Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Mémoires pour servir à l'Histoire de mon temps (Tome 4)
Author: Guizot, François Pierre Guillaume, 1787-1874
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires pour servir à l'Histoire de mon temps (Tome 4)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



made available by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)



MÉMOIRES
POUR SERVIR
A L'HISTOIRE DE MON TEMPS (IV)

PARIS
MICHEL LÉVY FRÈRES, LIBRAIRES-ÉDITEURS.
RUE VIVIENNE, 2 BIS.



                                 MÉMOIRES
                              POUR SERVIR A
                         L'HISTOIRE DE MON TEMPS

                                   PAR

                               M. GUIZOT

                             TOME QUATRIÈME

                                  1861



                             CHAPITRE XXII

                  POLITIQUE EXTÉRIEURE (1832-1836).

Une des causes de la politique de conquêtes et d'aventures.--Vice
radical de cette politique.--Formation du droit public européen.--Ses
maximes essentielles.--Conséquences de la violation de ces maximes.--Le
gouvernement de 1830 les a respectées.--Questions européennes pendantes
en 1832.--Fautes des trois puissances du Nord dans leurs relations avec
le gouvernement de 1830.--La Prusse: le roi Frédéric-Guillaume III,
le prince de Wittgenstein et M. Ancillon.--M. Bresson à
Berlin.--L'Autriche; l'empereur François II et le prince de
Metternich.--M. de Sainte-Aulaire à Vienne.--La Russie;
l'empereur Nicolas.--Le maréchal Maison à Saint-Pétersbourg;
ses instructions.--Idée d'un mariage russe pour le duc
d'Orléans.--Fermentation révolutionnaire en Allemagne.--Réunion
de Münchengrætz.--Ses conséquences.--Affaires d'Orient.--Question
d'Égypte.--Caractère, situation et politique de Méhémet-Ali.--Situation
et politique des grandes puissances européennes entre la Porte et
l'Egypte.--Mission de M. de Bois-le-Comte en Orient.--Ses entretiens
avec Méhémet-Ali.--Paix de Kutaièh.--La Russie à Constantinople.--Traité
d'Unkiar-Skelessi.--Affaires d'Espagne.--Mort de Ferdinand
VII.--Question de la succession espagnole.--Politique du gouvernement
français et ses motifs.--Ses promesses et ses conseils au gouvernement
de la reine Isabelle.--Explosion de la guerre civile en Espagne.--Don
Carlos en Portugal auprès de Don Miguel.--M. Zéa Bermudez, son caractère
et sa politique.--Origine de la question de l'intervention de la France
en Espagne.--Chute de M. Zéa Bermudez.--M. Martinez de la Rosa; son
caractère et sa politique. Promulgation du _statut royal_.--Traité de la
quadruple alliance.--Don Carlos, expulsé de Portugal, se réfugie en
Angleterre et rentre en Espagne.--Réunion des Cortès espagnoles.--Le
_statut royal_ et la _constitution de_ 1812.--Le cabinet de Madrid
demande l'intervention de la France et de l'Angleterre.--Leur refus et
ses motifs.--Diversité des avis dans le cabinet français.--Chute de M.
Martinez de la Rosa.--Le comte de Toreno lui succède.--Sa prompte
chute.--Au moment où le cabinet du 11 octobre 1832 se disloque à Paris,
M. Mendizabal et le parti exalté entrent, à Madrid, en possession du
pouvoir.


J'ai retracé, depuis sa formation jusqu'à sa dissolution, la politique
et les actes du cabinet du 11 octobre 1832 au dedans de l'État. Je dirai
maintenant ce qu'il a fait au dehors, quelle conduite il a tenue, quel
rôle il a joué et il a fait jouer à la France dans le monde européen.

Pour les peuples comme pour les rois, pour les hommes d'État comme
pour les hommes de guerre, la politique extérieure est le champ où se
déploient, dans leurs libres fantaisies, l'imagination, l'ambition et
l'orgueil. Au dedans de l'État, des intérêts présents et évidents, des
droits reconnus, des pouvoirs légaux contiennent impérieusement dans
certaines limites les prétentions et les espérances. Au dehors, dans les
relations avec les étrangers, et devant des perspectives de puissance et
de gloire, pour soi-même comme pour la patrie, la tentation est grande
de se livrer à la passion, d'en appeler à la force et de se promettre
le succès. Que sera-ce si on a vécu dans un temps d'entreprises et de
guerres prodigieuses, si on a vu les États, grands ou petits, voisins ou
lointains, incessamment envahis, conquis, démembrés, partagés,
changeant coup sur coup d'étendue, de forme, de nom, de maître? De tels
spectacles, même quand, à la fin du drame, des revers éclatants les
ont décriés, laissent un grand nombre d'esprits en proie à la fièvre
ambitieuse et belliqueuse; ils se complaisent dans les combinaisons
diplomatiques et militaires, dans les plans d'alliance et de campagne;
les exploits gigantesques suscitent les projets chimériques; les
souvenirs enfantent les rêves.

Dès sa naissance et dans tout le cours de sa vie, le gouvernement de
1830 a eu à lutter contre cette passion posthume d'aventures et de
conquêtes. La décadence était grande: au lieu de la Convention nationale
et de l'empereur Napoléon, c'était un avocat sophiste et un soldat
déclamateur qui se portaient les patrons de la politique ambitieuse et
guerrière; mais malgré leur médiocrité emphatique, M. Mauguin et le
général Lamarque exprimaient des sentiments fort répandus dans le pays,
et ils exerçaient, à ce titre, une puissance réelle; ils parlaient au
nom des traditions révolutionnaires et militaires; ils unissaient et
confondaient, dans un incohérent mais brillant amalgame, les promesses
de la liberté et les prestiges de la force, la Révolution et l'Empire.
La France ne voulait recommencer ni l'un ni l'autre de ces terribles
régimes; elle sentait, au fond de son âme, que, pour échapper à leurs
désastres en jouissant de leurs bienfaits, il fallait répudier hautement
leurs erreurs et leurs crimes; mais encore éblouie et troublée, elle
se plaisait à les entendre célébrer confusément et sous de beaux noms;
c'était là, disait-on, l'esprit libéral et l'esprit national, pour la
France la grandeur, pour l'Europe le progrès.

Je ne connais point d'idée plus radicalement fausse et funeste, plus
démentie par l'expérience, plus contraire aux vraies tendances de
notre temps et à la grandeur de la France comme au progrès général de
l'Europe.

L'Europe est une société de peuples et d'États à la fois divers et
semblables, séparés et point étrangers, non-seulement voisins, mais
parents, unis entre eux par des liens moraux et matériels qu'ils ne
sauraient rompre, par le mélange des races, la communauté de religion,
l'analogie des idées et des moeurs, par de nombreux et continuels
rapports industriels, commerciaux, politiques, littéraires, par des
progrès de civilisation variés et inégaux mais qui tendent aux mêmes
fins. Les peuples européens se connaissent, se comprennent, se visitent,
s'imitent, se modifient incessamment les uns les autres. A travers
toutes les diversités et toutes les luttes du monde moderne, une
unité supérieure et profonde règne dans sa vie morale comme dans ses
destinées. On dit la Chrétienté. C'est là notre caractère original et
notre gloire.

Ce grand fait a eu pour conséquence naturelle la formation progressive
d'un droit public européen et chrétien; c'est-à-dire l'établissement de
certains principes compris et acceptés comme la règle des relations
des États. Ce droit, longtemps et aujourd'hui encore très-imparfait,
très-souvent méconnu et violé, n'en est pas moins réel, et devient de
plus en plus clair et impérieux à mesure que la civilisation générale
se développe et que les rapports mutuels des peuples deviennent plus
fréquents et plus intimes.

Les maximes essentielles et incontestées du droit public européen sont
en petit nombre. Parmi les principales se rangent celles-ci:

1° La paix est l'état normal des nations et des gouvernements. La guerre
est un fait exceptionnel et qui doit avoir un motif légitime;

2° Les États divers sont entièrement indépendants les uns des autres
quant à leurs affaires intérieures; chacun d'eux se constitue et se
gouverne selon les principes et dans les formes qui lui conviennent;

3° Tant que les États vivent en paix, leurs gouvernements sont tenus de
ne rien faire qui puisse troubler mutuellement leur ordre intérieur;

4° Nul État n'a droit d'intervenir dans la situation et le gouvernement
intérieur d'un autre État qu'autant que l'intérêt de sa propre sûreté
lui rend cette intervention indispensable.

Ces salutaires maximes ont été mises, de nos jours, aux plus rudes
épreuves. Tantôt on les a outrageusement foulées aux pieds pour donner
un libre cours aux passions qu'elles ont précisément pour objet de
contenir; tantôt on en a scandaleusement abusé pour servir des desseins
qu'elles condamnent expressément. Nous avons assisté aux plus immenses
guerres entreprises sans motif légitime, par une ambition égoïste et
déréglée, ou pour réaliser des combinaisons arbitraires et frivoles sous
un air de grandeur. Nous avons vu une propagande envahissante porter
au loin ses violences et sa tyrannie au nom de la liberté. De grands
gouvernements ont opprimé l'indépendance de petites nations pour
maintenir, chez elles comme chez eux-mêmes, les principes et les formes
du pouvoir absolu. D'autres se sont joués des droits et de l'existence
des pouvoirs établis, sous prétexte de rétablir les droits des
nations. Des conspirateurs révolutionnaires ont réclamé le principe de
non-intervention pour couvrir leurs menées contre la sécurité de tous
les États. Indignés de tant d'excès divers, d'honnêtes et superficiels
esprits voudraient supprimer la politique extérieure et mettre
l'indépendance des peuples comme la sécurité des États sous la garantie
de la paix perpétuelle et de l'inaction diplomatique. On ne lutte pas
contre la violence et l'hypocrisie avec des chimères; on n'annulera pas
l'action extérieure des gouvernements au moment même où s'étendent et
se multiplient les relations extérieures des nations; ce qu'il faut
demander, c'est que cette action s'exerce selon la justice et le bon
sens. C'est là l'objet du droit public européen tel qu'il s'est formé à
travers les siècles. Ce droit n'a point péri dans ses échecs; malgré
les graves et nombreuses atteintes qu'il a reçues, à raison même de ces
atteintes et de leurs funestes conséquences, ses maximes sont devenues
et deviennent de jour en jour plus précises et plus pressantes; c'est de
leur empire seul qu'on peut espérer, autant que le permet l'imperfection
des choses humaines, le maintien habituel de la paix et de
l'indépendance mutuelle comme de la sécurité des États.

Ceci n'est pas une espérance de philosophe: depuis plus de trois
siècles, les faits, les plus grands faits de l'histoire parlent
hautement. Tous les États qui ont scandaleusement et longtemps violé les
maximes essentielles du droit public européen ont fini par s'en trouver
mal, les gouvernements aussi mal que les peuples. Au XVIe siècle,
Charles-Quint promène son ambition et sa force dans toute l'Europe, sans
respect ni pour la paix, ni pour l'indépendance des États, ni pour les
droits traditionnels des princes et des nations; il tente, sinon la
monarchie, du moins la domination européenne; il se lasse et se dégoûte
à la peine, et il lègue à l'Espagne le règne de Philippe II qui,
poursuivant à son tour, sans génie comme sans coeur, les mêmes
prétentions, laisse en mourant la monarchie espagnole au dehors
dépouillée de ses plus belles provinces, au dedans énervée et frappée de
stérilité. Au XVIIe siècle, Louis XIV, abandonnant la politique mesurée
de Henri IV, reprend, avec encore plus d'éclat, le rêve européen de
Charles-Quint, et viole arrogamment, tantôt envers les princes, tantôt
envers les nations, les principes du droit public de la chrétienté;
après les plus brillants succès, il se trouve hors d'état de porter le
fardeau qu'ils lui ont fait; il obtient à grand'peine de l'Europe une
paix aussi triste que nécessaire, et il meurt laissant la France épuisée
et presque contrainte de se renfermer, pendant plus d'un demi-siècle,
dans la politique extérieure la moins fière et la plus inerte. Nous
avons vu, sur une échelle plus grande encore, les mêmes emportements
de l'ambition humaine aboutir aux mêmes ruines: quelle n'a pas été en
Europe la puissance de la Révolution française, tantôt anarchiquement
déchaînée par les assemblées populaires, tantôt despotiquement maîtrisée
par l'empereur Napoléon! Elle a, sous l'une et l'autre forme, remporté
les plus éclatants triomphes; mais, en triomphant, elle a foulé aux
pieds les principes, les traditions, les établissements du droit public
européen; et après vingt-cinq ans de domination aveuglément hautaine,
elle s'est vue obligée d'acheter bien chèrement la paix de cette Europe,
théâtre et matière de ses conquêtes. Dans le cours de trois siècles,
les plus grands de l'histoire, trois empires, les grands qu'ait vus le
monde, sont tombés dans une rapide décadence pour avoir insolemment
méprisé et violé le droit public européen et chrétien; trois fois ce
droit, après avoir subi les échecs les plus rudes, s'est relevé plus
fort que le génie et la gloire.

C'est le caractère fondamental du gouvernement de 1830 d'avoir pris le
droit public européen pour règle de sa politique extérieure. Non pas
seulement en paroles et dans la diplomatie officielle, mais en fait
et dans la conduite réelle. Nous n'avons pas hypocritement soutenu et
pratiqué telle ou telle maxime spéciale de ce droit qui eût pu convenir
au pouvoir nouveau que nous avions à fonder; nous avons loyalement
accepté et respecté toutes ses maximes ensemble, les plus difficiles
à concilier entre elles comme les plus simples, celles qui consacrent
l'ordre établi entre les États divers aussi bien que celles qui
protégent l'indépendance et le libre développement intérieur de chaque
État. Nous nous sommes trouvés, après 1830, en présence de toutes les
questions qui ont fait et qui font encore en Europe tant de bruit, en
présence des questions de nationalité, des questions d'insurrection, des
questions d'intervention, des questions d'agrandissement territorial
et de frontières naturelles. En Allemagne, en Pologne, en Italie, en
Suisse, en Espagne, en Belgique, toutes ces questions s'élevaient alors,
soit séparément, soit plusieurs ensemble. Nous les avons toutes résolues
selon les principes du droit public européen: tantôt nous avons respecté
ce droit avec scrupule, tantôt nous l'avons exercé sans hésitation; ici
nous sommes intervenus, là nous nous sommes abstenus, ailleurs
nous avons déclaré d'avance que nous interviendrions si d'autres
intervenaient. Nous avons mis partout au service de la politique humaine
et libérale l'influence morale dont nous pouvions disposer; mais nulle
part nous n'avons méconnu ni dépassé les limites du droit international.

J'ai déjà dit par quels motifs, politiques et moraux publics et
personnels, le roi Louis-Philippe et ses conseillers avaient voulu, dès
leurs premiers pas, le maintien de la paix européenne. Ce n'était
pas uniquement, quelque puissante que soit et doive être cette
considération, pour les bienfaits directs de la paix même. L'immobilité
extérieure n'est pas toujours la condition obligée des États; de grands
intérêts nationaux peuvent conseiller et autoriser la guerre; c'est une
honnête erreur, mais une erreur de croire que, pour être juste, toute
guerre doit être purement défensive; il y a eu et il y aura, entre les
États divers, des conflits naturels et des changements territoriaux
légitimes; les instincts d'agrandissement et de gloire ne sont pas, en
tout cas, interdits aux nations et à leurs chefs. Quand le roi Charles
X, en 1830, déclara la guerre au dey d'Alger, ce n'était point là, de
notre part, une guerre défensive, et pourtant celle-là était légitime;
outre l'affront que nous avions à venger, nous donnions enfin
satisfaction à un grand et légitime intérêt, français et européen, en
délivrant la Méditerranée des pirates qui l'infestaient depuis des
siècles. Et la conquête de la Régence a été légitime comme la guerre,
car elle était l'unique moyen d'accomplir réellement et à toujours cette
délivrance. Mais les droits de l'ambition, s'il est permis de parler
ainsi, varient selon les temps; l'esprit de guerre, et de conquête
n'avait pas jadis les conséquences qui l'accompagnent aujourd'hui; il
rencontrait partout en Europe des obstacles, des contre-poids, des
limites; son souffle n'était pas un ouragan universel; les plus
ambitieuses entreprises de Charles-Quint et de Louis XIV ne mettaient
pas en péril tous les États européens et n'ébranlaient pas les
fondements des sociétés humaines; ils pouvaient s'arrêter, et ils
s'arrêtaient en effet, ou bien on les arrêtait dans leurs succès comme
dans leurs desseins. L'Europe est aujourd'hui un grand corps bien
autrement unique et susceptible; toutes les questions vitales y ont
été soulevées et y fermentent partout; tout mal y est contagieux, tout
trouble, y devient général; quand une grande entreprise commence, nul
n'en peut mesurer la portée, ni se promettre qu'il s'arrêtera sur la
pente où elle le pousse; le problème se trouve toujours plus vaste et
plus compliqué qu'on ne l'a prévu; un coup porté dans un coin fait
trembler tout l'édifice; le mouvement est toujours près de devenir le
chaos.

Si du moins le chaos précédait la création! si les ruines se
transformaient en de nouveaux édifices! Mais il n'en est rien:
qu'est-il resté de tous les bouleversements territoriaux, de toutes les
combinaisons diplomatiques, de tous les États inventés par la politique
extérieure de la Convention nationale et de l'Empire? Tout est tombé,
fondations et conquêtes. Tant d'imagination, de hardiesse et de force,
déployées avec un immense mépris du droit public, n'a servi qu'à perdre
les grands acteurs de ces oeuvres éphémères, et à amener la réaction du
congrès de Vienne et de la Sainte-Alliance. On parle beaucoup du nouvel
état des sociétés, de l'esprit nouveau qui les anime, de la nécessité
de comprendre et de satisfaire leurs besoins, leurs aspirations, leurs
tendances; et pourtant, dans ce qui tient aux rapports mutuels des
États, on méconnaît absolument ces préceptes d'innovation clairvoyante;
on se traîne toujours dans l'ornière où s'est longtemps agitée la
politique extérieure de l'Europe. L'ambition et la force sans frein ont
eu des siècles favorables, non-seulement à leurs succès passagers, mais
à leurs solides triomphes: au sein de moeurs grossières et violentes,
quand la plupart des États étaient encore flottants et en travail de
formation, entre des peuples que n'unissaient étroitement ni leurs
intérêts de tous les jours, ni des communications régulières et
continues; en l'absence de cette publicité universelle et rapide, qui
fait aujourd'hui de toutes les nations un grand public incessamment
présent et attentif au spectacle des événements, la guerre, même dénuée
de motifs légitimes ou spécieux, même démesurée dans ses prétentions et
ses entreprises, a pu décider péremptoirement des souverainetés et
des territoires, et aboutir à des résultats durables. Alexandre et
Charlemagne n'avaient, à coup sûr, ni plus de génie, ni plus de
puissance que Napoléon, et leurs empires aussi sont tombés avec eux,
mais non pas comme le sien; l'empire d'Alexandre s'est brisé en royaumes
pour ses généraux et celui de Charlemagne s'est partagé entre ses
descendants; à l'une et à l'autre époque, l'édifice gigantesque s'est
écroulé, mais de ses débris se sont formés immédiatement des édifices
qui ont duré. Des États conquis et des trônes élevés par Napoléon, rien
ne lui a survécu, et par un phénomène étrange, le seul de ses généraux
qui soit resté roi a été celui qui ne tenait pas de lui sa royauté.
C'est que Napoléon, dans sa politique extérieure, a méconnu les vraies
tendances actuelles de l'humanité: le temps n'est plus des grands
bouleversements territoriaux accomplis par les seuls coups de la guerre
et réglés selon la seule volonté des vainqueurs; à peine leur main se
retire que leurs oeuvres sont mises en question et attaquées par les
deux puissances qui sont, l'une le bon, l'autre le mauvais génie de
notre époque, l'esprit de civilisation et l'esprit de révolution;
l'esprit de civilisation veut l'empire du droit au sein de la paix:
l'esprit de révolution, évoque incessamment la force, et poursuit à tout
hasard, tantôt par l'anarchie, tantôt par la tyrannie, ce qu'il appelle
le règne de la démocratie pure. C'est entre ces deux puissants esprits
qu'est engagée la lutte qui travaille aujourd'hui l'Europe et qui
décidera de son avenir. Dans cet état de la société européenne, le
respect du droit public européen est, pour tout gouvernement régulier,
un devoir impérieux et une prévoyance nécessaire; de nos jours;
l'ambition qui remue le monde au mépris de ce droit, et pour la seule
satisfaction de ses désirs, est aussi étourdie que criminelle.

Quand le cabinet du 11 octobre 1832 se forma, la plupart des questions
internationales qui avaient agité l'Europe étaient, sinon vidées,
du moins assoupies: la Pologne avait succombé; l'Italie semblait se
rendormir; l'Espagne demeurait immobile devant son roi malade; la Suisse
délibérait régulièrement sur la réforme de sa constitution fédérale. La
question belge seule restait encore incomplétement résolue et causait
quelque inquiétude pour la paix européenne. J'ai déjà rappelé, et tout
le monde sait quelle fut, à l'avénement du cabinet, la transaction
diplomatique entre la France et l'Angleterre qui amena le siége et la
prise d'Anvers. Je n'ai pas à en raconter les détails; je n'écris pas
l'histoire générale de ce temps; je ne veux qu'en caractériser la
politique et marquer la part que j'y ai prise. C'est surtout dans la
question belge que notre sincère et ferme adhésion aux principes du
droit public européen a été plus complète et plus évidente. Nous avons
eu là à nous défendre de toutes les tentations qui peuvent assaillir un
gouvernement le lendemain d'une révolution: tentation révolutionnaire,
tentation dynastique, tentation d'agrandissement territorial; nous les
avons toutes repoussées. Et, en même temps, nous avons fait prévaloir et
admettre en Europe les intérêts de sécurité et de dignité qu'a la France
sur cette frontière; nous avons secondé l'élan de la population belge
vers l'indépendance nationale et la liberté politique dont elle jouit
depuis trente ans. Grand espace, même dans la vie d'une nation.

Dans cette affaire, comme dans toutes leurs relations avec le
gouvernement du roi Louis-Philippe, les trois puissances du Nord, et
à leur suite les puissances secondaires qui leur sont comme des
satellites, manquèrent, non pas de sagesse, mais de cette fermeté
conséquente qui fait porter à la sagesse tous ses fruits. L'Autriche, la
Prusse et la Russie ne s'opposèrent point à la séparation de la Belgique
et de la Hollande; elles siégèrent en conférence avec la France et
l'Angleterre pour faire entrer dans l'ordre européen le fait accompli et
régler les rapports des deux nouveaux États; elles acceptèrent ou elles
laissèrent passer sans résistance effective, et elles finirent par
sanctionner toutes les transactions laborieusement débattues dont cette
question fut successivement l'objet. Mais en reconnaissant la nécessité,
elles la subissaient avec cette hésitation et cette humeur qui enlèvent
à la modération son mérite et détruisent la confiance qu'elle devrait
inspirer. Que, dans les négociations sur l'affaire belge, ces puissances
soutinssent les intérêts du roi de Hollande; qu'elles veillassent au
respect général des traités, en même temps qu'elles consentaient à les
modifier de concert; que l'entente particulière de la France et de
l'Angleterre leur causât un vif déplaisir, rien de plus simple; mais à
travers ces conséquences naturelles de leur situation, leur politique
envers le nouveau gouvernement français aurait pu et dû être nette,
uniforme, exempte de contradictions et d'arrière-pensées. Il n'en fut
rien: les gouvernements absolus, quand ils n'ont pas un grand homme à
leur tête, sont plus courbés sous leurs préjugés et plus incertains
dans leurs actes que les gouvernements libres; malgré leur fastueuse
irresponsabilité, le fardeau du pouvoir leur pèse, et pour l'alléger
ils se réfugient volontiers dans l'inconséquence et l'inertie. Tout en
acceptant ce qui se passait, depuis 1830, en France et autour de la
France, le bon sens des puissances continentales fut étroit et court,
sans hardiesse et sans grandeur; l'origine de la nouvelle monarchie
française, la confusion et la lutte de ses principes, les désordres
qui avaient assailli son berceau et qui la poursuivaient encore,
les mauvaises traditions et le mauvais langage d'une partie de ses
adhérents, toutes ces circonstances offusquaient et troublaient la vue
des anciens gouvernements du continent; ils ne pressentirent pas, et
même après des années d'épreuve ils ne surent pas apprécier à sa valeur
ce qui a fait le mérite pratique et ce qui fera l'honneur historique
du gouvernement du roi Louis-Philippe; issu d'une révolution, ce
gouvernement rompit nettement, au dehors comme au dedans, avec l'esprit
révolutionnaire; il ne prit point à son service la politique du désordre
aussi bien que celle de l'ordre, les pratiquant tour à tour l'une
et l'autre, selon les désirs de son ambition ou les embarras de sa
situation; il a constamment réglé ses actes dans un esprit conservateur
et selon le droit public européen. Les puissances continentales ne
payèrent pas cette difficile constance d'un juste retour; de leur part,
l'attitude extérieure envers la monarchie de 1830 fut autre que la
conduite réelle, et les paroles libres autres que le langage officiel;
le mauvais vouloir tantôt perçait, tantôt s'étalait derrière les
relations et les déclarations pacifiques: «On se résigne à nous,
m'écrivait de Turin M. de Barante le 22 mars 1834, en se réservant
d'espérer, tantôt plus, tantôt moins, qu'il nous arrivera malheur;»
et le 28 novembre suivant: «On s'est résigné à nous, d'abord avec
étonnement et crainte; puis, on a regardé, avec un espoir malveillant,
notre lutte contre le désordre; puis, on a eu quelque idée que, si nous
gagnions cette victoire, elle tournerait au profit des gouvernements
absolus. Maintenant il s'agit de nous accepter libéraux et point
jacobins, calmes mais forts. On n'a pas encore bien pris son parti
là-dessus.» Quoique l'accord fût général et permanent entre l'Autriche,
la Prusse et la Russie, le caractère et les sentiments personnels des
chefs de ces États, souverains et ministres, différaient beaucoup,
et apportaient, dans leurs rapports avec le gouvernement du roi
Louis-Philippe, de notables différences.

Des trois hommes qui dirigeaient alors les affaires de la Prusse, le
roi Frédéric-Guillaume III, le prince de Wittgenstein, son plus intime
confident, et M. Ancillon, son ministre des affaires étrangères, aucun
n'était d'un esprit éminent, ni appelé, par sa supériorité naturelle, à
faire prévaloir en Europe sa pensée et sa volonté; mais ils avaient tous
trois des dispositions et des qualités qui s'accordaient bien entre
elles et qui les rendaient propres à exercer, dans la politique
européenne, une influence salutaire. Le roi, tout en tenant
aux principes de la monarchie absolue et aux traditions de la
Sainte-Alliance, ne portait pas, à d'autres maximes et à d'autres formes
de gouvernement, une aversion systématique et acharnée; s'il n'avait pas
réalisé les espérances politiques que, dans le mouvement national de
1813 à 1815, il avait laissé concevoir à son peuple, c'était moins par
passion jalouse du pouvoir que par un sentiment inquiet des difficultés
inhérentes aux institutions libres, du trouble qu'elles porteraient dans
l'État et des embarras où elles le jetteraient lui-même. Il avait
du moins, de concert avec son chancelier, le prince de Hardenberg,
accompli, dans l'ordre civil en Prusse, de grandes et libérales
réformes. C'était un prince sensé, droit, que les épreuves de sa vie
avaient éclairé en même temps que fatigué; avide de repos au dehors
comme au dedans, simple, économe, silencieux, il imposait le respect à
ses peuples et la confiance à ses alliés sans beaucoup exiger d'eux;
il avait appris à comprendre les nécessités des situations difficiles,
sentait tout le poids du gouvernement, et savait bon gré aux souverains
ses voisins qui l'aidaient à porter ce fardeau dans ses États en le
portant eux-mêmes, dans les leurs, régulièrement, paisiblement et au
profit de l'ordre européen. La révolution de Juillet lui avait donné
plus d'humeur contre le roi Charles X que d'irritation contre son
remplaçant nécessaire; la modération du roi Louis-Philippe lui plaisait,
son habileté le rassurait, et il désirait sincèrement l'affermissement
de son trône, en dépit du mauvais exemple de la révolution qui l'y avait
porté. Le prince de Wittgenstein, homme de cour et du monde, formé à
l'école du XVIIIe siècle et de Frédéric II, esprit fin, éclairé et libre
sans être un libéral d'opinion ni un politique de profession, ami dévoué
et point rival ambitieux du roi son maître, bon Allemand autant que
Prussien zélé, et correspondant assidu du prince de Metternich, mais
plein de goût pour les moeurs françaises, confirmait et secondait le
roi dans sa politique impartiale, tranquille et bienveillante pour la
France, en même temps que fidèle à l'alliance des trois cours. Nulle
influence n'est, dans un moment donné, plus efficace que celle d'un
homme considérable qui habituellement n'en affecte aucune, et qui ne
donne que les avis ou ne rend que les services qu'on lui demande; telle
était, à la cour de Berlin, celle du prince de Wittgenstein, et elle
s'exerçait non-seulement auprès du roi, mais sur toute la famille
royale qu'il contribuait habituellement à maintenir dans le respect et
l'obéissance envers son chef. Moins important, quoique plus directement
chargé des affaires, M. Ancillon, publiciste, historien, moraliste
et philosophe, sans beaucoup d'originalité ni de puissance dans ces
diverses carrières, mais partout judicieux, clairvoyant et conciliant,
exposait avec dignité la politique du roi et la soutenait avec
persévérance. Et auprès de ce gouvernement ainsi disposé, le ministre
de France à Berlin, M. Bresson, ardemment dévoué à la politique de son
pays, possédé de la soif du succès, vigilant avec passion et adroit avec
autorité, quelquefois même avec emportement, avait acquis une position
forte et un crédit efficace. Le roi Frédéric-Guillaume III l'écoutait
avec confiance et le traitait avec faveur; il était entré dans
l'intimité du prince de Wittgenstein, le voyait à peu près tous les
jours, sans nécessité politique, pour le seul agrément de la vie
sociale, et se trouvait ainsi toujours en mesure de faire servir les
bons rapports personnels au bon arrangement des affaires, quand les
affaires se présentaient.

A Vienne, la situation du gouvernement de 1830 et de son représentant
était plus difficile: les principes et les passions absolutistes
dominaient à la cour, et semblaient ne rencontrer, dans le public
autrichien, aucune objection. La révolution de Juillet était vue de
très-mauvais oeil, et la société de Vienne avait, pour les hommes du
gouvernement que cette révolution avait fondé, ces froideurs mondaines
qui, malgré leur frivolité, embarrassent et enveniment sérieusement les
relations des États. L'empereur François II, modéré par caractère et par
expérience, et très-sincère dans son désir de la paix, n'en avait
pas moins, pour les gouvernements libres issus des mouvements
révolutionnaires, une profonde antipathie, et se tenait pour quitte
envers eux pourvu que sa politique fût étrangère à toute menée hostile.
Auprès de ce souverain, plus influent lui-même dans ses affaires qu'on
ne l'a cru en général, et au milieu d'une aristocratie indépendante et
fière quoique sans institutions de liberté, le prince de Metternich
gouvernait depuis plus de vingt ans la politique extérieure de
l'Autriche: esprit supérieur qui mettait son honneur et son plaisir à se
montrer en toute occasion, avec un peu d'étalage, impartial et libre,
mais qui, tout en comprenant et en admettant, quand la nécessité l'y
contraignait, les nouvelles faces des États, n'aspirait qu'à maintenir
intact l'édifice européen tel que l'avait construit le congrès de
Vienne, apogée de son influence et de sa gloire. Nul homme n'a porté
en lui-même autant de mouvement intellectuel en se vouant à défendre
l'immobilité politique; quand il parlait, et encore plus quand il
écrivait, à travers un langage long, diffus, chargé de périphrases et
ambitieusement philosophique, on voyait se déployer une intelligence
riche, variée, profonde, empressée à saisir et à discuter les idées
générales, les théories abstraites, et en même temps remarquablement
pratique, sagace, habile à démêler ce que commandaient ou permettaient
l'état des faits ou les dispositions des hommes, et se contenant
toujours sévèrement dans les étroites limites du possible tout en ayant
l'air de se jouer dans les vastes régions de la pensée. Quand il était
de loisir et dans le laisser-aller de la conversation, M. de Metternich
prenait à toutes choses, à la littérature, à la philosophie, aux
sciences, aux arts, un intérêt curieux; il avait et il se complaisait à
développer, sur toutes choses, des goûts, des idées, des systèmes; mais,
dès qu'il entrait dans l'action politique, c'était le praticien le moins
hasardeux, le plus attaché aux faits établis, le plus étranger à
toute vue nouvelle et moralement ambitieuse. De cette aptitude à tout
comprendre, combinée avec cette prudence quand il fallait agir, et des
longs succès que lui avait valus ce double mérite, était résultée pour
le prince de Metternich une confiance étrangement, je dirais volontiers
naïvement orgueilleuse dans ses vues et dans son jugement; en 1848,
pendant notre retraite commune à Londres, «l'erreur, me dit-il un jour,
avec un demi-sourire qui semblait excuser d'avance ses paroles, l'erreur
n'a jamais approché de mon esprit.--J'ai été plus heureux que vous, mon
prince, lui dis-je; je me suis plus d'une fois aperçu que je m'étais
trompé;» et son air me disait qu'il approuvait ma modestie sans être, au
fond de son coeur, ébranlé dans sa présomption. La qualité qui manquait
le plus à son habileté politique, c'était le courage; j'entends le
courage d'impulsion et d'entreprise; il n'avait nul goût pour la lutte,
et il en redoutait les périls plus qu'il ne désirait les succès auxquels
elle eût pu aboutir. C'était là, dans ses rapports avec le gouvernement
du roi Louis-Philippe, son principal embarras; il lui rendait justice,
reconnaissait son importance dans l'ordre européen, et, quoique peu
bienveillant pour quelques-uns de ses principes, il n'avait garde
de rien faire qui pût lui nuire, et il eût volontiers contribué à
l'affermir; mais, pour y contribuer efficacement, il eût fallu déplaire
à des membres de la famille impériale, à la société de Vienne, à
l'empereur Nicolas dont l'hostilité envers le roi Louis-Philippe, bien
que peu hardie, était affichée et hautaine; M. de Metternich ne voulait
engager aucun de ces conflits ni courir aucun de ces risques; de là,
dans sa politique envers le gouvernement français, des hésitations, des
obscurités, des réserves qui rendaient souvent son impartialité vaine
et sa sagesse de moindre valeur qu'elle n'eût pu être s'il eût osé
davantage pour la faire prévaloir.

M. de Sainte-Aulaire, que le duc de Broglie fit envoyer comme
ambassadeur à Vienne, peu de mois après la formation du cabinet,
convenait parfaitement à cette mission: noblement libéral, digne et
doux, poli et courageux, zélé pour son devoir sans être faiseur, et
homme du monde sans mauvaise complaisance mondaine, il se fit accueillir
la tête haute dans la société viennoise, et s'établit auprès du prince
de Metternich sur le pied d'une franchise aisée, en homme qui n'a rien
à taire et rien à demander que ce qui lui est dû. Il n'eût pas fallu
charger M. de Sainte-Aulaire de décider le prince de Metternich à
quelque grande résolution ou à quelque effort difficile auxquels
celui-ci n'eût pas été spontanément disposé; personne n'exerçait sur le
chancelier d'Autriche une telle influence; mais M. de Sainte-Aulaire
entretenait avec lui des rapports bienveillants et confiants qui
suffisaient au cours régulier des affaires, et prévenaient, entre les
deux gouvernements, toute complication et tout embarras.

C'était surtout l'empereur Nicolas qui pesait, comme un cauchemar, sur
le prince de Metternich et l'empêchait souvent de régler sa conduite
selon toute sa raison. Décidé à maintenir, en tous cas, l'union des
trois puissances du Nord, M. de Metternich faisait, à cette idée, en
Occident comme en Orient, plus de sacrifices qu'il n'eût été nécessaire,
et l'empereur Nicolas exploitait, au profit de ses vues ou de ses
passions personnelles, la prudence inquiète du chancelier d'Autriche.
Nul souverain peut-être n'a exercé, dans ses États et en Europe, autant
d'empire, en ayant si peu fait pour l'acquérir et en en faisant un si
médiocre emploi. L'empereur Nicolas n'était ni un grand militaire, ni un
grand politique, ni un grand esprit, ni même un grand ambitieux; il n'a
ni agrandi ses États, ni fait faire à ses peuples, en prospérité, en
civilisation, en lumières, en puissance et renommée européenne, de
grands progrès; et pourtant il a régné au dedans avec force, au dehors
avec éclat. Il avait en lui-même les instincts, et, devant le monde,
tous les prestiges du pouvoir, la beauté personnelle, l'éloignement
et l'étendue de son empire, le nombre de ses sujets, leur discipline
dévouée, leur soumission silencieuse. Dans deux ou trois occasions
solennelles, où il avait été personnellement mis en jeu, il avait montré
de la présence d'esprit, du courage, et exercé un ascendant efficace;
depuis, il avait évité plutôt que cherché les épreuves, et il craignait
plus de se compromettre qu'il ne se plaisait à se déployer. C'était un
despote dur et hautain, mais prudent, et un grand acteur royal qui
avait plus de goût aux effets de théâtre qu'aux événements du drame.
La fortune l'avait merveilleusement servi; en montant sur le trône, il
avait trouvé la Russie grande et l'Europe à la fois en repos et encore
fatiguée; il avait profité des brillants succès de l'empereur Alexandre
son frère pour la gloire comme pour la sécurité de son empire, et ni
ses peuples ni ses alliés n'exigeaient beaucoup de lui; au dedans, ses
travaux de réforme se bornaient à des efforts sincères pour introduire
dans l'administration de ses États plus de probité; au dehors, une
immobilité superbe suffisait à son influence; en Occident, les
événements ne lui donnaient rien à faire; en Orient, ses premiers coups
contre la Turquie avaient réussi sans l'engager bien avant. Au milieu
de cette situation prospère et facile, la révolution de Juillet vint
choquer son orgueil de souverain, le gêner dans ses vues d'avenir et
l'inquiéter sur son repos; il lui voua une haine passionnée, mais sans
oser le dire hautement et sans se porter l'adversaire de l'événement
qu'il détestait. Et pour satisfaire sa passion sans compromettre sa
politique, il sépara avec affectation le roi Louis-Philippe de la
France, caressant pour la nation française, après comme avant 1830, en
même temps qu'hostile à son nouveau chef. Attitude peu digne pour un si
puissant prince et étrange inconséquence pour un despote, car c'est le
soin ordinaire du pouvoir absolu de confondre intimement le souverain
et le peuple, et de prendre le souverain pour le représentant, et en
quelque sorte l'incarnation des millions d'hommes qui vivent sous sa
loi. Esprit superficiel, malgré sa fastueuse rigueur, l'empereur Nicolas
oubliait cette maxime vitale de son propre système de gouvernement, et
ne sentait pas combien il était puéril de s'obstiner à ne pas traiter le
roi Louis-Philippe comme les autres rois, tout en s'inclinant devant la
révolution qui l'avait fait roi.

Son obstination, du reste, n'était pas toujours aussi intraitable
qu'elle voulait le paraître, et quand elle eût pu entraîner pour lui
quelque inconvénient grave, il savait la faire fléchir. C'était, depuis
1830, sa coutume, quand il recevait l'ambassadeur de France, de le bien
traiter personnellement et de s'entretenir avec lui des affaires des
deux pays, mais sans jamais lui parler du Roi. En janvier 1833, le
duc de Broglie, en faisant nommer le maréchal Maison ambassadeur à
Saint-Pétersbourg, lui prescrivit de ne point accepter une telle
attitude; et après avoir ajouté à ses instructions officielles déjà fort
nettes[1] des instructions verbales encore plus précises, il fit prier
M. Pozzo di Borgo de passer chez lui, et lui dit qu'il se faisait un
devoir de le prévenir que si, en comblant le nouvel ambassadeur de
politesses personnelles, l'empereur s'abstenait de prononcer le nom du
Roi, le maréchal avait ordre de quitter Pétersbourg dans les huit jours
en prenant un prétexte, et que le plus transparent serait le meilleur.
Le maréchal était aussi chargé de confirmer cette confidence au comte
Pozzo di Borgo, qui ne manqua pas d'en écrire à sa cour. L'empereur
Nicolas n'eut garde de se brouiller avec la France pour le plaisir
de persister dans une choquante impolitesse; à la première réception
solennelle, il alla au-devant de l'ambassadeur, lui prit la main, lui
demanda des nouvelles du Roi, et, sur ce point du moins, les convenances
reprirent, entre les deux cours, leur empire.

[Note 1: _Pièces historiques, n° I.]

Environ trois ans plus tard, et dans une circonstance secrète,
les dispositions personnelles de l'empereur Nicolas envers le roi
Louis-Philippe et sa famille se manifestèrent avec un mélange de
réticence calculée, de susceptibilité vaniteuse, d'insinuations
détournées et d'emportement qui passait du caractère de l'homme dans
la politique du souverain. Vers la fin de l'été de 1835, M. de Barante
quitta l'ambassade de Sardaigne pour occuper celle de Russie; il
n'y avait, à cette époque, entre les deux gouvernements, point de
négociation pendante, point d'affaire spéciale à traiter; l'attitude et
le langage du nouvel ambassadeur étaient le principal et presque le seul
objet de ses instructions. On se préoccupait alors du mariage futur
de M. le duc d'Orléans. Avant de partir pour son poste, M. de Barante
demanda au duc de Broglie ce qu'il aurait à faire ou à dire si, de façon
ou d'autre, la possibilité d'un mariage entre M. le duc d'Orléans et
l'une des grandes-duchesses, filles de l'empereur Nicolas, se présentait
à lui: «Je sais, lui dit-il, que l'empereur est, en ce moment,
très-malveillant pour le Roi; mais la politique russe est sujette à des
revirements soudains, et le caractère de l'empereur n'y est pas non plus
étranger; que dois-je faire si j'entrevois cette chance?--Le Roi, lui
répondit le duc de Broglie, regarde le mariage de ses enfants comme un
intérêt de famille étranger à la politique; demandez-lui quelles
sont ses intentions.» Le Roi dit nettement à M. de Barante qu'il ne
souhaitait point pour son fils le mariage russe; outre le peu de goût
qu'il avait pour cette alliance, il était dès lors préoccupé de la
perspective d'un mariage entre M. le duc d'Orléans et une archiduchesse
d'Autriche; M. de Barante tint la réponse du Roi pour péremptoire, et en
fit, sur ce point, la règle de son attitude.

Peu de jours après cet entretien et à la veille de son départ pour
Saint-Pétersbourg, il reçut du duc de Broglie l'instruction de s'arrêter
à Berlin et de s'assurer, de concert avec M. Bresson, que, si M. le
duc d'Orléans et M. le duc de Nemours y faisaient une visite, ils
recevraient, du roi de Prusse et de sa famille, un accueil bienveillant.
Aucune question ne devait et ne pouvait être officiellement posée;
c'était matière de conversation discrète et pas une ligne ne devait être
écrite à ce sujet; M. Bresson avait ordre de prendre un congé et de
venir rendre compte à Paris. L'assurance arriva bientôt que les princes
seraient reçus à Berlin avec empressement et que le roi de Prusse leur
ferait un accueil paternel. Et comme l'entente confidentielle entre la
Prusse et l'Autriche était telle que, sur de semblables questions,
les deux cours ne décidaient rien que de concert, on eut à Paris
la certitude que les princes trouveraient à Vienne, sinon la même
cordialité royale, du moins le même accueil qu'à Berlin. Lorsque,
quelques mois après, le voyage ainsi résolu s'accomplit avec plein
succès, on en fut très-préoccupé à Saint-Pétersbourg; on se demandait
si les princes viendraient aussi en Russie; on s'étonnait qu'ils ne
vinssent pas: «Ils auraient été les bienvenus,» dit un jour l'empereur
Nicolas, et ce propos fut rapporté à M. de Barante à qui l'empereur ne
laissa, du reste, entrevoir aucune nuance d'humeur; il lui parla même en
fort bons termes de la situation de la France et du gouvernement du Roi,
ce qui ne lui arrivait guère, quoiqu'il ne se permît jamais, à ce sujet,
aucune parole de blâme ou de critique. Un sentiment très-différent de
l'humeur se fit bientôt indirectement entrevoir; une personne très-bien
établie à la cour de Saint-Pétersbourg, l'une des dames d'honneur à
portrait et l'amie intime de l'impératrice, la baronne Frederyks parla
un jour à madame de Barante, avec qui elle était dans des rapports
confiants et faciles, de la possibilité d'un mariage entre M. le duc
d'Orléans et la grande-duchesse Marie; M. de Barante n'attacha pas aux
paroles de madame Frederyks grande importance; il eut même soin d'éviter
avec elle, plutôt que de la rechercher, toute conversation à ce sujet;
il connaissait les vues du roi Louis-Philippe, et, convaincu en même
temps que l'empereur Nicolas n'avait, pour une telle alliance, aucune
intention sérieuse, il tenait peu à savoir si c'étaient là des velléités
de femme ou si madame Frederyks était chargée de sonder, à tout hasard,
le terrain.

Pourtant, il lui revint que la grande-duchesse Marie elle-même parlait
beaucoup de M. le duc d'Orléans, qu'elle s'enquérait de son caractère,
de son esprit, de l'agrément de sa personne, qu'elle avait voulu voir
son portrait. A un bal où M. de Barante se trouvait assis, à souper,
à une petite table, auprès de l'impératrice, et où était aussi la
grande-duchesse, la conversation s'engagea sur M. le duc d'Orléans,
et beaucoup de questions lui furent faites avec une curiosité
bienveillante. Peu après, M. de Barante donna lui-même un bal où
l'empereur et l'impératrice lui firent l'honneur de venir; il avait
demandé la permission d'engager la grande-duchesse Marie, et son
invitation avait été acceptée. Mais elle ne vint pas, et l'empereur prit
soin de l'excuser en disant à l'ambassadeur, même avec quelque détail,
qu'elle était indisposée. Quelques jours après, à un bal de cour, la
grande-duchesse parla à M. de Barante du chagrin qu'elle avait eu de ne
pas venir à l'ambassade: «J'en ai pleuré, lui dit-elle, et je me suis
promenée le matin devant vos fenêtres.»

Ces démonstrations hésitantes et incohérentes ne persuadèrent point à M.
de Barante que l'empereur Nicolas eût la pensée de donner sa fille à
M. le duc d'Orléans, et il se tint dans la réserve que le roi
Louis-Philippe lui avait prescrite. Quelque temps après, on commença à
parler du mariage de M. le duc d'Orléans avec la princesse Hélène de
Mecklembourg, et M. de Barante sut que l'empereur Nicolas s'exprimait,
sur ce projet, avec une extrême vivacité; il voulait, disait-on,
employer, pour le faire échouer, toute son influence, et il se servait,
dans ce dessein, de sa correspondance habituelle avec le prince Charles
de Mecklembourg-Strelitz, général au service de Prusse, qui avait à la
cour de Berlin quelque crédit. Quand on apprit à Saint-Pétersbourg que
le roi de Prusse persistait invariablement dans un projet qui venait de
lui, l'empereur Nicolas entra dans une étrange colère; il fit une scène
publique au baron de Boden, envoyé du duc de Mecklembourg-Schwerin en
Russie, et parla en termes brutaux de la part que le roi de Prusse avait
prise à ce mariage. Dans un bal qui eut lieu vers cette époque et où
vint l'empereur, il n'adressa point la parole à l'ambassadeur de France,
ce qui était contre son habitude et fut d'autant plus significatif que
les ambassadeurs d'Autriche et d'Angleterre eurent avec lui, ce soir-là,
la conversation accoutumée. Cet accès de mauvaise humeur ne dura pas
longtemps, n'influa point sur les relations officielles de M. de Barante
avec le comte de Nesselrode qui se tenait avec soin en dehors des
boutades de son maître, et bientôt on ne parla plus à Saint-Pétersbourg
du mariage de M. le duc d'Orléans.

En 1838, M. de Barante vint en congé à Paris et M. le duc d'Orléans,
marié et heureux, lui demanda de lui raconter tout ce qui s'était passé
et dit à Pétersbourg au sujet de son mariage. Instruit des incidents que
je viens de rappeler, le prince pensa que l'ambassadeur avait eu raison
de ne pas croire que l'empereur Nicolas eût vraiment pensé un seul
instant à lui donner sa fille en mariage. Pendant qu'on essayait d'en
insinuer l'idée à M. de Barante, on avait voulu flatter aussi M. le duc
d'Orléans lui-même de cette perspective; une personne, avec qui il avait
des relations intimes, lui disait, à Paris, ce qu'à Pétersbourg madame
Frederyks disait à madame de Barante, et elle l'engageait à ne pas
rechercher un autre mariage. Le prince resta aussi incrédule que
l'ambassadeur.

Ils avaient raison tous les deux; jamais l'empereur Nicolas n'avait
sérieusement accepté, même en pensée, un mariage si contraire à sa
passion. Si la grande-duchesse Marie avait eu occasion de voir M. le duc
d'Orléans, s'il lui avait plu, si elle avait elle-même vivement désiré
cette union, peut-être l'empereur n'eût-il pas résisté au voeu de
sa fille; dur dans son empire, il avait, dans sa famille, le coeur
paternel, et il était en outre assez enclin à se faire, dans les
questions de mariage, un devoir de tenir grand compte des goûts et des
sentiments personnels de ses enfants. Mais aucun motif semblable ne
pesait sur lui en 1836, et lorsque le voyage des princes français en
Allemagne suggéra autour de lui cette idée, l'empereur Nicolas
venait naguère de s'engager, envers le roi Louis-Philippe, dans des
manifestations et des démarches qui devaient l'éloigner encore plus d'un
tel rapprochement.

Après la prise d'Anvers et devant cette brillante solution française
de la question belge, l'humeur des trois cabinets du Nord, bien que
contenue, avait été profonde: c'était eux qui avaient eu à faire
successivement les plus grandes et les plus amères concessions, des
concessions à la fois politiques et domestiques, de principe et de
famille; le roi de Prusse et l'empereur de Russie avaient été contraints
d'abandonner, dans le roi de Hollande, l'un son beau-frère, l'autre le
beau-père de sa soeur; l'empereur Nicolas était allé jusqu'à envoyer en
mission extraordinaire à La Haye son plus intime confident, le comte
Orloff, pour déclarer au roi Guillaume cet abandon et dompter son
opiniâtre résistance au voeu de l'Europe. De tels sacrifices, même
sincèrement accomplis, laissent dans le coeur des plus froids politiques
de poignantes blessures. L'Autriche, la Prusse et la Russie voyaient
en outre l'entente et l'action commune de la France et de l'Angleterre
s'affermir et s'étendre de jour en jour. Et ce n'était pas seulement
une entente accidentelle entre les deux gouvernements sur des questions
spéciales; c'était, entre les deux pays, malgré leur ancienne hostilité,
une sympathie générale d'idées et de tendances bruyamment proclamées;
sympathie qui donnait, dans l'Europe entière, aux partisans des réformes
politiques et aux artisans de révolutions, de vives tentations et des
espérances de succès. Par amour-propre et par inquiétude, les
trois puissances du Nord sentaient le désir et le besoin d'opposer
ostensiblement entente à entente, force à force, de se soutenir
mutuellement en face d'un avenir obscur, et de prendre, si l'occasion
s'en présentait, une revanche des échecs qu'elles venaient de subir.

Une cause plus directe et plus pressante les poussait aussi dans cette
voie. Les tentatives de révolution suscitées en Italie, en Pologne et en
Allemagne par la crise de 1830 avaient échoué; mais les conspirations
continuaient, et elles avaient pour fauteurs ardents les réfugiés
italiens, polonais, allemands, qui avaient trouvé en France, en
Angleterre, en Belgique, en Suisse, un généreux asile. J'ai déjà dit
ce que je pense du droit d'asile, de sa légitimité, de son utilité
politique, et aussi des devoirs qui y sont attachés, soit pour les
gouvernements protecteurs, soit pour les réfugiés eux-mêmes[2]. La
question est aussi simple et claire en principe que délicate et
difficile dans l'application; mais les difficultés de l'application
ont trop souvent fait oublier le principe même et la nécessité de
le respecter. Les réfugiés politiques, quelque naturelle et même
patriotique qu'ait pu être leur entreprise, n'ont évidemment nul droit
de poursuivre, du sein de l'asile qu'ils ont obtenu et au péril du
gouvernement qui les a accueillis, leur guerre contre le gouvernement de
leur patrie; et le pouvoir qui les protège, quelle que soit pour eux sa
sympathie, est évidemment tenu de réprimer leurs attaques contre les
pouvoirs avec lesquels il vit lui-même en paix. Ainsi le commande
impérieusement le droit public qui est la morale et la loyauté mutuelles
des nations. Ce droit n'exclut ni la bienveillance témoignée aux
réfugiés, ni les secours accordés à leur malheur; il n'interdit pas non
plus le respect des affections et le maintien des relations privées dont
les réfugiés peuvent être l'objet; quand le comte Pozzo di Borgo se
plaignait que la duchesse de Broglie reçût amicalement chez elle le
prince Adam Czartorinski, ce noble chef de l'émigration polonaise, le
comte Pozzo avait tort, et la duchesse de Broglie avait raison de dire
avec sa vive fierté: «Le prince Czartorinski est depuis longtemps l'ami
de ma mère et le mien; je ne le chasserai pas de mon salon parce que mon
mari a l'honneur de représenter la France et son roi.» Les sentiments
généreux n'autorisent pas à manquer, en pareille circonstance, aux
devoirs de la politique, mais ils ne sont point condamnés à s'effacer
devant des exigences dures ou hautaines; et les gouvernements qui
réclament contre les menées des réfugiés sont eux-mêmes obligés de
ménager la dignité comme la situation légale du pouvoir auquel ils
demandent de les réprimer. Il y a là, de part et d'autre, bien des
convenances à respecter, bien des mesures à garder, bien des embarras à
prendre en considération; mais, cela reconnu, le droit de réclamation
demeure entier d'une part et le devoir de répression de l'autre: devoir
de probité politique autant que de prudence, dont l'accomplissement est
exigé par l'honneur des gouvernants comme par la sûreté des États, et
qui ne saurait être méconnu que par une faiblesse regrettable ou par une
arrogance inexcusable. Malgré nos sincères efforts pour nous acquitter
de ce qui était dû aux gouvernements européens, ce fut là pour nous, de
1832 à 1836, dans nos rapports avec eux, une source de complications
sans cesse renaissantes, et l'une des principales causes qui portèrent
les trois puissances du Nord à faire en commun des démonstrations et
des démarches compromettantes pour les rapports pacifiques qu'elles
voulaient maintenir, et même pour le redressement des griefs qu'elles
élevaient.

[Note 2: Tome II, p. 83-84.]

Au commencement d'avril 1833, un mouvement révolutionnaire éclata à
Francfort; un de ces mouvements si fréquents de nos jours, sérieux par
les idées et les sentiments qui les suscitent, frivoles par l'étourderie
et l'incapacité de leurs auteurs. Au même moment, un complot semblable
était découvert à Turin. Ils furent l'un et l'autre promptement
réprimés. Mais la diète germanique entama une grande enquête pour en
rechercher les sources, les ramifications, les desseins; et comme il
était aisé de le prévoir, l'enquête rencontra dès ses premiers pas et
mit au jour les menées et les provocations des réfugiés. Pendant qu'elle
suivait son cours, nous apprîmes que, le 14 août, l'empereur d'Autriche
et le roi de Prusse, accompagnés de leurs ministres, le prince
de Metternich et M. Ancillon, s'étaient rencontrés au château de
Theresienstadt, près de Töplitz; trois semaines plus tard, le roi de
Prusse et l'empereur de Russie se rencontraient à Schwedt-sur-l'Oder, et
peu de jours après, l'empereur Nicolas et l'empereur d'Autriche,
aussi avec leurs ministres des affaires étrangères, se réunissaient
à Münchengrætz, petite ville de Bohème, où le prince royal de Prusse
s'était déjà rendu. Le résultat de ces conférences répétées ne se fit
pas longtemps attendre; dans les premiers jours de novembre 1833, le
baron de Hügel, chargé d'affaires d'Autriche en l'absence du comte
Appony, le baron de Werther au nom de la Prusse et le comte Pozzo di
Borgo pour la Russie, se rendirent successivement auprès du duc de
Broglie, et lui communiquèrent trois dépêches de leurs cours finissant
toutes trois par déclarer, dans les mêmes termes, que «si la France, qui
avait si bien su se défendre elle-même des tentatives des perturbateurs,
ne réussissait pas désormais à déjouer également les machinations
auxquelles ils se livraient, sur son territoire, contre les États
étrangers, il pourrait en résulter, pour quelques-uns de ces États, des
troubles intérieurs qui les mettraient dans l'obligation de réclamer
l'appui de leurs alliés; que cet appui ne leur serait pas refusé, et
que toute tentative pour s'y opposer serait considérée, par les trois
cabinets de Vienne, de Saint-Pétersbourg et de Berlin, comme une
hostilité dirigée contre chacun d'eux.»

En soi, la démarche n'avait rien que de naturel et de conforme au droit
des gens comme aux exigences du moment; mais le concert qui l'avait
préparée, l'uniformité et le ton péremptoire de la conclusion des
trois dépêches donnaient trop évidemment, à l'acte des trois cours, le
caractère d'une tentative d'intimidation pour qu'à notre tour une fierté
froide ne fût pas le caractère de notre réponse. Les cabinets qui en
avaient pris la résolution et les agents diplomatiques chargés de la
communiquer au cabinet français l'avaient si bien senti que, tout en
s'acquittant de leur mission, les plus modérés s'étaient efforcés de
l'atténuer. La dépêche autrichienne prodiguait les éloges à l'habileté
et à l'énergie du gouvernement du Roi; la dépêche prussienne, pleine
envers lui de témoignages d'estime et d'affection, rendait toute justice
aux efforts qu'il avait déjà faits pour contenir les réfugiés; et le
comte Pozzo di Borgo, probablement peu satisfait des développements de
la dépêche russe, ne l'avait pas communiquée tout entière au duc de
Broglie, et s'était contenté de lui en lire la conclusion. En variant,
selon ces diverses attitudes, son accueil et son langage, le duc de
Broglie repoussa dignement la tentative d'intimidation, et maintint
hautement, pour les divers cas de complications ou d'interventions
européennes qui pourraient se présenter à l'avenir, la liberté d'action
et la politique déclarée de la France. Quand il reçut communication de
cette réponse, le prince de Metternich essaya de ne la comprendre qu'à
moitié, et de croire que le Piémont n'était pas l'un des États dans
lesquels la France ne souffrirait pas, sans y intervenir elle-même, une
intervention étrangère; mais M. de Sainte-Aulaire, par une prompte et
franche répartie, ne lui permit pas d'avoir l'air de se faire illusion
à cet égard. M. de Metternich n'insista point. A Berlin, à
Saint-Pétersbourg même, la ferme réponse du duc de Broglie n'amena
point de réplique; et toute cette affaire n'eut d'autre résultat que de
manifester avec quelque faste le concert des trois cours et le travail
de l'empereur Nicolas pour dominer ses alliés, en révélant en même temps
leurs dissidences intérieures et leur peu de penchant à pousser jusqu'au
bout leurs démonstrations. Il n'y a guère de plus mauvais politiques que
les esprits plus hautains que grands et plus passionnés que sérieux, qui
recherchent la satisfaction momentanée de leur passion bien plus que
l'accomplissement réel et durable de leur dessein.

Indépendamment des révolutions de l'Occident, l'empereur Nicolas, peu
de mois avant les entrevues de Theresienstadt, de Schwedt et de
Münchengaetz, avait trouvé en Orient, contre le gouvernement du roi
Louis-Philippe, un nouveau sujet d'irritation. La lutte entre la Porte
ottomane et le pacha d'Égypte avait éclaté; Méhémet-Ali avait conquis
la Syrie; son fils Ibrahim, vainqueur à Konièh, traversait en maître
l'Asie-Mineure, occupait Smyrne et menaçait Constantinople. Le grand
problème qui pèse et pèsera longtemps encore sur l'Europe, la question
d'Orient touchait à l'une de ses plus violentes crises. Je retracerai
tout à l'heure l'incendie qui fut alors près de s'allumer; je ne veux,
en ce moment, qu'en faire entrevoir les premières lueurs.

Que Méhémet-Ali aspirât à secouer le joug du sultan, et à fonder, pour
son propre compte, un État indépendant, on n'en saurait douter. En vain
il multipliait les protestations de fidélité; en vain il répétait à M.
de Bois-le-Comte, qu'au printemps de 1833 le duc de Broglie avait chargé
d'une mission en Orient: «Je suis prêt à toute heure à promettre en face
du monde que je ne chercherai jamais querelle avec le sultan, pourvu
qu'il ne m'en cherche pas non plus, et que je vivrai en paix et
en soumission; mais que les grandes puissances européennes nous
garantissent, à la Porte et à moi, que nous ne troublerons mutuellement,
par aucune agression, la paix qu'elles rétabliront entre nous.» M.
de Bois-le-Comte faisait observer au pacha que le sultan était son
souverain, et qu'il serait difficile aux puissances de donner une
garantie qui les établirait, le sultan et lui, sur le pied d'égalité:
«Savez-vous pourquoi je ne suis pas indépendant? répondait vivement
Méhémet-Ali; c'est par déférence pour les puissances; croyez-vous que,
sans le respect que j'ai eu pour leurs intentions, je serais dans la
condition d'un sujet? Eh bien! ce respect que j'ai eu pour vos conseils,
les Grecs ne l'ont pas eu, les Belges non plus; et vous les avez
récompensés en garantissant leur indépendance; et vous me punissez en
refusant de garantir ma sécurité!» Laissant alors de côté son propre
intérêt: «Avant un an, disait-il avec une expression pleine de mystère
et de gravité, avant un an, la guerre éclatera en Europe; j'en ai des
avis certains; unis à l'Angleterre, vous aurez à combattre la Russie,
l'Autriche et les États du continent. La Russie domine à Constantinople;
ne trouvez-vous donc pas d'avantage à employer Méhémet-Ali et à le
charger d'aller combattre et détruire une influence ennemie? Pensez-bien
à cela; il peut vous être utile de me laisser prendre le district
d'Adana; ce sera une force pour vous comme pour moi.» M. de
Bois-le-Comte soutenait alors qu'il n'y aurait pas de guerre et que
l'Europe était décidée à rester en paix; Méhémet-Ali paraissait
comprendre et n'insistait pas; mais quelques jours après, causant
familièrement avec l'envoyé français, il lui disait: «M. Campbell, agent
politique anglais, vient demain me présenter M. Turnbull, consul de
Sa Majesté Britannique; quand donnerez-vous aussi, à votre consul, M.
Mimaut, un caractère politique? Voulez-vous que je vous dise ce qui
arrivera? C'est que non-seulement vous vous êtes laissé devancer par
l'Angleterre, mais que vous le serez par l'Autriche et par la Russie.
Oui, par la Russie elle-même. Ne croyez pas que je sois si mal avec
elle; au contraire, je suis fort bien. L'agent autrichien, M. Prokesch,
qui paraît si uni avec les Anglais et avec vous, se charge de maintenir
de bons rapports entre la Russie et moi.» Quelquefois, ayant l'air
d'oublier la politique, le pacha racontait avec abandon à M. de
Bois-le-Comte les vicissitudes de sa vie et les difficultés qu'il avait
eues à vaincre pour arriver où il était parvenu: «Une des plus grandes,
lui disait-il, a été le vice de mon éducation; j'avais cinquante ans, et
je gouvernais l'Égypte depuis dix ans quand j'ai appris à lire.--Quel
motif a décidé Votre Altesse à se livrer à un travail si pénible?
Mahomet a bien pu fonder une religion et poser les bases de l'un des
plus grands empires du monde sans savoir lire.--Il est vrai; mais la
nécessité de savoir lire se faisait de plus en plus sentir à moi.
Jusque-là, je mettais en magasin dans ma tête tout ce que je voyais et
entendais; quelquefois l'impression des objets s'affaiblissait; mais
dans les moments de danger, ou quand je me mettais en colère, tout me
revenait clair et lucide à l'esprit. Je m'aperçus cependant que ma
mémoire baissait; alors je résolus d'y suppléer par la lecture; tout
homme que je voyais, je lui disais de prendre un livre et de lire avec
moi. A force de faire cela, j'ai appris à lire, et assez promptement.
Depuis ce temps, j'ai lu beaucoup de livres, dernièrement encore un gros
livre de géographie qu'on m'a envoyé de Constantinople. J'ai lu surtout
des livres de science militaire et des livres politiques. Je lis aussi
vos journaux. J'ai lu encore des livres d'histoire, et je me suis
convaincu que personne, avec d'aussi faibles moyens, n'a fait d'aussi
grandes choses que moi. Il me reste encore bien à faire. J'ai déjà
avancé mon pays beaucoup plus que ne l'est la Turquie, ni la Grèce, ni
surtout la Perse. Mais j'ai commencé bien tard. Je ne sais si j'aurai le
temps d'achever. Je veux du moins laisser les choses à mon fils en aussi
bon état que je pourrai.» Et il finissait en revenant à son idée fixe,
la nécessité que la Porte lui concédât le district d'Adana ou que les
puissances lui garantissent la sécurité de ses possessions: «Je me
considère, disait-il, comme un homme placé en présence d'un ennemi qui
tient le fer levé sur lui; j'ai devant moi un bouclier; vous me demandez
de renoncer à ce bouclier; vous êtes mes amis; je vous le livre, mais
parce que j'ai la confiance que vous avez une autre défense à me donner;
sans cela, ce serait vouloir me tuer.»

Quand Méhémet-Ali cherchait à se faire bien venir des puissances qu'il
savait amies sincères de la Porte, il parlait de son désir d'aller,
après la paix, finir ses jours à Constantinople et s'y consacrer tout
entier à relever et à ranimer cet empire tombant en ruines. Dans cette
hypothèse, les politiques européens rendaient eux-mêmes hommage à la
supériorité de ses vues et de son caractère: «Certainement, disait M.
Prokesch à M. de Bois-le-Comte, si on pouvait, comme par un coup de
théâtre, mettre Méhémet-Ali sur le trône de Constantinople, l'Autriche
et toutes les puissances qui souffrent de l'affaiblissement de cet
empire ne pourraient le voir qu'avec plaisir; Méhémet-Ali est un
réformateur; il remplace par des institutions meilleures les vieilles
institutions qui périssent; Mahmoud est un révolutionnaire: il détruit
et ne met rien à la place.»

Quel que fût le tour de son ambition, ennemi ou protecteur, un tel homme
était insupportable au sultan et à ses conseillers; l'un des membres les
plus considérables du Divan, Khosrew-Pacha lui portait une vieille et
violente haine. Qu'elle fût, avec Méhémet-Ali, en paix ou en guerre,
qu'elle lui fît des refus ou des concessions, la Porte méditait
constamment sa ruine, et cette hostilité acharnée, ce travail incessant
contre lui, fournissaient toujours au pacha d'Égypte des motifs réels
ou des prétextes plausibles pour engager la lutte où le poussait son
ambition: «Que vouliez-vous que je fisse? disait-il, en mai 1833, à
M. de Bois-le-Comte qui lui reprochait son attaque contre le pacha de
Saint-Jean-d'Acre et la guerre qu'il avait ainsi soulevée; j'avais en
main des preuves irrécusables que la Porte, décidée à me détruire,
allait fondre sur moi dans un an; j'ai dû la prévenir. Je me suis trouvé
entre deux abîmes; j'ai mieux aimé descendre dans l'un qu'être précipité
dans l'autre.»

Devant la question d'Orient ainsi brusquement posée, et au milieu des
grandes puissances toutes empressées, avec des sentiments très-divers,
d'y porter la main, la situation de la France était la plus difficile.
L'Angleterre et l'Autriche avaient une idée simple et fixe; elles ne
s'inquiétaient que de maintenir l'empire ottoman et de le défendre
contre ses ennemis. La Russie aussi n'avait qu'une idée, moins simple,
mais également exclusive et constante; elle voulait maintenir l'empire
ottoman sans l'affermir et le dominer en le protégeant. La Prusse,
presque étrangère à la question, inclinait habituellement vers
l'Autriche et l'Angleterre en ménageant la Russie. La politique de la
France était compliquée et alternative; elle voulait servir à la fois le
sultan et le pacha, maintenir l'empire ottoman et grandir l'Égypte. La
Porte se trouvait en présence de deux alliés véritables, d'un protecteur
hypocrite et d'un ami dont le coeur était partagé.

Les raisonnements, quelques-uns sérieux, d'autres spécieux, n'ont pas
manqué pour justifier cette double politique de la France. On a fait
valoir l'importance de l'Égypte dans la Méditerranée, l'appui que la
France y pouvait trouver en cas de lutte, soit contre l'Angleterre, soit
contre la Russie, surtout la nécessité que, dans l'état précaire de
l'Orient, l'Égypte ne restât pas en des mains impuissantes ou ne passât
pas en des mains ennemies. J'apprécierai la valeur de ces raisons quand
j'aurai à parler des grands débats où elles se sont produites; elles ont
été des arguments après coup plutôt que des causes déterminantes
avant l'événement: à vrai dire, la politique de la France, dans cette
question, a pris sa source dans notre brillante expédition de 1798 en
Égypte, dans le renom de nos généraux, de nos soldats, de nos savants,
dans les souvenirs et les impressions qui sont restés de leurs exploits
et de leurs travaux, dans des élans d'imagination, non dans des calculs
de sécurité et d'équilibre; un vif intérêt s'est attaché au théâtre de
cette gloire nationale et singulière; l'Égypte conquise par une armée
française, décrite par un Institut français, est devenue l'une des
fantaisies populaires de la France; nous avons eu à coeur ses destinées;
et le nouveau maître, glorieux et singulier aussi, qui la gouvernait
alors avec éclat en se tournant vers nous, a été, pour nous, un allié
naturel que nous avons soutenu par penchant et entraînement bien plus
que par réflexion et intérêt.

Les embarras de cette situation se manifestèrent dès les premiers jours:
trois agents français intervinrent en 1833 dans la lutte entre la Porte
et l'Égypte; à la fin de 1832, le général Guilleminot, rappelé en 1831,
n'avait pas encore été remplacé comme ambassadeur à Constantinople;
M. de Varennes, premier secrétaire de l'ambassade, y représentait la
France; quand la guerre de Syrie eut éclaté, après la bataille de
Konièh, il s'employa vivement à faire consentir la Porte aux concessions
que demandait Méhémet-Ali; nommé ambassadeur au commencement de janvier
1833, l'amiral Roussin arriva le 17 février à Constantinople, et trois
mois après, une flotte russe, secrètement appelée le 21 janvier par le
sultan, entrait dans le Bosphore, et venait protéger la Porte contre
son ambitieux vassal. L'amiral Roussin en demanda sur-le-champ au Divan
l'éloignement, s'engageant à faire consentir Méhémet-Ali aux conditions
que la Porte lui avait fait proposer en réponse à ses exigences; et, sur
la promesse du sultan qu'à ce prix les Russes se retireraient en
effet, l'amiral écrivit, le 22 février, au pacha: «Persister dans les
prétentions que vous avez soulevées, ce serait appeler sur votre tête
des conséquences désastreuses qui, je n'en doute pas, éveilleront vos
craintes. La France tiendra l'engagement qu'elle a contracté; elle en a
le pouvoir et je garantis sa volonté. Il ne me reste plus qu'à espérer
que vous ne nous forcerez pas à la cruelle nécessité d'attaquer une
puissance en partie notre ouvrage, et de ternir une gloire dont je
suis l'admirateur sincère.» Le pacha refusa avec hauteur de céder; les
complications et les négociations continuèrent; et lorsque, six
semaines après, M. de Bois-le-Comte fut envoyé en Orient, sans autorité
officielle, mais pour observer les faits et donner des conseils, il
trouva Méhémet-Ali encore si irrité de la sommation de l'amiral Roussin
qu'il ne put le décider à répondre lui-même à une nouvelle lettre
que l'amiral lui avait écrite: «Que voulez-vous que j'écrive à
l'ambassadeur? lui dit le pacha; je ne puis lui dire _mon, cher ami_,
car je mentirais; je ne puis lui témoigner mon ressentiment, car je
blesserais votre gouvernement. La France a accrédité auprès de moi un
agent; votre consul est, pour elle, l'organe de ses relations avec moi;
il est, pour moi, l'intermédiaire de mes communications avec elle; c'est
elle-même qui m'a indiqué cette règle; je m'y suis toujours fidèlement
conformé. Quand on change l'ambassadeur à Constantinople, on ne m'en
informe pas, et je n'ai aucune relation avec lui. Pour mes relations
avec le sultan, toutes les convenances veulent que je les suive seul
et sans intermédiaire.» Ainsi la France, selon l'urgence du moment, se
portait tantôt dans l'un, tantôt dans l'autre bassin de la balance,
s'efforçant de rester en équilibre entre ses deux amis et d'écarter ses
rivaux.

Cependant la Russie d'une part et Méhémet-Ali de l'autre poursuivaient
leur travail, point compliqué quoique peu sincère: en apprenant le refus
du pacha de se contenter des offres de la Porte, l'empereur Nicolas
mettait de nouveau ses vaisseaux et ses troupes à la disposition du
sultan, et Méhémet-Ali prodiguait à Constantinople ses moyens ordinaires
de persuasion pour déterminer la Porte à lui céder, non-seulement toute
la Syrie, mais aussi le district d'Adana, c'est-à-dire la porte de
l'Asie-Mineure, dernier objet de contestation. Après beaucoup de
pourparlers secrets et d'oscillations confuses, l'un et l'autre
réussirent dans leurs efforts: le 5 avril, une flotte russe, jetant
l'ancre dans le Bosphore, débarquait cinq mille soldats sur la côte
d'Asie pendant qu'un corps d'armée russe marchait vers le Danube, et le
16 mai cent coups de canon annonçaient à Alexandrie qu'un firman du
5 cédait au pacha le district d'Adana avec la Syrie, et que l'armée
égyptienne se mettait en marche pour évacuer l'Asie-Mineure.
L'arrangement tenu alors pour définitif, entre la Porte et le pacha,
avait été en effet conclu le 5 mai à Kutaièh; Ibrahim-Pacha opéra sa
retraite, et l'on put dire que la paix était rétablie en Orient.

Elle était rétablie à un prix qui semait en Europe la discorde: le
6 mai, le lendemain même du jour où venait d'être publié le firman
pacifique du sultan, le comte Orloff entrait avec grand apparat à
Constantinople, revêtu des titres d'ambassadeur extraordinaire et de
commandant général des forces russes dans l'empire ottoman. Il venait,
au moment où la Porte semblait hors de péril, constater solennellement
la protection que lui avait donnée la Russie, et lui promettre que
cette protection la couvrirait, en tout cas, dans l'avenir. L'inutilité
apparente et l'éclat inusité de cette ambassade inspirèrent aux autres
cours une juste méfiance; elles demandèrent à la Porte des explications;
la Porte se plaignit de la demande comme d'une injure, et affirma que
la venue du comte Orloff «n'était qu'un signe explicite de la bonne
harmonie qui régnait entre le sultan et l'empereur de Russie.» Le comte
Orloff passa plus de deux mois à Constantinople, attendant, disait-il,
que l'armée égyptienne eût entièrement évacué les États du sultan. A
la fin de juin, cette évacuation était accomplie; Ibrahim-Pacha avait
repassé le Taurus, et le 10 juillet, les vaisseaux et les troupes russes
se retirèrent à leur tour de Turquie; mais deux jours auparavant, le
8, un traité, dit le traité d'Unkiar-Skelessi, avait été signé à
Constantinople portant (art. 3): «Par suite du plus sincère désir
d'assurer la durée, le maintien et l'entière indépendance de la
Sublime-Porte, S. M. l'empereur de toutes les Russies, dans le cas où
les circonstances qui pourraient déterminer de nouveau la Sublime-Porte
à réclamer l'assistance morale et militaire de la Russie viendraient à
se présenter, quoique ce cas ne soit nullement à prévoir, s'il plaît à
Dieu, promet de fournir, par terre et par mer, autant de troupes et de
forces que les deux parties contractantes le jugeraient nécessaire.»
Et, en retour de cette promesse, un article secret, annexé au traité,
ajoutait: «Comme S. M. l'empereur de toutes les Russies, voulant
épargner à la Sublime-Porte ottomane les charges et les embarras qui
résulteraient pour elle de la prestation d'un secours matériel (à la
Russie), ne demandera pas ce secours si les circonstances mettaient
la Sublime-Porte dans l'obligation de le fournir, la Sublime-Porte
ottomane, à la place du secours qu'elle doit prêter au besoin, d'après
le principe de réciprocité du traité patent, devra borner son action,
en faveur de la cour impériale de Russie, à fermer le détroit des
Dardanelles, c'est-à-dire à ne permettre à aucun bâtiment de guerre
étranger, d'y entrer, sous un prétexte quelconque.» Ainsi le cabinet
de Saint-Pétersbourg, convertissant en droit écrit le fait de sa
prépondérance à Constantinople, faisait de la Turquie son client
officiel, et de la mer Noire un lac russe dont ce client gardait
l'entrée contre les ennemis possibles de la Russie, sans que rien la
gênât elle-même pour en sortir et lancer dans la Méditerranée ses
vaisseaux et ses soldats.

Pendant le cours de cette négociation et quand on commença à en
pressentir le résultat, l'amiral Roussin, esprit hardi et entier,
toujours dominé par une seule idée, fut tenté de se mettre ouvertement
en travers, et de signifier à la Porte, si elle se livrait ainsi à la
Russie, l'hostilité de la France. Il en fut détourné par son collègue
l'ambassadeur d'Angleterre à Constantinople, lord Ponsonby, aussi
passionné que lui contre la Russie, mais qui portait plus de calcul dans
sa passion: «J'ai dissuadé l'amiral Roussin de s'opposer à la signature
du traité russe, dit-il un jour à M. de Bois-le-Comte; c'eût été
provoquer une lutte que nous n'étions pas alors en mesure de soutenir.»
Telles étaient, en effet, la colère du sultan et de ses conseillers au
seul nom de Méhémet-Ali, et ils étaient si convaincus qu'il se préparait
à recommencer contre eux la guerre que très-probablement rien n'eût
pu les empêcher de s'assurer, contre lui, le puissant protecteur qui
s'offrait à eux. Un conseiller courageux essaya un jour, au nom du repos
de Constantinople et de la dignité de l'empire, d'inquiéter le sultan
sur les desseins des Russes: «Que m'importe l'empire? s'écria Mahmoud;
que m'importe Constantinople? Je donnerais Constantinople et l'empire à
celui qui m'apporterait la tête de Méhémet-Ali.» Mais quand le traité
d'Unkiar-Skélessi, ainsi conclu dans un accès de peur turque, devint
public en Europe, les cabinets français et anglais tinrent peu de compte
des alarmes de la Porte, et lui en inspirèrent à leur tour de nouvelles
en lui témoignant leur ressentiment de son lâche abandon. Ils
n'adressèrent pas leurs protestations à la Porte seule; M. de Lagrené,
chargé d'affaires de France à Saint-Pétersbourg en l'absence du maréchal
Maison, eut ordre de remettre au comte de Nesselrode une note par
laquelle le gouvernement français, après avoir établi «que le traité
d'Unkiar-Skélessi assignait, aux relations mutuelles de l'empire ottoman
et de la Russie, un caractère nouveau contre lequel les puissances
de l'Europe avaient le droit de se prononcer,» déclarait que «si les
stipulations de cet acte devaient subséquemment amener une intervention
armée de la Russie dans les affaires intérieures de la Turquie, le
gouvernement français se tiendrait pour entièrement libre d'adopter
telle ligne de conduite qui lui serait suggérée par les circonstances,
agissant dès lors comme si le traité en question n'existait pas.» Le
gouvernement anglais tint à Constantinople et à Pétersbourg le même
langage. Et les deux cabinets ne se bornèrent pas à des paroles;
ils donnèrent à leurs forces navales dans la Méditerranée un grand
développement; une partie de l'escadre anglaise parut devant Smyrne; on
parlait de démarches encore plus décisives; on se demandait si le jour
n'était pas venu de forcer les Dardanelles, d'entrer dans la mer
Noire et d'aller brûler cette flotte russe toujours près d'envahir
Constantinople sous prétexte de la protéger. La réponse du cabinet de
Saint-Pétersbourg aux notes qu'il avait reçues de Paris et de Londres
vint aggraver encore la colère et la méfiance qui inspiraient ces
menaces, car le langage en était aussi rude que celui qu'il repoussait;
le traité d'Unkiar-Skélessi ne contenait, selon M. de Nesselrode, rien
qui ne fût dans le droit des parties contractantes, «et S.M. l'Empereur,
disait-il en terminant, est résolu de remplir fidèlement, le cas
échéant, les obligations que le traité du 8 juillet lui impose, agissant
ainsi comme si la déclaration contenue dans la note de M. de Lagrené
n'existait pas.»

Tant d'irritation et de mouvement alarma les prudents gardiens de la
paix européenne: le traité d'Unkiar-Skélessi avait fort déplu au prince
de Metternich qui s'inquiétait, comme nous, de la domination des Russes
à Constantinople; mais encore plus inquiet de toute querelle sérieuse
entre l'Autriche et la Russie, il n'avait eu garde de laisser éclater
son humeur, et ses agents avaient pour instruction de blâmer l'explosion
de la nôtre: «Pourquoi avoir été porter votre protestation jusqu'à
Saint-Pétersbourg, disait l'internonce d'Autriche, le baron de
Stürmer, à M. de Bois-le-Comte; passe pour Constantinople; mais à
Saint-Pétersbourg c'est une démarche provocante, et vous vous êtes
attiré une réponse qui peut vous blesser et aigrir les esprits.» Quand
l'aigreur eut amené des actes qui menaçaient visiblement la paix de
l'Europe, le chancelier d'Autriche se prévalut du péril pour agir sur
l'empereur Nicolas qui n'avait, au fond, nulle envie de la guerre, et
pour lui faire sentir les inconvénients du traité d'Unkiar-Skélessi,
démonstration plus brillante qu'utile, et qui excitait contre la Russie
plus de colère qu'elle ne lui valait de force réelle. M. de Metternich
excellait à se servir des changements apportés par le temps dans l'état
des faits et des esprits pour insinuer les vérités qu'il n'avait pas
d'abord voulu dire, et pour atténuer les dangers qu'il n'avait pas osé
combattre au moment de la crise. Les conférences de Münchengrætz lui
fournirent une occasion favorable pour exercer cette influence calmante;
il obtint de l'empereur Nicolas des paroles qui, sans abolir le traité
d'Unkiar-Skélessi, en repoussaient les conséquences et contenaient
presque un engagement de n'en réclamer, en aucun cas, l'application.
Ce n'était là qu'une démonstration pacifique mise en balance d'une
démonstration ambitieuse; en réalité, les situations et les intentions
restaient les mêmes; mais aucune des puissances qui se mesuraient ainsi
de l'oeil n'avait, à vrai dire des craintes bien pressantes, ni le désir
de pousser jusqu'au bout ses menaces; le chancelier d'Autriche fit
beaucoup valoir à Paris et à Londres les concessions verbales de
l'empereur Nicolas et sa propre insistance à les lui arracher; le bruit
s'apaisa, les armements se ralentirent, les vaisseaux rentrèrent dans
les ports; et quand l'année 1834 s'ouvrit, il ne restait plus, de cette
première phase des affaires d'Orient, que l'hostilité permanente entre
la Porte et Méhémet-Ali, la situation difficile dans laquelle s'était
engagée entre eux la France, les nuages que sa faveur déclarée pour le
pacha jetait déjà entre elle et l'Angleterre, et le redoublement de
malveillance que cette lutte avait suscité dans l'âme de l'empereur
Nicolas contre le roi Louis-Philippe et son gouvernement.

Au moment où cette question semblait finir, une autre s'élevait qui
devait devenir, sinon pour l'Europe entière, du moins pour nous, plus
grave encore que la question d'Orient; le roi Ferdinand VII mourait à
Madrid, et l'Espagne rentrait dans la carrière des révolutions.

Depuis que Ferdinand VII avait pleinement reconnu le roi Louis-Philippe
et ne tolérait plus en Espagne les menées patemment hostiles des
légitimistes, nous vivions, avec le gouvernement espagnol, dans des
rapports, sinon intimes, du moins réguliers et tranquilles. Le roi
ne nous inspirait point de confiance; la domination violente et
inintelligente du parti absolutiste nous inquiétait pour l'Espagne
elle-même, agitée par des conspirations et des rigueurs continuelles;
nous nous concertions avec l'Angleterre pour empêcher que la tyrannie
usurpée de don Miguel en Portugal ne s'affermît par l'appui que la cour
de Madrid voulait lui donner; mais nous n'avions, au delà des Pyrénées,
aucun grave intérêt français à défendre; nous prêtions, à ce qui s'y
passait, assez peu d'attention; nos grandes affaires étaient ailleurs.
Une seule question, celle de l'ordre de succession à la couronne
d'Espagne, ne laissait pas de nous préoccuper; elle avait reçu, depuis
cent vingt ans, des solutions fort diverses; l'ancienne loi de la
monarchie espagnole appelait les femmes au trône, à défaut d'héritiers
mâles directs, et jusqu'au règne de Philippe V, le fait avait été
conforme au droit. En 1714, Philippe V substitua à la loi espagnole,
non pas la loi salique comme on l'a dit, mais une pragmatique qui
restreignait la succession des femmes au cas où il n'y aurait, pour
le trône, absolument point d'héritiers mâles, soit directs, soit
collatéraux, et les Cortès adoptèrent le décret du roi. En 1789, Charles
IV révoqua la pragmatique de Philippe V, rétablit l'ancien droit
espagnol, et fit sanctionner aussi sa mesure par les Cortès, sans la
publier. Connus de bien des gens, mais officiellement secrets, l'acte
royal et les procès-verbaux des Cortès restèrent entre les mains du roi.
Les Cortès de Cadix, dans la constitution de 1812, maintinrent, en le
réglant avec détail, le principe de la succession féminine; et le 3
avril 1830, pendant la première grossesse de la reine Christine sa
femme, Ferdinand VII, après avoir pris l'avis du conseil de Castille
sur la validité du décret rendu en 1789 par son père Charles IV, le
fit soudainement et solennellement publier comme loi du royaume. Les
représentants, à Madrid, des cours de France et de Naples firent des
efforts pour s'opposer à cet acte; mais, quand il fut accompli, leurs
cours ne le repoussèrent point d'une façon officielle et positive. Deux
projets de protestation, sous forme de lettres que le roi de France et
celui des Deux-Siciles devaient adresser à Ferdinand VII, se préparaient
à Paris, dans les bureaux du ministère des affaires étrangères, lorsque
la révolution de Juillet éclata; les deux projets n'eurent aucune suite,
et après toutes ces oscillations publiques ou secrètes, la succession
féminine était, en 1830, le droit ancien et actuel de la monarchie
espagnole.

Au mois de juillet 1832, Ferdinand VII tomba malade; le parti
absolutiste et apostolique, puissant autour de lui et dans son conseil,
fit un grand effort pour ramener la couronne sur la tête de l'infant don
Carlos, son chef; la reine Christine, alarmée, ne se crut pas alors en
état de soutenir la lutte dans l'intérêt de sa jeune fille, aujourd'hui
la reine Isabelle II; il fut un moment question d'un mariage entre
l'infante et le fils de don Carlos; mais cette idée n'eut point de
suite; et, en septembre 1832, Ferdinand VII, toujours gravement malade,
révoqua ce même décret de 1789 que, naguère il avait mis en vigueur,
et rétablit la pragmatique de Philippe V. Seulement, et ainsi que cela
s'était passé en 1789 pour le décret de Charles IV, le nouvel acte royal
resta secret, et déposé, dit-on, à la chancellerie de grâce et justice
de Madrid, avec cette inscription: «A ouvrir en cas de mort du Roi, ou
quand il l'ordonnera.»

Mais à peine l'infant don Carlos et son parti avaient remporté cette
victoire qu'une nouvelle péripétie de cour annonça leur défaite.
Ferdinand VII paraissait revenir à la santé; la reine Christine reprit
courage; les modérés et même les libéraux ardents soutenaient sa cause;
sa soeur, dona Luisa Carlotta, mariée à l'infant don François de Paule,
princesse d'un caractère hardi et impérieux, alla trouver le roi, et lui
dénonça vivement l'intrigue qui avait profité de sa maladie pour lui
arracher une concession funeste à sa femme et à sa fille. Le roi céda de
nouveau; les ministres favorables à don Carlos, M. Calomarde et le comte
de la Alcudia furent disgraciés; le ministre d'Espagne en Angleterre, M.
Zea Bermudez, chef du parti modéré à la cour sans être du parti libéral
dans la nation, fut rappelé de Londres pour leur succéder; le pouvoir
changea de direction; la reine Christine fut déclarée régente tant que
durerait la maladie du roi; des mesures de clémence politique et de
réforme administrative furent adoptées; à la fin de décembre 1833,
Ferdinand VII reprit le gouvernement et révoqua publiquement, comme
lui ayant été surprise pendant sa maladie, sa révocation du décret par
lequel il avait, en 1830, publié et mis en vigueur la pragmatique de
1789. Le 4 avril 1833, les Cortès furent convoquées pour prêter serment
à l'infante Isabelle; elles se réunirent en effet le 20 juin suivant,
prêtèrent serment, et le droit de succession des femmes, à défaut
d'héritiers mâles directs, redevint, comme il était avant Philippe V, la
loi de la monarchie espagnole.

En présence de ces vicissitudes législatives et ministérielles de
l'Espagne, nous gardions une attitude très-réservée; nous ne voulions ni
blesser les droits et la fierté des Espagnols en nous mêlant de leurs
affaires intérieures, ni entraver à Madrid la fortune renaissante du
parti modéré, ni pourtant rester indifférents à l'intérêt français,
auquel la loi demi-salique de Philippe V convenait mieux qu'un système
de succession qui pouvait faire régner en Espagne, comme époux de la
reine, un prince étranger à la maison régnante en France, et peut-être
son ennemi. C'est la coutume des gouvernements violents de s'attacher
à tel ou tel intérêt spécial de l'État sans tenir compte des intérêts
divers qui compliquent sa situation; mais les peuples payent cher, tôt
ou tard, les oublis de cette politique incomplète, et les gouvernements
sensés sont tenus de penser à tout. Six semaines après la formation
du cabinet, le 22 novembre 1832, le duc de Broglie, en donnant des
instructions au comte de Rayneval, notre ambassadeur à Madrid, se
préoccupait des diverses combinaisons que l'ordre de succession en
vigueur en Espagne pouvait amener; la cour de Naples avait recommencé à
suggérer à Madrid l'idée d'un mariage entre le fils aîné de don Carlos
et l'infante Isabelle; si cette idée avait quelque chance de succès, et
si la transaction devait placer ce jeune prince sur le trône d'Espagne
comme roi en titre et de son propre chef, M. de Rayneval avait ordre de
l'appuyer hautement. Si le fils de don Carlos ne devait monter sur le
trône que comme époux de l'infante Isabelle, l'ambassadeur de France,
sans s'opposer, ne devait donner point d'approbation expresse; et
si, d'après les termes mêmes de la transaction, la question restait
indécise, il lui était prescrit de s'appliquer à faire pencher la
balance du côté de la succession masculine. Nous avions en même temps, à
l'occasion des inquiétudes qu'excitait la maladie de Ferdinand VII, fait
avancer quelques troupes de plus sur notre frontière des Pyrénées. Mais
lorsque M. Zea Bermudez, en passant par Paris pour aller prendre en
Espagne possession du pouvoir, témoigna quelque sollicitude de ces
mouvements militaires et de notre ingérence diplomatique à Madrid, le
duc de Broglie s'empressa de le rassurer et de lui inspirer pleine
confiance dans notre respect pour l'indépendance de l'Espagne comme dans
notre amical appui.

Cependant Ferdinand VII était retombé gravement malade, et, dès les
premiers jours de septembre 1833, les dépêches de M. de Rayneval nous
annoncèrent sa mort comme imminente. Il mourut en effet le 29 septembre,
et l'événement nous trouva parfaitement décidés sur la conduite que nous
avions à tenir dans la question qui s'élevait. Je viens de dire qu'en
principe nous aurions préféré en Espagne le maintien de la succession
masculine, et que, pendant que l'indécision durait encore, M. de
Rayneval avait eu pour instruction d'agir en ce sens. En 1830, avant la
révolution de Juillet, et au moment où l'on apprit à Paris que Ferdinand
VII révoquait la pragmatique de Philippe V, M. le duc d'Orléans avait
manifesté hautement son blâme; il s'était même efforcé de déterminer
le roi Charles X et le roi de Naples à protester contre un acte qui
compromettait l'avenir de la maison de Bourbon. Le roi Louis-Philippe
n'avait pas cessé de penser en 1833 ce qu'il pensait en 1830 comme duc
d'Orléans. Il n'y avait donc, dans le gouvernement français, à cette
époque, aucun penchant antérieur et systématique en faveur de la jeune
reine Isabelle; mais, à tous les titres, son droit était pour nous,
évident. Charles IV en 1789 et Ferdinand VII en 1830 et en 1833 avaient
eu, pour rétablir l'ancienne loi espagnole sur la succession au trône,
le même droit que Philippe V en 1714 pour l'abolir. Les Cortès avaient
également sanctionné leur résolution. Après toutes ces oscillations, la
succession féminine avait prévalu; la reine Isabelle était à la fois
le gouvernement de droit et le gouvernement de fait; toutes nos
informations nous donnaient lieu de penser que le sentiment national
espagnol lui était favorable; et s'il fallait choisir entre les partis,
elle avait pour elle, dans la nation, le parti libéral, et, à la
cour, le parti modéré, c'est-à-dire les hommes qui avaient naguère
énergiquement défendu l'indépendance de l'Espagne, et qui, maintenant,
aspiraient à y fonder des institutions analogues aux nôtres. Nous
n'aurions pu nous refuser à reconnaître la reine Isabelle sans
méconnaître à la fois le droit et le fait, sans blesser les sentiments
d'indépendance du peuple espagnol, et sans compromettre, dans l'avenir,
la prospérité de l'Espagne, et, dans le présent, les bonnes relations
des deux États. Aussi n'y eut-il pas dans le conseil, de la part soit
du Roi, soit de ses conseillers, un moment d'hésitation; avant que nous
eussions reçu la nouvelle positive de la mort de Ferdinand VII, le duc
de Broglie avait préparé les instructions qui devaient régler, à Madrid,
l'attitude de M. de Rayneval; elles portaient: «Le roi Ferdinand décédé,
vous serez d'abord dans la position d'un agent dont le caractère
officiel est comme suspendu jusqu'à ce qu'il ait reçu de sa cour de
nouvelles lettres de créance; mais vous n'en devez pas moins, Monsieur
le comte, offrir immédiatement à la reine tout l'appui qu'elle pourra
désirer de notre part; vous lui ferez connaître, ainsi qu'à ses
ministres, notre disposition bien formelle à lui accorder cet appui de
la manière et dans la mesure qu'ils jugeront le plus utiles aux intérêts
du gouvernement nouveau. Vous n'hésiterez pas non plus à vous prononcer
partout dans le même sens; et si, comme nous avons lieu de le croire,
le cabinet de Londres adresse à M. Villiers des instructions analogues,
vous vous concerterez avec ce ministre pour que l'identité parfaite de
vôtre attitude et de la sienne ait du retentissement et frappe tous les
esprits.» Dès que la mort de Ferdinand VII fut annoncée à Paris, le 3
octobre, par le télégraphe, ces instructions furent expédiées à Madrid,
et pour leur donner encore plus d'autorité, M. Mignet, alors directeur
des archives au département des affaires étrangères, fut chargé de les y
porter, et de les commenter de vive voix auprès, soit de l'ambassadeur
de France, soit du gouvernement espagnol lui-même.

En traversant les provinces basques, il y trouva l'insurrection en
faveur de don Carlos déjà commencée. Dès le mois de mars précédent,
quand Ferdinand VII eut renouvelé l'abolition de la pragmatique de
Philippe V, l'infant, après avoir protesté contre l'acte royal, avait
été contraint de quitter l'Espagne et de se retirer en Portugal où il se
promettait non-seulement un asile, mais un allié. La guerre civile était
là flagrante; don Miguel, avec l'aide du parti absolutiste, soutenait,
contre sa nièce dona Maria qu'il avait détrônée, des prétentions bien
plus dénuées de fondements spécieux et de sentiments légitimes que
celles du prince espagnol. Le frère aîné de don Miguel, l'empereur
don Pèdre, après avoir abdiqué, en faveur de son fils, la couronne du
Brésil, était venu réclamer en Europe, à titre de régent, les droits
de sa fille; la lutte, engagée depuis dix-huit mois avec des phases
diverses, tournait à l'avantage de la jeune reine; six jours avant la
mort de Ferdinand VII, doña Maria, partie de France où elle avait reçu
une amicale hospitalité, débarquait à Lisbonne; et le 10 octobre, le
jour même où M. Mignet arrivait à Madrid, don Pèdre forçait don Miguel à
lever le siège de la capitale du Portugal et à ne plus exercer dans ce
royaume qu'un pouvoir errant. Mais trois jours auparavant, le 7 octobre,
don Carlos était proclamé roi à Vittoria; une bande de ses partisans,
commandée par le Basque Verastegui, arrêtait M. Mignet à Vittoria, l'y
retenait quelques heures et ne le laissait continuer sa route vers
Madrid que par crainte de la France. Une guerre civile, qui devait
être longue et acharnée, éclatait ainsi en Espagne au moment même où
s'accomplissait en Portugal la défaite du tyran usurpateur dont le
prétendant espagnol était allé chercher l'appui[3].

[Note 3: _Pièces historiques_, N° II.]

En prenant parti sur-le-champ dans ce conflit, nous ne fûmes pas
déterminés par la seule comparaison des divers titres royaux qui se
trouvaient en présence; des considérations d'un autre ordre entrèrent
pour beaucoup dans notre résolution. C'est un grand spectacle que celui
d'un peuple qui travaille à se relever d'un long déclin, et à reprendre,
dans le monde civilisé, un rôle actif et glorieux. L'Espagne donnait
à l'Europe ce spectacle; et elle le lui donnait non par un brusque
mouvement d'imagination et d'ambition nationale, mais en subissant
les plus rudes épreuves, et en y déployant ces qualités héroïques qui
autorisent les hautes espérances et justifient les difficiles desseins.
Le peuple espagnol avait défendu, avec un dévouement indomptable, contre
le vainqueur des rois et des peuples de l'Europe, son indépendance et le
trône de son roi. Dans cette longue et sanglante lutte, le désir de la
régénération politique s'était éveillé parmi les Espagnols; c'était un
besoin de leur situation comme un élan de leur âme; en l'absence de
leur roi captif et de tout pouvoir régulier, il fallait, bien qu'ils se
gouvernassent eux-mêmes; l'exercice de la liberté politique était, pour
eux, la condition de la vie. Dans leur effort pour fonder, au sein même
de la guerre, un gouvernement libre, ils firent un étrange amalgame des
idées modernes et des vieilles traditions de leur pays; les théories les
plus radicales se mêlèrent confusément, dans la conduite des Cortès de
Cadix et dans la constitution qu'elles décrétèrent en 1812, aux maximes
de la foi catholique, aux habitudes provinciales et municipales, et les
instincts monarchiques accueillirent, sans s'étonner de cette alliance,
les principes révolutionnaires. Un régime régulier et libre ne pouvait
sortir directement de ce chaos, et lorsqu'en 1814 Ferdinand VII remonta
sur le trône, sa chance était belle pour suivre avec succès l'exemple de
Louis XVIII, et pour réformer, sans l'énerver, la monarchie espagnole;
mais au lieu de porter remède à la nouvelle maladie de sa nation,
Ferdinand VII lui rendit l'ancienne; l'Espagne retomba sous le
despotisme subalterne, insouciant et incapable qui faisait, depuis plus
d'un siècle, sa décadence; et à la mort de Ferdinand, quand sa fille
Isabelle et son frère don Carlos se disputèrent sa couronne, la question
contenue dans leur rivalité fut celle de savoir si l'Espagne resterait
plongée dans sa stérile ornière, ou si elle recommencerait, avec
plus d'expérience et dans de meilleures conditions, l'oeuvre de sa
régénération politique. Entre le dépérissement continu et la renaissance
laborieuse de ce noble peuple, notre voisin et notre allié naturel, ni
le sens moral, ni la politique prévoyante ne permettaient l'hésitation,
et ce ne fut pas seulement à raison du droit de la jeune reine, mais
aussi par sympathie pour la cause et l'avenir de l'Espagne elle-même,
que nous nous empressâmes de lui promettre notre appui.

Que ferait le gouvernement de la reine Isabelle pour s'organiser et
s'affermir en donnant satisfaction aux voeux de ses partisans? Quel
genre et quelle mesure d'appui serions-nous appelés à lui prêter? Nous
nous vîmes, dès les premiers jours, en présence de ces deux questions,
et elles ne tardèrent pas à nous inspirer, l'une et l'autre, de vives
inquiétudes.

Peu d'hommes m'ont inspiré plus d'estime que M. Zéa Bermudez placé alors
à la tête du gouvernement de l'Espagne; c'était un vieil Espagnol, plein
d'honneur, de loyauté, de probité, serviteur aussi désintéressé que
fidèle de la couronne et de son pays, sérieux, laborieux, courageux,
obstiné dans sa conscience, modeste dans sa fierté et simple dans sa
vertu. Il s'était toujours montré modéré dans l'exercice du pouvoir, et
il avait toujours combattu les violences fanatiques et vindicatives du
parti qui prenait don Carlos pour drapeau; son dévouement à la cause
de la reine Isabelle et à la reine régente l'affermit encore dans sa
modération; mais anti révolutionnaire avec plus d'honnêteté que de
discernement, il voulait l'absolu maintien de l'ancienne royauté
espagnole, repoussait toute grande innovation politique et renfermait
dans les réformes administratives ses promesses de progrès. Dès le
3 décembre 1832, quand Ferdinand VII le rappela de Londres pour lui
confier à Madrid la direction des affaires étrangères, M. Zéa Bermudez
avait fait, dans une circulaire aux agents diplomatiques espagnols, une
profession éclatante de cette politique qui reçut dès lors un nom
qu'il acceptait lui-même volontiers, le nom de despotisme éclairé
_(illustrado)._ Après la mort de Ferdinand VII, le 4 octobre 1833, il
renouvela plus solennellement encore sa déclaration dans le manifeste
que publia, sous son inspiration, la reine régente. En toute hypothèse,
il avait tort d'engager ainsi, non-seulement lui-même, mais l'avenir de
la reine régente et de la couronne; rien, dans l'état de l'Espagne en
ce moment, ne l'obligeait à étaler ainsi une résolution systématique et
permanente; mais il avait l'esprit plus ferme qu'étendu, et il prenait
volontiers la limite de ses idées pour celle des besoins et des
destinées de son pays: «Il me semble bien difficile, écrivait le 7
octobre 1833 M. de Rayneval, que M. Zéa puisse longtemps résister à la
clameur universelle. Il a commis, si je ne me trompe, une de ces fautes
auxquelles il n'y a point de remède. Il ne pouvait certainement pas
abandonner la direction qu'il a suivie jusqu'ici; mais il ne devait pas
enlever tout espoir aux hommes dont la reine avait écouté les conseils
dans les premiers temps de la maladie du roi, ni surtout faire prononcer
par la reine des paroles qui semblent leur reprocher ces conseils,
qu'elle avait alors paru goûter... Je crois qu'en publiant son
manifeste, M. Zéa a eu pour objet principal l'effet que cette pièce
produira au dehors; il espère que, s'il y a dans les cours d'Allemagne
et du Nord quelques difficultés à la reconnaissance de la reine
Isabelle, ce langage et l'opinion qu'on a de sa fermeté suffiront pour
les lever.»

Nous reçûmes à Paris, du manifeste espagnol, la même impression que M.
de Rayneval à Madrid; peu en harmonie avec notre propre politique, il
nous parut, pour la reine Isabelle et son ministre, une imprudence, et
une imprudence inutile: le duc de Broglie ne le laissa pas ignorer à M.
de Rayneval et par lui au gouvernement espagnol: «S'il est vrai, lui
écrivit-il le 12 octobre 1833, que M. Zéa se soit particulièrement
proposé pour but de se concilier les puissances du Nord, cette
combinaison me prouve qu'il n'a aucune idée de la situation actuelle de
l'Europe. Le premier intérêt extérieur du nouveau gouvernement d'Espagne
est de s'appuyer sur la France et sur l'Angleterre. Nous comprenons sans
doute qu'il mette également quelque prix à sa reconnaissance par les
autres cours; mais fussent-elles moins portées qu'elles ne le sont pour
le maintien de la paix générale, elles n'oseraient assurément rien
entreprendre aujourd'hui contre les cabinets de Paris et de Londres,
relativement à la Péninsule. C'est donc un bien déplorable calcul de la
part de M. Zéa que de s'exposer à blesser ces deux cabinets, dont la
modération ne saurait être suspecte, en cherchant son point d'appui dans
la politique de ceux qui, quelque disposés qu'ils soient à adhérer aux
principes politiques de ce ministre, ne peuvent maintenant lui être
utiles qu'à la condition de marcher d'accord avec la France et la
Grande-Bretagne.»

C'était là, de notre part, pour le gouvernement espagnol, une
sollicitude amicale; sa disposition quant à l'appui que nous lui avions
offert nous fit bientôt prévoir, pour nous-mêmes, un sérieux embarras.
Je viens de citer les paroles dont le duc de Broglie s'était servi en
chargeant le comte de Rayneval de cette offre: «Vous ferez connaître à
la reine ainsi qu'à ses ministres, lui avait-il dit, notre disposition
formelle à lui accorder notre appui de la manière et dans la mesure
qu'ils jugeront le plus utiles aux intérêts du gouvernement nouveau.» Ce
qui préoccupait alors le duc de Broglie, c'était le désir de ménager les
susceptibilités et de dissiper les ombrages des Espagnols à l'égard de
toute intervention étrangère; ombrages que M. Zéa, en traversant Paris
pour retourner à Madrid, lui avait clairement laissé voir. Aussi quand,
le 6 octobre 1833, nous prîmes la résolution d'appeler trente-cinq mille
hommes de plus en activité de service, et d'accroître nos forces sur la
frontière des Pyrénées, le duc de Broglie s'empressa-t-il d'ôter à cette
mesure toute apparence d'une intervention préméditée ou seulement prévue
dans les affaires d'Espagne: «Nous n'avons pour but, écrivit-il le 7
octobre à M. de Rayneval, aucune organisation d'armée proprement dite
dans le voisinage de l'Espagne; notre intention est seulement de
renforcer les garnisons du Midi. C'est dans ce sens que vous voudrez
bien, monsieur le comte, vous expliquer avec M. Zéa...... Nous aimons à
penser que, dans la mesure dont il s'agit, le cabinet de Madrid verra
bien plutôt un motif de sécurité qu'un sujet d'inquiétude. En vous
chargeant de déclarer que le Roi était prêt à accorder son appui au
gouvernement de la jeune reine, de la manière et dans la mesure que ce
gouvernement jugerait utiles et convenables, nous sommes allés, monsieur
le comte, au-devant de tous les soupçons et de toutes les craintes que,
dans d'autres circonstances, il aurait pu concevoir en apprenant la
détermination que publie aujourd'hui le _Moniteur_.»

Mais quand nos offres d'appui et M. Mignet arrivèrent à Madrid, la
disposition du gouvernement espagnol était fort changée; les mouvements
carlistes avaient commencé; on annonçait la prochaine rentrée de don
Carlos en Espagne; l'inquiétude gagna rapidement les partisans et
les ministres de la reine; leurs ombrages devant toute perspective
d'intervention française s'évanouirent; et dès qu'il eut reçu la
communication de M. de Rayneval, M. Zéa, loin de témoigner la moindre
susceptibilité, s'empressa de la faire publier officiellement et dans
des termes qui en étendaient fort la portée: «Le roi des Français, dit
la _Gazette de Madrid_ du 12 octobre, offre à la Reine-Régente, pour
soutenir son autorité et le trône de la reine Isabelle, tout l'appui
que, dans quelque circonstance que ce soit, elle jugera à propos de
réclamer.»

A la lecture de cet article et des dépêches qui l'informèrent du sens
qu'on attachait à Madrid aux termes de ses instructions, le duc de
Broglie s'en inquiéta vivement. Le gouvernement du Roi n'avait jamais
entendu se mettre ainsi à la disposition absolue du gouvernement
espagnol, ni s'engager à intervenir pour lui en Espagne «dans quelque
circonstance que ce fût et sur sa seule réclamation.» Dans sa
correspondance avec notre ambassadeur à Madrid et dans ses entretiens
avec le comte de Colombi, chargé d'affaires d'Espagne à Paris et frère
de M. Zéa, le duc de Broglie se hâta de redresser l'erreur et de rendre
à ses instructions leur juste portée: «Les antécédents de M. Zéa,
écrivait-il le 20 octobre à M. de Rayneval, ne nous avaient point
préparés à ce qui semble une déviation si frappante et si prompte de ses
propres principes......Nous n'avons aucune envie d'intervenir, à main
armée, dans les affaires d'Espagne; ce serait pour nous, au contraire,
une très-fâcheuse extrémité. Nous ne prétendons pas non plus soutenir
le gouvernement actuel de l'Espagne, quoi qu'il fasse et quoi qu'il lui
arrive, quelque ligne de conduite qu'il suive et dans quelque position
que les événements le placent. Nous avons voulu avouer tout haut ce
gouvernement, lui donner force et courage en lui déclarant qu'il
pouvait compter sur notre amitié, et nous montrer disposés à écouter
favorablement ses demandes s'il était réduit à nous en adresser; mais
sans nous dessaisir du droit inhérent à tout gouvernement d'en apprécier
l'opportunité, la nature et la portée.» Le duc de Broglie avait grande
raison de faire ainsi la réserve expresse de ce droit, car avant d'avoir
reçu avis de ses explications et en se fondant sur le sens qu'il
attribuait aux instructions premières, M. Zéa adressa, le 21 octobre, au
gouvernement français la demande exorbitante que les troupes françaises
vinssent immédiatement se placer sur la frontière, et que le général
qui les commanderait fût mis aux ordres de l'ambassadeur de France en
Espagne, leur entrée ne dépendant plus dès lors que d'un avis envoyé de
Madrid. Le gouvernement du Roi consentit à faire approcher ses troupes
de la frontière, mais il se refusa formellement à remettre ainsi le
droit d'intervention aux mains de son ambassadeur.

Frappé de la nécessité de ne laisser, dans l'esprit de nos propres
agents comme dans celui des Espagnols eux-mêmes, aucun doute sur les
intentions du gouvernement du Roi, et reconnaissant avec une noble
franchise ce que ses premières paroles avaient pu avoir d'excessif
ou d'obscur, le duc de Broglie écrivit le 13 novembre 1833 à M.
de Rayneval: «Votre dépêche n°103 a dû particulièrement fixer mon
attention. Ainsi que M. Zéa, vous avez conclu, des explications données
par moi à M. de Colombi, que la pensée du gouvernement du Roi avait
changé depuis le jour où je vous autorisais à offrir notre appui à la
Régente. Il n'en est absolument rien. Lorsque, informés de la mort de
Ferdinand VII, nous avons eu à délibérer sur l'attitude à prendre et
sur la marche à suivre, il a été décidé d'abord que nous manifesterions
notre intérêt pour la cause de la jeune reine Isabelle par quelque
chose de plus qu'une simple reconnaissance. Désirant ensuite que l'on
n'interprétât point, à Madrid, notre empressement à nous déclarer
en faveur de cette cause comme impliquant le projet de dominer le
gouvernement de la Régente et de l'entraîner malgré lui dans des voies
qui lui répugneraient, nous avons résolu de n'agir, dans aucun cas, sans
la demande expresse de ce gouvernement, et de ne rien entreprendre, en
définitive, que de la manière et dans la mesure qu'il jugerait lui-même
convenables. Mais en même temps, nous avons positivement établi que nous
entendions demeurer libres d'examiner, de discuter et d'accorder ou de
refuser ce qui pourrait nous être demandé par l'Espagne; et c'est dans
ce but que vos instructions devaient ne rien spécifier relativement à
la nature de l'appui que vous seriez chargé d'offrir à Sa Majesté
Catholique. Tels ont été, dès le premier moment, Monsieur le comte, le
système et les intentions du gouvernement du Roi; je croyais les avoir
suffisamment indiqués dans ma dépêche du 4 octobre; j'étais loin de
prévoir qu'on en conclurait au contraire, à Madrid, que nous nous
mettions, en tout et pour tout, purement et simplement à la disposition
du cabinet espagnol. Il y a eu erreur de ma part, et force est pour moi
d'admettre que ma dépêche était bien incomplète, puisque vous l'avez
vous-même interprétée comme l'a fait M. Zéa. Quoi qu'il en soit, dès que
cette interprétation m'a été révélée par la lettre que M. de Colombi
avait reçue de son frère, j'ai dû m'en expliquer avec lui et rétablir
les situations respectives telles que nous les avions comprises et
déterminées. Il eût été dangereux pour l'Espagne et pénible pour nous
de n'avoir à reconnaître et à constater ce malentendu que le jour où le
cabinet de Madrid serait venu nous adresser une de ces demandes dont le
rejet nécessaire eût pu le compromettre de la manière la plus grave. Je
n'ai donc point, Monsieur le comte, dans mes explications avec M. de
Colombi, rétracté la parole du gouvernement du Roi; je n'ai fait que la
reproduire sous son véritable jour, et écarter un commentaire qu'elle ne
comportait point. Enfin, j'ai rectifié l'erreur aussitôt que j'en ai eu
connaissance.»

Le duc de Broglie ne s'en tint pas là; en s'entretenant avec M. de
Colombi, il aborda au fond la question de l'intervention armée de
la France, et lui exposa les grandes raisons qui devaient détourner
l'Espagne d'y recourir: «Les trois puissances du Nord, lui dit-il,
pourront tarder à reconnaître le nouveau gouvernement d'Espagne; mais
elles éviteront de se prononcer contre lui, et demeureront neutres tant
qu'elles le verront ne s'appuyer matériellement que sur lui-même pour
s'affermir. Il en serait autrement, vous n'en sauriez douter, le jour où
elles apprendraient qu'une armée française a pénétré sur le territoire
espagnol. D'autre part, vous ne pouvez vous dissimuler que cette même
intervention, qui déjà, comme simple éventualité, préoccupe assez
vivement les esprits à Londres, y créerait, pour le cabinet britannique,
des embarras parlementaires dont la réaction se ferait inévitablement
sentir en Espagne, au détriment de la Reine. Enfin, aussi longtemps que
son gouvernement marche et agit avec ses propres forces, il reste libre
de ne consulter que les exigences de la situation telles qu'elles lui
apparaissent, et nous conservons nous-mêmes l'entière liberté de ne
point nous immiscer dans ce qui a rapport à ses affaires intérieures;
mais vous connaissez assez les lois et les nécessités du régime sous
lequel nous vivons pour comprendre que, si vous deviez solliciter le
secours de nos armes, l'opinion publique, en France, nous imposerait
alors certaines obligations qui deviendraient comme autant de conditions
mises à l'envoi de ce secours.»

M. de Colombi et M. Zéa se laissèrent, ou du moins eurent l'air de
se laisser persuader; mais nous eûmes là un premier symptôme de la
situation qui se préparait pour nous dans nos rapports avec l'Espagne.
Au milieu de ce peuple si fier, si persévérant dans ses passions, les
partis politiques n'avaient pas en eux-mêmes une bien ferme confiance,
et se montraient singulièrement prompts à réclamer l'appui de
l'étranger. Le souvenir de l'expédition française en 1823, et de son
rapide succès pour la délivrance de Ferdinand VII, était présent à tous
les esprits; après 1833, les constitutionnels espagnols ne résistaient
pas à la tentation d'être promptement et aisément sauvés par la France,
comme l'avaient été, dix ans auparavant, les absolutistes. C'est, pour
les partis comme pour les gouvernements, la suprême épreuve de la
sagesse et du courage de ne pas se laisser dominer par les impressions
du moment, et de savoir faire, dans leur conduite, aux considérations de
l'avenir, toute la place à laquelle elles ont droit.

Nous fîmes, pour venir en aide à M. Zéa, dont nous honorions
le caractère, tout ce qui se pouvait faire sans lui promettre
l'intervention et sans nous engager à la suite de sa politique; nous
lui offrîmes des facilités pour relever, en contractant au dehors un
emprunt, les finances de l'Espagne; nous donnâmes ordre que, sur la
demande du général Llauder, capitaine général de la Catalogne, six mille
fusils lui fussent délivrés, et que la place de Saint-Sébastien, menacée
par les insurgés carlistes, fût approvisionnée de vivres; M. de Rayneval
fit tous ses efforts pour rapprocher de M. Zéa les libéraux et lui
concilier leur appui. Mais l'honnête serviteur de Ferdinand VII
tentait une oeuvre impossible, celle de satisfaire le parti qui, dans
l'avènement de la reine Isabelle, avait vu sa victoire, sans accepter
aucun de ses principes ni de ses chefs. L'opposition éclata de toutes
parts; les capitaines généraux, que M. Zéa lui-même avait nommés,
donnèrent l'exemple de la désobéissance et presque de la menace; nous
fûmes si frappés de cet état des partis en Espagne que le duc de Broglie
crut devoir en écrire avec détail à M. de Rayneval, et le charger d'en
signaler à M. Zéa les périls, en lui demandant ce qu'il se proposait
de faire pour les conjurer[4]. Quand cette dépêche arriva à Madrid, la
reine-régente, malgré l'estime et la confiance qu'elle portait, à M.
Zéa, avait renoncé à le soutenir; le 16 janvier 1834, le chef des
modérés de la cour de Madrid sortit du pouvoir, et le chef des modérés
de l'opposition libérale, M. Martinez de la Rosa, fut appelé à le
remplacer.

