Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Mémoires pour servir à l'Histoire de mon temps (Tome 7)
Author: Guizot, François Pierre Guillaume, 1787-1874
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires pour servir à l'Histoire de mon temps (Tome 7)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica))



                              MÉMOIRES

                           POUR SERVIR A

                      L'HISTOIRE DE MON TEMPS



                                PAR

                             M. GUIZOT

                           TOME SEPTIÈME


PARIS
MICHEL LÉVY FRÈRES, LIBRAIRES ÉDITEURS
RUE VIVIENNE, 2 BIS, ET BOULEVARD DES ITALIENS, 15
À LA LIBRAIRIE NOUVELLE

1865



                          CHAPITRE XXXIX

           ÉLECTIONS DE 1842.--MORT DE M. LE DUC D'ORLÉANS.
                      LOI DE RÉGENCE (1842).


M. Royer-Collard et le général Foy.--Par quels motifs je me suis
appliqué à garder toute l'indépendance de ma pensée et de ma conduite en
présence des sentiments et des désirs populaires.--Mes entretiens avec
le comte Siméon et M. Jouffroy peu avant leur mort.--Leur opinion sur
notre politique.--Caractère et résultats des élections de la Chambre
des députés en juillet 1842.--Mort de M. le duc d'Orléans.--Ma
correspondance diplomatique après sa mort.--Attitude des gouvernements
européens.--Conversation du prince de Metternich avec le comte
de Flahault.--Obsèques de M. le duc d'Orléans à Paris et à
Dreux.--Préparation et présentation du projet de loi sur la
régence.--Discussion de ce projet dans les deux Chambres.--Le duc
de Broglie, M. Dupin, M. Thiers, M. de Lamartine, M. Berryer et
moi.--Sollicitude du roi Louis-Philippe.--Adoption du projet.--M. le
duc d'Orléans et son caractère.--Conséquences de sa mort.


M. Royer-Collard voyait un jour le général Foy pensif et un peu triste
après un discours excellent qui n'avait pas obtenu un succès aussi
populaire ni aussi prompt qu'il l'eût souhaité: «Mon cher général, lui
dit-il, vous en demandez trop; vous voulez satisfaire également les
connaisseurs et la foule; cela ne se peut pas, il faut choisir.»

M. Royer-Collard parlait en connaisseur plutôt qu'en acteur politique;
il était homme de méditation plus que d'action, et il tenait plus à
manifester fièrement sa pensée qu'à faire prévaloir sa volonté. Le
général Foy avait une ambition plus pratique et plus compliquée; il
voulait réussir dans les événements comme dans les esprits, dans la
foule comme parmi les connaisseurs. C'est, de nos jours, la difficulté
et l'honneur du gouvernement libre que les hommes publics aient besoin
de ce double succès. Pendant bien des siècles, ils n'ont eu guère à
se préoccuper des spectateurs ni des penseurs: soit qu'ils ne
recherchassent que leur propre fortune, soit qu'ils eussent à coeur de
servir les intérêts du prince et du pays, ils poursuivaient leur but
selon leurs propres idées, sans avoir incessamment affaire à de hardis
publicistes, à d'exigeants critiques et à tout un peuple présent à
toutes leurs paroles et à tous leurs actes. Il fallait sans doute qu'en
définitive ils triomphassent de leurs adversaires et qu'ils réussissent
dans ce qu'ils avaient entrepris; mais ils n'étaient pas tenus d'être, à
chaque pas, compris et acceptés à tous les degrés de l'échelle sociale.
Ils sont maintenant soumis à cette rude condition; ils font les affaires
et ils vivent sous les yeux d'une société tout entière attentive, pleine
à la fois de doctes et d'ignorants, tous raisonneurs et curieux, tous
en mesure de manifester et de soutenir leurs intérêts, légitimes ou
illégitimes, leurs idées justes ou fausses. Entre toutes ces influences
et toutes ces exigences, tantôt de la foule, tantôt des connaisseurs,
M. Royer-Collard, qui ne leur demandait rien, pouvait librement choisir;
mais le général Foy, qui aspirait au pouvoir pour son parti et pour
lui-même, ne pouvait se dispenser de compter avec toutes et de leur
faire à toutes leur part. Il y eût été encore bien plus obligé si
une mort prématurée ne l'eût arrêté dans sa carrière, et si, après la
révolution de 1830, il eût été appelé en effet à gouverner.

On m'a souvent reproché de ne pas tenir assez de compte des sentiments
et des désirs populaires. On ne sait pas combien, même avant de le
subir, je me suis préoccupé de ce reproche. Je suis plus enclin qu'on ne
pense au désir de plaire, à l'esprit de conciliation, et je connais tout
le prix comme tout le charme de cette sympathie générale qu'on appelle
la popularité: «M. Guizot, disait un jour sir Robert Peel à lord
Aberdeen, fait beaucoup de concessions à ses amis; moi, je n'en fais
qu'à mes adversaires.» Il est vrai que j'ai souvent cédé à mes amis,
autant par laisser-aller que par nécessité, et quelquefois avec regret.
Plus d'une fois aussi, j'aurais volontiers cédé à mes adversaires;
je n'ai jamais, quoi qu'on en ait dit, poursuivi dans le gouvernement
l'application et le triomphe d'une théorie; jamais non plus aucun
sentiment violent envers les personnes ne m'a fait repousser les
transactions et les concessions qui sont partout inhérentes au succès
et au progrès. C'est par une tout autre cause et dans une tout autre
disposition que j'ai souvent et obstinément résisté aux instincts
populaires. Avant d'entrer dans la vie publique, j'ai assisté à la
Révolution et à l'Empire; j'ai vu, aussi clair que le jour, leurs
fautes et leurs désastres dériver de leurs entraînements, tantôt des
entraînements de l'esprit, tantôt des entraînements de la force; la
Révolution s'est livrée au torrent des innovations, l'Empire au torrent
des conquêtes. Ni à l'un ni à l'autre de ces régimes les avertissements
n'ont manqué; ni pour l'un, ni pour l'autre, la bonne politique n'a été
un secret tardivement découvert; elle leur a été bien des fois indiquée
et conseillée, tantôt par les événements, tantôt par les sages du temps;
ils n'ont voulu l'accepter ni l'un ni l'autre; la Révolution a vécu sous
le joug des passions populaires, l'empereur Napoléon sous le joug de
ses propres passions. Il en a coûté à la Révolution les libertés qu'elle
avait proclamées, à l'Empire les conquêtes qu'il avait faites, et à la
France des douleurs et des sacrifices immenses. J'ai porté dans la
vie publique le constant souvenir de ces deux grands exemples, et la
résolution, instinctive encore plus que préméditée, de rechercher en
toute occasion la bonne politique, la politique conforme aux intérêts
comme aux droits du pays, et de m'y tenir en repoussant tout autre joug.
Quiconque ne conserve pas, dans son jugement et dans sa conduite, assez
d'indépendance pour voir ce que sont les choses en elles-mêmes, et
ce qu'elles conseillent ou commandent, en dehors des préjugés et des
passions des hommes, n'est pas digne ni capable de gouverner. Le régime
représentatif rend, il est vrai, cette indépendance d'esprit et d'action
infiniment plus difficile pour les gouvernants, car il a précisément
pour objet d'assurer aux gouvernés, à leurs idées et à leurs sentiments
comme à leurs intérêts, une large part d'influence dans le gouvernement;
mais la difficulté ne supprime pas la nécessité, et les institutions qui
procurent l'intervention du pays dans ses affaires lui en garantiraient
bien peu la bonne gestion si elles réduisaient les hommes qui en sont
chargés au rôle d'agents dociles des idées et des volontés populaires.
La tâche du gouvernement est si grande qu'elle exige quelque grandeur
dans ceux qui en portent le poids, et plus les peuples sont libres, plus
leurs chefs ont besoin d'avoir aussi l'esprit libre et le coeur fier.
Qu'ils aient à justifier incessamment l'usage qu'ils font de leur
liberté dans leur pouvoir et qu'ils en répondent, rien de plus juste,
ni de plus nécessaire; mais la responsabilité suppose précisément
la liberté, et quand Thémistocle disait à Eurybiade irrité de sa
résistance: «Frappe, mais écoute,» il tenait la conduite et le langage
que doit tenir, dans un pays libre, tout homme digne de le servir.

C'est là le sentiment qui m'a constamment animé dans le cours de ma vie
publique. Et non pas moi seul, mais aussi le prince que j'ai servi
et les amis politiques qui m'ont soutenu. Le roi Louis-Philippe avait
acquis, dans sa vie compliquée et aventureuse, un esprit remarquablement
libre en gardant un coeur sincèrement patriote. Imbu, dès sa jeunesse,
des idées générales de son temps, il les avait vues à l'épreuve des
faits, et les avait mesurées sans les abandonner. Il restait fidèle
à leur cause en les jugeant; et quoiqu'il ménageât, et même qu'il
partageât trop complaisamment quelquefois les impressions populaires, il
démêlait avec un ferme bon sens l'intérêt vrai du pays, et il en faisait
la règle de sa politique, doutant souvent du succès et regrettant la
popularité, mais bien résolu à la sacrifier plutôt que d'obéir à ses
entraînements. Avec moins de finesse et autant de constance, le parti
qui, depuis le ministère de M. Casimir Périer, s'était formé autour du
gouvernement et lui prêtait dans les Chambres son appui, avait les mêmes
instincts de sagesse et d'indépendance dans la conduite des affaires
publiques, et luttait honnêtement contre certains penchants du pays,
quoique enclin souvent à les partager. C'est un lieu commun sans cesse
répété de ne voir, dans la conduite des hommes, grands ou petits, que
l'empire de leurs intérêts, ou de leurs passions égoïstes, ou de leurs
faiblesses, et j'ai trop vécu pour ne pas savoir que la part de ces
mobiles est grande dans les vies humaines; mais il n'est pas vrai qu'ils
soient les seuls, ni même toujours les plus puissants; et il y a aussi
peu d'intelligence que d'équité à ne pas reconnaître qu'en résistant aux
penchants populaires, en même temps qu'ils respectaient scrupuleusement
les libertés publiques, le roi Louis-Philippe, ses conseillers et leurs
amis faisaient acte de probité politique comme de prévoyance, bien loin
d'obéir à de subalternes dispositions ou à de vulgaires intérêts.

J'étais, pour mon compte, profondément convaincu de la valeur générale
comme de l'utilité immédiate de cette politique; et quoiqu'elle n'eût
pas toujours, dans ses divers organes, toute la dignité d'attitude ni
toute l'harmonie que je lui aurais souhaitées, je la pratiquais avec une
entière sympathie. Mais j'étais loin de me dissimuler ses difficultés et
ses périls: pendant les sessions de 1841 et 1842, j'avais eu à lutter,
dans la question d'Égypte contre les souvenirs et les goûts belliqueux
du pays, dans celle du droit de visite contre les susceptibilités et
les jalousies nationales; je voyais poindre d'autres questions qui ne
seraient pas moins délicates, ni moins propres à susciter des émotions
populaires auxquelles il faudrait résister. Nous touchions à la
dissolution obligée et à l'élection générale de la Chambre des députés.
Je me préoccupais vivement de cette épreuve, et tout en persistant sans
hésitation dans notre politique, je sentais le besoin de m'assurer
que nous n'abondions pas trop dans notre propre sens. J'avais, à cette
époque, deux amis sincères sans être intimes, l'un, jurisconsulte
et administrateur éminent par la rectitude et le calme de la raison,
l'autre, philosophe et moraliste d'un esprit aussi élevé que fin, et
d'un caractère indépendant jusqu'à la fierté ombrageuse; ils siégeaient,
l'un dans la Chambre des pairs, l'autre dans la Chambre des députés; et
tous deux près de succomber, le comte Siméon sous le poids de l'âge et
M. Jouffroy sous les atteintes de la maladie, ils étaient en dehors
de l'arène et assistaient à ces luttes avec l'impartialité et la
clairvoyance de l'entier désintéressement. J'allai plusieurs fois les
voir et m'entretenir avec eux de notre situation: tous deux, avec des
impressions très-différentes, nous approuvaient pleinement: «Vous aurez
de la peine à réussir, me dit le comte Siméon; la raison ne réussit pas
toujours, bien s'en faut; mais la déraison finit toujours par échouer;
la politique du juste-milieu est difficile; celle de vos adversaires
deviendrait promptement impossible; durez et continuez, votre cause est
bonne; j'espère que votre chance le sera aussi.» Je trouvai M. Jouffroy
dans une disposition morale dont je fus ému: «Je ressens, écrivait-il
lui-même le 20 décembre 1841, tous les bons effets de la solitude; en
se retirant de son coeur dans son âme et de son esprit dans son
intelligence, on se rapproche de la source de toute paix et de toute
vérité qui est au centre, et bientôt les agitations de la surface ne
semblent plus qu'un vain bruit et une folle écume... La maladie est
certainement une grâce que Dieu nous fait, une sorte de retraite
spirituelle qu'il nous ménage pour nous reconnaître, nous retrouver, et
rendre à nos yeux la véritable vue des choses.» Son opinion avait, après
nos derniers débats, beaucoup de valeur; il avait été, en 1839, à la
Chambre des députés, rapporteur de la question d'Égypte et favorable
à la politique égyptienne: «Nous nous sommes trompés, me dit-il; nous
n'avons pas bien connu les faits ni bien apprécié les forces; nous avons
fait trop de bruit; c'est triste; mais, la lumière venue, il n'y avait
pas à hésiter. Vous avez fait acte de courage et de bon sens en arrêtant
le pays dans une mauvaise voie. Que le gouvernement libre dure en France
et la paix en Europe, c'est là, d'ici à bien des années, tout ce qu'il
nous faut. Votre politique a tous mes voeux; je regrette de ne pouvoir
vous donner que le suffrage d'un mourant.»

Ils étaient morts l'un et l'autre quand la session de 1842 arriva à son
terme; mais leur adhésion me confirma dans une confiance à laquelle,
même dans mes sollicitudes d'avenir, j'étais d'ailleurs disposé.

Les élections eurent lieu du 9 au 11 juillet 1842, dans la plus entière
liberté de la presse, des réunions électorales, des comités, de tous
les moyens publics d'influence. Les attaques contre le gouvernement s'y
déployèrent avec leurs emportements accoutumés; le cabinet, disait-on,
«n'avait pris le pouvoir que pour servir les intérêts de l'étranger;--il
cherchait des complices qui voulussent l'aider à consommer la ruine
et l'avilissement de la France;--il n'exerçait qu'un despotisme sans
gloire, appuyé d'une aristocratie d'argent, la plus mesquine et la
plus ignoble.» Quelques désordres matériels se joignirent aux injures;
insignifiants en eux-mêmes, mais où s'entr'ouvrirent des perspectives
qui dépassaient infiniment les réformes parlementaire et électorale.
Au cimetière du Montparnasse, sur la tombe d'un médecin républicain,
un orateur déclama si violemment contre _l'infâme propriété_, que le
_National_ se crut obligé de déclarer qu'il n'avait ni mission ni envie
de défendre un tel discours; mais, tout en prenant cette précaution, il
gourmandait le commissaire de police qui avait interrompu l'orateur. Le
péril de 1840 ne pesait plus sur les esprits; les impatiences libérales,
les passions révolutionnaires, le goût de l'opposition reprenaient leur
cours; l'opposition, ce plaisir des peuples qui n'ont ni tout à fait
perdu, ni réellement possédé la liberté. Le mouvement électoral fut
favorable à ces penchants du jour; cependant en définitive, après une
lutte libre jusqu'à la licence, sur 459 élections, 266 appartinrent au
gouvernement, 193 à l'opposition, et sur 92 députés nouveaux, 54 étaient
des amis du cabinet et 38 des opposants.

Quand la Chambre se réunit et procéda à la vérification des pouvoirs
de ses membres, l'administration fut, comme à l'ordinaire, accusée de
corruption électorale; mais, après de longs et minutieux débats qui
mirent en pleine évidence la loyauté et la légalité générale des actes
du cabinet, trois élections seulement parurent offrir des symptômes
de manoeuvres locales illégitimes, soit menaces, soit promesses;
une commission d'enquête, proposée par M. Odilon Barrot, fut chargée
d'examiner les faits, et après de scrupuleuses recherches, la Chambre,
sur le rapport de sa commission, annula deux de ces trois élections, et
l'une des deux appartenait à un député de l'opposition.

Nous ne connaissions encore qu'incomplétement le résultat des élections,
quand, le 13 juillet, vers midi, un garde à cheval m'apporta la nouvelle
de la chute que venait de faire M. le duc d'Orléans en se rendant de
Paris à Neuilly pour aller dire adieu au roi et à la reine, avant de
partir pour Saint-Omer où il allait inspecter plusieurs régiments. La
chute était très-grave, disait-on, sans savoir encore à quel point. Le
prince évanoui avait été déposé dans une boutique voisine de la porte
Maillot; le roi et la reine étaient auprès de lui, les ministres étaient
appelés. J'accourus. Je ne reproduirai pas ici aujourd'hui, après
vingt-deux ans qui sont un siècle, les détails de ce tragique événement;
ils ont été recueillis et racontés, avec autant d'exactitude que
d'émotion vraie et saisissante, dans un petit volume intitulé: _Neuilly,
Notre-Dame et Dreux_, écrit jour par jour et presque heure par heure,
par M. Cuvillier-Fleury, précepteur de M. le duc d'Aumale et resté
secrétaire de ses commandements. Le malheur accompli, j'écrivis le
lendemain 14 juillet, au comte de Flahault, ambassadeur à Vienne et à
tous les représentants du roi auprès des grandes cours étrangères: «Je
n'ai rien à vous apprendre. Les détails de notre malheur sont partout.
Tout ce que vous lirez dans le _Journal des Débats_, je l'ai vu. J'ai
été pendant trois heures dans cette misérable chambre, en face de ce
prince mourant sur un matelas, son père, sa mère, ses frères, ses soeurs
à genoux autour de lui, se taisant pour l'entendre respirer, écartant
tout le monde pour qu'un peu d'air frais arrivât jusqu'à lui. Je l'ai vu
mourir. J'ai vu le roi et la reine embrasser leur fils mort. Nous sommes
sortis, le corps du prince sur un brancard, le roi et la reine à pied
derrière lui; un long cri de _Vive le Roi!_ est parti de la foule, pur
peuple, qui s'était assemblée autour de la maison. La plupart croyaient
que le prince n'était pas mort, et qu'on le ramenait à Neuilly pour le
mieux soigner. La marche a duré plus d'une demi-heure. Je quitte le roi.
Hier, durant cette agonie, il a été admirable de courage, de présence
d'esprit, d'empire sur lui-même et sur les autres. Il est fatigué ce
matin, plus livré qu'hier à sa tristesse, mais d'une force physique et
morale qui surmonte tout. Nous avons rapproché de huit jours la réunion
des Chambres; elles viendront le 26 de ce mois. Les obsèques n'auront
lieu que quelques jours après. La reine est au désespoir, mais soumise;
il n'y a point de révolte dans sa douleur. L'impression publique est
profonde; la préoccupation se mêle à l'émotion. Tout est et restera fort
tranquille. La bonne conduite est indispensable, et tout le monde le
sent. Aussi j'espère qu'elle ne manquera pas et qu'elle produira son
effet.»

J'avais à coeur que, dans une si grave épreuve, nos agents au
dehors fussent bien instruits et pénétrés des sentiments intimes du
gouvernement et du pays qu'ils représentaient. Je leur récrivis le 25
juillet, la veille de la réunion des Chambres: «Le roi et la famille
royale commencent à être sensibles à la sympathie. Dans les premiers
moments, ils ne voyaient rien, n'entendaient rien; c'était ce mélange
d'agitation et de saisissement, de trouble et de stupeur que cause un
coup de foudre. Le roi se retrouvait tout entier chaque fois que
la nécessité l'exigeait absolument; mais, la nécessité passée, il
retournait au milieu des siens et retombait dans leur désolation. La
présence de ce malheureux cercueil dans la petite chapelle de Neuilly,
tout près de l'appartement de la reine, le chant continu des prêtres,
le silence de la cour du château où aucune voiture ne pénétrait plus,
l'arrivée successive des princes, tout maintenait ou replongeait, à
chaque instant, la famille royale dans son déplorable état. Ils allaient
vingt fois le jour dans la chapelle. Ils avaient tous les jours quelque
nouvelle et cruelle entrevue. Ceci est fini. Ils sont tous ensemble,
tous établis en commun dans leur malheur. Samedi prochain, le cercueil
quittera Neuilly pour Notre-Dame. Les chants cesseront, les sentinelles
s'en iront, les voitures rouleront. Ce sera le retour aux habitudes, le
premier soulagement qui se fasse sentir dans une telle épreuve. La reine
a retrouvé un peu de sommeil. Madame a recommencé à être exclusivement
préoccupée du roi, de sa santé, de sa disposition, de son travail.
Madame la duchesse d'Orléans a la douleur pénétrée et pénétrante,
mais point abattue, d'une âme haute, forte et jeune. Les princes sont
touchants par l'uniformité de leur tristesse et l'assiduité de leurs
soins auprès de leur père, de leur mère, de leur tante, de leurs soeurs.
Le roi a recouvré toute son activité, toute sa liberté d'esprit. Il
était très-éploré et abattu jeudi dernier, à cette lugubre cérémonie
où tout le monde est venu le regarder et s'incliner devant lui sans lui
parler. Mais c'était de l'ébranlement et de la fatigue momentanée; au
fond, l'âme et le corps sont déjà revenus à leur état naturel de vigueur
et d'élasticité infatigables. Dans quelques jours, quand nous aurons
accompli nos tristes cérémonies funèbres, tout reprendra son cours
régulier, son aspect accoutumé; et il ne restera que ce qui doit rester
bien longtemps, dans la famille royale une immense douleur, devant nous
tous un vide immense et le fardeau qu'il nous impose.

«Tout le monde le sent. Jamais impression n'a été plus générale et plus
vive. Tout le monde a l'air et est réellement affligé et inquiet
pour son propre compte. Deux choses éclatent à la fois, beaucoup de
sollicitude pour l'avenir et une forte adhésion à ce qui est, à la
famille royale, à la monarchie. On prévoit des orages, mais certainement
les ancres se sont enfoncées et affermies.

«La session s'ouvre demain. Je ne fermerai ma lettre qu'après la séance
royale. Le discours du trône, que ce même courrier vous portera, n'élève
absolument aucune question et se renferme dans l'événement. Nous agirons
comme le discours parle. Les chefs de l'opposition souhaiteraient, je
crois, qu'on en fît autant de leur côté, et qu'il n'y eût en ce moment
qu'une adresse dynastique et le vote rapide de la loi de régence. Mais
les passions de leur parti les entraîneront probablement à quelque débat
que nous ne provoquerons point, mais que nous ne refuserons point. Non
pas certes pour l'intérêt du cabinet, mais pour la dignité du pays,
du gouvernement, de tout le monde, toute lutte devrait être ajournée à
l'hiver prochain. J'en doute fort.

«Le projet de loi sur la régence est à peu près

Mort de M. le Duc d'Orléans (13 Juillet 1843). 15 adopté dans le
conseil. Il est fort simple: c'est l'application à la régence des
principes essentiels de notre royauté constitutionnelle, l'hérédité, la
loi salique, l'unité du pouvoir royal, l'inviolabilité. La garde et la
tutelle du roi mineur sont confiées à sa mère ou à sa grand'mère.
Le projet n'a point la prétention de prévoir et de régler toutes les
hypothèses imaginables, toutes les chances possibles; il résout
les questions et pourvoit aux nécessités que les circonstances nous
imposent.

«Je ne crois pas que cette petite session dure moins de cinq ou six
semaines. La vérification des pouvoirs et la constitution de la Chambre
nous prendront au moins huit jours. Puis l'adresse. Puis la loi sur la
régence; une commission, un rapport, un débat. Et ensuite autant dans la
Chambre des pairs. Nos formes sont lentes. Je doute que la prorogation
ait lieu avant le commencement de septembre.

Mardi, 26 juillet, 3 heures.

«Je reviens de la séance royale et des Tuileries. Assemblée
très-nombreuse; environ cent soixante pairs et quatre cents députés.
La salle plus que pleine de public. Tout le monde en deuil. Une émotion
très-vraie; des acclamations très-vives et plusieurs fois répétées à
l'entrée du roi. Le roi, troublé d'abord, plein de larmes, parlant à
peine. Il s'est remis à la troisième phrase. L'aspect général avait
beaucoup de simplicité et de gravité.»

En Europe aussi l'impression fut vive. Vraiment sympathique et générale
en Angleterre, où sir Robert Peel s'en fit l'éloquent organe: «Il
n'arrive pas en France, dit-il à la Chambre des communes, un malheur
qui ne soit profondément et sincèrement déploré dans ce pays. Quand
une récente calamité a frappé la famille royale et le peuple de France,
n'avons-nous pas vu un sentiment unanime de chagrin se manifester chez
nous, comme si ce malheur eût été le nôtre?» En Allemagne, dans son
voyage à Berlin et à Vienne, M. le duc d'Orléans, par l'agrément de sa
personne et les qualités de son esprit, avait surmonté des préventions
peu bienveillantes et laissé un souvenir populaire; mais les grandes
cours du continent, et la plupart des petites, à leur exemple, n'avaient
pas cessé d'avoir peu de goût pour le roi Louis-Philippe et pour tout
l'établissement de 1830, régime libéral issu d'une révolution; on
se plaisait à lui témoigner des froideurs frivoles, à énumérer ses
embarras, à douter de son succès; seulement, quand l'inquiétude sur sa
solidité devenait un peu sérieuse, elle ramenait la justice et le bon
sens, et l'on s'empressait alors à lui donner des marques d'un prudent
intérêt. Dès qu'ils apprirent la mort de M. le duc d'Orléans,
l'empereur d'Autriche, le roi de Prusse, tous les souverains de l'Europe
adressèrent au roi son père leurs lettres autographes de condoléance,
quelques-unes sincèrement émues. L'empereur Nicolas seul, malgré les
tentatives de ses principaux conseillers et le désir marqué de la
société de Saint-Pétersbourg, persista dans son silence personnel,
tout en s'empressant, avec quelque étalage, de prendre immédiatement
le deuil, de contremander un bal de cour, et de faire écrire à M.
de Kisseleff, par le comte de Nesselrode, une dépêche qui me fut
communiquée, et dans laquelle la sympathie du père, chaudement exprimée,
essayait de couvrir l'hostilité obstinée du souverain. A Vienne,
le prince de Metternich, plus libre que le comte de Nesselrode à
Saint-Pétersbourg, ne se borna pas à des témoignages officiels; il se
complaisait dans la manifestation de ses idées et mêlait habilement
l'abandon à la préméditation: «Depuis la nouvelle du funeste événement
qui a plongé la France dans un si profond deuil, m'écrivait le comte
de Flahault[1], j'ai eu, avec le prince de Metternich, de longues et
fréquentes conversations. En m'entretenant de la douleur dont cette
perte cruelle avait dû pénétrer le coeur du roi, il s'est fort étendu
sur les regrets que Sa Majesté doit éprouver comme chef de famille et
fondateur de sa dynastie:--C'était une grande tâche pour votre roi,
m'a-t-il dit, que de former son successeur et de le rendre apte à
continuer son oeuvre. Le roi y avait mis tous ses soins, et je sais que,
depuis un an surtout, il était parfaitement content du résultat qu'il
avait obtenu; il éprouvait une grande tranquillité et une extrême
satisfaction en voyant que son fils était entré dans ses idées, et qu'il
pourrait s'endormir sans trouble, certain que le système d'ordre et de
paix qu'il a établi ne serait point abandonné après lui. Voilà la
perte irréparable. Dans ma petite sphère et sans vouloir établir une
comparaison entre un humble particulier et le roi des Français, j'ai
éprouvé le même malheur.--Le prince m'a fait alors un récit fort étendu
de la mort de son fils et des émotions qu'elle lui avait causées,
et comme père, et, lui aussi, comme fondateur de la fortune et de
l'illustration de sa famille.--Mais c'est assez vous parler de moi,
a-t-il ajouté; tout le travail du roi est à refaire, d'abord sur le
duc de Nemours si, comme cela est probable, la régence lui est dévolue,
puis, sur le comte de Paris, si le ciel, dans sa bonté, prolonge les
jours du roi jusqu'à ce que ce royal enfant puisse profiter de ses
leçons.»

[Note 1: Le 31 juillet 1842.]

Je rouvre des tombeaux; je réveille ceux qui y reposent; je les fais
penser et parler comme s'ils étaient encore vivants et présents, avec
leurs travaux, leurs desseins, leurs craintes et leurs espérances.
Rien de tout cela n'est plus; ils sont tous morts. Morts, comme le duc
d'Orléans, d'une chute violente et soudaine, le prince de Metternich
dans l'Autriche si longtemps immobile, aussi bien que le roi
Louis-Philippe dans la France révolutionnaire. Pendant qu'après la
catastrophe de 1848, nous étions ensemble à Londres, je dis un jour au
prince de Metternich: «Permettez-moi une question; je sais pourquoi et
comment la révolution de Février s'est faite à Paris; mais pourquoi et
comment elle s'est faite à Vienne, c'est ce que j'ignore et ce que je
voudrais apprendre de vous.» Il me répondit avec un sourire tristement
superbe: «C'est que j'ai gouverné l'Europe quelquefois, l'Autriche
jamais.» A mon tour, je souris, dans mon âme, de son orgueilleuse et
bien vaine explication.

Le 30 juillet, quatre jours après la réunion des Chambres, le cercueil
du duc d'Orléans fut transporté de la chapelle de Neuilly dans l'église
de Notre-Dame où ses obsèques furent célébrées avec toutes les pompes
que le monde peut fournir à la mort, pompe religieuse, pompe civile,
pompe militaire, pompe populaire. Le concours était immense et l'émotion
aussi profonde que peut l'admettre un spectacle. J'ai pris part aux deux
plus grandes solennités funèbres de mon temps et de bien des temps, les
obsèques de l'empereur Napoléon et celles du duc d'Orléans, accomplies
l'une sous l'empire des souvenirs, l'autre dans le mécompte des
espérances. Dans ces deux journées et devant ces deux cercueils,
les sentiments étaient, à coup sûr, très-divers et très-diversement
manifestés: en décembre 1840, autour du cercueil de Napoléon, il y
avait plus de curiosité que de tristesse, et les passions politiques
essayaient, par moments, de faire du bruit; en juillet 1842, un regret
inquiet et un silence universel régnaient autour du cercueil du duc
d'Orléans. Pourtant, dans les deux circonstances, et au-dessus de ces
impressions si différentes, un même sentiment s'élevait et dominait au
sein de ces vastes foules, le respect instinctif de la grandeur et de la
mort. Le coeur humain est naturellement généreux et sympathique. C'est
dommage que ses beaux élans soient si courts.

Cinq jours après les pompes de Notre-Dame, le 4 août, une cérémonie
moins éclatante s'accomplit au sein d'une douleur plus intime et plus
longue: les obsèques de famille succédèrent aux obsèques d'État. La
profanation des tombes royales de Saint-Denis avait laissé dans l'âme du
roi Louis-Philippe une horreur profonde; il ne supportait pas la pensée
que les restes mortels de sa femme, de ses enfants, de sa soeur, de tous
les siens, courussent la chance de telles indignités. Il ne voulut pas
que sa race allât rejoindre, dans les caveaux où ils les avaient subies,
ses royaux ancêtres, et au lieu de l'église de Saint-Denis, il adopta,
pour la sépulture de la maison d'Orléans, la chapelle que, sous l'empire
du même sentiment, la duchesse d'Orléans, sa mère, avait fait construire
à Dreux, sur les ruines du vieux château des comtes de Dreux, dans les
anciens domaines du bon et populaire duc de Penthièvre. Ce fut là que,
dans le caveau où le cercueil du duc d'Orléans prit sa dernière demeure,
le roi vint dire au prince, son fils, un dernier adieu, et que la reine,
recueillie dans sa pieuse ferveur maternelle, adressa à Dieu, pour l'âme
de son premier-né, des prières qui durent encore.

Au retour de Dreux, et dans l'intérieur de la famille royale, un
changement fut remarqué dans la physionomie et l'attitude de la
reine; la douleur y restait empreinte, mais toute agitation, toute
préoccupation exclusive avaient cessé; une résignation pieuse avait
remplacé l'amertume des regrets; cette grande âme semblait se reporter
tout entière sur les affections et les devoirs qui lui restaient: «A
Neuilly, la reine allait prier près du corps de son fils; la présence
de ce corps était encore un lien; la sépulture à Dreux l'avait rompu; le
sacrifice était accompli. La reine voulut l'offrir à Dieu, et le rendre
plus complet encore en le manifestant moins.»

Pendant que toutes ces cérémonies funèbres s'accomplissaient, couvrant
de leurs pompes les douleurs et les inquiétudes paternelles et
publiques, au milieu de cette situation si grave, nous étions en
présence d'une question aussi grave que la situation: quelle serait la
régence pendant la minorité de l'héritier du trône? Ni en 1814, ni en
1830, la Charte n'avait résolu cette question qui s'élevait tout à coup,
en 1842, entière et pressante. C'était pour le pays un intérêt suprême,
et pour les conseillers de la couronne, un devoir impérieux de la vider
sans réserve, sans délai: «Le roi ne meurt point en France, dit le
duc de Broglie dans le rapport qu'il fit à ce sujet, le 27 août, à la
Chambre des pairs; c'est l'excellence du gouvernement monarchique que
l'autorité suprême n'y souffre aucune interruption, que le rang suprême
n'y soit jamais disputé, que la pensée même n'y puisse surprendre, entre
deux règnes, le moindre intervalle d'attente ou d'hésitation. C'est
par là surtout que ce gouvernement domine les esprits et contient les
ambitions. La monarchie est l'empire du droit, de l'ordre et de la
réglé. Tout doit être réglé dans la monarchie; tout ce qui peut être
prévu raisonnablement doit l'être; rien n'y doit être livré, par choix
ou par oubli, à l'incertitude des événements. Sous un tel gouvernement,
en effet, la royauté est le support de l'État; quand ce support vient
à manquer, tout s'écroule; tout s'ébranle, dès qu'il paraît chanceler.
Nous l'avons éprouvé naguère. A l'instant où la main de Dieu s'est
appesantie, sur nous, quand cette sagesse infinie, dont les voies ne
sont pas nos voies, a frappé la nation dans le premier-né de la maison
royale, et moissonné dans sa fleur notre plus chère espérance, les
coeurs se sont sentis glacés d'un secret effroi; l'anxiété publique
s'est fait jour à travers les accents de la douleur; l'inquiétude était
sur tous les fronts en même temps que les larmes coulaient de tous
les yeux. Chacun comptait, dans sa pensée, quel nombre d'années sépare
désormais l'héritier du trône de l'âge où il pourra saisir d'une main
ferme le sceptre de son aïeul et l'épée de son père; chacun se demandait
ce qu'il adviendrait d'ici là si les jours du roi n'étaient mesurés aux
voeux de ses peuples et aux besoins de l'État; chacun interrogeait la
Charte et regrettait son silence.»

Pour faire ce que n'avait pas fait la Charte, nous avions à nous
prononcer entre divers systèmes, tous empressés à se manifester et à
réclamer le droit de devenir loi. Selon les uns, ce n'était pas aux
Chambres, c'était à la nation elle-même à faire cette loi; au pouvoir
constituant seul, et à une assemblée formellement investie de ce
pouvoir, il appartenait de résoudre une telle question et d'élire cette
royauté temporaire. D'autres, en repoussant le pouvoir constituant,
voulaient que la régence fût, dans chaque occasion, élective et
instituée par les pouvoirs parlementaires, en vertu d'une loi spéciale.
D'autres, en admettant le principe de la régence élective, demandaient
que la régence des femmes fût aussi admise en principe, et qu'en
particulier madame la duchesse d'Orléans en fût investie, pendant la
minorité du prince son fils. Et chacun de ces systèmes invoquait à
l'appui de sa prétention, non-seulement des principes généraux, mais des
faits puisés soit dans notre propre histoire, soit dans l'histoire des
nations civilisées, et des considérations de circonstance suscitées par
les intérêts actuels du pays et du gouvernement qu'il avait à coeur de
fonder.

La question que nous avions à résoudre était en effet une question de
circonstance bien plus que de principe; elle ne nous donnait à appliquer
ou à ménager aucune de ces grandes vérités morales, aucun de ces droits
préexistants qui règlent, mais aussi qui compliquent la marche d'un
pouvoir honnête et sensé. Entre les divers systèmes en présence, la
raison politique, c'est-à-dire l'intérêt bien entendu du pays et la
juste prévoyance de l'avenir, devait seule nous décider. Pour agir avec
cette forte indépendance nous étions dans une situation favorable:
nous n'avions pas, comme le parlement d'Angleterre en 1788 et 1810, une
régence immédiate à instituer pour remplacer un roi fou et hors d'état
d'exercer ses fonctions; point de trouble, point de lacune chez nous au
sommet de l'État; les trois grands pouvoirs constitutionnels, la royauté
et les deux Chambres étaient parfaitement sains et actifs, assurés d'un
loyal concours mutuel, et c'était à l'avenir seul, et probablement à
un avenir assez éloigné, qu'ils avaient à pourvoir. Les deux principaux
systèmes entre lesquels nous avions à délibérer avaient l'un et l'autre
de dignes et rassurants représentants. M. le duc de Nemours, à qui
devait appartenir la régence masculine si ce principe prévalait, était
un prince exempt de toute mauvaise ambition, profondément dévoué à
son frère aîné et à ses neveux: «Nemours, disait souvent de lui le duc
d'Orléans, est le devoir personnifié;» et les Chambres, comme le pays
tout entier, pouvaient avoir dans ce prince la même confiance que la
famille royale, car il était aussi attaché au régime constitutionnel
qu'à ses devoirs envers sa race, aussi plein de respect pour les lois de
sa patrie que pour les droits de ses neveux. D'autre part, si la régence
féminine était admise, madame la duchesse d'Orléans donnait à la France,
à ses libertés comme à son honneur national, toutes les garanties qu'on
peut attendre d'une intelligence élevée et d'une âme droite et grande.
Il ne nous venait donc, des personnes mêmes, aucun embarras, aucune
inquiétude; nous pouvions choisir entre les systèmes avec pleine
sécurité dans les mérites et les vertus de leurs représentants.

Ce fut dans cet affranchissement de toute fâcheuse pression, dans cette
entière liberté de résolution comme de pensée et en vue du seul bien
futur de l'État que fut préparé le projet de loi présenté le 9 août 1842
à la Chambre des députés. Il était simple et en parfaite harmonie avec
les principes fondamentaux de nos institutions. Notre gouvernement était
monarchique; la régence fut monarchique aussi, établie d'après une règle
fixe et générale qui statuait d'avance. La loi salique était la loi
permanente, moderne aussi bien qu'ancienne, de la monarchie française;
elle fut aussi la loi de la régence; le prince le plus proche du trône
dans l'ordre de succession en fut investi de droit; mais la garde et
la tutelle du roi mineur furent réservées à sa mère; au régent
l'administration de l'État, sous la responsabilité de ses ministres; à
la mère, sous sa propre responsabilité morale, l'éducation du roi,
le soin de sa personne, la direction de sa maison et de ses affaires
domestiques. La régence élective et la régence féminine ainsi écartées,
la régence devenait selon la loi ce qu'elle était en fait, une
royauté temporaire, formée à l'image de la royauté véritable dont elle
remplissait momentanément les fonctions, investie de tous les pouvoirs
royaux, et en même temps soumise à toutes les conditions de liberté
publique, de contrôle et de concours parlementaire instituées par le
régime constitutionnel.

La discussion fut l'image vraie et vive, avec convenance et non sans
grandeur, de l'état des esprits, soit sur la question spéciale du projet
de loi, soit sur la situation générale du gouvernement. Tous les partis
y prirent part; tous les systèmes s'y produisirent. Pour les deux partis
hostiles à la monarchie de Juillet, le républicain et le légitimiste, la
difficulté était grande; l'inquiétude publique suscitée par la mort de
M. le duc d'Orléans exaltait le sentiment dynastique, et à aucun moment
depuis 1830 l'attaque contre la royauté nouvelle ne pouvait choquer
davantage le pays et être plus rudement repoussée. Exposée par M.
Ledru-Rollin avec une hardiesse qui ne manquait pas d'habileté, la
théorie radicale du pouvoir constituant et de la nécessité d'un appel
au peuple pour conférer la régence souleva de violents murmures et n'eut
pas besoin d'une longue réfutation. Je la rejetai en quelques paroles:
«Si l'on prétend, dis-je, qu'il existe ou qu'il doit exister au sein de
la société deux pouvoirs, l'un ordinaire, l'autre extraordinaire, l'un
constitutionnel, l'autre constituant, l'un pour les jours ouvrables,
permettez-moi cette expression, l'autre pour les jours fériés, on
dit une parole insensée, pleine de dangers et fatale. Le gouvernement
constitutionnel, c'est la souveraineté sociale organisée. Hors de là
il n'y a que la société flottant au hasard, aux prises avec les chances
d'une révolution. On n'organise pas les révolutions; on ne leur assigne
pas une place et des procédés légaux dans le cours des affaires des
peuples. Aucun pouvoir humain ne gouverne de tels événements; ils
appartiennent à un plus grand maître. Dieu seul en dispose; et quand
ils éclatent, Dieu emploie, pour reconstituer la société ébranlée, les
instruments les plus divers. J'ai vu dans le cours de ma vie, trois
pouvoirs constituants: en l'an VIII, Napoléon; en 1814, Louis XVIII; en
1830, la Chambre des députés. Voilà la vérité, la réalité; tout ce dont
on vous parle, ces votes, ces bulletins, ces registres ouverts, ces
appels au peuple, tout cela c'est de la fiction, du simulacre, de
l'hypocrisie. Soyez tranquilles, messieurs; nous, les trois pouvoirs
constitutionnels, nous sommes les seuls organes légitimes et réguliers
de la souveraineté nationale. Hors de nous, il n'y a qu'usurpation ou
révolution.» M. Thiers, qui se sépara nettement de l'opposition pour
appuyer le projet de loi, fut plus sévère encore pour le pouvoir
constituant: «J'en ai parlé, dit-il, dans mon bureau avec peu de
respect, et je m'en excuse; mais savez-vous pourquoi j'ai montré pour
le pouvoir constituant si peu de respect? C'est qu'en effet je ne le
respecte pas du tout. J'admets la différence qu'il y a entre l'article
de la Charte et un article de loi; mais cela ne fait pas que je croie au
pouvoir constituant. Le pouvoir constituant a existé, je le sais; il
a existé à plusieurs époques de notre histoire; mais, permettez-moi de
vous le dire, s'il était le vrai souverain, s'il était au-dessus des
pouvoirs constitués, il aurait cependant joué par lui-même un triste
rôle. En effet il a été, dans les assemblées primaires, à la suite des
factions; sous le Consulat et sous l'Empire, il a été au service d'un
grand homme; il n'avait pas alors la forme d'assemblée primaire; il
avait la forme d'un sénat conservateur qui, à un signal donné par cet
homme qui faisait tout plier sous l'ascendant de son génie, faisait
toutes les constitutions qu'il lui demandait. Sous la Restauration, il
a pris une autre forme; il s'est caché sous l'article XIV de la Charte;
c'était le pouvoir d'octroyer la Charte et de la modifier. Voilà les
divers rôles qu'a joués le pouvoir constituant depuis cinquante ans. Ne
dites pas que c'est la gloire de notre histoire, car les victoires
de Zurich, de Marengo et d'Austerlitz n'ont rien de commun avec ces
misérables comédies constitutionnelles. Je ne respecte donc pas le
pouvoir constituant.»

M. Berryer seul pouvait, dans cette circonstance comme dans tant
d'autres, suffire à la situation de son parti et à la sienne propre. Ce
n'est pas seulement par l'élévation et la souplesse de son esprit,
par l'entraînement et le charme de son éloquence qu'il a si longtemps
surmonté les insurmontables difficultés d'un rôle couvert et extra-légal
dans un régime de légalité, de publicité et de liberté. Il puise à
d'autres sources encore sa populaire puissance. Quoiqu'il ait vécu en
homme de parti, M. Berryer sent en patriote; il n'est étranger à aucun
des instincts, à aucune des émotions et des aspirations de son pays;
non-seulement il comprend, mais il partage les joies et les tristesses
nationales; il a soutenu les droits et les traditions des temps anciens,
et il est, autant que personne, homme du temps actuel et attaché aux
droits que les générations modernes ont conquis; il a combattu le
gouvernement le plus libre qu'ait jamais possédé la France, et il
aime, il veut sincèrement la liberté. Nature large, prompte, facile et
sympathique, il peut concilier dans son âme des sentiments très-divers,
et conserver, à travers toutes les vicissitudes politiques, l'unité de
sa vie et la fidélité à sa cause, sans jamais inspirer, aux adversaires
qu'il combat le plus vivement, des colères et des haines qu'il ne
ressent pas lui-même envers eux. Il fit valoir, contre le projet de
loi sur la régence, tantôt les exemples des régences féminines, sinon
heureuses, du moins glorieuses, de notre histoire, tantôt les actes des
anciens parlements exerçant, sur de telles questions, un contrôle plus
bruyant qu'efficace, soit qu'ils vinssent soutenir ou invalider les
testaments des rois. M. Berryer fut, dans ce débat, plus ingénieux
qu'incisif et plus brillant qu'ardent, ne se prononçant catégoriquement
ni pour la régence féminine, ni pour la régence élective, et uniquement
appliqué à aggraver, en les mettant en lumière, les embarras et
les inconséquences apparentes du régime qu'il attaquait tout en s'y
soumettant. M. Villemain le réfuta aussi solidement que spirituellement,
tantôt en rétablissant dans leur exacte et complète vérité les faits
historiques dont M. Berryer n'avait rappelé que les côtés favorables à
sa thèse, tantôt en faisant ressortir à son tour les inconséquences et
les embarras du parti légitimiste et de son éloquent interprète. Dans la
Chambre des pairs, le marquis de Brézé reproduisit, avec plus d'amertume
et moins d'éclat, les arguments de M. Berryer contre le projet de loi,
et ce fut encore M. Villemain qui lui répliqua avec la même sagacité à
la fois courtoise et poignante.

A travers ces attaques pour ainsi dire extérieures, empreintes
d'hostilité préconçue et d'arrière-pensées, la lutte des partis
intérieurs et légaux de la monarchie de 1830 dura plusieurs jours,
animée sans être orageuse; la gravité de la situation et du sentiment
public imposait à tous la mesure sans altérer la sincérité. La question
se posa nettement entre la régence de droit et la régence élective,
entre la régence maternelle et la loi salique appliquée à la régence. M.
de Lamartine se fit le champion de la régence maternelle. J'ai déjà dit
dans ces _Mémoires_[2], avec franchise et tristesse, l'impression que
j'ai reçue et l'idée que je me suis formée du caractère et de la vie de
cet homme éminent; je n'y reviendrai pas; je n'aime pas à toucher d'une
main froide à de douloureuses blessures; mais je trouve que même les
amis de M. de Lamartine ne lui rendent pas pleine justice comme orateur
et écrivain politique; c'est comme poëte qu'il est entré dans le monde
et qu'il a pris, à bon droit, possession de l'admiration publique;
beaucoup de gens, sincèrement ou malicieusement, s'en prévalent pour ne
voir en lui qu'un poëte, et pour l'admirer à ce titre plutôt qu'à tout
autre. On dit qu'il s'en est lui-même quelquefois impatienté, et qu'il
met ses oeuvres politiques bien au-dessus de ses vers. Sans prendre
parti dans cette comparaison, je suis frappé des qualités supérieures
que M. de Lamartine a déployées comme orateur et comme prosateur; il
n'a pas seulement un brillant et séduisant langage; il a l'esprit
singulièrement riche, étendu, sagace sans subtilité et fin avec
grandeur; il abonde en idées habituellement élevées, ingénieuses,
profondes même; il peint largement, quelquefois avec autant de vérité
que d'éclat, les situations, les événements, et les hommes; et il
excelle, par instinct autant que par habileté, à apporter de nobles
raisons à l'appui des mauvaises causes. Il soutint brillamment celle
de la régence maternelle qu'il devait un jour faire si tragiquement
échouer. Malgré le prestige de son discours, j'eus peu d'efforts à
faire pour lui répondre; une sympathie générale s'attachait à madame la
duchesse d'Orléans; mais le sentiment sérieux, dans les Chambres et
dans le public, était prononcé en faveur d'une régence virile. Le
gouvernement d'une femme peut prendre place au sein d'une monarchie
ancienne et bien établie; l'histoire n'offre pas d'exemple d'une
dynastie nouvelle et encore contestée fondée par une femme, au nom d'un
enfant.

[Note 2: Tome IV, p. 288.]

La régence élective conférée, dans chaque occasion, par les Chambres,
au lieu de la régence de droit instituée d'avance par la loi, était plus
difficile à combattre. Tout le monde reconnaissait que la régence était
une royauté temporaire, appelée, pendant la minorité de l'héritier du
trône, à tenir lieu de la royauté véritable, et qui devait, sous les
conditions constitutionnelles, en exercer tous les pouvoirs. Quelle
tentation, pour une assemblée politique, que d'avoir, au sein de la
monarchie héréditaire, un roi temporaire à élire! M. Odilon Barrot,
qui soutint avec une éloquence aussi consciencieuse que spécieuse, le
système de la régence élective, sentait le péril d'une telle situation
et essayait d'y échapper en disant: «Est-ce que nous vous demandons
de faire désigner le régent par la Chambre des députés, en vertu d'un
pouvoir dictatorial et révolutionnaire? Non, nous vous demandons le
concours régulier, normal, des trois pouvoirs de l'État. Croyez-vous
que, dans la désignation du régent, l'initiative du chef de la famille
royale, du chef de l'État, n'ait pas toujours une influence nécessaire,
irrésistible, je dirai presque légitime?» M. Odilon Barrot oubliait que,
dans la plupart des cas de minorité, le concours des trois pouvoirs
de l'État serait impossible, car ce serait après la mort du roi
qu'éclaterait la nécessité de choisir un régent. Tout roi régnant
serait-il légalement tenu de voter d'avance, par un testament, dans
cette question? S'il l'avait fait, quelle serait, lui mort, l'autorité
de son acte? Et s'il ne l'avait pas fait, s'il n'avait pris à cet égard
aucune initiative, les Chambres n'auraient-elles pas seules à décider,
et où serait alors le concours régulier des trois pouvoirs de l'État?
M. Dupin, rapporteur du projet de loi au nom d'une commission unanime,
avait répondu d'avance à M. Odilon Barrot en indiquant, avec une
brièveté simple et forte, la raison fondamentale de la régence de
droit. M. Hippolyte Passy, qui appuya sans réserve le projet, fit
spirituellement ressortir, par les exemples de l'histoire comme par
les présomptions de la raison, combien les inconvénients de la régence
élective seraient graves, soit pour le régent élu, soit pour les
Chambres elles-mêmes, foyer et arène des partis politiques; et le duc de
Broglie, en faisant à la Chambre des pairs le rapport du projet de loi,
traça, des conséquences naturelles de ce système, un tableau frappant:
«Pourquoi préférons-nous, dit-il, la monarchie à la république, le
gouvernement héréditaire au gouvernement électif? Parce que nous
pensons, l'histoire à la main, que le plus grand des dangers, pour un
grand pays, c'est de vivre à l'aventure, de laisser l'autorité suprême
flotter à tout vent d'opinion, de l'abandonner périodiquement en proie
à la lutte des partis, à l'ambition des prétendants. Si cette raison
est décisive en faveur de la monarchie héréditaire, elle est décisive en
faveur de la régence légale, c'est-à-dire de la régence réglée dans un
ordre déterminé. Déclarez la régence élective: aux approches de chaque
minorité, vous verrez les partis se former, se grossir, se menacer l'un
l'autre du geste et de la voix; vous verrez les prétendants lever la
tête et jeter le masque. Le ministère ne sera plus, pour les citoyens,
le dernier terme de l'ambition; les orateurs puissants, les généraux
aimés du soldat porteront plus haut leurs regards et leurs espérances.
La famille royale courra risque de se diviser; admettant qu'elle reste
unie, on ne le croira point; on affirmera le contraire; chaque parti
s'arrogera le droit d'y chercher un chef et de lui forcer la main s'il
résiste. Le jour de l'élection venu, au sein des Chambres, quel
vaste foyer d'intrigues et de cabales, quelle carrière ouverte aux
insinuations perfides, aux personnalités outrageantes! La presse, la
tribune, les réunions publiques deviendront autant d'arènes où périront
les réputations les mieux acquises. Les princes du sang royal, ces
princes éventuellement appelés au trône, comparaîtront sur la sellette:
leurs qualités, leurs défauts, leurs moindres actes y seront passés
au crible d'une polémique ardente, vindicative, impitoyable. S'ils
succombent devant un simple sujet, que deviendront-ils? Celui d'entre
eux qui l'emportera, s'il l'emporte seulement de quelques voix, que
sera-t-il? Que deviendra, dans sa main débile, la prérogative royale? Si
ce n'est pas l'héritier présomptif qui l'emporte, où se cachera-t-il en
attendant qu'il devienne roi après avoir été déposé comme régent? Si
les Chambres ne peuvent s'accorder sur le choix d'un régent, point de
régence, point de gouvernement, et l'État en pleine dissolution.»

Ces arguments, ces justes pressentiments ramenaient à la régence de
droit les esprits d'abord incertains; c'était le voeu général de la
Chambre de donner à la monarchie, dans cette douloureuse épreuve,
une éclatante adhésion et un ferme appui. Je n'avais pas de doute sur
l'adoption définitive du projet de loi. Cependant la Chambre restait
agitée; deux amendements étaient proposés; l'un en faveur de la régence
féminine; l'autre demandait qu'on n'attribuât la régence à l'aîné des
oncles du prince mineur que d'une façon spéciale et pour le cas actuel,
ce qui était, en fait, la régence élective. Le roi, qui avait cette
question fortement à coeur, la regardant comme capitale pour l'avenir
de sa maison et de sa politique, s'inquiétait de ces dispositions
chancelantes et du terme prochain de cette petite session inattendue. Il
m'écrivit le vendredi soir, 19 août: «Il me paraît bien désirable que
le vote ait lieu demain, car beaucoup de députés ont arrêté leurs places
pour dimanche, et il serait à craindre que lundi il n'en manquât un bon
nombre à l'appel nominal. Je n'ai pas vu Dupin. Il était fatigué, mais
prononcé contre toute concession, ce qui est le principal, car, ce
qu'il nous faut, c'est la loi telle que la commission l'a adoptée à
l'unanimité. Un plus grand nombre de boules noires serait sans doute
regrettable; mais une majorité réduite ne compromettra pas l'avenir,
tandis qu'un accroissement de boules blanches, au prix d'un amendement,
serait un abîme. Dupin paraît ferme dans ce système. Ce dont il se
plaint, c'est qu'on n'ait pas laissé parler Thiers, et c'est en effet
regrettable. Dieu veuille que Thiers parle demain, et parle bien! Tâchez
que demain on laisse briller Dupin; il est naturel qu'il craigne d'être
éclipsé. Ce qui me paraît essentiel, c'est que vous tâchiez de tout
enlever rapidement demain, car ce serait le succès, et c'est le succès
qui fait la gloire et la sécurité. La séance commençant à midi, si vous
êtes en nombre dès le début, vous devez pouvoir prendre le pas accéléré.
La Chambre doit être pressée; elle est française et s'animera si on lui
sonne la charge; mais les troupes sont molles quand les généraux sont
timides. Grâces à Dieu, vous ne l'êtes pas, et j'attendrai demain la
victoire avec bonne confiance. Nous avons lu ce matin, en famille, votre
admirable discours d'hier; les larmes ont coulé à l'exorde, et tous
m'ont bien demandé de vous dire combien nous étions touchés.»

C'était par accident, non par suite d'aucune petite manoeuvre cachée que
M. Thiers n'avait pas parlé dans la séance du 19 août; il prit la parole
le lendemain, avec le plus grand et le plus juste succès, pour le projet
de loi comme pour lui-même. Il commença par expliquer, avec une
ferme franchise, pourquoi, dans cette circonstance, il se séparait de
l'opposition sans en sortir: «Je suis l'adversaire du cabinet, dit-il;
des souvenirs pénibles m'en séparent, et je crois qu'il y a même mieux
que des souvenirs pour m'en séparer; il y a des intérêts du pays,
peut-être mal compris par moi, mais des intérêts vivement sentis. Je
suis donc l'adversaire du cabinet... Malgré cela, malgré cet intérêt
très-grave de ma position, je viens appuyer aujourd'hui le gouvernement;
je viens combattre l'opposition... Je suis profondément monarchique.
Rappelez-vous ce que certains hommes m'ont reproché, ce que je ne
me reprocherai jamais, d'avoir voté pour l'hérédité de la pairie. Je
parlais dans un temps où il était difficile, je ne dirai pas périlleux,
car l'ordre était maintenu dans les rues par un ministre puissant, dans
un temps où il était difficile de parler comme je le faisais, j'ai parlé
pour l'hérédité de la pairie; cela doit vous dire à quel point je
suis monarchique dans mes convictions. Quand je vois cet intérêt de
la monarchie clair et distinct, j'y marche droit, quoiqu'il arrive;
fussé-je seul, entendez-vous? ....Quoi! parce qu'un instant, sous la
parole d'un homme que j'ai appelé, que j'appelle encore mon ami, parole
éloquente, sincère, certaines convictions ont flotté hier, certaines
conduites ont changé, j'irais déserter ce qui m'a paru une conduite
sage, politique, honorable, bien calculée dans l'intérêt de l'opposition
elle-même!... Non, fussé-je seul, je persisterais à soutenir la loi
telle quelle, sans modification, sans amendement.»

Il la soutint, en effet, avec cette abondance de vues à la fois
ingénieuses et pratiques, cette verve naturelle et imprévue, facile,
lucide, rapide, même quand elle se répand en longs développements, qui
est le propre et original caractère de son talent. Il agit puissamment
sur les esprits, persuada les incertains, raffermit les chancelants, et
donna à ceux qui étaient déjà décidés le plaisir d'avoir confiance dans
leur opinion et dans son succès. M. Dupin termina le débat par un résumé
précis et ferme. Les deux amendements, pour la régence féminine et pour
la régence élective, furent rejetés sans qu'on eût même besoin d'aller
au scrutin, et le projet de loi fut adopté dans cette même séance, par
310 suffrages sur 404 votants. Présenté le surlendemain à la Chambre des
pairs, il y fut également adopté, sur le rapport du duc de Broglie, par
163 suffrages sur 177 votants.

Le but était atteint; la question de la régence avait reçu la solution
la plus monarchique et la mieux appropriée à l'intérêt du pays comme de
la royauté. Mais le coup qu'avait reçu cette royauté par la mort de
M. le duc d'Orléans n'était pas guéri; les lois ne remplacent pas les
hommes. M. le duc d'Orléans était parfaitement adapté à la mission que
l'avenir semblait lui réserver; il n'avait ni l'expérience consommée,
ni l'inépuisable richesse d'esprit, ni la profondeur instinctive de
jugement du roi son père; mais ses qualités propres, qui n'auraient
peut-être pas suffi, en 1830, à bien apprécier la situation de la
monarchie naissante, à surmonter ses difficultés et à conjurer ses
périls, convenaient admirablement à cette monarchie jeune encore, mais
déjà hors de page. Il était jeune lui-même, beau, élégant, d'un esprit
prompt, net et aussi agréable que sa personne, de manières dignes et
princières au sein même d'une familiarité à laquelle il se prêtait
volontiers, sans pourtant s'y abandonner; brave avec grâce, élan et
contagion; fait pour plaire également dans les camps et dans les salons,
aux soldats et aux femmes, au peuple et au monde des cours. Il avait,
en politique, une vive sympathie pour les instincts nationaux, un chaud
dévouement à la grandeur de la France, une coquetterie complaisante
pour la faveur populaire, quelquefois même pour les entraînements
révolutionnaires; et ces sentiments auraient pu, au premier moment,
prendre trop de place dans ses résolutions et dans sa conduite; mais il
était capable de s'arrêter sur cette pente, d'apprécier la juste
mesure des choses, la vraie valeur des hommes, et d'apporter dans le
gouvernement plus de sagacité froide et de prudence que son attitude et
son langage ne l'auraient fait conjecturer. Depuis 1840, il avait fait,
dans ce sens, de notables progrès, et quoiqu'il ménageât avec soin
l'opposition, son appui sérieux en même temps que réservé ne manqua
point au cabinet. Ce n'était pas un prince à l'abri des fautes; mais il
y aurait touché plus qu'il n'y serait tombé, et, s'il y était tombé,
il les aurait, je crois, reconnues à temps. Il avait ces qualités
brillantes, confiantes et hardies qui, dans les jours de crise, plaisent
aux peuples agités et les rallient autour de leur chef. Sa mort laissa,
dans la maison royale et dans la France, un vide immense dont le
public et les hommes même à qui les dispositions présumées de ce prince
inspiraient quelque sollicitude, eurent, au moment où l'événement
éclata, un triste et juste pressentiment.



                            CHAPITRE XL

              LES ILES MARQUISES ET TAÏTI (1841-1846).


Un inconvénient du gouvernement représentatif.--Premières navigations
dans l'océan Pacifique.--Découverte de l'île de Taïti.--Divers voyageurs
qui l'ont visitée du XVIIe au XIXe siècle.--La Nouvelle-Zélande et
la Compagnie nanto-bordelaise.--L'amiral Dupetit-Thouars et les
îles Marquises.--Motifs de notre prise de possession des îles
Marquises.--L'amiral Dupetit-Thouars à Taïti.--Établissement et
conditions du protectorat français à Taïti.--Les missionnaires anglais
à Taïti.--Les missions protestantes et les missions catholiques dans
l'océan Pacifique.--Débats dans la Chambre des députés à ce sujet.--Le
capitaine Bruat nommé gouverneur des établissements français dans
l'océan Pacifique.--Retour de l'amiral Dupetit-Thouars à
Taïti.--Il substitue la complète souveraineté de la France
au protectorat.--Réclamation de la reine Pomaré et des
Taïtiens.--Fermentation à Taïti.--Menées de M. Pritchard, ancien
missionnaire anglais.--Il abat son pavillon de consul d'Angleterre et en
cesse les fonctions.--Le gouvernement français ordonne le rétablissement
du protectorat.--Débats dans les Chambres à ce sujet.--Arrestation,
emprisonnement et expulsion de M. Pritchard à Taïti.--Effet de
cet incident à Londres.--Langage de sir Robert Peel.--Mon
langage.--Négociation à ce sujet.--Conduite et correspondance du
capitaine Bruat.--L'expulsion de M. Pritchard est maintenue et une
indemnité lui est accordée.--Motifs de cette double mesure.--Les amiraux
Hamelin et Seymour, commandants des stations française et anglaise dans
l'océan Pacifique, sont chargés de s'entendre pour la fixation du
taux de l'indemnité.--Lettre que m'écrit le roi Louis-Philippe pour se
charger du payement de l'indemnité.--Le cabinet s'y refuse.--Débat
dans la Chambre des députés.--Attitude du cabinet.--Il n'obtient qu'une
faible majorité.--Il annonce sa résolution de se retirer.--Démarche du
parti conservateur.--Le cabinet reste en fonctions.--Appréciation de cet
incident.


C'est l'un des inconvénients du gouvernement parlementaire que les
événements et les questions, au moment où ils apparaissent et tombent
dans le domaine de la discussion, grandissent démesurément et prennent,
aux yeux du public, une importance hors de toute proportion avec la
vérité des choses et les intérêts du pays. Je me hâte de dire que je
préfère beaucoup ce mal à la légèreté insouciante et imprévoyante
des gouvernements absolus qui soulèvent des questions et font des
entreprises énormes sans se douter de leur gravité, qu'ils s'efforcent
ensuite de dissimuler au public chargé d'en porter le poids. Les
difficultés qui pèsent sur le pouvoir sont moins fâcheuses que les
fardeaux qui tombent sur le pays. Cependant il importe beaucoup aux pays
libres de savoir qu'ils doivent se méfier de leurs premières impressions
et de l'ardent travail de l'opposition à grossir infiniment, dans le
cours des affaires et des discussions publiques, les incidents qui
peuvent embarrasser et compromettre le pouvoir. Au premier moment, c'est
le pouvoir seul qui souffre de cette aveugle exagération des faits et
des débats; mais elle ne tarde pas à avoir des conséquences dont le
pays lui-même subit le mal. L'affaire qui porte les noms de Taïti et de
Pritchard est l'un des plus frappants, et l'on peut dire, l'un des plus
ridicules exemples de ces mensonges du microscope parlementaire, et des
périls comme des erreurs où ils peuvent jeter les nations.

Le 25 septembre 1513, après avoir erré, en aventurier avide de
découvertes et d'or, au milieu des peuplades de l'Amérique centrale,
l'audacieux Espagnol Vasco Nuñez de Balboa, de qui ses compagnons
disaient qu'il était «la meilleure tête et la meilleure lance qui
eussent jamais protégé un camp en terre de sauvages idolâtres,» aperçut
pour la première fois, du haut de l'une des montagnes qui traversent
l'isthme de Panama, l'océan Pacifique et quelques-unes des innombrables
îles semées sur son immensité. A cette vue, Balboa et ses compagnons
s'embrassèrent et élevèrent, au-dessus d'un amas de roches, une
grossière croix de bois; puis, ils descendirent sur le rivage, et
Balboa, tenant d'une main la bannière de Castille, de l'autre son épée,
fit quelques pas dans les flots, et, aux acclamations de sa petite
bande, il prit possession, au nom du roi d'Espagne son maître, de cette
mer inconnue et des terres qu'elle baignait. Quel espace et quel avenir
ouverts à l'imagination, à la cupidité, à l'aventure et à la conquête!

L'Europe maritime ne s'empressa guère à exploiter ce nouveau domaine;
pendant deux siècles, ce fut vers les grands continents d'Amérique
et d'Asie, plutôt que vers les archipels de l'océan Pacifique, que se
portèrent les entreprises des navigateurs et des gouvernements, de
la science, du commerce et de l'ambition. Un Portugais au service de
l'Espagne, Pedro Fernandez de Queiros, «le dernier des héros espagnols
dans le Nouveau-Monde,» dit un chroniqueur, fit presque seul, à cette
époque, dans les mers du Sud de hardis voyages et des découvertes qui
restèrent longtemps sans résultats. C'est seulement vers le milieu du
siècle dernier et dans le nôtre qu'au nom, soit de l'intérêt politique
ou commercial, soit des études scientifiques, l'océan Pacifique, mer
et terres, a été fréquemment et efficacement visité, parcouru, décrit,
conquis. De 1740 à 1840, les noms et les récits des voyageurs abondent:
en Angleterre, Anson, Wallis, Carteret, Byron, Cook, le plus célèbre
de tous; en France, Bougainville, La Pérouse, d'Entrecasteaux, Baudin,
Freycinet, Duperrey, Dumont d'Urville, Dupetit-Thouars, Laplace,
courageux et savants marins dont l'Europe entière a suivi avec un vif
intérêt les aventures et mis à profit les travaux. Les établissements
coloniaux, commerciaux, pénitentiaires, ont surgi à la suite des
voyages, et l'Océanie est maintenant l'un des grands théâtres où
se déploie la civilisation humaine, et vers lesquels se portent les
affaires comme la curiosité du public européen.

Un point dans ces vastes mers, la petite île de Taïti, a été, dès les
premiers pas des voyageurs, l'objet d'une attention, on pourrait dire
d'une faveur particulière. Queiros la découvrit le premier en 1605,
la décrivit avec complaisance, et lui donna le nom de _Sagittaria_,
probablement parce que les flèches étaient les seules armes de ses
sauvages habitants. Cent soixante ans s'écoulèrent sans qu'aucun
voyageur connu visitât cette île ou prît la peine d'en parler. En 1767,
Wallis y toucha et s'y arrêta; d'abord attaqué, puis bien accueilli par
les insulaires, après plus d'un mois de séjour, l'île lui parut une si
bonne station navale et un si agréable lieu de ravitaillement que,
sans autorisation ni conséquence officielle, il en prit possession pour
l'Angleterre et lui donna, en partant, le nom d'_île du roi George III_.
Bougainville y aborda l'année suivante, et les Français, aussi bien
accueillis que l'avaient été les Anglais, s'y plurent encore
davantage, répondirent joyeusement aux avances qu'ils y reçurent, et
en témoignèrent leur reconnaissance en appelant Taïti _la nouvelle
Cythère_. Cook, dans le cours de ses voyages, aborda trois fois à Taïti,
se loua encore plus que ses prédécesseurs de l'utilité de la station,
des procédés des insulaires, et contribua, plus que personne, à répandre
en Europe le renom de ce petit coin du monde. Depuis le commencement
de ce siècle, tous nos marins savants, dans leurs voyages de
circumnavigation, les capitaines Freycinet, Duperrey, Dumont d'Urville,
Dupetit-Thouars, Laplace, ont également visité Taïti et tenu, sur les
agréments du climat, du pays et des habitants, le même langage. Après
tous ces voyages et tous ces récits, cette île avait en Europe une sorte
de célébrité gracieuse, et les marins l'appelaient la _Reine des mers du
Sud_.

La convenance d'assurer à notre marine, dans ces parages, un lieu de
ravitaillement et d'appui, se faisait de plus en plus sentir; l'instinct
public prit l'initiative; vers la fin de 1839, une compagnie se forma
à Nantes et à Bordeaux pour tenter, dans la Nouvelle-Zélande, une
colonisation française; elle demanda et obtint, du cabinet de cette
époque, une certaine mesure d'adhésion et de concours; mais, quand on
en vint à l'exécution, on reconnut que les Anglais nous avaient devancés
dans ces grandes îles; que, depuis 1815, ils y avaient formé des
établissements particuliers qui avaient pris peu à peu un caractère
national; qu'en août 1839, un officier anglais, le capitaine Hobson,
était parti pour la Nouvelle-Zélande avec des instructions de son
gouvernement, et que, dans les premiers mois de 1840, avant l'arrivée
des bâtiments français, la souveraineté de la reine d'Angleterre y
avait été proclamée. L'entreprise, en supposant que, de notre part,
la contestation fût fondée, devenait ainsi singulièrement grave et
difficile; les demandes qu'adressa alors au gouvernement du roi la
Compagnie nanto-bordelaise, en vertu des promesses qu'il lui avait
faites, furent pour nous l'objet d'un sérieux examen qui nous
laissa convaincus que, si cette compagnie avait, pour ses intérêts
particuliers, des titres à notre appui, nous ne pouvions élever, contre
la prise de possession antérieure du gouvernement anglais, point de
réclamations légitimes, ni qui eussent chance d'être efficaces. Les
rapports du capitaine Lavaud, marin aussi sensé que brave, qui fut
envoyé, à cette époque, dans ces parages, commandant la corvette
_l'Aube,_ nous confirmèrent dans cette conviction. Il fallait chercher
ailleurs qu'à la Nouvelle-Zélande l'établissement que nous désirions
dans l'océan Pacifique. Revenu en 1840 de son voyage autour du monde sur
la frégate _la Vénus_, le capitaine Dupetit-Thouars était le dernier de
nos marins qui eût visité ces régions et qui pût donner, à leur sujet,
des informations récentes et sûres. Il présenta au ministre de la marine
un rapport sur les îles Marquises qu'il avait naguère observées dans ce
dessein. Nous avions un double but à atteindre: en même temps que nous
voulions procurer, à notre marine et au commerce français dans ces
mers, une bonne station navale, nous étions en présence d'une question
importante, depuis longtemps posée par le Code pénal, l'établissement
d'un lieu de déportation hors du territoire continental du royaume.
Examinées plusieurs fois dans cette vue, nos diverses possessions
coloniales avaient rencontré de graves objections de salubrité, de
sécurité, d'intérêt politique ou commercial et de convenance morale.
Étudiée avec soin par les ministères de la marine, de la justice et des
affaires étrangères, la proposition du capitaine Dupetit-Thouars parut
répondre aux diverses exigences dont nous devions tenir compte. Les îles
Marquises étaient un lieu parfaitement sain, situé sous un beau climat,
d'une étendue très-limitée et facile à surveiller ou à défendre; un
bon port s'y offrait à notre navigation; les tribus qui les habitaient
étaient peu nombreuses et pouvaient être aisément gagnées ou soumises.
Depuis qu'au début du XVIIe siècle Queiros les avait découvertes et leur
avait donné le nom _d'îles Marquises_ en l'honneur de la marquise
de Mendoça, femme du vice-roi du Pérou, son patron, aucune puissance
européenne n'y avait acquis aucun droit, point de colons étrangers n'y
étaient établis. Si l'éloignement du lieu était une cause de lenteur et
de dépense, il vivait, au point de vue pénal, l'avantage d'agir sur les
imaginations sans choquer l'humanité. Notre établissement sur ce point
réunissait donc au dedans toutes les conditions politiques et morales du
double but que nous nous proposions, et ne pouvait susciter, au dehors,
aucun embarras. La proposition du capitaine Dupetit-Thouars fut agréée,
et il partit en août 1841 sur la frégate _la Reine-Blanche,_ investi,
avec le grade de contre-amiral, du commandement de notre station navale
dans les mers du Sud, et muni d'instructions formelles pour prendre
possession des îles Marquises, au nom du gouvernement du roi[3].

[Note 3: _Pièces historiques_, nº 1.]

Parmi les preuves que je pourrais apporter de la convenance de notre
résolution dans cette circonstance, je n'en veux indiquer aujourd'hui
que deux. En 1850, sous le régime de la république, après tout ce qui
s'était passé en France et dans l'Océanie, et malgré tous les débats
élevés à ce sujet, une loi nouvelle a mis en pratique l'idée que nous
avions entrevue pour l'accomplissement de la prescription du Code pénal,
et _les Marquises_ sont maintenant le lieu assigné, pour la justice
française, à la peine de la déportation[4]. Quant à l'importance d'une
station navale et d'un établissement fixe dans les mers du Sud, le
gouvernement impérial l'a hautement proclamée, car il n'a pas cru que
_les Marquises_ et _Taïti_ pussent suffire à ce dessein, et il y a
ajouté la _Nouvelle-Calédonie_.

[Note 4: Loi des 5-22 avril, 8-16 juin 1850; art. 4 et 5.]

Arrivé le 26 avril 1842 dans l'archipel des Marquises, l'amiral
Dupetit-Thouars, sans user de la force et en traitant avec les chefs des
tribus, prit successivement possession officielle des divers groupes de
ces îles. Des missionnaires catholiques, de la congrégation de Picpus,
y étaient déjà établis depuis quelques années, courageusement adonnés
à leur périlleux travail sur les indigènes anthropophages. L'un de ces
religieux, le père François-de-Paule, vint trouver l'amiral à bord
de _la Reine-Blanche_, et lui fut utile pour mener à bien ses petites
négociations, en leur conservant un caractère pacifique. Au mois d'août,
après avoir reçu de tous les chefs de cet archipel la reconnaissance
formelle de la souveraineté française, l'amiral Dupetit-Thouars
s'éloigna des Marquises, laissant à terre une petite garnison, des
travaux d'établissement militaire commencés, et en rade la corvette _la
Boussole_ chargée de les protéger. Les instructions du gouvernement
du roi étaient exécutées, et la mission de l'amiral Dupetit-Thouars
accomplie.

L'amiral en pensa autrement: à ses yeux, notre établissement aux
Marquises n'était ni suffisant, ni sûr, si notre autorité ne s'étendait
sur les _îles de la Société,_ spécialement sur Taïti, le centre et la
perle de cet archipel voisin. Puisque nous avions été devancés dans la
Nouvelle-Zélande, au moins fallait-il que nous ne le fussions pas
aussi dans cette petite _Reine des mers du Sud_. A cette considération
générale se joignaient des motifs de circonstance: quoique Taïti fût
une terre indépendante et que le gouvernement anglais en eût refusé deux
fois la possession officielle, des missionnaires anglais et protestants
y dominaient, jaloux et inquiets dès que la France et le catholicisme
apparaissaient sur ces rivages. Plusieurs bâtiments de commerce ou
baleiniers français, en touchant à Taïti, y avaient rencontré un mauvais
vouloir vexatoire. En 1836, deux missionnaires catholiques, les Pères
Caret et Laval, détachés de la mission des îles Gambier, étaient venus
à Taïti et en avaient été violemment expulsés par l'influence du
missionnaire anglais M. Pritchard. En 1838, le capitaine Dupetit-Thouars
lui-même, touchant à Taïti sur _la Vénus_, avait réclamé et obtenu de
la reine Pomaré, pour les deux missionnaires français, une indemnité de
2,000 piastres; mais cette réparation n'avait pas empêché qu'après
son départ les mêmes prohibitions et les mêmes vexations ne se
renouvelassent, plus générales encore et plus absolues. Les griefs
particuliers s'ajoutaient ainsi aux convenances maritimes, et l'amiral
trouvait l'occasion bonne pour les faire valoir.

Dans les derniers jours d'août 1842, la frégate _la Reine-Blanche_ parut
devant Taïti; l'amiral renouvela sévèrement les plaintes qu'avaient eu
si souvent à former les Français, marins ou missionnaires, contre les
procédés du gouvernement de l'île, et le somma de prendre des mesures
efficaces pour en prévenir le retour. Pour la reine Pomaré et ses
conseillers, anglais ou indigènes, l'embarras était grand, car on leur
demandait autre chose que des promesses toujours vaines. M. Pritchard,
qui, peu d'années auparavant, avait reçu de lord Palmerston la
commission de consul d'Angleterre à Taïti, ne s'y trouvait pas en
ce moment; il était allé faire un voyage. Après quelques jours
d'incertitude, et probablement sur la suggestion d'intermédiaires
favorables aux demandes françaises, la reine Pomaré, hors d'état de
résister en fait à la force et dans son âme à la peur, offrit de se
placer, elle et ses îles, sous la protection de la France; et le 9
septembre 1842, l'amiral Dupetit-Thouars, sous la seule réserve de la
ratification du roi, accepta la proposition par un traité qui maintenait
à la reine Pomaré la souveraineté intérieure et l'administration de
ses îles, mais dans lequel elle abandonnait entre les mains du roi des
Français et aux soins de son gouvernement, ou à la personne nommée par
Sa Majesté et agréée par la reine Pomaré, «la direction de toutes les
affaires avec les gouvernements étrangers, de même que tout ce qui
concerne les résidents étrangers, les règlements de port, etc., et
le droit de prendre telle autre mesure qu'il jugera utile pour la
conservation de la bonne harmonie et de la paix.»

Le même traité portait: «Chacun sera libre dans l'exercice de son
culte et de sa religion. Les églises établies en ce moment continueront
d'exister, et les missionnaires anglais continueront leurs fonctions
sans être molestés. Il en sera de même pour tout autre culte; personne
ne pourra être molesté ou contraint dans sa croyance.»

Tel était, en ce moment, à Taïti, l'état des esprits, que non-seulement
la reine Pomaré et les principaux chefs de l'île, mais les résidents
étrangers, entre autres le consul des États-Unis d'Amérique et le
vice-consul d'Angleterre lui-même, M. Wilson, en l'absence de
M. Pritchard, adhérèrent formellement à ce traité que l'amiral
Dupetit-Thouars s'empressa de leur communiquer: «J'ai l'honneur, lui
écrivit le 12 septembre M. Wilson, de vous accuser réception de votre
communication du 11 de ce mois, et de vous assurer en réponse que je
me félicite que les difficultés qui existaient entre les gouvernements
français et taïtien aient été réglées sans que vous ayez eu recours à
des mesures hostiles, et selon des termes si modérés et favorables. J'ai
aussi l'honneur de vous dire que j'aurai grand plaisir à vous voir et à
vous prêter, quand il vous plaira de me la demander, mon assistance pour
la formation d'une administration propre à maintenir le bon ordre et
l'harmonie entre les résidents, étrangers à Taïti, ainsi que pour le
bien général des habitants.» Plus réservés dans leur adhésion, les
missionnaires protestants témoignèrent pourtant la résignation la
plus pacifique; ils écrivirent, le 21 septembre 1842, à l'amiral
Dupetit-Thouars: «Nous soussignés, ministres de la mission protestante
dans les îles de Taïti et de Moorea, réunis en comité et informés
des changements qui viennent de s'accomplir à l'égard du gouvernement
taïtien, nous assurons votre Excellence que nous, ministres de
l'Évangile de paix, nous considérerons comme notre impérieux devoir
d'exhorter le peuple de ces îles à une soumission générale et paisible
envers les pouvoirs existants. Nous pensons que c'est là le meilleur
moyen de servir les intérêts de ce peuple, et surtout que cette
soumission est requise par les lois de Dieu que nous avons jusqu'ici
pris soin de lui inculquer.»

Malgré ces démonstrations locales, dès que la nouvelle de cet événement
nous arriva, je pressentis les embarras qu'il devait nous causer. Il y
avait quarante-cinq ans que les missionnaires anglais étaient établis à
Taïti; ils y étaient les délégués de la grande _Société des missions
de Londres_, fondée en 1795 précisément pour porter la foi chrétienne à
_Taïti_ et dans ces îles de _la Société_ dont les voyageurs anglais et
français ne cessaient, depuis un demi-siècle, d'entretenir le public
européen. Le départ des premiers missionnaires, au nombre de vingt-neuf,
dont neuf emmenaient avec eux leurs femmes et leurs enfants, avait été à
Londres l'occasion de réunions religieuses, solennelles et ferventes;
un journal spécial, _le Magasin évangélique_, avait été fondé pour les
soutenir. En arrivant à Taïti, ils avaient trouvé la population plongée
dans l'état moral le plus déplorable; le meurtre, le vol, la débauche,
la polygamie, l'infanticide, le mensonge, le parjure y étaient,
non-seulement habituellement pratiqués, mais publiquement admis et comme
de droit commun; l'infanticide en particulier était l'objet avoué
d'une association abominable, dite les _Arreoys_, qui se chargeait de
l'accomplir. Quoiqu'ils ne fussent pas anthropophages, les Taïtiens
étaient livrés à une idolâtrie aussi cruelle qu'insensée; ils immolaient
souvent des victimes humaines, et posaient sur les corps égorgés
les grossiers fondements des temples consacrés à leurs idoles. Les
missionnaires anglais avaient été aux prises avec ces traditions
invétérées de superstitions et de vices; plusieurs d'entre eux avaient
été massacrés; quelques-uns, effrayés ou dégoûtés de leur tâche,
l'avaient abandonnée et étaient retournés en Angleterre; ceux qui
étaient restés avaient eu à surmonter toute sorte d'obstacles et à
souffrir toute sorte d'épreuves. Pourtant ils avaient persisté; ils
avaient reçu de leurs patrons d'Angleterre le plus constant appui; des
recrues successives de chrétiens, aussi dévoués que ceux du premier
départ, étaient venues perpétuer et renouveler la mission. Elle avait
fait bien plus que persister, elle avait réussi; par leur inépuisable
dévouement et leur action prolongée, les missionnaires avaient changé,
non-seulement à la surface et en apparence, mais réellement, la foi,
les moeurs et l'état social des Taïtiens. Ce n'est pas sur leur propre
témoignage, c'est sur celui de voyageurs étrangers à leur nation et à
leur oeuvre que cette assertion se fonde; en 1824, après avoir passé
quinze jours à Taïti, le savant capitaine Duperrey, commandant la
corvette _la Coquille_, écrivait: «L'état de l'île de Taïti est
maintenant bien différent de ce qu'il était du temps de Cook. Les
missionnaires de _la Société de Londres_ ont entièrement changé les
moeurs et les coutumes des habitants. L'idolâtrie n'existe plus; ils
professent généralement la religion chrétienne; les femmes ne viennent
plus à bord des navires, et elles sont très-réservées en toute occasion.
Leurs mariages sont célébrés comme en Europe, et le roi se borne à une
seule femme. Les femmes sont admises à table avec leurs maris.
L'infâme société des Arreoys n'existe plus. Les guerres sanglantes
dans lesquelles ce peuple s'engageait et les sacrifices humains ont
entièrement cessé depuis 1816. Tous les naturels savent lire et écrire,
et ils ont des livres religieux traduits dans leur langue et imprimés à
Taïti, ou à Raiatea, ou à Eimeo. Ils ont construit de belles églises
où ils se rendent deux fois par semaine, et ils prêtent la plus grande
attention aux discours du prédicateur. Il n'est pas rare de voir des
individus prenant des notes sur les plus intéressants passages des
sermons qu'ils entendent.»

C'était après de tels résultats de leurs travaux, et après quarante
ans de domination morale que les missionnaires anglais protestants se
voyaient menacés de perdre, dans Taïti, leur prépondérance; c'était
une foi et une oeuvre à ce point laborieuses et victorieuses qu'ils
pouvaient, qu'ils devaient croire compromises par l'empire naissant
d'une autre nation et d'une autre foi. Depuis près de vingt ans,
Taïti était, entre les missionnaires protestants et les missionnaires
catholiques, comme une proie exquise dont ils se disputaient la
conquête; le 25 juin 1835, le Frère Colomban écrivait à l'évêque de
Nicopolis: «Je suis débarqué à Taïti après un voyage de cinq jours. A
l'arrivée d'un enfant du Sacré-Coeur sur cette terre depuis si longtemps
consacrée au démon, il n'est pas étonnant que cet ennemi de tout bien
ait redoublé de fureur, et que les émissaires protestants aient cru que
je venais renverser leur empire.» A cette jalousie fanatique, plus d'un
missionnaire protestant répondait par le même sentiment; M. Pritchard,
entre autres, assurait aux chefs taïtiens «que le Frère Colomban était
le pape, et que, si on le laissait entrer dans le pays, il emporterait,
en s'en allant, tout ce qu'ils possédaient[5].» Il faudrait ignorer
bien complétement la nature humaine et l'histoire pour ne pas comprendre
l'émotion profonde que, dans un tel état des esprits, le protectorat
français à Taïti devait susciter, non-seulement dans les sociétés
de missions, mais dans le public d'Angleterre, et le déplaisir plein
d'embarras que le cabinet anglais devait en ressentir.

[Note 5: _Annales de la propagation de la foi_, t. X, page 205.]

L'amiral Dupetit-Thouars avait agi sans autorisation du gouvernement;
les instructions qu'il avait reçues à son départ ne parlaient que
des îles Marquises; nous ne nous dissimulions pas les difficultés
que pouvait amener, pour nous, ce qu'il venait de faire à Taïti. Nous
résolûmes cependant de le ratifier. L'acte ne blessait aucun droit
international; le gouvernement anglais n'en avait et n'en réclamait
aucun sur les _Iles de la Société_; quels que fussent les motifs qui
l'avaient déterminée, la reine Pomaré, dans son indépendance, avait
proposé et signé le traité qui établissait le protectorat français;
le fait était accompli; le drapeau de la France, planté aux Marquises,
faisait dans les mers du Sud sa première apparition permanente; il n'y
devait pas paraître incertain et timide. Le 20 mars 1843, le _Moniteur_
contint cette déclaration: «Le gouvernement a reçu des dépêches du
contre-amiral Dupetit-Thouars qui lui annoncent que la reine et les
chefs des îles Taïti ont demandé à placer ces îles sous la protection
du roi des Français. Le contre-amiral a accepté cette offre et pris les
mesures nécessaires, en attendant la ratification du roi qui va lui être
expédiée.»

Dès le lendemain 21 mars, le comte Pelet de la Lozère témoigna, dans la
Chambre des pairs, quelque inquiétude pour les missions établies à Taïti
et pour les progrès du christianisme dans cet archipel. Je lui répondis
immédiatement: «La Chambre comprend qu'il m'est impossible d'entrer
dans aucun détail sur un fait si récent; néanmoins je suis bien aise
de calmer tout de suite les inquiétudes de l'honorable orateur. Non,
certainement, ce ne sera pas le gouvernement du roi, quelque part que
son pouvoir pénètre, qui fera jamais rétrograder le christianisme et la
civilisation, et qui n'accordera pas aux populations chrétiennes, et à
la transformation des populations idolâtres en populations chrétiennes,
la protection la plus efficace. Il protégera non-seulement le
christianisme, mais le christianisme tolérant et libre. Et ici je vais
au-devant d'une difficulté qui est dans l'esprit de l'orateur, mais
qu'il n'a pas complétement exprimée. Il est vrai que, dans les archipels
des mers du Sud, des missionnaires protestants ont pénétré en même temps
que les missionnaires catholiques, et que les uns et les autres ont
travaillé, travaillé efficacement, à la conversion des idolâtres. Les
uns et les autres ressentiront les effets de la protection de la
France, et le christianisme ne reculera dans aucun pays où pénétrera son
pouvoir.»

La situation et les intentions du gouvernement du roi ainsi bien
déterminées, nous prîmes les mesures nécessaires pour que l'exécution
fût sérieuse et efficace. Dès le 8 janvier 1843, le capitaine Bruat,
officier d'une intelligence et d'une bravoure éprouvées, avait été nommé
gouverneur des îles Marquises; le 17 avril, quand nous eûmes ratifié
le protectorat français à Taïti, il reçut le titre de gouverneur des
établissements français dans l'Océanie et commissaire du roi auprès de
la reine Pomaré. Des instructions précises, en réglant sa conduite
et ses relations à Taïti comme aux Marquises, et avec le commandant
supérieur de notre station navale dans les mers du Sud comme avec les
indigènes, lui assurèrent tout le pouvoir dont il avait besoin, sans
dépasser les limites du traité conclu par l'amiral Dupetit-Thouars le 9
septembre précédent[6]; et les questions d'outre-mer ainsi résolues,
un projet de loi, présenté le 24 avril à la Chambre des députés par
l'amiral Roussin, alors ministre de la marine, demanda, soit pour les
premiers frais en 1843, soit pour les dépenses permanentes des nouveaux
établissements français dans l'Océanie, un crédit extraordinaire de
5,987,000 francs.

[Note 6: _Pièces historiques_, nº II.]

La discussion fut sérieuse sans être vive. L'opposition, dont M.
Billault fut le principal organe, y prit une attitude différente de son
attitude ordinaire; au lieu de nous accuser d'une excessive prudence,
elle nous trouvait trop entreprenants et trop confiants; elle contestait
l'opportunité de nos établissements dans l'Océanie; elle les voulait du
moins plus restreints et moins chers. Je rappelai les faits; je montrai
comment nous avions été conduits, par l'incident de Taïti, à étendre
notre entreprise; pour la justifier, je mis en lumière, par les faits et
les chiffres, l'état croissant de notre navigation et de notre commerce
dans les mers du Sud; j'insistai sur la nécessité, pour la France, de
ne pas rester étrangère au grand mouvement d'extension politique et
commerciale que d'autres nations poursuivaient si activement entre
l'Amérique et l'Asie. La Chambre m'écoutait avec plus de bienveillance
que de sécurité, plutôt intéressée que convaincue par la discussion, et
admettant la convenance de notre résolution sans compter beaucoup sur
les résultats. Quand les questions d'intérêt matériel furent épuisées,
M. Agénor de Gasparin éleva la question morale, et témoigna son regret
de la protection que le gouvernement annonçait l'intention d'accorder,
dans les îles de Taïti, aux missions catholiques, malgré la législation
taïtienne qui leur en interdisait l'entrée; il contesta au protectorat
français le droit d'imposer la liberté religieuse à un peuple qui n'en
voulait pas. Je saisis avec empressement cette occasion d'expliquer
nettement, à ce sujet, nos vues et le principe régulateur de notre
conduite: «Ce serait, dis-je, pour un gouvernement, une entreprise
insensée que de se charger de la propagande religieuse, et d'imposer
la foi par force, même aux païens. Nous n'en avons pas, nous n'en avons
jamais eu la pensée. Nous avons, à cet égard, auprès de nous, un grand
exemple; ce que je viens de dire, l'Angleterre le fait: le gouvernement
anglais ne fait point de propagande religieuse; il n'impose point la
foi protestante aux nations païennes; il y a en Angleterre des
missionnaires...» Une voix s'écria: «Commerçants!» Je repris à
l'instant: «Il y a en Angleterre des missionnaires commerçants et
des missionnaires non commerçants; il y a des missionnaires anglais
uniquement préoccupés des intérêts religieux et du désir de répandre le
christianisme; des hommes qui spontanément, librement, à leurs périls
et risques, sans aucune intervention de leur gouvernement, vont promener
leur activité et leur dévouement sur la face du monde pour y porter
leur foi. Cela, ils ont bien le droit de le faire; ils ne sont pas le
gouvernement de leur pays. Mais, avec leur foi, ils portent, partout où
ils pénètrent, le nom, la langue, l'influence de leur gouvernement; et
leur gouvernement qui le sait, qui recueille le fruit de cette activité,
leur gouvernement les suit de ses regards, les soutient, les protége
partout où ils pénètrent. En cela, il fait son devoir: à chacun sa
tâche; aux missionnaires libres, la propagation de la foi religieuse; au
gouvernement, la protection de ses sujets, même missionnaires, partout
où ils vont. Messieurs, la France a ses missionnaires aussi bien que
l'Angleterre; avant que vous vous en occupassiez, avant que vous le
sussiez, avant que votre pensée s'y fût un moment arrêtée, des hommes
sincères, courageux, dévoués, des prêtres français faisaient dans le
monde, avec la langue française et en portant le nom français, ce que
les missionnaires anglais font au nom de leur pays. Ils le faisaient
précisément dans les parages qui nous occupent, dans les archipels de
l'océan Pacifique; ils travaillaient à conquérir à leur foi les
îles Gambier, les Nouvelles-Hébrides, les îles des Navigateurs, la
Nouvelle-Zélande et tant d'autres. Pourquoi le gouvernement français ne
ferait-il pas, pour les missionnaires français catholiques, ce que le
gouvernement anglais fait pour les missionnaires anglais protestants?
Pourquoi ne les suivrait-il pas de ses regards, ne les protégerait-il
pas, comme l'Angleterre le fait pour les siens? On dit: «Vous voulez
donc vous faire les patrons de la foi catholique; vous allez donc vous
exposer à toutes les complications, à tous les conflits que la lutte du
catholicisme et du protestantisme dans ces parages peut entraîner.»
Je ne vois pas pourquoi la France, dans les limites et en gardant les
mesures que je viens d'indiquer, ne se ferait pas la protectrice de la
religion catholique dans le monde; c'est son histoire, sa tradition;
elle y est naturellement appelée; ce qu'elle a toujours fait dans
l'intérêt de sa dignité comme de sa puissance, je ne vois pas pourquoi
elle cesserait de le faire aujourd'hui. Parce que heureusement la
liberté religieuse s'est établie en France, parce que catholiques et
protestants vivent ici en paix sous la même loi, serait-ce une raison
pour que la France délaissât ses traditions, son histoire, et cessât de
protéger dans le monde la religion de ses pères? Non, messieurs, non;
si la France a introduit chez elle la liberté religieuse, la France la
portera partout; pourquoi la France ne ferait-elle pas, dans l'Océanie,
ce qu'elle fait chez elle, sur son territoire? Ce sera difficile,
dit-on; il y aura des complications, des embarras. Messieurs, c'est le
métier des gouvernements de faire des choses difficiles et de suffire
aux complications qui se présentent. Voulez-vous que je vous dise quelle
sera la conséquence de la situation que je décris? Elle s'est déjà
présentée; vous avez déjà vu, au milieu de vous, des prêtres catholiques
qui avaient vécu au sein de la liberté religieuse, au milieu des
protestants et de toutes les sectes; qu'étaient-ils devenus? Ils étaient
devenus doux, tolérants, libéraux; vous les avez vus archevêques chez
vous; M. de Cheverus, archevêque de Bordeaux, s'était formé à cette
école. Sous l'empire de nos lois, sous l'empire des faits au milieu
desquels se passera leur vie, ce même esprit pénétrera chez les prêtres
qui iront dans l'Océanie accomplir leur grande oeuvre. Et la France aura
été fidèle à son passé; la France aura protégé dans le monde la religion
catholique sans que la liberté religieuse en ait souffert nulle part;
elle y aura gagné au contraire de nouveaux exemples et de nouveaux
serviteurs.»

La Chambre ne comptait pas beaucoup sur la tolérance des missionnaires,
catholiques ou protestants; sa disposition, quant à la question
religieuse, était un peu inquiète, comme pour la question matérielle;
mais il y a, dans les grandes vérités morales, une puissance dont les
honnêtes gens ne peuvent se défendre, même quand ils doutent de leur
succès, et c'est à travers les hésitations et les troubles des hommes
qu'elles font leur chemin dans le monde. Dominées par l'honneur du
drapeau français et par le désir de se montrer protectrices à la fois
de la religion et de la liberté, les deux Chambres votèrent, à de fortes
majorités, pour nos nouveaux établissements dans l'Océanie, le crédit
que nous leur demandions.

Nous nous flattions que nous avions traversé les principales difficultés
de l'affaire; au dedans, la question parlementaire était vidée; au
dehors, la question diplomatique n'avait rien de grave; sans dissimuler
son déplaisir, et en laissant percer ses doutes sur la spontanéité de la
demande formée par la reine Pomaré pour l'établissement du protectorat
français, le cabinet anglais avait formellement déclaré qu'il n'avait
aucun droit ni aucun dessein d'y mettre aucun obstacle, et de donner
à la reine Pomaré son secours contre le traité qu'elle avait elle-même
conclu. L'ambassadeur d'Angleterre à Paris, lord Cowley, ne m'avait
témoigné que la sollicitude de son gouvernement pour les missionnaires
anglais à Taïti; je lui avais donné, à cet égard, les plus fermes comme
les plus franches assurances; et le 11 juillet 1843, au moment même
où les Chambres venaient de discuter et de voter la loi relative à nos
établissements dans l'Océanie, le sous-secrétaire d'État des affaires
étrangères à Londres, M. Addington, avait écrit, par ordre de lord
Aberdeen, à sir John Barrow, secrétaire de l'Amirauté[7]: «Quel que
puisse être le regret du gouvernement de Sa Majesté de voir la reine
Pomaré réduite à se soumettre à une puissance étrangère, dans les
communications qui ont eu lieu entre les gouvernements de France et
d'Angleterre au sujet des _îles de la Société_, depuis la première
nouvelle de l'absorption partielle de la souveraineté par les Français,
le gouvernement de Sa Majesté n'a élevé aucune question sur le droit en
vertu duquel la France avait pris cette souveraineté. Tout ce qu'on
a fait s'est borné à demander que les sujets anglais dans ces îles ne
soient pas inquiétés, et à obtenir du gouvernement français l'assurance
positive qu'une protection égale serait accordée aux missionnaires
protestants et catholiques romains établis dans ces îles. Le
gouvernement de Sa Majesté désire qu'aucune difficulté ne soit faite,
par les commandants des forces navales de Sa Majesté qui pourront
visiter les _îles de la Société_, quant à saluer le pavillon qui a été
introduit par l'amiral français, et qu'aucune dispute ne s'élève quant
au droit des Français d'exercer l'autorité dans ces îles, conjointement
avec la souveraine.» Le 25 août suivant, lord Aberdeen, dans une dépêche
à lord Cowley qui me fut communiquée, avait tenu le même langage. La
situation était donc claire et réglée entre le gouvernement anglais et
nous comme entre nous et la reine Pomaré, et notre établissement à Taïti
n'avait qu'à durer et à se développer dans les limites et aux termes du
traité du 9 septembre 1842.

[Note 7: _Parliamentary Papers_, nº 3, 1844.]

Il n'était pas destiné à un cours si naturel et si paisible. Après avoir
passé près de quatorze mois loin de Taïti où il avait laissé, à titre de
gouvernement provisoire, deux officiers de marine chargés des intérêts
français dans l'île et du premier établissement du protectorat, l'amiral
Dupetit-Thouars y revint le 1er novembre 1843, et après cinq jours de
pourparlers entre lui et le gouvernement taïtien sur ce qui s'était
passé depuis le mois de septembre 1842, notamment sur une question de
pavillon planté et maintenu à tort, selon l'amiral, par la reine Pomaré,
il mit de côté le traité du protectorat, déclara la reine Pomaré déchue
de sa souveraineté, à l'intérieur aussi bien qu'à l'extérieur, et prit
le 6 novembre, au nom du roi et de la France, possession complète et
définitive des _îles de la Société_. D'après ses rapports, qui nous
arrivèrent vers le milieu de février 1844, l'hostilité manifestée contre
l'établissement français par quelques-uns des officiers de la marine
anglaise venus à Taïti, les menées ardentes du consul anglais, M.
Pritchard, revenu dans l'île, pour exciter contre nous la reine Pomaré
et les Taïtiens, les difficultés que ces menées avaient suscitées aux
deux officiers qui représentaient la France, les prétentions d'entière
et malveillante indépendance que témoignaient certains actes de la
reine et de ses conseillers, tels étaient les motifs qui avaient fait
considérer à l'amiral le traité du 9 septembre 1842 comme violé par
le gouvernement taïtien, par conséquent comme annulé, et qui l'avaient
déterminé à substituer, au régime du protectorat, la complète
souveraineté de la France.

Nous fîmes, de cet acte de l'amiral Dupetit-Thouars et de ses motifs, le
plus sérieux examen. L'acte en lui-même était violent et contraire aux
plus simples maximes du droit public; on n'abolit pas tout à coup et à
soi seul un traité naguère conclu, et l'extrême faiblesse de l'une
des parties contractantes n'est qu'une raison de plus de modération et
d'équité. Une nécessité certaine et pressante eût pu seule expliquer la
résolution de l'amiral; or, ses motifs étaient plus spécieux que réels:
malgré les démonstrations malveillantes de quelques officiers de la
marine anglaise, malgré les menées hostiles du consul Pritchard et
les embarras qu'elles avaient causés aux deux officiers provisoirement
chargés des intérêts français, ces deux officiers «laissés seuls à
Taïti, sans troupes, sans navires, avec six marins pour tout appui,»
comme le disait, dans son rapport, l'amiral lui-même, n'en avaient pas
moins accompli leur mission; en définitive, leur autorité avait été
respectée; le drapeau du protectorat français n'avait pas cessé un
moment de flotter sur l'île. L'amiral Dupetit-Thouars n'avait pas jugé
la situation bien périlleuse ni bien pressante puisqu'il avait passé
quatorze mois sur la côte occidentale d'Amérique, sans paraître dans
l'archipel des _Iles de la Société._ L'officier anglais le plus ennemi
du protectorat français, le commodore Toup Nicholas, commandant la
frégate _la Vindictive_, sur laquelle M. Pritchard était rentré à Taïti,
venait d'être rappelé de cette station par l'amiral Thomas, commandant
en chef des forces navales anglaises dans les mers du Sud, et celui
qui l'avait remplacé devant Taïti, le capitaine Tucker, commandant la
frégate _le Dublin_, tenait une conduite beaucoup plus mesurée, dont les
officiers français s'empressaient de se féliciter. M. Pritchard lui-même
venait de recevoir de son gouvernement des instructions positives et
fort contraires à ses penchants; dès sa rentrée à Taïti, le 13 mars
1843, il avait écrit à lord Aberdeen en lui rappelant les termes de deux
dépêches, l'une de M. Canning en 1827, l'autre de lord Palmerston en
1841, qui semblaient promettre au gouvernement taïtien la protection
efficace de l'Angleterre quand il en aurait besoin; mais lord Aberdeen
lui avait répondu le 25 septembre 1843: «Vous paraissez vous être
complétement mépris sur les passages des lettres de M. Canning et de
lord Palmerston que vous citez dans votre dépêche, à l'appui du principe
de l'intervention active de la Grande-Bretagne contre la France en
faveur de la reine Pomaré. Il résulte de la teneur intégrale de ces
lettres que le gouvernement de Sa Majesté Britannique n'était point
disposé à intervenir ouvertement en faveur de la souveraine des _Iles de
la Société_, bien qu'il lui offrît toute la protection et tous les bons
offices qu'il pouvait lui donner, en dehors de l'intervention active.
Mais il ne faut pas supposer qu'au moment où il refusait de prendre les
_Iles de la Société_ sous la protection de la couronne d'Angleterre,
le gouvernement de Sa Majesté songeât à interposer ses bons offices en
faveur de la souveraine, de manière à s'exposer à la presque certitude
d'une collision avec une puissance étrangère. Le gouvernement
britannique déplore sincèrement la peine et l'humiliation infligées à
la reine Pomaré; il veut faire tout ce qu'il pourra pour alléger sa
détresse; mais malheureusement la lettre dans laquelle on demandait
la protection française a été librement signée par la reine, et la
convention qui a suivi a été également contractée et accomplie par sa
volonté..... Le gouvernement de Sa Majesté Britannique se trouve ainsi
privé, par l'acte volontaire et spontané de la reine, de tout prétexte
juste et plausible pour s'opposer à la prise de possession et à
l'exercice du protectorat des Français. Il n'entend donc soulever aucune
question relative à l'exercice de ce pouvoir, ni à la légitimité du
nouveau pavillon que les Français ont jugé à propos de substituer à
l'ancien pavillon taïtien[8].

[Note 8: _Parliamentary Papers_, 1844, nº 9.]

Ainsi, ni à Taïti même, ni de la part d'aucune puissance européenne,
le protectorat français ne courait aucun risque sérieux; il subsistait
depuis quinze mois, avec des embarras, mais sans obstacle véritable; la
reine Pomaré venait d'adresser au roi une lettre transmise par l'amiral
Dupetit-Thouars lui-même, dans laquelle, en invoquant, au nom du traité,
sa justice, elle y renouvelait sa plus positive adhésion. Nous pensâmes
donc, en vertu des faits comme du droit, que l'amiral Dupetit-Thouars
n'avait pas eu de raisons suffisantes de substituer par un acte violent,
au régime du protectorat, une situation qui ne pouvait manquer d'amener
des difficultés beaucoup plus graves, et le 26 février 1844, le
_Moniteur_ contint cette déclaration: «Le gouvernement a reçu des
nouvelles de l'île de Taïti, en date du 1er au 9 novembre 1843. M. le
contre-amiral Dupetit-Thouars, arrivé dans la baie de Papéiti le 1er
novembre pour exécuter le traité du 9 septembre 1842 que le roi avait
ratifié, a cru devoir ne pas s'en tenir aux stipulations de ce traité et
prendre possession de la souveraineté entière de l'île. La reine Pomaré
a écrit au roi pour réclamer les dispositions du traité qui lui assurent
la souveraineté intérieure de son pays, et le supplier de la rétablir
dans ses droits. Le roi, de l'avis de son conseil, ne trouvant pas, dans
les faits rapportés, de motifs suffisants pour déroger au traité du 9
septembre 1842, a ordonné l'exécution pure et simple de ce traité et
l'établissement du protectorat français dans l'île de Taïti.»

