Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Mémoires pour servir à l'Histoire de mon temps (Tome 8)
Author: Guizot, François Pierre Guillaume, 1787-1874
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires pour servir à l'Histoire de mon temps (Tome 8)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



                                MÉMOIRES

                             POUR SERVIR A

                        L'HISTOIRE DE MON TEMPS



                                  PAR

                               M. GUIZOT

                             TOME HUITIÈME


                                 PARIS
                MICHEL LÉVY FRÈRES, LIBRAIRES ÉDITEURS
          RUE VIVIENNE, 2 BIS, ET BOULEVARD DES ITALIENS, 15
                        A LA LIBRAIRIE NOUVELLE.

                                  1864



                            CHAPITRE XXXIV.

                    LE GOUVERNEMENT PARLEMENTAIRE.

                             (1840-1848.)


Le gouvernement libre est le but et le besoin des sociétés modernes.--La
responsabilité du pouvoir est le principe essentiel du gouvernement
libre.--Le gouvernement libre peut et doit avoir, selon les lieux et les
temps, des formes différentes.--Exemples: l'Angleterre et la France, les
États-Unis d'Amérique et la Suisse.--Le gouvernement parlementaire est
l'une des formes du gouvernement libre.--La formation des partis
politiques est l'une des conditions du gouvernement
parlementaire.--Accomplissement de ces conditions par le cabinet du 29
octobre 1840.--Son homogénéité et son unité.--Les changements survenus
dans sa composition ne les altèrent point.--Rapports de ses membres
entre eux.--Ses rapports avec les Chambres.--Formation et action du
parti conservateur.--De la corruption électorale et parlementaire.--De
l'opposition parlementaire.--Séance du 26 janvier 1844 à la Chambre des
députés.--Rapports du cabinet et mes rapports personnels avec le roi
Louis-Philippe.--De la maxime: «Le roi règne et ne gouverne
pas.»--Caractères du gouvernement parlementaire pendant la durée du
cabinet du 29 octobre 1840.


Un grand bruit s'est fait et se fait encore autour de ces mots, «le
gouvernement parlementaire.» La question ainsi posée est plus grande que
le bruit qu'elle soulève. Il s'agit de bien autre chose et de bien plus
que de ce qu'on appelle le gouvernement parlementaire. Ce que la France
cherche depuis 1789, à travers toutes les vicissitudes de ses
dispositions et de ses destinées, ce que l'Europe appelle de ses voeux
confus mais obstinés, c'est le gouvernement libre. La liberté politique,
c'est-à-dire l'intervention et le contrôle efficace des peuples dans
leur gouvernement, c'est là le besoin et le travail, bruyant ou latent,
de l'état social qui, depuis dix-neuf siècles, sous l'influence de la
religion chrétienne et par le cours naturel de la civilisation moderne,
s'est développé chez les nations européennes, et qui prévaut partout où
elles portent leur esprit avec leur empire. Parlementaire ou non, le
gouvernement est-il un gouvernement libre ou en train de le devenir? Là
est la question.

La liberté politique a, selon les lieux et les temps, des formes et des
mesures très-diverses. Elle a pourtant des conditions essentielles et
vitales, qui varient aussi selon les lieux et les temps, mais sans
lesquelles les peuples ne croiraient pas la posséder et ne la
posséderaient réellement pas. La liberté politique peut exister, elle a
existé très-inégalement distribuée entre les diverses classes de
citoyens. Elle a existé entourée d'esclaves. Elle n'aurait pas existé,
aux yeux de la Grèce et de Rome, sans l'élection temporaire de tous les
pouvoirs publics et sans les luttes républicaines de l'_Agora_ et du
_Forum_. C'étaient là, dans l'antiquité païenne, les formes et les
conditions nécessaires du gouvernement libre. Chez les peuples modernes
et chrétiens, cet état des esprits et des faits s'est grandement
modifié: d'une part, les conditions du gouvernement libre sont devenues
plus nombreuses, plus élevées et plus compliquées; d'autre part, ses
formes ont été plus variées. L'action des assemblées représentatives, la
libre discussion des affaires publiques au dedans et au dehors de leur
enceinte, la liberté électorale, la liberté religieuse, la liberté de la
presse, la liberté du travail, l'égalité civile, l'indépendance
judiciaire, telles sont aujourd'hui les impérieuses conditions du
gouvernement libre. Et en même temps la diversité des faits sociaux,
intérieurs ou extérieurs, a suscité ou même imposé au gouvernement
libre, dans les divers États, des formes très diverses; la république
n'est plus sa seule forme naturelle, ni la seule bonne, ni la seule
possible; il admet, il exige, dans certains cas, celle de la monarchie.

Deux grands États, l'Angleterre et les États-Unis d'Amérique, donnent de
nos jours au monde le spectacle de ce fait nouveau dans le monde, le
gouvernement libre établi et ses conditions accomplies sous des formes
et par des institutions profondément différentes. Toutes les libertés
que je viens de nommer, et qui constituent désormais la liberté
politique, existent et se déploient avec une égale énergie dans l'un et
l'autre de ces deux pays. Dans l'un, elles ont entouré le berceau et
elles défendent la vie de la république. Dans l'autre, elles sont nées
et elles prospèrent sous l'égide de la monarchie.

Il y a, de temps en temps, des prophètes qui prédisent aux États-Unis
d'Amérique la ruine de la république sous les coups d'abord de
l'anarchie, puis de la dictature, et à l'Angleterre la chute de la
monarchie constitutionnelle devant le progrès des libertés
démocratiques. Je ne méconnais pas les périls qui suscitent de telles
prédictions; mais je ne sais pas lire de si loin dans l'avenir, et en
attendant qu'il les justifie ou qu'il les démente, je vois la monarchie
anglaise et la république américaine surmontant les plus rudes épreuves,
l'une la contagion des révolutions et la guerre étrangère, l'autre les
tentatives de dislocation intérieure et la guerre civile. Je prends donc
confiance dans la salutaire puissance du gouvernement libre sous les
formes les plus diverses, et j'apprends à reconnaître la convenance, je
dis plus, la nécessité de ces formes diverses pour que le gouvernement
libre s'étende et se fonde en s'adaptant à la diversité des lieux, des
situations, des histoires, des idées et des moeurs.

Les petits États offrent, en ceci, les mêmes exemples que les grands. Le
gouvernement libre, avec toutes ses conditions actuelles, existe en
Hollande et en Belgique, comme en Angleterre, sous la forme monarchique,
et il se développe en Suisse, à travers de tristes déviations, sous la
forme républicaine. En présence de ces faits, il n'y a que des esprits
étroits et superficiels, ou passionnés jusqu'à l'aveuglement, qui
puissent méconnaître que la liberté politique n'est point inhérente à
une forme exclusive de gouvernement, et que, dans le monde chrétien,
elle est devenue à la fois plus exigeante et plus pure dans ses
aspirations, plus large et plus flexible dans ses applications qu'elle
ne l'était dans l'antiquité.

Mais si le gouvernement libre admet la variété des formes, il n'en admet
pas la confusion. S'il peut recevoir des organisations différentes,
c'est par des moyens différents que, dans ses différentes organisations,
il atteint son but, qui est toujours le même: la liberté et la durée au
sein de la liberté. Or, de toutes les conditions du gouvernement libre,
la première et la plus impérieuse, c'est que la responsabilité, une
responsabilité vraie et sérieuse, s'attache à l'exercice du pouvoir. Si
le pouvoir n'est pas responsable, la liberté n'est pas garantie.

C'est surtout en ce qui touche à la responsabilité du pouvoir que la
diversité des formes du gouvernement libre impose l'emploi des moyens
les plus divers. Je consulte l'expérience; j'interroge de nouveau les
deux grands exemples que je viens de citer. Dans la république des
États-Unis d'Amérique, la responsabilité du pouvoir réside dans
l'élection du président, dans la courte durée de sa mission, dans la
complète séparation de son autorité et de celle des corps représentatifs
placés à côté de lui. Évidemment de tels moyens ne sauraient s'appliquer
à la monarchie. La monarchie constitutionnelle d'Angleterre en a trouvé
et pratiqué d'autres: elle a posé en principe que le roi ne peut mal
faire, et elle a fait peser sur ses conseillers toute la responsabilité
de son gouvernement. Je n'entre pas dans la discussion et la comparaison
de ces deux diverses formes de gouvernement libre et des divers systèmes
de responsabilité qui leur sont propres; je constate des faits. La
monarchie anglaise et la république américaine sont deux gouvernements
bien réellement libres et qui satisfont à toutes les exigences actuelles
de la liberté politique. Dans ces deux gouvernements, c'est par des
moyens très-différents que s'établit et s'exerce la responsabilité du
pouvoir, cette garantie nécessaire de la liberté politique. Quoique
très-différents, ces moyens, mis à l'épreuve, se sont montrés également
efficaces: dans l'un et l'autre de ces deux États, la responsabilité du
pouvoir est réelle et les libertés publiques sont garanties.

Je touche à la question qui fait, parmi nous, tant de bruit. Les
principes et les procédés sur lesquels repose, dans la monarchie
anglaise, la responsabilité du pouvoir constituent-ils ce qu'on appelle
le gouvernement parlementaire? Ce gouvernement est-il la conséquence
naturelle de la monarchie constitutionnelle et la garantie efficace,
sous cette monarchie, de la liberté politique?

Je déteste les assertions vagues et les conclusions précipitées. Avant
d'exprimer, sur les mérites et les défauts du gouvernement
parlementaire, toute ma pensée, j'ai à coeur de le montrer à l'oeuvre
tel que je l'ai vu et compris quand j'ai été appelé à le pratiquer.

J'insiste d'abord sur un fait souvent oublié et qu'on ne saurait oublier
sans méconnaître la nature et les exigences du gouvernement libre. Une
des premières libertés qui prennent place dans un tel gouvernement,
c'est celle de ses propres agents, la libre et volontaire action des
hommes qui en exercent les grandes fonctions et en dirigent les
ressorts. Le pouvoir absolu peut ne vouloir, dans ses serviteurs, que
des instruments dociles, capables d'exécuter ses volontés qui sont leur
loi. Mais dans un régime de liberté, quand la publicité et la discussion
sont partout, quand la responsabilité accompagne partout le pouvoir, on
ne l'exerce pas bien, on ne le sert pas bien si on n'agit pas selon sa
propre pensée et sa propre volonté. Dès que l'action porte sur autre
chose que sur des faits matériels et des travaux légalement prescrits,
le gouvernement libre fait, aux hommes qui y prennent part, l'honneur
d'avoir besoin que leur concours soit libre. En présence de la liberté
nationale, il y a un degré de conviction, et je dirai de passion
personnelle, qui est indispensable aux acteurs dans l'arène politique
pour leur force et leur succès: «Ce ne sont pas des agents qu'il me
faut, disait M. Casimir Périer au milieu de son ardente lutte contre
l'émeute et l'anarchie, ce sont des complices.»

De là proviennent dans les gouvernements libres, monarchiques ou
républicains, la nécessité et la formation naturelle des partis
politiques. Qu'elle naisse de la similitude des intérêts, ou de celle
des idées, ou de celle des passions, ou de ces divers motifs réunis,
l'association libre est, dans de tels gouvernements, la condition de
l'action politique régulière et efficace. Sans l'influence permanente de
l'association libre, tout esprit d'ensemble et de suite disparaîtrait
sous les souffles violents et variables de la liberté. Telle est, dans
les gouvernements libres, la nécessité des partis politiques, qu'une
fois formés ils s'y maintiennent et s'y perpétuent en dépit des
transformations que leur font subir les changements qu'amènent les
siècles dans l'état de la société et des esprits. Nés en Angleterre au
XVIIe siècle, au milieu des crises de la liberté politique, et appelés
tour à tour à la pratiquer, les Whigs et les Torys, bien que
profondément modifiés aujourd'hui, se reproduisent sous les noms de
conservateurs et de libéraux, et président encore aux destinées de leur
patrie. Et aux États-Unis d'Amérique, à travers les secousses violentes
qui les agitent, deux observateurs aussi sagaces qu'indépendants, M.
Auguste Laugel et M. Ernest Duvergier de Hauranne, ont reconnu sans
peine, dans les partis américains de nos jours, les successeurs des
fédéralistes et des démocrates qui se ralliaient, il y a trois quarts de
siècle, sous les noms de Washington et de Jefferson[1]. Les nécessités
substantielles survivent aux innovations les plus puissantes, et les
sociétés changent à la fois plus et moins qu'elles n'en ont l'air.

[Note 1: _Les États-Unis pendant la guerre_ (1861-1865), par
Auguste Laugel, chap. V, pag. 82-101.--_Huit mois en Amérique_,
Par Ernest Duvergier de Hauranne, t. II, pag. 22-27; pag. 488-496.]

Ce n'est pas dans le premier feu des grandes révolutions libérales que
se forment les partis politiques destinés à devenir les éléments actifs
des gouvernements libres. Ils appartiennent à l'époque d'organisation
des révolutions accomplies, non à l'époque de bouleversement où elles
s'accomplissent. Ce fut à partir de 1814, à l'avènement pratique et
continu de la liberté, que les partis politiques entrèrent en scène
parmi nous, comme les acteurs naturels et nécessaires du drame qui
s'ouvrait. Ils s'organisèrent et se développèrent pendant la
Restauration, quoique toujours embarrassés et souvent dénaturés par
l'élément révolutionnaire et conspirateur qui jetait le mensonge et le
trouble dans leurs luttes constitutionnelles. La Révolution de 1830
éleva et agrandit le rôle des partis politiques comme la force du
gouvernement libre, mais en laissant subsister les périls et les
embarras révolutionnaires de leur situation. Lorsque le cabinet du 29
octobre 1840 se forma, je ne me rendais pas, des exigences et des effets
naturels du gouvernement libre quant à la formation et à l'action des
partis politiques, un compte aussi complet et aussi net que je le fais
en ce moment; mais je voulais le gouvernement libre, et j'avais, par
instinct autant que par réflexion, un sentiment profond de ses
conditions essentielles en présence des faits, soit généraux, soit
personnels, qui caractérisaient notre situation. Je connaissais bien le
roi Louis-Philippe et les deux Chambres associées à son gouvernement. Un
cabinet homogène, composé d'hommes pénétrés, quant à la politique
intérieure et extérieure, des mêmes idées, et capables, par leur union,
de rallier dans les Chambres une majorité dévouée à ces idées et
d'établir, entre le roi et cette majorité, un accord vrai et permanent,
c'était là le premier problème à résoudre et le premier but à atteindre.
Le cabinet qui se forma avait de quoi satisfaire à cette nécessité
fondamentale. Les ministres de l'intérieur, des finances et de
l'instruction publique, M. Duchâtel, M. Humann et M. Villemain, avaient,
sur les conditions de notre gouvernement et sur la politique
conservatrice, libérale et pacifique qui convenait à notre patrie, les
mêmes convictions que moi. J'avais entre les mains les affaires
étrangères. J'étais sûr que, dans ces quatre départements, les mêmes
principes, les mêmes tendances, les mêmes influences générales
prévaudraient. J'avais trop pratiqué le maréchal Soult pour ne pas
pressentir les embarras que sa présence et sa présidence dans le cabinet
pouvaient entraîner; mais dans la crise que la question d'Égypte avait
suscitée entre la politique de la guerre et celle de la paix,
l'importance de ce grand nom militaire était plus que jamais
incontestable; et j'avais lieu de penser que le maréchal sentait aussi
mon importance, et qu'il compterait soigneusement avec moi. C'était lui
qui avait contresigné ma nomination comme ambassadeur en Angleterre, et
le 6 mars 1840 je lui avais écrit de Londres, pour lui exprimer mes
regrets de la chute de son ministère de 1839; il s'était empressé de me
répondre le 11 mars suivant:

«Monsieur l'ambassadeur,

«J'attachais trop de prix aux rapports qui s'étaient établis entre vous
et moi dans le poste éminent où la confiance du roi vous a appelé, pour
que leur cessation ne m'ait pas fait éprouver des regrets. Aussi j'ai
été très-touché de ceux que vous avez eu la bonté de me témoigner par la
lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire le 6 de ce mois, et je
mets de l'empressement à vous en remercier.

«Je vous remercie aussi d'avoir bien voulu vous charger d'entretenir les
souvenirs que j'ai eu occasion de laisser en Angleterre. J'en suis trop
honoré, même dans l'intérêt de notre chère France, pour que je n'attache
pas le plus grand prix à les cultiver, et ce soin ne pouvait être confié
à de plus dignes mains. Vous le savez, Monsieur, pendant la dernière
période que j'ai passée aux affaires, ma constante préoccupation a été
de resserrer les liens d'amitié qui unissent les deux pays. C'était,
pour moi, l'acquit d'un devoir envers la France et l'expression de ma
reconnaissance de l'accueil que j'avais reçu du peuple anglais. A ce
sujet, vous exprimerez les sentiments qui m'animent toutes les fois que
vous aurez occasion de rappeler cette époque et, depuis, le but que je
m'étais proposé.

«Je désire bien que quelquefois vous puissiez disposer de vos moments de
loisir pour me donner de vos nouvelles, ainsi que des succès que, je
n'en doute pas, vous obtiendrez; personne, je vous l'assure avec
sincérité, n'y attache un plus grand prix.

«J'ai l'honneur de vous renouveler, Monsieur l'ambassadeur, les
assurances de ma haute considération et de mon amitié.

«Maréchal DUC DE DALMATIE.»


Un homme si attentif, de loin et par avance, à rester avec moi en bons
rapports, ne pouvait manquer d'en prendre de près le même soin. Dans les
préliminaires de la formation du cabinet du 29 octobre 1840, le maréchal
Soult se montra facile; il admit sans la moindre objection toutes mes
propositions politiques et personnelles. M. Teste, comme ministre des
travaux publics, fut le seul choix qui vînt de lui et qu'il réclamât
avec instance: «J'ai besoin, disait-il, de quelqu'un qui parle pour moi
et qui discute mon budget.» Les trois autres membres du cabinet, M.
Martin du Nord, M. Cunin-Gridaine et l'amiral Duperré, appartenaient à
la majorité qui, depuis M. Casimir Périer, avait constamment soutenu le
gouvernement, le cabinet de M. Molé comme celui du 11 octobre 1832 et
celui du 12 avril 1839; ils ne manquaient pas de crédit dans les
Chambres, et je ne pouvais redouter, dans le cabinet nouveau, ni leur
dissidence, ni leur prépondérance. Au sein même du cabinet,
l'homogénéité politique était donc assurée, et au dehors son efficacité
pour établir, entre la couronne et les Chambres, l'harmonie
constitutionnelle, pouvait être légitimement espérée.

Je ne pouvais douter que le roi n'eût à coeur de seconder le cabinet
qu'il venait d'appeler. Il avait fait, en se refusant aux tendances
belliqueuses du cabinet précédent, un acte de puissance royale
parfaitement constitutionnel et légal en soi, mais dans lequel il avait
besoin d'être énergiquement soutenu par les nouveaux conseillers qui
approuvaient sa résolution et qui en acceptaient, devant les Chambres
immédiatement convoquées, toute la responsabilité. Dans une situation si
grave pour la royauté, le souvenir des déplaisirs qu'avait causés
naguère au roi la coalition contre M. Molé, et les velléités d'exigence
ou de susceptibilité royale disparaissaient complétement. Le cabinet
pouvait compter sur la libre adhésion et le sincère appui du roi comme
sur sa propre homogénéité.

Il avait lieu de croire aussi que l'appui des Chambres ne lui manquerait
pas. Comme le pays, comme les divers conseillers de la couronne, comme
le roi lui-même, elles avaient attaché à la question d'Égypte une
importance fort exagérée, et elles avaient conçu, de la force de
Méhémet-Ali, une idée encore plus exagérée et plus fausse. Quand les
événements eurent mis en lumière cette double erreur, la prudence se
réveilla dans les Chambres comme à la cour, partout où avait manqué la
prévoyance. Non-seulement les partisans anciens et éprouvés de notre
politique, mais les hommes les plus considérables du tiers-parti, M.
Dupin, M. Passy, M. Dufaure se montrèrent disposés à soutenir le cabinet
dans son effort pour tirer le pays et le roi du mauvais pas où ils
étaient engagés. Avant même que la session s'ouvrît, il fut aisé de
pressentir que les mêmes inquiétudes, les mêmes instincts de
responsabilité pressante qui assuraient au cabinet l'appui du roi lui
donneraient, dans les Chambres, la majorité.

Mais la prudence qui vient après le péril est une vertu triste, et
j'avais une autre ambition que celle de tirer mon pays d'un mauvais pas.
Plus j'ai avancé dans la vie publique, dans ses jours d'épreuve ou de
succès, plus la fondation du gouvernement libre est devenue ma première
et constante pensée. Non-seulement je le crois le plus juste et le
meilleur; mais quels que soient sa difficulté intrinsèque et les
obstacles extérieurs qu'il rencontre, je le crois, pour nous et notre
temps, à la fois nécessaire et possible, car il est, d'une part, le but
suprême de nos aspirations intellectuelles, et d'autre part c'est le
seul régime au sein duquel nous puissions trouver à la fois la sécurité
des intérêts individuels et l'énergie de la vie sociale, ces deux
puissants besoins des peuples qui ne sont pas tombés en décadence. Je ne
me dissimulais pas que la France gardait, des derniers incidents
diplomatiques et militaires de la question égyptienne, une impression
amère, et que le cabinet portait en naissant le poids des fautes dont il
était chargé d'arrêter les suites. C'était uniquement dans la complète
publicité et la discussion approfondie des faits, c'est-à-dire dans la
franche et forte pratique du gouvernement libre, que je voyais, pour
nous, une arme efficace contre le péril de cette situation, et le moyen
de relever la bonne politique à son juste rang, malgré le fardeau
qu'elle avait à soulever.

Les faits justifièrent mon espérance: ce fut par l'étendue, la gravité,
l'ardeur, la sincérité des débats sur la question égyptienne et sur sa
solution par la convention du 13 juillet 1841, que le cabinet du 29
octobre 1840 surmonta les difficultés de sa situation à son origine et
prépara son avenir[2]. Mais en même temps que je reconnaissais, dans ces
premiers résultats, la salutaire puissance du gouvernement libre, je ne
me dissimulais pas combien ils étaient insuffisants et précaires, et je
sentais mieux chaque jour la nécessité de satisfaire de plus en plus aux
conditions essentielles de ce gouvernement pour en recueillir les
fruits. L'homogénéité intérieure du cabinet et de ses principaux agents;
l'organisation de la majorité qui le soutenait en un vrai parti
politique uni dans certains principes généraux et capable de
persévérance et de conséquence à travers les questions et les situations
diverses; l'intimité et l'action harmonique de la couronne et des
Chambres par l'entremise et sous la responsabilité du ministère chargé
de leurs rapports: c'étaient là évidemment les premières de ces
conditions, les seules qui pussent assurer au pouvoir, en présence de la
liberté, la considération et la force dont il avait besoin pour suffire
à sa mission. De 1840 à 1848, le cabinet n'a pas cessé de poursuivre ce
triple but.

[Note 2: J'ai retracé dans ces _Mémoires_ (t. VI, pag. 1-16, 37-129, le
caractère, la marche et l'issue de ces débats.)]

Comme tout ce qui dure un peu, il reçut, dans sa composition
personnelle, des modifications successives. La mort, la maladie, la
fatigue, des épreuves diverses lui enlevèrent quelques-uns de ses
membres, en 1842 M. Humann, en 1844 M. Villemain, deux des plus éminents
et des plus fidèles compagnons d'armes qu'il m'ait été donné de
rencontrer dans l'arène politique. Aucun esprit de coterie, aucune
intrigue ou faveur de cour ne présida aux choix rendus ainsi
nécessaires. Appelés aux ministères des finances et de l'instruction
publique, M. Lacave-Laplagne et M. de Salvandy avaient fait partie du
cabinet de M. Molé; mais, en dépit des souvenirs de la coalition de
1839, ils avaient hautement adhéré à la politique du cabinet du 29
octobre 1840 et lui avaient prêté un utile appui. Quand deux de mes plus
intimes et plus constants amis, M. Dumon et M. Hébert, devinrent, l'un
ministre d'abord des travaux publics, puis des finances, l'autre garde
des sceaux, ils avaient donné l'un et l'autre, dans l'administration et
dans les Chambres, des preuves d'un talent rare et d'un dévouement
courageux à la politique d'ordre légal, de liberté constitutionnelle et
de paix. Non-seulement ces variations n'apportèrent dans l'homogénéité
du cabinet aucune altération, elles la maintinrent ou même
l'affermirent. Elles furent conformes aux inspirations naturelles du
gouvernement libre, et dictées par le seul dessein de le fortifier en le
pratiquant loyalement.

Une question spéciale, la présidence du conseil, aurait pu devenir une
source d'embarras. J'avais évidemment dans le gouvernement, auprès du
roi comme dans les Chambres, plus d'influence que le maréchal Soult. Les
amis officieux et les adversaires intéressés ne manquaient pas à faire
ressortir ce défaut d'harmonie entre le titre et le fait, et à provoquer
soit les ambitions, soit les méfiances qui en pouvaient naître. Je dois
au maréchal cette justice qu'il ne se prêta point à ces insinuations
jalouses. Il avait souvent des accès de fantaisie et d'humeur; tantôt sa
santé, tantôt des susceptibilités spontanées ou préméditées le portaient
à menacer le cabinet de sa retraite prochaine; mais c'était dans ses
rapports avec le roi plutôt qu'avec moi que ces dispositions se
manifestaient, et la réconciliation suivait de près la boutade. Quant à
moi, j'ai toujours fait, dans le pouvoir comme dans le cours général de
la vie, grand cas de la réalité et fort peu de l'apparence; celle-ci n'a
d'importance que lorsqu'elle accroît la force de la réalité en la
manifestant, et dans les grandes affaires les petites vanités créent
bien plus d'embarras qu'elles ne valent de plaisir. J'attendis sans la
moindre impatience que la retraite effective du maréchal Soult, amenée
par le besoin qu'il sentait du repos et de l'air de ses champs de
Soult-Berg, me fît conférer par le roi, avec l'adhésion de tous mes
collègues, la présidence officielle du conseil. Ce fut la famille même
du maréchal, sa femme, son fils et sa belle-fille, qui le déterminèrent
à cette résolution; il écrivit au roi le 15 septembre 1847:

«Sire,

«J'étais au service de mon pays il y a soixante-trois ans, quand
l'ancienne monarchie était encore debout, avant les premières lueurs de
notre révolution nationale. Soldat de la République et lieutenant de
l'empereur Napoléon, j'ai pris part sans relâche à cette lutte immense
pour l'indépendance, la liberté et la gloire de la France, et j'étais de
ceux qui l'ont soutenue jusqu'au dernier jour. Votre Majesté a daigné
croire que mes services pouvaient être utiles à la lutte nouvelle et non
moins patriotique que Dieu et la France l'ont appelée à soutenir pour
l'affermissement de notre ordre constitutionnel. J'en rends grâce à
Votre Majesté. C'est l'honneur de ma vie que mon nom occupe ainsi une
place dans tous les travaux, guerriers et pacifiques, qui ont assuré le
triomphe de notre grande cause. La confiance de Votre Majesté me
soutenait dans les derniers services que je m'efforçais de rendre. Mon
dévouement à Votre Majesté et à la France est tout entier, mais je sens
que mes forces trahissent ce dévouement. Que Votre Majesté me permette
de consacrer ce qui m'en reste à me recueillir, arrivé au terme de ma
laborieuse carrière. Je vous ai voué, Sire, l'activité de mes dernières
années; donnez-moi le repos de mes vieux services, et permettez-moi de
déposer au pied du trône de Votre Majesté ma démission de la présidence
du conseil dont elle avait daigné m'investir. Je jouirai de ce repos au
sein de cette sécurité générale que la forte sagesse de Votre Majesté a
faite à la France et à tous ceux qui l'ont servie et qui l'aiment. Ma
reconnaissance pour les bontés de Votre Majesté, mes voeux pour sa
prospérité et celle de son auguste famille me suivront dans ce repos
jusqu'à mon dernier jour; ils ne cesseront d'égaler l'inaltérable
dévouement et le profond respect avec lesquels j'ai l'honneur d'être,

«Sire, de Votre Majesté, le très-humble et très-obéissant serviteur,

«Maréchal DUC DE DALMATIE.»


Deux jours après avoir reçu cette lettre, le 19 septembre 1847, le roi
me nomma président du conseil. J'écrivis sur-le-champ au maréchal Soult,
pour lui témoigner combien j'étais touché de l'honneur de lui succéder.
Il me répondit le 25 septembre:

«Monsieur le Ministre et cher Président,

«Vous avez eu la bonté de m'écrire le 20 de ce mois, au sujet de la
démission de la présidence du conseil que j'avais eu l'honneur d'offrir
au roi le 15. Il m'en a beaucoup coûté de me séparer d'anciens collègues
que j'honorerai toujours, et qui, dans nos, relations d'affaires,
avaient eu pour moi autant de bienveillance que d'amitié. Mais je n'en
ai pas moins applaudi de tout coeur au digne choix que le roi a fait de
vous pour me remplacer, et je vous en félicite bien sincèrement.
J'espère que vous surmonterez, beaucoup mieux que je n'ai pu le faire
depuis deux ans, les difficultés qui sont inhérentes à votre nouvelle
position. Personne ne prendra plus de part que moi aux nouveaux succès
que vous ne pouvez manquer d'obtenir. Croyez-y bien, et veuillez ne pas
douter de la sincérité des sentiments de véritable amitié que je vous ai
voués depuis longtemps.

«Maréchal DUC DE DALMATIE.

«_P. S._ La maréchale est très-sensible à votre bon souvenir. Elle vous
prie de faire agréer toutes ses amitiés à madame votre mère. Je vous
fais la même prière.»


D'un avis unanime, le cabinet pria le roi de donner au maréchal Soult,
au terme d'une carrière glorieusement pleine et dignement close, une
marque éclatante d'estime et de reconnaissance. Le Roi accueillit
volontiers ce voeu, et, le 26 septembre 1847, il conféra au maréchal
Soult le titre de maréchal général de France. C'était ce qui avait été
fait en 1660 pour le maréchal de Turenne, en 1732 pour le maréchal de
Villars, et en 1747 pour le maréchal de Saxe. La récompense alla au
coeur du vieux soldat; il m'écrivit le 30 septembre:

«Monsieur le Ministre et cher Président, en recevant du roi la lettre si
affectueuse que Sa Majesté a daigné m'écrire de Saint-Cloud, sur la
table du conseil, le 26 septembre dernier, j'ai éprouvé une émotion que
je ne puis décrire, à la vue de l'ampliation de l'ordonnance que le roi
venait de rendre et qui me confère le titre de maréchal général de
France. Je me suis profondément incliné devant tant de royale bonté,
surtout lorsque peut-être j'avais exalté les services que j'ai pu lui
rendre, ainsi qu'à la France, depuis que j'ai eu l'honneur d'être appelé
aux conseils de Sa Majesté. Cette grande récompense, qui auparavant
était si inespérée, couronne si honorablement ma longue carrière
militaire que je ne puis trop remercier le roi de me l'avoir décernée.
Mais je ne me suis pas dissimulé toute la part que vous avez prise à cet
événement, et je dois vous prier, mon digne ami, de compter sur ma
profonde reconnaissance. Tant que je vivrai, j'en conserverai un
précieux souvenir, et je m'estimerai heureux si vous me conservez
l'amitié dont vous m'avez déjà donné tant de marques. J'ai aussi
l'espoir que vous voudrez bien reporter sur mon fils l'attachement que
vous avez eu pour moi. J'ai l'honneur de vous renouveler, de coeur et
d'âme, l'assurance d'une amitié qui ne cessera qu'avec ma vie.

«Maréchal DUC DE DALMATIE.»


Ce n'est pas pour la frivole satisfaction de rappeler des souvenirs qui
me plaisent, que j'entre dans ces détails et que je cite ces documents
tout personnels. On a reproché au gouvernement parlementaire ses
rivalités ardentes, ses luttes incessantes, ses intrigues mobiles, ses
crises répétées. J'ai trop vécu pour ignorer soit les passions et les
faiblesses humaines, soit les imperfections des meilleures et plus
nécessaires institutions; hommes et choses, tout est plein en ce monde
de mauvais germes, et la liberté les met en lumière et même les
développe; mais elle met en lumière et développe aussi les bons
instincts, les dispositions honorables, les freins légitimes, les
nécessités salutaires. Et quand la liberté est réelle, quand elle se
déploie au sein de l'ordre légal, quand elle dure, les chances de
victoire sont plus grandes pour le bien que pour le mal, et la valeur
politique et morale des résultats de la lutte est bien supérieure aux
déplaisirs des fatigues qu'elle coûte et des mesquins spectacles qui s'y
mêlent. Je tiens à montrer, par les faits et les documents authentiques,
que de 1840 à 1848, quelles qu'aient pu être, au fond des âmes, les
tentations et les velléités obscures qui les traversent quand l'occasion
s'en rencontre, c'est la loyauté et le bon sens qui ont présidé, dans le
cabinet, aux relations des hommes politiques et réglé leur conduite
mutuelle. Aucune intrigue, aucune crise ministérielle n'ont troublé,
durant cette époque, l'intérieur du gouvernement; et l'intérêt public,
la bonne gestion des affaires publiques, non les passions ou les
manoeuvres inhérentes, dit-on, au régime parlementaire, en ont seuls
déterminé les incidents personnels.

A la fin d'octobre 1844, je revenais de Windsor où j'avais accompagné le
roi, et où l'affectueux accueil de la reine Victoria, de son
gouvernement et du peuple anglais avait dépassé notre attente. Entre la
France et l'Angleterre, les relations pacifiques et amicales étaient
pleinement rétablies; les questions d'Égypte, de Taïti et du Maroc
étaient vidées; celle du droit de visite près de l'être. Partout, en
Europe, la considération et l'influence du gouvernement du roi étaient
en progrès visible. Au dedans, la confiance de la couronne et de la
majorité dans les Chambres était acquise au cabinet. Cependant son
avenir paraissait orageux et précaire. Précisément à cause de sa durée
et de ses succès, il était en butte à l'humeur passionnée de ses
adversaires, et ses partisans se croyaient moins obligés d'être unis
autour de lui et vigilants à sa défense. En présence de cette situation,
le duc de Broglie, avec la sollicitude d'un ami aussi fidèle que
désintéressé, m'écrivit de Coppet, le 30 octobre 1844: «La session
prochaine sera rude et difficile. La majorité de la Chambre des députés
veut bien haïr vos ennemis; elle veut bien que vous les battiez; mais
elle s'amuse à ce jeu-là, et toutes les fois qu'ils reviennent à la
charge, fût-ce pour la dixième fois, non-seulement elle les laisse
faire, mais elle s'y prête de très-bonne grâce, comme on va au spectacle
de la Foire. C'est une habitude qu'il faut lui faire perdre en lui en
laissant, si cela est nécessaire, supporter les conséquences; sans quoi
vous y perdrez à la fois votre santé et votre réputation. Tout s'use à
la longue, et les hommes plus que tout le reste, dans notre forme de
gouvernement. Il y a quatre ans que vous êtes au ministère; vous avez
réussi au delà de toutes vos espérances; vous n'avez point de rivaux: le
moment est venu pour vous d'être le maître ou de quitter momentanément
le pouvoir. Pour vous, il vous vaudrait mieux quelque temps
d'interruption: vous vous remettriez tout à fait, et vous rentreriez
promptement avec des forces nouvelles et une situation renouvelée. Pour
le pays, s'il doit faire encore quelque sottise et manger un peu de
vache enragée, il vaut mieux que ce soit du vivant du roi et lorsque
rien ne le menace que lui-même. Je ne puis donc trop vous conseiller de
faire, avant l'ouverture de la session, vos conditions à tout le monde,
de les faire sévères et de les tenir, le cas échéant, sans vous laisser
ébranler par les sollicitations et les prières. Mettez le marché à la
main à vos collègues et à la majorité. Gouvernez votre ministère et la
Chambre des députés, ou laissez-les se tirer d'affaire. Dans l'un comme
dans l'autre cas la chance est bonne, et la meilleure pour vous serait
une sortie par la grande porte[3].»

[Note 3: Cette lettre, dont je ne cite ici qu'une partie, a été prise
dans mes papiers en février 1848, et publiée dans la _Revue
rétrospective_ de M. Taschereau, p. 3.]

J'étais aussi frappé que le duc de Broglie des faiblesses et des périls
de ma situation. J'avais de temps en temps un vif sentiment de
l'insuffisance des appuis qui me soutenaient pour le fardeau dont
j'étais chargé, et j'aurais plus d'une fois regardé comme une bonne
fortune qu'une occasion grave et naturelle se présentât pour moi de
sortir du pouvoir et de reprendre haleine, en attendant qu'une autre
occasion, grave et naturelle aussi, vînt m'y rappeler. Mais on ne règle
pas ainsi, selon son propre besoin, les chances de sa destinée et les
jours du travail ou du repos; dans un gouvernement libre, l'arène
politique est un champ de bataille dont on ne se retire pas, comme dans
la guerre entre les États, par la paix après la victoire; l'ennemi reste
toujours sur le terrain; la lutte y est toujours flagrante, et des
incidents imprévus peuvent seuls permettre d'heureuses retraites. Aucun
incident de ce genre ne s'offrit à moi vers la fin de l'année 1844; deux
grandes questions, au contraire, l'abolition du droit de visite et les
mariages espagnols, étaient alors en suspens et sous ma main; je les
avais activement engagées, et des solutions favorables se laissaient
pressentir. Je suis d'un naturel optimiste: je ne crains pas le combat
et j'espère aisément la victoire. Je n'eus, à cette époque, ni
l'occasion ni l'envie de suivre le conseil du duc de Broglie, quoique
j'en sentisse toute la valeur et que je fusse vivement touché de
l'amitié qui le lui inspirait. Dans le cours de la session de 1845,
quatre mois après avoir reçu sa lettre[4], je lui écrivais: «Le fardeau
est bien lourd. Plus je vais, plus je sens le sacrifice que j'ai fait en
ne me retirant pas au premier mauvais vote. J'y aurais gagné du repos et
beaucoup de cet honneur extérieur et superficiel qui a bien son prix.
Mais j'aurais, sans raison suffisante, livré ma cause à de
très-mauvaises chances, et mon parti à une désorganisation infaillible.
Quoi qu'il m'en coûte, j'ai encore assez de force et, je l'espère, assez
de vertu pour ne pas regretter d'être resté sur la brèche.»

[Note 4: Le 18 mars 1845.]

Il y a d'ailleurs, dans la vie publique, une résignation pénible à
acquérir, mais nécessaire à qui veut s'y engager efficacement et y
laisser trace de son passage: c'est la résignation à la profonde
imperfection de ce qu'on voit et de ce qu'on fait, à l'imperfection des
hommes comme des choses, de ses propres oeuvres et de ses propres
succès. A la fois acteur et spectateur, pour peu qu'il ait le coeur
droit et l'esprit fier, l'homme public est bien souvent choqué et
attristé du drame dans lequel il joue un rôle, des scènes auxquelles il
assiste et des associés qu'il rencontre. Que de fois ce sentiment a dû
troubler l'âme du chancelier de l'Hôpital dans le cours de sa carrière!
Quels déplaisirs, quels mécomptes avec ses alliés au milieu de ses
indignations et de ses combats contre ses adversaires! Pourtant il est
resté dans la mêlée; il a persisté dans la lutte, à son grand honneur
comme au grand profit de son pays; car non-seulement il a placé son nom
parmi les plus beaux de notre histoire, il a posé en France les
premières assises de la liberté religieuse et de l'ordre légal. La vie
publique la plus heureuse est pleine de tristesses et la plus glorieuse
de revers. Dieu n'a pas voulu faire aux meilleurs serviteurs des princes
et des peuples un sort plus facile ni plus doux.

Je ne me faisais, sur les faiblesses et les troubles de notre parti dans
le pays et dans les Chambres, pas plus d'illusion que sur les
imperfections intérieures du cabinet: «Ce pays-ci est bon, écrivais-je
au roi[5]; mais, dans les meilleures parties du pays, il faut que le bon
sens et le courage du gouvernement marchent devant; à cette condition le
bon sens et le courage du public se lèvent et suivent.» Nous avions bien
souvent à nous résigner au défaut de conséquence et d'esprit politique
dans la majorité qui nous appuyait; cependant elle s'éclairait et
s'affermissait de jour en jour; le parti qui prit alors le nom de parti
conservateur devenait peu à peu un vrai parti politique: «Je ne fais pas
chaque jour ce que je veux, disait l'un de ses membres les plus
intelligents, M. Dugas Montbel; mais je fais ce que j'ai voulu dès le
premier jour.» Expression fidèle de l'esprit d'ensemble et de suite qui
doit présider à la vie publique des partis comme des individus. Après un
débat dans la Chambre des députés, M. Duchâtel m'écrivait[6]: «Quelques
députés m'ont fait remarquer qu'en parlant de la politique conservatrice
vous aviez toujours dit _la politique du cabinet_. On désirerait que
vous pussiez l'attribuer aussi à la majorité de la Chambre, au parti
conservateur. Il vous sera facile de mettre quelques mots dans ce
sens-là. Je crois que c'est bon.» Je m'empressai de satisfaire à ce voeu
très-bon en effet. Un peu plus tard cette majorité, de plus en plus sûre
et fière d'elle-même, voulut avoir, dans la presse, un organe qui lui
appartînt en propre et qui portât expressément son cachet: elle institua
un journal nouveau qui s'appela _le Conservateur_. C'était son désir et
son effort, souvent insuffisants, mais sincères et continus, de se
montrer animée de l'esprit d'un gouvernement libre, et capable de le
soutenir.

[Note 5: Le 24 août 1841.]

[Note 6: Le 1er mars 1843.]

Nous étions, de notre côté, très-attentifs à marcher dans la même voie
et à établir, entre le gouvernement et les Chambres, une sérieuse et
habituelle entente. M. Duchâtel rendait sous ce rapport au cabinet, et à
moi en particulier, les plus utiles services: il se tenait et me tenait
avec grand soin au courant de l'état intérieur et des dispositions
quotidiennes soit des Chambres en général, soit de leurs membres. Il
faisait lui-même et il m'indiquait ce qu'il y avait à faire pour
maintenir l'harmonie avec nos partisans, pour déjouer les manoeuvres de
l'opposition, pour prévenir les chocs inutiles et préparer les luttes
inévitables. Et dans ces incidents pratiques de la vie parlementaire, il
portait un ferme et clairvoyant esprit de gouvernement. En mars 1843, on
annonçait une proposition de loi qui devait être présentée à la Chambre
par trois députés pour assurer la liberté des votes dans les élections:
il m'écrivit en m'en envoyant le texte: «Je ne crois pas que nous
devions en combattre la lecture; ce serait en quelque sorte prendre les
moyens de corruption à notre compte. Sir Robert Peel s'est associé à
toutes les mesures contre la vénalité des suffrages. Si, comme je le
pense, c'est aussi votre avis, faites-le dire à Lacave-Laplagne et à
Martin du Nord.» En août 1844, au milieu des graves embarras que nous
suscitaient l'occupation de Taïti et la guerre du Maroc, il m'écrivait:
«Les circonstances sont devenues difficiles, mais ce sont les
difficultés qui font valoir l'habileté de ceux qui mènent les affaires;
les situations faciles peuvent aller à tout le monde. J'ai le ferme
espoir que nous nous en tirerons bien. Vous êtes assez bon pilote pour
naviguer sain et sauf à travers ces écueils.» Il était absent de Paris
en octobre 1845, au moment où la grande insurrection des Arabes nous
détermina à renvoyer sur-le-champ en Algérie le maréchal Bugeaud et des
renforts considérables[7]: «Vous faites très-bien d'agir vigoureusement
et d'agir vite, m'écrivait de Mirambeau M. Duchâtel; il vaut mieux
renvoyer Bugeaud à Alger que de le faire venir à Paris, et il est
très-sage de se faire justice par soi-même si le Maroc est malveillant
et impuissant. Si cette affaire se termine bien, elle sera très-bonne
pour la session. Il n'y a rien de plus mauvais que de n'avoir pas
d'affaires.» Lorsque, en septembre 1846, le succès des mariages
espagnols eut troublé nos relations avec l'Angleterre et suscité les
violentes attaques de lord Palmerston: «On ne pouvait pas s'attendre à
moins de la part du cabinet anglais, m'écrivit M. Duchâtel[8]; il faut
maintenant compter, pour le calmer, sur le temps et le bon sens. Nous
aurons, pendant quelque temps, une situation difficile et tendue; mais
ces difficultés nous aideront dans les Chambres; il n'y a jamais de
sagesse qu'à la condition d'un peu de crainte.» Et quelques jours
après[9], sur le point de revenir de Bordeaux à Paris: «Il ne faut pas
trop nous lancer, m'écrivait-il, dans les modifications du régime
commercial. Notre rôle n'est pas d'alarmer et de troubler les intérêts.
En ce moment ils sont déjà un peu agités; il ne me paraîtrait pas
prudent d'y ajouter d'autres agitations. On dirait que nous payons à
l'Angleterre le prix des mariages espagnols. Je suis d'avis de faire
quelque chose, mais avec une grande prudence et en annonçant très-haut
que l'on maintient la protection. Le _libre échange_ fera plus de bruit
que de besogne.»

[Note 7: Voir le tome VII de ces _Mémoires_, pag. 199-223.]

[Note 8: Le 28 septembre 1846.]

[Note 9: Le 1er octobre 1846.]

Cette année 1846 fut, pour le ministre de l'intérieur comme pour moi,
une époque de grande activité et de forte épreuve: en même temps que se
terminait la négociation des mariages espagnols, la Chambre des députés
fut dissoute[10] après quatre ans de durée, et renouvelée par des
élections générales[11]. Pendant qu'on s'y préparait de part et d'autre,
«la lutte devient de plus en plus vive, m'écrivait M. Duchâtel[12];
plusieurs points de l'horizon se rembrunissent depuis quelques jours.
J'espère que cela s'éclaircira. D'après les apparences actuelles, je
m'attends à une bataille d'Eylau, où il y aura beaucoup de morts de part
et d'autre, où le champ de bataille nous restera, mais en nous laissant
encore une rude campagne à soutenir. Si les nôtres, comme je l'espère,
se battent bien, je serai content; je désire d'abord la victoire, et
puis, en second lieu, le combat.»

[Note 10: Le 6 juillet 1846.]

[Note 11: Le 1er août 1846.]

[Note 12: Le 18 juillet 1846.]

Il eut satisfaction dans son double voeu: «La bataille est terminée,
m'écrivit-il[13]; le résultat dépasse les espérances que nous étions en
droit de concevoir. Il est d'autant plus heureux que la lutte a été plus
acharnée et que la violence a été plus grande du côté de l'opposition.
Elle a fait, sous ce rapport, de grands progrès depuis 1842. Ce qui nous
a sauvés, c'est le progrès que le parti conservateur a fait de son côté
pour la discipline et l'énergie. Voici le résumé le plus exact des
élections. Nous avons gagné sur l'opposition quarante-neuf batailles;
mais, parmi les candidats que nous avons appuyés, il y en a deux ou
trois un peu douteux. L'opposition nous a battus, pour des candidats de
ses diverses nuances, dans vingt-trois colléges. Il y a sur ce nombre
deux ou trois membres qui peuvent, je crois, être ramenés. L'opposition
a fait passer, contre nos candidats, dix candidats conservateurs
auxquels elle a donné la préférence sur les nôtres: ceux-là sont, à
très-peu d'exceptions près, bons au fond, mais ils auront besoin d'être
disciplinés. Les pertes de l'opposition, dans ses diverses fractions, se
résument ainsi: Légitimistes, dix-sept pertes; six membres nouveaux:
perte nette, onze. Extrême gauche, sept pertes; un membre nouveau: perte
nette, six. Gauche et centre gauche, trente pertes; dix-neuf membres
nouveaux: perte nette, onze. Les doubles élections font que la gauche a
moins de députés nouveaux qu'elle n'a gagné de colléges. C'est donc une
situation très-bonne. Mais elle impose des devoirs nouveaux et des
difficultés au moins aussi grandes que les anciennes. Le roi m'écrit une
grande lettre de quatre pages pour me recommander de montrer de la
confiance dans l'avenir. Je suis pour la confiance qui assure et prépare
l'avenir, non pas pour celle qui le gaspille et le compromet. En face
des passions hostiles que nous avons à combattre, il faudrait très-peu
de fautes pour changer la situation et jeter le pays de l'autre côté. Il
ne faut pas laisser s'accréditer l'idée que tout est possible. Nous
avons résisté d'un côté; nous aurons probablement à résister de l'autre.
Je sais que vous pensez là-dessus comme moi; aussi je ne vous en dis pas
plus long. Après avoir assuré le triomphe du parti conservateur, il y va
de notre honneur de ne pas devenir les instruments de sa défaite.»

[Note 13: Le 6 août 1846.]

Après les élections de 1846, comme après celles de 1842, comme après
toute grande lutte électorale, les accusations de corruption électorale
et parlementaire se renouvelèrent contre le cabinet. Je n'ai garde de
rentrer aujourd'hui dans l'examen des faits particuliers allégués à ce
sujet, il y a vingt ans, par l'opposition; je n'hésite pas à affirmer
qu'en 1846 comme en 1842[14], les enquêtes et les discussions dont ces
faits furent l'objet eurent pour résultat de prouver qu'ils étaient
aussi peu graves que peu nombreux, et qu'à travers l'exagération de
quelques paroles et l'inconvenance de quelques démarches, les élections
s'étaient accomplies librement, légalement, loyalement. Non-seulement
dans les Chambres, mais dans plusieurs réunions publiques, je pris soin
de mettre en évidence leur véritable et grand caractère: «J'ai été
frappé, dis-je[15], de voir avec quelle insistance, quelle âpreté, avec
quelle sorte de satisfaction on s'appesantissait sur une multitude de
petites circonstances, de commérages, passez-moi le mot, presque
toujours sans fondement comme sans importance, et qui n'étaient propres
à relever la dignité de personne. Il serait facile de rétorquer à
l'opposition les mêmes arguments; il serait facile de signaler, dans ses
actes, dans son langage, dans son attitude au milieu des élections, bien
des misères de même nature. Je n'ai pour mon compte nul goût à cela; je
ne l'ai pas fait, et je ne le verrais faire à personne avec plaisir.
L'opposition, je suis le premier à le reconnaître, est un grand parti,
qui a ses misères, à coup sûr, et en grand nombre, mais qui repose
pourtant sur des idées, des sentiments, des intérêts qui ont leur côté
grand et légitime. Accordez-nous qu'il en est de même pour le parti
conservateur. Je ne suis pas, je crois, trop exigeant. Prenons-nous les
uns les autres par nos bons côtés. Soyez sûrs que nos institutions, que
notre pays, que cette Chambre, que tous, vous comme nous, vous grandirez
par cette pratique. Ne cherchez pas dans de petits incidents, dans de
petites causes, la vraie explication de ce qui vient de se passer dans
les élections dont cette Chambre est sortie. Laissez aux pays qui ne
sont pas libres, laissez aux gouvernements absolus cette explication des
grands résultats par les petites faiblesses et les petites hontes
humaines. Dans les pays libres, quand de grands résultats se produisent,
c'est à de grandes causes qu'ils sont dus. Un grand fait s'est manifesté
dans les élections qui viennent de s'accomplir: le pays a donné son
adhésion, son adhésion sérieuse et libre à la politique qui se
présentait devant lui. N'attribuez pas ce fait à quelques prétendues
manoeuvres ou misères électorales; il a son origine dans les véritables
sentiments du pays, dans son intelligence, dans l'idée qu'il se forme de
sa situation et de la conduite de son gouvernement. Vous croyez qu'il se
trompe: vous êtes parfaitement libres de le croire, parfaitement libres
de travailler tous les jours à le lui démontrer, à faire entrer dans sa
pensée, dans ses sentiments une autre politique; c'est votre droit; mais
vous n'avez pas le droit de venir expliquer et qualifier, par de
misérables suppositions, une grande pensée du pays qui s'est grandement
et librement manifestée.»

[Note 14: Voir le tome VII de ces _Mémoires_, pag. 9-10.]

[Note 15: A la Chambre des députés, le 31 août 1846.]

Ce serait un curieux et instructif rapprochement à faire, pourvu que la
complète vérité des faits fût mise à découvert, que la comparaison des
élections politiques en Angleterre, aux États-Unis d'Amérique et en
France de 1814 à 1848. J'y ai regardé attentivement, et je demeure
convaincu que, de ces trois pays libres, le nôtre est celui où, malgré
les abus inhérents à tout grand mouvement électoral, les élections se
sont accomplies, à cette époque, avec le plus d'indépendance personnelle
et de probité. Je ne dis pas cela pour taxer de fausseté ou de vénalité
générale les élections anglaises et américaines; je ne doute pas
qu'elles ne soient, à tout prendre, la sérieuse et sincère expression du
sentiment public. Les institutions libres ont cette puissance que leur
vertu surmonte les vices même qu'elle ne supprime pas, et qu'il résulte
de leur action plus de vérité que de mensonge et plus de bien que de
mal, quoique le mensonge y soit souvent grossier et le mal choquant.

Ce fut sur les bruits de corruption parlementaire encore plus que sur
les accusations de corruption électorale que se porta, à cette époque,
l'effort de l'opposition. Elle avait à coeur de rendre suspectes
l'indépendance et la dignité de la majorité qui nous soutenait si
fermement. Elle ne parvint pas à ébranler la juste confiance du parti
conservateur dans sa propre intégrité comme dans celle du cabinet. Après
de longs et violents débats, la Chambre des députés, à 225 voix contre
102, se déclara satisfaite des explications données par le gouvernement.
La presse opposante s'acharna contre cet ordre du jour, et _les
satisfaits_ prirent place, dans ses attaques, à côté des
_pritchardistes_. Je ne relèverai, de cette lutte, que trois faits qui
prouvent invinciblement que la satisfaction prononcée par la Chambre
était sensée et légitime.

En même temps qu'elle annonçait bruyamment ses accusations, l'opposition
demanda que la discussion n'en fût pas publique. Le ministère repoussa
vivement cette prétention et réclama la plus complète publicité. A peine
exprimée, la demande du comité secret parut si étrange à la Chambre que
l'opposition y renonça. C'est l'honneur du gouvernement libre que, plus
les questions sont compliquées et les situations délicates, plus la
vérité a besoin du grand jour et raison de s'y confier. Le cabinet
témoigna, dans cette circonstance, que, loin de craindre le grand jour,
il était le premier, je pourrais dire le seul à le vouloir.

Un abus existait avant et depuis la Révolution de 1830, non pas avoué,
mais pratiqué et toléré sous divers ministères. Certains emplois de
finance et de magistrature administrative étaient quelquefois l'objet de
transactions pécuniaires entre les titulaires qui en donnaient leur
démission et les prétendants qui espéraient y être nommés par le
gouvernement. Non-seulement de nombreux exemples avaient, de 1821 à
1847, autorisé cette pratique[16]; la question de sa légalité avait été
portée devant les tribunaux, et à côté d'arrêts qui l'avaient réprouvée,
plusieurs arrêts de cours souveraines, même un arrêt de la cour de
cassation, l'avaient déclarée licite et valable[17]. Ce n'était point
l'ancienne vénalité des charges admise en principe; c'était une
tolérance abusivement appliquée à certaines transactions particulières
dont le gouvernement restait toujours libre de ne pas tenir compte. Un
fait de ce genre excita, en 1847, de vives réclamations et devint, dans
la Chambre des députés, l'occasion d'ardents débats. Avant ces débats,
dès que le fait fut attaqué, le cabinet, reconnaissant la légitimité du
sentiment public à cet égard, proposa au roi et fit présenter à la
Chambre des députés[18] par le garde des sceaux, M. Hébert, un projet de
loi qui interdisait formellement toute transaction semblable et la
frappait de peines positives. Au même moment, et sous l'empire du même
sentiment, M. Dupin avait déposé, sur le bureau de la Chambre, une
proposition tendant au même but. En présence du projet de loi proposé
par le gouvernement, «ceci n'est pas, dit-il, une question
d'amour-propre ni de priorité; il y a un projet de loi présenté par le
gouvernement, c'est ce projet de loi qui doit avoir la préférence. S'il
ne me satisfait pas, parce que je ne lui trouverai pas une sanction
pénale assez forte, j'en ferai la matière d'un amendement. C'est dans
ces termes que je me réunis à la proposition du gouvernement et que je
retire la mienne[19].»

[Note 16: Plusieurs de ces exemples sont rapportés dans la _Revue
rétrospective_ de 1848, pag. 312.]

[Note 17: Les dates et les termes de ces arrêts sont rapportés dans le
_Moniteur_ du 22 janvier 1848, pag. 149.]

[Note 18: Le 20 janvier 1848.]

[Note 19: _Moniteur universel_ du 21 janvier 1848, pag. 136.]

Ni la présentation du projet de la loi, ni le retrait de la proposition
de M. Dupin, n'arrêtèrent les attaques dont l'opposition trouvait là une
occasion favorable. C'était surtout contre moi que ces attaques étaient
dirigées. J'avais des amis parmi les personnes intéressées dans l'acte
qu'on accusait; je n'avais pas ignoré leurs désirs et leurs démarches.
Le chef de mon cabinet particulier, M. Génie, s'y était trouvé mêlé sans
y avoir, directement ni indirectement, le moindre intérêt personnel,
uniquement d'après mes instructions et parce qu'il était l'ami de M.
Lacave-Laplagne, alors ministre des finances, auprès de qui ces
démarches avaient eu lieu. L'opposition se flattait qu'elle me mettrait
dans une situation fausse en m'obligeant à subir la responsabilité
d'incidents auxquels j'avais été étranger, ou à essuyer d'éluder toute
responsabilité en rappelant les actes semblables accomplis sous les
ministères précédents, et en me mettant à couvert derrière ce long
passé. Je me refusai à l'une et à l'autre de ces lâchetés. Après avoir
ramené et réduit la question au fait même, à un acte de tolérance de
l'autorité en présence d'une transaction entre particuliers, «Il y a eu
cela, dis-je, ni plus ni moins. Je puis le dire sans rien apprendre à
personne dans cette Chambre; le fait a été souvent et depuis longtemps
pratiqué et toléré. D'autres ont dit qu'ils l'avaient complétement
ignoré. Libre à eux de tenir ce langage; pour moi, je ne le tiendrai
pas. On semble croire aussi que je rappellerai, avec les noms propres et
les dates, beaucoup de faits analogues pour en couvrir celui dont on
parle. Je ne le ferai point. Je n'entends me prévaloir ni des exemples
d'autrui ni des arrêts des cours pour soutenir et justifier le fait en
lui-même. Je ne me plaindrai jamais de voir se développer les
susceptibilités et les exigences morales de la Chambre et de mon pays.
Je ne regretterai jamais de voir tomber, devant la publicité et
l'élévation progressive de nos sentiments, des usages longtemps
pratiqués et tolérés. Que vient faire maintenant le pouvoir? Il vient
vous demander de vider cette question longtemps douteuse, de mettre fin
à cet abus longtemps toléré, de consacrer, par une loi positive, cette
moralité plus difficile, cette susceptibilité plus élevée qui a passé
dans nos moeurs et qui doit passer dans nos lois. Voilà ce que nous vous
proposons. Je désirerais savoir ce qu'on pourrait faire de plus. Le
parti conservateur se méconnaîtrait et se trahirait lui-même s'il
n'était pas le plus vigilant et le plus exigeant de tous dans tout ce
qui tient à la morale publique et privée. Voici seulement ce que je lui
demande. Qu'il se souvienne toujours que les hommes qu'il honore de sa
confiance ont recueilli de nos temps orageux un héritage très-mêlé.
C'est notre devoir de travailler et nous travaillons constamment à
épurer cet héritage, à en écarter tout ce qui porte l'empreinte des
temps de désordre et de violence, et de l'immoralité que le désordre et
la violence entraînent toujours à leur suite. Si le parti conservateur a
la confiance que c'est là en effet notre volonté comme la sienne, notre
travail comme le sien, qu'il n'oublie jamais que l'oeuvre est
très-difficile, quelquefois très-amère, et que nous avons besoin de
n'être pas un instant affaiblis dans cette rude tâche. Si le moindre
affaiblissement devait nous venir de lui, je n'hésite pas à dire, pour
mon compte et pour celui de mes amis, que nous ne l'accepterions pas un
instant.»

Le parti conservateur comprit et goûta mon langage: sur la proposition
d'un habile et austère magistrat, M. de Peyramont, la Chambre vota, à
225 voix contre 146, que «se confiant dans la volonté exprimée par le
gouvernement et dans l'efficacité des mesures qui doivent prévenir le
retour d'un ancien et regrettable abus, elle passait à l'ordre du jour.»

Il y a, pour le pouvoir, un sûr moyen de se prouver étranger à toute
corruption: c'est de la poursuivre partout où il en aperçoit la trace.
Corrompus ou seulement corruptibles, les intéressés ne s'y trompent pas;
ils savent parfaitement que le pouvoir qui ne leur accorde pas la faveur
du silence n'est pas plus leur pareil que leur complice; et le public,
malgré sa crédulité méfiante, en est bientôt aussi convaincu que les
intéressés. Les tristes occasions ne nous manquèrent pas de témoigner, à
cet égard, notre résolution: des désordres anciens furent signalés dans
quelques branches de l'administration, notamment dans celle de la guerre
et de la marine; ils furent immédiatement poursuivis et réprimés. De
graves soupçons s'élevèrent contre un homme de talent, naguère membre du
cabinet et qui en était sorti pour devenir l'un des présidents de la
cour de cassation; nous y regardâmes avec une attention aussi
scrupuleuse que douloureuse; et dès que nous eûmes seulement des doutes,
M. Teste fut traduit devant la cour des Pairs qui porta, dans
l'instruction de son procès, autant de fermeté que de patience; et de
question en question, de débat en débat, l'ancien ministre fut amené à
l'aveu du crime et en subit, ainsi que ses complices, la juste peine.

C'était là, de la part du cabinet, un de ces actes dont le mérite n'est
senti que tard, et dans lesquels le pouvoir porte le poids du mal au
moment même où il met à le réprimer le plus de franchise et de courage.
Des incidents déplorables, l'odieux assassinat de la duchesse de
Praslin, des procès scandaleux, des morts violentes se succédèrent coup
sur coup, aggravant la tristesse du moment et le trouble de
l'imagination publique; l'air semblait infecté de désordres moraux et de
malheurs imprévus qui venaient en aide aux attaques de parti et aux
imputations mensongères que le cabinet avait à subir; c'était un de ces
mauvais passages, un de ces coups de vent malsain qui se rencontrent
dans la vie des gouvernements. Il n'y avait, contre ce mal, rien de
direct ni d'efficace à faire; mais j'avais à coeur d'en exprimer
hautement ma pensée et d'assigner à cette pénible situation son vrai
caractère; j'en trouvai l'occasion à la fin de la session de 1847, dans
la discussion du budget à la Chambre des pairs. On avait parlé de la
corruption électorale, et après avoir dit, à ce sujet, ce que j'avais à
dire, j'ajoutai, sans que rien m'y eût provoqué: «Je veux parler un
moment d'une autre corruption plus grossière, plus énorme, dont on n'a
rien dit ici, mais dont le public s'est depuis quelque temps fort
préoccupé. Tout homme qui entre un peu avant dans la vie politique doit
s'attendre aux calomnies et aux outrages; mais lorsque des imputations,
quelque violentes, quelque répétées qu'elles soient, n'ont point de
fondement réel, je suis convaincu, parfaitement convaincu que de notre
temps, avec nos institutions, dans nos moeurs, elles se consument,
s'évanouissent et tombent d'elles-mêmes. Nous ne sommes pas les premiers
à être calomniés et injuriés indignement; nous n'avons pas cet honneur:
des hommes, à côté desquels nous serions heureux et fiers d'être nommés
un jour, ont été tout aussi calomniés, tout aussi injuriés, et aussi
injustement, dans leur personne comme dans leur politique. Le plus grand
homme des États-Unis d'Amérique, Washington, a été accusé d'avoir vendu
son pays à l'Angleterre; on imprimait de prétendues lettres apportées
comme preuves de cette accusation. Le temps a marché: non-seulement les
noms des calomniateurs de Washington sont inconnus aujourd'hui, mais le
fait même de cette calomnie est presque inconnu; il faut le chercher en
érudit pour le découvrir, et le nom de Washington brille de tout son
légitime éclat. Je tiens, sur le pays, le même langage que sur le
gouvernement. Il n'est pas vrai que notre pays soit corrompu. Il a
traversé des temps de grand désordre; il a vu le règne de la force,
tantôt de la force monarchique, tantôt de la force anarchique; il en est
résulté, je le reconnais, un certain affaiblissement des croyances
morales et des sentiments moraux; il y a moins de vigueur et dans la
réprobation et dans l'approbation morale; mais, dans la vie commune du
pays, la pratique est honnête, plus honnête peut-être qu'elle ne l'a
jamais été. Le désir, le désir sincère de la moralité, dans la vie
publique comme dans la vie privée, est un sentiment profond en France.
Pour mon compte, au milieu de ce qui se passe depuis quelque temps, au
milieu (il faut bien appeler les choses par leur nom), au milieu du
dégoût amer que j'en ai éprouvé, je me suis félicité de voir mon pays si
susceptible et si ombrageux; j'ai été bien aise, même au prix de ces
calomnies et de ces injures, que le désir de moralité et de pureté se
manifestât parmi nous avec tant d'énergie. Ce sentiment portera ses
fruits; il rendra aux principes moraux cette fermeté qui leur manque de
nos jours. Voulez-vous me permettre de vous dire comment nous pouvons y
contribuer d'une manière efficace? Nous croyons trop vite à la
corruption et nous l'oublions trop vite. Nous ne savons pas rendre assez
justice aux honnêtes gens et nous ne faisons pas assez justice des
malhonnêtes gens. Je voudrais que nous fussions un peu moins empressés
dans notre crédulité au mal avant de le connaître, et un peu plus
persévérants dans notre réprobation du mal quand nous le connaissons.
Soyons moins soupçonneux et plus sévères. Tenez pour certain que la
moralité publique s'en trouvera bien[20].»

[Note 20: _Chambre des pairs_, séance du 2 août 1847.]

Je parlais ainsi pour ma propre satisfaction et mon propre honneur
plutôt que dans l'espoir de dissiper les mauvaises impressions qui
agitaient alors l'esprit public; j'étais loin d'attribuer à mes
observations et à mes conseils une si prompte et si générale influence;
mais dans l'arène même où nous combattions, auprès de mes amis
politiques, mon langage était bienvenu et efficace; il affermissait leur
courage et les prémunissait contre la contagion des erreurs et des
humeurs vulgaires. Ainsi, à travers de douloureuses épreuves, nous nous
formions tous, conseillers du prince et députés du peuple, aux moeurs
franches et viriles du gouvernement libre; ainsi, par l'union de jour en
jour plus intime du parti conservateur et du cabinet, s'établissaient,
entre la couronne et les Chambres, cette harmonie et cette action
commune qui font la force du pouvoir et le gage de l'influence efficace
de la liberté dans le gouvernement.

Ce progrès des institutions comme des moeurs aurait été bien plus
complet et plus rapide si l'opposition, cet autre acteur naturel et
nécessaire dans le gouvernement libre, avait été dans une situation
aussi simple et aussi nette que celle du cabinet; mais elle était loin
de posséder cet avantage. Le parti conservateur était homogène, une même
intention l'animait tout entier: il poursuivait tout entier le même but
et travaillait à la même oeuvre; il voulait le succès et la durée du
gouvernement qu'il soutenait. L'opposition, au contraire, contenait dans
son sein des éléments, des désirs, des desseins, des efforts
profondément divers: les partisans des régimes tombés avant ou en 1830,
des légitimistes, des bonapartistes, des républicains s'y mêlaient à de
sincères amis de la nouvelle monarchie constitutionnelle. L'opposition
ne s'appliquait pas seulement et tout entière à faire prévaloir une
politique différente de celle du cabinet; elle avait des groupes qui
représentaient et cherchaient à relever des établissements contraires à
celui qui était debout et légal. Quand on est obligé de parler, il n'y a
point d'habileté, point de prudence, point d'éloquence qui puissent
mettre la vérité sous le voile: les interprètes de ces desseins divers
n'abdiquaient point leur origine ni leur tendance; elles se faisaient
jour à chaque instant; et cette incohérence, cette dissidence des
éléments de l'opposition dénaturaient tantôt sa physionomie, tantôt ses
actes mêmes, et la condamnaient, chefs et parti, à de continuels
embarras dont son influence, dans un régime de publicité et de
discussion continue, avait beaucoup à souffrir.

Je ne rappellerai qu'une seule des circonstances dans lesquelles ce vice
de l'état intérieur de l'opposition parlementaire et ses résultats se
manifestèrent avec le plus d'évidence et de bruit.

Dès le 7 novembre 1841, le comte de Sainte-Aulaire, alors ambassadeur à
Vienne, m'informa que M. le duc de Bordeaux se proposait de faire un
voyage en Angleterre. La chute de cheval que le prince fit à Kirchberg
et le grave accident qu'elle amena firent ajourner ce projet. Dans
l'automne de 1842, le baron Edmond de Bussierre, ministre du roi à
Dresde, m'écrivit que M. le duc de Bordeaux venait d'annoncer au roi de
Saxe sa prochaine visite; il m'exposa les embarras auxquels cet incident
pourrait donner lieu pour la légation française, et me demanda mes
instructions. Je lui répondis sur-le-champ[21]: «Il est fort loin de la
pensée du gouvernement du roi de vouloir exercer, sur les démarches de
ce jeune prince, une surveillance inquiète et exigeante qui ajouterait
encore au malheur de sa position, et qui, sous tous les rapports,
conviendrait peu à la dignité de la France. Mais il y aurait de
l'imprudence à ne pas prévoir le parti que des factions malveillantes
chercheraient à tirer de ces démarches pour présenter sous un faux jour
notre situation extérieure, placer les agents du roi auprès des
gouvernements étrangers dans une situation délicate, et susciter, entre
ces gouvernements et le nôtre, des complications qui altéreraient la
bonne harmonie de leurs rapports. Tel serait le résultat du séjour
permanent, ou seulement prolongé, de M. le duc de Bordeaux dans une
résidence où serait accréditée une légation française: la présence
simultanée du représentant du roi ne nous paraîtrait, en pareil cas, ni
convenable, ni possible. C'est ce que l'ambassadeur du roi à Vienne eut
ordre, l'année dernière, de déclarer à M. le prince de Metternich,
lorsque M. le duc de Bordeaux se rendit dans cette capitale peu de temps
après son cruel accident. M. le prince de Metternich répondit que la
question lui apparaissait sous le même aspect qu'à nous; que M. le duc
de Bordeaux, qui avait éprouvé une rechute, quitterait Vienne dès qu'il
serait en état de supporter le voyage; et les choses se sont en effet
passées de la sorte. Le cabinet de Dresde ne suivra pas à cet égard une
autre ligne de conduite que le cabinet impérial; la sagesse qui le
distingue et les sentiments bienveillants qu'il nous a toujours
témoignés ne nous laisseraient aucun doute à cet égard, quand même M. de
Zeschau ne se serait pas empressé de vous donner, sur les intentions de
sa cour, les assurances les plus satisfaisantes. Nous avons donc la
ferme confiance que M. le duc de Bordeaux, après avoir passé, auprès de
la famille royale de Saxe, le temps que comportent les convenances d'une
simple visite, quittera Dresde avant que sa présence ait pu y devenir,
pour la légation française, l'occasion d'un embarras et d'une résolution
qui seraient, je n'en doute pas, aussi pénibles à la cour de Saxe qu'au
gouvernement du roi.»

[Note 21: Le 7 décembre 1842.]

Notre confiance était fondée comme notre prévoyance. Le roi de Saxe
témoigna à M. le duc de Bordeaux tous les sentiments, tous les égards
qui lui étaient dus; il lui donna, dans l'intimité de sa famille et de
sa cour, un concert auquel aucun des membres du corps diplomatique ne
parut. Toute démarche, toute apparence politique furent écartées, et,
après avoir passé huit jours à Dresde, M. le duc de Bordeaux en partit
sans que le ministre de France eût éprouvé le moindre embarras, et sans
que nous eussions fait, sur son séjour à la cour de Saxe et sur
l'accueil qu'il y avait reçu, aucune observation.

La même situation et la même question se reproduisirent, l'année
suivante, à la cour de Prusse. Le comte de Flahault m'écrivit[22] que M.
le duc de Bordeaux, en prenant à Vienne, sous le nom de comte de
Chambord, des passe-ports pour l'Angleterre, les avait fait viser à la
légation prussienne, et avait manifesté l'intention de faire en passant
une visite au roi de Prusse. Mais on répandait, à Paris comme en
Allemagne, et le comte Bresson me mandait de Berlin que cette visite
aurait un tout autre caractère que celle de Dresde. Le roi de Prusse,
disait-on, avait formellement invité M. le duc de Bordeaux à venir à
Berlin; il devait y arriver au moment d'une grande revue de l'armée
prussienne, pendant le séjour qu'y faisait alors l'empereur Nicolas, et
de façon à donner à sa rencontre avec ces deux souverains une couleur et
une valeur politiques. Le ministre de Prusse à Paris, le comte d'Arnim,
vint me communiquer une dépêche de son gouvernement qui, en annonçant
l'arrivée prochaine de M. le duc de Bordeaux à Berlin, démentait
expressément ces bruits, et nous assurait que le cabinet prussien
prendrait grand soin que cette visite n'eût aucun des caractères ni des
effets qu'on essayait de lui attribuer. Je donnai au comte Bresson, à
Berlin, les mêmes instructions que j'avais données au baron de Bussierre
à Dresde, avec les mêmes égards pour M. le duc de Bordeaux et les mêmes
précautions pour les relations diplomatiques et la dignité du
gouvernement du roi. Le roi de Prusse et son cabinet tinrent
scrupuleusement leur promesse: quand M. le duc de Bordeaux arriva à
Berlin, la grande revue était passée, l'empereur Nicolas était parti; le
roi Frédéric-Guillaume IV ne reçut M. le duc de Bordeaux qu'à Potsdam,
dans son palais de Sans-Souci; et pour donner à cette attitude réservée
la confirmation d'un témoignage intime, l'ami et le confident
particulier du roi de Prusse, le baron de Humboldt, m'écrivit[23] au
moment du départ de M. le duc de Bordeaux pour l'Angleterre:

[Note 22: Le 2 septembre 1843. Il avait remplacé, comme ambassadeur du
roi à Vienne, le comte de Sainte-Aulaire, appelé à l'ambassade de
Londres.]

[Note 23: Le 28 septembre 1843.]

«Je vous parlerai aujourd'hui d'un objet entièrement _terrestre_, de ce
qui s'est passé récemment au sommet d'une colline[24] peu élevée
au-dessus du niveau des mers poissonneuses, mais riche en grands
souvenirs et habitée par un prince dont la pureté des sentiments ne peut
jamais être mise en doute. Admis à une espèce d'intimité dans la famille
royale, j'ai eu occasion de tout voir, de tout juger, selon la couleur
des opinions que vous me connaissez depuis tant d'années, et d'après la
liberté d'action qui convient à mon âge et à l'indépendance que l'on
veut m'accorder. J'ai vu journellement le jeune prince (le duc de
Bordeaux) ici, à Potsdam; je l'ai vu aussi pendant deux jours à Berlin,
non chez lui, à son hôtel, mais dans l'intérieur du musée et dans les
collections d'histoire naturelle qui sont un peu de mes domaines. Il est
de l'intérêt d'un parti politique d'exploiter tout à son gré, de
travestir les choses les plus simples et les plus innocentes. On a
commencé par inventer l'insigne mensonge que le duc de Bordeaux avait
été invité à venir à Berlin, et qu'il s'y trouverait aux revues en même
temps que l'empereur Nicolas. Vous savez, Monsieur, par les explications
données par M. le comte d'Arnim, et plus tard par les dépêches de notre
ministre des affaires étrangères, le baron de Bülow, que le prince, à
son passage pour l'Écosse, n'a été reçu qu'après les manoeuvres, par
conséquent après le départ de l'empereur de Russie. Vous savez aussi que
rien n'a fait dévier mon roi de la ligne qu'il s'est prescrite, et qui
est inaltérablement fixée par les liens qui unissent les deux cabinets.
Le roi, pendant tout le séjour du jeune prince, a eu deux motifs d'agir:
il a agi d'après ce qu'il se devait à lui-même et d'après ce qu'il
croyait conforme aux sentiments élevés de votre souverain. Le duc de
Bordeaux a été son hôte dans l'intérieur de sa famille, à Sans-Souci; il
a été traité d'après le rang qu'il occupe par sa naissance et selon les
usages admis dans une cour dans laquelle on reçoit tant de princes
étrangers. Il a assisté, au _Palais de marbre_, près Sans-Souci, à un
bal que le roi a donné en l'honneur de deux de ses très-jeunes nièces de
Schwerin et des Pays-Bas. Certes, la politique n'a été pour rien dans
des rapports de politesse et de courtoisie dont je laisse au rédacteur
du journal _la Mode_ le soin de révéler aux croyants les graves et
dangereuses tendances. Le baron de Bülow, mon neveu, est resté en dehors
du cercle magique: il n'a vu de ses yeux ni le prince, ni les personnes
qui l'accompagnaient. A Berlin, en présence du public de la capitale, M.
le duc de Bordeaux n'a pas été l'hôte du roi: il a habité, en simple
particulier, un hôtel de voyageurs, le _British Hotel_; il n'a eu dans
la capitale, pas plus qu'à Potsdam, ni chambellan ni aide de camp pour
le conduire; il n'y a pas eu, pour son service, des équipages de la
cour. Je deviens bien minutieux dans mon récit, mais je vais ajouter ce
qui est bien plus important, Monsieur: je ne crois pas trop m'avancer en
vous disant que la visite aurait été déclinée si l'oncle du jeune prince
(M. le duc d'Angoulême) avait cessé de vivre, et si le neveu, gagnant
d'importance aux yeux d'un parti, eût été considéré comme un prétendant.
Le duc de Bordeaux est parti ce matin pour Hambourg; je me suis senti le
besoin de vous adresser ces lignes toutes confidentielles, et dont vous
voudrez bien excuser, je ne saurais en douter, l'ancienne familiarité.
Un motif personnel a dirigé ma pensée: j'ai cru en même temps devoir
vous prouver, Monsieur, par la candeur de ma narration, que je suis
immuablement guidé par ces principes d'accord et de conciliation que
j'ai professés dans les rapports politiques dont j'ai quelquefois été
chargé depuis la mémorable époque de 1830, à la haute satisfaction de
votre auguste souverain. Je fais, et maladroitement peut-être, de la
diplomatie à Paris; je n'en fais pas en ces lieux: historien de la
colline de Sans-Souci, je vous dis simplement ce que j'ai vu. Mon récit
sera conforme à ce qui vous est déjà parvenu par le comte Bresson, aussi
instruit de la politique de mon roi que noblement enclin à éloigner tout
ce qui pourrait donner ombrage. Quant à moi, j'aurai l'avantage d'être
calomnié, comme si j'étais ministre, par la faction dont l'intérêt
permanent est de brouiller nos affaires. Je m'y résigne avec le courage
d'un homme de l'Orénoque.»

[Note 24: La colline de Sans-Souci.]

«Cette lettre, m'écrivait M. Bresson en me l'envoyant, a été lue par le
roi; elle vous est adressée de son aveu.»

Je répondis sur-le-champ à M. de Humboldt[25]:

[Note 25: Le 11 octobre 1843.]

«Je vous remercie de votre lettre du 23 septembre. A Berlin comme à
Paris, vous faites de l'excellente diplomatie. Vous voyez le vrai et
vous voulez le bien. Nous n'avons nulle intention d'attrister encore,
par une vigilance tracassière, la destinée déjà si triste de M. le duc
de Bordeaux. Nous avons, j'ose le dire, fait nos preuves à cet égard.
Rappelez-vous toute l'histoire de l'Europe. Jamais prince exilé a-t-il
été aussi peu inquiété dans sa retraite? Jamais ses rapports avec ses
partisans ont-ils été tolérés avec autant de libéralité et de douceur?
Mais quand on profite de cette douceur même pour nouer des intrigues qui
débutent par des mensonges, il faut bien que nous y regardions, et que
les brouillons soient avertis qu'ils ne trouveront chez nous point
d'insouciance et en Europe point d'appui. Votre auguste souverain a
fait, à cet égard, avec une convenance parfaite, tout ce que le mien
pouvait désirer; et il n'y a point de paroles meilleures que celles que
vous voulez bien m'adresser en me disant que «la visite aurait été
déclinée si l'oncle du jeune prince avait cessé de vivre, et que le
neveu, gagnant d'importance aux yeux d'un parti, eût été regardé comme
un prétendant.» A de telles paroles, une seule réponse convient, c'est
l'expression d'une entière confiance. Et la confiance des rois entre eux
est, vous le savez, mon cher baron, le meilleur gage de la paix des
peuples et de l'honneur des couronnes.»

D'un commun accord, la limite était ainsi tracée: tant que les
démonstrations n'avaient point de caractère politique, tant que la
qualité de prétendant n'était pas proclamée et exploitée, nous avions,
pour la situation de M. le duc de Bordeaux, autant de ménagement
qu'aucune des cours européennes, et nous nous félicitions de n'avoir à
ajouter aucun déplaisir à son infortune, aucune gêne à porter dans sa
liberté.

Nous pouvions espérer qu'à Londres comme à Vienne, à Dresde et Berlin,
cette satisfaction ne nous manquerait pas: les dispositions du
gouvernement anglais étaient connues; la reine Victoria venait d'en
donner, par sa visite au château d'Eu, le plus éclatant témoignage.
Quand elle apprit que M. le duc de Bordeaux était sur le point de venir
en Angleterre, elle y attendait M. le duc et madame la duchesse de
Nemours qui lui avaient promis de passer auprès d'elle quelques jours;
elle exprima sur-le-champ son inquiétude que la première de ces deux
visites ne dérangeât la seconde, et son désir que M. le duc de Bordeaux
retardât son arrivée. Lord Aberdeen alla au-devant de ce que nous
pourrions avoir à lui dire au sujet du voyage annoncé:

«Il faut que vous sachiez, dit-il au comte de Rohan-Chabot[26], chargé
d'affaires à Londres pendant le congé du comte de Sainte-Aulaire, où
j'en suis sur cette question. D'après les ordres de la reine, j'avais
fait prévenir le prince de l'arrivée prochaine de M. le duc et de madame
la duchesse de Nemours, et qu'il serait _désagréable_ à Sa Majesté qu'il
se trouvât à Londres en même temps qu'eux. Le duc de Lévis m'a fait
répondre que rien ne pouvait être plus contraire au désir ou à la pensée
de M. le duc de Bordeaux ou de ceux qui le conseillent, que de susciter,
par un voyage en Angleterre, le moindre embarras, soit à Londres, soit
en France. M. de Lévis m'a fait assurer que le prince était, quant à
présent, absolument sans espérances et sans projets.

[Note 26: Lettre du comte de Rohan-Chabot à moi, 31 octobre 1843.]

Il était sans doute du devoir de ceux qui l'entourent de le rendre
digne, par son éducation, de toute chance plus favorable que la fortune
pourrait lui réserver; mais il n'y en avait, en ce moment, aucune à
prévoir ou à préparer. Dans tout son séjour, le prince prendrait pour
règle de sa conduite les moindres désirs exprimés par la reine ou par
son conseil. Ceci posé, a continué lord Aberdeen, je vous dirai encore
que la reine désire ne point voir le prince; et quant à moi je prendrais
la responsabilité de lui conseiller de refuser sa visite si, par un
motif quelconque, vous m'en exprimiez le désir au nom du gouvernement
français. La question est entre vos mains, et vous connaissez assez ce
que sont les dispositions de cette cour pour n'éprouver aucun scrupule à
nous faire connaître vos voeux.

«Maintenant je vous dirai que, livré à moi-même et si l'on était
indifférent à Paris, je voudrais que, s'il le désire, la reine reçût le
jeune prince; il me semble que nous ne pouvons pas faire moins, pour le
petit-fils de Charles X qui revient en Angleterre avec son simple titre
de prince exilé, que nous ne nous sommes crus obligés de faire pour un
aventurier comme Espartero. Cette réception serait évidemment tout à
fait particulière (_strictly private_); une simple présentation sans
dîner, etc. Mais si vous m'en exprimez le désir, je le répète, je
déconseillerai même cette simple prévenance de notre cour.»

Il était impossible de se montrer à la fois plus amical et plus sincère,
et d'engager plus dignement sa responsabilité et par une promesse et par
un conseil. La promesse et le conseil nous convenaient également: lord
Aberdeen nous offrait plus que n'avait fait aucune des cours
continentales, et il ne nous conseillait rien qui ne fût d'accord avec
nos dispositions et notre conduite antérieure. Le comte de Rohan-Chabot,
sans engager son gouvernement, témoigna à lord Aberdeen, avec la même
franchise, son adhésion personnelle et ne me la laissa pas ignorer. Mais
la situation changea promptement de face; il fut promptement évident
qu'il se passerait à Londres tout autre chose que ce qui s'était passé à
Berlin; les légitimistes les plus ardents se mirent, en France, à la
tête du mouvement, et entraînèrent à leur suite les plus modérés comme
les plus considérables; ils se rendirent en foule à Londres, annonçant
partout l'éclat qu'ils allaient faire autour de M. le duc de Bordeaux,
de son nom et de son droit. J'écrivis sur-le-champ au comte de
Rohan-Chabot[27]: «Je parlerai lundi, au conseil, de M. le duc de
Bordeaux. La faction fait ici beaucoup de bruit; je ne crois pas qu'elle
veuille faire autre chose; mais pour du bruit, évidemment elle en veut,
et son bruit blesse ici beaucoup les oreilles. Quoique superficielle, à
mon avis, la chose doit être traitée sérieusement. Je ne sache pas qu'on
ait jamais vu les chefs d'une faction, les premiers et les derniers,
jeunes et vieux, députés, gens du monde et journalistes, se donner
ainsi, autour d'un prétendant, un rendez-vous éclatant, affiché. Il y a
là autre chose que du respect pour le malheur, et le respect est dû à
autre chose encore que le malheur. Faites sentir cela dans votre
conversation, sans quitter le terrain sur lequel vous êtes placé.» Je
lui adressai le surlendemain des instructions positives[28]: «J'ai
entretenu le roi et le conseil du séjour de M. le duc de Bordeaux en
Angleterre et de ce que vous en a dit lord Aberdeen. Voici, à coeur
ouvert, ce que nous en pensons. Si M. le duc de Bordeaux était
simplement un prince exilé et malheureux, voyageant sans but ni effet
politique, nous trouverions très-naturel et convenable qu'on donnât à
son malheur et à son rang toutes les marques de respect. Nous n'en
parlerions pas. Nous n'y regarderions même pas. Mais les choses ne sont
point telles, bien s'en faut. Que M. le duc de Bordeaux le veuille ou ne
le veuille pas, que l'impulsion vienne de lui et de ses conseillers
intimes ou qu'ils la reçoivent de ses partisans en France, il est bien
réellement, bien évidemment un prétendant qui fait de la politique de
faction ou qui se prépare à en faire. Quoi de plus significatif que ce
rendez-vous général autour de lui, de tous les chefs du parti, grands et
petits, jeunes et vieux, députés, gens du monde et journalistes?
Non-seulement ils se donnent rendez-vous en Angleterre, ils le
proclament; ils en font grand bruit dans leurs journaux; ils exploitent
jour par jour le voyage de M. le duc de Bordeaux et le leur propre. Ils
répètent, ils crient tous les matins: «Henri V est notre roi.» C'est
bien là un prétendant affiché; c'est bien là de l'étalage de faction,
destiné à entretenir, à fomenter les passions et les espérances du parti
pour préparer ses tentatives. Ce sont là les faits, mon cher Chabot, les
faits réels. Nous ne pouvons pas ne pas les voir, et il est de notre
devoir d'en tenir compte.

[Note 27: Le 4 novembre 1843.]

[Note 28: Le 6 novembre 1843.]

«Cela étant, qu'arrivera-t-il si la reine d'Angleterre reçoit M. le duc
de Bordeaux, même _privately_, sans rien de plus qu'une simple visite?

«Les légitimistes s'empareront de cette visite, la dénatureront, la
multiplieront, dans leurs lettres, dans leurs entretiens, dans leurs
journaux. Et malgré toutes les explications, tous les désaveux du monde,
leur double but sera atteint: au dehors, ils se seront donné des airs
d'influence; au dedans, ils auront flatté et fomenté les passions et les
espérances de leur parti.

«Pour le moment, c'est tout ce qu'ils prétendent et espèrent; mais c'est
déjà un grand mal.

«Si, au contraire, la reine d'Angleterre ne reçoit pas du tout M. le duc
de Bordeaux, par ce seul fait tout mal devient impossible; toutes les
menées de la faction, au dedans et au dehors, sont déjouées; tout son
bruit est vain; tout son étalage d'apparences trompeuses s'évanouit. Et
ce résultat, excellent en soi et pour nous, sera excellent aussi pour
les relations de nos deux pays: on y verra une preuve éclatante de la
cordiale amitié de la reine d'Angleterre pour notre famille royale, de
son gouvernement pour le nôtre, de l'Angleterre pour la France. Ce sera
le complément de la visite au château d'Eu; nous puiserons dans ces deux
faits la réponse la plus frappante, la plus populaire aux déclamations
et aux méfiances les plus aveugles.

«Nous pensons et nous disons donc, mon cher Chabot, qu'il est bon et
désirable, soit pour nous-mêmes, soit pour les rapports des deux trônes,
des deux gouvernements et des deux peuples, que la reine ne reçoive pas
du tout M. le duc de Bordeaux. Et puisque lord Aberdeen vous a dit qu'il
s'en remettait sur ce point à notre aveu, nous l'exprimons sans hésiter.
Nous ne craignons pas que lord Aberdeen, ni sir Robert Peel, ni aucun
membre du gouvernement anglais s'y trompent, ni qu'ils nous trouvent
plus rigoureux envers M. le duc de Bordeaux, ou plus préoccupés des
intrigues de ses partisans, qu'il ne nous convient de l'être. En fait de
tolérance et de douceur envers les ennemis les plus acharnés, comme en
fait de confiance dans les sentiments de notre nation, les preuves du
roi, et de sa famille, et de son gouvernement, sont faites. Mais nous,
conseillers de la couronne, quand lord Aberdeen nous demande de faire
connaître, dans cette circonstance, notre voeu, nous répondons avec
confiance à ce témoignage de confiance, certains que le cabinet qui nous
fait cette question ne verra dans notre réponse que ce qui est dans
notre pensée: l'intention d'écarter tout ce qui entretiendrait chez
quelques hommes des espérances factieuses, dans le pays une sourde
irritation, et de faire en sorte que cet incident tourne au profit des
sentiments de bienveillance cordiale que les deux peuples comme les deux
gouvernements doivent se porter et se prouver en toute occasion.»

Quand cette lettre et la demande formelle qu'elle contenait furent
communiquées par M. de Rohan-Chabot à lord Aberdeen[29], il ne témoigna
pas la moindre hésitation, mais quelque regret: «Il eût préféré l'autre
alternative, m'écrivit M. de Chabot, et je crois même qu'il s'y
attendait. Il trouve, au fond, que vous réclamez beaucoup de lui en
demandant ici ce que vous n'avez exigé nulle part ailleurs. Il ne croit
pas votre décision justifiée par les vaines tentatives du parti
légitimiste pour attirer ici l'attention. Il vous trouve trop inquiet:
«Dites de ma part à M. Guizot, m'a-t-il dit, que je ne le reconnais pas
là; c'est de la politique de Metternich.» Le duc de Wellington partagea
plus vivement le regret de lord Aberdeen, mais sans hésiter plus que lui
dans la promesse du cabinet. Le sentiment de sir Robert Peel fut tout
autre, et il s'en expliqua sans réserve avec M. de Chabot: «Je vous
dirai que _moi_, lui dit-il, j'ai complétement approuvé les dernières
lettres de M. Guizot que vous avez laissées entre les mains de lord
Aberdeen et qu'il m'a montrées. Je crois que, les circonstances données,
M. Guizot ne pouvait mieux faire, et je me suis rendu sur-le-champ à
Windsor pour recommander à la reine de se conformer entièrement au voeu
du gouvernement français. Je lui ai même demandé de ne point laisser
attribuer cette décision à aucune instigation venant de Paris, mais de
bien établir que Sa Majesté ne suit en cela que sa propre volonté et son
sentiment spontané. Mon Dieu, je sais bien quelle devait être la pensée
naturelle du roi; je sais quelle a été celle de M. Guizot: nous l'avons
vu à Eu et depuis. Mais ce voyage de M. le duc de Bordeaux n'est point
une simple tournée d'agrément; dès le premier moment, j'y ai vu une
véritable question, pour nous comme pour vous; j'y ai songé sérieusement
et j'ai prévu, quant à moi, qu'elle aboutirait nécessairement à la
décision que nous venons de prendre. Indépendamment du contre-coup sur
Paris, dont M. Guizot parle si bien dans ses lettres, il y aura, ici
même, des efforts pour faire une cour au jeune prince. Je veux qu'il en
résulte au contraire un nouveau motif de rapprochement et de confiance
mutuelle entre les deux cours.»

[Note 29: Le 8 novembre 1843.]

L'impression de lord Aberdeen ne ralentit point son empressement à vider
la question: «Je sors de chez lui, m'écrivit le 10 novembre le comte de
Sainte-Aulaire de retour à Londres; il venait de Windsor: «Tout est
arrangé à l'égard du duc de Bordeaux, m'a-t-il dit; la reine se
conformera exactement au voeu du gouvernement français. Il lui a suffi
d'en être avertie.»

Il ne me suffisait pas que lord Aberdeen eût fait ce qu'il m'avait
promis, j'avais à coeur qu'il fût convaincu que je ne lui avais rien
demandé qui ne fût nécessaire, et que je n'eusse également demandé
ailleurs si la situation eût été la même. Je répondis sur-le-champ à M.
de Sainte-Aulaire: «Je ne veux pas que mon courrier parte sans emporter,
pour lord Aberdeen, mon sincère remercîment du conseil qu'il a donné à
Windsor sur M. le duc de Bordeaux. Je sais que ce n'était pas son avis
personnel. Je sais qu'il en résultera peut-être pour lui quelques ennuis
de société. J'aurais vivement désiré les lui épargner. J'y ai bien
pensé, et je le prie de m'en croire; il n'y avait pas moyen; l'effet
_ici_ eût été détestable, et il faut bien qu'_ici_ soit toujours ma
première pensée. Le 28 septembre dernier, après que M. le duc de
Bordeaux fut parti de Berlin, M. de Humboldt m'écrivit par ordre du roi
de Prusse qui lut d'avance sa lettre: «Je ne crois pas trop m'avancer en
vous disant que la visite aurait été déclinée si l'oncle du jeune prince
avait cessé de vivre, et que le neveu, gagnant d'importance aux yeux
d'un parti, eût été regardé comme un prétendant.» A Londres, M. le duc
de Bordeaux était bien réellement un prétendant, avec toute l'importance
que son parti pouvait lui donner. Ce fait en Angleterre et son action en
France sur les esprits, voilà ce qui m'a décidé. Je tiens à ce que lord
Aberdeen le sache, et sache bien aussi combien je suis sensible à son
excellent procédé.»

M. le duc de Bordeaux à peine arrivé à Londres, notre prévoyance fut
pleinement justifiée: le caractère politique de son séjour éclata
bruyamment; les journaux du parti, en Angleterre et en France,
retentirent du concours qui se faisait autour de lui et du discours que
lui adressa, le 29 novembre, le duc de Fitz-James, en l'appelant _son
roi_ au nom de trois cents visiteurs français réunis dans la maison
qu'il occupait à Belgrave-Square; des cris de _Vive Henri V_ suivirent
le discours; le prince tint successivement de nombreux levers pour les
nouveaux venus de France. En signalant à lord Aberdeen ces faits, le
comte de Sainte-Aulaire lui demanda si le gouvernement anglais n'avait
aucun moyen de les réprimer: «Son langage, m'écrivit l'ambassadeur, a
été excellent[30]; il a qualifié les faits de scandale insensé et
coupable; il a consulté l'avocat de la reine sur les moyens de
répression autorisés par la loi; mais la réponse qu'il attend ne lui
fournira probablement pas des moyens efficaces. Il verrait, dans
l'intérêt des deux gouvernements anglais et français, des inconvénients
graves à s'écarter de ce qui est strictement conforme à la loi et à la
coutume. La moindre irrégularité, tout acte de violence qui pourrait
être reproché au ministère anglais serait aussitôt saisi par ses
adversaires; la cause du duc de Bordeaux deviendrait populaire dans
l'opposition, et on lui créerait un parti anglais. J'ai cru pouvoir
répondre à lord Aberdeen que vous n'auriez assurément pas la pensée de
lui demander rien d'illégal ni d'exorbitant; mais peut-être, ai-je
ajouté, une manifestation fortement improbative de ce que le ministère
anglais ne se reconnaît pas le pouvoir d'empêcher serait-elle, de sa
part, un acte utile, et comme un apaisement de l'irritation que tout
ceci va sans doute causer en France:--Oh! pour cela, m'a répondu lord
Aberdeen avec un soulagement visible, je n'y ai pas la moindre
objection, je n'y vois pas le moindre inconvénient; et moi-même, qui
avais d'abord d'autres sentiments, je m'y porterai aujourd'hui aussi
volontiers que personne.--Il m'a dit encore que le duc de Lévis lui
avait fait annoncer sa visite, que d'abord il l'attendait avec quelque
anxiété parce que le langage qu'il avait à tenir pour le jeune prince
lui répugnait:--mais aujourd'hui, a-t-il ajouté, je me sens le coeur
endurci, et j'attends le duc de Lévis de pied ferme. Malheureusement il
ne viendra probablement pas, parce qu'il aura su que la reine ne voulait
pas voir M. le duc de Bordeaux, et que la notification de son arrivée à
Londres était conséquemment sans Objet.»