[Note 4: _Pièces historiques_, N° III.]

Quand j'ai connu pour la première fois M. Martinez de la Rosa, il était
bien loin du pouvoir et ne s'attendait probablement guère à l'exercer
jamais dans son pays. Après cinq années de détention d'abord dans un
cachot, puis dans les _presidios_ de Ceuta, sans autre motif que d'avoir
été membre des cortès de 1812 à 1814 et en 1820, il avait échangé en
1823 la prison contre l'exil, et vivait réfugié à Paris, cherchant et
trouvant dans les lettres un adoucissement au poids de l'inaction
loin de la patrie. Il vint un jour me voir pour me parler d'un drame
historique: _Aben Humeya, ou la Révolte des Maures sous Philippe II_,
qu'il était près de faire représenter sur l'un de nos théâtres; il m'en
exposa le plan et m'en lut quelques scènes qui m'inspirèrent beaucoup
d'intérêt; mais en écoutant l'ouvrage, je fus surtout frappé de
l'auteur: sa physionomie à la fois grave et animée et un peu triste, la
simplicité noble de ses manières, l'élégance savante de son langage,
l'élévation candide de ses sentiments, sa persévérance tranquille et
sans fiel dans ses idées politiques, fruit évident de la conviction, non
delà passion ni de l'orgueil, toute sa personne et toute sa conversation
me donnèrent, de son caractère et de ses lumières générales, une haute
idée. Je ne prévoyais pas que ce généreux et éloquent esprit serait un
jour appelé à gouverner son pays; mais je demeurai convaincu qu'il ne
manquerait jamais de l'honorer.

Son arrivée au pouvoir fut très-populaire; c'était le premier retour du
parti libéral et le premier pas vers le régime constitutionnel. Il y eut
prompt accord entre le nouveau cabinet et le conseil de régence institué
par le testament de Ferdinand VII auprès de la reine-mère; le marquis de
las Amarillas, président de ce conseil, homme considérable et éclairé,
avait beaucoup contribué à la formation du ministère et s'en faisait
honneur. Des mesures utiles et approuvées signalèrent son avènement
et attestèrent sa direction. Les nouvelles des provinces basques
paraissaient meilleures. Il y avait, dans le public, pour le moment
satisfaction et pour l'avenir espérance.

Mais les espérances des partis sont impérieuses et impatientes; ce que
les libéraux attendaient du cabinet, c'était la prompte convocation des
cortès et le rétablissement du régime constitutionnel. M. Martinez de
la Rosa aussi se proposait ce but; mais pour y arriver et avant d'y
arriver, il avait un grand nombre de questions difficiles à résoudre:
Quels seraient le pouvoir et la forme des Cortès, le mode de leur
élection, les règles de leurs rapports avec le gouvernement de la
reine et les vieilles institutions municipales du pays? Comment
s'accompliraient, à ce sommet de l'État, le partage et l'accord entre
les traditions nationales et les idées modernes? Ce n'était ni les
vaines Cortès du dernier siècle, ni les Cortès souveraines de 1811 qu'il
s'agissait de rappeler; c'était un ordre politique nouveau et complexe
qu'il fallait constituer. M. Martinez de la Rosa réfléchissait,
délibérait, hésitait, tardait. Il était homme de principes et de
méditation bien plus que d'action; une foule de difficultés et
d'exigences s'élevaient dans son esprit auxquelles le public ne pensait
pas. C'est la disposition des lettrés sérieux et sincères de vivre dans
leur propre pensée plus qu'en sympathie instinctive et habituelle avec
la pensée et l'impression publiques; ils ont besoin de se satisfaire
eux-mêmes autant et plus peut-être que de satisfaire les spectateurs qui
regardent et attendent. M. Martinez de la Rosa n'était pas seul sous
l'empire de cette disposition; elle régnait aussi dans le conseil de
régence, son associé et son appui obligé: «Il faut prévoir la réunion
des Cortès comme une chose nécessaire, disait le marquis de las
Amarillas à M. de Rayneval, mais on ne doit pas trop se presser de
convoquer cette assemblée; lorsqu'on le fera, il faut que ce soit
suivant les formes anciennes et sans trop altérer la constitution
actuelle; la prudence veut qu'on se garde d'effaroucher le peuple
espagnol par des mots auxquels ses oreilles ne sont pas accoutumées; il
faut, autant que cela se pourra, se servir des anciennes institutions
de l'Espagne en les rajeunissant; l'Angleterre a suivi cette marche, et
elle est devenue un pays aussi libre, aussi éclairé, aussi florissant
qu'aucun autre, sans avoir, jusqu'à ce jour, une constitution écrite.»
M. de Rayneval ne contestait pas l'importance de ces ménagements; mais
observateur impartial et libre, il était, et nous étions nous-mêmes
à Paris très-préoccupés, pour le cabinet espagnol, des périls de
l'indécision et de la lenteur sur le point capital de sa mission: «Les
sentiments que vous ont manifestés M. Martinez de la Rosa et M. de
las Amarillas, écrivait le 25 janvier 1834 le duc de Broglie à
l'ambassadeur, n'ont pu qu'augmenter l'estime qu'ils nous inspiraient
et la confiance que nous étions disposés à mettre dans leur sagesse.
Cependant je ne vous cacherai pas que, dans le plan de conduite qu'ils
paraissent s'être tracé, une chose nous a surpris. L'idée que nous nous
étions faite de la formation du nouveau ministère, c'était qu'il ne
fallait y voir qu'un des éléments d'un système qui devait être complété
par la convocation immédiate des Cortès. Nous sommes loin de prétendre
que, si la question pouvait être posée d'une manière abstraite, si on
pouvait l'isoler de la situation générale des esprits, il n'y eût pas un
avantage réel à préparer, à mûrir une détermination si grave dans ses
conséquences pour l'avenir de l'Espagne. Mais, au point où en sont
venues les choses, cet avantage ne serait-il pas plus que compensé par
les inconvénients inséparables d'un système de temporisation?... N'y
a-t-il pas un danger véritable à laisser aux partis le temps d'engager
de délicates discussions sur la nature et la forme des Cortès à
convoquer? N'est-on pas fondé à craindre que, par l'effet de ces
discussions, le gouvernement ne perde quelque chose de la liberté
absolue qui lui appartient encore quant au mode de convocation et à
l'organisation des Cortès, ou du moins que la résolution qu'il prendra
plus tard sur ce point important, et qui, adoptée aujourd'hui,
serait accueillie, quelle qu'elle pût être, avec enthousiasme et
reconnaissance, n'obtienne plus une approbation aussi unanime lorsque
des théories spécieuses, présentées avec adresse, auront séduit et
entraîné les esprits inexpérimentés? Ne doit-on pas désirer que la
Régente, par l'empressement qu'elle mettra à satisfaire à tous les voeux
raisonnables de l'opinion, s'entoure d'une popularité qui lui donne
ensuite la force nécessaire pour résister aux prétentions exagérées des
partis? C'est dans ce sens, Monsieur le comte, que vous devez diriger
vos entretiens avec M. Martinez de la Rosa et les autres membres du
ministère et du conseil de régence.» Les faits ne tardèrent pas à
justifier les inquiétudes du duc de Broglie, et à démontrer la nécessité
des déterminations promptes et des questions résolues. Les espérances
conçues à l'avènement du nouveau cabinet se transformèrent bientôt en
exigences et les exigences en mécomptes. Au mécontentement politique
le mécontentement financier vint s'ajouter: pour rétablir les finances
délabrées et déréglées de l'Espagne, un emprunt était indispensable;
pour faire un emprunt, il fallait relever le crédit; pour relever le
crédit, il fallait que l'Espagne prouvât qu'elle voulait et pouvait,
payer ses dettes; le sort des anciens emprunts contractés par l'Espagne
depuis 1814, royaux ou révolutionnaires, devait donc être réglé sans
délai et avec équité. Nous pressions l'Espagne de vider ces questions
d'ordre matériel aussi bien que les questions d'organisation politique;
nous lui suggérions des plans; nous lui offrions notre appui. Mais, sur
ce point comme sur la convocation des Cortès, le gouvernement espagnol
hésitait, traînait, et l'hésitation du gouvernement suscitait la
fermentation dans le pays: «Vous avez prévu le discrédit où se trouve
déjà le nouveau ministère, écrivait M. de Rayneval au duc de Broglie[5];
le mécontentement croît tous les jours, et paraît plus fort encore dans
les provinces qu'à Madrid. Le symptôme le plus fâcheux, à mon avis,
est que M. Martinez de la Rosa ne paraît pas s'apercevoir de l'état
de l'opinion publique; il voit tout en beau, disposition des plus
dangereuses dans un homme d'État. Je sais positivement qu'il a reçu, il
y a peu de jours, un rapport fort alarmant du général Llauder sur l'état
de la Catalogne. Le surintendant général de la police lui a tracé un
rapport très-sombre de l'état des provinces en général. Il persiste à
dire, et qui pis est, à croire que tout va pour le mieux. En même temps,
il remet d'un jour à l'autre le travail relatif à la convocation des
Cortès dont il s'est chargé et auquel il veut, dit-il, mettre la
dernière main avant de le soumettre au conseil de régence. Un pareil
état de choses ne saurait évidemment durer; le moindre événement fâcheux
peut non-seulement renverser le ministère, mais plonger tout à coup
l'Espagne dans une anarchie sans remède. Une prompte refonte du cabinet
me paraît indispensable; je dis _refonte_ et non _changement total_,
parce que je crois important, quoique sa popularité ne soit plus
intacte, de conserver M. Martinez de la Rosa, homme de bien, d'une
intégrité reconnue, et qui peut être très-utile au gouvernement lors de
la réunion des Cortès par son talent comme orateur; c'est là réellement
son côté brillant.» M. de Rayneval nommait alors, comme l'auxiliaire
indiqué par l'opinion pour renforcer et animer le ministère, le comte de
Toreno, homme d'action, disait-on, habile financier, influent parmi les
libéraux modérés, plus propre que M. Martinez de la Rosa à traiter avec
les libéraux ardents sans se livrer à eux, et qui, bien qu'il l'eût
d'abord refusé, paraissait disposé à entrer dans le cabinet pour y faire
promptement adopter les mesures dont il sentait l'urgente nécessité.

[Note 5: Le 1er mars 1834.]

Peu de jours après l'arrivée de ces informations de M. de Rayneval, le
gouvernement du Roi, de plus en plus frappé de l'état de I'Espagne et
des périls du gouvernement espagnol, se décida à charger l'ambassadeur
de faire connaître avec précision à la reine régente elle-même la
sollicitude qu'il ressentait, et de l'engager à ne plus retarder la
convocation des Cortès, conséquence naturelle de l'avènement et appui
nécessaire du pouvoir de la reine sa fille. Par deux dépêches des 18 et
19 mars, le duc de Broglie donna à M. de Rayneval cette instruction en
termes aussi clairs qu'affectueux. Aucun nom propre n'y était mêlé;
aucune combinaison ministérielle n'y était indiquée; M. de Rayneval
avait même ordre d'informer M. Martinez de la Rosa de l'objet et du
caractère de la démarche que le Roi prescrivait à son ambassadeur[6].
Elle eut lieu très-opportunément, car ces dépêches arrivèrent à Madrid
au moment où M. Martinez de la Rosa venait de terminer son travail sur
le régime constitutionnel de l'Espagne et se disposait à le présenter à
la reine régente. Il le lui présenta en effet par un rapport en date du
4 avril, signé de tous les ministres; à la suite de ce rapport venait le
_statut royal_ qui réglait l'organisation, les formes et les droits des
Cortès générales du royaume. Adopté et signé le 10 avril par la reine
régente, le statut royal fut publié le 15 à Madrid; et le 20 mai suivant
un décret royal régla provisoirement le mode d'élection de la chambre
dite des _procuradores_, en fixant au 20 juin les opérations électorales
et au 24 juillet l'ouverture solennelle des Cortès elles-mêmes.

[Note 6: _Pièces historiques_, N° IV.]

Si les peuples qui veulent être libres se croyaient tenus d'être sensés,
les Espagnols auraient reconnu que leur humeur au sujet des lenteurs de
M. Martinez de la Rosa avait été excessive, et le mérite de son oeuvre
leur eût fait oublier qu'elle s'était fait un peu attendre. Il n'y avait
pas encore trois mois que le cabinet était formé, et il avait eu à
gouverner et à préparer un nouveau gouvernement au milieu d'une guerre
civile. Le statut royal attestait une rare intelligence des conditions
de la liberté renaissante au sein d'une ancienne société. M. Martinez de
la Rosa ne s'était point laissé aller à la présomptueuse et chimérique
manie de la création; il n'avait point prétendu organiser à nouveau
l'État tout entier; il avait pris la société et la monarchie espagnoles
comme des faits préexistants et incontestés qu'il était appelé à
réformer et à compléter selon les besoins et les lumières de notre
temps, mais en les respectant et en les affermissant, non en les
détruisant pour les reconstruire. Le statut royal n'était ni une
déclaration abstraite de principes et de droits, ni une constitution
générale et systématique; c'était la résurrection forte des Cortès du
royaume constituées de façon non-seulement à contrôler le pouvoir, mais
à exercer sur toute la marche du gouvernement une influence efficace, et
à amener successivement les réformes dont le voeu public, contrôlé à son
tour par la discussion et le temps, ferait sentir la nécessité. On n'y
rencontrait ni le dogme, ni le langage de la souveraineté du peuple;
c'était l'intervention du pays dans son gouvernement, réglée avec une
sincérité patriotique et loyale, sans préventions méticuleuses comme
sans prétentions arrogantes; et le rapport adressé à la reine régente,
qui précédait le statut, était un exposé grave et élégant, quoique un
peu diffus, des conditions essentielles du régime représentatif telles
qu'elles apparaissent de nos jours aux esprits sérieux, après les
discussions de la science et les expériences de la politique.

Au moment de sa publication, cet acte fut accueilli en Espagne par une
approbation générale; les royalistes constitutionnels étaient réellement
satisfaits; leur satisfaction et l'impression commune du public
imposaient aux plus ardents libéraux le silence et même l'apparence du
contentement; les journaux, nombreux et très-libres en fait, étaient
presque unanimes dans leurs éloges. M. Martinez de la Rosa eut sans
doute alors, comme politique et comme auteur, une de ces joies à la fois
personnelles et pures qui font succéder, aux troubles et aux fatigues
d'un difficile travail, le sentiment d'une grande oeuvre accomplie et
digne de durée. Mais les oeuvres constitutionnelles ont, de nos jours,
le sort qu'avaient, au dire de Tacite, les amours du peuple romain;
leurs succès sont courts et de mauvais augure. Le statut royal de M.
Martinez de la Rosa avait en Espagne un rival qui pouvait se taire un
moment, mais qui n'attendait que le jour propice pour lui déclarer la
guerre; c'était la constitution décrétée en 1812 à Cadix par les Cortès
de la lutte pour l'indépendance nationale et restaurée à Madrid en 1820
par les Cortès de la révolution: oeuvre inspirée par des idées et des
passions essentiellement contraires à celles qui avaient dicté le statut
royal. L'entière reconstruction à nouveau de l'édifice politique,
l'absolue souveraineté du peuple, c'est-à-dire du nombre, l'unité de
l'assemblée représentative, le suffrage universel et sans condition,
la complète séparation du pouvoir législatif et du pouvoir exécutif,
l'interdiction aux membres des Cortès d'être réélus aux Cortès
immédiatement suivantes, toutes les théories radicales et
révolutionnaires étaient proclamées et rédigées en lois dans la
constitution de 1812, avec plus de rigueur qu'elles ne l'avaient été
en France en 1791, et même par la Convention nationale. C'était la
République une et indivisible abaissant sous son joug et prenant à son
service l'ancienne royauté. Et elle avait pour soutenir sa cause un
parti tout formé, dressé à la lutte, habitué à la domination, conduit
par des chefs connus du pays et qui avaient, dans les mauvais temps,
défendu son indépendance et réclamé ses droits, pleins d'idées fausses
et de sentiments nobles, mauvais publicistes, patriotes sincères
et orgueilleux auteurs. Le statut royal choquait leurs convictions
politiques et blessait leur amour-propre personnel. Bien loin de les
satisfaire, M. Martinez de la Rosa, en le publiant, les avait irrités et
ralliés contre lui; il se trouva dès lors placé entre les carlistes et
les révolutionnaires; il eut à soutenir deux guerres civiles, l'une en
pleine effervescence, l'autre près d'éclater.

Les affaires extérieures et les succès qu'il y obtint vers cette époque
apportèrent un moment, aux discordes de l'Espagne, quelque distraction.
Quoique chassé de Lisbonne comme d'Oporto, don Miguel entretenait encore
en Portugal, contre sa nièce dona Maria, une lutte obstinée. Il avait
auprès de lui l'infant don Carlos qui, de la frontière portugaise,
correspondait avec ses partisans en Espagne et fomentait leurs
insurrections avec leurs espérances. M. Martinez de la Rosa résolut de
mettre un terme à cette hostilité anarchique entre les deux royaumes; il
se concerta avec don Pèdre, encore régent pour sa fille; et le 16 avril
1834, au moment même où le statut royal venait d'être publié à Madrid,
une armée espagnole, sous le commandement du général. Rodil, entra
en Portugal pour en chasser don Carlos avec don Miguel. Le ministre
d'Espagne à Londres, le comte de Florida-Blanca, reçut en même temps,
comme le chargé d'affaires de Portugal, M. Moraez Sarmento, ordre de
demander au gouvernement anglais son concours pour atteindre à ce but.
Les deux desseins eurent un égal et prompt succès; le général Rodil
avança rapidement en Portugal, poussant devant lui et dispersant les
troupes de don Miguel; et le 15 avril, un traité, auquel il ne manquait
plus que les signatures, était conclu à Londres entre l'Angleterre,
l'Espagne et le Portugal, stipulant que les deux reines uniraient
leurs forces pour expulser les deux infants de la Péninsule, et que
l'Angleterre enverrait des vaisseaux sur les côtes de Portugal pour les
seconder dans leur entreprise.

La négociation en était déjà à ce point lorsque M. de Talleyrand en
fut informé par le comte de Florida-Blanca, disent les uns, et
selon d'autres, par lord Palmerston lui-même qui lui proposa un peu
inopinément la simple accession de la France au traité déjà convenu
entre les trois puissances; l'ambassadeur rendit compte au cabinet de ce
qui se passait et demanda des instructions. Ce ne fut pas sans surprise
que nous reçûmes cette communication tardive, et l'amiral de Rigny,
ministre des affaires étrangères depuis la retraite du duc de Broglie,
en écrivit sur-le-champ à M. de Rayneval: «On avait voulu d'abord, lui
dit-il, nous réserver simplement la faculté d'accéder à ce traité par
un acte séparé. M. de Talleyrand ayant représenté que nous ne pouvions
accepter une attitude aussi secondaire, on nous a offert d'y prendre une
part plus directe en apparence, au moyen de dispositions insérées
dans le corps du traité, lesquelles porteraient en substance qu'en
considération de notre union intime avec l'Angleterre, nous avons été
invités à entrer dans cette alliance, que nous y avons consenti, et
que, s'il y avait lieu, nous accorderions, pour l'expulsion des deux
prétendants, la coopération dont on tomberait d'accord. Vous voyez qu'en
réalité le second projet diffère peu du premier, et qu'il ne prête
guère moins à l'objection élevée par notre ambassadeur, puisqu'il nous
représente comme n'intervenant dans l'arrangement en question que
sous les auspices de l'Angleterre. J'ai écrit à M. de Talleyrand pour
l'engager à présenter un contre-projet d'après lequel les parties
contractantes seraient placées dans une position moins inégale. Dans le
cas où il ne serait pas adopté, le conseil délibérerait sur le parti que
nous aurions à prendre. Je n'ai pas besoin de vous dire, monsieur le
comte, qu'en demandant cette modification, ce n'est pas à une vaine
susceptibilité, mais à des considérations d'intérêt général que nous
obéissons... Dans la situation actuelle de l'Espagne, nous croyons que
tout ce qui tendrait à représenter ce pays comme n'agissant pas dans
l'accord le plus complet avec la France accroîtrait les dangers pour le
gouvernement de la reine... Les partisans de don Carlos, en voyant la
France concourir avec moins d'apparat que l'Angleterre, ou ne concourir
en aucune façon à un acte dirigé contre eux, ne manqueraient pas de
prétendre que nous retirons notre appui à la régente, ou que nous
voulons rester neutres... Si donc nous regrettons qu'une autre direction
n'ait pas été donnée à la négociation de Londres, c'est, avant tout,
dans un esprit bienveillant pour l'Espagne. Nous n'en sommes que plus
fondés à nous étonner de voir qu'un diplomate espagnol, qu'on doit
supposer bien informé des dispositions de son gouvernement, se prête à
un arrangement aussi peu conforme aux vrais intérêts de son pays qu'aux
liens qui l'unissent à la France; et notre surprise redouble lorsque
nous nous rappelons la note par laquelle, le 27 janvier dernier, M.
Martinez de la Rosa vous demandait notre concours pour écarter don
Carlos du Portugal, note que M. de Florida-Blanca doit nécessairement
connaître.»

L'apologie, un peu embarrassée, du gouvernement espagnol ne se fit pas
attendre: «Je me suis empressé de voir M. Martinez de la Rosa, répondit
le 2 mai M. de Rayneval à l'amiral de Rigny; il était loin de s'attendre
à un dénoûment aussi prompt de la négociation entamée par M. de
Florida-Blanca. Il m'a confirmé ce que vous présumiez, que ce ministre
avait été au delà de ses instructions, ou pour mieux dire qu'il avait
agi sans instructions et même sans pouvoirs. Il a été lui-même surpris
de la facilité inattendue du cabinet britannique; c'était, pour ainsi
dire, pour l'acquit de sa conscience qu'il lui avait adressé la note
dont la traduction était jointe à vos dépêches. Il me paraît certain que
ce n'est pas de propos délibéré, moins encore par suite des instructions
de son gouvernement, qu'il a suivi, en ce qui concerne la France,
la marche que vous lui reprochez... Il aura obéi, sans réflexion, à
l'impulsion que l'envoyé portugais, ou même le cabinet anglais lui
auront donnée. Votre Excellence ne peut ignorer ce que j'ai mandé
diverses fois du peu d'empressement de l'Angleterre à nous admettre dans
les transactions relatives au Portugal. Mais si M. de Florida-Blanca n'a
pas d'abord senti tout le prix de votre participation à la convention
du 22 avril, il n'en a pas été de même de M. Martinez de la Rosa; il
a reconnu sur-le-champ que c'était là le point le plus important pour
l'Espagne, et que, sans cela, le traité eût été un acte de médiocre
valeur.»

A Londres aussi, quand le cabinet français, en manifestant sa surprise
du silence qu'on avait gardé avec lui sur cette négociation, eut refusé,
dans le traité, la position secondaire qu'on lui offrait, on sentit la
nécessité de changer d'attitude; le contre-projet présenté par M. de
Talleyrand fut accepté, malgré l'humeur assez vivement exprimée de lord
Palmerston; et dès le 24 avril, l'amiral de Rigny put écrire à M. de
Rayneval: «Le traité dont je vous entretenais par ma dépêche du 18 a été
signé avant-hier, et M. de Talleyrand vous en envoie directement une
copie. Vous y verrez qu'il a été fait droit à nos objections contre la
rédaction du projet qui nous avait d'abord été soumis.»

On a voulu voir, dans ce procédé du cabinet anglais, une preuve du
mauvais vouloir, on a même dit souvent de la haine de lord Palmerston
pour la France. Je crois qu'on se trompe: lord Palmerston ne porte à la
France point de haine, ni même de mauvais vouloir; il est Anglais et
sert l'Angleterre, et ses sentiments changent, comme sa conduite, selon
ce qu'à ses yeux l'intérêt anglais commande. On peut dire et je pense
qu'il s'adonne trop exclusivement à cet égoïsme patriotique, et que,
pour le crédit général comme pour l'honneur politique de l'Angleterre,
il tient trop peu de compte des sentiments moraux et des besoins
d'équité que la civilisation moderne a développés dans l'âme des hommes
au sujet des relations des peuples. L'égoïsme patriotique est légitime,
pourvu qu'il ne ressemble pas trop à l'indifférence brutale des temps
barbares. Mais à cette disposition lord Palmerston en ajoute une autre
qui a, dans la pratique des affaires, des inconvénients graves: la
question spéciale et du moment dont il s'occupe le préoccupe à ce point
qu'elle écarte toute autre considération, toute autre idée; quoique d'un
esprit remarquablement actif, fécond, sagace et vigoureux, il n'a pas
cette grandeur d'imagination et de pensée qui ne perd jamais de vue
l'ensemble des choses, et qui assigne à chaque intérêt, à chaque affaire
la place et la mesure d'importance qui leur appartiennent dans le
système général des intérêts et des affaires du pays. Il oublie sans
cesse la politique générale dans laquelle il est engagé; chaque question
devient pour lui, à mesure qu'elle se présente, la politique tout
entière, et il la traite avec une habileté énergique, mais sans
prévoyance. La bonne entente avec la France était, en 1834, l'intention
sincère du cabinet dont lord Palmerston faisait partie, et la sienne
propre comme celle du cabinet; mais quand on demanda aux deux puissances
leur concours actif dans la Péninsule, lord Palmerston ne pensa plus
qu'à maintenir en Portugal la prépondérance exclusive de l'Angleterre,
comme si les affaires du Portugal n'étaient pas alors étroitement
liées à celles de l'Espagne, et il recommença à combattre en Espagne
l'influence de la France comme si Louis XIV et le pacte de famille
existaient encore. De là son silence avec nous au commencement de la
négociation, son empressement à préparer sans nous le traité, et son
humeur quand il fallut nous y faire la place qui nous convenait. Sans
l'influence de ses collègues, surtout de lord Grey, plus soigneux que
lui de la politique générale de l'Angleterre, cette place nous eût été
plus obstinément contestée.

A peine conclu, le traité de la quadruple alliance devint efficace. En
Europe, son effet dépassa même son importance réelle; il fut pris
en général pour une alliance éclatante des deux grandes monarchies
constitutionnelles, en réponse et en contre-poids à l'alliance des
monarchies absolues. Ni le cabinet français ni le cabinet anglais
n'entendaient lui donner une telle portée; mais ils en acceptèrent
volontiers l'apparence. En Portugal, le traité détermina la défaite et
la retraite des deux prétendants; il parvint à Lisbonne le 5 mai, et dès
le 26, don Miguel, battu, poursuivi et cerné par l'armée espagnole et
par celle de don Pèdre, capitulait à Evora en s'engageant, moyennant
une pension de 373,000 fr., à ne jamais rentrer en Portugal, et il
s'embarquait pour l'Italie. L'infant don Carlos avait été complètement
oublié dans cette capitulation; mais le secrétaire de la légation
anglaise, M. Grant, plus touché de la détresse de ce prince que son
royal allié, représenta aux généraux de don Pèdre l'indignité d'un tel
oubli, et signa le même jour avec eux des articles en vertu desquels
l'infant, sans condition ni engagement de sa part, fut conduit en sûreté
au petit port voisin d'Aldea-Gallega, et s'y embarqua immédiatement pour
l'Angleterre.

Au premier bruit de cette partie de l'arrangement, M. Martinez de la
Rosa en ressentit une vive inquiétude: «Il est très-mécontent, écrivit
M. de Rayneval à l'amiral de Rigny, qu'en réglant le départ et
l'embarquement de don Carlos, on ne lui ait pas imposé pour condition de
contracter un engagement semblable à celui qu'on a exigé de don Miguel.
La veille du jour où il a reçu avis du prochain départ de don Carlos,
dans une conférence que M. Villiers et moi avons eue avec lui, il a
exprimé le désir qu'il ne fût pas permis à l'infant de quitter le
Portugal avant que les puissances signataires du traité de Londres se
fussent entendues sur le lieu de sa résidence future.» Et le jour même
où M. de Rayneval écrivait cette dépêche, M. Martinez de la Rosa lui
adressait, ainsi qu'au ministre d'Angleterre, une longue note dans
laquelle, après avoir exposé tous les motifs de sa sollicitude, il
demandait formellement «que don Carlos soit tenu de donner certaines
garanties semblables à celles qui ont été exigées de l'infant don
Miguel; qu'il ne soit pas laissé à son libre arbitre de fixer le lieu de
sa résidence, de telle sorte qu'il puisse faire choix, par exemple,
de quelqu'un des États qui n'ont pas encore reconnu la reine légitime
d'Espagne; enfin que les puissances signataires du traité de Londres le
déclarent valable et subsistant encore, bien qu'ayant déjà atteint son
but immédiat, afin qu'il ne soit pas vain et illusoire si l'un des deux
princes ou les deux réunis troublaient de nouveau la tranquillité de ces
royaumes.»--«M. Martinez de la Rosa qui craint excessivement, écrivait
M. de Rayneval, non que le départ de don Carlos sans garanties pour
l'Espagne menace ce pays de dangers réels, mais que le résultat ne
soit de faire taxer le ministère d'imprévoyance et d'impéritie, désire
ardemment que l'on puisse trouver un moyen de réparer l'omission dont il
se plaint.»

Les inquiétudes de M. Martinez de la Rosa étaient moins personnelles
et plus fondées que ne le croyait M. de Rayneval. Quinze jours à peine
après son débarquement en Angleterre, don Carlos en partait, traversait
la Manche, arrivait le 4 juillet à Paris, le 6 à Bordeaux, le 8 à
Bayonne, et était le 10 au delà des Pyrénées, à Elisondo, à la tête ou,
pour mieux dire, au milieu de l'insurrection soulevée en son nom.

On se récria vivement contre l'inhabileté ou l'inutilité de la police;
on raconta, pour aggraver son tort, que don Carlos avait passé quelques
jours à Paris, dans une des rues les plus populeuses, et qu'il y avait
fait des visites en voiture découverte. Le préfet de police, M. Gisquet,
a formellement démenti cette assertion: «Don Carlos, dit-il, n'a
séjourné que vingt-quatre heures à Paris; il y est resté enfermé dans un
appartement, et il n'a, je crois, fait part de sa présence qu'à deux
de ses partisans dévoués[7]. Quelques personnes ont même douté que don
Carlos ait passé par Paris, et penchent à croire qu'il se rendit en
Espagne par des voies détournées.» D'autres, pour expliquer ce succès de
l'infant, ont fait valoir l'appui secret que lui donnaient, au nom de la
légitimité, les puissances qui n'avaient pas reconnu la reine Isabelle;
appui réel, car nous fûmes obligés, peu après l'arrivée de l'infant en
Navarre, de retirer l'_exequatur_ au consul de Prusse à Bayonne qui
servait d'intermédiaire aux correspondances des insurgés; et le duc
de Frias, alors ambassadeur d'Espagne à Paris, me parlant un jour des
secours d'argent que les cabinets du Nord fournissaient à don Carlos, me
dit qu'il avait lui-même intercepté une somme de 125,000 fr. expédiée à
cette destination. Mais ni la connivence de cabinets lointains toujours
froids et parcimonieux, même dans leurs faveurs, ni l'insuffisance,
fautive ou inévitable, de la police, ne déterminèrent ce premier succès
de don Carlos, et la hardiesse de ce prince, d'ailleurs médiocre et
timide, à courir de tels hasards; il avait, en Espagne et en Europe, un
vrai parti politique, des hommes convaincus qu'en lui résidait le droit,
et, par ce seul motif, ardents à le servir. C'est mal connaître la
nature humaine que de chercher, dans des incidents purement matériels,
l'explication de telles entreprises et de leur persévérance obstinée;
il y faut des causes plus hautes: la foi, fondée ou erronée, dans un
principe moral, et la passion des grandes aventures, le besoin de
rétablir le droit et aussi celui d'animer sa vie par des émotions
nobles et fortes, ce sont là les mobiles qui poussent les hommes à tout
risquer, à tout sacrifier, même la paix de leur patrie; et la guerre
civile, qui a été si souvent le fléau des nations, n'est pas du moins
leur déshonneur.

[Note 7: _Mémoires de M. Gisquet_, t. III, p. 511-515.]

Par une coïncidence fatale, au moment où la présence inattendue de don
Carlos dans les provinces basques y redoublait la confiance des insurgés
et ranimait dans toute l'Espagne l'ardeur de ses partisans, les Cortès
étaient sur le point de se réunir à Madrid, ramenant sur la scène
presque tous les survivants des Cortès de 1812 et de 1820 avec leurs
théories, leurs passions et le souvenir toujours cher de leur oeuvre,
de cette constitution radicale dont le statut royal tenait la place. Et
pour que rien ne manquât à l'incendie, huit jours avant la réunion
des Cortès, le choléra éclata soudainement à Madrid avec une extrême
violence, et y souleva ces terreurs et ces fureurs populaires dont les
factions politiques sont si promptes et si habiles à s'emparer: «J'ai de
bien tristes événements à vous annoncer, écrivait, les 18 et 20 juillet,
M. de Rayneval à l'amiral de Rigny; les inquiétudes qu'avaient excitées
les symptômes d'épidémie qu'on avait cru remarquer à Madrid commençaient
à se calmer, et tout se préparait pour le retour de la reine lorsque,
tout à coup, dans la journée du 16, le choléra s'est manifesté dans
toute la ville avec une violence inexplicable. En quelques heures
il avait fait près de trois cents victimes. Dans la soirée, on a
pu apercevoir un commencement de désordre; ces mêmes bruits
d'empoisonnement des fontaines, qui partout ont été si avidement
recueillis par le peuple, se sont répandus avec une extrême rapidité,
propagés par la malveillance plus encore que par la crédulité. Ce sont
les moines, et notamment les jésuites, qui ont été désignés comme les
auteurs de ce crime imaginaire. Hier, dès le matin, quelques religieux
ont été tués dans les rues. Enfin la populace, excitée par des meneurs,
et accompagnée, à ce qu'on assure, d'un assez grand nombre d'individus
de la garde urbaine, s'est portée d'abord sur le couvent des jésuites et
sur ceux de Saint-Thomas et des Pères de la Merci. Il paraît que, dans
le premier, on a fait résistance, et que même des coups de feu ont été
tirés des fenêtres sur les assaillants qui, ayant forcé les portes, ont
fait main basse sur tous ceux qui n'ont pu réussir à s'échapper. On
ne sait pas précisément le nombre des personnes qui ont péri; les uns
parlent de dix à douze, les autres de trente à quarante. Les deux autres
couvents ayant été évacués à temps par les moines, personne n'y a péri,
mais ils ont été forcés et complètement pillés... Si cet essai que les
agitateurs viennent de faire de leurs forces reste impuni, toute la
force morale du gouvernement est détruite dès ce moment, et on ne voit
pas quelle digue il pourra opposer au débordement révolutionnaire qui
le menace... La journée du 17 a démontré clairement qu'un parti
désorganisateur s'est formé dans l'ombre, et qu'il est beaucoup plus
fort que le ministère et M. Martinez de la Rosa, en particulier, ne
l'avaient supposé. Ce mouvement si subit et si violent et les atrocités
qui l'ont accompagné ont profondément affecté le premier ministre. Il a
vu détruire en un instant sa plus chère espérance, celle d'arriver à un
changement de l'ordre politique en Espagne sans que des crimes ou des
excès aient souillé une époque pendant laquelle il joue le premier rôle.
En même temps que ce sentiment, il éprouve la crainte, que jusqu'ici il
n'avait nullement, de ne pouvoir retenir le parti exagéré.»

Dans ce triste état des affaires publiques et de son âme, M. Martinez de
la Rosa ne manqua pourtant ni à son pays, ni à lui-même: dès la fin
du mois de juin, il avait satisfait à un voeu général et fortifié son
cabinet en appelant le comte de Toreno au ministère des finances;
le surlendemain des troubles qui avaient ensanglanté Madrid, il fit
révoquer les diverses autorités civiles et militaires qui s'étaient
montrées faibles contre l'émeute; un décret royal interdit, sous des
peines sévères, toute menée, toute manifestation séditieuse: «Reste à
savoir, écrivait M. de Rayneval, si tout cela ne se bornera pas, comme
il n'arrive que trop souvent ici, à des paroles, et si le gouvernement
aura la force d'exécuter ce qu'il se propose.» M. Martinez de la Rosa
avait de plus une pressante et délicate question à résoudre; les Cortès
étaient convoquées pour le 24 juillet; fallait-il, à raison du choléra
qui continuait de sévir avec violence, en ajourner l'ouverture? Et,
si on ne l'ajournait pas, devait-on faire revenir d'Aranjuez la reine
régente, pour donner, par sa présence, à la cérémonie, la solennité
qu'attendait le public? La reine Christine et son ministère prirent, sur
ces questions, le parti le plus courageux et le plus digne; les Cortès
ne furent point ajournées; et le 24 juillet 1834, la régente, assise à
gauche du trône vide de la jeune reine sa fille, ouvrit, par un discours
d'une élévation et d'une franchise remarquables, ce début du régime
constitutionnel dans la monarchie espagnole.

La veille même de ce jour, l'attaque de la constitution de 1812 contre
le statut royal de 1834 commença; un complot fut découvert qui avait
pour but le rétablissement de cette constitution au milieu même de la
séance royale, et avant que personne, reine et nation, eût prêté serment
au statut. Les principaux conspirateurs furent arrêtés, et le cabinet
espagnol eut la douleur de trouver parmi eux l'un des plus héroïques
défenseurs de l'Espagne, le général Palafox que, peu de jours
auparavant, la reine régente avait créé duc de Saragosse, en mémoire de
sa glorieuse défense de cette ville. Triste symptôme de la maladie des
esprits et pronostic déplorable de la lutte près de s'engager: des
hommes que l'Espagne honorait, et à bon droit car ils étaient de ceux
qui l'avaient sauvée et qui la voulaient libre, déclaraient la guerre à
la monarchie constitutionnelle naissante et à d'autres hommes, patriotes
sincères aussi et leurs anciens amis, parce que ceux-ci n'adoptaient pas
des théories politiques qui servent à faire des révolutions, mais qui
nulle part n'ont fondé la liberté.

Toute la session des Cortès ne fut, dans la chambre des _procuradores_
(les députés) que le développement de cette guerre; elle éclata surtout
à propos de trois questions, l'adresse de la chambre en réponse au
discours de la couronne, une pétition qui demandait une déclaration des
droits, mélange confus de maximes et de promesses absolues en faveur des
diverses libertés publiques que le statut royal n'avait pas réglées, et
les questions de finances, surtout celle des divers emprunts contractés
au nom de l'Espagne de 1814 à 1830. Le même caractère dominait dans
tous ces débats; c'était toujours le gouvernement révolutionnaire de
l'Espagne, de 1810 à 1813 et de 1820 à 1823, disputant l'empire au
gouvernement constitutionnel que, d'accord avec l'ancienne royauté, les
politiques modérés tentaient de fonder. Ni la sincérité, ni le talent,
ni le courage ne manquaient dans l'un et l'autre parti; je n'hésite
pas à penser et à dire que, pour les lumières, l'esprit politique et
l'intelligence comme le respect des grandes lois morales qui décident en
définitive du sort des institutions et des peuples, les défenseurs du
statut royal l'emportaient de beaucoup sur leurs adversaires; mais
ils étaient aux prises avec les préjugés libéraux et les passions
populaires; et leur digne chef, M. Martinez de la Rosa, n'avait pas ce
tact pratique, cette promptitude de résolution et d'action, cet habile
maniement des hommes qui sont de tout temps, et encore plus dans les
jours d'orage, des conditions de succès dans le gouvernement; il
soutenait éloquemment les discussions, il faisait des concessions, il se
résignait à des échecs; mais, soit par sa faute, soit par la fatalité
de sa situation, la violence de l'attaque surpassait la force de la
résistance; et dans cette lutte parlementaire où il avait pour lui
la raison et le pouvoir, le cabinet s'usait rapidement au lieu de
s'affermir.

Il fléchissait en même temps sous le poids de la guerre civile, de jour
en jour plus acharnée. En vain les Cortès se prononçaient violemment
contre les carlistes; en vain le cabinet envoyait contre don Carlos,
dans les provinces basques, le vainqueur de don Miguel en Portugal,
le général Rodil avec son armée. L'insurrection avait trouvé dans
Zumalacarreguy un de ces chefs improvisés qui déploient tout à coup
les qualités de l'homme de guerre, de l'homme de parti et du héros
populaire. Après quelques succès au début, Rodil et ses lieutenants
n'éprouvèrent plus que des échecs répétés. Le cabinet le rappela et
donna le commandement des troupes de la reine à Mina, se flattant que
le renom et l'habileté du vieux chef triompheraient de son jeune rival;
mais Mina, quoique toujours ardent et en faveur dans le parti exalté,
était fatigué et malade; quelques coups bien frappés, qui signalèrent
son arrivée, n'amenèrent aucun résultat décisif, et les passions comme
les habitudes des deux chefs en présence rendirent la guerre cruelle
jusqu'à la férocité. Mina menaça de la peine de mort quiconque serait
trouvé, sans bonne raison, sur la grande route entre le coucher et le
lever du soleil. Zumalacarreguy mit à l'ordre du jour de ses troupes _la
victoire ou la mort_. De part et d'autre, tantôt on ne faisait point
de quartier sur le champ de bataille, tantôt, après la bataille, les
prisonniers étaient fusillés sans pitié. Des bandes, d'abord réprimées,
reparaissaient dans l'Aragon et la Catalogne; d'autres menaçaient de se
former dans les provinces du centre, de l'ouest et du midi. Plus les
maux et les spectacles de la guerre devenaient odieux, plus sa fin
semblait incertaine et peut-être impossible.

Alors commença, chez ce peuple si indépendant et si fier, un phénomène
étrange; de tous côtés, on se prit à parler de la nécessité de
l'intervention étrangère. Non-seulement dans les provinces désolées par
la guerre, mais à Madrid; non-seulement entre hommes politiques, mais
parmi les militaires eux-mêmes; dans les Cortès, dans le conseil de
régence, au sein du cabinet, on disait que l'intervention étrangère
pouvait seule mettre un terme à la lutte; des députés arrivaient de la
Biscaye et de la Navarre pour déclarer au gouvernement que tels étaient
leur avis et leur voeu; des membres modérés des Cortès se rendaient
auprès de M. Martinez de la Rosa pour lui exprimer la même conviction;
le général Llauder, devenu ministre de la guerre, tenait à M. de
Rayneval le même langage; le général Cordova, revenant de l'armée,
s'expliquait dans le même sens; le marquis de las Amarillas disait
nettement dans le conseil de régence: «Les forces dont le gouvernement
peut disposer pour soumettre les provinces insurgées sont insuffisantes;
il ne reste que trois moyens pour atteindre ce résultat: le premier, une
transaction avec ces provinces, moyen indiqué à une époque déjà éloignée
par le conseil de régence, et qui, aujourd'hui, offre de grandes
difficultés et peu de chances de succès; le second, la médiation du
gouvernement français qui recevrait, à cet effet, les pleins pouvoirs du
gouvernement espagnol et deviendrait garant des stipulations convenues;
le troisième, une intervention armée de la France.» Devant la question
ainsi posée, le comte de Toreno gardait une attitude réservée, pour le
moment plus contraire que favorable à l'intervention; M. Martinez de
la Rosa en repoussait hautement l'idée: «Quand l'Espagne tout entière
demanderait l'intervention française, avait-il dit au moment même où se
négociait le traité de la quadruple alliance, il y aurait au moins un
Espagnol qui s'y opposerait, et cet Espagnol ce serait moi.» Sans tenir,
à la fin de 1834, un langage aussi absolu, il persistait, dans sa
résistance à tout appel des étrangers pour vider la querelle des
Espagnols entre eux; deux petits imprimés qui annonçaient l'entrée en
Espagne d'une armée française avaient été colportés dans les rues de
Madrid, et c'était, disait-on, la police elle-même qui en avait autorisé
la circulation; M. Martinez de la Rosa fit interdire formellement aux
aveugles, crieurs publics de profession à Madrid, toute distribution
d'imprimés ou d'écrits qui n'auraient pas reçu l'approbation de la
censure. C'était le premier ministre presque seul qui maintenait, contre
l'inquiétude et l'impatience publiques, la dignité du pays.

En nous transmettant ces informations, M. de Rayneval y joignait sa
propre pensée et se montrait, lui aussi, convaincu que l'intervention
armée de la France pouvait seule étouffer en Espagne la guerre civile,
et sauver le trône de la reine Isabelle des périls dont il était menacé.

Nous étions aussi affligés que surpris de cet état des esprits au delà
des Pyrénées; non que nous eussions le moindre doute sur notre droit
d'en juger librement et de ne faire que ce qui conviendrait à l'intérêt
de la France; j'ai déjà dit avec quel soin, aussitôt après l'avénement
de la reine Isabelle, le duc de Broglie avait expliqué et établi à
cet égard notre pensée; nous n'avions rien négligé depuis lors pour
maintenir la liberté de nos résolutions et pour en bien convaincre le
gouvernement espagnol. En apprenant l'arrivée de don Carlos dans les
provinces basques, l'amiral de Rigny écrivit à M. de Rayneval: «Vous ne
sauriez mettre trop de soin non-seulement à décliner toute demande qu'on
viendrait à vous faire d'une intervention effective, mais encore à
empêcher, s'il est possible, que l'idée même ne s'en présente au cabinet
espagnol; et s'il se décidait à nous demander ce genre de secours, vous
devrez soigneusement éviter de laisser préjuger notre décision.... La
révolte de trois ou quatre petites provinces qui toutes ensemble ne
dépassent pas, en population et en étendue, un de nos départements
moyens, et où les villes même sont restées fidèles au gouvernement, me
semble bien insuffisante pour motiver un appel à la force étrangère. La
Vendée, à plusieurs reprises, a présenté de bien autres obstacles à un
gouvernement entouré d'ennemis extérieurs; il en a triomphé pourtant,
moins encore par la force que par l'action du temps, par la lassitude
des populations, et en substituant un mélange de prudence et de fermeté
aux mesures de terreur qu'il avait employées d'abord. Alors aussi on
disait qu'il était impossible de dompter, par des moyens réguliers,
une insurrection qui durait, non pas depuis quelques mois, mais depuis
plusieurs années; l'événement a prouvé le contraire. C'est dans ce sens
que vous devriez vous exprimer si vous aviez lieu de croire qu'on se
disposât à réclamer notre intervention[8].»

[Note 8: Dépêches des 16 et 22 juillet et du 12 décembre 1834.]

Tout en tenant ce langage, nous avions à coeur de venir en aide au
gouvernement espagnol, et de lui donner la force morale comme les
secours indirects dont il avait besoin pour se servir efficacement de
ses propres moyens. M. Martinez de la Rosa avait témoigné le désir
que, par un acte officiel, les puissances signataires du traité de
la quadruple alliance le déclarassent applicable aux circonstances
nouvelles dans lesquelles le retour de don Carlos plaçait l'Espagne;
nous nous empressâmes de satisfaire à ce voeu, et, le 18 août 1834, des
articles additionnels furent signés à Londres, portant: «S.M. le Roi des
Français s'engage à prendre, dans la partie de ses États qui avoisine
l'Espagne, les mesures les mieux calculées pour empêcher qu'aucune
espèce de secours en hommes, armes ou munitions de guerre soient
envoyés, du territoire français, aux insurgés en Espagne; 2° S.M. le roi
du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande s'engage à fournir à Sa
Majesté Catholique tous les secours d'armes et de munitions de guerre
que Sa Majesté Catholique pourra réclamer, et en outre à l'assister avec
des forces navales si cela devient nécessaire.» Nous redoublâmes, en
effet, de vigilance sur la frontière des Pyrénées pour empêcher que
l'insurrection carliste reçût de France aucun appui; nous renforçâmes le
service des douanes; nous établîmes des postes de gendarmerie sans cesse
circulante; ce fut à ce moment que nous retirâmes l'_exequatur_ au
consul de Prusse par qui passait la correspondance des insurgés. Enfin,
dès le 22 juillet 1834, l'amiral de Rigny écrivit à M. de Rayneval:
«Peut-être conviendrait-il au gouvernement espagnol de prendre à sa
solde une portion quelconque de la légion étrangère que nous avons en
Afrique. S'il en était ainsi, peut-être pourrions-nous-lui fournir
quatre ou cinq mille hommes que nous débarquerions à Carthagène.» Nous
offrions et nous rendions au gouvernement espagnol tous les bons offices
qu'il pouvait attendre d'alliés sincères qui ne repoussaient que la
perspective d'avoir à répondre eux-mêmes de ses destinées en mettant
leurs forces à sa disposition.

Mais l'Espagne et le gouvernement espagnol étaient en proie à de bien
autres périls que ceux de la guerre civile dans les provinces basques.
Tantôt en exploitant ces périls et l'irritation inquiète qu'ils
suscitaient dans le pays, tantôt par sa propre et directe impulsion, le
parti radical faisait au ministère et au statut royal une guerre de
jour en jour plus ardente et plus redoutable. Au sein des chambres, M.
Martinez de la Rosa et M. de Toreno luttaient avec un courage et un
talent quelquefois efficaces; la chambre des _proceres_ les soutenait
fermement, et dans la chambre des _procuradores_ ils perdaient et
reconquéraient tour à tour une majorité toujours incertaine. Mais, au
dehors, le pouvoir manquait absolument d'unité et de moyens d'action;
les restes des anciennes libertés locales et les essais inexpérimentés
des libertés nouvelles devenaient également des causes d'anarchie;
les attaques contre le cabinet modéré éclataient partout, tantôt pour
réclamer ouvertement la constitution de 1812, tantôt pour la seule
satisfaction des passions révolutionnaires. L'esprit de révolte
pénétrait dans l'armée elle-même: le 18 janvier 1835, à Madrid, huit
cents hommes du 2e régiment d'infanterie légère d'Aragon se soulevèrent
en criant: «Vive la liberté! A bas les ministres!» Le capitaine général
de la Vieille-Castille, le général Cantérac accourut pour les rappeler
à l'ordre et tomba sous plusieurs coups de feu. Ils s'emparèrent de
l'hôtel des postes, s'y défendirent contre les troupes fidèles, et en
sortirent sans autre châtiment que d'aller rejoindre dans les provinces
basques l'armée qui combattait les carlistes. En février, en mars,
en avril, à Malaga, à Saragosse, à Murcie, ici contre un ordre de
discipline du ministre de la guerre, là contre une interdiction de
l'archevêque qui ne voulait pas que les chantres de la cathédrale
allassent chanter sur le théâtre des airs populaires, de violentes
séditions troublèrent la paix publique, aboutissant toujours au cri:
«Vive la constitution de 1812!» et au massacre de quelques moines.
Les cruautés mutuelles de la guerre civile dans les provinces basques
avaient soulevé en Europe un vif mouvement de réprobation; le cabinet
anglais avait envoyé en Biscaye un commissaire spécial, lord Eliot, pour
tenter d'y mettre un terme, et nous avions formellement adhéré au but de
sa mission. Une convention fut en effet conclue le 28 avril 1835 entre
le général Valdez, qui avait succédé à Mina, et Zumalacarreguy, portant
«que la vie des prisonniers serait respectée, qu'ils seraient échangés
deux ou trois fois par mois, et que personne ne pourrait être mis à mort
pour ses opinions politiques sans avoir été jugé et condamné d'après les
lois actuelles de l'Espagne.» Cet acte de stricte justice et de simple
humanité excita dans la chambre des _procuradores_ un violent orage;
c'était, disait-on, le fruit d'une influence étrangère; comment les
ministres avaient-ils pu souffrir qu'on traitât avec Zumalacarreguy, un
chef de rebelles? On demanda, et la motion fut adoptée, que le traité
fût communiqué aux chambres qui en examineraient les motifs; et le 11
mai, au sortir d'une séance dans laquelle M. Martinez de la Rosa avait
courageusement défendu le traité, un rassemblement populaire se forma
sur son passage et le poursuivit jusque chez lui de ses insultes et du
cri: «Vive la constitution!»

Tant de combats, de périls et d'impuissance, en face de deux ennemis
contraires, épuisèrent la confiance et lassèrent la patience de M.
Martinez de la Rosa lui-même; le conseil de régence se réunit au
conseil des ministres, et le 17 mai 1835, la résolution y fut prise, à
l'unanimité, de réclamer la coopération armée des puissances signataires
du traité du 22 avril 1834, notamment de la France, la seule dont
l'action en faveur de l'Espagne pût être décisive.

La demande ne nous arriva point inattendue; M. de Rayneval nous l'avait
annoncée en l'appuyant de tous les arguments que sa propre conviction
lui pouvait suggérer; et avant que nous l'eussions reçue, le duc de
Broglie, par une dépêche du 23 mai 1835, avait fait pressentir à
l'ambassadeur du Roi notre réponse, en lui développant les motifs qui
s'opposaient à l'intervention[9]. Appelés à une résolution positive,
nous avions non-seulement à en délibérer entre nous, mais à nous
concerter à ce sujet avec l'Angleterre, car le traité de la quadruple
alliance, dans l'article même, invoqué par l'Espagne, portait
expressément: «Dans le cas où la coopération de la France serait
jugée nécessaire par les hautes parties contractantes pour atteindre
complétement le but de ce traité, S. M. le Roi des Français s'engage à
faire, à cet égard, ce qui serait arrêté de commun accord entre Elle et
ses trois augustes alliés.»

[Note 9: _Pièces historiques_, n° V.]

Ainsi nettement posée, la question fut scrupuleusement débattue et
dans le conseil réuni, et dans nos entretiens particuliers: M. Thiers
développait, avec sa verve à la fois naturelle et ingénieuse, les
raisons qui le décidaient en faveur de l'intervention; je lui dis un
jour: «Vos raisons sont fortes; je comprends qu'on puisse tenir l'une ou
l'autre conduite.» Plus tard, dans l'un des grands débats soulevés à ce
sujet, au sein de la chambre des députés, M. Thiers me demanda de la
tribune si je permettais qu'il rappelât ces paroles: «Sans nul doute,»
lui répondis-je, et il les rappela en effet. Je n'ai rien à ajouter
aujourd'hui à l'explication que j'en donnai alors: «Je ne retire
aucunement ces paroles, dis-je; la chambre comprendra sans peine qu'à
cette époque, redoutant dans l'intérieur du cabinet une séparation
que je n'ai jamais cherchée et que je regretterai toujours, je n'aie
employé, dans mes conversations particulières comme ailleurs, que le
langage qui me semblait propre à la prévenir. J'ajouterai que mon
opinion sur cette question n'a pas été, dès le premier jour, complète
et absolue, comme d'autres peut-être; elle s'est formée, elle s'est
affermie progressivement et en présence des événements. Mais l'honorable
M. Thiers sait, aussi bien que personne et que moi-même, que toutes
les fois qu'il a fallu prendre une résolution, et se prononcer pour ou
contre l'intervention, je me suis prononcé contre. C'est le seul fait
que je tienne à constater en ce moment.»

Il m'est commode de le rappeler aujourd'hui. Le grand argument
qu'invoquaient, en 1835 et 1836, les partisans de l'intervention,
c'était que, sans ce secours, la cause de la reine Isabelle et du
régime constitutionnel serait perdue en Espagne. Vingt-cinq ans se
sont écoulés, vingt-cinq ans de rudes épreuves pour l'Espagne; aucune
intervention n'a eu lieu, et l'Espagne n'en a pas eu besoin; elle s'est
sauvée elle-même. Grande sécurité pour son avenir aussi bien que sujet
d'un légitime orgueil. Entre les amis de l'Espagne, ceux qui ont le plus
espéré d'elle ne sont pas ceux qui l'ont le moins bien connue.

Dès le premier jour, le roi Louis-Philippe fut, dans son conseil, l'un
des plus décidés contre l'intervention; et pour lui, à vrai dire,
c'était sa sollicitude pour la France, plutôt que ses espérances
pour l'Espagne, qui le décidait: «Aidons les Espagnols du dehors, me
disait-il, mais n'entrons pas nous-mêmes dans leur barque; si une fois
nous y sommes, il faudra en prendre le gouvernail, et Dieu sait ce qui
nous arrivera. Napoléon a échoué à conquérir les Espagnols et Louis
XVIII à les retirer de leurs discordes. Je les connais; ils sont
indomptables et ingouvernables pour des étrangers; ils nous appellent
aujourd'hui; à peine y serons-nous qu'ils nous détesteront et nous
entraveront de tous leurs moyens. Rappelez-vous la dépêche où Rayneval,
en nous prêchant l'intervention, en montrait les accompagnements
nécessaires; il faudra, disait-il, que l'armée française, pour
consolider son ouvrage, occupe pendant un temps plus ou moins long
le pays qu'elle aura pacifié; sans quoi le feu s'y rallumerait
indubitablement[10]. Et ne m'avez-vous pas dit que le duc de Frias vous
disait lui-même ces jours derniers que l'intervention de la France en
Espagne ne signifierait rien si elle n'était suivie d'une occupation
de quatre ou cinq années au moins? Croyez-moi, mon cher ministre;
n'employons-pas notre armée à cette oeuvre interminable; n'ouvrons pas
ce gouffre à nos finances; ne nous mettons pas ce boulet aux pieds en
Europe; si les Espagnols peuvent être sauvés, il faut qu'ils se sauvent
eux-mêmes; eux seuls le peuvent; si nous nous chargeons du fardeau, ils
nous le mettront tout entier sur les épaules, et puis ils nous rendront
impossible de le porter.»

[Note 10: Dépêche du 22 mai 1835.]

La réponse du cabinet anglais au gouvernement espagnol vint apporter aux
adversaires de l'intervention un argument de plus. J'en trouve le texte
dans une dépêche de M. Rayneval du 13 juin 1835: «Un courrier est arrivé
ici de Londres hier soir, avec des dépêches de la légation espagnole.
Elles portent que le cabinet anglais décline la demande de coopération
faite par le gouvernement de la reine à ses alliés; qu'il ne s'oppose
pas toutefois au secours que la France, en son propre nom, voudrait
accorder à l'Espagne, mais qu'il ne veut en aucune manière se rendre
solidaire d'une pareille mesure qui pourrait compromettre le repos
général de l'Europe.»

Je ne pense pas que cette dernière considération fût bien sérieuse, ni
le vrai motif du refus du cabinet anglais; si la France et l'Angleterre
eussent été d'accord pour soutenir, avec leurs armées, la reine Isabelle
contre les carlistes, les puissances du Nord n'auraient certainement pas
envoyé les leurs en Espagne à l'appui de don Carlos. Mais quelle qu'en
fût la cause, le parti pris par l'Angleterre de laisser peser sur la
France seule le fardeau et la responsabilité de l'intervention ne
pouvait manquer d'influer sur notre résolution. Le duc de Broglie la
transmit le 8 juin à M. de Rayneval en ajoutant à sa dépêche officielle
une lettre particulière qui portait: «Notre réponse à la demande de
l'Espagne est précisément celle que je vous avais annoncée. Nous avons
posé la question au gouvernement anglais dans les termes les plus
simples, de très-bonne foi, sans faire aucun effort pour influencer
sa détermination. Son refus a été positif. Nous avons laissé ici à
l'opinion le temps de se prononcer; par un concours de circonstances
particulières, nous avons même paru vouloir l'échauffer plutôt que
l'attiédir; les articles insérés dans le _Journal des Débats_[11] en
font foi. Toute la presse, moins ce journal, a pris parti vertement
contre l'intervention, et s'est trouvée cette fois l'organe de la grande
masse du public. Nous avons enfin sondé les opinions individuelles dans
les Chambres: il ne s'est pas rencontré vingt membres qui aient voulu
entendre parler de l'intervention. Lors donc que le cabinet aurait été
décidé et unanime (et il s'en fallait de beaucoup qu'il le fût), toute
tentative de ce genre, exécutée sans le concours de l'Angleterre et
en faisant violence au pays, eût été une entreprise insensée que
l'ascendant de l'opinion aurait bientôt contraint d'abandonner.»

[Note 11: Des 29 et 31 mai, 4 et 7 juin 1835.]

«Vous ne vous étonnerez point que, dans leurs communications
officielles, les cabinets de Londres et de Paris n'aient considéré
l'intervention que sous le point de vue du progrès de l'insurrection
carliste, en laissant entièrement de côté les dangers éventuels qui
peuvent résulter d'insurrections révolutionnaires. Nous apprécions ces
dangers à leur juste valeur; nous n'ignorons pas que les craintes qu'ils
inspirent au gouvernement espagnol sont la cause véritable de la demande
qu'il adresse à la France et à l'Angleterre, et que, s'il n'avait
affaire qu'à don Carlos, il essayerait de résister avec les forces dont
il dispose encore. Mais, quelque fondées que puissent être de semblables
appréhensions, nous ne pouvions les discuter comme fondement d'une
intervention éventuelle, dans des pièces qui, selon toute apparence,
seront portées quelque jour à la connaissance du public. Des
gouvernements constitutionnels, fondés sur la libre discussion, ne
pourraient, dans aucun cas, s'engager dans une intervention dont le but
unique, ou seulement le but principal serait de maintenir au pouvoir
tel ministre plutôt que tel autre, d'écarter telle ou telle nuance
d'opinions. Ce serait à grand'peine que nous pourrions justifier, le
traité du 22 avril 1834 à la main, une intervention entre la régente
et don Carlos; nous ne pourrions justifier sous aucun prétexte une
intervention entre M. Martinez de la Rosa et M. Arguelles ou M.
Galiano.»

Le duc de Broglie avait raison de poser ainsi la question: outre la
guerre civile entre le parti de la reine Isabelle et celui de l'infant
don Carlos, il y avait lutte entre M. Martinez de la Rosa et M.
Arguelles, entre le statut royal et la constitution de 1812,
c'est-à-dire au sein du parti et du gouvernement de la reine Isabelle
elle-même. Nous pouvions avoir et nous avions, sur les mérites
politiques des partis qui, sous le même sceptre, se disputaient ainsi le
pouvoir, une opinion très-arrêtée; nous reconnaissions, dans les idées
et les pratiques du parti radical, le déplorable empire de l'esprit
révolutionnaire, de ses théories et de ses passions; nous souhaitions le
succès du parti modéré; nous voulions le seconder de notre influence; en
lui refusant l'intervention officielle et directe qu'il nous demandait,
nous lui offrîmes tous les secours indirects qui se pouvaient imaginer,
la translation en Espagne de la légion étrangère, l'autorisation de
recruter en France une légion libre, des avances d'armes et de
munitions de guerre; mais ni le traité de la quadruple alliance ne nous
commandait, ni les principes du droit public européen et les intérêts
français ne nous permettaient d'aller au delà, et de mettre au service
de ce parti en Espagne les soldats et les trésors de la France. Après le
refus de l'intervention, la lutte intérieure du gouvernement espagnol
eut le résultat qu'il était aisé de prévoir; M. Martinez de la Rosa
tomba, et pendant trois mois son collègue, M. de Toreno, devenu son
successeur, essaya de gouverner encore au nom du parti modéré; mais ses
concessions et ses tentatives de résistance furent également vaines; les
émeutes populaires, les désordres révolutionnaires, les massacres de
moines et les insurrections au cri de: «Vive la constitution de 1812!»
redoublèrent de violence; M. de Toreno tomba à son tour; et au mois
de février 1836, lorsqu'en France, le cabinet du 11 octobre 1832 se
disloqua à propos de la conversion des rentes, le parti radical,
représenté alors par M. Mendizabal et ses amis, était, en Espagne, en
possession du pouvoir.

Je comprends les tentations de la politique des grandes aventures, et le
plaisir passionné que des esprits généreux peuvent prendre à poursuivre,
à tout prix, le succès d'un dessein mêlé de doute et de mal, mais hardi
et peut-être plein d'avenir. Il est doux de se livrer ainsi à toute
sa pensée, de frapper l'imagination des hommes, et de se croire, en
changeant violemment la face du monde, le ministre de la Providence.
Mais ce n'est point là la politique des gouvernements sains, ni des
peuples libres, ni des honnêtes gens; celle-ci a pour loi le respect du
droit, de tous les droits, le soin des intérêts réguliers et permanents
des peuples, et quelque scrupule comme quelque patience dans l'emploi
des moyens. Quand nous fûmes, après 1830, appelés à agir dans les
affaires de l'Europe, nous n'étions point indifférents à l'état et aux
voeux des nations européennes; nous n'ignorions point qu'il y avait là
bien des plaies à guérir, bien des besoins légitimes à satisfaire. Nous
aussi nous avions, en fait de réformes européennes, nos ambitions et
nos sympathies; et bien des souvenirs puissants, bien des apparences
séduisantes nous poussaient à leur donner cours. Mais nous ne pouvions
nous lancer dans ces entreprises sans y avoir, d'abord pour allié et
bientôt pour maître, l'esprit révolutionnaire, cet empoisonneur des plus
belles espérances humaines. Nous étions de plus convaincus que l'appel
à la force n'était pas le bon moyen d'accomplir les réformes et les
progrès vraiment salutaires que l'Europe appelait de ses voeux. Ce fut
notre résolution de pratiquer une politique assez nouvelle dans les
relations des États, la politique des esprits sensés et des honnêtes
gens. Les maîtres d'un grand et puissant génie n'ont pas manqué au
monde; ils ont déployé, en le gouvernant, des facultés supérieures et
changé avec éclat la taille et la face des États; mais il y a eu, dans
leurs entreprises, tant de conceptions superficielles et démesurées,
tant de combinaisons arbitraires, tant d'ignorance des faits sociaux et
de leurs lois naturelles, tant de volontés égoïstes et capricieuses que
de justes doutes se sont élevés, après eux, sur le mérite définitif de
ce qu'ils avaient pensé et fait, et qu'on a pu avec raison se demander
s'ils avaient servi ou égaré les peuples dont ils avaient manié les
destinées: Charles-Quint, Richelieu, Pierre le Grand ont conquis et
méritent l'admiration de l'histoire; et pourtant, à mesure que le grand
jour de l'histoire s'est levé sur eux, la valeur réelle de leurs pensées
et de leurs oeuvres a paru de plus en plus incertaine, et a été de
jour en jour plus contestée. Que d'objections et de reproches ne leur
adresse-t-on pas aujourd'hui! Que d'erreurs, de lacunes, de conséquences
funestes ne découvre-t-on pas dans leurs oeuvres! Que de mal mêlé aux
succès qui ont fait leur gloire! Nous avions à coeur d'éviter un tel
mélange; nous voulions porter plus de discrétion dans nos entreprises,
les juger nous-mêmes avec plus d'exigence, et ne rien tenter qui ne pût
supporter un examen sévère et une longue épreuve. Je conviens que, pour
les spectateurs comme pour les acteurs, il y a, dans cette politique,
moins de séductions que dans celle des grands hommes ordinaires, et
qu'en s'interdisant les distractions imprévoyantes et les charlataneries
populaires, on aggrave, dans le présent du moins, les difficultés, déjà
si grandes, du gouvernement des États. Mais, pour faire en ce monde un
bien certain et durable, il faut savoir compter sur le droit, la liberté
et le temps. Cette confiance a été, au dehors comme au dedans, la base
de notre conduite. Je n'y ai nul regret, même après nos revers.



                              CHAPITRE XXIII

                   DISLOCATION DU PARTI DE GOUVERNEMENT.

Ma situation et ma disposition après la dislocation du cabinet du 11
octobre 1832.--Ma participation aux débats des Chambres, du 22 février
au 6 septembre 1836.--Mon élection à l'Académie française.--M. de Tracy,
mon prédécesseur.--Mon discours de réception.--L'Académie des sciences
et belles-lettres de Stockholm et le roi de Suède Charles-Jean.--Mort de
l'abbé Sieyès et de M. Carnot.--Mort de M. Ampère, son caractère.--Mort
de M. Armand Carrel, son caractère.--Acquisition et description du
Val-Richer.--L'archevêque de Cantorbéry, Thomas Becket, au Val-Richer,
dans le XIIe siècle.--Situation de M. Thiers en 1836.--Tentative
d'assassinat du roi Louis-Philippe par Alibaud.--Affaires d'Espagne; M.
Mendizabal et ses dispositions envers la France.--Le cabinet
anglais propose l'intervention en Espagne.--Le cabinet français
s'y refuse.--Dépêches de M. de Rayneval à ce sujet.--Mouvements
révolutionnaires en Espagne pour la constitution de 1812.--M. Isturiz
succède à M. Mendizabal.--Le général Quesada, gouverneur de Madrid;
son énergie.--Mesures adoptées par le gouvernement français envers
l'Espagne.--Mission de M. de Bois-le-Comte à Madrid.--Insurrection
militaire de Saint-Ildefonse.--Courage et résistance inutile de la reine
Christine.--Effets de cette insurrection à Madrid.--Le général Quesada
est massacré.--Proclamation de la constitution de 1812.--Dissentiments
dans le gouvernement français sur la question de l'intervention en
Espagne.--Le roi Louis-Philippe et M. Thiers.--Retraite du cabinet du 22
février 1836.


J'ai aimé le pouvoir, et pourtant je n'en suis jamais sorti sans
éprouver un sentiment de bien-être et presque de joie, comme un écolier
laborieux qui entre en vacances, ou comme un homme qui respire à l'aise
en se déchargeant d'un pesant fardeau. Une profonde tristesse me saisit
quand, le 22 février 1836, je rentrai dans cette petite maison où je ne
ramenais pas celle qui, naguère, la remplissait de bonheur; mais c'était
notre maison; elle était pleine de chers souvenirs, et j'y retrouvais
le repos et la liberté, grand charme, après des années de travail et de
combat. C'est le privilège du coeur humain d'admettre au même instant
les sentiments les plus contraires sans se soucier du désaccord et de
l'inconséquence.

J'avais une autre satisfaction, plus superficielle, mais point
indifférente. Le public nous approuvait, mes amis et moi, d'être sortis
du pouvoir pour n'avoir pas voulu y accepter un échec et une situation
embarrassée. La réduction des rentes était fort impopulaire dans Paris;
c'était l'opposition et le tiers-parti qui en avaient fait adopter
la proposition dans la Chambre des députés; derrière les débats, on
soupçonnait une intrigue. Les apparences de l'intrigue viennent vite à
la suite du succès, quand même l'intrigue ne l'a pas déterminé, et il
est périlleux de s'élever par une défaite qu'on a partagée. Des marques
générales d'estime et de sympathie venaient nous chercher dans
notre retraite: je restais chez moi les jeudis soir; l'ambassadrice
d'Angleterre, lady Granville, et sa nièce, la duchesse de Sutherland,
eurent peine un jour à pénétrer dans le petit salon où ma mère recevait
les visiteurs avec une gravité simple et passionnée qui inspirait
l'intérêt en commandant le respect. Ceux-là même de nos amis qui
regrettaient notre résolution, en reconnaissaient le bon effet pour
nous-mêmes: «De si loin, m'écrivait de Saint-Pétersbourg M. de Barante,
je me garde d'affirmer que ce n'était pas nécessaire; mais je m'afflige
du résultat. Des hommes graves, sûrs, fermes, de grand talent et de
haute renommée, sont regrettables en tout temps, et nous ne sommes pas
au point, ce me semble, d'en être privés sans dommage ni danger. Ce
danger, vous le diminuez par une conduite que je savais d'avance; vous
rendez possible le ministère qui vous succède, et vous ne lui laissez
pas la tentation de dériver, encore qu'il soit posé pour cela. M. Thiers
est homme de bon sens, en même temps qu'il a esprit, talent et courage;
mais je crains que sa situation ne soit longtemps en équilibre, et qu'il
ne lui soit, bon gré mal gré, difficile de faire un mouvement. Sa raison
aura eu, je suppose, fort à combattre contre son rêve d'ambition. Il l'a
dit beaucoup, et en vérité, je le crois. Au dehors, je n'aperçois encore
aucun effet; je n'ai nulle inquiétude; la situation est excellente, sans
péril actuel; et même sans les très-bonnes assurances de M. Thiers,
j'étais persuadé que je ne recevrais pas de lui des instructions
différentes. Chacun m'écrit de votre rôle dans la Chambre, de
l'influence que vous y gardez, d'une considération qui s'est encore
accrue. Je m'en félicite et mon amitié en est fière. Je ne sais ce que
vous réservent les événements imprévus et la fluctuation des coteries de
la Chambre; mais je suis sûr que vous ne serez ni impatient, ni ardent.
Bien des opinions, quelques passions même se sont usées; il faut
souhaiter que l'envie devienne aussi décriée et lasse. C'est le venin
des plus mauvais jours de la Révolution; morte est la bête et non pas le
venin.»

Je cite sans embarras ces paroles amies: je cesserais d'écrire ces
Mémoires si je me sentais embarrassé à dire ce qui me paraît vrai et
propre à donner une idée juste des temps et des situations.

J'étais de l'avis de M. de Barante avant qu'il me le donnât, persuadé
que M. Thiers s'appliquerait à maintenir la politique que nous avions
pratiquée ensemble, et décidé à ne rien faire qui pût l'embarrasser.
Pendant la durée de cette session, du mois de février au mois de juillet
1836, je ne pris part que trois fois aux débats, et dans des occasions
où je ne pouvais m'en dispenser; mais il n'est pas au pouvoir des hommes
de supprimer les conséquences des faits; et dans les gouvernements
libres, il n'y a point d'habileté ni de prudence qui puisse empêcher la
vérité de se faire jour; il fut bientôt évident que tout le cabinet du
11 octobre 1832 était nécessaire au maintien de sa politique, et que
sa dislocation entraînerait celle du parti de gouvernement qui s'était
rallié sous son drapeau.

Ce fut sur la question des fonds secrets demandés par le nouveau cabinet
que s'éleva le premier grand débat. Nous étions, mes amis et moi, bien
résolus à les voter sans objection, ce que nous fîmes en effet; mais les
nouveaux amis de M. Thiers, les hommes de l'ancienne opposition, soit
du côté gauche, soit du tiers parti, tinrent à dire, les uns qu'ils ne
voteraient pas les fonds secrets tant que la politique qu'ils avaient
combattue ne serait pas effectivement modifiée, les autres que, s'ils
les votaient, c'est qu'ils comptaient sur cette modification, la jugeant
naturelle et inévitable. Les uns témoignaient leur crainte que le
nouveau cabinet ne fît que continuer l'ancien, les autres leur
espoir qu'étant autre il agirait autrement; les uns et les autres se
répandaient en doutes, en commentaires, en comparaisons, en retours sur
le passé, en demandes d'explications sur l'avenir; le débat n'était, à
vrai dire, qu'une série d'attaques un peu contenues contre la politique
de résistance et d'avances caressantes à la politique de concession. Au
milieu de ces lueurs incertaines, je pris la parole, non pour discuter
les fonds secrets, non pour ajouter mes doutes à tous ces doutes
contraires, mais pour remettre en plein jour la politique que nous
avions soutenue, mes amis et moi, depuis 1830, et pour tirer, non
d'aucune polémique personnelle, mais du véridique tableau des faits, la
démonstration de la nécessité pratique de cette politique comme de sa
légitimité morale, dans l'état de notre pays: «On parle de progrès,
dis-je; le progrès ne consiste pas à marcher aveuglément et toujours
dans le même sens, dans la même voie; le véritable progrès pour la
société, c'est d'obtenir ce qui lui manque; quand la société est tombée
dans la licence, le progrès, c'est de retourner vers l'ordre; quand on a
abusé de certaines idées, le progrès, c'est de revenir de l'abus qu'on
en a fait. Je ne médis point de notre passé; oui, nous avons fait des
révolutions, des révolutions inévitables, nécessaires, glorieuses; mais
après quarante ans de révolution, après tant et de telles explosions des
principes, des habitudes, des pratiques révolutionnaires, ce dont notre
France à besoin, c'est de s'établir, de s'affermir sur le terrain
qu'elle a conquis, de s'éclairer, de s'organiser, de retrouver les
principes d'ordre et de conservation qu'elle a longtemps perdus. Voilà
le progrès véritable auquel elle aspire. Je ne crois pas que ce soit
faire injure à nos illustres devanciers; à nos pères de 1789 et de 1791,
que de ne pas suivre aujourd'hui la même route qu'eux. Je vais plus
loin: je ne doute pas que, dans leur séjour inconnu, ces nobles âmes,
qui ont voulu tant de bien à l'humanité, ne ressentent une joie profonde
en nous voyant éviter les écueils contre lesquels sont venues se briser
tant de leurs belles espérances.»

La Chambre s'émut à ces paroles; M. Odilon Barrot me répondit, avec
mesure et dignité, mais non sans que l'embarras des nouvelles alliances
perçât dans son discours, car il se déclara décidé à persister dans son
opposition à la politique que le nouveau cabinet, auquel il se montrait
favorable, se déclarait décidé à maintenir. Deux des nouveaux ministres,
M. de Montalivet. et M. Sauzet, prirent seuls part au débat. M. Thiers
garda le silence; il avait trop de tact politique pour ne pas sentir le
besoin des situations simples, et il ne lui plaisait pas de se déployer
dans le rôle compliqué qu'il venait d'accepter. Les gouvernements libres
amènent, entre les partis et les personnes, bien des manoeuvres et des
métamorphoses; mais ils les rendent difficiles et pesantes au moment
même où ils les amènent, et pour les acteurs même qui réussissent à les
accomplir.

Quelque temps après ce débat, j'eus, en dehors des Chambres, une
nouvelle et naturelle occasion de mettre en lumière, au moment où elle
semblait un peu voilée, la politique que, depuis 1830, j'avais tantôt
pratiquée moi-même, tantôt soutenue en soutenant ses ministres. Mes amis
de l'arrondissement que je représentais désirèrent me donner, pendant
que je n'étais plus au pouvoir, un témoignage public de leur constante
adhésion; ils se réunirent à Lisieux, le 10 août 1836, dans un banquet
où le duc de Broglie fut aussi invité. En les remerciant de leur fidèle
appui, je me donnai la satisfaction d'exposer ce qu'avait été depuis six
ans et ce que devait être dans l'avenir cette politique de modération et
de résistance au sein de la liberté qui, du temps de Henri IV comme de
nos jours, avait reçu et mérité le nom de politique du juste-milieu.
C'est dans ce discours, et dans celui que je rappelais tout à l'heure
sur la demande des fonds secrets, que j'ai, si je ne me trompe, plus
complètement et plus vivement résumé la conduite qui convenait, selon
moi, à notre gouvernement, ses motifs rationnels et de circonstance, son
mérite moral et pratique. J'étais alors étranger au cabinet; je n'avais
point d'acte particulier à défendre, point de polémique pressante à
soutenir; je parlais en pleine liberté, sans autre souci que celui de ma
propre pensée et le désir de la faire bien connaître, presque avec le
même sentiment que je porte aujourd'hui dans mes souvenirs.

J'étais en faveur dans la Chambre; mon attitude et mon langage
plaisaient à la majorité; je maintenais fidèlement ce qu'elle pensait
et ce qu'elle avait fait, sans lui donner aucun nouvel effort à faire,
aucune nouvelle lutte à soutenir; elle saisissait volontiers les
occasions de me témoigner sa sympathie. La commission du budget avait
proposé, dans le budget du ministère de l'instruction publique, divers
amendements; elle voulait multiplier, sur certains points, le nombre des
chapitres, pour imposer au ministère les liens d'une spécialité plus
rigoureuse; elle demandait que les exemplaires des ouvrages auxquels le
ministère souscrivait pour les encourager, ne pussent être distribués
qu'à des bibliothèques ou à d'autres établissements publics, jamais à de
simples particuliers; on taxait de faveur et d'abus les dons que
j'en avais faits à certaines personnes. Je combattis l'un et l'autre
amendements: j'insistai sur l'inconvénient d'entraver l'administration
dans des règles trop étroites, que plus tard des faits imprévus la
mettaient souvent dans la nécessité d'enfreindre, à moins qu'au
détriment de l'intérêt public, elle ne méconnût les faits mêmes et n'en
tînt nul compte. J'entrai dans des détails précis sur les distributions
individuelles que j'avais faites des ouvrages acquis par souscription,
et je réclamai fortement, au nom des sciences et des lettres mêmes,
contre l'interdiction qu'on voulait prononcer. Malgré les efforts du
rapporteur du budget et de ses amis, la Chambre me donna raison et
rejeta les deux amendements; mes arguments l'avaient touchée et elle
avait confiance en moi dans ces matières; de plus, elle faisait avec
plaisir acte de bienveillance envers l'un des plus fidèles représentants
de sa politique, et acte d'indépendance envers le nouveau cabinet
qu'elle soutenait par raison plus que par goût. Si j'avais encore été
ministre, je n'aurais peut-être pas obtenu le même succès.

Le débat sur les affaires de l'Algérie fut la troisième et la dernière
occasion où je pris la parole dans cette session, et je la pris pour
appuyer les demandes d'hommes et d'argent que formait le cabinet.
J'avais, dès l'origine, porté à cette question un vif intérêt; quand des
doutes s'étaient élevés sur la conservation même de notre conquête, je
les avais repoussés de tout mon pouvoir; et en 1836, à l'approche d'une
discussion nouvelle, les colons, déjà établis en Algérie, m'écrivirent
pour me témoigner leur confiance et me demander de prendre encore en
main leur cause[12]. Je n'avais pas besoin de cette provocation pour
réclamer, dans l'intérêt de notre établissement, toutes les forces,
toutes les mesures nécessaires à sa sûreté et à sa prospérité; mais ce
qui, depuis 1830, s'était passé à plusieurs reprises en Algérie, et
ce que je pensais des dispositions du gouverneur général en 1836,
le maréchal Clausel, guerrier éminent bien plus que politique et
administrateur prévoyant, m'inspirait quelque inquiétude, et je crus
devoir m'en expliquer devant la Chambre: «Il y a, dis-je, une conduite
que je me permettrai d'appeler agitée, guerroyante, jalouse d'aller
vite, d'aller loin, d'étendre brusquement, par la ruse et par la force,
la domination française, la domination officielle française, sur toutes
les parties, sur toutes les tribus de l'ancienne Régence. Il y a une
autre conduite moins inquiète, moins guerroyante, plus lente, plus
pacifique, qui aurait pour objet d'établir fermement l'autorité
française sur certaines parties du territoire, sur les parties les plus
appropriées aux premiers temps de notre occupation, et qui, s'appliquant
de là à entretenir de bonnes relations avec les indigènes, ne les
inquiéterait pas immédiatement sur leur indépendance, et ne leur ferait
la guerre que par force, en cas d'absolue nécessité. Je crois que l'état
de l'Afrique, l'état de la France, l'état de l'Europe, toutes les
raisons imaginables repoussent la première conduite, la conduite
guerroyante, agitée, et conseillent la conduite lente, pacifique,
mesurée.» Je ne sais si M. Thiers vit dans mes paroles quelque chose
qui le touchait personnellement, ou s'il se crut obligé de couvrir le
maréchal Clausel à qui seul s'adressait mon inquiétude; quoi qu'il en
soit, il me répondit sur-le-champ, non sans quelque impatience, me
demandant d'expliquer avec plus de précision le sens de mes conseils
qu'il appelait des leçons. Je me défendis de ce terme: «Je n'ai jamais
eu, dis-je, et n'aurai jamais la prétention de donner ici des leçons à
personne; les paroles qui descendent de cette tribune ne sont point des
leçons; nous y disons tous notre avis avec une entière liberté; c'est
notre avis, rien de plus.» Je rappelai que, pendant que je siégeais dans
le cabinet, et au moment même où le gouverneur général de l'Algérie en
avait reçu ses instructions, j'avais exprimé le même avis. Le maréchal
Clausel dit, sur la conduite qu'il avait dessein de tenir, quelques
paroles mesurées, et le débat n'alla pas plus loin.

[Note 12: _Pièces historiques_, n° VI.]

La session fut close; aucune occasion publique de dissentiment entre les
divers éléments de la majorité ne se présenta plus; mais évidemment, il
n'y avait entre eux plus d'union; les méfiances, les déplaisirs, les
tiraillements mutuels se développaient de jour en jour; et bien que
contenu, le mal était senti dans le public comme dans les Chambres,
au dehors comme au sein du pays: «Votre position est noble et grande,
m'écrivait de Saint-Pétersbourg M. de Barante; votre parole n'a jamais
été plus grave et mieux écoutée; pas seulement de la Chambre, mais d'un
bout de l'Europe à l'autre, et même ici où l'on s'occupe très-peu du
détail de notre politique intérieure. Et pourtant, comment tout cela
finira-t-il? Comment se rajustera une combinaison qui était encore
nécessaire? Combinaison qui n'était pas seulement de personnes et de
noms propres.» M. de Barante avait raison dans son inquiétude; le grand
parti de gouvernement qui s'était formé sous les cabinets du 13 mars
1831 et du 11 octobre 1832, et qui avait fait leur force, flottait
incertain et disloqué.

Un heureux incident littéraire fit, à cette époque, diversion, pour moi,
aux préoccupations politiques: un siège vint à vaquer dans l'Académie
française; M. de Tracy mourut le 9 mars 1836; je fus élu le 28 avril
pour le remplacer. Aucun concurrent ne se présenta pour me disputer cet
honneur, et sur vingt-neuf académiciens présents à la séance, vingt-sept
me donnèrent leur voix; il y eut deux billets blancs.

Le devoir que m'imposait ce succès me convenait presqu'autant que le
succès même m'était agréable. Sans avoir intimement connu M. de Tracy,
je l'avais assez souvent rencontré dans le monde, entre autres chez
madame de Rumford, et je m'étais dit plus d'une fois que je serais
heureux de lui succéder à l'Académie, et d'être, à ce titre, appelé
à parler de lui et de son temps. Ce noble vieillard, ami sérieux et
sincère de la justice universelle, de la liberté politique, de tous les
droits et de toutes les espérances des hommes, invariablement fidèle
à ses idées et à ses amis, était, à la fin de sa vie, triste, morose,
retiré en lui-même, froid et indifférent en apparence pour cet avenir
de l'humanité qui avait si constamment préoccupé sa pensée: «Je ne suis
plus de ce monde, disait-il avec quelque amertume; ce qui s'y passe
ne me regarde plus.» Je voyais en lui un digne représentant et une
frappante image de ce siècle où il avait vécu, et qu'il avait vu finir
au milieu d'épreuves si cruelles et de si douloureux mécomptes. Naguère,
quand j'ai eu l'honneur de présider l'Académie française pour la
réception de mon savant ami, M. Biot, j'ai essayé de caractériser le
XVIIIe siècle en l'appelant «un siècle de sympathie et de confiance
jeune et présomptueuse, mais sincère et humaine, dont les sentiments
valaient mieux que ses principes et ses moeurs, qui a beaucoup failli
parce qu'il a trop cru en lui-même, doutant d'ailleurs de tout, mais
pour qui il est permis d'espérer qu'un jour, quand ses fautes paraîtront
suffisamment expiées, il lui sera beaucoup pardonné parce qu'il a
beaucoup aimé.» En 1836, je portais à cette grande époque, dont les
derniers survivants m'avaient accueilli dans la vie sociale avec une
généreuse bienveillance, les mêmes sentiments que j'ai exprimés en 1857,
et la mémoire de M. de Tracy me semblait l'occasion la plus favorable
qui me pût échoir pour la juger avec indépendance en la peignant avec un
respect reconnaissant.

Ce fut là l'objet et le caractère du discours que je prononçai le 22
décembre 1836 devant l'Académie, quand j'eus l'honneur d'être admis dans
son sein. En le relisant aujourd'hui, je le trouve vrai et équitable
dans l'appréciation du XVIIIe siècle, de ses doctrines philosophiques et
de son influence sociale, de ce que ce siècle a été en lui-même et de ce
qu'il a fait pour ses successeurs. Mais mon discours ne rencontra pas,
dans l'Académie et dans son public, toute la sympathie que j'aurais
souhaitée; l'école philosophique du XVIIIe siècle était encore là
nombreuse et puissante, et elle y avait pour représentants, comme il
arrive quand les écoles vieillissent, non plus ses grands chefs, mais
quelques-uns de leurs disciples les plus intraitables; ils avaient de
l'humeur contre la philosophie spiritualiste et religieuse renaissante;
aux controverses philosophiques se rattachaient des dissentiments
politiques et littéraires qui en aggravaient l'âpreté. Les esprits ainsi
disposés trouvèrent mon discours sec et même dur pour le XVIIIe siècle,
ses principes et ses maîtres; c'était, dirent-ils, un discours purement
doctrinaire. Il l'était en effet, trop pour le moment et le lieu où il
fut prononcé, trop peut-être aussi par la physionomie des idées et les
formes du langage; à peine sorti de l'arène politique, je prenais
un secret plaisir à n'y plus vivre, à ne m'inquiéter d'aucune sorte
d'adversaires, et à m'abandonner librement à ma propre pensée, comme
si je ne parlais que pour moi seul. J'oubliai trop ce jour-là, devant
l'Académie, les luttes que j'avais soutenues ailleurs et le soin qu'en
parlant il faut toujours prendre des préventions et des goûts de ceux
qui écoutent.

J'eus en revanche, ce même jour, une bonne fortune bien supérieure à
la douceur un peu banale des compliments académiques. L'Académie était
présidée par l'un des esprits les plus élevés et des coeurs les plus
généreux qui se soient rencontrés dans ses rangs, le comte Philippe de
Ségur, adonné comme moi aux études historiques, et dans la vie politique
l'un de mes plus fidèles amis. Il parla de moi dans des termes
qu'aujourd'hui encore je ne relis pas sans ressentir vivement le prix et
le charme de l'amitié qui les a inspirés.

Deux ans après ma réception à l'Académie française, l'Académie des
sciences historiques, antiquités et belles-lettres de Stockholm me
fit l'honneur de me nommer l'un de ses membres; et je reçus, à cette
occasion, une lettre d'un homme qui, dans notre temps d'étranges
destinées, a eu l'une des plus singulières comme des plus grandes,
du roi de Suède Charles-Jean, avec qui je n'avais jamais eu aucune
relation. J'insère ici cette lettre comme un curieux _spécimen_ du tour
d'esprit original et caressant avec emphase de ce roi de fortune qui,
tout en se livrant parfois à de chimériques ambitions, a su se maintenir
sur le trône où le choix populaire l'avait appelé, et y établir sa
dynastie. Il m'écrivit le 8 juin 1838:

«Monsieur Guizot,

Quand j'ai sanctionné votre nomination comme membre de l'Académie des
sciences historiques, antiquités et belles-lettres de Stockholm, j'ai
cédé à la spontanéité de mon âme en exprimant la satisfaction que
j'éprouvais de ce choix. Les personnes qui liront vos ouvrages
applaudiront aux paroles que j'ai prononcées; et moi, monsieur Guizot,
je me félicite de ce que le hasard et ma conviction m'aient fourni
l'occasion de faire connaître, à ceux qui se trouvaient en ce moment
près de moi, le tribut de l'estime que vous m'avez inspirée, et qui vous
est due à tant de titres.

Votre bien affectionné,
CHARLES-JEAN.»


L'année 1836 vit mourir, avec M. de Tracy, plusieurs hommes dont, à des
titres différents, le nom est resté et restera célèbre comme le sien;
deux de ses contemporains, l'abbé Sieyès et M. Carnot, et dans notre
propre génération, le grand physicien philosophe M. Ampère et M. Armand
Carrel. Je n'ai pas personnellement connu les deux premiers, et je
m'abstiendrai de dire, à leur sujet, toute ma pensée; on la trouverait
probablement trop sévère, aussi bien sur leur esprit que sur les actes
de leur vie; les temps de révolution sont des temps d'idolâtrie comme de
haine; bien des hommes y jouissent de beaucoup plus de renom qu'ils n'en
méritent, et y commettent des actions beaucoup plus mauvaises qu'ils ne
le sont eux-mêmes; quand on ne les juge que sur le bruit public et les
apparences, on court grand risque d'admirer puérilement ou de condamner
avec une excessive rigueur. Mais j'ai bien connu M. Ampère et M. Armand
Carrel, et en parlant d'eux je suis sûr d'en parler sans prévention
empruntée et selon mon propre jugement. Je n'ai garde de vouloir les
peindre et les apprécier ici tout entiers; mais je tiens à dire, sur
l'un et l'autre, ce qui m'a surtout frappé en eux, et quel était, à mon
avis, le caractère essentiel de leur supériorité. M. Ampère en avait
une qui a toujours été et qui semble devenir de plus en plus rare;
il portait à la science un amour naïf et immense, pur de toute
préoccupation personnelle, de vanité aussi bien que de fortune; c'était
un spectateur et un scrutateur passionné de la nature, de ses lois et de
ses secrets; et la nature n'était pas, pour lui, tout entière dans ce
qu'il pouvait voir de ses yeux et toucher de ses mains, ni même dans
les travaux abstraits de son esprit; ce profond géomètre, ce physicien
inventeur croyait au monde moral aussi bien qu'au monde matériel,
et étudiait l'âme humaine avec autant d'ardeur et de foi que les
combinaisons des molécules ou des chiffres. Je me rencontrai un jour
avec lui et son illustre rival, sir Humphry Davy, qui faisait à Paris un
court séjour; M. Cuvier et M. Royer-Collard étaient de la réunion;
après s'être promenée en divers sens, la conversation s'arrêta sur
les questions philosophiques, spécialement sur les fondements de la
psychologie et de la morale; sir Humphry Davy et M. Ampère y prenaient
l'un et l'autre un vif intérêt; mais sir Humphry était évidemment
animé du désir de se montrer, devant ses savants amis, aussi profond
métaphysicien qu'il était habile chimiste; l'amour-propre avait, au goût
qu'il étalait pour les recherches philosophiques, une assez grande part.
M. Ampère s'y livrait, au contraire, dans la conversation comme dans son
cabinet, avec la passion la plus désintéressée, uniquement préoccupé de
découvrir la vérité; puis, quand il croyait l'avoir découverte, il ne
s'inquiétait que de la faire comprendre et admettre, pas du tout de
se faire admirer. Ame vraiment simple autant que fécond génie, qui
cherchait partout la lumière, dans les régions célestes comme dans les
terrestres, pour le seul plaisir de la contempler et de la répandre.

Le caractère original et éminent de M. Armand Carrel, c'est qu'il était
capable d'être tout autre que ce qu'il a été et de faire tout autre
chose que ce qu'il a fait. Non que je tienne peu de compte des
puissances qu'il a aimées et servies, la république, la démocratie et la
presse; à part même la force qu'elles possèdent de nos jours, il y a,
dans les idées et les sentiments que réveille leur nom, une large mesure
de vérité et de grandeur. Mais M. Armand Carrel portait en lui un autre
homme qu'un républicain, un démocrate et un journaliste. J'ai été en
rapport avec lui à deux époques et dans deux occasions très-différentes:
j'avais peu remarqué ses premiers écrits, et sa petite _Histoire de la
contre-révolution en Angleterre sous Charles II et Jacques II_ n'était
pas faite pour me donner, de ses lumières historiques, une haute idée;
en 1828, quand je commençai à publier la _Revue française_, il vint me
voir et m'apporta, sur l'état de l'Espagne et l'expédition française en
Espagne en 1823, deux articles qui furent insérés dans ce recueil; je
fus frappé, et le public aussi, de la forte justesse et de l'impartiale
liberté d'esprit comme du talent précis et ferme qu'y déployait
l'auteur, naguère conspirateur émigré et acteur dans cette courte
histoire. Sa personne franche et digne me plut d'ailleurs autant que son
talent. En 1830, pendant les journées mêmes de Juillet, je vis plusieurs
fois M. Carrel; et après la révolution accomplie, comme ministre de
l'intérieur, je l'envoyai dans les départements de l'Ouest, avec mission
d'en observer l'état et d'y porter des paroles d'équité et de paix.
Ses rapports, pendant son voyage, furent pleins de sagacité et de
modération. Quand il revint à Paris, je lui offris une préfecture, à
laquelle je l'avais déjà fait nommer; il refusa, par deux motifs, l'un
de situation personnelle qu'il me dit, l'autre de fierté blessée qu'il
ne me dit pas; il fut choqué de ne pas être placé, dans la carrière
politique, au même rang que ses deux éminents compagnons, M. Thiers et
M. Mignet, dans les luttes qu'avait soutenues le _National_. J'eus tort
de ne pas reconnaître à l'instant cette plaie secrète que, parmi les
hommes alors en pouvoir et malgré nos embarras du moment, personne, je
crois, ne se fût refusé à guérir. Je le regretterais encore aujourd'hui
si je pensais qu'une situation différente eût donné, aux dispositions
intérieures et à la vie de M. Carrel, un autre cours; mais je ne le
pense pas; il y avait en lui des lacunes et des passions qui l'auraient
toujours emporté sur les influences de sa position extérieure, et
l'auraient rejeté dans les voies où il a marché. Cet observateur, qui
portait, dans l'appréciation des faits particuliers et dans les vues
pratiques qu'ils lui suggéraient, tant de justesse et de liberté
d'esprit, n'avait point de principes d'ensemble, et ne tirait pas, de
son bon sens quotidien, les idées générales qui en eussent été les
conséquences légitimes. Ce juge indépendant et sagace des erreurs et des
fautes du parti qu'il avait embrassé dès ses premiers pas dans la vie
n'en subissait pas moins, à tout prendre et dans les circonstances
décisives, le joug de ce parti. Ce caractère plein d'instincts élevés et
généreux, mais aussi de mouvements impétueux et personnels, ne trouvait
pas dans de saines croyances morales la règle et la mesure dont il eût
eu besoin. Cet admirateur soumis de la discipline militaire avait, dans
la vie politique, un goût farouche d'indépendance, et repoussait avec
une impatience hautaine les supériorités, les rivalités, les obstacles,
les lenteurs. C'était un ambitieux qui eût voulu être tout à coup porté
au sommet de l'échelle et qui peut-être y eût bien tenu sa place, mais
qui ne pouvait souffrir d'avoir à en monter avec travail les échelons.
Son ferme esprit ne le préservait pas des emportements de passion ou des
boutades d'humeur, de même que son antipathie pour le désordre et la
vulgarité ne l'empêchait pas de subir des influences désordonnées et
vulgaires. Ce furent là les circonstances de position et les tendances
de nature qui décidèrent du sort de M. Carrel, étouffèrent en lui
quelques-uns de ses plus beaux dons, et firent de lui le plus noble et
le plus judicieux, mais aussi le plus impuissant et le moins satisfait
des républicains, des démocrates et des écrivains de l'opposition.
Mélancolique exemple du mal que peuvent faire à un homme rare son temps,
son parti, et ses propres défauts acceptés de lui-même sans combat. M.
Armand Carrel a consumé, dans une vie incomplète, incohérente, stérile
et triste, des qualités de caractère et d'esprit faites pour atteindre
et pour suffire à une destinée plus grande pour lui-même et plus utile
pour son pays. Au dire de ses amis, il avait, dans les derniers temps
et peu avant la déplorable rencontre où il succomba, des accès d'une
tristesse pleine d'ennui et presque de sinistres pressentiments:
lassitude naturelle à un homme engagé dans des voies où il était entré
avec des passions sincères, mais où il ne trouvait pas et où il espérait
moins de jour en jour la satisfaction de ses plus saines pensées et de
ses plus nobles penchants.

Je profitai, à cette époque, de mon loisir politique pour satisfaire un
désir formé depuis longtemps en acquérant en Normandie, au milieu de la
population qui me témoignait, depuis sept ans, tant de confiance et de
sympathie, une habitation qui pût devenir mon lieu de vacance tant que
je serais engagé dans l'arène, et de retraite quand j'en sortirais sans
retour. Un de mes amis de Lisieux me mena voir, à trois lieues de la
ville, l'abbaye et la ferme du Val-Richer, alors à vendre. Il ne restait
de l'ancien monastère que la maison de l'abbé, point ancienne elle-même,
car elle avait été reconstruite vers le milieu du siècle dernier;
l'église attenante à l'abbaye et les bâtiments claustraux qui en
dépendaient avaient été détruits pendant la Révolution; la maison,
solide et spacieuse, était au dedans très-imparfaitement terminée et
déjà fort délabrée; des murs, restes des anciennes constructions, de
vieux pommiers plantés çà et là, des cultures potagères, de petits
lavoirs pour les usages domestiques l'entouraient de toutes parts et
jusque sous les fenêtres; tout avait l'air grossièrement rustique et un
peu abandonné. Point de route pour arriver là; on n'y pouvait venir
qu'à cheval, ou en obtenant de la complaisance des voisins le passage à
travers leurs champs. Mais le lieu me plut: la maison, située à mi-côte,
dominait une vallée étroite, solitaire, silencieuse; point de village,
pas un toit en vue; des prés très-verts; des bois touffus, semés de
grands arbres; un cours d'eau serpentant dans la vallée; une source vive
et abondante à côté de la maison même; un paysage pittoresque sans être
rare, à la fois agreste et riant. Je me promis d'arranger commodément la
maison, d'abattre des murs, de faire des plantations, des pelouses,
des talus, des allées, des percées, des massifs, d'obtenir que
l'administration ouvrît des chemins dont le pays avait besoin au moins
autant que moi, et j'achetai le Val-Richer.

Ce ne fut pas le seul aspect du lieu qui me plut; il avait une histoire,
et de grands noms se mêlaient aux traditions de l'abbaye. Elle avait
été fondée vers le milieu du XIIe siècle, d'abord près de Vire, par des
donations faites à saint Bernard et à Nivard son frère; quelques années
après, les moines trouvant cette première résidence étroite et malsaine,
le monastère, en vertu de nouvelles donations, fut transporté au Val dit
de Richer, près de Cambremer, fief dépendant de l'évêché de Bayeux, et
un disciple de saint Bernard, Thomas, moine de Clairvaux, en fut le
premier abbé. Lorsque, sept cents ans après, je devins propriétaire
de cette terre et de cette maison qui n'avaient plus ni seigneur, ni
moines, un vieux paysan, adjoint à la mairie de Saint-Ouen-lePaing
qui est le chef-lieu de ma commune, me dit un jour: «Si vous voulez,
monsieur, je vous mènerai dans les bois du Val-Richer, à l'endroit où le
saint allait faire ses prières.--Quel saint? lui dis-je.--Ah, je ne sais
pas son nom, mais il y a eu un saint qui a demeuré au Val-Richer, et
qui allait faire ses prières dans le bois, à un endroit dont on se
souvient.» Je fis des questions à de mieux instruits que l'adjoint
de Saint-Ouen-le-Paing, et j'appris bientôt, par les plus savants
archéologues normands, que le célèbre archevêque de Cantorbéry, Thomas
Becket, pendant son exil en France, de 1165 à 1170, était venu à Lisieux
et de là au Val-Richer, dont l'abbé Robert Ier était de ses amis, qu'il
y avait séjourné plusieurs mois, menant la vie des moines, se livrant
aux mêmes travaux comme aux mêmes exercices pieux, et qu'on y avait
conservé longtemps les restes des ornements ecclésiastiques sous
lesquels il y avait célébré la messe[13]. De tels souvenirs ne pouvaient
être indifférents à un historien devenu propriétaire en Normandie, et
ils donnèrent pour moi, à mon établissement, au Val-Richer, un petit
charme de plus.

[Note 13: _Pièces historiques_, n° VII.]

C'était fort loin, en 1836, d'être déjà un établissement; non-seulement
l'état des lieux mêmes ne l'eût pas permis, mais l'état des affaires
publiques et l'avenir prochain qui se laissait entrevoir rendaient peu
probable que je restasse hors de l'arène politique et que je pusse
faire à la campagne un long séjour. Au moment où je m'occupais de
l'acquisition du Val-Richer, le ministère de M. Thiers chancelait, et
les observateurs un peu exercés pressentaient déjà sa chute et son
successeur.

M. Thiers était arrivé au pouvoir avec la faveur du Roi, et accepté
de bonne grâce, je dirais presque avec bon vouloir, par les cabinets
étrangers et leurs représentants à Paris. Son brillant, fertile et
flexible esprit, la facilité de son caractère, l'animation et l'abandon
de sa conversation, rendaient les relations avec lui aussi agréables que
commodes, et presque tous les diplomates, notamment les ambassadeurs
d'Autriche et de Russie et le ministre de Prusse, s'y portèrent avec cet
empressement et cette complaisance qui ressemblent à une bienveillance
sérieusement préméditée. L'ambassadeur d'Angleterre, lord Granville,
fut plus réservé; il gardait au duc de Broglie une amitié fidèle et
regrettait sa retraite. Je ne pense pas que M. Thiers se méprît sur la
valeur de ces apparences; mais il s'y plaisait, et ce qui plaît influe
toujours un peu; Ce fut bientôt une idée fort répandue que l'alliance
franco-anglaise se refroidissait, et que le gouvernement du roi
Louis-Philippe se tournait vers les grandes puissances du continent. La
conjecture était fort exagérée et superficielle: M. Thiers a, je pense,
toujours attaché à l'intimité de la France et de l'Angleterre la même
importance; seulement, il croyait trouver, en 1836, dans les autres
cabinets européens, surtout à Vienne, des dispositions plus favorables,
et il y répondait à son tour, se promettant d'en profiter pour le prince
qu'il servait et pour son propre crédit.

Mais quelque soin qu'on prît de part et d'autre pour la prolonger et
l'exploiter, cette lune de miel diplomatique dura peu et fut sans
résultats. Divers incidents en troublèrent ou en abrégèrent le cours. En
France, en Belgique, en Suisse, les menées révolutionnaires des réfugiés
politiques contre leurs anciens gouvernements continuaient; elles
amenèrent l'occupation temporaire de la république de Cracovie par les
trois puissances du Nord, et de fortes démarches européennes auprès
du gouvernement fédéral de la Suisse pour en obtenir l'expulsion des
conspirateurs. Dans l'une et l'autre affaire, M. Thiers se joignit au
prince de Metternich, soit par une claire adhésion, soit par une action
positive. Il ne fit en cela rien que de conforme aux règles du droit
public et aux intérêts légitimes de l'ordre européen; mais cette
politique, à laquelle le cabinet anglais demeura étranger, excita
dans l'opposition en France de bruyantes colères, créa en Suisse
de désagréables embarras, et ne valut pas au gouvernement du roi
Louis-Philippe le retour qu'il en avait espéré. Ce fut à cette époque
que M. le duc d'Orléans et M. le duc de Nemours firent en Allemagne
le voyage projeté et préparé sous le cabinet précédent; ils reçurent
partout, à Vienne comme à Berlin, et de la part des populations comme
des gouvernements, le plus favorable accueil; mais les négociations
officieusement entamées pour le mariage de M. le duc d'Orléans avec
l'archiduchesse Marie-Thérèse, fille de l'archiduc Charles, demeurèrent
sans succès; l'archiduc ne s'y montra point contraire; l'ambassadeur
de France à Vienne, M. de Sainte-Aulaire, qui avait déconseillé la
tentative, s'employa avec autant de tact que de zèle pour la faire
réussir; mais les préventions malveillantes de l'empereur d'Autriche, de
sa famille et de sa cour, contre le gouvernement issu de la révolution
de 1830, furent les plus fortes; et malgré la réserve gardée des
deux parts, cette entreprise diplomatique, dont M. Thiers s'était
probablement promis, pour son ministère et pour lui-même, de l'éclat et
de l'avenir, devint pour lui l'occasion, aux Tuileries, d'un mécompte et
en Europe d'un échec.

A l'intérieur, et pendant que les princes étaient encore en voyage, un
sinistre incident, l'attentat de l'assassin Alibaud, jeta le cabinet
dans un grand trouble. Le 25 juin, comme le Roi, accompagné de la Reine
et de madame Adélaïde, passait sous le guichet des Tuileries pour
retourner à Neuilly, le bout d'une canne se posa sur la portière de la
voiture; un coup de fusil partit; la voiture fut pleine de fumée; la
balle alla se loger au-dessus de la portière opposée; la bourre resta
dans les cheveux du Roi. Il s'inclinait en ce moment pour saluer la
garde nationale qui lui portait les armes; cette circonstance fit son
salut. L'émotion fut générale et profonde; à quoi servaient donc les
essais de conciliation des partis, les paroles d'amnistie, toutes les
perspectives de la politique de concession? N'était-on entré dans des
voies nouvelles que pour y rencontrer les mêmes crimes et les mêmes
périls avec le mécompte de plus?

On a dit qu'à la suite de cet attentat, le désir était venu de relever
le drapeau de la politique de résistance, que des ouvertures avaient été
faites pour rappeler dans le cabinet ses plus décidés représentants, que
j'avais eu, à ce sujet, une entrevue avec M. Thiers, que le ministère
des finances avait été offert à M. Duchâtel, que nous nous étions
refusés à ces propositions, que j'avais même quitté Paris pour n'en plus
entendre parler. Rien n'était vrai dans ces assertions, sinon le bruit
qui s'en répandit et qui révélait le trouble dont les esprits furent
alors saisis. On se promet tour à tour, des politiques diverses, plus
qu'elles ne peuvent accomplir; la politique de résistance n'avait pas
prévenu Fieschi; la politique de concession ne prévint pas Alibaud; il y
a des coups qu'aucune main humaine n'est sûre de détourner, et ce n'est
pas à de tels incidents que se mesure le mérite des maximes et des
conduites de gouvernement. Ce qui frappa justement le public dans cette
circonstance, ce fut la vanité des confiances et des promesses du
tiers-parti; le cabinet en fut sensiblement affaibli; mais c'était
devant d'autres événements et par d'autres causes qu'il devait
succomber.

Au moment où il s'était formé, il avait trouvé le gouvernement espagnol
en mauvaise veine et pour l'Espagne elle-même, et pour ses rapports avec
la France. Au mois de septembre 1835, le dernier représentant du parti
modéré, le comte de Toreno, était tombé, et il avait eu pour successeur
l'un des plus étourdis comme des plus hardis parmi les chefs du parti
radical, M. Mendizabal. L'Espagne entra alors dans la voie qui devait
aboutir au rétablissement révolutionnaire de la constitution de 1812 et
à la prépondérance diplomatique de l'Angleterre, jadis l'alliée et le
soutien des auteurs de cette oeuvre essentiellement anarchique, soit
qu'elle dût régir une république ou une monarchie: «Le gouvernement
du Roi ne doit pas ignorer, écrivait le 15 septembre 1835 le comte de
Rayneval au duc de Broglie, que M. Villiers a pris la part la plus
active à toutes les manoeuvres qui ont eu pour objet le renvoi de M. de
Toreno et le triomphe de M. Mendizabal.... Cet appui public, donné par
le ministre d'Angleterre à un homme que, malgré ses protestations de
modération et d'attachement à la reine et à la forme de gouvernement que
l'Espagne a reçue d'elle, les libéraux exaltés continuent à regarder
comme leur chef, leur a causé une vive satisfaction. Ils se croient
sûrs de la protection du cabinet britannique, à quelque excès qu'ils se
portent.» À peine en possession du pouvoir, M. Mendizabal prit en effet
ouvertement l'attitude d'ami particulier, je ne veux pas dire de protégé
de l'Angleterre; non-seulement il repoussa toute idée d'intervention
française, déclarant qu'il saurait suffire, avec les seules forces
espagnoles, à la répression de l'insurrection carliste; mais il alla
jusqu'à témoigner pour la France une malveillance indiscrète: «Il y
a quelques jours, écrivit le 22 septembre M. de Rayneval au duc de
Broglie, deux personnes, qui ont anciennement occupé des places dans
l'administration, sont allées lui demander des passe-ports pour la
France. Il leur a dit qu'il aurait désiré ne pas les voir quitter
l'Espagne en ce moment, leur départ montrant peu de confiance dans le
gouvernement actuel; que cependant il ne s'y opposait pas, mais qu'en
ami il leur conseillait d'aller partout ailleurs qu'en France, parce
qu'il était possible que, d'ici à peu de temps, les relations de
l'Espagne avec ce pays changeassent tout à fait de nature.» Cette
ostentation anti-française ne dura pas longtemps; M. Mendizabal
s'aperçut qu'elle lui nuisait fort en Espagne, dans le pays comme dans
les Cortès, et aussi mobile que présomptueux, il changea brusquement
d'attitude et de langage: «Maintenant, écrivait le 13 novembre M. de
Rayneval, ce ministre, qui paraissait vouloir se passer de la France,
répète à tout le monde que c'est d'elle, et d'elle seule, que dépend
l'affermissement du trône d'Isabelle; que, quelques efforts que fasse le
gouvernement espagnol, il ne parviendra jamais à terminer entièrement la
guerre civile si le gouvernement français, en se renfermant toutefois
dans les limites des stipulations de la quadruple alliance, ne lui
prête pas, à cet effet, un appui sincère et efficace.» Cette bruyante
conversion, imposée par la nécessité, était plus apparente que réelle;
au fond, c'était toujours sur l'Angleterre que s'appuyait M. Mendizabal,
prêt, pour s'assurer cet appui, aux concessions que le cabinet anglais
pouvait désirer. Le 4 décembre 1835, M. de Rayneval écrivit au duc de
Broglie: «Je viens d'apprendre d'une manière positive, mais sous le
sceau du plus profond secret, que la difficulté de présenter et de faire
passer aux chambres une loi de douanes avait déterminé M. Mendizabal à
conclure, avec l'Angleterre, un traité de commerce, profitant, à cet
égard, de la latitude que le statut royal a laissée à la couronne; que
cette négociation se suit entre M. Mendizabal et M. Villiers seuls, sans
qu'aucun des employés de la secrétairerie d'État ait été mis dans
le secret; qu'ils se servent, pour les écritures nécessaires, d'un
secrétaire particulier que M. Mendizabal a amené d'Angleterre; enfin
que la plupart des articles sont déjà rédigés, et que M. Mendizabal a
ordonné de dresser les pouvoirs nécessaires pour signer l'acte qu'il a
préparé en secret. Je prie le gouvernement du Roi de me transmettre ses
instructions à ce sujet le plus tôt possible; j'attendrai votre réponse
avec impatience.» La réponse avait devancé la demande; averti de son
côté de la négociation engagée à Madrid, le duc de Broglie avait, dès le
28 novembre, prescrit à M. de Rayneval de rappeler à M. Mendizabal que
tous les traités assuraient, en Espagne, à la France le traitement de
la nation la plus favorisée; l'ambassadeur devait bien expliquer au
ministre espagnol que ce n'était pas à l'égalité nominale de traitement
que nous prétendions, mais à une égalité réelle, par des équivalents
propres à satisfaire le commerce français; M. de Rayneval avait enfin
à déclarer que, si des arrangements commerciaux étaient conclus entre
l'Angleterre et l'Espagne dont la France fût exclue, le traité de la
quadruple alliance recevrait par là une atteinte que l'Espagne ne
tarderait peut-être pas à regretter. Cette déclaration, solennellement
renouvelée les 12 et 19 décembre[14], arrêta la négociation entamée;
mais la situation générale en fut plutôt aggravée que changée; M.
Mendizabal regarda plus que jamais l'Angleterre comme son appui, et le
cabinet anglais M. Mendizabal et ses amis comme le ministre et le parti
de qui la politique anglaise avait en Espagne le plus à espérer.

[Note 14: _Pièces historiques_, n° VIII.]

M. Thiers était à peine entré au pouvoir lorsqu'une proposition lui vint
de Londres qui dut lui causer quelque surprise: le cabinet anglais, qui
n'avait pas voulu de l'intervention quand le parti modéré et M. Martinez
de la Rosa gouvernaient l'Espagne, en prit lui-même l'initiative quand
M. Mendizabal fut ministre; le 14 mars 1836, lord Palmerston annonça au
général Sebastiani «que l'ordre allait être expédié, aux commandants
des bâtiments de guerre de Sa Majesté Britannique dans les eaux de
l'Espagne, de débarquer un certain nombre de soldats de marine et de
matelots, soit pour occuper et défendre contre les insurgés carlistes
les places maritimes menacées, soit pour reprendre celles qui seraient
déjà tombées en leur pouvoir.» Lord Palmerston, au nom du gouvernement
anglais, invitait en même temps la France à seconder les mesures
maritimes de l'Angleterre en occupant le port du Passage, Fontarabie et
la vallée du Bastan: «La France, ajoutait-il, tracera, du reste, à
son gré, la ligne qu'elle voudra elle-même donner pour limite à son
occupation.»

A l'arrivée de cette proposition, M. Thiers, se regardant comme un peu
lié par la résolution qu'avait prise naguère le cabinet précédent contre
l'intervention française en Espagne, la repoussa formellement, non sans
regret, comme il le dit lui-même quelques mois plus tard dans le débat
dont cette question devint l'objet, mais avec pleine raison, à mon avis;
je trouve, dans une dépêche que lui adressa le 31 mars M. de Rayneval
des détails qui ne permettent guère de se méprendre sur le motif et le
caractère véritables de la démarche anglaise: «J'avais été informé par
M. Villiers, dit-il, du nouveau rôle que l'Angleterre s'apprêtait à
jouer dans les affaires d'Espagne et de la part qu'elle nous offrait
d'y prendre; il ne m'a pas caché que l'idée première de ce projet
était venue de lui; mais il ne m'a pas dit que M. Mendizabal en eût
connaissance et l'eût approuvé, ce qui cependant me paraît hors de
doute. J'avais prévu la réponse négative du Roi; et comme il était
naturel de supposer qu'avant d'agir le cabinet de Londres s'assurerait
du consentement de l'Espagne, auquel le langage de M. Mendizabal ne
devait nullement faire croire, je m'étais persuadé un moment que ce
projet n'aurait pas de suite; mais je n'ai pas tardé à être désabusé; à
peine avais-je reçu votre dépêche que l'on a appris ici, à la fois
par un courrier anglais et par un exprès du général Cordova, que
non-seulement le gouvernement britannique avait pris la résolution
d'intervenir directement dans la guerre contre le prétendant, mais même
qu'il avait déjà adopté les mesures et donné les ordres nécessaires à ce
sujet. L'étonnement du public a été grand de voir le cabinet anglais,
sans aucune indication préalable, changer ainsi de système, et M.
Mendizabal en faire autant par l'acceptation, pour ne pas dire par la
demande de ces secours étrangers que, il y a peu de jours, il repoussait
si dédaigneusement. La reine Christine avait su quelques mots de cette
affaire une couple de jours avant l'ouverture des Cortès. Elle avait dit
à M. Mendizabal qu'elle n'accepterait l'appui direct de l'Angleterre que
si la France consentait à y joindre le sien. Lorsqu'elle a appris que
tout avait été arrangé, et même, on peut le dire, exécuté sans son
assentiment et en quelque sorte à son insu, elle s'est montrée
violemment irritée, à tel point que, pendant deux jours, elle a refusé
de voir M. Mendizabal.... Elle l'accusait d'avoir manqué à ses devoirs
envers elle et envers l'État par une négociation clandestine, et de
s'être rendu coupable de trahison en fournissant aux Anglais l'occasion
qu'ils cherchaient depuis longtemps de s'emparer de quelques-uns des
ports de la Biscaye.... J'ai eu occasion de juger par moi-même du
mécontentement de cette princesse.... J'ai eu, sur le même sujet,
deux conversations avec M. Mendizabal. Il s'est surtout appliqué à me
persuader que c'était à son insu que le projet en question avait été
arrêté à Londres. En même temps, il a cherché à se justifier du
reproche de se trouver en contradiction avec lui-même en acceptant une
intervention étrangère. Il a prétendu qu'on ne pouvait donner ce nom à
ce que faisait aujourd'hui l'Angleterre, et que nous avions eu tort de
voir encore une intervention dans l'opération militaire dont le cabinet
anglais nous avait parlé. Après avoir écouté les explications que j'ai
cru devoir lui donner sur ce qui s'était passé à cet égard à Paris, il
a traité de nouveau la question de l'intervention proprement dite, et
cette fois en homme qui n'a plus que de faibles scrupules contre une
pareille mesure.»