Le jour même où cette résolution fut annoncée, elle devint, dans la
Chambre des députés, de la part de toutes les nuances de l'opposition,
l'objet d'une grande attaque; on soutint que, loin de désavouer l'acte
de l'amiral Dupetit-Thouars, nous aurions dû l'approuver, et accepter
avec empressement la possession complète de Taïti au lieu du régime
incertain du protectorat. Mais ce ne fut point là la vraie et chaude
guerre; on nous accusa surtout d'avoir agi, dans cette occasion, par
faiblesse et complaisance pusillanime envers le gouvernement anglais;
on prétendit que l'humeur et les plaintes venues de Londres nous avaient
seules décidés; on exploita contre nous les sentiments populaires dont
l'Angleterre était l'objet. Jamais, en considérant l'ensemble des faits,
une telle accusation n'avait été plus mal fondée; quand nous avions
accepté le protectorat qui enlevait à l'Angleterre, et à l'Angleterre
protestante, la prépondérance exclusive dont elle jouissait à Taïti,
nous ne l'avions pas, à coup sûr, ménagée; nous avions inquiété et
blessé, au delà de la Manche, un profond sentiment national; nous
aurions agi sans convenance comme sans justice si nous avions renouvelé
et aggravé cette blessure en sanctionnant un second acte aussi inutile
en fait que contraire au droit. Je repoussai, avec plus d'indignation
dans l'âme que je ne me permis d'en exprimer, un grossier et absurde
reproche; on s'étonnait que nous eussions attendu huit jours après
l'arrivée des dépêches de l'amiral pour nous prononcer; on demandait
pourquoi nous n'avions pas pris sur-le-champ notre résolution avant qu'à
Londres et dans la Chambre des communes on eût parlé de l'affaire: «J'ai
du malheur, dis-je, car ce qui paraît fier à mes honorables adversaires
me paraît, à moi, timide et bas. Comment! Parce que nous craindrons
que quelques paroles soient dites, dans un parlement voisin, sur une
question à laquelle il porte intérêt, il faudra que nous décidions
cette question à la course! Il faudra que nous approuvions ou que nous
désapprouvions, dans les vingt-quatre heures, la conduite d'un officier
français, pour éviter qu'on en dise un avis, qu'on en exprime une
opinion de l'autre côté de la Manche! Messieurs, j'ai assez vécu pour
voir passer devant moi bien des gouvernements, bien des pouvoirs; j'ai
vu l'Empire avec l'ascendant de sa gloire; j'ai vu la Restauration
avec l'autorité de ses souvenirs; j'ai vu le pouvoir populaire avec
l'entraînement de ses idées et de ses passions. Aucun de ces pouvoirs,
j'ose le dire, ne m'a jamais trouvé complaisant ni disposé à plier
devant lui. Dans le cours d'une vie déjà longue, j'ai plus souvent
résisté que cédé à la force qui dominait dans notre société. Et
ce serait devant des pouvoirs étrangers que j'irais faire acte de
concession et de faiblesse! Messieurs, cela est absurde à supposer.
Sans doute, en prenant notre résolution, nous avons tenu compte de
nos relations avec l'Angleterre; il eût été, permettez-moi de le dire,
absurde de faire autrement. C'est la première règle du bon sens, c'est
le premier devoir d'une politique un peu intelligente d'apprécier chaque
question et chaque affaire à sa juste valeur, et de savoir quelles
conséquences elle aura dans l'ensemble de nos affaires et de nos
relations avec d'autres États. Je suis le premier à dire que, lorsque
nous avons examiné cette question, nous avons pensé à nos relations
avec l'Angleterre. Mais cela n'empêche pas que nous n'ayons résolu
la question dans la plus complète indépendance de toute influence
étrangère, anglaise ou autre, et uniquement par des considérations
puisées dans l'intérêt de la France elle-même. Je le dis très-haut, je
le dis sans crainte de blesser les hommes honorables qui siègent dans
le Parlement britannique, pas plus que je ne crains de blesser mes amis;
nous nous décidons par des raisons françaises et non à cause des paroles
anglaises. Nous n'avons pas craint que ces paroles fussent prononcées,
et nous nous sommes conduits après comme nous nous serions conduits
avant. Je vous conjure, messieurs, d'y bien penser. Il est vrai:
l'avénement et l'établissement de la France dans les mers du Sud ont été
regardés par l'Angleterre avec un oeil de sollicitude, et peut-être de
quelque jalousie. Ne vous y trompez pas; la force la plus vive, la plus
active qui existe aujourd'hui dans l'Océanie, c'est la force religieuse.
Quand je dis la force religieuse, je ne dis pas seulement la force
religieuse protestante, je dis aussi la force religieuse catholique; ces
archipels sont couverts de missionnaires catholiques en même temps que
de missionnaires protestants. On a parlé plusieurs fois, dans cette
Chambre, des missionnaires anglais qui résident à Taïti; nous leur avons
promis liberté, protection, sécurité, et je n'hésite pas à dire que le
gouvernement anglais a pleine confiance dans notre parole. Mais cette
parole que nous avons donnée, nous avons à la demander aussi pour
nous. A la Nouvelle-Zélande, par exemple, ce sont des missionnaires
catholiques qui ont pénétré les premiers et se sont établis; un évêque
français, Mgr Pompallier, est à la tête de ces missions, avec beaucoup
de zèle et de succès. On dit que déjà plus de vingt mille naturels ont
été dans la Nouvelle-Zélande convertis au catholicisme. Ils sont sous
l'autorité anglaise; nous avons besoin qu'ils soient protégés, soutenus,
qu'ils jouissent de la même liberté, de la même sécurité que nous
garantissons aux missionnaires anglais à Taïti. Partout dans cette
Océanie, la religion catholique et la religion protestante sont à côté
l'une de l'autre; toutes deux se propagent en même temps; l'une et
l'autre sincères, convaincues, ardentes; l'une et l'autre faisant des
prosélytes qui, dans leur naturel inculte et sauvage, deviennent bien
vite ardents et fanatiques. C'est un beau spectacle que donnent en ce
moment ces missions travaillant librement, l'une à côté de l'autre, à
la propagation de la foi chrétienne; mais c'est un spectacle difficile,
délicat, périlleux, qui ne peut durer qu'à la condition qu'il sera
protégé par la bonne intelligence et l'harmonie des deux grands
gouvernements sous l'empire desquels ces missions s'exercent. Le jour
où, entre ces deux gouvernements, la bonne intelligence aura cessé, le
jour où la rivalité politique viendra se placer à côté de la dissidence
religieuse, ce jour-là, ne vous y trompez pas, messieurs, du milieu
de cet Océan il sortira des tempêtes; il y aura là des éléments de
discorde, des causes de guerre que toute la sagesse de l'Europe aura
grand'peine à contenir. Si vous voulez que cette oeuvre solennelle
et que, pour mon compte, je trouve aussi salutaire que belle, si vous
voulez, dis-je, qu'elle continue et qu'elle réussisse, appliquez-vous
à maintenir, entre les deux grands gouvernements dont il s'agit,
la confiance et l'harmonie. Et lorsque ces deux gouvernements sont
eux-mêmes d'accord sur ce point, lorsqu'ils se promettent, lorsqu'ils se
donnent effectivement l'un à l'autre, dans les contrées dont je parle,
toutes les libertés, toutes les garanties dont l'oeuvre que je rappelle
a besoin, ne souffrez pas qu'il dépende de la volonté d'un homme, d'un
marin, quelque honorable, quelque courageux, quelque dévoué à son
pays qu'il soit, (et ce n'est pas moi qui refuserai à l'amiral
Dupetit-Thouars aucun de ces mérites), ne souffrez pas, dis-je, qu'il
dépende de la volonté d'un seul homme de venir troubler un pareil
spectacle et détruire une pareille oeuvre en rompant, entre les deux
grands pays qui y concourent, la bonne intelligence et l'harmonie dont
dépendent son succès et sa durée.»

La Chambre fut touchée et convaincue: un ordre du jour, proposé par
l'opposition en ces termes: «La Chambre, sans approuver la conduite du
cabinet, passe à l'ordre du jour,» fut rejeté par 233 voix contre 187;
et le même débat, renouvelé quatre fois en deux mois dans la Chambre des
pairs comme dans celle des députés, eut constamment le même résultat.

Mais pendant que nous le discutions à Paris, l'acte de l'amiral
Dupetit-Thouars amenait à Taïti les conséquences qu'on en devait
attendre, et allumait, dans ce petit coin du monde, le feu de la guerre.
La reine Pomaré complétement dépouillée de sa souveraineté, la conquête
remplaçant le protectorat, le plus fort abolissant le régime et les
droits qu'il avait naguère institués, ces violences inattendues mirent
la douce et indolente population de l'île dans une vive fermentation.
Le consul Pritchard s'empressa de la fomenter: il avait engagé la reine
Pomaré à venir habiter dans une case voisine de la sienne, pour qu'elle
fût constamment sous son influence; au moment même où elle réclamait le
maintien du traité du 9 septembre 1842, il lui fit adresser à l'amiral
Dupetit-Thouars[9] une lettre où elle affirmait qu'elle n'avait signé
ce traité que par peur; et il écrivit lui-même à l'amiral[10]
pour contester les faits sur lesquels reposait le traité, accuser
d'ivrognerie son propre suppléant, le vice-consul anglais Wilson, qui en
avait témoigné sa satisfaction, et déclarer que, pour lui, il ne pouvait
reconnaître même le simple protectorat français, n'en ayant pas
encore reçu de son gouvernement l'autorisation. Dès que l'amiral
Dupetit-Thouars eut mis de côté le protectorat et pris entière
possession de l'île, M. Pritchard amena son pavillon de consul et
annonça qu'il cessait ses fonctions, disant en même temps aux indigènes
que l'Angleterre ne reconnaîtrait pas le nouveau régime et que ses
vaisseaux viendraient bientôt au secours de la reine Pomaré. Il le
persuada si bien à la reine elle-même, que le 10 janvier 1844, au
moment où la frégate anglaise _le Dublin,_ rappelée par l'amiral Thomas,
quittait la rade de Taïti, elle écrivit aux chefs et au peuple de six
districts de l'île: «Je vous informe que _notre_ vaisseau de guerre
est près de partir, ayant été rappelé par l'amiral; il y a ici un petit
bâtiment de guerre qui prend soin de nous, et il en vient un autre.
Ne croyez donc pas à la personne qui vous dit que nous ne serons pas
secourus. La Grande-Bretagne ne nous abandonnera jamais. Tenez-vous
tranquilles en attendant l'arrivée de sa parole. Voici ma parole, à moi,
pour vous; ne faites aucun mal en aucune occasion; ne maltraitez
jamais ceux de France; attendez patiemment; c'est à moi que vous devez
regarder; c'est moi que vous devez suivre. Et prions Dieu qu'il nous
délivre de nos peines, comme Ezéchias fut délivré.» Quelques jours après
enfin, le 31 janvier 1844, au moment où la sédition éclatait sur divers
points de l'île, M. Pritchard détermina la reine Pomaré à se retirer à
bord du petit bâtiment anglais _le Basilic_, en station dans la rade de
Papéiti, comme dans le seul lieu où elle pût être en sûreté. Et pendant
que Papéiti était en proie à cette agitation, une lettre y arrivait du
commodore Toup Nicholas, l'adversaire déclaré du protectorat français,
et qui, en station sur la côte du Pérou avec sa frégate _la Vindictive_,
écrivait [11] à l'un de ses amis à Taïti: «Puisse la nouvelle année vous
apporter plus de contentement que la précédente, et puissé-je voir
la chère et bonne reine rendue à sa pleine souveraineté et à son
indépendance!» Le bâtiment qui portait à Taïti cette lettre y portait
en même temps plusieurs numéros du _Dublin-University Magazine_ et du
_Times_ pleins d'articles violents contre les Français, articles dont
les copies faites à la main furent aussitôt répandues avec profusion.

[Note 9: Le 3 novembre 1842.]

[Note 10: Le 6 novembre 1843.]

[Note 11: Le 13 janvier 1844.]

Dans cette situation compliquée et délicate, le capitaine Bruat, qui
venait de prendre, depuis quelques semaines seulement, le gouvernement
des établissements français dans l'Océanie, se conduisit avec autant
d'intelligence que d'énergie. Il se porta de sa personne, avec des
forces suffisantes, sur les points de l'île où l'insurrection était
flagrante ou prochaine, et prit partout les mesures nécessaires pour
la réprimer ou la prévenir, opposant aux faux bruits sa présence et ses
actes, prompt à intimider les indigènes par sa fermeté confiante, les
frappant au besoin sans hésitation mais avec mesure, s'abstenant de
paroles bruyantes, préoccupé des difficultés du cabinet à Paris comme
des siennes propres dans les îles, et déployant avec vigueur l'autorité
dont il était revêtu, sans rien dire ni rien faire qui pût aggraver
les embarras ou compromettre les résolutions du gouvernement de qui il
tenait sa mission.

Mais M. Bruat ne pouvait être en même temps partout, au foyer où couvait
l'insurrection comme sur les points où elle éclatait. Il avait
laissé, en partant, à Papéiti, avec le commandement de la place auquel
l'appelait son grade, le capitaine de corvette d'Aubigny, officier
aussi brave, mais moins prévoyant et moins patient que lui. Les menées
hostiles de M. Pritchard étaient, dans ce moment de crise, l'objet
des préoccupations et sans doute aussi le sujet des conversations
habituelles des Français, militaires ou civils, en résidence à Taïti.
Sur le compte de ce sournois ennemi, tous les bruits devaient être
accueillis, toutes les suppositions admises avec une crédulité
passionnée, et le commandant d'Aubigny partageait probablement les
méfiances comme les colères de ses compagnons. Dans la nuit du 2 au 3
mars 1844, un matelot français en faction fut attaqué, à coups de poing,
par un indigène qui se saisit de son fusil et qui, forcé de lâcher
prise, s'enfuit, en emportant la baïonnette. Dans l'état des affaires,
un tel incident n'avait rien d'étrange, ni de bien grave: il n'en jeta
pas moins le commandant d'Aubigny dans la plus violente irritation.
A l'instant, par un arrêté qui contenait les prohibitions et les
prescriptions les plus rigoureuses[12], il mit la ville de Papéiti en
état de siège, et le même jour, sans aucun éclaircissement préalable, il
fit arrêter M. Pritchard au moment où celui-ci mettait le pied dans un
canot pour faire une visite sur l'un des bâtiments anglais en rade, le
fit enfermer dans un étroit réduit situé au-dessous d'un blockhaus, en
lui interdisant toute communication au dehors, même avec sa femme, et
publia une proclamation ainsi conçue: «Une sentinelle française a été
attaquée dans la nuit du 2 au 3 mars 1844. En représailles, j'ai fait
saisir le nommé Pritchard, seul moteur et instigateur journalier de
l'effervescence des naturels. Ses propriétés répondent de tout dommage
occasionné à nos valeurs par les insurgés, et si le sang français venait
à couler, chaque goutte en rejaillirait sur sa tête[13].»

[Note 12: Je ne citerai ici que quelques articles de cet arrêté:

«ARTICLE 2. Tout résidant, Européen ou Indien, doit être rentré dans son
habitation au coup de canon de retraite, et n'y recevoir personne après
cette heure.

«ART. 3. Depuis le coup de canon de retraite jusqu'à celui de diane,
les patrouilles commandées par un officier et les rondes de police
commandées par le commissaire de police pourront se faire ouvrir de
force et visiter en détail toute maison qui leur paraîtra suspecte, ou
dans laquelle on soupçonnera une réunion de personnes autres que celles
qui habitent la maison.

«ART. 4. Si les patrouilles ou rondes de gendarmerie trouvent, dans les
maisons qu'elles visiteront, des personnes qui ne les habitent pas, en
outre de l'arrestation de ces personnes et de celle du propriétaire, de
la confiscation ou de la destruction immédiate de tous vins, alcools ou
autres esprits, les maisons pourront être détruites et leurs matériaux
transportés à la convenance du commandant particulier, pour construire
des corps-de-garde, magasins ou abris utiles à la garnison.

«ART. 5. Les embarcations des bâtiments étrangers, à quelque nation
qu'ils appartiennent, devront avoir quitté le rivage au coup de canon de
retraite, emmenant avec elles les personnes de leur équipage et tous
les passagers descendus à terre dans la journée. Il est interdit à tout
officier, matelot ou passager, d'avoir à terre un logement de nuit.

«ART. 6. D'un coup de canon à l'autre, les bâtiments étrangers sont
prévenus qu'en outre des coups de feu auxquels ils exposeraient
leurs hommes en envoyant un canot à terre, l'équipage sera arrêté, et
l'embarcation immédiatement sabordée ou détruite.»]

[Note 13: M. Pritchard, de retour à Londres, rendit compte à lord
Aberdeen (le 31 juillet 1844) de son arrestation et de sa détention en
ces termes:

«Le jour même où la loi martiale (la mise en état de siége de Papéiti)
fut proclamée, je fus jeté en prison sans qu'on me donnât la moindre
indication de la cause de ce traitement. Le 3 mars, vers quatre heures,
comme j'étais sur le quai, près de mettre le pied sur le bateau qui
devait me conduire à bord du navire de Sa Majesté _le Cormoran_, le
principal agent de la police courut sur moi et me saisit par le bras.
Il fut immédiatement rejoint par quelques soldats. On me conduisit, à
travers la ville, jusqu'au haut d'une colline sur laquelle avait été
construit un blockhaus. Nous montâmes par une petite échelle à l'étage
supérieur du blockhaus qui formait le corps-de-garde. Au milieu de la
pièce était une trappe. Je fus descendu, par cette trappe, dans le
cachot situé au-dessous, et j'y fus tenu, sans une goutte d'eau pour
étancher ma soif et apaiser ma fièvre, jusqu'au lendemain matin,
vers huit ou neuf heures. On ouvrit alors la trappe, et je reçus la
proclamation de M. d'Aubigny, du 3 mars. Quant à la sentinelle attaquée
par un natif de l'île, je n'en savais pas plus que n'en eût pu savoir
l'un des officiers de Sa Majesté résidant à Londres. On me dit alors
qu'on m'apporterait des aliments de chez moi, deux fois par jour.
L'humidité du cachot était telle que, le troisième jour, je fus pris
d'un violent accès de dysenterie. Je demandai qu'un médecin pût venir me
voir. Cette faveur me fut accordée à certaines conditions; on mit dans
le cachot une échelle sur laquelle je montai assez haut pour que le
docteur pût me tâter le pouls, m'examiner et me faire des questions sur
ma santé. Il écrivit au gouverneur que, si je n'étais pas tiré de cet
humide cachot, je serais bientôt mort. D'après cette lettre, je fus
emmené de nuit sur un vaisseau de guerre français à l'ancre dans le
port. Je fus encore tenu là dans la solitude, mais tout était sec et
clair, et j'y étais beaucoup mieux que dans le cachot. Le vaisseau de Sa
Majesté, _le Cormoran_, ayant reçu du gouverneur, M. Bruat, l'ordre de
quitter le port, il fut convenu que je serais mis à bord de ce vaisseau
quand il serait hors du port, à condition que je ne serais débarqué dans
aucune des _Iles de la Société_, et que je serais emmené dans quelqu'une
des îles de ma juridiction. _Le Cormoran_ se rendant à Valparaiso, j'ai
cru de mon devoir de venir ici et de mettre mon affaire sous les yeux
de Votre Seigneurie, pour que le gouvernement de Sa Majesté la prenne en
considération.»]

Quatre jours après ces mesures de son lieutenant, le 9 mars 1844, le
gouverneur Bruat rentra à Papéiti: «J'ai trouvé, écrivait-il au ministre
de la marine[14], que Papéiti avait l'air d'une ville assiégée. J'ai
immédiatement fait remettre à terre les effets français que l'on avait
fait porter à bord des bâtiments. Le missionnaire anglais, M. Orsmond,
de qui j'avais eu déjà beaucoup à me louer, m'a encore parfaitement
secondé; il avait déjà engagé le peuple de Papéiti à répondre par un
refus aux émissaires des insurgés.... Le nombre de ces insurgés diminue
tous les jours; de tous côtés la confiance renaît, et les grands chefs
du pays qui, tous, sont restés fidèles à notre cause, m'annoncent
qu'avec de la patience chacun rentrera chez soi... Les copies de la
correspondance que m'a adressée le commandant d'Aubigny, pendant mon
séjour à Taravaï, vous feront connaître la nécessité où il s'est trouvé
de mettre Papéiti en état de siége et d'arrêter M. Pritchard, ex-consul
d'Angleterre. Dans l'agitation où se trouvait le pays, cette mesure
était nécessaire; mais je n'ai dû approuver ni la forme, ni le motif de
cette arrestation. Cependant la gravité des événements était telle que
je ne pouvais revenir sur ce qui avait été fait sans décourager notre
parti et raffermir les révoltés. A mon arrivée, j'ai de suite fait
transférer M. Pritchard du blockhaus à bord de notre frégate _la
Meurthe_, en donnant au commandant Guillevin l'ordre de le recevoir à sa
table. Considérant que M. Pritchard n'était plus qu'un simple résident
anglais dont l'influence sur l'ex-reine Pomaré et le parti révolté
était devenue dangereuse pour la tranquillité de l'île, j'ai écrit au
capitaine du bâtiment anglais, _le Cormoran_, M. Gordon, pour l'engager
à quitter Papéiti où il n'avait aucune mission, et à emmener M.
Pritchard, que je promis de mettre à sa disposition dès que le bâtiment
quitterait le port. Après avoir reçu l'adhésion du commandant Gordon,
j'ai donné l'ordre à M. Guillevin, commandant de _la Meurthe_, de
prévenir M. Pritchard que _le Cormoran_ le prendrait à son bord et qu'il
était libre de recevoir sa famille.... Le départ du _Cormoran_[15]
a produit le meilleur effet; tous les rapports m'annoncent, et votre
Excellence peut être assurée que l'espoir du secours promis depuis si
longtemps par les agents et les capitaines anglais est la seule cause de
la résistance qui s'est manifestée et qui cessera quand on saura que les
promesses sont fausses. Désirant n'employer la force qu'à la dernière
extrémité et lorsque toutes les chances seront favorables, je ne
profiterai du surcroît de moyens que me procure momentanément notre
frégate _la Charte_[16], que si j'en vois la nécessité absolue et si les
propositions faites par les missionnaires échouent.»

[Note 14: Les 13 et 21 mars 1844.]

[Note 15: Ce bâtiment quitta le 13 mars la rade de Papéiti, emmenant M.
Pritchard.]

[Note 16: Cette frégate était venue, le 13 mars, des îles Marquises,
amenant à Taïti plusieurs passagers et la 26e compagnie d'infanterie que
M. Bruat avait fait demander.]

Plusieurs des missionnaires anglais avaient, en effet, écrit, le 19
mars, au gouverneur: «Nous soussignés, missionnaires protestants, réunis
en comité à Paofaï de Taïti, profondément convaincus que c'est notre
devoir, comme ministres de l'Évangile de paix, de tenter collectivement
ce que des efforts individuels n'ont pas réussi à accomplir,
c'est-à-dire de décider les natifs maintenant rassemblés dans la partie
orientale de l'île, à rentrer paisiblement dans leurs demeures, et
connaissant la grande influence que les chefs maintenant insurgés ont
sur le peuple, nous croyons que même notre effort collectif demeurerait
vain à moins que nous ne fussions autorisés par S. E. le gouverneur à
leur offrir, en retour de leur soumission, des termes d'amitié.
Nous serons heureux de recevoir de S. E. une prompte réponse.» Dix
missionnaires avaient signé cette lettre. M. Bruat leur répondit le jour
même: «Je viens de recevoir la lettre que vous m'avez fait l'honneur de
m'adresser, et j'ai vu avec un véritable plaisir que vous étiez animés
des sentiments qui doivent présider à toute réunion religieuse. Je suis
persuadé que ceux que vous exprimez aujourd'hui ont toujours servi de
base à votre conduite vis-à-vis d'un peuple que vous avez entrepris de
diriger spirituellement. Puisque vous désirez sincèrement la paix,
mon opinion est que la démarche qui amènerait le plus promptement ce
résultat serait que vous vinssiez me voir et que vous reconnussiez
franchement mon autorité. Alors votre concours aurait toute sa puissance
pour le maintien de la tranquillité si nécessaire à l'oeuvre pour
laquelle vous travaillez depuis longtemps, et que mes instructions et ma
conviction particulière me font un devoir de soutenir. Il me semble que,
tant que vous n'aurez pas fait cette démarche, les Indiens, quelque peu
versés qu'ils soient dans les usages européens, trouveront toujours,
lorsque vous les engagerez à la soumission, quelque chose qui, dans
votre propre conduite, n'est pas en rapport avec les instructions que
vous leur donnez. Quelle que soit d'ailleurs votre détermination, la
démarche que vous me proposez a mon assentiment puisque vous l'avez
soumise à mon approbation; mais je ne puis vous autoriser à parler
en mon nom puisque vous n'avez pas mes instructions. Néanmoins, pour
arriver aux résultats si désirables que vous espérez obtenir, vous
pouvez promettre, aux chefs qui viendront immédiatement à Papéiti faire
leur soumission pleine et entière au gouvernement français, qu'ils ne
seront ni arrêtés ni exilés.»

Les missionnaires anglais n'hésitèrent point; ils demandèrent au
gouverneur une audience qu'il s'empressa de leur accorder; et après
cette démarche qui prouva la sincérité de leurs intentions pacifiques,
ils se mirent en effet à l'oeuvre pour calmer l'insurrection. Ils n'y
parvinrent pas aussi promptement qu'ils l'avaient espéré; une fois en
mouvement, les Taïtiens se montrèrent plus passionnés et plus hardis
qu'on ne s'y attendait; M. Bruat fut obligé de déployer, dans cette
petite guerre contre une petite peuplade perdue au milieu de l'océan,
tout ce qu'il avait d'habileté militaire et de courage personnel, comme
de savoir-faire et de patience politique. Il ne réussit pleinement
qu'après une lutte qui se prolongea pendant deux ans; car ce ne fut
qu'en 1846 que la reine Pomaré, qui s'était retirée dans d'autres îles
de cet archipel, consentit enfin à rentrer dans Taïti en reprenant
possession de la souveraineté intérieure de son île, et que le
protectorat français fut paisiblement rétabli, aux termes du traité du 9
septembre 1842.

Pendant que la question se débattait ainsi, par la guerre, dans l'océan
Pacifique, elle se posa plus directe et plus grave entre les deux
rives de la Manche. Nous reçûmes dans les derniers jours de juillet les
nouvelles de l'incident survenu à Taïti à l'égard de M. Pritchard, et au
même moment M. Pritchard lui-même arrivait à Londres et entretenait
son gouvernement de son aventure. J'écrivis le 30 juillet au comte de
Jarnac, notre chargé d'affaires à Londres pendant l'absence de M. de
Sainte-Aulaire en congé: «Voici de bien désagréables nouvelles de Taïti.
Les faits sont racontés et expliqués dans les pièces que je vous envoie.
Communiquez-les à lord Aberdeen. Comment se peut-il qu'au mois de mars
dernier, les menées de M. Pritchard et de quelques officiers de la
marine anglaise contre nous aient recommencé avec tant d'ardeur? Comment
M. Pritchard, qui savait déjà sa nomination en qualité de consul aux
_Iles des Amis_, a-t-il pu s'obstiner à rester, sans caractère, à Taïti?
Comment, loin de se conformer aux instructions de lord Aberdeen du 25
septembre 1843, les a-t-il soigneusement tenues secrètes? Tout cela
me contrarie vivement. Tout cela rendra, à Taïti même, le retour au
protectorat plus difficile, et à Paris comme à Londres les discussions
plus aigres et plus embarrassantes. J'ai fait, dans cette affaire, tout
ce qui était en mon pouvoir; j'ai accepté, sans hésiter, ma bien
grosse part du fardeau, il serait juste et nécessaire que rien ne
vînt l'aggraver, et que les intentions du gouvernement anglais fussent
respectées et accomplies par ses agents. Je n'ai pas le temps, ce matin,
de vous en dire davantage et de discuter les détails de ce fâcheux
incident. Je vous transmets sur-le-champ ce que j'en sais.»

Avant que ma lettre fût arrivée au comte de Jarnac et qu'il eût pu rien
dire ni rien communiquer à lord Aberdeen, le 31 juillet au soir, dans la
Chambre des communes, interpellé par sir Charles Napier sur les bruits
qui couraient au sujet de Taïti et de M. Pritchard, sir Robert Peel
répondit: «J'ai l'honneur de déclarer que le gouvernement de Sa Majesté
a reçu de Taïti des rapports; et, présumant qu'ils sont exacts, je
n'hésite pas à dire qu'un outrage grossier, accompagné d'une injure
grossière, a été commis contre l'Angleterre dans la personne de son
agent. Ces rapports ne nous sont parvenus que lundi dernier; mais le
gouvernement de Sa Majesté a pris immédiatement des mesures pour venger
l'honneur du pays, et il a été reconnu depuis que cet outrage avait été
commis par des personnes revêtues, à Taïti, d'une autorité temporaire.
Me fondant, quant à l'affirmation de ce fait, sur l'autorité du
gouvernement français, je dois présumer qu'il prendra des mesures
immédiates pour faire à ce pays l'ample réparation qu'il a droit de
demander.»

Ces paroles me surprirent; elles étaient violentes et, sous quelques
rapports, inexactes; quand M. Pritchard avait été arrêté, il n'était
plus, à Taïti, agent de l'Angleterre, et nous n'avions encore eu, avec
le gouvernement anglais, aucune communication sur cet incident. Mais
en même temps la vivacité de sir Robert Peel me donna la mesure de
l'émotion publique autour de lui; il avait évidemment parlé avec
précipitation et sous une forte pression extérieure. Interpellé à mon
tour, les 3 et 5 août, dans la Chambre des pairs par M. de Boissy et
dans la Chambre des députés par MM. Berryer et Billault, mon attitude
fut réservée et en contraste marqué avec celle de sir Robert Peel: «Les
questions de politique extérieure, dis-je, ont des phases diverses, et
elles ne peuvent pas, à toutes ces phases indifféremment, entrer dans
cette Chambre. Elles ne sont pas telles que la porte leur en doive être
ouverte toutes les fois qu'elles viennent y frapper. Il y a un moment
où la discussion porte la lumière dans ces questions; il y a d'autres
moments où elle y met le feu. Convaincu que, pour celle dont il s'agit,
il y aurait un inconvénient réel à la débattre aujourd'hui, je m'y
refuse complétement. Il y a là, entre les deux gouvernements, des faits
et des droits à éclaircir et à mettre d'accord. C'est ce que j'ai
à faire dans ce moment. Je le ferai en respectant les règles et les
convenances qui président aux bons rapports internationaux, et en
maintenant les droits, l'honneur, la dignité des agents de la France et
de ses officiers de marine en particulier. Quand le débat viendra à son
heure, j'aurai à justifier devant la Chambre ce que le gouvernement
aura fait et les motifs pour lesquels il l'aura fait. Aujourd'hui, je
manquerais à tous mes devoirs envers le roi et envers le pays si j'en
disais davantage.»

Malgré l'insistance de l'opposition, je persistai dans mon silence;
nous touchions au terme de la session; elle fut close le 5 août 1844,
et j'eus du temps devant moi pour discuter avec le cabinet anglais les
questions que soulevait cet incident et pour en dissiper les embarras.

J'avais, dès le premier moment[17], écrit à M. de Jarnac: «Ne laissez
pas établir que M. Pritchard fût encore consul d'Angleterre à Taïti, et
que c'est le consul d'Angleterre qui a été arrêté et renvoyé de l'île.
Cela n'est point; M. Pritchard n'était plus consul à Taïti, car il
avait abdiqué lui-même ce caractère en amenant son pavillon en novembre
dernier, au moment où l'amiral Dupetit-Thouars avait pris possession de
la souveraineté de l'île. Et M. Pritchard avait amené son pavillon, non
point à cause d'un tort quelconque de l'autorité française envers lui,
non point à cause d'une injure à lui faite, mais pour ne pas reconnaître
cette autorité, et en déclarant formellement qu'il ne la reconnaissait
pas et que c'était par ce motif qu'il cessait ses fonctions de consul.
Il serait trop commode de conserver la situation et les droits de consul
auprès d'un gouvernement auquel on ne reconnaîtrait ni la situation, ni
les droits de gouvernement, et qu'on travaillerait à renverser.

[Note 17: Le 1er août 1844.]

«_Post-scriptum._--Je retrouve à l'instant et je joins ici copie de la
lettre du 7 novembre 1843, par laquelle M. Pritchard a annoncé lui-même
à l'amiral Dupetit-Thouars qu'il amenait son pavillon et cessait ses
fonctions de consul britannique. Je demande si, après cette lettre, on a
pu, à Taïti, le considérer encore comme consul.»

M. de Jarnac s'acquitta sur-le-champ de sa mission; et en même temps,
avec une fermeté douce, il exprima à lord Aberdeen son regret des
paroles qu'au premier moment sir Robert Peel avait prononcées; la
différence entre mon langage et le sien avait été sentie à Londres; lord
Aberdeen répondit à M. de Jarnac que sir Robert Peel ne reconnaissait
la complète exactitude d'aucune des versions que les journaux avaient
donnée de son discours, et M. de Jarnac fut autorisé à me le déclarer.
«Je suis fort aise de cette déclaration, lui écrivis-je[18]; vous n'avez
pas d'idée de l'effet qu'ont produit ici les paroles de sir Robert Peel,
et de ce qu'elles ont ajouté de difficultés à une situation déjà bien
difficile. Le fond de l'affaire a presque disparu devant ce langage de
sir Robert Peel, tenu si soudainement, avant d'avoir reçu d'ici aucun
éclaircissement, aucune information; devant cette déclaration, pour moi
si inattendue, qu'on s'était déjà adressé au gouvernement français et
qu'on pouvait compter sur une ample réparation, quand j'étais en droit
de dire que je n'avais reçu aucune représentation officielle et que les
deux gouvernements examineraient les faits avant de se prononcer. Quand
j'ai été interpellé samedi et lundi derniers dans nos Chambres, j'aurais
pu me servir de votre petite dépêche et affirmer l'inexactitude des
journaux anglais; j'ai mieux aimé n'en rien faire et ne pas créer à sir
Robert Peel cette difficulté de plus; je comprends les siennes et n'y
veux rien ajouter. Mais, de tout ceci, il reste une impression très-vive
et qui aggrave beaucoup les embarras de l'affaire.»

[Note 18: Le 8 août 1844.]

Le premier de ces embarras ne tarda pas à être écarté; le gouvernement
anglais reconnut que M. Pritchard, ayant lui-même amené son pavillon et
cessé ses fonctions de consul à Taïti, n'y avait plus aucun caractère
public; mais il n'en restait pas moins, dirent lord Aberdeen et sir
Robert Peel à M. de Jarnac[19], «qu'un citoyen anglais, encore officier
de la reine, puisque M. Pritchard avait un brevet de consul dans
d'autres archipels de la mer du Sud, avait été arrêté, emprisonné,
expulsé sans qu'aucun grief positif contre lui eût été constaté
sous aucune forme de juridiction. Il y avait toujours lieu, pour le
gouvernement anglais, à demander, pour ce procédé, une réparation; mais
il retarderait, sur ce point, toute demande officielle, dans l'espoir
que, pleinement informés, nous lui offririons spontanément celle qui
nous paraîtrait convenable.»

[Note 19: Le 7 août 1844.]

La réparation que désirait le cabinet anglais, tout en hésitant à
la demander officiellement, c'était que nous permissions le retour
momentané de M. Pritchard à Taïti, ne fût-ce que pour y aller reprendre
sa famille qui y était encore, et que nous éloignassions, momentanément
aussi, de l'île M. d'Aubigny qui l'avait si brutalement emprisonné,
et M. Moerenhout, consul de Belgique et de France, que M. Pritchard
regardait comme son plus ardent ennemi et le principal auteur des
accusations portées contre lui. «Lord Aberdeen, m'écrivit le 10 août M.
de Jarnac, m'avait prié hier d'aller le voir pour parler de l'affaire
de Taïti qui devait se traiter de nouveau en conseil dans la matinée. Il
m'a exprimé avec beaucoup d'insistance le regret qu'il éprouvait de
ne rien recevoir de vous à ce sujet. Il m'a dit qu'il était réellement
inquiet de cette affaire que le temps aggrave en Angleterre, tandis
qu'il la simplifie peut-être en France. Il tient à bien établir qu'il
n'y a eu aucune accusation précise formulée contre Pritchard. Il déplore
surtout l'absence de toute réponse de vous sur l'ouverture qu'il a faite
quant au retour, au moins momentané, dudit Pritchard à Taïti; et il m'a
même exprimé quelque regret de n'avoir pas encore saisi officiellement
lord Cowley de l'affaire. J'ai lieu de croire qu'une portion du cabinet
penche pour le renvoi immédiat de M. Pritchard à Taïti, sur le
vaisseau _le Collingwood_, avec ordre d'y rester jusqu'au départ de
M. Moerenhout. Lord Aberdeen et sir Robert Peel m'ont laissé, l'un et
l'autre, entrevoir cette alternative. J'ai répondu que vous ne pourriez
guère y voir qu'une de ces provocations qui rendent les hostilités à peu
près inévitables.»

Je m'empressai de ne laisser au gouvernement anglais aucun doute sur
mon sentiment et ma résolution à cet égard. J'écrivis le 15 août à M.
de Jarnac: «Je réponds à l'idée qui me paraît surtout préoccuper
lord Aberdeen, la possibilité d'un retour, au moins momentané, de M.
Pritchard à Taïti. Je mets de côté ce qui se passe depuis quinze jours
à Paris et à Londres, l'effet que produirait chez nous une telle
mesure, la situation où elle placerait le cabinet, et dès à présent et
à l'ouverture de la prochaine session. Je n'examine la mesure qu'en
elle-même, dans son effet à Taïti même, dans son rapport avec ce qui se
passe maintenant là et ce qui s'y passera bientôt. Une insurrection
a éclaté à Taïti. L'établissement français est attaqué, sur quelques
points à main armée, sur d'autres par des menées très-actives. On dit,
on affirme que des moyens d'organisation et de résistance sont fournis,
du dehors, aux naturels, que des armes et des munitions de guerre
ont été débarquées. Ce qu'il y de certain, c'est que la guerre est
flagrante. Peut-on penser, dans un tel état de choses, à laisser
retourner, reparaître seulement dans l'île l'homme qui, à tort ou
raison, y est considéré, par les Français et par les naturels,
comme l'instigateur, comme le drapeau du moins de la résistance, de
l'insurrection et de la guerre? Évidemment ce serait envoyer à la guerre
un nouvel aliment, à l'insurrection de nouvelles espérances. Ce serait
affaiblir momentanément les Français dans la lutte qu'ils ont à soutenir
et compromettre leur sûreté. Je manquerais, en autorisant un pareil
fait, à tous mes devoirs comme à toutes les règles du bon sens.

«Il y a plus. Quand l'insurrection sera réprimée à Taïti et la guerre
terminée, quand l'autorité française sera bien rétablie et incontestée,
tout ne sera pas fini, tant s'en faut; il restera à faire quelque chose
de très-difficile; il restera à exécuter l'ordre du roi du 26 février
dernier, à faire cesser le régime de la complète souveraineté française
pour revenir à la stricte exécution du traité du 9 septembre 1842,
c'est-à-dire au protectorat pur et simple. J'en appelle à l'impartialité
de lord Aberdeen; croit-il que ce retour soit une chose simple et
facile? Il n'a pas été facile, Dieu le sait, de l'ordonner et de le
soutenir ici. C'eût été en tous cas, et quand même il ne serait rien
arrivé dans l'intervalle, une opération délicate que de l'exécuter
à Taïti. Mais depuis les derniers événements, au sortir d'une
insurrection, après toutes les démarches qui ont de plus en plus irrité
et compromis, sur ce petit théâtre, les partis et les hommes, à coup sûr
le rétablissement du protectorat, au lieu de la complète souveraineté,
sera une grave affaire. Dans la séance de clôture de la Chambre des
députés, et à raison des dernières circonstances, on nous a de
nouveau et fortement attaqués pour cette mesure; bien plus, on nous
a formellement demandé d'y renoncer. Que ne dirait-on pas si nous en
aggravions encore les difficultés et les inconvénients, si le retour de
M. Pritchard précédait ou suivait de près la réintégration de la reine
Pomaré? Qui peut prévoir les conséquences d'un tel rapprochement? Je
n'hésite pas à l'affirmer: jusqu'à ce que la situation de Taïti soit
éclaircie et rassise, jusqu'à ce que la guerre ait cessé et que le
protectorat français soit définitivement établi, la prudence, qui est
ici un devoir impérieux, me commande de ne rien faire, de ne rien dire
qui aggrave les périls d'une situation déjà si épineuse, et qui envoie
aveuglément, d'Europe à Taïti, de nouvelles et inappréciables chances
de perturbation qui nous reviendraient en Europe avec un retentissement
déplorable.

«Je suis d'autant plus obligé à cette prudence, mon cher Jarnac, que
personnellement je suis convaincu que M. Pritchard est bien réellement
le principal instigateur de la résistance et de l'insurrection contre
l'établissement français. Plus j'ai examiné sa conduite, soit en
remontant aux premières origines de tout ceci, soit en pénétrant dans
tous les détails, plus ma conviction de son hostilité active, opiniâtre,
et de ses menées contre nous, s'est affermie. C'est, il me semble, un
homme fin, retors, précautionneux, habile à sauver les apparences,
mais qui ne perd jamais de vue son but et y marche par toutes sortes de
voies. Je regarde sa présence à Taïti comme inconciliable avec la paix
de l'île et l'exercice tranquille et régulier du protectorat français.
Tenez donc bon. Nous sommes dans notre droit. Nous agissons selon les
plus évidents conseils de la plus nécessaire prudence. Si Pritchard
retourne à Taïti, les autorités françaises qui l'ont éloigné sont
démolies; il faut les rappeler; tout ascendant moral français est perdu;
il faut envoyer des troupes de plus, des vaisseaux de plus, élever
partout dans l'île de nouvelles fortifications. Cela n'est pas possible,
cela n'est pas proposable, et quel que soit l'empire des préoccupations
personnelles, je ne puis croire que lord Aberdeen ne le reconnaisse pas
lui-même.

«Quant à ce que je pense de l'emprisonnement et de la mise au secret de
Pritchard, ainsi que de la proclamation du commandant d'Aubigny, je
vous l'ai dit. Si, de Londres, on me parle officiellement, je pourrai
exprimer, à cet égard, du regret et une certaine mesure de blâme.
En aucun cas, le langage de la proclamation ne vaut rien. Quelques
circonstances qui ont, à ce qu'il paraît, accompagné l'emprisonnement,
sont également regrettables. D'après les faits tels qu'ils me sont
connus jusqu'à présent, il ne me semble pas que l'emprisonnement même
fût nécessaire; M. d'Aubigny pouvait faire, dès le premier moment, ce
qu'a fait M. Bruat à son retour, c'est-à-dire renvoyer M. Pritchard
de l'île, à bord d'un bâtiment anglais. Voilà ce qu'on pourrait
reconnaître, avec grande réserve dans le langage, car M. d'Aubigny a
cru agir sous l'empire d'une nécessité pressante, et l'on ne saurait
abandonner tout à fait le droit d'emprisonnement préventif et
temporaire. Il y a tel cas où ce serait le seul moyen d'arrêter des
menées coupables, et où les moyens matériels d'éloigner du sol un
étranger dangereux manqueraient absolument. Contenez vos paroles dans
ces limites, en admettant que, prêt à reconnaître ce qui est vrai et
juste, je pourrais dire, dans une forme un peu officielle, quelque chose
d'analogue à ce que je vous dis confidentiellement.

«On ne saurait non plus admettre que, pour l'expulsion d'un étranger
regardé comme dangereux, une procédure préalable et l'intervention des
formes ou du pouvoir judiciaires soient nécessaires. C'est un droit de
police qui appartient à l'autorité publique, et dont elle use selon sa
conviction. Plus d'un Français a été ainsi renvoyé de l'île Maurice, par
un simple acte du gouverneur anglais et sans aucune forme de procès.»

Quatre jours après, je transmis à M. de Jarnac des informations précises
sur six cas particuliers dans lesquels des Français avaient été expulsés
de l'île Maurice aussi rudement et avec bien moins de motifs qu'on n'en
avait eus à Taïti pour renvoyer M. Pritchard. Il fut ainsi bien établi
que, non-seulement l'expulsion des étrangers, mais leur arrestation et
leur emprisonnement préalables étaient le droit commun et la pratique
habituelle dans les colonies anglaises, et que cette pratique
avait souvent donné lieu à des actes de rigueur commis sans formes
judiciaires; actes qui cependant n'avaient point été considérés, par
le gouvernement anglais, comme des outrages envers le pays auquel
appartenait l'étranger expulsé, et n'avaient donné lieu, de sa part, à
aucune réparation.

En traitant avec des hommes tels que lord Aberdeen et sir Robert
Peel, c'était beaucoup, pour vider la question, que d'affirmer ainsi
franchement notre droit et notre dessein; ce n'était pas assez pour les
mettre eux-mêmes en état de résister à la pression qu'exerçaient sur
eux l'opposition dans le parlement, les diverses sociétés de missions et
tout le protestantisme ardent de l'Angleterre. Sir Robert Peel surtout,
par sympathie ou par laisser-aller, était tenté de leur donner une
satisfaction éclatante; chaque fois que M. de Jarnac voyait lord
Aberdeen, il le trouvait perplexe: «J'ai été obligé, lui dit-il un jour,
pour contenter mes collègues, de préparer moi-même une note officielle
que lord Cowley serait chargé de remettre à M. Guizot, et qui lui
annoncerait que M. Pritchard serait ramené à Taïti par _le Collingwood_;
elle est là, sur mon bureau; mettez-moi en mesure de l'y laisser.» Un
conseil fut tenu le 13 août, et tous les membres du cabinet, sauf le
ministre des affaires étrangères, se prononcèrent pour une forte et
immédiate augmentation des armements maritimes de l'Angleterre. Une
telle mesure eût fort aggravé la situation, et lord Aberdeen eut besoin
de toute son influence personnelle, comme de toute l'autorité de sa
position, pour la faire écarter: «Je ferai tout ce qui sera en mon
pouvoir, dit-il à M. de Jarnac, pour aplanir les voies au Roi et à M.
Guizot; mais je suis préparé au pire.»

J'étais, de mon côté, bien résolu à ne pas aller, en fait de réparation,
au delà de ce que j'avais indiqué; je répétais sans cesse à M. de
Jarnac: «Tournez et retournez en tous sens cette idée qu'il est
impossible que la paix du monde soit troublée par Pritchard, Pomaré et
d'Aubigny, sans aucun vrai ni sérieux motif. Ce serait une honte pour
les deux cabinets. C'est là le cri du bon sens. Donnons à la foule, des
deux côtés de la Manche, le temps de le sentir; elle finira par là.
Pour moi, j'irai aussi loin que me le permettront la justice envers nos
agents et notre dignité. S'il y a de l'humeur à Londres, j'attendrai
qu'elle passe; mais s'il y a un acte d'arrogance, ce ne sera pas moi qui
le subirai.»

Je m'en expliquai avec le Roi: «Je ne sais, lui dis-je, comment finira
cette sotte affaire Pritchard; je présume qu'en aucun cas le Roi ne
voudra faire la guerre à l'Angleterre pour Taïti; mais si, pour éviter
la guerre, il fallait sortir de Taïti, je ne pourrais me charger de cet
abandon, et je demanderais au Roi la permission de me retirer.» Le
Roi se récriait sans me contredire: «Je désire, m'écrivit-il[20] en
me renvoyant deux lettres de M. de Jarnac, que lord Aberdeen soit bien
assuré qu'il peut compter sur mes efforts comme sur les vôtres
pour ensevelir cette déplorable tracasserie par tous les moyens
_praticables_, c'est-à-dire par tous ceux qui n'exposeraient pas la
France et le monde aux dangers d'une crise ministérielle chez nous. Mais
qu'on ne nous renvoie pas Pritchard à ce malheureux Taïti.»

[Note 20: Le 20 août 1844.]

Presque dès le début de la querelle à Londres[21], M. de Jarnac
m'avait écrit: «J'ai cru remarquer, dans ma dernière entrevue avec lord
Aberdeen, que M. Pritchard lui avait peut-être donné à entendre qu'une
indemnité en argent le satisferait plus qu'une infinité de mesures
politiques que le cabinet discute pour dégager l'amour-propre public de
cette difficile affaire. Je n'ai naturellement pas poussé lord Aberdeen
qui, il va sans dire, n'appuierait ou n'indiquerait rien de semblable;
mais j'ai pensé qu'il était bon de porter à votre connaissance
cette induction que j'ai tirée de quelques paroles essentiellement
inofficielles de mon interlocuteur. Vous jugerez s'il y a quelque parti
à en tirer.» Cette façon de vider la question n'avait rien qui pût nous
surprendre ni nous blesser; c'était celle que M. Pritchard lui-même
avait employée lorsque, en 1836, après avoir fait expulser de Taïti les
deux missionnaires catholiques, les Pères Caret et Laval, il leur avait
fait accorder par la reine Pomaré, sur la demande formelle de l'amiral
Dupetit-Thouars, une indemnité de deux mille piastres; il y avait là
un précédent introduit par le représentant de la France et accepté par
celui de l'Angleterre. Je répondis à M. de Jarnac[22]: «Si vous pouvez
donner quelque suite aux insinuations dont vous me parlez sur une
indemnité en argent, je suis disposé à m'y prêter. Suivez ce
filon. Puisqu'on vous l'a fait entrevoir, il doit y avoir moyen de
l'exploiter.»

[Note 21: Le 6 août 1844.]

[Note 22: Le 8 août 1844.]

Dans la première chaleur de la négociation, cette idée resta lointaine
et obscure; mais quand le cabinet anglais fut convaincu que nous ne
lui ferions aucune des concessions qu'il nous demandait, que nous ne
consentirions ni au retour de M. Pritchard à Taïti, ni au rappel d'aucun
de nos officiers, et que le renvoi de l'ancien consul à Taïti sur _le
Collingwood_ aurait des conséquences plus graves que ne le voulaient
ceux-là mêmes qui le réclamaient, l'idée de l'indemnité rentra dans la
négociation et en changea le caractère; toute apparence de menace d'une
part et de faiblesse de l'autre s'évanouit; nous avions reconnu qu'il
y avait eu, dans l'expulsion, d'ailleurs légitime et nécessaire, de M.
Pritchard, des rigueurs inconvenantes et inutiles qui avaient pu lui
causer des souffrances et des dommages dont nous pouvions trouver
équitable de l'indemniser. J'écrivis à M. de Jarnac que nous étions
prêts à déclarer officiellement ce que nous croyions juste de faire;
et après l'échange de quelques observations amicales sur les termes
de notre déclaration, j'adressai à M. de Jarnac, avec ordre de les
communiquer à lord Aberdeen, ces deux dépêches:

1º--«Paris, 29 août 1844.

«Monsieur le Comte, j'ai rendu compte au Roi dans son conseil des
entretiens que j'ai eus avec M. l'ambassadeur de Sa Majesté Britannique,
relativement au renvoi de M. Pritchard de l'île de Taïti et aux
circonstances qui l'ont accompagné. Le gouvernement du Roi n'a voulu
exprimer aucune opinion, ni prendre aucune résolution sur cet incident
avant d'avoir recueilli toutes les informations qu'il pouvait espérer,
et mûrement examiné tous les faits, car il a à coeur de prévenir tout ce
qui pourrait porter quelque altération dans les rapports des deux États.

«Après cet examen, le gouvernement du Roi est demeuré convaincu:

«1º Que le droit d'éloigner de l'île de Taïti tout résident étranger qui
troublerait ou travaillerait à troubler et à renverser l'ordre établi,
appartient au gouvernement du Roi et à ses représentants; non-seulement
en vertu du droit commun de toutes les nations, mais aux termes mêmes
du traité du 9 septembre 1842 qui a institué le protectorat français, et
qui porte:--«La direction de toutes les affaires avec les gouvernements
étrangers, de même que tout ce qui concerne les résidents étrangers,
est placé à Taïti entre les mains du gouvernement français, ou de la
personne nommée par lui;»

«2º Que M. Pritchard, du mois de février 1843 au mois de mars 1844,
a constamment travaillé, par toutes sortes d'actes et de menées,
à entraver, troubler et détruire l'établissement français à Taïti,
l'administration de la justice, l'exercice de l'autorité des agents
français et leurs rapports avec les indigènes.

«Lors donc qu'au mois de mars dernier une insurrection a éclaté dans une
partie de l'île et se préparait à Papéiti même, les autorités françaises
ont eu de légitimes motifs et se sont trouvées dans la nécessité d'user
de leur droit de renvoyer M. Pritchard du territoire de l'île, où sa
présence et sa conduite fomentaient, parmi les indigènes, un esprit
permanent de résistance et de sédition.

«Quant à certaines circonstances qui ont précédé le renvoi de M.
Pritchard, notamment le mode et le lieu de son emprisonnement momentané,
et la proclamation publiée, à son sujet, à Papéiti, le 3 mars dernier,
le gouvernement du Roi les regrette sincèrement, et la nécessité ne lui
en paraît point justifiée par les faits. M. le gouverneur Bruat, dès
qu'il a été de retour à Papéiti, s'est empressé de mettre un terme à
ces fâcheux procédés en ordonnant l'embarquement et le départ de
M. Pritchard. Le gouvernement du Roi n'hésite point à témoigner, au
gouvernement de Sa Majesté Britannique, comme il l'a fait connaître à
Taïti même, son regret et son improbation des circonstances que je viens
de rappeler.

«Le gouvernement du Roi a donné, dans _les Iles de la Société_, des
preuves irrécusables de l'esprit de modération et de ferme équité qui
règle sa conduite. Il a constamment pris soin d'assurer, aux étrangers
comme aux nationaux, la liberté de culte la plus entière et la
protection la plus efficace. Cette égalité de protection pour toutes les
croyances religieuses est le droit commun et l'honneur de la France.
Le gouvernement du Roi a consacré et appliqué ce principe partout
où s'exerce son autorité. Les missionnaires anglais l'ont eux-mêmes
reconnu, car la plupart d'entre eux sont demeurés étrangers aux menées
de M. Pritchard, et plusieurs ont prêté aux autorités françaises un
concours utile. Le gouvernement du Roi maintiendra scrupuleusement cette
liberté des consciences et le respect de tous les droits; et en même
temps il maintiendra aussi et fera respecter ses propres droits,
indispensables pour garantir à Taïti le bon ordre ainsi que la sûreté
des Français qui y résident et des autorités chargées d'exercer le
protectorat.

«Nous avons la confiance que l'intention du cabinet britannique
s'accorde avec la nôtre, et que pleins l'un pour l'autre d'une juste
estime, les deux gouvernements ont le même désir d'inspirer à leurs
agents les sentiments qui les animent eux-mêmes, de leur interdire tous
les actes qui pourraient compromettre les rapports des deux États,
et d'affermir, par un égal respect de leur dignité et de leurs droits
mutuels, la bonne intelligence qui règne heureusement entre eux.»

2º--«Paris, le 2 septembre 1844.

«Monsieur le Comte, en exprimant au gouvernement de Sa Majesté
Britannique son regret et son improbation de certaines circonstances qui
ont précédé le renvoi de M. Pritchard de l'île de Taïti, le gouvernement
du Roi s'est montré disposé à accorder à M. Pritchard, à raison des
dommages et des souffrances que ces circonstances ont pu lui faire
éprouver, une équitable indemnité. Nous n'avons point ici les moyens
d'apprécier quel doit être le montant de cette indemnité, et nous
ne saurions nous en rapporter aux seules assertions de M. Pritchard
lui-même. Il nous paraît donc convenable de remettre cette appréciation
aux deux commandants des stations française et anglaise dans l'océan
Pacifique, M. le contre-amiral Hamelin et M. l'amiral Seymour. Je vous
invite à faire, de notre part, cette proposition au gouvernement de Sa
Majesté Britannique, et à me rendre compte immédiatement de sa réponse.»

Le cabinet anglais accepta volontiers ce mode de règlement de
l'indemnité promise, et trois jours après, le 5 septembre 1844, le
discours prononcé au nom de la reine d'Angleterre pour la prorogation
du Parlement contint ce paragraphe: «Sa Majesté s'est trouvée récemment
engagée dans des discussions avec le gouvernement du roi des Français,
sur des événements de nature à interrompre la bonne entente et les
relations amicales entre ce pays et la France. Vous vous réjouirez
d'apprendre que, grâce à l'esprit de justice et de modération qui a
animé les deux gouvernements, ce danger a été heureusement écarté.»

Entre les deux pays et les deux gouvernements l'affaire était terminée;
elle ne l'était pas en France et pour le cabinet français. Nous avions
à soutenir dans les Chambres la conduite que nous avions tenue dans la
négociation et à en faire approuver l'issue. Le vif déplaisir qu'avaient
causé, dès le premier moment, les paroles âpres de sir Robert Peel,
avait été ardemment propagé et fomenté par les journaux de l'opposition;
ils répétaient tous les matins que nous serions certainement dans cette
occasion, comme nous l'étions toujours, disaient-ils, d'une complaisance
pusillanime envers l'Angleterre. Dans un tel état des esprits,
l'incident Pritchard ne pouvait manquer d'être, dans la session
prochaine, l'objet d'un grave débat; le roi Louis-Philippe s'en
inquiétait plus que personne, dans l'intérêt et des bons rapports avec
l'Angleterre et de la stabilité du cabinet dont il avait le maintien
fort à coeur. Le soir même du jour où le conseil avait décidé en
principe l'indemnité et où je l'avais annoncé à Londres, je reçus de lui
la lettre suivante[23]:

[Note 23: Du 2 septembre 1844.]

«Mon cher ministre, j'ai beaucoup réfléchi sur ce qui s'est passé
aujourd'hui au conseil, relativement à l'affaire Pritchard. Nous
avons reconnu qu'une indemnité lui était due pour les dommages qu'il a
éprouvés. Nous avons résolu que vous en informeriez officiellement lord
Aberdeen, et que vous lui proposeriez d'en faire régler le montant par
les deux amiraux Hamelin et Seymour qui commandent les forces navales
des deux puissances dans l'océan Pacifique. Je trouve ce mode de
règlement à la fois équitable et convenable. Cependant il me présente,
pour la mise en pratique, plus d'une difficulté.

«La première de toutes, c'est que les deux amiraux devant nécessairement
se réunir à Taïti pour l'examen et l'appréciation des dommages que
M. Pritchard a éprouvés, il est certain qu'on ne peut refuser à M.
Pritchard de faire valoir ses droits et de plaider sa cause devant les
deux amiraux, soit en personne, soit par un fondé de pouvoirs. Or, je
crois que le conseil pense, comme moi, que nous ne pouvons consentir
à ce que, dans aucun cas, M. Pritchard retourne à Taïti, et, par
conséquent, à ce qu'il y paraisse pour plaider sa cause en personne
devant les amiraux. Les plaidoyers par un fondé de pouvoirs, dans un
lieu où tout est public et d'où tout nous revient avec commentaires pour
être imprimé dans les journaux, me paraissent présenter aussi de grands
inconvénients, et je crois très-désirable qu'ils soient évités.

«Une seconde difficulté se trouve dans le temps énorme qui doit
s'écouler: 1º pour porter aux deux amiraux l'ordre de procéder à
l'évaluation dont ils doivent être chargés; 2º pour qu'ils combinent
leurs mouvements maritimes dans la vaste étendue du Pacifique, de
manière à se trouver réunis, à jour fixe, à Taïti; 3º pour faire leur
travail; 4º pour que le résultat de ce travail nous parvienne en Europe.

«N'oublions pas, en outre, que d'aussi longs délais feront un mauvais
effet en Angleterre, et qu'ils donneront lieu inévitablement à un
accroissement de dommages pour M. Pritchard. Et cependant ces délais,
déjà si longs, doivent encore être nécessairement allongés de tout le
temps qui s'écoulera avant que nos Chambres aient accordé le crédit
nécessaire pour faire payer l'indemnité que nos amiraux auront allouée
à M. Pritchard. Vous savez pendant combien d'années le vote nécessaire
pour solder la somme allouée aux États-Unis d'Amérique a été remis d'une
session à l'autre, et que ces retards ont failli allumer la guerre entre
la France et les États-Unis.

«Le meilleur moyen, l'unique, selon moi, d'échapper à ces difficultés,
c'est de prier lord Aberdeen de régler, avec M. Pritchard, un forfait
dont celui-ci donnerait quittance _in full of all demands_[24], et dont
le payement serait immédiatement effectué sans demander ni attendre
aucune sanction législative. Dès lors, il est évident que les fonds
de ce payement ne peuvent être pris que dans deux sources: l'une, pour
laquelle je suis aussi décidé à refuser mon concours que vous l'êtes à
me le demander, puisque ce serait de puiser, pour cet objet, dans
les fonds secrets des affaires étrangères ou de l'intérieur, déjà
insuffisants pour les besoins de l'État auxquels ils sont destinés à
satisfaire; l'autre moyen consiste dans mes ressources personnelles, les
revenus de ma liste civile, de mon domaine privé et de la couronne; et
je serai charmé, malgré les charges et les embarras dont ils sont grevés
aujourd'hui, qu'on prenne là, sans mystère, la somme nécessaire à solder
l'indemnité de M. Pritchard. D'ailleurs, d'après ce que lord Aberdeen
a indiqué, la somme nécessaire pour cet objet n'est pas de nature à
apporter aucune augmentation réelle à la masse de mes dettes, puisqu'il
ne s'agirait que d'environ mille livres sterling, c'est-à-dire 25,000
francs. Je trouve très-convenable que ce soit le roi seul qui supporte
une dépense que son gouvernement et lui regardent à la fois comme
équitable, par conséquent comme honorable et comme propre à faciliter la
continuation de nos bons rapports avec l'Angleterre. J'ajouterai, pour
ne rien taire de ma pensée et de mon sentiment, que je jouirai, comme
roi, d'assurer cet avantage à la France sans l'exposer aux inconvénients
des retards et des difficultés que pourraient entraîner la demande de la
sanction législative pour une pareille bagatelle, et même l'attente du
moment où il serait possible de la soumettre aux Chambres.

[Note 24: Pour le montant de toutes ses demandes.]

«Je désire donc, mon cher ministre, que, sans rien changer ni modifier
à la proposition de mon gouvernement, qui est de charger les amiraux
Hamelin et Seymour de régler à Taïti le montant de l'indemnité qu'ils
reconnaîtront due à M. Pritchard, vous chargiez le comte de Jarnac de
prier lord Aberdeen de proposer à M. Pritchard le payement immédiat,
à titre de forfait, d'une somme de mille livres sterling ou vingt-cinq
mille francs, que je fournirais contre sa quittance _in full of all
demands_. Et alors, quelque fût le résultat de l'investigation des
amiraux, il n'y aura plus rien à demander aux Chambres; leur décision ne
sera plus qu'une pièce justificative constatant qu'il était réellement
dû une indemnité à M. Pritchard; et néanmoins, comme il faudrait qu'il
fût connu que M. Pritchard est satisfait, si des interpellations vous
étaient faites à cet égard dans nos Chambres, vous les déclineriez en
disant qu'il n'y a rien à leur demander; et si l'on ajoutait la question
de savoir si M. Pritchard a reçu une indemnité, vous déclareriez qu'il
n'a rien reçu sur les fonds publics, avec une déclaration sur l'honneur
qu'il n'a rien reçu non plus sur les fonds secrets des ministères. Tout
le monde pourrait savoir que c'est moi qui n'ai pas voulu laisser peser
sur le revenu public la somme que j'ai jugé à propos de payer.»

Je ne pensai pas que la proposition du Roi fût acceptable; elle aurait
paru n'avoir d'autre objet que d'éviter au cabinet la nécessité, qu'elle
ne lui aurait pas évitée, d'obtenir, pour l'indemnité Pritchard, un
vote des Chambres. Ce n'était évidemment pas dans la somme de cette
indemnité, mais dans l'approbation ou le blâme du parlement que résidait
l'importance du vote; et, loin d'hésiter devant le débat, il nous
convenait de l'accepter hautement, quelle qu'en dût être l'issue.
Tous mes collègues partagèrent mon avis, et le Roi s'y rendit sans
difficulté.

A l'ouverture de la session de 1845, nous fîmes plus qu'accepter le
débat; nous nous empressâmes d'aller au-devant. Le discours du Roi
répondit, quant à l'incident Pritchard, aux sentiments qu'avait
manifestés dans le sien, en prorogeant le parlement, la reine
d'Angleterre: «Mon gouvernement, dit-il, était engagé, avec celui de la
reine de la Grande-Bretagne, dans des discussions qui pouvaient faire
craindre que les rapports des deux États n'en fussent altérés; un
mutuel esprit de bon vouloir et d'équité a maintenu, entre la France et
l'Angleterre, cet heureux accord qui garantit le repos du monde.»

Dans la commission nommée par la Chambre des députés pour préparer
l'adresse en réponse au discours du trône, les amis du cabinet étaient
en grande majorité; ils proposèrent à la Chambre un paragraphe en
parfaite harmonie avec ce discours, et qui donnait, à la conduite du
cabinet, une entière approbation: «Des incidents qui, au premier moment,
semblaient de nature à troubler les bons rapports de la France et
de l'Angleterre, avaient ému vivement les deux pays et appelé toute
l'attention de votre gouvernement. Nous sommes satisfaits d'apprendre
qu'un sentiment réciproque de bon vouloir et d'équité a maintenu,
entre les deux États, cet heureux accord qui importe à la fois à leur
prospérité et au repos du monde.»

La question était ainsi nettement posée. L'opposition y entra avec
ardeur. Pour la première fois depuis 1840, grâce à la vivacité de
l'émotion populaire et à l'hésitation que laissaient entrevoir quelques
membres du parti conservateur, elle concevait l'espoir de renverser
le cabinet. La discussion se prolongea pendant six jours, tour à tour
passionnée ou adroite, tantôt dispersée sur les divers points de la
politique extérieure, tantôt fortement concentrée sur Taïti et M.
Pritchard. Je n'en reproduirai pas ici les diverses phases; le point
d'attaque était toujours le même; on accusait le cabinet d'avoir
manqué, dans ses rapports avec le gouvernement anglais, de fermeté et de
dignité; ma défense fut l'exposé des faits et de la négociation tel
que je viens de le retracer. Dans le cabinet, MM. Duchâtel et Dumon
m'apportèrent le plus ferme concours. Deux membres de la commission
d'adresse, MM. de Peyramont et Hébert, maintinrent, avec une
vigueur éloquente, le paragraphe approbateur qu'elle proposait.
Deux amendements, qui à l'approbation substituaient le blâme, furent
proposés, l'un par M. de Carné, l'autre par M. Léon de Malleville: le
premier, général et un peu contenu, fut rejeté par 225 suffrages contre
197; le second était plus spécial et plus explicite; il exprimait un
regret formel «qu'en concédant une réparation qui n'était pas due, le
cabinet n'eût pas tenu un compte suffisant des règles de justice et
de réciprocité que la France respecterait toujours.» Après l'avoir
énergiquement repoussé, je terminai en disant: «Je remercie la
commission de son adhésion si franche; je remercie l'opposition de son
attaque si franche. Nous sommes convaincus que nous faisons, depuis
quatre ans, de la bonne politique, de la politique honnête, utile au
pays, conforme à ses intérêts et moralement grande. Mais cette politique
est difficile, très-difficile; elle a bien des préventions, bien des
passions, bien des obstacles à surmonter, sur ces bancs, hors de ces
bancs, dans le public, partout, grands et petits obstacles. Elle a
besoin, pour réussir, du concours net et ferme des grands pouvoirs de
l'État. Si ce concours, je ne dis pas nous manquait complétement, mais
s'il n'était pas assez ferme pour que cette politique pût être continuée
avec succès, nous ne continuerions pas à nous en charger. Nous ne
souffrirons pas que la politique que nous croyons bonne soit défigurée,
énervée, abaissée entre nos mains, et qu'elle devienne médiocre par
sa faiblesse. Tout ce que nous demandons, c'est que la décision soit
parfaitement claire, parfaitement intelligible pour tout le monde.
Quelle qu'elle soit, le cabinet s'en réjouira.» L'amendement de M. Léon
de Malleville fut rejeté, sans qu'il y eût même lieu de recourir au
scrutin.

Quand le blâme réclamé par l'opposition contre le cabinet eut été
ainsi écarté, restait à voter l'approbation contenue dans le paragraphe
proposé par la commission. Ce fut dans ce dernier retranchement que
l'opposition concentra ses efforts; elle essaya d'intimider la majorité
sur la portée et l'effet d'une adhésion à ce point décidée et explicite:
«Si la Chambre, dit M. Billault, s'associe à un tel acte par un éloge
aussi complet, aussi précis que celui qui lui est proposé, le ministère
pourra désormais lui tout demander, et n'aura, sur quoi que ce soit,
aucun refus à craindre. Je supplie la Chambre de prendre la seule
attitude qui me semble digne dans cette affaire, le silence, et puisque
malheureusement elle ne peut faire mieux, la résignation.--Savez-vous,
s'écria vivement M. Dumon, ce que l'honorable préopinant propose à
la Chambre? C'est de n'avoir point de politique, point d'avis sur les
grandes affaires du pays, d'abdiquer. Personne ne reconnaît plus que
nous le grand rôle qui appartient à la Chambre; mais à quelle condition
est-elle un pouvoir politique? A condition d'avoir un avis sur tout,
de le dire toujours, de prendre, sur toutes choses, sa part de
responsabilité. On vous dit: «Vous avez refusé de blâmer, refusez au
moins d'adhérer.» Quelle serait donc la situation de la Chambre devant
le pays? Une grande question se sera élevée, une grande mesure aura été
prise, une politique aura été suivie; la France demandera à la Chambre
quel est son avis, et la Chambre n'aura point d'avis! Elle n'aura pas
blâmé; elle n'aura pas adhéré! Elle se tiendra dans une abstention
muette et impuissante! J'adjure solennellement la Chambre de dire son
avis avec netteté, avec franchise, comme il convient à son indépendance
et sans s'inquiéter des influences extérieures dont on l'a menacée. Je
lui demande d'affermir ou de renverser la politique du gouvernement.»

La loyauté de M. Odilon Barrot refusa de se prêter aux tentatives
d'intimidation et aux conseils d'abdication que M. Billault adressait
à la Chambre; il accepta pleinement la question telle que la posait le
cabinet, et quand on en vint au vote sur le paragraphe approbateur, 213
voix l'adoptèrent et 205 le repoussèrent.

Ce n'était pas là, pour l'opposition, un triomphe suffisant; c'était
cependant un grave échec pour le ministère. Encore en minorité, et en
présence d'une majorité irritée en même temps qu'affaiblie, l'opposition
eût été, à coup sûr, hors d'état de gouverner, et elle n'eût pu se
dispenser de demander au Roi la dissolution de la Chambre; mais le
gouvernement devenait, pour nous, beaucoup plus difficile et précaire.
Nous résolûmes de ne pas accepter cette situation, et d'en laisser
retomber le poids sur ceux qui l'avaient amenée, l'opposition par ses
violences, quelques membres de la majorité par leur faiblesse. Dès
que le bruit de notre résolution de nous retirer se répandit, une vive
réaction, mêlée de colère et d'inquiétude, se manifesta; le surlendemain
du vote de l'adresse, les députés conservateurs, au nombre de cent
soixante-dix, se réunirent, et quarante-sept, qui n'avaient pu assister
à la réunion, lui envoyèrent leur complète adhésion. Ils résolurent de
faire, auprès du cabinet, une démarche solennelle pour lui demander de
rester aux affaires et de maintenir sa politique. Les hommes les plus
considérables de la majorité, MM. Hartmann, Delessert, Salvandy, Bignon,
Jacqueminot, les maréchaux Sébastiani et Bugeaud avaient provoqué et
inspiraient cette réunion. Une députation se rendit, en son nom, d'abord
chez le maréchal Soult, puis chez moi, et nous exprima vivement son
voeu. Le Roi, triste et inquiet, se tenait immobile: tout le monde
comprenait que c'était au parti conservateur lui-même à se relever de
son échec et à témoigner sa constance dans notre politique commune. Pour
le régime parlementaire l'épreuve était sérieuse et elle fut efficace;
la résolution du parti conservateur détermina la nôtre; la majorité et
le cabinet se raffermirent mutuellement en resserrant leur alliance;
la question Pritchard rentra dans l'ombre dont elle n'aurait jamais dû
sortir, et la session reprit sans trouble son cours.

Quand je dis que la question Pritchard rentra dans l'ombre, cela était
vrai dans les Chambres, non dans le public; l'impression qu'avaient
soulevée, à propos de cette affaire, ses premières apparences et
les déclamations dont elle avait été l'objet, demeura et demeure
probablement encore dans bien des esprits. Je ne connais guère d'exemple
d'une impression plus superficielle et plus fausse. Par l'occupation
de Taïti, nous avions profondément blessé le sentiment religieux de
l'Angleterre, et porté à sa prépondérance dans les mers du Sud une
déplaisante atteinte. Par l'arrestation et l'emprisonnement de M.
Pritchard, nous avions paru tenir peu de compte de la qualité de citoyen
anglais, et choqué ainsi l'amour-propre national. Ni l'un ni l'autre de
ces actes n'était nécessaire en soi, ni commandé par nos instructions.
Nous les avions cependant maintenus l'un et l'autre, en nous refusant
à toutes les satisfactions de principe qu'avait réclamées le cabinet
anglais, et en lui accordant seulement, à raison de certaines
inconvenances commises par l'un des agents français, la plus modeste des
satisfactions, une indemnité en argent. En droit, il était difficile de
refuser davantage et d'accorder moins. En fait, il eût été insensé
de compromettre, pour une cause et une réparation si minces, la bonne
intelligence et peut-être la paix des deux États. Les deux gouvernements
eurent le droit de dire que c'était «grâce à leur mutuel esprit de
justice et de modération que ce danger avait été écarté.» Ils firent
plus, dans cette circonstance, qu'écarter un grave danger: en présence
des passions anglaises et des passions françaises vivement excitées,
le cabinet anglais et le cabinet français ne tinrent compte, dans leur
résolution définitive, que de l'équité et de ces considérations morales
qui sont le gage et l'honneur de la civilisation. Politique difficile et
rare après le long règne de la force, car les peuples en méconnaissent
alors les conditions et se vengent, sur les gouvernements sensés
et justes, des revers et des tristesses que leur ont attirés les
gouvernements despotiques et violents[25].

[Note 25: Si des exemples étaient nécessaires pour prouver combien notre
conduite dans cette affaire fut naturelle et légitime, je pourrais en
citer un tout récent et d'une autorité incontestable. En 1855, dans une
circonstance et par des motifs bien moins graves que ceux qui, en 1844,
nous décidèrent à accorder à M. Pritchard une indemnité pécuniaire, la
République des États-Unis d'Amérique n'a pas hésité à donner à l'Empire
français une réparation plus éclatante. Le consul de France à San
Francisco de Californie, M. Dillon, avait été sommé de comparaître en
personne, comme témoin, devant la cour de district, dans une poursuite
intentée contre le consul du Mexique. Il s'y refusa formellement en
vertu d'une convention consulaire conclue le 23 février 1853, entre
la France et les États-Unis, se déclarant prêt d'ailleurs à donner son
témoignage, de vive voix ou par écrit, au magistrat délégué pour
le recevoir à son domicile; les autorités judiciaires de Californie
reconnurent d'abord, puis repoussèrent le droit que réclamait le consul
de France; un mandat d'arrêt fut lancé contre lui, et le 25 avril 1854,
le maréchal des États-Unis se présenta au consulat accompagné d'agents
armés, et procéda à l'arrestation de M. Dillon qui, après avoir
protesté contre cet acte de violence, le suivit devant le tribunal où il
renouvela sa protestation. Le juge, après quelques observations, lui dit
qu'il pouvait se retirer; mais M. Dillon maintint fortement son droit,
réclama une réparation comme ayant été illégalement arrêté, et fit
amener son pavillon consulaire; après divers incidents et une longue
discussion, le cabinet de Washington reconnut officiellement le droit
qu'avait eu le consul de France de décliner l'injonction de la cour de
district de San Francisco, et témoigna son regret de l'excès de pouvoir
commis envers cet agent. Le rétablissement des relations officielles
entre le consulat de France et les autorités fédérales suivit
cette déclaration. Le 30 novembre 1855, la frégate américaine
_l'Indépendance_, commandée par le commodore Mervine, et qui, depuis la
veille, était mouillée en face de San Francisco, salua de vingt et
un coups de canon le pavillon français flottant à bord de la corvette
impériale _l'Embuscade_, commandée par M. Gizolme, capitaine de frégate.
La corvette ayant, à son tour, salué le pavillon américain du même
nombre de coups, le pavillon français fut relevé aussitôt au-dessus
de la maison consulaire aux cris de: _Vive la France! vive le consul_!
répétés par la nombreuse population française qui assistait à la
cérémonie. Puis le consul de France, revêtu de son uniforme, s'avança
sur le péristyle de sa maison, adressa à ses compatriotes une allocution
reçue avec les mêmes applaudissements; et l'affaire fut ainsi terminée à
la satisfaction des deux gouvernements, qui eurent parfaitement raison,
l'un de réclamer, l'autre d'accorder cette juste réparation d'un acte
violent et inutile.]



                            CHAPITRE XLI

                       L'ALGÉRIE ET LE MAROC
                            (1841-1847).


Le général Bugeaud gouverneur général de l'Algérie.--Son caractère et
ses deux idées principales sur sa mission.--Désaccord entre ces idées
et les dispositions des Chambres.--Le cabinet est résolu à soutenir
fortement le général Bugeaud dans l'oeuvre de la complète domination
française sur toute l'Algérie.--Campagnes et succès du général
Bugeaud.--Son jugement sur Abd-el-Kader.--Sa susceptibilité dans
ses rapports avec le ministère de la guerre, les Chambres et les
journaux.--Ses brochures.--Sa correspondance particulière avec moi.--Il
est fait maréchal.--Abd-el-Kader se replie sur le Maroc.--Dispositions
du peuple marocain et embarras de l'empereur Abd-el-Rhaman.--Invasion
des Marocains sur le territoire de l'Algérie.--Nos réclamations à
l'empereur du Maroc.--Mes instructions au consul général de France à
Tanger.--Le prince de Joinville est nommé commandant d'une escadre
qui se rend sur les côtes du Maroc.--Inquiétude du gouvernement
anglais.--Méfiance de sir Robert Peel.--Sagacité et loyauté de lord
Aberdeen.--Ses démarches pour décider l'empereur du Maroc à se rendre
à nos demandes.--Elles ne réussissent pas; la guerre est déclarée.--Le
prince de Joinville bombarde Tanger et prend Mogador.--Le maréchal
Bugeaud bat et disperse l'armée marocaine sur les bords de
l'Isly.--L'empereur du Maroc demande la paix.--Elle est conclue à
Tanger.--Ses conditions et ses motifs.--Débats dans les Chambres à ce
sujet.--Négociation pour la délimitation des frontières entre l'Algérie
et le Maroc.--Traité de Lalla-Maghrania.--Velléités de retraite
du maréchal Bugeaud.--Abd-el-Kader recommence la guerre en
Algérie.--Incident des grottes du Dahra.--Le maréchal Bugeaud met en
avant son plan de colonisation militaire.--Ce plan est mal vu dans les
Chambres et dans le ministère de la guerre.--Le maréchal Bugeaud veut
se retirer.--Il vient en France.--Nouvelle et générale insurrection
en Algérie--Le maréchal Bugeaud y retourne et triomphe de
l'insurrection.--Il est disposé à poursuivre Abd-el-Kader dans le
Maroc.--Je lui écris à ce sujet.--Il y renonce.--Il insiste sur son
plan de colonisation militaire.--Sa lettre au Roi pour le
réclamer.--Présentation à la Chambre des députés d'un projet de loi
conforme à ses vues.--Mauvais accueil fait à ce projet.--Le maréchal
Bugeaud en pressent l'insuccès.--Il est souffrant et ne se rend pas
à Paris.--La commission de la Chambre des députés propose le rejet du
projet de loi.--Le gouvernement le retire.--Le maréchal Bugeaud donne sa
démission.--Le duc d'Aumale est nommé gouverneur général de l'Algérie.


Quand, le 29 décembre 1840, le Roi, sur la demande du cabinet, nomma
le général Bugeaud gouverneur général de l'Algérie, je ne me dissimulai
point les conséquences de ce choix et les obligations, j'ajoute les
difficultés qu'il nous imposait. Le général Bugeaud n'était pas un
officier à qui l'on pût donner telles ou telles instructions, avec la
certitude qu'il bornerait son ambition à les exécuter de son mieux et
à faire son chemin dans sa carrière en contentant ses chefs. C'était un
homme d'un esprit original et indépendant, d'une imagination fervente et
féconde, d'une volonté ardente, qui pensait par lui-même et faisait une
grande place à sa propre pensée en servant le pouvoir de qui il tenait
sa mission. Ni l'éducation ni l'étude n'avaient, en la développant,
réglé sa forte nature; jeté de bonne heure dans les rudes épreuves de
la vie militaire, et trop tard dans les scènes compliquées de la vie
politique, il s'était formé par ses seules observations et sa propre
expérience, selon les instincts d'un bon sens hardi qui manquait
quelquefois de mesure et de tact, jamais de justesse ni de puissance.
Il avait sur toutes choses, en particulier sur la guerre et les affaires
d'Algérie, ses idées à lui, ses plans, ses résolutions; et non-seulement
il les poursuivait en fait, mais il les proclamait d'avance, en
toute occasion, à tout venant, dans ses conversations, dans ses
correspondances, avec une force de conviction et une verve de parole
qui allaient croissant à mesure qu'il rencontrait la contradiction ou
le doute; il s'engageait ainsi passionnément, soit envers lui-même, soit
contre ceux qui n'acceptaient pas toutes ses vues, tellement plein de
son ferme jugement et de sa patriotique intention, qu'il ne s'apercevait
pas des préventions qu'inspirait l'intempérance de son langage, et ne
pressentait pas les difficultés que ces préventions sèmeraient sur ses
pas quand, après avoir tant parlé, il aurait à agir.

En même temps qu'il se créait ainsi lui-même des difficultés factices,
il ne se faisait aucune illusion sur les difficultés naturelles de sa
mission et sur l'étendue des moyens nécessaires pour les surmonter. Cet
esprit qui, par son exubérance et sa confiance dans ses conceptions,
semblait quelquefois chimérique, était remarquablement exact et
pratique, attentif à se rendre un compte sévère des obstacles qu'il
devait rencontrer et des forces dont il avait besoin, n'en dissimulant
rien à personne pas plus qu'à lui-même, sans complaisance pour les idées
fausses et les vaines espérances du public, sans ménagement pour
les embarras ou les faiblesses de ses supérieurs. C'était un agent
parfaitement véridique et puissamment efficace, mais peu commode, et
qui mêlait avec rudesse l'exigence à l'indépendance. Il était de plus
ombrageux, susceptible, prompt à croire qu'on ne faisait pas une
assez large part à ses services ou à sa gloire. Quand les difficultés
naturelles de sa mission ou celles qu'il s'attirait quelquefois lui-même
le rendaient mécontent ou inquiet, quand il croyait avoir à se plaindre
du Roi, du ministre de la guerre, des Chambres, des journaux, c'était
à moi qu'il s'adressait pour épancher ses mécontentements, ses
inquiétudes, et me demander d'y porter remède. Non qu'il y eût, entre
lui et moi, une complète intimité; nos antécédents, nos goûts, nos
habitudes d'esprit et de vie ne se ressemblaient pas assez pour nous
unir à ce point; mais il savait le cas que je faisais de lui, il
comptait sur mon bon vouloir et sur mon aptitude à le soutenir dans le
conseil, dans les Chambres, devant le public. Il était d'ailleurs,
dans la politique générale, ardent conservateur, touché surtout des
conditions comme des besoins de l'ordre, et l'un de mes plus fermes
adhérents: «Pendant que je poursuivrai l'Émir dans ses retraites,
m'écrivait-il[26], vous lutterez pour maintenir votre majorité contre
l'inconstance et l'inconséquence. Vous verrez, comme moi, qu'il est
aussi difficile de conserver que de conquérir; mais vous combattrez
avec talent et fermeté; j'espère, autant que je le désire, que vous
triompherez. Vous me défendez, vous me soutenez dans l'occasion; et
vous ne le faites que par justice et bienveillance pour un vieil ami
politique en qui vous avez aussi confiance comme général. C'est à votre
insu que vous acquittez, envers moi, une vieille dette; combien de fois
vous ai-je défendu contre les préjugés absurdes des esprits creux ou
passionnés!»

[Note 26: Le 18 octobre 1842.]

Plus tard, après quatre années de fortes campagnes et de brillants
succès, devenu maréchal de France et duc d'Isly, il eut, dans un accès
d'humeur, une tentation de prudence personnelle; il voulut se retirer;
je venais, à la même époque, d'être assez malade; il m'écrivit[27]:
«Avant d'aborder la chose que j'ai à traiter dans cette lettre, je veux
vous parler des inquiétudes que m'a données votre santé, pour vous, pour
nous, pour le pays. Je ne vous ai pas écrit pour vous ménager; mais j'ai
chargé M. Blondel, directeur des services civils en Algérie, d'aller
vous voir de ma part et de me tenir au courant de la marche de votre
maladie. Je le chargeais aussi de vous féliciter de l'heureuse issue
de la négociation sur le droit de visite. Mais qu'ai-je besoin de
protestations? Vous connaissez mes vieux sentiments pour vous; ils ne
pouvaient s'affaiblir en cette double occasion. Je suis bien heureux de
vous voir rétabli en même temps que vous obtenez un traité qui enlève à
vos adversaires leur meilleur champ de bataille. Cela dit, je passe à un
sujet moins important, mais qui a votre intérêt, j'en suis sûr, car il
s'agit de moi; vous ayant toujours regardé comme le principal auteur de
la position qui m'a permis de rendre quelques services au pays, je
vous dois compte de la détermination que j'ai prise de la quitter.» Il
m'exposait alors les motifs de sa détermination, motifs puisés dans
les déplaisirs personnels de ses relations avec le maréchal Soult et
le département de la guerre plutôt que dans un sérieux sentiment des
difficultés de sa situation après ses victoires. Aussi renonça-t-il
bientôt à ses velléités de retraite, et quelques mois après me l'avoir
annoncée, il m'écrivit[28]: «Je suis arrivé, dans mon gouvernement de
l'Algérie, à une période qui ressemble beaucoup à deux époques de votre
vie parlementaire. Quand, après la révolution de Juillet, le ministère
du 11 octobre 1833 eut consolidé la nouvelle monarchie et refoulé les
passions révolutionnaires, une partie de ses amis se débandèrent et
voulurent s'emparer d'une situation qui était devenue bonne. La même
chose s'est vue après la formation et les premiers succès de votre
ministère du 29 octobre 1840. Et maintenant, pour moi, ayant résolu
les grandes et premières questions, à savoir, le système de guerre pour
vaincre et soumettre les Arabes, la question de domination du pays et
de sécurité pour les Européens, ayant mis la colonisation en train, la
population européenne étant quadruplée, les revenus du pays quintuplés,
le commerce décuplé, de grands travaux colonisateurs ayant été exécutés,
tels que routes, ponts, barrages, édifices de toute nature, plusieurs
villes et bon nombre de villages ayant été fondés, il est clair que j'ai
fait mon temps et que je ne suis plus bon à rien. Malheureusement ces
attaques ont commencé dans un journal subventionné par le ministère de
la guerre, et dont les rédacteurs vivaient dans la plus grande intimité
avec les bureaux de la direction des affaires de l'Algérie. C'est une
des causes qui m'ont fait demander mon remplacement. Les bureaux se
vengeaient ainsi des contrariétés que je leur faisais éprouver en
combattant les fausses mesures qu'ils proposaient à M. le maréchal
ministre de la guerre. Il est probable qu'une grosse intrigue d'envieux
et d'ambitieux est venue s'emparer de ces ficelles pour tâcher de me
démolir. C'est là leur expression.

[Note 27: Le 30 juin 1845.]

[Note 28: Le 18 août 1845.]

«Je vous prie de croire que les attaques de la presse ordinaire n'ont
fait et ne feront aucune impression sur moi. J'irai mon droit chemin
tant que je serai soutenu par le gouvernement du Roi. Je serai dédommagé
des déclamations des méchants par l'assentiment général de l'armée et
de la population générale de l'Algérie. Le 6 ou le 7 septembre, je
serai près de M. le maréchal Soult à Saint-Amand. Je traiterai avec lui
quelques-unes des principales questions. Si nous pouvons nous entendre,
comme j'en ai l'espoir d'après les bonnes dispositions qu'il me montre
depuis quelque temps, je me remettrai de nouveau à la plus rude galère à
laquelle ait jamais été condamné un simple mortel.»

En rentrant, comme gouverneur général, dans cette galère où, depuis
plusieurs années déjà, il avait vécu et ramé, il y apportait, avec une
conviction passionnée, deux idées dominantes, la nécessité de soumettre
les Arabes dans toute l'étendue de l'ancienne Régence, la nécessité de
la colonisation militaire pour fonder et féconder notre établissement.
C'était la guerre partout en Algérie, avec une forte armée pour la
soutenir, et après le succès de la guerre, longtemps encore l'armée
comme principal acteur au sein de la paix.

Rien n'était moins en harmonie que ces deux idées avec les dispositions
des Chambres et les préventions du public. Très-décidément on voulait
rester en Algérie; mais on souhaitait vivement d'y restreindre la guerre
et les dépenses de la guerre. On regardait la prépondérance prolongée
du régime militaire comme mauvaise, et la colonisation militaire comme
impossible, soit en elle-même, soit à cause des charges énormes qu'elle
devait imposer au pays. On avait hâte de voir l'Algérie entrer sous les
lois de l'administration civile et dans les voies de la colonisation
civile, la seule que l'État pût protéger sans la payer et sans en
répondre.

Quant à la nécessité de soumettre complétement les Arabes et d'établir
la domination française dans toute l'étendue de l'Algérie, j'étais de
l'avis du général Bugeaud; la question n'était plus, comme de 1830
à 1838, entre l'occupation restreinte et l'occupation étendue; la
situation de la France dans le nord de l'Afrique avait changé; les faits
s'étaient développés et avaient amené leurs conséquences; la conquête
effective de toute l'Algérie était devenue la condition de notre
établissement à Alger et sur la côte. Les esprits hostiles à cet
établissement et les esprits timides qui en redoutaient les charges
essayaient encore de résister à ce qu'ils appelaient un dangereux
entraînement; mais, pour les esprits plus fermes et à plus longue vue,
cet entraînement était un résultat nécessaire de la situation et comme
un fait déjà accompli. Ainsi se sont faites la plupart des grandes
choses qui ont fait les grandes nations par la main des grands hommes;
ce fut la gloire du général Bugeaud de comprendre fortement la nécessité
de celle-ci et de s'y attacher avec une passion persévérante; sous
le roi Charles X, la France avait conquis Alger; c'est sous le roi
Louis-Philippe et par le général Bugeaud qu'elle a conquis l'Algérie. Le
mérite du cabinet fut de mettre résolument le général Bugeaud à la tête
de cette oeuvre, de l'y soutenir fermement et de lui fournir, malgré
bien des difficultés et des résistances, les moyens de l'accomplir[29].

[Note 29: Au 1er juillet 1840, avant la formation du cabinet du 29
octobre 1840 et la nomination du général Bugeaud comme gouverneur
général de l'Algérie, nos forces militaires en Algérie étaient de 64,057
hommes.

Au 1er juillet 1841, elles s'élevaient à 78,989 hommes, tant troupes
françaises qu'auxiliaires et indigènes.

Au 1er juillet 1842, elles s'élevaient à 83,281 hommes.
Au 1er juillet 1843................... à 85,664 hommes.
Au 1er juillet 1844................... à 90,562 hommes.
Au 1er juillet 1845................... à 89,099 hommes.
Au 1er juillet 1846.................. à 107,688 hommes.
Au 1er juillet 1847.................. à 101,520 hommes.]

Appelé aujourd'hui à retracer et à apprécier les principaux faits de la
guerre d'Algérie à cette époque, je n'ai pas voulu me contenter de mes
souvenirs personnels, nécessairement superficiels et incomplets; j'ai
cherché, parmi les hommes qui ont vécu et servi auprès du maréchal
Bugeaud, un témoin sûr et un juge compétent. Le maréchal Bugeaud me
l'avait lui-même indiqué d'avance; il m'écrivait le 2 juillet 1846:
«Vous me comblez de satisfaction en m'apprenant que le capitaine Trochu
aura le premier grade vacant parmi les chefs d'escadron. Si vous le
connaissiez, vous en seriez aussi satisfait que moi; il a une tête et
des sentiments comme vous les aimez. Il est apte à parvenir à tout.
Je ne connais dans l'armée aucun homme plus distingué que lui; veillez
donc, je vous prie, à ce que la promesse soit tenue.» Elle fut tenue, en
effet, et le général Trochu, placé aujourd'hui aussi haut dans l'estime
que dans les rangs de l'armée, a pleinement justifié l'opinion de son
illustre chef. C'est à lui que j'ai demandé un résumé caractéristique
des idées et des procédés du maréchal Bugeaud dans la guerre d'Algérie,
et il a répondu à mes questions d'une façon si nette et si frappante
que je me garderai de rien changer à ses paroles; je les reproduirai ici
textuellement comme un fidèle portrait de l'homme et de la guerre qui y
sont peints:

«Le nouveau gouverneur de l'Algérie, m'écrivait, le 8 novembre dernier,
le général Trochu, apportait avec lui une force qui fit autant pour
la conquête que les soldats et l'argent; force toute morale qui a été,
entre les mains du maréchal Bugeaud, l'instrument de tous les succès de
sa carrière. Il ne doutait pas; et il sut prouver qu'il ne fallait
pas douter à une armée qu'une perpétuelle alternative de succès et
de revers, dans une entreprise dont le but était resté jusque-là mal
défini, avait laissée dans l'incertitude.

«Les lieutenants du maréchal Bugeaud, dont je ne crois pas diminuer la
valeur et les services en faisant cette déclaration, étaient des hommes
supérieurs qui s'étaient formés eux-mêmes dans cette guerre, et qui
étaient déjà formés, pour la plupart, quand il vint prendre la direction
de leurs efforts. Ainsi ce qu'ils ont fait leur appartient en propre, et
le maréchal en a largement bénéficié. Il n'est pas un vieil officier
de l'armée d'Afrique qui n'ait présentes à la pensée les opérations si
intelligentes et si hardies par lesquelles le général de Lamoricière,
dans la campagne d'hiver de 1841 à 1842, tournant dans la province
d'Oran le massif qui était le siège principal de l'influence personnelle
et de la puissance gouvernementale d'Abd-el-Kader, fit tomber en
quelques mois les deux tiers de cette province entre nos mains; et les
entreprises audacieuses du général Changarnier dans la province d'Alger,
entreprises au milieu desquelles brille d'un si vif éclat le combat de
l'_Oued-Fodda_, qui restera, dans l'histoire militaire du pays, comme
un de ces actes hasardés que le succès seul peut justifier, mais où
général, officiers et troupes, avec de cruels sacrifices, se couvrent de
gloire et impriment à la marche des événements une impulsion décisive.

Mais le système de guerre en Afrique avait pour point de départ
antérieur une théorie qui appartient au général de brigade Bugeaud,
théorie dont l'application au combat de la Sikkak (6 juillet 1836),
alors que ses futurs lieutenants étaient tous encore peu connus ou
inconnus, avait appelé sur lui une haute et très-légitime notoriété.

«Une colonne française, considérable par la valeur des officiers et
de la troupe, après de pénibles opérations dans l'ouest de la province
d'Oran, se trouvait acculée à la mer, dans le delta sablonneux que
forment les embouchures de la Tafna. Elle était entourée par tous les
rassemblements armés du pays, attaquée chaque jour dans sa position à
peine défendable, assujettie à des efforts continuels, à des sacrifices
douloureux. Son état moral, comme son état matériel, touchait au
désarroi. La situation était grave. Le gouvernement et l'opinion s'en
montrèrent émus. Un envoi immédiat de troupes partant directement des
ports de la Méditerranée fut résolu. Le commandement en fut donné au
général Bugeaud. Il débarqua à la Tafna avec une brigade, réunit autour
de lui tous les officiers présents, et leur dit, avec une netteté et
une fermeté de vues auxquelles ils n'étaient pas accoutumés, comment
il envisageait la crise et comment il entendait en sortir:--«Les Arabes
sont vaillants, mais ils ne le sont pas plus que vous. Vous opposez
votre discipline et votre organisation à leurs masses confuses qui
sont d'autant plus faciles à jeter dans le désordre qu'elles sont plus
nombreuses. Ils sont mal armés; vous avez un excellent armement. Ils
ont peu de munitions; vous n'avez pas à ménager les vôtres. Que vous
manque-t-il donc pour les battre? Je vais vous le dire et vous montrer
en même temps que je vous apporte ce qui vous manque. Ayez le sentiment
de votre incontestable supériorité, et portez-le avec vous dans le
combat, de manière à le faire passer dans l'âme de vos adversaires. Ils
vous croient compromis, livrés à l'abattement, réduits à une défensive
sans remède et sans issue. Eh bien, nous allons les surprendre par une
offensive si rapide, énergique et imprévue, que, par un revirement moral
dont l'effet est immanquable, le trouble et l'incertitude remplissant
leurs esprits, nous frapperons un grand coup qui les abattra à leur
tour. Mais comment, traînant avec vous tant de canons et tant de
voitures dans un pays montagneux, très-difficile, sans routes, comment
prendre l'offensive sur un ennemi qui l'a toujours eue jusqu'à présent,
qui va partout, qui est dégagé d'attirail, et mobile à ce point que vous
le déclarez insaisissable? Il faut vous faire aussi légers que lui; il
faut vous défaire de ces _impedimenta_ qui, bien loin d'être une force,
sont pour vous une cause permanente de faiblesse et de péril. Vous êtes
liés à leur existence; vous les suivez péniblement là où ils peuvent
passer, quand ils peuvent passer; vous ne marchez jamais à l'ennemi
quand il serait à propos; et tout votre temps s'use, tous vos efforts
s'épuisent à défendre vos canons et vos voitures, alors que l'ennemi,
habile à choisir le moment de vos embarras, fond sur vous. Je vous
déclare que j'ordonne l'embarquement de ce matériel de campagne et son
renvoi à Oran. Nos soldats porteront plus de vivres. Une petite
réserve sera chargée sur des chevaux et des mulets avec lesquels nous
organiserons aussi le transport de nos blessés et de nos malades.
Avec ces moyens sommairement constitués, je vous promets de vous mener
immédiatement à l'ennemi et de le battre.--»

«Cet ordre de renvoi des canons de campagne produisit, sur l'auditoire
du général, un effet marqué d'étonnement et de mécontentement. Annoncé
par un commandant en chef qui débutait en Algérie, à des officiers
qui étaient déjà, en grand nombre, des vétérans algériens prétendant
à l'expérience et considérant une puissante artillerie comme la grande
force et la principale sauvegarde de l'armée à de certains moments, il
fut très-mal accueilli. Le doyen des chefs de corps présents, le colonel
Combe, officier de l'Empire, homme énergique, à qui une mort glorieuse
sous les murs de Constantine fit, l'année suivante, une notoriété
méritée, voulut être l'organe du sentiment général. Dans une réponse
peut-être hors de mesure et qui ne fut pas sans quelque amertume,
il combattit les vues du général Bugeaud, donnant à entendre que son
inexpérience africaine avait seule pu lui conseiller des dispositions
qui étaient notoirement compromettantes. Il railla à mots couverts la
confiance qu'en exposant les détails de son système de marche et de
combat, le général avait montrée de pouvoir tourner les masses arabes et
leur faire des prisonniers, résultat qui était en effet, à cette époque,
considéré comme très-difficile ou même impossible à attendre.

«Le général Bugeaud dut mettre un terme à la discussion par l'argument
militaire _sic volo, sic jubeo_; et à quelques jours de là il répondait
à ses contradicteurs par la victoire de la Sikkak, qui fut décisive,
complète, enlevée, qui mit, en effet, entre nos mains des prisonniers
en grand nombre, et qui eut, en Algérie et en France, un si légitime
retentissement. Le système de la guerre d'Afrique était fondé.»

Ce fut là, en effet, le système que, dès son arrivée en Algérie
comme gouverneur général et dans sa première campagne comme dans les
suivantes, le général Bugeaud appliqua sur une grande échelle et avec
autant de souplesse que de persévérance; il donna immédiatement à
la guerre un caractère d'initiative hardie, de mobilité dégagée et
imprévue, de prompte et infatigable activité. Il s'appliqua à poursuivre
ou à prévenir, à atteindre et à vaincre ou à déjouer, sur tous les
points du territoire arabe, Abd-el-Kader, c'est-à-dire la nation arabe
elle-même personnifiée dans son héros: «On est dans une étrange erreur,
m'écrivait-il[30], quand on dit dans la presse, et même dans les
Chambres, que nous ne sommes occupés qu'à combattre un chef de partisans
qui mène avec lui sept ou huit cents cavaliers. Si nous n'avions à
redouter que cette petite force, il faudrait que nous eussions bien
dégénéré pour nous en tant préoccuper. On oublie que c'est à la nation
arabe tout entière que nous avons affaire, et que, si nous manoeuvrons
avec tant d'activité pour empêcher Abd-el-Kader de pénétrer dans
l'intérieur du pays, ou du moins de s'y fixer, c'est pour qu'il ne
vienne pas mettre le feu aux poudres amoncelées derrière nous, pour
qu'il n'ait le temps de rien organiser ou consolider. Nous connaissons
le prestige immense qu'il exerce sur les Arabes par son génie, par son
caractère éminemment religieux, par l'influence qu'il a gagnée en dix
ans de règne. Il n'y a rien de plus faux que de le comparer à un chef
ordinaire de partisans qu'on jette sur les flancs ou sur les derrières
d'une armée pour enlever des convois, des détachements isolés, des
dépêches, pour brûler des magasins et prendre ou détruire tout ce
qu'une armée laisse derrière elle en avançant. Un tel chef doit avoir de
grandes qualités militaires, mais il n'a rien de politique; ses coups
de main seuls sont à craindre et non pas son influence; les actions
militaires d'Abd-el-Kader sont ce qu'il y a de moins redoutable; son
influence sur les peuples est excessivement puissante; aucune tribu ne
sait lui résister; dès qu'il se présente, tous les guerriers prennent
les armes et le suivent; sa présence même n'est pas toujours nécessaire;
n'a-t-il pas mis en révolte toute la province d'Oran et l'ouest de
celle d'Alger par ses lettres, ses émissaires et le bruit exagéré de ses
succès de Ghazaouat et d'Aïn-Temouchen? N'a-t-il pas déjà, de plus loin
encore, jeté des ferments de trouble sur plusieurs points de la
province de Constantine? Abd-el-Kader n'est point un partisan; c'est
un prétendant légitime par tous les services qu'il a rendus à la
nationalité arabe et à la religion; c'est un prince qui a régné dix ans
et qui veut reconquérir un trône, assuré qu'il est de l'amour passionné
de tous ses anciens sujets.»

[Note 30: Le 3 mars 1846.]

Ce fut à la lumière de cette idée juste et grande que, de 1841 à 1847 et
dans dix-sept campagnes habilement combinées, sans compter les incidents
isolés, le maréchal Bugeaud poursuivit et accomplit la soumission
générale des Arabes et la conquête définitive de l'Algérie[31]. Deux
faits importants manquaient encore à cette conquête quand le maréchal
Bugeaud en quitta le gouvernement: Abd-el-Kader errait et guerroyait
encore dans l'Algérie; et dans la province même d'Alger, la
Grande-Kabylie conservait son indépendance; c'est sous le gouvernement
de M. le duc d'Aumale qu'Abd-el-Kader a renoncé à la lutte, et c'est
M. le maréchal Randon qui, dans sa longue et sage administration de
l'Algérie, a eu l'honneur d'entreprendre, d'accomplir et de consolider
la soumission de la Grande-Kabylie à la France. Mais ces deux habiles
successeurs du maréchal Bugeaud seraient, j'en suis sûr, les premiers
à reconnaître que c'est à lui que la France doit l'entière et forte
possession de l'Algérie. Il a, pendant sept ans, rempli ce vaste théâtre
de sa présence et de son nom, puissant en actes comme en paroles,
variant ses procédés de guerre avec autant d'invention ingénieuse que de
bon sens pratique, payant de sa personne sans avoir l'air d'y penser et
avec un courage aussi simple que dominateur, inspirant à ses troupes la
confiance qu'il les aimait et qu'il prenait d'elles les soins les
plus attentifs au moment où il leur imposait les plus rudes efforts,
déployant enfin, avec toute l'autorité du général, toutes les qualités
du soldat.

[Note 31: On trouvera, dans les _Pièces historiques_ placées à la fin de
ce volume, un résumé puisé à des sources authentiques et aussi lumineux
que précis, des campagnes du maréchal Bugeaud en Afrique de 1841 à 1847,
et de leurs principaux résultats pour l'extension et la consolidation de
la domination française en Algérie.]

Je prends çà et là, dans sa correspondance avec moi, quelques-uns
des traits où se manifestent sa façon d'agir et son caractère; il
m'écrivait, le 18 octobre 1842: «Je viens de terminer prématurément, à
cause des pluies, une campagne dans l'est, contre Ben-Salem, cinquième
kalifat (lieutenant) d'Abd-el-Kader. Je crois avoir à peu près détruit
sa puissance. Je lui ai enlevé tout ce qu'il y avait de beau et de bon
dans son gouvernement. Il ne lui reste que quelques tribus kabyles sur
lesquelles il a conservé peu de crédit. Cette expédition serait des
plus heureuses si je n'y avais perdu un de mes meilleurs officiers, le
colonel Leblond. Abd-el-Kader, en homme de coeur et de talent, lutte
contre sa mauvaise fortune avec une énergie bien remarquable. Il écrit
de tous côtés pour faire prendre les armes, ou du moins pour entretenir
le feu sacré. Partout où il voit l'espérance de ranimer un foyer de
résistance, il s'y porte avec sa poignée de cavaliers fidèles, et il
parvient quelquefois à réunir douze ou quinze cents hommes. Il dispose
encore, dit-on, d'une somme de deux ou trois millions, et il paraît
vouloir s'établir, pour l'hiver, dans les montagnes de l'Oued-Serris,
entre le Chélif et la Mina. Je travaille à jeter un pont sur cette
dangereuse rivière, afin que la colonne de Mostaganem puisse la franchir
pour protéger les tribus soumises sur la rive droite, et même attaquer
l'émir dans sa retraite, après les grandes pluies. Dans tous les cas, au
printemps, je l'étreindrai dans ce pâté montagneux, avec trois colonnes,
et je pense qu'en quinze jours je lui enlèverai ce refuge dans lequel il
s'appuie sur plus de 20,000 fantassins kabyles.»

