diminuer l'horreur en le voilant de termes honnêtes. Ceux
d'entr'eux qui ont eu le plus de réputation, ont fort aprouvé que les
femmes fussent communes. Par là ils ouvraient la porte à une licence
& à une impureté générale, & mettoient les hommes au-dessous des
bêtes; [38]puisqu'il y en a qui se gardent entr'elles une espéce de
fidélité conjugale. Une pareille licence auroit ces deux mauvais
éfets; qu'elle déroberoit aux Enfans la connoissance de leurs
véritables Péres; & qu'elle ne laisseroit aucun lieu à l'afection
réciproque des uns & des autres. Les Loix des Hébreux défendent
toutes sortes d'impuretez. [39]Mais elles ne condamnent ni la Polygamie,
[A]ni le Divorce même, pour quelques raisons que ce soit. Les
Mahométans usent de ces mêmes droits. Les Grecs & les Romains
répudioient leurs femmes pour des sujets assez légers. Les
[A]Lacédémoniens alloient même jusques à se les prêter les uns aux
autres. Et Caton, le sage Caton, s'en est aussi mêlé.

[Note 36: _Puis qu'elle faisoit mille contes des débauches_ &c. Les
Péres ont souvent fait ce reproche aux Payens: Mais il y a du plaisir
à voir la leçon qu'Euripide même fait là-dessus aux Dieux du
Paganisme. «Il faut, _dit-il_, que je donne ici un petit avis à
Apollon. Ce Dieu ne se contente pas de ravir par force l'honneur à des
filles chastes, il soufre patiemment qu'elles se défassent des enfans
qui naissent de ses débauches. Ah! pour vous qui possédez le tître &
l'autorité de Roi, gardez-vous bien de suivre un exemple si pernicieux.
Suivez constamment la vertu. Si quelqu'un tombe dans le crime, les Dieux
ne manquent pas de le punir sévérement. Mais vous, Dieux, si j'ose
m'adresser à vous, n'est-il pas bien injuste, que vous qui prescrivez
des Loix aux hommes, vous viviez vous-mêmes sans Loix. Permettez moi de
vous dire une chose, qui assurément n'arrivera jamais: C'est que si vos
impudicitez étoient punies aussi sévérement que vous punissez celles
des Hommes, bientôt & vous Apollon, & vous Neptune, vous-même grand
Jupiter, qui régnez sur les Cieux, vous vous verriez & sans Temples &
sans Autels.»]

[Note 37: _A en diminuer l'horreur_ &c. Philon liv. _De la
Comtemplation_. «Tous les discours du Festin de Platon roulent non sur
l'amour des hommes pour les femmes ou des femmes pour les hommes; cela
ne seroit pas si honteux, puis que cet amour ne passe point les bornes
de la Nature: mais sur l'amour des hommes pour les garçons. Car tout ce
qu'on y dit de Vénus & de l'amour céleste, ne se dit que pour sauver
un peu les aparences par des mots qui n'ont rien de choquant».]

[Note 38: _Puis qu'il y en a qui se gardent_ &c. Pline le dit des
colombes, & Porphyre des pigeons ramiers.]

[Note marg. A: Dent. XXIV. 1-4.]

[Note 39: _Mais elles ne condamnent ni la Polygamie_ &c. Deuter. XXI.
15. 11. Samuel, XII. 2. Joséphe Antiq. Jud. liv. XVI. _La coûtume de
notre Nation permet d'avoir plusieurs femmes_. Les Docteurs Juifs & les
Péres ont aussi entendu dans ce sens, les passages que je viens de
raporter.]

[Note marg. A: _Herodot_. L. VI. _Plut._ Vie de Lycurg. & de Caton
d'Utique.]

La Loi trés-parfaite de Jésus-Christ ne régle pas seulement
l'extérieur: elle va jusqu'à la racine du déréglement; elle
retranche la cupidité, & ne lui permet pas les moindres mouvemens,
ni les moindres atentats à la chasteté des femmes. Tout, jusqu'aux
regards mêmes, devient criminel par ces Loix sévéres qui font
craindre à l'Homme un Dieu scrutateur des coeurs, juge & vangeur
non seulement du crime, mais aussi du dessein de le commettre. Elles
défendent le Divorce. Et n'est-il pas juste, en éfet, que puisque
toute véritable amitié doit être perpétuelle & indissoluble, celle
qui unit & les coeurs & les personnes entiéres, dure tout autant que
la vie? Joignez à cela qu'il n'est pas possible que l'éducation des
Enfans ne reçoive quelque préjudice de cette séparation. Pour ce qui
est du nombre des femmes, ces mêmes Loix n'en permettent qu'une. Les
raisons en font claires, & n'ont pas été ignorées, ni des Romains, ni
des anciens Peuples de l'Allemagne, qui condamnoient la Polygamie. Il
y en a trois principales raisons. I. Il est juste que la Femme qui
s'engage à donner son coeur tout entier & sans réserve, [40]posséde
aussi sans partage celui de son Mari. II. Les afaires domestiques sont
mieux conduites, lors qu'elles sont sous la direction d'une seule tête.
III. Enfin, cette pluralité de Méres de Famille ne peut causer parmi
les Enfans, que du désordre & de la désunion.

[Note 40: _Posséde aussi sans partage_ &c. Saluste, Guerre de Jugurtha,
_Ceux qui ont plusieurs femmes, ont le coeur tellement partagé, qu'ils
n'en ont proprement aucune_.]

[Note marg.: _Dans la maniére d'acquerir & de conserver les
richesses_.]



[Note marg. A: _Diod. Sic._ L. I. _Plut._ Vie de Lycurgue.]

XIV. Venons aux devoirs de l'Homme par rapport aux richesses, &
aux commoditez de la vie. Les Égyptiens & les Lacédémoniens[A]
permettoient le vol. Les Romains, qui le défendoient entre
Particuliers, le savoient très-bien pratiquer de Nation à Nation. La
plûpart de leurs Guerres étoient d'honnêtes Brigandages; & Cicéron
a reconnu que s'ils eussent été obligez de faire restitution, ils en
auroient été bientôt réduits à leurs anciennes Cabanes.

[Note marg. A: Deut. XXIV. 20.]

La Loi défendoit le vol aux Juifs; mais elle leur permettoit[A] de
donner leur argent à usure aux Étrangers: s'acommodant en cela à leur
naturel assez avide de biens, & au génie des promesses qu'elle faisoit
à ses observateurs.

L'Évangile ne condamne pas seulement toutes sortes d'injustices, sans
distinction de ceux à qui ont en pourroit faire: il travaille aussi à
tarir la source ordinaire de toutes nos injustices, en nous défendant
d'atacher nôtre coeur aux richesses. Il nous en fait voir le néant. Il
nous tourne entiérement vers les biens du ciel. Il nous représente que
nôtre ame est trop petite, pour pouvoir donner une égale aplication
à deux choses, dont chacune demande l'Homme entier, & qui sont assez
oposées, pour nous obliger souvent à des résolutions & à des
démarches toutes contraires; que l'aquisition, & la conservation
des richesses coute mille inquiétudes, qui rongent le coeur, qui
l'asservissent, & qui empoisonnent le plaisir qu'il s'en promettoit: au
lieu que les choses dont la Nature se contente, sont & en petit nombre,
& très-faciles à aquerir. S'il arrive que Dieu nous donne quelque
chose de plus que ce qui est uniquement nécessaire, l'Evangile ne veut
pas que nous nous en défassions, [41] & qu'à l'exemple de quelques
Philosophes [a] peu sages, nous le jettions dans la Mer. Il ne veut pas
aussi, ni que ce surplus demeure inutile entre nos mains, ni que nous
le prodiguions: mais il nous ordonne que gardant un raisonnable milieu,
nous employions ce bien à réparer l'indigence des autres, soit par de
purs dons, soit en prêtant à ceux qui dans le besoin ont recours à
nous. La raison en est, que nous ne devons pas nous regarder comme les
maîtres de nos biens à l'exclusion de Dieu, qui étant le Pére de
tous les hommes, & le Maître de tout ce qu'ils ont, nous a établis
dispensateurs de ses biens, plutôt que véritables possesseurs. Mais
quoique par cette raison, il eût droit d'exiger de nous purement &
simplement que nous en disposions selon ses ordres, il veut bien nous y
inviter par la déclaration qu'il nous fait, qu'une grâce bien placée
nous assure des trésors que les Voleurs ne pourront nous enlever, &
dont jamais aucun accident ne nous frustrera. Si nous cherchons des
exemples d'une libéralité sincére & pleine de charité, les premiers
Chrétiens nous en donnent un qui est digne d'admiration. Ne semble-t'il
pas, en éfet, à voir la promptitude [Note marg.: Rom. XV. 25. 26] de
ceux de Macédoine & d'Achaïe à soulager la pauvreté de ceux de la
Palestine, qu'ils n'étoient tous qu'une même Famille dispersée par
tout l'Univers?

[Note 41: _Et qu'à l'exemple de quelques Philosophes._ Ces Philosophes
sont Aristippe & Cratès.]

[Note a: Ainsi Démocrite, au rapport de Sénèque & de Cicéron, laissa
ses Terres incultes, négligea son Patrimoine, regardant les biens de
l'esprit comme les seuls biens, & croiant que la possession des choses
de la Terre étoit un obstacle à la Philosophie. TRAD. DE PAR.]

Mais comme ce seroit peu d'avoir réglé l'extérieur si on laissoit le
coeur dans toute sa liberté, la Loi de J. C. n'oublie pas de marquer
quel doit être le vrai principe de nos bienfaits. Elle nous aprend que
l'espérance du réciproque ou de la réputation, en ôte tout le prix;
& qu'ils ne sont de quelque valeur aux yeux de Dieu, qu'autant que son
amour en a été le motif, & sa gloire, la derniére fin. Elle prend
soin de renverser tous les prétextes dont l'amour du bien colore une
épargne excessive. Elle dissipe la crainte qu'on auroit, ou qu'on
feroit semblant d'avoir, de tomber dans l'indigence par trop de
libéralité, & de se dérober par là les secours dont la vieillesse
a besoin, & dont on peut se soulager en cas de quelque disgrace. Elle
prévient tous ces prétextes, en promettant que Dieu aura des bontez
toutes particuliéres pour ceux qui observeront ses Loix. Elle ajoûte
même le raisonnement à la promesse. Elle nous fait jetter les yeux sur
les soins tout visibles de la Providence, dans la production des plantes
& des fleurs, qu'elle veut bien même orner & embellir. Elle nous
oblige à penser que Dieu étant si bon & si puissant, nous lui ferions
outrage, si nous ne nous fiions à lui, qu'à proportion des gages
présens & visibles qu'il nous donne de son amour.

[Note marg.: _Dans les Loix qui réglent le serment._]

XV. Enfin les autres Loix défendent sévérement le parjure. Les Loix
de l'Évangile défendent le serment même, excepté quand il est d'une
absolue nécessité: outre qu'elles nous forment à une habitude si
[Note marg.: Matth. V. 33-37.] constante de dire la vérité, que
les ocasions d'être réduit à faire serment, deviennent par là
extrêmement rares.



[Note marg.: _Perfection de la Morale Évangélique_]

XVI. En général on peut dire que tout ce qu'il y a d'excellent dans
les Livres des Philosophes Grecs, dans les Maximes des Auteurs Juifs
& de ceux de tous les autres Peuples, est contenu dans la Doctrine
évangélique, comme émané de Dieu même. On y trouve des Préceptes
sur la modestie, sur la tempérance, sur la bonté, & sur l'honnêteté
des moeurs. On y aprend les devoirs réciproques des Magistrats & des
Peuples; des Péres & des Enfans; des Maris & des Femmes. On y voit la
condamnation de certains défauts, sur lesquels la plûpart des Grecs
& des Romains se sont fait illusion à eux-mêmes par les beaux noms
qu'ils leur donnoient, & par je ne sai quel éclat de Grandeur qu'ils y
apercevoient; j'entens la passion pour les honneurs & pour la gloire.
Mais ce qu'il y a de plus admirable dans l'Evangile, c'est cet abrégé
de tous les Préceptes, plein de sens dans sa briéveté, & qui porte
que nous devons aimer Dieu par-dessus toutes choses, & nos Prochains
autant que nous-mêmes; ou, ce qui revient à un, [42] que nous leur
devons faire ce que nous voulons qu'on nous fasse.

[Note 42: _Que nous leur devons faire._ L'Empereur Alex Sévére louoit
fort cette Loi.]



[Note marg.: _Objection tirée de la diversité de sentimens qui est
parmi les Chrétiens_.]

XVII. Quelqu'un objectera peut-être contre l'excellence de la Doctrine
Chrétienne, dont nous tirons avantage, cette grande diversité
d'opinions qui partage les Chrétiens, & qui les divise même en tant de
Sectes diférentes.

La Réponse est aisée. Il n'arrive en cela à la Religion Chrétienne
que ce qui arrive à tous les Arts, & à toutes les Sciences humaines.
Ce malheur si général est un éfet de la foiblesse de l'esprit de
l'Homme, ou des préjugez qui lui ôtent la liberté de juger sainement
des choses. Mais ces diversitez d'opinions ont d'ailleurs cela de bon,
qu'elles ne vont que jusqu'à un certain point, au de-là duquel il y
a des véritez dont tout le monde convient, & qui répandent même des
lumiéres sur les Articles contestez. Dans les Mathématiques on dispute
sur la quadrature du Cercle; mais on est d'acord sur cette maxime, par
exemple, que si de choses égales on en ôte des portions égales, ce
qui demeure est égal. On pourroit faire voir la même chose dans la
Physique, dans la Médecine, & dans les autres Sciences. De même, la
diversité de sentimens qui régne parmi les Chrétiens, n'empêche pas
qu'ils ne conviennent des principaux Articles, c'est-à-dire, de
ces Préceptes que nous avons fait regarder comme la gloire du
Christianisme. Leur certitude paroît sur-tout, en ce que ceux qui par
le principe d'une haine & d'une animosité mutuelle, cherchent toujours
de nouveaux sujets de se contredire, n'en sont jamais venus jusqu'à
nier que ces Préceptes ne viennent de Jésus-Christ. Je n'en excepte
pas même les Personnes déréglées, qui refusent de se conduire selon
ces saintes maximes. Et en éfet il n'y auroit pas moins d'absurdité à
nier que la doctrine Chrétienne procéde de Jésus-Christ, qu'il y en
avoit dans les chicanes que quelques Philosophes ont fait autrefois
contre la blancheur de la neige. Si les sens nous aprennent que la neige
est blanche, la vûe de tous les Peuples Chrétiens, & la lecture des
Livres de tous leurs Auteurs, depuis les plus anciens jusqu'aux plus
nouveaux, & de ceux même qui ont rendu témoignage à la Religion par
une mort violente; tout cela, dis-je, forme aussi une preuve de sens &
d'expérience, qui anéantit tout doute sur l'origine de nos Dogmes. On
croit aisément sur le témoignage de Platon, de Xénophon, & des autres
Sectateurs de Socrate, que ce qu'ils nous donnent comme la doctrine
de ce Philosophe, est véritablement sa doctrine. On ne doute pas que
Zénon n'ait enseigné ce que les Philosophes de sa Secte lui atribuent.
Quelle équité donc y auroit-il à former des doutes sur la validité
du témoignage de tous les Chrétiens, touchant l'Auteur des
enseignemens de leur Religion?



[Note marg.: _III. Avantage de la R. Ch. tiré de la maniére dont elle
s'est établie._]

XVIII. Le troisiéme avantage que nous avons remarqué dans la Religion
Chrétienne par-dessus toutes celles qui sont actuellement, ou que
l'imagination pourroit se figurer, consiste dans la maniére dont elle
a été enseignée, & dont elle s'est répandue dans le Monde. En quoi
nous avons à considérer 1. Son Auteur. 2. Sa grande étendue. 3. La
qualité de ceux qui l'ont prêchée. 4. Les dispositions de ceux qui
l'embrassérent les premiers.

[Note marg.: _Où l'on considére 1. Son Auteur._]

1. Les Chefs de Secte parmi les Grecs, avouoient qu'ils n'osoient donner
pour certain tout ce qu'ils enseignoient. Ils disoient que la Vérité
est cachée dans un puits; que nôtre esprit n'est pas plus propre à
soutenir l'éclat des Véritez divines, que les yeux des chouettes à
soufrir les rayons du Soleil. Et à la faveur de ces belles maximes, ils
diminuoient le mieux qu'ils pouvoient la honte de leur ignorance. Outre
cela [43] il n'y en a eu aucun dont la vie n'ait été souillée de
quelques vices assez grossiers. Les uns étoient [44] de lâches
adulateurs des Puissances souveraines. [45] Les autres avoient de
criminelles liaisons avec des Femmes. Quelques autres étoient d'une
impudence si excessive, [46] qu'on les comparoit à des chiens: ce qui
imprimoit sur toute leur Secte une note d'infamie. Tous en général se
portoient réciproquement une envie furieuse, comme on le voit par leurs
disputes continuelles, [47] & par leurs démêlez pleins de chaleur
sur de simples mots, ou sur des choses très-légéres. [48] Leur
indiférence pour le Service divin paroît en ce que, bien qu'ils
crûssent presque tous l'existence d'un seul Dieu, non seulement ils ne
lui rendoient pas leurs hommages, mais prenant pour Régle en fait de
Religion la créance publique, ils adoroient par une prévarication
criminelle, ceux qu'ils savoient très-bien n'avoir de Divinité que
dans l'opinion des Peuples. Enfin ils n'avançoient rien d'assuré sur
les récompenses de la piété & de la vertu. Je n'en veux point d'autre
preuve que les derniéres paroles de Socrate.

[Note 43: _Il n'y en a eu aucun_ &c. Socrate même, le plus
irrépréhensible de tous, étoit extrémement colére, & ne pouvoit se
modérer à cet égard, ni dans ses discours, ni dans ses actions.]

[Note 44: _De lâches adulateurs_ &c. comme Platon & Aristippe.]

[Note 45: _Les autres avoient de criminelles liaisons_ &c. Platon,
Aristote, Épicure, Aristippe, &c. Zénon Auteur de la Secte des
Stoïciens alloit encore plus loin, & aimoit les garçons.]

[Note 46: _Qu'on les comparoit à des chiens_. De là vint le nom de
_Cyniques_ qui fut donné à leur Secte.]

[Note 47: _Et par leurs démêlez, pleins de chaleur_ &c. Timon
Phliasius. «Malheureux hommes, _dit-il aux Philosophes_, honte du Genre
humain; gens qui n'êtes que ventre; vous ne faites que vous égarer en
vaines disputes sur des choses de néant. Puis-je vous mieux dépeindre
qu'en vous comparant à des outres remplis de vent? _Ailleurs_: Mais
qui les a donc animez ainsi les uns contre les autres? C'est une vaine
populace, qui aime le babil; & qui acourt au moindre bruit qu'ils font.
Voila ce qui cause & qui entretient cette maladie pernicieuse à tant de
gens.» Ces passages se trouvent dans Clément, Eusébe, & Théodoret.]

[Note 48: _Leur indiférence pour le Service divin_ &c. Xénophon, liv.
V. des choses mémorables, raporte un Oracle qui ordonnait _que l'on
servît les Dieux de la manière que chaque Ville l'auroit prescrit par
ses Loix_. Platon disoit qu'il étoit dangereux de discourir sagement &
raisonnablement devant le Peuple touchant les choses divines. C'est
ce qui a fermé la bouche à tous les Philosophes Grecs, Latins, &
Barbares, & qui leur a fait dissimuler la vérité. Et n'est-ce pas là
un grand préjugé contr'eux?]

Pour ce qui est de Mahomet, dont la Religion a gagné un si grand nombre
de Peuples; ses Sectateurs mêmes nous ôtent la peine de le convaincre
de crimes, par l'aveu qu'ils font de ses débordemens. On peut aussi
remarquer qu'il n'a donné aucun gage indubitable de la certitude du
Paradis charnel, qu'il promet à ceux qui le suivent. Les Mahométans ne
disent pas qu'il soit ressuscité; & quand ils le diroient, son corps,
qui est encore à Medine, les démentiroit.

Moyse le Législateur des Hébreux a été un grand Homme à tous
égards; mais il a été homme & a eu ses foiblesses. Ce ne fut
qu'après une longue résistance, qu'il put se résoudre à accepter la
Commission que Dieu lui donnoit d'aller trouver Pharaon de sa part. La
promesse expresse qu'il lui fit de tirer des eaux du rocher par son
ministére, ne put bannir toute sa défiance. Ce sont là des Faits dont
les Juifs mêmes conviennent. S'il a proposé des récompenses, il n'en
a presque pas jouï lui-même. Il n'entra pas dans la Terre promise;
mais il mourut dans le Désert, après y avoir passé une grande partie
de sa vie au milieu des révoltes presques continuelles de son Peuple.

Jésus-Christ est le seul dont la vie ait été parfaitement pure &
irrépréhensible. Ses premiers Disciples ne lui reconnoissent point de
défauts, & ses Ennemis ne l'en ont jamais convaincu d'aucun. [49]Il a
rempli exactement tous les devoirs qu'il a prescrits aux hommes. Il a
suivi fidélement les ordres qu'il avoit reçus de Dieu. Sa vie a été
de la simplicité la plus parfaite. Il a soufert les injures & les
derniers suplices avec une patience exemplaire; comme il paroît par
l'Histoire de sa crucifixion. Il a eu pour les hommes, même pour ses
Ennemis & pour ses Bourreaux, l'amour le plus sincére & le plus ardent,
jusqu'à prier Dieu pour ceux qui le crucifioient. Il a ratifié dans sa
personne les récompenses qu'il a promises à ses Fidéles, les ayant
obtenues dans le degré le plus magnifique. Son Histoire nous l'aprend,
& mille preuves nous en assurent. Plusieurs l'ont vû ressuscité, l'ont
ouï parler, & ont apuyé leur foi par le secours de l'atouchement. Il
a été élevé dans le Ciel à la vûe de ses Apôtres, & a donné
des marques certaines de son autorité suprême en conférant à ses
Disciples le pouvoir de parler diverses Langues, & celui de faire des
miracles, après le leur avoir promis en les quitant. Par là, il a
ôté tout lieu de douter, qu'il fût assez puissant pour nous conférer
la récompense qu'il nous a proposée. D'où je conclus, que puis qu'il
a confirmé ses Préceptes par son obéïssance, & ses promesses par
la part excellente qu'il y a eue lui-même, sa Religion l'emporte sur
toutes celles qui sont, ou qui ont jamais été dans le Monde.

[Note 49: _Il a rempli exactement_ &c. Lactance. _Il a marché lui-même
dans le chemin qu'il nous a montré, de peur que les dificultez qui se
rencontrent dans ce chemin ne nous détournassent d'y entrer._]

[Note marg.: _2. Sa grande étenduë dès le commencement même._]

Voyons à présent les succès dont la Prédication de l'Evangile
a été suivie. Ils sont tels, qu'à les bien considérer, il faut
reconnoître que l'Evangile est divin, ou ne pas croire que Dieu se
mêle de ce qui concerne les hommes. Il étoit digne des soins paternels
de sa Providence, de donner à des sentimens vertueux & bons, des
succès & une étendue qui répondissent à leur excellence. Tel a été
le sort de la Religion Chrétienne. Toute l'Europe, même jusqu'aux
endroits les plus proches du Nord, fait profession de la croire, &
de l'enseigner. Elle est connue par toute l'Asie, & dans les Iles
de l'Océan qui l'environne, dans l'Égypte, dans l'Éthiopie, dans
quelques autres Païs de l'Afrique, & presque par tous les endroits de
l'Amérique où l'on a pu pénétrer.

L'Histoire de tous les siécles, les Livres de nos Écrivains, les Actes
des Conciles; une vieille tradition que quelques Indiens ont conservée
jusqu'à nôtre tems touchant [50]les Voyages de S. Thomas, de S. André
& des autres Apôtres; tout cela, dis-je, montre que ce n'est pas
d'aujourd'hui que le Christianisme est en possession de cette
universalité, & qu'il en jouït depuis plusieurs siécles. En
particulier Clément, [51]Tertullien, & quelques autres remarquent que
de leur tems le Nom de Jésus-Christ étoit révéré dans les Iles
Britanniques, dans l'Alemagne, & jusqu'aux extrémitez de la Terre. Or
je demande s'il y a quelque Religion qui puisse entrer en concurrence
avec la nôtre, sur le privilége d'une étendue aussi universelle. Le
Paganisme a presque couvert toute la Terre; mais à parler juste, sous
ce nom étoient comprises une infinité de Religions diférentes. Entre
les Payens, les uns adoroient les Astres; les autres les Élémens;
d'autres servoient les Bêtes; plusieurs révéroient des choses qui ne
subsistent que dans l'imagination. Leurs Loix sacrées n'étoient
pas moins diverses que les objets de leur culte; & ils en devoient
l'institution à des Auteurs très-diférens. Les Juifs dans leur
dispersion paroissent un très-grand Peuple; mais enfin, ce n'est qu'un
Peuple; & depuis J. C. leur Religion n'a pas reçu d'acroissement fort
considérable. Si depuis ce tems-là elle est sortie de l'obscurité où
elle avoit été jusqu'alors, on peut dire que les Chrétiens y ont plus
contribué que les Juifs.

[Note 50: _Des Voyages de St. Thomas_. On montre encore aujourd'hui son
sépulcre dans le païs de Coromandel. Clement &c. Stromar. V. dit que
Jesus-Christ est connu de toutes les Nations.]

[Note 51: _Tertullien_ liv. I. _contre les Juifs. En quel autre toutes
les Nations ont-elles cru, qu'en Jesus-Christ, et quel autre
ont-elles embrassé comme le Messie venu au monde?_ Après il fait un
dénombrement des Nations qui croyoient en Jésus-Christ de son tems, &
ce dénombrement contient tous les Peuples des 3. parties du Monde
qui étoient alors connues. Plus bas il montre combien le Royaume
de Jesus-Christ est plus étendu que ne l'ont été l'Empire de
Nebucadnésar, & d'Alexandre, & que ne l'étoit celui des Romains.
«La Royauté de Jésus-Christ, _dit-il_, s'étend par-tout & est crue
par-tout. Ce grand Roi est servi par tous les Peuples que nous venons de
nommer: il regne; il est adoré en tous lieux; il se communique à tout
le monde également.» Arnobe, S. Athanase, Théodoret, & S. Jérôme,
font voir par le même détail, cette grande étendue de l'Empire de
Jesus-Christ. Origéne dans une Homélie sur Ezéchiel, «Les malheureux
Juifs avouent que ces choses sont dites du Messie. Mais c'est à eux
un aveuglement déplorable, d'ignorer encore la Personne à qui elles
conviennent, puis qu'ils les voyent acomplies. Qu'ils nous marquent
avant l'avénement de Jésus-Christ, quelque temps auquel la Bretagne,
le Mauritanie, le Monde entier s'est acordé à ne servir qu'un seul
Dieu.» S. Chrysostome, Homél. VI. «Comment les Écrits des Apôtres
auroient-ils pu passer jusques aux terres étrangéres, jusqu'aux Indes,
jusqu'à ces bords de l'Océan qui terminent toute la Terre, si les
Auteurs de ces Livres n'eussent été dignes de foi?» Le même Pére
dans l'Homélie sur la Divinité de Jésus-Christ, «Parcourir en si peu
de tems toute la Terre; inviter ainsi à de si grandes choses des hommes
prévenus de mauvaises habitudes, & plongés dans la plus énorme
corruption, cela est assurément au-dessus des forces d'un homme, &
c'est cependant ce qu'a fait Jésus-Christ. Il a délivré de ces maux
tout le Genre humain. Les Romains, les Perses, & toutes les Nations
Barbares ont jouï de cette heureuse délivrance.»]

Le Mahométisme ocupe un très-grand nombre de Païs; mais il ne l'ocupe
pas seul. Presque par-tout où il régne, notre Religion y a ses
Sectateurs & même en quelques endroits ils surpassent en nombre les
Mahométans; au lieu qu'on trouve très-peu de ceux-ci dans la plûpart
des Païs que les Chrétiens possédent.

[Note marg.: _3. Ceux qui l'ont les premiers prêchée_.]

3. Comparons maintenant les moyens par lesquels la Religion Chrétienne
s'est établie dans le Monde, avec ceux qui ont servi à afermir les
autres Religions; & les premiers Docteurs de celle-là avec ceux qui ont
fait fleurir celles-ci. Nous voyons que pour l'ordinaire les hommes
ont le foible de se laisser entraîner par l'exemple des Rois, & des
personnes revêtues de quelque autorité, sur-tout si cet exemple passe
en loi, & si l'on met en usage la force & la contrainte. C'est par ces
voyes que les diférentes Religions Payennes & la Mahométane se sont
acrues & fortifiées. Les premiers Docteurs de nôtre Religion étoient
dénuez de ce secours éficace. C'étoient des personnes sans naissance
& sans nom; c'étoient des Pêcheurs, & des gens de métier. Ils ont
cependant trouvé le moyen de l'établir en l'espace de trente ans [A]
[Note marg. A: Rom. XV. 19.] dans toutes les parties de l'Empire Romain,
dans celui des Parthes, dans les Indes, c'est-à-dire, par toute la
Terre. Pendant près de 300. ans elle n'a dû ses acroissemens qu'à des
Particuliers, qui bien loin d'avoir en main ou de quoi se faire
craindre par des menaces, ou surprendre la faveur des Peuples par
des espérances, rencontroient par tout des obstacles de la part des
Souverains. Malgré tout cela, avant qu'elle eût atiré Constantin
à la profession de ses véritez, [52]il s'en faloit peu qu'elle ne
remplît la plus grande partie de l'Empire Romain. Ceux d'entre
les Grecs qui ont donné des Régles pour les moeurs, se rendoient
d'ailleurs recommandables aux Peuples par quelques autres endroits.
Platon étoit grand Géomètre. Les Péripatéticiens s'apliquoient à
étudier les animaux & les plantes. Les Stoïciens étoient habiles dans
l'art du raisonnement. Les Pythagoriciens possédoient la Science des
nombres & de l'harmonie. Plusieurs d'entr'eux, comme Platon, Xénophon &
Théophraste, faisoient valoir leurs préceptes par toutes les graces &
toute la force de l'éloquence. Rien de tout cela ne se trouvoit dans
nos premiers Docteurs. Leurs discours étoient simples & sans agrémens.
Ils instruisoient, ils promettoient, ils menaçoient: tout cela sans
étude & sans art. Or comme ces maniéres ne peuvent pas aler loin & ont
très-peu de proportion avec les succès qu'elles ont eus; il faut de
toute nécessité reconnoître, ou que les miracles ont supléé au
défaut de l'Art; ou qu'une Providence secrette a veillé favorablement
sur les desseins de ces premiers Fidéles; ou qu'ils ont eu l'un &
l'autre de ces deux secours.

[Note 52: _Il s'en faloit peu qu'elle ne remplît_ &c. Tertullien II.
Apolog. «Nous ne sommes que d'hier & nous nous trouvons par-tout.
Nous remplissons vos Villes, & municipales, & autres, vos Iles, vos
Forteresses, vos Bourgs. Nous sommes répandus dans les Armées, dans
les Tribus, dans les Décuries. La Cour, le Sénat, le Barreau sont
pleins de Chrétiens. En un mot vous nous trouvez par tout, si ce n'est
dans vos Temples.]

[Note marg.: _4. Les dispositions des premiers qui l'embrassèrent._]

4. Ceux qui ont reçu le Christianisme par les instructions des
Apôtres, avoient l'esprit imbu des principes d'une autre Religion, &
par conséquent dificile à manier. Les premiers Disciples de Mahomet
& des Auteurs des Religions Payennes, étant moins prévenus, étoient
plus capables de recevoir de nouvelles impressions. La Circoncision & la
connoissance d'un seul Dieu, avoient disposé les Hébreux à recevoir
la Loi de Moyse. Mais rien ne préparoit les premiers Chrétiens à se
soumettre à l'Évangile. Ils étoient dans d'autres sentimens; & une
longue habitude, qui tient souvent lieu d'une seconde Nature, les y
confirmoit, & les éloignoit de ces nouvelles doctrines. L'éducation &
le respect des Loix & de l'autorité de leurs Ancêtres les afermissoit,
les uns dans la Religion Payenne, & les autres dans le Judaïsme. Ce
n'étoit pas là le seul obstacle que la Religion rencontroit dans leur
coeur. Ils ne pouvoient s'y ranger sans se soumettre infailliblement à
la fâcheuse nécessité de craindre les maux les plus terribles, ou de
les endurer. L'horreur que les maux impriment naturellement, se répand
souvent jusques sur les choses qui les peuvent atirer; & il est assez
rare qu'on entre dans des sentimens qui traînent après eux d'aussi
tristes suites. Nos premiers Péres ont passé par-dessus tout cela.
C'est peu de dire que le Christianisme leur fermoit l'entrée des
Charges, les assujettissoit à des peines pécuniaires, à la
confiscation de leurs biens, & au bannissement: on les envoyoit
travailler aux Mines: la cruauté s'épuisoit en nouvelles maniéres de
les tourmenter. Le martyre & les massacres étoient si ordinaires, que
les Auteurs de ce tems-là assurent qu'il périt par là plus de monde,
que la famine, ni la contagion, ni la guerre, n'en peuvent détruire.
Les genres de mort qu'on leur faisoit soufrir étoient des plus afreux.
[53]On les brûloit vifs, on les crucifioit, en un mot, on leur ôtoit
la vie par des suplices, qu'on ne peut ni lire ni se représenter sans
une extrême horreur. Ces cruautez continuérent dans l'Empire Romain,
presque jusqu'à Constantin le Grand. Si elles eurent quelques
intervales, ils étoient peu considérables, & même n'étoient pas
universels. Elles durérent plus long tems encore dans les Païs qui ne
reconnoissoient pas l'autorité des Romains, mais elles ne purent jamais
afoiblir ce Parti. Il sembloit même qu'elles l'augmentassent, & que
pour un Chrétien qu'elles détruisoient, elles en fissent renaître
plusieurs. C'est ce qui donna lieu à quelques-uns de dire, que le sang
des Martyrs étoit la semence de l'Eglise.

[Note 53: _On les brûloit vifs_ &c. Ulpien célèbre Jurisconsulte a
fait sept Livres sur cette question; Quelles sortes de peines il faloit
infliger aux Chrétiens. Lact. liv. V. ch. II.]

Comparons encore ici le Christianisme avec les Religions contraires. Les
Grecs, & les Juifs, qui avoient coutume de parler de tout ce qui les
concernoit, avec beaucoup de vanité & d'ostentation, ne peuvent citer
que fort peu de personnes qui ayent eu le courage de soufrir la mort
pour leurs Opinions. Les Indiens peuvent se faire honneur de quelques
Gymnosophistes; & les Grecs de leur Socrate. Le reste se réduit à peu
de chose. Encore n'y a-t-il guére lieu de douter que ces personnes, qui
s'étoient déjà rendues célèbres, n'ayent eu en vûe de se faire un
grand nom dans la Postérité, Nos Martyrs étoient pour la plûpart des
Personnes du plus bas rang, connues à peine parmi leurs Concitoyens,
C'étoient des femmes, c'étoient de jeunes gens, qui ne pouvoient ni
désirer ni se promettre avec quelque vrai-semblance, une réputation
qui les fît vivre long tems dans la mémoire des hommes. En éfet le
Martyrologe ne fait mention que de la moindre partie de ceux qui ont
soufert le martyre pour la défense de la Religion, [54]Le reste va trop
loin pour être compté un par un. Ajoûtons à cela qu'il étoit
aisé à la plûpart d'entr'eux de se dérober aux suplices. Un peu de
dissimulation, un grain d'encens jetté sans dessein sur un Autel, les
en eût afranchis; ce qui ne se peut pas dire des Martyrs Payens.

[Note 54: _Le reste va trop loin_ &c. Le Martyrologe marque seulement
en gros les 300 qui ont soufert le martyr à Carthage; un grand nombre
d'autres Martyrs en Afrique sous l'Empereur Tibére; en Antioche, en
Arabie, en Cappadoce, & dans la Mésopotamie, sous Valérien: dans la
Phrygie & dans le Pont, sous Maximim &c.]

Quelques sentimens qu'ils cachassent dans le fond de leur coeur, ils
avoient du moins la complaisance de conformer leur extérieur au goût
de ceux à qui ils étoient suspects. Il n'y a donc proprement que les
Juifs & les Chrétiens qui ayent soufert la mort uniquement pour la
gloire de Dieu. À l'égard des Martyrs de la Religion Judaïque,
on n'en trouve que dans les tems qui ont précédé la venue de
Jésus-Christ; encore y en a-t-il eu si peu en comparaison des Martyrs
du Christianisme, qu'on en compteroit plus de ceux-ci dans une seule
Province, que des autres dans toute l'étendue de leur État, & dans
toute la durée de leurs soufrances. En éfet, cette durée n'a pas
été bien longue, puis qu'elle ne comprend que les Régnes de Manassé
& d'Antiochus.

Cette multitude innombrable de Personnes de tout rang & de tout sexe,
séparées par l'intervale de tant de lieux & de tant de siécles, & qui
ont sêllé de leur sang la Foi Chrétienne, doit avoir eu sans doute
quelque raison de persévérer si constamment. Or cette raison ne
pouvant être que la force de la vérité, & le secours de l'Esprit de
Dieu; c'est avec justice que nous regardons nos Martyrs comme une bonne
preuve de la Religion Chrétienne.



[Note marg.: Réponse à ceux qui demandent des preuves encore plus
démonstratives.]

XIX Si toutes ces preuves ne satisfont pas, & qu'on en désire de plus
convainquantes, on doit considérer que[55] les preuves varient, selon
la diversité des choses que l'on veut établir. On ne peut conclurre
une vérité Mathématique que par des raisons de la dernière
évidence. Les disputes de la Physique se doivent terminer par des
argumens fondez sur des Principes naturels. Lors qu'il s'agit de
délibérer, il faut se déterminer par des argumens tirez des maximes
que le sens commun & l'expérience suggérent. Les Faits ont aussi leurs
preuves, qui consistent dans la qualité de ceux qui les atestent: &
c'est les avoir prouvez, que de faire voir que ces Témoins n'ont rien
qui les les rende suspects. Si l'on ne s'en tient pas là, on anéantit
la certitude des Faits Historiques; on détruit celle des expériences,
qui font la partie la plus considérable de la Médecine; & l'on suspend
les devoirs réciproques des Péres & des Enfans; puis que ces relations
ne se connoissent que par ces sortes de preuves. Dieu eût pu fonder
nôtre Foi sur le témoignage des sens de chaque Fidéle, & même sur
des démonstrations: mais il vouloit commander aussi bien que persuader,
& donner à la Foi un caractère d'obéïssance & de soumission. Il
sufisoit donc qu'il se révélât d'une maniére capable de convaincre
les esprits dociles. Il vouloit que l'Evangile fût une Pierre-de-touche
qui distinguât les ames ployables & flexibles d'avec celles qui sont
d'une opiniâtreté incurable. Nos preuves ont persuadé un très-grand
nombre de Personnes sages & vertueuses; il est donc évident que
l'incrédulité des autres ne vient pas de l'insufisance de ces
preuves,[56] mais de la répugnance qu'ils ont contre des véritez &
des Loix qui choquent leurs passions, & qu'ils ne peuvent admettre sans
s'engager à compter pour rien la gloire, les honneurs, & les biens de
cette vie. Ils reçoivent sans scrupule mille autres Faits qui ne sont
apuyez que sur le raport des Historiens, & dont ils ne voyent même à
present aucuns monumens sensibles. Mais lors qu'il s'agit de l'Histoire
de l'Evangile, ils entrent en défiance, & n'ont aucun égard au raport
de ses premiers témoins, ni aux monumens qui pourroient servir à la
confirmer; tel qu'est l'aveu de tous les Juifs; & cette multitude de
Sociétez Chrétiennes qui ne peuvent s'être formées sans quelque
raison légitime.

[Note marg.: Conclusion.]

[Note 55: _Les preuves varient selon la diversité._. Aristote
Métaphys. liv. I. ch. dernier «Il ne faut pas chercher en toutes
sortes de sujets, une certitude aussi grande que celle des véritez
mathématiques.]

[Note 56: _Mais de la répugnance_ &c. St. Chrysostome à Demetrius.
«Le refus que l'on fait de recevoir les Préceptes de l'Evangile, ne
vient que de ce qu'on n'a pas le courage de les suivre.»]

Je conclus, que puis que la longue durée du Christianisme, & son
établissement par toute la Terre, ne peuvent pas être la production
de l'Esprit humain, il faut, ou les atribuer à quelques miracles
éclatans, ou avouer que cette durée & ce progrès si extraordinaire,
où l'on ne veut reconnoître rien de surnaturel, sont le plus grand de
tous les miracles.



TRAITÉ
DE LA VÉRITÉ
DE LA
RELIGION
CHRÉTIENNE.



_LIVRE TROISIEME_.



_Où l'on prouve l'autorité de l'Écriture_.

[Note marg.: _Preuve générale de l'autorité des Livres du Nouveau
Testament_.]

I. Le but des preuves que nous avons déduites jusqu'ici, & de toutes
les autres qu'on pourroit ajoûter, est de persuader aux Incrédules &
à ceux qui sont encore dans l'incertitude, que la Religion, dont les
Chrétiens font profession, est très-véritable & très-bonne. Mais ce
n'est pas assez. Après les avoir convaincus de cette vérité, il
faut les conduire à ces Livres très-anciens où cette Religion est
renfermée, & que nous apellons les Livres du Nouveau Testament, ou pour
parler plus exactement, les Livres de la Nouvelle Alliance.

Il y auroit de l'injustice à nier que ce soit à ces livres que l'on
se doive adresser pour connoître nôtre Religion, & à n'en pas croire
là-dessus le témoignage constant de tous les Chrétiens. Quelle que
soit une Secte, bonne ou mauvaise, l'équité veut qu'on croye sur sa
parole, que ses sentimens sont contenus dans les Livres où elle nous
renvoye pour en être instruits. C'est sur ce Principe que nous recevons
sans dificulté l'assurance que les Mahométans nous donnent, que leur
Religion se trouve dans l'Alcoran. Puis donc qu'il paroît par les
argumens que nous venons de proposer, que la Religion Chrétienne est
véritable, & qu'il n'est pas moins évident par la raison que nous
venons d'alleguer, que cette Religion est enseignée dans nos Livres
sacrez; il n'en faut pas davantage pour établir solidement l'autorité
de ces Livres. Si pourtant on souhaite que nous en aportions des preuves
plus particuliéres, nous le ferons volontiers: mais ce sera après
avoir posé une Régle qui est connue & suivie de tout ce qu'il y a de
Juges équitables. C'est que quand on entreprend d'ataquer un Livre qui
est reçû depuis plusieurs siécles, on s'engage nécessairement à
produire des objections capables de lui ôter toute créance: au défaut
de quoi, il est censé digne de cette autorité, dont il a été
jusqu'alors en possession.



[Note marg.: _Preuves plus particulières. I. Que ceux d'entre ces
Livres qui portent le nom de quelque Auteur, sont véritablement de cet
Auteur_.]

II. Nous disons donc, que les Écrits qui sont reçus unanimement par
tous les Chrétiens, & atribuez aux Auteurs dont ils portent le nom,
sont éfectivement de ces Auteurs. La raison en est, que les Docteurs
des premiers siécles, comme Justin, Irénée, Clément, & ceux qui les
ont suivis, ont cité ces Écrits sous les mêmes noms d'Auteurs
qu'ils portent aujourd'hui:[1] Que Tertullien dit que les Originaux de
quelques-uns de ces Livres se voyoient encore de son tems: Que toutes
les Eglises les ont reçus comme les Ouvrages de ces mêmes Auteurs,
& avant qu'elles eussent encore assemblé de Conciles: Que jamais les
Payens ni les Juifs ne leur ont fait d'afaire sur cet article:

[Note marg.: _+ S. Cyllir. L. X_.]

Que Julien + même avoue que les Écrits qui sont atribuez à S. Pierre,
à S. Paul, à S. Mathieu, à S. Marc, & à S. Luc, ont été écrits
par ces Auteurs: Qu'enfin, si le témoignage des Grecs & des Latins
paroît à tout homme de bon sens, une raison de ne pas douter que
les Poëmes que l'on atribue à Homére & à Virgile, ne soient
véritablement d'eux: à plus forte raison le témoignage constant de
presque toutes les Nations, prouve invinciblement que les Livres du
Nouveau Testament ont été composez, par ceux dont ils portent le nom
sur leurs Titres.

[Note 1: _Que Tertullien dit_ &c. Liv. de la prescription contre les
Hérétiques, «Vous qui voulez exercer plus utilement votre curiosité
dans l'afaire du Salut, parcourez les Eglises où les Apôtres ont
particulièrement résidé, vous y verrez encore leurs Chaires; vous y
entendrez encore lire leurs Épîtres sur les Originaux mêmes.» Cela
n'est pas étonnant, puis que Quintilien dit que de son tems on voyoit
encore les Originaux des Livres de Cicéron, & qu'Aulu-Gelle dit la
même chose de ceux de Virgile.]



[Note marg.: _Qu'on n'a pas lieu de douter de ceux qui autrefois ne
furent pas généralement reçus_.]

III. Ce n'est pas qu'entre ces Livres il n'y en ait quelques-uns qui
n'ont pas été d'abord reçus de tous les Chrétiens. On a douté de la
seconde Épître de S. Pierre, de l'Épître de S. Jude, des deux
que nous avons sous le nom de Jean l'Ancien, de l'Apocalypse, & de
l'Épître aux Hébreux. Mais ces Écrits étoient d'autre côté
reconnus par un grand nombre d'Eglises, comme il paroît par l'usage
qu'en font les plus anciens Docteurs, qui en citent des passages pour
prouver nos Dogmes. Il y a donc aparence que si quelques Eglises ne s'en
servoient pas, c'étoit ou parce qu'elles ne les connoissoient pas, ou
parce qu'elles n'étoient pas assez persuadées de leur autorité; & que
si dans la suite elles se conformérent à celles qui les recevoient
pour divins, c'est parce qu'elles s'instruisirent plus à fonds
là-dessus, & reconnurent leur ignorance ou leur erreur. Et en éfet il
n'y a presque plus de lieux où l'autorité de ces Livres ne soit à
présent établie. Si l'on dit qu'ils ont été suposez, on le dira sans
preuve, & même contre la vrai-semblance. Car quel intérêt auroit pû
obliger à les suposer, puis qu'ils ne nous aprennent rien qui ne se
trouve amplement dans ceux dont personne n'a jamais douté?



[Note marg.: _Qu'à l'égard de ce que quelques-uns ne portent aucun nom
d'auteur, cela ne leur préjudicie point_.]

IV. Le peu de connoissance que l'on a du véritable Auteur de l'Épître
aux Hébreux, & le doute où quelques-uns ont été si les deux
derniéres Épîtres de S. Jean, & l'Apocalypse, sont de S. Jean
l'Apôtre, ou de quelqu'autre qui ait eu le même nom, ne peuvent
aucunement préjudicier à l'autorité de ces Écrits. On sait qu'en
matiére d'Auteurs, il faut faire plus d'atention à leurs qualitez
qu'à leur nom. Nous recevons comme vrais plusieurs Livres historiques,
quoi que nous ne sachions pas le nom de ceux qui les ont écrit. Le
Livre de la Guerre d'Alexandrie est de ce nombre. On n'en connoit pas
l'Auteur, mais parce qu'on voit que, qui que ce soit qui l'ait écrit,
il vivoit dans le temps de cette Guerre, & que même il y a eu part,
cela paroît sufisant pour autoriser cette Histoire. On ne doit donc pas
être plus dificile à l'égard des Livres donc nous parlons, puis
que ceux qui nous les donnent, assurent qu'ils ont vécu dans le
commencement du Christianisme, & qu'ils avoient reçu les dons
extraordinaires que Dieu conféra aux Apôtres. Si l'on dit qu'ils ont
pu s'atribuer faussement ces avantages, & qu'à l'égard même des
autres Livres, on leur a peut-être suposé de grans noms, pour leur
donner plus de poids: nous répondons qu'il est tout-à-fait incroyable,
que des Personnes qui ne prêchent par tout que la sincérité & la
piété, ayent voulu sans sujet se charger du crime de faussaires; crime
que tout honnête homme déteste, & que les Loix de Rome punissoient du
dernier suplice.



[Note marg.: _Que tous ces Auteurs n'ont pu écrire que des choses
vrayes._]

V. Il demeure donc constant que les Livres de la nouvelle Alliance, ont
été composez par ceux dont ils portent le nom, & que les qualitez que
ces Auteurs se sont atribuées, leur convenoient éfectivement. Si l'on
considére outre cela, qu'il n'est pas moins certain qu'ils n'ont rien
écrit dont ils n'eussent une connoissance parfaite, & qu'ils n'ont
pû se mettre en l'esprit de vouloir tromper le monde, on conclura
invinciblement, que ce qu'ils ont écrit est vrai & indubitable, puis
qu'on ne peut dire des choses fausses que par l'un ou l'autre de ces
deux principes, ou l'ignorance, ou la malice. Mais n'avançons rien sans
preuve, & faisons voir que ces Auteurs ont su ce qu'ils disoient, &
qu'ils n'ont rien dit que ce qu'ils croyoient véritable: qu'en un mot
ils n'ont été, ni trompez, ni trompeurs.



[Note marg.: _Preuve: on ne les peut accuser d'ignorance.]