[Note 30: Les 30 novembre et 1er décembre 1843.]

Lord Aberdeen tint sa nouvelle promesse comme il avait tenu la première;
il adressa à l'ambassadeur de France[31] une note officielle dans
laquelle, après avoir reproduit «les faits rapportés, dit-il, dans les
feuilles publiques sans que ce rapport ait été l'objet d'aucune
contradiction,» il qualifiait sévèrement ces faits, expliquait que la
loi du pays ne donnait au gouvernement aucun moyen de réprimer les
démonstrations de ce genre, annonçait qu'avant de recevoir la note du
comte de Sainte-Aulaire, il avait pris les mesures nécessaires pour
faire bien connaître tout le déplaisir de la reine et les sentiments de
son gouvernement à l'occasion des faits ainsi signalés, et finissait en
disant que les assurances qu'il avait reçues lui donnaient droit
d'espérer que ces scènes ne se renouvelleraient pas.

[Note 31: Le 9 décembre 1843.]

Comme lord Aberdeen l'avait prévu, le duc de Lévis ne vint pas le voir;
mais le comte de Bristol se chargea de porter à Belgrave-Square
l'expression des sentiments de la reine et de son gouvernement: «Il
comptait, m'écrivit M. de Sainte-Aulaire[32], s'acquitter de sa mission
auprès de M. de Chateaubriand qu'il connaît de longue date; assez
désappointé de le trouver parti, il a demandé le duc de Lévis, et, après
la préface obligée, il lui a dit que ce qui s'était passé récemment à
Belgrave-Square avait appelé l'attention de la reine et de son
gouvernement, que l'une et l'autre en avaient été péniblement affectés
et verraient avec un vif déplaisir que de telles scènes se
renouvelassent. Le duc de Lévis a protesté que rien n'était plus
contraire aux sentiments du comte de Chambord que de déplaire à la reine
d'Angleterre. Pour preuve il a rappelé que, sur une indication donnée
indirectement par lord Aberdeen, le voyage en Irlande avait été
abandonné et l'arrivée à Londres retardée de plusieurs semaines. Quant
au titre de roi donné par le duc de Fitz-James, c'était en effet une
circonstance regrettable, et le prince en avait été fort contrarié. Il
n'avait pu contrister ses amis par une réprimande sévère; mais il
déclarait en toute sincérité que son intention n'était point de prendre
ni d'encourager personne à lui donner un autre titre que celui de comte
de Chambord. Le duc de Lévis a ajouté que le projet du prince était de
quitter Londres lundi prochain, d'aller à Bristol, à Portsmouth, et de
ne s'arrêter qu'une couple de jours à Londres, au retour. Lord Aberdeen
m'a même semblé croire que ce dernier séjour pourrait être supprimé.»

[Note 32: Le 8 décembre 1843.]

Le duc de Bordeaux resta plus longtemps en Angleterre que n'avait paru
l'indiquer le duc de Lévis; mais son séjour ne fut plus qu'une série de
promenades et de visites dans les diverses parties et les divers
établissements publics ou particuliers du pays, sans aucun incident
politique et sans aucune observation de la part du gouvernement du roi.

Clos à Londres, l'incident de Belgrave-Square se ranima à Paris. Tant de
mouvement sans autre effet que du bruit, cette démonstration qui était
bien plus une bravade qu'un complot, avaient suscité en France, dans les
Chambres comme dans le pays, plus de colère que d'alarme, et remis les
partis en présence sans rengager entre eux la lutte. Le roi, en ouvrant
la session de 1844, ne fit, dans son discours, aucune allusion, même
indirecte, à ce qui venait de se passer au-delà de la Manche, et le
cabinet, dans les mesures qu'il annonça, n'en tint absolument aucun
compte. Mais quand elles eurent à s'occuper de leur adresse en réponse
au discours du trône, les deux Chambres ne gardèrent pas le même
silence. La Chambre des pairs déclara dans la sienne que «les pouvoirs
de l'État, en dédaignant les vaines démonstrations des factions
vaincues, auraient l'oeil ouvert sur leurs manoeuvres criminelles;» et
après un court débat cette phrase fut adoptée à une très-forte majorité.
A la Chambre des députés, on put croire, au premier moment, que
l'affaire ne serait guère plus vive ni plus longue: la commission nommée
pour la préparation de l'adresse comptait sept membres du parti
conservateur et deux de l'opposition[33]; l'un des premiers, M.
Saint-Marc Girardin, en fut le rédacteur principal; ce furent les deux
membres de l'opposition, M. Ducos et M. Bethmont, et avec eux l'un des
conservateurs, M. Desmousseaux de Givré, qui proposèrent à la commission
la phrase relative aux scènes de Belgrave-Square, en ces termes: «La
conscience publique flétrit de coupables manoeuvres.» M. Hébert fit
remarquer que le mot _manoeuvres_ ne convenait pas, car, dans le langage
légal, il impliquait l'idée de certains crimes ou délits spéciaux que
personne ne voulait imputer aux visiteurs de Belgrave-Square. Sa
remarque fut admise, et les mots _coupables manifestations_ remplacèrent
ceux de _coupables manoeuvres_. Mais aucune objection, aucune
observation ne s'éleva contre le mot _flétrit_; et le paragraphe ainsi
rédigé fut adopté à l'unanimité dans la commission et présenté, en son
nom, à la Chambre. Dès le début de la discussion générale, M. Berryer
prit la parole pour justifier sa présence et celle de ses amis à
Belgrave-Square, sans rien dire d'ailleurs sur aucun des termes de
l'adresse. Son discours, un peu embarrassé et froid, laissa la Chambre
aussi peu émue que peu convaincue. Je lui répondis sans passionner le
débat et avec l'adhésion presque générale de l'assemblée, en ramenant la
situation de la monarchie de 1830 et du parti légitimiste à des termes
simples et à des principes positifs. Tout semblait annoncer que, sur le
paragraphe en question, la lutte ne serait ni ardente ni prolongée, et
que les attaques de l'opposition porteraient bien plus sur la politique
extérieure et intérieure du cabinet que sur l'incident dont, à Paris et
à Londres, les salons et les journaux s'étaient si vivement préoccupés.

[Note 33: MM. Saint-Marc Girardin, Nisard, Bignon, Desmousseaux de
Givré, François Delessert, Baumes, Hébert, Bethmont et Ducos.]

Mais, dans l'intervalle de la discussion générale de l'adresse à celle
du paragraphe qui contenait la phrase relative aux scènes de
Belgrave-Square, un trouble s'éleva dans les esprits: le mot _flétrit_
convenait mal à ces scènes et aux personnes qui s'y étaient engagées; il
leur attribuait un caractère d'immoralité et de honte qui n'appartenait
point au fait qu'on voulait ainsi qualifier: des devoirs publics avaient
été méconnus, mais l'honneur n'était point atteint. La flétrissure était
une de ces expressions excessives et brutales par lesquelles les partis
s'efforcent quelquefois de décrier leurs adversaires, et qui dépassent
les sentiments même hostiles qu'ils leur portent. Les légitimistes
s'indignèrent de ce langage de l'adresse comme d'une injure; d'honnêtes
et équitables conservateurs ressentaient des scrupules: «Je vois un
grand ébranlement sur le dernier paragraphe et pour le mot _flétrir_,
m'écrivit M. Duchâtel: Bignon est très-inquiet et hésite beaucoup; il
m'a dit hier qu'il connaissait bien d'autres membres qui repoussaient le
mot.» La commission reprit elle-même la discussion de sa phrase et parut
disposée à la modifier; on parla de mettre _réprouver_ au lieu de
_flétrir_: «Je viens de causer avec M. Sauzet, m'écrivit M. Duchâtel; il
ne croit pas qu'il soit possible de ne pas prendre demain matin un parti
dans la commission, et les choses sont bien avancées pour changer de
front. Je crois qu'il faudrait au moins mettre quelque chose de plus
fort que _réprouver_; ces mots, _la conscience publique frappe d'une
réprobation éclatante de coupables manifestations_, me paraîtraient
bons. C'est la conclusion de votre discours de lundi. La phrase est un
peu déclamatoire, mais le fond est plus important que la forme.»

Ces réclamations, ces hésitations firent naître dans l'opposition un
espoir qu'elle n'avait pas à l'ouverture du débat: l'espoir de trouver
là l'occasion d'une attaque sérieuse contre le cabinet évidemment
embarrassé d'avoir à soutenir ou à abandonner un mot ardemment attaqué
par les légitimistes et repoussé par quelques conservateurs, en même
temps que chaudement adopté, dans la Chambre et hors de la Chambre, par
le gros du parti du gouvernement. C'était, pour l'opposition de la
gauche dynastique, une mauvaise situation que la nécessité de laisser
tomber, de combattre même, de concert avec les légitimistes, ce mot
_flétrir_ que ses représentants dans la commission de l'adresse y
avaient accepté et introduit eux-mêmes. Mais il n'y a point d'embarras
que n'oublient et ne surmontent les passions de parti quand elles
entrevoient une chance inespérée de succès; on avait un mot pour point
de départ de l'attaque, on prit une personne pour point de mire: quand
on vint à la discussion du dernier paragraphe, on ne s'occupa ni du
cabinet tout entier ni de sa politique actuelle; tous les coups furent
dirigés contre moi, et puisés dans un passé lointain que mes adversaires
avaient déjà souvent exploité. J'étais à peine monté à la tribune qu'à
mes premières paroles on se reporta à trente ans en arrière; ma conduite
pendant les Cent-Jours, mon voyage à Gand, la Chambre de 1815, les lois
d'exception, les malheurs des protestants dans le midi de la France,
tous ces souvenirs, tous ces faits qui, par mes amis ou par moi-même,
avaient été plus d'une fois, les uns pleinement expliqués, les autres
formellement démentis, furent ramenés sur la scène avec des
emportements, des interruptions, des apostrophes depuis longtemps sans
exemple dans nos assemblées politiques. Il y avait évidemment, dans
l'opposition, un parti pris ou de me troubler, ou d'étouffer ma voix par
un tumulte matériel insurmontable: «Si nous ne pouvons pas vaincre M.
Guizot, disait l'un des plus acharnés, il faut l'éreinter.» Des passions
longtemps ennemies entre elles, les passions révolutionnaires, les
passions bonapartistes et les passions légitimistes, s'unissaient pour
exhaler ensemble contre moi leurs colères anciennes ou récentes; et
derrière elles se laissaient entrevoir les espérances de mes principaux
adversaires parlementaires, un peu embarrassés, je dirai volontiers un
peu dégoûtés de la scène à laquelle ils assistaient sans y prendre part,
mais dont ils devaient peut-être recueillir le fruit. Je fus assez
heureux pour soutenir sans trouble ni lassitude ce brutal assaut: l'un
des secrétaires de la Chambre, M. Dubois, de la Loire-Inférieure, assis
au bureau derrière moi et qui appartenait à l'opposition modérée, me dit
à voix basse, avec une émotion bienveillante: «Reposez-vous, reprenez
haleine.--Quand je défends mon honneur et mon droit, lui répondis-je, je
ne suis pas fatigable.» Je ne fis aux clameurs aucune concession; je
rappelai les diverses phases de ma vie et de mon service continu dans la
cause du gouvernement libre, pour la défense tantôt de l'ordre, tantôt
de la liberté; et lorsque, après avoir ainsi lutté pendant une heure et
demie, je descendis de la tribune, je me donnai le plaisir de dire: «On
peut entasser tant qu'on voudra les colères, les injures, les calomnies;
on ne les élèvera jamais au-dessus de mon dédain.»

Avant cette explosion factice et calculée, je n'étais pas exempt, en
moi-même, d'un peu de déplaisir et de malaise; je regrettais ce mot de
_flétrir_, que je ne trouvais ni vrai ni convenable, et j'aurais
volontiers consenti à le voir remplacé par quelque autre expression à la
fois sévère et moins blessante. Mais plus la querelle s'engageait, plus
il devenait évident que toute modification à l'adresse proposée par la
commission serait, pour le gouvernement et le parti conservateur tout
entier, une faiblesse inacceptable. A l'approche du vote, divers
amendements, entre autres la substitution du mot _réprouver_ au mot
_flétrir_, furent présentés; le général Jacqueminot, alors commandant
supérieur de la garde nationale de Paris, vint me dire que, si nous
abandonnions le mot _flétrir_, il en demanderait, lui, le maintien. Je
n'avais point d'hésitation, et la même impression que produisait en moi
la violence des diverses oppositions combinées était ressentie par la
majorité de la Chambre comme par tout le cabinet: ceux de nos amis, qui
avaient d'abord témoigné quelques scrupules, y renoncèrent hautement et
votèrent tous pour le paragraphe proposé. L'adresse fut adoptée par 220
voix contre 190, c'est-à-dire par une majorité homogène, compacte et
contente d'elle-même dans la lutte qu'elle venait de soutenir contre une
minorité nombreuse, mais incohérente, fortuite et embarrassée des
emportements auxquels elle s'était livrée sans succès. Le cabinet sortit
affermi de cette épreuve; et en dehors de la Chambre, dans le public, le
sentiment suscité par la scène dont j'avais été l'objet fut si vif
qu'une réunion de personnes étrangères à l'assemblée, la plupart
inconnues de moi et jeunes spectateurs de nos débats, fit frapper, en
mémoire de cette scène, une médaille où j'étais représenté à la tribune,
résistant au tumulte, et ses délégués vinrent me l'offrir avec les
expressions de la plus affectueuse estime.

L'adhésion du roi au cabinet n'était pas moins ferme que celle de la
Chambre; le lendemain de l'orage suscité contre moi[34], il m'écrivit:
«Mon cher ministre, vous avez été trop occupé pour venir chez moi ce
matin comme vous me l'aviez fait dire hier au soir; mais je veux vous
témoigner combien j'ai souffert de tout ce que j'ai recueilli sur ce qui
s'est passé dans la scène d'hier, et combien j'ai admiré l'attitude que
vous y avez si noblement maintenue. Espérons qu'une telle scène ne se
renouvellera pas. Ce n'est pas à vous que j'ai besoin de dire que tout
cela ne pourrait qu'ajouter au prix que j'attache à la conservation de
votre ministère et à la confiance que vous m'inspirez.»

[Note 34: Le 27 janvier 1844.]

Je retrouve à chaque pas, dans les lettres que je recevais du roi tous
les jours, et souvent deux ou trois fois par jour, les marques de cette
confiance; et je me fais un devoir comme un plaisir d'en citer ici
quelques-unes, car rien ne peut faire mieux connaître la nature de mes
rapports avec ce prince et son vrai caractère, rare mélange de finesse
et d'abandon, d'impétuosité et de calcul, de sentiments naturels et
jeunes conservés au milieu d'une expérience un peu découragée des cours,
des révolutions et du monde. Je reproduis ici tout simplement ces
fragments textuels, en indiquant le lieu et la date des lettres
auxquelles je les emprunte.

«_Saint-Cloud,_ 5 _novembre_ 1841. Je suis pressé de vous parler du
sujet sur lequel vous m'avez donné ce matin un si bon conseil que je
mets à profit. Il m'importe non-seulement que vous connaissiez bien ma
pensée tout entière, mais que je connaisse la vôtre de même; et c'est
cette connaissance réciproque qui seule peut modifier ou rectifier nos
opinions respectives, et les rapprocher de la vérité, autant que le
permettent nos imperfections humaines.»

«_Des Tuileries_, 18 _mars_ 1844. Mon cher ministre, il y a aujourd'hui
cinquante et un ans que j'étais à la bataille de Neerwinden. A cette
heure-ci, elle allait bien; une heure plus tard, elle était complétement
perdue. C'était plus grave que ceci. Grâce à Dieu, nous n'avons à
soutenir que des batailles de paix, et c'est un meilleur métier à tous
égards, quoique souvent il ne soit pas plus suave.»

«_Neuilly_, 23 _mai_ 1845. C'est un grand inconvénient, mon cher
ministre, quand nous nous voyons aussi peu. Ici, au milieu des affaires
brûlantes, ce n'est pas comme à Eu ou au Val-Richer où elles sont
assoupies; ici nous voyons toujours du monde; chacun nous attaque; et
quel que soit notre soin de ne pas nous engager par nos conversations,
nos tendances percent inévitablement, et elles sont commentées en tous
sens. Il importe donc toujours de causer et de nous recorder sur les
affaires avant qu'elles ne deviennent le topique général, et d'assimiler
nos tendances autant que nous le pouvons (j'aime à reconnaître que c'est
facile), avant de les laisser démêler, encore moins avant qu'elles nous
aient engagés d'une manière quelconque. Je suis sûr que c'est aussi
important pour vous que pour moi.»

«_Château d'Eu_, 23 _septembre_ 1845. Mon cher ministre, je vous renvoie
vos lettres avec ma plus complète adhésion à tout ce que vous me dites
et à tout ce que vous avez fait. C'est une habitude que j'aime beaucoup
à conserver. Je suis contrarié du retard du maréchal Soult, mais je ne
peux pas le combattre. Ce retard, surtout avec ma présence à St-Cloud,
va nous donner trois semaines de luttes, d'insinuations, de prétentions
et d'intrigues dont je n'attends d'autre résultat qu'une augmentation de
mécontents par le désappointement. Je n'aime pas à écrire sur ces
matières et sur les personnes; mais comme nous avons, vous et moi, la
sainte habitude de nous regarder en face et de lire clairement nos
pensées dans le blanc de nos yeux, il nous est permis de nous dire _take
care_ envers ceux qui ne les ouvrent jamais tout à fait. Ceci pour vous
seul absolument.»

«_Neuilly_, 16 _mai_ 1846. Quand vous vous rangez à mon avis, il ne peut
plus me rester de doute qu'il ne soit bon.»

«_Eu_, 21 _août_ 1847. Il faut que les hommes substituent comme vous, et
peut-être puis-je dire aussi comme moi, le courage de l'impopularité à
la soif des applaudissements.»

Quels que fussent ma déférence envers le roi et le juste compte que je
tenais de son avis, je ne recherchais pas plus la popularité auprès de
lui qu'ailleurs, et j'avais grand soin de maintenir l'indépendance de ma
pensée et de mes actes dans l'application de la politique générale que
nous pratiquions d'un commun accord. Je m'étais mis sur le pied de
n'entretenir le roi et le conseil des instructions que je donnais à nos
agents au dehors que dans les cas d'une grande importance et lorsqu'il y
avait une direction nouvelle à leur imprimer. Je dirigeais du reste,
comme je l'entendais, ma correspondance officielle et particulière. La
délibération entre plusieurs n'est utile que dans les questions
générales et en quelque sorte législatives; hors de là, dans la
diplomatie comme dans l'administration, le pouvoir exécutif, pour être
efficace et digne, a besoin d'unité et d'indépendance confiante. Chaque
jour toutes les dépêches de nos représentants à l'étranger étaient
envoyées de mon cabinet particulier au roi qui me les renvoyait avec ses
observations; mais il ne prenait d'avance aucune connaissance de mes
propres dépêches. Je ne suis pas sûr qu'il n'ait pas été quelquefois
impatienté de cette indépendance, il ne m'en a jamais donné aucun signe;
et lorsque, dans quelque occasion ou par quelque raison particulière, il
avait le désir de connaître ce que j'avais écrit au dehors, il me le
demandait spécialement, sans élever, sur ma correspondance diplomatique,
aucune prétention plus générale. Ainsi je trouve dans ses lettres:

«_Saint-Cloud_, 23 _novembre_ 1842. Vous me feriez plaisir de me faire
lire la minute de votre dépêche sur les comités prussiens qui a tant
charmé M. Bresson.»

«_Saint-Cloud_, 28 _octobre_ 1843. Je ne perds pas un instant à vous
faire remettre la dépêche de Chabot sur la Grèce. Vous me feriez plaisir
de me communiquer les instructions que vous lui avez données sous la
date du 27 septembre relativement à cette affaire.»

Il s'agissait, dans ces instructions, de notre entente avec le cabinet
anglais au sujet de la révolution constitutionnelle accomplie à Athènes
le 15 septembre 1843.

«_Neuilly_, 11 _et_ 12 _juillet_ 1847. Je serai bien aise de lire votre
instruction à Bois-le-Comte (à propos des affaires de la Suisse et du
Sonderbund) que le duc de Broglie a communiquée à lord Palmerston.
Veuillez me l'envoyer....... Je me hâte de vous remettre votre admirable
dépêche à Bois-le-Comte; elle est parfaite et j'espère qu'elle pourra
être publique un jour.»

C'est sur cette double base de complète entente quant à la politique
générale et d'indépendance personnelle dans la pratique quotidienne de
cette politique que j'ai constamment maintenu mes rapports avec le roi
Louis-Philippe, et qu'il les a toujours acceptés.

Rien n'est plus inconciliable avec le devoir et le succès politique d'un
ministre dans le régime constitutionnel que la situation de favori; elle
fait perdre, à celui qui l'accepte, l'autorité dont il a besoin
vis-à-vis des pouvoirs divers entre lesquels il est chargé d'établir
l'harmonie et l'action commune. Ce n'était pas la disposition du roi
Louis-Philippe de donner à aucun de ses ministres ce caractère; mais
j'ai toujours pris grand soin que rien n'altérât ma position à cet
égard; j'ai écarté tout ce qui aurait eu l'apparence de satisfaction et
de faveur personnelles. En 1846, au moment de son mariage et de celui de
l'infante sa soeur, la reine d'Espagne m'avait fait l'honneur de vouloir
me conférer la grandesse héréditaire espagnole avec le titre de duc;
j'en parlai au roi en lui exprimant mon dessein et mes motifs de
décliner cette faveur: «Vous avez raison,» me dit-il, et il ajouta en
souriant: «Voulez-vous que je vous fasse duc en France?--Cela me
plairait mieux, Sire; mais je ne crois pas que cela fût bon, ni pour le
service du roi, ni pour moi-même;--Vous avez raison aussi,» me dit-il,
et il n'en fut plus question. J'écrivis sur-le-champ au comte Bresson:
«Je ne suis ni un puritain, ni un démocrate. Je n'ai pas plus de mépris
pour les titres que pour tous les autres signes extérieurs de la
grandeur. Ni mépris, ni appétit. Je ne fais cas et n'ai envie que de
deux choses: de mon vivant, ma force politique; après moi, l'honneur de
mon nom. Si je croyais que la grandesse et le duché dussent ajouter
quelque chose, aujourd'hui à ma force, plus tard à mon nom, je les
accepterais avec plaisir. Je crois le contraire. Je crois qu'il y a,
pour moi, aujourd'hui plus de force et un jour plus d'honneur à rester
M. Guizot tout court. Si notre Chambre des pairs était héréditaire, si
je devais laisser à mes descendants, pour les soutenir dans leur
médiocrité de mérite ou de fortune, mes titres et mes honneurs dans mon
pays, j'agirais peut-être autrement. Notre pays étant ce qu'il est, je
persiste et je dis _non_ à votre amicale idée. Et en même temps, comme
je ne veux point affecter un dédain impertinent que je n'ai pas, comme
je serai charmé de conserver, pour moi et dans ma famille, quelques
souvenirs de ce grand événement auquel nous avons pris ensemble tant de
part, sachez que je recevrai avec un vrai plaisir les portraits de la
reine d'Espagne et de l'infante. Et si on veut faire pour moi quelque
chose d'un peu particulier, si on veut y ajouter quelque souvenir bien
clairement espagnol, un vieux tableau, un vieux meuble, j'en serai
charmé et reconnaissant. Voilà tout ce que j'ai dans l'âme à ce sujet,
mon cher ami; faites-en ce que vous voudrez.».

M. Bresson me comprit à merveille et fit agréer à Madrid mon refus; les
deux portraits royaux et un charmant petit tableau de Murillo sont les
seuls présents que les mariages espagnols m'aient attirés.

En 1847, la recette générale de Bordeaux vint à vaquer. Le roi me fit
offrir, par M. Duchâtel, de la donner à la personne que je désignerais
et qui me ferait, dans le revenu de cette charge, une part convenable.
Je priai le roi de n'y pas songer, et il n'en fut rien. Au sein d'un
gouvernement libre et en présence d'une publicité ombrageuse, pour
servir dignement le prince et le pays, il faut leur être plus nécessaire
qu'ils ne vous sont utiles, et leur rendre plus de services qu'on n'en
reçoit de bienfaits.

Je me permets de croire que mon attitude, dans ces diverses occasions,
ne fut pas étrangère au soin continu que prenait le roi de me témoigner,
dans les détails personnels et intimes de la vie, une bienveillance
sympathique, seule faveur que je fusse disposé à accepter. En 1841 et
1844, mon fils et ma fille aînée furent gravement malades: «Je prends,
m'écrivait le roi, une part trop vive à vos angoisses pour ne pas
désirer que, tant qu'elles dureront, vous ne songiez pas à vous éloigner
un instant de votre pauvre malade. Je vous prie de ne pas me répondre et
de m'envoyer seulement un bulletin détaillé de son état.» Et quand la
convalescence fut assurée: «C'est bien de tout mon coeur que je vous
offre mes félicitations les plus vives; et ce sentiment est bien partagé
par la reine, par ma soeur et par tous les miens qui m'ont bien demandé
de vous le témoigner de leur part. J'espère donc que vous pourrez me
venir voir demain, et j'en suis charmé de toute manière[35].» Il était
constamment préoccupé de ma santé et me la recommandait avec une
sollicitude à la fois intéressée, affectueuse et délicate: «Quoique
toujours charmé de vous voir, j'exige avant tout que vous ne songiez à
venir ici qu'autant que vous serez bien assuré que vous pouvez le faire
sans aucun inconvénient. Nous avons trop besoin de votre santé pour
consentir à ce qui pourrait la compromettre[36].»--«Je n'ai pas voulu
faire demander de vos nouvelles pour ne pas vous constituer malade aux
yeux de mon antichambre; mais il me tarde de savoir que votre enrouement
n'est pas devenu du rhume[37].»--«Je suis bien aise que vous quittiez
Passy puisqu'il y a de l'humidité, et qu'avant tout votre santé m'est
trop précieuse pour vous laisser vous exposer aux rhumes. Il faut
absolument les prévenir cet hiver en vous enfermant rigoureusement au
premier symptôme. Ainsi, quelque pressé que je sois de vous revoir et de
causer avec vous, je vous prie de ne pas venir chez moi avant que les
symptômes aient disparu[38].»

[Note 35: Lettres des 20 mars 1841, 3 et 4 avril 1844.]

[Note 36: Lettre du 11 octobre 1843.]

[Note 37: Lettre du 31 janvier 1845.]

[Note 38: Lettre du 29 septembre 1845.]

Il ne laissait passer aucun des débats où j'avais réussi dans les
Chambres sans m'en exprimer sa vive satisfaction; je ne citerai qu'une
seule des lettres qu'il m'écrivit en pareil cas, et je citerai celle-là
surtout à cause du billet qui y était joint. Le 2 mars 1843, en
repoussant une grande attaque de M. de Lamartine contre toute la
politique depuis 1830 et ce qu'on appelait «la pensée du règne,» je
terminai mon discours par ces paroles: «L'honorable M. de Lamartine a
parlé de dévouement et de la nécessité du dévouement pour faire de
grandes choses au nom des peuples. Il a eu parfaitement raison; il n'y a
rien de beau dans ce monde sans dévouement. Mais il y a place partout
pour le dévouement; la vie a des fardeaux pour toutes les conditions, et
la hauteur à laquelle on les porte n'en allége nullement le poids. Vous
aimez, dites-vous, à porter vos regards en haut: portez-les donc
au-dessus de vous. Êtes-vous, depuis douze ans, le point de mire des
balles et des poignards des assassins? Voyez-vous, depuis douze ans, vos
fils sans cesse dispersés sur la face du globe pour soutenir partout
l'honneur et les intérêts de la France? Voilà du vrai, du pratique
dévouement. Souffrez que nous lui rendions hommage, et que nous ne
soyons pas ingrats, même envers tout un règne.»

Le soir même de cette séance, je reçus du roi cette lettre:

     «Maudissant la grandeur qui l'attache au rivage,»

disait Boileau de Louis XIV. Et moi aussi, mon cher ministre, j'ai bien
maudit celle qui m'empêchait d'aller ce soir vous serrer la main, et
vous dire de grand coeur combien je suis profondément ému et
reconnaissant des paroles que vous avez fait entendre pour moi, et du
magnifique discours que vous avez prononcé avec tant d'effet et d'éclat.
Ce sentiment est vivement partagé par tous les miens, dont il m'est bien
doux d'être l'organe auprès de vous.»

A la lettre du roi était joint ce billet de la reine:

«Comme femme et comme mère, je ne puis résister au désir de remercier
l'éloquent orateur qui, en soutenant d'une manière si admirable les
intérêts du roi et de la France, a rendu une justice éclatante à tout ce
que j'ai de plus cher au monde.»

Je ne m'arrêterais pas à rappeler ces souvenirs s'ils ne me servaient à
montrer sous leur vrai jour mes rapports avec le roi Louis-Philippe et
ses dispositions envers moi. J'ai trop assisté, dans l'histoire, aux
destinées des meilleurs serviteurs des princes pour porter aux amitiés
royales une grande confiance; je sais qu'elles sont souvent aussi
superficielles que caressantes, et qu'elles ne résistent guère aux
épreuves sérieuses. Mais la perspective des mécomptes possibles sur le
fond du coeur des rois n'enlève pas à leur bienveillance quotidienne
tout son prix, et cette bienveillance a, dans les incidents de la vie et
des affaires publiques, une importance qui n'est pas à dédaigner.

Ce fut précisément la bienveillance du roi pour le cabinet et leur
intime accord qui ranimèrent une question déjà plus d'une fois débattue
dans la Chambre, et lui donnèrent une gravité telle qu'elle devint à
cette époque, entre l'opposition et nous, le drapeau le plus apparent de
la lutte. L'opposition accusait le cabinet de manquer, vis-à-vis du roi,
d'une volonté comme d'une pensée propre et indépendante, et de n'être
que l'instrument docile de la pensée et de la volonté royale. Si elle
nous avait reproché de trop étendre ou de laisser trop prévaloir dans le
gouvernement l'influence de la couronne au détriment des autres grands
pouvoirs publics, elle n'aurait fait qu'user de son droit, et élever,
entre elle et nous, une question de fait sur le caractère et les
résultats de notre administration. Je fus le premier à reconnaître ce
droit et à demander que telle fût en effet la question posée. Mais
l'opposition en éleva une autre essentiellement différente: à la place
d'une question de fait elle mit une question de principe; elle érigea en
maxime constitutionnelle cette phrase fameuse: «Le roi règne et ne
gouverne pas.» C'était méconnaître également, en droit le vrai principe
de la monarchie constitutionnelle, en fait ses conséquences naturelles
et les exemples de son histoire partout où elle s'est fondée: «Quoiqu'on
l'ait souvent donné à entendre, dis-je dans le débat[39], le trône n'est
pas un fauteuil auquel on a mis une clef pour que personne ne puisse s'y
asseoir, et uniquement pour prévenir l'usurpation. Une personne
intelligente et libre, qui a ses idées, ses sentiments, ses désirs, ses
volontés, siége dans ce fauteuil. Le devoir de cette personne royale,
car il y a des devoirs pour tous, également hauts, également saints pour
tous; son devoir, dis-je, et sa mission, c'est de ne gouverner que
d'accord avec les autres grands pouvoirs publics institués par la
Charte, avec leur aveu, leur adhésion, leur appui. Le devoir des
conseillers de la couronne, c'est de faire prévaloir auprès d'elle les
mêmes idées, les mêmes mesures, la même politique qu'ils veulent et
peuvent faire prévaloir dans les Chambres. Voilà le gouvernement
constitutionnel: non-seulement le seul vrai, le seul légal, le seul
constitutionnel, mais le seul digne; car il faut que nous ayons pour la
couronne, comme nous demandons à la couronne de l'avoir pour nous, ce
respect de croire qu'elle est portée par un être intelligent et libre
avec lequel nous traitons, et non par une pure machine inerte, vaine,
faite pour occuper une place que d'autres prendraient si elle n'y était
pas.»

[Note 39: A la Chambre des députés, dans la séance du 29 mai 1846.]

C'est là le principe rationnel de la monarchie constitutionnelle, le
principe sur lequel reposent les deux conditions essentielles et
inséparables de cette forme de gouvernement: l'inviolabilité du monarque
et la responsabilité de ses conseillers. Qu'on ne veuille pas de la
monarchie constitutionnelle, qu'on croie la responsabilité du pouvoir et
la juste influence du pays dans son gouvernement mieux assurées par les
institutions de la république américaine, je le comprends, quoique je ne
sois nullement de cet avis: mais que des partisans de la monarchie
constitutionnelle prétendent que la maxime _le roi ne peut mal faire_
signifie _le roi ne peut rien faire_, et que l'inviolabilité royale
entraîne la nullité royale, c'est un étrange oubli de la dignité comme
de la liberté morale de la personne humaine, même placée sur un trône et
entourée de conseillers qui répondent de ses actes, soit qu'ils les lui
aient inspirés, soit qu'ils les aient acceptés de sa volonté.

C'est aussi une étrange imprévoyance des faits naturels et inévitables
qui découlent du fond même des choses. On aura beau dire: _le roi règne
et ne gouverne pas;_ on ne fera jamais, dans la pratique, sortir de ces
paroles la conséquence effective que le roi qui règne ne soit de rien
dans son gouvernement. Quelque limitées que soient les attributions de
la royauté, quelque complète que soit la responsabilité de ses
ministres, ils auront toujours à discuter et à traiter avec la personne
royale pour lui faire accepter leurs idées et leurs résolutions, comme
ils ont à discuter et à traiter avec les Chambres pour y obtenir la
majorité. Et dans toute discussion, dans toute délibération, l'homme
dont le concours est nécessaire exerce infailliblement, dans la mesure
de son habileté, de son caractère, des circonstances plus ou moins
favorables, une part d'influence. Les faits historiques sont, en ceci,
pleinement d'accord avec les vraisemblances morales: partout où la
monarchie constitutionnelle a existé, la personne du monarque, ses
opinions, ses sentiments, ses volontés n'ont jamais été indifférents ni
inactifs, et les plus indépendants, les plus exigeants des ministres en
ont toujours tenu grand compte. De nos jours comme dans les temps
anciens, sous les ministères whigs comme sous les torys, dans les
rapports de lord Chatham avec George II et de lord Grey avec Guillaume
IV comme dans ceux de M. Pitt avec George III, l'histoire
constitutionnelle de l'Angleterre en offre, à chaque pas,
d'incontestables preuves. Sans nul doute, c'est le principe et le but de
la liberté politique de rendre impossible toute domination égoïste,
c'est-à-dire tout gouvernement personnel, et de faire en sorte que la
pensée et le sentiment comme l'intérêt du pays lui-même prévalent dans
la conduite de ses affaires; mais pour réaliser le principe et atteindre
au but, il y a bien des moyens à employer, bien des écueils à éviter,
bien des précautions à prendre: on peut savoir ou ne pas savoir traiter
et agir avec les compagnons obligés de la route; on peut être offensant
ou servile, trop dur ou trop faible avec le prince qu'on sert comme avec
le parti qu'on dirige. Les questions que soulève cette situation ne sont
que des questions de plus et de moins, d'à-propos ou d'inopportunité, de
conduite habile ou inhabile; mais ce sont des questions naturelles et
inévitables. La maxime _le roi règne et ne gouverne pas_ a l'air de les
supprimer en faisant du roi une machine et en oubliant qu'il est une
personne, mais elle prétend et promet plus qu'elle ne peut tenir; elle
peut être, contre le cabinet en fonction, une arme efficace, mais l'arme
porte plus haut qu'elle ne vise et qu'elle n'a droit de viser; on attire
ainsi la royauté dans l'arène au moment même où l'on semble vouloir l'en
écarter absolument. Si l'opposition nous avait accusés de subordonner
aux idées et aux volontés du roi nos propres idées et nos propres
volontés, elle aurait eu raison de nous reprocher une faiblesse coupable
et l'oubli de notre premier devoir constitutionnel; mais rien de pareil
ne pouvait nous être imputé: il y avait accord entre le roi et nous, non
parce que nous cédions complaisamment au roi, mais parce que, le roi et
nous, nous voulions et soutenions la même politique. Il ne pouvait y
avoir nul doute à cet égard, car, encore ambassadeur à Londres et avant
la formation du cabinet, je m'étais expliqué sur cette politique, au
dedans comme au dehors, et j'avais dit qu'elle serait la mienne[40].

[Note 40: Voir dans ces _Mémoires_, tome V, p. 365-399.]

Non-seulement c'était l'harmonie de pensée et de dessein général qui
déterminait, entre le roi et le cabinet, l'harmonie d'action; cette même
harmonie s'était établie entre la couronne, le cabinet et les Chambres:
depuis six ans, au milieu des plus libres débats, une majorité
permanente avait soutenu notre politique; et deux fois dans le cours de
ces six années, en 1842 et en 1846, des élections générales, aussi
libres que régulières, avaient maintenu cette majorité. Il n'y avait là
rien que de conforme aux principes comme au but du gouvernement libre
sous sa forme de monarchie constitutionnelle, et nous pratiquions
fidèlement ce régime, bien loin de l'altérer.

Comme il est aisé de le pressentir, mon attitude et mon langage dans
cette question convenaient au roi Louis-Philippe: il m'en savait gré,
non-seulement parce qu'il y était personnellement intéressé, mais à
raison de sa pensée générale et désintéressée sur la nature et la
pratique du gouvernement constitutionnel. Il était, à cet égard, dans un
état d'esprit dont les personnes qui ne l'ont pas vu de près et à
l'oeuvre peuvent difficilement se faire une juste idée. Nul homme
n'était plus vraiment libéral, dans le sens philosophique et
contemporain de ce mot, plus imbu des sentiments de son temps dans
toutes les questions d'équité et d'humanité universelle. Je trouve dans
une de ses lettres[41] cet élan d'indignation contre l'esclavage: «Il y
a une chose dont je ne veux pas différer de vous parler: c'est
l'admission scandaleuse des marchands d'esclaves avec leurs victimes à
bord de nos paquebots. Depuis François Ier, tout esclave qui touche un
pavillon français est libre de plein droit, et ce droit a toujours été
exercé noblement et rigoureusement sans jamais admettre aucune
réclamation des maîtres. Les Anglais ont toujours eu la même règle; je
l'ai vu pratiquer à Palerme, par sir John Talbot, sur le _Thunderer_, et
nous avons emmené le nègre esclave de la baronne de San Benedetto sans
aucune réclamation. Je pense que vous ne perdrez pas un instant pour
enjoindre le maintien du privilége du pavillon français, et que tant
notre marine que nos paquebots recevront des ordres catégoriques sur ce
point.» Et dans une autre lettre[42]: «La déclaration du bey de Tunis
pour l'abolition de l'esclavage est une circonstance remarquable et
très-heureuse; il importe de surveiller la manière dont elle sera
présentée. Cet acte et notre traité avec la Chine relatif au libre
exercice de la religion chrétienne méritent et doivent obtenir un grand
retentissement. Quel progrès de civilisation parmi les Mahométans
eux-mêmes! Quelle différence entre Tunis d'aujourd'hui et Tunis d'il y a
trente ans, quand j'ai vu à Palerme la procession de quatre cents
esclaves siciliens rachetés à Tunis par les pères de la Merci et
l'intervention de lord William Bentinck! C'est cependant notre conquête
d'Alger qui a mis fin aux exécrables pirateries barbaresques; c'est elle
qui en a délivré la chrétienté, et c'est elle seule qui a efficacement
établi la liberté et la sécurité de la navigation dans la Méditerranée!»
Les idées philanthropiques du XVIIIe siècle, les principes de 1789,
l'impulsion première et le progrès social de la Révolution française
n'avaient point d'adhérent plus sincèrement convaincu et plus fidèle que
ce prince, indépendamment de tout calcul et de tout intérêt personnel.

[Note 41: Du 5 mai 1844.]

[Note 42: Du 15 février 1846.]

Il était de plus, comme roi et dans son gouvernement, bien résolu à ne
jamais sortir du cercle constitutionnel, et à toujours accepter, en
définitive, la pensée et le sentiment du pays manifestés après les
libres discussions et les épreuves légalement autorisées. Nul prince n'a
jamais plus franchement adopté le principe du contrat entre le peuple et
lui, et ne s'est plus fermement tenu pour lié, par conscience comme par
prudence, à la foi du serment.

Deux sentiments puissants agissaient en même temps sur lui. Il était
prince et Bourbon; il était né, il avait été élevé au sein de l'ancienne
société française, à la cour de ses rois; les maximes et les traditions
de la monarchie de Henri IV et de Louis XIV ne lui étaient point
étrangères; il les connaissait et les comprenait, non comme une histoire
qu'on a étudiée, mais comme on connaît et comprend ce qu'on a vu.
Très-éclairé sur les vices et les faiblesses de l'ancien régime, il
savait aussi ce que la longue durée y avait introduit de principes de
gouvernement, et il le jugeait sans animosité comme sans ignorance.
Associé d'autre part, dès sa jeunesse, aux idées et aux événements de la
Révolution, il était sincèrement attaché à sa cause, mais vivement
frappé aussi de ses égarements, de ses fautes, de ses douleurs, de ses
revers, et en grande méfiance des passions et des pratiques
révolutionnaires qu'il avait vues à l'oeuvre. Tous ces spectacles, tous
ces souvenirs, tant d'impressions et d'observations si diverses
entassées dans le court espace de sa vie l'avaient laissé très-perplexe
sur l'issue d'une si grande crise sociale et sur le succès de ses
propres efforts pour y mettre fin. Il croyait, en même temps, à la
nécessité du gouvernement libre et à la difficulté de le fonder. Nous
causions seuls un jour dans un petit salon de Neuilly; le roi était dans
un de ses moments de doute et de découragement; moi, dans mon habitude
d'optimisme et d'espérance; nous discutions vivement; il me prit la
main: «Tenez, mon cher ministre, me dit-il, je souhaite de tout mon
coeur que vous ayez raison; mais ne vous y trompez pas: un gouvernement
libéral en face des traditions absolutistes et de l'esprit
révolutionnaire, c'est bien difficile; il y faut des conservateurs
libéraux, et il ne s'en fait pas assez. Vous êtes les derniers des
Romains.» Un autre jour, au milieu de je ne sais plus quel redoublement
d'obstacles et d'embarras, il s'écriait en prenant sa tête dans ses
mains: «Quelle confusion! Quel gâchis! Une machine toujours près de se
détraquer! Dans quel triste temps nous avons été destinés à vivre!»

Ces doutes, ces inquiétudes sur l'avenir du gouvernement libre parmi
nous n'empêchaient nullement le roi Louis-Philippe de bien comprendre,
dans le présent, la place qu'il y tenait, et d'y bien jouer son rôle, et
rien que son rôle. Il n'était pas seulement décidé à n'en jamais violer
les principes fondamentaux; il en acceptait loyalement chaque jour les
exigences et les convenances. On l'a beaucoup accusé de vouloir, en
toute occasion, imposer au cabinet ses volontés. Je répète que, sur la
politique générale du gouvernement et dans la plupart des questions
importantes qui se présentaient, l'accord entre le roi et le cabinet
était naturel et volontaire; mais je n'hésite pas à affirmer que,
lorsque le roi et le cabinet différaient d'avis, soit que le cabinet se
refusât aux désirs du roi, soit que nous lui demandassions quelque chose
qui lui déplaisait, le roi cessait d'insister ou de résister, et se
rendait aux objections ou aux demandes de ses conseillers responsables.
J'en citerai deux exemples qui sont caractéristiques parce qu'ils
touchent à des questions et à des personnes que le roi avait à coeur. En
1843 et 1845, M. Duvergier de Hauranne, membre de l'opposition, proposa
l'introduction du vote public à la place du scrutin secret dans les
délibérations de la Chambre des députés: le parti conservateur et le
cabinet lui-même étaient divisés sur le mérite ou l'opportunité de cette
innovation; le roi y était vivement opposé; M. Duchâtel et moi nous
étions favorables. Soit dans les séances du conseil, soit dans nos
entretiens particuliers, la question fut très-débattue; le roi tenait
évidemment beaucoup à me ramener à son avis; il me rappelait les
déplorables conséquences du vote public dans nos assemblées
révolutionnaires: «Si le vote avait été secret dans la Convention
nationale, me disait-il avec passion, Louis XVI n'aurait jamais été
condamné.» Je combattis ses alarmes; j'insistai sur la différence des
temps, sur la nécessité du vote public pour la forte organisation des
partis, et pour faire passer, dans les Chambres mêmes, le sentiment de
la responsabilité, cette condition de la conduite sérieuse et réfléchie
des hommes au sein de la liberté. Le roi ne fut pas convaincu; mais il
renonça à son insistance, et j'appuyai ouvertement la proposition du
vote public qui fut adoptée. En 1845, deux hommes considérables et
fonctionnaires publics, le comte Alexis de Saint-Priest dans la Chambre
des pairs et M. Drouyn de Lhuys dans la Chambre des députés, entrèrent
habituellement dans les rangs de l'opposition; je demandai que leurs
fonctions leur fussent retirées. Le roi ne fit, quant à M. Drouyn de
Lhuys, aucune objection; mais il lui en coûtait d'éloigner M. de
Saint-Priest de la carrière diplomatique qu'il paraissait destiné à
parcourir avec éclat; appartenant à une famille légitimiste, il s'était,
dès 1830, franchement attaché à la cause et au service de la nouvelle
monarchie; il avait été l'un des amis particuliers de M. le duc
d'Orléans. Le roi me témoigna son hésitation et son regret. J'insistai;
je ne pouvais admettre que notre politique fût publiquement attaquée à
la tribune française par l'un de ses représentants à l'étranger. Le roi
retira ses objections, et le comte Alexis de Saint-Priest fut écarté de
son poste de ministre à Copenhague. De 1840 à 1848, je ne sache aucune
question, aucune circonstance importante dans laquelle, en cas de
dissentiment, le roi n'ait pas fini par se rendre au voeu du cabinet.

L'opinion contraire, si communément répandue, n'est cependant pas une de
ces erreurs gratuites et inexplicables qui circulent et prévalent
quelquefois longtemps dans les pays libres, grâce aux attaques dont le
pouvoir est l'objet à la tribune et dans les journaux. Les prétextes
n'ont pas manqué à l'erreur que je signale ici, et le roi Louis-Philippe
les a lui-même fournis. Il avait sur toutes choses une surabondance
d'idées, d'impressions, de velléités qu'il ne prenait pas soin de
contenir, et, pour ainsi dire, de tamiser assez sévèrement: ce qui
l'entraînait à manifester trop d'avis et de désirs dans de petites
questions et de petites affaires qui ne méritaient pas son intervention.
L'indifférence et le silence sont souvent d'utiles et convenables
habiletés royales; le roi Louis-Philippe n'en faisait pas assez d'usage.
Il était de plus si profondément convaincu de la sagesse de sa politique
et de l'importance de son succès pour le bien du pays qu'il lui en
coûtait d'en voir attribuer à d'autres le mérite, et qu'il ne pouvait se
résoudre à n'en pas revendiquer hautement sa part. Ce désir bien naturel
et l'intarissable fécondité et vivacité de sa conversation lui donnaient
des airs d'ingérence continue et de prépondérance exclusive qui
dépassaient de beaucoup la réalité de ses intentions et des faits; aussi
bien que les convenances constitutionnelles. Je suis convaincu que son
gendre, le roi Léopold, infiniment plus prudent et plus réservé dans son
attitude et son langage, a exercé, dans le gouvernement de la Belgique
au dedans et au dehors, plus d'influence personnelle que le roi
Louis-Philippe dans celui de la France; mais l'un en évitait avec soin
l'apparence, tandis que l'autre se montrait toujours préoccupé de la
crainte que justice ne fût pas rendue à ses desseins et à ses efforts.

Je ne refuserai pas à la mémoire de ce prince le service et à moi-même
le plaisir de montrer combien il était, au fond, modeste et exempt de
prétentions vaniteuses. A l'approche de la session de 1846, nous
préparions le discours que le roi devait prononcer en l'ouvrant;
j'étais, comme à l'ordinaire, chargé de cette rédaction. Les
circonstances étaient favorables: presque toutes les questions qui
avaient agité et menacé de troubler nos relations au dehors, le droit de
visite, Taïti, le Maroc, étaient résolues, et toutes nos perspectives
honorablement pacifiques; les visites mutuelles de la reine d'Angleterre
et du roi avaient achevé de rasséréner l'horizon; il nous parut opportun
que le roi mît en lumière cette situation laborieusement obtenue, et
j'insérai à cet effet, dans le projet de discours, un paragraphe que le
conseil adopta. Le 25 décembre 1845, avant-veille de l'ouverture de la
session, je reçus du roi cette lettre écrite à deux heures du matin:

«Mon cher ministre, l'attente de la messe de minuit, dont je sors, m'a
donné le temps de relire et d'étudier la portée du paragraphe en
question. Plus je l'ai retourné, plus j'ai trouvé que ce n'était pas à
moi à me donner _ce coup d'encensoir_. Que les Chambres me le donnent,
j'en serai très-touché; mais d'en prendre l'initiative, pensez-y bien,
mon cher ministre, cela ne me va guère, et vous ne serez pas surpris que
je ne trouve pas cela d'accord avec ma simplicité habituelle, et surtout
avec mes goûts. Ainsi, quant à moi, voici comment je ferais le
paragraphe précédant celui ou ceux sur l'Angleterre:

--«Je continue à recevoir de toutes les puissances étrangères des
assurances pacifiques et amicales, et tout nous présage la durée et la
stabilité de la paix dont nous jouissons.»

«Si cependant vous insistez, ainsi que le conseil, sur la production de
l'idée sans doute très-flatteuse pour moi, voici le maximum de ce qui
pourrait me paraître possible, et je ne vous cache pas que je ne suis
pas disposé à m'y résigner. Ce serait d'ajouter cette phrase que je
regrette déjà d'avoir rédigée:

--«Il m'est bien doux de voir s'accroître de plus en plus les bienfaits
qui en découlent, et de pouvoir espérer que le bonheur de les avoir
assurés à la France, au milieu des orages qui nous ont assaillis, se
rattachera à la mémoire de mon règne.»

«Mais, encore une fois, je préfère et je demanderai que cette phrase ne
sorte pas de ma bouche.»

Le paragraphe fut de nouveau débattu dans le conseil, et nous eûmes
grand'peine à en faire conserver le sens en ces termes:

--«Je continue à recevoir de toutes les puissances étrangères des
assurances pacifiques et amicales. J'espère que la politique qui a
maintenu la paix générale, à travers tant d'orages, honorera un jour la
mémoire de mon règne.»

L'histoire des rois n'offre pas beaucoup d'exemples d'une telle absence
d'étalage et de charlatanerie.

Tels étaient, entre le roi Louis-Philippe et le cabinet du 29 octobre
1840, les rapports et les procédés mutuels: ainsi a été compris et
pratiqué, à cette époque, le gouvernement parlementaire. J'ai considéré
les grandes conditions de ce régime: l'homogénéité politique du cabinet;
son intimité avec le parti qu'il a pour allié politique dans les
Chambres; son travail continu pour rallier ce parti et pour faire
prévaloir, auprès de la couronne comme dans les Chambres, une seule et
même politique; l'harmonie ainsi librement établie entre les grands
pouvoirs publics, comme leur plus sûr moyen de crédit et de force:
telles sont les lois essentielles du gouvernement parlementaire. Nous y
avons scrupuleusement satisfait. Que ce soit là l'unique forme de
gouvernement libre, je n'ai garde de le penser, et je me suis hâté de le
dire; la liberté politique a des formes très-diverses comme des degrés
très-inégaux; le gouvernement parlementaire ne serait ni naturel, ni
possible dans la république fédérative des États-Unis d'Amérique, ni
dans les cantons suisses, ni dans tels ou tels autres États qui
pourraient cependant n'être pas étrangers aux principes et aux progrès
de la liberté; les intérêts et les sentiments des pays divers peuvent
pénétrer et prévaloir par plus d'une voie dans leur gouvernement. Mais
quand, par les convenances de sa situation et par le cours de sa
destinée, un grand peuple a été amené à vouloir unir fortement dans son
gouvernement la stabilité du pouvoir au mouvement de la liberté; quand
c'est dans la monarchie constitutionnelle qu'il a besoin de trouver le
gouvernement libre, c'est par le régime parlementaire qu'il a le plus de
chances d'atteindre son but, car ce régime est le seul qui, sous la
forme monarchique, pose en principe et assure en fait la responsabilité
habituelle du pouvoir, première et indispensable base de la liberté
politique. C'est un régime difficile à pratiquer et à fonder: les
erreurs publiques, les fautes du pouvoir, des passions aveugles ou
perverses, des événements prévus ou imprévus peuvent en troubler la
marche ou en suspendre le progrès; dans son travail de formation, le
gouvernement parlementaire est comme une plante de serre trop peu en
rapport avec la température extérieure du pays et qui en supporte mal
les rudes chocs. Mais est-ce donc au gouvernement parlementaire seul que
ce défaut et ce malheur, doivent être imputés? Toutes les formes de
gouvernement libre n'ont-elles pas leurs mauvaises chances et leurs
mauvais jours? N'ont-elles pas toutes besoin de s'acclimater chez les
peuples qui aspirent à leurs bienfaits? Point d'hypocrisie ni de
réticence: quand on reproche au gouvernement parlementaire ses embarras
et ses échecs, c'est trop souvent au gouvernement libre lui-même qu'on
en veut, et on n'exhale tant d'humeur contre une forme spéciale de la
liberté politique qu'en haine des difficiles travaux que toute forme de
gouvernement libre impose. Je persiste dans ma double conviction: le
gouvernement libre est le but plus ou moins prochain vers lequel tendent
de nos jours les peuples; et dans la monarchie, le régime parlementaire
est la conséquence naturelle comme l'instrument efficace du gouvernement
libre. Quelles que soient ses lacunes et ses traverses, ce régime saura
bien prendre ou reprendre, là où il sera nécessaire au triomphe de la
liberté politique, la place qui lui appartient.



                              CHAPITRE XLV.

                        LES MARIAGES ESPAGNOLS.

                              (1842-1847.)


Notre politique envers l'Espagne de 1833 à 1842 et ses deux
principes.--Question du mariage de la reine Isabelle.--Notre politique
dans cette question.--Mission de M. Pageot à Londres, Vienne et
Berlin--Idée du prince de Metternich.--Idée de la cour de Londres pour
le prince Léopold de Coburg.--Mes communications avec le cabinet anglais
à ce sujet.--Chute du régent Espartero.--Changement d'attitude du
cabinet anglais.--M. Olozaga et la reine Isabelle.--M. Gonzalès
Bravo.--M. Bresson, ambassadeur de France à Madrid.--Sir Henri Bulwer,
ministre d'Angleterre à Madrid.--Retour de la reine Christine en
Espagne.--Réforme de la constitution espagnole de 1837.--Le général
Narvaez.--Situation des divers prétendants à la main de la reine
Isabelle.--Mort de l'infante doña Carlotta.--Le comte de
Trapani.--Conversation du roi Louis-Philippe avec le comte
Appony.--Abdication de don Carlos.--Négociation pour le mariage de la
reine Isabelle avec le comte de Trapani.--Nos relations à ce sujet avec
le cabinet anglais.--Vrai sentiment de la reine Christine pour le
mariage de ses deux filles.--Première idée du mariage du duc de
Montpensier avec l'infante doña Fernanda.--Entretiens, au château d'Eu,
avec lord Aberdeen à ce sujet.--Menées entre Madrid et Lisbonne en
faveur du prince Léopold de Coburg.--Participation de sir Henri
Bulwer.--Avertissement loyal de lord Aberdeen.--Mes instructions à M.
Bresson.--Chute du général Narvaez.--Cabinet Miraflores.--Mon mémorandum
du 27 février 1846.--Cabinet Isturiz.--Chute du cabinet de sir Robert
Peel et de lord Aberdeen.--Avénement de lord Palmerston au
_Foreign-Office._--Sa dépêche du 19 juillet 1846.--Mes Instructions à M.
Bresson.--Résolution de la reine Christine pour les deux mariages de ses
filles.--Le duc de Cadix et le duc de Montpensier.--Négociation à ce
sujet.--Conclusion des deux mariages.--Le duc de Montpensier et le duc
d'Aumale en Espagne.--Opposition du cabinet anglais.--Son
inefficacité.--Célébration des deux mariages.--Leurs conséquences.


J'ai retracé dans ces _Mémoires_[43] notre politique et notre conduite
envers l'Espagne, depuis la mort du roi Ferdinand VII[44] jusqu'à la
régence du général Espartero[45]. J'arrive à l'événement le plus
considérable de mon ministère des affaires étrangères, le mariage de la
reine Isabelle II avec son cousin, le duc de Cadix, et celui de sa
soeur, l'infante doña Fernanda, avec le dernier des fils du roi
Louis-Philippe, le duc de Montpensier. Avant d'exposer les négociations
et les résolutions dont ces deux mariages furent l'objet, je veux
rappeler quelles avaient été jusque-là nos vues essentielles et
permanentes dans nos rapports avec l'Espagne. Je n'ai garde de croire
que les gouvernements doivent s'attacher à une politique systématique et
préconçue: les affaires des États sont trop compliquées et trop mobiles
pour être toujours réglées avec préméditation et selon la logique; il y
a pourtant une certaine mesure de conséquence et d'unité, dans la pensée
et dans les actes, qui est nécessaire à la force comme à la dignité du
pouvoir; il a besoin de ne pas être et de ne pas paraître imprévoyant,
incertain et décousu.

[Note 43: Tome IV, pag. 54-118, 145-166, 205-206; t. VI, pag. 297-334.]

[Note 44: 29 septembre 1833.]

[Note 45: 8 mai 1841-29 juillet 1843.]

A la mort de Ferdinand VII, nous n'hésitâmes pas à reconnaître sa fille
Isabelle comme héritière de son trône et reine d'Espagne. Nous ne nous
dissimulions pas les graves inconvénients, pour la France, de cette
succession féminine qui pouvait faire passer le trône d'Espagne dans une
maison étrangère, rivale ou même ennemie de l'intérêt français; tout
récemment la cour des Tuileries avait tenté de maintenir en Espagne la
Pragmatique de Philippe V qui, en 1714, avait restreint la succession
des femmes au cas où il n'y aurait, pour le trône, point d'héritiers
mâles, soit directs, soit collatéraux; mais, après une lutte de quarante
ans, sous les règnes de Charles IV et de Ferdinand VII, le principe de
la succession féminine, qui était celui de l'ancienne monarchie
espagnole, avait prévalu; les derniers actes de Ferdinand VII et des
Cortès l'avaient consacré. Sa fille Isabelle était reine de droit et de
fait. Elle avait de plus pour elle, dans la nation et à la cour
espagnole, le parti libéral et le parti modéré, c'est-à-dire les hommes
qui avaient naguère énergiquement défendu l'indépendance de l'Espagne,
et qui maintenant aspiraient à y fonder des institutions analogues aux
nôtres. Sa cause était à la fois la cause de l'ancien droit, de l'état
légal et du régime constitutionnel en Espagne. Nous ne nous bornâmes pas
à la reconnaître, nous lui promîmes notre appui.

Une réserve dans cette politique fut en même temps indiquée: nous prîmes
soin de ne pas nous engager à intervenir en Espagne par des armées
françaises pour soutenir, sur sa demande, le gouvernement de la reine
Isabelle; nous maintînmes expressément, à cet égard, notre liberté et
notre droit d'intervenir, en tout cas, si une telle intervention
convenait aux intérêts de la France. Non-seulement nous adoptions, sinon
comme loi absolue, du moins comme règle générale de conduite, le
principe de la non-intervention étrangère dans le régime intérieur des
peuples; nous étions, de plus, convaincus que toute intervention de ce
genre est dangereuse et compromettante, car elle rend le gouvernement
qui intervient responsable, dans une large mesure, de la conduite et de
la destinée de celui au profit duquel il intervient. L'exemple de
l'intervention française en Espagne sous la Restauration nous était, à
cet égard, un solennel avertissement; elle avait été momentanément utile
et glorieuse au gouvernement de la Restauration, comme un acte de
hardiesse et de force accompli avec succès; mais elle lui était bientôt
devenue pesante et triste, car, après avoir rétabli Ferdinand VII sur le
trône, la royauté française s'était trouvée hors d'état d'exercer sur
son gouvernement aucune action salutaire, et l'influence française,
était devenue en Espagne un objet d'alarme et d'antipathie. C'est à de
telles épreuves que se reconnaît la sagesse des gouvernements; ils sont
tenus de savoir résister à la tentation d'un succès passager, pour ne
pas donner bientôt un spectacle d'imprévoyance et d'impuissance qui les
affaiblit en les décriant. Le roi Louis-Philippe possédait à un degré
rare cette difficile sagesse, et je tiens à honneur d'en avoir
promptement senti, auprès de lui, le mérite en même temps que le
fardeau.

Toute notre conduite envers l'Espagne, de 1833 à 1842, fut fidèle à ce
double caractère de notre politique: nous donnâmes au gouvernement de la
reine Isabelle, et au régime constitutionnel dans son gouvernement,
non-seulement tout l'appui moral, mais tous les secours matériels que
nous pouvions lui accorder sans engager pleinement la France dans les
destinées de l'Espagne, et sans rendre le gouvernement français
responsable des vicissitudes comme des fautes des divers cabinets
espagnols. Nous aidâmes ces cabinets à triompher des insurrections
carlistes ou anarchiques dont ils étaient assaillis; mais nous nous
refusâmes constamment à exercer en Espagne une action militaire directe
et prépotente. Lorsque, en 1840, l'une de ces insurrections contraignit
la reine Christine à abdiquer la régence et à sortir d'Espagne, nous lui
assurâmes en France un affectueux asile, mais nous restâmes en relations
pacifiques avec le parti espagnol qui l'avait renversée; et quand le
chef nominal de ce parti, le régent Espartero, parut devenir un
gouvernement tant soit peu régulier, le roi Louis-Philippe, malgré son
déplaisir personnel, lui envoya un ambassadeur. J'ai déjà dit[47] par
quelle frivole et arrogante prétention le régent et ses ministres firent
échouer cette démarche conciliante, et obligèrent M. de Salvandy à
rentrer en France sans avoir même pris possession officielle de son
poste. Il n'était pas encore arrivé à Madrid que déjà éclatait, contre
le nouveau régent, la première de ces insurrections d'abord
monarchiques, bientôt radicales, qui, violemment réprimées à Madrid et à
Barcelone, devaient, au bout de dix-huit mois, chasser à son tour
Espartero d'Espagne comme de la régence, et aboutir ensuite, en moins
d'une année, au retour en Espagne de la reine Christine et à la
domination du parti Modéré.

[Note 46: Tome IV de ces _Mémoires_, pag. 297-334.]

A travers toutes ces secousses et ces alternatives révolutionnaires, une
question devenait de jour en jour, et par le seul cours du temps, plus
importante et plus pressante. Comment se marierait la reine Isabelle?
Elle n'avait encore que douze ans; mais son mariage futur était déjà en
Espagne, en France, en Europe, l'objet des préoccupations de tous les
politiques un peu prévoyants. Nulle part ces préoccupations ne pouvaient
être plus sérieuses que pour le cabinet français. C'est un lieu commun
de dire que, dans notre situation européenne, les bons et intimes
rapports avec l'Espagne importent beaucoup à la France; mais les lieux
communs les plus vrais s'usent un peu à force d'être répétés, et il faut
de temps en temps remonter à leur source pour les apprécier à toute leur
valeur. Il suffit de jeter les yeux sur la carte de l'Europe pour voir
combien la France est intéressée à ce que l'Espagne soit naturellement
disposée à son alliance, et demeure étrangère à toute combinaison
européenne hostile à l'intérêt français. Depuis quatre siècles,
l'histoire parle comme la géographie. C'est l'union de l'Espagne, de
l'Allemagne et des Pays-Bas sous le sceptre ou sous l'influence
dominante de Charles-Quint et de Philippe II qui a fait, au XVIe siècle,
les périls et les revers de la France. C'est, au XVIIe siècle, la gloire
de la politique française, personnifiée dans Richelieu, Mazarin et Louis
XIV, d'avoir brisé le cercle ennemi dont la France était entourée, et
d'avoir enlevé l'Espagne à la prépondérance allemande en plaçant sur son
trône, selon son voeu, un prince de la maison de Bourbon. C'est à ce
grand fait que, malgré quelques incidents contraires, la France a dû,
pendant le XVIIIe siècle, tantôt la paix européenne, tantôt le concours
actif de l'Espagne dans les luttes où elle a été engagée. Et dès les
premières années du XIXe siècle, c'est pour avoir, par les excès et les
perfidies de son ambition, aliéné l'Espagne de la France, que l'empereur
Napoléon a trouvé, au-delà des Pyrénées, un péril permanent et l'une des
principales causes de ses revers. Évidemment, et précisément à raison
des chances contraires qu'ouvrait l'établissement en Espagne de la
succession féminine, c'était pour la France un intérêt de premier ordre
de maintenir à Madrid l'oeuvre de Louis XIV; l'intérêt dynastique
n'était en ceci que fort secondaire, il s'agissait essentiellement d'un
intérêt français.

Dès que la question s'éleva, le roi Louis-Philippe prouva, par ses
résolutions et son langage, sa ferme et patriotique prévoyance. La
tentation était grande, pour lui, d'écouter complaisamment l'intérêt de
sa propre famille; le voeu dominant en Espagne, dans l'esprit de la
reine Christine comme dans tout le parti modéré et dans les rangs de
l'armée espagnole, appelait au trône de Madrid un de ses fils,
spécialement M. le duc d'Aumale. Le roi repoussa constamment cette idée.
C'était sa résolution générale de ne donner aux jalousies de l'Europe,
surtout de l'Angleterre, aucun motif spécieux. Il avait d'ailleurs peu
de confiance dans l'état politique de l'Espagne et ne voulait pas avoir
à en répondre: «En vérité, m'écrivait-il[48], c'est bien le cas de dire
à ceux qui seraient tentés de se quereller aujourd'hui pour la main
d'Isabelle II:--Avant de se disputer le trône d'Espagne, il faut savoir
s'il y aura en Espagne un trône à occuper... Croyez bien, mon cher
ministre[49], que nous ne pouvons jamais trouver en Espagne qu'un seul
motif d'étonnement: ce serait qu'elle ne fût pas en proie successivement
à toute sorte de gâchis et de déchirements politiques. Nous devons nous
tenir soigneusement en dehors de tout cela; car, dans ma manière de
voir, il n'y a pour nous d'autre danger que celui d'y être entraînés
comme ceux qui, dans les usines, approchent leurs doigts des cylindres
mouvants qui broient tout ce qui s'y introduit.» Il surveillait avec
sollicitude tous les mouvements qui pouvaient le pousser sur cette
pente: «Je vois poindre, m'écrivait-il[50], une occurrence sur laquelle
vous connaissez bien mon opinion: c'est la nécessité de prévenir une
demande espagnole du duc d'Aumale. L'idée d'un refus est effrayante par
l'effet que ce refus produirait en Espagne, qu'il jetterait
infailliblement dans une hostilité contre la France et contre moi, et
dans des choix analogues pour le mariage. Je sens l'embarras: on ne
refuse que ce qui vous est offert; ou bien on s'expose à s'entendre
dire:--«Mais vraiment qui vous a dit qu'on songeait à vous?»--Cependant
il faut bien ne pas laisser entraîner les Espagnols à faire leur offre,
dans la présomption qu'une offre nationale de l'Espagne exclût la
possibilité du refus et amènerait, forcerait l'acceptation. Il faut
donc, je crois, instruire nos agents pour écarter et faire avorter,
autant qu'ils pourront, toute proposition relative à mon fils.» Le
moindre incident sur ce sujet excitait son attention: «Je vous renvoie
un numéro du _Morning Post_[51], qui contient une prétendue lettre de la
reine Christine à don Carlos qui est une fabrication évidente. En la
lisant, vous ne vous méprendrez pas sur le but de cette fabrication, qui
est de persuader à la crédulité anglaise que je veux donner un de mes
fils pour mari à la reine Isabelle, et que c'est Christine qui ne le
veut pas. _Credat Judaeus_... La difficulté de détruire chez les Anglais
ces illusions, ces défiances, ces _misconceptions_ de nos intérêts,
après quarante ans de contact avec eux, aussi bien, j'ose le dire,
qu'après mes treize années de règne, me cause un grand ébranlement dans
la confiance que j'avais eue de parvenir à établir, entre Paris et
Londres, cet accord cordial et sincère qui est à la fois, selon moi,
l'intérêt réel des deux pays et le véritable _Alcazar_ de la paix de
l'Europe. Qu'en attendre après ce que Bresson dit que lord Cowley a
écrit à lord Westmoreland:--«Que j'étais convenu avec lui que j'avais
vivement désiré qu'un de mes fils épousât la reine d'Espagne, mais qu'il
croyait que je ne le désirais plus depuis que j'étais assuré que la
guerre serait le résultat de cette alliance.»--Et cependant, quand je
lui ai dit, pour la trentième fois, que je n'avais jamais eu le moindre
attrait pour cette alliance et que tous mes fils y étaient également
contraires, lord Cowley m'a répété, avec une insistance que je vous ai
même signalée: «_Your Majesty always said so_ (Votre Majesté m'a
toujours parlé ainsi)[52].»

[Note 47: Le 1er novembre 1841.]

[Note 48: Le 9 août 1843.]

[Note 49: Le 23 août 1843.]

[Note 50: Le 20 juin 1842.]

[Note 51: Le 11 août 1843.]

Ce n'est pas dans des documents officiels, dans des entretiens avec des
diplomates étrangers, c'est dans la correspondance intime et
confidentielle du roi Louis-Philippe avec moi que je trouve ces
témoignages positifs de sa ferme et spontanée résolution de ne pas
rechercher, de ne pas accepter le trône d'Espagne pour l'un de ses fils,
pas plus qu'en 1831 il n'avait accepté le trône de Belgique pour M. le
duc de Nemours. Il sacrifiait sans hésiter, à l'intérêt général d'une
vraie et solide paix européenne, tout intérêt d'agrandissement personnel
et de famille; mais il était en même temps bien décidé à ne pas
sacrifier l'intérêt spécial qu'avait la France à rester avec l'Espagne
dans une intimité naturelle, et le maintien de la maison de Bourbon sur
le trône d'Espagne était évidemment le moyen naturel et éprouvé
d'atteindre ce résultat. Je partageais complétement, sur l'un et l'autre
point, le sentiment du roi; et dès que la question du mariage espagnol
apparut, cette double pensée devint la règle de notre conduite. J'en
informai sans délai nos principaux agents du dehors: «Notre politique
est simple, écrivis-je au comte de Flahault[52]: à Londres, et
probablement aussi ailleurs, on ne voudrait pas voir l'un de nos princes
régner à Madrid. Nous comprenons l'exclusion et nous l'acceptons, dans
l'intérêt de la paix générale et de l'équilibre européen. Mais, dans le
même intérêt, nous la rendons: nous n'admettons, sur le trône de Madrid,
point de prince étranger à la maison de Bourbon. Elle a bien des maris à
offrir, des princes de Naples, de Lucques, les fils de don Carlos, les
fils de l'infant don Francisco. Nous n'en proposons, nous n'en
interdisons aucun. Celui qui conviendra à l'Espagne nous conviendra,
mais dans le cercle de la maison de Bourbon. C'est pour nous un intérêt
français de premier ordre, et je tiens pour évident que c'est aussi
l'intérêt espagnol et l'intérêt européen.»

[Note 52: Le 27 mars 1842.]

J'avais, quelques mois auparavant[53], tenu au comte de Sainte-Aulaire
le même langage: «Nous ne devons pas vouloir, nous ne voulons pas, sur
le trône d'Espagne un Bourbon français; mais pour que l'intérêt français
ait sa juste part, il nous faut un Bourbon. Il y en a à Naples, à
Lucques; il y en a de deux sortes en Espagne. Entre ceux-là, nous avons
des préférences, point de parti arrêté; nous nous déciderons quand le
moment viendra, selon la possibilité et l'utilité. C'est le fond de
notre politique, sans arrière-pensée, je pourrais dire sans velléité
contraire. Mais je penche à croire que, tout en agissant et parlant en
général selon notre but réel, nous ne devons pas proclamer dès à présent
et tout haut notre désintéressement personnel. On est inquiet à cet
égard; il faut qu'on reste un peu inquiet, et qu'au jour de la décision
le sacrifice net de toute prétention française nous serve contre
d'autres prétentions. Pensez-y et dites-m'en votre avis.»

[Note 53: Le 26 octobre 1841.]

Sur ce dernier point, les informations qui me vinrent du dehors et les
incidents imprévus qui, de jour en jour, survenaient en Espagne et
menaçaient de faire éclater tout à coup toutes les questions,
modifièrent ma première pensée. Je sentis la nécessité de prendre sans
plus tarder, sur le mariage de la reine Isabelle, une position bien
déterminée et hautement déclarée. Je ne me dissimulais pas les
inconvénients qui pouvaient résulter d'une telle déclaration, l'embarras
où elle mettrait peut-être tel ou tel des gouvernements à qui elle
serait adressée, surtout les susceptibilités qu'elle exciterait en
Espagne et dont les partis malveillants pourraient se servir contre
nous. Mais ces considérations cédaient, à mes yeux, devant l'avantage
d'une politique parfaitement nette, à la fois digne et désintéressée de
la part du roi, efficace pour l'intérêt français sans être
compromettante, et qui nous lierait nous-mêmes contre toute tentation,
tout en nous laissant notre liberté d'action si on nous en contestait
les bases. Le roi adopta avec empressement mes vues, et j'écrivis à M.
de Sainte-Aulaire[54]: «Je ne sais ce qui arrivera en Espagne, mais il y
arrivera quelque chose, et tout y peut arriver. Tout y est en trouble,
en décomposition, en travail. Les carlistes, les christinos, les
espartéristes, les républicains, tous se remuent et conspirent, ensemble
ou isolément, comme par le passé ou en cherchant des voies nouvelles.
L'usurpation, les transactions, les victoires exclusives ou partagées,
les mariages et les protections de toute sorte, on pense à tout, on
espère tout, on se prépare à tout. C'est un chaos d'où il ne sortira
probablement rien de bon, mais qui n'en fermente pas moins et nous
donnera beaucoup d'embarras. Un de ces embarras, le principal peut-être,
c'est et ce sera toujours les jalousies et les méfiances anglaises. Si
nous nous entendions réellement avec l'Angleterre, si nous agissions
vraiment de concert, ne fût-ce que pour quelque temps et sauf à
reprendre ensuite nos traditions de rivalité, aujourd'hui un peu
puériles, les affaires d'Espagne seraient bientôt arrangées. Je ne
l'espère guère, et pourtant c'est la voie dans laquelle il faut toujours
marcher, car c'est la seule qui puisse mener au but; si nous n'arrivons
pas, au moins nous resterons dans le bon chemin, et notre propre
situation a chance d'y gagner plutôt que d'y perdre. L'adhésion du
cabinet anglais à notre attitude dans la courte ambassade de Salvandy a
été bien tardive, mais non sans valeur; il en reste quelque chose; on
doute maintenant à Madrid de la persistance de lord Aberdeen dans la
politique de lord Palmerston; le parti révolutionnaire espagnol ne
compte plus, comme il y comptait, sur la protection anglaise; il y a un
commencement de méfiance, d'hésitation, de séparation. Il faut appuyer
en ce sens, lentement, doucement, de façon à ne pas aggraver, au lieu de
les atténuer, les susceptibilités qui font notre embarras; mais appuyer
pourtant, car c'est en détachant l'Angleterre des révolutionnaires
espagnols que nous pourrons faire quelque chose en Espagne, pour
l'Espagne et pour nous-mêmes.

[Note 54: Le 2 mars 1842.]

«J'ai causé de tout ceci, et à fond, avec M. Pageot qui est revenu de
Madrid avec Salvandy, et qui connaît à merveille l'Espagne actuelle, les
partis, les hommes, leur situation, leurs projets, et tout ce qu'on en
doit espérer ou craindre. Il est également bien instruit de tout ce que
nous pensons et voulons ici. Je vous l'envoie. Il vous mettra
parfaitement au courant. Je penche à croire qu'après avoir causé avec
lui, vous feriez bien de lui ménager quelque occasion de causer aussi
avec lord Aberdeen, sir Robert Peel, le duc de Wellington, les hommes
qu'il importe d'éclairer sur l'Espagne et sur nous-mêmes. Voyez et
décidez vous-même ce qui convient et ce qui se peut. Pageot est homme
d'esprit, de sens, de mesure et de discipline; il ne fera que ce que
vous lui direz.

«Quand vous me l'aurez renvoyé, j'ai envie de l'envoyer également à
Vienne et à Berlin pour qu'il y porte les mêmes lumières, plus celles
qu'il aura acquises à Londres.»

M. de Sainte-Aulaire me répondit sur-le-champ[55]:

«Pageot est arrivé avant-hier. Je l'ai écouté avec grand intérêt. Rien
de plus sage que votre politique, et je m'y attèle de grand coeur. Je
viens de voir lord Aberdeen. Je lui ai dit que vous m'aviez envoyé une
dépêche vivante, et que, s'il désirait la faire parler, je la lui
livrerais volontiers. Nous sommes convenus que je mènerais M. Pageot
après-demain au _Foreign-Office._»

[Note 55: Le 7 mars 1842.]

L'entrevue eut lieu en effet le surlendemain, M. de Sainte-Aulaire
présent, et M. Pageot s'acquitta de sa mission avec autant de mesure que
de franchise. Après avoir parlé de l'état général de l'Espagne, du
régent Espartero et des chances, bonnes ou mauvaises, de sa situation,
il aborda la question du mariage de la reine Isabelle: «Le roi, dit-il,
ne recherche et ne désire point la main de cette jeune reine pour l'un
de ses fils. Il n'ignore pas qu'il y a en Espagne un parti puissant qui
voudrait cette union; mais il croit devoir au repos de l'Europe le
sacrifice d'une combinaison qui pourrait être considérée comme
exclusivement avantageuse à la France. Cependant, en faisant sincèrement
et sans arrière-pensée cette renonciation, il entend aussi, en retour,
que la couronne d'Espagne ne sorte pas de la maison de Bourbon. Il y a
plusieurs branches de cette maison et plusieurs membres dans chaque
branche; l'époux de la reine doit être choisi parmi eux; le roi n'en
recommande et n'en exclut aucun.--En vérité, dit lord Aberdeen, je ne
comprends pas une pareille déclaration; je ne vois pas en vertu de quel
droit vous intervenez dans cette question; la reine d'Espagne doit
rester libre de choisir le mari qu'il lui plaira; c'est une prétention
exorbitante, j'allais dire contraire à la morale, que de lui imposer tel
ou tel choix.--Ce n'est pas la reine elle-même, vous le savez bien,
mylord, interrompit M. de Sainte-Aulaire, qui décidera cette question,
mais bien le gouvernement dépositaire de son autorité, au moment où elle
se résoudra.--Nous ne faisons, dit M. Pageot, que rendre exclusion pour
exclusion.--Nous n'excluons personne, reprit lord Aberdeen; c'est une
affaire purement domestique dont nous ne voulons pas nous mêler.--Dans
ce cas, je pourrai dire au gouvernement du roi que, si la reine Isabelle
désire épouser son cousin le duc d'Aumale, vous ne vous y opposerez
pas.--Ah, je ne dis pas; il s'agirait alors de l'équilibre de l'Europe;
ce serait différent.»

La discussion s'établit et se prolongea sur ce thème sans faire un pas,
les interlocuteurs persistant chacun dans sa position et son argument,
de valeur, à coup sûr, très-inégale. M. Pageot eut, quelques jours
après, avec sir Robert Peel un entretien qui offrit d'abord le même
caractère: ils se contestèrent mutuellement le droit d'exclusion que
tour à tour chacun d'eux réclamait. Mais peu à peu la question de droit
fit place à la question de conduite et l'argumentation à la politique:
«Il ne s'agit pas, dit M. Pageot, d'imposer à la reine Isabelle un
choix: nous ne tenons pas ce langage à l'Espagne; nous venons à vous
dans un esprit de bonne intelligence, et nous vous disons:--Voici quelle
sera, à l'époque d'un événement qui doit nécessairement se réaliser,
l'attitude que nous commandent nos intérêts, notre honneur, notre
considération dans le monde. Entendons-nous pour l'ajustement d'une
question qui, si elle reste sans solution jusqu'à sa maturité, peut
amener un bouleversement général. Vous jouissez à Madrid de la confiance
des hommes qui disposent aujourd'hui des destinées de l'Espagne.
Faites-leur comprendre la gravité de la question et la nécessité de la
résoudre dans un sens qui satisfasse à la fois au bonheur de la reine, à
la tranquillité intérieure de l'Espagne et à la paix de l'Europe.--Ceci,
dit sir Robert Peel, est un autre point de vue. D'abord je dois vous
déclarer que nous n'avons pris, avec le gouvernement espagnol actuel,
aucun engagement qui aurait pour objet d'exclure la maison de Bourbon du
trône d'Espagne. J'ajouterai que nous n'avons nulle intention de prendre
un tel engagement, et je suis libre de dire que je trouverais fort
simple que, sans intervenir de droit dans une question qu'en définitive
l'Espagne doit rester maîtresse de résoudre seule, nous fissions
entendre à Madrid un langage de conciliation qui disposât le
gouvernement actuel d'Espagne à chercher une solution propre à
satisfaire tous les intérêts.» Le lendemain, au lever de la reine
Victoria, M. Pageot échangea avec le duc de Wellington quelques mots sur
le même sujet: «Ils ont détruit dans ce pays-là tous les vieux moyens de
gouvernement et ils ne les ont remplacés par aucun autre, lui dit le duc
avec son bon sens ferme et bref; il faudrait que les deux grandes
puissances, l'Angleterre et la France, se concertassent pour la
pacification de l'Espagne. C'est là mon avis.» Avant de quitter Londres,
M. Pageot eut avec lord Aberdeen une seconde entrevue dans laquelle,
laissant de côté l'argument de droit, ils placèrent l'un et l'autre la
question sur le terrain où elle était restée avec sir Robert Peel: en
prenant congé de M. Pageot, lord Aberdeen lui serra cordialement la main
et lui dit: «Vous partez, j'espère, satisfait.--Je ne doute pas, reprit
M. Pageot, que le gouvernement du roi ne le soit. Souffrez que je répète
devant vous les assurances qu'en votre nom je vais lui porter. Vous
m'avez dit:--Nous n'avons pris, avec le gouvernement espagnol actuel,
aucun engagement dont l'objet serait d'exclure la maison de Bourbon du
trône d'Espagne. Nous ne prendrons aucun engagement de cette nature.
Nous sommes disposés à nous efforcer de faire comprendre au gouvernement
espagnol actuel qu'il convient à ses propres intérêts de chercher à
résoudre la question du mariage de la reine Isabelle dans un sens qui
satisfasse aux intérêts de tous.--C'est bien là ce que j'ai dit,» lui
répondit lord Aberdeen.

Après m'avoir rendu compte de sa mission à Londres, M. Pageot partit
pour Vienne. Le prince de Metternich, toujours un peu pressé de déployer
sa prévoyance et son influence, lui dit en le voyant: «Je sais tout ce
que vous avez dit à Londres; je sais tout ce qu'on vous y a répondu.
Vous désirez connaître mon opinion sur le même sujet; je vous la dirai
franchement. Je pense, comme lord Aberdeen, que vous n'avez pas le droit
de dire à l'Espagne que la reine n'épousera pas tel ou tel prince, ou
qu'elle en épousera tel ou tel autre: ce serait porter atteinte à
l'indépendance d'un État souverain, et nulle puissance ne possède ce
droit vis-à-vis d'une autre. Mais en vous niant ce droit, nous vous
reconnaissons celui d'examiner jusqu'à quel point il peut vous convenir
de vous opposer à l'accomplissement d'un acte que vous pouvez considérer
comme hostile à vos intérêts ou menaçant pour votre sûreté; c'est le
droit de paix et de guerre qui est également un droit de souveraineté,
et que je n'ai pas plus le pouvoir de vous contester que je n'ai celui
de vous reconnaître le droit d'imposer votre volonté à l'Espagne. Voilà
pour la question de droit. Quant à la question de fait, je vous dirai,
avec la même franchise, mon opinion. Cette question ne peut se résoudre
que par une transaction qui ne serait le triomphe d'aucun des deux
principes qui ont lutté depuis la mort de Ferdinand VII, mais qui en
serait la conciliation. Cette transaction est le mariage du fils de don
Carlos avec la reine Isabelle. Mais ici se présente une autre
difficulté: à quelles conditions ce mariage s'effectuera-t-il? Si le
fils de don Carlos devient seulement l'époux de la reine, il unit les
deux personnes, mais il ne réunit pas les deux principes. La même chose
arriverait si la reine Isabelle renonçait à la couronne pour devenir
l'épouse du fils de don Carlos. Il faut donc trouver une combinaison qui
confonde et les personnes et les principes. Cette combinaison se
réaliserait par l'établissement d'une co-souveraineté dont l'histoire
d'Espagne elle-même offre l'exemple. Hors de cette combinaison, je ne
vois, je le déclare, point de solution satisfaisante à la grande
difficulté si malheureusement créée par le testament de Ferdinand VII.
Cette idée, je la nourris depuis longtemps, mais je ne l'avais pas
encore communiquée. J'ai pensé que le moment était venu de le faire.
J'ai en conséquence récemment chargé le baron de Neumann de la soumettre
au cabinet de Londres. Je vous prie (ajouta le prince de Metternich en
s'adressant à notre ambassadeur le comte de Flahault présent à
l'entretien) d'en faire également part à votre gouvernement. Ma dépêche
au baron de Neumann est du 31 mars dernier, et j'en attends la réponse
vers le 18 ou le 20 de ce mois.»

L'_idée_ de M. de Metternich (c'était ainsi qu'il l'appelait, ne voulant
pas lui donner le caractère d'une proposition formelle à laquelle il
prévoyait lui-même peu de chances de succès) répondait très-bien à sa
situation en Europe et au tour personnel de son esprit. Il était
toujours prêt à transiger sur les faits, non sur les principes; il
acceptait l'inconséquence pratique, non l'inconséquence rationnelle.
C'était la marque d'un esprit ferme et d'un caractère prudent. A la
place de ces adjectifs, j'en pourrais mettre de moins flatteurs, car les
qualités et les défauts se touchent de bien près; mais j'aime mieux voir
et montrer dans les hommes éminents leurs qualités que leurs défauts.
Dans la liberté d'une conversation spéculative, M. de Metternich avait
raison: le mariage du fils de don Carlos avec la reine Isabelle, conclu
après l'abdication de son père et au nom de l'union des droits comme des
personnes, eût été, à coup sûr, le meilleur moyen de rendre à l'Espagne
la paix intérieure, et de procurer à sa reine la reconnaissance de
toutes les puissances de l'Europe; mais rien n'était plus difficile et
plus improbable que la conclusion de ce mariage à de tels termes;
l'histoire d'Espagne ne l'autorisait pas plus que la logique; la reine
Isabelle Ire et le roi Ferdinand le Catholique ne se contestaient rien
l'un à l'autre; ils avaient uni les royaumes de Castille et d'Aragon, et
régné ensemble sur l'Espagne en mettant en commun des droits pareils. De
nos jours, au contraire, les deux droits à concilier en Espagne
provenaient de deux principes opposés, et leurs champions luttaient pour
des systèmes de gouvernement essentiellement divers: le régime
constitutionnel et le pouvoir absolu. Nous avions reconnu et nous
soutenions en Espagne l'un de ces principes; il ne s'opposait point à ce
qu'après l'abdication de son père, le fils de don Carlos, non en
réclamant son propre droit, mais par un acte politique, épousât la reine
Isabelle; nous ne méconnaissions point les avantages de cette
combinaison pour la pacification intérieure de l'Espagne et la situation
de son gouvernement en Europe; les fils de don Carlos étaient au nombre
des descendants de Philippe V; nous étions prêts à les admettre à ce
titre, pourvu qu'ils acceptassent les grands faits accomplis dans
l'Espagne actuelle et que l'Espagne actuelle les acceptât eux-mêmes.
Fidèle à mes instructions, M. Pageot, sans repousser absolument l'idée
de M. de Metternich, la réduisit et la resserra dans ces limites: «Que
ferez-vous, mon prince, lui dit-il, si le mariage du fils de don Carlos
avec la reine Isabelle n'est possible qu'à ces conditions?--Le fils de
don Carlos aux meilleures conditions possibles, répondit M. de
Metternich; mais la politique de l'Autriche sera différente selon ces
conditions. Dans notre système, nous prenons l'initiative; nous allons
partout, à Bourges, à Londres, à Madrid même. Nous sommes conséquents
avec nous-mêmes; nous ne proposons pas à don Carlos de renoncer à son
droit, nous l'engageons seulement à l'unir au droit qu'on lui oppose
pour les confondre tous deux. Nous pouvons lui tenir ce langage sans
qu'il nous accuse de l'abandonner; mais, dans votre système, nous ne
pouvons plus nous mettre en avant; nous ne pouvons que dire à don
Carlos, s'il vient nous consulter:--C'est là votre dernière chance;
acceptez-la; elle ne se reproduira plus.--Dans le premier cas donc, nous
agissons; dans le second, nous tolérons.»

La question ainsi nettement posée de part et d'autre, M. Pageot quitta
Vienne et alla à Berlin. Nos ouvertures y furent bien accueillies. Le
ministre des affaires étrangères, le baron de Bülow, tout en adhérant à
l'idée du prince de Metternich, laissa clairement voir qu'il croyait peu
au succès; qu'à ses yeux, le désintéressement du roi Louis-Philippe pour
ses propres fils suffisait à la politique européenne, et que notre
principe, le mariage de la reine Isabelle avec l'un des descendants de
Philippe V, ne rencontrerait à Berlin aucune objection.

Au printemps de 1842, notre position était donc prise et notre intention
bien connue des cabinets qui prenaient, au mariage de la reine Isabelle,
un sérieux intérêt. J'acquis, vers la même époque, la certitude que rien
ne nous pressait encore d'agir en Espagne même, et de mettre en pratique
à Madrid la politique que nous avions annoncée à Londres, Vienne
et Berlin. Lorsque, aux premiers jours de cette même année, M. de
Salvandy avait été obligé de partir de Madrid sans avoir pu y
accomplir sa mission, M. Olozaga, alors ministre d'Espagne en
France, avait aussi quitté Paris, n'y laissant, comme nous à
Madrid, qu'un chargé d'affaires. Ses relations avec moi, pendant son
court séjour, avaient été faciles, agréables et pleines, en apparence,
de bon vouloir. C'était un homme d'un esprit remarquablement vif et
brillant avec complaisance, remuant, souple, fertile en expédients et en
mouvements au service de son ambition, sans scrupules comme sans
préjugés, et enchaîné dans les liens du parti radical espagnol,
quoiqu'il essayât quelquefois de s'en dégager. Il traversa Paris au mois
de septembre 1842, en se rendant en Belgique et en Hollande, à raison ou
sous le prétexte d'une mission commerciale. Il vint me voir à son
passage, et je rendis sur-le-champ compte au roi de notre entretien:
«J'ai vu M. Olozaga. Ce n'est point le ministre des affaires étrangères
de France qui a vu le ministre d'Espagne, c'est M. Olozaga qui est venu
voir M. Guizot; cela avait été bien dit et entendu d'avance. Je l'ai
trouvé, sur les affaires de son pays, très-raisonnable et
très-impuissant. Nous avons touché à toutes les questions. Le ministère
Rodil, qui vient de se former, durera-t-il? La reine, qui va avoir douze
ans, aura-t-elle immédiatement un curateur au lieu d'un tuteur, et le
choisira-t-elle elle-même? Pensera-t-on bientôt sérieusement à son
mariage? Où en sont déjà les idées à ce sujet? Sur tous ces points,
voici le résumé de sa conversation. Il n'y a de parti pris sur rien, ni
dans le gouvernement, ni dans le public espagnol. On pourrait diriger
l'opinion du public et la conduite du gouvernement dans tel ou tel sens,
comme on voudrait, comme il conviendrait aux relations et à la politique
extérieure de l'Espagne. Le mariage avec l'un des fils de don Carlos est
le seul auquel l'Espagne actuelle ne puisse, en aucun cas, être amenée;
elle y verrait un don Miguel, la ruine de toutes les institutions
libérales, un péril imminent pour tous les intérêts et toutes les
personnes qui, à tout prendre, bien ou mal, ont prévalu, prévalent et
prévaudront en Espagne. Le mariage avec le duc de Cadix ne serait pas
facile; on l'a bien gâté. Plusieurs autres idées avaient été mises en
avant, mais très-légèrement; on n'y pense plus. Le public espagnol pense
très-peu à cette affaire-là. L'influence anglaise est fort diminuée;
elle pèse à tout le monde; le tête-à-tête où la France a laissé
l'Espagne avec l'Angleterre n'a point nui à la France, mais il ne faut
pas qu'il dure toujours; c'est vers la France que se tourne aujourd'hui
toute l'Espagne, mais il ne faut pas que la France lui tourne le dos.
Tout cela délayé en paroles un peu obscures, timides, entortillées,
comme d'un homme qui, au fond, n'a pas grand'chose à dire, qui voudrait
pourtant qu'on crût qu'il dit quelque chose, et qui en même temps craint
d'en dire trop. Je ne vois, dans tout cela, rien qui nous indique
quelque chose à faire, ni qui puisse changer la situation.

«Si j'essayais d'entrevoir quelque chose au fond de la pensée de M.
Olozaga quant au mariage de la reine Isabelle, je dirais que j'y ai
entrevu le mariage avec l'un des princes napolitains plutôt que tout
autre, mais bien indirectement et vaguement.»

Les choses ne restèrent pas longtemps ainsi stationnaires. En Espagne,
le gouvernement d'Espartero entra dans sa phase de décadence; les
cabinets divers se succédèrent rapidement à Madrid; une insurrection
violente éclata à Barcelone; le régent bombarda la ville qui capitula,
mais qui poursuivit, sous une autre forme, ses griefs et sa résistance.
Les députés catalans présentèrent aux Cortès une adresse contre les
mesures du régent, qui répondit en dissolvant les Cortès. A Paris, à
Londres, à Vienne, cette fermentation révolutionnaire et cet
affaiblissement visible de la régence militaire au-delà des Pyrénées
ramenèrent sur la scène européenne les affaires espagnoles et leurs
chances d'avenir. Le 2 mars 1843, dans la discussion des fonds secrets à
la Chambre des députés, M. de Lamartine attaqua vivement notre politique
envers l'Espagne, l'accusant d'être incertaine, flottante, inefficace.
Le moment était venu d'accepter ce débat dans sa grandeur. J'exposai
toute notre pensée et toute notre conduite dans les rapports, au XIXe
siècle, de la France avec l'Espagne. J'établis que nous avions
constamment et efficacement soutenu l'Espagne dans ses épreuves en
respectant scrupuleusement son indépendance. Je refusai de me joindre
aux soupçons d'infidélité et d'usurpation qu'on élevait contre le régent
Espartero, et je saisis en même temps cette occasion de remettre la
reine Christine au rang qui lui était dû: «Cette noble princesse,
dis-je, a gouverné l'Espagne avec modération et douceur; c'est sous son
pouvoir que la liberté politique a commencé en Espagne. Elle a déployé,
dans une situation bien difficile pour une femme, autant de courage que
de clémence. C'est la nièce de notre roi; elle est du sang français. Et
pourtant, malgré tout cela, nous n'avons pas cru et nous ne croyons pas
qu'il fût du droit et du devoir de la France d'employer la force au-delà
des Pyrénées pour la remettre en possession de la régence et le parti
modéré en possession du pouvoir. Nous avons un plus profond respect pour
l'indépendance des nations et pour les développements, même pour les
écarts de leur liberté. Nous pensons qu'il est du devoir du gouvernement
français de n'employer la force que pour mettre la France elle-même à
'abri des dangers qui menacent ses grands intérêts. Il y a un point, il
y a une question dans laquelle nous croyons que les grands intérêts de
la France sont sérieusement engagés: nous respectons profondément
l'indépendance de la nation et de la monarchie espagnoles; mais si la
monarchie espagnole était renversée, si la souveraine qui règne
aujourd'hui en Espagne était dépouillée de son trône, si l'Espagne était
livrée à une influence exclusive et périlleuse pour nous, si on tentait
de faire sortir le trône d'Espagne de la glorieuse famille qui y siége
depuis Louis XIV, oh! alors je conseillerais à mon roi et à mon pays d'y
regarder et d'aviser.»