Un an plus tard, le 27 octobre 1843: «Vous suivez sans doute les
diverses phases de nos affaires d'Afrique, et vous voyez que tout
le pays qui obéissait à Abd-el-Kader est dompté, à l'exception d'une
très-petite zone au sud et sud-ouest de Mascara, où ce chef se débat
encore avec courage, talent et persévérance, avec les débris de son
armée et les cavaliers de deux ou trois tribus. Je pars après-demain
pour Mascara, afin d'en finir avec ce Jugurtha renforcé; mais je crains
bien que l'absence de nourriture pour les chevaux ne rende la conclusion
possible qu'au printemps. La guerre doit se modifier suivant les
circonstances; il faut aujourd'hui se mettre en mesure d'atteindre
au loin notre ennemi; aussi je m'occupe de me procurer les transports
nécessaires pour porter deux bataillons d'infanterie qui marcheront à
l'appui de ma cavalerie. En 1841, nous avons proportionné les moyens
d'Europe aux circonstances de l'Afrique d'alors; nous nous sommes rendus
légers et offensifs; mais nos colonnes ont été composées de quatre ou
cinq mille hommes, parce que notre adversaire pouvait encore réunir,
sur divers points, douze, quinze et vingt mille hommes. Il ne le pouvait
plus en 1842, et nous avons subdivisé nos forces pour atteindre l'ennemi
et ses intérêts sur de plus grandes surfaces. En 1843, la guerre n'a
plus été, dans le pays facile, qu'une question de vitesse, et nous
avons agi avec des colonnes d'infanterie montée. Nous sommes encore
dans l'enfance de ce système; les moyens de transport nous manquent; je
travaille à en réunir qui ne coûtent rien à l'État, et j'en ai déjà une
partie. Je fais faire des essais sur le meilleur équipement à donner
aux mulets et aux chameaux pour porter le fantassin et des vivres pour
quinze ou vingt jours. Je ferai tout pour être en mesure au printemps
prochain. Alors, si Abd-el-Kader n'est pas éteint, je lui donnerai
une chasse extraordinaire. Il faudra que ses tentes et celles de ses
partisans soient bien loin pour que je ne les atteigne pas. Vous me
direz peut-être que je vous parle presque uniquement de la guerre. Ah!
c'est que la bonne guerre fait tout marcher à sa suite. Vous seriez de
cet avis si vous pouviez voir la fourmilière d'Européens qui s'agite
en tous sens, d'Alger à Milianah et Médéah, de Ténez à Orléansville,
de Mostaganem à Mascara, d'Oran à Tlemcen. Le premier agent de la
colonisation et de tous les progrès, c'est la domination et la sécurité
qu'elle produit. Que pouvait-on faire quand on ne pouvait aller à
une lieue de nos places de la côte sans une puissante escorte? On
ne voyageait, on ne transportait que deux ou trois fois par mois.
Aujourd'hui c'est à toute heure, de jour et de nuit, isolément et sans
armes. Aussi le mouvement correspond à la confiance; les hommes et
les capitaux ont cessé d'être timides; les constructions pullulent;
le commerce prospère; nos revenus grandissent sur la côte, et l'impôt
arabe, malgré les destructions de la guerre, donnera cette année plus
de deux millions. Voilà ce que fait ce gouvernement si lâche, si rampant
devant l'étranger; il soumet un peuple puissant par le nombre, et plus
encore par ses moeurs belliqueuses, par son sol haché et dépourvu de
routes, par son climat, sa constitution sociale et agricole, sa mobilité
qui lui vient de l'absence de toute richesse immobilière, enfin, par son
fanatisme religieux et la dissemblance de ses moeurs avec les nôtres.
Non-seulement on soumet ce peuple, mais on introduit dans son sein un
peuple nouveau pour lequel on exproprie une partie du sol, en menaçant
d'en prendre chaque jour davantage. Voilà, ce me semble, des faits à
opposer aux insolentes déclamations de nos adversaires. La charrue ne
peut aller, comme le voudraient les journalistes, de front avec l'épée;
celle-ci doit marcher vite, et la colonisation est lente de sa nature;
elle va, je crois, aussi vite qu'elle peut aller avec les moyens dont
nous disposons jusqu'à ce jour; elle pourra accélérer le pas à présent
que l'armée va être moins occupée de la guerre, et il n'y a que l'armée,
avec ses bras nombreux et à bon marché, qui puisse lui donner une grande
impulsion!... En attendant, nous travaillerons à perfectionner les
anciens établissements et à fonder les nouveaux, comme Orléansville,
Ténez, Tiaret, Boguar, Teniet-el-Had. Déjà, sur ces divers points, les
progrès sont considérables; Orléansville et Ténez ont de loin l'aspect
d'une ville. La population civile y afflue au delà de mes désirs, car je
voudrais garder la place pour la colonisation militaire. Je n'aime pas à
semer la faiblesse là où il faut être fort.»

Au milieu de tant d'activité et de succès en Algérie, le général Bugeaud
se préoccupait, avec une sollicitude passionnée, de tout ce qui se
disait à Paris sur ses opérations, ses projets, son armée et lui-même;
il se croyait engagé à la fois sur deux champs de bataille, sur celui
de la discussion publique à la tribune ou dans la presse en France aussi
bien que sur celui de la guerre en Afrique, et il voulait, en toute
occasion, faire acte de présence et de vaillance sur tous les deux. Au
printemps de 1842, il crut voir, dans les journaux, dans les débats
des Chambres et même dans la correspondance du ministère de la guerre,
l'intention de réduire l'effectif des troupes en Algérie; il ne se
contenta pas d'adresser au gouvernement du Roi ses observations à ce
sujet; il en appela au public par une brochure vive contre toute mesure
de ce genre. Le maréchal Soult fut justement blessé de cette opposition
publique et anticipée à un dessein présumé, et il en témoigna au général
Bugeaud son mécontentement. Pour adoucir l'effet de ce blâme sur le
général, tout en lui indiquant ma propre pensée, je lui écrivis de mon
côté[32]: «Vous vous plaignez de moi, et vous en avez quelque droit.
Pourtant je ne manque pas d'excuses. J'ai un grand dégoût des paroles
vaines. Je n'avais rien de nécessaire, rien de pratique à vous dire.
J'ose croire que vous comptez sur moi de loin comme de près, soit que je
parle ou que je me taise. Je ne vous ai donc pas écrit. J'ai joui de vos
succès auxquels j'avais cru d'avance, parce que j'ai confiance en vous.
Je vous ai soutenu, dans le conseil et ailleurs, toutes les fois que
l'occasion s'en est présentée. J'ai travaillé, avec quelque fruit, à
faire prévaloir la seule politique qui puisse vous soutenir et que vous
puissiez soutenir. Voilà mes marques d'amitié, mon cher général; tenez
pour certain que la mienne vous est acquise, que je vous la garderai
fidèlement et que je serai toujours charmé de vous la prouver. Vous êtes
chargé d'une grande oeuvre et vous y réussissez. C'est de la gloire.
Vous l'aimez et vous avez raison; il n'y a que deux choses en ce monde
qui vaillent la peine d'être désirées, le bonheur domestique et
la gloire. Vous les avez l'une et l'autre. Le public commence à se
persuader qu'il faut s'en rapporter à vous sur l'Afrique, et vous donner
ce dont vous avez besoin pour accomplir ce que vous avez commencé.
Je viens de lire ce que vous venez d'écrire; c'est concluant. A votre
place, je ne sais si j'aurais écrit; l'action a plus d'autorité que
les paroles. Mais vos raisonnements s'appuient sur vos actes. Je m'en
servirai dans la session prochaine. D'ici là, achevez de bien assurer
et compléter la domination militaire. Nous nous occuperons alors
de l'établissement territorial. Je suis aussi frappé que vous de la
nécessité d'agir en Afrique pendant la paix de l'Europe; l'Afrique est
l'affaire de nos temps de loisir.»

[Note 32: Le 20 septembre 1842.]

Il me répondit sur-le-champ[33]: «Oui, je compte sur vous, de loin comme
de près, soit que vous m'écriviez, soit que vous gardiez le silence, et
je m'honore de l'amitié dont vous me donnez l'assurance. «A votre place,
me dites-vous, je ne sais si j'aurais écrit; l'action a plus d'autorité
que les paroles.» Je n'ai pas écrit pour faire valoir mes actions dont
je n'ai pas dit un mot; j'ai écrit surtout pour combattre une idée qui
se manifestait à la tribune, dans les journaux, dans les conversations
particulières, dans les lettres, et surtout dans la correspondance
du ministère de la guerre, la réduction de l'armée d'Afrique. M. le
maréchal ministre de la guerre a blâmé cette publication. Était-il en
droit de le faire d'après les précédents? Vous en jugerez par la réponse
que je lui ai faite et dont je vous donne ici copie. Mais à supposer que
je fusse répréhensible, fallait-il m'admonester dans les journaux? J'ai
été vivement peiné d'un article inséré à ce sujet dans le _Moniteur_
parisien. Je ne crois avoir manqué ni à la discipline, ni aux
convenances, et je me flatte qu'aucun général en chef, placé à deux
cents lieues de son pays, n'a été plus discipliné que moi.»

[Note 33: Le 18 octobre 1842.]

Les susceptibilités du général n'étaient pas mieux comprises ni plus
ménagées à Paris qu'il ne comprenait et ne ménageait lui-même celles de
ses supérieurs. Vers la fin d'avril 1843, je reçus de lui cette lettre:
«Sur un premier mouvement, j'avais écrit au ministre de la guerre la
lettre ci-incluse. La réflexion m'a décidé à ne pas la lui adresser;
mais, pour soulager mon âme oppressée et mon orgueil justement blessé,
j'ai voulu vous la communiquer. Si quelque chose pouvait me consoler,
ce serait la pensée qu'il faut qu'on ait une bien haute opinion de
mon dévouement et de mon abnégation pour qu'on ait substitué, à une
récompense _promise_, un cordon qu'on a donné aux plus minces services,
à des hommes qui n'ont fait que paraître en Afrique et qui n'y ont pas
brillé.» Quelques mois auparavant, on lui avait, en effet, fait espérer,
il pouvait dire promis, le bâton de maréchal de France, et on lui
donnait à la place le grand-cordon de la Légion d'honneur en ajournant
la plus haute récompense de ses succès «à une nouvelle occasion.» Quoi
qu'il n'eût pas envoyé au ministre de la guerre le projet de lettre
qu'il me communiquait, son humeur fut connue et on s'empressa de la
dissiper; trois mois après, le 31 juillet 1843, il fut fait maréchal;
mais, par une étrange maladresse de langage ou par une rudesse hautaine,
le ministre de la guerre, en lui annonçant son élévation prochaine à
cette dignité, ajoutait: «Sa Majesté y met toutefois une condition,
dans l'intérêt du bien du service et de votre gloire; c'est que vous
continuerez à exercer vos doubles fonctions de gouverneur général et de
commandant en chef de l'armée d'Afrique pendant un an, et que d'ici là
vous renoncerez à votre projet de revenir en France, même par congé,
afin que la haute direction de la guerre et du gouvernement reste encore
dans vos mains assez de temps pour que vous puissiez achever ce que vous
avez si habilement commencé.»

Le vrai motif de la réserve ainsi exprimée était l'intention,
très-sensée et très-légitime, de donner à M. le duc d'Aumale le temps de
se préparer pour le gouvernement général de l'Algérie et de s'en montrer
capable. Rien n'était plus facile que de s'entendre dignement, à ce
sujet, avec le général Bugeaud et de lui faire accepter de bonne grâce
cet avenir; il portait à la monarchie constitutionnelle et à la famille
royale, un dévouement sérieux et sincère; mais le mot de _condition_ le
blessa profondément: «C'est la première fois, je crois, m'écrivait-il,
que pareille chose a été faite. Vous jugerez vous-même si ma
susceptibilité est exagérée; je vous donne copie du passage de la lettre
de M. le maréchal Soult, et de la réponse que j'y fais.» Sa réponse
était digne et amère. On ne se doute guère des difficultés qu'ajoute
aux affaires le défaut de tact et de délicatesse dans la façon de les
traiter.

L'occasion se présenta bientôt, pour le maréchal Bugeaud, de prouver
combien il méritait le titre supérieur qu'il venait de recevoir. Au
printemps de 1844, Abd-el-Kader avait été pourchassé et vaincu dans
tout l'intérieur de l'Algérie; la plupart des tribus, décimées ou
découragées, l'avaient abandonné ou ne le soutenaient plus que sous main
et en hésitant; la surprise et la prise de sa smahla, le 16 mai 1843,
par M. le duc d'Aumale, avait porté à son prestige, même parmi les
Arabes, une rude atteinte; nos expéditions multipliées dans les parties
les moins accessibles de la Régence, depuis les défilés du Jurjura
jusqu'aux frontières du Grand Désert, l'occupation permanente de Biskara
et de plusieurs autres points importants avaient porté partout la
conviction de notre force supérieure et de notre ferme résolution
d'établir partout notre empire. On pouvait dire que la conquête était
accomplie. Mais Abd-el-Kader était de ceux qui ne renoncent jamais à
l'espérance ni à la lutte; il s'était établi à l'ouest de la province
d'Oran, sur la frontière incertaine du Maroc, et de là il poursuivait ou
recommençait incessamment la guerre; tantôt il faisait, avec ses bandes
errantes, de brusques incursions dans la Régence; tantôt il enflammait
le fanatisme naturel des populations marocaines et les entraînait contre
nous à sa suite, trouvant toujours chez elles un refuge assuré; il
agissait puissamment sur l'empereur Abd-el-Rhaman lui-même, tantôt lui
faisant partager ses passions musulmanes, tantôt l'effrayant et de
nous et de ses propres sujets; il souleva, entre ce prince et nous, une
question de possession pour des territoires situés entre le cours de
la Tafna et la frontière du Maroc. Nous repoussions victorieusement les
incursions; nous infligions aux tribus agressives de rudes châtiments;
nous réclamions fortement, auprès de l'empereur Abd-el-Rhaman, contre
ces continuelles violations de la paix entre les deux États; nous
démontrions avec évidence l'ancien droit de possession des Turcs, et
par conséquent le nôtre, sur les territoires contestés; mais nos
démonstrations, nos réclamations et nos victoires ne servaient de rien;
l'empereur Abd-el-Rhaman était impuissant à se faire obéir, même quand
il avait assez peur de nous pour le vouloir; nous étions en présence
d'une population fanatique et d'un gouvernement anarchique, l'un et
l'autre au service ou sous le joug d'un ennemi acharné. A aucun prix,
nous ne pouvions ni ne voulions accepter une telle situation.

Elle éclata spontanément et de façon à dissiper, si nous en avions
eu, toute incertitude. Le 30 mai 1844, un corps nombreux de cavaliers
marocains, partis d'Ouschda, la première ville marocaine à l'ouest de la
province d'Oran, entrèrent sur notre territoire, et vinrent, avec
grand bruit, attaquer le général de Lamoricière dans son camp de
Lalla-Maghrania, à deux lieues en dedans de notre province. Le général
les repoussa vigoureusement, les poursuivit jusqu'à la frontière, et en
rendant compte, le soir même, au maréchal Bugeaud, de cet incident, il
lui disait: «Voici, d'après deux prisonniers échappés aux sabres des
chasseurs, la cause de ce mouvement subit: Un personnage allié à la
famille impériale, et nommé Sidi-el-Mamoun-ben-Chériff, est arrivé ce
matin à Ouschda, avec un contingent de 500 Berbères envoyés de Fez
par le fils de Muley Abd-el-Rhaman, pour faire partie de la troupe
d'observation réunie devant nous. Sidi-el-Mamoun, emporté par un ardent
fanatisme, a déclaré qu'il voulait au moins voir de près le camp
des chrétiens. On s'est mis en marche malgré la résistance et les
observations du caïd d'Ouschda, El Ghennaouin, qui, tout en attendant
les ordres de l'empereur, n'osait opposer un refus formel à un prince de
la famille impériale. L'indiscipline des Berbères et le fanatisme de la
troupe nègre se sont exaltés de plus en plus en notre présence, et le
combat s'est engagé. Quoi qu'il en soit de ces récits, la guerre existe
de fait; les journées qui vont suivre montreront jusqu'à quel degré
on veut la pousser. Il n'est pas douteux qu'Abd-el-Kader n'essaye d'en
profiter.»

Le maréchal Bugeaud rendit immédiatement compte de ce fait au maréchal
Soult, et il s'empressa d'en informer également notre consul général
à Tanger, M. de Nion, chargé d'affaires auprès de l'empereur du Maroc:
«Depuis plusieurs jours, lui écrivit-il, nous étions provoqués par
des menaces et par des excitations à nos tribus pour les pousser à la
révolte; nous avons eu entre les mains une lettre du caïd d'Ouschda à
l'un de nos caïds, dans laquelle il l'invite à se tenir prêt pour la
guerre qu'ils vont faire aux chrétiens:--Quand le moment de frapper sera
venu, lui dit-il, nous vous préviendrons et nous vous pourvoirons de
tout ce qui pourra vous manquer pour la guerre; en attendant, tâchez
de vous procurer des armes et des cartouches.»--Le maréchal Bugeaud
ajoutait: «Il est impossible de montrer plus de modération que ne l'a
fait le général de Lamoricière; je pars après-demain pour aller le
joindre; j'ai le projet de demander, dès mon arrivée, des explications
sérieuses aux chefs marocains. Si leurs intentions sont telles qu'on
puisse espérer de revenir à l'état pacifique, je profiterai de
l'outrage qu'ils nous ont fait en nous attaquant sans aucune déclaration
préalable, pour obtenir une convention qui, en réglant notre frontière,
établira d'une manière précise les relations de bon voisinage; les
principales bases de cette convention seraient: 1º La délimitation
exacte de la frontière; 2º que les deux pays s'obligent à ne pas
recevoir les populations qui voudraient émigrer de l'un à l'autre; 3º
que Sa Majesté l'empereur du Maroc s'engage à ne prêter aucun secours en
hommes, en argent, ni en munitions de guerre à l'émir Abd-el-Kader.
Si celui-ci est repoussé dans les États marocains, l'empereur devra
le faire interner, avec sa troupe, dans l'ouest de l'empire où il sera
soigneusement gardé. A ces conditions, il y aura amitié entre les deux
pays. Si, au contraire, les Marocains veulent la guerre, mes questions
pressantes les forceront à la déclarer. Nous ne serons plus dans cette
situation équivoque qui peut soulever en Algérie de grands embarras.
J'aime mieux la guerre ouverte sur la frontière que la guerre des
conspirations et des insurrections derrière moi. S'il faut faire la
guerre, nous la ferons avec vigueur, car j'ai de bons soldats, et, à la
première affaire, les Marocains me verront sur leur territoire. Je vous
avoue que, si j'eusse été à la place de M. le général de Lamoricière, je
n'aurais pas été si modéré, et j'aurais poursuivi l'ennemi, l'épée dans
les reins, jusque dans Ouschda. Peut-être le général a-t-il mieux fait
de s'en abstenir. C'est ce que la suite prouvera.»

Le général de Lamoricière avait bien fait de ne pas s'engager plus
avant, et de laisser au seul gouvernement du Roi la question de la paix
ou de la guerre et la conduite de la négociation qui devait aboutir à
l'un ou à l'autre résultat. Nous jugeâmes à notre tour que le moment
était venu de prendre, à cet égard, une résolution définitive. De l'avis
unanime de son conseil, le Roi décida qu'il serait adressé à l'empereur
du Maroc la demande formelle d'une réparation pour l'attaque récente sur
notre territoire, et d'un engagement précis qu'il prendrait des mesures
efficaces pour mettre l'Algérie à l'abri des menées d'Abd-el-Kader et de
ses partisans, Arabes ou Marocains. Il fut résolu en même temps que les
renforts nécessaires pour le cas de guerre seraient envoyés au maréchal
Bugeaud, et qu'une escadre commandée par M. le prince de Joinville irait
croiser sur les côtes du Maroc, pour donner à la négociation l'appui
moral de sa présence, et, s'il y avait lieu, le concours de sa force.
J'adressai en conséquence, à notre consul général à Tanger, les
instructions suivantes:

«Paris, 12 juin 1844.

«Monsieur, les dépêches de M. le général Lamoricière, en date du 30 mai,
nous annoncent que, ce même jour, il a été attaqué, en dedans de notre
frontière, par un corps de 1,200 à 1,400 cavaliers marocains, et de 5
à 600 Arabes, mais que cette agression a été sévèrement châtiée. Comme
elle a eu lieu sans provocation de notre part et en l'absence de toute
déclaration de guerre, nous aimons encore à n'y voir qu'un simple
accident et non l'indice d'une rupture décidée et ordonnée par
l'empereur du Maroc. Mais nous sommes fondés à nous en plaindre comme
d'une insigne violation du droit des gens et des traités en vertu
desquels nous sommes en pais avec cet empire. Vous devez donc, au reçu
de la présente dépêche, écrire immédiatement à l'empereur, pour lui
adresser les plus vives représentations au sujet d'une attaque qui ne
pourrait être justifiée, pour demander les satisfactions qui nous
sont dues, notamment le rappel des troupes marocaines réunies dans les
environs d'Ouschda, et pour le mettre lui-même en demeure de s'expliquer
sur ses intentions. Est-ce la paix ou la guerre qu'il veut? Si, comme
le lui conseillent ses véritables intérêts, il tient à vivre en bons
rapports avec nous, il doit cesser des armements qui sont une menace
pour l'Algérie, respecter la neutralité en retirant tout appui à
Abd-el-Kader, et donner promptement les ordres les plus sévères pour
prévenir le retour de ce qui s'est passé. Si c'est la guerre qu'il veut,
nous sommes loin de la désirer; nous en aurions même un sincère regret;
mais nous ne la craignons pas, et si l'on nous obligeait à combattre,
on nous trouverait prêts à le faire avec vigueur, avec la confiance
que donne le bon droit, et de manière à faire repentir les agresseurs.
Toutefois, nous ne demandons, je le répète, qu'à rester en bonnes
relations avec l'empereur du Maroc, et nous croyons fermement qu'il
n'est pas moins intéressé à en maintenir de semblables avec nous.

«Je vous ai déjà mandé que des bâtiments de la marine royale allaient
être expédiés en croisière sur les côtes du Maroc, une division navale,
commandée par M. le prince de Joinville et composée du vaisseau _le
Suffren,_ de la frégate à vapeur _l'Asmodée_ et d'un autre bâtiment
à vapeur, va s'y rendre effectivement en allant d'abord à Oran où Son
Altesse Royale doit se mettre en communication avec M. le maréchal
Bugeaud. Le prince aura également occasion, monsieur, d'entrer en
rapports avec vous, et je ne doute pas de votre empressement à vous
mettre à sa disposition, aussi bien qu'à lui prêter tout le concoure qui
dépendra de vous. Du reste, les instructions de Son Altesse Royale sont
pacifiques et partent de ce point que la guerre entre la France et le
Maroc n'est pas déclarée. Sa présence sur les côtes de cet empire, à la
tête de forces navales, a plutôt pour but d'imposer et de contenir que
de menacer. Nous aimons à penser qu'elle produira, sous ce rapport, un
effet salutaire.

«Voici comment je résume vos instructions. Vous demanderez à l'empereur
du Maroc:

«1º Le désaveu de l'inconcevable agression faite par les Marocains sur
notre territoire;

«2º La dislocation du corps de troupes marocaines réunies à Ouschda et
sur notre frontière;

«3º Le rappel du caïd d'Ouschda et des autres agents qui ont poussé à
l'agression;

«4º Le renvoi d'Abd-el-Kader du territoire marocain.

«Vous terminerez en répétant:

«1º Que nous n'avons absolument aucune intention de prendre un pouce de
territoire marocain, et que nous ne désirons que de vivre en paix et en
bons rapports avec l'empereur;

«2º Mais que nous ne souffrirons pas que le Maroc devienne, pour
Abd-el-Kader, un repaire inviolable, d'où partent contre nous des
agressions pareilles à celle qui vient d'avoir lieu; et que si
l'empereur ne fait pas ce qu'il faut pour les empêcher, nous en ferons
nous-mêmes une justice éclatante.»

Des instructions en harmonie avec celles-ci furent adressées par le
ministre de la marine à M. le prince de Joinville, par le ministre de la
guerre à M. le maréchal Bugeaud, et toutes les mesures nécessaires pour
que l'exécution répondît, s'il y avait lieu, à la déclaration, furent
poussées avec vigueur.

A ces nouvelles, l'émotion fut vive à Londres, dans le gouvernement
encore plus peut-être que dans le public. L'Angleterre avait, avec
le Maroc, de grandes relations commerciales; c'était de Tanger que
Gibraltar tirait la plupart de ses approvisionnements, et la sécurité
de la place marocaine était considérée comme importante pour la place
anglaise. Ce fut, au premier moment, l'impression commune en Angleterre
qu'il arriverait là ce qui était arrivé en Algérie, et que la guerre
entre la France et le Maroc serait, pour la France, le premier pas vers
la conquête. La perspective d'un tel événement était, au delà de la
Manche, un sujet d'inquiétudes que le chef du cabinet, sir Robert Peel,
ressentait aussi vivement que le plus soupçonneux des spectateurs. La
nomination de M. le prince de Joinville au commandement de l'escadre
aggravait l'émotion; il avait publié peu auparavant une _Note sur
les forces navales de la France_ dont on s'était fort préoccupé en
Angleterre, et cet acte de patriotisme français avait été pris, au delà
de la Manche, pour un acte d'hostilité. Les méfiances populaires sont le
plus obstiné des aveuglements.

Celles-ci étaient bien mal fondées. Autant nous étions décidés à ne
pas souffrir que le Maroc troublât indéfiniment l'Algérie, autant nous
étions éloignés d'avoir, sur le Maroc, aucune vue de conquête. Rien
n'eût été plus contraire au bon sens et à l'intérêt français; la
possession et l'exploitation de l'Algérie étaient déjà, pour la France,
un assez lourd fardeau et une assez vaste perspective. Notre politique
dans cette circonstance comportait donc la plus entière franchise, et je
pris plaisir à la proclamer, sûr d'être compris de lord Aberdeen et
de trouver en lui la même sincérité. J'écrivis au comte de
Sainte-Aulaire[34]: «Tenez pour certain que, si nous avons la guerre
avec le Maroc, c'est que nous y sommes forcés, bien et dûment forcés.
Nulle part en Afrique nous ne cherchons des possessions ni des querelles
de plus. Avant 1830, le territoire qu'on nous conteste aujourd'hui
a constamment fait partie de la Régence d'Alger; les indigènes
reconnaissaient la souveraineté du dey, et lui payaient tribut par
l'entremise du bey d'Oran qui envoyait, à certaines époques déterminées,
des Turcs pour le prélever. Nous occupons depuis longtemps ce territoire
sans objection, sans contestation, soit de la part des habitants
eux-mêmes, soit de la part des Marocains. C'est Abd-el-Kader qui, dans
ces derniers temps, a cherché et trouvé ce prétexte pour exciter et
compromettre, contre nous, l'empereur du Maroc. A vrai dire, ce n'est
pas à l'empereur, c'est à Abd-el-Kader que nous avons affaire là. Il
s'est d'abord réfugié en suppliant, puis établi en maître dans cette
province d'Ouschda; il s'est emparé sans grand'peine de l'esprit des
populations; il prêche tous les jours; il échauffe le patriotisme arabe
et le fanatisme musulman; il domine les autorités locales, menace,
intimide, entraîne l'empereur, et agit de là, comme d'un repaire
inviolable, pour recommencer sans cesse contre nous la guerre qu'il ne
peut plus soutenir sur son ancien territoire. Jugurtha n'était, je vous
en réponds, ni plus habile, ni plus hardi, ni plus persévérant que
cet homme-là, et s'il y a de notre temps un Salluste, l'histoire
d'Abd-el-Kader mérite qu'il la raconte. Mais en rendant à l'homme cette
justice, nous ne pouvons accepter la situation qu'il a prise et
celle qu'il nous fait sur cette frontière. Il ne s'agit pas ici d'une
situation nouvelle, d'une fantaisie hostile venue pour la première fois
à l'empereur du Maroc, et dont nous aurions tort de nous émouvoir si
promptement et si vivement; voilà près de deux ans que cette situation
dure, et que nous nous montrons pleins de modération et de patience.
Nous nous sommes rigoureusement abstenus de toutes représailles; nous
avons fait au Maroc toute sorte de représentations; nous avons employé
le ton amical et le ton menaçant; nous avons envoyé des bâtiments
de guerre se promener devant Tanger, Tetuan, etc., pour inquiéter
et intimider. Nous avons obtenu des désaveux, des promesses, des
ajournements, et quelquefois des apparences. Au fond, les choses sont
restées les mêmes; pour mieux dire, elles ont toujours été s'aggravant;
depuis six semaines, la guerre sainte est prêchée dans tout le Maroc;
les populations se soulèvent et s'arment partout; l'empereur passe des
revues à Fez; ses troupes se rassemblent sur notre frontière; elles
viennent de nous attaquer sur notre territoire. Cela n'est pas
tolérable. Il ne suffit pas que l'empereur du Maroc renonce, pour le
moment, à ses démonstrations hostiles et nous donne de vaines paroles de
paix; il faut que les causes de cette guerre sourde, qui couve et éclate
sans cesse sur notre frontière, soient supprimées; il faut qu'il n'y ait
là plus de rassemblements de troupes, qu'Abd-el-Kader n'y puisse plus
séjourner, qu'une délimitation certaine des deux États soit opérée et
acceptée des deux parts. Voilà le but que nous avons absolument besoin
et droit d'atteindre. Pour que nous l'atteignions, il faut que le Maroc
ait peur, grand'peur. C'est le seul moyen d'agir sur l'empereur, si
l'empereur partage lui-même le fanatisme du peuple, ou de donner force
à l'empereur contre le fanatisme du peuple si, comme je le crois, Muley
Abd-el-Rhaman ne demande pas mieux que de rester en paix avec nous
et redoute fort Abd-el-Kader. Plus la démonstration qui est devenue
indispensable sera forte et éclatante, plus elle produira sûrement
l'effet que nous cherchons. La présence d'un fils du roi y servira bien
loin d'y nuire, car elle prouvera l'importance que nous y attachons
et notre parti pris d'y réussir. Le prince de Joinville part demain ou
après-demain pour aller prendre le commandement de l'escadre. Quand il y
a une occupation sérieuse à donner à des princes jeunes et capables,
il faut la leur donner; c'est quand ils ne font rien qu'ils ont des
fantaisies. J'ai causé à fond avec M. le prince de Joinville. Il
comprend bien sa mission, et fera tout ce qui dépendra de lui pour
qu'une simple démonstration soit en même temps efficace et suffisante.
Nous lui donnerons, dès le début, les forces nécessaires pour agir sur
les imaginations, si on peut se borner à cela, ou pour frapper un coup
prompt et décisif, s'il y a nécessité de le frapper. Probablement trois
vaisseaux et autant de bâtiments à vapeur. Vous voilà bien au courant,
mon cher ami; que lord Aberdeen le soit comme vous. Il a écrit à lord
Cowley qu'il se porterait volontiers garant, auprès de l'empereur du
Maroc, de la sincérité de nos intentions et de nos déclarations; je l'en
remercie, et je compte, en toute occasion, sur sa pleine confiance;
mais il n'ignore pas qu'il y a partout des soupçons absurdes, et que moi
aussi j'ai quelquefois besoin de me porter garant de sa sincérité. En
présence de ces méfiances aveugles, ce que nous avons de mieux à faire,
je crois, c'est de nous tout dire. Pour mon compte, je n'y manquerai
jamais, et j'espère que lord Aberdeen en fera toujours autant.»

[Note 34: Les 15 et 17 juin 1844.]

Je ne fus pas trompé dans mon attente; lord Aberdeen comprit et admit,
avec une clairvoyante équité, notre nécessité et notre dessein. Il y
avait d'autant plus de mérite que, par suite des dissentiments de
sir Robert Peel avec son propre parti sur les questions de liberté
commerciale, le cabinet anglais était alors dans une de ces crises
parlementaires qui, deux ans plus tard, amenèrent sa chute; il pouvait
être tenté d'éluder les délicates questions de politique extérieure;
lord Aberdeen n'hésita point à résoudre celle qui se présentait: «Je
l'ai vu hier, m'écrivit M. de Sainte-Aulaire[35]; il m'a annoncé qu'il
envoyait immédiatement à Tanger l'ordre au consul anglais (M. Drummond
Hay) d'aller trouver Abd-el-Rhaman en personne, et d'employer tous les
moyens en son pouvoir pour prévenir la guerre. M. Drummond Hay
devra déclarer à l'empereur que le gouvernement anglais engage sa
responsabilité morale dans la question; et par prières ou par menaces,
il s'efforcera de l'amener à une juste appréciation de la bonne conduite
à tenir envers nous: «Si je devais mourir, a ajouté lord Aberdeen, j'ai
voulu que ce fût en bon chrétien, et voici quel eût été le dernier acte
de mon ministère.» Il m'a lu alors les instructions parties dimanche
pour M. Drummond Hay et que lord Cowley a dû vous communiquer.» Ces
instructions étaient positives et pressaient fortement l'empereur
Abd-el-Rhaman de nous donner les satisfactions que nous lui demandions.
Lord Aberdeen écrivit en même temps aux lords commissaires de l'amirauté
anglaise[36]: «En me référant à ma lettre du 2 de ce mois relative aux
renforts destinés à l'escadre de Sa Majesté devant Gibraltar, je dois
faire connaître à vos seigneuries que la Reine a donné l'ordre que des
instructions fussent adressées à l'officier qui commande cette escadre
pour lui prescrire de prendre bien soin de faire savoir aux autorités
marocaines qu'en envoyant ces forces sur les côtes du Maroc, le
gouvernement de Sa Majesté n'a pas eu l'intention de prêter aucun appui
au gouvernement marocain dans sa résistance aux demandes justes et
modérées de la France, si malheureusement cette résistance devait avoir
lieu. Afin d'éviter tout malentendu à cet égard, il faudrait expliquer
clairement que la protection des intérêts anglais doit être le principal
but de l'escadre; mais le gouvernement de Sa Majesté verrait aussi
avec plaisir que l'on usât d'une influence quelconque à l'appui
des propositions raisonnables qui ont été faites par les autorités
françaises pour terminer les différends qui se sont élevés entre la
France et le Maroc.»--«Lord Aberdeen ne doute pas, ajoutait M. de
Sainte-Aulaire, que la mission de son consul n'ait un heureux résultat,
si aucune circonstance de notre fait ne vient la contrarier; mais il
regarde l'arrivée de M. le prince de Joinville sur la côte du Maroc
comme extrêmement inopportune. J'ai combattu son opinion de mon mieux,
par les moyens que vous développez avec tant de force et d'autorité
dans votre lettre d'avant-hier. Je viens d'envoyer ladite lettre à lord
Aberdeen pour qu'il la lise à son loisir.»

[Note 35: Le 17 juin 1844.]

[Note 36: Le 10 juillet 1844.]

Les inquiétudes de lord Aberdeen se seraient bientôt dissipées si, avec
ma lettre, il avait pu lire aussi celle que M. le prince de Joinville
lui-même, arrivé avec son escadre en rade de Gibraltar, adressait le
10 juillet 1844 au ministre de la marine: «Parti d'Oran le 7 au matin,
disait-il, en même temps que l'escadre, j'ai porté mon pavillon sur _le
Pluton_ en faisant route directement pour Gibraltar. J'y ai mouillé le
8 au soir. Le 9, je me suis rendu à Tanger où j'ai reçu à mon bord
la visite de notre consul général. Ayant écrit pour se plaindre de
l'agression du 30 mai, M. de Nion a reçu de Sidi-ben-Dris, principal
ministre de l'empereur du Maroc, une réponse arrogante et offensante, où
tous les torts sont rejetés sur nos généraux dont on demande qu'il
soit fait un exemple sévère. La lettre se termine par des menaces: «Les
clameurs épouvantables des populations réclament la guerre sainte. On
va expédier des renforts sur la frontière.» Cette lettre, écrite le 22
juin, a été reçue le 7 juillet. Hier 9, est arrivée une nouvelle dépêche
de Bouselam-ben-Ali, pacha de Larache, écrite le 7 juillet 1844. Cette
dépêche, toute différente de celle de Sidi-ben-Dris, exprime le regret
de l'empereur éclairé par le caïd El-Ghennaouï sur les faits qui se
sont passés sur la frontière; l'empereur désavoue ces actes, promet
de remplacer les chefs qui ont trompé sa confiance, et rejette sur les
contingents irréguliers les actes d'hostilité. La lettre est conçue en
termes modérés.

«Au milieu de ce conflit de nouvelles contradictoires et de
renseignements incertains, il est difficile de démêler la vérité. Que
l'on se prépare à la guerre dans tout le Maroc, le fait ne peut être mis
en doute; que l'empereur ait bonne volonté d'empêcher la guerre, il est
permis de le supposer; mais qu'il puisse arrêter l'immense mouvement de
populations fanatiques, c'est ce qui est au moins incertain. Son intérêt
l'exige; mais de même que nous sommes fort en peine de savoir au vrai ce
qui se passe dans son empire, il peut être trompé sur nos intentions
et être amené, par de perfides conseils, à croire que nous voulons
renverser son autorité.

«D'une part, le résultat de la mission à Maroc de M. Hay, consul général
d'Angleterre, de l'autre, les faits qui se passent sur notre frontière,
me paraissent les seules données exactes sur lesquelles nous puissions
asseoir une opinion. On peut douter de l'authenticité de toutes les
correspondances diplomatiques. Peut-être ne sont-elles qu'un moyen de
gagner du temps pour mieux se préparer à la guerre.... Le Maroc n'est
pas un pays où l'action du gouvernement soit instantanée; il faut
laisser au temps le soin de calmer les esprits. Tout ce qu'on fera de
démonstrations et de menaces, soit par terre, soit par mer, ne pourra
que servir les projets de nos ennemis.... Pour moi, à moins que le
maréchal Bugeaud, poussé à bout, ne déclare la guerre, ou à moins
d'ordres contraires du gouvernement, je suis bien décidé à ne pas
paraître sur les côtes du Maroc. Je ferai en sorte que l'on me sache
dans le voisinage, prêt à agir si la démence des habitants du Maroc nous
y forçait; mais j'éviterai de donner, par ma présence, un nouvel aliment
à l'excitation des esprits.

«Un seul cas pourtant me ferait passer par-dessus toutes ces
considérations; c'est celui où une escadre anglaise viendrait sur les
côtes du Maroc. Cette escadre est annoncée plus forte que la mienne; si
elle se borne, comme nous, à jouer, de Gibraltar, un rôle d'observation,
rien de mieux; mais si elle va sur les côtes du Maroc, je m'y rendrai
à l'instant. Dans l'intérêt de notre dignité comme dans l'intérêt de
l'influence que nous devons exercer sur les États limitrophes de nos
possessions d'Afrique, il est essentiel que cette affaire du Maroc ne
soit pas traitée sous le canon d'une escadre étrangère.»

Ni la modération, ni la loyauté française et anglaise ne suffirent
pour arrêter le cours des événements; la mesure du fanatisme chez
les Marocains et de la patience chez nous était comble; le prince
de Joinville attendit en vain que le consul d'Angleterre déterminât
l'empereur du Maroc à nous donner les satisfactions que nous demandions;
le maréchal Bugeaud s'arrêta en vain deux fois, après avoir châtié
les incursions des Marocains sur notre territoire. Quoiqu'il eût le
sentiment du danger de la guerre, l'empereur Abd-el-Rhaman était trop
ignorant pour en bien apprécier la gravité et trop faible pour résister
à la passion de son peuple; M. Drummond-Hay n'obtenait de lui aucune
réponse nette, et les forces marocaines rassemblées dans la province
d'Ouschda grossissaient tous les jours. Sur terre et sur mer, la guerre
était inévitable et le seul moyen de vider les questions qui l'avaient
suscitée. Déterminé par ces faits et par nos instructions, le 6 août
1844, le prince de Joinville, avec autant de hardiesse dans l'exécution
qu'il avait montré de patience dans la résolution, attaqua Tanger,
éteignit le feu de la place et en détruisit les fortifications. Le 14
août, le maréchal Bugeaud, avec 9,500 hommes de troupes, «faisait à
Isly, m'écrit le général Trochu, une nouvelle et vraiment magnifique
application de ses vues sur les effets moraux, et d'un système nouveau
de marche et de combat très-ingénieusement approprié aux exigences d'une
situation qui n'avait pas de précédent dans la guerre d'Afrique. Le choc
d'Isly fut relativement petit; nos pertes furent presque insignifiantes,
par la raison que la déroute de l'armée marocaine et des contingents
arabes fut complète et irrémédiable dès la première heure. Mais de bonne
foi, et en recueillant le souvenir des impressions qui s'échangeaient
dans le camp, lequel de nous, avant l'événement et dans les proportions
où il se présentait à nos yeux, eût osé affirmer cet étonnant résultat?»

Vingt-cinq mille cavaliers marocains, en effet, étaient là réunis, avec
plusieurs bataillons d'infanterie et onze pièces de canon; le maréchal
s'empara de leur camp, de leur artillerie, de leurs drapeaux, de tout
leur bagage, y compris la tente et les papiers du fils de l'empereur.

Sur terre, la bataille d'Isly mettait fin à la guerre. Sur mer, le
lendemain même de cette victoire, le 15 août, le prince de Joinville
bombardait, à l'extrémité méridionale du Maroc, Mogador, la ville
favorite d'Abd-el-Rhaman, le principal centre commercial de son empire
et le siége de sa fortune particulière. Le prince s'emparait, non sans
une vive résistance marocaine, de la petite île qui ferme l'entrée du
port, et y établissait une garnison de cinq cents hommes. Sur mer aussi,
et en neuf jours, la guerre était terminée sous les yeux d'une escadre
anglaise qui suivait de loin les mouvements de la nôtre.

Que le gouvernement anglais fût ému de ces événements et en ressentît
un vif déplaisir, rien n'était plus naturel et nous ne pouvions nous en
étonner; il était le protecteur ordinaire du Maroc; il avait essayé
de prévenir la guerre en accommodant notre différend avec l'empereur
Abd-el-Rhaman; il n'y avait pas réussi; la guerre se terminait par
deux victoires de la France. Quelles seraient les conséquences de ces
victoires? La question devait s'élever dans les esprits anglais et y
susciter quelque inquiétude. Sir Robert Peel en conçut d'excessives
qui dénotaient, de sa part, une fausse appréciation des faits comme des
personnes, et dont nous aurions eu droit de nous plaindre. Il témoigna
une double crainte: l'une, que, malgré nos déclarations contraires, nous
ne prissions possession permanente de quelques parties du territoire
marocain; l'autre, que nous ne donnassions un grand développement à
nos forces navales pour les diriger un jour contre l'Angleterre. Il
se reportait sans cesse à notre première occupation d'Alger et aux
engagements d'évacuation que, selon lui, la France avait pris à cette
époque: «Il est trop tard, sans doute, disait-il, pour réclamer de la
France l'exécution de ces engagements; mais c'est à cause de ce tort
originel que maintenant le Maroc et Tunis sont en péril; si nous ne
tenons pas à la France un langage très-décisif, si nous ne sommes pas
prêts à agir dans l'intérêt de Tunis et du Maroc, ces deux États auront
le sort de l'Algérie, et deviendront, si ce n'est peut-être de nom, du
moins en fait, des portions de la France.» Sir Robert accueillait tous
les renseignements, tous les bruits qui lui parvenaient sur les
immenses travaux que nous faisions, disait-on, dans tous les ports d'où
l'Angleterre pouvait être menacée, à Dunkerque, à Calais, à Boulogne,
à Cherbourg, à Brest, à Saint-Malo. Il se refusait à regarder nos
assurances pacifiques et amicales comme des garanties suffisantes, et
il insistait auprès de ses collègues pour que l'Angleterre se préparât
promptement et largement à une guerre qui lui paraissait probable et
prochaine. C'était contre ces dispositions et ces appréhensions du
premier ministre que lord Aberdeen avait à défendre la politique de la
paix et de l'entente cordiale avec la France; il le faisait avec une
habileté parfaitement loyale, à la fois persévérant et doux, équitable
sans complaisance, opposant aux vaines alarmes de sir Robert Peel une
appréciation plus juste et plus fine, soit des événements, soit des
hommes, soit des chances de l'avenir. Quand on s'inquiétait surtout
de notre attaque sur Mogador et de la garnison établie dans l'îlot
adjacent: «Les Français, disait-il, se sont déjà placés dans une
situation très-désavantageuse en déclarant qu'ils ne voulaient d'aucune
occupation permanente, ni d'aucune conquête. Dire cela à un ennemi,
c'est l'encourager à continuer la guerre et agir avec grande imprudence.
Il se peut qu'une telle déclaration ait été nécessaire pour satisfaire
l'Angleterre; mais, sans cela, elle ne saurait être justifiée. On
reconnaîtra, j'espère, que l'occupation de l'îlot de Mogador était
indispensable pour l'attaque sur la place, et on ne le retiendra pas
plus longtemps que ne l'exige le blocus. Les Français ont déjà beaucoup
fait en mutilant leurs moyens d'hostilité effective; nous ne pouvons
guère attendre, quand ils font une attaque, qu'ils se privent de ce
qui est nécessaire pour qu'elle réussisse. Je persiste à croire qu'ils
seraient charmés d'amener l'empereur à accepter leurs conditions, en
renonçant à tout projet d'occupation ou de conquête sur la côte du
Maroc, et je ne désespère nullement que les choses ne finissent ainsi.»

Lord Aberdeen était de ceux qui ont l'esprit assez haut pour ne pas
se laisser ballotter par tous les vents qui soufflent en bas, et assez
ferme pour attendre que le cours des choses leur donne raison.

Je n'ignorais pas et je ne pouvais ignorer l'humeur et les méfiances
de sir Robert Peel, écho de celles dont les journaux anglais étaient
pleins. Je ne voulus pas m'en taire, ni en laisser ignorer ma surprise:
«Que s'est-il donc passé de nouveau et d'inattendu, écrivis-je à M. de
Jarnac[37], qui ait pu exciter à Londres l'émotion, les appréhensions,
je ne veux pas dire les méfiances qui se manifestent autour de vous? Le
gouvernement anglais connaît depuis longtemps nos griefs contre le Maroc
et nos demandes de satisfaction. Nous les lui avons communiqués dès
le début de l'affaire. Il les a trouvés justes et modérés. Avant de
recourir à la force, nous avons épuisé les moyens de conciliation. Nous
avons tardé, sur terre et sur mer, aussi longtemps qu'il était possible
de tarder. Sur terre, le maréchal Bugeaud est resté plusieurs fois dans
nos limites après avoir repoussé et châtié les agressions marocaines.
Sur mer, M. le prince de Joinville a attendu, de délai en délai,
la réponse à notre _ultimatum_ et le retour de M. Hay. Nous n'avons
commencé la guerre que lorsqu'il a été évident que les Marocains ne
cherchaient qu'à gagner du temps pour s'y préparer de leur côté, et pour
atteindre l'époque de l'année où il nous serait impossible, à nous, de
la leur faire efficacement, par mer comme par terre, avec nos vaisseaux
comme avec nos régiments. Cette intention a été évidente, du côté de la
mer, par les réponses incomplètes, dilatoires, faites à nos demandes et
rapportées par M. Hay; du côté de la terre, par le rassemblement, sur
notre frontière, de forces marocaines de plus en plus nombreuses et
animées. Est-ce pour faire la paix que le fils de l'empereur est
arrivé aux environs d'Ouschda avec plus de vingt mille chevaux et tout
l'appareil militaire possible, faisant prêcher, dans son camp même, la
guerre sainte, et envoyant ses cavaliers attaquer les avant-postes de
notre camp de Lalla-Maghrania? Sidi-ben-Hamida, dans ses pourparlers
pacifiques avec le maréchal Bugeaud, et Sidi-ben-Dris, dans ses
réponses confuses et évasives à M. de Nion et à M. Hay, n'ont évidemment
voulu que gagner du temps et nous en faire perdre. Nous agissons
modérément et loyalement, mais sérieusement. Le but que nous avons
annoncé dès le premier moment, et que nous avons bien droit de
poursuivre, car il n'est autre que la sécurité de notre propre
territoire, nous voulons l'atteindre effectivement, et nous ne pouvons
nous payer de paroles et d'apparences. Pas plus aujourd'hui qu'avant
l'explosion de la guerre, nous n'avons aucun projet, aucune idée
d'occupation permanente sur aucune partie du territoire marocain,
sur aucune des villes de la côte. Nos succès ne changeront rien à nos
intentions, n'ajouteront rien à nos prétentions; mais nous ne pouvons
renoncer à aucun des moyens légitimes de la guerre, à aucune des
conditions nécessaires de son efficacité. L'Angleterre, en 1840, a
débarqué des _marines_ en Syrie; ils y ont occupé des villes; ils y sont
restés longtemps. Nous ne nous en sommes ni étonnés, ni plaints; nous
avons seulement demandé que l'occupation ne fût que temporaire. On
n'aura pas même besoin aujourd'hui de nous faire cette demande, car nous
n'occupons, et nous n'aurons, j'espère, besoin d'occuper aucune ville du
Maroc. Mais nous sommes en droit de réclamer la confiance que nous avons
témoignée.»

[Note 37: Les 25 et 27 août 1844.]

La victoire est une situation commode, car elle permet la sagesse avec
dignité. Nous avions, dès le début, hautement déclaré nos motifs de
guerre et nos conditions de paix; nous résolûmes de n'y rien changer.
Bien des gens nous conseillaient plus d'exigence, l'occupation prolongée
de quelques villes marocaines, une forte indemnité pour les frais de la
guerre; nous écartâmes ces idées; non par une générosité inconsidérée et
parce que la France était, comme on le dit alors, assez riche pour payer
sa gloire, mais par des raisons plus sérieuses. «Quant aux conditions de
la paix, écrivait le 3 septembre 1844 le maréchal Bugeaud à M. le prince
de Joinville, je serais moins rigoureux que vous, pour ne pas ajouter
de nouvelles difficultés à celles qui existent et qui sont déjà assez
grandes. Si nous n'avions pas à côté de nous la jalouse Angleterre, je
crois que nous pourrions tout obtenir à cause des succès déjà réalisés,
et parce que l'empire du Maroc est fort peu en état de faire la guerre,
tant il est désorganisé et indiscipliné. Mais, dans notre situation
vis-à-vis de nos voisins ombrageux, nous devons nous montrer faciles. Je
ne demanderais donc pas que l'empereur payât les frais de la guerre,
ni qu'il nous livrât Abd-el-Kader; j'ai la conviction que l'empereur
s'exposerait plutôt à continuer une mauvaise guerre que de donner
un seul million; je sais qu'il est sordidement intéressé. Quant à
Abd-el-Kader, il ne pourrait pas le livrer sans se faire honnir par
tout son peuple; contentons-nous d'exiger qu'il soit placé dans une des
villes de la côte de l'Océan, et que l'on s'oblige à ne pas le laisser
reporter la guerre à la frontière.»

Une considération, plus pressante encore peut-être, s'ajoutait à ces
motifs: les hésitations et les revers d'Abd-el-Rhaman avaient gravement
compromis, parmi les populations marocaines, son pouvoir et même son
trône; autour de lui, on conspirait contre lui; sur divers points de
ses États, des séditions éclataient, des tribus guerrières s'engageaient
dans une sauvage indépendance. Un autre péril encore se laissait
entrevoir; après la bataille de l'Isly, Abd-el-Kader avait manifesté
son indignation d'une défaite qu'il imputait à la mollesse impériale; et
l'idée qu'empereur lui-même il eût opposé et il opposerait aux chrétiens
une résistance bien plus efficace, se répandait dans l'empire. Nous
avions un intérêt évident à ne pas ébranler davantage Abd-el-Rhaman
chancelant; car sa chute nous eût mis en présence d'un peuple livré
à une anarchie passionnée, et peut-être aux mains d'un chef bien plus
redoutable. Nous trouvions, dans un grand acte de modération conforme
à notre politique générale en Europe, plus de sécurité pour notre
établissement en Afrique. M. le prince de Joinville partagea pleinement
cet avis et j'adressai au duc de Glücksberg et à M. de Nion, chargés de
suivre, de concert avec lui, la négociation de la paix, les instructions
suivantes:

«Les succès éclatants que viennent de remporter nos forces de terre et
de mer, dans la lutte engagée entre nous et le Maroc, n'ont rien changé
aux intentions que le gouvernement du Roi avait manifestées avant le
commencement de cette lutte. Ce que nous demandions alors comme la
condition nécessaire du rétablissement des relations amicales entre les
deux États, et comme la seule garantie propre à nous assurer contre le
retour des incidents qui ont troublé ces relations, nous le demandons
encore aujourd'hui sans y rien ajouter; car le but que nous nous
proposons est toujours le même, et aucune vue d'agrandissement ne
se mêle à notre résolution bien arrêtée de ne pas permettre
qu'on méconnaisse les droits et la dignité de la France. Que les
rassemblements extraordinaires de troupes marocaines formés sur notre
frontière, dans les environs d'Ouschda, soient immédiatement dissous;
qu'un châtiment exemplaire soit infligé aux auteurs des agressions
commises, depuis le 30 mai, sur notre territoire; qu'Abd-el-Kader soit
expulsé du territoire marocain et n'en reçoive plus désormais aucun
appui ni secours d'aucun genre; enfin, qu'une délimitation complète
et régulière de l'Algérie et du Maroc soit arrêtée et convenue,
conformément à l'état de choses reconnu du Maroc lui-même à l'époque
de la domination des Turcs à Alger, rien ne s'opposera plus au
rétablissement de la paix. La cour du Maroc, après tous les torts
qu'elle a eus envers nous, ne s'attend peut-être pas à une pareille
modération de notre part. Pour lui en donner une preuve éclatante et
pour lui fournir l'occasion d'y répondre en acceptant immédiatement nos
propositions, le roi vous ordonne, Messieurs, de vous transporter devant
Tanger, à bord de l'un des vaisseaux de notre escadre, et de faire
remettre aux autorités de cette place une lettre adressée à l'empereur,
dans laquelle vous lui annoncerez que, s'il accepte purement et
simplement les conditions de notre _ultimatum_ que je viens de rappeler,
vous êtes encore autorisés à traiter sur cette base.

«Il est bien entendu que cette démarche n'aurait point pour effet de
suspendre les hostilités, et que nos armées de terre et de mer seraient
libres de poursuivre leurs opérations jusqu'à ce que l'empereur eût
adhéré à nos offres.»

Avant que ces instructions fussent parvenues à leur adresse et trois
jours seulement après celui où elles avaient été adoptées à Paris,
Sidi-Bouselam, pacha des provinces septentrionales du Maroc et confident
intime de l'empereur, écrivait de Tanger[38] à M. de Nion: «Nous vous
faisons savoir que, comme les préliminaires des conférences s'étaient
passés entre vous et la cour de Sa Majesté, lorsque vous résidiez dans
ce port de Tanger, nous nous adressons à vous, vu que Sa Majesté vient
de nous charger d'accorder les quatre demandes que vous aviez formulées
contre elle. Si c'est encore vous qui êtes celui qui doit entretenir les
relations de la France avec notre heureuse cour, venez nous trouver pour
que nous terminions en nous abouchant, car notre glorieux maître n'a
point cessé d'être en paix avec votre gouvernement, sur le même pied que
ses ancêtres. Si c'est, au contraire, un autre que vous qui est chargé
de porter la parole, donnez-lui connaissance de cette lettre pour qu'il
puisse se rendre auprès de nous dans l'heureux port de Tanger, afin de
conférer ensemble sur un pied amical.»

[Note 38: Le 3 septembre 1844.]

En me communiquant aussitôt cette initiative pacifique des Marocains, le
duc de Glücksberg et M. de Nion ajoutaient: «M. le prince de Joinville
a pensé qu'avant d'aller plus avant, il était prudent de s'assurer de
la nature de ces pleins pouvoirs dont Sidi-Bouselam se disait muni.
En conséquence, M. Warnier, l'interprète de S. A. R. et M. Fleurat,
interprète du consulat, vont partir ce soir pour Tanger; ils porteront
notre réponse. Elle sera courte; il n'entre pas dans notre pensée de
repousser une première démarche qui, si elle est sérieuse, devient à
l'instant très-importante. Nous prenons donc acte de cette lettre; mais
nous indiquons au pacha que quelques éclaircissements sont nécessaires
et que M. Warnier va les lui demander. Si le retour de celui-ci éclaircit
tous nos doutes, l'intention du prince est de nous accompagner, ou de
nous faire partir pour Tanger avec ses instructions.»

Le surlendemain, MM. Warnier et Fleurat revinrent de Tanger à Cadix
apportant au prince de Joinville cette lettre de Sidi-Bouselam[39]:
«Louanges à Dieu l'unique! L'agent de la cour très-élevée par Dieu,
Bouselam-ben-Ali,--que Dieu lui pardonne dans sa miséricorde!--à
l'amiral des vaisseaux de guerre français, le fils de l'empereur, le
prince de Joinville;--nous nous informons avec empressement de l'état
de votre santé, et nous faisons également des voeux pour la conservation
des jours de notre maître le vénéré. J'atteste par ces présentes que
j'ai entre les mains l'ordre de l'empereur de faire la paix avec vous.»

[Note 39: Du 7 septembre 1844.]

Partis immédiatement de Cadix avec M. le prince de Joinville, MM. de
Nion et de Glücksberg m'écrivirent le lendemain 10 septembre 1844, en
rade de Tanger et à bord du _Suffren_:

«Nous sommes arrivés ce matin en rade de Tanger. Le consul général de
Naples, M. de Martino, s'est transporté immédiatement à notre bord, et
nous a fait savoir que l'impatience était grande dans la ville, et que
Sidi-Bouselam attendait avec anxiété notre arrivée et les communications
que nous avions à lui faire. Suivant nos conventions, il nous annonçait
la prochaine arrivée du gouverneur de la ville, le caïd Ben-Abbou, qui
vint, accompagné du capitaine du port, à bord du _Suffren_. Ben-Abbou
répéta à S. A. R. que l'empereur attendait de lui la paix, et que
son plénipotentiaire Bouselam était prêt à la signer. Il se retira,
évidemment flatté de la réception qui lui avait été faite. Peu de
moments après, M. Warnier se rendit auprès du pacha, porteur de la
convention concertée et rédigée entre nous, approuvée par le prince et
dont Votre Excellence trouvera ci-joint une copie. M. Warnier avait pour
instructions de la présenter au pacha et de lui demander, sans tolérer
ni accepter aucune discussion, s'il était prêt, en vertu des pouvoirs
qu'il tenait de l'empereur, à y apposer sa signature. La réponse du
pacha fut affirmative. Un signal nous le fit savoir. Nous nous rendîmes
immédiatement à terre où le corps consulaire nous attendait déjà. Nous
y fûmes également reçus par le gouverneur de la ville et une garde
d'honneur qui nous conduisirent à la Casba où nous fûmes introduits dans
l'appartement impérial, auprès de Sidi-Bouselam, qui était accompagné du
premier administrateur de la douane, homme qui a joué un rôle politique
de quelque importance dans les derniers événements. Après avoir échangé
quelques paroles de courtoisie, nous avons demandé au pacha s'il était
en effet disposé à signer le traité que nous lui avions fait soumettre.
Il désira quelques explications sur la nature de l'engagement que
l'article 7 impose à son gouvernement, et se montra satisfait de nos
réponses. A notre tour, nous avons insisté sur l'urgence des mesures
relatives à la convention pour la délimitation des frontières des deux
États, dont le principe est consacré dans l'article 5. Nous lui avons
rappelé les dispositions que la bienveillance et la générosité de S. A.
R. lui dictaient quant à l'évacuation de l'île de Mogador, et nous lui
avons fait savoir qu'aussitôt après la signature de la convention, le
consulat général serait réinstallé, et que la gestion en serait confiée
à M. Mauboussin jusqu'à l'échange des ratifications. Il resta convenu
alors qu'aussitôt que le pavillon français serait hissé de nouveau sur
la maison consulaire, il serait salué de vingt et un coups de canon
par la ville, et que le vaisseau amiral rendrait le salut. Nous avons
procédé immédiatement à la signature de la convention; un texte français
et un texte arabe, dûment signés et scellés, sont restés entre les mains
de Sidi-Bouselam; les deux autres instruments seront portés à Paris par
M. de Glücksberg.»

Le traité était exactement conforme à notre _ultimatum_, et les articles
ajoutés n'avaient pour but que d'assurer la stricte exécution de ses
dispositions.

Cet acte fut, dans la session suivante[40], l'objet des attaques
ordinaires de l'opposition. On nous reprocha de n'avoir pas exigé
davantage, de n'avoir pas imposé au Maroc une forte indemnité de guerre,
de n'avoir pas pris contre Abd-el-Kader des garanties plus efficaces.
On se félicitait de la victoire; on se félicitait de la paix; mais on
maudissait la négociation. Le maréchal Bugeaud, présent à la Chambre des
députés, avait ressenti quelque humeur de n'avoir pas joué, dans cette
négociation, un plus grand rôle; le cours rapide des événements
l'avait naturellement portée à Tanger et entre les mains des agents
diplomatiques qui en étaient et en devaient être naturellement chargés.
Avant d'arriver à Paris, le maréchal m'avait franchement témoigné ses
regrets, et ses conversations dans la Chambre en avaient porté quelque
empreinte. L'opposition essaya d'exploiter, contre le cabinet, ce
sentiment de l'un des vainqueurs; le maréchal, qui avait un peu oublié
la lettre qu'il avait écrite le 3 septembre au prince de Joinville, s'en
expliqua avec une loyauté parfaite, déclarant que, les événements et ses
propres réflexions l'avaient mis en doute sur sa première impression, et
le portaient à penser que le cabinet avait agi sagement en ne
demandant au Maroc ni indemnité de guerre, ni d'autres garanties contre
Abd-el-Kader qui auraient imposé à l'armée d'Afrique une trop lourde
tâche sans être probablement plus efficaces. On nous accusait surtout
d'avoir fait la paix, une paix trop prompte et trop facile, par
faiblesse envers l'Angleterre et pour apaiser sa mauvaise humeur. Je
me récriai avec un sincère mouvement de surprise: «Comment, dis-je, il
existe à nos portes un État depuis longtemps spécialement protégé par la
Grande-Bretagne, en face duquel, à quelques lieues de ses côtes, elle
a l'un de ses principaux, de ses plus importants établissements.
Nous avons fait la guerre à cet État; nous l'avons faite malgré les
appréhensions qu'elle inspirait à la Grande-Bretagne, appréhensions
fondées sur des intérêts légitimes et impossibles à méconnaître.
Non-seulement nous avons fait la guerre, mais nous avons attaqué, en
face de Gibraltar, la place même qui alimente Gibraltar; nous avons
détruit ses fortifications; quelques jours après, nous sommes allés
détruire la principale ville commerciale du Maroc, avec laquelle surtout
se fait le commerce de la Grande-Bretagne. Nous avons fait tout cela en
face des vaisseaux anglais qui suivaient les nôtres pour assister à nos
opérations et à nos combats. Et l'on nous dit que, dans cette affaire,
nous nous sommes laissés gouverner par la crainte de l'Angleterre, par
les intérêts de l'Angleterre! En vérité, messieurs, jamais les faits,
jamais les actes n'avaient donné d'avance un plus éclatant démenti à une
telle inculpation. Ce que je m'attendais à entendre à cette tribune, et
ce que j'y porterai moi-même, c'est la justice rendue à la loyauté, à la
sagesse avec lesquelles le gouvernement anglais a compris les motifs
de notre conduite et les nécessités de notre situation. Il a compris,
reconnu, proclamé que les griefs de la France contre le Maroc étaient
justes, que les demandes de la France au Maroc étaient modérées.
Non-seulement il l'a reconnu, mais il l'a dit au Maroc; il lui a
officiellement notifié que, s'il ne nous donnait pas satisfaction, il
ne devait compter, en aucune façon, sur l'appui direct ou indirect de
l'Angleterre. Le gouvernement anglais a ordonné à ses agents militaires
et diplomatiques d'employer leur influence que le Maroc reconnût les
griefs de la France, et acceptât les conditions que lui faisait la
France. Voilà ce qui s'est passé entre les deux gouvernements; rien de
moins, rien de plus. La conduite du gouvernement français dans cette
affaire a été ce qu'elle devait être, ce dont il ne doit pas se faire un
mérite, ce dont personne ne peut lui faire un mérite; elle a été pleine
d'indépendance et de préoccupation des intérêts français. La conduite du
gouvernement anglais a été pleine de loyauté, de sagesse, de sincérité.
Je saisis avec empressement cette occasion de lui rendre cette justice
qui lui est due, et dont l'une des pièces, déposées sur le bureau de
la Chambre, est une éclatante preuve: qu'on lise la dépêche de lord
Aberdeen aux lords de l'Amirauté[41], transmise aux officiers de
l'escadre anglaise, et qu'on se demande si jamais paroles ont été plus
loyales et plus dignes d'un allié.»

[Note 40: En janvier 1845.]

[Note 41: En date du 10 juillet 1844. Voyez dans ce volume à la page
158.]

Dans l'une et l'autre Chambre la conviction fut entière; tous les
amendements qui avaient pour but d'effacer ou d'affaiblir l'approbation
exprimée dans les projets d'adresse furent rejetés; pairs et députés
déclarèrent formellement que, dans cette affaire, prince et ministres,
gouvernement et armée, généraux et soldats avaient fait leur devoir,
et que «l'Algérie avait vu sa sécurité affermie par notre puissance et
notre modération.»

Une question importante restait à vider, la délimitation des territoires
algérien et marocain promise par l'article 5 du traité. Je me concertai
avec le maréchal Soult pour que cette mission fût confiée à un homme
capable de comprendre à la fois la guerre et la politique, et déjà
éprouvé dans les affaires de l'Algérie. Notre choix s'arrêta sur le
général comte de la Rue, vaillant officier et homme du monde, ferme et
prudent, habile à démêler et à déjouer les ruses ennemies, et sachant
faire, dans sa propre conduite, la juste part de l'adresse et de
la franchise. Nous lui donnâmes pour agent intime, avec le titre
d'interprète général, M. Léon Roches, naguère prisonnier d'Abd-el-Kader;
hardi, sagace et infatigable, il avait acquis, dans les périlleuses
aventures de sa vie, une rare habileté à traiter avec les musulmans, et
m'était vivement recommandé par le maréchal Bugeaud. Le général de la
Rue reçut, les 10 et 14 janvier 1845, les instructions du ministre de la
guerre et les miennes, et partit aussitôt pour sa mission. Il passa deux
mois à examiner la frontière occidentale de l'Algérie, à s'entretenir
avec les chefs des tribus éparses sur le territoire, et à débattre avec
les plénipotentiaires marocains la ligne de démarcation indiquée par
les traditions locales et possible à définir entre les deux États.
La négociation aboutit à un traité qui détermina les limites de notre
domination, non-seulement dans le Tell, mais jusque dans le désert où, à
aucune époque, aucune délimitation entre la régence d'Alger et le Maroc
n'avait existé: «Il y a quatre ans, m'écrivait le général de la Rue[42],
le vieux général turc Mustapha-ben-Ismaël, consulté à cet effet, avait
fait dresser une carte de la frontière (cette carte, très-curieuse,
existe au ministère de la guerre), et, arrivé à Koudiat-el-Debbagh, il
s'était arrêté, disant:--Le pays au delà ne peut se délimiter; c'est
le pays des fusils.» Le traité fut signé le 18 mars 1845, à
Lalla-Maghrania, précisément sur le territoire qui nous était naguère
contesté. «C'est un résultat important, j'ose l'espérer, m'écrivit le
général de la Rue[43], d'avoir fait accepter toutes nos conditions, et
surtout, pour l'effet produit sur toutes ces populations, d'avoir
amené les plénipotentiaires marocains jusque sous le canon du fort de
Lalla-Maghrania, pour y signer le partage du territoire, et mieux
encore celui de populations musulmanes, entre un empereur chrétien et
un empereur musulman. Je garantis à Votre Excellence qu'il n'est pas un
seul membre de l'opposition, dans nos tribus, qui osât dire aujourd'hui
que la France n'est pas une grande et forte nation, imposante au dehors
et maîtresse chez elle.»

[Note 42: Le 18 mars 1845.]

[Note 43: Le 22 mars 1845.]

Les Marocains partageaient, à cet égard, le sentiment du général
français, et le traité leur parut si avantageux pour nous, que
l'empereur Abd-el-Rhaman en refusa, pendant trois mois, la ratification;
ce fut seulement le 20 juin suivant, après nos déclarations
comminatoires portées deux fois par M. Léon Roches au pacha
Sidi-Bouselam, qu'il se décida à la donner.

Dès le début de sa mission et avant son propre succès, le général de
la Rue avait été frappé du grand effet de la guerre récente et de la
négociation qui l'avait terminée; il m'écrivait le 22 février 1845:
«Notre situation vis-à-vis de nos tribus et des Marocains est bonne.
Ils reconnaissent notre supériorité et la puissance de nos forces
militaires. L'expulsion d'Abd-el-Kader de l'Algérie, l'invincible sultan
du Maroc battu, son armée dispersée ont frappé l'imagination des Arabes;
ils disent que Dieu est décidément pour nous, puisque nous sommes les
plus forts. Cette impression est déjà répandue, même dans les tribus les
plus éloignées; à ce point qu'un marabout vénéré au désert disait hier:
«Je ne veux ni pouvoirs, ni honneurs, ni richesses; j'ai assez de tout
cela; ce que je voudrais, ce qui ajouterait à l'illustration de ma
famille, ce serait de recevoir une lettre du grand sultan de France
à qui Dieu donne la victoire.»--«Sur plusieurs points de la province
d'Oran, ajoutait le général de la Rue, les tribus offrent de souscrire
des sommes de 25, 30 à 40,000 francs pour qu'on établisse des barrages
sur leurs rivières pour irriguer leurs champs, comme le général
Lamoricière vient d'en faire construire un sur le Sig, qui arrose et
fertilise dix-neuf mille hectares de terres labourables. Je viens de
voir aussi des tribus offrir au général Lamoricière de souscrire pour
fonder un journal arabe qui leur apporte les nouvelles et comment on
doit s'y prendre pour bien faire. Sans nul doute, monsieur le ministre,
ce serait une chose éminemment utile pour éclairer ces gens-là et
éteindre peu à peu leur fanatisme en affaiblissant l'influence de
leurs marabouts; mais la rédaction d'une semblable feuille devrait
être confiée à un homme bien habile et dirigé par des autorités
bien clairvoyantes. Un journal, _un seul_ journal arabe, serait un
très-puissant moyen de compléter notre domination et la soumission des
tribus; oeuvre si glorieusement accomplie par l'armée et qu'elle seule
devrait perfectionner, à l'exclusion des écoliers ignorants et des vieux
administrateurs tarés qu'on nous a trop souvent envoyés en Afrique pour
tout entraver et tout déconsidérer.»

Pendant que les négociateurs de la paix se félicitaient de ces
résultats, les deux héros de la guerre, Abd-el-Kader et le maréchal
Bugeaud la recommençaient en Algérie, comme ne tenant plus nul compte,
l'un de ses défaites, l'autre de ses victoires. Dans les grandes
entreprises, la persévérance dans l'espérance et dans le travail est la
première des qualités humaines; Abd-el-Kader et le maréchal Bugeaud la
possédaient l'un et l'autre à un degré rare. Abd-el-Kader eût pu
rester en sûreté, avec sa _deira_, sur le territoire du Maroc, dans les
montagnes du Riff où il s'était réfugié; le traité du 10 septembre
1844 lui avait enlevé l'appui actif, non la tolérance sympathique des
Marocains, et, malgré ce traité, l'empereur Abd-el-Rhaman n'avait ni la
ferme volonté, ni probablement le pouvoir de l'expulser par la force
de ses États. De son côté, le maréchal Bugeaud, créé duc d'Isly, avait,
quelques mois après sa victoire, envoyé au maréchal Soult sa démission
et demandé un successeur. Au premier aspect, le moment lui avait paru
opportun pour rentrer sous sa tente; il se croyait en outre, de la
part du ministre et du ministère de la guerre, l'objet d'une hostilité
sourdement acharnée: «J'ai la conviction, m'écrivait-il[44], que M. le
maréchal Soult a l'intention de me dégoûter de ma situation pour me la
faire abandonner. Cette pensée résulte d'une foule de petits faits et
d'un ensemble qui prouve qu'il n'a aucun égard pour mes idées, pour mes
propositions. Vous avez vu le cas qu'il a fait de l'engagement,
pris devant le Conseil, de demander 500,000 francs pour un essai de
colonisation militaire; c'est la même chose de tout, ou à peu près; il
suffit que je propose une chose pour qu'on fasse le contraire, et
le plus mince sujet de ses bureaux a plus d'influence que moi sur
l'administration et la colonisation de l'Algérie. Dans tous les temps,
les succès des généraux ont augmenté leur crédit; le mien a baissé dans
la proportion du progrès des affaires de l'Algérie. Je ne puis être
l'artisan de la démolition de ce que je puis sans vanité appeler mon
ouvrage. Je ne puis assister au triste spectacle de la marche dans
laquelle on s'engage au pas accéléré. Extension intempestive, ridicule,
insensée, de toutes les choses civiles; amputation successive de l'armée
et des travaux publics pour couvrir les folles dépenses d'un personnel
qui suffirait à une population dix fois plus forte; voilà le système. Je
suis fatigué de lutter sans succès contre tant d'idées fausses, contre
des bureaux inspirés par le journal _l'Algérie_. Je veux reprendre mon
indépendance pour exposer mes propres idées au gouvernement et au pays.
Le patriotisme me le commande puisque j'ai la conviction qu'on mène mal
la plus grosse affaire de la France.»

[Note 44: Le 30 juin 1845.]

Ni le maréchal Bugeaud, ni Abd-el-Kader ne cédèrent, l'un à ses
déplaisirs, l'autre à ses revers; ils étaient voués, l'un et l'autre, à
une idée et à une passion souveraines; l'un voulait chasser les Français
de l'Algérie; l'autre voulait les y établir; ils s'empressèrent tous
deux, l'un de rentrer, l'autre de rester sur le théâtre de leur oeuvre.
Abd-el-Kader reprit ses courses rapides et imprévues à travers les
provinces d'Oran et d'Alger, depuis les côtes de la mer jusqu'au fond du
désert, remuant partout les tribus, tantôt s'alliant avec ceux de leurs
chefs naturels qu'il trouvait fidèles à leur cause commune, Bou-Maza,
Mohammed-Ben-Henni, Bel-Cassem, tantôt travaillant à décrier les chefs
qu'il ne dominait pas, et à les remplacer par ses amis. D'autre part, de
bonnes paroles du roi et «une phrase amicale qui terminait une lettre du
maréchal Soult,» décidèrent le maréchal Bugeaud à retirer sa démission;
et dans l'automne de 1844 à 1845, le gouverneur général de l'Algérie
était rentré en lutte avec des insurrections locales, partielles,
décousues, mais vives et partout suscitées ou soutenues par son
infatigable adversaire.

Dans l'une de ces insurrections, celle des tribus du Dahra, entre le
cours du Chéliff et la mer, un incident qui a fait du bruit fournit au
maréchal Bugeaud l'occasion de déployer une qualité aussi essentielle
dans la vie militaire que dans la vie politique, la ferme fidélité à
ses agents; et il y trouva en même temps, contre le maréchal Soult, un
nouveau motif d'humeur. Le colonel Pélissier avait été chargé par le
gouverneur général de dompter une tribu jusque-là insoumise, celle des
Ouled-Riah, dont le territoire offrait des grottes vastes et profondes
où les Arabes, en cas de péril, avaient coutume de se réfugier. Dans
le cours de la lutte contre la colonne française, les Arabes se
réfugièrent, en effet, dans l'une de ces grottes: le colonel Pélissier
les fit sommer d'en sortir, leur promettant la vie et la liberté, à la
seule condition qu'ils remettraient leurs armes et leurs chevaux. Ils
s'y refusèrent. Le colonel insista de nouveau et à plusieurs reprises,
leur faisant répéter l'assurance que nul d'entre eux ne serait conduit
prisonnier à Mostaganem, et qu'une fois la caverne évacuée, ils seraient
libres de se retirer chez eux. Ils demandèrent que d'abord les troupes
françaises s'éloignassent. A son tour, le colonel Pélissier repoussa
cette condition; l'entrée de la grotte fut comblée de bois et de
fascines; on déclara aux Arabes que, s'ils persistaient, on y mettrait
le feu; ils persistèrent et tirèrent eux-mêmes sur quelques-uns d'entre
eux qui tentaient de s'échapper. Le feu fut mis en effet. «Longtemps
avant le jour, le colonel fit suspendre le jet des fascines. Un
émissaire fut de nouveau envoyé. Il revint avec quelques hommes
haletants qui firent comprendre l'étendue du malheur. On put alors
extraire de la grotte une cinquantaine d'Arabes; mais l'état de
l'atmosphère à l'intérieur força de suspendre ce travail qui ne put être
repris qu'au point du jour. On put recueillir 110 individus. Plus de 500
avaient trouvé la mort dans la caverne.»

Le rapport du colonel Pélissier au maréchal Bugeaud se terminait par ces
paroles: «Ce sont là, monsieur le maréchal, de ces opérations que l'on
entreprend quand on y est forcé, mais que l'on prie Dieu de n'avoir
jamais à recommencer.»

Ce lamentable récit produisit partout la plus douloureuse impression.
Les journaux en retentirent. La session touchait à son terme; la Chambre
des députés n'avait plus de séances; mais la Chambre des pairs se
réunissait encore, et le prince de la Moskowa interpella le ministre
de la guerre sur le fait ainsi raconté. Le maréchal Soult manqua, dans
cette occasion, de sa présence d'esprit et de son autorité accoutumées;
il exprima, en quelques paroles embarrassées, un blâme froid et timide,
livrant le colonel Pélissier sans satisfaire ceux qui l'attaquaient.
Le maréchal Bugeaud ressentit vivement cet abandon et n'eut garde
de l'imiter: «Je regrette, monsieur le maréchal, écrivit-il au
ministre[45], que vous ayez cru devoir blâmer, sans correctif aucun, la
conduite de M. le colonel Pélissier; je prends sur moi la responsabilité
de son acte; si le gouvernement jugeait qu'il y a justice à faire, c'est
sur moi qu'elle doit être faite. J'avais ordonné au colonel Pélissier,
avant de nous séparer à Orléansville, d'employer ce moyen à la dernière
extrémité; et, en effet, il ne s'en est servi qu'après avoir épuisé
toutes les ressources de la conciliation. C'est à bon droit que je
puis appeler _déplorables_, bien que le principe en soit louable, les
interpellations de la séance du 11. Elles produiront sur l'armée un bien
pénible effet qui ne peut que s'aggraver par les déclamations furibondes
de la presse.... Avant d'administrer, de civiliser, de coloniser, il
faut que les populations aient accepté notre loi. Mille exemples ont
prouvé qu'elles ne l'acceptent que par la force, et celle-ci même est
impuissante si elle n'atteint pas les personnes et les intérêts. Par une
rigoureuse philanthropie on éterniserait la guerre d'Afrique, ou tout
au moins l'esprit de révolte, et alors on n'atteindrait même pas le but
philanthropique.»

[Note 45: Les 14 et 18 juillet 1845.]

On pouvait contester les raisons du maréchal Bugeaud; on pouvait
les trouver insuffisantes; en présence de pareils faits, le cri de
l'humanité est légitime et doit se faire entendre, même à ceux qui, dans
une situation compliquée et urgente, n'ont pas cru devoir lui obéir;
mais le maréchal Bugeaud tint, dans cette circonstance, l'attitude et le
langage qui convenaient à un chef de gouvernement et d'armée. S'il avait
eu en ce moment sous les yeux _l'Histoire du Consulat et de l'Empire_ de
M. Thiers, il aurait pu rappeler un fait qu'à coup sûr le maréchal
Soult n'avait pas oublié. Dans la glorieuse bataille d'Austerlitz, une
division russe fut arrêtée dans un mouvement de retraite par la division
française du général Vandamme; des étangs glacés lui offraient seuls un
passage. «Alors tous les Russes ensemble se jettent vers ces étangs
et tâchent de s'y frayer un chemin. La glace qui couvre les étangs,
affaiblie par la chaleur d'une belle journée, ne peut résister au poids
des hommes, des chevaux, des canons; elle fléchit en quelques points
sous les Russes qui s'y engouffrent; elle résiste sur quelques autres et
offre un asile aux fuyards qui s'y retirent en foule. Napoléon, arrivé
sur les pentes du plateau de Pratzen, vers les étangs, aperçoit le
désastre qu'il avait si bien préparé. Il fait tirer à boulet, par une
batterie de la garde, sur les parties de la glace qui résistent encore,
et achève la ruine des malheureux qui s'y étaient réfugiés. Près de deux
mille trouvent la mort sous cette glace brisée[46].»

[Note 46: _Histoire du Consulat et de l'Empire,_ t. VI, p. 326.]

L'empereur Napoléon était plus heureux que le colonel Pélissier: il
n'avait à côté de lui, en 1805, ni tribune ni presse pour trouver
barbares ses procédés de guerre et personne au-dessus de lui pour le
désavouer.

Quelque diverse qu'eût été, dans ce triste incident, l'attitude des deux
maréchaux qui présidaient au gouvernement de l'Algérie il y avait entre
eux des dissentiments plus profonds et plus difficiles à concilier. J'ai
dit que le maréchal Bugeaud avait, quant à l'Algérie, deux idées fixes,
la complète soumission des Arabes dans toute l'étendue de la Régence
et la colonisation par l'armée. Il avait, dès 1838, manifesté et même
rédigé en articles législatifs ses vues sur ce dernier point, dans une
brochure intitulée: _De l'établissement de légions de colons militaires
dans les possessions françaises du nord de l'Afrique; suivi d'un
projet d'ordonnance adressé au gouvernement et aux Chambres_. Appelé en
décembre 1840 au gouvernement de l'Algérie, il reçut du ministre de la
guerre, sous la date du 13 août 1841, une série de questions sur les
divers modes de coloniser la Régence: il y répondit le 26 novembre
1841, par un long Mémoire dans lequel, prenant pour point de départ la
nécessité de la colonisation pour que l'Algérie fût à la France autre
chose qu'un champ de bataille et un fardeau, il établissait que la
colonisation militaire, organisée et soutenue à son début par l'État,
pouvait seule atteindre les divers buts de sécurité permanente, de
propriété féconde et d'allégement progressif dans les dépenses qu'un
gouvernement prévoyant devait se proposer. C'était par des officiers
et des soldats recrutés dans l'armée active, ou invités, après leur
retraite, à s'établir comme propriétaires et chefs de famille en
Algérie, sous certaines conditions de service et de discipline, que
les colonies militaires devaient être fondées et devenir la souche d'un
peuple de Français-Africains capables de la guerre en se livrant aux
travaux de la paix.

A l'appui de son système, le maréchal Bugeaud apportait une foule de
considérations, toutes ingénieuses et spécieuses, quelques-unes vraiment
pratiques et fortes; mais il oubliait deux choses plus fortes que toutes
les considérations du monde, la nature de notre gouvernement et la
nécessité de l'action du temps; il ne tenait nul compte de l'opinion des
Chambres et voulait devancer l'oeuvre des années. Toutes les colonies,
celles qui sont devenues de puissants États comme celles qui n'ont pas
si grandement réussi, ne se sont fondées que lentement, à travers de
pénibles efforts, de cruelles souffrances et des alternatives répétées
de lutte ou de repos, de progrès ou de langueur. C'était le dessein et
l'espoir du maréchal Bugeaud d'épargner à l'Algérie française, par la
colonisation militaire, ces longues et douloureuses épreuves, et il
prédisait, il promettait avec une foi passionnée le succès de son
plan. Je lis dans une lettre de lui[47] à M. Adolphe Blanqui, membre de
l'Institut, qui avait voyagé en Algérie: «Réduire successivement l'armée
de moitié, sans compromettre la conquête et sans retarder les progrès
de son utilisation, c'est là le problème. Je crois en avoir trouvé la
solution infaillible. Il serait trop long de vous détailler ici les
moyens d'exécution; je me borne à vous dire que la principale base
de mon système est la colonisation militaire, et que j'ai la presque
certitude qu'avec une bonne loi constitutive de cette colonisation, on
trouvera aisément douze mille colons militaires chaque année, et que
j'ai la certitude complète que l'armée actuelle pourra, à partir de
l'année prochaine, avec les moyens de tout genre dont elle dispose,
installer par an douze mille familles de colons militaires. En dix ans,
nous aurions donc cent vingt mille familles vivant sous le seul régime
qui puisse donner l'unité et la force nécessaires pour commander le
pays. Voilà la base du peuple dominateur. Quand elle sera fondée sur des
points bien choisis sous tous les rapports, l'armée pourra être diminuée
de moitié sans compromettre notre domination, et sans arrêter les grands
travaux qui doivent utiliser et féconder le pays conquis. Mes colons
militaires donneront aux travaux généraux tout le temps que les saisons
ne permettront pas de donner à l'agriculture, et ils le donneront au
même prix que nos soldats, c'est-à-dire à cinq centimes par heure de
travail, quarante centimes pour huit heures.»

[Note 47: En date du 23 octobre 1843.]

Les Chambres, comme l'administration centrale, étaient loin de partager
une telle confiance, et quand le maréchal Bugeaud l'exprimait dans
ses conversations comme dans ses brochures et dans ses lettres, son
abondante et fervente parole inspirait la surprise et le doute bien plus
qu'elle ne communiquait la conviction. C'était le sentiment général
que les frais du système seraient infiniment plus considérables et ses
résultats infiniment plus incertains et plus lents que ne l'affirmait
son auteur. On consentait, non sans peine, à lui donner de faibles
moyens pour en faire de petits essais; mais on reculait absolument
devant l'idée de s'engager dans un si grand, si douteux et si onéreux
dessein.

Par un entraînement imprévoyant plutôt qu'avec une préméditation
profonde, le maréchal Bugeaud se persuada qu'en prenant lui-même, à ce
sujet, une initiative hardie, il déciderait le cabinet et les Chambres à
accepter son plan et à le mettre en état de l'exécuter. Il adressa, le
9 août 1845, à tous les généraux sous ses ordres en Algérie, cette
circulaire: «Général, j'ai lieu de regarder comme très-prochain le
moment où nous serons autorisés à entreprendre un peu en grand les
essais de colonisation militaire. Ces conditions sont détaillées
ci-après. Invitez MM. les chefs de corps à les faire connaître à leurs
subordonnés, et à vous adresser, aussitôt qu'il se pourra, l'état des
officiers, sous-officiers et soldats qui désirent faire partie des
colonies militaires.»

A la circulaire était jointe, en effet, une série d'articles énumérant
les avantages accordés et les obligations imposées aux futurs colons,
réglant l'administration des établissements projetés, organisant enfin,
d'une façon complète et précise, les colonies militaires comme un fait
déjà résolu dans son ensemble comme dans son principe, et qu'il ne
s'agissait plus que de réaliser.

La surprise et la désapprobation furent grandes à Paris quand cette
circulaire y arriva. La presse opposante s'empressa de l'exploiter
contre le ministère, affectant d'y voir une première tentative
du maréchal Bugeaud pour se déclarer indépendant et préparer un
démembrement de l'empire français. Les membres des deux Chambres furent
blessés du silence gardé dans la circulaire sur leurs droits, leur
pouvoir et leur intervention nécessaire dans une telle oeuvre. Pour le
cabinet, et pour le ministère de la guerre en particulier, il y avait là
une atteinte portée à la dignité comme aux attributions du gouvernement
central, et un grave désordre, sinon un mauvais dessein. Le Roi et
plusieurs des ministres étaient alors au château d'Eu; ils m'envoyèrent
sur-le-champ la circulaire en m'en exprimant leur mécontentement et leur
embarras. J'eus quelque peine à faire comprendre les naïfs entraînements
du maréchal Bugeaud, sa préoccupation passionnée dans cette question;
et, pour remettre toutes choses à leur place, le maréchal lui-même comme
le cabinet, je fis insérer dans le _Journal des Débats_[48] un article
portant: «Si le gouverneur général de l'Algérie nous paraissait
disposé à se passer du gouvernement et des Chambres, nous serions aussi
empressés que d'autres à lui rappeler le respect qu'il doit à l'autorité
de laquelle il relève. Mais nous ne saurions voir, dans l'intention
qui a dicté sa circulaire, autre chose que le désir d'ouvrir une sorte
d'enquête sur les moyens de réaliser un projet qu'il croit bon, utile et
possible. Un plan de cette nature et de cette étendue n'est pas de
ceux qui peuvent s'exécuter, ni même se commencer par ordonnance, dans
l'intervalle d'une session à une autre. M. le maréchal Bugeaud n'est pas
seulement un habile général; il est aussi, nous en sommes sûrs, un homme
beaucoup plus constitutionnel et beaucoup moins dictatorial qu'on ne
veut le faire; s'il voyait que le gouvernement de son pays ne partageât
pas ses vues, nous sommes persuadés qu'il se contenterait de retirer
de sa circulaire de simples renseignements théoriques dont il pourrait
faire son profit. Que la France se rassure donc; il y a des juges à
Berlin; il y a à Paris un gouvernement et des Chambres; et il ne s'agit
de fonder en Afrique ni un nouveau royaume, ni une nouvelle dynastie.»

[Note 48: Du 28 août 1845.]

Avec cet avertissement public, et pour le confirmer tout en
l'adoucissant, j'écrivis en particulier au maréchal Bugeaud[49]: «J'ai
été charmé de vous voir abandonner vos intentions de retraite; mais
c'est avec un vif chagrin, autant de chagrin que de franchise, que
je viens me plaindre à vous de vous-même, et vous dire que, par votre
circulaire du 9 août aux généraux de votre armée et par le projet
d'organisation des colonies militaires qui y est joint, vous venez de me
créer et de vous créer à vous-même de nouvelles et grandes difficultés
dans une question qui en offrait déjà beaucoup. Vous n'ignorez pas,
mon cher maréchal, qu'il existe, contre votre système de colonies
militaires, de fortes préventions dans le cabinet, dans les Chambres,
dans les commissions de finances, dans tous les pouvoirs dont le
concours est indispensable. Il y a quelque chose de plus grave encore
que des préventions; il y a des opinions manifestées, des amours-propres
compromis. Comment surmonter ces obstacles? Je n'en sais qu'un moyen;
faire de votre système un essai limité, opposer aux préventions un fait
accompli et contenu dans des bornes bien déterminées. On répond ainsi
à la double objection qui préoccupe tout le monde, l'immensité de
l'entreprise et de la dépense, l'incertitude du résultat. Au lieu de
cela, que faites-vous par votre circulaire du 9? Vous présentez votre
projet dans toute son étendue; ce n'est plus une expérience, c'est le
programme et la mise en train de tout votre système. Vous faites appel,
pour l'exécution, à tous les officiers, à tous les soldats qui voudront
y concourir. Vous vous montrez prêt à accueillir tous ceux qui se
présenteront, et vous imposez à l'État, envers eux tous, toutes les
obligations, toutes les charges que le système entraîne. Vous allez
ainsi à l'encontre de toutes les objections, de toutes les préventions;
vous blessez tous les amours-propres qui se sont engagés contre une si
vaste entreprise. Peut-être avez-vous cru lier d'avance et compromettre
sans retour le gouvernement dans cette entreprise ainsi étalée tout
entière dès les premiers pas. C'est une erreur, mon cher maréchal; vous
ne faites qu'embarrasser grandement vos plus favorables amis; car au
moment même où ils ne parlent et ne peuvent parler que d'un essai, vous
montrez, vous donnez à soulever tout le fardeau. Je vous porte, mon cher
maréchal, beaucoup d'estime et d'amitié; j'ai à coeur d'exécuter, pour
ma part, ce que je vous ai fait dire. Je ne me suis point dissimulé la
difficulté (grande, soyez-en sûr), de faire agréer et de mener à bien,
ici même, cette expérience limitée; mais enfin je m'y suis décidé et
engagé sérieusement. C'est donc pour moi une nécessité et un devoir de
vous dire ce que je pense de la démarche que vous venez de faire, et
de tout ce qu'elle ajoute au fardeau que nous avons à porter en commun.
Trouvez donc, je vous prie, une manière de réduire ce fardeau à ce qu'il
peut et doit être, et de ramener vos paroles et vos promesses dans les
limites de l'essai que j'ai regardé comme possible. Tenez pour certain
qu'il faut se renfermer bien visiblement dans ces limites pour avoir des
chances de succès.»

[Note 49: Le 23 août 1845.]

Tout en maintenant son plan et son acte, le maréchal comprit sa faute et
mon reproche. En retirant sa démission, il avait demandé à venir passer
quelques semaines en France pour s'entendre avec le ministre de la
guerre; il vint, en effet, et après un très-court séjour à Paris, où je
n'étais pas en ce moment, il m'écrivit de sa terre, de La Durantie[50]:
«Votre lettre du 23 août est venue me trouver ici au moment où j'y
arrivais pour visiter mes champs; je leur ai donné un coup d'oeil
très-rapide, et pour ne leur rien dérober, je me lève avant le jour pour
vous répondre.... Au moment de mon départ d'Alger, j'ai laissé, pour
être inséré dans le _Moniteur_ du 5 septembre, un article qui répond
à votre désir de me voir atténuer, par un acte quelconque, ce que vous
appelez le mauvais effet de ma circulaire.... elle ne devait avoir
aucune publicité.... je dois dire aussi que les termes en étaient trop
positifs; j'aurais dû mettre partout les verbes au conditionnel; au
lieu de dire: «Les colons recevront, etc.», j'aurais dû dire: «Si le
gouvernement adoptait mes vues, les colons recevraient, etc.», changez
le temps du verbe, et vous ne verrez plus qu'une chose simple, une
investigation statistique qui est dans les droits et dans les usages du
commandement, et destinée à éclairer le gouvernement lui-même.... Ce qui
prouve que je n'avais pas de temps à perdre pour connaître un résultat
avant mon départ, c'est que je n'ai pu encore obtenir que les états de
la division d'Alger; ils me donnent 3,996 sous-officiers et soldats,
présentant entre eux un avoir de 1,700,000 francs. On peut évaluer que
les deux autres divisions donneront chacune environ 3,000 demandes.
Voilà donc près de 10,000 sous-officiers et soldats de vingt-quatre à
trente ans, c'est-à-dire tous jeunes, forts, vigoureux, disciplinés,
aguerris, acclimatés, qui offrent de se consacrer à l'Afrique, eux et
leur descendance.... Si la France était assez mal avisée pour ne pas
s'emparer de telles dispositions pour consolider promptement et à jamais
sa conquête, on ne pourrait trop déplorer son aveuglement.... Du reste,
pour répondre à la sotte et méchante accusation de _la Presse_ qui
m'appelle un pacha révolté, je viens me livrer seul au cordon, et je me
suis présenté tout d'abord chez le ministre de la guerre. Si j'avais eu
quelques craintes, son charmant accueil les aurait effacées; il m'a
bien fait voir, dans la conversation, que les déclamations de la presse
avaient produit quelque effet sur son esprit; mais aussitôt que je lui
ai expliqué mes motifs, tous basés sur la profonde conviction où je suis
que c'est rendre à la France un grand service, et que l'acte en lui-même
est au fond dans les droits et dans les usages du commandement, le nuage
s'est dissipé, et, pendant les deux jours que nous avons disserté
sur les affaires de l'Afrique, je n'ai trouvé en lui que d'excellents
sentiments pour moi et de très-bonnes dispositions pour les affaires en
général. De mon côté, j'y ai mis un moelleux et une déférence dont vous
ne me croyez peut-être pas susceptible, et cela m'a trop bien réussi
pour que je n'use pas à l'avenir du même moyen.»

[Note 50: Le 28 septembre 1845.]

En me parlant ainsi, le maréchal Bugeaud se faisait illusion et sur
les dispositions de son ministre, et sur sa propre habileté en fait de
déférence et de douceur. Le maréchal Soult ne lui était pas devenu plus
favorable; moins passionné seulement et fatigué de la lutte, il ne se
souciait pas de rompre ouvertement en visière à un rival plus jeune de
gloire comme d'âge, et de prendre seul la responsabilité des refus. Le
maréchal Bugeaud ne tarda pas à s'en apercevoir et à retrouver lui-même
sa rudesse avec son mécontentement. Mais les nouvelles d'Algérie vinrent
donner, pour un moment, à ses idées un autre cours. Depuis son départ
d'Alger, la situation s'était fort aggravée; ce n'était plus à
des soulèvements partiels et décousus que nous avions affaire;
l'insurrection arabe devenait générale, concertée, organisée; de
la province d'Oran, où il avait son foyer d'influence et son centre
d'opération, Abd-el-Kader, par ses délégués ou par ses apparitions
rapides dans les provinces d'Alger et de Constantine, y échauffait le
fanatisme et y dirigeait le mouvement. Quelques postes isolés avaient
été enlevés; quelques petits corps de nos troupes avaient éprouvé de
glorieux, mais douloureux échecs. Inquiétées et irritées, l'armée et
la population coloniale rappelaient de tous leurs voeux le maréchal
Bugeaud. Ses lieutenants, préoccupés de l'étendue du péril et de la
responsabilité d'un pouvoir provisoire, pressaient eux-mêmes son retour.
L'un de ses officiers d'ordonnance, le chef d'escadron Rivet, lui
apporta, avec le détail des événements, l'expression de ce sentiment
public. Son patriotisme, le juste sentiment de sa force, et l'espoir
d'acquérir une gloire et une force nouvelles déterminèrent sur-le-champ
le maréchal. Sans retourner de La Durantie à Paris, sans demander des
instructions positives, il écrivit le 6 octobre 1845, au maréchal Soult:
«Je pars dans la nuit du 7 au 8 pour Marseille, où j'espère trouver _le
Caméléon_ ou tout autre bateau pour arriver tout de suite à mon poste.
J'ai pensé qu'étant encore gouverneur nominal de l'Algérie, je ne
pouvais me dispenser de répondre à l'appel que me font l'armée et la
population, que ce serait manquer à mes devoirs envers le gouvernement
et envers le pays.» Il exposait ensuite ses vues sur les causes de
l'insurrection, sur les besoins de la campagne qu'il allait faire,
énumérait avec précision les renforts de tout genre qu'il demandait, et
terminait ainsi sa dépêche: «Nous allons, monsieur le maréchal, jouer
une grande partie qui peut être décisive pour notre domination si nous
la jouons bien, ou nous préparer de grandes tribulations et de grands
sacrifices si nous la jouons mal. L'économie serait ici à jamais
déplorable. Nous avons affaire à un peuple énergique, persévérant et
fanatique: pour le dompter, il faut nous montrer plus énergiques et plus
persévérants que lui; et après l'avoir vaincu plusieurs fois, comme de
tels efforts ne peuvent pas toujours se renouveler, il faut, coûte que
coûte, l'enlacer par une population nombreuse, énergique et fortement
constituée. Hors de cela, il n'y aura que des efforts impuissants et des
sacrifices qu'il faudra toujours recommencer, jusqu'à ce qu'une grande
guerre européenne ou une grande catastrophe en Algérie nous force à
abandonner une conquête que nous n'aurons pas su consolider, dominés
par les fausses idées de nos écrivains. Ce n'est assurément pas le
développement prématuré des institutions civiles qui constituera
la conquête; la catastrophe sera plus voisine si l'on étend
l'administration civile aux dépens de la force de l'armée.»

Il m'écrivit le même jour, en m'envoyant copie de sa lettre au maréchal
Soult: «Je suis parfaitement convaincu qu'un grand complot de révolte
était ourdi depuis longtemps sur toute la surface de l'Algérie. Je l'ai
fait avorter au printemps dernier en écrasant les premiers insurgés qui
se sont manifestés. Il a été repris à la suite du fanatisme que ranime
le Ramadan. Plusieurs fautes graves, commises par des officiers braves,
dévoués, mais ne connaissant pas assez la guerre, ont procuré à l'émir
des succès qui ont certainement ravivé l'ardeur et les espérances des
Arabes. Les circonstances sont donc très-graves; elles demandent de
promptes décisions. Ce n'est pas le cas de vous entretenir de mes griefs
et des demandes sans l'obtention desquelles je ne comptais pas rentrer
en Algérie. Je cours à l'incendie; si j'ai le bonheur de l'apaiser
encore, je renouvellerai mes instances pour faire adopter des mesures
de consolidation de l'avenir. Si je n'y réussis pas, rien au monde ne
pourra m'attacher plus longtemps à ce rocher de Sisyphe. C'est bien
le cas de vous dire aujourd'hui ce que le maréchal de Villars disait à
Louis XIV: _Je vais combattre vos ennemis et je vous laisse au milieu
des miens._»

Au moment même où il prenait cette judicieuse et généreuse résolution,
le maréchal Bugeaud se laissa aller de nouveau à l'un de ces actes
d'exubérance indiscrète et imprévoyante qui l'ont plus d'une fois
embarrassé et affaibli, et ses amis avec lui, dans la poursuite de leurs
communs desseins. En partant pour Alger, il écrivit à M. de Marcillac,
préfet de son département[51]: «M. le chef d'escadron Rivet m'apporte
d'Alger les nouvelles les plus fâcheuses; l'armée et la population
réclament à grands cris mon retour. J'avais trop à me plaindre de
l'abandon du gouvernement, vis-à-vis de mes ennemis de la presse et
d'ailleurs, pour que je ne fusse pas parfaitement décidé à ne rentrer en
Algérie qu'avec la commission que j'ai demandée et après la promesse
de satisfaire à quelques-unes de mes idées fondamentales; mais les
événements sont trop graves pour que je marchande mon retour au lieu
du danger. Je me décide donc à partir après-demain; je vous prie de
m'envoyer quatre chevaux de poste qui me conduiront à Périgueux;» et
après avoir donné à M. de Marcillac quelques détails sur l'insurrection
des Arabes, il finissait en disant: «Il est fort à craindre que ceci ne
soit une forte guerre à recommencer. Hélas, les événements ne donnent
que trop raison à l'opposition que je faisais au système qui étendait
sans nécessité l'administration civile et diminuait l'armée pour couvrir
les dépenses de cette extension. J'ai le coeur navré de douleur de tant
de malheurs et de tant d'aveuglement de la part des gouvernants et de la
presse, qui nous gouverne bien plus qu'on n'ose l'avouer.»

[Note 51: Le 6 octobre 1845.]

Le maréchal attribuait à un fait secondaire, à l'extension, alors
très-limitée, de l'administration civile en Algérie, des événements qui
provenaient de causes infiniment plus générales et plus puissantes; mais
qu'il eût tort ou raison dans ses plaintes, la publication d'une telle
lettre était, de la part d'un officier général en activité de service et
dans un tel moment, inconvenante et inopportune. Ce ne fut point le fait
du maréchal lui-même; M. de Marcillac avait montré et remis étourdiment
sa lettre au rédacteur du _Conservateur de la Dordogne_ qui, au lieu
d'en extraire simplement les nouvelles de fait, comme le préfet le lui
avait demandé, la publia en entier dans son journal d'où elle passa dans
ceux de Paris et de plusieurs départements. Commentée par les uns avec
joie, par les autres avec tristesse, elle produisit partout un fâcheux
effet qu'au moment de l'arrivée du maréchal à Marseille, le préfet
des Bouches-du-Rhône, M. de Lacoste, ne lui laissa point ignorer. Le
maréchal s'en montra désolé, et m'en témoigna sur-le-champ son
profond regret: «Ma lettre était, m'écrivit-il[52], la communication
confidentielle d'un ami à un ami; elle ne devait avoir aucune publicité.
C'est encore une tuile qui me tombe sur la tête. Je le déplore surtout
parce que la presse opposante ne manquera pas d'en tirer parti contre le
gouvernement. Je vous remercie de la mesure énergique que le conseil
a prise.» Nous venions de lui envoyer immédiatement des renforts
considérables: «Avec cela, j'ai la confiance que nous rétablirons les
affaires dans le présent. Restera toujours à fonder l'avenir.» Il fit
en même temps insérer dans les journaux de Marseille son désaveu de la
publication de sa lettre et les explications qui pouvaient en atténuer
le mauvais effet.

[Note 52: Le 11 octobre 1845.]

Je ne pensai pas que ces explications pussent suffire, ni qu'avec le
maréchal lui-même nous pussions passer sous silence un acte si contraire
à la dignité comme au bon ordre dans le gouvernement: en apprenant que
le maréchal partait immédiatement pour l'Afrique, je lui écrivis:

«Quelques mots, mon cher maréchal, pas beaucoup, mais quelques-uns
que je trouve indispensables, entre vous et moi, sur des choses
personnelles. Vous avez eu toute raison d'ajourner, quant à présent, vos
demandes et vos plaintes; cela convient à votre patriotisme et à votre
caractère. Vous savez que, parmi les choses que vous avez à coeur, il
en est, et ce sont les plus importantes, que je vous ai promis d'appuyer
dans des limites dont vous avez reconnu vous-même, quant à présent,
la nécessité et la prudence. Je le ferai comme je vous l'ai promis. Ma
première disposition est toujours de vous seconder, car je vous porte
une haute estime et j'ai pour vous une vraie amitié. Mais je ne
puis accepter votre reproche que vous n'avez pas été soutenu par le
gouvernement. Il appartient et il sied aux esprits comme le vôtre, mon
cher maréchal, de distinguer les grandes choses des petites et de ne
s'attacher qu'aux premières. Il n'y a, pour vous, en Afrique, que deux
grandes choses; l'une, d'y avoir été envoyé; l'autre, d'y avoir été
pourvu, dans l'ensemble et à tout prendre, de tous les moyens d'action
nécessaires. Le cabinet a fait pour vous ces deux choses-là, et il les
a faites contre beaucoup de préventions et à travers beaucoup de
difficultés. Vous l'avez vous-même reconnu et proclamé. Après cela, qu'à
tel ou tel moment, sur telle ou telle question, le gouvernement n'ait
pas partagé toutes vos idées ni approuvé tous vos actes, rien de plus
simple; c'est son droit. Que vous ayez même rencontré dans telle ou
telle commission, dans tel ou tel bureau, des erreurs, des injustices,
des idées fausses, de mauvais procédés, des obstacles, cela se peut;
cela n'a rien que de naturel et presque d'inévitable; ce sont là
des incidents secondaires qu'un homme comme vous doit s'appliquer à
surmonter sans s'en étonner ni s'en irriter, car il s'affaiblit et
s'embarrasse lui-même en leur accordant, dans son âme et dans sa vie,
plus de place qu'il ne leur en appartient réellement.

«Les journaux vous attaquent beaucoup, cela est vrai. Le gouvernement
n'engage pas dans les journaux, pour vous défendre, une polémique
continue; cela est vrai aussi. Mon cher maréchal, permettez-moi de
penser et d'agir, en ceci, pour vous comme pour moi-même. Je m'inquiète
peu des attaques personnelles des journaux et je ne m'en défends
jamais. J'ai l'orgueil de croire qu'après ce que nous avons fait l'un et
l'autre, nous pouvons laisser dire les journaux. Notre vie parle et ce
n'est qu'à la tribune qu'il nous convient d'en parler. Je vous y ai,
plus d'une fois, rendu justice; je le ferai encore avec grand plaisir.
C'est là que vous devez être défendu, mais grandement et dans les
grandes occasions, non pas en tenant les oreilles toujours ouvertes à
ce petit bruit qui nous assiége, et en essayant à tout propos, et bien
vainement, de le faire taire.

«Votre lettre à M. de Marcillac, publiée dans le _Conservateur de la
Dordogne_, m'a affligé pour vous, mon cher maréchal, et blessé pour moi.
Que lorsque vous croyez avoir quelque chose à demander ou à reprocher à
votre gouvernement, vous écriviez, dans l'intimité, à vos amis qui font
partie de ce gouvernement, tout ce que vous avez dans l'esprit et sur le
coeur, que vous le fassiez avec tout l'abandon, toute la vivacité de
vos impressions et de votre caractère, rien de plus simple; loin de
m'en plaindre jamais, je m'en féliciterai, au contraire, car je tiens
à connaître et à recevoir de vous toute votre pensée, fût-elle même
exagérée et injuste. C'est mon affaire ensuite de faire en sorte qu'on
vous donne raison si je crois que vous avez raison, ou de vous dire
pourquoi je pense que vous avez tort, si en effet je le pense. Mais
mettre le public dans la confidence de vos rapports avec le gouvernement
que vous servez, prendre les journaux pour organes de vos plaintes, mon
cher maréchal, cela ne se peut pas. C'est là du désordre. Vous ne le
souffririez pas autour de vous. Et croyez-moi, cela ne vaut pas mieux
pour vous que pour le pouvoir auquel vous êtes dévoué.»

Le maréchal Bugeaud n'essaya pas de défendre sa lettre; il était capable
de reconnaître dignement ses erreurs et ses fautes, quoiqu'il ne s'en
souvînt pas toujours assez.