VI. S. Matthieu, S. Jean, S. Pierre, S. Jude étoient du Collége de ces
douze, que Jésus-Christ avoit choisis pour témoins de sa vie & de sa
doctrine. Ainsi il est impossible qu'ils n'ayent pas bien sû les choses
qu'ils nous racontent. C'est ce qu'on doit dire aussi de S. Jaques, qui
a été, ou Apôtre, ou, selon le sentiment de quelques-uns,[2] proche
parent de Nôtre Seigneur, & de plus, Évêque de Jérusalem par les
sufrages des Apôtres. Pour ce qui regarde S. Paul, on ne peut pas
croire qu'il se soit imaginé sans fondement, que Jésus-Christ lui ait
révélé du Ciel les véritez qu'il a enseignées; ni qu'il se soit
figuré vainement qu'il ait fait toutes les grandes choses dont il se
glorifie; ni que S. Luc, le fidéle compagnon de ses voyages ait donné
dans les mêmes visions. Ce seroient là d'agréables songes, mais
dont des personnes aussi sensées que S. Paul & S. Luc, n'étoient
assurément point capables. Quoi que S. Luc ne fût pas du nombre de
ceux qui avoient vécu avec Jésus-Christ, son témoignage néanmoins ne
nous doit pas être suspect de crédulité. Il étoit né sur les lieux;
il avoit voyagé par la Palestine; [3]il s'étoit informé exactement de
la vérité des Faits qu'il a écrits, & il en avoit conféré avec ceux
qui en avoient été témoins oculaires, comme il paroît par le premier
verset de son Évangile. Il ne faut pas douter qu'outre les Apôtres,
avec qui il avoit des liaisons fort étroites, il n'ait parlé à
plusieurs de ceux qui avoient été guéris par Jésus-Christ, & de
ceux qui l'avoient vû mourir, & qui l'avoient aussi vû après sa
Résurrection. Si la confiance que nous avons sur les recherches exactes
de Tacite & de Suétone, fait que nous croyons sur leur raport, des
choses qui se sont passées long tems avant qu'ils fussent nez; à plus
forte raison devons-nous ajouter foi à un Écrivain qui nous assure
qu'il n'avance rien que sur le récit de témoins oculaires.[4] Pour ce
qui est de S. Marc, comme on n'a point douté dans les premiers tems
qu'il n'ait toûjours vécu avec S. Pierre, on doit avoir autant de foi
pour son Evangile que s'il lui avoit été dicté par cet Apôtre, &
c'est dire assez, puis que cet Apôtre devoit savoir avec certitude
toutes les choses que S. Marc a écrites dans son Evangile. Outre cela
cet Evangile n'a rien écrit qui ne se trouve dans les Ouvrages des
Apôtres. Enfin ni l'Auteur de l'Apocalypse n'a pu se mettre faussement
dans l'esprit qu'il avoit avoit eu toutes ces Visions dont il dit que
Dieu l'a honoré: ni celui de l'Épître aux Hébreux n'a pu se figurer
sans raison, que l'Esprit de Dieu ou les autres Apôtres lui avoient
apris les choses dont il a traité dans cette Épître.

[Note 2: _Ou proche parent_ &c. C'est le sentiment de St. Chrysostome &
de plusieurs autres.]

[Note 3: _Il s'étoit informé_ &c. Cela paroît par les premiers
versets de son Évangile.]

[Note 4: _Pour ce qui est de S. Marc, comme on n'a point douté_ &c. St
Irénée liv. III. ch. I. Clément cité par Eusébe.]



[Note marg.: _Qu'on ne peut les accuser de mauvaise foi_.]

VII. Nous avons posé en second lieu que nos Auteurs sacrez n'ont pu
avoir dessein de mentir. Nous l'avons déjà prouvé lors que nous avons
établi la vérité de la Religion Chrétienne en général & qu'en
particulier nous avons montré la certitude de la résurrection de
Nôtre Seigneur. Quand on récuse des témoins parce qu'on les croit de
mauvaise foi, on est obligé de donner quelques raisons de ce soupçon,
& de dire par quels motifs ils ont pu se laisser aller au mensonge & à
la fourbe. Or c'est ce qu'on ne peut pas faire en cette rencontre. Car
si l'on objecte qu'ils ont pu mentir parce que l'intérêt de leur Cause
le demandoit; il faudra un peu examiner pourquoi ils se sont embarquez
dans cette cause, & sont entrez dans ces intérêts. Certes, ce n'a
été ni pour l'espérance de quelques avantages, ni pour la crainte
de tomber dans quelques disgraces: puis que cette Cause, dont ils
entreprenoient la défense, les privoit de toutes commoditez, & les
jettoit dans toutes sortes de périls. Ils ne se sont donc chargez d'une
Commission si dangereuse, que par la crainte de Dieu. Or cette crainte
peut-elle porter un homme à mentir, principalement dans une chose dont
dépend le salut éternel de tous les hommes? Si l'on considére que
leurs Écrits ne respirent que la piété; que leur vie n'a jamais
donné prise aux acusations de leurs ennemis, que tout ce que ces
ennemis leur ont pu reprocher a été leur ignorance, défaut qui
ne s'acorde guére avec la qualité d'imposteurs, on sera contraint
d'avouer qu'ils n'étoient pas capables d'une impiété aussi horrible,
que celle d'apuyer les intérêts de Dieu sur le mensonge & sur la
fourberie. Ajoûtez à cela, que pour peu qu'ils eussent eu de mauvaise
foi, ils n'auroient eu garde de laisser dans leurs Écrits des monumens
éternels de leurs fautes, telles que furent, & leur fuite dans les
dangers de leur Maître, & la triple abnégation de S. Pierre.



[Note marg.: _Preuve, tirée des miracles que ces Auteurs ont faits._]

VIII. Si l'on veut une preuve authentique de leur bonne foi, Dieu
lui-même nous la fournit dans les miracles qu'il a opérez par leur
ministére. Eux & leurs Disciples les ont publiez en présence de tout
un grand Peuple, avec beaucoup de confiance. Ils ont marqué les noms
des Personnes, & toutes les circonstances les plus propres ou à prouver
le Fait, s'il étoit véritable, ou à fournir aux Magistrats des moyens
de les convaincre de mensonge, s'il eût été suposé. Il faut sur tout
faire quelque atention à ce qu'ils ont très-constamment dit & écrit,
qu'en présence de plusieurs milliers de personnes, ils s'étoient
énoncez en quantité de Langues qu'ils n'avoient pas aprises, & qu'à
la vûe du Peuple de Jérusalem ils avoient guéri sur le champ un homme
qui étoit né boiteux. Ils ne pouvoient pas ignorer que les Magistrats
du Peuple Juif les haïssoient à mort, & s'oposoient à tous leurs
desseins; que ceux des Romains ne leur vouloient pas de bien; & que les
uns & les autres les regardant comme auteurs d'une nouvelle Religion,
ne manqueroient pas de profiter de toutes leurs fausses démarches, &
d'embrasser avec joye les moindres ocasions de leur faire des afaires,
& de les acuser. Cependant ils n'ont rien rabatu pour cela de leur
fermeté, & de leur hardiesse à publier leurs miracles. Il faut
donc croire qu'ils avoient raison, & que ces miracles étoient
très-véritables. Ni les Juifs, ni les Payens de ces tems-là n'ont
jamais ose les nier: [5]même Phlégon[a], Afranchi de l'Empereur
Adrien, a fait mention de ceux de S. Pierre dans ses Annales. [6]Dans
les Livres où les premiers Chrétiens rendoient raison de leur Foi aux
Empereurs, au Sénat, & aux Gouverneurs de Provinces, ils parlent de ces
miracles comme de choses qui étoient de notoriété publique, & dont
on ne pouvoir pas douter, ils disent même ouvertement que les Apôtres
avoient conservé jusqu'après leur mort le pouvoir de faire des
miracles, & qu'il s'en faisoit auprès de leurs sépulchres par
l'atouchement de leurs os. Ils pouvoient bien juger cependant que
si cela eût été faux, les Magistrats les en eussent bien-tôt
convaincus, & leur en auroient fait porter la peine, en les couvrant de
honte, & en les faisant mourir. Mais ils parloient à coup sûr: les
miracles faits auprès des sépulchres étoient en si grand nombre,
& atestez par tant de personnes, que Porphyre même fut forcé d'en
convenir.

[Note marg.: _Cyril: cont. Jul. L. X._]

[Note 5: _Même Phlégon_. Nous l'aprenons d'Origéne contre Celsus liv.
II.]

[Note a: Phlégon surnommé Trallien de Tralles Ville d'Asie, où
il étoit né, fleurissoit dans le second siécle, vers le milieu.
L'Empereur Adrien l'aimoit & vouloit l'avoir presque toujours auprès
de lui. C'étoit en effet un fort bel esprit, & un savant à qui une
profonde érudition n'avoit rien ôté de sa politesse: il avoit
composé une Histoire des Olympiades dont il ne nous reste que des
Fragments. C'est dans cet Ouvrage où Phlégon, tout Païen qu'il
étoit, dit que Jésus-Christ a été un vrai Prophète, qu'il a connu
l'avenir, qu'il l'a prédit, & que ses prédictions ont eu leur effet.
Il rend le même témoignage à celles de S. Pierre sur la ruine de
Jérusalem. Enfin Phlégon parle des ténèbres qui couvrirent toute la
Terre à la mort de Jésus-Christ; nous avons encore les propres paroles
de ce Païen. TRAD. DE PAR.]

[Note 6: _Dans les Livres où les premiers Chrétiens_ &c. Origéne, St.
Aug. de la Cité de Dieu, liv. XXII, ch. 8.]

Quoi que ce que nous venons de dire sufise pour établir la vérité des
Livres du Nouveau Testament, nous ne laisserons pas d'y ajoûter quelque
autres argumens; comme par abondance de droit.



[Note marg.: _3 Preuve, prise des prédictions que ses Livres
renferment._]

IX. Il y a dans ces Livres quantité de prédictions ausquelles
l'événement a admirablement répondu, & qui ne pouvoient être l'éfet
d'une prévoyance humaine. Telles sont celles [b] des grands & des
rapides progrès de la Religion Chrétienne; [c] de sa durée non
interrompue; [d] du refus que devoient faire les Juifs de la recevoir;
[e] de l'entrée des Nations étrangéres dans l'Église; [f] de la
haine des Juifs contre ceux qui feroient profession de cette Religion;
[g] des suplices très-cruels que ceux-ci soufriroient pour sa défense;
[h] du siége & de la ruine de Jérusalem & du Temple; & [i] des
malheurs éfroyables qui devoient tomber sur les Juifs.



[Note marg.: _4 Preuve, qu'il n'étoit pas de la bonté de Dieu de
permettre que l'on trompât tant de gens de bien._]

X. Ceux qui reconnoissent que Dieu prend soin des choses qui regardent
les hommes, & particuliérement de celles qui concernent son Culte; &
où sa gloire est intéressée, doivent aussi reconnoître qu'il étoit
impossible qu'il permît que l'on trompât par des Livres suposez &
pleins de mensonges, un nombre infini de personnes, qui n'avoient en vue
que sa gloire & son service.

[Note: b: Matt. XIII. 33. [c]: Luc X. 18. Luc I. 33. Matt. XXVIII. 20.
Jean XIV. 16. [d]: Matt. XXI. 33. &c. XXII. Luc. XV. 11. &c. [e]: Ibid.
Matt. VIII. 2. XII. 21. XXI. 43. [f]: Matt. X. 17. [g]: Matt. X. 21. 39.
XXIII. 34. [h]: Matt. XXIII. 38. XXIV. 16. Luc XIII. 34. XXI. 24. [i]:
Matt. XXI. 33. XXIII. 34. XXIV. 20.]

[Note marg.: _5. Preuve, tirée du consentement de tant de Sectes
opposées._]

Après que le Christianisme fut partagé en une infinité de Sectes, à
peine s'en est-il trouvé qui n'ait reçu tous les Livres du Nouveau
Testament; & s'il y en a eu qui en rejettoient quelques-uns, ils ne
contenoient rien qui ne se trouvât dans ceux qu'elles admettoient.
Preuve assez forte, qu'on a toûjours reconnu dans ces Écrits une
autorité à laquelle on ne pouvoit rien oposer de raisonnable; puisque
ces Sectes qui les ont reçûs, étoient d'ailleurs si animées les unes
contre les autres; qu'il sufisoit qu'une chose plût aux unes, pour
être par cela même rejettée, par les autres.



[Note marg.: _Objection, que quelques Sectes ont rejetté plusieurs de
ces Livres._]

XI. Entre ceux qui faisant profession du Christianisme refusoient
leur créance aux Livres du Nouveau Testament où ils voyoient leurs
sentimens combatus, il y a eu deux espéces de gens directement oposez;
[7]les uns, en haine des Juifs, blasphémoient le Dieu que ceux-ci
reconnoissoient comme le Créateur du Monde, & ils traitoient fort
indignement la Loi de Moyse. Les autres, au contraire, par la crainte
des maux ausquels les Chrétiens étoient exposez, tâchoient de s'y
dérober [8]en se confondant avec les Juifs, [9]qui avoient alors une
entiére liberté de conscience. Mais il faut savoir [10]que ni les uns
ni les autres n'étoient reconnus pour vrais Chrétiens par aucune
des autres Sociétez du Christianisme; [11]& cela, dans le tems que
l'Église suportoit avec beaucoup de patience, selon l'ordre établi par
les Apôtres, tous ceux dont les erreurs ne choquoient pas les fondemens
de la Religion. A l'égard de la premiére sorte d'Errans, nous croyons
les avoir sufisamment refutez, lors que nous avons prouvé dans le
premier Livre, qu'il n'y a qu'un seul Dieu dont l'Univers est l'ouvrage.
Mais sans cela, il paroît évidemment par les autres Livres du Nouveau
Testament, lesquels ils n'osoient rejetter de peur de ne pas passer pour
Chrétiens, entr'autres par l'Evangile de S. Luc, que Jésus-Christ a
annoncé aux hommes le même Dieu que Moyse & les Hébreux ont adoré.
Pour ce qui est de ceux qui se tenoient à l'abri du Judaïsme pour se
garantir des persécutions, & qui se disoient Juifs sans l'être, nous
aurons ocasion de les combatre, lors que nous disputerons contre ceux
qui se disent Juifs & qui le sont en éfet. Nous remarquerons cependant
que c'étoit avoir beaucoup de hardiesse & d'impudence, que
d'afoiblir l'autorité de S. Paul, sur ce qu'il prêchoit aux Juifs
l'afranchissement du joug des Cérémonies. Car I. il est celui de tous
les Apôtres qui a fondé le plus d'Églises, & qui a le plus contribué
à l'avancement du Christianisme par ce nombre infini de miracles qu'il
a faits dans un tems auquel il étoit aisé d'examiner s'ils étoient
vrais ou faux. S'il a fait des miracles, pourquoi ne croirions-nous
pas ce qu'il nous dit des admirables Visions qu'il a eues, & de son
installation dans l'Apostolat par Jésus-Christ? S'il a été si
chéri & si favorisé par Nôtre Seigneur, il est impossible qu'il ait
enseigné des choses désagréables à son divin Maître, c'est-à-dire,
des faussetez.

[Note marg.: Act. XVI. 3. XX. 6. XXI. &c.]

II. S'il a travaillé à l'abolition des Rites Mosaïques, il faut bien
qu'il y ait été forcé par la Vérité; puis qu'il étoit circoncis;
qu'il observoit volontairement plusieurs cérémonies de la Loi; que
pour la gloire de la Religion Chrétienne il faisoit beaucoup de choses
plus dificiles que la Loi ne lui en commandoit, & en enduroit de plus
fâcheuses qu'elle ne lui en eût atiré; & qu'il portoit toit ses
Disciples à faire & à soufrir les mêmes choses. Ce qui fait voir que
s'il leur prêchoit la liberté, ce n'étoit pas pour s'acommoder à
leur goût, & pour ménager le crédit qu'il avoit parmi eux, en leur
traçant des routes commodes. Bien loin de cela, ce qu'il leur imposoit,
étoit bien plus pénible que ce dont il les afranchissoit. Les Juifs
destinoient le Sabbat au service de Dieu: S. Paul veut que ses Disciples
y consacrent tous les jours. La Loi obligeoit à quelques dépenses:
S. Paul leur ordonne de perdre en tems & lieu tous leurs biens. La Loi
exigeoit des Sacrifices de bêtes: S. Paul veut qu'ils se sacrifient
eux-mêmes. Enfin cet Apôtre dit hautement que S. Pierre, S. Jean, &
S. Jaques lui avoient donné la main d'association; ce qu'il n'eût pas
osé dire, si cela eût été faux, puis que le disant du vivant de
ces trois Apôtres, il devoit craindre qu'ils ne relevassent un pareil
mensonge.

[Note 7: _Les uns, en haine des Juifs._ C'étoient les Marcionites.
Voyez St. Irénée liv. I. ch. 9. Tertull. S. Épiphane.]

[Note 8: _En se confondant avec les Juifs._ C'étoient les Ébionites.
Voyez St. Irénée & St. Épiphane.]

[Note 9: _Qui avoient alors une entiére liberté._ Cela paroît par les
Actes des Apôtres, par Philon, par Joséphe, & par Tertullien.]

[Note 10: _Que ni les uns ni les autres n'étoient reconnus_ &c.
Tertull. contre Marcion liv. I. _Vous ne trouverez aucune des Eglises
qui peuvent passer pour Apostoliques, qui n'ait à l'égard du Créateur
des sentimens véritablement Chrétiens_.]

[Note 11: _Et cela dans un tems_ &c. St. Irénée, S. Jérôme, St.
Cyprien. _Ne jugeons_, dit ce dernier, _ni ne condamnons personne pour
des diversitez de sentimens_.]

Je conclus, que puis qu'à l'exception de ces deux sortes de personnes,
de l'erreur de qui j'ai parlé, & qui à peine pouvoient passer pour
Chrétiens, toutes les autres Sociétez s'acordoient manifestement à
recevoir les Livres du Nouveau Testament; que d'ailleurs ceux qui les
ont écrits ont eu le pouvoir de faire des miracles; qu'ils ont prédit
beaucoup de choses qui ont été confirmées par l'événement; qu'enfin
la Providence très-particuliére qui veille sur les afaires des hommes,
n'eût pas soufert qu'ils eussent trompé le monde par des Écrits
fabuleux: il est de la dernière évidence, du moins pour des Personnes
équitables, que ces Livres jouïssent à juste tître de l'autorité
où ils sont parmi les Chrétiens. Car, encore une fois, il y a peu
d'Histoires qu'on ne croye véritables, toutes destituées qu'elles sont
de ces preuves, & simplement sur ce qu'on ne peut aporter de raison
solide pour en ébranler la certitude. Or je pose en fait qu'on ne
peut en proposer aucune, qui puisse balancer les solides preuves de la
vérité des Livres du Nouveau Testament. C'est ce que nous alons voir
dans le détail.

Ce que l'on peut dire contre la vérité de ces Livres, se réduit à
ces cinq objections. I. Qu'ils contiennent des choses impossibles. Il.
Contraires à la Raison. III. Contraires entr'elles. IV. Contraires au
témoignage des Auteurs profanes. V. Qu'enfin il est arrivé à ces
Livres des changemens qui nous les ont laissez tout autres qu'ils
n'étoient, lors qu'ils sont sortis des mains de leurs Auteurs.
Examinons ces objections par ordre.



[Note marg.: _1. Obj. que les Livres du N. T. contiennent des choses
impossibles._]

XII. I. Nous avons déjà répondu à la premiére dans le second Livre,
lors que nous avons fait voir qu'il ne s'ensuit pas de ce qu'une chose
est impossible à l'homme, qu'elle le soit par raport à Dieu; que Dieu
peut faire celles qui n'impliquent pas contradiction; & que de ce nombre
sont les actions miraculeuses, & en particulier la résurrection des
morts.



[Note marg.: _2. De choses contraires à la Raison._]

XIII. 2. On n'est pas mieux fondé à dire que dans ces Livres il y a de
certains Dogmes qui ne s'acordent pas avec la droite Raison. 1. Cela se
réfute, parce qu'une infinité de personnes savantes & éclairées, qui
ont vécu depuis le commencement du Christianisme jusques à ce siécle,
ont reconnu l'autorité de ces Livres nonobstant [Note marg.: _Cette
Reponse donne une idée trop vague du Christianisme & ne touchant pas à
nos mystéres laisse à cet égard l'Object dans son entier. Voyez M._
Abbadie _Tr. de la Ver. &c. IX. Tableau de la R. Chr. P. 446. du 2 Tome
seconde édit._ REM DU TRAD.] ces prétendues absurditez. II. On y
trouve très-clairement enseignées toutes les choses, que nous avons
fait voir dans le premier Livre être conformes à la Raison saine &
dégagée de préjugez; savoir qu'il y a un Dieu; qu'il n'y en a
qu'un; qu'il est très-parfait, tout-puissant, vivant aux siécles
des siécles, infiniment sage & bon, auteur de tout ce qui existe
réellement; que sa Providence s'étend sur toutes choses, mais
particuliérement sur les hommes; qu'il peut récompenser après
cette vie ceux qui lui obéïssent; qu'il faut mettre un frein à la
cupidité; que tous les hommes sont d'un même sang, & par conséquent
obligez à s'aimer reciproquement. Si quelqu'un par les seules lumiéres
de la Raison prétend aller plus loin, & donner pour certaines ses
spéculations sur l'essence de Dieu, & sur sa volonté, il s'engage par
là dans une route périlleuse, & s'expose à mille égaremens; comme il
paroît par la diversité presqu'infinie de sentimens que l'on remarque
tant entre une Secte & l'autre, qu'entre ceux qui sont d'une même
Secte. Et cela n'est pas étonnant. Car si lorsque les Savans
entreprennent de discourir sur l'essence de l'ame, ils s'écartent
infiniment les uns des autres, combien moins peuvent-ils s'acorder,
lorsqu'ils veulent discourir à fonds de l'essence de cette
Intelligence suprême, auprès de laquelle nôtre ame n'est qu'un point
imperceptible? Si ceux qui connoissent le mieux les Maximes de la
Politique, disent qu'il est dangereux de fonder les secrets desseins des
Rois, & presque impossible d'y bien réüssir; y a-t-il quelqu'un qui
puisse s'assûrer assez sur sa pénétration pour oser le flater de
découvrir par ses conjectures, quels sont les desseins de Dieu dans des
choses qui sont purement libres? C'est ce qui faisoit dire à Platon,
avec beaucoup de justice, [12]que l'homme ne pouvoit connoître les
desseins de Dieu que par le moyen des Oracles. Or il est sûr que
l'Antiquité n'en a point eu de mieux avérez que ceux des Livres du
Nouveau Testament. Et bien loin qu'on prouve que Dieu par quelques
autres Oracles a révélé touchant son essence, des choses qui
répugnent à ce qu'il nous en a apris dans ces Livres, on ne l'a même
jamais prétendu. À l'égard de la manifestation de ses volontez, on
n'en peut alléguer aucune qui soit postérieure à celle qu'il nous a
faite, & qui ait quelque vraisemblance. Si avant les tems du Messie,
Dieu a donné de certaines régles, ou a toléré de certaines choses
qu'il n'a ni prescrites ni permises dans la Révélation nouvelle, cela
ne fait aucun tort à cette Révélation; puis que c'étoient des
choses indiférentes; ou du moins qui n'étoient ni nécessaires par
elles-mêmes, ni contraires à la Vertu; & qu'en pareil cas, [13]les
derniéres Loix annullent les premiéres.

[Note 12: _Que l'homme ne pouvoit connoître_ &c. S. Ambroise dit fort
bien sur ce sujet, _à qui ajoûterai-je foi sur ce qui regarde Dieu,
qu'à Dieu même?_]

[Note 13: _Les derniéres Loix annullent les premiéres_. Tertull.
Plutarque, & les Jurisconsultes.]



[Note marg.: _3. Obj. Qu'il y a dans ces Livres des choses
contradictoires._]

XIV. 3. Venons à la troisiéme objection tirée des contradictions
que l'on croit apercevoir dans les Écrits du Nouveau Testament. Cette
objection, bien loin de faire quelque tort à leur autorité, presente
à tout esprit équitable un nouvel argument pour la divinité de ces
Livres, puis qu'elle donne lieu de remarquer que dans les choses ou
dogmatiques ou historiques, qui sont de quelque importance, il y a entre
les Auteurs sacrez un acord si visible & si parfait, qu'il ne se trouve
rien d'aprochant entre les Écrivains de quelqu'autre Secte que ce soit.
Si on jette les yeux sur les Docteurs Juifs, sur les Philosophes Grecs,
sur ceux qui ont écrit de la Médecine, & sur les Jurisconsultes
Romains, on verra que non seulement ceux qui suivent une même Secte,
Platon par exemple & Xénophon, sont très-souvent oposez; mais aussi
que le même Auteur, comme s'il s'oublioit soi-même, ou comme s'il
ne savoit pas bien à quoi se déterminer, avance souvent des choses
contraires. Mais ceux dont il s'agit, parlent de ce que nous devons
croire & pratiquer, & sont l'histoire de la vie, de la mort, & de la
résurrection de Jésus Christ avec une uniformité si parfaite, que le
précis de leurs enseignemens est par tout absolument le même. Pour
ce qui regarde quelques circonstances de fort peu de poids, & qui ne
regardent pas le fonds des choses; s'il y a quelque contrariété, il
est très-possible qu'il y ait une maniére commode & sure de la lever;
mais que nous l'ignorons, ou parce que certaines choses semblables sont
arrivées en des tems diférens, ou parce qu'un même nom signifie
plusieurs choses; ou parce qu'un même homme, ou un même lieu sont
quelquefois marquez par plusieurs noms, ou enfin pour quelque autre
raison.[A] Je dirai même qu'à le bien prendre; ces diversitez sont
à quelque égard avantageuses à nos Auteurs, & qu'elles sont
très-propres à dissiper le soupçon qu'il y eût de la collusion
entr'eux, & qu'ils eussent conspiré à nous en faire acroire;[14] puis
que ceux qui forment de pareils desseins, ont coutume de concerter si
bien leurs récits, qu'ils n'y laissent pas même les moindres aparences
de diversité. Que si quelques légères contradictions qu'on ne peut
pas bien concilier, étoient capables de renverser tout un Livre qui
d'ailleurs a de beaux caractéres de vérité, ce seroit fait de tous
les Livres, & sur tout de toutes les Histoires. Mais on sait trop bien
raisonner pour aller dans de tels excès: on a assez d'équité pour
faire grace là-dessus à Polybe, à Denys d'Halicarnasse, à Tite Live,
à Plutarque, & à d'autres, & pour n'en pas tirer des argumens contre
leurs Ouvrages entiers. N'est-il donc pas sans comparaison plus juste,
que puis que nos Auteurs font voir par tout un si grand atachement à
la piété & à la Vérité, on les traite avec cette raisonnable
condescendance, & qu'on passe par dessus ces petits embarras, en faveur
des choses sures & indubitables dont leurs Livres sont remplis?

[Note A: _Et nous ne devons pas douter que nous ne démêlassions bien
ces embarras, si nous avions autant de connoissance de ces tems là, que
les premiers à qui ces Écrits furent mis entre les mains._ ADD. DU
TRAD.]

[Note 14: _Puis que ceux qui forment de pareils desseins_ &c. C'étoit
la pensée de l'Empereur Adrien, lors qu'il disoit _qu'il faloit
examiner si les témoins tenoient précisément les mêmes discours_.]



[Note marg.: _4. Objection: Qu'il y a des choses combatuës par les
Auteurs étrangers._]

XV. 4. On dit en quatrième lieu qu'il y a dans le Nouveau Testament des
choses démenties par les Auteurs étrangers. Mais je soutiens hautement
que cela n'est pas, si ce n'est peut-être que l'on entendît par
ces Auteurs; ceux qui sont venus long tems après la naissance du
Christianisme, & qui en étant les ennemis déclarez, sont dès là
même absolument récusables. Pour ce qui est des Auteurs contemporains,
ou de ceux qui ont écrit peu de tems après, bien loin qu'ils
contredisent nos Livres, on pourroit, si cela étoit nécessaire,
produire de leurs Écrits plusieurs témoignages qui confirment les
principaux Points de l'Histoire sacrée. Nous avons déjà vû dès
l'entrée du second Livre, que les Écrivains du Judaïsme & du
Paganisme font mention de la crucifixion de Jésus-Christ, de ses
miracles, & de ceux de ses Disciples. Dans les Livres que Joséphe a
écrits environ quarante ans depuis l'ascension de Jésus Christ, il a
parlé fort amplement d'Hérode, de Pilate, de Festus, de Félix, & de
la ruïne de Jérusalem. Les Auteurs du Talmud s'acordent sur tout cela
avec lui & avec nous. Tacite nous aprend la cruauté que Néron exerça
contre les Chrétiens. On avoit autrefois tant dans les Écrits de
quelques Particuliers, [15]comme de Phlégon, [16]que dans les Registre
publics, des confirmations de ce que nous lisons dans l'Évangile,
[17]de l'Étoile qui parut après la naissance de Jésus-Christ, du
tremblement de terre que l'on sentit dans le tems de son crucifiement,
& de l'éclipse de Soleil qui arriva dans le même tems contre le cours
ordinaire de la Nature, puis qu'alors la Lune étoit en son plein. Et
les Chrétiens, comme nous l'avons déjà remarqué, ne manquoient
pas d'en apeller à ces Écrits, tant d'Auteurs particuliers, que de
personnes publiques.

[Note 15: _Comme Phlégon_ &c. Chroniques, liv. XIII. «La quatrième
année de la CCII. Olympiade, il y eut une Éclipse de Soleil plus
remarquable qu'aucune de celles qui fussent encore arrivées. À midi le
jour s'obscurcit tellement, que l'on vit les Etoiles. Et un tremblement
de terre renversa beaucoup de maisons à Nicée ville de Bithynie.» Ces
paroles se trouvent dans la Chronique d'Eusébe & de St. Jérôme, &
dans Origéne.]

[Note 16: _Que dans les Registre publics._ Tertull. Apolog. ch. CXXI.
_Vous avez, ce mémorable accident dans vos Archives._]

[Note 17: _De l'Étoile qui parut_ &c. Chalcidius, Philosophe
Platonicien, dans son Commentaire sur le Timée de Platon. «Une autre
Histoire plus digne de respect raporte qu'une nouvelle Étoile avoit
paru, non pour présager des maladies ou la mort de plusieurs personnes,
mais pour annoncer la descente d'un Dieu souverainement vénérable, qui
devoit venir pour le salut des hommes; que cette Etoile ayant été vûe
par des Chaldéens, hommes sages, & bons Astronomes, ils cherchérent le
Dieu naissant, & que l'ayant trouvé dans la personne d'un enfant plein
de majesté, ils lui rendirent leurs hommages, & lui firent des voeux
très-dignes de sa Grandeur».]



[Note marg.: _5. Objection Que ces Livres ont été corrompus_.]

XVI. 5. On objecte en cinquième lieu, que nos Livres sacrez ne sont pas
tels qu'ils étoient dans le commencement. Il faut avouer qu'ils peuvent
avoir eu, & qu'ils ont eu en éfet, le même sort que les autres Livres.
C'est-à-dire que la négligence des Copistes, ou même leur fausse
exactitude y a pu introduire quelques changemens, quelques omissions,
& quelques additions de lettres, de syllabes & de mots. Mais il feroit
injuste que cette diversité de copies, qui étoit inévitable dans un
si grand nombre de siécles, fît douter de l'autorité de ces Livres.
Ce que l'on fait ordinairement en pareil cas, & avec beaucoup de raison,
c'est de choisir entre toutes les copies, celles qui sont les plus
anciennes, & dont il y a le plus. Mais on ne prouvera jamais qu'elles
ayent toutes été corrompues, ou par la malice des hommes, ou de
quelque autre maniére que ce puisse être, & cela, dans les Dogmes, ou
dans les Points considérables de l'Histoire. Cela ne se peut justifier,
ni par aucun Acte authentique, ni par le témoignage d'aucun Auteur
contemporain. Et si, long tems après, cela fut reproché aux Chrétiens
par leurs ennemis mortels, cela doit passer pour une injure que la
passion leur suggéroit, plutôt que pour un témoignage valable.

Cette réponse pourroit sufire, puis que c'est à ceux qui font de ces
sortes d'objections, sur tout lors qu'il s'agit de Livres qui ont pour
eux l'avantage d'une longue durée, & d'une autorité reconnue par tout,
c'est, dis-je, à ceux qui les ataquent par cet endroit là, à prouver
ce qu'ils avancent. Cependant afin de mieux faire sentir le peu de
fondement de cette dificulté, nous allons prouver que ce qu'ils nous
objectent, n'est ni véritable ni possible.

I. Nous avons déjà fait voir que ces Livres ont été composez par
ceux dont ils portent le nom; donc ils ne sont pas suposez. Mais, au
moins, n'est-il pas arrivé quelque changement à une partie de ces
Livres? Non: car puis que les auteurs d'un tel changement auroient dû
se proposer en cela quelque but, on devroit remarquer, une diférence
assez grande entre les Livres qu'ils auroient ou ajoûtez ou substituez
à d'autres, & ceux ausquels ils n'auroient pas touché. Or c'est ce qui
ne se voit en aucun de ces Écrits, qui au contraire ont entr'eux un
raport admirable. II. Il ne faut pas douter que dès qu'un Apôtre ou
un homme Apostolique publioit quelque Livre, la piété, & le désir de
conserver les Véritez salutaires, & de les faire passer entre les mains
de la Postérité, n'ayent porté les Chrétiens à en multiplier les
copies avec toute la diligence possible, & que ces copies ne se soient
ensuite répandues dans l'Europe, dans l'Asie, & dans l'Égypte; car
dans toutes ces parties il y avoit des Chrétiens, & la Langue Gréque y
étoit connue. On a même conservé quelques Originaux jusques à la fin
du second siécle, comme nous l'avons déjà remarqué. Or il étoit
impossible que des Livres dont on a tiré tant de copies, & qui ont
été conservez par la vigilance des Particuliers & des Églises,
courussent même le risque d'être falsifiez. III. Dans les siécles
immédiatement suivans, ces Livres furent traduits en Syriaque, en
Éthiopien, en Arabe, & en Latin. Ces Versions subsistent encore
aujourd'hui & ne diférent de l'Original Grec en rien qui soit de
quelque importance. IV. Nous avons les Écrits de ceux qui ont été
instruits ou par les Apôtres ou par leurs Disciples, & dans ces Écrits
on lit quantité de passages citez au même sens où ils sont dans les
Livres du Nouveau Testament. V. Ceux qui avoient le plus d'autorité
dans l'Eglise des premiers siécles, n'en auroient jamais eu assez pour
faire recevoir quelques changements dans l'Écriture; comme il paroît
par la liberté que S. Irénée, S. Cyprien, & Tertullien ont prise de
s'oposer quelquefois à ceux qui tenoient le premier rang. VI. Depuis
ces premiers tems il s'est trouvé plusieurs personnes fort savantes &
d'un esprit fort juste, qui, en suite d'un examen très-particulier, ont
reconnu que ces Livres étoient demeurez dans leur premiére pureté.
VII. On peut encore apliquer ici ce que nous disions tantôt, que de la
maniére dont les diverses Sectes du Christianisme s'en sont servies,
il paroît qu'elles les avoient tout tels qu'ils sont aujourd'hui.
J'excepte, encore une fois, celles qui ne regardoient pas le Dieu des
Juifs comme Créateur du Monde, ou qui ne reconnoissoient pas que
Jésus-Christ eût donné une Loi qui dût abolir une partie de celles
de Moyse. VIII. Ajoûtons à tout cela, que si quelques-unes eussent eu
la témérité de changer quelque chose dans le Nouveau Testament,
on n'eût pas manqué de se récrier contr'eux, comme contre des
faussaires. IX. Toutes les Sectes tiroient de ces Écrits des arguments
en leur faveur contre celles qui leur étoient oposées: ce qui fait
voir qu'aucune n'a jamais osé entreprendre de les changer pour les
ajuster avec ses sentimens. X. Enfin, nous pouvons dire ici des
principaux endroits de nos Livres, ce que nous avons dit des Livres
entiers: c'est qu'il n'étoit nullement convenable à la Providence
divine de permettre que tant de milliers d'hommes, qui ne se proposoient
que d'avancer dans la piété, & de faire leur salut, fussent engagez
dans une erreur dont il ne leur eût pas été possible de se défendre.

Nous n'en dirons pas davantage pour la défense des Livres du Nouveau
Testament. Nous croyons les avoir assez munis contre la Chicane, & avoir
ainsi démontré que ce sont là les véritables sources d'où l'on
doit puiser la Religion Chrétienne. Mais parce que ces sources, toutes
sufisantes qu'elles peuvent être, ne sont pas les seules que nous
ayons, & qu'il a plu à Dieu de nous mettre entre les mains les Livres
qui servent de fondement à la Religion Judaïque, qui fut autrefois
véritable, & qui fait aujourd'hui l'une des grandes preuves du
Christianisme, il est à propos que nous fassions voir la certitude de
ces Livres.



[Note marg.: _Preuves de l'autorité des Livres du V. T._]

XVII. Qu'ils ayent été écrits par les Auteurs dont ils portent le
nom, c'est ce qui se prouve par les mêmes raisons, sur lesquelles
nous avons établi la même chose à l'égard des Livres du Nouveau
Testament. Or ces Auteurs ont été ou des Prophétes, ou des personnes
très-dignes de foi; tel que fut par exemple Esdras, qui comme l'on
croit, ramassa les Livres du vieux Testament en un seul Volume, dans le
tems que les Prophétes Aggée, Malachie, & Zacharie vivoient encore. Je
ne répéterai pas ce que j'ai dit dans le premier Livre à l'avantage
de Moyse; je dirai seulement que l'Histoire sacrée des tems suivans se
confirme, aussi bien que celle de Moyse, par des témoignages tirez des
Auteurs Payens. [18]Les Annales des Phéniciens faisoient mention de
David & de Salomon & de leurs Alliances avec les Tyriens. [19]Bérose a
parlé de Nabuchodonosor, [20] & des autres Rois des Chaldéens, dont
les noms se trouvent dans l'Écriture. Le Roi d'Égypte [21]Vaphrès,
est l'Apriès d'Hérodote [22]Cyrus & ses Successeurs [23]jusqu'à
Darius Codomanus, remplissent les Livres des Auteurs Grecs. Joséphe
dans ce qu'il a écrit contre Appion, en cite un grand nombre sur
plusieurs Points de l'Histoire des Juifs, & nous avons entendu sur le
même sujet les témoignages de Strabon & de Trogus. Les Chrétiens
n'ont pas le moindre sujet de douter de la divinité des Livres du Vieux
Testament, puis qu'à peine y en a-t-il un dont il n'y ait quelque
passage dans ceux du Nouveau. Et comme Jésus-Christ, Christ, qui a
censuré en mille choses les Docteurs de la Loi & les Pharisiens de son
tems, ne les a jamais acusé d'avoir falsifié les Livres de Moyse & des
Prophétes, ou de n'avoir que des Livres suposez ou corrompus; il est
visible que ceux qui se lisoient de son tems étoient les mêmes que
ceux que Moyse & les Prophétes avoient composez. Mais peut-être
ont-ils été corrompus depuis Jésus-Christ dans des endroits
importans. C'est ce qu'on ne sauroit prouver, & c'est même ce qui
paroît tout à fait incroyable. Les Juifs, dépositaires de ces Livres,
étoient répandus presque par toute la Terre. On sait que dès le
commencement des malheurs de ce Peuple, dix de ses Tribus furent
transportées dans la Médie par les Assyriens: Que quelque temps après
les deux autres furent amenées captives en Babylone: Que de ces deux
il y eut quantité de personnes qui ne voulurent pas profiter de la
liberté que Cyrus donna aux juifs de retourner dans leur païs, &
qui aimérent mieux s'arrêter dans ces terres étrangéres: Que les
Macédoniens atirérent un grand nombre de juifs[24] à Alexandrie par
les grands avantages, qu'ils leur y firent trouver: Que la cruauté
d'Antiochus, les troubles domestiques causez par les Asmonéens, les
Guerres de Pompée & de Sossius, en obligérent plusieurs à
chercher ailleurs des habitations plus tranquilles: Que cette Nation
remplissoit[25] la Province de Cyréne, les villes de l'Asie, de la
Macédoine, de la Lycaonie, les Iles de Cypre, de Créte, & d'autres:
Qu'enfin la Ville de Rome en étoit pleine, comme il paroît par ce
qu'en ont dit Horace, Juvénal, & Martial. Or peut-on concevoir que les
Juifs étant divisez en tant de corps si éloignez les uns des autres,
eussent pu se laisser surprendre par des supositions de Livres & par des
changemens de quelque importance, ou conspirer unanimement à falsifier
l'Écriture?

[Note 18: _Les Annales des Phéniciens_ &c. Voyez Joséphe Antiq. Jud.
liv. VIII. ch. 2. où il en cite quelques passages. Il ajoûte que
si quelqu'un veut avoir copie des Lettres que Salomon & Irom se sont
écrites, il n'a qu'à s'adresser aux Gardiens des Archives de Tyr. Il
cite aussi liv. VII. ch. 9. ce passage tiré de Nicolas de Damas, liv.
XV. «Long tems après, le plus puissant de tous les Princes de ce
païs, nommé Adad, régnoit en Damas, & dans toute la Syrie, excepté
la Phénicie. Il entra en guerre avec David, Roi des Juifs, & après
divers combats, fut vaincu par lui dans une grande Bataille qui se
donna auprès de l'Euphrate, où il fit des actions dignes d'un
grand Capitaine, & d'un grand Roi. Après la mort de ce Prince, ses
Descendans, qui portoient tous son nom, de même que les Ptolomées
en Égypte, régnérent jusqu'à la dixième génération, & ne
succédérent pas moins à sa gloire qu'à sa Couronne. Le troisiéme
d'entr'eux qui fut le plus illustre de tous, voulant vanger la perte
qu'avoit fait son Ayeul, ataqua les Juifs sous le Régne du Roi Achab; &
ravagea tout le païs des environs de Samarie.» La premiére partie de
cette histoire se lit II. Samuel, VIII. 5. Le seconde I. Rois. XX. C'est
cet Adad que Justin, après Trogue-Pompée, apelle _Adofis_. Joséphe
liv. VIII. ch. II. cite ce passage de l'hist. Phénicienne de Dius. «Le
Roi Abibal étant mort, Irom son fils lui succéda, [j] acrut les villes
de son Royaume qui étoient du côté de l'Orient, de beaucoup celle
de Tyr, & par le moyen des grandes chaussées qu'il fit, y joignit le
Temple de Jupiter Olympien, & l'enrichit de plusieurs ouvrages d'or.
Il fit couper sur le mont Liban, des forêts pour l'édification des
Temples, & l'on tient que Salomon Roi de Jérusalem lui envoya quelques
énigmes, & lui manda que s'il ne les pouvoit expliquer, il lui payeroit
une certaine somme; & qu'Irom confessant qu'il ne les entendoit pas, la
lui paya. [k]Mais qu'Irom lui ayant depuis envoyé proposer d'autres
énigmes par un nommé Abdémon, qu'il ne peut non plus expliquer,
Salomon lui paya à son tour aussi de grandes sommes.» Dans le même
chapitre l'Historien Juif produit ce passage de Ménandre Éphésien,
qui, dit-il, a écrit les actions de plusieurs Rois tant Grecs que
Barbares «Il succéda au Roi Abibal son pére & régna 34 ans. Il
joignit à la ville de Tyr par une grande chaussée l'île d'Eurychore,
& y consacra une[l] colomne d'or à l'honneur de Jupiter. Il fit couper
sur le mont Liban quantité de bois de cédre pour couvrir des Temples,
ruina les anciens & en bâtit de nouveaux à Hercule, & à la Déesse
Astarte, dont il dédia le premier dans le mois de Péritheus, &
l'autre, lors qu'il marchoit avec son Armée contre les Tyriens, pour
les obliger, comme il fit, à s'aquiter du tribut qu'ils lui devoient &
qu'ils refusoient de lui payer. Un de ses Sujets, nommé Abdémon,
quoi qu'il fût encore jeune, expliquoit les énigmes que Salomon lui
envoyoit. [m]Or pour connoître combien il s'est passé de tems depuis
ce Roi jusqu'à la construction de Carthage, on compte de cette sorte.
Le successeur d'Irom fût:

1 Baleazar son fils qui régna 7 ans.

2 Abdastarte frére de Baleazar, 9 ans: les quatre fréres de sa
nourrice, le tuérent en trahison.

3 L'ainé de ces 4 régna 12 ans.

4 Astartus frére de Déléastartus 12 ans.

5 Azerim frére d'Astartus: 9 ans. Il fut tué par son frére.

6 Péles qui régna 8 mois: il fut tué par..

7 Ithobalus Sacrificateur de la Déesse Astarte, lequel régna 32 ans.

8 Badezor frére d'Ithobalus 6 ans.

9 Margénus frére de Badezor 9 ans.

10 Pygmalion 47 ans: ce fut en la 7° année de son Régne que Didon sa
soeur s'enfuit en Afrique, où elle bâtit Carthage dans la Libye. En
suputant ces années, on voit que depuis le commencement d'Irom jusqu'à
construction de cette fameuse Ville, il y a eu; 137 ans. Alexandre
Polyhistor, Ménandre de Pergame, & Lætus dans son Histoire de
Phénicie, ont aussi parlé d'Irom, & de Salomon son contemporain.

Joféphe Antiq. Jud; liv. IX. ch. 2. parlant d'Asaël, qui succéda à
Adad I. Rois XIX. 15. dit que les Syriens le mettoient encore de son
tems au nombre de leurs Divinitez, Liv. IX. ch. 14. il raporte ce
passage de Ménandre d'Éphése, où il est parlé de la guerre que
les Tyriens ont eue contre le même Salmanasar qui vainquit Samarie,
& emmena les 10. Tribus captives, a II. Rois. XVII. 3, & XVIII. 9.
«Eluleus régna 36 ans. Et les Cittiens s'étant révoltés, il alla
contr'eux avec une flotte, & les réduisit sous son obéissance. Le Roi
d'Assyrie envoya aussi une armée contr'eux, se rendit maître de toute
la Phénicie, & ayant fait la paix s'en retourna en son païs. Et
voilà, _ajoûte Joséphe_, ce que l'on trouve dans les Annales des
Phéniciens touchant Salmanasar, Roi d'Assyrie.

Liv. X. ch. 1. _Il nous aprend que Bérose a fait mention de
Sennachérib dans l'Hist des Chaldéens: qu'il a dit de lui qu'il étoit
Roi des Assyriens, & qu'il avoit fait la guerre dans toute l'Asie & dans
l'Égypte._ Hérodote liv. II. en a aussi parlé.

Liv C. ch. 3. Il dit que Bérose a aussi parlé de Balad, ou Baladan,
Roi des Babyloniens, dont il est fait mention II. Rois XX. 12. Es.
XXXIX.

Hérodote liv. II. _Nécos en étant venu aux mains avec les Syriens
dans la campagne de Magdolon, remporta la victoire_. Par les Syriens il
entend les Juifs, qu'il n'appelle jamais autrement. Or c'est cette même
bataille de II. Chron. XXXV. 22.]

[Note j: Mr. Arnaud n'a pas le sens du Grec. Le voici: il fortifia la
Ville (de Tyr.) du côté de l'Orient.]

[Note k: Mr. Arnaud s'est encore ici écarté de l'Original: Car c'est
ainsi qu'il porte, «Mais qu'un Tyrien nommé Abdémon ayant expliqué
celles que Salomon avoit proposées en proposa aussi quelques-unes, dont
Salomon n'ayant pu deviner le sens, paya à son tour de grandes sommes
à Irom.]

[Note l: L'édition que j'ai de la Traduction de Mr. Arnaud a
_couronne_, pour _colomne_. Mais aparemment que c'est une faute
d'impression.]

[Note m: Dans cet endroit il y a une grosse faute dans la Version que je
suis. Mais je crois qu'elle n'est pas de cet Illustre Traducteur. Voici
comme mon exemplaire porte. «Or pour connoître combien il s'est passé
de tems depuis la construction de Carthage» &c. Ce qui ne signifie rien
du tout.]

[Note 19: _Bérose a parlé de Nabuchodonozor_. Joséphe Antiq. Jud.
XX. & Rép. à Appion, liv. I. Eusébe Chron. & Prépar. I. Ce Bérose
étoit Prêtre de Belus, un peu après le tems d'Alexandre le Grand.
Pline raporte liv. VII. ch. 37. que les Athéniens, en mémoire de ses
divines prédictions lui érigèrent dans une École publique, une
Statue dont la langue étoit dorée. Athénée liv. XV. apelle, le
Livre Auteur, _Babylonica_, ou Histoire de Babylone; Tatien & Clément,
_Chaldaïca_, ou Histoire des Chaldéens. Tatien remarque que le Roi
Juba avouoit qu'il avoit pris de Bérose, de quoi composer son Histoire
d'Assyrie. Je joindrai ici trois passages d'Abydéne qui a aussi fait
une Histoire d'Assyrie. C'est Eusébe qui nous les a conservez.