Dès qu'il arriva à Madrid, ce discours y fit une impression profonde.
Favorable d'abord: «Les hommes éclairés du parti modéré l'acceptent
comme une garantie pour leurs principes et pour la monarchie, écrivait
notre chargé d'affaires, le duc de Glücksberg[56]; le journal _El Sol_,
qui puise ses inspirations dans la correspondance de M. Martinez de la
Rosa, le proclame hautement ce matin. Les hommes du gouvernement actuel
y voient des motifs de sécurité et une réponse complète aux craintes
qu'ils expriment sans cesse de nos vues de domination exclusive et
absolue. Le ministre des affaires étrangères, M. Ferrer, me disait
avant-hier:--C'est un discours magnifique; c'est le résumé de tout ce
que je vous répète depuis un an; vous avez enfin compris la véritable
politique.»--Je n'ai pu m'empêcher de trouver cette exclamation un peu
naïve[57].» Quelques jours après, le mécontentement prit la place de la
satisfaction: «On a compris l'allusion que contient le discours de M.
Guizot sur l'affaire du mariage. Dimanche, l'_Espectador_ contenait un
article violent pour repousser notre prétention qu'il considère comme
une atteinte à l'indépendance nationale. Lundi, M. Ferrer venait chez
moi et se plaignait de ce qu'il appelait une intervention dans les
affaires de la seule Espagne..... Depuis leur défaite dans les élections
pour les Cortès, je remarque, parmi les hommes de 1812 et du régent, une
recrudescence de fureur contre la déclaration de M. Guizot. Cantillo,
l'officier de la secrétairerie d'État, qui est bon à écouter parce qu'il
est l'écho de son oncle, M. Arguelles, me disait:--Nous devrons à M.
Guizot une seconde guerre civile. Vous pouviez tout en Espagne, même le
mariage du duc d'Aumale; il ne fallait que respecter notre indépendance
et ménager nos susceptibilités. Rien ne nécessitait votre déclaration.
L'Angleterre a prononcé l'exclusion du fils de don Carlos, jamais celle
d'un fils de votre roi.»--Dans les deux chambres des Cortès, surtout
dans le Sénat où Espartero comptait plus de partisans, mes paroles
furent directement et violemment attaquées. Bientôt cependant les
impressions redevinrent plus modérées et plus prévoyantes: «Je remarque,
écrivit M. de Glücksberg, que ni l'_Espectador_, ni M. Ferrer ne
repoussent ouvertement la pensée d'un mariage Bourbon. Bien plus:
mercredi soir, M. Ferrer m'a abordé chez M. Aston en me disant:--J'ai
bien relu le discours de M. Guizot, et, comme le premier jour, j'en suis
fort satisfait. Au fait, cette allusion au mariage, dont je me
préoccupais l'autre jour, est très-voilée; elle est présentée sans
crudité et sans rudesse; elle est bien accompagnée. Quand on arrive à
traiter les questions ainsi, on est bien près de s'entendre. Voyez-vous,
les formes sont beaucoup; si je dois mourir poignardé, j'aime mieux que
le manche du poignard soit doré.»--Depuis quelque temps, ajoutait le duc
de Glücksberg, le nom du duc d'Aumale est souvent prononcé; bien des
esprits se tournent de ce côté à mesure qu'ils se convainquent de la
nécessité de prendre un Bourbon; ils trouvent que, dans cette famille,
nos princes seuls seraient en état de sauver le pays:--«Si vous aviez
voulu, me disait M. Ferrer, nous aurions fini par vous prendre votre duc
d'Aumale, malgré l'Europe.»--J'entrevois cela aussi dans la pensée de M.
Olozaga. Soyez bien sûr, Monsieur, que je ne me laisse entraîner par
personne; je n'ai qu'une réponse: c'est que le roi et son gouvernement
ont déclaré qu'ils ne le voulaient pas[58].»

[Note 56: Je puise ces citations dans la correspondance particulière que
le duc de Glücksberg entretenait, par mon ordre, avec M. Desages,
directeur des affaires politiques dans mon ministère, homme aussi
distingué par l'élévation de son caractère que par son tact diplomatique
et qui avait toute ma confiance.]

[Note 57: Le duc de Glücksberg à M. Desages, 11 mars 1843.]

[Note 58: Le duc de Glücksberg à M. Desages, 11 et 18 mars, 2, 3 et 5
avril 1843.]

Ainsi ranimée à Madrid par l'impulsion venue de Paris, la question
reprit en même temps son cours actif à Londres et à Vienne; de ces
grands centres de la politique européenne, les pensées se reportèrent
vers l'Espagne; et je me trouvai à la fois en présence de l'embarras du
cabinet anglais à marcher, même de loin, avec nous, et du travail du
prince de Metternich pour mettre à flot son idée, sans grand espoir de
l'amener au port.

L'embarras du cabinet anglais ne provenait pas seulement de ses
anciennes traditions de méfiance et de lutte contre l'influence
française en Espagne et de ses liens récents avec le parti radical
espagnol et le régent Espartero; il rencontrait en Angleterre même, à
côté du trône, un désir, un espoir qui compliquait fort, pour lui, la
question du mariage de la reine Isabelle et les négociations dont elle
était l'objet. Un cousin du prince Albert, le prince Ferdinand de
Saxe-Coburg, avait épousé la reine de Portugal; il avait un jeune frère,
le prince Léopold, qu'on disait intelligent et agréable; l'idée vint en
1841, je ne saurais dire à qui d'abord et par qui, que ce prince
pourrait être, pour la reine d'Espagne, un mari convenable, et que, dans
le conflit des partis espagnols et des prétendants européens, il
pourrait avoir des chances de succès. A part le plaisir d'orgueil et le
gage d'influence que la cour de Londres devait trouver dans cette union,
on faisait valoir en sa faveur un sérieux intérêt de l'Angleterre: par
ses rapports et ses liens intimes avec le Portugal que des traités et
des habitudes avaient comme incorporé dans sa politique, elle était fort
engagée dans les affaires de la Péninsule; la mésintelligence, les
jalousies, les querelles des cours de Lisbonne et de Madrid étaient pour
le cabinet de Londres une source de complications et de charges que la
présence, sur les deux trônes, de deux princes de la même maison, et
d'une maison unie à la couronne d'Angleterre, ferait probablement
disparaître. A Londres et à Madrid, cette combinaison prit place dans
les entretiens confidentiels des princes, des ministres et des agents
diplomatiques. Le prince Albert en manifesta à lord Aberdeen un
sentiment favorable. Le régent Espartero se montrait hautement contraire
au mariage de la reine Isabelle avec tout prince de la maison de
Bourbon, napolitain, lucquois, français ou espagnol: «Il faut à
l'Espagne, disait-il à M. Aston, un petit prince allemand, étranger aux
grandes cours européennes comme aux partis espagnols;» et il lui
demandait des renseignements sur les princes de la maison d'Orange, en
témoignant l'espoir que la perspective de ce grand mariage les
déciderait peut-être à devenir catholiques. «Quoiqu'il ne le dise pas,
disait M. Aston, j'ai pu reconnaître qu'il serait disposé à favoriser le
mariage avec un prince de Coburg.» Le duc de Glücksberg écrivait en même
temps à M. Desages que le chargé d'affaires de Belgique à Madrid se
remuait sans bruit, mais activement, pour cette combinaison; qu'il lui
en avait parlé à lui-même comme bien préférable, pour nous, à celle des
fils de don Carlos ou de don François de Paule, et que d'autres agents
diplomatiques secondaires étaient à l'oeuvre dans le même but. Enfin on
annonçait que le jeune prince Léopold de Coburg, dont les parents
devaient aller passer quelque temps à Lisbonne, viendrait probablement
faire lui-même une visite à Madrid; et M. Olozaga se montrait préoccupé
de cette perspective, aux amis de la France avec inquiétude, à ses
adversaires avec empressement[59].

[Note 59: Le duc de Glücksberg à M. Desages, 18 mars et 5 avril 1843.]

Dans ce travail naissant pour le mariage Coburg, rien ne nous importait
davantage que de connaître la pensée du roi Léopold, le vrai chef de
cette maison si rapidement ascendante et le conseiller intime du ménage
royal de Windsor. J'en parlai au roi Louis-Philippe qui me dit que, sur
ce sujet, ils gardaient, le roi des Belges et lui-même, une telle
réserve l'un envers l'autre, qu'il ne m'en pouvait rien dire. Le roi
Léopold était en ce moment à Londres. J'en écrivis à M. de
Sainte-Aulaire: «Vous me demandez, me répondit-il[60], ce que je sais du
roi Léopold. Pas grand'chose, et pourtant j'y ai regardé de mon mieux.
Il est très-fin et très-boutonné sur ce point. Pendant deux heures
d'escrime, il a très-dextrement paré mes bottes sans jamais se
découvrir; mais cette réserve même n'est-elle pas significative? Il m'a
dit «qu'il ne fallait pas nous faire illusion sur les Bourbons
d'Espagne, qu'ils seraient toujours hostiles à notre roi, le duc de
Cadix comme les autres.» Il m'a dit aussi, en m'assurant qu'il le
répétait souvent à la reine Victoria et au prince Albert, pour apaiser
toute rancune contre le roi, que «dans une question pareille, il fallait
tenir grand compte du sentiment français, et que c'était, pour notre
gouvernement, un devoir de ne pas le blesser.» Je me suis avancé jusqu'à
dire que lord Aberdeen regardait un mariage Coburg comme une fort
mauvaise combinaison pour l'Angleterre, et qu'il ne ferait assurément
rien dans le sens de cette politique. J'ai ajouté que je n'étais pas
aussi certain que les influences personnelles de la cour fussent tout à
fait en dehors de la question. Le roi Léopold m'a répondu avec vivacité
que je pouvais me rassurer complétement sur ce point, et qu'il n'y avait
ni volonté, ni moyen d'agir en Espagne autrement que par la diplomatie
patente. En résumé, mon impression est que le roi Léopold ne veut pas
mécontenter notre roi, qu'il s'emploiera toujours en bon esprit entre
nous et l'Angleterre, mais qu'après tout il est beaucoup plus Coburg que
Bourbon, et qu'il ferait pour son neveu tout ce qu'il jugerait
possible.»

[Note 60: Le 14 juillet 1843.]

L'inertie du cabinet anglais m'en disait encore plus que les réticences
du roi Léopold. Après la franche déclaration de notre politique, portée
à Londres par M. Pageot, sir Robert Peel et lord Aberdeen, comme je
viens de le rappeler, nous avaient promis, auprès du gouvernement
espagnol, un concours indirect, lent, voilé, mais sérieux et pratique.
Ils ne faisaient rien pour acquitter leur promesse: s'ils n'étaient pas
favorables, comme j'en suis persuadé, au mariage Coburg, ils ne se
souciaient pas non plus de s'y montrer entièrement contraires, et
d'entraver les chances de succès qui pouvaient lui venir d'ailleurs. Ils
maintenaient à Madrid, comme représentant de l'Angleterre, M. Aston,
disciple de la politique de lord Palmerston, et qui continuait
d'exercer, bien qu'avec réserve, une influence fort peu sympathique à la
nôtre. Enfin, le 5 mai 1843, sir Robert Peel, se renfermant dans un
principe général et absolu, tint à la Chambre des Communes un langage
qui faisait complète abstraction de la politique française et en
séparait celle de l'Angleterre: «Exprimant, dit-il, l'opinion bien
arrêtée du gouvernement anglais, il déclara que, l'Espagne étant
investie de tous les droits et priviléges qui appartiennent à un État
indépendant..., la nation espagnole, parlant par ses organes dûment
constitués, avait le droit exclusif et le pouvoir de contracter les
alliances matrimoniales qu'elle jugerait convenables.»

Je n'avais garde de contester un principe en soi très-vrai et légitime;
mais je ne devais ni ne voulais laisser passer sans observation des
paroles auxquelles le public espagnol et européen ne manquerait pas
d'attribuer un sens et des conséquences tout autres que le principe
même. J'écrivis à M. de Sainte-Aulaire: «Quelle est la portée de la
déclaration de sir Robert Peel? Dit-elle réellement tout ce qu'elle
paraît dire? Signifie-t-elle que, quelle que soit l'alliance
matrimoniale que croiront devoir contracter la reine et la législature
de l'Espagne, fût-ce même un prince français, le gouvernement anglais
n'y interviendra point et ne se jugera point en droit de s'y opposer? Si
c'est là en effet l'intention de sir Robert Peel, nous n'avons rien à
dire, et ses paroles, prises dans ce sens et avec cette valeur,
simplifieraient peut-être beaucoup la situation de l'Espagne et la
nôtre.

«Mais si sir Robert Peel, en proclamant la complète indépendance de
l'Espagne dans le choix du mari de la reine, persiste cependant, au
fond, à en exclure les princes français, et à soutenir que l'Angleterre
aurait droit de s'opposer et s'opposerait en effet à un pareil choix; si
ses paroles ne sont pas en réalité sérieuses et efficaces, si sir Robert
n'a voulu, en les prononçant, que se donner auprès de l'Espagne le
mérite d'un respect extérieur et apparent pour son indépendance, et
retirer, de la comparaison entre ce langage et le nôtre, quelque
avantage à nos dépens, alors vraiment je m'étonne, et plus j'ai de
respect pour sir Robert Peel, pour son caractère et ses paroles, plus je
me crois en droit de m'étonner.

«Du premier moment où j'ai touché à cette question du mariage de la
reine d'Espagne, je me suis imposé la loi d'apporter dans tout ce que je
ferais, dans tout ce que je dirais à cet égard, la plus entière
franchise. Je connaissais les préventions, les méfiances que je
rencontrerais sur mon chemin. J'ai voulu leur enlever sur-le-champ tout
prétexte. On nous a déclaré, non pas officiellement, mais
très-positivement, et sans que nous eussions rien fait qui provoquât
cette déclaration, on nous a déclaré, dis-je, que l'Angleterre, dans les
chances de mariage de la reine Isabelle, donnait l'exclusion à nos
princes. Nous avons répondu en excluant à notre tour les princes
étrangers à la maison de Bourbon. Je ne discute en ce moment ni l'une ni
l'autre déclaration; la nôtre a été faite du même droit que celle de
l'Angleterre, et est fondée sur des motifs de même nature.

«En la portant officieusement à la connaissance des grandes puissances
européennes, et en l'indiquant à notre tribune, j'ai fait acte de
loyauté envers l'Espagne, envers l'Angleterre, envers l'Europe. J'ai
voulu que partout on sût d'avance, et bien nettement, quelle serait,
dans cette grande question, la politique de la France.

«Je n'ignorais pas que, dans nos rapports avec l'Espagne, un tel langage
n'était pas sans inconvénient; que la susceptibilité nationale s'en
alarmerait peut-être, qu'on pourrait abuser des apparences pour
l'exciter contre nous. Si j'avais été, comme le cabinet anglais, en
confiance intime avec le cabinet actuel de Madrid, si j'avais eu sur lui
une grande et habituelle influence, je me serais probablement contenté
de l'entretenir à voix basse de nos intentions. Mais dans notre
situation actuelle avec le gouvernement espagnol, cette façon de
procéder n'était pas à notre usage, car elle n'aurait pas suffi à lui
donner la conviction que nous avions besoin de lui donner. Je me suis
donc décidé à accepter les inconvénients du langage public, pour remplir
le devoir d'une politique loyale, prévoyante et efficace.

«Au fond, et tout homme sensé n'a qu'à réfléchir un moment pour en
demeurer convaincu, nous n'avons porté par là nulle atteinte à
l'indépendance de l'Espagne. La nation espagnole, sa reine, son
gouvernement, ses Cortès sont parfaitement libres de faire, dans cette
question du mariage, tout ce qui leur conviendra. Mais les États, comme
les individus, ne sont libres qu'à leurs risques et périls, et leur
volonté ne saurait enchaîner celle de leurs voisins qui, à leur tour
aussi et aussi à leurs risques et périls, sont libres d'agir selon leurs
propres intérêts. Dire d'avance et tout haut quelle attitude on prendra,
quelle conduite on tiendra si tel événement s'accomplit dans un État
voisin, c'est de l'imprudence si l'on n'est pas bien résolu à tenir en
effet cette attitude et cette conduite; mais si l'on est bien résolu,
c'est de la loyauté.

«Plus j'y pense, moins je comprends pourquoi l'Angleterre persisterait,
et, pour parler franchement, je dirai pourquoi elle persiste à marcher
en Espagne dans la vieille ornière de rivalité et de lutte contre la
France. C'est méconnaître, à mon avis, les grands changements survenus
dans les rapports des États et dans leurs influences réciproques; c'est
compromettre le bien aujourd'hui possible pour s'épuiser en efforts
inutiles contre des périls imaginaires. Et par exemple, en fait de
mariages pour la reine d'Espagne, il en est un, celui du fils aîné de
l'infant don François de Paule, le duc de Cadix, auquel nous n'avons
aucune objection. Quelles sont celles que légitimement, raisonnablement,
dans son intérêt bien entendu, l'Angleterre y pourrait opposer? Je ne
les découvre pas. S'il était reconnu, avoué que, comme nous, elle n'en a
point; si les deux cabinets, sans prétendre entraver l'indépendance de
l'Espagne, laissaient paraître leur bonne intelligence sur cette
combinaison, on peut croire que l'Espagne, très-librement, par sa propre
raison et volonté, en viendrait à l'adopter; et bien des troubles, bien
des périls peut-être disparaîtraient de son avenir. Si je prenais l'une
après l'autre toutes les grandes questions qui agitent l'Espagne,
j'arriverais, j'en suis convaincu, au même résultat; je trouverais que
l'accord de la France et de l'Angleterre y mettrait promptement un
terme, et que ni l'Angleterre, ni la France n'ont réellement, dans
l'état actuel des faits, aucun intérêt vrai et important à demeurer en
désaccord. Mais que de choses sont parce qu'elles ont été, quoiqu'elles
n'aient plus une raison d'être! Je reviendrai sur ceci un de ces jours,
mon cher ami, car j'ai fort à coeur de persuader lord Aberdeen et sir
Robert Peel, comme je suis moi-même persuadé. Nous ferions à nos deux
pays beaucoup de bien, et nous épargnerions à l'Espagne beaucoup de mal.
Cela vaut la peine d'y penser.»

Les hésitations et l'inertie du cabinet anglais n'étaient pas le seul
obstacle que rencontrât, dans la question du mariage espagnol, notre
politique; elle courait aussi le risque d'être compromise, sinon en
principe, du moins en fait, par le travail du prince de Metternich à la
poursuite de son idée en faveur du fils de don Carlos. Ce travail
devenait actif tout en restant secret. Le prince de Metternich en
entretenait le cabinet de Londres. Il mettait en mouvement les hommes
considérables de l'émigration carliste, les pressant de faire tous leurs
efforts pour déterminer don Carlos à abdiquer en faveur de son fils
aîné, l'infant Charles-Louis, et l'infant lui-même à tenir une attitude
et un langage adaptés à la perspective qu'on voulait lui ouvrir. Il me
fit communiquer par le comte Appony un long mémoire à ce sujet, en me
témoignant de plus son intention d'envoyer à Bourges, où nous avions
fixé la résidence de don Carlos et de sa famille, un de ses agents
affidés pour agir directement et en son nom sur le prince et son fils.
Je lui fis donner, par le comte de Flahault, les assurances et les
facilités dont il pouvait avoir besoin pour cette mission, mais en
ajoutant expressément que nous nous tiendrions tout à fait en dehors de
sa tentative dont nous ne pouvions, il le savait bien, adopter l'idée
fondamentale. J'écrivis en même temps au roi: «M. de Metternich
travaillera évidemment et travaille déjà à nous attirer hors de notre
position, pour nous mettre dans la sienne et à sa suite. Si nous nous
laissions faire, nous perdrions, je pense, le terrain que nous avons
gagné, et nous pourrions nous trouver gravement compromis en Europe et
chez nous. Le mariage du fils de don Carlos avec la reine Isabelle n'est
pas impossible et aurait de réels avantages; mais je le crois peu
probable, et, à coup sûr, les inconvénients ne lui manqueraient pas. Je
doute fort que les intérêts, les partis, les personnes qui, depuis
trente ans, ont agité l'Espagne, et qui y prévalent depuis dix ans,
trouvent jamais, dans cette combinaison, assez de sécurité pour s'y
rallier. Je doute tout autant que les carlistes aient assez de bon sens
pour se conduire de telle sorte que la combinaison aboutisse, et que, si
elle aboutissait, elle se maintînt. Je les trouve bien encroûtés, bien
disposés, dès qu'ils se croiraient un peu maîtres, à reprendre toutes
leurs prétentions, toutes leurs maximes absolutistes. D'abord une
extrême répugnance et méfiance de leurs adversaires, puis une nouvelle
guerre civile pourraient bien être au bout de cela; et une guerre
civile, même une simple lutte de partis en Espagne, dans laquelle le
gouvernement espagnol aurait le drapeau absolutiste et fanatique, et
l'opposition le drapeau constitutionnel, une telle lutte serait pour
nous un énorme embarras, et pour l'Angleterre un moyen infaillible de
reprendre en Espagne toute son influence et d'entretenir là, contre
nous, un foyer révolutionnaire très-incommode. Il nous importe donc
extrêmement de ne prendre en aucune manière la responsabilité d'une
combinaison qui entraîne de telles chances. Nous avons déclaré notre
principe dans la question du mariage, les descendants de Philippe V. Les
fils de don Carlos sont du nombre. Nous ne pouvons ni ne devons les
exclure. Si le cours des choses les amène, si l'Espagne les accepte,
nous devons être en mesure de les accepter aussi, et de les accepter
convenablement, sans avoir fait, à leur égard, aucun acte de répulsion
ou seulement de malveillance. Mais là, je crois, doit se borner notre
rôle. Nous pouvons recevoir de l'Espagne ce mariage-là; elle ne doit pas
le recevoir de nous.»

Pendant que nous étions aux prises avec ces plans et ces embarras
diplomatiques, les événements se précipitaient en Espagne et faisaient
prendre, à toutes les questions et à toutes les situations dans les
affaires espagnoles, une face nouvelle. Après trois ans à peine d'un
gouvernement tour à tour faible et violent, honnête dans son intention
générale envers sa reine et son pays, courageux à l'heure du combat,
quel que fût l'ennemi, mais dénué de toute prévoyance comme de toute
fermeté politique, et instrument modéré de mauvais desseins qu'il ne
partageait pas, le régent Espartero était attaqué, renversé, poursuivi,
chassé d'Espagne par tous les partis unis contre lui, par les radicaux
comme par les modérés, par les villes comme par les campagnes, par
l'armée qui avait fait sa fortune comme par les Cortès qu'il venait de
convoquer, par M. Olozaga comme par les généraux Narvaez et Concha; et,
le 29 juillet 1843, il s'embarquait en toute hâte à Cadix pour se
réfugier en Angleterre où il recevait de convenables et froids
témoignages de condoléance. Sa chute était, pour le gouvernement
anglais, un grand déplaisir et un sérieux avertissement: «J'ai dîné hier
auprès de lord Aberdeen, m'écrivait M. de Sainte-Aulaire[61]; il est
visiblement fort troublé des affaires d'Espagne. Je le conçois, car
c'est un rude échec pour la politique whig que le cabinet tory a eu la
faiblesse de faire sienne. Les désappointements disposent à la mauvaise
humeur. Cependant, après quelques boutades, l'esprit juste et honnête de
lord Aberdeen reprend le dessus. Il m'a parlé en commençant des généraux
_christinos_ partis de France pour l'Espagne avec des passe-ports
français, puis de sept mille fusils débarqués par nous sur la côte
d'Espagne. Je lui ai demandé s'il voulait sérieusement imputer à
l'argent et aux intrigues de la France le soulèvement général des
Espagnols contre Espartero. Il a reconnu de bonne grâce et en propres
termes que cette accusation serait absurde et au niveau, tout au plus,
d'une polémique de journaux.--La vraie cause de la chute du régent,
ai-je repris, c'est qu'il n'avait pas en lui les conditions d'une
existence durable. Nous les lui aurions souhaitées, et alors nous nous
serions, comme vous, compromis pour le soutenir; mais nous n'avons pu
vous suivre dans une route qui conduisait là où vous voilà arrivés.
Est-ce nous qui avons eu tort?--Lord Aberdeen a répondu en rechignant un
peu:--Possible que non.--J'ai rappelé encore que, depuis plusieurs mois,
voyant s'approcher des événements que vous désiriez sincèrement
prévenir, vous m'aviez chargé d'offrir votre coopération sincère sur des
bases convenues, et que mes instances n'avaient point été
accueillies.--Puisque vous allez en France, m'a dit lord Aberdeen,
rapportez-nous bien exactement quels sont les intentions et les projets
de votre gouvernement quant à l'Espagne.--Nos vues ont été souvent
proclamées, ai-je répondu; vous ne pouvez les ignorer. Nous voulons une
Espagne indépendante, tranquille et conséquemment monarchique. Quant à
nos projets, c'est-à-dire quant aux moyens d'atteindre le but, une crise
telle que celle-ci n'est pas le moment de les former; il faut laisser
les choses prendre une assiette quelconque; mais quoi qu'il arrive, le
concert de l'Europe me semble le seul moyen d'assurer en Espagne la
durée d'un ordre de choses quelconque.--Je le crois aussi, a répliqué
lord Aberdeen. Ainsi a fini notre conversation.»

[Note 61: Le 27 juillet 1843.]

Je ne tardai pas à recevoir de lord Aberdeen lui-même la confirmation du
changement que les événements d'Espagne avaient apporté dans les
dispositions du gouvernement anglais. Le 24 juillet 1843, lord Cowley
vint me communiquer une longue dépêche, en date du 21, dans laquelle,
après quelques observations sur l'appui que les insurgés contre
Espartero avaient, disait-on, trouvé en France, lord Aberdeen finissait
par nous proposer, sur les affaires d'Espagne, le concert que nous lui
avions proposé deux mois auparavant: «On ne peut espérer, disait-il, que
les passions qui ont si longtemps fait rage en Espagne se calment
immédiatement; mais si les gouvernements liés à l'Espagne par leur
position, des intérêts communs et d'anciennes alliances, spécialement
les gouvernements de la Grande-Bretagne et de la France, s'unissaient
sérieusement et consciencieusement pour aider l'Espagne à établir et à
maintenir un gouvernement stable, on ne peut guère douter qu'en peu de
temps la tranquillité ne fût rendue à ce malheureux pays, et que ses
habitants ne pussent goûter, comme les autres États de l'Europe, les
bienfaits de la prospérité intérieure et du bien-être domestique. Le
gouvernement de Sa Majesté propose donc que les gouvernements anglais et
français unissent leurs efforts pour arrêter le torrent de discordes
civiles qui menace de bouleverser encore une fois l'Espagne, et qu'ils
prescrivent l'un et l'autre, à leurs agents diplomatiques à Madrid,
d'agir dans un amical et permanent accord pour faire prévaloir les
bienveillants desseins de leurs deux gouvernements à cet égard.»

J'acquis en même temps la certitude que, sur la question spéciale du
mariage de la reine Isabelle, lord Aberdeen s'était expliqué avec le
prince Albert de façon à écarter l'idée du prince Léopold de Coburg:
«Avec la chute du régent, lui avait-il dit, les prétentions de ce prince
perdent, je crois, leur meilleur appui. Le régent avait, dans ces
derniers temps, tourné sa pensée vers un prince de la maison d'Orange
comme le mari qui convenait le mieux à la reine. Non par aucune
préférence pour cette maison, mais pour échapper au reproche d'être
asservi à l'influence de l'Angleterre: reproche le plus grave que, dans
la lutte soulevée contre lui, le régent ait encouru. Il serait difficile
de faire voir, dans le prince Léopold, autre chose qu'un choix fait dans
l'intérêt de l'Angleterre, et sa parenté avec la cour de Lisbonne, qui
devrait être pour lui une recommandation, tournerait contre lui.»

Quelques semaines après ces déclarations diplomatiques, la visite de la
reine Victoria au château d'Eu nous fut un indice encore plus clair des
dispositions du cabinet anglais. Je ne doutai pas que les récents
événements d'Espagne n'eussent contribué à déterminer cette démarche
aussi significative qu'inattendue. La chute d'Espartero était la chute
de l'influence anglaise et probablement le retour de l'influence
française en Espagne. Le gouvernement anglais avait besoin de sonder à
fond nos desseins, de faire envers nous un acte de bon vouloir pour
s'assurer du nôtre, et d'apprécier à quel point serait possible le
concert qu'il se décidait enfin à désirer, entre lui et nous, sur les
affaires espagnoles. Les conversations de lord Aberdeen avec le roi et
avec moi le satisfirent au-delà de son attente, et même avec quelque
surprise. Non-seulement parce que, dans l'intimité du tête-à-tête, nous
lui répétâmes, le roi et moi, en en développant les motifs, tout ce que
nous lui avions fait dire sur notre résolution de ne pas aspirer, de
nous refuser même au mariage d'un fils du roi avec la reine Isabelle,
mais parce qu'il acquit, dans ces entretiens, la conviction que notre
politique, générale et spéciale, était sincère et serait aussi constante
que sensée. Nous nous quittâmes charmés de nous être librement ouverts
l'un à l'autre et pénétrés, l'un pour l'autre, d'une affectueuse
confiance. On ne saurait dire à quel point les plus grandes et plus
difficiles affaires des peuples seraient simplifiées si les hommes qui
les dirigent se connaissaient assez bien et s'estimaient assez pour
compter sur la vérité de leurs paroles mutuelles et sur la conformité de
leurs actes avec leurs paroles.

Les événements mirent bientôt à l'épreuve les rapports intimes qui
venaient de s'établir entre les deux cabinets et leurs mutuelles
dispositions. Le gouvernement provisoire qui s'était formé contre
Espartero le déclara déchu de la régence et convoqua immédiatement les
Cortès pour faire confirmer par le pays la crise accomplie par
l'insurrection. Les modérés qui, depuis la chute de la reine Christine,
s'étaient abstenus de prendre part aux élections, rentrèrent dans
l'arène électorale et, sinon en majorité, du moins en grand nombre, dans
l'arène parlementaire; leurs chefs reconnus, MM. Martinez de la Rosa,
Narvaez, Pidal, Mon, Isturiz, Concha, furent élus. Ils se conduisirent
avec esprit et mesure, laissant aux radicaux qui venaient de renverser
Espartero le premier rang dans la victoire comme dans la lutte, et les
secondant sans chercher à les remplacer. M. Olozaga qui, dans les Cortès
précédentes, avait été l'un des plus ardents ennemis d'Espartero, fut
élu président du Congrès. Le premier acte des Cortès, dès qu'elles se
réunirent, fut de déclarer la reine Isabelle majeure; en avançant ainsi
de onze mois sa majorité constitutionnelle, on coupait court à toute
prétention de l'ancien régent, et on remettait en vigueur le régime
monarchique. Ces coups décisifs accomplis, le cabinet honnête et hardi,
mais peu considérable et peu capable, qui y avait présidé se retira, et
l'éminent orateur du parti progressiste, M. Olozaga, quitta la
présidence du Congrès pour former un cabinet nouveau. Mais autour de ce
cabinet à peine formé et jusque dans son sein éclatèrent presque
aussitôt les prétentions rivales, les méfiances mutuelles, les ambitions
et les haines des partis et des personnes; le flot montant portait au
pouvoir les modérés; les Cortès nouvelles leur étaient de jour en jour
plus favorables; l'un de leurs chefs, M. Pidal, avait été élu président
du Congrès en remplacement de M. Olozaga. L'un des membres du nouveau
cabinet, le général Serrano, ministre de la guerre, donna sa démission.
Se sentant ainsi menacé, M. Olozaga, sans en délibérer avec ses
collègues, prit soudainement et à lui seul la résolution de dissoudre
les Cortès, dans l'espoir que des élections nouvelles en amèneraient
d'autres plus fidèles ou plus dociles au parti radical; et, le 30
novembre 1843, le duc de Glücksberg m'adressa cet étrange récit:

«Hier matin, en allant prendre l'ordre, le général Narvaez demanda à la
reine, qu'il trouva fort agitée, si elle avait accepté la démission du
général Serrano. Sa Majesté répondit que non, mais qu'elle avait signé,
et signé de force, un décret qu'elle regrettait amèrement. Le général
lui demanda lequel; elle répondit: «Celui de la dissolution des Cortès.»
Le général la pria alors d'expliquer ce qu'elle venait de dire et la
violence dont elle avait été l'objet. Sa Majesté lui raconta que la
veille, à neuf heures du soir, M. Olozaga était entré dans son cabinet
et lui avait présenté un décret en la priant de le signer. Elle lui
avait demandé ce que c'était; il lui avait répondu:--La dissolution des
Cortès.--Elle s'était écriée:--Je n'ose pas signer cela.--M. Olozaga
avait vivement insisté; elle avait vivement persisté dans son refus, et
avait fini par se lever pour sortir. M. Olozaga s'était alors élancé et
avait fermé une porte; elle avait voulu gagner la seconde, il l'avait
immédiatement fermée; elle était alors revenue à son bureau et s'était
assise en croisant les bras; il s'était approché d'elle, lui avait passé
le bras autour de la taille et lui avait dit en souriant:--Oh! Votre
Majesté voudra bien signer.--Elle avait répondu négativement, et alors
il lui avait pris le bras avec force et, lui mettant une plume dans la
main, il lui avait dit:--Il faut que Votre Majesté signe.--Elle avait eu
peur et avait signé.

«Le général Narvaez sortit de chez Sa Majesté fort ému, et, après s'être
entendu avec quelques amis, le président du Congrès et plusieurs
vice-présidents, il retourna à cinq heures chez Sa Majesté et l'engagea
à appeler le président du Congrès. Elle le fit prévenir; il vint
aussitôt, et Sa Majesté lui répéta tout ce qu'elle avait dit au général
Narvaez. Elle était encore émue et tremblante. M. Pidal, à qui Sa
Majesté demandait conseil, demanda la permission de s'entendre avec les
vice-présidents, de les amener chez Sa Majesté et de ne traiter la
question que devant eux. A huit heures du soir, M. Pidal, président, MM.
Alçon, Quinto, Mazarredo et Gonzalès Bravo, vice-présidents, étaient
chez Sa Majesté. M. Ros de Olano, député et secrétaire de Sa Majesté,
avait été amené et attendait dans une voiture. La reine répéta le récit
qu'elle avait fait au général Narvaez, et, reprenant un peu courage,
elle y ajouta de nouveaux détails. Les président et vice-présidents,
animés d'une indignation qu'augmentait l'état de terreur dans lequel Sa
Majesté était encore, lui conseillèrent d'appeler celui des ministres
qui lui inspirait le plus de confiance; elle désigna le général Serrano;
il vint à l'instant, et, d'accord avec lui, ils engagèrent la reine à
signer deux décrets: la révocation de la dissolution des Cortès, qui
n'avait pas encore été communiquée au ministre de la justice, et la
destitution de M. Olozaga de la présidence du conseil et du ministère
d'État, _pour des raisons dont Sa Majesté se réservait la connaissance_.
M. le ministre de la marine arriva sur ces entrefaites; on lui fit part
de ce qui se passait, et, après quelques scrupules qui lui étaient
inspirés par sa position de collègue de M. Olozaga, il se décida à
contresigner les deux décrets. M. Olozaga, ignorant ce qui se passait,
se présenta en ce moment, à dix heures du soir, à la porte du cabinet;
la reine se mit à trembler et voulut fuir: on chercha à la calmer; mais
elle déclara que, si on le faisait entrer, elle mourrait de peur; et
elle voulut que le gentilhomme de service, M. le duc d'Ossuña, lui
annonçât sa destitution. Il reçut cette nouvelle avec un trouble marqué,
sortit des appartements et n'a pas reparu. Les deux décrets, ou l'un
d'eux au moins, paraîtront demain dans la Gazette.

«Tels sont, Monsieur le ministre, les faits tels qu'ils m'ont été
rapportés par l'un des témoins. J'ai vu ce matin presque toutes les
personnes qui avaient assisté à cette scène: leur témoignage est
unanime. J'ai cru de mon devoir de me rendre également chez M. Olozaga;
je l'ai trouvé très-calme, ou du moins affectant de l'être: il m'a dit
que tout ceci n'était qu'une infâme calomnie, inventée par des gens dont
le décret de dissolution devait déjouer les intrigues; que, loin de
faire violence à la reine, il avait reçu d'elle, ce jour-là même et en
ce moment-là même, une preuve particulière de sa bienveillance, et qu'on
n'avait pu lui faire raconter cette fable qu'en abusant de sa faiblesse,
car son attachement pour lui était connu. Il dit aussi que cette
intrigue, semblable à quelques-unes qu'il avait déjà découvertes, était
conduite par le général Narvaez, et avait pour but de mettre le pouvoir
entre les mains des modérés. Il parle de rallier les progressistes,
ignorant pour le moment qu'ils expriment hautement leur indignation.
Enfin son langage est menaçant: il ne se défend que par des négations et
il attaque la marquise de Santa-Cruz. Pourtant tous les témoignages sont
les mêmes: tous ont trouvé, dans l'accent de la reine, un caractère de
vérité inimitable. Je ne puis en ce moment que rapporter les faits à
Votre Excellence; le temps seul nous instruira de la vérité.»

A côté de ce rapport du duc de Glücksberg, je place le récit de M.
Olozaga lui-même, adressé de Madrid à l'ambassade d'Angleterre à Paris
et transmis par lord Cowley à son gouvernement. «Je suis allé, dit M.
Olozaga, chez la reine, le 28 novembre, à quatre heures de l'après-midi.
J'avais dans mon portefeuille plusieurs décrets que je portais à la
signature de Sa Majesté. Je lui lus à haute voix celui de la dissolution
des Cortès. Cette lecture achevée, la reine me demanda pourquoi je
voulais dissoudre les Cortès. Je répondis à Sa Majesté que ce n'était
qu'une précaution prise d'avance, et que mon intention était de ne faire
usage du décret qu'au cas où la mesure deviendrait nécessaire. La reine
signa alors le décret, de bonne et franche volonté, sans faire aucune
observation, et continua à en signer d'autres. Lorsque Sa Majesté eut
fini, elle me remit un papier en me disant:--Donne la croix de Charles
III à mon maître de musique dont voici le nom (M. Valdemora).--Là-dessus
je me disposai à prendre congé de la reine; mais elle me retint en me
disant:--Attends, je vais te donner des bonbons pour ton enfant.--En
effet, Sa Majesté m'en donna. Voilà tout ce qui s'est passé entre la
reine et moi, ni plus, ni moins; et depuis je n'ai pas eu l'honneur de
la revoir. Le lendemain 29, je dis à tout le monde que j'avais la
signature de la reine pour dissoudre les Cortès en cas de besoin, et que
je m'en servirais si les modérés essayaient de tenter une réaction et
des coups d'État, pour faire proclamer provisoirement la reine absolue,
afin d'opérer des changements dans la constitution. Comme je n'avais
caché mes desseins à personne, les modérés, lorsqu'ils les connurent,
trouvèrent moyen, dans la journée même, de s'emparer de l'esprit de la
reine, et c'est ainsi qu'à quatre heures de l'après-midi, vingt-quatre
heures après la signature, ils réussirent à nouer l'intrigue que tout le
monde connaît.»

Entre deux récits si contraires, où était la vérité? Aujourd'hui même,
vingt-trois ans après l'événement, des hommes bien instruits et
impartiaux ont des doutes sur la scène du 28 novembre 1843 entre M.
Olozaga et la jeune reine, et soupçonnent quelque exagération dans les
détails qui s'en répandirent le lendemain. Quoi qu'il en soit, deux
faits restent certains: d'abord le décret de dissolution des Cortès
inopinément présenté à la reine, à l'insu du conseil des ministres, et
signé par elle avec hésitation et répugnance; ensuite le vif sentiment
de surprise et d'indignation suscité par le bruit de ce qui s'était
passé entre la reine et M. Olozaga, sentiment éprouvé et manifesté
non-seulement par le public et les modérés, mais par beaucoup de
progressistes eux-mêmes. Ce fut un jeune journaliste, naguère ardent
radical et connu par ses attaques contre la reine Christine, M. Gonzalès
Bravo, qui se chargea de former et de présider le nouveau cabinet appelé
à remplacer et à poursuivre M. Olozaga. La demande de mise en accusation
de ce dernier devant le Sénat fut formée dans le Congrès; le gros du
parti progressiste le soutint, et il se défendit lui-même, d'abord avec
adresse, bientôt avec un emportement mêlé à la fois de colère et de
crainte. Après de violents et longs débats, la Chambre vota, à 101 voix
contre 48, un message «pour exprimer à la reine les voeux qu'elle
formait pour son bonheur, et lui dire combien elle ressentait l'acte peu
délicat dont la reine avait été victime dans la nuit du 28 novembre.» A
ce vote, et avant que les poursuites en accusation devant le Sénat
eussent commencé, M. Olozaga prit l'alarme, ne parut plus au Congrès et
se retira en Portugal. Sa question personnelle restait en suspens, mais
la question politique entre les partis était résolue: les progressistes
étaient décriés et vaincus dans la personne de leur chef parlementaire,
comme ils l'avaient été naguère dans la personne du régent, leur chef
militaire; sous l'empire du sentiment public et par l'entremise hardie
d'un jeune progressiste conquis à la cause de la jeune reine, le pouvoir
passait aux mains du parti modéré.

Le cabinet anglais ne se méprit point sur la valeur de ce mouvement
espagnol et ne s'obstina point à en combattre les conséquences; il
rappela de Madrid son ministre M. Aston, trop engagé dans la cause
d'Espartero, et M. de Sainte-Aulaire m'écrivit[62]: «J'ai oublié de vous
dire qu'avant de partir de Madrid, M. Aston a reçu de l'infante doña
Carlotta[63] la déclaration qu'elle et son mari s'engageaient à quitter
l'Espagne si un de leurs fils épousait la reine. Lord Aberdeen, qui m'a
donné, il y a quelques jours, ce renseignement, ne revient pas
volontiers sur les affaires d'Espagne: non qu'il soit le moins du monde
en dissentiment avec vous, mais le mauvais succès de l'intervention de
son prédécesseur en Espagne lui est à présent démontré. Il se reproche
d'avoir trop longtemps marché dans la routine. Il vous abandonne
aujourd'hui le premier rôle, et vous assistera au besoin, dans une
certaine mesure, mais il se tiendra le plus possible à l'écart.»

[Note 62: Le 2 décembre 1843.]

[Note 63: Soeur de la reine Christine et femme de l'infant don François
de Paule.]

Depuis la chute d'Espartero, je pressentais cette situation et je m'y
préparais; nous étions près de reprendre en Espagne notre place et notre
rôle naturels; il nous fallait à Madrid un ambassadeur capable de les
bien comprendre et d'en porter le poids. Ma pensée s'était arrêtée sur
le comte Bresson, notre ministre à Berlin, et le roi adopta
très-volontiers ma proposition. C'était un homme d'un dévouement
éprouvé, d'un esprit droit, net et ferme, d'un caractère plein de
passion et d'empire; observateur sagace sans subtilité, acteur vigilant
et ardent avec persévérance, quoique sujet à des accès d'abattement et
d'inquiétude; digne et fier avec les étrangers, discipliné et fidèle
avec ses chefs; incessamment préoccupé du but public qu'il poursuivait,
et capable de beaucoup risquer pour l'atteindre, quoiqu'il fût aussi
très-préoccupé de lui-même et de sa fortune; propre à réussir dans les
choses grandes et difficiles, car il en aimait la grandeur, mais sans
rêverie ni chimère, et en ne négligeant aucune occasion, aucun moyen de
faire servir les petites choses à son succès. Dès 1842, je lui avais
fait entrevoir l'ambassade d'Espagne comme le poste auquel je le
destinais, et je l'avais tenu au courant des questions et des incidents
qui s'y rapportaient. Il y fut nommé le 6 novembre 1843, et ne partit
pour Madrid que trois semaines après, quand les Cortès eurent déclaré la
reine Isabelle majeure, et rendu ainsi à l'ambassade de France auprès
d'elle son éclat. Il y tombait au milieu de la crise et de l'imbroglio
entre la reine, M. Olozaga, M. Gonzalès Bravo, les Cortès, les
progressistes, les modérés, et il y trouvait pour instruction ce court
billet de moi[64]: «Je ne comprends pas bien; j'attends. C'est de la
vraie comédie espagnole, des coups de théâtre, des intrigues croisées,
des réticences, des énigmes. On ne fait pas avec cela de la bonne
politique. Vous m'expliquerez tout. Un seul mot aujourd'hui, que vous
vous serez bien dit vous-même et que je vous dis pour me satisfaire.
N'épousez aucune querelle, aucune coterie, aucun nom propre. Tenez-vous
en dehors et au-dessus de toutes les rivalités. Veillez sur la reine,
soutenez le gouvernement de la reine. Je ne puis vous dire aujourd'hui
que des généralités, mais il y a des moments où c'est dans les
généralités qu'il faut se tenir. Vous avez un grand et beau rôle à
jouer. Au milieu de cette confusion, vous serez le représentant,
l'interprète de la sagesse française, de l'amitié française. J'espère,
je devrais dire je compte que l'Angleterre se maintiendra à côté de
nous. C'est un théâtre bien différent de Berlin, de bien autres affaires
et de bien autres hommes. Vous n'y réussirez pas moins bien.»

[Note 64: Du 3 décembre 1843.]

La réponse de M. Bresson, sa première lettre de Madrid, fut
singulièrement perplexe et triste[65]: «Je suis arrivé ici hier,
quelques heures avant votre lettre du 3. Il n'est sorte de tribulations,
d'épreuves, d'accidents que nous n'ayons subis. J'ai passé par les plus
cruelles inquiétudes pour les êtres qui me sont le plus chers. Les
routes sont infestées de brigands, et quelques relais très-dangereux,
que nous parcourions de nuit, avaient été par méprise laissés sans
escorte. Mon fourgon a été versé, une roue brisée; nous l'avons relevé à
grand'peine, et Iturbide, excellent courrier de Bayonne attaché au
service de l'ambassade, a abandonné sa voiture sur la route pour nous
prêter ses roues. Nous avons ainsi gagné Madrid. Je ne veux pas appuyer
sur mes impressions; c'est maintenant que je mesure toute l'étendue du
sacrifice que j'ai fait à vos désirs; l'existence la plus heureuse et la
plus douce a fait place à la plus pénible, à la plus agitée. Je
remplirai mes devoirs sans espoir de succès. La situation a empiré
plutôt qu'elle ne s'est améliorée depuis les rapports excellents que
vous a adressés M. de Glücksberg. Nous n'y voyons encore que des issues
funestes. Épuisé d'anxiété et de fatigue, occupé de me caser d'une
manière qui restera bien peu confortable, je n'ai pu causer qu'avec
votre aimable chargé d'affaires; pour la première fois, il est presque
entièrement découragé. Je sens la sagesse de vos conseils; je ne veux
épouser aucune passion, aucun nom propre; si l'impartialité peut être
maintenue, j'y resterai fidèle; mais je ne puis rien promettre, rien
garantir que ma bonne foi et mon dévouement. Pour mon bonheur, j'en ai
vu le terme le jour où j'ai quitté Berlin.»

[Note 65: Du 8 décembre 1843.]

Je ne m'inquiétai pas beaucoup de cette boutade; sans avoir encore vu M.
Bresson à l'oeuvre dans sa nouvelle situation, je le connaissais assez
pour savoir qu'il était de ceux qui, en entrant dans une carrière
périlleuse, peuvent être un moment troublés, tant ils ont soif du
succès, mais qui, une fois engagés dans la lutte, s'y portent avec
passion et ne songent plus qu'à vaincre. Il avait quelque droit de
s'inquiéter en entrevoyant la scène ouverte devant lui, car elle était
pleine d'agitation, d'obscurité, de piéges, de péripéties imprévues, et
il était destiné à y vivre au milieu d'orages soudains et de
complications sans cesse renaissantes. C'est le caractère des peuples du
midi, surtout des Espagnols, que le long régime du pouvoir absolu et
l'absence de la liberté politique n'ont point éteint en eux l'ardeur des
passions, le goût des émotions et des aventures, et qu'ils déploient
avec une audacieuse imprévoyance, dans les intérêts, les incidents et
les intrigues de leur vie personnelle, la fécondité d'esprit et
l'énergie dont ils n'ont pas appris à trouver dans la vie publique
l'emploi réfléchi et la satisfaction mesurée. Le général Narvaez, le
général Serrano, M. Gonzalès Bravo, M. Olozaga et presque tous les
hommes importants à Madrid, modérés ou progressistes, étaient de cette
trempe et nourris dans ces habitudes. A peine entré en relation avec eux
et en présence de leurs luttes personnelles, M. Bresson passa de sa
première émotion de tristesse à un état de fièvre qui le rendit presque
malade: «La jalousie, l'ambition et la vengeance, m'écrivait-il[66],
sont les principaux mobiles des hommes qui figurent ici sur la scène
politique. Je ne fais exception pour aucun parti; haïr, se satisfaire et
se venger, ils ne voient rien au delà. A peine ai-je réussi à rapprocher
le général Narvaez du ministère Gonzalès Bravo, et à faire en sorte
qu'ils se présentent unis devant la reine Christine près de revenir,
qu'il faut que je me mette en campagne pour rapprocher le ministère du
général Narvaez. Les ministres nourrissent et entretiennent
soigneusement le ressentiment que leur a inspiré le mouvement de
malveillance du général, et ils ajournent la revanche qu'ils comptent
prendre jusqu'à ce qu'ils aient acquis la faveur de la reine-mère et
affermi leur assiette; alors ils essayeront de le supplanter, et déjà
même ils sont, dans ce but, entrés en négociation avec le général Alaix.
Et ils y mettent tant de prudence que le propos m'en est revenu d'une
partie de chasse à Aranjuez, et de la source la plus infaillible. Autre
bévue et non moins lourde: hier leur journal, le _Corresponsal_, en
élevant les ministres actuels aux nues, parle avec le plus grand mépris
des modérés, de l'appui desquels ils ne peuvent se passer et sans
l'appui desquels ils ne vivraient pas une heure; il les qualifie
d'hommes pusillanimes, _gastados_, et dont la faiblesse _consumada, el
prestigio enervado, la cobardia excubierta_ sont connues. Est-il
possible de se montrer, dans une situation plus hérissée de périls, plus
mal à propos confiants et plus fatalement hostiles? Je fais arriver à M.
Bravo les paroles suivantes:--«Si le ministère ne renonce pas à ses
projets sur le général Narvaez, et s'il publie un second article comme
celui d'hier, il ne se passera pas quinze jours avant qu'il ait perdu
tous ses appuis, et j'en serai désolé.»--Déjà des chefs modérés
très-impartiaux et très-bienveillants sont indignés et vont grossir les
rangs des modérés impatients. Quels esprits! et comme ils entendent le
dévouement au trône et au pays! Je vais me mettre à refaire ma toile;
rétabli ou non, je serai à Aranjuez.»

[Note 66: Le 11 mars 1844.]

Les Espagnols à part, M. Bresson eut affaire, dès ses premiers pas, à
une relation et à un homme d'une tout autre nature. En rappelant M.
Aston de son poste, lord Aberdeen lui avait donné pour successeur, comme
ministre d'Angleterre à Madrid, sir Henri Bulwer, naguère premier
secrétaire de l'ambassade anglaise à Paris, et il était arrivé à Madrid
trois semaines après M. Bresson. C'était un homme de beaucoup d'esprit
et d'un esprit aussi étendu que fin, capable de saisir et de servir les
grandes combinaisons de la politique de son pays, mais plutôt en
observateur pénétrant qu'en acteur efficace. Il excellait à démêler les
pensées, les dispositions, le travail plus ou moins caché des politiques
avec qui il traitait; mais il n'acquérait, là où il résidait, que peu de
consistance et d'influence; il avait plus d'adresse que d'autorité, plus
d'activité souple que de volonté forte, et il mettait un peu
sceptiquement en pratique les instructions de son gouvernement, sans
poursuivre avec ardeur un but déterminé et dont il fît sa propre
affaire. Il était d'ailleurs, au fond, de l'école et de la clientèle de
lord Palmerston; et lord Aberdeen, en l'envoyant à Madrid, avait plus
songé à se mettre un peu à couvert dans le Parlement et les journaux
anglais, qu'à se donner un agent sûr dans la politique d'entente
cordiale qu'il adoptait envers nous. «Les ministres anglais et français,
écrivait-il à lord Cowley[67], se sont trop appliqués à se
contrebalancer et à s'entraver mutuellement; il est temps que cette
espèce d'antagonisme cesse, car il a beaucoup nui à l'Espagne et nous a
fort peu servi à nous-mêmes. Il est vrai que les deux gouvernements
anglais et français sont chacun assez puissants pour faire la ruine de
l'Espagne, mais il faut la cordiale coopération de l'Angleterre et de la
France pour assurer sa prospérité.» Sir Henri Bulwer était très-capable
de tenir lord Aberdeen au courant de l'état des esprits, des affaires et
des menées de tout genre à Madrid, mais très-peu propre à s'entendre
réellement avec M. Bresson, et à exercer, de concert avec lui, l'action
commune dont lord Aberdeen proclamait la nécessité. A raison de leur
caractère intime encore plus que de leur situation politique, les
rapports de ces deux hommes, en restant toujours convenables, ne
pouvaient être sympathiques, ni répondre à la mission de confiant accord
dont ils étaient chargés. Je ne citerai qu'un exemple de leur
disposition mutuelle, exemple significatif bien que frivole. Trois mois
à peine après leur arrivée et leur établissement à Madrid, M. Bresson
m'écrivait[68]: «Il faut que je vous amuse: voici un billet original de
Bulwer tel que je l'ai reçu. J'ai pris un papier de même format, dont
j'ai déchiré le bord, sur lequel j'ai versé autant d'encre, et écrit au
crayon ce que vous trouverez sur le _verso_[69]. Admirez-vous le tact de
la demande et le bon goût de la forme? Je lui ai adressé mon billet plié
de même, aussi peu cacheté, et par son domestique. Il y a un bon vieux
proverbe français auquel il faut avec grande étude se tenir:
_familiarité engendre mépris_. Je vis bien avec lui; mais il n'est pas
élevé et ses salons sont mal peuplés. Soyez tranquille; il ne vous
viendra pas d'embarras de moi; mais il peut vous en venir de lui. C'est
à moi de réussir à les détourner ou à les diminuer.»

[Note 67: Dans une dépêche du 12 décembre 1843, qui me fut communiquée.]

[Note 68: Le 11 mars 1844.]

[Note 69: Voici le texte du billet, fort taché d'encre en effet, de Sir
Henri Bulwer et celui de la réponse similaire de M. Bresson:


    My dear Bresson,                     Mon cher Bresson,

Your couriers fly in flocks. The      Vos courriers partent en foule,
air is darkened by them. What         comme des flocons de neige. L'air en
tempest does this forbode? Tell       me est obscurci. Quel orage présage
if there is anything worth saying     ceci? Dites-moi s'il y a quelque
that you can say, in order that I     chose qui vaille la peine d'être dit
may send my poor solitary messenger   et que vous puissiez me dire, pour
with the information.                 que je charge de cette information
                                      mon pauvre solitaire messager.
    Ever yours,
                                          Tout à vous,

    H. BULWER.                            H. BULWER.


M. Bresson lui répondit:

Mon cher Bulwer,

J'ai souvent plus de courriers qu'il ne m'en faut, et je les exerce. Je
ne sais aucune nouvelle qui puisse vous intéresser, excepté la prise
d'Alicante. Je n'ai eu à écrire depuis longtemps que sur des affaires
qui nous touchent particulièrement.

Mille et mille amitiés,

BRESSON.]

Je ne fus pas surpris de cette déplaisance mutuelle, dès leur début,
entre ces deux hommes officiellement appelés au bon accord. J'avais
pressenti la difficulté de leurs relations, et je m'étais empressé de
mettre M. Bresson sur ses gardes contre ce péril: «Soyez toujours bien
avec Bulwer et pour lui, lui avais-je écrit[70]; rendez-lui de bons
offices; ne fermez point l'oeil sur ses arrière-pensées, ses petites
menées, ses oscillations, et tenez-moi toujours au courant; mais qu'il
n'en paraisse rien dans vos rapports avec lui, dans votre langage sur
lui. Vous avez vu le bon, très-bon langage de lord Aberdeen. C'est là
l'essentiel. Prenez cela pour le symptôme assuré et le vrai diapason des
intentions et des rapports des deux gouvernements. Que Bulwer, comblé de
vos bons procédés, de vos bons offices, ne puisse, s'il fait des fautes
et subit des échecs, s'en prendre qu'à lui-même. L'entente cordiale
n'est pas, je le sais, un fait de facile exécution sur tous les points
et tous les jours. C'est pourtant le fait essentiel de la situation
générale, et je m'en rapporte à vous pour le maintenir au-dessus des
difficultés locales qui pèsent sur vous.»

[Note 70: Le 17 février 1844.]

L'une de ces difficultés se manifesta immédiatement. En même temps que
MM. Bresson et Bulwer arrivaient à Madrid, un cri s'élevait partout en
Espagne: «La reine Christine! la reine Christine!» Ce n'était pas
seulement le cri du parti modéré vainqueur qui redemandait son premier
et puissant chef; c'était le voeu des honnêtes Espagnols indignés de
l'attentat imputé à M. Olozaga, et pressés de revoir la mère à côté de
sa fille, encore enfant quoique mise en possession du pouvoir royal. La
perspective de ce retour prochain de la reine Christine inspirait au
cabinet anglais un vif sentiment de déplaisir et de méfiance. C'était un
pas de plus dans le déclin de l'influence anglaise en Espagne. On
craignait à Londres non-seulement des réactions personnelles contre les
progressistes vaincus, dont le gouvernement anglais ne cessait pas
d'être le patron, mais le peu de goût de la reine-mère et surtout de ses
plus intimes partisans pour le régime constitutionnel, et leur penchant
pour les coups d'État du pouvoir absolu. Comment ne pas redouter enfin
que le mariage de la reine Isabelle avec l'un des fils du roi ne fût tôt
ou tard le résultat du travail de la reine Christine rétablie en
pouvoir, et plus que jamais liée d'une intime amitié avec la famille
royale de France? Sir Robert Peel surtout s'inquiétait de son retour à
Madrid, et témoignait le désir qu'il fût indéfiniment ajourné. Sur ces
entrefaites, une députation arriva de Madrid pour rappeler
officiellement la reine-mère et la conjurer d'écarter tout délai. M.
Bresson insistait vivement dans le même sens: «Nous ne pouvons,
m'écrivait-il, nous passer de la présence de la reine Christine. Qu'elle
arrive donc, elle sera bien accueillie; elle consolidera le ministère
actuel, ou du moins elle en facilitera la constitution plus définitive.
Elle tempérera l'ardeur de ses partisans qui ne sentent pas tous
l'avantage de mettre en pratique leurs doctrines gouvernementales par
des hommes qui ne sont pas sortis de leurs rangs. Vous avez bien raison
de la fortifier dans ses idées de conciliation. Peut-être lui sera-t-il
difficile de les appliquer: il ne manquera pas de gens qui la pousseront
vers la réaction; les chefs de l'armée ne demanderaient pas mieux que
d'en finir par un coup de main avec le gouvernement représentatif. La
première mesure à laquelle la reine-mère peut se trouver obligée de
donner son assentiment serait la suspension des Cortès, comme
préliminaire de leur dissolution. Je comprends qu'elle y répugne.
Toutefois, hésiter, ajourner son départ aurait de graves inconvénients;
l'élan vers elle se ralentirait; plus tard elle serait moins bien venue;
c'est la scène à laquelle la reine sa fille a été exposée qui a fait
juger à tous sa présence indispensable; si elle en juge autrement, on
révoquera en doute ses sentiments maternels, et l'on en conclura qu'elle
ne consulte plus que ses convenances. La jeune reine désire ardemment le
retour de sa mère.»

J'écrivis à M. de Sainte-Aulaire[71]: «La sollicitude de lord Aberdeen
sur le retour actuel de la reine Christine à Madrid m'a vivement
préoccupé. Je suis allé la trouver elle-même. J'ai mis sous ses yeux
toute la situation. Je lui ai fortement inculqué deux idées: l'une,
combien il importe, à sa fille et à elle-même, que la bonne harmonie
soit maintenue, entre le cabinet anglais et nous sur les affaires
d'Espagne; l'autre, que, pour y réussir, il faut éviter tout ce qui
donnerait à ces affaires, en particulier à celle du mariage de la jeune
reine, une apparence toute française, un air exclusif d'affaire de
famille, et prendre soin que tout cela se traite par des mains et sous
des couleurs espagnoles. Elle a compris, parfaitement compris. Le roi
l'a vue et lui a parlé dans le même sens. Je l'ai revue. Nous avons vu
aussi les députés qui lui ont été envoyés pour presser son retour. Elle
s'est enfin décidée à l'ajourner. Elle va renvoyer à Madrid les deux
messagers; elle répondra qu'elle désire vivement se retrouver auprès de
sa fille et au milieu de ses amis, qu'elle ira en Espagne, mais que le
moment actuel ne lui paraît pas opportun. Nous n'en sommes pas venus là
sans peine, mon cher ami. Je ne sais si la reine Christine est, pour son
propre compte, bien impatiente de retourner en Espagne; je lui crois
beaucoup moins d'ambition et de goût pour le pouvoir qu'on ne lui en
suppose en Angleterre; mais elle est sincèrement et vivement préoccupée
de la situation de la reine sa fille; elle désire reprendre la tutelle
de sa seconde fille, l'infante doña Fernanda. Ses amis, tout le parti
modéré, convaincus que sa présence donnera de la force à leur
gouvernement, la pressent de retourner. Le parti progressiste, loin de
s'opposer à son retour, s'y montre, au contraire, favorable; il aime
mieux avoir à traiter avec la reine Christine qu'avec le général
Narvaez. Bresson m'écrivait en date du 16:--«Le retour de la reine
Christine est plutôt accueilli avec faveur par la presse de
l'opposition; les populations se porteront avec enthousiasme à sa
rencontre.»--C'est à tout cela qu'il faut que la reine Christine
renonce, au risque de mécontenter ses amis et de manquer l'occasion de
l'un de ces triomphes qui plaisent à l'amour-propre des plus sages et
touchent si vivement celui d'une femme. Elle y renonce pourtant; elle
ajourne, elle attendra. Elle fait très-bien; mais dites, je vous prie,
de ma part, à lord Aberdeen qu'il doit lui en savoir gré.»

[Note 71: Le 23 décembre 1843.]

Lord Aberdeen ne pouvait être insensible à une bonne conduite et à un
bon procédé: «Voici ce qu'il m'a répondu, m'écrivit M. de
Sainte-Aulaire[72]:--«De très-puissantes raisons semblent conseiller le
départ de la reine Christine. Je ne voudrais certes pas accepter la
responsabilité d'un délai. Si le roi et M. Guizot estiment qu'il importe
de ne pas perdre un jour, qu'ils agissent en conséquence; je n'entends y
mettre aucun obstacle et je ne profère pas une parole de blâme. Mais je
ne veux pas non plus donner aujourd'hui mon assentiment; pour différer
un peu, j'ai d'autres motifs encore que les difficultés fort grandes de
la question. Bulwer m'a écrit de Madrid le 3 janvier. Je suis informé
qu'il y a reçu le 4 la dépêche par laquelle je lui demandais son avis
sur l'opportunité du retour de la reine Christine en Espagne: me
prononcer avant d'avoir reçu cet avis que j'attends d'heure en heure, ce
serait une inconvenance en suite de laquelle je pourrais me trouver
placé dans une situation fort gauche _(very awkward_).»--Lord Aberdeen a
ajouté que, d'après les quatre lignes écrites par Bulwer le 3 janvier,
il ne supposait pas qu'il s'élevât de fortes objections contre le voyage
de la reine Christine.»

[Note 72: Le 13 janvier 1844.]

Les objections, en effet, ne furent ni graves ni obstinées: avant de
quitter Paris, sir Henri Bulwer s'était entretenu avec la reine
Christine et en avait emporté une impression favorable; il était
d'ailleurs trop clairvoyant pour ne pas reconnaître qu'en présence des
événements et du mouvement d'opinion qui la rappelaient en Espagne, son
retour était inévitable. J'envoyai au roi, dès que j'en reçus
communication, la dépêche dans laquelle il exprimait son avis; le roi me
répondit sur-le-champ[73]: «Au moment où j'allais cacheter le billet que
je venais de vous écrire, on m'a averti que la reine Christine était
chez la reine, et je me suis décidé à lui donner lecture de la dépêche
de Bulwer, d'autant plus que je craignais que vous ne pussiez pas le
faire demain matin. L'effet en a été excellent, et, en attendant que je
vous en conte les détails, je veux vous dire une exclamation faite et
répétée avec un accent de sincérité complète:--«Je ne vais pas en
Espagne pour y rester; Dieu m'en garde! J'y vais d'abord pour revoir mes
filles, ce dont je suis plus pressée que de tout. Si je puis être utile
à la reine et à l'Espagne, je resterai le temps qu'il faudra, le moins
possible. Mais je verrai les choses en arrivant, et il est bien possible
que je revienne tout de suite à Paris.»

[Note 73: Le 19 janvier 1844.]

Elle partit le 15 février 1844, dans cette judicieuse disposition. Dès
qu'elle eut passé les Pyrénées, son voyage à travers l'Espagne fut une
ovation continue. Quand le jour de la réaction arrive, les peuples se
plaisent à croire qu'ils réparent, par leurs acclamations, leurs erreurs
et leurs rigueurs envers d'illustres exilés. La jeune reine, l'infante
sa soeur, les ministres, le corps diplomatique attendaient à Aranjuez la
reine-mère: «C'est demain qu'elle arrive, m'écrivait M. Bresson[74],
nous irons avec la foule à sa rencontre sur la grande route; la
réception officielle n'aura lieu que le lendemain pour le corps
diplomatique. La joie de la jeune reine est touchante; elle ne peut la
contenir: hier, elle a écouté très-sérieusement ses ministres pendant
qu'ils lui rendaient compte de leurs dispositions pour son entrevue avec
la reine Christine, et qu'ils la prévenaient qu'une tente serait dressée
près de la route, à l'endroit où la première arrivée attendrait l'autre.
Quand ils ont été partis, elle a dit à madame de Santa-Cruz: «Faites
tout ce que vous voudrez; mais quand j'apercevrai la voiture de maman,
personne ne m'empêchera de courir au-devant d'elle;» et, sans donner à
la bonne et aimable _camarera mayor_ le temps de se reconnaître, elle
lui a fait faire deux tours de valse, et l'a déposée haletante sur un
sopha. Nous avons eu, ma femme et moi, l'honneur de lui faire notre cour
ce matin; elle nous a reçus avec une effusion qui trahissait les
sentiments dont son coeur était plein; elle m'a demandé des nouvelles du
roi son oncle, de la reine sa tante, et elle prêtait l'attention la plus
vive aux réponses que je lui faisais. Quand je lui ai dit que l'entrevue
de demain était un des spectacles les plus touchants qui pussent être
donnés au monde, et un fait qui occupait tous les esprits et serait
reproduit par les pinceaux de tous les peintres, son regard s'est animé,
et sa physionomie a pris un caractère de dignité et de noble orgueil qui
m'a frappé. Sa santé et celle de l'infante sont très-bonnes en ce
moment, et leur mère aura grand plaisir à les retrouver si fortifiées et
si embellies.»

[Note 74: Le 24 mars 1844.]

Quatre jours après, M. Bresson complétait ainsi son récit: «La reine
Christine est au milieu de nous. Je ne sais si le plaisir de revoir ses
filles compense, pour elle, le chagrin d'avoir quitté sa douce existence
de Paris. Je ne le crois pas: son émotion ne m'a pas paru très-vive;
elle a tendrement embrassé ses filles, et bientôt après elle avait l'air
préoccupée. Dans l'audience qu'elle a accordée à ma femme, elle lui a
parlé avec effusion de son regret de se séparer du roi, de la reine et
de la famille royale, qui avaient eu pour elle tant de bontés, et
qu'elle aimait si tendrement; elle lui a dit que, quand elle avait revu
l'Espagne, ces moeurs étranges et les attelages de mules, son coeur
s'était serré; puis elle a ajouté: «Enfin je suis bien aise d'être venue
pour _les petites_; car pour le reste...;» et les larmes lui sont venues
aux yeux. Je ne me suis pas encore trouvé seul avec elle; elle était
avec ses filles quand je lui ai remis les lettres de la reine et de
Madame Adélaïde; quand elle a rappelé que j'avais contribué au jour que
nous voyions, je n'ai pas pu bien démêler si c'était un remerciement ou
un reproche. En tout cas, sa joie n'est pas sans mélange, et ce n'est
pas moi qui en suis surpris.»

La reine Christine de retour à Madrid, les deux grandes questions dont
la solution attendait sa présence, la réforme de la constitution
espagnole et le mariage de la reine Isabelle, éclatèrent aussitôt et ont
rempli pendant trois ans l'histoire de l'Espagne et l'histoire de nos
rapports avec elle. Questions d'importance et d'urgence très-inégales,
mais qui, l'une et l'autre, préoccupaient si vivement les esprits qu'il
était presque également impossible de ne pas se mettre à l'oeuvre pour
toutes deux. Et, pour aggraver la difficulté, une question plus
pressante encore les précédait: quel parti, quel cabinet, quels
ministres seraient appelés à réformer la constitution et à marier la
jeune reine? A qui appartiendrait le pouvoir qui devait décider de
l'avenir monarchique et constitutionnel de l'Espagne?

Le parti radical était en possession. Il avait pris l'initiative du
renversement d'Espartero. Sorti de ses rangs, le jeune chef du cabinet,
M. Gonzalès Bravo, avait vaillamment soutenu la jeune reine contre M.
Olozaga, et se montrait intelligent et hardi au service de la royauté
relevée. Quand, à Aranjuez, il se présenta pour la première fois à la
reine Christine, «elle l'a fort bien accueilli, m'écrivit M. Bresson;
elle a appelé la reine sa fille et lui a dit:--«Isabelita, souviens-toi
toujours des services que Bravo t'a rendus; tu ne peux t'en souvenir
assez;»--et, se tournant vers lui et le tutoyant comme c'est l'usage des
rois et des reines en Espagne: «Il faut que tu restes au pouvoir: tu y
es nécessaire longtemps; si tu n'y restes pas par goût, restes-y par
dévouement pour la reine et par amitié pour moi.» Bravo était fort
touché de cette entrevue. Il n'a rien caché de sa vie à la reine-mère;
il lui a fait l'aveu de ses antécédents révolutionnaires, de ses torts
envers elle; il lui en a expliqué les causes; il lui a révélé les
embarras même de ses relations de famille, et il l'appelait en quelque
sorte à son secours. Cette confiance, il s'en flattait du moins, a été
bien accueillie; il a cru lire, dans le regard de la reine, qu'elle en
appréciait la franchise. Je souhaite de tout mon coeur qu'il ne se
trompe pas, et que de ce côté l'appui ne lui manque jamais. Cependant il
y a, dans l'atmosphère de cette cour renouvelée tout à coup, quelque
chose qui ne me semble pas pour lui de bon augure: on dirait qu'il a
cessé subitement d'être en harmonie avec cet entourage de grands
seigneurs et de grandes dames qui sont venus reprendre leurs places près
de la reine, et qu'il ne remplit plus les conditions de son poste;
chacun rend justice à son talent et à son courage, et, au même instant,
on cherche à le ramener au niveau de sa naissance et de ses antécédents.
Il a l'envie et l'orgueil à combattre; ce sont deux puissants ennemis.»

Ils ne tardèrent pas à se mettre à l'oeuvre, et un troisième ennemi,
l'ambition souffrante et altérée du parti modéré, joignit ses
impatiences à celles de l'envie et de l'orgueil. Pendant six semaines,
M. Gonzalès Bravo fut à l'état d'une place assiégée, tantôt près d'être
enlevée d'assaut, tantôt en négociation avec les assiégeants pour ne se
rendre qu'à moitié et à de bonnes conditions. Le général Narvaez était à
la fois le plus pressé des assaillants et le plus enclin à traiter avec
M. Bravo dont la hardiesse d'esprit et de coeur en face des grands
périls et des grandes aventures avait sa sympathie. Mais les chefs
civils du parti modéré, M. Mon entre autres, le plus capable et le plus
judicieux, étaient plus exigeants en fait de considération personnelle
et de garanties constitutionnelles; ils n'étaient pas disposés à
réformer la constitution et à gouverner sans le concours des Cortès et
par des coups d'État sous le nom d'ordres royaux. La reine Christine
persista d'abord dans sa reconnaissance et ses bonnes dispositions pour
M. Gonzalès Bravo; elle avait, quant à la réforme de la constitution
dans l'intérêt monarchique, des vues assez arrêtées qu'elle lui
communiqua, et qu'il se montra prêt à satisfaire. M. Bresson, fidèle à
mes instructions, ne prenait parti pour aucune combinaison exclusive, et
gardait sa place entre les hommes importants, témoignant aux uns et aux
autres son inquiétude de leurs désaccords: «Ne soyez pas si inquiet, lui
dit un jour le général Narvaez; il y a pour l'Espagne une Providence à
part, et nous nous en tirerons.--Je ne m'étonne pas, lui répondit M.
Bresson, que vous ayez une Providence pour vous seuls; vous lui donnez
assez à faire pour occuper tout son temps.»

Il me tenait exactement au courant de ses inquiétudes, de ses efforts,
et je m'empressai de lui venir en aide: «Tout ce que vous me dites est
bien grave, lui écrivis-je[75], et aussi étrange que grave. Nous avons,
le roi et moi, grand'peine à comprendre comment la reine Christine se
laisserait pousser à compliquer et à compromettre une situation simple,
claire, et qui doit, si elle est bien conduite, sagement et sans
impatience, aboutir à un bon résultat. Maintenir, quant à présent, un
ministère qui a déjà tant fait pour la monarchie; préparer, par ses
mains, les élections; obtenir des Cortès modérées qui sanctionneront ce
qui aura déjà été fait et qui, de concert avec la reine et un cabinet
reconstitué, feront, soit dans les lois, soit dans la constitution même,
les changements qui pourraient être encore à faire: voilà la marche
naturelle indiquée par le bon sens, par l'expérience, et que nous nous
attendions à voir suivre. Au lieu de cela, que me faites-vous entrevoir?
Toutes choses remises sur-le-champ en question, en fermentation, la
constitution comme le cabinet! La situation exceptionnelle prolongée
indéfiniment et aggravée par je ne sais combien de nouvelles mesures
exceptionnelles! Mon cher comte, ce n'est pas là de la politique; c'est
de la routine de révolution, et on ne finit pas les révolutions en
faisant comme elles. Nous sommes donc tristes et inquiets. Faites tout
ce qui dépendra de vous pour qu'on ne s'engage pas dans cette voie.
Parlez au nom du roi, de son gouvernement; qu'on sache bien notre avis;
qu'on sache bien que nous ne nous engagerons point, que nous ne
soutiendrons point contre notre avis, au-delà de notre avis. Je n'ai, de
si loin, point de conseil spécial à donner; je ne saurais discuter telle
ou telle mesure, telle ou telle démarche; mais nous avons, sur
l'ensemble de la situation, sur la direction et le caractère général de
la conduite à tenir, une opinion très-arrêtée, et nous tenons à ce
qu'elle soit bien connue de la reine Christine, du cabinet, des chefs
importants, militaires ou civils, du parti modéré. Nous ne prétendons
nullement les diriger; nous ne ferons rien qui puisse leur nuire; nous
avons le plus grand respect pour leur indépendance et le zèle le plus
sincère pour leur cause; mais nous ne prêterons notre appui, et nous
n'accepterons notre part de responsabilité devant l'Europe que dans le
sens et dans les limites de ce qui nous paraît sensé et favorable au
rétablissement d'un gouvernement régulier. Or rien n'y est plus
contraire que l'esprit de réaction, la mobilité dans la situation des
personnes, la prodigalité des mesures exceptionnelles, la précipitation
dans les innovations qui ne sont pas absolument indispensables et qui
pourraient être accomplies un peu plus tard par les voies régulières.
Insistez fortement sur tout cela. Nous voulons agir autant qu'il est en
nous pour que la conduite soit bonne, et être bien affranchis de toute
responsabilité si elle est mauvaise. J'espère encore qu'elle sera bonne.
Vous savez exercer de l'action, et je crois toujours à l'empire du bon
sens quand il a un bon représentant. Pourtant, indépendamment de ce que
vous m'écrivez, il m'est venu hier, sur les projets du général Narvaez
et sur ses menées contre M. Gonzalès Bravo, quelques renseignements qui
m'inquiètent fort.»

[Note 75: Le 27 avril 1844.]

Quand ma lettre arriva à Madrid, M. Gonzalès Bravo était tombé; il
avait, ainsi que tous ses collègues, donné la veille sa démission, en
acceptant de bonne grâce l'ambassade de Portugal qu'on lui avait offerte
avec un empressement affectueux, et le général Narvaez était en train de
former un cabinet pris en entier dans le parti modéré. M. Bresson lut à
la reine Christine ma lettre du 27 avril: «Elle ne m'a laissé,
m'écrivit-il[76], pénétrer aucune impression; je n'ai pas su, en la
quittant, si elle m'avait écouté avec indifférence ou avec conviction;
je ne m'attribue donc nullement l'honneur du changement; je crois plutôt
qu'on doit le rapporter à M. Pidal. Quoi qu'il en soit, le soir même, la
reine Christine demanda au général Narvaez si l'armée resterait fidèle
«soit que le gouvernement entreprît par des décrets royaux la réforme de
la constitution, soit que l'on convoquât les Cortès et qu'on s'en remît
à leur décision.--Dans l'un et dans l'autre cas, je réponds de l'armée,
dit le général.--Alors, reprit la reine, prenons le parti le plus
tempéré (_mas templado_); formez votre ministère avec Mon et Mayans.»
Narvaez s'inclina, protestant qu'il ne savait qu'obéir. Il renonça
sur-le-champ à ses vues, et comme il me l'a dit, à ses convictions, et
accepta le programme des modérés. L'état de siége va être levé, les
Cortès actuelles dissoutes; les élections se feront d'après les lois
existantes; aucun décret organique ne sera rendu; on ne recourra à
aucune mesure exceptionnelle; les modifications projetées à la
constitution seront soumises à la délibération des Chambres légalement
élues, légalement assemblées. Avant cinq mois, la session s'ouvrira; la
présence de MM. Mon et Pidal dans le ministère est à ce prix. Ils
n'entendent pas imiter les ministres de Charles X: «Je ne veux pas,
c'est M. Mon qui parle, qu'un jour, aux Tuileries, votre roi, en me
montrant sa nièce, puisse me dire: «C'est vous qui avez fait chasser
cette enfant de ses États.» Cette enfant est précoce; elle disait hier,
lorsqu'on lui apprit la composition du ministère: «Maman, il faut
maintenant penser à la démission de ceux-ci.--Pourquoi,
Isabelita?--Parce que Narvaez et Mon ne seront pas longtemps d'accord.»

[Note 76: Le 4 mai 1844.]

Quoique singulièrement juste et pénétrante, la prédiction de la jeune
reine était un peu précipitée; le nouveau cabinet devait durer quelque
temps, et même résoudre, par les voies légales, la première des deux
grandes questions qui agitaient l'Espagne, la réforme de la
constitution. Il eut pourtant, à peine formé, une crise à subir. Le
marquis de Viluma, ambassadeur d'Espagne à Londres, avait été nommé
ministre des affaires étrangères. Je l'avais vu à son passage par Paris
en se rendant à son poste, et sa conversation, sa personne m'avaient
beaucoup plu. C'était un homme plein d'honneur, de courage, de fidélité
politique, de dignité morale et investi d'une considération méritée. Par
ses opinions générales et ses antécédents, il appartenait à la fraction
la plus monarchique du parti modéré, presque au parti de la monarchie
pure; et tout en reconnaissant la nécessité du régime constitutionnel,
il ne l'acceptait qu'avec inquiétude, et voulait, en le rattachant aux
anciennes institutions de l'Espagne, y faire à la royauté la plus large
part de pouvoir. En rentrant en Espagne, il se déclara partisan décidé
de la réforme de la constitution par décret royal. Il avait médité,
préparé, rédigé toutes les mesures, tous les documents que devait
entraîner ce grand acte, le manifeste à la nation espagnole, les
considérants et le texte de la nouvelle constitution; elle devait être
mise immédiatement en vigueur, accompagnée d'une amnistie générale, et
le 10 octobre 1844, jour de sa majorité effective, la reine Isabelle
devait sanctionner solennellement cet ensemble de mesures, au sein des
Cortès élues et réunies en vertu de la loi électorale également
réformée. Le général Narvaez partageait les idées et approuvait le plan
du marquis de Viluma. C'était aussi, au fond du coeur, le penchant de la
reine Christine. MM. Mon et Pidal voulaient, en fait, toutes les
réformes que proposait M. de Viluma, que désirait la reine-mère et
qu'avait acceptées M. Gonzalès Bravo lui-même; mais ils croyaient
qu'elles pouvaient être accomplies par les voies constitutionnelles, et
ils se refusaient au coup d'État. Bien instruit par M. Bresson de cette
lutte au sein du cabinet, je lui écrivis[77]: «Je ne connais pas
l'Espagne, et je suis fort porté à croire qu'elle ne ressemble à aucun
autre pays. Pourtant il y a des maximes de bon sens qu'aucune différence
locale ne peut abolir. Or c'en est une incontestable qu'il ne faut faire
des coups d'État qu'en présence d'une nécessité impérieuse, évidente,
palpable, et qu'il ne faut pas faire par des coups d'État ce qu'on peut
tenter d'accomplir, avec chance de succès, par les voies légales. J'ai
beau y regarder: la nécessité d'un coup d'État en Espagne, pour rendre
la constitution plus monarchique, n'est pas évidente; et quand je vois
des hommes sensés, des hommes très-monarchiques et très-compromis pour
la monarchie convaincus qu'on peut atteindre ce but par les moyens
constitutionnels, je demeure convaincu à mon tour qu'il est sage de les
en croire et de les laisser faire. Les procédés de force sont bien
tentants; ils sont prompts; ils font honneur au courage, et pour un
moment ils réalisent toutes les espérances. Mais après? Je me méfie des
victoires qui créent autant d'embarras qu'elles en surmontent. Ceux-là
seuls terminent les révolutions qui renoncent aux procédés
révolutionnaires. Pour gouverner, pour gouverner réellement et
durablement, il faut se résigner aux luttes incessantes, aux lenteurs
infinies, aux succès incomplets et toujours contestés. Il ne faut
plaindre, comme on dit, ni son temps, ni sa peine. Je ne doute pas que
les meilleures Cortès espagnoles ne soient très-difficiles à manier; je
ne doute pas qu'il ne soit très-difficile de leur faire modifier
raisonnablement la constitution de 1837. Est-ce impossible? S'il n'y a
pas impossibilité absolue, on fait bien, je crois, de le tenter. Avec
les assemblées politiques, il faut faire de deux choses l'une: ou les
persuader et agir par elles, ou les mettre évidemment dans leur tort
avant d'agir sans elles. Autant donc que je puis avoir un avis, je suis
de l'avis de M. Mon, et je désire que la reine en Soit.

[Note 77: Le 22 juin 1844.]

«En ce qui nous touche, nous, gouvernement français, c'est bien
certainement notre politique et la position qu'il nous convient de
garder. Tenez-vous-y donc bien. Moi aussi, M. de Viluma m'a plu; je lui
ai trouvé l'esprit et le coeur droits et élevés, et j'aurais volontiers
grande confiance en lui. Mais j'ai appris à n'en pas trop croire mon
goût pour les personnes. Continuez de bons rapports avec M. de Viluma,
s'il se retire; mais soutenez M. Mon.»

M. de Viluma se retira. La reine Christine, malgré son penchant,
persista dans sa sagesse. Le général Narvaez se rangea, non sans regret,
mais sans hésitation, à la résolution de la reine Christine. M. Martinez
de la Rosa, toujours considérable et influent dans le parti modéré,
quitta l'ambassade de Paris pour devenir à Madrid ministre des affaires
étrangères. L'expérience donna raison à M. Mon et à sa persévérance
constitutionnelle. Les élections accomplies selon la loi existante
amenèrent des Cortès très-monarchiques qui, après de longs et libres
débats, acceptèrent les modifications proposées par le cabinet. La
constitution de 1837 avait été un premier pas hors de la constitution
radicale et incohérente de 1812 pour rentrer dans les conditions du
gouvernement libre et régulier sous la monarchie. La constitution de
1844, votée par 124 suffrages contre 26, fut un nouveau et grand pas
dans la même voie. Elle se rapprocha, sur les points essentiels, de la
charte française de 1830, avec cette différence que, tandis que les
modifications apportées en 1830 à notre charte de 1814 avaient été
favorables au progrès de la liberté, celles que les Cortès espagnoles
accomplirent en 1844 dans la constitution de 1837 eurent pour objet de
relever et de fortifier la royauté.

Le mariage de la reine Isabelle était une question bien plus compliquée
et de plus longue haleine que la réforme de la constitution espagnole. A
la fin de 1843, elle n'avait pas fait encore de grands pas. Nous avions
hautement déclaré la résolution du roi Louis-Philippe de se refuser au
mariage de l'un de ses fils avec la reine d'Espagne. Nous avions sondé
les dispositions des cours de Londres, de Vienne, de Berlin, de Naples,
de Bruxelles. Une négociation suivie par le duc de Montebello, alors
ambassadeur du roi à Naples, avait décidé le roi de Naples à reconnaître
la reine Isabelle, et à envoyer à Madrid le prince Carini chargé de
profiter, s'il y avait lieu, des chances favorables que notre politique
ouvrait aux deux princes ses frères. L'aîné de ces princes, le comte
d'Aquila, se refusait formellement à l'union espagnole; mais le plus
jeune, le comte de Trapani, était disponible. Nous avions eu, à ce
sujet, le roi et moi, de longs entretiens avec la reine Christine avant
son départ de Paris, et à la fin elle avait paru accepter cette
combinaison. Je suis convaincu qu'elle ne l'acceptait qu'en apparence et
pour gagner du temps; elle espérait toujours triompher de la résistance
du roi Louis-Philippe, et parvenir au mariage de sa fille avec un prince
français. Lord Aberdeen, en causant avec M. de Sainte-Aulaire, avait
lui-même mis en avant l'idée du mariage napolitain, mais sans s'engager
à le seconder activement. Il avait aussi continué à désavouer l'idée du
mariage Coburg, mais toujours préoccupé des désirs de la reine Victoria
et du prince Albert, et peu décidé à les combattre ouvertement. En
septembre 1843, revenant du château d'Eu en Angleterre par la Belgique,
il avait trouvé le roi Léopold très-inquiet que le roi Louis-Philippe ne
le soupçonnât d'intriguer en faveur de son neveu, et très-empressé à
s'en défendre. Loin de convaincre lord Aberdeen de son indifférence,
l'anxiété du roi Léopold avait accru son embarras à se déclarer
l'adversaire d'une combinaison qui avait peut-être, dans sa propre cour,
de tels appuis. De son côté, le prince de Metternich se montrait
vivement opposé à tout mariage napolitain, et travaillait toujours,
encore sans succès, à obtenir l'abdication de don Carlos en faveur de
son fils l'infant Charles-Louis et à préparer les chances de ce qu'il
appelait l'union des droits. En Espagne même enfin, la haine passionnée
de l'infante Doña Carlotta pour sa soeur la reine Christine enlevait à
ses deux fils, le duc de Cadix et le duc de Séville, tout espoir
d'épouser la reine Isabelle: «J'enrage partout, disait cette princesse,
chez moi, à la promenade, au théâtre, partout et toujours;» et son
ambition même ne parvenait pas à contenir sa rage. Partout ainsi les
dispositions des personnes intéressées ou influentes étaient
incertaines, ou obscures, ou inactives; et la question, partout soulevée
et débattue, restait pourtant en suspens.

L'arrivée à Madrid d'abord du comte Bresson et, trois mois après, de la
reine Christine, mit fin à cet état stationnaire quoique agité. M.
Bresson était parti avec l'instruction de travailler au succès du
mariage napolitain; cette combinaison satisfaisait à notre principe
quant aux descendants de Philippe V; et par l'union des branches
espagnole et italienne de la maison de Bourbon, elle accroissait en
Europe l'influence de la France sans l'engager au-delà de l'intérêt
national. A peine établi à Madrid, M. Bresson m'écrivit[78]: «Si
l'influence de l'Angleterre reste négative, si son ministre ne se joint
pas à moi pour seconder, pour conseiller le mariage napolitain; si on le
suppose tiède, indifférent, nous aurons bien de la peine à triompher des
répugnances que je vois naître, se répandre, se concerter.

[Note 78: Le 24 décembre 1843.]

Nous n'en triompherons pas surtout si la reine Christine se tient à
distance et ne vient pas, sur les lieux, inspirer et discipliner ses
partisans. La reconnaissance de Naples n'a pas, à beaucoup près, produit
ici l'effet que j'en attendais. Derrière la reconnaissance, on a
clairement entrevu le dessein du mariage. Alors le parti modéré s'est
demandé ce qu'un prince de seize ans, envoyé par une puissance
secondaire, apporterait à l'Espagne de force morale ou matérielle. M. de
Casa-Irujo s'est montré contraire à ce mariage, sans restriction. M.
Mon, après m'avoir fait avertir la veille par M. de Glücksberg, pour que
j'y fusse préparé, qu'il viendrait, au nom de ses amis, faire auprès de
moi une dernière tentative pour obtenir un des fils du roi, m'est arrivé
rempli de récriminations contre l'abandon où la France avait laissé le
parti modéré chaque fois que le pouvoir lui était échu. Dans la
circonstance présente, il nous voit, pour nous soustraire à quelques
embarras qu'il ne croit pas aussi graves que nous les lui représentons,
donnant à l'Espagne un roi qui ne serait qu'une continuation de minorité
et d'anarchie, quand elle pourrait recevoir de nous un prince fort,
énergique, éprouvé, formé par les exemples du roi son père, et qui
saurait gouverner et subjuguer les factions. J'ai modéré les élans de
son imagination; je lui ai fait voir qu'il se méprenait dans son
appréciation des complications qu'attirerait sur la France et sur
l'Espagne l'alliance qu'il rêvait; et après plusieurs heures de
conversation pendant lesquelles, ne pouvant convaincre sa raison, j'ai
cherché à intéresser son ambition et son amour-propre, il m'a paru plus
calme, promettant de ne pas s'opposer, même de ne pas s'abstenir comme
il le voulait d'abord, et d'empêcher ses amis de se monter la tête et de
prendre d'autres engagements, avant d'avoir examiné la question sous
toutes ses faces. Mais sa conclusion a été que le mariage napolitain ne
serait possible qu'autant que la reine Christine viendrait en personne
le suggérer, et que la France et l'Angleterre y donneraient ouvertement
leur assentiment. Avant l'arrivée de la reine Christine, la question
n'est pas abordable; et après son arrivée, si l'Angleterre n'est pas
nettement sur notre ligne, il y aura opposition ardente du parti
progressiste et scission dans le parti modéré.»

Quelques semaines avant l'arrivée de la reine Christine à Madrid, un
incident inattendu modifia les situations relatives des divers
prétendants à la main de la reine sa fille. L'infante doña Carlotta
mourut presque subitement d'une rougeole rentrée[79]. Par là
disparaissait le principal obstacle que la haine passionnée de cette
princesse pour sa soeur suscitait aux chances matrimoniales des ducs de
Cadix et de Séville ses fils. Nous avions, dès le premier moment,
regretté cet obstacle et témoigné pour ces deux princes notre bon
vouloir. J'écrivis au comte de Flahault le 16 août 1843: «Quant au choix
entre les descendants de Philippe V, nous n'en faisons nous-mêmes aucun.
C'est à l'Espagne de le faire. A tout prendre, le duc de Cadix me paraît
le concurrent le plus près du but. Il est espagnol et il a un parti
espagnol, bon ou mauvais, fort ou faible, mais réel et actif.» En
m'annonçant la mort de l'infante doña Carlotta, M. Bresson me disait:
«Plus on réfléchit sur cette mort, plus elle frappe comme un grand
événement. L'esprit d'intrigue de cette princesse, son activité, son
audace nous préparaient plus d'un embarras dans la question du mariage.
Il est difficile d'être moins regrettée qu'elle ne l'est. Cette branche
de la maison royale n'aura plus d'autre importance que celle qu'il
plaira à la reine Christine de lui octroyer.» Je ne voulus laisser ni à
Londres ni à Madrid aucune incertitude sur ma pensée et mes dispositions
dans cette circonstance; j'écrivis à lord Aberdeen[80]: «La combinaison
napolitaine nous convient; vous m'avez toujours dit qu'au point de vue
des intérêts anglais elle vous convenait aussi. Mais ne croyez pas que
ce soit là pour vous une combinaison exclusive, ni que nous prétendions
le moins du monde l'imposer à l'Espagne. Un mari choisi parmi les
descendants de Philippe V, c'est là toujours notre seul principe
essentiel; et parmi les combinaisons qui rentrent dans ce principe,
celle du duc de Cadix ne rencontrerait, de notre part, pas la moindre
objection. Elle a des avantages réels; la mort de l'infante sa mère lève
bien des obstacles. Ce que je désire, ce qui me paraît indispensable,
c'est que cette combinaison ne devienne pas une combinaison anglaise
opposée à une autre qui serait la française. Non-seulement nous
retomberions par là dans ce déplorable et absurde antagonisme dont nous
travaillons à sortir; mais tenez pour certain que la combinaison Cadix
en deviendrait plus difficile. Il se peut que nous aboutissions à cette
combinaison et qu'elle soit, en définitive, la plus naturelle; mais si
elle doit prévaloir, il faut que ce soit comme espagnole, non comme
anglaise. Restons, vous et nous, sur le terrain où nous sommes placés,
dans l'attitude que nous avons prise, et laissons agir les ressorts
espagnols, reine, reine-mère, cabinet, Cortès. Le concours de toutes ces
volontés est nécessaire pour arriver à un résultat, et elles auront bien
assez de peine à se mettre d'accord.»

[Note 79: Le 29 janvier 1844.]

[Note 80: Le 12 février 1844.]

Je répondis en même temps au comte Bresson [81]: «La mort de l'infante
est, en effet, un vrai événement. J'en tire, sur le mariage, la même
conclusion que vous. Ménagez toujours la chance des princes ses fils,
sans altérer la position que vous avez prise en arrivant. Le roi croit
qu'au fond la disposition de la reine Christine restera la même. Elle
part le 15 de ce mois.»

[Note 81: Le 5 février 1844.]

«Je suis décidée pour mon frère Trapani,» dit au général Narvaez la
reine Christine en arrivant à Aranjuez. «Narvaez, en m'en donnant avis,
m'écrivit aussitôt M. Bresson, exprimait l'opinion que, si nous avions
eu, lui et moi, raison, il y a trois mois, de temporiser, nous aurions
tort aujourd'hui de ne pas hâter la solution, à l'aide de la faveur
populaire que la reine Christine avait tout à coup reconquise:--Vous
serez content, m'a-t-il dit en me prenant la main: la position de la
reine n'est pas ce qu'elle était à la Granja, à Valence, à Barcelone;
là, elle avait près d'elle des chefs militaires disposés à la trahir;
maintenant elle a près d'elle, en moi, un chef militaire qui n'attend
que ses ordres pour les exécuter.» Tous les regards se portèrent dès
lors vers la perspective que la décision de la reine Christine semblait
ouvrir; toutes les démarches se dirigèrent vers ce but; le prince Carini
et le duc de Rivas, ambassadeurs de Naples à Madrid et de Madrid à
Naples, déployèrent leur caractère et leurs instructions: la reine
Christine et la reine sa fille devaient aller à Barcelone; on parla
d'une visite que pourraient leur faire là la reine-mère de Naples et le
comte de Trapani. Il fut aussi question d'un voyage du roi de Naples à
Paris avec son jeune frère, pour le montrer à sa royale famille et le
préparer au trône qui l'attendait. La question paraissait résolue et la
solution près de s'accomplir.