Arrivé à Alger, le 15 octobre, aux acclamations de toute la population
française, militaire et civile, il entra immédiatement en action, et
de l'automne de 1845 à l'été de 1846, il fit la campagne, non la plus
féconde en périlleux et brillants combats, mais la plus étendue, la plus
active et la plus efficace de toutes celles qui ont rempli et honoré
son gouvernement de l'Algérie. «Dix-huit colonnes mobiles, m'écrit
le général Trochu, furent mises en mouvement. Celle que commandait le
maréchal en personne ne comptait pas plus de 2,500 baïonnettes et 400
sabres. Des marches, des contre-marches, des fatigues écrasantes, des
efforts inouïs furent imposés à toutes; mais pas une, à proprement
parler, ne combattit sérieusement l'ennemi qui, ne s'étant organisé
nulle part, demeurait insaisissable, on pourrait dire invisible. La
petite cavalerie du maréchal rencontra à Temda celle d'Abd-el-Kader,
qui ne fit pas grande contenance et s'en alla de très-bonne heure,
paraissant obéir à un mot d'ordre de dispersion. Finalement, lorsque
les dix-huit colonnes épuisées étaient au loin en opération, celle du
maréchal entre Médéah et Boghar, on apprit soudainement qu'Abd-el-Kader,
les tournant toutes avec deux mille cavaliers du sud, avait pénétré
par la vallée de l'Isser jusque chez les Krachena dont il avait tué les
chefs nos agents et pillé les tentes. Il était donc à l'entrée de la
Métidja, la plaine de la grande colonisation, défendue seulement par
trois ou quatre douzaines de gendarmes dispersés, à douze lieues d'Alger
qui n'avait pas de garnison, et où un bataillon de condamnés, outre la
milice, dut être formé à la hâte et armé. L'alerte fut des plus vives;
Alger ne courait là aucun risque, ni l'Algérie non plus, car la pointe
audacieuse d'Abd-el-Kader ne pouvait être qu'une incursion; mais les
oreilles des colons de la Métidja l'échappèrent belle!

«La sérénité du maréchal dans cette redoutable crise, on pourrait dire
sa gaieté, nous remplit d'étonnement et d'admiration. Ce calme profond
d'un chef responsable sur qui la presse algérienne et métropolitaine
s'apprêtait à déchaîner toutes ses colères, et aussi des veilles
continuelles, des fatigues excessives pour son âge furent, dans cette
campagne ultra-laborieuse de près d'une année, des faits qui mirent
dans un nouveau relief la vaillante organisation morale et physique du
gouverneur. Mais son rôle, dans l'action, ne différa pas et ne pouvait
pas différer de celui des autres généraux lancés comme lui, avec de
petits groupes, à la poursuite d'un ennemi qui n'avait pas de corps et
se montrait partout inopinément, alors que les populations indigènes,
d'ailleurs restées en intelligence avec lui, s'étaient généralement
soumises et avaient repris leurs campements accoutumés.

«La guerre se termina tout à coup, comme il arrive si souvent, par
un hasard qui fut un coup de fortune inattendu. Les cavaliers
d'Abd-el-Kader étaient des gens du désert, grands pillards, et qui,
une fois gorgés de butin, n'avaient plus, selon leur coutume, qu'une
préoccupation, celle de le remporter à leurs tentes, entreprise qui
avait ses difficultés et ses périls. En ce moment, dix compagnies de
jeunes soldats venant de France et un bataillon venant de Djigelly
furent envoyés à tout hasard contre l'émir dans l'Isser. Ils surprirent
la nuit, un peu surpris eux-mêmes, je crois, ses gens livrés aux idées
de retour que j'ai dites. Aux premiers coups de fusil, les Arabes se
débandèrent et coururent vers le sud. Abd-el-Kader abandonné faillit
être pris, et ne put jamais se relever de cet échec qui ne nous coûta
rien.

«De cette campagne, qui ne fut marquée par aucune action militaire
éclatante, le maréchal parlait souvent avec complaisance, et c'était à
bon droit; elle fut l'une des plus grandes crises, la plus grande crise
peut-être, de sa carrière algérienne. Quand il rentra dans Alger avec
une capote militaire usée jusqu'à la corde, entouré d'un état-major
dont les habits étaient en lambeaux, marchant à la tête d'une colonne de
soldats bronzés, amaigris, à figures résolues et portant fièrement
leurs guenilles, l'enthousiasme de la population fut au comble. Le
vieux maréchal en jouit pleinement. C'est qu'il venait d'apercevoir de
très-près le cheveu auquel la Providence tient suspendues les grandes
renommées et les grandes carrières, à un âge (soixante-deux ans) où,
quand ce cheveu est rompu, il est difficile de le renouer.»

Pendant que général, officiers et soldats déployaient en Afrique cette
laborieuse et inépuisable vigueur, en France, le gouvernement, les
Chambres et le public suivaient avec une attention perplexe les
événements compliqués de cette guerre disséminée sur un si vaste espace
et sans cesse renaissante. Dans les journaux, dans les correspondances,
dans les conversations, les idées et les opérations du maréchal Bugeaud
étaient incessamment discutées et critiquées, tantôt avec l'ignorance
de spectateurs lointains et frivoles, tantôt avec le mauvais vouloir
accoutumé des adversaires politiques. Tout ce bruit arrivait en Afrique
au maréchal Bugeaud au milieu des travaux et des vicissitudes de
sa campagne, et il s'en préoccupait passionnément, mais sans que
la controverse, dans laquelle il était toujours prêt à se lancer,
l'ébranlât dans ses idées ou le troublât dans son action: «Je connais
l'Afrique, ses habitants et ses conquérants depuis douze années,
m'écrivait M. Léon Roches[53] que j'avais envoyé au maréchal pour le
bien informer de ma propre pensée; j'ai été plus que tout autre en garde
contre les fâcheuses impressions produites en France par les événements
de 1845 à 1846. Cependant je partageais un peu l'opinion générale;
je croyais que M. le maréchal aurait pu centraliser l'action de son
commandement et éviter beaucoup de courses inutiles; je craignais que
le dégoût ne se fût glissé dans les rangs de son armée. J'étais dans
l'erreur. Le maréchal a sans cesse communiqué avec toutes ses colonnes;
ses ordres ont été quelquefois éludés, mais il a toujours pu les faire
arriver à temps. Il a dû avoir la mobilité que nous lui reprochions pour
se trouver toujours, de sa personne, en face de son infatigable ennemi.
Les Arabes nous détestent, tous sans exception; ceux que nous qualifions
de dévoués ne sont que compromis; ils sont tous amis de l'indépendance
qui est, pour eux, le désordre; ils sont tous guerriers; ils conservent
au fond du coeur un levain de fanatisme, et toutes les fois qu'il sera
réchauffé par des hommes de la trempe d'Abd-el-Kader, ils se soulèveront
et tenteront des efforts plus ou moins efficaces, selon nos moyens de
domination, pour nous chasser de leur pays. Mais notre position n'a rien
d'inquiétant; seulement elle sera longtemps encore difficile, car la
domination d'un peuple dont on veut posséder le territoire et qu'on veut
s'assimiler, ne saurait être l'oeuvre de quinze années.»

[Note 53: Le 5 mars 1846.]

Je partageais la confiance de l'armée d'Afrique dans son chef, et
j'étais résolu à le seconder énergiquement; mais cette oeuvre, difficile
en elle-même, le devenait bien plus encore quand, dans les accès de sa
colère contre les journaux et les bureaux du département de la guerre,
ou dans les élans de son imagination belliqueuse, le maréchal Bugeaud se
montrait enclin tantôt à accuser par ses plaintes le gouvernement qu'il
servait, tantôt à le compromettre par ses démarches. Il était, comme on
devait s'y attendre, plus préoccupé de sa propre situation que de celle
du cabinet et de sa guerre que de notre politique: délivrer l'Algérie
d'Abd-el-Kader, c'était là son idée et sa passion dominantes, et
pour atteindre à ce but, il était à chaque instant sur le point de
recommencer la guerre avec le Maroc, en poursuivant indéfiniment, sur le
territoire de cet empire, le grand chef arabe qui, soit que l'empereur
Abd-el-Rhaman le voulût ou non, y prenait toujours son refuge. Le
maréchal Bugeaud ne se bornait pas à se laisser aller sur cette pente;
il érigeait son penchant en un plan prémédité, soutenant qu'il fallait à
tout prix enlever à Abd-el-Kader toute chance d'asile dans le Maroc;
et si nous ne voulions pas l'autoriser formellement à cette guerre
d'invasion défensive, il nous demandait de le laisser faire, sauf à en
rejeter plus tard sur lui seul la responsabilité. Ni l'une ni l'autre de
ces propositions ne pouvait convenir à un gouvernement sérieux et décidé
à respecter le droit des gens et sa propre dignité. Nous venions de
conclure avec le Maroc un traité de paix et un traité de délimitation de
la frontière des deux États; nous en réclamions de l'empereur marocain
la stricte observation; nous devions et nous voulions l'observer
nous-mêmes, dût notre lutte contre l'insurrection en Algérie en être
quelque temps prolongée. Je chargeai M. Léon Roches de bien inculquer au
maréchal la ferme résolution du cabinet et la mienne propre à cet
égard; mon envoyé s'acquitta loyalement de sa mission, et après m'avoir
plusieurs fois rendu compte de ses entretiens avec le maréchal, il
m'écrivit le 23 avril 1846: «C'est avec un bien vif sentiment de
satisfaction que je m'empresse d'annoncer à Votre Excellence que M. le
maréchal duc d'Isly a complétement renoncé à son projet d'invasion
dans le Maroc; le prochain courrier emportera sans doute l'assurance
officielle de M. le gouverneur général de cette sage résolution.»

Je ne sais si cette résolution, même sincèrement prise, eût été par le
maréchal effectivement et longtemps pratiquée; mais le jour même où
M. Roches me l'annonçait d'Alger, nous faisions officiellement et je
faisais moi-même amicalement, auprès du maréchal, une démarche décisive
qui ne devait lui laisser aucun doute sur le ferme maintien de notre
politique, en Algérie comme à Paris. L'empereur Napoléon Ier disait, en
parlant des difficultés de son gouvernement: «Croit-on que ce soit une
chose toute simple de gouverner des hommes comme un Soult ou un Ney?»
Dans notre régime constitutionnel, nous n'avions pas, pour gouverner
leurs pareils, les mêmes moyens que l'empereur Napoléon; mais nous
étions tout aussi décidés que lui à ne pas nous laisser dominer par eux,
et quoique nos procédés fussent autres, notre politique n'était pas plus
incertaine. Je connaissais le maréchal Bugeaud; je le savais loyal et
capable, malgré sa passion, d'entendre raison et de s'arrêter devant le
pouvoir et l'ordre légal; j'usai envers lui des procédés qui conviennent
à un gouvernement libre dans ses rapports avec des agents considérables
et qu'il honore; en lui déclarant péremptoirement notre politique, je
pris soin de lui en développer les motifs et de lui témoigner mon désir
de convaincre son esprit en même temps que nous enchaînions sa volonté.
Je lui écrivis le 24 avril 1846:

«Vous avez toute raison de vous féliciter de votre longue et pénible
campagne. Je n'en puis juger les opérations en détail, mais j'en
vois l'ensemble, et cet ensemble prouve le progrès décisif de notre
domination en Algérie, et ce progrès est votre ouvrage. Il y a quelques
années, nous pouvions errer en vainqueurs dans le pays, mais il
appartenait à nos ennemis; aujourd'hui c'est Abd-el-Kader qui vient
errer en agresseur dans un pays qui nous appartient. Il peut encore y
susciter des insurrections et y trouver des asiles; il ne peut plus s'y
établir. La différence est énorme. J'espère que le débat qui va s'ouvrir
dans les Chambres la mettra en lumière et que justice vous sera rendue.

«Je suis, comme vous, fort loin de croire que, dans ce pays qui est
maintenant à nous, la lutte soit pour nous terminée. Nous aurons encore
souvent et longtemps la guerre, la guerre comme celle que vous venez de
faire. Vous le répétez beaucoup; vous ne sauriez, nous ne saurions le
trop répéter, car il faut que tout le monde ici, gouvernement, Chambres,
public, ne l'oublie pas en ce moment. Nous avons trop dit et trop laissé
dire, à chaque crise de succès, que le triomphe était définitif,
la domination complète, la pacification assurée. Extirpons bien ces
illusions; c'est le seul moyen d'obtenir les efforts nécessaires pour
qu'elles deviennent des réalités.

«Je vois, par vos dernières dépêches, que votre principale attention
se porte maintenant sur la frontière du Maroc, sur la position
qu'Abd-el-Kader va probablement y reprendre et sur la conduite que nous
y devons tenir. Vous avez bien raison. Abd-el-Kader errant et guerroyant
sur le territoire de l'Algérie, ou Abd-el-Kader campé et aux aguets sur
le territoire du Maroc, ce sont là les deux dangers avec lesquels tour
à tour, tant qu'Abd-el-Kader vivra, nous aurons nous-mêmes à vivre et à
lutter.

«Je ne compte pas plus que vous sur la sincérité de l'empereur du
Maroc, ni sur son action décidée en notre faveur. Il partage peut-être
réellement, et à coup sûr il est obligé, devant ses sujets, de paraître
partager leur antipathie pour nous et leur sympathie pour l'émir; mais
bien certainement il nous craint, et il craint Abd-el-Kader à cause de
nous; il serait charmé de s'en délivrer en nous en délivrant. S'il ne
le fait pas, c'est qu'il ne le peut pas ou ne l'ose pas. Je crois à son
impuissance pour nous servir, non à sa volonté de servir Abd-el-Kader.
Il laissera ses sujets faire pour l'émir ce qu'il ne pourra pas empêcher
ou ce qui ne le compromettra pas trop avec nous. Il fera pour nous
ce qu'il croira indispensable pour ne pas se brouiller avec nous, et
possible sans se brouiller avec son peuple. Vous voyez que je ne me
fais, à cet égard, aucune illusion. Mais j'ajoute que ces déclarations,
ces apparences ont en Afrique, en France, en Europe, une valeur réelle,
et qu'il faut les conserver.

«En Afrique, les protestations d'amitié, les apparences de concours de
l'empereur du Maroc ont certainement pour effet de gêner et de contenir
un peu, sur son territoire, le mauvais vouloir de ses sujets, de
décourager et d'intimider un peu, sur le nôtre, les Arabes. L'action
morale d'Abd-el-Kader dans le Maroc et dans l'Algérie en est affaiblie,
la nôtre fortifiée.

«En France, tenez pour certain que, si les Chambres nous voyaient
brouillés avec le Maroc et engagés contre lui dans une guerre qui serait
nécessairement illimitée quant à l'espace, au temps et à la dépense,
elles tomberaient dans une inquiétude extrême, et ne nous soutiendraient
pas dans cette nouvelle lutte; ou, ce qui serait pire, elles ne nous
soutiendraient que très-mollement, très-insuffisamment, en blâmant et en
résistant toujours. C'est déjà beaucoup que de les décider à porter
le fardeau de l'Algérie; vous savez, vous éprouvez, comme moi, tout ce
qu'il faut prendre de peine, et pas toujours avec succès, pour faire
comprendre les difficultés de notre établissement et obtenir les moyens
d'y satisfaire. Nous avons toujours devant nous un parti anti-africain,
qui compte des hommes considérables, influents, toujours disposés à
faire ressortir les charges, les fautes, les malheurs, les périls de
l'entreprise, et dont les dispositions rencontrent, au fond de bien des
coeurs, un écho qui ne fait pas de bruit, mais qui est toujours là, prêt
à répondre si quelque occasion se présente de lui parler un peu haut.
Nous ne ferions pas accepter un nouveau fardeau, un nouvel avenir du
même genre; et l'Algérie elle-même aurait beaucoup à souffrir du crédit
qu'obtiendraient ses adversaires et du découragement où tomberaient
beaucoup de ses partisans.

«En Europe, de graves complications ne tarderaient pas à naître. Vous
le savez comme moi: c'est l'explosion soudaine, c'est la grandeur de la
révolution de Juillet, de l'ébranlement qu'elle a causé, des craintes
qu'elle a inspirées, qui ont fait d'abord oublier, puis accepter, par
toutes les puissances, notre conquête de l'Algérie. Il est évident que
nous ne pourrions compter aujourd'hui sur un second fait semblable,
et que l'envahissement, la conquête totale ou partielle du Maroc,
troubleraient profondément la politique européenne. Il est également
évident qu'au bout et par l'inévitable entraînement d'un état de guerre
réelle et prolongée entre nous et le Maroc, l'Europe verrait la conquête
et se conduirait en conséquence.

«Partout donc, en Afrique, en France, en Europe, et sous quelque
aspect, intérieur ou extérieur, parlementaire ou diplomatique, que nous
considérions la question, le bon sens nous conseille, nous prescrit de
maintenir, entre nous et l'empereur du Maroc, la situation actuelle de
paix générale, de bonne intelligence officielle, de semi-concert contre
Abd-el-Kader; nous devons donner soigneusement à toute notre conduite,
à toutes nos opérations vers l'ouest de l'Algérie, ce caractère qu'elles
sont uniquement dirigées contre l'émir, et n'ont d'autre but que de
garantir la sécurité que l'empereur du Maroc nous doit, qu'il nous
a formellement promise par le traité de Tanger, par le traité de
Lalla-Maghrania, par ses engagements récents; sécurité que, s'il ne nous
la donne pas, nous avons droit de prendre nous-mêmes, fallût-il, pour
cela, entrer et guerroyer sur le territoire marocain.

«J'ai proclamé, à cet égard, notre droit. Tout le monde l'a reconnu,
y compris l'empereur Abd-el-Rhaman. De quelle façon et dans quelles
limites l'exercerons-nous pour atteindre notre but spécial de sécurité
algérienne en maintenant, entre nous et le Maroc, la situation générale
que je viens de caractériser? Voilà la vraie question, la question de
conduite que nous avons aujourd'hui à résoudre.

«Je comprends deux systèmes de conduite, deux essais de solution.

«Nous pouvons entreprendre de poursuivre Abd-el-Kader et sa déira sur
le territoire marocain, partout où il se retirera, ne faisant la
guerre qu'à lui, mais décidés à pousser ou à renouveler notre ou nos
expéditions jusqu'à ce que nous l'ayons atteint et que nous ayons
extirpé définitivement du Maroc ce fléau de l'Algérie, que l'empereur
Abd-el-Rhaman doit et ne peut pas en extirper lui-même.

«Ce système a pour conséquences, les unes certaines, les autres si
probables qu'on peut bien les appeler certaines:

«1º De nous condamner à poursuivre, dans le Maroc, un but que nous
avons, depuis bien des années, vainement poursuivi en Algérie, la
destruction ou la saisie de la personne et de la déira d'Abd-el-Kader.
Évidemment les difficultés et les charges seront beaucoup plus grandes,
les chances de succès beaucoup moindres. Nous nous mettrons, avec
beaucoup plus d'efforts, de dépenses et de périls, à la recherche
d'Abd-el-Kader qui se retirera et se déplacera bien plus aisément devant
nous. Là, comme ailleurs, le hasard seul peut nous le faire atteindre,
et ce hasard est encore plus invraisemblable là qu'ailleurs.

«2º De nous engager bientôt dans la guerre avec le peuple et l'empereur
du Maroc, qui ne pourront souffrir nos expéditions continuelles et
profondes sur leur territoire, et seront inévitablement poussés à faire
cause commune avec l'émir.

«3º De compromettre le repos intérieur, déjà fort troublé, du Maroc, et
le trône déjà chancelant de l'empereur, et par conséquent de livrer tout
le pays à une anarchie qui le livrera soit à Abd-el-Kader, soit à une
multitude de chefs avec lesquels nous ne pourrons ni traiter, ni vivre;
ce qui nous contraindra fatalement à une guerre prolongée qui n'aura
pour terme que la conquête ou l'abandon forcé de l'entreprise.

«4º D'amener ainsi, en France et dans nos Chambres les embarras,
en Europe et dans nos relations politiques les complications que
j'indiquais tout à l'heure.

«Mon cher maréchal, cela n'est pas acceptable. L'enjeu, tout important
qu'il est, ne vaut pas la partie.

«Voici le second plan de conduite.

«Ne pas nous proposer de poursuivre indéfiniment Abd-el-Kader et sa
déira dans le Maroc, et de l'en extirper définitivement; mais nous
montrer et être en effet bien décidés à lui rendre, à lui et à sa déira,
le séjour sur le territoire marocain, dans un voisinage assez large de
notre frontière, tout à fait impossible: c'est-à-dire aller le chercher
dans ces limites, l'en chasser quand il s'y trouvera, et châtier
les tribus qui y résident, de telle sorte qu'elles ne puissent ou ne
veuillent plus le recevoir, et qu'il soit, lui, contraint de se retirer
plus loin, assez loin dans l'intérieur du Maroc, pour qu'il ne puisse
plus aussi aisément, aussi promptement, se reporter sur notre territoire
et y fomenter l'insurrection.

«Nous entretiendrions, à cet effet, dans la province d'Oran, assez de
troupes et des troupes toujours assez disponibles pour faire, au besoin,
sur le territoire marocain rapproché de notre frontière, parmi
les tribus qui l'habitent et dans les limites qui seraient jugées
nécessaires, une police prompte, efficace, et y empêcher tout
établissement, toute résidence d'Abd-el-Kader et de sa déira. Nous
rentrerions chez nous après l'avoir chassé de ces limites et avoir
sévèrement châtié les tribus qui l'y auraient reçu; nous détruirions
ainsi, sinon notre ennemi lui-même, du moins tout asile, tout repaire
pour lui près de nous, et nous créerions, entre lui et nous, un certain
espace où il ne pourrait habiter, et qui deviendrait, pour nous, contre
la facilité de ses entreprises futures, une certaine garantie.

«Ce second plan de conduite n'offre aucun des inconvénients du premier.
Il ne nous condamne point à poursuivre indéfiniment un but qui nous
échappe sans cesse et recule indéfiniment devant nous. Il ne nous engage
point, avec l'empereur du Maroc et son peuple, dans une guerre générale.
Il ne compromet pas le repos intérieur de cet empire et la sûreté de
son gouvernement actuel que nous avons intérêt à conserver. Enfin, il ne
peut donner naissance à aucune complication grave dans notre politique
européenne, car s'il prouve notre ferme résolution de garantir la
sécurité de nos possessions d'Afrique, il prouve en même temps notre
sincère intention de ne pas les étendre par de nouvelles conquêtes.

«Ce plan a, je le reconnais, l'inconvénient de ne pas extirper
définitivement le mal, et d'en laisser subsister le principe, plus loin
de nous, mais encore à portée possible de nous et avec des chances
de retour. C'est là une situation que, lorsqu'on est en présence
de populations semi-barbares et de gouvernements irréguliers et
impuissants, on est souvent contraint d'accepter. Il n'y a pas moyen
d'établir, avec de tels gouvernements et de tels peuples, même après
leur avoir donné les plus rudes leçons, des relations sûres, des
garanties efficaces. Il faut, ou pousser contre eux la guerre à fond,
jusqu'à la conquête et l'incorporation complète, ou se résigner aux
embarras, aux incidents, aux luttes que doit entraîner un tel voisinage,
en se mettant en mesure de les surmonter ou d'en repousser plus loin la
source qu'on ne peut tarir. C'est entre ces deux partis que nous sommes
obligés d'opter.

«Après y avoir bien réfléchi, après avoir bien pesé le pour et le contre
de ces diverses conduites, le Roi et le conseil, mon cher maréchal,
ont adopté la seconde comme la plus conforme, tout bien considéré et
compensé, à l'intérêt de notre pays. Le ministre de la guerre vous a
envoyé, ces jours derniers, des instructions qui en sont la conséquence.
J'ai voulu vous en dire le vrai caractère et les motifs. Il y aura, je
n'en doute pas, dans ce système, des inconvénients et des difficultés
graves, de l'imprévu et de l'incomplet fâcheux. Cela arrive dans tout
système. Vous saurez, j'en suis sûr, dans l'exécution de celui-ci, en
corriger, autant qu'il se pourra, les défauts, et le rendre efficace en
vous contenant dans ses limites.»

Je ne fus point trompé dans mon attente; le maréchal Bugeaud sentit le
poids de nos raisons et de notre volonté. Plus résigné que convaincu,
mais sincèrement résigné, il me répondit le 30 avril: «Ce que vous me
dites de la conduite que nous devons tenir envers le Maroc me paraît
d'une grande justesse, me plaçant à votre point de vue, et c'est là
qu'il faut se placer. Sous un gouvernement absolu, et en ne considérant
que la question militaire et le succès de notre entreprise en Afrique,
je raisonnerais autrement. Mais vous avez dû voir, dans mes dépêches
et dans les instructions que je viens de donner à MM. de Lamoricière et
Cavaignac, que j'entrais entièrement dans votre politique. Ainsi, n'ayez
aucune inquiétude à cet égard; il sera fait comme vous l'entendez, et je
vais encore me servir de vos propres expressions pour en bien pénétrer
les généraux qui sont à la frontière.»

Contraint ainsi de renoncer, quant à la guerre, à son plan favori,
le maréchal Bugeaud chercha, dans la seconde des idées qu'il avait
fortement à coeur, dans son plan de colonisation militaire, une
compensation à ses déplaisirs. Au printemps de 1846, après les succès de
sa campagne contre la grande insurrection de 1845, il reprit un moment
le projet de retraite qu'il avait aussi conçu un moment en 1844, après
sa victoire sur le Maroc. Des articles de journaux l'avaient replongé
dans un accès de colère et de tristesse: «Je sais, m'écrivait-il[54],
que vous voulez me défendre à la tribune et que vous me défendrez bien;
mais votre éloquence effacera-t-elle le mal qui se fait et se fera tous
les jours? Croyez-vous qu'on puisse rester, à de telles conditions, au
poste pénible et inextricable où je suis? Mon temps est fini, cela
est évident; l'oeuvre étant devenue quelque chose, tout le monde
s'en empare; chacun veut y mettre sa pierre, bien ou mal. Je ne puis
m'opposer à ce torrent, et je ne veux pas le suivre. Je m'éloigne donc
de la rive. J'ai déjà fait la lettre par laquelle je prie M. le ministre
de la guerre de soumettre au gouvernement du Roi la demande que je fais
d'un successeur. Je fonde ma demande sur ma santé et mon âge qui ne
me permettent plus de supporter un tel fardeau, et sur mes affaires de
famille; mais, entre nous, je vous le dis, ma grande raison, c'est
que je ne veux pas être l'artisan des idées fausses qui règnent
très-généralement sur les grandes questions d'Afrique; je ne redoute
ni les grands travaux de la guerre, ni ceux de l'administration; mes
soldats et les administrateurs de l'Algérie le savent très-bien; mais
je redoute l'opinion publique égarée. Je suis toujours plein de
reconnaissance de la grande mission qui m'a été confiée; je n'ai pas
oublié que c'est à vous, en très-grande partie, que je la dois, et je
ne l'oublierai jamais, quoi qu'il arrive. Je sais aussi que c'est à vous
que je dois d'avoir été bien aidé dans cette rude tâche. Vous pouvez
donc compter sur mon attachement reconnaissant, comme je compte sur
votre haute estime. Je vous demande aujourd'hui une faveur; c'est de me
faire accorder un congé définitif pour les premiers jours de juillet,
en me laissant la faculté de remettre l'_intérim_ à M. le général
de Lamoricière, comme aussi de prolonger mon séjour pendant quelques
semaines si je me trouvais en présence de circonstances très-graves.
Dans trois mois, je serai soustrait à cet enfer.»

[Note 54: Les 11 et 30 avril 1846.]

Je me refusai à son prétendu désir; je le défendis énergiquement à
la tribune; un incident ministériel le remit en confiance; fatigué
et souffrant, le maréchal Soult avait quitté l'administration active,
conservant encore pour quelque temps un siége dans le cabinet et le
titre de président du conseil; le général Moline Saint-Yon l'avait
remplacé dans le département de la guerre; le maréchal Bugeaud, loin de
redouter sa malveillance, était en bons rapports avec lui et se louait
de ses procédés. Il vint passer en France quelques semaines, et, rentré
à Alger en octobre 1846, il porta sur son plan de colonisation militaire
tous ses efforts. En même temps que, dans sa correspondance officielle
ou particulière, il insistait sans relâche sur ce point, il écrivait des
brochures pour démontrer aux Chambres et au public, les mérites de son
système, et réfuter les objections qui s'élevaient de toutes parts. Nous
lui avions promis de demander aux Chambres les fonds nécessaires pour en
faire un sérieux essai; il lui revint que la question, reproduite dans
le conseil, avait de nouveau été ajournée; il écrivit au Roi[55]:

[Note 55: Le 30 décembre 1846.]

«Sire,

«Lorsque, au mois de septembre dernier, j'eus l'honneur insigne
d'entretenir Votre Majesté de l'importance de la colonisation militaire
pour la consolidation de notre conquête, vous parûtes partager mon
opinion, comme vous l'aviez déjà fait l'année précédente, dans un
conseil où je fus appelé. Votre Majesté m'engagea à en parler à M.
Guizot, pour tâcher d'obtenir de ce ministre, avant mon départ,
un engagement formel de poser la question devant les Chambres, dès
l'ouverture de la prochaine session, par la demande d'un crédit d'essai.
Cet engagement a été pris par M. Guizot, en ce qui le concerne, car il
ne pouvait s'engager pour ses collègues. J'étais donc autorisé à compter
sur le succès puisque j'avais l'assentiment du Roi et d'un ministre qui
exerce, à juste titre, une haute influence dans le conseil. Cependant on
m'apprend qu'après une haute délibération, la question a été ajournée.
Est-ce une fin de non-recevoir ou bien seulement de la tactique
parlementaire? J'ai demandé des explications sur ce point à M. le
ministre des affaires étrangères. Si c'est une fin de non-recevoir,
Votre Majesté voudra bien se rappeler les paroles que j'eus l'honneur
de lui adresser lorsqu'elle insistait pour mon retour en Afrique; ces
paroles, les voici:--Sire, j'obéis; mais je supplie Votre Majesté
de faire que j'aie quelque chose de grand, de décisif à exécuter en
colonisation. Après avoir fait les grandes choses qui ont résolu les
deux premières questions, la conquête du pays et l'organisation du
gouvernement des Arabes, je ne voudrais pas m'user dans les misères
d'un peuplement impuissant qui, ne pouvant satisfaire en aucun point les
impatiences publiques, me ferait chaque jour assaillir par des critiques
et même des outrages. Je viens d'adresser à M. Guizot un Mémoire sur
la colonisation en général. Je supplie Votre Majesté de vouloir bien en
agréer une copie. Si ce travail ne me rallie pas la majorité du
conseil, il ne me restera plus qu'à faire des voeux pour qu'on trouve de
meilleurs moyens d'assurer l'avenir de l'Algérie.

«Je suis, etc., etc.

«Maréchal DUC D'ISLY.»

Nous n'avions nul dessein d'ajourner la promesse que nous avions faite
au maréchal, et au moment où il la réclama, nous nous disposions à
l'acquitter. Quand la session se rouvrit, le 11 janvier 1847, le Roi
dit aux Chambres dans son discours: «Vous aurez aussi à vous occuper de
mesures propres à seconder, dans nos possessions d'Afrique, le progrès
de la colonisation et de la prospérité intérieure. La tranquillité, si
heureusement rétablie dans l'Algérie par la valeur et le dévouement de
notre armée, permet d'examiner mûrement cette importante question, sur
laquelle un projet de loi spécial vous sera présenté.» Le 19 février
suivant, j'écrivis au maréchal Bugeaud: «Les deux projets de loi sur
l'Algérie, l'un de crédits supplémentaires ordinaires, l'autre d'un
crédit extraordinaire de trois millions pour des essais de colonisation
militaire, seront présentés sous peu de jours. Votre présence à la
Chambre pendant la discussion sera indispensable. Le ministre de la
guerre vous a envoyé l'ordre de venir à ce moment. Je vous répète, mon
cher maréchal, que c'est indispensable et que j'y compte. La question
sera posée solennellement, par un projet de loi spécial annoncé dans
le discours de la couronne. Il faut que la discussion soit complète,
et elle ne peut pas être complète sans vous. Nous soutiendrons, je
soutiendrai très-fermement le projet de loi; mais il y a une foule de
points que vous seul pouvez éclaircir, une foule de questions auxquelles
vous seul pouvez répondre. Je l'ai dit avant-hier à ce jeune officier
que vous m'aviez présenté, M. Fabas, et qui me paraît fort intelligent.
Il va écrire une brochure dont je lui ai indiqué les bases. Je vous
attends donc vers le milieu de mars, au plus tard. Je suppose que le
débat viendra du 15 au 30 mars.»

Le projet de loi fut, en effet, présenté le 27 février. L'exposé des
motifs commençait par rappeler les divers essais et les divers modes
de colonisation tentés en Algérie, surtout depuis le gouvernement
du maréchal Bugeaud. Il énumérait les résultats déjà obtenus, plus
importants qu'on ne le croyait en général, quoique bien insuffisants et
encore bien loin du but: «En résumé, disait le ministre de la guerre,
vingt-sept centres nouveaux de colonisation ont été fondés dans la
province d'Alger depuis la conquête: six villes anciennes ont été
reconstruites, sans compter celle d'Alger, qui est devenue une ville
européenne de premier ordre, et une population d'environ 73,000 âmes
s'est constituée dans cette province. Huit centres nouveaux ont
été créés dans la province d'Oran; trois villes y ont été relevées,
indépendamment de celle d'Oran, et une population européenne de plus de
22,000 âmes s'y est fixée. Dans la province de Constantine, huit centres
nouveaux ont été fondés; trois villes anciennes y ont été rebâties, et
une population européenne de près de 12,000 âmes s'y est établie.....
Mais jusqu'à ce que la consécration du temps ait plus universellement
établi notre domination en Algérie, jusqu'à ce qu'une population
européenne compacte ait couvert toute la surface du sol disponible, il
est d'un haut intérêt pour la sécurité des personnes et des propriétés,
cette première condition de tout progrès colonial, de fonder au coeur du
pays, sur les limites des territoires occupés, en présence d'un peuple
fanatique, admirablement constitué pour la guerre et toujours accessible
aux idées de rébellion, de quelque part qu'elles viennent, il est,
dis-je, d'un haut intérêt de fonder une colonisation plus forte,
plus défensive que la colonisation libre et civile, en un mot, une
colonisation _armée_. Cette colonisation d'avant-garde, qui doit former
en quelque sorte le bouclier des établissements fondés derrière elle,
qui doit se servir du fusil comme de la bêche, qui doit être toujours
prête à se défendre elle-même et à protéger ses voisins, ce serait en
vain qu'on en chercherait les éléments dans une population étrangère au
métier des armes; ceux-là seuls qui ont su opérer la conquête peuvent
entreprendre efficacement cette oeuvre militaire qui n'en est que
la continuation, parce que seuls ils sont à même de fournir un choix
d'hommes jeunes, vigoureux, acclimatés, aguerris, énergiques, capables
enfin de tenir constamment les Arabes en respect et de leur faire
comprendre que nous voulons décidément rester les maîtres du pays.

«Dans le but d'encourager, au moyen de cette protection puissante,
l'envahissement plus rapide du sol par les exploitations européennes
jusqu'ici timidement concentrées sur quelques parties du littoral, comme
aussi pour donner un témoignage de satisfaction à l'armée d'Afrique qui,
en toute circonstance, a si bien mérité de la France par la continuité,
l'éclat et le désintéressement de ses services, le Roi, mû par une
pensée analogue à celle qui avait dirigé Napoléon lorsqu'en 1808, il
décréta les camps de Juliers et d'Alexandrie, nous a chargés de
vous présenter un projet de loi ayant pour objet d'obtenir un crédit
extraordinaire, spécialement destiné à fonder en Algérie des camps
agricoles qui comprendraient mille soldats.»

Le projet exposait ensuite avec détail l'organisation de ces camps
agricoles et tout le régime de cette colonisation militaire appelée à
se transformer, par degrés, en colonisation civile et définitive.
La plupart de ces dispositions étaient empruntées aux idées et aux
brochures du maréchal Bugeaud.

Quand ce projet de loi arriva à Alger, il trouva le maréchal atteint
d'un rhume violent et presque alité à la suite de courses rapides et
répétées par une saison rigoureuse: «Je viens de me faire lire l'exposé
des motifs, m'écrivit-il[56]; si je ne comptais que sur cet exposé le
projet me paraîtrait bien malade; je n'ai rien vu de plus pâle, de plus
timide, de plus incolore que ce discours du ministre de la guerre; on y
a mêlé l'historique incomplet de la colonisation, le système du général
Lamoricière, celui du général Bedeau; enfin, le mien arrive comme
accessoire. On ne l'appuie par aucune des grandes considérations; on lui
donne la plus petite portée possible; on l'excuse bien plus qu'on ne le
recommande et qu'on n'en démontre l'utilité. Je compte infiniment peu
sur la parole du ministre de la guerre; mais je compte infiniment sur la
vôtre. C'est maintenant l'oeuvre du ministère; vous ne voudrez pas lui
faire éprouver un échec. Pour mon compte, je n'y attache qu'un intérêt
patriotique; mon intérêt personnel s'accommoderait fort bien de
l'insuccès. Je suis déjà un peu vieux pour la rude besogne d'Afrique,
et vous savez que, si je tiens à conserver le gouvernement après avoir
résolu les questions de guerre et de domination des Arabes, c'est
uniquement pour faire entrer le pays, avant de me retirer, dans une
voie de colonisation qui puisse perpétuer notre conquête et délivrer la
France du grand fardeau qu'elle supporte. Il y a de l'amélioration dans
ma santé; j'espère que je pourrai partir le 14.»

[Note 56: Le 9 mars 1847]

Quelques jours plus tard, le 15 mars, il me récrivit: «C'est encore de
mon lit de douleur que je vous écris. Ayant besoin de guérir vite, j'ai
supplié le docteur de m'appliquer les remèdes les plus énergiques pour
dissiper ma violente maladie de poitrine; les pommades révulsives, les
vésicatoires, les purgations, les compresses camphrées, l'eau sédative,
rien n'a été négligé; on m'a martyrisé; ma poitrine n'est qu'une plaie,
et cependant il n'y a pas d'amélioration dans mon état intérieur. Je
commence à craindre sérieusement de n'être pas en état de me rendre à
Paris avant la fin du mois, et dès lors, qu'irais-je y faire? Les partis
seront pris; la commission aura fait son rapport; s'il est favorable, la
chose ira probablement bien; s'il ne l'était pas, ce ne serait pas moi
qui ferais changer le résultat.»

Un _post-scriptum_ ajouté à cette lettre portait: «J'apprends, par une
lettre particulière, les noms des commissaires de sept bureaux de la
Chambre pour les crédits d'Afrique. Je crois la majorité d'entre eux
très-peu favorable. Le gouvernement, qui est si fort dans tous les
bureaux, n'a donc pas cherché à faire prévaloir les candidats de son
choix. Tout ceci est d'un bien mauvais augure.»

Les informations du maréchal ne le trompaient pas; la commission élue
dans la Chambre des députés pour examiner le projet de loi fut presque
unanimement contraire; elle choisit pour son président M. Dufaure
qui, dans la session précédente, s'était hautement prononcé contre la
colonisation militaire. Indépendamment des objections spéciales qu'on
adressait au plan du maréchal Bugeaud, c'était l'instinct général de la
Chambre qu'il y avait là une prétention démesurée à se passer du
temps pour l'une de ces oeuvres dans lesquelles le temps est l'allié
nécessaire des hommes. Il fut bientôt évident que le projet de loi ne
serait pas adopté. Nous n'en avions pas fait une question de cabinet;
quelque importante que fût l'affaire, notre politique générale n'y
était nullement engagée; c'était une de ces occasions dans lesquelles
un gouvernement sensé doit laisser à son propre parti une assez grande
latitude, et si nous avions agi autrement, nos plus fidèles amis se
seraient justement récriés. Le maréchal Bugeaud lui-même pressentait le
résultat de cette situation, et prenait d'avance des précautions pour ne
pas s'engager, de sa personne, dans la lutte parlementaire; il ne vint
point à Paris et m'écrivit[57]: «M. le ministre de la guerre a sans
doute déjà fait connaître au conseil ma détermination de me retirer
devant l'accueil que la Chambre a fait au projet de loi sur les colonies
militaires. Je suis sûr qu'_in petto_ vous approuverez ma résolution. De
même que vous ne voudriez pas, en gouvernement, défendre des idées
qui ne seraient pas les vôtres, vous penserez que je ne dois pas
plus vouloir appliquer en Afrique des systèmes de colonisation et
de gouvernement qui répugnent à ma raison pratique, et partant à mon
patriotisme. L'état de ma santé ne me permet pas de me rendre à Paris
comme j'en avais le projet; je fais des remèdes qui exigent que je sois
chez moi tranquille; puis, je dois aller aux eaux. Toutefois, ma forte
constitution me laisse l'espoir de me rétablir dans le courant de
l'année.»

[Note 57: Les 21 mars et 28 mai 1847.]

En présence de cette résolution du maréchal; le projet de loi cessait
d'être, pour le cabinet, une question embarrassante; c'était à lui que
nous avions accordé cette tentative; sans lui, et dans la perspective de
sa retraite, le débat n'était pas sérieux. M. de Tocqueville fit, le
2 juin, au nom de la commission, un rapport dans lequel, après avoir
discuté les divers plans de colonisation, et en particulier celui des
camps agricoles, il conclut au rejet du crédit demandé pour en faire
l'essai. Huit jours après la lecture de ce rapport, le gouvernement
retira le projet de loi.

La retraite du maréchal Bugeaud avait précédé celle-là. En la regrettant
vivement, j'en trouvais le motif sérieux et légitime. Après avoir
accompli une grande oeuvre, la domination de la France en Algérie, le
maréchal avait conçu une grande idée, le prompt établissement en Algérie
d'un peuple de soldats français. C'était vouloir trop et trop vite,
et vouloir ce que repoussait la conviction, également sincère, des
chambres. Devant ce conflit, le maréchal Bugeaud ne pouvait que se
retirer, et il se retirait dignement, car il emportait dans sa retraite
la gloire de sa vie et l'indépendance de sa pensée. Mais pour le
gouvernement du Roi, une grande question s'élevait alors, et qui ne
pouvait être ajournée: quel successeur dans le gouvernement de l'Algérie
fallait-il donner au maréchal Bugeaud? Autour de lui, les lieutenants
éminents ne manquaient pas; le général Changarnier, le général
Lamoricière, le général Bedeau, le général Cavaignac avaient fait leurs
preuves d'habileté comme de bravoure. Pourtant aucun d'eux n'avait
encore été en mesure d'acquérir cette notoriété universelle et cette
prépondérance incontestée qui confèrent, en quelque sorte de droit
naturel et public, le commandement supérieur. L'état des affaires en
Afrique ne demandait plus d'ailleurs que le pouvoir eût un caractère
essentiellement militaire; le maréchal Bugeaud avait réellement accompli
l'oeuvre de la conquête; Abd-el-Kader errait encore çà et là, cherchant
partout les occasions et les moyens de continuer la lutte; mais la
domination française prévalait irrésistiblement; une puissante autorité
morale s'attachait, dans toute l'ancienne Régence et tout à l'entour, au
nom et aux armes de la France, la Grande-Kabylie seule conservait encore
une indépendance qu'il était réservé à M. le maréchal Randon de
dompter. Le jour était venu où le gouvernement de l'Algérie pouvait être
politique et civil en même temps que guerrier. M. le duc d'Aumale était
plus propre que personne à lui donner ce double caractère: il avait
pris part avec distinction, quelquefois avec éclat, à quelques-unes des
campagnes les plus actives; il était aimé autant qu'estimé dans l'armée;
son nom et son rang avaient, sur les Arabes, un sérieux prestige; ils se
rangeaient sous la main du fils du sultan de France, plus aisément que
sous l'épée d'un général vainqueur. Depuis quelque temps déjà, il avait
été plus d'une fois question de lui pour le grand poste que la retraite
du maréchal Bugeaud laissait vacant: le 17 juillet 1843, en annonçant
au maréchal Bugeaud que le Roi se disposait à lui donner le bâton
de maréchal, le maréchal Soult lui écrivait: «M. le duc d'Aumale ne
pourrait consentir à exercer _l'interim_ du gouvernement de l'Algérie;
mais Son Altesse Royale ne renonce point, pour l'avenir, à en devenir
titulaire. Jusque-là, son désir serait d'aller commander, au mois
d'octobre prochain, la province de Constantine, et d'y servir sous vos
ordres.» Quelques mois plus tard[58], le maréchal Bugeaud écrivait à M.
Blanqui: «Je désire qu'un prince me remplace ici; non pas dans l'intérêt
de la monarchie constitutionnelle, mais dans celui de la question;
on lui accordera ce qu'on me refuserait. Le duc d'Aumale est et sera
davantage chaque jour un homme capable. Je lui laisserai, j'espère, une
besogne en bon train; mais il y aura longtemps beaucoup à faire encore;
c'est une oeuvre de géants et de siècles.» L'année suivante enfin, le
maréchal Bugeaud m'écrivit à moi-même: «Quant au gouvernement du duc
d'Aumale, je n'y vois d'inconvénient que pour la monarchie qui prendra
une responsabilité de plus. Le jeune prince est capable, et il va vite
en expérience. Je pense que, dès le début, il administrera bien et
deviendra un militaire très-distingué; sur ce point, il ne lui faut
qu'un peu plus d'expérience et de méditation.»

[Note 58: Le 23 octobre 1843.]

On a dit souvent que le roi Louis-Philippe avait imposé son fils au
cabinet et à l'Algérie, uniquement par faveur et dans un intérêt de
famille; rien n'est plus faux; le Roi désirait sans doute que les
princes ses fils affermissent sa race en l'honorant; mais il n'a jamais
eu, à ce sujet, ni exigence, ni impatience, et il n'a mis ses fils en
avant que lorsqu'il les a jugés capables de bien servir le pays. Pour
M. le duc d'Aumale en particulier, le Roi a attendu que le temps et les
faits appelassent naturellement le prince au poste qu'il lui désirait;
l'occasion ne pouvait être plus favorable; c'était uniquement à cause
du désaccord entre ses idées et celles des Chambres et par un acte de
sa propre volonté que le maréchal Bugeaud se retirait; le choix du duc
d'Aumale pour lui succéder fut décidé uniquement par des motifs puisés
dans l'intérêt de la France comme de l'Algérie, et de l'administration
civile comme de l'armée; le cabinet en fut d'avis autant que le Roi;
et quand, le 11 septembre 1847, ce prince reçut la charge de gouverneur
général de nos possessions d'Afrique, il y fut appelé comme le
successeur le plus naturel du maréchal Bugeaud, et comme celui
qu'accepteraient le plus volontiers les hommes éminents qui auraient
pu prétendre au pouvoir dont il fut revêtu, comme les soldats et les
peuples sur qui ce pouvoir devait s'exercer.



                           CHAPITRE XLII

             LES MUSULMANS A PARIS.--LA TURQUIE ET LA GRÈCE.
                            (1842-1847).


Chefs musulmans à Paris, de 1845 à 1847.--Ben-Achache, ambassadeur du
Maroc.--Ahmed-Pacha, bey de Tunis.--Ibrahim-Pacha, fils du vice-roi
d'Égypte Méhémet-Ali.--Mirza-Mohammed-Ali-Khan, ambassadeur de
Perse.--Réchid-Pacha, grand vizir.--Stérilité des tentatives de réforme
de l'Empire ottoman.--Il ne faut pas se payer d'apparences.--Affaires
de Syrie.--Progrès dans la condition des chrétiens de Syrie, de 1845 à
1848.--Affaire du consulat de France à Jérusalem en 1843.--Question
des renégats en Turquie.--De la situation de l'Empire ottoman en
Europe.--Affaires de Grèce.--M. Colettis et M. Piscatory.--M.
Piscatory et sir Edmond Lyons.--Le roi Othon.--Mes instructions à M.
Piscatory.--Révolution d'Athènes (15 septembre 1843).--Opinion de
M. Colettis.--Assemblée nationale en Grèce.--Établissement du régime
constitutionnel.--Sentiments des cabinets de Londres, de Pétersbourg
et de Vienne.--Arrivée de M. Colettis en Grèce.--Ministère
Maurocordato.--Sa chute.--Ministère Colettis et Metaxa.--M. Metaxa
se retire.--Ministère Colettis.--Hostilité de sir Edmond Lyons.--Ma
correspondance avec M. Colettis.--Attitude de sir Edmond Lyons envers
M. Piscatory.--Instructions de lord Aberdeen.--Chute du cabinet de sir
Robert Peel et de lord Aberdeen.--Lord Palmerston rentre aux affaires
en Angleterre.--Son attitude envers la Grèce et le ministère de M.
Colettis.--Fermeté de M. Colettis.--Troubles intérieurs en Grèce.--M.
Colettis les réprime.--Querelle entre les cours d'Athènes et de
Constantinople.--Maladie et mort de M. Colettis.


De 1845 à 1847, j'ai vu arriver à Paris les représentants de toutes
les grandes puissances musulmanes d'Europe, d'Afrique et d'Asie:
Sidi-Mohammed-ben-Achache, ambassadeur de l'empereur du Maroc;
Ibrahim-Pacha, fils aîné et héritier du vice-roi d'Égypte, Méhémet-Ali;
Ahmed-Pacha, bey de Tunis; Mirza Mohammed-Ali-Khan, ambassadeur du schah
de Perse. A la même époque, le réformateur de la Turquie, Réchid-Pacha,
était ambassadeur de la Porte en France, et quittait son poste pour
aller reprendre, à Constantinople, d'abord celui de ministre
des affaires étrangères, puis celui de grand vizir. J'ai traité,
non-seulement de loin et par correspondance, mais de près et par
conversation avec ces chefs musulmans qui, par leur présence presque
simultanée, rendaient tous hommage à la politique comme à la puissance
française, et venaient rechercher, avec le gouvernement du roi
Louis-Philippe, des liens plus étroits. J'ai trouvé en eux des hommes
très-divers, placés à des degrés inégaux de civilisation et de lumières,
et souvent animés de desseins contraires. Mes rapports avec eux tous ont
abouti à me donner, du monde musulman en contact avec le monde chrétien,
la même idée et à me faire pressentir le même avenir. Il n'y a rien de
sérieux à espérer du monde musulman, ni pour sa propre réforme, ni pour
les chrétiens que le malheur des événements a placés sous ses lois.

Le Marocain Sidi-Mohammed-ben-Achache était un jeune Arabe d'une
figure charmante, grave, modeste et douce, de manières élégantes et
tranquilles, attentif à se montrer scrupuleusement attaché à sa foi,
respectueux avec dignité et plus préoccupé de se faire respecter et bien
venir, lui et le souverain qu'il représentait, que d'atteindre un but
politique déterminé. Sa personne et son air rappelaient ces derniers
Maures Abencerrages de Grenade dont sa famille perpétuait à Tétuan, où
elle s'était établie en quittant l'Espagne, la grande existence et les
souvenirs. Il était envoyé à Paris pour faire, entre la France et le
Maroc, acte de bons rapports et pour donner au traité du 10 septembre
1844 tout l'éclat de la paix, plutôt que pour conclure avec nous aucun
arrangement spécial et efficace.

Le bey de Tunis, Ahmed-Pacha, se conduisit, pendant tout son séjour
en France, en politique intelligent et adroit, sans vraie ni rare
distinction, mais avec un aplomb remarquable, soigneux de conserver une
attitude de prince souverain en faisant sa cour à un puissant voisin de
qui il attendait sa sûreté. Il ne cessait de se répandre en admiration
et en flatterie sur la civilisation chrétienne et française, tout en
restant musulman de moeurs et de goûts, quoique sans zèle. Peu avant
de venir en France, il avait, pour plaire aux philanthropes chrétiens,
décrété dans sa régence l'abolition de l'esclavage des noirs. A Paris,
à Lyon, à Marseille, partout où il s'arrêtait, il faisait aux
établissements charitables d'abondantes largesses. Il s'empressait à
promettre des réformes qui ne lui inspiraient ni goût, ni confiance, et
il croyait pouvoir toujours payer, avec des compliments et des présents,
les services dont il avait besoin.

Ibrahim-Pacha était un soldat vaillant avec prudence, plus rusé que
fin, et sensé avec des sentiments et des habitudes vulgaires. La haute
fortune, la société intime et la forte discipline de son père avaient
fait de lui ce qu'un homme supérieur peut faire d'un homme médiocre;
il savait comprendre et servir un dessein, commander des troupes,
administrer des domaines; mais il était étranger à toute vue élevée,
à toute initiative originale et hardie, plus avide qu'ambitieux, avare
jusqu'à la parcimonie, préoccupé surtout, comme il le disait lui-même,
du désir de devenir le prince le plus riche du monde, sans souci et sans
don de plaire, et capable de cruauté comme de servilité dans l'exercice
d'une autorité qu'il eût été incapable de fonder. Il subissait avec
terreur l'ascendant de son père: lorsque, en 1844, Méhémet-Ali, dans un
accès de colère qui touchait à la folie, quitta tout à coup Alexandrie
pour se rendre au Caire, en menaçant d'un châtiment exemplaire tous ceux
qu'il laissait derrière lui, «j'ai vu, m'écrivait naguère le marquis de
Lavalette qui était alors consul général de France en Égypte, j'ai vu
Ibrahim-Pacha, qui ne se sentait plus la tête sur les épaules, verser
des larmes d'effroi:--C'est à moi, me disait-il, que mon père paraît en
vouloir plus qu'à d'autres; pourtant, que peut-il me reprocher? Ne lui
ai-je pas obéi toute ma vie? Quand je commandais ses armées, quel que
fût l'état de ma santé, je n'ai jamais pris un congé de vingt-quatre
heures sans l'avoir obtenu de lui; je me suis fait bourreau pour lui
plaire; et il me raconta que, plusieurs années auparavant, son père avait
pour intendant de ses finances un certain Copte dont lui, Ibrahim, lui
avait souvent signalé la corruption sans que Méhémet-Ali, qui se méfiait
de tous les deux, voulût en croire les dires de son fils. Un jour,
Ibrahim, qui commandait le camp de Kouka aux environs du Caire, vit
entrer dans sa tente le Copte porteur d'un billet cacheté du grand
pacha. Ibrahim ouvrit le billet, le lut, le relut, prit un pistolet
placé près de lui et brûla la cervelle au malheureux financier. Le
billet portait: «Tue-moi ce chien de ta propre main.» Tant de docilité
ne donnait pas au vice-roi plus de confiance ou de complaisance pour
son fils. Ibrahim malade eut quelque peine à obtenir de son père la
permission de se rendre en France, aux eaux thermales du Vernet, que
lui conseillait le docteur Lallemand, son médecin. Il y vint enfin,
sans aucun but politique, et, après trois mois de séjour au Vernet,
il parcourut la France et passa six semaines à Paris, en observateur
froidement curieux, plus préoccupé de sa santé et de ses grossiers
plaisirs que de son avenir. «Mon fils le séraskier est plus vieux que
moi,» disait Méhémet-Ali, et le père survécut en effet à son fils, en
même temps qu'à sa propre raison. L'établissement héréditaire de sa
famille en Égypte, et l'Égypte ouverte, comme un beau et fertile champ,
aux travaux et aux rivalités de l'Europe, le génie et la gloire de
Méhémet-Ali ont fait cela, mais rien de plus.

L'ambassadeur persan, Mirza Mohammed Ali-Khan, était un courtisan
insignifiant, envoyé en France par le schah son maître, plutôt par
vanité que par dessein sérieux, peut-être pour satisfaire à quelque
intrigue ou à quelque rivalité de la cour de Téhéran. Sa présence à
Paris et sa conversation ne firent que me confirmer dans l'idée que
j'avais déjà de l'état de décadence et d'anarchie stérile dans lequel la
Perse était depuis longtemps tombée.

Il manquait à Réchid-Pacha l'une des qualités les plus nécessaires au
succès de l'oeuvre qu'il tentait dans son pays; il était trop peu Turc
lui-même pour être, en Turquie, un puissant réformateur. Quand Pierre le
Grand entreprit de lancer la Russie dans la civilisation européenne, il
était et resta profondément russe; novateur ambitieux et audacieux, il
voulait grandir rapidement sa nation, mais il lui était semblable et
sympathique par les moeurs, les passions, les traditions, les rudes et
barbares pratiques de la vie. Le sultan Mahmoud II était aussi Turc que
les janissaires qu'il détruisait, et ses efforts avaient pour but de
rétablir partout son pouvoir bien plus que de réformer l'état social et
le gouvernement de ses peuples. Élevé dès sa jeunesse et engagé toute sa
vie dans les relations de la Turquie avec l'Europe, Réchid-Pacha devint
surtout un diplomate européen: observateur plus fin que profond et
politique adroit sans courage, il avait l'esprit frappé des périls que
faisaient courir à sa patrie les entreprises et les luttes des grandes
puissances européennes; il s'adonna au désir et à l'espoir de faire
pénétrer dans l'empire ottoman quelques-unes des conditions et des
règles de la civilisation européenne: non que, dans le fond de son
coeur, il l'admirât et l'aimât mieux que les moeurs et les traditions
musulmanes: «Il aimait sincèrement son pays et son maître, m'écrivait
naguère le comte de Bourqueney qui l'a bien observé et connu pendant son
ambassade à Constantinople; cet amour avait même quelque chose de ce
que nous appelons le patriotisme; il ne concevait pas la vie sans le
Bosphore, le harem et le pillau;» mais il voyait, dans une certaine
assimilation du gouvernement turc aux gouvernements européens, le
seul moyen de conserver, à son pays et à son maître, dans la politique
européenne, leur place et leur poids. Satisfaire l'Europe en Turquie
pour maintenir la Turquie en Europe, ce fut là son idée dominante et
constante. Pour réussir dans cette difficile entreprise, il avait à
lutter d'une part contre les intrigues et les rivalités du sérail,
de l'autre, contre les instincts, les traditions, les préjugés et les
passions fanatiques de son pays. Habile dans l'intérieur du sérail,
aussi fin courtisan qu'intelligent diplomate, il réussit souvent à
prendre, garder et reprendre le pouvoir auprès du sultan; mais quand il
fallait agir sur la vieille nation turque et l'entraîner à sa suite,
il manquait de vigueur et d'autorité; ni guerrier, ni fanatique,
plus humain qu'il n'appartenait à sa race et craintif jusqu'à la
pusillanimité, sa personne n'accréditait et ne soutenait pas ses
réformes; il jetait au vent des semences étrangères sans posséder ni
cultiver fortement lui-même le sol où elles devaient prendre racine et
croître.

C'est, dans la vie publique, une tentation trop souvent acceptée que
de payer le public et de se payer soi-mêmes d'apparences. Peu d'hommes
prennent assez au sérieux ce qu'ils font et eux-mêmes pour avoir à coeur
d'être vraiment efficaces et d'avancer réellement vers le but qu'ils
poursuivent. Quand Réchid-Pacha avait publié en Turquie et dans toute
l'Europe les réformes écrites dans le hatti-schériff de Gulhané[59], il
était satisfait de lui-même et pensait que l'Europe aussi devait être
satisfaite. Quand les diplomates européens à Constantinople avaient
obtenu dans l'administration turque quelques progrès et en faveur des
chrétiens d'Orient quelques concessions, ils croyaient avoir beaucoup
fait pour l'affermissement de l'empire ottoman et pour la paix entre les
musulmans et les chrétiens réunis sous ses lois. Mensonge ou illusion
des deux parts: ni le réformateur turc, ni les diplomates européens
ne se rendaient un compte assez sévère des problèmes qu'ils avaient
à résoudre et n'étaient assez exigeants avec eux-mêmes; s'ils avaient
sondé à fond les difficultés de leurs entreprises et pesé exactement ce
qu'ils appelaient leurs succès, ils auraient bientôt reconnu l'immense
insuffisance de leurs oeuvres. Il ne faut pas leur reprocher avec trop
de rigueur leur vaine confiance; l'homme a grand'peine à croire qu'il
fait si peu quand il promet tant, et quand il a quelquefois tant de
peine à prendre pour le peu qu'il fait. Mais ceux-là seuls sont de vrais
acteurs politiques et méritent l'attention de l'histoire qui, soit
avant d'entreprendre, soit lorsqu'ils agissent, pénètrent au delà de la
surface des choses, ne prennent pas des apparences fugitives pour
des résultats effectifs, et poursuivent fortement dans l'exécution le
sérieux accomplissement de leurs desseins.

[Note 59: Du 3 novembre 1839.]

Plus j'ai causé et traité avec ces politiques musulmans, les plus
considérables et les plus éclairés de leurs pays divers, plus j'ai été
frappé du vide et de l'impuissance qu'ils révélaient eux-mêmes dans cet
islamisme dont ils étaient les représentants. Tous étaient, au fond,
tristes et inquiets de l'état de leur gouvernement et de leur nation;
tous se montraient préoccupés d'un certain besoin de réformes; mais il
n'y avait, dans leurs idées et leurs efforts en ce sens, ni spontanéité,
ni fécondité; ils ne pensaient point; ils n'agissaient point sous
l'impulsion de la pensée propre et de l'activité intérieure de la
société musulmane; leurs désirs et leurs travaux réformateurs n'étaient
que de pénibles emprunts à la civilisation européenne et chrétienne;
emprunts contractés uniquement pour soutenir une vie chancelante, en
s'assimilant un peu à des étrangers au voisinage et à la puissance
desquels on ne pouvait échapper. L'imitation et la crainte sont deux
dispositions essentiellement stériles; l'imitation ne pénètre point les
masses et la contrainte demeure sans sincérité. Livrés à eux-mêmes,
tous ces musulmans, Turcs, Égyptiens, Arabes, n'auraient rien fait de ce
qu'on essayait sur eux; et pour quiconque n'était pas enclin ou obligé à
se payer d'apparences, tout ce qu'on essayait était superficiel et vain.

A mesure que j'ai eu à les observer, les faits particuliers m'ont
confirmé dans l'impression générale que me donnaient, sur l'état des
peuples et des gouvernements musulmans, mes rapports avec leurs plus
éminents représentants. La question de Syrie fut une de celles qui,
de 1842 à 1847, tinrent le plus de place, à l'extérieur, dans nos
négociations et, à l'intérieur, dans nos débats. C'était aussi la
question sur laquelle nous étions, à cette époque, le cabinet dans
la situation la plus compliquée, et le public dans l'illusion la plus
routinière. Toutes les fois qu'il s'agissait des chrétiens de Syrie,
l'opposition prenait pour point de départ de ses exigences ou de ses
critiques les anciennes capitulations de la France avec la Porte et
notre droit de protection sur les chrétiens en Orient. On ne se donnait
guère la peine de consulter le texte même de ces traités, conclus pour
la première fois sous François 1er en 1525, renouvelés et amplifiés en
1604 sous Henri IV, en 1673 sous Louis XIV et en 1740 sous Louis XV.
Ils s'appliquaient essentiellement aux agents et aux chrétiens français
établis ou voyageant dans l'empire ottoman, et c'était par voie
d'induction ou de tradition que notre droit de protection s'était étendu
et exercé, dans le Liban surtout, en faveur des chrétiens catholiques
sujets de la Porte elle-même. Nous étions parfaitement fondés et
résolus à le maintenir dans cette portée; mais, depuis les XVIe et XVIIe
siècles, la situation de la France en Orient était bien changée: elle y
était jadis à peu près la seule puissance chrétienne en rapports intimes
avec la Porte et la seule en mesure d'exercer dans l'empire ottoman, au
profit des chrétiens, une influence efficace. La Russie ne comptait pas
encore en Europe ni à Constantinople. L'Angleterre n'allait pas encore
dans l'Inde par cette voie, et n'y avait encore ni grand intérêt ni
grand crédit. Depuis la dernière moitié du XVIIe siècle au contraire,
nous rencontrions à chaque pas, dans l'empire ottoman, ces deux
puissances actives, jalouses, accréditées. Les chrétiens catholiques
n'étaient plus seuls protégés; les chrétiens grecs avaient aussi un
puissant patron; les chrétiens protestants commençaient à pénétrer et à
influer en Turquie, par leur puissance plutôt que par leur foi. La
Porte exploitait, pour éluder ou atténuer nos anciens droits, ces
complications et ces rivalités. Nous avions beaucoup contribué
nous-mêmes à notre affaiblissement sur ce théâtre; dans les XVIe
et XVIIe siècles, nous étions, pour la Porte, des alliés qui ne lui
suscitaient aucun embarras, ne lui inspiraient aucune inquiétude, ne lui
disputaient aucune de ses provinces. Nous tenions, depuis l'ouverture du
XIXe siècle, une bien autre attitude; nous avions conquis passagèrement
l'Égypte et définitivement l'Algérie; nous avions protégé et affranchi
la Grèce; nous soutenions, contre le sultan, ses vassaux d'Alexandrie et
de Tunis. Non-seulement nous n'étions plus seuls présents et puissants
auprès de la Porte, mais nous lui inspirions des sentiments tout autres
que ceux de notre ancienne intimité; nous avions cessé de lui être aussi
nécessaires et nous lui étions devenus suspects.

Quand on nous demandait d'agir et de dominer dans le Liban comme eût pu
le faire Louis XIV, on oubliait complètement ces faits; on voulait que
la France pratiquât en Orient la politique de l'ancien régime, en face
de l'Europe telle que l'avaient faite le XVIIIe siècle et la Révolution.

Je n'eus garde de céder à cette méprise. J'ai déjà dit avec quel soin,
au lieu de prétendre à exercer en Syrie une action isolée et exclusive,
je m'appliquai à m'entendre avec les autres puissances européennes
présentes, comme nous, sur ce théâtre, et à unir dans un but commun ces
influences séparées[60]. Le prince de Metternich entra le premier dans
ce concert, en en acceptant hautement le principe, mais avec mollesse
dans l'exécution. Lord Aberdeen hésita d'abord davantage, en homme moins
empressé à déployer ses idées et plus exigeant pour lui-même quand il
se décidait à agir. Il reconnut bientôt la nécessité comme la justice de
joindre son action à la nôtre, et son ambassadeur à Constantinople, sir
Stratford Canning, plus âpre et aussi sérieux que lui, exécutait avec
une loyale énergie des instructions conformes à ses propres sentiments.
Si j'eusse été obligé de sacrifier à cette entente quelque chose de
la politique naturelle et nationale de la France, j'aurais regretté
le sacrifice tout en en acceptant la nécessité; mais je n'eus rien
de semblable à faire: c'était le voeu et le caractère essentiel de la
politique française en Syrie que la province du Liban fût placée sous
l'autorité d'un chef unique et chrétien, sujet de la Porte et soumis,
envers elle, à certaines conditions, mais administrant directement les
diverses populations de ce qu'on appelait la Montagne, parmi lesquelles
les chrétiens maronites étaient la plus nombreuse et l'objet particulier
de notre intérêt. Ce mode de gouvernement était consacré depuis
longtemps dans le Liban comme un privilège traditionnel, soutenu par la
France, exercé par la famille chrétienne des Chéabs, et dont le chef
de cette famille, l'émir Beschir, avait été, dans ces derniers temps,
l'habile, dur, avide, et quelquefois peu fidèle représentant. C'était
toute l'ambition de la Porte d'abolir ce privilége et de ramener le
Liban sous la seule et directe autorité d'un pacha turc; et ce fut
là, quand, en 1840, elle rentra en possession de la Syrie, toute sa
politique dans cette province. Malgré les désavantages de notre position
en Orient à cette époque, je repris immédiatement, non-seulement en
principe, mais dans mes déclarations à la tribune et dans mon travail
diplomatique, la politique de la France, le rétablissement, dans le
Liban, d'une administration unique et chrétienne. De 1840 à 1848, la
lutte de ces deux politiques a été toute l'histoire de la Syrie:
soit dans notre concert avec les puissances européennes, soit à
Constantinople et auprès de la Porte elle-même, nous n'avons pas cessé
un moment de réclamer la politique chrétienne et française; avec quelque
hésitation et quelque lenteur, l'Angleterre et l'Autriche l'ont acceptée
comme la seule efficace contre l'absurde tyrannie turque; et, malgré des
difficultés sans cesse renaissantes, elle n'a pas cessé, durant cette
époque, de faire, d'année en année, quelque nouveau progrès.

[Note 60: Voir le tome VI de ces _Mémoires_, pages 244-258.]

Je ne me refuserai pas le plaisir de résumer ici ces progrès dont
personne n'est moins disposé que moi à exagérer l'importance. J'en ai
déjà indiqué le point de départ[61] A la fin de 1842, après une longue
résistance, la Porte avait enfin consenti à donner, à chacune des
diverses populations du Liban, un chef de sa religion et de sa race, aux
Maronites un chef maronite, aux Druses un chef druse; mais elle apporta,
dans l'application de ce régime, un mauvais vouloir obstiné et la
puissance de l'inertie: les pachas turcs envoyés en Syrie conservèrent
en fait toute l'autorité; les commissaires extraordinaires chargés
d'inspecter et de redresser les pachas persistaient dans la même voie;
le fréquent mélange des Maronites et des Druses dans les mêmes lieux
et la complication des droits de la féodalité locale avec ceux de
l'autorité centrale suscitaient, à la séparation administrative des
deux races, des difficultés inextricables. En 1845, après trois ans
de tâtonnements turcs et de récriminations européennes, la promesse
d'instituer dans le Liban des magistrats indigènes n'était pas encore
sérieusement accomplie; une oppression anarchique s'y perpétuait; la
guerre civile, c'est-à-dire le massacre et le pillage alternatifs, avait
éclaté entre les Druses et les Maronites, toujours au grand détriment
des Maronites, car les officiers turcs, en haine des chrétiens,
soutenaient plus ou moins ouvertement les Druses. Le retour de
Réchid-Pacha à Constantinople, comme ministre des affaires étrangères,
rendit à l'action diplomatique européenne un peu plus d'efficacité;
l'institution de deux caïmacans, ou chefs indigènes, pour les deux
principales races du Liban devint réelle; dans les villes et les
villages où les Maronites et les Druses étaient mêlés, le même principe
fut appliqué au régime municipal; les deux nations eurent, dans ce
régime, sous le nom de _vékils_, des représentants distincts; des
conseils mixtes et élus furent placés à côté des deux caïmacans. Un
système d'impôt contraire aux exigences oppressives de la féodalité
druse fut établi. Le désarmement des Druses, jusque-là beaucoup
plus incomplet que celui des Maronites, s'effectua réellement. Des
territoires contestés entre les deux races furent replacés sous la
juridiction des chefs maronites. Le témoignage des Maronites dans leurs
contestations avec les Druses fut admis en justice. Une déclaration
solennelle de la Porte confirma leurs priviléges religieux. Des
indemnités furent accordées à ceux d'entre eux qui avaient le plus
souffert de la guerre civile. Les couvents chrétiens et les négociants
européens, établis à Beyrouth ou sur les divers points de la Syrie,
reçurent également d'assez larges indemnités pour leurs pertes.
Quelques-uns des officiers turcs qui avaient toléré ou favorisé les
violences contre les chrétiens furent révoqués et punis. Enfin, le
gouvernement de la Syrie et de ses divers pachaliks fut confié à des
partisans de la politique de Réchid, attentifs à faire exécuter,
dans leurs provinces, les promesses que l'Europe recevait de lui à
Constantinople. De 1845 à 1848, l'état des chrétiens de Syrie fut
sensiblement amélioré et put leur faire espérer un autre avenir.

[Note 61: Tome VI de ces _Mémoires_, pages 256-258.]

En même temps que les mêmes vices et les mêmes maux, les mêmes essais
de réparation, de réforme et de progrès avaient lieu dans les diverses
parties de l'empire ottoman. En juillet 1843, notre consul à Jérusalem,
le comte de Lantivy, naguère arrivé à son poste, éleva un peu
précipitamment le pavillon français sur la maison consulaire. Aux termes
des capitulations, c'était notre droit[62]; mais à Jérusalem, regardée
par les musulmans comme une de leurs villes saintes et remplie d'une
populace fanatique, ce droit n'avait été depuis longtemps exercé ni
par le consul de France, ni par aucun des consuls étrangers qui y
résidaient. Une émeute violente éclata; la maison consulaire fut
entourée et un moment envahie; dans toute la ville les chrétiens furent
insultés; le consul lui-même, en se rendant au divan local, courut
quelques risques. Le pacha de Jérusalem, tout en reconnaissant notre
droit et en faisant quelques démonstrations contre l'émeute, l'avait
encouragée sous main et n'osait la punir. Avant même d'avoir reçu de moi
aucun ordre, notre ambassadeur à Constantinople porta plainte à la Porte
et demanda une réparation sévère. Mes instructions lui prescrivirent de
la poursuivre chaudement. La Porte hésita, discuta, traîna, offrit des
moyens termes; elle céda enfin, reconnut formellement notre droit et
admit toutes nos conditions: «Je crois, m'écrivit M. de Bourqueney[63],
qu'elles constituent la réparation la plus complète qui ait été obtenue
dans ce pays-ci: le pacha de Jérusalem est destitué. Son successeur
se rendra officiellement chez le consul du Roi pour lui exprimer les
regrets du gouvernement de Sa Hautesse. Les principaux meneurs de
l'émeute seront envoyés aux galères. Le pavillon français sera hissé
solennellement à Beyrouth un jour convenu; et recevra un salut de vingt
et un coups de canon. Le droit de l'élever à Jésusalem demeure intact;
la Porte sait seulement que je me conformerai à l'usage constamment
suivi dans les villes saintes, et respecté par toutes les puissances
européennes, en avertissant confidentiellement notre consul que des
motifs puisés uniquement dans la crainte de compromettre la tranquillité
de la ville me déterminent à suspendre jusqu'à nouvel ordre l'exercice
du droit de pavillon à Jérusalem. J'ai choisi Beyrouth pour le lieu où
nos couleurs seront saluées, d'abord parce que le gouverneur général
de la province y réside, ensuite parce que le retentissement de la
réparation s'étendra de là dans le Liban, et produira, sur les chrétiens
de la Montagne, une vive et salutaire impression.»

[Note 62: _Article_ 49. Les pachas, cadis et autres commandants ne
pourront empêcher les consuls, ni leurs substituts par commandement,
d'arborer leur pavillon suivant l'étiquette, dans les endroits où ils
ont coutume d'habiter depuis longtemps.]

[Note 63: Le 12 septembre 1843.]

A Alep, à Latakié, à Mossoul, des incidents analogues, insultes,
pillages, enlèvements, meurtres, survinrent et amenèrent des résultats
semblables. A Beyrouth, en octobre 1845, un Arabe, employé depuis quinze
ans comme écrivain au consulat de France, et qui s'était rendu pour
affaires dans la petite ville de Zouk, à trois lieues de Beyrouth,
fut arrêté et emprisonné, sans motifs ni prétextes plausibles, par
le commandant turc de l'endroit. Notre consul, M. Poujade, le réclama
vivement; on le lui refusa. Après des instances plusieurs fois
renouvelées et toujours vaines, le consul prévint le fonctionnaire
turc que, s'il persistait dans ses refus, la frégate française _la
Belle-Poule_, qui se trouvait devant Beyrouth, irait jeter l'ancre dans
la rade de Djounié, et enlèverait l'employé du consulat. Nouveau refus
des Turcs. _La Belle-Poule_ se présenta en effet devant Djounié;
le capitaine d'Ornano, qui la commandait, envoya à terre un de ses
officiers, accompagné d'un drogman, pour réclamer encore le scribe
arabe; n'ayant rien obtenu, il fit mettre ses embarcations à la mer, et
elles s'avancèrent armées jusqu'au rivage; l'officier français descendit
de nouveau à terre, et, à son approche, le Turc rendit enfin le
prisonnier. L'affaire fit du bruit à Constantinople; la Porte se
plaignit à notre ambassadeur de cet acte de force militaire; j'écrivis
à M. de Bourqueney: «Je n'ai pu qu'approuver le parti que notre consul a
dû prendre en désespoir de cause. C'est une mesure grave, sans doute,
et dont il ne faudrait pas user souvent; mais elle ne doit être imputée
qu'à ceux dont la conduite, aussi imprudente qu'odieuse, l'avait rendue
indispensable. Il est bon que la Porte soit avertie que cela peut
arriver; c'est le meilleur moyen de l'obliger à prévenir, dans son
propre intérêt, tout ce qui pourrait en ramener la nécessité.»

Une question plus délicate encore s'éleva à Constantinople. Un chrétien
arménien s'était fait mahométan. Au bout d'un an, saisi de repentir,
il abjura de nouveau, et revint chrétien à Constantinople, croyant son
islamisme oublié. Il fut reconnu, arrêté et condamné a mort en vertu
de la loi turque contre les renégats, à moins qu'il ne retournât à la
religion musulmane. Sir Stratford Canning, à qui sa famille s'adressa
pour obtenir sa grâce, fit auprès des ministres turcs des efforts
inutiles: l'Arménien fut exécuté dans les rues de Constantinople,
refusant jusqu'au dernier moment le mot qui l'eût sauvé. En m'informant
de ce fait, M. de Bourqueney m'écrivit[64]: «J'ai envoyé notre premier
drogman, M. Cor, chez Rifaat-Pacha[65] pour lui dire de ma part ces
seuls mots: «Il vaudrait mieux pour vous avoir perdu une province, que
d'avoir assassiné l'Arménien qui a péri hier.» Je répondis immédiatement
à l'ambassadeur[66]: «J'approuve complétement le langage que vous avez
tenu à Rifaat-Pacha; mais cette manifestation, la seule que vous
pussiez faire avant d'avoir reçu des instructions spéciales, n'est pas
suffisante en présence d'un fait aussi monstrueux. Vous voudrez bien
adresser à ce ministre la note ci-jointe:

[Note 64: Le 27 août 1843.]

[Note 65: Alors ministre des affaires étrangères à Constantinople.]

[Note 66: Le 16 septembre 1843.]

«Le soussigné a reçu de son gouvernement l'ordre de faire au ministre
des affaires étrangères de la Sublime-Porte la communication suivante:

«C'est avec un douloureux étonnement que le gouvernement du Roi a appris
la récente exécution d'un Arménien qui, après avoir embrassé la religion
mahométane, était revenu à la foi de ses pères, et que, pour ce seul
fait, on a frappé de la peine capitale, parce qu'il refusait de racheter
sa vie par une nouvelle abjuration.

«En vain, pour expliquer un acte aussi déplorable, voudrait-on se
prévaloir des dispositions impérieuses de la législation. On devait
croire que cette législation, faite pour d'autres temps, était tombée en
désuétude; et, en tout cas, il était trop facile de fermer les yeux sur
un fait accompli hors de Constantinople, hors de l'Empire ottoman même,
pour qu'on puisse considérer ce qui vient d'avoir lieu comme une de ces
déplorables nécessités dans lesquelles la politique trouve quelquefois,
non pas une justification, mais une excuse.

«Lors même que l'humanité, dont le nom n'a jamais été invoqué vainement
en France, n'aurait pas été aussi cruellement blessée par le supplice de
cet Arménien; lors même que le gouvernement du Roi, qui s'est toujours
considéré et se considérera toujours comme le protecteur des chrétiens
dans l'Orient, pourrait oublier que c'est le christianisme qui a reçu
ce sanglant outrage, l'intérêt qu'il prend à l'Empire ottoman et à son
indépendance lui ferait encore voir avec une profonde douleur ce qui
vient de se passer.

«Cette indépendance ne peut aujourd'hui trouver une garantie efficace
que dans l'appui de l'opinion européenne. Les efforts du gouvernement
du Roi ont constamment tendu à lui assurer cet appui. Cette tâche lai
deviendra bien plus difficile en présence d'un acte qui soulèvera dans
l'Europe entière une indignation universelle.

«Le gouvernement du Roi croit accomplir un devoir impérieux en
faisant connaître à la Porte l'impression qu'il a reçue d'un fait
malheureusement irréparable, mais qui, s'il pouvait se renouveler,
serait de nature à appeler des dangers réels sur le gouvernement assez
faible pour faire de telles concessions à un odieux et déplorable
fanatisme.»

Je donnai aux représentants du Roi à Londres, à Vienne, à Berlin et
à Saint-Pétersbourg, communication de la note que je chargeais M.
de Bourqueney de remettre à Constantinople; les cabinets anglais,
autrichien et prussien se joignirent, d'un pas un peu inégal, à notre
démarche; le gouvernement russe se tint à l'écart. L'affaire se serait
peut-être bornée à des paroles, lorsque nous apprîmes qu'un fait
semblable au supplice de l'Arménien venait de se produire à Biled-jeck,
dans l'Asie Mineure; un Grec, devenu musulman, y fut aussi puni de mort
pour être revenu à son ancienne foi. Nos réclamations devinrent plus
précises et plus pressantes; le cabinet anglais unit pleinement
son action à la nôtre; dans une dépêche adressée à sir Stratford
Canning[67], lord Aberdeen déclara l'intention _irrévocable_ de son
gouvernement d'obtenir de la Porte des garanties officielles contre
le retour d'actes semblables; et si sir Stratford échouait auprès des
ministres turcs, il avait ordre de porter la question jusqu'au sultan
lui-même. L'internonce d'Autriche essaya pendant quelques jours de ne
pas s'associer formellement à des demandes si péremptoires; le ministre
de Russie parut vouloir persister dans sa réserve; mais quand ils virent
à quels points les représentants de la France et de l'Angleterre étaient
décidés et intimement unis, ils animèrent aussi leur langage: «La Porte
serait extravagante, dit le baron de Stürmer à M. de Bourqueney, de
compter sur un appui quelconque des gouvernements qui se sont prononcés
d'une manière moins absolue que ceux de Paris et de Londres; dans une
pareille question, les divergences au début finissent par l'unanimité
au terme; la Porte doit accorder les garanties qu'on lui demande.» Elle
essaya tantôt d'ajourner sa réponse, tantôt d'en affaiblir la valeur;
dans une conférence officieuse avec les ambassadeurs de France et
d'Angleterre, Rifaat-Pacha proposa une déclaration ainsi conçue: «La loi
ne permet nullement de changer les dispositions relatives à la punition
des apostats. La Sublime-Porte prendra les mesures efficaces
possibles pour que l'exécution des chrétiens qui, devenus musulmans,
retourneraient au christianisme, n'ait pas lieu.» Les deux ambassadeurs
refusèrent péremptoirement une réponse qui consacrait la loi turque
en promettant de faire ce qui se pourrait pour ne pas l'exécuter. Sir
Stratford Canning demanda au sultan une audience; la Porte céda; le
président de la justice turque, Nafiz-Pacha, qui s'était opposé à la
concession, fut révoqué; une note officielle, adressée le 21 mars 1844
aux deux ambassadeurs, porta expressément: «Sa Hautesse le sultan est
dans l'irrévocable résolution de maintenir les relations amicales et
de resserrer les liens de parfaite sympathie qui l'unissent aux grandes
puissances. La Sublime-Porte s'engage à empêcher, par des moyens
effectifs, qu'à l'avenir aucun chrétien abjurant l'islamisme soit mis
à mort;» et les deux ambassadeurs ne virent le sultan que pour le
remercier, en recevant de sa bouche le même engagement.

[Note 67: Le 16 janvier 1844.]

Partout ainsi les habitudes turques de violence, de fanatisme,
d'arbitraire et d'anarchie provoquaient immédiatement les réclamations
européennes, et partout les réparations suivaient de près les offenses
que les promesses et les tentatives de réformes n'avaient pu prévenir.
Mais promesses, réformes et réparations n'étaient jamais que le résultat
de la contrainte ou l'oeuvre d'une imitation incohérente et stérile;
l'Europe civilisée pesait sur le gouvernement turc, et le gouvernement
turc pliait sous la pression de l'Europe; mais il n'y avait là aucun
travail intérieur, spontané et libre de la nation turque, par conséquent
aucun progrès véritable et durable. Seize ans se sont écoulés depuis
cette époque; de grands événements se sont accomplis dans l'Europe
orientale: la Turquie a-t-elle fait autre chose que les subir?
S'est-elle plus réformée et développée elle-même? A-t-elle mieux réussi
à se suffire elle-même? La Syrie a-t-elle été plus exempte d'oppression,
de dévastation, de guerre civile, de pillage, de massacre? Les mêmes
désordres, les mêmes excès, les mêmes maux se sont renouvelés dans le
monde musulman, avec la même impuissance de ses maîtres pour en tarir
la source par leur propre force; la même intervention européenne,
diplomatique ou armée, a été de plus en plus nécessaire pour en arrêter
le cours, sans être plus efficace pour en prévenir le retour. La sagesse
européenne veille, comme une sentinelle, à la porte de l'Empire ottoman,
pour empêcher que les diverses ambitions européennes ne précipitent
violemment sa ruine, et pour l'obliger à ne pas être, tant qu'il vit, en
désaccord trop choquant avec l'ordre européen. C'est là tout ce qu'elle
fait et tout ce qu'elle obtient.

Tant que cet empire ne se détruit pas de lui-même et par ses propres
vices, l'Europe, a raison de pratiquer envers lui cette politique de
conservation patiente; les principes du droit des gens et les intérêts
de l'équilibre européen le lui conseillent également; il y a là des
problèmes que la force ambitieuse et prématurée ne saurait résoudre,
et une Pologne musulmane serait, pour le monde chrétien, la source
de désordres immenses en même temps qu'une brutale agression. Mais si
l'Europe ne doit pas, de propos délibéré et pour se délivrer d'un voisin
moribond, mettre ou laisser mettre en pièces la Turquie, elle ne doit
pas non plus être dupe de fausses apparences et de fausses espérances;
elle ne réformera pas l'Empire ottoman; elle n'en fera pas un élément
régulier et vivant de l'ordre européen; elle ne délivrera pas de leur
lamentable condition six millions de chrétiens opprimés par trois
millions de Turcs qui, non-seulement leur font subir un joug odieux,
mais qui leur ferment l'avenir auquel ils aspirent et pour lequel ils
sont faits. Et quand telle ou telle portion de ces chrétiens tente
courageusement de s'affranchir et de redevenir un peuple, c'est, pour
l'Europe civilisée, la seule politique sensée et efficace de leur venir
sérieusement en aide, et d'accomplir, par des mouvements naturels et
partiels, la délivrance de ces belles contrées, l'une des deux sources
de la civilisation européenne.

L'Europe entra dans cette politique quand elle accepta la résurrection
de la Grèce. Français, Anglais, Allemands, Russes, les peuples civilisés
et chrétiens ne purent supporter le spectacle d'une petite population
chrétienne luttant héroïquement, après des siècles d'oppression, pour
recouvrer dans le monde civilisé sa place et son nom. Par élan ou par
calcul, de bonne ou de mauvaise grâce, l'Europe tendit la main à la
Grèce. Mais à ce mouvement unanime se mêlèrent aussitôt les intérêts et
les desseins les plus divers; on ne pouvait se défendre de la grande et
honnête politique; on la fit inconséquente et incohérente. A Londres,
on se résignait à la Grèce affranchie; mais on n'en soutenait que plus
fortement la Turquie ébréchée. A Pétersbourg, on se félicitait d'obtenir
en Grèce un client ennemi des Turcs; mais on n'y voulait, à aucun prix,
d'un voisin indépendant et capable de devenir un rival. On permettait
à la Grèce de renaître, mais à condition qu'elle serait si petite et si
faible qu'elle ne pourrait grandir ni presque vivre. On aidait ce
peuple à sortir de son tombeau; mais on l'enfermait dans une prison trop
étroite pour ses membres ranimés: «De la frontière de ma patrie libre,
me disait un jour M. Colettis, je vois, dans ma patrie encore esclave,
la place où j'ai laissé le tombeau de mon père.»

Je ne m'étonne point de ces incohérences et de ces contradictions; je
les reproche à peine aux cabinets de Londres et de Pétersbourg; je sais
l'empire qu'exercent sur la conduite des gouvernements la complication
des situations et des intérêts, les traditions nationales et la
nécessité de n'accorder, à telle ou telle question particulière, qu'une
place mesurée sur son importance dans la politique générale de l'État.
Mais pour être naturelle et excusable, l'erreur n'en est pas moins
réelle et funeste; ce fut un fait malhabile et malheureux que de vouer
la Grèce à la langueur en lui rendant la vie, et ce fait devint la
source de graves embarras et de fausses démarches pour les puissances
qui énervaient ainsi l'oeuvre même qu'elles accomplissaient. La France
eut le bonheur de ne trouver, dans ses intérêts particuliers et sa
politique générale, rien qui gênât son bon vouloir envers la Grèce; nous
applaudissions à sa résurrection, non-seulement dans le présent, mais
dans l'avenir et avec tout ce que l'avenir pouvait lui apporter de
grandeur. Tandis qu'à Londres on acceptait l'indépendance de la Grèce
comme une malencontreuse nécessité, nous n'acceptions à Paris que
comme une nécessité fâcheuse les étroites limites dans lesquelles on
resserrait cette indépendance. Nous ne partagions ni les rêves, ni les
impatiences des Grecs; nous étions bien résolus à observer loyalement
les traités qui venaient de fonder la Grèce, et à maintenir, sur ce
point, l'accord entre les trois puissances dont la protection commune
était indispensable à sa vie renaissante. Mais en repoussant toute
tentative d'extension contre la Turquie dans les provinces grecques
qu'elle possédait encore, nous n'entendions point interdire aux Grecs
les grandes espérances, et nous nous promettions de seconder, dans
le petit État devenu le coeur de la nation grecque, tous les progrès
intérieurs de prospérité, d'activité, de bon gouvernement, de liberté
régulière, qui pouvaient préparer et légitimer ses destinées futures.
Nous avions confiance dans la vertu féconde du germe, et nous voulions
le cultiver d'une main amie, en attendant patiemment le fruit.

Je ne me dissimulais pas les difficultés de cette politique, la rigueur
des conseils que nous aurions à donner aux Grecs, l'importance des
ménagements que nous aurions à garder avec les cabinets européens.
Quelque identique et fixe que soit, pour des alliés, le point de départ,
on n'y demeure pas immobile; les événements surviennent, les situations
se développent; il faut agir, il faut marcher; et quand on diffère sur
les perspectives, quelque lointaines qu'elles soient, il n'y a pas moyen
de rester toujours unis dans la route. Mais, en dépit de ces embarras,
la politique de la France en Grèce avait cet immense avantage qu'elle
était parfaitement exempte de réticence et d'inconséquence, sympathique
en même temps que prudente, et favorable à l'avenir sans compromettre
le présent. Elle me plaisait à ce double titre; j'aime les grands buts
poursuivis par les moyens sensés.

J'avais auprès de moi les deux hommes les plus propres à bien comprendre
et à bien servir cette politique, M. Colettis et M. Piscatory, un
glorieux chef de Pallicares et un philhellène éprouvé; tous deux
passionnément dévoués à la cause grecque, tous deux en possession de la
confiance du peuple grec, et tous deux d'un esprit et d'un coeur assez
fermes pour ne pas se livrer aveuglément à leurs propres désirs, et
pour résister en Grèce aux tentatives chimériques comme aux habitudes
désordonnées de l'insurrection et de la guerre. M. Colettis était depuis
sept ans ministre de Grèce à Paris; il y vivait modestement, soutenant
avec dignité, sans bruit ni agitation inutile, les intérêts de son pays,
et observant avec une curiosité patriotique, sur le grand théâtre de
la France, le travail de l'établissement d'un gouvernement libre et les
complications de la politique européenne. Sa petite maison touchait à
la mienne; il venait me voir souvent, soit que je fusse ou non dans les
affaires, et nous causions dans une libre intimité. J'étais frappé du
progrès, je pourrais dire de la transformation qui s'opérait en lui sous
l'influence du spectacle auquel il assistait: l'audacieux conspirateur
de l'Épire, le rusé médecin du sanguinaire Ali, pacha de Tébelen, le
chef aventureux d'insurgés héroïques mais à demi barbares, devenait,
pour ainsi dire à vue d'oeil, un politique sagace et judicieux, habile
à comprendre les conditions du pouvoir régulier comme de la liberté
civilisée, et de jour en jour plus capable de gouverner, en homme
d'État, ce peuple encore épars et sans frein avec lequel il était
naguère lui-même plongé dans les sociétés secrètes, les insurrections
incessantes et les rivalités anarchiques.

Revenu depuis dix-huit mois de la mission dont, en 1841, je l'avais
chargé en Grèce, M. Piscatory s'y était conduit avec un rare et prudent
savoir-faire; il avait repris là, sans étalage, sa position d'ancien
champion de l'indépendance grecque; il avait renoué, sans s'y asservir,
ses relations avec quelques-uns des principaux chefs de la lutte; il
m'avait rapporté des notions précises et une expérience toute formée. Je
demandai au Roi de le nommer ministre en Grèce: «Me promettez-vous,
me dit le Roi, qu'il ne fera pas là sa cour à l'opposition et point
de coups de tête?--Oui, sire; j'y compte et j'y veillerai; malgré
nos dissentiments de 1840, il a pour moi une vraie amitié, et il est
vraiment capable, loyal, plein de ressources et de résolution; personne
ne peut être, en Grèce, aussi efficace que lui.» Le Roi consentit, et
le 10 juin 1843, M. Piscatory partit comme ministre de France à Athènes,
pendant que M. Colettis restait ministre de Grèce à Paris.

Mes instructions à M. Piscatory étaient courtes et claires: elles lui
prescrivaient de soutenir le gouvernement du roi Othon en le pressant
d'accomplir les réformes administratives hautement réclamées par les
puissances protectrices elles-mêmes comme par la Grèce, et de ne
rien négliger pour vivre et agir en harmonie avec ses collègues, les
représentants de l'Europe à Athènes, spécialement avec sir Edmond Lyons,
ministre d'Angleterre. «La France, lui disais-je, n'a qu'une seule chose
à demander à la Grèce, en retour de tout ce qu'elle a fait pour elle.
Que la Grèce sache développer les ressources infinies renfermées dans
son sein; que par une administration habile, prudente, active, elle
s'élève peu à peu, sans secousse, sans encourir de dangereux hasards, au
degré de prospérité et de force nécessaire pour occuper dans le monde la
place à laquelle la destine le mouvement naturel de la politique;
nous serons pleinement satisfaits; la combinaison que nous nous étions
proposée en favorisant l'affranchissement des Hellènes sera réalisée,
et, heureux d'avoir atteint notre but, nous ne penserons certes pas à
réclamer du roi Othon un autre témoignage de reconnaissance.»

J'ajoutais, dans une lettre intime: «Persistez à maintenir le concert
avec vos collègues, à beaucoup faire, et même sacrifier, pour le
maintenir. C'est le seul moyen d'action efficace. Je m'en fie à
vous pour soigner votre position particulière et votre popularité
personnelle. Vous aimez la popularité, par les bonnes raisons et pour
le bon emploi; mais enfin vous l'aimez; vous ne pécherez pas pour
l'oublier. J'appuie donc dans l'autre sens. Je ne sais pas jusqu'où
nous mènerons le concert, mais il faut le mener aussi loin que nous le
pourrons; par le concert et pendant sa durée, nous nous fortifierons
pour le moment où il nous manquera.»

De Londres, et sans que nous nous fussions concertés, lord Aberdeen
adressait à sir Edmond Lyons des recommandations analogues. Il
l'informait qu'on le trouvait trop dur envers le roi Othon, trop
dominateur avec les diplomates ses collègues; que de Vienne et de
Berlin, on avait formellement demandé son rappel, et qu'à Paris et à
Pétersbourg on avait donné à entendre qu'on en serait fort aise. Il lui
promettait de le soutenir contre ces attaques; mais il lui prescrivait
de témoigner au roi Othon plus d'égards, de ne point se faire en Grèce
homme de parti, et de ne pas vivre avec ses collègues dans un état de
rivalité et de lutte.

M. Piscatory exécuta fidèlement et habilement mes instructions; il ne
rechercha, pas plus auprès des Grecs que du roi Othon, aucune occasion,
aucune marque de faveur ou d'influence particulière; il mit tous ses
soins à calmer les craintes ou les jalousies de ses collègues, et
à entrer avec eux, surtout avec sir Edmond Lyons, dans des rapports
confiants et intimes: «Ils vivent, m'écrivait-il, M. Catacazy et lui,
dans une parfaite intelligence; je me suis efforcé de prouver que je
n'avais pas la moindre envie de la troubler; ce ne serait bon à rien, et
tout de suite suspect. Je suis très-bien à côté d'eux, et je crois voir
le moment où je serai au milieu d'eux. En attendant, je me fais petit;
j'ai même un peu brusqué nos amis. Je fais ici un métier bien contraire
à ma nature; je me contrarie sur tout, et je fais d'énormes sacrifices
à mes collègues qui n'en font aucun; ils vont leur chemin, celui de leur
humeur ou celui de leur gouvernement. Ne croyez pas que je sois las
du mauvais quart d'heure qu'en toutes choses il faut savoir passer;
j'enrage souvent, mais je sais vouloir, et je voudrai jusqu'au bout. Ne
parlons donc pas de ma popularité puisque vous ne vous en inquiétez pas;
je ne fais que ce qu'il faut pour la conserver, et peut-être un jour
vous serez bien aise de la trouver[68].»

[Note 68: Lettres des 30 juin, 31 juillet, 8 août et 20 décembre 1843.]

Sur un point, et sur un point très-important, il était particulièrement
difficile à M. Piscatory d'être en harmonie avec ses collègues en s'en
distinguant, et de rester en sympathie avec les Grecs en combattant leur
penchant. L'impopularité du roi Othon était grande, aussi grande dans le
corps diplomatique d'Athènes que dans le peuple. Sir Edmond Lyons disait
tout haut, et avec colère, qu'il n'y avait pas moyen de marcher
avec lui; M. Catacazy en convenait avec une froide réserve et comme
indifférent au résultat. Devant cette attitude et ce langage des
diplomates, les Grecs donnaient un libre cours à leurs sentiments;
ce n'était pas de mauvais desseins, ni de mépris de la justice, ni de
manque de foi, ni d'actes violents qu'ils accusaient le roi Othon; ils
se plaignaient de son inertie, de sa manie d'attirer et de retenir à lui
toutes les questions, toutes les affaires, sans jamais les vider, de son
goût stérile pour le pouvoir absolu, de son opposition sourde et muette
à tout mouvement indépendant, à toute réforme efficace: «Le pays est
parfaitement calme, m'écrivait M. Piscatory, mais il a la conviction
profonde que le roi ne peut être toujours là pour l'empêcher
d'avancer...... Les longs efforts qu'a faits et que fait tous les jours
ce prince pour tout conduire, tout décider, pour lutter contre une
situation qu'il ne comprend pas, l'ont mené à ce point qu'il ne
peut plus s'y retrouver lui-même. Grecs ou étrangers, tout le monde
dit:--C'est impossible.--Et le remède qu'on imagine, dont on discute la
chance, que les uns demandent à la conférence de Londres, les autres à
une assemblée nationale, c'est une constitution.--Oui, dit sir Edmond
Lyons, le roi, c'est impossible; une constitution, et la plus libérale
est la meilleure.--M. Catacazy déplore la folie du roi, et déclare
qu'une constitution est le remède. Moi, je dis: la question du roi ne
peut être posée, il y est, il faut qu'il y reste. Oui, il est nécessaire
de réformer de façon à donner des garanties au pays; mais plus que cela,
c'est une révolution, et ce n'est pas le métier des gouvernements de les
protéger.»

M. Piscatory, en tenant ce langage, comprenait et pratiquait très-bien
notre politique, et je m'empressai de l'y confirmer: «Combattez en toute
occasion ce sentiment et ce propos, _c'est impossible_, que vous me
dites si général. C'est la pente de notre temps de dire vite: _c'est
impossible_, et de le dire de ce qui est nécessaire. Nous nous croyons
plus puissants que nous ne sommes pour faire ce qui nous plaît, et nous
ne savons pas accepter assez de ce qui nous déplaît. Il y a des maux
inévitables, incurables, des maux avec lesquels il faut vivre, car on
mourrait du coup qui les extirperait. Je crois tout ce que vous me dites
du mal dont vous me parlez, et pourtant je persiste. Non certes, pour
qu'on ne lutte pas contre le mal; il faut lutter et sans relâche; mais,
vous le savez comme moi, on lutte tout autrement selon qu'au fond on
accepte ou l'on répudie. Maintenez fortement dans l'esprit des Grecs la
nécessité d'accepter ce qui est, et aidez-les dans la lutte.»

Presque au même moment où j'adressais à M. Piscatory ces instructions,
j'eus occasion d'en expliquer à notre tribune le caractère et les
motifs. Les Chambres discutaient un projet de loi relatif au payement du
semestre de l'emprunt grec et aux obligations financières de la France
envers la Grèce: «On ne se rend pas bien compte, dis-je à la Chambre
des pairs[69], de l'intérêt véritable de la France en Grèce: il est plus
simple et plus élevé qu'on ne le fait. La France n'a qu'un intérêt
en Grèce: c'est que l'État grec dure, s'affermisse et prospère. En
poursuivant cet intérêt, nous faisons de la politique française. Ce
n'est pas ici une politique de désintéressement, de détachement; c'est
une politique bonne et sage, un peu grande seulement, et cela fait
son honneur en même temps que son utilité. Pour le succès de cette
politique, pour obtenir la durée et l'affermissement de la Grèce,
qu'est-ce que l'expérience nous a appris? Que nous rencontrions
sur notre chemin trois obstacles: l'un, la rivalité des partis, des
factions, des coteries intérieures grecques; l'autre, la rivalité des
influences étrangères en Grèce; le troisième, l'imperfection, l'inertie
et le désordre de l'administration grecque. Voilà les trois obstacles
que nous avons toujours vus s'opposer à l'affermissement et au
développement de l'État grec. Comment les surmonter, sinon par une
action collective? Comment supprimer la lutte des influences étrangères
à Athènes, sinon par le concert? Et, quant à l'inertie, au désordre de
l'administration grecque, cette administration se défend dans ses
vices en opposant une puissance à une puissance, une influence à une
influence. Pour surmonter ce mal, l'action collective, le concert
de tous est évidemment le seul moyen efficace. Ce n'est donc pas
une fantaisie, un esprit de système qui nous a conduits là; c'est
l'expérience des faits, la pure nécessité. Le concert, l'action
collective en Grèce est, pour nous, le moyen de faire réussir la bonne
politique, la politique française. Si, pour atteindre ce but, l'action
isolée nous paraissait meilleure que l'action concertée, nous prendrions
l'action isolée; nous n'avons pas plus la manie du concert que celle
de l'isolement; le concert, l'isolement, ce sont là des moyens qu'on
emploie tour à tour, selon que la situation le commande. L'expérience
nous a montré ici que l'action collective, la politique du concert
était la seule qui pût surmonter les obstacles intérieurs et
extérieurs, diplomatiques et nationaux, qui s'opposaient à la durée, à
l'affermissement, au développement pacifique et régulier de l'État grec,
ce qui est la politique française. Nous avons donc adopté nettement
l'action collective, la politique du concert, sans nous laisser effrayer
ni arrêter par les mots, par les apparences. Ce que nous voulons, c'est
le succès; ce que nous regardons, c'est le fond des choses; il n'y a pas
d'autre moyen d'atteindre le but.»

[Note 69: Le 21 juillet 1843.]

Pendant que je tenais à Paris ce langage, l'état des esprits en Grèce
et l'imminence d'une crise frappaient les hommes qu'on devait croire les
moins disposés à l'accueillir; le représentant à Athènes du cabinet qui
s'était le plus inquiété de la résurrection de la Grèce, le ministre
d'Autriche, M. de Prokesch, écrivait à l'un de ses amis en France: «Il
est impossible de vivre avec cette race si intelligente et si patiente
sans être convaincu qu'elle a aussi bien un avenir qu'un passé. Vous ne
pouvez vous imaginer le succès ici du dernier discours de M. Guizot à la
Chambre des pairs; celui de la Chambre des députés ne pouvait laisser de
doute sur le bon vouloir; le second a convaincu que ce bon vouloir était
intelligent. On attend tout ici de la conférence de Londres. On attendra
tant qu'on conservera la moindre espérance. Ce pays tremble de mettre la
main à ses propres affaires. Cependant, le devoir du citoyen commence à
se témoigner, et il vient d'y avoir au conseil d'État deux discussions
très-sérieuses, très-indépendantes. Le roi est toujours ce que vous
savez. Pour ma part, je ne crois pas au très-grand danger du pays se
mêlant de ses affaires; je le redoute moins que le pays ne le
redoute lui-même, et je ne sais à la situation qu'une solution
constitutionnelle. Mais cela ne se fait pas de main d'homme; il faut
que le sentiment public, qui est l'expression de la Providence dans les
affaires des peuples, agisse. Jusque-là, il faut croire à la
possibilité de ce qui est, et travailler à sa durée en le réglant, en
le contraignant, en le dirigeant. C'est difficile; c'est peut-être
impossible. Peu importe; c'est la seule conduite honorable, c'est la
seule qu'il faille tenir.»

Le même jour où, dans ma correspondance particulière, je donnais
confidentiellement à M. Piscatory connaissance de cette lettre, le 16
septembre 1843, il m'anonçait la révolution constitutionnelle accomplie
la veille, 15 septembre, à Athènes: «A une heure du matin, la générale,
le tocsin, quelques coups de fusil, les cris de _Vive la Constitution_!
ont éveillé la population d'Athènes. Bientôt les troupes ont été
sur pied, ayant en tête à peu près tous leurs officiers. La batterie
d'artillerie a quitté son parc. Il était évident que ce n'était pas
sur les ordres du gouvernement que cette prise d'armes avait lieu. Le
mouvement était unanime, et l'émeute, à la fois militaire et civile, est
arrivée devant le palais sans rencontrer aucune résistance. Les troupes,
marchant en ordre sous le commandement de leurs chefs, se sont rangées
en bataille entre le palais et la population. Les cris de _Vive la
Constitution_! se sont fait entendre avec une nouvelle force. Le roi a
tenté de haranguer les soldats, de rappeler les officiers à leur devoir,
de protester devant le peuple de son dévouement au pays. On a refusé
de l'entendre. Sa voix était couverte par les cris de _Vive la
Constitution_! Deux de ses aides de camp, qui ont essayé de faire
respecter l'autorité militaire, ont été forcés de se réfugier dans le
palais.

«La première démarche des représentants des trois cours a été de se
rendre chez M. Rizo[70]. Ils le trouvèrent seul, parfaitement résigné,
et ses premières paroles ont été que le mouvement étant général et
inévitable, ni lui, ni les autres ministres du roi ne pouvaient rien
y opposer, qu'il n'avait pas vu d'ailleurs ses collègues et qu'il les
croyait dans l'impossibilité de se réunir en conseil.

[Note 70: Alors ministre des affaires étrangères en Grèce.]

«Au point du jour, nous nous rendîmes sur la place du palais qui était
déjà cerné par le peuple et les troupes. Dans l'impossibilité d'arriver
jusqu'au roi, nous appelâmes le commandant supérieur de la garnison
pour lui déclarer que nous le rendions personnellement responsable de
l'inviolabilité du palais et de la personne du roi:--J'en réponds sur ma
tête, répondit le colonel Kalergis.

«Les autres membres du corps diplomatique informés s'étaient réunis à
nous chez M. le ministre de Russie. Quoique avertis que nous ne serions
pas reçus au palais, mais convaincus qu'il était de notre devoir de
témoigner qu'en de telles circonstances notre place était auprès du
roi, nous nous sommes présentés à la porte qui nous a été refusée. La
consigne était absolue. Le conseil d'État était assemblé et soumettait
au roi des propositions que Sa Majesté devait accepter dans le délai
d'une heure.

«Le corps diplomatique, après avoir protesté contre le refus de
l'introduire, sûr que la personne du roi serait respectée, et jugeant
que sa présence ne pouvait qu'exciter la foule toujours croissante,
s'est retiré. Réuni dans le voisinage du palais, il envoyait sans cesse
demander si les portes lui en seraient bientôt ouvertes. On lui faisait
répondre qu'il serait admis aussitôt que Sa Majesté aurait accepté
les propositions du conseil d'État, que nous joignons ici avec les
signatures qui y sont apposées et qui sont celles de tous les membres
présents à la réunion.