Eusébe, Chron. & Prépar. liv. IX. ch. 40. 41. «Nabopolassar, pére de
Nabuchodonozor, ayant apris que le Gouverneur qu'il avoit établi dans
l'Égypte, la Célésyrie & la Phénicie, s'étoit révolté, & se
voyant trop âgé pour agir en personne contre lui, en donna la
commission à son fils qui étoit encore dans la fleur de son âge, &
qui s'en aquita si bien qu'il vainquit le rebelle, le prit, & remit ces
païs dans l'obéïssance. Dans ce même tems Nabopolassar étant tombé
malade à Babylone, mourut après 29 ans de Régne. Nabuchodonozor n'eut
pas plutôt su la maladie de son Pére, qu'il donna ordre aux affaires
d'Égypte & des Peuples voisins, donna charge à une personne en qui il
avoit de la confiance, de ramener à Babylone l'Armée & les prisonniers
de guerre, Juifs, Phéniciens, Syriens & Égyptiens; & y revint avec
fort peu de ses gens par le chemin le plus court, qui est celui du
désert. Il trouva les afaires en bon état entre les mains des
Chaldéens, le plus considérable d'entr'eux en ayant pris le maniement
en atendant son retour. Ainsi il succéda à son Pére dans toute
l'étendue de ses États. Il dispersa les prisonniers en diférens
endroits de son Empire, leur assignant de bonnes terres à cultiver. Il
employa le butin qu'il avoit remporté de son Expédition, à orner le
Temple de Bélus & des autres Dieux. Il agrandit l'ancienne Babylone en
y joignant une seconde Ville. Il pourvut à ce qu'en cas de siége les
Ennemis ne pussent plus détourner le cours du fleuve pour faciliter
les aproches. Il environna la Ville intérieure & la Ville extérieure,
chacune d'une triple enceinte de murailles, qu'il fit en partie de
brique & de bitume, en partie de brique seulement. Après l'avoir si
bien fortifiée, il y fit des portes fort superbes. Ensuite ne se
contentant pas du Palais de son pére, il en fit bâtir un infiniment
plus somptueux, tant pour la grandeur de l'édifice, que pour la beauté
de la structure, & pour les ornemens. Ce qu'il y a de plus admirable,
c'est qu'un ouvrage & si grand & si beau, fut achevé en 15. jours. Il
fit aussi bâtir des galeries si massives & si élevées, que d'un peu
loin elles sembloient des montagnes, & il y planta des arbres de toutes
les espéces. Ce sont là _ces jardins suspendus_ qu'on a mis au nombre
des merveilles du Monde. Il les fit pour plaire à la Reine sa Femme,
qui ayant été élevée dans la Médie, païs fort montagneux, aimoit
extrémement la vûe des montagnes & des forêts. Étant tombé malade,
il mourut avant que ces ouvrages fussent achevez après 43 ans de
Régne.» Cette Femme de Nabuchodonozor, est celle qu'Hérodote appelle
Nitocris comme Scaliger l'a prouvé.

Euséb. Prépar. liv. IX. sur la fin, «Mégasthéne dit (_c_'_est
Abydéne qui parle_) que Nabuchodonozor a surpassé Hercule en courage &
par la grandeur de ses actions: qu'il a poussé ses Conquêtes jusques
dans l'Afrique & dans l'Espagne, & qu'il avoit envoyé sur le rivage
droit du Pont Euxin, des Colonies composées de ceux qu'il avoit fait
prisonniers dans ces guerres. Outre cela les Chaldéens racontent que le
Roi étant un jour monté sur le haut de son Palais, tint ce discours
prophétique en présence d'un grand nombre de personnes. Écoutez
vous habitans de Babylone. Moi Nabuchodonozor ai à vous annoncer une
calamité extrême, qui est prête à vous acabler, & sur laquelle ni
Bélus le chef de nôtre race, ni la Reine Beltis, n'ont jamais pu
fléchir les Parques. Il viendra un mulet de Perse, qui aidé de vos
Dieux mêmes, vous réduira en servitude. Un Méde, qui avoit été
jusques là aux Assyriens un sujet de se glorifier, se joindra à lui
pour vous perdre. Ah, plût aux Dieux qu'avant qu'il nous trahît, il
fût plongé au fond de la mer, ou qu'entraîné malgré lui dans des
lieux déserts & inhabitez, receptacles des bêtes & des oiseaux, il
y errât parmi les rochers le cette de ses jours! Que les Dieux ne
m'ont-ils retiré avant que de me faire entrevoir un avenir si funeste!
Après qu'il eut prononcé ces paroles, il disparut tout d'un coup.»

Le même Eusébe dans un autre endroit raporte encore ces paroles
d'Abydéne. «On dit qu'autrefois l'endroit où Babylone est bâtie,
étoit un grand amas d'eaux, auquel on donnoit le nom de Mer: que Belus
l'ayant asséché, partagea le fonds entre plusieurs de ses Sujets, y
bâtit Babylone, qu'il entoura de murailles: que ces murailles ayant
été consumées par le tems, Nabuchodonozor en fit de nouvelles, dont
les portes étoient d'airain, & qui demeurérent sur pié jusqu'au tems
d'Alexandre le Grand.»

Joséphe Rép. à Appion liv. I. ch. 7. produit un passage de l'Histoire
des Phéniciens, qui est digne d'être raporté ici, tant parce qu'il
parle de Nabuchodonozor, que parce qu'il contient la suite des Rois &
des Juges de Tyr, depuis Ithobal jusqu'à Irom, c'est-à-dire, jusqu'au
tems de Cyrus. «Durant le Régne d'Ithobal, Nabuchodonozor assiégea la
Ville de Tyr. Baal succéda à Ithobal, & régna dix ans. Après sa mort
le Gouvernement passa des Rois à des Juges. Ecnibal fils de Baslach,
exercea cette Dignité durant deux mois. Chelbés fils d'Abdée
l'exercea dix mois; le Pontife Abdar deux mois; Mytgon & Gerastrate fils
d'Abdebyme 6 ans; Balator 1 an. Après on envoya querir en Babylone
Merbal qui régna 4 ans, & Irom son frére qui lui succéda régna 20
ans. Cyrus Roi de Perse régnoit aussi alors: & tous ces tems ajoûtez
ensemble reviennent à 54 ans, trois mois. Ce fut en la septième année
du Régne de Nabuchodonozor que commença le siége de Tyr, & en la
quatorzième année du Régne d'Irom que Cyrus Roi de Perse vint à la
Couronne.» On voit aussi dans Joséphe un passage d'Hécatée qui porte
que les Perses (par où il entend les Babyloniens) avoient emmené en
Babylone, plusieurs milliers de Juifs. Clément, Stromat. I. raporte un
témoignage de Demétrius sur ce même événement, & sur la guerre de
Sennachérib.]

[Note 20: _Et des autres Rois Chaldéens_. Rép. à Appion liv. I.
ch. 6. «Evimérodach son fils (savoir fils de _Nabuchodonosor_) lui
succéda: ses méchancetez & ses vices le rendirent si odieux, que
n'ayant encore régné que deux ans, Nériglissor, qui avoit épouse sa
soeur, le tua en trahison, & régna 4 ans. Sou fils Laborosoarchod, qui
étoit encore fort jeune, régna seulement neuf mois. Car ceux mêmes
qui avoient été amis de son pére, reconnoissant qu'il avoit de
très-méchantes inclinations, trouvérent moyen de s'en défaire: &
après sa mort choisirent d'un commun consentement pour régner sur eux,
Nabonnid, qui étoit de Babylone, & [B] étoit de la même race que lui.
Ce fut sous son Régne que l'on bâtit le long du fleuve, avec de la
brique enduite de bitume, ces grands murs qui enferment la Ville de
Babylone. Et en la dix-septiéme année de son Régne, Cyrus Roi de
Perse après avoir conquis le reste de l'Asie, marcha vers cette Ville.
Nabonnid alla à sa rencontre, perdit la bataille, & se sauva avec peu
de gens dans la Ville de Borsippe. [C] Cyrus assiégea en suite Babylone
dans la créance qu'après avoir forcé le premier mur, il pourroit se
rendre maître de cette Place. Mais l'ayant trouvée beaucoup plus forte
qu'il ne pensoit, il changea de dessein, & alla pour assiéger Nabonnid
dans Borsippe. Ce Prince ne se voyant pas en état de soutenir le
siége, eut recours à la clémence du Vainqueur, qui le traita
fort humainement, & qui lui donna de quoi vivre à son aise dans la
Caramanie, où il passa le reste de ses jours dans une condition
privée. C'est cette retraite de Nabonnid à Borsippe qui est marquée,
Jérémie LI. 30. _Les forts de Babylone se sont déportez de combatre;
Ils se sont tenus dans les forteresses &c._ Eusébe donne un passage
d'Abydéne qui dit la même chose, mais en abrégé. La seule
diférence est dans les noms, _Evilmaluruchus_, par exemple, au lieu
d'_Evilmérodach_, Le nom d'Evilmérodach se trouve dans le Livre second
des Rois XXV. 27. Hérodote parlant du siège de Babylone dit «que
Cyrus détourna le fleuve de son cours ordinaire faisant écouler ses
eaux dans un Lac marécageux; & que par ce moyen il se fit un chemin au
travers du lit de ce fleuve.» Cela est marqué Jérém. LI. 32. _Ses
quais sont surpris, ses marais sont brûlez au feu._]

[Note B: Ce n'est pas cela, mais, «& qui avoit été de la
Conspiration.»]

[Note C: Ce n'est là point du tout le sens de Joséphe, le voici.
«Cyrus ayant pris Babylone, trouva à propos de la démanteler, parce
qu'il voyoit que le peuple étoit remuant, & la Ville dificile à
prendre; Après quoi il alla pour assiéger Nabonnid dans Borsippe.»]

[Note marg.: _Liv. II 11._]

[Note 21: _Que Jérémie appelle Vaphrès_ Jer. XLIV. 3. C'est ainsi que
les LXX Interprétes & Eusébe tournent le mot חפרצ _hophriagh_. Ce
Roi vivoit dans le tems de Nabuchodonosor.]

[Note 22: _Cyrus_ &c. Diodote de Sicile, Crésias, Justin liv. IV. ch.
5. &c. Théophile d'Antioche prouve par le témoignage de Bérose, que
le Temple de Jérusalem a été commencé à rebâtir sous Cyrus &
achevé sous Darius.]

[Note marg. a: _Ville de Thrace._]

[Note 23: _Jusqu'à Darius Codomannus_. C'est celui qu'Alexandre
le Grand vainquit. Sous le Régne de ce Roi les Juifs avoient pour
Souverain Sacrificateur, _Jaddus_ qui alla au devant d'Alexandre le
Grand. Dans ce même tems vivoit Hécatée, natif [a]d'Abdére, qui a
fait un Livre d'Histoire Judaïque. Joséphe (réponse à Appion liv.
I.) en a tiré une très-belle description de Jérusalem & du Temple.
C'est là qu'il raporte aussi quelques discours d'Aristote à l'avantage
des Juifs: à quoi il ajoûte 7 ou 8 Auteurs Grecs qui ont parlé de ce
qui concerne cette Nation (car dans tout ce Livre son grand but est
de montrer qu'elle est fort ancienne & de répondre à Appion qui lui
objectoit contre cette antiquité le silence des Auteurs étrangers.
C'est dans cette vue qu'il fait venir sur les rangs des Auteurs
Egyptiens, Phéniciens, Chaldéens, & Grecs, & qu'il en raporte
plusieurs passages dont Grotius a transcrit une partie.)]

[Note 24: _À Alexandrie_. Philon compte un million de Juifs tant dans
cette Ville que dans les lieux d'alentour.]

[Note 25: _La Province de Cyrène.. qu'enfin la Ville de Rome_ &c. Cela
paroît par toute l'Histoire des Actes des Apôtres. Horace parle des
Juifs dans trois de ses Satyres, Juvénal dans sa quatorziéme Satyre,
Martial en plusieurs de ses Épigrammes. Rutilius Itinér. liv. I.
«Plût aux Dieux que ni Pompée ni Titus n'eussent jamais subjugué les
Juifs. Cette Nation dangereuse semble trouver dans ses pertes mêmes
des forces pour pulluler de nouveau; & ses Vainqueurs sentent plus
qu'elle-même le poids du joug qu'ils lui imposent. Avant lui, Sénéque
en avoit dit autant: «Les coutumes de ce peuple scélérat ont pris
de si fortes racines, qu'il n'y a pas de Païs où elles ne se soient
répandues. Par là il a su donner des loix à ceux sous le pouvoir
desquels le fort de la Guerre l'avoit réduit.» Nous avons tantôt vu
quelle est la source de ces paroles injurieuses & de ces marques de
haine. Philon dans l'histoire de son Ambassade, «Combien nombreuse doit
être cette Nation qui habite, non dans un certain Païs, comme les
autres Peuples, mais presque dans le Monde entier? Elle est répandue
& dans la Terre ferme, & dans les Iles: & par tout où elle se trouve,
elle paroît presque aussi forte en nombre que les habitans naturels.]

[Note marg.: _Joseph_. L. X. II. 1.]

Ajoûtons à cela que près de trois cens ans avant Jésus-Christ, la
Version des Septante Interprétes, de laquelle on est redevable aux
soins de Ptolomée Roi d'Égypte, mit l'Écriture entre les mains des
Grecs, avec quelques petites diférences qui n'empêchoient pas que
ce ne fût en gros le même Livre; & que c'étoit encore un moyen
très-propre à prévenir les fabrications. Outre cette Version il
en parut une Chaldaïque, & une autre dans le Langage particulier de
Jérusalem, qui n'étoit autre chose qu'un demi-Syriaque; [26]l'une
avant & [27]l'autre après la naissance Jésus-Christ. Elles furent
suivies des Versions Gréques d'Aquila[n], de Symmaque[o] & de
Théodotion[p], lesquelles Origéne, & d'autres après lui,
examinérent en les confrontant avec celle des Septante, & trouvérent
très-conformes, avec cette Version, soit dans l'Histoire, foit dans les
choses qui étoient de quelque conséquence. Philon & Joséphe, dont
le premier fleurissoit du tems de Caligula, & l'autre a vécu jusqu'au
Régne de Vespasien, citent l'Écriture dans les mêmes termes où nous
l'avons aujourd'hui. Parmi les Chrétiens, dont le nombre augmentoit
alors extrêmement, il y en avoit beaucoup [28] qui étoient nés Juifs,
[29] ou qui aprenoient l'Hébreu, & qui, si les Juifs avoient introduit
dans le Texte quelques changemens & quelques corruptions un peu
considérables, n'eussent pas eu de peine à les découvrir par la
collation des plus anciens Originaux, & l'eussent infailliblement
publié. Or non seulement ils ne le font pas, mais ils en raportent
même plusieurs passages précisement dans le même sens qu'ils ont dans
l'Hébreu. Remarquons encore qu'on ne pourrait guére intenter contre
les Juifs, d'acusation plus mal fondée que celle d'avoir corrompu
le Texte, ou d'y avoir donné lieu par leur négligence; puis qu'on
n'ignore pas [30]avec quelle aplication & avec quel scrupule ils
décrivent le Texte sacré, & le collationnent avec les meilleurs
Exemplaires, Leur exactitude va même jusqu'à compter combien de fois
chaque lettre se trouve dans toute l'Écriture. Pour derniére preuve
que les Juifs n'ont pas même tâché de gâter le Texte, on peut
aporter l'usage que les Chrétiens font du vieux Testament contre eux.
Ceux-ci croyent y trouver des raisons convainquantes pour prouver que
Jésus est le Messie, qui avoit été promis aux Ancêtres de ce Peuple.
Si donc les Juifs eussent pu faire dans le Texte tels changemens qu'ils
auroient trouvé à propos, il ne faut pas douter que depuis cette
grande dispute qu'ils ont avec les Chrétiens, ils n'eussent fait
disparoître ces preuves, ou que du moins ils ne les eussent obscurcies,
en falsifiant les passages dont nous apuyons ce Dogme fondamental de
nôtre Religion.

[Note 26: _L'une avant_ &c. C'est celle d'Onkelos, & peut-être aussi
celle de Jonathan.]

[Note 27: _L'autre après &c._ C'est le Thargum de Jérusalem.]

[Note n: Aquila vivoit sous l'Empereur Adrien au commencement du second
siécle. De Païen il se fit Chrétien, & de Chrétien Juif. Ce fut la
Science des Mathématiques dont il abusa, qui le perdit. TRAD DE PAR.]

[Note o: Symmaque fit sa Version de l'Écriture, sous l'Empereur
Marc-Aurèle dans le second siécle. _Le même._]

[Note p: Théodotion natif d'Éphése avoit été Disciple de Tatien:
il se fit Marcionite, puis Juif; & alors il entreprit de traduire
l'Écriture d'Hébreu en Grec. Sa Version fut la troisiéme, & l'Église
ne la méprisa pas, quoique venant d'un Apostat. _Le même._]

[Note 28: _Qui étoient nez Juifs._ Quelques-un étoient nez proche de
la Judée, comme Justin, qui étoit de Samarie.]

[Note 29: _Ou qui aprenoient l'Hébreu_, comme Origéne, S. Épiphane, &
sur tout S. Jérôme.]

[Note 30: _Avec quelle aplication_ &c. Joséphe, Rép. à App. liv. I.
L'expérience même fait voir combien est forte la persuasion que nous
avons de la vérité de nos Livres; puis que depuis tant de siécles
personne n'a osé ou y ajoûter, ou en ôter, ou y faire quelques
changemens. Voy: Deuter. IV. 1.]



TRAITÉ
DE LA VÉRITÉ
DE LA
RELIGION
CHRÉTIENNE



_LIVRE QUATRIÈME



Réfutation du Paganisme_.

I. Lors qu'on est à l'abri d'un péril où l'on voit d'autres personnes
engagées, on ne peut guére se défendre de quelque sentiment de
plaisir à cette vue toute triste qu'elle peut être. Comme ce plaisir
ne naît pas du malheur d'autrui, mais de ce que l'on s'en voit exemt,
il est sans malignité, & n'a rien de blâmable. Un Chrétien donc qui
du chemin sûr où Dieu l'a mis voit le reste des hommes ne tenir aucune
route certaine, & s'égarer en mille maniéres, peut s'abandonner à
toute la joye que lui inspire le bonheur qu'il a d'être dans la bonne
voye. Mais il ne s'en doit pas tenir là; il est dans la plus étroite
obligation de travailler pendant toute sa vie à secourir les Errans
autant qu'il lui est possible, à leur tendre la main, à les atirer
dans le bon parti, & à leur faire part de son bonheur. C'est à ce
devoir que nous avons tâché de satisfaire dans les Livres précédens;
où, par cela-même que nous avons établi la Vérité, nous avons
réfuté toutes les Erreurs.

Mais parce que le Paganisme, le Judaïsme, & le Mahométisme, qui sont
les trois grandes Religions qui s'oposent à celle que nous avons
prouvée, outre ce qu'elles ont de commun entr'elles, ont chacune leurs
erreurs particuliéres, & chacune leurs preuves diférentes pour se
défendre & pour nous ataquer; nous croyons ne rien faire d'inutile, si
nous les combatons chacune à son tour. C'est à quoi nous destinons les
trois livres suivans, que nous ne commencerons qu'après avoir prié les
Lecteurs d'aporter ici un esprit libre de passion, & de ces préjugez
que forme une longue habitude; & de se mettre par là en état de bien
juger de ce que nous allons dire.



[Note marg.: _Contre le culte des Espris créez_.]

II. Nous commençons par les Payens. S'ils croyent plusieurs Dieux
éternels & égaux à tous égards, nous les avons déjà refutez dans
le premier Livre, lors que nous avons prouvé qu'il n'y a qu'un Dieu,
Cause unique de toutes les choses du Monde. S'ils donnent ce nom à des
Intelligences créées, supérieures à l'Homme, qu'ils nous disent si
elles sont bonnes ou mauvaises. S'ils disent qu'elles sont bonnes, je
leur demande s'ils en sont bien assurez, &[1] s'ils ne seroient pas
là-dessus dans une erreur dangereuse, s'ils n'adoreroient point par
hazard de mauvais génies, dans le tems qu'ils croyent en adorer de
bons; & s'ils ne prendroient pas peut-être des Esprits rebelles au Dieu
souverain, pour ses Ministres, & des Transfuges pour des Envoyez? De
plus, le bon sens dicte qu'ils doivent mettre quelque diférence entre
les honneurs divins qu'ils rendent au Souverain & à ses Ministres. En
fin, ne devroient-ils pas savoir quelle est la subordination, qui est
entre ces Intelligences médiatrices; quels sont les biens que chacune
d'elles peut leur faire; & quel est le culte qu'elle doit exiger d'eux
en vertu de l'ordre du Dieu souverain? Leur Religion n'a rien de sûr ni
de réglé sur tout cela; & dès là même elle est très-imparfaite
& très-dangereuse, Il y auroit donc plus de sureté pour eux à se
renfermer dans le Culte d'un seul Dieu. En cela ils ne feraient [2]que
suivre Platon, qui met cette adoration d'un seul Être suprême entre
les premiers devoirs du Sage; & ils n'y pourroient rien perdre, puis
que ces bons Génies étant dans la dépendance du grand Dieu, ils les
mettraient dans leur parti, par cela même qu'ils se rendroient Dieu
favorable.

[Note 1: _S'il ne seroient pas là-dessus dans une erreur dangereuse_.
Porphyre, de l'abstinence des choses animées liv. II. «Les Esprits,
ennemis des Dieux, sont ceux par qui s'exécutent toutes les impostures,
& tous les enchantemens des Magiciens. Car ceux qui font métier de
tromper les hommes, & de leur nuire par les Sciences magiques, servent
ces Esprits, & sur tout celui qui est leur Chef; sachant bien qu'ils ont
le pouvoir d'imposer aux hommes par des prodiges aparens. C'est d'eux
qu'ils tirent les philtres, & tous les autres moyens de faire naître
de l'amour. C'est par leurs suggestions qu'ils se rendent infames par
l'impureté, par l'avidité du gain, ou de je ne sai quelle gloire,
mais principalement, par les fourberies, qui sont le plus particulier
caractére de ces Esprits, comme il paroît en ce qu'eux & leur Chef,
veulent passer pour Dieux.» Ensuite parlant des Prêtres d'Égypte,
«Ils assurent, _dit-il_, qu'il y a une certaine espéce d'Esprits, qui
sont trompeurs & fins, qui prennent tantôt une forme & tantôt une
autre, qui quelquefois veulent être regardez comme Dieux, quelquefois
comme Démons, & quelquefois aussi se disent être les ames de personnes
mortes: & qui peuvent envoyer aux hommes ou des biens ou des maux. Mais
que pour ce qui est des vrais biens, qui sont ceux de l'ame, bien loin
de les pouvoir procurer, ils ne les connoissent même pas: mais que tout
ce dont ils sont capables, c'est d'abuser de leur loisir, en séduisant,
ou en arrêtant ceux qui sont dans le chemin de la vertu: qu'enfin
ils sont pleins de faste, & qu'ils n'aiment rien tant que l'odeur des
Victimes que l'on brûle.»]

[Note 2: _Que suivre Platon &c._ «Que les autres servent d'autres
Dieux, pour nous, atachons-nous au seul Jupiter. Orig. contre Celsus,
liv. VIII.]



[Note marg.: _Que les Esprits qui étoient adorez par les Payens,
étoient les Démons_.]

III. Ce n'est pas tout. On peut les jetter encore dans de bien plus
grans embarras, en leur montrant, que ces Dieux qu'ils adoraient,
étoient de malins Esprits. Cela se recueille, I de ce que ces Esprits
soufroient patiemment l'honneur que les Payens leur faisoient, sans
jamais les renvoyer à celui qui étoit le commun Maître des uns & des
autres; & de ce qu'ils s'oposoient même de toutes leurs forces à ce
qu'il fût adoré, ou que du moins ils tâchoient de partager également
avec lui les honneurs de l'Adoration. II. Cela paroît encore parce
qu'ils ont suscité les plus terribles traverses aux Adorateurs d'un
seul Dieu, & ont animé à leur perte & les Peuples & les Magistrats.
Pendant que d'un côte les Poëtes chantoient impunément les parricides
& les adultéres de leurs Dieux; que les Épicuriens nioient la
Providence; que toutes les Sectes les plus oposées du Paganisme se
toléroient mutuellement, & se donnoient la main les unes aux autres;
que Rome recevoit également les Cérémonies & les Dieux des
Égyptiens; des Phrygiens, des Grecs, & des Peuples de l'Etrurie: les
seuls Juifs étoient l'objet de leurs railleries, de leurs Satyres, &
d'une haine qui alloit quelquefois jusqu'à les bannir de la Société;
& leur fureur contre les Chrétiens ne se pouvoit assouvir que par les
derniers suplices. On ne peut rendre, sans doute, d'autre raison de
cette inégalité, sinon que ces Religions ne reconnoissoient qu'un seul
Dieu, de l'honneur duquel les Dieux du Paganisme étoient beaucoup plus
jaloux, que chacun en particulier ne l'étoit de celui que les autres
Dieux recevoient. III. Cela paroît enfin par la nature du culte que
les Payens leur rendoient, qui étoit si contraire à la vertu & à
l'honnêteté, qu'il ne pouvoit que choquer un esprit sage & vertueux.
Toutes les plus grandes inhumanitez, & les saletez les plus grossiéres
y entroient. On leur immoloit des hommes: [3]on couroit nud dans leurs
Temples: on célébroit en leur honneur des jeux qui n'avoient rien en
eux-mêmes qui portât à la piété: [4]on les honoroit par des danses
impures & lascives. Et c'est ainsi qu'aujourd'hui encore les Payens de
l'Amérique & de l'Afrique servent leurs Divinitez.

[Note 3: _On couroit nud dans leurs Temples._ Par exemple dans la Fête
des [A]Lupercales.]

[Note A: Fête de Pan Dieu des Pasteurs.]

[Note 4: _On les honoroit par des danses &c._ comme dans les Fêtes de
Flore.]

Mais qu'est-il besoin de prouver aux Payens que leurs Dieux n'étoient
autre chose que les Démons; puis qu'il y a eu autrefois, & qu'il y a
encore présentement des Peuples qui en font hautement profession. C'est
sous cette idée que les Perses adoroient Arimanius. Les Grecs servoient
leurs _Cacodémons_, ou, mauvais Démons. Les Romains avoient leur
méchant Jupiter, aussi bien que leur Jupiter très-bon & très-grand:
& quelques Nations de l'Éthiopie & des Indes rendent leurs hommages à
des Dieux qu'elles conçoivent comme malfaisans.



[Note marg.: _Impiété de ce Culte._]

IV. Après avoir prouvé une chose si flétrissante pour le Paganisme,
il faut en montrer l'impiété & l'horreur. Le Service religieux n'est
autre chose qu'un acte de l'esprit par lequel il reconnoit une bonté
infinie dans l'objet de son adoration. Ainsi le culte des Démons n'est
pas seulement absurde & contradictoire; mais il contient aussi une
rebellion manifeste, qui prive le Dieu souverain de l'honneur qui lui
est du, pour le déférer tout entier à ses Sujets révoltez & à ses
Ennemis. Car ce seroit une extravagance, que de se promettre l'impunité
de cette félonnie, sous prétexte que Dieu est souverainement bon.
[5]La clémence a ses bornes, qu'elle ne peut passer sans dégénérer
en une véritable molesse. Et lors que l'outrage est excessif, la
Justice ne seroit plus Justice, si elle ne le punissoit. Les Payens ne
raisonnent pas plus sagement, lors qu'ils fondent le service qu'ils
rendent volontairement aux Démons, sur ce qu'ils craignent les éfets
de leur malice. L'Être suprême étant souverainement communicatif, par
cela-même qu'il est souverainement bon, c'est lui qui doit produire,
& qui produit en éfet, tous les autres Êtres. S'il les produit, il a
donc sur eux le droit absolu qu'un Ouvrier a sur ses ouvrages: &
par conséquent ils ne peuvent rien faire que ce qu'il ne veut pas
empêcher. Cela posé, il est évident que celui qui est sous la
protection du Dieu souverain & infiniment bon, ne doit plus rien
apréhender de la part de ces malins Esprits, que ce que Dieu, par un
principe même de bonté, veut bien permettre qu'il en soufre. Ajoûtons
à cela que ces Esprits ne peuvent rien acorder à l'homme, qui ne lui
doive être fort suspect, & qu'il ne doive même me rejetter. Jamais
ceux qui se conduisent par un principe de malignité ne sont plus à
craindre, que lors qu'ils se revêtent d'une aparence de bonté. Et
quelqu'un a fort bien remarqué que les présens des ennemis cachent
toûjours quelque perfidie.

[Note 5: _La clémence a ses bornes._ Tertull. contre Marcion liv. I.
_comment aimez-vous, si vous ne craignez pas de ne point aimer?_]



[Note marg.: _Contre le culte que les Payens rendoient aux Héros après
leur mort_.]

V. Il y a eu de tout temps des Payens, & l'on en voit encore, qui font
profession d'adorer des Héros après leur mort. Mais I. ils eussent
dû distinguer ce culte de celui du Dieu souverain, par des caractéres
évidens. II. Les priéres qu'ils leur adressoient étoient vaines &
inutiles, si les Esprits de ces Héros ne pouvoient les exaucer. Or ils
n'avoient aucune certitude que ces Esprits le pussent, & ils n'avoient
pas plus de raison de les en croire capables, qu'ils en avoient du
contraire. III. Mais ce qu'il y a de plus vicieux dans ce culte, c'est
qu'ils le rendoient à des hommes qui pendant leur vie avoient été
souillez de diférens crimes. Bacchus avoit été un homme plongé dans
les débauches du vin. Hercule avoit aimé les femmes. Romulus & Jupiter
avoient donné des marques d'un coeur dénaturé; l'un par le meurtre de
son frére; & l'autre par celui de son pére. Les hommages qu'on leur
rendoit ne pouvoient donc que deshonorer infiniment le vrai Dieu, en
outrageant la Sainteté qui lui est si chére, [6]& en autorisant, par
les principes sacrez de la Religion, des crimes qui d'eux-mêmes n'ont
que trop de charmes pour des coeurs naturellement corrompus.

[Note 6: _Et en autorisant_ &c. S. Cyprien, lettre: _les crimes qu'ils
commettent à l'exemple de leurs Dieux, deviennent par là des crimes
sacrez_. S. Aug. lett, CLII. «Rien n'est plus capable de troubler la
Société & de corrompre les moeurs, que l'imitation des Dieux tels que
sont ceux des Payens, selon l'idée qu'ils en donnent eux-mêmes.»]



[Note marg.: _Contre le culte des Astres & des Éléments_.]

VI. Les objets les plus anciens de l'Idolatrie furent les Astres & les
Élémens, c'est-à-dire, le Feu, l'Eau, l'Air, & la Terre. Mais cette
espéce d'Idolatrie n'étoit pas moins criminelle que les précédentes.
L'Invocation fait la partie la plus essentielle du Service religieux.
Or c'est une folie que de l'adresser à des Natures destituées
d'intelligence. Les Sens sufisent, en quelque maniére, pour nous
convaincre que les Élémens sont de cet ordre. Et rien ne prouve que
les Astres n'en soient pas. On juge de la nature d'un sujet par ses
opérations. Celles des Astres ne marquent point du tout un Principe
intelligent; [7]& même, la régularité de leurs mouvemens, qui suivent
toûjours de certaines loix, démontre assez le contraire, puis que
les mouvemens qui partent d'une volonté libre se ressentent de leur
principe, & varient très-souvent. De plus, nous avons fait voir
ailleurs que le cours des Astres est proportionné aux besoins de
l'Homme. Et cela le devoit convaincre qu'il porte dans son ame de plus
vifs traits de ressemblance avec Dieu, & qu'il lui est beaucoup
plus cher, que ces autres Créatures; qu'ainsi c'est faire tort à
l'excellence de la nature, que de se soumettre à des choses que Dieu
lui avoit soumise; & que ce qu'il doit faire, est de s'aquiter des
devoirs de reconnoissance, ausquels on ne peut pas prouver qu'elles
soient capables de satisfaire.

[Note 7: _Et même la régularité de leurs mouvemens &c._ Cette raison
obligea un Roi du Pérou à nier que le Soleil fût Dieu.]



[Note marg.: _Contre le culte que les Payens rendoient aux animaux_.]

VII. Ce qu'il y a de plus honteux, c'est que les hommes se soient
abaissez jusqu'à adorer des animaux. [8]Les Egyptiens ont poussé ce
culte plus loin qu'aucuns autres Peuples. Il est vrai qu'il y a des
animaux dans lesquels on aperçoit quelque chose qui ressemble assez
à ce qu'on apelle Esprit & Connoissance. Mais ce n'est rien, si on
le compare à l'Ame raisonnable. Ils ne peuvent expliquer leurs
conceptions, ni en parlant ni en écrivant. Ils sont bornez à une
certaine espéce d'actions & de maniéres d'agir. Combien moins
pourroient-ils connoître les nombres, les mesures, & le cours des corps
célestes. L'Homme qui a tous ces avantages, [9]a, de plus, celui de se
rendre maître par son adresse, de toutes sortes d'animaux, depuis les
plus foibles jusqu'aux plus robustes. Les bêtes farouches, les oiseaux,
les poissons, rien n'évite de tomber entre ses mains. Il sait en
aprivoiser quelques-uns, les rendre dociles, & en tirer divers usages.
Il sait mettre à profit les plus nuisibles; & trouver des remèdes dans
les plus venimeux. En général, il reçoit de toutes les bêtes
une utilité où elles ne peuvent avoir part: c'est qu'étudiant
l'assemblage & l'arrangement de leurs parties, il en fait l'objet d'une
Science qui lui fournit beaucoup de lumières; & que les comparant
entr'elles genre avec genre, & espéce avec espéce, il voit combien
elles lui sont inférieures pour la beauté & la perfection de la
structure du corps. Si l'on pense sérieusement à ce que nous venons
de dire, on verra que l'Homme, bien loin de se devoir faire des animaux
brutes un objet d'adoration, se doit plutôt regarder en quelque sorte
comme leur Dieu, mais subordonné au Souverain du Monde, & élevé par
son ordre à cette Dignité subalterne.

[Note 8: _Les Egyptiens ont poussé_ &c. Philon dans le Récit de son
Ambassade.]

[Note 9: _A, de plus, celui de se rendre maître par son adresse_ &c.
Euripide dans la Tragédie d'Æole, «la Nature a donné peu de force
à l'Homme, mais il dompte par son adresse les animaux aquatiques, &
terrestres, & ceux qui vivent dans l'air.». Antiphon, «L'Art nous fait
surmonter les bêtes qui nous surmontent par les forces de la Nature.»
On pourroit expliquer par là la Domination que l'Homme a reçue sur les
animaux. Gen I.26. Pseau. VIII. 8. Claude le Néapolitain dans Porphyre.
_L'Homme n'est pas moins le maître de tous les animaux, que Dieu l'est
de l'homme_.]



[Note marg.: _Contre le culte qu'ils rendoient aux Passions, à la Vertu
&c_.]

VIII. Les Livres des Payens nous aprennent que les Grecs, les Latins, &
d'autres Peuples, adoroient certaines choses qui ne sont que de simples
accidens. Pour ne pas parler de la Fiévre, de l'Impudence, & de telles
autres choses ou afligeantes ou vicieuses; la Santé, dont ils faisoient
une Déesse, n'est que la bonne température des parties du corps. Le
Bonheur n'est que la conformité des événemens avec les désirs de
l'homme. Les Passions, comme l'amour, la colére, l'espérance, &
d'autres, qui naissent toutes de la vûe du bien ou du mal, & de la
facilité des choses vers lesquelles nous nous portons, ne sont que des
mouvemens dans cette partie de l'ame qui a le plus de liaison avec le
corps par le moyen du sang. Or. ces mouvemens ne sont pas libres &
indépendans, mais soumis à nôtre volonté, comme à une maîtresse
dont ils suivent les ordres, du moins dans leur durée & dans leur
détermination vers un certain objet. La Vertu, qui prend diférens
noms selon la diversité des sujets où elle s'exerce, & qui s'apelle
_Prudence_, lors qu'elle s'ocupe au choix de ce qui est utile;
_Vaillance_, lors qu'elle nous porte à braver le péril; _Justice_,
lors qu'elle nous empêche de mettre la main sur ce qui ne nous
apartient pas; & _Tempérance_, lorsqu'elle modére la passion que
l'Homme a pour les plaisirs: la Vertu, dis-je, n'est qu'un penchant vers
la droiture, lequel se fortifie dans le coeur par une longue habitude, &
peut diminuer & se détruire même par nôtre négligence. L'Honneur,
ou la Gloire, à qui nous lisons que l'on consacroit aussi des Temples,
n'est autre chose que le jugement que nous faisons d'une personne, & par
lequel nous reconnoissons en elle de la vertu & du mérite. Mais comme,
par un malheur qui nous est naturel, nous sommes extrémement sujets
à errer, nous nous trompons souvent dans l'opinion que nous avons des
autres; soit en estimant ceux qui n'ont aucun vrai mérite, soit en
n'estimant pas ceux qui en ont. Puis donc que toutes ces choses sont, ou
dépendantes, comme les passions; ou sujettes à hausser & à baisser,
comme la vertu; ou souvent fausses & mal fondées comme la gloire; que
toutes en général ne subsistent pas par elles-mêmes, & sont fort
éloignées de la dignité des substances; qu'enfin elles ne peuvent
entendre nos priéres ni recevoir nos hommages, il est aussi absurde de
les honorer comme des Divinitez, qu'il est raisonnable & nécessaire
d'adorer celui dont la puissance les produit & les conserve.

Il faut avouer que dans cette dispute les Payens ne sont pas tout
à fait réduits au silence. Ils ont leurs preuves, qu'il nous
faut examiner. Elles se réduisent à deux, les _Miracles_, & les
_Prédictions_.



[Note marg.: _Réfutation de la preuve que les Payens tiroient de leurs
Miracles._]

IX. Je dis contre les premiers, [10]que les plus sages Payens les ont
rejettez pour la plûpart, comme n'étant apuyez sur la foi d'aucun
témoin irréprochable, & comme étant suposez. Quelques-uns de ces
miracles se sont faits de nuit, dans des lieux écartez, en présence
d'une ou de deux personnes à qui l'artifice des Prêtres pouvoit
aisément faire illusion par des aparences trompeuses. D'autres
n'étoient miracles que pour ceux qui ignoroient la force de la Nature
& la vertu secrette de certains corps. C'est ainsi que la force qu'a
l'aiman d'atirer le fer passeroit pour un miracle dans l'esprit de ceux,
qui n'en ayant jamais ouï parler en verroient l'éfet pour la premiére
fois. C'est par ces secrets purement naturels que Simon & [a]Apollonius
de Tyane s'étoient rendus si fameux, comme plusieurs l'ont écrit. Je
ne voudrois pas cependant nier qu'on n'ait pu voir quelques éfets, que
l'Homme seul ne pouvoit produire par l'aplication des causes naturelles.
Mais je dis aussi qu'il n'est pas nécessaire de remonter jusqu'à une
force toute-puissante & divine pour en rendre raison; & qu'on doit les
atribuer aux Esprits qui tiennent en quelque sorte le milieu entre Dieu
& l'Homme, & qui par leur agilité, leur force, & leur adresse; peuvent
raprocher les choses éloignées, & unir celles qui sont diférentes,
d'où résultent ces éfets extraordinaires qui frapent & qui ravissent.
Mais il paroît par ce que nous avons déjà dit, que les Esprits
qui opéroient ces prodiges n'étoient que les Démons, & que par
conséquent la Religion confirmée par ces moyens étoit une fausse
Religion. Cela se prouve encore par ce que ces Esprits disoient,
[11]qu'ils se sentoient entraînez malgré eux par la force des
enchantemens, qui consistoient en de certains Vers. Ce qui est faux &
ridicule, puis que selon l'aveu même des sages Payens, les paroles
n'ont aucune vertu que celle de persuader, & qu'elles ne l'ont pas par
elles-mêmes, mais par les choses qu'elles signifient. On ne doutera pas
que ces Esprits n'ayent été très-impurs, si l'on fait réflexion que
quelquefois ils se chargeoient d'inspirer de l'amour à des personnes,
pour d'autres qui ne s'en pouvoient faire aimer. Si ces promesses
étoient vaines, ces Esprits étoient trompeurs: si elles ne l'étoient
pas, ils outrageoient ceux qu'ils forçoient à aimer. Ce qui est un
crime condamné par les Loix humaines, qui le mettent au rang des
Sortilèges.

[Note 10: _Que les plus sages Payens &c._ Tite-Live, «Pour ce qui est
de ces merveilles que contient l'Histoire des temps qui ont précédé
la naissance de Rome, & qui ont plus l'air de fictions poëtiques, que
de véritez historiques, mon dessein n'est pas ni de les donner pour
vrayes, ni d'en faire voir la fausseté. Je tiens qu'il faut pardonner
aux Anciens la bonne intention qu'ils ont eue de rendre plus auguste la
naissance des Villes, en y faisant intervenir les Dieux.»]

[Note a: C'étoit un fameux Magicien qui vivoit sous Neron, il faisoit
profession de la Philosophie Pythagoricienne. L'on raconte de lui des
choses surprenantes, mais l'on n'a pour garant que Philostrate, natif
de Lemnos, aujourd'hui Statimene, Ille de la mer Égée dans la Grèce.
C'étoit un bel Esprit, mais qui ne composa la Vie d'Apollonius, que
pour plaire à l'Empereur Sévére & à l'Impératrice Julie, qui
étoient amoureux du merveilleux. D'ailleurs il vivoit plus d'un siécle
après Apollonius, & tout son récit n'est fondé que sur des _ouï
dire_. TRAD. DE PAR.]

[Note 11: _Qu'ils se sentoient entraînez &c._ Dans l'Oracle d'Hécube
que Porphyre raporte, _Je viens_, dit cette Déesse, _après y avoir
été invitée par ces sages priéres que les hommes ont inventées par
le secours des Dieux._ Dans un autre endroit, _De quoi avez-vous besoin,
vous qui m'avez atirée du Ciel, en me liant par des vers qui ont la
force de dompter les Dieux?_]

Qu'on ne soit pas surpris de voir que Dieu ait soufert que les malins
Esprits fissent certaines choses qui tenoient du miracle. [Note marg.:
Deut. XIII. 3. 2. Thess. II. 9.]Il étoit juste qu'il abandonnât à ces
illusions ceux qui depuis long tems refusoient de l'adorer. Outre
cela, il y a entre ses miracles & ceux des Démons une diférence qui
empêchoit qu'on ne les prît les uns pour les autres: c'est que jamais
la puissance de ces Esprits n'est allée jusqu'à faire aucun bien
considérable par ces actions surnaturelles. Et s'il leur est arrivé
de ressusciter des personnes mortes, ce n'étoit qu'une apparence de
résurrection, puis que cette vie qu'elles avoient recouvrée ne duroit
pas longtemps, et que même elles ne faisoient aucune des fonctions de
personnes véritablement vivantes.

Si le Paganisme a eu quelquefois de véritables miracles, produits par
la Puissance divine, ils ne font rien pour cette Religion, puisqu'ils
n'avoient été précédez d'aucunes prédictions qui marquassent que
ces miracles tendroient à l'établir. Ainsi rien n'empêche qu'ils
n'ayent eu dans le dessein de Dieu quelque usage fort diférent de celui
là. S'il est vrai, par exemple, que Vespasien ait rendu la vûe à un
Aveugle, je ne doute pas [12] que Dieu n'ait eu en vûe de lui frayer un
chemin à l'Empire en lui atirant la vénération des Romains, & de le
mettre par là en état d'exécuter l'Arrêt que Jésus Christ avoit
prononcé contre les Juifs. Les autres miracles du Paganisme ont pu
aussi avoir leurs raisons, qui n'avoient rien de commun avec le dessein
de prouver cette Religion.

[Note 12: _Que Dieu n'ait eu en vûe de lui frayer un chemin &c._
Joséphe, Guerre des Juifs, liv. III. chap. _Parce que Dieu qui le
destinait à l'Empire, leur faisoit connoître par d'autres marques et
par d'autres signes, qu'il pourroit espérer d'y arriver._]

[Note marg.: Réfutation de la preuve qu'ils tiroient de leurs Oracles]

Il faut apliquer presque tout cela à la preuve que les Payens tirent de
leurs Oracles: sur tout, ce que nous avons dit, que ces Peuples ayant
négligé les connoissances que la Raison et la Tradition la plus
ancienne leur donnoient sur le Culte du vrai Dieu, ils avoient bien
mérité d'être le jouet des Démons. De plus, il faut considérer
qu'il y avoit presque toûjours dans ces Oracles une ambiguité, qui
faisoit que de quelque maniére que les choses tournassent, ils
se trouvoient véritables. S'il y en a eu qui marquant l'avenir
précisement & sans équivoque ayant eu leur acomplissement, rien
n'oblige à les atribuer à une Science infinie, telle qu'est celle
de Dieu: puis que les choses qu'ils prédisoient, par exemple,
des sécheresses, des stérilitez, des maladies contagieuses, des
inondations, sont de celles qui ayant leurs causes naturelles & fixes,
s'y peuvent découvrir par le secours des Sciences. C'est ainsi qu'il
y a eu des Médecins qui ont prédit de certaines maladies. Si ces
prédictions regardoient des événemens fortuits, & dépendans d'une
cause libre, ce n'étoient que d'heureuses conjectures, tirées du cours
ordinaire des afaires du Monde. L'Histoire nous parle de certaines [Note
marg.: _Cicéron, Solon, Thalès, Périclès._] personnes habiles dans
la Politique, qui par les seules lumiéres qu'elle leur fournissoit,
ont prédit avec beaucoup de justesse le tour que devoient prendre les
afaires publiques.

S'il est arrivé parmi les Payens, que Dieu, par le ministére de
quelques personnes, ait prédit certains événemens, dont les causes
n'étoient ailleurs qu'en lui-même & dans sa volonté; ce n'étoit
nullement dans le dessein de confirmer la Religion que nous combatons
ici, mais plutôt, de préparer les choses à sa ruïne. Qu'on lise, par
exemple, ce bel endroit que Virgile a tiré des Oracles de la Sibylle
de Cumes, & inséré dans sa quatriéme Eclogue, & l'on y verra que ce
Poëte a dépeint sans le savoir, l'avénement de Jésus Christ & les
biens que le Sauveur aporteroit aux hommes. D'autres endroits des Vers
des Sibylles, ordonnoient [13]que l'on eût à reconnoître pour Roi,
celui qui seroit véritablement nôtre Roi, [Note marg.: Suet. Vie de
Vespas. ch. IV.]& marquoient qu'il viendroit de l'Orient un homme qui
régneroit sur tout l'Univers. On lit dans Porphyre [14]un Oracle
d'Apollon qui porte, qu'il ne faloit adorer que le Dieu des Hébreux,
& que pour ce qui est des autres Dieux, ce n'étoient que des Esprits
_Aeriens_, c'est-à-dire, habitans dans l'air. Or je demande à un Payen
qui reconnoit Apollon pour un Dieu véritable, s'il ajoûte foi à cet
Oracle, ou non: le premier détruit directement la Divinité d'Apollon,
& de tous les autres Dieux; le second, le fait indirectement, en acusant
de mensonge ou d'erreur un Dieu si pénétrant & si éclairé.

[Note 13: _Que l'on eût à reconnoître pour Roi &c._ Cicéron fait
mention de cet Oracle dans son Traité de l'Art de deviner, liv. II.]

[Note 14: _Un Oracle d'Apollon &c._ Voyez Eusébe Prép. liv. IV. chap.
4. Dans l'exhortation aux Grecs qui est dans les Ouvrages de Justin
Martyr, on voit aussi cet Oracle; _La véritable sagesse ne se trouve
que dans les Chaldéens & dans les Hébreux, qui adorent d'un coeur pur
une Divinité éternelle._ Et cet autre, _Dieu qui a formé le premier
homme & qui l'a apellé Adam &c._ Eusébe Demonst. Evang. a cité de
Porphyre ces deux Oracles qui regardent Jésus Christ. «Celui dont la
sagesse fait toute la gloire, a connu que l'ame est immortelle: & son
ame excelle en piété sur celles de tous les autres hommes. Son corps
a soufert des douleurs extrémes, mais son ame a été reçue dans
l'assemblée des personnes pieuses.»]

Mais un défaut général de tous les Oracles des Payens, & qui fait
voir que les Esprits qui en sont les auteurs, n'ont pas eu dessein de
travailler par là au bonheur des hommes, c'est que ces Esprits n'ont,
ni proposé des Régles générales de bien vivre, ni promis avec
certitude une récompense après la mort. Même, comme si c'eût été
peu que de laisser leurs Adorateurs dans l'ignorance de ces choses si
nécessaires, ils semblent ne leur avoir parlé que pour donner de
l'encens aux Rois, quelque indignes qu'ils en fussent; que pour
décerner les honneurs divins à des Athlétes; que pour engager les
hommes dans un amour impur, & dans la passion basse & sordide d'un gain
illégitime; ou enfin, pour les animer à se détruire les uns les
autres.

Après avoir réfuté l'objection tirée des miracles & des prédictions
dont le Paganisme se fait honneur, continuons à le combatre par
quelques autres preuves.