L'humeur du prince de Metternich fut extrême: il redoutait
l'agrandissement de la maison royale de Naples qui devait la rendre plus
indépendante en Italie, et plus encore la contagion révolutionnaire qui,
selon lui, ne pouvait manquer de se répandre d'Espagne en Italie, et d'y
ébranler la domination autrichienne. Depuis quelque temps déjà, dès
qu'il avait entrevu la chance du mariage napolitain, il avait repris
vivement, à Paris comme à Bourges, son travail en faveur du fils de don
Carlos, se montrant même disposé à atténuer la rigueur du principe au
nom duquel il soutenait cette combinaison. Le 13 septembre 1843, le roi
Louis-Philippe était de retour à Saint-Cloud, après avoir reçu au
château d'Eu la visite de la reine d'Angleterre; le comte Appony vint
aussitôt lui rendre ses devoirs, et je reproduis ici textuellement la
conversation qui s'engagea entre eux, et dont j'ai gardé un exact et
complet souvenir:

_Le comte Appony_. Le roi a eu bien beau temps pendant son séjour au
château d'Eu. La reine d'Angleterre a dû bien en jouir.

_Le roi_. Oui, elle a paru se plaire beaucoup. Elle a été parfaitement
aimable.

_Le comte Appony_. Le roi a connaissance des dépêches du prince de
Metternich, que j'ai communiquées à M. Guizot au moment de son départ
pour Eu.

_Le roi_. Sur quoi?

_Le comte Appony_. Des dépêches au baron de Neumann et à moi sur le
mariage de la reine Isabelle avec le fils aîné de don Carlos.

_Le roi_. Ah, oui! je les ai lues. Vous avez bien raison, mon cher
comte, de dire _le fils de don Carlos_. Bien souvent on dit, nos propres
agents disent quelquefois _le prince des Asturies_. Je l'ai vu dans des
lettres de M. de Flahault et de Philippe de Chabot. Expression
parfaitement fausse. Il n'est point _prince des Asturies_. L'appeler
ainsi, c'est dire que son père est roi. Il est l'infant Charles-Louis.
C'est de Vienne que ce langage: _prince des Asturies_, est venu.
Vous-mêmes pourtant vous n'avez point reconnu don Carlos roi, pas plus
qu'Isabelle reine. Vous avez donc bien raison de dire _le fils de don
Carlos_. Quant au fond, vous savez, mon cher comte, tout le cas que je
fais de l'esprit du prince de Metternich, mon respect pour son grand
jugement, sa grande expérience; mais vraiment, je vous l'ai déjà dit, il
a gâté l'affaire en voulant que don Carlos fût roi et que son fils
épousât, comme roi, la reine Isabelle. Nous avions fait, moi et mon
gouvernement, un tour de force en rendant au fils de don Carlos sa
chance, et en l'acceptant comme l'un des descendants de Philippe V. Il
fallait prendre la balle au bond et s'unir sur-le-champ à nous. Au lieu
de cela, le prince de Metternich a voulu faire bande à part, élever une
autre question, un autre drapeau. Je le répète: il a manqué l'occasion
et gâté l'affaire.

_Le comte Appony_. Mais, Sire, nous ne tenons pas absolument à la
condition que nous avons exprimée d'abord; il fallait bien l'exprimer:
c'était notre principe; aujourd'hui nous accepterions le mariage de
l'infant avec la reine.

_Le roi_. L'affaire est gâtée. En Espagne, partout, on sait le principe
que tous avez mis en avant; on sait que nous n'avons pas été d'accord du
premier coup; on s'est prévenu, irrité, préparé.

_Le comte Appony_. Le prince de Metternich fera une démarche à Madrid
pour proposer cette combinaison et dire que la reconnaissance des trois
puissances est à ce prix.

_Le roi_. Prenez-y garde; votre proposition ne fera pas fortune: toute
initiative étrangère sera mal venue en Espagne. Je me garderais bien,
moi, d'en prendre aucune. Et l'Autriche n'a pas conservé grand crédit en
Espagne. Vous n'avez contenté personne. Vous n'avez reconnu ni Charles V
ni la reine Isabelle. Une conduite incertaine ne fortifie pas beaucoup.
Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée.

_Le comte Appony_. La démarche une fois faite, nous comptons sur
l'adhésion du roi.

_Le roi_. A quel titre prenez-vous cette affaire à votre compte?
Pourquoi don Carlos ne s'adresse-t-il pas à moi? C'est moi surtout que
cela regarde. J'y puis plus que personne. Il est étrange qu'à Bourges on
me passe sous silence. Quel absurde aveuglement que celui de ces pauvres
princes! Ils n'ont jamais su comprendre ce qui se peut ou non, ni
comment on réussit. Mais pourquoi l'Autriche est-elle opposée à un
prince napolitain? Je sais: vous craignez le contact de l'Espagne
révolutionnaire avec l'Italie. Illusion, mon cher comte, pure illusion.
Pour prévenir la contagion révolutionnaire, il n'y a qu'une chose
efficace, une chose pressante: c'est de mettre un terme aux révolutions
en Espagne. Autrefois, quand la même famille portait les deux couronnes,
Naples n'a jamais réellement influé sur l'Espagne, ni l'Espagne sur
Naples; bien au contraire, les deux pays se méfiaient l'un de l'autre.
Aujourd'hui, quoiqu'il n'y ait, entre les deux pays, aucun rapport
officiel, l'état révolutionnaire de l'Espagne retentit bien plus en
Italie que l'Espagne ramenée à l'ordre n'agirait sur Naples qui lui
aurait donné un roi. Si un prince napolitain est le meilleur moyen de
rétablir en Espagne un ordre légal, un gouvernement régulier, il faut se
hâter de le lui donner. Le grand esprit du prince de Metternich doit
comprendre cela. Le mal, c'est que la reine Isabelle n'ait pas été
reconnue tout de suite par tout le monde. Il faut qu'un trône soit
occupé. Un trône vide est un trône brisé. Certainement les branches
aînées, les branches légitimes, c'est-à-dire l'ordre légal de
succession, ont de grands avantages: je le pense autant que personne.
Cela était vrai en France aussi; mais la branche aînée n'occupait plus,
ne pouvait plus occuper le trône. Voilà pourquoi j'ai consenti à
l'occuper, pour qu'il y eût un trône. J'aime beaucoup la loi salique; je
la regrette infiniment en Espagne; mais j'aime encore mieux la royauté
sans la loi salique que l'anarchie. Voilà ce qui fait le droit de la
reine Isabelle et ce qui a fait que je l'ai reconnue, et ce qui règle ma
politique en Espagne. Quand la nécessité est là, il faut la voir et
l'accepter avec ses conséquences, et ne songer qu'à ramener l'ordre.

_Le comte Appony_. Le roi pense mal de l'avenir de l'Espagne.

_Le roi_. J'en conviens: j'ai peu d'espoir que l'ordre revienne et se
raffermisse dans ce malheureux pays si désorganisé et si passionné.

_Le comte Appony_. M. Guizot, si je ne me trompe, voit moins en noir que
le roi l'avenir de l'Espagne.

_Le roi_. C'est vrai; il me l'a dit plusieurs fois. Je souhaite fort me
tromper, et que M. Guizot ait raison; mais ce n'est là, entre nous,
qu'une question d'avenir et de conjecture; dans le présent, nous sommes
parfaitement d'accord sur l'Espagne et sur la conduite à y tenir, moi et
M. Guizot. J'approuve tout ce qu'il a pu vous dire à ce sujet, et je
suis sûr qu'il en ferait autant de ce que je vous dis.

Les démarches du prince de Metternich à Bourges ne furent pas tout à
fait vaines: elles trouvaient en Angleterre, non pas dans le
gouvernement, mais dans la haute société de Londres, quelque appui: don
Carlos y avait des partisans qui venaient le visiter à Bourges et qui
essayaient de le servir. Il chargea l'un d'eux, lord Ranelagh, de
remettre à lord Aberdeen une lettre ainsi conçue[82]:

«My Lord,

«Ayant été informé de l'intérêt que vous me portez, ainsi qu'à ma juste
cause, je viens vous témoigner combien j'en suis reconnaissant. Mylord
Ranelagh, qui mérite ma confiance, connaît mes sentiments et tout ce que
je suis disposé à faire pour l'honneur et la tranquillité de l'Espagne,
qui est tout ce que j'ambitionne. Il aura l'honneur de vous répéter tout
ce que je lui ai dit à ce sujet. Je me flatte que vous voudrez bien lui
accorder votre attention, et que là-dessus, et prenant à coeur les
intérêts de ma cause, vous voudrez bien faire tout ce qu'il dépendra de
vous pour amener un heureux Résultat.»

[Note 82: Du 7 mars 1844.]

En m'annonçant[83] cette démarche de don Carlos, M. de Sainte-Aulaire me
disait: «Lord Ranelagh a vu lord Aberdeen. Il apporte à Londres des
pouvoirs (écrits ou non, je ne sais) de don Carlos qui consent à
abdiquer en faveur de son fils. Le mariage avec la reine Isabelle se
faisant, on contesterait peu les titulatures. Bien qu'à cet égard aucun
engagement ne soit pris, lord Ranelagh paraît n'avoir pas laissé de
doute à lord Aberdeen.»

[Note 83: Le 22 mars 1844.]

La réponse de lord Aberdeen à don Carlos fut nette et péremptoire:
«Votre Altesse Royale, lui dit-il, a été mal informée. Malgré mon grand
respect pour Votre Altesse royale et mes égards pour vos intérêts
personnels, je n'ai jamais exprimé ni conçu aucune opinion favorable à
la cause que Votre Altesse royale a soutenue en Espagne. La succession
au trône m'a toujours paru une question dans laquelle aucune
juridiction, aucun contrôle étranger ne pouvait intervenir, et qui
appartenait exclusivement à l'Espagne elle-même. J'ai promptement
adhéré, comme juste, à la décision prise, à cet égard, par la nation
espagnole. Lord Ranelagh m'a dit les sacrifices que Votre Altesse royale
est disposée à faire pour le bonheur et la tranquillité de l'Espagne.
Quel qu'en soit le résultat, je me permets d'exprimer humblement le
sentiment que m'inspirent les motifs patriotiques qui ont fait adopter à
Votre Altesse royale cette résolution.»

«Lord Aberdeen a demandé d'abord, me disait de plus M. de
Sainte-Aulaire, si don Carlos avait fait parler à vous ou au roi. Lord
Ranelagh a dit que non.»

Le refus si positif de toute adhésion de lord Aberdeen ne fut
probablement pas étranger au retard de la résolution que lui avait fait
annoncer don Carlos; il ne se décida à abdiquer qu'un peu plus tard[84];
et cette fois il s'empressa d'annoncer, en ces termes, au roi
Louis-Philippe l'acte qu'il venait d'accomplir:

[Note 84: Le 18 mai 1845.]

«Monsieur mon frère et cousin,

«Je m'empresse d'adresser à Votre Majesté l'acte de mon abdication à la
couronne d'Espagne, que je viens de faire en faveur de mon bien-aimé
fils le prince des Asturies, ainsi que celui de son acceptation, et dont
la teneur suit:

«--Lorsque, à la mort de mon bien-aimé frère et seigneur le roi
Ferdinand VII, la divine Providence m'appela au trône d'Espagne, me
confiant le salut de la monarchie et la félicité des Espagnols, j'y ai
vu un devoir sacré; et pénétré de sentiments d'humanité chrétienne et de
confiance en Dieu, j'ai consacré mon existence à cette pénible tâche.
Sur la terre étrangère comme dans les camps, dans l'exil comme à la tête
de mes fidèles sujets, et jusque dans la solitude de la captivité, la
paix de la monarchie a été mon unique voeu, le but de mon activité et de
ma persévérance. Partout le bien-être de l'Espagne m'a été cher; j'ai
respecté les droits; je n'ai point ambitionné le pouvoir, et partout ma
conscience est restée tranquille.

«La voix de cette conscience et le conseil de mes amis m'avertissent
aujourd'hui, après tant d'efforts, de tentatives et de souffrances
supportées sans succès pour le bonheur de l'Espagne, que la divine
Providence ne me réserve pas d'accomplir la tâche dont elle m'avait
chargé, et que le moment est venu de transmettre cette tâche à celui que
les décrets du ciel y appellent, comme ils m'y avaient appelé.

«En renonçant donc aujourd'hui, pour ma personne, aux droits à la
couronne d'Espagne que m'a donnés le décès de mon frère le roi Ferdinand
VII, en transmettant ces droits à mon fils aîné, Charles-Louis, prince
des Asturies, et en notifiant cette renonciation à la nation espagnole
et à l'Europe, dans les seules voies dont je puisse disposer, j'acquitte
un devoir de conscience, et je me retire passer le reste de mes jours,
éloigné de toute occupation politique, dans la tranquillité domestique
et le calme d'une conscience pure, en priant Dieu pour le bonheur et la
gloire de ma chère patrie--- Bourges, 18 mai 1845.

«_Signé_: Charles.»

«J'ai pris connaissance, avec une résignation filiale, de la
détermination que le roi, mon auguste père et seigneur, m'a fait
signifier aujourd'hui; et en acceptant les droits et les devoirs que sa
volonté me transmet, je me charge d'une tâche que je remplirai, Dieu
aidant, avec les mêmes sentiments et le même dévouement pour le salut de
la monarchie et le bonheur de l'Espagne.--Bourges, 18 mai 1845.

«_Signé_: Charles-Louis.»

Rien, à coup sûr, n'était moins propre qu'un tel document à venir en
aide aux politiques qui désiraient unir le fils de don Carlos à la reine
Isabelle: les principes du parti carliste étaient là aussi crûment
maintenus et proclamés qu'ils avaient pu l'être quand ils avaient
soulevé en Espagne la guerre civile; don Carlos persistait à se
considérer comme roi et seul roi légitime d'Espagne; pas plus en 1843
qu'en 1833, il ne tenait compte ni de l'ancien droit espagnol qui
admettait la succession féminine, ni des dernières volontés de son frère
Ferdinand VII qui avait remis ce droit en vigueur, ni des votes répétés
des Cortès, ni des revers dont les partisans armés de sa cause n'avaient
pu se relever. Tous les partis actifs en Espagne, les modérés comme les
progressistes, tous les pouvoirs civils ou militaires, nationaux ou
municipaux, étaient unanimes à rejeter une combinaison matrimoniale
présentée au nom de telles maximes et avec un tel oubli des faits. La
reine Christine la repoussait avec terreur: «Elle m'a dit ces propres
mots, m'écrivait M. Bresson[85]:--Je ne crois pas mon beau-frère ni mon
neveu capables d'un crime, mais je crois leur parti capable de tout. Mon
coeur de mère m'avertit que, dans une telle union, il y aurait, pour ma
fille, un danger de tous les instants; elle serait un obstacle qu'on
ferait tôt ou tard disparaître. Je serais tourmentée des plus affreux
pressentiments; je n'aurais plus un moment de tranquillité.» M. Bresson
ajoutait[86]: «J'en ai causé avec le duc de Veraguas, descendant de
Christophe Colomb, homme de sens, véritable expression de la Grandesse
ralliée et modérée, et de ce nombreux parti monarchique inactif qui est
le fond de l'Espagne et qui se tient trop à l'écart. Il regarderait ce
mariage comme le meilleur s'il était possible; il croit qu'on pourrait
le rendre tel; si le prétendant avait non-seulement abdiqué, mais
reconnu la reine Isabelle, s'il avait fait sa soumission, placé hors de
doute le principe de la légitimité de la reine, et que son fils eût
seulement alors demandé sa main, à titre d'infant de la branche aînée
collatérale, les choses se présenteraient sous un autre aspect.» C'était
là ce que, dans sa conversation du 13 septembre 1843 avec le roi
Louis-Philippe, le comte Appony avait paru admettre au nom du prince de
Metternich; mais, en 1845, l'acte d'abdication de don Carlos et le
manifeste de son fils l'infant Charles-Louis exclurent toute idée de
concessions semblables; et je retrouve en 1846, dans une lettre du
marquis de Villafranca, l'un des plus modérés partisans de don Carlos,
au duc de Veraguas[87], les mêmes principes, la même obstination noble
et aveugle. Sir Henri Bulwer portait de cette combinaison le même
jugement que M. Bresson: «Autour de la cour, écrivait-il à lord
Aberdeen[88], il y a une coterie qui met en avant le plan d'un mariage
avec le fils de don Carlos; mais ce serait une bien scabreuse affaire.
Cette coterie pense que le trône a besoin d'être fortifié, et que parmi
les carlistes seuls on trouverait un grand nombre d'hommes influents qui
s'uniraient cordialement, à certaines conditions, pour accroître
l'autorité royale. Le fait est que tous les soldats de fortune, comme
Narvaez et Concha, et beaucoup d'autres fort disposés peut-être à aller
très-loin pour faire de la reine Isabelle un souverain absolu,
s'uniraient comme un seul homme contre le projet de donner à don Carlos
ou à son fils la moindre dose de pouvoir, par cette seule et simple
raison qu'ils élèveraient ainsi, contre eux-mêmes, une nouvelle troupe
de rivaux. Tenez pour certain, Mylord, qu'à moins de bien grands
changements dans l'opinion de ce pays, un tel mariage équivaudrait à une
nouvelle guerre civile et à une nouvelle série de révolutions.»

[Note 85: Le 11 avril 1844.]

[Note 86: Le 14 avril 1844.]

[Note 87: Du 2 juillet 1846.]

[Note 88: Le 3 janvier 1844.]

Ainsi se resserrait de jour en jour le cercle des prétendants entre
lesquels la reine Isabelle avait à choisir. Nous nous refusions au
mariage français, et le gouvernement anglais s'y déclarait contraire.
Nous faisions la même déclaration à l'égard de tout prince étranger aux
descendants de Philippe V, spécialement du prince Léopold de Coburg. Au
dire de tous les bons juges de l'état des partis en Espagne, le mariage
carliste devenait de plus en plus impossible. Le mariage napolitain ou
un mariage purement espagnol, le comte de Trapani ou l'un des deux fils
de l'infante doña Carlotta, le duc de Cadix ou le duc de Séville, tels
paraissaient donc en 1844, au retour de la reine Christine en Espagne,
les seuls concurrents entre lesquels la question du mariage de la reine
Isabelle fût à décider.

La négociation engagée en faveur du comte de Trapani fut activement
suivie par le comte Bresson à Madrid et par le duc de Montebello à
Naples; c'était la mission qu'ils avaient reçue et dont le succès devait
être leur propre succès aussi bien que celui de leur gouvernement. Ils
ne négligèrent rien pour obtenir, l'un du gouvernement espagnol, l'autre
du roi de Naples, les démarches et les concessions nécessaires pour
atteindre notre but. Mais ils rencontraient, l'un à Naples, l'autre à
Madrid, des hésitations, des lenteurs, des ajournements qui rendaient
vains leurs efforts: le roi de Naples ne voulait prendre aucune
résolution, aucune initiative sans qu'il lui fût venu de Madrid quelque
ouverture positive et l'assurance du succès; le cabinet espagnol ne
voulait s'engager à rien avant que le roi de Naples eût témoigné son
désir du mariage en dirigeant ouvertement vers ce but la situation,
l'éducation, la vie extérieure et les actes du comte de Trapani: «Je
viens enfin d'obtenir du général Narvaez qu'il écrirait au duc de Rivas
et qu'il toucherait la question du mariage, m'écrivait M. Bresson[89];
je sors de chez lui; il m'a lu sa lettre et me l'a remise. Je l'envoie à
Montebello. Elle est très-bien. Elle dit au duc de Rivas que le moment
d'entrer en négociation formelle et de prendre des engagements n'est pas
encore venu, et que le gouvernement espagnol doit conserver toute sa
liberté et ne consulter que le bonheur de la reine et l'intérêt du pays;
mais qu'il n'hésite pas à déclarer que, le jour où Sa Majesté aura fait
un choix et le lui aura notifié, il n'omettra, en quelque situation
qu'il se trouve, aucun effort pour qu'elle soit satisfaite, et il ne
doute pas d'y réussir. Il ajoute que les dispositions bien connues de la
reine-mère, les relations de famille et la consanguinité laissent peu de
doute que ce choix ne tombe sur le comte de Trapani; qu'il faut donc
songer dès aujourd'hui à le produire, à le faire voyager, à le préparer
au rôle qui lui est réservé, et à lui concilier les sentiments de la
nation espagnole; que l'éducation qu'il reçoit n'est pas de nature à
produire cet effet, et que, si ce jeune prince ne quitte pas la robe de
jésuite pour le frac militaire, l'Espagne, qui n'entend pas se soumettre
à l'esprit et au régime du cloître, n'accueillera pas favorablement ses
prétentions à la main de la jeune reine........» Trois semaines
après[90], M. Bresson me disait: «Hier le général Narvaez m'a fait lire
la réponse du duc de Rivas; il dit qu'il a fait usage de la lettre du
général, qu'il ne doute pas qu'elle n'ait pour conséquence de retirer
des mains des jésuites le comte de Trapani, qu'il en est temps, que le
duc de Montebello le seconde de tous ses efforts, mais que le roi
Ferdinand est encore retenu dans son incertitude du succès par la
crainte exagérée de passer un jour pour dupe et de n'avoir produit qu'un
candidat malheureux. Quand le général Narvaez a communiqué cette lettre
du duc de Rivas à la reine Christine, elle a fait cette seule
remarque:--«Au lieu d'hésiter, si mon frère entendait bien son intérêt,
il enverrait Trapani à bord de l'escadre du prince de Joinville.»--Je
vous en prie, ajoutait M. Bresson, écrivez tout cela à Montebello, et
que le roi Ferdinand entende de sa bouche la vérité sans déguisement.
Vos paroles seront d'un tout autre poids que les miennes. Il nous gâte
entièrement la position, et bientôt, s'il ne retire son frère de son
collège de jésuites, je serai réduit à vous mander qu'il ne lui reste
plus de chances.»

[Note 89: Le 14 juillet 1844.]

[Note 90: Les 9 août et 8 septembre 1844.]

En communiquant au roi ces lettres de M. Bresson, j'ajoutai[91]: «Le
mariage espagnol nous donnera bien de l'embarras; personne ne nous aide,
pas même ceux dont nous voulons faire les affaires. Il n'y a pas moyen
de tout faire tout seuls, et pour tout le monde.» Le roi me répondit
sur-le-champ: «J'ai été tellement assiégé ce matin que ce n'est qu'en ce
moment que je viens de lire la lettre particulière de Bresson. Cette
lecture m'a fait la même impression qu'à vous, et elle m'a suggéré
l'idée d'une démarche sur laquelle j'aurais été bien aise de vous
consulter avant de la faire; mais, ne vous ayant pas vu et n'ayant aucun
doute que vous ne la trouviez convenable et utile, je vais vous en
informer brièvement. Si, contre mon attente, vous y aviez des
objections, vous aurez le temps de m'en faire part en me les
communiquant avant sept ou huit heures du soir. Je fais dire au duc de
Serra Capriola de venir chez moi ce soir, à huit heures et demie.
J'aurai dans ma poche une copie en forme d'extrait de la lettre de
Bresson. Je me propose non-seulement de la lui faire lire, mais de la
lui donner en le chargeant de l'envoyer au roi de Naples, et de lui dire
en même temps que je ne crois pas pouvoir lui donner une plus grande
marque d'amitié, ni une plus grande preuve de l'intérêt que je porte à
sa famille qui est la même que la mienne, que de lui faire connaître
franchement combien je suis contrarié de ses hésitations, et combien je
les crois nuisibles à nos intérêts communs, particulièrement aux siens,
sans que je puisse découvrir comment ce qu'on lui demande le
compromettrait plus que le grand acte qu'il a fait quand il a reconnu la
reine Isabelle II. Il faut qu'il ne se dissimule pas qu'en faisant cet
acte il a brûlé ses vaisseaux avec la partie adverse, et que tous ces
petits ménagements pour elle ne serviront qu'à faire manquer le mariage
de son frère, et n'empêcheront pas de croire que ce mariage était le but
qu'il se proposait par la reconnaissance de la reine Isabelle. La lettre
de Bresson et la composition des Cortès qui doivent se réunir le 10
octobre ne me laissent pas de doute que le mariage de Trapani peut
s'arranger aujourd'hui si le roi de Naples veut parler et agir, et
surtout retirer son frère de chez les jésuites; mais il faut lui dire
que le moment critique est arrivé, le moment de réussir ou de manquer;
et je me propose de dire nettement à Serra Capriola que, si le roi de
Naples continue à se laisser duper par les intrigues qui s'agitent
autour de lui pour faire avorter un mariage dont nous ne nous sommes
mêlés que sur ses désirs très-vivement exprimés; s'il ne se décide pas à
faire ce sans quoi il est évident qu'il n'y a plus de chances de succès,
nous cesserons, sans doute avec un vif regret, mais pourtant
positivement, de nous occuper du mariage de son frère; nous n'en
parlerons plus, tant à Madrid qu'ailleurs, et nous laisserons le champ
libre à une autre combinaison.»

[Note 91: Le 14 septembre 1844.]

J'écrivis sur-le-champ à M. Bresson: «Voici ce que le roi m'a répondu
hier soir. Je vous envoie une copie textuelle de son billet dont je veux
envoyer l'original à Montebello. Montrez-le à qui vous jugerez
convenable, si vous jugez qu'il convienne de le montrer à quelqu'un.
J'ai tout à fait approuvé ce qu'a fait le roi. Il faut que nous tirions
le roi de Naples de son apathie, ou que nous sachions si décidément il
n'en veut pas sortir. Il craint deux choses: l'une, d'être pris pour
dupe; l'autre, de voir son frère Trapani, au sortir du couvent, tourner
comme ont tourné le comte de Lecce, le prince de Capoue, etc. On a
intéressé son amour-propre royal et sa conscience fraternelle. Son
amour-propre doit se résigner à quelque risque, et sa conscience peut
prendre, en faisant voyager son frère en Europe, des précautions qui la
rassurent. Je vous tiendrai au courant de ce qu'amènera cette dernière
démarche.»

Elle n'amena rien de nouveau ni de décisif; le roi de Naples persista
dans son irrésolution et son inertie. J'incline à croire qu'outre sa
crainte de se brouiller avec les cours de Vienne et de Rome, il doutait
un peu de la sincère et ferme résistance du roi Louis-Philippe au
mariage de l'un de ses fils avec la reine Isabelle, et il ne voulait pas
s'exposer à n'avoir fait, dans ses rapports avec la cour de Madrid, que
servir de marchepied à son cousin. Ce doute routinier et inintelligent
le trompait singulièrement, car il avait précisément pour effet de
rendre des chances à la combinaison que le roi Ferdinand redoutait:
«Savez-vous, m'écrivait le comte Bresson[92], ce qui résulte déjà de ces
hésitations du roi de Naples? Les partisans du mariage français se
raniment, Narvaez lui-même; il me disait avant-hier:--«Ce mariage peut
se traiter, s'accomplir sans que vous vous en mêliez; laissez-nous
seulement faire. Soit, je l'admets: l'Espagne aujourd'hui est plutôt un
embarras qu'un surcroît de force; mais donnez-moi trois ans avec un des
fils de votre roi, et je la reporterai au rang de puissance du premier
ordre; et alors, mesurez de quelle importance il sera pour la France,
pour vos possessions d'Afrique, de ne faire qu'un avec elle.»--Je
n'entre pas, vous le pensez bien, cher ministre, dans la discussion de
ces diverses assertions: je détourne la pensée et je combats les
espérances. Mais ne doutons pas d'une conséquence à peu près inévitable
de la conduite équivoque du roi de Naples: aucun autre ministère que
celui présidé par Narvaez n'osera adopter son frère; et les ducs de
Cadix et de Séville n'ayant de partisans nulle part, et les fils de don
Carlos ayant toutes les portes fermées, la question se posera nettement
entre un prince français et un prince allemand; dans un entraînement
d'irritation contre les vues exclusives de ses voisins, dans un
soubresaut d'indépendance, l'Espagne nous laissera de côté et prétendra
choisir, pour elle et pour sa reine, quelque prince homme fait, certain
de l'appui de quelque grande puissance, et qui, par sa personnalité et
par ses alliances, lui apportera de fortes garanties. Elle ne peut
chercher et trouver ce prince qu'en France, en Autriche ou dans le reste
de l'Allemagne. En pareil cas, que comptez-vous faire? Je vous en prie,
répondez-moi aussi nettement que je vais vous dire ma façon de penser.
Je regarde un prince français comme une glorieuse et déplorable
extrémité, un prince allemand comme le coup le plus pénétrant, le plus
sensible à l'honneur de la France, et à l'orgueil, à l'existence
peut-être de notre dynastie. Entre un prince français et un prince
allemand, réduit, adossé à ces termes, je n'hésiterais pas un moment: je
ferais choisir un prince français. Ici, cher ministre, mes antécédents
me donnent le droit de soumettre respectueusement, au roi et à vous,
quelques observations personnelles. En 1831, quand la question s'est
posée, en Belgique, entre le duc de Leuchtenberg et le duc de Nemours,
je me suis trouvé dans une position identique. Je ne rappellerai pas à
Sa Majesté cette conversation que je suis venu chercher à toute bride de
Bruxelles, et que j'ai eue avec elle, le maréchal Sébastiani en tiers,
le 29 janvier, au point du jour. Les circonstances étaient imminentes,
au dedans et au dehors; tout bon serviteur devait payer de sa personne;
j'ai pris sur moi une immense responsabilité: j'ai fait élire M. le duc
de Nemours, et je n'hésite pas à reconnaître que je l'ai fait sans
l'assentiment du roi et de son ministre. C'était très-grave pour ma
carrière, pour ma réputation même; j'ai touché à ma ruine; toute la
conférence de Londres, M. de Talleyrand y compris, lord Palmerston avec
fureur, s'était liguée contre moi. Le roi et le maréchal Sébastiani
m'ont soutenu; ils m'ont ouvert une autre route; ils m'ont porté sur un
autre théâtre, et je me suis relevé à Berlin, non sans peine, du bord de
ce précipice. Mais, cher ministre, je ne pourrais repasser par ce
chemin, ni courir de pareils risques; je ne serais plus, aux yeux de
tous, qu'un brûlot de duperie ou de tromperie; on m'accuserait avec
raison d'avoir joué deux peuples amis. Expliquons-nous donc secrètement,
entre nous, mais sans détour; sur quoi puis-je compter? Votre résolution
est-elle prise? Êtes-vous préparé à toutes ses suites?

[Note 92: Les 8 et 21 septembre 1844.]

Que le roi de Naples se prononce; que nous sachions à quoi nous en
tenir, et que nous puissions prendre nos mesures en toute connaissance
de cause. Mais si la combinaison napolitaine échoue, si, après avoir
tenté, je l'atteste sur l'honneur, tous les efforts pour la faire
triompher, je me trouve forcément amené, pour épargner à notre roi et à
notre pays une blessure profonde, à faire proclamer un prince français
pour époux de la reine, accepterez-vous ce choix et en assurerez-vous, à
tout prix, l'accomplissement?

«J'espère, cher ministre, que le roi ne pensera pas, que vous ne
penserez pas qu'en vous adressant une question si grave et si précise,
je m'écarte du respect que je dois et veux toujours observer.
L'imminence du danger a pu seule me conduire à mettre de côté tous les
détours et toutes les circonlocutions d'usage.»

Il ajoutait en post-scriptum: «Ainsi que vous le désirez, je me tiens en
bons rapports avec la maison de l'infant don Francisco, quoique persuadé
que lui et ses fils ne pèsent guère dans la balance. J'y ai été reçu
dernièrement à bras ouverts et avec des insinuations par le duc de
Cadix. J'envoie de temps en temps ma femme chez les infantes qui se sont
prises, pour elle, de tendresse, et dont la gouvernante, madame d'Araña,
est son amie.»

Bien loin de me blesser, la franche et hardie question de M. Bresson me
plut et redoubla la confiance que je lui portais déjà; je me tins pour
assuré que nous avions à Madrid un agent qui, dans un moment critique,
n'hésiterait pas à prendre une grande responsabilité, et ne se
laisserait prévenir ni arrêter par aucune intrigue, espagnole ou
diplomatique. Mais l'ardente imagination de M. Bresson allait plus vite
que les événements; le séjour de l'Espagne lui déplaisait, et dans son
impatience d'en sortir bientôt par un succès éclatant, il oubliait ce
qu'il m'avait écrit peu après son arrivée à Madrid[93]: «Le roi connaît
bien l'Espagne; il suffit d'ouvrir les yeux et de regarder pour se
convaincre combien la politique de non-intervention était sage et
nationale. Je me croirais coupable du crime de lèse-patrie si j'en
conseillais jamais une autre. Il n'y aura jamais rien à gagner, il y
aura toujours à perdre à prendre l'Espagne à sa charge. Quand on n'en a
pas été témoin, on ne peut se représenter un pareil état social.

[Note 93: Le 17 décembre 1843.]

Que M. le duc d'Aumale et M. le duc de Montpensier rendent grâce à la
haute raison du roi leur père qui leur enlève toute chance d'un pareil
établissement! Pauvres princes! je les plaindrais autant que je me
plains moi-même.» C'était bien sérieusement et sincèrement que le roi
Louis-Philippe avait résolu, dans l'intérêt de la France, de ne pas
accepter, pour l'un de ses fils, la main de la reine d'Espagne, avec les
conséquences françaises, espagnoles et européennes de cette union. Cette
sage et honnête politique nous imposait la loi d'épuiser toutes les
combinaisons, toutes les chances possibles pour éviter l'hypothèse
extrême dans laquelle M. Bresson se plaçait et me demandait de me placer
sans délai, l'absolue nécessité de choisir entre un prince français et
un prince étranger à la France, à ses intérêts en Europe comme à sa race
royale. J'avais, dans mon âme, un parti bien pris sur la conduite à
tenir dans cette hypothèse; mais le jour n'était pas venu de résoudre,
ou seulement de poser une telle question: il y a des choses si
difficiles à faire à propos et dans la juste mesure qu'il ne faut jamais
les dire aux autres, et à peine à soi-même, tant qu'on n'est pas
absolument appelé à les faire. Le jour de l'action obligée a des
lumières imprévues. Nous étions loin d'avoir épuisé toutes les chances
de succès pour la politique que nous avions adoptée, le maintien de
l'alliance franco-espagnole par le maintien, sur le trône d'Espagne, des
descendants de Philippe V. Nous venions au contraire d'ouvrir de
nouvelles perspectives et de nouvelles voies vers ce but. Dans le cours
de l'année 1844, le mariage de M. le duc d'Aumale avec la princesse
Marie-Caroline, fille du prince de Salerne, avait été négocié, conclu,
accompli à Naples; et les premières paroles avaient été dites, les
premiers pas avaient été faits vers le mariage futur de M. le duc de
Montpensier avec l'infante doña Fernanda, quand la question du mariage
de la reine Isabelle aurait été réglée. Le premier de ces faits prouvait
que le roi ne tenait pas en réserve, pour le trône d'Espagne, celui des
princes ses fils auquel les Espagnols avaient d'abord pensé, et il nous
donnait à Naples, en faveur du comte de Trapani, de nouveaux moyens
d'action. Le second nous assurait le bon vouloir de la reine Christine
pour notre politique en Espagne, et nous mettait en mesure de prévenir
ou de déjouer les menées hostiles dont elle pouvait être l'objet. Je mis
M. Bresson parfaitement au courant des démarches déjà faites ou
préparées et des espérances que nous étions en droit de concevoir pour
la conclusion de notre oeuvre; et sans répondre directement à la
question qu'il m'avait posée, je lui témoignai, pour l'avenir comme dans
le présent, la confiance la plus encourageante[94]: «Je ne puis vous
dire quel plaisir et quelle lumière m'apportent vos lettres si
fréquentes, si détaillées, si animées. Le roi en jouit et en profite
autant que moi. Continuez. Votre tâche est grande et difficile; mais
vous êtes au niveau de toutes les tâches.»

[Note 94: Le 30 octobre 1844.]

La négociation pour le mariage napolitain fut donc continuée par le
comte Bresson à Madrid et par le duc de Montebello à Naples, avec le
même zèle et avec des alternatives tantôt de chances d'un succès
prochain, tantôt d'obstacles inattendus et d'ajournements indéfinis. Le
roi de Naples fit à peu près toutes les concessions, toutes les avances
qu'on lui demandait: il retira le comte de Trapani de la maison des
jésuites à Rome; le portrait du jeune prince fut envoyé à Madrid et
montré à la jeune reine à qui il parut plaire; elle témoigna plus d'une
fois son désir de se marier; le prince Carini fut muni de tous les
pouvoirs nécessaires pour faire la demande formelle de la main de la
reine; les instructions définitives, les documents officiels furent
expédiés de Naples à Madrid et renvoyés de Madrid à Naples pour recevoir
quelques modifications; des termes furent indiqués, une époque presque
déterminée pour la déclaration publique du mariage et la communication
aux Cortès prescrite par la constitution réformée. Le roi Louis-Philippe
et la reine Marie-Amélie, dans leur correspondance intime avec le roi
Ferdinand à Naples et la reine Christine à Madrid, se félicitaient de
chaque pas en avant, et venaient en aide au travail de nos agents.
Depuis qu'elle avait en perspective le mariage du duc de Montpensier
avec l'infante doña Fernanda, et pourvu que ce mariage fût lié à celui
de la reine Isabelle avec le comte de Trapani, la reine Christine
paraissait décidée en faveur de cette combinaison. Le général Narvaez se
déclarait de plus en plus résolu et prêt à l'accomplir, quels qu'en
fussent l'impopularité et les obstacles. Mais chaque fois qu'on touchait
à l'acte décisif, un incident nouveau survenait qui amenait une nouvelle
irrésolution et un nouveau retard. Il semblait qu'il n'y eut plus rien à
faire pour en finir, et pourtant on n'en finissait pas.

Cette inertie finale, après tant de démarches et d'apparences royales et
diplomatiques, devait avoir et avait en effet des causes puissantes, les
unes faciles à reconnaître, les autres soigneusement cachées. Le mariage
napolitain était évidemment impopulaire en Espagne; les Espagnols n'y
trouvaient rien de ce qui pouvait les servir ou leur plaire, point de
satisfaction pour leur orgueil, point de force ajoutée à leur force,
point de garantie pour leur nouveau régime constitutionnel. C'était,
comme me le disait M. Bresson, une combinaison prudente, qui convenait à
la France et qu'on pouvait faire agréer et réussir par les hommes
politiques, mais terne, stérile, et qui ne parlait ni aux intérêts des
partis, ni à l'imagination du peuple à qui elle était destinée. Elle
rencontra une résistance opiniâtre, non-seulement dans le camp radical,
mais dans les rangs et jusque dans les rangs élevés du parti modéré; un
moment elle parut sur le point de s'accomplir; trente-cinq députés aux
Cortès, presque tous amis de MM. Mon et Pidal, rédigèrent aussitôt une
sorte de protestation ou remontrance qu'ils se proposaient d'adresser à
la reine, et le gouvernement eut grand'peine à empêcher cet éclat. Cette
impopularité donnait des armes aux diverses oppositions espagnoles et
aux influences étrangères; elle troublait beaucoup lord Aberdeen; il
avait approuvé et presque suggéré lui-même le mariage napolitain; il se
prêtait ainsi à notre principe en faveur des descendants de Philippe V,
et ne voyait, dans son application italienne, aucun inconvénient pour
les intérêts anglais; mais il n'avait nul goût à lutter sérieusement,
pour cette cause, contre le parti radical espagnol, toujours le client
de l'Angleterre, et contre l'opposition déclarée du prince de
Metternich; aussi ne nous donnait-il, dans notre travail pour le comte
de Trapani, point d'appui actif ni efficace: «Notre position dans cette
question est délicate, disait-il; nous reconnaissons l'indépendance de
l'Espagne; nous approuvons un descendant de Philippe V, et nous ne
pouvons, en bonne foi, nous opposer à un prince de Naples; mais parmi
les descendants de Philippe V, je préférerais beaucoup, pour beaucoup de
raisons, un des fils de l'infant don Francisco, et si ce mariage-là
pouvait s'accomplir sans aucun sacrifice de la bonne foi, je le
regarderais comme un coup de maître.» Sir Henri Bulwer, dans son
attitude et son langage à Madrid, allait dans cette voie bien plus loin
que son chef: «Dès les premiers jours de son arrivée, m'écrivait M.
Bresson[95], il a un peu divagué avec moi sur la question du mariage; il
a passé en revue tous les candidats; il diminuait les chances du prince
de Naples; il en découvrait au fils de don Carlos; il croyait celles du
duc de Cadix ou du duc de Séville assez considérables; il disait du
prince de Coburg qu'il ne voyait pas pourquoi l'Angleterre le
soutiendrait, ni pourquoi la France le repousserait; c'était, à ses
yeux, un choix indifférent. Je ne l'ai pas laissé dans le doute sur ce
point.» Dans tout le cours de la négociation, et autant qu'il le pouvait
faire sans se mettre en contradiction patente avec les instructions
loyales bien qu'un peu embarrassées de son chef, sir Henri Bulwer
s'appliqua à faire ressortir l'impopularité du mariage napolitain, à en
décrier les chances, à en seconder les ajournements; et dans les moments
où il se montrait le plus favorable à cette combinaison, il l'acceptait
de façon à ce que, si elle échouait, ce ne fût pas un échec pour son
gouvernement.

[Note 95: Le 4 janvier 1844.]

Je ne me faisais point d'illusion sur le peu d'appui qui nous venait du
cabinet anglais dans cette affaire, et je ne voulus pas que nos agents à
Londres et à Madrid fussent, à cet égard, moins avertis que moi. Quand
j'appris que le roi de Naples était allé lui-même à Rome retirer son
frère Trapani du couvent des jésuites, et que c'était lui qui pressait
pour la conclusion du mariage, j'écrivis au comte de Sainte-Aulaire[96]:
«Parlez de tout cela à lord Aberdeen avec le degré de détail et
d'intimité que vous jugerez convenable. Je ne veux pas avoir l'air de
lui rien cacher, et je n'ai rien du tout à lui cacher; nous avons, dans
cette affaire, constamment marché dans le même chemin, toujours d'accord
avec nos premières paroles et fort à découvert. Mais entre nous,
l'allure anglaise, sans m'inspirer méfiance, m'a médiocrement satisfait.
A Madrid, Bulwer a cherché, sur cette question du mariage, à jeter du
trouble dans les esprits, à entr'ouvrir pêle-mêle toutes les portes, à
ménager toutes les chances. A Londres, si je suis bien informé, la
conversation de lord Aberdeen n'a pas toujours été aussi impartiale, au
profit de la combinaison Trapani, que je pouvais m'y attendre d'après
ses premières ouvertures. Son ambassadeur ici, lord Cowley, est le seul
dont le langage ait été, à ce sujet, parfaitement net et conséquent; il
m'a toujours dit:--«Quand en finissez-vous du mariage Trapani?
finissez-en le plus tôt possible; nous n'avons nulle objection à cette
combinaison; elle vide une question délicate; notre seul grand intérêt
est qu'elle soit vidée.»--Au fond, c'est là, je crois, la vraie pensée
du cabinet anglais, et quand la reine Isabelle aura épousé le comte de
Trapani, si elle l'épouse, comme je l'espère, on en sera fort aise au
_Foreign-Office_. Mais on veut ménager les susceptibilités de Madrid en
fait d'indépendance, les jalousies du prince de Metternich quant à
l'Italie, les fantaisies matrimoniales de la maison de Coburg; et pour
vivre en paix avec tout cela, on ne nous aide pas, on nous désavoue et
on nous embarrasse même un peu de temps en temps, dans une affaire
engagée pourtant, au début, d'un commun accord, et dont, en dernière
analyse, on désire comme nous le succès. Voilà l'idée que je me forme,
mon cher ami, de ce qui se passe, sur ceci, dans l'esprit de lord
Aberdeen. Si j'ai raison, réglez d'après cela votre conversation, en
l'instruisant du point où en est aujourd'hui l'affaire. Priez-le de n'en
rien dire, car rien n'est conclu à Madrid; mais je ne veux pas qu'il
croie que nous lui avons caché notre progrès. Si j'avais trouvé, de sa
part, un concours plus complet et plus actif, je le lui aurais fait
suivre jour par jour.»

[Note 96: Le 5 avril 1845.]

Le mariage napolitain courait un péril plus grave que les hésitations ou
les embarras de lord Aberdeen; c'était au coeur même de la place et
parmi ses défenseurs apparents que cette combinaison manquait d'un
solide appui. La reine Christine n'en désirait pas sérieusement le
succès. Entre les femmes qui ont régné et gouverné à travers les plus
violents orages et les plus périlleux écueils de la vie publique et de
la vie privée, la reine Christine est peut-être la seule qui se soit
trouvée lancée dans la grande action politique plutôt par situation et
nécessité que par ambition et de sa propre volonté. Elle avait plus de
goût pour le bonheur que pour le pouvoir, et elle tenait plus aux
intérêts et aux agréments de la famille qu'à l'éclat et au travail du
trône. Pourtant, quand les événements publics l'ont mise à de rudes
épreuves, elle n'a manqué ni de courage, ni de sagesse, ni de bon
vouloir intelligent et persévérant. Dans mes relations et mes
conversations avec elle, j'ai toujours été frappé de la justesse de son
esprit, de la modération de ses sentiments, et d'une sagacité
impartiale, même envers ses ennemis, qui semblait aller jusqu'à
l'indifférence. Son séjour en France et ses rapports intimes avec le roi
Louis-Philippe, la reine sa tante et toute la famille royale l'avaient
remarquablement éclairée et charmée; elle s'y était convaincue que, dans
l'intérêt de la jeune reine et de l'infante ses filles comme de la
nation espagnole, et dans son intérêt à elle-même, l'union avec la
France, son gouvernement et ses princes était ce qu'il y avait de plus
naturel et de plus désirable. A côté de cette conviction devenue son
sentiment dominant, s'en était établie une autre: la nécessité, pour sa
fille Isabelle et pour l'Espagne, d'un mariage qui leur assurât un allié
puissant, intéressé à leur prospérité et à leur repos. La France
d'abord, l'Angleterre ensuite, offraient seules à la reine Christine
cette perspective et cette garantie. Le mariage français avant tout, et
à son défaut le mariage Coburg, telle fut dès lors sa vraie et constante
pensée. Quand l'un et l'autre de ces deux mariages semblaient trop
difficiles à accomplir, la reine Christine se prêtait à des combinaisons
et à des tentatives différentes, mais uniquement par égard pour de
puissants conseils ou pour ses proches parents, avec doute et froideur,
comme on marche dans une voie dont on ne désire pas atteindre le terme;
et quand venait le moment de s'engager définitivement, la reine
Christine saisissait avec empressement tous les moyens d'ajourner et de
revenir à l'espoir de l'une ou de l'autre des deux grandes alliances
dont l'une avait toute sa faveur, tandis que l'autre lui offrait un
solide appui si la première lui manquait.

A peine rentrée en Espagne, elle reçut en audience particulière la
comtesse Bresson: «Vous devez trouver tout ceci bien triste, lui
dit-elle avec effusion; ah! Paris, le bon air, la vie facile de Paris!
Je ne me suis jamais si bien portée qu'à Paris. Le voyage m'a fatiguée:
quand je ne devrais penser qu'à me reposer, il faut me remettre en
route; il le faut; la santé de ma fille exige les eaux chaudes de
Barcelone; c'est mon devoir. Le mariage, c'est là la grande affaire!
Comment la résoudre? Pourvu qu'elle se termine pour le bien! Je suis
bien contente d'avoir votre mari près de moi pour m'y aider; j'ai tant
de confiance en lui! On avait eu raison de m'assurer à Paris qu'il ne
chercherait qu'à nous être utile. La France me soutiendra[97].» Causant
un jour avec elle, M. Bresson lui dit en riant[98]: «Le chargé
d'affaires de Belgique, à l'ombre du ministre d'Angleterre, glisse de
temps en temps l'offre de son Coburg, et M. Bulwer lui-même m'a dit que
le roi Léopold y pensait encore; je lui ai répondu:--Quand lord
Ponsonby, il y a treize ans, a essayé de pousser au trône de Belgique le
duc de Leuchtenberg, j'ai fait élire en quarante-huit heures le duc de
Nemours; je puis assurer le roi Léopold ou tout autre qu'il ne m'en faut
ici que vingt-quatre pour faire proclamer le duc d'Aumale.--Il ne vous
faudrait pas tant de temps, lui répondit en souriant aussi la reine
Christine, et, si je savais que ce fût le moyen d'arriver à mon but, moi
aussi je pousserais le Coburg.» Elle parlait en toute occasion de son
affection pour le roi, la reine, toute la famille royale, des bontés
qu'ils avaient eues pour elle, et de l'agrément qu'elle avait trouvé
dans leur société. M. Mon, dans un entretien intime avec elle, toucha à
la question du mariage du duc de Montpensier avec l'infante: «Vous savez
bien, lui dit-elle vivement, que les princes français ont toutes mes
préférences, particulièrement celui-là qui ressemble le plus peut-être à
mon oncle; mais ne le dites pas à Bresson: dites-lui, pour punir un peu
mon oncle de ne pas me le donner pour Isabelita, que je veux marier
Luisa avec un Coburg[99].» Elle faisait entrevoir de temps en temps à
ses confidents et à ses amis cette seconde perspective: «C'est bien
dommage, dit-elle à M. Gonzalès Bravo, que l'Angleterre se soit montrée
si malveillante pour nous: ce jeune prince de Coburg est si bien élevé,
si agréable de sa personne! il eût fait un charmant mari pour ma
fille[100].» Avec M. Bresson lui-même, elle alla un jour plus loin: elle
imputait au travail des agents anglais le soulèvement de l'opinion
contre le comte de Trapani: «S'ils s'imaginent par là améliorer les
chances de leur candidat le prince de Coburg, ils se trompent, dit M.
Bresson; notre roi ne permettra jamais, ni à aucun prix, que le trône
d'Espagne sorte de la maison de Bourbon.» La reine Christine reprit avec
une vivacité et une humeur marquées: «Mon oncle doit parler ainsi;
cependant la volonté de la reine ma fille y sera pour quelque chose:
Trapani mis de côté, Montpensier refusé, il ne reste plus de Bourbon, et
la reine lassée, vous savez qu'à cet âge on ne calcule pas, pourra bien
choisir ailleurs[101].» J'eus alors lieu de croire et j'ai acquis depuis
la certitude que, dès la fin de 1843, pendant que la reine Christine
était encore à Paris et lorsque sir Henri Bulwer, près de partir pour
son poste de Madrid, était venu prendre congé d'elle, elle lui avait
témoigné tout le prix qu'elle attachait au bon vouloir de l'Angleterre
pour l'Espagne, et son intention de soutenir le prince de Coburg si,
comme elle le craignait, le mariage de sa fille Isabelle avec l'un des
fils du roi Louis-Philippe devenait décidément impossible. Enfin
quelques paroles de la jeune reine elle-même, expression vive de ses
impressions personnelles, me prouvèrent que l'idée et le nom du prince
de Coburg la préoccupaient autant que la reine sa mère; le général
Narvaez lui parlait d'un camp de manoeuvres qu'il devait former à
Alcala, près de Madrid, et où il réunirait de vingt à vingt-cinq mille
hommes: «Y viendra-t-il des princes français? lui demanda la jeune
reine.--Madame, nous tâcherons d'obtenir cette faveur.--En feras-tu
venir d'autres?--Madame, peut-être.--Un Coburg, par exemple,»
ajouta-t-elle avec malice, et elle attendait que le général nommât le
prince napolitain; mais il se tut et elle ne lui en demanda pas
davantage. Elle s'expliqua plus clairement avec lui un autre jour: «Si
mon mariage se fait promptement, lui dit-elle, ce sera avec Trapani;
s'il tarde un peu, ce sera avec Coburg; s'il tarde beaucoup, ce sera
avec Montemolin[102].»

[Note 97: M. Bresson à moi, 14 avril 1844.]

[Note 98: M. Bresson à moi, 8 janvier et 31 mars 1844.]

[Note 99: M. Bresson à moi, 22 novembre 1844.]

[Note 100: M. Bresson à moi, 31 mars 1844.]

[Note 101: M. Bresson à moi, 7 février 1846.]

[Note 102: M. Bresson à moi, 4 et 11 octobre 1845.]

A côté de ces symptômes incohérents des dispositions royales, venaient
se placer des indications diplomatiques de même nature: le marquis de
Casa Yrujo, duc de Sotomayor, fut nommé ministre d'Espagne en
Angleterre. «Il est, m'écrivit M. Bresson [103], l'un des membres du
parti modéré qui se révoltent contre les limites qu'on leur a fixées, et
qui entendent sortir du cercle qu'on leur a tracé; il ne vous en fera
pas mystère si, à son passage à Paris, vous le pressez un peu de
questions: il dit, et bien d'autres avec lui, que, si le roi ne donne
pas à l'Espagne un de ses fils, elle prendra, de la main des Anglais, un
Coburg, parce qu'il lui faut, à tout prix, l'appui d'une grande
puissance.» Après l'arrivée du duc de Sotomayor à Londres, M. de
Sainte-Aulaire, sans lui attribuer un langage aussi péremptoire,
m'écrivit[104] qu'il s'était montré hostile au mariage napolitain, et
que lord Aberdeen, en avertissant notre ambassadeur, avait ajouté: «Vous
savez que je suis très-indifférent à cette affaire; mais, pour Dieu, ne
vous y engagez pas trop avant sans autres auxiliaires que la reine
Christine et Narvaez. Je crains que vous ne voyiez surgir à l'improviste
des obstacles qui vous embarrasseront beaucoup.» Le duc de Sotomayor
rendit à Madrid un compte détaillé de ses entretiens avec lord Aberdeen
et des ouvertures que lui-même il lui avait faites: «Sa lettre, me manda
M. Bresson[105], a excité toute l'attention du conseil: on a débattu,
sans toutefois arriver à une conclusion, la question de savoir de quel
côté il serait le plus à propos de chercher un appui quand le jour de
cette grande solution serait venu; et M. Mon, qui cependant n'est pas
napolitain, a coupé court à la discussion en s'écriant
brusquement:--«Alors nous romprions avec la France, et ce serait là le
plus grand danger.»--Le débat a fini en simple conversation.»

[Note 103: Le 28 septembre 1844.]

[Note 104: Le 8 avril 1845.]

[Note 105: Le 8 mars 1845.]

J'irais au-delà de la vérité si je disais que ces fluctuations et ces
agitations intérieures dans le gouvernement espagnol, reine-mère, reine,
ministres et diplomates, m'inspiraient une inquiétude sérieuse sur la
solution définitive de la question. J'avais une double confiance.
J'étais convaincu que, malgré ses embarras d'esprit et de cour, et tout
en maintenant ses réserves de principe comme ses conseils de prudence,
lord Aberdeen, sincère dans son adhésion à notre politique, ne nous
susciterait aucun obstacle, et ne se prêterait à aucune combinaison
hostile aux descendants de Philippe V. Je me tenais également pour
assuré que, malgré leurs boutades spontanées ou calculées, la reine
Christine, la jeune reine, le général Narvaez, le cabinet et le parti
modéré espagnol avaient, pour l'alliance française, une préférence
décidée, et que, pourvu que, de notre côté, nous fussions fidèles à la
position que nous avions prise et aux perspectives que nous avions
ouvertes, cette préférence déterminerait en définitive leur conduite et
l'événement. Tout ce qui s'était passé, dit ou écrit dans le cours des
années 1844 et 1845 avait établi en moi cette double conviction.

Ce fut en novembre 1844[106], au plus fort de la négociation engagée
pour le mariage napolitain, que je parlai pour la première fois à M.
Bresson de la possibilité d'un mariage entre M. le duc de Montpensier et
l'infante doña Luisa Fernanda: «Quand la reine Isabelle sera mariée et
aura un enfant, lui dis-je, M. le duc de Montpensier sera fort disposé à
épouser l'infante doña Fernanda. Il trouve ce mariage très-convenable et
très-bon pour lui; seulement ni le roi ni lui ne veulent d'une politique
détournée. Ne prenez pas ceci pour une décision définitive et un
engagement diplomatique. Je vous dis la disposition telle qu'elle est,
et elle est bonne, fort amicale envers l'Espagne, fort loyale envers
tout le monde.» M. Bresson me répondit sur-le-champ[107]: «J'ai laissé
entrevoir au général Narvaez que le mariage de l'infante, conçu dans un
sens plus populaire, pourrait venir en aide à celui de la reine, et que
les deux alliances pourraient être annoncées le même jour. Il a saisi
cette idée avec la vivacité qui le caractérise, et déjà il s'engageait,
si Mgr le duc de Montpensier était offert à l'infante, à seconder cette
union de tous ses efforts; mais tout à coup, par un retour sur
l'engagement qu'il prenait:--«Pourquoi, dit-il, ne pas nous le donner
pour la reine? C'est un prince instruit, élevé à la plus grande école,
qui porte l'habit militaire; il serait pour nous un roi véritable. A la
première nouvelle qu'il nous serait accordé, un frémissement de joie
parcourrait toute l'Espagne; tous les coeurs iraient au-devant de lui;
ce mariage se ferait de telle façon qu'il ne porterait aucune
perturbation dans la politique européenne; on n'entreprend plus
légèrement une guerre aujourd'hui, pour une question de dynastie et
contre un pays qui est dans son droit. Si l'Espagne n'est pas formidable
pour l'attaque, elle l'est encore pour la défense. Nous ne serions pas
un embarras pour vous; ce n'est plus comme au temps de Louis XIV et de
Philippe V, où vous vous vîtes obligés de conquérir le trône; le fils de
votre roi viendrait s'y asseoir à travers les populations accourues et
pleines de joie sur son passage. Et alors vous auriez dans l'Espagne une
alliée fidèle, rendue par vous au repos, déployant ses ressources, amie
de vos amis et ennemie de vos ennemis. Pourquoi donc ne voulez-vous pas
m'écouter et me comprendre?»

[Note 106: Le 26 novembre 1844.]

[Note 107: Le 30 novembre 1844.]

M. Bresson l'écoutait avec grand plaisir et le comprenait à merveille;
mais fidèle à ses instructions, il entra avec lui dans une discussion
affectueuse, uniquement appliqué à le ramener vers le but spécial et
nouveau qu'il lui présentait. «Quand le général Narvaez parla à la reine
Christine de ce projet de mariage du duc de Montpensier avec l'infante:
_Por l'amor de Dios_, s'écria la reine, _que no deja escapar este
Príncipe_[108]; et elle se répandit en témoignages d'affection pour le
roi et la reine, toute livrée à la perspective du bonheur qui attendait
sa fille au sein d'une famille si unie et si exemplaire[109].» Le
général Narvaez pressa M. Bresson de conclure sur-le-champ un compromis
secret pour ce mariage, et M. Bresson eut quelque peine à faire en sorte
que la forme et la sanction de l'engagement fussent réglées plus tard,
comme nous l'entendrions.

[Note 108: Pour l'amour de Dieu, ne laisse pas échapper ce prince.]

[Note 109: M. Bresson à moi, 5 avril 1845.]

Nous en étions là en septembre 1845 quand la reine Victoria vint au
château d'Eu faire au roi Louis-Philippe sa seconde visite. Nous nous
entretînmes à fond, le roi et moi, avec lord Aberdeen, du nouveau pas
que nous avions fait dans la question espagnole, et peu de jours après
le départ de la reine j'écrivis à M. Bresson[110]: «Je suis plus que
jamais en train de maintenir, dans cette question, la politique que j'ai
exprimée à Paris et que vous avez si bien appliquée à Madrid. Je viens
de m'en expliquer complétement avec lord Aberdeen. Je savais
très-indirectement, mais certainement, que le gouvernement anglais était
fort préoccupé de la crainte que notre conduite ne fût pas, au fond,
d'accord avec nos paroles, et qu'en déclinant le mariage de la reine
d'Espagne avec un fils du roi, nous ne fussions sur le point d'épouser
l'infante pour nous emparer, par un détour, de ce trône. Ce serait, de
notre part, aussi peu sensé que peu honorable. Quand nous avons adopté,
sur cette question, la politique que vous savez, quand nous avons
déclaré notre parti pris de ne pas vouloir du trône d'Espagne pour un
fils du roi, et en même temps de ne pas admettre que ce trône pût sortir
de la maison de Bourbon, nous avons parlé et agi sérieusement et
loyalement; non pour éluder une situation embarrassante, mais pour
satisfaire à l'intérêt vrai de la France. Nous suivrons cette politique
soit qu'il s'agisse du mariage de la reine Isabelle ou de celui de
l'infante doña Fernanda, car la question peut se poser sur l'un comme
sur l'autre. Tant qu'à défaut du mariage de la reine et d'enfants issus
d'elle, le trône d'Espagne sera aussi suspendu au mariage de l'infante,
nous nous conduirons pour ce mariage comme pour celui de la reine
elle-même; nous n'y prétendrons pas pour un fils du roi, et nous
n'admettrons pas qu'aucun autre qu'un prince de la maison de Bourbon y
puisse être appelé. Ni l'une ni l'autre des deux soeurs ne doit porter
dans une autre maison la couronne d'Espagne. Quand la reine Isabelle
sera mariée et aura des enfants, le mariage de l'infante aura perdu le
caractère qui nous impose, envers l'un et l'autre, la même politique; et
dès lors, quelles que soient les chances inconnues d'un avenir lointain,
ce mariage nous convient, et nous ne cachons point notre intention de le
rechercher et de le conclure, s'il convient également aux premiers
intéressés. J'ai dit cela à lord Aberdeen. Le roi le lui a dit et redit.
Il est maintenant bien entendu que telle sera notre conduite. Et elle
est trouvée fort sensée, naturelle et loyale.»

[Note 110: Le 19 septembre 1845.]

Il fut en même temps bien entendu et reconnu, par lord Aberdeen comme
par nous, qu'en tenant cette conduite nous comptions qu'aucun prince
étranger à la maison de Bourbon ne serait soutenu par le gouvernement
anglais comme prétendant à la main de la reine Isabelle ou de l'infante
sa soeur. Notre sécurité à cet égard était évidemment la condition de
notre renonciation à toute prétention pour les fils du roi.

Arrivée à ce point, la question semblait, sinon résolue, du moins
pacifiée et en progrès. La perspective du mariage de l'infante doña
Fernanda avec le duc de Montpensier rendait la reine Christine, le
cabinet et le parti modéré espagnols plus faciles pour celui de la reine
Isabelle avec tel ou tel des descendants de Philippe V. Le comte de
Trapani ne devenait pas plus populaire en Espagne; le roi de Naples ne
cessait pas d'avoir des doutes sur le succès de son frère et de tenir en
suspens toute démarche définitive; mais l'opposition de plusieurs des
chefs du parti modéré s'atténuait, et le général Narvaez se montrait
plus que jamais résolu à surmonter les obstacles que rencontrait cette
combinaison. En même temps les deux fils de l'infant don François de
Paule reparaissaient peu à peu sur la scène comme une solution possible;
c'était tantôt le duc de Cadix, tantôt le duc de Séville qui semblaient
retrouver des chances; mais, pour l'un et pour l'autre, l'avenir n'était
plus fermé; les mauvais souvenirs qui avaient pesé sur eux
s'éloignaient; les haines de famille s'étaient refroidies comme les
cendres de l'infante leur mère. Nous ne touchions pas encore au but;
bien des questions restaient encore à résoudre et bien des résolutions à
prendre; la reine Christine s'inquiétait de l'incertitude laissée sur
l'époque à laquelle le mariage de M. le duc de Montpensier avec
l'infante pourrait s'accomplir; elle demandait à la reine Marie-Amélie
sa tante quel était le sens précis de nos paroles quand nous disions
qu'il fallait que ce mariage cessât d'avoir le caractère politique qu'on
pourrait lui attribuer, et la réponse aussi sincère qu'affectueuse de la
reine ne dissipait pas complétement l'inquiétude de sa nièce. Le comte
Bresson, de son côté, regardait comme impossible à exprimer formellement
la condition qu'avant le mariage de sa soeur la reine Isabelle eût des
enfants, tant la fierté et la délicatesse espagnoles, royale et
nationale, en seraient blessées. Il y avait encore là des difficultés
sérieuses; mais dans la situation que nous avions prise et dans la
complète entente qui paraissait établie entre nous et le cabinet
anglais, il y avait aussi un sérieux espoir de les surmonter.

Vers la fin de 1845, après les entretiens et les témoignages de
confiance mutuelle entre le roi, lord Aberdeen et moi au château d'Eu,
un singulier concours de faits et d'apparences vint obscurcir et
compliquer gravement cette question. Le comte de Jarnac, en ce moment
chargé d'affaires à Londres, m'écrivit[111]: «J'ai eu occasion de causer
avec l'ambassadeur de Russie; il m'a fait des compliments pour vous et
sur les excellentes dispositions de lord Aberdeen. Parlant de l'Espagne,
il m'a dit:--On voit bien comment finira cette question du mariage de la
reine: elle épousera le jeune prince de Coburg; l'Angleterre sera
contente, vous aussi, et tout le monde avec vous.--Comme bien vous
pensez, cher monsieur Guizot, je n'ai nullement répondu de l'appui de la
France:--Oh! m'a dit en riant le baron de Brünnow, lord Aberdeen ne veut
pas non plus cette combinaison; mais elle se fera à son insu.--Comme je
ne vois jamais grand intérêt à discuter avec M. de Brünnow les sujets de
nos dissentiments possibles avec lord Aberdeen, je me suis borné à dire
que, le prince Léopold de Coburg étant à Paris, il n'aurait pas de peine
à s'assurer des dispositions réelles de notre cour. Vous jugerez,
d'après vos informations générales, de la valeur de ces présomptions
plus ou moins sincères du baron de Brünnow. Dans tous les cas, j'en
dirai un mot à lord Aberdeen à la première occasion.»

[Note 111: Le 2 novembre 1845.]

Le jeune prince Léopold de Coburg était alors en effet à Paris avec son
père et sa mère, le duc et la duchesse Ferdinand de Coburg: ils
traversaient la France pour se rendre à Londres et de là à Lisbonne où
ils devaient passer quelques mois auprès de la reine doña Maria et du
roi son mari, frère du prince Léopold. Et en même temps que ce voyage
s'accomplissait, M. Bresson m'informait qu'il y avait à Madrid un
redoublement de tentatives plus ou moins directes et d'intrigues plus ou
moins obscures qui semblaient naître autour de sir Henri Bulwer, et qui
pénétraient jusque dans le palais de la jeune reine pour y cultiver les
chances du prince de Coburg. J'écrivis sur-le-champ à M. de Jarnac[112]:

[Note 112: Le 7 novembre 1845.]

«En addition ou en commentaire à ce que vous a dit M. de Brünnow sur le
mariage espagnol, je vous envoie tout ce que me mande M. Bresson, en
date des 18 et 29 octobre. Maintenant quel est le sens et le lien de
tous ces faits? Comment sir Henri Bulwer insinue-t-il à M. Donoso Cortès
ce que M. de Brünnow vous prédit, à vous, comme certain? Par quel hasard
un M. Buschentall vit-il dans l'intimité de sir Henri Bulwer, et
arrive-t-il de Londres quelques jours avant de s'introduire dans le
palais de la reine Isabelle pour séduire des femmes de chambre, lui mal
parler de sa mère et de son ministre, et lui offrir pour mari un prince
de Coburg qui, à ce même moment, passe en effet à Paris et à Londres
pour se rendre à Lisbonne, d'où l'on promet qu'il viendra bientôt à
Madrid? Et par quel autre hasard le ministre de l'empereur de Russie à
Londres est-il si bien au courant de ce qui intéresse les Coburg en
Espagne et si sûr de leur succès, et cela au moment même où l'empereur
son maître arrive à Palerme, chez ce roi de Naples dont le frère est le
concurrent matrimonial du prince de Coburg? Quelle est, sous toutes ces
apparences, la part réelle de chacun de ces souverains, princes et
ministres, dans ce travail si vif et si mêlé pour la main de cette jeune
reine qui a tant d'envie de se marier et si peu de maris à choisir parmi
tant de prétendants? Si vous avez, mon cher Jarnac, une réponse à ces
questions, envoyez-la-moi, je vous prie. Je sais tout ce qu'il peut y
avoir de mensonge dans les apparences et de bizarrerie insignifiante
dans les coïncidences de faits ou de paroles, et je suis peu disposé à
croire que, même dans le pays de Figaro, l'intrigue joue un aussi grand
rôle qu'elle en a ou qu'elle veut en avoir l'air. Mais convenez qu'il y
a, dans tout ceci, quelque chose d'assez singulier et de quoi exercer
l'esprit des gens qui voient partout des énigmes et des piéges.

«Laissons là les piéges et les énigmes. Évidemment l'intrigue Coburg est
très-active à Madrid. Le foyer en est à Lisbonne. La prochaine arrivée à
Lisbonne du prince Léopold va donner à l'intrigue un redoublement
d'intensité. Il est parti hier pour Londres avec son père le duc
Ferdinand. Ils y passeront huit jours et s'embarqueront à Falmouth ou à
Plymouth, sur un bâtiment que leur donne la reine d'Angleterre. Avant
quinze jours donc, ils seront à Lisbonne. Avant-hier, à Saint-Cloud, au
baptême du duc de Penthièvre, j'ai dîné à côté du prince Léopold. Il m'a
tenu un langage fort dégoûté de la Péninsule en général, de ses
oscillations révolutionnaires, de toute prétention politique, et m'a
parlé de la vie et du bonheur domestique comme de son seul voeu. Mais la
veille, à Saint-Cloud aussi, il parlait d'un voyage à cheval,
_incognito_, en Espagne et à Madrid. Causez de cela avec lord Aberdeen,
à coeur ouvert, comme vous causez de tout. Pour lui comme pour nous, je
le sais, la position est délicate; mais quand il s'est agi des chances
de mariage de ses fils à Madrid (et vous savez si elles étaient, si
elles seraient encore belles), le roi n'est pas resté neutre ni inerte;
il a positivement déclaré qu'il refuserait, qu'il ne voulait pas
compromettre, même à ce prix, sa politique générale et l'équilibre de
l'Europe. Nous avons bien droit d'attendre qu'à Londres on ne soit pas
non plus neutre et inerte quand il s'agit d'écarter ce que nous ne
pouvons accepter, ce que nous n'accepterons certainement pas. Qu'on ne
laisse donc au prince Léopold de Coburg aucune possibilité de se
présenter, ni de donner à croire qu'il se présente sous les couleurs et
avec l'aveu de l'Angleterre. Que tous les barbouillages subalternes
qu'on tente, vous le voyez bien, et qu'on tentera encore à Madrid dans
ce sens, soient frappés d'avance de discrédit et d'impuissance. J'ose
dire qu'on nous doit cela, et que, si nous ne demandons pas un concours
actif pour le candidat qui nous convient, c'est bien le moins qu'on
supprime toute apparence de concours, même tacite, pour le candidat qui
ne nous convient pas.»

Avant même d'avoir reçu ma lettre, M. de Jarnac s'entretint avec lord
Aberdeen et lui répéta les propos de M. de Brünnow en lui demandant si,
de son côté, il n'avait rien vu ni rien appris sur les projets des
princes de Coburg pour un voyage ou un mariage en Espagne: «Vous savez,
lui dit lord Aberdeen, que sur cette question nous sommes parfaitement
d'accord. Notre point de départ, nos principes abstraits ne sont
peut-être pas les mêmes; mais, dans le fait, je veux, comme vous, un
prince de Bourbon sur le trône d'Espagne. C'est là ce que je pense bien
sincèrement; c'est ce que je dis, ce que j'écris, ce que je recommande.
Maintenant je ne puis empêcher d'autres princes, et des princes de
Coburg surtout, d'avoir aussi leurs principes et leurs vues et d'agir en
conséquence.--Nous sommes sûrs de la sincérité de vos paroles comme de
nous-mêmes, lui répondit M. de Jarnac, et nous savons que nous n'avons à
craindre aujourd'hui ni un malentendu, ni un travail ou un jeu séparé,
de part ou d'autre. Mais si le prince Léopold vient à Londres pour aller
ensuite en Espagne, il est essentiel qu'il sache ici quelle est votre
pensée sur ses prétentions possibles à la main de la reine Isabelle. Si,
après tout ce qui a été dit et convenu entre vous et nous, nos princes
non encore mariés allaient parcourir l'Espagne, y recueillir les
suffrages des partisans si nombreux de l'alliance française et faire
leur cour à la reine, vous seriez fondés à voir là autre chose qu'une
simple visite de famille. Vous ne laisserez donc pas s'établir, sous le
patronage apparent de l'Angleterre, une candidature dont le succès vous
paraît à vous-même si peu désirable.--Mais, reprit lord Aberdeen, les
princes de Coburg ne sont point des princes anglais; je n'ai sur eux
aucune action directe, et, en définitive, la reine d'Espagne reste libre
d'en choisir un pour époux, s'il lui plaît.» M. de Jarnac rappela alors
toutes les raisons, toutes les considérations dont nous nous étions si
souvent entretenus, lord Aberdeen et moi, et qui avaient déterminé notre
accord sur la question espagnole: «Lord Aberdeen en a reconnu toute la
valeur, me dit M. de Jarnac, et il m'a demandé, en terminant, de lui
donner quelques extraits de votre correspondance qui définissent bien
clairement vos vues sur les candidatures que vous repoussez en Espagne.
Vous devinez l'usage qu'il se propose d'en faire, s'il y a lieu.» Il
ajoutait en post-scriptum: «J'ai revu ce matin lord Aberdeen; il m'a
dit:--Je viens d'être invité à Windsor, sans doute pour y rencontrer les
princes de Coburg. Que voulez-vous que je leur dise? que voulez-vous que
je dise à la reine?--Je lui ai demandé de ne prendre aucune sorte
d'initiative en raison de notre entretien; mais, si on lui parlait d'un
voyage en Espagne, de le déconseiller et de rappeler, dans l'intérêt du
jeune prince comme de la politique générale, votre déclaration que toute
combinaison qui ferait sortir le trône d'Espagne des descendants de
Philippe V trouverait la France décidément hostile.»

Invité lui-même à Windsor, M. de Jarnac y retrouva lord Aberdeen qui lui
dit aussitôt: «J'ai fait et dit tout ce que vous m'avez demandé, et je
crois pouvoir vous répondre qu'il n'est nullement question ici d'appuyer
ou d'encourager aucune prétention du prince Léopold. Il peut toujours
nous échapper; mais soyez sûr que, si vous précipitez le mariage de la
reine Isabelle avec le comte de Trapani à raison de quelque projet que
vous nous prêteriez en faveur du prince Léopold, vous seriez
complètement dans l'erreur. Du reste, a-t-il ajouté en me quittant, me
disait M. de Jarnac, je vais m'entendre définitivement à ce sujet avec
le prince Albert.--De retour de chez le prince, il m'a fait prier de
passer chez lui:--Tout est maintenant réglé comme vous le souhaitez,
m'a-t-il dit; vous pouvez désormais tenir pour certain qu'il n'y a à
Windsor aucune prétention, aucune vue sur la main de la reine d'Espagne
pour le prince Léopold, et que notre cour, comme notre cabinet,
déconseillera toute pensée semblable, ainsi que tout voyage en Espagne,
sauf peut-être à Gibraltar. Je puis vous répondre, sur ma parole de
_gentleman_, que vous n'avez rien à craindre de ce côté; le prince
(Albert) comprend parfaitement notre politique commune, et il s'y
ralliera absolument, dans la même mesure que le cabinet lui-même[113].»

[Note 113: M. de Jarnac à moi, lettres des 2, 5, 10, 11 et 12 novembre
1845.]

J'étais alors et je reste aujourd'hui profondément convaincu de la
parfaite sincérité du prince et du ministre dans leurs intentions et
leurs paroles; mais les princes et les ministres ne savent pas assez
combien ceux qui les entourent sont empressés à servir leurs fantaisies
présumées, et tout ce que le pouvoir a de peine à prendre pour qu'on
fasse ce qu'il prescrit au lieu de le flatter dans ce qui peut lui
plaire. Tantôt avec plus, tantôt avec moins de réserve, les menées en
faveur du prince de Coburg continuèrent en Espagne: «Il y a bien quelque
amendement, m'écrivait M. Bresson; le secrétaire de la légation anglaise
à Lisbonne, qui résidait depuis près d'un an à Madrid en intimité avec
tous nos adversaires, M. Southern est retourné à son poste; Bulwer
déclare qu'il n'est pas chargé d'appuyer les prétentions du prince de
Coburg; il a même donné lecture, à une personne qui devait le rapporter
à la reine Christine, d'une dépêche de lord Aberdeen qui lui prescrivait
de s'en abstenir. Mais depuis l'arrivée de ces princes à Lisbonne, les
agents secrets se sont remis à l'oeuvre; M. Gonzalès Bravo écrit qu'à
une réception de la cour il a été assailli d'allusions par ses
collègues; au ministre d'Autriche qui lui disait en lui montrant le
prince Léopold:--«Voilà le candidat»,--il a répondu:--«Il y a des
candidats, et non pas un candidat;--un autre assurait malignement que le
bel uniforme du prince réussirait en Espagne: «Pour réussir en Espagne,
a dit M. Bravo, il faut porter un uniforme espagnol[114].» On persistait
à annoncer le prochain voyage du prince Léopold de Lisbonne à Gibraltar,
de Gibraltar à Cadix et de Cadix... où? Ce jeune prince était
évidemment, pour les adversaires de la politique française, une arme et
une chance qu'ils ne voulaient pas abandonner. Et j'apprenais en même
temps de Londres qu'à propos de la question des lois sur les céréales le
cabinet de sir Robert Peel était près de se dissoudre, que les ministres
avaient donné leur démission, et que le _Foreign-Office_ allait
probablement repasser des mains de lord Aberdeen dans celles de lord
Palmerston.

Je jugeai que le moment était venu de donner à notre politique toute sa
portée, et à nos agents des instructions positives sur le cas extrême
qui se laissait entrevoir. J'écrivis au comte Bresson[115]: «Voyons
sur-le-champ, entre nous, quels seront probablement les embarras de
l'avenir, et prévoyons par quelle attitude, par quel langage il faut,
dès à présent, nous y préparer.

[Note 114: M. Bresson à moi, les 22 novembre, 1er et 15 décembre 1845.]

[Note 115: Le 10 décembre 1845.]

«La base de notre politique générale envers l'Espagne, spécialement dans
la question des mariages de la reine et de l'infante, c'est le ferme
dessein de prévenir, entre les deux principaux alliés de l'Espagne, la
France et l'Angleterre, le retour de cette rivalité active, de ces
luttes acharnées qui ont fait et qui feraient encore tant de mal à
l'Espagne d'abord, et aussi à l'Europe.

«Cette politique est dans l'intérêt de l'Espagne aussi bien que de la
France.

«L'Espagne a maintenant deux intérêts supérieurs, dominants, auxquels
tous les autres doivent être subordonnés. Un intérêt de politique
intérieure, qui est de fonder son gouvernement et son administration,
d'assurer au dedans sa tranquillité, sa prospérité et sa force. Un
intérêt de politique extérieure, qui est, je n'hésite pas à le dire, de
s'unir intimement avec la France, et de reprendre par là son rang en
Europe, en conservant son indépendance et son repos.

«Pour le succès de ces deux intérêts, la cessation de toute lutte active
et vive entre la France et l'Angleterre, à propos de l'Espagne, est
indispensable.

«Notre politique est donc, dans son principe général, espagnole aussi
bien que française, et conforme à l'intérêt supérieur et commun des deux
pays.

«Quand donc, dans la question spéciale du mariage soit de la reine, soit
de l'infante, nous écartons toute combinaison qui remettrait la France
et l'Angleterre en lutte vive sur le terrain de l'Espagne, loin que
l'Espagne puisse s'en plaindre et s'en choquer, elle doit nous approuver
et nous seconder de tout son pouvoir; car, en cela, nous avons à faire
et nous faisons réellement, à l'intérêt supérieur et commun des deux
pays, le sacrifice d'intérêts et de penchants qui nous sont très-chers,
et que nous suivrions bien volontiers si la grande et saine raison
d'État ne nous le déconseillait pas.

«Mais pour que cette politique soit praticable et atteigne son but, il
faut qu'elle soit acceptée et pratiquée des deux côtés, par l'Angleterre
comme par la France, avec la même modération et la même loyauté.

«Si donc, pendant que nous travaillons à écarter, pour le mariage soit
de la reine, soit de l'infante, toute combinaison qui ranimerait la
lutte franco-anglaise en Espagne, on n'en faisait pas autant de l'autre
côté, si au contraire on préparait ou on laissait se préparer sans
obstacle une combinaison contraire au principe proclamé par nous et
accepté par le cabinet anglais (le trône d'Espagne ne doit pas sortir
des descendants de Philippe V), combinaison qui nous contraindrait à
rengager nous-mêmes la lutte que nous voulons assoupir, évidemment nous
ne saurions accepter, et décidément nous n'accepterions pas une telle
situation.

«Plus j'y regarde, plus je demeure convaincu qu'il y a, en Espagne et
autour de l'Espagne, un travail actif et incessant pour amener le
mariage d'un prince de Coburg soit avec la reine, soit avec l'infante.
Le gouvernement anglais ne travaille pas positivement à ce mariage, mais
il ne travaille pas non plus efficacement à l'empêcher; il ne dit pas, à
toute combinaison qui ferait arriver un prince de Coburg au trône
d'Espagne, un _non_ péremptoire, comme nous le disons, nous, pour un
prince français.

«Et, de leur côté, la reine Christine et le gouvernement espagnol
veulent se servir de la crainte que nous avons d'un mariage Coburg pour
s'assurer le mariage Montpensier, tout en se ménageant la possibilité du
mariage Coburg pour le cas où le mariage Montpensier viendrait à
manquer.

«Nous ne pouvons, mon cher comte, jouer en ceci un rôle de dupes. Nous
continuerons à suivre loyalement notre politique, c'est-à-dire à écarter
toute combinaison qui pourrait rallumer le conflit entre la France et
l'Angleterre à propos de l'Espagne. Mais si nous nous apercevions que,
de l'autre côté, on n'est pas aussi net et aussi décidé que nous; si par
exemple, soit par l'inertie du gouvernement anglais, soit par le fait de
ses amis en Espagne et autour de l'Espagne, un mariage se préparait,
pour la reine ou pour l'infante, qui mît en péril notre principe--les
descendants de Philippe V--, et si cette combinaison avait, auprès du
gouvernement espagnol, des chances de succès, aussitôt nous nous
mettrions en avant sans réserve, et nous demanderions simplement et
hautement la préférence pour M. le duc de Montpensier.

«Voilà notre plan de conduite, mon cher comte. Il n'a rien que de
parfaitement conséquent et loyal; et en même temps il est efficace pour
déjouer, soit d'avance, soit au moment critique, l'intrigue Coburg ou
toute autre. Je vous en remets avec confiance l'exécution. Vous êtes
ainsi armé pour le présent et pour l'avenir. Vous ne ferez, j'en suis
sûr, usage de ces diverses armes qu'en cas de nécessité et au moment
opportun. Maintenez notre politique jusqu'au bout, aussi longtemps qu'on
ne nous la rendra pas impossible en faisant prévaloir contre nous une
combinaison contraire à notre principe qu'on a accepté. Et si vous vous
trouviez réduit à cette extrémité, arrêtez cette combinaison à l'aide du
moyen que je vous mets entre les mains, et référez-en sur-le-champ à
nous, en tenant quelques jours les choses en suspens.»

M. Bresson accueillit avec joie et comprit très-bien mes intentions dans
leur vrai sens et leur juste mesure. Je fus, de mon côté, rassuré quant
à la durée du ministère anglais; après quelques jours de crise stérile,
sir Robert Peel et ses collègues avaient retiré leurs démissions et
repris le pouvoir. Mais en Espagne, la situation se compliqua et
s'aggrava singulièrement; l'un des descendants de Philippe V, le second
fils de l'infant don François de Paule, l'infant don Enrique, duc de
Séville, se livra complétement au parti radical, à ses intrigues comme à
ses maximes; il adressa à la reine, contre le mariage napolitain, une
protestation inconvenante et presque menaçante, perdit ainsi, dans le
parti modéré comme à la cour, ses chances de succès, et reçut du
gouvernement espagnol un ordre d'exil qui le contraignit à se retirer en
France où son attitude envers le roi fut quelque temps équivoque et
embarrassée. Le chef du cabinet, le général Narvaez jeta le gouvernement
et lui-même dans un trouble violent; rien ne semblait manquer à sa
fortune: le parti modéré s'était rallié autour de lui; la reine l'avait
fait duc de Valence; il dominait dans le pays et dans l'armée. Ce
n'était pas assez pour ses passions; toute contradiction lui était
devenue insupportable; on le disait engagé dans d'immenses spéculations
que gênait le bon ordre financier de M. Mon: «Poussé par les intrigants
qui l'assiégent jusqu'à son chevet avant qu'il ferme et aussitôt qu'il
ouvre les yeux, m'écrivait M. Bresson[116], il nous replonge dans une
crise ministérielle, sans motif réel aucun, avec une majorité refaite au
congrès, avec une presse contenue et un peu intimidée, avec des
collègues dévoués et honnêtes gens, sous le vain prétexte que le trône
est en péril et qu'on lui refuse les moyens de le sauver. Hier, au
baise-main pour l'anniversaire de l'infante, il est venu m'annoncer
qu'il était décidé à donner sa démission:--«Je suis découragé, dégoûté,
fatigué, me disait-il; un de ces jours je me brûlerai la cervelle. Je
vois le danger et ne puis y remédier. Ne pensez pas que je me trompe;
j'ai un esprit qui y voit aussi clair que celui de Dieu[117].»--Si vous
avez eu le loisir d'entendre aux _Italiens_ le bel opéra de
_Nabuchodonosor_, c'est la scène du second acte; il n'y manque que le
feu du ciel, et peut-être ne l'attendrons-nous pas longtemps.» La crise
éclata bientôt en effet; en vain M. Bresson s'employa très-activement et
réussit quelques semaines à la conjurer: «Hier, m'écrivit-il[118],
Narvaez a forcé la jeune reine à accepter sa démission; ce n'est pas
trop dire. Il a déclaré qu'à aucun prix il ne continuerait au pouvoir
avec ses collègues; il a prié, protesté, pleuré, menacé de se brûler la
cervelle; et après avoir conduit la reine chez sa mère où il a renouvelé
la même scène, il est sorti, laissant, sans avoir obtenu leur
consentement, sa démission entre les mains de leurs Majestés.» Et trois
jours après[119]: «Enfin, il est tombé! Cette justice du ciel, que je
vous prédisais quand il prononça au palais ces paroles impies, l'a
frappé; l'orgueil, toujours l'orgueil qui perd l'homme s'égalant à Dieu.
Sa chute a été profonde; tout à coup le vide s'est fait autour de lui;
il a étendu le bras, et n'a plus rencontré que ces quelques intrigants
qui soufflaient à son oreille l'adulation, la calomnie, la méfiance et
l'envie. Certes, il l'a bien voulu; il disait à la reine:--«Madame, on
conspire partout contre moi, même à l'ambassade de France, avec M. Mon
qui y est en ce moment.»--Oui, l'on y conspirait, mais pour le calmer,
pour l'adoucir, pour le rappeler à la raison, pour réveiller en lui de
nobles instincts, pour l'arracher aux angoisses où il était tombé. Quand
il me vit sortir, sans lui avoir parlé, du bal de M. Weisweiler, et
qu'il disait avec amertume à M. de Vilches qui le répétait à
Glücksberg:--«Regardez Bresson; lui aussi, que j'aimais comme mon frère;
cela me brise le coeur;»--il était temps encore; s'il m'eût arrêté, s'il
m'eût demandé de lui ramener ses collègues, ils seraient revenus; ils
auraient oublié ses torts, et il serait debout.

[Note 116: Le 21 janvier 1846.]

[Note 117: _Yo tengo un intelecto tan claro como el de Dios_.]

[Note 118: Le 11 février 1846.]

[Note 119: Le 14 février 1846.]

Mais, pour le bien de l'État, pour le sien même, pour le sentiment
public, cet exemple était nécessaire.»

Les collègues du général Narvaez, ceux-là précisément avec qui il ne
voulait pas rester, MM. Mon et Pidal, se retirèrent comme lui, et
refusèrent de rester avec son successeur, le marquis de Miraflores,
honnête homme conciliant, qui forma un cabinet conciliant comme lui,
mais comme lui inefficace et stérile, bon seulement pour ajourner les
questions, et qui tomba au bout d'un mois, par la seule impossibilité de
vivre. La situation devenait périlleuse: le général Narvaez se releva et
rentra au pouvoir, seul, avec quelques séides ses amis personnels,
accepté, comme un homme fort, par les deux reines alarmées, et
promettant de conclure en trois mois le mariage napolitain: «Ce que je
n'ai que trop prévu et trop prédit est accompli, m'écrivait M.
Bresson[120]: on ne décrète pas précisément l'abolition, mais la
suspension du gouvernement représentatif; la liberté de la presse est
anéantie; les Cortès sont indéfiniment prorogées. Je suis resté
entièrement étranger à ces actes: je les pressentais, et mes conseils au
duc de Riansarès, et à la reine-mère par son intermédiaire, ont eu pour
objet constant de les prévenir. Près du général Narvaez je n'ai tenté
aucun effort: depuis qu'il s'est séparé de MM. Mon, Martinez de la Rosa
et Pidal, je n'ai eu avec lui aucun entretien d'affaires; je savais
d'avance que tout serait inutile. C'est une situation bien grave;
l'intimidation est très-grande, et nous n'avons pas à craindre ici ces
mouvements populaires qui vengent les injures et brisent les trônes en
trois jours; mais l'action lente de l'opinion se fera sentir, et si elle
gagne l'armée, Dieu sait où nous irons.»

[Note 120: Le 19 mars 1846.]

Je lui répondis sur-le-champ[121]: «Il n'y a point de direction de
détail pour une telle situation: un mot seulement sur les points fixes
que je vous recommande: 1º le maintien de l'ordre constitutionnel: c'est
notre drapeau. C'est, pour l'Espagne, une nécessité, le seul moyen de
gouvernement, même ébréché et mutilé. En s'en séparant, on tombe dans le
vide. 2º L'union du parti modéré, la présence au pouvoir des hommes
importants du parti modéré. Ce n'est pas trop de tous. Quand ils sont
unis, nous travaillons à maintenir leur union. Quand ils sont brouillés,
nous travaillons à leur réconciliation. Et nous ne nous brouillons avec
aucun, majorité ou minorité, ministres ou non-ministres. Je ne sais
comment le général Narvaez reviendra dans la bonne voie. Je ne puis
croire qu'il aille jusqu'au bout de la mauvaise. Personne en Espagne ne
va au bout de rien, ce me semble. Tenez-vous toujours en mesure de
reconnaître les bonnes velléités et de les seconder: une bienveillance
constante et toujours prête, sans association de responsabilité.»

[Note 121: Le 25 mars 1846.]

M. Bresson n'eut pas de peine à suivre mes instructions; elles
convenaient à son penchant autant qu'à sa raison: il avait du goût pour
le général Narvaez, faisait grand cas de sa vigueur politique, voyait en
lui un sincère ami de l'alliance franco-espagnole, et croyait que, dans
l'avenir comme dans le passé, l'Espagne et sa reine pourraient avoir
plus d'une fois besoin de lui. La vivacité des impressions, la violence
des passions, l'impétuosité des résolutions, l'incohérence des actions,
ces traits caractéristiques des hommes du midi rendent difficiles, parmi
eux, les combinaisons longues, l'énergie patiente et l'esprit de suite
dont le régime parlementaire a besoin; mais ils n'excluent point la
noblesse des caractères, la générosité des sentiments, la supériorité
des esprits et tous ces grands instincts de la nature humaine qui ont
autant de charme que de puissance. M. Bresson les avait rencontrés
souvent dans le général Narvaez et se plaisait à y compter toujours. Il
se tint quelque temps à l'écart, évitant les occasions de voir le
président du conseil, et ne se rendant même pas à une entrevue
diplomatique à laquelle sir Henri Bulwer n'eut garde de manquer. Mais
quand le général Narvaez lui fit témoigner par le comte d'Araña sa
surprise et son chagrin d'une telle absence, ajoutant qu'il irait
lui-même le voir le lendemain s'il pouvait disposer d'un moment, M.
Bresson s'empressa de répondre à cet appel: «Je n'avais pas franchi le
seuil du cabinet du général, m'écrivit-il[122], que déjà il m'avait
serré dans ses bras, et exprimé toute la peine que lui avait causée
l'éloignement où je m'étais tenu de lui depuis six semaines. Cet accueil
si amical nous dispensait mutuellement de toute explication; cependant
je lui ai dit que, dans ce qui venait de se passer, mon rôle avait été
en grande partie forcé; qu'il ne devait pas oublier que notre révolution
de Juillet avait été une protestation contre des mesures analogues à
celles qu'il venait de prendre; mais que, le fait accompli sans nous,
nous n'avions d'autre pensée que de l'aider à gagner la grande et
peut-être périlleuse partie qu'il venait d'engager. Il m'a répondu avec
une verve, un entraînement et une lucidité très-remarquables, présentant
les faits qui ont précédé la crise sous un jour spécieux et tout à son
avantage, rendant pleine justice aux qualités, aux talents et aux vertus
de MM. Martinez de la Rosa, Mon et Pidal, protestant du regret profond
qu'il avait éprouvé à se séparer d'eux, les qualifiant d'hommes éminents
et propres chacun à présider le cabinet; généreux dans ses sentiments,
noble dans ses expressions, maître de sa pensée, développant ses plans,
prévoyant les difficultés et y parant; décidé à rendre au pays, après
l'avoir organisé et discipliné, sa liberté et sa constitution; ne
demandant que six mois pour faire élire et convoquer les Cortès;
abjurant tout projet de vengeance, tout intérêt, toute rancune;
uniquement préoccupé d'accomplir une oeuvre salutaire qui lui mérite
l'approbation de la reine et la reconnaissance de l'Espagne. Enfin,
c'était mon Narvaez d'autrefois, tel que je l'ai connu et aimé dans les
beaux jours de Barcelone; un vent funeste avait soufflé sur lui et
troublé ses esprits; M. Martinez de la Rosa peut vous dire à quel point
il était, depuis cinq mois, différent de lui-même. Nous le retrouvons
tout entier; ce qu'il y a de grand, de noble dans sa nature reprendra le
dessus; et remis ainsi en équilibre, il est bien supérieur à tous les
autres et bien plus capable de nous mener au Port.»

[Note 122: Les 21 et 23 mars 1846.]

L'amitié est facile à l'espérance. M. Bresson s'aperçut bientôt que les
faits ne répondaient pas à la sienne: «Le général Narvaez,
m'écrivit-il[123], n'a pas longtemps gardé l'équilibre qui paraissait à
peu près rétabli dans son esprit; quand ses passions sont excitées, il
ne se connaît plus et ne se gouverne plus. Aux premières marques
d'opposition qu'il a rencontrées dans deux de ses collègues, au lieu de
prendre des précautions et de les combattre avec des armes courtoises,
son langage est devenu violent et il a presque dicté des conditions à la
reine. Averti à temps du mauvais effet que produisait au palais cet
oubli des convenances, je l'ai mis sur ses gardes; il n'a pas tenu
compte de mes conseils. Alors la reine Christine, ordinairement si
réservée et si prudente, a laissé éclater devant moi ses
sentiments:--«C'est Espartero, m'a-t-elle dit; ce sont les mêmes
exigences; il veut arriver au même but.»--De son côté, la jeune reine
s'exprimait dans des termes semblables:--«Espartero, disait-elle,
gardait du moins avec moi quelques ménagements; celui-ci n'en garde plus
aucun.»--Je vis qu'il était perdu, que toute intervention trop positive
en sa faveur serait inutile et dangereuse, et je me bornai à adoucir sa
chute par quelques bonnes paroles et quelques procédés polis. On a eu
envers lui les torts qu'il avait eus envers MM. Martinez de la Rosa et
Mon. Aucun homme considérable n'a consenti à s'unir avec lui. Il s'était
tué comme homme politique en se séparant des véritables chefs du parti
modéré; il ne restait plus que chef militaire pour faire face aux
émeutes; le jour où l'on s'est à peu près convaincu que d'autres
rempliraient aussi bien cet emploi, on l'a laissé choir.»

[Note 123: Le 5 avril 1846.]