«Bientôt le commandant des troupes a fait dire aux représentants des
puissances étrangères que les portes du palais leur étaient ouvertes.
Ils se sont empressés de se rendre auprès du roi, à qui ils ont fait
connaître les démarches réitérées qu'ils avaient faites pour arriver
jusqu'à lui. Sa Majesté leur a fait l'honneur de leur dire qu'elle avait
écrit pour les convoquer, désirant prendre leur avis dans une position
si difficile. Elle a bien voulu rendre compte de tous les événements
de la nuit et de la matinée, ajoutant qu'elle était informée que les
constitutionnels s'étaient emparés de Nauplie, de Missolonghi et de
Chalcis. Le roi a ajouté avec une vive émotion:--J'ai fait l'abandon de
toutes mes prérogatives; je ne suis plus roi, et quand on m'a imposé des
ministres, une assemblée nationale, une constitution, quand l'armée a
cessé de m'obéir, j'ai dû me demander si je devais conserver la couronne
ou abdiquer. Comme homme, ce dernier parti était celui qui me convenait;
comme roi, j'ai songé à l'anarchie qu'entraînerait inévitablement
mon abdication; je me suis soumis aux événements. Mais les nouveaux
ministres que le conseil d'État m'a donnés prétendent qu'ils ne
peuvent répondre de la tranquillité et faire retirer les troupes et la
population, dont vous entendez les cris, si je ne signe une proclamation
où je remercierai la nation de sa sagesse, l'armée de l'ordre qu'elle
a maintenu, et une ordonnance qui décide qu'une médaille sera donnée à
tous ceux qui ont pris part au mouvement. C'est là un abaissement auquel
je ne peux me soumettre. Qu'en pensez-vous, messieurs?

«Nous avons prié le roi de nous permettre, quoique nous comprissions les
sentiments qu'il venait d'exprimer, de ne lui donner notre avis qu'après
avoir vu les nouveaux ministres qui attendaient sa réponse, et après
avoir connu toutes les exigences de la situation.

«Nous avons représenté aux ministres le danger d'abaisser la royauté, le
devoir qu'ils avaient contracté de tout tenter pour arrêter un mal déjà
si complet. Ils ont répondu qu'il était hors de leur pouvoir de ramener
le calme sans satisfaire à la double exigence du peuple et de l'armée.

«Revenus près du roi, comprenant les sentiments douloureux qu'il ne
cessait d'exprimer, nous lui avons demandé ce dernier sacrifice, au nom
du sentiment qui lui avait conseillé des résolutions plus importantes.
Le roi a cédé, et se présentant entouré des ministres sur le balcon où
nous avons cru devoir l'accompagner, il a été accueilli par les cris de
_Vive le Roi! Vive la Constitution!_

«Les ministres ont prêté serment entre les mains de Sa Majesté pendant
que nous étions auprès de la reine, et, descendant sur la place du
palais, ils ont informé des dernières concessions du roi le peuple et
les troupes qui se sont retirés à l'instant.

«Dans cette triste journée, deux gendarmes ont été tués, et un jeune
homme grièvement maltraité par le peuple.

«Le corps diplomatique est resté avec le roi jusqu'à trois heures,
et n'a quitté le palais qu'après s'être assuré que, pour le moment du
moins, la tranquillité la plus complète était rétablie.

«Devant, sur l'invitation du roi, retourner au château le soir, nous
aurons l'honneur de rendre compte des faits nouveaux à Vos Excellences.
Elles voudront bien comprendre que nous devons nous borner à un récit
de ces déplorables événements. Il faut plus de liberté d'esprit que nous
n'en avons et un sérieux examen pour apprécier le point de départ de
cette révolution et en prévoir les conséquences. Tout ce que nous devons
dire pour donner une idée juste et générale de l'événement, c'est que
l'opinion publique, soit qu'elle ait été spontanée ou excitée, a
été unanime; et tout prouve que ce qui vient de se passer à Athènes
s'accomplit en ce moment dans les provinces. Sans croire à une
catastrophe si prompte, nous ne l'avions que trop prévue.»

Ce rapport, adressé à la conférence de Londres, était signé par les
trois ministres des puissances protectrices de la Grèce, par M. Catacazy
aussi bien que par MM. Piscatory et Lyons, qui attestaient ainsi
les faits et avaient donné en commun au roi Othon les conseils qu'il
contenait.

Dès que ce document me fut parvenu, ainsi que les lettres de M.
Piscatory qui confirmait les faits en les commentant selon ses propres
impressions, je fis appeler M. Colettis, et après lui avoir donné à lire
toutes les dépêches: «Qu'en dites-vous? lui demandai-je; est-ce là un
mouvement spontané, naturel, national, purement grec? Est-ce le résultat
plus ou moins factice d'un travail étranger?

«COLETTIS.--Ce n'est pas un mouvement purement spontané et national.
C'est une affaire russe. La Russie n'a jamais désiré qu'une chose,
réduire la Grèce à l'état de la Valachie et de la Moldavie, une
principauté et un prince grec, semi-russe. J'ai vu commencer ce travail
en 1827. Il n'a pas cessé un moment depuis. La société de philorthodoxie
en est l'instrument. La Russie ne veut pas que le royaume grec dure, ni
le roi Othon, ni aucun autre.

«MOI.--Je répugne à croire que la Russie ait voulu, préparé, fomenté
ce qui vient de se passer. L'empereur Nicolas n'est point hardi, point
entreprenant; il ne va pas au-devant des événements, il ne les provoque
pas; quand ils viennent, il faut bien qu'il les prenne, et alors il
cherche à les exploiter selon la politique de son pays; mais au fond, il
les craint plutôt qu'il ne les désire; toute sa vie, toute sa conduite
en Orient l'a montré tel. Sans parler donc de toutes les apparences qui
indiquent, en ceci, un mouvement national, le caractère de l'empereur
Nicolas est ma principale objection à votre idée. Quelles preuves
avez-vous?

«COLETTIS.--J'en ai. Je ne puis pas dire tout ce que je sais, même à
vous; il y a des paroles d'honneur données. Mais je suis sûr de mon
fait.

«MOI.--C'est grave. Du reste, cela n'influe en rien, quant à présent du
moins, sur notre conduite; nous ferons ce que nous faisions: nous nous
efforcerons de maintenir ce qui est, le roi Othon avec la constitution.
Travailler à avoir en Grèce la meilleure assemblée nationale, puis à
lui faire faire la meilleure constitution possible, voilà ce que nous
conseillerons au roi Othon et à son pays, et à quoi nous emploierons,
auprès de l'un et de l'autre, tout ce que nous pourrons avoir
d'influence. Pour la Grèce, c'est ce qu'il y a de mieux; pour nous,
c'est notre rôle. Et vous, allez-vous partir?

«COLETTIS.--Oui; dans quelques jours.

«MOI.--Et qu'allez-vous faire?

«COLETTIS.--Rien. Observer. Je regarde le roi Othon comme perdu.
L'assemblée nationale sera nappiste[71]. Je n'ai pas à me mêler de cela.
Ce qu'on pourra faire contre le roi Othon ne me regarde pas. Quand je
verrai commencer quelque chose contre le pays, quelque chose qui menace
sa sûreté et son indépendance, alors je tomberai sur eux avec mes
Pallicares, et je leur donnerai une bonne leçon.

[Note 71: On donnait ce nom au parti russe, qui l'avait reçu d'un nommé
Nappa, espèce de fou qui, pendant la guerre de l'indépendance, prônait
la Russie dans les rues de Nauplie.]

«MOI.--Pensez bien à une chose: l'union entre l'Angleterre et nous
est rétablie. Ceci peut la resserrer encore. J'espère que, dans vos
affaires, l'Angleterre marchera tout à fait avec nous. C'est capital.

«COLETTIS.--Certainement. Il y a eu bien à dire sur l'Angleterre; soit
qu'elle nous voulût du mal, soit qu'elle fût trompée, elle a souvent
bien mal agi pour nous; elle a poussé à ce qui devait nous perdre.
Maintenant, si elle marche avec vous, ce sera très-bon. Je m'en rapporte
à vous. C'est à vous à faire cela.»

J'informai aussitôt M. Piscatory de cet entretien. «Voilà Colettis,
lui dis-je; voilà l'ancien chef de parti, pénétrant, prévoyant, hardi,
dévoué, mais exclusif, passionnément méfiant, ne voyant que sociétés
secrètes et conspirations, se tenant aux aguets et conspirant lui-même
jusqu'au jour où il guerroiera. Il se peut que ce jour arrive. Il se
peut que ce qu'il y a de vrai dans ce que pense Colettis devienne un
jour la situation et fasse les événements. Mais, aujourd'hui et pour
nous, là ne sont pas la vérité et la règle de notre conduite. Il nous
faut une politique plus large, plus publique, qui réponde mieux à
l'ensemble des choses en Europe, et qui suive pas à pas le grand chemin
de ces choses-là, au lieu de tendre, par un sentier étroit et caché,
vers un but éloigné et incertain. Voici les deux idées qui surnagent
dans mon esprit et qui doivent vous diriger, car elles me dirigeront
tant que les faits et les informations ne les auront pas changées.

«Je ne crois pas que ce qui vient d'arriver ait été voulu, cherché,
préparé par l'empereur Nicolas et ses agents. Je vous répète ce que j'ai
dit à Colettis; l'empereur Nicolas n'aime pas les affaires; mais qu'il
ait ou non fait lui-même celle-ci, il y verra et y cherchera des chances
pour la politique russe qui est bien, au fond, ce que dit Colettis; il
n'acceptera point, il ne soutiendra point la monarchie constitutionnelle
grecque. Au lieu donc de l'avoir pour allié malveillant, ce qu'il était,
nous l'aurons pour adversaire caché.

«Je ne suis cependant pas convaincu qu'il soit impossible de faire
réussir et durer ce qui existe aujourd'hui, le roi Othon et la
constitution. Nous n'avons pas réussi à persuader assez le roi Othon ou
à peser assez sur lui pour qu'il s'adaptât de lui-même au pays. Le pays,
aujourd'hui vainqueur, sera-t-il assez intelligent, assez sensé pour
s'adapter au roi, assez du moins pour ne pas le briser? La question est
là. Nous avons fait une triste épreuve de la raison du roi Othon et
de notre influence sur lui. Nous allons faire celle de la raison de la
Grèce et de notre influence sur elle. Je n'en désespère pas; je ne veux
pas en désespérer. Tenez pour certain que le succès est bien nécessaire,
car le péril sera immense si nous ne réussissons pas mieux dans cette
épreuve-ci que dans l'autre. Personne ne peut se promettre de mettre
l'Europe d'accord sur le choix d'un nouveau roi grec, ou de la mettre
d'accord d'une façon qui nous convienne à nous. Et si l'Europe ne se met
pas d'accord, la Grèce pourra bien périr dans le dissentiment européen.
Il faut que la Grèce sache bien cela, mon cher ami; répétez-le et
persuadez-le autour de vous; parlez au pays comme vous parliez naguère
au roi. Nous aurons l'Angleterre loyalement, intimement avec nous.
Je suis porté à croire que l'Autriche nous aidera. J'espère faire
comprendre à Berlin le péril du roi Othon. J'admets parfaitement avec
vous que, la Grèce fût-elle aussi intelligente, aussi sensée, aussi
modérée que nous le lui demanderons, ce roi serait toujours un énorme
embarras à son propre salut. L'obstacle est-il insurmontable?
Peut-être; mais nous devons agir comme s'il ne l'était pas. Peut-être
réussirons-nous. Et si nous ne réussissons pas, si le roi Othon doit
tomber, pour que nous ayons, après sa chute, l'autorité dont nous aurons
grand besoin, il faut que nous nous soyons épuisés à la prévenir.

«Quand je dis _épuisés_, vous entendez bien que je ne vous demande pas
de consumer dans cette tentative votre capital de bonne position et de
crédit en Grèce. Gardez-le bien, au contraire, et accroissez-le. Soyez
toujours très-grec, en intime sympathie avec l'esprit national. On
m'assure qu'au fond et à prendre non pas telle ou telle personne mais
l'ensemble, cet esprit-là domine dans tous les partis grecs, et qu'on
peut, au nom de la nationalité grecque, de l'intérêt grec, agir sur
les nappistes comme sur nos amis, à commencer par M. Metaxa. Je m'en
rapporte à vous de ce soin.»

Mes instructions officielles, délibérées et acceptées au conseil du Roi,
furent l'expression de cette politique. J'insistai spécialement sur la
nécessité, pour le roi Othon, de marcher sans arrière-pensée dans
les voies où il venait d'entrer: «Depuis longtemps, disais-je à M.
Piscatory, nous avons prévu, en le déplorant d'avance, ce qui vient
d'arriver en Grèce. Nous avons donné au roi Othon les seuls conseils
propres, selon nous, à le prévenir. Maintenant que les faits sont
accomplis et qu'ils ont été acceptés par le roi lui-même, qui n'a trouvé
nulle part, ni dans son pays, ni dans sa cour, aucun point d'appui pour
y résister, il ne reste plus qu'à les contenir dans de justes limites et
à en bien diriger les conséquences. Le roi Othon sera peut-être tenté,
et même parmi les hommes qui ne l'ont point soutenu au moment du
péril, il s'en trouvera probablement qui lui conseilleront de tenir
une conduite différente, de travailler à retirer ce qu'il a promis, à
détruire ce qu'il a accepté, à faire échouer sous main le nouvel ordre
de choses dans lequel il s'est officiellement placé. Une telle conduite,
nous en sommes profondément convaincus, serait aussi peu prudente que
peu honorable. C'est quelquefois le devoir des rois de se refuser aux
concessions qui leur sont demandées; mais quand ils les ont accueillies,
c'est leur devoir aussi d'agir loyalement envers leurs peuples. La
fidélité aux engagements, le respect de la parole donnée est un exemple
salutaire qui doit toujours descendre du haut du trône; et qui sert tôt
ou tard les grands et vrais intérêts de la royauté. Le roi Othon vous
a dit lui-même qu'il avait délibéré sur la question de savoir s'il
consentirait à ce qu'on demandait de lui ou s'il abdiquerait, et que
la prévoyance de l'anarchie qui suivrait son refus et des périls où
tomberait la Grèce l'avait seule déterminé à ne point abdiquer. Nous
pensons qu'il a sagement agi, et que, dans la situation nouvelle où il
s'est placé, il peut rendre à la Grèce d'immenses services et porter
très-dignement la couronne. Il aura, à coup sûr, bien des moyens
d'exercer sur la constitution future de l'État, qu'il doit régler
de concert avec l'assemblée nationale, une légitime influence: qu'il
emploie ces moyens sans hésitation comme sans arrière-pensée; qu'il
s'applique, soit par lui-même, soit par ses conseillers, à faire
prévaloir dans ce grand travail les idées monarchiques et les conditions
nécessaires d'un gouvernement régulier. Il rencontrera sans doute de
grandes difficultés; il essuiera encore de tristes mécomptes; mais la
stabilité du trône et la force du gouvernement sont trop évidemment
le premier intérêt de la Grèce pour que ce peuple si intelligent ne le
comprenne pas lui-même, et ne se prête pas à entourer la royauté de
la dignité, de l'autorité et des moyens d'action que, sous le régime
constitutionnel, de grands exemples le prouvent avec éclat, elle peut
fort bien posséder.»

Je ne me trompais pas en comptant sur le ferme concours du cabinet
anglais à cette politique. Lord Aberdeen porta, sur ce qui venait de se
passer en Grèce, le même jugement que nous, et donna à sir Edmond Lyons
les mêmes instructions. Sir Robert Peel trouva même, dans la première
rédaction que lui en communiqua lord Aberdeen, quelques mots trop
indulgents pour le mouvement révolutionnaire grec dont le caractère
militaire le choquait particulièrement. Lord Aberdeen modifia volontiers
sa phrase, mais en maintenant le fond de sa pensée: «Jamais, dit-il,
je n'ai été ami des révolutions, et peut-être faudrait-il toujours
souhaiter qu'elles n'arrivassent point; mais je ne sais point de
changement plus impérieusement provoqué, plus complétement justifié
ni plus sagement accompli que celui qui vient d'avoir lieu en Grèce.
L'armée y a pris, il est vrai, la principale part; mais le peuple n'y
était point opposé ou indifférent, comme cela est souvent arrivé;
toute la nation, au contraire, paraît avoir été unanime. Cela ôte à
l'événement le caractère d'une révolte militaire, et certes rien n'est
arrivé là qui ne fût depuis longtemps prévu.»

A Vienne, comme le prouvaient l'attitude et le langage de M. de
Prokesch, la prévoyance avait été la même qu'à Paris et à Londres; mais
c'était la politique du prince de Metternich de regarder toutes les
révolutions comme des fautes et des maux, même quand il les trouvait
naturelles et inévitables; il ne reconnaissait jamais leur droit, et les
condamnait tout en les acceptant. Il redoutait vivement, d'ailleurs, la
contagion du mouvement révolutionnaire grec dans l'Europe méridionale,
surtout en Italie, et il témoigna au comte de Flahault son inquiétude:
«J'ai cru devoir dire, m'écrivit M. de Flahault[72], qu'il me paraissait
très-désirable que tous les gouvernements missent leurs soins à prévenir
de tels événements, que tout le monde s'attendait à la révolution qui
venait d'éclater à Athènes, qu'elle était la conséquence de la mauvaise
administration et du gouvernement malhabile du roi Othon. Quant à
l'Italie, il était à craindre que les mêmes causes n'y produisissent
les mêmes effets; il serait bien à désirer que, par de bonnes mesures
administratives et de sages réformes, on contentât les hommes de bien;
dans l'État romain, par exemple, l'introduction de quelques séculiers
dans l'administration produirait le meilleur effet; mais le gouvernement
pontifical s'y était toujours opposé.--A qui le dites-vous? s'est écrié
le prince; n'ai-je pas, moi, envoyé au pape, non pas une constitution, à
peine un projet de réforme, enfin c'était, comme vous le pensez bien, la
chose la plus innocente du monde; mais, cela aurait pu produire quelques
bons effets. Le saint-père l'a considéré avec bonté et n'y avait pas
d'éloignement; mais, l'ayant soumis à ses cardinaux, ceux-ci lui ont
répondu: «Laissez cela, et rendez-le au jacobin qui vous l'a envoyé.»

[Note 72: Le 30 septembre 1843.]

M. de Metternich était d'ailleurs bien décidé à ne pas entrer en lutte
avec la France et l'Angleterre quand il les trouvait franchement unies.
Sans donner à M. de Prokesch des instructions semblables aux nôtres,
il lui prescrivit de ne pas combattre notre action et de la seconder
plutôt, sans le dire tout haut et sans y engager sa responsabilité.

L'empereur Nicolas fit plus de fracas, sans beaucoup plus d'effet. Dès
qu'il apprit les événements d'Athènes, il éclata avec colère; il ordonna
la destitution immédiate de M. Catacazy: «Il est, non pas _rappelé_,
dit à Berlin le ministre de Russie, le baron de Meyendorff, au comte
Bresson; il est _destitué_.--Je chasse de mon service un pareil traître,
disait à Pétersbourg l'empereur lui-même; il mériterait d'être fusillé.
Comment se peut-il que mon ministre ait conseillé au roi Othon de signer
son déshonneur? Que la Grèce fasse maintenant ce qu'elle voudra, je
ne veux plus m'en mêler. Que les puissances s'arrangent comme elles
l'entendront. Quant au roi Othon, il a cédé à la contrainte, mais il a
juré; un souverain doit tenir sa parole. A sa place, j'aurais abdiqué
ou je me serais fait massacrer. Qu'ai-je à faire avec la constitution
de Grèce? Je ne me connais point en constitutions. J'en laisse la joie à
d'autres.--»

Le comte de Nesselrode atténuait, en les expliquant, l'acte et le
langage de l'empereur: «Ce que nous voulons surtout, dit-il au baron
d'André, notre chargé d'affaires à Saint-Pétersbourg, c'est démontrer
que nous désapprouvons la révolution de la Grèce, et qu'il ne peut
convenir à l'empereur de s'associer à l'établissement d'une constitution
dans ce pays. Plus tard, si tout n'est pas renversé, si des garanties
suffisantes sont laissées au pouvoir monarchique, nous verrons ce que
nous aurons à faire.» A Paris, M. de Kisseleff, en me communiquant les
dépêches de M. de Nesselrode, les commentait avec autant de modération
que le vice-chancelier en apportait dans ses commentaires sur les
paroles de son maître. Rentré en Russie, M. Catacazy ne fut point
maltraité. Son secrétaire, M. Persiani, resta à Athènes comme chargé
d'affaires. A Londres, la conférence des trois puissances protectrices
de la Grèce continua de se réunir, et le baron de Brünnow d'y siéger,
déclarant, en toute occasion, qu'il restait complétement étranger aux
questions politiques soulevées par les événements de Grèce, et qu'il
ne prenait part à la conférence qu'à raison des questions financières
auxquelles donnait lieu la garantie accordée en 1833 par les trois
puissances à l'emprunt grec.

Toutes ces réserves, toutes ces réticences ne m'abusaient point sur la
vive préoccupation du cabinet russe au sujet des affaires grecques, et
sur l'influence cachée qu'il ne cessait d'y rechercher et d'y exercer.
Pas plus que lord Aberdeen, je ne croyais que, de Pétersbourg, on eût
prémédité et préparé la révolution constitutionnelle d'Athènes; pourtant
les clients avoués de la Russie avaient été parmi les plus ardents
à fomenter le mécontentement grec, et les premiers engagés dans son
explosion; le chef militaire de l'insurrection du 15 septembre, le
colonel Kalergis, passait pour bien voisin du parti russe, et le premier
ministre du nouveau cabinet qu'elle avait imposé au roi Othon,
M. Metaxa, en était le chef reconnu. A part même ces questions de
personnes, «voici une observation, écrivis-je au comte de Jarnac[73],
que je recommande à l'attention de lord Aberdeen. Pourquoi le
soulèvement a-t-il éclaté à Athènes? Parce que les instructions de la
conférence de Londres ont paru vagues, vaines, et n'ont plus laissé
espérer aux Grecs une action efficace de notre part pour obtenir du
roi Othon les réformes nécessaires. Pourquoi cette pâleur et cette
impuissance de nos instructions? Parce que les méfiances et les
terreurs russes en fait de constitution nous avaient énervés et
annulés nous-mêmes dans nos conseils de réformes bien moindres qu'une
constitution. Si nous avions agi, l'Angleterre et nous, selon toute
notre pensée, nous aurions à coup sûr, pesé bien davantage sur le roi
Othon, et peut-être aurions-nous prévenu le soulèvement. Lord Aberdeen,
j'en suis sûr, n'a pas plus de goût que moi pour cette politique
incertaine et stérile qui parle et ne parle pas de manière à agir, qui
a l'air de vouloir et ne veut pas de manière à réussir. On ne réussit
à rien avec cette politique-là, et on court le risque d'y perdre sa
considération et son influence. Prenons garde à ne pas nous la laisser
imposer de nouveau. En admettant, comme je le fais, que la Russie ne
soit pour rien dans ce qui vient de se passer en Grèce, nous ne pouvons
nous dissimuler qu'au fond elle n'en juge pas comme nous, et qu'elle ne
portera pas dans sa conduite les mêmes idées, les mêmes sentiments que
nous, le même désir de voir le roi Othon et le régime constitutionnel
marcher et s'affermir ensemble. N'oublions jamais ce fond des choses,
et ne souffrons pas que, pour s'accommoder un peu à des tendances
différentes, notre action perde sa force et son efficacité.»

[Note 73: Le 9 octobre 1843.]

Lord Aberdeen ne s'expliquait pas aussi catégoriquement que moi sur le
péril de l'influence russe; il restait soigneusement en bons rapports
avec le baron de Brünnow, et l'aidait à éluder, dans la conférence de
Londres, les embarras que lui faisait la colère affichée de l'empereur
son maître: «Je ne suis pas disposé, disait-il à M. de Jarnac, à entrer
en ligne avec la France contre la Russie;» mais son action dans
les affaires de Grèce et son entente avec nous à leur sujet ne se
ressentaient point de ces ménagements; elle était de jour en jour plus
entière et plus confiante; il communiquait souvent à M. de Jarnac,
non-seulement ses instructions officielles, mais ses lettres
particulières à sir Edmond Lyons: «Je vois avec regret, écrivait-il
à celui-ci[74], que vous avez une tendance à maintenir l'ancienne
distinction des partis. Je dois vous dire que M. Piscatory, quoique
parlant de vous dans les meilleurs termes et professant pour vous une
parfaite cordialité, se plaint un peu de cela. Je vous engage de vous
bien garder de mettre en avant Maurocordato, ou tout autre, comme le
représentant de la politique et des vues anglaises. Je suis sûr que le
ministre de France recevra les mêmes instructions quant à Colettis et à
ceux qui se prétendraient les soutiens des intérêts français. Nous
avons à lutter contre des intrigues de diverses sortes qui essayeront
d'entraver en Grèce l'établissement de la constitution. Ce serait une
grande pitié, quand les gouvernements sont entièrement d'accord, que
quelque jalousie locale ou les prétentions personnelles de nos amis
vinssent aggraver nos difficultés.»

[Note 74: Le 15 novembre 1843.]

Même avant la révolution du 15 septembre, j'avais fait plus qu'adresser
à M. Piscatory de semblables instructions; j'avais engagé M. Colettis à
ne pas partir immédiatement pour Athènes, où il venait d'être rappelé;
je ne voulais pas que sa présence apportât quelque embarras dans le bon
accord naissant entre M. Piscatory et sir Edmond Lyons; et malgré les
vives instances de ses amis, M. Colettis lui-même était si bien entré
dans ma pensée, qu'il avait, en effet, ajourné son départ. Après la
révolution du 15 septembre, et quand les élections pour l'assemblée
nationale grecque furent à peu près terminées, il se décida avec raison
à partir. Il vint, vers le milieu d'octobre, prendre congé de moi
à Auteuil, où je passais encore les beaux jours d'automne; il était
gravement et affectueusement ému, avec un peu de solennité à la
fois naturelle et volontaire; il retournait en Grèce après huit ans
d'absence; il quittait la France où il avait été si bien accueilli, où
il avait tant vu et tant appris! «La Grèce, me dit-il, a bien des amis
en France; vous et le duc de Broglie, vous êtes les meilleurs. Elle a
ailleurs bien des ennemis, bien des prétendants à la dominer, bien des
malveillants inquiets. Elle est petite, très-petite, et elle se croit,
on lui croit un grand avenir. Elle est esclave depuis des siècles,
et elle veut être libre. Elle a raison, mais c'est bien difficile. Je
compte, je ne dirai pas sur votre appui, cela va sans dire, mais sur
votre action, sur votre aide de tous les jours; j'en aurai besoin, et
pour avancer et pour arrêter, auprès de mes amis comme auprès de mes
adversaires; ne les craignez pas, je suis plus fort qu'eux.» Je lui
répétai, avec la plus amicale insistance, les mêmes conseils, les mêmes
recommandations qui, depuis trois ans, avaient rempli nos entretiens.
Nous nous embrassâmes et il partit: «Je lui ai fait donner un bateau à
vapeur, écrivis-je à M. Piscatory en lui annonçant son départ; il faut
qu'il arrive convenablement et sous notre drapeau.» M. Maurocordato
était, quelques jours auparavant, revenu de Constantinople à Athènes sur
un vaisseau anglais.

«Après avoir touché à Syra, où il a été reçu avec le plus vif
empressement; m'écrivit quinze jours après M. Piscatory[75], M. Colettis
est entré hier matin au Pirée; les bâtiments anglais l'ont salué les
premiers; les nôtres ont suivi l'exemple. La nouvelle étant arrivée
à Athènes, tous les amis de M. Colettis sont allés à sa rencontre, et
quand il a débarqué, il a été reçu par plus de trois mille personnes qui
l'ont salué des plus vives acclamations. Il s'est mis en marche avec ce
cortège. Près de la route se trouve le petit monument élevé en 1835,
sur le point même où il fut tué, à la mémoire de George Karaïskakis, le
dernier des héros grecs morts en combattant les Turcs dans la guerre de
l'indépendance. A cet endroit, M. Colettis s'est arrêté, et, quittant un
moment la route, il est allé, suivi de ses amis, s'agenouiller et prier
sur le tombeau de son vaillant compagnon. Cet incident s'est passé sans
préparation et sans paroles. Arrivé à Athènes, M. Colettis a trouvé le
même accueil. La maison où il est descendu était pleine de monde;
M. Metaxa l'y attendait; une indisposition sérieuse avait retenu M.
Maurocordato dans son lit. Le soir, tous les ministres sont venus,
et c'est à minuit seulement que j'ai pu causer avec M. Colettis.
J'ai cherché à lui dire le vrai sur les faits, les situations et les
personnes, et je l'ai trouvé dans des dispositions qui me donnent grande
espérance pour la cause qu'il faut défendre en commun. J'ai dû lui
répéter ce que venait de me dire sir Edmond Lyons:--«Il n'y a qu'une
bonne politique, celle que font ensemble la France et l'Angleterre:
c'est vrai partout; c'est vrai surtout en Grèce, et ce n'a jamais
été plus vrai que depuis les événements du 15 septembre. Vous et moi,
Maurocordato et Colettis voulant les mêmes choses, tendant au même but
par les mêmes moyens, la partie de la monarchie constitutionnelle est
gagnée.--J'ai bien dit à M. Colettis ce qu'il avait à ménager dans sir
Edmond Lyons. Il ira le voir aujourd'hui, après avoir vu le roi, et
j'espère beaucoup de cette première conversation à laquelle seront
apportées, de part et d'autre, les meilleures dispositions.»

[Note 75: Le 30 octobre 1843.]

M. Colettis ne trompa point cette attente; toujours soupçonneux au fond
de l'âme et toujours digne, même en s'effacant, il ne laissa percer
aucune méfiance, aucune exigence personnelle, et mit tous ses soins
à s'entendre avec MM. Maurocordato et Melaxa, à ménager les
susceptibilités jalouses de sir Edmond Lyons, à contenir ses rudes et
impatients amis: «Vous apprendrez avec plaisir, m'écrivit-il[76], que,
malgré mon absence, j'ai été élu par huit collèges électoraux; mes
concitoyens ne m'avaient pas tout à fait oublié. M. Maurocordato et moi,
nous avons accepté la proposition qui nous a été faite par Sa Majesté de
prendre part aux délibérations du conseil des ministres pour tout ce
qui concerne l'assemblée nationale ou le maintien de la tranquillité
publique. On nous avait proposé de nous nommer ministres sans
portefeuille, mais nous avons cru devoir refuser, en nous bornant
à offrir au ministère le tribut de notre vieille expérience. Cette
conduite de notre part a produit le meilleur effet; elle a prouvé
combien nous désirions l'un et l'autre que l'union régnât entre
les partis, pour arriver, avec le moins de secousses possible, à
l'accomplissement du grand oeuvre de la constitution.»--«La conduite
des hommes considérables me paraît excellente, m'écrivait quelques jours
après M. Piscatory[77]; pas une dissidence ne s'est élevée entre MM.
Maurocordato, Colettis et Metaxa; et hier, MM. Kalergis, Grivas et
Griziottis assistant au conseil, l'entente a été complète et les
déterminations très-sages; les chefs militaires ont dit aux chefs
politiques: «Ce que nous vous demandons, c'est de vous entendre. Puis,
faites ce que vous jugerez bon pour le pays; nous vous suivrons.»

[Note 76: Le 10 novembre 1843.]

[Note 77: Le 19 novembre 1843.]

Ouverte le 20 novembre 1843, l'assemblée nationale employa près de
quatre mois à débattre et à voter la constitution. On nous avait
d'avance demandé, sur ce sujet, à lord Aberdeen et à moi, nos plus
explicites conseils. M. Colettis, avant son départ, m'avait même
instamment prié, non-seulement de lui écrire mes idées quant à
la constitution, mais de les rédiger en articles. Je m'y refusai
absolument: «On n'arrive pas de loin, lui dis-je, à ce degré de
précision pratique, et il est ridicule de le tenter.» Mais je ne pouvais
me dispenser, et lord Aberdeen lui-même me le demandait, de donner, sur
cette grande question, des instructions à Athènes pour l'exercice de
notre influence commune. J'écrivis donc à M. Piscatory[78]:

«Je vois, d'après ce que vous me dites, qu'il y a déjà bien du progrès
dans les idées politiques en Grèce. Deux chambres, l'une élective,
l'autre nommée par le roi, le droit de dissolution, l'administration
générale entre les mains de la royauté, sous la responsabilité de
ses ministres, ce sont là maintenant des principes élémentaires,
nécessaires, du régime constitutionnel. Je suis charmé de voir qu'en
Grèce aussi le bon sens public les a adoptés.

[Note 78: Le 28 octobre 1843.]

«Je crains qu'on ne croie que c'est là tout, et que, pour avoir en Grèce
une bonne constitution, il suffit qu'elle ressemble à celles qui sont
bonnes ailleurs.

«L'esprit d'imitation est, de nos jours, le fléau de la politique.
Non-seulement il ne tient aucun compte de ce qui mérite qu'on en tienne
grand compte, l'histoire, les moeurs, tout ce passé des peuples
qui demeure toujours si puissant dans le présent; mais il méconnaît
également un principe fondamental, une nécessité politique du premier
ordre, le rapport qui doit exister entre la constitution et la taille
des sociétés.

«Si l'on adaptait une machine à vapeur de six cents chevaux à un petit
bâtiment, elle le mettrait en pièces au lieu de le faire marcher. Il en
est de même des constitutions; c'est une erreur immense en théorie et
fatale en pratique, de croire que la machine qui convient à un grand
État convienne également à un petit.

«Quel est le fond d'une constitution comme la nôtre?

«Trois grands pouvoirs indépendants l'un de l'autre, constamment en
présence et indispensables l'un à l'autre, non-seulement pour telle ou
telle des affaires de l'État, mais pour que l'État ait un gouvernement.

«Dans un tel régime, le gouvernement, dans son application réelle aux
affaires publiques, ne subsiste point en tout cas et par lui-même; il
faut qu'il se forme par l'amalgame, la fusion, l'harmonie des trois
pouvoirs. C'est là ce qu'on dit quand on dit qu'il faut que des
majorités se forment dans les deux chambres, que ces majorités
s'entendent avec la royauté, et que de leur accord sorte un cabinet qui
gouverne avec la confiance du roi et des chambres.

«Tant que ce résultat n'est pas obtenu, il n'y a point de gouvernement
fort et régulier.

«Et quand ce résultat est obtenu, il est aussitôt mis en question.

«Une fermentation et une lutte continuelles, entre les grands pouvoirs
publics et dans le sein des grands pouvoirs publics, pour former ou
soutenir sans cesse un gouvernement sans cesse attaqué, voilà le régime
représentatif tel qu'il est et qu'il doit être dans les grands États.

«Cette fermentation et cette lutte incessantes, cette mobilité
continuelle, soit en fait, soit en perspective, seraient insupportables,
impraticables dans un petit État.

«Impraticables au dedans. Bien loin qu'un gouvernement sortît de là,
tout gouvernement y périrait. La force disproportionnée du mouvement
tiendrait le corps social dans un ébranlement désordonné et maladif. Les
pouvoirs et les partis politiques, mis ainsi aux prises, n'auraient pas
assez d'espace pour coexister et fonctionner régulièrement. Les passions
et les intérêts individuels seraient trop près les uns des autres, et
trop près du recours à la force. Il n'y aurait dans l'administration des
affaires publiques, ni calme, ni suite. Les oscillations de la
machine, à la fois très-vives et très-resserrées, dérangeraient et
compromettraient, à chaque instant, la machine elle-même.

«Impraticables au dehors. Un tel état de fermentation politique, dans un
petit pays entouré de grands pays, causerait trop de sollicitude à ses
voisins, et offrirait en même temps trop de prise à leur influence. On
dit que la corruption est le vice du régime représentatif. Dans un grand
État du moins elle est combattue et surmontée par l'empire des intérêts
et des sentiments généraux; en tous cas, elle est à peu près impossible
à une influence étrangère. Dans un petit État, elle serait bien plus
facile et puissante, et pourrait fort bien venir du dehors.

«Que la Grèce ne tombe pas dans l'imitation servile et aveugle des
grandes constitutions étrangères. L'indépendance et la dignité de sa
politique n'y sont pas moins intéressées que son repos. Il lui faut une
machine plus simple, moins orageuse, qui ne fasse pas du pouvoir l'objet
d'une lutte et le résultat d'une fermentation continuelle: une machine
dans laquelle le gouvernement subsiste un peu plus d'avance et par
lui-même, quoique placé sous le contrôle et l'influence du pays. Les
trois grands éléments nécessaires du régime constitutionnel se prêtent
bien à cette pensée. La royauté existe en Grèce: qu'elle ne puisse agir
qu'avec le conseil et sous la garantie de ministres responsables; que
deux chambres associées au gouvernement de l'État contrôlent l'action du
ministère et lui impriment une direction conforme à l'esprit national:
mais qu'elles ne lui impriment pas en même temps l'agitation et la
mobilité de leur propre nature; que la lutte des partis, la formation et
le maintien d'une majorité ne soient pas la première, la plus pressante,
la plus constante affaire des ministres. Que les chambres, en un mot,
soient assez près du gouvernement pour exercer sur lui, dans l'ensemble
des choses, une surveillance et une influence efficaces; mais qu'elles
ne soient pas si intimement en contact avec lui qu'il soit contraint de
venir vivre dans leur arène et de s'y élaborer incessamment.

«On atteindrait à ce but si la chambre élective n'était mise en présence
du gouvernement qu'à des intervalles un peu éloignés, tous les trois ans
par exemple, et si le sénat, plus habituellement rapproché du pouvoir,
faisait auprès de lui, dans une certaine mesure et pour les affaires les
plus importantes, l'office de conseil d'État.

«Une chambre élective, qui ne se réunirait que tous les trois ans,
n'introduirait pas dans le gouvernement cette fermentation, ces chances
de dislocation, ce continuel travail et combat intérieur qu'un grand
État supporte et surmonte, mais qui jetteraient un petit État dans un
trouble trop fort pour lui, et peut-être dans des périls plus graves
encore que le trouble. Cependant une telle chambre, votant le budget
pour trois ans, examinant et discutant la conduite du ministère pendant
cet intervalle, délibérant sur toutes les lois nouvelles dont la
nécessité se serait fait sentir, une telle chambre, dis-je, aurait,
à coup sûr, toute la force nécessaire pour protéger les libertés
publiques, assurer la bonne gestion des affaires publiques, et ramener
le pouvoir dans des voies conformes à l'intérêt et à l'esprit national,
s'il s'en était écarté.

«En même temps un sénat nommé à vie et qui, indépendamment de la
session triennale dans laquelle il concourrait aux travaux de la chambre
élective, se réunirait plus souvent, soit à des époques fixes, soit sur
la convocation spéciale du roi, tantôt pour recevoir un compte-rendu
du budget de chaque année, tantôt pour s'occuper des affaires dans
lesquelles il aurait à agir comme conseil d'État, un tel sénat, dis-je,
serait, pour le pouvoir, un frein efficace et un utile appui, et pour le
pays une grande école politique dans laquelle des hommes déjà connus et
distingués acquerraient l'esprit de gouvernement et se prépareraient à
le pratiquer.

«Quand un pays ne contient pas une classe aristocratique naturellement
vouée à la gestion des affaires publiques, ou quand il ne veut pas
acheter les avantages d'une telle aristocratie en en supportant les
inconvénients, il faut que les institutions y suppléent et se chargent
de former, pour le service de l'État, les hommes que la société ne lui
fournit point. C'est à quoi sert un sénat assez séparé du gouvernement
pour le considérer avec indépendance, et pourtant assez rapproché de lui
pour en bien comprendre les faits et les nécessités.

«Je ne puis qu'indiquer les motifs et les résultats d'une combinaison
constitutionnelle de ce genre; mais je suis profondément convaincu
qu'elle convient mieux à la Grèce que le jeu incessant et redoutable
de la machine représentative telle qu'elle existe en France et en
Angleterre. Je reviens à mon point de départ. En fait de constitution,
l'esprit d'imitation est commode pour la paresse, agréable pour la
vanité, mais il jette hors du vrai et tue la bonne politique. Que
cherchent, dans une constitution, les hommes honnêtes et sérieux
vraiment amis de leur pays? Non pas, à coup sûr, un théâtre où d'habiles
acteurs viennent journellement amuser un public oisif, mais des
garanties pratiques de la sûreté extérieure de l'État, du bon
ordre intérieur, de la bonne gestion des affaires publiques et
du développement régulier de la prospérité nationale. Les moyens
d'atteindre ce but ne sont pas les mêmes partout. Parmi les causes qui
les font varier, il y en a qui tiennent à l'état des moeurs, au degré
de la civilisation, à des circonstances morales qu'on ne connaît que
lorsqu'on a vu de près un pays et vécu dans son sein. Je n'ai rien dit
de ces causes-là quant à la Grèce, car je ne saurais les apprécier par
moi-même. Mais il y a une circonstance qui frappe les yeux et peut fort
bien être appréciée de loin, c'est la dimension, la taille de l'État
auquel la constitution doit s'appliquer. Je regarde cette circonstance
comme très-importante, et c'est, à mon avis, pour n'avoir pas voulu en
tenir compte que, de nos jours, en Europe et en Amérique, plus d'une
tentative constitutionnelle a si déplorablement échoué. J'espère que
les Grecs auront le bon sens de reconnaître cet écueil et de ne pas s'y
heurter. Indépendamment des avantages intérieurs qu'ils en retireront,
ils y trouveront celui-ci que l'Europe regardera une telle conduite de
leur part comme une grande preuve de sagesse; elle en conclura que les
idées radicales et les fantaisies révolutionnaires ne dominent pas les
Grecs, et qu'animés d'un vrai esprit national, ils savent reconnaître
et satisfaire chez eux, pour leur propre usage, les vrais intérêts
du gouvernement et de la liberté. Le jour où la Grèce aura donné, sur
elle-même, cette conviction à l'Europe, elle aura fait immensément pour
sa stabilité et son avenir.»

Pas plus que les individus, les peuples n'aiment à s'entendre dire
qu'ils sont petits et qu'ils feraient bien de s'en souvenir. Partout où
s'élevait, à cette époque, le désir d'une constitution, le grand régime
constitutionnel de la France et de l'Angleterre s'offrait aux esprits,
à la fois avec l'attrait de la nouveauté et l'empire de la routine;
pourquoi ne pas l'adopter tel qu'il était pratiqué et qu'il avait réussi
ailleurs? En communiquant à M. Piscatory mes vues sur la constitution
grecque, je lui avais prescrit de ne leur donner aucune forme, aucune
apparence officielle, et de les présenter aux Grecs uniquement comme les
conseils d'un ami convaincu de leur utilité. Lord Aberdeen, en informant
sir Edmond Lyons que j'écrirais avec détail, sur ce sujet, à M.
Piscatory, lui avait recommandé d'appuyer mes conseils, mais sans
en prendre la responsabilité. Il avait lui-même des doutes sur
quelques-unes de mes idées; et sir Robert Peel, d'un esprit moins libre
et plus dominé par ses habitudes anglaises, se montrait plus favorable
à la convocation annuelle de la chambre des députés et contraire à
toute participation du sénat à un rôle spécial de conseil d'État. La
constitution grecque, délibérée par l'assemblée nationale, acceptée par
le roi Othon et promulguée le 16 mars 1844, fut monarchique et libérale,
mais calquée sur le modèle du régime constitutionnel de France et
d'Angleterre, et destinée ainsi à en rencontrer, sur ce petit théâtre,
les difficultés et les périls.

Tant que siégea l'assemblée nationale chargée de l'enfantement
constitutionnel, la nécessité de l'accord et de l'action commune fut
sentie et acceptée par tout le monde, par les chefs des partis grecs
comme par les diplomates étrangers. Parmi les anciens amis de M.
Colettis beaucoup s'indignaient de son impartialité, lui reprochaient
ses complaisances pour ses anciens adversaires, et le pressaient de se
mettre hautement à leur tête contre les partisans de MM. Maurocordato
et Metaxa, qui ne lui rendaient pas toujours ce qu'il faisait pour eux:
«Rien ne me fera changer de conduite, leur répondit-il; la constitution
ne peut pas se faire sans l'entente; j'y serai fidèle. Je sais que
plusieurs des amis de MM. Maurocordato et Metaxa ne me donneront pas
leur voix; peu m'importe; je voterai pour eux, et tous ceux qui me
croiront en feront autant.--Vous êtes donc contre vos amis et pour vos
ennemis?--Ni l'un ni l'autre; je suis pour l'entente à tout prix.»
M. Piscatory le soutenait fermement dans cette difficile épreuve: «Je
poursuis, m'écrivait-il, la voie que vous m'avez tracée, et on nous
tient ici pour de très-honnêtes gens, un peu dupes. J'ai à essuyer de
rudes remontrances de la part de nos amis; mais je ne me laisse aller à
aucune faiblesse. Nous couperons notre mauvaise, bien mauvaise queue,
et nous la remplacerons par mieux qu'elle.» Sir Edmond Lyons, malgré ses
préventions et ses prétentions, était frappé de cet exemple, et rendait
justice à ceux qui le lui donnaient: «M. Guizot, écrivait-il à lord
Aberdeen, a ici, dans M. Piscatory, un admirable agent.» Il faisait
effort lui-même pour se conformer aux recommandations de lord Aberdeen,
mettre de côté l'esprit de parti et maintenir l'entente; mais ses
habitudes et son naturel reprenaient souvent leur empire; il rentrait
souvent dans ses méfiances jalouses, dans sa passion d'influence et de
domination exclusive. M. Piscatory m'en avertissait et s'en défendait,
sur les lieux mêmes, vivement mais sans humeur: «Il y a ici,
m'écrivait-il, des gens qui feraient couler le bateau à fond plutôt
que de le voir sauver par nos mains. Le gouvernement grec avait demandé
qu'on reçût à Toulon quatre jeunes gens comme élèves de notre marine.
Vous m'écrivez par le dernier courrier que c'est accordé. J'en informe
le ministre de la marine à Athènes. Son principal employé, tout dévoué à
sir Edmond Lyons, s'en entend avec lui et donne ordre aux jeunes gens de
s'embarquer sur un bâtiment anglais. Les jeunes gens désolés viennent se
plaindre. J'envoie immédiatement déclarer au ministre de la marine que,
quand je devrais faire prendre par des matelots les quatre élèves, ils
iront à Toulon. On s'est excusé, et je ferai partir prochainement mes
quatre Grecs.» J'informai lord Aberdeen de cet incident: «Que dites-vous
de la France et de l'Angleterre ardentes à s'enlever quatre petits
marins? Je pourrais vous envoyer bien d'autres commérages de cette
sorte, mais c'est assez d'un. Qu'il ne revienne, je vous prie, de
celui-ci pas le moindre reflet à Athènes; M. Piscatory se loue beaucoup
de sir Edmond Lyons, a pleine confiance dans sa loyauté, et au fond ils
marchent très-bien ensemble. N'y dérangeons rien. Seulement il est bon
de regarder de temps en temps dans les coulisses très-animées de ce
petit théâtre, pour n'être jamais dupes des intrigues qui s'y nouent et
s'y renouent sans cesse.»

J'écrivis en même temps à M. Piscatory: «Persistez à subordonner les
intérêts de rivalité à l'intérêt d'entente, la petite politique à la
grande, et faites que Colettis persiste. C'est indispensable. Ce n'est
pas notre plaisir que nous cherchons, c'est le succès. C'est la fortune
de la Grèce que nous voulons faire, non pas celle de tel ou tel Grec.
Mais dites-moi toujours tout. Vous êtes là pour tout voir et me faire
tout savoir, agréable ou désagréable. Seulement il ne faut pas voir,
dans tout ce que fait ou dit sir Edmond Lyons, plus qu'il n'y a: il
n'y a point de trahison politique, point de dissidence réelle et active
quant à l'intention et au but pour la Grèce; il y a le vice anglais,
l'orgueil ambitieux, la préoccupation constante et passionnée de
soi-même, le besoin ardent et exclusif de se faire partout sa part et sa
place, la plus grande possible, n'importe aux dépens de quoi et de qui.
Cela est très-incommode, très-insupportable, et il faut le réprimer de
temps en temps, quand cela devient tout à fait nuisible aux affaires ou
inconvenant pour la dignité. C'est ce que vous avez fait très à propos
dans l'incident des quatre petits marins. Mais il faut savoir que cela
s'allie avec de la loyauté, du bon sens, du courage, et une bien plus
grande sûreté de commerce et d'action commune qu'on n'en rencontre
ailleurs.»

La constitution faite et promulguée, un problème bien plus difficile
encore s'élevait: il fallait former un ministère capable de contenir, en
le satisfaisant, ce peuple ressuscité en armes, d'affermir cette royauté
chancelante, de supporter la liberté publique en maintenant la loi. A
peine fut-on en présence de cette tâche, que les obstacles et les périls
éclatèrent: le ministère qui était né de la révolution et qui avait
présidé au travail de la constitution disparut; M. Metaxa donna sa
démission; il s'était brouillé avec M. Maurocordato, et l'attitude de
l'empereur Nicolas rendait, pour le parti nappiste, le gouvernement
constitutionnel impossible. «Enfin la constitution est jurée,
l'assemblée est dissoute, la révolution est close, m'écrivait M.
Piscatory[79]; ferons-nous un ministère raisonnable? Je n'en sais rien
encore. Le ministère fait, vaincra-t-il le roi? J'en doute. L'opinion
que c'est impossible s'en va en province avec les députés les plus
sages, les plus modérés qui se désolent, avec l'opposition et les
philorthodoxes qui ont bien raison de ne pas renoncer à leurs projets.
Lyons est toujours très-bien; son parti est pris, je le crois; cependant
il faudra le voir à l'épreuve des petites questions d'influence. Je
ferai tous les sacrifices qui ne nous amoindriront pas; partout, et ici
surtout, la réputation est importante; la nôtre est bonne; je ne la fais
pas résonner haut, mais je tiens à la maintenir.»

[Note 79: Le 31 mars 1844.]

Les dispositions de M. Colettis m'inquiétaient: il avait mis, à me les
faire connaître, sa mâle franchise; avant même que la constitution fût
promulguée, il avait écrit au directeur des affaires politiques dans mon
ministère, M. Desages, qui avait son amitié et toute ma confiance[80]:
«Quand je suis arrivé ici, le gouvernement était entre les mains des
hommes du 15 septembre. J'ai dû entrer dans le conseil pour neutraliser
l'effet de l'élément révolutionnaire. J'ai réussi. L'assemblée montrait
des tendances dangereuses; j'avais à lutter d'un côté contre l'esprit
démocratique, de l'autre, contre les petites jalousies des hommes même
qui auraient dû me seconder avec le plus de franchise. J'ai déclaré
hautement mes principes; je n'ai fait des concessions de principe à
personne; mais j'ai mis de côté tout amour-propre, je me suis effacé.
Tout en ramenant Metaxa, je me suis étroitement uni à Maurocordato. Nous
avons dominé l'assemblée; le roi, la monarchie, le pays ont été sauvés.
Mais il y a encore un grand danger pour tous; c'est la mise à exécution
du nouveau système. Maurocordato n'a pas su ménager assez Metaxa; il y a
eu entre eux dissidence; il y a eu rupture, dont la conséquence a été la
démission du président du conseil. Le nouveau ministère qui va se former
aura à lutter contre un ennemi puissant, d'autant plus puissant qu'il
peut habilement exploiter la haine, c'est le mot, du peuple contre les
Fanariotes, qu'on accuse, à tort ou à raison, comme les auteurs de tous
les maux qui ont pesé sur la nation sous l'ancienne administration.
Le ministère devra donc être fort pour accomplir avec succès la lourde
tâche qui lui sera imposée. Quant à moi, je suis bien loin de redouter
un pareil fardeau; mais je veux le porter noblement; je veux avoir
toutes les chances possibles de réussir. Pour réussir, je dois être
secondé par des hommes qui me soient dévoués; si l'administration
n'était pas à une seule pensée, pas de réussite possible. Ici, la
question est trop grave pour que je puisse céder en rien. Il y va du
salut de mon pays; je me crois capable de le sauver; mais je dois avoir
les moyens de le faire. Je suis donc bien décidé à ne pas me départir de
la ligne de conduite que je me suis tracée et à ne faire, ni à Lyons, ni
à Piscatory, ni à Maurocordato, une concession qui serait nuisible à
mon pays, au roi, à moi-même. Il faut réussir ou ne pas entreprendre
l'oeuvre de régénération. Je ne refuse pas la coopération de
Maurocordato; je suis prêt même à lui céder la présidence; mais il est
indispensable que j'aie les ministères actifs entre les mains; c'est le
seul moyen de servir réellement les intérêts de la Grèce, du roi, de
la politique française en Orient. Si je ne puis, par des raisons
politiques, réussir à former un ministère homogène, je me retirerai,
parce que je ne puis jouer au hasard tant de graves intérêts. Si je
réussis au contraire à mettre dans les ministères actifs des hommes à
moi, je réponds de l'avenir, pourvu que la France ne m'abandonne pas.»

[Note 80: Le 29 février 1844.]

Nous étions bien décidés à n'abandonner ni la Grèce ni M. Colettis;
mais je ne partageais pas toute sa confiance en lui-même et en lui seul;
j'étais convaincu que ce n'était pas trop, en Europe, de l'accord entre
la France et l'Angleterre, en Grèce, du concours des grands partis et de
leurs chefs, pour consolider cet État naissant, et que ce qui avait été
nécessaire à l'enfantement de la constitution ne l'était pas moins
aux premiers pas du gouvernement constitutionnel. J'écrivis à M.
Piscatory[81]: «J'admets tout ce que vous me dites du roi Othon, le
déplorable effet de ses lenteurs et de son insistance sur je ne sais
combien de points secondaires, l'humeur de ses plus sincères amis.
Pourtant, je trouve cette impression un peu exagérée; je viens de relire
tout ce qu'il a écrit, dit, demandé. Tout cela est d'un esprit obstiné,
maladroit, solitaire; mais on n'y sent point de mauvais dessein. Que le
roi Othon ne soit pas un grand esprit, ce n'est en Grèce une découverte
pour personne; il faut qu'on en prenne son parti; à tout prendre, depuis
la révolution du 15 septembre, il s'est mieux conduit qu'on ne s'y
attendait; il s'est tenu assez tranquille et il a de la probité. Je
ne comprendrais pas, de la part d'hommes comme M. Colettis et M.
Maurocordato, le découragement dont vous me parlez. Laissez-moi vous
redire, et par vous à eux, ce que je vous ai déjà dit: dans toutes les
situations, on a toujours devant soi des faits qu'on ne peut changer,
des obstacles qu'il faut accepter en travaillant à les surmonter. De
tous les fardeaux de ce genre, le roi Othon ne me paraît pas le plus
lourd possible; tenez pour certain que, si celui-là était écarté, les
Grecs en verraient tomber bien d'autres sur leurs épaules, et que le roi
Othon, malgré tout ce qui lui manque, leur épargne plus d'embarras qu'il
ne leur en suscite. Les moyens de lutter contre les défauts du roi
ne manqueront point à ses ministres; ils auront les forces du régime
constitutionnel; ils auront l'appui des légations française et anglaise.
Ce n'est pas assez, j'en conviens, pour leur épargner les ennuis, les
fatigues, les mécomptes, quelquefois les échecs d'une telle situation;
c'est assez pour leur rendre habituellement le succès possible et
probable. On n'a pas le droit d'espérer mieux en ce monde. Que MM.
Colettis et Maurocordato me pardonnent ce langage; je ne leur dis là que
ce que je me répète sans cesse à moi-même; j'ai aussi, d'autre façon,
mes embarras inamovibles et mes tentations de découragement. Que ces
messieurs demeurent unis pour former un cabinet et pour gouverner,
comme ils l'ont été pour faire la constitution; ils réussiront de
même, peut-être plus laborieusement encore, mais en définitive, ils
réussiront. Leur union est, j'en conviens, la condition _sine qua non_
du succès; c'est encore là une de ces nécessités qu'il faut accepter et
satisfaire, n'importe par quels sacrifices réciproques. A vous dire tout
ce que je pense, j'ai regretté et je regrette la rupture avec M. Metaxa;
le parti nappiste est trop important, trop fort pour qu'il soit sage de
le rejeter tout entier dans l'opposition. Fût-il moins fort, il ne faut
pas avoir dans l'opposition tout le parti religieux; ce peut être une
situation de révolution; ce n'est pas une situation de gouvernement.
Comment faut-il faire, au parti nappiste, une part dans le gouvernement?
Faut-il la lui faire dans la personne de son chef ou en détachant du
chef ses lieutenants et ses soldats? Il n'y a pas moyen d'avoir, de
loin, un avis sur cette question; je m'en rapporte à nos amis et à
vous. Mais tenez pour certain que, par l'une ou l'autre voie, il
faut atteindre ce but et absorber dans le gouvernement une partie du
nappisme. M. Metaxa aurait-il envie de venir ici comme ministre de
Grèce? Nous l'accepterions volontiers.»

[Note 81: Le 7 avril 1844.]

M. Piscatory pensait comme moi et avait devancé mes instructions: «J'ai
le profond regret, m'écrivait-il dès le 10 avril 1844, par une dépêche
officielle, d'annoncer à V. E. qu'il m'a été impossible de soutenir les
prétentions de M. Colettis; elles étaient telles que je suis convaincu
qu'elles étaient des prétextes pour ne pas accepter sa part du pouvoir,
et pour se réserver pour un avenir qu'il prévoit, à tort ou à raison.
Tout ce que les liens politiques et l'amitié personnelle conseillaient
d'efforts en une telle circonstance, je l'ai fait; il m'a semblé que
j'aurais manqué à mes devoirs et aux instructions du gouvernement du Roi
si je m'étais associé à une lutte personnelle qui, heureusement, n'est
pas tant entre MM. Colettis et Maurocordato qu'entre leurs amis.
J'ai cru devoir me préoccuper d'un seul but, celui de concourir à la
formation du ministère le plus raisonnable, le plus capable possible,
et le plus acceptable par l'opinion publique. J'ai donc déclaré à M.
Colettis, qui me reprochait de ne pas soutenir le parti français, que
je ne pouvais me placer sur ce terrain, que ce n'était pas là une
proposition soutenable dans un gouvernement, régulier, et que tel ne
devait pas être le résultat des efforts communs pour donner à la Grèce
un gouvernement constitutionnel. Il est resté inébranlable.» Quelques
jours après[82], M. Piscatory ajoutait, dans une lettre intime: «Je
vous ai écrit en grande hâte, par le dernier bateau, pour vous dire la
position où m'avaient mis les exigences personnelles de Colettis,
et plus encore sa répugnance non avouée, mais évidente, à entrer au
ministère. S'il avait voulu en convenir franchement, tout était simple;
il ne l'a pas voulu, même avec sa propre conscience, et j'ai dû prendre
un parti qui a ses inconvénients, je le sais, mais le seul qui établît
la vraie situation, la situation qui convient à un gouvernement régulier
et à son représentant. Je suis sûr maintenant d'avoir bien fait ici.
Ai-je bien fait pour Paris? Vous me le direz. Ce que je voudrais, même
en ayant raison, c'est ne pas vous avoir créé d'embarras. Là est toute
mon inquiétude. J'en avais une autre; mais je ne l'ai plus, ou plutôt
je l'ai moins. Je craignais d'avoir blessé Colettis, surtout de l'avoir
poussé dans une voie où il se perdrait infailliblement. Je ne sais
pas encore bien exactement ce qui lui reste, dans le coeur, d'amertume
contre moi; mais j'ai la certitude que sa loyauté, son bon jugement, son
patriotisme suffiront, malgré les flatteries des uns et les excitations
des autres, à le maintenir dans la conduite qu'il a tenue depuis son
retour en Grèce.» Un peu plus tard[83], M. Piscatory reprenait quelque
inquiétude: «Je n'ai rien rabattu, m'écrivait-il, des bonnes idées que
j'avais sur l'esprit et le coeur de Colettis; mais, à l'user, j'ai vu
des défauts que je ne connaissais pas: sa finesse est un peu grosse, et
il en use de la même manière avec un Pallicare et avec un habit noir;
ses idées sont vagues, son imagination tient grande place; l'ordre le
touche peu, et il a un parfait dédain pour le plus ou moins de qualités
morales dans les hommes qu'il s'attache ou dont il se sert.»

[Note 82: Le 15 avril 1844.]

[Note 83: Le 31 mai 1844.]

M. Colettis ne voulait ni courir le risque de s'user dans le premier
ministère chargé de faire le premier essai de la constitution, ni
contracter une longue et intime alliance avec M. Maurocordato, le client
de l'Angleterre, de la puissance la plus favorable à la Turquie et la
plus contraire à l'agrandissement de la Grèce. Dans son patriotique
orgueil, il se réservait pour un avenir infiniment plus éloigné qu'il ne
le pensait, et qu'il n'était pas en état d'avancer d'un jour.

M. Maurocordato hésitait beaucoup à se charger seul du pouvoir. Il
alla demander à M. Piscatory s'il pouvait compter sur le concours de la
légation française. M. Piscatory lui en donna l'assurance. Le cabinet
fut formé. Quelques jours après, M. Maurocordato m'écrivit pour
m'expliquer son acceptation et réclamer de nouveau mon appui qu'une
fois déjà je lui avais prêté. Je le lui promis. M. Piscatory s'employa
efficacement à obtenir de M. Colettis la promesse de ne point attaquer
le nouveau cabinet: «Après une première lettre amère à Maurocordato,
m'écrivait-il[84], il lui en a adressé une très-bonne et je suis certain
qu'il tiendra parole. Je le vois tous les jours, et toujours à l'oeuvre
pour contenir ses vieux amis exclusifs, rancuniers, voulant tout pour
eux et disant, avec un grand étonnement de n'être pas crus:--Nous sommes
la France; les autres sont l'Angleterre.--C'est là une stupidité
avec laquelle il fallait en finir. Ce ne pouvait être que par un coup
d'éclat. J'en ai accepté la responsabilité, et je ne m'en repens pas,
toujours à condition que ce ne sera pas, pour vous, une difficulté.»

[Note 84: Le 15 avril 1844.]

Ce n'était pas à Londres que la difficulté pouvait naître. La
satisfaction y fut grande; «Les nouvelles de Grèce ont fait ici
merveille, m'écrivit M. de Sainte-Aulaire[85]; la conduite de M.
Piscatory est fort appréciée. Après avoir lu son rapport du 10 avril,
lord Aberdeen m'a prié de le lui laisser, et il l'a envoyé à sir Robert
Peel avec ces mots:--Voilà à quoi sert l'entente.--Sir Robert Peel le
lui a renvoyé en disant qu'il en était charmé «et que cette conduite
de notre ministre à Athènes ranimait _un peu_ ses espérances pour
l'Espagne.»

[Note 85: Les 2 et 3 mai 1844.]

La satisfaction anglaise ne fut pas de longue durée; il fut bientôt
évident que le ministère Maurocordato ne réussirait pas. Son chef
était un homme d'un esprit juste et fin, d'une assez grande activité
administrative et diplomatique, d'un patriotisme sincère, d'une
intégrité reconnue, mais sans puissance naturelle de caractère et de
volonté, enclin à mettre partout l'adresse à la place de l'énergie,
et aussi peu capable de résister à ses amis que de lutter contre ses
adversaires. Il n'était d'ailleurs le représentant d'aucun des grands
partis politiques de la Grèce, ni du parti guerrier ni du parti
religieux; il venait du Fanar, et les Fanariotes étaient suspects et
odieux au peuple grec. M. Maurocordato n'avait de force que son mérite
personnel, des amis épars et l'appui de l'Angleterre. C'était trop peu
pour la tâche difficile qu'il avait à accomplir, surtout pour la mise en
pratique de la loi électorale que l'assemblée nationale avait votée avec
la constitution, et qui devait former la première chambre des députés.
Les élections tournèrent contre lui avec éclat; il n'était évidemment
qu'un pouvoir de surface et de passage, sans racines dans le pays; ce
fut de ses deux rivaux, MM. Colettis et Metaxa, surtout de M.
Colettis, que les élections démontrèrent l'influence et réclamèrent le
gouvernement.

M. Piscatory avait prévu ce résultat, me l'avait fait pressentir et
s'y était lui-même préparé. Après avoir vivement pressé M. Colettis de
s'allier avec M. Maurocordato, et avoir loyalement appuyé le cabinet
naissant de ce dernier, il avait pris soin de ne pas s'engager, corps
et âme, dans ses destinées, et de rester en très-bons rapports avec
M. Colettis, en établissant hautement, envers celui-ci et ses amis,
l'indépendance de la politique française: «Mon but a été, m'écrivait-il,
de retirer de ses mains le drapeau de la France et de le reporter à
la légation. Il y est aujourd'hui, et non ailleurs. Colettis l'a bien
compris, et il en a eu un peu d'assez vive mauvaise humeur, ses amis
plus que lui. Eux et lui se sont calmés, et il est aujourd'hui comme je
le désirais. Suis-je comme il le désire? Pas tout à fait; mais il ne se
plaint pas; il me témoigne grande confiance, cherche encore quelquefois
à m'enjôler et à m'entraîner; mais en général il se contente de
professer que la légation française a sa conduite et lui la sienne, ce
qui n'empêche pas l'entente et surtout l'amitié.»

J'approuvai pleinement cette attitude de notre ministre à Athènes; mais
je ne m'en contentai pas; j'avais eu, avec M. Colettis, des relations
si intimes qu'elles me donnaient le droit de lui dire sans réserve ma
pensée. Je lui écrivis: «Quand le jour est venu, dans votre pays, de
former un cabinet, j'ai vivement regretté que vous n'y entrassiez
pas; je pensais que l'alliance des chefs de parti, qui avait présidé à
l'oeuvre de la constitution, devait présider aussi aux premiers pas
du gouvernement. Je voyais bien les obstacles; mais, dans les grandes
choses, il n'y a point d'obstacle qui tienne devant la nécessité, et il
me semblait qu'il y avait nécessité. Vous en avez jugé autrement; vous
avez pensé que, dans l'intérêt de la Grèce, il valait mieux que vous
laissassiez à d'autres les difficultés et les hésitations d'un début
dans la pratique des institutions nouvelles. Il se peut que vous ayez
eu raison. Maintenant, si je ne me trompe, le moment approche où vous
ne pourrez vous dispenser de mettre la main aux affaires. Deux choses me
frappent tellement que je veux vous les dire. Sur l'une et l'autre, je
suis sûr que j'ai raison.

«Vous débutez dans le gouvernement constitutionnel, gouvernement
difficile toujours et partout; plus difficile en Grèce qu'ailleurs,
car vous êtes un petit État placé entre les trois grands États les plus
étrangers, les plus contraires au régime constitutionnel, la Russie,
la Turquie et l'Autriche. En présence de ce seul fait, la naissance de
votre constitution est un miracle. Sa durée sera un plus grand miracle.
Si vous voulez cette durée, appliquez-vous avant tout, par-dessus tout,
à rallier, à tenir unies et agissant ensemble, tout ce que vous avez, en
Grèce, de forces gouvernementales. La division, la dispersion, la lutte
intestine des forces gouvernementales est le plus grand danger, le
mal le plus grave des pays libres. Parmi les pays qui ont tenté d'être
libres, presque tous ceux qui ont péri, les petits surtout, ont péri par
ce mal-là. Je sais combien il est difficile de rallier et de tenir unies
les diverses forces gouvernementales. Je sais quelle est la puissance de
l'esprit de parti et de coterie, des traditions et des passions de parti
et de coterie. Je sais tout ce qu'il faut sacrifier et souffrir pour
leur résister. Je persiste à dire que, dans les pays libres, et encore
plus dans ceux qui ne sont ni grands ni anciens, il y a nécessité de
poursuivre cette alliance, car c'est une question de vie ou de mort.

«J'ajoute qu'entre les divers partis, c'est surtout à celui qui a lutté
longtemps pour l'indépendance et la liberté nationales, qu'est imposée
la nécessité de ménager et de rallier les forces gouvernementales; car,
par le cours naturel des choses, ce parti-là ne les possède pas toutes.
Ce n'est pas au sein de l'insurrection, même la plus juste, ce n'est pas
dans la lutte, même la plus belle, pour la liberté, que se placent et se
forment toutes les situations et les forces gouvernementales. Beaucoup
de celles qui existaient avant la lutte restent en dehors de ce
mouvement, ou bien s'y perdent. Parmi celles qui s'élèvent et brillent
dans la lutte, beaucoup sont étrangères, si ce n'est contraires, à
l'esprit de gouvernement. Quand donc le jour du gouvernement arrive,
quand l'ordre constitutionnel doit succéder à la lutte nationale, il
faut, il faut absolument que le glorieux parti qui a lutté et vaincu
sache se dire que, seul, il ne suffit pas à gouverner, qu'il ne possède
pas en lui-même, et à lui seul, toutes les forces nécessaires et propres
au gouvernement. Il faut qu'il cherche ces forces là où elles sont,
qu'il les accepte telles qu'elles sont, et qu'il leur donne, dans le
gouvernement, leur place et leur part. Sans quoi, le gouvernement ne se
fondera pas, et toutes les luttes soutenues par le pays seront perdues;
car, après tout, c'est par le gouvernement que les pays durent, et c'est
à un gouvernement durable que toutes les luttes doivent aboutir.

«Voici ma seconde réflexion.

«Vous êtes très-préoccupé de l'avenir de la race hellénique, de toute la
race hellénique, et vous avez raison. Je vois la place que tient, dans
votre pensée et dans votre conduite, l'avenir de cette race. Je crois,
comme vous, et je tiens presque autant que vous à cet avenir. Mais ne
vous y trompez pas, il n'arrivera pas demain. Est-il très-loin? Je n'en
sais rien. Ce que je sais, c'est qu'il n'est pas très-près. Tenez ceci
pour certain: l'Europe, et quand je dis l'Europe, je dis la bonne comme
la mauvaise politique européenne, vos amis comme vos ennemis, l'Europe
ne veut pas de la chute prochaine de l'Empire ottoman; l'Europe fera
tout ce qu'elle pourra pour retarder cette chute et ses conséquences.
Acceptez cette situation dans le présent, sans renoncer à l'avenir. Si
on croit que vous ne l'acceptez pas, si on croit que vous travaillez à
presser l'événement que l'Europe veut ajourner, la politique européenne
se tournera contre vous, et vos meilleurs amis ne pourront rien pour
vous. Je ne voudrais pas que vous vous fissiez, à cet égard, aucune
illusion; l'Europe a, sur cette question, un parti bien pris, et la
Grèce ne forcera pas la main à l'Europe. Je ne vous demande pas de
supprimer les sentiments qui vous animent; je vous demande de ne pas les
laisser agir hors de saison; car il n'y aurait, pour vous, ni honneur,
ni profit. Croyez-moi; occupez-vous de l'intérieur de la Grèce; qu'elle
acquière la consistance d'un État bien gouverné au dedans, incontesté au
dehors: c'est aujourd'hui tout ce qui se peut faire et tout ce qu'il y a
de plus efficace à faire pour son avenir.»

Trois semaines après l'arrivée de ma lettre à Athènes, les
pressentiments qui me l'avaient fait écrire se réalisaient; M.
Maurocordato, battu dans les élections tombait du pouvoir; le roi Othon
appelait à sa place M. Colettis, qui formait un cabinet dans lequel
entrait M. Metaxa; les deux grands partis nationaux de la Grèce, le
parti guerrier et le parti religieux, après s'être rapprochés dans
l'arène électorale, s'alliaient ainsi dans le gouvernement, et M.
Colettis me répondait en me disant: «J'ai vu avec peine que vous
sembliez craindre qu'il se fît, sous mon ministère, un mouvement contre
les frontières ottomanes. C'est un devoir pour moi de dissiper ces
craintes. J'ai toujours cru, il est vrai, et je crois encore que
les limites de la Grèce ne sont pas le mont Othrix, qu'un lien sacré
unissait et unit les provinces grecques soumises à la Turquie aux
provinces qui ont été assez heureuses pour être déclarées indépendantes.
Les destinées de la Grèce sont plus vastes que celle que les protocoles
lui ont faite. Telle est ma croyance; mais je n'ai jamais pensé que
c'était par l'invasion, par la propagande armée que ces destinées
devaient s'accomplir. Un temps viendra où la force seule des choses
fera ce que nous ne pourrions faire aujourd'hui sans un bouleversement
général qui emporterait peut-être le royaume de Grèce. Je suis donc
partisan du _statu quo_. Aussi, dès mon entrée au ministère, me suis-je
sérieusement occupé de mettre un frein à la fougue de certains esprits
peu réfléchis et peu prévoyants qui voulaient pousser le gouvernement
dans une voie dangereuse et antinationale. Les mesures que j'ai prises
ont eu les plus heureux résultats; les relations entre les autorités
grecques et les autorités ottomanes de la frontière sont parfaitement
amicales; elles se prêtent un appui réciproque. Je vous déclare, mon
respectable ami, que, tant que je serai premier ministre, la Turquie
n'aura rien à craindre de ma part; je regarde tout mouvement hostile
contre les frontières voisines comme impolitique et dangereux. Je vous
l'ai dit souvent à Paris, je vous l'écris d'Athènes.»

A l'intérieur, M. Colettis se déclarait bien résolu à soutenir fermement
le roi Othon, et plein d'espoir que, malgré l'aveuglement des passions
populaires et les exigences des intérêts personnels, il réussirait,
avec l'appui de la France et l'attitude tranquille des puissances
continentales, à maintenir son pays dans les lois de la monarchie
constitutionnelle et les limites des traités. Mais, en même temps, il
me manifesta sans réserve sa profonde méfiance de l'Angleterre et de son
représentant: «Vous connaissez, me dit-il, mon opinion sur la politique
anglaise; je vous l'ai développée bien des fois; elle était basée sur
une longue expérience. Aussi la sincérité qu'affectait d'afficher M.
Lyons m'a surpris à un point tel que je me suis souvent demandé si je
m'étais trompé et si mon expérience avait été mise en défaut. Je ne
pouvais comprendre cependant que l'Angleterre, qui avait tant fait pour
empêcher la Grèce d'exister, pût vouloir autre chose, la Grèce existant
malgré elle, que d'organiser une Grèce anglaise, gouvernée par un
ministère anglais. Les faits vinrent bientôt me prouver que je ne
m'étais pas trompé. Je fis connaître à notre ami Piscatory la tendance
de M. Lyons et de sa politique; je voulus le convaincre que, pour M.
Lyons, toute la Grèce se résumait dans la personne de M. Maurocordato
et de quelques hommes aveuglément dévoués à sa politique. Il ne partagea
pas mon opinion. Je fus forcé de lui dire:--Mon ami, nous ne pouvons
nous entendre sur cette question; restons amis, mais ne parlons plus des
affaires du pays.--J'ai cru alors que c'était un devoir pour moi de ne
plus vous écrire; je n'étais pas d'accord sur l'ensemble avec Piscatory;
vous écrire la manière dont je voyais les choses, c'était me mettre en
opposition avec lui; vous représenter les choses comme Piscatory les
voyait, c'était violenter ma conscience. J'ai préféré garder le silence
jusqu'au moment où les faits viendraient prouver que j'étais dans le
vrai.»

Sir Edmond Lyons fit tout ce qu'il fallait pour convaincre de plus en
plus M. Colettis qu'en effet il était dans le vrai. Envoyé en Grèce par
lord Palmerston, et d'un esprit roide en même temps que d'un caractère
ardent et fidèle, il avait gardé les passions et les traditions de la
politique exclusive et impérieuse de son ancien chef. La chute de M.
Maurocordato était, pour cette politique, un grave échec, et pour sir
Edmond Lyons lui-même la chute de sa propre domination en Grèce. Son
hostilité contre le nouveau cabinet, c'est-à-dire contre M. Colettis,
fut publique et sans mesure; soit dans l'emportement de sa colère, soit
de dessein prémédité, il l'attaqua à tout propos avec un acharnement
infatigable, lui attribua les projets les plus contraires à la paix de
l'Europe, et se mit partout à l'oeuvre, au dedans comme au dehors, pour
lui susciter toutes sortes d'obstacles. Il fit plus; il se brouilla
ouvertement avec M. Piscatory, l'accusa d'avoir travaillé à renverser M.
Maurocordato, et cessa d'avoir, avec lui, les rapports et les procédés
que leur situation officielle et leur intimité récente rendaient aussi
naturels que nécessaires.

L'embarras était grand pour moi: c'était précisément à cette époque que
s'établissait, entre lord Aberdeen et moi, la plus cordiale entente;
naguère, au château d'Eu et à Windsor, nous nous étions entretenus à
fond de toutes choses; j'avais reconnu et éprouvé, entre autres dans la
question du droit de visite, l'élévation et l'équité de son esprit et
son loyal désir d'un sérieux accord entre nos deux pays et nos deux
gouvernements. Je pris le parti de traiter avec lui, à coeur ouvert et
à visage découvert, des affaires de Grèce comme des autres; je lui
écrivis[86]: «Je voudrais continuer à vous faire lire tout ce qui
m'arrive d'Athènes. L'impression que j'ai rapportée de nos entrevues
à Eu et à Windsor, c'est que, si nous nous montrons tout, si nous nous
disons tout l'un à l'autre, nous finirons toujours par nous entendre.
Ai-je tort? En tout cas, voici ce que je copie textuellement dans une
lettre de M. Piscatory du 10 octobre, que je ne vous envoie pas tout
entière parce qu'elle est pleine d'affaires étrangères à la politique
grecque:

[Note 86: Le 28 octobre 1844.]

--«Je n'ai pas goût à vous parler de sir Edmond Lyons, je ne voulais
même vous en parler que le jour où les rapports convenables seraient
rétablis, ce que j'espère; je ne qualifie pas, même avec vous, ses
façons d'agir; je vous en laisse juge; tout ce que je puis vous dire,
c'est que, depuis plusieurs jours, les attachés de la légation anglaise
se plaignent des procédés de sir Edmond, et qu'ils sont venus me prier,
sous toutes les formes, de rétablir les anciennes relations. J'ai
toujours répondu qu'on savait bien que ce n'était pas moi qui les avais
changées, que je n'avais pas pris au sérieux des façons de faire dont
j'avais eu droit de me plaindre, que sir Edmond Lyons poli me trouverait
poli, intime dans l'avenir comme dans le passé, qu'enfin je n'avais ni
mauvaise humeur, ni rancune. Tout cela a-t-il été répété? Je n'en sais
rien, c'est probable; le fait est que sir Edmond et lady Lyons sont
venus hier à Patissia pendant que nous étions absents, que j'irai
aujourd'hui rendre la visite, et que tout sera fait pour maintenir la
bonne attitude du côté où elle est déjà si évidemment.»

«De tout cela, mon cher lord Aberdeen, je ne veux relever qu'une seule
chose, c'est l'esprit modéré et conciliant qu'y apporte M. Piscatory. Je
suis sûr qu'il est très-sincèrement préoccupé du désir de faire tout ce
qu'il pourra, et qu'il fera en effet tout ce qu'il pourra honorablement
pour ramener sir Edmond Lyons, et vivre de nouveau avec lui, d'abord en
bons termes, puis en bonne intelligence. Aidez-le à cela. Vous seul y
pouvez quelque chose.

«Un seul mot sur le fond des affaires grecques. Ne nourrissez,
contre Colettis, point de prévention irrévocable. Je ne sais s'il se
maintiendra au pouvoir; les pronostics de M. Piscatory à cet égard sont
fort différents de ceux de sir Edmond Lyons. Mais, en tout cas, tenez
pour certaines ces deux choses-ci: l'une, que M. Colettis est et sera
toujours en Grèce un homme fort important; l'autre, que c'est un homme
d'un esprit rare, élevé, capable de s'éclairer par l'expérience et les
bons conseils, et dont il y a un grand parti à tirer pour le résultat
que vous désirez comme moi, l'affermissement tranquille de ce petit État
grec. Il est plein de préjugés et de défiance contre la politique de
l'Angleterre envers la Grèce; mais on peut extirper de son esprit ces
vieilles rancunes. C'est, je vous le répète, un homme très-perfectible
et très-_éclairable_. Il a quelque estime pour mon jugement et une
pleine confiance dans mon bon vouloir pour son pays. Je veux qu'il ait
aussi confiance en vous, et qu'il croie votre politique envers la Grèce
ce qu'elle est réellement, c'est-à-dire sincère comme la nôtre. On peut,
j'en suis sûr, l'amener à cela, et ce serait un grand pas vers le solide
rétablissement de notre entente cordiale à Athènes, résultat auquel je
tiens infiniment, pour le présent et pour l'avenir.»

En essayant ainsi de changer l'opinion de lord Aberdeen sur M. Colettis
et celle de M. Colettis sur la politique de lord Aberdeen envers la
Grèce, j'entreprenais une oeuvre très-difficile, et je mettais lord
Aberdeen dans un embarras encore plus grand que le mien. Si je parvenais
à le convaincre que nous avions raison, je l'obligeais à rappeler de
Grèce sir Edmond Lyons, marin éminent et honoré dans sa carrière, ardent
patriote anglais, fort accrédité et bien apparenté dans son pays, fort
soutenu par lord Palmerston. J'imposais ainsi à lord Aberdeen une
grave difficulté intérieure et parlementaire, en même temps que je lui
demandais de penser et d'agir, sur les partis grecs et leurs chefs,
autrement que n'avait fait le gouvernement anglais et qu'il n'avait
fait lui-même jusque-là. Il continua de protester, aussi sincèrement que
hautement, contre toute prétention à une influence dominante en Grèce:
«On peut avoir trop comme trop peu d'influence, disait-il à M. de
Jarnac[87], et je suis sûr qu'en Grèce nous en aurons toujours assez,
quel qu'y soit le ministre. Mon indifférence est complète à cet égard.
Je pense, il est vrai, qu'avec les idées de conquête et d'agrandissement
qu'il n'a pas hésité à avoir tout haut, M. Colettis peut être un homme
dangereux; mais je ne suppose pas du tout que la France veuille le
soutenir dans l'exécution de ces idées; et, en tout cas, je suis certain
que l'Angleterre et la Russie ne s'y prêteront point. Je suis donc
parfaitement tranquille à cet égard. Ma grande raison de préoccupation
et de regret dans toute cette affaire, c'est ma conviction croissante
de l'extrême difficulté de toute coopération cordiale avec les agents
français, et l'affaiblissement de ma confiance dans la solidité de
ce bon accord que j'ai tant désiré de maintenir et de fortifier.» Les
instructions que lord Aberdeen donnait à sir Edmond Lyons furent en
harmonie avec ses paroles à M. de Jarnac; il lui enjoignit de se tenir
à l'écart, de rester étranger à toute discussion politique, de ne point
prendre le caractère d'un homme de parti, de ne point se montrer hostile
au gouvernement du roi Othon; il blâma son attitude et ses procédés
personnels envers M. Piscatory: «La confiance entre sir Edmond et M.
Piscatory est tout à fait hors de question, m'écrivait-il[88], et je ne
pourrais, en homme d'honneur, lui ordonner d'affecter ce qu'il ne
sent pas; mais les rapports ordinaires de société ne doivent pas être
altérés, et je vous promets que sir Edmond ne fera rien pour s'opposer
au gouvernement de M. Colettis. Je ne puis lui prescrire de l'approuver,
car je ne l'approuve pas moi-même; mais il ne prendra part à aucune
menée contre lui, et surtout il ne fera aucune tentative pour faire
prévaloir l'influence anglaise. J'aurai soin que mes instructions soient
scrupuleusement observées.» Il persistait en même temps à penser et
à dire que M. Piscatory n'avait pas observé les miennes, qu'il avait
secondé M. Colettis dans son travail pour renverser M. Maurocordato,
seulement avec plus d'habileté et de mesure que sir Edmond Lyons n'en
avait mis à le soutenir; et il conservait contre M. Colettis toutes les
méfiances que, dès le premier moment, il m'avait témoignées.

[Note 87: Le 20 septembre 1844.]

[Note 88: Le 11 novembre 1844.]

Dans cette difficile situation, je fis sur-le-champ deux choses, toutes
deux nécessaires pour nous donner à la fois, en Grèce et en Europe,
force et raison.

Je n'ignorais pas que le prince de Metternich partageait les méfiances
de lord Aberdeen sur M. Colettis, et qu'il était de plus fort peu
bienveillant pour le régime constitutionnel issu à Athènes de la
révolution du 15 septembre 1843 et pour ses partisans. Mais je le savais
aussi d'un esprit toujours libre, enclin à prendre, en toute occasion,
le rôle d'arbitre impartial, et décidé d'ailleurs à ne pas se prononcer
vivement contre le ministère de M. Colettis, car le chef du parti russe
en Grèce, M. Metaxa, y siégeait, et M. de Metternich se ménageait autant
avec Pétersbourg qu'avec Londres. Il me revenait que son ministre à
Athènes, M. de Prokesch, gardait une attitude neutre et expectante.
J'écrivis au comte de Flahault[89]: «M. de Metternich a trop de
connaissance des hommes pour ne pas savoir qu'ils ne sont point des
quantités constantes et invariables, surtout quand ils sont de nature
intelligente et active. Il a connu le Colettis d'autrefois, le Colettis
de la lutte pour l'indépendance grecque, le Colettis conspirateur, chef
de Pallicares, étranger à l'Europe. Il ne connaît pas le Colettis qui a
passé sept ou huit ans en France, séparé de ses habitudes et de ses amis
d'Orient, observateur immobile et attentif de la politique occidentale,
des sociétés civilisées, surtout de la formation laborieuse d'un
gouvernement nouveau, au milieu des complications diplomatiques et des
luttes parlementaires. C'est là le Colettis qui est retourné en Grèce et
qui la gouverne maintenant. Celui-ci diffère grandement de l'ancien. Je
suis loin de dire que, dans le Colettis d'à présent, il ne reste rien
du Colettis d'autrefois, que toute idée fausse, toute passion aveugle
soient extirpées de cet esprit, et qu'il ne se laisse pas encore
quelquefois bercer vaguement par certaines ambitions ou espérances
chimériques. Mais je crois que les idées saines et les intentions
modérées prévalent aujourd'hui dans la pensée de cet homme. Je le crois
sincèrement décidé à faire tous ses efforts pour maintenir le trône du
roi Othon, pour établir dans son pays, aux termes de ses lois actuelles,
un peu d'ordre et de gouvernement, et en même temps résigné à ne
point se mettre, par des tentatives d'insurrection hellénique et
d'agrandissement territorial, en lutte avec la politique européenne, sur
la volonté et la force de laquelle il ne se fait plus aucune illusion.

[Note 89: Le 18 novembre 1844.]

«Si cela est, comme je le crois, le prince de Metternich conviendra
qu'il y a un assez grand parti à tirer de cet homme pour contenir, en le
décomposant peu à peu, le parti révolutionnaire qui, au dedans comme
au dehors, s'agite encore en Grèce, et pour conduire les difficiles
affaires du roi Othon. Le prince de Metternich peut d'autant mieux agir
ainsi et diriger en ce sens l'action de ses agents, qu'il n'y a,
dans cette conduite, pas le moindre risque à courir; car, si elle
ne réussissait pas, si les ministres grecs rentraient dans des
voies révolutionnaires et turbulentes, les cinq puissances, qui sont
parfaitement d'accord à ne pas le vouloir, seraient toujours, sans
grand effort, en mesure de l'empêcher, et s'uniraient sur-le-champ à cet
effet.»

Ma provocation ne fut point vaine: les instructions du prince de
Metternich confirmèrent M. de Prokesch dans sa disposition bienveillante
pour le ministère Colettis-Metaxa; celles de Saint-Pétersbourg
prescrivirent au chargé d'affaires russe, M. Persiani, d'appuyer ce
cabinet et de régler en tout cas son attitude sur celle du ministre
d'Autriche. Le ministre de Prusse, M. de Werther, tint la même conduite.
Le ministre de Bavière, M. de Gasser, pensait et agissait comme M.
Piscatory. Toutes les cours continentales étaient ainsi, plus ou moins
explicitement, en bons termes avec le nouveau cabinet d'Athènes, et sir
Edmond Lyons restait isolé dans son hostilité.

Mais je ne m'abusais point sur ce qu'il y avait d'insuffisant et de
précaire dans cette situation; je savais l'importance de l'action
anglaise en Orient, et la faiblesse des cabinets du continent pour
résister à celui de Londres quand celui de Londres avait vraiment une
volonté. J'avais à coeur d'atténuer le désaccord qui existait entre lord
Aberdeen et moi sur les affaires de Grèce et d'en tarir peu à peu les
sources; je voulais du moins maintenir lord Aberdeen dans ses intentions
d'immobilité politique à Athènes, et nous donner de plus en plus raison
à ses yeux contre les emportements de sir Edmond Lyons. Ce qui importait
le plus pour atteindre à ce but, c'était l'attitude, le langage et la
conduite de M. Piscatory à Athènes, car c'était essentiellement sur lui
que portaient l'humeur et la méfiance du cabinet anglais. Je connaissais
bien M. Piscatory, et malgré nos dissentiments de 1840, j'avais pour
lui une amitié et une confiance véritables: préoccupé de lui-même et
très-soigneux de son propre succès, il était en même temps ami chaud et
fidèle, et serviteur loyal du pouvoir qu'il représentait; quelquefois
trop impétueusement dominé par ses impressions du moment, ses premières
idées et l'intempérance de ses premières paroles, il était très-capable
de s'élever plus haut, de se gouverner selon un grand dessein, et
de prendre courageusement sa place dans une conduite d'ensemble et
d'avenir. Je résolus d'agir avec lui comme avec lord Aberdeen, de lui
dire sur toutes choses toute ma pensée, de le faire pénétrer à fond
dans notre situation, et de m'assurer son concours en l'associant à ma
responsabilité. Je lui écrivis: «Vous êtes, quant à présent, ma plus
grande affaire. Réellement grande, car la chute de Maurocordato a été à
Londres, et pour lord Aberdeen personnellement, un amer déplaisir. Non
qu'il ait fortement à coeur que tel ou tel parti, tel ou tel homme soit
au pouvoir en Grèce; il est, à cet égard, parfaitement sensé; mais il
pressent la mauvaise position que ceci lui fera, les embarras que
ceci lui donnera dans le Parlement. Quand on l'attaquait sur l'entente
cordiale, quand on lui demandait ce qu'elle devenait, quelle part de
succès il y avait, la Grèce était sa réponse, sa réponse non-seulement
à ses adversaires, mais aussi à ceux de ses collègues qui hésitaient
quelquefois dans sa politique. Quand sir Edmond Lyons écrivait que vous
lui aviez loyalement promis de soutenir M. Maurocordato, «Voilà à quoi
sert l'entente cordiale» disait lord Aberdeen à sir Robert Peel qui en
avait douté. Il a perdu cette réponse; il est aujourd'hui en Grèce dans
la même situation qu'en Espagne; à Athènes comme à Madrid, il expie les
fautes, il paye les dettes de lord Palmerston et de ses agents. C'est un
lourd fardeau; il en a de l'inquiétude et de l'humeur. «Il s'en prend
à nous, à vous; il vous reproche la rupture de l'entente, la chute de
Maurocordato; il vous accuse de l'avoir voulue, préparée, tout au moins
de n'avoir pas fait ce qu'il fallait, ce que vous pouviez pour l'éviter.
Vous auriez dû, dit-il, peser davantage sur Colettis, dans l'origine
pour qu'il fût ministre avec Maurocordato, plus tard pour qu'il ne lui
fît pas d'opposition. Je nie, j'explique; je soutiens que Maurocordato
est tombé par sa faute, par la faute de sir Edmond Lyons qui l'a
conseillé et auquel il n'a pas su résister. Je prouve que vous l'avez
averti de très-bonne heure, constamment, et que vous l'avez soutenu
aussi longtemps que vous l'avez pu sans vous perdre, vous et votre
gouvernement, dans l'esprit de la Grèce. J'embarrasse lord Aberdeen;
je l'ébranle, car il a l'esprit juste et il est sincère; il veut
sincèrement avec nous l'entente cordiale, en Grèce le développement
régulier du gouvernement constitutionnel sous le roi Othon; il n'a point
le mauvais vouloir, les arrière-pensées que Colettis lui suppose. Je lui
fais entrevoir la vérité, les torts de Lyons et leurs conséquences; mais
je ne le persuade pas pleinement et définitivement; je ne dissipe pas
son humeur, car ses embarras dans le Parlement lui restent, et je ne
puis pas l'en délivrer.

«J'ajoute entre nous, mon cher ami, que de loin, pour un spectateur qui
a du sens et un peu d'humeur, la chute de Maurocordato, en admettant
qu'elle ait été naturelle et inévitable, ne paraît pas bien
honorablement motivée pour ses adversaires, ni pour la Grèce même.
Ces griefs, ces colères, ces clameurs, ces cris de vengeance contre le
ministère Maurocordato, à propos de la distribution des places ou des
manoeuvres électorales, tout cela paraît fort exagéré et dicté par des
passions ou des intérêts personnels. M. Maurocordato n'a commis aucun
acte grand et clair de coupable ou mauvaise politique; il n'a point
trahi le roi ni la constitution; aucun intérêt vraiment national, aucun
danger éclatant ne semble avoir commandé sa chute; elle a été amenée
par des rivalités et des prétentions de parti, de coterie, de personnes.
Pourquoi Colettis n'avait-il pas voulu être ministre avec lui? Pour lui
laisser essuyer les plâtres constitutionnels et faire les élections.
Cela peut avoir été très-bien calculé; cela ne donne pas grande idée
de l'habileté de Maurocordato; mais cela n'inspire pas non plus grande
estime pour les causes de sa chute et pour ses successeurs.

«C'est là l'état d'esprit de lord Aberdeen, le plus impartial des
membres de son cabinet, le meilleur quant à l'entente avec nous.
Voilà contre quelles dispositions nous avons à lutter et avec quelles
dispositions nous avons à vivre à Londres, quant au gouvernement actuel
de la Grèce.

«Mes conversations, mes lettres n'ont pas été sans effet. J'ai obtenu
des instructions formelles de lord Aberdeen à sir Edmond Lyons: 1º pour
que, dans ses rapports sociaux, il laissât là sa colère, son humeur, et
vécût, comme il le doit, convenablement avec vous; 2º pour qu'il se tînt
tranquille, dans les affaires intérieures de la Grèce, n'attaquât point
le ministère Colettis et ne lui suscitât aucun obstacle.

«Ces instructions sont données à Londres sérieusement, sincèrement.
Comment seront-elles exécutées à Athènes? Nous verrons; mais je serai en
droit et en mesure d'en réclamer l'exécution.

«Très-confidentiellement, de lui à moi, lord Aberdeen me témoigne
des craintes sur l'esprit au fond peu constitutionnel et sur les vues
d'agrandissement de Colettis. Il me demande de lui promettre qu'au
dedans la constitution, royauté et libertés publiques, au dehors les
traités et le _statu quo_ territorial seront respectés. Il se méfie
beaucoup de l'alliance avec M. Metaxa, et demande ce que nous aurions
dit dans le cas où M. Maurocordato l'aurait contractée, et si nous
sommes sûrs que nous n'en serons pas dupes.

«Voilà la face extérieure des affaires grecques entre Paris et Londres.
Je viens à la face intérieure et purement grecque, telle que je la vois.

«J'admets tout ce que vous me mandez sur les causes de la chute de
Maurocordato, sur la satisfaction générale du pays, sur la bonne
direction actuelle des affaires, sur la grande position, le bon état
d'esprit et l'ascendant mérité de Colettis. Il faut le soutenir et
l'aider. Il faut maintenir, en la surveillant, son union avec M. Metaxa.
Il faut pratiquer, en un mot, la politique vraiment grecque et bonne
pour la Grèce, malgré les embarras qu'elle nous suscite. Je n'ai pas,
sur cela, la moindre hésitation.

«Mais prenez bien garde aux deux points que voici.

«Colettis est un esprit supérieur, et par là il peut sortir de
l'ornière de ses anciennes idées et préventions. Mais c'est un naturel
très-passionné et très-tenace dans sa passion, car il est plein de force
et de dévouement, et quoiqu'il ait beaucoup appris, il est plein encore
d'ignorance. Par là il peut aisément retomber dans l'ornière.

«Parmi ses anciennes préventions, aucune n'est plus profonde que sa
méfiance de la politique de l'Angleterre envers la Grèce. Il ne voit
pas les faits nouveaux qui ont modifié ou qui peuvent modifier cette
politique; et s'il les entrevoit un moment, il les oublie, au premier
prétexte, pour rentrer dans l'antipathie et la lutte.

«Le parti anglais peut fort bien, par le jeu des institutions, être
battu et écarté, pour un temps, du pouvoir en Grèce. Bon gré mal gré,
l'Angleterre s'y résignera. Mais la Grèce ne peut pas encourir le
mauvais vouloir permanent, l'hostilité déclarée de l'Angleterre.
Elle n'est pas en état de supporter, soit les coups directs, soit les
complications européennes qui en résulteraient.

«Ne perdez jamais cela de vue, et faites en sorte que Colettis y pense.

«Règle de conduite essentielle, fondamentale. Maintenez-vous en bons
rapports avec les hommes du parti anglais qui s'y prêteront, surtout
avec M. Maurocordato. Je serais surpris s'il ne s'y prêtait pas.
Ayez toujours en perspective un rapprochement entre Colettis et
lui. Ménagez-en, préparez-en la possibilité. Cela peut être un jour
indispensable pour la Grèce. Cela nous est bon à nous. Il faut que ce
soit là, pour nous, une politique réelle et une attitude constante.

«Je ne partage pas les inquiétudes de lord Aberdeen sur l'esprit
peu constitutionnel de Colettis. Par goût ou par nécessité, il sera
constitutionnel. Mais je ne suis pas aussi rassuré sur ses vues
territoriales, sur le travail caché ou l'entraînement non prémédité
auquel il pourrait se livrer. Ne lui laissez de ce côté aucune
incertitude, aucune chimère dans l'esprit. La lutte partielle qui a
affranchi et fondé la Grèce ne peut pas se recommencer. La question est
aujourd'hui plus grande et plus claire. C'est du maintien ou de la chute
de l'Empire ottoman qu'il s'agit; et cette question-là, ce n'est pas la
Grèce qui décidera de son moment.

«Mon cher ami, je n'exige pas de vous que vous pensiez, avant tout,
à notre politique générale, et que vous ne fassiez strictement, aux
affaires de la Grèce, que la part qui leur revient dans l'ensemble de
nos affaires. Cela vous serait peut-être impossible. C'est moi que
cela regarde. Mais je vous demande de ne jamais oublier notre politique
générale, et de veiller constamment à ce qu'en faisant les affaires de
la Grèce et de la France en Grèce, vous ne suscitiez, dans nos affaires
générales, que la mesure d'embarras qui sera réellement inévitable. Vous
êtes aujourd'hui, je vous le répète, mon principal embarras. Je ne m'en
plains point; je ne vous le reproche point; vous avez fait ce qu'il
y avait à faire à Athènes; je vous en ai approuvé et je vous y
soutiendrai. Mais dites-vous souvent que, quelque intérêt que nous ayons
à Athènes, ce n'est pas là que sont les plus grandes affaires de la
France.»

«_Post-scriptum._» Sir Stratford Canning, qui est, vous le savez, fort
honnête homme et qui aime la Grèce, écrit à lord Aberdeen sans colère
mais avec tristesse, à propos de l'état actuel des choses et du
ministère Colettis-Metaxa: «Tout ceci ne tournera au profit ni de
l'Angleterre ni de la France.»

Sir Stratford Canning craignait que l'alliance de M. Colettis avec M.
Metaxa ne tournât au profit de la Russie. Il se trompait; il ne savait
pas à quel point ces deux hommes étaient de taille inégale, et quelle
force politique supérieure M. Colettis puiserait bientôt dans sa
supériorité personnelle d'esprit et de caractère. Les faits ne tardèrent
pas à le prouver. Deux mois après la formation du cabinet, M. Piscatory
m'écrivait[90]: «Colettis va bien; il a fort élargi son cercle; nous
avons décidément gagné la partie contre ses vieilles idées. A-t-il
raison d'avoir une entière confiance? Je n'ose l'affirmer; mais il a
certainement une puissance réelle. Viendra-t-il à bout, comme il le
croit, de fonder un gouvernement? La tâche est rude; mais il ne lâchera
pas prise facilement. Le roi et la reine, charmés de leur voyage dans
les provinces, lui savent gré de l'accueil qu'ils ont reçu partout; et
les gens d'ordre, ceux-là même qui ont une préférence pour le nom de
Maurocordato, sentent bien que Colettis peut seul les protéger, et que
son entente ou sa rupture avec Metaxa sont le succès ou la perte de la
cause.» Deux mois plus tard, au moment où la vérification des pouvoirs
se terminait dans la Chambre des députés à Athènes, M. Piscatory me
tenait le même langage[91]: «Le succès de Colettis continue. Je ne lui
passe rien. Metaxa se conduit honnêtement jusqu'ici. Il voit bien que
son parti se dissout sous le soleil Colettis; mais il sent qu'en se
séparant, il se perdrait; je le soigne. Je m'occupe peu du roi; Colettis
est là tout-puissant, au moins autant qu'on peut l'être. Il faut voir
la session. J'espère qu'elle ne sera pas mauvaise. J'ai sauvé plusieurs
députés maurocordatistes; je sauverai Maurocordato. Je le fais pour
vous; ici, ce n'est bon à rien; il n'y a pas de pays où la chevalerie
ait moins de valeur, même auprès de ceux qui en profitent.»

[Note 90: Le 20 octobre 1844.]

[Note 91: Le 30 décembre 1844.]

Plus la session avançait, plus la majorité se prononçait avec éclat pour
le ministère, et pour M. Colettis dans le ministère. Quelques postes
considérables étaient vacants; entre autres, dans le cabinet même, celui
de ministre de l'instruction publique et des cultes; des amis de M.
Metaxa étaient sur les rangs; M. Colettis désirait appeler l'un d'entre
eux; mais ils étaient tous si ardents en matière religieuse, qu'il
hésitait à leur remettre la direction des cultes: «Je pense, m'écrivait
M. Piscatory[92], que, s'il faut faire un sacrifice; il doit être au
profit de l'entente. Je ne crains pas que cette entente se rompe: M.
Metaxa n'a nulle envie de refaire ce qu'il a fait pendant l'assemblée
nationale; il sait bien qu'il a affaira à un collègue bien autrement
fort que M. Maurocordato. Il sait que M. Colettis ne craindrait pas
de se passer de lui; je le crois aussi; mais s'il n'y a pas de
danger sérieux dans cette séparation, il y aurait au moins de grands
inconvénients. Le ministère, tel qu'il est, doit faire certainement
la session. Arrivé jusque-là, il ira facilement jusqu'à la session
prochaine. L'entente, contrariée uniquement par les mauvaises fractions
des deux partis, par les susceptibilités de M. Metaxa, par les succès
trop apparents de M. Colettis, est surveillée avec soin par tous les
gens sensés. M. Colettis lui fera, je n'en doute pas, des concessions;
mais il les mesure si juste que j'ai quelquefois peur que ce ne soit
trop juste. Je ne cesse de l'avertir, et surtout j'ai grand soin des
inquiétudes assez vives de M. Metaxa. M. le ministre d'Autriche veille
de son côté; et il sera moins suspect que moi au roi et à la reine,
quand il leur conseillera des ménagements pour M. Metaxa dont on
oublie difficilement, au palais, la conduite en septembre et pendant
l'assemblée nationale.

[Note 92: Le 10 janvier 1845.]

«Le dire de M. le ministre d'Angleterre est maintenant celui-ci: «--Le
ministère est mauvais, la chambre très-mauvaise, son bureau détestable;
cependant il est possible qu'on réussisse, et dans ce cas, le succès
prouvera l'excellence des institutions.--C'est à M. de Prokesch que sir
Edmond Lyons a tenu ce langage. M. le ministre de Bavière, qui l'a vu
hier, l'a également trouvé plus modéré et parlant beaucoup d'un congé de
dix-huit mois dont il aurait grand besoin, et auquel il avait bien droit
après un séjour de dix ans.»

Malgré ma satisfaction de l'état général des faits à Athènes, ce dernier
rapport de M. Piscatory m'inquiéta vivement: «Prenez-y garde, lui
écrivis-je[93]; votre situation me paraît bien tendue. J'appelle toute
votre sollicitude sur deux points. Pas de rupture avec Metaxa. Colettis
ne tiendra pas longtemps seul contre Maurocordato et Metaxa réunis. De
plus, grande surveillance des hommes de désordre; car, après tout, ce
sont les amis de Colettis, et il les ménage, pas plus peut-être qu'il
ne peut, mais à coup sûr, plus qu'il ne faut. S'il se brouillait avec
Metaxa, il serait livré à ces hommes-là, et il s'engagerait dans la
violence, faute de force. Et la violence ne le mènerait pas loin. Encore
une fois, il n'aurait pas même la ressource de troubler l'Europe; cela
ne dépend pas de lui. Mais il tomberait, à son grand mal, au grand mal
de la Grèce, et aussi au nôtre.»

[Note 93: Le 27 juillet 1845.]

Mon inquiétude ne me trompait pas. M. Metaxa supportait de plus en
plus impatiemment l'ascendant toujours croissant de M. Colettis. Une
opposition, formée des amis de M. Maurocordato et des plus ardents
nappistes, mécontents que le cabinet ne fît pas assez pour eux, se
manifesta dans la chambre des députés; sir Edmond Lyons la soutint avec
sa passion accoutumée; les intérêts de l'orthodoxie grecque lui parurent
un bon terrain pour engager une lutte; la foi catholique du roi Othon et
la difficulté d'assurer, selon le voeu formel de la constitution, la foi
grecque de son successeur, ramenaient sans cesse les débats de ce genre:
«L'alliance anglo-russe a été tentée, m'écrivit M. Piscatory[94] et M.
Metaxa s'y est laissé entraîner; la question s'est posée entre lui et
M. Colettis, entre nous et l'alliance. La majorité, qui avait paru un
moment incertaine, a fini par se prononcer fortement, à 65 voix
contre 32, pour M. Colettis. Je suis convaincu qu'il fallait mettre
sur-le-champ M. Metaxa à la porte; mais je devais conseiller
le contraire, et je l'ai fait. Mes collègues m'ont tenu pour
très-convaincu, et c'est aujourd'hui M. de Prokesch qui accepte le plus
nettement l'idée de la séparation, si l'entente est un obstacle.» Il
ajoutait quelques jours plus tard[95]: «Tous les jours la séparation de
Colettis et Metaxa devient plus inévitable. La nomination des sénateurs,
qui sera connue aujourd'hui ou demain, sera le signal. J'ai beau dire
très-haut qu'il faut conserver l'entente; je suis convaincu que c'est
impossible; M. Metaxa a pactisé avec l'opposition; mes collègues le
voient et le disent tout haut. Ne vous inquiétez pas de cet
événement; la session finira bien; l'ordre ne sera pas troublé, et
très-probablement nous n'aurons plus bientôt à lutter que contre
ceux qui veulent s'en prendre au roi. Cette opposition-là n'est pas
nombreuse, et elle n'a pas, en ce moment, de racines dans le pays. Nous
avons la force matérielle; nous avons la majorité dans la chambre des
députés; nous l'aurons dans le sénat; nous avons la confiance entière
du roi; nous soutenons le pouvoir et l'ordre. N'est-ce pas là la bonne
position, ici et devant l'Europe?»

[Note 94: Le 31 juillet 1845.]

[Note 95: Le 3 août 1845.]

La rupture éclata, en effet. Nommé ministre de Grèce à Constantinople,
M. Metaxa refusa cette mission. Le général Kalergis, le chef militaire
de l'insurrection du 15 septembre 1843, et depuis lors aide de camp du
roi Othon, fut écarté de son poste d'aide de camp et nommé inspecteur
d'armes en Arcadie, ce qu'il refusa également. Toute entente cessa entre
les chefs des trois grands partis qui divisaient la Grèce et l'Europe
en Grèce; et M. Colettis, fermement soutenu par le roi Othon et par
les deux chambres, resta seul chargé de pratiquer et de fonder un
gouvernement libre, sous les yeux et sous le feu de MM. Maurocordato et
Metaxa devenus ses adversaires déclarés.