[Note marg.: _Que le Paganisme est tombé de lui-même, lors que les
secours humains lui ont manqué._]

X. Si cette Religion étoit fondée sur la puissance & sur la volonté
de Dieu, on ne l'auroit pas vû tomber & périr absolument dans tous les
lieux où les apuis humains sont venus à lui manquer. C'est pourtant
ce qui lui est arrivé. Que l'on jette les yeux sur tous les États
Chrétiens ou Mahométans, l'on n'y apercevra aucune trace de l'ancien
Paganisme, & l'on ignoreroit ce que c'est, si l'Histoire ne nous en
instruisoit. C'est elle aussi qui nous aprend que lors même que les
premiers Empereurs employoient la force ouverte & les suplices, pour
maintenir cette Religion, ou lors que Julien se servoit pour cela de
toute sa Science & de tout son artifice, elle perdoit tous les
jours quelque chose de son crédit & de son autorité, sans que le
Christianisme la combatît ni par des voyes de fait, puis qu'il n'avoit
pour toutes armes que la dispute & la fermetê, ni par l'éclat d'une
naissance distinguée, puis que son Auteur même passoit pour le fils
d'un Charpentier; ni par le secours des Belles Lettres & des Sciences,
puis qu'il n'en paroissoit aucuns traits dans les discours des premiers
Docteurs de nôtre Religion; ni par des présens, puis que ces premiers
Docteurs étoient pauvres; ni enfin par des maniéres flateuses, puis
qu'au contraire, entr'autres dispositions qu'ils demandoient à leurs
Disciples, ils vouloient qu'ils méprisassent toutes les douceurs de
la vie, & qu'ils se résolussent à soufrir tout pour cette nouvelle
Doctrine. Certes il faut bien dire que le Paganisme étoit extrémement
foible, puis qu'il a sucombé sous une Religion si dénuée de secours.
Cette Religion nouvelle, qui lui a succédé, n'a pas seulement banni
du coeur des Payens la crédulité qui les atachoit au service de leurs
Dieux, mais elle a même, au seul nom de Jésus-Christ, fermé la bouche
à ces faux Dieux, ou pour mieux dire, aux Démons. Elle les a chassez
des corps qu'ils possédoient, & les a forcez de dire, lors qu'on leur
demandoit la raison de leur silence, qu'ils ne pouvoient rien dans les
lieux où le nom de Jésus-Christ étoit invoqué.



[Note marg.: _Que les Astres n'ont aucune influence sur la Religion._]

XI. Il y a eu des Philosophes qui atribuoient à la vertu des Astres la
naissance & la ruïne de toutes les Religions du Monde. Mais ce n'est
là qu'une conjecture, qui n'a de fondement que dans la plus trompeuse
de toutes les Sciences, je veux dire, l'Astrologie judiciaire, que ces
Philosophes se vantoient de savoir. Les Régles en sont si peu uniformes
& si mal liées, qu'on peut dire de cette Science qu'elle n'a rien de
certain que son incertitude. Non que je prétende que les Astres ne
puissent produire certains éfets naturels & nécessaires. Mais je dis
qu'ils ne peuvent rien sur nos actions ni sur les mouvemens de nôtre
volonté, qui est si essentiellement libre, qu'elle ne peut être
déterminée nécessairement par aucune cause extérieure. Autrement,
que deviendroit la force que nous sentons bien qu'a nôtre ame de
délibérer & de choisir? [15]Que deviendroit l'équité des Loix & la
justice des récompenses & des peines, puis qu'on ne peut mériter ni
les unes ni les autres, quand on agit en conséquence d'une nécessité
inévitable? De plus, si les actions mauvaises partoient d'une influence
céleste, qui les produisit nécessairement par l'éficace que Dieu
auroit donnée aux Corps célestes, qui ne voit que Dieu seroit la cause
du péché? Qui ne voit même que puis que d'un côté, il le condamne
par des Loix positives, & que de l'autre il en auroit établi dans la
Nature certaines causes nécessaires, & d'une force insurmontable, il
voudroit deux choses oposées, c'est-à-dire, qu'il voudroit, le crime,
& qu'il ne le voudroit pas? Qui ne voit qu'en ce cas-là il y auroit
du peché dans des choses que l'homme ne feroit, que par suite d'une
impression dont Dieu seroit l'auteur? Il y a une absurdité moins
grossiére dans ce que disent quelques-uns, que l'éficace des Astres se
déploye sur nos corps par le moyen de l'air, qui ayant reçu des Astres
de certaines dispositions, les fait passer jusques sur le corps; que ces
dispositions du corps peuvent exciter dans l'ame les mouvemens & les
desirs avec quoi elles ont quelque raport; & que que ces mouvemens &
ces desirs peuvent entraîner, & déterminer la volonté. Mais quand
on admettroit toutes ces opérations successives, on ne pourroit en
conclure ce que l'on prétend ici, qui est, que les Astres ont pu
concourir à l'établissement d'une Religion, encore moins, qu'ils ayent
contribué à celui de la Religion Chrétienne. Un des principaux éfets
de celle-ci étant de détourner les hommes de toutes les choses
qui plaisent à la chair, elle n'a pû s'établir en vertu de nos
dispositions corporelles, ni par conséquent, par l'impression des
Astres, qui, comme nous l'avons dit, ne peuvent agir sur l'ame que par
l'entremise du corps. Les plus habiles Astrologues[16] on soustrait le
Sage & l'Homme de bien aux lois de l'Astrologie, & à l'influence des
Cieux. Or les premiers Chrétiens ont eu ces deux caractéres, comme
leur vie le prouve. Si l'on reconnoit que les Sciences & l'érudition
sont capables de munir l'Esprit contre les éfets de la disposition du
corps, on ne peut nier qu'il n'y ait toûjours eu parmi les Chrétiens
des personnes habiles & savantes. Enfin, selon l'aveu des plus
éclairez, l'éficace des corps célestes ne regarde que certains
climats, & ses éfets ne durent pas toûjours: or la Religion
Chrétienne a déjà duré plus de 1600 ans; & elle regne, non dans un
certain endroit de la Terre, mais dans plusieurs très-éloignez les uns
des autres, & à l'égard desquels les Astres sont dans une situation
très-diférente.

[Note 15: _Que deviendroit l'équité des Loix &c.._ Justin. II. Apol.
_Si l'homme n'a le pouvoir de faire le mal & de se porter au bien, par
un choix libre & volontaire, on ne peut lui atribuer ni le bien ni le
mal qu'il fait._]

[Note 16: _Ont soustrait le Sage &c._ Ptolomée, _L'homme sage peut se
soustraire à l'éficace de la plûpart des influences des Astres._]



[Note marg.: _Que les principaux Points de la R. Ch. se trouvent dans
les Écrits des Sages Payens. Et que les Payens croyoient des choses
aussi dificiles à croire que nos Mystéres._]

XII. Le dernier avantage que nous nous remarquerons dans la Religion
Chrétienne sur le Paganisme, c'est que tous ses Articles sont si
conformes aux Régles naturelles de la vertu, qu'ils portent par
eux-mêmes dans l'Esprit une lumiére qui le convainc & qui le persuade;
& qu'ils ont été même enseignez par plusieurs Auteurs Payens.
Quelques-uns d'entr'eux ont dit,[17] que la Religion ne consiste pas
dans les cérémonies, mais dans les mouvemens du coeur:[18] que le
seul dessein d'atenter à la pudicité d'une femme me rend un homme
adultère:[19] qu'il n'est pas permis de venger une injure par une autre
injure: qu'un homme ne doit épouser qu'une femme:[20] qu'il ne la doit
jamais répudier:[21] qu'il est du devoir de l'homme de faire du bien à
tout le monde,[22] mais sur tout, à ceux qui sont dans l'indigence;[23]
qu'il n'en faut venir au serment que dans une ne extrême nécessité:
que pour la vie & le vêtement,[24] le nécessaire doit sufire. Si la
Religion Chrétienne nous enseigne des choses dificiles à croire, la
Religion Payenne en a cru une partie, & en a d'autres qui ne font pas
moins de peine. Nous avons déjà vu que quelques-uns de ses Docteurs
ont cru l'immortalité de l'ame & la résurrection.[25] Platon instruit
par les Chaldéens, distingue la Nature divine en trois, le _Pére_,
_l'Entendement du Pére_, qu'il nomme aussi le Germe de Dieu, &
l'Ouvrier du Monde, & l'_Ame_ qui contient toutes choses. Julien le plus
grand ennemi des Chrétiens a cru que la Nature divine se pouvoit unir
avec la Nature humaine: & en a donné pour exemple Esculape, qu'il
prétendoit être venu du Ciel pour enseigner aux hommes l'art de
la Médecine. La Croix de Jésus-Christ étoit aux Payens un sujet
d'achopement: mais que ne racontoient-ils pas de leurs Dieux? Est-ce une
chose fort aisée à digérer, que quelques-uns d'entr'eux ayent été
foudroyez, d'autres coupez en piéces, & d'autres blessez? De plus,
leurs Sages ont assuré que la vertu n'est jamais plus brillante, que
lors qu'elle est éprouvée & combatue par de grandes miséres.[26] Il
semble que Platon dans son second Livre de la République, ait parlé
par un Esprit prophétique, lors qu'il a dit, qu'afin que le Juste
paroisse bien ce qu'il est, il faut que sa vertu soit dépouillée de
tous ses ornemens, qu'il passe lui-même pour un scélérat, qu'il
soufre la raillerie & [Note marg.: _Suspendatur_.] l'insulte, & qu'il
finisse sa vie par un honteux suplice. En éfet, ce n'est que dans ces
ocasions, qu'un homme de bien peut devenir un exemple de patience à
toute épreuve.

[Note 17: _Que la Religion ne consiste pas &c._ Ménandre. _Ne sacrifiez
jamais aux Dieux qu'avec un coeur juste, & éforcez-vous de briller par
l'éclat de la Sainteté, plutôt que par celui de vos habits._ Cicér.
de la Nat. des Dieux, liv. II. _La maniére la plus parfaite, la plus
chaste, la plus sainte, & la plus pieuse de servir les Dieux, c'est de
joindre la pureté & l'intégrité du coeur à celle des hymnes & des
priéres._ Dans son II. liv. des Loix. _Lors que la loi nous ordonne de
nous présenter aux Dieux avec des dispositions saintes & chastes,
cela regarde l'ame plutôt que le corps; car qui dit l'ame, dit tout._
Porphyre liv. II. de l'abstinence de la chair des animaux. «Ils disent
que celui dont l'habit n'est pas net & sans taches, n'est pas en état
de sacrifier purement. Ils ne demandent que cela pour être bien
disposé à faire le Service divin, & n'insistent point du tout sur la
pureté de l'ame. Comme si Dieu ne se plaisoit pas infiniment à voir
dans un bon état, cette partie de nous-mêmes, par laquelle nous lui
ressemblons, & sommes participans de sa nature. Cette Inscription qui
se lisoit dans le Temple d'Épidaure étoit bien plus raisonnable,
_N'entrez dans ce Temple qu'avec la pureté d'un coeur chaste_: or
cette chasteté n'est autre chose que la sainteté des pensées. _Et
ailleurs._ Celui qui est persuadé que les Dieux n'ont pas besoin des
victimes qu'on leur présente, qu'ils n'ont égard qu'au coeur de ceux
qui les leur ofrent, & que le sacrifice qui leur est le plus agréable,
c'est que l'on ait une droite opinion tant d'eux, que de tout ce qui les
concerne, un homme, dis-je, qui est dans cette persuasion, peut-il
ne pas devenir tempérant, pieux & juste?» Voila précisément le
_sobrement, justement, & religieusement_ de Tite, II. 2. Sénéque
cité par Lactance, Instit. liv. V. ch. 25. «Dès que vous vous serez
représenté Dieu comme grand, plein d'une Majesté aussi terrible
qu'aimable, & toujours prêt à vous secourir, vous ne vous mettrez plus
en peine de le servir par un grand nombre de sacrifices, mais par
un Esprit pur, & par de justes desseins, & vous concevrez que les
véritables Temples ne sont pas ces édifices somptueux & élevez avec
beaucoup de peine, mais les coeurs de ceux qui l'adorent.» Thucydide
liv. I. _Un jour de fête n'est autre qu'un jour auquel on fait son
devoir._ Diogéne, _Tous. les jours ne sont-ils pas des jours de fête
pour un homme de bien?_]

[Note 18: _Que le seul dessein d'atenter &c._ Ovide, «Une Femme, qui ne
fait rien contre le devoir de chasteté, que parce que les moyens ou les
occasions lui manquent, est dans le fond une Femme impudique, son corps
est pur, mais son coeur est souillé; & dans le tems, que les dehors
sont bien gardez, l'adultére est le maître de l'intérieur.»]

[Note 19: _Qu'il n'est jamais permis de vanger_ &c. Platon, Maxime de
Tyr, Ménandre. _Le plus vertueux de tous les hommes est celui qui sait
le mieux suporter un afront_. Dans Plutarque, Dion le Libérateur de
la Sicile, dit, que la marque la plus sûre d'un coeur véritablement
Philosophe, c'est, non d'être bon à ses Amis; mais d'être doux &
facile à apaiser, lors qu'on a reçu quelque outrage.]

[Note 20: _Qu'il ne la doit jamais répudier_ &c. Les Romains n'ont
point su ce que c'étoit de divorce, jusqu'à l'an 520 de la fondation
de Rome, comme le témoigne Val. Max. liv. II ch. I.]

[Note 21: _Qu'il est du devoir de l'homme de faire du bien_ Térence
dans l'Héautontim. _Je suis homme, & par cela même; je croi me devoir
interesser dans ce qui regarde les hommes_. Le Jurisconsulte Florentin
dit, _qu'il y a naturellement un parentage entre tous les hommes_.]

[Note 22: _Mais sur tout à ceux qui son dans l'indigence_. Hor. Liv.
II. Sat. 2 _Pourquoi y a-t-il des pauvres pendant que vous êtes riche?_
P. Syrus, _la compassion est un refuge assuré._]

[Note 23: _Qu'il n'en faut venir au serment_ &c. Pythagore, _Il ne faut
pas jurer par les Dieux, mais il faut tâcher à se faire croire sans
serment_. Marc Antonin entr'autres caractéres qu'il donne à l'homme de
bien, _c'est un homme_, dit-il, _qui n'a pas besoin de jurer_. Sophocle,
_je ne te crois pas assez méchant pour le vouloir faire jurer_. Clinias
Pythagoricien aima mieux perdre un Procés, où il s'agissoit de 3[B]
talens, que de le gagner par un serment.]

[Note B: Ce sont plus de 5000. Francs.]

[Note 24: _Le nécessaire doit sufire._ Euripide, _l'homme n'a besoin
que de deux choses, qui sont très faciles à trouver, c'est le pain, &
l'eau._]

[Note 25: _Platon instruit par les Chaldeens_ &c. Platon pose deux
Principes, dont il appelle le premier, _le Pere_, & le second, _la cause
& le directeur de toutes choses_. Numénius appelle le second, _le
Fils_, & Amélius, _la Raison_. Chalcidius sur le Timée de Platon, en
établit trois, savoir, _le Dieu Souverain, l'Esprit_ ou _la Providence,
& l'Ame du Monde_ ou _le second Esprit_: ailleurs, il les apelle, _celui
qui projette, celui qui commande, & celui exécute, en s'insinuant sur
les sujets sur lesquels il travaille_, ordinans, jubens, insinuans.]

[Note 26: _Il semble que Platon_ &c. Voici un passage de Sénèque
qui dit à peu près la même chose, _L'homme vertueux est celui qui,
quelques suplices qu'il endure, ne songe pas à ce qu'il soufre, mais
tâche à le bien soufrir_.]



TRAITÉ
DE LA VÉRITÉ
DE LA
RELIGION
CHRÉTIENNE.



_LIVRE CINQUIÈME


Réfutation du Judaïsme_.

Telle qu'est cette foible lueur qui se fait voir peu à peu, lors que
l'on aproche de l'issue d'un antre obscur & profond, telle paroît la
Religion Judaïque, lors qu'on vient à y jetter les yeux, après avoir
parcouru les ténèbres épaisses du Paganisme. C'est là que l'on
découvre ces grandes véritez, qui font partie du corps des Véritez
salutaires, & qui en sont le Principe & la semence. Nous prions les
Juifs, que cet aveu que nous faisons, les dispose un peu à nous
écouter favorablement. Nous savons qu'ils sont la Postérité de ces
sains hommes que Dieu visitoit autrefois par ses Prophétes & par ses
Anges: que c'est d'entr'eux que nous est né le Messie, & que sont venus
les premiers Docteurs de nôtre Religion: qu'ils sont l'arbre auquel
nous avons été entez: qu'ils sont les dépositaires des Oracles divins
pour lesquels nous n'avons pas moins de vénération qu'eux. C'est
ce qui nous oblige à pousser vers Dieu avec saint Paul des soupirs
véhémens pour eux, & à le prier qu'il veuille faire bientôt luire ce
jour, auquel le voile, qui leur couvre le visage, étant écarté, ils
verront aussi clairement que nous, l'accomplissement de leur Loi: cet
heureux jour marqué par les Prophétes, auquel chacun de nous, qui
naturellement sommes étrangers, empoignera & tiendra ferme le pan de la
robe d'un Juif, pour aller adorer d'un même coeur, & par les mouvemens
d'une même piété, le seul vrai Dieu, le Dieu d'Abraham, d'Isaac, & de
Jacob.

[Note marg.: _Que les Juifs ne doivent pas douter des miracles de
Jésus-Christ._]



II. La premiére chose que nous les prions de nous acorder, c'est qu'ils
ne regardent pas en nous comme une chose injuste & déraisonnable,
ce qu'ils se croyent permis dans leur propre Cause. Si un Payen leur
demandoit pourquoi ils croyent les miracles qu'ils disent que Moyse a
faits, ils ne répondroient autre chose, sinon que leur Nation les a
toujours crûs si constamment & si fermement, qu'il est impossible que
cette persuasion vienne d'ailleurs que du témoignage de ceux qui les
ont vus. En éfet s'ils ne doutent point qu'Elisée, par exemple, n'ait
augmenté l'huile d'une femme veuve, qu'il n'ait guéri tout d'un coup
un Syrien lépreux, qu'il n'ait ressuscité le fils d'une femme chez qui
il logeoit, si, dis-je, ils n'en doutent point, c'est uniquement sur
ce que ces Faits ont été écrits & laissez à la Postérité par des
témoins fidèles & sûrs. S'ils croyent qu'Elie a été enlevé au
Ciel; ce n'est que sur le raport du seul Elisée, comme d'un témoin
irréprochable. Et pour nous, nous mettons en avant douze témoins
de l'ascension de Jesus-Christ, & douze témoins d'une vie
irrépréhensible. Nous en citons un nombre beaucoup plus grand, qui
ont vû Jésus-Christ vivant après sa mort. Et si ces deux choses sont
vrayes, il faut nécessairement que la Religion Chrétienne le soit
aussi. En un mot, tout ce que les Juifs peuvent aporter pour établir la
certitude de leurs miracles, nous avons autant de droit, & même plus
de droit qu'eux, de le faire servir à confirmer les nôtres. Mais
qu'est-il besoin d'agir par preuves & par témoignages, puis que les
Auteurs du Talmud, & tous les Juifs, avouent que Jésus-Christ a fait
les miracles raportez dans l'Histoire sainte: ce qui, encore une fois,
prouve nôtre Religion, puis que la maniére la plus authentique & la
plus éficace dont Dieu puisse autoriser une Religion, c'est de faire
des miracles en sa faveur.



[Note marg.: _Que ces miracles n'ont pas été faits par le secours des
Démons._]

III. Quelques-uns ont dit que Jésus-Christ avoit fait des miracles par
le secours des Démons. Mais cette Chicane a déjà été réfutée par
la remarque que nous avons faite, que dans les lieux où la Religion
Chrétienne s'est fait connoître, elle a anéanti tout le pouvoir des
Démons.

Ce que d'autres disent, que Jésus-Christ avoit apris la Magie en
Égypte, est beaucoup moins vrai-semblable qu'une pareille acusation que
Pline & Apulée font contre Moyse. Car les mêmes Auteurs sacrez qui
nous aprennent le voyage de Jésus-Christ en Égypte, marquent aussi
qu'il en revint encore enfant. Au lieu qu'on voit par les Écrits de
Moyse,[1] & de plusieurs autres, que ce Législateur a passé dans ce
Païs une grande partie de sa vie. Mais il ne faut que jetter les yeux
sur la Loi de Moyse & sur celle de Jésus-Christ, pour les absoudre tous
deux de ce crime, puis que ces Loix défendent expressément les Arts
magiques comme très-désagréables à Dieu. Outre cela, si dans le
tems de Jésus-Christ & de ses Disciples, il y eût eu en Égypte, ou
ailleurs, quelque art magique assez éficace pour produire les grands
éfets que nous atribuons à la Puissance de Jésus-Christ, telle
qu'est, la guérison promte des muets, des boiteux, & des aveugles,
il est sûr qu'un tel art n'auroit pas échapé à la connoissance
de Tibère, [2] de Néron, & de quelques autres Empereurs, qui
n'épargnoient ni soin ni dépense pour découvrir les secrets de la
Magie. Et s'il est vrai ce que disent les Juifs, que les Membres du
grand Sanhédrin, c'est-à-dire du grand Conseil, convainquoient les
Criminels par le moyen de cet art; on ne doit pas douter qu'étant
ennemis de Jésus-Christ & jaloux de sa réputation qui croissoit tous
les jours par ses miracles, ils n'en eussent fait de semblables par le
secours du même art, par lequel on veut que Jésus-Christ ait fait les
siens, & qu'ils n'eussent montré par là que ses miracles n'étoient
que l'éfet de cet art illicite.

[Note 1: _Et de plusieurs autres_ &c. Manéthon, Chrémon, & Lysimaque,
dans Joséphe contre Appion.]

[Note 2: _De Néron_ &c. Pline, liv. XXX. ch. 2. «Jamais personne ne
s'est plus apliqué à aucun Art que Néron à la Magie. Il ne manquoit
pour y réussir, ni de force, ni de docilité. Ensuite il dit, que le
Roi Tiridate l'avoit initié dans cette Science par de certains soupers
magiques.»]



[Note marg.: Ni par la force de quelques paroles.]

IV. A l'égard de ce que quelques Docteurs Juifs ont dit que
Jésus-Christ a fait tous ses miracles par la vertu d'un certain nom
secret, qu'il trouva moyen d'enlever du Temple de Jérusalem, où
Salomon l'avoit mis en réserve, & qui y avoit été conservé par
deux Lions pendant plus de mille ans; je dis que c'est là un mensonge
grossier & impudent. Non seulement les Livres des Rois, ni l'Histoire de
Joséphe ne disent rien de ces Lions, gardiens d'un nom si merveilleux,
ce qui pourtant étoit assez considérable pour n'être pas omis; mais
les Romains mêmes qui entrérent dans ce Temple avec Pompée, avant que
Jésus-Christ naquît, n'y aperçurent rien de semblable.



[Note marg.: Preuve de la divinité de ces miracles, par la Doctrine de
Jésus-Christ.]

V. S'il est vrai, comme nous l'avons établi, & comme les Juifs mêmes
l'avouent, que Jésus-Christ ait fait des miracles; nous disons qu'il
s'ensuit nécessairement de là, par la Loi même de Moyse, qu'on ne
peut plus se dispenser de croire en lui. Dieu dit au Chapitre XVIII du
Deutéronome, qu'après Moyse il susciteroit d'autres Prophétes, à qui
le Peuple ple seroit obligé, sous des peines très-rigoureuses, de se
soumettre & d'obéïr.[3] Or les marques les plus certaines de la
Charge de Prophéte sont assurément les miracles; & l'on ne sauroit en
concevoir de plus éclatantes. Au Chap. XXIII. il est dit, que si
un homme se disant être Prophéte, apuye par des miracles cette
prétention, il ne mérite néanmoins aucune créance, s'il veut atirer
le Peuple au culte des faux Dieux; & que Dieu n'a permis ces prodiges
que dans le dessein d'éprouver si son Peuple lui est fidèle. De ces
deux passages comparez l'un avec l'autre, les Interprétes Juifs ont
fort bien conclu, qu'il faut toûjours ajoûter foi à tous ceux qui
font des miracles, si ce n'est lors qu'ils veulent séduire le Peuple, &
le détourner du service du vrai Dieu, parce que c'est là le seul cas
que la Loi excepte, sans faire grace même aux plus grands miracles. Or
non seulement Jésus-Christ n'a pas enseigné qu'il falût adorer de
faux Dieux, mais il l'a même expressément défendu, comme le plus
atroce de tous les crimes. Outre cela, il nous inspire par tout du
respect pour les Écrits de Moyse & des Prophétes.

[Note 3: _Or les marques les plus certaines_ &c On y peut ajoûter les
prédictions, qui sont aussi mises avec raison au rang des miracles.
Deut. XVIII. V. 22.]



[Note marg.: _Reponse à l'Objection tirée de la diférence entre la
Loi de Moyse & celle de Jésus-Christ_.]

VI. Mais dira-t-on, la Loi de Jésus-Christ n'est pas conforme en
tous les Points à celle de Moyse, & il y a de l'une à l'autre des
diférences assez notables pour faire dire que ce n'est pas la même
Loi. Les Docteurs Juifs nous fournissent eux-mêmes la réponse à cette
objection, par cette Régle qu'ils ont posée; c'est qu'à l'exception
du Commandement qui ordonne de servir un seul Dieu, il n'y en a aucun
dans la Loi que l'on ne puisse violer[4] sur la parole d'un Prophéte
qui fait des miracles. Cela est fondé sur cette Maxime, que Dieu n'a pu
perdre ni quiter le pouvoir législatif qu'il avoit lors qu'il donna
sa Loi à Moyse, & que le droit qu'un homme a eu d'établir des Loix,
n'exclut pas celui d'en établir d'autres, mêmes tout oposées. Mais
Dieu, disent-ils, est immuable, & par cela même obligé de maintenir
les Loix qu'il a faites. Je répons qu'à la vérité Dieu est immuable
en son essence, mais que cela n'empêche pas que ce qu'il fait hors de
lui-même, ne soit sujet à la révolution & au changement. La lumiére
& les ténèbres, la jeunesse & la vieillesse, l'été & l'hiver, qui
sont les Ouvrages de Dieu, sont dans une vicissitude perpétuelle. Dieu
permit au premier homme de manger de tous les fruits du jardin d'Eden,
excepté d'un seul, qu'il lui défendit par un éfet de sa liberté.
Il a condamné le meurtre en général; & il a commandé à Abraham
de sacrifier son fils. Les victimes qu'on lui présentoit hors du
Tabernacle, lui étoient désagréables; quelquefois pourtant il les a
acceptées. J'ajoûte, que de ce que la Loi de Moyse étoit bonne, il ne
s'ensuit pas qu'il ne pût y en avoir une meilleure. Elle étoit telle
qu'elle devoit être selon les desseins de Dieu, & selon la disposition
de son Peuple. Il faisoit en cela ce que font les Péres à l'égard de
leurs enfans encore jeunes. Ils bégayent avec eux; ils dissimulent les
défauts inséparables de leur âge; ils les engagent par de petites
douceurs à faire leur devoir, & à recevoir de l'instruction. Mais à
mesure que leurs enfans croissent, ils corrigent le bégayement de
leur langue, ils leur inspirent les sentimens de la vertu, ils leur en
donnent les Régles, & leur en font voir la beauté & les récompenses.

[Note 4: _Sur la parole d'un Prophéte qui fait des miracles._ Cette
Régle se trouve dans le Talmud. C'est ainsi que Josué viola la Loi du
Sabbat, Jos. VI. Et que quelques Prophétes comme Samuel, I Sam. VII, &
Elie I Rois XVIII. 38. ont sacrifié dans d'autres lieux que celui que
la Loi avoit marqué.]



[Note marg.: _Qu'il y peut avoir une Loi plus parfaite que celle de
Moyse.]

VII. Une preuve que les Précepteurs de la Loi n'étoient pas d'une
souveraine perfection, c'est que beaucoup de saints hommes, qui ont
vécu sous sa Discipline, se sont élevez, pour ainsi dire, au dessus de
ses Préceptes, & ont été plus loin que la Loi ne les menoit. Le même
Moyse qui permet de se faire raison, tant par voye de fait, que par voye
de justice, des injures que l'on a reçues, s'est rendu intercesseur
auprès de Dieu pour ses ennemis, après en avoir été outragé de la
maniére la plus indigne. David voulut que l'on épargnât son fils,
quoi que rebelle, & soufrit patiemment les paroles injurieuses de
Semeï. L'on ne lit nulle part que ceux d'entre ce Peuple qui avoient de
la vertu & de la piété, ayent fait divorce avec leurs femmes, bien que
la Loi le permît.

La raison de cette imperfection est, qu'un sage[5] Législateur
proportionne ordinairement ses Loix à la portée de la plus grande
partie du Peuple, & qu'ainsi, dans l'état où étoient les Israélites,
il étoit à propos que Dieu laissât passer certains défauts ausquels
ils avoient du penchant; se réservant le droit de les retrancher par
des Régles plus sévéres, lors que par une plus grande éfusion de
son Esprit, il se feroit un Peuple nouveau, recueilli d'entre tous les
Peuples du Monde. On voit aussi que les récompenses que la Loi propose
clairement, regardent toutes cette vie; ce qui montre qu'elle n'étoit
pas absolument parfaite, & qu'elle l'étoit moins qu'une autre Loi qui
présenteroit à découvert & sans envelope une récompense éternelle:
& c'est ce que fait la Loi de Jesus Christ.

[Note 5: _Un sage Législateur proportionne_ &c. Origéne contre
Celsus, Liv. III. _Un Législateur à qui on demandoit ce qu'il pensoit
lui-même des Loix qu'il avoit données à ses Concitoyens, répondit
qu'il croyoit bien qu'il s'en pouvoit trouver de plus parfaites, mais
que les siennes étoient les meilleures qu'il eût cru devoir donner_.]



[Note marg.: _Que Jésus-Christ a observé la Loi_.]

VIII. Il faut remarquer en passant, pour convaincre de la plus grande
injustice du monde les Juifs qui ont vécu du tems de Jésus-Christ, que
quoi qu'ils lui ayent fait tous les mauvais traitemens imaginables, &
l'ayent livré au dernier suplice, ils n'ont pu néanmoins l'acuser,
avec quelque fondement, d'avoir violé aucun des Commandemens de la Loi.
Il étoit circoncis. Il mangeoit & s'habilloit à la maniere des Juifs.
Il renvoyoit aux Sacrificateurs ceux qu'il avoit guéris de la lèpre.
Il observoit religieusement la Pâque & les autres fêtes. S'il a fait
des guérisons le jour du Sabbat, il a prouvé non seulement par la Loi,
mais aussi par des Maximes reçues de tous les Juifs, que ces sortes
d'actions n'étoient pas défendues en ce jour-là. Il n'a commencé à
faire publier l'abolition de quelques Loix, que lors qu'après avoir
vaincu la Mort, & s'être élevé dans le Ciel, il eut enrichi ses
Disciples des dons éclatans du saint Esprit, & prouvé par là qu'il
avoit aquis une autorité royale, dont une partie consiste dans le
pouvoir de faire des Loix. Tout cela, conformément aux Oracles de
Daniel, qui avoit prédit qu'un peu après la destruction des Royaumes
de Syrie & d'Égypte, dont le dernier prit fin sous Auguste, Ch. VII.
13, Dieu donneroit[6] à un homme qui passeroit pour être d'une
naissance obscure, une Domination éternelle sur tous les Peuples de
toute Langue & de tout Païs.

[Note 6: _A un homme qui passeroit pour être d'une naissance obscure_.
Dan. XII. 45; VII. 13. Le terme de _Fils de l'homme_ marque quelque
chose de bas dans le style des Hébreux. Et c'est ainsi qu'il est
employé pour signifier les Prophétes, lors qu'ils sont comparez aux
Anges.]



[Note marg.: _Que cette partie des Loix de Moyse qui a été abolie, ne
contenoit rien que d'indiférens par soi-même_.]

IX. Mais il y a plus; cette partie de la Loi que Jésus Christ a abolie,
ne contenoit rien qui fût essentiellement bon & juste. Ce n'étoient
que des Observances indiférentes par elles-mêmes, & qui par
conséquent n'étoient pas immuables. Si elles eussent été
nécessairement bonnes, Dieu Dieu les auroit prescrites,[7] non à un
seul Peuple, mais à tous; & cela, dès le commencement du Monde, &
non, plus de deux mille ans après qu'il l'eut créé. Elles ont été
inconnues à Abel, à Enoch, à Noé, à Melchisédec, à Job, à
Abraham, à Isaac, à Jacob, personnes pieuses, aimées de Dieu, & qui
ont reçu de Dieu même le glorieux témoignage d'avoir cru en lui, &
d'avoir été les objets de son amour. On ne voit pas que Moyse ait
exhorté Jéthro son beau-Pére à recevoir ces cérémonies, ni que
Jonas y ait voulu porter les Ninivites. Dans l'énumération exacte
que les Prophétes font des péchez des Chaldéens, des Egyptiens, des
Sidoniens, des Tyriens, des Iduméens, & des Moabites, à qui ils
se sont quelquefois adressez, ils ne marquent pas le mépris ou
l'inobservation de ces Loix. Il faut donc convenir qu'elles étoient
particulières aux Israëlites, & que leur usage étoit,[8] ou de
prévenir quelques péchez à quoi ils étoient naturellement fort
portez, ou d'éprouver leur obéïssance, ou de préfigurer l'avenir. Et
il n'est pas plus étonnant qu'elles ayent pu être abolies, qu'il ne
l'est, qu'un Roi voulant établir un même Droit & les mêmes Loix
dans toute l'étendue de ses États, casse quelques Ordonnances
particuliéres à certaines Communautez.

[Note 7: _Non à un seul Peuple, mais à tous_. Dans les Loix de Moyse,
il y en a quelques-unes qui bien loin de pouvoir être universelles,
ne pouvoient avoir lieu que dans la Judée; par exemple, celles des
prémices, des dîmes, des saintes Congrégations du Peuple aux jours de
Fêtes. Car il étoit impossible que toutes les Nations s'assemblassent
dans la Judée pour s'y aquiter de ces devoirs. Le Talmud même enseigne
que les Loix des Sacrifices ne regardoient que les Hébreux.]

[Note 8: _Ou de prévenir quelques péchez_ &c. Les Juifs étoient
passionnez pour les Cérémonies, & avoient par cela même beaucoup de
penchant à l'Idolatrie, comme leur reprochent les Prophétes, & sur
tout Ezéchiel XVI.]

L'on ne peut rien aporter qui prouve, que Dieu se soit engagé à
ne jamais abolir ces Préceptes, dont l'Evangile a fait cesser
l'observation. Car si l'on dit que dans l'Écriture ils sont apellez
_perpétuels_, ne sait-on pas que les hommes donnent souvent ce nom à
leurs Arrêts, pour marquer qu'ils ne sont pas pour une seule année,[9]
ou pour de certains tems, comme de guerre, de paix, de cherté de vivres
&c. & que ce tître qu'ils leur donnent, n'empêche pas qu'ils ne leur
en puissent substituer d'autres tout diférens, lors que le bien public
l'exige? De même, comme entre les Loix que Dieu donnoit à son Peuple,
les unes étoient à tems, & ne devoient avoir vigueur que [A]tant qu'il
seroit dans le desert, & d'autres étoient pour ce même Peuple, lors
qu'il [B]seroit habitué dans la terre de Canaan, l'Ecriture apelle ces
derniéres _éternelles_, pour les distinguer des autres, & pour marquer
aussi, qu'elles devoient être observées en tous lieux & en tous tems,
à moins que Dieu même n'en dispensât par une Révélation expresse.
Au reste, le tître _d'éternelles_ donné à ces Loix, n'est pas
seulement ordinaire parmi les autres Nations, dans le sens que nous
avons marqué, mais les Juifs mêmes savent qu'il est donné dans leur
Loi,[10] à un droit & à une servitude qui duroit depuis un Jubilé
jusqu'à l'autre.

[Note marg. A: Exod. XXVII. Deut. XXIII. 12.]

[Note marg. B: Deut. XII. I. 20. XXVI. I. Nomb. XXXII. 52.]

Et puisqu'ils nomment l'avènement du Messie, _l'acomplissement du
Jubilé_, ou _le grand Jubilé_, ils doivent reconnoître qu'une Loi
mérite assez le nom de _perpétuelle_, lors qu'elle dure jusqu'à cet
avénement.

Mais à quoi bon disputer là-dessus, puis que dans le Vieux Testament
Dieu promet qu'il fera une nouvelle Alliance avec son Peuple: qu'il
l'écrira dans les coeurs: qu'il y expliquera si clairement sa volonté,
qu'on n'aura plus besoin de s'instruire les uns les autres: & qu'en
vertu de cette nouvelle Alliance, il acordera à son Peuple le pardon de
ses péchez précédens. A peu près comme si un Roi après de longues
& de cruelles divisions qui auraient partagé ses Sujets, vouloit
rétablir entr'eux une paix durable, en ôtant la diversité des Loix
selon lesquelles il les avoit gouvernez, que dans ce dessein, il fît
une Loi très parfaite & commune à tous; & qu'il y ajoutât une
promesse d'impunité générale pour le passé, à condition qu'ils se
corrigeassent à l'avenir.

[Note 9: _Ou pour de certains tems_, &c. Lucius Valerius dans T. Live,
remarque «que les Loix que l'on fait selon l'exigence de certains
tems, ne sont aussi qu'à tems; que celles qui se font en tems de
paix, s'abolissent souvent en tems de guerre, & que la paix fait aussi
disparoître celles qui s'étoient établies pendant la guerre.»]

[Note 10: _A un droit & à une servitude_ &c. Exod. XXI. 6. I Sam. I.
22. C'est ainsi que le Sacerdoce de Phinées, est nommé éternel Pseau.
CVI. 30. 31. Le Rabbin Joseph d'Albo dit, que le mot _à perpétuité_
se doit prendre en un sens limité dans la Loi cérémonielle.]

Quoi que ce que nous venons de dire sufise; nous ne laisserons pas
de parcourir toutes les parties de la Loi qui a été abolie par
l'Evangile, & de montrer en détail qu'elles n'étoient pas de nature à
plaire à Dieu par elles-mêmes, ou à être irrévocables.



[Note marg.: _Que les Sacrifices n'étoient, ni agréables à Dieu par
eux-mêmes, ni irrévocables_.]

X. Nous commencerons par les Sacrifices, qui sont ce qu'il y a de
principal dans cette Loi, & qui saute le plus aux yeux. La plûpart des
Juifs croyent[11] que les hommes en avoient inventé la pratique avant
que Dieu l'ordonnât. Que cela soit vrai ou ou faux, du moins est-il
constant que ce Peuple avoit une extrême passion pour les Cérémonies
religieuses: que cet atachement fut une des raisons qui obligérent Dieu
à en établir un très-grand nombre; & que cette institution avoit
encore un autre usage, qui étoit d'empêcher que le souvenir du Culte
religieux que ce Peuple avoit vû pratiquer aux Egyptiens, ne le portât
à les imiter, &[12] ne le fît insensiblement passer du Culte du vrai
Dieu à celui des fausses Divinitez. Mais comme dans la suite il eut
conçu une trop haute idée des sacrifices, & se fut imaginé qu'ils
étoient par eux-mêmes agréables à Dieu, & qu'ils faisoient partie
de la véritable piété: les Prophétes ne manquérent pas de leur en
faire des reproches. _Je ne te reprendrai point de tes sacrifices_, dit
Dieu par la bouche de David au Ps. L. _Je ne t'obligerai point à me
sacrifier holocaustes sur holocaustes, & à m'ofrir des bouveaux ou des
boucs pris de dedans tes parcs. Toutes les bêtes qui paissent dans les
forêts, ou qui errent par les montagnes, sont à moi. Je sai le nombre
des oiseaux & des bêtes sauvages: de sorte que si j'avois faim, je
n'aurois pas besoin de m'adresser à toi; car la terre, & tout ce quelle
renferme, m'apartient. Penses-tu que je mange la chair des bêtes
grasses, ou que je boive le sang des boucs? Non: mais je veux que tu me
sacrifies des louanges, & que tu me rendes tes voeux_. Quelques
Rabbins répondent que ce mépris que Dieu fait paroître là pour les
Sacrifices, ne vient que de ce que ceux qui les ofroient, étoient des
gens souillez de coeur, & dont la vie étoit impure. Mais les paroles
que nous venons de citer ne disent pas cela: elles marquent clairement
que les Sacrifices n'étoient pas agréables à Dieu par eux-mêmes.
C'est ce qu'on verra encore mieux, si l'on jette les yeux sur
l'enchaînure des parties de ce Psaume, où l'on découvrira que Dieu
parle aux personnes pieuses dans tout ce passage. _Assemblez-moi mes
bien-aimés_, avait-il dit d'abord, ensuite de quoi il ajoute, _Ecoute
mon peuple_, paroles qui vont d'ordinaire à la tête d'un enseignement.
Après cela vient le discours que nous avons rapporté, et que le
Psalmite, selon la coutume de ceux qui enseignent, conclut en se
tournant vers les Impies; _Mais Dieu dit à l'impie_, &c.

[Note 11: _Que les hommes en avoient inventé la pratique_ &c. C'est
aussi le sentiment de St. Chrysostome; «Abel, _dit-il_, presenta un
sacrifice à Dieu, non en vertu de quelque enseignement qu'il eût reçu
là-dessus, ou de quelque Loi qui lui ordonnât d'ofrir les prémices de
son revenu, mais par les seuls mouvemens de sa conscience». La même
chose se voit dans les réponses aux Orthodoxes qui sont parmi les
Ouvrages de Justin Martyr «Aucun de ceux qui avant la Loi ont ofert des
bêtes à Dieu, ne l'a fait par un commandement divin, quoi qu'il
soit aisé de voir que ce culte & ceux qui le pratiquoient ont été
agréables à Dieu».]

[Note 12: _Ne le fît insensiblement passer du Culte du vrai Dieu_
&c. Maimonides & Tertullien rendent cette raison des Cérémonies
religieuses. Voici comme l'explique celui-ci, liv. III. contre Marcion
chap. «Que l'on ne blâme ni les sacrifices, ni toutes ces petites
circonstances gênantes, qui se trouvoient dans les oblations, & qu'on
ne se figure pas que Dieu les ait souhaitées pour leur excellence. Ne
voit-on pas avec quelle évidence il déclare ce qu'il en pense, dans
ces exclamations, _Qu'ai-je à faire de la multitude de vos sacrifices,
& qui a requis cela de vos mains?_ Qu'on admire plutôt sa sagesse, en
ce que voyant son Peuple porté à l'Idolatrie & à la transgression de
ses Loix, il l'a ataché à la véritable Religion, par ces sortes de
devoirs qui étoient si fort du goût de ces tems-là, afin que par
des pratiques superstitieuses en aparence, il les détournât de la
superstition, & que paroissant les desirer, il bornât à ces choses
leur inclination, qui sans cela n'auroit pû se contenter que par
l'Idolatrie.»]

[Note marg.: _On a suivi dans ces passages & dans tous les autres le
Latin de Grotius_.]

Il y a encore plusieurs autres passages qui confirment le sens que nous
donnons à celui que je viens de citer. _Tu ne souhaites pas_, dit David
au Ps. LI. _que je te fasse des sacrifices, & tu ne prends pas plaisir
aux holocaustes. Le sacrifice qui t'est véritablement agréable, c'est
une âme abbatue par le sentiment de son crime. Ô Dieu tu ne méprises
point le coeur froissé et brisé. Tu ne prends point plaisir aux
victimes et aux gâteaux_, dit le même Psalmite aux Ps. XL. _Mais tu
me rends ton esclave en me perçant l'oreille. Tu n'exiges de moi ni
holocauste ni sacrifice pour le _péché. C'est pourquoi j'ai répondu,
me voici, je ferai ta volonté, comme en vertu d'un acord traité &
enregistré. Cette volonté est tout mon plaisir. Car ta loi est au
dedans de moi. Je ne renferme pas les louanges de ta justice dans mon
coeur, mais je prêche par tout ta vérité & ta bonté; sur tout
je célèbre ta miséricorde & ta fidélité au milieu d'une grande
assemblée_. Esaïe au Chap. I. de ses Révélations introduit Dieu
parlant ainsi. _A quoi bon tant de victimes? Je suis las d'holocaustes
de moutons, & de graisse de bêtes grasses. Je ne prens point assez
de plaisir au sang des bouveaux, ni des agneaux ni des boucs, pour
souhaiter que vous paroissiez avec ce sang en ma présence. Car qui a
requis de vous que vous souillassiez ainsi mes parvis?_ Au Ch. VII. de
Jérémie, il y a un passage tout semblable à celui là, & qui lui sert
de Commentaire. _Ainsi a dit le Seigneur des Anges, le Dieu d'Israël,
amassez vos holocaustes avec vos sacrifices, & mangez de leur chair. Car
depuis que j'ai fait sortir vos péres du païs d'Égypte, je n'ai
rien exigé d'eux, & je ne leur ai point donné ordre touchant
les holocaustes ni les sacrifices. Mais voici ce que je leur ai
sérieusement commandé; c'est qu'ils eussent à m'obéir; qu'ainsi
je serois leur Dieu, & qu'ils seroient mon peuple: qu'ils eussent à
marcher dans le chemin que je leur prescrirois; & qu'alors ils seroient
heureux_. Au Ch. VI. d'Osée, Dieu parle ainsi. _J'aime beaucoup mieux
que l'on fasse du bien aux hommes, que ce qu'on me présente des
sacrifices; bien penser de Dieu, vaut mieux que tous les holocaustes_.
Michée au Ch. VI. de sa Prophétie, introduit le Peuple demandant de
quelle maniére il pourroit se rendre Dieu favorable; si c'étoit par un
grand nombre de moutons, ou par une grande quantité d'huile, ou par des
veaux d'un an: à quoi Dieu répond par son Prophéte, _Je te dirai ce
qui est véritablement bon, & agréable à mes yeux;[13] c'est que tu
rendes à chacun ce qui lui apartient, que tu fasses du bien aux autres,
& que tu t'humilies devant moi_.

[Note 13: _C'est que tu rendes à chacun_ &c. Les Juifs disoient que les
602 Préceptes de la Loi sont réduits à 3 dans ce passage, de même
qu'ils le sont à 6 dans Esaïe XXXIII. & à un dans Habacuc II. 4. &
dans Amos I. 6.]

Tous ces passages faisant voir que les Sacrifices ne sont pas de ces
choses que Dieu veut principalement, & à cause d'elles-mêmes; &
d'ailleurs le Peuple, par une superstition qui s'introduisit peu à peu,
étant venu à regarder ces cérémonies comme le fonds de la Piété,
& à croire que les victimes qu'il ofroit, faisoient une compensation
assez exacte de ses péchez; faut-il s'étonner que Dieu ait aboli une
chose, indiférente par elle-même, & devenue criminelle par l'abus que
son Peuple en faisoit? Tout sacré que pouvoit être le serpent d'airain
que Moyse avoit dressé, Ezéchias ne laissa pas de le briser, lors
qu'il vit que le Peuple commençoit à le regarder avec un peu trop de
vénération.

Outre ces raisons il y a quelques Oracles qui ont marqué, par une
conséquence fort claire, la cessation des sacrifices. C'est ce que l'on
comprendra aisément, si l'on considére que selon la Loi de Moyse, les
sacrifices ne se devoient faire que par la Postérité d'Aaron, & que
dans la Judée. Or dans le Ps. CX. Dieu promet un Roi _qui aura un
Empire d'une très-grande étendue; un Roi qui commencera à régner en
Sion, & qui régnera éternellement; qui de plus possédera un Sacerdoce
éternel, & selon l'ordre de Melchisédec._ Esaïe Ch. XIX. dit que
_l'on verra un autel en Égypte, où non seulement les habitans de ce
païs, mais les Assyriens & les Israëlites viendront adorer Dieu_. Au
Ch. LXVI. il dit que _les nations les plus éloignées & les peuples de
toute langue ofriront des dons à Dieu aussi bien que les Israëlites,
& que d'entr'eux on prendra des Lévites & des Sacrificateurs_.[14] Or
tout cela ne se pouvoit acomplir, tant que la Loi de Moyse étoit sur
pié. Au Ch. I. de Malachie, Dieu prédisant les choses à venir dit
_qu'il avoit du dégoût pour les ofrandes des Juifs, que de l'Orient
à l'Occident son nom seroit grand dans toutes les nations, qu'on lui
ofriroit du parfum, & qu'on lui présenteroit des victimes pures_. Et
Daniel raportant au Ch. IX. l'Oracle de l'Ange Gabriel touchant le
Christ, _Il abolira,_ dit-il, _le sacrifice & l'oblation._ Mais sans
toutes ces preuves, la chose parle d'elle-même, Dieu a fait assez voir
par l'événement, qu'il n'aprouve plus les sacrifices prescrits par la
Loi de Moyse; puis qu'il soufre depuis plus de 1600 ans que les Juifs
n'ayent ni Temple, ni Autel, ni aucun dénombrement de Familles, par
lequel ils pourroient connoître quelles sont celles qui ont le droit de
faire les fonctions de la Sacrificature.

[Note 14: _Or tout cela ne se pouvoit acomplir_ &c. Joignez aux passages
suivans celui-ci de Jér. III. 16. _Dans ces jours-là, dit le Seigneur,
on ne dira plus l'Arche de l'Alliance du Seigneur; on n'y pensera plus,
& l'on ne s'en souviendra plus, & l'on ne visitera plus l'Arche_.]