Dans un tel état des esprits à Madrid, à Londres et à Paris, le refus
de l'intervention, prononcé dans les termes et avec les réserves qu'y
apportait M. Thiers, n'était qu'un ajournement de la question; net
et positif pour le présent, il ne se bornait pas à maintenir, pour
l'avenir, la liberté qu'un gouvernement sensé doit toujours conserver;
il laissait clairement entrevoir les pressentiments et les chances d'une
résolution contraire: «De quelque nom qu'on la couvre, écrivait-il le
30 avril à M. de Rayneval, dans quelques limites qu'on propose de
la restreindre, dût-elle même se borner à l'occupation du Bastan,
l'intervention armée est encore repoussée, en ce moment, par les
mêmes considérations qui, jusqu'à présent, ne nous ont pas permis d'y
consentir. Sans rien préjuger sur les changements que des circonstances
différentes pourraient apporter plus tard dans nos déterminations, nous
devons déclarer que, tant que les choses resteront dans l'état où elles
sont aujourd'hui, les démarches qu'on ferait pour obtenir de nous une
coopération armée seraient sans résultat. Ces démarches qui, comme
celles qui ont déjà eu lieu, ne tarderaient pas à devenir publiques,
seraient une imprudence tout à fait gratuite puisque, en mettant dans un
nouveau jour la détresse du gouvernement de la reine, et en l'exposant
à un refus pénible, elles ne pourraient avoir d'autre effet que de
diminuer encore ce qui lui reste de force morale. Ses amis ne peuvent
donc trop lui conseiller de s'en abstenir.»

La permanence et le progrès des deux fléaux qui désolaient l'Espagne,
la guerre civile et l'esprit révolutionnaire, rendaient à Madrid
cette abstention et à Paris cette réserve expectante de plus en plus
difficiles. Dans les provinces basques, les bandes carlistes et les
troupes royales, en se combattant avec un acharnement peu efficace,
se livraient à de révoltantes cruautés mutuelles, presque toujours
tolérées, quelquefois ordonnées par leurs chefs. De nouveaux partisans
de l'insurrection, encore plus hardis que les premiers insurgés,
parcouraient l'Espagne en tous sens, semaient l'effroi jusqu'aux portes
de Madrid, et semblaient protégés, dans leurs courses vagabondes, tantôt
par la faiblesse des autorités, tantôt par la faveur populaire. En même
temps, les menées des sociétés secrètes et les passions démagogiques
éclataient dans les provinces du midi, à Barcelone, à Valence, à Malaga,
à Séville, à Cordoue, à Cadix, faisant partout retentir le cri: _Vive
la Constitution de 1812_! et amenant partout des scènes sanglantes.
Impuissant à réprimer de tels excès, le gouvernement espagnol tantôt
s'efforçait de les pallier, tantôt essayait de les apaiser en prenant
des mesures agréables aux réformateurs libéraux et systématiques, comme
la suppression de toutes les corporations religieuses, la clôture des
couvents, la vente de leurs biens, la dissolution répétée des Cortès
où prévalaient les modérés, et leur convocation selon des lois plus
démocratiques qui ramenaient pourtant les modérés en majorité, ou bien
près de la reconquérir. Les hommes s'usent vite à faire ce double métier
de novateurs audacieux et de gouvernants sans force. M. Mendizabal
tomba. M. Isturiz lui succéda, plus modéré, plus considéré, plus
indépendant de l'influence anglaise, mais, malgré son bon vouloir,
presque aussi inefficace pour, mettre fin à la guerre civile, rétablir
l'ordre dans l'État, dans les finances, dans les rues, et assurer
l'avenir de la monarchie constitutionnelle en rendant réels et
pratiques, pour tous les Espagnols, les droits et les garanties qu'elle
leur promettait. A Madrid même, le 17 juillet et le 3 août, l'anarchie
révolutionnaire fit explosion, et elle y aurait triomphé dès lors sans
l'énergie d'un homme destiné à être un moment son vainqueur et bientôt
sa victime. Informé qu'un rassemblement de gardes nationaux à pied et à
cheval s'était formé au Prado pour y proclamer la constitution de 1812,
le général Quesada, capitaine général de la Castille, chef rigide,
vaillant soldat, indomptable Espagnol, s'y rendit vers dix heures du
soir escorté seulement de vingt carabiniers, et prenant plaisir à
déployer en face des séditieux son autorité et son courage, il les
apostropha violemment: «Vous êtes des lâches et des assassins; vous
n'êtes pas des hommes. Je suis las de ces jeux de femmes et d'enfants.
C'est une bataille et du sang qu'il me faut. Que ceux qui veulent la
constitution choisissent de toutes ces maisons celle qui leur conviendra
la mieux; qu'ils l'occupent, et je me charge de les en déloger avec ces
vingt soldats. Vous avez payé des hommes pour me tuer; mais je vous
brave tous.»--«Tout le monde se taisait, écrit M. de Bois-le-Comte qui
venait d'arriver à Madrid où M. Thiers l'avait envoyé, et qui tenait ces
détails de témoins oculaires:--Eh bien, reprit le général Quesada, que
faites-vous là? Pourquoi donc êtes-vous venus?»--Quelques officiers
répondirent: «Nous avons entendu la générale et nous sommes venus;
faut-il nous séparer?--Non, réunissez-vous au contraire, car je veux
vous exterminer une bonne fois.»--Il y avait division dans les gardes
nationaux; quelques-uns avaient dévoilé le plan à l'autorité et promis
leur assistance pour le maintien de l'ordre; quand Quesada les somma de
tenir parole, ils s'excusèrent timidement: «Allons, leur dit-il, vous
êtes de bonnes gens, mais des poltrons; allez-vous-en, car vous me
gênez.» Tous les gardes nationaux se retirèrent peu à peu, et le Prado
fut évacué. Vers une heure du matin, Quesada alla à la Plaza Major; il
y trouva la garde nationale réunie et quelques criards: «J'ai besoin de
votre quartier, dit-il aux gardes nationaux; qu'aimez-vous mieux, me le
laisser ou le défendre? à votre choix; cela m'est égal; si vous voulez
le garder, allons, battez-vous.»--Les gardes nationaux remirent le
quartier qui fut aussitôt occupé par le régiment de la Régente[15].

[Note 15: M. de Bois-le-Comte à M. Thiers; dépêche du 22 août 1836.]

Peu de chefs étaient aussi énergiques et réussissaient aussi bien à
réprimer les émeutes que le général Quesada qui n'y devait pas toujours
réussir. Arrivant coup sur coup à Paris, ces nouvelles preuves du triste
état de l'Espagne y suscitèrent dans le gouvernement les impressions et
les intentions les plus contraires; les adversaires et les partisans
de l'intervention, le roi Louis-Philippe et M. Thiers, y trouvaient
également des raisons décisives à l'appui de leur politique. Selon M.
Thiers, la guerre civile était la cause de tous les maux de l'Espagne;
c'était l'insurrection carliste qui fomentait les terreurs et les
passions révolutionnaires; que la guerre civile fût étouffée, l'Espagne
deviendrait gouvernable. Puisque le gouvernement de la reine Isabelle
n'était pas en état d'étouffer la guerre civile, c'était à la France
d'accomplir cette oeuvre. Par le traité de la quadruple alliance elle
s'y était engagée. D'ailleurs l'intérêt français le commandait aussi
bien que l'intérêt espagnol; la France de 1830 ne pouvait souffrir en
Espagne le triomphe de don Carlos. Dans l'opinion du roi Louis-Philippe,
au contraire, plus la guerre civile et l'anarchie se montraient
opiniâtres en Espagne, moins la France devait se charger d'aller
elle-même y mettre fin; quels que fussent au premier moment ses succès,
elle entreprendrait là une oeuvre impossible; ni l'insurrection
carliste, ni l'anarchie n'étaient en Espagne des accidents superficiels,
momentanés, faciles à dompter; l'une et l'autre avaient dans les
traditions, les moeurs, les passions espagnoles, des racines profondes,
et pendant longtemps elles renaîtraient sans cesse, bien plus vives
encore quand ce seraient des étrangers qui tenteraient de les réprimer.
Ce ne serait donc pas dans une courte expédition de guerre, mais
dans une longue occupation et dans une étroite association avec le
gouvernement de l'Espagne que la France se trouverait engagée. Loin
de prescrire une telle conduite, l'intérêt français l'interdisait
absolument; la France avait assez à faire de fonder, chez elle-même,
l'ordre et la liberté; elle n'avait, pour son propre compte, rien à
redouter de l'insurrection carliste en Espagne qui, dans aucun cas, ne
serait en état de rien tenter contre nous. D'ailleurs, malgré ses succès
du moment, il était très-probable que cette insurrection ne réussirait
pas, et qu'à travers des chances diverses, de tristes épreuves et de
longs efforts, le gouvernement constitutionnel de la reine Isabelle
finirait par triompher; mais c'était à l'Espagne à atteindre ce but,
car elle seule le pouvait; la France devait l'y aider, non s'en charger
elle-même. Le traité de la quadruple alliance ne nous plaçait point dans
une telle nécessité; nous avions déjà accompli, et au delà, par les
secours indirects que nous avions prêtés et que nous prêtions toujours
à la reine d'Espagne, les obligations que nous avions contractées. Nous
n'avions nul besoin, comme la Restauration en 1823, d'aller faire, au
delà des Pyrénées, nos preuves de hardiesse politique et de la fidélité
de notre armée; si nous entrions dans une intervention directe et
étendue, semblable à celle de cette époque, nous nous condamnerions,
soit à nous retirer bientôt en laissant l'Espagne en proie à toutes ses
discordes, soit à prendre, pour un temps indéfini, la responsabilité
de son gouvernement et de son avenir. Le Roi ne devait ni ne voulait
imposer à la France un tel fardeau.

On essaya de concilier les deux politiques. Le Roi consentit à ce
que les secours indirects donnés à l'Espagne reçussent une nouvelle
extension. On lui expédia des armes et des munitions de guerre. La
légion étrangère, déjà entrée au service de la reine Isabelle, avait été
réduite par ses campagnes à deux mille cinq cents hommes; il fut convenu
qu'elle serait portée à six mille hommes, par un recrutement autorisé en
France, mais opéré au nom du gouvernement espagnol et par ses agents. Un
général français de renom (il fut question du général Bugeaud et même
du maréchal Clausel) devait être appelé à commander ce corps auquel
s'adjoindraient quelques régiments espagnols, mais qui resterait
officiellement sous les ordres du général en chef de l'armée espagnole.
M. Thiers, de son côté, parut se contenter de ce développement de la
coopération; et M. de Bois-le-Comte que, précisément à cette époque, il
envoya en mission à Madrid, où M. de Rayneval était gravement malade,
fut chargé de déclarer au cabinet espagnol que le gouvernement français
n'irait pas au delà. En rendant compte le 9 août 1836 à M. Thiërs de
son arrivée à Madrid et de sa première entrevue avec M. Isturiz: «Je
commençai, dit M. de Bois-le-Comte, par lui dire que je devais l'engager
de la manière la plus absolue, la plus positive, la plus illimitée, à
renoncer à toute idée d'intervention directe; que le gouvernement du Roi
avait vu avec regret que, malgré tout ce que nous avions représenté de
l'impossibilité où nous étions d'adopter ce moyen, cependant on n'avait
jamais perdu l'espoir de nous y amener un jour; que je devais détruire
une illusion qui avait eu une influence fatale, car en montrant toujours
cette perspective comme dernière ressource, elle avait empêché la cause
royale de déployer toute son énergie et de développer tous ses moyens.»

Mais les paroles les plus positives ne suffisent pas à résoudre les
questions ni à abolir les espérances qui ont longtemps couvé dans l'âme
des peuples; le 12 août 1836, trois jours après avoir fait à M. Isturiz
la déclaration que je viens de citer, M. de Bois-le-Comte écrivit à M.
Thiers: «Les Espagnols sont tellement accoutumés à nous voir intervenir
dans leurs affaires, et à nous voir régler leurs questions de
succession, depuis Henri de Transtamare jusqu'à Philippe V, Ferdinand
VII et son père, et la reine Isabelle, que l'idée que nous finirons par
intervenir chez eux s'y est profondément accréditée, de manière à ne
pouvoir que bien difficilement être déracinée dans ce pays. Ils pensent
qu'ils doivent nous laisser parler, et que nous finirons toujours par
en venir à une intervention directe, ne pouvant supporter en Espagne
ni l'anarchie révolutionnaire, ni la restauration de don Carlos. J'ai
trouvé cette idée dans M. Isturiz comme dans la régente et dans toute
sa cour; je n'ai pas eu trop, pour la combattre, de toute la force des
expressions que Votre Excellence avait employées pour me bien pénétrer
de la ferme résolution du gouvernement de toujours se refuser à une
intervention directe; je crois être parvenu à convaincre la reine
Christine et M. Isturiz, et leur avoir fait enfin comprendre qu'ils
devaient chercher leur salut dans leur propre énergie, et nous
considérer ensuite comme leur plus puissant appui, mais non plus comme
le principe vital de leur cause. Mais cette impression, que j'ai pu
produire sur la reine et sur son gouvernement, n'a pas été celle qu'a
reçue le public; la coïncidence de mon arrivée avec les succès des
carlistes, et avec la proclamation en Aragon et en Andalousie de la
constitution de 1812, a répandu dans tous les esprits la confiance que
j'apportais enfin cette intervention tant désirée; les uns ont dit que
j'annonçais l'intervention même, les autres une mesure qui y conduirait
immanquablement.»

Il fallait sortir de cette situation qui tenait les esprits incertains,
à Paris dans l'action et à Madrid dans l'attente; il fallait choisir
enfin entre l'appui indirect et limité et l'intervention directe et
complète. La discussion recommença dans le conseil, de jour en jour plus
vive et plus claire. Le Roi crut avoir le droit de se plaindre que,
dans l'exécution des mesures de secours indirect qu'il avait naguère
consenties, on eût dépassé les limites convenues; le recrutement de la
légion étrangère, qui devait la porter à six mille hommes, s'élevait
déjà, disait-il, à huit mille, et était encore poussé avec ardeur, non
par l'intermédiaire du ministre d'Espagne, le général Alava, ainsi que
cela avait été réglé, mais par les aides de camp du ministre de la
guerre lui-même, le maréchal Maison, à qui surtout le Roi s'en prenait
de ces secrètes infractions aux décisions du gouvernement. Les
questions, les explications, les récriminations se succédaient
incessamment dans le conseil où six des ministres se rangeaient à l'avis
de M. Thiers, et un seul, le comte de Montalivet, à celui du Roi. Les
deux politiques étaient en présence et en crise, toutes deux soutenues
avec une conviction sincère et forte, et s'appuyant, l'une sur l'urgence
des circonstances et le voeu de l'Espagne évidemment prononcé en faveur
de l'intervention, l'autre sur les considérations d'avenir et le
sentiment de la France qui s'y montrait clairement contraire: «Rien ne
peut amener le Roi à l'intervention, lui dit un jour M. Thiers, et rien
ne peut m'y faire renoncer.»

Sur ces entrefaites arriva à Paris la nouvelle que le 12 août, à
Saint-Ildefonse où résidaient alors la jeune reine Isabelle et la Reine
régente, les deux régiments de service, l'un des milices provinciales,
l'autre de la garde, étaient entrés tout à coup en insurrection,
s'étaient portés sur le palais de la Granja, et avaient bruyamment
réclamé la constitution de 1812. La reine Christine, avec un courage et
un sang-froid remarquables, avait vainement opposé à la sédition son
influence et sa résistance personnelles; en l'absence de toute force
effective, il avait fallu céder; la reine avait enfin autorisé la troupe
«à jurer la constitution jusqu'à la réunion des Cortès;» et le 13 août,
sur la place de Saint-Ildefonse, soldats et officiers avaient en effet
prêté ce serment. Le 14, la même insurrection éclata à Madrid; le
général Quesada la contint un moment; mais le 15, quand on apprit à
Madrid ce qui venait de se passer à Saint-Ildefonse, le mouvement devint
irrésistible; le cabinet Isturiz se dispersa; un ministère nouveau,
formé d'anciens partisans de la constitution de 1812, fut imposé à la
Reine régente, sous la présidence de M. Calatrava; le 17 août, les deux
reines rentrèrent à Madrid; les Cortès, qui étaient sur le point de se
réunir, furent dissoutes, et le 21 août, un décret royal convoqua pour
le 24 octobre des Cortès nouvelles, selon le système électoral prescrit
par là constitution de 1812 et pour la remettre en vigueur.

Puisque je viens de parler du général Quesàda et de son attitude en face
de la sédition, je veux reproduire ici textuellement ce qu'écrivit le 30
août M. de Bois-le-Comte sur sa mort et son caractère. C'est le droit
des grands coeurs, morts par des violences barbares, que le souvenir de
leurs derniers moments soit conservé avec respect, pour la gloire de
leur nom et aussi pour l'instruction des vivants; le stoïcien Thrasea,
condamné par Néron, disait à son gendre Helvidius Prïscus en se faisant
ouvrir les veines: «Regarde, jeune homme, tu es né dans des temps où il
convient de fortifier son âme par de fermes exemples[16].» Nous avons
vu les jours où de pareils exemples étaient aussi nécessaires en France
qu'à Rome sous Néron; ces jours sont loin de nous; mais aujourd'hui
encore, et à l'abri des périls qui menaceraient la vie, il est
bon d'apprendre à bien garder son honneur: «La première idée
des révolutionnaires devenus maîtres de la capitale, dit M. de
Bois-le-Comte, fut d'empêcher que Quesada ne leur échappât; prévenu trop
tard, il prit la route de Burgos; il y était à peine qu'il y fut suivi
par une multitude de miliciens. Il reconnut bientôt qu'il ne pouvait se
soustraire à leur poursuite. Arrivé à Hortaleza, à une lieue de Madrid,
il se jeta dans une maison. Les miliciens arrivaient déjà; une petite
fille, qui le vit, lui demanda s'il désirait parler au curé: «Sans
doute, dit-il; le curé, j'en ai besoin, car je vais mourir.» Résigné à
son sort, il se promenait à grands pas dans la chambre, sans chercher à
se dérober aux regards, et passant la main dans ses cheveux, selon son
geste habituel. Les miliciens n'osèrent l'attaquer corps à corps; ils
lui tirèrent un coup de fusil à travers les barreaux de la fenêtre; la
balle lui entra dans le corps. Il les regarda: «Si vous voulez que je
meure, leur dit-il, il faut m'en tirer un second; celui-là ne suffit
pas. «Plusieurs coups partirent; on enfonça la porte; on le perça à
coups d'épée; la fureur des assassins s'assouvit par mille atrocités
exercées sur son corps encore vivant et continuées sur son cadavre.
Ainsi périt cet homme, véritable Espagnol, extrême dans ses qualités
comme dans ses défauts, fougueux soldat de la foi en 1823, promoteur
anarchique du renversement de M. Zéa Bermudès en 1833, ayant, dans
toutes les autres circonstances, constamment attaqué et contenu, avec la
même énergie, les mêmes bravades et la même jactance, les carlistes
et les hommes des clubs et de la révolution; il voyait son sort, et
marchait à l'encontre sans illusion, sans espoir et sans trouble. Il
contint à lui seul le mouvement révolutionnaire à Madrid, et il lui
avait arraché les armes, quand la cause de la Reine fit naufrage sur un
autre point et l'entraîna dans sa chute.»

[Note 16: _Specta, juvenis; in ea tempora natus es quibus firmare animum
expediai constantibus exemplis_. (Tacite, _Annales_, l. XVI, chap.
xxxv.)]

Le meurtre de Quesada, la fuite des principaux chefs du parti modéré,
les clameurs sanguinaires qui s'élevaient contre eux, les nouvelles
des provinces qui annonçaient presque partout la même effervescence,
jetaient la population honnête et tranquille dans une consternation
pleine d'alarmes: «Je ne crois pas à une terreur en Espagne, écrivait à
M. Thiers M. de Bois-le-Comte, mais les esprits sont très-frappés; pas
un journal n'a encore osé blâmer le meurtre de Quesada, commis depuis
dix jours; pas un seul n'a osé élever un doute sur la parfaite
spontanéité avec laquelle la Reine a accepté la constitution; la
rédaction de tous les journaux modérés a été renouvelée; il n'y a pas
en ce moment à Madrid un seul journal d'opposition; quant à un journal
carliste, il n'est jamais venu dans la pensée de personne qu'il fût
possible d'en établir un. Avec de pareilles moeurs publiques, il est
difficile de faire marcher ici un gouvernement basé sur la publicité
et sur la libre discussion... Quant à nous, la partie intelligente des
révolutionnaires voudrait ménager la France et hériter de son appui;
la partie brutale, qui domine dans les rues et les casernes, et
malheureusement aussi dans les sociétés secrètes d'où est sorti tout
ce mouvement, affecte de nous braver, et l'on entend perpétuellement
répéter depuis quelques jours dans les cafés de Madrid ce mot qui a fini
par y devenir proverbial: «_A ver ahora lo que haran esos picaros de
Franceses;_ nous allons voir maintenant ce que feront ces vauriens de
Français[17].»

[Note 17: Dépêches de M. Bois-le-Comte, des 21 et 27 août 1836.]

La perplexité fut grande dans le conseil, déjà si agité, quand toutes
ces nouvelles arrivèrent coup sur coup à Paris. Au profit de qui
s'accomplirait désormais l'intervention, si elle s'accomplissait?
Quel gouvernement irait-on soutenir en Espagne? La reine Christine
resterait-elle régente? Quelle serait, envers les hommes qui ramenaient
par la violence la constitution de 1812, l'attitude du cabinet anglais?
M. Mendizabal, à qui il avait paru porter tant de bienveillance, était,
selon tous les rapports, le principal fauteur de l'insurrection de
Saint-Ildefonse et de Madrid. L'avenir de l'Espagne était chargé de
ténèbres, et d'orages dans les ténèbres. Plus décidé que jamais à n'y
point associer la France et son gouvernement, le Roi demanda que les
corps rassemblés sur les Pyrénées fassent dissous, afin qu'il fût
bien clair qu'ils n'entreraient pas en Espagne à l'appui du pouvoir
révolutionnaire et des chances obscures qui venaient d'y apparaître.
Le cabinet se refusa formellement à cette mesure, disant que ce serait
renoncer décidément et ouvertement à l'intervention: «Il faut rompre
la glace, dit M. Thiers; le Roi ne veut pas l'intervention; nous
la voulons; je me retire.» Ses collègues, à l'exception de M. de
Montalivet, adhérèrent à sa démission: «Messieurs, dit le Roi, il est
donc entendu que le cabinet est dissous; je vous demande de n'en point
parler et de rester à vos postes pendant que je vous chercherai des
successeurs.» Aucun doute, ni aucune plainte ne pouvaient s'élever; le
Roi et ses conseillers se séparaient pour une dissidence profonde sur
une question grave qui devait être portée devant les Chambres et le
pays; ils usaient les uns et les autres d'un droit incontestable,
garantie de leur influence et de leur dignité mutuelles dans le
gouvernement de l'État. La retraite du cabinet devint promptement
publique, et l'on ne tarda pas à entrevoir quels seraient ses
successeurs.



                              CHAPITRE XXIV

           MON ALLIANCE ET MA RUPTURE AVEC M. MOLÉ. (1836-1837.)

Mes relations avec le comte Molé.--Formation du Cabinet du 6 septembre
1836.--Sentiments divers de mes amis politiques.--Par quels motifs et à
quelles conditions j'entre dans le cabinet.--Ses premiers actes.--État
des affaires en Algérie.--Expédition de Constantine.--Le maréchal
Clausel.--Le commandant Changarnier.--Le général Trézel.--Mauvais succès
de l'expédition.--Retraite de l'armée.--Conspiration de Strasbourg.--Le
prince Louis Bonaparte.--Son échec et son embarquement à
Lorient.--Par quels motifs le cabinet ne le traduisit pas devant
les tribunaux.--Ouverture de la session des Chambres.--Tentative
d'assassinat sur le roi Louis-Philippe.--Débat de l'adresse.--Procès du
complot de Strasbourg devant la Cour d'assises de Calmar.--Acquittement
des accusés.--Projets de loi présentés aux Chambres.--Sur la disjonction
de certaines poursuites criminelles, le lieu de déportation et la
non-révélation des complots contre la vie du Roi.--Sur la dotation de M.
le duc de Nemours.--Pressentiments du roi Louis-Philippe sur l'avenir de
sa famille.--Le projet de loi sur la disjonction est rejeté à la Chambre
des députés.--Le cabinet se dissout.--Tentatives diverses pour en
former un nouveau.--Le Roi m'appelle.--Mes propositions et mes
démarches.--Elles échouent.--Je me retire avec MM. Duchâtel, Gasparin et
Persil.--M. Molé forme le cabinet du 15 avril 1837.


Bien avant que la crise éclatât, j'avais quitté Paris pour aller, avec
ma mère et mes enfants, passer quelques semaines en Normandie, d'abord
à Lisieux, puis chez le duc de Broglie. Je voulais être absolument
étranger à la chute du cabinet de M. Thiers, et ne me trouver engagé
d'avance dans aucune des combinaisons tentées pour lui chercher des
successeurs. J'avais à coeur de conserver, dans cet avenir, toute ma
liberté. Le public, que la chute du cabinet du 11 octobre 1832 avait
surpris, trouvait celle du cabinet du 22 février 1836 bien prompte,
et se montrait ennuyé des crises ministérielles; par égard pour son
sentiment comme par mon propre goût, il me convenait de me tenir à
l'écart.

On essaya de m'en faire sortir. Je reçus, de la part du comte Molé, une
invitation à l'aller voir pour causer avec lui. Je m'y refusai, et il me
comprit, car il m'écrivit d'Acosta, le 18 août: «J'arrive et trouve ici
la réponse que vous m'avez faite. Je serais désolé de vous causer le
moindre dérangement; je me hâte de vous le dire. Je serai moi-même fort
errant autour de Paris jusqu'à ce que la session m'y rappelle. Vous
savez sans doute que toutes les démissions ont été hier données et
acceptées. La dépêche télégraphique annonçant les événements de
Saint-Ildefonse a tout changé ou ajourné.»

Il y avait bien des raisons et bien des chances pour que M. Molé
succédât à M. Thiers. Il avait été en 1830, avec faveur auprès du public
comme auprès du Roi, ministre des affaires étrangères; depuis que les
affaires d'Espagne agitaient les esprits, il s'était hautement prononcé
contre l'intervention. Son nom, sa position sociale, son expérience
dans les grandes fonctions du gouvernement sous l'Empire et sous la
Restauration, son mérite personnel, la prudence et l'agrément de sa
conversation, ses manières dignes et douces le rendaient considérable
dans le parti de l'ordre et semblaient le désigner pour la conduite
des affaires étrangères. Il était ambitieux et il en avait le droit:
«Personne, me disait souvent M. Bertin de Veaux, qui le connaissait bien
et qui s'y connaissait, personne ne surpasse M. Molé dans la grande
intrigue politique; il y est plein d'activité, de longue prévoyance,
de sollicitude habile, de soins discrets pour les personnes, de
savoir-faire avec convenance et sans bruit. Il y a plaisir à s'en mêler
avec lui.» Et il ajoutait en riant: «Plus de plaisir que de sûreté.» On
reprochait, en effet, à M. Molé de se préoccuper trop exclusivement de
lui-même et de son succès, et d'oublier trop aisément ses associés et ce
qu'ils devaient attendre de lui.

Je n'avais avec lui point d'ancienne intimité. Avant la Restauration,
pendant qu'il était grand-juge, ministre de la justice et en faveur
auprès de l'empereur Napoléon, je l'avais rencontré quelquefois dans le
monde, entre autres chez madame de la Briche, sa belle-mère, et chez
madame de Rémusat; mais il était froid et silencieux; j'étais jeune et
de l'opposition libérale; nous nous voyions sans nous connaître. Sous la
Restauration, et lorsqu'il entra, comme ministre de la marine, dans le
cabinet du duc de Richelieu, nous eûmes de plus fréquents rapports, mais
sans habitudes familières; j'étais lié avec M. Decazes qui crut avoir à
se plaindre de lui, et leur mésintelligence se fit ressentir entre leurs
amis. La révolution de 1830 nous rapprocha, M. Molé et moi, et, soit
dans le premier cabinet du gouvernement de Juillet, soit pendant
l'administration de M. Casimir Périer, nous pensâmes et agîmes presque
toujours ensemble, toutefois sans aucun lien étroit et personnel. Tant
que dura le cabinet du 11 octobre 1832, M. Molé fut habituellement,
comme le voulaient sa position, et son caractère, dans les rangs du
parti de l'ordre; il se sépara cependant du ministère dans quelques
circonstances qui nous semblaient exiger une fermeté inébranlable, entre
autres dans le cours du grand procès suivi devant la cour des pairs
contre les insurgés d'avril 1834. Il avait aussi, quant à nos relations
au dehors, sinon une autre politique, du moins une tendance politique
différente de celle du cabinet, et particulièrement du duc de Broglie;
il tenait moins étroitement à l'alliance anglaise, et semblait plus
disposé à rechercher l'amitié des cours du continent. De ces diverses
causes il était résulté entre lui et nous une certaine froideur.

Mais, en 1835, après l'attentat de Fieschi, et surtout en 1836, après la
chute du cabinet du 11 octobre 1832, des relations plus habituelles et
plus bienveillantes se formèrent entre M. Molé et moi. Il mit du soin
à les cultiver. Nous nous rencontrions souvent chez la comtesse de
Castellane, l'une des personnes les plus propres à attirer et à
rapprocher les hommes qu'elle avait quelque dessein d'unir, comme elle
eût été propre à les brouiller si cela lui eût convenu: vive avec charme
et douceur, d'un esprit original, facile et abondant, sans qu'on y vît
aucune autre prétention que celle de plaire et d'amuser, pleine d'art
avec abandon, séduisante en se montrant elle-même intéressée et charmée,
comprenant et goûtant toutes choses, la littérature, les arts, la
politique, et n'ayant l'air de s'en soucier que pour l'agrément de la
conversation ou le plaisir de ceux qu'elle voulait gagner à son salon
ou à ses vues. Ses habitués n'étaient pas nombreux, quelques hommes
du monde, quelques gens d'esprit, quelques étrangers, diplomates ou
voyageurs. On causait librement chez elle. Elle savait avoir, pour ceux
à qui elle avait quelque raison de vouloir plaire, des distinctions
fines, gracieuses et affectueuses; elle en eut pour moi, avec le
dessein, point empressé ni incommode, d'établir, entre M. Molé et moi,
des habitudes de bonne intelligence et d'accord. Elle y réussit sans
peine, car il n'y avait entre nous, à cette époque et sur les questions
à l'ordre du jour, point de dissidence; nous assistions ensemble à
la vie et aux actes du cabinet de M. Thiers, en les jugeant presque
toujours de la même manière et en formant les mêmes conjectures sur
l'avenir.

J'étais à Broglie lorsque la retraite de M. Thiers fut certaine et sa
démission publiée le 26 août dans le _Moniteur_. Je reçus aussitôt deux
lettres datées de ce même jour, l'une de M. Bertin de Veaux, l'autre de
M. Molé: «Mon cher ami, m'écrivait M. Bertin de Veaux, je vous ai fait
dire plusieurs fois par votre fils, et une fois par votre ami, M. le
duc de Broglie, de ne pas venir à Paris: la destinée de M. Thiers était
alors incertaine, et je ne voulais pas que M. Thiers, ni personne
autre, put dire que vous étiez venu pour le précipiter dans sa chute.
Aujourd'hui le _Moniteur_ a parlé; il faut donc changer de conduite;
votre présence maintenant est utile; elle est même nécessaire, car
dans des circonstances aussi critiques, les minutes sont précieuses.
Hâtez-vous donc de revenir. Soyez sûr que je soigne votre considération
comme la mienne, et que je ne vous conseille que ce que je ferais pour
moi-même.» M. Molé me disait: «Vous comprendrez maintenant les raisons
qui m'avaient fait désirer de vous voir. J'ai reçu cette nuit, à Acosta,
une lettre du Roi qui me pressait de me rendre près de lui. Je le quitte
et je lui ai dit mon désir de m'entendre avec vous avant d'aller plus
avant. Les moments sont précieux. J'espère que vous le penserez comme
moi.»

A ne considérer que les choses mêmes, ma situation était simple. C'était
sur la question d'Espagne et pour écarter l'intervention que se formait
le nouveau cabinet, et j'étais opposé à l'intervention. Il s'agissait de
faire retour, au dedans comme au dehors, vers la politique du cabinet du
11 octobre 1832, principes et personnes. Le Roi réclamait mon concours
dans une circonstance grave pour lui-même comme pour le pays, et dans
laquelle j'approuvais sa résistance au cabinet précédent. Il avait
besoin, disait-il, dans la Chambre des députés, ou de M. Thiers ou de
moi, et le public, comme les Chambres, se montraient, à cet égard, de
son avis. On ne me demandait aucune concession, on ne me faisait aucune
objection qui pût être, pour moi, un motif de refus. Parmi mes amis
politiques, les sentiments étaient divers. Plusieurs regrettaient que
je rentrasse si tôt dans les affaires; j'en étais sorti trop récemment;
l'expérience du mal attaché à la déviation de la politique de résistance
n'avait été ni assez complète ni assez longue; la réaction qui nous
ramenait vers cette politique ne faisait que commencer; pendant ma
retraite, ma situation avait grandi en se calmant; elle grandirait et
se calmerait encore si je restais encore quelque temps en dehors du
pouvoir, et je le reprendrais plus tard avec toute l'autorité dont
j'aurais besoin. C'était là, entre autres, l'avis de M. Duvergier de
Hauranne qui me donna, à cette époque, des marques de sagacité, de
fidélité, et j'ajoute de modération que rien de ce qui est survenu
depuis entre lui et moi ne doit ni ne peut m'empêcher de reconnaître.
D'autres, et je dirai la plupart, trouvaient, au contraire, mon retour
aussi naturel que nécessaire; je ne l'avais point cherché; j'étais
complètement étranger à la chute de M. Thiers; je n'avais pas ouvert la
bouche sur la question devant laquelle il tombait. Ils n'admettaient pas
que je pusse me refuser au voeu du Roi quand j'étais de son avis, et à
l'occasion de rendre à mon parti politique son influence et son rang. A
cette opinion quelques-uns ajoutaient qu'en rentrant dans les affaires,
je devais en demander nettement la direction: «Je ne crois pas me
tromper, m'écrivait de Nîmes le premier président de la cour royale, M.
de Daunant, l'un de mes plus anciens et plus judicieux amis, en vous
disant qu'on s'attend généralement à vous voir chef du nouveau cabinet;
les graves difficultés qui existaient déjà auront sans doute été
augmentées par la politique incertaine suivie depuis six mois; un
essai un peu plus long aurait peut-être achevé de la discréditer, mais
j'espère que cet essai malheureux et la confiance que vous inspirez vous
rallieront les hommes honnêtes et courageux.» Le duc de Broglie, avec
sa générosité simple et fière, m'exprimait plus vivement encore la même
idée: «Le ministère nouveau, m'écrivait-il, doit vous accepter pour
chef, non-seulement de fait, mais de nom; quoi qu'il en soit, vous en
aurez la responsabilité; il faut que vous en ayez la direction. Un
ministère qui a deux présidents, l'un de nom, l'autre de fait, n'en a
réellement point. C'est là un dissolvant inévitable et prochain.» A
peu près tous enfin s'accordaient à penser et à dire qu'en ramenant la
politique un moment altérée, le nouveau cabinet devait la présenter sous
un nouvel aspect; M. Duchâtel m'écrivait le 23 août de La Rochelle, où
il présidait le conseil général: «S'il survient une crise, vous devez
user de votre liberté. Je ne puis vous écrire avec détail, mais mon avis
est qu'il faut deux choses: 1° ne pas ressusciter le passé et faire du
neuf; 2° se distinguer en tout de ce qu'on remplace.» Le duc de Broglie
était encore plus explicite: «Le nouveau ministère doit être vraiment
nouveau; il doit être le produit de combinaisons nouvelles et qui
surprennent le public; s'il se présentait comme une résurrection, comme
une contre-épreuve affaiblie et pâle du ministère qui s'est dissous il y
a six mois, comme ce ministère-là, moins des hommes aussi importants que
Thiers et Humann, cela lui serait mortel; il n'en aurait pas pour un
mois.»

De là précisément venait mon déplaisir. Faire un cabinet nouveau,
c'était me séparer du duc de Broglie; j'étais sorti naguère du pouvoir
avec lui, M. Duchâtel et M. Persil; y rentrer avec deux seulement de mes
compagnons, sans le plus intime des trois, et en prenant moi-même sa
place comme président du conseil, il y avait là, quels que fussent les
motifs politiques qui pouvaient m'y décider et les conseils du duc de
Broglie lui-même, une apparence d'abandon et d'infidélité dont j'étais
peiné et froissé.

Le roi Louis-Philippe fit, dans cette circonstance, une faute trop
commune de la part des princes qui, pour s'épargner un embarras de
conversation et d'un moment, se donnent souvent des airs de légèreté,
d'indifférence et d'oubli. Si, après la retraite de M. Thiers, le
Roi eût appelé auprès de lui le duc de Broglie, non pour l'inviter à
reprendre les affaires, mais pour l'entretenir à coeur ouvert de la
situation et en discuter avec lui les convenances et les exigences, il
l'eût trouvé parfaitement désintéressé d'esprit et de coeur, n'ayant nul
désir de rentrer au pouvoir, bien plutôt décidé à s'y refuser si on le
lui demandait, et tout prêt à donner au cabinet nouveau son loyal appui.
Le Roi ne connut pas bien le duc de Broglie; il ne l'appela point, il
ne lui écrivit point, ne lui donna, à cette occasion, aucune marque de
confiant et affectueux souvenir. Le duc de Broglie fut blessé, et on
le fut autour de lui. Blessé noblement, comme il convenait à de telles
âmes; sa blessure n'influa nullement sur sa conduite; ni son dévouement
au Roi, ni notre amitié mutuelle, ni la sincérité de son concours à
notre politique commune n'en furent un moment altérés; mais il n'y en
eut pas moins là, pour le cabinet près de se former, une circonstance
déplaisante, et pour moi une peine qui influa d'une manière fâcheuse sur
mes résolutions.

Je partis pour Paris et je reçus en arrivant ce billet du Roi: «Mon cher
ancien ministre, j'apprends que vous êtes enfin arrivé à Paris. Je vous
attendais avec impatience et je vous prie de venir me voir le plus tôt
que vous pourrez. Je voudrais que ce fût ce soir, si mon billet vous
parvient encore à temps. Si vous trouvez qu'il est trop tard pour venir
à Neuilly ce soir, je vous propose d'y venir demain matin à dix heures,
ou chez moi aux Tuileries, à midi. Vous connaissez tous mes sentiments
pour vous.» Je vis le Roi; je m'entretins avec M. Molé et M. Duchâtel;
je recueillis les impressions et les avis de ceux de mes amis qui se
trouvaient alors à Paris, et je m'arrêtai à demander que mes deux
collègues dans le cabinet du 11 octobre 1832, M. Duchâtel et M. Persil,
rentrassent dans le nouveau cabinet, l'un comme ministre des finances,
l'autre comme garde des sceaux, que M. de Gasparin fût appelé au
ministère de l'intérieur où il occupait déjà les fonctions de
sous-secrétaire d'État, et que M. de Rémusat le remplaçât dans ce poste.
J'assurais ainsi à mes amis politiques la moitié des sièges et deux des
départements les plus importants dans le cabinet. Pour moi-même, je
ne voulais que rentrer au ministère de l'instruction publique, et
j'acceptai, dans ces termes, l'alliance avec M. Molé comme ministre des
affaires étrangères et président du conseil.

C'étaient là des arrangements dictés par mes sentiments personnels
plutôt que par l'utilité et la prévoyance politiques. En consentant à
rentrer dans les affaires sans le duc de Broglie, j'avais à coeur de
n'y trouver pour moi-même aucun accroissement de situation, aucune
satisfaction d'ambition ou d'amour-propre; et je me flattais que, dans
un conseil ainsi formé, ayant au ministère de l'intérieur deux de mes
plus sûrs amis, j'exercerais sur le gouvernement général du pays, bien
que confiné dans mon modeste département, toute l'influence dont la
politique que je représentais pourrait avoir besoin. Je me trompais; on
ne gouverne pas efficacement par des combinaisons factices et des moyens
indirects. Si j'avais mis de côté mes affections et consulté uniquement
la politique, j'avais à choisir entre deux conduites. Je pouvais me
refuser à entrer dans un cabinet que non-seulement je ne formais pas
moi-même, mais où manquaient plusieurs des principaux éléments qui
avaient donné au cabinet du 11 octobre 1832 sa force et son autorité. Je
me serais proposé alors pour but de reconstituer un jour ce cabinet, ou
un cabinet équivalent, et je serais resté jusque-là dans cette position
d'observation et d'attente qui donne aux difficultés entre les personnes
le temps de s'effacer et aux rapprochements celui de s'accomplir sous
la pression de la nécessité. C'eût été là peut-être la conduite la plus
efficace comme la plus prudente. En me décidant à entrer dans le cabinet
de M. Molé, j'aurais dû surmonter mes sentiments et mes embarras
intimes, occuper moi-même le ministère de l'intérieur, m'assurer ainsi
directement le pouvoir dont la responsabilité allait évidemment peser
sur moi, et porter mes deux amis, M. de Rémusat et M. de Gasparin,
l'un au ministère de l'instruction publique, l'autre à celui de
l'agriculture, du commerce et des travaux publics, deux départements
pour lesquels ils étaient, l'un et l'autre, très-bien qualifiés. C'eût
été là une combinaison plus naturelle et plus forte que celle à laquelle
je donnai mon adhésion. Mais je cédai à mes impressions personnelles,
à l'insistance du Roi, à l'urgence de la situation, et aussi à une
disposition de ma nature qui est d'avoir trop de facilité à accepter ce
qui coupe court aux difficultés du moment, trop peu d'exigence quant aux
moyens et trop de confiance dans le succès.

Après mon acceptation et la nomination officielle des principaux
ministres, le cabinet resta encore quelques jours incomplet; deux
départements, la guerre et le commerce, n'étaient pas pourvus et ne le
furent pas sans quelque difficulté. Le maréchal Soult ne voulut pas
rentrer à la guerre sous la présidence de M. Molé. Plusieurs personnes
désiraient, non sans raison, que le comte de Montalivet demeurât,
comme ministre du commerce, membre du cabinet; seul, dans le cabinet
précédent, il s'était opposé à l'intervention en Espagne; il avait du
courage, de l'activité, du savoir-faire, assez d'influence dans les
Chambres; mais il ne lui convint pas d'accepter un département inférieur
en importance à celui qu'il quittait et dans lequel son sous-secrétaire
d'État, M. de Gasparin, venait le remplacer. Le Roi, d'ailleurs, aimait
mieux garder M. de Montalivet auprès de lui et le tenir en réserve pour
le faire entrer, au besoin, dans les ministères éventuels dont il aurait
à redouter les tendances. Le général Bernard et M. Martin du Nord furent
nommés à la guerre et au commerce; hommes de mérite l'un et l'autre,
capables et utiles, mais que le public n'appelait pas et qu'il
s'impatienta d'attendre quinze jours.

Les premières mesures du cabinet furent bien accueillies. La nomination
de M. Gabriel Delessert, comme préfet de police, obtint dans Paris une
approbation générale. Il avait déployé dans les émeutes un rare courage
et un infatigable dévouement à l'ordre. Sa famille et lui-même ne se
décidèrent qu'à grand-peine, et par pur zèle pour le bien public, à
accepter ces délicates fonctions. On lui sut gré et de l'acceptation
et de la résistance. Peu après la formation du cabinet et sur sa
proposition, le Roi fit grâce à soixante-deux condamnés pour crimes ou
délits politiques. Les ministres de Charles X, détenus à Ham, MM. de
Chantelauze et de Peyronnet d'abord, le prince de Polignac et M. Guernon
de Ranville quelques jours plus tard, furent mis en liberté sans aucune
de ces exigences qui donnent aux passions de parti une satisfaction
aussi inutile que grossière, et sous la seule condition, pour trois
d'entre eux, de s'établir, sur leur parole, dans des résidences choisies
par eux-mêmes, pour le prince de Polignac de quitter la France, banni
pour vingt ans. Les rapports de M. Molé avec les cabinets étrangers
et leurs représentants à Paris commençaient sous des auspices de
bon vouloir et de confiance réciproques. Je repris mes travaux pour
l'expansion et le perfectionnement de l'instruction publique à tous ses
degrés. Les écoles primaires reçurent de nombreux encouragements. Une
chaire de pathologie et de thérapeutique générales fut créée dans la
faculté de médecine de Montpellier. En présidant à la rentrée des cours
de la grande École normale à Paris, je m'appliquai à bien déterminer le
caractère de l'enseignement public institué par l'État, et j'affirmai
qu'à tous les degrés, comme cela était déjà fait pour l'instruction
primaire, il devait et pouvait se concilier avec les droits de la
liberté[18]. Je me mis à l'oeuvre pour parvenir, en matière de
librairie, à l'abolition de la contrefaçon, soit par des mesures
législatives, soit par des négociations avec les puissances étrangères.
M. Duchâtel proposa et fit adopter, sur le placement des fonds des
caisses d'épargne et sur la création d'un fonds extraordinaire pour les
travaux publics, des projets de loi dont la discussion d'abord et
plus tard l'expérience ont mis en lumière l'utilité politique et
l'opportunité financière. Mes divers collègues poursuivaient avec le
même soin les améliorations légales et libérales que réclamaient ou
pouvaient admettre leurs départements. Le public et les Chambres, près
de se réunir, suivaient, avec une attente bienveillante, ces premiers
pas d'une administration régulière et éclairée. Mais deux événements,
l'un et l'autre inattendus, le mauvais succès de l'expédition de
Constantine et le complot de Strasbourg, vinrent bientôt altérer
gravement une situation peu forte encore, et rejetèrent brusquement le
nouveau cabinet dans les grandes luttes et les grands périls.

[Note 18: _Pièces historiques_, n° IX.]

Le cabinet précédent avait résolu et préparé l'expédition de
Constantine. Le maréchal Clausel a affirmé que M. Thiers avait adopté
ses plans d'expédition et de conquête sur tous les points importants
de l'Algérie, et lui avait promis tous les moyens d'exécution qu'ils
exigeaient. Des documents authentiques indiquent que le ministre de la
guerre, le maréchal Maison, s'était associé à cette approbation et à ces
promesses, en laissant pourtant, quant à l'expédition de Constantine,
quelque vague «sur l'époque où il conviendrait de l'entreprendre et sur
les nouveaux ordres que le maréchal Clausel devrait attendre avant
de s'y engager.» Quand le cabinet du 22 février 1836 tomba, après sa
retraite officiellement annoncée, le 30 août, le maréchal Maison écrivit
au maréchal Clausel «que les dispositions ordonnées étaient, dans leur
ensemble, conformes aux entretiens et aux communications verbales avec
plusieurs des ministres du Roi, mais qu'elles n'avaient été l'objet
d'aucune délibération du conseil et n'avaient point reçu la sanction
définitive du gouvernement; que c'était au nouveau cabinet à accorder
ou à refuser cette sanction, et que jusque-là il importait de ne rien
engager, de ne rien compromettre, de se renfermer dans les limites de
l'occupation actuelle, dans celles de l'effectif disponible, et dans
celles des crédits législatifs, ou du moins des dépenses prescrites ou
approuvées.» Le ministre de la guerre expirant ne songeait plus qu'à
se décharger de la responsabilité de l'expédition projetée, et à en
reporter le poids sur ses successeurs.

Le maréchal Clausel fut et avait quelque droit d'être surpris, blessé et
embarrassé. Ardent à se croire et se croyant en effet autorisé, il
avait agi. Dès le 2 août 1836, il avait donné au général Rapatel, son
remplaçant intérimaire en Algérie, et en les communiquant au ministre de
la guerre, toutes les instructions pour l'exécution de ce qu'il appelait
«le système de domination absolue de l'ex-régence, définitivement
adopté, sur ma proposition, par le gouvernement.» Il avait réglé la
distribution des troupes sur tout le territoire de l'Algérie, mis en
mouvement celles qui devaient occuper la province de Constantine,
prescrit, pour le matériel comme pour le personnel, les mesures qui
pouvaient être prises sur les lieux mêmes, et annoncé celles qu'avait
déjà ordonnées ou qu'allait ordonner de Paris le ministre de la guerre.
Tous ces préparatifs, tous ces ordres étaient connus dans toute
l'Algérie, des Arabes comme de notre armée, à Constantine comme à Alger;
et le maréchal Clausel terminait ses instructions au général Rapatel en
disant: «C'est au plus tard au 15 octobre que je me rendrai à Bone pour
y prendre en personne la direction des opérations militaires contre
Constantine.» Inquiété, mais point arrêté dans son dessein par la lettre
évasive et suspensive que lui adressa le 30 août le maréchal Maison, il
lui répondit sur-le-champ: «Veuillez vous rappeler que vous et M. le
président du conseil m'avez pressé de partir pour l'Afrique, que j'ai
pris congé de vous huit jours avant mon départ, que vous ne m'avez plus
parlé du conseil dans lequel on devait discuter le plan des opérations à
exécuter en Afrique. Vous verrez, en vous rappelant cette circonstance,
que je ne mérite aucun reproche.» Dès que le maréchal Clausel connut la
formation du cabinet du 6 septembre, il lui adressa dépêche sur dépêche,
instances sur instances pour réclamer l'autorisation d'entrer en
campagne: «Constantine, écrivait-il le 24 septembre, est un admirable
champ pour la colonisation... C'est là qu'il faut frapper, qu'il
faut nous asseoir. Tout est prêt; tarderons-nous seuls à l'être?
N'agirons-nous pas quand le temps et les faits nous pressent?»

Héritier ainsi d'une situation déjà faite et très-urgente, le cabinet
prit à la fois deux résolutions: l'une, de retirer le gouvernement
général de l'Algérie des voies dans lesquelles le maréchal Clausel
l'avait engagé, et, aussitôt que les convenances le permettraient,
des mains du maréchal lui-même; l'autre, de l'autoriser à accomplir
l'expédition de Constantine en lui maintenant les moyens que le
précédent cabinet lui avait promis. Ces deux résolutions furent, l'une
clairement indiquée, l'autre formellement déclarée au maréchal le 27
septembre, par le nouveau ministre de la guerre, le général Bernard, en
ces termes: «Il a paru au gouvernement du Roi qu'un plan aussi vaste que
celui qui est exposé dans votre lettre du 2 août au général Rapatel ne
pouvait se réaliser sans un accroissement de dépenses qu'il ne lui est
point permis de faire, au moins quant à présent. Il lui a paru aussi que
les hautes conceptions qui lui étaient soumises exigeaient de sa part
une attention sérieuse et qu'elles devaient être le sujet de mûres
réflexions. Par ces motifs, il aurait désiré qu'il n'eût pas encore été
question de l'expédition de Constantine; mais le gouvernement de Sa
Majesté a été frappé des conséquences que pourrait avoir, dans un
pays comme l'Afrique et avec l'esprit des populations indigènes,
l'ajournement d'une expédition annoncée, surtout quand l'espoir de cette
expédition a déjà rallié plusieurs tribus à notre cause... C'est donc
parce que l'expédition de Constantine a été annoncée, et par ce seul
motif, que le gouvernement du Roi l'autorise aujourd'hui; mais il ne
l'autorise que comme une opération nécessitée par les événements,
comme une opération toute spéciale, et sans que cela puisse tirer à
conséquence pour l'exécution du plan général d'occupation que vous avez
présenté... Il doit être bien entendu, monsieur le maréchal, que cette
expédition doit se faire avec les moyens (personnel et matériel) qui
sont actuellement à votre disposition. Vous remarquerez, au reste, que
ces moyens sont supérieurs à la répartition projetée dans votre plan
général d'occupation, et au moins égaux à ceux qui sont mentionnés dans
votre instruction au général Rapatel, du 2 août dernier.»

Même avant d'avoir reçu cette lettre, le maréchal Clausel ne se
méprenait pas sur sa situation; il savait fort bien que le nouveau
cabinet était contraire au plan général de conduite en Algérie que, sous
le cabinet précédent, il avait fait adopter. Il ne rencontrait pas non
plus, sur les lieux mêmes, toutes les facilités qu'il avait espérées.
Depuis six mois déjà, et dans la perspective d'une conquête qu'il tenait
pour assurée, il avait nommé bey de Constantine le chef d'escadron de
spahis Youssouf, qui se faisait fort d'amener, par ses intelligences
dans cette province, la chute du bey turc Achmet et la reddition presque
spontanée de la place. En attendant l'expédition, le maréchal avait
envoyé Youssouf à Bone pour en préparer les moyens locaux; mais Youssouf
n'y réussissait que très-imparfaitement; soit pour la levée des
auxiliaires indigènes, soit pour le rassemblement des mulets destinés
aux transports, soit pour les chances de capitulation, les résultats
restaient fort au-dessous des promesses. Le maréchal envoya à Paris
son aide de camp, M. de Rancé, pour demander de nouveaux renforts. Le
général Bernard répondit que l'expédition de Constantine étant la seule
qu'autorisât le cabinet, et les provinces d'Alger et d'Oran devant
rester sur la défensive, c'était de là qu'on pouvait et devait faire
venir à Bone les renforts qu'on croyait nécessaires. Alors s'engagea,
entre le ministre de la guerre et le maréchal Clausel, une controverse
dominée, de part et d'autre, par l'arrière-pensée tacite du plan général
de conquête et d'occupation dont ne voulait pas le ministre et que le
maréchal ne cessait de poursuivre: au dire de M. de Rancé, ce n'était
plus seulement 30,000, mais 45,000 hommes qu'il fallait pour suffire
aux nécessités soit de l'expédition de Constantine, soit des autres
provinces de l'Algérie. Après un mois de correspondance un peu confuse,
le général Bernard fit observer au maréchal qu'il avait à Bone 11,478
hommes à l'effectif, ce qui donnait 10,602 hommes présents, c'est-à-dire
les forces qu'il avait d'abord demandées pour l'expédition; il lui
envoya, de plus, les fonds nécessaires pour solder pendant six semaines
4,000 auxiliaires indigènes, et il finissait en lui disant: «Maintenant,
monsieur le maréchal, ou les moyens dont vous disposez ont été jugés
par vous-même suffisants, ainsi que vos instructions au général Rapatel
l'ont fait penser au gouvernement du Roi, ou bien, à votre propre
jugement, ils ne le sont pas. Dans le premier cas, vous n'avez aucun
motif pour demander des renforts. Dans le second, comme vous n'êtes
qu'autorisé à faire l'expédition, vous pouvez vous dispenser de
la faire. Il dépend donc de vous seul de prendre à cet égard une
détermination, selon que vous trouverez les moyens à votre disposition
suffisants ou insuffisants.»

Pour donner au maréchal Clausel une haute marque de confiance, au moment
où on le laissait chargé de résoudre lui-même la question qu'il avait
provoquée, M. le duc de Nemours alla s'embarquer à Toulon pour prendre
part à l'expédition de Constantine, comme, l'année précédente, M. le duc
d'Orléans avait pris part à l'expédition de Mascara. Et pour faire acte
de prévoyance en même temps que de confiance, le général Damrémont,
officier d'un mérite reconnu, qui commandait à Marseille, reçut
confidentiellement ordre d'aller faire un voyage à Alger, et de se tenir
prêt à prendre le gouvernement de l'Algérie, si, comme le bruit en avait
couru, le maréchal Clausel donnait sa démission.

Le maréchal, qui, je crois, n'avait jamais hésité, se décida
sur-le-champ; arrivé à Bone dans les derniers jours d'octobre, il
écrivit le 1er novembre au général Rapatel qu'il avait laissé commandant
à Alger: «Envoyez-moi, par le retour de la frégate à vapeur, celui des
bataillons du 2e léger qui est commandé par Changarnier, cet officier
que j'ai remarqué, et dont j'ai fait, il y a quelques mois, un chef
de bataillon.» Le général Rapatel fit ce qui lui était commandé; le
commandant Changarnier arriva à Bone avec son bataillon; et, le 13
novembre 1836, le maréchal Clausel, emmenant 7,000 hommes de toutes
armes avec 2,000 auxiliaires indigènes, et laissant à Bone 2,000 hommes
déjà atteints des fièvres d'automne, se mit en marche sur Constantine.

Quelques jours avant son départ, le temps était affreux, la pluie
tombait à flots, les plaines étaient inondées, la neige couvrait les
montagnes: «Ce ne sont pas les longues pluies d'hiver, mais seulement
les pluies de culture, et celles-ci durent peu,» disaient les hommes
ardents à l'espérance: «J'ai confiance dans les troupes, écrivait le
maréchal; j'espère leur en inspirer; j'espère aussi en mon étoile, et
je pars pour Constantine, où je serai bientôt.» Quelques esprits plus
exigeants, dans l'administration militaire surtout, ne partageaient pas
cette confiance et se montraient pleins de doute sur la facilité de
l'entreprise, l'opportunité du moment, la portée des moyens. Mais la
plupart des assistants croyaient aller à une expédition d'un succès
assuré et presque à une partie de plaisir; on comptait sur les
affirmations et les promesses de Youssouf; on le regardait, on le
traitait déjà comme un bey puissant; quelques officiers se plaignaient
seulement de la perspective qu'il n'y aurait point de coups de fusil à
échanger. Le soleil avait reparu et semblait confirmer, par son éclat,
ces joyeuses idées. On partit, l'avant-garde le 9 novembre, le maréchal
Clausel le 13. On avait à peine marché vingt-quatre heures, la pluie
recommença; les ruisseaux devinrent des torrents; les soldats avançaient
péniblement; plusieurs restaient en arrière; quelques-uns des
auxiliaires arabes s'enfuirent, enlevant une petite mais précieuse
partie des approvisionnements très-limités de l'expédition. Le beau
temps revint; pendant cinq jours, l'armée chemina sans souffrance et
sans résistance; mais le 19 novembre, quand elle arriva sur les plateaux
élevés voisins de Constantine, la pluie, la neige, la grêle, le froid
éclatèrent avec violence; les soldats ne trouvaient pas, sur ce sol
fertile mais dénudé, un morceau de bois pour faire cuire leurs vivres et
sécher leurs vêtements. A chaque passage de torrent, à chaque bivouac,
on laissait, et en grand nombre, des hommes morts de froid ou de fatigue
et des vivres gâtés ou perdus: «Nous fûmes exposés là, dit le maréchal
Clausel dans son rapport, à toutes les rigueurs d'un hiver de
Saint-Pétersbourg, en même temps que les terres entièrement défoncées
représentaient aux vieux officiers les boues de Varsovie.» Le 21
novembre enfin, l'armée arriva devant Constantine. On reconnut
sur-le-champ combien la place était forte, et combien peu elle songeait
à se rendre. Le drapeau rouge des Arabes flottait sur la principale
batterie. Dès que nos troupes furent à portée, une vive canonnade partit
des remparts. Achmet-Bey, à la tête d'une nombreuse cavalerie, tenait la
campagne et vint assaillir la brigade d'avant-garde qui, sous les ordres
du général de Rigny, avait occupé les mamelons de Coudiat-Ati, en vue
de la porte Bab-el-Oued. Un chef kabyle, hardi et renommé, Ben-Aïssa,
commandait dans la ville en qualité de lieutenant du bey; il fit une
sortie avec la garnison turque, et vint de son côté attaquer la même
brigade. Les cavaliers arabes et les fantassins turcs furent vaillamment
repousses, mais sans autre résultat; nos forces ne pouvaient suffire à
cerner la place; aucune chance de capitulation ne se laissait entrevoir;
nos munitions de guerre et nos vivres s'épuisaient rapidement. Le
maréchal résolut de tenter, contre les deux portes devant lesquelles
campaient les deux divisions de sa petite armée, un vigoureux assaut,
unique chance, s'il y en avait une, d'emporter la place en y pénétrant.
Le Rummel et le ravin au fond duquel il coule séparaient les deux
divisions; le 23 novembre, à trois heures après-midi, un soldat traversa
la rivière à la nage, portant, dans un morceau de toile cirée roulé
autour de sa tête, ce billet du maréchal: «Général de Rigny, à minuit
j'attaquerai la porte d'El-Kantara; attaquez à la même heure la porte de
Coudiat-Ali.» Les deux attaques, dirigées l'une par le maréchal
lui-même et le général Trézel, l'autre par le général de Rigny et le
lieutenant-colonel Duvivier, furent poussées avec une ardente vigueur,
mais sans succès; dans l'une, le général Trézel, «qui se tenait, dit le
rapport du maréchal, au plus fort du feu pour disposer et encourager
les troupes,» tomba le cou traversé d'une balle; dans l'autre, le
lieutenant-colonel Duvivier fut un moment sur le point de pénétrer dans
la place, mais tous ceux qui l'entouraient, officiers et soldats, furent
frappés et contraints de se replier. «A trois heures de la nuit la lutte
avait cessé, dit l'un des braves qui y assistaient; tout était rentré
dans le silence, quand le signal accoutumé de la dernière prière
nocturne partit du minaret de la principale mosquée de Constantine.
Des versets du _Koran_, lancés dans les airs, furent répétés sur les
remparts par des milliers de voix fermes, calmes, assurées. Nos soldats
ne refusèrent pas leur estime à de tels ennemis.»

Au même moment, sur les ordres du maréchal et dans l'obscurité de là
nuit, les deux divisions de l'armée se mettaient en mouvement pour
se réunir en une seule colonne, et commencer une retraite devenue
évidemment nécessaire. Les corps se formaient précipitamment; les
ambulances étaient chargées en hâte de blessés enlevés à l'instant
même du sol sur lequel ils venaient de combattre et à peine pansés.
Le rassemblement de toutes les troupes au point fixé par le maréchal
n'était pas encore accompli quand le soleil se leva. La garnison de
Constantine, avertie par les sentinelles des remparts, sortit par
détachements de plus en plus nombreux et ardents à porter de tous côtés
leurs attaques. Au milieu de cette agitation disciplinée, le commandant
Changarnier, qui couvrait avec son bataillon la marche de la division
commandée par le général de Rigny vers le point de concentration indiqué
par le maréchal, aperçut trente ou quarante soldats courant à travers
les Arabes pour tâcher de rejoindre la colonne française. C'était un
poste qu'on avait oublié. Faisant sur-le-champ face en arrière, le
commandant Changarnier mena au pas de charge son bataillon au secours
de ces soldats éperdus, et les recueillit presque tous, non sans perdre
quelques-uns des siens. Puis, s'arrêtant de distance en distance à la
faveur des plis du terrain, il contint à plusieurs reprises les Arabes
acharnés à la poursuite, et donna ainsi aux divers corps le temps de
se rejoindre et de s'organiser, selon les instructions du maréchal, en
colonne de retraite. Vers onze heures, la marche d'ensemble commençait;
le bataillon du 2° léger continuait à la couvrir; on aperçut toute la
cavalerie arabe d'Achmet-Bey se disposant à faire une charge générale.
Dès qu'il la vit approcher, le commandant Changarnier forma son
bataillon en carré, en s'écriant: «Soldats, regardez ces gens-là, ils
sont six mille et vous êtes trois cents; vous voyez bien que la partie
est égale!» Puis quand la nuée des cavaliers arabes fut à vingt pas, il
commanda un feu de deux rangs à bout portant, et au cri de: «_Vive le
Roi!_» sa troupe joncha le sol d'hommes et de chevaux. Les Arabes se
replièrent en grande hâte. La garnison turque, qui était sortie de
Constantine sans prendre le temps de se pourvoir de vivres, y retourna
pour faire son premier repas. La colonne française continua sa marche en
bon ordre; et à la fin de ce jour, 24 novembre, quand le bataillon du 2e
léger alla prendre sa place au bivouac, il fut accueilli par les longs
applaudissements de toutes les troupes, et le maréchal Clausel vint
porter lui-même au commandant Changarnier ses cordiales félicitations.
Le lendemain, 25 novembre, on se remit en route, et, pendant cinq jours,
la retraite s'opéra, incessamment harcelée par les Kabyles, troublée par
la pénurie de vivres, attristée par des incidents fâcheux et des pertes
déplorables, mais dirigée par le maréchal Clausel avec cette activité
forte et cette fermeté d'âme qui inspirent aux troupes la confiance
dans leur chef, la résignation dans les souffrances et l'ardeur dans
le péril. Le 1er décembre, la petite armée était de retour à Bone; le
maréchal Clausel et le duc de Nemours en repartirent le 6 pour Alger; et
le 22, le jeune prince rentra à Paris, estimé de tous dans l'armée
pour le courage tranquille qu'il avait montré dans son modeste rôle de
volontaire, et faisant au Roi son père, avec une réserve scrupuleuse,
le récit des fautes, des maux et des actes héroïques auxquels il venait
d'assister.

Je ne me refuserai pas la satisfaction de rendre ici un hommage
particulier à l'un des chefs de cette expédition, le général Trézel, mon
ami, et devenu, en 1847, mon collègue comme ministre de la guerre. Ce
vaillant homme, aussi vertueux que vaillant, avait longtemps servi en
Algérie, et là comme ailleurs il avait conquis un juste renom de vertu
comme de valeur; mais après l'échec qu'il essuya, le 28 juin 1835, à la
Macta, contre Abd-el-Kader, il engagea lui-même le ministre de la
guerre à le rappeler, «car, disait-il avec une candeur admirable, je ne
pourrais plus me promettre la confiance des troupes, et je me soumettrai
sans murmure au blâme et à toute la sévérité que le gouvernement du
Roi jugera nécessaires à mon égard, espérant qu'il ne refusera pas de
récompenser les braves qui se sont distingués dans ces deux combats.»
Pourtant ce revers, si noblement avoué, lui pesait cruellement, et il
avait à coeur de retrouver, en servant de nouveau en Algérie, la
chance de le réparer. Appelé en 1836 au commandement de Bone, il fit
naturellement partie de l'expédition de Constantine, et il commandait,
sous le maréchal Clausel, la seconde division de cette petite armée.
Arrivé devant Constantine, il fut promptement convaincu qu'avec si peu
de moyens d'attaque, il n'y avait, contre une résistance sérieuse,
nulle chance de succès. On parlait pourtant d'un assaut, et tout en s'y
préparant, le général Trézel disait à son jeune officier d'ordonnance,
le lieutenant de Morny, à qui il portait confiance et amitié: «Mon cher
Morny, il n'y a pas un moyen humain d'entrer dans cette ville; plusieurs
de nous seront tués sous ses murs; si je suis du nombre, ce qui est
probable, tâchez de rapporter à ma femme ce qui restera de moi; vous
trouverez dans ma poche un billet de 500 francs; c'est à peu près tout
l'argent que j'ai encore avec moi.» Dans la nuit du 23 au 24 novembre,
quand le maréchal Clausel tenta d'enfoncer les portes d'El-Kantara et de
Bab-el-Oued, le général Trézel, chargé de l'attaque contre la première,
s'approcha très-près du rempart, ayant à côté de lui M. de Morny; la
lune était claire; on tirait sur eux: «Mon cher général, lui dit le
jeune officier, si nous restons ici, nous serons infailliblement tués
tous les deux; moi, ce ne serait pas une grande perte; mais si, ce que
je ne crois pas, on devait donner l'assaut, ce serait un grand malheur
que vous n'y fussiez pas.» A ce moment, quelques hommes du génie
passèrent près d'eux, conduisant un mulet chargé de pelles et de
pioches; un soldat et le mulet furent tués; se tournant vers M. de
Morny, le général Trézel lui dit: «Je crois effectivement que vous avez
raison; mais où pouvons-nous nous mettre en attendant l'assaut?» A
l'instant même il tomba la face contre terre; en se penchant vers lui,
M. de Morny vit une tache de boue sur sa tempe, et, le croyant mort, il
s'écria avec un mouvement d'humeur: «Allons, je le lui disais bien, le
voilà tué pour n'avoir pas voulu m'écouter; quel absurde courage!» Comme
il se disposait, avec l'aide de quelques soldats, à le mettre dans une
couverture pour emporter son corps, le général revint à lui en disant:
«Eh bien! que s'est-il donc passé?--Comment, mon général, vous n'êtes
pas mort? quel bonheur!--Je n'étais qu'évanoui; je ne pouvais parler;
mais je vous ai bien entendu grogner et dire que j'étais mort. Je
n'avais qu'une inquiétude, c'était d'être laissé là.» On le transporta
à l'ambulance; il avait eu le cou traversé d'une balle; mais la balle,
très-petite, avait passé entre les vertèbres, le gosier et la carotide;
une balle de munition l'eût tué. Il fit la retraite dans la calèche du
maréchal Clausel, aussi calme et aussi peu préoccupé de lui-même
qu'il l'avait été sous le rempart de Constantine. Je prends plaisir
à recueillir les souvenirs de ce modeste et intègre serviteur de la
France. C'était un coeur indomptable dans un corps chétif et de pauvre
apparence. A la simplicité à la fois mâle et timide du soldat plus
exercé à obéir ou à commander qu'à discuter, il joignait le patriotisme
respectueux du citoyen dévoué à l'ordre et aux lois. Il avait
quelques-uns des préjugés, mais aucune des faiblesses de son temps. Sa
fermeté n'était pas toujours exempte de prévention ni d'entêtement; mais
quand il se trompait, aucune vue personnelle, aucun sentiment d'une
pureté douteuse ne se mêlait à son erreur. Je n'ai point connu de
caractère plus désintéressé, ni de conscience plus impérieuse. Le devoir
était sa loi et le dévouement sa passion. Qu'il fallût se compromettre
ou s'abstenir, monter à l'assaut ou se retirer du monde, ni l'une ni
l'autre nécessité ne le trouvaient hésitant, et il était également prêt
à l'effort ou au sacrifice. Il n'a pas obtenu la renommée des Catinat et
des Fabert, et il n'eut pas à la guerre leur fortune ni leur génie; mais
par l'âme il était de leur race, et je ne fais que lui rendre justice
en le nommant à côté d'eux. Je reviens au maréchal Clausel et aux
conséquences de sa malheureuse campagne.

Elle fut, dans les Chambres, l'objet de longs débats. Le maréchal
Clausel y prit part, sans juste intelligence de la situation générale et
de la sienne propre. C'était un homme de guerre éminent sur le champ de
bataille, mais resté tel que l'avaient fait la Révolution et l'Empire,
patriote avec les routines de la violence et du despotisme, aimant la
grandeur de la France et toujours prêt à la servir vaillamment de son
épée, mais étranger à toute vue politique et à tout sentiment de
la responsabilité au sein de la liberté. Il avait été imprévoyant,
présomptueux, léger, trop peu préoccupé du sort des hommes qu'il
commandait, cherchant surtout son propre succès, quelque faibles qu'en
fussent les chances et quelque prix qu'il en dût coûter. En arrivant à
Bone, sous le coup de son échec, et pressé d'adoucir le mécontentement
qu'en devait ressentir le cabinet, il écrivit confidentiellement au
général Bernard, au même moment où il lui envoyait son rapport officiel:
«Je déclarerai au gouvernement, quand il voudra, comme il voudra, que
les troupes sous mon commandement étaient suffisantes pour l'expédition,
et que j'aurais fait rendre ou pris Constantine, avec une partie
de celles qui ont été mises par le mauvais temps dans un état
d'anéantissement, si cette partie avait pu être réunie aux autres.»
Quand vint le jour de la discussion publique, il ne sut se défendre
qu'en accusant le gouvernement de ne lui avoir pas donné des forces
suffisantes et de préparer l'abandon de l'Algérie: accusation absurde,
car le cabinet ne comptait dans son sein aucun des hommes qui avaient
laissé entrevoir ce désir, et j'étais au contraire l'un de ceux qui,
en toute occasion, avaient le plus fermement défendu le maintien et
l'avenir de nos possessions d'Afrique. Mais l'accusation d'indifférence
pour la grandeur nationale était le thème d'attaque populaire, et
c'était là que le maréchal Clausel cherchait son point d'appui. Au
moment de ce débat, il n'était plus, depuis deux mois, gouverneur
général de l'Algérie; bien décidés à réparer l'échec de la France devant
Constantine et à ne pas courir de nouveau le risque des fautes qui nous
l'avaient valu, nous avions, le 12 février 1837, rappelé le maréchal
Clausel, en lui donnant pour successeur le général de Damrémont dont
le bon renom militaire et le bon esprit nous promettaient, pour le
gouvernement général, de l'Algérie et pour la conduite spéciale de la
nouvelle expédition, la double garantie dont nous avions besoin[19].

[Note 19: Je place, dans les _Pièces historiques,_ n° X, une lettre que
m'écrivit de Marseille le général de Damrémont, le 10 décembre 1836,
avant que le mauvais succès de l'expédition de Constantine y fût connu,
et où il exposait dès lors ses vues sur l'Algérie.]

L'émotion fut vive en France, à la nouvelle de ce désastre, et elle
l'eût été davantage si le public n'en eût été distrait par une autre
émotion que venait de susciter un incident d'une autre nature. Au même
moment où le maréchal Clausel arrivait à Bone et se préparait à partir
pour Constantine, le prince Louis-Bonaparte entrait à Strasbourg, et
tentait de renverser, par une insurrection militaire, le Roi et la
Charte de 1830.

Le 31 octobre au soir, le ministre de l'intérieur, M. de Gasparin,
m'apporta une dépêche télégraphique qu'il venait de recevoir de
Strasbourg, datée de là veille, 30, et qui portait:

«Ce matin, vers six heures, Louis-Napoléon, fils de la duchesse de
Saint-Leu, _qui avait dans sa confidence_ le colonel d'artillerie
Vaudrey, a parcouru les rues de Strasbourg avec Une partie de.....»

La dépêche s'arrêtait là, et l'administrateur des lignes télégraphiques,
M. Alphonse Foy, y avait ajouté cette note: «Les mots soulignés laissent
des doutes. Le brumaire survenu sur la ligne ne permet ni de recevoir la
fin de la dépêche, ni d'éclairer le passage douteux.»

Nous nous rendîmes sur-le-champ aux Tuileries où, peu de moments après,
tout le cabinet se trouva réuni. Nous causions, nous conjecturions, nous
pesions les chances, nous préparions des instructions éventuelles,
nous discutions les mesures qui seraient à prendre dans les diverses
hypothèses. M. le duc d'Orléans se disposait à partir. Nous passâmes
là, auprès du Roi, presque toute la nuit, attendant des nouvelles qui
n'arrivaient pas. La Reine, Madame Adélaïde, les princes allaient et
venaient, demandant si l'on savait quelque chose de plus. On s'endormait
de lassitude; on se réveillait d'impatience. Je fus frappé de la
tristesse du Roi; non qu'il parût inquiet ou abattu; mais incertitude
sur la gravité de l'événement le préoccupait; et ces complots
répétés, ces tentatives de guerre civile républicaines, légitimistes,
bonapartistes, cette nécessité continuelle de lutter de réprimer, de
punir; lui pesaient comme un odieux fardeau. Malgré sa longue expérience
et tout ce qu'elle lui avait appris sur les passions des hommes et les
chances de la vie, il était et restait d'un naturel facile, confiant,
bienveillant, enclin à l'espérance; il se lassait d'avoir sans cesse à
se garder, à se défendre, et de rencontrer sur ses pas tant d'ennemis.

Le lendemain matin, 1er novembre, un aide de camp du général Voirol,
commandant à Strasbourg, nous apporta la fin de l'événement comme de la
dépêche télégraphique et le récit détaillé de la tentative avortée. De
la Suisse où il résidait et des eaux de Baden où il se rendait souvent,
le prince Louis entretenait en France, et particulièrement à Strasbourg,
des relations assidues. Ni parmi ses adhérents, ni en lui-même, rien
ne semblait lui promettre de grandes chances de succès; des officiers
vieillis, des femmes passionnées, mais sans situation dans le monde,
d'anciens fonctionnaires sans emploi, des mécontents épars n'étaient pas
des agents bien efficaces contre un pouvoir qui comptait déjà six ans de
durée et qui avait vaincu, au grand jour, tous ses ennemis, républicains
et légitimistes, conspirateurs et insurgés. Le prince Louis était jeune,
inconnu en France, et de l'armée et du peuple; personne ne l'avait vu;
il n'avait jamais rien fait; quelques écrits sur l'art militaire, des
_Rêveries politiques_, un _Projet de constitution_ et les éloges de
quelques journaux démocratiques n'étaient pas des titres bien puissants
à la faveur publique et au gouvernement de la France. Il avait son nom;
mais son nom même fût demeuré stérile sans une force cachée et toute
personnelle; il avait foi en lui-même et dans sa destinée. Tout en
faisant son service comme capitaine dans l'artillerie du canton de
Berne et en publiant des pamphlets dont la France s'occupait peu, il
se regardait comme l'héritier et le représentant, non-seulement d'une
dynastie, mais des deux idées qui avaient fait la force de cette
dynastie, la Révolution sans l'anarchie et la gloire des armes; sous des
formes calmes, douces et modestes, il alliait un peu confusément
une sympathie active pour les innovations et les entreprises
révolutionnaires aux goûts et aux traditions du pouvoir absolu, et
l'orgueil d'une grande race s'unissait en lui à l'instinct ambitieux
d'un grand avenir. Il se sentait prince et se croyait, avec une
confiance invincible, prédestiné à être empereur. Ce fut avec ce
sentiment et cette foi que le 30 octobre 1836, à six heures du matin,
sans autre appui qu'un colonel et un chef de bataillon gagnés d'avance à
sa cause, il traversa les rues de Strasbourg et se présenta à la caserne
du 4e régiment d'artillerie où, après deux petites allocutions
du colonel Vaudrey et de lui-même, il fut reçu aux cris de _Vive
l'Empereur!_ Quelques-uns de ses partisans et selon quelques rapports,
lui-même, se portèrent aussitôt chez le général commandant et chez le
préfet, et n'ayant pas réussi à les séduire, ils les firent assez mal
garder dans leur hôtel. En arrivant à la seconde caserne qu'il voulait
enlever, la caserne Finckmatt, occupée par le 46e régiment d'infanterie
de ligne, le prince Louis n'y trouva pas le même accueil; prévenu à
temps, le lieutenant-colonel Talandier repoussa fermement toutes les
tentatives et maintint la fidélité des soldats; le colonel Paillot
et les autres officiers du régiment arrivèrent, également loyaux et
résolus. Sur le lieu même, le prince et ceux qui l'accompagnaient furent
arrêtés. A ce bruit bientôt répandu, les mouvements d'insurrection
tentés dans divers corps et sur divers points de la ville cessèrent à
l'instant; le général et le préfet avaient recouvré leur liberté et
prenaient les mesures nécessaires. Parmi les adhérents connus du prince
Louis dans cette entreprise de quelques heures, un seul, M. de Persigny,
son confident et son ami le plus intime, réussit à s'échapper. Les
autorités de Strasbourg, en envoyant au gouvernement du Roi leurs
rapports, lui demandaient ses instructions sur le sort des prisonniers.

Nous apprîmes au même moment que, le même jour, 30 octobre, à Vendôme,
un brigadier du 1er régiment de hussards, en garnison dans cette ville,
avait réuni au cabaret quelques-uns de ses camarades, et que là on
avait résolu de sonner le boute-selle la nuit suivante, d'arrêter les
officiers, les autorités, et de proclamer la république. Averti pendant
que la réunion se tenait, le lieutenant-colonel fit arrêter aussitôt le
brigadier et ses complices. Le brigadier, après avoir tué, d'un coup de
pistolet, un maréchal des logis qui faisait son devoir en le gardant,
s'échappa, erra tout le jour aux environs de la ville, et l'esprit
troublé, le coeur abattu, revint à Vendôme, dans la nuit, se remettre
lui-même en prison. On a beaucoup dit qu'il n'y avait aucun lien
entre cette misérable échauffourée et la tentative de Strasbourg; la
vraisemblance indique, et j'ai lieu de croire qu'il en était autrement.

Quant à la conduite à tenir envers les divers prisonniers; notre
délibération ne fut pas longue. En apprenant l'issue de l'entreprise et
la captivité de son fils, la reine Hortense accourut en France sous un
nom supposé, et s'arrêtant près de Paris, à Viry, chez la duchesse
de Raguse, elle adressa de là, au Roi et à M. Molé, ses instances
maternelles. Elle n'en avait pas besoin; la résolution de ne point
traduire le prince Louis devant les tribunaux et de l'envoyer aux
États-Unis d'Amérique était déjà prise. C'était le penchant décidé du
Roi, et ce fut l'avis unanime du cabinet. Pour mon compte, je n'ai
jamais servi ni loué l'empereur Napoléon Ier; mais je respecte la
grandeur et le génie, même quand j'en déplore l'emploi, et je ne pense
pas que les titres d'un tel homme aux égards du monde descendent
tous avec lui dans le tombeau. L'héritier du nom et, selon le régime
impérial, du trône de l'empereur Napoléon, devait être traité comme de
race royale, et soumis aux seules exigences de la politique. Il fut
extrait le 10 novembre de la citadelle de Strasbourg, et amené en poste
à Paris où il passa quelques heures dans les appartements du préfet
de police, sans recevoir aucune autre visite que celle de M. Gabriel
Delessert. Reparti aussitôt pour Lorient, il y arriva dans la nuit du
13 au 14, et fut embarqué le 15 à bord de la frégate l'_Andromède_ qui
devait se rendre au Brésil en touchant à New-York. Quand la frégate fut
sur le point d'appareiller, le sous-préfet de Lorient, M. Villemain, en
rendant ses devoirs au prince Louis et avant de prendre congé de lui,
lui demanda si, en arrivant aux États-Unis, il y trouverait, pour les
premiers moments, les ressources dont il pourrait avoir besoin: «Aucune,
lui dit le prince.--Eh bien! mon prince, le Roi m'a chargé de vous
remettre quinze mille francs qui sont en or dans cette petite cassette.»
Le prince prit la cassette; le sous-préfet revint à terre, et la frégate
fit voile.

Vingt-quatre années (et quelles années!) se sont écoulées depuis cette
époque. Leurs enseignements sont clairs. Deux fois, en 1836 et en
1840, avec la persévérance de la foi et de la passion, le prince
Louis-Napoléon a tenté de renverser la monarchie constitutionnelle; il
a échoué deux fois, et dès les premiers pas. En 1851, il a renversé du
premier coup la république, et depuis ce jour il règne sur la France. La
monarchie constitutionnelle était un gouvernement régulier et libre, qui
donnait des garanties aux intérêts vrais et complets de la France; la
France, qui l'avait désirée en 1789, en 1814 et en 1830, n'a jamais
prêté son franc concours à ses destructeurs, et en 1848 elle a subi
sa chute avec surprise et alarme. La république commença en 1848 par
l'anarchie, et ne menait qu'à l'anarchie; la France a accepté et soutenu
l'Empire comme un port de refuge contre l'anarchie. Il y a des temps où
les peuples sont gouvernés surtout par leurs désirs, et d'autres où ils
obéissent surtout à leurs craintes. Selon que l'une ou l'autre de ces
dispositions prévaut, les peuples recherchent de préférence la liberté
ou la sécurité. C'est le premier secret de l'art de gouverner de ne pas
se méprendre sur leur voeu dominant.

A l'égard des complices du prince Louis, des doutes s'élevaient sur
la juridiction devant laquelle ils devaient être renvoyés. Nous nous
décidâmes pour celle qui n'était l'objet d'aucune objection populaire,
le jury. Ce fut, je crois, une faiblesse et une faute. Si jamais
entreprise eut les caractères d'un attentat contre la sûreté de l'État,
c'était certainement celle de Strasbourg; elle rentrait ainsi, selon la
Charte et nos traditions constitutionnelles, dans les attributions de
la cour des pairs. Le cabinet précédent lui avait renvoyé naguère le
jugement de l'assassin Alibaud, affaire sans complication politique,
et qui n'offrait aucune question difficile, ni de principe, ni de
circonstance. Celle du complot de Strasbourg lui revenait bien plus
naturellement. La mesure que nous venions de prendre à l'égard du prince
Louis était une raison de plus de renvoyer ses complices devant la cour
des pairs, car cette cour seule était capable d'apprécier la convenance
d'un tel acte, et de n'en apporter pas moins, dans le jugement général
de l'affaire et de ses acteurs, une fermeté équitable. Quant au petit
complot de Vendôme, la juridiction était claire; des militaires seuls y
avaient pris part; ils furent renvoyés devant le conseil de guerre de
Tours.

La session des Chambres approchait, et devait s'ouvrir sous des auspices
très-divers, mêlés de perspectives sereines et de nuages. A l'extérieur,
l'aspect général des affaires n'avait rien que de satisfaisant. La paix
n'était plus nulle part menacée. La querelle précédemment engagée entre
la France et la Suisse au sujet des réfugiés avait amené la suspension
des rapports diplomatiques entre les deux pays; mais grâce à la
modération des deux gouvernements, cette altération du bon voisinage
avait cessé; la question était apaisée, les rapports rétablis, et les
incidents subalternes qui avaient contribué à les troubler n'avaient
plus de valeur que comme aliment à la polémique de l'opposition. En nous
refusant à l'intervention en Espagne, nous avions continué d'exécuter,
non-seulement avec scrupule, mais avec zèle, le traité de la
Quadruple-Alliance, et nous donnions au gouvernement de la reine
Isabelle tout l'appui indirect que nous pouvions lui apporter sans
engager à son service le drapeau de la France. Cette politique portait
ses fruits. C'était sans succès décisif que les carlistes entretenaient
au delà des Pyrénées la guerre civile; malgré leurs victoires locales et
leurs courses à travers l'Espagne, la monarchie constitutionnelle
était debout, opiniâtrement et efficacement défendue. Le parti radical
espagnol, maître du pouvoir, en sentait la responsabilité qui pesait
directement sur lui et sur lui seul, et il s'éclairait et se modérait
peu à peu en gouvernant. Les nouvelles Cortès avaient confirmé
la régence de la reine Christine, et elles préparaient, dans la
constitution de 1812, des modifications qui devaient la rendre moins
périlleuse pour l'ordre et la monarchie. En reconnaissant l'indépendance
des républiques américaines, le gouvernement espagnol se délivrait d'un
pesant fardeau, et se mettait en mesure de porter, sur la pacification
de l'Espagne même, tout son effort. La négociation confidentiellement
engagée à Berlin et à Schwerin pour le mariage du duc d'Orléans avec la
princesse Hélène de Mecklembourg promettait une heureuse issue. A tout
prendre, M. Molé, après quelques mois d'administration, se présentait
devant les Chambres ayant fidèlement et prudemment mis en pratique les
maximes au nom desquelles le cabinet s'était formé, et en ayant déjà
recueilli de bons résultats. C'était à l'intérieur que la situation
était plus compliquée et moins favorable; l'expédition de Constantine
et l'entreprise de Strasbourg pesaient sur nous, nous laissaient des
questions graves à résoudre, des devoirs difficiles à remplir, et ne
pouvaient manquer de susciter de vifs débats.

Le 27 décembre, le Roi se rendait au Palais-Bourbon, le long du quai des
Tuileries, pour ouvrir la session. La 2° légion de la garde nationale,
qui bordait la haie, inclinait devant lui son drapeau; il s'avançait
hors de la portière pour lui rendre son salut; un coup de feu partit; la
balle effleura la poitrine du Roi, passa entre ses deux fils le duc
de Nemours et le prince de Joinville qui, ainsi que le duc d'Orléans,
étaient avec leur père dans la voiture, et sortit en brisant une glace
dont les éclats blessèrent légèrement deux des princes. L'assassin,
arrêté à l'instant, et soustrait avec grand'peine à l'indignation de la
foule, fut emmené d'abord au poste des Tuileries. Le cortège continua
sa marche; le Roi reparut à la portière, répondant de la main aux
acclamations qui éclataient sur son passage. Il arriva au Palais-Bourbon
où la Reine, Madame Adélaïde, la princesse Marie, la princesse
Clémentine, le duc d'Aumale et le duc de Montpensier l'attendaient dans
la tribune de la famille royale. Le bruit de l'attentat s'était déjà
répandu dans la salle; des regards inquiets se tournaient en hésitant
vers la Reine; on restait immobile; on se taisait, comme pour ne pas
susciter, par un trouble visible, ses premières terreurs. Envoyé
sur-le-champ par le Roi, le commandant Dumas parut dans la tribune et
dit à la Reine: «Le Roi se porte bien; il arrive; les princes ne sont
pas blessés.» Ils arrivaient en effet; le Roi monte sur l'estrade, et
s'assit; ses trois fils étaient debout à côté de lui; quelques
gouttes de sang tachaient leurs habits. Pendant plusieurs minutes les
acclamations se succédèrent avec transport; l'assemblée entière debout,
Chambres et spectateurs, criait _vive le Roi!_ en portant ses regards
tantôt vers le Roi, tantôt vers la Reine. Je n'ai jamais vu une émotion
publique plus vive et plus sympathique. Le Roi prononça avec une fermeté
simple un discours serein, plein de confiance dans l'avenir de la
France, et faisant à peine allusion, par quelques mots, au nouvel
attentat qu'il venait de subir: «Soutenu par votre loyal concours,
dit-il en finissant, j'ai pu préserver notre patrie de révolutions
nouvelles et sauver le dépôt sacré de nos institutions; unissons de plus
en plus nos efforts; nous verrons s'étendre et s'affermir chaque jour
l'ordre, la confiance, la prospérité: et nous obtiendrons tous les
biens auxquels a droit de prétendre un pays libre, qui vit en paix sous
l'égide d'un gouvernement national.»

J'ai vu et interrogé l'assassin. C'était un jeune homme d'apparence
grossière et vulgaire, rude et embarrassé, entêté plutôt qu'exalté,
répondant aux questions brièvement, avec aussi peu d'intelligence que
d'émotion, comme pressé de ne plus entendre parler de ce qu'il avait
fait, et repoussant avec un orgueil stupide tout appel au repentir. On
sut bientôt qu'il s'appelait Meunier, qu'il menait une vie paresseuse
et misérable, tantôt petit commis, tantôt ouvrier, et qu'il était neveu
d'un honnête négociant de Paris qui, le reconnaissant avec un amer
chagrin, parla de lui aux magistrats instructeurs comme d'un caractère
faible, déréglé, adonné aux mauvaises moeurs, aux mauvaises lectures,
engagé dans les sociétés secrètes, et incapable de résister à
l'influence de ses compagnons. L'enquête et le procès confirmèrent
pleinement ces informations. Par routine plutôt que par une juste
appréciation des circonstances, Meunier fut renvoyé devant la cour des
pairs. Peu de jours après l'attentat, la police découvrit et saisit,
chez un mécanicien nommé Champion, une machine infernale toute prête;
arrêté aussitôt et très-compromis par les premiers interrogatoires, le
mécanicien s'étrangla dans sa prison.

Ce fut sous l'impression de ces sinistres accidents que s'accomplirent
les premiers actes des Chambres, la préparation et la discussion de
leurs adresses. Il y a des tristesses et des alarmes salutaires:
celles-ci ne furent pas, je crois, sans influence sur le caractère de ce
débat qui fut remarquablement grave et modéré. Les partis y trouvèrent
bien encore l'occasion de reproduire leurs affirmations et leurs
accusations accoutumées; les uns nous redirent, à propos de l'Espagne,
que nous tentions l'impossible en prétendant fonder l'ordre avec la
liberté par les mains d'un pouvoir issu d'une révolution; les autres
que, depuis 1830, entre les divers cabinets et leurs politiques, il n'y
avait au fond nulle différence, qu'une seule et même volonté gouvernait,
dans un seul et même système, et que, de ce système et de cette volonté,
il n'y avait, pour la France ni pour l'Espagne, rien de bon à attendre.
Ces attaques vieillies et monotones émurent peu la Chambre des députés
qui n'y prêta que peu d'attention; et le débat, laissant de côté les
théories révolutionnaires, se concentra dans la question vraiment
politique, c'est-à-dire dans la controverse entre les deux cabinets du
22 février et du 6 septembre, qui avaient jugé différemment soit
des intérêts, soit des devoirs de la France dans ses relations avec
l'Espagne, et qui voulaient, l'un aller jusqu'à l'intervention directe,
l'autre rester dans la limite des secours indirects. M. Thiers, M.
Passy, M. Sauzet et M. Odilon Barrot d'une part, M. Molé, M. Hébert, M.
de Rémusat et moi de l'autre, nous discutâmes pendant quatre jours
ces deux politiques, sérieusement, vivement, quelquefois môme un peu
amèrement, mais sans violence ni détour, avec des convictions et des
prévoyances également sincères, quoique très-diverses, en hommes qui
peuvent porter le fardeau du pouvoir sous les yeux de leurs adversaires
libres et dans l'attente du jugement de leur pays. Aucune déviation
imprévue, aucun incident passionné ne troubla le débat, et la Chambre
put le vider dans la pleine liberté et tranquillité de sa raison. Elle
donna gain de cause aux adversaires de l'intervention directe, et les
événements ont donné gain de cause à sa décision. La France n'est point
intervenue en Espagne, et pourtant don Carlos en a été expulsé; le
gouvernement constitutionnel de la reine Isabelle est resté debout;
et quand la France, pour faire prévaloir la politique qu'elle avait
toujours proclamée, a eu besoin de faire appel à la confiance et à
l'amitié de l'Espagne, de sa Reine, de ses Cortès, de ses ministres,
cette confiance et cette amitié ne lui ont pas manqué.

Un petit fait qui, dans ce débat, fut à peine remarqué du public, mérite
pourtant d'être rappelé; car, pendant quelque temps, il ne fut pas sans
influence sur notre situation au dehors. Dans la séance du 14 janvier
1837 à la Chambre des députés, en parlant du danger au nom duquel
surtout on réclamait l'intervention en Espagne, c'est-à-dire de la
chance que l'absolutisme vînt à y triompher avec don Carlos, M. Molé
prononça cette phrase qui, se trouvant dans un discours écrit,
fut textuellement reproduite dans le _Moniteur_: «Nous détestons
l'absolutisme et nous plaignons les nations qui connaissent assez peu
leurs forces pour le subir.» Si M. Molé eût parlé à la France seule,
ces paroles n'y eussent guère rencontré, à cette époque, que des
approbateurs; mais l'Europe entière l'écoutait, et les diplomates sont
aussi susceptibles qu'ils ont l'air indifférent; il y avait, pour un
ministre des affaires étrangères, un peu d'oubli à parler ainsi et tout
haut des gouvernements absolus avec qui nous vivions et voulions vivre
en bons rapports. Les ambassadeurs d'Autriche et de Russie ressentirent
vivement ce langage; ils s'en expliquèrent avec amertume dans leurs
conversations intimes, et en écrivirent à leurs cours, disant qu'il y
avait là «un appel à la rébellion, adressé à tous les peuples.» Rien
n'était plus loin de la pensée de M. Molé: mais cet esprit si fin et si
contenu n'avait pas toujours, quand il parlait en public, un sentiment
bien exact de la portée de ses paroles et n'en prévoyait pas tous les
effets; celles-ci jetèrent, pendant plusieurs mois, dans ses relations
avec quelques-unes des cours et leurs représentants à Paris, un peu de
méfiance et de froideur.

Nous touchions aux termes de ce grand débat. La querelle avec la Suisse
à propos des réfugiés et l'expédition de Constantine y avaient aussi
pris place, mais une place très-secondaire. La question suisse était
résolue; l'opposition exploitait avec complaisance un incident de police
qui s'y était mêlé; mais le précédent ministre de l'intérieur, le
comte de Montalivet, en en revendiquant avec un loyal courage la
responsabilité, enleva à l'attaque tout but direct, et par conséquent
tout intérêt. Quant à l'expédition de Constantine, elle devait être, à
propos du projet de loi sur les crédits supplémentaires, l'objet d'un
examen et d'un rapport spécial; on en ajourna à ce moment la discussion.

Deux affaires, l'intervention en Espagne et la conspiration de
Strasbourg, préoccupaient seules fortement les Chambres et le public: au
moment même où la Chambre des députés décidait la première en votant son
adresse, on apprit que, dans la cour d'assises de Colmar, le jury avait
vidé la seconde en acquittant pleinement tous les accusés. L'absence du
principal auteur de l'attentat et la mesure qui l'avait affranchi
de toute poursuite avaient fourni aux défenseurs de ses complices
l'argument et aux passions de parti le prétexte qui avaient déterminé
un tel démenti à la vérité et à la loi. Les deux principaux avocats, M.
Ferdinand Barrot et M. Parquin, résumèrent toute leur plaidoirie dans
cet unique et spécieux moyen d'action sur des esprits, les uns faibles
et intimidés, les autres ardents et décidés d'avance: «Messieurs, dit M.
Ferdinand Barrot, il y avait ici un prince parmi les accusés, et pour
parler comme l'accusation, la bonté royale l'a mis en liberté; elle
vient d'ajouter une noble action à notre histoire. Au moment où
j'arrivais ici, le prince touchait au sol de l'Amérique, pour lui le sol
de l'espérance, pour lui le bonheur. Déjà son esprit est plus calme et
plus paisible; il respire en paix; déjà une mère peut aller le consoler
et sécher les pleurs qu'a dû verser son enfant. Mais regardez de ce
côté, les chagrins, les angoisses de la prison; de ce côté tant de
malheurs! vous citoyens, vous les organes de la loi et non pas les
soutiens de la force, vous vous montrerez dignes de la mission qui vous
est confiée; vous acquitterez, et votre décision s'inscrira dans les
plus belles pages de nos annales judiciaires, car il est un principe
établi dans nos moeurs; ce principe, c'est: «Justice égale pour tous.» A
l'ombre de cet étrange oubli des faits et de cette confusion, non
moins étrange, des idées et des devoirs, l'opposition bonapartiste
et révolutionnaire, qui comptait en Alsace de nombreux adhérents,
se déploya avec une hardiesse passionnée; elle remplissait la salle
d'audience: «Acquittez-les, acquittez-les!» cria-t-elle de toutes parts
aux jurés quand ils se retirèrent pour délibérer; et quand le verdict
d'acquittement fut prononcé, les transports qui éclatèrent et les
fêtes qui suivirent étaient tout autre chose que les joies d'une pitié
sympathique; c'était l'explosion du triomphe et des espérances d'un
parti.

C'eût été le comble de l'aveuglement ou de la faiblesse de méconnaître
la gravité de cette situation et les devoirs qu'elle nous imposait. Dans
la poursuite et la répression des complots et des attentats politiques,
le gouvernement du Roi avait été, depuis son origine, d'une modération
et d'une douceur persévérantes, dont je n'hésite pas à dire qu'on ne
trouverait nulle part dans l'histoire un pareil exemple. Jamais aucun
délit de ce seul caractère, et pur de tout autre crime, n'avait été
suivi de l'exécution de la peine capitale; la veille encore, en
apprenant que le conseil de guerre de Tours venait de condamner à mort
le brigadier Bruyant, auteur de l'insurrection de Vendôme, le Roi avait
commué sa peine en déportation. En transportant simplement le prince
Louis-Napoléon aux États-Unis, il avait fait un acte de noble et
intelligente équité; et cet acte même était exploité pour énerver son
gouvernement, en lui refusant, malgré l'évidence des faits, la plus
commune protection des lois, tandis qu'on protégeait, jusque dans le
sein de l'armée, l'indiscipline et la défection. Nous aurions rougi de
nous-mêmes si nous avions accepté, dans une scandaleuse inertie, ces
victoires des passions de parti sur les devoirs publics, ces mensonges
légaux; cette faiblesse des moeurs où les factions ennemies ne pouvaient
manquer de puiser un redoublement de confiance et d'audace. Après mûre
délibération et d'un commun accord, nous présentâmes aux Chambres trois
projets de loi destinés à modifier ou à compléter le Code pénal pour
prévenir, autant que cela est au pouvoir des lois, de pareils désordres.
Le premier avait pour objet de rendre la peine de la déportation
efficace en la rendant réelle, et il fixait dans un district de l'île
Bourbon le lieu où cette peine devait être subie, en allouant les fonds
nécessaires pour cet établissement. Le second, énumérant certains crimes
et délits prévus par le Code pénal et les lois postérieures, ordonnait
qu'en cas de participation ou de complicité de militaires et de
personnes appartenant à l'ordre civil, les poursuites seraient
disjointes, et les militaires renvoyés devant les conseils de guerre,
tandis que les personnes appartenant à l'ordre civil iraient devant les
tribunaux ordinaires. Le troisième enfin, rétablissant trois articles
du Code pénal de 1810, punissait, sauf certaines exceptions légales, la
non-révélation des complots formés ou des crimes projetés contre la vie
ou la personne du Roi. Les deux premiers de ces projets de loi furent
présentés à la Chambre des députés, et le troisième à la Chambre des
pairs.

Nous ne nous bornâmes pas à ces mesures répressives et directes; nous
résolûmes d'aborder une question restée en suspens depuis 1830, et
d'une importance très-réelle, bien qu'indirecte, pour la monarchie: la
question de la dotation des diverses branches de la famille royale,
élément de stabilité et par conséquent de force monarchique. Cette
question était dès lors regardée comme si délicate, tant d'attaques
avaient déjà été poussées de ce côté par l'opposition et tant de
préventions répandues dans le public que, depuis 1832, aucun des
cabinets qui s'étaient succédé n'avait osé venir demander aux Chambres
l'allocation d'un million qui, aux termes d'un traité conclu entre la
France et la Belgique, le 28 juillet de cette année, devait leur être
proposée dans la session suivante pour la dot de la princesse Louise,
devenue reine des Belges. Nous présentâmes, le 26 janvier 1837, à
la Chambre des députés, deux projets de loi, l'un accomplissant
l'engagement contracté envers le roi des Belges, l'autre assignant comme
dotation à M. le duc de Nemours, devenu majeur l'année précédente, le
domaine de Rambouillet, avec certaines portions des forêts de l'État.

Nous ne nous faisions, quant à ces deux projets de loi, surtout quant au
dernier, aucune illusion sur les obstacles qu'ils rencontreraient et
les luttes qu'ils susciteraient. Ses plus acharnés ennemis hésiteraient
aujourd'hui à répéter, sur la fortune du roi Louis-Philippe et sur son
avidité en matière d'intérêts privés, les inconcevables erreurs et les
odieuses calomnies dont ce prince a été l'objet; les faits, les comptes,
les papiers, tous les détails, tous les documents de sa vie et de sa
situation domestique ont été livrés à la publicité la plus imprévue, la
plus entière, et soumis aux investigations les plus rigoureuses. Cette
épreuve a tourné à son honneur, et les mensonges qui s'étaient amassés
autour de son trône se sont évanouis devant son tombeau. Mais, en 1837,
ces mensonges étaient partout répandus, colportés, accrédités; beaucoup
de ceux qui les répandaient y croyaient; ceux qui les taxaient
d'exagération et d'hostilité ne savaient trop ce qu'ils en devaient
penser, et parmi ceux qui les repoussaient, plusieurs n'étaient pas
sans un peu d'inquiétude. Le roi Louis-Philippe était lui-même une
des principales causes de cet état des esprits. Nul prince, je dirais
volontiers nul homme, ne s'est plus souvent donné l'apparence des torts
qu'il n'avait pas et des fautes qu'il ne faisait pas. Il avait assisté
à tant de désastres imprévus, vécu au milieu de tant de ruines, et
subi lui-même de telles détresses qu'il lui en était resté une extrême
défiance de l'avenir et une vive appréhension des chances funestes qui
pouvaient encore l'atteindre, lui et les siens. Tantôt il se rappelait,
avec un juste orgueil, ses jours de vie errante et pauvre; tantôt il
en parlait avec un amer souvenir et une prévoyance pleine d'alarme.
En septembre 1843, pendant la première visite de la reine Victoria au
château d'Eu, on se promenait un jour dans le jardin potager du château,
devant des espaliers couverts de belles pêches; le Roi en cueillit une
et l'offrit à la reine qui voulut la manger, mais ne savait comment s'y
prendre pour la peler; le Roi tira de sa poche un couteau en disant:
«Quand on a été, comme moi, un pauvre diable vivant à quarante sols par
jour, on a toujours un couteau dans sa poche;» et il sourit, comme tous
les assistants, à ce souvenir de sa misère. Dans une autre occasion,
j'étais seul auprès de lui; il me parlait de sa situation domestique,
de l'avenir de sa famille, des chances qui pesaient encore sur elle; il
s'échauffa en entrant dans le détail de ses charges, de ses dettes, des
absurdités qu'on débitait sur sa fortune; et, me prenant tout à coup
les mains, il me dit avec un trouble extrême: «Je vous dis, mon cher
ministre, que mes enfants n'auront pas de pain.» Quand il était sous
l'empire de cette disposition, il recherchait avec ardeur, pour les
siens et pour lui-même, des garanties d'avenir; et en même temps
il exprimait ses sollicitudes et ses plaintes avec un abandon, une
intempérance de langage, qui étonnaient quelquefois ses auditeurs les
plus bienveillants, fournissaient à ses ennemis des soupçons à l'appui
de leur crédulité où de leurs mensonges, et entretenaient dans le public
cette disposition méfiante contre laquelle nous avions à lutter quand
nous venions réclamer, pour la famille royale; au nom de la justice et
de la bonne politique, ces dotations que le Roi semblait solliciter en
plaideur avide et inquiet.

Nous n'étions donc pas, en présentant ces deux projets de loi, bien
tranquilles sur le sort qui les attendait; mais la froideur de l'accueil
qu'ils reçurent, dans la Chambre des députés et au dehors, dépassa notre
attente; et cette froideur s'étendit aux trois projets de lois pénales
que nous proposions en même temps; nos adversaires se félicitaient du
terrain que nous leur offrions pour l'attaque; nos amis se montraient
embarrassés de la situation que nous leur faisions, et attristés de
l'effort que nous leur demandions. Nous reconnaissions tous les présages
d'un difficile et périlleux combat.

Ce fut sur le projet de loi relatif à la disjonction des poursuites en
cas de crimes commis à la fois par des militaires et par des personnes
de l'ordre civil que porta l'effort de la lutte. Ce projet n'avait rien
de contraire aux principes essentiels du droit, ni au sens moral, ni à
l'équité; il ne créait point de juridiction exceptionnelle, n'enlevait
personne à ses juges ordinaires, et son opportunité politique était
évidente. Mais il était en désaccord avec les maximes et les traditions
de la jurisprudence française; il offrait dans l'exécution certaines
difficultés, la plupart spécieuses, quelques-unes réelles, quoique point
insurmontables. Les jurisconsultes s'emparèrent de la discussion et la
firent durer sept jours; sur trente et un orateurs qui y prirent part,
vingt étaient des magistrats ou des avocats; ils étaient divisés entre
eux; onze attaquèrent le projet de loi et neuf le défendirent; mais les
opposants avaient pour eux les instincts et les habitudes de la plupart
de leurs auditeurs; ils soulevaient avec profusion des difficultés que
les défenseurs du projet ne résolvaient pas aussi aisément. MM. Dupin et
Nicod déployèrent dans cette attaqué autant d'ardeur que de talent et
d'adresse; M. de Lamartine et M. de Salvandy soutinrent le projet avec
une ferme indépendance d'esprit et une verve éloquente, mais sans
beaucoup d'effet. Plusieurs des principaux orateurs politiques de
la Chambre, M. Thiers et M. Odilon Barrot entre autres, demeurèrent
étrangers au débat. Je me proposais d'y entrer; j'avais étudié la
question, pris des notes et préparé le plan de mon discours[20]; mais au
moment où il m'eût convenu de parler, plusieurs de mes amis, et des plus
fermes, me conseillèrent le silence; je susciterais, me dirent-ils, des
passions plus vives; j'attirerais dans l'arène des adversaires jusque-là
restés en dehors; j'ajouterais peut-être aux périls de la question. Je
cédai à cet avis. Ce fut une faute. J'ignore si j'aurais changé quelque
chose au résultat de la délibération, et j'incline à croire que non;
l'opposition avait réuni toutes ses forces, et elle avait en même temps
pour elle, dans cette circonstance, toutes les faiblesses du parti du
gouvernement; mais pour la situation du cabinet, et surtout pour la
mienne, il eût mieux valu que je prisse ma place dans ce grand débat.
Quoi qu'il en soit, son issue nous fut contraire; le projet de loi sur
la disjonction fut rejeté par une majorité de deux voix.

[Note 20: J'insère, dans les _Pièces historiques_, n° XI, ce plan et
ces notes qui, bien que la question et la situation soient également
éteintes, ne sont peut-être pas encore sans intérêt.]

Tous les autres projets que nous avions présentés furent frappés par cet
échec, comme un seul coup de vent abat les arbres les plus séparés et
les plus divers. Le choix de l'île Bourbon et du district de la
Salazie dans cette île, comme lieu de déportation, offrait quelques
inconvénients; le projet de loi sur la non-révélation des complots
formés ou des crimes projetés contre la vie ou la personne du Roi
soulevait de fortes objections morales et de mauvais souvenirs; M.
Royer-Collard annonçait qu'il le combattrait hautement. On recommença, à
propos de la dotation de M. le duc de Nemours, toutes les controverses
auxquelles avait donné lieu, en 1831 et 1832, la fixation de la liste
civile: pourquoi des apanages héréditaires aux princes? Pourquoi des
propriétés foncières? Ne vaudrait-il pas mieux leur donner des rentes
sur l'État, ou même simplement des dotations viagères? En 1837 comme
en 1831, toute prévoyance politique et monarchique était bannie de ces
discussions. On faisait des recherches sur le revenu du domaine privé,
sur la valeur des portions de forêts que le projet de loi ajoutait au
domaine de Rambouillet; et la presse opposante élevait à ce sujet des
doutes, des soupçons qui ne pouvaient être immédiatement réfutés, et
qui, en attendant la réfutation, refroidissaient et embarrassaient
les esprits les plus bienveillants. Les corps politiques ont leurs
impressions et leurs alarmes paniques, comme les armées; le cabinet fut
considéré, dans les Chambres et dans le public, comme en état de défaite
générale, et par conséquent en état de crise.

Sa composition et sa situation intérieure le rendaient peu propre à une
énergique et longue défense. Ce n'est pas sans regret que je rappelle
aujourd'hui les dissentiments qui, en 1837, me séparèrent d'un homme
éminent avec qui, après 1848, je me suis retrouvé uni par des idées, des
sentiments et des efforts communs pour le rétablissement d'un ordre vrai
et durable dans notre patrie. Mais quand j'ai entrepris de retracer ce
que j'ai pensé, voulu et fait dans le cours de ma vie publique, je me
suis imposé le devoir d'en dire sans détour les motifs; et j'ai la
confiance que, dans ce difficile travail, je serai, sur mon propre
compte, assez sincère pour avoir le droit de l'être également en parlant
d'autrui, sans être taxé de malveillance et d'aigreur. M. Molé savait
mieux vivre avec des supérieurs qu'avec des égaux. Il avait servi avec
dignité l'empereur Napoléon et accepté de bonne grâce la présidence du
duc de Richelieu; mais quand la hiérarchie des relations n'était pas
aussi clairement déterminée, quand il se trouvait en rapport avec des
hommes qui n'étaient ou ne pouvaient être pour lui que des associés ou
des rivaux, M. Molé devenait méfiant, ombrageux, susceptible, et livré
tantôt à des inquiétudes, tantôt à des prétentions mal fondées et
incommodes. De la part de ses collègues, toute démarche inattendue, la
moindre négligence lui semblaient un acte de malveillance secrète ou
d'hostilité préméditée; le plus léger déplaisir d'amour-propre lui était
une amère blessure. Ce n'était pas au sein des institutions libres que
s'était faite son éducation politique; il s'était formé et développé
sous un régime étranger aux conditions et aux luttes du gouvernement
représentatif; aussi était-il plus propre à tenir une conduite isolée et
toute personnelle qu'à entrer dans les combinaisons et les mouvements
d'une grande assemblée. Il était d'excellent jugement dans un conseil,
et plein d'habiles et agréables ménagements dans ses rapports avec les
personnes; mais les engagements et les liens de parti ne lui convenaient
pas; il les trouvait embarrassants pour la politique générale,
compromettants pour lui-même, et il se croyait en droit d'en tenir peu
de compte, selon les exigences des affaires ou les convenances de sa
propre position. Il n'y eut entre lui et moi, pendant notre courte
alliance, aucun dissentiment grave, aucune querelle visible; sur le
fond des questions, nous étions habituellement du même avis; mais la
différence de nos caractères et de nos moeurs politiques ne tarda pas
à rendre nos relations moins sereines en réalité qu'en apparence; nous
agissions ensemble en nous observant mutuellement et sans nous croire,
l'un envers l'autre, en parfaite sécurité. M. Molé se persuada de plus,
bien à tort, que M. de Gasparin, mon ami plus que le sien, cherchait à
lui nuire pour me servir, et sa méfiance pour tout ce qui provenait du
ministère de l'intérieur devint l'une de ses préoccupations inquiètes.
Rien n'était plus étranger aux intentions et à la conduite de M. de
Gasparin, droit et loyal dans la vie publique comme dans la vie privée;
il s'appliquait aux devoirs de son département, sans autre dessein
ni souci que de les bien remplir. Par malheur, plus exercé à
l'administration qu'à la politique, il ne portait pas, dans les Chambres
et à la tribune, autant de facilité et d'autorité qu'en eussent exigé
les grandes, nombreuses et délicates affaires qu'il avait à y traiter;
modeste jusqu'à la timidité, quoique très-ferme dans le péril, il ne
luttait pas toujours avec promptitude et succès. Quand vint le jour des
revers, quand le rejet de la loi de disjonction eut jeté le trouble dans
nos rangs, ces faiblesses et ces dissonances intérieures du cabinet
éclatèrent; ce fut, dans les Chambres et dans le public, le sentiment et
le propos général qu'il tomberait infailliblement s'il ne se hâtait
de modifier, selon les ennemis, sa politique, selon les amis, sa
composition.

On ne parla d'abord que de modifications partielles qui laisseraient
subsister la base sur laquelle le cabinet s'était formé, l'alliance
entre M. Molé et moi. On semblait n'insister que sur la retraite de M.
de Gasparin qui, avec son désintéressement accoutumé, s'empressait de
l'offrir. Je déclarai que si M. de Gasparin sortait du cabinet, je n'y
pourrais rester qu'en occupant moi-même le ministère de l'intérieur, et
en ayant pour successeur à l'instruction publique l'un de mes amis, M.
de Rémusat plutôt que tout autre. J'avais reconnu l'insuffisance des
influences indirectes, et j'étais bien résolu à n'accepter aucune
combinaison qui ne fortifiât, dans le gouvernement, la politique que je
soutenais et ma position pour la soutenir. M. Molé repoussa formellement
une telle modification. La situation fut, dès lors, pour moi,
parfaitement claire, et, à vrai dire, je n'avais pas besoin que
ce symptôme vînt l'éclaircir. Ce n'était point d'une modification
partielle, ni d'une simple question de personnes, mais d'un changement
de politique qu'il s'agissait; l'échec que venait d'essuyer, à la
Chambre des députés, la politique de résistance, l'avait gravement
compromise aux yeux du public, et même dans l'esprit de quelques-uns de
ses défenseurs; la majorité qui, jusque-là, l'avait fermement appuyée,
se montrait lasse et chancelante; était-il possible d'aller plus avant,
ou seulement de persévérer dans des voies où l'on rencontrait tant
d'adversaires et des alliés si incertains? Le moment n'était-il pas venu
de relâcher les rênes et de tenter d'autres procédés de gouvernement?
Comme si l'on eût été au lendemain d'une grande et définitive victoire,
on reparlait d'une amnistie; on se demandait si elle ne désarmerait pas
enfin les conspirateurs et les assassins. Le Roi lui-même, sans être
ébranlé dans ses convictions générales, était ému et perplexe dans ses
résolutions. Ce fut sous le coup de cette hésitation que se développa
la crise ministérielle; je restais le représentant de la politique de
résistance; M. Molé se préparait à devenir le chef de la politique de
concession; notre rupture et la complète dissolution du cabinet furent,
en peu de jours, des faits accomplis; il ne s'agit plus que de savoir
au nom de quelles maximes et sous quel drapeau se formerait la nouvelle
administration.