Je ne m'étais fait avant, et je ne me fis, après l'événement, aucune
illusion sur sa gravité. J'écrivis sur-le-champ à M. Piscatory[96]:
«Ce qui est fait est fait. Je le regrette beaucoup. Metaxa donnait à
Colettis des embarras, des déplaisirs; mais au fond il ne le gênait et
ne l'empêchait de rien qui importât réellement. Quand ils n'étaient pas
du même avis, Colettis l'emportait, et quand ils étaient du même avis,
ce qui arrivait habituellement, cela servait beaucoup. Et au dehors,
leur union était une réponse péremptoire à toutes les accusations, à
tous les soupçons, une garantie, partout reconnue, de force et de durée.
Qu'arrivera-t-il maintenant à l'intérieur? Je n'en sais rien. J'accepte
vos pronostics. Il se peut que Colettis, seul maître, rallie à lui les
bons éléments nappistes, gouverne bien et dure. Sa cause est bonne. J'ai
confiance en lui. J'ai confiance en vous. Je sais qu'on peut réussir
et durer contre l'attente de ses adversaires, et même de ses amis. Mais
tenez pour certain que, d'ici à quelque temps, à Pétersbourg, à Londres,
même à Vienne, parmi les maîtres des affaires et aussi dans le public,
on ne croira pas à la durée de Colettis. Ceci lui créera bien des
difficultés de plus. Je ne puis, au premier moment, mesurer jusqu'où
iront les intrigues de ses ennemis et les méfiances des hommes qui, sans
être ses ennemis, ne pensent pas bien de lui et ne lui veulent pas
de bien; mais, à coup sûr, les ennemis se remueront beaucoup et les
indifférents laisseront beaucoup faire. Je reçois aujourd'hui même,
de M. de Rayneval[97], une dépêche qui m'avertit que les meilleures
instructions que nous puissions espérer de Pétersbourg pour M. Persiani,
c'est l'ordre de se tenir à l'écart, de ne pas approuver et de ne pas
soutenir, en ne nuisant pas. Tenez pour certain que le cabinet russe
n'entrera nulle part dans aucune lutte, petite ou grande, contre celui
de Londres, et qu'il sera charmé toutes les fois qu'il croira trouver
une occasion de plaire à Londres en s'éloignant de nous. Et ne comptez
pas sur les cabinets allemands; ils pensent tous très-mal de sir Edmond
Lyons; mais je doute qu'ils le disent aussi haut dès qu'ils n'auront
plus, pour se couvrir, l'alliance de Metaxa avec Colettis. Nous serons
les seuls amis sûrs et publics de Colettis resté seul.

[Note 96: Le 27 août 1845.]

[Note 97: Alors chargé d'affaires de France à Saint-Pétersbourg.]

«Je n'ai pas besoin de vous dire que nous serons en effet ses amis, et
très-nettement. Je compte sur son imperturbable fixité dans les deux
points fixes de notre politique en Grèce. Au dehors, le maintien du
_statu quo_ territorial et de la paix avec la Porte; au dedans, le
maintien du roi Othon et du régime constitutionnel. Tranquille sur ces
deux points, je soutiendrai fermement l'indépendance du roi Othon pour
la formation de son cabinet et l'indépendance du cabinet grec pour la
conduite des affaires grecques. Je soutiendrai Colettis comme le chef du
parti national, et comme le plus capable, le plus honnête et le plus sûr
des hommes qui ont touché au gouvernement de la Grèce. Je crois tout
à fait cela, et j'aime l'homme. Je vous crois aussi très-capable de le
soutenir en le contenant, et je vous aime aussi. Mais ne vous faites et
que Colettis ne se fasse aucune illusion. La situation où nous entrons
est très-difficile. Je ne vois pas clairement qu'elle fût inévitable. Je
crains que nous ne retombions dans ce qui a, si longtemps et sous tant
de formes diverses, perdu les affaires grecques, la division et la lutte
des partis intérieurs et des influences extérieures. Donnez, Colettis et
vous, un démenti à ce passé. Je vous y aiderai de tout mon pouvoir. Je
vous préviens que je crois le danger grave et que j'y penserai à
tout moment. Faites-en autant de votre côté. J'espère que nous le
surmonterons ensemble.»

Je ne me contentai pas de faire arriver mes préoccupations et mes
conseils à M. Colettis par M. Piscatory; je voulus les lui exprimer
directement à lui-même, en lui donnant en même temps un nouveau gage de
mon amitié comme de notre appui, et en appelant fortement son attention
sur la responsabilité nouvelle qui pesait sur lui depuis qu'il était
seul en possession du pouvoir. Je lui écrivis, deux mois après la
retraite de Metaxa[98]: «J'ai un grand plaisir à vous annoncer que
le Roi vient de vous donner le grand-cordon de la Légion d'honneur.
J'attendais avec impatience une occasion naturelle de le lui proposer.
Le voyage de M. le duc de Montpensier en Grèce me l'a fournie. Le roi et
la reine ont été vivement touchés de l'accueil que leur fils a reçu de
votre roi, de votre reine, de votre nation, de vous-même. Ce que vous
faites à Athènes entretient et perpétue les souvenirs que vous avez
laissés à Paris. Tenez pour certain que vous avez ici de vrais amis, et
ils espèrent vous y revoir un jour, le jour où votre pays n'aura plus
autant besoin de vous.

[Note 98: Le 14 octobre 1845.]

«Vous avancez, ce me semble, dans votre oeuvre, quoique vos difficultés
soient toujours aussi grandes. C'est la condition du gouvernement dans
les pays libres; le succès, même certain et éclatant, n'allège point le
fardeau; il faut recommencer chaque matin le travail et la lutte comme
si rien n'était encore fait. Vous touchez au terme de votre session;
mais alors commencera pour vous une autre tâche, non moins rude
en elle-même et peut-être encore plus nouvelle chez vous, celle du
gouvernement intérieur, de l'administration régulière, responsable,
incessamment appliquée à maintenir ou à établir partout l'ordre, la
justice distributive, la prospérité publique. Vos ennemis du dedans et
du dehors vous attendent, mon cher ami, à cette seconde épreuve.
Ils disent que vous êtes entouré d'un parti de tout temps étranger à
l'ordre, à l'état social tranquille et réglé; que vous ne parviendrez
pas à lui faire accepter le joug des lois, de la responsabilité
administrative, de la bonne gestion financière; que les emplois publics,
les revenus publics seront livrés aux ambitions et aux dilapidations
particulières; que le désordre et les embarras intérieurs rentreront par
là dans l'État; que bientôt les trois puissances créancières de la Grèce
s'apercevront qu'elles n'ont, sous le régime constitutionnel, pas plus
de garanties qu'elles n'en avaient, avant la constitution, pour le
rétablissement des finances grecques et le payement des intérêts de
l'emprunt; alors, dit-on, commencera en Grèce une nouvelle série de
griefs et d'événements non moins fâcheux que ceux dont nous avons été
les témoins. Ces prévisions et ces craintes vous arrivent certainement
comme à nous. J'ai la confiance que vous les déjouerez, et qu'en
appliquant à la seconde partie de votre tâche toute la rectitude de
votre jugement et toute l'énergie de votre volonté, vous aurez la gloire
d'avoir ouvert dans votre pays l'ère du régime constitutionnel, de
l'ordre administratif aussi bien que politique, et du rôle régulier
et pacifique de la Grèce dans le système général de la politique
européenne. Je pense, avec une émotion d'ami, aux sentiments qui
rempliront votre âme à la fin de votre vie, s'il vous est donné qu'elle
soit ainsi et jusqu'au bout remplie.»

Je savais que je pouvais témoigner avec cet abandon à M. Colettis ma
sympathique sollicitude, car il était de ceux qui ont l'âme assez riche
pour ne pas s'absorber tout entiers dans la vie politique, et qui, au
milieu de ses sévères travaux, restent sensibles à d'autres joies comme
à d'autres tristesses: «Votre lettre, me répondit-il[99], est venue
ajouter un vif et sincère plaisir à l'honneur que m'a fait votre roi.
Votre sympathie pour mon pays, votre amitié pour moi, votre connaissance
des nécessités de tout gouvernement ont inspiré vos paroles; aussi me
suis-je empressé de les lire à mon souverain et à mes amis qui, eux
aussi, peuvent en profiter. Elles sont pour moi le gage d'une estime
que je n'aurai pas trop payée de tous mes efforts, s'il m'est donné
d'accomplir la tâche que la Providence m'a confiée. Oui, je crois
avancer dans mon oeuvre; chaque jour je fais un pas vers le but que
j'ai dû me proposer: rétablir l'ordre dans un pays profondément troublé,
rendre au trône la haute position qui lui appartient, concilier sans
secousse les règles constitutionnelles avec les moeurs nationales. Mais
ne jugez pas mon pays, ne me jugez pas moi-même sans tenir compte des
caractères particuliers de notre société: elle est intelligente, mais
sans expérience; elle a le goût de l'ordre, mais elle en ignore les
conditions; l'intérêt particulier ne sait pas ce que, pour son propre
succès, il doit à l'intérêt général; les hommes ne suivent déjà plus
les inspirations d'un chef et ils ne se rallient pas encore autour d'un
principe; les intérêts individuels sont avides; l'esprit de localité est
susceptible. Braver tout ce mal pour arriver au bien absolu, ce serait
tout compromettre. Croyez que, si vous avez un juste milieu à maintenir
entre des principes opposés, nous avons, nous, un juste milieu à garder
entre ce qui est et ce qui doit être. Croyez enfin que, si je fais des
concessions à ce qu'on voudrait que je tentasse de réformer violemment,
je ne les fais pas par faiblesse, mais parce que je suis convaincu que
les secousses sont ce qu'il y aurait de pire pour la justice, pour les
finances, pour la prospérité publique, pour tous les intérêts que vous
me recommandez.»

[Note 99: Le 30 novembre 1845.]

«M. Prokesch, me disait-il dans une autre lettre[100], qui avait
dernièrement fait un voyage dans la Grèce orientale, est revenu hier
d'une tournée dans les provinces occidentales et sur cette partie de la
frontière. Il a trouvé le pays fort tranquille et les populations
fort occupées de leurs travaux agricoles. Il m'a surtout exprimé la
satisfaction que lui ont causée les dispositions qu'il a remarquées, dans
le peuple et dans les employés, à se maintenir en bonnes relations avec
la Turquie. Tant que la Grèce ne sera pas séparée de la Turquie par une
muraille semblable à celle de la Chine, ou tant que le gouvernement grec
n'aura pas une vingtaine de mille hommes à placer en garde permanente
sur la frontière, je n'irai pas et personne n'ira prendre sur soi de
garantir qu'aucun bandit ne s'échappera de la Grèce pour aller exercer
le brigandage chez les Turcs. Tout ce que le gouvernement grec peut
faire, et il le fait, c'est de donner ordre aux autorités civiles
et militaires de la frontière de s'entendre avec les pachas et les
dervenagas turcs quant à la poursuite des malfaiteurs, et je vous dirai
qu'en effet les autorités grecques et ottomanes s'entendent si bien que
jamais ces contrées n'ont été aussi tranquilles qu'en ce moment.»

[Note 100: Des 31 mai et 10 juin 1845.]

La tranquillité intérieure dont se félicitait M. Colettis fut bientôt
troublée, et les difficultés qu'il prévoyait, sans s'en effrayer, ne
tardèrent pas à éclater, plus graves qu'il ne les avait prévues. La
rupture entre les chefs des partis amena la lutte des partis, dans
le pays comme dans les chambres; et, pendant que, dans les chambres,
l'alliance de MM. Maurocordato et Metaxa formait une opposition
redoutable, cette opposition se transformait, dans le pays, en désordres
matériels, en dérèglements administratifs, en conspirations et
en séditions contre le cabinet. Pendant la première année de son
gouvernement solitaire, M. Colettis lutta, avec succès, contre tous ces
adversaires et tous ces périls; il avait la majorité dans les chambres;
le roi et le peuple lui étaient de plus en plus favorables; partout où
se produisaient l'intrigue ou la rébellion, la couronne et la population
lui prêtaient leur concours pour les réprimer; les tentatives de
quelques bandes grecques, soit pour piller, soit pour provoquer
l'insurrection contre la Turquie dans les provinces frontières, furent
efficacement prévenues ou désavouées. Tel était enfin, en Grèce, l'état
des affaires, que je pus écrire au comte de Flahault[101]: «Nous avons
maintenant à la tête des affaires, sur les deux points de l'Orient
européen qui nous intéressent le plus, les deux hommes les plus capables
de comprendre et de pratiquer un peu de bonne politique, Réchid-Pacha à
Constantinople et Colettis à Athènes. J'espère que M. de Metternich n'a
pas tout à fait oublié ce que je vous écrivais, il y a un an[102], sur
Colettis, et qu'il trouve que sa conduite n'a pas mal répondu à mon
attente. Colettis a conquis la confiance du roi Othon et même de la
reine. Il s'applique à raffermir le trône, à relever le pouvoir. Il ne
se prête point aux fantaisies conquérantes ou conspiratrices qui peuvent
préoccuper encore son ancien parti. Il se conduit, envers les chambres
grecques, avec adresse et autorité. Il vient d'achever une session;
il en commence sur-le-champ et hardiment une autre pour faire voter le
budget de 1846 comme celui de 1845, et avoir ainsi devant lui un certain
temps d'administration sans combat politique. Il tâchera d'employer ce
temps à mettre un peu d'ordre dans les finances de la Grèce, à faire
dans le pays quelques travaux publics, à imposer aux agents du pouvoir
et à la population quelques commencements d'habitudes tranquilles et
régulières. Les difficultés de la situation, déjà très-grandes, sont
fort aggravées par l'hostilité active, incessante, de sir Edmond Lyons;
je n'entre dans aucun détail à ce sujet; M. de Metternich en sait, à
coup sûr, autant que moi. J'en ai dit à lord Aberdeen, au château d'Eu,
tout ce que j'en pense. Je le crois bien près d'être convaincu que Lyons
juge mal les affaires de la Grèce et conduit mal celles de l'Angleterre
en Grèce. Mais, mais, mais..... je m'attends à la prolongation de cette
grosse difficulté. Heureusement, les représentants des cours allemandes
à Athènes, surtout M. de Prokesch, jugent bien de leur situation et
emploient bien leur influence. Ceci me rassure un peu contre les chances
de perturbations nouvelles que sir Edmond Lyons fomente de son mieux.
Appelez, je vous prie, l'attention de M. le prince de Metternich sur
deux choses: 1º sur le ministre de Turquie à Athènes, M. Musurus,
Grec tout à la dévotion de Lyons, qui envenime sans cesse les moindres
affaires de la Porte en Grèce, et fait à Constantinople d'insidieux
rapports; un bon avis, donné là sur son compte, serait très-utile; 2º
sur le chargé d'affaires de Russie, M. Persiani, petit et timide, mais
sans mauvaise intention ni mauvais travail; il se plaint de n'être pas
assez compté par le roi, la reine et par quelques-uns de ses collègues;
il y aurait avantage à ce qu'il fût bien traité, et prît quelque
confiance dans sa position et en lui-même. M. de Metternich fera, de ces
observations confidentielles, l'usage qu'il jugera convenable.»

[Note 101: Le 11 novembre 1845.]

[Note 102: Le 18 novembre 1844. Voir dans ce volume, page 333.]

Le prince de Metternich donna les conseils et prit les petits soins que
je lui demandais. Je dis les petits soins; non qu'ils ne fussent pas
importants, et que, s'ils avaient manqué, le gouvernement grec n'eût
pas eu à en souffrir; mais ce n'était pas les appuis extérieurs et
diplomatiques, quelque indispensables qu'ils fussent, qui pouvaient
mettre M. Colettis en état de surmonter les difficultés avec lesquelles
il était aux prises; c'était en lui-même, dans sa clairvoyante
appréciation des intérêts grecs et dans son énergique volonté de les
faire triompher, qu'il devait puiser et qu'il puisait en effet sa
force. Dans un pays naguère et à peine sorti de la servitude par
l'insurrection, il avait à fonder en même temps le pouvoir et la
liberté. Il fallait qu'au centre il relevât la royauté et qu'il
organisât dans les chambres une majorité de gouvernement. Dans les
provinces, il était chargé d'établir l'ordre, la justice et une
administration régulière, faits inconnus en Grèce, aussi bien depuis
qu'avant son affranchissement. Au dehors, il avait à contenir les
passions des Grecs sans les éteindre, et à ajourner indéfiniment leur
grand avenir sans leur en fermer les perspectives. C'était là l'oeuvre
difficile et chargée de problèmes contradictoires que l'Europe lui
imposait et qu'il s'imposait lui-même, car il avait l'esprit assez grand
pour en mesurer l'étendue et le coeur assez ferme pour en accepter
la nécessité. On ne poursuit pas une telle oeuvre sans avoir bien des
sacrifices à faire et bien des tristesses à subir en silence. Pour
organiser dans les chambres une majorité de gouvernement et pour
enfermer dans les limites du petit État grec les passions qui aspiraient
à l'affranchissement général de la race grecque, il fallait que M.
Colettis donnât à ses anciens compagnons d'armes, aux hommes de la
guerre de l'indépendance, des satisfactions suffisantes pour qu'ils
se résignassent à la discipline de l'ordre civil et à l'inaction de la
paix. L'unique moyen d'obtenir d'eux ce double effort, c'était de
leur laisser dans leur province, dans leur ville ou leur campagne, les
avantages et les plaisirs d'une influence bien voisine de la domination
personnelle et locale; domination inconciliable avec une bonne
administration publique, et qui devenait la source d'une multitude
d'abus financiers, judiciaires, électoraux, dont la responsabilité
pesait sur le gouvernement central qui ne pouvait les réprimer sans
irriter leurs auteurs et sans compromettre ainsi toute sa politique. Ces
abus étaient incessamment signalés à M. Colettis, et par ses amis qui
s'en désolaient, et par ses adversaires qui s'en faisaient une arme
contre lui. La correspondance et la conversation de sir Edmond Lyons
étaient le bruyant écho de tous les désordres locaux, de tous les
actes irréguliers ou violents, de tous les inconvénients intérieurs ou
extérieurs qu'enfantait cette situation, et il en tirait une incessante
accusation contre le cabinet qui ne savait pas ou ne voulait pas en
préserver le pays. Sir Edmond s'en plaignait un jour vivement à M.
Colettis lui-même; le ministre de Prusse, M. de Werther, appuyait ses
plaintes; M. Piscatory, présent à l'entretien, gardait le silence, ne
voulant pas contester un mal dont il reconnaissait la réalité: «Vous me
demandez que le gouvernement soit partout présent et actif, leur dit M.
Colettis, qu'il impose partout sa règle; vous voulez que je mette toutes
voiles dehors. Je vous préviens que la mâture entière cassera.»

Malgré ses prévisions inquiètes, M. Colettis entreprit de porter remède
aux maux dont on se plaignait; il donna à toutes les autorités, à
tous les agents du pouvoir des ordres sévères pour que les abus, les
illégalités, les vexations de parti, les excursions de frontières, tous
les désordres locaux, fussent réprimés; il en fit arrêter et punir les
auteurs. Plusieurs condamnés à mort, pour de vrais et odieux actes
de brigandage, étaient en prison, car on n'avait pas encore osé leur
infliger la peine légale de leurs crimes; il les fit exécuter. Le
mécontentement pénétra dans son propre parti; irrités de mesures qui
restreignaient leur pouvoir, leur indépendance, leurs avantages de tout
genre, quelques-uns de ses anciens compagnons d'armes joignirent leurs
séditions à celles de ses adversaires. Un vaillant et populaire chef
de Pallicares, Griziottis, qui avait soutenu jusque-là le régime
constitutionnel et M. Colettis, prit les armes dans l'Eubée pour leur
résister. Toutes ces tentatives furent énergiquement combattues et
vaincues; la plupart des fonctionnaires et l'armée restèrent fidèles au
pouvoir légal. Dans la rencontre qui mit fin à sa révolte, Griziottis
eut le bras emporté: M. Piscatory, en félicitant le premier ministre de
la victoire, vit des larmes rouler dans ses yeux: «Quand nous n'aurons
plus de tels hommes, lui dit Colettis, que deviendra l'avenir du pays?»
Le chef de gouvernement faisait son devoir, mais en conservant dans son
âme les ambitions du Grec et les sympathies du vieux guerrier.

C'était là une situation singulièrement tendue et périlleuse. Sir Edmond
Lyons en exagérait beaucoup à son gouvernement les maux et les périls,
et il les attribuait entièrement à M. Colettis dont il méconnaissait,
avec un aveuglement passionné, les fermes intentions, les qualités
supérieures et les succès dans la politique d'ordre et de paix. Abusés
par ces rapports, et me croyant abusé de mon côté par les rapports
contraires de M. Piscatory, lord Aberdeen et sir Robert Peel
persistaient dans leur méfiance malveillante envers M. Colettis et la
lui témoignaient en toute occasion. Dans l'automne de 1845, le prince de
Metternich, causant à Francfort avec lord Aberdeen, fit sur lui, selon
l'expression du comte de Flahault «une charge à fond» pour changer sa
disposition envers le chef du ministère grec, mais sans succès; les
traditions de la politique anglaise, le déplaisir et l'échec qu'elle
subissait à Athènes et les embarras de la situation parlementaire,
étaient plus forts que mes renseignements et mes raisonnements, et
maintenaient, entre nous, la dissidence. Je n'en ressentais cependant pas
une inquiétude grave; lord Aberdeen était loin d'avoir, dans le jugement
de sir Edmond Lyons, une entière confiance; sir Robert Peel lui-même
le blâmait d'avoir pris à Athènes l'attitude d'un homme de parti, et
de s'être plus préoccupé de ses mortifications personnelles que des
intérêts de son pays ou de ceux de la Grèce. Je ne craignais pas que
le cabinet anglais se portât, envers celui d'Athènes, à aucune mesure
violente, ni que notre dissentiment dans ce coin du monde altérât la
bonne entente qui subsistait d'ailleurs entre nous: «Il faut vivre avec
ce mal là, écrivais-je à M. Piscatory; nous ne sommes pas en train d'en
mourir. Je regrette le fait, mais je m'y résigne. De la bonne politique
faite en commun valait mieux pour tout le monde; faisons-la seuls. Je
n'ai pas besoin de vous recommander, envers nos adversaires d'Athènes,
la mesure froide et le dédain des mauvais petits procédés.»

Mais, à la fin de juin 1846, je perdis la sécurité que, malgré nos
dissentiments, m'inspiraient, pour les affaires de Grèce, le caractère
et la politique générale du cabinet anglais. La réforme des lois sur les
céréales entraîna sa chute. Sir Robert Peel et lord Aberdeen sortirent
du pouvoir. Lord Palmerston reprit le gouvernement des affaires
étrangères. Je connaissais les dispositions qu'il y apportait, sa façon
de les traiter, et sa confiance dans sir Edmond Lyons, l'un de ses
plus dévoués et plus hardis agents. Je pressentis à quel point les
difficultés de la situation s'aggraveraient bientôt à Athènes pour M.
Colettis et pour nous. Mon pressentiment ne me trompait pas.

Je me donne la satisfaction d'insérer ici la lettre que je reçus alors
de sir Robert Peel, en réponse à celle que je lui avais adressée pour
lui exprimer mon profond regret de sa retraite. Je n'avais pas avec
lui l'intimité qui s'était formée entre lord Aberdeen et moi; nos
impressions, à mesure que les événements survenaient, n'avaient pas
toujours été d'accord; il avait même quelquefois laissé percer, à mon
occasion, un peu d'impatience et d'inquiétude. Mais nous avions, au fond
et dans l'ensemble, la même pensée dominante, le même but général; nous
avions, l'un et l'autre, à coeur d'imprimer, à la politique de nos deux
pays, le même caractère. Il prit plaisir à me donner, en nous séparant,
un gage de notre harmonie, et je prends plaisir à le reproduire: «Mon
cher monsieur Guizot, m'écrivit-il, je regretterais profondément ma
retraite si je ne me sentais assuré que nos efforts unis, pendant les
années qui viennent de s'écouler, ont donné, à l'entente cordiale entre
l'Angleterre et la France, des fondements assez solides pour supporter
le choc des chances ordinaires et des changements personnels dans
l'administration, du moins dans celle de ce pays-ci. Grâce à une
confiance réciproque, à une égale foi dans l'accord de nos vues et la
pureté de nos intentions, grâce aussi (je puis le dire sans arrogance
depuis que j'ai reçu votre affectueuse lettre) à une estime mutuelle et
à des égards personnels, nous avons réussi à élever l'esprit et le ton
de nos deux nations; nous les avons accoutumées à porter leurs regards
au-dessus de misérables jalousies et de rivalités obstinées; elles ont
appris à estimer dans toute sa valeur cette influence morale et sociale
que les bonnes et cordiales relations entre l'Angleterre et la France
exercent partout, à l'appui de tout bon et salutaire dessein. Sans cette
confiance et cette estime mutuelles, combien de pitoyables difficultés
auraient grossi au point de devenir de redoutables querelles nationales!
Croyez bien à mon sérieux désir de contribuer toujours, soit comme
homme public, soit comme simple particulier, à la continuation et à
l'accomplissement de cette grande oeuvre, et soyez assuré aussi de
mon inaltérable amitié comme de mon estime et de mon respect le plus
sincère.»

Pendant quelques mois, on put croire que lord Palmerston trouverait
difficilement une occasion spécieuse pour manifester son mauvais vouloir
envers M. Colettis et pour rétablir à Athènes l'empire de sir Edmond
Lyons. Le gouvernement grec agissait utilement et s'affermissait;
l'ordre et le travail étaient en progrès sensible dans le pays. M.
Piscatory, qui était venu passer en France quelques semaines de
congé, m'écrivit en rentrant à Athènes[103]: «J'ai retrouvé la
Grèce parfaitement tranquille, à cela près d'un peu de désordre dans
l'Acarnanie où une querelle entre les Grivas donne un peu d'embarras qui
n'est rien. Le sol et le commerce donneront cette année leurs produits
en grande abondance. Il y a très-réelle, très-évidente prospérité, et
qui plus est, elle est très-sentie. Vous savez que Colettis est parvenu
à faire exécuter les brigands condamnés à mort. L'effet a été grand,
même sur l'esprit de Lyons. Peu d'hommes ont été à ce triste spectacle;
pas une femme. La Grèce a encore le droit de dire _les Barbares_.»

[Note 103: Le 20 octobre 1846.]

Un incident inattendu amena, pour M. Colettis, un grave embarras, et
fournit contre lui, à sir Edmond Lyons, une nouvelle occasion d'attaque.
Un officier grec, Tzami Karatasso, fils d'un ancien et vaillant chef
pallicare, avait été accusé, en 1841, d'avoir suscité en Thessalie un
mouvement d'insurrection contre la Porte. Arrêté alors par ordre du
gouvernement grec, il avait été d'abord enfermé dans la forteresse de
Nauplie, puis fugitif aux îles Ioniennes, puis confiné à Égine, et il
n'avait obtenu du gouvernement grec sa réintégration dans son grade
qu'après une longue épreuve d'exil et de soumission. La révolution du
15 septembre 1843 le remit en faveur, et il devint, à cette époque, l'un
des aides de camp du roi Othon. Aucune plainte ne vint, à ce sujet,
de Constantinople, et la légation turque à Athènes témoignait à Tzami
Karatasso les mêmes égards qu'aux autres officiers de son rang. Dans les
premiers jours de 1847, il eut besoin, pour ses affaires particulières,
d'aller à Constantinople; il obtint du roi Othon un congé de quelques
semaines, et du ministre des affaires étrangères un passe-port; mais
quand il alla demander à la légation turque le visa de son passe-port,
ce visa lui fut refusé. Le ministre de Turquie, M. Musurus, chargea l'un
de ses secrétaires d'aller donner à M. Colettis les motifs de ce refus:
«J'en exprimai à M. Konéménos mon chagrin, m'écrivit M. Colettis[104];
je lui fis remarquer que les antécédents de M. Tzami Karatasso, quels
qu'ils fussent, avaient été expiés, et que, dans sa situation nouvelle,
il offrait des garanties incontestables d'une conduite régulière.
J'engageai M. le ministre de Turquie à réfléchir et à me faire savoir
ses dernières décisions avant que je ne visse le roi. M. Konéménos me
quitta en me promettant de m'apporter, le lendemain matin, la réponse
définitive de son chef. Le lendemain, j'attendis vainement cette réponse
pendant toute la journée. Le soir, à huit heures et demie, il y avait
bal privé à la cour; je dus m'y rendre; j'y trouvai tout le corps
diplomatique, et un instant après, le bal n'ayant pas encore commencé,
le roi me fit appeler dans ses appartements. Sa Majesté me demanda des
renseignements sur l'affaire du passe-port. Je ne pus répondre au
roi que ce que j'avais appris par M. Konéménos et ce que je lui avais
répondu; quant à la dernière résolution de M. le ministre de Turquie, il
ne me l'avait point fait connaître. Sa Majesté me parut très-péniblement
impressionnée et très-offensée du procédé de M. Musurus. Au cercle des
diplomates, le roi s'approcha de M. Musurus et lui dit «qu'il aurait
cru que le roi et sa garantie méritaient plus de respect.» M. Musurus
ne répondit pas un mot. Après le cercle, il passa dans les salons où
il s'entretint avec M. Lyons et M. Maurocordato; puis, il s'approcha de
moi, et me demanda si j'avais rapporté au roi ce qu'il m'avait fait dire
par M. Konéménos; je répondis que je l'avais fait, en ajoutant que M.
Konéménos ne m'avait pas apporté la réponse qu'il m'avait fait
espérer. M. Musurus me dit alors que l'affaire était délicate et que la
responsabilité en pèserait sur moi. Je me vis donc dans la nécessité de
lui répondre que, lorsqu'il s'agissait de la dignité de mon souverain
et de mon pays, j'acceptais toute espèce de responsabilité. Quelques
instants après, M. Musurus, prétextant une indisposition de sa femme, se
retira suivi des employés de sa légation.»

[Note 104: Le 30 janvier 1847.]

Ainsi vivement engagée par les vives paroles du roi Othon en personne,
la question, si mince en elle-même, s'envenima et s'aggrava de jour en
jour; la Porte demanda expressément, et comme son _ultimatum_, que des
excuses fussent faites officiellement à M. Musurus; sans quoi, il avait
ordre de quitter sous trois jours Athènes, par le même bateau qui lui
apportait ses instructions. Fier pour son pays, pour son roi et pour
lui-même, M. Colettis repoussa cette injonction impérieuse: «Que faire?
demanda-t-il à M. Piscatory.--Ne rien faire de ce qui est imposé; faire
très-franchement, très-complètement ce qu'on peut faire dignement,
et rendre les explications dignes en les élevant jusqu'aux souverains
eux-mêmes.» Empressé à couvrir de sa responsabilité personnelle ce qu'il
y avait eu d'un peu imprudent et inopportun dans les paroles du roi
Othon à M. Musurus, M. Colettis adopta et mit en pratique, avec sa
forte dignité, le conseil de notre ministre; il écrivit à Ali-Effendi,
ministre des affaires étrangères de la Porte, et le roi Othon écrivit
au sultan lui-même. Les deux lettres étaient franches, graves, et
expliquaient avec convenance l'incident survenu au bal de la cour, en en
reportant la première cause sur les procédés malveillants de M. Musurus
dans tout le cours de sa mission. L'attitude et le langage du roi de
Grèce et de son ministre furent approuvée, non-seulement dans le corps
diplomatique d'Athènes, sauf par sir Edmond Lyons, mais à Vienne, à
Berlin et à Saint-Pétersbourg; le prince de Metternich en exprima même
son sentiment dans une note adressée à son internonce à Constantinople,
M. de Stürmer. Mais la Porte se sentant appuyée ailleurs, persista
dans ses exigences. On eut, de part et d'autre, l'air de chercher des
expédients, des moyens termes d'accommodement: au fond on espérait un
peu à Athènes que cette querelle amènerait le rappel de M. Musurus; on
s'en promettait, à Constantinople, la chute de M. Colettis. Toutes les
propositions furent repoussées, et le 1er avril 1847, les relations
diplomatiques furent rompues entre les deux États.

Au milieu de cette complication, une autre question et un autre péril
s'élevèrent: non plus entre la Grèce et la Turquie, mais entre la Grèce
et les trois puissances protectrices. Je dis les trois puissances, je
devrais dire l'une des trois puissances, l'Angleterre. Il s'agissait du
payement des intérêts de l'emprunt grec pour les années 1847 et 1848.
La Grèce était hors d'état d'y pourvoir complètement par ses propres
et seules ressources. Que la mauvaise administration grecque, son
inexpérience, ses désordres fussent la principale cause de cette
insuffisance financière dans un pays d'ailleurs en progrès, rien n'était
plus certain; mais le mal ainsi expliqué n'en subsistait pas moins.
M. Colettis faisait, pour y porter remède, des efforts plus sincères
qu'habiles; il n'avait ni les habitudes, ni les instincts de la
régularité administrative. De plus, il venait d'être malade, assez
gravement malade pour m'inspirer, comme à ses amis d'Athènes, une
vive inquiétude: «La perte serait immense, écrivis-je à M. Piscatory;
non-seulement il sert bien son pays, mais il lui fait honneur, le plus
grand service qu'on puisse rendre à un pays. La Grèce a ressuscité,
grâce à quelques noms propres, anciens et modernes. Elle a besoin que
M. Colettis n'aille pas rejoindre sitôt le bataillon de Plutarque.
J'attendrai bien impatiemment le prochain paquebot.» Il m'apporta de
bonnes nouvelles: M. Colettis était rétabli et offrait aux puissances
protectrices, pour le payement des intérêts de l'emprunt grec en 1848,
des garanties sérieuses. Les cabinets français et russe se montrèrent
disposés à en tenir compte, et à donner encore à la Grèce du temps et
de l'appui, tout en insistant fortement pour des réformes efficaces dans
son administration. Lord Palmerston saisit au contraire cette occasion
de porter à M. Colettis un rude coup; il se déclara décidé à exiger,
pour la part de l'Angleterre, le payement immédiat du semestre de 1847,
et trois vaisseaux anglais eurent ordre de partir de Malte pour aller,
dans les eaux de la Grèce, mettre à exécution cette exigence. J'informai
sur-le-champ M. Piscatory du péril[105], et je donnai en même temps, à
Pétersbourg, à Vienne et à Berlin[106], avis de l'attitude que tiendrait
le gouvernement français. Quelques jours s'écoulèrent: «Pourquoi ces
vaisseaux ne sont-ils pas encore ici? m'écrivit M. Piscatory[107]; la
cause en est probablement dans de furieux vents du nord. Arrivés, que
feront-ils? On écrit de Londres qu'ils mettront la main sur Égine. On
dit ici que ce sera sur la douane de Syra ou de Patras. C'est vous
qui dites vrai quand vous prévoyez qui c'est de l'intimidation qu'ils
apportent. De loin, ils n'agissent pas. De près, nous verrons. Le Roi
est très-ferme. Colettis est rajeuni. Quant au pays, il ressemble si peu
à tout ce que nous connaissons que je n'oserais me prononcer. Pour moi,
je veille sur toutes mes paroles; je ne fais pas de plan de campagne; à
chaque jour suffira sa peine. Ne pas nous commettre à la suite des Grecs
et ne pas les abandonner, ce sont-là, ce me semble, les deux bords du
canal où il s'agit de naviguer. Je ferai de mon mieux.»

[Note 105: Le 11 mars 1847.]

[Note 106: Les 20, 30, 31 mars 1847.]

[Note 107: Le 29 mars 1847.]

L'émotion fut vive à Athènes: en présence des vaisseaux anglais au
Pirée, des menaces de sir Edmond Lyons et des mesures hostiles de la
Porte, on se demandait: «Que va-t-il arriver? Le roi Othon cédera-t-il?
M. Colettis se retirera-t-il? Un nouveau cabinet se formera-t-il, et
lequel?» Les ministres d'Autriche et de Prusse, sans abandonner M.
Colettis, lui conseillaient la retraite: «Vous avez sur les bras, lui
disaient-ils, la colère de lord Palmerston, les vengeances de la Porte,
les exigences pécuniaires, les désordres provoqués. Cédez la place et
voyez ce que fera un ministère Maurocordato. Il est douteux qu'il se
forme. S'il y réussit, le terrain sera bientôt déblayé de tout ce qu'on
y jette aujourd'hui pour embarrasser votre marche; plus tard, vous
reviendrez plus fort.» M. Colettis écoutait sans discuter; M. Piscatory,
sans l'exciter, se montrait résolu à le soutenir fermement; hors
d'Athènes, le pays était plus irrité qu'inquiet. Le roi Othon était
moins disposé que personne à céder: convaincu que, s'il se séparait
de M. Colettis, la désaffection du pays en serait la conséquence
inévitable, il disait tout haut: «Je consens, si cela doit arriver, à
être chassé par une force extérieure; mais être repoussé par le
pays lui-même, non; j'aime mieux courir tous les risques que cette
chance-là.» La reine Amélie, courageuse et digne, le confirmait dans sa
résolution. Fort de l'appui du roi et du peuple, et surtout de sa propre
force, M. Colettis la déploya avec une hardiesse inattendue; il avait
dans son cabinet quelques hommes insuffisants ou timides; il forma un
ministère nouveau, plus résolu et plus capable. Il rencontrait dans la
chambre des députés une opposition tracassière; la chambre fut dissoute,
et les élections nouvelles assurèrent au nouveau cabinet une forte
majorité. Des séditions éclatèrent sur quelques points du territoire,
entre autres à Patras; elles furent immédiatement réprimées. L'un des
plus anciens, des plus persévérants et des plus efficaces philhellènes,
M. Eynard de Genève, qui savait mettre généreusement sa fortune au
service de sa cause, fit à la Grèce une avance de 500,000 francs
pour payer à l'Angleterre le semestre exigé. Les vaisseaux anglais se
promenaient dans les mers grecques, changeant fréquemment de mouillage,
mais sans agir autrement que par une tentative d'intimidation qui
demeurait vaine. L'habile énergie de M. Colettis, la ferme adhésion du
roi Othon à son ministre et le sentiment général du pays s'élevaient de
jour en jour au-dessus des périls de la situation.

Dieu, pour nous avertir même quand il nous glorifie, fait éclater la
fragilité de l'homme à côté de sa grandeur. Le 10 septembre 1847,
au moment même où M. Colettis déployait, en présence des plus graves
périls, ses plus rares qualités, et semblait près d'en recueillir le
fruit, M. Piscatory m'écrivit: «Après une longue lutte de quatorze
jours, la plus énergique que puissent soutenir, contre un mal sans
remède, une constitution bien forte et une âme bien ferme, M. Colettis
expire. La fin de la journée sera probablement celle de ses souffrances
et de sa vie. Pour qui l'aura vu à ses derniers moments, la mort sera
une partie de la gloire de ce bon et grand citoyen. Il n'a rien perdu de
sa force ni de son calme. Dès les premiers jours, il discutait son mal
et le déclarait incurable. Convaincu de l'inefficacité des remèdes,
il les acceptait de la main de ses amis. Chaque jour, le Roi venait le
voir. Soit qu'elle n'en eût pas le courage, soit qu'elle ne crût pas
le danger si imminent, Sa Majesté a trop tardé à demander les derniers
conseils d'un homme dont elle sent profondément la perte. Hier, faisant
effort pour contenir ses larmes, le Roi est venu causer avec lui une
dernière fois. M. Colettis m'a fait appeler pour le soutenir sur son
séant; mais déjà ses forces l'avaient abandonné; prenant la main du Roi:
«Sire, lui a-t-il dit, j'aurais beaucoup à dire à Votre Majesté: mais je
ne le puis plus; Dieu permettra peut-être que demain j'en aie la force.»

--«Vous aussi, mon ami, m'a dit M. Colettis après le départ du Roi,
j'aurais beaucoup à vous dire. C'est impossible. Remerciez votre roi et
votre reine des bontés dont ils m'ont toujours honoré. Parlez de moi à
mes amis de France. Faites mes adieux à M. Guizot, à M. de Broglie, à M.
Eynard. Jusqu'au dernier moment, autant que je l'ai pu, j'ai suivi leurs
conseils, ils doivent être contents de moi. Le Roi vient de me dire que
tout le monde, mes ennemis et mes amis, s'intéressent à moi. Cela me
fait plaisir. Mais je laisse mon pays bien malade. Mon oeuvre n'est pas
achevée. Pourquoi le Roi n'a-t-il pas voulu me connaître il y a douze
ans? Aujourd'hui je mourrais tranquille. Je ne puis plus parler.
Recouchez moi; je voudrais dormir.»

«Depuis lors, les moments de calme et de suffocation se succèdent
rapidement. Dans de courts instants de délire, on l'entend redire les
chants de sa jeunesse.»

M. Colettis mourut le 12 septembre 1847, «sans que les plus cruelles
douleurs ni de patriotiques regrets eussent vaincu un seul instant,
m'écrivit M. Piscatory, son inébranlable fermeté et ce calme qui était
une puissance. Exposé pendant vingt-quatre heures, son corps a reçu,
selon l'usage, le baiser d'adieu de toute une population qui l'a suivi
tout entière jusqu'au bord de la tombe. Un orage grondait et le bruit
du tonnerre se mêlait aux détonations de l'artillerie: «Dieu pense
comme nous, a dit la reine; il sait ce que valait l'homme qui vient de
mourir.»

Le roi Othon fit publier le lendemain cette ordonnance:

«Ayant appris avec une profonde douleur la mort du président de notre
conseil, ministre de notre maison royale et des affaires étrangères,
M. Jean Colettis, de ce grand citoyen qui, après avoir glorieusement
combattu pour la patrie, a rendu à notre trône les plus éminents
services, nous ordonnons que tous les employés civils et militaires
portent un deuil de cinq jours.»

Cet ordre du roi, contre-signé par les six ministres collègues de M.
Colettis, parmi lesquels se trouvaient deux des noms les plus glorieux
de la guerre pour l'indépendance de la Grèce, Tzavellas et Colocotroni,
fut universellement et scrupuleusement exécuté.

Roi et peuple n'étaient que justes et clairvoyants dans leurs regrets
et leurs hommages. La Grèce perdait, dans M. Colettis, le plus glorieux
parmi les survivants des guerriers qui avaient conquis son indépendance,
le seul qui fût devenu un éminent politique. Le roi Othon avait trouvé
en lui un ministre fermement monarchique en même temps qu'ardemment
patriote. Le patriotisme grec, la délivrance, l'indépendance et la
grandeur de la race grecque étaient l'unique passion de M. Colettis.
Aucun intérêt, aucun désir, aucun plaisir personnel ne se mêlaient,
en lui, à cette passion; dans aucun pays ni dans aucun temps, aucun
patriote n'a été plus exempt de tout égoïsme, de l'égoïsme vaniteux
comme de l'égoïsme sensuel. M. Colettis n'avait besoin de rien, sinon
du succès de sa patrie. Sa vie était aussi simple et dénuée que son âme
était haute et dévouée. Ministre d'un roi chancelant, il porta dans le
gouvernement un profond sentiment de la dignité du pouvoir, et le ferme
dessein de la faire respecter, dans le prince qu'il servait comme dans
les assemblées politiques de son pays. Le régime constitutionnel était
pour lui un moyen plutôt qu'un but, car il avait bien plus à coeur le
grand avenir national de la Grèce que le développement régulier de
ses libertés intérieures et individuelles. La perspective, le désir,
l'espérance de la régénération de toute la nation grecque étaient la
constante préoccupation de sa pensée, même quand il en reconnaissait
l'impossibilité actuelle, et quand son ferme bon sens réprimait les
élans un peu chimériques de son imagination. Qu'eût-il fait, qu'eût-il
tenté du moins pour cette grande cause s'il eût vécu plus longtemps
en possession du pouvoir dans le petit État grec et en présence des
complications et des luttes survenues entre les grands États européens?
Nul ne le saurait dire. Il est de ceux qui sont morts avant d'avoir
montré, dans le cours d'une vie grande pourtant et glorieuse, tout
ce qu'ils avaient dans l'âme et tout ce qu'ils étaient capables
d'accomplir.

Trois mois après la mort de M. Colettis, le roi Louis-Philippe, sur ma
proposition, rappela M. Piscatory d'Athènes où la politique française
cessait d'être activement en scène, et le nomma son ambassadeur à Madrid
où notre succès récent dans la question des mariages espagnols nous
donnait une situation plus grande et plus difficile encore à maintenir.



                           CHAPITRE XLIII

                     LA LIBERTÉ D'ENSEIGNEMENT,
            LES JÉSUITES ET LA COUR DE ROME. (1840-1846.)


En quoi consiste la liberté d'enseignement.--Résolution du cabinet du
29 octobre 1840 de tenir, à cet égard, la promesse de la charte
de 1830.--Divers projets de loi présentés par MM. Villemain et
Salvandy.--Caractère de l'Université de France, corps essentiellement
laïque et national.--Que la liberté d'enseignement peut et doit
exister en même temps que l'Université.--Succès permanent de
l'Université.--Difficulté de sa situation quant à l'éducation
religieuse.--Légitimité et nécessité de la liberté
d'enseignement.--Lutte entre l'Université et une partie du clergé.--Par
quelle fâcheuse combinaison les jésuites devinrent les principaux
représentants de la liberté d'enseignement.--Du caractère primitif et
historique de la congrégation des jésuites.--Méfiance et irritation
publique contre elle.--On demande que les lois de l'État qui la frappent
soient exécutées.--Je propose que la question des jésuites soit portée
d'abord à Rome, devant le pouvoir spirituel de l'Église catholique.--Le
Roi et le conseil adoptent ma proposition.--M. Rossi est nommé envoyé
extraordinaire et ministre plénipotentiaire par intérim à Rome.--Motifs
de ce choix.--Négociation avec la cour de Rome pour la dissolution en
France de la congrégation des jésuites, sans l'intervention du pouvoir
civil.--Embarras et hésitation de la cour de Rome.--Grégoire XVI et le
cardinal Lambruschini.--Succès de M. Rossi.--Le Saint-Siège décide la
Société de Jésus à se dissoudre d'elle-même en France.--Effet de ce
résultat de la négociation.--Efforts pour en retarder ou en éluder
l'exécution.--Ces efforts échouent et les mesures convenues
continuent de s'exécuter, quoique lentement.--Maladie du pape Grégoire
XVI.--Troubles dans la Romagne.--M. Rossi est nommé ambassadeur
ordinaire de France à Rome.--Mort de Grégoire XVI.--Pressentiments du
conclave.


La liberté d'enseignement fut, en 1830, l'une des promesses formelles de
la Charte.

La liberté d'enseignement est l'établissement libre et la libre
concurrence des écoles, des maîtres et des méthodes. Elle exclut
tout monopole et tout privilège, avoué ou déguisé. Si des garanties
préalables sont exigées des hommes qui se vouent à l'enseignement,
ainsi que cela se pratique pour ceux qui se vouent au barreau et à la
médecine, elles doivent être les mêmes pour tous.

La liberté d'enseignement n'enlève point à l'État sa place et sa part
dans l'enseignement, ni son droit sur les établissements et les maîtres
voués à l'enseignement. L'État peut avoir ses propres établissements et
ses propres maîtres. La puissance publique est libre d'agir, aussi bien
que l'industrie privée. C'est à la puissance publique qu'il appartient
de déterminer les garanties préalables qui doivent être exigées de tous
les établissements et de tous les maîtres. Le droit d'inspection sur
tous les établissements d'instruction, dans l'intérêt de l'ordre et de
la moralité publique, lui appartient également.

Là où le principe de la liberté d'enseignement est admis, il doit être
loyalement mis en pratique, sans effort ni subterfuge pour donner et
retenir à la fois. Dans un temps de publicité et de discussion, rien ne
décrie plus les gouvernements que les promesses trompeuses et les mots
menteurs.

Le cabinet du 29 octobre 1840 voulait sérieusement acquitter, quant à
la liberté d'enseignement, la promesse de la Charte. Personne n'y était
plus engagé et plus décidé que moi. Par la loi du 28 juin 1833, que
j'avais présentée et fait adopter, la liberté d'enseignement
était fondée dans l'instruction primaire. J'ai déjà dit dans ces
_Mémoires_[108], comment je tentai, en 1836, de la fonder aussi dans
l'instruction secondaire, et par quelles causes le projet de loi que
j'avais proposé dans ce but demeura vain. En 1841 et 1844, M. Villemain
en proposa deux autres plus compliqués que le mien, et qui, sans
résoudre pleinement la question, faisaient faire au principe de la
liberté de notables progrès. Ils rencontrèrent une vive opposition et
n'aboutirent à aucun résultat. En 1847, M. de Salvandy, devenu ministre
de l'instruction publique après la retraite que la maladie avait imposée
à M. Villemain, présenta aux chambres de nouveaux projets qui ne furent
pas plus efficaces. Dans les divers débats qui s'élevèrent à ce
sujet, entre autres le 31 janvier 1846, à la chambre des députés, je
m'appliquai à mettre en lumière les deux idées qui dominaient cette
question, et devaient en fournir la solution: «En matière d'instruction
publique, dis-je, tous les droits n'appartiennent pas à l'État; il y en
a qui sont, je ne veux pas dire supérieurs, mais antérieurs aux siens,
et qui coexistent avec les siens. Ce sont d'abord les droits de la
famille. Les enfants appartiennent à la famille avant d'appartenir à
l'État. L'État a le droit de distribuer l'enseignement, de le diriger
dans ses propres établissements et de le surveiller partout; il n'a pas
le droit de l'imposer arbitrairement et exclusivement aux familles
sans leur consentement et peut-être contre leur voeu. Le régime de
l'Université impériale n'admettait pas ce droit primitif et inviolable
des familles.

[Note 108: Tome III, pages 105-109.]

«Il n'admettait pas non plus, du moins à un degré suffisant, un autre
ordre de droits, les droits des croyances religieuses. Napoléon a
très-bien compris la grandeur et la puissance de la religion; il n'a pas
également bien compris sa dignité et sa liberté. Il a souvent méconnu
le droit qu'ont les hommes chargés du dépôt des croyances religieuses
de les maintenir et de les transmettre, de génération en génération,
par l'éducation et l'enseignement. Ce n'est pas là un privilége de la
religion catholique; ce droit s'applique à toutes les croyances et à
toutes les sociétés religieuses; catholiques ou protestants, chrétiens
ou non chrétiens, c'est le droit des parents de faire élever leurs
enfants dans leur foi, par les ministres de leur foi. Napoléon,
dans l'organisation de l'Université, ne tint pas compte du droit des
familles, ni du droit des croyances religieuses. Le principe de la
liberté d'enseignement, seule garantie efficace de ces droits, était
étranger au régime universitaire.

«C'est à la Charte et au gouvernement de 1830 que revient l'honneur
d'avoir mis ce principe en lumière et d'en avoir poursuivi
l'application. Il y a non-seulement engagement et devoir, il y a
intérêt, pour la monarchie constitutionnelle, à tenir efficacement cette
promesse. Quelque éloignées qu'elles aient été, à leur origine, des
principes de la liberté, les grandes créations de l'Empire, celles-là du
moins qui sont réellement conformes au génie de notre société, peuvent
admettre ces principes et y puiser une force nouvelle. La liberté peut
entrer dans ces puissantes machines créées pour le rétablissement et
la défense du pouvoir. Quoi de plus fortement conçu dans l'intérêt du
pouvoir que notre régime administratif, les préfectures, les conseils de
préfecture, le conseil d'État? Nous avons pourtant fait entrer dans
ce régime les principes et les instruments de la liberté: les conseils
généraux élus, les conseils municipaux élus, les maires nécessairement
pris dans les conseils municipaux élus, ces institutions très-réelles et
très-vivantes qui, de jour en jour, se développeront et joueront un
plus grand rôle dans notre société, sont venues s'adapter au régime
administratif que nous tenions de l'Empire. La même chose peut se faire
pour la grande institution de l'Université, et le pouvoir y trouvera
son profit aussi bien que la liberté. Pour qu'aujourd'hui le pouvoir
s'affermisse et dure, il faut que la liberté lui vienne en aide. Dans
un gouvernement public et responsable, en face des députés du pays assis
sur ces bancs, au pied de cette tribune, sous le feu de nos débats,
c'est un trop grand fardeau que le monopole, quelles que soient les
épaules qui le portent. Il n'y a point de force, point de responsabilité
qui puisse y suffire; il faut que le gouvernement soit déchargé d'une
partie de ce fardeau, que la société déploie sa liberté au service de
ses affaires, et soit elle-même responsable du bon ou mauvais usage
qu'elle en fait.»

Je ne change rien aujourd'hui au langage que je tenais ainsi en 1846.
Mieux qu'aucune autre des créations impériales, l'Université pouvait
accepter le régime de la liberté et la concurrence de tous les rivaux
que la liberté devait lui susciter, car de toutes les institutions de ce
temps, celle-là était peut-être la mieux adaptée et à son but spécial,
et à l'état général de la société moderne. Au milieu des préventions
contraires de beaucoup d'esprits, Napoléon comprit que l'instruction
publique ne devait pas être livrée à la seule industrie privée, qu'elle
ne pouvait pas non plus être dirigée, comme les finances ou les domaines
de l'État, par une administration ordinaire, et qu'il y avait là des
faits moraux qui appelaient une tout autre organisation. Pour donner aux
hommes chargés de l'enseignement public une situation au niveau de leur
mission, pour assurer à ces existences si simples, si faibles et si
dispersées, la considération et la confiance en elles-mêmes dont elles
ont besoin pour se sentir fières et satisfaites dans leur modeste
condition, il faut qu'elles soient liées à un grand corps qui leur
communique sa force et les couvre de sa grandeur. En créant ce corps
sous le nom d'Université, Napoléon comprit en même temps qu'il devait
différer essentiellement des anciennes corporations religieuses
et enseignantes; par leur origine et leur mode d'existence, ces
corporations étaient étrangères à la société civile et à son
gouvernement; point de participation active à la vie sociale; point
d'intérêts semblables à ceux de la masse des citoyens. C'était la
conséquence du célibat, de l'absence de la propriété individuelle et
d'autres causes encore. Les corporations religieuses étaient en même
temps étrangères au pouvoir civil qui ne les gouvernait point et
n'exerçait sur elles qu'une influence indirecte et contestée. Le
caractère et l'esprit laïques dominent essentiellement dans la société
moderne; pour bien comprendre cette société et en être accepté avec
confiance, le corps enseignant doit aussi être laïque, associé à tous
les intérêts de la vie civile, aux intérêts de famille, de propriété,
d'activité publique; tout en remplissant sa mission spéciale, il faut
qu'il soit intimement uni avec le grand et commun public. Il faut
aussi que ce corps soit uni à l'État, tienne de lui ses pouvoirs et
son impulsion générale. Ainsi fut conçue l'Université dans la pensée
de Napoléon; ainsi elle sortit de la main de ce puissant constructeur;
corps distinct sans être isolé, capable d'allier la dignité à la
discipline, et de vivre en naturelle harmonie avec la société et son
gouvernement.

Les faits ont réalisé et justifié ces idées. Depuis plus d'un
demi-siècle, l'Université de France a traversé de bien grands événements
et subi des épreuves bien diverses; elle a été exposée tantôt aux
coups, tantôt aux séductions des révolutions. Quelques faux mouvements,
quelques exemples d'entraînement ou de faiblesse se sont manifestés dans
ses rangs; mais, à tout prendre, elle a fidèlement accompli sa mission
et conservé dignement son caractère; elle est restée en harmonie avec
l'esprit, les idées, les moeurs laïques et honnêtement libérales de
notre société; elle s'est constamment appliquée à élever ou à relever
le niveau des études et des esprits; elle a fait servir au progrès et
à l'honneur des lettres et des sciences les forces qu'elle recevait de
l'État. Et le succès a prouvé et prouve tous les jours le mérite de
ses travaux; c'est de ses écoles que sont sortis et que sortent tant
d'hommes distingués qui portent dans toutes les carrières l'activité de
la pensée, le respect de la vérité, et tantôt le goût désintéressé de
l'étudier, tantôt l'art habile de l'appliquer. C'est l'Université qui,
au milieu du développement et de l'empire des intérêts matériels, a
formé et continue de former des lettrés, des philosophes, des savants,
des écrivains, des érudits; elle est aujourd'hui, parmi nous, le plus
actif foyer de la vie intellectuelle, et le plus efficace pour en
répandre dans la société la lumière et la chaleur.

Sur un seul objet, mais sur l'un des plus graves objets de l'éducation,
sur l'éducation religieuse, la situation de l'Université devait être et
a été, dès son origine, délicate et difficile. La liberté de conscience
et l'incompétence de la puissance civile en matière religieuse sont au
nombre des plus précieuses conquêtes et des principes fondamentaux de
notre société. L'Université, ce corps délégué et représentant de l'État
laïque, ne pouvait être elle-même chargée de l'instruction religieuse,
et elle devait en respecter scrupuleusement la liberté. Tout ce qu'elle
pouvait et devait faire, c'était d'ouvrir, aux hommes investis de cette
mission dans les diverses croyances, les portes de ses établissements,
et de les appeler à venir y donner renseignement qu'ils avaient seuls le
droit de donner. Mais cette simple admission de l'enseignement religieux
dans des établissements auxquels l'autorité religieuse était d'ailleurs
étrangère, cette assimilation de l'étude de la religion à d'autres
études secondaires qui n'ont que leurs heures spéciales et limitées,
ne pouvaient satisfaire pleinement les familles dévouées aux croyances
religieuses, ni les hommes chargés d'en conserver et d'en transmettre
le dépôt. La religion, sérieusement acceptée et pratiquée, tient trop
de place dans la vie de l'homme pour qu'il ne lui en soit pas fait aussi
une grande dans l'éducation de l'enfant. Je dis l'éducation et non pas
seulement l'instruction. L'Université est surtout un grand établissement
d'instruction. La part d'éducation que reçoivent les enfants dans ses
écoles est celle qui tient à la discipline et à la vie publique entre
égaux: éducation très-nécessaire et salutaire, mais insuffisante pour
le développement moral et la règle intérieure de l'âme. C'est surtout au
sein de la famille et dans l'atmosphère des influences religieuses que
se donne et se reçoit l'éducation morale, avec toutes ses exigences
et tous ses scrupules. Il y a un peu d'excessive timidité dans les
inquiétudes qu'inspire le régime intérieur de nos établissements
d'instruction publique et laïque aux personnes qui se préoccupent
surtout de la culture morale des âmes; ces inquiétudes ne sont cependant
pas dénuées de motifs sérieux, et on leur doit, en tout cas, beaucoup de
respect.

Une autre considération, plus pressante encore, pèse, depuis près d'un
demi-siècle, sur l'esprit des croyants, laïques ou prêtres. La religion
chrétienne est évidemment en butte à une nouvelle crise de guerre,
guerre philosophique, guerre historique, guerre politique, toutes
poursuivies au milieu d'un public plein à la fois d'indifférence et de
curiosité. L'attaque est libre autant qu'ardente. La défense doit être
libre aussi; qui s'étonnera qu'elle soit prévoyante? Qui blâmera les
chrétiens, catholiques ou protestants, de leurs efforts pour mettre
les générations naissantes à l'abri des coups dirigés contre la foi
chrétienne? Elles rencontreront, elles ressentiront assez tôt ces coups
dans le monde et dans la vie; qu'elles soient du moins un peu armées
d'avance pour leur résister; qu'elles aient reçu ces impressions
premières, ces traditions fidèles, ces notions intimes que les troubles
même de l'esprit n'effacent pas du fond de l'âme, et qui préparent les
retours quand elles n'ont pas empêché les entraînements. Rien donc de
plus naturel ni de plus légitime que l'ardeur de l'Église et de ses
fidèles pour la liberté de l'enseignement; c'était leur devoir de
la réclamer aussi bien que leur droit de l'obtenir. La liberté de
l'enseignement est la conséquence nécessaire de l'incompétence de l'État
en matière religieuse, car elle peut seule inspirer pleine sécurité aux
croyants chrétiens en les mettant en mesure de fonder des établissements
où la foi chrétienne soit le fond de l'éducation, tout en s'unissant à
une instruction capable d'entrer en concurrence avec celle des écoles de
l'État.

L'Université n'avait, quant aux études, rien à redouter de cette
concurrence; elle était pourvue de toute sorte d'armes pour la
soutenir avec avantage. Et quant à l'éducation morale, la liberté des
établissements religieux donnait à l'Université un point d'appui pour
résister elle-même au vent de l'incrédulité fanatique ou frivole, et la
dégageait en même temps, à cet égard, de toute responsabilité exclusive.
Elle pouvait dire à ceux qui ne la trouvaient pas assez renfermée dans
son incompétence en matière religieuse: «Comment ne me préoccuperais-je
pas vivement de l'intérêt religieux quand j'ai à côté de moi des
établissements qui y puisent une grande force morale?» Et à ceux qui ne
la trouvaient pas assez chrétienne et catholique: «Rien ne vous oblige
à me confier vos enfants; des établissements libres et voués à votre
foi vous sont ouverts.» Dans ce double résultat de la liberté
d'enseignement, il y avait, pour l'Université, un ample dédommagement
à la perte de la domination privilégiée que lui avait attribuée son
fondateur.

Mais quand l'obstacle au bien ne se trouve pas dans les choses mêmes,
les passions des hommes ne tardent pas à l'y mettre. En s'étendant et en
s'échauffant, la lutte pour la liberté d'enseignement changea bientôt de
caractère; ce ne furent plus seulement des esprits élevés et généreux,
tels que M. de Montalembert et le père Lacordaire, qui la réclamèrent
avec éloquence comme leur droit et leur devoir de citoyens et de
chrétiens; elle eut des champions aveugles et grossiers qui attaquèrent
violemment l'Université, tantôt méconnaissant les services qu'elle avait
rendus à l'éducation morale et religieuse aussi bien qu'à l'instruction,
tantôt lui imputant des maximes et des intentions qu'elle n'avait point,
tantôt la rendant responsable des écarts de quelques-uns de ses
membres qui n'étaient pas plus l'image du corps enseignant que quelques
ecclésiastiques tombés dans des fautes graves ne sont l'image du clergé
lui-même. Des brochures pleines d'acrimonie, d'injure et de calomnie
furent publiées à grand bruit, et obtinrent, de quelques évêques, une
approbation aussi imprudente en soi qu'injuste envers l'Université.
Beaucoup d'évêques et de prêtres judicieux blâmaient ces emportements
de la controverse, et auraient volontiers témoigné à l'Université une
équité éclairée; mais, dans l'Église comme dans l'État, c'est le mal de
notre temps, et de bien des temps, que, lorsque les opinions extrêmes
éclatent, les opinions modérées s'intimident et se taisent. Les plus
fougueux ennemis de l'Université demeurèrent les tenants de l'arène, et
la question de la liberté d'enseignement devint, entre l'Université et
l'Église, c'est-à-dire entre l'État et l'Église, une guerre à outrance.

Elle n'en resta pas là; elle se posa bientôt de la façon la plus
compromettante pour l'Église; elle passa sur la tête des jésuites. Les
jésuites furent, aux yeux du public, les représentants de la liberté
d'enseignement.

Plus d'une fois, dans le cours de ma vie publique, à la Sorbonne et dans
les Chambres, j'ai exprimé sans réserve ma pensée sur les jésuites, sur
leur caractère originaire, leur influence historique et leur situation
actuelle dans notre société. Je tiens à reproduire aujourd'hui ce que
j'en dis, entre autres, à la Chambre des pairs, le 9 mai 1844, dans l'un
de nos grands débats sur la liberté d'enseignement. Non-seulement
je n'ai rien à changer dans mes paroles; mais elles expliquent la
résolution que j'ai prise et la conduite que j'ai tenue à cette époque,
au milieu des attaques et des périls dont la Société de Jésus était
l'objet.

«Quand les jésuites ont été institués, disais-je alors, ils l'ont été
pour soutenir, contre le mouvement du XVIe siècle, le pouvoir absolu
dans l'ordre spirituel, et un peu aussi dans l'ordre temporel. Je ne
comprends pas comment on viendrait aujourd'hui élever un doute à cet
égard; ce serait insulter à la mémoire du fondateur des jésuites, et je
suis convaincu que si Ignace de Loyola, qui était un grand esprit et
un grand caractère, entendait les explications et les apologies qu'on
essaye de donner aujourd'hui de son oeuvre, il se récrierait avec
indignation. Oui, c'est pour défendre la foi contre l'examen, l'autorité
contre le contrôle, que les jésuites ont été institués. Il y avait, au
moment de leur origine, de fortes raisons pour entreprendre cette grande
tâche, et je comprends qu'au XVIe siècle de grandes âmes se la soient
proposée. Un problème très-douteux se posait alors; cet empire de la
liberté dans le monde de la pensée, cette aspiration de la société
à exercer un contrôle actif et efficace sur tous les pouvoirs qui
existaient dans son sein, c'était là une immense entreprise; de grands
périls y étaient attachés; il pouvait en résulter, et il en est résulté
en effet de grandes épreuves pour l'humanité. Il était donc très-naturel
que de grands esprits et de grandes âmes tentassent de résister à ce
mouvement si vaste, si violent, si obscur. Les jésuites se vouèrent
courageusement et habilement à cette difficile tâche. Eh bien! ils se
sont trompés dans leur jugement et dans leur travail; ils ont cru
que, du mouvement qui commençait alors, il ne sortirait, dans l'ordre
intellectuel que la licence, dans l'ordre politique que l'anarchie.
Ils se sont trompés; il en est sorti des sociétés grandes, fortes,
glorieuses, régulières, qui ont fait, pour le développement, le bonheur
et la gloire de l'humanité, plus peut-être qu'aucune des sociétés
qui les avaient précédées. L'Angleterre, la Hollande, la Prusse,
l'Allemagne, les États-Unis d'Amérique, la France catholique elle-même,
voilà les sociétés qui, par des routes diverses et à des degrés inégaux,
ont suivi l'impulsion du xvie siècle; voilà les grandes nations et les
grands gouvernements que ce grand mouvement a enfantés. Évidemment
ce fait a trompé les prévisions du fondateur des jésuites et de sa
congrégation; et parce qu'ils se sont trompés, ils ont été battus;
battus non-seulement dans les pays où le mouvement qu'ils combattaient a
bientôt prévalu, mais dans les pays même où le régime qu'ils soutenaient
a longtemps continué d'exister. L'Espagne, le Portugal, l'Italie ont
dépéri entre leurs mains, sous leur influence; et dans ces États
même les jésuites ont fini par perdre leur crédit et la domination de
l'avenir.

«Aujourd'hui que ces faits sont, non pas des opinions, mais des
résultats de l'expérience évidents pour tout le monde, aujourd'hui du
moins la Société de Jésus reconnaît-elle l'expérience? Admet-elle que le
libre examen puisse subsister à côté du pouvoir? que le contrôle public
puisse s'exercer sur une autorité qui reste forte et régulière? Si les
jésuites admettent ce fait, s'ils sont éclairés par cette expérience,
qu'ils viennent prendre leur place parmi nous, libres et soumis à la
libre concurrence de tous les citoyens. Mais le public croit, et il a
de fortes raisons de croire que les jésuites n'ont pas assez profité de
l'expérience faite depuis trois siècles, qu'ils n'ont pas complétement
renoncé à la pensée première de leur origine, que l'idée de la lutte
contre le libre examen et le libre contrôle des pouvoirs publics
n'est pas encore sortie de leur esprit. Si cela est, si les jésuites
persistent à méconnaître les résultats de l'expérience, ils apprendront
qu'ils se trompent aujourd'hui comme ils se sont trompés il y a trois
siècles, et ils seront battus de nos jours comme ils l'ont déjà été.»

J'en demeure convaincu aujourd'hui comme il y a vingt ans; c'était là,
quant à l'histoire et à la destinée des jésuites, une juste appréciation
du passé et un juste pressentiment de l'avenir; mais dans les
Chambres comme dans le public et parmi les amis du cabinet, comme dans
l'opposition, les esprits n'étaient pas si calmes ni si équitables; ils
étaient plus inquiets que moi de la puissance des jésuites, et moins
confiants dans celle de la société et de la liberté. On énumérait les
maisons que les jésuites possédaient déjà en France, les oratoires
qu'ils desservaient, les propriétés qu'ils acquéraient, les enfants et
les jeunes gens qu'ils élevaient, les croyants qui se groupaient autour
d'eux. On réclamait contre eux l'exécution des lois dont, sous l'ancien
régime, sous l'Empire, et même sous la Restauration, les congrégations
religieuses non autorisées avaient été l'objet. Ces lois étaient
incontestablement en vigueur, et on peut, sans témérité, affirmer que,
si la question avait été portée devant eux, les tribunaux n'auraient pas
hésité à les appliquer.

Je ne croyais de telles poursuites ni nécessaires, ni opportunes, ni
efficaces. Les luttes du pouvoir civil contre les influences religieuses
prennent aisément l'apparence et aboutissent souvent à la réalité de la
persécution. L'histoire de nos anciens Parlements en offre de frappants
exemples. Nous aurions surtout couru ce risque si nous avions engagé une
lutte semblable précisément à propos d'une question de liberté, de
cette liberté d'enseignement promise par la Charte et réclamée, non
pas seulement pour une congrégation religieuse, mais pour l'Église
elle-même. C'était, pour l'État comme pour l'Église, le malheur de la
situation que les jésuites fussent, dans cette occasion, l'avantgarde,
et, dans une certaine mesure, les représentants de l'Église catholique
tout entière; les poursuites et les condamnations qui les auraient
frappés auraient gravement envenimé une querelle bien plus grande que
la leur propre, et une partie considérable du clergé français en aurait
ressenti une vive irritation. Bien souvent d'ailleurs et dans bien des
États, on a poursuivi et condamné les jésuites sans les détruire; ils
se sont toujours relevés; leur existence a eu des racines plus profondes
que les coups qu'on leur a portés; et ce n'est pas aux lois et aux
arrêts, c'est à l'état général de la société et des esprits qu'il
appartient de combattre et de réduire dans de justes limites leur
action. Je proposai au Roi et au conseil, non pas d'abandonner les lois
en vigueur contre les congrégations religieuses non autorisées, mais
d'en ajourner l'emploi, et de porter la question de la dissolution en
France de la Société de Jésus devant son chef suprême et incontesté,
devant le pape lui-même. Le pouvoir civil français ne renonçait point
ainsi aux armes légales dont il était pourvu; mais, dans l'intérêt de
la paix religieuse comme de la liberté et de l'influence religieuse en
France, il invitait le pouvoir spirituel de l'Église catholique à
le dispenser de s'en servir. Le Roi et le conseil adoptèrent ma
proposition.

Par qui pouvais-je la faire présenter et soutenir à Rome avec de
sérieuses chances de succès? Elle y devait rencontrer une forte
résistance, car nous demandions à la cour de Rome de reconnaître des
faits qui lui déplaisaient, et d'infliger un échec à quelques-uns de ses
plus dévoués serviteurs. L'ambassadeur que nous avions alors auprès du
pape Grégoire XVI, le comte Septime de Latour-Maubourg, était un homme
parfaitement honorable, mais malade, inactif, et qui avait à Rome plus
de considération que d'influence. Il nous fallait là un homme nouveau,
bien connu pourtant du public européen, et dont le nom seul fût un
éclatant symptôme du caractère et de l'importance de sa mission. Je
donnai à M. de Latour-Maubourg le congé qu'il demandait à raison de
sa santé, et le Roi, sur ma proposition, nomma M. Rossi son envoyé
extraordinaire et ministre plénipotentiaire à Rome par intérim. Ce
qu'un tel choix avait d'un peu étrange était, à mes yeux, son premier
avantage: Italien hautement libéral et réfugié hors d'Italie à cause
de ses opinions libérales, l'envoi de M. Rossi ne pouvait manquer de
frapper, je dirai plus d'inquiéter la cour de Rome; mais il y a des
inquiétudes salutaires, et je savais M. Rossi très-propre à calmer
celles qu'il devait inspirer, en même temps qu'à en profiter pour le
succès de sa mission. Ses convictions libérales étaient profondes, mais
larges et étrangères à tout esprit de système ou de parti; il avait la
pensée très-libre, quoique non flottante, et nul ne savait mieux que lui
voir les choses et les personnes telles qu'elles étaient réellement,
et contenir son action de chaque jour dans les limites du possible sans
cesser de poursuivre constamment son dessein. Hardi avec mesure, aussi
patient que persévérant, et insinuant sans complaisance, il avait l'art
de ménager et de plaire tout en donnant, à ceux avec qui il traitait,
l'idée qu'il finirait par réussir dans ses entreprises et par obtenir ce
qu'on lui contestait. Dans la vie politique et diplomatique, il était
de ceux qui n'emportent pas d'assaut et par un coup de force les places
qu'ils assiégent, mais qui les cernent et les pressent si bien qu'ils
les amènent à se rendre sans trop de colère et comme par une nécessité
acceptée.

Il partit pour Rome vers la fin de 1844, visita, avant de s'y établir
officiellement, plusieurs points de l'Italie où il avait à coeur de
s'entretenir avec d'anciens amis; et je lui adressai, le 2 mars 1845,
des instructions ainsi conçues:

«Monsieur, le fâcheux état de la santé de M. le comte de Latour-Maubourg
l'ayant obligé de demander un congé qui lui est accordé, le Roi vous
a donné un témoignage de haute confiance en vous désignant pour gérer
l'intérim de son ambassade à Rome, en qualité d'envoyé extraordinaire et
ministre plénipotentiaire.

«Vous connaissez, monsieur, le caractère de bonne harmonie et d'intimité
qui préside à nos rapports avec le saint siége. Vous savez que le
souverain pontife se montre animé des sentiments les plus affectueux
pour la France et le Roi, et qu'il rend pleine justice à la sollicitude
éclairée du Roi et de son gouvernement pour le bien de la religion,
comme à leur désir sincère de seconder la juste influence et de
concourir à la prospérité et à l'éclat de l'Église de France.

«Le Roi aime à compter, de son côté, sur la bienveillante amitié
du saint-père, et sur l'esprit de prudence et de conciliation qu'il
continue d'apporter dans l'appréciation des affaires souvent délicates
que les deux cours ont à traiter ensemble. Il espère que le concours
du chef de l'Église ne lui manquerait pas dans les circonstances où
il s'agirait de concilier les droits et les devoirs de la puissance
temporelle avec ceux de la puissance spirituelle, et de mettre les
nécessités modérées de la politique en harmonie avec les vrais intérêts
de la religion.

«Une occasion grave se présente aujourd'hui de réclamer ce concours
bienveillant du souverain pontife; et c'est le premier comme le plus
important objet de la mission temporaire dont vous êtes chargé.

«La société des jésuites, contrairement aux édits qui l'ont spécialement
abolie en France et aux lois qui prohibent les congrégations religieuses
non reconnues par l'État, a travaillé depuis quelque temps à ressaisir
une existence patente et avérée. Les jésuites se proclament hautement
eux-mêmes; ils parlent et agissent comme jésuites; ils possèdent,
dans le royaume, au su de tout le monde, des maisons de noviciat,
des chapelles, une organisation à part. Ils y forment une corporation
distincte du clergé séculier, observant des règles particulières, un
mode de vivre spécial, et obéissant à un chef étranger qui réside hors
de France.

«Il y a là, d'une part, une violation évidente des lois de l'État et
de celles qui constituent la discipline de l'Église gallicane; d'autre
part, un danger pressant et grave pour l'État et pour la religion même.

«Les jésuites n'ont jamais été populaires en France. La Restauration,
après les avoir tolérés quelque temps, a été obligée de sévir contre
eux par les ordonnances du 12 juin 1828. Un cri à peu près universel
s'élevait contre eux d'un bout à l'autre du royaume, et la mesure qui
fermait leurs colléges et les excluait de l'enseignement public fut
accueillie avec joie et reconnaissance.

«Aujourd'hui, les mêmes plaintes éclatent, encore plus nombreuses
et plus vives. Le public s'émeut, s'inquiète et s'irrite à l'idée de
l'hostilité invétérée et active des jésuites pour nos institutions. On
les accuse de s'immiscer toujours dans la politique, et de s'associer
aux projets et aux menées des factions qui s'agitent encore autour de
nous. On leur attribue les plus violentes et les plus inconvenantes des
attaques auxquelles l'Université a été en butte dans ces derniers temps.
On redoute de voir le clergé ordinaire entraîné ou intimidé par leur
influence. Les grands corps de l'État, les Chambres, la magistrature
partagent ces dispositions et ces craintes. Et cet état des esprits
est devenu si général, si pressant, et pourrait devenir si grave que
le gouvernement du Roi regarde comme un devoir impérieux pour lui de
prendre les faits qui en sont la cause en très-grande considération, et
d'y apporter un remède efficace.

«Il lui suffirait, pour donner satisfaction à l'esprit public, de
faire strictement exécuter les lois existantes contre les jésuites en
particulier, et généralement contre les congrégations religieuses non
autorisées dans le royaume. Ces lois sont toujours en vigueur; elles
assurent au gouvernement tous les moyens d'action nécessaires, et les
Chambres seraient bien plus disposées à les fortifier qu'à en rien
retrancher. Mais le gouvernement du Roi, fidèle à l'esprit de modération
qui règle toute sa conduite, plein de respect pour l'Église, et soigneux
de lui éviter toute situation critique et toute lutte extrême, préfère
et désire sincèrement atteindre, par une entente amicale avec le
saint-siége et au moyen d'un loyal concours de sa part, le but qu'il est
de son devoir de poursuivre.

«C'est là, monsieur, ce que vous devez annoncer et demander au
saint-siége, en le pressant d'user sans retard de son influence et de
son pouvoir pour que les jésuites ferment leurs maisons de noviciat et
leurs autres établissements en France, cessent d'y former un corps,
et s'ils veulent continuer d'y résider, n'y vivent plus désormais qu'à
l'état de simples prêtres, soumis, comme tous les membres du clergé
inférieur, à la juridiction des évêques et des curés. La cour de
Rome, en agissant ainsi, n'aura jamais fait, de la suprême autorité
pontificale, un usage plus opportun, plus prévoyant, et plus conforme à
l'esprit de cette haute et tutélaire mission qui appelle le successeur
de saint Pierre à dénouer, par l'intervention de sa sagesse, ou à
extirper, par l'ascendant de sa puissance spirituelle, les graves
difficultés qui, dans les moments de crise ou d'urgence, pourraient
devenir, pour l'ordre ecclésiastique, de graves périls.

«Vous connaissez trop bien, monsieur, la question dont il s'agit ici,
vous êtes trop pénétré des hautes considérations sur lesquelles il
importe d'appeler la plus sérieuse attention du souverain pontife, pour
que j'aie besoin d'y insister davantage, et pour que le gouvernement
du Roi ne se confie pas pleinement dans l'habileté avec laquelle
vous saurez les faire valoir. Nous regretterions bien vivement que le
saint-siége, par un refus de concours ou par une inertie que j'ai peine
à supposer, nous mît dans l'obligation de prendre nous-mêmes des mesures
que le sentiment public de la France et la nécessité d'État finiraient
par réclamer absolument.»

Après avoir, le 11 avril 1845, présenté ses lettres de créance à
Grégoire XVI qui l'accueillit avec une bonté douce et qui, malgré sa
secrète sollicitude, prenait quelque plaisir à s'entretenir en italien
avec l'ambassadeur de France, M. Rossi se tint, pendant deux mois,
dans une attitude d'observation inactive, uniquement appliqué à bien
connaître les faits et les hommes, et à répandre autour de lui, sur ce
qu'il venait faire, une curiosité qu'il n'avait garde de satisfaire. Il
me rendit compte, le 27 avril, de ses observations, des motifs de son
immobilité apparente, et des résultats qu'il en attendait:

«Deux hommes, m'écrivit-il, s'étaient emparés exclusivement de la
confiance du saint-père, le cardinal Lambruschini, secrétaire d'État, et
le cardinal Tosti, trésorier. La rivalité qu'on prétendait exister entre
eux n'était pas réelle; ils avaient, au contraire, une cause commune et
des ennemis communs. Seulement, la situation des affaires donnait plus
de prise contre le cardinal Tosti; c'est contre lui que se sont réunis
d'abord tous les efforts. Il a succombé. C'est contre Lambruschini
qu'on travaille en ce moment. Je ne crois pas qu'on vienne à bout de le
renverser. Il est infiniment plus habile que Tosti, et mieux ancré dans
l'esprit du pape. Mais tout naturellement au fait de ces menées, il
évite avec soin tout ce qui pourrait le compromettre et exciter les
clameurs du parti exagéré. Pour prévenir une chute, il se fait petit.
J'ai pu me convaincre par moi-même qu'il se croit menacé, car tout le
monde sait que, dans ce cas, il parle toujours de sa mauvaise santé, du
besoin qu'il aurait du repos, etc. Je l'ai vu il y a quatre jours, et il
n'a pas manqué de m'en parler.

«Ceci tient à une situation générale. Le cardinal Lambruschini est à la
tête du parti génois. La réaction contre ce parti, qui n'était, il y a
quelques mois, qu'une velléité, s'est organisée depuis; elle est forte
dans ce moment; elle se compose surtout des cardinaux du pays romain
(_Statisti_) contre ceux qu'on appelle les cardinaux étrangers, bien
qu'italiens. Les forces paraissent se balancer. Ce sont des escarmouches
qui préludent à la bataille du conclave.

«Voilà quant aux personnes. Les choses sont toujours dans un état
déplorable, et il n'y a, en ce moment, point d'amélioration à espérer.
Bien loin de songer à séculariser l'administration civile, le pape
ne veut employer, même parmi les prélats, que ceux qui se sont faits
prêtres. A cela s'ajoute l'absence de tout apprentissage et de toute
carrière régulière. Un prélat est apte à tout. Le _président des armes_
était un auditeur de rote. C'est comme si nous prenions un conseiller
de cassation pour lui confier l'administration de la guerre. Quant aux
finances, c'est une plaie dont personne ne se dissimule la gravité. On
marche aujourd'hui à l'aide d'un expédient. Le gouvernement a acheté
l'apanage que le prince Eugène de Beauharnais avait dans les Marches. Il
l'a immédiatement revendu à une compagnie composée de princes romains
et d'hommes d'affaires. Les acheteurs verseront le prix dans le trésor
pontifical en plusieurs payements, longtemps avant l'époque où le
gouvernement pontifical devra payer la Bavière. C'est là l'expédient. En
définitive, c'est un emprunt fort cher.

«Cette situation se complique des jésuites. Ils sont mêlés ici à tout;
ils ont des aboutissants dans tous les camps; ils sont, pour tous, un
sujet de craintes ou d'espérances. Les observateurs superficiels peuvent
facilement s'y tromper, parce que la _Société de Jésus_ présente trois
classes d'hommes bien distinctes. Elle a des hommes purement de lettres
et de sciences, qui devinent peut-être les menées de leur compagnie,
mais qui y sont étrangers et peuvent de bonne foi affirmer qu'ils n'en
savent rien. La seconde classe se compose d'hommes pieux et quelque peu
crédules, sincèrement convaincus de la parfaite innocence et abnégation
de leur ordre, et qui ne voient, dans les attaques contre les jésuites,
que d'affreuses calomnies. Les premiers attirent les gens d'esprit, les
seconds les âmes pieuses. Sous ces deux couches se cache le jésuitisme
proprement dit, plus que jamais actif, ardent, voulant ce que les
jésuites ont toujours voulu, la contre-révolution et la théocratie, et
convaincus que, dans peu d'années, ils seront les maîtres. Un de leurs
partisans, et des plus habiles, me disait hier à moi-même: «Vous verrez,
monsieur, que, dans quatre ou cinq ans, il sera établi, même en France,
que l'instruction de la jeunesse ne peut appartenir qu'au clergé.» Il
me disait cela sans provocation aucune de ma part, uniquement par
l'exubérance de leurs sentiments dans ce moment; ils croient que des
millions d'hommes seraient prêts à faire pour eux, en Europe, ce qu'ont
fait les Lucernois en Suisse.

«C'est là un rêve: il est vrai, au contraire, que l'opinion générale
s'élève tous les jours plus redoutable contre eux, même en Italie;
mais il est également certain que leurs moyens sont considérables;
ils disposent de millions, et leurs fonds augmentent sans cesse; leurs
affiliés sont nombreux dans les hautes classes; en Italie, ils les ont
trouvés particulièrement à Rome, à Modène et à Milan. A Milan, on tient
des sommes énormes à leur disposition, pour le moment où ils pourront
s'y établir et s'en servir. Je sais dans quelles mains elles se
trouvent. Ici, ils sont maîtres absolus d'une partie de la haute
noblesse qui leur a livré ses enfants.

«Ce qui est important pour nous, c'est qu'il est certain et en quelque
sorte notoire que leurs efforts se dirigent en ce moment, d'une manière
toute particulière, vers deux points, la France et le futur conclave.
Au fond, ces deux points se confondent, car c'est surtout en vue de la
France qu'ils voudraient un pape qui leur fût plus inféodé que le pape
actuel.

«Je suis convaincu que le saint-père ne se doute pas de toutes leurs
menées et de tous leurs projets. Je vais plus loin; je crois qu'il en
est de même de leur propre général, le père Roothaan; je ne le connais
pas; mais d'après tout ce qu'on m'en dit, il est comme le doge de Venise
dans les derniers siècles; le pouvoir et les grands secrets n'étaient
pas à lui; ils n'appartenaient qu'au conseil des Dix.

«Telle est ici la situation générale. Voici la nôtre. Votre Excellence
me permettra de lui parler avec une entière franchise; il est important
de ne pas se faire d'illusion sur un état de choses qui peut devenir
grave d'un instant à l'autre.

«Le saint-père et le gouvernement pontifical sont pénétrés d'une
admiration sincère pour le Roi, pour sa haute pensée, pour le système
politique qu'il a fait prévaloir. Sans bien comprendre tous les dangers
qu'on avait à vaincre, toutes les difficultés qu'on a dû surmonter, ils
sentent confusément qu'ils étaient au bord d'un abîme, et qu'ils doivent
leur salut à la politique du gouvernement du Roi. Leur reconnaissance
est vraie, mais elle n'est ni satisfaite, ni éclairée. Parce qu'on a
arrêté l'esprit de révolution et de désordre, ils sont convaincus qu'on
peut faire davantage et revenir vers le passé. Tout ce qu'on a fait pour
eux n'est pour eux qu'un à-compte. Ignorant jusqu'aux choses les plus
notoires chez nous, ne voyant la France et l'Europe qu'à travers trois
ou quatre méchants journaux, ne recevant d'informations détaillées que
d'un côté, car les hommes sensés et modérés n'osent pas tout dire, de
peur d'être suspectés et annihilés, les chefs du gouvernement pontifical
partagent au fond, dans une certaine mesure, les espérances des
fanatiques; seulement, ils n'ont pas la même ardeur, la même impatience;
ils comptent sur le temps, sur les événements, sur leur propre inaction;
ils se flattent de gagner sans jouer. Ils ne feront rien contre le Roi,
sa dynastie, son gouvernement; mais ils aimeraient bien ne rien
faire aussi qui pût déplaire aux ennemis du Roi, de la France, de nos
institutions. Tout ce qu'ils ont de lumière, de raison, de prudence
politique est avec nous et pour nous; leurs antécédents, leurs préjugés,
leurs souvenirs, leurs habitudes sont contre nous. Quand on pense que
c'est à de vieux religieux que nous avons à faire, on comprend combien
il est difficile de leur faire sentir les nécessités des temps modernes
et des gouvernements constitutionnels; nous ne leur parlons que de
choses obscures pour eux et désagréables; nos adversaires ne les
entretiennent que de pensées qu'ils ont toujours nourries; nous
contrarions tous leurs souvenirs et leurs penchants; nos adversaires les
réveillent et les caressent.

«Dans cet état de choses, ce n'est pas par quelques entretiens
officiels, de loin en loin, avec le cardinal secrétaire d'État et le
préfet de la Propagande, qu'on peut traiter ici avec succès les affaires
du Roi. Il n'y a ici ni une cour, ni un gouvernement tels qu'on en voit
et conçoit ailleurs. Il y a un ensemble très-compliqué et _sui generis_.
Le mode d'action ne peut pas être ici le même que partout ailleurs.

«Sans doute, à la rigueur, grâce à l'autorité morale du Roi et à
l'importance politique de la France, il ne serait pas impossible
d'enlever ici une question comme à la pointe de l'épée. Quand on ne leur
laisserait absolument d'autre choix que de céder ou de se brouiller
avec la France, ils céderaient. Mais ce moyen violent ne pourrait être
employé que dans un cas extrême, et les exceptions ne sont pas des
règles de conduite.

«Comme règle de conduite, il ne faut pas oublier que rien d'important
ne se fait et ne s'obtient ici que par des influences indirectes et
variées. Ici les opinions, les convictions, les déterminations ne
descendent pas du haut vers le bas, mais remontent du bas vers le haut.
Celui qui, par une raison ou par une autre, plaît aux subalternes ne
tarde pas à plaire aux maîtres. Celui qui n'a plu qu'aux maîtres se
trouve bientôt isolé et impuissant.

«Les influences subalternes et toutes-puissantes sont de trois espèces:
le clergé, le barreau et les hommes d'affaires, ce qui comprend les
hommes de finance et certains comptables, race particulière à Rome et
qui exerce d'autant plus d'influence qu'elle seule connaît et fait les
affaires de tout le monde. Qu'une vérité parvienne à s'établir dans
les sacristies, dans les études et dans les _computisteries_, rien n'y
résistera, et réciproquement.

«Votre Excellence voit dès lors quel est le travail à entreprendre ici
si on veut réellement se mettre à même de faire les affaires du Roi et
de la France sans violence, sans secousse, sans bruit. Je dois le
dire avec franchise; ce travail n'a pas même été commencé. J'ai trouvé
l'ambassade tout entière n'ayant absolument de rapports qu'avec les
salons de la noblesse qui sont, comme j'ai déjà eu l'honneur de vous
l'écrire, complétement étrangers aux affaires et sans influence aucune.
Je les fréquente aussi, et je vois clairement ce qui en est. Un salon
politique n'existe pas à Rome.

«Cet état de choses me semble fâcheux et pourrait devenir un danger.
Les amis de la France se demandent avec inquiétude quelle serait son
influence ici si, par malheur, un conclave venait à s'ouvrir. A la
vérité, la santé du saint-père me paraît bonne; il a bien voulu m'en
entretenir avec détail, et la gaieté même de l'entretien confirmait les
paroles de Sa Sainteté. Il n'en est pas moins vrai qu'il y a ici des
personnes alarmées ou qui feignent de l'être; elles vont disant que
l'enflure des jambes augmente, que le courage moral soutient seul un
physique délabré et qui peut tomber à chaque instant. Encore une fois,
ces alarmes me paraissent fausses ou prématurées; en parlant de ses
jambes, le pape m'a dit lui-même que, très-bonnes encore pour marcher,
elles étaient un peu roides pour les génuflexions, et que cela le
fatiguait un peu. A son âge, rien de plus naturel, sans que cela annonce
une fin prochaine. Quoi qu'il en soit, l'ouverture prochaine d'un
conclave n'est pas chose impossible et qu'on puisse perdre de vue. Dans
l'état actuel, nous n'aurions pas même les moyens de savoir ce qui s'y
passerait; notre influence serait nulle.

«C'est ainsi qu'avant de songer aux instructions particulières que Votre
Excellence m'a données, je crois devoir m'appliquer avec le plus grand
soin à modifier notre situation ici. Autrement, il serait impossible
à qui que ce fût d'y servir utilement le Roi et la France. Mes
antécédents, mes études, la connaissance de la langue et des moeurs me
rendent cette tâche particulière moins difficile qu'à un autre; il n'est
pas jusqu'aux clameurs de quelques fanatiques contre ma mission qui ne
m'aient été utiles; car, il faut bien le savoir, l'esprit des Romains
est porté à la réaction; ils n'aiment pas qu'on leur impose des opinions
toutes faites sur les hommes; on n'a réussi qu'à exciter la curiosité
sur mon compte, et ce mouvement m'est favorable. Un des premiers curés
de Rome disait hier en pleine sacristie: _Di quei diavoli là vorrei
che ne avessimo molti_.--«Je voudrais que nous eussions beaucoup de ces
diables-là.»

L'attitude et le travail tranquille de M. Rossi ne tardèrent pas à
porter leurs fruits; il m'écrivit le 8 mai: «L'état d'isolement et de
passivité où vivait l'ambassade de France est déjà sensiblement modifié.
J'ai trouvé, sous ce rapport, encore plus de voies ouvertes et de
facilités que je ne l'espérais d'abord. La _curia_ (notre mot de
_barreau_ ne rend pas bien l'idée que je veux exprimer), la _curia_,
dis-je, se range ouvertement de notre côté. Le clergé italien est
surpris et flatté de voir cultiver avec lui des rapports qui avaient
été complétement négligés. Bien loin de nous fuir, il nous témoigne
empressement et reconnaissance. Des hommes considérables par leur
intimité en hauts lieux m'ont fait insinuer qu'ils avaient été induits
en erreur sur mon compte, et qu'ils savaient maintenant à quoi s'en
tenir sur les fables et les médisances d'un certain salon où règne en
maître l'assistant général français des jésuites à Rome.

«Voilà quant aux personnes. Quant aux choses, voici mon plan. Je fais
tout juste le contraire de ce que tout le monde s'attendait à me voir
faire. Tout le monde croyait que j'arrivais armé de toutes pièces pour
exiger je ne sais combien de concessions et mettre l'épée dans les reins
au gouvernement pontifical. Comme il est facile de le penser, on s'était
cuirassé pour résister, et les ennemis de la France se réjouissaient,
dans leurs conciliabules, des échecs que nous allions essuyer. Je n'ai
rien demandé, je n'ai rien dit, je n'ai rien fait; je n'ai pas même
cherché, dans mes entretiens avec les personnages officiels, à faire
naître l'occasion d'aborder certaines matières. Ce silence, cette
inaction apparente ont surpris d'abord et troublé ensuite. Il est arrivé
ce qu'il était facile de prévoir. De simples ecclésiastiques, puis
des prélats, puis des cardinaux sont venus vers moi, et ont cherché à
pénétrer ma pensée, sans pouvoir me cacher leurs inquiétudes. Sous
ce rapport, les débats de la Chambre des pairs et les interpellations
annoncées par M. Thiers à la Chambre des députés nous servent à
merveille. Je réponds à tous très-froidement, et d'un ton d'autant plus
naturel que ma réponse n'est que l'exacte vérité: je dis que je ne vois,
dans ce qui se passe et se prépare, rien de surprenant ni d'inattendu;
il arrive précisément ce que, au mois d'octobre dernier, dans mon
court passage à Rome, je m'étais permis d'annoncer au saint-père et
au cardinal Lambruschini; il eût été facile de prévenir l'attaque qui
paraît imminente; mais ce n'était pas ma faute si, au lieu de tenir
compte des paroles d'un serviteur du Roi, qui doit connaître la France
et qui n'avait aucun intérêt à tromper le saint-siége, on a préféré les
conseils de quelques brouillons et de quelques fanatiques. Imposer les
jésuites à la France de 1789 et de 1830 était une pensée si absurde
qu'on était embarrassé pour la discuter sérieusement; les jésuites
fussent-ils des anges, il n'y avait pas de puissance qui pût les
réhabiliter dans l'opinion publique de France; vrai ou faux, on
n'ôterait de la tête de personne qu'ils étaient les ennemis de nos
institutions. Après tout, le jésuitisme n'est qu'une forme, une forme
dont l'Église s'est passée pendant quinze siècles; et pour moi, humble
laïque, il ne m'est pas donné de comprendre comment, par engouement
pour une forme que l'opinion publique repousse, on ose compromettre
les intérêts les plus substantiels de la religion et de l'Église. Je
laissais à la conscience si éclairée du saint-père à juger s'il devait,
par amour pour les jésuites, provoquer une réaction qui, comme toutes
les réactions, pouvait si aisément dépasser le but, et atteindre ce qui
nous est, à tous, si cher et si sacré!

«Ces idées développées, tournées et retournées de mille façons,
commencent à faire leur chemin et à monter du bas vers le haut. C'est la
route qu'il faut suivre ici. L'alarme est dans les esprits, et je sais
positivement qu'elle est arrivée jusqu'au saint-père. Mes paroles ont
été d'autant plus efficaces qu'elles n'ont été accompagnées d'aucune
démarche. Le saint-père déplore les préjugés de la France à l'égard des
jésuites; mais jusqu'ici il se borne à répéter ce que les chefs de
la compagnie de Jésus ont décidé tout récemment, après une longue
délibération sur leurs affaires en France. Ils ont décidé qu'en aucun
cas ils ne devaient donner à leurs amis le chagrin et l'humiliation
d'une retraite volontaire, et que mieux valait pour eux être frappés que
reculer. Je sais qu'ils ont porté cette résolution à la connaissance du
pape, et j'ai des raisons de croire que le cardinal Lambruschini ne l'a
pas désapprouvée.

«Mais, d'un autre côté, l'opinion qu'il est absurde de sacrifier aux
jésuites les intérêts de Rome, dans un pays comme la France, prend tous
les jours plus de poids et plus de consistance dans les sacristies, dans
la prélature, dans le sacré collége. Je sais en particulier de trois
cardinaux, dont deux sont des hommes influents et ayant, plus que tous
autres, leur franc parler avec le saint-père, je sais, dis-je, qu'ils ne
ménagent point leurs paroles à ce sujet, et qu'ils accusent sans détour
le gouvernement pontifical d'impéritie.

«J'ai demandé une audience au saint-père. Ce n'est pas dans le but de
prendre l'initiative près de lui; je veux seulement qu'il ne puisse pas
dire que, dans un moment qu'il regarde comme critique, il ne m'a pas
vu. S'il n'aborde pas lui-même la question, je laisserai, au flot
de l'opinion que nous avons créée et développée, le temps de monter
davantage encore et de devenir plus pressant. Les débats de la Chambre
des députés viendront peut-être nous aider. Ce qu'il nous faut, ce me
semble, c'est que le gouvernement pontifical vienne à nous au lieu de
nous recevoir, nous, en suppliants. C'est là le but du plan que j'ai
cru devoir suivre. C'est aussi la pensée qui commence à se répandre ici.
Hier soir, dans une société nombreuse et choisie d'ecclésiastiques, on
disait hautement: «Nous ne savons rien de la France; nous ne comprenons
pas le jeu de cette machine; on ne peut faire ici que des fautes.
Pourquoi ne pas consulter le ministre du Roi? M. Rossi connaît la France
et Rome; il est membre actif de l'une des Chambres. Nous pouvons nous
expliquer avec lui; Sa Sainteté n'a pas besoin, avec lui, d'interprète.

«Hélas! ils disaient plus vrai qu'ils ne le croyaient peut-être, car
Votre Excellence ajouterait probablement peu de foi à mes paroles si je
lui disais à quel degré d'ignorance on est ici sur ce qui concerne la
France et le jeu de nos institutions. Votre Excellence ne croira pas que
des hommes considérables ont pris les interpellations annoncées de M.
Thiers pour un projet de loi que la chambre des députés a peut-être voté
à l'heure qu'il est contre les jésuites; et ils me demandaient gravement
quel serait, à mon avis, le partage des votes au scrutin, et si la
chambre des pairs adopterait ce projet. Dissiper peu à peu toutes ces
erreurs et faire enfin comprendre la France n'est pas une des moins
importantes parmi les tâches que doivent s'imposer les représentants du
Roi à Rome.»

Je compris et j'approuvai la réserve patiente de M. Rossi: «Je ne vous
presse point, lui écrivis-je[109]; prenez le temps dont vous aurez
besoin et le chemin qui vous convient. Je veux seulement vous avertir
qu'ici la question s'échauffe. Qu'autour de vous on soit bien convaincu
qu'elle est sérieuse. Quand on est gouvernement, on ne dort pas tant
qu'on veut, ni quand on veut.»

[Note 109: Le 17 avril 1845.]

Les interpellations de M. Thiers m'auraient réveillé le 2 mai, si
j'avais dormi. Non qu'elles fussent violentes et embarrassantes pour
le cabinet; l'opposition ne blâma point notre tentative de résoudre la
question des jésuites par un concert avec la cour de Rome; mais elle
insista fortement pour que, si ce résultat n'était pas bientôt obtenu,
les lois de l'État reçussent leur pleine exécution. Elle espérait que la
négociation échouerait et entraînerait pour le cabinet un grave échec.
La majorité, au contraire, désirait vivement notre succès, et avait à
coeur de nous prêter force en nous témoignant à la fois sa confiance
et sa ferme résolution d'en appeler au pouvoir temporel français si le
pouvoir spirituel romain n'en prévenait pas la nécessité. Après deux
jours de discussion, la Chambre déclara par un vote presque unanime:
«que, se reposant sur le gouvernement du soin de faire exécuter les lois
de l'État, elle passait à l'ordre du jour.»

J'écrivis à M. Rossi[110]: «Le Roi ne désapprouve point votre inaction
depuis votre arrivée; il comprend la nécessité de votre travail
préparatoire, et s'en rapporte à vous quant au choix du moment opportun
pour notre initiative. Pourtant, il s'étonne et s'inquiète un peu de
cette attitude inerte quand tout le monde sait que vous êtes allé à Rome
avec une mission spéciale et laquelle. Il craint que nous n'y perdions
un peu de dignité et d'autorité. Il est frappé que le cardinal
Lambruschini se soit naguère absenté de Rome, et il y trouve quelque
impertinence en même temps que beaucoup de timidité. Il se demande si,
pour le succès même, il ne convient pas de nous montrer un peu plus
pressés, un peu plus hautains, et de faire un peu plus sentir à la cour
de Rome qu'elle nous doit, et que, pour elle-même, elle a besoin de
prendre ce que nous désirons en grande et prompte considération.

[Note 110: Le 19 mai 1845.]

«Ne voyez, dans ce que je vous dis là, rien de plus que ce qui y est
textuellement. Ne faites rien de plus que ce qui, après y avoir bien
pensé, vous paraîtra, à vous-même, bon et efficace. Je vous transmets
l'impression du Roi telle qu'elle est, sans plus ni moins, avec ses
mélanges et ses doutes. Une circonstance l'a un peu confirmée en lui. Le
nonce Fornari est arrivé à Neuilly avant-hier soir, évidemment crêté
à dessein, faisant le grognon et le brave, se plaignant du débat de la
Chambre, de l'attitude du gouvernement, s'étonnant qu'on eût accepté
ce qu'il appelait une défaite, et donnant à entendre que le pape ne
consentirait pas à en prendre sa part. Le Roi l'a reçu très-vertement:
«Vous appelez cela une défaite! En effet, dans d'autres temps, c'en eût
été une peut-être; aujourd'hui, c'est un succès, grâce aux fautes du
clergé et de votre cour. Nous sommes heureux de nous en être tirés à
si bon marché. Savez-vous ce qui arrivera si vous continuez de laisser
marcher et de marcher vous-mêmes dans la voie où l'on est? Vous vous
rappelez Saint-Germain-l'Auxerrois, l'archevêché saccagé, l'église
fermée pendant plusieurs années. Vous reverrez cela pour plus d'un
archevêché et plus d'une église. Il y a, me dit-on, un archevêque qui a
annoncé qu'il recevrait les jésuites dans son palais si on fermait leur
maison. C'est par celui-là que recommencera l'émeute. J'en serai
désolé. Ce sera un grand mal et un grand embarras pour moi et pour
mon gouvernement. Mais ne vous y trompez pas; je ne risquerai pas ma
couronne pour les jésuites; elle couvre de plus grands intérêts que les
leurs. Votre cour ne comprend rien à ce pays-ci, ni aux vrais moyens
de servir la religion. On me parle sans cesse de la confiance et de
l'affection que Sa Sainteté me porte, et j'en suis très-reconnaissant.
Que Sa Sainteté me les témoigne donc quand l'occasion en vaut la peine;
qu'elle fasse son devoir comme je fais le mien. Mandez-lui ce que je
vous dis là, monsieur le nonce, et comme je vous le dis. Je veux au
moins qu'on sache bien à Rome ce que je pense, car je ne veux pas
répondre de l'ignorance où vous vivez tous et de ses conséquences.»

«Le nonce, fort troublé, a complètement changé de ton et promis d'écrire
tout ce que lui disait le Roi, et de l'écrire de manière à faire
impression. Le Roi a vu, dans sa visite et dans son attitude,
rapprochées de l'absence du cardinal Lambruschini peu après votre
arrivée à Rome, un petit plan conçu dans l'espoir de nous intimider un
peu, et de se soustraire aux embarras de la question, en nous amenant
nous-mêmes à la laisser traîner d'abord, et puis tomber. Je crois la
conjecture du Roi fondée, et je suis bien aise qu'il ait frappé un peu
fort. Il ne faut pas qu'on croie à Rome qu'avec de la procrastination
et de l'inertie on éludera une question qui est sérieuse et qu'il faut
traiter sérieusement.»

Avant même que cette lettre lui arrivât, et par sa propre impulsion, M.
Rossi avait senti que le moment d'agir était venu. Il m'écrivit le 28
mai 1845: «Je travaille à la rédaction d'un _Memorandum_ qui contiendra
le résumé de ce que j'ai dit hier, dans un entretien de près de deux
heures avec le cardinal Lambruschini. Ce _memento_ est nécessaire pour
lui, pour le pape, pour les cardinaux que le saint-père consultera.
C'est vous dire qu'au travail indirect, dont je suis de plus en plus
satisfait, j'ai joint hier, pour la première fois, la négociation
directe. A son retour de Sabine, j'ai laissé le cardinal tranquille
pendant les cérémonies de la Fête-Dieu et les consécrations d'évêques
auxquelles il devait assister ces jours derniers. En attendant, je
recevais de lui des marques publiques et recherchées de considération et
de courtoisie. C'était dire aux nombreux prélats et diplomates qui nous
entouraient:--Vous le voyez: je suis dans les meilleurs rapports avec
le ministre de France.--Ces préliminaires ne se sont pas démentis dans
notre entretien d'hier; je n'ai retrouvé aucune de ces façons que je
connais bien et qui sont, chez lui, l'indice certain de la résistance et
du parti pris. Tout en déplorant les _préjugés_ de la France à l'endroit
des jésuites, il ne déplorait pas moins leurs imprudences et leurs
témérités. Ce qui l'a le plus vivement frappé, c'est un parallèle que
j'ai fait entre la question des jésuites et celle du droit de visite. Et
quand je lui ai dit, comme une confidence, qu'après tout l'Angleterre,
ce grand pays, ce grand gouvernement avait compris qu'il était
impossible et dangereux de lutter contre une opinion générale, et
consentait, dans l'affaire du droit de visite, aux demandes de la
France, il n'a pu contenir ses sentiments. Évidemment il se réjouissait
à la fois d'un résultat utile au gouvernement du Roi, et d'un exemple
auquel, dans les conseils de Sa Sainteté, il sera difficile de résister.
Ce premier entretien n'a été, pour ainsi dire, que l'exposition;
il devait, ainsi qu'il l'a fait, se réserver de tout soumettre au
saint-père; mais l'impression qu'il m'a laissée a été de nature à
confirmer mes espérances.

«J'apprends, d'un autre côté, car je suis bien servi, que notre travail
indirect porte ses fruits. Dans la _curia_, dans la banque, dans la
prélature, l'émotion se propage; des personnages éminents ont porté
jusqu'au pape des conseils de modération et de prudence. Bref, notre
armée devient tous les jours plus nombreuse, plus active et plus forte.
Je n'ai pas le temps d'entrer aujourd'hui dans les détails, mais je suis
content.

«De leur côté, les jésuites ne se donnent pas de repos; leur général a
un avantage que je n'ai pas, celui de pouvoir se rendre sans façon chez
le pape, aussi souvent qu'il le veut. Il n'y manque pas. Il n'est pas
moins vrai que la question, telle que je l'ai posée dans mes entretiens
et qu'on la reproduit, l'embarrasse et le compromet, car mon thème est:
«Dissoudre la congrégation des jésuites pour sauver les autres.» Je sais
qu'en entendant répéter cela, il s'est écrié: «Mieux vaut périr tous
ensemble.» Mais cela n'a pas fait fortune ici. Il ne pouvait rien dire
qui nous fût plus utile.