[Note marg.: _Preuve de la même vérité, à l'égard de la diférence
des viandes._]

XI. Après avoir prouvé que la Loi qui ordonnoit les sacrifices
n'étoit pas nécessaire en elle-même, & que Dieu Dieu ne l'avoit
donnée que pour un tems, prouvons la même chose à l'égard de la Loi
qui défendoit certaines viandes. Il est constant qu'après le déluge,
[15]Noé reçut de Dieu le droit de manger de tout indiféremment: & que
non seulement Japhet & Cham, mais aussi Sem & ses Descendans, Abraham,
Isaac, & Jacob, jouïrent du même droit. Mais après que le Peuple
d'Israël eut pris goût aux superstitions des Égyptiens, pendant le
séjour qu'il fit parmi eux, Dieu, pour la premiére fois, lui défendit
de manger de certains animaux; [16]soit que ces animaux fussent de ceux
que les Égyptiens sacrifioient à leurs fausses Divinitez, & dont ils
tiroient des présages & des auspices; soit que Dieu dans une Loi toute
figurative, voulût corriger certains vices, en interdisant quelques
animaux, [17]dont le naturel avoit du raport avec ces vices. Mais il
n'est pas dificile de montrer que toutes les Loix qui réglent
cette diférence de viandes, ne sont pas universelles. Cela paroît
premiérement par la Loi du Ch. XIV. du Deutéronome, selon laquelle il
n'est pas, à la vérité, permis aux Israëlites de manger d'une bête
morte d'elle-même: mais il l'est [18]à ceux d'entre les Cananéens à
qui les Israëlites étoient obligez de rendre toutes sortes de bons
ofices, comme à leurs Fréres, & comme à ceux qui adoroient le même
Dieu. II. [19]Les anciens Docteurs Juifs ont aussi enseigné clairement,
que dans les tems du Messie, la Loi qui mettoit de la diférence entre
les viandes, cesseroit, & que la chair de porc ne seroit pas moins pure
que celle de boeuf. III. En éfet, lors que Dieu s'est voulu faire un
Peuple d'entre toutes les Nations, il étoit plus raisonnable qu'il
donnât à tous ceux qui constituoient ce nouveau Peuple, une entiére
liberté à l'égard de ces sortes de Loix, que de leur imposer à tous
un même joug.

[Note 15: _Noé reçut de Dieu le droit de manger_ &c. On pourroit
objecter que dans l'Histoire du Déluge il est parlé de bêtes nettes,
& d'autres qui ne le sont pas. Mais, ou cela est dit par anticipation,
comme à des gens qui connoissoient déjà cette distinction par la Loi,
ou l'on doit entendre par bêtes qui ne sont pas nettes, celles dont
les hommes s'abstiennent par une aversion naturelle, auquel sens Tacite
Hist. liv. VI. apelle ces bêtes _profanes_; ou enfin il faudra entendre
par celles qui sont nettes, celles qui se nourrissent d'herbes, & par
les impures, celles qui vivent de la chair d'autres animaux.]

[Note 16: _Soit que ces Animaux fussent de ceux que les Égyptiens
sacrifioient_ &c. Origéne contre Celsus liv. IV. «Les Démons ayant
quelque pénétration pour les choses à venir, tant parce qu'ils
ne sont pas engagez dans des corps terrestres, que parce qu'ils ont
beaucoup d'expérience, & d'ailleurs faisant leur unique étude de
détourner les hommes du vrai Dieu, se glissent dans les bêtes les plus
féroces, & dans celles où l'on voit le plus de finesse & de ruse, les
font mouvoir où il leur plait, & autant de fois qu'il leur plait; ou
même, ils excitent l'imagination de ces bêtes à prendre leur vol, ou
à marcher vers ce lieu-ci, ou vers un autre. Leur dessein est, que
les hommes surpris par les présages que ces diférens mouvemens leur
fournissent, cessent de chercher Dieu qui contient toutes, choses,
qu'ils abandonnent la piété, & prennent les objets de leur culte dans
des choses terrestres, dans les oiseaux les dragons, les renards & les
loups. En éfet les Devins ont remarqué que les plus considérables
présages se tirent de ces animaux que je viens de nommer: ce qui vient
aparemment de ce que les Démons ne peuvent pas aussi bien venir à
leurs fins par les animaux d'un naturel plus doux, que par ces autres
qui ont quelque image de vice & de méchanceté. C'est pourquoi entre
toutes les choses que j'ai admirées dans Moyse, celle-ci est une des
plus grandes: C'est qu'ayant une parfaite connoissance de la nature des
animaux & de la conformité de quelques-uns avec la génie des Démons,
soit qu'il ait eu cette connoissance par révélation, soit qu'il l'ait
eue par lui-même, il a déclaré impurs tous les animaux, dont les
Égyptiens & les autres Peuples se servoient pour deviner, & purs ceux
qui n'étoient pas de ce nombre.» C'est à cela que se raportent ces
paroles de Manéthon, _Moyse établit plusieurs Observances contraires
à celles des Égyptiens_.]

[Note 17: _Dont le naturel avoit du raport avec ces vices._ St. Barnabé
dans son Épître fait un long raisonnement là-dessus, dont voici
l'abrégé. «Toutes les défenses que Moyse a faites de manger de
certains animaux, & de s'abstenir des autres, ont un sens spirituel. _Ne
mangez pas de Chair de pourceau,_ dit-il; cela veut dire, ne soyez pas
semblables à ceux qui lors qu'ils sont dans l'abondance, oublient leur
Seigneur, & qui ne le reconnoissent que dans l'adversité; en éfet,
lors que le pourceau a faim, il crie, mais il se tait après qu'on lui
a donné à manger. _Ne mangez point d'aigle, de milan, de corbeau_,
c'est-à-dire, ne vivez point de rapine, mais gagnez vôtre vie en
travaillant. _Ne mangez point de lamproye, de polype, ni de sèche_,
c'est-à-dire, ne vous rendez pas semblables à ceux qui vivent
toûjours dans l'impiété, & qui sont réservez à la mort éternelle.
Car ces poissons qui sont les seuls qui soient défendus, ne s'élévent
jamais vers la surface de l'eau, & demeurent toûjours dans le fond. _Ne
mangez point d'hyène_, c'est-à-dire ne soyez pas adultére. La raison
de ce sens est, que cette bête change de sexe tous les ans. _Vous
mangerez des bêtes qui ruminent_; cela signifie qu'il faut se joindre
à ceux qui méditent dans leurs coeurs les Préceptes qu'ils ont reçus
de vive voix; qui parlent des Ordonnances de Dieu, & qui les gardent,
qui savent que la méditation remplit un coeur de joye, & qui en un mot
ruminent la parole de Dieu. _Vous mangerez de celles qui ont le pié
fourchu_: c'est que les Justes, dans le tems même qu'ils cheminent
dans ce siécle, atendent celui qui est à venir. Admirez par cet
échantillon la beauté des loix de Moyse.» Philon & Aristée citez par
Eusébe ont fait les mêmes réflexions.]

[Note 18: _À ceux d'entre les Cananéens_ &c. C'étoient ceux qui
craignoient Dieu, mais qui n'étoient pas circoncis. Il en est parlé
Lévit. XXII. 25. & XXV. 4. 7.]

[Note 19: _Les anciens Docteurs Juifs_ &c. Le Rabbin Samuel. Le Talmud
dit en général que la Loi ne durera que jusqu'au tems du Messie. Le
R. Béchaï & quelques-autres, croyent que la Loi qui défendoit de
certaines viandes, n'obligeoit que les Juifs qui demeuroient dans la
Palestine. Il est même à remarquer que les Juifs ignorent ce que
signifient la plûpart des noms d'animaux qui sont marquez dans la Loi,
& qu'il y en a beaucoup d'autres sur lesquels ils disputent. Or il n'y a
pas d'aparence que Dieu les eût laissez dans cette ignorance, si cette
Loi eût dû durer jusques à ce jour.]



XII. Pour ce qui est des jours [Note marg.: _2. De la diférence des
jours._ solemnels, & distinguez des autres jours, ils furent tous
instituez en mémoire de la grace que Dieu fit à son Peuple, de le
délivrer du cruel esclavage qu'il soufroit en Égypte, & de le mener
dans la Terre promise. Or Jérémie dit au Ch. XVI. & XVIII. qu'un
jour viendroit auquel de nouvelles graces infiniment plus excellentes,
obscurciroient tellement celle-là, qu'à peine en seroit-il plus
parlé. Outre cela les jours de fête eurent aussi le même sort que les
sacrifices. Le Peuple vint à les estimer plus qu'il ne devoit, & à
croire que pourvu qu'il les observât exactement, les péchez qu'il
pourroit commettre d'ailleurs, seroient extrêmement légers. C'est
là-dessus que Dieu déclare au Ch. I. d'Esaïe, _qu'il avoit du
dégoût pour leurs nouvelles lunes, & pour leurs fêtes; & qu'elles lui
étoient tellement à charge, qu'à peine pouvoit-il plus les suporter._

Mais, au moins, dit-on, la Loi du Sabbat est une Loi universelle &
irrévocable, puis qu'elle a été donnée, non à un seul Peuple, mais
à Adam, le Pére de tous les hommes du Monde; & cela, immédiatement
après la Création. Je répons que de l'aveu même des plus savans
d'entre les Juifs, il y a là-dessus deux Loix diférentes: l'une qui
ordonne que l'on se souvienne du jour du Sabbat, Exode XX. 8: l'autre
qui porte qu'on le doit sanctifier, Exode XXX, 31. On obéït à la
premiére en repassant religieusement dans son esprit la création du
Monde. On observe la seconde, en s'abstenant de toute sorte de travail.
La premiére a été établie dès le commencement du Monde, [20]&
observée par les Patriarches, & par toutes les personnes pieuses qui
ont vécu avant la Loi; telles qu'ont été Enoch, Noé, Abraham, Isaac,
& Jacob. Mais on ne voit pas [21]que dans le grand nombre de voyages que
ces derniers ont faits, ils se soient jamais reposez pour célébrer le
Sabbat; au lieu qu'on trouve dans l'Histoire sainte plusieurs exemples
de cette interruption de voyage, depuis la sortie d'Égypte. Car après
que les Israëlites eurent été tirez de ce Païs, & qu'ils eurent
heureusement passé la mer rouge, la premiére chose qu'ils firent,
fut de célébrer tranquillement ce grand jour de leur délivrance, en
chantant à Dieu un Cantique de victoire. Ce fut alors que la seconde
Loi du Sabbat fut établie. Depuis cela, les Israëlites eurent ordre
de le célébrer par un parfait repos. Le premier passage qui en fait
mention, est celui où il est parlé de la Manne, & de ce que les
Israëlites devoient observer en la recueillant, Ex. XXXV. 2. Lev.
XXIII. 3. Mais ce qui fait voir que cette maniére d'observer le Sabbat
avoit eu lieu dès le jour du passage de la mer rouge, c'est qu'au Ch.
V. du Deut. vers. 15, Dieu donne pour raison de cette observation exacte
& religieuse, la délivrance d'Égypte. On voit aussi dans les passages
que j'ai alléguez, que dans cette seconde Loi Dieu avoit égard aux
Esclaves, & qu'il vouloit adoucir leur condition, que leurs Maîtres
rendoient extrêmement dure, par le travail sans relâche auquel ils
les obligeoient: ce qui a un raport manifeste à la maniére dure &
tyrannique dont les Israëlites avoient été traitez en Égypte, & à
leur afranchissement. Il est vrai que [22]cette Loi obligeoit aussi
les Habitans de Canaan, qui étoient mêlez avec les Israëlites. Mais
c'étoit afin que le repos fût égal dans tout ce Païs-là, étant
observé par tous ceux qui y habitoient. Il y a, au reste, une preuve
très-solide, qui fait voir que cette Loi n'étoit imposée qu'aux
Israëlites, & nullement aux autres Nations: c'est qu'en plusieurs
endroits de l'Écriture, elle est apellée un signe, & même une
Alliance particuliére entre Dieu & son Peuple comme Exod. XXXI. 13. 16.

[Note 20: _Et observée par les Patriarches._ C'est d'eux qu'est
parvenue jusqu'aux Grecs l'opinion qui leur a fait regarder le septiéme
jour avec plus de vénération que les autres, comme l'a remarqué
Clément Alexandrin.]

[Note 21: _Que dans le grand nombre de voyages.. ils se soient jamais
reposez._ C'est dans ce sens que Justin & Tertullien ont assuré que les
Fidéles de ce temps n'avoient jamais observé le Sabbat.]

Cela posé; je dis, que toutes les choses qui ont été instituées pour
servir vir de mémorial à la sortie d'Égypte, n'étoient pas telles
qu'elles dussent toûjours durer. Nous l'avons déjà montré par les
promesses que Dieu fait de plusieurs graces beaucoup plus considérables
que celles-là. Ajoûtez à cela, que si la Loi qui ordonne de se
reposer le septiéme jour, eût été établie dès le commencement
du Monde, & qu'en vertu de cela elle fût irrévocable, elle auroit
toûjours dû l'emporter sur d'autres Loix qui lui étoient oposées,
& qu'on ne pouvoit garder qu'en la violant; & c'est précisement le
contraire de ce qui est arrivé. [23]Les Juifs ont toûjours circoncis
leurs enfans en ce jour; & lors que le Temple subsistoit, on y
égorgeoit des victimes le jour du Sabbat, de même que les autres
jours. Les Docteurs juifs mêmes font bien connoître qu'ils ne croyent
pas cette Loi indispensable, lors qu'ils disent qu'il étoit permis de
violer le Sabbat par l'ordre d'un Prophéte; ce qu'ils confirment par
l'exemple de la prise de Jericho, qui arriva à pareil jour sous la
direction de Josué. Quelques-uns d'entr'eux voyant qu'Esaïe prédit au
Ch. LXVI. 23. que le Culte de Dieu ne seroit plus afecté aux Sabbats, &
aux nouvelles Lunes, & qu'il auroit lieu dans tous les jours qui coulent
d'un Sabbat à l'autre, & depuis une nouvelle Lune jusqu'à celle qui
suit, en ont conclu assez à propos, que lors que le Messie seroit venu,
toute diférence de jours seroit entiérement abolie.

[Note 22: _Cette Loi obligeoit aussi les habitans_ &c. Selon le
sentiment des Hébreux, elle n'obligeoit pas ceux, qui hors de la Judée
observoient les Préceptes des Noachides.]

[Note 23: _Les Juifs ont toûjours circoncis_ &c. De là vient le
Proverbe Hébreu, _La Circoncision chasse le Sabbat_. Voyez Jean VII.]



[Note marg.: _3. A l'égard de la Circoncision._]

XIII. Je viens à la Circoncision. Il faut avouer qu'elle est plus
ancienne que Moyse, puis qu'elle a été ordonnée à Abraham & à sa
Postérité. Mais on doit savoir qu'elle lui fut ordonnée comme un
commencement & comme une ébauche de l'Alliance Mosaïque. Cela paroît
par les termes mêmes de l'Institution, _Je te donnerai_, dit Dieu à
Abraham, Gen. XVII. _Je te donnerai, & à ta postérité, le païs
auquel tu as demeuré comme étranger, le païs, dis-je, de Canaan, en
possession perpétuelle. Garde donc mon Alliance, toi, & ta postérité
à jamais. C'est ici l'Alliance entre moi, & vous & ta postérité;
c'est que tout mâle sera circoncis._ Or nous avons déjà vu qu'à
cette Alliance il devoit y en succéder une nouvelle, qui seroit commune
à tous les Peuples, & par conséquent la Circoncision, qui étoit un
caractére de distinction entre les Israëlites & les autres Nations,
devoit nécessairement prendre fin. D'ailleurs il est clair que la
Circoncision renfermoit un sens mystique, & beaucoup plus excellent
que celui qu'on y apercevoit d'abord. C'est ce que veulent dire les
Prophétes, lorsqu'ils commandent que l'on circoncise son coeur. Or
c'est à cette circoncision intérieure que tendent tous les Préceptes
de Jésus-Christ. Ce sens mystique nous oblige d'en chercher aussi un
dans les promesses que Dieu atacha à la Circoncision. Selon ce sens,
la Terre promise signifioit la Vie éternelle: or personne ne l'a plus
clairement révélée que Jésus Christ. Et selon ce même sens, la
promesse que Dieu fait à Abraham de le constituer le Pére de plusieurs
Nations, devoit avoir son principal acomplissement, lors qu'au lieu de
quelques Peuples, dont il étoit le pére selon la chair, toutes les
Nations du Monde viendroient à imiter sa foi. Or c'est ce qui n'est
arrivé que par l'Évangile. Cela posé, il n'y a plus lieu d'être
surpris que ce qui servoit à préfigurer ces choses spirituelles, ait
été aboli lors qu'elles ont été acomplies. [14]Si l'on pense que les
grâces de Dieu étoient atachées à ce Sceau, on n'a qu'à considérer
qu'Abraham même, avant qu'il l'eût reçu, n'a pas laissé d'être
agréable à Dieu; & que dans tout le tems que les Israëlites
voyagérent par les déserts de l'Arabie, ils ont omis cette cérémonie
[Note marg.: Jos. V. 5. 6.] religieuse, sans que Dieu ait témoigné que
cela lui déplaisoit.

[Note 24: _Si l'on pense que les graces de Dieu étoient atachées à ce
Sceau_ &c. Justin Martyr, Entretien avec Tryphon. «Vôtre circoncision
n'a pas été établie comme une oeuvre de Justice, mais comme un signe
de la Justice, & comme un symbole qui distinguoit la race d'Abraham des
autres Peuples du Monde. Car Dieu a dit à Abraham, _Tout mâle d'entre
vous sera circoncis.. & ce sera un signe d'Alliance entre moi & vous._]

Après cela, n'est-il pas surprenant que les Juifs ayent rejetté
Jésus-Christ & ses Apôtres, au lieu de leur rendre graces de se
qu'ils les afranchissoient du Fardeau pesant des cérémonies; puis
que d'ailleurs les miracles qu'ils leur voyoient faire, & [25]qui ne
cédoient en rien à ceux de Moyse, ne leur permettoient pas de douter
qu'ils n'eussent l'autorité nécessaire pour les délivrer de ce joug.
Ils devoient être d'autant plus portez à recevoir favorablement ces
premiers Docteurs de nôtre Religion, que ceux-ci n'exigeoient pas
d'eux absolument qu'ils acceptassent cette délivrance, & qu'ils leur
laissoient une entiére liberté de vivre comme il leur plairoit, pourvu
seulement qu'ils suivissent les saintes Régles de l'Évangile, & que,
d'ailleurs, ils ne prétendissent pas astreindre+ à l'observation ces
cérémonies, les Étrangers à qui elle n'avoit jamais été ordonnée.
Cela seul sufit pour faire voir avec quelle injustice les Juifs
rejettérent Jésus-Christ, sous prétexte qu'il abolissoit la Loi
cérémonielle.

[Note marg.: +Act. XV. Gal. I.]

[Note 25: _Qui ne cédoient en rien à ceux de Moyse._ Le Rab. Lévi Ben
Gerson a dit _que les miracles du Messie devoient être plus grands que
ceux de Moyse_. Et c'est en éfet ce qui est arrivé, comme il paroît
par celui de la Résurrection.]

[Note marg.: Act. XVI. 1. 3. Rom. XIV. 1.]

3. 5. 15. IV. 10.]

Après avoir répondu à cette objection, qui est presque la seule que
les Juifs ayent à faire contre les miracles de Jésus-Christ, je viens
aux autres Argumens qui sont propres à les convaincre de la vérité du
Christianisme.



[Note marg.: _Que les Juifs conviennent qu'un Messie a été promis._]

XIV. Ils demeurent d'acord avec nous, que dans les Oracles des
Prophétes, Dieu promet un homme infiniment plus excellent que tous
les autres par le ministére de qui Dieu leur a fait quelques graces
signalées. Ils apellent cet homme, _Messie_, nom commun à tous ceux
qui ont reçu quelque Onction, mais qui lui convient d'une maniére
infiniment plus grande & plus sublime qu'à tous les autres. Nous
assurons que cet homme est venu: ils prétendent qu'il doit venir.
Voilà le grand procès que nous avons les uns contre les autres. Mais
qui prendrons nous pour nos Juges, sinon les Livres qu'eux & nous tenons
également pour divins? Consultons-les donc, & voyons s'ils ne décident
pas la chose en nôtre faveur.



[Note marg.: _Que ce Messie est venu. I. Preuve; le tems marqué pour la
venue est expiré._]

XV. [26]Daniel, à qui le Prophéte Ezéchiel a rendu le témoignage
d'une piété éminente, n'a pas eu sans doute dessein de nous tromper.
Et l'on ne peut pas dire non plus qu'il ait été trompé par l'Ange
Gabriel. Or c'est en qualité de Disciple de cet Ange, qu'il nous dit au
Ch. IX. de sa Prophétie, que depuis l'Édit en vertu duquel les Juifs
rebâtiroient Jérusalem, [27]il s'écouleroit moins de 500 ans, avant
que le Messie parût. Depuis cet Édit jusqu'à nôtre siécle plus de
2000 ans se sont passez. Cependant le Messie que les Juifs atendent
n'est pas encore venu: & ils ne peuvent nommer personne qui soit venu
en cette qualité dans le tems marqué par Daniel. D'ailleurs,
Jésus-Christ est venu si précisément dans ce terme, que Néhumias,
Docteur Juif, qui vivoit 50 ans avant lui, disoit, qu'avant que 50 ans
se fussent écoulez, on verroit l'acomplissement de cet Oracle.

[Note 26: _Daniel, à qui le Prophéte Ezéchiel &c._ Ezéch. XIV. 14.
XXXVIII. 3. Joséphe liv. X sur la fin; «Je ne trouve rien de plus
admirable en ce grand Prophéte, que ce bonheur tout particulier &
presque incroyable qu'il a eu au dessus de tous les autres, d'avoir
durant sa vie été honoré des Rois & des Peuples, & d'avoir laissé
après sa mort une mémoire immortelle. Car les Livres qu'il a écrits,
& qu'on nous lit encore maintenant, font connoître que Dieu même lui a
parlé.»]

[Note 27: _Il s'écouleroit moins de 500 ans avant que le Messie
parût._ Les Rabbins Salomon Jarchi, Josué & Sadias, reconnoissent que
dans ces passages de Daniel, le fils de l'homme est le Messie. Le Rab.
Josué qui a vu la ruïne du Temple, disoit que le Messie étoit venu.]

Une seconde marque du tems, auquel le Messie devoit paroître, & qui
s'acorde avec la premiére, c'est [28]l'établissement que le même
Prophéte prédit que Dieu feroit d'un Empire universel, après que la
Postérité de Séleucus[a] & de Lagus[b] auroit cessé de régner.
Or le Royaume d'Égypte, qui finit sous Cléopâtre[c], la dernière
Personne de la race de Lagus, finit un peu avant la naissance de
Jésus-Christ. Une troisiéme marque du tems de l'avénement du Messie,
se trouve au Ch. IX. de Daniel, où il est dit, que peu après cet
avénement la Ville de Jérusalem seroit détruite, [29]& Joséphe même
a entendu cet Oracle de cette totale destruction qui arriva de son
tems: donc le tems marqué pour cet avénement étoit alors passé. La
derniére marque du tems que nous cherchons, se recueille du Ch. II.
d'Aggée. Zorobabel Chef des Juifs & Jésus fils de Josédec souverain
Sacrificateur ne pouvoient voir sans une extrême afliction que le
Temple qu'ils bâtissoient, ne répondît pas à la magnificence du
premier. Dieu les console, en leur promettant que la gloire de ce second
Temple seroit plus grande que celle de l'autre. Or si l'on confronte la
description de ce Temple, telle qu'elle se trouve dans l'Histoire sainte
de ces tems-là, & dans les Écrits de Joséphe, avec la description
que l'Écriture fait du Temple de Salomon; on verra, que l'avantage
du nouveau Temple sur l'ancien ne consistoit ni dans la grandeur du
bâtiment, ni dans la perfecfection de l'architecture, ni dans la
magnificence des ornemens. Les Docteurs Juifs mêmes ont remarqué
qu'il manquoit au second Temple deux choses très-avantageuses qui se
trouvoient dans le premier; l'une étoit une lumiére éclatante, qui
marquoit visiblement la présence de la Majesté divine. Mais il n'est
pas besoin de sortir du Texte que nous avons cité, pour découvrir en
quoi le second Temple devoit être plus excellent que l'autre; puis que
Dieu y promet [30]_qu'il y afermira sa paix_, c'est-à-dire sa grace
& sa bienveillance, _comme par une Alliance ferme & perpétuelle_.
La même promesse est expliquée un peu plus au long au Ch. III. de
Malachie, _Voici, j'envoyerai mon Ange qui préparera mes voyes, &
aussi tôt après, [31]le Seigneur que vous désirez, le messager de
l'Alliance, lequel fait votre joye, entrera dans son Temple._ Or dans le
tems que Malachie vivoit, le second Temple étoit bâti: donc le Messie
a dû venir pendant que le second Temple subsistoit. Sur quoi il faut
remarquer, que lors que les Juifs désignent le tems par _la durée du
second Temple_, ils entendent par là tout le tems qui a coulé depuis
Zorobabel jusqu'à Vespasien. Et la raison de cela est que sous Hérode
le Grand, le Temple ne fut pas, à proprement parler, relevé de ses
ruïnes, mais rebâti peu à peu, & partie après partie: [32]ce qui ne
devoit pas empêcher qu'on ne l'apellât le même Temple. Toutes ces
marques qui caractérisoient le tems du Messie, firent tant d'impression
sur les Juifs du tems de Jésus-Christ & sur les Peuples voisins, &
elles produisirent une atente si ferme & si constante, te, que plusieurs
d'entr'eux [33]regargardérent Hérode comme le Messie, d'autres le
crurent voir en la personne de [d] Judas le Gaulonite; & d'autres
tombérent dans la même erreur à l'égard de quelques autres personnes
un peu distinguées.

[Note 28: _L'établissement.. d'un Empire universel._ Plusieurs Rabbins
apliquent ce passage au Messie.]

[Note a: Seleucus étoit un des Généraux de l'Armée d'Alexandre,
& qui regna après lui en Syrie pendant 20. ans. Voyez Appien _Hist.
Grec._ TRAD. DE PAR.]

[Note b: Lagus étoit pere de Ptolomée successeur d'Alexandre dans
l'Égypte, l'Afrique & une partie de l'Arabie, & ce Ptolomée eut pour
fils & pour successeur Ptolomée Philadelphe. _Le même_.]

[Note c: Cleopatre étoit Reine d'Égypte, fille de Ptolomée Auletes,
soeur & femme du dernier Ptolomée: Elle se livra à Jules Cesar qui
en étoit devenu amoureux. Ensuite Antoine aïant repudié la soeur
d'Auguste qu'il avoit épousée, prit Cleopatre pour Femme. Auguste
irrité, lui livra la guerre, le vainquit, l'obligea à se donner la
mort: Cleopatre craignant de tomber entre les mains des ennemis, imita
son exemple. _Le même._]

[Note 29: _Et Joséphe même a entendu &c._ «Ce grand Prophéte a aussi
eu connoissance de l'Empire de Rome, & de l'extrême désolation où
il réduisoit nôtre païs. Dieu lui avoit rendu toutes ces choses
présentes, &c. Le Rabbin Jarchi explique les 70 Semaines de la même
maniére que nous.]

[Note 30: _Qu'il y afermira sa paix._ Il faut faire atention sur ces
paroles précédentes, _le désir des Nations viendra, & j'emplirai
cette maison de gloire_. Cela s'acord merveilleusement avec ce que nous
avons raporté de Malachie, & il semble que ces deux Prophétes se
servent d'interpréte l'un à l'autre. Le Rab. Akiba & plusieurs autres
ont cru que le Messie devoit venir dans le second Temple.]

[Note 31: _Le Seigneur que vous désirez_ &c. La plûpart par des Juifs
expliquent ce passage du Messie.]

[Note 32: _Ce qui ne doit pas empêcher_ &c. Philon. «On ne dit pas
qu'une chose périt, lors que les parties périssent l'une après
l'autre, mais lors qu'elles tombent toutes à la fois.]

[Note 33: _Regardèrent Hérode_ &c. Matth. XXII. 16. Marc. III. 6. Dans
un ancien Commentateur de Perse on lit ces paroles: «Hérode régnoit
du tems d'Auguste dans une Contrée de Syrie. Une sorte de gens qui
s'appeloit Hérodiens célébroit le jour de sa naissance, & au jour
du Sabbat ils mettoient sur leurs fenêtres à son honneur, des lampes
allumées & couronnées de violettes.»]

[Note d: Judas le Gaulonite, dit Joseph, _Hist. des Juifs_, L. 18.
étoit de la Ville de Gamala; affilié d'un Pharisien nommé Sadoc, il
sollicita le Peuple à se soulever, disant que le dénombrement ordonné
par _Auguste_, montroit clairement qu'on vouloit le réduire en
servitude. Dans le second Livre de la guerre des Juifs, il dit encore:
Un Galiléen nommé Judas porta les Juifs à se révolter, en leur
reprochant qu'en païant le tribut aux Romains, ils égaloient les
hommes à Dieu, puisqu'ils les reconnoissoient pour maîtres aussi
bien que lui. Les Actes des Apôtres, ch. 9, ont parlé aussi de cet
imposteur. Judas de Galilée, disent-ils, s'éleva lorsque se fit le
dénombrement du peuple, & il attira à son parti beaucoup de monde;
mais il périt, & ceux qui avoient cru en lui se dissiperent. TRAD. DE
P. L. E.]



[Note marg.: _Réponse à l'objection que l'avénement a été diféré
à cause des péchez du Peuple.]

XVI. Comme les Juifs se sentent extrémement pressez par ces argumens,
qui prouvent que le Messie est venu; quelques-uns pour les éluder,
disent que les péchez des Juifs, sont cause qu'il n'est pas venu dans
le tems auquel Dieu avoit promis de l'envoyer.[34] Mais pour ne pas dire
que la promesse que Dieu en fait, marque un dessein absolu, & non pas un
dessein conditionnel, c'est-à-dire, que Dieu ne promet pas de donner le
Messie, au cas que son Peuple demeure saint & juste, mais qu'il promet
absolument qu'il le lui donnera: sans cette réponse, dis-je, comment la
venue du Messie auroit-elle pu être diferée à cause des péchez
du Peuple; puis que Dieu, dans les mêmes Oracles, avoit aussi
prédit[n.m.-A], qu'en punition du grand nombre de péchez énormes que
le Peuple avoit commis, il détruiroit Jérusalem peu de tems après que
le Messie se seroit présenté à ce Peuple? Mais ce qu'il y a de plus
fort, c'est que la raison même pour laquelle il devoit venir, c'étoit
afin qu'il remédiât[n.m.-A] à la corruption extrême du siécle
auquel il paroîtroit; & qu'avec des Loix propres à corriger les
moeurs, il aportât aux hommes le pardon de leurs crimes. C'est dans
cette vue que Zacharie dit au Ch. XIII. _qu'il y auroit une source
ouverte à la maison de David & à tous les habitans de Jérusalem, pour
les nettoyer de leurs péchez_; Les Juifs mêmes apellent souvent le
Messie[35] _ISCH COPHER_, c'est-à-dire, _Celui qui apaise ou qui
expie_. Or il est de la derniére absurdité de dire, que parce qu'une
certaine maladie est survenue, on a diféré d'aporter le reméde qui
étoit précisément destiné à la guérir.

[Note marg. A: Dan, IX, 24.]

[Note 34: _Mais pour ne pas dire que_ &c. Joséphe liv. X. chap. 12.
parlant de Daniel, remarque fort à propos «qu'il n'avoit pas seulement
prédit en général comme les autres Prophétes, les choses qui
devoient arriver, mais qu'il a aussi marqué les tems ausquels elles
arriveroient.» On voit par Mal. 3. que le dessein d'envoyer le Messie
n'étoit pas conditionnel. De plus comme le Messie devoit être Auteur
d'une nouvelle Alliance, comme cela paroît par les Prophétes, il
est absurde de dire que son avénement dépendoit de l'observation de
l'ancienne Alliance laquelle il devoit abolir.]

[Note marg. A: Es. LIII. 4. Jer. XXXI. 31. &c.]

[Note 35: _Isch Copher_. Voyez la Paraphr. Chald. sur le Cantique des
Cant. I. 14. Les Rab. Judas & Siméon ont dit que le Messie porteroit
nos péchez.]



[Note marg.: 2. _Preuve. Comparaison de l'état présent des Juifs avec
ce que la Loi leur promettoit._]

XVII. Outre tous les passages qui marquent expressément le tems du
Messie, & d'où nous concluons invinciblement que ce tems est passé,
les Juifs n'ont qu'à jetter les yeux sur leur état présent pour en
être convaincus. Lors que Dieu traita Alliance avec eux par Moyse,
il leur promit qu'ils posséderoient la Palestine tranquillement
& heureusement, tant qu'ils méneroient une vie conforme à ses
Préceptes. A quoi il ajoûta des menaces de bannissement, & de
plusieurs autres maux de cette espéce, au cas qu'ils vinssent à violer
ses Loix. Mais il leur promit, cependant, que si après avoir quelque
tems gémi sous la pesanteur de ces maux, ils venoient à se repentir de
leurs crimes, & qu'ils rentrassent dans les bornes de leur devoir, il
se laisseroit toucher de compassion pour eux, & les feroit retourner
en leur Païs, quand même ils auroient été dispersez jusqu'aux
extrémitez de la Terre. Cela se voit en plusieurs passages,
particuliérement au Ch. XXX du Deuter. & au I. de Néhémie. Or depuis
plus de 1500 ans les Juifs sont bannis de leur Païs; ils n'ont plus de
Temple;[36] & si quelquefois ils ont entrepris d'en rebâtir un, ils ont
rencontré des obstacles insurmontables: jusques-là que sous Julien à
peine eurent-ils mis la main à l'oeuvre, qu'il sortit de terre, auprès
des fondemens, de grands tourbillons de flammes, qui dévorèrent ceux
qui travailloient. C'est ce que nous apprenons d'Ammien Marcellin[e]
Auteur Payen. Autrefois, le Peuple s'étant plongé dans les plus grands
vices, & étant allé jusqu'à sacrifier les enfants à Saturne, à
compter l'adultère pour rien, à piller la Veuve & le Pupille, à
répandre en abondance le sang innocent, crimes que les Prophètes leur
ont souvent reprochés; toute la peine que Dieu leur infligea, fut un
exil de 70 ans, pendant lequel, encore, il ne cessa de s'adresser à eux
par les Prophètes, & de les consoler par l'espérance du retour,
dont il leur marqua même le temps. En vérité cette peine est bien
légère, au prix de ce qu'ils souffrent depuis la dernière dissipation
qui leur arriva sous les Empereurs Romains. Ils ne sont pas seulement
privez de leur Patrie, ils sont l'objet du mépris de tout le monde.
Aucun Prophète ne s'élève parmi eux. De quelque côté qu'ils se
tournent, ils n'aperçoivent aucune marque qui leur fasse espérer
d'être rétablis dans leur leur Païs. Leurs Docteurs, comme s'ils
étoient frapez de vertige, se sont laissé aller à ces Contes bas,
& à ces opinions ridicules dont le Talmud est rempli, ausquelles ils
osent donner le nom de Loi Orale, & qu'ils mettent en parallèle avec la
Loi que Moyse a écrite, pour ne pas dire qu'ils la préférent à cette
Loi. Qu'y a-t-il par exemple, de plus ridicule que ce qu'ils disent, que
Dieu pleura de ce qu'il avoit laissé détruire Jérusalem, & qu'il lit
exactement la Loi tous les jours? Qu'y a-t-il de plus puéril, que ce
qu'ils content du Béhémoth & du Leviathan, & que je ne puis m'amuser
à raporter, non plus que cent autres rêveries? Quel est donc le grand
crime qui a atiré sur eux de si terribles malheurs? Certes, ce n'est
pas l'Idolatrie, à laquelle ils étoient autrefois si sujets, & qui fut
cause de leur captivité. Ce ne sont pas aussi ni les homicides ni les
adultéres. Ils sont assez innocens à cet égard; ils tâchent même,
à l'envi les uns des autres, [37]de se rendre Dieu propice des
priéres, & par des jeûnes: mais Dieu n'y a aucun égard. Il faut
donc nécessairement dire l'une ou l'autre de ces deux choses; ou que
l'Alliance Mosaïque a été entiérement abolie, ou que le Corps entier
de la Nation Judaïque s'est rendu coupable de quelque crime bien
énorme & dont la punition n'est pas encore achevée. Si c'est la
seconde de ces deux choses, qu'ils nous disent quel est ce crime, &
s'ils ne le peuvent, qu'ils commencent donc à ajoûter foi à ce que
nous disons, que ce crime n'est autre que celui d'avoir rejetté le
Messie, qui est venu avant que ces malheurs leur arrivassent.

[Note 36: _Et si quelquefois ils ont entrepris_ &c. Cela est arrivé
sous Adrien, sous Constantin & sous Julien.]

[Note marg.: Jer. xxv. 13]

[Note e: Cet historien était Grec, de la ville d'Antioche; il
fleurissait sous les Empereurs Gratien & Valentinien au milieu du
quatrième siècle. TRAD. DE PAR.]

[Note 37: _De se rendre Dieu propice par des priéres._ Si l'on en croit
les Juifs, ils ont rendu service à Dieu en rejettant le faux Messie,
que tant de personnes ont reçu.]



[Note marg.: Que Jésus est le Messie. Preuves tirées des
prédictions.]

XVIII. Jusqu'ici j'ai prouvé que le Messie doit être venu: je vais
présentement montrer qu'il n'est autre que le Jésus que nous adorons.
Tous les autres qui se sont vantez d'être le Messie, ou qui ont même
passé pour tels n'ont laissé aucune Secte qui conservât ce sentiment.
Nous n'en voyons aujourd'hui aucune qui fasse profession de reconnoître
pour tel, ni Hérode, ni Judas le Gaulonite, ni Barchochébas, qui
sous l'Empire d'Adrien se dit être le Messie, & qui trompa les plus
éclairez. Mais depuis que Jésus-Christ est venu au Monde, jusqu'à
nôtre siécle, il y a toujours eu dans toute l'étendue de la Terre, &
il y a encore aujourd'hui un nombre infini de personnes qui suivent sa
Doctrine, & qui le révérent comme le Christ. Je pourrois aporter
ici beaucoup de choses, qui ont été autrefois ou prédites ou crues
touchant le Messie, lesquelles nous croyons avoir été vérifiées en
la personne de Jésus-Christ, & qu'on ne prétend pas même avoir été
acomplies en aucun autre. En voici quelques-unes. Jésus-Christ étoit
de la Famille de David[A]: il est né d'une Vierge, comme l'aprit par
révélation celui qui avoit épousé Marie, & qui l'auroit renvoyée,
s'il eût cru qu'elle fût enceinte d'un autre selon les voyes
ordinaires: il est né à Bethléhem[B], il a commencé[C] à prêcher
en Galilée:[D] il a guéri toutes sortes de maladies: il a rendu la vue
aux Aveugles, & redressé les Boiteux. Mais je me contente de remarquer
une chose que[E] David, Esaïe, Zacharie, & Osée avoient prédite, &
dont l'acomplissement subsiste encore aujourd'hui; c'est que le Messie
devoit être le Docteur non seulement des Juifs, mais aussi des autres
Nations: qu'il anéantiroit le culte des fausses Divinitez, & qu'il
rangeroit au service d'un seul Dieu une grande multitude d'Etrangers.
Avant la venue de Jésus-Christ, presque tout le monde étoit plongé
dans l'Idolatrie. A peine a-t-il paru, qu'elle commença à s'évanouïr
peu à peu, & que non seulement plusieurs Particuliers, mais des Rois, &
des Nations entiéres quitérent les faux Dieux, pour ne plus adorer
que le seul vrai Dieu. Cet heureux changement n'est pas l'éfet des
enseignements des Docteurs Juifs, mais de la Doctrine que les Disciples
de Jésus-Christ, & ceux qui vinrent après eux, prêchérent par tout
le Monde. Par là, ceux qui n'étoient pas encore le Peuple de Dieu, le
devinrent; & l'on vit acompli ce que Jacob avoit prophétisé au Ch.
XLIX de la Genése, qu'avant que l'autorité du Gouvernement civil fût
entiérement ôtée à la Postérité de Juda, le Silo, c'est-à-dire
le Messie, selon la Paraphrase Chaldaïque, [38]& selon tous les
Interprétes, le Silo, dis-je, viendroit, & que les Nations étrangéres
mêmes se viendroient soumettre à lui.

[Note marg. A: Ps. LXXXIX. 4. Es. IV. 2. &c.]

[Note marg. B: Mich. V. 2.]

[Note marg. C: Es. IV. 1.]

[Note marg. D: Es. XXXV. 5.]

[Note marg. E: Ps. II. 8. XXII. 18.]

[Note marg.: Es. II. 18. 20. XXXI. 7.]

[Note marg.: Es. XI. 10.]

[Note 38: _Et selon tous les Interprétes_ &c. Ces Interprétes sont les
Rabbins Siloch, Béchaï, Salomon, Abenezra & Kimehi.]

[Note marg.: _Réponse à l'objection que quelques-unes de ces
prédictions n'ont pas été accomplies._]



[Note marg.: Esaïe. XXIX. 2. Dan. XXII. 4. 9.]

XIX. Les Juifs nous objectent ici, que certaines choses qui ont
été prédites touchant le tems du Messie, n'ont pas encore eu leur
acomplissement. Je répons que les prédictions qu'ils aportent pour
exemple, sont ou obscures, ou sujettes à diverses interprétations,
& que par conséquent elles ne nous doivent pas faire renoncer à des
choses qui sont très-intelligibles & très-claires, telles que sont, la
sainteté de la Morale de Jésus-Christ, la grandeur de la récompense
qu'il a promise à ses Fidéles; la clarté & l'évidence des termes
dans lesquels il la propose. A quoi si l'on ajoûte les miracles, qui ne
voit que ce devoient être des raisons sufisantes pour faire embrasser
sa Doctrine? Pour ce qui est des Prophéties, leur obscurité, qui leur
a fait donner le nom de Livres fermez, est telle qu'on ne peut souvent
les entendre sans le secours de la Grace. Or il est juste que Dieu
refuse ce secours à ceux qui n'ont pas voulu profiter des lumiéres
plus vives & plus convainquantes que ne sont les Oracles. Pour ce qui
est des passages qu'ils nous objectent, ils savent bien eux-mêmes
qu'ils peuvent recevoir plusieurs explications. Si quelqu'un veut se
donner la peine de confronter les anciens Interprétes, qui ont vécu
pendant la captivité de Babylone, ou dans les tems de Jésus-Christ,
avec ceux qui ont écrit depuis que le nom de Chrétiens est devenu
odieux aux Juifs, il trouvera que les premiers ont expliqué les
passages controversez, d'une maniére assez conforme au sens que
nous leur donnons; & il en conclura avec raison, que si les Nouveaux
Interprétes ont inventé d'autres sens, éloignez de ceux que les
anciens Juifs recevoient aussi bien que nous, ils ne l'ont fait que par
passion, & dans le dessein de se faire des armes contre nous.

Mais pour dire quelque chose de plus particulier sur ces prédictions
non [Note marg.: Es. XI.6.] acomplies, les Juifs, tout atachez qu'ils
sont à la lettre & au sens propre des mots, n'ignorent pas qu'il y a
quantité d'endroits dans l'Écriture, qui se doivent entendre dans un
sens de métaphore & de figure. Tels sont ceux qui atribuent à Dieu des
choses qui n'apartiennent qu'à l'Homme, qui disent qu'il est descendu,
& qui lui donnent une bouche, des oreilles, des narines &c. Pourquoi
donc ne pourrions-nous pas aussi expliquer dans un sens de figure la
plûpart des choses qui sont prédites touchant les tems du Messie?
Pourquoi n'entendrions-nous pas ainsi ce qui est dit, _qu'alors le loup
paîtra avec l'agneau, le léopard avec le chevreau, & le lion avec le
bétail; que l'enfant se jouera avec l'aspic; que la montagne de Dieu
s'élévera au dessus des autres montagnes & que les étrangers y
aborderont pour y sacrifier_. Enfin, il y a certaines promesses qui
paroissent absolues, mais qui dans le fond renferment une condition; &
cette condition se peut découvrir ou dans ce qui précéde, ou dans ce
qui suit, ou dans le sens même de la promesse. C'est ainsi que Dieu a
promis beaucoup de choses aux Juifs, au cas qu'ils reçussent le Messie,
& qu'ils lui voulussent obéir. Et si l'événement n'y a pas répondu,
c'est à eux-mêmes, & non pas à Dieu, qu'ils s'en doivent prendre.
S'il y a quelques promesses absolues & indépendantes de cette
condition, qui ne soient pas encore acomplies, il ne s'ensuit pas de là
qu'elles soient vaines, ou que nous les apliquions mal, mais que nous en
devons encore atendre l'éfet. Car les Juifs tiennent pour constant que
le tems, ou si l'on veut, le Régne du Messie, doit durer jusqu'à la
consommation des siécles.



[Note marg.: _Réponse à l'objection prise de la bassesse & de la mort
de Jésus-Christ._]

XX. La plûpart des Juifs sont choquez de la condition obscure & basse
de Jésus-Christ; mais à tort. Ils devroient avoir apris en mille
endroits de l'Écriture que Dieu éléve les humbles, & qu'il abaisse
les orgueilleux. Ils devroient y avoir remarqué que Jacob, qui avoit
passé le Jourdain sans autre équipage que son bâton, le repassa
quelque tems après avec une quantité incroyable de bétail; que Moyse
étoit exilé, pauvre, & réduit à la condition de berger, lors que
Dieu lui aparut dans le buisson, & lui donna la conduite de son Peuple;
que David fut tiré d'entre les troupeaux pour être élevé sur le
Trône; qu'en un mot l'Écriture sainte est pleine d'exemples qui
prouvent cette vérité. À l'égard du Messie, les Prophétes disent
que la [a]nouvelle de sa venue seroit agréable aux Pauvres; [b]qu'il
n'exciteroit ni querelles ni disputes; qu'il agiroit d'une maniére
pleine de douceur; qu'il épargneroit le roseau cassé, & qu'il
n'éteindroit pas dans le lumignon fumant ce qu'il y resteroit de
chaleur.

Les maux qu'il a souferts, & la mort même qu'il a subie, ne doivent pas
le rendre plus odieux que cette condition peu relevée. Souvent Dieu
permet que non seulement les gens de bien soient inquiétez & afligez
par les méchans, comme Lot le fut par les habitans de Sodome; mais que
ceux-ci même les fassent mourir. Abel fut massacré par son frére;
[39]Ésaïe fut scié; les fréres Macchabées & leur Mére expirérent
au milieu des tourmens. Dans le Ps. LXXIX. que les Juifs chantent aussi
bien que nous, on voit une triste description des cruautez que les
Ennemis de ce Peuple avoient exercées contre lui. _Ils ont donné_, dit
le Psalmiste, _les corps morts de tes serviteurs aux oiseaux pour leur
servir de pâture. Les restes de ceux que tu aimes, ô Dieu, ont servi
de nourriture aux bêtes. Ils ont répandu leur sang aux piez de murs
de Jérusalem, & il ne s'est trouvé personne qui les ensevelît, &c._
Quand tous ces exemples nous manqueroient, [40]le Ch. LIII d'Ésaïe
prouveroit sufisamment à toute personne atentive, que le Messie a du
parvenir à son Régne par les miséres, & par la mort; & aquerir ainsi
le pouvoir d'enrichir les Fidèles des biens les plus excellens. Nous le
mettrons ici tout entier _Qui a cru à nôtre parole, & qui a reconnu
la puissance de Dieu? La cause de cette incrédulité est, qu'Il s'est
élevé comme un tendre rejetton sous les yeux de Dieu, & comme une
herbe qui...

[Page 329 du document manque]

[Note 39: _Ésaïe fut scié._ C'est ce que porte la Tradition des
Juifs. Joséphe le dit aussi liv. X. 4. Chalcidius sur le Timée de
Platon, _Ces deux Prophétes ont été tuez par des scélérats, qui ont
écartelé l'un & lapidé l'autre._ C'est à cela qu'il faut raporter
Héb. XII. 37.]

[Note marg. a: Es. LXI, 1.]

[Note marg. b: Es. XLII. 2. 3. 4]

[Note 40: _Le chapitre_ LIII. _d'Ésaïe._ La Paraphrase Chaldaïque &
de la Gemara de Babylone ont expliqué ce chap. du Messie.]

[Page 330 du document manque]

...ra leurs péchez.. [46] Lors que les dépouilles se partageront entre
les combatans, je lui en donnerai une part excellente; parce qu'il s'est
livré à la mort; qu'il a été mis au rang des scélérats; & que
portant la peine des péchez des autres, il s'est établi intercesseur
pour ceux qui étoient coupables._

[Note 46: _Lors que les dépouilles se partageront._ La Gemare de
Babylone enseigne que cela se doit entendre dans un sens spirituel.]

Nous défions ceux que nous combatons ici, de nous pouvoir marquer
quelques-uns de leurs Rois ou de leurs Prophétes, à qui tout ce
Chapitre se puisse apliquer. Les Juifs modernes se sont avisez de
prétendre qu'il s'agissoit ici, non d'une personne singuliére, mais de
leur Nation même dispersée dans tous les endroits du Monde; & qui à
la faveur de cette dispersion, devoit faire par tout un grand nombre de
Prosélytes par ses bons exemples, & par ses discours. Mais I. cette
explication choque une infinité [Note marg.: Dan. IX. Neh. IX. &c.]
de passages de l'Ecriture, qui disent clairement [47]qu'il n'est rien
arrivé de fâcheux aux Juifs, qu'ils n'ayent mérité par leurs crimes;
rien même qui ne soit beaucoup au dessous de ce qu'ils ont mérité.
II. La suite & l'enchaînure de ce Discours prophétique ne s'ajuste
nullement avec cette interprétation. Le Prophéte, ou ce qui s'acorde
mieux aux termes de ce passage, Dieu lui-même s'exprime ainsi, _Ce
mal lui est arrivé à cause des péchez de mon Peuple._ Or le Peuple
d'Esaïe, ou plutôt, celui de Dieu, par distinction, n'est autre que la
Nation Juive: & par conséquent celui dont Esaïe dit qu'il a soufert de
si terribles maux pour son Peuple, ne peut pas être le Peuple Hébreu.
Les anciens Docteurs Juifs étoient donc beaucoup plus raisonnables que
ceux d'aujourd'hui, lors qu'ils avouoient que tout ce Chapitre regarde
le Messie. Cet aveu, & le respect de l'Antiquité, ont obligé quelques
Juifs modernes de feindre deux Messies, l'un, disent-ils, fils de Joseph
qui devoit soufrir beaucoup de maux, & même une mort sanglante; &
l'autre, qui sera fils de David, qui régnera glorieusement; & dont
toutes les entreprises auront un très-heureux succès. Mais on sent
bien que c'est là une pure défaite, & qu'il eût été bien plus
naturel & plus conforme aux Oracles des Prophétes, [48]de reconnoître
un seul Messie, à qui mille traverses terminées par le dernier
suplice, ouvriroient un chemin à la Royauté. C'est ce que nous croyons
à l'égard de Jésus-Christ, & c'est aussi ce que l'événement a
parfaitement confirmé.