L'un des chefs civils du parti modéré, M. Isturiz, fort avant dans la
confiance de la reine Christine, fut chargé de former le nouveau
cabinet. M. Mon hésitait à y entrer; la reine Christine lui semblait
froide: «Accepte, lui glissa-t-elle à l'oreille comme il passait près
d'elle, et ne dis pas que c'est moi qui te l'ai conseillé.» «Elle veut
gouverner, m'écrivait M. Bresson[124], et elle gouverne, mais elle n'en
veut pas les apparences; la responsabilité lui déplaît.» M. Mon accepta,
et M. Pidal avec lui; c'était le parti modéré en possession du pouvoir,
à la cour comme dans les Cortès. Qu'en fallait-il conclure et que ferait
le nouveau cabinet quant au mariage de la reine? Personne n'y voyait
clair: «Cette question du mariage, disait le marquis de Miraflores,
tuera encore deux ou trois ministères.» Ce n'était pas sur la seule
question du mariage que trois ministères venaient de naître et de mourir
en deux mois; le sort incertain du régime constitutionnel, et tantôt
l'inhabileté à le pratiquer, tantôt le danger d'y porter atteinte
avaient aussi grandement contribué à ces crises; les fautes des hommes y
avaient tenu encore plus de place que les difficultés des questions.
Quelles qu'en fussent les causes, le trouble était grand dans le
gouvernement espagnol et l'avenir très-obscur.

[Note 124: Le 2 mai 1846.]

Quand on marche sur un sol mouvant et dans les ténèbres, il faut marquer
bien nettement son but et planter de fermes jalons sur la route. En
présence de ce qui se passait en Espagne et dans la prévoyance de ce qui
pouvait s'y passer, je résolus de prendre, vis-à-vis du gouvernement
anglais, à la fois notre associé et notre embarras dans cette affaire,
la même attitude décidée et déclarée, pour les cas extrêmes, que j'avais
prise en Espagne même, dans mes dernières instructions au comte Bresson,
le 10 décembre précédent. J'écrivis à M. de Sainte-Aulaire[125]:
«Envoyez-moi Jarnac pour trois jours. J'ai besoin de causer avec lui des
affaires d'Espagne. Il vous reportera, à vous et à lord Aberdeen, des
choses qu'il serait trop long d'écrire et pour lesquelles rien ne peut
suppléer à la conversation. Qu'il ne perde point de temps. Madrid va
vite quand il s'y met, et je ne veux pas être pris au dépourvu.»

[Note 125: Le 17 février 1846.]

M. de Jarnac arriva sur-le-champ. Nous causâmes à fond avec lui, le roi
et moi. Je le mis au courant de tous les _imbroglios_, de toutes les
scènes, de toutes les chances de Madrid, et je le renvoyai, le 27
février, à M. de Sainte-Aulaire: «Je lui ai dit et il vous redira tout
ce que j'aurais voulu vous dire. Je lui ai remis de plus le _mémorandum_
ci-joint, qui contient le résumé de la situation, et doit être le thème
de vos conversations et des siennes avec lord Aberdeen. Il importe que
Jarnac répète à lord Aberdeen le commentaire très-développé que le roi
et moi nous lui en avons fait à lui-même. Tout ceci est fort délicat et
doit être très-ménagé, mais aussi très-net, car je tiens également à
être loyal et à n'être point dupe.»

_Mémorandum remis le 27 février 1846 à M. le comte de Jarnac_.

§ Ier.

Le principe que nous avons soutenu et que le cabinet anglais a accepté
comme base de notre politique, quant au mariage de la reine d'Espagne,
devient d'une application fort difficile et fort incertaine.

Voici quelle est maintenant la situation des princes descendants de
Philippe V, et prétendant ou pouvant prétendre à la main de la reine
d'Espagne:

Le prince de Lucques est marié.

Le comte de Trapani est fort compromis: 1º Par l'explosion qui a eu
lieu contre lui; 2º Par la chute du général Narvaez.

Les fils de l'infant don François de Paule sont fort compromis: 1º par
leurs fausses démarches; 2º par leur intimité avec le parti radical et
l'antipathie du parti modéré; 3º par le mauvais vouloir de la reine-mère
et de la jeune reine elle-même.

Les fils de don Carlos sont, quant à présent, impossibles: 1º par
l'opposition, hautement proclamée, de tous les partis; 2º par leur
exclusion formellement prononcée dans la constitution; 3º par leurs
propres dispositions, toujours fort éloignées de la conduite qui
pourrait seule leur rendre quelques chances.

La situation actuelle des descendants de Philippe V, dans la question du
mariage de la reine d'Espagne, est donc devenue mauvaise.


§ II.

J'aurais beaucoup à dire sur les causes de ce fait. Je ne relèverai que
deux points:

1º Nous avons constamment témoigné, pour tous les descendants de
Philippe V sans exception, des dispositions favorables. Nous avons dit
et répété, à la reine Christine elle-même que les infants, fils de don
François de Paule, nous convenaient très-bien. Nous avons fait ce qui
était en notre pouvoir pour rendre possibles les infants fils de don
Carlos. Si nous avons spécialement demandé le comte de Trapani, c'est
que son succès nous a paru plus probable que celui de tout autre, à
cause du bon vouloir de la reine Christine et de la jeune reine.

2º Le cabinet anglais ne nous a prêté, pour la combinaison Trapani,
aucun concours actif et efficace. Il a gardé une neutralité froide; et
son inertie a laissé un libre cours à toutes les hostilités, à toutes
les menées, soit des Espagnols, soit même des agents anglais inférieurs,
que son concours net et actif aurait contenues.


§ III.

Quelles qu'en soient les causes, le fait que les difficultés du mariage
de l'un des descendants de Philippe V avec la reine Isabelle se sont
fort aggravées est incontestable.

Et en même temps un travail très-actif se poursuit et redouble en ce
moment pour marier le prince Léopold de Coburg, soit à la reine
Isabelle, soit à l'infante doña Fernanda.

La cour de Lisbonne est le foyer de ce travail. Les correspondances, les
journaux portugais et espagnols le révèlent évidemment.

On affirme que le prince Léopold de Coburg, qui doit être parti le 24
février de Lisbonne pour Cadix, Gibraltar, Alger, Malte et l'Italie,
fera, secrètement ou publiquement, un voyage à Madrid. Beaucoup de
circonstances rendent cette affirmation vraisemblable.


§ IV.

Nous avons été et nous voulons être très-fidèles à la politique que nous
avons adoptée et aux engagements que nous avons pris quant au mariage,
soit de la reine Isabelle, soit de l'infante doña Fernanda.

Mais si l'état actuel des choses se prolonge et se développe, nous
pouvons arriver brusquement à une situation où nous serons:

1º Placés sous l'empire d'une nécessité absolue pour empêcher que, par
le mariage, soit de la reine, soit de l'infante, notre politique reçoive
en Espagne un échec que nous n'accepterions pas.

2º Libres, pour l'un comme pour l'autre mariage, de tout engagement.

C'est ce qui arriverait si le mariage, soit de la reine, soit de
l'infante, avec le prince Léopold de Coburg ou avec tout autre prince
étranger aux descendants de Philippe V, devenait probable et imminent.

Dans ce cas, nous serions affranchis de tout engagement et libres d'agir
immédiatement pour parer le coup en demandant la main, soit de la reine,
soit de l'infante, pour M. le duc de Montpensier.


§ V.

Nous désirons sincèrement et vivement que les choses n'en viennent point
à cette extrémité.

Nous ne voyons qu'un moyen de la prévenir. C'est que le cabinet anglais
s'unisse activement à nous:

1º Pour remettre à flot l'un des descendants de Philippe V, n'importe
lequel, le duc de Séville ou le duc de Cadix, aussi bien que le comte de
Trapani, et préparer son mariage avec la reine Isabelle.

2º Pour empêcher, en attendant, le mariage de l'infante soit avec le
prince Léopold de Coburg, soit avec tout prince étranger aux descendants
de Philippe V.

Nous croyons que, par l'action commune et bien décidée des deux
cabinets, ce double but peut être atteint; et nous nous faisons un
devoir de loyauté de prévenir le cabinet anglais que, sans cela, nous
pourrions nous trouver obligés et libres d'agir comme je viens de
l'indiquer.

Dès le surlendemain du retour de M. de Jarnac à Londres[126], M. de
Sainte-Aulaire se rendit au _Foreign-Office_ et communiqua à lord
Aberdeen ce _mémorandum_. M. de Jarnac l'en entretint aussi, en lui
rapportant les commentaires que le roi et moi nous y avions ajoutés.
Lord Aberdeen ne manqua certainement pas d'en parler à sir Robert Peel,
et j'acquis plus tard la certitude qu'il en avait également rendu compte
à la reine Victoria: «Le roi Léopold, à qui j'en ai fait la question,
m'écrivit le roi Louis-Philippe[127], m'a dit qu'il était certain que
lord Aberdeen avait communiqué à la reine Victoria le contenu du
_mémorandum_ du 27 février 1846.» Le gouvernement anglais fut donc bien
instruit, dès cette époque, de notre pensée sur l'état de la question
des mariages espagnols, et de notre résolution pour les cas extrêmes que
pouvait amener l'avenir.

[Note 126: Le 4 mars 1846.]

[Note 127: Le 28 décembre 1846.]

Les événements ne tardèrent pas à justifier notre prévoyance et à mettre
notre résolution à l'épreuve. Le 11 avril 1846, je reçus une lettre du
comte de Sainte-Aulaire[128], qui me communiquait confidentiellement, de
la part de lord Aberdeen, une longue lettre de sir Henri Bulwer, en date
du 28 mars précédent, écrite par conséquent après le retour soudain du
général Narvaez au pouvoir et les mesures violentes qui l'avaient
accompagné. Ces crises ministérielles répétées, la suspension du régime
constitutionnel, l'incertitude de toutes les situations et la difficulté
de toutes les questions ainsi aggravées, le péril des résolutions
imminentes du cabinet espagnol, toutes ces circonstances avaient
vivement préoccupé l'esprit sagace et fécond de sir Henri Bulwer; il les
exposait à lord Aberdeen avec une complaisance inquiète, et finissait
par lui dire: «En réalité, le compromis auquel ces événements semblent
conduire est celui-ci: 1º que la reine d'Espagne épouse un Bourbon
étroitement allié au roi de France; 2º que la soeur de la reine
d'Espagne épouse un fils du roi de France. L'intimité qui existe
aujourd'hui entre les deux couronnes d'Angleterre et de France et
l'alliance des deux pays peuvent nous faire accepter cet arrangement
comme ne choquant pas, en Angleterre, le sentiment public; mais, à coup
sûr, c'est un arrangement qui livre toute la famille royale d'Espagne à
l'alliance française. Je ne puis m'empêcher de penser que, si ces
affaires-là doivent être réglées en commun par l'Angleterre et la
France, ce serait un compromis plus équitable de séparer les deux
soeurs, et pendant que nous laisserions la reine d'Espagne ou sa soeur
épouser le duc de Montpensier, d'unir en mariage l'infante ou la reine à
un prince d'une autre maison, soit de la maison d'Autriche dont
l'influence balancerait celle de la France, soit de la maison de
Saxe-Coburg qui est liée à notre famille royale. Nous offririons ainsi à
la monarchie française tout ce que, s'il vivait, pourrait prétendre
Louis XIV; nous délivrerions l'Espagne de conditions qui l'humilient et
feront probablement son malheur; et au lieu d'infliger, à une nation
dont la prospérité nous intéresse vivement, soit une révolution, soit un
souverain qu'elle ne supportera qu'avec haine si elle le supporte, et
qui ne sera maintenu sur le trône que par la force militaire, s'il y est
maintenu, nous placerions, dans cette arène d'aventuriers ambitieux et
jaloux, deux princes éclairés et capables qui représenteraient, dans ce
pays si longtemps divisé par les factions anglaise et française,
l'intimité et l'alliance qui règnent aujourd'hui entre la France et
l'Angleterre, et cet esprit de conciliation et de modération
intelligente qui, au nord des Pyrénées, anime aujourd'hui l'Europe et
fait son bonheur.»

[Note 128: Du 10 avril 1846.]

Sir Henri Bulwer disait de plus «qu'il n'avait point d'objection à ce
que cette lettre me fût communiquée, quoique les idées qu'il avait déjà
exprimées, et même celle-ci, pussent m'inspirer des doutes et des
soupçons. Je mets de côté, disait-il, toute considération de ce genre;
les juges impartiaux confirmeront ce que je dis des faits présents dont
je parle sans réserve, et ils condamneront ou sanctionneront mes
prédictions pour l'avenir.»

«Lord Aberdeen a ajouté, m'écrivait M. de Sainte-Aulaire, qu'il se
trouvait fort en peine parce qu'en vous communiquant cette lettre il
avait l'air d'en approuver le contenu; or, dans la vérité, les idées qui
y sont émises lui sont tout à fait nouvelles; elles se présentent pour
la première fois à son esprit; il ne les a communiquées ni à sir Robert
Peel, ni à aucun autre de ses collègues; et sans vouloir les repousser
_a priori_, il est plus éloigné encore de les admettre sans plus ample
examen. Hier au soir, j'ai trouvé joint à l'original de la lettre dont
je vous envoie copie un billet de lord Aberdeen où je lis: «Je ne veux
être aucunement responsable, ni exprimer aucune opinion quant aux idées
spéculatives que Bulwer m'a écrites, comme il le fait toujours, sans
gêne, et je ne doute pas que, fondées ou non, ses impressions ne soient
honnêtes et sincères.»

L'idée de sir Henri Bulwer ne pouvait en aucune façon obtenir notre
adhésion: elle dérogeait à notre principe fondamental, car, en mariant
les deux princesses espagnoles à des princes de maisons royales
absolument séparées, elle exposait le trône d'Espagne à sortir des
descendants de Philippe V et de la maison de Bourbon; elle transportait
de plus en Espagne, au sein même de la famille royale espagnole,
précisément les causes et les germes de l'ancienne rivalité de la France
et de l'Angleterre dans la Péninsule. Elle manquait ainsi doublement le
but de notre politique. Ce n'était, à vrai dire, qu'une manière de faire
à l'Angleterre sa part, et la grosse part, dans l'héritage de Ferdinand
VII. Je n'eus garde d'entrer, au fond, dans la discussion; j'écrivis
simplement à M. de Sainte-Aulaire[129]: «Je n'ai pas répondu à votre
lettre du 10 avril, ni à la lettre de Bulwer, du 26 mars, dont elle
contenait une copie, parce que je n'avais rien à y répondre. Il n'y
avait là aucune proposition, aucune ouverture. Lord Aberdeen n'avait
rien approuvé, n'exprimait absolument aucune opinion. C'étaient de pures
spéculations de sir Henri Bulwer. Nous avons pris, dans cette affaire du
mariage de la reine d'Espagne, une position trop nette, trop décidée
pour qu'il nous convienne de discuter des spéculations. Si nous nous y
montrions disposés, on ne manquerait pas de dire que nous jouons un jeu,
que notre refus du mariage espagnol pour un fils du roi n'est pas
sérieux, ni sincère, et que nous saisissons la première occasion de
ressaisir cette chance, et de faire rentrer le fils du roi dans cette
arène de prétendants où nous avons déclaré qu'il n'entrerait pas. Nous
ne voulons pas d'une telle situation. Nous restons fermement et
loyalement dans celle que nous avons prise et dans les déclarations que
nous avons faites. Nous ne ferons et ne dirons rien qui témoigne le
moindre empressement, la moindre intention de nous en écarter et de
courir après d'autres combinaisons.»

[Note 129: Le 26 mai 1846.]

Lord Aberdeen eut à me faire, quelques semaines plus tard, et avec bien
plus de surprise de sa part comme de la mienne, une communication bien
plus grave: «Je vous ai écrit le 7 de ce mois, me manda le 21 mai 1846
M. de Sainte-Aulaire, que les chances matrimoniales du prince de Coburg
devenaient meilleures à Madrid. En me donnant cette nouvelle pour vous
être transmise, lord Aberdeen ajoutait:--«N'en accusez pas Bulwer; il
n'a fait et ne fera rien pour favoriser ce mariage.»--Sous ce dernier
rapport, lord Aberdeen s'était trompé; il m'a confié hier, avec un peu
d'embarras, mais avec la sécurité que lui donne la conscience de sa
parfaite loyauté, «que le ministère espagnol, d'accord avec les reines,
venait d'adresser à Lisbonne, au duc régnant de Saxe-Coburg, un message
à l'effet de négocier le mariage du prince Léopold avec la reine
Isabelle. Le message a été concerté, ou au moins communiqué au ministre
d'Angleterre, qui a donné son approbation. Quand il s'est imprudemment
engagé dans cette affaire, Bulwer n'avait pas reçu une lettre du 8 avril
qui lui recommandait d'observer la plus stricte neutralité. Mais sa
conduite n'en est pas moins condamnable, a ajouté lord Aberdeen; mes
instructions précédentes subsistaient dans toute leur force. Je suis
très-mécontent de cette conduite, et je me déclare prêt à faire ce que
M. Guizot jugera convenable pour constater que je n'y suis pour rien, et
que, dans toute cette affaire, mes actes ont été d'accord avec le
langage que je vous ai toujours tenu.»

Je fus, comme je devais l'être, très-touché de ce langage que lord
Aberdeen était pleinement en droit de tenir: mais son embarras devait
être extrême: sir Henri Bulwer n'avait pas simplement donné son
approbation à une démarche du gouvernement espagnol pour proposer à
Lisbonne le mariage de la reine Isabelle avec le prince Léopold de
Coburg; il avait connu et dirigé cette démarche dans ses détails et à
chaque pas. Des conversations intimes, d'abord avec le duc de Riansarès,
puis avec M. Isturiz lui-même, l'avaient instruit du dessein de la reine
Christine et de ses plus intimes conseillers; il l'avait non-seulement
accueilli, mais encouragé, discutant les moyens d'exécution et suggérant
ceux qui lui semblaient le plus efficaces. Il s'était même chargé de
faire parvenir sûrement à Lisbonne une lettre adressée par la reine
Christine elle-même au duc régnant de Saxe-Coburg, et dont M. Isturiz
lui avait dit le contenu. Il avait pris grand soin que l'initiative et
la couleur extérieure de l'affaire demeurassent espagnoles; il la
secondait activement sans garantir le concours de son gouvernement; il
recommandait surtout le secret le plus absolu envers le gouvernement
français et ses agents, trouvait bon que M. Isturiz gardât le même
secret envers ses propres collègues, et se retirait lui-même de Madrid à
Aranjuez, pour paraître étranger aux relations personnelles, au
mouvement journalier et aux conjectures que ce travail ne pouvait
manquer de susciter. La conclusion en devait être ce que, six semaines
auparavant, il avait proposé à lord Aberdeen, le partage des deux soeurs
entre les deux prétendants, la reine Isabelle pour le prince de Coburg,
l'infante doña Fernanda pour le duc de Montpensier. Il ne paraît pas que
sir Henri Bulwer eût conçu le moindre doute sur le caractère sérieux et
définitif des ouvertures qu'avait faites aux princes de Coburg la cour
de Madrid, et auxquelles il s'était empressé de prêter son appui.

Il donnait de son empressement et du secret gardé dans toute l'affaire,
notamment envers l'ambassadeur de France, une seule raison: depuis trois
mois déjà, une intrigue avait été ourdie, selon lui, entre M. Bresson,
le prince Carini et le général Narvaez, pour conclure le mariage de la
reine avec le duc de Trapani brusquement, à l'improviste, en dehors des
prescriptions constitutionnelles; et un jour précis, le 15 mai, avait
même été fixé pour ce coup de main: «Sans prétendre excuser Bulwer,
m'écrivait M. de Sainte-Aulaire, lord Aberdeen m'a dit que sa démarche
était une revanche. Bresson avait arrangé pour le 15 mai le mariage
Trapani en cachette de son camarade; celui-ci a voulu lui rendre la
monnaie de sa pièce.»

Je répondis à M. de Sainte-Aulaire[130]: «Je ne saurais vous dire à quel
point votre lettre du 21 nous a surpris, le roi et moi. Jarnac
m'écrivait de Windsor, le 12 novembre dernier: «Lord Aberdeen m'a quitté
hier dans l'après-midi, me disant qu'il allait s'entendre définitivement
avec le prince Albert sur notre question espagnole. Il m'a fait prier, à
son retour, de passer chez lui: «Tout est maintenant réglé, m'a-t-il
dit, absolument comme vous le souhaitez; je puis vous assurer, sur ma
parole de _gentleman_, que vous n'avez rien du tout à craindre de ce
côté.»--Le 3 mars dernier, Jarnac m'a écrit encore: «Lord Aberdeen est,
plus que par le passé, convaincu qu'aucune prétention du prince de
Coburg ne serait encouragée, ou même acceptée à Windsor: «Le prince
Albert, m'a-t-il dit, ne pourrait plus me parler s'il en était
autrement.»--Vous m'avez écrit vous-même le 5 mars: «Il ne peut pas plus
être question du prince de Coburg que de moi pour épouser la reine
d'Espagne, m'a dit lord Aberdeen: après ce qui s'est passé entre le
prince Albert et moi, il est impossible qu'il entre dans une intrigue;
il n'oserait me regarder en face.»--Et vous m'apprenez maintenant,
d'après ce que vient de vous dire lord Aberdeen, que le ministère
espagnol, d'accord avec les reines, vient d'adresser à Lisbonne, au duc
régnant de Saxe-Coburg, un message à l'effet de négocier le mariage du
prince Léopold avec la reine Isabelle, que ce message a été concerté, ou
au moins communiqué au ministre d'Angleterre qui a donné son
approbation, etc., etc. Je vous avoue qu'en lisant cela je ne pouvais y
croire. Je ne vous ai pas répondu sur-le-champ parce que j'ai voulu m'en
entretenir à fond avec le roi et la reine, et y bien penser moi-même
avant de rien faire et de rien dire. Je désire que lord Aberdeen sache
pourquoi j'ai tardé deux jours à vous exprimer mon sentiment. Il est
faux, absolument faux, que Bresson ait arrangé pour le 15 mai le mariage
Trapani, conclu en secret et contre les règles constitutionnelles; il
n'a jamais été question, pas plus en cachette qu'en public, d'un
arrangement ni d'une date semblable. Je n'en avais jamais entendu parler
avant ce que vous venez de me mander. Rien n'a été fait, rien n'a été
convenu, rien n'a été dit quant au mariage Trapani, au-delà de ce que
vous savez comme moi et de ce que lord Aberdeen sait comme vous. Je le
prie de rayer, du compte de Bulwer, cette excuse pour la part qu'il a
prise et l'appui qu'il a prêté à l'intrigue que vous m'annoncez.»

[Note 130: Le 26 mai 1846.]

J'informai sur-le-champ M. Bresson, par le télégraphe, du fait que
m'avait loyalement déclaré lord Aberdeen, et en lui envoyant la lettre
de M. de Sainte-Aulaire avec ma réponse, j'ajoutai[131]. «La surprise du
roi et de la reine a été profonde. Après tout ce qui s'est passé depuis
deux ans entre Paris, Madrid et Naples, après toutes les démarches que
nous avons faites, tous les engagements que nous avons contractés, selon
le désir de la reine Christine et du gouvernement espagnol et de concert
avec eux, serait-il possible que tout à coup, sans nous en dire un mot,
pendant que tout ce qui a été dit et préparé avec nous subsiste
pleinement, la reine Christine et le gouvernement espagnol eussent fait
ailleurs, à Lisbonne, d'autres démarches, d'autres ouvertures, offert et
préparé un autre mariage? Le procédé serait si étrange que le roi se
refuse encore à y croire, et suppose que Bulwer a écrit à lord Aberdeen
plus et autre chose que ce qu'il y a réellement. Votre lettre du 19 de
ce mois est venue confirmer un peu cette supposition. Vous m'indiquez
une intrigue ourdie à côté du gouvernement espagnol et contre lui, là où
Bulwer annonce une négociation entamée par le gouvernement lui-même.
J'espère que vous avez raison. Mais, en tout cas, éclaircissez ceci avec
le cabinet de Madrid et avec la reine Christine elle-même. Faites-leur
bien pressentir tout ce que le roi et son gouvernement pourraient être
conduits à penser et à faire si ce que Bulwer a écrit à lord Aberdeen
était vrai. Plus le roi porte à la reine Christine et à sa fille une
sincère affection, plus il serait blessé d'un procédé semblable et de la
politique que révélerait ce procédé. Et notre politique à nous, envers
l'Espagne, entrerait forcément dans des voies très-différentes de celles
où nous avons marché jusqu'à présent, et où nous désirons marcher
toujours. J'ai peine à me persuader que la reine Christine qui a
l'esprit si juste et si pénétrant, et qui m'a paru si bien comprendre
les vrais intérêts de la reine sa fille, de l'Espagne et ses propres
intérêts à elle-même, dans l'avenir comme dans le présent, se jette
ainsi dans toutes les chances, je dirai sans hésiter dans tous les
périls de la situation qu'une telle conduite créerait infailliblement.»

[Note 131: Le 27 mai 1846.]

M. Bresson fut un peu moins surpris que nous ne l'avions été, le roi et
moi: depuis quelques jours il observait un redoublement d'activité
cachée en faveur du prince Léopold de Coburg: «Il me revient de
plusieurs côtés, m'écrivait-il[132], que les partisans de ce prince
cherchent à accréditer l'opinion que la France fait seulement mine de
résister, qu'en définitive elle se soumettrait et, pour me servir de
leur expression, qu'elle avalerait cette pilule, comme d'autres. Si
cette persuasion s'établit, ce ne sera certes pas ma faute; mes paroles
sur ce point ne prêtent pas à l'équivoque.» Il suivait en même temps les
traces d'une intrigue ourdie, dans des intérêts financiers autant que
dans des vues politiques, pour le renversement du ministère,
c'est-à-dire de MM. Mon et Pidal, invariablement opposés au mariage
Coburg[133]: «Bulwer a commis une imprudence, m'écrivait-il; il est allé
trouver M. Mon, et supposant fort gratuitement que, malade et fatigué,
celui-ci avait le projet de se faire nommer ministre à Londres, il lui a
offert ses bons offices; Mon, qui est pénétrant et brusque,
l'interrompit:--«Qu'est-ce que ceci? Est-ce que vous êtes chargé par la
reine ou par Riansarès de me faire cette ouverture? Ne peuvent-ils
parler eux-mêmes? Suis-je un obstacle à vos projets? Je ne vous
comprends pas.» M. Bresson prit soin de signaler à sir Henri Bulwer
lui-même le péril de ce travail; il l'avait eu un jour à dîner chez lui;
il lui écrivit le lendemain: «Rappelez-vous ce que je vous ai raconté
hier. On veut, les uns bêtement, les autres adroitement, nous pousser,
vous et moi, sur la grande question, à des partis extrêmes. Gardons-nous
bien de tomber dans le piège. Nous entraînerions nos gouvernements à des
moyens extrêmes aussi; ils y sont nécessairement préparés, le cas
échéant, et nous le regretterions beaucoup.»--J'ai voulu, me disait-il,
le rendre attentif à ses propres démarches, et lui faire sentir que
j'étais au courant et qu'il ne me prendrait pas par surprise. Des
ministres étrangers, celui qui met dans ce travail le plus de suite,
c'est le ministre de Portugal, le baron Renduffe, que j'ai déjà eu pour
collègue à Berlin; sa manière de procéder est simple, assez adroite et
peu compromettante; il amène la conversation sur le prince de Coburg,
loue son esprit, sa bonté, sa tournure; il ne le propose pas, il ne
l'offre à personne; mais si on parle du mariage, il dit:--«Mariez votre
reine pour l'Espagne, comme nous avons marié la nôtre pour le Portugal;
ne vous inquiétez pas des menaces que vous adressent certaines
puissances; quand la chose sera faite, elles auront peut-être un peu de
mauvaise humeur, et puis elles se résigneront.»--De tout ceci vous
conclurez, et avec raison, mon cher ministre, que le parti Coburg est
maintenant organisé, qu'il l'est sous l'inspiration et la direction
indubitables, sinon patentes, du ministre d'Angleterre, et qu'il est
temps d'aviser à nos grands moyens.»

[Note 132: Le 17 mai 1846]

[Note 133: Le 24 mai 1846.]

Le lendemain du jour où M. Bresson me donnait toutes ces informations,
ma dépêche télégraphique qui lui annonçait le loyal avertissement de
lord Aberdeen lui arriva: «Elle est venue ce matin, à cinq heures, me
faire bondir hors de mon lit[134]; elle s'accordait trop bien avec mes
découvertes depuis dix ou douze jours pour que l'information transmise
par mon digne collègue de Londres ne me parût pas vraisemblable. A neuf
heures, j'étais chez le duc de Riansarès. Il m'a positivement nié que le
cabinet eût fait ou qu'il eût été chargé de faire à Lisbonne aucune
démarche de cette nature. Il me parut un peu moins affirmatif quand je
lui fis observer que, si ce n'était pas le cabinet précisément, ce
pouvait être un de ses membres, M. Isturiz par exemple, ou qui sait? la
cour, ou quelqu'un tenant à la cour. Il a maintenu la négation, toujours
un peu faiblement sur cette dernière partie de la question. Il m'a
raconté en détail deux conseils tenus par la reine en présence de la
reine-mère, où la question du mariage de Sa Majesté avec le comte de
Trapani avait été posée, et qui avaient eu pour _conclusum_ que, dans
l'état présent du pays et des esprits, il était impossible, et que plus
tard il serait toujours difficile de poursuivre cette négociation. Il a
ajouté que, par suite de cette délibération, il était possible que M.
Isturiz eût causé avec M. Bulwer pour s'assurer si l'Espagne était, ou
non, libre de marier sa reine avec le prince que sa reine choisirait, et
que peut-être on avait pris conseil à Londres dans ce sens, mais qu'il
ne pensait pas qu'on fût allé plus loin. Je le priai de m'arranger, pour
deux heures de l'après-midi, une entrevue avec la reine-mère, en frac et
sans attirer l'attention. De chez lui, je courus chez M. Mon qui, pour
le compte du cabinet, me répondit par des dénégations tellement
formelles que j'essaierais en vain d'en reproduire toute la force. Il
les corrobora de l'assurance que, lui ministre, je n'étais exposé à
aucune surprise, et que je pouvais dormir tranquille. En quatre minutes,
au galop de mes chevaux, je fus rendu chez M. Isturiz. Mêmes
dénégations, mêmes assurances par rapport à la démarche relatée par M.
de Sainte-Aulaire; mais une grande et inutile insistance sur
l'indépendance de l'Espagne, sur le droit de la reine de choisir sans
contrainte le mari qui lui conviendrait; et finalement l'assertion
très-remarquable, qui lui a échappé et qu'il a voulu en vain rattraper,
que si la reine lui demandait de la marier avec le comte de Trapani, il
se retirerait, ne croyant pas pouvoir tenter une oeuvre aussi
impopulaire et aussi dangereuse, et que si elle lui demandait de la
marier avec le prince de Coburg, il l'entreprendrait, en prévenant
toutefois d'avance les deux grands alliés de l'Espagne et en observant
envers eux tous les égards.»

[Note 134: Le 25 mai 1846.]

M. Bresson remit alors sous les yeux de M. Isturiz, avec sa verve
puissante, les conséquences infaillibles d'une telle résolution;
embarrassé et troublé: «Voulez-vous, lui demanda M. Isturiz, que nous
travaillions ensemble pour marier la reine avec le duc de
Montpensier?--Et l'infante, lui dis-je, avec le comte de Trapani?--Oui,
me répondit-il, l'un et l'autre.--Je n'ai pas pouvoir de vous donner une
réponse; est-ce sérieusement que vous m'adressez cette demande?--Je dois
avouer, reprit-il, que je ne suis pas autorisé.»--Je le laissai sur la
bonne impression de mes paroles, et je montai chez la reine Christine.
Prévenue par le duc de Riansarès, elle n'eut pas à jouer l'étonnement;
elle nia simplement, naturellement; il ne serait pas convenable,
dit-elle, que la reine d'Espagne allât mendier la main d'aucun prince;
non-seulement aucune ouverture n'avait été faite à la maison de Coburg,
mais on n'en avait reçu d'elle aucune; il n'y aurait ni surprise, ni
manque d'égards, surtout envers le roi son oncle. Pour elle, elle
voulait, autant que possible, se décharger de cette responsabilité; et
quand la reine sa fille aurait fait connaître sa volonté aux ministres,
elle leur laisserait le soin exclusif de la négociation. Mais elle ne
devait pas me cacher que le moment d'une résolution approchait, qu'il
n'était plus possible de différer, et que, d'un jour à l'autre, la reine
se prononcerait. Voilà, mon cher ministre, où nous en sommes. Il y a un
moyen de mettre un frein à l'impatience des deux reines: c'est
d'arracher à la maison de Coburg un désistement formel; si elle
maintient ses prétentions, vous rentrez dans le droit que vous avez
établi, de marier M. le duc de Montpensier avec la reine ou avec
l'infante, à votre loisir, et quand vous jugerez que votre politique
l'exige. Le comte de Trapani peut servir toujours de pis-aller, soit
pour la reine, soit pour l'infante. Le pauvre prince, bien injustement,
n'a pas d'autre rôle. J'attends avec grande impatience vos instructions
sur tout ceci.»

Quant au prétendu complot tramé, selon sir Henri Bulwer, plusieurs mois
auparavant, par M. Bresson, le prince Carini et le général Narvaez, pour
marier la reine Isabelle au comte de Trapani le 15 mai, à l'improviste,
inconstitutionnellement et à l'aide d'un rassemblement de troupes autour
de Madrid, les dénégations de M. Bresson furent non-seulement absolues,
mais adressées à M. Bulwer lui-même, qui s'en défendit en disant qu'il
avait connu ce projet «par des personnes qui devaient être les plus
véridiques et les mieux informées.» Non-seulement le prince Carini, mais
les hommes les plus considérables du gouvernement espagnol, MM. Isturiz,
Mon, de Viluma joignirent leurs dénégations à celles de M. Bresson. Ils
auraient pu, et M. Bresson lui-même aurait pu s'en dispenser: depuis
l'époque où le complot supposé avait, disait-on, été conçu, le général
Narvaez avait repris seul et en maître l'exercice du pouvoir; M. Bresson
avait été complétement étranger à son rétablissement; il l'avait même
blâmé et s'était quelque temps tenu à l'écart. Au bout de quelques
semaines, le général Narvaez était tombé; M. Bresson avait trouvé sa
chute naturelle et n'avait rien fait pour le maintenir. C'eût été alors
pourtant que le complot, s'il avait existé, aurait dû être accompli, ou
du moins tenté: «Si je voulais du mariage Trapani par coups d'État et
violences, écrivait, le 15 mai 1846, M. Bresson à M. Désages, je
n'aurais qu'à prêter appui à Narvaez dans son impatience d'escalader le
pouvoir. Mais ce serait jouer une partie terrible, et risquer une
révolution et le trône de la reine.» Le complot allégué comme excuse par
sir Henri Bulwer était aussi invraisemblable qu'imaginaire. La
diplomatie a ses peurs et ses crédulités, frivoles ou simulées, et le
pouvoir judiciaire n'est pas le seul qui prenne quelquefois des boutades
et des propos pour des résolutions et des complots.

Sir Henri Bulwer était de ceux qui ont trop d'esprit pour ne pas
éprouver le besoin d'avoir eu raison, ou du moins de prouver qu'ils ont
eu de bonnes raisons pour ce qu'ils ont fait. Il m'écrivit pour
m'expliquer lui-même sa conduite et ses motifs. Je lui répondis[135]:
«Je vous remercie des explications que vous avez bien voulu me donner
sur ce qui s'est passé naguère entre Madrid, Lisbonne et Londres. Vous
avez, si je ne me trompe, cru trop facilement à ce qui n'était pas et ne
pouvait pas être. Et dans cette persuasion mal fondée, vous avez, trop
facilement aussi, prêté votre concours ou du moins votre aveu à ce qui,
sans la parfaite loyauté de lord Aberdeen, aurait pu amener entre nos
deux gouvernements de graves embarras. Voilà, en toute franchise, ce qui
me paraît. Nous avons, depuis cinq ans, travaillé et réussi en commun,
vous et nous, à écarter ou à surmonter ces embarras, en Espagne comme
ailleurs. J'espère que nous y réussirons toujours. Pour mon compte, j'y
ferai de mon mieux, car je suis toujours également convaincu que le bon
accord entre vous et nous, au travers et au-dessus de toutes les
questions spéciales, est la seule bonne politique pour vous, pour nous
et pour tout le monde. Je dirais volontiers que c'est aujourd'hui la
seule digne d'un homme d'esprit, et je suis sûr que vous êtes de mon
Avis.»

[Note 135: Le 5 juillet 1846.]

Lord Aberdeen ne se contenta pas de m'avoir informé de ce qui s'était
tramé, à son insu, entre Madrid et Lisbonne; il en témoigna à sir Henri
Bulwer son formel mécontentement, en lui rappelant la promesse du
gouvernement anglais de ne prendre part à aucune négociation, aucune
tentative pour le mariage de la reine d'Espagne avec le prince de
Coburg, et en insistant sur les graves conséquences qu'aurait pu avoir
la situation fausse et malheureuse dans laquelle il s'était placé, à cet
égard, contre les instructions qu'il avait reçues. Sur l'expression de
ce blâme, sir Henri Bulwer offrit à lord Aberdeen sa démission; mais les
circonstances générales devinrent telles que ni le blâme, ni la
démission n'eurent aucune suite. Les faits que je viens de rappeler, cet
imbroglio de complications imprévues, d'assertions contradictoires et de
menées obscures amenèrent, entre le roi Louis-Philippe et la reine
Christine, entre M. Bresson et sir Henri Bulwer, entre les deux
diplomates et les ministres espagnols, entre les ministres espagnols
eux-mêmes, des plaintes, des récriminations, des explications, des
controverses qui auraient pu devenir des événements si un événement bien
plus grave n'avait rejeté tous ces incidents dans l'ombre: le 29 juin
1846, après avoir accompli la réforme des lois sur les céréales, le
cabinet de sir Robert Peel tomba; les Whigs, sous la présidence de lord
John Russell, succédèrent aux Torys; lord Palmerston prit, au
_Foreign-Office_, la place de lord Aberdeen.

J'écrivis le 6 juillet à lord Aberdeen: «Il faut donc enfin que je vous
écrive pour vous dire adieu. Je n'espérais pas, et pourtant j'attendais.
C'est pour moi un si vif déplaisir, un regret si profond. On ne se
résigne qu'à la dernière extrémité. Vous sortez bien glorieusement. J'ai
appris votre bonne fortune de l'Orégon avec la même joie que si elle
m'eût concerné personnellement[136]. Vos succès étaient mes succès. Vous
partirez probablement bientôt pour Haddo. Moi, je pars dans quelques
jours pour le Val-Richer. Que ne pouvons-nous mettre en commun notre
repos comme nous avons mis en commun notre travail! Je suis sûr qu'en
loisir et liberté, en nous promenant et en causant sans autre but que
notre plaisir, nous nous conviendrions et nous nous plairions
mutuellement, aussi bien que nous nous sommes mutuellement entendus et
soutenus dans les affaires publiques. Mais on arrange si peu sa vie
comme on le voudrait! on jouit si peu de ses amis! On se rencontre, on
s'entrevoit un moment; puis on se sépare, et chacun va de son côté,
emportant des souvenirs doux qui deviennent bientôt de tristes regrets.
Je suis pourtant très-décidé à ce que ceci ne soit pas, entre nous, une
séparation. Je vous écrirai; vous m'écrirez, n'est-ce pas? Vous
reviendrez en France. Je retournerai en Angleterre. Et puis, qui sait?
J'ai la confiance que, souvent encore, n'importe dans quelle situation,
nous servirons ensemble la bonne et rare politique que nous avons fait
triompher pendant cinq ans. Quoi qu'il arrive, mon cher lord Aberdeen,
il faut que nous nous retrouvions quelque part, et que nous nous
entretenions de toutes choses plus librement, plus intimement encore que
nous ne l'avons jamais fait. Gardez-moi, en attendant, toute votre
amitié; c'est bien le moins que je ne perde rien dans la vie privée.
Pour moi, je vous aime et vous aimerai toujours de tout mon coeur.»

[Note 136: Dans les derniers jours de son ministère, il avait mis fin,
par un arrangement équitable, à une question, sur les limites du
territoire de l'Orégon, qui troublait les rapports et pouvait
compromettre la paix entre l'Angleterre et les États-Unis d'Amérique.]

Mon espérance n'a pas été trompée: après sa chute, et aussi après la
mienne, j'ai vécu avec lord Aberdeen dans la même intimité qu'au temps
où nous étions chargés, l'un et l'autre, du rôle et des relations de nos
deux pays dans la société européenne. Nous nous sommes retrouvés
plusieurs fois en France et en Angleterre. J'ai passé quinze jours chez
lui en Écosse, à _Haddo-House_, dans les longues et libres conversations
de la famille et de la campagne. Il est mort il y a six ans, et depuis
sa mort j'ai beaucoup pensé à lui. Plus je l'ai éprouvé et connu, plus
il m'a satisfait et attaché. C'était une nature haute et modeste,
indépendante et douce, profonde et fine, originale sans affectation,
sans exagération, sans prétention. Entré jeune, et au milieu de la
grande crise européenne de 1814, dans la vie publique, il avait assisté
de bonne heure aux plus grands spectacles de l'ambition, de la puissance
et des destinées humaines; il en avait retenu les plus hauts
enseignements, l'esprit de modération et d'équité, le respect du droit,
le goût de l'ordre, l'amour de la paix. Cette expérience de sa jeunesse
était en parfait accord avec les pentes de son esprit et de son
caractère: conservateur par position et par instinct, libéral par
justice et bienveillance envers les hommes, vrai et fier Anglais, mais
d'une fierté sans préjugés et sans jalousie, fidèle aux traditions de
son pays, mais étranger aux routines des partis ou du peuple, il était
toujours prêt à comprendre les situations, les intérêts, les sentiments
des autres, nations ou individus, et à leur faire leur juste part.
C'était là une politique singulièrement neuve et hardie; mais lord
Aberdeen évitait avec soin les apparences de l'innovation et de la
hardiesse; il n'aimait pas le bruit, ne cherchait pas l'éclat, et
aspirait au succès du bien, sans grand souci de son propre succès. Il
n'était ni enclin ni propre aux fortes luttes parlementaires; il avait
trop de scrupules dans la pensée et trop peu de facilité puissante dans
la parole; il ne tranchait pas les questions par des résolutions
promptes et par l'empire de l'éloquence; il excellait à les dénouer en
appelant le temps, le bon sens et le sens moral à l'appui de la vérité.
Il aimait la vie publique et les grandes affaires, mais en homme qui met
toutes choses à leur vraie place et à leur juste valeur, et qui sait se
satisfaire et se complaire dans les plus simples comme dans les plus
éclatantes. Il avait connu tout le charme, et aussi toutes les douleurs
de la vie domestique; et bien qu'entouré d'une nombreuse famille qui le
respectait chèrement, et secondé en toute occasion par son plus jeune
fils Arthur Gordon, devenu son secrétaire et son confident intime, une
empreinte de permanente tristesse était restée dans sa physionomie grave
et douce. Aux premières rencontres hors du cercle de sa famille, son
abord était froid et presque sévère; mais quand il entr'ouvrait son âme,
on y découvrait des trésors de sympathie délicate et d'émotion tendre
qui n'excluaient pas le libre jugement d'un observateur difficile et
souvent un peu ironique, non-seulement dans les relations indifférentes,
mais au sein même des plus affectueuses. Il aimait les hommes avec un
profond sentiment de leurs vices et de leurs faiblesses comme de leurs
misères, et il respectait la pensée, comme la liberté humaine, avec
inquiétude. Il avait l'esprit remarquablement cultivé et orné;
l'antiquité grecque avait été l'étude favorite de sa jeunesse, et il
était allé la comprendre et l'admirer au milieu de ses ruines. Rentré
dans sa patrie, il était devenu le patron des recherches érudites sur
les antiquités nationales; et les lettres, les arts, les sciences, dans
leur sphère la plus étendue, furent pour lui, dans tout le cours de sa
vie, l'objet d'un vif intérêt. Le grand problème social, plus nettement
posé de notre temps qu'il ne l'avait jamais été, consiste à faire
pénétrer la morale et la science dans la politique, et à unir, dans le
gouvernement des peuples, le respect des lois divines au progrès des
lumières humaines. Lord Aberdeen est, de nos jours, l'un des hommes qui
ont le plus franchement accepté ce difficile problème, et qui, pour leur
part et dans leur sphère d'action, se sont le plus scrupuleusement
appliqués à le résoudre. Effort digne de lui, et qui sera l'honneur de
sa mémoire comme il a été le travail de sa vie.

En 1855, le prince Albert exprimait en ces termes à l'évêque d'Oxford,
M. Wilberforce, sa pensée sur le caractère de lord Aberdeen qu'il avait
observé de bien près et dans des situations fort diverses: «Lord
Aberdeen est l'homme le plus complètement vertueux que je connaisse. Je
crois qu'il a toutes les vertus. Il est très-courageux. Il est
parfaitement honnête. Il est scrupuleusement vrai. Il est magnifique
dans sa bonté. Il est plein d'indulgence et sait bannir de son esprit le
souvenir des torts les plus graves. Il est modeste, jusqu'à l'humilité,
dans son opinion de lui-même. Tout ce qu'on peut dire contre lui, c'est
qu'il manque d'imagination, ou plutôt qu'il n'en fait point de cas.»

Je me suis permis le mélancolique plaisir d'exprimer ce qu'on n'exprime
jamais que bien imparfaitement quand on garde dans son coeur la mémoire
d'un homme éminent et d'un ami rare. Je reviens aux mariages espagnols.
Dès le printemps de 1846, la perspective de la chute possible du cabinet
de sir Robert Peel aggrava fort la question. Amené sans doute par le
même pressentiment, lord Palmerston vint, au mois d'avril, avec lady
Palmerston, faire un voyage à Paris, et il y passa près de trois
semaines: «J'ai la confiance, écrivis-je à M. de Sainte-Aulaire[137],
que lord Aberdeen n'a pas besoin que je lui parle et que je vous parle
de ce séjour. J'ai dîné samedi avec lord Palmerston chez la princesse de
Lieven, hier chez le roi; aujourd'hui il dîne chez moi. C'est assez.
J'ai refusé partout ailleurs. J'ai trop vécu avec lord Palmerston, et
nos rapports personnels ont toujours été trop bons pour que je ne sois
pas, avec lui, complétement poli. Ni moins ni plus. Il retrouve ici
beaucoup d'anciennes connaissances qui le reçoivent poliment. Son
langage, à lui, est réservé quant aux affaires d'Angleterre, et
très-amical, très-expressif quant à la France. Les journaux et leur
public ne s'occupent pas beaucoup de lui. Les gens d'esprit sourient un
peu de ce voyage si empressé, et disent qu'il faut qu'il s'en promette
un bon effet à Londres, car cela ne le grandit pas beaucoup à Paris.»
Quand je vis que le séjour de lord Palmerston se prolongeait et faisait
quelque bruit, je jugeai à propos d'en parler moi-même avec quelque
détail à lord Aberdeen; je lui écrivis[138]: «Lord Palmerston repart
aujourd'hui pour Londres. Je veux vous dire ce que je pense de son
séjour ici, de l'impression qu'il y laisse et de celle que probablement
il en remporte. Il est en droit de dire qu'il a été bien reçu. On a vu,
dans son voyage, une réparation du passé, un témoignage éclatant du
besoin et du désir qu'il ressentait de se montrer bien avec la France.
Déjà, au mois de décembre dernier, les incidents de votre crise
ministérielle et l'obstacle qu'avaient opposé au retour de lord
Palmerston les souvenirs de 1840 avaient flatté l'amour-propre de notre
public. Sa venue à Paris, dans le but évident d'effacer ces souvenirs, a
été une nouvelle satisfaction. L'animosité s'est calmée. La curiosité et
la courtoisie sont venues à sa place. Lord Palmerston n'a rien négligé
pour cultiver cette disposition. Il est allé avec empressement au-devant
du bon accueil. Il a vu tout le monde. Il a répété à tout le monde qu'il
était, autant que personne, ami de la paix, de la France, partisan de
l'entente cordiale, et bien décidé à la continuer s'il revenait au
pouvoir. Dans une conversation, la seule, à vrai dire, que j'aie eue
avec lui, il y a cinq jours, j'ai expliqué comment nous avions, vous et
moi, réussi depuis cinq ans à rétablir et à maintenir l'entente
cordiale. J'ai rappelé les questions très-délicates qui se sont
rencontrées sur nos pas: le Maroc, l'Espagne, la Grèce, Taïti, le droit
de visite. Pourquoi les avons-nous heureusement traversées? parce que
nous ne nous sommes jamais laissé entraîner à oublier l'intérêt
supérieur en présence de tel ou tel intérêt secondaire, parce que nous
avons constamment placé notre politique générale de paix et de bonne
intelligence au-dessus de toutes les questions spéciales. J'ai tenu à ce
que lord Palmerston vît clairement combien l'intimité de nos deux
cabinets est vraie et profonde, et quelle en est la base. J'ai la
confiance qu'il n'y a eu, dans l'accueil qu'il a reçu du gouvernement du
roi, rien de plus que ce que prescrivait la stricte convenance, et rien
qui n'ait confirmé, sur nos relations et notre politique, l'impression
que j'ai désiré lui donner.

[Note 137: Le 28 avril 1846.]

[Note 138: Le 7 juin 1846.]

«L'opposition l'a beaucoup recherché et fêté. Peut-être en emporte-t-il
l'idée que les Français sont bien légers, bien prompts à passer d'une
impression à l'autre, et qu'il n'y a pas grand inconvénient à leur
donner des moments d'humeur puisqu'il est si aisé de les en faire
revenir. Il se tromperait, car, sous ces impressions mobiles et
superficielles, le fond des choses subsiste et ne tarde pas à
reparaître. Déjà depuis quelques jours, autour de l'opposition et jusque
dans ses rangs, on commence à dire que c'est assez de fêtes, et que
probablement lord Palmerston n'est pas lui-même si changé qu'on doive
changer si complétement, envers lui, de sentiment et d'attitude. Je
crois, à tout prendre, mon cher lord Aberdeen, que, si ce voyage
changeait en Angleterre la situation du voyageur, ce serait un effet
très-exagéré et fondé sur l'apparence plutôt que sur la réalité des
choses: en France, pour les hommes sérieux, lord Palmerston a paru, au
fond, toujours le même, avec les mêmes dispositions de caractère et
d'esprit; et pour le public, même de l'opposition, l'accueil qu'on lui a
fait ne repose que sur des intérêts momentanés de parti et sur des
impressions qui, au moindre choc, s'évanouiraient aussi brusquement
qu'elles sont venues, et feraient de nouveau place à des impressions
fort contraires.»

Lord Aberdeen me comprit à merveille, et, six semaines plus tard,
lorsqu'il se sentit près de la chute officielle de son cabinet, sa
sollicitude pour notre politique commune répondit à la mienne: «Je viens
de causer avec lui, m'écrivit M. de Sainte-Aulaire[139]; il a vu hier
lord Palmerston et a parcouru avec lui la carte du monde. La France et
ses intérêts y tiennent une bonne place. Voici ce qui paraît avoir été
dit entre eux sur notre chapitre:

«_Lord Aberdeen_. J'ai considéré comme un intérêt du premier ordre, pour
le monde et pour l'Angleterre, le maintien de l'entente cordiale avec la
France. J'y ai appliqué tous mes soins. Ils ont constamment réussi, et
il n'y a aucun des résultats de mon administration de cinq années auquel
j'attache plus de prix.

[Note 139: Le 7 juin 1846.]

«Assentiment complet de lord Palmerston qui n'a atténué en rien
l'importance attachée par son prédécesseur à l'union intime des deux
puissances et qui a protesté de son désir de la continuer.

«_Lord Aberdeen_. Si tel est en effet votre désir, n'oubliez pas un
instant les conditions qu'il vous impose. Ces conditions sont une
attention continuelle à écarter les contestations et à ménager les
susceptibilités, un esprit de conciliation et de _forbearance_. Les
points de contact entre les deux pays sont si multipliés, leurs intérêts
si enchevêtrés les uns dans les autres que chaque quinzaine amène des
questions sur lesquelles il serait parfaitement facile de se brouiller
si l'on n'avait pas pris _a priori_ la résolution de ne pas se
brouiller.

«Ici encore assentiment complet de lord Palmerston, mais avec des
commentaires qui peuvent donner l'inquiétude que sa pratique ne soit
guère conforme à sa théorie:--«Ces gens-là, a-t-il dit en parlant de
nous, sont essentiellement envahisseurs, agressifs, provoquants; en
toute affaire ils veulent se faire une bonne part aux dépens des autres.
Comment bien vivre avec eux à de telles conditions?»

«En sortant des généralités, ajoutait M. de Sainte-Aulaire, j'ai parlé à
lord Aberdeen de l'Espagne qui est aujourd'hui, sinon la seule, du moins
la plus grosse pierre d'achoppement entre nous; lord Palmerston, au dire
de lord Aberdeen, était non pas seulement mal informé, mais dans une
ignorance complète de l'état actuel de cette question; c'est hier
seulement qu'il a appris la proposition envoyée à Lisbonne au duc de
Coburg par la reine Christine et la démarche du duc de Sotomayor auprès
de lord Aberdeen. Je me suis étonné que de tels faits fussent restés
ignorés d'un homme dans la situation de lord Palmerston; lord Aberdeen
m'a réitéré, avec une grande apparence de sincérité, l'affirmation qu'il
en était ainsi. En résumé, il m'a dit avoir bon espoir que les bons
rapports seraient maintenus: d'abord, parce que lord Palmerston en sent
l'importance; puis, parce qu'il sera surveillé de fort près, et au
besoin contenu par ses collègues:--«Lord John Russell, m'a-t-il dit, a
de la sagesse et de la fermeté, et lord Grey est passionné pour la paix
et très-porté pour la France.»--Quatre semaines plus tard, quand la
chute du cabinet Tory fut accomplie, M. de Sainte-Aulaire
m'écrivit[140]: «Lord Aberdeen m'a dit:--«La seule affaire difficile
entre nous est le mariage de la reine d'Espagne. Je vous réponds, sur ce
point, de lord John Russell; ses opinions sont les miennes; il ira aussi
loin que moi dans les voies de la conciliation. Quant à lord Palmerston,
je lui reparlerai, et j'espère le ramener à mes principes dont il était
naguère fort éloigné.»--J'ai demandé quels étaient ceux de lord
Palmerston et ce qu'il voulait faire en Espagne. J'ai compris que sa
politique, quant aux hommes et quant aux choses, était de s'opposer à ce
que nous voudrions nous-mêmes, et de lutter en toute occasion contre
l'influence française. Lord Aberdeen condamne fort cet odieux
enfantillage, et se flatte que les dispositions de lord Palmerston sont
meilleures que par le Passé.»

[Note 140: Le 2 juillet 1846.]

Je ne sais si l'espoir de lord Aberdeen dans le changement de
dispositions de lord Palmerston était bien sérieux; pour moi, je ne m'y
associai point; je pris sans hésiter ma résolution définitive, et
j'écrivis sur-le-champ à M. Bresson[141]:

[Note 141: Le 5 juillet 1846.]

«Point de phrases, mon cher comte. Les faits sont pressants et je suis
pressé, très-pressé d'aller chercher au Val-Richer un peu de silence, de
solitude et de liberté. Je partirai samedi. Je ferai de là les affaires.
Je vous envoie la réponse de la reine Christine à la lettre du roi sur
les derniers incidents relatifs au mariage, et la réplique du roi qui a
voulu éclaircir et vider complétement la question. Remettez sur-le-champ
cette réplique en faisant savoir que vous en avez connaissance et copie.
Il n'y a après cela, de votre part, plus rien à dire ni à demander à M.
Isturiz. La lettre de la reine Christine est triste, douce, évidemment
en reculade. Elle remet en scène, comme prétendants à la main de sa
fille, les deux fils de don François de Paule. Elle écarte don Enrique
comme ne valant rien, politiquement ni personnellement, et elle
entr'ouvre la porte pour le duc de Cadix, tout en disant qu'il ne plaît
pas à sa fille et qu'elle ne voudrait pas la contraindre.

Entrez donc sans hésiter dans la voie que le duc de Riansarès nous a
ouverte le 28 juin dernier: _le duc de Cadix pour la reine et le duc de
Montpensier pour l'infante_. En soi, cette solution nous convient
parfaitement; dans l'état actuel des faits, c'est la plus facile, la
plus prompte et la plus sûre. Le roi a bien vu et bien sondé l'infant
don Enrique. Moi aussi. Ou nous nous trompons fort, ou il est possédé,
gouverné, exploité par les émigrés progressistes, Olozaga, Mendizabal,
etc. Ils le feront aller à Londres. Il s'y abouchera avec Espartero,
probablement avec lord Palmerston. C'est toujours le même parti sous les
mêmes patrons, et ces patrons-là entrent aux affaires. Don Enrique est
ou sera à eux. Ne l'écartons pas absolument; ne nous retirons pas cette
carte. Don Enrique est dans notre principe, car il est un des
descendants de Philippe V. S'il finissait par épouser la reine Isabelle,
nous finirions bien aussi par reprendre influence sur lui. Ménageons
donc toujours sa personne et sa situation. Mais évidemment le duc de
Cadix est fort préférable, en soi et pour nous. Poussez donc décidément
à lui, et placez le duc de Montpensier à côté de lui. Si la reine
Christine le veut, cela se fera. Le veut-elle sérieusement, sincèrement?
Vous verrez bien. Glücksberg croit qu'il y a bien du jeu, bien de la
feinte dans tout ceci, même dans la démarche faite à Lisbonne pour le
mariage Coburg. En poussant au duc de Cadix, prenez soin de la loyauté
de notre attitude envers le comte de Trapani. Il faut que ce soit
l'impossibilité de son succès, reconnue et déclarée par la reine
Christine et le cabinet espagnol, qui nous fasse passer à l'une des
autres combinaisons contenues dans notre principe. Plus j'y regarde,
plus je trouve que, tenant compte de toutes les circonstances, il est en
effet impossible, quant à présent. Il n'y a donc pas à hésiter. Laissez
seulement la figure de Trapani toujours sur la scène, si l'Espagne,
reine et peuple, veut revenir à lui.

«Le cabinet Whig est formé à l'heure qu'il est. C'est ce qu'il y a de
plus gros dans tout ceci. Lord Aberdeen me fait dire que lord John
Russell pense et se conduira, sur la question d'Espagne, comme il aurait
fait lui-même; mais que, pour lord Palmerston, il craint beaucoup que ce
ne soit toujours le même homme, et la même ardeur à lutter contre nous
et notre influence. Je m'y attends aussi et je me conduirai en
conséquence; ce ne sera pas moi qui livrerai l'Espagne à lord
Palmerston. Vous tirerez, à coup sûr, grand parti de son avénement pour
agir sur la reine Christine et son mari. Ils auraient beau faire; ils
n'auront jamais, dans lord Palmerston, qu'un ennemi, car il ne sera
jamais que le patron du parti progressiste, c'est-à-dire de leurs
ennemis. J'ai, avec lord Palmerston, cet avantage que s'il survenait,
entre nous et Londres, quelque refroidissement, quelque embarras, ce
serait à lui, et non à moi, qu'en France, en Angleterre, partout, on en
imputerait la faute. Je le lui ai dit à lui-même, il y a trois mois.»

Au début de nos nouveaux rapports avec lord Palmerston, les apparences
furent bonnes. M. de Jarnac se trouvait alors chargé d'affaires à
Londres pendant le congé de M. de Sainte-Aulaire. Dans sa première
visite au _Foreign-Office_[142], lord Palmerston se montra disposé à
s'entendre avec nous, comme l'avait fait son prédécesseur. Deux faits
cependant me frappèrent dans le compte que me rendit M. de Jarnac de
leur entretien. Lord Palmerston ne lui parla point le premier et
spontanément des affaires d'Espagne; M. de Jarnac fut obligé de prendre,
à cet égard, l'initiative; et lorsqu'il rappela les résolutions
mutuelles des deux gouvernements quant au mariage de la reine Isabelle,
notamment ce que nous avait promis, tout récemment encore, lord Aberdeen
sur la candidature du prince Léopold de Coburg: «Vous comprendrez, lui
dit lord Palmerston, que je ne puis encore vous parler au nom du
conseil, n'ayant pu encore le saisir de la question. Mais, pour ma part,
je puis vous dire que je ne vois aucun intérêt anglais, ni aucun
avantage dans le succès du prince de Coburg. Au contraire, cette
combinaison, comme je l'ai toujours pensé, serait considérée ici comme
française; le prince Léopold n'est point de notre branche des Coburg; il
tient, de beaucoup plus près à votre famille royale qu'à la nôtre.
J'aurais même cru que, pour ce motif, votre gouvernement aurait pu le
préférer. Du moment qu'il en est autrement, c'est à l'Espagne à peser
sérieusement vos objections, et à la reine d'Espagne à arrêter son choix
sur un de ses cousins espagnols qui doivent convenir à tout le monde.»
J'entrevis, à la fois dans cette réserve et dans ce langage, une
précaution prise de loin pour éluder nos questions et s'étonner de notre
attitude. C'était une de ces finesses diplomatiques que lord Aberdeen
s'épargnait et m'épargnait.

[Note 142: Le 14 juillet 1846.]

Je résolus d'écarter toute finesse, tout ombrage, et de mettre
sur-le-champ lord Palmerston dans la nécessité d'agir nettement. Il
venait de dire que les deux princes espagnols, fils de l'infant don
François de Paule, devaient convenir à tout le monde. J'écrivis à M. de
Jarnac[143]: «Votre première conversation avec lord Palmerston me
convient. Allons tout de suite jusqu'au bout. Le mariage de la reine
d'Espagne est aujourd'hui, entre Londres et nous, la seule question qui
soit grosse et qui puisse devenir embarrassante. Coupons court à cet
embarras. Vous avez eu toute raison d'affirmer que les fils de l'infant
don François de Paule nous conviennent. Ils sont dans notre principe,
Bourbons, descendants de Philippe V, et de plus princes espagnols,
avantage réel. Nous n'avons et n'avons jamais fait contre eux aucune
objection. Nous ne les avons laissés d'abord de côté que parce que la
reine Christine, la jeune reine et son gouvernement déclaraient qu'ils
n'en voulaient pas. Nous n'avons appuyé la candidature du comte de
Trapani que parce que, entre les descendants de Philippe V, il était
alors le plus possible, presque le seul possible. La reine Christine le
voulait. Cette idée avait valu à la reine d'Espagne la reconnaissance de
la cour de Naples. Maintenant le comte de Trapani paraît rencontrer,
dans le sentiment populaire espagnol, beaucoup de résistance. Les
infants fils de don Carlos, spécialement le comte de Montemolin, sont
dans l'esprit et sur les lèvres de bien des gens considérables, en
Espagne et hors d'Espagne; ils apporteraient à la reine d'Espagne la
reconnaissance des cours du Nord; mais les hommes même les plus
favorables à cette combinaison déclarent qu'elle ne serait possible (et
même à ce prix ils la regardent comme très-difficile) qu'autant que le
comte de Montemolin renoncerait à ses prétentions, reconnaîtrait la
reine Isabelle, reprendrait auprès d'elle son rang d'infant d'Espagne,
et se présenterait, à ce titre, pour l'épouser. Or le comte de
Montemolin n'a fait et ne paraît disposé à rien faire de semblable.
Cette combinaison-là non plus n'est donc, quant à présent, pas possible.
De Madrid, on nous reparle toujours du duc de Montpensier. On a fait des
ouvertures au prince Léopold de Coburg. Nous écartons l'une et l'autre
idée, comme nous l'avons fait dès le premier moment. Notre politique est
parfaitement franche, constante et conséquente. Nous ne voulons ni
placer un prince de France sur le trône d'Espagne, ni y voir monter un
prince étranger à la maison de Bourbon. Ces difficultés, ces
impossibilités, successivement manifestées et senties, remettent à flot
les fils de l'infant don François de Paule. La reine Christine et le
cabinet de Madrid semblent un peu moins décidés contre eux. Ils
conviennent à l'Angleterre comme à nous. Entrons ensemble, l'Angleterre
et nous, dans cette voie qui se rouvre; ordonnons à nos agents à Madrid
d'agir en commun au profit de cette combinaison. Que la reine d'Espagne
épouse celui des deux infants qu'elle préférera. Que la reine sa mère et
ses ministres dirigent, comme ils le voudront, son choix sur l'un ou
l'autre. L'un et l'autre seront bien venus à Paris et à Londres. Si le
cabinet anglais approuve et adopte cette politique, nous sommes prêts à
agir, de concert avec lui, pour la mettre efficacement en pratique.»

[Note 143: Le 20 juillet 1846.]

Le même jour, au moment même où j'adressais à M. de Jarnac cette offre
d'entente et de concert actif avec le cabinet anglais pour la
combinaison que, six jours auparavant, lord Palmerston avait lui-même
proposée, il appelait M. de Jarnac au _Foreign-Office_ et lui
communiquait confidentiellement les instructions qu'il donnait à sir
Henri Bulwer sur les affaires espagnoles. Je reproduis ici les
principaux passages de cette dépêche en date du 19 juillet 1846, tels
qu'ils furent communiqués, à titre _d'extraits_, par lord Palmerston au
parlement anglais, dans la session suivante.

«Deux questions, à ce qu'il semble, attirent, disait-il, surtout en ce
moment l'attention de ceux qui prennent intérêt aux affaires d'Espagne.
L'une est le mariage de la reine, l'autre est l'état politique du pays.

«Quant à la première question, je n'ai maintenant point d'instructions à
vous donner en addition à celles que vous avez reçues de mon
prédécesseur. Le gouvernement anglais n'est point préparé à donner aucun
appui actif aux prétentions d'aucun des princes qui sont maintenant
candidats à la main de la reine d'Espagne, et il ne se sent appelé à
faire aucune objection à aucun d'entre eux.

«Le choix d'un mari pour la reine d'un pays indépendant est évidemment
une question dans laquelle les gouvernements des autres pays n'ont aucun
titre à intervenir; à moins qu'il ne soit probable que ce choix pourrait
tomber sur quelque prince appartenant si directement à la famille
régnante de quelque puissant État étranger qu'il unirait
vraisemblablement la politique de son pays adoptif à la politique de son
pays natal, d'une façon nuisible à la balance des pouvoirs et dangereuse
pour les intérêts des autres États. Mais il n'y a aucune personne de
cette sorte parmi celles qu'on nomme comme candidats à la main de la
reine d'Espagne; ces candidats sont réduits à trois, savoir: le prince
Léopold de Saxe-Coburg et les deux fils de don François de Paule. Je ne
dis rien du comte de Trapani et du comte de Montemolin, parce qu'il
paraît n'y avoir point de chance que le choix tombe sur l'un d'eux.
Entre les trois candidats ci-dessus mentionnés, le gouvernement de Sa
Majesté n'a qu'à exprimer son sincère désir que le choix tombe sur celui
qui paraîtra le plus propre à assurer le bonheur de la reine et à
seconder la prospérité de la nation espagnole.

«Quant à la seconde des questions ci-dessus mentionnées, l'état
politique de l'Espagne, je n'ai, pas plus que sur la première, point
d'instructions spéciales à vous donner en ce moment.

«Cet état politique doit être un sujet de préoccupation et de regret
profond pour quiconque veut du bien au peuple espagnol. Après une lutte
de trente-quatre ans pour la liberté constitutionnelle, l'Espagne se
trouve placée sous un système de gouvernement presque aussi arbitraire
en pratique, quel qu'il puisse être en théorie, qu'aucun régime qui ait
jamais existé à aucune époque antérieure de son histoire.

«Légalement, l'Espagne a un parlement; mais toute liberté d'élection
pour les membres de ce parlement a été supprimée, soit par la force,
soit par d'autres moyens; le parlement n'est pas plus tôt réuni qu'à la
première manifestation d'une opinion quelconque en désaccord avec celle
du pouvoir exécutif, il est prorogé ou dissous. Selon la loi aussi, il y
a liberté de la presse; mais, par les actes arbitraires du gouvernement,
cette liberté a été réduite à la liberté de publier ce qui peut plaire
au pouvoir exécutif, et bien peu ou rien de plus.

«Il y a, selon la loi, des tribunaux pour juger les personnes accusées
de délits ou de crimes; mais grand nombre de personnes ont été arrêtées,
emprisonnées, bannies, ou quelquefois même exécutées, non-seulement sans
condamnation, mais même sans procès.... Ce système de violence et de
pouvoir arbitraire semble avoir, à un certain point, survécu à la chute
de son auteur, et n'avoir pas été entièrement abandonné par les hommes
plus modérés qui lui ont succédé dans le gouvernement.

«Il faut espérer que les ministres actuels de l'Espagne, ou ceux qui
leur succèderont, rentreront, sans perdre de temps, dans les voies de la
constitution et de l'obéissance à la loi. Un système de violence
arbitraire, comme celui qui a été pratiqué en Espagne, doit amener une
résistance déclarée, même lorsque ce système est appliqué par la forte
main et la ferme volonté de l'homme qui l'a organisé; mais quand il
n'est plus soutenu par l'énergie de son premier auteur, et quand c'est
un pouvoir plus faible et moins hardi qui essaye de le maintenir, il ne
faut pas beaucoup de sagacité pour prévoir qu'il doit amener une
explosion. Quand les ministres de la couronne mettent à néant les lois
qui pourvoient à la sûreté du peuple, on ne saurait s'étonner qu'à la
fin le peuple cesse de respecter les lois qui pourvoient à la sûreté de
la couronne.

«Ce ne fut certainement pas pour soumettre la nation espagnole à une
écrasante tyrannie qu'en 1835 la Grande-Bretagne contracta les
engagements de la Quadruple-Alliance, et donna, d'après les stipulations
de ce traité, l'assistance active qui a si matériellement contribué à
expulser d'Espagne don Carlos. Mais le gouvernement de Sa Majesté est si
pénétré de l'inconvénient d'intervenir, même par un avis amical, dans
les affaires intérieures des États indépendants que je m'abstiens de
vous donner pour instruction d'adresser, sur de tels sujets, des
représentations quelconques aux ministres espagnols; mais vous vous
garderez de témoigner, dans quelque occasion que ce soit, des sentiments
différents de ceux que je viens de vous exprimer; et quoique vous deviez
prendre soin de ne jamais reproduire ces sentiments de manière à
exciter, accroître ou encourager le mécontentement public, vous ne devez
cacher, à aucune des personnes qui peuvent porter remède aux maux
actuels de l'Espagne, que ce sont là les opinions du gouvernement
britannique.»

C'est, dans les grandes affaires, un art subalterne, quoique souvent
pratiqué par des hommes d'esprit, que l'art qui consiste à dire et à ne
pas dire, à donner des instructions enveloppées dans des paroles qui
semblent les désavouer, et à se ménager ainsi de fausses ombres pour
voiler, aux yeux du commun des hommes, l'effet qu'on veut produire et le
dessein qu'on poursuit. La dépêche de Palmerston avait ce caractère, et
offrait un singulier mélange d'étourderie présomptueuse, de finesse
préméditée et d'embarras. En en recevant la communication, M. de Jarnac
en avait, sur-le-champ et avec beaucoup de convenance, témoigné son
sentiment; au moment de quitter lord Palmerston: «Parlerai-je, lui
dit-il, de notre entretien à mon gouvernement dès aujourd'hui, ou
voulez-vous que nous le reprenions bientôt pour voir si votre dépêche ne
pourrait pas être elle-même un peu réexaminée (_reconsidered_)?--Cette
dépêche? reprit lord Palmerston; elle a déjà été expédiée à
Bulwer.--Déjà? répondit M. de Jarnac; eh bien, souffrez que je vous le
dise franchement: je le regrette très-vivement[144].»

[Note 144: M. de Jarnac à moi, 21 juillet 1846.]

L'attentat de Joseph-Henri contre le roi et ma réélection à Lisieux
retardèrent quelques jours ma réponse à cette communication. Le 30
juillet 1846, j'écrivis à M. de Jarnac: «Votre lettre du 21 et la
dépêche du 19 de lord Palmerston à Bulwer m'ont surpris, beaucoup
surpris. Non-seulement je ne veux prendre aucune résolution, mais je ne
veux pas même arrêter mon opinion sur le sens réel de cette dépêche
avant de m'être bien assuré qu'en effet elle a bien, au fond et dans
l'intention de l'auteur, celui qu'elle paraît avoir à la première vue et
dans l'impression du lecteur.

«Deux choses résultent, ou du moins paraissent résulter de cette
dépêche.

«Sur la question du mariage de la reine Isabelle, lord Palmerston ne
voit que trois candidats: le prince Léopold de Coburg et les deux fils
de l'infant don François de Paule. Il les trouve tous les trois
également convenables, et ne fait à aucun des trois, pas plus à l'un
qu'à l'autre, aucune objection.

«Quant à l'état politique actuel de l'Espagne et aux hommes qui la
gouvernent, lord Palmerston les juge très-sévèrement et prescrit à sir
Henri Bulwer, non pas de faire paraître à dessein, mais de ne pas
laisser ignorer, dans l'occasion, la sévérité de ce jugement.

«Sur le premier point, l'attitude et le langage de lord Palmerston sont
une profonde altération, un abandon complet du langage et de l'attitude
de lord Aberdeen.

«Quand le roi a déclaré qu'il ne chercherait point, je dis plus, qu'il
se refuserait positivement à placer un de ses fils sur le trône
d'Espagne, mais qu'en revanche il demandait que le trône d'Espagne ne
sortît point de la maison de Bourbon et que l'un des descendants de
Philippe V y fût placé, lord Aberdeen, sans adopter en principe toutes
nos idées sur cette question, a accepté en fait notre plan de conduite.
Il a été dit et entendu que les deux gouvernements s'emploieraient à
Madrid pour que le choix de la reine se portât sur l'un des descendants
de Philippe V. Lorsque quelque autre candidat, en particulier le prince
Léopold de Coburg, a été mis en avant, lord Aberdeen a travaillé,
loyalement travaillé à l'écarter. Et lorsque tout récemment Bulwer, à
Madrid, a donné, sinon son concours, du moins son aveu à une démarche de
la reine Christine auprès du duc de Coburg, lord Aberdeen l'en a si
fortement blâmé que Bulwer a offert sa démission.

«Certes, mon cher Jarnac, après de telles démarches et de telles
paroles, j'ai bien le droit de dire que l'approbation égale, donnée par
lord Palmerston à trois candidats parmi lesquels le prince de Coburg est
placé le premier, est une profonde altération, un abandon complet du
langage et de l'attitude de son prédécesseur.

«Quoique la situation des fils du roi et des princes de Coburg ne soit
pas absolument identique, quand le roi a exclu lui-même ses fils de
toute prétention à la main de la reine d'Espagne, il a dû compter, il a
compté en effet, et il a eu droit de compter sur une certaine mesure de
réciprocité. S'il en était autrement, je ne dis pas que le roi
changerait sa politique; mais, à coup sûr, il recouvrerait toute sa
liberté. Il n'aurait plus à tenir compte que des intérêts de la France
et de l'honneur de sa couronne.

«Quant au jugement de lord Palmerston sur le gouvernement espagnol
actuel, et à l'attitude qu'il prescrit à Bulwer envers ce gouvernement,
j'ai deux observations à faire.

«Les reproches que fait lord Palmerston au gouvernement espagnol actuel
et à ses chefs n'ont rien qui s'adresse exclusivement à eux, et qui ne
puisse très-légitimement être adressé aussi à leurs prédécesseurs. Vous
avez eu raison de demander s'il s'agissait d'Espartero ou de Narvaez.
Les violences, les mesures arbitraires, les coups d'État, les
infractions à la constitution sont depuis longtemps, en Espagne, le fait
de tous les cabinets et de tous les partis; et si j'étais chargé de
faire, sous ce rapport, la comparaison des _progressistes_ et des
_moderados_, je ne crois pas qu'elle tournât au profit des premiers.

«Mais je ne veux point faire cette comparaison; je ne crois pas qu'il
soit bon de faire aucune comparaison semblable, ni de reprocher, à l'un
des partis plutôt qu'à l'autre, des torts qui, pour le moins, leur sont
communs à tous deux. Le malheur de l'Espagne a été que la France et
l'Angleterre y sont devenues les patrons des divers partis, et se sont
laissé engager, ou du moins compromettre dans leurs luttes. Ce qui a été
aussi un malheur pour la France et pour l'Angleterre, en Espagne et même
hors d'Espagne, car cette association aux rivalités des partis espagnols
est devenue, entre nos deux pays et nos deux gouvernements, une source
de mésintelligences et d'embarras qui ont été graves, et qui pourraient
être encore plus graves. Il importe donc extrêmement que Londres et
Paris se tiennent en dehors des partis de Madrid, et que, quel que soit
à Madrid le parti dominant, nos deux cabinets, ne voyant en lui que le
gouvernement espagnol, prennent auprès de lui la même attitude, exercent
sur lui la même influence et lui donnent les mêmes conseils,
c'est-à-dire des conseils favorables au maintien et au développement
régulier de la monarchie constitutionnelle. Nos deux cabinets étaient,
depuis quelque temps, à peu près parvenus à ce résultat. Si lord
Palmerston, comme sa dépêche semble l'indiquer, redevient le censeur
sévère des _moderados_ et le patron des _progressistes_, ici encore il y
aura une grande et très-importante déviation de la politique de son
prédécesseur, déviation dont les conséquences seront très-mauvaises pour
l'Espagne d'abord, et aussi pour la bonne entente entre nos deux pays.

«Cette entente existera-t-elle ou non? Ira-t-elle, sous le cabinet
anglais actuel, s'affermissant ou se perdant? C'est là, mon cher Jarnac,
la question que la dépêche de lord Palmerston m'oblige, contre mon bien
sincère désir, à me poser à moi-même. Je suis profondément convaincu que
l'entente cordiale, l'action commune de nos deux gouvernements est bonne
et importante partout, bonne et importante en Espagne encore plus
qu'ailleurs, car c'est un terrain plus grand et sur lequel les questions
sont plus graves. Je ne me suis point borné à exprimer cette conviction;
je l'ai prouvée et mise en action, il y a dix jours, en proposant à lord
Palmerston, avant d'avoir aucune connaissance de sa dépêche du 19 de ce
mois, le concert et l'action commune entre nous, en faveur des fils de
l'infant don François de Paule. Je tiens infiniment à ce concert, à
cette action commune; je ferai beaucoup pour les maintenir. Mais enfin
il peut y avoir aussi pour la France, en Espagne, une politique isolée;
et si l'initiative de la politique isolée était prise à Londres, il
faudrait bien qu'à Paris j'en adoptasse aussi la pratique.»

Dans cette nouvelle situation, j'avais à me préoccuper de Madrid encore
plus que de Londres, car si la lutte devait recommencer entre Paris et
Londres, c'était à Madrid qu'elle devait se livrer et aboutir à la
défaite ou au succès. Dès que j'eus reçu la dépêche de lord Palmerston
du 19 juillet, j'écrivis à M. Bresson[145]: «Je vous communique
sur-le-champ ce que je reçois à l'instant de Londres. Je vous écrirai
avec détail dès que je me serai concerté avec le roi. Deux seules
réflexions immédiatement: 1º Le Coburg n'est pas si abandonné qu'on veut
le dire; c'est toujours de lui qu'il s'agit et non d'un archiduc
d'Autriche. Celui-ci n'est-il qu'une feinte? La reine Christine et M.
Isturiz poursuivent-ils l'intrigue Coburg sous le voile de leur retour
apparent au duc de Cadix? Si cela est, raison de plus pour nous de
poursuivre Cadix et Montpensier. Que ce soit là notre idée fixe. Vous
pouvez, je pense, lier toujours ces deux noms sans engagement formel de
simultanéité dans la conclusion définitive et en réservant la discussion
des articles. 2º Le parti modéré, la reine Christine, M. Isturiz comme
M. Mon, ne peuvent se méprendre sur le sens et la portée politique de la
dépêche de lord Palmerston. Quoique le général Narvaez y soit seul
personnellement désigné, l'attaque est évidemment dirigée contre eux
tous, contre tout le gouvernement espagnol depuis 1843. C'est bien le
langage du patron des progressistes, d'Espartero, Olozaga, Mendizabal,
etc. Faites en sorte que cette situation soit bien comprise. Elle est
assez claire. Nous rentrons dans l'ancienne ornière. Ne faisons pas un
pas sans mettre cette politique dans son tort, mais ne soyons pas ses
Dupes.»

[Note 145: Le 24 juillet 1846.]

M. Bresson ne se fit pas prier pour se mettre vivement à l'oeuvre,
quelles que fussent les obscurités et les hésitations qu'il y
rencontrait encore. Il doutait que la reine Christine secondât
efficacement le duc de Cadix, que pourtant elle faisait inviter à venir
de Pampelune où il était avec son régiment, passer quelque temps à
Madrid. Elle reparlait avec faveur du comte de Trapani et du général
Narvaez, qu'il faudrait, disait-elle, rappeler de son exil pour soutenir
cette candidature si on la reprenait. «Où en est l'affaire Coburg?»
avait demandé naguère M. Bresson à M. Isturiz qui avait répondu: «Je ne
pourrais le dire au juste; elle est là; on n'a toujours pas reçu de
réponse;» et quand M. Bresson avait rapporté ce propos à la reine
Christine: «Je ne sais pas même où sont les Coburg, lui avait-elle dit;
il n'y a pas de nouvelles d'eux, excepté de Bruxelles où ils ont passé
il y a quelques semaines.» Elle témoignait quelquefois un vif désir
d'aller passer un mois à Paris «pour tout concerter, disait-elle, avec
mon oncle et ma tante; nous discuterions ce que nous pourrions faire, et
jusqu'à quel point nous pourrions aider Trapani au moyen de Montpensier.
Je m'imagine souvent que le mariage de l'infante, fait en premier lieu,
nous donnerait de grandes facilités.»--«J'ai quelquefois comme un
soupçon, ajoutait M. Bresson, que la reine Christine veut s'échapper
d'Espagne, laisser à d'autres la responsabilité du mariage de sa fille,
soit Trapani, soit Coburg, et n'y revenir qu'après une solution
quelconque qui ne pourrait lui être imputée.»--«Que penseriez-vous d'un
archiduc d'Autriche? demanda un jour M. Isturiz à M. Bresson;--La
question resterait pour nous la même; ce serait toujours l'expulsion de
la maison de Bourbon;--Alors donc, le duc de Cadix et le duc de
Montpensier, reprit M. Isturiz; vous voulez tout avoir; vous aurez
tout.» Dans une récente entrevue, la reine Christine avait dit à M. Mon:
«Tu peux dire à Bresson que le mariage de Fernanda avec Montpensier ne
se fera pas;--Mais, Madame, quelle raison avez-vous de penser ainsi?--Tu
verras; l'Angleterre s'y opposera;--Mais si la France, Madame, ne lui
reconnaît pas ce droit d'opposition?--C'est égal; je te prédis qu'il ne
se fera pas; quelques minutes après cependant, elle demandait à M.
Bresson pourquoi le roi lui refusait M. le duc de Montpensier pour la
reine quand il n'y avait aucune crainte de guerre à en concevoir[146].

[Note 146: M. Bresson à moi, 17 juillet, 1 et 4 août 1846.]

La dépêche de lord Palmerston, avec sa déclaration d'hostilité contre le
parti modéré, vint tomber au milieu de toutes ces incertitudes. M.
Bresson m'écrivit[147]: «Mon et Riansarès seuls dînaient aujourd'hui
avec moi; ils me quittent ensemble à l'instant. Le premier m'a raconté
qu'hier soir la reine-mère lui avait dit, avec une anxiété remarquable:
«Engage donc Bresson à s'entendre avec moi pour faire les deux mariages
Bourbon le plus tôt possible. Les Anglais et la révolution nous
menacent.» Et le lendemain[148]: «Ou il ne faut plus croire à rien sur
cette terre, ou la reine Christine, soit par peur, par calcul, ou par
affection, nous est entièrement revenue. Je la quitte à l'instant. Elle
m'avait fait inviter à aller la voir. C'est la première fois depuis que
je suis en Espagne; jamais elle n'adresse d'invitation de ce genre; elle
trouve que cela l'engage trop. Elle abandonne la combinaison Trapani;
elle la trouve dangereuse, inexécutable peut-être dans les conjonctures
présentes. Elle se rallie franchement à la pensée du mariage de la jeune
reine avec le duc de Cadix. Elle y prépare, elle y dispose, elle y rend
favorable l'esprit de sa fille. Elle ménage à l'infant des occasions
fréquentes de la voir dans l'intimité, à des dîners de famille. Elle
s'aidera de la jeune infante, fort occupée de M. le duc de Montpensier,
et à qui elle a appris que son mariage ne pouvait se faire que si sa
soeur épousait un Bourbon. Enfin elle ne négligera, elle n'omettra rien
pour assurer le succès, et déjà elle peut me donner un espoir fondé. Je
vous laisse à penser si je l'ai encouragée dans cette voie.

[Note 147: Le 8 août 1846.]

[Note 148: Le 9 août 1846.]

«Elle ne nous demande qu'une concession: c'est d'associer le mariage de
M. le duc de Montpensier à celui de M. le duc de Cadix, de manière à
fortifier, à relever l'un par l'autre, et à contenir les mécontents, les
opposants, par l'éclat du rang de notre prince et par la crainte de la
France qui vient derrière lui. Je n'ai point élevé d'objection contre
cet arrangement; j'ai seulement fait observer qu'il y avait des
conditions préliminaires indispensables à régler, des éclaircissements à
donner, des articles de contrat à stipuler, des apports mutuels à
connaître, des questions d'État, de résidence, d'espérance, de
succession, à peser et à décider mûrement. Elle en est tombée d'accord.
Je lui ai dit que je vous demanderais un projet de contrat; et comme
elle me rappelait que l'infante avait un vif désir de voir un portrait
de M. le duc de Montpensier, je lui ai promis de m'adresser à vous pour
le lui procurer, à condition qu'elle me remettrait en échange celui de
Son Altesse royale. Aussitôt que la jeune reine aura dit _oui_, elle
veut que tout marche vers la conclusion avec une grande célérité et le
plus inviolable secret; elle m'a prié, presque conjuré de ne confier
qu'au roi et à vous la conversation que j'avais avec elle. Elle craint
que, l'éveil une fois donné, les partis ne se jettent au travers, et
que, par l'intrigue du dedans, par l'opposition de l'Angleterre, ce plan
ne soit, comme les autres, sourdement miné ou violemment renversé. A
tout cela elle ne met de restriction que la volonté de sa fille, qu'elle
n'entend pas forcer et à laquelle il faudra se soumettre si elle nous
est décidément contraire; mais en vérité elle avait l'air, elle était
bien près de m'en répondre. Le duc de Cadix arrive probablement
après-demain. La grande épreuve va donc commencer.»

Je persiste à penser qu'à travers toutes les incertitudes et toutes les
vicissitudes de sa situation politique et de sa disposition intérieure,
la sérieuse intention de la reine Christine avait toujours été de faire
faire à l'une de ses filles, à la reine ou à l'infante, l'un des deux
grands mariages qui s'offraient pour elles, et d'assurer ainsi, à
l'Espagne et à elle-même, l'appui de la France ou de l'Angleterre. En
son âme et pour elle-même, elle préférait infiniment le mariage
français; peut-être même, quand elle faisait des avances positives pour
le mariage Coburg, espérait-elle alarmer assez le roi Louis-Philippe
pour en obtenir la solution qu'elle désirait: «Ce sera la faute de mon
oncle, disait-elle souvent; que ne me donne-t-il Montpensier pour la
reine!» En tout cas, ce furent l'attitude et la dépêche de lord
Palmerston à peine rentré au pouvoir qui surmontèrent le peu de goût de
la reine Christine pour les fils de sa soeur doña Carlotta, et
déterminèrent sa prompte et franche résolution en faveur des deux
mariages Bourbons. Soit légèreté, soit routine dans la vieille politique
anglaise, lord Palmerston avait mal jugé de l'état des partis et des
esprits en Espagne; les modérés étaient en possession du gouvernement,
non sous la main de leur audacieux chef militaire et avec la perspective
des coups d'État; le général Narvaez était exilé en France; les chefs
civils du parti, et les plus constitutionnels d'entre eux, formaient le
cabinet; la prochaine convocation des Cortès était résolue. C'était dans
cette forte et régulière situation que la reine Christine, le cabinet et
tout le parti modéré en Espagne se voyaient menacés d'être livrés à
leurs constants et ardents ennemis les progressistes révolutionnaires.
Ils ne voulurent pas subir cette perspective, et ils se décidèrent enfin
nettement pour l'alliance française.

Pendant trois semaines la question fut encore, non pas vraiment
indécise, mais très-agitée. La jeune reine tantôt inclinait, tantôt
hésitait à se prononcer pour son cousin. Le duc de Cadix avait des
moments de doute et presque de découragement sur son succès. Le travail
en faveur du mariage Coburg n'était pas complètement abandonné. M.
Isturiz avait encore, à ce sujet, des entretiens secrets avec sir Henri
Bulwer. Lord Clarendon, lié depuis longtemps avec le président du
cabinet espagnol, lui écrivit pour l'alarmer sur les conséquences du
mariage du duc de Montpensier avec l'infante. Sir Henri Bulwer fomentait
vivement ces alarmes; elles troublaient M. Isturiz dans les moments même
où il était le plus décidé à n'en pas tenir compte: «Aussitôt que la
reine aura prononcé _oui_, dit-il un jour à M. Bresson, je vous écris
pour vous appeler près de moi, et nous faisons l'affaire en un quart
d'heure. Enfin je m'embarque dans votre vaisseau, mais avec la
conviction que nous aurons la guerre.»

Après avoir gardé pendant plus d'un mois un silence absolu sur la
proposition que je lui avais faite le 20 juillet pour l'entente et
l'action commune, de nos deux gouvernements en faveur de celui des fils
de don François de Paule que préféreraient la reine Isabelle et
l'Espagne, lord Palmerston me fit communiquer, le 27 août, une dépêche
en date du 22, contenant la substance des nouvelles instructions qu'il
avait naguère adressées à sir Henri Bulwer; elles portaient expressément
«qu'après un examen attentif de la question, le gouvernement de Sa
Majesté la reine d'Angleterre pensait que l'infant don Enrique était le
seul prince espagnol qui fût propre, par ses qualités personnelles, à
devenir le mari de la reine d'Espagne[149].» Je répondis sur-le-champ
que nous ne nous croyions point le droit de désigner ainsi l'un des
infants comme le seul mari convenable de la reine d'Espagne. J'avais
déjà dit qu'à la reine seule et à son gouvernement il appartenait de
choisir, soit entre tous les descendants de Philippe V, soit
spécialement entre les fils de don François de Paule. Je ne pouvais que
répéter le même langage, et affirmer que celui des deux infants qui
conviendrait à la reine Isabelle et à l'Espagne nous conviendrait aussi.
Je m'étonnai que lord Palmerston crût devoir désigner, comme le seul
prince espagnol propre à épouser la reine, précisément celui qui avait
eu, et envers le gouvernement de la reine et envers la reine elle-même
des torts très-graves, et qui était encore, en ce moment, dans un état
de demi-rébellion. Quand les instructions de lord Palmerston lui furent
communiquées par M. Bulwer, M. Isturiz répondit: «Jamais, du
consentement de Leurs Majestés, l'infant don Enrique n'épousera ni la
jeune reine ni l'infante, à moins qu'il ne leur soit imposé par une
révolution[150];» et sir Henri Bulwer écrivit lui-même à lord
Palmerston: «Je regrette d'être obligé d'ajouter que toutes les peines
que j'ai prises, pour disposer la cour et le président du conseil en
faveur d'un mariage de don Enrique avec la reine, ont été complètement
sans effet[151].»

[Note 149: _The only Spanish prince who is fit, by his personal
qualities, to be the Queen's husband_.]

[Note 150: M. Bresson à moi, 14 et 16 août 1846.]

[Note 151: Le 14 août 1846. _Parliamentary Papers_ de 1847, pag. 14.]

En ceci encore, lord Palmerston se laissa dominer par une routine plus
opiniâtre que clairvoyante: en présentant exclusivement l'infant don
Enrique comme le seul prétendant convenable à la main de la reine
Isabelle, il asservissait la politique de l'Angleterre aux passions et
aux prétentions du parti radical espagnol, méconnaissant ainsi l'état
des faits en Espagne, et préférant le concert avec l'ex-régent Espartero
et ses amis à l'entente cordiale avec le roi Louis-Philippe et le
cabinet français.

Dès que j'eus reçu cette communication, j'écrivis à M. de Jarnac[152]:
«Lord Palmerston déclare (et je trouve ceci excellent) que, dans
l'opinion du cabinet anglais, ce qui convient le mieux à l'Espagne et à
la reine d'Espagne, c'est le mariage avec un prince espagnol. Mais il
ajoute aussitôt que l'infant don Enrique _is the only Spanish prince who
is fit, by his own personal qualities, to be the Queen's husband_. J'ai
copié ces mots: «le seul prince qui soit propre, par ses qualités
personnelles, à être le mari de la reine d'Espagne.» Comment
pourrions-nous appuyer et tenir ce langage? Nous avons dit à Madrid, à
Londres, ici, partout, en tout temps, tout à l'heure encore, que si nous
nous croyions obligés de demander que le mari de la reine Isabelle fût
choisi parmi les descendants de Philippe V, nous acceptions du reste
sans hésiter tous les descendants de Philippe V, et que celui d'entre
eux qui conviendrait à l'Espagne et à sa reine nous conviendrait aussi.
Nous avons spécialement répété sans cesse que les deux infants fils de
don François de Paule nous convenaient tout à fait, que c'était à la
reine Isabelle à prononcer entre eux, et que nous étions prêts à trouver
bon son choix, quel qu'il fût. En vérité, lorsque par la nécessité des
choses, par l'empire des intérêts de nos deux pays, nous sommes
conduits, à Paris et à Londres, à désirer que le choix de la reine
d'Espagne se renferme dans des limites déjà assez étroites, et à
écarter, chacun de notre côté, tel ou tel candidat, lorsque, par une
série d'incidents et de motifs que je ne rappelle pas, les deux fils de
don François de Paule restent à peu près seuls sur la scène, venir
déclarer que l'un des deux est _seul_ propre à devenir le mari de la
reine, c'est pousser trop loin la restriction, l'intervention, la
_dictation_. Nous ne croirions pas pouvoir le faire quand même nous
n'aurions jamais dit le contraire, et nous le pouvons d'autant moins que
nous avons constamment dit le contraire.

[Note 152: Le 30 août 1846.]

«C'est à cause des qualités personnelles de don Enrique que lord
Palmerston le déclare seul propre à devenir le mari de la reine. Nous
connaissons ces deux princes; nous les avons vus longtemps ici. Nous ne
saurions apprécier avec assez de certitude leurs qualités personnelles
pour faire, sur l'un ou sur l'autre, une telle déclaration. C'est à la
reine d'Espagne, à la reine sa mère, à ses ministres qu'appartient une
appréciation semblable, et eux seuls en possèdent les éléments.

«Je sais qu'on a dit, et lord Palmerston vous répète dans sa lettre
particulière du 27 que le duc de Cadix déplaît à la reine Isabelle. Si
cela est, elle se décidera en conséquence; mais c'est à elle à en
décider.

«Quant à l'infant don Enrique, lorsque ce prince a passé naguère à
Paris, le roi lui a fortement représenté les inconvénients, pour
lui-même, de la conduite qu'il avait tenue, de l'attitude qu'il prenait,
et la nécessité pour lui, dans son intérêt comme selon son devoir, de
faire acte de soumission et de respect envers la reine, et de rentrer
auprès d'elle, à sa cour, dans la position convenable pour un infant. Le
roi lui a offert, en présence de M. Martinez de la Rosa, de s'employer
lui-même pour le faire rentrer en grâce à Madrid. J'ai écrit à Bresson
pour qu'en effet il parlât et agît dans ce sens. Encore faut-il que
l'infant le demande lui-même et qu'il se montre, envers la reine
Isabelle, déférent, respectueux, soumis. Ce n'est pas du sein de la
conspiration et avec le ton de la menace qu'il peut prétendre à sa main.
Ce devoir et cette convenance seraient sentis, j'en suis sûr, en
Angleterre plus que partout ailleurs.

«J'ai dit tout cela, ou à peu près, à lord Normanby, qui m'a assuré du
reste que si, malgré les avis de Bulwer, la reine Isabelle se décidait
pour le duc de Cadix, l'Angleterre ne croirait avoir rien à dire.»