«En résumé, je ne puis encore rien affirmer; mais j'espère, et mes amis
partagent mes espérances. Mon plan, vous le voyez. D'abord, travail
inofficiel et préparatoire; c'est fait, et cela continue. Puis
discussion officielle et orale; je l'ai commencée hier avec le
secrétaire d'État; je vais la continuer énergiquement avec lui, avec le
pape et avec les cardinaux les plus influents. Ils sont bien prévenus et
m'attendent. En remettant la note verbale, je laisserai pressentir, au
besoin, une note officielle. Je puis me tromper; mais, à supposer qu'on
l'attende, je ne crois pas qu'on résiste à ce dernier coup.

«_Post-scriptum._--Un courrier m'apporte, en ce moment, votre lettre
particulière du 19 mai. Rien de meilleur, de plus à propos, de plus
efficace que le discours du Roi au nonce. Il nous aide puissamment. Le
nonce réflétait Rome. Ici, on était de même rogue et colère d'abord; on
a changé de ton et de contenance; comme je vous le dis, on est, à notre
égard, d'une courtoisie recherchée. Croyez que nous n'avons rien perdu
ici ni en dignité, ni en autorité. Mon inaction apparente les avait, au
contraire, fort inquiétés et troublés. Notre action est, dans ce
moment, d'autant plus efficace que nous les saisissons affaiblis par une
explosion sans résultat.»

Cinq jours à peine écoulés, le 2 juin 1845, M. Rossi m'envoya copie du
_memorandum_ qu'il avait remis au cardinal Lambruschini: «En lui portant
moi-même cette pièce avant-hier, me disait-il, j'ai eu avec lui un
second entretien très-serré et très-pressant; non, à vrai dire, pour
répondre à ses objections, il ne m'en faisait guère, mais pour lui faire
sentir la nécessité d'une résolution prompte et vigoureuse. Je n'ai rien
trouvé, en lui, de la colère qu'on lui supposait et des propos qu'on lui
attribuait pendant son séjour à Sabine. Probablement, il lui est arrivé
ce qui est arrivé au saint-père et à plus d'un cardinal et d'un prélat;
le premier mouvement aura été un mouvement d'humeur, et ce mouvement
aura été accompagné de quelques paroles peu modérées que le parti
jésuitique aura recueillies et exagérées. En laissant passer ces
premiers moments dans une inaction apparente, nous avons évité le danger
d'une réponse précipitée et négative, derrière laquelle on se serait
ensuite retranché au nom de la conscience. Aujourd'hui, la réflexion
prend le dessus, sous l'influence de l'opinion générale qui se prononce
de plus en plus dans notre sens.

«Au fond, le cardinal Lambruschini s'est borné à me dire que ce que nous
demandions, et qui nous paraissait si simple, _était beaucoup pour un
pape_, et que cela était d'autant plus grave que M. Odilon Barrot
avait donné à entendre, dans la Chambre, que ce ne serait là qu'un
commencement. La réponse était trop facile. Je l'ai faite, et le
cardinal, au lieu d'insister, m'a assuré avec empressement et intérêt
que l'affaire serait sans retard soumise au pape et à son conseil:
«Vous pouvez être parfaitement tranquille, m'a-t-il dit en finissant;
indépendamment du _memorandum_, aucun des faits dont vous m'ayez donné
connaissance, des renseignements que vous m'avez fournis, des arguments
que vous avez développés, ne sera négligé dans mon rapport. Tout sera
mis sous les yeux du saint-père et de son conseil.»

Le _memorandum_ était conçu en ces termes: «La Société des jésuites,
contrairement aux lois de l'État et aux édits qui l'ont spécialement
abolie en France, a voulu de nouveau pénétrer et s'établir dans le
royaume. Dispersée, sous l'Empire, par le décret du 22 juin 1804,
frappée, sous la Restauration, par les arrêts des cours souveraines, les
délibérations des Chambres et les mesures de l'administration, elle n'en
a pas moins cru pouvoir se répandre en France après la Révolution de
1830.

«Ses commencements furent timides et peu connus; mais, quelques années
après, abusant d'une tolérance qu'ils ne devaient attribuer qu'à la
modeste et prudente obscurité de leurs premiers établissements, les
jésuites ont travaillé à ressaisir une existence publique. Ils se
proclament hautement eux-mêmes; ils parlent et agissent comme jésuites;
ils possèdent dans le royaume, au su de tout le monde, des maisons de
noviciat, des chapelles, une organisation complète. Ils y forment une
corporation nombreuse, distincte du clergé séculier. Ces faits ne sont
plus contestés aujourd'hui; le public en a trouvé la preuve éclatante et
complète dans les débats d'un procès criminel.

«Un autre fait non moins patent, c'est que l'opinion publique, d'accord
avec les lois du pays, avec les résolutions des Chambres, avec les
arrêts de la magistrature, repousse invinciblement tout établissement
des jésuites dans le royaume.

«Ce n'est pas d'aujourd'hui que les jésuites rencontrent en France une
répugnance générale; cette répugnance pourrait en quelque sorte être
appelée historique. La Restauration elle-même dut la reconnaître
lorsque, en 1828, elle réprima ce qu'elle avait jusque-là toléré.

«Les plaintes qui se firent entendre alors éclatent aujourd'hui avec
plus d'unanimité et de force. Le public s'émeut, s'inquiète et
s'irrite à l'idée, juste ou non, de l'hostilité des jésuites pour nos
institutions. On peut ne pas partager cette opinion et la traiter de
préjugé; elle n'en est pas moins un fait réel, pressant et très-grave
qu'il importe d'apprécier dans toute son étendue.

«On accuse les jésuites de s'immiscer sans cesse dans la politique; on
craint de les voir s'associer aux menées des factions; on leur attribue
les plus violentes et les plus inconvenantes des attaques auxquelles les
plus grandes institutions de l'État ont été en butte dans ces derniers
temps. On redoute l'influence qu'ils pourraient exercer sur le clergé
ordinaire; et il importe de ne pas oublier que les grands pouvoirs
publics, les Chambres et la magistrature, partagent ces dispositions et
ces craintes.

«Dans cet état des esprits, le gouvernement du Roi avait regardé comme
un devoir impérieux pour lui de prendre en très-grande considération les
faits qui seuls en sont la cause, et d'y apporter un remède.

«Un fait nouveau et de la plus haute gravité est venu s'ajouter à ceux
que le gouvernement connaissait déjà, et qui lui avaient fait sentir la
nécessité de mettre fin à une tolérance qu'on s'était appliqué à rendre
impossible.

«L'existence de la corporation des jésuites en France, qui avait déjà
occupé la Chambre des pairs, a été déférée, au moyen d'interpellations,
à la Chambre des députés. Le _Moniteur_ a fait connaître à l'Europe
les détails et l'issue du débat mémorable qui s'en est suivi. On sait
qu'après avoir explicitement reconnu, avec le gouvernement:

«1º Que les lois contraires à l'établissement de toute congrégation de
jésuites en France sont en pleine vigueur;

«2º Que le moment était arrivé d'appliquer ces lois;

«La Chambre a adopté, à la presque unanimité des suffrages, un ordre du
jour motivé, portant _qu'elle se reposait sur le gouvernement du soin de
faire exécuter les lois de l'État_.

«Ce résultat mérite d'être profondément médité, car le parti
conservateur y a concouru comme l'opposition; et ce concours n'a été,
à le bien comprendre, qu'une preuve du prix que la Chambre attache au
maintien des bons rapports entre le pouvoir spirituel et le pouvoir
temporel.

«Il est notoire, en effet, que les choses de la religion avaient pris
en France, depuis plusieurs années, une vigueur nouvelle. Le Roi et son
gouvernement trouvaient dans ce progrès une heureuse récompense de leurs
efforts pour la prospérité et l'éclat de l'Église de France. Les esprits
s'humiliaient, devant les autels, à la parole de Dieu, comme ils se
pliaient, dans le monde, à la discipline de la loi et au respect des
institutions nationales. L'ordre et la paix, ces incomparables
bienfaits dus à la haute sagesse du Roi, secondaient en même temps le
développement progressif des libertés publiques et celui des sentiments
religieux; et la religion, à son tour, par sa légitime influence,
raffermissait l'ordre et tous les principes tutélaires des sociétés
civiles. Rien ne troublait alors cette bonne harmonie entre l'Église et
l'État.

«Il est également notoire que ce progrès visible s'est trouvé tout à
coup interrompu. Le jour où la congrégation des jésuites, déchirant par
une confiance inexplicable le voile qui la cachait aux yeux du public, a
voulu que son nom vînt se mêler à la discussion des affaires du pays, ce
jour-là les alarmes ont succédé à la sécurité, les plaintes à la bonne
harmonie, les violents débats à la paix. Le zèle religieux, devenu
fanatisme et emportement chez quelques-uns, s'est proportionnellement
refroidi chez les autres. La présence des jésuites trouble les esprits,
envenime et dénature les questions. Eux présents, le bien est devenu
difficile, on peut même dire impossible. Faut-il s'étonner que la
Chambre des députés demande instamment la dissolution d'une congrégation
qui, loin d'être un secours, un moyen d'influence pour la religion, pour
l'Église, pour l'État, n'est qu'une entrave et un obstacle?

«Il est en même temps évident, pour tout observateur impartial, que
le sentiment des Chambres françaises est aussi modéré que ferme. La
congrégation des jésuites est la seule congrégation religieuse qui ait
suscité le débat, la seule dont on ait demandé la dissolution. Pleine de
dévouement pour la religion et pour l'Église, la France est disposée à
rendre au clergé, en respect et en protection, ce qui sera retiré aux
jésuites en influence et en pouvoir. Et quant aux jésuites eux-mêmes, en
même temps qu'on veut la dissolution de la congrégation, de ses maisons,
de ses noviciats, nul ne songe à expulser ni à molester les individus
qui, quelle que soit d'ailleurs leur condition personnelle, ne
s'associeront pas d'une manière prohibée par les lois.

«La question est donc bien simple aujourd'hui; il importe d'en poser
nettement les termes.

«La congrégation des jésuites ne peut exister dans le royaume; elle doit
être dissoute sans retard. Le gouvernement du Roi avait reconnu qu'une
tolérance prolongée serait un désordre et un péril; il s'est trouvé
d'accord avec la Chambre des députés; il doit aujourd'hui acquitter
pleinement, loyalement, l'engagement qu'il a pris à la face du pays.
Reste à choisir le mode d'exécution.

«Il en est deux, bien différents l'un de l'autre, surtout à l'égard de
l'Église et de ses rapports avec l'État et la France: la dissolution par
l'intervention du pouvoir spirituel, ou la dissolution par l'action du
pouvoir civil.

«Les préférences du gouvernement du Roi pour le premier de ces deux
partis ont été clairement indiquées. Sans doute il lui aurait suffi,
pour donner satisfaction à l'esprit public, de faire strictement
exécuter les lois contre toutes les congrégations religieuses non
autorisées dans le royaume. Ces lois, dont on vient de reconnaître
formellement l'existence et la force, lui assuraient tous les moyens
d'action nécessaires; mais, fidèle à l'esprit de modération qui règle
toute sa conduite, plein de respect pour l'Église et jaloux de lui
éviter toute situation critique et toute lutte extrême, il a voulu
atteindre, par une entente amicale avec le saint-siége et au moyen d'un
loyal concours de sa part, le but qu'il est de son devoir de poursuivre.

«En s'adressant à la cour de Rome, en lui demandant de prévenir par
son intervention l'action du pouvoir civil, le gouvernement du Roi a
l'intime conviction qu'il rend un service signalé à l'Église en général,
et en particulier au clergé français. La dispersion de la congrégation
des jésuites une fois opérée par l'autorité du saint-siége, les esprits
seront apaisés; la cause du clergé se séparera de la cause des jésuites;
toutes les questions se trouveront ramenées à leur état naturel; les
préventions se dissiperont, les craintes disparaîtront, et les
rapports de l'Église et de l'État deviendront faciles, car la France
reconnaissante sera pleine de confiance dans la sagesse, la prudence et
la modération du saint-siége.

«La conscience si éclairée du saint-père ne peut hésiter à donner un
ordre que les jésuites, s'il sont réellement animés, ainsi qu'on aime
à le croire, d'un amour sincère et désintéressé de la religion, doivent
eux-mêmes implorer. Ils ne peuvent plus être en France qu'une occasion
de désordres, de violences, d'impiété, de tous les écarts auxquels
se livrent si facilement les esprits agités et irrités. Et comme la
dissolution de leurs maisons, de leurs noviciats, de leur corps est
inévitable, ils doivent préférer, à une dissolution opérée par la main
du pouvoir civil, une dispersion paisible, en obéissance à un ordre de
leur chef suprême et absolu, le souverain pontife.

«Si le concours bienveillant du souverain pontife manquait au Roi dans
cette occasion si pressante et si grave, les lois de l'État devraient
avoir leur plein et libre cours. Les préfets, les procureurs généraux
recevraient l'ordre de les mettre à exécution. Le bruit serait grand,
le retentissement aussi. Les imprudences seraient possibles, et le
gouvernement, engagé malgré lui dans une voie qu'il aurait voulu éviter,
se verrait forcé de pourvoir à toutes les nécessités de la situation;
car il a des droits sacrés à défendre, et bien d'autres intérêts
à protéger que ceux de quelques congrégations qui, après tout, ne
constituent pas le clergé, l'Église, le catholicisme.

«La France, qui connaît le recours que le gouvernement du Roi adresse
au Saint-Père, et qui applaudit à cette démarche, la France,
douloureusement surprise de ne pas la voir accueillie, établirait
peut-être, entre la cause de Rome, de l'Église, du clergé, et la cause
des jésuites, une confusion regrettable qui n'existe pas aujourd'hui.
Il est facile de se représenter les déplorables conséquences de cette
erreur.

«En écartant, par son autorité légitime et reconnue, les complications
d'une exécution fâcheuse, en prévenant, par une sage intervention, des
actes qui pourraient altérer gravement les bons rapports de l'État avec
l'Église, et porter, aux intérêts du clergé qui se serait imprudemment
associé aux jésuites, une atteinte plus ou moins profonde, le pouvoir
spirituel rendra à la religion un immense service, et lui fera regagner
en un seul jour le terrain qu'elle a visiblement perdu.

«Il importe d'insister sur ce point. Permettre qu'une méprise de
l'opinion publique en France, confondant la cause de l'Église et celle
des jésuites, semble réunir le clergé et cette congrégation sous le même
drapeau, ce serait causer à la religion le plus grand dommage qu'elle
ait subi depuis les plus mauvais jours de la Révolution.

«La bonne harmonie et l'intimité qui président aux rapports de la France
avec le saint-siége, les sentiments affectueux dont le souverain pontife
s'est constamment montré animé pour la France et pour le Roi,
l'esprit de prudence et de conciliation que le saint-père apporte dans
l'appréciation des affaires, sont des garanties que son auguste concours
ne manquera pas au Roi dans une circonstance où il s'agit de concilier
les droits et les devoirs du pouvoir civil avec ceux du pouvoir
spirituel, et de mettre les nécessités modérées de la politique en
accord avec les vrais intérêts de la religion.»

Le fond et la forme de ce _memorandum_, ces déclarations si positives,
ces conclusions si précises jetèrent et tinrent pendant trois semaines
la cour de Rome dans la perplexité la plus vive. Également troublés,
le pape et le cardinal Lambruschini repoussaient, comme un amer calice,
l'un la responsabilité de la décision qu'il avait à prendre, l'autre
celle du conseil qu'il avait à donner. Convoquée le 8 juin pour
délibérer sur la question, une congrégation de cardinaux fut d'abord
ajournée; quand elle se réunit quelques jours plus tard, neuf cardinaux
étaient présents, et la majorité parut incliner pour le parti de
l'inaction: «J'ai vu de nouveau le cardinal Lambruschini avant-hier et
ce matin, m'écrivit le 18 juin M. Rossi. Avant-hier, je le trouvai on ne
peut plus aimable et plus caressant;--le pape, me dit-il, n'a pas encore
pris de décision; il est dans de vraies angoisses; je vous comprends, je
me mets à votre place; mais soyez équitable; mettez-vous aussi un peu à
la nôtre.--Je n'ai pas besoin de vous dire ma réponse. Bref, il éluda
en redoublant de tendresses pour moi, en me parlant avec enthousiasme
du Roi et de sa politique. Vous eutes aussi, malgré votre hérésie, une
très-large part dans ses éloges, et il me félicita d'avoir deux anciens
amis tels que vous et le duc de Broglie. Votre traité avec l'Angleterre
sur le droit de visite l'a beaucoup frappé; je lui dis que j'espérais
bien que ce grand exemple ne serait pas perdu pour la cour de Rome. Il
me fit, en souriant, un léger signe d'assentiment. Je ne pus en tirer
rien de plus. Ce matin, ayant été informé de quelques propos des
jésuites, je me suis rendu chez le cardinal; je lui ai dit sèchement,
et sans autre préambule, que mon courrier allait partir, et que
j'avais besoin de savoir ce que je devais écrire à mon gouvernement
sur l'affaire des jésuites. Il m'a répondu que l'examen de la question
n'était pas achevé, et qu'il me priait de patienter, de ne pas
m'inquiéter, qu'il m'en suppliait.--Je ne m'impatienterais pas
trop, Éminence, bien que l'affaire soit urgente, si certains bruits
n'arrivaient pas jusqu'à moi. Je crains qu'on ne se fasse ici de
funestes illusions. Ce serait une illusion de croire que des désordres
ne peuvent pas résulter de toutes ces folies, et une illusion de penser
que le saint-siége n'en serait pas responsable aux yeux de la France
et du monde entier. Les jésuites sont ses hommes, sa milice; ils lui
doivent, par leurs voeux, une obéissance aveugle et immédiate. Tout
ce qu'ils font, tout ce qu'ils ne font pas, tout le mal qui peut en
résulter, le saint-siége en répond.--Alors, il m'a de nouveau assuré que
l'affaire serait mûrement examinée;--elle est, m'a-t-il dit, devant le
conseil du pape; et au besoin, ce conseil sera augmenté;--ce qui voulait
dire, ce me semble:--Nous ferons en sorte que la majorité soit pour
vous.--Il a conclu en me disant:--Vous connaissez bien nos sentiments et
notre conduite à l'égard du Roi, de sa dynastie et de la France. Soyez
certain qu'on fera tout ce qui sera possible pour que les bons rapports
entre les deux gouvernements ne soient aucunement altérés.--Éminence,
j'en serai d'autant plus charmé que cela me dispensera de passer
d'un simple _memorandum_ à une note officielle.--Une note officielle!
m'a-t-il répondu d'un ton très-doux; mais je ne vous ai pas encore fait
de réponse sur le _memorandum_.--Je le sais, et je ne demande pas mieux
que de n'avoir plus que des remerciements à adresser à Votre Éminence.»

Évidemment, ce qui coûtait le plus au pape Grégoire XVI, c'était de
frapper lui-même, par un acte du pouvoir spirituel, la congrégation des
jésuites redoutée et repoussée en France par des motifs essentiellement
temporels et politiques. Par ménagement pour l'Église et le clergé
catholiques, par égard pour la liberté religieuse, même envers une
congrégation interdite par nos lois civiles, nous ajournions l'exécution
de ces lois, et nous invitions le pouvoir suprême de l'Église à faire en
sorte que le pouvoir suprême de l'État ne fût pas obligé de faire usage
d'armes rudes et compromettantes pour la religion elle-même. C'était là,
pour le pape et son ministre, une situation nouvelle, et, soit
scrupule religieux, soit timidité politique, ils reculaient devant la
responsabilité que notre modération libérale faisait peser sur eux. M.
Rossi démêla bientôt ce sentiment, et, avec une habile équité, il s'en
fit un moyen de succès: «J'ai revu ce matin le cardinal Lambruschini à
l'occasion de sa fête, m'écrivit-il;[111] il a voulu entrer lui-même
en matière. La conversation a été plus que jamais amicale, intime,
confidentielle; je suis sûr aujourd'hui qu'il comprend les nécessités de
notre situation politique, les imprudences des jésuites, du clergé et de
leurs amis, et qu'il travaille sincèrement à concilier l'accomplissement
de nos désirs avec les ménagements que demandent les répugnances du
saint-père pour tout acte qui frapperait avec éclat une congrégation
religieuse. Comme c'est _au fait_ que nous tenons et non à l'éclat, j'ai
laissé entrevoir au cardinal, pour hâter l'issue de la négociation, que,
pourvu que le fait s'accomplît, je n'élèverais pas de chicane sur le
choix du moyen. Que nous importerait, en effet, que la congrégation
des jésuites disparût par un ordre, ou par un conseil, ou par une
insinuation, voire même par une retraite en apparence volontaire?
L'essentiel, pour nous, c'est qu'elle disparaisse et nous dispense de
l'application des lois. De quelque façon qu'on s'y prenne, la retraite
ou la dissolution de cette congrégation sera par elle-même un fait assez
considérable et assez éclatant pour se passer d'une sorte de manifeste.
Les plus incrédules ne pourront méconnaître ni l'importance d'un
résultat obtenu malgré la coalition des oppositions les plus puissantes,
ni tout ce que ce résultat implique de déférence pour les voeux du Roi
et de son gouvernement.»

[Note 111: Le 21 juin 1845.]

Le surlendemain même du jour où il m'avait rendu ainsi compte de ce
dernier pas, le 23 juin 1845, M. Rossi m'expédia le premier secrétaire
de l'ambassade de France à Rome, M. de la Rosière, porteur d'une dépêche
officielle ainsi conçue:

«Après un mûr examen de la part du saint-père et de son conseil, le but
de notre négociation est atteint. Son Éminence le cardinal Lambruschini,
dans un dernier entretien, vient de m'en donner ce matin l'assurance.

«La congrégation des jésuites va se disperser d'elle-même. Ses
noviciats seront dissous, et il ne restera dans ses maisons que les
ecclésiastiques nécessaires pour les garder, vivant d'ailleurs comme des
prêtres ordinaires.

«Le saint-siége, mû par des sentiments qu'il est aussi facile de
comprendre que naturel de respecter, désire évidemment laisser aux
jésuites le mérite de cette prudente résolution d'un acquiescement
volontaire. Nous n'avons pas d'intérêt à le leur ôter; mais il n'est pas
moins juste que le gouvernement du Roi sache que le saint-siége et son
cabinet ont acquis, dans cette occasion importante, de nouveaux droits à
la reconnaissance de la France.

«L'esprit d'équité qui anime les conseils du Roi, et en particulier
Votre Excellence, m'assure qu'on n'exigera pas des jésuites, dans
l'accomplissement d'une résolution qui n'est pas sans difficultés
matérielles, une hâte qui serait douloureuse au saint-siége. Il est, ce
me semble, de l'intérêt de tous que la mesure s'exécute avec loyauté,
mais avec dignité.

«Je suis heureux de pouvoir ainsi annoncer à Votre Excellence la
conclusion de cette affaire épineuse où les nécessités modérées de notre
politique avaient à se concilier avec des sentiments d'un ordre si élevé
et si digne de nos respects.»

A cette dépêche officielle était jointe une lettre particulière: «La
journée a été laborieuse, m'écrivait M. Rossi; le temps est accablant;
mais, bien que fatigué, je veux ajouter quelques détails à ma dépêche et
à ce que M. de la Rosière vous dira de vive voix.

«Avant l'entretien de ce matin, j'avais attentivement étudié les
rapports confidentiels des préfets et des procureurs généraux que
m'avait communiqués M. le garde des sceaux. Cette étude m'avait prouvé
combien il était opportun, dans l'intérêt de l'ordre public, surtout
pour certains départements, que la mesure ne trouvât pas de résistance
chez les jésuites. Aussi, tout en ayant l'air de me résigner au mode
proposé, je l'acceptais, je vous l'avoue, avec un parfait contentement.

«Ce n'a pas été une petite affaire, croyez-le, que d'y amener d'un
côté le pape, de l'autre le conseil suprême des jésuites. Nous
devons beaucoup, beaucoup au cardinal Lambruschini et à quatre autres
cardinaux. Le pape, qui a, avec les chefs des jésuites, des rapports
très-intimes était monté au point qu'il fit un jour une vraie scène à
Lambruschini lui-même, scène que celui-ci ne m'a pas racontée, mais dont
j'ai eu néanmoins connaissance. Avec du temps, de la patience et de
la persévérance, toutes ces oppositions ont été vaincues. Le pape est
aujourd'hui un tout autre homme. Un de ses confidents est venu ce matin
me dire combien le saint-père était satisfait de l'arrangement que
j'allais conclure, satisfait du négociateur, etc., etc.

«Quant à Lambruschini, je ne puis assez m'en louer. Il n'aimait pas à
s'embarquer au milieu de tant d'écueils; mais une fois son parti pris,
il a été actif, habile, sincère. Il m'a avoué que mon _memorandum_ du
2 juin le mettait dans l'embarras: «Il y a là, m'a-t-il dit, des
choses que vous ne pouviez pas ne pas dire, mais sur lesquelles nous
ne pouvons, nous saint-siége, ne pas faire quelques observations et
quelques réserves.--Comment? lui ai-je répondu; vous voulez que nous
entrions dans une polémique par écrit? _Le memorandum_ n'est qu'un
secours pour votre mémoire que vous m'avez demandé; si votre mémoire
n'en a que faire, tout est dit.--Eh bien, a-t-il repris, voulez-vous que
nous le tenions pour non avenu?--Oui; mais à une condition, c'est que
nous terminerons l'affaire d'une manière satisfaisante. Concluons:
vous me rendrez alors le _memorandum_ de la main à la main, et tout est
fini.--Venez lundi, m'a-t-il dit; prenez votre heure.--Toutes les heures
me sont bonnes pour le service du Roi.--Eh bien, lundi, à midi.»

«Ce matin, nous avons en effet terminé. Il m'a rendu le _memorandum_; et
comme je ne voulais pas qu'il y eût de malentendu, je ne vous cache
pas que je lui ai donné deux fois lecture de mon projet de dépêche
que j'avais préparé dans l'espoir que nous terminerions. Il a discuté
quelques expressions; il aurait voulu que je fisse une plus large
part aux jésuites, que je misse en quelque sorte le saint siége en
dehors:--Je ne pourrais le faire, Éminence, qu'en trahissant la vérité
et les vrais intérêts du saint-siége lui-même. Tout ce que je puis
faire, c'est d'écrire à M. Guizot pour le prier, s'il a occasion de
s'expliquer sur la question, de rendre aux jésuites la part de justice
qui leur est due, et que je ne veux nullement méconnaître.»--Comme
vous le voyez, je tiens ma promesse et je vous prie d'y avoir égard.
Le cardinal a cédé:--«Ainsi, nous sommes bien d'accord,
Éminence?--Parfaitement; le général des jésuites doit avoir déjà écrit.»
Là-dessus, maintes tendresses et congratulations réciproques. Nous nous
sommes presque embrassés.»

Le 6 juillet 1845, le _Moniteur_ contint cette note officielle: «Le
gouvernement du Roi a reçu des nouvelles de Rome. La négociation dont
il avait chargé M. Rossi a atteint son but. La congrégation des jésuites
cessera d'exister en France, et va se disperser d'elle-même; ses maisons
seront fermées et ses noviciats seront dissous.»

L'effet dans le public fut grand, car le succès était inattendu. On
avait beaucoup dit que la cour de Rome, et bien plus encore les jésuites
eux-mêmes, ne se prêteraient jamais à cette dissolution tranquille de
la congrégation. Pourtant, le fait était accompli. Le clergé français
n'aurait plus à subir une fermentation compromettante ou un joug
incommode. Ceux de ses membres qui s'étaient ardemment prononcés en
faveur des jésuites avaient seuls part à leur échec. C'était aux évêques
et aux prêtres modérés et clairvoyants que revenait la prépondérance.
La question de la liberté de l'enseignement était dégagée du principal
obstacle qui en entravait la solution; les jésuites n'en étaient plus
les premiers et les plus apparents représentants. En l'absence d'un
ordre formel et péremptoire du saint-siége, ils essayèrent de retarder
ou même d'éluder l'exécution de la promesse faite à Rome en leur nom:
plusieurs de leurs maisons, soit établissements d'éducation, soit
noviciats, furent fermées; d'autres restèrent ouvertes sous divers
prétextes; dans quelques unes, on laissait, en les fermant, beaucoup
plus de gardiens que n'en exigeait le soin de la propriété; dans
d'autres, moins connues ou moins suspectes à la population d'alentour,
on transplantait les membres de la congrégation qu'on retirait
d'ailleurs. J'avais pressenti ces difficultés, et pris d'avance
quelques précautions pour les surmonter. Le lendemain même du jour où le
_Moniteur_ annonça le résultat de la négociation, je fis repartir pour
Rome M. de la Rosière qui portait à M. Rossi ces deux lettres, l'une
officielle[112], l'autre particulière[113]:

[Note 112: Du 6 juillet 1845.]

[Note 113: Du 7 juillet 1845.]

«Monsieur, le saint-siége a apprécié, avec la haute sagesse qu'il a
déployée depuis tant de siècles, la demande que vous étiez chargé de lui
faire au nom du gouvernement du Roi, et les puissantes considérations
sur lesquelles elle s'appuyait. S. E. Mgr le cardinal Lambruschini vous
a déclaré que la congrégation des jésuites en France allait se disperser
d'elle-même, que ses noviciats seraient dissous, qu'il ne resterait dans
ses maisons que les personnes strictement nécessaires pour les garder,
et que ces personnes y vivraient à l'état de prêtres ordinaires.

«Le gouvernement du Roi a appris avec une vive satisfaction une
résolution si conforme à ses voeux, à la juste attente de l'opinion
publique en France et aux intérêts bien entendus de l'Église. Je suis
heureux, monsieur, de vous féliciter de cet important succès de
vos efforts. Le gouvernement du Roi éprouve une sincère et profonde
reconnaissance pour le saint-père et pour les sages conseillers dont la
prudence éclairée a exercé, sur la solution de cette grave affaire, une
si salutaire influence.

«Vous m'annoncez que le saint-siége, par un sentiment que nous
respectons, désire laisser aux jésuites le mérite d'un acquiescement
volontaire à la résolution qui les concerne. Nous ne faisons point
difficulté d'y consentir. La cour de Rome peut aussi compter sur notre
entière disposition à concilier l'exécution de la mesure dont il
s'agit avec les tempéraments et les égards convenables. De son côté, le
gouvernement du Roi a la confiance que les engagements contractés
devant l'autorité et sous la garantie du saint-siége seront loyalement
accomplis.

«Vous voudrez bien donner communication de cette dépêche à M. le
cardinal secrétaire d'État, et je vous engage à lui en transmettre
copie.»

Ma lettre particulière portait:

«Il est désirable que nous ayons de Rome une pièce écrite où la
conclusion de l'affaire, telle que vous me l'annoncez dans votre dépêche
du 23 juin, se trouve attestée. Vous avez lu deux fois cette dépêche
au cardinal Lambruschini. Vous avez eu grande raison. Il l'a approuvée
après l'avoir discutée. C'est à merveille. Mais il peut arriver que,
soit dans le cours des débats aux Chambres, soit dans le cours de
l'exécution de la mesure, nous ayons besoin de pouvoir invoquer un texte
émané de Rome même. Il ne s'agit point de lui faire dire ou faire plus
qu'elle n'a dit ou fait, ni de la faire paraître plus qu'elle ne veut
paraître. Il s'agit seulement d'avoir en main, reconnu et attesté par
elle, le fait que vous m'avez mandé le 23 juin. Vous trouverez aisément
un procédé pour atteindre ce but. En voici deux qui me paraissent bons
et suffisants. Après avoir donné lecture au cardinal Lambruschini de ma
dépêche officielle d'hier en réponse à la vôtre du 23 juin, vous lui en
transmettrez officiellement copie, et il vous en accusera officiellement
réception. Ce simple accusé de réception du cardinal, sans observation
ni objection, contiendra la reconnaissance du fait et de la négociation
qui a amené le fait. C'est ce qu'il nous faut.

«C'est à cette intention que je me suis servi, dans ma dépêche, du mot
_transmettre_ au lieu de _laisser copie_.

«Vous pourriez aussi demander par écrit au cardinal s'il a informé le
nonce à Paris de la résolution prise par le général des jésuites, et
des ordres qui ont dû être donnés pour en assurer l'exécution. Si
le cardinal l'a fait, il vous le dirait, et vous tâcheriez d'avoir
communication de sa dépêche. S'il ne l'a pas fait, vous le prieriez de
le faire et de donner au nonce des instructions pour qu'il seconde,
soit auprès des jésuites de France, soit auprès des évêques, l'exécution
loyale de la résolution, dans la mesure d'intervention qui lui
appartient. En communiquant, soit à moi directement par le nonce, soit
à vous à Rome, le contenu entier ou la substance de ces informations et
directions, le saint-siége établirait, entre nous et lui, cet échange
bienveillant et ouvert d'assistance et de concours qui sera excellent
pour les intérêts de l'Église comme pour ceux de l'État.

«Au reste, je m'en rapporte à vous quant au choix du moyen que vous
jugerez le meilleur. Je ne tiens qu'à vous marquer le but.»

M. Rossi comprit et exécuta mes instructions avec sa précision et son
tact accoutumés. Il m'écrivit le 26 juillet 1845: «Conformément aux
ordres de Votre Excellence, j'ai sur-le-champ transmis copie de
sa dépêche du 6 juillet à M. le cardinal secrétaire d'État, en
l'accompagnant de la lettre d'envoi ci-jointe. A la date du 18, Son
Éminence m'a adressé l'accusé de réception dont j'ai également l'honneur
de transmettre la traduction à Votre Excellence.

«Ainsi que je l'avais annoncé dès l'origine, et conformément à l'accord
préalablement établi, M. le cardinal Lambruschini s'attache, dans cet
accusé de réception, à laisser aux jésuites l'honneur d'un acquiescement
volontaire. Mais du reste, comme Votre Excellence le remarquera, M. le
secrétaire d'État n'élève ni discussion ni objection soit sur le sens,
soit sur les termes de la dépêche. Il accepte les remerciements du
gouvernement du Roi. Il applique au saint-siége, en s'en félicitant, la
satisfaction que le cabinet français semble éprouver de la conduite des
jésuites. Il constate la réalité de la communication qu'il m'a faite.
Il détruit toute supposition d'un refus d'intervention antérieur,
en marquant les limites dans lesquelles cette intervention aurait dû
s'exercer. Il se porte garant de l'exécution, au nom de l'esprit de
prudence et de sagesse du père général des jésuites. Il stipule pour
eux et les recommande aux ménagements du gouvernement du Roi, en quelque
sorte sous la condition de leur fidélité à accomplir les engagements
pris. Enfin, en tout et pour tout, il reconnaît et consacre la
négociation directe entre le ministre du Roi et le saint-siége, la seule
qui se soit jamais établie, la seule qui ait jamais pu s'établir avec
dignité.»

Malgré sa réserve un peu embarrassée, le texte de la réponse du cardinal
Lambruschini prouvait que M. Rossi, dans son commentaire, n'en exagérait
point la portée: «C'est avec le plus vif intérêt, lui disait le
secrétaire d'État, que j'ai pris connaissance de la dépêche de Son
Excellence M. le ministre Guizot à vous adressée le 6, et que Votre
Excellence m'a communiquée par sa lettre du 14 courant. La courtoisie
des expressions dont le noble ministre a fait usage à notre égard est
une preuve des dispositions amicales de S. M. le Roi des Français et
de son gouvernement envers nous. Ces dispositions ne peuvent manquer
d'exciter notre reconnaissance, et nous aimons aussi à remarquer que
le gouvernement de Sa Majesté se dit satisfait de la manière dont les
jésuites ont résolu de se conduire dans les circonstances présentes. En
prenant spontanément et d'eux-mêmes les mesures discrètes de prudence
dont j'ai parlé à Votre Excellence, ils ont voulu se prêter à aplanir
les difficultés survenues au gouvernement du Roi, tandis que le
saint-père n'aurait pu intervenir que conformément aux règles canoniques
et aux devoirs de son ministère apostolique.

«J'espère que cette conduite pacifique et modérée des jésuites, garantie
par la prudence et la sagesse de leur supérieur général, permettra au
gouvernement du Roi d'user plus libéralement envers eux des égards dont
nous trouvons la promesse dans la dépêche de M. le ministre adressée
à Votre Excellence, conformément aux déclarations précédentes de Votre
Excellence elle-même.»

Nous tînmes scrupuleusement parole; nous donnâmes aux jésuites, pour
l'exécution de leur engagement, tous les délais, toutes les facilités
compatibles avec l'engagement même. J'aurais eu, si j'avais voulu les
saisir, bien des occasions et bien des raisons de me plaindre à Rome de
leurs dénégations équivoques, de leurs procrastinations indéfinies, de
leurs subtils efforts pour donner à croire que Rome n'avait pas promis,
en leur nom, tout ce qu'on exigeait d'eux. Le bruit que faisaient de
leur échec les journaux qui leur étaient hostiles les mettait dans
une situation désagréable et irritante dont le saint-siége lui-même
finissait par partager le trouble et l'ennui. Je n'eus garde d'entrer
dans cette arène subalterne et confuse; rien ne gâte plus les grandes
affaires que les petites querelles. Je me bornai, d'une part, à informer
exactement M. Rossi des lenteurs et des subterfuges par lesquels on
essayait d'échapper à l'engagement pris, d'autre part, à lui bien
inculquer notre ferme résolution d'accomplir nous-mêmes, si l'on nous
y réduisait, ce qu'on nous avait promis: «Je ne céderai point, lui
écrivais-je, à l'esprit de parti ou à une sotte hostilité. Point
d'atteinte aux libertés individuelles. Point d'obligation de quitter la
France, de vendre les propriétés, etc. Point d'intervention tracassière
dans les fonctions purement et individuellement religieuses. Mais
la dispersion de la congrégation, la clôture des maisons où elle vit
réunie, la dissolution des noviciats, cela a été promis, cela est
indispensable. Dites bien autour de vous que le vent de la session
commence à souffler, que nous avons beau être patients et modérés, que
le moment approche où il faudra parler de ce qu'on aura fait, et que
plus nous aurons été modérés, plus Rome sera dans son tort de nous avoir
promis vainement, et nous en droit et en nécessité de dire tout ce qui
s'est passé, et de faire, par d'autres moyens, ce qui n'aura pas été
fait.»

M. Rossi tenait à Rome une attitude et une conduite en parfaite harmonie
avec la nôtre: calme et froid en même temps que vigilant, soigneux de
se montrer très-bien instruit de tout ce qui se passait ou se disait en
France à l'encontre de l'engagement contracté, mais ne se plaignant de
rien, tranquillement établi dans notre droit et donnant à entendre
qu'il n'admettait seulement pas la pensée qu'on pût l'oublier. Il ne se
faisait cependant aucune illusion sur les faiblesses et les difficultés
auxquelles il avait affaire, et il avait soin de me les faire bien
connaître: «N'oubliez pas, m'écrivait-il[114], que le Saint-Père est un
vieillard de quatre-vingt-deux ans, sorti d'un cloître, à la fois timide
et irascible, défiant, voulant décider lui-même les affaires, surtout
les affaires religieuses, et sur lequel les jésuites ont exercé, pendant
quinze ans, une influence que nul n'avait encore contrariée. Il a des
idées fixes dont personne ne le fera démordre. Savez-vous que, depuis
deux ans, et ses ministres, et les gouvernements voisins, et ses
créatures les plus intimes ont inutilement sollicité de lui une
permission, une simple autorisation pour un chemin de fer? On ne
lui demande pas un sou. Il ne veut pas. Pensez ce que c'est dans
les matières religieuses où, non-seulement comme pape, mais comme
théologien, il se croit le plus compétent des hommes. Il faut bien nous
attendre à quelque coup de bascule; si les jésuites l'avaient emporté,
le pape nous aurait fait, pour nous pacifier, je ne sais quelle
gracieuseté. Le succès ayant été pour nous, il penchera de l'autre côté;
il voudra se faire pardonner par les _catholiques_, les évêques, etc. Je
vois maintenant le fond du sac. Toujours par cette invincible timidité
dont vous avez déjà eu tant de preuves, on n'a pas fait connaître ici,
au général des jésuites, le texte des résolutions convenues entre le
cardinal Lambruschini et moi; on s'est contenté d'un à peu près, de
termes un peu vagues; c'était une potion amère qu'on n'a pas osé lui
faire avaler d'un coup. Tout naturellement, le général s'en est tenu au
_minimum_, tout en disant, à la fin de sa lettre aux jésuites de France,
que c'était à ceux qui se trouvaient sur les lieux à apprécier la
nécessité, et que l'essentiel était de s'effacer. Vous comprenez quelle
singulière situation le gouvernement pontifical s'est faite. Le général
des jésuites, informé de la vérité par une personne à moi connue, a
été furieux et voulait tout suspendre. On lui a fait comprendre les
conséquences de cette folie pour les jésuites eux-mêmes et pour le
saint-siége. Ainsi l'exécution sérieuse va commencer. Sans renoncer aux
égards promis, vous tiendrez bon à Paris; je tiendrai bon à Rome. Je
vais de nouveau, par un travail inofficiel, préparer les esprits pour
le jour où nous réclamerons officiellement, s'il le faut, l'exécution
complète et loyale des mesures convenues. Je n'ai pas voulu et je ne
veux pas fatiguer Votre Excellence de tous les détails de mes démarches;
mais je répète que rien n'est plus fâcheux ici que la nécessité
d'improviser quoi que ce soit. Il faut tout préparer de loin, peu à peu,
homme par homme. Ce n'est que lorsqu'ils se trouvent nombreux dans le
même avis qu'ils prennent quelque peu le courage de leur opinion.
Je disais l'autre jour à un cardinal:--«Il y a à Rome des intentions
excellentes, des esprits ouverts et une grande loyauté:--Nous sommes
donc parfaits, me répondit-il en riant;--Pas tout à fait, Éminence; il
manque à Rome la conscience de ses forces ou le courage de s'en servir.»
Il ne put en disconvenir. C'est là maintenant le thème principal de
mes entretiens. Je sais bien que je ne changerai pas la nature de
ces vieillards que cinquante ans de révolutions et de péripéties
ont intimidés; mais il faut combattre patiemment, constamment, une
intimidation par une autre; il faut les alarmer sur leurs propres
intérêts, sur leur avenir, sur l'avenir de l'Église que leur excessive
timidité compromet et sacrifie aux déclamations d'une poignée
d'insensés. En parlant ainsi, on est dans le vrai; et si on n'obtient
pas tout, on finit du moins par obtenir le strict nécessaire.»

[Note 114: Le 1er et 18 août 1845.]

M. Rossi disait là le vrai et dernier mot de la situation. La routine,
la pusillanimité, les embarras intérieurs et personnels, l'absence de
toute appréciation profonde et prévoyante sur l'état politique et moral
de la France ne permettaient pas que nous obtinssions de la cour de
Rome, dans cette délicate affaire, tout ce qui eût été désirable et
efficace dans l'intérêt de la religion comme de la société civile, de
l'Église comme de l'État. Mais nous avions obtenu le strict nécessaire;
et malgré les oppositions sourdes, les contestations subtiles, les
lenteurs prolongées, ce que nous avions obtenu s'exécutait, et recevait,
à chaque nouvelle tentative de résistance, une nouvelle confirmation. Au
milieu de ses perplexités, le pape saisissait avec empressement toutes
les occasions de manifester ses bons rapports avec le gouvernement
français, avec le ministre de France, et son désir de les maintenir. Le
25 août 1845, la fête de saint Louis fut célébrée à Rome avec un éclat
inaccoutumé: «A neuf heures et demie, m'écrivit M. Rossi[115], je me
suis rendu avec toutes les personnes qui composent l'ambassade du Roi,
à notre église nationale. M. le directeur de l'Académie, avec MM.
les pensionnaires, s'y était rendu de son côté. Dix-huit cardinaux,
c'est-à-dire presque tous les membres du sacré collége présents à Rome,
ont assisté à la messe. Ce chiffre est le plus élevé qu'ait jamais
atteint la réunion des cardinaux invités à cette solennité, et le
registre des cérémonies conservé à l'ambassade indique qu'il est resté
le plus ordinairement au-dessous. A cinq heures de l'après-midi, je suis
retourné à l'église, accompagné, comme le matin, de MM. les secrétaires
et attachés de l'ambassade. A cinq heures vingt minutes, Sa Sainteté
est arrivée. Un intérêt de curiosité, facile à comprendre dans les
circonstances actuelles, avait rassemblé, sur les degrés de l'église et
sur la place, une foule considérable de spectateurs. C'était la première
rencontre publique du saint-père avec le ministre du Roi depuis notre
négociation et son succès. Selon le cérémonial établi, j'allai ouvrir la
portière de la voiture de Sa Sainteté qui, pénétrée, comme tout le monde
l'était, de l'importance de chacun de ses mouvements en cette occasion
solennelle, me prit affectueusement la main pour descendre de voiture,
la garda dans la sienne pour monter les degrés; et à mes remerciements
de l'honneur qu'il daignait faire à notre église nationale en venant y
prier pour le roi, la famille royale et la France, le pape répondit
à voix haute et assez sonore pour être entendu de la foule qui nous
entourait: «C'est un devoir que j'ai toujours un vrai plaisir à
accomplir; ne manquez pas d'envoyer au Roi cette expression de mes
sentiments.» La cérémonie achevée, j'ai reconduit Sa Sainteté à sa
voiture dont j'ai refermé la portière. Au départ comme à l'arrivée,
le saint-père a été, dans ses gestes et dans ses discours, prodigue de
témoignages de bonté. L'effet de cette visite et de son caractère a été
général et profond, sur nos amis comme sur nos ennemis. Tous les yeux
ont vu, toutes les consciences ont senti que, dans l'accomplissement
de cette auguste et pieuse courtoisie, le saint-père était plein
d'affection pour nous et voulait le paraître. Pendant la soirée du 25 et
la journée du lendemain, les détails que je viens de résumer ont fait le
sujet des entretiens et des commentaires de toute la ville. Nos amis y
ont trouvé la sanction, nos ennemis la condamnation de leurs efforts,
et les indécis la manifestation éclatante de la vérité qu'on s'était
efforcé d'obscurcir.»

[Note 115: Le 28 août 1845.]

Un fait plus direct encore vint confirmer le sens et l'effet de ces
manifestations publiques. A la suite des doutes qu'on avait essayé
de répandre sur les mesures convenues, une nouvelle conférence des
cardinaux les plus influents en cette matière eut lieu chez le cardinal
Lambruschini: «Là, m'écrivit M. Rossi[116], tout a été mis en pleine
lumière, et celui-là même des membres de la conférence qui n'approuvait
pas les faits accomplis a loyalement reconnu que, dans l'état des
choses, il ne restait qu'à faire exécuter tout ce qui avait été promis.
C'est ce qui a été décidé à l'unanimité. Un cardinal s'étant rendu
auprès du général des jésuites pour lui faire connaître cette décision,
le père Roothaan a répondu qu'il n'avait qu'à s'y conformer, et qu'il
allait transmettre aux jésuites de France les instructions nécessaires
pour que l'exécution fût à la fois prompte et conforme aux conditions
stipulées.»

[Note 116: Le 28 août 1845.]

Que les instructions du père Roothaan fussent, ou non, aussi formelles
que me le disait M. Rossi, elles apportèrent peu de changement dans
l'état et le cours de l'affaire. Elles n'empêchèrent pas que, sur
plusieurs points du royaume, les jésuites de France ne continuassent
leurs tentatives d'ajournement ou même de résistance. M. Rossi fut, à
plusieurs reprises, obligé de recommencer, auprès du pape et du
cardinal Lambruschini, ses pressantes réclamations et ses inquiétantes
prédictions si les conseils du saint-siége n'étaient pas plus efficaces.
Les mesures convenues n'étaient point exécutées d'une façon générale et
nette; mais de mois en mois, à chaque nouvelle démarche du ministre de
France, cette exécution faisait un pas de plus. Le pape s'impatientait
contre les jésuites et les ennuis qu'ils lui donnaient: «Nous autres
moines, nous sommes tous les mêmes,» dit-il un jour avec un mélange
d'humeur et de sourire. Le cardinal Lambruschini, dans ses entretiens
avec les ecclésiastiques français qui venaient à Rome, s'expliquait
chaque jour plus vivement; il reçut, le 27 novembre 1845, la visite
de l'évêque de Poitiers: «Je sais, lui dit-il, qu'à propos des mesures
convenues à l'égard des jésuites, on parle de suicide; non, monseigneur;
se couper un bras lorsque cela est nécessaire pour sauver sa vie, c'est
du courage et de la prudence; ce n'est pas un suicide. Les jésuites
sont-ils populaires en France?» L'évêque fut obligé d'avouer que non:
«Eh bien donc, reprit le cardinal, veut-on compromettre la cause de
la religion pour ne pas disperser les jésuites? Veut-on provoquer des
mesures législatives?» L'évêque allégua les libertés garanties par la
Charte: «Moi aussi, je connais la France, répliqua le cardinal; j'y ai
passé six ans de ma vie, et je sais ce que valent toutes ces généralités
contre une opinion populaire. Croyez-moi, monseigneur; rentrez chez vous
en prenant le chemin de l'école; voyez les jésuites, voyez les évêques;
dites à ceux-là d'obéir et à ceux-ci de rester tranquilles.» Tel était
enfin, dans les esprits, le progrès du sentiment de la nécessité que
l'assistant de France dans la congrégation de Jésus, le père Rozaven,
Breton aussi obstiné que sincère, qui n'avait cessé d'encourager les
jésuites à la résistance, en vint à comprendre lui-même la situation:
«Il faut, dit-il un jour[117] à un prêtre de ses amis, tenir compte aux
rois et aux ministres constitutionnels des difficultés de leur position;
ils ont devant eux les Chambres, les électeurs, les magistrats, la
presse; il ne faut pas exiger d'eux l'impossible. J'ai bien compris tout
cela et je l'ai écrit en France.»

[Note 117: En mars 1846.]

Je n'avais donc, quant au résultat définitif de la négociation, point
d'inquiétude; il suffisait évidemment que le gouvernement du Roi tînt
bon à Paris et M. Rossi, en son nom, à Rome, pour que la lutte n'éclatât
point en France entre l'État et l'Église, et pour qu'on pût reprendre,
sans qu'elle fût posée sur la tête des jésuites, cette question de la
liberté d'enseignement dont les esprits continuaient d'être fortement
préoccupés, et que, dans l'intérêt de l'État comme de l'Église, j'avais
à coeur de résoudre loyalement. Mais nous commencions alors à avoir en
perspective, à Rome, des questions plus grandes encore que celles des
jésuites et de la liberté d'enseignement. Vers la fin de septembre 1845,
des troubles sérieux éclatèrent dans la Romagne; la sédition fut si
générale et si vive que le courrier qui en apportait à Rome la nouvelle
fut obligé de faire un long détour pour y arriver: «Je n'ai pas voulu,
m'écrivit sur-le-champ M. Rossi[118], que le cardinal pût dire qu'en
ce moment de crise il n'avait pas vu le ministre de France. Je me suis
rendu au Quirinal: «Éminence, lui ai-je dit, j'apprends de fâcheuses
nouvelles; j'espère qu'elles sont exagérées; quoi qu'il en soit, je n'ai
pas voulu laisser passer la journée sans vous exprimer le vif et sincère
intérêt que prend le gouvernement du Roi à tout ce qui touche à la
sûreté du saint-siége et du gouvernement pontifical.» En me remerciant,
le cardinal me dit que ce désordre serait promptement réprimé, que
c'étaient des insensés qui forçaient le gouvernement à les traiter avec
toute la sévérité militaire. Le but de ma visite se trouvant atteint,
je me levai pour lui faire bien comprendre que je ne voulais pas traiter
verbalement l'autre sujet. Le cardinal paraissait assez abattu. Je
le comprends. Sans doute ils ont déjà réprimé et ils réprimeront les
émeutes des Romagnols qui ne sont que de déplorables folies. Mais
peuvent-ils ne pas s'effrayer du fond même de la situation? Le
mécontentement des Légations et des Marches est général et profond. Il
n'y a pas jusqu'aux ecclésiastiques de ces pays qui ne l'avouent. Sans
les régiments suisses, le gouvernement y serait culbuté en un clin
d'oeil. Mais ces régiments sont en même temps une charge énorme pour
le trésor pontifical. Il y a là un cercle vicieux et une situation trop
tendue.

[Note 118: Le 28 septembre 1845.]

«Y a-t-il un remède? Oui, et très-facile avec un peu d'intelligence et
de courage. Sans mot dire à personne, j'ai fait mes observations et mes
études. Si vous saviez combien il serait aisé de donner satisfaction
à ces provinces sans rien bouleverser, sans rien dénaturer, sans rien
introduire ici d'incompatible avec ce qu'il est essentiel de maintenir!
Toute la partie saine et respectable de ces populations ne demande
qu'un peu d'ordre et de bon sens dans l'administration. Qu'on gouverne
raisonnablement, et à l'instant même les démagogues seront ici, comme
ils le sont ailleurs, isolés et impuissants.

«Mais ce qui serait facile en soi est presque impossible avec les hommes
et les choses que nous avons. Le moment des conseils viendra. Il n'est
pas encore arrivé. Il ne faut pas les offrir; il faut qu'on nous les
demande. En attendant, appliquons-nous à leur faire comprendre qu'ils
n'ont pas d'ami plus sûr et plus désintéressé que la France, que nous
ne permettrons jamais que le pape devienne un patriarche autrichien, que
nous comprenons les nécessités du pontificat, etc., etc. J'ai toujours
travaillé et je travaille dans ce sens; et sur ce point mes paroles ont
peut-être plus de poids que celles de tout autre. Ils sont convaincus,
et ils ne se trompent pas, que je n'aimerais pas à voir perdre à
l'Italie la seule grande chose qui lui reste, la papauté.»

Je répondis sur-le-champ à M. Rossi[119]: «Vous avez très-bien fait
d'aller témoigner au cardinal Lambruschini tout notre intérêt à
l'occasion des troubles de Rimini. Établissez bien en ce sens notre
position et la vôtre. Ne laissez échapper aucune occasion de bons
offices, politiques et personnels, à rendre au gouvernement romain. Cela
nous convient à nous France, et certainement cela tournera au profit de
l'Italie. Vous avez toute raison; ce qu'il y a de grand en Italie, c'est
le pape. Que le pape prenne bien sa place au milieu du monde catholique
moderne et s'y adapte; l'Italie conservera ce qu'elle a de grand, et
gagnera un jour le reste.»

[Note 119: Le 7 octobre 1845.]

En même temps qu'il m'informait des troubles renaissants dans les États
romains, M. Rossi m'annonçait que, malgré les assurances contraires, la
santé de Grégoire XVI déclinait, que son chirurgien le voyait tous les
jours, et qu'il fallait se préparer à la chance d'un prochain conclave.

Avant cette information, ma résolution était prise. Je m'étais de plus
en plus convaincu que, pour pratiquer à Rome notre politique à la fois
libérale et anti-révolutionnaire, M. Rossi était l'ambassadeur le plus
capable, le plus sûr et le plus efficace. J'en avais entretenu plusieurs
fois le Roi, qui n'avait pas tardé à partager mon avis. Quelques bruits
coururent qu'en effet le ministre par _intérim_ de France à Rome
serait bientôt nommé ambassadeur permanent. Le 18 mars 1846, M. Rossi
m'écrivit: «Ma situation provisoire ici est désormais décidément fausse.
Il n'y a pas un de nos amis qui ne le sente, et tous ont fini par me
le dire. Il y a un mois, la nouvelle s'étant répandue ici, je ne sais
comment, de l'arrivée de mes nouvelles lettres de créance, cardinaux,
prélats, noblesse, tout le monde m'accablait de compliments que je ne
pouvais accepter. L'homme du pape est venu quatre fois me demander si je
les avais reçues. Aujourd'hui on s'étonne, et chacun veut expliquer
le fait à sa guise. Mais tandis que les amis sont embarrassés, les
malveillants ont beau jeu. On va jusqu'à supposer l'intention de me
refuser toute marque visible d'approbation pour ce que j'ai fait. Tout
cela est absurde, mais n'est pas moins répété et colporté. D'où vient
ma force? Des bontés du Roi pour moi et de votre amitié. Le jour où cela
serait révoqué en doute, je suis impuissant.

«Le pape a dit hautement plus d'une fois qu'il serait content de me voir
ici ambassadeur. Les cardinaux les plus intimes ont été les premiers à
me féliciter de la fausse nouvelle. Le cardinal Franzoni, l'ami intime
de Lambruschini, dit à qui veut l'entendre qu'ils ne peuvent rien
désirer de mieux. Enfin, si je suis bien renseigné, il vous serait
facile de vous assurer, à Paris même, de leurs sentiments à mon endroit,
si toutefois le nonce Fornari ose remplir son mandat et répondre.

«Vous l'avez dit, mon cher ami; si je dois rester à Rome, j'ai besoin
d'y être enraciné et grandi. Que serait-ce si le pape nous était
enlevé prochainement sans que nous eussions consolidé et agrandi notre
position? Tenez pour certain qu'un grand effort se prépare pour faire
un pape contre nous. Nous pouvons l'emporter; mais il faut, pour
cela, qu'on puisse parler, s'ouvrir, avoir confiance; toutes choses
impossibles avec un homme qui est un oiseau sur la branche et dans une
position secondaire.»

Je lui répondis sur-le-champ[120]: «Votre nomination comme ambassadeur
est à peu près convenue, et se fera bientôt après Pâques. Voici deux
choses seulement qui préoccupent, l'une le Roi et moi, l'autre le Roi
sans moi. Répondez-moi sans retard sur l'une et sur l'autre.

[Note 120: Le 7 avril 1846.]

«Il a toujours été regardé comme impossible pour la France, la première
puissance catholique, d'avoir à Rome un ambassadeur dont la femme fût
protestante. Cette seule considération a fait écarter plusieurs fois tel
ou tel candidat, par exemple le duc de Montebello. Nous en avons
parlé pour vous-même, vous vous le rappelez, quand vous avez été nommé
ministre et il a été convenu que vous iriez seul à Rome. Le Roi compte
que vous resterez dans la même situation. C'est aussi l'avis du duc
de Broglie. Les congés, les petits voyages diminueront ce qu'il peut
y avoir de pénible dans cet arrangement. Mais dites-moi que vous êtes
toujours, à cet égard, dans la même persuasion et la même intention.

«Le Roi pense, en outre, qu'il devrait vous donner le titre de _comte_,
que cela vous serait utile à Rome et qu'il vaut mieux y être appelé
_signor conte_ que _signor commendatore._ Je n'ai, sur ceci, quant à
moi, aucune opinion. Dites-moi la vôtre. Je parlerai dans le sens que
vous m'indiquerez.

«_Post-scriptum._ Quatre heures et demie. Le roi a vu hier soir le nonce
qui lui a dit, à votre sujet, des choses qu'il faut que j'éclaircisse.
Je vais le faire venir. Rien qu'officieusement. Ne parlez à personne
de ce qui vous touche. Il m'est impossible, faute de temps, d'entrer
aujourd'hui dans aucun détail. Je vous écrirai dès que j'aurai causé
avec le nonce.»

Le courrier du 20 avril apporta à M. Rossi les informations qu'il
attendait: «Je reviens, lui écrivis-je, où je vous ai laissé le 7 avril.
La veille donc, le Roi avait vu le nonce, et lui avait parlé de vous,
de son désir de vous nommer bientôt ambassadeur, et de son espoir que
le pape vous verrait avec plaisir auprès de lui, sous ce titre et en
permanence. Le nonce dit qu'on y avait pensé à Rome, et qu'il ne pouvait
se dispenser d'élever, à ce sujet, des objections, qu'il en avait reçu
ordre du cardinal Lambruschini, qu'il avait même une lettre où ces
objections étaient développées, et il offrit de la montrer au Roi. Le
Roi refusa et le renvoya à moi quant à la lettre, l'engageant du reste à
n'en faire aucun usage officiel, témoignant sa surprise, son déplaisir,
et parlant de vous comme il convient. Le nonce aussi en parla très-bien,
mais revint sur votre passé politique, sur votre qualité de réfugié,
etc. Le Roi, dans la conversation, dit que madame Rossi n'irait point à
Rome. Ceci parut frapper le nonce qui se le fit répéter.

«Vous n'avez pas besoin que je vous redise ce que j'ai dit au Roi
quand il m'a raconté son entretien; tout aboutissait à ceci: «C'est
une intrigue politique et jésuitique qu'il faut déjouer.» Le Roi en
est d'accord. Le conseil en est d'accord. Ils sont tous convaincus que
personne ne peut faire nos affaires à Rome aussi bien que vous. Mais
imposer brusquement et par force un ambassadeur au pape, le Roi s'arrête
devant cet acte; il demande du temps, et que nous ici, et vous à Rome,
nous fassions ce qu'il faut pour arriver au but.

«J'ai fait venir le nonce. J'ai témoigné vivement ma surprise. Ni le
pape, ni son ministre, ai-je dit, ne veulent à coup sûr, être complices,
par connivence ou par faiblesse, d'une intrigue des ennemis du
gouvernement du Roi. C'est pourtant ce qui serait, ce qui paraîtrait du
moins. J'ai étalé tout ce qu'auraient de grave pour Rome, en France, une
telle situation et une telle opinion. J'ai rappelé l'état général des
questions catholiques chez nous, toutes celles que, tout à l'heure,
nous aurions à résoudre, les Chambres, l'Université, la liberté
d'enseignement, etc. Faites vous-mêmes ma conversation. Le nonce est
tombé d'accord; il a protesté contre mes suppositions, mes prédictions,
et a tiré de sa poche la lettre du cardinal. J'ai consenti à la lire
_inofficiellement;_ il est convenu entre nous qu'il ne me l'a pas
montrée. Elle est du 14 février dernier. Ordre, en effet, d'objecter à
votre nomination comme ambassadeur. Des allusions à vos antécédents de
réfugié. Rien d'exprès à cet égard. Madame Rossi protestante, là est
l'objection fondamentale, avouée. Il y a à Rome, pour les ambassadrices,
des droits, des traditions, des habitudes que Rome veut maintenir, et
qui sont impossibles avec une protestante. En 1826, la cour d'Autriche
voulut nommer ambassadeur à Rome le comte de Lebzeltern qui avait épousé
une schismatique grecque, une princesse Troubetzkoï. La cour de Rome
déclara qu'elle ne le recevrait pas, que c'était impossible. On y
renonça à Vienne. Rome ne pourrait agir autrement aujourd'hui. Là est
toute la lettre. Les autres objections ne sont qu'indiquées et de loin.
C'est dans celle-ci qu'on se retranche.

«J'ai maintenu mon dire. J'ai répété que madame Rossi n'avait point
l'intention d'aller à Rome. Le nonce n'a ni accepté, ni refusé cette
porte. Il a enchéri sur tout ce que j'ai dit des témoignages d'estime,
de bienveillance, de confiance que vous donnaient Sa Sainteté et son
secrétaire d'État, répétant que tout leur désir était de vous garder
comme ministre. J'ai dit en finissant que la mission spéciale dont vous
aviez été chargé par le Roi n'était point terminée, qu'il s'en
fallait bien que tout ce qu'on avait promis fût accompli, que cet
accomplissement était indispensable, etc. Nous nous sommes séparés, le
nonce inquiet et troublé, moi froid et silencieux.

«J'ai repris la conversation avec le Roi. J'ai causé à fond avec le
duc de Broglie. Nous sommes du même avis. Il faut prendre du temps pour
déjouer l'intrigue et gagner notre bataille. Soyez tranquille sur le
résultat définitif; ou vous resterez à Rome comme il vous convient d'y
rester, ou vous reviendrez ici avec éclat pour prendre place dans le
cabinet. Le Roi est on ne peut mieux pour vous, croyant avoir besoin de
vous et décidé à vous soutenir dans son propre intérêt. Mais comment,
dit-il, traiter le pape plus mal que les autres cours à qui l'on
n'impose point un ambassadeur? Aidez-moi donc, mon cher ami, comme je
vous aiderai; faites-leur comprendre à Rome que vous êtes, pour eux,
l'ambassadeur le plus souhaitable, le plus utile, le plus efficace, et
que, s'ils avaient de l'esprit, ils vous demanderaient. Je vous répète
que nous arriverons, pour vous, à l'un ou à l'autre des résultats qui
sont dignes de vous.»

Ni l'action de M. Rossi à Rome, ni sa réponse à Paris ne se firent
longtemps attendre; il m'écrivit le 5 mai 1846: «Je ne vous dirai pas,
mon cher ami, que nous avons gagné une autre bataille; le mot serait
ambitieux et fort au-dessus de la valeur du fait qui n'est, au fond,
qu'une faiblesse, une misère monacale. On ne les en corrigera jamais;
mais il importe à notre crédit de leur faire sentir sur-le-champ le
ridicule et l'impuissance de ces pauvretés.

«Voici ce que j'ai fait. Comme il s'agissait de ma personne, j'ai prié
l'abbé d'Isoard, dont vous connaissez le bon esprit et le zèle, de voir
le cardinal Lambruschini, et au besoin le pape. C'était, de ma part, une
réserve et une malice. Averti, bien que sans y croire, je l'avoue, de
la lettre du cardinal au nonce, j'en avais, dans le temps, dit un mot
à Isoard, qui avait trouvé l'occasion d'en parler à Lambruschini;
et celui-ci, tout en lui disant que la présence d'une ambassadrice
protestante à Rome était une difficulté, lui avait cependant affirmé
qu'il n'en avait point écrit au nonce: «Vous avez bien fait, avait
répliqué Isoard, car je sais que madame Rossi ne songe pas à s'établir à
Rome, et qu'ainsi l'objection tombe.»

«Je priai donc l'abbé d'Isoard de leur dire qu'il m'avait trouvé
fort surpris et plus que surpris des objections du nonce; que, s'ils
s'étaient mis dans l'esprit de me garder à Rome comme simple ministre,
et de donner ainsi gain de cause à ceux qui affectaient de ne plus
regarder la mission de France que comme une _légation,_ ils avaient fait
un rêve que mon gouvernement ni moi ne partagions pas le moins du
monde. Le cardinal a été fort embarrassé; mais comme, fidèle à vos
instructions, je n'avais pas dit que vous aviez lu sa lettre, il a
pu tout à son aise tomber sur le nonce; il a dit que Fornari allait
toujours trop loin, qu'il n'y avait absolument rien qui me fût
personnel, qu'ainsi qu'on me l'avait fait sentir mille fois, on était
enchanté de m'avoir et de me garder, que la seule difficulté était la
présence à Rome d'une ambassadrice protestante; que, si le nonce avait
dit autre chose, cela lui avait sans doute été suggéré par ses amis de
Paris. Enfin, _more solito_, il a mis la chose sur le compte du pape.

«L'abbé d'Isoard a été le jour même chez le pape. Le pape lui a dit
qu'il était fâché d'apprendre que cela m'avait fait de la peine, que ce
n'était certes pas son intention, que tout le monde savait tout ce qu'il
avait pour moi d'estime et d'affection, et combien il aimait à traiter
d'affaires avec moi: «Je puis, a-t-il dit, m'expliquer avec lui
directement, et je me suis toujours plu à reconnaître hautement sa
prudence, sa modération et sa loyauté. Mais que voulez-vous? On m'a
dit que je ne pouvais pas ne pas faire l'observation d'une ambassadrice
protestante; je l'ai faite, voilà tout; mon rôle est fini. Je n'ai pas
dit que je ne recevrais pas M. Rossi comme ambassadeur, bien que mari
d'une protestante. Je le recevrai, et je le recevrai avec la même
bienveillance.--Votre Sainteté m'autorise à le lui dire?--Sans doute.»

«M. Rossi, a repris l'abbé d'Isoard, sera touché de la bonté de Votre
Sainteté; mais, comme il s'agit de sa personne, il ne voudrait pas... il
ne pourrait pas...--Je comprends, a dit le pape; vous avez raison;
mais que pourrait-on faire? Je ne puis pas me donner un démenti à
moi-même.--Cela n'est nullement nécessaire; il suffirait d'une lettre
explicative au nonce, disant ce que Votre Sainteté m'a fait l'honneur de
me dire.--Eh bien, parlez-en au cardinal, et dites-lui de me porter un
projet de lettre à l'audience de demain. Je désire faire tout ce qui
sera décemment possible. Dites-le à M. Rossi.

«Bref, la lettre à été signée hier, et on a assuré qu'elle était partie.
On l'a lue à M. d'Isoard; elle porte:

«Que lors de ma nomination comme ministre, certains journaux avaient
répandu beaucoup de bruits sur mon compte;

«Que néanmoins j'avais été reçu à Rome avec tous les égards dus à un
représentant du roi;

«Qu'ensuite j'avais, dans toutes les circonstances, été accueilli par le
saint-père avec toute la bienveillance _(amorevolezza)_ que j'avais
su mériter par la manière dont j'avais rempli ma mission et traité les
affaires;

«Qu'ayant appris que j'allais être nommé ambassadeur, on n'avait pas pu
ne pas faire connaître qu'il ne serait pas agréable d'avoir à Rome une
ambassadrice protestante, à laquelle on ne pourrait pas témoigner tous
les égards que l'usage avait consacrés;

«Mais que néanmoins, si j'étais nommé, je recevrais du Saint-Père
l'accueil que Sa Sainteté fera toujours au représentant d'un Roi pour
lequel elle professe la plus vive affection, etc., etc.

«La lettre porte donc uniquement sur la présence de l'ambassadrice. Elle
est faite pour se faire dire:--Comme il n'y aura pas d'ambassadrice, il
n'y a pas d'objection.

«Vous le voyez, tout se réduit à une vétille. Ils le savent, et, comme
ils me l'ont fait dire ce matin encore, ils ne doutent pas que la
réponse ne soit ma nomination.»

On ne pouvait déjouer plus galamment une plus timide manoeuvre. Si
timide qu'on put se demander si ce n'était pas une complaisance vaine
pour les adversaires de M. Rossi plutôt qu'une tentative sérieuse
d'entraver sa nomination comme ambassadeur. Quoi qu'il en fût, ma
réponse fut immédiate. J'écrivis le 17 mai à M. Rossi: «Votre nomination
comme ambassadeur est signée. On va préparer vos lettres de créance.
Vous les recevrez par le prochain paquebot. J'ai vu le nonce; il venait
de recevoir la lettre que vous m'aviez annoncée, et il m'a déclaré qu'il
n'avait plus d'objection ni d'observation à faire, plus rien à dire.»
Le courrier du 27 mai porta en effet à M. Rossi ses lettres de créance:
«Vous voilà définitivement établi, lui dis-je, dans la situation et
au milieu des affaires que je vous désire depuis longtemps. Il y a là
d'immenses services à rendre à ce pays-ci, à ce gouvernement-ci, et à
la bonne politique de l'Europe. Vous les rendrez. Personne n'y est plus
propre que vous. Quand notre session sera finie, nos élections faites,
et moi en repos pour quelques semaines au Val-Richer, je vous écrirai
de là avec détail ce que je pense de l'attitude et de la conduite qui
conviennent à la France catholique moderne, en Europe et en Orient.»

M. Rossi n'avait pas encore reçu cette lettre quand il m'écrivit le 1er
juin 1846: «Le saint-siége est vacant; Rome est dans la stupeur; on ne
s'attendait pas à une fin si prompte. Toute conjecture sur le conclave
serait aujourd'hui prématurée. Il ne s'offre aucune candidature
fortement indiquée, aucun de ces noms que tout le monde a sur les
lèvres. Si vous demandez quels seront les cardinaux _papeggianti_,
chacun vous en nommera sept ou huit, la plupart des hommes peu connus et
absents de Rome. Chacun sait ce qu'il ne veut pas, non ce qu'il veut.»

Ce n'était plus des jésuites, ni de la liberté d'enseignement qu'il
s'agissait. En obtenant, sur ce point, tout ce qui nous importait, nous
avions donné un exemple de l'influence qu'on pouvait exercer sur le
Saint-Siége, même contre ses propres penchants, quand on lui
inspirait la ferme confiance qu'on respectait et qu'on respecterait
scrupuleusement, en toute occasion, ses droits et sa situation dans le
monde. Nous étions à la veille de problèmes et de périls bien autrement
graves. C'était le monde catholique tout entier, État et Église, qui
allait tomber en fermentation et en question. Je pressentais l'immensité
et les ténèbres de cet avenir. Quels qu'en fussent les événements, nous
étions bien résolus à nous y conduire selon la politique libérale et
anti-révolutionnaire dont nous avions fait partout notre drapeau, et
je me félicitais d'avoir établi à Rome un ambassadeur capable de la
soutenir habilement et dignement. J'étais loin de prévoir quel sort et
quelle gloire l'y attendaient.

FIN DU SEPTIÈME VOLUME.



                         PIÈCES HISTORIQUES


                                 I

1º _Instructions données à l'amiral Dupetit-Thouars par M. l'amiral
Duperré, ministre de la marine et des colonies._

Paris, 15 octobre 1841.

«Monsieur le contre-amiral,

«Parmi les services importants que vous êtes appelé à rendre dans
l'exercice du commandement que le Roi vous confie dans les mers du Sud,
et pour lequel des instructions générales vous ont été remises sous la
date du 17 septembre, il en est un spécial pour lequel Sa Majesté attend
de vous sagesse, prudence et fermeté.

«Notre commerce, et surtout nos pêcheurs de baleine, ont besoin d'un
point de relâche et d'appui dans le grand Océan.

«L'archipel des îles Marquises, dont la principale, Nouka-Hiva, est
située par les 9° de latitude méridionale et 142° 30' de longitude
occidentale (méridien de Paris), se trouve éloigné d'environ 1,100
lieues des côtes du Pérou.

«Ces îles, dont la position a d'ailleurs été déterminée par vous-même
dans un voyage d'exploration, semblent être, d'après vos propres
rapports, le point le plus convenable pour atteindre le but que se
propose le gouvernement du Roi, de fonder un établissement offrant abri
et protection à notre pavillon dans le grand Océan.

«Les habitants de ces îles, parmi lesquels résident, depuis plusieurs
années, des missionnaires français, n'opposeront sans doute aucun
obstacle sérieux à notre établissement.

«Une attitude, ferme au début, doit assurer notre souveraineté; des
procédés humains et généreux envers les chefs et les populations
achèveront de la consolider.

«Vous jugerez, sur les lieux, des moyens d'établir cette souveraineté,
soit qu'elle doive être acquise par des concessions et des présents, ou
obtenue par la force.

«Dans tous les cas, notre domination devra être confirmée par des
traités avec les chefs, et constatée par un acte authentique dressé
par triplicata. Deux expéditions en seront adressées au ministre de la
marine qui en transmettra une au ministre des affaires étrangères, et
la troisième sera réservée par le commandant de la station, jusqu'à son
retour en France où il en fera remise au ministre de la marine.

«Une somme de 6,000 fr. sera mise à votre disposition par M. le ministre
des affaires étrangères, pour l'achat des présents.

«Vous trouverez, dans le personnel et le matériel des bâtiments de
guerre réunis sous vos ordres, monsieur le contre-amiral, les moyens
d'assurer le succès de l'opération à la fois délicate et importante qui
vous est confiée par le gouvernement de Sa Majesté.

«La division stationnaire, aujourd'hui commandée par M. le capitaine
de vaisseau Buglet, se compose d'une frégate, d'une corvette et de deux
grands bricks de guerre.

«Vous allez rejoindre cette division avec une frégate de second rang et
deux corvettes, l'une de premier, l'autre de deuxième rang.

«Le personnel de ces sept bâtiments sera d'environ 1,700 à 1,800 hommes.

«Pour la formation des garnisons que vous aurez à établir sur les îles,
soit simultanément, soit successivement, ainsi que vous le jugerez le
plus convenable, vous embarquerez, sur les bâtiments de votre division,
une compagnie d'équipage de ligne, deux compagnies d'infanterie de
marine et un détachement d'artillerie.

«L'effectif de ce corps expéditionnaire présentera donc environ 400
hommes. Il sera pourvu d'un petit matériel d'artillerie en pièces de
campagne, obusiers de montagne et fusils de rempart.

«Vous disposerez, en outre, de toutes les ressources que vous offrira,
en hommes, en artillerie et en munitions de guerre, votre division
navale.

«Les deux groupes réunis des îles seront sous le commandement supérieur
de l'officier du rang le plus élevé et le plus ancien de grade.

«Un capitaine de corvette ou un lieutenant de vaisseau sera appelé au
commandement de chacune des deux grandes îles.

«Chacune des petites îles de chaque groupe, quand elles recevront
garnison, sera commandée par l'officier ou le sous-officier, chef du
poste.

«Le premier soin de chaque officier commandant sera de prendre toutes
les dispositions nécessaires pour se mettre à l'abri de toute attaque, à
l'intérieur ou à l'extérieur.

«A cet effet, il fera établir les ouvrages de défense qu'il jugera
utiles.

«Après la prise de possession au nom du Roi et l'établissement des
garnisons, vous aurez à veiller à leur sûreté, et vous assurerez leur
subsistance.

«Vous pourvoirez à ce double objet par les bâtiments sous vos ordres,
dont un ou deux devront stationner dans les îles, et par les ressources,
en vivres, que vous trouverez à Valparaiso et sur d'autres points de la
côte d'Amérique.

«Les garnisons devront d'ailleurs chercher à se créer des ressources par
les cultures dont les terres seront jugées susceptibles, en élevant des
bestiaux, en multipliant les espèces volatiles et en se livrant à la
pêche.

«Vous donnerez à la culture et aux industries, particulièrement à
celles qui s'appliqueront à créer des ressources alimentaires, tous les
encouragements en votre pouvoir.

«Vous pourvoirez, jusqu'à nouvel ordre, au payement des diverses
dépenses auxquelles donneront lieu l'établissement, l'entretien de vos
bâtiments et la subsistance de vos équipages ainsi que des troupes, par
l'émission de traites, suivant le mode prescrit par ma dépêche du 22
avril 1841, dont copie vous sera transmise.

«Vous profiterez, monsieur le contre-amiral, de toutes les occasions
pour me tenir au courant de vos opérations.

«Une nouvelle voie de communication, ouverte entre Panama et la côte du
Chili et du Pérou, vous offrira sans doute des moyens de correspondance
plus prompts. Vous vous servirez alors du couvert de M. le consul
général du Roi à Londres.

«Mais je dois vous recommander de ne vous servir de cette voie anglaise
qu'autant que vous le jugerez absolument sans inconvénient et non
susceptible de nuire à la réserve et à la discrétion que vous
devrez garder dans cette opération, comme dans toutes celles qui se
rattacheront au commandement dont vous êtes chargé.

«Enfin, l'intérêt du service du Roi exige de prévoir le cas où, par une
cause quelconque, vous vous trouveriez dans l'impossibilité de continuer
l'exercice de votre commandement.

«Ce cas échéant, l'officier du rang le plus élevé et le plus ancien
de grade serait appelé de droit à vous remplacer. Il lui est bien
recommandé, en prenant le commandement, de se conformer en tout point
aux présentes instructions et aux directions que vous auriez prescrites,
soit pour le commandement de la station, soit pour la conduite de toutes
les affaires relatives à l'opération spéciale de la prise de possession
et de la conservation des îles Marquises.

«En vous appelant au commandement de ses forces navales dans les mers du
Sud, et en vous chargeant de réaliser un projet dont le succès est à
ses yeux d'un si grand intérêt pour notre pavillon, le Roi vous prouve,
monsieur le contre-amiral, toute sa confiance en votre caractère comme
en votre habileté.

«Vous ne pouvez manquer de justifier cette confiance du Roi et
d'acquérir de nouveaux titres à la bienveillance de Sa Majesté.

«Recevez, monsieur le contre-amiral, avec l'expression des voeux qui
vous suivront, l'assurance de ma considération très-distinguée.

«Le ministre secrétaire d'État de la marine et des colonies,

  «_Signé_: Amiral DUPERRÉ.»

2º _Le contre-amiral Dupetit-Thouars à M. le ministre de la marine et
des colonies_.

Baie de Taiohae, frégate _la Reine-Blanche_,

le 25 juin 1842.

«Monsieur le ministre,

«J'ai l'honneur d'informer Votre Excellence que la prise de possession,
au nom du Roi et de la France, des deux groupes qui forment l'archipel
des îles Marquises, est aujourd'hui heureusement effectuée.

«La reconnaissance de la souveraineté de S. M. Louis-Philippe Ier a été
obtenue par les voies de conciliation et de persuasion, et, conformément
à vos ordres, elle a été confirmée par des actes authentiques dressés
en triple expédition; j'en adresse une ci-jointe à Votre Excellence.
Je ferai parvenir la seconde qu'elle m'a demandée, par la frégate _la
Thétis_.

  «Je suis, etc.

  «_Signé_: Amiral DU PETIT-THOUARS.»


                                II

_Le contre-amiral Dupetit-Thouars au ministre de la marine_.
Rade de Taïti, frégate _la Reine-Blanche_,

le 25 septembre 1842.

Monsieur le ministre,

«A mon arrivée en ce port, le 30 août dernier, j'ai été accablé d'une
masse de réclamations faites par tous les Français établis ici, y
compris même les missionnaires. Tous m'adressaient des plaintes, tant
contre le gouvernement local que contre le consul de France qui, selon
eux, a négligé de prendre leurs intérêts ou de les défendre avec assez
d'instance auprès du gouvernement de S. M. la reine Pomaré. Le consul
lui-même se plaignait aussi de plusieurs Français qui, étant sans
cesse en contravention avec les lois du pays en vendant des liqueurs
prohibées, étaient souvent saisis en fraude par la police, et
prétendaient pourtant devoir être indemnisés des pertes qu'ils
éprouvaient; car, seuls, disent-ils, et par un esprit de vengeance du
gouvernement taïtien contre les nôtres, ils sont victimes des vexations
que leur attire ce commerce, tandis que les Anglais et les Américains
le font ouvertement sans jamais en éprouver de préjudice. D'autres
Français, qui se sont volontairement rendus acquéreurs de terres encore
en litige, prétendent que le consul devait employer son influence pour
les leur faire adjuger, droit ou non, et ils auraient voulu qu'usant de
la force dont je dispose, je l'employasse pour faire prononcer, en leur
faveur, une spoliation manifeste.

«Après avoir bien écouté toutes les plaintes et attendu jusqu'au 6
septembre pour m'éclairer sur tous ces faits, j'ai reconnu que les
plaintes, tant d'un côté que de l'autre, n'étaient pas tout à fait
sans fondement, mais que d'un côté comme de l'autre, il y avait une
exagération ridicule et des prétentions exorbitantes. J'ai également
reconnu:

«1º Qu'il n'était que trop vrai que le gouvernement local, oublieux du
passé, ou plutôt toujours sous la même influence étrangère qu'il subit,
n'était point exempt de blâme et se montrait souvent hostile dans sa
conduite envers nos compatriotes;

«2º Que MM. les missionnaires, précédemment à l'arrivée de _l'Aube_,
avaient été expulsés très-brutalement d'une vallée qu'ils avaient
acquise _bona fide_, et que, rentrés en possession de leurs biens à la
demande de M. Dubouzet, ils réclament aujourd'hui des indemnités pour
des vexations dont ils ont déjà obtenu le redressement;

«3º Qu'un Français, M. Lucas, le même qui a perdu le navire
_l'Oriental_, sous le phare de Valparaiso, acquéreur d'un bien dont il
avait été injustement dépossédé comme les missionnaires, et dans lequel
il est également rentré à la demande du commandant de _l'Aube,_ veut
aussi, comme les missionnaires, être indemnisé du retard qu'il a éprouvé
dans son établissement, prétendant qu'aujourd'hui ses cafés auraient 18
pouces de haut;

«4º Qu'un autre Français, M. Desentis, venu de la Nouvelle-Zélande à
Taïti, ayant acheté d'un Anglais une propriété dont celui-ci n'était
point en jouissance, prétendait que le consul devait le faire mettre
en possession, afin de donner cours à son contrat. Le fait de ce marché
m'ayant paru cacher une horrible connivence pour spolier un indigène au
moyen d'un abus de pouvoir, j'ai repoussé de si honteuses prétentions;

«5º Que la conduite de la police envers les Français était toujours plus
brutale qu'envers les autres étrangers, et qu'elle avait profité d'une
querelle élevée à l'occasion d'un combat de chiens, pour assommer
quelques Français qui en étaient témoins, entre autres le capitaine d'un
bâtiment baleinier en relâche dans le port, et que M. Dubouzet, ayant
également obtenu justice de la reine Pomaré pour ce fait, elle avait
prononcé l'exil du plus coupable de ses agents; mais qu'aussitôt que
_l'Aube_, qui venait d'apporter des présents du Roi à la reine Pomaré,
avait été sous voiles, cette sentence de la Reine avait été mise en
oubli, et que le coupable, restant impuni malgré une promesse formelle,
était encore libre à Taïti, lors de notre arrivée.

«Tous ces dénis de justice et ce manque continuel à toutes les
bienséances envers le Roi et son gouvernement sont, à n'en pas douter,
l'effet de la triste influence à laquelle la reine obéit; mais ces
faits ne m'en ont pas moins paru d'une nature tellement grave et
compromettante pour notre dignité nationale, et si dangereux pour nos
compatriotes si je n'en demandais pas le redressement, que je me suis
décidé, étant chargé de soutenir dans ces mers l'honneur de notre
pavillon et de le faire respecter, à envoyer à la reine Pomaré la
déclaration dont je joins ici une copie conforme, ainsi que de celles:

«1º De la proposition à laquelle cette déclaration a donné lieu de la
part de la reine et des chefs principaux qui forment le gouvernement de
Taïti;

«2º De l'acceptation que j'ai faite au nom du Roi et, sauf sa
ratification, du protectorat des États de la reine Pomaré et de la
souveraineté extérieure de ces États, qui m'ont été offerts;

«3º De ma lettre au régent pour qu'il fasse arborer le pavillon du
protectorat et qu'il notifie aux consuls étrangers la détermination que
venaient de prendre la reine Pomaré et les principaux chefs de Taïti;

«4º De la proclamation que j'ai publiée pour calmer les inquiétudes des
indigènes, pour arrêter les déclamations des missionnaires biblistes, et
donner un commencement d'exécution au protectorat, afin de l'établir;

«5º Enfin, les copies conformes de toutes les lettres qui ont rapport
à ces transactions et que j'ai dû écrire, a cette occasion, tant au
gouvernement de la reine Pomaré, aux consuls des États-Unis d'Amérique
et de la Grande-Bretagne, qu'au gouvernement provisoire que j'ai établi.

«Votre Excellence verra, par ces diverses correspondances, que les
consuls étrangers ont grandement approuvé les mesures que j'ai prises,
et applaudi à l'établissement de l'ordre à Taïti. Votre Excellence
reconnaîtra encore que, par la conduite pleine de circonspection que
j'ai tenue dans cette mission, je me suis concilié l'assentiment des
indigènes, celui des populations étrangères établies à Taïti et même
celui des missionnaires anglicans.

«J'ai amené les choses au point que, s'il convient au Roi et à son
gouvernement d'accepter cette très-belle et très-fertile possession,
d'une défense si facile et d'un intérêt si grand dans un avenir peu
éloigné, située au vent de toutes les colonies anglaises et à portée
de recevoir et de donner des nouvelles à la métropole en moins de trois
mois, au moyen d'une correspondance par la vapeur et par Panama, si,
dis-je, la France ne veut pas laisser échapper l'occasion, unique
peut-être, de faire une si belle proie, il suffira presque de dire:
oui. Alors, si le gouvernement m'envoie les objets d'armement que j'ai
demandés pour les Marquises, je trouverai dans ce secours le moyen de
fortifier Taïti, même contre une division, fut-elle nombreuse; car la
nature, en enveloppant ces îles de ceintures de coraux qui les rendent
inaccessibles sans de bons pilotes, a fait presque tout ce qui était
nécessaire pour leur défense.

«Le gouvernement, cependant, pensera peut-être que je suis allé un peu
loin dans cette affaire, mais voici quels ont été les motifs qui m'ont
déterminé.

«Dans la position où se trouvaient les relations de la France avec
Taïti, il était impossible de partir sans faire des représentations
ou même des menaces, tout en annonçant que j'en référerais à mon
gouvernement: mais dans l'état où étaient les esprits et les choses,
l'une ou l'autre de ces mesures eût été sans aucun effet, et on se
serait, comme par le passé, moqué de nous; d'ailleurs cela n'obviait à
rien dans l'attente où l'on était de voir arriver à Taïti une corvette
anglaise qui en était partie brusquement pour la Nouvelle-Hollande, où
les Anglais ont maintenant une station, en apprenant que nous avions
pris possession des îles Marquises, et avait annoncé devoir revenir
pour prendre Taïti; il fallait donc, et il y avait urgence, recourir à
d'autres moyens plus efficaces pour conjurer ce danger.

«Peut-être encore pensera-t-on que j'aurais dû, sans refuser le
protectorat qui nous était offert, en ajourner l'acceptation jusqu'à la
réponse du Roi ou m'en tenir à la demande d'une garantie matérielle pour
assurer l'avenir de nos relations. La solution de cette affaire eût été
ainsi plus modérée, il est vrai; mais ni l'une ni l'autre de ces mesures
n'apportait d'obstacle à la prise de possession de Taïti, que les
Anglais auraient pu effectuer pendant qu'on en eût référé au Roi et à
son gouvernement, et il me paraissait surtout essentiel d'empêcher ce
résultat probable, pour laisser à Sa Majesté son libre arbitre sur la
question du protectorat, et éviter le désagrément auquel on se serait
trouvé exposé si le Roi acceptant, par exemple, sa réponse ne fût
arrivée que lorsqu'il n'aurait plus été temps; d'un autre côté, toute
minime qu'était la garantie matérielle que je demandais par ma note,
il était à craindre que la reine ne pût réunir cette somme; et, ne
l'obtenant pas, je me serais trouvé dans la nécessité de prendre le fort
de Moutou-Outa comme garantie d'une meilleure exécution des traités; et
alors aussi ma position serait devenue très-difficile dans le dénûment
où nous étions de toutes choses, après l'établissement que nous venons
de faire aux Marquises.

«L'occupation de Moutou-Outa, comme je l'ai dit, n'obviait à rien
non plus; elle laissait toujours aux Anglais le temps d'arriver et la
facilité de s'emparer de Taïti en se le faisant donner, ce qui eût été
bien fâcheux, à cause du voisinage de nos établissements, et ce qu'il
était très-important pour moi d'éviter, je le répète, pour assurer au
Roi et à son gouvernement la faculté de se prononcer sur cette grande
question qui, par la position où elle est amenée, peut être regardée
comme résolue, s'il lui convient, et à la France, de posséder l'archipel
de la Société; car, on ne peut disconvenir que le gouvernement de la
Grande-Bretagne aurait bien mauvaise grâce de vouloir élever un conflit
à l'occasion de ce protectorat, au moment même où, d'un trait de
plume, il s'empare d'États aussi importants que le sont ceux de la
Nouvelle-Zélande et de la Nouvelle-Guinée, dont on m'a annoncé qu'il
vient tout récemment de prendre possession.

«L'adjonction de notre pavillon à celui de la reine Pomaré était aussi
une garantie indispensable pour nous assurer que rien ne sera entrepris
contre Taïti avant que le Roi ait pu se prononcer. Toute autre mesure,
sans celle-là, eût été illusoire et n'eût pas arrêté un amiral anglais
qui, sans cet obstacle, n'aurait point hésité à s'en emparer et à
nous dire après, comme à la presqu'île de Banks: _Nous y étions les
premiers_.

«Je sais que j'ai encouru le risque d'être désapprouvé, s'il ne convient
point au Roi d'accepter ce protectorat, ou plus exactement ce riche et
important archipel; mais ma conscience me dit que mon devoir était
de m'y exposer; je me suis seul compromis, mais je l'ai fait pour un
intérêt national très-réel et dans celui de la couronne de Sa Majesté;
cela en valait bien la peine.

«Si le Roi et son gouvernement acceptent le protectorat, tout
sera terminé; car, à la rigueur, le gouvernement provisoire actuel
permettrait d'attendre qu'une institution simple et analogue, qui serait
à la fois suffisante et peu dispendieuse pour le Trésor, pût être créée
pour l'exercer.

«Avec des procédés généreux envers la reine et les cinq ou six chefs
principaux, nous nous les attacherons invariablement. Jusqu'à ce jour,
les étrangers ne leur ont fait que du mal, et la reine comme les chefs
sont devenus pauvres par les besoins nouveaux que la civilisation leur a
donnés. Le peuple est bon et facile à conduire; il est toujours attaché
à ses chefs, et en faisant du bien à ceux-ci, on est sûr de le gagner.

«Le protectorat et la souveraineté extérieure des îles de l'archipel
de la Société équivaut, sous le rapport politique et commercial, à une
prise de possession définitive et nous assure les mêmes avantages; il
nous délivre de voisins incommodes et ne blesse pas, au même degré,
l'orgueil et l'intérêt des tiers. Quant aux Américains, ils préfèrent
nous voir l'exercer plutôt que les Anglais, et il était devenu de toute
impossibilité que ce pays continuât à s'administrer par lui-même; le
désordre était déjà venu à son comble; il ne lui restait qu'à opter
entre les Anglais et nous.

«Si le Roi juge ne pas devoir accepter ce protectorat, il me
désapprouvera nécessairement. Dans ce cas, je demande à être rappelé,
car l'influence que j'ai acquise dans ces mers serait ainsi détruite et
m'ôterait la possibilité d'y conduire les affaires avantageusement pour
la France; mais, si au contraire, je suis assez heureux pour que le Roi
approuve ma conduite, je prie Sa Majesté d'avoir aussi la bonté de me
témoigner publiquement sa satisfaction, ne serait-ce qu'en me donnant
l'autorisation d'ajouter à mon titre de commandement, celui d'inspecteur
ou de gouverneur général des possessions françaises dans la Polynésie
orientale, jusqu'à ce que le gouvernement ait régularisé le service de
ces nouveaux établissements; ce sera d'ailleurs un appui moral qui me
donnera le moyen d'accélérer notre colonisation, en aplanissant bien des
difficultés.

«Je suis, etc.

«_Signé_: DUPETIT-THOUARS.»


2º _Instructions de l'amiral Roussin, ministre de la marine et des
colonies, à M. le capitaine Bruat, nommé gouverneur des îles Marquises._

Paris, 28 avril 1843.

Monsieur le gouverneur, vous connaissez les motifs qui ont inspiré
le gouvernement du Roi lorsqu'il a fait prendre possession des îles
Marquises. Procurer, dès à présent, à nos bâtiments de guerre ainsi qu'à
nos navires de commerce, et principalement à nos baleiniers, un lieu de
relâche et de ravitaillement dans l'Océanie; assurer pour l'avenir à
la France une des meilleurs positions militaires et maritimes que
présentent ces archipels, telles étaient les considérations dominantes
qui avaient motivé l'occupation effectuée, d'après les ordres de mon
prédécesseur, par M. le contre-amiral Dupetit-Thouars.

Vous savez par quel concours de circonstances les îles de la Société
ont été placées sous le protectorat de la France, immédiatement après le
débarquement de notre expédition aux Marquises. Le gouvernement du Roi a
résolu d'accepter ce protectorat, à l'exécution duquel vous serez
chargé de présider, en réunissant à votre titre de gouverneur des îles
Marquises, celui de commissaire du Roi près de la reine de Taïti.

Cette détermination n'est pas de nature à faire sensiblement modifier
les bases de l'organisation qui avait d'abord été adoptée pour notre
nouvelle possession. Les îles Marquises restent destinées à devenir le
chef-lieu de votre gouvernement et de nos établissements militaires.
Vous serez maître toutefois d'établir à Taïti votre résidence habituelle
si les circonstances, les besoins du service et les intérêts politiques
et commerciaux qui forment l'ensemble de votre mission vous paraissent
exiger que vous preniez ce parti. Vous disposerez de la même manière
et dans le même but, pour les porter de préférence sur l'un ou l'autre
point, des forces actives et des ressources matérielles qui seront
réunies sous votre direction.

En vous investissant de cette double autorité, Sa Majesté vous accorde
une haute et honorable marque de confiance. Vos services passés me
donnent l'assurance que vous saurez la justifier, et je compte que vous
serez secondé, avec tout le dévouement et l'intelligence désirables,
par les officiers, par les fonctionnaires civils, par les troupes et
les marins placés sous vos ordres. Chacun comprendra, comme vous,
qu'il s'agit de contribuer à l'accomplissement d'une grande et belle
entreprise sur les suites de laquelle le gouvernement, les chambres et
le pays vont avoir les yeux incessamment fixés.

A Taïti, comme aux îles Marquises, vous exercerez l'autorité seul et
sans partage. Comme commandant de la subdivision navale de l'Océanie,
vous serez placé sous les ordres de M. le contre-amiral commandant
la station de l'océan Pacifique. Je vous adresserai, à ce sujet, des
instructions spéciales sous le timbre de la première direction.

Votre mission comporte, par sa nature même, une grande latitude
d'action, une large liberté d'initiative. Vous marcherez cependant
d'autant plus sûrement dans les voies qu'il faudra suivre quand vous
connaîtrez les intentions du gouvernement sur les principaux résultats
qu'il se propose. Je diviserai les instructions que j'ai à vous
donner, à cet effet, en deux parties, l'une relative à nos possessions
proprement dites, l'autre concernant les îles à l'égard desquelles nous
ne devons exercer qu'un pouvoir de protection.


ILES MARQUISES.

Occupation générale des îles Marquises.

Le gouvernement ratifie les divers actes par lesquels les chefs des
principales îles de cet archipel ont fait cession de leurs droits
de souveraineté, et les ont soumises à l'autorité française. Cette
ratification, suivant l'usage général suivi pour les traités passés avec
les chefs de peuplades, n'a pas besoin d'être exprimée par l'apposition
de la signature du Roi sur les actes originaux. Elle résultera de
la notification que je vous charge d'en faire aux signataires et de
l'exécution subséquente des clauses de ces conventions.

Depuis la prise de possession effectuée par M. le contre-amiral
Dupetit-Thouars, un rapport du commandant particulier de Nouka-Hiva
m'a fait connaître que des hostilités avaient éclaté à l'île Taouata
(Whitaho) entre la garnison et les indigènes. J'ignore comment ces
hostilités se seront terminées. Je ne puis douter toutefois que, même en
l'absence de M. le contre-amiral Dupetit-Thouars, on n'ait promptement
réussi à réprimer les agressions des naturels et à ramener la paix entre
eux et notre poste. Quoi qu'il en soit, vous aurez, dès votre arrivée
aux îles Marquises, pour lesquelles vous ferez route en premier lieu, à
assurer ou à rétablir notre domination à Taouata, comme sur les autres
points de l'archipel où elle pourrait avoir été troublée, méconnue ou
interrompue.

Après les îles Nouka-Hiva et Taouata, les seules qui aient été d'abord
occupées, la plus importante est celle d'Ohivava, et il est même
possible qu'après une exploration plus complète que celle à laquelle
elle a été soumise, on reconnaisse que cette dernière île offre plus
d'avantages que la seconde. Dans tous les cas, Ohivava doit être
effectivement occupée par un détachement, en attendant que vous fassiez
étudier cette localité à l'effet de juger quelle espèce d'établissement
elle est susceptible de recevoir.

Si vous pouvez, en outre, sans trop disséminer vos forces, placer un
poste sur l'île d'Houa-Poeu (Rao-Poua), vous le ferez avec d'autant
plus d'utilité que cette île paraît être une de celles dans lesquelles
l'influence des missionnaires semble avoir jusqu'à ce jour obtenu le
plus de succès. Au surplus, toutes les îles habitées par les naturels,
sur lesquelles vous ne mettrez pas de garnison, devront cependant avoir
un pavillon aux couleurs de la France, et ce pavillon sera confié à la
garde des indigènes qui sauront que vous serez toujours prêt à punir les
tribus qui ne le respecteraient pas.

Ports à ouvrir, dans les Iles Marquises, aux bâtiments de guerre et aux
navires de commerce.

Une des premières mesures que vous aurez à prendre en arrivant sera
de faire connaître, par un arrêté, les ports des Marquises qui seront
ouverts aux bâtiments de guerre des autres nations, et aux navires de
commerce français et étrangers; ports à l'exception desquels l'accès des
côtes devra être défendu et interdit au besoin par la force. Ces ports
seront placés sous un régime de franchise absolue, sans distinction
de pavillon; l'entrée et la sortie de toutes les marchandises y seront
libres et exemptes de tous droits. Vous vous réserverez, toutefois, de
prendre, au besoin, des dispositions exceptionnelles pour assurer de
préférence à nos nationaux l'usage des aiguades, celui des mouillages
et les achats de provisions. Des priviléges et des redevances existent
à cet égard au profit des chefs indigènes. Il ne pourrait être question,
sans manquer aux conventions faites avec eux, de supprimer purement et
simplement les règles établies à cet égard. Mais comme il importe que
l'autorité française demeure entièrement libre de faire, sur ce point,
tous les règlements, il conviendra de racheter des intéressés les
redevances en question, ce qui pourra être obtenu, sans doute, au moyen
d'arrangements peu dispendieux. Vous aurez, en outre, à prohiber le
débarquement des armes et munitions de guerre, en prononçant à l'égard
des contrevenants, en vertu des pouvoirs qui vous seront attribués, les
pénalités qui seront nécessaires pour prévenir tout trafic de ce genre,
qui ne peut tendre qu'à fournir aux populations indigènes des moyens de
se détruire entre elles, et de se mettre en lutte contre la domination
française. Le commerce des spiritueux devra être aussi l'objet de
mesures exceptionnelles, propres à empêcher parmi les indigènes l'abus
des liqueurs fortes, source de désordre et de dégradation, et cause
active de mortalité.

Je ne vous désigne pas les points des îles Marquises qui pourront être
choisis comme ports de guerre ou de commerce. Une étude attentive des
localités pourra seule permettre de faire utilement cette désignation.
Sous ce rapport, comme sous beaucoup d'autres, des notions importantes
auront sans doute été recueillies depuis l'occupation jusqu'à l'époque
de votre installation. Je me borne à vous faire remarquer que, dans
les premiers temps surtout, il conviendrait de concentrer les lieux de
mouillage, de relâche et d'échanges sur un très-petit nombre de points.
La surveillance à exercer sera partout confiée à l'autorité militaire.
Les opérations des navires n'entraîneront pas, pour l'administration,
d'écritures compliquées. Vous aurez seulement à faire tenir, et
à m'envoyer tous les trois mois, des relevés sommaires qui feront
connaître les noms et le tonnage des navires, la force de leurs
équipages, leurs ports d'armement, la nature ainsi que l'importance
présumées de leurs chargement et de leurs opérations, et enfin, autant
que possible, la nature et la valeur des marchandises, vivres, etc.;
débarqués et embarqués par eux aux Marquises.

Rapports à établir avec divers pays.

Parmi les pays que la navigation a déjà mis ou peut mettre en
communication directe avec les îles Marquises, les uns sont, dès à
présent, des centres importants d'activité commerciale, les autres
commencent seulement à attirer l'attention sous ce rapport; d'autres
enfin sont restés étrangers à tout mouvement d'échange, et en quelque
sorte à tout germe de civilisation.

Les premiers sont: à l'est des Marquises, les divers États de l'Amérique
occidentale, principalement le Chili, le Pérou et le Mexique; au
sud-ouest, les établissements anglais de Sidney et de Van-Diemen;
au nord-ouest, les archipels de la Sonde et des Philippines, et le
continent asiatique. Vous ne manquerez aucune occasion de vous mettre
en relation, soit avec les autorités de ces pays, soit avec les agents
consulaires que nous y entretenons, soit enfin avec les représentants
des puissances européennes. Vous leur ferez connaître tout d'abord la
franchise des ports français dans l'Océanie, et vous leur signalerez
successivement les avantages qui vous paraîtront pouvoir déterminer le
commerce à y diriger des expéditions.

Quant aux autres localités, vous étudierez les nouvelles combinaisons
que vous semblera pouvoir faire naître, dans les opérations du commerce,
un fait aussi considérable que la formation d'un grand établissement
dans des mers où jusqu'à ce jour, depuis la Nouvelle-Hollande jusqu'à
la côte nord-ouest d'Amérique, depuis le Chili jusqu'à la Chine, il n'a
existé aucun centre de protection et d'influence européennes. Vous vous
appliquerez à rechercher quelles relations pourraient se former, dans
les îles Marquises et de Taïti; aux îles Sandwich où l'influence du
gouvernement des États-Unis tend à s'établir d'une manière presque
exclusive; à la Nouvelle-Zélande, où nous n'avons pu fonder qu'un
établissement tardif et précaire, et où il ne sera peut-être
pas possible de prévenir la prééminence prochaine et générale de
l'occupation anglaise. Enfin sur des points plus rapprochés et notamment
dans les archipels situés à l'ouest de celui de la Société, vous ferez
apparaître, le plus souvent qu'il vous sera possible, le pavillon
français, en vous concertant à cet effet avec M. le commandant de la
station de l'océan Pacifique: ce dernier objet se rattache d'ailleurs
plus particulièrement au protectorat de Taïti, et je vais avoir
l'occasion d'y revenir tout à l'heure.

Admission des consuls étrangers aux îles Marquises.

Je ne vois que de l'avantage à permettre aux gouvernements étrangers
d'acréditer près de vous, aux îles Marquises, des agents consulaires qui
seront chargés de surveiller et de servir les intérêts commerciaux de
leurs sujets respectifs. Mais vous devez tenir strictement la main à
ce que, sous aucun prétexte, ils ne s'immiscent dans les affaires
intérieures de la colonie. Jusqu'à nouvel ordre, ce sera par vous que
l'_exequatur_ devra être donné ou retiré à ces agents.

Immigrations aux îles Marquises.

Par un avis inséré au _Moniteur_ du 23 février, j'ai fait connaître que
mon département ne se proposait pas, quant à présent, de favoriser le
passage d'émigrants de France aux Marquises. Toutes dispositions en ce
sens seraient au moins prématurées, et le gouvernement attendra, pour
prendre un parti à ce sujet, que vos rapports aient fait suffisamment
connaître l'intérêt qu'il pourrait y avoir à attirer spécialement dans
ces îles une population européenne autre que celle qui sera attachée
aux divers services publics, ainsi que les moyens d'existence que des
immigrants français pourraient se procurer sur les lieux. Il n'est pas
probable qu'il vous en arrive par la voie du commerce. Le cas échéant,
vous ne perdrez pas de vue que vous avez dans vos pouvoirs le droit de
refuser le débarquement, ou de le subordonner à toutes les garanties
nécessaires pour le bon ordre et pour la sûreté de nos possessions. La
même observation s'applique aux immigrations qui pourraient avoir lieu,
soit de la côte ouest d'Amérique, soit de tout autre point du globe.
L'intérêt de l'établissement sera la seule règle à consulter à l'égard
de l'admission ou du renvoi des individus qui se présenteront pour y
fixer leur résidence.

L'achat des terres par les étrangers a été provisoirement défendu aux
îles Marquises par M. le contre-amiral Dupetit-Thouars. Vous aurez à
examiner s'il ne convient pas de maintenir provisoirement cette défense.

Il pourra être utile que vous preniez l'initiative d'une introduction de
cultivateurs de la Chine ou de l'archipel d'Asie. J'aurai à vous écrire
spécialement à ce sujet; et, à cette occasion, je vous entretiendrai
plus particulièrement des questions qui se rattachent à l'emploi, dans
les îles de l'Océanie, de travailleurs étrangers appartenant à des races
propres à supporter la fatigue sous le climat des tropiques.

Politique à suivre à l'égard des naturels.