[Note 47: _Qu'il n'est rien arrivé de fâcheux aux Juifs._ Cela paroît
par les passages ci-dessus alléguez, & par Daniel IX & Néhémie IX.
Outre que celui dont parle Esaïe devoit prier Dieu pour les Gentils, ce
que les Juifs ne font pas.]

[Note 48: _De reconnoître un seul Messie._ C'est ce que fait Abarbanel
sur le chapitre LIII. d'Esaïe.]



[Note marg.: _Examen du préjugé favorable que beaucoup de Juifs ont
pour ceux qui ont condamné Jésus-Christ._]

XXI. Il y a bien des Juifs qui embrasseroient la Doctrine de l'Evangile,
s'ils n'étoient retenus par une grande opinion qu'ils ont conçue de la
vertu & de la probité de leurs Ancêtres, & sur tout des Sacrificateurs
qui par un éfet de leurs préjugez, ont condamné Jésus-Christ &
rejetté sa Doctrine. Je n'ai pas dessein de faire ici des reproches
à ces sortes de Juifs. Cependant la nécessité d'une juste défense
m'oblige à leur dépeindre ici ces Ancêtres, pour qui ils ont tant de
vénération. Je ne le ferai que par les couleurs & par les traits que
me fournissent les termes exprès de leur Loi, & des Livres de leurs
Prophétes. C'est là qu'assez souvent ils sont traitez d'hommes
incirconcis de coeur, & d'oreilles; de Peuple hypocrite, qui pendant
qu'il honore Dieu de ses lèvres, & par tout l'apareil des cérémonies,
le déshonore dans le fond par un Esprit profane & éloigné de lui. Ce
sont leurs Ancêtres, qui en vinrent presque à un parricide contre la
personne de Joseph, & qui changérent ce cruel dessein en celui de le
vendre pour esclave. Ce sont leurs Ancêtres, qui par des revoltes
continuelles rendirent la vie ennuyeuse à Moyse; à ce Moyse, qui
étoit leur Chef & leur libérateur; & aux ordres de qui ils avoient vû
plusieurs fois l'Air, la Terre, & la Mer obéïr sans résistance. Ce
sont leurs Ancêtres, qui conçurent du dégoût pour le pain que Dieu
leur envoya du Ciel, & qui dans le tems même qu'ils étoient
encore pleins de la chair de ces oiseaux dont il les avoit nourris
miraculeusement, furent assez insolens pour se plaindre, comme s'ils
eussent été travaillez de la famine la plus cruelle. Ce sont leurs
Ancêtres qui abandonnérent, avec la derniére perfidie, David l'un de
leurs plus grands & de leurs meilleurs Rois, pour suivre son fils dans
la rebellion. Ce sont leurs Ancêtres, qui tuérent dans le Parvis du
Temple Zacharie fils de Jojada; & qui par là firent du Sacrificateur
même la victime de leur cruauté. A l'égard de leurs souverains
Sacrificateurs, c'est de ce rang que furent ceux qui par de fausses
acusations atentérent à la vie de Jérémie le Prophéte, & qui
l'auroient infailliblement perdu, si le crédit de quelques Grands ne
l'eût arraché à leur fureur. Toûjours eurent-ils assez d'autorité
pour extorquer du Roi une permission de renfermer ce Prophéte dans un
cachot, où il demeura jusqu'à la prise de Jérusalem.

Si quelqu'un s'imaginoit que les Juifs qui vivoient du tems de
Jésus-Christ, avoient beaucoup plus de probité que ceux dont nous
venons de parler, il n'a, pour se détromper, qu'à lire l'Histoire de
Joséphe. C'est là qu'il pourra voir dans les Juifs d'alors, les crimes
les plus atroces, suivis des punitions les plus éfroyables, quoi que
moindres que leurs crimes, [49]au jugement même de cet Auteur.
Le Sanhédrin ne valoit pas mieux que le Peuple; & cela n'est pas
étonnant; puis qu'il étoit composé de personnes, que la faveur &
le caprice de Grands élevoit à cette Dignité, contre la coutume
ancienne, qui étoit d'élire librement & par l'imposition des mains.
Je dis la même chose des Pontifes, dont la Charge devenue annuelle de
perpétuelle qu'elle étoit, fut souvent livrée à celui qui en ofroit
le plus.

Faut-il donc trouver étrange que des gens fiers & superbes, d'une
ambition excessive, & d'une avarice insatiable, ayent été remplis de
rage à la vûe d'un Homme, qui, quand même il n'auroit pas ouvert la
bouche contre leurs défauts, les en reprenoit assez par la sainteté de
ses Préceptes? Ils ne lui ont rien imputé dont ils n'ayent autrefois
chargé les personnes les plus éminentes en piété & en vertu. C'est
ainsi que[*] celui des deux Michées qui vécut du tems de Josaphat, fut
mis en prison pour avoir maintenu constamment la vérité contre les
opositions des faux Prophétes. Achab fit à Élie le même reproche que
les Sacrificateurs Juifs faisoient à Jésus-Christ; qu'il étoit un
perturbateur du repos de la Nation. On intenta contre Jérémie la même
acusation qui fut depuis intentée à Nôtre Seigneur; qu'il avoit
prophétizé contre le Temple. Ajoûtons à cela ce que les anciens
Docteurs d'Israël ont écrit des tems du Messie: _Alors_, disent-ils,
_les hommes égaleront les chiens en impudence, les ânes en
opiniâtreté, & les bêtes féroces en cruauté._ Enfin Dieu lui-même
qui avoit prévû de tout tems quelle disposition de coeur auroient les
Juifs, lors que le Messie viendroit au Monde, prédit par la bouche de
ses Prophétes, [f]que le Peuple qu'il n'avoit [Note marg.: Of. XI. 34.]
pas jusques là compté pour sien deviendroit son Peuple;[n.m.-b] qu'à
peine de chaque ville & de chaque village y auroit-il un Juif ou deux
qui allassent adorer sur la Montagne sainte: mais que les Etrangers
supléroient ce qu'il manqueroit au nombre des Juifs fidéles &
saints;[A] que le Messie seroit aux Juifs un sujet de scandale, & une
ocasion de ruïne; & que cette Pierre, après avoir été rejettée par
ceux qui avoient la conduite du bâtiment de la maison, seroit mise dans
le principal lieu, pour servir de base à tout l'édifice, & pour le
rendre plus solide & plus durable.

[Note f: Il y a eu deux Prophétes de ce nom, l'un qui vivoit du tems de
Josaphat & d'Achab, & c'est celui dont il s'agit ici. L'autre a vécu
environ 100 ans après, & c'est ce dernier dont nous avons un Livre de
Prophéties. TRAD. DE PAR.]

[Note 49: _Au jugement même de cet Auteur._ Il dit qu'aucune ville n'a
soufert des maux si extrêmes, & qu'aucun siécle n'avoit vu tant de
crimes dans les Juifs: qu'ils s'étoient fait plus de mal eux-mêmes,
qu'ils n'en avoient soufert de la part des Romains, qui étoient venus
pour expier leurs crimes.]

[Note marg. _b_: Jer. III. 14. 17.]

[Note marg. A: Es. VIII. 14. Psau. CXVIII.]



[Note marg.: _Réponse à l'Objection que les Chrétiens adorent
plusieurs Dieux._]

XXII. Il faut présentement répondre aux deux acusations que les Juifs
mettent en avant contre le culte que nous rendons à Dieu. La premiére
est, que nous adorons plusieurs Dieux. Mais cette acusation ne vient que
d'une fausse explication de nos sentimens, qui leur est suggérée par
la haine & par la préocupation. Car pourquoi nous objecter cela[50]
plutôt qu'à Philon Juif, qui en plusieurs endroits de ses Écrits,
établit trois choses en Dieu, & qui par le _nom de Dieu_ entend _la
Raison, ou la Parole de Dieu_;[51] _laquelle_; dit-il, _a créé le
Monde, & n'est pas sans principe, comme Dieu qui est le pére de tout,
quoi qu'elle n'ait pas été produite de la même maniére que les
hommes_? Le même Philon, & un autre Docteur nomme[52] Moyse, fils de
Néhêman, apellent aussi cette parole, _l'Ange, & le Lieutenant de Dieu
dans le Gouvernement de l'Univers_. Pourquoi, encore, nous faire cette
objection plutôt qu'aux Cabalistes, qui distinguent en Dieu trois
Lumiéres, que quelques-uns d'entr'eux appellent des mêmes noms que
nous, Pére, Fils & St. Esprit? Pour ne parler ici que de ce qui est
le plus universellement reconnu des Juifs: cet Esprit qui a rempli &
inspire les Prophétes, n'est pas une chose créée, & il est néanmoins
distingué de celui qui l'envoyoit. C'est aussi ce qu'il faut dire
de cette merveille du premier Temple[53] que les Juifs nomment
_Schekina_.[54] La plûpart des Docteurs de ce Peuple ont enseigné que
cette vertu de Dieu, à laquelle ils donnent aussi le nom de Sagesse,
habiteroit dans le Messie. Et c'est dans cette vue que l'Auteur de la
Paraphrase Chaldaïque apelle le Messie, _la Parole de Dieu_; & que
David, Esaïe, & quelques autres, lui atribuent[55] le sacré nom de
Dieu & de Seigneur.

[Note 50: _Plûtôt qu'à Philon Juif qui_ &c. Dans le Traité des
sacrifices d'Abel & de Caïn, il représente Dieu comme accompagné de
deux choses souverainement éficaces, sa _puissance_ & sa _bonté_, au
milieu desquelles il dit que Dieu étoit, ajoûtant que leur éficace
est infinie, & que chacune d'elles équivaut à toute la Divinité.
Maimonides & Joseph d'Albo distinguent trois choses en Dieu, _ce qui
connoit, ce par quoi Dieu connoit, & la connoissance même_.]

[Note 51: _Laquelle, dit-il, a créé le Monde._ Dans ses Allégories,
_Il s'est servi de sa parole comme d'un instrument pour créer le
Monde_.]

[Note 52: _Moyse fils de Néhéman._ «Si nous voulons dire la chose
comme elle est, cet Ange est l'Ange Rédempteur dont il est dit, _mon
nom est en lui_: C'est ce même Ange qui disoit à Jacob. _Je suis le
Dieu de Béthel_, & qui parloit à Moyse de dedans le buisson. La raison
pourquoi il est apellé Ange, c'est parce qu'il gouverne le Monde. Car
il est écrit, _l'Eternel, c'est-à-dire le Seigneur Dieu nous a
tirez d'Égypte_: & ailleurs, _Il a envoyé son Ange & nous a tirez
d'Égypte_. Outre cela il est écrit, _& l'Ange de sa face les a
délivrez_.... Car cet Ange n'est autre que la face de Dieu, dans ce
passage, _Ma face ira devant eux & je te mettrai en repos._ Enfin c'est
cet Ange dont le Prophéte dit, _Et aussi tôt le Seigneur que vous
cherchez, & l'Ange de l'Alliance que vous desirez, entrera dans son
Temple_.»]

[Note 53: _Que les Juifs nomment Schekina._ La Gemare de Babylone &
celle de Jérusalem disent que la Schekina s'est tenue pendant trois
ans & demi sur la Montagne des Oliviers, en atendant la conversion des
Juifs. Ce qui est vrai en un bon sens.]

[Note 54: _La plûpart des Docteurs de ce Peuple_ &c. Entr'autres le
Rabbin Salomon. Le même Rabbin sur le chapitre XIX. de la Genése vers.
18. reconnoit que Dieu peut prendre la nature humaine, & que cela est
même arrivé autrefois pour un tems.]

[Note 55: _Le sacré nom de Dieu_ &c. Jer. XXIII. 6. Zachar. XIV. 16.
Ps. XIV. 7. Quelques Rabbins ont reconnu qu'il s'agit là du Messie.
Dans toute cette Réponse, l'Auteur ne fonde l'adoration qui est duë à
Jésus-Christ que sur son exaltation, sans doute afin de disputer plus
commodément contre les Juifs. Cet endroit & celui que j'ai marqué p.
202 où l'Auteur réduit la Religion Chrétienne à fort peu de chefs,
sont aparemment ce qui a fait dire à bien des gens, & entr'autres à
l'illustre M. de Saumaise dans un Livre qu'il a fait contre l'Auteur
sous le nom de _Simplicius Verinus_, que Grotius avoit fait paroître
dans ce Traité qu'il panchoit déjà du côté des Sociniens. Mais ne
pourroit-on pas dire pour sa justification, que voulant prouver la Rel.
Chr. par la grande étendue du Christianisme, il l'a fait p. 163. &
suiv. il s'est vu obligé de détourner les yeux des Lecteurs de dessus
ses divisions, pour lui donner plus d'uniformité; & de dissimuler,
par conséquent, toutes ses grandeurs, en la représentant dans une
généralité qui embrasse toutes ses Sectes? Ce qui favorise cette
conjecture, c'est que quoi qu'il ait écrit ce Traité dans un tems
auquel selon l'aveu de tout le monde il ne panchoit pas vers la
Communion Romaine, il ne laisse pas de ménager ceux de cette Communion,
comme il paroît par l'endroit où il réfute le culte que les Payens
rendoient aux Intelligences médiatrices, & subordonnées à Dieu, &
celui des Héros après leur mort p. 234 235 &c. Il auroit pu renverser
ces deux cultes par cette seule raison, que le culte religieux
n'apartient qu'à l'Être infini. Il ne le fait pas, & il se contente de
certaines raisons, qui sont bonnes contre les Payens, mais qui ne sont
rien ou presque rien contre les Catholiques. TRAD.]



[Note marg.: _Réponse à l'Objection que les Chrétiens adorent la
nature humaine_.]

XXIII. La seconde acusation dont les Juifs nous chargent, c'est que nous
rendons à la créature le culte qui n'est dû qu'à Dieu seul. Mais
elle n'est pas plus dificile à repousser que la précédente.[A] En
éfet, nous ne déférons au Messie que l'honneur & que l'adoration
qui nous est prescrite au Ps II. & au CX. Or David Kimchi même,
grand ennemi des Chrétiens, reconnoit que le 1er de ces Pseaumes
prophétiques n'a été acompli que très-imparfaitement en la personne
de David; & qu'il regarde le Messie d'une maniére plus pleine & plus
excellente. Pour ce qui est du Ps. CX. nous osons assurer qu'il porte
uniquement sur le Messie. Rien n'est plus vain, ni plus frivole, que ce
que disent là-dessus les Juifs modernes, dont les uns le raportent à
Abraham, les autres à David, & quelques autres à Ezéchias. Ce Pseaume
a été composé par David, comme il paroît par le tître. Ainsi, ce
que le Prophéte déclare que Dieu dit à son Seigneur, ne peut être
regardé comme étant dit à David, ni à Ezéchias qui a été l'un
des Descendans de ce Roi, & qui n'a eu sur lui aucune prééminence qui
obligeât David à l'apeller son Seigneur. À l'égard d'Abraham, il n'a
pas possédé le Sacerdoce dans un degré qui l'élevât sur tous les
autres Patriarches, & cela même qu'il fut béni par Melchisédec,
prouve qu'il lui étoit inférieur dans la Charge de Sacrificateur, dont
la bénédiction étoit une des principales fonctions. Il faut donc
avouer que cette souveraine Sacrificature, aussi bien que ce Sceptre &
cette autorité Royale qui devoit s'étendre de Sion jusqu'au bout du
Monde, conviennent parfaitement au Messie. C'est ce qui paroît
par d'autres passages, qui parlent incontestablement de lui, & par
l'interprétation que les autres Paraphrastes Juifs ont donnée à ce
Pseaume. La souveraine probité des Disciples de Jésus-Christ pourroit
être un garand sufisant de la vérité de ce qu'ils avancent, que tous
les traits de ce grand Oracle se trouvent exactement en la personne
de leur divin Maître; puis que les Juifs reçoivent sur une raison
semblable, ce que Moyse dit que Dieu lui a révélé en lui parlant face
à face. Mais ce n'est là que la plus petite des preuves sur quoi nous
croyons que Jésus-Christ a été élevé à l'autorité souveraine sur
tout l'Univers. En voici de plus fortes, que nous avons déjà déduites
dans le second Livre. Il a été vû vivant après avoir expiré sur la
croix: il a été vu montant au Ciel: son nom seul a chassé les Démons
des corps qu'ils possédoient, & guéri des maladies incurables: ses
Disciples ont reçu de lui le don des Langues: & ce qu'il y a de
considérable dans toutes ces merveilles, c'est que Jésus-Christ les
avoit promises comme autant de marques sûres & infaillibles de son
élévation sur le Trône. Il ne faut pas oublier ici, que conformément
aux Pseaumes que nous avons citez, son Sceptre, qui n'est autre chose
que la parole de l'Evangile, après être sorti de Sion, a passé sans
aucun secours humain, & par la seule puissance de Dieu, jusqu'aux
extrémitez de la Terre; & s'est également assujetti & les Peuples
& les Rois. Les Juifs Cabalistes croyent sans aucun fondement qu'un
certain personnage fils d'Enoch tient le milieu entre Dieu & les hommes.
A plus forte raison pouvons-nous penser la même chose de Jésus-Christ,
qui a donné des preuves si éclatantes de son élévation. Et qu'on ne
dise pas que cette grandeur va à diminuer celle de Dieu le Pére:
car [n.m.-a] c'est de lui qu'elle est émanée; [n.m.-b] c'est à lui
qu'elle doit retourner; & [n.m.-c] elle tend uniquement à le glorifier.

[Note marg. a: Jean, V. 19. 30.]

[Note marg. b: I Cor. XV. 24.]

[Note marg. c: Jean. XIII. 31. XIV. 13. Rom. XVI. 27.]

Nous excéderions les bornes que nous nous sommes prescrites dans cet
Ouvrage, si nous entrions dans une discussion plus particuliére de
cette grande Controverse. Nous en aurions même dit moins, si nous
n'avions eu dessein de faire voir qu'il n'y a dans nôtre Religion, ni
impiété, ni absurdité, qui puisse fournir une juste raison de ne
se pas rendre aux miracles qui lui servent d'apui, à la sainteté
très-parfaite de ses Préceptes, & à la grandeur de ses promesses.
Si quelqu'un touché de la force de ces preuves, & persuadé de la
foiblesse des objections qu'on leur opose, embrasse la Religion
Chrétienne, il doit aller plus loin, & travailler à s'informer
des Articles de nôtre Créance: ce qu'il ne peut mieux faire qu'en
consultant les Livres où nous avons prouvé qu'ils sont contenus &
expliquez. Nous finissons en priant Dieu qu'il lui plaise de répandre
ses lumiéres dans l'Esprit des Juifs, & d'exaucer encore aujourd'hui la
priére que Jésus-Christ lui a présenté pour eux, lors même qu'il
étoit ataché à la Croix.



TRAITÉ
DE LA VÉRITÉ
DE LA
RELIGION
CHRÉTIENNE.



LIVRE SIXIÈME


_Réfutation du Mahométisme_

[Note marg.: _Origine du Mahométisme._]

I. Je destine ce sixième Livre à réfuter le Mahométisme. Avant la
naissance de cette fausse Religion, Dieu avoit déployé sur l'Eglise
Chrétienne de très-sévéres jugemens, qu'elle n'avoit que trop
méritez. Cette piété solide & pure, qui avoit fleuri parmi les
Chrétiens dans les cruelles persécutions, dont ils avoient été
l'objet, s'étoit peu à peu altérée, depuis que la conversion
de Constantin, & la profession que les Empereurs suivans firent du
Christianisme, eurent fait succéder le calme au trouble, ataché de
l'honneur & de la gloire à nôtre Religion, & confondu le Monde avec
l'Eglise, en y introduisant la pompe & les maximes mondaines. On vit
alors les Princes Chrétiens se consumer les uns les autres par des
Guerres continuelles, qu'ils auroient souvent pu terminer par une
heureuse Paix. Alors les Évêques commencérent à se disputer le rang
avec une chaleur indigne de leur caractére. Alors il arriva ce qui
étoit arrivé au premier homme. Il avoit préféré l'arbre de Science
à l'arbre de Vie, & atiré par là sur lui & sur ses Descendans une
infinité de maux. De même l'Eglise, dans ce période dont nous
parlons, prit plus de goût à une Science curieuse & téméraire, qu'à
la véritable piété, & fit de la Religion un Art méthodique & une
matiére à raisonnement. Cette dépravation de goût eut bien tôt de
fâcheuses suites. Dieu avoit autrefois confondu l'orgueil de ceux qui
bâtissoient la Tour de Babel en confondant leur Langage. On vit alors
quelque chose de semblable dans l'Eglise. Cette afectation hardie de
connoître à fond les plus sublimes Mystéres de la Religion, mit de
la diversité dans les expressions des Docteurs, & par cela même, des
sentimens de désunion dans leur coeur. La vue de ces malheurs naissans
jetta le Peuple dans le doute & dans l'incertitude sur les objets de sa
Foi; & une fausse préocupation pour ses Maîtres le retenant dans le
respect, il aima mieux chercher la cause de ces nouveaux troubles dans
l'Ecriture même, que dans la témérité de ces Esprits inquiets &
curieux. Il s'acoutuma donc à regarder la Parole de Dieu comme une
chose qui cachoit un poison dangereux, & contre laquelle il faloit se
tenir sur ses gardes. Ce mal fut suivi d'un autre. Comme si l'on
eût voulu rapeller le Judaïsme, on commença à faire consister la
Religion, non dans la pureté de l'ame, mais dans des Cérémonies. On
l'apliqua à certaines choses plus propres à exercer le corps, qu'à
corriger le coeur. On vint à élever le zéle de Parti, & l'atachement
à certaines opinions, au dessus de toutes les autres vertus: ainsi
le Christianisme intérieur & véritable devint aussi rare, que
l'extérieur & l'aparent étoit ordinaire.

Dieu ne put voir cette corruption sans témoigner par ses châtimens
combien elle lui étoit odieuse. Du fond de la Scythie & de l'Allemagne
il tira des Armées innombrables, dont il couvrit le Monde Chrétien.
Mais voyant que les ravages éfroyables que firent ces Armées, &
les sanglantes victoires qu'elles remportérent sur les Chrétiens,
n'étoient d'aucune éficace pour l'amendement de ceux qui échapérent
à ces terribles Ennemis: il permit dans sa juste colére, qu'il
s'élevât dans l'Arabie un faux Prophéte, le fameux Mahomet, & qu'il
formât une nouvelle Religion, directement contraire à la Religion
Chrétienne, mais assez conforme à la vie de la plûpart des Chrétiens
de ce tems là. Les premiers qui embrassérent cette nouvelle Doctrine,
furent les Sarrazins, qui s'étoient revoltez contre l'Empereur
Héraclius. Ces Peuples subjuguérent en fort peu de tems l'Arabie, la
Syrie, la Palestine, l'Égypte, & la Perse. L'Afrique & l'Espagne eurent
aussi le même sort. Quelques siécles s'étant écoulez, les Turcs,
Peuples très-belliqueux, vinrent enlever aux Sarrazins une bonne
partie de ce qu'ils avoient conquis; & après plusieurs combats, ils
acceptérent l'ofre que ceux-ci leur firent d'entrer par une Alliance
dans les mêmes intérêts. Ils se laissérent ensuite aisément
persuader de recevoir la Religion de leurs nouveaux Alliez: Religion
commode, & qui flatoit par ses maximes la licence de leurs moeurs. Peu
à peu ils devinrent les maîtres, & jettérent les fondemens d'un
puissant Empire, qui ayant commencé par la prise des Villes de l'Asie,
& continué par la conquête de la Grèce, s'est étendu par ses
victoires jusqu'à la Hongrie, & jusqu'aux frontiéres de l'Allemagne.



[Note marg.: _Contre la soumission aveugle, qui est le fondement du
Mahométisme._]

II. Cette Religion a en général 2 caractéres, l'un d'inspirer la
cruauté, & de porter ses Sectateurs à répandre du sang; l'autre,
d'exiger une soumission aveugle, de défendre l'examen de ses Dogmes,
& d'interdire au Peuple, par une suite naturelle de ce principe, la
lecture des Livres qu'elle leur fait recevoir comme sacrez. Dès là, il
est aisé de voir l'injustice & le peu de droiture de son Auteur, &
l'on ne peut qu'on ne le tienne pour suspect. Cette conduite, en éfet,
ressemble assez à celle d'un Marchand qui ne voudroit vendre ce dont
il trafique, qu'à condition qu'on l'achetât sans le voir & sans
l'examiner. Il est vrai qu'en matiére de Religion, tout le monde n'a
pas les yeux également propres à discerner le vrai d'avec le faux;
& que la présomption, les passions, & le préjugé de la coutume
obscurcissent l'Esprit de la plûpart des hommes; & l'engagent dans
l'erreur. Mais d'ailleurs, on ne sauroit, sans faire injure à la bonté
de Dieu, s'imaginer qu'il ait rendu le chemin du salut inaccessible à
ceux qui le cherchent préférablement aux avantages & à la gloire du
Monde; qui pour y parvenir soumettent à Dieu, & leurs personnes, & tout
ce qu'ils possédent, & lui demandent on secours. Et puis qu'il a
donné à tous les hommes le pouvoir de juger des choses, pourquoi
n'exerceroient-ils pas leur jugement sur les objets les plus dignes
d'être connus, & que l'on ne peut ignorer sans courir le risque de
perdre la félicité éternelle?



[Note marg.: _1. Preuve contre les Mahométans, tirée de l'Écriture
Sainte dont ils avouent en partie la divinité._]

III. Mahomet & ses Sectateurs avouent que Moyse & Jésus-Christ ont
été envoyez de Dieu, & que ceux qui ont travaillé à répandre &
à établir la Religion Chrétienne ont été des personnes saintes
& pieuses. Cependant l'Alcoran, qui est la Loi de Mahomet, oblige
à croire quantité de choses contraires à celles que Moyse &
Jésus-Christ nous aprennent. Je n'en raporterai qu'un exemple. Tous
les Apôtres & tous les Disciples de Jésus-Christ disent d'un commun
consentement, qu'après que nôtre Seigneur fut mort sur la croix,
il ressuscita le troisiéme jour, & fut vu par un grand nombre de
personnes. Mahomet, au contraire, enseigne que Jésus-Christ fut enlevé
secrettement dans le Ciel, & que ce ne fut qu'un Fantôme qui fut
ataché à la croix; qu'ainsi il ne mourut pas, & qu'il trompa les Juifs
par cette illusion.



[Note marg.: _Que l'Écriture n'a pas été corrompue._]

IV. Les Mahométans ne peuvent répondre à cette objection, qu'en
disant que les Livres de Moyse & des Disciples de Jésus-Christ ne sont
pas demeurez tels qu'ils étoient du commencement, & qu'ils ont été
corrompus. C'est précisement ce que répond Mahomet. Mais nous avons
déjà fait voir la vanité de cette chicane dans nôtre troisiéme
Livre. Si quelqu'un disoit aux Mahométans que leur Alcoran est
corrompu, ils le nieroient, & prétendroient que cette réponse sufit;
tant qu'on ne leur prouve pas cette corruption. D'ailleurs ils ne
peuvent pas aporter en faveur de leurs Livres, les argumens que nous
alléguons pour les nôtres. Nous disons, par exemple, qu'aussi tôt que
nos Livres sacrez eurent été composez, il s'en répandit par tout
le Monde une infinité de Copies; qu'ils furent traduits en plusieurs
Langues, & fidélement conservez par toutes les Sectes du Christianisme
fort éloignées les unes des autres par la diversité de leurs
sentimens: & c'est, encore une fois, ce qu'ils ne peuvent prouver de
leurs Livres.

Ils se persuadent que dans le Chapitre XIV. de l'Évangile de S. Jean
où Jésus-Christ promet qu'il envoyera un Consolateur, il y avoit
quelque chose touchant Mahomet, & que les Chrétiens l'ont fait
éclipser. Là-dessus je leur demande, s'ils croyent que les Chrétiens
ont commis cette fraude avant ou après le tems auquel Mahomet vint au
Monde? S'ils disent que cela arriva après que Mahomet eut paru, je
soutiens que c'étoit une chose absolument impossible; puisque, dès
ce tems-là, il y avoit par tout le Monde un nombre presque infini
d'Exemplaires du Nouveau Testament, en Grec, en Syriaque, en Arabe, en
Éthiopique, en Latin même de plus d'une sorte de Version, & que tous
ces Exemplaires s'acordent sur ce passage du Chap. XIV. sans qu'il y ait
la moindre diversité de leçon. S'ils disent que cette corruption se
fit avant que Mahomet vînt au Monde, je répons que cela ne se peut
dire, puis qu'alors aucune raison n'obligeoit les Chrétiens à en user
ainsi. Car comment auroient-ils pu prendre les devans, à moins que
de savoir ce que Mahomet enseigneroit un jour? Et c'est ce qu'ils
ignoroient tout à fait. De plus, si les Chrétiens eussent trouvé de
la conformité entre la Doctrine de Mahomet & celle de Jésus-Christ,
pourquoi auroient-ils fait plus de difficulté de recevoir les Livres de
ce nouveau Docteur, qu'ils n'en avoient fait d'admettre ceux de Moyse
& des autres Prophétes du Peuple Juif? Enfin suposons que ni les
Mahométans ni nous, n'ayons aucuns Livres qui nous instruisent, eux, de
la Doctrine de Mahomet, & nous, de celle de Jésus-Christ; l'équité
voudroit sans doute, en ce cas, que l'on regardât comme Doctrine de
Jésus-Christ, celle que tous les Chrétiens reconnoissent pour telle,
& comme Doctrine de Mahomet, celle que les Mahométans disent qu'il a
enseignée.



[Note marg.: _2. Preuve tirée de la comparaison de la Religion
Chrétienne & de la Mahométane & 1. de la comparaison de
Jésus-Christ.]

V. Comparons à présent ces deux Religions dans ce qu'elles ont &
d'essentiel & d'accessoire, & voyons laquelle est la meilleure. Je
commence par les Auteurs de l'une & de l'autre. Mahomet même avoue que
Jésus-Christ [Note marg.: avec Mahomet._] est le Messie qui avoit
été promis dans la Loi & dans les Prophétes. Il l'apelle la _Parole,
l'Intelligence & la Sagesse de Dieu_, & il dit qu'il n'a point eu
proprement de Pére selon la chair: au lieu que pour lui, ses Sectateurs
croyent qu'il est né selon les voyes ordinaires. Jésus-Christ a mené
une vie pure & irrépréhensible: Mahomet a exercé long tems l'infame
métier de Voleur, & pendant toute sa vie il s'est plongé dans les
voluptez criminelles. Jésus-Christ a été élevé dans le Ciel,
de l'aveu même de Mahomet: & pour ce qui est de lui, il est encore
aujourd'hui renfermé dans un sépulcre, Qu'on juge après celà, lequel
des deux mérite le plus d'être suivi.



[Note marg.: _2. De la comparaison des actions de l'un & de l'autre._]

VI. Examinons ensuite les actions de l'un & de l'autre. Jésus-Christ a
rendu la vue aux aveugles, & la santé aux malades; il a fait marcher
les boiteux; il a fait revivre des personnes mortes, & Mahomet en tombe
t'accord; Mahomet donne pour preuves de sa Mission, non le pouvoir de
faire des miracles, mais l'heureux succès de ses Armes. Quelques-uns
néanmoins de ses Disciples ont prétendu qu'il en avoit fait. Mais
c'étoient, ou des choses que l'Art seul pouvoit produire, comme ce
qu'ils disent d'un pigeon qui voloit à son oreille; ou des choses dont
ils ne citent aucuns témoins, par exemple, qu'un chameau lui parloit
de nuit; ou qui, enfin, sont si absurdes qu'il ne faut que les proposer
pour en faire voir l'extravagance, comme ce que les mêmes Auteurs
raportent, qu'une grande partie de la Lune étant tombée dans sa
manche, il la renvoya au Ciel pour rendre à cet Astre la rondeur qu'il
avoit perdue. Là dessus, qui ne prononcera que l'on doit s'en tenir à
celle de ces deux Loix qui a de son côté les témoignages les plus
certains de l'aprobation divine?



[Note marg.: _3. De la comparaison de ceux qui ont les premiers
embrassé le Christianisme & le Mahométisme._]

VII. Jettons aussi les yeux sur ceux qui ont les premiers embrassé ces
deux Loix. Ceux qui se soumirent d'abord à l'Évangile étoient des
personnes qui craignoient Dieu, & dont la vie étoit simple & sans
faste. Or il est de la bonté de Dieu de ne pas soufrir que des
personnes, qui ne tâchent qu'à lui plaire, soient trompées par des
aparences de miracles. Les premiers Sectateurs de Mahomet étoient des
Voleurs de grand chemin, & qui, bien loin d'avoir quelques sentimens de
piété, n'avoient pas même ceux de l'humanité.



[Note marg.: _4. De la comparaison des moyens par lesquels ces 2.
Religions se sont établies._]

VIII. La Religion Chrétienne n'a pas moins d'avantage sur celle de
Mahomet, à l'égard de la maniére dont l'une & l'autre se sont
répandues dans le Monde. La premiére doit ses progrès tant aux
Miracles de Jésus-Christ, & à ceux de ses Disciples & de leurs
Successeurs, qu'à la confiance qu'ils témoignérent dans les suplices.
Les Docteurs du Mahométisme n'ont fait aucuns miracles, & n'ont soufert
ni miséres ni mort violente pour la défense de leurs sentimens. Cette
Religion ne s'est étendue qu'à la faveur des Armes, & ses progrès
se sont réglez sur le succès des guerres de ses Sectateurs; de sorte
qu'elle servoit en quelque maniére d'accessoire aux victoires qu'ils
remportoient. Cela est si vrai, que les Docteurs Mahométans ont fait
de ces succès & de la grande étendue de Païs que leurs Princes ont
subjuguée, l'unique preuve de la vérité de leur Religion. Mais qu'y
a-t-il de plus équivoque & de moins sûr que cette espéce de preuve?
Ils rejettent avec nous la Religion Payenne. Cependant personne
n'ignore, ni les victoires signalées qu'ont remportées les Perses, les
Macédoniens, & les Romains; ni la vaste étendue de leurs Empires. Ces
grans succès mêmes, dont nos Adversaires se vantent, n'ont pas été
constans & perpétuels. Sans parler des désavantages qu'ils ont eus
dans leurs guerres tant par terre que par mer, on les a contraints
d'abandonner l'Espagne dont ils s'étoient rendus maîtres. Or ce qui
doit servir de caractére à la véritable Religion, ne doit être ni
commun aux méchans & aux personnes vertueuses, ni sujet au changement.
J'ajoûte que ce caractére ne doit avoir en lui-même rien d'injuste:
c'est ce que les Mahométans ne peuvent pas dire de leurs guerres. Ils
les ont entreprises pour la plûpart contre des Peuples qui ne les
avoient pas inquiétez, & dont ils n'avoient aucun lieu de se plaindre;
de sorte qu'ils en étoient réduits à colorer ces guerres du prétexte
de la Religion: ce qui choque directement les fondements de la Religion
même. Dieu ne peut agréer le service que les hommes lui rendent, à
moins qu'il ne parte d'une volonté pleine & entiére. Or la volonté
ne se peut fléchir, ni par les menaces, ni par la violence, mais par
l'instruction & par la persuasion. Lors qu'on ne croit que parce qu'on
y est contraint, on ne croit pas proprement, mais on fait semblant de
croire pour se soustraire à la persécution. On peut dire aussi que
ceux qui par la violence des maux ou par la terreur des menaces, veulent
tirer des autres un consentement forcé, se font beaucoup plus de tort
qu'ils ne pensent, puis qu'ils découvrent par là qu'ils se défient de
la force de leurs raisons. Outre ce défaut que les Mahométans ont de
commun avec tous les Persécuteurs, ils en ont un autre qui leur est
particulier. C'est qu'après avoir pris pour prétexte de leurs guerres
le désir d'étendre les bornes de leur Religion, ils détruisent
ensuite ce prétexte par la permission qu'ils donnent aux Peuples qu'ils
ont vaincus, de suivre telle Religion qu'il leur plait; & par l'aveu
public que quelques-uns d'entr'eux font, que ceux qui vivent dans la
profession du Christianisme peuvent être sauvez.



[Note marg.: _5. De la comparaison de la Morale Chrétienne avec celle
de Mahomet._]

IX. Comparons enfin la Morale de Jésus-Christ, avec celle de Mahomet.
L'une nous ordonne de soufrir patiemment les maux, & d'aimer même ceux
qui nous les causent: l'autre autorise la vangeance. L'une afermit
l'union du Mari & de la Femme, en les obligeant à se suporter
mutuellement: l'autre permet le divorce pour quelque raison que ce soit.
L'une oblige le Mari à faire pour la Femme ce que la Femme fait pour
le Mari, & veut qu'il lui montre par son exemple à ne partager pas
son afection: l'autre veut bien qu'il prenne plusieurs Femmes, & qu'il
ranime par là sa passion refroidie. La Loi de Jésus-Christ raméne la
Religion de l'extérieur à l'intérieur, & la cultive dans le coeur
pour lui faire produire des fruits propres à édifier le Prochain: la
Loi de Mahomet borne presque tous ses Préceptes & toute son éficace à
la Circoncision, & à d'autres choses indiférentes par elles-mêmes.
Celle là permet l'usage du vin & de toutes sortes de viandes, pourvu
que cet usage soit modéré: celle-ci défend de manger de la chair de
porc, & de boire du vin: quoi que dans le fond le vin soit un don de
Dieu, utile au corps & à l'esprit, lors qu'on en use avec sobriété.
Il est vrai que la Loi de Jésus-Christ a été précédée de certains
rudimens grossiers, & dont l'extérieur sembloit avoir quelque chose
de puéril: ce qui ne doit pas plus nous surprendre que de voir une
ébauche grossiére & imparfaite précéder un ouvrage très-parfait.
Mais qu'après la publication de cette Loi excellente, on retourne
encore aux ombres & aux figures, c'est en vérité un renversement bien
étrange: à moins que l'on n'allégue de bonnes raisons qui prouvent,
qu'après une Religion aussi parfaite que la Religion Chrétienne, il
étoit de la sagesse de Dieu d'en donner une autre aux hommes.



[Note marg.: _Réponse à l'objection que les Mahométans tirent de la
qualité de Fils de Dieu que nous donnons à Jésus-Christ._]

X. Les Mahométans paroissent scandalisez, de ce que nous disons que
Dieu a un Fils, puis que Dieu, disent-ils, n'a point de Femme. Mais ils
ne prennent pas garde que nous donnons à Jésus-Christ le nom de Fils
dans un sens digne de Dieu, & qui n'a rien de charnel. De plus, il ne
leur sied guéres de nous faire de pareils reproches, après les choses
basses & indignes que leur Prophéte atribue à Dieu. Il dit que les
mains de Dieu sont froides, & qu'il le sait parce qu'il les a touchées;
que Dieu se fait porter en chaise, & telles autres puérilitez. Lors
que nous disons que Jésus-Christ est le Fils de Dieu, nous n'entendons
autre chose que ce que Mahomet dit lui-même, que Jésus-Christ est
la Parole de Dieu. Car la Parole est en quelque façon engendrée par
l'entendement. Deux autres raisons de ce tître de _Fils de Dieu_, sont
que Nôtre Seigneur est né d'une Vierge par la seule puissance divine,
qui lui a servi de Pére, & que par la même puissance, il a été
élevé dans le Ciel. Mahomet ne le nie pas. Il doit donc reconnoître
que ces glorieux priviléges fondent avec raison le nom de _Fils de
Dieu_. que nous donnons à Jésus-Christ.



[Note marg.: _Que les Livres des Mahométans sont pleins d'absurditez._]

XI. Si nous voulions user de récrimination, raporter ici tout ce qu'il
y a de faux, de ridicule, & de contraire à la foi des Histoires dans
les Écrits des Mahométans, nous aurions une ample matiére de leur
insulter & de les couvrir de confusion. Tel est le Conte qu'ils font
d'une certaine femme très-belle, à qui quelques Anges, après s'être
enivrez, enseignérent une Chanson, par le moyen de laquelle on monte au
Ciel, & l'on en descend: à quoi ils ajoûtent que cette femme s'étant
déjà élevée extrémement haut par la vertu de cette Chanson, Dieu,
qui s'en aperçut, l'arrêta tout court, & en fit l'Étoile de Venus.
Tel est cet autre Conte, que dans l'Arche de Noé le rat naquit de la
fiente de l'éléphant, & le chat de l'haleine du Lion. En voici encore
quelques autres qui ne valent pas mieux. Ils disent que la mort sera
métamorphosée en un bélier, qui aura son siége au milieu de l'espace
qui séparera l'Enfer d'avec le Ciel: que dans la vie à venir, ce que
l'on mangera se dissipera par les sueurs: qu'à chaque homme seront
assignées des troupes de femmes pour assouvir sa passion. En vérité,
il faut avoir irrité Dieu, & reçu une grande mesure de l'Esprit
d'étourdissement, pour admettre des rêveries aussi grossiéres &
aussi sales; sur tout, lors qu'on est environné de toutes parts, de la
lumiére de l'Évangile.



[Note marg.: _Aplication de tout l'Ouvrage, adressée aux Chrétiens._]

XII. Cette dispute achevée, il ne me reste plus rien à faire que de
m'adresser aux Chrétiens de toutes les Nations & de toutes les Sectes,
& de leur montrer en peu de mots quel usage ils doivent faire des choses
que nous avons dites jusqu'ici; qui est en général d'embrasser ce qui
est bon, & de se détourner de ce qui est mauvais & criminel.



[Note marg.: _Usage du _I. _Livre, pour la pratique._]

XIII. Que premiérement donc, ils élévent leur mains pures à ce grand
Dieu qui a fait de rien toutes les choses visibles & invisibles. Qu'ils
croyent avec une parfaite certitude qu'il a soin de nous, puis qu'un
passereau même ne tombe pas sans sa permission. Qu'ils craignent moins
ceux qui ne peuvent nuire qu'au corps, que celui qui par le droit
qu'il a sur le corps & sur l'ame, peut traiter l'un & l'autre avec la
derniére sévérité.

[Note marg.: _Usage du _II. _Livre._]

Qu'ils mettent leur confiance, non seulement en Dieu le Pére, mais
aussi en Jésus-Christ, puis qu'il n'y a sur la Terre aucun autre nom
qui nous puisse sauver. Qu'ils songent que pour être agréable & au
Pére & au Fils, & pour aquerir la Vie éternelle, il ne sufit pas
d'apeller l'un son Pére, & l'autre son Seigneur, mais qu'il faut
régler sa vie sur leur volonté. Qu'ils conservent avec foin la sainte
Doctrine de l'Évangile, comme un trésor d'un prix infini.

[Note marg.: _Usage du_ III. _Livre._]

Que pour y réüssir, ils lisent assidûment l'Écriture S. qui ne peut
tromper, que ceux qui veulent se tromper eux-mêmes. Qu'ils considérent
que ceux par les mains de qui Dieu nous l'a donnée, étoient trop
fidéles & trop sûrement guidez par le saint Esprit, pour avoir eu
dessein de nous cacher aucune vérité nécessaire au salut, ou de
l'enveloper d'obscuritez impénétrables. Que pourvu qu'ils aportent à
cette lecture un Esprit soumis & obéïssant, ils découvriront sans
peine tout ce qu'ils doivent croire, espérer, & pratiquer: & que c'est
là le moyen infaillible d'entretenir & de de réveiller en eux cet
Esprit que Dieu donne à ses Enfans pour arrhe de la félicité
éternelle.

[Note marg.: _Usage du_ IV. _Livre._]

Qu'ils se donnent de garde d'imiter les Payens, soit dans le Culte des
faux Dieux, qui, à parler proprement, ne sont que de vains noms, dont
les Démons se servent pour nous détourner du service du vrai Dieu:
& qu'ils sachent qu'ils ne peuvent participer à ce faux Culte, sans
perdre tout le fruit du Sacrifice de Jésus-Christ. Qu'ils s'éloignent
aussi autant qu'ils le peuvent, de la vie impure & libertine des
Idolâtres, qui ne suivent point d'autres Loix que celles de la
cupidité.

[Note marg.: _Usage du_ V. _Livre._]

[Note marg.: Rom. II. 28. 29]

Qu'ils réfléchissent encore sur l'obligation où ils sont de vivre
plus saintement, non seulement que les Payens, mais aussi que les
Pharisiens & les Scribes, dont la justice ne consistant qu'en de
certaines pratiques extérieures & visibles, n'est pas capable de
conduire à la Vie. Qu'ils aprennent que ce n'est pas la Circoncision
faite de main qui peut plaire à Dieu, mais la Circoncision du coeur,
qui n'est autre chose que l'observation des Commandemens de Dieu, la
nouvelle Créature, & une confiance qui produit l'amour; que c'est là
la marque & le symbole du véritable Israélite, & du Juif mystique,
c'est-à-dire, du Juif qui loue véritablement Dieu. Qu'ils recueillent
enfin de ce que nous avons dit contre les Juifs, que la diférence des
viandes, les sabbats, & les fêtes n'étoient que des ombres dont le
corps se trouve dans Jésus-Christ, & dans les Fidéles.

[Note marg.: _Usage du_ VI. _Livre._]

[Note marg.: Heb, I. v. 1, 2. &c.]

Voici les réflexions que peut fournir nôtre dispute contre les
Mahométans. C'est que Jésus-Christ notre Seigneur a prédit, qu'après
son ascension, il s'éléveroit des personnes qui se vanteroient
faussement d'être envoyez de Dieu. Mais que selon l'avis de saint Paul,
quand un Ange même viendroit du Ciel pour annoncer une autre Doctrine
que celle de Jésus-Christ, il le faudroit rejetter avec exécration,
parce que cette Doctrine a été vérifiée & confirmée par des
témoignages incontestables, & qu'elle est si parfaite, qu'on ne peut
y rien ajoûter. En éfet, quel autre Législateur pourroit-on atendre
après celui dont l'Ecriture nous fait cette magnifique description:
_Dieu_, dit-elle, _ayant autrefois parlé à son Peuple en beaucoup de
maniéres fort diférentes, a bien voulu dans l'acomplissement des tems
s'adresser à nous par son Fils, qui est Maître de toutes choses, la
splendeur de sa gloire, l'image vive & expresse de sa personne; qui
après avoir créé toutes choses, les soutient & les gouverne par
sa parole puissante; qui enfin, après avoir fait l'expiation de nos
péchez, s'est assis à la main droite de Dieu & est parvenu à une
dignité infiniment plus excellente que celle des Anges._

Une autre réflexion que les Chrétiens doivent faire sur ce que nous
avons dit contre les Mahométans, c'est que les armes que Dieu a
données aux Soldats de Jésus-Christ, ne sont pas de la nature de
celles sur lesquelles Mahomet a apuyé sa Religion: qu'elles sont
uniquement spirituelles, & propres à détruire les forteresses qui
s'élévent contre la connoissance de Dieu: que le bouclier des
Chrétiens est la foi, qui est propre à repousser les dards
enflammez du Démon: que leur cuirasse est la justice, la droiture, &
l'intégrité de la vie: que leur casque est l'espérance du salut,
laquelle couvre en éfet, aussi bien que cette sorte d'armes
défensives, les endroits les plus foibles & les plus exposez: qu'enfin
ils ont pour épée la Parole de Dieu, qui est assez éficace pour
pénétrer jusqu'au fond de l'ame.

Après ces usages qui se retirent de ce Traité, j'exhorte sérieusement
tous les Chrétiens à cette concorde mutuelle que Jésus-Christ
recommanda si fortement aux siens un peu avant que de les quiter.
Qu'ils considérent donc qu'il ne doit pas y avoir parmi eux plusieurs
Docteurs, & qu'ils n'en ont qu'un, qui est Jésus-Christ, au seul nom de
qui ils ont tous été batisez; qu'ainsi l'on ne devroit pas voir
parmi eux cette diversité de Sectes, & cette désunion, qui sont si
contraires à l'Evangile; & qu'il est tems de travailler à y aporter du
reméde. Pour le faire avec succès, ils doivent toûjours avoir devant
les yeux ces belles paroles des Apôtres: qu'il faut être sage avec
sobriété, & selon la mesure de la connoissance que Dieu a distribuée
à chacun de nous: que s'il y en a de moins éclairez, on doit suporter
leur foiblesse & les engager par cette modération à se réünir avec
nous, à entretenir la paix, & à bannir toutes disputes: qu'il
est juste, d'ailleurs, que ceux qui excellent en lumiéres & en
connoissance, excellent aussi en charité: qu'à l'égard de ceux qui
sont dans quelque erreur, il faut atendre que Dieu leur découvre les
véritez qu'ils ignorent: que jusqu'à ce que cela arrive, on doit
retenir les Articles dont on convient, & y conformer sa vie: que
maintenant nous ne connoissons qu'en partie, & qu'un tems viendra que
nous connoîtrons toutes choses avec évidence & avec certitude.