Le 5 avril, le Roi me fit appeler, me dit que M. Molé lui avait apporté
sa démission, et me demanda de lui présenter les éléments d'un cabinet.
Je m'attendais à cette épreuve; j'en avais causé avec mes amis,
surtout avec le duc de Broglie et M. Duchâtel, et je connaissais leurs
dispositions. Dès le 29 mars, le duc de Broglie, qui se tenait à l'écart
avec une réserve scrupuleuse, m'avait écrit: «Si, ce qu'à Dieu ne
plaise, le Roi, spontanément et de son propre mouvement, me faisait
demander, je ne pourrais, en mon âme et conscience, lui donner qu'un
seul conseil; ce serait qu'il tentât un ministère fondé sur le principe
d'une réconciliation entre les hommes qui ont concouru depuis six ans à
défendre le gouvernement actuel; sauf à discuter les conditions de
la réconciliation et les diverses applications du principe.» Je pris
sur-le-champ mon parti; après avoir vu d'abord M. Molé et reçu de lui
la confirmation de sa démission, j'allai trouver M. Thiers, qui ne
m'attendait pas, et je lui proposai de reconstituer le cabinet du 11
octobre 1832; il eût repris le ministère de l'intérieur, le duc de
Broglie les affaires étrangères avec la présidence du conseil, M.
Duchâtel les finances, et je serais resté au ministère de l'instruction
publique. Notre conversation fut longue, ouverte, sans souvenir amer
comme sans détour. M. Thiers déclina ma proposition; il ne croyait pas
que ce qui s'était passé depuis un an, la question de l'intervention en
Espagne, toujours subsistante entre le Roi et lui, et sa situation dans
la Chambre des députés lui permissent de l'accepter. Je retournai aux
Tuileries; je rendis compte au Roi de ma visite infructueuse, et je le
priai d'aviser à d'autres moyens et à d'autres personnes que moi pour
former un cabinet.

Pendant huit jours, le Roi fit appeler tantôt séparément, tantôt
ensemble, le maréchal Soult, M. Thiers, le général Sébastiani, M. Dupin;
il s'entretint avec eux des diverses questions pendantes et des diverses
combinaisons possibles, les pressant de lui en présenter une qui pût
satisfaire aux exigences de la situation. On en tenta plusieurs, mais
sans succès; on ne parvenait à s'accorder ni sur les mesures, ni sur les
personnes. M. Molé restait en dehors de ces tentatives, se plaignant
seulement de la prolongation de la crise, et laissant entrevoir qu'au
besoin il saurait y mettre fin. Le 12 avril, le bruit se répandit qu'en
effet, de concert avec M. de Montalivet, il s'était remis à l'oeuvre. Le
même jour, le Roi me fit de nouveau appeler, et me demanda si, avec mes
amis particuliers, je pourrais parvenir à former un cabinet. Sans rien
atténuer de la difficulté et du péril de l'entreprise, je lui demandai,
à mon tour, si je pourrais compter, comme collègues, sur deux hommes
de coeur qui avaient sa confiance, M. de Montalivet et le duc de
Montebello. Outre M. Duchâtel, j'indiquai, parmi mes amis, M. de Rémusat
et M. Dumon; je prononçai le nom du général Bugeaud: «C'est trop
hasardeux, me dit le Roi avec une perplexité bienveillante; je ne peux
pas, je n'ose pas.--Je le comprends, sire; le Roi trouvera des moyens
moins compromettants;» et je me retirai. Deux jours après, le cabinet de
M. Molé était formé, et le _Moniteur_ du 15 avril annonçait que, sous
sa présidence, M. Barthe, M. de Montalivet, M. Lacave-Laplagne et M. de
Salvandy remplaçaient, aux départements de la justice, de l'intérieur,
des finances et de l'instruction publique, M. Persil, M. de Gasparin, M.
Duchâtel et moi.

Je ne m'étais pas mépris sur le sens et la portée de ce changement. Les
mesures que nous avions adoptées et présentées de concert, M. Molé et
moi, furent aussitôt rétractées. Le projet de loi pour la dotation de M.
le duc de Nemours fut retiré. On laissa tomber les projets de lois sur
la déportation et la non-révélation. L'amnistie générale fut hautement
annoncée. A la place de la politique de résistance, on proclama la
politique qu'on appelait, non de concession, mais de conciliation.



                               CHAPITRE XXV

                        LA COALITION (1837-1839).

Ma disposition en sortant des affaires.--Douleur de famille.--Mme la
duchesse d'Orléans; son arrivée à Fontainebleau; son mariage; son
entrée à Paris.--Caractère du château de Fontainebleau.--Accidents du
Champ-de-Mars.--Ouverture du Musée de Versailles.--Caractère de cette
fête.--Mon séjour au château de Compiègne.--Mes conversations avec
Mme la duchesse d'Orléans.--La princesse Marie; son mariage; ses
dispositions, sa mort.--Ce qui est dû à la mémoire des morts.--Lady
Holland et Holland-House.--Grand nombre d'hommes éminents morts de 1836
à 1839.--Leur caractère.--M. Raynouard et M. Flaugergues.--M. de Marbois
et l'abbé de Pradt.--Le baron Louis.--Le maréchal Lobau et le
général Haxo.--M. Silvestre de Sacy.--M. Laromiguière.--Le docteur
Broussais.--M. le prince de Talleyrand.--Sa dernière visite à
l'Institut.--Ses derniers actes.--Le comte de Montlosier.--Difficultés
de la situation de M. Molé.--Comment il les surmonte ou les
ajourne.--Ses mesures à l'intérieur.--Incidents favorables à
l'extérieur.--Guerre avec la Mexique.--Avec Buenos-Ayres.--Traité avec
Haïti.--Seconde expédition de Constantine; son succès.--Le prince Louis
Bonaparte de retour en Suisse.--Adoption définitive du traité des
vingt-quatre articles sur les limites de la Belgique.--Évacuation
d'Ancône.--Mon attitude dans la Chambre des députés.--Mes discours
en mai 1837, dans la discussion des fonds secrets.--Déplaisir de M.
Molé.--Dissolution de la Chambre des députés.--Caractère de cette
mesure et des élections.--Session de 1837-1838.--Succès et échecs du
cabinet.--Sa situation après la session.--Session de 1838-1839.--La
coalition.--Ses causes générales.--Mes motifs personnels.--Fut-ce
une faute?--Débat et vote de l'adresse.--Bonne attitude de M.
Molé.--Dissolution de la Chambre des députés.--Résultat des
élections.--Retraite du cabinet Molé.--Vaines tentatives pour former
un cabinet de coalition.--Ministère provisoire.--Émeute du 12 mai
1839.--Formation du cabinet du 12 mai 1839.


Sorti des affaires le 15 avril 1837, je passai près de trois ans sans y
rentrer. Ce furent là, de 1830 à 1848, mes plus longues vacances hors du
gouvernement. On a souvent parlé de mon ambition et de l'ardeur de mes
luttes, soit pour conserver, soit pour reprendre le pouvoir. On a fait
de moi un homme possédé d'une seule passion et acharné à la poursuite
d'un seul et même dessein. Ces moralistes subalternes connaissent bien
peu la nature humaine, l'infinie variété de ses dispositions et les
vicissitudes de l'âme à travers celles de la vie. L'ambition a ses
jours, et le détachement aussi a les siens; les grandes luttes animent
et plaisent; les forces de l'esprit et du caractère s'y déploient; mais
il n'y a point de force qui ne se lasse et n'arrive au besoin du
repos. La destinée d'ailleurs ne réside pas tout entière dans l'arène
politique, et celui qui en sort va peut-être ressentir, en rentrant sous
le toit domestique, des blessures bien plus cruelles que les coups de
ses plus violents adversaires. C'était ma situation en avril 1837; deux
mois auparavant, le 15 février, j'avais perdu mon fils aîné, excellent
et charmant jeune homme, déjà un homme; il avait près de vingt-deux ans,
et me promettait un compagnon aussi aimable que sûr. Non qu'il témoignât
pour la carrière politique beaucoup de penchant; doué d'un esprit
très-distingué, il avait fait toutes ses études, scientifiques comme
littéraires, avec un rare succès; il avait suivi les cours de l'École
Normale, et avait été admis, après un solide examen, quoique sans
dessein d'y entrer, à l'École polytechnique; mais c'était un naturel
aussi modeste que fier, délicat, un peu renfermé en lui-même, plus
jaloux d'intimité que d'éclat, et enclin à goûter sans bruit les joies
nobles de la vie plutôt qu'à en rechercher les triomphes. Je ne sais
s'il eût pris une grande part aux affaires de son pays; mais il eût été,
à coup sûr, une de ces créatures d'élite qui charment la vie domestique
et honorent la vie humaine. Une pleurésie me l'enleva, et je restai avec
l'amer sentiment que le mal avait existé quelque temps sans qu'on y
regardât. C'est l'une des plus douloureuses impressions que m'aient
laissées les épreuves qui m'ont atteint dans mes affections les plus
chères; on ne s'inquiète jamais assez, ni assez tôt.

Je ne me suis jamais senti plus près de plier sous le fardeau. A peine
un mois après ce coup, les grands débats des Chambres commencèrent.
Outre la politique générale, j'eus à soutenir, pour mon propre compte,
la longue discussion du projet de loi que j'avais présenté un an
auparavant sur l'instruction secondaire. Puis éclata la crise
ministérielle. Je fus aidé, dans ma pesante tâche, par la sympathie qui
me fut témoignée de toutes parts à ce cruel moment; sympathie qui me fut
douce surtout parce qu'au delà de ce qu'elle avait de personnel pour
moi, j'y rencontrais un sentiment général des mérites à peine entrevus
de mon fils, et cette justice tendre que les hommes accordent volontiers
à une jeune vie éteinte tout à coup, au milieu de belles espérances,
sans avoir encore engagé aucun combat, ni subi aucun mécompte. M. Dupin
entre autres, alors président de la Chambre des députés, fut plein
envers moi, dans cette circonstance, de ménagements et de soins. Cet
homme, si rude quelquefois et si constamment préoccupé de lui-même, a le
coeur ouvert aux sentiments naturels, aux affections de famille, et sait
y toucher avec respect, même hors de sa maison et sans aucun lien de
personnelle amitié. Au milieu de ces marques d'une sympathie que j'ai
quelque droit d'appeler publique, il arriva pourtant qu'un jour, dans
la Chambre des députés, un de mes adversaires, par routine, je crois,
plutôt que de dessein prémédité, parla de mes efforts obstinés pour
rester au pouvoir. Je ne voulus pas écouter en silence cette grossièreté
inopportune: «Plusieurs fois déjà en ma vie, dis-je, j'ai pris et quitté
le pouvoir, et je suis, pour mon compte, pour mon compte personnel,
profondément indifférent à ces vicissitudes de la fortune politique.
Je n'y mets d'intérêt que l'intérêt public, l'intérêt de la cause à
laquelle j'appartiens, et que je me fais honneur de soutenir. Vous
pouvez m'en croire, Messieurs; il a plu à Dieu de me faire connaître
des joies et des douleurs qui laissent l'âme bien froide à tout autre
plaisir et à tout autre mal.» C'était bien là le sentiment que je portai
dans ma petite maison, en y rentrant avec ma vieille mère et mes trois
jeunes enfants.

Ce ne furent pas les affaires, mais les fêtes politiques qui amenèrent
pour moi les premières occasions d'en sortir. Dès le surlendemain de
la formation de son ministère, M. Molé avait annoncé aux Chambres
le mariage de M. le duc d'Orléans avec la princesse Hélène de
Mecklembourg-Schwerin. Le duc de Broglie était parti comme ambassadeur
extraordinaire pour aller faire la demande officielle de la main de la
princesse, et la ramener en France. Je fus invité pour trois jours à
Fontainebleau, où devait se célébrer le mariage. J'y arrivai le 29 mai.
La cour était brillante et le public content. C'était de l'avenir,
disait-on. On n'ignorait pas que d'autres alliances avaient été tentées
sans succès; on savait gré à la jeune princesse de sa confiance dans la
destinée, orageuse peut-être, qui s'ouvrait devant elle. On racontait
qu'avant de quitter Schwerin, elle avait répondu aux inquiétudes de sa
famille: «J'aime mieux être un an duchesse d'Orléans en France, que de
passer ma vie à regarder ici, par la fenêtre, qui entre dans la cour
du château.» On parlait très-bien de son esprit, de ses idées, de ses
goûts. Parmi les libéraux français, sa qualité de protestante était
loin de déplaire; on y voyait une consécration et un gage de la liberté
religieuse. Quand on la vit elle-même, les premières impressions
confirmèrent les espérances. Le 29 mai, à cinq heures après-midi, toutes
les personnes invitées étaient réunies dans la galerie de François Ier,
qui aboutit au vestibule du grand escalier de la cour du Cheval-Blanc
par où la princesse devait entrer; à six heures et demie, le Roi, la
Reine, les princes et les princesses y vinrent aussi l'attendre; on
annonçait son approche. A sept heures, au bruit des tambours et des
fanfares, et aux acclamations de la foule et de la troupe, elle arriva
et trouva au bas de l'escalier le duc d'Orléans et le duc de Nemours, et
en haut le Roi lui-même. En l'abordant, et dans cette première rencontre
avec toute la famille royale, sa physionomie, ses manières, ses paroles
furent parfaitement nobles et simples, affectueuses avec dignité et
modestie, sans embarras, comme d'une personne déjà à l'aise dans sa
situation nouvelle et naturellement faite pour la grandeur et le
bonheur. Le lendemain 30 mai, un peu avant neuf heures du soir, commença
la célébration solennelle du mariage: trois cérémonies successives; le
mariage civil, dans la galerie de Henri II, prononcé par M. Pasquier
qui, deux jours auparavant, avait reçu du Roi le titre de chancelier; il
était le 146° chancelier de France, depuis saint Boniface qui avait été
investi de cette dignité en 7S2 à l'avénement de Pépin le Bref. Après
le mariage civil, le mariage catholique fut célébré dans la chapelle
de Henri IV, par l'évêque de Meaux, M. l'abbé Gallard, et le mariage
luthérien dans la salle dite de Louis-Philippe, par M. Cuvier, président
du consistoire de la confession d'Augsbourg à Paris. Au milieu de ces
cérémonies et parmi ces spectateurs si mêlés, les impressions
étaient diverses, comme les situations et les croyances; les uns se
félicitaient, les autres regrettaient; d'autres assistaient avec une
curiosité indifférente et un peu de surprise à cette scène compliquée,
plus frappés, je crois, de sa nouveauté que de sa grandeur; mais le
succès de l'événement et de la personne même qui y tenait la première
place effaçait ou contenait ces diversités; et pendant les quatre jours
que la cour passa encore à Fontainebleau en promenades dans la forêt,
spectacles et fêtes de tout genre, le sentiment dominant fut celui de la
sympathie et de la satisfaction.

Je ne connais point de palais comparable à celui de Fontainebleau pour
de telles solennités; il leur imprime, dès le premier moment, un grand
caractère; tant de rois et tant de siècles y ont mis la main et laissé
leur trace que, lorsqu'il se fait encore là de l'histoire, c'est en
présence de toute l'histoire passée, et que les événements nouveaux s'y
lient aux événements anciens comme à leurs ancêtres. Depuis le petit
escalier tournant qui, dans le coin des plus anciennes constructions,
mène à la petite chambre de Louis le Jeune, jusqu'aux grands
appartements construits ou restaurés de nos jours, on traverse les
séjours de François Ier, Henri II, Henri IV, Louis XIII, Louis XIV,
Louis XV, Napoléon, Louis XVIII, Louis-Philippe; on assiste à leurs
travaux; on contemple leurs magnificences. Depuis deux siècles
seulement, et sans parler d'autres grands événements, cinq mariages
royaux ou leurs fêtes ont eu lieu dans cette résidence; ce fut à
Fontainebleau que le fils naturel de Henri IV et de Gabrielle d'Estrées,
César, duc de Vendôme, épousa Gabrielle de Lorraine; Louis XIV, après
son mariage à Saint-Jean-de-Luz avec l'infante Marie-Thérèse, amena la
jeune reine à Fontainebleau, et ils y passèrent neuf mois au milieu des
plus brillantes fêtes; le roi d'Espagne Charles II, celui qui légua ses
royaumes à Philippe V, avait épousé par procuration à Fontainebleau la
nièce de Louis XIV, Marie-Louise d'Orléans; le mariage de Louis XV avec
Marie Leczinska y fut célébré; puis celui du prince Jérôme Bonaparte
avec la fille du roi de Wurtemberg; puis Louis XVIII y vint recevoir
la duchesse de Berry. On ne peut faire un pas dans ce palais sans y
rencontrer les plus frappants souvenirs; pendant que nous assistions
au mariage de M. le duc d'Orléans, la duchesse de Broglie y occupait
l'appartement de madame de Maintenon; un matin, en faisant ma toilette
dans un cabinet qui jadis avait fait partie de la Galerie aux Cerfs,
j'aperçus au bas du mur une plaque de marbre sur laquelle je lus: «C'est
dans cette fenêtre que la reine Christine de Suède, en 1657, a fait tuer
son écuyer Monaldeschi.» Partout, dans ce palais, les murs parlent, les
morts apparaissent, et semblent se réunir pour recevoir les vivants qui
y passent à leur tour.

Le 4 juin, vers quatre heures, je vis rentrer dans Paris, entourée
de tout un peuple, cette famille royale que je venais de voir à
Fontainebleau dans toutes les pompes de la cour. Le Roi et les princes
étaient à cheval, la Reine, Madame la duchesse d'Orléans et les
princesses dans une calèche découverte; de l'arc de l'Étoile au pavillon
de l'Horloge, la garde nationale et l'armée en grande tenue bordaient
la haie; une foule immense, curieuse et joyeuse, remplissait les
Champs-Elysées et le jardin des Tuileries; le cortège s'avançait
lentement, dans ces vastes allées de marronniers et de lilas en fleurs;
le ciel était pur, le soleil brillant, l'air doux; la jeune princesse se
soulevait par moments dans sa voiture, comme pour mieux voir la grandeur
fit l'ensemble du spectacle qui la charmait. Jamais peut-être destinée
aussi tragique n'a commencé par d'aussi beaux jours.

Ce n'est pas que, même dès lors, les tristesses ne se soient bientôt
mêlées aux joies et les manoeuvres ennemies aux acclamations
bienveillantes. Dans l'une des fêtes populaires, à la sortie du
Champ-de-Mars, l'encombrement de la foule et une porte trop étroite
amenèrent des accidents déplorables. Dans le monde et dans la presse,
bien des voix hostiles les racontèrent avec une secrète complaisance,
les comparant aux malheurs qui, soixante-sept ans auparavant, sur la
place Louis XV, avaient accompagné le mariage du dauphin qui fut Louis
XVI avec l'archiduchesse Marie-Antoinette, triste présage d'un
cruel avenir. L'éclat même des fêtes, les splendeurs de cour, les
magnificences royales, les présents offerts à la duchesse d'Orléans,
sa corbeille, sa toilette, les descriptions que la flatterie et la
curiosité se plaisaient à en faire, devenaient, pour les démocrates
ennemis, le texte de remarques et de commentaires adressés aux passions
envieuses et haineuses. Rien n'est si aisé que de mettre dans un
contraste douloureux la bonne et la mauvaise fortune, la richesse et
la misère, toute cette inégale répartition des biens et des maux,
des jouissances et des souffrances, qui varie selon les temps, les
institutions et les moeurs, mais qui reste, à des degrés divers, la
condition permanente de l'humanité. En présence de ce fait redoutable,
la foi chrétienne a des dogmes et des promesses, la philosophie des
explications et des préceptes, la politique des devoirs et des
moyens, sinon pour le faire disparaître, du moins pour le contenir
et l'atténuer; mais peu importe aux factions anarchiques; elles se
préoccupent bien plus d'exploiter la plaie que de la guérir, et les
amusements même du peuple leur fournissent une occasion de l'irriter.
Elles ne s'y épargnèrent pas lors du mariage de M. le duc d'Orléans;
avec peu de succès au moment même; les instincts du peuple sont simples
et droits, et il prend sa part de plaisir dans les grands événements
sans y chercher des sujets de plainte ou de colère. La satisfaction et
la bienveillance publiques dans les jours que je rappelle étaient vives
et sincères; mais les factions en guerre avec un gouvernement n'ont pas
besoin d'un prompt succès; elles se nourrissent de leur passion, de leur
travail, de leurs espérances; et si les forces morales et politiques
qui ont mission de les combattre ne sont pas incessamment vigilantes et
actives, le venin pénètre, se répand, et le corps social se trouve un
jour infecté. Une femme d'esprit disait des revenants: «Je n'y crois
pas, mais je les crains.» Il faut croire aux démons anarchiques et
veiller sur eux avec cette sage crainte qui est l'intelligence et la
prévoyance, non pas la peur.

La fête qui suivit celle du mariage ne fut ni une fête de cour ni
une fête populaire. Je n'ai point vu de solennité plus frappante que
l'inauguration du musée de Versailles, ni aucune réunion qui mît plus
vivement en contact et en contraste la France du XVIIe et la France du
XIXe siècle, ces deux sociétés, l'une bien vraiment et naturellement
fille de l'autre, et pourtant si diverses et séparées par un si profond
abîme, la Révolution. L'idée de ce musée ne fut guère d'abord, dans
l'esprit du roi Louis-Philippe lui-même, qu'un expédient pour sauver
d'une destruction barbare et d'un emploi vulgaire ce palais et ces
jardins, l'oeuvre et le séjour magnifique du plus puissant et du plus
brillant de ses ancêtres. Bientôt cette idée, grande et belle en
elle-même, se développa, s'éleva et conquit l'attachement, je dirais
volontiers la passion du Roi comme l'approbation du public. Toute
l'histoire, toute la gloire, toutes les gloires de la France, comme on
le fit dire à la devise officielle du monument, ressuscitées sur la
toile, sur le marbre, et replacées sous les yeux des générations
présentes et futures, événements et personnages, grands faits de guerre
et de la vie civile, ce rapprochement de tous les temps, de tous les
noms, de toutes les destinées françaises, dans ces galeries des morts
rappelés à la mémoire des vivants, il y avait là de quoi frapper la
pensée réfléchie et l'imagination populaire. Elles accueillirent
avec faveur l'oeuvre à peine commencée du Roi, et il s'y adonna avec
l'orgueil du descendant de Louis XIV, l'amour-propre de l'inventeur et
l'assiduité de l'architecte. Il se plaisait à discuter, à ordonner, à
suivre de près les travaux en parcourant ces vastes salles, la plupart
encore vides, mais qu'il voyait d'avance peuplées et ornées comme il
les voulait. Et le jour où l'oeuvre fut assez avancée pour qu'il pût
la produire devant le public, ce 10 juin 1837 où il appela et promena
lui-même tout un peuple d'invités dans ce palais conservé à l'honneur de
l'ancienne France et transformé à la convenance de la France nouvelle,
ce jour-là fut certainement, pour lui, l'un des plus animés et des plus
agréables de sa vie si pleine et si variée. Fut-il très-frappé lui-même
de la nouveauté du spectacle auquel il présidait? En démêla-t-il à
l'instant le grand et original caractère? J'en doute; très-probablement
le roi Louis-Philippe était absorbé ce jour-là dans le plaisir et le
succès de son oeuvre. Mais je garde encore l'impression qui me saisit à
l'aspect de cette foule empressée, curieuse, et qui se précipitait un
peu confusément de salle en salle à la suite du Roi: c'était la France
nouvelle, la France mêlée, bourgeoise, démocratique, envahissant
le palais de Louis XIV; pairs, députés, guerriers, magistrats,
administrateurs, savants, lettrés, artistes; invasion pacifique, mais
souveraine; conquérants un peu étonnés au milieu de leur conquête et
assez mal dressés à en jouir, mais bien assurés et bien résolus de la
garder. Les représentants de l'ancienne société française, les héritiers
de ses grands noms et de ses brillants souvenirs ne manquaient point
dans cette foule, et circulaient familièrement dans tous les détours de
l'ancienne demeure royale; mais ils y déployaient plus d'aisance qu'ils
n'y conservaient d'importance; un peuple devenu grand par lui-même et
pour son propre compte, et qui s'essayait à devenir libre, dominait dans
le palais du grand roi et y remplaçait sa cour.

La fête dramatique qui termina la journée eut aussi ses contrastes.
L'ancienne salle de spectacle du château, tout récemment restaurée,
était resplendissante de couleur et de lumière; le Roi avait voulu que
le chef-d'oeuvre de Molière, le _Misanthrope_, y fût représenté sans
aucune altération et sans que rien y manquât; pas un vers ne fut omis;
l'ameublement de la scène était bien du XVIIe siècle; des costumes
fidèles et préparés pour ce jour-là avaient été donnés aux acteurs; tout
le matériel de la représentation, dans la salle et sur le théâtre, était
excellent, et probablement bien meilleur qu'il n'avait jamais été
sous les yeux de Louis XIV et par les soins de Molière. Mais la
représentation même fut médiocre et froide, par défaut de vérité encore
plus que de talent; les acteurs n'avaient aucun sentiment ni des moeurs
générales du XVIIe siècle, ni du caractère simplement aristocratique des
personnages, de leur esprit toujours franc, de leur langage toujours
naturel au milieu des raffinements et des frivolités subtiles de leur
vie mondaine. Les manières étaient en désaccord avec les habits et
l'accent avec les paroles. Mademoiselle Mars joua Célimène en coquette
de Marivaux, non en contemporaine de madame de Sablé et de madame de
Montespan. Et l'infidélité était plus choquante à Versailles et dans le
palais de Louis XIV qu'à Paris et sur le théâtre de la rue de Richelieu.

De Fontainebleau et de Versailles je passe à Compiègne où, vers le
commencement de septembre de cette même année 1837, le duc d'Orléans,
qui y tenait un camp de vingt mille hommes, m'invita pour quelques
jours. Le château de Compiègne, malgré son étendue et sa splendeur, n'a
rien qui saisisse et satisfasse l'imagination; l'antique origine et les
grands souvenirs historiques du lieu ont disparu dans la récente et
massive construction de Louis XV; il faut les rechercher dans
les livres, et on les oublie dans ces cours, ces pavillons, ces
appartements, ces escaliers où rien ne les rappelle. Mais le séjour de
Compiègne eut pour moi, à cette époque, un attrait particulier; ce fut
là que je commençai à connaître madame la duchesse d'Orléans que le
prince, son mari, se plaisait à montrer à l'armée comme à ses visiteurs,
et qui leur faisait, avec une grâce très-digne, les honneurs du château.
Assis plusieurs fois auprès d'elle à table, nous causâmes beaucoup et de
toutes choses, car elle avait pensé et elle s'intéressait à tout avec
l'empressement et le charme d'un esprit élevé, riche, cultivé, prompt,
trop prompt peut-être à accueillir ce qui lui donnait de nobles
jouissances, et plus généreux dans ses impressions que difficile dans
son goût ou son jugement. Nous n'étions pas toujours du même avis, et
elle se prêtait de bonne grâce à mes dissentiments, un peu étonnée
pourtant quelquefois, et ne me donnant guère lieu de croire qu'elle fût
très-touchée de mes observations. Je la quittai charmé de la distinction
de son esprit, de l'élévation de ses sentiments, et convaincu qu'il
y avait là une âme vraiment royale, que les épreuves de la vie
n'éclaireraient peut-être pas toujours, mais dont jamais elles
n'abattraient le courage et n'altéreraient la dignité.

Le 17 octobre 1837, quatre mois après le mariage de M. le duc d'Orléans,
sa seconde soeur la princesse Marie, épousait, au château de Trianon, le
duc Alexandre de Wurtemberg, et moins de quinze mois après, elle
mourait à Pise, loin de sa famille, laissant des oeuvres et un nom
singulièrement célèbres pour une princesse de vingt-cinq ans. Elle avait
reçu du ciel ces dons de l'invention et du sentiment dans le domaine des
arts, qui frappent et émeuvent, au loin comme de près et dans tous
les rangs, l'imagination des hommes. Ils étaient certainement, le duc
d'Orléans et elle, les plus brillants et les plus populaires de la
famille royale, et ils sont morts tous deux dans la fleur de leur
popularité et de leur jeunesse, devant les perspectives du plus bel
avenir. Quoique le tour si original d'esprit et de caractère de la
princesse Marie ait surtout paru dans la sphère des arts, elle ne s'y
renfermait point; ce naturel ardent et expansif se retrouvait en elle,
de quelque objet qu'elle s'occupât, et elle avait goût à s'occuper
de toutes les grandes choses. Un jour, dans le parc de Neuilly, au
commencement de l'été de 1838, nous causions des plus agréables emplois
de la vie; elle se plaisait à parler de la situation d'une grande dame
échappant au joug de sa grandeur, à l'étiquette, à la monotonie de la
cour, et, sans descendre de ses habitudes élégantes, s'entourant d'une
société variée, animée, spirituelle. Le portrait que fait Bossuet de
la princesse Palatine, Anne de Gonzague, dans son oraison funèbre, et
quelques-unes de ses belles paroles me revinrent à l'esprit; je les
rappelai à la princesse Marie: «Le génie de la princesse Palatine se
trouva également propre aux divertissements et aux affaires. La cour ne
vit jamais rien de plus engageant; et sans parler de sa pénétration, ni
de la fertilité infinie de ses expédients, tout cédait au charme secret
de ses entretiens... tant elle s'attirait de confiance, tant il lui
était naturel de gagner les coeurs! Elle déclarait aux chefs des partis
jusqu'où elle pouvait s'engager, et on la croyait incapable ni de
tromper, ni d'être trompée. Son caractère particulier était de concilier
les intérêts opposés, et, en s'élevant au-dessus, de trouver le secret
endroit et comme le noeud par où on les peut réunir... inébranlable dans
ses amitiés et incapable de manquer aux devoirs humains.» La princesse
Marie s'émut à l'image de ce caractère et de cette vie: «Oui, me
dit-elle, être de tout, tout voir, prendre part à tout sans s'asservir à
rien; des conversations charmantes, quelquefois la main dans les grandes
affaires, de la liberté, des amis, et la maison de ma tante Adélaïde,
dans la rue de Varennes, pour les recevoir, ce serait là le parfait
bonheur.» Il ne lui a pas été donné d'en jouir; mais le spectacle
des désastres et des douleurs de sa famille lui a été épargné. Dieu
distribue, en dehors de la prévoyance des hommes, ses rigueurs et ses
faveurs.

J'ai toujours ressenti, même avant d'atteindre à la vieillesse, un
respect affectueux pour les morts: la variété infinie et imprévue des
coups de la mort me revient sans cesse en pensée à l'aspect des plus
fortes et plus heureuses vies; les longs regrets m'inspirent, pour
les âmes qui les ressentent, une profonde et sympathique estime; la
promptitude de l'oubli me pénètre de compassion pour ceux qui ont passé
si vite des coeurs où ils croyaient tenir tant de place, et je me plais
à conserver des souvenirs que je vois si aisément effacés. Pendant
mon séjour à Londres, en 1840, j'allai un soir faire une visite à
Holland-House; lord Holland avait dîné je ne sais où; je trouvai lady
Holland seule dans cette longue bibliothèque où sont placés, au-dessus
des livres, les portraits des hommes célèbres, politiques, philosophes,
écrivains, qui ont été les amis et les habitués de la maison. Je
demandai à lady Holland s'il lui arrivait souvent de se trouver ainsi
seule: «Non, me dit-elle, c'est rare; mais quand cela m'arrive, les
ressources ne me manquent pas;» et me montrant tous ces portraits: «Je
prie les amis que vous voyez de descendre de là-haut; je sais la
place que chacun d'eux préférait, le fauteuil où il avait coutume de
s'asseoir; ils y reviennent; je me retrouve avec M. Fox, Romilly,
Mackintosh, Sheridan, Horner; ils me parlent et je ne suis plus seule;»
et cette personne hautaine, capricieuse, impérieuse, qui, à travers les
succès que lui avaient valus sa beauté et son esprit, avait un renom
de sécheresse et d'égoïsme, était, en me parlant ainsi, visiblement
et sincèrement émue. J'en ai gardé sur elle une impression favorable.
Quiconque n'oublie pas a vraiment aimé, et la fidélité de la mémoire est
l'un des gages les plus assurés de ce que vaut le coeur.

Je ne veux pas encourir envers les hommes avec qui j'ai vécu, et qui,
presque tous, m'ont accueilli, jeune encore et inconnu, avec une extrême
bienveillance, ce tort de l'oubli. Précisément à l'époque dont je
m'occupe en ce moment, dans le court espace de trois années, de 1836
à 1839, j'en vis disparaître, coup sur coup, un grand nombre, mes
prédécesseurs immédiats ou mes contemporains dans la vie, quelques-uns
mes amis, tous vraiment distingués, et qui, à des degrés très-inégaux
comme à des titres très-divers, ont tenu assez de place dans le monde
pour en garder un peu dans ses souvenirs, et pour me donner le droit de
dire, à leur sujet, quelque chose des miens.

Les deux premiers, par la date de leur mort en 1836, M. Raynouard et M.
Flaugergues, étaient les deux derniers survivants de cette commission du
Corps législatif qui, en 1813, avait tenté le premier essai, je ne
veux pas dire de résistance, mais d'avertissement sincère à l'empereur
Napoléon, arrivé, à travers tant de triomphes, aux plus funestes
désastres et sur le penchant de sa ruine. M. Raynouard, Provençal
honnête et fin, de manières et de paroles vives, mais d'un esprit
modéré, sincèrement libéral et capable de courage dans un jour de crise,
bien que soigneux d'éviter les situations difficiles et la nécessité du
courage qui ne lui aurait pas manqué. Après les Cent-Jours, il se retira
de la vie politique et s'adonna tout entier, non plus, comme il l'avait
fait d'abord, à la poésie et au théâtre, mais aux lettres savantes, à
l'histoire de la langue et de la littérature françaises, surtout dans
les provinces du Midi, et aux travaux des deux académies auxquelles il
appartenait dans l'Institut. Il jouit sans trouble, jusqu'à son dernier
jour, de l'indépendance et de la considération dans le travail, le repos
et l'intimité de quelques amis. M. Flaugergues, Rouerguat de moeurs
simples et de formes roides, coeur droit et esprit ferme jusqu'à
l'entêtement, sans originalité, mais non sans prétention dans ses idées
politiques et raisonneur subtil avec pesanteur. N'ayant pas, comme M.
Raynouard, les goûts et la vie littéraires pour asile, il continua
d'occuper de modestes fonctions publiques jusqu'au jour où, sous le
ministère de M. de Villèle, sa consciencieuse indépendance l'en fit
écarter. Il vécut dès lors dans la retraite, comme son collègue de la
commission des cinq, mais bien plus obscur et oublié. Ils étaient, l'un
et l'autre, de très-honorables types des honnêtes gens fidèles à
leurs convictions libérales, mais découragés plutôt qu'éclairés par
l'expérience, et décidés, par sagesse et probité, à repousser les
conséquences iniques ou absurdes de l'esprit révolutionnaire, sans avoir
appris à en bien discerner et à en combattre résolument les vices.

Quelques mois plus tard moururent deux hommes dont la vie avait été plus
activement et plus constamment politique, M. de Marbois, vieillard de
quatre-vingt-douze ans, qui comptait soixante et onze ans de services
publics, et l'abbé de Pradt, archevêque de Malines, qui, depuis plus
de vingt ans, avait échangé son siège épiscopal, où les catholiques
ne voulaient plus de lui contre une pension de douze mille francs, et
vivait dans sa terre du Breuil en Auvergne, faisant incessamment des
brochures, des articles de journal et des courses à Paris. J'ai déjà dit
quelles avaient été, en 1815 et 1816, mes relations avec M. de Marbois;
elles restèrent, jusqu'à sa mort, fréquentes et affectueuses. J'ai
beaucoup vu l'abbé de Pradt dans le monde où il était le plus
intarissable et le plus fatigant des parleurs, et décidé à croire ses
auditeurs aussi infatigables que lui. La comparaison de la vie de ces
deux hommes et de la situation qu'ils se firent l'un et l'autre serait
une étude curieuse et d'une conclusion très-morale. Tous deux furent,
dès leur jeunesse et presque jusqu'à leur mort, mêlés aux événements
et aux affaires de leur temps, dans les fonctions publiques, dans les
assemblées, à la cour, à l'étranger, dans l'exil; tous deux ont servi,
et même loué presque tous les pouvoirs qui se sont succédé parmi nous,
et des pouvoirs très-divers; tous deux ont beaucoup agi, beaucoup écrit,
beaucoup parlé; mais dans ces vicissitudes de leur vie, ils ont été
marqués, ou plutôt ils se sont marqués eux-mêmes du sceau le plus
contraire. Le vice radical des révolutions répétées, c'est de
méconnaître et de tuer le respect. L'abbé de Pradt donna à plein collier
dans ce vice de son temps; M. de Marbois y demeura toujours étranger.
Quelle que fût sa situation, M. de Marbois, intègre et sérieux,
respectait sincèrement ses idées, sa cause, son pays, son parti et
lui-même. L'abbé de Pradt, vaniteux et léger, ne gardait le respect
à rien, ni à personne; idées, cause, parti, maître, il encensait ou
injuriait, portait aux nues ou bafouait tour à tour. Aussi l'un a
vécu et est mort honoré de ses supérieurs, de ses égaux, même de ses
adversaires et des indifférents à qui il déplaisait; l'autre a toujours
été traité sans la moindre considération par ceux-là même qu'il servait
ou qu'il amusait; et malgré son rare esprit et sans être vraiment
corrompu, il a fini également décrié dans l'État et dans l'Église, comme
politique et comme prêtre. Le monde prend les hommes au mot, et ne fait
pas d'eux plus de cas qu'ils n'ont l'air d'en faire eux-mêmes.

L'homme qui avait été chargé trois fois de remettre à flot les finances
de la France épuisée par la guerre ou bouleversée par les révolutions,
et qui trois fois les avait en effet remises à flot par le crédit, en
fondant le crédit sur l'ordre et la probité, le baron Louis mourut aussi
dans le cours de cette année 1837. Esprit large, ferme et simple, qui
ne se proposait qu'un but, ne le perdait jamais de vue, et en imposait
imperturbablement à tout le monde toutes les conditions. Indépendamment
des services signalés qu'il rendit dans l'exercice direct du pouvoir,
personne n'a plus contribué que lui à faire pénétrer et à établir
solidement, dans toutes les branches de notre administration financière,
ces maximes saines, ces habitudes et ces traditions fortes qui, en dépit
des perturbations politiques, l'ont jusqu'ici défendue et la défendront
toujours, j'espère, contre les rêveries ignorantes, les innovations
étourdies, et contre les prétentions avides que le désordre seul peut
assouvir.

Un autre vaillant défenseur d'une autre espèce d'ordre encore plus
pressant sinon plus nécessaire, le maréchal comte de Lobau termina à la
même époque sa vie, tant de fois hasardée et épargnée sur les champs de
bataille. C'était, sous des formes peu élégantes, un esprit sensé et
judicieux jusqu'à la finesse, avec autant de dévouement aux devoirs du
citoyen qu'à ceux du soldat. Il commandait depuis sept ans la garde
nationale de Paris avec une fermeté tranquille et une autorité brusque
dans ses courtes paroles, mais intelligente et prudente. Peu de mois
avant sa mort, l'armée perdit aussi un de ses chefs éminents, le général
du génie Haxo, illustré naguère par le siège d'Anvers, officier et homme
d'élite, d'un esprit très-cultivé en dehors de ses études spéciales et
du plus honorable caractère. Sa rare capacité et la juste confiance
qu'il inspirait l'auraient rendu propre à plus d'une grande carrière
s'il n'eût été possédé d'une manie qui, en lui faussant quelquefois
le jugement, faisait de lui un homme toujours incommode et souvent
impraticable, la manie de critiquer, d'objecter et de contredire, comme
s'il en eût eu besoin pour prouver l'originalité et l'indépendance de sa
pensée. Un de ses amis disait de lui: «Haxo n'est jamais de l'avis de
personne; aussi personne n'est jamais de son avis.»

La mort semble avoir des jours où elle cherche, dans toutes les
carrières, des proies rares à enlever. En même temps qu'elle frappait
tant d'hommes distingués voués au service de l'État, elle atteignait,
dans leur retraite et au milieu de leurs travaux scientifiques, un
académicien, un métaphysicien et un médecin, tous trois éminents et
célèbres, M. Silvestre de Sacy, M. Laromiguière et le docteur Broussais.
Je n'ai rien à dire ici de leurs mérites spéciaux dans leurs sciences
diverses; mais j'ai gardé, de leur caractère et de leur physionomie, un
profond souvenir. M. Silvestre de Sacy avait les lumières de son temps
avec les moeurs du temps ancien; actif avec calme et gravité, il savait
suffire à des fonctions nombreuses et diverses sans cesser de prendre
ses savantes études pour le centre de sa vie; quand il était appelé
à une situation en rapport avec la politique, il en remplissait les
devoirs avec scrupule plutôt que comme sa mission propre et favorite,
et même en s'occupant des affaires du monde, il restait attaché à son
austère foyer. Sa vaste érudition, loin de l'ébranler, avait confirmé
en lui sa foi chrétienne, et tous les bouleversements auxquels il avait
assisté n'avaient altéré ni ses habitudes domestiques, ni l'exactitude
de sa piété. La révolution qui avait tout atteint, tout changé autour de
lui, semblait n'avoir jamais pénétré jusqu'à lui-même; et si elle ne fût
pas arrivée, il eût été, je crois, la même personne morale qu'il était.
Je n'ai connu aucun homme sur qui les circonstances et les influences
extérieures eussent moins de prise, et, qui, pour le gouvernement de sa
vie, écoutât plus exclusivement la voix de son jugement propre et de sa
conscience dans la solitude de l'âme. Rare et admirable exemple de santé
morale, car il est encore plus difficile pour les âmes que pour les
corps d'échapper à la contagion. Au contraire de M. de Sacy, M.
Laromiguière avait suivi le courant des idées et des influences
modernes. C'était, dans l'ordre intellectuel et avec la fine modération
de son esprit, un disciple du XVIIIe siècle, et le fidèle ami des plus
fidèles représentants philosophiques de cette grande époque, Condorcet,
Tracy, Cabanis, Volney, Garat. Mais en partageant habituellement leurs
opinions et leur société, M. Laromiguière se tint absolument en dehors
de la politique, étranger à toute ambition mondaine, à toute apparence
ambitieuse, exclusivement adonné à l'étude et à l'enseignement de la
philosophie, et la pratiquant avec autant de sagesse qu'il avait
de charme en l'enseignant. Je ne sais si, dans l'histoire de la
métaphysique, il restera une grande trace de ses travaux, entre autres
de sa tentative pour élargir et élever la doctrine sensualiste de son
maître Condillac en lui faisant faire un pas vers le spiritualisme; son
idée à ce sujet fut ingénieuse et bien exposée plutôt qu'originale et
profonde. Mais ce qui restera dans les souvenirs de notre temps, c'est
l'attrait de la personne et de l'enseignement de M. Laromiguière;
caractère doux et facile avec honneur, esprit clair et élégant, toujours
animé et jamais agressif, qui se plaisait dans la conversation et la
controverse, mais n'aimait pas la lutte et l'évitait avec soin, même
dans la sphère philosophique, tout en maintenant avec dignité sa pensée;
sincère sans passion; se défendant bien et n'acceptant jamais la
défaite, mais peu ardent à poursuivre la victoire; plus soigneux de son
indépendance et de son repos que jaloux de propager ses doctrines, et
les livrant sans beaucoup de sollicitude à leur sort pour qu'elles ne
troublassent pas le sien.

Nul ne ressemblait moins, en ceci, à M. Laromiguière que le docteur
Broussais; autant l'un aimait la science tolérante et pacifique, autant
l'autre la voulait guerrière et dominante. Je n'ai nulle opinion et nul
droit d'en avoir une sur les théories physiologiques et médicales du
docteur Broussais, et personne n'est plus opposé que moi aux idées
philosophiques générales qu'il crut pouvoir en déduire; mais il était
impossible de le connaître sans être frappé, et je dirai touché de
l'énergie de ses convictions et de son dévouement à les faire triompher.
C'était une de ces natures intellectuellement puissantes et fortement
personnelles, en qui l'amour de la vérité et l'amour-propre se mêlent et
s'unissent si intimement qu'il est difficile de discerner quelle est la
part de l'un ou de l'autre dans les emportements et les entêtements de
la passion. Le docteur Broussais a eu, dans sa vie scientifique, le sort
de plus d'un grand politique; il a fait et perdu de vastes conquêtes;
il a vu grandir et déchoir sa renommée; il a joui, dans le jeune monde
savant, de la faveur populaire et connu les amertumes du délaissement.
Je suis convaincu que ni ses erreurs, ni ses revers n'ont ébranlé sa foi
dans ses idées et ses espérances pour leur avenir: Il était de ceux qui,
même en tombant, font faire un pas à ceux qui les suivent, et qui ont
plus de droit au respect dans leur déclin qu'a l'enthousiasme pendant
leur triomphe.

Parmi tant de morts de ces trois années, je n'ai pas encore nommé le
plus célèbre, celui qui avait fait le plus de bruit pendant sa vie et
qui en fit encore le plus au moment de sa mort, le prince de Talleyrand.
Depuis sa démission de l'ambassade de Londres, il vivait tantôt à Paris,
tantôt dans son château de Valençay, toujours très-bienvenu du roi
Louis-Philippe, mais ne trouvant pas toujours, dans sa faveur inactive,
de quoi échapper au vide et à l'ennui. Il avait été, dès l'origine,
membre de la classe des sciences morales et politiques de l'Institut, et
il y rentra de droit en 1832, quand je la fis rétablir. La fantaisie
lui vint, en 1838, d'y faire une lecture, et il nous lut en effet, le 3
mars, dans une séance particulière, une notice sur le comte Reinhard,
savant et honnête diplomate qui avait longtemps servi sous ses ordres,
soit dans les bureaux, soit dans divers postes extérieurs, et qui
avait même été un moment, en 1799, ministre des affaires étrangères.
L'écrivain était plus grand que son sujet. Il avait trop de goût pour
chercher à le grandir; le sentiment juste des proportions et des
convenances était l'une des qualités de l'esprit de M. de Talleyrand, et
sa charlatanerie, quand il voulait en avoir, était parfaitement fine et
cachée. Tout en louant beaucoup M. Reinhard, il le laissa à sa place et
à sa taille; mais il répandit dans sa notice, à propos des études et de
la carrière diplomatiques, une multitude de réflexions ingénieusement
sensées et de traits spirituels, sans re cherche de nouveauté ni
d'éclat. Elle était écrite avec cette élégance naturelle qui, dans un
sujet modeste et une composition courte, tient lieu du talent sans y
prétendre. Cette lecture à laquelle assistaient plusieurs membres des
autres académies de l'Institut, entre autres M. Royer-Collard et M.
Villemain, eut un succès général. On y remarqua surtout un éloge
très-juste, mais assez peu attendu, des fortes études théologiques, de
leur influence sur la vigueur comme sur la finesse de l'esprit, et des
habiles diplomates ecclésiastiques qu'elles avaient formés, notamment
le cardinal chancelier Duprat, le cardinal d'Ossat et le cardinal de
Polignac. M. de Talleyrand avait évidemment pris un hardi plaisir à
rappeler que, lui aussi, il avait étudié au séminaire, et à prouver que
si, depuis, il s'était peu soucié des devoirs de son état, il n'avait
pas oublié du moitié les avantages qu'il avait pu en recueillir. Ses
auditeurs lui savaient gré d'être venu offrir à l'Institut un travail
qui, pour lui, serait probablement le dernier, et les moins dévots
pardonnaient volontiers, au grand seigneur philosophe qui faisait,
envers eux, acte de déférence, ses compliments aux théologiens.

Leur bienveillance pour lui fut mise bientôt à une plus difficile
épreuve. Peu de semaines après sa lecture à l'Académie, M. de Talleyrand
tomba gravement malade; la mort approchait. Gomment la recevrait-il?
Quel serait sur sa vie passée, son propre et dernier jugement? Au moment
de paraître devant le souverain juge, par quels actes où quels refus,
par quelles paroles ou quel silence manifesterait-il l'état de son âme?
Sur le seul bruit de sa maladie, les chefs et les zélés fidèles de
l'Église catholique se préoccupaient vivement de ces questions. Autour
de lui, les sollicitudes affectueuses et les instances pieuses ne
manquaient pas. En revanche, parmi ceux de ses contemporains qui
avaient, comme lui, professé et mis en pratique les idées philosophiques
du XVIIIe siècle et de là Révolution, plusieurs redoutaient de sa part
un démenti de sa vie, une désertion de sa cause, un acte de faiblesse
et d'hypocrisie. A ne parler que des actes extérieurs et connus de ses
derniers jours, ce que fit alors M. de Talleyrand, il eut raison de le
faire, et sa mort ne mérita aucun reproche de mensonge ni de faiblesse.
Indépendamment de toute foi intime, il avait, dans ses rapports avec
l'Église à laquelle il s'était lié, manqué à d'impérieux devoirs et
donné de grands scandales; en se soumettant à reconnaître de tels torts
et à en témoigner son repentir, il fit un acte honnête en soi autant que
convenable selon le monde, qui n'était ni une abjuration de ses idées
générales, ni un abandon de sa cause politique, mais une réparation
solennelle après d'éclatants désordres. Et il put faire cet acte sans
hypocrisie, car il était de ceux qui, même dans la licence de leur vie,
conservent, par justesse et élévation d'esprit, l'instinct de l'ordre
moral, et qui lui rendent volontiers, quand le temps n'est plus où ils
auraient à lui sacrifier leurs intérêts ou leurs passions, le respect
qui lui est dû.

J'ignore quelle fut, à l'heure suprême et dans le frémissement solitaire
de l'âme près de se séparer du monde, la disposition religieuse de M.
de Talleyrand; la mort a des coups d'autorité bien inattendus et des
secrets que personne ne pénètre ici-bas. Mais un fait caractéristique
mérite d'être rappelé. Quand, sur son lit de mort, on lui présenta
à signer la lettre qu'il avait résolu d'adresser au pape, il voulut
qu'elle fût datée du même jour où il avait lu à l'Institut sa notice sur
le comte Reinhard. Il avait à coeur de constater qu'il avait écrit cette
lettre dans la pleine fermeté de sa pensée, et de placer son acte de
soumission envers l'Église au même moment où il faisait acte de fidélité
aux souvenirs de sa vie et à ses amis.

Dans la même année 1838, quelques mois après la mort de M. de
Talleyrand, un vieillard de quatre-vingt-quatre ans, comme lui, l'un de
ses collègues et de ses adversaires dans l'Assemblée constituante de
1789, le comte de Montlosier fut appelé, en mourant, à la même épreuve.
C'était l'une des natures les plus originales et les plus fortes que
j'aie connues: son caractère, son esprit, son talent, soit comme
orateur, soit comme écrivain, sa personne même et ses manières, tout
en lui avait la double physionomie de la solitude et de la lutte;
il semblait avoir toujours vécu loin du monde, dans ses montagnes
d'Auvergne, méditant sur ses volcans ou sur ses lectures, et n'être
descendu au milieu des hommes que pour combattre. Libéral et
aristocrate, monarchique et indépendant, chrétien et se méfiant des
prêtres, ses opinions en religion, en politique, en histoire, en
littérature étaient profondément personnelles, le fruit de son étude et
de sa pensée solitaires, et il les soutenait comme on défend sa maison
ou sa vie. Il était à la fois plein d'orgueil et capable de dévouement,
et opiniâtre avec passion dans des idées et des sentiments incohérents
et décousus. Il y avait en lui les éléments d'un homme supérieur; mais
la mesure et l'harmonie y manquaient absolument, et il consuma en
travaux incomplets, en efforts généreux, mais presque toujours vains, et
en combats souvent excessifs, une force d'âme et d'esprit rare et une
longue vie. Quand il en vit approcher le terme, il appela la foi et
l'Église chrétienne à son aide dans ce redoutable passage; il les avait
toujours respectées et souvent défendues; elles n'avaient point de
défection, point de scandale à lui reprocher; il se déclara prêt à
désavouer, d'une façon générale, ce qui, dans sa conduite ou ses écrits,
avait pu être contraire à leurs dogmes ou à leurs préceptes; mais on lui
demanda de rétracter expressément les idées qu'il avait soutenues
sur les rapports de l'Église avec l'État, le rôle du clergé dans nos
sociétés chrétiennes, les congrégations religieuses. Il s'arrêta,
attristé et indécis; on parla d'explications, on proposa des rédactions;
et pendant qu'on discutait, il mourut dans ce mélange de soumission et
de résistance, jamais déserteur ni rebelle, mais toujours indépendant.

Je me suis acquitté, si jamais on s'acquitte, envers les morts de ce
temps qui ont tenu, dans ma vie, une place très-diverse et très-inégale.
Il ne me reste qu'à marquer ici la triste date de la mort d'une personne
dont, pendant près de vingt ans, l'amitié m'a été parfaitement douce
dans les jours heureux et plus douce encore dans les jours de douleur.
La duchesse de Broglie mourut d'une fièvre cérébrale, le 22 septembre
1838: l'une des plus nobles, des plus rares et des plus charmantes
créatures que j'aie vu apparaître en ce monde, et de qui je ne dirai
que ce que Saint-Simon dit du duc de Bourgogne en déplorant sa perte:
«Plaise à la miséricorde de Dieu que je la voie éternellement où sa
bonté sans doute l'a mise!» Je retourne aux vivants, à leurs agitations
et à leurs luttes.

En formant le cabinet du 15 avril, M. Molé avait entrepris une oeuvre
difficile; il abandonnait la politique de résistance qu'en thèse
générale il voulait maintenir; il adoptait la politique du tiers-parti
sans être lui-même du tiers-parti, et sans se placer nettement au milieu
de ce groupe, comme de ses propres et naturels adhérents. Par ses idées,
ses habitudes, ses goûts, il était homme d'ordre et de pouvoir; les
maximes comme les tendances de l'opposition démocratique lui inspiraient
beaucoup plus d'inquiétude que de sympathie, et pourtant c'était aux
désirs de l'opposition démocratique qu'il cédait et vers elle qu'il
penchait en retirant les lois répressives et monarchiques qu'il avait
lui-même présentées, et en proclamant l'amnistie au milieu de la lutte,
le lendemain, non pas d'une victoire, mais d'une défaite. Un pouvoir
unique et qui agit sans discuter peut, à un jour donné et pour quelques
jours, changer ainsi brusquement d'attitude, de direction, de langage;
niais c'était en présence de grandes assemblées libres, et quand il
ne pouvait échapper à leurs débats que M. Molé accomplissait cette
manoeuvre soudaine. Que sa nouvelle politique fût bonne ou mauvaise, sa
situation parlementaire était faible et fausse; il avait à gouverner
devant et par les Chambres, et il était, dans les Chambres, sans parti
ami et éprouvé, sans drapeau ferme et clair, flottant entre toutes les
grandes opinions de l'assemblée, et momentanément incliné vers celle
dont il ne pouvait se promettre un appui sûr et qui convenait le moins à
ses propres penchants.

Il atténua ou ajourna, avec beaucoup de sagacité et de tact, les
difficultés de cette situation. La gravité de sa figure et de ses
manières lui ôtait les apparences de la versatilité ou de la faiblesse.
L'agrément de son commerce et de sa conversation attirait vers lui les
hommes sans parti pris, et lui conciliait la bienveillance dans les
rangs même où il ne rencontrait pas l'adhésion politique. Il savait
démêler et placer à propos les mesures qui devaient donner, aux opinions
diverses, des satisfactions désirées ou des compensations convenables.
Quatre jours après avoir amnistié les fauteurs des complots
révolutionnaires, il fit rouvrir et rendre au culte l'église de
Saint-Germain-l'Auxerrois qui était restée fermée depuis l'émeute du
13 février 1831, délivrant enfin les catholiques de cet outrage
révolutionnaire. Vint ensuite le rétablissement du crucifix dans la
salle de la Cour royale de Paris. Tout en servant la maison de Bourbon,
il n'oubliait pas son début dans la vie publique, et il rendait,
dans l'occasion, à la famille ou aux anciens adhérents de l'empereur
Napoléon, d'honorables bons offices; il présenta aux Chambres et fît
voter, pour l'ex-reine de Naples, la comtesse de Lipona, une pension
de 100,000 francs. En même temps qu'il se montrait vigilant pour les
convenances religieuses et morales, il prenait soin des intérêts
matériels, et faisait présenter à la Chambre des députés de nombreux
projets de loi pour l'établissement de chemins de fer à exécuter par le
concours de l'industrie privée et de l'État. Plusieurs lois importantes,
la plupart déjà proposées par les cabinets précédents, entre autres sur
les attributions des autorités municipales et des conseils généraux de
département, furent définitivement discutées, adoptées et promulguées
dans le cours de son ministère. L'honneur lui échut de faire
effectivement fermer à Paris les maisons de jeu, mesure votée pendant
le cabinet du 11 octobre 1832, sur la proposition de M. Humann. Par
les soins des collègues de M. Molé, MM. Barthe, Montalivet, Salvandy,
Lacave-Laplagne, l'administration intérieure se montra, à cette époque,
éclairée et active; et le nom de M. Molé, son caractère impérieux avec
une douceur froide, sa situation auprès du roi Louis-Philippe, avec qui
il était à la fois déférent et exigeant, respectueux et susceptible,
donnaient à son cabinet une unité qui n'était pas bien puissante, mais
qui ne manquait pas de dignité.

Dans la conduite des affaires extérieures, il eut ce bonheur qu'aucun
dissentiment profond, aucune question compromettante ne s'éleva, pendant
son ministère, entre les grandes puissances européennes. Le cabinet
anglais était, avec lui, moins confiant et plus froid qu'il ne l'avait
été avec M. Casimir Périer et le duc de Broglie. Les cabinets de Vienne,
de Berlin et de Saint-Pétersbourg, fort aises de ce relâchement des
liens entre les deux grands États constitutionnels, entretenaient avec
M. Molé de bons rapports, se louaient de ses principes et de ses formes,
mais se montraient plus disposés à en profiter qu'à y répondre par un
sérieux retour. C'était une situation plus agréable que forte, pas
assez forte pour surmonter des difficultés graves si elles se fussent
présentées, mais qui ne les provoquait point et suffisait aux nécessités
du moment.

Des incidents survinrent d'ailleurs, dans les régions secondaires de la
politique extérieure, qui furent, pour le cabinet de M. Molé, de bonnes
fortunes qu'il sut saisir et faire valoir. En Amérique, dans la plupart
des nouveaux États formés des débris de la domination espagnole, des
gouvernements violents et précaires méconnaissaient à chaque instant les
principes du droit public, froissaient les intérêts des résidents ou des
négociants étrangers, et repoussaient, avec une arrogance ignorante et
imprévoyante, les réclamations des gouvernements européens. En mars
1838, des faits de ce genre amenèrent une rupture avec le Mexique,
d'abord la suspension des relations diplomatiques, puis le blocus des
ports mexicains, puis la guerre. Une escadre française, commandée par
l'amiral Baudin, et que le prince de Joinville s'empressa de rejoindre,
poussa vigoureusement l'attaque, enleva d'assaut le fort de Saint-Jean
d'Ulloa qu'on disait imprenable, prit la Vera-Cruz, et contraignit
enfin le gouvernement mexicain, malgré ses bravades et ses oscillations
révolutionnaires, à signer, le 9 mars 1839, une paix qui faisait justice
aux réclamations de la France. Dans l'Amérique du Sud, à l'embouchure
de la Plata, entre Montevideo et Buenos-Ayres, des causes analogues,
compliquées par les discordes intestines des deux républiques, firent
éclater des événements semblables, et commencèrent, en juin 1838, cette
série de négociations, de combats et de pacifications inefficaces qui
devaient occuper pendant dix ans la diplomatie, la marine et la tribune
françaises. La république noire d'Haïti ne tenait pas les engagements
qu'elle avait contractés en 1825, sous le ministère de M. de Villèle,
en retour de la reconnaissance de son indépendance; M. Molé les lui
rappela, d'abord par la négociation, puis par la présence d'une escadre;
et le 12 février 1838, un nouveau traité fut conclu qui confirmait
l'indépendance du nouvel État, réglait à soixante millions l'indemnité
des colons, et en faisait commencer sans délai le payement. Ces
lointaines entreprises, vaillamment exécutées et conduites à bonne fin,
excitaient l'intérêt du public, et animaient, sans la compromettre, la
politique extérieure du cabinet.

Il chercha et obtint en Algérie un succès plus important et plus
durable. Il avait été décidé sous le cabinet précédent, avant ma rupture
avec M. Molé, qu'une seconde expédition serait entreprise contre
Constantine, et vengerait l'échec que nous y avions essuyé. Elle eut
lieu en effet du 2 octobre au 3 novembre 1837, sous le commandement du
général de Damrémont, qui la prépara avec une activité prévoyante, la
conduisit, à travers de sérieuses difficultés, jusque sous les murs
de la place, et visitait avec M. le duc de Nemours les travaux de la
tranchée lorsqu'un boulet de canon vint le frapper, et, sans lui laisser
même sentir la mort, termina glorieusement son honorable vie. Ce triste
incident, loin de la ralentir, redoubla l'ardeur de l'attaque; le plus
ancien des lieutenants généraux, le général d'artillerie Valée, déjà
en possession dans l'armée d'une estime et d'une confiance auxquelles,
depuis le commencement de l'expédition, il avait acquis de nouveaux
titres, prit sur-le-champ le commandement, et le lendemain même de la
mort du général Damrémont, 13 octobre, l'assaut fut donné avec une
vigueur digne des meilleurs jours de nos meilleurs soldats. M. le duc de
Nemours commandait, avec son intrépide sang-froid, la colonne d'attaque;
plusieurs de nos plus vaillants officiers, entre autres le colonel
Combes et le colonel Lamoricière y trouvèrent, l'un la mort, l'autre
une blessure grave; mais la place fut emportée; sa chute détermina la
soumission de la plupart des tribus environnantes, et l'expédition
devint une conquête qui rangea définitivement la province de Constantine
au nombre des possessions françaises en Afrique.

Quatre mois auparavant, le général Bugeaud, envoyé dans la province
d'Oran pour y combattre les progrès d'Abd-el-Kader, avait conclu, avec
cet habile chef arabe, le traité connu sous le nom de traité de la
Tafna; paix précaire, qui devait être vivement critiquée et qui, pour
les esprits préoccupés de notre avenir en Algérie, donnait lieu en effet
à des objections graves, mais qui, au moment de sa conclusion, était
opportune et fut utile. C'est la manie des spectateurs de juger les
actes politiques d'après leurs propres vues générales et permanentes,
non d'après les circonstances et le but spécial qui ont déterminé
les acteurs. Source féconde d'erreur et d'injustice. Par la prise de
Constantine, par la pacification temporaire de la province d'Oran et
l'administration peu populaire, mais capable et intègre, du maréchal
Valée qui succéda, comme gouverneur général, au général Damrémont, le
ministère de M. Molé fut, pour notre établissement en Afrique, une
époque d'extension prudente et d'affermissement efficace.

Trois grandes questions, le retour du prince Louis Bonaparte revenu
d'Amérique en Suisse à la mort de sa mère la reine Hortense, l'exécution
du traité dit des vingt-quatre articles qui réglait définitivement les
limites territoriales de la Belgique, et l'évacuation d'Ancône par les
troupes françaises, furent, au dehors, les principales affaires du
ministère de M. Molé, et reçurent de lui des solutions qui suscitèrent,
contre lui, les plus vives attaques. Événements, passions et combats, ce
temps est déjà si loin de nous et le repos de ma vie jette, pour moi,
tant de jour sur le passé que je puis dire, sans embarras comme sans
réserve, ce que je pense aujourd'hui de la politique de M. Molé dans ces
trois questions et des objections dont elle fut l'objet.

En demandant à la Suisse l'éloignement du prince Louis Bonaparte, M.
Molé avait pleinement raison; c'était le seul moyen, sinon d'étouffer,
du moins de rendre plus difficiles et moins périlleux les desseins
publiquement avoués et poursuivis du prince contre le gouvernement
français. Le droit public autorisait cette demande et la plus simple
prévoyance politique la commandait. Peut-être M. Molé n'employa-t-il pas
les procédés diplomatiques les mieux calculés; peut-être ne garda-t-il
pas, dans les formes, les ménagements les plus convenables pour
atteindre à son but: son habileté était quelquefois un peu
superficielle; mais au fond sa démarche était aussi légitime que
nécessaire; et elle réussit sans l'emploi d'autres moyens que quelques
démonstrations momentanées, et sans autres inconvénients que les
clameurs des démocrates violents en Suisse et la mauvaise humeur, plus
apparente que réelle, du gouvernement fédéral de la Suisse, assez modéré
pour pratiquer, mais trop timide et trop faible pour avouer hautement le
droit public et le bon sens.

J'en dirai autant de l'attitude de M. Molé quant au traité des
vingt-quatre articles sur les limites territoriales de la Belgique. En
1831, les Belges s'étaient empressés d'accepter ce traité comme le
gage de leur indépendance reconnue par l'Europe. Dans les négociations
subséquentes auxquelles le refus prolongé du roi de Hollande avait
donné lieu, le gouvernement français s'était vainement efforcé de faire
accorder à la Belgique la possession du duché de Luxembourg et du
Limbourg entier. Le 11 décembre 1838, la conférence de Londres maintint
le traité des vingt-quatre articles que le roi de Hollande se montrait
enfin disposé à accepter. On avait évidemment atteint le terme des
concessions des grandes puissances européennes au nouvel État. Le
cabinet anglais était, sur ce point, en parfait accord avec les trois
cabinets du Nord, et plus décidé qu'aucun autre à ne pas dépasser
les limites que le traité des vingt-quatre articles avait assignées.
L'adoption définitive et unanime de ce traité importait également à la
fondation de l'État belge et à la consolidation de la paix européenne.
M. Mol fit sagement d'y adhérer et de ne pas laisser, quand les points
essentiels étaient obtenus, la France isolée en Europe et la Belgique
encore en suspens.

L'évacuation d'Ancône était une question plus complète. Le pape la
réclamait. L'Autriche s'engageait à évacuer en même temps les Légations.
Le droit des gens n'était pas douteux; mais les événements se sont
chargés de montrer combien les grands cabinets européens ont manqué dès
lors, dans les affaires italiennes, de prévoyance ferme et persévérante.
En 1831, en présence de l'insurrection, ils avaient conseillé et obtenu,
dans les États romains, des réformes insuffisantes au gré des passions
populaires, mais qui seraient devenues salutaires si elles n'étaient pas
restées vaines. Rien n'abaisse et ne compromet plus le pouvoir que de
céder sans renoncer, et de se croire autorisé à ne tenir nul compte de
ses promesses dès qu'il trouve difficile de les accomplir et possible
d'y manquer. Soutenue, au fond, par la cour de Vienne, la cour de Rome
s'empressa de saisir toutes les occasions et toutes les raisons de
laisser tomber les réformes qu'elle avait décrétées; et les cabinets
européens, malveillants ou insouciants, ne s'inquiétèrent nullement de
les maintenir en les rendant sérieuses et efficaces. Après tout ce
qui s'est passé depuis cette époque et en présence de ce qui se passe
aujourd'hui, je persiste à penser que la question romaine, c'est-à-dire
la réforme du gouvernement intérieur des États romains, pouvait être
résolue sans spoliation temporelle de la papauté. L'oeuvre était
difficile, mais non impossible, et c'était alors, comme c'est
aujourd'hui, une oeuvre nécessaire. Ceux-là s'abusent étrangement qui,
en présence des événements auxquels nous assistons, croient la question
romaine près d'être résolue. Ce n'est pas la solution qui approche,
c'est le chaos qui commence. Personne ne saurait mesurer la perturbation
que jetteraient, je ne veux pas dire que jetteront, dans l'état social
et moral de l'Europe, la désorganisation de l'Église catholique et
l'affaissement de la base sur laquelle elle repose. Pour l'honneur et la
sûreté du monde chrétien, il faut que le gouvernement des États romains
soit réformé sans que la papauté soit frappée. De 1831 à 1838, une
action décidée et soutenue, exercée sur la cour de Rome par les grands
gouvernements européens, eût atteint à ce double but. Par l'occupation
d'Ancône, ce coup de main diplomatique et militaire de M. Casimir
Périer, la France était en mesure de se mettre à la tête de ce grand
travail; elle pouvait, de là, peser à la fois sur la cour de Rome et sur
la cour de Vienne, entretenir et contenir en même temps les espérances
des populations romaines, et amener, dans le gouvernement des États
romains, une réforme profonde sans bouleverser l'Italie, ni dénaturer
la papauté. En abandonnant Ancône, M. Molé fit perdre à la France tout
moyen d'action et toute chance de succès; la cour de Rome rentra dans
son inertie routinière; l'Autriche reprit en Italie sa prépondérance
immobile; et la question romaine demeura sans solution, et de plus en
plus chargée d'embarras et de périls.

A travers tous ces incidents intérieurs ou extérieurs, et pendant
presque toute la durée du cabinet de M. Molé, je restai dans une
attitude tranquille, libre dans mon langage, mais étranger à toute
hostilité active ou déguisée. Dans plusieurs occasions, entre autres sur
l'intervention en Espagne, sur les affaires d'Algérie et le traité de la
Tafna, sur l'emprunt grec, je pris la parole pour appuyer la politique
et les demandes du cabinet, soit parce qu'elles se rattachaient aux
actes de l'administration précédente, soit parce que je les trouvais
conformes au droit public et aux intérêts du pays. Deux fois seulement,
je fus amené, dans les débats de la Chambre des députés, à marquer
fortement mon opinion et ma position personnelle, sans attaquer
le cabinet, mais sans me préoccuper du déplaisir qu'il en pouvait
ressentir, ni de l'effet qui pouvait en résulter pour lui.

Dans les premiers jours de mai 1837, quinze jours après ma rupture avec
M. Molé, la Chambre des députés discutait la demande de fonds secrets
extraordinaires qu'avait présentée le cabinet. Je fus interpellé, dans
ce débat, sur les causes de ma retraite. Je m'en expliquai avec réserve
et en écartant toute polémique personnelle, mais en insistant sur
la nécessité d'une forte et homogène organisation des partis et du
ministère, dans l'intérêt de la liberté comme du pouvoir. A cette
occasion, je parlai de la démocratie, de la classe moyenne, de leurs
relations et de leur mission dans notre état social et au sein
d'institutions libres. M. Odilon Barrot, en me répondant, reproduisit le
reproche qui m'avait déjà été plus d'une fois adressé: «Vous voulez, me
dit-il, fonder un système exclusif qui ne tendrait à rien moins qu'à
diviser la France en castes ennemies. La classe moyenne repousse ce
funeste présent, ce monopole de la victoire. Vous oubliez donc que
toutes les victoires de notre révolution ont été gagnées par tout le
monde; vous oubliez que le sang qui a coulé, au dedans et au dehors,
pour l'indépendance ou pour la liberté de la France, est le sang de tout
le monde!»

«Non, je ne l'oublie pas, m'écriai-je; oui, il y a dans notre Charte des
droits qui ont été conquis pour tout le monde, qui sont le prix du sang
de tout le monde. Ces droits, c'est l'égalité des charges publiques,
c'est l'égale admissibilité à tous les emplois publics, c'est la liberté
du travail, la liberté des cultes, la liberté de la presse, la liberté
individuelle! Ces droits, parmi nous, sont ceux de tout le monde; ils
appartiennent à tous les Français; ils valaient bien la peine d'être
conquis par les batailles que nous avons livrées et par les victoires
que nous avons remportées.

«Il y a encore un autre prix de ces batailles et de ces victoires; ce
prix, c'est vous-mêmes, Messieurs; c'est le gouvernement dont
vous faites partie, c'est cette Chambre, c'est notre royauté
constitutionnelle; voilà ce que le sang de tous les Français a conquis;
voilà ce que la nation tout entière a reçu de la victoire, comme le
prix de ses efforts et de son courage. Trouvez-vous que ce n'est rien?
Trouvez-vous que cela ne saurait suffire à de nobles ambitions, à de
généreux caractères? Sera-t-il donc nécessaire, après cela, d'établir
cette absurde égalité politique, cette aveugle universalité des droits
politiques qui se cache au fond de toutes les théories qu'on vient
apporter à cette tribune. Ne dites pas que je refuse, que je conteste à
la nation française le prix de ses victoires, le prix de son sang versé
dans nos cinquante années de révolution. Apparemment la France n'a pas
entendu vivre toujours en révolution; elle a sans doute compté qu'au
bout de ces combats, et pour la sûreté de tous ces droits qu'elle
avait conquis, il s'établirait chez elle un ordre régulier, stable, un
gouvernement libre et sensé, capable de garantir les droits de tous par
l'intervention directe et active de cette partie de la nation qui est
vraiment capable d'exercer les pouvoirs politiques. Voilà ce que j'ai
voulu dire quand j'ai parlé de la nécessité de constituer et d'organiser
la classe moyenne; Ai-je assigné les limites de cette classe?
M'avez-vous entendu dire où elle commençait, où elle finissait? Je m'en
suis soigneusement abstenu; je ne l'ai distinguée ni d'aucune classe
supérieure, ni des classes inférieures; j'ai simplement exprimé ce fait
général qu'il existe, au sein d'un grand pays comme la France, une
classe qui n'est pas vouée au travail manuel, qui ne vit pas de
salaires, qui a, dans sa pensée et dans sa vie, de la liberté et du
loisir, qui peut consacrer une partie considérable de son temps et
de ses facultés aux affaires publiques, qui possède non-seulement la
fortune nécessaire pour une pareille oeuvre, mais aussi les lumières et
l'indépendance sans lesquelles cette oeuvre ne saurait être accomplie.
Lorsque, par le cours du temps, cette limite naturelle de la capacité
politique se sera déplacée, lorsque les lumières, les progrès de la
richesse, toutes les causes qui changent l'état de la société auront
rendu un plus grand nombre d'hommes capables d'exercer avec bon sens
et indépendance le pouvoir politique, alors la limite légale changera.
C'est la perfection de notre gouvernement que les droits politiques,
limités à ceux qui sont capables de les exercer, peuvent s'étendre à
mesure que la capacité s'étend; et telle est en même temps l'admirable
vertu de ce gouvernement qu'il provoque sans cesse l'extension de cette
capacité, qu'il va semant de tous côtés les lumières, l'intelligence,
l'indépendance; en sorte qu'au moment où il assigne aux droits
politiques une limite, à ce moment même il travaille à déplacer cette
limite, à la reculer, et à élever ainsi la nation entière.

«Comment pouvez-vous croire, comment quelqu'un a-t-il pu croire qu'il
me fût entré dans l'esprit de constituer la classe moyenne d'une façon
étroite, privilégiée, d'en refaire quelque chose qui ressemblât aux
anciennes aristocraties? Permettez-moi de le dire, j'aurais abdiqué par
là les opinions que j'ai soutenues toute ma vie; j'aurais abandonné
la cause que j'ai constamment défendue, l'oeuvre à laquelle j'ai eu
l'honneur de travailler sous vos yeux et par vos mains. Quand je me suis
appliqué à répandre l'instruction dans le pays, quand j'ai cherché à
élever, dans l'ordre intellectuel, les classes qui vivent de salaire,
à leur faire acquérir toutes les connaissances dont elle ont besoin,
c'était, de ma part, une provocation continue à acquérir des lumières
plus grandes, à monter plus haut; c'était le commencement de cette
oeuvre de civilisation, de ce mouvement ascendant et général qu'il est
dans la nature humaine de souhaiter et dans le devoir des gouvernements
de seconder. Je repousse donc ces accusations de système étroit,
étranger aux intérêts et aux sentiments généraux de la nation,
uniquement voué aux intérêts spéciaux de telle ou telle classe de
citoyens; je les repousse absolument; et en même temps je maintiens
que le moment est venu de repousser aussi ces vieilles idées
révolutionnaires, ces absurdes préjugés d'égalité absolue des droits
politiques qui ont été, partout où ils ont dominé, la mort de la vraie
justice et de la liberté.

«On parle de la démocratie; on m'accuse de méconnaître ses droits et ses
intérêts. Ah! Messieurs, ce qui a si souvent perdu la démocratie, c'est
qu'elle n'a pas su avoir le sentiment vrai de la dignité humaine; elle
n'a pas su, elle n'a pas voulu admettre cette variété, cette hiérarchie
des situations qui se développent naturellement dans l'état social, et
qui admettent parfaitement le mouvement ascendant des individus, et
le concours entre eux selon le mérite. Ni la liberté, ni le progrès
laborieux n'ont suffi à la démocratie; elle a voulu le nivellement, et
voilà pourquoi elle a si souvent et si rapidement perdu les sociétés où
elle a dominé.

«Pour moi, je suis de ceux qui combattront le nivellement, sous quelque
forme qu'il se présente; je suis de ceux qui provoqueront sans cesse
la nation entière à s'élever, mais qui, en môme temps, l'avertiront
à chaque instant que l'élévation a ses conditions spéciales et
impérieuses, qu'elle exige la capacité, l'intelligence, la sagesse, le
travail régulier et bien d'autres mérites auxquels les hommes ne savent
pas tous suffire.

«Je veux que partout où ces mérites se rencontreront, partout où il
y aura garantie de capacité et d'intelligence, la démocratie puisse
s'élever aux plus hautes fonctions de l'État, qu'elle puisse monter à
cette tribune, y faire entendre sa voix, influer sur toutes les affaires
du pays. Mais cela, Messieurs, vous l'avez déjà; vous n'avez pas besoin
de le demander; vous vivez au milieu de la société la plus ouverte à
tous les progrès, à toutes les espérances d'égalité. Jamais il ne
s'est rencontré un pareil concours d'individus élevés, par leur propre
travail, au plus haut rang dans toutes les carrières. Nous avons tous,
presque tous, conquis nos grades à la sueur de notre front et sur le
champ de bataille.

«_M. Odilon Barrot_: Si c'était à recommencer...

«_M. Guizot_: M. Odilon Barrot a raison; c'est à recommencer aujourd'hui
et toujours.

«_M. Odilon Barrot_: Vous n'avez pas compris ma pensée. Ces
illustrations ont été conquises dans un temps d'égalité, et si c'était à
recommencer...

«_M. Guizot_: Il me semble que l'honorable M. Barrot se trompe
étrangement; nous recommençons tous les jours ce travail d'ascension
et de conquête. Je parlais tout à l'heure des divers genres
d'illustration.... L'honorable M. Barrot est en possession d'une
véritable illustration; il l'a conquise de nos jours, sous nos yeux,
au milieu de nous, sous ce régime que je défends, et non à une autre
époque. Il y a bien d'autres hommes qui, dans d'autres carrières,
se sont élevés et s'élèvent comme lui. Je répudierais absolument un
avantage qui n'appartiendrait qu'à une seule génération, fût-ce la
mienne. Je n'entends pas qu'après toutes les victoires politiques de la
nation française, nous ayons conquis pour nous seuls tous les droits que
nous possédons. Non, nous les avons conquis pour nos enfants, pour nos
petits-enfants, pour nos petits-neveux, à travers les siècles. Voilà ce
que j'entends; voilà ce dont je suis fier; voilà la vraie liberté, la
liberté généreuse et féconde, au lieu de cette démocratie envieuse,
jalouse, inquiète, tracassière, qui veut tout abaisser à son niveau, et
qui n'est pas contente si elle voit une tête dépasser les autres têtes.

«A Dieu ne plaise que mon pays demeure atteint d'une si déplorable
maladie! Je me l'explique dans les temps qu'il a traversés, dans les
luttes qu'il a eu à soutenir; quand il travaillait à renverser le
pouvoir absolu et le privilège, il a pu appeler à son aide toutes les
forces du pays, dangereuses ou utiles, les bonnes et les mauvaises
passions. Tout a servi alors d'instrument; tout a paru sur les champs de
bataille et tout a voulu sa part du butin. Mais aujourd'hui la bataille
est finie, la paix est faite, le traité conclu; le traité, c'est la
Charte et le gouvernement libre. Je ne veux pas que mon pays recommence
ce qu'il a déjà fait. J'accepte, en les jugeant, 1791, 1792, les années
suivantes même; je les accepte dans l'histoire; mais je ne les veux
pas dans l'avenir, et je me fais un devoir, un devoir de conscience,
d'avertir mon pays toutes les fois que je le vois pencher de ce côté.

Voilà ma politique, Messieurs, ma seule politique; voilà dans quel sens
j'entends ces mots: classe moyenne et démocratie, liberté et égalité,
tant répétés, et tout à l'heure encore, à cette tribune. Rien,
Messieurs, ne me fera dévier du sens que j'y attache. J'y ai risqué ce
que l'homme peut avoir de plus cher dans la vie publique; j'y ai risqué
la popularité; elle ne m'a pas été inconnue; vous vous rappelez,
Messieurs....., l'honorable M. Barrot peut se rappeler un temps où nous
servions ensemble, où nous combattions sous le même drapeau. Dans
ce temps-là, il peut s'en souvenir, j'étais populaire; j'ai vu les
applaudissements populaires venir au-devant de moi; j'en jouissais
beaucoup, beaucoup; c'était une belle et douce émotion; j'y ai
renoncé... oui, j'y ai renoncé. Je sais que cette popularité-là ne
s'attache pas aux idées que je défends aujourd'hui, à la politique que
je maintiens; mais je sais aussi qu'il y a une autre popularité: c'est
la confiance qu'on inspire aux intérêts sociaux et moraux d'un grand
pays, la confiance de ces intérêts réguliers et conservateurs que je
regarde comme le fondement sur lequel la société repose. C'est cette
confiance que j'ai souhaitée, à la place de cette autre popularité
séduisante et charmante que j'ai connue. J'aspire à l'estime, à la
confiance des amis de l'ordre, de l'ordre légal et libre, à la confiance
des hommes qui croient que la France est en possession des droits et des
institutions qu'elle cherche depuis 1789, et que ce qu'elle a de plus
important, de plus grand à faire aujourd'hui, c'est de les conserver et
de les affermir.

«Voilà à quelle cause je me suis dévoué, voilà quelle popularité je
cherche. Celle-là me consolera de tout le reste, et je n'envierai à
personne nulle autre popularité, quelque douce qu'elle puisse être.»

La Chambre fut profondément remuée et satisfaite. Rien ne plaît
davantage aux hommes que de voir mettre en lumière leur propre pensée,
et de se reconnaître dans une image qui les élève à leurs propres yeux.
On commençait dès lors à dire ce qui est devenu depuis le lieu commun
favori dans la polémique des partis extrêmes: on imputait à la
bourgeoisie le dessein de devenir, on l'accusait d'être déjà une
nouvelle classe privilégiée, héritière de la noblesse, à l'exclusion et
aux dépens du peuple. On lui reprochait de ne se préoccuper que de
ses propres intérêts; on la taxait de sécheresse, d'égoïsme, de vues
mesquines, de passions pusillanimes. J'aurais quelque droit de parler
des faiblesses de la classe moyenne, car j'en ai, plus que personne
peut-être, ressenti les inconvénients et porté le poids. Il est vrai
qu'appelée soudainement, quoique par le cours naturel des choses, à
jouer, dans le gouvernement de la France, un rôle prépondérant, elle n'a
pas toujours été au niveau de sa tâche si difficile et si nouvelle; la
grandeur de la pensée et la fermeté de l'expérience lui ont quelquefois
manqué; elle a été quelquefois trop alarmée de la fermentation politique
à laquelle elle a bientôt trop cédé; elle n'a pas su, tantôt assez
entreprendre, tantôt assez persévérer; elle n'était pas exempte
elle-même des erreurs et des mauvaises tendances contre lesquelles elle
luttait. Mais en dépit de ses imprévoyances et de ses fautes, la classe
moyenne n'en était pas moins le représentant vrai, honnête et fidèle
des intérêts généraux de la société française telle que la Révolution
française l'a faite; aucun désir de privilège exclusif ou de régime
oppressif n'entrait dans sa pensée; aucun mal pareil ne pouvait résulter
des institutions qu'elle aimait et soutenait; c'était vraiment des
institutions libres et ouvertes, étrangères à tout germe redoutable
d'iniquité ou de tyrannie, accessibles à tous les droits et à tous les
progrès. Les partisans de l'universelle et immédiate égalité des droits
politiques étaient seuls fondés à taxer la bourgeoisie d'usurpation et
d'injustice. Hors de cette prétention radicale, toutes les opinions,
tous les intérêts, tous les partis avaient en perspective une libre
carrière; tous pouvaient grandir selon leur mérite vrai et leur force
réelle. Un jour viendra où la tempête qui commença alors à s'élever
contre la classe moyenne sera jugée comme l'une des plus folles
aberrations de la crédulité populaire exploitée par les passions
révolutionnaires; et je ne faisais que pressentir ce jour lorsque,
en mai 1837, je défendais, contre cette tempête naissante, la classe
moyenne et les institutions où elle prévalait. Elle m'en témoigna sa
reconnaissance avec une vivacité inaccoutumée; deux cent six députés se
réunirent pour me demander l'autorisation de faire réimprimer à part mes
deux discours et de les répandre dans leurs départements. Plus de trente
mille exemplaires en furent aussitôt distribués. L'opposition elle-même,
tout en gardant son attitude, avait pris plaisir à cette scène
parlementaire, et l'effet produit dans la Chambre se prolongea dans le
pays, autant que de tels effets peuvent se prolonger au delà du lieu et
du jour où la présence des personnes et l'accent des paroles ont frappé
les spectateurs.

Le cabinet fut froissé du retentissement de ce débat où il avait tenu
peu de place. L'opposition, qui l'avait accueilli avec faveur tant
qu'elle avait eu à renverser le cabinet précédent, se complut à rendre
le déplaisir des nouveaux ministres plus amer en faisant ressortir
l'importance des hommes dont ils s'étaient séparés. M. Thiers leur vint
en aide, comme il l'avait promis au Roi; mais un appui étranger ne
relève pas le pouvoir qu'il soutient. M. Molé, d'une nature fine et
susceptible, ressentait vivement ces blessures; d'autant plus vivement
qu'en dehors des Chambres le mariage de M. le duc d'Orléans, l'amnistie,
la seconde expédition de Constantine, lui donnaient les satisfactions
et la confiance du succès. Irrité de ce contraste, il crut le moment
propice pour se faire une situation parlementaire en harmonie avec sa
situation extérieure; il demanda au Roi la dissolution de la Chambre des
députés: aucune nécessité politique et générale ne la provoquait; la
Chambre avait adopté toutes les propositions du ministère; la majorité
ne lui manquait point, et l'opposition était plus ironique qu'agressive.
C'était évidemment dans le seul intérêt de son amour-propre et de son
repos que M. Molé désirait la dissolution. Le Roi y consentit, non sans
quelque regret. Les élections se firent, non comme une lutte publique
des grandes opinions et des grands partis du pays, mais comme une mêlée
confuse de candidats appuyés ou repoussés par l'administration, selon
qu'ils lui étaient présumés favorables ou contraires. Sur 459 députés,
152, sortis de rangs très-divers, furent remplacés par de nouveaux
venus; et parmi eux plusieurs de mes amis particuliers, fermes
défenseurs de la politique de résistance, qui la trouvaient énervée et
compromise par l'attitude de M. Molé, entre autres MM. d'Haubersaert,
Giraud, Renouard, etc., furent spécialement combattus et expulsés par le
ministère. De ces élections ainsi faites sans principes certains et
sans drapeau déployé sortit une chambre désorganisée, étrangère
aux engagements fermes et publics, dominée par des intérêts et des
sentiments individuels, au sein de laquelle M. Molé pouvait trouver
les éléments épars d'une majorité favorable, mais où le grand parti de
gouvernement qui avait commencé à se former sous M. Casimir Périer, et
que la chute du cabinet du 11 octobre 1832 avait désuni, subissait une
nouvelle crise de dislocation et d'affaiblissement.

Quand la session fut ouverte, les conséquences de cet état des partis
et des esprits ne tardèrent pas à se manifester. Dans l'une et l'autre
Chambre, les adresses furent telles que pouvait les souhaiter le
cabinet. Parmi les projets de lois qu'il présenta, ceux qui n'étaient
que d'une médiocre importance, ou qui avaient déjà été, dans les
Chambres précédentes, l'objet de longues discussions, furent aisément
adoptés. Mais lorsque de difficiles questions s'élevèrent, lorsque
le cabinet eut à prendre et à faire adopter ses résolutions sur la
conversion des rentes et sur la construction du réseau général des
chemins de fer, alors sa faiblesse apparut; l'autorité politique lui
manquait; il ne s'appuyait pas sur un parti fortement constitué, uni à
lui par des principes fixes et décidé à le soutenir dans l'intérêt de
leur cause commune; ses intentions définitives étaient flottantes; il
portait dans les discussions peu de puissance et d'éclat. Les deux
propositions que je viens de rappeler échouèrent; et des élections qu'on
avait regardées comme victorieuses n'amenèrent qu'une session froide et
stérile.

Le seul débat spécialement politique de cette session, la demande d'un
nouveau crédit extraordinaire pour les fonds secrets, n'eut pas un
plus grand caractère, et je n'y pris part moi-même qu'avec froideur et
embarras. Je ne voulais ni refuser les fonds secrets, ni prendre, envers
le ministère, une attitude d'opposition générale et permanente. Je me
bornai à signaler avec regret l'incertitude du pouvoir, le déclin de
la Chambre elle-même et l'affaiblissement qui en résultait pour le
gouvernement tout entier. On m'écoutait froidement, comme je parlais;
mes anciens adversaires du côté gauche demandaient, en souriant, si
je n'étais pas moi-même atteint d'affaiblissement et de décadence. Je
sentais venir l'orage; je le faisais entrevoir; mais je ne voulais pas
qu'on pût me reprocher de l'avoir soulevé.

Après la session de 1838 et dans l'intervalle qui la sépara de celle de
1839, le vice de la situation de M. Molé se développa rapidement. Il
avait usé la force que lui avait donnée, à son avènement, l'adhésion
du tiers-parti et même du côté gauche. Ces alliés passagers
l'abandonnaient, et il n'avait pas acquis, dans le cours de son
administration, une force propre et nouvelle. Sa prudence, sa bonne
attitude, son habile et agréable langage lui conservaient, dans les
Chambres et dans le pays, une faveur que n'accompagnait pas une vraie
puissance; l'Europe l'estimait et se félicitait de sa politique, mais
sans compter sur sa force. Il était encore en possession d'un présent
tranquille et facile, mais il n'avait en perspective qu'un avenir faible
et menacé.

Dès que la session de 1839 fut ouverte, le mal éclata; tous les
mécontentements s'exprimèrent tout haut; animées d'une même humeur,
toutes les nuances de l'opposition se rapprochèrent. On se demandait si
l'on accepterait indéfiniment une administration flottante et terne, qui
prenait tour à tour son point d'appui dans des rangs divers, passait de
la résistance à la concession, de la concession à la résistance, et,
sous des apparences de conciliation, plaçait le gouvernement en dehors
de toutes les opinions nettes, fermes, conséquentes, et en écartait
leurs représentants les plus éprouvés. Pourquoi cette conciliation, dont
on parlait tant, ne s'accomplirait-elle pas au profit de l'opposition
elle-même? Pourquoi M. Odilon Barrot, M. Thiers et M. Guizot
n'essayeraient-ils pas de s'entendre et de se concerter, ne fût-ce que
pour un moment et dans un but spécial et déterminé? Quand il s'était
séparé de M. Guizot, M. Molé ne s'était-il pas entendu avec M. Thiers et
M. Odilon Barrot pour changer de politique et substituer la concession à
la résistance? Ce mauvais exemple devenait contagieux au moment même où
ses mauvais résultats se faisaient sentir. La coalition s'opérait dans
les esprits et dans les entretiens avant de passer dans les discours et
dans les votes.

J'y entrai ouvertement et activement. Avant d'apprécier le fait même et
ses conséquences, je dirai par quels motifs j'y fus déterminé.

J'avais à coeur de ramener dans le gouvernement une politique plus
décidée et plus conséquente. Depuis neuf ans, j'avais tantôt défendu,
tantôt porté moi-même le drapeau de l'autorité ferme en présence de la
liberté hardie. Je souffrais dans mon âme en voyant ce drapeau, non pas
abandonné, mais à demi replié et voilé. C'est l'effet naturel et beau du
gouvernement libre que les grands partis qui s'y forment s'attachent à
des principes et veulent les proclamer en les pratiquant. Il faut
que les esprits soient satisfaits et s'élèvent en même temps que les
intérêts se sentent garantis et se confient. Je ne crois rien dire de
trop en affirmant que, pendant l'administration de M. Casimir Périer et
celle du cabinet du 11 octobre 1832, les Chambres et le public avaient
cette double satisfaction. M. Molé ne la leur donnait pas; il suffisait,
jour par jour, aux nécessités de l'ordre dans un régime libre, mais sans
que, par son influence, l'ordre et la liberté grandissent en durant.
C'était un gouvernement régulier et sensé; mais la vigueur et la
richesse intellectuelles lui manquaient; le drame était plus grand et
plus animé que les acteurs.

Parmi les causes de cette langueur stérile, la principale était la part
insuffisante faite à la Chambre des députés dans le gouvernement.
Elle n'y tenait pas la place, elle n'y jouait pas le rôle auxquels
l'appelaient la nature des institutions et l'état des partis. Cinq
groupes politiques formaient et animaient cette assemblée: aux deux
extrémités, les républicains et les légitimistes, exprimés, je ne veux
pas dire conduits, par M. Garnier Pagès et M. Berryer; entre ces deux
fractions, importantes par les idées et le talent, sinon par le nombre,
le côté gauche, le centre gauche et le centre droit, représentés par M.
Odilon Barrot, M. Thiers et moi. Aucun de ces groupes, pas plus ceux
qui acceptaient que ceux qui repoussaient le nouveau régime, n'avait
en 1838, par ses chefs, une action directe et efficace dans le
gouvernement. Les acteurs principaux étaient rejetés dans les rangs des
spectateurs, affranchis de la responsabilité et tentés de se livrer aux
plaisirs de la critique. Par conviction autant que par position,
je sentais vivement ce que je me permettrai d'appeler ce désordre
parlementaire, et je croyais urgent, dans l'intérêt du pouvoir comme de
la liberté, de la couronne comme du pays, que la Chambre des députés et
ses interprètes habituels reprissent, dans les affaires publiques, leur
part naturelle d'influence et de responsabilité.

Une autre considération me touchait. Depuis la chute du cabinet du 11
octobre 1832 et ma séparation de M. Thiers, la base du gouvernement
s'était fort rétrécie; et les rivalités, les susceptibilités, les
incidents intérieurs et imprévus tendaient à la rétrécir encore plus
de jour en jour. L'occasion se présentait en 1839 de sortir de cette
ornière et d'élargir le cercle des cabinets futurs en rapprochant
des hommes qui, malgré la diversité de leurs situations et de leurs
habitudes, formaient au fond les mêmes désirs, tendaient au même but,
et ne devaient pas être, comme ils n'avaient pas toujours été,
incompatibles. Entre M. Odilon Barrot, M. Thiers et moi, il n'y avait,
en sondant les coeurs, point de barrières insurmontables, point
d'engagements irrévocables; nous avions, depuis dix-huit mois, fait bien
des pas les uns vers les autres; le moment n'était-il pas venu
d'en faire un plus décisif? Étrangers les uns et les autres à
l'administration de M. Molé, nous avions cessé de nous combattre;
n'était-il pas possible de nous entendre, et de reformer ensemble un
grand parti constitutionnel capable d'établir sur de larges bases ce
gouvernement monarchique et libre que nous avions tous dessein de
fonder, et dont nos divisions, sous le feu de ses ennemis, pouvaient
compromettre les destinées? L'importance d'une telle oeuvre était
évidente, et pour peu qu'elle fût possible, elle valait, à coup sûr, la
peine d'être tentée.

Que des sentiments personnels se pussent mêler à ces vues d'intérêt
public, je connais trop les faiblesses humaines, y compris les miennes,
pour le contester. La personnalité est habile à se glisser au sein du
patriotisme le plus sincère; et je n'affirmerai pas que le souvenir
de ma rupture avec M. Molé en 1837 et le secret désir de prendre une
revanche personnelle, tout en soutenant une bonne cause générale, aient
été sans influence sur mon adhésion à la coalition de 1839 et sur
l'ardeur que j'y ai portée. Même pour les plus honnêtes gens, la
politique n'est pas une oeuvre de saints; elle a des nécessités, des
obscurités que, bon gré malgré, on accepte en les subissant; elle
suscite des passions, elle amène des occasions de complaisance pour
soi-même auxquelles nul, je crois, s'il sonde bien son âme après
l'épreuve, n'est sûr d'avoir complètement échappé; et quiconque n'est
pas décidé à porter sans trouble le poids de ces complications et de ces
imperfections inhérentes à la vie publique la plus droite fera bien de
se renfermer dans la vie privée et dans la spéculation pure.

Quoi qu'il en soit, je viens de rappeler, sans y rien ajouter ni en
rien taire, les dispositions que j'apportai, en décembre 1838, dans la
commission de l'adresse. Les diverses nuances de l'opposition y étaient
en majorité décidée. Elles s'entendirent sans peine, et le projet
d'adresse présenté le 4 janvier 1839 à la Chambre des députés était bien
leur oeuvre libre et réfléchie. La politique extérieure du cabinet
y était formellement blâmée quant à l'évacuation d'Ancône. Sur ses
négociations dans les affaires de Belgique et de Suisse, l'adresse
gardait une réserve où perçait, à dessein, l'inquiétude. A l'intérieur,
le cabinet était considéré comme insuffisant pour établir, entre la
couronne et les Chambres, cette ferme entente et cette harmonie active
qui, dans le régime représentatif, peuvent seules garantir la force
comme la sécurité du pouvoir en en concentrant, sur ses conseillers,
toute la responsabilité. Je pense, aujourd'hui comme alors, que,
sur cette part des Chambres dans le gouvernement du pays, le projet
d'adresse, d'ailleurs hautement et sincèrement monarchique, ne dépassait
point les limites du droit constitutionnel. Le ton général ne manquait
point de mesure ni de convenance dans sa froideur; mais l'attaque était
évidente et directe; personne ne tenta de s'y méprendre, et le cabinet
accepta la lutte aussi franchement que l'opposition l'engageait.

La lutte fut plus forte que l'opposition ne s'y était attendue. Pendant
douze jours, M. Molé y déploya une fermeté, une présence d'esprit, une
persévérance digne et adroite qui ranimèrent le zèle d'abord un peu
chancelant de ses partisans et obligèrent ses adversaires à redoubler
leurs attaques. Sur tous les paragraphes du projet d'adresse où la
politique du cabinet était directement ou indirectement incriminée, des
amendements furent proposés pour repousser le blâme; et après de longs
débats où M. Molé, fidèlement défendu, se défendit habilement lui-même,
presque tous ces amendements furent adoptés, à de très-faibles
majorités, mais malgré les efforts réunis des chefs de toutes les
nuances de l'opposition. Aussi fûmes-nous amenés en définitive à voter
contre l'adresse ainsi amendée, tandis qu'elle fut adoptée, avec un
mélange de satisfaction et de colère, par les partisans du cabinet
blessé à mort, mais debout sur son terrain qu'il avait vaillamment
gardé.

Il eut, dans ce combat, un brillant allié. M. de Lamartine, qui
jusque-là s'était tenu un peu à l'écart de la politique militante, prit
vivement parti contre la coalition. Je ne puis rencontrer le nom de M.
de Lamartine dans mes souvenirs, ni sa personne aujourd'hui dans nos
rues, sans une impression profondément mélancolique. Nul homme n'a
reçu de Dieu de plus beaux dons, dons personnels et dons de situation,
puissance intellectuelle et élévation sociale. Et les circonstances
favorables ne lui ont pas plus manqué que les faveurs premières; toutes
les chances comme tous les moyens de succès se sont présentés sur ses
pas; il les a saisis avec ardeur; un moment il a joué un grand rôle dans
un grand drame; il a touché au but de toutes les ambitions et goûté de
toutes les gloires. Où en est-il aujourd'hui? Je ne parle pas des revers
de sa vie publique, ni des épreuves de sa vie privée: de nos jours, qui
n'est pas tombé? Qui n'a pas subi les coups du sort, les angoisses
de l'âme, les détresses de la fortune? Le travail, le mécompte, le
sacrifice, la souffrance ont eu de tout temps et auront toujours leur
part dans les destinées humaines, dans les grandes encore plus que dans
les humbles. Ce qui m'étonne et m'attriste, c'est que M. de Lamartine
s'en étonne et s'en irrite; ce ne sont pas seulement les douleurs de
sa situation, c'est surtout l'état de son âme, tel qu'il le révèle
lui-même, que je ne puis contempler sans mélancolie. Comment un
spectateur qui voit de si haut les événements est-il si ému des
accidents qui le touchent? Comment un si sagace appréciateur des
hommes se connaît-il si peu lui-même? Comment s'abandonne-t-on à tant
d'amertume quand on a tant joui des faveurs du ciel et du monde? Il faut
qu'il y ait, dans cette riche nature, de grandes lacunes et bien peu
de forte harmonie pour qu'elle tombe dans un tel trouble intérieur et
qu'elle le manifeste avec un tel emportement. J'ai trop peu vu de près
M. de Lamartine pour le connaître et me l'expliquer pleinement; mais
il m'apparaît comme un bel arbre couvert de fleurs, sans fruits qui
mûrissent et sans racines qui tiennent; c'est un grand esprit qui passe
et repasse incessamment des régions de la lumière dans celle des nuages,
et qui entrevoit à chaque pas la vérité sans jamais s'y fixer; un coeur
ouvert à toutes les sympathies généreuses, et en qui dominent pourtant
les préoccupations les plus personnelles. Et ce qui me confirme dans mon
impression générale sur cet homme éminent, c'est que j'aperçois déjà,
dans sa première apparition au milieu de nos débats, dans ses discours
des 10 et 19 janvier 1839 sur la coalition, les traits sous lesquels
je le vois aujourd'hui. Il attaqua vivement la coalition, mais sans
défendre et presque en livrant M. Molé, car il voulait plaire à
l'opposition aussi bien qu'aux amis du cabinet. Il défendit
la prérogative de la couronne, mais en traitant la monarchie
constitutionnelle comme un gouvernement de transition, et en laissant
entrevoir son penchant pour la république. Il fit tour à tour des
compliments et des avances à tous les partis qui divisaient la Chambre,
sans se classer lui-même dans aucun, s'efforçant de les attirer à
lui sans se donner à eux; et lorsque, au milieu de cette description
caressante de toutes les fractions intérieures de l'assemblée, M. Arago
lui cria de sa place: «Et le parti social?--On me demande ce qu'est le
parti social, répondit M. de Lamartine; Messieurs, ce n'est pas encore
un parti, c'est une idée,» promenant ainsi partout ses caresses pour se
faire partout admirer et suivre. Son langage était celui d'un grand,
mais superficiel ambitieux, avide d'encens plus que d'empire, prêt à se
lancer, avec une imprévoyance superbe, dans les entreprises les plus
téméraires si elles donnaient, à son imagination et au bruit de son nom,
des satisfactions éclatantes; prodigue envers tous d'espérances et de
promesses, mais n'ouvrant que ces perspectives vagues et incohérentes
qui trompent les désirs qu'elles excitent. Pour être efficace et
vraiment grande, la politique veut un but plus précis, un choix plus
simple et plus ferme entre les idées, les desseins et les partis. En
attaquant la coalition, M. de Lamartine fut, pour le cabinet, l'ornement
oratoire du débat; mais il en sortit plus vanté que puissant, et sans
avoir obtenu la confiance sérieuse de ceux-là mêmes à qui il avait prêté
son éloquent appui.

L'adresse votée, M. Molé et ses collègues, jugeant avec raison leur
succès trop faible pour leur fardeau, portèrent au Roi leur démission.
Appelé auprès du Roi, le maréchal Soult essaya, sans y réussir, de
former un cabinet. M. Molé reprit les affaires, et la dissolution de la
Chambre des députés fut immédiatement prononcée. C'était, en deux ans,
la seconde fois que M. Molé, pour gouverner, se voyait obligé d'en
appeler au pays; une session avait suffi pour compromettre l'existence
du cabinet dans une Chambre qu'il avait lui-même convoquée et dont il
avait regardé l'élection comme son triomphe.

Ce fait seul était, contre lui, une présomption grave. Mais, de son
côté, la coalition, si elle avait fortement ébranlé le cabinet, avait
en même temps gravement compromis l'opposition. Nous avions manqué de
mesure et de prévoyance. Quelques-uns de nos reproches à la politique
extérieure de M. Molé étaient, au fond, très-contestables et avaient été
efficacement contestés dans le débat; nous étions tombés dans le tort
commun des partis sous le régime représentatif, l'exagération; et sur
les points où nos attaques étaient fondées, comme l'évacuation d'Ancône,
le temps et les événements ne nous avaient pas encore donné raison.
Notre seconde faute, l'imprévoyance, fut encore plus grave. Nous
n'avions pas pressenti tout l'effet que produiraient, sur beaucoup
d'hommes sensés, honnêtes, amis de l'ordre et spectateurs plutôt
qu'acteurs dans les luttes politiques, le rapprochement et l'alliance de
partis qui se combattaient naguère, et dont les maximes, les traditions,
les tendances restaient essentiellement diverses. Non-seulement ces
juges du camp, qui formaient le centre de la Chambre, blâmèrent la
coalition et ressentirent, en la voyant à l'oeuvre, une inquiétude
sincère; mais la passion entra dans leur âme avec le blâme et
l'inquiétude; ils luttèrent contre la coalition, non-seulement pour le
cabinet, mais pour leur propre compte; ils déployèrent dans cette lutte
une ardeur, une entente, une persévérance inaccoutumées; et le parti de
gouvernement, disloqué et épars depuis la chute du cabinet du 11 octobre
1832, vint, de lui-même et sans ses anciens chefs, se reformer autour de
M. Molé, au moment même où nous accusions M. Molé et son cabinet d'être
un gouvernement trop faible, trop étranger à la Chambre des députés, et
insuffisant pour assurer, au pays et à la couronne, l'harmonie active de
tous les pouvoirs constitutionnels. Jamais, depuis trois ans, le parti
de gouvernement n'avait été si complet, ni le cabinet si sûr de son
appui que le jour où, la victoire entre le cabinet et la coalition
demeurant incertaine, le Roi, sur la demande de M. Molé, en appela de
nouveau au pays en prononçant la dissolution.

Faites sous de tels auspices, les élections furent ardemment contestées,
et accomplies dans un grand pêle-mêle des opinions et des alliances. Je
m'appliquai, dans plusieurs lettres rendues publiques, à bien établir
les motifs d'intérêt public qui m'avaient déterminé à entrer dans la
coalition, et la fidélité que j'entendais garder à la politique que
j'avais soutenue depuis neuf ans, tout en réclamant ce que je regardais
comme l'influence légitime et nécessaire des Chambres dans le
gouvernement[21]. Les élections donnèrent à la coalition une victoire
limitée, mais évidente; M. Molé et ses collègues reconnurent que, dans
la nouvelle Chambre des députés, ils ne pourraient continuer la lutte;
ils se retirèrent définitivement, et la coalition fut appelée à former
un cabinet.

[Note 21: _Pièces historiques_, n° XIII.]

L'oeuvre semblait facile et la solution naturellement indiquée. Nous
avions, M. Odilon Barrot, M. Thiers et moi, pris part ensemble à
l'attaque; nous devions prendre part ensemble à la victoire, et passer
du concert dans l'opposition au concert dans le gouvernement. Mais, à ce
passage, nous rencontrions, M. Odilon Barrot et moi, un obstacle que,
dans les débats de la coalition, nous venions nous-mêmes de reconnaître
et de proclamer; nos maximes, nos tendances, nos conduites, nos paroles
avaient été, depuis neuf ans, profondément diverses; nous nous étions,
dès les premiers mois de 1830, non-seulement séparés, mais combattus.
Nous avions naguère, dans notre alliance momentanée, rappelé l'un et
l'autre ce passé et déclaré notre intention de ne point le démentir. Par
l'état-général des partis et par notre propre honneur, la tentative de
gouverner en commun nous était interdite. Nous n'en eûmes pas la pensée;
il fut entendu que nous ne pouvions, M. Odilon Barrot et moi, entrer
ensemble dans le cabinet.

Entre M. Thiers et moi, nulle difficulté pareille n'existait; nous
avions soutenu et pratiqué ensemble la même politique; nous pouvions
reprendre ensemble le gouvernement; notre passé ne créait, à notre union
dans le présent et dans l'avenir, point d'insurmontables embarras. Ne
pouvions-nous pas aussi, en formant de concert un cabinet, accepter M.
Odilon Barrot comme président de la Chambre des députés? C'était là une
situation étrangère au gouvernement et à l'opposition, indépendante et
point hostile. Par la gravité de son caractère et de ses moeurs, par
l'élévation de son esprit, par son respect de la loi et de la liberté,
M. Odilon Barrot y était très-propre. Le rapprochement qui s'était
opéré, entre lui et nous, par la coalition autorisait les rapports
bienveillants que devait établir entre nous sa présidence de la Chambre.
Je me déclarai prêt à accepter cette combinaison.

Mais quand M. Thiers et M. Barrot la proposèrent dans les réunions
du centre gauche et du côté gauche, ils rencontrèrent, à mon entrée,
n'importe à quel titre, dans le cabinet nouveau, une opposition qu'ils
ne surmontèrent qu'avec peine; et leur succès se borna à faire trouver
bon par leurs amis que je reprisse le ministère de l'instruction
publique et M. Duchâtel celui des finances. C'était là, dans le
gouvernement parlementaire à relever, toute la part que voulaient nous
faire, à nous anciens défenseurs de la politique de résistance, nos
récents alliés de la coalition.

J'avais naguère prouvé, en ne voulant, dans le cabinet de M. Molé, que
le ministère de l'instruction publique, combien je mettais, pour mon
compte personnel, peu d'importance, à occuper tel ou tel département
quand j'avais d'ailleurs la confiance que la politique générale à
laquelle j'étais dévoué prévaudrait dans le gouvernement. Je n'étais
pas, en 1839, plus exigeant qu'en 1836. J'avais quelque droit
d'être surpris de l'opposition que je rencontrais dans la coalition
victorieuse, car je n'avais pas été des moindres dans sa lutte et
dans sa victoire. Plus d'une fois, dans le cours de ce grand débat,
quelques-uns des coalisés avaient été tentés de transiger et d'accepter,
aux dépens de l'adresse ferme et claire que nous avions rédigée,
quelques-uns des amendements un peu équivoques que proposaient les amis
de M. Molé. J'avais repoussé et fait écarter ces velléités. Tant que
dure le combat, toute apparence d'hésitation et de reculade est une
faute, dût-on regretter de l'avoir engagé. Nous n'avions à coup sûr, M.
Duchâtel et moi, pour notre entrée dans le cabinet qui devait se former
sous la présidence du maréchal Soult, point de prétention exorbitante;
nous ne demandions que deux départements sur neuf; mais au moins
fallait-il que, par leur nature, ces deux départements fussent, pour
notre part d'autorité et d'action dans le gouvernement, des garanties
efficaces. Plus j'avais été décidé dans la coalition, plus j'étais
décidé aussi à rester, dans le pouvoir, fidèle à la politique d'ordre et
de résistance. Pour satisfaire à ce que je regardais comme un droit et
un intérêt spécial du régime parlementaire, je m'étais séparé un moment
du gros de mes amis; le but atteint, je voulais rétablir leur position
comme la mienne, les rallier au gouvernement dont ils étaient les
alliés naturels et nécessaires, et assurer dans le nouveau cabinet leur
influence comme au cabinet leur appui. Il y avait là, pour moi, une
question de devoir politique et de dignité personnelle. Je déclarai que
je ne pouvais entrer dans le ministère que si, en même temps que
M. Thiers occuperait, selon son désir, le département des affaires
étrangères et quelques-uns de ses amis d'autres départements, on
attribuait à M. Duchâtel le département des finances et à moi celui de
l'intérieur. Peu m'importait l'égalité numérique des portefeuilles; mais
je tenais absolument, pour ma cause, au partage réel du pouvoir.

M. Thiers et, je crois, aussi M. Barrot essayèrent, mais sans succès, de
faire accepter par leurs adhérents cette combinaison. On était, dans
le côté gauche et le centre gauche, aussi décidé à ne pas vouloir que
j'eusse une action directe et considérable dans le gouvernement, que
je l'étais moi-même à ne pas me contenter d'une influence indirecte
et inefficace. Les hommes sont gouvernés par leurs préjugés et leurs
instincts bien plus que par leurs intentions réelles et réfléchies. La
plupart des membres du côté gauche et du centre gauche n'avaient, au
fond, point d'autre but, ni d'autre désir que l'établissement de la
monarchie constitutionnelle; mais ils avaient vécu et ils vivaient
encore sous l'empire des théories, des traditions, des routines
révolutionnaires. Quoiqu'ils n'eussent aucun dessein de recommencer la
Révolution, ils l'acceptaient pêle-mêle et sans la juger. J'avais tenté
au contraire de soumettre ce passé contemporain à un libre examen, d'y
séparer nettement le bien du mal, le vrai du faux, le bon grain de
l'ivraie, et de démontrer que nos malheurs et nos mécomptes depuis 1789
ont été, non pas le résultat d'exagérations imprudentes ou d'accidents
impossibles à prévoir, mais la conséquence naturelle des idées fausses,
des mauvaises passions et des folles prétentions dont ce grand mouvement
intellectuel et social a été infecté et dont il faut le purger. J'avais,
dans ce difficile travail, heurté des sentiments favoris, blessé des
amours-propres susceptibles, offensé des superstitions et dérangé
des habitudes invétérées. On me trouvait agressif, incommode et
compromettant. On voulait faire sans moi, et sans avoir incessamment à
discuter ou à compter avec moi, les affaires du régime nouveau que nous
avions tous à coeur de fonder.

Les esprits élevés et libres, les chefs des partis sentaient le vice de
cette disposition de leurs adhérents et l'utilité de mon concours dans
l'oeuvre que nous poursuivions ensemble. Mais c'est de nos jours le mal
des hommes les plus distingués de n'avoir pas en eux-mêmes, dans leurs
idées et leurs forces propres, assez de confiance, et de se soumettre
trop aisément aux impressions et aux volontés extérieures. Que leur sert
d'avoir la tête au-dessus de la foule, s'ils n'en profitent pas pour
voir plus loin et pour marcher plus droit au but? Ils ne savent pas
combien ils exerceraient plus de puissance s'ils agissaient avec plus
d'indépendance et dans la plénitude de leur pensée. Je suis loin de
méconnaître la valeur des sentiments populaires et la nécessité d'en
tenir compte; mais il faut les pressentir et leur faire d'avance
leur juste part, au lieu d'attendre qu'ils s'expliquent et décident
eux-mêmes; car, en définitive, peuples et partis se donnent à ceux
qui font bien leurs affaires et non pas à ceux qui leur obéissent. La
combinaison qu'on appela le cabinet de grande coalition, et qui en
réunissait en effet toutes les forces, une fois écartée, on tenta
successivement toutes celles auxquelles nous restions, mes amis et moi,
complètement étrangers. On proposa, on discuta, on négocia pour former
tantôt un ministère du centre gauche allié au côté gauche, tantôt un
ministère du centre gauche pur, ou bien un ministre du centre gauche
recruté dans le centre proprement dit, parmi les adhérents de M. Molé.
C'était autour du maréchal Soult que se faisait ce travail, et il s'y
prêtait avec un bon sens souple et tenace, quoiqu'un peu confus, se
tenant en dehors des dissensions intérieures de la Chambre, prêt à
traiter avec les hommes influents des diverses fractions, mais décidé à
ne point livrer le pouvoir au côté gauche, à tenir compte des sentiments
du Roi, et à ne se point séparer de l'ancien parti de la résistance,
seul ferme appui du gouvernement. M. Thiers était l'âme nécessaire et
devait être le chef réel de tous ces cabinets en perspective; mais il
avait, lui aussi, ses réserves et ses conditions dont il ne voulait pas
se départir; c'était son idée fondamentale de faire du centre gauche
le point de ralliement de l'ancien parti de la résistance comme de
la portion modérée du côté gauche; mais il rencontrait dans tous
ces groupes, et dans le centre gauche lui-même, des rivalités, des
susceptibilités, des méfiances, des exigences qu'il ne parvenait pas à
surmonter. En nous repoussant, mes amis et moi, on avait dispersé les
forces naturelles et nécessaires du gouvernement qu'on voulait faire
sortir de la coalition; on essaya, par l'entremise du duc de Broglie, de
revenir sur cette faute, comme on revient sur une faute dont on sent le
péril sans en reconnaître vraiment l'erreur; on aurait voulu attirer le
duc de Broglie et M. Duchatel dans le nouveau cabinet en me laissant
en dehors, et M. Thiers aussi bien que moi. Mes amis s'y refusèrent
péremptoirement. Tout le monde avait le sentiment qu'on tentait une
oeuvre incomplète et précaire, dont personne ne voulait accepter
la responsabilité; et chaque jour voyait désavouer et échouer la
combinaison que, la veille, on s'était empressé de négocier et qu'on
avait cru sur le point de réussir.

Le Roi assistait à cette laborieuse confusion en spectateur
très-attentif, un peu moqueur dans ses conversations toujours trop
abondantes, mais sans susciter aux diverses combinaisons tentées aucun
obstacle, ni leur opposer aucun refus. Le 27 mars, il demanda à M.
Thiers de former lui-même un cabinet, et il accepta, quant à la
politique générale, notamment envers l'Espagne, les propositions que,
huit jours auparavant et par l'entremise du maréchal Soult, M. Thiers
lui avait présentées. M. Thiers répondit: «qu'il se serait chargé
de cette mission il y a douze jours, mais qu'il ne le pouvait plus
aujourd'hui, la situation étant complètement gâtée et les combinaisons
qui pouvaient réussir ayant été vainement essayées.» Quelques jours plus
tard, le Roi disait à l'un des candidats ministériels: «Je suis prêt à
tout, j'accepterai tout, je subirai tout; mais, dans l'intérêt général
dont je suis le gardien, je dois vous avertir qu'il est fort différent
de traiter le Roi en vaincu ou de lui faire de bonnes conditions. Vous
pouvez m'imposer un ministère que je subisse, ou m'en donner un auquel
je me rallie. Dans le premier cas, je ne le combattrai point sous
main; je ne trahirai jamais mon cabinet, quel qu'il soit; mais je vous
préviens que je ne me regarderai pas comme engagé envers lui, et que, si
quelque incident le met en péril, je ne ferai rien pour l'empêcher de
tomber. Dans le second cas, je le servirai franchement.»