Comme je venais d'adresser cette lettre à M. de Jarnac, je reçus de
Madrid celle-ci, écrite par M, Bresson le 28 août, à deux heures du
matin: «Je vous transmets, par le télégraphe, une grande nouvelle. La
jeune reine a donné son consentement à son mariage avec le duc de Cadix.
Elle a fait appeler ses ministres pour leur signifier sa volonté. Ils y
ont acquiescé avec unanimité et sans discussion. Elle les a informés en
même temps qu'elle donnait sa soeur en mariage à M. le duc de
Montpensier, qu'elle voulait que ces deux mariages se fissent
promptement, et, autant que possible, le même jour. Le conseil se réunit
à onze heures pour consulter les précédents et arrêter une formule
d'actes provisoires qui seront probablement signés dans la journée. Je
suis en mesure pour tout, et au milieu des périls qui nous environnent,
je n'épiloguerai pas sur des nuances, tout en réservant les intérêts
essentiels et en nous gardant toute latitude possible. M. Mon était là
près de moi, il y a une minute, écrivant à M. Martinez de la Rosa. Il
est venu me réveiller en sursaut pour m'embrasser. Très-probablement
demain paraîtra dans la _Gazette officielle_ le décret de convocation
des Cortès actuelles, dans l'espace de dix ou douze jours.»

Les Cortès furent en effet convoquées pour le 14 septembre suivant.

Nous touchions au terme. Dans l'attente du résultat que m'annonçait M.
Bresson, j'avais appelé momentanément à Paris le duc de Glücksberg et M.
de Jarnac pour recevoir d'eux, sur Madrid et sur Londres, toutes les
informations que permet la liberté de la conversation, et pour leur
donner mes instructions précises sur les questions qui, au dernier
moment, pouvaient encore s'élever et exiger une solution immédiate. La
plus délicate était celle de la complète simultanéité des deux mariages.
La reine Christine et le cabinet espagnol y tenaient absolument.
C'était, pour eux, le seul moyen de donner immédiatement et du premier
coup, au mariage de la reine Isabelle avec le duc de Cadix, le caractère
et la valeur politiques qui pouvaient seuls, dans les Cortès et dans le
public espagnol, en assurer le succès. Nous n'avions aucune objection
sérieuse à faire à leur voeu, ni aucun scrupule à le satisfaire: par mon
_Mémorandum_ du 27 février précédent, communiqué le 4 mars à lord
Aberdeen, nous avions formellement déclaré au gouvernement anglais que
«si le mariage, soit de la reine, soit de l'infante, avec le prince
Léopold de Coburg ou avec tout autre prince étranger aux descendants de
Philippe V, devenait probable et imminent, nous serions, dans ce cas,
affranchis de tout engagement et libres d'agir immédiatement pour parer
le coup, en demandant la main, soit de la reine, soit de l'infante, pour
M. le duc de Montpensier.» La démarche faite par M. Isturiz et la reine
Christine elle-même, de concert avec sir Henri Bulwer, auprès du duc de
Coburg, et la dépêche par laquelle lord Palmerston, en rentrant au
pouvoir, avait mis le prince Léopold de Coburg au premier rang des trois
candidats à la main de la reine d'Espagne contre lesquels le
gouvernement anglais n'élevait aucune objection: ces deux actes nous
plaçaient évidemment dans la situation prévue le 27 février précédent,
et nous donnaient plein droit de conclure simultanément les deux
mariages. Mais tant d'oscillations avaient eu lieu, tant de brouillards
s'étaient élevés dans le cours de cette négociation que nous pouvions
craindre qu'au dernier moment une circonstance imprévue, un embarras
soudain ne survînt et ne dût modifier notre conduite. Nous avions donc à
coeur de conserver, dans cette hypothèse et envers le gouvernement
espagnol, notre liberté. En renvoyant le duc de Glücksberg à Madrid, je
lui prescrivis de recommander expressément à M. Bresson cette dernière
précaution, et de lui donner en même temps la certitude que ma confiance
en lui était entière, et qu'en tout cas il serait fermement soutenu.

Le jour même où, à deux heures du matin, il m'avait annoncé le
consentement de la reine Isabelle au double mariage, M. Bresson
m'écrivit[153]: «Je n'étais pas ce matin au bout de mes peines; il m'a
fallu me débattre toute la journée avec la reine-mère, M. Isturiz et M.
Pidal pour faire maintenir, dans la rédaction de l'acte que nous devions
signer, les mots _autant que faire se pourra_, qui constituent notre
liberté d'action. J'ai dû m'avancer jusqu'à annoncer que je ne signerais
pas si cette concession ne m'était pas faite. La reine-mère entendait
que la célébration des deux mariages se fit le 20 du mois prochain, et
que monseigneur le duc de Montpensier fût ici pour cette époque. J'ai
démontré que c'était de toute impossibilité, et j'ai déclaré que
_déclaration_ et _célébration_ devaient être suspendues jusqu'après la
discussion, la signature et la ratification des articles du contrat.
C'est là notre garantie. Malgré toutes ces précautions, le conseil avait
introduit, dans le décret de convocation des Cortès qui paraîtra demain,
avec la notification du mariage de la reine, celle du mariage de
l'infante. J'ai protesté et signifié que, si cela s'accomplissait,
j'annulerais demain authentiquement tout ce qui aurait été fait. Au 20
septembre, la reine-mère substitue maintenant le 10 octobre.»

[Note 153: Le 28 août 1846.]

Ces bases convenues, l'acte d'engagement fut ainsi rédigé:

«En la résidence royale de Madrid, le 28 du mois d'août de l'an de grâce
1846:

«Entre Son Excellence don Xavier de Isturiz, etc., etc., muni des
pleins-pouvoirs de Sa Majesté Catholique, et Son Excellence le comte de
Bresson, ambassadeur de France, muni des pleins-pouvoirs du Roi son
auguste souverain.

«Le mariage de Sa Majesté la Reine d'Espagne et de Son Altesse Royale
Monseigneur le duc de Cadix ayant été, aujourd'hui même, convenu et
signé.

«Il est stipulé, convenu et arrêté par le présent acte que, de leur
propre consentement et du consentement déjà éventuellement accordé de
leurs augustes parents, il y aura mariage entre Son Altesse Royale
l'Infante doña Maria-Luisa-Fernanda de Bourbon et Son Altesse Royale
Monseigneur le prince Antoine-Marie-Philippe-Louis d'Orléans, duc de
Montpensier, fils puîné de Sa Majesté le Roi des Français.

«La discussion des capitulations matrimoniales, des articles du contrat
et des questions d'intérêt qui s'y rattachent est réservée.

«Et lorsque les actes définitifs auront été dûment réglés et approuvés
par les hautes parties contractantes, la forme et l'époque de la
déclaration de ce mariage et sa célébration seront déterminées de
manière à les associer, _autant que faire se pourra_, à la déclaration
et à la célébration du mariage de Sa Majesté Catholique avec Son Altesse
Royale le duc de Cadix, en la résidence royale de Madrid _et en
personnes_.

«En foi de quoi les plénipotentiaires ci-dessus nommés ont signé le
présent acte en double original, et l'ont scellé de leurs armes.»

J'écrivis sur-le-champ à M. de Jarnac[154]: «Je vous ai fait envoyer les
deux dépêches télégraphiques qui venaient de m'annoncer la résolution de
la reine d'Espagne et de son gouvernement sur l'un et l'autre mariage.
La question s'est dénouée tout à coup. Si on s'en étonne, dites
exactement les choses comme elles sont. Vous vous rappelez le
_Memorandum_ en cinq paragraphes que je vous remis le 27 février dernier
dans votre petite course à Paris, et que M. de Sainte-Aulaire mit
textuellement, le 4 mars, sous les yeux de lord Aberdeen. Reportez-vous
à cette pièce. Vous vous rappelez aussi qu'au mois de mai dernier nous
reçûmes, de Londres comme de Madrid, l'avis certain que le ministère
espagnol, d'accord avec les reines, venait d'adresser à Lisbonne, au duc
régnant de Coburg, un message à l'effet de négocier le mariage du prince
Léopold avec la reine Isabelle: message communiqué au ministre
d'Angleterre à Madrid qui avait donné son approbation. Lord Aberdeen, à
la vérité, par une lettre particulière du 28 mai qui me fut communiquée,
blâma M. Bulwer de la part qu'il avait prise dans cette démarche, et ce
blâme était assez vif pour que M. Bulwer crût devoir offrir sa
démission. Mais lord Aberdeen sortit des affaires, et le 20 juillet
dernier lord Palmerston vous communiqua une dépêche du 19 qu'il venait
d'adresser à M. Bulwer, et qui établissait formellement «que les
candidats à la main de la reine d'Espagne étaient réduits à trois,
savoir: le prince Léopold de Saxe-Coburg et les deux fils de don
François de Paule, et qu'à aucun d'entre eux le gouvernement anglais ne
se sentait appelé à faire aucune objection.»

[Note 154: Le 1er septembre 1846.]

«Ainsi le prince Léopold de Coburg, demandé par le ministère espagnol,
était en même temps accepté, comme candidat à la main de la reine
Isabelle, par le ministère anglais qui n'y faisait aucune objection, et
le plaçait même en première ligne entre les trois candidats.

«A coup sûr, c'était bien là évidemment cette chance probable et
imminente d'un mariage de la reine d'Espagne avec le prince Léopold de
Coburg qui nous avions toujours considérée et annoncée comme nous
rendant la pleine liberté d'agir immédiatement pour parer le coup en
demandant la main, soit de la reine, soit de l'infante, pour M. le duc
de Montpensier.

«Nous étions d'autant plus libres que lord Palmerston ne répondait rien
aux ouvertures que nous lui faisions dans un autre sens. Le 20 juillet,
avant d'avoir aucune connaissance de sa dépêche du 19 à M. Bulwer, je
vous avais chargé de l'inviter à agir en commun avec nous à Madrid pour
décider la reine d'Espagne et ses ministres à choisir un mari entre les
fils de don François de Paule. Le 30 juillet, je vous ai chargé aussi de
lui faire connaître toutes mes objections à sa dépêche du 19,
l'altération profonde qu'elle apportait dans la situation, et les
conséquences que cette altération pourrait avoir. C'est seulement le 28
août que j'ai reçu, par la communication que m'a faite lord Normanby,
une réponse de lord Palmerston à mes diverses communications.

«J'aurais manqué à tous mes devoirs si, dans une telle situation et
pendant un si long temps, j'étais resté inactif. J'ai fait ce que
j'avais annoncé le 27 février dernier. En présence de la candidature,
réclamée à Madrid et acceptée à Londres, du prince Léopold de Coburg à
la main de la reine Isabelle, j'ai donné à M. Bresson l'ordre de faire
tous ses efforts pour décider le mariage de la reine avec l'un des fils
de don François de Paule, spécialement avec le duc de Cadix présent en
Espagne, et celui de l'infante avec M. le duc de Montpensier. La reine,
sa mère et ses ministres viennent d'accepter cette double union.

«Voilà les faits, mon cher Jarnac. Rappelez-les à lord Palmerston en lui
faisant connaître la résolution qui vient d'être prise à Madrid, et dont
il est peut-être déjà informé. Je n'ai rien à dire quant au fond même de
cette résolution. Des deux mariages auxquels elle se rapporte, l'un est
une question politique que la reine d'Espagne et son gouvernement ont
droit de résoudre selon la constitution du pays; l'autre est une affaire
de famille qui n'appartient qu'à la reine-mère, à ses deux filles et à
nous.»

L'humeur de lord Palmerston fut très-vive, non pas plus vive que je ne
m'y attendais. Ce qui me frappa surtout dans son langage, et ce qui
m'importait le plus à ce moment, ce fut son espoir d'être encore à temps
pour empêcher la conclusion définitive du mariage de M. le duc de
Montpensier avec l'infante, et son dessein de faire tout ce qui serait
en son pouvoir pour y réussir: «C'est là, dit-il à M. de Jarnac, l'acte
le plus patent d'ambition et d'agrandissement politique que l'Europe ait
vu depuis l'Empire. J'espère que l'on réfléchira à Paris avant de
conclure. Il est impossible que les rapports des deux cours et des deux
gouvernements n'en soient pas complètement altérés[155].» Les paroles et
l'attitude de sir Henri Bulwer à Madrid répondirent à celles de son
chef: «Il a dit hier à M. Donoso-Cortès, m'écrivit M. Bresson, ces mots
échappés sans doute à un premier dépit et qu'il regrettera
bientôt:--«Nous n'avons rien à dire sur le mariage de la reine; mais je
vous déclare solennellement que nous regardons celui de l'infante comme
un acte d'hostilité, et que mon gouvernement n'épargnera rien pour
amener en Espagne un bouleversement complet.»--M. Donoso-Cortès ne s'est
pas cru autorisé à me rapporter cette étrange et imprudente déclaration
avant d'avoir demandé à M. Isturiz et au duc de Riansarès s'il devait le
faire. L'un et l'autre l'y ont fort engagé. Il doit aller dire à M.
Bulwer que, sans que les relations personnelles en soient atteintes,
toute relation politique cesse entre eux, à partir de ce jour. Je dois
vous faire observer que M. Donoso-Cortès est considéré, par les membres
du corps diplomatique, comme un intermédiaire confidentiel entre la
reine-mère et eux[156].» Les actions, ou, pour parler plus exactement,
les tentatives suivirent de près les paroles; sir Henri Bulwer se mit à
l'oeuvre pour alarmer et paralyser le cabinet espagnol: tantôt il lui
adressait, coup sur coup, des notes dures ou tristes; tantôt il
expédiait aux vaisseaux anglais en station dans les parages de Cadix ou
de Gibraltar des courriers qui semblaient leur apporter des ordres de
blocus ou d'hostilité, et répandaient ainsi, dans les populations
voisines de leur route ou des côtes, une curiosité pleine de trouble; il
essaya d'inquiéter, sur les conséquences du mariage de M. le duc de
Montpensier avec l'infante, le duc de Cadix lui-même; il exprimait
partout, et jusque dans la tribune diplomatique des Cortès, le voeu que
ce mariage fût au moins retardé de quelques mois et plus mûrement
délibéré. Encouragée par ces démonstrations du ministre d'Angleterre, la
presse progressiste travaillait à agiter le pays; une protestation
inconvenante de l'infant don Enrique fut publiée et répandue, sans autre
effet que de nuire à son auteur. Enfin, le 23 septembre, sir Henri
Bulwer présenta au cabinet espagnol une longue note de lord Palmerston
qui, au nom de l'équilibre européen, de l'indépendance de l'Espagne et
des services que lui avait rendus l'Angleterre, protestait contre le
mariage de l'infante et témoignait l'espoir que le gouvernement espagnol
n'irait pas jusqu'au bout de cette voie.

[Note 155: M. de Jarnac à moi, 9, 11 et 12 septembre 1846.]

[Note 156: M. Bresson à moi, 24 août 1846.]

Il y avait peu de tact à mettre ainsi les Espagnols au pied du mur; en
pareil cas, la dignité et le courage ne leur manquent jamais. M. Isturiz
répondit catégoriquement que le mariage de l'infante avec M. le duc de
Montpensier était un acte accompli, qu'il avait été décidé par la libre
et spontanée volonté de la reine, de la reine-mère, de l'infante, et
avec l'assentiment unanime du cabinet, que les Cortès venaient d'y
donner leur entière adhésion, que l'indépendance de l'Espagne n'en
recevrait pas la moindre atteinte, et qu'il espérait que ses relations
avec le gouvernement britannique n'en souffriraient pas davantage. Il
était pleinement en droit de tenir ce langage: le sénat et le congrès
des députés, après des débats où l'opposition s'était manifestée sans
gêne comme avec convenance, avaient adopté, l'un à l'unanimité, l'autre
à 159 voix contre une, de loyales adresses de félicitation à la reine
sur l'un et l'autre mariage[157]. Le pays était tranquille. Le comte de
Montemolin, qui s'était naguère évadé de Bourges, avait débarqué en
Angleterre et se trouvait à Londres où l'infant don Enrique, disait-on,
venait aussi d'arriver de Belgique. Le fameux chef carliste Cabrera y
était également attendu, et M. de Jarnac, dans une visite au
_Foreign-Office_, y avait aperçu l'ex-régent Espartero qu'on essaya
vainement de lui cacher. Tout ce mouvement des mécontents au dehors,
toutes ces chances de trouble au dedans n'excitaient en Espagne aucune
préoccupation; les esprits étaient attirés et occupés ailleurs; le
sentiment public se montrait hautement favorable à la résolution royale
constitutionnellement acceptée. Le corps diplomatique fut admis à
présenter ses félicitations à la jeune reine et à la reine-mère; sir
Henri Bulwer s'y rendit avec ses collègues: «Il a parlé si bas, dit la
jeune reine, que je n'ai rien compris à ce qu'il m'a dit; il n'avait
probablement rien d'agréable à me dire;» et lorsque, en félicitant la
reine Christine sur le mariage de la reine sa fille, M. Bulwer ajouta:
«Quant à l'autre.....--L'autre, dit la reine Christine en
l'interrompant, nous avons décidé de le célébrer le même jour;» et la
conversation en resta là.

[Note 157: Les 18 et 19 septembre 1846.]

Le 4 septembre, j'avais écrit par le télégraphe à M. Bresson: «Le roi
approuve que le mariage de monseigneur le duc de Montpensier avec
l'infante soit célébré le même jour que celui de la reine avec
monseigneur le duc de Cadix. Vous pouvez rendre public le fait que vous
avez signé, avec M. Isturiz, un engagement pour le mariage de l'infante
avec le duc de Montpensier.» Trois jours auparavant, après avoir écrit à
M. de Jarnac et avant d'avoir rien reçu de Londres, j'avais fait prier
l'ambassadeur d'Angleterre, lord Normanby, de venir me voir, et je lui
avais annoncé le double mariage. Il s'attendait un peu au premier;
c'était un échec à peu près escompté; non pas au second. Il m'en
témoigna, avec convenance et douceur, son vif regret, son vif chagrin:
«Cela fera chez nous un bien mauvais effet, non-seulement dans notre
gouvernement, mais dans notre public. On y verra une manière indirecte
d'assurer le trône d'Espagne à un fils du roi. Nous ne serons pas la
seule puissance à avoir de l'humeur; d'autres en auront aussi, et
voudront profiter de la nôtre pour nous éloigner de vous et nous
rapprocher d'elles. Dieu sait ce qui peut s'en suivre.» Je répondis
très-amicalement, mais très-nettement. J'établis notre droit d'agir
comme nous avions agi, comme nous avions annoncé que nous agirions; et
avec notre droit, la nécessité évidente, urgente, où nous avions été
placés, par ce qui se passait à Madrid et à Londres, d'agir comme nous
avions agi. Je me montrai très-confiant dans l'avenir, dans le bon sens
et l'équité du gouvernement et du public anglais: «On verra bien que
nous n'entendons point nous approprier l'Espagne, ni faire tort là aux
droits et aux intérêts légitimes de personne. La reine d'Espagne aura
des enfants. M. le duc de Montpensier et l'infante vivront en France.
Nous n'avons fait que mettre hors de tout péril le principe de notre
politique:--Le trône d'Espagne ne doit pas sortir de la maison de
Bourbon.--Je l'avais proclamé, je l'ai pratiqué. C'était notre droit et
mon devoir.»

Toutes choses définitivement conclues à Madrid, M. le duc de Montpensier
et, avec lui, M. le duc d'Aumale partirent de Paris, le 28 septembre, et
entrèrent en Espagne avec leur suite le 2 octobre. On avait répandu sur
leur voyage toute sorte de bruits: ils rencontreraient, disait-on, des
manifestations fâcheuses, peut-être même des actes hostiles; M. Bresson
démentait fermement ces prédictions sinistres; le gouvernement espagnol,
tout en se montrant plein de confiance, avait pris des mesures
vigilantes. Elles se trouvèrent complétement inutiles: sur toute la
route, dans les campagnes comme dans les villes, les deux princes furent
accueillis avec un empressement bienveillant; ils étaient un événement,
la solution paisible d'une question nationale, une fête, une espérance;
leur bonne grâce, leur tournure militaire, leurs manières simples et
ouvertes plaisaient à cette population vive et avide d'émotions, quoique
peu démonstrative: «Je suis allé hier, 6 octobre, m'écrivit M. Bresson,
au-devant de Leurs Altesses royales jusqu'à San-Agustin, à quarante
kilomètres environ de Madrid. A une demi-lieue des portes de la
capitale, nous avons trouvé des chevaux et des voitures de la cour; on
laissait au choix des princes le mode de leur entrée; ils ont décidé de
monter à cheval. Le temps était magnifique; nous avons successivement
rencontré le corrégidor et la municipalité de Madrid, le
capitaine-général, le gouverneur de la place et leur état-major, le
ministre de la guerre et un grand nombre de généraux parmi lesquels on
remarquait la présence des généraux Concha, Cordova, Ros de Olano,
appartenant à l'opposition, et l'absence du général Narvaez revenu
depuis quelques jours à Madrid, mais qu'une question de rang et
d'étiquette entre le ministre de la guerre et lui avait retenu chez lui,
et qui m'en a exprimé ses regrets. C'est en tête de ce cortége, ayant à
leur droite le ministre de la guerre et à leur gauche le
capitaine-général, que les princes sont entrés à Madrid par la porte de
Bilbao où aboutit la route de France. Je m'étais attaché à leurs pas; la
tête de mon cheval était entre les croupes des leurs. Toute la
population remplissait les rues, était suspendue aux fenêtres; ces
balcons, qui garnissent toutes les maisons, mettent en quelque sorte
leurs habitants en dehors et animent singulièrement l'aspect des
solennités publiques. Partout, sur leur passage, les princes ont été
l'objet de témoignages de respect et de sympathie; les hommes se
découvraient; les femmes agitaient leurs mouchoirs. Les acclamations ne
sont pas dans les habitudes de la population de Madrid; depuis que je
réside au milieu d'elle, je n'en ai vu aucun exemple; mais je n'avais
pas vu non plus un empressement aussi vif, un assentiment aussi général
que celui dont j'ai été témoin hier. Nous avons successivement parcouru
les rues de Funcarral et de la Montera, traversé la _Puerta del sol_,
suivi les rues Mayor, Ahumada, et nous sommes arrivés à la porte du
palais. Dans le trajet, Leurs Altesses royales s'étaient plusieurs fois
retournées vers moi pour m'exprimer leur satisfaction d'un accueil
auquel elles n'étaient pas préparées par les bruits malveillants et
sinistres qui avaient été répandus. Il est certain que pas un
dissentiment ne s'est trahi, pas un cri hostile ne s'est fait entendre.
Au pied du grand escalier du château, les princes ont trouvé les
diverses charges et les chefs de service de la maison royale, plusieurs
grands d'Espagne, et au premier repos l'infant don Francisco de Paula et
le duc de Cadix qu'ils ont affectueusement embrassés. Ils se sont ainsi
dirigés vers la chambre de la reine où Sa Majesté les attendait avec ses
augustes mère et soeur. Après leur avoir baisé la main, ils les ont
suivies dans les appartements d'habitation, et sont restés avec elles
pendant une demi-heure. Le contentement brillait dans les traits de
Leurs Majestés et de Leurs Altesses royales. Après la présentation de la
suite des princes et de tous les personnages et dames de la cour qui
étaient présents, les princes ont été amenés à l'ambassade du roi par
les voitures de Sa Majesté. Le repos qui leur a été accordé n'a pas été
long; il était cinq heures, et à six heures et demie Leurs Altesses
royales étaient invitées à dîner en frac au palais, avec toute leur
suite. Elles s'y sont rendues dans les voitures de l'ambassadeur. Jamais
je n'ai vu autant de gaieté et de cordialité répandues dans cet
intérieur royal; chacun était frappé de l'air de bonheur de la reine
Christine; la jeune reine était aussi plus expressive que de coutume, la
jeune infante ravie, et les infants et les infantes don François de
Paule très-naturels et bienveillants. A neuf heures et demie, les
princes sont revenus chercher un repos dont ils avaient grand besoin à
l'ambassade du roi qui était pavoisée, illuminée et entourée d'une foule
nombreuse. Enfin, cher ministre, la journée a été excellente, complète;
je pourrais m'étendre en descriptions poétiques et je resterais dans la
vérité; mais je fuis tout ce qui pourrait ressembler à de l'exagération.
Je ne saurais vous énumérer toutes les félicitations qui nous ont été
adressées, dans la chambre de la reine, par les grands, les dames du
palais et les principaux personnages de l'État.»

Le 10 octobre au soir, le mariage de la reine d'abord, puis celui de
l'infante, furent célébrés dans l'intérieur du palais par le patriarche
des Indes, archevêque de Grenade; et le lendemain 11, selon l'usage
espagnol, la même cérémonie s'accomplit avec grande pompe dans l'église
de Notre-Dame d'Atocha, en présence de toute la population de Madrid,
accourue sur le passage du cortége royal et dans l'église. Dix jours se
passèrent en fêtes intérieures ou publiques, en visites dans Madrid ou
aux environs, et le 22 octobre, le duc et la duchesse de Montpensier,
que le duc d'Aumale avait précédés la veille, quittèrent Madrid pour
rentrer lentement en France: «Je reste tout seul, m'écrivit M.
Bresson[158]; monseigneur le duc et madame la duchesse de Montpensier
sont partis ce matin; la séparation des reines et de l'infante, au bas
du grand escalier du palais, a touché tous ceux qui en ont été témoins;
c'était une douleur vraie, jeune, expansive chez ces deux soeurs dont
l'enfance s'était écoulée au milieu de tant de vicissitudes et
d'épreuves, et qui, pour la première fois, voyaient les apprêts d'un
voyage qu'elles ne faisaient pas en commun. M. le duc de Montpensier,
par des soins affectueux, par des attentions délicates, cherchait à
donner un autre cours à ces pénibles émotions, et quand je l'ai revu à
une demi-lieue de Madrid, où j'étais allé l'attendre, déjà les traits de
l'infante avaient repris du calme et les larmes tarissaient dans ses
yeux.» Le voyage s'accomplit à travers l'Espagne et la France avec le
succès le plus populaire; et, après s'être arrêtés à Burgos, à Bayonne,
à Pau et à Bordeaux, le duc et la duchesse de Montpensier arrivèrent le
4 novembre à Saint-Cloud, où le roi, la reine et toute la famille royale
les attendaient. J'écrivis le 7 novembre à M. Bresson: «Le succès de la
personne est aussi complet que le succès de l'événement. Tout le monde
trouve madame la duchesse de Montpensier charmante. Je dis tout le monde
dans la famille royale, dans le conseil, dans le public, encore peu
nombreux, qui a eu l'honneur de la voir. Charmante de visage et de
manières, simple et digne, un peu de timidité et point d'embarras. Vous
n'avez nul besoin de descriptions; c'est la première impression qui vous
intéresse. Jamais il n'y en a eu de plus favorable. Je voudrais que
toute l'Espagne vît et entendît, à commencer par M. Isturiz et M. Mon
qui ont pris à l'événement une si grande part. Ils seraient contents.»

[Note 158: Le 22 octobre 1846.]

Je m'arrête. J'ai retracé avec scrupule le cours et l'issue de cette
longue et délicate négociation, accomplie sous le vent si variable
d'intérêts et d'incidents si divers. Je n'ai garde de reproduire ici
l'histoire des débats dont les mariages espagnols accomplis furent
l'objet à Paris et à Londres, entre les deux gouvernements, les deux
tribunes et les deux publics. Cette histoire, avec tous ses détails,
graves ou frivoles, est consignée dans les journaux français et anglais
du temps, dans les discours prononcés au sein des deux parlements, dans
les documents publiés par les deux cabinets, dans les écrits polémiques
où les questions que soulevait l'événement furent, des deux parts,
vivement discutées. La discussion porta essentiellement sur la conduite
et les incidents diplomatiques de la négociation, et sur les
conséquences du traité d'Utrecht quant aux relations et aux droits, en
France et en Espagne, des deux nouvelles branches de la maison de
Bourbon et de leurs descendants. J'ai la confiance que plus les
événements s'éloigneront et seront impartialement considérés, plus il
sera évident que, dans tout leur cours, la politique française a été
modérée, prudente, franche, conséquente et scrupuleusement loyale. Je ne
veux plus rappeler ici que deux petits faits survenus l'un à Madrid,
l'autre à Paris, au moment même du double mariage espagnol et du plus
vif dissentiment entre les cabinets français et anglais à ce sujet.

Le 7 octobre, lendemain du jour où les deux princes français étaient
arrivés à Madrid, M. Bresson m'écrivit: «Avant-hier, à six heures du
soir, M. Bulwer est revenu d'Aranjuez, où il s'était retiré, pour
envoyer à M. Isturiz une protestation contre les conséquences du mariage
de M. le duc de Montpensier, l'Angleterre se réservant, si la succession
espagnole arrivait à l'infante ou à sa descendance, d'agir comme le lui
conseilleraient son honneur et ses intérêts. Hier il s'est présenté vers
une heure, un peu avant l'entrée des princes, chez M. le président du
conseil, et lui a demandé, comme matière de forme et acquit de
conscience, si sa protestation de la veille n'avait pas eu pour effet de
faire renoncer au mariage. Ayant reçu une réponse négative, il a annoncé
qu'il allait en informer son gouvernement, et se retirer de nouveau à
Aranjuez, et plus tard à Tolède, si la cour visitait la résidence
royale.» Deux jours après, le 9 octobre, les deux princes français
reçurent le corps diplomatique; comme on s'y attendait, sir Henri Bulwer
ne s'y rendit point, ni personne de sa légation; mais il écrivit à M.
Bresson:

«Mon cher ami,

«Vous pouvez être sûr que, dans toutes autres circonstances, ce n'est
pas seulement moi (qui ai des motifs personnels de respect et de
reconnaissance envers le roi des Français et son auguste famille) qui me
serais empressé de présenter mes hommages aux illustres princes qui sont
arrivés ici; toute ma légation aurait eu le même désir. Mais l'occasion
de l'arrivée de Leurs Altesses royales, et la conduite que des
instructions formelles m'ont obligé de tenir, selon mes prévisions dès
le commencement de la question du mariage entre le duc de Montpensier et
l'infante, me privent maintenant de l'honneur que j'aurais souhaité,
sans changer les sentiments qui seront toujours auprès de mon coeur, et
dont je vous prie de transmettre l'expression respectueuse à vos
illustres hôtes, tout en acceptant, pour vous-même, celle de ma sincère
amitié.»

M. Bresson lui répondit sur-le-champ:

«Mon cher ami,

«Les princes ont parfaitement compris votre absence de la réception
diplomatique, et ils ne s'en sont ni formalisés, ni préoccupés. Je leur
ai donné lecture de votre lettre; les sentiments qu'elle exprime leur
sont très-précieux et très-agréables. Ils m'ont chargé de vous le
mander. Vous avez personnellement laissé trop de bons souvenirs en
France, vous êtes trop apprécié par le roi et son auguste famille, pour
que nous ne soyons pas certains de trouver en vous de la réciprocité.
Nous croyons que votre gouvernement s'exagère les conséquences du
mariage de monseigneur le duc de Montpensier; nous croyons que bientôt
les nuages qui se sont élevés entre nous se dissiperont; mais nous
respectons ces convictions, et nous espérons qu'elles se modifieront
dans un sens qui nous permette de rentrer dans la plénitude de nos
bonnes et anciennes relations. Pour moi, mon cher ami, le vieil et
sincère attachement que je vous porte ne se modifiera pas.»

Sir Henri Bulwer s'empressa de lui répondre:

«Mon cher ami,

«Je vous remercie sincèrement de votre aimable lettre, et je suis
vivement sensible à ce que Leurs Altesses royales ont eu l'extrême
obligeance de vous prier de me communiquer. Ma position ici est fort
pénible et désagréable, et je vous trouve fort aimable en voulant me
faire croire que la difficulté disparaîtra. Que Dieu le veuille!»

A Paris et de la part de l'ambassadeur d'Angleterre, lord Normanby, le
regret fut le même et sa manifestation plus officielle; il m'écrivit le
9 novembre 1846:

«Monsieur le Ministre,

«J'ai reçu, il y a quelques jours, de l'introducteur des ambassadeurs,
l'avis que Son Altesse royale la duchesse de Montpensier recevrait le
corps diplomatique aux Tuileries samedi dernier, le 7 de ce mois.

«En accusant réception de cet avis; je témoignai le regret que des
circonstances m'empêchassent de saisir cette occasion de présenter mes
respects à Son Altesse royale.

«Ma première impression avait été nécessairement de répondre avec
empressement à l'invitation de Son Altesse royale, pour marquer le
respect que je dois également à tous les membres de la famille royale de
France. Mais la position particulière que le gouvernement de Sa Majesté
a cru de son devoir de prendre, par rapport au mariage dont cette
cérémonie semblait être une célébration directe et immédiate, m'obligea
à examiner s'il me serait possible, comme représentant de ma souveraine,
de séparer le tribut volontaire de mon profond respect personnel envers
Son Altesse royale en qualité de princesse française et envers son
illustre époux, de ce qui ne pourrait manquer de paraître aux yeux de
tout le monde, en ce moment, une démonstration directe de félicitation
au sujet de cet événement même.

«Il me semble que ma présence, dans une occasion qui aurait un pareil
caractère, s'accorderait difficilement avec la ligne de conduite
décidément suivie par le gouvernement de Sa Majesté, avec le langage
qu'il avait été de mon devoir de tenir en conséquence à Votre
Excellence, et avec la protestation énergique que j'avais reçu l'ordre
de présenter à Votre Excellence contre les conséquences politiques que
cet événement pourrait faire naître.

«La dernière preuve de cette manière de voir de la part du gouvernement
de Sa Majesté, que je viens d'avoir l'honneur de présenter à Votre
Excellence, doit être, en ce moment même, entre les mains du roi des
Français. Aussi espéré-je que, si je n'ai point assisté à ce qu'on peut
regarder comme une cérémonie de congratulation, mon absence, dans un
pareil instant, ne sera point interprétée comme un manquement de ma part
à ce que je devrai toujours à Sa Majesté et à toute sa royale famille.

«Permettez-moi de saisir cette occasion pour vous faire observer que LL.
AA. RR. le prince de Joinville et le duc de Montpensier s'étant trouvés
absents à l'époque de mon arrivée à Paris, je n'ai point eu encore
l'honneur d'être présenté à Leurs Altesses royales. Je viens donc prier
Votre Excellence d'exposer, dans un moment opportun, mon espérance que
les princes ainsi que S. A. R. madame la duchesse de Montpensier
voudront bien me procurer, dans quelque prochaine circonstance,
l'honneur de leur présenter mes respects.»

Je fis immédiatement ce que lord Normanby désirait, et le _Moniteur_ du
surlendemain 11 novembre 1846 contint ce paragraphe: «Hier, Son Exc. M.
le marquis de Normanby, ambassadeur de S. M. la reine de la
Grande-Bretagne, a été reçu successivement, au palais des Tuileries, par
LL. AA. RR. monseigneur le prince de Joinville, monseigneur le duc et
madame la duchesse de Montpensier, auxquels il n'avait pas encore été
présenté.»

Quelques semaines plus tard, les déplaisirs d'un incident personnel
vinrent se joindre, pour lord Normanby, à celui de sa situation
politique. L'une des dépêches où il avait rendu compte à lord Palmerston
de ses entretiens avec moi sur le double mariage espagnol, et ce que je
dis de ce compte rendu dans l'un de mes discours à la Chambre des
députés, amenèrent, de notre part à l'un et à l'autre, des
récriminations et des contradictions qui rendirent nos rapports
personnels difficiles. Je maintins ce que j'avais dit. Lord Palmerston
soutint son ambassadeur. Le différend fut bientôt public. Une invitation
qui me vint, à ce moment même, de l'ambassade d'Angleterre, par une
méprise que lord Normanby, qui savait mal le français, appela _le
mépris_ de son secrétaire, ajouta à l'embarras de la situation le
désagrément des manifestations et des propos de salon. Nous ne pouvions
plus guère nous voir et nous parler. Lord Normanby alla trouver
l'ambassadeur d'Autriche, le comte Appony, lui dit qu'il était décidé à
prendre, envers moi, l'initiative d'une démarche de conciliation, et le
pria d'intervenir pour mettre un terme à ce différend et rétablir, quant
aux affaires, ses relations avec moi. Le comte Appony me fit part de
cette démarche et des regrets que lui avait exprimés lord Normanby quant
à l'invitation déplacée dont on avait tant parlé. Je me montrai prêt à
accepter la satisfaction ainsi offerte, et à déclarer de mon côté que,
dans mon discours[159] à la Chambre des députés, je n'avais point eu
l'intention d'inculper la bonne foi ni la sincérité et la véracité de
l'ambassadeur. Ces préliminaires convenus, nous nous rencontrâmes, lord
Normanby et moi, à une heure convenue aussi; chez l'ambassadeur
d'Autriche; nous nous tendîmes mutuellement la main, et nos relations
diplomatiques reprirent leur cours naturel.

[Note 159: Du 5 février 1847; _Recueil de mes discours politiques_, t.
V, page 370.]

Voltaire rapporte qu'à la bataille de Fontenoy, quand le régiment des
gardes françaises se rencontra sur le champ de bataille avec la colonne
anglaise que commandait le duc de Cumberland, lord Charles Hay,
capitaine aux gardes anglaises, s'avança en criant: «Messieurs des
gardes françaises, tirez!» A quoi le comte d'Auteroche, lieutenant aux
gardes françaises, répondit: «Messieurs les Anglais, nous ne tirons
jamais les premiers; tirez vous-mêmes[160].» Dans toutes les luttes
humaines, en diplomatie comme à la guerre, la courtoisie est noble et
charmante, et en 1846 les deux diplomates anglais, à Madrid et à Paris,
faisaient acte de courtoisie dans le langage qu'ils tenaient pour leur
propre compte et dans leur soin de rester personnellement en bons termes
avec nous, au moment même où politiquement ils nous combattaient avec
ardeur. Mais, ou je me trompe fort, ou leur attitude exprimait autre
chose encore que de la courtoisie: ils avaient dans l'âme, peut-être
sans se l'avouer, le sentiment que les appréhensions de leur
gouvernement sur le mariage de M. le duc de Montpensier avec l'infante
étaient excessives et ses paroles trop agressives; il n'y avait pas lieu
de tant s'alarmer, ni convenance à faire tant de bruit. D'autant plus
qu'aucun acte hostile, aucune mesure comminatoire n'accompagna ce bruit
et ces alarmes. La situation, quoique si vive, resta inerte et stérile;
non-seulement lord Normanby et sir Henri Bulwer, mais le cabinet anglais
lui-même se montrèrent pressés d'y mettre un terme. Ils eurent raison de
se conduire ainsi; tout ce qui s'est passé depuis 1846 a donné tort à
leurs inquiétudes et à leurs colères; aucune des conséquences que lord
Palmerston et ses agents avaient annoncées d'avance dans le mariage
espagnol ne s'est réalisée. L'indépendance de l'Espagne est restée
entière; elle n'a été en proie ni à la guerre civile, ni à l'ambition de
ses voisins. La tempête révolutionnaire qui, à Paris et à Naples, a
emporté la maison de Bourbon, ne l'a pas atteinte en Espagne; les
descendants de Philippe V sont restés en possession du trône qui leur
était contesté; le duc et la duchesse de Montpensier, qui auraient
continué de vivre en paix à Paris, auprès du roi Louis-Philippe, s'il
avait continué de régner, vivent en paix à Séville, auprès de la reine
d'Espagne qui a des enfants. Les princes de la maison d'Orléans, jetés
par la tempête hors de leur patrie, ont trouvé en Espagne, auprès de sa
reine et de son gouvernement, l'accueil sympathique que leur nom leur
donnait droit d'espérer, sans que les rapports de l'Espagne avec les
nouveaux gouvernements de la France, République et Empire, aient eu à en
souffrir. L'Espagne subit encore bien des épreuves et bien des
tristesses; mais elles tiennent toutes à l'état intérieur du pays
lui-même, nullement aux deux mariages que sa reine et son infante ont
contractés il y a vingt ans. Les politiques se trompent aussi souvent
sur les maux qu'ils redoutent, que sur les succès qu'ils se promettent,
et le temps a pour eux des enseignements dont une plus juste
appréciation des faits et des hommes au milieu desquels ils agissaient
leur eût épargné le déplaisir.

[Note 160: _Siècle de Louis XIV_, page 135, édit. Beuchot.]



                             CHAPITRE XLVI.

                      L'ITALIE ET LE PAPE PIE IX.

                              (1846-1848.)


Pie IX en 1846 et en 1866.--Contraste entre ces deux époques.--Quelle
est la part de Pie IX lui-même dans sa destinée?--Mes instructions à M.
Rossi pour le conclave de 1846.--Amnistie de Pie IX à son avénement.--Le
cardinal Gizzi, secrétaire d'Etat.--Pie IX réformateur.--Ses premières
conversations avec M. Rossi.--Inexpérience et faiblesse politique de la
cour de Rome.--La question romaine et la question italienne.--Le
cardinal Ferretti, secrétaire d'État.--Occupation de Ferrare par les
Autrichiens.--Réformes accomplies à Rome.--Le parti libéral romain
modéré et laïque.--Sa bonne attitude en 1847 pour la fête anniversaire
de l'amnistie.--Garde civique romaine.--Lettre que m'adresse M. J.
Mazzini sur le parti modéré en Italie.--Dépêche du prince de Metternich
sur le même sujet.--Complication des questions romaines et des questions
italiennes.--Notre politique en Italie.--Lettre du prince de Joinville à
cet égard.--Ma réponse.--Mes instructions à nos agents en
Italie.--Installation de la _consulta_ d'État à Rome.--L'esprit
réformateur, l'esprit national et l'esprit révolutionnaire en
Italie.--Nos préparatifs pour une expédition destinée à protéger le
pape, en janvier 1848.--Chute du cabinet du 29 octobre 1810 et
révolution du 24 février 1848.--Crise radicale dans la situation de Pie
IX.--Ministère et assassinat de M. Rossi.--Un abîme entre le pape
réformateur et le pape révolutionnaire.--Quelle est la part des peuples
dans l'insuccès des gouvernements?--Louis XVI et Pie IX.--Lettre de M.
Rossi à moi après février 1848.


En 1846, l'avénement du pape Pie IX et les débuts de son règne
suscitèrent à Rome, dans toute l'Italie, en France, partout en Europe,
un vif enthousiasme. Ses premières paroles, ses premiers actes ouvraient
l'avenir romain et catholique à toutes les espérances. A chaque pas du
nouveau pontife dans sa voie nouvelle, chaque fois qu'il paraissait en
public, la foule accourait et l'accueillait avec les plus expansifs
témoignages de satisfaction et de reconnaissance: _Coraggio,
Santo-Padre!_ s'écriait tout un peuple. Et aux acclamations populaires
romaines se joignirent bientôt les acclamations parlementaires
européennes: _Courage, Saint-Père!_ dit aussi M. Thiers à la tribune
française[161].

[Note 161: Chambre des députés, séance du 4 février 1847.]

Entre 1846 et 1866, quel contraste! Quels mécomptes, quelles épreuves,
quelles perspectives, depuis 1848, pour ce pontife tant célébré la
veille! Il a déjà été chassé une fois de Rome; le sera-t-il de nouveau?
S'il reste à Rome, à quel titre et dans quelle situation? Sera-t-il,
comme on l'avait espéré, le conciliateur de la papauté avec la société
moderne, ou le dernier dépositaire aux mains duquel périront le double
caractère et le double pouvoir de la papauté? Quelles questions et
quelles chances à la place de tant et de quelles espérances!

Qu'a fait Pie IX pour que sa situation ait subi cette transformation
lamentable? Quelle est sa part, à lui-même, dans sa douloureuse
destinée?

Il y a deux époques dans cette tragique histoire, et, entre ces deux
époques, un abîme.

L'esprit, je ne dirai pas de réforme, mais de modération et de
conciliation, avait présidé à l'élection de Pie IX. Le sentiment
dominant dans le conclave avait été qu'il fallait à la fois détendre et
animer la politique trop roide et trop inerte de Grégoire XVI, et donner
aux voeux publics quelque espérance. Il y avait aussi quelque désir de
faire acte d'indépendance romaine et italienne: «ni un moine, ni un
étranger,» disait-on. Ces dispositions déterminèrent la rapidité de
l'élection; le conclave ne dura que trois jours: «Tout le monde nous
félicite comme d'un choix conforme à nos vues, m'écrivit M. Rossi[162].
J'ai en effet bon espoir. Ma première entrevue avec le pape a été on ne
peut plus cordiale et plus touchante. Elle a frappé le public qui en
était témoin. Évidemment le Saint-Père la désirait et l'attendait. Je
lui ai dit, en me retirant, que j'espérais avoir bientôt l'honneur de
lui présenter mes lettres d'ambassadeur. Il m'a répondu avec effusion:
«Je les accueillerai avec la plus vive satisfaction.

[Note 162: Le 17 juin 1846.]

«Je dois ajouter pourtant que je ne le connais pas personnellement,
puisqu'il n'habitait pas Rome; mais on m'en dit beaucoup de bien. Il est
très-pieux; mais, laïque jusqu'à trente ans, son éducation a été faite
par des prêtres. Il appartient à une école théologique bien connue à
Rome, et qui réunit à beaucoup de piété des idées élevées et des
sentiments de tolérance. Il est fort aimé dans les Légations et renommé
par sa charité. Il a un frère qui se trouva fort compromis dans les
affaires de 1831. _Non ignara mali_, etc. Il n'a pas encore nommé ses
ministres. Nous verrons.»

Ce premier jugement de M. Rossi sur le nouvel élu nous donna confiance.
Au moment où le conclave allait se réunir, je lui avais écrit[163]: «Je
ne me creuserai pas l'esprit à vous parler avec détail et à vous donner
des instructions précises sur ce que vous savez mieux que moi. Faites
tout ce que vous croirez nécessaire. Usez de tous les moyens que vous
croirez utiles. Notre but, notre intérêt, notre politique vous sont
parfaitement connus. Qu'on nous donne un pape indépendant, croyant et
intelligent. De la nationalité italienne, de la foi catholique, un
esprit ouvert et un peu de bon vouloir dans notre sens, voilà ce qu'il
nous faut. J'espère que cela peut se trouver. Je suis sûr que c'est là
ce que vous chercherez. Nous n'avons jusqu'à présent, quant aux noms
propres, aucun préjugé ni aucune préférence. Ce sera à vous de diriger,
s'il y a lieu de s'en servir, notre droit d'exclusion, comme tout le
reste: tenez-moi bien au courant de toutes choses, et le plus
promptement que vous pourrez.»

[Note 163: Le 8 juin 1846.]

Le premier acte de Pie IX, l'amnistie proclamée le 16 juillet 1846,
répondit au sentiment public; elle était large, sincère et pleine
d'émotion. J'écrivis à M. Rossi[164]: «L'impression que cet acte a
produite partout, et particulièrement en France, est excellente.
Non-seulement on loue le pontife qui a su accomplir du premier coup un
si grand bien; mais on pressent, dans cette mesure et dans la façon dont
elle a été prise, le caractère général de tout un gouvernement et de
tout un règne.

[Note 164: Le 5 août 1846.]

C'est au pape lui-même qu'on en reporte tout le mérite et l'honneur. On
veut y voir le prélude et le gage d'autres actes qui, sur d'autres
matières, feront aussi à l'opinion sa juste part, sans affaiblir
l'autorité. Et les hommes sensés et bien intentionnés ressentent une
joie profonde en voyant qu'un pouvoir, qui a si longtemps marché à la
tête de la civilisation chrétienne, se montre disposé à accomplir encore
cette mission auguste, et à consacrer, en l'épurant et le modérant, ce
qu'il y a de raisonnable et de légitime dans l'état et le progrès des
sociétés modernes.» Le cardinal Gizzi, tenu pour un homme éclairé, fut
nommé secrétaire d'État à la place du cardinal Lambruschini: «Il est à
son poste, m'écrivit M. Rossi[165], il m'a paru très-bien, un esprit
froid et pratique. On m'assure cependant qu'on l'a déjà effrayé. C'est
par la peur qu'on voudrait arrêter le pape et son ministre. On aurait
dit au Saint-Père qu'il était regardé comme le chef des libéraux, que
les intérêts du saint-siége et de la religion s'en trouveraient
compromis. On assure que le pape et le ministre, le ministre surtout,
sont ébranlés. Je n'ai rien vu, chez le pape, qui pût me le faire
pressentir; le langage de Gizzi, je le reconnais, pouvait également
exprimer la prudence ou la peur. Quoi qu'il en soit, votre dépêche du 5
est arrivée très à propos. Elle est excellente. Après l'excitation
produite par l'amnistie, se rejeter de l'autre côté, ce serait provoquer
les troubles les plus violents. Espérons que le bon sens l'emportera.»

[Note 165: Le 18 août 1846.]

Le 25 août 1846, la fête de saint Louis fut célébrée à Rome, dans
l'église française, avec un concours extraordinaire de cardinaux. Dans
l'après-midi, le pape y vint, selon l'usage, et fut remarquablement
gracieux pour l'ambassadeur. M. Rossi alla le lendemain l'en remercier:
«Je suis d'autant plus aise de vous voir, lui dit le pape, que j'ai une
faveur à vous demander. J'ai à coeur de satisfaire, autant que je le
puis, aux besoins de mes peuples dont la principale richesse consiste
dans les produits agricoles. J'espère que vous voudrez bien m'y aider en
priant votre gouvernement d'accorder aux navires pontificaux chargés de
blé le traitement des nations amies.»--«Je compris, m'écrivit M. Rossi,
qu'il y avait là un _quiproquo_ provenant de son peu de connaissance de
nos lois. Je répondis que Sa Sainteté me trouverait toujours
très-empressé de me conformer à ses désirs, mais qu'avant d'écrire je
lui demandais la permission de mettre au clair l'état actuel des choses
et de le lui faire connaître. Il me remercia et ajouta en souriant qu'il
savait, par mes écrits, qu'en me parlant de ces matières dans un sens
favorable à la liberté des échanges, il ne mettrait pas l'ambassadeur en
opposition avec l'économiste. Il me dit alors que le but constant de ses
efforts était le développement du bien-être et de la prospérité de ses
États, et en m'indiquant quelques-unes de ses idées comme pour en avoir
mon avis, il ajouta:--«C'est là ce que je puis et dois faire. Un pape ne
doit pas se jeter dans les utopies. Croiriez-vous qu'il y a des gens qui
parlent même d'une ligue italienne dont le pape serait le chef? Comme si
la chose était possible! Comme si les grandes puissances étaient
disposées à le permettre! Ce sont là des chimères.--Aussi, répondis-je,
Votre Sainteté a autre chose à faire que de s'en occuper. Elle a tracé
de sa main la route qu'elle doit suivre, et qui aboutira aux meilleurs
résultats; mettre fin aux abus qui, je le crains, sont nombreux, et
introduire partout la régularité et l'ordre, c'est là, ce me semble, la
pensée du Saint-Père.--Vous avez raison, c'est là ma résolution bien
arrêtée; il faut, avant tout, rétablir nos finances; mais j'ai besoin
d'un peu de temps.--Nul n'attend de Votre Sainteté des mesures
précipitées; l'essentiel est qu'on sache qu'elle s'en occupe activement.
La confiance du public lui est entièrement acquise; il attendra avec
reconnaissance et respect; tous mes renseignements me le prouvent.--Je
suis bien aise de ce que vous me dites. Tenez: les Suisses ne plaisent
pas et coûtent cher; mais puis-je les licencier à l'instant même?--Pour
cela aussi, il faut du temps; on ne peut pas se priver d'une force avant
d'avoir organisé celle qui doit la remplacer.--C'est cela même et je
m'en occuperai; dans ce moment, c'est sur nos finances que se fixe mon
attention.--Je le conçois, et les éléments de prospérité que recèle son
pays sont tels que Votre Sainteté ne manquera pas le but. Mais puisque
Votre Sainteté veut bien m'honorer de cet entretien, je prendrai la
liberté de lui rappeler ce qu'Elle sait mieux que moi, que le produit
des impôts, des mêmes impôts, s'accroît d'une manière surprenante par le
retour de la confiance et de l'activité publique. La confiance
redeviendra active lorsqu'on verra que Votre Sainteté fait une guerre
incessante aux abus, et qu'Elle veut réformer à la fois l'administration
proprement dite et l'administration de la justice.--Oh! tenez pour
certain que, dès qu'un abus me sera prouvé, je ferai un exemple.--Deux
ou trois exemples corrigeront des centaines d'employés.--Pour la justice
aussi, je crois que vous avez raison, et qu'il y a bien des
complications et des longueurs dans notre procédure criminelle.»--Il mit
alors en avant quelques idées; mais comme elles ne me paraissaient pas
assez mûries, et que la discussion en aurait été longue et délicate, je
préférai ne pas l'aborder dans ce moment, et je me rejetai dans les
généralités en lui disant que le Saint-Père ne manquerait pas
d'occasions d'appliquer son ardent amour du bien; ne voulant pourtant
pas laisser finir l'entretien sans toucher un mot des affaires
spirituelles, je lui dis qu'encouragé par la bonté du Saint-Père, je
voulais lui rendre confiance pour confiance. Voici mon apologue. Je lui
racontai que le nouveau ministre de Prusse, M. d'Usedom, avec qui je
suis très-bien, m'étant allé voir à Frascati, nous avions beaucoup parlé
de Sa Sainteté et des actes du nouveau pontificat, et qu'après avoir
applaudi à tout le bien que le Saint-Père avait déjà accompli dans
l'ordre temporel, mon interlocuteur m'avait demandé ce que je préjugeais
de sa direction dans les affaires spirituelles. A quoi, dis-je au pape,
j'ai répondu en riant:--«Votre Excellence, qui vient du pays de la
philosophie, sait mieux que moi que la raison humaine est une, et que
lorsqu'elle est sage et prudente sur un ordre d'idées, il n'y a pas
motif de croire qu'elle sera imprudente et folle sur un autre. Quant à
moi, je suis convaincu que les gouvernements n'auront qu'à se louer de
la direction que Pie IX donnera aux affaires de l'Église.--Je vous
remercie, Monsieur l'ambassadeur, m'a dit le pape; vous m'avez rendu
justice; je ne cherche que l'harmonie et la paix. Seulement vous savez
qu'il est des limites que nous ne pouvons pas franchir.--C'est
précisément ce que j'ai fait remarquer au ministre de Prusse. Pour nous,
lui ai-je dit, qui sommes catholiques, nous sommes certains de ne jamais
rien demander qui puisse blesser la conscience du pape; quant à vous
autres hérétiques, ai-je ajouté en souriant, le cas pourrait être
différent.»--Le pape s'est mis à rire et m'a demandé avec empressement
ce que M. d'Usedom m'avait répondu:--«Il m'a répondu, de la meilleure
grâce du monde, qu'eux aussi ils connaissaient ce qu'ils devaient
respecter dans leurs négociations avec Rome, et qu'on pouvait être sans
inquiétude à cet égard.--Dans ce cas, ai-je dit, soyez certain que vous
trouverez ici l'accueil que vous pouvez désirer.»--Le pape m'a remercié
de nouveau de la confiance que j'avais cherché à inspirer, et m'a répété
que mes prévisions ne seraient pas démenties. Je lui demandai alors une
faveur pour un prêtre français, ce qu'il m'accorda avec le plus gracieux
empressement, et l'entretien se termina.»

Dans cet entretien spontané, le pape avait touché à tout, aux affaires
temporelles du saint-siége et aux spirituelles, à la chance de sa
présidence d'une ligue italienne et à ses relations avec les puissances
étrangères, à sa garde suisse et à une garde civique, aux finances et au
commerce, aux abus administratifs et aux réformes judiciaires. Le
surlendemain, le cardinal Gizzi communiqua à M. Rossi une circulaire
qu'il venait d'adresser aux gouverneurs des provinces pour la fondation
d'une école consacrée à l'éducation des jeunes gens pauvres et pour les
progrès de l'instruction populaire. Évidemment l'esprit de Pie IX était
en mouvement sur tous les sujets, abordait toutes les questions,
entr'ouvrait toutes les voies de réforme, tantôt avec une confiance
naïve, tantôt avec une inquiétude un peu officielle; et en même temps
qu'il se montrait ainsi en sympathie avec les désirs de son temps et de
son peuple, il témoignait, pour le gouvernement français et son
représentant à Rome, une disposition communicative qui attestait la
sincérité de ses penchants réformateurs.

Mais entre l'intention et l'action, la distance est grande et la route
difficile; le pape ne tarda pas à rencontrer les obstacles et M. Rossi à
déplorer les hésitations: «La lutte recommence, m'écrivait-il dès le 28
juin 1846, entre la vieille et la jeune Italie; le parti des vieux
accuse les jeunes de perdre le pays par leurs faiblesses... Trop de
lenteur de la part du gouvernement irrite les uns, encourage les autres,
et rend la situation délicate. Je l'ai dit crûment au pape. Il paraît
l'avoir compris; mais l'idée d'agir sans déplaire à personne est une
chimère dont il aura quelque peine à se défaire..... Les intentions et
les vues sont toujours excellentes; je voudrais être certain que les
connaissances positives et le courage ne feront pas défaut... Ce qu'il
se propose de faire est bien et sera suffisant si c'est fait promptement
et nettement; mais on ne sait pas même ici faire valoir le bien qu'on
fait; on aime à le faire, pour ainsi dire, en cachette, et on en perd
ainsi le principal effet, l'effet d'opinion. Le cardinal Gizzi ne peut
se débarrasser, dans ses actes, de ces formes surannées qui sont
ridicules aujourd'hui; c'est par une circulaire de quatre pages, fort
embrouillée, qu'il a supprimé deux mauvais tribunaux..... On touche à
tout; on se décide _in petto_; on persévère dans ses résolutions; mais
on n'agit pas. Ce n'est pas l'idéal du gouvernement, c'est le
gouvernement à l'état d'idée... La popularité du pape est presque
entière; je crains seulement qu'il n'en abuse, croyant pouvoir s'y
endormir comme sur un lit de roses..... Le pays attend, mais avec une
impatience résolue. La fête donnée au pape le jour de l'an s'est passée
avec un ordre parfait, mais parfait au point qu'il ressemble déjà à une
organisation..... En attendant, le mouvement des esprits s'accroît à vue
d'oeil; les écrits, les journaux se multiplient; les réunions, les
assemblées aussi, et elles s'organisent. La légalité est respectée, mais
le sang commence à circuler rapidement dans ce corps qui était, il y a
un an, calme et froid comme un mort..... Le peuple et ses meneurs ont
l'habileté et l'à-propos qui manquent au gouvernement..... Le parti
modéré et libéral d'un côté et le parti radical de l'autre s'organisent;
et en présence d'un gouvernement qui ne sait rien organiser ni rien
conclure, les deux partis font cause commune. Ils se seraient séparés et
le parti radical n'aurait été qu'une tentative impuissante si le
gouvernement, par des mesures franches et promptes, avait su rallier le
premier et en faire un parti de conservateurs zélés et satisfaits. Il y
a eu bien du temps perdu, et ce qui aurait suffi il y a quelques mois ne
suffirait plus aujourd'hui. Mais, après tout, on serait encore à temps
si le pape parvenait enfin à s'aider d'un gouvernement actif, loyal,
intelligent, énergique. Le cardinal Gizzi se retire, et on ne sait pas
encore d'une manière certaine quel sera son successeur. On dit que le
cardinal Ferretti, qu'on attend d'un jour à l'autre, fait des
objections[166].»

[Note 166: M. Rossi à moi, les 28 juin et 18 décembre 1846, 8 et 18
janvier, 8 février, 8, 18 et 20 avril, 3 et 26 juin, 8 et 13 juillet
1847.]

Deux choses manquaient à la cour de Rome pour qu'un tel gouvernement s'y
formât aussi promptement et aussi complètement qu'il l'aurait fallu:
l'expérience et la hardiesse. Au contraire de son ancienne et puissante
histoire, cette cour, depuis la fin du XVIIe et pendant le XVIIIe
siècle, s'était montrée plus préoccupée de vivre que d'agir, et plus
habile à éluder les périls ou les nécessités de sa situation qu'à y
satisfaire. Presque uniquement appliquée à se tenir en dehors du grand
courant de la civilisation européenne, elle était devenue routinière et
timide. Un moment, au milieu des tempêtes et sous les coups de la
révolution française, elle avait retrouvé, grâce à la vertu de Pie VI et
de Pie VII et à l'habileté digne du cardinal Consalvi, quelques traits
de son intelligente grandeur; le Concordat de 1801 et la résistance
invincible du pape détrôné au despote tout-puissant qu'il avait sacré
étaient de grands faits et de grands exemples; mais au sein de la
sécurité trompeuse que lui inspira la Restauration européenne et
française, la cour de Rome retomba dans son ornière tantôt de réaction,
tantôt d'inaction; parce qu'elle n'était plus aux prises avec le torrent
révolutionnaire, elle oublia qu'elle était en présence de l'esprit de
liberté et de progrès qui, en dépit de la Sainte-Alliance, des congrès
et des conspirations ou des révolutions avortées, prévalait de plus en
plus en Europe. La prépondérance laïque, la publicité générale, la
discussion continue, l'activité industrielle, commerciale,
intellectuelle, internationale, tout ce régime aussi puissant que
nouveau, Rome l'ignorait autant qu'elle le redoutait; elle n'avait
appris ni à vivre en contact avec lui, ni à traiter avec lui, ni même à
le bien comprendre et à lui parler une langue analogue au nouveau tour
des esprits et propre à agir sur eux; elle restait stationnaire et
étrangère au public moderne dans ses phrases encore plus que dans ses
principes. C'était de cet état d'isolement et d'inertie que Pie IX
entreprenait de faire sortir la papauté.

Encore s'il n'avait eu à se préoccuper que des affaires et des questions
romaines, temporelles ou spirituelles! Quoique déjà bien grandes, les
difficultés ne dépassaient pas son pouvoir. Mais on reconnut bientôt et
le pape reconnut bientôt lui-même qu'il était en présence d'intérêts et
de problèmes bien plus vastes et bien au-delà de sa portée; il fut
bientôt évident que ce n'était pas seulement du régime intérieur des
États romains, mais du sort territorial et politique de l'Italie tout
entière qu'il s'agissait. La domination autrichienne pesait encore sur
tous les États italiens, partout l'appui du parti stationnaire et de
plus en plus antipathique au sentiment public. L'idée de l'unité
nationale, monarchique ou républicaine apparaissait et montait sur
l'horizon. A peine entré dans la carrière des réformes romaines, Pie IX
vit s'ouvrir devant lui la perspective des guerres et des révolutions
italiennes.

C'était là sans doute, pour lui, un grand sujet d'inquiétude, mais aussi
un puissant motif de vider promptement, dans ses propres États, les
questions de réforme, et de se mettre ainsi, après avoir donné
l'exemple, en mesure de marquer lui-même la limite. J'écrivis à M.
Rossi[167]: «Dites très-nettement, et partout où besoin sera, ce que
nous sommes, au dehors comme au dedans, en Italie comme ailleurs. Nous
sommes des conservateurs décidés. C'est la mission première et naturelle
des gouvernements. Nous sommes des conservateurs d'autant plus décidés
que nous succédons, chez nous, à une série de révolutions, et que nous
nous sentons plus spécialement chargés de rétablir chez nous l'ordre, la
durée, le respect des lois, des pouvoirs, des principes, des traditions,
de tout ce qui assure la vie régulière et longue des sociétés. Mais en
même temps que nous sommes des conservateurs décidés, nous sommes
décidés aussi à être des conservateurs sensés et intelligents. Or nous
croyons que c'est, pour les gouvernements les plus conservateurs, une
nécessité et un devoir de reconnaître et d'accomplir sans hésiter les
changements que provoquent les besoins sociaux nés du nouvel état des
faits et des esprits, et qui ne sauraient être refusés sans amener,
entre la société et son gouvernement, et au sein de la société
elle-même, d'abord un profond malaise, puis une lutte continue, et tôt
ou tard une explosion très-périlleuse. Le gouvernement pontifical, en
apportant dans sa conduite la prudence nécessaire, prendra soin aussi,
nous en sommes convaincus, d'entretenir et de mettre à profit cette
première impression publique si vive et si favorable qu'ont excitée ses
premiers actes. Les voeux d'une population qui a longtemps souffert
sont, à beaucoup d'égards, chimériques, et il serait impossible de les
satisfaire; mais il faut aussi prévoir que, si les améliorations
réelles, efficaces, graduelles, ne commençaient pas avec certitude,
l'opinion publique se lasserait, et, de confiante qu'elle est
aujourd'hui, deviendrait ombrageuse et exigeante, en proportion de ce
qu'elle regarderait comme des mécomptes. Reconnaître, d'un oeil
pénétrant, la limite qui sépare, en fait de changements et de progrès,
le nécessaire du chimérique, le praticable de l'impossible, le salutaire
du périlleux; poser d'une main ferme cette limite et ne laisser au
public aucun doute qu'on ne se laissera pas pousser au delà, voilà ce
que font et à quels signes se reconnaissent les vrais et grands chefs de
gouvernement, ceux en qui se rencontrent, comme le disait M.
Royer-Collard sur le tombeau de Casimir Périer, «ces instincts sublimes
qui sont la portion divine de l'art de gouverner.» C'est évidemment
l'oeuvre qu'entreprend le pape, et j'espère qu'il y réussira, car il me
paraît doué de ces instincts que la Providence ne donne qu'à ceux
qu'elle charge d'une telle mission. Il peut compter sur tout notre
appui. Nous ferons tout ce qui dépendra de nous, tout ce qu'il désirera
de nous pour le seconder dans sa tâche.»

[Note 167: Le 7 mai 1847, et le 10 septembre 1846.]

L'arrivée à Rome du cardinal Ferretti, le nouveau secrétaire d'État
appelé à remplacer le cardinal Gizzi et ami particulier du pape, était,
pour la politique plus complète et plus active que nous recommandions,
une circonstance favorable: «Ce n'est pas un grand esprit, m'écrivit M.
Rossi[168] mais il a du courage et du dévouement; il pourrait être pour
Pie IX une sorte de Casimir Périer. Il nous écoutera, je crois; il me
l'a dit avec effusion, et il n'est pas homme à simuler; il a le défaut
contraire. D'ailleurs le pape disait l'autre soir à un de mes amis
qu'après tout c'était sur la France qu'il devait s'appuyer, et qu'il
n'avait qu'à se louer du gouvernement du roi et de son
ambassadeur:--«Cependant, ajoutait-il en souriant, j'aurais un service à
leur demander et je crains qu'on ne me trouve indiscret; je ne voudrais
pas non plus un refus.»--Il lui dit alors qu'il avait besoin de quelques
milliers de fusils pour sa garde civique; qu'à la vérité il pourrait les
avoir soit de Naples et de Turin, soit de l'Autriche, mais qu'il ne s'en
souciait pas, que cela donnerait lieu à des commentaires fort divers et
fort absurdes, qu'il éviterait tout cela en les tirant de France.--«Et
puis, disait-il, comme je ne suis pas en fonds, je suis convaincu que le
gouvernement français me donnerait un petit délai pour le paiement.»--Il
le pria de me sonder à cet égard. Je répondis qu'à la vérité je ne
connaissais rien à cette nature d'affaires, mais que le pape pouvait
être certain de deux choses: l'une, que l'ambassadeur, sur la demande du
Saint-Père, écrirait avec empressement et avec zèle; l'autre, qu'à moins
d'une impossibilité à moi inconnue, le gouvernement du roi serait
heureux de pouvoir seconder les vues du pape. Il s'agit, je présume, de
sept ou huit mille fusils, et, pour le paiement, de quelques mois de
délai. Je crois que, si la chose est possible, cela serait décisif pour
nous ici. Je n'ai pas besoin de vous en dire davantage, vous voyez tout.
Je ne sais si le pape m'en parlera demain.»

[Note 168: M. Rossi à moi, le 20 juillet 1847.]

M. Rossi vit en effet le pape le lendemain, et l'audience tombait au
milieu de nouvelles graves. Très-préoccupé du mouvement italien, le
prince de Metternich avait dit au nonce du pape à Vienne que l'Autriche
n'interviendrait pas sans être appelée, mais que d'autres pourraient
intervenir; que dès lors elle devait prendre des précautions pour la
défense de ses intérêts en Italie; que le moins qu'elle pourrait faire
serait d'envoyer un corps de vingt-cinq mille hommes à sa frontière,
vers les États pontificaux. «Ces troupes en effet, tout ou partie[169],
sont déjà à leurs postes. Piccarolo, Occhiobello, Polesella et autres
petits bourgs en sont encombrés. La garnison de la citadelle de Ferrare
a été renforcée au point que le commandant autrichien a déclaré au
gouvernement pontifical qu'il n'avait pas de place pour loger toutes ses
troupes dans le fort; et, par ce motif ou sous ce prétexte, il a demandé
à pouvoir caserner mille hommes dans la ville avec vingt-neuf officiers.
Ici on était à chercher (sans le trouver!) un exemplaire de la
convention passée, dit-on, dans le temps, au sujet de Ferrare, avec
l'Autriche. Je crois qu'on écrit aujourd'hui au légat de Ferrare de
vérifier, lui, si la demande est conforme aux stipulations, et, si elle
ne l'est pas, de protester. Il est évident que si les Autrichiens
s'établissent dans la ville, ce fait sera regardé, non-seulement dans
les États du pape, mais dans toute l'Italie, comme une invasion. Quel en
sera l'effet dans l'état des esprits? Sera-ce l'abattement ou
l'irritation? C'est une appréciation difficile. Quant aux États du pape,
si le reste de l'Italie ne bouge pas, des troubles partiels me
paraissent plus à craindre qu'une insurrection générale: il faudrait, je
crois, pour cela, l'initiative à Rome, et cette initiative, le pape, par
son autorité morale, peut encore la prévenir.

[Note 169: M. Rossi à moi, le 20 juillet 1847.]

«Je l'ai vu hier matin. Il ne connaissait pas encore la demande du
commandant autrichien de Ferrare; du moins il ne m'en a pas parlé, bien
que l'entretien fût intime. En me parlant des coupables folies des
opposants à ses réformes:--«Je leur ai fait sentir, me disait-il,
combien ils s'aveuglent: s'ils amènent les Autrichiens, il faudra bien
que les Français arrivent. Nous entrerons en _conférence_. L'Angleterre
aussi voudra y mettre son mot, et nous serons obligés de faire, sous la
férule (_la sforza_) de l'Europe, plus de changements et de réformes que
nous n'en ferions agissant spontanément et avec dignité.»--Je lui dis
sans détours qu'il fallait justifier ce raisonnement par des faits
immédiats et décisifs, qu'il n'y avait pas une heure à perdre, que son
gouvernement s'était abandonné, que l'anarchie pouvait éclater sanglante
d'un instant à l'autre, que sans doute l'influence morale du pape
lui-même était encore grande, mais qu'il ne fallait abuser de rien;
qu'il fallait sur-le-champ, d'un côté nommer et convoquer les délégués
des provinces, de l'autre fonder un véritable ministère; que désormais
il me paraissait impossible de ne pas y introduire au moins deux
laïques; que cela ne changeait rien à l'essence du gouvernement
pontifical, de même que, dans certains pays, on trouve tout simple
qu'une femme soit impératrice ou reine, bien que personne ne voulût y
accepter une femme pour ministre de la guerre ou des finances. J'ajoutai
qu'au surplus je ne pouvais que lui répéter que nous n'avions point de
mesures à lui dicter, qu'à sa haute sagesse seule il appartenait de
décider, que seulement je le suppliais de ne pas perdre un temps dont
chaque minute était précieuse pour la dignité, l'honneur, l'avenir du
saint-siége, et je lui fis connaître votre dernière dépêche.--«M. Guizot
sera un peu inquiet, me dit le pape.--Il ne l'était pas encore,
Saint-Père; ce qui prouve à Votre Sainteté que je ne me suis pas pressé
d'alarmer mon gouvernement. Mais je dois, avant tout, ne pas trahir la
confiance dont le roi m'honore, et je ne puis induire mon gouvernement
en erreur; je ne cache pas à Votre Sainteté que j'ai dû lui faire
connaître, avec une scrupuleuse exactitude, l'état des choses.»

«Le pape fut très-touché de la dépêche, des sentiments du roi, des
conseils bienveillants de son gouvernement; il m'en parla avec effusion.
Il me remercia de tout ce que je lui avais dit; il m'assura, avec plus
d'énergie et de résolution dans ses paroles que je ne lui en connaissais
jusqu'ici, qu'il y avait en effet des choses qu'il fallait faire
sur-le-champ, entre autres les deux que j'avais indiquées; que rien ne
s'opposait à l'introduction de deux laïques dans le ministère, qu'il y
avait même des précédents, dont un dans sa propre famille. Il entra dans
d'autres détails pratiques sans intérêt pour vous, mais qui prouvaient
qu'il comprenait les nécessités du moment et les enseignements que le
roi et son gouvernement avaient donnés au monde entier.

«Il me parla ensuite des sept ou huit mille fusils, d'un calibre léger,
dont il a besoin pour sa garde civique, et il me demanda de vous en
écrire confidentiellement, inofficiellement, pour savoir si vous seriez
disposé à faire avec lui un petit bout de convention pour cette
fourniture. Il tient beaucoup à la faire avec nous; le refus lui serait
un vif chagrin; veuillez me répondre quelque chose d'ostensible.

«Enfin, en me parlant du complot contre-révolutionnaire dont toute la
ville est préoccupée, et dont elle est persuadée au point que ceux qui
en doutent passent pour des imbécilles ou pour des complices, le pape me
dit qu'il était peu enclin à croire à de telles machinations, mais
qu'après tout il était nécessaire que la vérité fût connue, et qu'il
avait, le matin même, donné l'ordre de commencer une enquête
judiciaire.--«Et cela, lui dis-je, mettra fin à des arrestations et
perquisitions arbitraires qui déshonorent un gouvernement et sont une
preuve d'anarchie; aujourd'hui on arrête, demain on peut massacrer.»--Il
en convint, et à cette occasion je lui fis sentir la nécessité de régler
immédiatement l'action de la garde civique, et de la soumettre, en tout
et pour tout, à l'autorité civile. Il me remercia et me dit qu'on s'en
occupait activement. Bref, il me parut que le cardinal Ferretti lui
avait déjà infusé un peu de vigueur.

«Mais hier soir, de six heures à minuit, une scène, à la vérité plus
ridicule encore que fâcheuse, se passait près de _Santo Andrea delle
Fratte_. On crut apercevoir un certain Minardi, espion fameux de la
police grégorienne, et qu'on tient pour l'un des principaux agents du
terrible complot qui monte toutes les têtes. On se met à lui donner la
chasse sur les toits, de maison en maison. Enfin on se persuade qu'il
s'est réfugié dans un petit oratoire, dans un lieu saint: on court, on
s'assemble, on le veut à tout prix. On était là à vociférer depuis
plusieurs heures; mais nul n'osait violer l'enceinte du lieu sacré. A
dix heures, je voulus voir de mes yeux et entendre de mes oreilles ce
qui en était; j'y fus à pied, confondu dans la foule: c'était une farce.
Quelques centaines de personnes, dont les deux tiers des femmes, de
paisibles passants, des prêtres, des curieux comme moi. Si le
gouvernement avait envoyé tout bonnement une centaine de gardes
civiques, au petit pas, l'arme au bras, avec un magistrat en tête,
disant tout simplement: «Retirez-vous, Messieurs,» dans dix minutes la
place aurait été évacuée et le rassemblement dissipé. Au lieu de cela,
on l'a laissé criailler des heures entières, et enfin on a voulu lui
persuader que l'homme n'y était pas.--«Il y est; nous l'avons vu; s'il
n'y est pas, ouvrez donc la porte de l'oratoire.»--Le gouverneur ayant
échoué, on invente d'envoyer le père Ventura sermonner ce peuple. J'y
étais. C'était une comédie qu'on ne peut voir qu'à Rome. Premier sermon
dans l'église de Saint-André. On accourt, on écoute, on
applaudit.--«Vive Jésus-Christ! Vive le pape! Vive le peuple romain!
Vive le père Ventura! Mais il nous faut l'homme.»--Arrive le permis du
cardinal-vicaire pour l'entrée de la force publique dans le lieu
d'asile. Arrivent enfin (c'était onze heures) des troupes et une
voiture. Il est entendu que le père Ventura prendra l'homme dans son
carrosse et le mènera en prison; le peuple se contentera de le voir et
de le siffler. On pénètre dans l'asile; le peuple haletant attend la
sortie. Tout à coup on voit le père Ventura grimpé sur je ne sais quoi,
pérorant, gesticulant, et je saisis ces paroles:--«Je vous assure qu'il
n'y est pas.--Oui, il y est.--Mais s'il y était, je vous l'ai dit, je
l'aurais pris par le bras, mis en voiture avec moi pour le remettre à la
justice, et vous l'auriez respecté.--Oui, oui, mais il y est.--Quoi?
vous oubliez que je suis prêtre _(sacerdote)_? un prêtre voudrait-il
vous tromper et mentir?--Ah! ah! le coquin se sera sauvé par
derrière.»--Ventura reprend la parole.--«Vive le père Ventura!--Eh bien!
mes enfants, allons-nous-en et accompagnez-moi chez moi.»--Ainsi fut
fait et bonsoir. Voilà ce peuple devant lequel ce gouvernement s'est
abandonné. J'ai voulu vous ennuyer de ce détail parce qu'il me paraît
caractéristique, et que je tiens à ce que vous connaissiez le fond des
choses.

«En attendant, le découragement était hier au Quirinal. Un intime du
cardinal Ferretti était chez moi ce matin, à huit heures. Je l'ai
remonté et lui ai fait sentir qu'il était honteux de s'abandonner de la
sorte, que c'était se perdre dans des embarras qui étaient à peine des
difficultés, qu'il n'y a pas un de nous qui, maître ici des affaires
pendant quinze jours, ne rendît au pape un État parfaitement réglé. Il
est allé remonter le cardinal, et nous sommes convenus que, s'il ne me
faisait pas dire d'aller moi-même chez le secrétaire d'État, c'était
preuve qu'il avait réussi, qu'on agissait et que tout allait bien. Il
est quatre heures. Je n'ai pas reçu d'avis. J'en conclus qu'on agit, et
je fais partir ma lettre.»

On agit en effet. A travers ces faiblesses et ces gaucheries, malgré
tant d'hésitation et d'inexpérience, les sincères intentions du pape, le
courage du cardinal Ferretti, les conseils donnés par M. Rossi avec
autant de mesure que de franchise, l'appui persévérant du gouvernement
français portaient leurs fruits. Nous envoyâmes au pape, aux conditions
qui lui convenaient, les fusils qu'il désirait. La garde civique fut
organisée. Un décret organisa également le conseil des ministres, régla
les attributions des divers départements, leur action spéciale et leur
délibération commune. Le budget romain de 1846 fut publié. Un autre
décret rendit à la ville de Rome une organisation municipale efficace.
La presse, sans être affranchie de la censure, obtint plus de liberté
pratique et quelques garanties contre l'arbitraire administratif et
secret. Les améliorations de l'ordre matériel ou purement moral se
joignaient à ces progrès de l'ordre politique. Les chemins de fer
étaient décrétés. Les tarifs de douane libéralement modifiés.
L'Université de Bologne était restaurée et enrichie de nouveaux cours.
Des salles d'asile _(asili infantili_) s'ouvraient dans les principales
villes. On pressait le travail des commissions chargées d'examiner les
questions et de redresser les abus de l'ordre judiciaire. De toutes les
réformes méditées à Rome, me disait à Paris M. Lasagni, grand
jurisconsulte, romain de naissance, et l'un des magistrats les plus
éminents de notre cour de cassation, c'étaient là les plus importantes
et les plus praticables, les plus urgentes et les moins compromettantes.
Enfin un _motu proprio_ du pape ordonna qu'une assemblée de notables
appelés des provinces, et choisis pour la première fois par le pape, sur
une triple présentation des provinces mêmes, se réunirait à Rome le 15
novembre, s'occuperait de l'accomplissement définitif des réformes
commencées ou préparées, et donnerait son avis sur les grandes affaires
temporelles de l'État.

Dans tout ce mouvement progressif et réformateur, l'influence des
libéraux modérés et laïques était de plus en plus active et
prépondérante: «Je leur ai toujours conseillé et je leur conseille
toujours, m'écrivait M. Rossi[170], de ne pas se séparer du gouvernement
et de ne pas se mêler avec les radicaux. Jusqu'ici ils ont joué la
partie avec un calme, une adresse, une clairvoyance admirables. Ils
savent bien, eux, ce qu'ils veulent, et ils savent aussi le dissimuler,
convaincus que les embarras et les difficultés iront croissant, et que
le pape à la fin sera obligé de chercher capacité et force là où ces
mérites sont réellement. Le pape n'a rien à craindre; mais les prélats!
N'est-ce pas curieux de voir comment la vieille habileté sacerdotale a
fini par passer du clergé dans les laïques? Mais le premier a perdu ce
que les seconds ont gagné: c'est un maître qui n'a pas seulement
communiqué sa science; il l'a donnée.»

[Note 170: Les 30 juillet et 8 août 1847.]

Quelques jours avant de donner aux libéraux laïques romains cet éloge,
M. Rossi les avait vus à l'épreuve dans une circonstance délicate, et
leur conduite avait justifié son espérance. «Dans ma dépêche du 28 juin
dernier, m'écrivait-il le 18 juillet 1847, j'avais l'honneur de faire
observer à Votre Excellence que, s'il y avait un jour difficile à passer
ici, c'était le 17 juillet, jour anniversaire de l'amnistie proclamée
par le pape à son avénement. Il se préparait de grandes fêtes; le pape
les avait autorisées. Mais dès le 14 juillet, des bruits sinistres
commencèrent à se répandre, et l'alarme devint bientôt générale. Les uns
affirmaient que les rétrogrades avaient organisé un complot qui devait
éclater d'une manière sanglante au milieu de la fête. On désignait les
conspirateurs; on affichait partout leurs noms; on les accusait d'avoir
séduit une partie des troupes pontificales, d'avoir armé de stylets un
grand nombre d'hommes, dont plusieurs arrivés, disait-on, de la Romagne,
et de vouloir provoquer un tumulte pour faire alors main basse sur les
libéraux.

«D'autres au contraire accusaient les chefs du parti progressiste
d'avoir organisé la fête dans un but révolutionnaire, et de vouloir, ce
jour-là, soulever les masses contre les amis de l'ordre et le
gouvernement établi.

«A coup sûr, Votre Excellence n'attend pas que je lui dise au juste ce
qu'il pouvait y avoir de vrai dans ces accusations réciproques. Elle
connaît trop les mensonges, soit stupides, soit calculés, des partis.

«Ce qui est vrai, c'est qu'il y a, dans les deux camps, des têtes
exaltées, et quelques hommes sans principes et capables de tout.

«Il est également vrai que l'inertie du gouvernement encourageait les
rétrogrades et exaspérait les progressistes. Ceux-ci du moins ne
cachaient pas leurs sentiments; ils en faisaient part tous les jours au
public par des imprimés clandestins que la police ne savait pas arrêter
et que le public dévorait.

«Enfin il est certain que l'alarme était générale et profonde. Dans cet
état de choses, dans cet ébranlement des esprits, il aurait suffi, le
jour de la fête, d'un cri imprudent ou perfide, d'un accident
quelconque, pour faire éclater, même sans projet et sans complot, un
grand désordre et peut-être de grands malheurs.

«Le moment était, à mes yeux, décisif, non-seulement pour le présent,
mais pour l'avenir. La fête avait été permise par le pape lui-même. Le
peuple le savait. La secrétairerie d'État, qui est ici tout le
gouvernement, était dans l'interrègne ministériel; le cardinal Gizzi
s'était retiré et son successeur, le cardinal Ferretti, n'avait pas
encore pris possession. La police s'était annulée. La force publique,
comme il arrive toujours quand le pouvoir s'abandonne, flottait
incertaine et se demandait où était, pour elle, le chemin du devoir. Les
hommes modérés et influents, les conservateurs pouvaient seuls
intervenir utilement et prévenir un désordre. C'était le moment de voir
s'ils étaient intelligents, fermes, résolus, ou s'ils voulaient, comme
dans d'autres pays, se borner, les bras croisés, à de vaines
lamentations, et livrer leur pays aux factions. Ils ont agi; ils ont agi
spontanément, promptement, habilement. La haute noblesse romaine s'est,
dans cette circonstance délicate, montrée active et capable. Je me plais
à citer Rospigliosi, Rignano, Aldobrandini, Borghese, Piombino, etc.,
etc.

«Il fallait que le pape suspendît la fête sans se dépopulariser. Le duc
de Rignano rédigea à la hâte une pétition disant que la garde civique,
récemment instituée et ayant le désir d'y assister, suppliait Sa
Sainteté de retarder la fête jusqu'à ce que cette garde pût être
organisée. La pétition fut couverte sur-le-champ de signatures
nombreuses et des noms les plus respectables.

«Il fallait, pour prévenir un choc, persuader aussi les chefs des divers
partis populaires. Ces messieurs les ont franchement abordés, et à la
vérité, non sans efforts, ils les ont tous ramenés. Tous ont signé. Le
soir même, le duc de Rignano présenta la pétition au pape, et lui amena
en même temps un des chefs populaires les plus habiles et les plus
influents. Le pape adhéra, et le matin suivant fut publiée la
notification pour le renvoi de la fête.

«Ce n'était pas tout. A tort ou à raison, on craignait pour le soir même
des désordres, des attaques personnelles. Comme je le disais, on avait
affiché la liste des prétendus conspirateurs rétrogrades, ce qui
devenait en quelque sorte une liste de proscription. On signalait ces
malheureux à la fureur populaire. On pouvait craindre aussi que la queue
du parti progressiste ne fût pas aussi persuadée que les chefs, et
qu'irritée de la suspension de la fête, elle ne se livrât à quelques
excès. Dans l'état des choses, il faut bien le reconnaître, il n'y avait
de ressource que dans la garde civique. Le soir même, on est parvenu à
en mettre provisoirement sur pied une partie. Chaque quartier _(rione)_
a eu ses postes et son corps de garde improvisés. Les seigneurs romains
ont prêté des locaux dans leurs vastes palais. Les gardes ont répondu à
l'appel avec empressement; et pour quiconque connaît cette population,
sa goguenardise, son esprit mordant et sarcastique, il est évident
qu'elle se croyait menacée d'un danger prochain, par cela seul qu'elle a
pris fort au sérieux et accueilli avec reconnaissance et respect une
garde improvisée, sans instruction, sans uniforme, qui, dans toute autre
circonstance, aurait été le sujet d'innombrables épigrammes. Parmi les
commandants de bataillon se trouvent, entre autres, le prince Corsini,
malgré ses quatre-vingts ans qu'il porte, il est vrai, admirablement, le
prince de Piombino, le plus riche seigneur de Rome, le prince
Aldobrandini, le prince Doria, D. Carlo Torlonia, etc., etc. Le pape a
nommé hier le duc de Rignano chef de l'état-major général. C'est aussi
un excellent choix.

«Nous devons, il faut le dire, à cette mesure improvisée la parfaite
tranquillité de ces derniers jours. La journée du 17 s'est passée sans
la moindre tentative de désordre.

«Mais toute médaille a son revers. Par une conséquence facile à prévoir
de tous les faits que je viens d'indiquer, toute la police s'est
trouvée, ces jours-ci, concentrée de fait dans les douze corps de garde.
C'est là qu'arrivaient les dénonciations et les plaintes; c'est là qu'on
accourait pour faire du zèle. De là quelques arrestations, je crois,
fort à la légère, non-seulement d'hommes accusés de vol, mais de
suspects politiques, des visites domiciliaires, des saisies de papiers.
Ce matin encore, le capitaine Muzzarelli, un des douze qu'on avait
signalés au peuple comme auteurs d'un complot contre-révolutionnaire,
ayant eu l'imprudence de se montrer au public, la garde civique l'a
arrêté. Elle a bien fait dans le cas particulier; c'était le seul moyen
de le sauver.

«Ces faits n'ont pas, j'en conviens, une grande gravité: les personnes
arrêtées sont bientôt relâchées, les chefs de la garde civique sont tous
des hommes respectables, et leur autorité n'est nullement méconnue; le
peuple lui-même entend facilement raison et ne s'obstine pas dans ses
erreurs. Toujours est-il qu'il y a eu un déplacement de pouvoir, que ce
qui ne doit être qu'auxiliaire est devenu principal; et de là à devenir
pouvoir dirigeant, il n'y aurait pas loin si le fait se prolongeait.

«On avait rendu suspects au peuple, comme soldés par la
contre-révolution, les carabiniers et les grenadiers des troupes
pontificales. Hier, il y a eu explication et réconciliation entre eux et
les chefs populaires. C'est très-bien; mais si on commençait réellement
à descendre la pente, cela pourrait vouloir dire que les troupes
marcheraient au besoin avec la révolution.

«J'espère encore que ce dernier mot est trop gros pour la situation et
que nous ne serons pas forcés de nous en servir.

«Cependant j'ai cru devoir m'en servir hier _ad terrorem._ Je me rendis
à la secrétairerie d'État. Je trouvai le sous-secrétaire d'État, Mgr
Corboli, assez ému. Je lui dis sans détour que je ne voulais pas revenir
sur le passé, ni rechercher s'il n'eût pas été facile de prévenir ce qui
arrivait; qu'alors on avait devant soi des mois, qu'on n'avait plus
aujourd'hui que des jours, des heures peut-être; que la révolution était
commencée, qu'il ne s'agissait plus de la prévenir, mais de la
gouverner, de la circonscrire, de l'arrêter; que, si l'on y apportait
les mêmes lenteurs, de bénigne qu'elle était, elle s'envenimerait
bientôt; qu'ils devaient se persuader qu'en fait de révolution nous en
savions plus qu'eux, et qu'ils devaient croire à des experts qui sont en
même temps leurs amis sincères et désintéressés; qu'il fallait
absolument faire, sans le moindre délai, deux choses: réaliser les
promesses et fonder un gouvernement réel et solide, en d'autres termes
apaiser l'opinion qui n'est pas encore pervertie, et réprimer toute
tentative de désordre.--«Le parti conservateur existe, dis-je; il s'est
montré actif, intelligent, dévoué.»--- Corboli convint pleinement dans
ces idées, et il m'indiqua, comme la mesure la plus urgente et la plus
décisive, l'appel des délégués des provinces.--«Soit, dis-je; je crois
la mesure fort bonne si elle est bien conduite, s'il y a en même temps
un gouvernement actif et qui sache rallier autour de lui les forces du
pays. Mais, encore une fois, la perte d'un jour peut être un mal
irréparable.»

«Quelques minutes après, le nouveau secrétaire d'État, le cardinal
Ferretti, s'installait au Quirinal. Je l'ai vu ce matin. J'ai été fort
content de lui. Il s'est montré pénétré de l'urgence de la situation; et
en reprenant les deux points que j'avais signalés à Mgr Corboli, il m'a
dit, quant au premier, qu'il espérait pouvoir publier demain la liste
des délégués choisis, et indiquer l'époque de la convocation. Ce sera,
j'en conviens, un grand pas pour calmer les esprits. Quant au second
point, il m'a dit qu'il avait déterminé Grassellini[171] à se retirer,
et nommé Mgr Morandi pro-gouverneur de Rome. C'est aussi une bonne
mesure; mais, seule, elle serait insuffisante. En attendant, il est
juste de reconnaître qu'on ne pouvait pas faire plus en quelques
Heures.»

[Note 171: Gouverneur de Rome sous Grégoire XVI.]

Je me félicitai et je félicitai M. Rossi des progrès qu'il me signalait
ainsi comme déjà accomplis ou qu'il me faisait entrevoir: «C'est avec
une satisfaction très-réelle, lui dis-je[172], que nous voyons le
gouvernement de Sa Sainteté adopter une ligne de conduite claire et
décidée qui, par cela même qu'elle ne laisse aucun doute sur ses
intentions et qu'elle doit satisfaire les amis des réformes modérées,
lui donnera la force nécessaire pour triompher des entraînements comme
des résistances des partis extrêmes. Les derniers événements dont vous
me rendez compte ont révélé à Rome, non-seulement l'existence, mais
l'ascendant pratique d'une opinion à la fois sagement libérale et
fermement conservatrice, telle que, dans d'autres pays, une longue
expérience et de cruelles agitations ont à peine suffi à la former. En
continuant à s'appuyer sur cette opinion, le saint-siége surmontera,
nous l'espérons, les difficultés graves et nombreuses qu'il est destiné
à rencontrer dans son oeuvre progressive de réformes régulières et
habilement mesurées.»

[Note 172: Le 28 juillet 1847.]

Mais au milieu de ma satisfaction et de mon espérance, je ne me
dissimulais pas les obstacles que devaient susciter à l'oeuvre ainsi
entreprise, précisément la formation et les premiers succès de ce parti
modéré qui pouvait seul l'accomplir. Il prenait la place et déjouait les
desseins des deux partis extrêmes qui, dans Rome et dans toute l'Italie,
se disputaient l'empire et l'avenir, le parti stationnaire et le parti
révolutionnaire, résolus, l'un à maintenir opiniâtrement le passé et le
présent italiens, l'autre à changer complétement, n'importe à quel prix,
l'état territorial et politique de l'Italie. Deux incidents me
révélèrent, dans toute sa gravité, la double lutte imminente que les
faits généraux me faisaient pressentir.

Le 18 janvier 1848, je lus dans le _National_ une longue lettre que
m'adressait de Londres, par la voie de ce journal, le plus célèbre
représentant des révolutionnaires républicains italiens, M. Joseph
Mazzini. Lettre sincère et éloquente, pleine de sentiments élevés
qu'évidemment l'auteur croyait tous légitimes et moraux, quoique, au
fond et serrés de près, la plupart ne le fussent point; écrite
d'ailleurs avec une grande convenance envers moi, et dans le droit d'une
polémique sérieuse. Je n'ai garde d'entrer dans la discussion de la
politique qu'exprimait cette lettre avec une passion franche, quoique
avec plus d'une réticence. J'en reproduis le sens et le résumé dans les
termes mêmes de l'auteur: «Il n'existe pas de parti modéré en Italie, me
disait M. Mazzini; les quelques hommes que vous avez encouragés,
soutenus, ralliés, et que vous voudriez aujourd'hui ériger en parti, ne
sont que des individus épars, divisés entre eux, et dépassés depuis
longtemps par les nobles et bons instincts populaires. Il existe en
Italie une foule d'hommes prêts à mourir pour l'unité du peuple italien;
il n'en existe pas un seul qui soit prêt à se sacrifier pour les
théories de M. Balbo ou de M. Orioli.» Ainsi, non-seulement
l'indépendance des États italiens envers l'étranger, mais l'unité de
l'État italien érigée en droit suprême et unique, au-dessus et au mépris
de tout autre droit, et poursuivie à tout prix par la révolution et la
guerre, telle était l'idée exclusive proclamée par M. Mazzini; et la
république italienne une et indivisible apparaissait comme le but
définitif de cette idée, au nom de laquelle tout parti modéré en Italie
était nié et rejeté comme une faiblesse et une chimère.

Six semaines avant que cette lettre parût dans le _National_, le comte
Appony était venu me communiquer, à propos des affaires d'Italie, une
lettre particulière[173] du prince de Metternich, dont il me laissa
copie et dont je reproduis textuellement les passages essentiels et
caractéristiques.

[Note 173: En date du 31 octobre 1847.]

«M. Guizot vous a dit, écrivait le chancelier d'Autriche à son
ambassadeur:--«M. le prince de Metternich ne croit pas encore au succès
du juste milieu. Je crois, moi, à ce succès; je défends cette politique,
je travaille pour ce triomphe. Le prince se prononce au contraire pour
la résistance absolue, pour le _statu quo_.

Cela n'est pas étonnant; il est né dans cette école, il a toujours
marché à la tête de ce système. Je crois que continuer à marcher dans
cette voie est maintenant impossible; on ne saurait plus réussir dans
celle de la répression.»--

«Je ne crois pas en effet au succès du juste milieu dans la phase dans
laquelle se trouvent les situations romaine et toscane. Je n'hésite pas
à établir en thèse que, si le régime du juste milieu peut être le
produit d'une révolution, ce n'est pas dans les premières périodes qu'il
peut se faire jour. L'État de l'Église et la Toscane sont-ils en train
de se réformer, ou avancent-ils sur la pente de la révolution? La
question et toute la question, pour moi, est là.

«Je sens que, pour asseoir mon opinion sur la situation, il me faut
définir, d'une manière précise, ce qui, à mes yeux, a la valeur d'une
révolution. Je regarde comme étant en révolution tout État dans lequel
le pouvoir a, de fait, passé d'entre les mains de l'autorité légale dans
celles d'un autre pouvoir, et je ne mets pas en doute que ce déplacement
n'ait eu lieu dans les États romain et toscan. Les deux autorités
légales pourront-elles se ressaisir du pouvoir? Ceci est une autre
question que j'abandonne à la décision du sort. Habitué à me placer de
préférence en face des mauvaises chances et à accepter comme bienvenus
les événements favorables, c'est sur le danger que je fixe mes regards,
et c'est dès lors également à lui que s'applique mon raisonnement.