Je prie aussi chaque Chrétien en particulier, qu'il ne garde pas
inutilement le talent qui lui a été confié: qu'il travaille de toutes
ses forces à gagner des ames à Jésus-Christ: qu'il employe à ce
dessein, non seulement des discours salutaires & pieux, mais la pureté
& la sainteté d'une vie exemplaire, afin de donner lieu aux Etrangers
de juger de la bonté du Maître par celle des serviteurs, & de la
pureté de ses Loix par celle de leurs actions.

Je finis en priant ceux pour qui j'ai dit dès l'entrée que j'ai
composé cet Ouvrage, que s'ils y trouvent quelque chose de bon, ils en
rendent graces à Dieu, & que s'il y a des choses qui ne soient pas
de leur goût, ils veuillent bien avoir quelque égard, tant à la
condition ordinaire des hommes, qui naturellement sont fort sujets à se
tromper, qu'au lieu & au tems auquel ce Livre a été écrit, & qui
ne m'a pas permis d'y aporter toute l'exactitude dont j'aurois été
capable dans une plus heureuse conjoncture.



DU CHOIX
_Qu'on doit faire entre les divers_
_Sentimens qui partagent les_
CHRÉTIENS

_par Mr. LE CLERC._



§ I. _Qu'on doit examiner qui sont ceux d'entre tous les Chrétiens,
qui suivent aujourd'hui la Doctrine la plus pure de Jésus-Christ._

Il n'y a point d'homme sensé, qui ait lu les Livres du Nouveau
Testament, pour s'instruire dans la connoissance de la Vérité, qui
n'avoue que Grotius a renfermé dans ses 2. & 3. Livres les motifs
de crédibilité les plus forts que la Vérité puisse présenter à
l'Esprit. C'est pourquoi celui qui désire son salut, & d'arriver un
jour à l'Immortalité bienheureuse, doit s'atacher à la Doctrine
renfermée dans ces Livres pour en faire l'objet de sa foi; pratiquer
les Préceptes qu'elle lui impose, & fixer toute son espérance, sur les
biens qu'elle lui promet. Autrement celui qui paroîtroit convaincu de
la vérité de la Religion Chrétienne, & qui n'auroit pour sa Doctrine,
ses préceptes, & ses promesses ni l'obéissance, ni la foi, qui leur
sont dues, tomberoit en contradiction avec soi-même, & prouveroit qu'il
n'est Chrétien, ni de coeur, ni d'esprit.

Or entre les préceptes que Jésus-Christ & les Apôtres nous ont
donné, il y en a un qui nous oblige à confesser publiquement [1]devant
les hommes, que nous sommes ses Disciples, si nous voulons qu'il nous
reconnoisse au dernier jour lorsqu'il viendra pour juger les Vivans &
les Morts; au contraire si nous refusons de le reconnoître devant
les hommes pour notre Maître, il refusera de nous avouer pour ses
disciples. [2]Jésus-Christ n'a pas voulu que ceux qui s'atacheroient
à lui fussent des Disciples cachés, qui parussent avoir honte de
sa Doctrine, & sur qui l'estime des hommes ou leurs bienfaits, leurs
menaces & les supplices mêmes fissent plus d'impression que ses
préceptes, & les promesses qu'il leur fait de leur donner la Vie
éternelle. Mais il a voulu que ceux qui sont Chrétiens en fissent une
profession publique, pour porter tous les hommes à embrasser la vraye
Religion, & que si la Providence le jugeoit à propos, ils scellassent
par leur mort la profession de leur foi [3]remettant leurs Ames entre
les mains de Dieu, pour montrer qu'ils _préférent ses préceptes à
toutes choses._ C'est ce qui a fait dire à St. Paul [4]_que si nous
confessions le Seigneur Jésus de notre bouche, & que nous croyions dans
nos_ coeurs que _Dieu l'a ressuscité d'entre les morts, nous serons
sauvés; car de coeur,_ ajoûte-t-il, _on croit pour obtenir la justice,
& de bouche l'on confesse pour avoir le Salut;_ car l'Écriture dit,
_que tous ceux qui croiront en lui, n'en auront point de confusion._ Sur
ce principe, il faut que celui qui reconnoît la Religion Chrétienne
pour véritable découvre ses sentimens & sa foi, sans déguisement &
sans crainte, lorsque l'occasion s'en présente.

[Note 1: _Devant les hommes &c._ C'est Jésus-Christ qui parle Matt. X.
32. Où il dit _Quiconque fera profession d'être à moi, devant les
hommes; je le reconnoîtrai pour mien, devant mon Pére, qui est au
Ciel. Mais quiconque niera d'être à moi, devant les hommes; je nierai
aussi qu'il soit à moi, devant mon Pére, qui est au Ciel._ Voi. 2.
Tim. II. 12. Apocal. III. 5.]

[Note 2: _Jésus-Christ n'a pas voulu._ C'est pourquoi il dit Matt.
V. v. 14. _Que ses Disciples sont la lumiére du Monde; qu'une Ville
située sur une montagne,_ ne sauroit _être cachée, qu'on n'allume
point une lampe, pour la mettre sous un boisseau, mais sur un
chandelier_, afin qu'elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison
&c.]

[Note 3: _Remettant leurs Ames._ Luc XII. 4, _Jésus-Christ._ nous
deffend de craindre ceux qui tuent le _Corps, & qui après cela n'ont
plus rien à vous faire davantage_ & il nous ordonne _de craindre celui
qui, après qu'on a été tué, a le pouvoir de jetter dans la gêne._
Il prédit à ses Disciples Matt. X. 39. & suivans une infinité de
maux, de toute espéce, leur disant que _celui qui aura conservé sa
vie, la perdra & celui qui aura perdu sa vie, à cause de lui, la
trouvera._ Préceptes auxquels les premiers Chrétiens ont obéi avec
une fidélité constante, puisque le glorieux témoignage qu'ils ont
rendu à la _vérité de l'Évangile,_ les a fait appeller Martyrs,
c'est-à-dire Témoins.]

[Note 4: _Si nous confessions._ Rom. X. 9, 10, 11.]

Ensuite l'on doit s'atacher à connoitre ceux qui sont du même
sentiment, & [5]entretenir avec eux une union parfaite, une paix
profonde, & une amitié tendre & sincère, puis que la marque à
laquelle Jésus-Christ veut que ses Disciples soient reconnus, c'est
de s'aimer les uns les autres, & de se rendre mutuellement tous les
services dont ils sont capables. Il les a même exhortez, [6]de
s'assembler en son nom, leur promettant que lorsque deux, ou trois
Chrétiens seroient dans un même lieu en son nom, il seroit au milieu
d'eux; ce qui fait qu'outre que ces Assemblées mutuelles entretiennent
& fortifient l'union & la charité, elles contribuent [7]à perpétuer
la Doctrine, qui pourroit varier, s'il étoit permis à chaqu'un de
conserver sa foi en particulier, sans que personne en fût témoin; car
ce qui est caché s'oublie facilement, & disparoît peu-à-peu, mais
Jésus-Christ a voulu que sa Doctrine, & les Églises que la suivroient,
durassent jusqu'à la fin du Monde, afin de continuer à répandre ses
grâces & ses bénédictions sur les hommes.

[Note 5: _Entretenir avec eux &c._ Jean. XIII. 34, 35. Je vous fais un
nouveau commandement, c'est que vous vous aimiez les uns les autres;
afin que vous vous entr'aimiez, comme je vous ai aimez. Si vous avez de
l'amour les uns pour les autres, tout le monde connoîtra à cela que
vous êtes mes Disciples._ Voi. 2. Jean. II. 7. III. 11. 16. 23.]

[Note 6: _De s'assembler en son nom._ Matt. XVIII, 19, 20.]

[Note 7: _À perpétuer la Doctrine._ C'est ainsi que les Philosophes
ont transmis leur Doctrine à la Postérité, la faisant enseigner dans
les Écoles publiques, mais les Églises Chrétiennes unies ensemble
par des liens plus étroits, & plus forts transmettent avec plus de
certitude & de facilité la Doctrine qu'elles ont reçue de leur
Maître, ce qui ne pourroit se faire sans Assemblées. Pythagore voulut
éprouver ce moyen, mais il le tenta inutilement, parce que sa Doctrine
n'avoit rien de céleste. _Voi Laërce & Jambliq._]

C'est pourquoi celui qui a connu la Religion Chrétienne par l'étude du
Nouveau Testament, & qui est persuadé de la vérité de cette Religion
doit embrasser sa Doctrine [8]& s'atacher à ceux qui la professent;
mais comme il n'y a point aujourd'hui d'Assemblées particuliéres, &
qu'il n'y en a jamais eu, qui puissent prendre le titre de Chrétiennes
à l'exclusion des autres, on ne doit pas s'en raporter à la seule
dénomination extérieure, ni se joindre [9]sans examen & sans
discernement à tous ceux qui se disent Chrétiens. Il faut examiner si
leurs Dogmes sont conformes à la pureté de la Doctrine qu'on a puisée
dans la lecture du Nouveau Testament. Sans cela il pourroit arriver
que nous regarderions comme une Assemblée Chrétienne, celle qui n'en
auroit que le nom. Il est donc de la prudence d'un homme sage de ne
s'engager jamais dans aucune Église sans être persuadé qu'on y
enseigne la pure Doctrine de Jésus-Christ, & qu'on ne l'obligera jamais
à rien dire ou pratiquer qui soit contraire à ce que Jésus-Christ a
prescrit, & enseigné.

[Note 8: _S'atacher à ceux._ Voi. Ép. Tim. & Tit. où l'Apôtre leur
ordonne d'établir des Églises; & Heb. X. 25.]

[Note 9: _Sans examen._ Voi. I. Thessal. v. 21. Mais S. Jean s'explique
plus clairement sur ce sujet. I. Ép. IV. 1. _Mes chers frères,_
dit-il, _ne croyez pas à tout Esprit; mais examinez les Esprits, pour
savoir s'ils viennent de Dieu._ Car plusieurs faux Prophétes sont venus
au Monde.]



§. II. _Qu'il faut s'atacher à ceux qui sont les plus dignes du nom de
Chrétiens._

Les Chrétiens ne s'accordant pas dans leurs sentimens, & étant non
seulement divisés par des Opinions différentes, mais, ce qu'on ne peut
dire sans les couvrir de honte, se condamnant les uns les autres, & se
proscrivant de leurs Assemblées, avec les marques de la haine la plus
forte, il y auroit non seulement de l'imprudence, mais de l'injustice &
de la précipitation de s'atacher sans discernement à quelqu'une de ces
Assemblées, & de condamner les autres sans les connoître. Un homme ne
pourroit regarder comme une Église Chrétienne, celle qui rejetteroit
une partie de la vraye Religion selon l'idée qu'il en a conçue, &
condamneroit ceux du sentiment contraire; il ne pourroit même, se
persuader que tous ceux qui seroient condamnés par cette Église
particuliére qui les chasseroit de son sein méritassent d'en être
exclus. Par conséquent un homme sage & prudent doit examiner ceux
qui sont les plus dignes de porter le saint nom de Disciples de
Jésus-Christ, & s'unir à eux.

Si l'on demande ce qu'il faudroit faire selon l'Esprit du Christianisme
s'il ne se trouvoit aucune Assemblée Chrétienne qui enseignât
publiquement la Doctrine de Jésus-Christ, & qui n'obligeât personne
à condamner ce qui lui paroîtroit véritable. Alors celui qui auroit
découvert l'Erreur, devroit s'appliquer à en retirer les autres,
joignant à une prudence consommée [10]la bonne foi & une sincérité
parfaite, crainte de fournir aux autres quelque sujet de scandale,
d'avoir travaillé sans fruit, & perdre l'espérance de leur insinuer la
Vérité, & l'esprit de modération qui en est inséparable. Alors on
pourroit dire avec sagesse & modestie ce qu'on croiroit être vrai, sans
taxer d'erreur, ceux qui croient avoir la Vérité pour eux; mais Dieu
n'a jamais abandonné, & n'abandonnera jamais le nom Chrétien jusqu'au
point qu'il ne se trouve aucun homme digne de le porter, ou qui ne
puisse s'en rendre digne, & avec lequel on puisse s'unir, supposé
que les autres ne voulussent pas ouvrir les yeux à la lumiére de la
Vérité, de sorte qu'on fût contraint de se séparer des opiniâtres,
ce qu'on ne doit faire cependant qu'après avoir tenté toute sorte
de moiens; [11]s'il n'est pas permis de leur dire son sentiment avec
douceur & modestie, & de suspendre son jugement à l'égard de ceux
qu'on ne croit pas coupables ni par conséquent dignes de condamnation.
La Religion Chrétienne défend de parler contre sa conscience, de
mentir, de condamner les Innocens; Et il est certain que celui qui plein
de respect & d'admiration pour la sainteté des Préceptes que Dieu
lui a donné souffriroit toutes choses, plutôt que de les enfraindre,
seroit très-agréable à Dieu, puis qu'une action de cette nature qui
ne peut avoir pour principe qu'une connoissance de ses devoirs, & un
amour très-ardent pour Dieu, ne peut manquer de lui plaire.

[Note 10: _La bonne foi._ Ceci est conforme au Précepte de
Jésus-Christ, qui Matt. X. 16. nous ordonne _d'être prudens comme les
Serpens, & simples comme les colombes_. Simplicité qui ne doit pas
cependant nous engager dans l'imprudence, & prudence qui doit nous
éloigner de la fourberie, crainte de pécher contre la bonne foi. Nous
pouvons même dire qu'il y en a très-peu qui se garantissent de ces
écueils en prenant un juste milieu entre ces deux extrémités.]

[Note 11: _S'il n'est pas permis._ Pendant qu'on a le droit de suivre
les lumiéres de sa conscience, & d'agir selon ses principes, on n'est
point obligé de se séparer d'une Communion à moins qu'elle n'eût
corrompu les fondemens du Christianisme; mais lorsqu'elle peut opprimer
les consciences, & qu'on ne peut demeurer au milieu d'elle, qu'en
dissimulant, ou renonçant à la Vérité, il faut alors l'abandonner
puisqu'il n'est pas permis de mentir, ni de cacher la Vérité pour
faire triompher l'Erreur & le Mensonge, autrement la lumière seroit
mise sans le boisseau. C'est pourquoi Jésus-Christ ne s'est point
séparé des Assemblées des Juifs, & les Apôtres ne les ont point
abandonnées, pendant qu'il leur a été permis d'y enseigner &
professer la Doctrine de leur Maître. Voi. Act, XIII. 46.]

C'est pourquoi dans cette diversité de sentimens qui partagent les
Chrétiens il faut examiner ceux qui pensent le plus juste; & ne
condamner les autres, qu'après une pleine certitude qu'ils le
méritent; nous atachant à ceux qui ne nous obligent à croire aucun
Dogme que nous regardions comme faux; ni à condamner ceux que nous
croïons vrais. Si nous ne pouvions trouver ces choses dans aucune
Assemblée Chrétienne, il faudroit alors nous retirer avec ceux qui
sont dans le même sentiment, pour n'être pas contraint de mentir en
trahissant la Vérité.



§. III. _Les plus dignes du nom Chrétien sont ceux qui enseignent la
Doctrine la plus pure, dont Grotius a prouvé la vérité_.

Une des questions les plus importantes, & des plus difficiles à
décider, c'est celle où l'on demande qui sont ceux de tous les
Chrétiens dont nous voions les Assemblées, qui pensent plus juste
sur la Religion, & qui soient par conséquent plus dignes du nom de
Chrétien qu'ils portent. Toutes les Communions différentes qui se sont
séparées de Rome, & celle de Rome même, prétendent à ce glorieux
privilége, mais mettant à l'écart toutes les raisons qu'elles
apportent pour justifier ce titre, nous disons que l'une n'est pas plus
croïable que l'autre, car il faudrait être insensé pour se laisser
conduire sur ce sujet[12] au hazard, & terminer toutes les Controverses
par un coup de déz, pour ainsi dire.

[Note 12: _Au hazard_. Voi. la Not. 9. pag. 379, §. II.]

Or Grotius n'ayant prouvé la vérité d'aucun des Dogmes de toutes les
Communions qui se disent Chrétiennes, mais s'étant uniquement ataché
à la Religion que Jésus-Christ & les Apôtres ont enseignée aux
hommes, il s'ensuit qu'il faut préférer cette assemblée de Chrétiens
qui ne reçoit précisement que la Doctrine de Jésus-Christ & des
Apôtres. On peut regarder comme la seule & vraye Religion Chrétienne,
celle qui sans aucun mélange, sans aucune production de l'Esprit
humain, peut se raporter toute entiére à Jésus-Christ comme à son
Autheur; C'est à elle qu'il faut appliquer _les preuves_ que nous
trouvons dans son 2. Livre de la vérité de la Religion Chrétienne &
qui ne peuvent convenir à aucune autre, si elle ne lui est conforme.
Si quelqu'un ajoute ou diminue à la Doctrine de Jésus-Christ, il
s'éloigne d'autant plus de la Vérité, que les additions ou les
retranchemens qu'il fait, sont plus ou moins considérables, & lorsque
je parle de la Doctrine de Jésus-Christ, j'entens celle qui est reçue
comme telle de tous les Chrétiens, & qu'ils conviennent tous être
renfermée dans les Livres du Nouveau Testament, ou pouvoir en être
déduite par des conséquences tirées de ses Principes. A l'égard des
Dogmes qui, selon le sentiment de quelques-uns, ont été établis de
vive voix par Jésus-Christ, & les Apôtres, & se sont ensuite répandus
par la Tradition, ou quelqu'autre moien qui les a transmis, de sorte
qu'ils n'ont été écrits que long-tems après, je me contenterai de
dire qu'ils ne sont pas reçus de tous les Chrétiens, comme sont les
Livres du Nouveau Testament; je ne dirai pas qu'ils soient faux, à
moins qu'ils ne soient contraires aux lumieres de la Raison & de la
Révélation, mais je dirai que leur Origine est incertaine & douteuse;
& que tous les Chrétiens ne s'accordent pas sur ce point comme sur les
Dogmes dont Grotius a démontré la vérité. Or il n'y a point d'homme
sage qui connoissant l'incertitude d'une chose,[13] voulût s'y apuyer
comme s'il en étoit très-persuadé, sur tout dans une affaire de la
derniére importance.

[Note 13: _Voulût s'y apuyer_ C'est ce que St. Paul nous enseigne Rom.
XIV. v. 23. où il dit _que tout ce qui n'est point de foi est péche_,
où nous avons raporté les paroles de Philon dans son Livre des Errans
Edit. Par. p. 469. Où il dit _que le plus beau de tous les sacrifices,
& la plus excellente de toutes les victimes, c'est de se tenir
tranquile, & suspendre son jugement dans les choses qui ne touchent
point la foi_: & un peu après il ajoûte, _qu'un Esprit paisible est en
sureté dans les ténèbres_, c'est-à-dire lorsqu'on ne sait quel parti
prendre.]



§. IV. _Des choses dont les Chrétiens sont d'accord & de celles ou ils
sont d'un sentiment contraire_.

Quoiqu'on voie parmi les Chrétiens les disputes les plus vives,
soutenues avec chaleur & animosité, qui les engagent à s'accuser
mutuellement de nier les choses les plus évidentes, & les mieux
prouvées, cependant il y en a qui sont si claires que chaqu'un les
admet sans contradiction, ce qui forme une démonstration convainquante
de leur vérité, puis qu'elles sont reçues d'un consentement unanime,
sans que l'Esprit de contestation & de chicane qui aveugle ses Partisans
puisse y former aucun nuage. Je ne prétens pas dire que toutes les
choses dont on dispute soient incertaines & douteuses, parce que
les Chrétiens n'en conviennent pas unanimement; car une chose peut
paroître obscure à certaines Personnes, qui la trouveroient claire,
si le préjugé, ou quelqu'autre Passion ne l'obscurcissoit dans leur
Esprit; mais il n'arrivera presque jamais que des Partis contraires, &
acharnés à la dispute, s'accordent sur une chose qui est obscure.

Les Chrétiens qui vivent aujourd'hui conviennent premiérement ensemble
du nombre & de la vérité des Livres du Nouveau Testament; & si les
Savans sont en dispute sur quelques Épîtres,[14] c'est une chose qui
n'est d'aucune conséquence puisqu'ils conviennent tous qu'elles sont
divinement inspirées, & que ces sortes de controverses ne peuvent
apporter aucun changement à la Doctrine Chrétienne. Ce consentement
unanime est de la derniére conséquence, puisqu'il s'agit ici de la
source indubitable de la Révélation sous la nouvelle Alliance, &
qu'à l'égard des autres monumens de révélation que quelques-uns
reçoivent, d'autres les révoquent en doute.

[Note 14: _Sur quelques Épîtres_. Celle aux Hébreux, la 2. de St.
Pierre, & les deux derniéres de St. Jean, sur les Autheurs desquelles
les Savans sont partagés.]

De plus les Chrétiens s'accordent sur plusieurs Points de Foi qui
renferment ce qu'on doit croire, espérer, & pratiquer; par exemple, ils
croient tous, pour retracer ces principaux Points, I. qu'il y a un Dieu
Éternel, tout-puissant, souverainement bon & saint; qui posséde dans
le dégré les plus parfait, les Attributs les plus excellents, sans
aucun mélange d'imperfections; qu'il a créé le Monde, & tous ceux qui
l'habitent, & qu'il conduit & gouverne toutes choses par les Loix de
sa souveraine Sagesse. II. Que ce Dieu a un Fils unique, savoir
Jésus-Christ né à Bethléem de la Vierge Marie sans connoissance
d'homme, sous la fin de la vie d'Hérode le Grand, & sous l'Empire de
César Auguste; qu'ensuite il fut ataché à la Croix où il mourut sous
le Regne de Tibère, Ponce Pilate étant Intendant de la Judée; que
sa Vie est raportée fidellement dans l'Histoire de l'Évangile; qu'il
avoit été envoyé par son Pére pour apprendre aux hommes le chemin
du salut, les racheter par sa mort de la malédiction éternelle, & les
réconcilier à Dieu; que la vérité de sa Mission à été confirmée
par plusieurs miracles, que sa mort a été suivie du triomphe de sa
Résurrection, & qu'après avoir conversé plusieurs fois avec plusieurs
Personnes, qui l'ont vu & touché, il est monté au Ciel en leur
présence & eux le regardant; qu'il y regne, & n'en reviendra qu'au
dernier jour, lorsque les Vivans & les Morts étant sortis de leurs
Tombeaux, il les jugera selon l'Evangile; que tout ce qu'il a enseigné
doit faire l'objet de nôtre foi, & que ce qu'il a commandé doit faire
celui de notre obéïssance, soit qu'il regarde le Culte de Dieu,
l'Empire que nous devons avoir sur nos passions, ou la charité du
Prochain; que l'homme n'a jamais reçu de Préceptes plus saints,
meilleurs, plus utiles,& plus conformes à sa nature, quoique tous les
hommes, excepté Jésus-Christ, les transgressent, & ne puissent arriver
au salut, que par la miséricorde de Dieu. III. Qu'il y a un Saint
Esprit que les Apôtres de Jésus-Christ ont reçu, qui a opéré
plusieurs miracles en leur faveur, & par leur ministére, qui anime la
piété des hommes fidéles, & les fait perséverer dans l'obéïssance
qu'ils doivent à Dieu, les fortifiant dans les Epreuves de cette vie,
& que cet Esprit saint nous parlant par la voix des Apôtres, exige
la même foi & la même obéïssance que le Pére & le Fils. IV. Que
l'Église Chrétienne a été fondée & conservée depuis le tems de
Jésus-Christ jusqu'au nôtre par le Pére, le Fils & le S. Esprit;
que tous ceux qui joindront la repentance à la foi, obtiendront
miséricorde de Dieu, & seront participans de la Vie éternelle lorsque
Jésus-Christ viendra pour les résusciter; & qu'au contraire ceux qui
auront refusé de croire à l'Évangile & de pratiquer ses Préceptes
resusciteront, s'ils sont morts, pour souffrir des supplices éternels.
V. Que tous les Chrétiens doivent reconnoître & professer ces
vérités, soit dans le Batême où ils promettent de vivre d'une
maniére conforme aux Régles de l'Évangile, & éloignée de vices & de
la corruption du siécle, soit dans la S. Cene, où nous annonçons la
mort de Jésus-Christ, selon ses préceptes, jusqu'à ce qu'il vienne,
faisant connoître que nous voulons être ses Disciples, & regarder
comme nos fréres ceux qui la célébrent comme nous, afin que ces
Cérémonies étant pratiquées avec le respect & la piété qu'elles
demandent, nous procurent l'Esprit de Dieu, & ses bénédictions
spirituelles & célestes.

[15]Tous les Chrétiens croyent ces choses, & celles qui y ont une
liaison essentielle (car il ne s'agit pas ici d'entrer dans un détail
plus étendu sur ce sujet) & ils s'accordent tous sur ces Points, si
ce n'est que quelques-uns y ajoûtent plusieurs choses pour servir de
Commentaire, d'explication & de supplément à la Doctrine que nous
avons raportée; ce qu'ils ne prouvent pas par les Écrits des Apôtres,
mais par la Tradition, par la Pratique de l'Église, & quelques Écrits
modernes, qui selon leur sentiment se sont perpétués de siécle en
siécle. Je ne dirai de ces Additions que ce que j'ai déjà dit, que
tous les Chrétiens ne sont pas d'accord sur ce sujet, comme sur les
Dogmes que nous avons raportés, & dont la clarté est si évidente
qu'ils écartent les moindres doutes, sitôt qu'on reconnoît
l'authorité de l'Écriture qu'aucun Chrétien de bon sens ne peut nier.

[Note 15: _Tous les Chrétiens._ Dans l'explication que nous venons de
donner de la Doctrine Chrétienne, nous avons suivis l'ordre du Symbole
appelé des Apôtres, évitant tous les termes contestés parmi les
Chrétiens, parce qu'il s'agissoit des choses dont ils conviennent
tous; cependant nous ne condamnons point comme faux ce qui peut y être
ajoûté par voye d'explication ou de confirmation. Au contraire nous
louons le travail & les soins de ceux qui nous ont communiqué leurs
lumieres sur ce sujet, ne doutant point qu'on n'ait découvert & qu'on
ne découvre encore plusieurs choses pour l'éclaircissement de ces
Vérités. C'est pourquoi _Tertullien a très-judicieusement pensé
lorsqu'il a dit_ sur ce sujet dans son Livre _de Virginibus velandis_.
Chap. I. La Régle de la foi est une seule dont la fermeté est
invariable, savoir de croire en un seul Dieu Tout-puissant, Créateur du
Monde, & en son Fils Jésus-Christ, né de la Vierge Marie, crucifié
sous Ponce Pilate, résuscité des Morts le 3. jour, monté au Ciel, à
présent assis à la dextre de Dieu, d'où il viendra juger les Vivans
& les Morts _par la résurrection de la chair_. Cette Régle de la
foi demeurant immuable, les autres Points de la Discipline, ou de la
Doctrine, & de la conduite des moeurs, peuvent être rectifiés sous
l'assistance & la direction particuliére la grace de Dieu &c.]

Si l'on se rend attentif sur cette Doctrine, & qu'on pése les raisons
qui prouvent la vérité de la Religion Chrétienne, on verra d'abord
(ce qu'il est essentiel de bien remarquer) que la solidité de ces
preuves ne porte pas sur les Points contestés, & qui divisent le Monde
Chrétien, comme nous l'avons déjà insinué.



§ V. _De quelle source chaqu'un doit tirer la connoissance de la
Religion Chrétienne._

Un homme sage & prudent qui verra les Chrétiens disputer sur certains
Points particuliers, & s'accorder unanimement sur d'autres, comprendra
qu'il ne doit pas puiser la Religion Chrétienne dans une source
équivoque & douteuse, mais dans celle dont ils reconnoissent tous
unanimement la pureté. Or cette source ne peut être la Confession de
Foi d'aucune Église particulière, mais les seuls Livres du Nouveau
Testament qu'ils regardent tous comme très-véritables. Il est vrai
qu'il se trouve des Chrétiens qui prétendent que ces Livres ne peuvent
être entendus, qu'en y joignant la Doctrine de leurs Églises; mais
d'autres s'inscrivent en faux contre ce sentiment, & tout ce qu'on peut
dire sur ce sujet, c'est qu'une Opinion devient suspecte lorsqu'elle n'a
pour apui que le témoignage de ceux qui la soutiennent, & qui ont un
intérêt particulier à l'établir. D'autres avancent qu'il faut
un secours extraordinaire du S. Esprit non seulement pour croire à
l'Ecriture, ce qu'on accorde sans peine; mais aussi pour comprendre le
sens des vérités qu'elle renferment, ce qu'ils auroient de la peine à
prouver; mais supposons-le, pourveu que tous ceux qui lisent les Livres
du Nouveau Testament dans le dessein de connoître la Vérité, avouent
que dans ces dispositions Dieu leurs accorde cet Esprit par un effet de
sa bonté, il n'y aura plus de disputes sur ce Point; chaqu'un agissant
avec prudence & sans danger pourra puiser dans la lecture de ces Livres
la connoissance de la Religion Chrétienne, en se servant des moiens qui
sont utiles & necessaires pour les entendre, ce que nous n'examinons pas
ici.

Tous ceux qui croyent que Dieu a pleinement révélé sa volonté
par Jésus-Christ, dans les Livres du Nouveau Testament, se trouvent
indispensablement obligés d'embrasser toutes les choses que ces Livres
lui proposent comme l'objet de sa Foi; de son Espérance, & de ce qu'il
doit faire & pratiquer; car celui qui s'atache à Jésus-Christ & le
regarde comme son Docteur dans la foi, doit recevoir & s'atacher à tout
ce qu'il a enseigné, sans qu'il puisse admettre aucune exception en
recevant une partie de sa Doctrine & rejettant l'autre. Tels sont tous
les Dogmes que j'ai raporté ci-dessus, & dont tous les Chrétiens
conviennent ensemble d'un consentement parfait.

À l'égard des autres Points sur lesquels ils disputent, n'ayant pas la
même évidence, un homme qui craint Dieu & qui a de la piété peut &
doit examiner toutes choses & suspendre son jugement jusqu'à ce qu'il
en ait une connoissance plus exacte; car il y auroit de l'imprudence
d'admettre ou de rejetter des choses dont on ne connoîtroit ni la
vérité ni la fausseté, puisque le salut éternel n'est pas promis
dans les Livres du Nouveau Testament à celui qui embrassera un
sentiment controversé plutôt que l'autre, mais à celui qui recevra
d'esprit & de coeur les Points fondamentaux de la Doctrine Chrétienne
que nous avons raporté.



§. VI. _Qu'on ne doit prescrire aux Chrétiens que ce qui est tiré du
Nouveau Testament._

On ne peut donc de droit [16]obliger les Chrétiens à recevoir que les
choses qu'ils croyent contenues dans les Livres du Nouveau Testament,
pour pratiquer celles qui y sont commandées, & éviter les autres qui y
sont défendues. Si l'on prétend leur imposer d'autre Loi, c'est sans
en avoir ni le droit ni l'authorité. Car qui est le Juge équitable
qui puisse obliger le Chrétien à croire qu'un Dogme est émané de
Jésus-Christ, lorsqu'il n'en trouve aucun fondement dans le moien par
lequel Dieu nous a transmis la révélation, de l'aveu de tous les
hommes? Supposons qu'il y ait d'autres Dogmes qui soient vrais, ils ne
peuvent avoir aucun motif de crédibilité dans l'esprit de celui, qui
les voyant admis par les uns & contestés par les autres, prendra un
milieu plus seur en s'atachant aux Livres du Nouveau Testament, comme
à la source de la Révélation, sans vouloir entrer en discussion des
Points disputés. Pendant qu'il se tient ferme à ce sentiment, on n'a
aucun droit de lui demander autre chose, & il ne changera point jusqu'à
ce qu'il soit persuade qu'on peut trouver dans une autre source la
connoissance du Christianisme, ce que je ne croi pas qu'on puisse faire.

[Note 16: _Obliger de droit_. C'est à quoi se raporte ce que
Jésus-Christ nous dit Matt. XXIII. 8. & suiv. _Mais pour vous, ne vous
faites pas appeller, mon maitre; car vous n'avez qu'un seul maitre,
savoir, le Christ, & vous êtes tous fréres! Ne nommez personne vôtre
Pere sur la terre, car vous n'avez qu'un seul Pére; savoir, celui qui
est au Ciel. Ne vous faites pas appeller conducteurs; car vous n'avez
qu'un seul conducteur; savoir, le Christ._ Voi. Jaq. III. 1. Apoc. III.
7. _Où il est dit que Christ a la clef de David, qui ouvre,_ savoir le
Ciel, & que personne ne ferme, qui ferme & que personne ne peut ouvrir.
Or si Jésus-Christ doit être le seul objet de la foi, & que le Nouveau
Testament renferme toute la Révélation qu'il a apporté sur la terre,
il s'ensuit que toute la foi du Chrétien doit porter sur ces Livres.]

[17]Si quelqu'un vouloit donc ôter aux Chrétiens les Livres du
Nouveau-Testament, ou y ajoûter des choses dont ils n'ont aucune
certitude, il ne doit pas être écouté, puisqu'il démande ce que
la prudence deffend d'accorder, en voulant nous obliger à croire des
choses dont nous ne sommes pas certains, & à en omettre d'autres que
tout le monde regarde comme certainement révélées. Il n'est pas
nécessaire à chaqu'un d'entrer dans un détail circonstancié
de toutes les Controverses, ce qui demanderoit une discussion
presqu'infinie, & ne peut convenir qu'aux Savans qui consacrent leurs
veilles à cette étude, & qui ont du tems pour le faire. Celui qui veut
nous forcer à croire ce que nous ne pouvons pas, nous chasse de sa
Communion, parce qu'on ne peut faire violence à la foi, & qu'un homme
craignant Dieu & qui aime la Vérité, n'aura jamais la criminelle
complaisance pour qui que ce soit de faire profession d'une chose qu'il
ne croit pas.

[Note 17: _Si quelqu'un vouloit._ C'est ce que prouvent les paroles de
S. Paul. Gal. I. 8. _Mais si nous vous annoncions, ou si un Ange du Ciel
vous annonçoit, autre chose, que ce que nous vous avons évangélisé,
que nous & lui soions anathème._ Certainement il ne convient
à personne de vouloir ajoûter à l'Evangile ce qu'il croiroit
nécessaire, ou en retrancher ce qu'il regarderait comme inutile.]

Ceux qui sont d'un sentiment contraire nous objectent, que si chaqu'un
à la liberté de juger des Livres du Nouveau Testament, on verra
bientôt autant de Religions que de Chapitres, & que la vérité qui est
unique sera opprimée par la multitude des Erreurs. Avant de produire
des Objections, & de combatre le sentiment que nous avons établi
ci-dessus, & qui est apuïé sur les raisons les plus fortes, je croi
qu'il faudroit avoir renversé nos principes puis que ces principes
étant toûjours les mêmes, la Doctrine qu'ils soutiennent demeure
inébranlable comme il est facile de le prouver. Car s'il s'ensuit
quelque difficulté de ce que nous avons établi, la vérité n'en est
pas moins certaine jusqu'à ce qu'on ait montré que nos principes ne
sont ni vrais, ni solides. Mais sans aller plus loin sur ce sujet, nous
disons qu'il est faux que la Révélation du Nouveau Testament soit
si obscure qu'un homme d'un esprit sain, & qui cherche avec ardeur
& sincérement la Vérité, ne puisse y trouver, & n'y trouvé
effectivement, les Points fondamentaux de la Religion Chrétienne, ce
qui est prouvé par l'expérience, puisque tous les Chrétiens, comme
nous l'avons montré, se trouvent sur ce sujet d'un contentement
unanime, ce que Grotius a remarqué au §. XVII. de son II. Livre.
Nous ne parlons pas ici de ceux qui ont le Cerveau blessé ou le coeur
corrompu, nous portons nos veues sur les Communions entiéres des
Chrétiens, qui quoique devisées & animées par des disputes
continuelles, s'accordent toutes sur ce Point.



§. VII. _Qu'on doit admirer la Providence de Dieu dans le soin qu'il a
pris de conserver la Doctrine Chrétienne._

L'on doit admirer sur ce sujet, comme sur une infinité d'autres qui
concernent la conduite & le Gouvernement de l'Univers, la Providence
particuliére de Dieu, qui au milieu de tant de disputes qui ont été
autrefois, & qui continuent encore aujourd'hui, a cependant toûjours
conservé les Livres du Nouveau Testament dans toute leur pureté,
afin de rétablir par ce moien la Doctrine Chrétienne toutes les fois
qu'elle seroit altérée; nous ayant transmis ce Thrésor tout entier,
mais ayant conservé la Doctrine qu'il renferme, au milieu de cette Mer
orageuse de disputes, de sorte que les Points essentiels ne se sont
jamais éclipsés de la memoire des Chrétiens.

Une partie considérable de Chrétiens prétend, que dans les siécles
qui ont précédé, plusieurs Erreurs se sont imperceptiblement
introduites & glissées dans les Écoles, ce que les autres nient,
ce qui a causé en Occident cette séparation qui a divisé le Monde
Chrétien en deux parties presqu'égales, seize cens Ans après la
naissance de Jésus-Christ; cependant dans ces siécles mêmes, où
l'Erreur a séparé une partie des Chrétiens de l'autre, & où ils se
reprochent avec vérité les ténèbres, la corruption & les vices qui
régnaient alors, le principaux Points de la Religion Chrétienne,
que nous avons raporté, sont toûjours demeurez invariables sans
vicissitude ni changement.

[18]Il n'y a point de siécle si ténébreux & si corrompu qui ne
fournisse la preuve de cette vérité en lisant les Écrivains de ce
tems là dont nous avons encore les Ouvrages. J'avoue, car il ne s'agit
pas de dissimuler, qu'on a introduit dans la Théologie Chrétienne
plusieurs choses étrangéres, inconnues, & qu'on a joint aux Écrits
du Nouveau Testament; c'est pourquoi l'Evangile, cette semence de
régénération n'a pas porté tant de fruits qu'elle eût fait, si on
eût écarté les ronces, les épines des chicanes Scolastiques, qu'on
peut comparer à de mauvaises plantes que la main du Pere Céleste n'a
point planté. Les vices ont accompagné l'Erreur, non seulement on les
a commis, mais on les a toléré, & canonisé dans la suite; cependant
cette sainte Doctrine a toûjours été conservée pure & entiére dans
les Livres du Nouveau Testament, & tous les Chrétiens s'accordent sur
ce sujet. C'est pourquoi l'on a veu paroître dans la suite des hommes
illustres qui se sont vivement oposés aux vices & aux Erreurs de leur
siécle, qui les ont repris & censurés, & ont eu assés de zéle & de
fermeté pour se roidir contre le torrent. C'est par ce moien que
Dieu selon sa promesse a empêché [19]que les portes de l'enfer ne
prévalussent contre son Eglise, c'est-à-dire qu'il n'a jamais permis
qu'il ne restât aucune Assemblée dans laquelle la Doctrine Chrétienne
ne subsistât dans toute sa pureté, quoi qu'il s'y trouve quelques
Dogmes particuliers quelquefois plus obscurs ou plus clairs. Or il est
certain, pour le remarquer en passant, que si cette Doctrine ne fût
émanée de Dieu, elle ne se fût jamais sauvée d'un déluge de vices
& d'erreurs qui l'ont toûjours environnée; mais elle eût été
renversée de fond en comble & ensevelie sous les variations, les
caprices, & les vicissitudes de l'Esprit humain.

[Note 18: _Il n'y a point de siécle._ Les Partisans de Rome, & ceux
qui en sont séparés conviennent qu'il n'y a point eu de siécles plus
malheureux que le 10. & 11. Cependant si quelqu'un veut lire ce que
les Écrivains de ces siécles infortunés nous ont laissé dans _la
Bibliothèques des Peres_, il y trouvera tous les Dogmes que nous avons
raportés dans la § IV. _Bernard_ Abbé du Monastère de Clervaux & qui
vivoit au commencement du 12. siécles. Ce grand homme dont quelques-uns
relévent avec tant d'Éloges la constance, l'érudition, la piété,
& dont les Ouvrages transmis aux siécles futurs n'ont jamais été
condamnés, raporte dans ses Écrits, les Points fondamentaux de la
Doctrine Chrétienne. Les siécles qui ont suivi jusqu'au 16. prouvent
la même Vérité, & ceux qui se sont écoulés depuis ce tems là ne
laissent aucun doute sur ce sujet.]

[Note 19: _Les portes de l'Enfer,_ ou _du Sépulchre_. C'est ainsi que
nous avons traduit le terme, grec πύλας άδα, parce que ce terme
& l'expression hébraique Scheol à laquelle il répond, n'a jamais
signifié dans l'Écriture un Démon, mais seulement le sépulchre ou
l'état des morts, comme, Grotius & d'autres l'ont remarqué, d'où l'on
peut conclure qu'il y aura toûjours quelqu'Assemblée, qui conservera
les Points fondamentaux de la Doctrine Évangélique.]



§. VIII. _L'on répond à la question, pourquoi Dieu a permis qu'il y
eût des Erreurs & des disputes entre les Chrétiens._

L'on pourroit peut-être nous objecter ici, qu'il sembleroit que la
Providence eût veillé avec plus de soin à conserver la Doctrine
Chrétienne, si Dieu eût prévenu par sa toute-puissance les Erreurs
qui ont été, & qui règnent encore aujourd'hui parmi les Chrétiens, &
qu'il eût maintenu au milieu d'eux la vérité, la concorde & la paix.
Mais nous apartient-il de prescrire à Dieu les Loix qu'il doit suivre
afin que les choses soient mieux réglées dans le Gouvernement de
l'Univers? Au contraire n'est-ce pas à nous à penser que Dieu qui est
souverainement sage a eu des raisons particulieres pour souffrir ce
qu'il a souffert, quoique ces veues qui sont impénétrables soient
incompréhensibles à l'Esprit humain. Mais si l'on peut découvrir
quelques raisons probables qui ont engagé Dieu à agir comme il a fait,
nous devons croire que ces raisons & d'autres plus importantes l'ont
déterminé à permettre & souffrir ce que nous voions sous nos yeux.

Mais avant de s'arrêter sur ce sujet à aucune conjecture, il faut
établir que Dieu a résolu de créer [20]les hommes libres, & de leurs
conserver cette liberté jusqu'à la fin, c'est-à-dire qu'ils ne
fussent pas tellement bons, qu'ils fussent contraints & nécessités de
l'être toûjours, ni tellement mauvais qu'ils succombassent sous le
pois des crimes, sans jamais s'en réléver; mais il les à créés
changeans variables & inconstans afin qu'ils pussent passer
alternativement du crime à la vertu & de la vertu au crime avec plus
ou moins de facilité, selon que leurs habitudes pour le bien ou le mal
auront été plus ou moins fortes. Le Peuple Juif nous fournit la
preuve de cette vérité, que les Chrétiens confirment chaque jour par
expérience. Les uns & les autres n'ont été contraints par aucune
force insurmontable de pratiquer la vertu ou le vice; ils n'étoient
conduits & dirigés que par les Loix qui promettent des récompenses aux
gens de bien, & des punitions aux méchans, auxquelles Dieu joignoit des
motifs pour les encourager à la pratique de la vertu, & les détourner
du vice, quoiqu'ils aient toûjours été libres d'obéïr, ou de
désobéir à Dieu, ce qui est justifié par l'expérience, puisqu'ils
ont toûjours été bons ou mauvais lorsque la Loi de Dieu leurs
prescrivoit également la pratique de la vertu, & leur deffendoit
également le vice. Jésus-Christ nous a fait connoître que la même
chose arriveroit parmi les Chrétiens, comme on le peut conclure des
deux Paraboles qu'il a raporté[21] l'une de la Zizanie que l'homme
ennemi a semé & qui est crue avec le bon grain & [22]l'autre du filet
jetté dans la Mer & dans lequel se trouvent de bons & de mauvais
Poissons, pour montrer que dans le Corps extérieur de l'Eglise il y
auroit un mélange de bons & de mauvais Chrétiens, ce qui prouve qu'il
a parfaitement connu les maux qui devoient arriver dans l'Eglise. S.
Paul n'a-t-il pas averti les Corint. [23]_Qu'il falloit qu'il y eût
des hérésies, afin que l'on découvre parmi vous ceux qui sont dignes
d'être approuvez?_ [24]Et s'il n'y avoit point eu de disputes & que
tous les Chrétiens se fussent unanimement accordés sur la Doctrine, il
n'y eût point eu d'occasion de choisir, & de pratiquer cette vertu, qui
fait préférer la Vérité à toutes choses. La Sagesse de Dieu brille
donc avec éclat sur ce sujet, puisqu'il fait tirer la vertu du milieu
même des vices.

[Note 20: _Les hommes libres_. Toute l'Antiquité Chrétienne n'a eu
qu'un même sentiment sur ce sujet. Voi. _Justin_ Mart. Apol. I. Chap.
LIV. & LV. _Iren._ Liv. IV. Chap. IX. & XXIX. sur la fin Chap. LXXI.
& LXXII. _Orig._ dans son Livre intitulé _de Philocalia_ Chap. XXI.
_Euseb._ Prep. Evang. Liv. VI. c. VI. & d'autres dont _Denis Petau_
raporté les sentimens, au I. Tom. _Dogm. Theol._ Liv. VI. Chap. VI.
l'on trouve encore plusieurs choses sur le même sujet Tom. III. Liv.
III. IV. & V.]

[Note 21: _L'une de la Zizanie._ Matt. XIII. 24. & suiv.]

[Note 22: _L'autre de filet._ Mat. XIII. 47. & suiv.]

[Note 23: _Qu'il falloit qu'il y eût._ I Cor. II. 19. _Car il faut
qu'il y ait des hérésies entre vous, afin que ceux qui sont dignes
d'approbation soient manifestés entre vous,_ c'est-à-dire qu'en
considérant les hommes tels qu'ils sont, il faut, s'ils ne deviennent
pas meilleurs, qu'il s'éléve au milieu de vous des Sectes qui
distinguent les bons des mauvais, pendant que les premiers se trouveront
unis à la Vérité & à la charité; & que les autres marcheront à
travers champs. Voi. Matt. XVIII. 7.]

[Note 24: _S'il n'y avoit point eu_ &c. Nous nous sommes étendus sur
l'explication de ce sujet dans nôtre _Histoire Ecclésiastique._ Siec.
I. an. 83. &c.]

Mais si l'on dit [25]comme font quelques uns qu'il eût été plus à
propos que cette vertu n'eût jamais été pratiquée, que de voir
régner des vices qui lui sont contraires, qui ont produit tant de
crimes, tant de malheurs & de calamités parmi les hommes, & seront
suivis des chatimens les plus rigoureux; nous répondons que ces Maux
quelque grands qu'ils paroissent, n'ont pas empêché Dieu de donner des
preuves autentiques de sa puissance en créant des êtres libres. Sans
cela, aucune Créature n'eût connu sa liberté; Dieu même, quoique
Souverainement libre, n'eût jamais été regardé comme tel, si par un
effect de sa toute-puissance, il n'eut empreint dans l'esprit des hommes
cette idée qu'ils ne se fussent jamais formée par la contemplation de
ses Oeuvres. On ne lui eût même rendu aucun Culte, si l'on eût cru
qu'il agissoit, non par une bonté souverainement libre, mais par
contrainte & une nécessité indispensable de faire ce qu'il faisoit; &
s'il eût reçu quelques homages, la liberté n'y eût point eu de part.
On ne peut donc comparer les maux de cette vie, ni même de celle
qui est à venir, avec un aussi grand mal que l'ignorance de Dieu,
& l'anéantissement de la vertu; & si ces choses nous paroissent
incompréhensibles & nous font de la peine, nous devons penser que Dieu
qui est très-bon, très-juste, très-puissant & très-sage ne peut agir
que d'une maniere conforme à ses perfections divines & infinies; qu'il
trouvera facilement le moien d'éclaircir nos doutes, de résoudre
nos difficultés, & justifier sa conduite, en montrant à toutes les
Créatures intelligentes qu'il n'a fait que ce qu'il devoit faire.
En attendant ce grand jour qui fera disparoître les ténèbres de
l'ignorance, il a voulu donner des preuves de toutes ses vertus, pour
nous engager à mettre en lui toute nôtre confiance, & à regarder ses
Oeuvres dans des veues de justice & d'équité.

[Note 25: _Comme font quelques-uns._ _Pierre Bayle_ a produit cette
objection ornée d'un faux brillant, & soutenue de tous les artifices
que la Rhétorique peut fournir. Nous l'avons réfutés dans quelques
volumes de nôtre _Bibliothèque choisie_, & principalement dans le IX.
X. XI. & XII. composé en François.]

Nous pourrions ajoûter ici plusieurs choses, mais elles nous
éloigneroient de la fin que nous nous sommes proposés, en nous
engageant dans une discussion qui ne convient pas ici.