En tenant ce langage, le Roi ne faisait qu'user loyalement de son droit
constitutionnel; et pour des hommes sérieux et loyaux eux-mêmes, il y
avait à l'en louer bien plutôt qu'à l'en blâmer, mais pour le public,
à qui ses paroles arrivaient plus ou moins amplifiées, et qui les
amplifiait encore à son tour, le Roi eût mieux fait de proclamer moins
hautement son sentiment et son dessein.

Au bout de trois semaines ainsi consumées en essais qui, loin d'aboutir
à la formation d'un ministère, en avaient aggravé les difficultés,
ou sentit l'absolue nécessité de faire un pas hors d'une situation
déplaisante et compromettante pour tous les pouvoirs. Il importait
surtout à la couronne de constater que le trouble apporté, par tant
d'hésitations et de lenteurs, dans le gouvernement du pays n'était
point de son fait, et d'en renvoyer à la Chambre des députés la
responsabilité. On se promettait de plus, qu'appelée à reprendre ses
travaux et à discuter effectivement les affaires publiques, au lieu de
passer son temps en conversations oisives dans la salle des conférences,
la Chambre manifesterait clairement sa pensée et son voeu, qu'une
majorité s'y prononcerait, que les incertitudes des partis auraient
alors un terme, et qu'un cabinet pourrait enfin se former, quand on
pourrait enfin entrevoir lequel avait le plus de chances d'être accepté
et appuyé dans le parlement. C'était encore là une marque de cette
timidité générale, de ce défaut d'initiative prévoyante et ferme que je
signalais, tout à l'heure comme l'une des plus embarrassantes faiblesses
de notre temps: ni le Roi ni les chefs des divers partis ne voulaient se
hasarder à résoudre eux-mêmes la question de savoir où se trouvait, dans
la Chambre, une majorité capable de soutenir un cabinet, et lui indiquer
d'avance sa route; pour organiser le gouvernement, on demandait à la
Chambre de s'organiser elle-même; et pour la mettre en demeure de
répondre, le Roi nomma, le 31 mars 1839, des ministres provisoires
appelés à faire recommencer les travaux suspendus de l'administration et
des Chambres sans avoir pour eux-mêmes aucune prétention de devenir
un ministère définitif et durable. C'était un moyen de satisfaire aux
affaires courantes et aux apparences en attendant une solution sérieuse,
et un expédient pour aller à la découverte de cette majorité tant
cherchée et si obscure. Avec un dévouement méritoire au service du Roi
et du pays, sept hommes honorables, éprouvés dans l'administration et
peu engagés dans les luttes politiques, MM. de Gasparin, Girod de l'Ain,
Gautier, duc de Montebello, général Cubières, Tupinier et Parant, se
chargèrent de cette modeste mission; le ministère provisoire entra en
fonctions en proclamant lui-même son caractère, et la session active
reprit aussitôt son cours.

La Chambre des députés était appelée à faire, dès ses premiers pas, un
acte qui devait révéler sa tendance et la nouvelle majorité possible
dans son sein; elle avait à nommer son président. Ce choix devait
nécessairement l'amener à se couper en deux partis portant chacun son
candidat, et à sortir ainsi des fractionnements où elle était engagée.
Ni l'un ni l'autre des deux principaux groupes de la Chambre, le centre
proprement dit et le côté gauche, ne possédait à lui seul la majorité,
et n'était par conséquent en état de faire, par ses seules forces,
prévaloir son candidat. C'était dans le groupe flottant, dans le centre
gauche, que les deux groupes fixes étaient l'un et l'autre obligés
d'aller chercher l'appoint dont ils avaient besoin. Le centre gauche
avait été depuis quelque temps l'allié habituel du côté gauche, et
semblait devoir, dans cette nouvelle épreuve, lui prêter encore son
appui; mais, en y regardant de près, nous pensâmes, mes amis et moi,
que le centre gauche n'était point homogène, et qu'à nous aussi, il ne
serait peut-être pas impossible de trouver dans ses rangs des alliés.
A côté des hommes flottants par intérêt, ou par pusillanimité, ou par
malice et goût d'intrigue, il y avait là en effet des hommes d'un esprit
distingué, consciencieux dans leurs hésitations, indépendants jusqu'à la
manie, et à qui la domination, ni même l'alliance avérée du côté gauche,
ni même peut-être l'empire du chef éminent du centre gauche, M. Thiers,
ne plaisaient guère. M. Passy et M. Sauzet surtout nous parurent animés
de ces dispositions et enclins à faire, pour le choix du président de
la Chambre, acte de liberté. Nous décidâmes, non sans peine, le centre,
l'ancien parti de la résistance, à prendre pour son candidat M. Passy
qui accepta cette candidature. Combien de voix du centre gauche se
joindraient à nous pour le porter? Nous ne le savions pas; mais en tout
cas, un résultat considérable était ainsi atteint; la Chambre se coupait
en deux grands partis, et l'ancien parti de gouvernement, celui dont la
coalition nous avait un moment séparés, se reformait de concert avec
nous, et avait chance de ressaisir la majorité qui lui avait naguère
échappé.

M. Thiers ne se méprit point sur l'importance de cette tentative, et
fit tous ses efforts pour retenir le centre gauche tout entier dans
son alliance avec le côté gauche, et pour faire porter, par ces deux
groupes, M. Odilon Barrot à la présidence de la Chambre. En me rendant
un jour à la séance, je rencontrai M. Thiers dans les Tuileries, et nous
nous promenâmes quelques moments, causant librement de cette situation
nouvelle: «Vous avez longtemps profité, lui dis-je, des dispositions
flottantes du centre gauche; c'est maintenant notre tour; nous vous
battrons avec vos propres armes; M. Passy a accepté d'être notre
candidat; vous verrez qu'il sera nommé.» M. Thiers ne croyait pas à ce
résultat, et il persista à soutenir la candidature de M. Odilon Barrot.
Le 16 avril, M. Passy fut élu président de la Chambre par deux cent
vingt-six suffrages; M. Barrot n'en réunit que cent quatre-vingt-treize.

C'était un pas vers la réorganisation du parti de gouvernement et la
formation d'un cabinet sérieux; mais ce pas fut loin d'être décisif;
le président nommé, on recommença à négocier, à tâtonner, à tenter
les diverses combinaisons déjà essayées, ou d'autres analogues; des
interpellations furent adressées aux hommes qui y étaient engagés;
nous eûmes, à la tribune, de longues et vives explications. Rien
ne réussissait; on rencontrait les mêmes hésitations, les mêmes
incompatibilités; pour le moment, la nomination de M. Passy à la
présidence n'avait fait qu'ajouter la dislocation du centre gauche à
toutes les autres, et jeter dans le côté gauche un nouveau ferment
de méfiance et d'humeur. La coalition victorieuse semblait ne devoir
aboutir qu'à une impuissante et stérile confusion.

Le 24 avril, le Roi m'écrivit qu'il désirait me voir[22]. Je me rendis
aux Tuileries. Après avoir déploré ses embarras, «qui sont aussi les
vôtres, me dit-il, car c'est la coalition qui nous les fait, à vous
comme à moi,» il me demanda si je trouverais mauvais que quelques-uns de
mes amis, nommément M. Duchâtel et M. Dumon, entrassent sans moi dans
un cabinet: «Je n'y ai pas la moindre objection, sire, pourvu que la
composition du cabinet donne à la politique que nous avons soutenue,
mes amis et moi, et que nous entendons toujours soutenir, des garanties
efficaces.--Je le veux autant que vous, soyez-en sûr, me dit le Roi;
personne n'a moins d'envie que moi que le gouvernement soit livré au
côté gauche; Dieu sait où la troupe mènerait ses chefs. Mais vous voyez
dans quelle impasse nous sommes; il n'y a qu'un ministère neutre, un
ministère où les grands amours-propres n'aient pas à se débattre, qui
puisse nous en tirer.--Que ce ministère se forme, sire; qu'il rapproche
et unisse les deux centres; non-seulement je ne détournerai pas mes amis
d'y entrer; mais je le soutiendrai de tout mon pouvoir.» Le Roi me prit
la main avec une satisfaction où perçait un peu de moquerie; rien ne lui
convenait mieux qu'un cabinet qui, en mettant fin à ses embarras, fût
pourtant un mécompte pour la coalition.

[Note 22: _Pièces historiques_, n° XIV.]

Mes amis se réunirent; sur leurs instances et les miennes, M. Duchâtel
se montra disposé, sous la réserve qu'il n'y serait pas seul, à entrer
dans la voie qu'indiquait le Roi. Cependant, les incertitudes se
prolongèrent encore; on tâtait, on sondait encore en tous sens à la
recherche de combinaisons diverses; on proposa une adresse de la Chambre
au Roi pour presser la conclusion; on nomma la commission chargée de la
rédiger. Personne ne voulait prendre la responsabilité d'une solution
positive, car, pour toutes les solutions, le succès paraissait douteux.
En présence de cette irrésolution parlementaire, la fermentation
révolutionnaire renaissait dans Paris; les conspirateurs permanents,
les comités des sociétés secrètes, surtout la société dite d'abord _des
Familles_, puis _des Saisons_, se réunissaient, se communiquaient leurs
renseignements, leurs dénombrements, leurs espérances; les soldats
poussaient les chefs; auraient-ils jamais une occasion plus favorable?
Trouveraient-ils jamais devant eux un pouvoir plus troublé et plus
flottant? Une résolution soudaine fut prise: le 12 mai, vers trois
heures après-midi, des bandes réunissant en tout sept ou huit cents
hommes se lancèrent dans Paris, criant: _Vive la République!_ forçant
les boutiques d'armuriers, faisant feu dans les rues, attaquant les
postes de la garde nationale et de l'armée, et dirigeant sur l'Hôtel de
ville, le Palais-de-Justice et la Préfecture de police, leurs passionnés
efforts. A cette attaque fougueuse et imprévue, quelques postes furent
enlevés; des officiers, des gardes municipaux, des gardes nationaux
furent tués, les uns en résistant aux insurgés, les autres en essayant
de parlementer avec eux. En quelques instants, plusieurs quartiers
de Paris devinrent le théâtre de tumultes violents, de rencontres
sanglantes, et, sans parler des morts dont le nombre resta incertain,
cent quarante-trois blessés, insurgés ou défenseurs de l'ordre,
militaires ou civils, furent successivement apportés dans les divers
hôpitaux de Paris. Mais vers cinq heures, cette tentative frénétique
était étouffée, et ses principaux chefs entre les mains des magistrats.
Dans la soirée, un très-grand nombre de personnes, pairs, députés,
officiers, fonctionnaires, partisans du gouvernement ou de l'opposition,
s'empressaient aux Tuileries; le maréchal Soult y était arrivé au
premier bruit de l'événement, et je trouve, dans des notes recueillies
au moment même par son fils, le marquis de Dalmatie, ces simples
phrases: «Au milieu de cette affluence, l'idée vint à mon père d'en
profiter pour mettre un terme à l'hésitation générale et former enfin
un ministère. Il la fit agréer au Roi. A mesure qu'arrivait une des
personnes qu'on jugeait propres au pouvoir, le Roi la faisait appeler
dans le cabinet où il était avec mon père, et lui demandait son
concours. Dans un pareil moment, personne ne refusa. M. Dufaure, que le
hasard fit arriver un des derniers et qu'on envoya chercher, fut un peu
plus long que les autres à se décider; mais la gravité des circonstances
triompha de ses doutes,» et avant la fin de la soirée, l'émeute
révolutionnaire avait fait ce que les agitations parlementaires
tentaient en vain depuis deux mois; le cabinet du 12 mai 1839 était
formé.

C'était précisément le cabinet qu'avait entrevu et désiré le Roi. Le
maréchal Soult le présidait comme ministre des affaires étrangères; le
général Schneider et l'amiral Duperré occupaient les départements de
la guerre et de la marine; trois hommes du centre droit, MM. Duchâtel,
Villemain et Cunin-Gridaine, et trois hommes du centre gauche, MM.
Passy, Dufaure et Teste, se partageaient l'influence politique. Nous
restions, M. Odilon Barrot, M. Thiers et moi, complètement en dehors
du gouvernement. Dans le conflit des passions, des prétentions et des
hésitations des divers partis qui formaient la Chambre des députés, tel
fut le résultat auquel aboutit la coalition.

On ne pouvait espérer qu'un cabinet ainsi formé adoptât et pratiquât
hautement cette politique plus décidée et plus conséquente que nous
avions souhaitée. Divers jusque-là par leurs idées, leur attitude et
leurs tendances, les nouveaux ministres s'étaient rapprochés et unis
sous le coup d'une nécessité soudaine, pour parer à un danger pressant,
sans s'être concertés et entendus sur les questions qu'ils avaient à
résoudre et sur les principes du gouvernement dont ils se chargeaient.
Incohérent dans sa composition, le ministère devait être flottant dans
sa conduite, au moins autant que l'avait été celui de M. Molé. Sur ce
point essentiel, la coalition n'avait donc pas atteint le but qu'elle
s'était proposé. Dans le commun mécompte, mes amis avaient seulement cet
avantage que le côté gauche considéra la formation du nouveau cabinet
comme une défaite, et lui fit sur-le-champ opposition. M. Passy quittait
le fauteuil de la présidence de la Chambre; il fallait l'y remplacer; le
cabinet adopta pour son candidat M. Sauzet et l'opposition M. Thiers. M.
Sauzet fut élu, à sept voix seulement de majorité, mais après une lutte
où les deux partis se classèrent nettement et mesurèrent leurs forces.
Le cabinet, bien que recruté dans le centre gauche, débuta donc, non par
une concession au côté gauche, comme l'avait fait M. Molé, mais par un
combat et une victoire; ce qui satisfit et rallia, dès les premiers pas,
l'ancien parti de la résistance.

La coalition n'avait guère mieux réussi dans une autre de ses
espérances; le nouveau ministère contenait, il est vrai, des membres
du centre gauche comme du centre droit; quelques hommes honorables
et considérables, jusque-là divisés, s'étaient rapprochés; mais, à
considérer la situation dans son ensemble, on ne pouvait pas dire que la
base du gouvernement se fût élargie, ni que la couronne eût rallié dans
son conseil tous les éléments du grand parti qui voulait sincèrement
fonder la monarchie constitutionnelle; les principaux chefs de ce parti,
ses orateurs éprouvés, restaient en dehors des affaires; le gouvernement
parlementaire n'était ni plus complet, ni plus muni et paré de toutes
ses forces qu'il ne l'avait été sous l'administration de M. Molé.

Sur un seul point, le point capital à la vérité, la coalition avait
atteint son but: l'influence nécessaire de la Chambre des députés sur la
formation et la composition du ministère ne pouvait plus être contestée
ni éludée; en dépit de ses dissensions et de ses faiblesses intérieures,
cette Chambre avait fait sentir à quel point, pour les questions
de personnes comme de conduite, il fallait compter avec elle; le
gouvernement était resté, pendant deux mois, incertain et comme en
suspens jusqu'à ce qu'elle y eût repris la place et la part qui lui
convenaient. Tout en défendant sa prérogative, et malgré ses déplaisirs
ou ses désirs mis quelquefois trop à découvert, le Roi avait attendu,
avec une patience habile, que la Chambre se fût, pour ainsi dire,
débrouillée elle-même, et eût indiqué quels hommes pouvaient donner à la
couronne des conseils autorisés et un appui efficace. Le pays avait
fait un pas décisif dans la voie du gouvernement libre; le régime
parlementaire était reconnu et accepté dans sa première et vitale
condition.

Dans ce mélange confus de résultats très-divers, les mécomptes étaient
plus apparents que les succès, et la coalition ne fut ni satisfaite, ni
fière de sa victoire. Elle avait renversé le cabinet qu'elle attaquait,
mais elle avait échoué à former celui qu'elle méditait. Elle avait mis
en lumière l'importance péremptoire de la Chambre des députés dans
le gouvernement, mais aussi son inhabileté à créer elle-même son
gouvernement. Les partis coalisés avaient montré peu d'intelligence
politique et beaucoup de mesquines passions. En subissant un échec, la
couronne en avait infligé un, bien aussi grave, à ses vainqueurs. Pour
mon compte personnel, à la distance et dans le repos d'où je considère
aujourd'hui ce bruyant incident, j'incline à croire que j'aurais mieux
fait de n'y pas prendre une part active, et de rester immobile dans mon
camp au lieu d'en sortir en armes pour aller combattre dans un camp
de passage. Après ce qui s'était passé entre M. Molé et moi, ni ma
conviction, ni mon honneur ne me permettaient de le défendre; mais je
pouvais ne pas l'attaquer et ne marquer mon blâme que par mon silence.
Il n'en serait pas moins tombé, et le parti de gouvernement se serait
empressé de se rallier autour de moi. Ce parti fut au contraire irrité
de mes attaques et de ce qu'il appela, de ma part, un mauvais exemple.
Il me fallut beaucoup de temps et d'épreuves pour reprendre sa confiance
et toute ma place dans ses rangs. J'avais prévu ce mal et regretté ma
résolution en la prenant. Mais on ne se sépare pas de son intime et
longue pensée: c'était un vrai gouvernement libre que j'avais à coeur de
fonder, et l'influence reconnue de la Chambre des députés en était, à
mes yeux, l'essentielle condition. Dans mon élan vers ce but, ma faute
fut de ne pas tenir assez de compte du sentiment qui dominait dans
mon camp politique, et de ne consulter que mon propre sentiment et
l'ambition de mon esprit plutôt que le soin de ma situation. Faute
assez rare de nos jours, et que, pour dire vrai, je me pardonne en la
reconnaissant.



                              CHAPITRE XXVI

                          LA QUESTION D'ORIENT.
                    (12 mai 1839--25 février 1840.)

Situation du cabinet du 12 mai 1839 à son avènement.--La mienne.--Mon
emploi de mon loisir politique.--On me demande de surveiller la
traduction et la publication en France des lettres et des écrits
de Washington.--Je m'en charge.--Grand intérêt que m'inspire ce
travail--Mon _Étude historique_ sur la vie et le caractère de
Washington.--Son succès.--Témoignages de reconnaissance que je reçois
des Américains.--Lettre du roi Louis-Philippe.--Renaissance de la
question d'Orient.--Pourquoi on donne ce nom à la querelle entre
le sultan et le pacha d'Égypte.--État général de l'empire
Ottoman.--Dispositions et politique des grandes puissances
européennes.--La guerre éclate entre Mahmoud et Méhémet-Ali.--Accord
entre la France et l'Angleterre.--Mort du sultan Mahmoud.--Bataille de
Nézib.--Le dissentiment commence entre la France et l'Angleterre sur la
question territoriale entre le sultan et le pacha.--Vicissitudes des
négociations à Londres.--Attitude de la Russie.--Elle se met à la
disposition de l'Angleterre.--La France persiste dans son dissentiment
et le cabinet anglais dans ses résolutions.--Le général Sébastiani.--M.
de Brünnow à Londres.--Lord Palmerston.--Le cabinet français me propose
l'ambassade de Londres.--J'accepte.--Mes motifs.--Le roi Louis-Philippe
s'y montre contraire.--Par quels motifs.--Le cabinet insiste.--Le Roi
cède.--Ma nomination.--Rejet par la Chambre des députés de la
dotation demandée pour M. le duc de Nemours.--Situation incertaine du
cabinet.--Je pars pour Londres.


La formation du cabinet du 12 mai causa, dans les Chambres et dans
Paris, une satisfaction plus générale que vive. C'était un terme à
la plus longue crise ministérielle qu'on eût encore vue. Non que la
solution parût pour longtemps assurée; mais on avait enfin un ministère;
il tirait le public d'inquiétude, et ceux-là même qu'il ne satisfaisait
guère se sentaient avec plaisir hors de leurs hésitations et de leurs
embarras.

Le cabinet aussi avait, en lui-même et pour son propre compte, des
motifs de satisfaction et de confiance. Ses membres ne pouvaient être
taxés d'intrigue et d'ambition; l'urgence de l'intérêt et du péril
public les avait seule décidés; ils avaient fait, en acceptant, acte de
dévouement et de courage. Ils étaient, les uns envers les autres, en
bonnes relations et dispositions: quoique jusque-là ils eussent marché
dans des rangs différents, M. Duchâtel et M. Villemain d'une part,
M. Dufaure et M. Passy de l'autre, se connaissaient pour des hommes
d'honneur et de bien, éclairés, modérés, et qui pouvaient conduire
loyalement ensemble les affaires du pays. Ils avaient des liens de
raison et d'intégrité commune, et point d'incommode rivalité. Les
Chambres se montraient contentes de leur acceptation, et leur
témoignaient un bon vouloir qui demandait plus de soins pour conserver
que d'efforts pour conquérir la majorité.

J'étais, pour mon compte, résolu à soutenir fermement le cabinet.
J'avais confiance dans les amis qui y représentaient mes opinions. Je ne
ressentais ni humeur, ni impatience. On m'approuvait, dans les Chambres,
d'avoir mis de côté toute vue personnelle. Le Roi me savait gré de
l'avoir aidé à sortir de la crise. À la situation compliquée et
militante que m'avait faite la coalition, succédait, pour moi, une
situation claire et calme. Elle me convenait dans le présent, et me
laissait, dans l'avenir, toute liberté.

Un incident inattendu vint remplir et animer les loisirs que me faisait
la politique. Le fondateur, par les armes et par les lois, de la
république des États-Unis d'Amérique, Washington avait laissé, à sa
mort, deux cents volumes in-folio comprenant toute sa correspondance,
les lettres qu'il avait reçues comme celles qu'il avait écrites, pendant
le cours de sa vie publique. Le congrès des États-Unis acheta de ses
héritiers ces précieux papiers et les fit déposer dans les archives de
l'État. Un habile éditeur, M. Jared Sparks, déjà connu par d'importants
travaux historiques, entre autres par la publication de la
_Correspondance diplomatique des États-Unis pendant la guerre de
l'indépendance,_ examina, dépouilla, mit en ordre cette grande
collection. Il fit plus, il parcourut l'Amérique et l'Europe; les dépôts
publics et les recueils particuliers de la France et de l'Angleterre lui
furent libéralement ouverts; il rechercha, rassembla tous les documents
propres à compléter cette biographie authentique d'un grand homme,
qui est l'histoire du berceau d'un grand peuple; et à la suite de ce
patriotique travail, une complète et belle édition des _Écrits et des
Lettres de Washington_ parut à Boston, de 1834 à 1837. Dès qu'elle fut
terminée, en 1838, les éditeurs américains, jaloux que Washington fût
aussi bien connu en France que dans sa patrie, vinrent me prier
de choisir, dans ce vaste recueil, les lettres, les pièces qui me
paraîtraient spécialement propres à intéresser le public français,
et d'en surveiller la traduction et la publication. Je me chargeai
très-volontiers de ce soin.

Je n'avais fait alors, sur l'histoire de la fondation de la République
américaine, point d'étude spéciale et approfondie. J'étais engagé à la
monarchie constitutionnelle, et plus j'ai avancé dans l'expérience du
gouvernement, plus s'est affermie en moi la conviction que celui-là seul
convient à la France. Mais j'ai toujours ressenti et je garde, pour la
grande nation qui s'est formée dans l'Amérique du Nord et pour la grande
épreuve politique qu'elle tente, une vive sympathie. C'est maintenant un
lieu commun de dire qu'il faut se préoccuper des résultats pratiques des
gouvernements bien plus que de leurs noms et de leurs formes. Je crains
que ce lieu commun ne soit plus souvent répété que bien compris et
réellement accepté. Malgré tant d'essais malheureux, le nom et la forme
de la République conservent de nos jours une périlleuse puissance, car
là est encore le rêve de beaucoup d'esprits ardents et généreux: rêve
auquel nos moeurs actuelles et notre nouvel état social donnent souvent
l'apparence d'une possible et prochaine réalité. Il y a, d'ailleurs,
entre quelques-uns des principes de la monarchie constitutionnelle et
ceux de la République, des affinités qui semblent rendre naturel le
passage de l'une à l'autre, et qui maintiennent, aux tendances et aux
espérances républicaines, une force que leurs échecs répétés devraient
leur enlever. L'examen sérieux des origines et des premiers pas de la
grande république américaine a donc, pour nous, autant d'importance que
d'attrait; nulle part, nous ne pouvons mieux apprendre à pénétrer, en
fait de gouvernement, au delà des apparences, à estimer le fond plus que
la forme, et à reconnaître quels sont, en tout cas, les vrais caractères
et les impérieuses conditions de la liberté.

Outre l'événement même, un autre fait, dans la fondation des États-Unis
d'Amérique, m'attirait et m'intéressait puissamment; c'était l'homme qui
avait dirigé l'oeuvre, dans la guerre et dans la paix; Washington, grand
homme par force, pour ainsi dire, et contre son goût, qui s'est trouvé
au niveau de toutes les situations et de toutes les tâches sans en avoir
recherché ni désiré aucune, qui ne ressentait aucun besoin naturel et
ardent des grandes choses dont il était capable et qu'il a faites, et
qui eût pu vivre propriétaire, agriculteur, chasseur habile et ignoré si
la nécessité et le devoir n'avaient fait de lui un général d'armée et un
fondateur d'État.

Plus je pénétrai dans l'étude de l'événement et de l'homme, plus je me
sentis intéressé et éclairé, aussi bien pour ma vie publique que dans
ma pensée solitaire. Je passais et repassais sans cesse de France en
Amérique et d'Amérique en France. J'avais devant moi deux sociétés
profondément diverses: l'une ancienne, catholique, libre d'esprit sans
liberté politique, pleine de traditions monarchiques, de souvenirs
aristocratiques et de passions démocratiques, mêlée à toute l'histoire,
à toutes les affaires de l'Europe et du monde; l'autre nouvelle,
protestante, dressée aux habitudes républicaines quoique fidèle aux
moeurs légales et respectueuses de sa mère patrie, sans rivaux, sans
voisins, isolée dans l'espace, sans souci du passé, hardiment confiante
dans l'avenir. Ces deux sociétés venaient d'accomplir deux révolutions
aussi diverses qu'elles-mêmes; l'Amérique, une révolution d'indépendance
nationale, la France, une révolution de refonte sociale; et à ces deux
révolutions succédait, pour l'une et l'autre de ces sociétés, le
travail de la fondation de deux gouvernements très-divers aussi, l'un
républicain et fédératif, l'autre monarchique et unitaire, mais tous
deux inspirés par le même voeu et tendant au même but, la liberté
politique. Pour un homme appelé à prendre quelque part à ce difficile
dessein de la France de 1789, il y avait, à coup sûr, dans la fondation
des États-Unis de 1776, un grand spectacle à contempler et de grands
enseignements à recevoir.

Quand, au milieu de l'événement américain, je regardai de près à l'homme
qui l'avait dirigé, le spectacle devint encore bien plus saisissant et
les enseignements bien plus clairs. Je vis Washington préoccupé, dès ses
premiers pas, d'une judicieuse et vertueuse inquiétude, la crainte de
l'emportement populaire et anarchique. Il avait, l'un des premiers,
accepté, et proclamé la périlleuse entreprise de la révolution
américaine; il l'avait, pendant neuf ans, soutenue et fait triompher par
la guerre. Dès qu'il mit la main au gouvernement, il se dévoua à une
politique de résistance et de paix, la seule, à ses yeux, qui pût
fonder, dans son pays, l'indépendance nationale et la liberté.

Deux traits dominent dans le caractère de Washington: un profond
attachement à la cause de son pays, une ferme indépendance de jugement
et de conduite dans le service de son pays. C'était un vrai planteur
anglo-américain, fortement imbu des traditions anglaises et des moeurs
américaines, en parfaite sympathie avec le sentiment et le voeu général
de ses compatriotes, mais dont l'esprit invinciblement sain restait
étranger aux passions, aux préventions, aux fantaisies publiques, et les
jugeait avec autant de liberté que de calme quand elles apparaissaient
devant lui, ne leur rompant jamais brusquement en visière, mais toujours
décidé à leur résister dès qu'elles compromettaient la politique que,
dans sa conviction, l'intérêt public lui prescrivait de maintenir. En
même temps qu'il avait l'instinct et le don naturel de l'autorité, il
portait dans le gouvernement beaucoup de prudence et de scrupule. Il
était plein de respect pour les hommes en général et pour les droits de
tous, mais sans nul goût ni laisser-aller démocratique, et en gardant,
en toute circonstance, une dignité presque sévère. Admirable mélange
de grand sens et de tempérance intellectuelle comme de fierté sans
ambition, ce qui commandait à la fois le respect et la confiance, et
faisait de lui le chef incontesté du peuple qui voyait en lui son plus
désintéressé, plus sûr, plus capable et plus digne serviteur.

Je pris plaisir, un plaisir toujours croissant, à contempler et à
peindre cette grande figure, bien moins variée dans ses aspects, moins
brillante, moins chaude que celle d'autres grands hommes de même rang,
mais merveilleusement sereine, harmonieuse, pure de tout égoïsme,
puissante avec sagesse et vertu, et parfaitement appropriée à son pays,
à son temps, à sa mission. L'_Étude historique_ que je consacrai à la
vie et au caractère de Washington obtint, en Amérique comme en Europe,
un succès dont je jouis vivement, et pour mon propre compte, et comme
symptôme de l'état des esprits. Dans notre époque de transformation et
de transition, nous sommes atteints de bien des maladies sociales et
morales; il y a bien des folies dans les têtes, bien des mauvaises
passions et bien des faiblesses dans les coeurs; mais les sources pures
ne sont point taries; les forces honnêtes ne sont point éteintes; et
quand les hommes voient apparaître, dans une personnification un peu
éclatante, la santé de l'esprit et de l'âme, ils s'inclinent avec
respect et la prennent volontiers pour conseiller et pour guide.
Washington n'est pas seulement un beau modèle politique; c'est aussi
un exemple encourageant, car, à travers les obstacles, les périls, les
tristesses et les mécomptes inséparables de toute grande oeuvre humaine,
il a réussi au delà de sa propre attente, et il a obtenu, de son vivant
même, autant de succès pour sa cause que de gloire pour son nom.

Je ne me ferai point scrupule de consigner ici deux témoignages de
l'effet que produisit ce portrait historique de Washington, et de
l'appréciation qu'en firent les juges les plus compétents. Peu de temps
après que l'ouvrage eut été traduit et publié en Amérique, vingt-cinq
Américains notables m'adressèrent cette lettre:


«Monsieur,

Les soussignés, citoyens des États-Unis d'Amérique et qui résident en
ce moment à Paris, profondément touchés de l'esprit amical et du mérite
supérieur de l'_Introduction_ que vous avez placée en tête de votre
précieuse édition de la vie et des écrits de Washington, se sont réunis
pour vous prier de vouloir bien donner, à un artiste américain justement
célèbre dans sa profession, les séances nécessaires pour qu'il fasse
votre portrait. Notre dessein est d'envoyer ce portrait aux présidents
de notre congrès, et de demander qu'il soit placé dans la bibliothèque
de ce corps, comme un témoignage permanent du respect que nous
ressentons pour votre personne et pour vos travaux, et aussi comme un
gage de la reconnaissance que vous doivent tous les Américains pour
votre libéral empressement à faire bien connaître de l'Europe la vraie
nature de notre Révolution et la supériorité caractéristique de son
héros[23].»

[Note 23: _Pièces historiques_, n° XV.]

Cette double intention s'accomplit: M. Healy, habile peintre américain,
fit mon portrait qui fut placé à Washington, dans la bibliothèque du
Congrès, et je reçus de lui, en présent, le portrait de Washington avec
celui de Hamilton, le plus éminent, à coup sûr, par le caractère comme
par la pensée, des compagnons politiques du fondateur de la république
américaine, et qui, en Europe du moins, ne tient pas, dans cette grande
histoire, toute la place qui lui est due.

C'était au Val-Richer, loin des bruits du monde comme des affaires de
l'État, que j'avais écrit cette _Étude historique._ J'en adressai un
exemplaire au roi Louis-Philippe qui, pendant son séjour aux États-Unis,
avait personnellement connu Washington et m'en avait raconté quelques
traits remarquables. En rentrant à Paris, je reçus de lui la lettre
suivante, datée du 26 décembre 1839:

«Mon cher ancien ministre, si j'ai autant tardé à vous répondre, c'est
que je voulais vous remercier moi-même de votre ouvrage sur Washington,
et vous dire combien je jouirais s'il m'était donné d'avoir le temps de
le lire et de m'en entretenir avec vous. Vous ne savez que trop combien
je suis privé de ces paisibles loisirs. Cependant je tâcherai de lire au
moins l'_Introduction,_ dont j'entends parler comme d'un chef-d'oeuvre.
Mes trois ans de séjour en Amérique ont eu une grande influence sur
mes opinions politiques et sur mon jugement de la marche des choses
humaines. La révolution puritaine et démocratique, vaincue en Angleterre
et réfugiée dans les petits États de Massachusetts, de Rhode-Island
et de Connecticut, a débordé, subjugué tous les autres éléments de
population du vaste continent sur lequel la tempête européenne l'avait
poussée; et quoique les Hollandais à New-York, les Anglais catholiques
sous lord Baltimore, à Baltimore (1632), et plus anciennement que tous,
les Français (sous Henri IV), eussent essayé cette grande colonisation,
ils ont été étouffés sous la démocratie puritaine et les débris du _long
Parliament_ et de son armée. Mais Washington n'était ni puritain, ni
aristocrate, ni encore moins démocrate; il était essentiellement homme
d'ordre et gouvernemental, cherchant toujours à combiner et à exploiter
de son mieux les éléments souvent discordants et toujours assez faibles
avec lesquels il devait combattre l'anarchie et en préserver son
pays. Je suis persuadé que c'est ainsi que vous l'avez dépeint, et la
confiance que j'en ai ajoute beaucoup au regret que j'éprouve de n'avoir
pas le temps de lire votre _Washington_; mais c'est toujours avec
plaisir que je vous renouvelle l'assurance de tous mes sentiments pour
vous.»

Pendant que je m'adonnais à ce travail, charmé de reconnaître, entre la
politique de Washington dans le gouvernement naissant des États-Unis
et celle que nous avions soutenue, mes amis et moi, depuis 1830, une
évidente analogie, des perspectives nouvelles s'ouvraient devant moi; la
France cessait d'être violemment troublée à l'intérieur; l'ordre public
et la sûreté de la monarchie constitutionnelle ne semblaient plus
menacés; les affaires extérieures devenaient la principale préoccupation
des esprits comme l'intérêt dominant de la situation, et j'étais sur
le point d'être appelé à y prendre une part très-active. La question
d'Orient renaissait, plus compliquée et plus pressante qu'elle n'avait
encore été. Je dis la _question d'Orient,_ et c'était bien là, en effet,
le nom que donnait tout le monde à la querelle élevée entre le sultan
Mahmoud et son sujet, le pacha d'Égypte, Méhémet-Ali. Pourquoi un si
grand mot à propos d'une lutte locale? L'Égypte n'est pas tout l'empire
ottoman. L'empire ottoman n'est pas tout l'Orient. Le soulèvement, la
séparation même d'une province ne font pas tout le sort d'un empire. Les
grands États de l'Europe occidentale ont perdu ou acquis tour à
tour, soit par des déchirements intérieurs, soit par la guerre, des
territoires considérables, sans qu'à l'aspect de telles circonstances
on ait songé à dire la _question d'Occident._ Pourquoi un langage,
dont personne ne s'est avisé dans les crises territoriales de l'Europe
chrétienne, a-t-il été, est-il en effet, quand il s'agit de l'empire
ottoman, parfaitement naturel et légitime?

C'est qu'il n'y a maintenant, dans l'empire ottoman, point de question
locale et partielle; c'est que pas une secousse ne peut se faire sentir
dans un coin de l'édifice, pas une pierre ne peut s'en détacher que
l'édifice entier ne paraisse et ne soit, en effet, près de crouler.
On peut différer d'opinion sur ce qui reste encore de force et de vie
probable à ce grand malade; mais personne ne croit sérieusement qu'il
guérisse; sa mort, plus ou moins prochaine, plus ou moins naturelle,
est un fait qui domine toute la situation, un pressentiment qui trouble
toute l'Europe. La question d'Égypte était bien, en 1839, la question
de l'empire ottoman lui-même. Et la question de l'empire ottoman, c'est
bien la question d'Orient; non-seulement de l'Orient européen, mais de
l'Orient asiatique, car l'Asie est maintenant le théâtre des ambitions
et des rivalités des grandes nations européennes, et l'empire ottoman
est le chemin, la porte, la clef de l'Asie. Il y a là, pour le monde
européen et chrétien, un avenir immense, déjà visible, imminent
peut-être.

Qu'à la perspective d'un tel avenir, les philosophes politiques, les
esprits spéculatifs s'émeuvent, qu'ils se livrent à toute la liberté de
leur pensée, qu'ils imaginent vingt solutions du grand problème posé
devant eux, rien de plus simple; nous avons vu éclater toutes ces
inventions plus ou moins brillantes et spécieuses; on nous a proposé,
les uns la résurrection de l'empire ottoman, les autres sa mort
violemment avancée et tel ou tel partage de ses dépouilles, d'autres
la fondation, à sa place, d'un grand empire arabe, d'autres encore
l'érection désintéressée d'un nouvel empire chrétien à Constantinople.
Ce sont là des jeux de l'imagination ou de la méditation complaisante,
des utopies diplomatiques ou guerrières. Que les politiques pratiques et
sérieux en sourient, rien de plus simple encore; quand on tient en main
les affaires, quand on porte la responsabilité des événements, on mesure
toute la difficulté du problème et toute la vanité de ces solutions
cavalièrement offertes. Mais si les politiques sérieux ont droit de
sourire des utopies, ils n'ont pas droit de méconnaître ou d'oublier les
faits; or, je n'hésite pas à dire que la maladie irrémédiable et la mort
inévitable de l'empire ottoman sont des faits certains, dont l'explosion
définitive peut être plus ou moins prochaine, mais dont, soit qu'ils lui
plaisent ou qu'ils lui déplaisent, toute politique sensée doit tenir,
dès aujourd'hui, grand compte.

J'ai déjà dit quelle était, en présence de ces faits, la diverse
attitude des grandes puissances européennes. Deux d'entre elles,
l'Angleterre et l'Autriche, semblaient ne prendre en aucune
considération l'avenir, et ne s'inquiéter que de défendre et de
maintenir, tel quel, l'empire ottoman. La Russie, au contraire, suivait
pas à pas sa décadence progressive, et se préparait à profiter de sa
chute, sans exciter, en la devançant ou en l'amenant elle-même, la
résistance préméditée de l'Europe. La Prusse se prêtait, avec une
curiosité assez indifférente et des complaisances alternatives, au
travail, conservateur ou destructeur, tantôt de la Russie, tantôt de
l'Autriche et de l'Angleterre. Je fus appelé le 2 juillet 1839, dans
la Chambre des députés, à caractériser avec précision la politique que
devait adopter, à ce sujet, la France. Je reproduirai ici mes propres
paroles de cette époque, car elles sont encore aujourd'hui l'expression
vraie de ma pensée:

«Nous n'avons pas, dis-je, à chercher longtemps la politique qui
convient à la France; nous la trouvons depuis longtemps toute faite.
C'est une politique traditionnelle, séculaire; c'est notre politique
nationale. Elle consiste dans le maintien de l'équilibre européen par le
maintien de l'empire ottoman, selon la situation des temps et dans les
limites du possible, ces deux lois du gouvernement des États.

«Si je cherchais des noms propres, je rencontrerais Henri IV, Richelieu,
Louis XIV, Napoléon; ils ont tous pratiqué cette politique, celle-là et
aucune autre.

Que vous ont dit, hier encore, tous les orateurs? que c'est là, en
effet, la meilleure politique, et que, si elle est encore possible, il
faut persister à la suivre. Ils en ont seulement nié ou révoqué en doute
la possibilité, et alors chacun a produit son système à la place de ce
qu'il déclarait impraticable.

Voici donc la véritable question: la politique historique et nationale
de la France, le maintien de l'équilibre européen par le maintien de
l'empire ottoman, est-elle encore praticable?

La réponse dépend de deux choses: l'état de l'empire ottoman lui-même et
l'état des grandes puissances européennes.

Quant à l'empire ottoman, je suis loin de contester son déclin; il est
évident. Cependant, Messieurs, prenez garde; n'allez pas trop vite dans
votre prévoyance; les empires qui ont longtemps duré sont très-longtemps
à tomber, et on pressent, on attend leur chute bien longtemps avant
qu'elle s'accomplisse. La Providence, qui ne partage pas les impatiences
et les précipitations de l'esprit humain, semble avoir pris plaisir à
donner d'avance un démenti aux prédictions dont l'empire ottoman est
maintenant l'objet; elle a donné ce démenti sur le même sol, dans les
mêmes murs; elle a fait durer là un autre empire, l'empire grec, non
pas des années, mais des siècles, après que les gens d'esprit du temps
avaient prédit sa ruine.

«Je pourrais m'en tenir à cette réponse générale, et le démenti serait
peut-être suffisant. Mais entrons plus avant dans les faits; voyons
de plus près comment s'est opéré, depuis cinquante ans, le déclin
de l'empire ottoman, et quelles circonstances l'ont accompagné et
l'accompagnent encore de nos jours.

Cet empire a beaucoup perdu; il a perdu des provinces bonnes à faire des
royaumes. Comment les a-t-il perdues? Depuis longtemps déjà ce n'est
plus par la conquête; il y a déjà longtemps qu'aucune des puissances
européennes n'a rien enlevé, par la guerre, par la force ouverte, à
l'empire ottoman; la Crimée est la dernière conquête qui lui ait été
ainsi arrachée; car je ne parle pas de la régence d'Alger, qui lui était
devenue presque complètement étrangère.

Qu'est-il donc arrivé? Comment l'empire ottoman a-t-il presque perdu les
Principautés danubiennes, puis tout à fait la Grèce, puis déjà à moitié
l'Égypte? Ce sont, permettez-moi cette expression, ce sont des pierres
qui sont tombées naturellement de l'édifice. Que les ambitions et les
intrigues étrangères aient eu quelque part à ces événements, je le veux
bien; mais elles ne les ont pas faits; elles ne les auraient pas menés
à fin; ce sont des démembrements naturels, spontanés; ces provinces
se sont, d'elles-mêmes et par leur mouvement intérieur, détachées de
l'empire ottoman qui s'est trouvé hors d'état de les retenir.

«Et une fois détachées, que sont-elles devenues? Sont-elles tombées
entre les mains de telle ou telle grande puissance européenne? Non
encore; elles ont travaillé à se former en États indépendants, à se
constituer à part, sous tel ou tel protectorat, plus ou moins pesant,
plus ou moins périlleux, mais qui les a laissées et les laisse subsister
à titre de peuples distincts, de souverainetés nouvelles dans la grande
famille des nations.

Et croyez-vous, Messieurs, que sans cette perspective, sans l'espoir de
voir ces débris de l'empire ottoman se transformer ainsi en nouveaux
États, croyez-vous que nous eussions pris à ce qui s'est passé en
Orient, au sort de la Grèce par exemple, l'intérêt si vif, la part si
active que nous y avons pris? Non, certes: s'il se fût agi de détacher
de l'empire ottoman une telle province pour la donner à quelque autre
puissance, à coup sûr vous n'auriez pas vu éclater parmi nous ce
mouvement national qui est venu au secours de la Grèce et qui l'a
sauvée.

Ce que je dis de la Grèce, je le dirai de l'Égypte; malgré des
différences notables, il y a ici un fait analogue. Ce n'est pas nous qui
avons amené l'Égypte si près d'échapper à l'empire ottoman. Sans doute,
par notre expédition de 1798, par les exemples et les triomphes de
l'armée française et de son glorieux chef, nous sommes pour quelque
chose dans l'apparition de cette puissance nouvelle; elle n'est pourtant
pas de notre fait; c'est là aussi un démembrement naturel de l'empire
ottoman, tenté et presque accompli par le génie et la puissante
volonté d'un homme. C'est Méhémet-Ali qui a fait l'Égypte actuelle, en
s'emparant du mouvement que nous y avions porté. Nous l'avons protégé
dès son origine, et naguère encore en 1833, comme nous avions, sous la
Restauration, protégé la Grèce naissante, et par les mêmes raisons. Nous
avons vu là une dislocation naturelle de l'empire ottoman, et peut-être
une puissance nouvelle destinée à devenir indépendante et à jouer un
jour son rôle dans les affaires du monde. Regardez bien, Messieurs,
à tout ce qui s'est passé, depuis trente ans, en Orient et dans les
domaines de l'empire ottoman; vous reconnaîtrez partout le même fait;
vous verrez cet empire se démembrer naturellement sur tel ou tel point,
non au profit de telle ou telle des grandes puissances européennes,
mais pour commencer, pour tenter du moins la formation de quelque
souveraineté nouvelle et indépendante. Personne, en Europe, n'eût
voulu souffrir que la conquête donnât, à telle ou telle des anciennes
puissances, de tels agrandissements. C'est là la vraie cause du cours
qu'a pris la désorganisation progressive de l'empire ottoman, et c'est
à ces conditions et dans ces limites que la France s'y est prêtée.
Maintenir l'empire ottoman pour maintenir l'équilibre européen, et
quand, par la force des choses, par le cours naturel des faits, quelque
démembrement s'opère, quelque province se détache de cet empire en
décadence, favoriser la transformation de cette province en une
souveraineté nouvelle et indépendante qui prenne place dans la famille
des États, et qui serve un jour au nouvel équilibre européen, à
l'équilibre destiné à remplacer celui dont les anciens éléments ne
subsisteront plus; voilà la politique qui convient à la France, à
laquelle elle a été naturellement conduite, et dans laquelle elle fera
bien, je crois, de persévérer.»

Telles étaient les dispositions des grands cabinets européens lorsqu'ils
apprirent, vers le milieu de mai 1839, que l'arrangement conclu le 5 mai
1833, à Kutaièh, entre le sultan Mahmoud et Méhémet-Ali, était rompu,
que l'armée turque avait passé l'Euphrate le 21 avril pour attaquer
celle du pacha que commandait son fils Ibrahim, et qu'ainsi renaissait
la question d'Orient avec toutes ses chances et tous ses embarras.

Dans un premier mouvement d'humeur et d'équité, on se demanda d'abord
quel était l'agresseur. Le cabinet anglais lui-même, malgré son parti
pris en faveur du sultan, se montra préoccupé de cette question:
«L'événement actuel nous surprend, disait, le 25 mai, lord Palmerston
au baron de Bourqueney, alors chargé d'affaires de France à Londres; le
fait d'agression, attribué par la nouvelle télégraphique aux Turcs, a
son importance morale, car il y a un principe de justice, dont nous ne
pouvons méconnaître la puissance, dans une première disposition à faire
retomber les conséquences de la guerre sur l'agresseur[24].» Il fut
bientôt impossible de douter que l'agression vînt de Constantinople;
depuis plusieurs mois, tout y présageait, tout y préparait la guerre:
«Des émissaires arrivent chaque jour d'Égypte et de Syrie envoyés
secrètement par le sultan, écrivait le 16 mai l'amiral Roussin au
maréchal Soult; ils lui rapportent que toutes les populations sont
prêtes à s'insurger contre Méhémet-Ali au premier signal. Tahar-Pacha,
parti il y a deux mois pour le camp de Hafiz-Pacha, avait mission
ostensible de lui ordonner de rester en deçà de la frontière; mais il
a reçu des instructions secrètes du sultan; on les ignore, mais on les
devine. Le sultan veut détruire son vassal ou succomber; il le dit tout
haut. On ne sait pas et on ne croit pas que l'armée ait franchi la
frontière; mais on espère qu'elle en est assez près pour rendre
l'attaque des Égyptiens inévitable, et le sultan le désire ardemment.»
De son côté, le colonel Campbell, consul général d'Angleterre à
Alexandrie, écrivait le 28 mai à lord Palmerston: «La conduite emportée
du sultan, qui a agi contrairement aux conseils des ambassadeurs à
Constantinople, n'aura pas seulement épuisé ses ressources; elle aura
fort affaibli son influence morale en Turquie; tandis que la conduite
modérée et prudente d'Ibrahim-Pacha qui, d'après les ordres de son père,
s'est abstenu de tout acte hostile, élèvera Méhémet-Ali et accroîtra son
influence sur les esprits dans l'empire ottoman.» Enfin, l'ambassadeur
d'Angleterre à Constantinople, lord Ponsonby lui-même, si passionné
contre Méhémet-Ali et toujours si enclin à rejeter sur lui tous les
torts, avait écrit le 20 mai à lord Palmerston: «Le sultan a dit qu'il
mourrait plutôt que de ne pas détruire son sujet rebelle,» et le 22 mai:
«Je me suis convaincu que la Sublime Porte a enfin résolu de faire la
guerre au pacha d'Égypte. Il ne paraît pas que les hostilités aient
encore commencé[25].»

[Note 24: _Pièces historiques_, n° XVI.]

[Note 25: _Correspondence relative to the affairs of the Levant_. Part.
I, p. 28, 56, 106, 153.]

Comment le sultan Mahmoud aurait-il réprimé sa passion? Lord Ponsonby
lui-même le poussait à la satisfaire. Quand les intentions agressives
de la Porte furent évidentes, l'amiral Roussin lui adressa de vives
représentations; lord Ponsonby refusa d'y joindre les siennes: «C'est
une chose déplorable que ce refus, écrivit le 6 juillet le maréchal
Soult à M. de Bourqueney; le silence seul de l'ambassadeur d'Angleterre,
dans de telles conjonctures, est un encouragement donné aux projets
téméraires de la Porte.» M. de Bourqueney eut ordre d'entretenir de
cette circonstance lord Palmerston: «Je ne suis chargé, lui dit-il,
d'aucune plainte officielle; quelques faits étranges ont eu lieu; j'ai
ordre de porter à votre connaissance les pièces qui les constatent, et
d'attendre les éclaircissements que vous croirez devoir donner à la
mutuelle confiance de nos deux cabinets.»--«Lord Palmerston a sonné,
continue M. de Bourqueney, et s'est fait apporter les quatre derniers
mois de la correspondance de lord Ponsonby et les deux dernières années
de celle du colonel Campbell:--Occupons-nous d'abord, m'a-t-il dit,
de ce qui concerne lord Ponsonby; je tiens à vous prouver que mes
instructions n'ont jamais varié sur ce point fondamental que le rôle de
l'ambassadeur d'Angleterre à Constantinople devait être de contenir les
penchants guerriers du sultan; nous avons constamment répété à lord
Ponsonby: «Empêchez la guerre d'éclater.»--Lord Palmerston m'a fait lire
alors sept ou huit dépêches écrites par lui à lord Ponsonby depuis la
fin de janvier jusqu'au milieu de juin, et toutes fondées sur cette
donnée générale.--«Maintenant, a-t-il repris, je ne saurais vous nier
que l'opinion personnelle de lord Ponsonby, opinion que je ne partage
pas, a toujours été opposée au maintien du _statu quo_ de Kutaièh; il
préférait même les partis extrêmes comme susceptibles au moins d'un
dénoûment favorable; mais je suis fondé à croire que, dans les rapports
officiels à Constantinople, l'ambassadeur a fait passer ses opinions
personnelles après ses instructions; c'est du moins ce que je dois
inférer de sa correspondance.»--Et lord Palmerston m'a lu au hasard
toutes les dernières dépêches de lord Ponsonby qui constataient
ses efforts pacifiques auprès du sultan. J'ai fait observer à lord
Palmerston qu'il me semblait bien difficile que l'opinion personnelle de
l'ambassadeur, facilement pénétrée sur les lieux et transparente même à
travers les dépêches que je venais de lire, n'eût pas ôté quelque
chose à l'efficacité de son action pacifique à Constantinople. Lord
Palmerston, sans abonder dans mon sens, m'a répondu de manière à me
prouver qu'il le craignait comme moi. Dans tout autre pays, monsieur
le maréchal, la conclusion de cette conversation eût été le changement
probable de lord Ponsonby; ici les choses se passent autrement;
les affaires extérieures ne passent qu'après les influences
intérieures[26].»

[Note 26: Le baron de Bourqueney au maréchal Soult, 9 juillet 1839.]

La question de savoir lequel, du sultan ou du pacha, avait recommencé
la guerre disparut bientôt devant la gravité de l'événement et les
inquiétudes qu'il inspirait. Elles étaient les mêmes à Paris et à
Londres; les deux cabinets avaient le même désir d'arrêter en Orient la
lutte et d'empêcher que la Russie n'en profitât pour dominer de plus en
plus à Constantinople. Le maréchal Soult fit partir sur-le-champ deux de
ses aides de camp, l'un pour Constantinople, l'autre pour Alexandrie,
où ils devaient réclamer la suspension immédiate des hostilités et en
porter eux-mêmes l'ordre, l'un à l'armée turque, l'autre à l'armée
égyptienne. Un crédit de dix millions fut demandé aux Chambres pour
donner à nos armements maritimes le développement nécessaire. Le baron
de Bourqueney eut ordre de communiquer au cabinet anglais toutes les
informations reçues à Paris, toutes les idées qu'y faisait naître,
toutes les mesures qu'y faisait préparer la situation nouvelle, et
d'établir, entre les deux gouvernements, le plus franc et le plus intime
concert: «En exposant ainsi au cabinet de Londres l'ensemble de notre
manière de voir sur les graves circonstances du moment, écrivait le duc
de Dalmatie, nous lui donnons un gage non équivoque de la confiance
qu'il nous inspire, et du désir que nous avons de marcher avec lui dans
le plus parfait accord[27].»

[Note 27: Le maréchal Soult au baron de Bourqueney, 17 juin 1839.]

Le cabinet anglais accueillit ces ouvertures avec une satisfaction
franchement déclarée: «Nous nous entendons sur tout, dit lord Palmerston
au baron de Bourqueney, après avoir lu la dépêche du maréchal Soult;
notre accord sera complet. Principe, but, moyens d'exécution, tout
est plein de raison, de simplicité et de prévoyance. Ce n'est pas la
communication d'un gouvernement à un autre gouvernement; on dirait
plutôt qu'elle a lieu entre collègues, entre les membres d'un même
cabinet.» Quand on en vint aux mesures pratiques, l'entente fut prompte
et efficace: on se mit d'accord sans la moindre difficulté sur la force
respective des flottes française et anglaise et sur les instructions à
donner aux deux amiraux pour qu'ils s'employassent de concert à arrêter
les hostilités. Afin de réunir dans une action commune les cinq
grandes puissances, et pour profiter de l'influence de l'Autriche à
Constantinople, le maréchal Soult proposa qu'on fît de Vienne le siège
des délibérations communes; lord Palmerston témoigna d'abord à ce
sujet quelques doutes; il craignait, dit-il, que l'influence russe ne
s'exerçât plus efficacement à Vienne sur le prince de Metternich que sur
le comte Appony à Paris ou sur le prince Esterhazy à Londres; mais
il insista peu: «J'ai pensé tout haut devant vous, dit-il à M. de
Bourqueney; je vois le pour et le contre, et à tout prendre, je crois
que le pour l'emportera; mais je suis obligé de consulter le cabinet;
je vous donnerai sa décision;» et la décision du cabinet anglais fut
favorable à la proposition du maréchal Soult. On convint que quelques
bâtiments autrichiens se joindraient dans la Méditerranée aux flottes de
la France et de l'Angleterre. On se mit d'accord sur l'idée et sur
les termes d'une déclaration solennelle par laquelle les puissances
s'engageraient à maintenir l'intégrité de l'empire ottoman et à
n'accepter aucune part de son territoire. Une question plus difficile
s'éleva; qu'y aurait-il à faire si, en vertu du traité d'Unkiar-Skélessi
et d'une demande de la Porte, les vaisseaux et les troupes russes
arrivaient tout à coup à Constantinople pour protéger le sultan contre
le pacha? Le cabinet français avait témoigné à M. de Bourqueney quelque
inquiétude sur les dispositions du cabinet anglais dans cette hypothèse:
«Je crains, lui écrivait le 30 mars le duc de Montebello, alors ministre
provisoire des affaires étrangères, qu'on ne prenne à Londres bien
facilement son parti d'une nouvelle expédition russe à Constantinople.»
Le maréchal Soult fut bientôt rassuré à cet égard: M. de Bourqueney lui
écrivit le 17 juin: «Le conseil a examiné le cas où, désavoués par les
événements, au delà même des bornes d'une prévision raisonnable, nous
trouverions les Russes établis à Constantinople, ou en marche vers la
capitale de l'empire ottoman. Cette immense question a été discutée sous
la profonde impression qu'a causée ici la phrase de la dépêche n° 16 de
Votre Excellence: «Je crains qu'on n'ait pris à Londres bien facilement
son parti d'une nouvelle expédition russe.» Le conseil a pensé que, dans
ce cas, nos escadres devraient paraître devant Constantinople; en amies,
si le sultan acceptait nos secours, de force s'il les refusait. On a
même discuté militairement la question du passage des Dardanelles; on le
croit possible, mais dangereux pendant les six mois d'hiver où le vent
souffle de la Méditerranée. On le regarde comme facile pendant les
six autres, mais avec des troupes de débarquement. Je n'ai pas besoin
d'ajouter, monsieur le maréchal, que ce dernier parti n'est, si je puis
m'exprimer ainsi, qu'une conjecture extrême, mais devant la réalisation
de laquelle ma conviction est qu'il ne tiendrait qu'à nous d'empêcher
l'Angleterre de reculer.» Le maréchal Soult s'empressa de répondre à ces
dispositions du cabinet anglais: «Nous pensons, écrivit-il au baron
de Bourqueney, qu'au moment même où les Russes arriveraient à
Constantinople, les grands intérêts de l'équilibre européen et, plus
encore peut-être, les susceptibilités de l'opinion publique justement
exigeante, demanderaient que les pavillons anglais et français s'y
montrassent aussi;» et il envoya à M. de Bourqueney un projet de note
que l'amiral Roussin serait chargé de présenter à la Porte et qui se
terminait en disant: «Le gouvernement du Roi a la conviction qu'il va
au-devant des intentions de la Sublime Porte en demandant que, dans le
cas où les forces de terre ou de mer d'une ou de plusieurs des cours
alliées seraient appelées à Constantinople, les ordres fussent donnés
pour ouvrir immédiatement le passage des Dardanelles à une escadre
française qui viendrait, de son côté, protéger le trône du sultan contre
les périls dont l'imminence aurait déterminé une telle mesure.» Il y
eut, entre les deux cabinets, quelque diversité d'avis et de plan
sur les termes et le mode d'exécution de cette démarche; mais ces
difficultés secondaires furent aisément aplanies et ne portèrent, à
l'accord actif des deux gouvernements, aucune atteinte. Assurés du
concours de l'Angleterre, le roi Louis-Philippe et ses conseillers
n'hésitaient pas plus, en 1839, à agir fortement en Orient et à forcer,
au besoin, les Dardanelles qu'ils n'avaient hésité en 1832 à entrer en
Belgique et à faire le siège d'Anvers.

En présence de ces brusques événements, du mouvement diplomatique qu'ils
suscitaient dans toute l'Europe, et surtout de l'intime accord qui
s'établissait entre Paris et Londres, la cour de Russie observait en
silence et restait en suspens, visiblement inquiète de l'avenir prochain
et de l'attitude qu'elle aurait à y prendre. Le grand-duc héritier,
aujourd'hui;'empereur Alexandre II, se trouvait en ce moment à Londres
avec le comte Orloff pour compagnon de son voyage: «Toutes les fois que
le comte Orloff m'a rencontré depuis cinq jours, écrivait le 29 mai M.
de Bourqueney au maréchal Soùlt, il a nié avec affectation devant moi
l'authenticité de la nouvelle de la reprise des hostilités entre les
Turcs et les Égyptiens. Il se fondait sur les dernières lettres de
l'empereur. Votre Excellence sait qu'il se donne volontiers pour le
confident de la pensée impériale. Il a tenu le même langage à presque
tous les membres du corps diplomatique.» Et quelques jours plus tard, le
17 juin: «L'ambassade russe écoute, regarde, mais hésite dans son action
comme dans son langage. Nous avons eu bien des Russes depuis un mois à
Londres, monsieur le maréchal, et des plus haut placés dans la confiance
de l'empereur. Je hasarde timidement une opinion formée à la hâte; mais
il me semble évident que, de ce côté-là, on n'est pas prêt pour les
partis extrêmes.» Précisément à la même date, les instructions du comte
de Nesselrode au comte Pozzo di Borgo, alors ambassadeur de Russie à
Londres, confirmaient pleinement la conjecture du baron de Bourqueney:
«Loin de vouloir provoquer une complication dans le Levant, écrivait le
vice-chancelier de Russie, nous employons tous nos soins à la prévenir;
et au lieu de nous prévaloir avec empressement de notre traité
d'alliance avec la Porte, nous sommes les premiers à désirer nous-mêmes
d'éloigner le renouvellement d'une crise qui nous forcerait, malgré
nous, à reprendre une attitude militaire sur les rives du Bosphore[28].»
Trois semaines plus tard, le 8 juillet, l'ambassadeur d'Angleterre à
Saint-Pétersbourg, lord Clanricarde, écrivait à lord Palmerston: «En
toute occasion, le comte de Nesselrode m'a exprimé le désir qu'avait
le gouvernement russe d'éviter la possibilité d'un _casus foederis_ en
vertu du traité d'Unkiar-Skélessi. Il a tenu le même langage à tous
mes collègues, et je crois que ce désir est, de sa part, aussi sincère
qu'inquiet.» Les faits prouvèrent bientôt que les inquiétudes pacifiques
du cabinet russe étaient sincères; il adhéra sans difficulté aux
propositions de délibération commune entre les cinq puissances que
lui adressa le prince de Metternich, et lord Beauvale, ambassadeur
d'Angleterre à Vienne, put écrire, le 11 juillet 1839, à lord
Palmerston: «Le plan de pacification entre la Porte et Méhémet-Ali est
déjà esquissé, et peut être considéré comme adopté par l'Angleterre,
l'Autriche, la Prusse et la Russie. Resté la France. Le prince de
Metternich demande au gouvernement anglais de persuader la France[29].»

[Note 28: _Correspondenee on the affairs of the Levant_. Part. I, p.
98.]

[Note 29: _Correspondence on the affairs of the Levant_. Part. I, p.
169, 177.]

Pendant que les diplomates conversaient ou correspondaient, les
événements s'étaient précipités et avaient profondément altéré la
situation. L'aide de camp que le maréchal Soult avait envoyé en Égypte,
le commandant Callier, avait obtenu de Méhémet-Ali une lettre qui
enjoignait à son fils Ibrahim de suspendre les hostilités; mais quand le
commandant Callier atteignit l'armée égyptienne, il trouva non-seulement
la guerre engagée, mais l'armée turque vaincue et détruite. Cinq jours
avant son arrivée, le 21 juin 1839, auprès du village de Nézib, une
bataille avait eu lieu, et après deux heures d'un faible combat, les
forces du sultan, général et soldats, s'étaient dispersées, laissant
entre les mains du vainqueur 9,000 prisonniers, leur artillerie et tout
leur camp. Lorsque la nouvelle de cette défaite arriva à Constantinople,
le sultan Mahmoud ne vivait plus; il était mort six jours auparavant,
le 30 juin, maudissant avec passion le nom de Méhémet-Ali, et pourtant
venant, lui aussi, d'accorder au second aide de camp du maréchal Soult,
le colonel Foltz, un ordre de suspension des hostilités. Quinze jours
s'étaient à peine écoulés depuis que le jeune fils de Mahmoud, le sultan
Abdul-Medjid, occupait le trône de son père, quand le commandant en chef
de ses forces maritimes, le capitan-pacha Achmet-Feruzi, sorti naguère
de la mer de Marmara, conduisit son escadre, forte de dix-neuf
vaisseaux, à Alexandrie et la livra à Méhémet-Ali. En trois semaines, la
Turquie avait perdu son souverain, son armée et sa flotte.

Tant de désastres, coup sur coup accumulés, jetèrent Constantinople dans
un trouble extrême. Le jeune sultan et ses conseillers tremblaient de
voir le pacha d'Égypte s'avancer immédiatement, par terre et par mer,
sur la capitale de l'empire. Ils s'empressèrent de faire, auprès de
lui, des démarches pacifiques. Son vieil ennemi, le grand vizir
Khosrew-Pacha, lui écrivit dès le 5 juillet: «Sa Hautesse, douée de
droiture et de sagacité, qualités dont le ciel l'a favorisée, a
dit, aussitôt qu'elle fut montée au trône: «Le pacha d'Égypte,
Méhémet-Ali-Pacha, s'étant permis certains procédés offensants envers
feu mon glorieux père, il s'est passé jusqu'à présent beaucoup de
choses, et dernièrement encore on a entrepris des préparatifs. Mais je
ne veux pas que la tranquillité de mes sujets soit troublée et que
le sang musulman soit versé. J'oublie donc le passé; et pourvu que
Méhémet-Ali remplisse exactement les devoirs de la sujétion et du
vasselage, je lui accorde mon pardon souverain; je lui destine une
décoration magnifique et semblable à celle de mes autres illustres
vizirs, et j'accorde la succession héréditaire de ses fils au
gouvernement de l'Egypte.» Déjà deux jours auparavant, le 3 juillet, le
ministre des affaires étrangères de la Porte, Nouri-Effendi, avait réuni
chez lui les représentants des cinq grandes puissances européennes, et
leur avait communiqué cette résolution du sultan: «Nous avons demandé,
écrivait le 5 juillet lord Ponsonby au consul général d'Angleterre
à Alexandrie, si l'on avait l'intention de laisser Méhémet-Ali
en possession de la Syrie, ou de la Mecque, ou de Médine, ou de
Saint-Jean-d'Acre, et la réponse a été négative.» La Porte était loin
pourtant d'être fermement résolue à limiter ainsi ses concessions, car
le 22 juillet suivant, le premier drogman de l'ambassade anglaise à
Constantinople, M. Frédéric Pisani écrivait à lord Ponsonby: «La Porte
est assez disposée à traiter avec Méhémet-Ali sur les bases suivantes,
proposées, dit-elle, par le prince de Metternich, et approuvées par
le cabinet de Saint-James: 1° le gouvernement de l'Egypte donné
héréditairement à Méhémet-Ali; 2° le gouvernement de toute la Syrie
donné à Ibrahim-Pacha; 3° à la mort de Méhémet-Ali, Ibrahim-Pacha aura
le gouvernement de l'Egypte, et la Syrie rentrera de nouveau sous
l'autorité immédiate de la Porte, comme cela était autrefois.»

Ni le prince de Metternich n'avait proposé, ni le cabinet anglais
n'avait approuvé de telles concessions; mais la Porte, traitant
elle-même avec le pacha d'Egypte, se laissait entrevoir prête à les lui
accorder.

Quand la nouvelle de cette négociation directe entre Constantinople
et Alexandrie et de ses chances arriva aux cabinets européens, ils
en reçurent des impressions très-diverses. On s'en félicita à
Saint-Pétersbourg, et on s'empressa d'approuver que la question
turco-égyptienne fût débattue et vidée entre les parties intéressées
elles-mêmes. La Russie échappait ainsi à l'intervention commune des
grandes puissances dans les affaires d'Orient, et à la nécessité de
perdre, en s'y associant, sa position isolée et indépendante. Le comte
de Nesselrode adressa à ce sujet, le 27 juillet, des instructions à M.
de Kisséleff, chargé d'affaires de Russie à Londres[30], et, le 9 août
suivant, M. de Bourqueney écrivit au maréchal Soult: «Lord Palmerston
m'avait annoncé hier que, d'après les nouvelles de Berlin, la Russie se
retirait des négociations projetées de Vienne. M. de Kisséleff, qui m'a
succédé chez lord Palmerston, était chargé d'une communication dans ce
sens. C'est au nom du respect pour l'indépendance des États souverains
que le cabinet russe décline toute intervention dans les affaires
intérieures de la Turquie. Avant les événements de Syrie, avant la
mort du sultan, quand il n'y avait, aux différends de la Porte et de
l'Égypte, point d'autre issue possible que la guerre, le cabinet russe
avait pu partager l'opinion des autres puissances de l'Europe sur
l'ouverture d'une négociation conduite en dehors des parties intéressées
elles-mêmes; mais aujourd'hui que la Porte va elle-même au-devant d'un
rapprochement, et adresse à l'Égypte des propositions d'accommodement
acceptables, il faut laisser marcher la négociation à Constantinople, et
la seconder uniquement de ses bons offices. Autrement, il n'y a plus de
puissance ottomane indépendante. Tel est, monsieur le maréchal, l'esprit
de la démarche de M. de Nesselrode. Ce n'est pas le gouvernement du Roi
qui s'étonnera de cette ouverture du cabinet de Saint-Pétersbourg; la
correspondance de Votre Excellence l'avait dix fois annoncée. Ici, où
l'on prend facilement ce qu'on désire pour ce qu'on croit, on avait été
plus confiant, non pas dans la sincérité des dispositions de la Russie,
mais dans les nécessités de la situation européenne. On a donc été
surpris, plus qu'on ne le sera à Paris. Mais enfin on a compris les
motifs de la dernière dépêche de M. de Nesselrode, et on y voit la
preuve évidente que, si le cabinet impérial ne croit pas le moment
arrivé de se commettre ouvertement avec l'Europe sur les affaires
d'Orient, il est au moins décidé à lutter diplomatiquement contre les
garanties écrites qui menaceraient d'enchaîner l'avenir. Lord Palmerston
a reçu poliment la communication de M. de Kisséleff; mais celui-ci n'a
pas dû se faire illusion sur le jugement qu'il en portait.»

[Note 30: _Correspondence relative to the affairs of the Levant_. Part.
I, p. 157.]

Lord Palmerston était parfaitement à son aise en déclinant l'ouverture
de la cour de Russie et en laissant entrevoir qu'il ne se méprenait
point sur ses motifs; il avait déjà la certitude que, dans cette
nouvelle phase de la question égyptienne, la politique de l'Angleterre
aurait l'adhésion et le concours de la France. Dès le 26 juillet, en
apprenant la démarche pacifique de la Porte auprès de Méhémet-Ali, le
maréchal Soult avait écrit au baron de Bourqueney: «La rapidité avec
laquelle marchent les événements peut faire craindre que la crise ne se
dénoue par quelque arrangement dans lequel les puissances européennes
n'auront pas le temps d'intervenir, et où, par conséquent, les
intérêts essentiels de la politique générale ne seraient pas pris en
considération suffisante. Pour l'Angleterre comme pour la France, pour
l'Autriche aussi, bien qu'elle ne le proclame pas ouvertement, le
principal, le véritable objet du concert, c'est de contenir la Russie et
de l'habituer à traiter en commun les affaires orientales. Je crois
donc que les puissances, tout en donnant une pleine approbation aux
sentiments conciliants manifestés par la Porte, doivent l'engager à
ne rien précipiter et à ne traiter avec le vice-roi que moyennant
l'intermédiaire de ses alliés, dont la coopération serait sans doute le
meilleur moyen de lui ménager des conditions moins désavantageuses
et mieux garanties.» Lord Palmerston s'empressa d'accepter cette
persévérance du cabinet français à faire, de l'accommodement entre
la Porte et l'Égypte, une question européenne: «Il est très-frappé,
répondit M. de Bourqueney au maréchal Soult, de la crainte que le
cabinet russe ne pousse, à Constantinople, à un arrangement direct entre
le sultan et Méhémet-Ali, qui fasse échouer, en les rendant inutiles,
les négociations de Vienne et les garanties qui en découleront; mais il
pense que, même dans le cas de l'arrangement direct admis, nous devrons
continuer nos efforts pour faire sortir, du concours moral des
quatre cours, un acte auquel la cinquième ne pourra s'empêcher de
souscrire[31].»

[Note 31: Le baron de Bourqueney au maréchal Soult, 27 juillet 1839.]

Ce résultat n'était pas difficile à atteindre; la cour de Russie, aussi
circonspecte dans sa conduite que superbe dans son attitude, tenait
encore plus à ne pas rester isolée en Europe qu'à maintenir à
Constantinople sa position isolée; elle n'insista point pour que la
Porte, par respect pour son indépendance, fût laissée seule en présence
de Méhémet-Ali et libre de négocier directement avec lui comme elle
l'entendrait. L'empereur Nicolas se déclara prêt à agir de concert avec
l'Angleterre, l'Autriche, la France et la Prusse, si elles croyaient
devoir persister à prendre elles-mêmes en main cette négociation; et
le 27 juillet, les représentants des cinq cours à Constantinople
adressèrent en commun à la Porte cette note: «Les soussignés ont reçu
ce matin de leurs gouvernements respectifs des instructions en vertu
desquelles ils ont l'honneur d'informer la Sublime Porte que l'accord
sur la question d'Orient est assuré entre les cinq grandes puissances,
et de l'engager à suspendre toute détermination définitive sans leur
concours, en attendant l'effet de l'intérêt qu'elles lui portent.»

A cette démarche, l'ambassadeur d'Angleterre, lord Ponsonby, laissa
éclater toute sa joie: «Le baron de Stürmer a reçu dans la matinée du
27 les instructions du prince de Metternich, écrivit-il-le 29 juillet à
lord Palmerston, et le soir même la note était signée et remise. Je vous
demande la permission d'exprimer en toute humilité mon approbation de
l'activité et de la promptitude avec lesquelles a agi le baron; je
considère cette mesure comme la plus salutaire qu'il fût possible de
prendre. Elle a été aussi très-opportune, car les ministres ottomans
venaient de se résoudre à faire au pacha d'Egypte des concessions qui
seraient, en ce moment même, sur la route d'Alexandrie, et qui auraient
déplorablement compliqué les affaires de cet empire. Notre démarche a
donné au grand vizir la force et le courage de résister au pacha, et de
défendre les droits et les intérêts du sultan. Elle assurera aussi, je
pense, la tranquillité de la capitale et par conséquent la sécurité de
ses habitants étrangers et chrétiens. Elle ouvre la voie à tout ce que
le gouvernement de Sa Majesté pourra juger bon et utile de faire. Elle a
placé le gouvernement de Sa Majesté dans une position qui le met en état
de garantir l'intégrité et l'indépendance futures de là Turquie[32].»

[Note 32: _Correspondence relative to the affairs of the Levant._ Part.
I, p. 292, 293.]

Le cabinet français ne tarda pas à s'apercevoir que cette démarche ne
le mettait pas dans une situation aussi commode, ni aussi puissante que
celle que s'en promettait l'Angleterre. Il venait de s'engager à ne
pas laisser régler la question d'Orient en Orient même, entre les deux
parties intéressées, et à la régler en Occident, par l'accord des cinq
grandes puissances; il avait déclaré à la Porte «que cet accord était
assuré;» et loin d'avoir cette assurance, il avait déjà pu entrevoir
combien ses vues sur l'arrangement définitif entre le sultan et le pacha
différaient de celles de l'Angleterre. Dès le 16 juin, lord Palmerston
avait dit à M. de Bourqueney: «Il faudra ouvrir à Constantinople et à
Alexandrie une négociation sur la double base de la constitution de
l'hérédité de l'Egypte dans la famille de Méhémet-Ali et de l'évacuation
de la Syrie par les troupes égyptiennes. L'opinion du conseil est que
nous ne rencontrerons aucune difficulté sérieuse à Constantinople, et
que, s'il s'en présentait à Alexandrie, il suffirait d'y convaincre le
pacha de notre union pour en triompher.» Sans repousser formellement dès
l'abord cette vue du cabinet anglais, sans s'expliquer nettement sur ce
qu'on devrait concéder à Méhémet-Ali, le maréchal Soult chargea M. de
Bourqueney de témoigner des dispositions différentes: «Il faut, lui
écrivait-il le 26 juillet, que la fermeté, j'ai presque dit la sévérité
des conseils que les puissances exprimeront soit tempérée par un ton de
modération et de bienveillance qui, tout en arrêtant la hardiesse de
Méhémet-Ali, ne blesse pas trop fortement son orgueil et son ambition.
Il y aurait certainement de l'affectation à paraître croire qu'après les
succès que vient de lui procurer la folle agression de la Porte, il
n'a rien à attendre de plus que ce qu'il était en droit de demander
auparavant. Ce serait méconnaître l'empire des faits et les nécessités
de la situation. Si le vice-roi acquérait la conviction qu'il ne doit
rien espérer de l'équité des puissances, il se révolterait contre leurs
représentations impérieuses, et son irritation pourrait amener, d'un
moment à l'autre, des conséquences dont la seule possibilité est de
nature à effrayer tout esprit prévoyant.» Quand M. de Bourqueney
communiqua à lord Palmerston cette dépêche à la fois claire et vague,
le ministre anglais lui développa en réponse toute sa pensée: «Plus je
réfléchis, lui dit-il, à cette question d'Orient (et je vous affirme
qu'il n'y a pas dans mon esprit une seule préoccupation anglaise
exclusive), plus j'arrive à cette conclusion que la France et
l'Angleterre ne peuvent que vouloir identiquement la même chose, la
sécurité, la force de l'empire ottoman, ou, si ces mots sont trop
ambitieux, son retour à un état qui laisse le moins de chances possible
à une intervention étrangère. Eh bien! cet objet, nous ne l'obtiendrons
qu'en séparant le sultan et son vassal par le désert; que Méhémet-Ali
reste maître de son Egypte; qu'il y obtienne l'hérédité qui a fait le
but constant de ses efforts; mais qu'il n'y ait plus de voisinage, et
par conséquent plus de collision possible entre ces deux puissances
rivales. La Russie convoite (d'avenir) les provinces d'Europe, et au
fond de son coeur elle voit avec joie les provinces d'Asie se séparer du
corps ottoman. Pouvons-nous servir cet intérêt? Évidemment non. On parle
des difficultés matérielles que nous rencontrerons pour arriver à notre
but. Je pense que Méhémet-Ali ne résistera pas à une volonté sincère
exprimée en commun par les grandes puissances; mais, le fît-il, ses
droits n'augmenteraient pas par le mépris qu'il ferait des conseils de
l'Europe, et si la force devenait nécessaire, le résultat ne serait ni
long ni douteux. Telle est l'opinion bien arrêtée du cabinet anglais.
Si nous pensions que Méhémet-Ali pût s'asseoir fort et respecté sur
le trône ottoman, et posséder l'empire dans son indépendance et son
intégrité, nous dirions: soit. Mais convaincus que, s'il reste encore
quelque chose en Turquie, c'est le respect religieux pour la famille
impériale, et que jamais l'empire tout entier ne consentira à traiter
Méhémet comme un descendant du prophète, Dieu nous garde de nous
embarquer dans une semblable politique! Nous aurions une seconde
Amérique du Sud en Orient, et celle-là aurait des voisins qui ne la
laisseraient pas éternellement se consumer en luttes intérieures.» Et
dix jours après, le 8 août, rentrant avec ardeur dans la conversation:
«Je ne puis assez vous répéter, disait lord Palmerston à M. de
Bourqueney, combien ma conviction est indépendante de toute
considération politique exclusivement anglaise; mais je suppose l'Egypte
et la Syrie héréditairement investies dans la famille de Méhémet-Ali, et
je me demande comment l'Europe peut se flatter que le moindre incident
ne viendra pas briser le dernier et faible lien qui unira ces provinces
à l'empire ottoman; l'indépendance viendra comme est venue l'hérédité.
Et savez-vous alors ce qu'on dira en Europe quand la Russie reprendra
son oeuvre de convoitise sur les provinces européennes? On dira que
l'empire ottoman, démembré par la séparation d'une partie de ses
provinces d'Asie, ne vaut plus la peine qu'on risque la guerre pour le
maintenir. Voilà l'ordre d'idées dans lequel je me place pour
juger cette grande question. Après cela, je ne crois nullement à
l'infaillibilité de mon opinion; je conçois parfaitement qu'on en
ait une autre, et je ne cherche aucune préoccupation française dans
l'opinion qu'exprime M. le maréchal Soult. Je crois si bien à la bonne
foi de cette politique que voici un raisonnement qui m'en convaincrait
si j'étais tenté d'en douter. La France a besoin d'exercer de
l'influence en Egypte; cela est et cela doit être; c'est une de ces
données qu'il faut accepter dans la politique générale. Eh bien! vous
voulez faire l'Egypte plus forte que nous ne le voulons; et cependant
votre influence sur le souverain, quel qu'il soit, d'Alexandrie
croîtrait en raison de sa faiblesse. Vous voyez si je cherche une
arrière-pensée sous la divergence de nos deux points de vue.»

Quoiqu'ils fussent divers en effet, ce n'était pas la divergence des
deux points de vue dans la politique générale qui faisait, pour le
cabinet français, la difficulté de la question et de la situation: dans
sa persistance à réclamer pour Méhémet-Ali la possession héréditaire de
la Syrie, il était déterminé par deux motifs moins systématiques et
plus directs. La cause de Méhémet-Ali était très-populaire en France;
entraînés, comme je l'ai déjà dit, par nos récents souvenirs et par
je ne sais quelle instinctive confusion de notre conquête et de ses
conquêtes, de notre gloire et de sa gloire, nous prenions, à la fortune
du pacha, un vif intérêt, et nous la regardions comme importante pour la
puissance de la France. Les brillants débats dont cette affaire venait
d'être l'objet, le remarquable rapport de M. Jouffroy sur les dix
millions demandés par le cabinet pour nos armements maritimes,
l'empressement des Chambres à voter ce crédit, tout avait concouru à
grandir la question et le maître de l'Egypte. Nous avions, en outre,
de sa force, une idée très-exagérée; nous nous le figurions résolu et
capable d'opposer à l'Europe, si elle se refusait à ses désirs, une
résistance désespérée, et de mettre en feu l'Orient d'abord, puis
l'Europe elle-même. Dominé par le sentiment public et trompé par ses
propres pressentiments, le cabinet français persista à combattre, sur
ce point, les vues du cabinet anglais, et à soutenir le pacha dans ses
prétentions à la possession héréditaire de la Syrie que, de son côté, le
cabinet anglais continua de repousser péremptoirement.

Ce fut là, de notre part, une grande faute, une faute qui, dès le
premier moment, engagea dans une mauvaise voie notre politique, et que
nous aurions d'autant moins dû commettre qu'elle était en contradiction
avec la conduite que nous avions tenue, quelques années auparavant, dans
une circonstance analogue. Quand il s'était agi de faire consacrer par
l'Europe un premier démembrement de l'empire ottoman et de constituer
le royaume de Grèce, nous avions aussi réclamé, pour le nouvel État, un
plus vaste territoire; nous aurions voulu lui faire donner la Thessalie,
Candie, de meilleures frontières. Nous avions rencontré, sur ce point,
l'opposition du gouvernement anglais, et nous avions renoncé à une
portion de notre dessein, mettant, avec raison, bien plus d'importance à
la fondation du nouvel État qu'à son étendue et à notre succès général
qu'à un mécompte partiel. Nous étions, en 1839, dans une situation
semblable qui nous conseillait la même tempérance. À considérer les
choses en elles-mêmes, il eût, à coup sûr, mieux valu qu'au lieu de
retomber au pouvoir de la Porte, la Syrie restât entre les mains de
Méhémet-Ali: par son voisinage, par l'état de son administration,
par l'énergie de son pouvoir, par son éloignement de tout fanatisme
musulman, le pacha d'Egypte eût maintenu dans cette contrée, au profit
de ses populations diverses et surtout des chrétiens, plus d'ordre et de
sécurité que le sultan n'était en état et en disposition de le faire. Si
cette solution eût été alors adoptée, l'Europe aurait peut-être échappé
aux déplorables spectacles et aux inextricables embarras que lui
donne aujourd'hui la Syrie. Mais, pour la France elle-même et son
gouvernement, il eût été bien plus sage et plus habile de consacrer, de
concert avec l'Angleterre, la conquête principale de Méhémet-Ali que de
se séparer du cabinet anglais pour suivre le pacha dans tous ses désirs.
L'Egypte, héréditairement possédée par des princes presque indépendants,
était un grand pas de plus dans cette voie des démembrements partiels
et naturels de l'empire ottoman reconnus par l'Europe, et formant ou
préparant de nouveaux États. C'était là la politique de la France; elle
l'avait naguère hautement proclamée et pratiquée avec succès; elle la
compromit par une exigence inconsidérée, au moment où elle pouvait en
obtenir une nouvelle et éclatante application.

Un fait aurait dû révéler au cabinet français le péril de son exigence
obstinée; ce fut la satisfaction qui éclata dans le cabinet anglais,
comme elle avait éclaté dans la correspondance de lord Ponsonby, quand
il apprit que le ministre de Russie à Constantinople, M. de Bouténeff,
avait signé la note du 27 juillet qui détournait la Porte de toute
négociation directe avec Méhémet-Ali et lui promettait l'accord comme
l'appui des cinq grandes puissances: «On ne s'attendait point à cette
soudaine adhésion du ministre de Russie à une démarche de cette
importance, écrivit le baron de Bourqueney au maréchal Soult[33]; à
Londres, comme à Paris sans doute, on raisonnait sur la donnée générale
que le cabinet russe, non-seulement déclinait la négociation en commun à
Vienne, mais travaillait à la rendre inutile en favorisant la conclusion
d'un arrangement direct entre le souverain et le vassal, sans
intervention extérieure quelconque, au moins patente.... Un grand
changement s'est opéré, depuis trente-huit heures, dans l'esprit des
membres du cabinet anglais: on n'admettait pas la possibilité du
concours de la Russie; aujourd'hui, on l'espère; on espérait le concours
de l'Autriche jusqu'au bout; on n'en doute plus. On en conclut que le
moment est venu de laisser un peu reposer l'attitude ombrageuse et
comminatoire envers le cabinet russe, sauf à la reprendre plus tard, et
plus tranchée, si les circonstances viennent à l'exiger.»

[Note 33: Dépêche du 18 août 1839.]

On ne s'était pas plus attendu, à Paris qu'à Londres, à voir la Russie
abandonner tout à coup son attitude isolée et adhérer pleinement à
l'action commune des cinq puissances; mais, sans croire à une telle
résolution, on en entrevoyait la chance et le danger: «Je n'ai jamais
pensé, écrivait, le 1er août, le maréchal Soult au baron de Bourqueney,
que l'on pût, dans la question actuelle, amener la Russie à s'associer
franchement aux autres cabinets dont la politique est si différente
de la sienne; j'ai cru que, tout en paraissant y travailler, tout en
employant avec la Russie les formes les plus conciliantes, on devait se
proposer, pour unique but, de la contenir et de l'intimider jusqu'à
un certain point par la démonstration de l'accord des autres grandes
puissances unies dans un même intérêt. Il importerait pour cela que les
puissances, surtout la France et l'Angleterre, tinssent au cabinet de
Pétersbourg un langage absolument uniforme, et ne fissent, auprès de
lui, que des démarches concertées. Aussi, n'ai-je pas vu sans quelque
regret celle que lord Clanricarde a été chargé de faire auprès de M. de
Nesselrode. Le gouvernement russe a dû naturellement en induire que,
sur un point au moins, celui des limites à imposer à Méhémet-Ali,
l'Angleterre s'attendait à trouver plus de sympathie en lui que dans
les autres cabinets; il en aura conclu, bien à tort sans doute, qu'une
alliance où se manifestaient de semblables divergences n'avait rien de
bien homogène, ni de bien imposant.»

Le cabinet français pouvait regretter la démarche que, par un ordre de
lord Palmerston en date du 9 juillet précédent, lord Clanricarde avait
faite auprès du cabinet russe[34]; mais il n'avait nul droit de s'en
étonner ni de s'en plaindre; cette démarche était parfaitement simple
et le résultat naturel de la situation générale; lord Palmerston avait
chargé lord Clanricarde de faire, à Saint-Pétersbourg, les mêmes
communications, les mêmes propositions qu'il faisait faire par lord
Granville à Paris. Il avait donné, aux représentants de l'Angleterre
auprès des quatre grandes cours continentales, les mêmes instructions
sur la question égyptienne, et manifesté partout les mêmes vues fondées
sur les mêmes motifs. Dans ses entretiens avec le baron de Bourqueney,
il exprimait librement sa méfiance de la Russie et son désir d'une
complète intimité avec la France; mais il ne pouvait exclure la Russie
du concert européen qu'il réclamait, ni lui tenir un langage différent
de celui qu'il adressait aux autres puissances. En se laissant aller,
dans cette occasion, à une velléité d'humeur exclusive, le cabinet
français tombait dans la méprise que signalait le prince de Metternich
quand il disait: «La France, en parlant à d'autres, est trop souvent
disposée à se croire seule; quand on négocie, on est plusieurs.»

[Note 34: _Correspondence relative to ihe affairs of the Levant._ Part.
I, p. 156-158.]

Deux incidents presque simultanés vinrent, à cette époque, presser, sans
le changer, le cours de la négociation. Au commencement de septembre
1839, le général Sébastiani, qui jusque-là était resté en congé à Paris,
alla reprendre, à Londres, son poste d'ambassadeur; et quelques jours
après, le baron de Brünnow y arriva de Saint-Pétersbourg, spécialement
chargé de traiter des affaires d'Orient, et aussi de gérer en général
la légation de Russie. Négociateurs habiles l'un et l'autre, quoique
très-divers: le général Sébastiani, esprit ferme, calme, sagace, fin et
point compliqué, un peu lent, peu inventif, peu fécond en paroles ou
en écritures, mais imperturbablement judicieux et prévoyant, prompt à
reconnaître le but possible à atteindre et ce qu'il fallait faire ou
concéder pour l'atteindre; le baron de Brünnow, nourri dans les
desseins et les traditions de la chancellerie russe, instruit, adroit,
persévérant sans entêtement, point exigeant, point impatient, causeur
abondant et spirituel, rédacteur exercé et prompt, habile à démêler les
visées d'autrui et à envelopper les siennes sous un épais manteau de
concessions, de réserves et de commentaires. Ils se mirent à l'oeuvre
dès leur arrivée, appliqués, l'un à ramener lord Palmerston dans les
voies où se tenait la France, l'autre à lui bien persuader que la Russie
le suivrait dans celles où il voulait marcher.

Le général Sébastiani fut prompt à tirer son gouvernement de toute
illusion; il écrivit dès le 5 septembre au maréchal Soult: «Je dois
déclarer à Votre Excellence que l'impression résultant pour moi de mon
premier entretien avec lord Palmerston est que le gouvernement
anglais veut, comme nous, au même degré que nous, avec aussi peu
d'arrière-pensées que nous, le maintien de l'indépendance et de
l'intégrité de l'empire ottoman, et que ce but, il veut l'atteindre
pacifiquement et sans compromettre les grandes puissances entre elles...
Mais je ne puis le dissimuler à Votre Excellence, la disposition du
cabinet anglais à l'emploi des moyens coercitifs contre Méhémet-Ali,
soit pour obtenir la restitution de la flotte ottomane, soit pour lui
faire accepter exclusivement l'hérédité de l'Égypte comme base de
l'arrangement à intervenir avec la Porte, cette disposition, dis-je,
peut bien, de temps à autre, céder, sur certains points, aux
représentations de la France; mais elle reparaît toujours; et si elle
rencontre de notre part une répugnance invincible et absolue à l'emploi
d'un moyen de coercition quelconque contre le vice-roi, je crains que
l'on ne se persuade ici qu'il est inutile de continuer une négociation
dans laquelle on a ôté d'avance à ses conseils la sanction, même
éventuelle, de la force.»

Les 14 et 17 septembre, le général Sébastiani, revenant de Broadlands,
maison de campagne de lord Palmerston où il était allé passer deux
jours, écrivait encore au maréchal Soult: «Au milieu de notre
conférence, lord Palmerston a reçu son courrier de Londres; il lui
apportait des dépêches de Pétersbourg, de Berlin, de Vienne et de
Constantinople. Lord Palmerston me les a toutes lues. De Constantinople,
lord Ponsonby écrit que le divan a été réuni et a décidé qu'il ne serait
rien accordé à Méhémet-Ali au delà de l'investiture héréditaire de
l'Égypte. De Vienne, lord Beauvale annonce que le cabinet autrichien
adopte de plus en plus le point de vue anglais sur la nécessité de
réduire à l'Égypte les possessions territoriales du vice-roi. A Berlin,
même faveur pour le projet anglais. Enfin, lord Clanricarde écrit de
Saint-Pétersbourg que le cabinet russe s'unit sincèrement aux intentions
du cabinet britannique, qu'il partage son opinion sur les bases de
l'arrangement à intervenir, et qu'il offre sa coopération.--Voyez, a
repris lord Palmerston, voyez s'il est possible de renoncer à un système
que nous avons adopté, au moment même où il réunit les voeux et les
efforts de presque toutes les puissances avec lesquelles nous avons
entrepris de résoudre pacifiquement la question d'Orient. Ce système, je
ne puis trop vous le répéter, est fondé sur une base unique; les dangers
de la Porte ne viennent en ce moment que de son vassal; il y en a
d'autres pour elle, mais ils sont d'avenir. C'est des dangers du moment
que nous avons à garantir la Porte. Nous avons donné un avertissement
sérieux à la puissance d'où partent les dangers d'avenir. Il faut que
Méhémet-Ali soit mis hors d'état de renouveler et de rendre peut-être
plus décisifs les coups qu'il a déjà portés à l'empire ottoman. Voilà
la donnée générale qui a fondé toutes les déterminations du cabinet
anglais; je ne suis ici que son organe; mais je ne puis assez vous
exprimer la profonde affliction que j'éprouve à voir le cabinet
français, avec qui nous avons entamé la question dans une si parfaite
entente, se séparer de nous et de toutes les autres puissances. Je me
rends compte des circonstances particulières dans lesquelles vous êtes
placés; je sais que vous avez des préjugés, des exigences d'opinion
publique à ménager; mais, quelle que soit la cause de notre divergence,
je la déplore amèrement, et rien ne saurait nous être plus agréable que
d'en entrevoir le terme possible.--J'ai demandé à lord Palmerston s'il
ne trouvait pas matière à réflexion dans cette facilité avec laquelle la
Russie accourait au-devant du système anglais; c'est une alliance bien
éphémère, ai-je ajouté, c'est une coïncidence de vues bien fortuite pour
y sacrifier une alliance de principes et de sentiments.--Eh! a repris
lord Palmerston, nous savons parfaitement qu'elle est toute de
circonstance, et qu'elle n'empêchera pas plus tard les deux politiques
de reprendre l'allure qui leur est propre; mais comment la repousser
quand elle vient au secours des intérêts que nous voulons défendre, et
quand, par l'admission même de son concours et du nôtre, elle semble
abdiquer le protectorat exclusif et presque l'influence prépondérante
que nous combattions? Je vous le dis au reste avec franchise, et je suis
bien loin de m'en réjouir; je ne doute pas que le cabinet russe, dans
son aveugle et folle partialité contre la France, n'ait été surtout
préoccupé du désir de bien mettre notre dissentiment en évidence et de
prendre parti pour notre point de vue contre le vôtre; il n'y a sorte de
gracieusetés que la Russie n'ait essayées avec nous, depuis un an, pour
diviser nos deux gouvernements; nous sommes restés froids à toutes ses
avances; c'est avec vous que nous étions partis, c'est avec vous que
nous voulions marcher; mais comment voulez-vous que nous abandonnions
notre point de vue au moment même où la Russie vient s'y associer, et
quand les deux autres puissances l'ont déjà adopté? Le cabinet français
nous paraît en ce moment s'éloigner, non-seulement de nous, mais encore
du mouvement européen. Nous ne voulons pas abandonner l'espoir de l'y
voir rentrer... La renonciation formelle et préalable de toute mesure
coercitive contre Méhémet-Ali élèverait en effet une barrière entre la
France et l'Angleterre. Déclarez au moins que vous ne sanctionnez pas
toutes les prétentions du pacha, et que ces prétentions, si elles
restaient dans leur intégralité, vous trouveraient au besoin disposés,
comme vos alliés, à l'emploi de la force; la négociation pourra alors
suivre son cours. Si le cabinet français persiste au contraire à
proclamer d'avance que, dans aucun cas, il n'usera de compression contre
le pacha, il n'y a plus d'ensemble possible dans la question.»

La dépêche du général Sébastiani finissait en disant: «M. de Brünnow
devait avoir aujourd'hui sa première audience de lord Palmerston.»

Malgré les informations transmises et l'avis clairement exprimé, bien
qu'avec réserve, par son ambassadeur, le cabinet français persista dans
son attitude; il était décidé à ne pas exiger de Méhémet-Ali qu'il
renonçât à la possession héréditaire de la Syrie, et à ne pas
s'associer, contre lui, s'il maintenait ses prétentions, à des mesures
coercitives. Le gouvernement anglais était perplexe; quel que fût vers
lui l'empressement de la Russie, les premières propositions de M.
de Brünnow ne le satisfaisaient point; tout en acceptant le concert
européen pour les affaires d'Orient, le cabinet de Saint-Pétersbourg
demandait que ses vaisseaux et ses soldats entrassent seuls, au besoin,
dans la mer de Marmara pour défendre la Porte au nom de l'Europe.
C'était abandonner et maintenir à la fois le traité d'Unkiar-Skélessi;
la Russie renonçait à protéger Constantinople en vertu d'un droit
exclusif et en son propre nom; mais, en fait, elle en restait le seul
défenseur. On fut choqué, à Londres comme à Paris, de ce mélange
d'obstination et de condescendance. Plusieurs membres du cabinet anglais
ne partageaient d'ailleurs qu'en hésitant les vues de lord Palmerston
sur les conditions de l'arrangement entre la Porte et son vassal. Dans
l'espoir d'obtenir le concours de la France, il se décida à lui faire,
au profit de Méhémet-Ali, une concession. Le général Sébastiani écrivit
le 3 octobre au maréchal Soult: «Le cabinet anglais n'adhère point aux
propositions présentées par le baron de Brünnow. Lord Palmerston a
déclaré ce matin à l'envoyé russe que la France ne pouvait consentir,
pour sa part, à l'exclusion des flottes alliées de la mer de Marmara
dans l'éventualité de l'entrée des forces russes dans le Bosphore, et
que l'Angleterre ne voulait pas se détacher de la France, avec laquelle
elle avait marché dans une parfaite union depuis l'origine de la
négociation. Cela posé, au lieu de la convention présentée par
le cabinet russe, lord Palmerston propose un acte entre les cinq
puissances, par lequel elles régleraient leur part d'action dans la
crise actuelle des affaires d'Orient, mais sans privilége acquis au
pavillon russe, à l'exclusion des pavillons français, anglais et
autrichien. La Russie, en cas de résistance de Méhémet-Ali aux
conditions qui lui seront proposées, s'engagerait à se servir de ses
troupes en Asie Mineure, mais en deçà du Taurus. L'indépendance et
l'intégrité de l'empire ottoman, sous la dynastie régnante, seraient
stipulées pour le plus long espace de temps possible; enfin la clôture
des détroits deviendrait un principe de droit public européen. Passant
de cet acte européen aux conditions mêmes de l'arrangement à intervenir
entre le sultan et le pacha, lord Palmerston, pressé à la fois et par
mon argumentation et par le désir, que je crois sincère, de faire acte
de déférence envers la France, lord Palmerston a consenti, après une
longue discussion, à ajouter, à l'investiture héréditaire de l'Égypte en
faveur de Méhémet-Ali, la possession, également héréditaire, du pachalik
d'Acre. La ville seule d'Acre demeurerait à la Porte, et la frontière
partirait du glacis de la place, dans la direction du lac Tabarié.»

Le cabinet français fut peu touché de cette offre; il était toujours
persuadé que Méhémet-Ali maintiendrait ses prétentions avec autant de
force que de persévérance et que le gouvernement anglais n'irait
jamais jusqu'à s'allier en Orient avec la Russie. L'opinion populaire
d'ailleurs et la presse périodique en France soutenaient avec une
vivacité chaque jour croissante la cause du pacha d'Égypte, épiaient
tous les bruits, les moindres apparences d'un accord quelconque fait,
à ses dépens, avec le cabinet anglais, et les traitaient d'avance de
lâcheté antinationale. Le maréchal Soult écrivit, le 14 octobre, au
général Sébastiani: «Le gouvernement du Roi, après avoir mûrement pesé
les objections du cabinet de Londres, ne peut que persister dans les
vues que je vous ai fait connaître sur les bases d'un arrangement des
affaires d'Orient. S'il s'agissait d'un intérêt qui nous fût propre,
nous pourrions faire des concessions à notre désir de resserrer notre
alliance avec l'Angleterre; mais la question n'est pas telle; elle
consiste uniquement à déterminer des conditions qui, en combinant dans
une juste mesure les droits du sultan et la sécurité à venir de
son trône avec les prétentions de Méhémet-Ali, puissent amener la
pacification de l'empire ottoman. Nous avons la conviction que les
propositions du cabinet britannique n'atteindraient pas ce but, et
que, plutôt que de les subir, Méhémet-Ali, qui y verrait sa ruine, se
jetterait dans les chances d'une résistance moins dangereuse pour lui
qu'embarrassante et compromettante pour l'Europe...Nous nous refuserions
à le pousser dans cette voie, lors même que nous aurions la certitude
absolue que notre refus serait le signal d'un accord intime entre
l'Angleterre et la Russie. Heureusement cette certitude est loin
d'exister; les motifs qui ont déjà fait échouer une première fois une
combinaison si étrange subsistent dans toute leur force. Je ne crois pas
qu'ils puissent échapper à la pénétration de lord Palmerston, et je
sais positivement que plusieurs de ses collègues en sont très-fortement
frappés. Enfin, si, contre toute apparence, cette combinaison venait à
se réaliser, nous la déplorerions vivement sans doute, comme la rupture
d'une alliance à laquelle nous attachons tant de prix; mais nous en
craindrions peu les effets directs, parce qu'une coalition contraire à
la nature des choses, et condamnée d'avance, même en Angleterre, par
l'opinion publique, serait nécessairement frappée d'impuissance.»

Chargé de faire, aux offres de concession du cabinet anglais, une
réponse si péremptoire, le général Sébastiani, le 18 octobre, rendit
compte de son entretien en ces termes: «J'ai fait à lord Palmerston la
communication que me prescrivait Votre Excellence. J'ai reproduit toutes
les considérations sur lesquelles le gouvernement du Roi se fonde pour
persister dans ses premières déterminations relativement aux bases de la
transaction à intervenir entre le sultan et Méhémet-Ali. Lord Palmerston
m'a écouté avec l'attention la plus soutenue. Lorsque j'ai eu complété
mes communications, il m'a dit ces simples paroles:--Je puis vous
déclarer, au nom du conseil, que la concession que nous avions faite
d'une portion du pachalik d'Acre est retirée.--J'ai vainement essayé
de ramener la question générale en discussion; lord Palmerston a
constamment opposé un silence poli, mais glacial. Je viens de reproduire
textuellement, monsieur le maréchal, les seuls mots que j'aie pu lui
arracher. Mes efforts se sont naturellement arrêtés au point que ma
propre dignité ne me permettait pas de dépasser.»

Lord Palmerston avait, au fond, peu de regret que son offre pour la
cession du pachalik de Saint-Jean-d'Acre à Méhémet-Ali n'eût pas été
acceptée par la France; il l'avait faite par égard pour les inquiétudes
de quelques-uns de ses collègues plutôt que de son propre gré et avec le
désir du succès. Quoiqu'il eût écarté les premières propositions de la
cour de Russie sur l'action commune des cinq puissances en Orient, ses
entretiens avec le baron de Brünnow lui avaient donné la confiance que
cette cour pousserait bien plus loin ses complaisances, et il ne se
trompait pas: M. de Brünnow, après avoir demandé à Saint-Pétersbourg de
nouvelles instructions, quitta Londres vers le milieu d'octobre pour
retourner au poste qu'il occupait en Allemagne, à Darmstadt: «Je crois,
écrivait le général Sébastiani au maréchal Soult[35], qu'il a évité de
se mettre en route trop brusquement pour ne pas donner trop d'éclat au
rejet de ses propositions; mais je sais qu'il ne se fait aucune illusion
sur la possibilité d'adhésion de sa cour à une action navale commune
dans le Bosphore; et ce qui le prouve, c'est qu'il n'attendra pas la
réponse de Saint-Pétersbourg à ses dernières dépêches.» C'était le
général Sébastiani qui se faisait illusion sur le sens probable de cette
réponse; elle fut pleinement conforme aux espérances de lord Palmerston,
et, le 6 décembre 1839, l'ambassadeur de France à Londres eut à écrire
à son gouvernement: «Je transmets immédiatement à Votre Excellence
l'information confidentielle que lord Palmerston vient de me donner, et
qu'il a reçue lui-même hier soir du chargé d'affaires de Russie. M. de
Brünnow reviendra incessamment en Angleterre, avec de pleins pouvoirs
pour conclure une convention relative aux affaires d'Orient. Le principe
de l'admission simultanée des pavillons alliés dans les eaux de
Constantinople, ou de leur exclusion générale, y sera formellement
consacré. Dans le cas de l'intervention, le nombre et la force des
vaisseaux admis sous chaque pavillon seront réglés par une convention
particulière. La gravité de cette communication fera comprendre à Votre
Excellence le prix que je mettrai à recevoir d'elle les informations et
les directions les plus complètes.»

[Note 35: Le 8 octobre 1839.]

Le cabinet français fut surpris et troublé. Il ne s'était pas attendu à
voir la Russie abandonner si nettement sa position privilégiée auprès de
la Turquie, et se montrer si empressée à trouver bon que les vaisseaux
français, anglais et autrichiens parussent en même temps que les siens
dans les eaux de Constantinople. Il perdait ainsi l'un de ses principaux
arguments contre les idées et le plan de conduite de lord Palmerston.
Le 9 décembre 1839, le maréchal Soult chargea le général Sébastiani
d'exprimer au cabinet anglais sa satisfaction de la concession inespérée
que venait «le faire la cour de Russie: «Le gouvernement du Roi, lui
disait-il, reconnaissant, avec sa loyauté ordinaire, qu'une convention
conclue sur de telles bases changerait notablement l'état des choses, y
trouverait un motif suffisant pour se livrer à un nouvel examen de la
question d'Orient, même dans les parties sur lesquelles chacune des
puissances semblait avoir trop absolument arrêté son opinion pour qu'il
fût possible de prolonger la discussion.» Mais en même temps qu'il
annonçait ainsi des dispositions conciliantes, le duc de Dalmatie
témoignait de vives inquiétudes sur les motifs secrets qui avaient pu
déterminer la cour de Russie à un tel démenti de sa politique, élevait
des doutes sur les résultats que s'en promettait lord Palmerston,
et, quelques jours après, revenant au thème qu'il avait déjà souvent
développé pour repousser les instances du cabinet anglais en réveillant
ses défiances, il écrivit au général Sébastiani: «Je le répète, toute
cette tactique se résume en deux mots: on veut rompre l'alliance
anglo-française à laquelle l'Europe doit depuis dix ans la prolongation
de la paix. Il est impossible que le cabinet de Londres ne s'en
aperçoive pas aussi bien que nous; et comme je suis certain qu'autant
que nous il déplorerait un pareil résultat, comme j'ai la conviction que
ce résultat ne serait pas moins funeste à l'Angleterre qu'à la France,
je n'éprouve aucun embarras à appeler, sur cet état de choses, la plus
sérieuse attention de lord Palmerston et de ses collègues.»

Cette situation immobile, cette diplomatie monotone, complétement
inefficaces à Londres, inquiétaient et lassaient à Paris les hommes
politiques du cabinet, M. Duchâtel, M. Villemain, M. Passy, M. Dufaure.
Ils se demandaient s'il n'y avait pas moyen de tenter des voies plus
nouvelles et d'exercer, sur les idées et la marche du gouvernement
anglais, plus d'influence. Le général Sébastiani ne leur était pas
très-sympathique; on le croyait, par ses antécédents, trop favorable à
la Turquie, et si voisin des opinions de lord Palmerston qu'il était peu
propre à lui en présenter fortement de différentes. Il ne semblait pas
le représentant vrai du cabinet français ni l'interprète efficace de la
politique que les récents débats de nos Chambres avaient fait prévaloir.
J'avais soutenu, dans la Chambre des députés, cette politique; je
l'avais comparée à celle des autres grandes puissances, notamment
de l'Angleterre, en m'appliquant à en faire ressortir la convenance
européenne. J'avais rappelé ces paroles de lord Chatham: «Je ne discute
pas avec quiconque me dit que le maintien de l'empire ottoman n'est
pas, pour l'Angleterre, une question de vie ou de mort;» et je m'étais
empressé d'ajouter: «Quant à moi, Messieurs, je suis moins timide; je ne
pense pas que, pour des puissances telles que l'Angleterre et la France,
il y ait ainsi, dans le lointain et avec certitude, des questions de vie
ou de mort; mais lord Chatham était passionnément frappé de l'importance
du maintien de l'empire ottoman; et l'Angleterre pense encore si
bien comme lui qu'elle se voue à cette cause, même avec un peu de
superstition, à mon avis; elle s'est souvent montrée un peu hostile
aux États nouveaux qui se sont formés ou qui ont tendu à se former des
démembrements naturels de l'empire ottoman. La Grèce, par exemple,
n'a pas toujours trouvé l'Angleterre amie; l'Egypte encore moins. Je
n'entrerai pas dans l'examen des motifs qui ont pu influer, en pareille
occasion, sur la politique anglaise; je crois qu'elle s'est quelquefois
trompée, qu'elle a quelquefois sacrifié la grande politique à la petite,
l'intérêt général et permanent de la Grande-Bretagne à des intérêts
secondaires. Le premier des intérêts pour la Grande-Bretagne, c'est que
la Russie ne domine pas en Orient. S'il m'est permis d'exprimer ici une
opinion sur la politique d'un grand pays étranger, il y a, je
pense, quelque faiblesse, de la part de l'Angleterre, à écouter des
susceptibilités jalouses, ou bien tel ou tel intérêt commercial
momentané, au lieu d'employer tous ses efforts, toute son influence pour
consolider ces États nouveaux et indépendants qui peuvent, qui doivent
devenir de véritables barrières contre l'agrandissement indéfini de
la seule puissance dont, en Orient, l'Angleterre doive craindre la
rivalité.»

On trouvait à la fois, dans ce langage, une vraie sympathie et une ferme
indépendance envers la politique anglaise, des gages d'entente comme
de résistance, et peut-être aussi des chances d'efficacité. Les
considérations parlementaires se joignaient aux motifs diplomatiques.
Présent à la Chambre et pourtant en dehors du cabinet, j'étais pour lui,
sinon une inquiétude, du moins un embarras; je le soutenais loyalement,
mais je ne partageais pas sa responsabilité. Éloigné de Paris, je ne le
gênerais plus dans les débats et je lui serais plus intimement associé.
Après s'en être entendus avec le maréchal Soult et tous leurs collègues,
ceux des ministres qui étaient mes amis particuliers me demandèrent
si j'accepterais l'ambassade de Londres, et s'il me convenait que le
cabinet en fit formellement au Roi la proposition.

Elle me convenait en effet. Je pressentais que la session prochaine
serait aussi embarrassante pour moi, à cause du cabinet, que pour le
cabinet à cause de moi. Sa politique avait été peu efficace et sa
situation serait évidemment précaire. En m'éloignant, je me plaçais en
dehors des menées comme des luttes parlementaires, et dans une position
isolée, à la fois amicale et indépendante. Je partageais, d'ailleurs,
dans une certaine mesure, les illusions des partisans de Méhémet-Ali; je
croyais à sa force, aux dangers que sa résistance obstinée pouvait
faire courir à la paix européenne, et il ne me semblait pas impossible
d'exercer, à cet égard, sur les idées et les résolutions du gouvernement
anglais, quelque influence. Quelques mois auparavant, les ministres, mes
amis, m'avaient proposé l'ambassade de Constantinople, et je m'y étais
formellement refusé; Constantinople me séparait trop de Paris et me
chargeait trop directement des affaires d'Orient; Londres m'y associait
de loin en me laissant près des affaires de France. J'acceptai l'offre
du cabinet.

Le roi Louis-Philippe s'y montra d'abord contraire; il tenait beaucoup
au général Sébastiani qui l'avait toujours bien servi, de qui il se
promettait un assentiment à la fois constant et éclairé à sa politique,
et qui était, à Londres, en bons rapports avec le cabinet anglais,
notamment avec lord Palmerston. Le Roi ne manquait point de confiance
en moi, dans mes vues générales et dans ma fermeté à les soutenir; mais
j'étais homme de Chambre autant que de gouvernement; je voulais l'intime
union et l'action concertée de la tribune et de la couronne; je venais
de prendre une grande part à la coalition; le Roi savait mettre de côté
ses déplaisirs, mais sans les oublier. Il résista quelque temps à la
demande du cabinet. Cependant, à l'extérieur et à l'intérieur, la
situation devenait de plus en plus pressante; la Russie gagnait du
terrain à Londres, et pourtant le cabinet anglais hésitait encore à
se séparer ouvertement de la France; il discutait divers projets de
convention; il déclarait que la présence d'un plénipotentiaire turc
était indispensable à la négociation; il voulait évidemment gagner
du temps et laisser une porte ouverte à la France: «Je ne puis me
persuader, disait lord Palmerston au baron de Bourqueney, que nous
ne parvenions pas à rétablir le concert entre toutes les grandes
puissances; je ferai la plus large part que, dans mes idées, il soit
possible d'accorder à Méhémet-Ali, pour ménager à la France la facilité
d'accepter les bases de l'arrangement à intervenir[36].» N'était-il pas
urgent de mettre à profit ces lenteurs et ces hésitations? Le cabinet
insista fortement; ceux même des ministres qui n'étaient pas mes amis
particuliers, M. Dufaure entre autres, se montrèrent résolus à faire,
de ma nomination, une question de cabinet. Le Roi céda. J'eus avec lui
plusieurs entretiens. Il me recevait avec un mélange de bienveillance
et d'humeur, passant d'un témoignage de confiance à une marque de
déplaisir: «On est bien exigeant avec moi, me dit-il un jour; mais je
le comprends; on est toujours bien aise de faire avoir à un ami 300,000
livres de rente.--Sire, mes amis et moi, nous sommes de ceux qui aiment
mieux donner 300,000 livres de rente que les recevoir.» On était près de
discuter la dotation de 500,000 livres de rente demandée pour M. le duc
de Nemours; le Roi sourit et reprit sa bonne humeur. Le 5 février 1840,
ma nomination fut signée et publiée. Quinze jours après, le rejet, sans
discussion, du projet de loi de dotation plaça le cabinet dans une
situation très-incertaine, et je partis pour Londres le 25 février,
pressé d'échapper aux troubles, aux hésitations, aux menées, aux
tentatives, de Chambre et de cour, qui étaient sur le point d'éclater.

[Note 36: Dépêches des 28 janvier et 21 février 1840.]



                            PIÈCES HISTORIQUES


                                     I

           _Le duc de Broglie à M. le maréchal marquis Maison,
                    ambassadeur de France en Russie_.

Paris, le 28 octobre 1833.

Monsieur le maréchal, le gouvernement auprès duquel vous êtes appelé
à représenter le Gouvernement du Roi, est peut-être celui dont la
révolution de Juillet a le plus essentiellement changé les relations
avec la France.

Avant les événements de 1830, la France et la Russie étaient unies par
une alliance qui semblait devoir se resserrer de plus en plus. Cette
alliance, fondée sur les liens les plus forts qui puissent exister entre
deux États, la communauté d'adversaires et l'absence absolue de points
de contact et de motifs de rivalité, avait résisté à tous les efforts de
l'Autriche pour la dissoudre. Si M. de Metternich avait momentanément
réussi à y jeter quelque froideur en inquiétant l'empereur Alexandre sur
la force et la stabilité de notre gouvernement, en lui faisant craindre
qu'entraînés par le mouvement révolutionnaire nous ne fussions pas en
mesure de lui prêter un utile secours dans les circonstances où il
pourrait vouloir s'appuyer sur nous, ces insinuations trop prodiguées
avaient fini par perdre presque tout leur effet. L'empereur Nicolas qui,
alors, se montrait moins défiant, moins passionné que son prédécesseur,
et surtout moins dominé par les théories absolutistes, avait d'ailleurs
pu apprendre, au milieu des embarras où l'avait jeté un moment la guerre
de Turquie, la franchise et l'efficacité de notre concours; cette
circonstance importante, par cela même qu'elle avait relevé la France de
la situation d'infériorité où elle s'était vue à l'égard de la Russie
depuis les événements de 1814, et qu'elle l'avait mise en mesure
d'exercer à son tour envers cette puissance un rôle de protecteur, avait
donné plus de force et de solidité à une alliance qui, entre deux États
du premier rang, ne pouvait évidemment subsister que sur le pied d'une
égalité complète.

La révolution de Juillet est venue changer complètement cette situation.

D'un côté, elle a suscité sur plusieurs points, particulièrement en
Pologne et en Belgique, des questions où les affections et les intérêts
du cabinet de Saint-Pétersbourg se sont trouvés en opposition absolue
avec les nôtres. De l'autre, par une conséquence moins immédiate, mais
qui n'a pas tardé à se développer, elle a amené entre la France et
l'Angleterre un rapprochement dont le seul fait eût suffi pour modifier
la nature de nos rapports avec le gouvernement russe. Enfin, cette
révolution, réaction puissante contre l'esprit des traités de 1815 et de
la Sainte-Alliance, c'est-à-dire contre les faits et les doctrines
qui ont investi pendant dix ans la Russie d'une sorte de dictature
européenne, attaquait à la fois cette puissance dans toutes les
susceptibilités de son ambition et de son orgueil. Plus que tous les
autres peut-être, ce dernier motif devait inspirer à l'empereur Nicolas
et à ses sujets une vive irritation contre le nouvel ordre de choses
établi en France.