J'aurai des instructions spéciales à vous donner au sujet de l'exercice
du culte et de l'administration de la justice aux îles Marquises. Je
me borne à vous dire ici que les dispositions que j'ai prises sous ce
double rapport ont été combinées dans la vue de faire concourir l'action
religieuse et l'action judiciaire à la moralisation et à la civilisation
des indigènes, ainsi qu'à la consolidation de notre influence parmi ces
populations. Toute votre conduite, ainsi que celle des fonctionnaires et
des autorités militaires, devra tendre à leur faire aimer la domination
française, à leur en faire apprécier le caractère tutélaire et
pacifique. A une administration toujours juste et paternelle, vous
joindrez une intervention à la fois active et prudente dans les guerres
et les dissensions qui agitent les tribus; une protection vigilante
contre tout abus, contre toute injustice de la part des Européens, et
de grands égards pour toutes les coutumes civiles et religieuses de ces
peuples, afin que l'empire de la persuasion, l'exemple et le contact
de notre civilisation accomplissent seuls la révolution morale et
intellectuelle à laquelle on peut espérer de les conduire.


ILES DE LA SOCIÉTÉ.

Protectorat.

L'acte par lequel les îles de la Société ont été placées sous le
protectorat de la France a stipulé:

«1º Le maintien de la souveraineté de la reine et de l'autorité des
principaux chefs: toutes les lois et tous les règlements doivent
continuer à émaner de la reine et être signés par elle;

«2º Le droit de propriété des indigènes sur les terres, et celui de
faire juger exclusivement par les tribunaux du pays les contestations
relatives à ce droit de possession;

«3º La liberté générale des cultes, et l'indépendance des ministres de
toutes les religions.

«A ces conditions, la reine et les chefs ont demandé la protection du
gouvernement français et lui ont abandonné la direction de toutes les
affaires avec les gouvernements étrangers, les règlements de port, etc.,
etc., en le chargeant, en outre, de prendre telle autre mesure qu'il
pourrait juger utile pour la conservation de la bonne harmonie et de la
paix.»

Le gouvernement du Roi, en accordant la protection qui lui est demandée,
accepte ces stipulations comme base de son intervention. C'est ce que
vous aurez à faire connaître à la reine et aux chefs en leur déclarant
que Sa Majesté compte sur leur fidélité à leurs engagements, comme ils
peuvent désormais se confier au loyal et tutélaire appui de la France.

Le droit international offre plusieurs exemples d'une situation analogue
à celle où les îles de la Société se trouvent maintenant placées à
l'égard de la France. Le lien qui nous les rattache peut être comparé
particulièrement à celui par lequel les îles Ioniennes ont été mises
dans la dépendance du gouvernement de la Grande-Bretagne. D'après leur
charte constitutionnelle du 26 août 1817, le pouvoir exécutif réside
dans un lord haut-commissaire, nommé par le gouvernement anglais, lequel
exerce ce pouvoir avec le concours d'un sénat électif dont les
membres doivent être agréés par lui. Ce sénat fait les règlements
administratifs, et nomme, sauf l'approbation du lord haut-commissaire,
à tous les emplois administratifs et judiciaires. Les lois votées par
l'assemblée élective sur la proposition du sénat sont soumises à la
sanction du lord haut-commissaire.

Si l'on compare à cette organisation celle que M. le contre-amiral
Dupetit-Thouars a provisoirement adoptée, afin de mettre sans retard le
protectorat en vigueur, on voit que cet officier général s'est attaché à
procéder d'après des principes analogues, autant que le lui permettaient
les circonstances locales, l'état politique des populations qui
invoquaient notre appui et l'urgence de la situation. Il faut donc
considérer seulement, comme une première ébauche, les institutions qu'il
a établies; des modifications devront probablement y être introduites.
Vous y réfléchirez attentivement, et vous ne ferez rien d'ailleurs
que de concert avec la reine Pomaré, et d'après les principes que j'ai
rappelés plus haut.

Conseil de gouvernement.

Quelle que soit, au surplus, la combinaison à laquelle vous vous
arrêtiez, il y a, dans l'organisation du conseil de gouvernement, une
première réforme à introduire. M. le commandant de la station en a
conféré alternativement la présidence au commissaire civil qu'il a
institué près le gouvernement de la reine, et au gouverneur militaire,
suivant la nature des questions dont le conseil doit s'occuper.
Les motifs qu'il a pu avoir pour effectuer ce partage d'autorité ne
sauraient être de nature à le faire maintenir. Il n'y aura près de
la reine Pomaré d'autre représentant du gouvernement français que
vous-même. C'est comme commissaire du Roi que vous agirez. Il convient,
sans contredit, qu'un fonctionnaire civil, à poste fixe, fasse partie
du conseil; mais il ne doit y siéger, comme les autres, qu'à titre
consultatif. En votre absence, la présidence du conseil de gouvernement
et l'exercice de l'autorité appartiennent exclusivement à l'officier
que vous aurez délégué à cet effet, et près duquel le conseil ne doit
également exercer qu'une action consultative.

Les fonctions civiles dont je viens de parler devront rester confiées
à M. Moërenhout. Cet ancien consul a été, de la part de beaucoup de
résidents et de nos missionnaires eux-mêmes, l'objet de plaintes et
d'accusations qui étaient de nature à altérer beaucoup la confiance du
gouvernement dans l'utilité de ses services. Mais, en définitive, M.
le contre-amiral Dupetit-Thouars n'a pas pensé que les principaux torts
fussent de son côté. J'approuve donc le parti qu'il a pris de substituer
à son titre de consul, devenu incompatible avec notre protectorat, celui
d'_agent du gouvernement français_, dans lequel vous lui annoncerez
qu'il est confirmé. Cet emploi réunira dans ses attributions les
affaires politiques et commerciales, dont la direction supérieure
appartiendra au commissaire du Roi, et en son absence à l'officier
qui le remplacera et qui présidera le conseil. M. Moërenhout aura donc
toujours, dans l'exercice de ses fonctions, à prendre ou vos ordres
ou ceux de votre délégué militaire; mais, dans le second cas, s'il y a
dissidence entre M. Foucher d'Aubigny et M. Moërenhout, celui-ci, tout
en se conformant provisoirement aux ordres qu'il recevra, aura droit
de correspondre directement avec vous et d'en appeler à votre décision
supérieure.

M. Moërenhout, devenu fonctionnaire public, doit nécessairement cesser
toutes opérations commerciales et liquider immédiatement ses affaires
pour se vouer à ses nouveaux devoirs avec un désintéressement égal
à l'intelligence et à l'utile expérience dont il a fait preuve. J'ai
décidé qu'un traitement de 8,160 francs lui serait alloué, par analogie
avec ce qui est réglé pour M. le sous-commissaire chef du service
administratif aux îles Marquises.

Sous le rapport militaire, le protectorat des îles Ioniennes donne au
gouvernement de la Grande-Bretagne le droit d'y tenir garnison et d'y
former des établissements de défense. Ce gouvernement a, de plus, le
commandement supérieur de toutes les forces indigènes. Loin de s'opposer
à ce que les îles de la Société soient placées, sous ce rapport, dans
des conditions analogues, les termes de l'acte de protectorat et l'objet
de cet acte nous en font en quelque sorte une obligation, puisque,
indépendamment de la protection contre l'ennemi extérieur, il nous
charge de prendre les mesures nécessaires pour la conservation de la
bonne harmonie et de la paix. Je vous ai déjà dit que vous auriez la
faculté de disposer, dans l'intérêt de votre mission spéciale à Taïti,
de telle partie de vos forces que vous jugeriez utile d'en détacher dans
ce but. Il sera, en effet, indispensable que vous fassiez établir,
sur le point que vous reconnaîtrez le plus convenable pour cette
destination, une batterie fortifiée, et que vous en donniez la garde à
un détachement qui servira en même temps pour la police intérieure, en
attendant que vous soyez amené à adopter, dans ce dernier objet, une
organisation particulière appropriée aux localités.

La police des ports et des rades est une attribution qui dérive
nécessairement du protectorat. Il n'est pas nécessaire d'examiner si
elle pourrait aller jusqu'à nous permettre d'exclure tels pavillons
ou telles marchandises, ou d'établir des tarifs différentiels ou
prohibitifs au profit de notre commerce. L'intention du gouvernement
du Roi n'est pas d'user, dans un but étroit de nationalité, des
prérogatives et de l'ascendant que lui donnera sa suprématie à l'égard
de cet archipel. Il faut, au contraire, chercher, tout en régularisant
les opérations commerciales et en les concentrant, autant que possible,
sous notre surveillance, à leur procurer, sans distinction d'origine,
toutes les franchises favorables au développement de la navigation. On
peut considérer, sous ce rapport, comme des obstacles fâcheux, les taxes
et redevances établies en ce moment à Taïti au profit de la reine.
C'est ce que vous aurez à lui représenter en vous attachant à lui faire
comprendre tous les avantages qu'il y aurait, pour la prospérité de ces
îles, à attirer, par toutes les facilités possibles, un grand nombre de
navires à Papeïti. J'espère que vous parviendrez à vous concerter avec
elle pour effectuer la suppression des droits en question.

Le port de Papeïti paraît être le seul que fréquentent les navires: il
est à désirer, au moins pour les premiers temps, que tous les autres
soient fermés à la navigation. Tout ce que j'ai dit à ce sujet, en ce
qui concerne les îles Marquises, se trouve donc naturellement applicable
aux îles de la Société. L'inclination des naturels pour la navigation
n'est pas douteuse. Un de vos soins les plus constants devra être de
développer et d'encourager ce penchant qui peut concourir puissamment
à la civilisation de ce peuple, et créer d'utiles éléments de commerce.
Vous ferez acheter deux petits bâtiments qui feront partie de la marine
locale, exclusivement placée sous vos ordres, et vous composerez en
partie leurs équipages d'indigènes que vous ferez passer, après le temps
d'apprentissage nécessaire, sur les bâtiments de commerce, et notamment
sur ceux qui établiront avec les archipels une navigation de cabotage.

Les rapports politiques du commissaire et du conseil de gouvernement
avec les consuls et les résidents étrangers me paraissent avoir été,
quant à présent, convenablement déterminés par les actes de M. le
contre-amiral Dupetit-Thouars. Je n'ai pas besoin d'y joindre la
recommandation d'agir toujours, dans vos relations et dans vos décisions
en ce qui les concerne, avec un constant esprit de conciliation et
avec les égards dus aux sujets de gouvernements amis. Il importe qu'ils
soient toujours les premiers à s'apercevoir que, si le protectorat de la
France s'est étendu sur ces îles, c'est afin que les hommes paisibles
et industrieux de toutes les nations y trouvent appui et sécurité. Vous
aurez donc, à moins de motifs d'une véritable gravité, à respecter chez
les étrangers déjà établis à Taïti leurs droits acquis à la résidence,
et à laisser également la faculté de s'y fixer à ceux qui se
présenteraient en offrant les garanties nécessaires d'industrie et de
bonne conduite.

C'est principalement aux missionnaires étrangers que cette
recommandation s'applique. Dans votre conduite et vos actes à leur
égard, vous ne perdrez jamais de vue que le gouvernement doit rester
fidèle à trois grands principes, celui de la liberté des cultes, celui
de la protection due aux sujets d'une puissance amie, enfin le devoir
non moins sacré de favoriser les travaux entrepris pour étendre les
bienfaits du christianisme.

3º _Instructions confidentielles de l'amiral Roussin, ministre de
la marine et des colonies, au capitaine Bruat, gouverneur des
établissements français dans l'Océanie._

Paris, le 28 avril 1843.

Monsieur le commandant, le Roi, en vous donnant le titre de gouverneur
des établissements français dans l'Océanie et de commissaire près de
la reine des îles de la Société, vous confie d'importantes et délicates
fonctions. Plusieurs points de votre mission méritent de fixer
particulièrement votre attention. Je vais vous les signaler
sommairement, et vous indiquer les règles de conduite que vous devrez
suivre pour chacun de ces points.

Gouvernement des Marquises.

Votre autorité, en qualité de gouverneur, s'exerce seulement dans
les îles Marquises. Là, elle n'est limitée que dans vos rapports de
déférence vis-à-vis du gouvernement du Roi. Aux termes des conventions
passées avec M. le contre-amiral Dupetit-Thouars et les chefs indigènes
de ces îles, la souveraineté de la France est reconnue sans restriction
aucune. Il vous est donc loisible de prendre, tant pour l'administration
intérieure de ces établissements que pour nos affaires extérieures, les
arrêtés et décisions que vous croirez nécessaires. Vous n'avez, à ce
sujet, qu'à vous préoccuper des besoins du service et du soin de votre
propre responsabilité. Les pouvoirs qui vous seront confiés ont la plus
grande étendue. Vous disposerez de forces imposantes relativement
aux populations extrêmement réduites qui vous entoureront. Le régime
militaire, qui prévaut dans l'organisation administrative et judiciaire
que vous êtes chargé de constituer, vous donne des moyens énergiques
d'action, tant sur les indigènes que sur les étrangers qui viendront
habiter ces îles. Mais plus votre autorité est grande, plus il est de
votre devoir d'en user avec prudence et circonspection. Je ne prévois
pas de grandes difficultés dans le gouvernement des îles Marquises.
Peut-être éclatera-t-il encore quelques tentatives d'insurrection comme
celle du roi Iotété. Les naturels, trop faibles pour vous attaquer
autrement que par des embûches, auront besoin d'être surveillés. Vous
devrez donc, surtout tant que la confiance la plus entière n'aura pas
remplacé, entre les Français et les insulaires, le sentiment de surprise
et de défiance qui a dû résulter de notre occupation, vous devrez,
dis-je, prescrire par voie de discipline et de règlements, une certaine
réserve à nos soldats dans leurs rapports avec les indigènes. Il importe
qu'en toute occasion, vous vous montriez plein de bienveillance et
de générosité pour les chefs et les tribus qui seront animés de bons
sentiments pour les Français; mais aussi que vous réprimiez avec énergie
et promptitude tous les actes d'hostilité qui seraient commis contre
votre autorité et la souveraineté de la France.

Les étrangers qui aborderont passagèrement dans les îles seront
traités par vous de la manière la plus bienveillante. Vous savez que le
gouvernement se propose de faire de nouveaux établissements des ports
francs; il est donc essentiel que nous donnions à toutes les marines des
motifs de les préférer, pour leurs relâches et leur ravitaillement, aux
autres points de l'Océanie. Dans ce but, il sera convenable que vous
entreteniez de bonnes relations avec les consuls étrangers qui sont
accrédités auprès des États de la côte d'Amérique, et que vous ayez
de bons procédés avec les commandants des bâtiments de guerre et les
capitaines marchands des puissances amies qui aborderont dans notre
établissement. Mais, si notre intérêt vous prescrit des devoirs de
bienveillance, notre dignité vous impose des obligations rigoureuses.
Vous aurez à réprimer sévèrement les désordres et les délits que des
étrangers commettraient sur notre territoire. Jusqu'à présent, les
équipages baleiniers et les aventuriers qui fréquentent ces parages ont
montré qu'en face de la barbarie ils se croient libres de se livrer à
toutes sortes d'excès. Il vous appartiendra, monsieur le gouverneur,
de les contraindre, quelle que soit la nationalité qu'ils invoquent, à
respecter les moeurs et les principes de tous les peuples civilisés.

Clergé aux îles Marquises.

Nous devons donner un grand ascendant à la religion catholique. Jusqu'à
présent, les missionnaires de cette Église paraissent avoir exercé
une influence presque exclusive dans l'archipel des Marquises. Il doit
entrer dans nos vues de la leur conserver. Vous réunissez dans vos
mains des moyens suffisants pour obtenir que l'action de ces prêtres
se combine avec la pensée de votre administration. Vous savez qu'une
convention a été passée avec le supérieur de la maison de Picpus, et
que, par elle, le département de la marine a consenti à reconnaître,
à chacun des membres de cette congrégation qui exercent leur saint
ministère dans notre établissement, un traitement et des frais
d'installation. Cette condition servira naturellement votre influence
sur ce personnel religieux. Sans vous immiscer dans la direction
spirituelle que le chef des missions de l'Océanie imprimera seul aux
démarches des missionnaires, il vous sera possible, précisément en
considération des dépenses que le département de la marine fait tant
pour les prêtres que pour le service du culte, de vous concerter avec
M. l'évêque et d'obtenir de lui le redressement des actes qui vous
paraîtraient répréhensibles, et le changement des ecclésiastiques qui
feraient obstacle aux vues de votre administration. Les rapports qui
s'établiront à ce sujet sont d'une nature trop délicate pour que je
ne compte pas que vous y mettrez toute la réserve et toute la
circonspection désirables.

Protectorat des îles de la Société.

La convention passée entre M. le contre-amiral Dupetit-Thouars et la
reine Pomaré doit servir de base à notre protectorat. Les pouvoirs qui
nous y sont attribués sont mal définis. Vous devrez néanmoins observer,
dans la forme de tous vos actes, le caractère ostensible qui est assigné
à notre autorité, sans cependant compromettre, par trop de scrupule,
le bien du service et nos intérêts politiques. Vous comprendrez que la
limite si imparfaitement fixée à notre pouvoir ne peut être une
barrière infranchissable pour votre influence. Déjà, si vous comparez le
protectorat qu'exerce l'Angleterre sur les îles Ioniennes avec celui qui
nous est conféré sur l'archipel de la Société, vous jugerez combien ce
dernier est restreint.

Aux îles Ioniennes, le protectorat s'exerce d'après les conditions
suivantes. Une assemblée élective fait les lois que lui propose un sénat
également électif, mais remplissant les fonctions de pouvoir exécutif.
Les personnes élues pour composer ce dernier corps sont subordonnées,
dans leur élection, à l'approbation du lord haut-commissaire, qui
représente le gouvernement de la Grande-Bretagne. Les votes de
l'assemblée législative sont soumis à la sanction du sénat et, en
dernier lieu, à l'approbation de ce commissaire, qui a de plus le droit
de sanctionner toutes les nominations aux emplois administratifs et
judiciaires. Le haut-commissaire possède, en outre, le commandement
général des forces anglaises et celui des forces indigènes. Par cette
combinaison qui fait rentrer les actes aussi bien que les personnes
sous l'autorité du représentant de la Grande-Bretagne, le gouvernement
anglais pèse de tout son poids sur l'administration comme sur la
direction des affaires extérieures de ce pays.

A Taïti, M. le contre-amiral Dupetit-Thouars s'est cru dans la nécessité
de faire, à l'indépendance des pouvoirs locaux, une part beaucoup plus
large. Je n'ai pas l'intention de formuler dans ces instructions une
organisation que vous deviez nécessairement appliquer. Je reconnais
qu'il est impossible de le faire _a priori_, et que pour y procéder avec
connaissance de cause, il faut se livrer à une étude dont les éléments
ne se rencontrent que sur les lieux. Mais j'ai pensé que cette
indication vous serait utile.

Rapports avec les consuls étrangers et les autorités étrangères.

Dans les premiers temps, votre position vis-à-vis des consuls étrangers
sera entourée de difficultés. Elle exigera de votre part les plus
grands ménagements. Vous considérerez comme régulièrement accrédités les
consuls que vous trouverez en exercice. Il ne serait pas prudent, quant
à présent, de soulever à leur égard des contestations sur la valeur
des pouvoirs qu'ils tiennent du gouvernement local. Mais si d'autres
puissances que celles qui en ont déjà envoient des agents à Taïti, ou
si quelques changements s'effectuent dans le personnel actuel, vous
ne donnerez aux nouveaux consuls votre autorisation d'exercer leurs
fonctions qu'à la condition que leur titre reconnaîtra expressément le
protectorat de la France. Aucune contestation sur ce point ne saurait
être admise par vous, car c'est principalement dans le but de confier au
roi des Français la direction des affaires extérieures de son État, que
la reine Pomaré a signé la convention du 9 septembre.

Par ces premiers actes, M. Dupetit-Thouars a reconnu aux consuls le
droit d'intervenir comme assesseurs dans les procédures qui intéressent
leurs nationaux. Par cette concession, probablement motivée par les
embarras de sa position, il a accordé plus que le droit international
n'exigeait. Tous les crimes et délits commis par des étrangers doivent
être soumis à la juridiction du lieu où les faits se sont accomplis. Les
consuls n'ont droit d'intervenir que dans les affaires commerciales
de leurs nationaux. Il sera donc essentiel que vous rappeliez les
principes, et que vous obteniez de ces agents qu'ils rentrent dans leurs
attributions. Mais ce retrait d'une concession déjà faite doit s'opérer
avec prudence et ménagement.

Lorsque je rappelle le droit de protection qui nous est conféré, il me
paraît surabondant de vous dire que c'est vous qui devez entretenir les
rapports politiques avec les agents des puissances étrangères établis
sur la côte d'Amérique ou dans les archipels de l'Océanie, aussi bien
qu'avec les commandants des bâtiments de guerre des puissances navales.
Vous surveillerez attentivement leurs démarches. Vous ferez en sorte de
connaître les projets politiques et commerciaux qu'ils auront formés
ou à l'exécution desquels ils seront employés, afin de tenir le
gouvernement du Roi averti des événements qui pourraient avoir quelque
influence sur nos établissements nouveaux ou compromettre notre
prépondérance sur ces mers. Si quelque circonstance venait à exiger
de vous une action extérieure pour prévenir des faits qui menaceraient
notre occupation, vous auriez, avant d'agir, à consulter le commandant
de la station sous les ordres duquel vous restez comme commandant de la
subdivision navale de l'océan Pacifique. Si cependant ces circonstances
présentaient un caractère de danger imminent, et que le commandant de
la station fût, à votre connaissance, trop éloigné pour recevoir à
temps vos communications, vous auriez à prendre une décision sous votre
responsabilité.

Excepté dans ces cas d'urgence, toutes les fois que des difficultés
surgiront entre vous et les représentants des puissances étrangères
ou les commandants des stations, vous devrez prendre une altitude
expectante et demander, en prétextant l'importance des questions, le
temps d'en référer au gouvernement du Roi.

Conduite envers les résidents étrangers.

Quant aux résidents étrangers, vous observerez scrupuleusement toutes
les règles du droit international. Si quelques-uns avaient obtenu, par
privilège, la faculté de s'immiscer, soit dans l'administration locale,
soit dans la magistrature, il sera nécessaire de la leur dénier, à moins
qu'ils ne renoncent à se prévaloir du bénéfice de leur nationalité, et
ne consentent à se placer, vis-à-vis de votre autorité, dans la classe
des indigènes.

Culte; missionnaires à Taïti.

Ainsi que je vous l'exprime dans les instructions officielles, vous
vous ferez un devoir de protéger tous les cultes, et vous veillerez à
ce qu'ils se pratiquent en toute liberté. Votre conduite à l'égard
des ministres de la religion protestante sera animée d'une parfaite
bienveillance. Il ne faut pas oublier qu'ils ont déjà acquis une grande
autorité sur la population de ces îles, que c'est à eux qu'elle doit les
rudiments de civilisation qu'elle possède. Il serait aussi impolitique
qu'injuste de chercher à rompre le lien moral qui existe entre eux. Des
prêtres catholiques s'efforcent, depuis plusieurs années, d'attirer à
leur foi les habitants de Taïti. Le gouvernement, qui prévoit toutes les
difficultés que cette lutte entre les deux religions peut susciter,
vous recommande l'impartialité la plus absolue. Vos rapports avec
les ministres des deux Églises devront être empreints du respect que
méritent toujours ceux qui améliorent l'homme par la double influence de
la morale et de la religion. Afin que votre arrivée ne puisse être une
menace contre le culte des méthodistes et un triomphe pour les prêtres
catholiques, vous laisserez aux Marquises les missionnaires de Picpus
qui partent avec vous. Cette même raison nous a décidés à ne point
admettre de clergé rétribué à Taïti. Les prêtres catholiques que vous
y trouverez seront tout à fait indépendants du gouvernement, et
continueront à agir sous la seule direction de leur évêque. Ils
insisteront beaucoup auprès de vous pour obtenir, en qualité de
Français et de catholiques, des marques toutes particulières de votre
bienveillance. Ils voudront que vous répariez, par quelque acte de
protection manifeste, tous les torts que le gouvernement local a eus
envers eux et pour le redressement desquels nos navires de guerre sont
venus souvent réclamer. Mais il sera nécessaire que vous mesuriez votre
intervention de manière à ne leur accorder que ce qui leur est dû
comme Français. Votre action en leur faveur devra éviter de prendre un
caractère religieux.

Cette partie de votre administration est celle qui présente le plus
de difficultés. Les missionnaires méthodistes sont anglais. Vous
respecterez leur culte et leur laisserez toute liberté pour le
pratiquer. Mais il ne faut pas qu'à l'aide de la religion, ils
s'immiscent dans l'administration et le gouvernement, et pèsent par leur
influence dans vos rapports avec la reine et les chefs. La protection
sans réserve que vous leur accorderez est à ce prix. Ainsi vous ne
pouvez point admettre qu'ils conservent le droit de délibérer dans les
assemblées des chefs, d'émettre leur avis et de provoquer des mesures
administratives ou des actes politiques; leur qualité d'étrangers
suffit pour que vous demandiez qu'ils soient exclus de la direction des
affaires. Ils ont aussi acquis la faculté de percevoir des amendes
ou des redevances pour oubli de certains devoirs religieux ou pour
violation de règlements administratifs qu'ils ont eux-mêmes rendus. Vous
aurez à faire cesser cette intervention en dehors de l'Église, car le
gouvernement du Roi ne peut permettre que des étrangers se substituent
à la reine Pomaré ou aux chefs indigènes pour exercer la police ou
une autorité quelconque dans les îles mises sous notre protectorat.
Je comprends que difficilement l'autorité du ministre de la religion
s'arrêtera dans les limites que j'indique. La population de Taïti,
naguère régie par des institutions théocratiques, sera longtemps
disposée à se laisser diriger par ceux qui inspirent sa foi. Il importe
donc que nous lui donnions le plus tôt possible des missionnaires qui
s'associent par sentiment patriotique autant que par conviction, à nos
vues et à nos efforts. A cette fin, nous provoquerons le départ de cinq
à six ministres protestants français qui devront, avec l'assistance que
vous leur aurez ménagée de la part des chefs et de la reine Pomaré, se
substituer peu à peu aux missionnaires anglais. Ce changement ne pourra
s'opérer qu'avec beaucoup de prudence. Mais c'est un but qu'il faut
atteindre.

Étendue du protectorat.

Nous occupons les îles Marquises et nous avons accepté le protectorat
des îles de la Société. Ce dernier fait, ainsi que les rapports du
contre-amiral Dupetit-Thouars l'établissent, a été commandé par le
premier. Il aurait été très-nuisible à notre politique et peut-être
dangereux pour nos intérêts qu'une autre puissance navale fût venue
s'emparer de Taïti. Ces actes déjà accomplis tracent une politique qu'il
sera de votre devoir de suivre. Il nous importe beaucoup d'éloigner,
autant que possible, les rivalités qui pourraient nous disputer la
prépondérance sur la partie de la Polynésie au milieu de laquelle flotte
notre drapeau. Les îles Gambier, les îles Pomotou ou Archipel dangereux
forment, avec les Marquises et les îles de la Société, un triangle où
notre pouvoir doit régner sans contestation. Les renseignements qui
nous sont fournis par les voyageurs nous apprennent que la reine Pomaré
exerce un droit de souveraineté ou de suzeraineté sur la plupart de ces
îles. La cession qu'elle a faite au roi des Français de sa souveraineté
extérieure étend ses effets sur celles des îles qui relèvent, à un titre
quelconque, de son autorité. L'insuffisance des forces militaires de la
reine a probablement permis à quelques chefs de se déclarer indépendants
ou de se soustraire à son pouvoir. Il sera nécessaire que, de concert
avec elle, vous les fassiez rentrer, soit par des négociations, soit par
la crainte, et s'il est indispensable, par des moyens coërcitifs, dans
leur ancienne obéissance. Toutes les îles qui dépendent de Taïti devront
donc reconnaître le protectorat de la France. Quant à celles qui sont
indépendantes et qui cependant sont comprises dans la région que j'ai
indiquée plus haut, vous aurez à provoquer par de bons rapports, par des
marques de bienveillance, par votre intervention officieuse et toujours
conciliante dans leurs démêlés et leurs embarras intérieurs, la
cession de leur souveraineté au roi des Français, ou la demande de son
protectorat. Vous pourrez commencer cette opération importante par les
îles Gambier. Elles sont déjà préparées à nous donner leur accession.
L'arrivée d'un bâtiment de guerre avec des cadeaux pour les chefs
suffira pour les déterminer. Vous savez que là les missionnaires
catholiques ont obtenu un plein succès et dirigent la population.
Vous devez donc concerter avec eux les mesures qui amèneront la
reconnaissance de notre autorité et leur assurer la conservation des
avantages qu'ils ont acquis dans ces îles.

Le principe de votre conduite à l'égard des missionnaires sera, partout
où les deux Églises seront en présence, le respect de leur culte, la
liberté complète pour eux de le pratiquer et d'y attirer des indigènes.
Là où le clergé catholique se trouvera en possession exclusive de
l'autorité spirituelle, vous devrez la lui maintenir. Enfin dans les
îles qui auront résisté jusqu'à ce jour à l'influence salutaire de l'une
ou de l'autre religion, vous aurez à réclamer de préférence le concours
des prêtres catholiques, car la pompe extérieure de leurs cérémonies
doit agir puissamment sur l'imagination vive de ces peuples.

Une somme de 300,000 francs est mise à votre disposition et devra être
employée à faire reconnaître notre souveraineté ou notre protectorat sur
les archipels désignés. Le gouvernement français n'entend pas que vous
tentiez aucune entreprise au delà de la sphère que je vous ai marquée.
Il ne veut pas non plus que, même dans cette limite, vous agissiez par
la force, et que le pouvoir que vous acquerrez soit le résultat de la
violence. Les fonds que vous avez entre les mains, la prépondérance
que les derniers événements nous ont assurée, doivent nous suffire pour
mener pacifiquement cette opération à bonne fin. Sur les points qui
proclameront la souveraineté de la France ou qui accéderont à son
protectorat, vous devrez arborer le drapeau national ou le drapeau
de l'union comme à Taïti, et lier vis-à-vis de vous des rapports de
dépendance qui tiennent les autorités locales sous votre administration.

Commerce.

Vous avez dû remarquer que l'importance commerciale de nos
établissements est principalement fondée sur la franchise de leurs
ports. Il faut donc que vous fassiez cesser au plus tôt les taxes et les
redevances que les bâtiments payent, dans la rade de Papeïti, à la reine
ou aux chefs principaux de l'île. Mais il est de toute justice que cette
mesure ne soit point une cause de sacrifice pour l'autorité locale.
Vous supprimerez ces droits en les rachetant au moyen d'une allocation
équitable qu'à titre de pension vous reconnaîtrez à la reine. Vous
agirez de même à l'égard des chefs qui touchent une partie de ces
droits, soit en leur attribuant une part équivalente dans la pension de
la reine, soit en leur accordant directement une indemnité qui leur sera
payée annuellement. Cette transaction doit être conduite par vous de
manière à ce que ceux qui y sont intéressés n'aient point à se plaindre
du changement de régime.

Telles sont, monsieur le commandant, les instructions confidentielles
que j'ai à vous donner pour vous identifier complétement à la pensée
du gouvernement du Roi. Je n'ai voulu traiter que les questions
principales, et tracer très-sommairement la marche que vous aurez à
suivre dans les cas les plus difficiles. Vos précédents, les services
que vous avez rendus m'inspirent la confiance que vous remplirez votre
mission avec autant d'habileté que de dévouement, et conformément aux
vues que je viens d'exposer.

Recevez, etc.


                                III

1º _Le ministre de la marine à M. Bruat, gouverneur des établissements
français dans l'Océanie, commissaire du Roi près la reine des îles de la
Société._

Paris, le 2 juillet 1844.

Monsieur le commandant, ainsi que vous l'ont annoncé mes dépêches des
9 et 12 mars, et que je vous l'ai de nouveau expliqué par celle du 27
avril, le gouvernement n'a pas approuvé la prise de possession des
îles de la Société, et a résolu de s'en tenir au protectorat. Cette
détermination vous replace, en ce qui concerne vos fonctions à Taïti,
dans la situation à laquelle se rapportaient les instructions générales
qui vous ont été données par mon prédécesseur, le 28 avril 1843. Je me
les suis fait représenter; elles me paraissent devoir être maintenues de
point en point. C'est, en effet, la convention du 9 septembre 1842
qu'il s'agit de faire exécuter. J'ai seulement à entrer dans quelques
explications nouvelles que comportent les événements survenus dans
l'intervalle: sans altérer aucune des bases essentielles du traité,
ces événements exigent, sur certains points, des solutions que le
gouvernement n'avait pas eu à prévoir à l'époque de votre départ.

Je dois d'abord bien préciser de nouveau votre position comme commandant
de la subdivision affectée spécialement au service et à la protection
de nos établissements. Le remplacement de M. le contre-amiral
Dupetit-Thouars par M. le contre-amiral Hamelin n'a rien changé, sous ce
rapport, à l'ordre de service primitivement établi. La situation de cet
officier général sera celle de son prédécesseur. Il est placé à la tête
de nos forces navales dans ces mers; mais vous dirigerez les mouvements
de votre subdivision et vous disposerez des équipages et des officiers
qui la composent selon les nécessités du double service qui vous est
confié; seulement, si des circonstances graves, dont l'appréciation est
laissée à M. le contre-amiral Hamelin, viennent à rendre nécessaire
la combinaison des deux stations, votre subdivision rentrera sous les
ordres directs de cet officier général, de qui vous relèverez alors pour
votre commandement naval. Mais, hors ce cas tout exceptionnel, je
ne mets aucune restriction à l'indépendance de votre position. Vous
correspondrez directement avec le département de la marine pour tout ce
qui sera relatif aux bâtiments placés sous vos ordres.

Ainsi que je vous le fais connaître sous le timbre de la direction du
personnel et des mouvements, votre subdivision se compose des bâtiments
suivants:

  La frégate _l'Uranie_,
  La corvette _l'Ariane_,
  _Le Phaéton_, bâtiment à vapeur,
  _La Meurthe_ et _la Somme_, corvettes de charge.

Il est dans mes intentions de vous expédier, dans le courant de cette
année, les deux bâtiments à vapeur _l'Australie_ et _le Narval_,
qui vont bientôt quitter les chantiers. Vous savez aussi que par une
décision récente, et pour satisfaire à votre demande, j'ai ordonné la
construction d'un troisième bâtiment à vapeur de trente chevaux, _le
Pingouin_, qui sera prêt probablement et que je vous expédierai à la
même époque que les deux autres. Je combinerai leur départ de manière
à ce qu'ils puissent franchir le cap Horn dans la belle saison. Ces
bâtiments vous fourniront le moyen de donner un grand déploiement à
votre action maritime, et je ne doute pas qu'ainsi fortifiée, elle ne
vous permette, non-seulement de consolider notre autorité sur les points
que nous occupons, mais encore de faire prévaloir, d'une manière plus
générale, notre influence dans cette partie de la Polynésie.

M. le contre-amiral Hamelin reçoit l'ordre de se rendre directement
à Taïti. Dès qu'il sera arrivé, il conférera avec vous au sujet des
dispositions à prendre pour le rétablissement du protectorat. Il importe
essentiellement que cette mesure reçoive, aux yeux des indigènes, son
véritable caractère. Les torts de la reine Pomaré sont graves; mais le
Roi a bien voulu prendre en considération sa faiblesse et accueillir
sa supplique. Il veut qu'un acte solennel de clémence accompagne
l'avénement de l'influence française dans la Polynésie; il espère, par
l'observation scrupuleuse de la convention que la reine a cherché à
éluder, lui montrer le respect dû aux traités et lui donner un salutaire
exemple de la bonne foi politique.

M. Hamelin est porteur d'une lettre du Roi à la reine Pomaré. Vous en
trouverez ici une copie.

La remise de cette lettre aura lieu à titre de notification du
rétablissement du protectorat. Ce rétablissement sera, immédiatement
après, proclamé par vous dans une assemblée générale des chefs. Vous
règlerez, en même temps, par un ordre du jour, ce qui concerne les
pavillons. Le pavillon de la France, signe de la souveraineté extérieure
que nous exerçons, devra continuer de flotter seul sur tous les
postes militaires et sur les points défensifs de Taïti. Le pavillon
du protectorat, c'est-à-dire l'ancien pavillon taïtien, écartelé des
couleurs françaises, sera arboré sur les autres établissements publics.

Vous devrez faire saluer ces deux pavillons séparément de vingt et un
coups de canon par tous les bâtiments placés sous vos ordres, le jour où
l'un et l'autre auront été définitivement arborés. Vous exigerez dans la
suite qu'ils reçoivent le même salut des bâtiments de guerre étrangers
qui aborderont à Taïti.

Je vous laisse le soin d'arrêter et de faire exécuter toutes les mesures
et dispositions qui devront avoir pour effet d'opérer, au plus grand
honneur de la France, l'acte important du rétablissement du protectorat.
Le gouvernement du Roi procède, dans cette circonstance, selon le voeu
d'une politique loyale et éclairée. Il n'a rien à dissimuler, ni de ses
intentions, ni de leur accomplissement; il veut agir au grand jour,
avec fermeté et dignité: connaissant toute sa pensée, vous saurez mettre
chacun de vos actes en parfait accord avec ses vues.

Nous continuerons d'occuper le fort de Moutou-Outa et les autres points
défensifs de Taïti, et vous y maintiendrez les forces militaires que
vous jugerez nécessaires à cette occupation. Ce n'est pas là seulement
un droit qui résulte du protectorat, c'est une obligation qu'il
nous impose; et le concours du gouvernement local pour créer ou pour
conserver les établissements de garnison et les travaux de défense
est également dans ses devoirs et dans son intérêt. Vous requerrez ce
concours avec toute la latitude que les besoins du service public vous
paraîtront exiger.

Ces diverses conséquences de la souveraineté mixte qui régnera désormais
sur l'archipel de la Société sont applicables aux îles qui reconnaissent
la suzeraineté de la reine Pomaré et aux chefs de ces îles. La
convention du 9 septembre 1842 les place également sous le régime du
protectorat; mais, tout en constatant notre droit à cet égard, il
n'est à propos d'en établir les signes extérieurs, par le placement du
pavillon, que sur les points de l'archipel qui peuvent offrir, sous le
rapport maritime et commercial, une véritable importance.

L'intention formelle du gouvernement du Roi est d'ailleurs de ne rien
tenter pour étendre officiellement sa souveraineté extérieure sur
les îles Gambier et sur tous autres points ne relevant pas de la
souveraineté de la reine Pomaré, et vous devrez vous abstenir de donner
suite aux dispositions que vous auriez pu être précédemment amené à
prendre dans un pareil but.

Je n'ai pas besoin de vous dire que c'est de vous que doivent continuer
à émaner les règlements de port et les mesures de police relatives à
l'admission des bâtiments et à la surveillance des équipages à Papeïti
et dans les autres ports ou rades des îles de la Société.

Un des usages les plus fâcheux qui s'étaient introduits à Taïti, avant
le protectorat, c'était la participation des étrangers aux assemblées
des chefs, et l'habitude qu'ils avaient prise d'y exprimer leur opinion
sur les affaires du pays, habitude essentiellement contraire à la
liberté comme à la tranquillité des délibérations. Cet usage a dû cesser
depuis votre arrivée à Taïti. Comme commissaire du Roi, vous avez droit
d'exiger qu'il ne se rétablisse pas, et je vous invite à vous y opposer
formellement. Dans ces assemblées on met souvent en discussion des
questions qui ont un rapport plus ou moins direct avec l'autorité que
vous exercez comme représentant du Roi. Vous devez donc toujours être
admis, quand vous le demandez, ou y faire admettre un de vos délégués,
et vous avez toujours le droit de prendre part à la délibération.

Les consuls qui viendront désormais résider à Taïti ne seront admis
à exercer leurs fonctions qu'après avoir été régulièrement accrédités
auprès du gouvernement protecteur et après avoir reçu du Roi leur
_exequatur_. L'application de cette règle sera faite au successeur de
M. Pritchard; celui-ci a reçu du gouvernement anglais une autre
destination.

Je n'ai pas besoin de vous recommander d'entretenir avec les
représentants des puissances étrangères les relations les plus amicales;
en maintenant et en faisant respecter vos droits, vous saurez accorder
à ces fonctionnaires toutes les facilités désirables pour qu'ils
remplissent, à l'égard de leurs nationaux, les devoirs de la protection
comme ceux de la surveillance.

Je n'ai aucune recommandation nouvelle à vous adresser en ce qui
concerne l'exercice de la religion à Taïti. La liberté des cultes doit
y être complète; c'est une des bases de la convention de 1842; c'est
un des principes de notre gouvernement. Les missionnaires étrangers ont
donc le même droit que les nôtres à votre protection, tant qu'ils se
renferment dans leur ministère de piété et qu'ils s'abstiennent de toute
intervention dans les affaires politiques. Si vous aviez malheureusement
à prévenir ou à réprimer, de leur part, quelques menées contraires à nos
intérêts, vous feriez d'abord un loyal appel au consul de leur nation
afin qu'il vous secondât dans les avertissements que vous donneriez
aux agitateurs qui cacheraient leurs entreprises sous le manteau de la
religion. Si ces avertissements ne suffisaient pas et que leur exclusion
des îles de la Société vous parût indispensable, vous devriez la
prononcer, après avoir prévenu le représentant officiel de leur
gouvernement.

Vous vous attacherez, en outre, avec un soin particulier, à maintenir
entre les ministres des différentes religions un esprit de concorde et
de fraternité, et vous empêcherez toujours que le zèle du prosélytisme
n'engendre des rivalités et des querelles soit entre eux, soit à leur
instigation entre les indigènes. Vous y emploierez votre ascendant,
votre autorité morale, et au besoin les pouvoirs dont vous disposez,
dans l'intérêt du maintien de la tranquillité générale.

Je termine, monsieur le commandant, en vous réitérant l'expression de
ma pleine confiance dans vos lumières, dans votre dévouement, et dans le
concours des officiers et fonctionnaires appelés à vous seconder.

_Signé_: DE MACKAU.


2º _Le ministre de la marine à M. Bruat, gouverneur des établissements
français dans l'Océanie, commissaire du Roi près la reine des îles de la
Société._

Paris, le 16 juillet 1844.

Monsieur le commandant, M. le contre-amiral Hamelin se rend à Taïti. Dès
son arrivée, il conférera avec vous au sujet des mesures à prendre
pour l'exécution du traité du 9 septembre 1842, et le rétablissement du
protectorat. Je vous laisse le soin d'examiner avec cet officier général
qui de vous deux devra procéder officiellement à la réintégration de la
reine Pomaré dans la situation et l'autorité que lui conservait ledit
traité. La solution de cette question dépend beaucoup de la position que
vous aura faite, vis-à-vis des indigènes et des chefs, l'exercice de
la souveraineté pendant plusieurs mois. Ce qui importe essentiellement,
c'est que le fait qu'il s'agit d'accomplir conserve, aux yeux de tous,
le caractère que le gouvernement du Roi veut lui imprimer. Les torts
de la reine ont été graves, mais le Roi prend sa faiblesse en
considération. Il tient à ce que l'avénement de l'influence française
dans ces mers soit accompagné d'un acte solennel de clémence; il veut de
plus que, par l'observation scrupuleuse de la convention du 9 septembre
1842, que la reine a essayé d'éluder, nous lui enseignions le respect dû
aux traités; ce sera tout à la fois lui donner une preuve de bonne foi
et un exemple de générosité. M. Hamelin est porteur d'une lettre du
Roi par laquelle Sa Majesté accorde à la reine Pomaré l'acte de haute
indulgence qu'elle a sollicité dans sa lettre du 9 novembre.

Pour attacher au rétablissement de la reine Pomaré la signification que
je viens d'indiquer, il y aurait certainement avantage à ce que cet acte
fût accompli par vous. Vous devez rester commissaire du Roi près de la
reine; il serait d'un bon effet, pour la suite de vos relations avec
elle, que ce fût de vous qu'elle tînt la restitution de son autorité.
Cependant, je vous le répète, c'est une question de conduite que vous
déciderez suivant les circonstances et après en avoir conféré avec M. le
contre-amiral Hamelin.

Ainsi que je vous l'ai indiqué plus haut, c'est le rétablissement du
protectorat, tel qu'il résulte de la convention du 9 septembre 1842, que
nous entendons opérer. Je ne puis donc que maintenir ici, dans leur sens
général, les instructions confidentielles que vous avez reçues de mon
prédécesseur, sous la date du 28 avril 1843, en tout ce qui a rapport
à votre autorité et aux vues qui devront vous diriger pour assurer et
fortifier votre intervention protectrice dans les affaires du pays.
Je les ai relues avec grand soin, et les événements qui se sont passés
depuis qu'elles ont été rédigées ne me fournissent que des motifs de
les confirmer et de vous inviter à en faire la règle constante de votre
conduite. Il est quelques points seulement sur lesquels je dois plus
spécialement appeler votre attention.

Vous garderez, pour occuper le fort Moutou-Outa et les autres points
défensifs de Taïti, les forces militaires que vous jugerez nécessaires.
L'exercice du protectorat nous en fait une obligation, et nous donne le
droit de réclamer le concours du pouvoir local pour conserver ou créer
les établissements militaires qu'exige notre garnison.

Le pavillon national français continuera d'être arboré sur tous les
postes militaires et sur les points défensifs de l'île.

Le pavillon du protectorat, c'est-à-dire l'ancien pavillon taïtien
écartelé du pavillon français, flottera sur les établissements
municipaux. Si la reine veut avoir un troisième pavillon, comme signe de
son autorité personnelle, vous pourrez le lui accorder; mais vous devrez
préalablement obtenir qu'elle renonce à celui qui a été la cause de
sa rupture avec l'amiral Dupetit-Thouars. C'est un point qu'il vous
appartient de régler dans les conférences que vous aurez avec elle,
avant de procéder à la réinstallation de son autorité royale. Elle
comprendra sans doute qu'elle doit cette marque de déférence à un
gouvernement qui agit avec tant de loyauté et de déférence à son égard.

Quant aux saluts, vous exigerez de la part des étrangers ceux qui sont
dus au pavillon français et à celui du protectorat; et vous pourrez
convenir avec la reine Pomaré, lorsque vous serez satisfait de vos
rapports avec elle, qu'un salut de dix-sept coups de canon sera fait à
son pavillon particulier, à celui qu'elle aura reçu de vos propres mains
et que vous apporte M. le contre-amiral Hamelin.

Les dispositions que je viens de vous prescrire, pour les signes
extérieurs de la souveraineté mixte qui régnera désormais sur l'archipel
de la Société, sont applicables aux îles et aux chefs qui reconnaissent
la suzeraineté de la reine Pomaré, car la convention du 9 septembre
étend également sur eux notre protectorat. Néanmoins, tout en constatant
votre droit à cet égard, il sera suffisant d'arborer le pavillon
français sur les points du groupe qui auront une importance réelle sous
le rapport commercial ou maritime.

Je n'ai pas besoin de vous rappeler que c'est de vous que devront émaner
les règlements de port et les mesures de police pour l'admission et la
surveillance des bâtiments et des équipages qui aborderont la rade de
Papeïti et les autres baies.

Dans les instructions particulières qui vous ont été délivrées, à
la date du 28 avril 1843, il était dit, sous le titre: _Étendue du
protectorat_, que vous deviez vous efforcer de provoquer, près des
indigènes des îles Gambier, la cession de la souveraineté de ces îles au
roi des Français ou la demande de son protectorat.

Les vues du gouvernement à cet égard sont aujourd'hui d'éviter toute
tentative qui aurait pour effet d'engager sa politique dans le sens
indiqué. Vous devrez donc vous abstenir d'entrer à l'avenir dans des
négociations dirigées vers un but semblable, et vous aurez à interrompre
celles qui auraient été précédemment ouvertes par vous en vertu des
instructions précitées.

Vous vous bornerez, dans ce cas, à me faire connaître exactement à
quel point vous vous trouverez avancé envers les chefs de ces îles
indépendantes, par les démarches ou communications qui ont pu avoir lieu
de votre part.

Depuis plusieurs années une législation a été donnée au peuple de Taïti.
Je ne l'examinerai pas en détail; mais vous avez dû être frappé de ce
qu'elle renferme d'incohérent et d'inconciliable avec la part d'autorité
qui nous appartient; son vice radical est d'attribuer aux missionnaires
un pouvoir sans contrôle, de leur accorder la faculté de prononcer des
pénalités qui se traduisent, dans la plupart des cas, en amendes, et
d'établir des impôts dont la perception tourne le plus souvent à leur
profit. Lors du séjour de la _Vindictive_ à Taïti, des assemblées ont eu
lieu où des ordonnances conçues dans le même esprit ont été rendues.
Je pense que, pendant l'exercice de la souveraineté absolue, vous aurez
rapporté ceux de ces actes qui blessaient le plus nos droits ou qui
conféraient à des étrangers une action quelconque dans l'administration
intérieure des îles. Je suppose que ces réformes n'auront soulevé aucune
réclamation de la part des indigènes et des chefs, et qu'elles n'auront
froissé que les personnes qui jouissaient de l'ancien état de choses.
En conséquence, vous devez maintenir vos décisions. Si, par des motifs
légitimes ou sous l'influence d'anciens usages, la reine et les
chefs venaient à réclamer le rétablissement de quelques-unes de ces
ordonnances, vous devriez vous y prêter, mais après avoir obtenu
d'eux qu'il en soit délibéré dans la forme usitée dans le pays et en
constatant que tel est le voeu général.

Vous avez déjà probablement aboli le droit que des étrangers s'étaient
arrogé de concourir aux réunions publiques des chefs et de délibérer
sur les affaires du pays. Il vous appartient, dans votre position de
commissaire du Roi, d'établir et de faire prévaloir cette règle. Les
habitants seuls de Taïti devront désormais prendre part aux réunions
qui ont pour objet leurs affaires propres et intérieures; mais il est
évident que souvent les matières de ces délibérations auront quelque
corrélation avec l'autorité que vous exercez au nom du roi des Français.
Vous ferez donc reconnaître votre droit d'assister, en personne ou par
délégué, à toutes les assemblées du peuple et des chefs, et d'y faire
entendre votre avis. Votre présence dans ces réunions, les relations que
vous avez nouées avec les hommes les plus considérables des îles, et les
moyens d'influence dont vous disposez, vous assurent le pouvoir de faire
presque toujours prévaloir vos vues. Cependant, je vous invite, excepté
pour les actes qui seraient réellement contraires à nos intérêts,
tels que ceux dont j'ai parlé plus haut, à ne provoquer la réforme de
l'ancienne législation qu'avec prudence et ménagement. Ne cherchons pas
à tout changer du jour au lendemain. C'est une oeuvre qui, pour être
bien faite et ne point choquer des habitudes prises, a besoin de l'aide
du temps. Un peuple aussi neuf à la civilisation que celui de Taïti
serait d'ailleurs, plus qu'un autre, exposé à des mécomptes qui
nuiraient à ses progrès, s'il voyait s'opérer, dans la manière de le
diriger, de trop brusques changements.

Indépendamment de la faculté d'assister aux réunions, vous devez,
pour les mêmes raisons, vous faire reconnaître, ainsi qu'il vous a été
prescrit dans les premières instructions confidentielles qui vous ont
été remises, le droit d'approuver ou de désapprouver, en conseil de
gouvernement, les actes et règlements qui émaneront de la reine ou de
l'assemblée des chefs.

Ce n'est là que la simple conséquence de l'ensemble des attributions
dont ce conseil a été investi par la proclamation qui a suivi le traité
du 9 septembre 1842, à la même date et sous les mêmes signatures; et
d'ailleurs vous ne perdrez pas de vue que si, pour obtenir le plein
exercice de ce droit, il est nécessaire de donner quelques garanties à
la reine et aux notables, vous êtes autorisé à le faire en consentant à
l'admission, dans le conseil de gouvernement, de quelques-uns des chefs
qui inspireront le plus de confiance.

Les consuls qui viendront désormais résider à Taïti devront être
régulièrement accrédités près du gouvernement protecteur et munis de
l'_exequatur_ du roi des Français. Il est probable que la première
application de cette règle sera faite au successeur de M. Pritchard, car
cet agent a dû recevoir de son gouvernement l'ordre d'aller remplir
ses fonctions dans les îles des Navigateurs. Nos communications avec le
cabinet britannique ne laissent prévoir aucune difficulté pour vous lors
de l'arrivée du nouveau consul. Je n'ai pas besoin de vous recommander
d'entretenir, avec les représentants des puissances étrangères, les
relations les plus amicales; maintenez et faites respecter tous vos
droits, mais accordez à ces agents toutes les facilités possibles pour
qu'ils exercent sur leurs nationaux la protection et la surveillance
qu'ils leur doivent.

Enfin, il est un point sur lequel je ne saurais trop appeler votre
sollicitude: je veux parler de la situation religieuse de ces îles.
Ainsi que j'ai déjà eu l'occasion de vous le faire observer, c'est la
partie de nos rapports avec les indigènes qui offre les plus graves
difficultés. Ceux des insulaires qui ont une croyance la doivent aux
missionnaires anglais qui se sont succédé depuis près d'un demi-siècle
à Taïti. Ils ont confiance dans ces prêtres; ils suivent leurs leçons et
pratiquent le culte qui leur a été enseigné par eux; nous devons
tenir grand compte d'un fait si grave. D'ailleurs le respect que nous
accorderons aux croyances des indigènes est non-seulement conforme au
texte de la convention du 9 septembre 1842, mais au principe de notre
gouvernement qui a proclamé la liberté des cultes. Les missionnaires
étrangers répandus dans l'archipel de la Société pourront continuer, en
toute sécurité, l'oevre qu'ils ont commencée. Vous leur donnerez
votre assistance, mais à la condition qu'ils se renfermeront dans leur
ministère de charité et de religion, et qu'ils s'abstiendront de tout
tentative d'influence politique et de menées contraires à nos intérêts.
Vous serez, je n'en doute pas, appuyé dans les avertissements que vous
donnerez sur ce dernier point aux missionnaires anglais, par le résident
anglais, qui voudra vous épargner la nécessité de recourir à des mesures
de sévérité. Si, contre mon attente, vous aviez à prévenir quelque
entreprise d'agitation ou d'hostilité qui se cacherait sous le manteau
de la religion, vous devriez, après en avoir donné avis au consul de la
nation de celui ou de ceux qui en seraient les auteurs, prononcer leur
exclusion des îles de la Société; mais cette mesure est extrême, et
vous ne la prendrez qu'avec la conviction qu'elle est réellement
indispensable.

Indépendamment des intrigues politiques que vous surveillerez
soigneusement, je vous recommande expressément de prévenir, autant qu'il
dépendra de vous, soit entre les indigènes, soit entre les missionnaires
de différents cultes, l'explosion de dissentiments religieux. C'est pour
éviter de donner motif à des troubles semblables que le gouvernement du
Roi n'a pas voulu que des missionnaires catholiques fussent attachés, au
moins dans les premiers temps, à notre protectorat de Taïti.

J'ai lieu de supposer que vous ne vous serez point écarté de la ligne de
neutralité qui vous a été tracée à cet égard. J'ajoute aujourd'hui que
vous pourrez vous borner à avoir le personnel ecclésiastique nécessaire
à Taïti pour le service de la garnison et de l'administration française.

L'exemple de nos pratiques et des vertus de notre clergé, la pompe
de notre culte, pourront éveiller quelques âmes et les prédisposer à
recevoir la lumière de notre foi; mais vous devrez rester maître de
diriger et de restreindre les entreprises de conversion qui pourront
être faites.

A cet effet, vous prendrez telles dispositions que vous jugerez
convenables pour qu'aucun missionnaire ne s'introduise dans l'archipel
de la Société, sans, au préalable, avoir obtenu une autorisation de
vous. Par là, vous serez en mesure de prévenir tout conflit. Vous
accorderez au Père de la congrégation de Picpus la faculté de résider
dans telle ou telle localité et de propager la religion catholique
lorsqu'il sera réclamé par les habitants, ou lorsque vous vous serez
assuré qu'il ne peut résulter de sa présence aucun inconvénient.

Telles sont, monsieur le gouverneur, les instructions que j'ai à vous
donner pour vous identifier avec la pensée du gouvernement du Roi.
J'ai la confiance que vous les exécuterez avec autant d'habileté que de
dévouement.

_Signé_: Baron DE MACKAU.

_P. S._--En même temps que la présente dépêche, vous recevrez des
instructions officielles et ostensibles qui sont conformes à celles-ci,
à l'exception des explications qui m'ont paru de nature à être réservées
pour vous seul. Je me réfère au _post-scriptum_ de ces instructions, en
date du 2 de ce mois, pour ce qui concerne les points sur lesquels des
relations ordinaires de service sont obligatoires entre vous et M. le
contre-amiral Hamelin.


                                 IV

1º _Résumé des campagnes du maréchal Bugeaud, de 1841 à 1847, et
principaux résultats de ces campagnes quant à l'extension et à la
consolidation de la domination française en Algérie._

Système du maréchal Bugeaud au sujet de l'Algérie.

L'occupation de l'Algérie, dans les idées du maréchal Bugeaud,
nécessitait trois lignes de postes parallèles entre elles:

1º Les postes du littoral, pied-à-terre obligé des arrivages de la
métropole, grandes bases d'opération de l'armée, places d'où les
réserves pouvaient être rapidement transportées d'une province à
l'autre, à l'aide de la mer et des bâtiments à vapeur;

2º Les postes agissants de la ligne centrale, embrassant dans leur
rayonnement contigu toute la surface du Tell;

3º Les postes de la ligne des Keffs, sentinelles du désert, bases
d'opérations avancées pour nos _colonnes mobiles_, véritables _bras de
leviers_ nécessaires pour les transporter au loin et maintenir le Sud
dans l'obéissance.

C'est au complet établissement de ces trois lignes que va se vouer le
maréchal pendant son gouvernement de l'Algérie, de 1841 à 1847.

RÉSUMÉ DES CAMPAGNES DU MARÉCHAL BUGEAUD.

Année 1841. Campagne du printemps.

Les instructions du lieutenant général Bugeaud lui prescrivant de
poursuivre la destruction de la puissance de l'Émir, son premier soin
fut de choisir de bonnes bases d'opération.

Ces bases d'opération, choisies dans la ligne centrale (ligne intérieure
du Tell) furent: Médéah et Milianah pour la province d'Alger, Mostaganem
pour la province d'Oran.

Les ravitaillements de Médéah et Milianah sont, en conséquence, le
prélude de la campagne.

Le 18 mai, la campagne du printemps commence.

De ces nouvelles bases, les colonnes du maréchal se dirigent vers le
Sud. Le maréchal s'empare d'abord de Tegedemt une des meilleures places
de l'Émir (25 mai). De Tegedemt, le gouverneur général marche sur
Mascara, dont il se rend maître également (30 mai), puis il revient à
Mostaganem.

Au même moment, le général Baraguey d'Hilliers détruisait Boghar (23
mai), puis Thaza (26 mai), pendant que le général Négrier détruisait
l'influence d'Abd-el-Kader à Msilah (28 lieues de Sétif.)

En résumé:

La campagne du printemps était terminée: des combats heureux, dans
lesquels l'ennemi éprouva des pertes considérables, l'invasion de pays
qui nous étaient encore inconnus, la capture de nombreux troupeaux,
des récoltes abondantes de céréales, _la création de bases importantes
munies de garnisons agissantes_, enfin, la destruction de Tegedemt, de
Boghar, de Thaza, la prise et l'occupation de Mascara, tels avaient été
ses résultats.

Campagne d'automne.

Le gouverneur général arrive à Mostaganem le 19 septembre pour la
diriger.

Le 21, il sort de Mostaganem, se dirigeant vers le Chéliff pour appuyer
Hadj-Mustapha (fils de l'ancien bey Osman) que les succès de la campagne
du printemps avaient permis de nommer bey de Mostaganem et de Mascara.
Le gouverneur général pénètre, à la poursuite des tribus hostiles,
dans les montagnes de Sidi-Yahia, où les Turcs n'avaient jamais osé
s'engager. Après une forte razzia, la colonne rentre à Mostaganem.

En même temps, le général de Lamoricière opérait le ravitaillement de
Mascara.

Le corps expéditionnaire se porte ensuite au sud de Mascara, détruit le
village de la Guetna, berceau de la famille d'Abd-el-Kader, et renverse
le fort de Saïda.

Enfin, le général de Lamoricière, commandant de la province d'Oran,
reçoit l'ordre d'établir son quartier général à Mascara même.

En résumé:

De grands progrès sont accomplis pendant cette première année
de commandement du général Bugeaud. La guerre a changé de face;
Abd-el-Kader se voit réduit à la défensive; tandis qu'il venait, à la
fin de 1839, incendier nos établissements non loin d'Alger, il a essayé
vainement, en 1841, de défendre les siens, détruits et brûlés jusque sur
la limite du désert.

Année 1842. Campagne du printemps.

Le gouverneur général part de Mostaganem le 14 mai, rallie à sa colonne
2,300 cavaliers arabes de la basse Mina; et remonte la vallée du
Chéliff, allant à la rencontre du général Changarnier, parti de
Milianah. Pendant cette marche, il obtient de nombreuses soumissions.
Après s'être rejointes, les deux colonnes se séparent de nouveau pour
envelopper dans un grand mouvement combiné les tribus de l'Atlas entre
Milianah et Médéah. Le 9 juin, le mouvement est achevé et le lendemain
une grande partie des tribus envoient leur soumission.

Résumé:

«Le cercle de granit qui enveloppe la Mitidja est brisé... j'entends
par là cette chaîne de montagnes que peuplent des Kabyles hostiles et
belliqueux qui nous tenaient étroitement bloqués et qui rendaient si
difficiles nos convois sur Médéah et Milianah.» (Le lieutenant général
Bugeaud au Ministre de la Guerre.--Alger, 13 juin 1842.--Archives du
Dépôt général de la guerre.)

Sauf la tribu des Beni-Menacer, toute la montagne était conquise depuis
les Beni-Salah (sources de l'Harratch) jusqu'à Cherchell. Le général
Bugeaud se flattait d'avoir facilement raison de l'autre quart de cercle
des montagnes que forme l'Atlas entre les sources de l'Harratch et
l'embouchure de l'Isser. «Alors, nous aurons autour de la Mitidja
l'obstacle continu qui convient à une grande nation comme la nôtre...
Les montagnards garderont longtemps le souvenir de la rude guerre que
nous leur avons faite, et cette pensée gardera mieux la Mitidja qu'un
misérable fossé garni de blockhaus... etc...» (Le lieutenant général
Bugeaud au Ministre de la Guerre.--Alger, 13 juin 1842.)

Il faut ajouter que l'arrivée du général Bugeaud à Blidah, amenant avec
lui 2,300 cavaliers arabes pris dans les diverses tribus soumises de
l'Ouest, dut produire un immense effet moral et politique sur les tribus
encore insoumises.

Campagne d'automne.

Expédition contre Ben-Salem, par le gouverneur général.

La campagne d'automne nous laisse dans la situation suivante:

Du pied du Jurjura à une ligne tirée de l'embouchure de l'Oued-Ruina
dans le Chéliff jusqu'à Thaza et le désert, tout le pays est
soumis et commerce avec Alger. Il en est de même de tout le pays
compris entre la Mina, la frontière du Maroc et le désert.

La guerre se trouve ainsi concentrée entre le Chéliff et la Mina, sur un
carré d'environ 25 lieues de côté. Or, comme il y a environ 150 lieues
du Jurjura à la frontière du Maroc, il en résulte qu'Abd-el-Kader a
perdu les cinq sixième de ses États, tous ses forts ou dépôts de guerre,
son armée permanente et une partie du prestige qui l'entourait encore en
1840.

Campagne d'hiver.

Expédition contre Abd-el-Kader, par le gouverneur général.

Abd-el-Kader s'étant établi dans la chaîne de montagnes de
l'Ouarensenis, le maréchal se décide à une campagne d'hiver (24
novembre--17 décembre). A la fin de cette campagne, Abd-el-Kader n'avait
plus à sa disposition que quelques tribus comprises entre Tegedemt,
notre aghalick du sud de Milianah, la chaîne de l'Ouarensenis et le
désert.

Résumé général.

A la fin de 1842, tout, dans la province de Tittery, était soumis et
organisé jusqu'au désert. L'aghalick du sud, de même que les aghalicks
du sud et de l'ouest de l'ancien gouvernement de Sidi M. Barck,
seuls exigeaient encore de temps à autre la présence de nos troupes.
Au-dessous de Milianah, toutes les tribus de la vallée du Chéliff
étaient sérieusement soumises. Presque tous les Kabyles, jusqu'à Tenez,
s'étaient réunis sous un chef dont le dévouement à la France était
connu. La ville de Mazouna s'était repeuplée. Entre Tenez et Cherchell,
il restait quelques tribus kabyles à réduire. La soumission était réelle
et bien assurée dans tout l'Atlas, depuis l'Arba jusqu'à Cherchell. Une
égale sécurité régnait dans le carré entre Oran et Tlemcen, Mascara et
Mostaganem. La construction de ponts sur le bas Chéliff et sur la
Mina devant favoriser l'action de notre autorité, les reconnaissances
nécessaires dans ce but avaient été faites. Enfin, la possibilité des
communications entre Bône et Philippeville était constatée, et des
troupes établies dans l'Édough, continuant la route stratégique déjà
ouverte dans cette contrée par les soins du général Randon, préparaient
les moyens d'entreprendre l'exploitation des riches forêts qui couvrent
cette montagne.

Année 1843. Campagne du printemps.

Abd-el-Kader avait su profiter habilement de la retraite forcée de nos
troupes. (Il n'y avait pas encore d'établissement ni de dépôt de vivres
dans la vallée du Chéliff, le Dahra et l'Ouarensenis). Il reparut dès
le mois de janvier 1843 et porta l'insurrection jusqu'aux portes
de Cherchell, menaçant de l'étendre dans tout l'Atlas, autour de la
Mitidja.

Le gouverneur général jette les bases d'Orléansville et de Tenès, puis
il pénètre dans le pays soulevé par Abd-el-Kader avec trois colonnes. La
marche simultanée de ces colonnes arrête les progrès de l'Émir. La ville
d'Haïnda est brûlée; Abd-el-Kader est refoulé dans les monts Gouraïa, et
les tribus sont ramenées à la soumission.

L'Émir en retraite est poursuivi par le duc d'Aumale à la tête
d'une colonne légère de 500 cavaliers. Le prince rencontre la smalah
d'Abd-el-Kader près de Taguin; elle comptait plus de 5,000 combattants:
«C'était, dit le général Bugeaud, une grande ville ambulante, qu'on
pouvait considérer comme la capitale de l'empire arabe.» (Le lieutenant
général Bugeaud au Ministre de la guerre.--Alger, 28 juillet 1848.) La
petite colonne du prince lui tue 300 hommes, prend 4 drapeaux, un canon,
un immense butin et ramène près de 4,000 prisonniers. Coup funeste porté
à la fortune d'Abd-el-Kader.

Au mois de juin, une seconde expédition, conduite par le gouverneur
général dans l'Ouarensenis, achève de soumettre ce pays à l'obéissance,
et amène une première organisation sous un chef dévoué à la France,
l'agha Hadj-Ahmed-Ben-Salah.

Campagne d'automne.

A peine les colonnes françaises étaient-elles rentrées à Milianah et
à Orléansville qu'il se formait dans l'Ouarensenis une association des
principaux chefs arabes de ces contrées ayant pour but de relever le
drapeau d'Abd-el-Kader.

Le gouverneur général envahit de nouveau les montagnes avec quatre
colonnes et eut bientôt forcé les chefs ligués à faire leur soumission.
Le commandement de l'Ouarensenis fut maintenu à l'agha Ben-Slah, moins
influent, il est vrai, mais plus sûr que les chefs soumis.

Le poste de Teniet-el-Had (3e ligne) était en même temps établi par
le général Changarnier et celui de Tiaret (3e ligne) par le général de
Lamoricière.

Résumé:

La smalah d'Abd-el-Kader prise.

Le Dahra, la vallée du Chéliff, la plus grande partie de l'Ouarensenis
soumis.

Les bases de quatre établissements nouveaux jetées; (Orléansville,
Tenès, Teniet-el-Had et Tiaret.)

D'autre part:

Par suite de la plus grande sécurité, développement plus rapide de la
colonisation. 65,000 colons à la fin de 1843, au lieu de 44,531 à la fin
de 1842.

22 villages créés par nous sont habités par des colons européens.

16 autres sont en construction ou en projet.

19 grandes routes sont entreprises.

12 sont déjà praticables dans tout leur parcours, parmi lesquelles
il faut citer celle de Tenès à Orléansville et celle de Milianah à
Teniet-el-Had.

Enfin:

Sur 450 mètres de développement que devait avoir la jetée du nord, au
port d'Alger, 259 étaient déjà faits.

Année 1844. Campagne du printemps.


Le gouverneur général dirige en personne une expédition contre la
Kabylie.

Le 29 avril, il arrive sur les bords de l'Isser. Le 3 mai, il s'empare
de Dellys où il installe l'autorité française. Deux combats sont livrés
aux Kabyles. A la suite de ces combats, quelques tribus des versants de
la Kabylie font leur soumission. Le gouverneur général divise le pays
soumis en trois aghalicks, installe les aghas et leurs khalifas le 30
mai.

Résultats:

Acquisition d'une excellente base d'opération contre le Jurjura. (Ville
de Dellys.)

Destruction de l'influence d'un lieutenant de l'Émir dans ces montagnes.
(Ben-Salem.)

Ce coup d'autorité permet au gouverneur général de se porter dans la
province d'Oran pour agir contre le Maroc sans crainte d'être attaqué
pendant son absence, du côté de l'Isser.

A la suite d'une expédition du général Marey dans le sud de la province
d'Alger (mai et juin 1844) une partie du petit désert reconnaît notre
domination. Le marabout Tedjini envoie sa soumission.

Dans la province de Constantine, le duc d'Aumale expulse du Zab les
agents de l'Émir, s'empare de Biskra, soumet les Ouled Sultan et pacifie
le Belezma tout entier.

Une excursion dans la subdivision de Bône permet au général Randon de
reconnaître la ligne frontière entre l'Algérie et la régence de Tunis,
et de faire cesser l'anarchie qui régnait dans les tribus de Hanencha.
De nouvelles relations s'établissent alors entre Bône et les contrées du
sud.

Campagne d'été. Guerre contre le Maroc.

Un camp est établi à Lalla-Maghrania, en face d'Ouschda.

Le 30 mai, un corps marocain de 12 à 1,500 chevaux, franchit la
frontière et vient insulter le général de Lamoricière.

Le gouverneur général, après son expédition contre les Kabyles du
Jurjura (voir campagne du printemps), revient à Oran pour prendre le
commandement des forces françaises. Le 15 juin et le 3 juillet, deux
nouvelles attaques des Marocains sont également repoussées; à la suite
de cette dernière affaire, le gouverneur général franchit la frontière
et s'empare d'Ouchda.

6 août.--Bombardement de Tanger.

14 août.--Bataille d'Isly.

14 août.--Prise de Mogador.

Paix signée avec le Maroc, le 10 septembre 1844.

Les résultats de cette campagne sont évidents, vis-à-vis le Maroc
et vis-à-vis Abd-el-Kader. A partir de ce moment, le calme, partout
rétabli, favorise de plus en plus les progrès de la colonisation; et,
en dehors des territoires civils, de Guelma jusqu'à Sétif et Msilah,
de Boghar jusqu'à Teniet-el-Had, Tiaret, Mascara et Tlemcen, la France
possède une ligne de points fortifiés, protecteurs et garants de notre
domination de l'Algérie.

Année 1845. Campagne du printemps.

Abd-el-Kader, qui, depuis la bataille d'Isly, sentait l'appui du Maroc
perdu pour lui, redouble d'énergie pour agiter l'Algérie et y préparer
l'insurrection; ses prédications et ses menaces agissent rapidement
sur l'esprit mobile et inquiet des populations. Une fermentation sourde
présage une révolte générale qui éclate bientôt à la voix d'un chériff
fanatique Sidi-Mohammed ben Abd-Allah (surnommé Bou-Maza, _l'homme à la
chèvre_). Le Dahra donne le signal et l'Ouarensenis tout entier ne tarde
pas à suivre l'exemple du Dahra.

Le gouverneur général envoie trois colonnes dans le Dahra qui est soumis
et désarmé par les opérations des colonels Pélissier, Saint-Arnaud, et
Ladmirault.

Le gouverneur général se porte de sa personne dans l'Ouarensenis (26
mai), atteint succesivement chacune des tribus révoltées et les amène
à capituler. Il leur impose alors la plus dure des conditions pour ces
peuples guerriers: «_l'obligation de verser toutes leurs armes entre nos
mains. Cette mesure produit le plus salutaire effet._»

Le général Marey réprime en même temps les germes d'insurrection qui se
manifestaient parmi les tribus du Djebel-Dira. (Province de Tittery.)

Le colonel Géry prend possession des ksours (villages) de Stitten et
Brézina (au sud de Mascara.)

Le général Bedeau dirige une expédition dans les monts Aurès (au sud
de Bathna), soumet les tribus de ces montagnes, chasse le khalifat
d'Abd-el-Kader et l'ancien bey de Constantine. (Province de
Constantine.)

Résumé:

La révolte fomentée par Abd-el-Kader et Bou-Maza est apaisée; le Dahra
et l'Ouarensenis sont de nouveau soumis et désarmés.

Le Djebel-Dira est pacifié.

La domination française est définitivement reconnue par les populations
nombreuses, riches et guerrières de l'Aurès.

Nos armes paraissent avec éclat, pour la première fois, chez les
Ouled-Sidi-Cheikh (à plus de quatre-vingts lieues de la côte.)

Campagne d'été.

L'insurrection de l'Ouest avait eu son contre-coup dans la Kabylie.

Ben-Salem, qui s'y était réfugié, suscite des troubles dans le cercle de
Dellys.

Le gouverneur général part le 23 juillet d'Alger et peu de jours lui
suffisent pour ramener l'ordre dans ce cercle important. Le 28 juillet,
les tribus révoltées des Beni-Ouaguenoun et des Flicet-el-Bahar
sollicitent l'aman.

Comme résultat de la campagne du printemps et de celle d'été, on peut
dire qu'au commencement de septembre, la plupart des tribus révoltées
étaient rentrées dans l'ordre; toutefois, les principaux instigateurs
de ces troubles n'ayant pu être atteints, on pouvait prévoir que de
nouvelles tentatives d'insurrection auraient lieu bientôt.

Le gouverneur général est parti pour la France en congé, le 4 septembre
1845 (congé de trois mois à compter du 1er septembre.)

Campagne d'automne

Le lieutenant général de Lamoricière gouverneur général par intérim.

Abd-el-Kader envahit notre territoire au commencement de septembre;
nouvelle levée de boucliers dans l'Ouest; (22 septembre) massacre de
la garnison de Djemma-Ghazaouât au marabout de Sidi-Brahim. En quelques
jours, la majeure partie des tribus de la subdivision de Tlemcen rejoint
la deïra de l'Émir.

Les troupes entrent immédiatement en campagne. Leurs premiers mouvements
sont dirigés par le général de Lamoricière.

Le gouverneur général apprend à Excideuil, le 6 octobre, la catastrophe
de Djemma-Ghazaouât, et part pour Alger dans la nuit du 7 au 8. Il
arrive à Alger le 15, et dès le 24 il était à Teniet-el-Had avec une
colonne destinée à barrer à Abd-el-Kader sa rentrée dans le Tell. Le
succès de nos troupes fut prompt et décisif.

Dès le commencement de novembre, les Traras et les Ghossels sont battus;
la tribu des Ouled-Ammar rasée se rend à discrétion. D'autres tribus
suivent cet exemple; une grande fraction des Medjehers demande l'aman;
les Beni-Chougran eux-mêmes qui, les premiers, avaient levé l'étendard
de la révolte, se soumettent, et toutes ces tribus reviennent sur leurs
territoires qu'elles avaient abandonnés pour suivre l'Émir.

Campagne d'hiver.

La province de Titteri est maintenue dans l'ordre.

L'agitation excitée dans la province de Constantine par un nouveau
Bou-Maza est apaisée par le colonel Herbillon. Les Ouled-Sellam et les
Ouled-Sultan, soulevés par ce chériff, sont ramenés à l'obéissance.

Résumé:

L'Algérie, soulevée tout entière par Abd-el-Kader, est de nouveau
conquise et apaisée. Ce résultat prouve aux indigènes l'inanité des
efforts d'Abd-el-Kader, et leur fait comprendre que l'armée française
qui a conquis l'Algérie saura toujours la maintenir dans l'obéissance.

Année 1846. Campagne d'hiver. (Janvier, février et mars 1846.)

Abd-el-Kader, expulsé du Tell à la fin de 1845, reparaît inopinément au
commencement de 1846. Il se porte dans le sud-est de Médéah, rase les
tribus du Petit Désert, les entraîne à sa suite, échappe aux colonnes
françaises qui le poursuivent, et, trompant la vigilance de tout le
monde, apparaît sur le bas Isser, aux portes d'Alger.

Le général Gentil, qui gardait les abords de la Mitidja, se porte droit
à l'Émir, surprend son camp et le met en fuite. Le gouverneur général,
qui depuis sa rentrée de France opérait dans l'Ouarensenis, accourt de
ce côté et force Abd-el-Kader à se jeter dans les pentes sud du Jurjura.
Il lance à la poursuite de l'Émir une colonne légère (Yusuf) qui va le
harceler, le détruire en partie et finalement le rejeter dans le Maroc.

Campagne du printemps.

Le gouverneur général dirige plusieurs colonnes contre Bou-Maza qui
avait reparu dans le Dahra.

De sa personne, il marche pour la cinquième fois dans l'Ouarensenis
pour y détruire la puissance d'El-Hadj-Seghir, nouveau khalifat
d'Abd-el-Kader. Le duc d'Aumale dirige cette expédition.

Résumé de ces deux campagnes:

L'insurrection générale de 1845 est éteinte.

Le Djebel-Amour, l'Ouarensenis, le Dahra, l'Ouennougha, ont soumis.

Le Bou-Thaleb (Constantine) et le sud de la province d'Oran sont
pacifiés.

Quelques tribus marocaines, qui avaient violé notre territoire, sont
vigoureusement châtiées.

La France paraît, à l'issue de cette longue lutte, aux yeux des
indigènes, plus grande et plus redoutable qu'avant la crise.

Campagne d'été.

L'événement le plus intéressant de cet été de 1846 est la grande
poursuite de l'Émir par le général Yusuf. Abd-el-Kader est surpris une
première fois par lui, le 13 mars, à Gouigua, une seconde fois, le
5 avril, à Djemmet-el-Messad, et le 22, une troisième fois à Gharza.
Vaincu, isolé, désespéré, l'Emir finit par disparaître dans le sud-ouest
et s'enfonce dans le Maroc (juin 1846). Une conséquence affreuse de
la situation critique de l'Emir fut le massacre des prisonniers de la
deïra. 270 Français furent mis à mort; onze seulement furent épargnés,
dans le but d'en tirer rançon.

Résultats:

Abd-el-Kader quitte l'Algérie.

Les tribus nomades de la province d'Oran se soumettent (_Ouled-Ziad,
O-Abd-el-Kerim, Derraga, O-Houmen, O-Bou-Zezig, O-Aïssa, gens de
Chellala, de Bou-Semghoun, Hamian Charaga, O-Sidi-Nasser-Mackna,
etc..._)

Fondation d'Aumale et soumission des Beni-Zala.

Soumission des tribus kabyles du Sahel de Sétif.

L'automne et l'hiver se passent sans troubles sérieux.

Le 25 novembre, nos onze prisonniers de la deïra sont délivrés.

Les établissements militaires sont portés dans la zone intérieure.
Médéah, chef-lieu de la division d'Alger; Batna, principal siége de
l'autorité militaire dans la province de Constantine; Sidi-Bel-Abbès,
chef-lieu de la subdivision d'Oran. (Le gouvernement et l'autorité
militaire en Algérie étaient d'accord sur ce projet dont le
développement devait être progressif.)

Le gouverneur général se propose de créer un poste chez les Flittas.

La position de Dar-ben-Abdallah est étudiée.

Année 1847. Faits accomplis pendant les quatre premiers mois.

Reconnaissance de notre autorité par les tribus kabyles des environs de
Sétif et de Bougie.

Reconnaissance de notre autorité par Ben-Salem, ancien khalifat de
l'Émir.

Reconnaissance de Bel-Kassem ou Kassy, personnage très-influent du
Sebaou.

Reconnaissance de notre autorité par tous les chefs notables du Sebaou
et des revers ouest et sud du Jurjura.

Bou-Maza se livre lui-même à Orléansville; il est amené en France.

Campagne de printemps.

Il s'agissait de mettre à profit les soumissions de Ben-Salem et de
Bel-Kassem.

Le gouverneur général voulut assurer les communications entre Sétif et
Bougie et dirigea deux colonnes sur la Kabylie (mai 1847). Ces colonnes
se rejoignent après de légers combats.

Résultats:

Reconnaissance de notre autorité par 55 tribus comprises dans le
triangle formé par les trois points, Bougie, Hamza et Sétif. Le pays est
organisé administrativement.

Dans la province de Constantine, trois colonnes sous le commandement
du général Herbillon obtiennent la soumission de la grande tribu des
Nemencha.

Les Beni-Salah se soumettent également et s'engagent à prévenir
désormais tout désordre sur la route de Philippeville à Constantine.

Le maréchal quitte _définitivement_ l'Algérie le 5 juin.

Voici l'état de nos positions stratégiques en Algérie à la fin du
gouvernement du maréchal Bugeaud (1847).


                _Première ligne_.--_Ligne du littoral_.

  PROVINCE D'ORAN......... Nemours, Rachgoun, Mers-el-Kebir,
  Arzew, Mostaganem.

  PROVINCE D'ALGER........ Tenès, Cherchell, Alger, Dellys,
  Bougie.

  PROVINCE DE CONSTANTINE.......... Gigelli, La Calle, Bône,
          Philippeville.


              _Deuxième ligne.--Ligne intérieure du Tell_.

  PROVINCE D'ORAN......... Lalla-Maghrania, Tlemcen, Sidi-bel-Abbès,
  Mascara.

  PROVINCE D'ALGER......... Orléansville, Milianah, Medeah,
  Aumale.

  PROVINCE DE CONSTANTINE........ Sétif, Constantine, Guelma.


      _Troisième ligne_.--_Ligne des postes avancés au sud du Tell_.

  PROVINCE D'ORAN......... Sebdou, Daïa, Saïda, Tiaret.

  PROVINCE D'ALGER........ Teniet-el-Had, Boghar.

  PROVINCE DE CONSTANTINE....... Batna, Biskara.


2º _Bureaux arabes_.

En 1831 (24 juin), le général Berthezène nomma un agha des Arabes
(Sidi-Hadj-Maiddin), avec pouvoir de nommer dans les tribus les cheiks
et les caïds, de recevoir les plaintes des Arabes, de les transmettre
au commandant en chef et de punir les coupables d'après les lois
musulmanes. Sidi-Hadj-Maiddin garda cette charge très-peu de temps et se
retira chez les Hadjoutes (septembre 1832).

En 1833 (10 avril), pendant l'absence du duc de Rovigo, le maréchal
de camp Avizard, commandant en chef par intérim, fit établir, par les
conseils du général Trézel, un bureau qui prit le nom de _Bureau arabe_.
Ce bureau, qui faisait partie de l'état-major général, fut dirigé
d'abord par M. de Lamoricière, alors capitaine des zouaves[121].

[Note 121: Un des principaux avantages de la création du bureau arabe
fut d'enlever la direction des affaires arabes aux interprètes qui
jusque-là avaient été les seuls intermédiaires entre les indigènes et
l'autorité française.]

En 1834 (18 novembre), le comte d'Erlon réunit la direction de ce bureau
à la charge d'agha des Arabes, et y plaça un officier supérieur français
(lieutenant-colonel Marey, commandant le corps des spahis réguliers
d'Alger), qui fut chargé des rapports avec les tribus de l'intérieur et
de la police du territoire.

Le nouvel agha devait avoir à sa disposition, pour l'aider, deux
officiers et deux interprètes désignés par le commandant en chef.

On reconnut bientôt que cette institution de l'agha des Arabes
n'atteignait pas le but qu'on se proposait, d'étendre nos rapports avec
les tribus de l'intérieur et de les attirer sous notre domination, en
respectant leurs usages et protégeant leurs intérêts; l'institution
fut remplacée par la création d'une direction des affaires arabes, sous
l'action immédiate du gouverneur général (15 avril 1837).

Le comte de Damrémont nomma, par arrêté du même jour, M. Pelissier,
capitaine d'état-major, directeur des affaires arabes, auteur des
_Annales algériennes_, et depuis consul à Sous (régence de Tunis).

Le 5 mars 1839, le maréchal comte Valée supprima la direction des
affaires arabes, dont les attributions furent conférées à l'état-major
général du gouverneur.

Enfin, le 16 août 1841, la direction des affaires arabes, créée
par arrêté du 15 avril 1837, et rentrée dans les attributions de
l'état-major général par décision du maréchal Valée, fut rétablie par
ordre du lieutenant général Bugeaud.

Voici les considérants sur lesquels était basé le rétablissement de la
direction des affaires arabes:

1º Considérant que le commandement des troupes indigènes irrégulières
de la province d'Alger est devenu assez important pour absorber tous les
moments de l'officier qui en est chargé[122];

[Note 122: Elles se montaient alors à un effectif de 806 hommes et 332
chevaux.]

2º Que la police du pays, en ce qui concerne les indigènes soumis, les
relations à ouvrir avec les tribus non encore soumises, et généralement
tout ce qui se rattache aux fonctions dévolues par les précédents
arrêtés à l'agha des Arabes et au directeur des affaires arabes,
suffisent pour motiver la création d'un emploi spécial.

3º Qu'il est important, tant sous le rapport de la discrétion que de
la promptitude d'exécution, que l'officier revêtu de cet emploi soit
attaché à notre état-major particulier, etc., etc.

M. Daumas, chef d'escadron au 2e régiment de chasseurs d'Afrique fut
nommé directeur des affaires arabes.

La direction fonctionna ainsi jusqu'en 1844.

A cette époque, les affaires arabes avaient pris une telle extension que
le maréchal Bugeaud crut devoir organiser à nouveau cette direction en
même temps que le gouvernement des indigènes.

L'organisation du gouvernement des indigènes par le maréchal Bugeaud fut
calquée sur celle d'Abd-el-Kader, au moins quant à ce qui concerne la
hiérarchie adoptée pour les chefs indigènes; mais elle fut rendue mixte
par l'adjonction des agents français, qui devaient représenter aux yeux
des Arabes l'autorité suprême dont ils étaient les délégués.

Le but que voulait atteindre le maréchal était double:

1º Imposer aux tribus une hiérarchie des pouvoirs bien combinée, déjà
pratiquée et entrée dans leurs habitudes.

2º Laisser la preuve de la conquête constamment sous leurs yeux et en
marquer la trace dans toutes leurs transactions. Ce dernier rôle était
réservé aux agents français qui, comme chefs militaires et comme
chefs politiques, devaient tenir entre leurs mains la source réelle du
pouvoir.

Le bureau arabe, dans la pensée du maréchal, ne devait pas être une
autorité proprement dite, mais une sorte d'état-major chargé des
affaires arabes auprès du commandant proprement dit, et n'agissant qu'au
nom et par ordre de celui-ci. Ainsi, chaque cercle, chaque subdivision
eut un bureau arabe, ou état-major spécial des affaires arabes. Le
directeur des affaires arabes de la division fut le chef d'état-major
des affaires arabes de la province. Enfin, le directeur central fut,
auprès du gouverneur général, le chef d'état-major général des affaires
arabes de toute l'Algérie. Un des grands avantages de ce système était
le suivant: les commandants de cercles, de subdivisions, de divisions,
le gouverneur général lui-même pouvaient changer; les institutions
restaient, et les traditions de gouvernement des Arabes se
transmettaient sans interruption dans le fonctionnement général de
l'administration.

Un code succinct, renfermant les principales mesures administratives
et judiciaires applicables aux tribus suivant les lieux et les
circonstances, fut rédigé par les soins du lieutenant-colonel Daurnas,
premier directeur central des affaires arabes. Ce code devint une règle
uniforme pour tous les bureaux.

Ce travail achevé, parut le décret constitutif des bureaux arabes. Il
est signé du maréchal duc de Dalmatie, et porte la date du 1er février
1844.

Article premier.--Il y aura, dans chaque division militaire de
l'Algérie, auprès et sous l'autorité immédiate de l'officier général
commandant, une _direction des affaires arabes_.

Des bureaux, désignés sous le nom de _bureaux arabes_, seront en outre
institués:

Dans chaque subdivision, auprès et sous les ordres directs de l'officier
général commandant;

Subsidiairement sur chacun des autres points occupés par l'armée où
le besoin en sera reconnu, et sous des conditions semblables de
subordination à l'égard des officiers investis du commandement.

Art. 2.--Les bureaux arabes seront de deux classes, savoir: de première
classe, ceux établis aux chefs-lieux de subdivision; de deuxième classe,
ceux établis sur les points secondaires.

Ces bureaux ressortiront respectivement à chacune de divisions
militaires dans la circonscription de laquelle ils se trouveront placés.

Art. 3.--Les directions divisionnaires et les bureaux de leur ressort
seront spécialement chargés des traductions et rédactions arabes, de la
préparation et de l'expédition des ordres et autres travaux relatifs à
la conduite des affaires arabes, de la surveillance des marchés et
de l'établissement des comptes de toute nature à rendre au gouverneur
général sur la situation politique et administrative du pays.

Indépendamment de ses attributions comme direction divisionnaire, la
direction d'Alger centralisera le travail des directions d'Oran et
de Constantine, sera chargée de la réunion et de la conservation des
archives, et de la préparation des rapports et des comptes généraux à
adresser au ministère de la guerre, et prendra, en conséquence, le titre
de _Direction centrale des affaires arabes_.

Elle exercera sous l'autorité immédiate du gouverneur général.

Art. 4.--Partout et à tous les degrés, les affaires arabes dépendront
du commandant militaire, qui aura seul qualité pour donner et signer les
ordres, et pour correspondre avec son chef immédiat, suivant les règles
de la hiérarchie, etc.

Les bureaux arabes, constitués comme il vient d'être dit, ont fonctionné
pendant toute la durée du gouvernement du maréchal Bugeaud.

La seule modification qui y fut introduite fut celle par laquelle le
directeur central des affaires arabes devint membre du conseil supérieur
d'administration de l'Algérie, réorganisé par ordonnance royale du 15
avril 1845.

Le motif allégué à ce sujet par le maréchal duc de Dalmatie, dans son
rapport au Roi, était l'importance du gouvernement des indigènes,
qui exigeait que ce service fût représenté dans le conseil appelé à
délibérer sur les grands intérêts du pays.

Il reste maintenant à faire connaître le nombre et l'emplacement des
bureaux arabes.

A mesure que notre occupation s'étendait, les bureaux arabes
s'installaient sur les points nouvellement conquis. Dès 1844, aux
bureaux de Constantine, Médeah, Milianah, Mascara, Tlemcen, il fallait
ajouter ceux de Boghar, Teniet-el-Had, Tiaret, Saïda. Cette même année,
des points nouveaux dans le Tell étaient fortifiés, recevaient garnison
et bureau arabe: Sétif, Batna, Orléansville, Ammi-Moussa, Tenès.

Enfin, la dernière année du commandement du maréchal Bugeaud, on
comptait dans les trois provinces trente bureaux des deux classes, ainsi
répartis:

         _Situation des bureaux arabes à la fin du gouvernement
                     du maréchal Bugeaud_ (1847).


                     Direction centrale à Alger.
+-----------------------+------------------------+---------------------+
|       Direction       |       Direction        | Dir. divisionnaire  |
| divisionnaire d'Alger.|  divisionnaire d'Oran. |   de Constantine.   |
|     Bureaux arabes.   |     Bureaux arabes.    |   Bureaux arabes.   |
+-----------+-----------+-----------+------------+-----------+---------+
|1re classe | 2e classe |1re classe | 2e classe  |1re classe |2e classe|
+-----------+-----------+-----------+------------+-----------+---------+
| Alger.    |           | Oran.     | Nemours.   |Constantine|         |
| Dellys.   |           |Mostaganem.|Ammi-Moussa.| Bône.     |La Calle.|
| Blidah.   |           | Mascara.  | Tiaret.    | Sétif.    |         |
| Milianah. |Cherchell. |           | Saïda.     | Batna.    |Biskra.  |
|           |Teniet-el- | Tiemcen.  | Sebdou.    | Guelma.   |         |
|           |     Had.  |           |            |           |         |
| Médéah.   | Boghar.   |           |Lalla-Ma-   | Philippe- |         |
|           |           |           |   ghrania. |    ville. |         |
| Aumale.   |           |           |            |           |         |
| Orléans-  | Tenès.    |           |            |           |         |
|    ville. |           |           |            |           |         |
| Bougie.   |           |           |            |           |         |
+-----------+-----------+-----------+------------+-----------+---------+
|     8     |     4     |     4     |      6     |     6     |    2    |
+-----------+-----------+-----------+------------+-----------+---------+
|          12           |          10            |           8         |
+-----------------------+------------------------+---------------------+
|                       Ensemble: 30 bureaux arabes.                   |
+----------------------------------------------------------------------+

On peut se rendre compte du développement des institutions des bureaux
arabes en comparant leur situation en 1847 avec celle d'aujourd'hui.

              _Situation actuelle des bureaux arabes _(1864).

+-----------------------+------------------------+---------------------+
|       Direction       |       Direction        | Dir. divisionnaire  |
| divisionnaire d'Alger.|  divisionnaire d'Oran. |   de Constantine.   |
|     Bureaux arabes.   |     Bureaux arabes.    |   Bureaux arabes.   |
+-----------+-----------+-----------+------------+-----------+---------+
|1re classe | 2e classe |1re classe | 2e classe  |1re classe |2e classe|
+-----------+-----------+-----------+------------+-----------+---------+
| Dellys.   |Tizi-Ouzou.| Oran.     |Aïn-Temou-  |Constanti- |El-Miliah|
|           |           |           |     hent   |       ne. |(annexe).|
|           |           |           | (annexe).  |           |         |
|           |Drà el-Miz-| Mostaga-  | Ammi-      |           | Colio.  |
|           |    an.    |       nem.|     Moussa.|           |         |
|           |Fort-Napo- |           | Zamorah    |           |Djidgelli|
|           |     léon. |           | (annexe).  |           |         |
| Aumale.   |Beni-Man-  |Sidi-bel-  | Daya       |           |Aïn-Beïda|
|           |      çour |    Abbès. |  (annexe). |           |         |
|           | (annexe). |           |            |           |         |
| Médeah.   |Boghar.    | Mascara.  | Tiaret.    |           |Tebessa. |
|           |Laghouat.  |           | Saïda.     | Bône.     |La Calle.|
|           |Djelfa     |           | Géryville. |           |Souk-Ak- |
|           | (annexe). |           |            |           |    ras. |
| Milianah. |Cherchell. | Tlemcen.  | Nemours.   | Sétif.    |Bordj-   |
|           |           |           |            |           | ben-    |
|           |           |           |            |           | Areridj.|
|           |Teniet-el- |           | Lalla-Ma-  |           | Bougie. |
|           |      Hàd. |           |   ghrania. |           |         |
|Orléans-   | Tenès.    |           | Sebdou.    |           |Bouçaada.|
|    ville. |           |           |            |           |         |
|           |           |           |            |           |Takitount|
|           |           |           |            |           |(annexe).|
|           |           |           |            | Batna.    |Biskra.  |
+-----------+-----------+-----------+------------+-----------+---------+
|    5      |    10     |     5     |     10     |     4     |   12    |
+-----------+-----------+-----------+------------+-----------+---------+
|           15          |           15           |           16        |
+-----------------------+------------------------+---------------------+
|                        Ensemble: 46 bureaux arabes.                  |
+----------------------------------------------------------------------+


FIN DES PIÈCES HISTORIQUES DU TOME SEPTIÈME.



                        TABLE DES MATIÈRES
                         DU TOME SEPTIÈME.


Chapitre XXXIX.

Élections de 1842.--Mort de M. le Duc d'Orléans. Loi de régence. (1842).


M. Royer-Collard et le général Foy.--Par quels motifs je me suis
appliqué à garder toute l'indépendance de ma pensée et de ma conduite en
présence des sentiments et des désirs populaires.--Mes entretiens avec
le comte Siméon et M. Jouffroy peu avant leur mort.--Leur opinion sur
notre politique.--Caractère et résultats des élections de la Chambre
des députés en juillet 1842.--Mort de M. le duc d'Orléans.--Ma
correspondance diplomatique après sa mort.--Attitude des gouvernements
européens.--Conversation du prince de Metternich avec le comte
de Flahault.--Obsèques de M. le duc d'Orléans à Paris et à
Dreux.--Préparation et présentation du projet de loi sur la
régence.--Discussion de ce projet dans les deux Chambres.--Le duc
de Broglie, M. Dupin, M. Thiers, M. de Lamartine, M. Berryer et
moi.--Sollicitude du roi Louis-Philippe.--Adoption du projet.--M. le duc
d'Orléans et son caractère.--Conséquences de sa mort.


CHAPITRE XL.

Les îles Marquises et Taïti. (1841-1846.)


Un inconvénient du gouvernement représentatif.--Premières navigations
dans l'océan Pacifique.--Découverte de l'île de Taïti.--Divers voyageurs
qui l'ont visitée du XVIIe au XIXe siècle.--La Nouvelle-Zélande et
la Compagnie nanto-bordelaise.--L'amiral Dupetit-Thouars et les
îles Marquises.--Motifs de notre prise de possession des îles
Marquises.--L'amiral Dupetit-Thouars à Taïti.--Établissement et
conditions du protectorat français à Taïti.--Les missionnaires anglais
à Taïti.--Les missions protestantes et les missions catholiques dans
l'océan Pacifique.--Débats dans la Chambre des députés à ce sujet.--Le
capitaine Bruat nommé gouverneur des établissements français dans
l'océan Pacifique.--Retour de l'amiral Dupetit-Thouars à
Taïti.--Il substitue la complète souveraineté de la France
au protectorat.--Réclamation de la reine Pomaré et des
Taïtiens.--Fermentation à Taïti.--Menées de M. Pritchard, ancien
missionnaire anglais.--Il abat son pavillon de consul d'Angleterre et en
cesse les fonctions.--Le gouvernement français ordonne le rétablissement
du protectorat.--Débats dans les Chambres à ce sujet.--Arrestation,
emprisonnement et expulsion de M. Pritchard à Taïti.--Effet de
cet incident à Londres.--Langage de sir Robert Peel.--Mon
langage.--Négociation à ce sujet.--Conduite et correspondance du
capitaine Bruat.--L'expulsion de M. Pritchard est maintenue et une
indemnité lui est accordée.--Motifs de cette double mesure.--Les amiraux
Hamelin et Seymour, commandants des stations française et anglaise dans
l'océan Pacifique, sont chargés de s'entendre pour la fixation du
taux de l'indemnité.--Lettre que m'écrit le roi Louis-Philippe pour se
charger du payement de l'indemnité.--Le cabinet s'y refuse.--Débat
dans la Chambre des députés.--Attitude du cabinet.--Il n'obtient qu'une
faible majorité.--Il annonce sa résolution de se retirer.--Démarche du
parti conservateur.--Le cabinet reste en fonctions.--Appréciation de cet
incident.


CHAPITRE XLI.

L'Algérie et le Maroc. (1841-1847).


Le général Bugeaud gouverneur général de l'Algérie.--Son caractère et
ses deux idées principales sur sa mission.--Désaccord entre ces idées
et les dispositions des Chambres.--Le cabinet est résolu à soutenir
fortement le général Bugeaud dans l'oeuvre de la complète domination
française sur toute l'Algérie.--Campagnes et succès du général
Bugeaud.--Son jugement sur Abd-el-Kader.--Sa susceptibilité dans
ses rapports avec le ministère de la guerre, les Chambres et les
journaux.--Ses brochures.--Sa correspondance particulière avec moi.--Il
est fait maréchal.--Abd-el-Kader se replie sur le Maroc.--Dispositions
du peuple marocain et embarras de l'empereur Abd-el-Rhaman.--Invasion
des Marocains sur le territoire de l'Algérie.--Nos réclamations à
l'empereur du Maroc.--Mes instructions au consul général de France à
Tanger.--Le prince de Joinville est nommé commandant d'une escadre
qui se rend sur les côtes du Maroc.--Inquiétude du gouvernement
anglais.--Méfiance de sir Robert Peel.--Sagacité et loyauté de lord
Aberdeen.--Ses démarches pour décider l'empereur du Maroc à se rendre
à nos demandes.--Elles ne réussissent pas; la guerre est déclarée.--Le
prince de Joinville bombarde Tanger et prend Mogador.--Le maréchal
Bugeaud bat et disperse l'armée marocaine sur les bords de
l'Isly.--L'empereur du Maroc demande la paix.--Elle est conclue à
Tanger.--Ses conditions et ses motifs.--Débats dans les Chambres à ce
sujet.--Négociation pour la délimitation des frontières entre l'Algérie
et le Maroc.--Traité de Lalla-Maghrania.--Velléités de retraite
du maréchal Bugeaud.--Abd-el-Kader recommence la guerre en
Algérie.--Incident des grottes du Dahra.--Le maréchal Bugeaud met en
avant son plan de colonisation militaire.--Ce plan est mal vu dans les
Chambres et dans le ministère de la guerre.--Le maréchal Bugeaud veut
se retirer.--Il vient en France.--Nouvelle et générale insurrection
en Algérie.--Le maréchal Bugeaud y retourne et triomphe de
l'insurrection.--Il est disposé à poursuivre Abd-el-Kader dans le
Maroc.--Je lui écris à ce sujet.--Il y renonce.--Il insiste sur son
plan de colonisation militaire.--Sa lettre au Roi pour le
réclamer.--Présentation à la Chambre des députés d'un projet de loi
conforme à ses vues.--Mauvais accueil fait à ce projet.--Le maréchal
Bugeaud en pressent l'insuccès.--Il est souffrant et ne se rend pas
à Paris.--La commission de la Chambre des députés propose le rejet du
projet de loi.--Le gouvernement le retire.--Le maréchal Bugeaud donne sa
démission.--Le duc d'Aumale est nommé gouverneur général de l'Algérie.


CHAPITRE XLII.

Les musulmans à Paris.--La Turquie et la Grèce. (1842-1847.)


Chefs musulmans à Paris, de 1845 à 1847.--Ben-Achache, ambassadeur du
Maroc.--Ahmed-Pacha, bey de Tunis.--Ibrahim-Pacha, fils du vice-roi
d'Égypte Méhémet-Ali.--Mirza-Mohammed-Ali-Khan, ambassadeur de
Perse.--Réchid-Pacha, grand-vizir.--Stérilité des tentatives de réforme
de l'Empire ottoman.--Il ne faut pas se payer d'apparences.--Affaires
de Syrie.--Progrès dans la condition des chrétiens de Syrie, de 1845 à
1848.--Affaire du consulat de France à Jérusalem en 1843.--Question
des renégats en Turquie.--De la situation de l'Empire ottoman en
Europe.--Affaires de Grèce.--M. Colettis et M. Piscatory.--M.
Piscatory et sir Edmond Lyons.--Le roi Othon.--Mes instructions à M.
Piscatory.--Révolution d'Athènes (15 septembre 1843).--Opinion de
M. Colettis.--Assemblée nationale en Grèce.--Établissement du régime
constitutionnel.--Sentiments des cabinets de Londres, de Pétersbourg
et de Vienne.--Arrivée de M. Colettis en Grèce.--Ministère
Maurocordato.--Sa chute.--Ministère Colettis et Metaxa.--M. Metaxa
se retire.--Ministère Colettis.--Hostilité de sir Edmond Lyons.--Ma
correspondance avec M. Colettis.--Attitude de sir Edmond Lyons envers
M. Piscatory.--Instructions de lord Aberdeen.--Chute du cabinet de sir
Robert Peel et de lord Aberdeen.--Lord Palmerston rentre aux affaires
en Angleterre.--Son attitude envers la Grèce et le ministère de M.
Colettis.--Fermeté de M. Colettis.--Troubles intérieurs en Grèce.--M.
Colettis les réprime.--Querelle entre les cours d'Athènes et
de Constantinople.--Maladie et mort de M.
Colettis.


CHAPITRE XLIII.

La liberté d'enseignement.--Les jésuites et la cour de Rome.
(1840-1846.)

En quoi consiste la liberté d'enseignement.--Résolution du cabinet du
29 octobre 1840 de tenir, à cet égard, la promesse de la charte
de 1830.--Divers projets de loi présentés par MM. Villemain et
Salvandy.--Caractère de l'Université de France, corps essentiellement
laïque et national.--Que la liberté d'enseignement peut et doit
exister en même temps que l'Université.--Succès permanent de
l'Université.--Difficulté de sa situation quant à l'éducation
religieuse.--Légitimité et nécessité de la liberté
d'enseignement.--Lutte entre l'Université et une partie du clergé.--Par
quelle fâcheuse combinaison les jésuites devinrent les principaux
représentants de la liberté d'enseignement.--Du caractère primitif et
historique de la congrégation des jésuites.--Méfiance et irritation
publique contre elle.--On demande que les lois de l'État qui la frappent
soient exécutées.--Je propose que la question des jésuites soit portée
d'abord à Rome, devant le pouvoir spirituel de l'Église catholique.--Le
Roi et le conseil adoptent ma proposition.--M. Rossi est nommé envoyé
extraordinaire et ministre plénipotentiaire par intérim à Rome.--Motifs
de ce choix.--Négociation avec la cour de Rome pour la dissolution en
France de la congrégation des jésuites, sans l'intervention du pouvoir
civil.--Embarras et hésitation de la cour de Rome.--Grégoire XVI et le
cardinal Lambruschini.--Succès de M. Rossi.--Le Saint-Siége décide la
Société de Jésus à se dissoudre d'elle-même en France.--Effet de ce
résultat de la négociation.--Efforts pour en retarder ou en éluder
l'exécution.--Ces efforts échouent et les mesures convenues
continuent de s'exécuter, quoique lentement.--Maladie du pape Grégoire
XVI.--Troubles dans la Romagne.--M. Rossi est nommé ambassadeur
ordinaire de France à Rome.--Mort de Grégoire XVI.--Pressentiments du
conclave.


PIÈCES HISTORIQUES


I

1º Instructions données à l'amiral Dupetit-Thouars, par M.
l'amiral Duperré, ministre de la marine et des
colonies.

2º Le contre-amiral Dupetit-Thouars à M. le ministre de la marine et des
colonies.


II

1º Le contre-amiral Dupetit-Thouars au ministre de la
marine.

2º Instructions de l'amiral Roussin, ministre de la marine et
des colonies, à M. le capitaine Bruat, nommé gouverneur des îles
Marquises.

3º Instructions confidentielles de l'amiral Roussin, ministre de
la marine et des colonies, à M. le capitaine Bruat, gouverneur des
établissements français dans l'Océanie.


III

1º Le ministre de la marine à M. Bruat, gouverneur des établissements
français dans l'Océanie, commissaire du Roi près la reine des îles de la
Société.

2º Le ministre de la marine à M. Bruat, gouverneur des établissements
français dans l'Océanie, commissaire du Roi près la reine des îles de la
Société.


IV

1º Résumé des campagnes du maréchal Bugeaud, de 1841 à 1847, et
principaux résultats de ces campagnes quant à l'extension et à
la consolidation de la domination française en
Algérie.

2º Bureaux arabes.

Fin de la table du tome septième.


___________________________________________________
Paris.--Imprimé chez Bonaventure, Ducessois et Cie.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires pour servir à l'Histoire de mon temps (Tome 7)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home