§. IX. _Que ceux là professent & enseignent la plus pure Doctrine de
Jésus-Christ, qui ne proposent pour Regle de la foi, de l'espérance &
des moeurs que les choses dont tous les Chrétiens sont d'accord._

Laissant toutes ces choses à l'écart, pour revenir au parti qu'on doit
prendre entre les différentes Opinions qui partagent les Chrétiens,
nous ne pouvons agir plus sagement & avec plus de sureté dans
ses circonstances qu'en nous atachant à la Communion qui regarde
l'Évangile comme la Régle de sa foi sans aucun mélange des Traditions
humaines, & est contente que chaqu'un y conforme ce qu'il doit croire,
espérer & pratiquer; ce qui étant exécuté de bonne foi, & sans
déguisement, l'on trouvera la pureté de la Doctrine que nous avons
montré avoir toûjours été la même malgré les révolutions des
siécles, la multitude des Erreurs, les Orages des disputes, & les
changemens des Royaumes & des Villes. L'Évangile renferme tout ce
qui est necessaire pour régler la foi & les moeurs, & si l'on veut y
ajoûter quelque chose, il faut montrer que ces additions ne sont faites
que par raport à certaines circonstances de tems & de lieux, mais
qu'on ne les propose pas comme nécessaires, ce qui n'apartient qu'au
[26]Souverain Législateur; sans cette restriction, on introduiroit
facilement des Dogmes contraires.

[Note 26: _Souverain Législateur._ Voi. Rom. XIV. 1. & suiv.
L'Apôtre parlant de ceux qui vouloient prescrire aux autres de Rites
particuliers, ou condamner ceux qui les pratiquoient, dit que ce droit
_n'apartient qu'à Jésus-Christ seul._ Nous trouvons la même chose,
Jaq. IV. 12. _Il n'y a qu'un seul Législateur qui peut sauver & qui
peut perdre._]

Il n'est pas permis aux Chrétiens, comme nous l'avons remarqué, de
se soumettre avec une obéïssance aveugle à toutes les Opinions des
hommes, ou de faire une profession extérieure de ce qu'ils ne croient
pas, pratiquant ce qu'ils condamnent intérieurement en eux-mêmes,
parce qu'ils le croient contraire aux Préceptes de Jésus-Christ. C'est
pourquoi lorsqu'ils n'ont plus cette liberté Chrétienne dont nous
avons parlé, ils doivent se retirer non pas comme s'ils condamnoient
ceux qui ne sont pas du même sentiment qu'eux, mais parce que chaqu'un
doit agir selon ses lumieres, pratiquer ce qui lui paroît le meilleur,
& éviter ce qu'il regarde comme un mal.



§. X. _Que la prudence nous obliger de participer à l'Eucharistie avec
ceux qui ne demandent des Chrétiens que ce que chaqu'un trouve dans les
Livres du Nouveau Testament._

Jésus-Christ aiant établi deux Sacrements dans son Eglise, savoir le
Batême & l'Eucharistie, il n'a pas dépendu de nous de recevoir le
Batême dans l'Eglise qui enseigne & professe le plus pur Christianisme;
puisqu'il nous a été administré dans l'âge le plus tendre & le plus
incapable de ce discernement; mais ne participant à l'Eucharistie que
dans un âge mur, nous pouvons examiner la Société Chrétienne dans
laquelle nous voulons recevoir ce Sacrement, & si nous ne l'avons pas
encore fait, nous sommes obligés de le faire dans la suite.

Il y en a qui au lieu de considérer l'Eucharistie, selon l'Institution
de Jésus-Christ, comme un [27]signe de paix, d'union & de charité
entre les Chrétiens, la regardent comme l'Étendart de la division, &
excluent de leurs Communion tous ceux qui ne veulent se soumettre qu'à
ce que Jésus-Christ leur a proposé pour être le modèle de leur
foi, l'objet de leurs espérance & la régle de leur conduite; qui ne
reçoivent ce qu'ils sont persuadés être contenu dans l'Evangile, leur
conscience ne leur permettant pas d'admettre d'autre Régle que celle
dont nous avons parlé; sujet qui ne paroît pas mériter d'être exclus
d'une Assemblée. Il est permis, & l'on doit conserver la paix & l'union
avec ces sortes de Personnes, mais il n'est jamais permis à un homme
sage & craignant Dieu de [28]participer à l'Eucharistie avec ceux qui
veulent admettre d'autre Régle de la foi & des moeurs que l'Evangile, &
qui éloignent de leur Communion ceux qui sont d'un sentiment contraire;
mais a l'égard des Chrétiens qui n'admettent d'autre moien d'arriver
au salut que celui que Jésus-Christ & les Apôtres nous ont prescrit
dans l'Evangile, & que chaqu'un y peut trouver; l'on peut en toute
sureté, & l'on doit même participer avec eux à l'Eucharistie si
l'on est véritablement ataché à l'Évangile. Car il y a une grande
différence entr'eux, & les autres dont nous avons parlé ci-dessus;
puisque tous ceux qui sont appellés, & qui participent à la même
Table reçoivent tous également les Livres du Nouveau Testament comme
la seule & unique Régle de la foi & des moeurs, à laquelle ils veulent
conformer toutes leurs actions; qui n'admettent aucune Idolatrie, & ne
regardent pas comme Ennemis ceux qui reçoivent quelque Dogme qu'ils
n'adoptent pas eux-mêmes. Il est certain qu'on ne doit pas communier
avec ceux qui veulent forcer les autres à recevoir leur Doctrine, ou
leurs sentimens particuliers; qui adorent d'autre Divinité qu'un seul
& vrai Dieu Pére, Fils & S. Esprit; qui prouvent par leurs Oeuvres,
qu'ils s'embarassent peu de Préceptes de l'Évangile; qui reconnoissent
d'autre moien de salut que ceux qui sont marqués dans les Livres de
l'Alliance éternelle; mais ceux qui ont des sentimens contraires & qui
en fournissent les preuves méritent qu'on s'unisse à eux, & qu'on les
préfere à tous les autres. Il n'y a point[29] d'homme ni d'Ange même
capable de prescrire au Chrétien un nouvel Evangile comme l'objet de sa
Foi, & c'est cet Evangile qui le rend vrai Disciple de Jésus-Christ,
lorsqu'il s'atache à sa seule Doctrine; qu'il lui obéït autant que
la foiblesse humaine le peut permettre; qu'il adore un seul Dieu, qu'il
aime son Prochain comme soi-même, & qu'il conforme ses actions aux
Régles de la tempérance & de la sobriété. Si l'on retranche quelque
chose de ce que nous venons de marquer, l'on tronquera les Loix de
l'Alliance dont personne ne peut dispenser que Dieu seul; si l'on y
ajoûte, c'est un joug inutile que personne n'a droit d'imposer aux
Chrétiens. Dieu seul, souverain Arbitre du salut éternel, est le
souverain Législateur de qui les Chrétiens peuvent recevoir la Loi.

[Note 27: _Comme un signe de paix._ Voi. I. Cor. X. 16. 17. où après
avoir parlé du Calice, & du pain de l'Eucharistie dont plusieurs sont
participans, il ajoûte, _quoi que nous soyons plusieurs, nous ne sommes
qu'un seul pain & qu'un seul corps; car nous participons tous à un seul
pain._ Paroles qui prouvent que l'Eucharistie est un signe d'union entre
les Chrétiens, comme l'on judicieusement remarqué les plus célèbres
Interprétes.]

[Note 28: _Participer à l'Eucharistie._ _Grotius_ a été du même
sentiment comme il paroît par un petit Livre qui a pour titre. _Si l'un
doit toûjours participer aux signes_, où il traite des raisons qu'on
peut avoir de ne pas communier. _Tom_. 4. _Oeuv._ Theol. p. 511.]

[Note 29: _Il n'y a point d'homme_. Voi. la Not. sur. §. I.]
 On
pourroit nous demander par quel titre ces Assemblées Chrétiennes, dont
nous venons de tracer le portrait, sont distinguées des autres; mais
il ne s'agit pas ici d'une dénomination particuliére: le Lecteur doit
être persuadé que par tout où il trouvera les Principes que j'ai
établis, ce sont les Assemblées que j'ai eu en vue; partout où sera
cette seule & unique Régle de la Foi, & cette liberté de Conscience
dont j'ai parlé, qu'il s'assure que c'est là le véritable
Christianisme, sans s'atacher à aucun nom particulier, ce qui ne fait
rien à la chose. Je croi qu'il y en a plusieurs de ce caractére, & je
demande à Dieu de tout mon coeur qu'il les augmente de jour en jour,
afin que son Royaume vienne & soit étendu dans toutes les parties du
Monde; que tous les hommes lui obéïssent, & ne rendent hommage qu'à
lui seul.



§. XI. _De la Discipline Ecclésiastique._

Il se présente ici quelque difficulté sur la forme extérieure
du Gouvernement de l'Église, ce qu'on appelle la discipline
Ecclésiastique: car il n'y a point de Société semblable à celle de
l'Église qui puisse subsister sans ordre, c'est pourquoi il a fallu
établir quelque forme de Gouvernement. Or on démande quel modelle les
Apôtres nous ont laissé sur ce sujet, & de quelle maniére ils ont
conduit & gouverné né les Églises, puisque ce qui a été établi
dès le commencement semble mériter la préférence, & que de deux
Églises qui enseignent également la Doctrine de Jésus-Christ dans
toute sa pureté, il faudroit préférer celle qui suivroit dans la
Pratique le Gouvernement des Apôtres, quoique ce Gouvernement seul
destitué de la Prédication de l'Évangile ne fût qu'un fantôme
d'Église.

Or il se trouve aujourd'hui deux sortes de Gouvernement; l'un par lequel
l'Église est conduite sous l'autorité d'un seul Évêque, qui a
seul le droit d'ordiner des Prêtres & d'autres Ministres d'un ordre
inférieur; l'autre dans lequel tous les Ministres ont un pouvoir égal,
& associent à leur Gouvernement quelques personnes de l'Église,
sages, prudentes, & d'une conduite sans reproche. Ceux qui ont lu sans
préjugé ce qui nous reste des plus anciens Écrivains de l'Église;
[30]ne peuvent ignorer que la premiére forme de Gouvernement qu'on
appelle Épiscopal, tel que nous le voyons établi dans la partie
méridionale de l'Angleterre, fut mis en pratique dans le premier
siécle après les Apôtres, ce qui suffit pour conclure qu'il est
d'institution Apostolique; mais à l'égard de celle qu'on appelle
Presbytérienne, elle doit son origine à ceux qui s'étant séparez de
la Communion de Rome dans le 16. siécle, l'on établie en plusieurs
endroits de France, d'Allemagne, de Suisse, & de Flandres.

[Note 30: _Ne peuvent ignorer._ Voi. _notre Histoire Ecclésiast._ l'an.
52. 6. 68. 8. & suiv.]

Ceux qui ont lu l'Histoire de ce siécle savent, que cette forme de
Gouvernement ne fut introduite que parce que les Évêques refusérent
d'accorder la Réforme qu'on demandoit dans la foi & dans les moeurs,
& qu'on jugeoit indispensable pour extirper les Erreurs & abolir les
Vices. Si les Évêques de ce tems là eussent voulu faire librement &
de bon coeur, ce que firent dans la suite ceux d'Angleterre l'on verroit
une uniformité de Gouvernement parmi tous ceux qui se sont séparés de
Rome, & l'on eût prévenu une infinité de malheurs, suites ordinaires
des troubles & des divisions; car examinant la chose avec attention,
l'on voit que la seule raison qui a fait changer le Gouvernement, c'est
qu'on ne pouvoit rien obtenir ni espérer de juste & d'équitable de
ceux qui conduisoient alors. C'est ce qui a fait introduire la forme
Presbytérienne, qui étant une fois établie, il a été, & il est
encore aujourd'hui de l'intérêt des Souverains & des Magistrats de la
maintenir, à moins de vouloir porter le trouble & la division dans les
Provinces & dans les Villes, ce que des personnes sages n'accorderont
jamais, & ce qui ne seroit pas à souhaiter. La forme du Gouvernement
fut autrefois établie pour conserver la Doctrine Chrétienne, & non pas
pour troubler la République qui ne pourroit être agitée, sans que la
Religion en ressentît le contrecoup.

C'est pourquoi les personnes les plus sages qui auroient souhaité
que le Gouvernement le plus conforme aux tems Apostoliques eût été
établi partout, ont cru qu'il étoit plus à propos de laisser les
choses dans l'état où elles sont, que de s'exposer aux dangers
inévitables qui accompagnent presque toûjours les changemens & les
nouveautés. Cependant les plus judicieux n'ont point conçu pour ce
sujet de sentimens de haine & d'animosité les uns contre les autres;
ils ne se sont ni chargez d'outrages, ni condamnez, comme ont coutume de
faire ces Esprits brouillons qui n'agissent que par intérêt de Parti,
comme si le salut éternel dépendoit de la forme du Gouvernement
Ecclésiastique, ce qu'on ne prouvera jamais par l'Écriture ni par
l'Esprit de la Religion Chrétienne.



§. XII. _Que Grotius a beaucoup estimé l'ancienne Discipline,
quoiqu'il n'ait jamais condamné l'autre._

Ceux qui ont lu les Écrits du célèbre Grotius, & qui ont examinés
sa Doctrine & ses moeurs, sont très-convaincus qu'il s'étoit formé
[31]une juste idée de la Doctrine la plus pure dont il a prouvé la
Vérité, & qu'il n'a jamais cru d'autre Religion véritable; mais
parfaitement instruit de ce que les Auteurs Ecclésiastiques ont
raporté sur ce sujet, & voiant que la forme du Gouvernement Épiscopal
étoit la plus ancienne, il l'à approuvée de la maniere qu'elle
subsiste en Angleterre, comme on en peut juger par ses paroles[32]
raportées au bas de la page. Il ne faut pas douter que si la chose eût
dépendu de lui, & qu'il n'eût pas été agité par de si fâcheux
contretems, & aigri par la malignité de ses Ennemis, il ne se fût
joint à ceux qui suivoient cette ancienne forme de Discipline & qui
n'eussent exigé de lui que la pure Doctrine Chrétienne que nous avons
raportée, & dont il a lui-même prouvé la Vérité. Ce qui nous engage
à avoir cette pensée est fondé sur des raisons qui nous ont paru si
importantes, que nous les avons jointes à ce petit Livre.

[Note 31: _Une juste idée._ Voi. entr'autres choses _l'Instruction des
Enfans Chrétiens_ que l'Auteur a traduit des Vers flamans en Latin.
Tom. 4. _Ouvrag. Theol._ p. 629. Il a souvent même répété dans
ses derniers Ouvrages que tout ce qui est nécessaire au Salut est
clairement renfermé dans le _Nouveau Testament._ Voi. ses Remarq. fur
_les Consult._ de _Cassand._ à la fin, où il traite de la suffisance &
de la clarté de l'Écriture, de sorte que selon ses Principes, chacun
peut tirer de là les Points essenciels de la Doctrine Chrétienne que
nous avons raportés.]

[Note 32: _Par ses paroles raportées &c._ Remarq. _Consult._ de
_Cassand_. 14. _Les Évêques sont supérieurs aux Prêtres, & nous
trouvons cette dignité de prééminence établie par Jésus-Christ dans
la personne de Pierre & continuée par les Apôtres partout où ils
en ont trouvé l'occasion, pratique approuvée par le S. Esprit dans
l'Apocalipse;_ c'est pourquoi comme _il est à souhaiter que cette
pratique soit établie par tout &c._ Voi. ce qu'il dit ensuite touchant
la puissance Ecclésiastique, & dans l'Examen de l'Apologie de River. p.
714. Col. 2. a quoi l'on pourroit joindre les lettres qui sont à la fin
de ce petit Ouvrage.]



§. XIII. _Exhortation à tous les Chrétiens divisés de sentimens de
n'exiger les uns des autres la créance d'aucun Point de Doctrine, que
de ceux dont chacun connoit la certitude par la lecture du Nouveau
Testament, & qui a toûjours fait l'objet de la Foi._

Les choses étant comme nous les avons raportées, nous ne pouvons
trop exhorter les Chrétiens de se souvenir que ce que nous avons dit
renferme toute l'essence de la Religion Chrétienne dont la Vérité
peut être prouvée par les Argumens de Grotius, & qu'il ne s'agit pas
de Points de dispute que chacun conteste de part & d'autre, & qui ont
enfanté tant de maux: puisqu'on ne peut persuader à personne, qui aura
lu & médité avec attention & respect le Nouveau Testament, qu'il y ait
un [33]autre Législateur que Jésus-Christ des Loix duquel dépende
l'Éternité du Salut; ceux qui seront convaincus de ces Vérités,
ne pourront jamais obtenir d'eux-mêmes, d'admettre ou regarder comme
nécessaire au Salut & essentiel à la Foi ce qui ne sera pas fondé
dans la Doctrine de Jésus-Christ & des Apôtres, soit qu'il le regarde
comme vrai, ou qu'il croie lui être contraire. C'est pourquoi le
meilleur & le plus éficace ce de tous les moiens qu'on puisse employer
pour terminer les disputes, c'est de n'obliger personne à croire que ce
qu'il connoit certainement être révélé; & l'on ne doit pas craindre
les inconveniens qui en pouroient arriver, puisque l'Expérience
démontre que dans la durée de tous les siécles qui se sont écoulés
depuis Jésus-Christ jusqu'à nous il n'y a pas eu un homme de bon sens
qui ait rejetté les Points essentiels de la Doctrine Chrétienne que
nous avons raportés. Si l'on ne demandoit que cette seule chose [34]&
qu'on voulût se fixer sur ce qui est essentiel à la Foi, les
disputes seroient bientôt terminées, & les autres Points, dont on ne
conviendroit pas unanimement, ne regarderoient plus le corps entier des
Églises, mais les particuliers qui agissant chacun selon les lumieres
de leur Conscience, en doivent un jour rendre compte à Dieu: s'ils
pouvoient se persuader qu'ils sont tous d'accord sur les Points
fondamentaux de la Religion, comme cela est vrai, & qu'ils se
tolérassent mutuellement sur le reste, sans employer la violence ou
de lâches & d'indignes artifices, pour attirer les autres dans leurs
sentimens, & les astreindre à leurs Culte; c'est en quoi consisteroit
la paix qu'on peut espérer sur la terre. [35]L'ignorance des hommes,
soutenue & fortifiée des préjugés qui les aveuglent, ne doit pas
faire espérer à une personne sage & prudente de pouvoir les réunir
tous dans un même sentiment, soit qu'on y emploie la violence, ou qu'on
les convainque par les raisons les plus solides. Les Esprits les plus
éclairés, & les coeurs les plus nobles n'ont jamais approuvé la
violence, qui est le ministre de mensonge, & non pas de la Vérité; &
les Savans qui se laissent souvent éblouir par de fausses lumieres,
ou aveugler par les préjugés de l'éducation, & d'autres motifs
particuliers, connoissent assés le poids des raisons qu'on leurs
propose; ce qui rend inutile la violence qu'on leurs voudroit faire pour
les forcer d'agir ou de parler contre leurs consciences. Que ceux qui
sont chargés du Gouvernement de l'Église soient contens qu'on croie à
l'Évangile, & qu'on établisse ce Point de Foi, comme ce qu'il y a de
plus essentiel, qu'on observe ses Préceptes, & qu'on espére le Salut
de la fidélité avec laquelle on observera ses Loix, alors tout sera
dans l'ordre; mais pendant qu'on fera un mélange des Traditions
humaines avec la Révélation, & qu'on voudra unir les choses douteuses
avec celles qui sont certaines, les disputes ne finiront point, & il n'y
aura aucune espérance de paix que tous les gens de bien & qui ont de la
piété doivent demander à Dieu de tout leurs coeur, contribuant à la
procurer par tous les moiens dont ils sont capables.

[Note 33: _Un autre Législateur._ Les paroles de S. Jaq. IV. 12. sont
formelles sur ce sujet; nous les avons citées au §. 5. avec d'autres
qui s'y raportent. De plus la chose parle d'elle-même, puisque les
Chrétiens étant divisés par des sentimens contraires, personne ne
voudra se soumettre aux raisons du Parti oposé.]

[Note 34: _Cette seule chose._ Ce fut le sentiment du Jaques I. Roi
d'Angleterre, si nous en croions Casaubon, qui dans la réponse aux
Lettres du Cardinal _du Perron à la 3. Observ. p. 1612._ nous raporte
ces paroles. _Le Roi croit qu'il n'y a pas un grand nombre de choses
nécessaires au Salut, c'est pourquoi sa Majesté se persuade que le
meilleur & le plus court moien pour établir la paix & l'union, c'est de
séparer avec precision les choses qui sont nécessaires de celles qui
ne le sont pas, & d'emploier tous ses soins pour convenir des choses qui
sont absolument nécessaires, accordant une entiére liberté sur celles
qui ne le sont pas._]

[Note 35: _L'ignorance des hommes._ _Hilaire_ a pensé très-juste,
lorsqu'il a dit sur la Trinité Liv. 10. N. 70. _Dieu ne nous a point
appellez au Salut & à la Vie éternelle par des questions épineuses &
difficiles; il ne veut point nous attirer à lui par les traits d'une
Éloquence mondaine: ce qu'il nous prescrit pour arriver à l'Éternité
est également absolu & facile, c'est de croire que Dieu a résuscité
Jésus-Christ des morts & le reconnoître & confesser pour notre
Seigneur._]



[Illustration]

LIVRE
_Contre l'indifférence des Religions_

_par Mr. LE CLERC._



§. I. Quiconque a dit le premier[1] qu'il y avoit une Alliance immuable
entre l'Esprit de l'Homme & la Vérité d'où les effects sembloient
dépendre, quoique souvent interrompus par les Passions & les changemens
des hommes, sans cependant jamais se séparer, paroît avoir voir pensé
très-juste. Car il n'y a personne qui veuille être trompé, & qui
n'aime mieux connoître la vérité des choses que d'être dans l'erreur
à leur égard lors qu'elles sont importantes, & même quand elles
ne consisteroient que dans une simple contemplation. Nous aimons
naturellement le vrai, & nous haïssons l'Erreur, de sorte que si nous
connoissions le chemin qui conduit a la Vérité, nous le suivrions sans
contrainte; c'est pourquoi tant de grands hommes ont immortalisé leur
mémoire en emploiant toute leur Vie à la recherche de la Vérité. Il
y en a eu une infinité, & il s'en trouve encore aujourd'hui parmi
les Physiciens, & les Géomètres qui se sont donné des peines
inconcevables pour la découvrir; [2]& qui ont avoué n'avoir jamais
goûté de plaisir plus sensible & plus doux, que lors qu'après de
longues & pénibles recherches, ils ont enfin trouvé le vrai. Nous
regardons même la connoissance & l'amour de la Vérité, comme un des
plus glorieux Privileges qui distinguent les hommes des Animaux.

[Note 1: _Quiconque a dit le premier._ _Jean Smith_ dans ses Diff. imp.
à Lond. en 1660. _Augustin Sorin. 140. sur les paroles de l'Évang. de
St. Jean. Tom. S. Col. 682._ Tout homme cherche la Vérité & la Vie,
mais chaqu'un n'en trouve pas le chemin; _& au même serm. 140. Col.
726. l'Esprit hait l'Erreur, & l'on peut comprendre le degré de
la haine qu'il lui porte, puisque la joie de ceux qui ont l'esprit
troublé, est un sujet de compassion qui fait pleurer les sages. Si l'on
proposoit le choix de ces deux choses: Voulez vous être dans l'Erreur,_
ou _suivre la Vérité, il n'y a pas un homme qui ne prît_ les dernier
parti.]

[Note 2: _Et ont avoué n'avoir jamais goûtés de Voi. la Vie de
Pythagor. par Diogene Laërce Liv. I. 12.]

Mais comme chaque Vérité n'est pas de la même importance, qu'il y a
certains Dogmes Théoriques que nous négligeons d'approfondir,
parce qu'ils ne pourroient nous procurer aucun avantage, ou du moins
très-peu; & que leur recherche semble ne pas mériter tant de peines;
il y en a d'autres qui sont si importans que nous consacrons de bon
coeur nos soins les plus assidus & nos travaux les plus redoublés pour
les connoître; tels sont ceux qui nous enseignent les moiens de couler
nos jours dans la paix, le bonheur & la tranquilité, ce que tous les
hommes estiment & recherchent avec ardeur & empressement. Si nous
joignons à une vie bien réglée & heureuse (car ce qui est bon,
c'est-à-dire conforme à la Vérité doit toûjours être regardé
comme heureux) le bonheur éternel qui doit suivre cette vie si courte,
ce que tous les Chrétiens dans toutes les Communions différentes font
profession de croire; l'on avouera que la connoissance des moiens
moiens par lesquels on y peut parvenir mérite toute nôtre étude, nos
recherches & nôtre application.



§. II. _Qu'il n'y a rien de plus important que la Religion, & que par
conséquent l'on doit emploier tous ses soins à la connoître._

Nous ne parlons point ici à ceux qui méprisent toute sorte de
Religions & nous n'avons rien à leur dire; le célèbre Grotius les a
si solidement réfutés dans l'Ouvrage dont nous avons parlé ci-dessus,
qu'il n'y a point d'homme qui cherche la Vérité, qui puisse, après
l'avoir lu, révoquer en doute qu'il y a un Dieu qui veut être honoré
des hommes, & qu'ils lui rendent le Culte que Jésus-Christ a établi,
promettant à ceux qui le serviront de cette maniere la félicité
éternelle après cette vie fragile & périssable.

Sur ce principe, personne ne peut douter que la Religion ne soit de
la derniere importance, & que se trouvant plusieurs Assemblées de
Chrétiens différens dans leurs Dogmes, on doit s'appliquer à
connoître celle qui est la plus conforme à la Doctrine & aux
Préceptes de Jésus-Christ. On ne peut pas les regarder toutes dans le
même point de vue, & les considérer comme étant égales, puisqu'il
y en a plusieurs si différentes dans la Doctrine & dans le Culte,
qu'elles s'accusent réciproquement des Erreurs les plus monstrueuses, &
du Culte le plus corrompu; qu'il y en a même quelques-unes qui excluent
les autres du Salut éternel. Si la chose étoit vraie, il faudroit s'en
séparer d'abord pour s'atacher à ceux qui se disent véritablement
Chrétiens, & qui objectent à leurs Adversaires des Points si
essenciels. Car il ne s'agit pas simplement de cette vie fragile &
mortelle, sujette à une infinité de maux, de chagrins & de traverses
dans quelqu'état qu'on soit placé; mais il s'agit des supplices dont
Dieu menace ceux qui ne croiront pas à l'Évangile, & de la possession
d'un bonheur éternel & infiniment parfait.

Cependant l'on trouve des hommes, qui à la vérité ne sont pas savans,
& n'ont jamais lu ni médité l'Écriture, qui par conséquent ne
connoissent point les sujets contestés entre les Chrétiens, & ne
peuvent savoir qui a raison; ceux de ce caractére s'embarrassent
peu d'entrer dans cette discussion, se persuadant qu'il est permis
d'embrasser le sentiment, ou de pratiquer le Culte qu'on veut. La chose
leur paroît indifférente quelque Communion Chrétienne qu'on suive, &
dont on fasse profession. Nous ne parlons pas simplement du menu Peuple,
mais il y a des Roiaumes où non seulement le Commun, mais les Grands &
les premiers de l'État après s'être séparés de l'Église Romaine, y
rentrèrent sous un nouveau Regne, & parurent ensuite les plus zélés
à secouer son joug, lorsque le Gouvernement changea de face. Sous
_Henri_ VIII. Roi d'Angleterre, on fit plusieurs Ordonnances contre
l'Église Romaine, non seulement par la seule autorité du Roi, mais du
consentement des principaux Officiers de la Couronne, & des plus Grands
du Royaume; & ceux même qui n'approuvoient pas les raisons de ce
Prince souscrivirent cependant à sa volonté. Après sa mort, son fils
_Edouard_ VI. qui lui succéda, aiant embrassé le Parti de ceux qui
s'étoient séparés de la Communion de Rome, ce que son Pére avoit
déjà fait, & qui avoient établi des Dogmes condamnés par le Pape &
ses Adhérans, les principaux du Roiaume firent une profession publique
de la Religion du Roi. _Edouard_ étant mort, _Marie_ sa soeur,
entièrement dévouée au Pape, monta sur le Thrône; l'on vit alors les
Grands du Roiaume se joindre à la Reine & devenir zélés persécuteurs
de ceux qui sous le Regne précédent avoient paru avec éclat &
méprisé l'Autorité de Rome; après la mort de _Marie_, _Elizabeth_
lui succéda, & qui aiant suivi les sentimens d'_Edouard_ son frére
affermit la Religion par un long Regne, & en posa des fondemens si
solides, qu'ils lui servent encore aujourd'hui des base & de soutien.

Ceux qui liront l'Histoire de ce Siécle, verront que ces variations
de la part des Grans du Roiaume ne peuvent avoir pour principe qu'une
fausse persuasion que l'on peut également trouver le Salut éternel
dans toutes les Communions Chrétiennes. J'avoue qu'on peut attribuer
une partie de ces changemens à la crainte; mais quand je me représente
le courage des Anglois, la constance & le mépris de la mort dont ils
ont si souvent fourni des preuves, je croi facilement que l'atachement
à la vie & l'indifférence de la Religion, principalement dans les
Grands du Roiaume, ont été les mobiles de ces variations si sensibles.



§. III. _Que l'indifférence de Religion n'est pas permise
d'elle-même; qu'elle est deffendue par les Loix divines, & condamnée
par toutes les Communions Chrétiennes._

Plusieurs raisons démontrent avec évidence, que c'est une Erreur
très-dangereuse de croire qu'on peut placer la Religion parmi les
choses arbitraires, qu'on peut changer comme un habit, conformant sa
Créance & sa Foi aux circonstances du tems où l'on se trouve. Nous
raporterons sur ce sujet les principales raisons tirées de la nature de
la chose même, des Loix divines, & du consentement unanime de tous les
Chrétiens.

Premiérement il est honteux de mentir & sur tout dans une chose
importante, puisqu'il est deffendu de le faire dans la plus légère,
à moins de produire plus de fruit par le mensonge que par la vérité;
mais ici les hommes ne peuvent ni mentir ni dissimuler sans s'exposer à
un danger très-évident, puisque confirmant le mensonge autant qu'ils
en sont capables dans une chose si importante, ils oppriment la Vérité
& la retiennent captive dans les ténèbres. Exemple contagieux,
principalement dans les Personnes distinguées sur qui le Peuple régle
sa conduite, & qui se rendent coupables non seulement de leurs propres
péchés, mais de ceux où ils entraînent les autres par leur mauvais
exemple; ce qui fait d'autant plus d'impression sur les Esprits, qu'on
se rend toûjours plus attentif sur les actions des Supérieurs que sur
leurs paroles.

Il est également honteux & indigne d'un Coeur noble & généreux de
mentir pour conserver une vie fragile, périssable & mortelle, & aimer
mieux déplaire à Dieu qu'aux hommes. C'est pourquoi les plus grans
Philosophes ont préféré la mort, aux actions qu'ils croioient
condamnées par la Divinité. [3]Socrate nous en fournit une preuve,
puisqu'il aima mieux boire de l'extrait de Ciguë, que de vivre & cesser
de parler en Philosophe selon sa coutume. D'autres se sont[4] exilés
de leur Patrie, plutôt que de renoncer aux Opinions qu'il avoient
soutenues les croiant véritables. Il s'en est trouvé d'assés
courageux parmi les Païens pour oposer une conduite réglée au
torrent du vice, couvrir de honte la corruption de leur siécle par les
reproches les plus vifs, & cru qu'il valoit mieux mourir que de flatter
un Tiran, & changer leur maniere de vivre. Tels ont été Thraseas [5]le
louche & [6]Helvidius l'ancien qui choisirent la mort, plutôt que
d'approuver par de lâches & d'indignes flatteries les vices & le
déréglement des Empereurs; ce qui aiant été pratiqué par des hommes
qui n'avoient qu'une espérance incertaine d'une vie plus heureuse que
celle-ci, doit faire une impression plus vive sur ceux qui ont une
espérance invariable d'une félicité éternelle.

[Note 3: _Socrate._ Voi. ce que nous avons raporté sur ce sujet dans
nos Ouvrages de Littérature, Liv. I. C. III.]

[Note 4: _Exilés de leur Patrie._ Galeaux dans le Livre où il montre
que les _affections de l'Ame suivent les mouvemens du Corps_: Chap.
dern. sur la fin parlant des Stoïciens, dit _qu'ils ont mieux aimé
abandonner leur Patrie, que de trahir leurs sentimens en cachant leur
Doctrine._]

[Note 5: _Thraséas le louche._ Fut mis à mort sous le Regne de Néron,
parce qu'il ne _voulut pas le flatter_ dans ses vices. Voi. Annal.
Tacite, Liv. XVI. XXIV. & suiv.]

[Note 6: _Helvidius l'ancien._ Gendre de Thraséas, à qui on commanda
de sortir d'Italie, selon le raport de Tacite dans le même endroit; qui
fut ensuite mis à mort par Vespasien, comme nous le raporte Suétone
Chap. XV. parce qu'il n'avoit pas témoigné assez de respect pour
son nouveau Souverain. Le Fils d'Helvidius eut le même sort, puisque
Donatien le fit mourir. Voi. Sueton. dans sa Vie, & Tacite dans la Vie
d'Agricola. C. XLV.]

Tous les Siécles ont immortalisé la mémoire de ceux qui se sont
exposés à la mort avec un courage intrépide pour le salut de leur
Patrie; & sur ce principe, qui pourra refuser des louanges à ceux qui
ont préférés le Ciel à la terre, & une Vie éternelle & bienheureuse
que la Révélation nous découvre, à cette vie mortelle & fragile qui
doit finir un jour? Qui au contraire ne blameroit pas une ame basse
qui aime mieux conserver une vie qui lui est commune avec les Bêtes &
qu'elle doit bientôt perdre, que de le mettre en possession d'une vie
bien heureuse & immortelle lorsque l'occasion s'en présente? Nous
voions des Soldats affronter avec intrépidité les périls les plus
dangereux moins par amour pour leur Patrie, que pour acquérir & se
conserver la faveur & la bienveillance du Prince & du Souverain, & la
faire ensuite réfléchir sur leur Famille. Nous les voions sur le bord
du Tombeau se féliciter que leurs Enfans soient intéressés dans
les plaies qui leurs procurent la mort. Combien de Mercenaires qui
combattent & exposent leur vie pour un gain sordide; & il se trouvera
des hommes qui pour soutenir la Vérité qui est éternelle, agréable
à Dieu & accompagnée des plus magnifiques récompenses, ne voudroient
pas risquer je ne dis pas la vie, mais leurs biens & les honneurs qu'ils
possédent! C'est pourquoi Jésus-Christ nous a donné le Précepte
renfermé dans ces paroles; [7]_Quiconque fera profession d'être à
moi, devant les hommes; je le reconnoîtrai aussi pour mien, devant mon
Pére, qui est au Ciel. Mais quiconque niera d'être à moi, devant les
hommes; je nierai aussi qu'il soit à moi, devant mon Pére, qui est au
Ciel._ Paroles dans lesquelles il nous enseigne qu'il reconnoîtra pour
ses Disciples & couronnera de la gloire éternelle celui qui n'aura
jamais dissimulé ni caché sa Doctrine par ses oeuvres ni par ses
paroles. Il nous avertit dans une autre endroit; [8]de nous conduire
avec prudence, & _de ne pas jetter les perles devant les Pourceaux_;
mais cette prudence ne tend pas à nous engager à dissimuler ou à
mentir pendant toute nôtre vie, pour éviter la colère & l'animosité
des hommes; & à ne pas tenter en vain de faire revenir à eux-mêmes
des gens aveuglés par l'Erreur, & obstinés dans leur aveuglement. Il
nous déclare même, après les paroles que nous avons raporté, u'on
sera obligé de garder cette conduite, & de confesser publiquement son
Nom malgré la haine des Parents, la persécution de ses Proches, & le
danger de la mort. _Car celui,_ dit-il, [9]_qui aimera son Pere & sa
Mére plus que moi n'est sera pas digne de moi; celui qui aimera son
Fils ou sa Fille plus que moi, ne sera pas digne de moi;_ ce qu'on peut
appliquer à celui qui par des vues charnelles & pour l'amour de ses
Parens dissimule la Doctrine de Jésus-Christ & ses Préceptes. Il nous
avertit même que cette fermeté peut nous exposer à la mort; mais
que ce motif ne doit pas nous obliger à changer de conduite,
puisque perdant cette vie nous retrouvons dans celle qui est avenir
l'immortalité bien-heureuse, ce qui fait qu'il ajoûte, [10]_Celui qui
ne prendra pas sa croix, & qui ne me suivra pas, ne sera pas digne de
moi: Celui qui aura conservé sa vie_ (dans ce siécle) _la perdra_
(dans le siécle futur), _& celui qui aura perdu la vie (sur la terre)
_à cause de moi, la trouvevera_ dans le Ciel accompagnée d'un bonheur
éternel.

[Note 7: _Tout homme donc &c._ Matth. X. 32.]

[Note 8: _De ne pas jetter les perles_ &c. Matt. VII. 6.]

[Note 9: _Qui aimera son Pére_ &c. Matt. X. 37.]

[Note 10: _Celui qui ne prend_ &c. Matt. X. 38. 39.]

Doctrine si évidente & si claire que toutes les différentes Communions
la reçoivent & l'admettent: ceux qui obéissent au Pape, ou qui en sont
séparés conviennent tous d'un commun accord qu'il n'est jamais
permis de déguiser ni de trahir les sentimens de sa Conscience sur la
Religion, lorsqu'il s'agit des Dogmes fondamentaux, & que cela se peut
faire sans trouble & sans tumulte: car il seroit plus à propos de se
taire sur des choses qui ne touchent ni la Foi ni la pureté des moeurs,
afin de ne pas donner lieu à des contestations & à des disputes
perpétuelles entre les Chrétiens, puisque nous trouvons si peu de
Savans qui soient parfaitement d'accord sur toutes choses; nous disons
qu'alors il vaudroit mieux se taire, & non pas feindre ou déguiser,
puisque garder le silence sur ses sentimens, ce n'est pas mentir; mais
dire qu'on croit ce qu'on ne croit pas c'est un mensonge formel. De plus
si l'on veut faire passer en Loi un Dogme que vous croiez faux, il vous
est permis & vous étés obligé de témoigner avec douceur & modestie
que vous n'êtes pas de ce sentiment, & le faire sans éclater par des
disputes & des contestations. Autrement la douceur du Gouvernement de
l'Église Chrétienne, qui n'exclut pas la diversité d'Opinions lorsque
la Charité n'en soufre aucun domage, deviendroit une Tirannie qui
voudroit enchaîner les pensées, & les réünir toutes au même objet
sans que l'Esprit eût la liberté de varier sur la moindre chose. Il
y a une infinité de Questions Théoriques & très-obscures,
principalement à ceux qui n'en ont jamais fait une Étude
particuliére; Questions qui ne doivent jamais porter aucune atteinte à
la liberté Chrétienne; vérité d'autant plus certaine, que de l'aveu
de tous les Chrétiens il y a une infinité de passages de l'Écriture,
& un grand nombre d'Opinions Théologiques sur lesquelles les Savans ne
se sont jamais accordés & ne s'accordent pas même entre ceux qui en
d'autres choses demandent & exigent un consentement unanime.



§. IV. _Qu'il ne faut pas légérement taxer d'Erreur & d'un Culte
deffendu, ceux qui sont d'un sentiment contraire au notre, ou les
exclure du Salut éternel qui ne se peut trouver dans leur Communion;
quoiqu'il ne soit jamais permis de professer ce que nous ne croions pas,
ou de pratiquer ce que nous condamnons._

Ceux qui sont séparés de l'Église Romaine, & ceux qui y sont encore,
ne sont pas d'un même sentiment entr'eux sur tous les Points, quoique
selon la pensée des plus éclairés de part & d'autre les choses dans
lesquelles ils différent ne portent aucune atteinte a la Foi, & aux
homages que nous devons à Dieu. Il est vrai que ceux qui sont séparés
de l'Église Romaine l'accusent d'avoir introduit des Dogmes & un Culte
qu'ils croient faux; nous ne décidons rien sur ce sujet, mais nous
disons que selon le sentiment de cette Église il n'est jamais permis de
feindre approuver ce qu'on condamne, puisqu'elle n'admet personne dans
sa Communion qui fasse connoître qu'il ne s'accorde pas avec elle sur
ce sujet.

Il se trouve cependant parmi ceux qui sont détachés de Rome[11] des
Savans éclairés & d'une profonde littérature, qui ne croiant pas
qu'il leur fût permis de r'entrer dans une Communion dont ils se sont
séparés à cause de la Doctrine & du Culte, ne voudroient pas exclure
du Salut éternel tous ceux qui vivent & meurent dans cette Eglise, de
quelqu'ordre qu'ils soient Savans où Ignorans. Ceux qui croient
la Doctrine de Rome contraire & oposée à l'esprit & aux Points
fondamentaux du Christianisme savent qu'il ne leur est pas permis d'en
faire profession ni de feindre approuver ce qu'ils condamnent, puisque
s'ils tomboient dans ce malheur & qu'ils y persévérassent jusqu'à la
mort, ils n'auroient rien à prétendre au Salut, mais à l'égard de
ceux qui suivent de bonne foi cette Doctrine qu'ils croient conforme
à la Révélation, ou du moins ne lui être pas si contraire, qu'elle
sappe les fondemens de la Foi ou de la Sainteté Chrétienne, soit
que cette pensée soit le fruit des Études de leur jeunesse, soit
préjugé, défaut de lumiére, de connoissance ou de jugement; les
Auteurs dont nous avons parlé ne croient pas qu'on puisse exclure du
Salut ces sortes de personnes, parce qu'ils ne savent pas jusqu'à
quel point Dieu étend sa miséricorde. Il y a une infinité de
circonstances, de lieux, de tems, d'affections de l'Ame qui nous sont
inconnues & qui peuvent affoiblir ou diminuer devant Dieu les fautes des
hommes pécheurs: ce qui fait qu'on doit excuser dans les uns, ce que
l'on condamneroit dans d'autres plus savans & plus éclairés: c'est
pourquoi ils croient qu'il est plus conforme aux Loix de la sagesse & de
l'équité Chrétienne, en condamnant la Doctrine & le Culte, de laisser
au Jugement de Dieu ceux qui pratiquent l'un & l'autre, quoique cet acte
de charité ne les empêche pas de croire qu'il ne leur est pas permis
de suivre cette Doctrine ni de pratiquer ce Culte.

[Note 11: _Des Savans éclairés._ Entre ceux qui composent ce nombre
_Guillaume Chillingworthius,_ dans un Livre Anglois intitulé; _la
Religion des Protestans est un chemin sûr qui conduit au Salut,_ où il
raporte tous les Auteurs qui sont de son sentiment.]

On ne peut pas conclure de ces principes qu'un homme élevé dans
d'autres sentimens, instruit dans l'Étude & la connoissance des saintes
Lettres, selon la coutume de ceux qui se sont séparés de Rome, qui
agissant contre sa Conscience feroit ou diroit ce qu'il croit faux
ou deffendu, & trahiroit la Vérité dans quelque vue temporelle &
mondaine, il ne s'ensuit pas qu'un homme dans ces dispositions puisse
espérer le pardon de Dieu, principalement s'il meurt dans la funeste
habitude de faire ou pratiquer ce qu'il condamne, ou qu'il eût été
dans le dessein de continuer plus long-tems s'il eût plus long-tems
vécu. Nous ne croions pas que dans toutes les Communions qui se disent
Chrétiennes, un homme de ce caractère puisse trouver aucune assurance
de Salut.

Que les Hypocrites considérent & examinent ce qu'ils font lorsqu'ils
méprisent & foulent aux pieds toutes les lumieres que la Raison & la
Révélation leur présentent qu'ils les rendent inutiles les par leur
conduite, & s'embarassent si peu du jugement unanime que tous les
Chrétiens portent sur ce sujet. Il est vrai que ces sortes de personnes
ne doivent pas être mises au rang des Savans, & qu'il ne faut pas
croire qu'elles aient examiné les choses avec précision; au contraire
ces gens méprisent la Littérature des Théologiens, & n'ont aucune
connoissance de ce qui est essentiel pour porter sur ce sujet un
jugement équitable & solide. Ils ne font pas plus de cas de la
Philosophie que les plus distingués d'entre les Romains ont autrefois
tant estimée & qui tire sa source de la lumière naturelle, parce
que toutes leurs vues portent à satisfaire leurs Passions, ce que la
Philosophie Payenne n'a jamais approuvé; peu inquiets du jugement des
siécles passés, & se mettant peu en peine de ceux d'aujourd'hui, sans
se soucier de ce qui arrivera dans la suite, l'on peut dire qu'ils sont
plus semblables à des Bêtes qu'à des hommes raisonnables, puisque la
Raison ne leur sert de rien & qu'ils n'en font aucun usage. Ceux de ce
caractère, qui ne se font aucune peine de feindre ou de mentir, ne
méritent aucune créance; ils sont indignes de posséder la confiance
de qui que ce soit dans les choses de cette vie, puisqu'ils croient
pouvoir impunément se moquer de Dieu & des hommes dans la plus
importante des toutes les affaires. Il s'en trouve parmi eux qui posent
pour principe qu'on doit toûjours suivre la Religion du Prince, qui
venant à changer peut faire varier la foi, & il n'est pas étonnant de
leur voir avancer des maximes si impies, puisqu'ils n'ont pas même les
principes de la Religion naturelle & comptent pour rien les lumieres de
la droite Raison & de la Vertu. Que les Princes & les Souverains sont à
plaindre d'honorer de leur confiance des gens de ce caractère qui ne
croient ni Religion naturelle ni révélée; & n'en observent aucuns
principes! Des gens qui n'ont aucune teinture des belles Lettres ni des
Sciences, qui se moquent du jugement des personnes les plus éclairées,
qui se mettent peu en peine de rechercher la Vérité & vivent dans un
déguisement continuel, sont indignes de gouverner l'État ou d'avoir
quelque Administration dans les affaires de la République.

Cependant ces sortes de personnes, qui méprisent également la Vérité
& la Vertu, se persuadent qu'ils sont meilleurs Citoiens & qu'ils ont
plus d'esprit que les autres, quoique leur persuasion soit fausse, puis
qu'étant toûjours disposés à soutenir la vérité ou le mensonge,
à pratiquer la vertu ou le vice, à parler & agir différemment selon
leurs intérêts; ils prouvent par leur conduite qu'ils ont renoncé au
bon sens, & fait divorce avec la Raison, & méritent que tout le monde
les méprise & les évite.



§. V. _Qu'un homme qui est dans l'Erreur & qui pêche par ignorance
peut être agréable à Dieu; mais qu'un hypocrite & un fourbe qui
dissimule ne le peut pas._

Telle est la condition des hommes qu'il s'en trouve qui d'ailleurs
ne sont pas méchans, mais qui par les préjugés d'une mauvaise
éducation, ou faute de Maîtres & de bons Livres par le moien desquels
ils pourroient découvrir l'Erreur & la quitter, ou n'aiant pas assés
d'esprit pour comprendre les Controverses de Chrétiens & en juger,
passent toute leur vie dans un espéce de ténèbres. Ces sortes de
personnes qui, selon la portée de leur Esprit, ont cru ce qu'on leur a
enseigné de la Religion Chrétienne, & qui ne sachant pas mieux l'ont
suivi de bonne foi, nous paroissent plus dignes de pitié, que de
colére. J'avoue que leur Religion est un assemblage d'ignorance,
qu'elle est imparfaite, tronquée, défectueuse; mais elle est de bonne
foi, & nous pouvons croire que _celui qui ne recueille point où il n'a
point semé_, leur fera grace, ou du moins ne les punira pas dans toute
la rigueur de sa Justice.

Mais si nous portons nos vues sur d'autres d'un caractère différent,
qui n'ont manqué ni d'éducation, ni de Maître, ni de Livres, ni de
lumieres, ni d'esprit, pour connoître, en matiere de Controverse, de
quel côté se trouve la Raison & la Vérité, & qui malgré toutes ces
choses demeurent fermes & atachés au Parti de l'Erreur, parce qu'ils y
trouvent les honneurs, les richesses, & les plaisirs de cette vie; nous
ne pouvons regarder sans indignation ces sortes de personnes, & il n'y
a point d'homme qui voulût entreprendre d'excuser ou justifier une
pareille conduite, sans donner des preuves de l'impudence la plus
hardie: d'où il faut conclure que si nous ne pouvons nous résoudre à
leur pardonner, nous dont la vertu est si imparfaite, quelle sera
la rigueur & la sévérité de Dieu contre ceux qui agissant avec
connoissance & contre leurs propres lumieres auront préféré le
mensonge à la vérité pour les biens fragiles d'une vie périssable &
mortelle.

Dieu qui est souverainement miséricordieux pardonne à l'ignorance
lorsqu'elle n'a pas le vice pour principe; il fait grace aux vertus
imparfaites & à l'erreur de ceux qui ont été trompés, principalement
lorsqu'il n'y a aucune malignité formelle ni aucun mépris de la
Religion; mais comme nous l'a enseigné Jésus-Christ, il ne pardonnera
jamais à ceux qui aiant connu la vérité auront publiquement professé
le mensonge. Un Hypocrite ne peut pas même être agréable & plaire
à ceux de son caractère, qui ne voudraient point d'un Ami capable de
changer au moindre intérêt, & d'abjurer à la première occasion les
Loix les plus saintes de l'amitié la plus inviolable. Nous concluons de
ce que nous avons dit, qu'il n'y a point de crime plus énorme & plus
honteux que de dissimuler, dans les choses de la dernière importance,
ce qu'on connoit de meilleur, pour faire une profession publique de ce
qu'on croit de plus mauvais, ce que la Raison nous enseigne & ce que
la Révélation nous confirme du consentement de routes les Communions
différentes qui se disent Chrétiennes.


FIN.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "De veritate religionis Christianae. French - Traité de la Vérité de la Religion Chrétienne" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home