«Le régime du juste milieu ne peut, selon ma pleine conviction, point se
faire jour à l'entrée d'une révolution. A la sortie, il aura la valeur
d'un compromis, soit entre les partis, soit entre l'autorité alors
existante et les partis effrayés de la situation. La position change
quand les expériences sont faites; alors l'inertie, cet élément qui
exerce un si grand pouvoir sur les masses, rentre dans son droit; la
lassitude fait appel à la raison publique; les intérêts nouveaux
veulent, de leur côté, sauvegarder leurs conquêtes, et le compromis
acquiert la valeur d'un bienfait.

«Si je ne connaissais d'avance le prononcé de M. Guizot, je lui
demanderais s'il admet que les produits de la révolution de juillet
eussent pu, à l'aide d'efforts quelconques, se frayer une voie pratique
entre 1789 et 1793. Je vais même plus loin. Napoléon aurait-il, lors de
son arrivée au pouvoir, pu gouverner la France dans les voies du juste
milieu? Quelles que soient les différences entre les positions
italiennes et celles dans lesquelles s'est trouvée la France dans les
diverses phases qu'elle a parcourues, je n'admets pas, en 1847, le
triomphe du juste milieu dans les États du centre de l'Italie. Je ne
l'admets pas davantage que je ne saurais reconnaître, dans le cri de:
«Vive Pie IX!» et dans celui de: «Vive Léopold II!», l'expression de
sentiments religieux et monarchiques, ni même une tendance vers le
maintien de l'ordre public.

«M. Guizot croit que je suis pour la résistance absolue et le _statu
quo_.

«La résistance est un fait soumis à des conditions. La résistance
politique peut être ou active ou passive. Active, elle place la force
matérielle sur la première ligne de l'action; passive, cette force
trouve sa place dans la réserve. M. Guizot a fait mention de la ligne de
conduite que nous avons suivie dans les circonstances dans lesquelles se
sont trouvées quelques parties de l'Italie en 1820 et 1821. Il peut me
suffire de rapprocher cette manière de procéder, alors et en 1831, de
celle que nous observons en face des événements du jour, pour prouver
que le mot _absolu_ n'est, pour le moins, point applicable au mode de
notre résistance. Nous faisons, en règle commune, une différence entre
l'action que réclame le mouvement qui porte le caractère d'une _révolte_
et celle qui est applicable à une _révolution_. Les _révoltes_ ont un
corps avec lequel il est possible d'engager une lutte. Les
_révolutions_, par contre, ont beaucoup de commun avec les spectres, et
nous savons, pour régler notre conduite, attendre que les spectres se
revêtent d'un corps.

«Il ne me reste plus qu'un mot à vous dire.

«M. Guizot vous a parlé de l'école dans laquelle j'aurais été élevé, et
je comprends qu'il accorde à cette école de l'influence sur le système à
la tête duquel j'ai toujours marché. Ce n'est sans doute pas sur ce fait
que M. Guizot se trompe; c'est sur «l'école» qu'il est dans l'erreur.

«L'école dans laquelle j'ai été élevé est celle de la révolution. J'ai
passé les premières années de la révolution en France, et je me suis
trouvé placé sous la conduite directe d'un gouverneur qui, en 1792, a
joué le rôle de président _d'un comité de dix_ nommé par les Marseillais
pour faire et surveiller la journée du 10 août, et lequel, en 1793, a
été l'un des juges au tribunal révolutionnaire près duquel un moine
défroqué, Euloge Schneider, a rempli les fonctions d'accusateur public.
Ma jeunesse s'est ainsi passée au milieu de la révolution, et le reste
de ma vie s'est écoulé en luttes avec les révolutions. Telle a été
l'école à laquelle j'ai été élevé, et elle ressemble bien peu à celle de
laquelle (avec un grand fond de vraisemblance) M. Guizot me croit sans
doute sorti. La marche de mon esprit, j'ai le droit de le dire, s'est
formée d'elle-même et sous l'influence des événements auxquels, depuis
l'année 1794, j'ai été appelé à prendre une part active; elle a été le
produit d'une grande indépendance d'esprit et du calme qui forme la base
de mon caractère.

«Je résume cet exposé succinct, que M. Guizot trouvera empreint d'une
indubitable franchise, par l'expression de ma conviction que si, entre
sa pensée et la mienne, il y a de la différence, il faut en chercher la
cause dans l'influence qu'exercent, sur les hommes d'État les plus
indépendants de caractère, la situation des pays qu'ils représentent et
les conditions sous lesquelles ces pays et leurs individualités sont
placés.»

Au fond, ces deux lettres ne m'apprenaient rien que je ne susse: dès
l'avénement de Pie IX, il m'avait été évident que le parti libéral
modéré, qui se formait autour du pape réformateur, aurait pour
adversaires le parti stationnaire et le parti révolutionnaire ardents,
l'un et l'autre, à nier sa force et à entraver son succès. Le langage du
prince de Metternich et de M. Mazzini ne faisait que déclarer cette
double hostilité et lui prêter l'appui de noms éminents. Des deux parts
les actes correspondirent aux paroles: mais entre ceux du parti
stationnaire et ceux du parti révolutionnaire, la différence fut grande;
l'attitude du gouvernement autrichien, tête et bras du parti
stationnaire, fut essentiellement défensive: au premier moment, il se
laissa aller à un peu de précipitation et d'étalage; l'occupation de
Ferrare[174] eut ce caractère; mais, avec sa pénétration accoutumée, M.
de Metternich reconnut bientôt qu'il était en présence, non d'une
révolte passagère, mais d'une révolution naissante: «Il se peut, me dit
de sa part le comte Appony, que nous ayons été un peu brusques; il faut
prendre garde d'irriter quand on ne veut qu'imposer.» La conduite du
cabinet de Vienne devint prudente et patiente: sur la vive protestation
du pape, que nous appuyâmes à Vienne, sans bruit, mais avec insistance,
l'occupation de Ferrare cessa[175], et les choses y rentrèrent dans le
_statu quo_ antérieur. Aux termes d'un traité spécial et sur la demande
expresse du duc de Modène menacé par une émeute, quelques soldats
autrichiens entrèrent à Modène, en très-petit nombre et évidemment hors
d'état comme sans dessein de rien tenter au delà. Même dans les mesures
de précaution qu'il prenait pour la sûreté de ses propres États, le
gouvernement autrichien se montrait réservé et soigneux de ne pas
alarmer l'indépendance de ses voisins. Il importait de le confirmer dans
cette disposition modérée, je pourrais dire modeste; j'écrivis à M.
Rossi[176]: «Ou l'Autriche désire ou elle ne désire pas un prétexte pour
une levée de boucliers; si elle le désire, il faut bien se garder de le
lui fournir; si elle ne le désire pas, il faut l'entretenir dans sa
bonne disposition en traitant avec elle comme avec un pouvoir qui ne
demande pas mieux que de laisser ses voisins tranquilles chez eux si on
ne trouble pas sa tranquillité chez lui. Ne négligez rien pour contenir
Rome dans cette politique, la seule efficace pour le succès aussi bien
que la plus sûre. L'Italie a déjà perdu plus d'une fois ses affaires en
plaçant ses espérances dans une conflagration européenne. Elle les
perdrait encore. Qu'elle s'établisse au contraire sur le terrain de
l'ordre européen, des droits des gouvernements indépendants, du respect
des traités. Ainsi seulement elle aura chance de faire réussir ce
qu'elle peut faire aujourd'hui; et le succès de ce qu'elle peut faire
aujourd'hui est l'unique moyen de préparer le succès de ce qu'elle
pourra faire un jour, je ne sais quoi, je ne sais comment, je ne sais
quand, mais certainement pas aujourd'hui.

[Note 174: Le 16 août 1847.]

[Note 175: Le 23 décembre 1847.]

[Note 176: Le 26 août 1847.]

«C'est vous dire combien il importe de contenir ces affaires-ci dans les
limites d'une question _romaine_, et d'empêcher qu'on n'en fasse une
question _italienne_. J'en sais toute la difficulté. Vos dépêches
expliquent parfaitement l'existence simultanée des deux questions et
leur connexité. Mais employez tout votre esprit, tout votre bon sens,
toute votre persévérance, toute votre patience, toute votre influence à
faire comprendre au parti national italien qu'il est de sa politique, de
sa nécessité actuelle, de se présenter et d'agir fractionnairement,
comme romain, toscan, napolitain, etc., et de ne point poser une
question générale qui deviendrait inévitablement une question
révolutionnaire.».

Loin d'éviter cet écueil, le parti révolutionnaire s'y jeta à corps
perdu; il souleva, je devrais dire il étala toutes les questions dont
l'Italie pouvait être l'objet: non-seulement la question de
l'indépendance italienne, c'est-à-dire l'expulsion de l'Autriche de tout
le sol italien, mais aussi la question de la liberté politique dans tous
les États italiens; non-seulement la question de la liberté politique
dans tous les États italiens, mais la question de l'unité politique
comme de l'unité territoriale de l'Italie, c'est-à-dire la chute des
divers États italiens et de leurs princes, pour faire de toute l'Italie
un seul État sous un seul gouvernement. Et derrière l'unité politique de
l'Italie apparaissait l'unité républicaine, vrai but et secret travail,
dirai-je de la tête ou de la queue du parti? Ses acclamations à
l'honneur tantôt du pape Pie IX, tantôt du grand-duc Léopold II, tantôt
du roi Charles-Albert, cachaient mal son espoir de trouver, dans ces
princes et dans leurs concessions, autant de degrés pour monter tôt ou
tard au sommet de ses espérances. Plus ou moins clairement soulevées
toutes à la fois, ces questions étaient très-diversement accueillies par
le grand public italien; l'expulsion de l'Autriche et la complète
indépendance de l'Italie étaient, sauf quelques intérêts de cour et de
courtisans, le voeu unanime de la Péninsule. Bien moins général, le
désir de la liberté et du progrès politique était pourtant répandu et
réel, surtout dans les classes moyennes et dans les esprits cultivés.
L'abolition des divers États italiens et leur absorption dans un seul et
unique État étaient, pour de savants politiques, une combinaison qui
leur semblait nécessaire contre l'étranger, pour tel ou tel prince ou
ministre un élan d'ambition audacieuse, et cette perspective suscitait,
dans une partie des masses populaires, un sentiment d'orgueil national,
dans d'autres une répulsion instinctive et de loyaux ou patriotiques
regrets. Enfin Rome enlevée à la papauté pour devenir, comme tant
d'autres villes, la capitale d'un prince comme tant d'autres princes,
c'était l'Église catholique bouleversée dans sa constitution historique
et jetée dans le plus ténébreux avenir. Et pas une de ces questions
n'était de celles qui se peuvent résoudre par la liberté et la
discussion au sein de la paix; elles étaient toutes des questions de
guerre et de révolution.

Au milieu de cette fermentation de jour en jour plus générale et plus
ardente, le pape, malgré sa popularité persistante, ressentait de vives
alarmes. Il voyait avancer et monter vers lui, tantôt la domination
étrangère, tantôt l'exigence populaire. Qui le soutiendrait contre l'un
et l'autre ennemi? Qui le défendrait de l'un et l'autre péril? Il ne
pouvait ni ne voulait accepter la protection de l'Autriche. Pouvait-il
compter sur celle de la France? Le cardinal Ferretti témoignait un jour
à M. Rossi sa sollicitude à cet égard: «Quand, à la fin de la
conversation, je lui ai dit, m'écrivait M. Rossi[177], que, le cas
échéant, vous ne manqueriez pas à vos amis, il s'est jeté à mon cou et
m'a vivement embrassé en me disant: «Merci, cher ambassadeur; en tout et
toujours, confiance pour confiance, je vous le promets.» Quelques jours
après, le pape, donnant audience à M. Rossi, lui parla de notre escadre
qui stationnait dans les eaux de Naples, sous le commandement du prince
de Joinville: «Ce serait, m'a-t-il dit[178], un service à me rendre, que
de la faire paraître, de temps à autre, sur les côtes de mes États.»

[Note 177: Le 30 juillet 1847.]

[Note 178: Le 10 août 1847.]

M. le prince de Joinville avait pressenti ce voeu: «Il m'a envoyé hier
de Naples un aspirant, m'écrivit M. Rossi[179], avec une lettre dans
laquelle il me demande 1º si, dans l'état des choses en Italie, je pense
que la présence de l'escadre à Naples ait ou n'ait pas d'inconvénient;
2º s'ils peuvent nous être de quelque utilité en paraissant sur le
littoral des États romains. J'ai répondu ce matin à Son Altesse royale
par la lettre dont je vous envoie copie:

[Note 179: Le 30 juillet 1847.]

«Monseigneur,

«A l'agitation de ces derniers jours a succédé dans ce pays une sorte de
tranquillité. L'honneur en revient au parti modéré qui a su se montrer,
s'organiser, s'armer, tant bien que mal, avec toute l'énergie, la
promptitude et l'ensemble que n'avait pas le gouvernement. Celui-ci,
grâce à cette manifestation et à cet appui, commence maintenant à
reprendre les rênes; et il lui serait facile de se placer au milieu d'un
parti conservateur nombreux, éclairé, dévoué, s'il savait enfin suivre
les conseils d'ordre et de progrès que nous ne cessons de lui donner
depuis un an. La tranquillité est à ce prix. J'espère qu'il le fera. J'y
fais et y ferai tous mes efforts. Le nouveau secrétaire d'État est actif
et énergique. Il a déjà pris de bonnes mesures; mais le plus essentiel
reste à faire.

«L'armée autrichienne, aux frontières des États pontificaux, a été
renforcée; la garnison autrichienne de Ferrare aussi. Dans cette
situation, mon opinion personnelle est que la présence d'une escadre
française sur les côtes de l'Italie méridionale est d'un excellent
effet. Peu importe le lieu du mouillage entre la Spezzia et Naples,
pourvu qu'on sache qu'elle est dans ces parages et que nous pourrions
l'appeler dans quelques heures. Cela seul contient les partis extrêmes
qui n'ignorent pas que la politique du gouvernement du roi est une
politique d'ordre et de progrès à la fois. Cela encourage le parti
modéré, rassure le gouvernement pontifical contre toute sorte de dangers
réels ou supposés et nous donne une attitude qui me paraît tout à fait
d'accord avec nos intérêts et notre dignité.»

J'entreprenais, précisément à cette époque, de faire cesser, par la voie
de la négociation, l'occupation autrichienne de Ferrare. J'avais
l'espoir d'y réussir et j'y réussis en effet. Il importait fort que rien
ne vînt aggraver la difficulté de ce succès nécessaire à l'indépendance
des États italiens et au maintien de la paix. Quand la négociation fut
près de son terme, l'ordre fut envoyé à M. le prince de Joinville de
reprendre, avec notre escadre, sa station sur la côte occidentale
d'Italie et dans le voisinage de l'État romain. Mais dans cet
intervalle, le parti révolutionnaire avait poursuivi son oeuvre; parce
que nous agissions sans bruit, il nous avait accusés de ne rien faire,
d'abandonner la cause de l'indépendance et du progrès en Italie, de nous
lier même avec l'Autriche en récompense de son silence sur les mariages
espagnols, et de n'avoir fait rester notre escadre devant Naples que
pour protéger l'absolutisme contre les tentatives libérales. Facile à
intimider et à décourager, le parti libéral modéré avait trop écouté ces
calomnies, et témoigné lui-même non-seulement de l'humeur, mais des
doutes sur la fermeté de notre appui. Lord Palmerston s'était empressé
de mettre à profit ces dispositions et de se donner, par le langage de
ses agents et l'apparition d'une escadre anglaise, l'attitude de
protecteur de la liberté italienne. Arrivé devant Livourne, à bord du
_Titan_, M. le prince de Joinville rendit compte au ministre de la
marine de ce nouvel état des faits et des esprits; il paraissait croire
lui-même que, depuis l'événement de Ferrare, nous étions restés
silencieux et inactifs, et il demanda de nouvelles instructions en
indiquant les mesures qui lui semblaient nécessaires pour sortir d'une
situation dont la prolongation rendait, selon lui, le séjour de
l'escadre française sur la côte d'Italie plus embarrassant qu'efficace.

J'avais à coeur de détruire, dans l'esprit de ce prince capable et
résolu, l'impression de regret et de blâme que lui avait donnée une
connaissance incomplète et inexacte de nos actes récents en Italie. Je
lui écrivis sur-le-champ[180]:

[Note 180: Le 7 novembre 1847.]

«Monseigneur,

«Le duc de Montebello m'a communiqué vos lettres des 25 et 28 octobre.
Je remercie Votre Altesse royale de sa franchise. C'est ainsi seulement
qu'on peut savoir la vérité; et comme Votre Altesse royale a besoin de
la savoir autant que moi, je me permettrai d'user avec elle de la même
franchise.

«Je mets sous les yeux de Votre Altesse royale quelques unes des
nombreuses dépêches et lettres particulières que, depuis le commencement
des affaires d'Italie, j'ai adressées aux agents du roi à Rome,
Florence, Naples, Turin, Vienne et ailleurs. Ces dépêches ont été,
officiellement ou officieusement, communiquées aux gouvernements
intéressés. Elles résument et caractérisent notre politique.

«Vous le voyez, Monseigneur, nous ne sommes point restés inactifs. Nous
n'avons point gardé le silence. Nous ne nous sommes point unis aux
souverains absolus. Nous ne nous sommes point liés secrètement avec
l'Autriche. Nous avons hautement, toujours et partout, conseillé et
soutenu les réformes modérées, le progrès intelligent et régulier, la
politique vraiment libérale et pratique qui s'attache au seul bien
possible et aux seuls moyens efficaces pour réaliser le seul bien
possible.

«Que cette politique n'ait pas aujourd'hui, en Italie, la faveur
populaire, je ne m'en étonne point Les Italiens voudraient tout autre
chose. Ils voudraient que la France mît à leur disposition ses armées,
ses trésors, son gouvernement, pour faire ce qu'ils ne peuvent pas faire
eux-mêmes, ce qu'ils ne tenteraient pas sérieusement, pour chasser les
Autrichiens d'Italie et établir, en Italie, sous telle ou telle forme,
l'unité nationale et le gouvernement représentatif.

«Tenez pour certain, Monseigneur, que c'est là ce qui est au fond de
tous les esprits italiens, des sensés comme des fous, de ceux qui ne le
disent pas comme de ceux qui le disent, de ceux qui le croient
impossible comme de ceux qui le croient possible. C'est là ce qui
détermine en Italie, non pas toutes les actions, tant s'en faut, mais
les sentiments de bonne ou de mauvaise humeur, de sympathie ou de
colère.

«Ce voeu général des Italiens est-il bon ou mauvais en soi, possible à
réaliser un jour ou à jamais impossible? Je n'examine pas cela. Je ne
fais ni de la philosophie, ni de l'histoire, ni de la prophétie. Je fais
de la politique pratique et actuelle. Dans ces limites, je dis
très-positivement que nous ne devons pas, que nous ne pouvons pas
entreprendre, pour le compte de l'Italie, ce que, très-sagement et
très-moralement à mon avis, nous n'avons pas voulu entreprendre pour le
compte de la France, c'est-à-dire le remaniement territorial et
politique de l'Europe, en prenant pour point d'appui et pour allié
l'esprit de guerre et de révolution.

«L'indépendance des États et des souverains italiens à l'égard de toute
puissance étrangère, le libre et tranquille accomplissement, dans chaque
État italien, des réformes que le souverain et le pays jugeront, de
concert, nécessaires et praticables, voilà toute notre politique en
Italie, la seule qui convienne à la France, la seule bonne, je n'hésite
pas à le dire, pour l'Italie elle-même, malgré l'humeur qu'elle ressent
de ce que nous ne nous mettons pas à son service pour en sortir.

«Cette politique, Monseigneur, je me suis appliqué, je m'applique à la
faire prévaloir par les moyens réguliers et efficaces, en traitant de
gouvernement à gouvernement, sans répandre chaque matin devant le
public, pour son amusement et pour la satisfaction de ma vanité, mes
démarches, mes idées, mes raisons, mes espérances. Je cherche le succès
et non pas le bruit. Quand je me suis mêlé de l'affaire de Ferrare, je
me suis bien gardé d'aller, dès le premier moment, crier sur les toits
le plein droit du pape et le crime de l'Autriche. J'aurais fait plaisir
aux Italiens, mais j'aurais fort gâté l'affaire même. J'ai travaillé,
sans bruit et poliment, à convaincre l'Autriche qu'il fallait finir
cette affaire, s'en entendre avec le pape, rentrer dans le _statu quo_,
et empêcher que l'étincelle de Ferrare n'allumât l'incendie de l'Italie.
Je ne désespère pas d'y réussir; et si j'y réussis, ce sera parce que
j'aurai traité la question par les bons procédés, de gouvernement à
gouvernement, et en me tenant bien en dehors des clameurs des journaux.

«Je ne m'inquiète pas, Monseigneur, de la bouffée de popularité que
l'Angleterre promène en ce moment en Italie, popularité vaine et
vaniteuse. L'Angleterre donne aujourd'hui aux Italiens les paroles et
les apparences qui leur plaisent; elle ne leur donnera rien de plus, et
il faudra bien qu'ils s'en aperçoivent eux-mêmes.

«Monseigneur, l'expérience m'a appris que la bonne politique n'était pas
populaire en commençant, longtemps peut-être, et qu'elle le devenait un
peu plus chaque jour, à mesure que la lumière se faisait sur les choses
et dans l'esprit des hommes. Je sais supporter l'impopularité qui
passera et attendre la popularité qui durera. Je comprends l'humeur des
Italiens et je leur pardonne de tout mon coeur. Il y a de grandes
tristesses dans leur destinée. Mais soyez sûr que nous faisons, de la
seule manière possible, les seules bonnes affaires aujourd'hui possibles
pour eux; que c'est, pour nous, la seule bonne politique, et que, si
nous réussissons malgré eux, ils nous en devront beaucoup de
reconnaissance, et qu'ils finiront par s'en douter.

«Pardon de ce volume, Monseigneur, mais je tenais à répondre pleinement
à votre pensée. Je prie Votre Altesse royale d'agréer, etc.»

Huit jours plus tard, au moment où le prince de Joinville recevait ma
lettre, la _Consulta_ des délégués des provinces se réunissait à Rome,
et cinq semaines après les Autrichiens évacuaient la ville de Ferrare.
La politique pacifiquement réformatrice obtenait ainsi un double succès:
le pape rentrait dans la pleine indépendance de ses États, et une
assemblée de notables laïques venait, pour la première fois, prendre
part à son gouvernement.

«Lundi dernier, 15 de ce mois, m'écrivit M. Rossi[181], a eu lieu
l'installation solennelle de la _Consulta_ d'État. Ce jour, impatiemment
attendu, a été signalé par plusieurs circonstances remarquables. Le
public avait préparé à la _Consulta_ une réception solennelle. Les
princes romains s'étaient entendus pour mettre à la disposition de
chacun des députés une de leurs voitures d'apparat et leurs gens de
livrée. C'est dans ces équipages que les membres de la _Consulte_
devaient se rendre au Quirinal, où ils allaient recevoir la bénédiction
du pape, au Vatican, lieu désigné de leurs séances. Des citoyens
appartenant à chacune des légations ou délégations représentées se
proposaient d'escorter la voiture de leur député en portant devant lui
la bannière de leur ville natale. Le but de ces dispositions, destinées
à donner à la _Consulte d'État_ l'importance et les caractères
extérieurs d'un corps souverain, n'échappait point au gouvernement qui
cependant, après avoir fait subir quelques modifications au programme de
la fête, se décida, non-seulement à l'autoriser, mais à le rendre
officiel, en lui donnant la forme d'une notification faite par le
sénateur de Rome. Dans la journée du dimanche, le secrétaire d'État fut
informé qu'on avait l'intention, à l'exemple de ce qui s'était fait, je
crois, à Florence, de faire paraître, à la suite du cortége, des
députations et des bannières de tous les États, non-seulement d'Italie,
mais d'Europe. Craignant, non sans quelque raison, que cette
démonstration ne donnât lieu à quelques désordres, il réussit à s'y
opposer. Je reçus, à une heure avancée de la soirée, une lettre
très-pressée du cardinal Ferretti qui me priait d'employer mon influence
pour empêcher nos nationaux de prendre part à aucune démarche de ce
genre; ce qui me fut d'autant plus aisé que les Français établis à Rome
ne montraient, je dois rendre justice à leur bon sens, aucun
empressement de donner suite à ce singulier projet. Il fut moins facile
d'y déterminer les sujets, et même, dit-on, les représentants de
quelques autres puissances appartenant à l'Italie. Il fallut que, le
lendemain, le cardinal Ferretti intervînt lui-même sur le lieu où le
cortége se préparait, dans le voisinage du Quirinal, et fît enfermer
dans un corps de garde plusieurs bannières qu'on avait déjà apportées.

[Note 181: Le 18 novembre 1847.]

«A neuf heures, les députés furent reçus par le pape qui leur tint le
discours dont Votre Excellence trouvera l'analyse dans le _Diario di
Roma_. Ceux qui y ont assisté s'accordent à dire que le Saint-Père
paraissait très-animé en le prononçant, et qu'il insista très-fortement
sur les deux points capitaux, le rôle purement consultatif de la
nouvelle assemblée et la ferme résolution de son gouvernement de
résister aux perturbateurs. On dit même qu'il prononça le mot
d'_ingratitude_ qui n'est pas reproduit dans le texte imprimé.

«Il est à remarquer d'ailleurs que ni ce mot, ni aucune des autres
paroles sévères que le pape fit entendre n'étaient directement adressés
aux députés, comme il a eu soin de l'assurer lui-même. Peut-être, dans
sa pensée, étaient-elles destinées à tomber sur quelques personnes qui
accompagnaient les députés, et qui sont connues pour la vivacité de
leurs opinions.

«Aussitôt après le discours terminé, les députés se séparèrent pour
monter chacun dans la voiture qui lui était destinée. Ils traversèrent
ainsi toute la ville, ne cessant pas, pendant un trajet de plus de deux
heures, de rencontrer une foule immense. Soit que la nouvelle du
discours du pape, promptement répandue, eût troublé l'esprit public,
soit que l'enthousiasme le plus ardent finisse par se lasser de tant de
démonstrations successives, peu de cris se firent entendre sur leur
passage. Arrivés à Saint-Pierre, ils entendirent la messe et entrèrent
sur-le-champ en séance.»

«Ce seront là, à mon sens, ajoutait, dans une lettre particulière, M.
Rossi, les funérailles du pouvoir politique temporel du clergé à Rome.
L'étiquette restera plus ou moins, mais le contenu du vase sera autre;
il y aura encore des cardinaux, des prélats employés dans le
gouvernement romain, mais le pouvoir sera ailleurs. L'essentiel pour
nous, c'est qu'il n'y ait pas de révolution proprement dite, de
révolution sur la place publique. Je persiste à espérer qu'il n'y en
aura pas. Même ceux qui nous ont trouvés trop réservés ont compris que
la voie pacifique était la voie la plus sûre. Aussi revient-on peu à peu
à nous, précisément à cause de la réserve digne et sérieuse que nous y
avons mise. Le pape, qu'il ait ou non exactement mesuré le chemin qu'il
a parcouru, est parfaitement tranquille. Il a dit à une personne de ma
connaissance que le public avait été induit en erreur, que le
gouvernement pontifical n'avait qu'à se louer du gouvernement français,
que nous nous étions parfaitement conduits à son égard, que nous avions
fait tout ce que nous pouvions faire. «Mais les souverains, a-t-il
ajouté, aiment peu Pie IX. Ils craignent que je n'amène des révolutions.
Ils se trompent. Ils ne connaissent pas ce pays-ci.»

Quelque satisfait qu'il fût de la réunion et des dispositions de la
_Consulta d'État_, M. Rossi ne se faisait point d'illusion sur ce qui
restait à faire et sur les obstacles à surmonter pour que la réforme
entreprise par Pie IX dans le gouvernement romain fût efficace et
prévînt les révolutions: «Je vis hier le cardinal Ferretti,
m'écrivit-il[182]:--«Avouez, m'a-t-il dit, que cette fois nous avons
bien conduit notre affaire.--J'en conviens, et je vous en félicite.--Et
le discours du pape, qu'en dites-vous?--Que le pape se fût élevé contre
les utopies, qu'il se fût montré résolu à repousser les perturbateurs,
de quelque part qu'ils viennent, rien de mieux; mais le discours paraît
impliquer l'idée de la conservation absolue du gouvernement temporel
dans les mains du clergé, ne laissant aux laïques d'autre rôle que celui
de donneurs d'avis. C'est trop peu. Cela était peut-être possible il y a
un an; les têtes n'étaient pas montées; les espérances étaient modestes;
le reste de l'Italie n'était pas encore réveillé. Aujourd'hui c'est
autre chose. Il n'y a plus d'illusion possible. Votre situation est
nettement dessinée. Les radicaux frappent à votre porte. Il faut leur
tenir tête. Vous seuls, clergé, vous ne le pouvez pas; il vous faut le
concours des laïques, de tout ce qu'il y a, parmi eux, de sensé, de
puissant, de modéré. Pour les rallier, il faut les satisfaire. La garde
civique et la _Consulta_ sont des moyens, ce n'est pas le but. Refuser
toute part dans l'administration proprement dite à des hommes qu'on
vient de rendre plus forts serait un contre-sens. Il y a plus d'un an
que je le dis et que je le répète: si vous ne vous fortifiez pas en
appelant des laïques aux fonctions qui ne touchent en rien aux choses de
la religion et de l'Église, tout deviendra impossible pour vous et tout
deviendra possible aux radicaux. Vous jetteriez la _Consulta_ dans leurs
bras.--Vous avez raison, dit le cardinal; je m'en suis déjà aperçu; on a
peur des radicaux.--Dites _peur_ et _besoin_. Les timides redoutent la
faiblesse du gouvernement; les ambitieux cherchent un levier contre le
boulevard clérical. Un cabinet mixte et bien composé rassurerait les
timides et satisferait les ambitieux. Par la portion laïque du
ministère, vous pourrez agir sur la _Consulta_ et vous y faire une bonne
et forte majorité qui agira à son tour sur l'opinion publique.--C'est
juste, et le pape l'a compris. Je vous le dis, mais dans le plus profond
secret; il paraîtra bientôt un autre _motu proprio_ selon vos idées; il
portera que le secrétaire d'État sera toujours un cardinal ou un prélat.
Vous ne désapprouvez pas?--Non, certes, les affaires étrangères à Rome
sont trop souvent des matières ecclésiastiques ou mixtes.--Mais pour
l'intérieur, les finances, la guerre, et il sera dit que les ministres
pourront être soit ecclésiastiques soit laïques.--A la bonne heure,
pourvu qu'en fait vous appeliez tout de suite deux ou trois laïques dans
le cabinet. Agissez par la _Consulta_, mon cher cardinal; je vous y
aiderai de mon côté, autant que cela se peut du dehors.--Bravo!
aidez-nous, et j'espère que tout ira bien.--Oui, si vous savez d'un côté
vous fortifier, et de l'autre regarder en face les radicaux. Tout est
là. Que peut craindre le pape en marchant d'un pas ferme dans la voie de
l'ordre et du progrès régulier? En tout cas, l'Europe serait pour lui:
avant tous, plus que tous, la France. Ne l'oubliez pas; que le pape ne
se trompe pas sur ses véritables Amis.»

[Note 182: Les 18 novembre et 12 décembre 1847.]

Le lendemain même de cet entretien avec le secrétaire d'État, M. Rossi
vit le pape: «Je lui tins, m'écrivit-il[183], _mutatis mutandis_, le
discours que j'avais tenu à Ferretti. Je m'attachai surtout à lui faire
bien saisir la situation. J'insistai à plusieurs reprises sur la
nécessité, sur l'urgence d'accroître ses forces de gouvernement et de
dominer l'opinion par l'introduction de l'élément laïque dans certaines
parties de l'administration supérieure. Je lui montrai que c'était là un
fil conducteur indispensable entre lui et la _Consulta_. Son goût n'y
est pas; il en reconnaît cependant la nécessité.--«C'est vrai, me
dit-il, ces Messieurs se méfient d'une administration tout
ecclésiastique.--Non-seulement ils s'en méfient, Saint-Père; ils s'en
irritent. Pour les affaires purement temporelles, on ne peut plus faire
du clergé et des laïques deux castes; il faut désormais mêler et
transiger.--Vous me l'avez toujours dit. Que voulez-vous? Le premier
_motu proprio_ sur le conseil des ministres me fut remis quand j'étais
souffrant. Je laissai faire. Il n'est pas bon. Je l'ai repris en
sous-oeuvre. Le nouveau paraîtra bientôt. Les départements seront mieux
séparés. Les ministres seront de vrais ministres. Je dirai que la guerre
pourra appartenir à un laïque ou à un ecclésiastique.--Ce sera quelque
chose; mais que Votre Sainteté me permette de le dire, ce n'est pas
assez; il faudrait encore deux portefeuilles au moins ouverts aux
laïques: l'intérieur, les finances, la police, les travaux publics, que
sais-je? ceux que Votre Sainteté voudra.--Je comprends; je verrai, j'y
ferai de mon mieux. Je suis moi-même fort novice, fort peu expert dans
ces matières.»

[Note 183: Le 14 décembre 1847.]

Quelques semaines après, M. Rossi eut une nouvelle audience du pape: «Je
l'avais déjà tellement pressé, m'écrivit-il[184], sur les affaires de ce
pays-ci, et en particulier sur l'introduction de quelques laïques dans
le conseil des ministres, que j'étais décidé hier à le laisser
tranquille. Il entra lui-même en matière. Il avait décidé, par le
nouveau _motu proprio_ dont il m'avait parlé (du 30 décembre 1847), que
le département de la guerre pourrait être confié à un laïque, et il l'a
donné en effet au général Gabrielli; il avait prescrit de plus que, sur
les vingt-quatre auditeurs attachés au conseil des ministres, il y
aurait toujours douze laïques: _Ebbene, signor conte_, me dit-il avec un
gracieux sourire et une aimable coquetterie d'expression, _l'elemento è
introdotto._--Il faut vous dire que je m'étais souvent servi de ce
gallicisme, _l'elemento laïco_. Vous devinez ma réponse. Mais le
compliment fut accompagné d'une respectueuse insistance pour
l'introduction de deux autres laïques. Nous examinâmes à fond la
situation, et non-seulement le pape convint que c'était là le seul moyen
d'isoler les agitateurs et de leur ôter influence et suite, mais que si,
malgré cela, le malheur voulait qu'ils tentassent quelque désordre, un
pouvoir laïque pouvait seul le réprimer efficacement et sans se mettre
en lutte avec l'opinion publique.--«Vous avez raison, me dit le pape; ce
rôle de sévérité ne convient plus aux ecclésiastiques; il paraîtrait
odieux.--C'est clair, répliquai-je; mais un seul homme ne suffit pas;
seul, il se décourage et le poids de la responsabilité lui est trop
lourd. Au pape et au clergé la puissance morale; au prince et à ses
alliés laïques la force matérielle. J'espère encore que la première
suffira; mais elle suffira surtout si on sait bien qu'au besoin la
seconde ne manquerait pas. Il faut au moins trois ministres laïques:
_Tres_, dis-je en riant, _faciunt capitulum_.»

[Note 184: Le 18 janvier 1848.]

«J'eus le plaisir de trouver le pape tout à fait dans nos idées. Les
autres fois, il était convaincu; mais je sentais qu'il n'était pas
persuadé, que ses répugnances de prêtre subsistaient. S'il persévère
dans ses nouvelles résolutions, tout peut encore être sauvé ici. C'est
ce que je lui dis lorsqu'il me demanda s'il était encore temps:--«Que
Votre Sainteté, lui dis-je, considère la situation. Son État est au
centre de l'Italie. Si l'ordre y est maintenu, il pourrait y avoir, au
pis-aller, une question napolitaine, ou toscane, ou sarde, mais point de
question italienne. S'il y avait bouleversement ici, la clef de la voûte
serait brisée; ce serait le chaos. L'exemple de Rome, qui retient
aujourd'hui, précipiterait alors toutes choses. D'ici peut sortir un
grand bien, mais aussi, je dois le dire, un mal incalculable. Votre
Sainteté a réveillé l'Italie. C'est une gloire, mais à la condition de
ne pas tenter l'impossible. Quoi! l'Italie peut se réorganiser sans que
personne, même les plus malveillants, aient un mot à lui dire; et on
voudrait tout compromettre, tout perdre par la sotte prétention de
réaliser aujourd'hui ce qui, aujourd'hui, n'est évidemment qu'un rêve!
Sera-ce toujours un rêve? Je n'en sais rien. Je laisse l'avenir à Dieu
et à nos successeurs. Le proverbe français est juste: «à chaque jour
suffit sa peine.»

«Nous nous trouvâmes parfaitement d'accord; et, je le répète, je trouvai
chez le pape une netteté de vues et une spontanéité d'adhésion qui me
charmèrent et me donnent bon espoir.»

M. Rossi mettait ainsi en pratique, aussi fermement que sensément, la
politique que le gouvernement du roi avait adoptée envers l'Italie comme
pour la France elle-même. Le respect du droit public européen, le
respect de l'indépendance des divers États et de leur régime intérieur,
des réformes et non des révolutions, le progrès social et libéral au
sein de la paix, telle était cette politique. Quelques mois avant les
dernières nouvelles qu'à l'ouverture de l'année 1848 m'en donnait M.
Rossi, je l'avais résumée dans une courte circulaire adressée[185] aux
représentants du roi près les divers États européens, et ainsi conçue:

[Note 185: Le 17 septembre 1847.]

«Monsieur,

«Une fermentation grave éclate et se propage en Italie. Il importe que
les vues qui dirigent dans cette circonstance la politique du
gouvernement du roi vous soient bien connues et règlent votre attitude
et votre langage.

«Le maintien de la paix et le respect des traités sont toujours les
bases de cette politique. Nous regardons ces bases comme également
essentielles au bonheur des peuples et à la sécurité des gouvernements,
aux intérêts moraux et aux intérêts matériels des sociétés, aux progrès
de la civilisation et à la stabilité de l'ordre européen. Nous nous
sommes conduits d'après ces principes dans les affaires de notre propre
pays. Nous y serons fidèles dans les questions qui touchent à des pays
étrangers.

«L'indépendance des États et de leurs gouvernements a, pour nous, la
même importance et est l'objet d'un égal respect. C'est la base
fondamentale du droit international que chaque État règle, par lui-même
et comme il l'entend, ses lois et ses affaires intérieures. Ce droit est
la garantie de l'existence des États faibles, de l'équilibre et de la
paix entre les grands États. En le respectant nous-mêmes, nous sommes
fondés à demander qu'il soit respecté de tous.

«Pour la valeur intrinsèque comme pour le succès durable des réformes
nécessaires dans l'intérieur des États, il importe, aujourd'hui plus que
jamais, qu'elles s'accomplissent régulièrement, progressivement, de
concert entre les gouvernements et les peuples, par leur action commune
et mesurée, non par l'explosion d'une force unique et déréglée. C'est en
ce sens que seront toujours dirigés, soit auprès des gouvernements, soit
auprès des peuples, nos conseils et nos efforts.

«Ce qui s'est passé jusqu'ici dans les États romains prouve que, là
aussi, les principes que je viens de rappeler sont reconnus et mis en
pratique. C'est en se pressant autour de son souverain, en évitant toute
précipitation désordonnée, tout mouvement tumultueux que la population
romaine travaille à s'assurer les réformes dont elle a besoin. Les
hommes considérables et éclairés, qui vivent au sein de cette
population, s'appliquent à la diriger vers son but par les voies de
l'ordre et par l'action du gouvernement. Le pape, de son côté, dans la
grande oeuvre de réforme qu'il a entreprise, déploie un profond
sentiment de sa dignité comme chef de l'Église catholique, de ses droits
comme souverain, et se montre également décidé à les maintenir au dedans
comme au dehors de ses États. Nous avons la confiance qu'il rencontrera,
auprès de tous les gouvernements européens, le respect et l'appui qui
lui sont dus; et le gouvernement du roi, pour son compte, s'empressera,
en toute occasion, de le seconder selon le mode et dans la mesure qui
s'accorderont avec les convenances dont le pape lui-même est le meilleur
juge.

«Les exemples si augustes du pape, la conduite si intelligente de ses
sujets exerceront sans doute en Italie, sur les princes et sur les
peuples, une salutaire influence, et contribueront puissamment à
maintenir, dans les limites du droit incontestable et du succès
possible, le mouvement qui s'y manifeste. C'est le seul moyen d'en
assurer les bons résultats et de prévenir de grands malheurs et d'amères
déceptions. La politique du gouvernement du roi agira constamment et
partout dans ce même dessein.

«Vous pouvez donner à M..... communication de cette dépêche.»

Trois mois après sa date, quand la session des Chambres s'ouvrit à
Paris[186], les événements avaient, en Italie, suivi rapidement leur
cours. En Toscane, en Piémont, dans le royaume de Naples comme à Rome,
l'esprit de réforme s'était développé, déjà fécond en résultats
salutaires, gages d'un avenir laborieux, mais sensé et progressif. Plus
ou moins inquiets de l'oeuvre difficile à laquelle ils étaient appelés,
les gouvernements italiens en reconnaissaient la nécessité et s'y
prêtaient, non-seulement par des concessions aux voeux publics, mais en
mettant à la tête de l'administration des hommes éclairés et sincèrement
réformateurs. Aucune intervention étrangère n'était venue troubler ce
travail intérieur des États italiens; leur indépendance était respectée;
l'Autriche elle-même assistait à cette grande épreuve, pleine d'alarme
et se préparant à la défense, mais évitant toute agression et ne voulant
pas prendre l'initiative de la lutte. Elle avait motif de se méfier et
de se préparer; c'était évidemment contre elle et sa domination sur le
sol italien que fermentait toute l'Italie; en Piémont les manifestations
populaires, en Sicile l'insurrection en armes proclamaient la haine et
réclamaient l'expulsion de l'étranger; toutes les espérances qui, de
près ou de loin, pouvaient se rattacher à celle-là se manifestaient
confusément et demandaient aussi leurs satisfactions. L'esprit national
grandissait derrière l'esprit réformateur. L'esprit révolutionnaire
grondait derrière l'esprit national.

[Note 186: Le 28 décembre 1847.]

Il fallait pourvoir aux chances de cette situation compliquée et
obscure. Il fallait déployer hautement le caractère de notre politique
et lui assurer des moyens d'action. C'était évidemment à Rome qu'était
le foyer des événements et des périls italiens. C'était en prenant
position à Rome que nous pouvions soutenir l'influence à la fois
réformatrice et anti-révolutionnaire de Pie IX, en garantissant sa
sécurité et la paix de l'Église catholique. Sur ma proposition, le roi
et son conseil résolurent que, si le pape menacé, soit du dehors, soit
au dedans, réclamait notre appui, nous le lui donnerions efficacement.
Des régiments furent désignés, un commandant fut choisi pour cette
expédition éventuelle. 2,500 hommes furent tenus disponibles à Toulon,
et 2,500 à Port-Vendres, prêts à s'embarquer, au premier signal, pour
Civita-Vecchia. J'eus avec le général Aupick, officier aussi intelligent
que brave, deux longs entretiens qui me donnèrent l'assurance qu'il
comprenait bien notre pensée et saurait y conformer sa conduite. Le 27
janvier 1848, toutes ces mesures étaient prises et annoncées à M. Rossi
qui était autorisé, s'il le jugeait utile et convenable, à les annoncer
au gouvernement romain.

Le 23 février suivant, le cabinet du 29 octobre 1840 n'existait plus, et
le lendemain 24 la monarchie de 1830 était tombée.

La catastrophe ne fut pas moins grave à Rome qu'à Paris. Elle ouvrit
l'abîme qui coupe le règne de Pie IX en deux époques vouées, l'une aux
réformes et aux progrès, l'autre aux révolutions et aux problèmes.

Je tiens pour certain, par les faits publics comme par les actes et les
documents que je viens de rappeler, que, de 1846 à 1848, le pape Pie IX
entreprit généreusement et sérieusement, bien qu'avec timidité,
inexpérience et incohérence, de résoudre la question posée devant lui et
à la portée de son pouvoir, la réforme des abus et des vices du
gouvernement des États romains. Pleine de scrupules et de doutes, mais
aussi d'équité et de sympathie humaine, l'âme de Pie IX s'adonna à cette
oeuvre; il la croyait bonne aussi bien que nécessaire, et il en
souhaitait le succès, non sans inquiétude, mais avec sincérité.

Je tiens également pour certain que, de 1846 à 1848, malgré ses lenteurs
et ses lacunes, le travail réformateur de Pie IX fut efficace. Dans
toutes les parties de l'ordre civil, d'importantes améliorations furent
introduites, des institutions vivantes furent créées. Dans les provinces
et dans les villes, le régime municipal reprit quelque chose de son
ancienne liberté. La population fut appelée à prendre part elle-même au
soin de ses intérêts et au maintien de l'ordre public. Les rapports de
la société civile avec la société ecclésiastique furent modifiés; les
laïques entrèrent dans le gouvernement; un grand conseil d'État, auquel
le principe de l'élection n'était pas étranger, se réunit autour du pape
et de ses ministres. Le pouvoir pontifical acceptait de plus en plus
l'influence du parti libéral modéré qui le soutenait en le réglant.
Contesté et incomplet, le progrès était réel; ce qu'on faisait chaque
jour était un pas vers ce qui manquait.

Devant l'ouragan de 1848, tout ce travail cessa, toute cette oeuvre
tomba. La question de la réforme du gouvernement civil des États romains
disparut devant les terribles questions générales qui éclatèrent à la
fois. Question extérieure, l'expulsion des Autrichiens. Questions
intérieures, l'unité ou la confédération italienne, la monarchie
constitutionnelle ou la république. Questions religieuses, l'abolition
du pouvoir temporel de la papauté; Rome capitale, non plus de l'Église
catholique, mais de l'Italie; la transformation des rapports de l'Église
avec l'État. Pour toute l'Italie, au dehors la guerre, au dedans la
révolution.

Je n'ai garde d'entrer dans cette tragique histoire. Je ne juge pas
l'état présent de l'Italie. Je ne sonde pas son avenir. Je le crois
chargé de ténèbres et d'orages dans les ténèbres; mais je ne prétends
pas plus à le deviner qu'à le gouverner. J'avais à coeur de retracer ce
que furent et ce que firent, de 1846 à 1848, dans les affaires romaines
et italiennes, le pape Pie IX et le gouvernement du roi Louis-Philippe.
Je ne veux plus que mettre ces faits en regard de ceux qui les ont
remplacés depuis 1848 jusqu'à ce jour, et faire entrevoir ce que révèle
le contraste qui éclate entre les deux époques.

La révolution de Février changea de fond en comble la position du pape
Pie IX en Italie et dans ses propres États. Il y perdit à la fois
l'encouragement et les prudents conseils, le point d'appui et le point
d'arrêt que lui donnait le gouvernement français dans le travail de
réforme et de progrès qu'il avait entrepris. Il fut livré, avec son
inexpérience politique et ses seules forces, au torrent des événements
qui l'assaillaient de toutes parts, et à la lutte que le parti
stationnaire et le parti révolutionnaire engageaient autour de lui.
Italien de coeur, mais pacifique par devoir, entraîné par son peuple,
l'un des premiers parmi les princes italiens, dans la guerre à
l'Autriche, Pie IX tenta loyalement de l'arrêter en en extirpant la
cause; le 3 mai 1848, il écrivit à l'empereur d'Autriche: «Qu'il ne soit
pas désagréable à Votre Majesté que nous fassions appel à sa piété et à
sa religion, l'exhortant avec une affection paternelle à retirer ses
armes d'une guerre qui, sans pouvoir reconquérir à l'empire l'esprit des
Lombards et des Vénitiens, traîne à sa suite un funeste cortége de
malheurs qu'Elle-même déteste certainement. Qu'il ne soit point
désagréable à la généreuse nation allemande que nous l'invitions à
déposer les armes et à convertir en utiles relations d'amical voisinage
une domination qui ne serait ni noble, ni heureuse puisqu'elle ne
reposerait que sur le fer.» Et huit jours après, le cardinal Antonelli
écrivait à M. Farini, chargé d'affaires de la cour de Rome au camp du
roi Charles-Albert: «Vous pensez que Sa Sainteté pourrait aujourd'hui
très-opportunément interposer sa médiation comme prince de paix, dans le
sens de l'établissement de la nationalité italienne. Aujourd'hui Sa
Sainteté m'a autorisé à vous donner communication, sous la réserve du
plus grand secret, d'une lettre que, ces jours passés, elle a écrite, en
ce sens, à S. M. l'empereur d'Autriche. Vous pourrez voir que cette
pensée n'a point échappé à la sagesse de Sa Sainteté, et à l'amour
qu'elle nourrit pour l'Italie. Si elle voyait les esprits disposés à des
accommodements de paix raisonnables, dans le but d'assurer la
nationalité italienne, vous pouvez penser si elle serait disposée à s'y
employer efficacement, au prix même de quelque ennui personnel que ce
fût.»

Il s'agit bientôt pour Pie IX de tout autre chose que d'ennuis
personnels; bientôt la guerre et l'insurrection envahirent Rome et toute
l'Italie. Pour leur échapper, pour tenter encore un effort en faveur de
l'indépendance et de la pacification italienne, le pape appela M. Rossi
à son aide. M. Rossi paya de sa vie son courageux dévouement[187];
l'assassinat du plus éminent des libéraux italiens inaugura la
république romaine. Le pape détrôné s'enfuit à Gaëte. Fidèle aux
traditions et à l'honneur de la France, le gouvernement français, encore
républicain, bientôt impérial, reprit le chef de l'Église catholique
sous sa protection et le ramena dans Rome. Pie IX y retrouva le parti
stationnaire et le parti révolutionnaire, l'un vainqueur alarmé et
irrité, l'autre vaincu obstiné et reprenant dans l'esprit national
italien son point d'appui. L'ambition piémontaise se mit à l'oeuvre pour
exploiter les fautes de l'un et les passions de l'autre. La France prêta
sa force et sa gloire à l'ambition piémontaise et à l'unité italienne en
même temps qu'à la sécurité du pape dans Rome, mais en annonçant qu'elle
ne se chargeait pas de l'y garantir toujours. Je ne discute pas la
politique. Je ne raconte pas l'histoire. Je retrace la situation telle
que les événements l'ont faite. Qu'a fait, dans cette situation, Pie IX
lui-même? Quel a été, sous la pression des exigences et des périls
qu'elle lui imposait, le fait saillant, le trait caractéristique de son
attitude dans cette seconde époque de son règne?

[Note 187: Le 15 novembre 1848.]

On ne lui demandait plus de corriger les vices du gouvernement des États
romains et de seconder l'indépendance de l'Italie. On le sommait de
renoncer à tout pouvoir temporel, dans Rome comme dans le reste de ses
États, c'est-à-dire de sacrifier à l'unité italienne la constitution et
l'histoire de l'Église catholique. A cela, Pie IX a répondu qu'il ne le
pouvait pas. Il avait accepté la situation et la mission de pape
réformateur. Il a repoussé celle de pape révolutionnaire. Là en est
maintenant, pour lui, la question.

C'est, pour un peuple, dans les grandes crises d'innovation, une bonne
fortune rare de se trouver en présence d'un prince sympathique et
honnête, touché du voeu et du bien public, et préoccupé de son devoir au
moins autant que de son pouvoir. Ce ne sont point là, bien s'en faut,
les seules qualités nécessaires pour le gouvernement des nations;
l'esprit supérieur et la volonté forte y ont quelquefois suffi; la bonté
et l'honnêteté seules, jamais. Ainsi en décident les vices et les
passions des hommes. Mais quand il arrive que les qualités morales, les
bonnes intentions et la sincérité des princes ne suffisent pas, il faut
que les peuples, et surtout ceux qui veulent être libres, ne se fassent
pas illusion: c'est en eux-mêmes surtout que le mal réside; c'est à
leurs propres erreurs, à leurs propres fautes, à leurs mauvaises ou
aveugles passions, bien plus qu'à l'insuffisance et aux faiblesses de
leurs princes, qu'ils doivent s'en prendre de l'insuccès de leurs
efforts et des revers de leur destinée. Avec un prince bienveillant,
modéré et sincère, un peuple intelligent, sensé et persévérant finit
toujours par exercer sur ses affaires une influence efficace, et par
obtenir la satisfaction de ses voeux légitimes. Deux fois, de notre
temps, cette bonne chance s'est rencontrée et a été manquée. Le roi
Louis XVI et le pape Pie IX ont été sans doute, en fait de lumières et
d'énergie politiques, des souverains bien inégaux à leur difficile
situation; mais ils ont été en même temps d'honnêtes et bienveillants
souverains, étrangers à l'égoïsme et aux entêtements de l'orgueil royal.
Si, par leur intelligence et leur action politique, les peuples qui
aspiraient à être libres, et même souverains, avaient suffi, de leur
côté, à leur part dans la tâche du gouvernement, à coup sûr les
événements auraient pris un autre tour, et le but essentiel de l'élan
national aurait été atteint plus sûrement et à bien moins grand et moins
triste prix.

Je sais que, dans le patriotique espoir d'atteindre un grand but et
d'accomplir un grand bien, des hommes éminents et sincères se sont
lancés et se lanceront plus d'une fois encore dans les orages et les
ténèbres des révolutions poursuivies par la violence anarchique ou
guerrière. Je les comprends, et, s'ils sont désintéressés, je les
honore; mais je ne les approuve et ne les admire point. Pour mon compte,
plus j'ai avancé dans la vie publique et touché au sort des peuples,
plus j'ai été résolu à ne pas charger mon âme de la responsabilité et
mon nom du souvenir de cet amas imprévu de maux, de crimes, de fautes,
de douleurs, de folies et de hontes que les emportements et les guerres
révolutionnaires attirent infailliblement, non-seulement sur la
génération qui les subit, mais sur plusieurs de celles qui les suivent.
C'est un rude compte à dresser que celui des révolutions et des guerres,
et elles ont grand besoin de réussir dans ce qu'elles ont de légitime et
de salutaire pour avoir droit de demander qu'on ne leur reproche pas ce
qu'elles ont coûté. A mon sens, elles n'ont valu jusqu'ici à l'Italie
qu'un bienfait, seul incontestable et qui sera, je l'espère, définitif:
l'expulsion de l'étranger et l'indépendance du sol italien. C'est un
grand bienfait. Trop grand peut-être, tel du moins qu'il s'est accompli,
pour être accueilli de bonne grâce et avec toute la reconnaissance qui
lui est due. Il y a des succès que, pour en être assuré et fier, un
peuple a besoin de se devoir à lui-même, et en en conquérant la gloire
aussi bien qu'en en recueillant le fruit. Je crains que l'Italie n'ait
entrepris une oeuvre au-dessus de sa force naturelle et durable, et
qu'en la poursuivant elle n'ait porté atteinte à des droits et à des
intérêts très-vivaces et dignes de plus de respect. Ses exigences et ses
coups envers la Papauté et l'Église catholique jettent un épais nuage et
un péril immense sur son avenir. Je lui souhaite sincèrement de les
dissiper et de justifier, par un sage emploi de sa fortune nouvelle, les
faveurs qu'elle a reçues... dirai-je de Dieu ou des hommes? Le temps en
décidera.

Je n'ai plus que quelques mots à ajouter sur un fait qui m'est
personnel.

Après la chute de la monarchie de 1830 et dans ma retraite en
Angleterre, je ne reçus de M. Rossi aucune lettre, aucune nouvelle. Je
m'étonnai silencieusement et tristement. Il n'était pas de ceux de qui
j'attendais la peur et l'oubli. Plus de neuf ans après, je reçus du
prince Albert de Broglie, que la révolution de 1848 avait trouvé premier
secrétaire de l'ambassade de France à Rome, la lettre suivante en date
du 30 novembre 1857:

«Cher Monsieur Guizot,

«Vous rappelez-vous la surprise très-légitime que vous avez éprouvée il
y a dix ans, en ne recevant, après le désastre de 1848, rien de
l'ambassade de Rome, ni secrétaire ni ambassadeur, ni pour le roi ni
pour vous? Vous rappelez-vous aussi que je vous dis un peu plus tard que
nous avions remis, M. Rossi et moi, des lettres à la duchesse de
Dalberg, alors à Rome, en la priant de vous les faire parvenir par
l'entremise de sa fille lady Granville, et qu'information faite, la
duchesse convint qu'elle avait reçu la commission, en disant qu'elle ne
savait ce qui l'avait empêchée de s'en acquitter?

«Voici aujourd'hui lady Granville qui me renvoie ces mêmes lettres
retrouvées, après dix ans, dans des comptes qu'elle n'avait pas ouverts.
Notre excès de précaution nous a joué ce tour. Il est certain que ces
papiers étaient bien cachés. J'ai pensé que la lettre écrite par M.
Rossi dans ces tristes circonstances avait la valeur d'un autographe que
vous seriez bien aise de posséder. Je vous envoie donc celle-ci, et je
garde, ou plutôt je brûle la mienne.»

M. Rossi m'écrivait le 6 avril 1848:

«Cher ami, je ne viens pas vous dire avec quel vif et tendre intérêt je
pensais à vous et aux vôtres, en apprenant la péripétie qui a éclaté sur
la France comme un coup de foudre. Notre vieille amitié vous l'a déjà
dit. Vous n'êtes pas de ceux qui ont besoin de paroles pour comprendre
un sentiment et du courage d'autrui pour soutenir un revers. On me dit
que vos filles sont auprès de vous; mais je ne sais où se trouvent votre
fils Guillaume et madame votre mère. Quel spectacle lui était encore
réservé! Mais, je le sais, elle est la femme forte par excellence.
Rappelez-moi, je vous prie, au bon souvenir de tous. J'y tiens plus que
jamais.

Je voudrais aussi que vous pussiez porter jusqu'au roi, à la reine et à
toute la famille royale l'hommage de mon respect et de tous les
sentiments qu'ils me connaissent. Ma gratitude ne se mesure pas à la
puissance et à la prospérité des personnes qui y ont droit.

«Je ne vous parle pas de la France; nous n'en recevons ici les nouvelles
que fort tard et, je crois, fort mal.

«L'Italie est profondément agitée. C'est la question nationale qui
l'emporte et domine toutes les autres. L'élan est général, irrésistible.
Les gouvernements italiens qui ne le seconderaient pas y périraient.
Mais on se tromperait si on croyait que l'Italie est communiste et
radicale. Les radicaux n'y exercent une influence que parce qu'ils ont
eu l'adresse de se mettre à la tête du parti national et de cacher toute
autre vue. Par eux-mêmes, ils ne sont encore ni nombreux ni acceptés du
pays. Ils le deviendraient probablement si le parti national, qui est le
pays tout entier, rencontrait une longue et vigoureuse résistance, et
s'il était entraîné par désespoir à des mesures violentes. Si l'Autriche
faisait demain, pour la Lombardie et la Vénétie, ce que le roi de Prusse
a fait pour le duché de Posen, je crois que la Péninsule pourrait être
conservée à la cause de la monarchie et de la liberté régulière. La
république proclamée à Venise n'est pas une imitation de Paris, mais une
réminiscence vénitienne. C'est, comme le fait de Sicile, une boutade de
l'esprit municipal, qui est fort affaibli en Italie, mais est loin d'y
être éteint. Si la paix leur arrivait promptement, il donnerait aux
Italiens pas mal d'embarras et de querelles. Si la guerre se prolonge,
la fusion s'opérera, surtout dans les camps, au feu du radicalisme et
dans son creuset.

«Je reste provisoirement à Rome; mon fils Aldéran, qui a quitté
immédiatement la sous-préfecture d'Orange, est à Marseille avec ma
femme. Je vais les appeler à Rome. Grand Dieu! serions-nous donc menacés
de devenir un grand canton de Vaud, ou bien pis, un Saint-Domingue?»

La tardive découverte de cette lettre me fut un vrai soulagement; elle
me délivra du triste mécompte qui s'attachait, pour moi, à la mémoire de
M. Rossi. Mémoire glorieuse, au double titre de la vie et de la mort. Il
avait l'âme noble comme l'esprit grand, et il a eu cette rare destinée
de déployer l'élévation de son âme comme la supériorité de son esprit
sur les théâtres et sous les coups du sort les plus divers, à Bologne, à
Genève, à Paris, à Rome, dans la mauvaise et dans la haute fortune,
défendant partout ce qui était à ses yeux, avec raison selon moi, le
droit et l'intérêt de la vérité, de la justice, de la liberté. Tantôt
les proscriptions, tantôt l'appel et l'appui d'amis puissants l'ont fait
changer de patrie; il n'a jamais changé de foi ni de cause. Et partout
où il a vécu, il a grandi; nulle part autant qu'à son dernier jour et à
sa dernière heure, quand il a bravé et trouvé la mort au service de la
papauté penchant vers l'abîme. Il eût probablement souri lui-même si,
quinze ou vingt ans auparavant, on lui eût dit qu'il mourrait premier
ministre du pouvoir pontifical, et chargé de le soutenir en le
réformant; là ne le portaient pas les tendances et les vraisemblances de
sa pensée et de sa vie; mais il avait été trop éprouvé et trop ballotté
par la tempête pour avoir la prétention de la surmonter, et il se
laissait aller aux événements avec une sorte d'impartialité de
spectateur, se contentant de suffire, en tout cas, à son devoir et à son
honneur. C'était une nature à la fois ardente et indolente, chaude au
dedans, froide au dehors, capable d'enthousiasme sans illusion et de
dévouement sans passion. Il était en même temps très-sociable et
très-réservé, prudent avec dignité et supérieur dans l'art de plaire
sans fausse et faible complaisance. Habile à exploiter les forces d'une
intelligence admirablement prompte et juste, plus féconde qu'originale,
toujours ouverte sans être mobile, constante dans les idées et souple
dans les affaires, il excellait à saisir le point où pouvaient se
rencontrer les esprits et les partis modérés quoique divers, et à leur
persuader de s'y réunir. C'était l'oeuvre qu'il tentait encore une fois,
et dans les circonstances les plus grandes comme les plus difficiles,
quand le poignard des assassins vint le frapper sur l'escalier même de
l'assemblée devant laquelle il allait exposer ses patriotiques desseins.
On dit qu'à quatre-vingt-deux ans, en apprenant la mort du maréchal de
Berwick emporté, devant Philipsbourg, par un boulet de canon, le
maréchal de Villars s'écria: «J'avais toujours bien dit que cet homme-là
était plus heureux que moi.» La mort de M. Rossi peut inspirer la même
envie, et il était digne du même bonheur.



                              CHAPITRE XLVII.

                       La Suisse et le Sonderbund.

                               (1840-1848.)


Sentiments du roi Louis-Philippe sur la Suisse.--Leur fondement
historique.--Napoléon Ier et l'acte de médiation de 1803.--Le congrès de
Vienne et le pacte fédéral de 1815.--Les révolutions cantonnales de
1830.--En 1832, la révision du pacte fédéral échoue.--Ma situation
personnelle envers la Suisse.--Lutte des conservateurs et des radicaux
suisses.--Abolition des couvents et confiscation de leurs biens dans le
canton d'Argovie.--Appel des jésuites pour l'instruction publique dans
le canton de Lucerne.--Première expédition des corps francs contre
Lucerne.--Hésitation et inertie de la Diète helvétique.--Notre attitude
diplomatique envers la Suisse.--Seconde expédition des corps francs
contre le canton de Lucerne.--Installation des jésuites à
Lucerne.--Révolutions radicales dans les cantons de Vaud et de
Berne.--Assassinat de M. Jacob Leu, d'Ébersol.--Formation du Sonderbund,
ligue des cantons catholiques.--M. de Boislecomte, ambassadeur de France
en Suisse.--Ses conversations avec M. Ochsenbein, président de la
Diète.--Révolution radicale dans le canton de Genève.--Nos relations
avec les cours de Vienne, de Berlin et de Pétersbourg sur les affaires
de Suisse.--Mon insistance pour que nous nous entendions aussi avec
l'Angleterre.--Le duc de Broglie ambassadeur à Londres.--Ses
conversations avec lord Palmerston.--Négociations sur un projet de note
identique et de médiation à présenter par les cinq puissances à la Diète
helvétique et au Sonderbund.--La guerre civile éclate en Suisse.--M.
Peel chargé d'affaires d'Angleterre en Suisse.--Défaite du
Sonderbund.--Présentation tardive de la note identique des cinq
puissances.--Vues des cours de Vienne et de Berlin.--Le comte de
Colloredo et le général Radowitz à Paris.--Notre attitude envers
eux.--Résumé de nos vues et de nos actes envers la Suisse à cette
époque.


Toutes les fois qu'il était question de la Suisse, et avant même que ses
affaires nous fussent devenues un grave embarras, le roi Louis-Philippe
ne m'en parlait jamais qu'avec un mélange de vraie bienveillance et de
vraie inquiétude: «Beau pays, me disait-il, et bon peuple! vaillant,
laborieux, économe; un fond de traditions et d'habitudes fortes et
honnêtes. Mais ils sont bien malades; l'esprit radical les travaille;
ils ne se contentent pas d'être libres et tranquilles; ils ont des
ambitions de grand État, des fantaisies systématiques de nouveau
gouvernement. Dans mes jours de mauvaise fortune, j'ai trouvé chez eux
la meilleure hospitalité: tout en en jouissant, je voyais, bien à
regret, fermenter parmi eux des idées, des passions, des projets de
révolution analogue à la nôtre, et qui ne pouvaient manquer d'attirer
sur eux, d'abord la guerre civile, puis la guerre étrangère. Et le pire,
c'est qu'une fois lancés dans les crises révolutionnaires, les Suisses
sont trop divers et ne sont pas assez forts pour en sortir par eux-mêmes
et pour refaire à eux seuls leur organisation d'État et leur
gouvernement; il faut que le rétablissement de l'ordre intérieur leur
vienne du dehors. Triste remède que l'intervention étrangère, même
quand, pour le moment, elle sauve; le fardeau devient bientôt
insupportable pour le sauveur comme pour le sauvé; les peuples n'aiment
pas longtemps leur sauveur, pas plus que Martine n'aime le voisin qui
vient la protéger contre le bâton de Sganarelle. Gardons-nous
d'intervenir, mon cher ministre, en Suisse comme en Espagne; empêchons
que d'autres n'interviennent; c'est déjà un assez grand service; que
chaque peuple fasse lui-même ses affaires et porte son fardeau en usant
de son droit.»

Depuis l'ouverture du XIXe siècle, les faits ont donné raison, en
Suisse, à la pensée du roi Louis-Philippe. Séduits par l'exemple et
emportés dans la tempête de la révolution française, les Suisses ont
voulu avoir aussi la république une et indivisible; l'unité de l'État et
du pouvoir républicain est devenue la passion du parti radical. C'était
méconnaître étrangement la géographie et l'histoire. Entre ces petites
populations, diverses de race, de langue, d'habitudes et d'intérêts
quotidiens, séparées par leurs montagnes, leurs glaces et leurs lacs,
l'indépendance commune et défensive contre l'ambition de leurs voisins
était le seul principe naturel d'union, et la confédération le seul
régime naturel et efficace pour la garantie de l'indépendance. Les
Suisses avaient dû à ce régime leurs victoires vers l'orient sur
l'Autriche, vers l'occident sur la Bourgogne, et, après ces victoires,
leur importance au milieu des rivalités de leurs grands voisins. La
confédération des cantons avait survécu même aux dissensions intérieures
et aux guerres religieuses du XVIe siècle. Le régime unitaire ne peut
s'établir et ne s'est établi nulle part que par le triomphe d'une force
très-supérieure, venue du dehors ou née au dedans, qui dompte et soumet
les forces rivales. Malgré leur inégalité, aucun des cantons suisses ne
possédait, au-dessus de ses confédérés, une telle force et ne pouvait
accomplir une telle oeuvre; la confédération était nécessaire pour
repousser les conquérants extérieurs, et nul conquérant intérieur
n'était possible. La république une et indivisible était, en Suisse, un
plagiat politique, une manie révolutionnaire, suscitée par le désir et
le besoin de réformer les abus de l'ancien régime, mais aussi contraire
à la nature des faits qu'à l'indépendance des cantons, et dont, au bout
de quatre ans, la Suisse, après en avoir reçu tous les maux de la guerre
civile et de la guerre étrangère, avait grande hâte de sortir.

Mais il est plus aisé de faire l'anarchie que d'en sortir, et si les
vieux gouvernements tués par les révolutions ne peuvent ressusciter, les
révolutions ont grand'peine à enfanter les gouvernements nouveaux dont
les sociétés ne peuvent se passer. Et cet enfantement n'est nulle part
plus difficile que dans les petits États, où les passions et les
intérêts locaux et individuels tiennent plus de place et exercent plus
d'influence. Pour se pacifier et se reconstituer après son essai de la
république une et indivisible, la Suisse eut besoin d'une sagesse et
d'une force étrangère. Napoléon, alors premier consul, les lui apporta;
il dit aux Suisses: «Vous vous êtes disputés trois ans sans vous
entendre. Si l'on vous abandonne plus longtemps à vous-mêmes, vous vous
tuerez trois ans sans vous entendre davantage. Votre histoire prouve
d'ailleurs que vos guerres intestines n'ont jamais pu se terminer que
par l'intervention amicale de la France. Il est vrai que j'avais pris le
parti de ne me mêler en rien de vos affaires; j'avais vu constamment vos
différents gouvernements me demander des conseils et ne pas les suivre,
et quelquefois abuser de mon nom selon leurs intérêts et leurs passions.
Mais je ne puis ni ne dois rester insensible aux malheurs auxquels vous
êtes en proie; je reviens sur ma résolution. Je serai le médiateur de
vos différends; mais ma résolution sera efficace, telle qu'il convient
au grand peuple au nom duquel je parle[188].»

[Note 188: M. Thiers, _Histoire du Consulat et de l'Empire_, t. IV, p.
239.]

Napoléon disait vrai, et il agit comme il avait parlé: Signé le 20
février 1803, et bel exemple d'une politique sensée, honnête et ferme,
l'acte de médiation fut efficace. Il constitua la Confédération
helvétique en rétablissant l'indépendance des cantons et de leurs
gouvernements intérieurs. Il réforma les grands vices de l'ancien régime
et consacra les bons résultats de la crise révolutionnaire en
affranchissant les populations sujettes qui formèrent des cantons
indépendants, et en abolissant les priviléges de classes, de religions
ou de personnes. La Suisse a dû à l'acte de médiation douze années
d'ordre et de progrès.

A la chute de Napoléon, elle retomba dans le trouble intérieur et
l'avenir précaire. Compromise et désolée par les guerres de ses grands
voisins, son plus pressant intérêt était d'être mise à l'abri de ce
péril; la paix sur son territoire était, pour elle, l'indispensable
condition de l'indépendance. Elle ne pouvait se l'assurer par elle-même
ni apporter avec sécurité, dans sa constitution territoriale et
fédérale, les changements qu'appelait le nouvel état de l'Europe. Elle
reçut de la puissance européenne alors dominante, le Congrès de Vienne,
la garantie de sa neutralité, l'accession de trois nouveaux cantons à la
Confédération helvétique, l'apaisement de quelques-unes de ses
difficultés intérieures; et le pacte fédéral de 1815, ainsi consacré par
l'Europe, prit la place de l'acte de médiation de 1803. Le 27 mai 1815,
la diète extraordinaire réunie à Zurich exprima officiellement «la
gratitude éternelle de la nation suisse envers les hautes puissances qui
lui rendent, avec une démarcation plus favorable, d'anciennes frontières
importantes, réunissent trois nouveaux cantons à son alliance, et
promettent solennellement de reconnaître et garantir la neutralité
perpétuelle que l'intérêt général de l'Europe réclame en faveur du corps
helvétique. Elle témoigne les mêmes sentiments de reconnaissance, pour
la bienveillance soutenue avec laquelle les augustes souverains se sont
occupés de la conciliation des différends qui s'étaient élevés entre les
cantons[189].»

[Note 189: _Actes du Congrès de Vienne_, page 228.]

La révolution de 1830 en France ramena en Suisse une fermentation plus
contenue que n'avait été celle de 1798, mais de même nature. A la suite
de la restauration européenne de 1815, le vieil esprit aristocratique,
reprenant dans plusieurs cantons une part de son empire, avait exploité
à son profit le pacte fédéral et réveillé, par ses prétentions et ses
abus, son adversaire naturel, l'esprit d'abord libéral, bientôt radical.
La république une et indivisible ne reparut point; mais plusieurs
révolutions cantonnales s'accomplirent, empreintes d'un vif caractère
démocratique, et le désir d'une réforme dans le pacte fédéral se
prononça hautement. Donner à l'opinion générale du pays plus
d'efficacité et à son pouvoir central plus de force dans les affaires de
sa compétence, tout en maintenant le régime de la confédération et
l'indépendance des cantons dans leurs affaires intérieures, tel était le
but avoué et légitime de la réforme réclamée. Préparé de 1831 à 1833 par
une commission qui réunissait les hommes les plus éclairés de la Suisse,
et discuté dans deux diètes extraordinaires, ce travail, dont M. Rossi
fut le rapporteur, n'aboutît à aucun résultat: la Suisse ne sut pas
accomplir par elle-même les innovations dont elle sentait le besoin, et,
devant cet échec de l'esprit réformateur et légal, l'esprit radical et
révolutionnaire rentra dans l'arène, ardent à faire triompher le régime
unitaire, sans oser pourtant substituer de nouveau la république une et
indivisible à la confédération.

Aucune intervention étrangère n'avait gêné la Suisse dans ses mouvements
intérieurs et son travail de réforme. Dès 1830 et à plusieurs reprises,
le gouvernement français avait déclaré que sur ses frontières, en Suisse
comme en Belgique et en Piémont, il n'admettrait de la part des autres
puissances aucune intervention sans intervenir lui-même, au risque des
conséquences. A la faveur de cette déclaration, les révolutions dans le
gouvernement de plusieurs cantons suisses et les délibérations des
diètes helvétiques pour la révision du pacte fédéral s'étaient
accomplies sans que, du dehors, aucun obstacle vînt les entraver. Mais,
en même temps, le gouvernement français avait exprimé à la Suisse ses
doutes sur l'opportunité immédiate de cette révision, et il avait
fortement insisté sur la nécessité de ne porter aucune atteinte aux
bases essentielles du pacte fédéral, principe et condition de la
neutralité que l'Europe avait garantie à la Suisse. Les divers cabinets
français de 1830 à 1840, le général Sébastiani, le duc de Broglie,
l'amiral de Rigny, M. Thiers, dans leurs instructions diplomatiques,
avaient tenu le même langage et adressé à la Suisse les mêmes conseils.
La Suisse ne les avait pas toujours accueillis avec justice et
convenance: la susceptibilité fière en fait d'indépendance nationale est
naturelle et respectable chez les petits peuples comme chez les grands;
mais ni chez les petits ni chez les grands, elle n'autorise à
méconnaître le droit public et l'amitié vraie. Les réfugiés politiques
italiens, polonais, belges, français, qui avaient échoué chez eux dans
leurs entreprises d'insurrection ou de conspiration, abondaient en
Suisse, et poursuivaient de là, comme d'un asile inviolable, leurs
desseins révolutionnaires. Excité et fortifié par eux, le parti radical
suisse devenait de plus en plus agressif; le parti modéré se montrait
embarrassé et timide. Plus d'une fois les attaques et les menaces des
uns, l'hésitation et la faiblesse des autres altérèrent et furent sur le
point de compromettre gravement les relations de la Suisse avec ses
voisins, même avec la France. On s'étonnerait aujourd'hui, on sourirait
peut-être si je rappelais ici quelques traits des violences d'attitude
et de langage dont le gouvernement français fut l'objet en Suisse à
cette époque; mais, à travers ces querelles et ces embarras de
voisinage, la politique française envers la Suisse resta toujours la
même, amicale autant que sincère dans ses conseils, et attentive à
respecter elle-même comme à maintenir en Europe la neutralité et
l'indépendance de la Confédération.

Dès mon entrée au ministère des affaires étrangères, j'eus un vif
sentiment des devoirs et des difficultés de cette situation: elle était
peut-être plus délicate pour moi que pour tout autre: j'avais été élevé
en Suisse; j'en avais emporté d'affectueux souvenirs; j'y conservais des
amis personnels; je portais à la Suisse, après les années de jeunesse et
d'étude que j'y avais passées, la même bienveillance que le roi
Louis-Philippe après l'hospitalité qu'il y avait reçue. Je suivais avec
sollicitude les agitations de son état intérieur. En 1844, notre
ambassadeur auprès de la Confédération, le comte de Pontois m'écrivait
qu'un changement favorable s'opérait, dans certains cantons, au profit
des principes conservateurs: «Je m'en félicite, lui répondis-je[190];
j'hésite pourtant à le faire sans réserve; car je ne saurais oublier ce
qu'il y a de mobile dans la politique des cantons suisses, et parfois de
soudain dans les revirements qui en signalent l'instabilité, selon qu'au
milieu de la lutte continuelle des partis, le pouvoir ou l'influence
revient à telles ou telles idées et à tels ou tels hommes. Les
nombreuses réactions de ce genre que nous avons vues depuis quinze ans
sont de nature à conseiller beaucoup de réserve à cet égard.»

[Note 190: Le 17 juillet 1844.]

Des événements récents justifiaient mon inquiétude. A peu d'intervalle
l'un de l'autre, deux mouvements révolutionnaires, l'un d'absolutisme,
l'autre de radicalisme, éclatèrent en Suisse, l'un dans le canton du
Valais, l'autre dans celui d'Argovie. Dans le Valais, le parti
catholique, maître du pouvoir après un court accès de guerre civile,
ordonna la révision de la constitution cantonnale et décréta: «que la
religion catholique romaine aurait seule un culte, et que le culte
protestant ne serait plus toléré, même en chambre close.» Trois ans
auparavant, le canton d'Argovie avait aussi révisé et modifié sa
constitution: mécontents du résultat, les catholiques, nombreux
quoiqu'en minorité dans ce canton, essayèrent de résister; leur
insurrection fut aisément réprimée, et aussitôt, sans se soucier de
l'article 12 du pacte fédéral[191], le grand conseil d'Argovie décréta
l'abolition de tous les couvents du canton et la confiscation de leurs
biens: «Ces moines sont si adroits, dit à notre ambassadeur l'un des
principaux radicaux argoviens, qu'en justice on n'aurait pu rien prouver
contre eux.» Plusieurs des couvents d'Argovie étaient fort riches; la
valeur des biens du couvent de Muri s'élevait, dit-on, à sept millions
de francs.

[Note 191: Cet article porte: «L'existence des couvents et chapitres et
la conservation de leurs propriétés, en tant qu'elle dépend des
gouvernements des cantons, sont garanties. Ces biens sont sujets aux
impôts et contributions publiques, comme toute autre propriété
particulière.]

Appelé à régler, en présence de ces faits, l'attitude et le langage de
notre ambassadeur en Suisse, je n'avais aucun embarras à exprimer mon
sentiment sur les violences fanatiques des catholiques valaisans;
j'écrivis à M. de Pontois[192]: «Je regrette infiniment les idées
d'intolérance qui ont prévalu dans la révision de la constitution du
Valais; l'opinion publique les réprouverait partout; et quant au Valais
en particulier, leur application ne saurait être propre qu'à y créer un
nouveau genre de discorde. Les institutions ne sont bonnes qu'à la
condition de garantir tous les droits et tous les intérêts. Je souhaite
bien sincèrement que la tranquillité se raffermisse de plus en plus dans
le Valais; mais quelque affaibli que soit maintenant le parti radical,
il me serait difficile de ne pas redouter tôt ou tard de fâcheuses
réactions si l'on persévère dans les voies où l'on est entré.» Envers le
canton d'Argovie et son abolition des couvents en confisquant leurs
biens, notre situation n'était pas si simple. Quand des mesures de cette
sorte ont reçu leur exécution, quand le temps les a confirmées et
soustraites à toute réaction directe en en dispersant les résultats au
sein de la société civile, c'est pour les gouvernements un devoir comme
une nécessité de les accepter à titre de faits accomplis et de les
mettre hors de toute contestation. Mais quand on considère de tels actes
de loin, à cette lumière tranquille que le temps répand sur les faits et
fait pénétrer dans les âmes, il est impossible de ne pas y voir de
graves atteintes portées à la liberté et à la propriété, dans les accès
du despotisme révolutionnaire. Que la liberté de réunion et
d'association aboutisse à des associations charitables, ou religieuses,
ou industrielles, ou savantes; que la propriété soit aux mains
d'associations ou d'individus, et qu'elle leur ait été acquise par
eux-mêmes ou transmise par la libre volonté d'autrui; que ces diverses
manifestations de la liberté et ces diverses formes de la propriété
puissent être, de la part de l'État, l'objet de certaines conditions ou
garanties spéciales; elles n'en conservent pas moins leur originaire et
grand caractère; les principes naturels et les droits essentiels de la
liberté et de la propriété n'en restent pas moins engagés dans leur
cause; l'abolition des associations religieuses et la confiscation de
leurs biens n'en sont pas moins des violations flagrantes de ces
principes et de ces droits. Quand le tremblement de terre a renversé une
ville, on reconnaît les vices de son ancien état; on la rebâtit plus
saine et plus belle; mais on n'érige pas le tremblement de terre en
architecte public; on ne cherche pas dans ses coups destructeurs les
lois de la construction et de l'existence des cités.

[Note 192: Le 30 septembre 1844.]

Même quand elles sont contestées et violées, ces vérités élémentaires ne
s'éteignent pas complètement dans l'âme des hommes: telle était en
Suisse, même au milieu de la fermentation révolutionnaire, la perplexité
des esprits sur ces graves questions de propriété et de liberté, que,
lorsque sept cantons catholiques réclamèrent devant la Diète fédérale
contre l'abolition et la spoliation des couvents ordonnée par le canton
d'Argovie, cette assemblée hésita longtemps, soit à condamner, soit à
approuver la mesure. On essaya de négocier avec le canton radical qui
mettait la Diète dans ce triste embarras, et le grand conseil d'Argovie
lui-même, tout à la fois opiniâtre et embarrassé, consentit au
rétablissement de trois couvents de femmes, en maintenant l'abolition
des couvents d'hommes et la confiscation de leurs biens. C'était trop
peu pour panser la blessure qu'avaient reçue le pacte fédéral et la
Confédération: les modérés de la Suisse n'étaient pas assez fermes pour
protéger efficacement le droit, ni les radicaux d'Argovie assez osés
pour proclamer et pratiquer sans réserve le principe de leurs violences:
la Diète ne sut que laisser tomber la question en laissant subsister le
mal; les animosités religieuses se joignirent aux rivalités politiques,
et les catholiques se virent en Suisse aux prises avec les protestants,
comme les conservateurs avec les radicaux.

Une nouvelle question, sinon plus grave, du moins plus vive que celle
des couvents, vint étendre et passionner encore plus la lutte: le grand
conseil de Lucerne résolut d'appeler les jésuites et de leur confier,
dans le canton, l'instruction publique. En principe, il pouvait et
devait se croire en droit de prendre une telle mesure; la liberté
d'enseignement était l'une de celles que réclamait partout en Europe le
parti radical; les partisans des jésuites pouvaient l'invoquer aussi
bien que leurs adversaires, et, dans un canton catholique, leur appel à
ce titre n'avait rien d'étrange; toutes les questions relatives à
l'instruction publique étaient essentiellement et avaient toujours été
considérées comme appartenant à l'administration cantonnale. Les faits
étaient en Suisse, à cet égard, en accord avec les principes: dans les
cantons du Valais et de Fribourg, les jésuites avaient des
établissements d'éducation formellement reconnus et acceptés. Dans le
canton de Zurich, le parti radical venait d'exercer, en sens contraire,
le même droit; il avait appelé à la chaire d'histoire et de doctrine
chrétienne le professeur Strauss, célèbre par son hostilité contre
l'histoire évangélique et le dogme chrétien. Le scandale fut grand dans
le canton; un mouvement populaire éclata, et le docteur Strauss ne put
venir professer effectivement à Zurich; mais, nommé à vie, il n'en resta
pas moins en possession de sa chaire et, sous des noms moins compromis
que le sien, ses idées envahirent l'enseignement public zurichois, sans
que le droit de le régler ainsi fut contesté au gouvernement cantonnal.
Les sentiments et les actes divers qui prévalaient dans les divers
cantons se provoquaient mutuellement; l'abolition et la confiscation des
couvents dans le canton d'Argovie avaient puissamment contribué à
déterminer l'appel des jésuites à Lucerne; même dans ce dernier canton,
les jésuites ne manquaient pas d'adversaires qui, sous le nom de corps
francs, se soulevèrent vers la fin de 1844 contre le gouvernement local.
Ils furent aisément et promptement réprimés: la foi et la cause
catholiques étaient en immense majorité dans ce canton. Leur victoire
suscita, dans les cantons protestants, chez les hommes passionnés une
violente irritation, chez les prudents une grande inquiétude. Un
mouvement révolutionnaire éclata dans le canton de Vaud et mit le
gouvernement de ce canton entre les mains des radicaux: ils ne se
contentèrent pas de dominer sur leur propre territoire; ils résolurent
d'aller soutenir la cause radicale là même où elle était en minorité et
venait d'être vaincue: en mars et en avril 1845, de nouveaux et nombreux
corps francs se formèrent dans les cantons de Vaud, de Berne, d'Argovie,
de Soleure, et se portèrent en armes contre le canton de Lucerne qui
s'était mis en énergique défense. Ceux-là aussi furent défaits et
dispersés; plusieurs de leurs chefs demeurèrent prisonniers, et, dans
l'orgueilleuse joie de sa victoire, le gouvernement de Lucerne ordonna
l'exécution effective de la mesure qui avait suscité la guerre civile:
les jésuites prirent possession, à Lucerne, de l'établissement qui leur
était confié.

Nous n'étions pas restés spectateurs indifférents de tels troubles chez
un peuple ami et sur notre frontière. Dès que j'appris l'insurrection
des premiers corps francs dans le canton même de Lucerne, j'en témoignai
au comte de Pontois mon inquiétude[193]: «Le gouvernement de Lucerne a
triomphé et avec lui la cause de l'ordre; nous avons été heureux de
l'apprendre. Mais il est fâcheux que l'appel des jésuites ait été la
cause ou l'occasion des événements qui ont troublé la paix de ce canton.
Au point de vue général de la Suisse, j'avais pressenti le danger d'une
telle mesure: elle ne pouvait paraître qu'une sorte de défi jeté par
l'opinion catholique et conservatrice à l'opinion protestante et
radicale. L'incendie heureusement éteint à Lucerne aurait pu, s'il
s'était prolongé, embraser toute la Suisse en donnant carrière à des
interventions opposées, ainsi qu'a dû le faire craindre l'attitude de
Berne et des autres cantons radicaux; une guerre civile risquait ainsi
d'éclater au sein de la Confédération, et d'attirer, sur son existence
même, d'incalculables périls.» Six semaines plus tard, les chances de
guerre civile étaient devenues des faits; j'écrivis sur-le-champ à M. de
Pontois[194]: «Ce qui se passe en Suisse ajoute chaque jour aux
inquiétudes qu'inspirait déjà la situation critique de ce pays. La
révolution qui vient de triompher à Lausanne, et devant laquelle le
gouvernement légal a été forcé d'abdiquer, a surtout cela de fâcheux
qu'elle a été accomplie par l'intervention oppressive des corps francs.
On écrit de Genève que le parti radical en prépare une semblable dans
cette ville par les mêmes moyens, et que, de tous côtés, des bandes
organisées sans l'aveu des gouvernements sont prêtes à seconder les
violences du parti qui prétend imposer sa volonté aux grands conseils
des cantons et à la Diète elle-même. Un tel état de choses ne saurait
être toléré, car il ne tend à rien moins qu'à la destruction du pacte
fédéral et au renversement de la souveraineté cantonnale, pour
substituer à son action légitime et régulière l'action désordonnée de la
force brutale, le despotisme des masses à la liberté, l'anarchie et les
horreurs de la guerre civile au règne paisible des institutions
protectrices de l'ordre social. Je ne parle pas, Monsieur le comte, de
tout ce qu'une pareille situation aurait d'irrégulier et d'alarmant au
point de vue européen, ni par conséquent des devoirs qu'elle imposerait
aux puissances intéressées à la conservation de la tranquillité de la
Confédération suisse. Leur attention est déjà éveillée sur la situation
de ce pays et par la gravité des périls qui le menacent. Il n'est, à cet
égard, point de remède plus pressant, point de mesure plus
impérieusement urgente que la suppression des corps francs et l'adoption
de moyens énergiques pour en prévenir le renouvellement. C'est donc avec
les plus vives instances, c'est avec le profond sentiment de la grandeur
du mal, c'est au nom des plus chers intérêts de la Suisse que nous
adjurons le Directoire fédéral, la diète, tous les hommes influents qui
veulent le bien de leur patrie, de ne pas perdre de temps pour
travailler à extirper de son sein cette cause funeste de dissolution et
de ruine. Vous êtes autorisé à donner lecture de cette dépêche à M. le
président du Directoire fédéral, et même à lui en laisser copie.»

[Note 193: Les 26 décembre 1844 et 3 mars 1845.]

[Note 194: Les 19 février et 3 mars 1845.]

C'était là, à coup sûr, un langage aussi affectueux que sincère. J'avais
à coeur d'éveiller en Suisse un vif sentiment du droit et du devoir
fédéral, du mal et du péril national. La diplomatie est souvent sèche et
froide, au risque d'être vaine: elle parle souvent pour avoir parlé
plutôt que pour agir, et elle est plus préoccupée de satisfaire aux
convenances de la situation qu'elle veut garder que de poursuivre
réellement le succès de la cause qu'elle soutient. Je ne fais nul cas de
cette routine superficielle et stérile: il y a des temps pour attendre
et des temps pour agir; quand c'est le temps d'attendre, il faut
attendre patiemment; quand c'est le temps d'agir, il faut agir
efficacement; et, quand on a l'honneur de représenter un grand
gouvernement et un grand peuple, rien ne simplifie et ne fortifie autant
la politique que de l'exprimer et de la pratiquer, non par manière
d'acquit et pour l'apparence, mais sérieusement et pour l'effet. Je ne
me dissimulais pas que la franchise de mes avertissements pourrait
fournir aux radicaux suisses des prétextes pour prétendre que nous
portions atteinte à l'indépendance de leur patrie et pour alarmer, à ce
titre, la susceptibilité nationale; ils n'eurent garde en effet d'y
manquer, au sein de la diète comme dans leurs appels quotidiens à
l'émotion populaire. Mais j'aimais mieux subir cet inconvénient que ne
pas tenter un effort sérieux pour prêter, à la bonne cause en Suisse, un
appui sérieux aussi et conforme à l'intérêt comme aux maximes de la
politique française.

En même temps que je signalais à la Suisse les périls où la poussaient
les radicaux, je n'étais pas moins attentif à ceux que soulevaient les
passions catholiques. J'appelai sur ce point la sollicitude de la cour
de Rome. La question y avait déjà été portée, et le pape avait répondu
comme on devait s'y attendre: «Que me demande-t-on? Le canton de Lucerne
est dans son droit quand il appelle les jésuites pour des établissements
d'instruction publique; c'est le voeu de la grande majorité de sa
population. Ils ont déjà été appelés et ils sont établis dans d'autres
cantons. S'il y a une lutte religieuse à soutenir et des périls à
courir, ils y sont prêts et c'est leur devoir de ne pas s'y soustraire.
Je ne puis interdire à une congrégation catholique de se rendre, pour
remplir sa mission naturelle, là où une population catholique l'appelle,
et dans un pays où jusqu'ici elle a été admise.» Le pape aussi était
dans son droit en tenant ce langage; mais, à côté du droit et en le
maintenant, la cour de Rome avait coutume de tenir aussi compte de la
prudence; j'écrivis à M. Rossi[195]: «Je ne suis pas content de ce qui
me revient de Lucerne. On s'y échauffe. Le mauvais accueil, presque les
mauvais traitements que les Lucernois en voyage reçoivent dans les
cantons de Berne, Argovie, Soleure, etc., raniment l'irritation. L'idée
court à Lucerne d'installer soudainement les jésuites, pour qu'à
l'ouverture prochaine de la diète, ce soit un fait accompli. Le
provincial de Fribourg est venu examiner les bâtiments destinés à ses
pères, pour faire commencer les réparations. La diète sera grosse et
tout y tient à un fil. Que le canton de Genève lâche pied, il y aura
majorité contre les jésuites. Le sort de Loyola en Suisse dépend en ce
moment de Calvin. Il est impossible que Rome ne trouve pas là de quoi
penser.»

[Note 195: Le 6 juin 1845.]

Dès que j'appris que l'idée qui courait à Lucerne avait en effet été
mise en pratique et que les jésuites venaient d'y être installés,
j'écrivis au comte de Pontois[196]: «Le gouvernement du roi a appris
avec un profond sentiment de regret et d'inquiétude un événement qui,
dans l'état actuel de l'opinion et des partis en Suisse, peut avoir de
si dangereuses conséquences pour la tranquillité de la confédération.
Les précautions militaires que les magistrats de Lucerne ont cru devoir
adopter pour assurer l'exécution de cette mesure prouvent assez qu'ils
ne s'en dissimulaient ni la gravité ni le péril; et dès lors on éprouve
un pénible étonnement en les voyant affronter et provoquer en quelque
sorte, sans nécessité, des complications comme celles qu'il n'est que
trop naturel de prévoir après ce qui s'est passé et en présence de ce
qui existe. Personne assurément ne respecte plus que nous le principe et
les droits de la souveraineté cantonnale; toutefois nous croyons, nous
avons toujours cru qu'à côté de ces droits il y a, pour chaque canton,
des devoirs non moins sacrés et non moins évidents; nous croyons
qu'essentiellement intéressé au maintien de la paix générale et au
bien-être de la commune patrie, chaque canton doit éviter tout ce qui
serait de nature à la précipiter dans des voies de perturbation et de
guerre civile, dût-il en coûter quelque chose à des sentiments, même à
des droits dont, en pareil cas, un patriotisme généreux autant
qu'éclairé n'hésite pas à faire le sacrifice à l'intérêt de la
confédération tout entière. En résumé, Monsieur le comte, nous regardons
comme aussi dangereuse qu'intempestive la résolution en vertu de
laquelle le gouvernement de Lucerne a donné suite à son décret d'appel
des jésuites. Nous aurions vivement désiré qu'il fût possible de la
prévenir; nous avons tenté, dans ce but, tout ce qui dépendait de nous.
Nous souhaitons sincèrement que les pressentiments trop légitimes que
fait naître un tel événement ne se réalisent point; mais nous pouvons du
moins nous rendre le témoignage que nous n'avons pas été les derniers à
signaler le danger, et qu'il n'a pas dépendu de nous qu'il fût conjuré.»

[Note 196: Le 9 juillet 1845.]