Plus d'une fois on a pu croire qu'elle se manifesterait par quelque
coup d'éclat. Ces velléités hostiles, que la force des choses eût
probablement dissipées à elle seule, ont d'ailleurs trouvé une
insurmontable barrière dans la politique plus circonspecte de la Prusse
et de l'Autriche. Mais la nécessité qui comprimait ainsi les sentiments
hostiles du souverain du Nord devait, par cela même, leur donner plus
d'amertume et d'intensité. Personne n'ignore comment ils se sont
fait jour, en plusieurs occasions, par des procédés qui, en révélant
l'impuissante colère du cabinet de Saint-Pétersbourg, ne blessèrent
heureusement que sa propre dignité.

La situation de l'ambassade de France en Russie devenait d'autant plus
délicate que, dans ce pays, les hautes classes modèlent exactement leur
attitude et leurs impressions politiques sur celles du souverain. Le
représentant du roi se trouvait partout exposé à des difficultés et à
des écueils qu'ailleurs il n'eût rencontrés qu'à la cour. Je ne vous
rappellerai pas les épreuves qu'a eues à subir votre prédécesseur. Vous
savez que, par un raffinement singulier, l'empereur Nicolas en comblant
M. le duc de Trévise d'égards et de prévenances évidemment accordés à sa
réputation militaire, en même temps qu'il s'abstenait avec affectation
de lui adresser une seule parole relative à son caractère diplomatique,
s'est attaché à faire ressortir la froideur de l'accueil réservé à
l'ambassadeur du roi des Français.

Nous avons lieu de penser, monsieur le maréchal, que vous n'aurez point
à subir une réception semblable. Nous trouvons à cet égard une garantie
non équivoque dans les assurances tout à fait spontanées que le
gouvernement russe nous a fait parvenir, à plusieurs reprises, de la
satisfaction que lui a causée le choix du nouveau représentant de Sa
Majesté, et de l'empressement avec lequel il attendait votre arrivée.
Il est difficile de ne pas voir dans ces protestations multipliées une
sorte d'amende honorable d'un procédé dont on aura sans doute fini par
comprendre l'inconvenance.

Quoi qu'il en soit, si, malgré nos prévisions, l'empereur Nicolas
reprenait à votre égard l'attitude qu'il a constamment observée à
l'égard de M. le duc de Trévise, il vous indiquerait par là celle que
vous devriez vous-même adopter. Renonçant dès lors à conserver avec
l'empereur des rapports directs contraires à la dignité de la France et
par conséquent à la vôtre, votre rôle se bornerait à entretenir avec le
vice-chancelier les relations officielles strictement exigées par les
nécessités du service, et vous attendriez les ordres du Roi.

S'il arrivait, ce que nous ne devons pas prévoir, puisque cette
hypothèse ne s'est pas réalisée dans des circonstances où elle semblait
bien moins improbable, s'il arrivait, dis-je, que le mécontentement de
l'empereur Nicolas, réveillé par quelque nouvel incident, se manifestât
à votre égard par quelque chose de plus prononcé que de la froideur
et de la réserve; si, ce qui nous paraît impossible, il vous faisait
entendre des paroles dont le gouvernement du Roi eût le droit de se
tenir offensé, je n'ai pas besoin de vous dire que, sans attendre un
ordre de rappel, vous devriez demander vos passe-ports, et laisser à un
chargé d'affaires la direction de l'ambassade. Mais, je le répète, cette
pénible supposition ne se réalisera pas.

Je viens de vous indiquer le terrain sur lequel vous devez vous placer
à Saint-Pétersbourg. Je dois à présent entrer dans quelques détails sur
les relations politiques de la France et de la Russie.

Dans ces derniers temps la diplomatie des deux cabinets a eu peu de
rapports directs. Dans l'état des esprits, il eût été trop difficile de
s'entendre. C'est par l'intermédiaire de la Prusse et de l'Autriche,
alliées de la Russie, mais plus modérées et plus calmes, qu'ont été
traités les divers incidents de l'affaire hollando-belge. Quant à la
question grecque, devenue tout à fait secondaire depuis la révolution de
Juillet, et où, à cause de leurs antécédents, les cabinets de Vienne et
de Berlin se trouvaient dans l'impossibilité d'intervenir, elle a marché
en quelque sorte au hasard.

La France et la Russie, sans se concerter, sans s'expliquer, n'ont cessé
de travailler à la faire tourner chacune dans le sens de sa propre
politique. Il en a été de même, à plus forte raison, des questions où
les deux cours n'étaient pas naturellement appelées à une action commune
ou simultanée.

Il eût été à désirer, tant que des dispositions plus conciliantes
n'auraient pas entièrement remplacé l'irritation du cabinet de
Saint-Pétersbourg, que les deux puissances pussent continuer à
s'abstenir de tout contact immédiat, trop propre à réveiller une
exaspération à peine un peu calmée; mais pour cela il eût fallu qu'aucun
événement grave ne mît en collision leurs intérêts essentiels et les
susceptibilités de leur orgueil national. On ne pouvait guère l'espérer
dans un temps aussi fécond en péripéties.

Les événements de l'Orient sont venus ajouter une crise nouvelle à
toutes celles qui menaçaient déjà le repos de l'Europe. Le gouvernement
du Roi avait prévu de bonne heure tous les embarras, tous les dangers
dont la lutte engagée entre la Porte et Méhémet-Ali pouvait devenir le
principe. Uniquement préoccupé du désir de les éviter, il n'a cessé
d'employer dans ce but toute son influence, tant à Alexandrie qu'à
Constantinople.

Déterminer la Porte à des concessions évidemment indispensables, et qui,
faites un peu plus tôt, eussent été moins onéreuses; ramener le vice-roi
d'Égypte, tant par de sages représentations que par un appareil
imposant, à restreindre ses exigences dans des limites raisonnables;
pacifier ainsi l'empire ottoman sans courir les risques d'une
intervention étrangère: tel était l'objet que nous avions en vue, et que
l'Angleterre se proposait comme nous. Un tel plan était certainement
le mieux combiné, et dans l'intérêt de l'Europe entière, à laquelle il
épargnait de menaçantes complications, et dans celui du sultan, qu'il
préservait de l'humiliation et des périls inséparables de la marche dans
laquelle il s'est laissé entraîner.

Malheureusement la Russie n'a pas porté dans cette question des vues
aussi désintéressées. Elle a voulu profiter de la situation difficile où
se trouvait le Grand-Seigneur et de la faiblesse de ce malheureux prince
pour transformer en une sorte de suzeraineté et de protectorat la
prépondérance qu'elle exerçait déjà à Constantinople. Non content
d'étonner le monde par le spectacle d'une flotte et d'une armée russes
introduites dans le Bosphore et aux portes mêmes de Constantinople, sous
prétexte de porter à Mahmoud un secours qui n'a pas adouci, pour lui,
une seule des conditions de la paix, le gouvernement russe, comme s'il
s'était proposé de braver les autres puissances inquiètes et alarmées
d'un fait aussi inouï, a imaginé de consacrer, par un acte solennel,
la position menaçante qu'il venait de prendre, et au moment même où il
consentait à rappeler ses forces, il a contraint la Porte à signer avec
lui un traité d'alliance par lequel elle s'est formellement soumise,
non-seulement à devenir l'ennemi de tous les ennemis de la Russie, mais
encore à fermer les Dardanelles aux pavillons étrangers toutes les
fois que le cabinet de Saint-Pétersbourg se trouverait engagé dans une
guerre.

Nous ne nous exagérons pas, Monsieur le maréchal, la portée
d'engagements semblables, souscrits dans de telles circonstances; nous
reconnaissons qu'intrinsèquement ils ne sont pas de nature à changer
beaucoup l'état de choses qui existait de fait depuis les derniers
événements. Mais ce qui nous semble évident, c'est que le cabinet de
Saint-Pétersbourg a voulu, à la face de l'Europe, proclamer ouvertement,
ériger en principe de droit public sa prépondérance exclusive,
exceptionnelle, dans les affaires de l'empire ottoman. Par cette
provocation, dont nous aimons à croire qu'il n'avait pas bien calculé
les infaillibles effets, il nous a forcés à sortir de la réserve où,
dans des vues de conciliation, nous avions pu consentir à nous renfermer
jusqu'alors.

Nous avons dû, de concert avec l'Angleterre, protester contre
les conséquences d'un traité qui tendait à changer, sans notre
participation, les relations des puissances dans l'Orient, et une
déclaration, dont vous trouverez ci-joint la copie, a été transmise à
cet effet d'abord à la Porte, puis au cabinet de Saint-Pétersbourg.

Nous ne pouvons savoir encore comment elle sera accueillie par le
gouvernement impérial. Peut-être croira-t-il de sa dignité de garder sur
ce sujet un silence absolu; et dans ce cas vous n'aurez qu'à suivre
son exemple; si, au contraire, elle donnait lieu a des récriminations,
l'exposé que je viens de vous tracer vous mettrait en mesure d'y
répondre dans des termes qui, comme vous le sentirez facilement, devront
être à la fois fermes, mesurés et exempts de toute amertume et de toute
irritation. Vous pourriez ajouter qu'il n'entre nullement dans notre
pensée de contester à la Russie la haute influence qui lui appartient
dans les affaires de la Porte, et qui résulte de la force des choses;
mais que vouloir faire de cette influence un instrument d'exclusion et
dédommage contre les autres États, c'est appeler, c'est nécessiter de
leur part les plus justes et les plus énergiques réclamations.

Quelque grave, quelque difficile que soit la question d'Orient, ce n'est
pourtant pas la plus délicate de celles qui se sont élevées depuis
trois ans entre la France et la Russie. La question de Pologne a bien
autrement contribué à les diviser et à aigrir contre nous l'empereur
Nicolas. Je ne vous en retracerai pas les tristes détails. Vous savez la
réserve que nous n'avons cessé de porter dans une affaire à laquelle il
nous était impossible de rester indifférents. Tandis que la lutte
durait encore, cette réserve nous était naturellement inspirée par les
promesses de modération et de clémence qu'avait reçues M. de Mortemart.
Depuis la chute de Varsovie, depuis qu'une fatale expérience nous a
forcés à reconnaître que notre intervention en faveur des malheureux
Polonais ne faisait qu'irriter encore le ressentiment d'un vainqueur
implacable, nous avons cru qu'un devoir d'humanité nous prescrivait pour
le moment un silence bien pénible sans doute. Nous eussions continué à
le garder si le cabinet de Saint-Pétersbourg n'eût eu, il y a quelque
temps, la malheureuse inspiration de faire insérer dans sa gazette
officielle un article qui avait pour objet de présenter la question
de l'existence de la Pologne comme placée en dehors de la politique
générale et soumise uniquement à la volonté de la Russie. Ne pas
combattre une telle assertion, c'eût été l'admettre pour notre compte.
Nous avons dû la relever par une publication semi-officielle, dont vous
pourrez développer avec avantage les irréfragables arguments, si, ce qui
est peu probable, on entamait avec vous cette discussion.

Il ne me reste, Monsieur le maréchal, pour compléter et pour résumer ces
instructions, qu'à vous expliquer en peu de mots la manière dont nous
envisageons l'avenir de nos rapports avec la Russie; votre esprit
judicieux en déduira facilement les règles de conduite que vous avez à
suivre selon les conjonctures au milieu desquelles vous vous trouverez.

Sans méconnaître les avantages qu'avait pour nous, à une autre époque,
l'alliance intime du cabinet de Saint-Pétersbourg, nous comprenons
parfaitement que, dans les circonstances actuelles, non-seulement il
n'est pas possible de la rétablir, mais qu'il y aurait même un dangereux
aveuglement à paraître la désirer et à diriger ostensiblement vers
ce but les combinaisons de notre politique. D'invincibles obstacles
s'opposent aujourd'hui à un accord intime qui, d'ailleurs, serait sans
objet entre deux cabinets dont les tendances n'ont plus rien de commun.
Comme néanmoins un avenir plus ou moins rapproché peut faire surgir des
questions dans lesquelles il serait également de l'intérêt de la Fiance
et de la Russie de se concerter et de s'entendre, nous devons, sans
affectation, sans nous porter à des avances dont peut-être on essayerait
de se prévaloir contre nous, travailler à nous replacer, par rapport
au gouvernement russe, dans ces relations de bienveillance au moins
apparente qui n'amènent pas toujours une entière réconciliation, mais
qui, lorsqu'elle doit avoir lieu, la précèdent infailliblement. C'est à
peu près sur ce pied que nous sommes avec la Prusse et l'Autriche. La
seule chose que nous puissions désirer en ce moment, c'est d'en arriver
au même point à l'égard de la Russie, et tel est le résultat que le
gouvernement du Roi recommande à votre zèle éclairé.


                                     II

                       _M. Mignet au duc de Broglie_.

Madrid, le 12 octobre 1833

Monsieur le duc,

Je m'empresse de vous faire connaître les premiers résultats de la
mission dont le gouvernement du Roi m'a chargé, et les renseignements
que j'ai été à portée de recueillir depuis que je suis ici.

Je suis arrivé à Madrid le 10 au matin. J'ai été retardé quelques heures
à Vittoria où venait d'éclater une insurrection populaire en faveur de
don Carlos. Les volontaires royalistes occupaient militairement cette
ville, et ils ont mis en délibération s'ils me laisseraient passer. La
crainte d'indisposer la France, dont ils ne connaissent pas encore les
résolutions, les a décidés sans doute à me permettre de continuer ma
route. J'avais appris à Bayonne la révolte de Bilbao et les mauvaises
dispositions des provinces basques. Ces dispositions sont, en général,
partagées par tous les pays qui bordent notre frontière. Sans douane,
presque sans impôts, affranchis des garnisons, excepté sur quelques
points militaires, jouissant de privilèges nombreux, auxquels ils
tiennent extrêmement, ces pays sont opposés par intérêt à toute
innovation.

L'absence de lumières et le défaut de commerce, excepté sur la côte de
Catalogne, fortifient leur éloignement pour tout ce qui peut changer
leur situation. Depuis Vittoria, je n'ai trouvé que des pays tranquilles
et qui le sont demeurés jusqu'à présent.

Je me suis rendu, en arrivant, chez M. le comte de Rayneval.
L'incertitude dans laquelle il avait été laissé sur le parti que la
France se proposait de prendre, relativement à la succession d'Espagne,
lui avait interdit toute démarche depuis la mort du roi Ferdinand. Je
lui ai fait connaître les résolutions du gouvernement du Roi, et j'ai
été heureux de trouver qu'elles étaient d'accord avec ses propres vues.
La dépêche que vous avez reçue de lui, Monsieur le duc, immédiatement
après mon départ, vous aura appris que, dans les divers partis à prendre
en cette grave conjoncture, M. de Rayneval s'arrêtait surtout à celui
qui a été adopté par le Gouvernement. Je lui ai exposé les motifs qui
avaient décidé le Roi et son conseil à sacrifier la loi salique à celle
qui réglait auparavant la succession de la monarchie d'Espagne: la
France a toujours eu et aura toujours le plus grand intérêt à assurer
ses derrières en Europe, en faisant entrer et en maintenant l'Espagne
dans son système. Elle ne peut faire face au Nord qu'en s'appuyant avec
sécurité sur les Pyrénées. L'intervention de Louis XIV et celle de
Napoléon dans la Péninsule étaient le résultat de ce besoin permanent
de la France. La loi salique représentait, sous l'ancienne monarchie,
l'alliance des deux pays que la dynastie de Napoléon était destinée à
représenter sous l'empire. Aujourd'hui, l'intérêt est le même, et dans
la concurrence des deux dynasties, dont l'une se fondait sur un système
contraire au nôtre, entrait dans l'alliance du Nord, faisait de la
Péninsule le quartier général des mécontents et des conspirateurs de
France, et dont l'autre s'appuie sur notre alliance, repousse nos
adversaires, et est appelée à suivre inévitablement nos directions,
le gouvernement du Roi devait se déclarer pour cette dernière. La
succession féminine est devenue pour la France, dans les circonstances
actuelles, ce qu'avait été pour elle, dans d'autres temps et une autre
situation, la loi salique. Ces raisons avaient frappé le comte de
Rayneval qui a applaudi à la résolution du gouvernement.

Le but étant bien fixé, restait la marche à suivre qui était également
tracée par votre dépêche et par les instructions orales que vous m'aviez
données. Avouer, soutenir, diriger ce gouvernement, voilà en résumé la
politique de la France et les devoirs imposés à son ambassadeur. M. de
Rayneval a trouvé le plan aussi bon qu'utile.

Pour remplir la première partie des intentions du gouvernement, il s'est
empressé d'aller le jour même de mon arrivée chez M. de Zéa et chez la
reine. Il leur a annoncé que la France reconnaissait la jeune reine, et
lui offrait son appui. Cette nouvelle a été reçue avec beaucoup de joie,
d'émotion et de gratitude. M. de Rayneval devant vous rendre compte,
Monsieur le duc, dans sa dépêche d'aujourd'hui, de sa conférence avec
la reine, je n'entrerai dans aucun détail à cet égard. Le gouvernement
espagnol s'est hâté de la faire connaître par la _Gazette de Madrid_ qui
vous parviendra avec nos dépêches, espérant trouver, dans la publicité
qu'il lui donnait, un moyen, une force. Il ne paraît pas repousser
l'idée de recourir à l'assistance de la France, si les circonstances
l'exigent, et c'est une éventualité à laquelle les esprits se préparent.
Il importe que le gouvernement français se prépare lui-même, arrête bien
ses résolutions à ce sujet et dispose ses moyens. Voyons maintenant,
autant que je puis en juger, quelle est la situation du gouvernement que
la France a l'intérêt et la volonté de soutenir.

Ce gouvernement a pour lui le fait qui est puissant dans tout pays
et qui semble l'être encore davantage chez une nation habituée à
l'obéissance et lente dans ses déterminations. Il a une administration
composée des partisans de la reine, des capitaines généraux dévoués, des
finances en assez bon état, une armée bien commandée, mieux disciplinée
qu'elle ne l'a été de longtemps, dans laquelle il n'y a eu aucune
défection, et dont la fidélité et le concours lui paraissent assurés. Il
a également le parti libéral qui n'a d'espoir que dans le triomphe de
cette cause, qui domine sur le littoral, dans la plupart des villes
commerçantes, mais qui n'est pas nombreux dans l'intérieur du pays. Il
a enfin, en sa faveur, le peu de capacité de don Carlos et la crainte
qu'inspirent sa femme, ses alentours et le tribunal de l'inquisition.

Mais il a contre lui le clergé qui forme une organisation compacte,
qui continue à exercer une grande influence sur les masses et qui, à
très-peu d'exceptions près, est favorable à don Carlos; le corps des
volontaires royalistes qui, moins bien organisé et moins bien armé que
les troupes régulières, est beaucoup plus considérable qu'elles, et se
trouve répandu sur toute la surface du pays; l'esprit démocratique des
localités qui est l'opposé de l'esprit libéral, et qui fait redouter
les améliorations comme des dépossessions de privilèges; l'esprit de
popularité dont jouit l'infant don Carlos qui, aux yeux d'un peuple qui
a toute la nationalité de l'isolement, représente le pays, tandis que la
reine a contre elle sa qualité d'étrangère.

Ayant en face des adversaires aussi forts, le gouvernement et le
parti de la reine auraient le plus grand besoin de rester amis.
Malheureusement il y a déjà de la désunion parmi eux. Le conseil de
régence est composé dans un sens plus libéral que le ministère, et il y
aura, selon toute apparence, peu d'accord entre eux. La reine, qui se
conduit en ce moment d'après les conseils de M. de Zéa est, dit-on, en
froideur avec sa soeur, et M. de Zéa s'aliéna le parti libéral par son
manifeste du 4 octobre. Ce défaut d'harmonie, dans des circonstances
aussi graves, est d'un augure peu favorable. M. de Zéa gouverne seul
depuis l'avènement de la reine comme il gouvernait seul pendant les six
derniers mois du règne de Ferdinand. Il a des qualités supérieures, du
caractère, au jugement de tout le monde. Il est doué d'un courage, d'une
fermeté et d'une activité rares. Mais il manque peut-être de la prudence
et de l'adresse nécessaires dans une situation aussi compliquée. Il
paraît compter uniquement sur l'autorité. On lui reproche généralement
d'avoir indisposé les libéraux sans nécessité, sinon en ne leur
accordant rien dans le présent, du moins en ne leur laissant rien
espérer dans l'avenir, et d'avoir compromis la reine, en lui faisant
abandonner ceux qui s'étaient déclarés pour elle. En agissant ainsi, il
paraît avoir eu pour but d'empêcher le parti royaliste de se soulever,
en le rassurant sur le maintien de l'autorité absolue et des privilèges
particuliers. Il a pensé que le parti absolutiste, rassuré sur ses
intérêts et ses opinions, combattrait avec moins d'ardeur pour la cause
de don Carlos qui deviendrait moins personnelle et moins politique. Se
serait-il trompé? C'est là ce que le temps montrera bientôt, et ce
que feraient craindre les mouvements insurrectionnels de Bilbao, de
Vittoria, de Talaveira et celui de Logroño sur l'Èbre. Quoi qu'il en
soit, on s'accorde à le regarder comme le seul homme capable, par sa
fermeté, de fonder l'autorité de la reine, sauf à en perdre le maniement
lorsqu'il l'aura affermie. Le parti libéral n'a personne qui l'égale
en vigueur pour faire face aux difficultés présentes, et qui pût le
remplacer utilement dans l'intérêt de la reine et dans celui de la
France.

Comme la vigueur du premier ministre et l'appui des libéraux sont
également nécessaires à la cause de la reine, j'ai cru qu'il convenait
de parler à M. de Zéa de conciliation, dans l'entrevue que j'eus hier
avec lui. M. de Zéa m'a fait sa profession de foi à l'égard des partis,
telle qu'il l'a faite, à plusieurs reprises, à M. de Rayneval: il a
parlé avec une profonde animosité contre les carlistes; il a dit qu'ils
avaient la bannière de la révolte, mais qu'il aurait le bras assez long
et assez fort pour la saisir et la renverser; qu'on verrait alors s'il
les craignait et s'il les ménageait; qu'il connaissait son pays et qu'il
savait quelle était sur lui la puissance du bon droit et de la fermeté;
que seul en 1824, malgré l'exigence du clergé et contre l'avis de tous
ses collègues, il avait osé attaquer de front l'inquisition, et qu'il
l'avait terrassée: qu'il s'en faisait une gloire, et qu'il se rendait
aujourd'hui la justice d'avoir fait plus que personne pour assurer le
trône à la jeune reine en écartant les obstacles que devait rencontrer
son avènement (la princesse de Beira et l'infant don Carlos), en lui
donnant des appuis (par le serment des cortès et par l'organisation
d'une administration et d'une armée fidèle); que la cause à laquelle il
était dévoué était la cause de la nation et du bon droit; que la régente
était décidée à transmettre à sa fille le dépôt de l'autorité royale
intact comme elle l'avait reçu; que l'Espagne n'était pas assez
avancée pour supporter une autre forme d'autorité; que la reine et son
gouvernement étaient cependant bien loin d'être amis des superstitions
de l'obscurantisme; qu'ils les repoussaient et qu'ils songeaient au
contraire à éclairer et à améliorer leur pays; que c'était leur pensée
constante, et qu'on le verrait lorsqu'on aurait dissipé les troubles, et
qu'on administrerait après avoir combattu. Quant aux libéraux, il
m'a dit qu'il ne demandait pas mieux que de s'entendre avec ceux qui
n'étaient pas animés de l'esprit de faction; qu'il y en avait beaucoup
de raisonnables qui s'associeraient à lui pour défendre les droits de la
reine, et qui étaient employés avec empressement; qu'il ouvrait les bras
à tous ceux qui se présentaient avec bonne volonté. En développant son
système et ses intentions que je résume, il a répété plusieurs fois
qu'il se flattait de ne le céder à aucun Espagnol en conviction et en
dévouement, mais qu'il pouvait se tromper, et qu'il était disposé à
recueillir les conseils de ceux surtout qui donnaient les preuves d'un
intérêt si amical à son autorité et à sa souveraine.

Quoiqu'il soit difficile d'agir sur un esprit aussi arrêté que le sien,
j'ai cru devoir lui donner les raisons qui rendaient désirable l'union
des partisans divers de la reine. M. Villiers, qui l'avait vu avant moi,
m'a dit qu'il lui avait parlé dans le même sens, et qu'il est possible
que le langage tenu en commun par ceux qui s'intéressent au gouvernement
de la reine conduise M. de Zéa à affaiblir, par ses choix et ses actes,
l'impression qu'a causée son manifeste. Il m'a chargé de faire part à
mon gouvernement de ses bonnes intentions et de toute la reconnaissance
de la régente. Cette princesse, à qui j'ai eu l'honneur d'être présenté
aujourd'hui par M. de Rayneval, et de remettre la lettre dont m'avait
chargé la reine sa tante, a témoigné les mêmes sentiments pour Leurs
Majestés, et a été touchée de ceux que je lui ai exprimés en leur nom.

Elle m'a gracieusement accueilli, ce qu'ont fait aussi les deux infantes
auxquelles j'ai remis également les lettres et fait les compliments de
la reine. Il n'a été et ne saurait être question d'affaires dans ces
audiences de cour qui peuvent se renouveler pour l'ambassadeur, mais qui
ne le peuvent pas pour moi.

La situation de l'Espagne est beaucoup moins rassurante aujourd'hui que
celle du Portugal, dont je m'abstiens, Monsieur le duc, de vous parler,
parce que M. de Rayneval doit le faire dans sa dépêche. On ne peut rien
conjecturer encore sur la manière dont on en sortira. On ignore jusqu'où
pourra s'étendre l'insurrection carliste, et si la rigueur du premier
ministre qui envoie des troupes pour la comprimer dans le nord de
la Péninsule, où elle a déjà intercepté la principale route de
communication avec le continent, sera secondée par des forces qui
lui permettent de triompher d'elle. La présence de don Carlos sur le
territoire espagnol pourrait lui donner un accroissement immense. On ne
sait pas où se trouve ce prince, depuis qu'il a quitté Santarem pour se
rapprocher de l'Espagne en qualité de _Prétendant_ au trône.

Le bruit s'est répandu que les Basques soulevés avaient député vers lui
pour qu'il se rendit au milieu d'eux. Du reste, on apprendra bientôt ce
qu'il est devenu, et on pourra apprécier aussi la force respective des
deux partis. En attendant, la France doit se mettre promptement en
mesure de soutenir ses intérêts et les résolutions que le gouvernement
du Roi jugera à propos de prendre.

Je crois que ma présence ici, aujourd'hui que l'impulsion est donnée et
reçue, sera moins utile qu'elle ne pourra l'être à Paris, où je
verserai des informations que je vais prendre, et que des dépêches ne
communiquent jamais suffisamment.

Le gouvernement a ici un homme habile, plein de ressources d'esprit, de
pénétration, ce qui est nécessaire dans un pays d'intrigues, possédant
beaucoup d'expérience, connaissant de longue main la Péninsule, bien vu,
bien informé, s'entendant parfaitement avec M. Villiers sur tous les
points, et ayant embrassé avec empressement le plan adopté par le
conseil, plan à l'exécution duquel il veut se consacrer, et qu'il tient
à faire réussir.

Je termine ma trop longue lettre, Monsieur le duc, en vous priant
d'agréer l'assurance de ma haute considération et de mon respectueux
attachement.

_Signé_ MIGNET.


                                    III

                  _Le duc de Broglie au comte de Rayneval_.

20 janvier 1834.

Je n'ai pas besoin de vous dire que la situation de l'Espagne est,
depuis longtemps, l'objet de nos préoccupations les plus sérieuses. Nous
le disons à regret, elle nous paraît s'aggraver beaucoup. Ce n'est pas
dans les tentatives du parti de don Carlos que nous voyons la source
principale et immédiate des dangers qui menacent la tranquillité de
cette péninsule et le trône de la reine Isabelle; ce parti a prouvé que,
réduit à lui-même, il avait peu de chances de succès, et les fautes,
la division des partisans de la reine pourraient seules lui en créer.
Malheureusement ces divisions, loin de s'effacer, deviennent plus
profondes de jour en jour, et rien n'annonce que la marche suivie par le
ministère de la régente doive en amener la fin. M. de Zéa, fort de la
conscience de ses intentions et du courage, souvent heureux, avec lequel
il a, à des époques si diverses, lutté contre les efforts des factions,
persiste, presque seul, dans le système qu'il a proclamé à son arrivée
au pouvoir, et au moment de la mort du feu roi. Il ne repousse pas
la pensée d'améliorer l'administration et la législation civile de
l'Espagne; il y travaille même avec une rare activité; mais préoccupé de
conserver à l'autorité royale une indépendance qu'il croit nécessaire à
son action bienfaisante, il veut qu'elle ne s'appuie que sur elle-même,
qu'elle ne prenne aucun engagement, qu'en acceptant la coopération de
tous les hommes loyaux et éclairés, elle ne fasse aucune concession de
principes aux opinions dont ils sont les représentants. D'un autre côté,
les adversaires de M. de Zéa (et il faut bien reconnaître qu'ils sont
en immense majorité parmi les partisans de la reine), ceux mêmes qui
ne cèdent ni à un entraînement révolutionnaire ni à un entraînement de
pures théories, se refusent à voir un gage d'avenir et de prospérité
pour leur pays dans des réformes établies par un simple acte de pouvoir
arbitraire, et qu'un acte pareil pourrait bientôt révoquer. Ils croient
que ces réformes n'auraient une véritable valeur, ne pourraient inspirer
une juste confiance que si elles étaient garanties, dans une forme
quelconque, par l'assentiment national. Ils sont convaincus enfin
que cet assentiment donnerait à l'autorité de la reine un appui bien
autrement solide que celui qu'elle peut trouver dans des titres
malheureusement contestés. Nous n'avons point à nous prononcer entre ces
deux manières de voir. La connaissance exacte de l'état des esprits en
Espagne eût pu seule nous mettre en mesure de distinguer celle qui est
fondée sur la vérité, et à la distance où nous sommes du théâtre des
événements, nous devions attendre que les faits vinssent nous éclairer.
Vous savez d'ailleurs avec quel soin religieux nous avons toujours évité
ce qui eût pu nous faire soupçonner de vouloir nous immiscer dans
la direction intérieure du gouvernement espagnol. Un sentiment de
délicatesse, que M. de Zéa aura certainement apprécié, nous a engagés à
pousser cette réserve jusqu'au scrupule, dans un moment où le besoin que
le gouvernement de la reine pouvait avoir de notre appui eût donné en
apparence, aux représentations que nous lui aurions fait entendre, un
tout autre caractère que celui de simples conseils. Je ne vous cacherai
pas que cette considération a pu seule nous empêcher d'exprimer, dans le
temps, le regret que nous a fait éprouver un acte dont les ennemis de M.
de Zéa se sont fait depuis une arme si puissante contre lui, le fameux
manifeste du 4 octobre. Nous eussions craint d'ailleurs, parles plus
légers témoignages d'improbation, d'encourager les adversaires, de
diminuer les moyens de succès d'un ministre auquel nous n'ayons pas
cessé d'accorder la plus profonde estime; et, bien détermines à ne pas
lui susciter d'obstacles, nous n'avons pas hésité à subir pour notre
compte les conséquences fâcheuses de l'attitude passive et expectante à
laquelle nous nous étions résignés. Nous avons laissé s'accréditer, en
France comme en Espagne, l'opinion que non-seulement le gouvernement
du Roi appuyait de tout son crédit auprès de la régente le maintien
au pouvoir de M. de Zéa, mais encore qu'il attachait à cet appui
la condition d'écarter toute institution constitutionnelle, toute
innovation libérale. Je vous le répète, nous ne voulions ni nous
immiscer gratuitement dans les affaires intérieures de l'Espagne, ni
mettre obstacle à la réalisation d'un système dans lequel un homme
tel que M. de Zéa déclarait voir le seul moyen de salut pour le pays.
Cependant les événements ont marché, et ils sont de nature à faire
craindre que M. de Zéa n'ait pas complètement apprécié les nécessités de
la situation actuelle de l'Espagne. Si, jusqu'à présent, il a réussi
à tenir le gouvernement isolé de tous les partis et de toutes les
opinions, nous croyons que la régence a plutôt puisé dans cet isolement
un principe de faiblesse qu'un principe d'indépendance véritable. Les
choix qu'elle a dû faire, les mesures qu'elle a successivement décrétées
et qui l'eussent popularisée si l'ensemble de sa marche eût permis d'y
voir le résultat d'un système, n'ont eu d'autre effet que celui de
donner, à tort, sans doute, une apparence d'inconséquence, et de livrer
aux ennemis du ministère d'importantes positions d'où ils peuvent
désormais diriger leurs attaques avec plus d'efficacité. Le parti qui
appelle des réformes, convaincu que celles qu'il a obtenues ne lui
ont été accordées qu'à contre-coeur, à titre de concessions, et qu'on
saisirait la première occasion de les lui reprendre, loin d'y trouver un
motif de se rallier aux premiers dépositaires du pouvoir, n'en aspire
qu'avec plus d'ardeur à les renverser parce qu'il croit y voir un indice
de leur faiblesse. Plusieurs même des hommes qu'on a appelés aux emplois
les plus importants, aux commandements des provinces, convaincus qu'ils
ne doivent leur nomination qu'à l'empire irrésistible de l'opinion
publique, secondent plus ou moins les efforts de l'opposition.

L'autorité royale s'affaiblit ainsi progressivement; les mesures qui
devraient la fortifier tournent à sa ruine, parce qu'elle se trouve
placée dans une situation fausse; l'anarchie règne dans tous les
esprits; elle commence à passer dans les actes et le pouvoir se
désarmant peu à peu, sans apaiser les mécontentements et les exigences
dont il est assailli, arrivera peut-être au point de ne pouvoir plus
refuser à la force les concessions qu'il juge incompatibles avec sa
sûreté. Une catastrophe semble imminente. Il est impossible qu'un esprit
aussi éclairé que M. de Zéa se fasse illusion à cet égard, et quelque
convaincu qu'il pût être, à une autre époque, de la bonté du système
auquel il avait attaché son nom, et des dangers de toute combinaison
fondée sur d'autres principes, nous comprendrions difficilement qu'il
persistât à vouloir soutenir seul une lutte aussi disproportionnée, une
lutte que son courage peut-être prolongerait encore, mais où il finirait
par succomber, et où peut-être (cette considération doit surtout toucher
un coeur comme le sien), il ne succomberait pas seul. Nous ne prétendons
pas nier qu'une transaction, au point où en sont les choses, ne présente
pas aussi de grands obstacles, qu'elle ne puisse même enfanter des
dangers réels; mais, dans cette voie les dangers ne sont que possibles;
ailleurs ils sont certains: il faut opter. Dans un tel état de choses,
M. de Zéa doit nécessairement s'être tracé un plan de conduite; il ne
peut avoir, dans sa pensée, abandonné les destinées de son pays aux
hasards ou pour mieux dire aux chances trop certaines d'un combat
désespéré. Les intérêts de l'Espagne sont aujourd'hui trop étroitement
unis à ceux de la France pour que nous puissions rester indifférents à
l'avenir qui se prépare pour ce pays, et nous nous rendrions coupables
envers la France elle-même, si nous ne faisions tous nos efforts pour
détourner les malheurs qui menacent nos voisins. C'est au nom de ces
intérêts communs, au nom de la bienveillance que le Roi a constamment
éprouvée pour son auguste nièce, que vous devez, Monsieur le comte,
inviter M. de Zéa à vous faire connaître ses vues et ses projets. Des
explications franches et complètes, telles qu'on peut les attendre d'un
homme aussi connu par sa droiture et sa fermeté, nous sont absolument
nécessaires. Elles peuvent seules fixer nos incertitudes, et nous
indiquer la marche que nous avons à suivre par rapport à l'Espagne. Je
les attends avec impatience.


                                    IV

                1° _Le duc de Broglie au comte de Rayneval_,

18 mars 1834.

Je ne dois pas vous cacher que les nouvelles d'Espagne produisent une
bien pénible impression sur le gouvernement du Roi, et que la situation
de ce pays est devenue l'objet des plus sérieuses délibérations du
conseil.

Je n'ai pas besoin de vous rappeler le vif intérêt que la France a
manifesté, dès le premier moment, pour la consolidation du trône de la
reine Isabelle. Le jour même où nous avons appris la mort de Ferdinand
VII, nous nous sommes empressés de reconnaître l'autorité de la régente;
nous avons fait plus; nous lui avons offert notre appui; non pas sans
doute dans la pensée de soutenir, contre la volonté de la nation
espagnole, un pouvoir qu'elle eût voulu repousser, mais pour donner à ce
pouvoir que nous présumions, que nous croyons encore aujourd'hui appuyé
par les principales forces morales et par les plus honorables influences
du pays, le temps de s'organiser et de se mettre en mesure de soutenir
la lutte contre une faction qui, pendant douze années d'une domination
presque absolue, avait eu tous les moyens de se préparer au combat.

Loin donc de prétendre imposer à l'Espagne un gouvernement de notre
choix, notre seule pensée avait été d'assurer à la saine majorité
nationale la possibilité de se prononcer librement. Nous jugions
d'ailleurs que, par la position, par les antécédents des hommes qui
s'étaient déclarés ses défenseurs, le gouvernement de la reine se
trouverait naturellement amené à faire entrer l'Espagne dans des voies
d'amélioration, de progrès, de réformes salutaires; et certes cette
prévision n'a pas peu contribué à la promptitude que nous avons mise à
nous déclarer en sa faveur. Mais pénétrés du plus profond respect pour
l'indépendance des nations, nous avons soigneusement évité, au moment
où la situation de ce gouvernement pouvait lui rendre notre appui si
précieux, tout ce qui eût pu faire croire que nous y mettions des
conditions relatives aux formes de son régime intérieur. Nous nous
sommes longtemps abstenus, vous le savez, de faire entendre à cet égard,
et dans quelque sens que ce fût, le moindre conseil formel.

Tels étaient nos scrupules que nous n'avons même pas cru devoir
manifester notre opinion sur la déclaration du 4 octobre, par laquelle
les ministres de la régente lui firent proclamer la détermination de
maintenir le pouvoir absolu, en même temps qu'elle annonçait des mesures
de clémence et des réformes administratives. Cependant nous prévîmes dès
lors que cette manifestation imprudente deviendrait un germe de défiance
et de division parmi les amis de la reine, qu'elle entraînerait la chute
de ses auteurs, et que, comme il serait impossible d'en maintenir les
principes, l'autorité, en se plaçant dans la nécessité de faire un pas
rétrograde, se trouverait avoir porté une première et fâcheuse atteinte
à cette spontanéité d'action si précieuse pour elle aux époques de
régénération politique.

Notre manière de voir n'a malheureusement pas tardé à se vérifier.

De vives réclamations se sont fait entendre contre le système qui venait
d'être déclaré La régente n'était pas en état d'imposer silence à une
opinion dans laquelle elle puisait toute sa force. Elle se persuada qu'à
défaut d'institutions politiques, elle pourrait la satisfaire par des
concessions d'une autre nature.

Certes il serait injuste de méconnaître tout le bien que la régente a
déjà fait. Le rappel des exilés, la fin des proscriptions, l'admission
aux emplois publics de tout ce que l'Espagne renferme d'hommes capables
et honorables, la création d'une administration civile depuis
si longtemps désirée, les importantes réformes introduites dans
l'organisation des tribunaux, toutes ces mesures et d'autres encore que
la reine Christine a accumulées dans l'espace de quelques semaines,
eussent suffi, en temps ordinaire, pour illustrer et pour faire bénir un
long règne.

Si, dans les circonstances actuelles, elles ont passé presque
inaperçues, c'est que l'opinion publique se croyait en droit d'exiger
quelque chose de mieux; c'est qu'instruite par une longue expérience
à redouter les incertitudes et les variations du pouvoir absolu,
elle n'était pas disposée à placer beaucoup de confiance dans les
améliorations partielles, fruit d'une inspiration généreuse ou d'une
nécessité de circonstance qui pouvait s'évanouir devant d'autres
combinaisons; c'est enfin qu'aux yeux des hommes qui ont jusqu'à présent
soutenu la régente, la seule amélioration complète et durable, la seule
qui puisse donner à toutes les autres une base solide et leur
assurer une garantie suffisante, c'est l'établissement d'un régime
représentatif.

Les résultats naturels de ce désaccord si fâcheux entre le système suivi
par la régente et la conviction presque unanime de ses adhérents se sont
bientôt manifestés.

A l'empressement bienveillant qui l'avait d'abord accueillie a succédé
une défiance, injuste sans doute, mais bien difficile à calmer.
L'autorité a perdu son action. A Madrid même, à peine a-t-elle pu faire
exécuter ses ordres; dans les provinces, les capitaines généraux les
plus dévoués à la cause de la reine ont cru devoir, pour la servir, pour
ne pas exaspérer des populations inquiètes et mécontentes, se rendre en
quelque sorte indépendants, et ne tenir aucun compte des instructions
qu'ils recevaient.

Encouragés par ces symptômes de faiblesse et d'anarchie, les partisans
du prétendant relèvent la tête. Dans les provinces d'où on n'a jamais
réussi à les expulser complétement, ils se montrent en plus grand nombre
et plus audacieux; leurs progrès menacent même de s'étendre à des points
où leurs tentatives avaient d'abord échoué.

Pour lutter contre leurs bandes nombreuses, pour parvenir à les
atteindre, à les expulser, l'armée, malgré son dévouement, est
évidemment trop faible, et l'épuisement du trésor ne permet
malheureusement pas d'étendre ses cadres autant qu'il serait nécessaire.
L'accord énergique des amis de la reine pourrait seul y suppléer; c'est
assez dire combien on doit déplorer les causes qui ont rendu jusqu'à
présent cet accord impossible, et qui, en détournant vers d'autres
préoccupations les pensées et les efforts des constitutionnels, ont
laissé le champ libre à leurs plus cruels ennemis.

On a pu croire, il y deux mois, que ces causes allaient disparaître.
Lorsque la régente, cédant à une impérieuse nécessité, s'est déterminée
à congédier M. de Zéa, lorsqu'elle a appelé dans son conseil des hommes
dont les noms réveillaient de puissantes sympathies, l'enthousiasme, les
espérances qui se sont manifestés universellement ont semblé rendre au
pouvoir toute sa force morale.

Malheureusement ces sentiments, qui se rapportaient moins encore à la
personne des ministres nouveaux qu'à l'idée dont on voyait en eux les
représentants, ne devaient pas tarder à s'affaiblir. Lorsqu'on a vu
des jours, des semaines, des mois entiers s'écouler sans qu'aucune
manifestation officielle vînt annoncer l'époque d'un changement réel de
système, on s'est étonné de ces retards et de ce silence. On a craint
que tout ne fût remis en question; de funestes soupçons se sont élevés
dans les esprits, et les accusations qui se sont fait entendre ont pris
un caractère plus grave encore que celles qui avaient renversé, il y a
deux mois, M. de Zéa. A cette époque, en effet, on ne s'attaquait qu'au
ministère; on voyait en lui le seul obstacle qui entravât l'action
bienfaisante et libérale d'une auguste volonté. Aujourd'hui, je le dis
avec douleur, les plaintes portent plus haut.

Le mal que je viens de signaler est bien grand; il pourrait devenir
irréparable si on le laissait s'aggraver.

En vain se flatterait-on encore de calmer l'impatience publique par des
améliorations de détail, par des réformes semblables à celles que je
rappelais tout à l'heure. De pareils moyens, qui n'ont pas même réussi
lorsque les coeurs étaient plus ouverts à l'espérance, échoueraient
complétement aujourd'hui. Les esprits, devenus inquiets et soupçonneux,
ne verraient plus, dans les concessions qu'on leur jetterait ainsi
successivement, que des artifices par lesquels on voudrait les abuser.
Loin d'en éprouver la moindre reconnaissance, ils s'en irriteraient
davantage parce qu'ils croiraient y apercevoir un nouveau symptôme de
crainte et de mauvaise foi; la royauté s'affaiblirait ainsi par ses
propres bienfaits, et lorsque plus tard elle se serait enfin décidée
à entrer dans des voies nouvelles, elle n'y porterait plus la force
nécessaire pour y marcher avec succès.

Persévérer dans un tel système, ce serait vouloir courir à sa perte;
ce serait s'exposer gratuitement à de grands périls qu'il est encore
possible d'éviter.

Que la régente s'empresse donc de sortir de la position fausse où elle
se trouve engagée; qu'elle adopte enfin un plan de conduite propre à
fixer toutes les incertitudes, à rallier tous les esprits raisonnables,
à assurer au gouvernement une confiance dont il a un besoin si
impérieux. En ce moment, elle conserve peut-être encore l'autorité
nécessaire pour décréter librement, avec maturité, d'après les
inspirations de la prudence, les changements à effectuer dans les
institutions du pays. Un peu plus tard, cette liberté lui échapperait,
et l'opinion publique, plus exigeante à mesure qu'elle serait plus
défiante, lui imposerait la loi. De nouveaux retards, loin d'atténuer
les difficultés dont on se préoccupe si exclusivement, ne feraient que
les aggraver. Ces difficultés, au surplus, sont moins effrayantes que le
gouvernement espagnol est peut-être porté à se le figurer. C'est sans
doute une tâche délicate, autant que grande et noble, que celle de
régénérer un peuple en modifiant sa législation; mais nous croyons qu'on
exagère singulièrement les dangers d'une telle entreprise lorsqu'on
va jusqu'à confondre l'époque actuelle avec d'autres époques dont les
circonstances étaient absolument différentes, celles de 1812 et de 1820.

D'abord, on ne tient pas assez compte de la disposition des esprits. En
1812, en 1820, les idées d'innovations n'existaient encore que dans un
petit nombre de têtes qui les comprenaient mal, les exagéraient par
conséquent, et se livraient avec un dangereux entraînement aux utopies
les plus illimitées.

Aujourd'hui, le parti, qu'on appelle des réformes, s'est instruit par
l'expérience de ses fautes et des malheurs qui en ont été la suite. En
se modérant, en repoussant d'impraticables théories, il s'est fortifié
de l'adhésion d'un grand nombre d'hommes que son exagération seule avait
d'abord écartés de lui. Il est donc tout à la fois plus nombreux et plus
sage; sa force morale et sa force matérielle se sont accrues en même
temps.

En 1812, la royauté était absente; en 1820, elle était vaincue et
captive. Tout se faisait sans elle, malgré elle, contre elle, parce
qu'on était fondé à la croire hostile à la liberté, parce qu'on
craignait surtout de la mettre en mesure de renverser la constitution.

Il n'y a rien de semblable dans la situation du gouvernement actuel.
Loin de pouvoir être considéré comme l'adversaire naturel des amis
des réformes et d'une sage liberté, chacun sait que sa cause est
inséparablement unie à la leur, qu'il tombera avec eux, qu'il a pris
lui-même l'initiative des améliorations; chacun, malgré les défiances
qui commencent à se faire jour, est encore disposé à la lui laisser. On
ne lui demande que d'en user avec un peu plus d'activité.

Ce sont là, Monsieur le comte, de grands avantages, une grande
supériorité de position. La royauté n'a pas cessé d'être forte en
Espagne, plus forte peut-être que dans aucune autre partie de l'Europe;
il lui faut sans doute céder quelque chose au mouvement général de
l'esprit humain, et chercher des appuis nouveaux à la place de ceux que
le temps a brisés. Mais ces appuis deviendront pour elle d'utiles et
puissants instruments, lorsqu'elle se décidera à les accepter avec
franchise et sans arrière-pensée. Ce n'est pas en Espagne qu'elle peut
craindre de se trouver annulée. Longtemps encore le peuple espagnol
verra dans ses souverains les représentants directs de la divinité;
longtemps ils seront pour lui l'objet d'une sorte de culte auquel on
n'attenterait pas impunément; et si, sous les derniers règnes, ce
sentiment exalté a paru quelquefois éprouver une atteinte momentanée,
c'est parce que les princes auxquels il s'adressait ont semblé oublier
que de tels hommages rendus par un si noble peuple n'exigent pas
seulement, de celui qui les reçoit, des sentiments généreux et
bienveillants, qu'ils ont besoin d'être encouragés par les dehors
de cette majesté simple et élevée, de ces habitudes sévères, un peu
austères même, qui, dans d'autres siècles, ont caractérisé les plus
illustres prédécesseurs de la reine Isabelle.

Je viens, Monsieur le comte, de vous exposer la manière dont nous
envisageons la situation actuelle de l'Espagne. Plusieurs fois déjà vous
avez été chargé de parler dans ce sens aux ministres de la régente.
L'intention du roi et du conseil est que vous en entreteniez directement
Sa Majesté Catholique à laquelle vous pourrez même donner lecture de
cette dépêche. La reine verra sans doute dans une telle démarche un
nouveau gage de la tendre affection dont le Roi son oncle lui a
déjà donné tant de preuves, un nouveau témoignage des sentiments
bienveillants qui unissent depuis si longtemps la France à l'Espagne, et
que les derniers événements ont rendus plus vifs encore, en confondant
les intérêts des deux États: elle comprendra combien les circonstances
ont dû nous paraître graves pour que le Gouvernement français, si
soigneux de ne pas intervenir dans les affaires intérieures des autres
peuples, se soit déterminé à adresser à l'Espagne des conseils aussi
pressants.

Les considérations que vous êtes chargé de présenter à Sa Majesté
Catholique sont celles que nous croyons les plus propres à faire
impression sur son coeur, parce qu'elles sont puisées dans l'état
intérieur, dans les voeux, dans les besoins d'un pays dont le bonheur
est confié à ses soins. Nous pourrions ajouter que, dans l'intérêt même
de la considération à laquelle l'Espagne est en droit de prétendre
auprès des gouvernements étrangers, la fin du système de temporisation
auquel elle est aujourd'hui soumise sera encore une mesure sage et bien
combinée. En vain, pour combattre cette assertion, alléguerait-on le peu
de sympathie de quelques-uns de ces gouvernements pour les principes
invoqués par les partisans de la régente; il n'en est pas moins vrai
qu'ils considèrent aujourd'hui l'Espagne comme forcée par sa position
d'accepter au moins une partie de ces principes, et que, de leur propre
aveu, le pouvoir de la régente aura, en quelque, sorte, à leurs yeux,
un caractère provisoire jusqu'à l'époque où il se sera soumis à cette
condition de son existence; il est donc certain que, le jour où il s'y
sera décidé, le gouvernement espagnol aura acquis plus de force et
inspirera plus de confiance non-seulement à ses alliés, mais encore aux
États mêmes qui ne l'ont pas encore reconnu.


                           2° _Le même au même._

19 mars 1834.

Le Roi a jugé convenable de vous prescrire, dans les circonstances
actuelles, une démarche directe auprès de la reine Christine. Sa Majesté
a pensé que le moment était venu de faire ouvertement connaître à cette
princesse de quelle manière nous envisageons la situation de l'Espagne,
et quel jugement nous portons sur la marche que son gouvernement a
suivie jusqu'à ce jour. Mais, dans une dépêche destinée à être placée
sous les yeux de la régente, il était impossible de faire entrer
certaines considérations, de développer certains aperçus sans affaiblir
le caractère d'une communication faite au nom même du Roi. Nous devions
donc, Monsieur le comte, vous laisser le soin d'exposer de vive voix à
la reine Christine bien des observations, bien des conseils dont l'effet
pouvait être d'autant plus sûr qu'ils lui seraient présentés, pour ainsi
dire, dans l'abandon d'un entretien confidentiel. C'est ainsi, par
exemple, qu'en discutant la question des Cortès, vous n'omettrez point
de faire ressortir combien il est essentiel d'offrir, dans le mode de
formation de la représentation nationale et particulièrement dans la
constitution de la Chambre haute, ces garanties d'indépendance légale et
régulière non moins nécessaires pour la stabilité du trône de la jeune
Isabelle que conformes aux principes d'une sage et vraie liberté en
Espagne. A cet égard, notre opinion vous est connue. Vous devrez donc
saisir ou faire naître l'occasion d'en instruire la régente. Vous aurez
également à lui démontrer de quelle importance il est que le pouvoir
soit composé d'éléments parfaitement homogènes. Jusqu'ici la composition
du cabinet n'a pas présenté cet accord de principes, cette identité de
vues sans lesquels l'autorité, partagée, tiraillée en sens divers, ne
peut avoir ni force, ni considération. Je ne m'étendrai pas davantage
sur ce sujet; vos rapports me prouvent que je n'ai nul besoin de
vous suggérer les arguments et les avis dont nous désirons frapper
l'attention de la reine Christine.

Du reste, notre intention n'est pas que vous fassiez mystère à M. de la
Rosa du caractère général et de l'objet de la démarche que le Roi vous
prescrit.


                                     V

               1° _Le duc de Broglie au comte de Rayneval_,

Paris, 23 mai 1835.

Monsieur le comte, j'ai reçu les dépêches que vous m'avez fait l'honneur
de m'écrire jusqu'au n° 32 inclusivement. Le gouvernement du Roi a
appris, avec un sentiment bien pénible, les désordres qui ont agité
Madrid dans la journée du 11 et qui ont mis à une nouvelle épreuve le
courage et le sang-froid de M. Martinez de la Rosa.

Il était facile de prévoir que les derniers événements de la Navarre, en
trompant les espérances qu'on avait fondées sur le général Valdès pour
la conclusion de la guerre civile, augmenteraient en Espagne le
nombre des partisans d'une intervention française. Les esprits sont
naturellement portés, lorsque des circonstances difficiles viennent à se
prolonger, à adopter les moyens qui semblent pouvoir le plus promptement
y mettre un terme, sans beaucoup s'inquiéter des inconvénients qu'ils
ont sous d'autres rapports. Ce qui nous surprendrait davantage, ce
serait que des hommes aussi éclairés que les ministres de la régente se
fussent laissés entraîner à partager cette impression.

Ce n'est pas, Monsieur le comte, que je veuille prononcer ici d'une
manière absolue sur la question d'intervention; elle n'a pas été posée
et par conséquent le conseil n'a pas été appelé à en délibérer. Si elle
se présentait plus tard, notre décision serait surtout déterminée par
l'appréciation des circonstances qui l'auraient fait surgir; mais sans
anticiper sur les éventualités, je crois devoir, dès à présent, appeler
votre attention sur les graves objections que rencontrerait une pareille
mesure.

Les ministres de la régente ne peuvent ignorer combien l'idée d'une
intervention est impopulaire en France. Sans parler même des obstacles
qu'y apporteraient les passions des divers partis, la masse de la
nation, préoccupée de fâcheux souvenirs, n'y verrait qu'une occasion de
charges nouvelles et d'inextricables embarras; et le gouvernement du
Roi, en supposant qu'il lui fût possible de ne pas tenir compte de cette
répugnance, encourrait une responsabilité d'autant plus pesante
qu'il n'aurait pas lui-même une confiance absolue dans le succès de
l'entreprise pour laquelle il se résignerait à la subir.

En Angleterre, une opposition bien autrement sérieuse se prononcerait
contre l'envoi d'une armée française au delà des Pyrénées. Rien,
peut-être, ne serait plus propre à ranimer les vieilles jalousies
nationales. Le ministère actuel, quelles que fussent ses dispositions
personnelles, se verrait forcé de s'associer au sentiment public; et
s'il voulait y résister, il est plus que probable que la faible majorité
sur laquelle il s'appuie lui manquerait bientôt, qu'une administration
prise dans d'autres rangs arriverait au pouvoir, et que, pour obéira
l'impulsion qui l'y aurait portée, elle commencerait par rompre
l'alliance salutaire qui unit aujourd'hui l'Angleterre à la France et à
l'Espagne.

Ce qui n'est pas moins évident, c'est que les autres puissances de
l'Europe verraient l'intervention avec un déplaisir au moins égal;
c'est que sans la combattre ouvertement, elles s'attacheraient à nous
embarrasser dans des complications que la situation générale de l'Europe
rendrait faciles à faire naître. Sans doute cette considération ne nous
arrêterait pas à elle seule; cependant, réunie à toutes celles que je
viens d'indiquer, elle a bien aussi quelque poids.

Je n'ai pas besoin d'ajouter que l'intervention condamnée en France
et en Angleterre par l'opinion publique, repoussée dans le reste de
l'Europe par la politique des cabinets, trouverait en Espagne même de
nombreux contradicteurs, qu'elle ôterait en apparence au gouvernement
de la reine ce caractère de nationalité qui est la première des forces
morales, et qu'au contraire, elle grandirait le parti de don Carlos,
en lui fournissant l'occasion de se présenter comme le défenseur de
l'indépendance du pays.

Une nécessité absolue expliquerait seule que le cabinet espagnol se
décidât à braver de telles conséquences en réclamant l'appui d'une armée
française. S'il avait perdu tout espoir de pacifier la Navarre par ses
propres moyens, s'il était fondé à se croire menacé dans son existence
par les progrès de l'insurrection, nous comprendrions qu'en désespoir
de cause, il ne reculât pas devant une ressource aussi extrême.
Heureusement les choses n'en sont pas là, à beaucoup près.

L'autorité de la reine n'a pas cessé d'être reconnue dans la presque
totalité de la monarchie. Presque partout, les tentatives faites en
faveur du prétendant ont été vigoureusement réprimées. Seulement
quelques petits districts montagneux, situés à une extrémité de la
Péninsule, ont pu, jusqu'à présent, grâce aux difficultés du terrain et
à l'énergie, bien connue de leur population, se maintenir dans un état
de révolte qui se rattache plutôt à des griefs particuliers et locaux
qu'à des passions et à des intérêts communs à l'ensemble du pays. Un
chef habile y a réuni, indépendamment des volontaires qui viennent
accidentellement grossir ses rangs, dix à douze mille hommes organisés
avec une sorte de régularité bien qu'assez mal armés; il a de plus sous
ses ordres deux cents chevaux; il dispose de neuf pièces de canon.

Avec cette force, et s'appuyant d'ailleurs sur les sympathies de la
population, il a jusqu'à présent réussi à repousser les attaques de
troupes plus nombreuses, mais composées en majorité de jeunes soldats
inexpérimentés, et engagées dans des positions où le nombre est assez
indifférent, où l'artillerie et la cavalerie ne sont à peu près d'aucun
usage. Mais il est évident que, s'il voulait sortir de ses montagnes, il
perdrait les avantages qui font sa supériorité, et qu'il se verrait
même abandonné, par le plus grand nombre de ses compagnons d'armes; les
Navarrais, les Basques surtout, exclusivement attachés à leur sol, à
leur langue, à leurs institutions, et habitués de temps immémorial à
se considérer comme un peuple distinct du reste de l'Espagne, ne
consentiraient certainement pas à aller se battre loin de leurs foyers,
pour une cause qui ne serait plus celle de leurs franchises et de leurs
privilèges.

Zumalacarreguy, lorsqu'il le voudrait, ne réussirait pas à les entraîner
en Castille, et il ne le voudrait pas parce qu'il sent très-bien qu'au
milieu des vastes plaines qui couvrent le pays, ses chances de succès ne
seraient plus les mêmes.

L'insurrection de la Navarre et de la Biscaye n'a donc en elle-même rien
de directement menaçant pour le trône de la reine Isabelle. Sans doute
par l'effet moral qu'elle produit sur le reste de l'Espagne, elle
constitue un danger que je ne prétends pas méconnaître; elle entretient
une funeste agitation; elle réveille les espérances des partis et leur
ouvre des chances. Il est important, il est pressant d'y mettre un
terme; mais encore une fois, l'état des choses n'a pas ce caractère
d'urgence désespérée qui ne permet plus de s'arrêter au choix des
moyens; et le découragement qui porterait le gouvernement de la régente
à proclamer sa propre impuissance, en demandant notre intervention, ne
serait nullement justifié.

Ce n'est pas certes que nous voulions lui refuser l'appui et les secours
qu'il dépend de nous de lui accorder, sans compromettre à la fois ses
intérêts et les nôtres, si intimement unis dans cette question. Entre
une intervention armée et ce que nous avons déjà fait pour lui, il
existe des termes moyens qui concilieraient bien des difficultés. Ce
n'est pas au gouvernement du Roi qu'il appartient de les désigner au
cabinet de Madrid; nous pouvons être mauvais juges de ce qu'exigent et
de ce que comportent les nécessités de sa situation; mais si, écartant
des idées d'intervention que rien ne justifierait en ce moment, il
s'adressait à nous avec confiance pour nous faire part de ses vues et de
ses besoins, pour nous indiquer ce qu'il pense que nous pourrions faire
pour lui, la question se présenterait sous un tout autre aspect. Ce que
nous lui demandons avant tout, c'est de ne pas ôter à la cause de la
jeune reine, le caractère de l'indépendance et de la nationalité; c'est
que l'emploi des ressources que le gouvernement espagnol obtiendrait de
ses alliés ne fût dirigé que par des mains _espagnoles_.

Quelles que soient les propositions que l'Espagne jugerait à propos de
nous faire, il serait essentiel qu'elle les communiquât en même temps
aux deux autres puissances qui ont pris part au traité du 22 avril, et
que dans une proportion quelconque, elle réclamât aussi leur concours ou
au moins celui de l'Angleterre. Tout ce qui tendrait à mettre hors de
doute le maintien de ce traité, et à y rattacher la suite des mesures
qui pourraient être adoptées, serait d'une bonne politique: les raisons
en sont trop évidentes pour que je croie nécessaire de les développer.


              2° _Le duc de Broglie au comte de Rayneval_.

Paris, le 14 juillet 1835.

Monsieur le comte, j'ai reçu les dépêches que vous m'avez fait l'honneur
de m'écrire sous la date des 1er, 2 et 3 juillet.

Le gouvernement du Roi voit avec regret qu'à Madrid on ne s'est pas fait
encore une idée exacte de la nature des motifs qui l'ont porté à refuser
d'intervenir directement dans les affaires d'Espagne. Par une fausse
interprétation des termes dans lesquels il a exprimé ce refus, on semble
s'attacher à n'y voir qu'un ajournement provisoire; on semble croire
qu'un examen plus approfondi de la situation de la Péninsule et de plus
pressantes instances de la part du cabinet espagnol pourraient, dans
l'état actuel des choses, nous faire revenir sur notre détermination.

C'est une erreur, Monsieur le comte, qu'il importe de dissiper. Sans
doute le gouvernement du Roi n'a pas entendu établir pour tous les cas
la doctrine absolue de la non-intervention; il n'a pas voulu poser en
principe qu'il n'eût pas pu, qu'il ne pourrait pas se présenter un jour
des circonstances où l'intervention serait à la fois avantageuse pour
la France et pour l'Espagne, et par conséquent légitime: c'est pour
réserver ces éventualités tout hypothétiques que nous avons donné
à notre refus la forme circonspecte qui paraît avoir trompé le
gouvernement espagnol. Mais tel a été notre unique but, et l'on aurait
tort d'attribuer un autre sens aux expressions que nous avons employées.

Il importe que l'on en soit bien convaincu. Avant de nous arrêter au
parti que nous avons pris, nous avions mûrement examiné tous les côtés
de la question: nous nous étions rendu compte de toutes les chances
probables et possibles, et ce n'est qu'après une délibération
approfondie que notre choix s'est arrêté sur la mesure que nous avons
jugée, non pas exempte de tout inconvénient sérieux, mais sujette à de
moins graves objections que toutes les autres.

Ce serait donc vainement qu'on essayerait, par des considérations de
détail, tirées de la position particulière du gouvernement espagnol,
d'ébranler notre décision. Outre que ces considérations ne changent rien
au fond de la question et qu'elles rentrent d'ailleurs plus ou moins
dans celles qui nous avaient d'abord été présentées, elles ne sauraient
évidemment prévaloir contre les motifs que nous avons puisés dans les
intérêts les plus essentiels de la France.

Toute insistance nouvelle à cet égard serait donc plus qu'inutile. Tout
ce qui tendrait à prolonger l'illusion du gouvernement espagnol, et à
lui faire tenter dans ce sens de nouveaux efforts, n'aurait d'autre
résultat que d'amener, entre lui et nous, de pénibles explications,
et en même temps d'imprimer à sa marche cette incertitude si propre à
paralyser toute détermination vigoureuse, et de l'empêcher d'employer
utilement les ressources très-réelles dont il peut disposer et celles
que nous lui offrons, en l'entretenant dans l'espoir trompeur d'un
secours qu'il ne recevra pas.

C'est à vous, Monsieur le comte, qu'il appartient de ramener le cabinet
de Madrid à une plus juste appréciation du véritable état des choses. Je
ne saurais trop vous recommander d'y travailler de tous vos moyens.


                                    VI

                _1° A Monsieur Guizot, député, à Paris_.

Alger, le 27 mai 1836.

Monsieur,

Les colons d'Alger se souviennent avec reconnaissance que dans les
dangers qui, l'année dernière, menacèrent si vivement leur existence,
votre crédit et la puissance de votre parole décidèrent du succès de
leur cause que vous aviez identifiée à celle de la France elle-même.
Alors ils se livrèrent à leurs travaux, animés par l'espérance, cet
aliment de tous les établissements naissants, et le seul qui puisse
amener l'entier développement de la colonisation. Lorsqu'ensuite,
dans l'intervalle des deux sessions, les adversaires de la colonie
annoncèrent de nouvelles hostilités, notre confiance dans l'intérêt que
vous nous aviez témoigné nous empêcha d'abord de concevoir de sérieuses
alarmes; comment d'ailleurs nous persuader qu'après la solennelle
reconnaissance de nos possessions d'Afrique, on viendrait, dès l'année
suivante, renouveler des attaques auxquelles résisterait à peine une
colonie mieux affermie que la nôtre? Malgré toutes nos espérances, nous
sommes encore aujourd'hui forcés de combattre, et nous avons recours
à nos anciens défenseurs. La _Société coloniale_, dont la sollicitude
s'étend à tout ce qui importe aux intérêts de la colonie, sait trop
combien votre parole a d'influence pour ne pas vous prier de faire
entendre à la tribune les arguments de raison et d'expérience qui, dans
votre bouche, ont déjà obtenu de si grands succès en notre faveur. Notre
reconnaissance et nos remerciements seront un bien faible pris pour tout
ce que nous vous devons; mais la gloire de faire triompher une cause si
chère à la patrie et à l'humanité est une noble et belle récompense qui
suffit aux grandes âmes, et que les hommes à haute pensée ont toujours
ambitionné d'obtenir.

Nous avons l'honneur de vous adresser les renseignements que nous avons
pu recueillir sur les progrès de la colonie, persuadés que votre talent
saura les faire valoir et que le vote de la Chambre, en dissipant
nos inquiétudes, consolidera notre avenir et vous donnera un nouveau
triomphe.

Daignez agréer,
Monsieur,
l'assurance de notre très-haute considération.

CH. SOLVET, ROZEY, FILHON,
Vice-Président. Vice-Président. Président.


                           2° _Les mêmes au même_.

Alger, le 29 juin 1836.

Monsieur,

Dans la discussion de la Chambre des députés qui vient de fixer, il
faut du moins l'espérer, le sort de la colonie d'Alger et l'attacher
irrévocablement à la mère patrie, vos paroles aussi sages que
bienveillantes nous ont convaincus que nous avions eu raison de fonder
notre espoir sur votre patriotisme et sur votre éloquence. Avec un appui
tel que le vôtre, nous sommes désormais confiants dans l'avenir. La
Société coloniale, vivement émue à la nouvelle du succès de la cause
d'Alger, n'oublie point à qui elle doit son triomphe; elle s'empresse
de vous offrir ici le témoignage de sa reconnaissance, et elle
s'enorgueillit de vous compter parmi les plus fermes soutiens d'un
pays dont vous avez si bien reconnu l'importance pour la France et
l'humanité.

Veuillez agréer,
Monsieur,
l'assurance de notre haute considération.

_Le président de la Société coloniale_,
FILHON.

ROZKY, CH. SOLVET.
_Premier vice-président. Vice-président._



                                   VII

                  _Histoire de l'abbaye du Val-Richer._

(Tiré de _l'Histoire du diocèse de Bayeux_, de M. Hermant, curé de
Saint-Pierre de Maltot; l'ouvrage a été commencé vers 1705 et terminé
en 1726. Il forme trois volumes in-f°, dont le premier seulement a été
imprimé; les deux autres manuscrits sont à la bibliothèque de Caen.)

«L'église du Val-Richer tient à gloire que sous le gouvernement de
l'abbé Robert Ier du nom, Thomas Becquet, archevêque de Cantorbéry et
chancelier d'Angleterre, qui reçut la couronne du martyre en 1170,
fuyant la colère de son prince, s'y soit réfugié pendant un temps
considérable, portant l'habit de Cîteaux qu'il avait reçu des mains du
souverain pontife, et s'occupant, comme les autres, à la prière, au
travail des mains, aux veilles et aux plus pénibles exercices de la vie
pénitente et religieuse. Elle avait même conservé les ornements sacrés
dont il se servait à célébrer le saint sacrifice de la messe comme une
relique précieuse; mais ils en ont été dépouillés par la barbarie que
les calvinistes exercèrent en 1562 sur ce qu'il y avait de plus digne de
respect et de vénération. On montre encore, dans un petit bois qui est
proche de l'abbaye, le lieu où il se retirait souvent pour s'occuper de
la contemplation des choses célestes.»


                                    VIII

               1° _Le ministre des affaires étrangères à
                  M. le comte de Rayneval à, Madrid_.

Paris, 12 décembre 1835.

Monsieur le comte, je vois par votre dépêche du 4 décembre, n° 96, que
M. de Mendizabal était à la veille de conclure avec M. Villiers un
traité de commerce, et que déjà la plupart des articles en étaient
rédigés. A cette occasion, vous me demandez de vous faire promptement
connaître les intentions du gouvernement du Roi. Je vous adresserai
très-incessamment, Monsieur le comte, des instructions détaillées sur
la matière; mais il me semble qu'en attendant vous pouvez invoquer
positivement, à titre de réserve, auprès de M. de Mendizabal, la clause
de nos traités avec l'Espagne qui nous assure le traitement de la nation
la plus favorisée. Cette clause est formelle, péremptoire, et nous donne
le droit de revendiquer hautement pour nous-mêmes les avantages qui
seraient accordés aux Anglais dans la convention dont vous m'avez
entretenu.

Agréez, etc.


              2° _Le ministre des affaires étrangères à
                 M. le comte de Rayneval, à Madrid_.

19 décembre 1635.

Monsieur le comte, j'ai reçu les dépêches que vous m'avez fait l'honneur
de m'écrire jusqu'au n° 98 inclusivement.

Le gouvernement du Roi donne la plus entière approbation à la marche
que vous avez suivie pour empêcher que les intérêts français ne fussent
lésés par les arrangements commerciaux qui se négocient entre l'Espagne
et l'Angleterre. Vous avez très-bien compris que, pour empêcher un
résultat aussi fâcheux, il ne suffisait pas de nous associer, d'après
les traités qui nous assurent le traitement de la nation la plus
favorisée, aux stipulations accordées à l'Angleterre, qu'une égalité
apparente pourrait n'être autre chose que l'inégalité la plus absolue,
et que cette hypothèse deviendrait, par exemple, une réalité dans le cas
où les réductions de droits porteraient sur des produits appartenant
exclusivement ou seulement d'une manière plus particulière à l'industrie
britannique. De pareilles réductions devraient évidemment être
compensées par d'autres, dont les marchandises françaises seraient à
leur tour l'objet. Je dois supposer que c'est là le sens de la promesse
contenue dans le billet de M. Mendizabal, et ma réponse le lui exprime.
En effet, ce serait faire injure à sa loyauté que de penser que, sous
l'apparence d'une déclaration satisfaisante pour nous, il nous aurait
simplement accordé une garantie absolument illusoire et d'autant plus
superflue que, comme je le faisais remarquer tout à l'heure, elle est
explicitement contenue dans les traités qui nous ont donné le droit de
réclamer le traitement de la nation la plus favorisée.

Je suis loin, d'ailleurs, de penser que le moment soit opportun pour la
conclusion des négociations commerciales entamées à Madrid. Le seul fait
de leur existence a déjà donné en France une consistance fâcheuse à
l'opinion qui dès le premier moment, avait représenté M. Mendizabal
comme porté à s'appuyer de préférence sur l'Angleterre, et à diriger
dans ce sens toutes ses combinaisons. Le seul moyen assuré de détruire
peu à peu ces préoccupations, ce serait d'abandonner complètement les
négociations dont il s'agit. Vainement dira-t-on que, lorsqu'elles
seront terminées, leur résultat dissipera toutes les inquiétudes
et calmera toutes les susceptibilités en prouvant qu'elles ont été
conduites dans un esprit également favorable à tous les alliés de
l'Espagne. Quel que fût ce résultat, quelque soin qu'on pût mettre à
tenir, dans les modifications apportées au tarif des douanes, la balance
égale entre les intérêts anglais et français, cette égalité ne saurait
être assez évidente pour qu'il ne s'élevât aucune réclamation de la part
de ceux des intéressés qui, à tort ou à raison, se croiraient lésés. On
peut être certain que nos départements méridionaux, qui déjà subissent
impatiemment les sacrifices imposés à leur commerce par l'appui que
nous prêtons à la cause de la reine Isabelle, accueilleraient avec
empressement les bruits répandus par la malveillance ou par la
prévention sur le dommage, peut-être imaginaire, dont ces innovations
deviendraient pour eux la source. La polémique si vive soulevée dans nos
journaux du Midi par les récriminations imprudentes autant qu'injustes
qu'on s'est permises à Madrid contre les prétendues facilités accordées
à la contrebande en faveur de don Carlos, prendraient bientôt un nouveau
degré de virulence; plus que jamais le gouvernement du Roi y serait
accusé de sacrifier le commerce de la France à celui de l'Angleterre
en s'attachant trop scrupuleusement à l'observation des clauses de la
convention du 22 avril et des articles additionnels, et peut-être se
verrait-il bientôt dans l'impossibilité de résister à des réclamations
qui s'appuieraient, en partie au moins, sur le sentiment blessé de
l'orgueil national; peut-être serait-il contraint, sinon d'abandonner,
au moins de modifier la ligne de conduite que son attachement sincère
pour la cause de la reine lui a, jusqu'à présent, donné la force de
suivre au milieu de tant de difficultés.

C'est à M. Mendizabal à juger s'il est à propos de provoquer de telles
éventualités par des mesures que l'intérêt de l'Espagne ne réclame
certainement pas en ce moment, et que celui de l'Angleterre permet
d'autant plus d'ajourner que, dans l'état où est aujourd'hui la
Péninsule, le tarif des douanes, quelles qu'en soient les prescriptions,
n'oppose certainement pas aux mouvements du commerce de bien puissantes
barrières. Appelez sur ce point, je vous prie, l'attention de ce
ministre. Répétez-lui bien qu'il se flatterait vainement de l'espérance
d'obvier aux inconvénients que je viens de signaler en nous accordant
des avantages égaux à ceux qu'il accorderait à l'Angleterre. Une telle
égalité n'étant pas de nature à être mathématiquement démontrée,
l'aveuglement des passions et des intérêts serait toujours en mesure de
la nier...



                                    IX

                          _Discours de M. Guizot,
              ministre de l'instruction publique, pour la
                rentrée des cours de l'École normale._

Paris, 21 octobre 1836.

«Messieurs,

«Après le beau rapport que vous venez d'entendre, je n'ai qu'à me
féliciter et à vous féliciter vous-mêmes de l'état de l'école.

«Dans toutes les parties, pour la discipline comme pour les études, le
progrès, de plus en plus marqué depuis six ans, s'est de nouveau affermi
et développé. Je n'ai point de plus grand encouragement à vous offrir:
il n'est point d'efforts que ne mérite et ne récompense un tel résultat.
Votre vie actuelle, messieurs, est bien laborieuse; vos travaux sont
silencieux et presque obscurs; mais votre avenir est plein de grandeur;
oui, messieurs, de grandeur; c'est à dessein que je me sers de ce mot.
Une double carrière vous attend. Vous irez, au sortir de cette école,
enseigner dans nos établissements d'instruction publique ce que vous
apprenez aujourd'hui. Et non-seulement vous l'enseignerez, mais vous
l'enseignerez au nom de l'État, institués par lui, et tenant de lui
votre mission. Ce principe, sur lequel repose l'existence même
de l'Université, s'enracine et s'étend de plus en plus dans nos
institutions et dans nos lois; il préside aujourd'hui à tout le régime
de l'instruction primaire; il est consacré et développé dans les
propositions nouvelles dont l'instruction secondaire a déjà été
l'objet; il obtiendra, j'en suis sûr, dans notre système d'instruction
supérieure, la même place et le même empire. Il peut seul fonder
l'éducation vraiment nationale, l'instruction vraiment publique, et
en même temps il se concilie merveilleusement avec les droits de la
liberté. Vous parlerez, vous agirez, messieurs, au nom de ce principe;
et votre existence y puisera cette autorité, cette stabilité, cette
dignité, qui émanent de la puissance publique et se répandent sur tous
ceux qui parlent et agissent comme ses représentants.

«Ce n'est pas tout, messieurs, et l'enseignement n'est pas votre seule
carrière. C'est aussi à vous qu'est, en quelque sorte, confiée par
l'État la culture désintéressée des lettres, des sciences, de la
philosophie, de l'histoire, de toutes les branches de l'activité
intellectuelle. Vous n'êtes pas seulement chargés de distribuer par
l'enseignement les richesses déjà acquises de l'esprit humain; vous
êtes appelés à les accroître. Ces grandes oeuvres littéraires et
scientifiques, cette recherche continuelle de la vérité, qui occupaient
jadis tant de savantes sociétés, tant d'illustres corporations, c'est à
vous surtout qu'elles appartiennent aujourd'hui; c'est vous qui avez à
recueillir ce noble héritage. Au milieu de cet empire toujours croissant
des destinations spéciales, des professions spéciales, qui caractérise
notre société moderne, votre spécialité à vous, c'est la vie
intellectuelle; c'est l'amour pur, la culture libre de la vérité et de
la science. Leurs conquêtes futures sont de votre domaine, aussi bien
que l'exploitation de celui qu'elles possèdent déjà. Il y a là je ne
sais combien de gloires inconnues qui vous attendent, et dont vous vous
emparerez, j'en suis sûr, pour la France et pour vous.

«N'en doutez pas, messieurs; ce double but de votre vie, cette double
carrière ouverte devant vous étendront de jour en jour votre importance
et celle de cette école. La modestie actuelle de votre vie et de vos
travaux n'en étouffera point la grandeur. Restez modestes, et soyez
pourtant confiants dans votre destinée. Ayez des prétentions sages et
des pensées hautes: vous en avez le droit. Je ne saurais prendre sur
moi de vous garantir l'accomplissement des voeux si légitimes que vient
d'exprimer votre honorable chef pour rétablissement distinct, définitif
et suffisant de cette grande école: mais je m'y emploierai de tout
mon pouvoir, et soyez sûrs que tôt ou tard vous l'obtiendrez. L'École
normale tiendra trop de place en France pour que la France ne lui donne
pas, sur notre sol et dans nos rues, la place dont elle a besoin.»


                                     X

               _Le général comte de Damrémont à M. Guizot._

Marseille, le 10 décembre 1836.

Monsieur le Ministre,

J'ai rendu compte au gouvernement de la mission que j'ai remplie par son
ordre près de M. le maréchal Clausel; mais l'intérêt particulier que
vous avez pris à cette mission, et que vous avez bien voulu me
témoigner au moment de mon départ, celui que vous portez au sort de nos
possessions d'Afrique, me font un devoir de vous entretenir directement
des résultats de mon voyage à Alger. Je suis d'ailleurs encouragé par la
bonté avec laquelle vous avez toujours accueilli mes observations sur
les questions qui se rattachent à ce grave sujet.

Vous avez eu sans doute connaissance de mes rapports à M. le ministre
de la guerre; j'ai présenté, autant qu'il a dépendu de moi et que
ma position me le permettait, le tableau exact de la situation des
affaires; et comme cette situation tient en partie au système suivi
jusqu'à présent, en partie aux hommes qui mettent ce système en
pratique, il a fallu parler autant des personnes que des choses. C'a
été un devoir souvent pénible, car il y avait de tristes révélations à
faire.

Au surplus je n'ai rien dit qui ne fût à peu près connu; la notoriété
publique avait formulé ces imputations plus ou moins précises, et le
plus souvent je n'ai fait qu'ajouter un témoignage plus direct et plus
authentique à ceux qui étaient acquis déjà.

Vous apprécierez, Monsieur le ministre, les motifs qui m'empêchent,
même avec vous, même dans cette communication toute confidentielle,
de m'appesantir sur des détails d'un certain ordre, pour m'occuper
exclusivement du système appliqué à l'Afrique, et de celui qu'il
conviendrait d'y substituer.

J'ai eu l'honneur de vous exposer déjà ma pensée à cet égard et la
satisfaction de voir qu'elle avait votre approbation et se trouvait
entièrement conforme à vos vues personnelles. Tout ce que j'ai vu en
Afrique, tout ce que j'ai entendu, tout ce que j'ai recueilli n'a fait
que confirmer et rendre en moi plus profonde la conviction que le seul
système capable de produire des fruits est celui d'une occupation
restreinte, progressive, pacifique dans son esprit, tel que vous
l'avez si bien conçu et l'avez proclamé à diverses reprises devant les
Chambres.

Nous établir à Alger d'abord, et aux points les plus importants de la
côte ou du territoire; choisir ces points en petit nombre suivant la
nature et la configuration du sol qu'ils dominent et la facilité que
l'on aurait à les défendre et à les cultiver, comme Alger et Bone, ou
par leur position topographique si elle est favorable aux relations avec
l'intérieur du pays, aux influences qu'il convient d'y créer ou d'y
exercer, comme Oran; nous établir sur ces points d'une manière forte,
puissante, permanente et faire de chacun une terre véritablement
française.

Ouvrir à la colonisation tout ce qui peut être protégé, mais protégé
efficacement et toujours. Appeler les capitaux et l'industrie par
le plus infaillible des encouragements, par la plus puissante des
garanties, la sécurité matérielle; créer des populations de race
européenne, qui soient à nous par le sang et par l'intérêt; faire de
ces populations des centres de puissance et, un jour, de richesse, sur
lesquels puisse se fonder et s'appuyer en tout temps notre action sur le
reste du pays.

De là, former des relations amicales avec les indigènes, acheter leurs
denrées, et les encourager à produire en ouvrant un débouché à leurs
productions; les attacher au travail par l'appât du gain auquel ils sont
très-sensibles; les attacher à la terre par le travail, à la paix et
à l'ordre par la propriété et les intérêts matériels. Les voir, sous
l'aiguillon de ces intérêts, se mêler à nous perfectionner leurs
cultures, leurs procédés, leur industrie à l'imitation des nôtres,
s'imprégner peu à peu de nos habitudes, de nos moeurs, de notre
civilisation, et bientôt nous être soumis autant par leurs besoins que
par la crainte de notre puissance.

Joindre ainsi à la colonisation agricole, partout où elle pourra
s'établir sous une protection assurée, la colonisation commerciale
partout où les indigènes viendront échanger avec nous leurs produits.
Réconcilier la population conquise avec la population conquérante, en
leur donnant les moyens de vivre à côté l'une de l'autre dans l'échange
des services mutuels; tel est le résumé de ce système qui est fondé,
à mon sens, sur l'appréciation la plus exacte des choses, et qui n'a
besoin, pour réussir, que d'application, de suite et de tenue.

Ainsi conçue, l'occupation peut s'accomplir avec les seules ressources
que les Chambres paraissent résolues d'y consacrer: comme économie,
c'est un premier avantage; c'est un avantage encore en ce qu'on évite
les discussions que ne manque jamais de soulever la demande de nouveaux
sacrifices, et qui tiennent le sort de la colonie dans un état
constamment précaire.

Nous n'occuperons que ce que nous pourrons garder et défendre; mais
proportionnant l'occupation aux forces dont nous disposerons, et,
concentrant ces forces sur le petit nombre des points déterminés, sur
ces points nous serons maîtres;--sur tous les autres nous agirons et
nous influerons par des intelligences pratiquées avec soin en mettant à
profit les divisions si nombreuses entre les populations indigènes, les
rivalités si fréquentes entre les chefs,--par les moyens de séduction
employés à propos,--au besoin, par la force des armes dans les cas
graves seulement, lorsqu'il s'agira de châtier une tribu hostile ou de
protéger une tribu amie: mais ne faisant plus la guerre de conquête, les
occasions de recourir aux armes seront rares, et quand nous tiendrons
les indigènes par leurs intérêts matériels, nous aurons un moyen
puissant d'action, et la seule menace de rompre avec eux toutes
relations et de leur fermer nos marchés les maintiendra dans une
salutaire appréhension.

Cependant notre établissement en Afrique s'enracinera dans le sol; il
prendra un caractère stable et produira, dans un temps prochain, des
résultats réels qui seront la récompense et l'absolution des sacrifices
déjà faits, et un encouragement pour les sacrifices qui resteront à
faire.

Pour mieux apprécier ces idées, il faut voir les effets produits par
les idées opposées dans l'application qui en a été faite à la colonie
d'Alger.

On a multiplié les expéditions militaires; on a pris bien des villes; la
plupart ont été aussitôt abandonnées et l'ennemi qu'on en avait chassé y
est immédiatement rentré. On a occupé Bougie; on y a laissé une garnison
nombreuse; on y a construit à grands frais de magnifiques ouvrages
militaires; que protégent-ils, que défendent-ils? On a mis enfin
garnison à Tlemcen; elle est bloquée dans la Casbah; quelle en est
l'utilité? Mais cette garnison, qui est de 300 hommes, oblige à faire
tous les six mois une expédition pour la ravitailler. En ce moment, une
nouvelle expédition de 5,000 hommes doit être partie d'Oran avec toutes
les chances de la guerre et d'une saison exécrable, pour ravitailler les
500 hommes de Tlemcen.

Mais ces expéditions diverses, qui toutes ont coûté tant d'hommes
périssant par l'ennemi ou par les maladies, et d'énormes dépenses de
matériel, expéditions qui n'ont laissé aucun résultat dans les lieux
mêmes où elles s'accomplissaient, ont-elles eu du moins une salutaire
influence sur l'esprit des indigènes? ont-elles augmenté la sécurité
dans les lieux primitivement occupés? Au contraire, les indigènes ne
nous attaquent ni avec moins d'audace, ni avec moins d'acharnement;
à Oran, à Bone, à Alger même, le rayon qui était à l'abri de leurs
atteintes se resserre chaque jour davantage; on allait sans danger, il
y a deux ans, à 12 lieues d'Alger et à 15 de Bone; on peut à peine
aujourd'hui sortir des murs impunément, et nos courses perpétuelles, en
irritant les Arabes, éloignent d'eux toute idée de pacification et
de bonne intelligence possible, et les entretiennent dans un esprit
constant d'hostilité et de guerre.

Aujourd'hui on marche à Constantine; mais Constantine prise, que
fera-t-on? On y laissera garnison française; mais pour cette garnison,
il faudra faire ce qu'on fait pour celle de Tlemcen, c'est-à-dire
établir à Bone un corps nombreux de troupes qui, tous les six mois, se
mettra en mouvement pour aller ravitailler la garnison de Constantine.

Pour continuer un pareil système il ne faudrait pas moins de cinquante
mille hommes; mais n'ayant que des ressources limitées et voulant
occuper trop de points à la fois, il faudrait prendre sur un point les
forces que l'on envoie sur un autre et mettre en péril celui qu'on
dégarnit. Les indigènes reprennent alors courage et reviennent: les
colons, s'il en est qui eussent fondé des établissements, s'alarment
et tombent dans un découragement profond. Aussi il n'y a nulle part ni
stabilité, ni sécurité, et tout est à recommencer chaque jour.

Pour aller à Constantine on a dégarni Alger, et les Arabes ont para
aussitôt sous les murs de la ville. S'ils savaient s'entendre, s'ils
étaient bien dirigés, cette imprudence pouvait avoir le plus déplorable
résultat: ainsi donc Alger a été compromis; que produira la prise de
Constantine pour racheter un si grand risque? et qu'a produit la
prise de Bougie, de Tlemcen, de Mascara, de Médéah? perte d'hommes et
d'argent, occasion perpétuelle de dépenses et rien pour le progrès de
notre établissement en Afrique.

Ces idées sont celles de tout ce qui dans Alger a quelque intelligence
des choses, et a porté dans le pays des pensées d'avenir et d'autres
intérêts que ceux de l'intrigue.

On y a vu avec peine l'expédition dernière; on a remarqué avec regret
cette persévérance dans un système dont on est, là plus qu'ailleurs, en
position de reconnaître les désastreux effets.

Je ne puis m'empêcher d'en faire moi-même l'observation; cette
expédition va créer une difficulté de plus pour le retour à une
direction que je crois seule raisonnable et bonne; Tlemcen, Bougie et
tant de points dont l'occupation est incompatible avec cette direction
sont déjà des difficultés réelles. Abandonner ces divers points ne sera
pas sans danger, d'une part, au regard des indigènes qui, voyant dans
cette retraite la preuve de notre faiblesse et de notre instabilité,
redoubleraient d'ardeur; d'autre part, au regard de l'opinion publique
en France, opinion qui est souvent d'une susceptibilité si peu éclairée.

Si l'on n'y prend garde, chaque jour augmentera le nombre des
difficultés de cette nature.

L'état actuel des choses en Afrique présente cette anomalie singulière.
Le gouvernement a conçu l'occupation sous un point de vue spécial.
L'homme qui représente à Alger le gouvernement et qui est chargé
d'exécuter sa pensée, a conçu lui-même cette occupation sous un point de
vue tout contraire, de sorte que l'exécution est une lutte secrète, mais
perpétuelle, avec la pensée supérieure, qui est censée dirigeante. Mais
comme celui qui est en Afrique a l'avantage de la position, et que
c'est par ses rapports que le gouvernement connaît les choses, il
doit nécessairement les présenter dans un sens favorable à ses idées
personnelles, et le gouvernement se trouve réduit, à son insu, à agir
contre ses propres intentions. Résiste-t-il? on intéresse l'opinion
populaire. Or, vous savez, Monsieur le ministre, avec quelle facilité
elle se laisse prévenir, et devient une puissance à laquelle on fait des
concessions souvent regrettables.

C'est ce qui est arrivé pour l'expédition de Constantine; on a dit bien
haut, on a répété et fait répéter qu'elle était nécessaire, et il a
fallu la laisser faire. Mais après cette nécessité, on en trouvera
d'autres; et de concession en concession, le gouvernement peut se
trouver entraîné à tel point qu'il ne pourra plus revenir sur ses pas,
et n'aura plus qu'à choisir entre ces deux partis; entrer pleinement
dans un système qui n'est pas le sien, qui est désastreux, qui demande
des sacrifices incalculables, et consentir à tous ces sacrifices, ou
bien abandonner la colonie.

J'ai dit au sujet de l'expédition de Constantine ma pensée au
gouvernement, tant sur la nécessité et sur l'utilité si équivoques de
l'expédition que sur le danger de l'entreprendre à pareille époque. J'ai
même exprimé sur son résultat des craintes sérieuses en m'opposant au
départ du duc de Nemours. Malheureusement des bruits répandus depuis
quelques jours, et dont le retentissement a dû parvenir à Paris à
l'heure où je vous écris, ont déjà donné à mes paroles une confirmation
qui va bien au delà de mes prévisions, et qui ne se vérifiera pas
autrement, je l'espère.

Ces bruits, l'absence prolongée de nouvelles de l'armée expéditionnaire,
l'anxiété qui en est la suite, la démonstration que les Arabes sont
venus faire récemment jusque sous les murs d'Alger, l'alarme qui en est
résultée, ces circonstances ont ranimé l'intérêt qui s'attache à la
question d'Afrique. La session des Chambres étant près de s'ouvrir sous
l'impression de tant de préoccupations pénibles, il est protable que
cette impression se reproduira dans la discussion de l'adresse.

La question d'Afrique vous regarde principalement, Monsieur le ministre;
c'est à vous qu'elle appartient spécialement; c'est, comme vous me
l'avez dit un jour, votre affaire propre. Ce sera donc sur vous que
tombera le soin de répondre aux interpellations dont elle ne peut
manquer de devenir le sujet, et de calmer les incertitudes que les
événements récents ont reportées sur le sort de nos possessions.

Vous aurez donc à protester encore des intentions formelles et
irrévocables du gouvernement, car telle est la fatalité attachée à cette
question, malgré les assurances données chaque année, chaque discussion
annuelle ramène la nécessité de renouveler ces assurances. Les
déclarations de M. le maréchal Soult n'en ont pas dispensé M. Thiers, et
celles de M. Thiers ne vous en dispenseront pas vous-même; il semble,
malgré tant d'assurances et de déclarations réitérées et malgré le
temps, que les choses seront toujours en question.

Ce n'est pas que le pays doute de la sincérité des paroles qui lui ont
été adressées, ni des intentions du gouvernement. Mais voyant que rien
encore ne sanctionne ces paroles et ces intentions, que les envois
de troupes et les expéditions se multiplient, que les dépenses
s'accumulent, mais sans progrès positif, qu'au contraire les choses
semblent reculer au lieu d'avancer, n'apercevant rien qui témoigne
d'une idée d'établissement et d'avenir, il demande à ces déclarations
solennelles une garantie qu'il ne trouve pas dans les faits, et qui,
sans l'appui des faits, sera toujours bien insuffisante.

Cette fois, la déclaration du gouvernement passant par votre bouche
empruntera de l'autorité de votre caractère une force nouvelle. Mais
pour balancer le fâcheux effet produit par ce qui vient de se passer
en Afrique, pour détruire des préventions qui ont été, il faut bien le
dire, servies et entretenues avec perfidie, il est indispensable que
cette déclaration soit aussi explicite dans ses termes qu'absolue dans
son sens. Vous aurez donc, Monsieur le ministre, à répéter hautement
qu'Alger appartient à la France, et que le gouvernement est résolu à
faire tous les sacrifices nécessaires pour assurer au pays tous les
avantages qu'il doit attendre de cette possession.

Cette déclaration faite, peut-être serait-il prudent de ne pas entrer
dans les détails du système restrictif que le gouvernement, dans
sa pensée, croit devoir appliquer à l'Afrique. Le public comprend
généralement mal les restrictions; il saisit mieux les idées absolues,
parce qu'elles sont plus simples; si vous parlez de restriction, il y
aura une arrière-pensée d'abandon; on dénaturera pour lui le sens de
vos paroles, comme on a cherché à le faire déjà une fois à propos de ce
discours si juste, si vrai, si élevé, que vous avez prononcé dans la
session dernière sur la question d'Alger.

Le système d'occupation est d'ailleurs un fait d'exécution auquel la
Chambre paraît ne s'attacher que médiocrement. L'approbation qu'elle a
donnée, il y a deux ans, aux principes posés devant elle à ce sujet, n'a
pas empêché qu'elle n'ait absous le maréchal Clausel de s'être écarté de
ces principes; c'est donc affaire à réserver pour les rapports entre le
ministre et celui qu'il charge d'exécuter ses intentions, les Chambres
n'ayant souci que de la dépense et du résultat définitif.

Mais dans la situation délicate où se trouve en ce moment la question
africaine, il importe de ne rien dire dont on puisse abuser pour
augmenter les défiances auxquelles les esprits ne sont que trop enclins
en ce moment, ni surtout qui discrédite d'avance les mesures que le
gouvernement pourra prendre pour aviser à une meilleure direction des
affaires de la colonie.

Vous excuserez, Monsieur le ministre, la liberté avec laquelle je vous
parle de choses pour lesquelles il n'est pas certainement d'inspiration
meilleure que celle de votre prudence. Mais récemment arrivé d'Alger, et
encore sous l'impression de tout ce que j'ai vu, habitant une ville qui
tient à l'Afrique par les liens multipliés de ses intérêts et de
ses espérances, et où tout ce qui se passe de l'autre côté de la
Méditerranée a un retentissement si direct, j'ai cru que les indications
recueillies dans cette double position seraient pour vous de quelque
prix. Si je m'étais trompé, vous me pardonneriez d'avoir pris trop
à coeur peut-être une question à laquelle ont dû m'attacher
particulièrement la mission dont j'ai été récemment chargé, et la
manière dont cette mission me fut conférée.

Je désire avant tout que vous trouviez dans ma démarche la marque de ma
haute déférence et du respect avec lequel j'ai l'honneur d'être,

Monsieur le ministre,
Votre très-humble et très-obéissant serviteur.
Le lieutenant général, pair de France,
Signé: Comte DAMRÉMONT.


                                    XI

_Plan et notes pour la discussion du projet de loi sur la disjonction
des poursuites dans le cas de crimes imputés à des personnes civiles et
à des militaires_ (1837).

Messieurs,

Un jour viendra où les causes qui nous divisent auront disparu, où les
passions qui nous agitent se seront éteintes, où ce que nous voyons, ce
que nous faisons sera de l'histoire.

On lira alors qu'au sortir d'une grande révolution, après je ne sais
combien d'émeutes, de conspirations et d'insurrections, le gouvernement
de la France, son Roi, ses institutions, ont été attaqués en plein jour,
dans une ville de guerre, par des militaires qui ont emprisonné leur
général, lancé soldats contre soldats, régiment contre régiment, et que
cette révolte militaire a été jugée et absolument impunie.

On lira que ce n'était pas là un fait isolé ni l'unique preuve de
l'affaiblissement et de l'insuffisance des lois en pareille circonstance
ou dans des circonstances analogues.

On lira qu'en présence de tels faits, au milieu de cette situation,
le gouvernement est venu demander aux Chambres.....quoi! des
lois d'exception, des peines plus rigoureuses, des pouvoirs
extraordinaires?... Non; mais simplement le renvoi des militaires
traîtres ou rebelles devant les juges militaires.

Et on lira en même temps toutes les colères, toutes les invectives,
les accusations effroyables, les prédictions sinistres dont, à cette
occasion et pour cette loi, le gouvernement a été l'objet.

Messieurs, je n'hésite pas à l'affirmer: on ne comprendra pas, on ne
s'expliquera pas, on ne croira pas!

Qu'y a-t-il en effet dans le projet de loi, je ne dirai pas qui
justifie, mais qui explique ces prédictions, ces accusations, ces
colères?

Rien, messieurs, absolument rien: rien du moins aux yeux des esprits
fermes et libres de préjugés.

Rien de contraire au droit essentiel, à la raison en soi, à la justice
éternelle.

Je crois au droit essentiel antérieur et supérieur au droit écrit, qui
fonde le droit écrit et n'en dérive pas. Je veux le respecter partout.

Il est pleinement respecté par le projet qui renvoie les militaires,
dans tous les cas où l'élément militaire domine dans l'acte, par-devant
les tribunaux militaires.

Cette juridiction est fondée sur la raison.

Spécialité extraordinaire de la situation des militaires.

Dans leurs crimes, deux éléments, les deux éléments constitutifs du
crime, 1° le tort moral, 2° le danger social sont tout autres que dans
les crimes commis par des civils.

Nécessité de juges capables de bien apprécier, 1° le tort moral: 2° le
danger social, c'est-à-dire capables de rendre justice et au prévenu et
à la société.

De là la légitimité essentielle, rationnelle, de la juridiction
militaire envers les militaires; elle est, à leur égard, de droit
naturel.

Rien de contraire au droit constitutionnel.

Mon respect profond pour la Charte.

Elle ne repousse en rien le projet:

1° Elle maintient pleinement la juridiction militaire, non comme une
juridiction exceptionnelle, mais comme le droit commun de certains
crimes, de certaines personnes.

Il n'y a d'exceptionnel que ce qui est transitoire, ce qui ne repose pas
sur un motif permanent et toujours raisonnable.

Les tribunaux militaires sont de droit commun, comme les tribunaux de
commerce, comme les tribunaux de police.

2° Mais la Charte, dit-on, attribue les délits politiques au jury.

Quoi, tous, même pour toutes les personnes, même quand ils sont mêlés à
d'autres délits?

Évidemment non.

Exceptions nombreuses quant aux personnes:

1° Les ministres; 2° les pairs; 3° la juridiction des Chambres et des
tribunaux dans certains cas d'offense; 4° certains attentats contre la
sécurité de l'État.

Tout cela est écrit dans la Charte.

Mais il y a ici une autre circonstance.

Les délits politiques commis par des militaires sont toujours ou presque
toujours mêlés de délits militaires. Non seulement le délit reçoit de
la qualité de la personne un caractère tout différent; mais il est
complexe, mixte: il y a deux délits.

En supposant que ces deux délits ressortissent à des juridictions
différentes, laquelle des deux absorbera annulera l'autre? Faudra-t-il
que l'un des deux délits demeure impuni? ou qu'il soit puni par une
juridiction à laquelle il n'appartient pas?

Tableau comparatif des délits politiques et des délits militaires
d'après les deux codes.

Évidemment la Charte ne prescrit rien à l'égard de ces délits mixtes,
et on est parfaitement en droit de les renvoyer devant les juges
militaires.

Il y en a mille raisons d'intérêt public.

3° La disjonction, c'est-à-dire le renvoi des divers prévenus à leurs
divers juges naturels, est au contraire la vraie, la seule solution
constitutionnelle de la difficulté.

Jusqu'ici on n'a su que sacrifier absolument une juridiction à l'autre,
tantôt la militaire à la civile, tantôt la civile à la militaire.

C'est qu'en effet la lutte et le triomphe alternatif de deux principes
absolus ont été longtemps l'état de la France.

On en voit ici une face particulière.

Il n'en est jamais résulté que l'anarchie ou le despotisme.

Il n'y a d'ordre vrai et durable, de liberté vraie et durable qu'à
condition d'accepter les diversités naturelles et leurs conséquences. On
ne fait pas longtemps ni impunément violence aux faits et aux nécessités
sociales. L'uniformité, cette idée qui, par un faux air de grandeur,
séduit tant de petits esprits, comme dit Montesquieu, a fait beaucoup de
mal en législation comme ailleurs, et a entraîné beaucoup de désordre et
d'oppression.

Il en faut sortir toutes les fois qu'une diversité naturelle le
commande. C'est là le vrai principe constitutionnel.

J'ai la religion du jury,--non la superstition;--point d'idoles.

Rien donc 1° dans le droit naturel;

2° Dans le droit constitutionnel, qui repousse le projet de loi.

4° On oppose un seul principe: l'indivisibilité des procédures, la
connexité des délits.

Ce principe n'est ni de droit naturel, ni de droit constitutionnel. On
dit qu'il est dans la nécessité même des choses.--Je le nie.

1° _Argument historique_. C'est, dit-on, le principe constant, éternel,
de notre législation.

Erreur. La diversité des compétences, et par suite la disjonction
des causes, selon la qualité, et la situation des personnes, est au
contraire l'ancien droit européen.

1° La législation et la compétence ont d'abord été toutes personnelles
et non réelles;--droit antérieur au droit féodal.

2° Sous le droit féodal, la compétence fondée sur la qualité des
personnes,--nobles,--bourgeois,--ecclésiastiques,--chacun renvoyé à son
juge.

La connexité des délits et l'indivisibilité des procédures ont été le
moyen dont la royauté et le pouvoir judiciaire émané d'elle se sont
très-habilement et très-heureusement servis pour lutter contre toutes
ces juridictions diverses, émanées d'autant de prétentions diverses à
la souveraineté; pour les abolir et établir parmi nous cette unité de
nation, de souverain, de pouvoir et de droit qui a tant contribué à la
force et à la beauté de notre civilisation.

Je ne conteste jamais à mes adversaires leur part de vérité. Je réserve
la mienne et demande à la Chambre de les peser.

L'indivisibilité des procédures a été ainsi introduite dans notre droit
et nos moeurs.--C'est là son origine et la cause de son empire. Ce n'est
pas un principe historiquement éternel chez nous.

2° _Argument philosophique_. Ne pas entrer bien avant dans la
question.--Quelques observations fondamentales.

Quand un crime est commis par plusieurs personnes, deux faits essentiels
sont là:

1° L'unité du crime;

2° La diversité des auteurs.

Quand je dis l'_unité du crime_, ce langage est peu exact. Il y a dans
le crime autant de faits, c'est-à-dire autant de crimes que d'auteurs ou
de complices.

Et ces faits, ces crimes sont divers comme les criminels.

Mais j'accorde l'_unité du crime_.

La législation et la procédure criminelle peuvent prendre pour point
de départ, pour idée dominante, pour règle dirigeante l'un de ces deux
faits, soit l'unité du crime, soit la diversité des auteurs.

De là deux systèmes différents:

1° La procédure générale et simultanée;

2° La procédure individuelle et successive.

Et non-seulement ces deux systèmes peuvent être, mais ils ont été, ils
sont l'un et l'autre adoptés et suivis dans la pratique:

La procédure générale et simultanée en France;

La procédure individuelle et successive en Angleterre, au choix des
accusés, et le plus souvent adoptée par eux.

Et le choix entre les deux systèmes dépend surtout de l'idée qu'on se
fait de la situation des accusés et du parti qu'on en peut tirer pour
découvrir la vérité.

En France, c'est surtout des interrogatoires et des confrontations des
accusés qu'on se promet la découverte de la vérité.--Les accusés sont
des menteurs qu'il faut amènera confesser ou à voir éclater devant eux,
et par eux-mêmes, la vérité.

De là la nécessité de la procédure générale et simultanée.

En Angleterre, on ne compte point, pour la découverte de la vérité,
sur ce qu'on peut tirer des accusés, de leurs aveux ou de leurs
contradictions. Ce sont des menteurs desquels il ne faut pas espérer la
vérité.--On ne compte que sur les témoins.

De là la faculté et l'adoption naturelle de la procédure individuelle et
successive.

Le premier système a l'avantage de mettre le crime dans un jour plus
complet, plus éclatant.--Il est plus systématique et plus dramatique.

Le deuxième système a l'avantage de serrer de plus en plus chaque
accusé, de l'examiner plus spécialement, et d'amener à une appréciation
plus précise de sa part dans le crime et de la peine qui lui revient.

Je ne compare pas les deux systèmes; je les rapproche, surtout pour
faire pressentir leurs caractères essentiels. Je montre qu'ils peuvent
découler l'un et l'autre de la nature même des choses, qu'ils sont l'un
et l'autre praticables et pratiqués, avec des conséquences diverses
dans l'administration de la justice, mais qui ne menacent et n'altèrent
nullement la justice elle-même.

Je ne propose point d'abandonner en général le système qui a prévalu
chez nous; malgré ses graves inconvénients, il a de grands avantages. Je
conclus seulement de tout ceci, mais je conclus fermement que, si des
motifs puissants et d'intérêt public le conseillent, on peut, dans
certains cas, s'écarter de ce système et renoncer à l'indivisibilité de
la procédure sans offenser aucunement ni la raison, ni la justice, ni la
Charte, ni la possibilité pratique.

Ces motifs existent-ils aujourd'hui pour nous? L'état actuel de la
société et des faits conseille-t-il, commande-t-il le projet de
loi?--Répondre à M. Teste et au reproche d'alléguer la nécessité.

1° _Nécessité de raffermir la juridiction militaire_.

Pourquoi la loi est-elle présentée à l'occasion d'un fait?

J'ai déjà répondu à ce reproche à l'occasion des lois de septembre.
Un fait manifeste un besoin social préexistant; le public en est
frappé;--le gouvernement agit alors.--Ainsi on procède dans les pays
libres. C'est un hommage à la nécessité des convictions et à la liberté
des intelligences.

Affaiblissement progressif de la juridiction militaire:

1° État de siège en 1832.--Ne pas discuter le mérite de l'arrêt.--Loi
proposée.--Non avenue.--Lacune restée au détriment de la juridiction
militaire;

2° Changement de jurisprudence de la Cour de cassation en matière
d'embauchage;

3° Verdict de Strasbourg.

Effroi général des chefs militaires--perte de la discipline et en effet:

1° Les délits politiques des militaires sont essentiellement mixtes, et
mêlés de délits militaires, et des plus graves, lesquels se trouvent
ainsi transférés au jugement du jury.--La connexité des personnes
entraîne les personnes militaires devant le jury.--La connexité des
faits lui livre également les délits militaires.

2° Les simples délits militaires non mêlés de délits politiques iront
devant le jury, par le seul fait d'une complicité civile.

Affaiblissement évident, abolition presque complète de la juridiction
militaire.

Elle n'est pas seule compromise.--Rappeler à la Chambre sa propre
impression à la nouvelle du verdict.--Nécessité des longs souvenirs, des
impressions profondes.--C'est la sagesse.--Danger de l'imprévoyance et
de l'oubli.

2° _Nécessité de raffermir l'esprit militaire_.

On parle de méfiance envers l'armée.

Étrange preuve de méfiance que de lui demander de juger elle-même!

Dans l'armée comme partout, le gouvernement se méfie des mauvais et se
confie aux bons.--C'est son devoir.

Là comme ailleurs, il sait les bons en immense majorité.

Mais il faut pénétrer plus avant, et se rendre, de l'état de l'armée
dans notre société actuelle, un compte plus précis.

1°. L'armée est _nationale_, tirée impartialement et aveuglément du sein
de la nation.

Donc les idées, les dissentiments qui existent dans la nation se
retrouveront dans l'armée. Il y aura des républicains, des légitimistes,
une immense majorité de juste-milieu.

L'esprit militaire atténuera, fondra, absorbera beaucoup ces nuances.
Mais elles existeront. On pourrra y croire et tenter de les exploiter.

Il ne faut ni s'étonner et s'inquiéter de ce fait, ni le méconnaître et
n'en tenir aucun compte.

2° L'armée est _oisive_.--Nous sommes en paix;--nous y resterons
longtemps.--L'inaction laisse, aux tentatives du dehors, plus de prise
sur l'armée, et aussi plus de place à l'activité non militaire des
esprits au dedans.

3° L'armée vit dans la même atmosphère que les citoyens,--au milieu de
la publicité, de la liberté de la presse--plus de cet isolement, de
cette vie toute spéciale et cloîtrée, et inaccessible, des armées
d'autrefois.--Tout pénètre aujourd'hui dans l'armée,--tout agit sur
elle;--elle vit sous l'empire des mêmes influences que la société.

De tous ces faits nouveaux découle l'affaiblissement de l'esprit
militaire, de cet esprit spécial, puissant, qui inspire à l'armée des
idées, des sentiments, des habitudes qui lui sont propres.

Je ne déplore pas absolument ce changement. Il y a du bien, mais il y a
aussi du mal; il supprime des dangers anciens, mais il crée des dangers
nouveaux.

Nécessité absolue de l'esprit militaire:

1° Pour la force de l'armée au dehors et en cas de besoin.

Ce n'est pas le nombre, ce n'est pas même l'ardeur qui font seuls la
force de l'armée. L'esprit militaire, le goût énergique, l'habitude
profonde de l'état militaire, sont sa première force.

2° Pour l'ordre et la discipline de l'armée au dedans:

L'esprit militaire est le premier élément d'obéissance et de discipline
dans l'armée; de même que les lois pénales ne suffiraient pas, sans la
moralité publique, à maintenir l'ordre dans la société, de même les
salles de police et les prisons ne suffiraient pas, sans l'esprit
militaire, à maintenir la discipline dans l'armée.

3° L'esprit militaire a un côté moral très-beau, nécessaire à ce titre,
et d'autant plus nécessaire que les vertus qu'il développe sont plus
affaiblies dans la société.--Ces vertus sont surtout:

Le respect de la règle;

La fidélité au serment. Importance de ces vertus dans l'état actuel
de la société. Les laisserons-nous s'affaiblir aussi dans
l'armée?--Laisserons-nous s'affaiblir cet esprit militaire, en soi si
noble et si beau, à tant de titres si utile, si nécessaire? Non, non.

Tel serait pourtant l'inévitable effet de l'affaiblissement de la
juridiction militaire. Les liens qui unissent les inférieurs aux
supérieurs dans l'armée en seraient très-affaiblis; et nous ajouterions
ainsi à toutes les causes qui tendent déjà à énerver l'esprit militaire,
à lui enlever son empire moral et pratique.

Ainsi la loi est:

1° Conforme à la raison, au droit naturel;
2° Conforme à la Charte, au droit constitutionnel;
3° Praticable;
4° Nécessaire pour raffermir:
     1° La juridiction militaire;
     2° L'esprit militaire.

Fera-t-elle tous ces biens-là?

Pas à elle seule, mais elle y concourra. Les bonnes lois ne dispensent
pas les gouvernements de la bonne conduite; mais la bonne conduite a
besoin de bonnes lois.

Nous en avons déjà fait plusieurs. Elles n'ont pas tout fait. Elles ont
fait beaucoup. Il y a du mal, beaucoup de mal dans notre société.--Mais
bien plus de bien, assez de bien pour vaincre le mal.--Mais la lutte
sera longue.

Rien ne finit vite dans les pays libres. La prolongation de la lutte est
la démonstration de la liberté.--Nous ne voudrions pas, quand nous le
pourrions, étouffer la liberté. Mais nous ne cesserons jamais de lutter
contre ses égarements. Je la respecte, je l'aime.--Je ne la crains
pas.--Nous ne pouvons promettre aux honnêtes gens, aux bons citoyens, le
repos.--Nous leur promettons la victoire.

Des lois et des mesures modérées appliquées par des hommes
énergiques.--C'est ce qu'il faut aujourd'hui à notre société.--C'est ce
que nous essayons de lui donner.


                                    XII

        _Projet d'adresse au Roi présenté par la commission_[37].

[Note 37: Cette commission était composée de MM. Passy (Hippolyte),
Debelleyme, Guizot, de Jussieu, Etienne, Thiers, Mathieu de la Redorte,
de la Pinsonnière, Duvergier de Hauranne.]

Séance du 4 janvier 1839.

Sire,

La Chambre des députés se félicite avec vous de la prospérité du pays.
Cette prospérité se développera de plus en plus au sein de la paix que
nous avons maintenue, et dont une politique prudente et ferme peut seule
nous garantir la durée.

Sous un gouvernement jaloux de notre dignité, gardien fidèle de nos
alliances, la France tiendra toujours dans le monde et dans l'estime des
peuples le rang qui lui appartient et dont elle ne veut pas déchoir.

Votre Majesté espère que les conférences reprises à Londres donneront de
nouveaux gages au repos de l'Europe et à l'indépendance de la Belgique.
Nous faisons des voeux sincères pour un peuple auquel nous lie
étroitement la conformité des principes et des intérêts. La Chambre
attend l'issue des négociations.

Vous nous annoncez, Sire, qu'en vertu d'engagements pris avec le
saint-siége, nos troupes sont sorties d'Ancône. Nous avons donné
d'éclatants témoignages de notre respect pour les traités, mais nous
regrettons que cette évacuation ne se soit pas effectuée en des
circonstances plus opportunes et avec les garanties que devait stipuler
une politique sage et prévoyante.

Un dissentiment a éclaté entre votre gouvernement et la Suisse. Nous
désirons qu'il n'ait point altéré les rapports de vieille amitié qui
unissaient les deux pays, et qu'avaient encore resserrés les événements
politiques de 1830.

C'est avec une profonde douleur que nous voyons l'Espagne se consumer
dans les horreurs de la guerre civile. Nous souhaitons ardemment que le
gouvernement de Votre Majesté, en continuant de prêter à la cause de
la reine Isabelle II l'appui que comportent les intérêts de la France,
emploie, de concert avec ses alliés, toute son influence pour mettre un
terme à de si déplorables excès.

La Chambre, vivement émue des malheurs de la Pologne, renouvelle ses
voeux constants pour un peuple dont l'antique nationalité est placée
sous la protection des traités.

Les outrages et les spoliations que nos nationaux ont subis au Mexique
réclamaient une satisfaction éclatante. Votre gouvernement a dû
l'exiger, et le brillant fait d'armes de Saint-Jean-d'Ulloa, en couvrant
notre armée d'une nouvelle gloire, est un juste sujet d'orgueil pour
la France. Elle a vu avec bonheur, Sire, un de vos fils partager les
dangers et les succès de nos intrépides marins.

Nous nous applaudissons avec Votre Majesté de l'état satisfaisant de nos
possessions d'Afrique. Nous avons la ferme confiance que cette situation
s'améliorera de jour en jour, grâce à la discipline de l'armée, à la
régularité de l'administration et à l'action bienfaisante d'une religion
éclairée.

Votre Majesté nous avait annoncé, dans une des précédentes sessions, que
des propositions relatives au remboursement de la dette publique nous
seraient présentées dès que l'état des finances le permettrait. La
situation de plus en plus favorable du revenu public nous donne le
droit d'espérer que le concours de votre gouvernement ne manquera pas
longtemps à cette importante mesure.

Les besoins de nos colonies et de notre navigation seront l'objet de
toute notre sollicitude. Nous nous appliquerons à les concilier avec les
intérêts de notre agriculture, dont le développement est d'une haute
importance pour la prospérité du pays.

La Chambre examinera avec le même soin les projets de loi destinés
à réaliser les promesses de la Charte et à introduire de nouveaux
perfectionnements dans la législation générale, ainsi que dans les
diverses branches de l'administration publique. Nos voeux appellent
aussi le projet de loi relatif à l'organisation de l'état-major général
de l'armée.

Sire, la France entière a salué de ses acclamations la naissance du
_Comte de Paris_. Nous entourons de nos hommages le berceau de ce jeune
prince accordé à votre amour et aux voeux les plus chers de la patrie.
Élevé, comme son père, dans le respect de nos institutions, il saura
l'origine glorieuse de la dynastie dont vous êtes le chef, et n'oubliera
jamais que le trône où il doit s'asseoir un jour est fondé sur la
toute-puissance du voeu national. Nous nous associons, Sire, ainsi que
tous les Français, aux sentiments de famille et de piété que cet heureux
événement vous inspire comme père et comme Roi.

Pourquoi, Sire, au moment où s'élèvent nos actions de grâces,
sommes-nous appelés à déplorer avec vous la perte d'une fille chérie,
modèle de toutes les vertus! Puisse l'expression des sentiments de la
Chambre entière apporter quelque soulagement aux douleurs de votre
auguste famille!

Nous en sommes convaincus, Sire; l'intime union des pouvoirs, contenus
dans leurs limites constitutionnelles, peut seule fonder la sécurité
du pays et la force de votre gouvernement. Une administration ferme,
habile, s'appuyant sur les sentiments généreux, faisant respecter
au dehors la dignité de votre trône et le couvrant au dedans de sa
responsabilité, est le gage le plus sûr de ce concours que nous avons
tant à coeur de vous prêter. Confions-nous, Sire, dans la vertu de nos
institutions; elles assureront, n'en doutez pas, vos droits et les
nôtres; car nous tenons pour certain que la monarchie constitutionnelle
garantit à la fois la liberté des peuples et cette stabilité qui fait la
grandeur des États.


                                   XIII

                    1° _M. Guizot à ses commettants._

Paris, 6 février 1839.

Messieurs,

La Chambre des députés est dissoute.

Elle est dissoute par un cabinet qui, huit jours auparavant, après un
débat solennel, s'était dissous lui-même devant elle, n'y obtenant pas,
de son propre aveu, une majorité suffisante pour le soutenir.

C'est, dans l'espace de dix-huit mois, la seconde Chambre avec laquelle
ce cabinet n'a pu vivre, et qu'il s'est senti obligé de dissoudre.

Pourquoi?

Ces Chambres ont-elles poursuivi, dans la constitution intérieure
de l'État, quelqu'une de ces grandes innovations, de ces grandes
concessions auxquelles la couronne résiste, et résiste raisonnablement,
jusqu'à ce que la nécessité en ait été longtemps sentie et clairement
prouvée?

Ou bien ont-elles poussé le gouvernement, dans ses rapports avec les
autres États, à quelqu'une de ces entreprises douteuses, périlleuses,
que la sagesse de la couronne doit détourner?

Nullement.

A aucune époque de leur vie, les deux Chambres dissoutes n'ont
sollicité de la couronne ni concession affaiblissante, ni entreprise
compromettante. Pas un seul jour, elles ne se sont montrées possédées de
l'esprit d'innovation, ni de l'esprit de guerre.

Tout au contraire.

A l'intérieur, elles ont l'une et l'autre accordé au cabinet à peu près
tout ce qu'il leur a demandé, sans lui rien demander elles-mêmes.

Leur seul voeu exprimé, le voeu du remboursement des rentes, n'avait, à
coup sûr, rien de dangereux pour nos institutions, rien de menaçant pour
le pouvoir.

A l'extérieur, elles ont sanctionné et soutenu, dans les questions mêmes
les plus épineuses, la politique adoptée en 1830.

Et dans cette session à peine ouverte, même dans ce projet d'adresse
tant attaqué, la Chambre qui vient de mourir a tenu exactement la même
conduite.

A l'intérieur, elle n'a formé aucune demande nouvelle.

A l'extérieur:

Quant à la Belgique, elle s'est scrupuleusement abstenue d'indiquer un
dessein, de dire un mot qui pût entraver la politique du gouvernement et
le compromettre avec l'Europe.

Quant à l'Espagne, elle a maintenu l'expression du sentiment si réservé,
si pacifique, qu'elle avait manifesté dans sa première session.

Les faits le proclament hautement, et il faut le redire à ceux qui
oublient les faits: la Chambre de 1837 a été, en 1839 comme à son début,
comme la Chambre précédente, étrangère à tout esprit d'envahissement
intérieur et d'aventure extérieure, favorable au système de la
conservation et de la paix.

Et pourtant ces deux Chambres ont été dissoutes, dissoutes bien avant
leur terme; ni avec l'une, ni avec l'autre, pas plus avec celle qu'il
avait lui-même appelée qu'avec celle qu'il avait trouvée, le cabinet
actuel n'a pu vivre. Encore une fois, quelle est la cause d'un fait si
étrange et si grave?

En voici une, la principale.

Le cabinet était étranger à la Chambre des députés: le cabinet avait,
dans la Chambre des députés, trop peu d'influence et d'autorité intime,
naturelle. De là deux conséquences. La politique du cabinet, au dedans
et au dehors, était faible et peu nationale. Même en durant, le cabinet
devenait lui-même de plus en plus faible et peu national, hors d'état de
maintenir et d'accréditer fortement sa politique.

Voilà le fait dans sa vérité. Voilà le mal dans sa gravité.

Ce fait, ce mal, le cabinet les a lui-même reconnus, révélés, démontrés
avec éclat par ces deux dissolutions précipitées de deux Chambres si
modérées et si peu exigeantes.

C'est l'impuissance parlementaire du cabinet qui a deux fois, en deux
ans, condamné à mort le parlement.

Peut-être, si nous n'avions point de Charte, point de Chambres, point
de tribune, point de liberté de la presse, peut-être, en pareil cas, le
cabinet du 15 avril eût-il suffi au gouvernement. Il ne manque point de
dextérité, de convenance, d'habileté à sauver les apparences, à traiter
avec les personnes, de cet art et de ces qualités qui, sous l'ancien
régime, faisaient acquérir et retenir le pouvoir.

Mais il y a cinquante ans, en 1789, un noble désir vint à nos pères,
le désir de vivre dans un pays libre, c'est-à-dire de prendre part
eux-mêmes au gouvernement de leur pays. Car la participation au pouvoir
est la seule garantie forte et vraie de la liberté.

C'est là le but qu'à travers tant de maux et d'efforts la France
poursuit depuis cinquante ans. Napoléon, avec son immense génie, son
immense activité et son immense gloire, a pu seul l'en détourner un
moment.

La France a bien raison. Il y va de tous ses intérêts comme de tous
ses droits, de sa sûreté comme de son honneur. Quand le pays influe
puissamment sur son gouvernement, quand le gouvernement accepte
franchement l'influence du pays, les pouvoirs sont unis et se sentent
forts. Leur force passe et paraît dans leurs actes, leur attitude,
leur langage. Partout, au dedans et au dehors, loin de se retirer, ils
avancent; loin d'ajourner, ils décident. Les affaires se font; les
questions se résolvent. Il se peut que la route soit semée d'obstacles,
l'horizon chargé de nuages; mais on voit, on sent un chef qui marche sur
la route, un soleil qui brille sur l'horizon.

Au lieu de cela, à quel spectacle assistons-nous? où en sont
aujourd'hui, au dire de tous, la France et son gouvernement?

Au dedans:

On dit la couronne affaiblie et menacée dans sa prérogative;

On dit la Chambre des députés affaiblie et menacée dans sa prérogative;

Une lutte, sans exemple depuis 1830, est engagée entre la couronne et la
Chambre;

Pendant que les pouvoirs sont en lutte, les affaires du pays sont en
souffrance. L'administration est nulle. Toutes les questions demeurent
en suspens; les sucres, les chemins de fer, les rentes, aussi bien
que l'abolition de l'esclavage et l'enseignement public. Les intérêts
matériels ne sont ni mieux compris, ni mieux traités que les intérêts
moraux.

Au dehors:

J'écarte toute généralité; je ne parle que des faits spéciaux, évidents,
et j'en parle dans les termes les plus modérés;

En Italie, en Suisse, l'influence de la France a baissé;

En Belgique, en Espagne, la situation s'est aggravée;

Là où nous ne sommes pas compromis, c'est que nous nous sommes retirés
et isolés. Là où nous sommes encore présents et agissants, nous sommes
plus compromis que jamais.

Voilà quelle situation le cabinet du 15 avril nous a faite; voilà où il
a conduit, en deux ans, les pouvoirs et les affaires, le gouvernement et
le pays.

Et cela au sein d'une paix profonde, en présence des Chambres les
plus douces, malgré les incidents les plus favorables, sans qu'il ait
rencontré aucun grand obstacle, aucun vrai danger!

Je veux que cette faveur du sort continue, que les mêmes facilités
s'offrent encore, dans les Chambres et en Europe, de la part des hommes
et des événements; si le cabinet demeure, qu'arrivera-t-il?

Ce qui est arrivé depuis deux ans: le même affaiblissement simultané
des pouvoirs publics, le même trouble entre eux, la même nullité de
l'administration, le même ajournement des questions, le même déclin de
notre influence, le même accroissement de nos embarras.

Et un jour, je ne sais quel jour, mais un jour infaillible, viendra une
réaction qui relèvera brusquement les pouvoirs abaissés, les questions
ajournées, les sentiments froissés, les intérêts méconnus, et qui, aux
maux qu'elle voudra guérir, ajoutera, sans qu'on puisse en prévoir la
portée, ses propres maux et ses propres périls.

Le sentiment de ce mal présent, la prévoyance de ce mal futur, voilà ce
qui a déterminé mon opposition.

J'aime et je respecte le gouvernement de Juillet. La France l'a fondé et
il a sauvé la France. C'est l'un des plaisirs les plus profonds et les
plus fiers de ma pensée que de pressentir ce que dira l'avenir de cette
époque glorieuse, de ce double effort national, l'un si hardi, l'autre
si sage, de ces deux serpents, l'absolutisme et l'anarchie, étouffés
l'un et l'autre dans un berceau. Il m'en coûte beaucoup de déplaire
quand j'aime et de résister pour servir: mais je n'hésite pas. De mon
Roi ou de mon pays la faveur m'est très-douce; je tiens encore plus à
leur vrai bien et à mon devoir.

J'ai vu plus d'un gouvernement compromis par des amis imprévoyants ou
faibles. Je n'ai jamais vu que les avertissements, la résistance même
d'amis loyaux et dévoués, fussent un danger, je ne dis pas sérieux,
mais seulement possible. Si je me trompe, le mal sera pour moi. Si j'ai
raison, je n'aurai jamais mieux servi.

Mais la coalition?

Ici, je l'avoue, si je ne connaissais l'empire des mots et des
préventions, je ne pourrais m'étonner assez.

Quoi! lorsque dans un grand et cher intérêt, un avertissement, un acte
me paraîtront salutaires, nécessaires, si cent personnes, fort diverses
d'ailleurs, veulent parler et agir comme moi, il faudra que je me taise
et que je m'arrête! Je ne pourrai faire ce que je croirai bon parce que
je ne le ferai pas seul, où seulement avec mes pareils!

Car, remarquez bien, il est entendu, il est certain qu'à ces personnes
qui, en agissant comme moi dans cette occasion, pensent et veulent au
fond autre chose que moi, je ne fais aucune concession, je ne prête
aucun appui. Les républicains et les carlistes approuvaient l'adresse:
soit. L'adresse était-elle carliste ou républicaine? Et si elle donnait
à la monarchie de 1830 un utile avis, si elle la détournait d'un
grave danger, la devais-je repousser parce que des carlistes et des
républicains l'approuvaient? Je vois naître l'incendie; il couve, il
éclatera; et je ne crierai pas _au feu!_ de peur des malveillants épars
qui crieront aussi dans un autre dessein!

Mais l'approbation, la joie des ennemis est suspecte. J'en conviens.
Aussi faut-il bien regarder à ce qu'on dit, à ce qu'on fait devant eux.
Qu'en elle-même et au fond, la question de l'adresse fût grave, que pour
signaler ainsi le mal, pour faire ainsi acte d'opposition, on dût
avoir de graves motifs, personne n'en est plus convaincu que moi. Je
comprends, j'admets, je provoque le plus scrupuleux examen de la gravité
des motifs. Mais que, le mal reconnu, on se refuse au remède parce
que des ennemis prendront plaisir à voir constater le mal, ou même
essayeront d'en profiter, qu'on me permette de le dire, ce n'est pas une
conduite sensée et virile.

Prenons-y garde: nous avons voulu un régime de publicité, de discussion,
de liberté. Nous y vivons. Il a ses épreuves, ses déplaisirs. Si nous ne
savons pas les accepter, si nous hésitons dès que nous rencontrons un
effort à faire, un ennui à subir, si la mêlée nous trouble, si le bruit
nous effraye, si le mouvement, le croisement rapide et un peu confus des
opinions, des intérêts, des prétentions, des passions, nous glacent et
nous paralysent, ne parlons plus de liberté; laissons-là le gouvernement
représentatif: qu'on nous ramène aux carrières.

Y a-t-on bien pensé? s'est-on bien rendu compte de la situation? Je ne
saurais trop le redire: le projet d'adresse, juste, selon moi, dans
sa sévérité envers le cabinet, était, envers la monarchie de Juillet,
loyal, respectueux, affectueux même. N'est-ce donc rien que d'avoir
amené tous les partis, je dirai, si l'on veut, toutes les factions à se
placer sur un tel terrain, à se contenter d'un tel langage? On le
relira un jour ce projet d'adresse, et l'on sera un peu étonné que les
républicains et les carlistes y aient applaudi avec nous. Pour mai, je
ne m'en étonne ni ne m'en afflige. Je ne crois point à la conversion
de tous les ennemis du gouvernement de Juillet. Il en aura longtemps
encore, et qui, malgré le voeu du pays, malgré leur propre expérience,
s'obstineront dans leur hostilité. Mais je sais aussi que, même en
s'obstinant, les partis les plus hostiles n'échappent pas tout à fait à
l'action du temps, au progrès des choses; et j'accepte, j'accepte avec
empressement toute attitude, toute conduite nouvelle pour eux et qui
peut, jusqu'à un certain point, détourner leur inimitié. Donnez un bon
but, un bon emploi aux passions, même dangereuses; elles s'y laisseront
attirer et y perdront quelque chose de leur danger. Pour mon compte,
quand je vois des républicains et des carlistes s'engager au service
d'une cause nationale, d'un grief légitime, je les observe avec grand
soin, mais au fond je me félicite. Le bien aussi est contagieux;
quiconque y touche en prend quelque chose; on ne met pas le pied dans la
bonne voie sans y faire un pas; et quand on a soutenu des desseins sages
et modérés, on en garde toujours quelque impression de sagesse et de
modération.

A bien plus forte raison et bien plus vivement, je me suis félicité de
voir des opinions, des personnes, amies sincères du gouvernement de
Juillet, et qui se contiennent dans le cercle de nos institutions, se
rencontrer sur ce terrain de l'adresse et agir là de concert. Je puis
parler de la conciliation vraie et honorable, car je me suis toujours
refusé à la conciliation fausse et lâche, à celle par laquelle on
sacrifie, de part et d'autre, quelque chose de ce qu'on pense et de ce
qu'on veut, dans l'espoir de se tromper réciproquement. Je tiens
de telles combinaisons pour honteuses et indignes du gouvernement
représentatif. Mais quand le rapprochement est sincère, quand on ne met
en commun que ce qu'on a de sentiments, d'idées, d'intentions réellement
semblables, je voudrais bien savoir qui aurait le droit, qui aurait
l'audace de trouver là quelque chose à redire. Cela est non-seulement
légitime, mais excellent. C'est l'un des meilleurs résultats de nos
belles institutions qui, en tenant sans cesse en présence les idées et
les hommes, les amènent à se comprendre, à s'épurer, et tôt ou tard
à transiger au sein de la raison et de l'intérêt public. Le régime
représentatif est un régime de transaction et de conciliation
continuelle. La liberté divise d'abord et rapproche ensuite. Qui ne
serait frappé aujourd'hui de ce progrès des sentiments équitables, des
idées modérées, qui tend à s'accomplir et à se manifester partout? Et il
ne serait pas permis de le faire passer dans la pratique des affaires!
Les camps politiques seraient des prisons où les hommes demeureraient
éternellement enfermés et farouches, inabordables les uns pour les
autres, comme au jour du plus vif combat! Une, telle prétention, de tout
temps fausse et nuisible, ne peut être de nos jours, après toutes nos
révolutions, qu'un mensonge intéressé ou une absurdité palpable. Quant
à moi, sûr de n'avoir jamais déserté mon drapeau, fier de l'avoir
quelquefois tenu moi-même à l'heure du péril, je me prête sans embarras
à tout rapprochement vrai, à toute coalition loyale; je regarde celle
qui s'est accomplie sur le terrain de l'adresse comme un triomphe du
gouvernement représentatif; et je ne crains pas plus de perdre dans
l'avenir ma liberté que je n'ai craint d'en user en ce moment.

Un mot en passant, à propos de la coalition, sur deux mots dont on s'est
beaucoup servi, l'ambition et l'intrigue.

Je crois pouvoir le dire sans présomption; si j'avais voulu tenir peu de
compte de mes idées et de mes amis, ce qu'on appelle de l'ambition eût
été pour moi aisément satisfait. Je répète ici ce que j'ai dit ailleurs:
j'ai une ambition, mais ce n'est pas celle-là.

Quant à l'intrigue, en vérité, de toutes les accusations, c'est la plus
étrange. Tout ceci s'est passé au plus grand jour, sous l'oeil du pays.
Ce que j'ai dit, je l'ai fait: ce que j'ai fait, je l'ai dit. J'ai
été plus loin, j'ai rappelé ce que j'avais fait, ce que j'avais dit
autrefois. J'ai recherché avec scrupule la publicité dans le présent,
la fidélité pour le passé. À ces deux conditions, qui font ma loi, je
n'hésiterai jamais à agir et à poursuivre mon dessein.

Une dernière question demeure; je l'ai réservée parce qu'elle me tient
fortement au coeur. On a parlé de la couronne, de son inviolabilité
et du respect qui lui est dû. On dit que le projet d'adresse et ses
défenseurs y ont manqué.

Ceci est un spectacle sans exemple. Voilà une opposition qui déclare,
qui soutient imperturbablement qu'elle s'adresse au cabinet seul, que
c'est du cabinet seul qu'elle parle; elle ne veut voir, elle ne veut
montrer que le cabinet. Et le cabinet se retire, s'efface, place la
couronne devant lui, affirme, répète que c'est à la couronne qu'on en
veut! En vain l'opposition persiste; le cabinet persiste à son tour. Il
veut absolument que la couronne descende dans l'arène et lui serve de
bouclier.

Mais quand vous vous permettriez la plus injurieuse supposition, quand
vous croiriez qu'en s'adressant à vous seuls, l'opposition ment et cache
sa vraie pensée, ministres du Roi, votre premier, votre plus simple
devoir serait d'accepter le mensonge de l'opposition et d'écarter la
royauté du combat. C'est à vous de défendre que la moindre allusion
l'atteigne, que son nom soit seulement prononcé; c'est vous qui devez la
couvrir de votre corps. Et au moment même où vous soutenez que vous en
êtes capables, que vous y suffisez pleinement, vous prouvez le contraire
par votre empressement à l'attirer sur la scène, à vous couvrir, vous,
sous le respect qu'on lui porte, à réclamer en son nom des suffrages que
vous devriez obtenir par vous seuls, pour vous seuls, et qui ne sont
refusés qu'à vous!

Sous la monarchie constitutionnelle, je ne connais rien de plus
antimonarchique et de plus inconstitutionnel à la fois que l'attitude et
le langage du cabinet dans ce débat.

Non, ce n'est point la royauté que nous y avons appelée. Nous lui
portons le plus profond respect; nous savons combien sa présence et sa
force sont nécessaires à la France, quels services elle lui a rendus et
doit lui rendre encore. Qu'elle déploie donc librement, pleinement, ses
prérogatives; que, dans ses conseils, elle éclaire, elle persuade ses
conseillers, et exerce sur eux toute son influence. C'est son droit.
Vous, c'est votre devoir de l'éclairer aussi, de la persuader, de faire
pénétrer auprès d'elle l'influence du pays. Et puis vous viendrez
répondre au pays de tout ce qu'elle aura fait, par votre conseil ou de
votre aveu.

Voilà ce que le pays demande, ce que la Charte commande aux conseillers
de la couronne. Voilà de quoi nous ne vous trouvons pas suffisamment
capables. Vous êtes trop étrangers au pays et à ses représentants
les plus immédiats; vous ne le représentez pas vous-mêmes assez
véridiquement, assez fermement auprès de la couronne. Les intérêts, les
sentiments, toute la vie morale et politique du pays n'arrivent pas,
fidèles et entiers, par votre organe, auprès du trône. Et lorsqu'ensuite
vous paraissez devant les Chambres comme conseillers de la couronne,
nous trouvons, nous, d'une part, que la couronne a été par vous mal
conseillée, et le pays mal représenté auprès d'elle; d'autre part que
vous la représentez et que vous la défendez mal devant les Chambres.
Car, à noire avis, votre faiblesse est double, votre insuffisance est
double; et la couronne en souffre dans le pays et dans les Chambres,
aussi bien que les Chambres et le pays dans les conseils de la couronne.

Et de là vient, à notre avis, cette impossibilité où vous êtes de
vivre avec les Chambres les plus sages, les mieux disposées. De là ces
dissolutions répétées, soudaines, qui révèlent le trouble du pouvoir et
l'aggravent quand elles ne le guérissent pas.

Or, déjà deux fois vous avez essayé du remède, et le mal n'a pas été
guéri. Et il reparaîtra dès le début ou bientôt après, sous de nouvelles
Chambres comme dans celles que vous avez dissoutes, car il est en vous,
en vous seuls, dans votre insuffisance pour les Chambres auprès de la
couronne, pour la couronne auprès des Chambres.

Voilà notre pensée, toute notre pensée dans cette grande circonstance.
Elle s'adresse au cabinet, au cabinet seul, et rien ne nous fera
dépasser cette limite de notre droit comme de notre devoir. Mais nous
accomplirons tout notre devoir; nous userons de tout notre droit. C'est
là le gouvernement représentatif, notre conquête: c'est la Charte, notre
vérité. Nous n'en pouvons rien laisser perdre. L'honneur de la France
y est engagé; l'honneur de son nom et de sa vie depuis 1789; surtout
depuis 1814; surtout depuis 1830.

Et son repos n'y est pas moins engagé que son honneur. Tant que le
cabinet actuel subsistera, tenez ceci pour certain, Messieurs; toutes
choses resteront ou seront remises en suspens et en question; la dignité
et la sécurité du pays chancelleront également; vous verrez régner,
dans les affaires du dedans et du dehors, dans la gestion des intérêts
matériels et moraux, la même imprévoyance, la même légèreté, la même
faiblesse; et pour terme à tout cela, vous rencontrerez les mêmes
épreuves auxquelles vous êtes appelés aujourd'hui.

C'est là le mal; Messieurs, vous disposez du remède.

GUIZOT.


          2° _M. Guizot à M. Leroy-Beaulieu, maire de Lisieux._

Paris, le 18 février 1839.

Mon cher monsieur, le cabinet fait dire partout que voter pour lui,
c'est voter pour la paix; voter pour l'opposition, c'est voter pour la
guerre.

Le 16 janvier dernier, dans le débat de l'adresse, je disais à la
tribune:

«Il y a huit ans, la France et son gouvernement se sont engagés dans la
politique de la paix. Ils ont eu raison. J'ai soutenu cette politique;
je l'ai soutenue ministre et non ministre, sur tous les bancs de cette
chambre. Je suis convaincu, convaincu aujourd'hui comme alors, que la
moralité comme la prospérité de notre révolution la conseillait, la
commandait. Je lui suis et lui serai éternellement fidèle.»

Répétez, je vous prie, répétez partout ce que je disais il y a un mois,
ce que je répète aujourd'hui. Oui, nous avons voulu, nous voulons
toujours la paix. Et la paix n'est sûre qu'avec notre politique. Le
ministère, qui en parle tant, la compromet.

Quel homme sensé voudrait aujourd'hui la guerre?

Nous l'avons faite vingt ans, pour nous affranchir, pour nous établir.
Nous avions besoin, nous France nouvelle, d'abord d'être maîtres chez
nous, puis de prouver à l'Europe notre force et d'y prendre notre rang.

Le but est atteint, bien atteint. Nous sommes maîtres chez nous. En 1830
nous l'avons bien fait voir. L'Europe l'a reconnu. Et quant à la gloire,
ce baptême des peuples, quel vieil État, quelle antique race a plus à
raconter que nous n'avons fait?

A nos fiers combats pour notre indépendance et notre rang parmi les
nations, deux esprits se sont mêlés, l'esprit de propagande et l'esprit
de conquête. De cela nous avons reconnu le mal; nous n'en voulons plus
aujourd'hui.

La propagande de la vérité par la force, c'est la corruption de la
vérité; la violence au nom de la liberté, c'est la ruine de la liberté,
d'abord pour les vaincus, puis pour les vainqueurs. Nous ne sommes
pas les fils du Coran. Nous respectons les idées, les sentiments, les
institutions, les droits d'autrui, comme nous voulons qu'on respecte
les nôtres. Nous avons foi dans l'intelligence et dans le temps. Nous
aspirons à donner au monde le spectacle de la civilisation libre, vraie,
générale, de cette civilisation vers laquelle l'Europe marche depuis
tant de siècles. Nous croyons que ce spectacle est un grand exemple et
suffit à notre grandeur.

La paix nous est chère dans l'intérêt de la moralité nationale. Nous
souhaitons passionnément de voir régner parmi nous l'esprit d'ordre,
l'esprit de famille, le respect du droit, la confiance dans l'avenir.
Nous honorons surtout l'intelligence, le travail, les bonnes moeurs.
Nous voulons que les ambitions se règlent, que les âmes s'apaisent,
que les esprits s'éclairent, qu'il y ait dans la vie sociale beaucoup
d'activité et peu de hasard.

Nous entrons seulement dans la carrière de la prospérité publique. Grâce
à Dieu, elle est déjà grande et grandit chaque jour. Notre agriculture
se perfectionne, notre industrie se développe, notre commerce s'étend;
mais que nous sommes encore loin de ce que nous pouvons, de ce que nous
devons être! Les capitaux ne suffisent pas au travail; les lumières ne
suffisent pas au bon emploi des capitaux. En tout genre, et soit qu'il
s'agisse de moyens matériels ou intellectuels, d'administration publique
ou d'affaires privées, que de lacunes à combler, que de progrès à
faire! Progrès qui doivent pénétrer partout, se répandre sur toutes les
conditions, qui ne seront vraiment satisfaisants que lorsque la société
tout entière y aura pris part, et pour le travail et pour les fruits.

A tout cela il faut la paix, la paix longue, la paix assurée. C'est
aujourd'hui la conviction de tous, le désir de tous. L'Europe veut la
paix comme la France. En France, le pays la veut comme le gouvernement
du Roi. C'est l'un des plus beaux titres de notre monarchie à la
reconnaissance publique que sa constance dans la politique de la paix.
Et s'il est permis de parler de soi en de si grandes choses, moi aussi
je me suis constamment associé à cette politique; moi aussi j'ai
proclamé et mis en pratique à cet égard, et dans les plus difficiles
épreuves, la plus ferme conviction.

Mais il ne suffit pas de désirer, il ne suffit même pas de vouloir.
Telle est la faiblesse de l'homme que, contre sa pensée, contre son
voeu, il peut être conduit par ses propres actes, par ses propres
fautes, au résultat même qu'il redoute le plus et s'efforce le plus
d'éviter.

C'est ce péril que nous fait courir le cabinet du 15 avril. C'est la
conséquence de sa politique. Il compromet la paix au lieu de l'affermir.

La paix peut être compromise de deux manières:

Par une politique faible, peu digne et qui blesserait l'honneur
national;

Par une politique imprévoyante, malhabile, et qui conduirait mal les
affaires.

La France est susceptible, très-susceptible pour la dignité de sa
vie nationale et de son attitude dans le monde. Grâces lui en soient
rendues! La susceptibilité publique, populaire, ce sentiment soudain,
électrique, un peu aveugle, mais puissant et dévoué, c'est l'honneur,
c'est la grandeur des sociétés démocratiques; c'est par là que,
malgré leurs inconséquences et leurs faiblesses, elles se relèvent et
retentissent avec éclat dès que cette noble fibre est émue. Et que le
gouvernement le sache bien: elle peut paraître molle, inerte, et tout à
coup s'émouvoir, s'ébranler, et tout agiter par son ébranlement. Vous
aimez la paix; vous voulez la paix. Prenez soin, grand soin de la
dignité nationale; donnez-lui satisfaction et sécurité. Si elle doute,
si elle s'inquiète, inquiétez-vous aussi pour la paix. Ses biens sont
grands et doux; mais un pays libre ne les achètera pas longtemps au prix
d'une souffrance morale et d'un malaise offensant.

C'est d'ailleurs une situation si commode, une si grande force pour le
gouvernement que de se mettre en sympathie avec la fierté nationale et
de s'en faire un bouclier! Que d'embarras il peut s'épargner, que de
questions il peut résoudre par ce seul moyen! En toute occasion, à
chaque instant, ces étrangers, à qui vous avez à faire, vous observent,
vous tâtent. Qu'ils vous sachent fiers et fermes, ils mesureront, ils
contiendront leurs paroles, leurs actes; ils y regarderont à deux fois
avant d'engager une question et de courir une chance contre vous. Mais
s'ils vous trouvent, s'ils vous sentent un peu timides, irrésolus,
enclins à éluder, à céder, croyez-vous qu'ils vous feront des conditions
meilleures, qu'ils vous traiteront avec plus de ménagement? Tout au
contraire: ils insisteront, ils presseront, ils inquiéteront; ils se
soucieront peu de vous susciter des affaires, ils compteront peu avec
vous. Et la paix, chargée d'embarras, de questions, d'ennuis, de
dégoûts, deviendra de plus en plus incommode, difficile, et se trouvera
enfin en péril, quoi que vous ayez fait pour la maintenir.

Que sera-ce si les affaires sont conduites d'ailleurs avec légèreté,
imprévoyance, sous l'empire des premières impressions, dans le seul but
d'échapper aux embarras du moment, de se ménager une réponse évasive, de
sauver passagèrement les apparences; sans cette puissance d'attention et
de mémoire qui tient compte de tous les faits, sans cette prudence et
cette maturité de dessein qui préviennent les démarches inconsidérées,
et ne sacrifient jamais à la commodité du présent la sécurité de
l'avenir?

Croyez-vous, mon cher monsieur, qu'à de telles conditions, avec une
telle conduite, en présence de la dignité nationale attristée et
froissée, au milieu d'affaires étourdiment entamées et de plus en plus
compliquées, la paix soit bien forte et bien sûre? Croyez-vous que ce
soit là vraiment la politique de la paix?

Interrogez les faits, les faits récents, avérés. Ils parlent bien plus
haut que moi. Ils étalent partout, dans nos relations au dehors, la
faiblesse, l'imprévoyance, la légèreté du cabinet, et leurs périlleuses
conséquences. Ils montrent la paix par lui sans cesse compromise et près
de nous échapper.

En Suisse, pour éloigner de notre frontière un jeune insensé, il a fallu
mettre en mouvement un corps d'armée; et nous nous sommes vus à la merci
de Louis Bonaparte et des radicaux de Thurgovie, qui étaient, avec
quinze jours d'obstination, parfaitement maîtres de nous contraindre à
faire la guerre à un peuple ami, et très-utile ami.

Pourquoi?

Parce que le cabinet n'avait pas maintenu, dans nos rapports avec ce
peuple, notre bonne, notre naturelle politique, la politique adoptée par
ses prédécesseurs. Parce qu'il avait entamé et conduit ses réclamations
contre le séjour de Louis Bonaparte en Suisse, étourdiment, confusément,
sans discernement ni prévoyance, d'une façon offensante pour la Suisse,
et qui ne laissait, à la Suisse ni à nous-mêmes, aucune voie pacitique
et honorable pour sorlir d'embarras.

En Belgique, les choses en sont venues aux dernières extrémités. Les
passions révolutionnaires ont été mises en mouvement. Le peuple belge
et son roi se trouvent engagés, compromis, placés entre une résistance
impossible et une retraite....peu digne.

Pourquoi?

Parce que le cabinet n'a pas osé prendre, dès le début de l'affaire, une
résolution nette et ferme; parce qu'il n'a pas su influer sur l'Europe,
si cela se pouvait, pour obtenir, quant au territoire, des modifications
favorables à la Belgique; et si cela ne se pouvait pas, sur la Belgique,
pour la décider promptement à l'exécution du traité, et épargner ainsi
aux Belges la déplorable alternative où ils sont aujourd'hui, à nous la
triste attitude que nous tenons, à nous et aux Belges des inconvénients
graves et peut-être de graves périls.

Au Mexique, nous avons eu un succès, de la gloire. Le succès et la
gloire n'ont rien fini. Nos compatriotes sont maltraités, opprimés,
proscrits, chassés par le gouvernement mexicain plus violemment que
jamais. La lutte est devenue plus âpre et l'issue plus obscure. Nous
sommes entraînés là dans une entreprise infiniment plus grande que son
motif et son but, où les moyens, les sacrifices, le terme sont également
difficiles à prévoir. Nous sommes en guerre à plus de deux mille lieues
de notre pays, en face des déserts et des Barbares, également en peine
d'avancer et de revenir.

Pourquoi?

Parce que le cabinet n'a point prévu les difficultés de l'entreprise;
parce que, au début, il l'a laissé languir, faute de moyens suffisants
et bien combinés; parce qu'il n'a pas su engager là, dans notre cause,
les grandes nations commerçantes qui y avaient pourtant des intérêts
analogues, l'Angleterre et les États-Unis, par exemple; et qu'il nous a
placés au contraire envers elles dans une situation très-épineuse, et
qui le devient beaucoup plus en se prolongeant.

Ainsi, partout où nous avons eu des affaires, elles se sont compliquées,
aggravées. La paix y a été compromise: la guerre en est sortie, ou bien
a été ou bien est encore sur le point d'en sortir.

Et pour un grand peuple, pour la France, il n'y a pas moyen de n'avoir
point d'affaires. Il n'y a pas moyen de se retirer de toutes parts comme
d'Ancône, et de s'isoler comme la république de Saint-Marin. La France
est partout présente, partout intéressée; partout, quand une question
survient, quand un événement éclate, il faut rester, il faut agir.
Partout et toujours vous voulez la paix: vous avez raison, la paix
est excellente; il faudrait aujourd'hui, pour la rompre, des raisons
énormes, des raisons de sûreté et d'honneur national. Mais la paix, la
paix qui convient à la France, est une oeuvre laborieuse, élevée, qui
exige beaucoup d'activité, de courage, de prévoyance, d'ascendant, qui
a ses luttes et veut avoir sa gloire, comme la guerre. Si vous êtes
faibles et imprudents, peu dignes et peu habiles, si vous ne savez pas
plus résoudre les questions par les négociations que par les armes, si
vous les laissez s'élever légèrement ou s'engager profondément en vous
montrant également incapables de les soutenir ou de les prévenir, de les
trancher ou de les dénouer, ne parlez pas de la paix; ne vous dites pas
les ministres de la paix. Vous ne convenez pas plus à la paix qu'à la
guerre. Vous profanez le nom de la paix. Vous compromettez sa durée.
Loin qu'elle vous doive rien, c'est par vous, à cause de vous qu'elle
s'abaisse et dépérit.

Je m'arrête, mon cher monsieur, car notre pays, dans le trouble bien
naturel qui lui reste après tant et de si rudes secousses, redoute
l'expression énergique des sentiments même les plus modérés, et croit
voir de l'exagération dans le langage de toute conviction forte. Mais
tenez pour certain que la politique légère et pusillanime n'est point la
politique de la paix, et qu'entre les mains du cabinet du 15 avril la
paix n'est pas plus en sûreté que l'honneur national.

GUIZOT.


      3° _Discours prononcé par M. Guizot dans le collége électoral
                     de Lisieux, le_ 3 _mars_ 1839,
                 _immédiatement après son élection_[38].

[Note 38: M. Guizot venait d'obtenir dans ce collége 477 suffrages sur
525 votants.]

Messieurs,

Vous venez de me faire un grand honneur: je vous en remercie avec
une profonde reconnaissance. J'y vois bien autre chose qu'un succès
personnel; j'y vois la sanction de la conduite que j'ai tenue dans ces
derniers temps, la preuve que j'ai bien jugé et bien agi.

Et ne croyez pas, Messieurs, que j'aie agi légèrement; j'ai beaucoup
délibéré, beaucoup attendu. Ce n'est point à plaisir que je me suis
mis en dissidence avec le gouvernement que j'aime, que j'ai servi, que
j'entends servir encore, aujourd'hui et toujours. Je pressentais les
conséquences de cette dissidence, les mauvaises interprétations, les
injures, les calomnies, et, ce qui me touche bien davantage, peut-être
la désapprobation sincère de quelques-uns de mes anciens amis, gens de
bien avec qui je m'honore d'avoir longtemps marché, et dont la sympathie
me sera toujours chère.

Pourtant, je n'ai pas hésité: je voyais deux choses pressantes,
décisives.

Je voyais au dedans l'affaiblissement du gouvernement représentatif,
spécialement de la Chambre des députés, c'est-à-dire de l'influence de
la France dans ses propres affaires;

Au dehors l'affaiblissement de notre attitude, de nos actes, de nos
alliances; c'est-à-dire l'affaiblissement de l'influence de la France
dans les affaires de l'Europe.

Et à la suite de cette altération prolongée de la politique nationale,
j'entrevoyais une réaction déplorable, dangereuse peut-être.

L'expérience ne nous manque pas, Messieurs; nous savons comment les
gouvernements s'engagent dans une mauvaise voie, et se compromettent de
plus en plus, et finissent par se perdre, toujours entourés d'amis,
mais d'amis aveugles et faibles, qui ne savent ni les avertir, ni les
retenir. Ce n'est point là pour nous une idée générale, un souvenir
vague. Nous l'avons vu. Nous ne le reverrons point. Nous en avons une
double garantie, la sagesse du roi et la sagesse du pays. Mais la
sagesse consiste précisément à remarquer, à signaler de bonne heure la
déviation et le péril. C'est au bord de la pente qu'il faut et qu'on
peut s'arrêter. C'est le mérite des gouvernements libres, c'est le
devoir des bons citoyens dans les gouvernements libres de combattre
le mal dès qu'il paraît, de le repousser avant qu'il s'aggrave. Notre
promptitude à nous inquiéter, à nous prémunir dans le présent, fait
notre sécurité dans l'avenir.

Savez-vous d'ailleurs, Messieurs, qui aurait le plus à souffrir de
la réaction qu'amèneraient nécessairement l'affaiblissement de nos
institutions et l'altération de la politique nationale? le gouvernement,
le pouvoir lui-même. C'est à lui qu'on s'en prendrait, à lui qu'on
en ferait payer le prix. Vous verriez les principes et les moyens de
gouvernement s'affaiblir à leur tour; vous verriez renaître dans le
pays le désir des garanties excessives, des précautions qui énervent et
désarment le pouvoir. Nous avons besoin qu'il soit fort, et je crains
ses fautes au moins autant pour les méfiances qu'elles inspirent que
pour le mal immédiat qu'elles font.

Voilà ce qui m'a décidé, Messieurs; voilà les motifs de ma dissidence
avec le cabinet. Comme j'avais l'honneur de vous le dire tout à l'heure,
je ne me dissimulais point les difficultés d'une telle situation. Je ne
me flattais point qu'elle fût sur-le-champ comprise et universellement
approuvée. Mais j'espérais qu'une longue session, des débats nombreux et
divers répandraient partout la lumière. Il n'en a point été ainsi. Une
dissolution brusque, inattendue, est venue porter tout à coup devant
vous, Messieurs, devant le pays tout entier, des questions à peine
posées et encore mal éclaircies. J'en ai craint, je l'avoue, de
fâcheuses conséquences. J'ai craint l'un ou l'autre de deux maux, tous
deux bien graves, l'irritation du pays ou sa faiblesse. J'ai craint
qu'il ne s'emportât au delà du but ou qu'il ne méconnût le péril.

Je suis rassuré, Messieurs, car ce qui se passe dans cet arrondissement,
ce que vous venez de faire ne saurait être un fait isolé; c'est, à coup
sûr, le symptôme, l'image de ce qui se passe, de ce qui se fait dans
toute la France. Une majorité vient de se déclarer, décidée, forte, plus
forte qu'elle n'avait jamais été. Jamais, Messieurs, depuis neuf ans, et
permettez-moi d'en être fier, je n'ai reçu de vous un aussi grand nombre
de suffrages. Et cette majorité si forte n'est point une majorité
passionnée, l'oeuvre d'un ardent esprit de parti; elle est, au
contraire, aussi conciliante que décidée; elle rallie presque tous, je
dirais, si j'osais, tous les amis sincères de notre révolution de 1830,
de notre monarchie de 1830, de la charte et de la dynastie de 1830.
Séparés plusieurs années, ils viennent aujourd'hui de se rapprocher et
de s'unir.

Messieurs, il y a là bien autre chose que ce qui me touche. Quel est le
besoin pressant, évident de notre époque? Quel est le moyen, le seul
moyen de mettre un terme aux embarras et aux dangers de notre situation?
Précisément ce qui se forme, ce qui apparaît en ce moment parmi vous,
une majorité à la fois décidée et point exclusive, forte et conciliante.

Une majorité décidée est indispensable à la force et à la moralité de
nos institutions, à la force et à la moralité du gouvernement lui-même.
Nous souffrons, nous dépérissons depuis cinq ans, chambres et cabinets,
pouvoir et liberté, par ces majorités étroites, flottantes, qui ôtent au
gouvernement toute fixité, toute élévation, tout ascendant, pour donner
à de misérables intrigues et à de chétifs intérêts une déplorable et
ridicule importance.

Depuis cinq ans aussi on a beaucoup parlé de conciliation. C'est un mot
puissant et doux que de toutes parts on a essayé de s'approprier. Moi
aussi, Messieurs, j'aime et je désire la conciliation. C'est pour une
politique modérée, pour une politique qui ménage, qui concilie tous les
droits et tous les intérêts, que j'ai toujours combattu. Et quand je
rentre en moi-même, je n'y trouve rien, absolument rien qui me rende
la conciliation difficile. Je ne porte en moi nul sentiment violent ou
amer. Je n'ai de haine pour personne; je n'ai fait de mal à personne.
Je défie qui que ce soit en France de dire que je l'aie poursuivi de
quelque mauvais vouloir, de quelque ressentiment personnel. J'ai appris
de la vie à beaucoup comprendre, à beaucoup expliquer, et j'ose croire
que l'énergie de la conviction n'exclut point un peu d'impartialité dans
l'esprit et de bienveillance dans le coeur.

Mais, Messieurs, toutes les fois que j'ai entendu parler de
conciliation, j'ai regardé à deux choses, à la sûreté publique et à ma
dignité personnelle.

Tant que l'État m'a paru en danger, tant que j'ai vu le Roi et la charte
menacés, attaqués, et aussi tant qu'on a semblé mettre la conciliation
au prix du désaveu de cette politique de résistance qui les avait sauvés
dans les mauvais jours, je n'ai pas voulu, je n'ai pas dû m'y prêter.

Tel était l'état des choses, Messieurs, en 1834, 1835, 1836. C'est le
temps de Fieschi, d'Alibaud, de Meunier, du complot de Strasbourg; temps
de lutte et de péril, à coup sûr; temps qui commandait une politique
vigilante et forte, la politique du 13 mars et du 11 octobre. Je ne l'ai
point abandonnée. Vous ne me l'auriez pas conseillé, Messieurs. Que
dis-je? vous ne me l'auriez pas pardonné. Vous êtes vigilants pour la
sûreté du gouvernement de Juillet; vous êtes jaloux de l'honneur de
votre député. Je les ai gardés l'un et l'autre. Je suis sûr que vous
m'en approuvez.

Les temps sont changés. La sûreté de l'État n'est plus menacée. La
résistance a porté ses fruits. Le Roi et la charte respirent à l'abri
des lois et du sentiment public. Des questions se sont élevées,
étrangères à nos anciens débats, relatives à la réalité de nos
institutions, à la dignité de notre politique extérieure, à la bonne
conduite de nos affaires: questions qui ne me donnent rien à désavouer;
terrain libre et élevé sur lequel peut s'accomplir une conciliation
vraie et honorable. Je m'y prête avec empressement. Là est le principe
d'une majorité large et conciliante, qui peut rallier les amis sincères
du gouvernement de Juillet, sans imposer à aucun d'eux ni faiblesse ni
mensonge. On parle beaucoup de la coalition: Messieurs, regardez ce qui
se passe au milieu de vous, dans cet arrondissement, dans ce collége.
Quelqu'un de vous a-t-il renié ses opinions, ses antécédents, ses amis?
Vous sentez-vous coupables de défection ou d'hypocrisie? Non, certes,
vous êtes conséquents avec vous-mêmes, fidèles à tout ce que vous avez
pensé, fait, aimé, servi. Et pourtant, vous vous êtes rapprochés les uns
des autres; vous pensez, vous votez ensemble sous l'empire d'une même
idée, d'un même sentiment, l'attachement au gouvernement représentatif,
à sa dignité, à sa vigueur, le désir de le voir vrai et efficace. Voilà
la coalition, Messieurs; il n'y en a pas d'autre; celle qui s'accomplit
parmi vous, naturellement, utilement et moralement, c'est la même
qui s'est accomplie dans la Chambre. Partout également légitime et
honorable, elle sera partout, je l'espère, également salutaire; elle
rendra partout à nos institutions leur vérité et leur énergie; elle
deviendra partout la source de vraies majorités parlementaires, en nous
laissant à tous l'honneur de notre passé, la liberté de notre avenir.

Messieurs, dans ce que je fais et demande aujourd'hui, il n'y a rien
d'étrange, rien de nouveau pour moi. Je suis fidèle, étroitement fidèle
à ce que j'ai fait et demandé de tout temps. Il y a bientôt trois ans,
en août 1836, dans cette même enceinte, beaucoup d'entre vous me firent
l'honneur de m'inviter à un banquet. J'y prononçai un discours dont la
presse et la tribune ont bien voulu s'occuper souvent. Je saisis avec
bonheur cette occasion de rendre hommage à la sagesse du Roi, de
rappeler les services éminents, immenses, que le Roi a rendus à la
France, à la cause de l'ordre et de la paix. Ce que j'ai dit alors, je
le répéterais, je le répète encore avec la même conviction, la même
reconnaissance. Et alors je disais aussi:

«Soutenir le Roi, ce n'est pas lui laisser tout à faire. Notre adhésion
ne doit pas être une adhésion passive, inefficace, une adhésion de
spectateurs. Le Roi ne peut rien sans le pays; sa fermeté a besoin de
notre fermeté; sa sagesse puise sa force dans notre sagesse. Que la
majorité nationale, qui a si bien soutenu le Roi dans la politique du
juste-milieu, ne se laisse donc jamais ralentir, ni décourager, ni
désunir; qu'elle manifeste hautement sa pensée, qu'elle exerce fermement
son influence. La clairvoyance, la vigilance, la persévérance,
l'énergie, sont pour elle d'impérieux devoirs: qu'elle les accomplisse.
Les périls du Roi s'éloigneront de plus en plus comme ceux de la France.
La liberté, la liberté réelle et générale ira toujours se développant,
et nous verrons s'affermir ensemble la sécurité du peuple et du trône,
la dignité du pays et du pouvoir.»

Que faisais-je par ces paroles, Messieurs, sinon réclamer la réalité,
l'énergie du gouvernement représentatif, l'influence de la Chambre des
députés dans les affaires du pays, l'influence d'une majorité forte,
active, digne, dans la Chambre des députés? Jamais, Messieurs, pas une
minute, je n'ai déserté cette grande cause; jamais je n'ai accepté
que nos institutions fussent énervées, éludées, abaissées, qu'une
administration sans principes, sans vigueur, fût le vrai gouvernement du
pays. Je ne reconnais point à de tels traits ce gouvernement libre et
fier que nous avons conquis en 1830. Je le veux complet, aussi complet
que régulier. Je crois que sa sûreté comme son honneur résident dans
le développement énergique, dans le constant équilibre de tous ses
éléments. Je veux les voir grandir et se fortifier tous, et tous
ensemble. Aujourd'hui, Messieurs, comme en 1836, comme toujours, je
crie: _Vive le Roi! vive la Charte!_ c'est le cri du pays.


                                   XIV

                  _Le roi Louis-Philippe à M. Guizot_.

Dimanche à 2 heures, 24 mars 1839.

Au moment où je croyais que tout était prêt à se conclure, tout est
rompu, et le maréchal vient m'annoncer qu'il se retire. Je désire
vivement vous voir, vous entendre et en causer avec vous. Venez donc
chez moi le plus tôt que vous pourrez.


                                   XV

                      _Lettre adressée à M. Guizot
                   par vingt-cinq citoyens américains,
                         le 1er février_ 1841.

Sir,

The undersigned, citizens of the United States of America, sojourners
in Paris, being deeply impressed with the friendly spirit and generai
excellence of the introduction to your valuable edition of the Life and
Writings of Washington, have united for the purpose of soliciting you
to sit for your picture to an American artist who has earned a high
réputation in his profession. Our ulterior purpose is to transmit the
portrait to the speakers of our Congress, and to request for it place
in the library of that body, as a permanent memorial of the profound
respect which we entertain for your personal character and intellectual
trophies, and, in particular, of the gratitude which all Americans
should feel for your liberal agency in exhibiting anew to Europe the
true nature of their Revolution and the distinctive preeminence of its
hero.

_Signatures_: E. S. Burd.--Tho. van Zandt.--Jared Sparks.--Matthew
Morgan.--Eugène Avail.--M. Brimmer.--F. P. Corbin.--Robert
Walsh.--Andrew Ritchie.--Herman Thorn.--Robert Baird.--Gas. M.
Gibbs.--Léonard Hoods, profes. of Brunswick collège, Maine.--Henry
Seybert.--R. N. Gibbes.--H. L. Preston.--M. Smiller.--H. G.
Dyar.--Charles J. Biddle.--E. C. Biddle.--J. Randolph.--J. Archer.--W.
van Reusslaer.--Tho. Warner.--Alex. van Reusselaer.


                                    XVI

               1° _Le baron de Bourqueney au maréchal Soult_.

Londres, le 25 mai 1839.

Monsieur le maréchal,

Ainsi que je l'annonçais hier à Votre Excellence, lord Palmerston a
communiqué sans retard à tous les membres du conseil la nouvelle de la
reprise des hostilités entre l'armée turque et l'armée égyptienne.
Le soir, au bal qui a eu lieu chez la reine, lord Melbourne, lord
Lansdowne, lord Normanby, m'ont, tous les trois, à diverses reprises,
exposé l'aspect sérieux sous lequel ils envisageaient cet événement; ils
cherchaient néanmoins à se persuader encore que la nouvelle pouvait
ne pas être parfaitement exacte, et ils se fondaient sur le contraste
qu'elle présente avec celles qui la précédaient, soit de Constantinople,
soit d'Alexandrie. Quoique j'eusse entouré de tout le secret possible ma
communication, elle avait déjà transpiré. Dans la soirée Reschid-Pacha,
qui devait prendre aujourd'hui congé de la reine, informé directement
par lord Palmerston, annonçait tout haut qu'il avait suspendu son
départ; le comte Orloff savait aussi la nouvelle, et sans la commenter
dans ses conséquences, il en proclamait la gravité avec affectation.

Lord Palmerston a désiré me revoir aujourd'hui. Nous avons eu une
nouvelle conférence qui a duré deux heures. Le temps me manque pour
en rendre un compte détaillé à Votre Excellence; mais j'aime mieux me
borner aux points principaux de la conversation que d'en ajourner une
analyse plus complète.

Lord Palmerston venait de recevoir la dépêche de lord Granville qui
confirme entièrement celle que je lui ai communiquée hier, et qui ajoute
même que la nouvelle est arrivée à Malte de deux points différents, de
Syra et d'Alexandrie Nous avons laissé les doutes d'hier de côté, et le
mal admis, il ne s'est plus agi que du remède.

Lord Palmerston a commencé par me déclarer qu'il allait me soumettre
ses vues personnelles sur l'état de la question, que lundi il les
proposerait au conseil, mais que rien n'y serait arrêté d'une manière
définitive avant les réponses de Paris. Je n'ai pas besoin d'ajouter
que, dans cette longue conversation, j'ai toujours eu soin de me
présenter comme dépourvu de toute instruction, de manière qu'aucune de
mes paroles ne passât pour l'expression, même la plus affaiblie, de la
pensée de mon gouvernement.

Lord Palmerston, monsieur le maréchal, a posé d'abord une hypothèse de
laquelle découle tout l'ordre d'idées dans lequel il s'est placé:

«Je prends pour point de départ, m'a-t-il dit, que le but de notre
politique commune est la conservation de l'empire ottoman, comme la
moins mauvaise garantie du maintien de l'équilibre européen; il y a chez
nous, comme en France, une certaine opinion favorable au développement
de la puissance égyptienne. Cette opinion, le cabinet anglais ne la
partage pas, mais c'est une des difficultés nombreuses qu'il rencontre
sur sa route dans les affaires d'Orient.

«La conservation de l'empire ottoman admise comme but, nous avons à le
défendre de ses _amis_ et de ses _ennemis_.

«L'événement actuel nous surprend et nous laisse dans l'ignorance de
ce que nous avons à craindre des amis de l'empire ottoman; c'est une
éventualité à laquelle nous aurons à parer plus tard; commençons par les
ennemis. «Le fait d'agression (attribué par la nouvelle télégraphique
aux Turcs) a son importance morale, car il y a un principe de justice,
dont nous ne pouvons méconnaître la puissance, dans une première
disposition à faire retomber les conséquences de la guerre sur
l'agresseur; mais nous devons en même temps nous rappeler que nous ne
nous sommes jamais portés garants des arrangements de Kutaièh, que nous
n'avons jamais, par un acte quelconque, oblitéré la qualité de vassal
dans le vainqueur et de souverain dans le vaincu; nous avons cédé à la
force des choses; ces choses venant à changer, il y aurait à examiner
jusqu'à quel point le souverain a le droit de ressaisir par les armes ce
que les armes du vassal lui ont enlevé.

«Passons encore sur le fait d'agression et supposons-le résolu en faveur
de l'Egypte; nous ne pouvons vouloir ni que le pacha victorieux de
nouveau remette l'empire ottoman au bord de sa ruine et le force à
se jeter dans les bras de la Russie, ni que le sultan, excité par de
premiers succès (succès bien douteux!), laisse la paix de l'Europe en
péril tout le temps qu'il lui plaira de disputer au pacha ses dernières
conquêtes et peut-être ses anciennes possessions.

«Notre premier devoir est donc d'arrêter le plus tôt possible la
collision si malheureusement entamée: avec quels moyens d'action? dans
quelles limites?

«Les moyens d'action peuvent être de deux sortes: des vaisseaux et
des troupes de débarquement. J'ignore s'il entrerait dans les vues du
gouvernement français d'envoyer sur le théâtre des événements un
corps expéditionnaire; occupés comme nous le sommes dans l'Inde et
en Amérique, nous ne pourrions y paraître nous-mêmes avec une force
suffisante en temps utile. Cette dernière condition s'appliquerait aussi
à l'intervention militaire de la France, car un corps expéditionnaire
devrait être au moins de quinze mille hommes, et le temps de le réunir
et de l'embarquer ne saurait être moins de deux à trois mois. Restent
donc les escadres. Celles-là sont sur les lieux, et peuvent même être
rapidement accrues. Nous avons huit vaisseaux dans l'Archipel et deux
dans le Tage. Nos escadres réunies suffisent à tous les événements de
mer.

«Les instructions de nos amiraux devraient prévoir deux cas: celui
où, en se présentant sur la côte de Syrie, ils trouveraient le pacha
victorieux, celui où ils arriveraient pour assister à sa défaite.

«Si l'avantage est resté aux armes du pacha, nos amiraux auraient à
lui intimer l'ordre de s'arrêter dans la situation où il serait à leur
arrivée, sous menace de voir ses communications coupées avec Alexandrie
et tout ravitaillement par mer rendu désormais impossible. Un nombre
suffisant de vaisseaux paraîtrait en même temps devant Alexandrie,
déclarerait le port en état de blocus jusqu'à ce qu'Ibrahim eût reçu
l'ordre de son père de suspendre sa marche victorieuse, empêcherait
la sortie de la flotte égyptienne, si elle était dans le port, et ne
permettrait sa rentrée, si elle était en mer, qu'après l'acceptation des
conditions proposées.

«Si l'armée ottomane a commencé par des succès, la même intimation sera
faite au pacha qui la commande; nos amiraux auraient à user de toute
leur influence pour le déterminer à ne pas pousser ses avantages au delà
d'une portion de territoire (qu'il s'agirait de fixer en commun), et ils
lui annonceraient qu'ils demanderont sans retard les instructions de
leur gouvernement pour le cas éventuel où leur conseil resterait
sans effet. Pendant ce temps, les efforts de nos deux missions à
Constantinople s'exerceraient sans relâche pour ramener et contenir le
sultan dans les bornes d'une sage modération.»

Telle est en peu de mots, Monsieur le maréchal, l'action navale des
deux puissances, telle que la comprend lord Palmerston, telle qu'il la
proposera lundi au conseil, telle qu'il la soumet au gouvernement du
Roi. Il a ajouté, comme de raison, que cette action, pour être efficace,
doit être immédiate et qu'il n'y a pas un moment à perdre pour combiner
les mouvements de nos flottes, et préparer les instructions de nos
amiraux.

Je passe à l'action diplomatique.

Lord Palmerston est d'avis que nous nous présentions sans retard à
Vienne unis d'intentions et d'efforts pour la conservation de l'empire
ottoman, que nous y exposions franchement le but que nous nous proposons
d'atteindre, et que nous pressions l'Autriche d'y concourir par tous les
moyens en son pouvoir. Une démarche de même nature aurait lieu en même
temps à Berlin.

«Ici, encore, a repris lord Palmerston, nous avons deux cas différents à
prévoir. La Porte peut avoir déjà _imploré_ et _reçu_ les secours de la
Russie en hommes et en vaisseaux; elle peut les avoir demandés et la
Russie hésitera les accorder.

«Dans le premier cas, nous devons proposer au cabinet autrichien de
s'unir à nous pour déclarer que l'Europe occidentale exige, au nom
de l'équilibre européen, que les troupes auxiliaires russes rentrent
immédiatement sur leur territoire après avoir accompli l'objet de leur
mission, et sans qu'il puisse en résulter pour le gouvernement russe ni
conquêtes, ni stipulation d'avantages commerciaux ou politiques. Cette
déclaration, quelle que fût sa forme, devrait être péremptoire au fond,
et ne laisser à la Russie aucune incertitude sur les conséquences
auxquelles une conduite opposée à celle de ses alliés l'exposerait
inévitablement.

«Dans le second cas, nous presserions la cour de Vienne de proposer
avec nous à Pétersbourg un concert préalable entre les cinq grandes
puissances, concert dont le but serait le maintien de l'indépendance
de l'empire ottoman, et dont l'action se fixerait en commun. Nous
réglerions alors le rôle auxiliaire de la Russie, et nous l'enfermerions
dans les limites d'une entente commune.

«Dans ces deux hypothèses, nous atténuerions, autant qu'il est en
nous, le désastreux effet des destinées de l'empire ottoman commises
uniquement à la Russie.»

Tel est, Monsieur le maréchal, le résumé le plus fidèle que ma mémoire
a pu reproduire de mes deux conférences avec lord Palmerston. Je crois
avoir rendu sa pensée exacte. J'ose supplier Votre Excellence de
vouloir bien me mettre le plus promptement possible à même de lui faire
connaître le jugement qu'en portera le gouvernement du Roi.

Veuillez agréer, etc.
BOURQUENEY.


            2° _Le maréchal Soult au baron de Bourqueney_.

Paris, 13 juin 1839.

Monsieur, nous n'avons pas encore reçu les lettres arrivées par le
dernier paquebot de l'Orient, mais une dépêche télégraphique de
Marseille, insérée dans le _Moniteur_, prouve qu'à la date la plus
récente, malgré une rixe entre les soldats turcs et égyptiens, les
craintes d'une collision entre les armées ne s'étaient pas encore
réalisées. Le temps qui s'écoule fortifiera inévitablement l'espoir
qu'il est permis de fonder, pour le maintien de la paix, sur l'accord de
toutes les grandes puissances européennes.

L'accueil qu'ont reçu à Berlin et surtout à Vienne nos premières
ouvertures pour arriver à un concert propre à assurer ce résultat est
de la nature la plus satisfaisante. Le cabinet prussien, appelé par sa
situation à un rôle secondaire dans tout ce qui se rapporte à l'Orient,
n'a pu naturellement que se montrer disposé à appuyer, dans la mesure
de ses moyens, les efforts de ses alliés; mais celui de Vienne, dont
la situation est toute différente, n'a pas hésité à se prononcer
franchement, catégoriquement, sur les dispositions à prendre dans
cette grave circonstance, et M. le comte Appony a reçu l'ordre de me
communiquer une dépêche fort développée dans laquelle M. de Metternich
avoue, avec les formes diplomatiques qui lui sont habituelles, sa
manière de voir sur cet objet important. Il commence par reconnaître
que, au point où les choses en sont venues, un _statu quo_, source de
tant d'inquiétudes et presque également odieux aux deux parties, est
bien difficile à maintenir. Si l'on devait en sortir par la rentrée de
la Syrie sous l'autorité de la Porte, au moyen du seul effort des armes
turques, il applaudirait à cette solution; mais il la regarde comme plus
qu'invraisemblable, et il croit que, dans la lutte qui s'engagerait,
toutes les chances seraient en faveur de Méhémet-Ali. Dans cet état de
choses et sans préjudice des négociations à ouvrir pour un arrangement
définitif, il est comme nous d'avis que les grandes cours doivent
s'entendre dans le but de prévenir les hostilités, si elles sont
commencées, d'y mettre fin, si elles avaient malheureusement éclaté,
de concilier, en tenant compte de la puissance des faits, les voeux
raisonnables des deux parties par une transaction qui assure l'avenir,
et d'arrêter ce qu'il y a d'exagéré dans leurs prétentions. Admettant
comme axiomes incontestables qu'aucune des puissances ne désire le
renversement du sultan, qu'aucune ne croit à la possibilité d'expulser
Méhémet-Ali de l'Égypte, et qu'aucune enfin ne cherche à s'agrandir
aux dépens de l'empire ottoman, il en conclut qu'il leur est facile de
tomber d'accord, et il répète qu'elles ont entre les mains tout ce qui
est nécessaire pour donner du poids à leur détermination. Des escadres
françaises et anglaises sont dans la Méditerranée, les troupes de terre
et de mer ne manquent pas à la Russie; un langage ferme et uniforme à
Alexandrie et à Constantinople, secondé par les attitudes également
sérieuses, mais expectantes que prendraient les forces maritimes,
suffirait probablement, suivant M. de Metternich, pour assurer le succès
de la médiation des puissances. Tel est le résumé de la dépêche que m'a
communiquée M. le comte Appony. Elle se termine par une observation
qui m'a frappé, parce que j'y ai vu l'apparition timide d'une pensée
toujours caressée par le cabinet autrichien et toujours repoussée par la
Russie, celle d'établir dans la capitale de l'Autriche une conférence
des affaires d'Orient; Vienne, dit M. de Metternich, est, relativement
à la grande question dont il s'agit, un point tellement central que
les réponses peuvent y parvenir pour ainsi dire en même temps. Des
communications semblables à celle que contenait la dépêche écrite par M.
le comte Appony ont été transmises à Saint-Pétersbourg, à Vienne et à
Berlin.

Aussitôt que je saurai quelque chose de plus, je m'empresserai de vous
en informer pour que vous puissiez en entretenir lord Palmerston.


            3° _Le maréchal Soult au baron de Bourqueney_.

Paris, 17 juin 1839.

Ma précédente expédition vous a fait connaître la réponse du cabinet de
Vienne à nos premières communications...

Les nouvelles arrivées il y a trois jours par le paquebot de l'Orient
ne nous ont appris aucune nouvelle tant soit peu importante; les armées
étaient toujours en présence sur les bords de l'Euphrate, mais rien
n'annonçait de la part des chefs la volonté d'en venir aux mains... Les
Turcs seraient peu en mesure de commencer les hostilités; leur armée,
dit-on, ne s'élèverait pas au-dessus de 36,000 hommes, affaiblis même
par le défaut d'approvisionnements et par la désertion.

L'état des choses, tel qu'il se présente dans ce moment, est propre à
justifier de sérieuses inquiétudes. Je vais maintenant vous mettre à
même de répondre aux questions que vous a adressées lord Palmerston sur
l'opinion que s'est formée le gouvernement du Roi des dispositions à
prendre dans le but de pourvoir aux nécessités du moment.

Le gouvernement du Roi comprend l'utilité et la convenance d'un concert
entre les grandes puissances pour aviser aux moyens d'assurer, par une
attitude et un langage communs le maintien de l'empire ottoman, et il
pense que c'est à Vienne que pourrait être établi, de la manière la plus
avantageuse, le siège des délibérations qui s'ouvriraient à cet effet.

Il croit que pour empêcher les hostilités, si elles n'ont point encore
existé, ou pour y mettre fin, si malheureusement elles avaient déjà
commencé, les escadres anglaise et française seraient une sorte de
médiation armée maîtresse de la mer, à imposer aux forces de l'Egypte
et de la Porte; et les obliger de rentrer dans leurs ports, si elles en
étaient sorties.

L'escadre anglaise paraît être forte de six vaisseaux de ligne, sans
compter les autres bâtiments; la nôtre sera portée aussi à six vaisseaux
et comptera de plus quatre ou cinq frégates avec quatre bateaux à vapeur
au moins et d'autres bâtiments plus légers. Déjà six vaisseaux sont
réunis à Smyrne, ou en route pour s'y rendre; les trois autres partiront
très-prochainement. Il importe que des instructions, non pas communes,
mais inspirées par une idée identique et que les deux cours se
communiqueraient au préalable, soient envoyées sans retard aux
commandants des deux escadres pour diriger leurs opérations.

Lorsqu'on saura dans l'Orient que de telles forces agissent dans le même
esprit et tendent vers un même but, il n'est pas possible de supposer
que, soit la flotte du sultan, soit celle du pacha, veuillent s'exposer
à lutter contre elles. Je dis plus; leur déploiement, en rendant la
guerre presque impossible, ôtera à la Russie tout prétexte de mettre en
mouvement sa flotte de Sébastopol ou même son armée de terre.

Pour mieux atteindre le résultat que nous avons en vue, peut-être
serait-il à propos que le pavillon autrichien se montrât au milieu de
l'escadre combinée française et anglaise. Une ou deux frégates, avec
quelques bâtiments légers, seraient suffisantes pour cela. Il est à
remarquer au surplus que M. de Metternich en a déjà exprimé la pensée.

Telles sont, Monsieur, les mesures qui me paraissent devoir être
adoptées sans retard si l'on ne veut se laisser surprendre par les
événements. J'arrive à celles qui, lorsque des délibérations formelles
seraient ouvertes entre les cabinets, pourraient être prises pour
terminer la crise actuelle et en prévenir à jamais le renouvellement.

Dans le cas où nos délibérations et l'attitude de nos escadres
n'auraient point empêché les deux parties de prendre les armes, la
nécessité d'une action commune deviendrait évidente; et il n'y a pas
lieu d'espérer qu'on pût alors décider la Russie à ne pas intervenir
matériellement dans une question où ses intérêts seraient si directement
engagés. Ce qu'il faudrait obtenir, c'est que son action fût déterminée
et limitée, de concert avec les autres cours; c'est qu'elle se tînt à
celle que la France et l'Angleterre auraient de leur côté à exercer;
c'est qu'enfin, par le fait, une convention européenne remplaçât les
stipulations d'Unkiar-Skelessi. Je n'ignore pas tout ce qu'un
pareil projet rencontrerait d'obstacles de la part du cabinet de
Saint-Pétersbourg; cependant, il aurait peu d'arguments tant soit peu
spécieux à faire valoir, pour repousser des combinaisons évidemment
inspirées par le désir de la paix et appuyées de tous les alliés.

Il me reste à parler du but final de cette négociation, de l'arrangement
par lequel il serait possible de placer le sultan et son puissant vassal
dans une situation plus satisfaisante pour l'un et pour l'autre, plus
rassurante pour la tranquillité de l'Orient.

La nécessité de concéder à Méhémet-Ali l'investiture d'une partie au
moins de ses possessions actuelles paraît maintenant admise d'une
manière à peu près générale. On a compris qu'au point de grandeur où il
est parvenu, le besoin d'assurer l'avenir de sa famille et de la mettre,
après sa mort, à l'abri des vengeances de la Porte, se fasse sentir trop
impérieusement à son esprit pour qu'il puisse se livrer à des pensées
pacifiques tant qu'il n'a pas obtenu quelque satisfaction à cet égard.

D'un autre côté, on ne peut pas se flatter de l'espoir que la
Porte consente à lui accorder ce surcroît de force morale si, par
compensation, on ne lui donne pas à elle-même quelque avantage qui lui
fournisse une garantie matérielle contre les entreprises éventuelles
d'un ennemi dont elle aurait ainsi accru la puissance. La nature et
l'étendue de cet avantage ne sont certes pas faciles à déterminer. Lord
Palmerston pense qu'il ne faudrait pas moins que la rétrocession de la
Syrie tout entière.

A Berlin, on semble admettre que le sultan pourrait se contenter d'une
partie seulement de cette province. Quant à nous, Monsieur, nous
reconnaissons que la Porte aurait droit à une compensation réelle, mais
nous croyons que l'instant d'en fixer la proportion n'est pas arrivé,
qu'une question pareille ne peut être résolue que d'après des données
sérieuses et compliquées, dont l'appréciation ne peut être l'oeuvre d'un
moment, et que ce point doit être renvoyé au concert qui, si nos vues
viennent à prévaloir, s'établira entre les puissances.

Veuillez, Monsieur, donner lecture à lord Palmerston de la présente
dépêche. En exposant ainsi au cabinet de Londres l'ensemble de notre
manière de voir sur les graves circonstances du moment, nous lui donnons
un gage non équivoque de la confiance qu'il nous inspire et du désir que
nous avons de marcher avec lui dans le plus parfait accord.


              4° _Le baron de Bourqueney au maréchal Soult._

Londres, 17 juin 1839.

Monsieur le maréchal,

Hier lord Palmerston m'a écrit pour me prier de passer chez lui,
m'annonçant qu'il désirait m'entretenir des affaires d'Orient. Je m'y
suis rendu sans retard. J'avais évité depuis quelques jours de presser
trop vivement la réponse aux ouvertures que Votre Excellence m'avait
chargé de faire au cabinet anglais; mais la réponse annoncée, j'ai cru
devoir témoigner le plus vif empressement de la recevoir de la bouche de
lord Palmerston.

Lord Palmerston m'a annoncé que le Conseil avait enfin délibéré samedi
sur les affaires d'Orient, et qu'il était à même de me communiquer le
résultat de cette délibération. Il a eu soin d'ajouter que le prince
Esterhazy ne la connaîtrait qu'après moi.

«Vous n'avez eu jusqu'ici, a commencé lord Palmerston, que mes propres
impressions sur la question d'Orient; je vais vous donner aujourd'hui
l'opinion arrêtée du Conseil; cette opinion, je vous prie de la porter
à la connaissance de votre gouvernement, mais d'ajouter, en la
transmettant, que nous attendrons, pour agir, le jugement qu'il en
portera lui-même.»

Je vais, Monsieur le maréchal, résumer, aussi sommairement et aussi
fidèlement qu'il me sera possible, tout ce que ma mémoire a retenu et ma
raison classé du résultat des délibérations du Conseil:

Le Conseil a décidé:

Que l'Angleterre devait marcher dans un accord intime avec la France;
que tout était impossible sans cet accord: tout facile, possible au
moins, avec lui.

Le Conseil a divisé la question en deux parties: 1° L'action immédiate
pour l'éventualité d'un conflit déjà commencé entre les armées turque
et égyptienne; 2° la négociation de l'arrangement destiné à rendre le
retour de ce conflit impossible.

L'envoi immédiat de nos deux escadres sur la côte de Syrie a été jugé
indispensable.

Nos amiraux auraient l'ordre, s'ils trouvaient les hostilités
commencées, de sommer les deux généraux d'arrêter sans délai la marche
de leurs armées et même d'augmenter le rayon de distance qui séparait
encore il y a six semaines les deux avant-gardes. Leur sommation serait
accompagnée de la déclaration, au nom de leurs gouvernements, qu'à
Constantinople et à Alexandrie les grandes puissances de l'Europe
traitent d'un arrangement qui doit satisfaire les justes prétentions des
deux parties.

Si les Turcs refusaient de s'arrêter, nos amiraux expédieraient sans
retard à Constantinople deux officiers de nos escadres pour annoncer à
nos ambassadeurs le refus du commandant de l'armée ottomane d'obtempérer
à nos conseils et ils le rendraient responsable d'une aussi grave
atteinte portée aux relations de la Porte avec toutes les puissances de
l'Europe. Nos escadres conserveraient une attitude expectante sur la
côte de Syrie.

Si les Égyptiens méprisaient notre sommation, nos amiraux auraient
l'ordre d'empêcher tout ravitaillement par mer, et ils détacheraient une
partie considérable de l'escadre sur Alexandrie où nous paraîtrions
en force imposante et la menace du blocus à la bouche, dans le cas où
Méhémet-Ali refuserait d'arrêter la marche de son fils.

Le Conseil a pensé que cette démonstration suffirait pour empêcher les
hostilités d'éclater si elles n'avaient pas eu lieu,--pour les arrêter,
si elles avaient déjà commencé.

Pendant ce temps, nous ouvririons à Constantinople et à Alexandrie une
négociation sur la double base de la constitution de l'hérédité de
l'Egypte dans la famille de Méhémet-Ali et de l'évacuation de la Syrie
par les troupes égyptiennes. L'opinion du Conseil est que nous ne
rencontrerions aucune difficulté sérieuse à Constantinople, et que, s'il
s'en présentait à Alexandrie, il suffirait d'y convaincre le pacha de
notre union pour en triompher. Le Conseil n'a fixé ni le lieu ni
la forme de la négociation; il n'en a que posé la base et reconnu
l'indispensable nécessité pour rasseoir la paix du monde sur un
fondement solide.

Pour le succès de cette négociation, le Conseil compte sur l'efficacité
de la coopération de l'Autriche; mais cette coopération doit être, selon
lui, dominée, entraînée par l'union de nos deux cabinets. Un seul doute
à Vienne sur cette union, et nous n'y aurons plus que des paroles.

Enfin. Monsieur le maréchal, le Conseil a examiné le cas où, désavoués
par les événements au delà même des bornes d'une prévision raisonnable,
nous trouverions les Russes établis à Constantinople, ou en marche vers
la capitale de l'empire ottoman. Cette immense question a été discutée
sous la profonde impression qu'a causée ici la phrase de là dépêche
n³ 16 de Votre Excellence: «Je crains qu'on n'ait pris à Londres bien
facilement son parti d'une nouvelle expédition russe.» Le Conseil
a pensé que, dans ce cas, nos escadres devraient paraître devant
Constantinople, en amies, si le sultan acceptait nos secours, de force
s'il les refusait. On a même discuté militairement la question du
passage des Dardanelles; on le croit possible, mais dangereux, pendant
les six mois d'hiver où le vent souffle de la Méditerranée. On le
regarde comme facile pendant les six autres, mais avec des troupes de
débarquement. Je n'ai pas besoin d'ajouter, Monsieur le maréchal, que
ce dernier parti n'est, si je puis m'exprimer ainsi, qu'une conjecture
extrême, mais devant la réalisation de laquelle ma conviction est qu'il
ne tiendrait qu'à nous d'empêcher l'Angleterre de reculer.

Voilà, Monsieur le maréchal, l'analyse exacte des décisions arrêtées par
le conseil de cabinet qui s'est tenu avant-hier. Ma dépêche les portera
à Votre Excellence avant une communication plus directe et plus
détaillée que prépare en ce moment lord Palmerston. J'ai insisté sur
la rédaction d'un projet d'instructions aux amiraux; de semblables
questions ne sauraient être trop précisées. Le projet sera communiqué
par lord Granville à Votre Excellence.

Le prince Esterhazy m'a remplacé chez lord Palmerston. Il aura reçu les
mêmes ouvertures que celles qui venaient de m'être faites (à certaines
réticences près). Le prince est plein d'espoir dans le succès de la
négociation turco-égyptienne.

L'ambassade russe écoute, regarde, mais hésite dans son action comme
dans son langage. Nous avons eu bien des Russes depuis un mois à
Londres, Monsieur le maréchal, et des plus haut placés dans la confiance
de l'empereur. Je hasarde timidement une opinion formée à la hâte; mais
il me semble évident que de ce côté-là on n'est pas prêt non plus pour
les partis extrêmes.

J'ose supplier Votre Excellence, Monsieur le maréchal, de vouloir bien
me faire connaître aussitôt qu'il lui sera possible l'opinion que se
sera formée le gouvernement du Roi du plan proposé par le gouvernement
britannique. Cette opinion sera décisive sur la marche des événements.

Il y a longtemps que je n'avais aussi bien senti qu'aujourd'hui de quel
poids la France pèse dans la balance de l'Europe.

Veuillez agréer, etc.
BOURQUENEY.


             5³ _Le baron de Bourqueney au maréchal Soult._

Londres, le 20 juin 1839.

Monsieur le maréchal,

J'ai reçu hier la dépêche n° 23 que Votre Excellence m'a fait l'honneur
de m'adresser sous la date du 17 juin, avec les extraits des dernières
correspondances de Pétersbourg, Vienne, Berlin, Constantinople et
Alexandrie. J'ai annoncé à lord Palmerston que j'avais à lui faire une
communication, au nom du gouvernement du Roi, sur les affaires d'Orient.
Lord Palmerston m'avait fixé un rendez-vous le jour même; mais la séance
de la chambre des Communes ayant commencé par un vote important auquel
il ne pouvait s'empêcher de prendre part, ma visite a été forcément
remise au lendemain.

Ma dépêche n° 53, qui s'est croisée avec celle de Votre Excellence,
contenait déjà une réponse à la plupart des questions sur lesquelles
Votre Excellence me charge de provoquer une décision du cabinet anglais;
ma conférence d'aujourd'hui me permettra de compléter mes informations.

J'ai remis à lord Palmerston la dépêche de Votre Excellence et je l'ai
prié de la lire lui-même et d'en bien peser le fond et la forme.

Lord Palmerston, après avoir lu la dépêche, m'a dit ces propres paroles:
«Nous nous entendons sur tout; notre accord sera complet. Principe,
but, moyens d'exécution, tout est plein de raison, de simplicité et de
clairvoyance. Ce n'est pas la communication d'un gouvernement à un autre
gouvernement; on dirait plutôt qu'elle a lieu entre collègues, entre les
membres d'un même cabinet.»

J'ai prié alors lord Palmerston de me permettre de reprendre
successivement les points sur lesquels j'apercevais quelques
différences, légères à la vérité, mais réelles, entre l'exposé des vues
du gouvernement du Roi et l'opinion du cabinet anglais telle qu'il me
l'avait développée dans sa dernière conversation.

J'ai commencé par les instructions aux amiraux: Lord Palmerston m'a dit
que lord Granville avait été chargé de communiquer à Votre Excellence un
projet d'instructions qui se rapprochait tellement de l'esprit et de la
lettre de la dépêche dont il venait de prendre lecture qu'il regardait
la question d'identité comme résolue. Je lui ai fait observer que
notre action navale était proposée sous la forme de médiation et par
conséquent avec le caractère d'impartialité qui convient à ce rôle;
c'est-à-dire que nous parlerions le même langage au commandant de la
flotte ottomane et à celui de la flotte égyptienne. Lord Palmerston
ne s'est plus montré, comme le premier jour, opposé à ce plan; il m'a
ajouté que dans le projet d'instructions transmis à lord Granville pour
être communiqué à Votre Excellence, on proposait même de séparer
les deux flottes et de leur faire prendre, à l'une la route de
Constantinople, à l'autre celle d'Alexandrie. Lord Palmerston a partagé
de plus l'opinion émise par Votre Excellence sur l'avantage de réunir
ainsi l'effet moral que ne manquera pas de produire en Orient et
ailleurs ce vaste et imposant développement de nos forces maritimes.

Passant des instructions aux amiraux à la force respective des escadres,
lord Palmerston a appris avec une véritable satisfaction l'accroissement
que nous nous apprêtions à donner à la nôtre, et il m'a confirmé que la
flotte anglaise, déjà de huit vaisseaux de ligne, serait incessamment
portée à dix, qu'il s'y joindrait quatre ou cinq frégates, trois
bâtiments à vapeur et un nombre assez considérable de bâtiments légers.

Revenant ensuite au cas peu vraisemblable où nos escadres, en arrivant
sur les côtes de Syrie, trouveraient déjà les Russes en marche vers
le théâtre de l'événement, lord Palmerston m'a répété que le cabinet
anglais proposait que nos amiraux, après avoir fait aux deux parties
belligérantes la sommation de cesser les hostilités, s'adressassent à
nos ambassadeurs à Constantinople pour demander à la Porte l'entrée de
nos flottes dans le Bosphore. Il a ajouté qu'il ne concevait pas quel
prétexte le sultan pourrait invoquer pour refuser nos secours,
sans démasquer une soumission telle à l'influence russe que cette
manifestation nous forcerait à aviser à d'autres moyens pour la
combattre ou la partager.

Du reste, Monsieur le maréchal, j'ai trouvé à cet égard lord Palmerston
très-disposé à admettre, comme Votre Excellence (et se fondant aussi
sur les correspondances de Pétersbourg et de Vienne) que la Russie
craindrait en ce moment d'être mise en demeure d'exécuter le traité
d'Unkiar-Skelessi, et qu'elle n'est nullement prête pour une rupture
avec l'Europe occidentale.

Nous avons passé ensuite à la négociation dont Votre Excellence propose
de fixer le siège à Vienne et dont sa dépêche expose à la fois les
principes et le but.

Lord Palmerston, sur la première question, celle de la fixation du siège
de la négociation, m'a demandé la permission de m'exposer franchement
les doutes qui s'élevaient dans son esprit. Il m'a dit qu'il redoutait
que l'influence russe ne s'exerçât plus efficacement à Vienne sur le
prince de Metternich que sur le comte Appony à Paris, ou sur le prince
Esterhazy à Londres. Je lui ai fait quelques-unes des objections qui
se présentaient tout naturellement à mon esprit; je lui ai dit que le
prince de Metternich serait vraisemblablement flatté du choix de Vienne
comme lieu de la négociation; que ce sentiment le disposerait mieux
au concours que nous cherchons; que, dans une question étrangère à la
politique de principe, et où l'intérêt autrichien apparaissait dans
toute son évidence en opposition à l'intérêt russe, le prince de
Metternich serait lui-même contrôlé à Vienne plus qu'ailleurs par
une opinion autrichienne très-prononcée. Enfin je lui ai parlé de la
position centrale de Vienne comme d'un argument décisif en faveur du
choix proposé. Lord Palmerston, Monsieur le Maréchal, a fini par me
dire: «J'ai pensé tout haut devant vous, je vois le pour et le contre,
et à tout prendre, je crois que le _pour l'emportera_; mais je suis
obligé de consulter le cabinet, je vous donnerai sa décision.» Je pense,
Monsieur le Maréchal, qu'elle sera favorable.

Quant à la donnée générale de la négociation, c'est-à-dire la
concession de l'hérédité à la famille de Méhémet-Ali et la compensation
territoriale du sultan, lord Palmerston m'a répété que le cabinet
anglais entrait complètement dans les vues du gouvernement du Roi. La
fixation des limites de cette compensation territoriale sera sans doute
matière à négociation; mais lord Palmerston a voulu que j'affirmasse à
Votre Excellence que, du point de départ au but de la négociation,
du principe à l'exécution, l'accord et le concert le plus intime ne
cesseraient de régner entre nos deux cabinets.

Voilà, Monsieur le maréchal, l'analyse exacte de la conversation que
j'ai eue ce matin avec lord Palmerston.

Lord Palmerston m'a demandé la permission de communiquer à lord
Melbourne la dépêche de Votre Excellence; j'ai cru ne pas devoir refuser
cette marque de confiance.

Veuillez agréer, etc.
BOURQUENEY.


             6° _Le maréchal Soult au baron de Bourqueney._

Paris, le 27 juin 1839.

L'approbation donnée par le cabinet britannique au plan que vous aviez
été chargé de communiquer à lord Palmerston pour l'arrangement des
affaires d'Orient, plan qui se rapproche tellement, dans toutes ses
parties, des idées dont ce ministre nous avait lui-même entretenus, a
causé une vive satisfaction au gouvernement du Roi. Nous trouvons un
nouveau gage de cet accord dans les instructions destinées à l'amiral
Stopford et dont lord Granville m'a fait connaître la substance.
L'esprit dans lequel elles sont conçues est généralement en rapport avec
notre manière de voir sur les moyens de résoudre la crise qui menace la
paix du monde. Vous en jugerez par la conformité de ces instructions
avec celles que le ministre de la marine a expédiées aujourd'hui même à
M. l'amiral Lalande. Je vous en envoie copie pour que vous puissiez les
mettre sous les yeux de lord Palmerston. Nous n'avons pas cru devoir y
toucher un point bien important, qui eût embarrassé les prévisions de
l'amirauté britannique, l'hypothèse de l'arrivée des forces russes
à Constantinople. Cela tient à des considérations que je vais vous
expliquer et que je vous prie de présenter à l'examen de lord
Palmerston.

Il nous a paru qu'en se préoccupant uniquement de la prolongation du
séjour des Russes après la retraite de l'armée égyptienne, en renvoyant
à cette époque, en réservant pour ce seul cas les mesures à prendre à
l'effet d'obtenir le passage des Dardanelles pour les escadres alliées,
le cabinet de Londres n'a pas suffisamment pourvu aux nécessités de la
situation; nous pensons qu'au moment même où les Russes arriveraient à
Constantinople, les grands intérêts sur l'équilibre européen, et plus
encore peut-être les susceptibilités de l'opinion publique justement
exigeante, demanderaient que les pavillons anglais et français s'y
montrassent aussi. Nous croyons donc qu'au lieu d'attendre les
événements et de laisser aux ambassadeurs et aux amiraux eux-mêmes
l'initiative et la responsabilité des actes si graves qui peuvent
prendre naissance, la France et l'Angleterre doivent, sans perdre un
moment et en obtenant, s'il se peut, pour cette démarche l'assentiment
de l'Autriche, faire demander à la Porte que leurs vaisseaux soient
admis à passer les Dardanelles en même temps que les forces russes
pénétreraient dans le Bosphore, et à concourir avec elles à la
protection du trône du sultan. Il est certain que la Porte livrée
à elle-même ne saurait manquer d'accepter avec joie les garanties
nouvelles qui lui seraient ainsi offertes contre les dangers de diverse
nature auxquels sont exposées son indépendance et sa sûreté. Si une
influence extérieure l'engageait au contraire à les refuser, un tel
refus serait significatif, et l'Angleterre et la France auraient alors à
s'entendre sur les résolutions qu'il appellerait de leur part; mais je
crois que, d'après les données positives que nous avons sur ce point,
il serait prématuré de confier aux amiraux des pouvoirs éventuels et
en quelque sorte hypothétiques qui, dans des circonstances faciles
à concevoir, pourraient entraîner de sérieuses et irrémédiables
complications.

Faites-moi savoir, je vous prie, le plus tôt possible ce que lord
Palmerston pense de cette proposition. Si le cabinet britannique juge
à propos de l'adopter, je crois qu'il importe d'y donner suite
immédiatement; le moindre retard pourrait lui ôter toute sa valeur.

Vous avez déjà appris le commencement des hostilités entre les Turcs
elles Égyptiens; voici l'extrait de la dépêche de M. Cochelet qui
annonce cette déplorable nouvelle. Elle contient de plus la réfutation
complète et péremptoire des griefs prétendus par lesquels la Porte
s'efforçait de mettre du côté du vice-roi le tort de la provocation.

A Constantinople on ignorait encore le 7 de ce mois ce qui venait de se
passer en Syrie, mais on s'y attendait. La flotte ottomane se préparait
à prendre la mer. Je ne dois pas vous cacher que tous les rapports
confirment les assertions de notre ambassadeur sur l'influence exercée
par lord Ponsonby.


             7° _Le maréchal Soult au baron de Bourqueney._

Paris, 6 juillet 1839.

...Le gouvernement du Roi a appris avec une vive satisfaction l'adhésion
du cabinet de Londres à la proposition d'une démarche à faire auprès
de la Porte, à l'effet d'obtenir le passage des Dardanelles pour les
escadres de France et d'Angleterre dans le cas où les forces d'une autre
puissance seraient appelées au secours de Constantinople. L'empressement
que ce cabinet met à y donner suite en se préparant à faire passer à
lord Ponsonby les instructions nécessaires est un gage non équivoque de
la sincérité et de la vivacité de cette adhésion. Cependant je ne sais
si à Londres on s'est bien rendu compte d'un accord parfait pour la
forme aussi bien que pour le fond, dans une négociation aussi grave,
aussi délicate, et qui va se trouver confiée à deux ambassadeurs que
leurs antécédents réciproques disposent malheureusement assez mal à un
pareil accord. Pour parer autant que possible à ce dernier inconvénient,
j'avais fait préparer le projet de note ci-joint, dans l'intention de le
communiquer préalablement au cabinet britannique pour en concerter avec
lui la rédaction commune et définitive. Comme vous le verrez, la pensée
qui y domine est de donner, à la démarche dont il s'agit, un caractère
européen. Veuillez le mettre sous les yeux de lord Palmerston. Il pourra
se faire qu'il arrive lorsque les instructions destinées à lord Ponsonby
seront parties; mais, si le gouvernement britannique approuvait la
rédaction, il pourrait envoyer à son ambassadeur des instructions
supplémentaires....M. de Sainte-Aulaire donnera connaissance à M. de
Metternich de la mission confiée aux deux ambassadeurs, et il essayera
d'y associer l'internonce dans une mesure quelconque.

Ce que vous m'avez fait connaître de la substance des instructions que
recevra lord Ponsonby m'a suggéré une réflexion sur laquelle il ne
serait peut-être pas hors de propos d'appeler l'attention de lord
Palmerston. Demander à la Porte d'appeler, dans un cas donné, le secours
de nos escadres, n'est-ce pas en quelque sorte lui ménager la facilité
de les éloigner des Dardanelles en éludant ou en retardant cette
invitation, au moyen de quelque prétexte plus ou moins spécieux? Ne
vaudrait-il pas mieux lui demander simplement de donner les ordres
nécessaires pour que ces escadres fussent reçues dans le détroit, au
moment même où elles s'y présenteraient, après l'accomplissement de la
condition qui leur permettrait de s'y montrer? Je crois qu'il y aurait
un avantage réel à nous réserver ainsi l'initiative, et c'est dans ce
sens qu'est rédigé le projet que je vous envoie.

Les nouvelles d'Alexandrie vont jusqu'au 19 juin. Le vice-roi, informé
du progrès de l'invasion de l'armée ottomane en Syrie, venait de faire
parvenir à Ibrahim-pacha l'ordre de la repousser et de la poursuivre au
delà de la frontière, lorsque mon officier d'ordonnance, M. Callier,
dont je vous avais annoncé la mission, est arrivé à Alexandrie. Le
vice-roi, après avoir écouté les représentations que M. Callier, de
concert avec M. Cochelet, lui a fait entendre de ma part, a consenti,
non sans une répugnance facile à concevoir, à révoquer l'autorisation
qu'il avait donnée à Ibrahim, et à lui enjoindre de se borner à
repousser l'invasion, et, ce résultat obtenu, de s'arrêter là où il
se trouverait. C'est M. Callier lui-même qui a dû porter cet ordre à
Ibrahim-Pacha.......Il serait difficile de ne pas reconnaître que les
Turcs, dans toute la suite de cette affaire, semblent se plaire à
laisser à leurs adversaires l'avantage de la sincérité et de la
modération.

Cette observation prend un caractère d'évidence bien plus incontestable
encore lorsque l'on compare l'accueil que le vice-roi a fait à nos
conseils à celui qu'ont obtenu à Constantinople les avertissements de M.
l'amiral Roussin. Vainement cet ambassadeur, sans se laisser décourager
par le peu de succès de ses précédentes démarches, a-t-il cru devoir
demander des explications sur la sortie de la flotte; vainement, après
avoir reçu les instructions nouvelles qu'on lui a portées de ma part,
est-il encore revenu à la charge pour ouvrir les yeux du sultan sur les
dangers dans lesquels il se précipite ainsi de gaieté de coeur......la
Porte a complétement jeté le masque dont elle se couvrait encore peu de
jours auparavant; elle avoue maintenant ses projets hostiles et que la
flotte est destinée à opérer un débarquement.

C'est une chose déplorable que le refus fait par lord Ponsonby d'appuyer
les représentations de son collègue; le silence seul de l'ambassadeur
d'Angleterre, dans de telles conjonctures, a été un encouragement donné
aux projets téméraires de la Porte. Malheureusement cet encouragement
résulte bien plus directement encore d'une circonstance étrange à
laquelle fait allusion la correspondance de M. l'amiral Roussin, celle
de la promesse d'un envoi de forces anglaises à Bassora, dans le but de
prévenir les prétendus projets agressifs des Égyptiens. Ce ne serait pas
un des moindres dangers d'une pareille mesure que le prétexte ou plutôt
la justification qu'elle préparerait à une occupation de Constantinople
par une armée russe. J'en ai parlé à lord Granville avec une grande
franchisse, tout en évitant ce qui eût pu donner à mon langage
l'apparence d'une plainte officielle. Quant à vous, Monsieur, vous vous
bornerez à mettre sous les yeux de lord Palmerston les documents que je
vous envoie et à m'informer des éclaircissements qu'il jugera à propos
de vous donner.


             8º _Le baron de Bourqueney au maréchal Soult_.

Londres, 9 juillet 1839.

Monsieur le maréchal,

En entrant hier chez lord Palmerston, j'ai commencé par m'informer si le
courrier, porteur des instructions pour lord Ponsonby, était en route
pour sa destination; lord Palmerston m'a répondu que l'expédition
n'était pas encore complétement prête et qu'elle ne pouvait l'être avant
vingt-quatre heures.--«Je m'en félicite, ai-je repris, car je viens,
par ordre de mon gouvernement, vous proposer, dans la forme de votre
démarche auprès du sultan, une modification dont je ne doute pas que
vous n'appréciiez la haute convenance;» et j'ai commencé la lecture
de la dépêche de Votre Excellence. Je me suis arrêté au troisième
paragraphe, me réservant de revenir plus tard à ceux qui terminent la
dépêche, mais insistant pour traiter et résoudre séparément la question
des instructions à nos ambassadeurs. J'ai remis ensuite à lord
Palmerston le projet de note préparé pour l'amiral Roussin.

Lord Palmerston, Monsieur le maréchal, qui avait écouté avec la plus
sérieuse attention la dépêche de Votre Excellence et lu lui-même, en
en pesant chaque terme, le projet de note de l'ambassadeur du Roi à
Constantinople, a rendu complétement justice à la pensée politique
sous l'influence de laquelle cette note avait été rédigée. Au fond il
reconnaît, avec Votre Excellence, qu'il y a pour les deux cabinets un
avantage réel à se réserver l'initiative de la démarche en demandant
immédiatement à la Porte de donner les ordres nécessaires pour
l'admission de nos escadres, après l'accomplissement de la condition à
laquelle nous subordonnons nous-mêmes cette admission. Dans la forme,
lord Palmerston croit que la première partie de la note, malgré toutes
les précautions de langage dont elle, s'entoure, fait peut-être au
sultan un tableau trop fidèle, mais aussi trop sombre de sa situation;
il craint que l'expression aussi franche de la vérité ne le dispose pas
à adhérer à notre démarche; il ne doute pas que ces documents ne soient
communiqués par la Porte à la Russie le jour même où ils arriveront à
Constantinople, et il redoute l'abus que la Russie ferait, sur l'esprit
hautain et aveugle du sultan, d'un langage qu'elle pourrait lui
présenter comme humiliant pour sa couronne. La seconde partie de la note
et toutes les considérations sur lesquelles elle fonde l'accord européen
lui semblent excellentes. Du reste, lord Palmerston n'insiste pas même
sur la première observation; il se contente de la soumettre aux lumières
du gouvernement du Roi. Seulement il nous prévient que la note de
lord Ponsonby présentera dans cette partie de sa rédaction une légère
différence avec celle de l'amiral Roussin.

Je n'ai pas pu m'empêcher, Monsieur le maréchal, de faire observer à
lord Palmerston qu'il n'y avait pas moyen d'échapper à la nécessité de
pressentir et de faire pressentir une catastrophe dans la rédaction
d'une note qui avait pour but d'offrir les moyens de la prévenir et qui
ne fondait l'opportunité de la démarche que sur les _préliminaires_
mêmes de cette catastrophe. J'ai ajouté que notre action sur la Porte,
depuis les événements de Syrie, avait toujours consisté à effrayer le
sultan pour le contenir dans les bornes de la modération, à lui dire
enfin la vérité pour le rendre sage: «Vous avez raison, a repris lord
Palmerston; je reconnais qu'il y a là une nécessité qui nous domine;
aussi, je ne repousse pas l'idée; je vais même jusqu'au mot; seulement,
je crois qu'il faut être sobre au développement.»

J'ai promis à lord Palmerston, Monsieur le maréchal, de faire connaître
cette observation à Votre Excellence.

J'ai offert à lord Palmerston de rendre porteur de la dépêche de lord
Ponsonby le courrier que Votre Excellence se dispose à envoyer par la
voie de terre à l'amiral Roussin. Lord Palmerston m'a remercié; il se
servira naturellement de celui qui devait partir hier et dont le départ
est retardé de quarante-huit heures, pour faire subir aux instructions
destinées à lord Ponsonby les modifications proposées par le
gouvernement du Roi.

Le courrier anglais passera comme le vôtre, Monsieur le maréchal, par
Vienne, et lord Beauvale, comme M. de Sainte-Aulaire, aura ordre de
faire tous ses efforts pour engager le cabinet autrichien à s'associer à
notre démarche.

Cette première question réglée, j'ai repris la dépêche de Votre
Excellence et j'en ai achevé la lecture. J'ai ensuite placé sous
les yeux de lord Palmerston les extraits des dernières dépêches de
l'ambassadeur du Roi à Constantinople; puis j'ai ajouté: «Je ne suis
chargé d'aucune plainte officielle; quelques faits étranges ont eu
lieu; j'ai l'ordre de porter à votre connaissance les pièces qui les
constatent et d'attendre les éclaircissements que vous croirez devoir
donner à la mutuelle confiance de nos deux cabinets.»

Lord Palmerston a sonné et s'est fait apporter les quatre derniers mois
de la correspondance de lord Ponsonby, et les deux dernières années de
celle du colonel Campbell.

«Occupons-nous d'abord, m'a-t-il dit, de ce qui concerne lord Ponsonby;
nous reviendrons ensuite à l'affaire de Bassora. Je tiens d'abord à vous
prouver que mes instructions n'ont jamais varié sur ce point fondamental
que le rôle de l'ambassadeur d'Angleterre à Constantinople devait être
de contenir les penchants guerriers du sultan. Sur le fond même de la
question, nulle divergence entre vous et nous: que nous nous soyons un
peu plus préoccupés de la qualité du souverain que de celle du vassal,
que nous ayons fait pencher la balance du côté du principe, cela est
vrai; mais c'est que pour nous le fait était à côté du principe;
l'indépendance et la stabilité du trône du sultan nous semblaient exiger
cette partialité, et nous avons toujours craint, en blessant l'orgueil
du souverain à Constantinople, de donner une arme contre nous à la
Russie. Mais je vous l'affirme, nous avons constamment répété à lord
Ponsonby: Empêchez la guerre d'éclater.»

Lord Palmerston m'a fait lire alors sept ou huit dépêches écrites par
lui à lord Ponsonby, depuis la fin de janvier jusqu'au milieu de juin,
et toutes fondées sur cette donnée générale.

«Maintenant, a repris lord Palmerston, je ne saurais vous nier que
l'opinion personnelle de lord Ponsonby, opinion que je ne partage pas, a
toujours été opposée au maintien du _statu quo_ de Kutaièh; il préférait
même les partis extrêmes comme susceptibles au moins d'un dénoûment
favorable; mais je suis fondé à croire que, dans les rapports officiels
à Constantinople, l'ambassadeur a fait passer ses opinions personnelles
après ses instructions. C'est du moins ce que je dois inférer de sa
correspondance.» (Et lord Palmerston m'a lu au hasard toutes les
dernières dépêches de lord Ponsonby qui constataient ses efforts
pacifiques auprès de la Porte.)

J'ai fait observer à lord Palmerston qu'il me semblait bien difficile
que l'opinion personnelle de l'ambassadeur, facilement pénétrée sur les
lieux et _transparente_ même à travers les dépêches que je venais de
lire, n'eût pas ôté quelque chose à l'efficacité de son action pacifique
à Constantinople. Lord Palmerston, sans abonder dans mon sens, m'a
répondu de manière à me prouver qu'il le craignait comme moi.

Dans tout autre pays, Monsieur le maréchal, la conclusion de cette
conversation eût été le changement probable de lord Ponsonby; ici
les choses se passent autrement: les affaires extérieures ne passent
qu'après les influences intérieures.

A propos du refus qu'avait fait lord Ponsonby de s'associer à la
démarche dont l'amiral Roussin rend compte dans sa dépêche du 14
juin, j'ai demandé à lord Palmerston si une pareille circonstance se
renouvellerait encore, après l'étroite union qui venait de se manifester
entre les deux cabinets sur les affaires d'Orient. Lord Palmerston m'a
dit que lord Ponsonby avait déjà reçu et recevrait encore prochainement
des instructions _officielles_ et _confidentielles_, qui donneraient un
tout autre caractère à son langage et à sa conduite.

«Je viens, m'a dit lord Palmerston, à l'affaire de Bassora. Voici plus
de deux ans que nous avons engagé Méhémet-Ali à ne pas étendre son
occupation vers le golfe Persique; à nos représentations à Alexandrie il
a toujours été répondu par une dénégation des faits. Les rapports de nos
agents n'ont pas tardé à nous prouver que l'occupation avait réellement
eu lieu, et que des officiers égyptiens étaient entrés à Bassora,
à Lalesa et à Katif, et menaçaient la petite île de Baleraie, sous
prétexte d'empêcher qu'elle ne devînt, contre eux-mêmes, un foyer
d'insurrection. Nous avions menacé à Alexandrie d'employer la force pour
empêcher tout établissement égyptien sur la côte du golfe Persique;
mais, avant d'y avoir recours, nous avons cru devoir nous adresser au
souverain de droit pour demander s'il avait donné son adhésion à cette
extension de la puissance égyptienne; sans doute, nous savions que la
réponse serait négative, mais nous pensions devoir régulariser ainsi
notre action. Voilà la démarche dont il est question dans les dépêches
que vous venez de me lire. Après cela, je vous ajouterai qu'il ne s'est
jamais agi que de l'envoi d'un bâtiment de guerre et nullement de
troupes de débarquement. Cette seule démonstration nous a paru devoir
être plus que suffisante. Je dois vous ajouter aussi que cette question,
toute spéciale pour nous, du golfe Persique, n'a rien de commun avec les
événements de Syrie, et n'influera en quoi que ce soit sur notre marche
dans la négociation générale.»

J'ai demandé à lord Palmerston s'il ne craignait pas qu'à Constantinople
on n'eût traduit la démarche récente de lord Ponsonby en un
encouragement donné aux propensions belliqueuses du sultan. A cela, lord
Palmerston m'a répondu que, si on l'avait fait, c'est qu'on avait voulu
s'aveugler sur sa portée, parce que depuis un an au moins on savait
que cette affaire se suivait entre le gouvernement anglais et le pacha
d'Egypte.

Lord Palmerston m'a mis sous les yeux toute la correspondance du colonel
Campbell depuis novembre 1837, et j'avoue qu'elle établit la question
sur les données qu'il venait de m'exposer.

Ce n'est pas à moi qu'il appartient de décider si le gouvernement du Roi
se contentera de ces explications; mais ce que je puis affirmer à Votre
Excellence, c'est qu'ici on a voulu les donner satisfaisantes.

Veuillez agréer, etc.
BOURQUENEY.


             9° _Le baron de Bourqueney au maréchal Soult_.

Londres, 11 juillet 1839.

Monsieur le maréchal,

....Lord Palmerston donne son assentiment le plus absolu au projet de
déclarations par lesquelles les puissances s'engageraient à maintenir
l'intégrité de l'empire ottoman et à n'accepter aucune part de son
territoire. Lord Palmerston est prêt à faire cette déclaration au nom du
gouvernement britannique, et il propose de plus au gouvernement du Roi,
quand toutes les déclarations seront parvenues à Vienne, de les y réunir
sous la forme la plus solennelle d'un engagement général...


             10° _Le baron de Bourqueney au maréchal Soult_.

Londres, 12 juillet 1839.

Monsieur le maréchal,

Lord Palmerston venait de recevoir son courrier de Vienne au moment où
je lui ai apporté la dépêche n° 27 de Votre Excellence et les extraits
de la correspondance de M. le comte de Sainte-Aulaire. A la lecture que
je lui en ai donnée, lord Palmerston a répondu par celle des dépêches
et des lettres confidentielles de lord Beauvale: il n'en a pas omis une
syllabe.

Même jugement de nos deux ambassadeurs, Monsieur le maréchal, sur les
dispositions du prince de Metternich; même espoir d'entraîner le cabinet
autrichien dans notre action politique à Constantinople; même prévision
de la mort du sultan et même approbation du projet de déclarations par
lesquelles les puissances européennes s'engageraient solennellement au
maintien de l'intégrité de l'empire ottoman, projet dont l'initiative a
été prise par M. de Metternich dans ses conférences successives avec M.
de Sainte-Aulaire et avec lord Beauvale.

Ainsi que j'ai eu l'honneur de l'annoncer hier par ma dépêche n° 62,
lord Palmerston a ratifié sans réserve l'opinion favorable que Votre
Excellence exprimait sur la proposition du prince de Metternich de
toutes les mesures à prendre. Partant toujours de cette donnée générale
que la Russie ne _peut pas_ en ce moment, lord Palmerston croit que nous
obtiendrons son concours. Un refus nous placerait dans un autre ordre de
faits.

Lord Palmerston m'a demandé si le gouvernement du Roi, favorable, comme
il se montrait, à la pensée de M. de Metternich, avait déjà eu le temps
d'arrêter la forme même de la déclaration par laquelle il répondrait à
celle du cabinet autrichien. J'ai dit a lord Palmerston que je ne savais
encore rien à cet égard. C'est alors qu'il m'a chargé de consulter
le gouvernement du Roi sur le projet de réunir à Vienne, en un acte
européen, toutes les déclarations individuelles des puissances aussitôt
qu'elles seraient parvenues au siége de la négociation. Depuis que lord
Palmerston s'est rendu à l'avantage de laisser prendre à la négociation
la route de Vienne, je lui dois la justice de reconnaître qu'il ne s'est
pas manifesté en lui la plus petite arrière-pensée d'en rien conserver à
Londres, au delà de la part de direction qui appartient naturellement à
tout cabinet dans ses rapports avec son ambassadeur.

Lord Palmerston ne sera pas moins empressé de connaître, Monsieur le
maréchal, si le gouvernement partage l'opinion qu'il m'a exprimée hier,
et que j'ai déjà eu l'honneur de transmettre à Votre Excellence, sur la
nécessité de faire de la mort présumée du sultan un cas d'admission de
nos escadres dans la mer de Marmara. Ce projet entraîne un peu plus
de latitude et de responsabilité dans les instructions à donner à nos
ambassadeurs à Constantinople; car pour une semblable éventualité, il
faut nécessairement les laisser juges de circonstances dont la prévision
échappe à la distance où nous sommes du théâtre de l'événement.

Pans sa dépêche du 1er juillet, lord Beauvale appuie vivement auprès
de lord Palmerston le projet d'adjoindre à nos escadres sur la côte
de Syrie quelques bâtiments russes de la flotte de la mer Noire. Les
arguments sont habilement présentés: «Nous flattons la Russie et nous
l'enchaînons dans le concert européen; nous lui enlevons tout prétexte
d'user de son influence à Constantinople pour faire fermer les
Dardanelles à nos flottes; enfin, nous lui faisons donner un gage, car
c'en est un que son escadre entre les deux nôtres.» Ce raisonnement
n'a point ébranlé jusqu'ici l'opinion que lord Palmerston m'avait déjà
exprimée sur la fermeture de la mer de Marmara par le Bosphore et par le
détroit des Dardanelles. La manière générale d'envisager cette question
demeure la même, moins, bien entendu, l'exception à laquelle nous avons
recours en ce moment, puisque nous avons sur la route de Constantinople
les courriers porteurs de la demande de l'admission de nos escadres dans
un cas donné, et que la prévision de la mort du sultan vient s'ajouter
de plus aux éventualités qui peuvent la rendre nécessaire. «Mais, m'a
dit lord Palmerston, l'avantage de la présence des bâtiments russes sur
la côte de Syrie ne me semble pas assez démontrée pour en faire un cas
de déviation de principe;» et il a ajouté ce fait curieux: «Lorsqu'en
1835 nous revînmes au pouvoir, je me rendis chez le duc de Wellington;
mes rapports avec lui me permettaient une démarche de confiance, et je
dis au duc que l'Orient étant appelé à jouer un grand rôle dans les
affaires de l'Europe, je tenais essentiellement à connaître son opinion
sur les deux systèmes qui se présentaient à notre politique, travailler
à ouvrir la mer de Marmara à nos flottes et conséquemment à celles des
autres puissances, ou la fermer à toutes, y compris les nôtres. Le duc
me répondit sans hésitation: «à la fermer; nous sommes dans ces parages
trop loin de nos ressources et la Russie touche aux siennes.» Ce mot, a
continué lord Palmerston, m'a frappé comme plein de sens et de raison.»

Lord Palmerston m'a lu la dépêche qu'il adresse à lord Clanricarde, en
réponse à la dernière communication du comte de Nesselrode. Le cabinet
anglais remercie le cabinet de Pétersbourg de l'empressement avec lequel
il offre de coopérer à restreindre le théâtre de la lutte entre les
deux parties belligérantes; mais il insiste sur la nécessité de rendre
impossible le retour des événements qui pourraient encore compromettre
la paix du monde; et il considère un arrangement permanent entre la
Porte et Méhémet-Ali comme le moyen le plus sûr d'atteindre le but que
se proposent les puissances de l'Europe. La dépêche revient à plusieurs
reprises sur l'étroite union qui se manifeste entre les cabinets de
Londres et de Paris, union qui a dicté les instructions envoyées aux
amiraux commandant nos escadres dans la Méditerranée.

Lord Beauvale avait joint à sa dépêche du 2 juillet à lord Palmerston
une lettre particulière de lord Ponsonby que venait de lui apporter
la dernière poste de Constantinople. Lord Palmerston a voulu que j'en
prisse lecture. Je crois qu'il tenait à prouver que lord Ponsonby
ne ménage pas toujours _son propre cabinet_. C'était un appel à
l'indulgence de ses collègues et des cabinets qu'ils représentent. Dans
cette lettre, lord Ponsonby raisonne sur la mort du sultan comme sur
un fait réalisé; il s'emporte contre la politique du _statu quo_ qui a
perdu, selon lui, l'Orient depuis 1832. Il dit qu'il n'y a pas un moment
à perdre pour réparer ses fautes. Il faut que nos pavillons flottent
devant Constantinople, que l'Autriche se montre déterminée à pousser
au besoin une armée en avant, etc. Constantinople aux Russes, et il ne
reste pas une seule puissance de premier ordre en Europe, l'Angleterre
exceptée, si elle veut entrer dans un honteux marché avec le cabinet de
Pétersbourg. Tout cela, Monsieur le maréchal, est mêlée d'idées bonnes
et mauvaises, ingénieuses presque toujours, mais souvent inapplicables.
Je croyais savoir que lord Ponsonby n'est pas l'organe bien scrupuleux
de la politique de son cabinet; aujourd'hui j'en suis sûr. J'ose
supplier Votre Excellence de conserver secrète la communication que je
ne dois qu'à la confiance de lord Palmerston.

Veuillez agréer, etc.
BOURQUENEY.


               11° _Le maréchal Soult au baron de Bourqueney_.

Paris, 17 juillet 1839.

Monsieur le baron,

Dans la crise si grave où la mort du sultan Mahmoud, survenant au milieu
des événements qui ont marqué les derniers mois de son règne, vient
de jeter l'empire ottoman, l'union des grandes puissances de l'Europe
pouvait seule offrir une garantie suffisante pour rassurer les amis
de la paix. Les communications échangées depuis quelques semaines ont
heureusement prouvé que cette union est aussi complète qu'il était
possible de le désirer. Tous les cabinets veulent l'intégrité et
l'indépendance de la Porte ottomane sous la dynastie actuellement
régnante; tous sont disposés à faire usage de leurs moyens d'action
et d'influence pour assurer le maintien de cet élément essentiel de
l'équilibre politique, et ils n'hésiteraient pas à se déclarer contre
une combinaison quelconque qui y porterait atteinte. Un pareil accord de
sentiments et de résolutions devant suffire lorsque personne ne pourra
plus en douter, non-seulement pour prévenir toute tentative contraire
à ce grand intérêt, mais encore pour dissiper des inquiétudes dont la
seule exigence constitue un danger véritable, par suite de l'agitation
qu'elles jettent dans les esprits; le gouvernement du Roi croit que les
cabinets feraient quelque chose d'important pour l'affermissement de
la paix, en constatant, dans des documents écrits, qu'ils se
communiqueraient réciproquement et qui nécessairement ne tarderaient pas
d'avoir une publicité plus ou moins complète, l'exposé des intentions
que je viens de rappeler. En ce qui nous concerne, Monsieur le baron,
je déclare formellement que ce sont, que ce seront invariablement les
nôtres et je vous autorise à laisser à lord Palmerston une copie de la
présente dépêche, après lui en avoir donné lecture. Je ne doute pas que
le gouvernement britannique, dans la réponse qu'il croira sans doute
devoir faire à la lettre par laquelle vous lui transmettez cette
dépêche, n'adhère, de son côté, de la manière la plus formelle, à cette
profession de foi si parfaitement conforme à l'expression, souvent
reproduite, de sa politique. Si, comme j'ai lieu de l'espérer, les
cabinets de Vienne, de Berlin et de Pétersbourg répondent de même aux
communications semblables que je vais leur faire parvenir, le but que se
propose le gouvernement du Roi se trouvera atteint.

Sa Majesté, voulant donner un témoignage non équivoque des dispositions
dont elle est animée à l'égard de la Porte, m'a ordonné d'envoyer à
l'amiral Roussin, sans attendre l'avis officiel ni même la confirmation
directe de la mort du sultan Mahmoud, les lettres de créance qui
l'accréditent auprès du nouvel empereur.


            12° _Le maréchal Soult au baron de Bourqueney_.

Paris, 17 juillet 1839.

Monsieur, je vous ai fait connaître par le télégraphe la mort du sultan
Mahmoud, dont la nouvelle nous était parvenue par la même voie, et
que les dernières dépêches de Constantinople annonçaient déjà comme
imminente. Il est à craindre que l'ordre envoyé à Hafiz-Pacha d'arrêter
les hostilités ne lui soit arrivé trop tard pour empêcher la bataille
à laquelle on s'attendait. Bien qu'il soit difficile de prévoir dès à
présent le genre d'influence que ce changement de règne exercera sur les
destinées de l'Orient, il est évident qu'on est arrivé à un moment de
crise qui réclame de plus en plus le concours loyal et sincère de tous
les cabinets pour assurer le maintien de la paix. Il m'a paru que le
moment était venu de donner suite à l'idée mise en avant par M.
de Metternich, de garantir, au moyen d'un échange de déclarations
diplomatiques, le maintien de l'intégrité et de l'indépendance de
l'empire ottoman, et pour éviter tout retard, je me suis déterminé à
prendre moi-même l'initiative des démarches à faire à cet effet. La
dépêche ci-jointe formule, en ce qui nous concerne, rengagement dont il
est question. Lord Palmerston répondra sans doute à la communication que
vous lui en donnerez en termes assez précis pour atteindre le but que
nous avons en vue.


             13° _Le baron de Bourqueney à lord Palmerston_.

Londres, 19 juillet 1839.

Milord,

Je m'acquitte des ordres de mon gouvernement en transmettant sans retard
à Votre Excellence copie de la dépêche que je viens de recevoir de M. le
maréchal duc de Dalmatie, sous la date du 17 juillet.

Le gouvernement du Roi, Milord, sait d'avance qu'il trouvera, dans le
cabinet de S.M. Britannique, des principes et des sentiments conformes
à ceux qui dirigent et qui continueront invariablement à diriger sa
politique dans les affaires d'Orient; mais il attache un véritable prix
à recevoir un nouveau témoignage de cette heureuse conformité.

Je prie Votre Excellence de vouloir bien m'accuser réception de cette
lettre, etc.

BOURQUENEY.


             14° _Lord Palmerston au baron de Bourqueney_.

_Foreign office_.--July 22, 1839.

Monsieur le Baron,

I have the honour to acknowledge the receipt of your note of the 19th.
instant, inclosing, by order of your Government, a copy of a despatch
dated the 17th. instant, which you have received from the duc de
Dalmatie, relative to the present posture of affairs in Turkey.

I have to express to you in reply the great satisfaction with which Her
Majesty's Government have received this communication, and lose no time
in authorizing you to assure your Government that the British cabinet,
like that of France, desires to uphold the integrity and independence of
the Ottoman empire under its existing dynasty; and is ready to use its
influence and its means of action for the purpose of maintaining this
essential element of the balance of power in Europe; and like that
of France, would not hesitate to declare itself openly against any
combination which might be be conceived in a spirit of hostility to the
principles above mentioned.

I have the honour to be with high consideration,
Monsieur le Baron,
Your most obedient, humble servant,
PALMERSTON.


                               TRADUCTION.

Monsieur le Baron,

J'ai l'honneur de vous accuser réception de votre billet du 19 de ce
mois, renfermant, par ordre de votre gouvernement, copie d'une dépêche
du 17 que vous avez reçue du duc de Dalmatie, et qui a trait à l'état
des affaires en Turquie.

Je dois vous témoigner en réponse la grande satisfaction avec laquelle
le gouvernement de Sa Majesté a reçu cette communication, et je ne perds
pas un moment pour vous autoriser à assurer votre gouvernement que
le cabinet britannique désire, comme celui de France, de maintenir
l'intégrité et l'indépendance de l'empire ottoman, sous la dynastie
actuellement régnante, et qu'il est prêt à employer toute son influence
et tous ses moyens d'action pour conserver cet élément essentiel
de l'équilibre européen, et qu'ainsi que le cabinet français, il
n'hésiterait pas à se déclarer ouvertement contre toute combinaison
conçue dans un esprit d'hostilité aux principes ci-dessus mentionnés.

J'ai l'honneur d'être avec la plus haute considération, Monsieur le
baron, votre humble et obéissant serviteur.

PALMERSTON.


               15° _Le baron de Bourqueney au maréchal Soult_.

Londres, 23 juillet 1839.

Monsieur le maréchal,

Je viens de communiquer à lord Palmerston les deux dépêches
télégraphiques que Votre Excellence m'a fait l'honneur de m'adresser
sous la date d'hier; elles ont naturellement produit une très-pénible
impression sur son esprit, et il n'a pas été maître de contenir une
exclamation de dépit contre l'aveuglement qui a jeté Mahmoud et son
empire au-devant d'un événement aussi désastreux.

Toutefois, Monsieur le maréchal, en reportant plus froidement
ses regards sur la situation générale, et partant de la donnée
qu'Ibrahim-Pacha n'aura pas suivi ses succès jusqu'à une extrémité
inquiétante pour le salut même de l'empire ottoman, lord Palmerston a
été peu à peu ramené à une conclusion analogue à celle de ses premiers
raisonnements au moment où je lui portai la nouvelle de la mort du
sultan. Le second événement, comme le premier, trouve, selon lui, les
grandes puissances à peu près fixées sur les moyens de prévenir
toute complication européenne; l'échange entre nos deux cabinets des
déclarations relatives au maintien de l'intégrité et de l'indépendance
de l'empire ottoman est même un pas de plus dans cette voie salutaire;
en y persévérant, lord Palmerston espère qu'on préviendra toute
catastrophe.

Ce n'est pas certes que son esprit ne soit en même temps frappé du
déplorable abaissement de la puissance ottomane, au moment où elle vient
de passer dans les mains d'un prince de seize ans; et cet abaissement
ne saurait être qu'une cause sérieuse de regrets et d'alarmes pour les
puissances protectrices désintéressées de la Porte. Cette réflexion est
même accompagnée chez lord Palmerston d'un penchant naturel au soupçon
que la Russie, qui ne veut pas d'une complication européenne actuelle,
mais qui juge l'affaiblissement de la puissance ottomane favorable à
sa politique d'avenir, a poussé sous main la Porte et l'Égypte à la
dernière collision; et ce soupçon est confirmé chez lui par les efforts
récents du cabinet russe pour enfermer la lutte dans de certaines
limites, et tracer au vainqueur présumé, à Ibrahim-Pacha, la route vers
le Diarbekir, c'est-à-dire dans une direction qui ne forcerait pas la
Porte à réclamer l'exécution du traité d'Unkiar-Skelessi, exécution pour
laquelle la Russie ne se croit pas prête.

Passant de ces considérations générales au côté pratique de la question,
j'ai demandé à lord Palmerston si la nouvelle de la défaite de l'armée
turque lui semblait devoir apporter quelque modification aux mesures
déjà adoptées par nos deux cabinets dans la prévision seule de
l'événement qui vient de se réaliser. Lord Palmerston m'a répondu qu'il
n'y voyait jusqu'ici aucune nécessité: «Nos amiraux, m'a-t-il dit, ont
dans leurs instructions de quoi faire face à l'événement du 24 juin;
Ibrahim-Pacha aura vraisemblablement arrêté de lui-même ses premiers
succès; s'il les poursuivait, les commandants de nos escadres ont leur
conduite tracée; si, d'un autre côté, la terreur avait jeté de nouveau
la Porte dans les bras de la Russie, nos premières instructions aux
ambassadeurs leur indiquent péremptoirement la demande qu'ils auront
à adresser à la Porte pour l'admission de nos escadres dans la mer de
Marmara. C'est à Vienne qu'il faut redoubler d'efforts et d'activité
pour presser la conclusion de l'arrangement permanent dont les bases
générales ont déjà été mises en avant par les autres puissances comme
limites entre lesquelles devra se mouvoir la négociation. L'Égypte
sera devenue sans doute plus exigeante; mais un concert européen saura
triompher de tous ces obstacles.»

Tel est, Monsieur le maréchal, le résumé des points principaux de la
conversation de lord Palmerston.......Je puis ajouter en toute
confiance que, si le gouvernement du Roi entrevoyait la nécessité d'une
modification à la marche suivie jusqu'à ce jour, toute ouverture de lui
à ce sujet sera reçue ici avec une véritable déférence.

Lord Palmerston a voulu que je remerciasse en son nom Votre Excellence
de l'activité et de l'exactitude de ses communications.

Veuillez agréer, etc.
BOURQUENEY.


               16° _Le maréchal Soult au baron de Bourqueney_.

Paris, 26 juillet 1839.

La réponse faite par lord Palmerston à la déclaration dont je vous avais
chargé de lui remettre copie est de tout point satisfaisante.

Les importantes nouvelles arrivées depuis quelques jours de l'Orient ont
donné à l'état des choses un aspect tout nouveau. Quelque inquiétude
qu'ait fait concevoir sur l'avenir la gravité des périls auxquels
la politique adoptée en dernier lieu par le sultan Mahmoud exposait
l'empire ottoman, l'événement a dépassé toutes les conjectures. La mort
du sultan, la défaite complète de l'armée turque en Syrie, la défection
de la flotte, ont mis cet empire dans une telle situation que désormais
la protection de l'Europe et la prudence de Méhémet-Ali sont les seules
garanties qui restent au trône du jeune Abdul-Medjid.

.....La Porte, peu de jours après la mort du sultan Mahmoud, lorsqu'elle
ignorait encore la défection de la flotte, mais lorsque sans doute
elle était déjà informée de la défaite d'Hafiz-Pacha, a annoncé
officiellement aux représentants des grandes puissances l'intention de
se réconcilier avec le vice-roi et de lui faire des concessions à ce
sujet, Méhémet, exalté par le sentiment de la supériorité que lui
donnent les circonstances nouvellement survenues, se montrait disposé à
de grandes exigences.

La rapidité avec laquelle marchent les événements peut sans doute faire
craindre que la crise ne se dénoue par quelque arrangement dans lequel
les puissances européennes n'auront pas le temps d'intervenir et où par
conséquent les intérêts essentiels de la politique générale ne seraient
pas pris en considération suffisante. Ce danger est une conséquence
inévitable de la distance où nous sommes de Constantinople, et il n'y a
pas moyen d'y remédier d'une manière absolue. Je pense néanmoins qu'il
convient de persister dans la marche suivie jusqu'à présent et qui
consiste à subordonner, à un concert aussi intime et aussi soutenu que
possible entre les cabinets, l'action que plusieurs d'eux sont en mesure
d'exercer dans la question d'Orient. Pour l'Angleterre comme pour
la France, pour l'Autriche aussi, bien qu'elle ne le proclame pas
ouvertement, le principal, le véritable objet de ce concert, c'est de
contenir la Russie et de l'habituer à traiter en commun les affaires
orientales. C'est assez dire que dans les conjonctures actuelles il y a
lieu plus que jamais de travailler à se resserrer, et Vienne en pense
absolument de même. M. de Metternich laisse même voir à ce sujet une
extrême préoccupation.

Cela posé, je crois que les puissances, tout en donnant une pleine
approbation aux sentiments conciliants manifestés par la Porte, doivent
l'engager à ne rien précipiter, et à ne traiter avec le vice-roi
que moyennant l'intermédiaire et le concours de ses alliés, dont la
coopération serait sans doute le meilleur moyen de lui ménager des
conditions moins désavantageuses et mieux garanties.

Je crois qu'à Alexandrie ces mêmes puissances doivent tenir au vice-roi
un langage propre à lui faire sentir que, quels que soient les avantages
qu'il croit obtenir, il risquerait de les compromettre en voulant les
pousser trop loin, et que s'il prétendait, sous quelque forme ou quelque
prétexte que ce fût, arracher au sultan des conditions incompatibles
avec la dignité et la sûreté de son trône, l'Europe entière
interviendrait pour s'y opposer. Pour qu'un tel langage ait l'efficacité
désirable, il faut que les consuls soient mis en mesure de le tenir
simultanément et en termes qui prouvent leur parfait accord. Il faut
aussi que la fermeté, j'ai presque dit la sévérité des conseils qu'il
exprimera, soit tempérée par un ton de modération et de bienveillance
qui, tout en arrêtant la hardiesse de Méhémet-Ali, ne blesse pas trop
fortement son orgueil et son ambition. Il y aurait certainement de
l'affectation à paraître croire qu'après les succès que vient de lui
procurer la folle agression de la Porte, il n'a rien à attendre de
plus que ce qu'il était en droit de demander auparavant. Ce serait
méconnaître l'empire des faits, les nécessités de la situation. Si le
vice-roi acquérait la conviction qu'il ne doit rien espérer de l'équité
des puissances, il se révolterait contre leurs représentations
impérieuses, et son irritation pourrait amener d'un moment à l'autre des
conséquences dont la seule possibilité est de nature à effrayer tout
esprit prévoyant.

Voilà, Monsieur, les premières impressions que le gouvernement du Roi
a reçues des dernières nouvelles de l'Orient. Veuillez en faire part à
lord Palmerston et lui demander si elles sont conformes à la manière de
voir du cabinet britannique.

Vous remarquerez dans la dépêche de l'amiral Roussin, où il rend compte
des propositions adressées par la Porte à Méhémet-Ali, celle qui
concéderait à ce pacha l'investiture, _seulement viagère_, de l'Egypte.
Notre ambassadeur avait mal saisi la pensée de Nourri-effendi. Il
s'agissait d'une investiture héréditaire, comme cela résulte évidemment
de deux documents joints au rapport de l'internonce autrichien sur la
conférence où ces rapports ont été communiqués aux représentants des
puissances, et de la lettre même par laquelle le grand vizir les a
transmises au vice-roi.


          17° _Le baron de Bourqueney au maréchal Soult._

Londres, le 27 juillet 1839.

Monsieur le maréchal,

J'ai reçu ce matin la dépêche télégraphique par laquelle Votre
Excellence m'annonce la défection du capitan pacha. J'ai écrit sans
retard à lord Palmerston pour lui communiquer cette importante nouvelle.
Il m'a répondu en me priant de me rendre à deux heures au Foreign
office; il devait y avoir conseil de cabinet, et je crois qu'il était
bien aise de consulter ses collègues séance tenante.

Lord Palmerston est sorti du conseil pour prendre lecture de la dépêche
télégraphique; il est rentré pour la communiquer aux autres membres du
cabinet. Le résultat de leur délibération a été qu'avant de connaître le
développement de ce nouvel événement, il n'y avait rien à modifier aux
précédentes instructions.

Un courrier de Vienne, parti le 17 juillet, est arrivé ce matin à
Londres. Il apporte des nouvelles de Constantinople jusqu'au 8. La
trahison du capitan pacha était déjà connue à cette date. Le prince
Esterhazy m'a donné à lire la dépêche de M. de Metternich et les
extraits de correspondance du baron de Sturmer. Le tableau de
l'internonce est bien sombre. Le prince de Metternich écrit au prince
Esterhazy qu'il ne faut pas _perdre de temps à gémir_ et que c'est le
moment de resserrer plus fortement que jamais l'union des cinq cours
dans la négociation projetée à Vienne.

Lord Palmerston m'a parlé ce matin dans le même sens; il est d'avis
de presser autant que possible la conclusion de l'arrangement sous le
patronage des cinq cours. Il dit que lord Beauvale est suffisamment
pourvu d'instructions et de pouvoirs à cet effet; ces instructions
sont, comme Votre Excellence le sait, l'hérédité dans la famille de
Méhémet-Ali et une compensation territoriale pour la Porte ottomane.
Je sais que, dans la pensée du cabinet anglais, cette compensation va
jusqu'à la _rétrocession complète de la Syrie;_ mais je ne crois pas
qu'il en fasse une condition _sine qua non_.

Lord Palmerston est très-frappé de la crainte que le cabinet russe ne
pousse à Constantinople à un arrangement direct entre le sultan
et Méhémet-Ali, qui fasse échouer, en les rendant inutiles, les
négociations de Vienne et les garanties qui en découleront; mais il
pense que, même dans le cas de l'arrangement direct admis, nous devrons
continuer nos efforts pour faire sortir du concours moral des quatre
cours un acte auquel la cinquième ne pourra s'empêcher de souscrire.

Veuillez agréer, etc.
BOURQUENEY.


            18° _Le baron de Bourqueney au maréchal Soult._

Londres, 31 juillet 1859.

Monsieur le maréchal.

Hier, au moment où je me disposais à expédier le portefeuille de
l'ambassade, lord Palmerston m'a écrit pour me prier de passer chez lui.
Il venait de recevoir son courrier de Paris et il voulait mettre sous
mes yeux la correspondance de lord Granville, frappé de quelques
différences de rédaction entre sa dépêche et celle que je lui avais
communiquée la veille.

Lord Granville, Monsieur le maréchal, écrit le 26 au soir que Votre
Excellence lui a déclaré que dans l'opinion du gouvernement du Roi:

«Ni la désastreuse défaite de l'armée turque, ni la trahison du capitan
pacha, ni l'attitude abattue du divan, ne doivent modifier la marche
que les grandes puissances de l'Europe se proposent de suivre; que
tout arrangement fait entre le sultan et Méhémet-Ali, au moment où
les conseillers de l'empire étaient ou paralysés par la crainte, ou
traîtreusement occupés à satisfaire leur ambition, au mépris des
droits de leur souverain, _devait être considéré comme nul_ et _qu'une
déclaration dans ce sens devait être faite à Méhémet-Ali._»--Enfin,
Votre Excellence aurait ajouté qu'elle _écrivait le jour même à Vienne
à l'ambassadeur de France_ pour lui transmettre cette opinion du
gouvernement du Roi, et _l'engager à la faire partager au cabinet
autrichien_.

Je cite textuellement la dépêche de lord Granville.

Lord Palmerston répond à lord Granville que le cabinet anglais adhère à
_chaque syllabe_ de la déclaration de Votre Excellence; que, sans s'être
concertés, les deux cabinets sont arrivés d'eux-mêmes à une conclusion
parfaitement identique, et que rien ne prouve mieux la communauté du but
qu'ils se proposent et la solidarité du sentiment qui les anime.

Mais lord Palmerston avait remarqué avec inquiétude quelques divergences
entre la déclaration de Votre Excellence rapportée par lord Granville et
les phrases suivantes de la dépêche n° 31 qu'elle m'a fait l'honneur de
m'adresser:

«Il faut faire sentir au vice-roi que quels que soient les avantages
qu'il vient d'obtenir, il risquerait de les _compromettre_ en voulant
les pousser trop loin.....

«Il y aurait de l'affectation à paraître croire qu'après les succès que
vient de procurer à Méhémet-Ali la folle agression de la Porte, il
n'a rien à attendre de plus que ce qu'il était en droit de demander
auparavant; ce serait méconnaître l'empire des faits et les nécessités
de la situation.....»

Je me suis attaché, Monsieur le maréchal, à affaiblir autant qu'il était
en moi le contraste que me signalait lord Palmerston; je l'ai même
réduit à une simple nuance de rédaction; j'ai montré la pensée qui
dominait à la fois et la déclaration de Votre Excellence à lord
Granville, et la dépêche qu'elle m'a fait l'honneur de m'écrire; pensée
qui consiste à empêcher un arrangement direct entre le sultan et le
pacha, dans lequel les intérêts de l'empire ottoman seraient sacrifiés à
un ensemble de circonstances désastreuses, et les intérêts de l'Europe
privés de la garantie qu'ils cherchent dans une transaction conclue sous
l'influence des grandes puissances. Mais privé d'informations positives
sur les bases mêmes que le gouvernement du Roi veut donner à cet
arrangement, je ne me suis point laissé attirer sur ce terrain de
discussion. Lord Palmerston n'a cependant pas laissé échapper l'occasion
de me formuler plus nettement la pensée du cabinet anglais, et il m'a
dit:

«Plus je réfléchis à cette question d'Orient (et je vous affirme qu'il
n'y a pas dans mon esprit une seule préoccupation _anglaise_ exclusive),
plus j'arrive à cette conclusion que la France et l'Angleterre ne
peuvent que vouloir identiquement la même chose, la sécurité, la force
de l'empire ottoman, ou si ces mots sont trop ambitieux, son retour à
un état qui laisse le moins de chances possible à une intervention
étrangère. Eh bien, cet objet nous ne l'obtiendrons qu'en séparant le
sultan et son vassal _par le désert;_ que Méhémet-Ali reste maître de
son Egypte, qu'il y obtienne l'hérédité qui a fait le but constant
de ses efforts, mais qu'il n'y ait plus de collision possible et par
conséquent pas de _voisinage_ entre ces deux puissances rivales. La
Russie convoite (d'avenir) les provinces d'Europe, et au fond de son
coeur elle voit avec joie les provinces d'Asie se séparer du corps
ottoman. Pouvons-nous servir cet intérêt? Évidemment non. On parle des
difficultés matérielles que nous rencontrerons pour arriver à notre but;
je pense que Méhémet-Ali ne résistera pas à une volonté sincère exprimée
en commun par les grandes puissances; mais le fît-il, ses droits
n'auront pas augmenté par le mépris qu'il aura fait des conseils de
l'Europe, tout en sauvant les apparences; et si la force devenait
nécessaire, le résultat ne serait ni long ni douteux.

«Telle est, a continué lord Palmerston, l'opinion bien arrêtée du
cabinet anglais; si nous pensions que Méhémet-Ali pût s'asseoir fort et
respecté sur le trône ottoman et posséder l'empire dans son indépendance
et son intégrité, nous dirions: soit. Mais convaincus que, s'il reste
encore quelque chose en Turquie, c'est le respect religieux pour la
famille impériale, et que jamais l'empire tout entier ne consentira à
traiter Méhémet-Ali comme un descendant du prophète, Dieu nous garde de
nous embarquer dans une semblable politique! Nous aurions une seconde
_Amérique du Sud_ en Orient, et celle-là aurait des voisins qui ne la
laisseraient pas éternellement se consumer en luttes intérieures.»

J'ai reproduit, Monsieur le maréchal, l'opinion de lord Palmerston avec
le style même de conversation avec lequel il la développait; je n'ai
pas besoin d'ajouter qu'elle ne répondait nullement à une pensée, même
présumée, du gouvernement du Roi; mais les dernières publications de la
presse, dans les deux pays, ont mis récemment en circulation quelques
idées que lord Palmerston saisissait l'occasion de réfuter.

J'ai promis à lord Palmerston, en le quittant, Monsieur le maréchal, que
j'appellerais votre attention sur la légère nuance de divergence qu'il
m'avait signalée entre la correspondance de lord Granville et la
dernière dépêche de Votre Excellence.

D'après les instances de lord Palmerston, le chargé d'affaires de
Prusse avait prié le cabinet prussien de s'expliquer sur les bases de
l'arrangement projeté entre le sultan et Méhémet-Ali. M. de Werther est
venu me lire la réponse confidentielle qu'il a reçue de son père. Le
baron de Werther établit dans cette lettre que le cabinet prussien ne
voulant prendre aucune initiative dans la question d'Orient, ce n'est
point l'opinion de son gouvernement, mais la sienne propre qu'il
transmet à Londres, et cette opinion est que les bases de l'arrangement
doivent être l'hérédité dans la famille de Méhémet-Ali, et la
rétrocession complète de la Syrie au sultan. M. de Werther a communiqué
la lettre de son père à lord Palmerston.

Veuillez agréer, etc.
BOURQUENEY.


             19° _Le maréchal Soult au baron de Bourqueney._

Paris, le ler août 1839.

Monsieur, je vous envoie la copie d'une dépêche télégraphique que je
viens de recevoir du consul général de France à Alexandrie. Il en
résulte que la flotte ottomane est venue le 14 juillet se mettre à la
disposition de Méhémet-Ali, qui a déclaré l'intention formelle de ne la
rendre à la Porte qu'après que le grand vizir aurait été destitué et
qu'on lui aurait accordé pour lui-même l'investiture héréditaire du pays
qu'il gouverne. En faisant part à lord Palmerston de cette information,
veuillez lui demander quelle est l'opinion du cabinet de Londres sur
l'attitude nouvelle que la France et l'Angleterre peuvent se trouver
appelées à prendre par suite de cette grave complication.

M. de Metternich a fait une réponse convenable à notre déclaration en
faveur de l'indépendance et de l'intégrité de l'empire ottoman. D'après
ce que m'écrit M. de Sainte-Aulaire, le chancelier d'Autriche, qui
se montrait naguère fort satisfait des intentions manifestées par la
Russie, en est maintenant assez inquiet. Il paraît que le cabinet de
Saint-Pétersbourg, loin de continuer les assurances, d'ailleurs assez
vagues, qu'il avait d'abord données de sa volonté d'agir de concert avec
les autres puissances, se refuse, sous d'assez frivoles prétextes, à
tout ce qui pourrait les préciser ou les traduire en actes formels.
Ce qui me surprend, c'est l'étonnement que M. de Metternich paraît en
éprouver. Je n'ai jamais pensé que l'on pût, dans la question actuelle,
amener la Russie à s'associer franchement aux autres cabinets dont
la politique est si différente de la sienne; j'ai cru que tout en
paraissant y travailler, tout en employant les formes les plus
conciliantes, on devait se proposer pour unique but de la contenir, de
l'intimider jusqu'à un certain point, par la démonstration de l'accord
des autres grandes puissances, unies dans un même intérêt. Il
importerait pour cela que les puissances, et surtout la France et
l'Angleterre, tinssent au cabinet de Pétersbourg un langage absolument
uniforme et ne fissent auprès de lui que des démarches concertées. Aussi
n'ai-je pas vu sans quelque regret celle que lord Clanricarde a été
chargé de faire auprès de M. de Nesselrode.

Le gouvernement russe a dû naturellement en induire que, sur un point
au moins, celui des limites à imposer à Méhémet-Ali, l'Angleterre
s'attendait à trouver plus de sympathie en lui que dans les autres
cabinets; il en aura conclu, bien à tort sans doute, qu'une alliance
où se manifestaient de semblables divergences n'avait rien de bien
homogène, ni de bien imposant.

Ce n'est pas seulement à Pétersbourg qu'il est essentiel, je crois, de
ne rien négliger pour faire croire à l'union intime des cours de Londres
et de Paris; à Vienne aussi, malgré le grand intérêt qui semblerait, au
moins momentanément, devoir imposer silence aux préventions étroites
d'une politique surannée, à Vienne on n'est que trop porté à accueillir,
avec une sorte de satisfaction, ce qui peut faire croire que cette union
n'existe pas ou n'a existé qu'incomplètement. M. de Metternich affecte
sans cesse, je ne sais trop dans quel but, de faire entendre à notre
ambassadeur qu'à Paris et à Londres on n'est pas d'accord et qu'il
en sait là-dessus plus qu'il ne veut en dire; il relève avec un soin
minutieux les moindres circonstances qui peuvent venir à l'appui de
cette assertion. C'est ainsi qu'en dernier lieu il faisait remarquer
que lord Beauvale n'avait pas été chargé, comme M. de Sainte-Aulaire,
d'engager la cour de Vienne à réclamer avec nous la libre admission
des escadres alliées dans la mer de Marmara. C'est ainsi encore qu'il
signalait avec exagération les différences des instructions données aux
deux amiraux.

Veuillez, Monsieur, appeler l'attention de lord Palmerston sur les
considérations que je viens de vous indiquer. Dans la franchise de notre
langage, il verra sans doute un témoignage éclatant du désir que nous
avons de maintenir à nos relations avec le cabinet anglais le caractère
d'intimité si impérieusement réclamé par tous les grands intérêts
européens.


            20° _Le baron de Bourqueney au maréchal Soult._

Londres, 3 août 1830, 9 h. du soir.

Monsieur le maréchal,

J'ai écrit immédiatement à lord Palmerston que Votre Excellence m'avait
chargé à la fois et de lui annoncer l'entrée de la flotte ottomane à
Alexandrie et de consulter le cabinet anglais sur l'attitude nouvelle
que la France et l'Angleterre pourraient se trouver appelées à prendre
par suite de cette grave complication.

Lord Palmerston m'a engagé à me rendre à quatre heures au
Foreign-Office. Un conseil avait été convoqué pour deux heures;
l'importante nouvelle que je venais de transmettre devait être l'objet
de ses délibérations.

Lord Palmerston est sorti du conseil accompagné de lord Minto; il m'a
dit en entrant dans son cabinet que le premier lord de l'Amirauté
assisterait à notre conférence.

«Le conseil, m'a dit lord Palmerston, vient de délibérer sur la nouvelle
que le gouvernement français a bien voulu vous charger de porter à
notre connaissance. Son premier soin a été de relire les instructions
adressées à l'amiral Stopford; il n'y a rien trouvé qui pût servir de
direction au chef de notre escadre dans la circonstance actuelle, et il
a décidé qu'il serait envoyé à l'amiral Stopford des instructions plus
spéciales.

«Le conseil a pensé que la défection consommée du capitan-pacha ne
pouvait modifier la pensée politique qui a dirigé votre marche et la
nôtre depuis six semaines; il y a vu au contraire un motif de plus de
persévérance et de progrès dans cette même ligne.

«Ce principe posé, le conseil a été d'avis que nous devions employer les
moyens de coercition pour obtenir la restitution de la flotte ottomane.
Ces moyens de coercition doivent être l'objet même des instructions à
l'amiral Stopford et ce sont ces instructions que lord Minto et moi nous
allons rédiger en votre présence.»

J'ai répondu à lord Palmerston que le gouvernement du Roi apprécierait
beaucoup cette marque de confiance; mais j'ai ajouté que j'étais
moi-même sans instructions, que je n'avais été chargé que de _consulter_
et non de _délibérer_; que par conséquent aucune de mes paroles
n'engagerait en quoi que ce soit le gouvernement du Roi. Lord Palmerston
a dit que cela était parfaitement entendu, et il a pris la plume.

Votre Excellence trouvera joint à ma dépêche le projet d'instructions
rédigé séance tenante par lord Palmerston et lord Minto.

Le but est la restitution de la flotte ottomane au sultan; les moyens de
coercition sont gradués sur le degré de résistance que la sommation des
amiraux rencontrera de la part de Méhémet-Ali, depuis l'apparition des
flottes alliées devant Alexandrie jusqu'à la prise de possession de
la flotte égyptienne et au blocus du port, sauf réserve du droit des
neutres. Lord Palmerston et lord Minto sont partis du principe que la
flotte égyptienne serait en mer, parce que, comme elle ne peut rentrer à
Alexandrie sans s'_alléger_, cette opération équivaut à un désarmement,
et Méhémet ne doit pas pouvoir se passer de sa flotte en ce moment, même
pour les besoins de son armée en Syrie. On laisse aux amiraux beaucoup
de latitude dans le choix des points sur lesquels ils auront à se
diriger dans telle ou telle éventualité.

Enfin, Monsieur le maréchal, une instruction supplémentaire prévoit le
cas où le cours des événements amènerait les ambassadeurs à requérir,
conformément aux ordres de leurs cours, la présence de nos flottes dans
le Bosphore, au moment même ou nos amiraux recevront les nouvelles
instructions; dans cette hypothèse, les amiraux auraient à se rendre
sans retard à cet appel, et ils réserveraient, pour une époque plus
éloignée, l'exécution des présentes instructions.

Tel est le résumé du document que je joins à ma dépêche.

Pénétrés de l'avantage de ne pas perdre un moment dans ces graves
circonstances, mais plus encore de la nécessité de n'agir que de concert
avec nous, lord Palmerston et lord Minto m'ont prié avec instance de
transmettre ce soir même le projet d'instructions à Votre Excellence. Un
courrier de l'Amirauté anglaise partira demain pour Paris et se mettra
lundi soir à la disposition de lord Granville. Si le gouvernement du Roi
approuve le projet et croit devoir adresser des instructions analogues
à l'amiral Lalande, Votre Excellence voudra bien l'annoncer à lord
Granville, et le courrier anglais continuera sa route vers Marseille;
dans le cas contraire, Votre Excellence aura également la bonté de
prévenir lord Granville, et le courrier attendra à Paris de nouvelles
instructions de Londres. Les objections du gouvernement du Roi, s'il
croit devoir en élever, seront pesées ici avec le désir sincère
d'arriver à une entente complète entre les deux cabinets.

Je n'ai pas cru devoir laisser se terminer cette conférence sans appeler
la plus sérieuse attention de lord Palmerston sur les considérations
développées dans la dernière dépêche de Votre Excellence. La présence
de lord Minto ne m'a paru qu'un encouragement de plus à signaler au
gouvernement anglais l'abus que l'on fait en Europe des divergences qui
se manifestent entre nos agents extérieurs et les conclusions qu'on en
tire contre la solidité de l'alliance des deux cours. J'ai insisté avec
une certaine vivacité sur la nécessité de concerter préalablement leurs
démarches, surtout à Pétersbourg; j'ai cité celle de lord Clanricarde
comme de nature à créer de fausses impressions en accréditant l'idée que
le cabinet anglais cherchait un point d'appui auprès du cabinet russe
dans la question des limites de la _rétrocession égyptienne_,
question si secondaire comparée au but que nous nous proposons tous,
l'établissement du principe que les affaires d'Orient ne se traitent
plus que de concert entre les grandes puissances de l'Europe.

Lord Palmerston et lord Minto ont pris ces observations en très-bonne
part. Lord Palmerston m'a affirmé que lord Clanricarde avait manqué à
ses instructions s'il avait donné à sa démarche un caractère quelconque
qui ne fût pas l'expression de la parfaite union de nos deux cabinets.

Je n'ai point voulu étendre davantage, Monsieur le maréchal, le cercle
des récriminations; mais la sincérité de notre désir d'entente avec le
cabinet anglais nous donne bien parfois le droit d'être francs avec ses
organes; cette franchise même est un gage de plus de notre loyauté,
et je puis vous assurer que c'est l'impression qu'a laissée sur lord
Palmerston et sur lord Minto la lecture que j'ai faite à haute voix de
la dernière dépêche de Votre Excellence.

Veuillez agréer, etc.
BOURQUENEY.


              21° _Le maréchal Soult au baron de Bourqueney._

Paris, le 6 août 1839.

Monsieur, j'ai reçu hier la lettre que vous m'avez fait l'honneur de
m'adresser avec le projet d'instructions aux amiraux qui vous a été
remis par lord Palmerston pour être présenté à l'approbation du
gouvernement du Roi. Le conseil, qui vient d'en délibérer, n'a pas jugé
qu'il fût possible d'adhérer complètement à ce projet. Je crains que le
cabinet britannique, sous la première impression des fâcheuses nouvelles
arrivées d'Alexandrie, ne se soit pas rendu compte suffisamment de
l'ensemble de la situation. Les hostilités sont évidemment terminées en
Orient. Ni par terre ni par mer, personne n'annonce l'intention de les
continuer ou plutôt de les reprendre. D'un côté, on n'en a plus le
moyen, à supposer, ce qui est douteux, qu'on en eut la volonté; de
l'autre, on n'y voit aucun intérêt, et l'on sait assez qu'on ne pourrait
le faire sans s'exposer à de très-graves conséquences, sans compromettre
gratuitement une fort belle position. Dans cet état de choses,
la défection de la flotte ottomane est une chose fâcheuse et
très-regrettable, à laquelle nous devons essayer de remédier; mais elle
ne constitue pas un de ces dangers imminents propres à justifier des
mesures aussi extrêmes que celles qu'on nous propose. Cette flotte,
dans les mains de Méhémet-Ali, n'est aujourd'hui qu'un dépôt, un gage à
l'aide duquel il se propose d'obtenir l'investiture héréditaire de tout
ce qu'il possède. La France et l'Angleterre, tout en insistant fortement
sur l'invitation que nous avons déjà fait parvenir à Méhémet-Ali par nos
consuls, de restituer les vaisseaux turcs, doivent sans doute prendre
des mesures pour que, dans le cas peu probable où il recommencerait la
guerre, il ne pût s'en faire un instrument d'attaque contre la Porte;
et le meilleur moyen peut-être de lui en ôter l'envie, c'est de lui
déclarer formellement que désormais les escadres anglaise et française
agiront uniquement dans le but de protéger le sultan contre des
agressions ou des envahissements quelconques. Toute démarche, toute
démonstration faite dans le sens que je viens d'indiquer, aurait notre
approbation entière, parce que nous y voyons une utilité réelle et de
grandes chances d'efficacité; mais, je le répète, la mesure d'hostilité
contre Méhémet-Ali ne faciliterait pas le plan que l'Angleterre et la
France se sont proposé de concert. En détruisant l'escadre égyptienne,
non seulement nous n'en donnerions pas plus de force à la Porte, mais
nous n'amènerions pas le vice-roi à se désister de la moindre de ses
prétentions. La puissance matérielle et morale qu'il exerce aujourd'hui
sur terre rend son action bien moins dépendante qu'on ne le suppose de
ses forces maritimes. L'attaquer lorsqu'il n'attaque pas, ce serait
risquer de le pousser à quelque parti extrême. Certain, lorsqu'on lui
aurait enlevé ses vaisseaux, de n'avoir plus rien à craindre de l'Europe
qui, en effet, aurait épuisé contre lui, dans un but comparativement
bien secondaire, tous ses moyens coercitifs, il en conclurait
naturellement qu'il n'a plus rien à ménager avec elle; et, en supposant
qu'il ne se décidât pas à faire marcher Ibrahim sur Constantinople même,
il lui suffirait, pour susciter une diversion terrible, de provoquer
dans l'Asie Mineure, en Macédoine, en Albanie, quelque soulèvement
de nature à ramener la question de l'intervention russe. On sait
malheureusement que les instruments ne lui manqueraient pas à cet effet,
et qu'il n'aurait peut-être pas besoin, pour y parvenir, de remuer un
seul de ses soldats. De telles éventualités valent certainement la peine
qu'on les pèse mûrement avant de se décider à les braver. J'ajouterai,
Monsieur, qu'à Londres on semble trop se préoccuper de Méhémet-Ali,
c'est-à-dire de son agrandissement, parce qu'on veut toujours considérer
le côté de la question sous l'aspect qu'il aurait s'il s'agissait d'un
État européen. Sans doute, entre les mains d'un homme tel que le pacha
d'Egypte, la possession de territoires trop considérables peut avoir des
dangers qui expliquent et justifient les efforts des puissances pour
mettre un terme à ses empiétements. La France est la première à le
reconnaître, et elle n'a cessé de travailler à contenir les projets, à
modérer les prétentions de ce pacha. Mais il ne faut pas s'exagérer
le mal: l'empire ottoman, même divisé administrativement par des
stipulations auxquelles la clause de l'hérédité, quelque expresse
qu'elle fût, pourrait bien d'ailleurs ne pas donner un caractère de
permanence définitive, l'empire ottoman, uni, malgré ce partage plus ou
moins durable, par le lien puissant des moeurs et de là religion, n'en
continuera pas moins à former, en face des puissances européennes, ce
grand corps dont l'existence a toujours été indispensable au maintien
de l'équilibre politique. Les forces qu'il possède dans l'une et dans
l'autre de ses divisions actuelles concourent également à ce but, et je
ne crains pas de dire qu'en ruinant le pacha d'Egypte, on travaillera à
la destruction de l'empire ottoman. Notre politique aujourd'hui, comme
dès le commencement de cette crise, doit veiller avant tout à ce que
Constantinople ne reçoive de protection extérieure qu'avec notre commun
concours.

Telles sont, Monsieur, les objections qu'a suggérées au gouvernement du
Roi la proposition du cabinet de Londres et qui ne lui ont pas permis
d'y adhérer entièrement. Veuillez les faire connaître à lord Palmerston
en lui indiquant la marche que nous croyons préférable. Elle consiste,
vous le voyez, à réclamer de nouveau la restitution de la flotte
ottomane et, dans le cas où Méhémet-Ali s'y refuserait, à lui déclarer
qu'il doit dorénavant considérer les escadres alliées comme uniquement
et spécialement chargées de repousser toute tentative dirigée contre
le territoire ou l'autorité de la Porte. Le cabinet anglais, en y
réfléchissant, reconnaîtra, je n'en doute pas, qu'une telle attitude
suffit aux besoins du moment; que, sans rien compromettre, elle
atteindra, suivant toute apparence, le but que la France et l'Angleterre
ont en vue; et que, placés, à notre grand regret, dans l'impossibilité
d'accéder sans réserve au projet du gouvernement britannique, nous ne
pourrions mieux lui prouver notre confiance absolue et l'intime accord
de notre politique avec la sienne.


            22° _Le baron de Bourqueney au maréchal Soult_.

Londres, 9 août 1839.

Monsieur le maréchal,

Lord Palmerston m'avait annoncé hier que, d'après les nouvelles de
Berlin (les informations par lord Clanricarde sont lentes et rares),
la Russie se retirait des négociations projetées de Vienne. M. de
Kisséleff, qui m'a succédé chez lord Palmerston, était chargé d'une
communication dans ce sens. C'est au nom du respect pour l'indépendance
des États souverains que le cabinet russe décline toute intervention
dans les affaires intérieures de la Turquie. Avant les événements
de Syrie, avant la mort du sultan, quand il n'y avait d'autre issue
possible que la guerre aux différends de la Porte et de l'Égypte, le
cabinet russe avait pu partager l'opinion des autres puissances de
l'Europe sur l'ouverture d'une négociation conduite en dehors des
parties mêmes intéressées; mais aujourd'hui que la Porte va elle-même
au-devant d'un rapprochement et adresse à l'Égypte des propositions
d'accommodement acceptables, il faut laisser marcher la négociation
à Constantinople, et la seconder _uniquement de ses bons offices_;
autrement il n'y a plus de puissance ottomane indépendante. Tel est,
Monsieur le maréchal, l'esprit de la démarche de M. de Nesselrode.

Ce n'est pas le gouvernement du Roi qui s'étonnera de cette ouverture du
cabinet de Pétersbourg; la correspondance de Votre Excellence l'avait
dix fois annoncée.

Ici, où l'on prend facilement ce qu'on désire pour ce qu'on croit, on
avait été plus confiant, non pas dans la sincérité des intentions de la
Russie, mais dans les nécessités de sa situation européenne. On a donc
été plus surpris qu'on ne le sera à Paris, mais enfin on a compris les
motifs qui ont dicté la dernière dépêche de M. de Nesselrode, et on
y voit la preuve évidente que si le cabinet impérial ne croit pas le
moment arrivé de se commettre ouvertement avec l'Europe sur les affaires
d'Orient, il est au moins décidé à lutter diplomatiquement contre les
garanties écrites qui menaceraient d'enchaîner l'avenir.

Lord Palmerston a reçu poliment la communication de M. de Kisseleff;
mais celui-ci n'a pas dû se faire illusion sur le jugement qu'il en
portait.

Tout en déférant hier au voeu manifesté par le gouvernement du Roi
relativement au projet d'instructions aux amiraux, lord Palmerston
est entré plus avant que de coutume dans la discussion de la question
générale. En réponse à cette partie de la dépêche de Votre Excellence
qui combat la disposition du cabinet anglais à se préoccuper trop
exclusivement de réduire les limites de la possession égyptienne, lord
Palmerston m'a dit, en effet, que c'était chez lui et chez beaucoup de
ses collègues un point très-arrêté qu'on ne ferait quelque chose d'utile
et de durable en Orient que si l'on parvenait à rendre à la Porte
ottomane les provinces que lui ont enlevées les conquêtes de
Méhémet-Ali: «Je ne puis assez vous répéter, a repris lord Palmerston,
combien cette conviction est chez moi indépendante de toute
considération politique exclusivement anglaise; mais je suppose l'Égypte
et la Syrie héréditairement investies dans la famille de Méhémet-Ali, et
je me demande comment l'Europe peut se flatter que le moindre incident
ne viendra pas briser le dernier et faible lien qui unira ces provinces
à l'empire ottoman. L'indépendance viendra comme est venue l'hérédité;
et savez-vous alors ce qu'on dira en Europe quand la Russie reprendra
son oeuvre de convoitise sur les provinces européennes? C'est que
l'empire ottoman, démembré par la séparation d'une partie de ses
provinces d'Asie, ne vaut plus la peine qu'on risque la guerre pour le
maintenir.

«Voilà, a continué lord Palmerston, l'ordre d'idées dans lequel je
me place pour juger cette grande question; après cela, je ne crois
nullement à l'infaillibilité de mon opinion; je conçois parfaitement
qu'on en ait une autre, et je ne cherche aucune préoccupation française
dans l'opinion exprimée par le maréchal Soult. Je crois si bien à
la bonne foi de cette politique que voici un raisonnement qui la
confirmerait pour moi si j'étais tenté d'en douter. La France a besoin
d'exercer de l'influence en Égypte, cela est et cela doit être; c'est
une de ces données qu'il faut accepter dans la politique générale. Eh
bien! vous voulez faire l'Égypte plus forte que nous ne le voulons
nous-mêmes; et cependant votre influence sur le souverain, quel qu'il
soit, d'Alexandrie croîtrait en raison de sa faiblesse! Vous voyez si
je cherche une arrière-pensée sous la divergence de nos deux points de
vue.»

J'ai répondu à lord Palmerston que ses raisonnements supposaient résolue
une question au moins controversable, celle de savoir si, dans un
avenir plus ou moins éloigné, il n'y aurait pas pour le corps ottoman à
recueillir, en Égypte et en Syrie, des éléments de force et de vitalité,
éléments que ce serait une bien grande erreur de disperser s'ils
devaient un jour tourner au profit du corps que nous voulons sauver.

«Cela est vrai,» a repris lord Palmerston, «et je conviens avec vous que
la question est là. Eh! mon Dieu! mon esprit la résout par la négative;
mais le cabinet anglais lui-même a compté parmi ses membres des hommes
qui la décidaient affirmativement.»

Votre Excellence reconnaîtra sans doute qu'il y a divergence entre les
deux cabinets sur un point grave; mais telle est l'identité du but
qu'ils se proposent, telle est l'absence de toute défiance, de toute
arrière-pensée que, dans ma conviction intime, de légères concessions
mutuelles sur les moyens suffiront pour maintenir entre les deux
gouvernements l'entente qui a jusqu'ici présidé à leurs démarches el qui
peut seule les rendre efficaces.

Veuillez agréer, etc.
BOURQUENEY.


            23° _Le baron de Bourqueney au maréchal Soult_.

Londres, 17 août 1839.

Monsieur le maréchal,

Hier soir lord Palmerston a reçu des nouvelles de Constantinople du 29
juillet, et de Vienne du 10 août. Les premières annoncent la remise de
la note collective signée par les ambassadeurs des cinq cours, et
la suspension immédiate de la négociation directe entre la Porte et
Méhémet-Ali.

Celles de Vienne présentent le prince de Metternich comme s'avançant de
plus en plus dans la voie où il est entré et confiant dans l'espoir d'y
entraîner la Russie, ou plutôt de l'empêcher d'en sortir avec éclat.

C'est sous l'impression de ces nouvelles que le conseil a discuté ce
matin le projet d'instructions à l'amiral Stopford pour le cas spécial
de la restitution de la flotte ottomane.

Le conseil a approuvé toute la portion des instructions de l'amiral
Lalande pour le cas où la flotte turque serait sous voile.

Pour celui où elle serait entrée dans le port d'Alexandrie, il a pensé
que nos consuls devraient sommer le vice-roi de la restituer sous peine
de leur retraite; mais d'après l'accord qui vient de se manifester à
Constantinople par la démarche du 29 juillet et d'après les dispositions
de plus en plus satisfaisantes du cabinet autrichien, il a émis le
voeu «que le cabinet français et le cabinet anglais envoyassent leurs
instructions pour les amiraux à Vienne et proposassent au cabinet
autrichien d'unir son escadre à celles de la France et de l'Angleterre
pour l'hypothèse où la flotte ottomane serait en mer, dans les limites
d'action tracées par le projet d'instructions à l'amiral Lalande, et
d'associer son consul général aux nôtres pour la démarche proposée dans
le cas où la flotte turque serait entrée dans le port d'Alexandrie.»

Enfin, le conseil, examinant le projet mis en avant par lord Palmerston
de travailler à un acte de garantie de l'intégrité de l'empire ottoman,
entre la France, l'Autriche et l'Angleterre (à défaut de l'espoir d'y
associer les deux autres cours), a donné la plus complète approbation à
cette proposition, et reconnu en même temps que la négociation devait en
être conduite avec une grande réserve pour ne pas effaroucher la Russie
et lui donner les moyens de l'entraver. Le conseil a pensé que ce serait
véritablement là le commencement de l'oeuvre de paix et d'équilibre dont
la France et l'Angleterre poursuivent l'accomplissement.

Depuis le commencement de la crise d'Orient, je n'avais point vu lord
Palmerston aussi satisfait de la face des affaires.

Veuillez agréer, etc.
BOURQUENEY.


             24° _Le baron de Bourqueney au maréchal Soult_.

Londres, ce 18 août 1839.

Monsieur le maréchal.

....Je n'ai pu rendre qu'un compte bien sommaire à Votre Excellence des
dernières nouvelles de Vienne; mais je tenais à l'informer sans délai de
l'impression profonde qu'elles avaient produite sur le cabinet anglais.

Les deux faits qui dominent tout, Monsieur le maréchal, sont: 1° La
signature de M. de Bouteneff apposée à une note collective et déclarant
que _dans l'accord des cinq grandes puissances sur les affaires
d'Orient_, la Porte ottomane trouve, contre les dangers de sa situation,
une garantie assez puissante pour interrompre toute négociation directe
avec le vice-roi; 2° l'interruption immédiate de cette même négociation.

Ni les dépêches de M. de Barante à Votre Excellence, ni celles de lord
Clanricarde à lord Palmerston, ni même les dernières communications du
prince de Metternich ne préparaient nos cours à cette soudaine adhésion
du ministre de Russie à une démarche de cette importance. A Londres,
comme à Paris sans doute, on raisonnait sur la donnée générale que le
cabinet russe, non-seulement déclinait la négociation de Vienne, mais
travaillait à la rendre inutile en favorisant la conclusion d'un
arrangement direct entre le souverain et le vassal, sans intervention
extérieure quelconque, _au moins patente_.

Ici, Monsieur le maréchal, on ne s'est pas donné grand'peine pour
expliquer un fait en contradiction ouverte avec des dispositions qu'on
ne mettait pas même en doute la veille du jour où on l'a connu. On
a bien répété: «La Russie ne veut pas, la Russie ne peut pas. M. de
Bouteneff a entendu prononcer le nom des Dardanelles par la France
et l'Angleterre, et il a passé outre à la démarche.» (Cette dernière
hypothèse demandait alors qu'on attendît, pour prononcer un jugement
définitif, que le ministre eût été avoué par sa cour.) Mais toutes ces
considérations explicatives ont été sacrifiées au fait lui-même et
on s'est dit: «Voici la Russie entrée dans le concours par un acte
officiel; elle n'en sortirait qu'en provoquant des complications pour
lesquelles _elle n'est pas prête_.»

De cette première donnée, Monsieur le maréchal, le cabinet anglais, dans
sa délibération d'hier, a conclu que le moment était venu de laisser
un peu reposer l'attitude comminatoire et ombrageuse envers le
cabinet russe, sauf à la reprendre plus tard et plus tranchée si les
circonstances viennent à l'exiger.

Il a pensé de plus qu'un acte de déférence était dû au prince de
Metternich pour sa persévérance dans la voie où il est entré avec la
France et l'Angleterre, persévérance qui se manifestait à Vienne le 8
août quand on y avait lieu de croire que le cabinet russe déclinait tout
concert avec les autres puissances, mais dont l'expression est devenue
bien plus nette et bien plus péremptoire le 10, à la réception des
nouvelles de Constantinople du 29 juillet.

C'est sous l'empire de cette double impression. Monsieur le maréchal,
que le cabinet anglais a proposé de porter à Vienne nos projets
d'instructions aux amiraux, relativement à la défection de la flotte
ottomane, afin qu'il n'y eût pas un seul acte du drame qui commence à se
dérouler dont la France et l'Angleterre parussent vouloir isoler en
ce moment les puissances alliées, et particulièrement le cabinet
autrichien.

Votre Excellence sait enfin, Monsieur le maréchal, que le cabinet
anglais n'a pas trouvé suffisante l'attitude d'observation ordonnée à
nos amiraux pour le cas où la flotte ottomane serait entrée dans le port
d'Alexandrie et où le vice-roi refuserait sa restitution. A la demande
de nos agents consulaires, il a songé à des moyens de coercition morale,
tels que la retraite de nos consuls généraux; mais cette partie même de
la question, il propose également au gouvernement du Roi de la porter à
Vienne et de l'y traiter en commun avec le cabinet autrichien.

Votre Excellence jugera, par ce qui précède, du changement qui s'est
opéré depuis trente-huit heures dans l'esprit des membres du cabinet
anglais.

On n'admettait pas la possibilité du concours de la Russie: aujourd'hui,
on l'espère.

On espérait le concours de l'Autriche jusqu'au bout: on n'en doute plus.

Maintenant, Monsieur le maréchal, voici je crois les motifs sur lesquels
se fonde la satisfaction, peut-être bien exagérée, qui se manifeste
ici depuis la réception des nouvelles de Vienne et de Constantinople,
relativement à l'ensemble de la situation.

On part du principe qu'une fois les bases de l'arrangement à intervenir
entre le sultan et le vice-roi consenties par les cinq puissances,
l'usage de la force ne sera pas même nécessaire pour les faire accepter
à Méhémet-Ali; une menace suffira en cas de refus. Relativement à ces
bases, on croit l'Autriche plus près que la France du point de vue du
cabinet anglais, et, comme on sait que des divergences officiellement
manifestées entre les deux grandes puissances maritimes saperaient tous
les fondements de l'oeuvre de pacification qu'on poursuit, on se flatte
que ces divergences se fondront plus aisément dans le concours des cinq
puissances que dans une négociation directe à deux, ou même à trois.

Enfin, Monsieur le maréchal, une fois l'arrangement entre le souverain
et le vassal accepté et garanti par les puissances de l'Europe,
c'est-à-dire la question pratique réglée, on est sûr de trouver à Paris,
et on espère rencontrer à Vienne, l'empressement qu'on éprouvera
ici même à couronner cet acte de paix dans le présent, par un acte
diplomatique qui assure également l'avenir.

Veuillez agréer, etc.
BOURQUENEY.


          25° _Le maréchal Soult au baron de Bourqueney_.

Paris, le 22 août 1839.

Le gouvernement du Roi regarde comme une circonstance heureuse
l'adhésion de la Porte à la démarche par laquelle les envoyés des cinq
puissances l'ont engagée à ne rien conclure, sans leur concours, avec le
pacha d'Egypte; adhésion dont au surplus la nouvelle ne m'est pas encore
parvenue. Cependant nous ne nous rendons pas bien compte de la joie
si vive que cet événement paraît avoir causée à Vienne et surtout à
Londres. Il y a, ce me semble, plus que de l'exagération à conclure, de
ce que M. de Bouteneff s'est associé à cette démarche, que la Russie se
décide à lier désormais son action, dans la question d'Orient, à celle
des cours alliées. Un résultat de cette importance, une telle déviation
des errements d'une politique jusqu'à présent immuable, ne se présument
pas; pour y croire, les preuves les plus formelles ne seraient pas de
trop, et ces preuves je les cherche vainement. Bien loin de là,
la correspondance de M. de Barante me montre le cabinet de
Saint-Pétersbourg persistant plus que jamais dans ses vues d'isolement,
alors même qu'il se croit obligé de faire quelques concessions de forme.
Au surplus, pour apprécier la portée véritable de l'acte auquel on veut
rattacher de si graves conséquences, il suffit de se rappeler que, parmi
les arguments allégués par le gouvernement russe pour repousser l'idée
d'une conférence établie à Vienne, figurait celui qui consistait à
dire que le siège de la négociation serait plus naturellement placé à
Constantinople; c'est qu'en effet la Russie, par l'ascendant naturel
que son envoyé exerce sur la Porte, y est bien mieux placée soit pour
entraver, soit pour influencer les négociations.

Si j'insiste, Monsieur, sur l'exagération des espérances que semble
avoir conçues le cabinet de Londres, c'est que je crains que ce
malentendu n'imprime une fausse direction à sa politique, et ne lui
fasse perdre de vue le but essentiel auquel doivent tendre la France
et l'Angleterre, le moyen d'empêcher que la Porte ne retombe sous le
patronage exclusif et dominant d'une des grandes puissances. À Londres,
je crois m'apercevoir qu'on est trop rassuré sur ce point et trop enclin
à concentrer toutes ses inquiétudes sur le péril, relativement bien
secondaire, de l'agrandissement exclusif de Méhémet-Ali. Si l'expression
du dissentiment qui existe à ce sujet entre la France et l'Angleterre
ne sortait pas du cercle des communications échangées entre les deux
gouvernements, il n'y aurait pas un grand inconvénient; malheureusement
j'acquiers tous les jours la certitude qu'il n'en est pas ainsi. Le
cabinet de Londres, dominé par ses préoccupations, ne sait pas assez les
dissimuler aux autres cabinets; il semble quelquefois voir en eux des
auxiliaires dont la coopération peut l'aider à nous ramener à sa manière
de voir, et les cours auxquelles s'adressent ces confidences, se
méprenant sur l'intention qui les lui dicte, y voient le principe d'un
relâchement sérieux dans l'alliance anglo-française. Déjà plus d'un
indice me donne lieu de penser que telle de ces cours travaille par des
avances adroitement calculées, par d'apparentes concessions, à entraîner
le gouvernement britannique dans une voie nouvelle. Je crains peu le
résultat définitif de ces tentatives; l'Angleterre y résistera comme
nous l'avons fait nous-mêmes à d'autres époques, lorsqu'on a employé
à notre égard des artifices semblables. Mais il serait fâcheux que de
simples apparences pussent donner un seul moment le moindre espoir de
succès aux auteurs de ces machinations. Il n'en faudrait pas davantage
pour jeter une perturbation déplorable dans la marche de la politique
générale.

Lord Granville ne m'a encore rien dit des nouvelles vues de sa cour par
rapport aux moyens d'obtenir la restitution de la flotte ottomane. Je
pense qu'à Londres on aura compris l'inopportunité du rappel éventuel
des consuls au moment où la décision prise à Constantinople rend plus
indispensable que jamais la présence d'agents européens auprès de
Méhémet-Ali.

Ce n'est pas M. le général Baudrand qui se rendra à Constantinople comme
je vous l'avais annoncé. Le Roi, en apprenant les noms des personnes
chargées par les empereurs d'Autriche et de Russie d'une mission
analogue, a jugé convenable d'envoyer un officier de sa maison, d'un
grade moins élevé.


             26° _Le général Sébastiani au maréchal Soult_.

Londres, 5 septembre 1839.

Monsieur le maréchal,

....J'ai à rendre compte à Votre Excellence de mon premier entretien
avec lord Palmerston.

Avant de passer en revue les questions que nous avons discutées
séparément, je dois déclarer à Votre Excellence que l'impression pour
moi résultant de cette conférence est que le cabinet anglais veut comme
nous, au même degré que nous, avec aussi peu d'arrière-pensées que nous,
le maintien de l'indépendance et de l'intégrité de l'empire ottoman, et
que ce but il veut l'atteindre pacifiquement et sans compromettre les
grandes puissances entre elles.

J'ai saisi la première occasion qui m'était offerte de discuter et de
combattre les mesures proposées par le cabinet anglais et communiquées
par M. Bulwer à Votre Excellence.

J'ai d'abord établi d'une manière absolue que la question de la flotte
ottomane ne devait point être traitée spécialement et préalablement aux
conditions de l'arrangement final à intervenir entre le sultan et le
pacha. J'ai dit que nous ne devions pas user notre force contre un
incident, mais la réserver tout entière pour le fait principal. J'ai
même engagé lord Palmerston à réfléchir sérieusement aux conséquences
d'un succès, c'est-à-dire à la rentrée de la flotte ottomane à
Constantinople avec un corps d'officiers imbus d'admiration pour
Méhémet-Ali et peu rassurés eux-mêmes, malgré la garantie des
puissances, contre les vengeances réactionnaires de la Porte.

Ces derniers arguments, Monsieur le maréchal, ont produit de
l'impression sur l'esprit de lord Palmerston. Il m'a répondu néanmoins
que si les puissances, toutes également pénétrées de la nécessité de
réprimer ou plutôt de réparer un acte aussi coupable de la part d'un
vassal contre son souverain, s'arrêtaient devant un refus péremptoire de
Méhémet-Ali, il ne pourrait à son tour que se sentir plus encouragé dans
la résistance à l'acceptation d'un arrangement final.

J'ai fait valoir tous les motifs qui doivent nous détourner d'une
démonstration armée contre l'île de Candie; j'ai parlé du parti grec qui
pourrait en profiter pour proclamer son indépendance, et j'ai ajouté que
ce serait répandre dans le reste de l'empire l'exemple et le besoin
de soulèvements intérieurs. J'espère avoir réussi à convaincre lord
Palmerston qu'il n'y avait ni opportunité ni avantage réel dans
l'occupation de l'île de Candie par les forces de l'Angleterre et de la
France.

J'ai discuté le rappel des consuls généraux d'Alexandrie et j'ai montré
les graves inconvénients qu'il offrirait en nous laissant avec le
vice-roi sans organes au moment où nous aurions le plus pressant besoin
d'agir sur son esprit par d'actives communications.

Lord Beauvale, Monsieur le ministre, a déjà reçu les instructions et les
pouvoirs relatifs à la flotte ottomane; je ne puis donc faire espérer
à Votre Excellence que ces instructions soient rappelées ou même
modifiées; mais la question étant portée au centre même des
négociations, l'influence du gouvernement du Roi pourra s'y exercer
d'une manière puissante, et je crois que de Londres même on signalera
à lord Beauvale les points sur lesquels il ne doit pas insister,
s'il rencontre la voix de la France tout à fait opposée à celle de
l'Angleterre.

Je ne puis, du reste, le dissimuler à Votre Excellence; la disposition
du cabinet anglais à l'emploi des moyens coercitifs contre Méhémet-Ali,
soit pour obtenir la restitution de la flotte ottomane, soit pour lui
faire accepter exclusivement l'hérédité de l'Égypte comme base de
l'arrangement à intervenir avec la Porte, _peut bien de temps à autre
céder sur certains points aux représentations de la France, mais elle
reparaît toujours, et si elle rencontre de notre part une répugnance
invincible et absolue_ à l'emploi d'un moyen de coercition quelconque
contre le vice-roi, _je crains que l'on ne se persuade ici quil est
inutile_ de continuer une négociation dans laquelle on a ôté d'avance à
ses conseils la sanction même éventuelle de la force.

J'ai cherché à effrayer lord Palmerston sur les conséquences auxquelles
exposeraient la paix du monde les partis extrêmes où le vice-roi
pourrait se laisser entraîner si les puissances persistaient à lui
refuser les conditions qu'il met à sa réconciliation avec la Porte. Lord
Palmerston m'a répondu que sans doute la marche sur Constantinople était
possible, mais qu'alors rien ne serait plus facile aux puissances de
l'Europe que de préserver la capitale de l'empire ottoman, que nous y
concourrions tous avec nos flottes, et la Russie avec ses soldats, mais
qu'on réglerait les forces des troupes russes et qu'on fixerait la date
de leur départ. «Nous arriverions ensemble, a continué lord Palmerston,
et nous partirions ensemble. La Russie est enchaînée en ce moment,
soyez-en sûr. Je sais très-bien que cela tient à ce qu'elle n'est pas
prête; mais enfin c'est un fait et nous devons en profiter. Elle n'agira
pas sans nous, et si elle agit, ce ne sera qu'avec nous et comme nous.»

Lord Palmerston m'a parlé des dispositions du cabinet prussien et du
cabinet de Vienne comme se rapprochant entièrement de celles du
cabinet de Londres dans tout ce qui tient à la fixation des bases de
l'arrangement final entre la Porte et le vice-roi.

Lord Palmerston a répondu à la dernière communication russe par une
dépêche à lord Clanricarde dont il m'a donné lecture, et par laquelle
il établit formellement l'union et la solidarité de la France et de
l'Angleterre dans tout ce qui touche à l'entrée éventuelle de nos
escadres dans la mer de Marmara.

J'ai redoublé d'efforts pour ramener le point de vue du cabinet anglais
à celui du gouvernement du Roi. Lord Palmerston, à propos de la retraite
de nos consuls généraux d'Alexandrie, m'a dit qu'il n'avait jamais songé
à étendre cette mesure aux agents véritablement consulaires; que ce
n'était qu'à cause du caractère diplomatique de nos consuls généraux
qu'il avait voulu faire de leur rappel une démonstration de
mécontentement des puissances contre Méhémet-Ali; mais que nous
conserverions après leur départ, s'il s'effectuait, de véritables
consuls qui pourraient encore nous servir d'organes avec le vice-roi.
Lord Palmerston m'a annoncé que le colonel Campbell serait remplacé dans
tous les cas par un autre agent. On n'a pas approuvé sa conduite dans
les derniers événements et on lui donne un successeur. Lord Palmerston
venait de recevoir des dépêches de Constantinople qui lui annoncent
qu'un brick égyptien avait porté des agents du vice-roi à Salonique.
Lord Ponsonby a donné ordre à l'amiral Stopford de poursuivre le brick
égyptien, de s'en emparer et de faire échouer sa mission. L'amiral
Roussin a donné son approbation à cette mesure.

Veuillez agréer, etc.
H. SÉBASTIANI.


             27° _Le général Sébastiani au maréchal Soult_.

Londres, 23 septembre 1839.

Monsieur le maréchal,

Lord Palmerston a passé ce matin quelques heures à Londres. J'ai à
rendre compte à Votre Excellence de l'importante conversation que je
viens d'avoir avec lui.

Le baron de Brünnow propose, au nom de son gouvernement, de régler et
de définir la part d'action coercitive de chacune des cinq puissances
contre Méhémet-Ali pour assurer un arrangement final entre le sultan
et le pacha. Dans ce but, une convention serait signée entre les cinq
cours, stipulant que la France et l'Angleterre se serviront de leurs
escadres contre Méhémet-Alj, s'il refuse d'accepter les conditions; que
la Russie, dans le cas où Ibrahim-Pacha marcherait sur Constantinople,
emploierait son armée et sa flotte dans le Bosphore et dans l'Asie
Mineure, en deçà de Taurus, pour protéger l'existence de l'empire
ottoman; mais qu'à l'avenir, la fermeture du Bosphore et du détroit des
Dardanelles demeurera un principe de droit public européen, et que la
Russie s'engage à ne pas renouveler le traité d'Unkiar-Skelessi. Il
serait enfin entendu, quoique non écrit, que, dans la circonstance
actuelle, la dérogation russe au principe de fermeture des deux détroits
aura lieu sans que les puissances maritimes s'en autorisent comme
d'une cause légitimant la présence de leurs propres vaisseaux dans le
Bosphore.

Cette convention, la Russie la présente à l'acceptation des quatre
puissances, mais elle est prête à la signer ici avec trois; si
la cinquième, si la France ne croit pas devoir en accepter les
stipulations.

Telle est, Monsieur le maréchal, la substance des propositions dont le
baron de Brünnow est l'organe; je n'ai pas besoin d'en caractériser
l'immense portée.

Lord Palmerston m'a dit qu'il réunirait prochainement les membres du
cabinet qui se trouvent dans le voisinage de Windsor ou de Londres, et
qu'il leur soumettrait l'état de la question; mais il ne m'a pas laissé
ignorer que personnellement il était favorable à l'acceptation des
propositions russes; il est probable que la détermination du cabinet
sera conforme à l'opinion de lord Palmerston.

J'ai demandé quelles bases la Russie donnait à l'arrangement entre le
sultan et le pacha; lord Palmerston m'a dit que M. de Brünnow n'était
chargé d'aucune proposition à cet égard, mais que le cabinet russe se
prononçait, comme le cabinet anglais, en faveur de la rétrocession
complète de la Syrie et de ses annexes.

Lord Palmerston voudrait ajouter au projet russe l'envoi d'un corps
autrichien en Syrie en cas de résistance du vice-roi. Ce corps, réuni
aux débris de l'armée ottomane, devrait opérer par la force l'évacuation
des provinces occupées par l'armée égyptienne.

J'ai commencé, Monsieur le maréchal, par déclarer que j'étais sans
instructions du gouvernement du Roi sur la plupart des questions
qui m'étaient soumises; mais que je me sentais néanmoins autorisé à
repousser et à combattre, au moins en mon nom, presque toutes les
données sur lesquelles repose le nouveau plan proposé par la Russie et
presque adopté par l'Angleterre.

But, moyens, facilité d'exécution, j'ai tout contesté. J'ai appuyé sur
cette considération que, possesseur héréditaire de l'Égypte et de
la Syrie, Méhémet-Ali retomberait essentiellement dans la sphère
d'influence et d'action des deux grandes puissances maritimes, et
que ces mêmes puissances pourraient à leur tour se servir des
forces égyptiennes pour imposer à la Russie dans ses projets sur
Constantinople. Je ne fatiguerai pas Votre Excellence de la reproduction
des arguments dont je me suis servi; ils étaient tous puisés dans
l'ordre d'idées et de faits où s'est placé le gouvernement du Roi dans
sa correspondance avec l'ambassade.

Il m'est démontré, Monsieur le maréchal, que le cabinet anglais regarde
l'abolition du traité d'Unkiar-Skelessi comme un succès suffisant pour
sa politique actuelle en Orient. Or, ce succès il ne croit pas trop le
payer par son assentiment préalable à l'apparition des forces russes
dans le Bosphore; et, d'ailleurs en la subordonnant à la marche
d'Ibrahim-Pacha sur Constantinople, il espère poser une hypothèse qui ne
se réalisera pas.

J'ai dit à lord Palmerston que la convention dont il venait de me
développer les bases passerait en Europe pour un acte de faiblesse et de
pusillanimité envers la Russie. Lord Palmerston la considère comme un
acte d'habileté; l'action russe, même à Constantinople, réglée, définie
d'avance par le concours des autres puissances, lui paraît toujours
l'action des cinq cours et l'abdication du protectorat russe exclusif.

La dernière dépêche de Votre Excellence me mettait en mesure de
démontrer à lord Palmerston combien les divers cabinets de l'Europe sont
loin jusqu'ici de s'associer à l'activité et à l'énergie des mesures
actuelles contre Méhémet-Ali. Lord Palmerston m'a répondu qu'il ne
mettait pas un instant en doute que les propositions dont M. de Brünnow
était porteur ne reçussent le plus sincère et le plus cordial appui des
cabinets de Vienne et de Berlin.

Le prince Esterhazy, qui a vu lord Palmerston aujourd'hui, a mis en
avant le défaut d'instructions de sa cour, pour éviter de se
prononcer sur tous les nouveaux projets qui lui étaient soumis, et
particulièrement sur l'envoi d'un corps autrichien en Syrie; mais
évidemment, il est convaincu que le plan du cabinet russe sera approuvé
par le cabinet de Vienne.

La restitution de la flotte ottomane est maintenant confondue avec la
question générale. Lord Palmerston renonce à l'en détacher.

Lord Palmerston, à qui j'ai demandé où aurait lieu la signature de la
convention qu'il venait de m'analyser, m'a répondu: «Je n'y avais pas
songé, mais à Londres si l'on veut.»

Agréez, etc.
H. SÉBASTIANI.


             28° _Le général Sébastiani au maréchal Soult_.

Londres, 3 octobre 1839.

Monsieur le maréchal,

Le cabinet anglais n'adhère point aux propositions du cabinet impérial
présentées par M. le baron de Brünnow. Lord Palmerston a déclaré ce
matin à l'envoyé russe que la France ne pouvait consentir pour sa part à
l'exclusion des flottes alliées de la mer de Marmara dans l'éventualité
de l'entrée des forces russes dans le Bosphore, et que l'Angleterre ne
voulait point se détacher de la France avec laquelle elle avait marché
avec une parfaite union depuis l'origine de la négociation.

Cela posé, au lieu de la convention originairement présentée par le
cabinet impérial, lord Palmerston propose un acte entre les cinq
puissances, par lequel elles régleraient leur part d'action dans la
crise actuelle des affaires d'Orient, mais sans privilège acquis
au pavillon russe à l'exclusion des pavillons français, anglais
et autrichien. La Russie, en cas de résistance de Méhémet-Ali aux
conditions qui lui seront proposées, s'engagerait à se servir de ses
troupes en Asie Mineure, mais en deçà du Taurus. L'indépendance et
l'intégrité de l'empire ottoman dans la dynastie régnante seraient
stipulées pour le plus long espace de temps possible; enfin la clôture
des détroits deviendrait un principe de droit public européen.

Telle est l'importante modification apportée aux propositions russes par
le cabinet britannique...

De l'acte européen que je viens d'analyser, passant aux conditions
mêmes de l'arrangement à intervenir entre le sultan et le pacha, lord
Palmerston, pressé à la fois et par mon argumentation et par le désir
que je crois sincère de faire acte de déférence envers la France,
lord Palmerston a consenti, après une longue discussion, à ajouter à
l'investiture _héréditaire_ de l'Égypte en faveur de Méhémet-Ali, la
possession également _héréditaire du pachalik d'Acre_. La ville seule
d'Acre demeurerait à la Porte et la frontière partirait du glacis de la
place dans la direction du lac Tabarié. La Porte recouvrerait tout le
reste de la Syrie, y compris les villes saintes, considération d'un
poids énorme aux yeux du cabinet anglais. Cette seconde concession,
Monsieur le maréchal, repose, je dois le dire, sur la donnée que le
gouvernement du Roi, une fois d'accord avec ses alliés sur les limites
territoriales de l'arrangement, acceptera sa part d'action pour y
contraindre Méhémet-Ali en cas de refus.

Cette nouvelle situation est le résultat de nos efforts persévérants
pour ramener le cabinet anglais au point de vue de la France sur la
question d'Orient. Sans doute, le retour n'est point aussi complet
que nous pourrions le désirer; mais il y a un immense pas de fait; je
crains, je l'avoue, que ce ne soit le dernier.

J'ai demandé comment le baron de Brünnow avait reçu l'annonce d'une
aussi grave modification dans les premières dispositions du cabinet
britannique. Lord Palmerston m'a dit qu'il avait pris les propositions
nouvelles _ad referendum_. Son désappointement a dû être vif.

Lord Palmerston me paraît se flatter que nous amènerons la Russie à
adhérer à l'acte européen qu'il propose. Je ne vois pas les données
sur lesquelles il base cette confiance; mais quoi qu'on fasse à
Saint-Pétersbourg, il n'en est pas moins de la dernière importance
d'avoir arrêté ici tout arrangement en dehors de la France, et ramené le
cabinet anglais à son premier sentiment du besoin de notre alliance.

Veuillez agréer, etc.
H. SÉBASTIANI.


            29° _Le général Sébastiani au maréchal Soult_.

Londres, 10 octobre 1839.

Monsieur le maréchal,

J'ai donné lecture à lord Palmerston de la dernière dépêche de Votre
Excellence. Il avait été déjà directement préparé par M. Bulwer à
la nouvelle que la concession du pachalik d'Acre n'était pas jugée
suffisante par le gouvernement du Roi. Cette nouvelle l'a rejeté de
suite dans son ancien système d'argumentation. Je n'ai laissé aucune
de ses objections sans réponse; mais j'ai pu facilement me convaincre
aujourd'hui que ce serait une tâche presque sans espoir d'essayer
d'obtenir quelque chose de plus que celle dernière concession. Lord
Palmerston m'a fait valoir le sacrifice fait à l'espoir de renouer ses
premiers liens avec la France, et il m'a donné clairement à entendre
que, si le cabinet anglais se trouvait déçu dans cette tentative, il
serait nécessairement forcé de chercher ailleurs l'appui qu'il ne
trouverait pas en nous.

Rien ne se fera ici avant qu'on connaisse d'une manière positive et
formelle les dernières déterminations du gouvernement du Roi...
Mon impression est que le cabinet anglais reviendra aux premières
propositions de la Russie, si les dernières concessions sont repoussées.

Le baron de Brünnow s'embarque le 13 pour Rotterdam.

Veuillez agréer, etc.
H. SÉBASTIANI.


             30° _Le maréchal Soult au général Sébastiani_.

Paris, le 9 décembre 1839.

La nouvelle que vous me donnez du prochain retour à Londres de M.
de Brünnow, muni de pleins pouvoirs pour signer une convention qui
réglerait sur un pied d'égalité les rapports de protection des
puissances à l'égard de la Porte, a excité, comme vous pouvez le croire,
la plus sérieuse attention du gouvernement du Roi. Nous attendons
impatiemment les détails. S'ils sont tels, en effet, que doit le faire
supposer le langage de lord Palmerston, si par conséquent ils emportent,
de la part de la Russie, une renonciation effective à la position
exceptionnelle qu'elle s'attribuait à Constantinople, si l'addition
d'aucune clause secrète ou indirecte ne vient paralyser d'un autre côté
les concessions que semble faire le cabinet de Saint-Pétersbourg, je
n'ai pas besoin de vous dire que la détermination de ce cabinet,
quel qu'en puisse avoir été le motif, nous causera une très-vive
satisfaction. Elle nous donnera en effet gain de cause sur le point qui
nous a paru constamment le plus important dans la question d'Orient;
elle nous amènera un résultat que nous avions déjà eu en vue et que
depuis quelque temps nous désespérions d'obtenir. Vous savez en effet
que, dès le principe de la négociation, nous nous sommes attachés à en
faire sortir l'annulation du protectorat exclusif exercé par la Russie
sur le sultan, et que nous avions signalé ce but à nos alliés comme
celui qu'on devait s'efforcer d'atteindre par tous les moyens. Nous
avons dit et répété sans cesse que c'était surtout à Constantinople
qu'il fallait garantir l'indépendance de la Porte, que le noeud de la
difficulté était là. Ce n'est pas notre faute si, en s'opiniâtrant trop
longtemps à le voir là où il n'était pas, dans la question, relativement
secondaire pour l'Europe, des rapports du sultan avec le vice-roi, on
a multiplié les complications et les embarras au point de les rendre
presque insolubles. Il est enfin permis d'espérer qu'on va entrer dans
la bonne voie; certes, ce n'est pas nous qui y mettrons obstacle; et je
vous le répète, si les propositions de la Russie sont telles qu'on vous
l'a dit, si elles ne contiennent rien de plus, rien au moins qui en
altère la portée, je suis prêt à vous envoyer l'autorisation d'y accéder
formellement. Je vais plus loin: le gouvernement du Roi, reconnaissant
avec sa loyauté ordinaire qu'une convention conclue sur de telles
bases changerait notablement l'état des choses, y trouverait un motif
suffisant pour se livrer à un nouvel examen de l'ensemble de la question
d'Orient, même dans les parties sur lesquelles chacune des puissances
semblait avoir trop absolument arrêté son opinion pour qu'il fût
possible de prolonger la discussion.

Telle est, Monsieur le comte, l'impression que nous avons reçue de
l'importante nouvelle que vous venez de me transmettre. Je ne dois
pas vous cacher au surplus que j'ai plutôt le désir que l'espoir d'en
apprendre bientôt l'entière confirmation. Je crains, je l'avouerai, que
les propositions confiées à M. de Brünnow ne contiennent quelque clause
insidieuse dont l'existence rendrait notre adhésion impossible, et sans
doute aussi déterminerait un nouveau refus de la part du cabinet de
Londres. Ce qui me confirme dans cette inquiétude, c'est l'impossibilité
que j'éprouve à me rendre compte des motifs qui pourraient décider le
gouvernement russe à une concession juste et raisonnable sans doute,
mais pour laquelle il avait jusqu'à présent manifesté une si invincible
répugnance. Si l'on voulait même supposer que sa pensée est de se mettre
en mesure d'accorder, de concert avec l'Angleterre, une protection
plus efficace à la Porte et d'imposer au vice-roi des conditions plus
rigoureuses, cette conjecture se trouverait démentie par ce qui se passe
à Constantinople. Reschid-Pacha a dit en effet à M. de Pontois que le
cabinet de Saint-Pétersbourg engageait la Porte à traiter directement
avec Méhémet-Ali et que M. de Tatitscheff en avait donné le conseil à
Vienne à l'ambassadeur ottoman. Un semblable conseil, fort raisonnable
en lui-même à notre avis, tant que la situation ne changera pas, n'en
est pas moins très-extraordinaire de la part du gouvernement qui affecte
de se placer dans des relations d'intimité avec l'Angleterre.... Lord
Palmerston se prévaut, pour s'affermir dans ses idées, de l'adhésion
qu'elles reçoivent du chancelier d'Autriche; je conçois la tactique qui
le porte, lorsqu'il s'entretient avec vous, à présenter les choses sous
cet aspect; mais j'ai peine à croire qu'il regarde réellement comme une
_adhésion_ les déclarations équivoques du cabinet de Vienne. L'Autriche,
après avoir approuvé nos propositions, a fini par accéder en principe à
celles de l'Angleterre, mais en rejetant les moyens de contrainte qui
pouvaient seuls leur donner quelque réalité. Si c'est là une adhésion
suffisante aux yeux de lord Palmerston, il n'est certes pas difficile à
contenter, et nous serions pour le moins aussi fondés à prétendre que
l'Autriche est entrée dans nos idées.

Quelques mots suffiront pour calmer les susceptibilités que lord
Palmerston vous a laissé voir au sujet de la formation d'une escadre de
réserve à Toulon. La nomination de M. l'amiral Rosamel n'a d'autre but
que de donner éventuellement un chef supérieur à notre escadre
commandée par deux officiers d'un grade égal, ce qui peut amener des
inconvénients. Il n'est nullement question en ce moment d'augmenter nos
forces navales, et si cela arrivait, nous ne manquerions pas d'en donner
avis à nos alliés.

Les dernières nouvelles de Constantinople ont peu d'intérêt. Méhémet-Ali
persiste dans toutes ses résolutions; il proteste qu'il ne renoncera pas
à Adana, à moins qu'on n'en confie le gouvernement à un de ses fils:
«C'est la clef de ma maison, dit-il, et je ne la remettrai qu'à un
membre de ma famille.»


            31° _Le général Sébastiani au maréchal Soult._

Londres, 5 janvier 1849.

Monsieur le maréchal,

Ainsi qu'il me l'avait promis, lord Palmerston m'a donné lecture de
la rédaction laissée entre ses mains par M. de Brünnow. Après l'avoir
commentée et discutée dans ses détails, il s'était engagé à m'en envoyer
copie aujourd'hui assez tôt pour que je pusse l'expédier ce soir à
Paris et la prendre pour base du compte rendu de notre entretien. À la
communication textuelle du libellé russe, lord Palmerston substitue une
espèce de résumé fort incomplet, dont je vais essayer de combler les
lacunes. J'ai suivi avec assez de soin la lecture d'hier pour me croire
sûr de ne rien omettre d'important.

Pour donner un corps aux idées du cabinet de Saint-Pétersbourg, tout en
évitant de leur imprimer un caractère officiel, la finesse de l'envoyé
russe a eu recours à un expédient étrange: il les a consignées dans une
dépêche officielle adressée à un autre agent de la Russie.

C'est au sujet de sa rencontre à Calais avec M. de Neumann que M. de
Brünnow exprime à M. de Tatischeff la satisfaction que lui causent
l'envoi de l'agent autrichien, l'accord entre les deux cours de
Pétersbourg et de Vienne, dont cette mission est le gage, et l'espoir
que M. de Neumann recevra les pouvoirs nécessaires pour concourir aux
grands résultats que l'empereur son maître l'a chargé de poursuivre à
Londres.

Vient alors le développement détaillé de la politique et du plan russes
sur la question d'Orient.

La cour de Pétersbourg propose:

«Que le différend entre la Porte et le pacha soit définitivement réglé
sous la garantie des puissances par un partage territorial;

«Que la part offerte au pacha avec l'investiture héréditaire soit
_l'Égypte et la Syrie jusqu'à la forteresse d'Acre_ comme limite; que la
rétrocession de toutes les autres possessions détenues par Méhémet-Ali
soit effectuée immédiatement;

«Qu'en cas de résistance de la part du pacha, un choix soit fait dans
les diverses mesures coercitives successivement débattues dans les
communications antérieures des cabinets;

«Qu'on mette à exécution immédiate et vigoureuse toutes celles qui
seront de nature à hâter la solution; qu'on s'abstienne de celles qui
sembleraient entamer le droit qu'on veut faire triompher;

«Qu'ainsi on envoie des forces maritimes à la hauteur d'Alexandrette,
parce que leur objet évident sera d'inquiéter le flanc de l'armée
d'Ibrahim; mais qu'on évite de déclarer les côtes de la Syrie en état de
blocus, parce que ce serait agir comme si l'on était en hostilité avec
le souverain légitime de territoires occupés momentanément par un sujet
révolté;

«Que l'on dirige, qu'on protège une expédition turque sur Candie, mais
qu'on ne retire pas les consuls d'Alexandrie, parce que ce serait
traiter trop en souverain un pacha victorieux; ce serait d'ailleurs se
priver des avantages de moyens d'influence et d'information importants
à conserver, et compromettre en même temps les intérêts commerciaux des
puissances;

«La partie _turco-égyptienne_ de la question ainsi décidée, on
s'occupera concurremment à Londres de la partie européenne;

«Le mode d'intervention de la Russie, au cas où elle serait appelée par
la Porte, sera convenu et réglé entre les puissances;

«La Russie, dans l'éventualité de la marche d'Ibrahim sur Constantinople
et de l'appel du Divan, _franchira le Bosphore avec des troupes de
débarquement_ et sera _chargée de la défense de Constantinople au nom de
l'Europe_;

Les autres puissances pourront alors faire _passer les Dardanelles à
quelques bâtiments de guerre qui croiseront dans les eaux de la mer de
Marmara, de Brousse à Gallipoli_;

«Le nombre de ces bâtiments sera de _deux à trois_ pour chaque pavillon:

«Une fois le but que se proposent les puissances atteint par la
soumission de Méhémet-Ali, la Porte rentrera en pleine et immuable
possession _du droit de clôture des deux détroits à tous les pavillons
européens_.

«Ce droit sera également et formellement consacré en principe dans la
convention à intervenir à Londres, préalablement à toute action en
Orient.

«On est sûr de l'accord de l'Autriche, de l'Angleterre et même de la
Prusse, sur tous les points ci-dessus mentionnés; on espère que la
France ne voudra pas _s'isoler_ des autres puissances et unira son
action à la leur.

«C'est à _tous les cabinets_ que s'adressent les idées de l'empereur;
c'est un intérêt européen qu'il a à coeur de consacrer, etc...»

Telle est en substance, Monsieur le maréchal (et, je le répète, je crois
ma mémoire fidèle), cette dépêche confidentielle, le seul document écrit
qu'il y ait encore sur la négociation suivie par M. de Brünnow.

Le temps me manque pour entrer dans quelques développements. Je dois
cependant consigner ici une information qui ne sera pas sans intérêt
pour Votre Excellence. Hier, arrivé au paragraphe relatif à la part à
faire à Méhémet-Ali, c'est-à-dire à la _cession de la Syrie jusqu'à
Saint-Jean d'Acre_, lord Palmerston, interrompant sa lecture, m'a dit:
«J'ai vivement combattu cette idée dans mes entretiens avec M. de
Brünnow; elle compromettrait le _principe: l'Égypte seule et le désert
pour frontière_, voilà le vrai. J'ai ramené M. de Brünnow et je suis sûr
de l'adhésion des deux autres.»

Veuillez agréer, etc.
H. SÉBASTIANI.


           32° _Le général Sébastiani au maréchal Soult_.

Londres, 10 janvier 1840.

Monsieur le maréchal,

Je n'avais pas cru, d'après les termes où m'avait placé la dernière
communication de lord Palmerston, devoir montrer d'empressement à lui
faire connaître la substance de la première de vos dépêches; l'arrivée
de la seconde, qui m'a paru contenir à la fois le complément et le
correctif que demandaient les circonstances présentes, m'a fourni une
occasion naturelle de chercher un entretien dont elles, toutes deux
successivement, font l'objet, et dont je vais avoir l'honneur de vous
rapporter les traits principaux.

À l'avertissement plein de sens et de modération que donnait encore une
fois Votre Excellence à son alliée sur le véritable but que cherche
la Russie, lord Palmerston a répondu: «Mais je n'ai jamais pensé à
abandonner l'alliance et surtout à la sacrifier à la Russie. Il y a
seulement entente entre la Russie et nous sur une question _spéciale_,
celle d'Orient; sur toutes les autres questions, l'alliance subsiste; et
encore quand je dis entente _entre la Russie et nous_, je m'exprime mal;
c'est _entre nous et toutes les puissances_ qu'il faut dire.»

Je lui ai alors donné connaissance des informations parvenues au
gouvernement du Roi sur les intentions présumables du pacha concernant
la possession de l'Arabie et des lieux saints. Lord Palmerston les a
accueillies avec satisfaction.

Veuillez agréer, etc.
H. SÉBASTIANI.


            33° _Le maréchal Soult au général Sébastiani_.

Paris, 20 janvier 1840.

Je désirerais, Monsieur le comte, que vous me fissiez connaître le
langage tenu par le corps diplomatique, et particulièrement par les
ambassades d'Autriche et de Russie, sur la dernière phase de la mission
confiée à M. de Brünnow; les informations que vous me donnerez à cet
égard nous mettraient à même de mieux comprendre la portée de cet
incident.

Je dois vous dire aussi que, dans la grave situation où paraît se
trouver en ce moment le ministère de Sa Majesté Britannique, je regrette
quelquefois de ne pas trouver dans votre correspondance, sur l'état
intérieur du pays que vous habitez, des détails et surtout des
appréciations auxquelles votre esprit judicieux donnerait tant de prix.

Vous verrez par l'extrait ci-joint que les agents russes ne tiennent
pas partout le même langage par rapport aux conditions à faire à
Méhémet-Ali.


             34° _Le général Sébastiani au maréchal Soult_.

Londres, 20 janvier 1840.

Monsieur le maréchal,

Lord Palmerston m'avait annoncé qu'avant d'arrêter le projet dont la
rédaction lui a été confiée et dont nous nous étions entretenus à
plusieurs reprises depuis la dernière réunion du cabinet, il comptait
m'en donner connaissance, ce qu'il a fait ce matin.

Ce projet n'étant encore effectivement qu'à l'état d'ébauche et lord
Palmerston ayant paru vouloir consulter mon avis personnel plutôt que
produire le formulé définitif des propositions britanniques, j'oserai
prier Votre Excellence de réserver à cette communication tout son
caractère confidentiel.

Ce projet est celui d'une convention en _huit articles_, précédés d'un
_préambule_.

La convention ne se conclut pas, comme dans le plan primitif, _entre les
grandes puissances_, mais bien _entre les grandes puissances d'une part
et la Porte de l'autre_.

Le préambule a pour objet de poser la question dans ce sens: «Les
puissances, convaincues que l'intégrité et le repos de l'empire ottoman
importent à l'équilibre comme à la paix de l'Europe, et prenant, d'un
commun accord, en considération les circonstances où se trouve le
sultan, mettent à sa disposition les secours dont il peut avoir besoin
pour assurer la tranquillité de son empire et la soumission de son
vassal aux conditions qu'il lui convient de lui offrir.»

Le sultan déclare qu'il accorde à Méhémet l'investiture héréditaire
de l'Egypte, à la condition de la rétrocession immédiate des autres
territoires occupés par le pacha.

Au cas où la rétrocession serait refusée et où un mouvement de l'armée
égyptienne viendrait à menacer Constantinople, le sultan appellera le
secours des puissances.

Ces secours, dont la force et la composition seront déterminées de
concert entre les puissances contractantes, agiront en même temps.

Le sultan demandera simultanément l'envoi à la Russie de six vaisseaux
et de deux frégates portant à bord des troupes de débarquement (lord
Palmerston n'en a pas encore fixé le nombre, mais il compte proposer
15,000 hommes) qui franchiront le Bosphore;

A la France et à l'Angleterre, six vaisseaux et deux frégates (trois
vaisseaux et une frégate pour chaque pavillon) qui passeront les
Dardanelles et iront croiser sur les côtes d'Asie;

A l'Autriche, un détachement de son escadre qui suivra les pavillons
anglais et français dans la mer de Marmara.

Le sultan étant provisoirement privé de sa flotte par la défection du
capitan-pacha, sur sa demande les escadres combinées couperont les
communications, entre l'Égypte et les côtes de Syrie, aux vaisseaux du
vice-roi, et arrêteront tout transport de munitions de guerre ou de
bouche.

Les puissances mettront de plus à la disposition du sultan un convoi
suffisant pour protéger la route et l'arrivée du gouverneur qu'il lui
plaira d'envoyer à Candie; ces forces contribueront aussi, par des
moyens maritimes, à assurer le rétablissement de l'autorité de la Porte
dans l'île;

Le but que se propose le sultan, en appelant le secours des puissances
dans les eaux de la mer de Marmara, une fois atteint, ces secours les
quitteront, comme ils auront été admis, en même temps.

La clôture des deux détroits à tous les pavillons de guerre est
formellement reconnue comme droit permanent et inaliénable de la Porte,
et fait désormais, comme par le passé, partie du droit public européen.

Toutefois la Porte garantit en temps de paix, à tous les pavillons
marchands, le libre accès des eaux de Constantinople; aussi à toute
frégate portant à son poste un envoyé diplomatique, à la condition
qu'une seule frégate à la fois, par chaque pavillon, sera admise dans la
mer de Marmara.

Tel est en substance le projet dont lord Palmerston m'a donné lecture.

Votre Excellence voit que les mesures contre le pacha se bornent à
l'obstacle opposé au ravitaillement de l'armée d'Ibrahim d'une part, et
de l'autre à l'envoi et à la protection éventuelle d'un gouverneur
turc à Candie. On ne parle plus ni de blocus ni d'aucun autre moyen
de coaction quelconque. Votre Excellence remarquera aussi qu'il n'est
question d'aucune communication à faire à Alexandrie; les puissances ne
reconnaissent au pacha point d'existence indépendante; c'est à la Porte
seule qu'elles s'adressent.

Le projet a été communiqué déjà à MM. de Brünnow et Neumann.

M. de Brünnow a élevé des objections sur la forme même du projet, et
insiste pour qu'on revienne au plan primitif d'une convention des
_puissances entre elles_, qui agiraient ensuite vis-à-vis de la Porte en
conséquence des clauses convenues.

Il est inutile de dire à Votre Excellence que, consulté sur ce point par
lord Palmerston, je n'ai rien négligé de ce que j'ai cru propre à le
confirmer dans sa résolution, et que, toute réserve faite sur le fond
même de la question, j'ai cru devoir, quant à la forme, indiquer la
préférence pour celle qui tendait davantage à lui assurer le caractère
européen.

Si je suis bien informé du reste, le dissentiment de M. de Brünnow ne se
bornerait pas à la forme seule de la convention projetée. Mais jusqu'ici
la manifestation de ce dissentiment a été contenue. M. de Neumann, à en
croire un rapport assez digne de foi, serait moins réservé et laisserait
voir le désappointement que lui cause le plan du cabinet anglais.
En tout, les deux envoyés spéciaux sont évidemment mécontents et
déconcertés de la tournure actuelle de la négociation qui leur a été
confiée.

Lord Palmerston a aussi provoqué mon avis sur l'utilité et la convenance
que pourrait avoir l'insertion d'un article complémentaire par lequel
les ambassadeurs des puissances à Constantinople seraient chargés de
veiller à l'exécution de la convention. J'ai cru devoir encourager cette
idée qui permettrait et impliquerait même le séjour dans la mer de
Marmara de vaisseaux aux ordres de nos représentants à Constantinople.

Je n'ai pas besoin d'ajouter que le point de départ de toute opinion
énoncée par moi dans cet entretien a été celui de l'ignorance la plus
entière des intentions du gouvernement du Roi, et que je n'ai pas dit un
mot qui pût avoir, pour lord Palmerston, d'autre valeur que celle de mon
_opinion personnelle_. Je dois seulement mentionner ici l'observation
faite par lord Palmerston en terminant la lecture de son projet: «Qu'il
en avait calculé la rédaction de manière à ce qu'il fût facile à
la France de l'accepter et de se rallier à l'action commune des
puissances.»

Avant d'être officiellement communiqué au gouvernement du Roi, ce projet
pourra recevoir, soit de lord Palmerston lui-même, soit du conseil
britannique, des modifications importantes.

Quant au conseil, je crois sa majorité, sinon son unanimité, assurée aux
idées de lord Palmerston. Les entretiens que j'ai eus ces jours-ci avec
plusieurs de ses membres me portent à croire leur opinion arrêtée. Je
n'ai rien négligé dans ces conversations pour faire bien apprécier à
chacun les véritables motifs qui ont dirigé la politique du gouvernement
du roi, et pour les pénétrer de la sincérité du désir et de la volonté
qui l'animent, de maintenir, autant qu'on le lui rendra possible,
l'accord le plus complet avec ses alliés.

Veuillez agréer, etc.
H. SÉBASTIANI.


          35° _Le maréchal Soult au général Sébastiani_.

Paris, 26 janvier 1840.

Monsieur le comte, j'ai reçu la dépêche que vous m'avez fait l'honneur
de m'écrire. L'importance des détails qu'elle contient a fixé la plus
sérieuse attention du gouvernement du Roi. Vous comprendrez que je ne
m'explique pas encore d'une manière complète sur la communication de
lord Palmerston; le caractère tout confidentiel de cette communication
dont les bases mêmes, et à plus forte raison la rédaction, n'étaient
pas encore définitivement arrêtées par le cabinet britannique, appelle
d'autant moins de notre part une réponse immédiate et officielle
que, dans une pareille matière, le fond ne peut guère être apprécié
indépendamment de la forme. Quoi qu'il en soit, et sans m'arrêter à
des points de détail qui pourraient demander des éclaircissements, je
n'hésite pas à dire qu'en ce qui concerne le mode de la protection à
accorder à la Porte contre un mouvement éventuel d'Ibrahim-Pacha sur
Constantinople, les modifications proposées par lord Palmerston au
plan du cabinet de Saint-Pétersbourg me paraissent constituer une
amélioration très-considérable. L'idée de faire intervenir la Porte dans
le traité qui réglerait ce mode de protection est surtout une concession
très-heureuse et d'une grande portée. Je regrette de ne pouvoir
approuver également, dans le projet de lord Palmerston, ce qui se
rapporte aux arrangements territoriaux à conclure entre le sultan et le
vice-roi. Nous persistons à croire que ce ministre ne tient pas assez
compte des ressources de Méhémet-Ali, de l'énergie de son caractère
et de l'impossibilité morale qu'un homme de cette trempe accepte sans
résistance des conditions qui lui ôteraient, avec une grande partie de
sa puissance matérielle, toute la force d'opinion dans laquelle réside
son principal appui. Plutôt que de les subir, je suis convaincu qu'il
s'exposerait aux plus grandes extrémités, et que, tout en s'abstenant
peut-être de marcher sur Constantinople, il n'hésiterait pas à envahir
la Mésopotamie, et à enlever à la Porte des provinces dont les
ressources lui permettraient d'opposer aux résolutions des puissances
la résistance la plus énergique. Contre de telles entreprises, que
pourraient les moyens de coaction indiqués par le nouveau projet
anglais? Que pourrait même l'intervention russe, dans les limites où il
tend à la contenir? N'est-il pas évident qu'une fois entrées dans cette
voie, les puissances n'auraient d'autre alternative que de reculer
devant Méhémet-Ali, ou de recourir au seul moyen réel de protéger la
Porte, en autorisant l'intervention russe dans le sens le plus étendu?
A moins d'abandonner le sultan à sa faiblesse, ne seraient-elles pas
forcées de souffrir qu'une armée impériale traversât l'Asie Mineure et
la Syrie pour refouler jusqu'en Egypte les soldats du vice-roi? Je ne
pense pas que cette extrémité pût convenir à l'Angleterre plus qu'elle
ne nous conviendrait à nous-mêmes. En vous signalant l'insuffisance
des voies coercitives proposées par le cabinet de Londres, j'ai voulu
surtout vous faire remarquer ce qu'il y a de contradictoire entre la
grandeur des concessions demandées à Méhémet-Ali et la faiblesse des
moyens par lesquels on se propose de les lui arracher. Sans doute
le cabinet de Londres se persuade que ce pacha cédera à la première
démonstration des puissances, et que hors d'état de suffire longtemps
aux charges d'un _statu quo_ rendu plus gênant et plus onéreux pour
lui par l'espèce de blocus qu'on établirait sur la côte de Syrie, il
s'empressera de s'y soustraire en acceptant l'arrangement qui lui
sera offert. Je crois fermement que c'est une erreur et que même en
admettant, ce qui n'est guère probable, que Méhémet-Ali ne se fît pas un
jeu de jeter l'Europe dans les complications les plus effrayantes plutôt
que de se soumettre aux injonctions des puissances, la prolongation du
_statu quo_ actuel avec ses incertitudes et ses dangers serait tout au
moins la conséquence de sa résistance passive. Il faudrait étrangement
méconnaître la situation respective des deux parties pour croire que
cette prolongation fût plus désavantageuse au vice-roi qu'au sultan.
Dans l'état où la Porte est aujourd'hui réduite, elle a particulièrement
besoin pour se remettre, pour reprendre le degré de consistance et
de solidité exigé par l'intérêt général, de repos, de sécurité, d'un
sentiment de confiance dans l'avenir. De tels avantages sont bien
autrement importants pour elle que celui de recouvrer immédiatement
la possession de quelques provinces qu'elle serait peut-être fort
embarrassée d'avoir à gouverner et dont, en tout cas, la souveraineté
lui serait conservée. Mais la Porte ne peut recueillir ces avantages
que par une prompte réconciliation avec Méhémet-Ali, et pour que cette
réconciliation ait quelque chance de succès, il faut qu'elle repose
sur des bases qui soient dans une juste proportion avec la force et la
puissance des parties contractantes.

Telles sont, Monsieur le comte, les raisons qui nous font considérer
comme dangereuse et impraticable la proposition d'imposer à Méhémet-Ali
les conditions énoncées dans la communication de lord Palmerston. Il n'y
a, de notre part, ni obstination, ni prédilection aveugle, ni engagement
d'aucune sorte. Nos motifs sont tous puisés dans l'intérêt général,
dans la force des choses et dans des convictions profondes. Que lord
Palmerston les considère surtout comme inspirées par le plus vif désir
de nous entendre et d'établir entre nos deux gouvernements cette
identité de vues et de tendances qui serait la meilleure garantie de la
paix comme des intérêts des deux pays.

Je n'ai pas besoin de vous dire que le gouvernement du Roi s'en rapporte
entièrement à vous quant au choix du moment et de la forme qui vous
paraîtront les plus propres à produire avec avantage les arguments que
je viens de vous suggérer.

Je reçois votre dépêche du 24. Les détails qu'elle contient sur
l'attitude de MM. de Brünnow et Neumann sont d'une importance réelle. Je
me rends facilement compte des difficultés que trouve lord Palmerston à
rédiger son contre-projet. Je désire trop voir sortir de ces difficultés
mêmes des moyens de rapprochement entre les cours vraiment intéressées à
la pacification de l'Orient pour que je ne l'espère pas un peu.


              36° _Le général Sébastiani au maréchal Soult_.

Londres, 28 janvier 1840.

Monsieur le maréchal,

Je quitte lord Palmerston. Il vient de m'annoncer que le conseil,
consulté par lui sur la question de savoir si la convention projetée
devait être conclue entre les cinq puissances seulement, ou bien entre
les puissances et la Porte, s'était prononcé pour le dernier avis et
avait décidé à l'unanimité que le sultan devait être appelé comme partie
contractante.

Cette résolution, la seule qu'ait encore définitivement arrêtée, dans
cette affaire, le cabinet britannique, semble ajourner forcément
non-seulement la conclusion, mais le débat de la négociation commencée,
et en reculer la reprise de tout le temps nécessaire à l'arrivée d'un
plénipotentiaire turc. Malgré la juste impatience qu'elle doit éprouver
de voir se résoudre une question si remplie de difficultés et de périls,
peut-être Votre Excellence trouvera-t-elle que ce délai, avec les
chances de conciliation et de retour qu'il ouvre devant nous, avec
les embarras nouveaux et croissants qu'il apporte à l'attitude et aux
démarches des deux plénipotentiaires autrichien et russe, n'est pas sans
avantage pour la politique du gouvernement du Roi, et qu'il est permis
de voir un succès dans tout retard opposé par le gouvernement anglais à
l'empressement et à l'activité de MM. de Brünnow et Neumann. Telle
est du moins ma propre conviction, et jusqu'à nouvel ordre de Votre
Excellence, elle dirigera ici ma conduite et mes paroles.

Vous ne verrez pas non plus sans quelque satisfaction, Monsieur
le maréchal, la décision du cabinet britannique tendre à placer
définitivement les droits de la Porte et les stipulations conclues par
elle dans le droit public européen.

Votre Excellence reconnaîtra aussi que malgré les alternatives et les
oscillations quotidiennes que subit forcément une négociation où tant
d'intérêts opposés et puissants se trouvent en présence et en lutte
(oscillations dont ma correspondance doit réfléchir les retours et même
les contradictions), aucun intérêt sérieux pour nous n'a encore été
compromis, aucune position importante n'a encore été prise.

Quant à la question territoriale, lord Palmerston vient de me dire
«qu'il tâcherait de faire la plus large part qu'il fût possible, dans
ses idées, d'accorder à Méhémet-Ali, afin de ménager à la France la
facilité d'accepter les bases de l'arrangement à intervenir.»

Veuillez agréer, etc.
H. SÉBASTIANI.


              37° _Le baron de Bourqueney au maréchal Soult_.

Londres, 14 février 1840.

Monsieur le maréchal,

J'allais me retirer lorsque lord Palmerston m'a forcé, pour ainsi dire,
à lui demander s'il s'était passé quelque chose de nouveau depuis sa
dernière conversation avec le général Sébastiani sur les affaires
d'Orient: «Rien, m'a dit lord Palmerston; j'ai même renoncé, quant à
présent, à la rédaction de ce protocole sur lequel j'avais prié
le général Sébastiani de pressentir son gouvernement. Je modère
_l'empressement_ du négociateur russe, et puisque M. Guizot doit arriver
prochainement à Londres, sans doute dépositaire de la dernière et
complète pensée du cabinet français, je crois beaucoup plus convenable
d'attendre qu'il soit ici pour rouvrir la discussion.»--«Ainsi, ai-je
repris, non-seulement il ne se fait, mais il ne se prépare rien dans
l'intervalle?»--«Non, m'a répondu lord Palmerston, absolument rien.» Je
m'étais contenté de sourire au mot d'_empressement_ appliqué par lord
Palmerston au négociateur russe; d'abord, afin qu'il vît bien que je ne
confondais pas ce qui tient au rôle personnel du négociateur avec une
urgence prétendue d'instructions de sa cour; ensuite parce que le projet
de protocole mis à la charge du baron de Brünnow comme initiative est
répudié par lui dans ses entretiens confidentiels, et que je ne voulais
pas que lord Palmerston me crût ignorant de cette circonstance. Je n'ai
rien ajouté, Monsieur le maréchal, à cette courte digression; d'abord il
n'était ni dans mes instructions, ni dans mon rôle d'aborder la question
dans son ensemble, et je sais par expérience combien il faut être sobre
de provocation à ces axiomes échappés au premier mouvement qui lient
ici, plus que partout ailleurs, et qui chargent trop souvent l'avenir
de difficultés. Le terrain est net aujourd'hui; la négociation est
véritablement suspendue, et le nouvel ambassadeur du Roi y entrera avec
le secret de la faiblesse de ses adversaires. Cette situation est bonne,
quoique encore délicate; je ne voudrais pas avoir à me reprocher un mot
qui pût la modifier d'ici à l'arrivée de M. Guizot.

Le baron de Brünnow répond aux questions qu'on lui adresse sur son
départ, qu'il n'a encore reçu aucun contre-ordre de sa cour et que ses
instructions lui prescrivaient de quitter Londres pour se rendre à
Darmstadt le 20 février; mais il ajoute que le voyage du grand-duc
impérial est retardé, et que cette circonstance lui semble naturellement
devoir entraîner l'ajournement du sien. Au fait, il a l'air de préparer
les esprits à la prolongation de son séjour.

Veuillez agréer, etc.
BOURQUENEY.


FIN DES PIÈCES HISTORIQUES DU TOME QUATRIÈME



                            TABLE DES MATIERES
                            DU TOME QUATRIÈME.

CHAPITRE XXII.

POLITIQUE EXTÉRIEURE.
(1832-1836.)

Une des causes de la politique de conquêtes et d'aventures.--Vice
radical de cette politique.---Formation du droit public européen.--Ses
maximes essentielles.--Conséquences de la violation de ces maximes.--Le
gouvernement de 1830 les a respectées.--Questions européennes pendantes
en 1832.--Fautes des trois puissances du Nord dans leurs relations avec
le gouvernement de 1830.--La Prusse: le roi Frédéric-Guillaume III,
le prince de Wittgenstein et M. Ancillon.--M. Bresson à
Berlin.--L'Autriche: l'empereur François II et le prince de
Metternich.--M. de Sainte-Aulaire à Vienne.--La Russie:
l'empereur Nicolas.--Le maréchal Maison à Saint-Pétersbourg;
ses instructions.--Idée d'un mariage russe pour le duc
d'Orléans.--Fermentation révolutionnaire en Allemagne.--Réunion
de Münchengrætz.--Ses conséquences.--Affaires d'Orient.--Question
d'Égypte.--Caractère, situation et politique de Méhémet-Ali.--Situation
et politique des grandes puissances européennes entre la Porte et
l'Égypte.--Mission de M. de Bois-le-Comte en Orient.--Ses entretiens
avec Méhémet-Ali.--Paix de Kutaièh.--La Russie à Constantinople.--Traité
d'Unkiar-Skelessi.--Affaires d'Espagne.--Mort de Ferdinand VII--Question
de la succession espagnole.--Politique du gouvernement français et ses
motifs.--Ses promesses et ses conseils au gouvernement de la reine
Isabelle.--Explosion de la guerre civile en Espagne.--Don Carlos en
Portugal auprès de don Miguel.--M. Zéa Bermudez, son caractère et sa
politique.--Origine de la question de l'intervention de la France
en Espagne.--Chute de M. Zéa Bermudez.--M. Martinez de la Rosa; son
caractère et sa politique.--Promulgation du _statut royal_.--Traité de
la quadruple alliance.--Don Carlos, expulsé de Portugal, se réfugie en
Angleterre et rentre en Espagne.--Réunion des Cortès espagnoles.--Le
_statut royal_ et la _constitution de_ 1812.--Le cabinet de Madrid
demande l'intervention de la France et de l'Angleterre.--Leur refus et
ses motifs.--Diversité des avis dans le cabinet français.--Chute de
M. Martinez de la Rosa.--Le comte de Toreno lui succède.--Sa prompte
chute.--Au moment où le cabinet du 11 octobre 1832 se disloque à Paris,
M. Mendizabal et le parti exalté entrent, à Madrid, en possession du
pouvoir 1.

CHAPITRE XXIII.

DISLOCATION DU PARTI DE GOUVERNEMENT.

Ma situation et ma disposition après la dislocation du cabinet du 11
octobre 1832.--Ma participation aux débats des Chambres, du 22 février
au 6 septembre 1836.--Mon élection à l'Académie française.--M. de Tracy,
mon prédécesseur.--Mon discours de réception.--L'Académie des sciences
et belles-lettres de Stockholm et le roi de Suède Charles-Jean.--Mort de
l'abbé Sieyès et de M. Carnot.--Mort de M. Ampère, son caractère.--Mort
de M. Armand Carrel, son caractère.--Acquisition et description du
Val-Richer.--L'archevêque de Cantorbéry, Thomas Becket, au Val-Richer,
dans le XIIe siècle.--Situation de M. Thiers en 1836.--Tentative
d'assassinat du roi Louis-Philippe par Alibaud.--Affaires d'Espagne; M.
Mendizabal et ses dispositions envers la France.--Le cabinet
anglais propose l'intervention en Espagne.--Le cabinet français
s'y refuse.--Dépêches de M. de Rayneval à ce sujet.--Mouvements
révolutionnaires en Espagne pour la constitution de 1812.--M. Isturiz
succède à M. Mendizabal.--Le général Quesada, gouverneur de Madrid;
son énergie.--Mesures adoptées par le gouvernement français envers
l'Espagne.--Mission de M. de Bois-le-Comte à Madrid.--Insurrection
militaire de Saint-Ildefonse.--Courage et résistance inutile de la reine
Christine.--Effets de cette insurrection à Madrid.--Le général Quesada
est massacré.--Proclamation de la constitution de 1812.--Dissentiments
dans le gouvernement français sur la question de l'intervention en
Espagne.--Le roi Louis-Philippe et M. Thiers.--Retraite du cabinet du 22
février 1836.

CHAPITRE XXIV.

MON ALLIANCE ET MA RUPTURE AVEC M. MOLÉ.
(1836-1837.)

Mes relations avec le comte Mole.--Formation du cabinet du 6 septembre
1836.--Sentiments divers de mes amis politiques.--Par quels motifs et à
quelles conditions j'entre dans le cabinet.--Ses premiers actes.--État
des affaires en Algérie.--Expédition de Constantine.--Le maréchal
Clausel.--Le commandant Changarnier.--Le général Trézel.--Mauvais succès
de l'expédition.--Retraite de l'armée.--Conspiration de Strasbourg,--Le
prince Louis Bonaparte.--Son échec et son embarquement à
Lorient.--Par quels motifs le cabinet ne le traduisit pas devant
les tribunaux.--Ouverture de la session des Chambres.--Tentative
d'assassinat sur le roi Louis-Philippe.--Débat de l'adresse.--Procès du
complot de Strasbourg devant la Cour d'assises de Colmar.--Acquittement
des accusés.--Projets de loi présentés aux Chambres;--Sur la disjonction
de certaines poursuites criminelles, le lieu de déportation et la
non-révélation des complots contre la vie du Roi;--Sur la dotation de M.
le duc de Nemours.--Pressentiments du roi Louis-Philippe sur l'avenir de
sa famille.--Le projet de loi sur la disjonction est rejeté à la Chambre
des députés.--Le cabinet se dissout.--Tentatives diverses pour en
former un nouveau.--Le Roi m'appelle.--Mes propositions et mes
démarches.--Elles échouent.--Je me retire avec MM. Duchâtel, Gasparin et
Persil.--M. Molé forme le cabinet du 15 avril 1837.

CHAPITRE XXV.

LA COALITION.
(1837-1839.)

Ma disposition en sortant des affaires.--Douleur de famille.--Mme la
duchesse d'Orléans; son arrivée à Fontainebleau; son mariage; son
entrée à Paris.--Caractère du château de Fontainebleau.--Accidents du
Champ-de-Mars.--Ouverture du Musée de Versailles.--Caractère de cette
fête.--Mon séjour au château de Compiègne.--Mes conversations avec
Mme la duchesse d'Orléans.--La princesse Marie; son mariage, ses
dispositions, sa mort.--Ce qui est dû à la mémoire des morts.--Lady
Holland et Holland-House.--Grand nombre d'hommes éminents morts de 1836
à 1839.--Leur caractère.--M. Raynouard et M. Flaugergues.--M. de Marbois
et l'abbé de Pradt.--Le baron Louis.--Le maréchal Lobau et le
général Haxo.--M. Silvestre de Sacy.--M. Laromiguière.--Le docteur
Broussais.--M. le prince de Talleyrand.--Sa dernière visite à
l'Institut.--Ses derniers actes.--Le comte de Montlosier.--Difficultés
de la situation de M. Molé.--Comment il les surmonte ou les
ajourne.--Ses mesures à l'intérieur.--Incidents favorables à
l'extérieur.-Guerre avec le Mexique.--Avec Buenos-Ayres.--Traité avec
Haïti.--Seconde expédition de Constantine; son succès--Le prince Louis
Bonaparte de retour en Suisses.--Adoption définitive du traité des
vingt-quatre articles sur les limites de la Belgique.--Évacuation
d'Ancône.--Mon attitude dans la Chambre des députés.--Mes discours
en mai 1837, dans la discussion des fonds secrets.--Déplaisir de M.
Molé.--Dissolution de la Chambre des députés.--Caractère de cette
mesure et des élections.--Session de 1837-1838.--Succès et échecs du
cabinet.--Sa situation après la session.--Session de 1838-1839.--La
coalition.--Ses causes générales.--Mes motifs personnels.--Fut-ce
une faute?--Débat et vote de l'adresse.--Bonne attitude de M.
Molé.--Dissolution de la Chambre des députés.--Résultat des
élections.--Retraite du cabinet Molé.--Vaines tentatives pour former
un cabinet de coalition.--Ministère provisoire.--Émeute du 12 mai
1839.--Formation du cabinet du 12 mai 1839.

CHAPITRE XXVI.

H QUESTION D'ORIENT.
(12 mai 1839-25 février 1840.)

Situation du cabinet du 12 mai 1839 à son avènement.--La mienne.--Mon
emploi de mon loisir politique.--On me demande de surveiller la
traduction et la publication en France des lettres et des écrits
de Washington.--Je m'en charge.--Grand intérêt que m'inspire ce
travail.--Mon _Étude historique_ sur la vie et le caractère de
Washington.--Son succès.--Témoignages de reconnaissance que je reçois
des Américains.--Lettre du roi Louis-Philippe.--Renaissance de la
question d'Orient.--Pourquoi on donne ce nom à la querelle entre
le sultan et le pacha d'Egypte.--État général de l'empire
ottoman.--Dispositions et politique des grandes puissances
européennes.--La guerre éclate entre Mahmoud et Méhémet-Ali.--Accord
entre la France et l'Angleterre.--Mort du sultan Mahmoud.--Bataille de
Nézib.--Le dissentiment commence entre la France et l'Angleterre sur la
question territoriale entre le sultan et le pacha.--Vicissitudes des
négociations à Londres.--Attitude de la Russie.--Elle se met à la
disposition de l'Angleterre.--La France persiste dans son dissentiment
et le cabinet anglais dans ses résolutions.--Le général Sébastiani.--M.
de Brünnow à Londres.--Lord Palmerston.--Le cabinet français me propose
l'ambassade de Londres.--J'accepte.--Mes motifs.--Le roi Louis-Philippe
s'y montre contraire.--Par quels motifs.--Le cabinet insiste.--Le Roi
cède.--Ma nomination.--Rejet par la Chambre des députés de la
dotation demandée pour M. le duc de Nemours.--Situation incertaine du
cabinet.--Je pars pour Londres.

PIÈCES HISTORIQUES

I.

Le duc de Broglie à M. le maréchal marquis Maison, ambassadeur de France
en Russie.

II.

M. Mignet au duc de Broglie.

III.

Le duc de Broglie au comte de Rayneval.

IV.

1° Le duc de Broglie au cômte de Rayneval.
2° Le même au même.

V.

1° Le duc de Broglie au comte de Rayneval.
2° Le même au même.

VI.

1° La Société coloniale de l'Algérie à M. Guizot, député, à Paris.
2° Les mêmes au même.

VII.

Histoire de l'abbaye du Val-Richer.

VIII.

1° Le ministre des affaires étrangères à M. le comte de Rayneval à
Madrid.
2° Le ministre des affaires étrangères à M. le comte de Rayneval à
Madrid.

IX.

Discours de M. Guizot, ministre de l'instruction publique, pour la
rentrée des cours de l'École normale de Paris.

X.

Le général comte de Damrémont à M. Guizot.

XI.

Plan et notes pour la discussion du projet de loi sur la disjonction des
poursuites dans le cas de crimes imputés à des personnes civiles et à
des militaires (1837).

XII.

Projet d'adresse au Roi présenté par la commission de la Chambre des
Députés en janvier 1839. XIII.

1° M. Guizot à ses commettants.
2° M. Guizot à M. Leroy-Beaulieu, maire de Lisieux.
3° Discours prononcé par M. Guizot dans le collège électoral de Lisieux,
le 3 mars 1839, immédiatement après son Élection.

XIV.

Le roi Louis-Philippe à M. Guizot.

XV.

Lettre adressée à M. Guizot par vingt-cinq citoyens américains, le 1er
février 1841.

XVI.

1° Le baron de Bourqueney au maréchal Soult.
2° Le maréchal Soult au baron de Bourqueney.
3° Le maréchal Soult au baron de Bourqueney.
4° Le baron de Bourqueney au maréchal Soult.
5° Le baron de Bourqueney au maréchal Soult.
6° Le maréchal Soult au baron de Bourqueney.
7° Le maréchal Soult au baron de Bourqueney.
8° Le baron de Bourqueney au maréchal Soult.
9° Le baron de Bourqueney au maréchal Soult.
10° Le baron de Bourqueney au maréchal Soult.
11° Le maréchal Soult au baron de Bourqueney.
12° Le maréchal Soult au baron de Bourqueney.
13° Le baron de Bourqueney à lord Palmerston.
14° Lord Palmerston au baron de Bourqueney.
15° Le baron de Bourqueney au maréchal Soult.
16° Le maréchal Soult au baron de Bourqueney.
17° Le baron de Bourqueney au maréchal Soult.
18° Le baron de Bourqueney au maréchal Soult.
19° Le maréchal Soult au baron de Bourqueney.
20° Le baron de Bourqueney au maréchal Soult.
21° Le maréchal Soult au baron de Bourqueney.
22° Le baron de Bourqueney au maréchal Soult.
23°       idem.
24°       idem.
25° Le maréchal Soult au baron de Bourqueney.
26° Le général Sébastiani au maréchal Soult.
27°       idem.
28°       idem.
29°       idem.
30° Le maréchal Soult au général Sébastiani.
31° Le général Sébastiani au maréchal Soult.
32°       idem.
33° Le maréchal Soult au général Sébastiani.
34° Le général Sébastiani au maréchal Soult.
35° Le maréchal Soult au général Sébastiani.
36° Le général Sébastiani au maréchal Soult.
37° Le baron de Bourqueney au maréchal Soult.

FIN DE LA TABLE DU TOME QUATRIÈME.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires pour servir à l'Histoire de mon temps (Tome 4)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home