Les conséquences suivirent de près l'acte. En janvier 1846, une
révolution éclata dans le canton de Berne et, malgré la résistance
non-seulement des conservateurs, mais de quelques chefs radicaux plus
modérés que leur cortége, elle mit le pouvoir aux mains des plus
ardents. Au mois d'octobre suivant, le même événement s'accomplit dans
le canton de Genève, plus violemment encore dans les procédés et les
effets. L'esprit révolutionnaire et unitaire était en agression hardie
dans la plupart des cantons. Un crime odieux vint souiller son progrès
et porter au comble l'irritation comme les alarmes de ses adversaires:
le chef rustique, honnête et respecté du peuple catholique dans le
canton de Lucerne, M. Jacob Leu d'Ebersol, fut traîtreusement assassiné
dans son lit. Au souffle de l'indignation populaire et devant la guerre
civile en perspective, le parti menacé résolut de se mettre en défense
et de s'organiser: sous le nom de _Sonderbund_ (alliance particulière),
les sept cantons essentiellement catholiques, Lucerne, Uri, Schwytz,
Unterwalden, Zug, Fribourg et le Valais, s'unirent en confédération
particulière, «s'engageant à se défendre mutuellement aussitôt que l'un
d'entre eux serait attaqué dans son territoire ou dans ses droits de
souveraineté, conformément au pacte fédéral du 7 août 1815 et aux
anciennes alliances.» Quoique toujours considérées comme exceptionnelles
et regrettables, ces sortes d'alliances formées dans un but spécial
entre certains cantons, au sein de la confédération générale, n'étaient
pas sans exemple, et sans exemple récent, dans l'histoire de la Suisse:
dès 1832, les cantons où prévalait l'esprit d'innovation s'étaient unis
par un concordat de garantie mutuelle, et les sept cantons opposés
avaient institué à Sarnen, dans le canton d'Unterwalden, une conférence
chargée de veiller à leurs intérêts et à leur action commune. En
présence de ces associations particulières, la Diète helvétique,
ordinaire ou extraordinaire, avait grand'peine à vider les questions
portées devant elle et à maintenir l'ombre de l'autorité centrale et de
la paix publique; à mesure que les événements et les forces mutuelles
des partis se développaient, les radicaux dominaient de plus en plus
dans la diète, surmontaient les hésitations ou les scrupules des
modérés, et acquéraient ainsi l'ascendant comme la situation d'un
gouvernement national et légal aux prises avec une minorité séditieuse.
Au printemps de 1847, les choses en étaient venues à ce point, et le
chef du parti radical dans le canton de Berne, naguère chef des corps
francs battus par Lucerne, M. Ochsenbein était élu président de la diète
près de se réunir. L'esprit qu'il devait porter dans le gouvernement se
manifesta sans réserve dans ses relations diplomatiques comme dans ses
actes publics: M. de Boislecomte, qui avait succédé, comme ambassadeur
de France en Suisse, à M. de Pontois, eut de lui, le 4 juin, une
première audience; après les démonstrations officielles, «une longue
conversation s'engagea entre nous, m'écrivit-il[197]; et au thème sur
lequel M. Ochsenbein l'établit, je pus reconnaître l'assurance
qu'avaient prise les radicaux.--«Nous n'avons en Suisse, me dit-il,
qu'une affaire, mais il faut qu'elle ait sa fin. La grande majorité des
habitants veut la dissolution du Sonderbund et l'expulsion des jésuites
de toute la Suisse. Il faut que cette volonté de la majorité soit
satisfaite.--Mais c'est la guerre civile, lui dis-je.--On doit préférer
un mal moindre que la présence des jésuites en Suisse.--Vous parlez bien
tranquillement de la guerre civile.--Que voulez-vous? Une fois engagée,
il faut que la question soit vidée; il faut que le pacte fédéral soit
observé.--Mais le pacte fédéral ne prononce pas l'expulsion des
jésuites; il me semble, au contraire, qu'il garantit l'existence des
couvents, au nombre desquels était alors l'établissement des jésuites
dans le Valais.--Le pacte dit que la diète doit pourvoir à la sûreté de
la Suisse: les jésuites compromettent cette sûreté; la majorité
prononcera leur expulsion.--Probablement la minorité n'obéira pas, et
elle opposera une résistance qu'elle aussi elle appellera légale,
puisqu'elle soutiendra que la majorité attaque son indépendance. Vous
entreprenez une rude tâche. Vous allez retrouver les descendants des
premiers Suisses; ils vous combattront comme leurs ancêtres ont combattu
leurs oppresseurs dont vous prenez en ce moment le rôle. Vous allez
combattre les convictions politiques et religieuses les plus profondes.
Et avec quoi?--Moi aussi, j'ai vu des convictions sincères et profondes;
j'ai vu dans les corps francs des pères de famille qui avaient tout
quitté et allaient se faire tuer pour une idée. Au reste, il n'y aura
peut-être pas de guerre du tout; il est fort possible qu'une fois se
voyant condamnés par la majorité, ils se soumettent. S'ils ne le font
pas, il faudra bien que la guerre décide.»

[Note 197: Le 4 juin 1847.]

«Il perçait, dans les paroles de M. Ochsenbein, un désir évident d'une
revanche contre les Lucernois vainqueurs des corps francs, et je
reconnaissais avec surprise combien il avait peu de sentiment de la
valeur morale de son action qui reste encore, à ses yeux, _juste sans
être légale_, et dont il parle presque sans aucun embarras. Je lui
exprimai vivement le profond sentiment d'affliction et de répugnance
avec lequel je le voyais accepter si résolument le parti de la guerre
civile.--«Ne sommes-nous pas en guerre? me dit-il; eh bien! il vaut
mieux en finir une bonne fois: que les armes prononcent et nous donnent
enfin la paix.--Qui vous empêcherait d'avoir la paix en Suisse dès ce
moment? Laissez chacun vivre comme il lui plaît; respectez
l'indépendance de chaque canton et vous aurez la paix.--Cette paix n'est
pas possible: quand nous aurons détruit le Sonderbund et expulsé les
jésuites, alors il y aura en Suisse une paix véritable.--Tenez, monsieur
Ochsenbein, voulez-vous que je vous dise ce qui m'effraye quand vous
parlez? C'est que ce n'est pas vous qui parlez. Je vous l'assure:
j'aurais confiance en M. Funk, en vous, en tout ce qui est gouvernement;
mais vous êtes poussé par d'autres, vous servez d'instrument à des
projets et d'interprète à des sentiments qui ne sont pas les vôtres. Que
voulez-vous que nous pensions quand nous considérons ce que veulent ceux
qui vous poussent? Ils veulent l'unité de la Suisse et substituer une
grande république unitaire à la Suisse des traités, à la Suisse
fédérale, à laquelle seule l'Europe a conféré le bienfait de la
neutralité.--Nous avons le droit de réformer notre pacte comme bon nous
semble.--Ceci n'est pas le pacte, c'est le traité, et c'est là ce qui
m'effraye. Avec l'ascendant que vous laissez prendre à votre club de
l'_Ours_, on ne peut plus compter sur rien. Ne les voilà-t-il pas
maintenant qui ont trouvé une théorie toute nouvelle? Ils voient qu'ils
auront, dans la diète, douze voix pour le principe contre le Sonderbund,
mais qu'ils ne les auront pas pour l'exécution du principe par la
guerre; eh bien! ils soutiennent que, dès que le principe est prononcé,
l'exécution appartient au _vorort_; et après avoir hautement proclamé le
règne de la majorité, ils se passeront d'elle du moment où elle se
refusera à servir leurs projets. Ils vous pressent en ce moment
d'adopter leur nouveau principe.»--Je savais que, lundi dernier, ce
principe avait été en effet posé dans le club de l'_Ours_, et accepté
par M. Ochsenbein. Je m'arrêtai un instant pour lui laisser le temps de
répondre.--«Ils vous pressent, lui dis-je, ils vous forceront.--Les
choses n'en viendront pas là, reprit-il; le peuple forçait le dernier
gouvernement parce qu'il voyait que ce gouvernement avait une conduite
double, comme il l'a eue dans l'affaire des corps francs. Avec nous, il
n'y a pas de contrainte à craindre: le peuple a confiance; il sait que
nous sommes de bonne foi et dévoués à sa cause; aussi les voies légales
nous suffisent. Mais nous reconnaîtrons pour voie légale tout ce que
décidera la majorité. Dès lors, il ne peut y avoir proprement en Suisse
de guerre civile, car, si vous la prenez dans le système fédéral, la
guerre de la minorité contre la majorité n'est qu'une rébellion, et,
dans le système cantonnal, il n'y a que des guerres d'État.»

Il était impossible de mettre plus complétement de côté les droits de la
minorité, l'indépendance intérieure des cantons, le pacte fédéral, les
conditions morales de la neutralité garantie à la Suisse par l'Europe,
la liberté d'association, la liberté d'enseignement; on portait à toutes
ces libertés la plus rude atteinte, au seul nom de la volonté et de la
force de la majorité, même dans les questions d'éducation religieuse qui
appartiennent essentiellement aux droits de la conscience et de la
famille.

En présence d'un tel langage et de telles résolutions, la sollicitude
des grandes puissances intéressées à la tranquillité de la Suisse et
garantes de sa neutralité était grande. Je viens de dire dans quelle
mesure j'avais, dès le premier moment, exprimé aux deux partis qui
divisaient la confédération notre sentiment et nos conseils; quand je
vis approcher la seconde attaque des corps francs levés dans les cantons
radicaux contre le canton de Lucerne, je voulus m'assurer de la
disposition des autres cabinets et leur faire connaître en même temps la
nôtre. Comme prince et protecteur extérieur du canton de Neuchâtel, le
roi de Prusse était le plus directement engagé dans la question;
j'écrivis au marquis de Dalmatie, alors notre ministre à Berlin[198]:
«Si la guerre civile commence révolutionnairement en Suisse, nous ne
devons, je crois, rien faire, ni même nous montrer disposés à rien faire
avant que le mal se soit fait rudement sentir aux Suisses. Toute action
extérieure qui devancerait le sentiment profond du mal et le désir
sérieux du remède nuirait au lieu de servir. En aucun cas, aucune
intervention matérielle isolée de l'une des puissances ne saurait être
admise; et, quant à une intervention matérielle collective des
puissances, deux choses sont désirables: l'une, qu'on puisse toujours
l'éviter, car elle serait très-embarrassante; l'autre, que si elle doit
jamais avoir lieu, elle n'ait lieu que par une nécessité évidente, sur
le voeu, je dirai même sur la provocation d'une partie de la Suisse
recourant à la médiation de l'Europe pour échapper à la guerre civile et
à l'anarchie. Nous n'avons donc, quant à présent, qu'à attendre; mais en
attendant, nous avons besoin, je crois, de nous bien entendre sur cette
situation et sur les diverses éventualités possibles; car il ne faut pas
que, si la nécessité de quelque action ou de quelque manifestation
commune arrive, nous soyons pris au dépourvu. Parlez de ceci
confidentiellement au baron de Bülow. Je n'ai pour mon compte aucune
idée arrêtée, aucun plan à proposer; mais je désirerais savoir ce que
pense, des chances de cet avenir suisse, le cabinet de Berlin.»

[Note 198: Le 23 mars 1845.]

J'adressai aux cabinets de Vienne et de Pétersbourg la même question
avec les mêmes observations préalables, et j'envoyai au comte de
Sainte-Aulaire copie de ma lettre au marquis de Dalmatie, en le
chargeant de la communiquer à lord Aberdeen.

Le prince de Metternich ne se borna pas à accueillir avec empressement
l'idée de l'entente à établir entre les puissances garantes de la
neutralité helvétique; il ne se contenta même pas de poser en principe
que «si la diète, en empiétant sur les droits légitimes et de
souveraineté des cantons, donnait le signal d'une guerre civile et de
religion, les puissances rempliraient un véritable devoir de conscience
envers elles-mêmes et d'amitié envers la Suisse en tâchant, par des
déclarations franches, uniformes et faites en temps utile, de prévenir
d'aussi graves malheurs;» il nous proposa immédiatement l'adoption et le
texte de cette dernière mesure: «Si M. Guizot, écrivit-il au comte
Appony[199], vous demandait de connaître le canevas sur lequel, d'après
notre opinion, de pareilles déclarations devraient être rédigées, vous
lui répondriez que le formulaire suivant:

[Note 199: Le 20 mai 1845.]

«Les cinq puissances regarderaient l'anéantissement du pacte de 1815,
soit que cet anéantissement eût lieu d'une manière patente, soit qu'il
s'effectuât à l'égide d'un arrêté de la Diète, outrepassant évidemment
les attributions que le pacte assigne à l'autorité fédérale, comme un
fait annulant les garanties que les actes du congrès de Vienne ont
accordées à la Suisse;--et cela, sans préjuger les mesures ultérieures
que l'intérêt du maintien de l'ordre et de la paix en Europe pourrait
forcer les puissances de prendre:» que ce formulaire, dis-je, nous
paraîtrait suffire aux exigences du cas.

«De pareilles déclarations, étant toutes conçues sur le même modèle,
serviraient à constater de nouveau, aux yeux des Suisses, l'accord qui
règne entre les puissances pour ce qui regarde les affaires de leur
patrie. Elles leur feraient connaître les conséquences immédiates, et
pressentir celles ultérieures, plus sérieuses encore, que pourrait avoir
pour eux l'abandon des principes sur lesquels leur position politique en
Europe est fondée.»

C'était évidemment aller plus vite et plus loin que je ne le croyais
opportun et que je ne l'avais indiqué; la déclaration immédiatement
proposée par M. de Metternich annonçait d'avance l'intervention si la
Suisse ne se rendait pas immédiatement à nos représentations. J'écrivis
à M. Eugène Périer[200], en ce moment chargé d'affaires à Vienne,
pendant un congé de M. de Flahault: «Il n'y a lieu, je pense, quant à
présent, à aucune action, à aucune manifestation collective et
_unitaire_, si je puis ainsi parler, des grandes puissances envers la
Suisse. Ce qui leur importe, c'est de se concerter sur tout ce qui peut
arriver en Suisse, de manière à se former une résolution commune et à
faire tenir par leurs représentants en Suisse une attitude prompte,
identique et simultanée. Si des faits nouveaux et plus graves
provoquaient les puissances à plus d'action et à une autre forme
d'action, elles seraient là pour y pourvoir. Je me demande si, dans un
système d'entente ainsi défini et limité, nous aurions, au moment actuel
et tout d'abord, quelque initiative à prendre, quelque démarche à faire
envers la Suisse. J'en doute. La diète ordinaire va se réunir en
juillet. Les questions qui agitent la Suisse y reparaîtront et y
amèneront Dieu sait quoi, qui amènera peut-être, pour les puissances, la
nécessité de quelque manifestation, de quelque démarche concertée. Le
prince de Metternich est, j'en suis sûr, aussi décidé que moi à ménager
extrêmement la susceptibilité des Suisses en fait d'indépendance et de
dignité nationale; elle leur est commune à tous, aux catholiques comme
aux protestants, aux conservateurs comme aux radicaux, et toute
influence qui blesse en eux ce sentiment se perd à l'instant, et nuit au
lieu de servir. Pour qu'une action extérieure soit utile et efficace, il
faut qu'elle soit évidemment nécessaire, provoquée par les faits, et
invoquée, sinon à haute voix, du moins au fond du coeur, par tous les
hommes modérés. Sous cette réserve, je reconnais que cette nécessité
peut se présenter bientôt, et que, si elle se présente, il n'y faudra
pas manquer.»

[Note 200: Le 22 mai 1845.]

Comme nous en étions là, lord Cowley vint me communiquer une dépêche de
lord Aberdeen qui semblait adhérer à la proposition que lui avait fait
faire, comme à nous, le prince de Metternich. J'écrivis sur-le-champ à
M. de Sainte-Aulaire[201]: «J'ai à faire quelques observations qui, je
l'espère, frapperont un peu lord Aberdeen. Le résultat de cette
proposition, si nous la convertissions en une démarche concertée,
simultanée et actuelle des cinq puissances, serait, je pense: 1º _En
principe_, de nous attribuer, à nous, puissances étrangères, le droit
d'interpréter le pacte fédéral, en déclarant nous-mêmes que la question
des jésuites n'est point du tout une question fédérale, et que la diète
n'a nul droit de s'en occuper, ce qui me paraît excessif; 2º _En fait_,
de blesser, dans tous les Suisses, conservateurs ou radicaux, le
sentiment de l'indépendance nationale, et d'amener, dans la diète
prochaine, un résultat contraire à celui que nous désirons. Il n'a
manqué, vous le savez, dans la dernière diète, que la voix de Genève,
pour former une majorité contre les jésuites et le Sonderbund:
c'est-à-dire, comme je l'écrivais il y a trois jours à Rossi, que le
sort de Loyola en Suisse dépend en ce moment de la sagesse de Calvin.
Convenez que la sagesse de Calvin est bien à ménager. Dites tout cela,
je vous prie, à lord Aberdeen, et demandez-lui s'il ne croit pas à
propos de se tenir un peu sur la réserve.»

[Note 201: Le 9 juin 1845.]

La réponse de lord Aberdeen ne se fit pas attendre: «Lord Cowley a mal
compris ses instructions, me répondit sur-le-champ M. de
Sainte-Aulaire[202], s'il y a vu l'intention de s'engager, avec le
prince de Metternich, dans une campagne en faveur des jésuites. Rien de
plus contraire à la pensée de lord Aberdeen. Il a adhéré aux bases de
l'entente que le prince de Metternich a formulées en trois articles, et
que vous avez vous-même approuvées; il n'a pas entendu aller plus loin.
Et même, dans les conversations qu'il a eues avec le comte de
Dietrichstein[203], il a signalé explicitement la question des jésuites
comme ne devant être touchée qu'avec une extrême réserve. Pour sa part,
«il verrait avec un extrême regret que la diète expulsât les jésuites;
mais il n'est pas préparé à déclarer _a priori_ que cet acte serait le
renversement du pacte fédéral.» Probablement lord Cowley aura causé avec
le comte Appony après avoir reçu sa dépêche, et ils l'auront interprétée
en commun dans le sens autrichien. Mais lord Aberdeen m'a promis de lui
écrire pour le contenir dans de justes bornes. En attendant, tenez pour
certain qu'on ne vous poussera pas, d'ici, plus loin que vous ne voulez
aller.»

[Note 202: Le 11 juin 1845.]

[Note 203: Alors ambassadeur d'Autriche à Londres.]

Quand les événements eurent marché en Suisse selon leur pente, quand les
révolutions radicales de Berne et de Genève firent pressentir comme
très-probable et prochaine la formation, dans la diète, d'une majorité
décidée à accomplir par la guerre civile l'expulsion des jésuites et la
dissolution du Sonderbund, le prince de Metternich fit un pas de plus;
il nous proposa[204] de donner à nos représentants en Suisse l'ordre de
ne plus résider à Berne même, auprès du nouveau Directoire fédéral, et
de déclarer en même temps, par des notes séparées mais identiques, «que
les puissances, constamment disposées à entretenir avec la Confédération
helvétique les relations les plus franches d'amitié et de voisinage, ne
sauraient cependant vouer ces sentiments qu'au gouvernement central de
la confédération qui asseoira sa marche sur la base sur laquelle cette
même autorité est fondée, c'est-à-dire sur le pacte qui, en 1815, a
constitué la Suisse en corps politique et de Nation.»

[Note 204: Par des dépêches des 11 et 16 octobre 1846, que le comte
Appony me communiqua le 25 octobre.]

Au moment même où le prince de Metternich nous adressait ces
propositions, et avant de les avoir reçues, j'écrivais au comte de
Flahault pour lui faire connaître avec précision nos propres vues, en le
chargeant de les communiquer à M. de Metternich: «Depuis longtemps, lui
disais-je[205], je pense mal de l'état et de l'avenir de la Suisse,
comme de l'état et de l'avenir de toute société livrée aux idées et aux
passions radicales. De plus, je ne vois pas dans la Suisse elle-même un
principe de réaction suffisant pour que cette société, par sa propre
force, rebrousse chemin, et porte à son mal un remède efficace. Il y a
sans nul doute, en Suisse, un grand nombre d'hommes sensés, honnêtes,
éclairés, qui voient ce mal, le déplorent, et voudraient le combattre.
Mais ont-ils le degré de prévoyance et d'énergie nécessaire pour une
telle lutte? Et quand même ils l'auraient, trouveraient-ils autour
d'eux, parviendraient-ils à se créer eux-mêmes les moyens de concert et
d'action commune dont ils auraient besoin pour ressaisir et exercer le
pouvoir sur une population que les idées et les passions radicales
tiennent en fermentation et en dissolution permanente? J'en doute
beaucoup.

[Note 205: Le 22 octobre 1846.]

«Si la Suisse n'est pas en état de se sauver et de se réorganiser
elle-même, l'Europe peut-elle et doit-elle s'en charger? L'intervention
étrangère accomplira-t-elle en Suisse l'oeuvre à laquelle ne suffisent
pas la sagesse et l'action du pays lui-même?

«Je mets de côté, pour un moment, les difficultés extérieures et
européennes d'une telle intervention. Je ne considère que les
difficultés intérieures et suisses. Elles sont immenses.

«M. de Metternich, j'en suis sûr, le pense comme moi: la pacification
durable de la Suisse, sa reconstitution en un État régulier et
tranquille au milieu de l'Europe, ne peut être le résultat du triomphe
d'un parti sur l'autre, ni d'un ascendant factice et momentané donné par
la force étrangère, soit aux radicaux sur les catholiques, soit aux
catholiques sur les radicaux. Ce ne peut être qu'une oeuvre de
transaction entre les prétentions extrêmes. Par conséquent il y faudra
toujours, et nécessairement, l'assentiment, l'appui, la bonne volonté
des hommes honnêtes et sensés, des conservateurs épars dans toute la
Suisse, de cette masse intermédiaire modérée qui n'est peut-être ni
assez prévoyante, ni assez énergique, ni assez forte pour sauver et
reconstituer elle-même son pays, mais sans l'adhésion et le concours de
laquelle l'Europe elle-même, avec toute sa force, ne pourrait sauver et
reconstituer la Suisse.

«Or, c'est le caractère des sociétés démocratiques, même dans leurs
meilleurs éléments, qu'elles ne reconnaissent leur mal qu'après en avoir
beaucoup souffert, et n'acceptent le remède qu'à la dernière extrémité
et lorsqu'il le faut absolument, sous peine de périr. A bien plus forte
raison, lorsque le remède doit venir du dehors et que les hommes ont à
reconnaître à la fois leurs fautes et leur impuissance.

«Il n'y a pas moyen de douter que l'intervention étrangère n'excite en
Suisse la plus forte répulsion. Le sentiment de l'indépendance nationale
y est général et énergique. Le mot est puissant, même sur les Suisses
qui détestent et redoutent le plus ce qui se passe en ce moment chez
eux. Pour que l'intervention étrangère y fût supportée, il faudrait que
la nécessité en fût évidente, absolue. Elle ne deviendra telle que
lorsque les maux de l'anarchie et de la guerre civile seront, en Suisse,
non pas seulement une perspective entrevue, une crainte sentie par
quelques-uns, mais des faits réels, matériels, pesant depuis quelque
temps sur tous. Un cri s'élèvera peut-être alors de toutes parts pour
invoquer la guérison. Mais si l'intervention se montrait auparavant, le
cri qui s'élèverait serait celui de la résistance. Beaucoup d'honnêtes
gens et de conservateurs le pousseraient comme les radicaux, les uns par
un sincère sentiment de nationalité, les autres par pusillanimité et
contagion. Et les difficultés de l'intervention en seraient infiniment
aggravées, avec infiniment moins de chances de succès pour le travail de
réorganisation qui en serait le but.

«Je vais plus loin: je suppose ces difficultés préliminaires surmontées,
la nécessité de l'intervention évidente et admise. Je suppose l'Europe
d'accord en présence de la Suisse résignée, comme le malade se résigne
devant une opération très-douloureuse. La résistance des hommes ainsi
écartée, que d'obstacles encore et quels graves obstacles dans les
choses mêmes, dans l'état intérieur et profond de cette société à
reconstituer! Les haines religieuses ressuscitées au sein des jalousies
cantonnales toujours aussi vives; les théories et les passions
novatrices aux prises avec les traditions et les sentiments historiques;
les prétentions despotiques de l'esprit révolutionnaire et unitaire en
présence des plus intraitables habitudes d'indépendance locale; la
destruction des influences qui étaient les moyens moraux des anciens
gouvernements et l'absence de moyens matériels pour les gouvernements
nouveaux: voilà avec quels éléments l'Europe serait obligée de traiter
pour accomplir en Suisse son oeuvre de pacification et de reconstruction
politique!

«Car je pars toujours de cette base, admise, j'en suis sûr, par M. de
Metternich autant que par moi, qu'il s'agit uniquement de pacifier et de
reconstituer la Suisse, qu'aucune idée de conquête et de démembrement ne
vient à l'esprit de personne, qu'aucune puissance ne peut chercher là ni
recevoir de là aucun accroissement de territoire, aucun avantage
particulier.

«Évidemment, en présence de tels obstacles, avec de si mauvais
instruments d'action et des chances si incertaines de succès, la sagesse
européenne doit dire: «Mon Dieu, éloignez de moi ce calice!» Et si le
calice doit jamais nous être imposé, si quelque jour, pour la sécurité
des États voisins, pour faire cesser en Europe un intolérable scandale,
nous devons être réduits à la nécessité d'intervenir en Suisse et de
nous mêler de sa réorganisation, il faut surtout, il faut absolument,
dans l'intérêt même de l'entreprise, que cette nécessité soit évidente,
pressante, que notre action soit réclamée, et que, bien loin de
rechercher ou seulement d'accepter volontiers l'intervention, nous ayons
fait, au vu et au su de tout le monde, tout ce qui aura été en notre
pouvoir pour en épargner à la Suisse la douleur et à l'Europe le
fardeau.

«Si je croyais qu'aujourd'hui une intervention diplomatique fortement
prononcée, des manifestations explicites et comminatoires pussent
arrêter en Suisse l'anarchie croissante, prévenir la guerre civile
imminente, et faire naître dans ce pays le premier mouvement de réaction
nécessaire à son salut, je m'empresserais de les conseiller et d'y
concourir. Mais j'avoue que je ne l'espère pas: le mal me paraît trop
général et trop profond pour pouvoir être réprimé dans son cours par des
paroles, même très-sages et très-puissantes; je crains beaucoup qu'aucun
remède efficace n'y puisse être apporté du dehors avant qu'au dedans
d'amères souffrances n'aient mis les Suisses en disposition d'en sentir
et d'en accepter la nécessité. Il y a, dans les maladies des sociétés
comme dans celles des individus, des jours marqués pour la guérison,
pour l'emploi de tel ou tel moyen de guérison; si l'on se trompe sur ces
jours opportuns, si on emploie des remèdes dont l'heure n'est pas venue,
non-seulement on use ces remèdes sans fruit, mais on exaspère le mal au
lieu de le guérir. Tel serait aujourd'hui en Suisse, si je ne me trompe,
l'effet de menaces diplomatiques positives et publiques: elles ne
suffiraient pas pour arrêter l'esprit révolutionnaire; et, dans leur
insuffisance, ou bien elles demeureraient tout à fait vaines, ou bien
elles nous forceraient à l'emploi immédiat et prématuré de
l'intervention matérielle.»

Quant à l'intervention matérielle même, le prince de Metternich
paraissait adopter mon avis, car dans sa dépêche du 11 octobre 1846 où
il nous proposait une prompte intervention diplomatique, il n'indiquait,
comme causes irrésistibles de l'intervention matérielle, que «la
prolongation indéfinie de la guerre civile et d'un état de complète
anarchie en Suisse, ou bien la défaite totale du parti conservateur et
l'établissement violent d'un gouvernement radical unitaire.» Mais quand
l'accession du canton de Saint-Gall aux cantons radicaux eut rendu
certaine la formation, dans la Diète helvétique, d'une majorité décidée
ou entraînée aux mesures extrêmes, quand cette diète fut près de se
réunir et d'ordonner les préparatifs de la guerre civile, M. de
Metternich devint plus pressé et plus pressant; il nous proposa[206] de
déclarer que «les puissances ne souffriraient pas que la souveraineté
cantonnale fût violentée, et que l'état de paix matérielle dont la
Suisse jouissait encore fût troublé par une prise d'armes, de quelque
côté qu'elle eût lieu.» Il demandait que les puissances donnassent à
leurs représentants en Suisse l'ordre éventuel de présenter à la diète,
dans ces termes, des notes identiques, «au moment où les délibérations
sur la dissolution du Sonderbund et l'expulsion des jésuites seraient
mises à l'ordre du jour, et avant qu'un _conclusum_ de la diète leur eût
donné le sceau d'une apparente légalité.» Il était, disait-il, convaincu
qu'une telle déclaration des puissances arrêterait la diète et que tout
finirait là.

L'état de la Suisse n'était pas, à cette époque, la seule ni la plus
sérieuse préoccupation du cabinet de Vienne.

[Note 206: Par une dépêche que le comte Appony vint me communiquer le 15
juin 1847.]

La question italienne s'élevait, pour lui, au-dessus de toutes les
autres. Non-seulement l'influence, mais, dans un avenir plus ou moins
prochain, les possessions autrichiennes en Italie étaient menacées. Pour
avoir, du côté des Apennins, la pensée et les mains libres, M. de
Metternich avait besoin que le poids de la lutte contre les radicaux des
Alpes ne tombât pas sur lui seul, et que les autres puissances, la
France surtout, fussent assez engagées et embarrassées dans les affaires
de Suisse pour ne pas porter sur celles d'Italie toute leur attention.
C'était là, au fond, le vrai motif de l'insistance inquiète et
impatiente du prince de Metternich pour notre prompte et compromettante
intervention: «L'Italie absorbe la politique de l'Autriche,» m'écrivait
avec sagacité M. de Boislecomte.

Nous ne nous prêtâmes point à ce désir; nous nous refusâmes à la
déclaration immédiate, collective et menaçante que M. de Metternich nous
demandait d'adresser à la Suisse[207]: «Nous n'avons pas, écrivis-je à
M. de Flahault, la même confiance que lui dans le succès de cette
démarche; nous croyons bien plutôt que la diète, dominée par le parti
radical et par les susceptibilités froissées de l'amour-propre national,
passerait outre à l'exécution de ses résolutions. Les puissances se
trouveraient irrévocablement et immédiatement entraînées à une
intervention armée. Nous avons, dès le mois d'octobre dernier, signalé
les périls et écarté l'idée d'une telle politique. Si les maux de la
guerre civile et de l'anarchie avaient pesé sur la Suisse, si une
douloureuse expérience avait éclairé, dans le parti radical même,
beaucoup d'esprits maintenant égarés, et rendu en même temps de la force
au parti modéré maintenant découragé, si la voix publique s'élevait au
sein de la Suisse pour s'adresser à l'Europe comme seule capable d'y
rétablir l'ordre et la paix, alors seulement l'action directe des
puissances pourrait être efficace et salutaire. Le gouvernement du roi
persiste aujourd'hui dans la conviction qui l'animait au mois d'octobre
dernier, et rien de ce qui est naguère arrivé en Suisse ne lui paraît
encore de nature à l'en faire changer.»

[Note 207: Le 25 juin 1847.]

Mais en persistant dans notre attitude expectante, je pensai qu'elle ne
devait pas être inerte ni silencieuse, et que le moment était venu d'en
marquer avec précision le caractère et les motifs. La Diète helvétique
était sur le point de se réunir; le canton de Zurich, qui jusque-là
s'était montré favorable aux modérés, venait d'incliner vers les
radicaux, et vers l'exécution immédiate, par la force, des résolutions
que pourrait voter la diète pour la dissolution du Sonderbund et
l'expulsion des jésuites. Par deux dépêches, l'une confidentielle,
l'autre destinée à devenir publique, j'adressai le 2 juillet 1847, à M.
de Boislecomte, les instructions suivantes:

«J'ai approuvé, dans leur ensemble, votre attitude et votre langage dans
vos rapports avec M. Ochsenbein, lorsqu'il a été appelé à la présidence
du _vorort_ et de la diète. Le vote récent des instructions données à la
députation chargée de représenter le canton de Zurich dans la diète qui
va s'assembler est un fait grave. Il est fort à regretter que le grand
conseil de Zurich n'ait pas adopté dans sa teneur le projet de M.
Furrer, qui tendait à ce que cette députation ne fût autorisée qu'à
prendre _ad referendum_ toute proposition de passer à l'exécution
immédiate, et par la force, des résolutions que la diète aurait votées
pour la dissolution du Sonderbund et l'expulsion des jésuites. La
situation que l'on se flattait de maîtriser jusqu'à un certain point, à
l'aide de Zurich, est ainsi devenue, par le fait de Zurich même, plus
délicate encore qu'elle ne l'était naguère.

«J'ai lu avec une grande attention le compte que vous me rendez des
idées officieusement échangées entre vous et vos collègues sur les
moyens de pacifier la Suisse, notamment ce qui se rapporte à la
possibilité d'une médiation des grandes puissances, à l'aide de laquelle
on apporterait, dans la constitution fédérale de ce pays, les
modifications indiquées par l'expérience. Je suis loin de penser que
cette idée d'une offre de médiation européenne soit sans valeur et doive
être absolument repoussée; mais je crois que, si elle était mise
immédiatement en pratique, elle n'échapperait pas à la plupart des
inconvénients et des conséquences d'une intervention proprement dite, et
qu'elle risquerait d'engager les médiateurs dans un dédale de
complications peut-être inextricables. Selon M. de Metternich, le
meilleur moyen de prévenir la guerre civile en Suisse serait «que les
puissances déclarassent à la confédération qu'elles ne souffriront pas
que la souveraineté cantonnale soit violentée, et que l'état de paix
matérielle dont la Suisse jouit encore en ce moment soit troublé par une
prise d'armes, de quelque côté qu'elle ait lieu. Nous ne saurions
partager l'espoir qu'une telle déclaration prévînt la guerre civile; et
si elle ne la prévenait pas, elle entraînerait nécessairement et
immédiatement l'intervention armée, avec toutes ses conséquences. Nous
n'admettons point d'intervention, ni de démarche qui y conduise
nécessairement, aussi longtemps que les éventualités indiquées dans ma
lettre au comte de Flahault, du 22 octobre 1846, ne se seront pas
réalisées; mais nous nous faisons dès aujourd'hui un devoir de donner à
la Suisse tous les conseils et tous les avertissements propres à
contenir les passions qui sont près d'y éclater. Je vous transmets, dans
cette vue, une autre dépêche, dont je vous laisse le soin de faire,
selon l'opportunité, l'usage qui vous paraîtra convenable.»

Ma seconde dépêche, qui s'adressait surtout à la Suisse elle-même, était
ainsi conçue:

«Monsieur le comte,

«La situation de la Suisse devient de plus en plus alarmante. La diète
qui va s'ouvrir peut se trouver entraînée à des résolutions dont les
conséquences possibles et presque inévitables inquiètent profondément
les amis sincères de la Suisse, les amis éclairés de l'ordre et de la
paix en Suisse. Le gouvernement du roi croirait manquer à un devoir
sacré si, dans de telles conjonctures, il ne faisait pas entendre à un
peuple ami, menacé d'une perturbation dangereuse, des conseils dictés
par une longue expérience des mouvements politiques et par un
attachement vrai aux intérêts bien entendus de la confédération.

«L'esprit de parti s'est efforcé de dénaturer nos intentions et de jeter
du doute sur les motifs qui inspirent notre langage. Vous n'avez rien
négligé pour dissiper ces erreurs. Moi-même je m'en suis expliqué
naguère publiquement[208], avec une franchise qui devrait convaincre
tout esprit accessible à la vérité. On persiste néanmoins, soit
aveuglement, soit dessein prémédité, à prendre ou à donner le change sur
notre politique et nos vues. On prétend que ne pas reconnaître à la
diète fédérale le droit d'imposer à la minorité des cantons la volonté
de la majorité, c'est porter atteinte au principe de l'indépendance des
peuples. [Note 208: A la Chambre des députés, dans la séance du 24 juin
1847. _Recueil de mes discours politiques de 1819 à 1848_ (t. V, p.
468).]

Pour faire sentir toute la fausseté de cette assertion, il suffit de
rappeler qu'aux termes de son pacte constitutionnel, aussi bien qu'en
vertu de toute son histoire, la Suisse n'est pas un État unitaire, mais
bien une confédération d'États qui, en déléguant à une diète générale
certains pouvoirs reconnus nécessaires dans l'intérêt commun, se sont
réservé, surtout par rapport à leur régime intérieur, les droits
essentiels de la souveraineté. Telle est la Suisse que les traités ont
reconnue, et c'est en raison de cette organisation de la Suisse que les
traités ont été conclus. Si la diète, cédant à de funestes excitations,
voulait attenter aux droits qui sont la base et du pacte fédéral et des
traités; si, sous prétexte de veiller à la sûreté de la confédération,
elle prétendait prescrire ou interdire aux gouvernements cantonnaux
toute mesure qu'il lui plairait de considérer comme pouvant affecter un
jour cette sûreté, évidemment une interprétation aussi exorbitante du
pacte ne serait autre chose qu'un premier pas vers la destruction de
l'existence individuelle des cantons, c'est-à-dire vers l'abolition du
pacte même, et par conséquent vers l'annulation des traités conclus en
raison du pacte. En protestant contre une pareille entreprise, les
puissances alliées de la Suisse, loin d'attenter à l'indépendance des
États dont la confédération se compose, donneraient un éclatant
témoignage du respect que cette indépendance leur inspire, et de leur
fidélité aux traités qui l'ont consacrée.

«Et ces considérations, parfaitement légitimes dans l'hypothèse d'une
résolution prise avec une apparente régularité par la majorité de la
diète, deviendraient encore bien plus fortes et plus puissantes si
c'était au nom d'une minorité, ou par des moyens irréguliers et
violents, tels qu'un nouvel armement de corps francs, qu'on essayait de
violer l'indépendance cantonnale.

«Le gouvernement du roi agit donc selon le droit aussi bien que selon
une sage politique, en s'efforçant, par des représentations aussi
amicales que pressantes, de prévenir une lutte déplorable entre des
États libres auxquels il porte une égale affection, et en déclarant
qu'il se réserve une pleine liberté d'examen et d'appréciation quant à
l'attitude qu'il aurait à prendre et à la conduite qu'il aurait à tenir
dans le cas où cette lutte viendrait à éclater. Nous n'empiétons par là
en aucune façon sur l'indépendance et l'autonomie de la Suisse; nous ne
fournissons aucun prétexte spécieux aux reproches d'ingérence illégitime
et de prépotence étrangère. Sans doute toute nation a le droit de
modifier sa constitution intérieure; mais abolir en Suisse les bases
constitutives de la confédération, les abolir malgré la résistance d'un
ou de plusieurs des cantons confédérés, ce ne serait pas l'acte d'un
peuple modifiant librement ses institutions; ce serait l'asservissement
d'États indépendants, contraints de passer sous le joug d'alliés plus
puissants; ce serait la réunion forcée de plusieurs États en un seul.
Certes les gouvernements qui jusqu'à présent ont traité avec la Suisse
comme avec une confédération d'États distincts et indépendants seraient
autorisés, par tous les principes de droit public, à ne pas reconnaître
ce nouvel ordre de choses avant d'en avoir mûrement pesé, dans leur
propre intérêt, la légitimité et la convenance.

«Il est d'ailleurs, Monsieur le comte, une autre considération
essentielle que la Suisse ne devrait jamais perdre de vue dans ses
rapports avec les puissances étrangères. L'Europe, en lui accordant par
le traité de Vienne, avec une extension considérable de territoire, le
précieux privilège de la neutralité, et en liant la jouissance de ces
avantages à l'existence d'un système fédératif, a voulu surtout assurer
la tranquillité d'un pays dont la paix intérieure est, pour elle, un
intérêt de premier ordre. La position de la Suisse est telle qu'elle ne
peut être livrée à l'anarchie ou à des troubles prolongés sans que
plusieurs des principaux États du continent n'en ressentent le dangereux
contre-coup. Si la Suisse se plaçait en dehors des conditions qu'elle a
acceptées; si elle devenait, pour ses voisins, un foyer d'agitations et
de propagande révolutionnaire qui compromît leur repos, ils seraient
certainement en droit de se croire déliés eux-mêmes de leurs
engagements.

«Je vous laisse juge, Monsieur le comte, de l'usage que vous pourrez
avoir à faire de la présente dépêche, inspirée par le seul et profond
désir que le bonheur intérieur de la Suisse et sa situation en Europe
n'aient pas à subir de dangereuses épreuves ni de funestes altérations.»

Indépendamment des considérations générales qui m'y déterminaient, une
circonstance personnelle m'avait fait vivement sentir combien ces
instructions étaient nécessaires et urgentes. Un mois à peine après son
installation comme notre ambassadeur en Suisse, M. de Boislecomte
m'avait écrit[209]: «Il me semble qu'à Paris nous étions partis de la
conviction qu'il ne pouvait rien se passer en Suisse tant que les neiges
occuperaient le sol. Nous n'avions pas compté sur le désoeuvrement des
gens durant cette saison et sur la plus grande fréquentation des
cabarets: deux préparations merveilleuses à ces échauffourées par
lesquelles on commence ici les guerres civiles, ou l'on fait les
Révolutions.

[Note 209: Le 6 janvier 1847.]

«Il y a de plus: d'un côté, la violente tentation des radicaux de saisir
quelque occasion qui les rende maîtres du tiers de la Suisse qui leur
manque; de l'autre, les dispositions du Sonderbund, où l'on commence à
trouver tout à fait intolérable une situation qui ruine les populations
par un état permanent de guerre et qui les exaspère au-delà de toute
expression par l'attente, chaque matin, d'une attaque qui vienne les
surprendre.

«Entre deux partis ainsi posés, il est certain qu'on peut recevoir, à
chaque instant, la nouvelle ou la menace de quelque événement.

«Il me semblerait donc très-utile que, dès ce moment, vous réglassiez,
d'une part avec l'Autriche et de l'autre avec notre ministère de la
guerre, l'action éventuelle d'une intervention.

«Lorsque vous le ferez, je réclamerai, avant toutes choses, une
disposition: que le commandant du corps qui opérera et restera ensuite
soit mis sous la direction absolue de l'ambassade, et que cela lui soit
énoncé dans les termes les plus clairs, de manière à ne laisser ni
incertitude ni hésitation possible. Une fois en Suisse, il ne peut y
avoir, pour tout ce qui est français, qu'une seule direction; tout le
reste nous jette dans l'anarchie, et nous venons la combattre, non la
faire. En 1824, j'étais à Madrid simple chargé d'affaires; je n'avais
que vingt-sept ans, et le lieutenant-général Digeon, qui commandait à
40,000 hommes, avait ordre de suivre en tout mes directions pour rester,
partir, se mouvoir, occuper ou évacuer une place.

«Je pars de la base que l'intervention est toute convenue en cas d'une
guerre civile. Je vous propose ensuite le parti que je crois le plus
efficace pour l'éviter; car, quelque nécessaire que les sentiments de
simple humanité la puissent rendre, quelque bien qu'elle soit conduite,
elle est sujette à de bien grands inconvénients. Il est fort désirable
que tout cela ne traîne pas trop en longueur; car, en attendant, je me
trouve suivre de fait, si ce n'est de principe et de consentement, le
mouvement des trois cours du Nord, ce qui peut vous créer d'autres
embarras.»

Ainsi notre propre ambassadeur en Suisse était lui-même entraîné sur la
pente de l'intervention armée, la regardait comme toute convenue en cas
de guerre civile, et se préoccupait surtout de bien assurer le rôle
prépondérant qu'il aurait à y jouer. Lorsque, quelques mois auparavant,
j'avais proposé au roi de confier à M. de Boislecomte cette ambassade,
un double motif m'avait déterminé: je le savais catholique sérieux et
sincère en même temps que diplomate éclairé; et, comme ministre de
France à La Haye, il s'était conduit avec habileté et mesure dans un
pays et auprès d'un gouvernement essentiellement protestants. Je le
présumais très-propre à sa nouvelle mission. Je ne savais pas à quel
point il avait l'imagination vive et prompte, ni quel empire les
convictions et les penchants religieux pouvaient exercer sur son
jugement. Dès que sa lettre m'eut révélé sa disposition, je lui
écrivis[210]: «Je n'ai que le temps de vous répéter, par la poste, la
dépêche télégraphique que je viens de vous adresser par Strasbourg.
Venez sur-le-champ à Paris, et, en laissant M. de Reinhardt chargé
d'affaires, donnez-lui pour instructions de rester dans un complet
_statu quo_. Je ne veux arrêter mon avis ni prendre aucun parti avant
d'avoir causé à fond avec vous.» Sur ces seules paroles il comprit mon
inquiétude et sa cause, et, même avant de partir, il se hâta de
s'expliquer pour me rassurer[211]: «Lorsque je vous écris, je vous
expose avec le plus complet abandon toutes mes impressions, sans
craindre de les laisser aller tout leur cours; si l'expression en est
trop forte, vous me reprenez et je n'en vois que mieux la nuance que
vous voulez que j'observe; mais je suis bien loin, dans mon langage avec
d'autres, de rien admettre de cet abandon; je me suis toujours renfermé
ici dans des expressions solennelles et obscures qui disaient beaucoup
moins à l'oreille qu'à l'imagination. Chacun comprenait ce que je
voulais; mais je ne vous engageais qu'à l'éventualité d'une démarche
grave quelconque et qui pouvait, selon votre convenance, être aussi bien
satisfaite par une note, ou même par le silence, que par une
démonstration militaire. Je vous arriverai presque en même temps que ma
lettre. Je compte passer par Lucerne. Il me semble assez juste, après
avoir donné cinq jours à Berne et vingt-cinq à Zurich, d'en donner deux
à la troisième ville fédérale, et, après avoir causé un mois avec des
radicaux, de causer deux jours avec des conservateurs et des
catholiques.»

[Note 210: Le 10 janvier 1847.]

[Note 211: Les 13 et 24 janvier 1847.]

Dès qu'il arriva à Paris, je m'entretins à fond avec lui; je lui remis
fortement sous les yeux le principe fondamental de notre politique:
l'ajournement de toute idée d'intervention étrangère en Suisse jusqu'au
moment où les souffrances et les impuissances de la guerre civile et de
l'anarchie en auraient fait sentir à la Suisse elle-même l'opportunité.
J'insistai de plus sur l'importance qu'il y avait pour la question même,
et spécialement pour nous, à nous concerter avec le cabinet anglais
aussi bien qu'avec les trois cours du continent, et à le faire entrer
dans notre commun effort de médiation pacifique. J'avais commencé ce
travail d'entente avec lord Aberdeen, et, bien qu'il fût devenu plus
difficile, j'étais résolu à le continuer avec lord Palmerston. M. de
Metternich mit un moment en question la nécessité d'inviter l'Angleterre
à se joindre aux démarches des puissances continentales envers la
Suisse; il aurait bien mieux aimé que la France se trouvât seule, dans
cette affaire, en présence des trois cours du Nord, espérant qu'il lui
serait ainsi plus facile de nous entraîner dans sa politique. Mais
j'écartai formellement cette insinuation: «Je crois, écrivis-je à M. de
Flahault[212], que non-seulement il convient, mais qu'il importe de
s'entendre aussi avec l'Angleterre dans cette délicate circonstance, et
de provoquer sur les affaires de Suisse, comme cela a été fait
précédemment, son examen et ses résolutions sur tous les points.» Le roi
tint à M. de Boislecomte le même langage que moi, et je le renvoyai à
son poste, bien pénétré de nos intentions et bien décidé à s'y
conformer, car, en même temps qu'il était susceptible de préoccupation
et d'entraînement dans son propre sens, c'était un agent scrupuleusement
fidèle, loyal et discipliné.

[Note 212: Le 5 juillet 1847.]

M. de Sainte-Aulaire, souffrant et fatigué, avait demandé et obtenu sa
retraite de toute activité diplomatique. Le duc de Broglie lui avait
succédé dans l'ambassade de Londres. Il était bien instruit des affaires
de la Suisse, et lui portait, comme moi, la sollicitude la plus
bienveillante. Arrivé à Londres, le 1er juillet 1847, il eut, dès le 4,
une longue entrevue avec lord Palmerston, et la question suisse fut la
première dont il l'entretint: «Je lui ai lu, m'écrivit-il[213] votre
dépêche du 30 à Boislecomte, et aussi la dépêche adressée le 25 juin à
Flahault. Il a fort attentivement écouté ces deux pièces, et voici à peu
près le dialogue qui s'est établi entre nous.

[Note 213: Le 25 janvier 1847.]

«_Le duc de Broglie_. Que vous semble de tout ceci?--_Lord Palmerston_.
Cela me paraît fort sage.--Mais seriez-vous disposé à vous associer à
nous dans le langage que nous voulons adresser à la diète?--Analysons un
peu la question. De quoi peut-on menacer la Diète helvétique? (Et
là-dessus il a parcouru rapidement l'acte du congrès de Vienne.) On ne
peut la menacer que d'une seule chose, de lui retirer la garantie de
neutralité; et cela dans un seul cas, celui où la division de la Suisse
en vingt-deux cantons disparaîtrait pour faire place à une république
unitaire. Ce cas n'existe encore que dans les appréhensions de M. de
Metternich, et cette menace n'est pas de nature à effrayer beaucoup des
gens qui se promettraient de bouleverser toute l'Europe. Que
faire?--Mais vous voyez que M. de Metternich entend les menacer de tout
autre chose, et que ses propositions conduisent tout droit à une
intervention armée; c'est cette nécessité que nous cherchons à éviter;
nous n'en admettons la pensée que dans un avenir lointain, et sous
l'empire de circonstances qui peut-être ne se présenteront jamais: par
exemple, si la Suisse devenait pour ses voisins un foyer d'insurrection,
une sorte de citadelle du sein de laquelle sortiraient tour à tour une
jeune France, une jeune Italie, une jeune Allemagne, venant attaquer à
main armée les contrées limitrophes; ou bien encore dans le cas où la
guerre civile aurait longtemps ravagé ce malheureux pays, et où tous les
gens sensés, tous les amis de l'humanité, toutes les populations nous
appelleraient au secours. Mais notre volonté n'est ici qu'une volonté
individuelle; si M. de Metternich persiste dans ses résolutions, s'il
menace, et si, la diète ne tenant aucun compte de ses menaces, il fait
entrer une armée autrichienne dans le Tessin, si la Sardaigne en fait
autant dans le Valais, si Bade et le Wurtemberg en font autant dans les
cantons de Bade et de Schaffouse, nous serons bien obligés d'agir de
notre côté. Encore un coup, c'est pour prévenir un tel événement que
nous désirons, s'il se peut, le concours de l'Angleterre. Voyez,
réfléchissez-y.

«Lord Palmerston a réfléchi quelques instants; puis il a repris en
s'interrompant de phrase en phrase:

--Essayons de nous rendre compte de l'état des choses et de ce qui va
arriver. Où en est-on?--La diète se réunit le 6 de ce mois; douze
cantons voteront l'expulsion des jésuites et la dissolution de la ligue
catholique. Il est douteux que la même majorité se réunisse sur les
moyens d'exécution; mais le directoire fédéral ayant à sa tête le chef
des corps francs, il est à craindre qu'appuyé sur une décision de la
diète quant au principe, il ne prenne sur lui de passer outre à
l'exécution, soit en organisant des corps de volontaires qui envahiront
les cantons catholiques, soit en employant les milices fédérales qui se
montreraient bien disposées. Les cantons catholiques résisteront, et la
guerre civile commencera.--Ne pourriez-vous pas déterminer le pape à
retirer les jésuites de la Suisse?--Ce serait l'objet d'une négociation
lente, difficile, et probablement sans dénouement. Vous voyez d'ailleurs
qu'il n'y a pas un instant à perdre.--M. de Metternich ne pourrait-il
pas déterminer les cantons catholiques à dissoudre leur ligue? elle est
interdite par le pacte fédéral.--M. de Metternich ne le leur demandera
pas; il le leur demanderait vainement; le Sonderbund n'est point un
pacte écrit, un traité d'alliance; c'est un concert de fait contre une
attaque imminente; la ligue existe parce que le canton de Lucerne a été
attaqué par les corps francs sans être défendu par le gouvernement
fédéral; parce que, l'année dernière, il en a été de même du canton de
Fribourg; parce que les arrêtés de la diète relativement aux corps
francs sont restés de simples feuilles de papier; parce que le chef des
corps francs est le chef du directoire fédéral. Demander aux cantons
catholiques de poser les armes, ce serait leur demander de se rendre à
discrétion. D'ailleurs, le temps presse; il s'agit de ce qu'on fera
demain.--Mais que faire? a redemandé lord Palmerston.--Ce qu'il faut
avant tout, c'est de déterminer M. de Metternich, et avec lui la
Sardaigne, les petites puissances allemandes, et, selon toute apparence,
la Prusse et la Russie qui n'ont que des paroles et non des soldats à
envoyer ici, à les détourner, dis-je, de prendre vis-à-vis de la diète
une attitude menaçante; c'est de faire adopter à M. de Metternich un
langage mesuré et une conduite qui ne compromette pas l'avenir. Nous le
pouvons probablement si nous lui donnons l'espérance de réunir toute
l'Europe, y compris la France et l'Angleterre, dans une démarche
identique; si nous concertons un langage commun, il sacrifiera à cet
avantage ses velléités belliqueuses; mais si l'Angleterre se tient à
l'écart, il persistera, il ne trouvera plus assez de profit à
subordonner son langage au nôtre, et il aura raison à certains égards;
devant toute l'Europe réunie, la diète hésitera; devant l'Europe
divisée, elle se sentira en pleine confiance. Voyez, en effet, ce qui va
arriver si chacun suit sa pente naturelle: les puissances allemandes et
italiennes menaceront; la France tiendra un langage sévère, sans être
directement comminatoire; l'Angleterre se croisera les bras. Dès lors,
les radicaux suisses penseront et diront que tout ceci n'est qu'une
vaine fantasmagorie, qu'ils ont pour eux l'Angleterre, que dans l'état
présent des esprits en France, le gouvernement français a les mains
liées, que les puissances allemandes ne pourront exécuter leurs menaces
en présence de l'Angleterre hostile et de la France mécontente. Rien
n'arrêtera les radicaux suisses. Si, au contraire, nous nous présentons
à M. de Metternich avec l'intention commune de tenir le langage indiqué
dans la dépêche adressée par M. Guizot à M. de Flahault, il reviendra
probablement aux sentiments qu'il professait lui-même, il y a six mois;
puis, si toutes les puissances, sans exception, tiennent le même langage
à la diète, elle y regardera à deux fois avant de passer outre, surtout
si ce langage lui est tenu par l'Angleterre, sur qui elle compte en ce
moment. Encore un coup, pensez-y.

«Lord Palmerston s'est tu quelques instants.

--Que dois-je dire à mon gouvernement? ai-je repris après ce silence.

--Vous voyez, m'a-t-il dit avec quelque hésitation, combien toute idée
qui mène à l'intervention, de près ou de loin, est odieuse à ce pays-ci.
Jugez vous-même, par ce qui s'est passé relativement au Portugal, de
l'accueil que recevrait, dans le parlement et dans toute l'Angleterre,
une démarche du gouvernement anglais dont le but serait d'engager plus
ou moins notre nation dans des affaires, dans des événements qui nous
sont aussi étrangers que les affaires et les événements de la Suisse.

--Dois-je entendre par là que vous vous refusez à toute espèce de
concours?

--Pas absolument; mais il faudrait que le langage adressé à la diète fût
amical, bien général, bien exempt de toute signification comminatoire.

--Il faut pourtant qu'il signifie quelque chose: point de menaces, à la
bonne heure; quelque ménagement dans le blâme, soit encore; mais enfin,
si l'on parle, il faut que ce soit pour être entendu; il faut que le
résultat soit, pour la diète suisse, une inquiétude indéfinie, mais
sérieuse et réelle, que la voix ait l'air prophétique, que l'avenir soit
menaçant si le langage actuel ne l'est pas.

«Lord Palmerston s'est encore tu quelques instants.

--Mylord, lui ai-je dit en finissant, suis-je autorisé à dire à mon
gouvernement que, dans le cas où il vous communiquerait les instructions
qu'il donnera à notre ambassadeur en Suisse, vous les prendriez en
sérieuse considération, et que vous examineriez jusqu'à quel point il
vous serait possible d'y conformer vos propres instructions?

--Oh oui, très-certainement.»

Quatre jours après, pour sonder définitivement les intentions de lord
Palmerston, le duc de Broglie lui demanda et en reçut immédiatement un
second rendez-vous: «J'en sors en ce moment, m'écrivit-il[214], et voici
le résultat à peu près inespéré de notre entrevue.

[Note 214: Le 7 juillet 1847.]

«Je lui ai lu d'abord vos dernières instructions du 2 de ce mois à M. de
Boislecomte. Il les a fort attentivement écoutées, et m'a fait relire
les passages les plus importants. Dès que j'ai cessé de lire, il a pris
lui-même la parole, et m'a dit que ces instructions lui paraissaient
parfaitement sages et qu'il n'y voyait rien à reprendre. Sur la question
que je lui ai faite relativement à celles que nous désirions de lui, il
m'a dit qu'avant de répondre définitivement, il fallait qu'il en parlât
à ses collègues; qu'il s'en était déjà entretenu avec lord Lansdowne et
M. Labouchère, qui voyaient les choses comme lui, mais qu'il était
nécessaire d'en parler aux autres; que, quant à lui, il ne voyait point
d'objection à donner, à sa légation en Suisse, des instructions
analogues; il m'a même fait, de vive voix, une analyse assez fidèle de
la pièce qu'il venait d'entendre, afin de me prouver qu'il l'avait bien
comprise; il m'a indiqué dans quel sens ses instructions seraient
rédigées. Le ton en sera certainement assez adouci:--«Vous pouvez,
m'a-t-il dit, parler plus haut que nous; le voisinage vous en donne le
droit; mais nous pouvons cependant dire à peu près la même
chose.»--Comme il semblait désirer une copie de la pièce que je lui
avais communiquée, j'ai pris sur moi de la lui promettre; nous en serons
d'autant plus sûrs que la marche des idées sera la même si le ton est un
peu pâli; ce qui me paraît important, c'est que l'attitude de la
légation anglaise change; qu'au lieu de faire bande à part, elle vienne
se ranger sous le drapeau général; la différence de langage sera
fâcheuse toujours, mais moins que le silence.»

J'étais très-convaincu que la différence de langage entre le cabinet
anglais et nous serait grande; mais son refus de se joindre à nous eût
été, en Suisse, d'un bien plus mauvais effet, et la différence de
langage entre nous et l'Angleterre nous fortifiait auprès des cabinets
du continent au lieu de nous affaiblir. J'entrai donc avec empressement,
bien qu'avec doute du succès, dans la voie de l'entente à cinq, et, le 4
novembre 1847, j'annonçai aux cabinets de Londres, Vienne, Berlin et
Pétersbourg que je leur communiquerais incessamment un projet de note
identique à adresser par les cinq puissances à la Suisse. Le duc de
Broglie avait eu grande raison de dire à lord Palmerston que le temps
pressait; toutes les tentatives de conciliation offertes par les cantons
catholiques aux radicaux furent repoussées; parvenus, de révolution en
révolution, à la majorité dans la diète, les radicaux étaient résolus à
imposer, par la force, leur volonté à la minorité; et ce même jour, 4
novembre, la diète décréta l'exécution par les armes de sa décision du
20 juillet précédent pour la dissolution du Sonderbund et l'expulsion
des jésuites de toute la Suisse. J'envoyai immédiatement à Londres,
Vienne, Berlin et Pétersbourg[215] mon projet de note identique ainsi
conçu:

[Note 215: Les 7 et 8 novembre 1847.]

«Le soussigné a reçu de son gouvernement l'ordre de faire à M. le
président de la Diète helvétique et à M. le président du conseil de
guerre du Sonderbund la communication suivante.

«Tant qu'il a été possible d'espérer que les dissensions qui divisaient
la Suisse s'arrêteraient devant la redoutable perspective de la guerre
civile, et qu'une transaction équitable, émanant des parties
elles-mêmes, viendrait rétablir l'harmonie fédérale entre les vingt-deux
cantons, le gouvernement du roi s'est abstenu de toute démarche qui pût
avoir un caractère quelconque d'ingérence dans les affaires de la
confédération. Il a évité avec soin tout ce qui eût pu, en excitant hors
de saison des susceptibilités nationales qu'il a toujours à coeur de
ménager, contrarier la réconciliation spontanée qu'il appelait de tous
ses voeux; et il s'est borné à des conseils, à des avertissements que
lui commandaient à la fois et sa vieille amitié pour la Suisse et ses
devoirs comme partie contractante aux traités qui ont constitué l'ordre
européen dont la confédération est un des éléments essentiels.

«Ces avertissements, ces conseils ont échoué; toutes les tentatives
conciliantes d'origine exclusivement suisse ont été également sans
résultat; la guerre civile est déclarée; une partie de la confédération
a pris les armes contre l'autre; douze cantons et deux demi-cantons sont
d'un côté; sept sont de l'autre; deux cantons ont déclaré leur volonté
de rester neutres. La confédération, à vrai dire, n'existe plus que de
nom. Dans cet état de choses, le gouvernement du roi a compris que de
nouveaux devoirs lui étaient imposés. Les puissances signataires des
traités ne peuvent en effet demeurer indifférentes à la destruction
imminente d'une oeuvre aussi étroitement liée à leurs propres intérêts.

«Ces puissances ne se sont pas bornées, en 1815, à reconnaître la
Confédération helvétique; elles ont encore activement travaillé et
efficacement concouru à sa formation. Le projet de pacte a été préparé à
Zurich, de concert avec leurs délégués; il a été achevé à Vienne de
concert avec une commission du congrès. La diète a déclaré depuis, dans
un document officiel, que, sans l'appui que l'Europe lui avait prêté,
elle n'aurait jamais pu surmonter les obstacles qu'elle rencontrait dans
la division des esprits et l'opposition des intérêts. Plusieurs cantons,
notamment ceux de Schwytz et d'Unterwalden, inquiets sur le maintien de
leur souveraineté cantonnale et sur la protection de leur foi
religieuse, se refusaient à entrer dans la confédération. C'est sur la
parole des grandes puissances et à leur invitation pressante que ces
cantons ont cédé.

«Il y a plus: pour donner à la Suisse une véritable frontière
définitive, pour établir entre les cantons une contiguïté qui n'existait
pas, les grandes puissances lui ont concédé gratuitement des territoires
considérables. C'est ainsi que le district de Versoix a été détaché de
la France pour établir la contiguïté entre le canton de Genève et celui
de Vaud, et que, par le traité de Turin, les communes de Savoie qui
bordent le lac Léman, entre le Valais et le territoire de Genève, ont
été réunies à cette dernière république. D'autres concessions du même
genre ont encore eu lieu.

«Enfin les grandes puissances ont garanti à la Confédération helvétique
un état de neutralité perpétuelle, et placé ainsi à l'abri de toute
agression son indépendance et son intégrité territoriale. Elles ont été
déterminées à ces actes de bienveillance par l'espérance d'assurer la
tranquillité de l'Europe en plaçant, entre plusieurs des monarchies
militaires du continent, un État pacifique par destination. C'est ce qui
se trouve positivement exprimé dans le rapport fait au congrès de Vienne
le 16 janvier 1815, et inséré au dixième protocole des actes de ce
congrès.

«En présence de pareils précédents, ces puissances ont le droit évident
d'examiner si la confédération dont elles ont entendu favoriser la
formation et la durée par tant et de telles concessions existe encore,
et si les conditions auxquelles elles ont attaché ces concessions sont
toujours remplies. Il est malheureusement impossible de se dissimuler
que la guerre déplorable qui éclate aujourd'hui a porté une atteinte
grave à toutes les conditions d'existence de la Suisse; et si les
puissances ne considéraient que la rigueur du droit, elles pourraient,
dès à présent, regarder la confédération comme dissoute, et se déclarer
elles-mêmes déliées des engagements qu'elles ont contractés envers elle.

«Néanmoins, comme les principes et les intérêts qui ont présidé en 1815
à la constitution de la Suisse sont encore dans toute leur force, le
gouvernement du roi, de concert avec les cabinets d'Autriche, de
Grande-Bretagne, de Prusse et de Russie, a résolu de tenter un dernier
effort pour arrêter l'effusion du sang et empêcher la dissolution
violente de la confédération. Deux questions principales divisent
aujourd'hui la Suisse: l'une est religieuse, l'autre politique. La
question religieuse est toute catholique: le gouvernement du roi, se
ralliant à une ouverture faite dans les derniers temps en Suisse même,
invite les parties belligérantes à la déférer, d'un commun accord, à
l'arbitrage du pape. Quant à la question politique, c'est-à-dire, à tout
ce qui touche aux rapports des vingt-deux cantons souverains avec la
confédération, les cinq grandes puissances offrent leur médiation.

«Si cette proposition était acceptée, les hostilités seraient
immédiatement suspendues; on établirait, sur un point voisin du théâtre
des événements, un centre de réunion et de délibération en commun sur
les affaires de Suisse où les cinq puissances seraient représentées. Les
vingt-deux cantons seraient invités à envoyer des délégués à cette
conférence dans laquelle on examinerait de concert: 1° les moyens de
conciliation dans la crise actuelle; 2° les modifications à apporter
dans l'organisation de la confédération pour que cette crise ne puisse
pas recommencer.

«Le gouvernement du roi, toujours pénétré de la plus vive affection pour
la Suisse, fait ici appel à tous les cantons; il les engage tous à faire
leurs efforts pour faire accueillir par les parties belligérantes cette
démarche suprême qui peut mettre un terme à la guerre, en sauvant
l'indépendance et l'unité de la Suisse, et en lui conservant tous les
avantages dont l'Europe a voulu les doter. Si ses représentations
n'étaient pas écoutées, si une lutte sanglante, qui révolte à la fois la
politique et l'humanité, continuait malgré ses efforts, il se verrait
contraint de ne plus consulter que ses devoirs comme membre de la grande
famille européenne et les intérêts de la France elle-même, et il
aviserait.»

Les cabinets de Berlin et de Vienne adhérèrent immédiatement à ce
projet[216]: le premier, avec une complète approbation des principes et
du langage; le prince de Metternich, avec des expressions de regret
qu'on n'allât pas plus loin et en annonçant qu'il proposerait à mon
projet quelques modifications, mais en en acceptant pleinement le fond
et le caractère. La réponse du cabinet de Saint-Pétersbourg ne pouvait
arriver que plus tard; mais l'Autriche et la Prusse répondaient de son
assentiment, et le duc de Broglie m'écrivait de Londres[217]: «J'ai
communiqué avant-hier votre dépêche à M. de Brunnow; il l'a trouvée fort
bonne:--C'est, m'a-t-il dit, une position bien prise; il faut menacer un
peu si vous voulez être écouté.--Du reste, il tient que sa cour fera ce
que fera l'Autriche, ni plus, ni moins, ni autrement. Il parlera dans
notre sens.»

[Note 216: Le marquis de Dalmatie à moi, 10 novembre 1847; le comte de
Flahault à moi, 11 novembre 1847.]

[Note 217: Le 9 novembre 1847.]

Il n'en fut pas de même à Londres. Avant même d'avoir reçu mon projet de
note identique et sur l'annonce de ce qu'il serait probablement, lord
Palmerston, dans un long entretien avec le duc de Broglie, avait élevé
toute sorte d'objections, de difficultés, de moyens dilatoires que le
duc de Broglie avait combattus pied à pied, en plaçant, à chaque pas, la
question sous son vrai et grand jour: «J'ai trouvé, m'écrivit-il [218],
lord Palmerston très-récalcitrant, très-décidé au début; je crois
l'avoir laissé perplexe et dans une grande anxiété. J'ai fini en lui
disant:--«Si nous avions les intentions que vos journaux nous supposent,
nous aurions une belle occasion de prendre notre revanche de votre
traité du 15 juillet 1840, et de nous mettre ici quatre contre un. Mais
nous n'avons pas de telles intentions; et quant à moi, je pense que
toute séparation entre la France et l'Angleterre est un si grand mal
pour les deux pays, et en définitive un si grand danger pour la paix du
monde, que je ne voudrais pas avoir négligé le moindre effort pour le
conjurer.»

[Note 218: Le 6 novembre 1847.]

Trois jours plus tard, l'affaire fit un pas de plus: «J'ai reçu votre
lettre du 7 et le projet de note identique, m'écrivit le duc de
Broglie[219]; lord Palmerston est à Windsor et n'en revient que demain.
Je le lui envoie par un messager. Je n'ai point encore de ses nouvelles,
et quelle que soit votre juste impatience, je ne crois pas qu'il faille
se montrer pressé. Il faut le laisser devant la perspective d'un
engagement à quatre, conclu sans lui et par sa faute. C'est là ce qui
peut le décider. Voici maintenant où en est l'affaire. Lord Palmerston a
eu, sur ce sujet, un entretien avec lord John Russell, le jour même de
mon entrevue. Le fond de la proposition leur convient assez; ils sont
effrayés des radicaux. Ils soupçonnent néanmoins un piége dans cette
proposition. Cela a pour but, disent-ils, ou de leur faire perdre le
terrain intermédiaire sur lequel le gouvernement anglais est placé, et
de le faire passer à la queue, derrière nous, dans le camp du
Sonderbund, ou de nous laisser toute liberté d'intervenir en Suisse;
sous prétexte qu'ils ont tout refusé. Bref, on fera un contre-projet de
note, et on me le communiquera pour vous le transmettre.»

[Note 219: Le 9 novembre 1847.]

Neuf jours après seulement, le 18 novembre, lord Normanby vint me
communiquer, de la part du cabinet anglais, un contre-projet de note
identique ainsi conçu:

«Le soussigné, chargé d'affaires, etc., etc., a reçu l'ordre de son
gouvernement de faire au directoire de la diète suisse et au président
du conseil de guerre du Sonderbund la communication suivante.

«Le gouvernement britannique, animé du plus vif désir de voir toutes les
parties de l'Europe continuer à jouir des bienfaits de la paix, inspiré
par les sentiments les plus sincères d'amitié pour la nation suisse, et
fidèle aux engagements que la Grande-Bretagne, comme l'une des
puissances signataires du traité de Vienne de 1815, a contractés envers
la confédération suisse, a vu avec le plus profond regret le
commencement de la guerre civile entre les cantons qui composent cette
confédération. Désirant faire ses efforts et employer ses bons offices
dans le but d'aplanir les différends qui ont été la source de ces
hostilités, il s'est mis en communication, à ce sujet, avec les
gouvernements d'Autriche, de France, de Prusse et de Russie; et trouvant
ces gouvernements animés des mêmes sentiments et mus par les mêmes
motifs, il a résolu, de concert avec ses alliés, de faire une offre
collective de la médiation des cinq puissances, dans le but de rétablir
la paix et la concorde entre les cantons dont se compose la
confédération suisse. Le soussigné est en conséquence chargé d'offrir la
médiation de la Grande-Bretagne pour cet objet, et conjointement avec
celle des quatre autres puissances.

«Si, comme l'espère le gouvernement britannique, cette offre est
acceptée, une suspension immédiate des hostilités aura lieu entre les
parties belligérantes, et continuera jusqu'à la conclusion définitive
des négociations qui s'en suivront.

«Dans ce cas, il sera en outre nécessaire d'établir immédiatement une
conférence composée d'un représentant de chacune des cinq puissances,
ainsi que d'un représentant de la diète et d'un représentant du
Sonderbund. Cette conférence se réunira à Londres.

«La base sur laquelle on propose d'opérer une réconciliation entre la
diète et le Sonderbund consiste à faire disparaître les griefs que met
en avant chacune des parties.

«Ces griefs paraissent être, d'une part l'établissement des jésuites en
Suisse et la formation de la ligue séparée du Sonderbund; de l'autre
part, la crainte des agressions des corps francs et le dessein attribué
à la diète de détruire ou de violer la souveraineté séparée des
différents cantons.

«Voici donc les conditions que le gouvernement britannique proposerait
pour le rétablissement de la paix en Suisse:

«D'abord les jésuites seraient retirés du territoire de la
confédération, moyennant une juste et suffisante indemnité pour toutes
les propriétés en terres et maisons qu'ils auraient à abandonner.

«En second lieu, la diète renoncerait à toutes intentions hostiles à
l'égard des sept cantons et les garantirait d'agression de la part des
corps francs. Elle confirmerait en outre les déclarations qu'elle a
souvent faites de sa détermination de respecter le principe de la
souveraineté séparée des cantons confédérés, qui forme la base du pacte
fédéral.

«Troisièmement, les sept cantons du Sonderbund dissoudraient alors
formellement et réellement leur ligue séparée.

«Quatrièmement et enfin, les deux parties licencieraient leurs forces
respectives et reprendraient leur attitude ordinaire et pacifique.

«Le soussigné est chargé d'exprimer le vif espoir du gouvernement
britannique que cette équitable proposition sera accueillie avec
empressement par les deux parties belligérantes; il est chargé en outre
de demander, de la diète et du Sonderbund, une prompte réponse.»

C'était là, à coup sûr, une offre de médiation peu impartiale et
probablement vaine. Elle tranchait, contre les cantons catholiques, la
principale question, en posant d'abord l'entière expulsion des jésuites
comme base de la médiation; et la note était précédée d'un long exposé
des motifs qui non-seulement faisait à l'une des parties belligérantes
cette concession capitale, mais la justifiait en principe, sans tenir
compte, sans faire seulement mention de l'indépendance des cantons dans
leur gouvernement intérieur, ni de la liberté d'association religieuse,
ni de la liberté d'enseignement, ni du pacte fédéral, ni des droits de
la minorité en présence de la majorité. Le duc de Broglie, à qui lord
Palmerston donna connaissance de son projet au moment même où il
chargeait lord Normanby de me le communiquer, fut si frappé, à la
première lecture, de la différence des deux notes qu'il indiqua
sur-le-champ à lord Palmerston plusieurs modifications qui lui
paraissaient indispensables, notamment dans le paragraphe relatif aux
jésuites. En me rendant compte[220] de son entretien avec lord
Palmerston à ce sujet, il terminait ainsi sa dépêche: «En résumé, nous
sommes, je crois, placés dans ce dilemme: ou l'action à cinq, par voie
de persuasion exclusivement, toute menace disparaissant momentanément,
sauf à renaître si la médiation échoue; ou l'action à quatre, par voie
de menace exclusivement, toute persuasion étant de pure forme. Lequel
des deux partis sera le plus efficace? Je n'oserais le dire; cela dépend
de bien des hommes et de bien des événements. J'attendrai vos
instructions.»

[Note 220: Le 16 novembre 1847.]

Je soumis immédiatement au roi, dans son conseil, toutes ces pièces et
les questions qu'elles soulevaient, et dès le lendemain[221], d'un avis
unanime, je répondis au duc de Broglie:

[Note 221: Le 19 novembre 1847.]

«J'ai reçu la dépêche que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire avant
hier 16 de ce mois, et lord Normanby m'a donné communication de la
dépêche, en date du même jour, par laquelle lord Palmerston explique les
sentiments du cabinet de Londres sur notre proposition de médiation dans
les affaires suisses, ainsi que du contre-projet rédigé par le principal
secrétaire d'État de S. M. Britannique pour la note identique à adresser
par les puissances médiatrices aux parties belligérantes. Désirant
sincèrement le concours du gouvernement anglais à notre proposition de
médiation, pour assurer la prompte et entière efficacité de cette
démarche d'humanité et de paix, le gouvernement du roi pense comme vous,
monsieur le duc, que le nouveau projet que lord Palmerston vient de nous
faire communiquer doit être pris en considération. Il regarde en même
temps comme très-justes et importantes les observations que vous avez
déjà présentées à lord Palmerston sur quelques parties de ce projet. Les
puissances médiatrices ne sauraient évidemment intervenir auprès du
saint-siége pour obtenir le rappel des jésuites sans avoir la certitude
que les cantons du Sonderbund consentent à cette démarche et se
soumettront à la décision du pape, comme ils en ont du reste déjà
manifesté l'intention. Il nous paraît également évident que l'engagement
général des douze cantons qu'ils ne veulent attenter, ni en droit, ni en
fait, à la souveraineté cantonnale, ne saurait suffire pour dissiper les
inquiétudes des cantons du Sonderbund et leur donner les garanties dont
ils ont besoin; il sera nécessaire de déclarer explicitement que,
conformément au droit actuellement existant, aucune modification ne
saurait être introduite dans le pacte fédéral sans le consentement
formel et unanime de toutes les parties intéressées, c'est-à-dire des
vingt-deux cantons formant la confédération helvétique. Je vois avec
plaisir, par votre dépêche, que, sur ces deux points, lord Palmerston
s'est montré disposé à admettre vos observations.

«Les motifs qui vous font penser qu'il ne convient pas d'attacher, au
refus de notre médiation par l'une ou l'autre des parties belligérantes
suisses, la menace d'une intervention, me paraissent fondés; mais il
doit être bien entendu que cette question reste complétement en dehors
de la médiation, et que tous les droits qui peuvent appartenir à chacune
des puissances médiatrices, en raison de ses intérêts et des
circonstances, demeurent entiers et réservés.

«Quant au siége des conférences, le gouvernement du roi ne fera, pour
son compte, aucune objection à ce que, selon le voeu du gouvernement
britannique, il soit établi à Londres; mais je ne saurais présumer
quelles seront, à ce sujet, les dispositions des autres cours
continentales. Le gouvernement du roi, uniquement préoccupé du désir de
placer les conférences dans un lieu rapproché des événements et des
puissances qui y sont le plus directement intéressées, a proposé une
ville du grand-duché de Bade, et cette proposition a été agréée à Berlin
et à Vienne. M. le baron d'Arnim est venu me dire hier que son
gouvernement désirerait que les conférences fussent établies à
Neufchâtel. C'est là un point qui pourra être réglé ultérieurement et
sur lequel le gouvernement du roi, complétement étranger à toute pensée
personnelle, acceptera sans difficulté ce qui conviendra aux cours
engagées avec lui dans l'oeuvre de cette médiation dont le succès
importe tant au rétablissement de la paix en Suisse, à la sécurité de
l'ordre et à la satisfaction du sentiment moral en Europe.

«Je vous invite, monsieur le duc, à entretenir dans ce sens lord
Palmerston, et à presser de toutes vos instances une prompte conclusion.
La nécessité de réunir, sur un nouveau projet de note identique, l'avis
et l'adhésion des autres cours du continent entraînera déjà un fâcheux
retard.»

Le duc de Broglie ne perdit pas une minute pour exécuter ces
instructions. Il m'écrivit le 20 novembre 1847: «J'ai reçu dans la nuit
du 19 au 20 votre lettre du 18. Ce matin, de bonne heure, j'ai écrit à
lord Palmerston pour lui demander un rendez-vous. Il m'a reçu à midi. Je
lui ai exposé sur-le-champ les intentions du gouvernement du roi:--Bien
qu'il existe, lui ai-je dit, quelques différences dans le point de vue
sous lequel le gouvernement britannique d'une part et le gouvernement
français de l'autre envisagent les affaires de Suisse, bien que le
gouvernement britannique se montre moins sévère que nous à l'égard de la
diète helvétique, il ne nous paraît pas que cette différence puisse
faire obstacle à l'accord des deux gouvernements, puisqu'ils arrivent,
en définitive, à des conclusions à peu près identiques. Une médiation,
l'arbitrage du saint-siége dans la question des jésuites, le maintien de
la souveraineté cantonnale, des garanties contre les corps francs,
telles sont, pour le gouvernement britannique comme pour le gouvernement
français, les conditions de la pacification de la Suisse. Cela étant,
l'action commune est possible, et il ne reste plus qu'à s'entendre
clairement sur la nature et les limites de ces conditions.

«J'ai rappelé alors à lord Palmerston ce que j'avais eu l'honneur de lui
faire observer dans notre dernier entretien, en ce qui concerne les deux
premières bases de pacification indiquées dans le projet de note qu'il
nous a communiqué.

«--Il doit être bien entendu, lui ai-je dit, que le rappel des jésuites
ne peut être légitimement imposé aux cantons du Sonderbund que par le
saint-siége. S'il l'était par la diète, la souveraineté de ces cantons
ne serait pas respectée; les médiateurs n'auraient, non plus, aucun
droit de l'exiger. Mais il est juste et naturel que ce soient les
cantons catholiques qui provoquent cette décision, et non pas les
cantons protestants; le saint-siége prononcera dans l'intérêt de la
religion et de la paix.»--En conséquence, j'ai proposé, pour prévenir
toute incertitude, de substituer au paragraphe correspondant de la note
de lord Palmerston la rédaction suivante:

«--Que les sept cantons du Sonderbund s'adresseront au saint-siége pour
lui demander s'il ne convient pas, dans l'intérêt de la paix et de la
religion, d'interdire à l'ordre des jésuites tout établissement sur le
territoire de la confédération helvétique.»

«Lord Palmerston n'y a trouvé aucune difficulté, en réservant toutefois
le consentement de S. M. Britannique et du cabinet.

«Il doit être bien entendu, lui ai-je dit, que la première de toutes les
garanties contre toute atteinte à venir à la souveraineté des cantons
doit être l'engagement pris par la diète d'observer le pacte fédéral et
de n'y rien changer sans le consentement de tous les confédérés. Le
pacte fédéral est un traité entre vingt-deux États souverains,
indépendants l'un de l'autre au moment où ils l'ont signé, engagés l'un
envers l'autre dans les limites du pacte; il ne peut dépendre d'aucune
des parties contractantes de changer unilatéralement la condition des
autres. En conséquence, j'ai proposé de substituer au troisième
paragraphe correspondant du projet de note anglais la rédaction
suivante:

«--Que la diète, confirmant ses déclarations précédentes, prendra
l'engagement: 1° de ne porter aucune atteinte à l'indépendance ni à la
souveraineté des cantons, telle qu'elle est garantie par le pacte
fédéral; 2° d'accorder, à l'avenir, une protection efficace aux cantons
qui seraient menacés par une invasion de corps francs; 3° et de
n'admettre, s'il y a lieu, dans le pacte fédéral, aucun article nouveau
sans l'assentiment de tous les membres de la confédération.

«Lord Palmerston n'y a vu non plus aucune difficulté, toujours sous la
même réserve.

«Enfin, ai-je ajouté, dans la dépêche communiquée à mon gouvernement par
lord Normanby, il se rencontre des réflexions auxquelles nous adhérons
pleinement. Le gouvernement britannique établit _qu'en cas de refus de
la médiation, soit par l'une, soit par l'autre des parties
belligérantes, soit par toutes deux, ce refus ne doit être considéré par
aucune des cinq puissances comme un motif d'intervention armée dans les
affaires de la Suisse_. Rien de plus juste et de plus naturel; mais il
doit être en même temps bien entendu que _chacune des cinq puissances
demeure à cet égard dans ses droits actuels, et conserve entièrement sa
liberté d'action_.

«Lord Palmerston a trouvé l'observation parfaitement fondée.

«Dès lors, ai-je repris, mon gouvernement ne voit, en ce qui le concerne
personnellement, aucun obstacle à l'accord entre les cinq puissances tel
qu'il est proposé par le gouvernement britannique. Il accepte la
désignation de Londres comme siége de la conférence, et il emploiera
tous ses efforts pour faire partager son sentiment aux cours de Berlin,
de Vienne et de Pétersbourg; il espère y réussir sans pouvoir en
répondre; il est néanmoins prévenu que M. le prince de Metternich, tout
en adhérant à la proposition du gouvernement français, a annoncé qu'il
demanderait des modifications à la rédaction de la note française. Ce
n'est qu'après avoir reçu les observations de M. le prince de Metternich
et les avoir pesées avec toute l'attention qu'elles méritent, que la
rédaction de la note, qui doit devenir commune entre les cinq
puissances, pourra être définitivement arrêtée.

«D'ici là cependant, mon gouvernement pense qu'il ne serait pas
impossible, en se fondant sur l'espérance légitime d'un accord complet
entre les cinq puissances, de tenter une démarche préliminaire dans le
but d'arrêter l'effusion du sang. Il pense qu'on pourrait prévenir les
parties belligérantes que la médiation des cinq puissances va leur être
offerte, et leur demander de suspendre en attendant les hostilités. Il
espère que les ministres des trois cours continentales prendraient sur
eux de donner leur adhésion à cette démarche.

«Lord Palmerston m'a fait observer que le succès de cette démarche
auprès des douze cantons, qui forment la majorité dans la diète,
dépendrait de la presque certitude qu'on pourrait leur donner du succès
de la médiation dans l'affaire des jésuites:--Sans cela, m'a-t-il dit,
ils ne renonceront point à leurs avantages, et ne laisseront point à
leurs adversaires le temps et les moyens d'organiser leur défense.--Nous
avons cherché alors comment on pourrait leur donner cette presque
certitude en respectant les conditions mêmes de la médiation telles
qu'elles sont posées dans la note du gouvernement britannique et
expliquées dans la présente dépêche. Il nous a paru que les cinq
puissances, par l'entremise de leurs ministres à Paris, pourraient faire
une démarche spontanée auprès du saint-siége pour prévenir le pape Pie
IX de la demande qui lui sera probablement adressée, et qu'en donnant
simultanément connaissance aux parties belligérantes de cette démarche
et de la médiation projetée, on obtiendrait probablement le but désiré.
En effet, si, sur le fondement de cette démarche, le Sonderbund consent
à la suspension d'armes, il aura implicitement consenti à s'en rapporter
à la décision du saint-siége dans l'affaire des jésuites, et les douze
cantons auront à peu près la certitude d'obtenir, sans coup férir, ce
qu'ils poursuivent au prix de leur sang et de celui de leurs confédérés.
La moitié de l'oeuvre de médiation sera à peu près faite.

«Restait à préparer la rédaction de la note préliminaire. Lord
Palmerston a bien voulu me confier ce travail; mais l'heure du courrier
ne me permettant pas de m'y livrer aujourd'hui, je ferai en sorte de
l'avoir terminé demain, et si lord Palmerston en est satisfait, je vous
l'expédierai par un courrier extraordinaire.

«Afin d'éviter tout malentendu dans une affaire si pressante, si
compliquée, et où cependant, attendu l'éloignement des cinq cours
médiatrices, tant de choses restent encore en suspens, je donnerai
lecture de la présente dépêche à lord Palmerston, et s'il y consent, je
lui en laisserai copie.

«_Sept heures du soir_. Je sors de chez lord Palmerston. Il n'a fait
aucune objection à la teneur de cette dépêche, et il a gardé la copie.»

L'adhésion du cabinet anglais aux modifications proposées par le duc de
Broglie dans le contre-projet de note identique de lord Palmerston
arrivait à propos pour atténuer le mouvement de méfiance et de colère
qu'avait suscité ce projet dans les cabinets de Vienne et de Berlin:
«J'ai vu M. de Canitz peu après la réception du travail de lord
Palmerston, m'écrivait le marquis de Dalmatie[222], et je l'ai trouvé
sous l'impression que ces propositions étaient complétement
insuffisantes, n'offrant aucune espèce de garanties, si ce n'est même
dérisoires. Il m'a lu ce qu'il était occupé à écrire à M. de Radowitz,
parti la veille au soir pour Vienne; il lui communique cette impression.

[Note 222: Le 22 novembre 1847.]

Il attend, non-seulement avec la plus grande impatience mais avec
anxiété, votre réponse à lord Palmerston. Le cabinet de Berlin, qui
naguère encore était tellement rapproché de l'Angleterre, en est bien
loin aujourd'hui. On dit tout haut maintenant que lord Palmerston est le
représentant du principe révolutionnaire, et que toute la cause du
principe conservateur est remise aux mains du gouvernement du roi.»

A Vienne l'humeur était encore plus forte. Le prince de Metternich
regardait de plus en plus les affaires de Suisse comme intimement liées
aux affaires d'Italie, et mettait chaque jour plus d'importance à la
répression des radicaux au pied des Alpes pour être en mesure de
résister au mouvement qui éclatait sur toute la ligne des Apennins. Les
communications que m'apportait de sa part le comte Appony prouvaient que
mon attitude et mon langage ne lui suffisaient guère, et qu'il était
plutôt résigné que satisfait.

Cependant, la situation était si pressante et notre concours si
indispensable aux cabinets de Vienne et de Berlin, que je ne désespérai
pas de leur faire accepter le nouveau projet de note identique tel que
l'avait fait modifier le duc de Broglie, quoiqu'il fût bien moins net et
moins efficace que notre première proposition. Dès que j'eus reçu ses
dépêches des 20 et 22 novembre, je me mis à l'oeuvre, et le 24 au soir
je lui écrivis: «J'ai rendu compte au roi en son conseil des
modifications que, conformément à mes instructions du 19 de ce mois,
vous avez proposées au projet de note présenté le 16 par le gouvernement
britannique, et qui ont été admises par lord Palmerston. J'ai en même
temps informé le roi et son conseil des difficultés que rencontrait
l'adoption d'une note préliminaire qui avait d'abord paru pouvoir être
immédiatement adressée par les cinq puissances aux parties belligérantes
pour les engager à une suspension d'armes, en attendant que les bases de
la médiation fussent définitivement arrêtées. Frappé de ces difficultés,
et désirant ne point perdre de temps dans l'oeuvre de pacification qu'il
poursuit, le gouvernement du roi a résolu d'écarter cette idée d'une
démarche préliminaire, et de presser l'adoption du projet définitif de
note identique modifié ainsi qu'il a été convenu le 20 entre vous et
lord Palmerston. Le roi m'a en conséquence autorisé à m'entendre, à ce
sujet, avec les représentants à Paris des cours d'Autriche, de Prusse et
de Russie, et j'ai la satisfaction de vous annoncer que, moyennant les
modifications ci-dessus rappelées, le projet de note identique,
contenant l'offre et les bases de la médiation des cinq puissances en
Suisse, a été adopté par M. l'ambassadeur d'Autriche et M. le ministre
de Prusse qui se sont engagés, dès que ce projet aurait reçu
l'approbation définitive du gouvernement britannique, à le transmettre,
comme nous, aux représentants de leurs cours auprès de la Confédération
helvétique, afin que ceux-ci eussent à le remettre, simultanément avec
l'ambassadeur de France et le chargé d'affaires d'Angleterre, au
président de la diète et au président du conseil de guerre du
Sonderbund.

«M. le chargé d'affaires de Russie n'ayant encore reçu aucune
instruction de sa cour sur cette affaire, n'a pu s'engager à faire
immédiatement la même démarche; mais il a exprimé son approbation de la
résolution adoptée par ses collègues, et il pense que sa cour adhérera à
la marche suivie par les cours de Vienne et de Berlin.

«Je vous renvoie donc, M. le duc, le projet modifié de note identique
maintenant revêtu de l'adhésion des représentants des cours d'Autriche
et de Prusse comme de la nôtre, et qui recevra très-probablement bientôt
celle de la cour de Russie. Je vous invite à presser le gouvernement
britannique, qui a présenté ce projet et accepté les modifications
proposées par vous, de le revêtir de sa sanction définitive, et de
prendre les mesures nécessaires pour que le représentant de Sa Majesté
Britannique en Suisse, de concert avec les représentants des autres
cours médiatrices, adresse sans retard cette note au président de la
diète et au président du conseil de guerre du Sonderbund. Le
gouvernement du roi espère que cette démarche unanime et amicale des
cinq puissances amènera le terme de la guerre civile qui désole la
Suisse et préoccupe justement l'Europe.»

Ce ne fut pas sans surprise que le duc de Broglie rencontra à Londres de
nouvelles objections à ce projet, naguère si attentivement débattu et si
formellement accepté: «Je tenais l'affaire pour terminée,
m'écrivit-il[223], quand je me suis présenté ce matin chez lord
Palmerston. Je le lui ai dit. Je lui ai donné lecture de votre lettre,
et lui ai remis entre les mains le projet de note modifiée qui
l'accompagnait.

[Note 223: Le 26 novembre 1847.]

«Il l'a relu d'un bout à l'autre. Arrivé au paragraphe premier des bases
de médiation et lisant la rédaction substituée à la sienne, il a déclaré
que le principe de l'expulsion des jésuites ne lui paraissait pas assez
formellement stipulé. Je me suis borné à lui rappeler que cette
rédaction avait été approuvée par lui, remise entre ses mains par écrit,
que j'avais rendu compte de notre entretien dans une dépêche où cette
rédaction se trouvait insérée _in extenso_, qu'il avait reconnu la
parfaite exactitude de ce compte rendu, et que la copie de la dépêche
était entre ses mains. J'ai ajouté que dans cette rédaction était tout
le noeud de la question de médiation: si la démarche auprès du pape
n'était pas faite par les cantons du Sonderbund eux-mêmes, les
médiateurs ne feraient autre chose que de se réunir aux douze cantons de
la diète pour exiger des sept cantons du Sonderbund une soumission
entière, absolue, sans conditions ni limites; ce serait, de la part de
l'Europe, intervenir non pour prévenir, mais pour consacrer la violation
du pacte fédéral et l'oppression de la minorité par la majorité; nous
allions jusqu'à l'extrême limite en pesant réellement sur la minorité,
sous couleur de lui ménager un recours au saint-siége: aller plus loin
serait impossible.

«Lord Palmerston s'est défendu sur le premier point en disant qu'il
n'avait pas compris que la rédaction proposée dût être substituée à la
sienne, qu'il l'avait comprise comme une explication que nous donnions à
notre pensée. J'ai regretté qu'il n'eût pas assez attentivement écouté
la lecture de la dépêche que je lui avais remise, en affirmant qu'elle
ne pouvait laisser sur ce point le moindre doute.

«Il a insisté ensuite sur le peu de chance d'être écouté des vainqueurs
si on ne leur donnait pas l'assurance complète de l'expulsion des
jésuites. J'ai répliqué qu'à la vérité la chance d'être écouté n'était
pas très-grande si les douze cantons étaient complètement vainqueurs;
mais que le refus viendrait alors, non point des conditions de la
médiation, mais de la violence des passions populaires suisses; que
l'essentiel, en tentant cette démarche, c'était de maintenir le principe
de la souveraineté cantonnale, et qu'il valait beaucoup mieux ne rien
faire que de l'abandonner.

«Lord Palmerston m'a dit alors que nous faisions beaucoup pour ce
principe, beaucoup pour les sept cantons en déclarant que le pacte ne
pourrait être modifié qu'à l'unanimité.--«Vous ne faites rien, ai-je
répondu, si vous consacrez la violation du pacte dans le cas actuel.
Qu'ont besoin les radicaux de changer le pacte s'ils peuvent, dans
chaque occasion, le violer avec l'assentiment et le concours de
l'Europe?»

Pendant près de trois heures, la discussion continua sur ce terrain
entre les deux interlocuteurs. Lord Palmerston indiqua deux ou trois
modifications à la rédaction du paragraphe en question. Le duc de
Broglie les repoussa toutes, et maintint la rédaction primitive «comme
adoptée et irréformable.» Lord Palmerston se rabattit alors à demander
que, dans le quatrième paragraphe des bases de médiation, on ajoutât
quelques mots qui indiquassent que, tout en posant la question du rappel
des jésuites comme elle était posée dans le premier paragraphe, les cinq
puissances espéraient que le pape accueillerait la demande qui lui
serait adressée: «Cela m'a paru sans inconvénient, me disait le duc de
Broglie, et, après avoir cherché une rédaction qui répondît à la pensée
de lord Palmerston, nous nous sommes arrêtés à insérer dans le quatrième
paragraphe cette phrase que: «dès que la question des jésuites serait
complétement résolue, ainsi qu'il est indiqué au paragraphe premier, les
deux parties licencieraient leurs forces respectives et reprendraient
leur attitude ordinaire et pacifique.»--L'addition me semble tout à fait
exempte de reproches; à tel point même qu'il faut être bien au fait de
la discussion qui l'a produite pour comprendre qu'on y puisse attacher
la moindre importance.

«J'ai quitté lord Palmerston en lui disant que j'allais expédier mon
courrier avec son consentement et l'assurance qu'il allait adresser ses
ordres à M. Peel, son chargé d'affaires en Suisse. Il me l'a donnée.»

Le duc de Broglie n'était pas au bout. Il m'écrivit le lendemain[224]:
«Hier soir, deux heures après l'expédition de mon courrier, on m'a remis
un billet de lord Palmerston, accompagné d'une lettre officielle. Je ne
répondrai point au billet. Je réponds à la lettre officielle, dont je
joins ici copie avec ma réponse.

[Note 224: Le 27 novembre 1847.]

«_Lord Palmerston à M. le duc de Broglie_.

Foreign-Office, 26 novembre 1847.

«Monsieur le duc,

«Au sujet de la conférence que j'ai eu l'honneur d'avoir ce matin avec
Votre Excellence sur les affaires de Suisse, et pour prévenir tout
malentendu futur, je crois devoir dire que si, pour assurer le concours
unanime des cinq puissances dans l'offre d'une médiation amicale entre
les parties belligérantes en Suisse, le gouvernement de Sa Majesté
Britannique a consenti aux modifications que Votre Excellence a
proposées dans le projet de note identique à présenter à la diète et au
Sonderbund, le gouvernement de Sa Majesté n'a agi ainsi que dans la
claire et positive idée que l'entier éloignement des jésuites de toutes
les parties du territoire de la confédération est la base nécessaire de
l'arrangement à proposer aux deux parties belligérantes pour la
pacification de la Suisse.»

La réponse du duc de Broglie était courte et catégorique:

«_Le duc de Broglie à lord Palmerston_,

Londres, 27 novembre 1847.

«Mylord,

«Je concevrais difficilement que la rédaction substituée par mon
gouvernement au paragraphe premier du contre-projet britannique pût
devenir, entre nous, l'occasion d'un malentendu. Je me suis efforcé de
vous expliquer à plusieurs reprises, tant de vive voix que par écrit, le
sens et la portée de cette rédaction. Je ne puis que me référer à ces
explications, sans y rien ajouter, sans en rien retrancher.»

Que signifiaient, de la part du cabinet anglais, cette incertitude,
cette mobilité de résolution et de langage? Était-ce seulement
l'embarras inhérent à une situation fausse? Lord Palmerston voulait à la
fois rester en Suisse l'ami particulier des radicaux, et ne pas rester
isolé en Europe en se séparant des quatre grandes puissances qui
voulaient leur résister. Y avait-il, dans ses hésitations et ses
procrastinations, un désir plus ou moins prémédité de traîner en
longueur et de laisser aux radicaux suisses le temps d'accomplir leur
oeuvre de guerre civile avant que la médiation européenne vînt les gêner
dans leur attaque? Sur le théâtre même des événements, des faits se
passaient, des paroles échappaient qui autorisaient cette conjecture. Le
gouvernement anglais avait pour chargé d'affaires en Suisse M. Peel,
fils aîné de sir Robert Peel et maintenant héritier de ce glorieux nom.
Il était jeune, impétueux et, tout en obéissant à ses instructions,
enclin dans son langage à des mouvements d'indépendance et
d'inconséquence généreuse. Il vivait à la fois en intimité avec M.
Ochsenbein et en bons rapports avec M. de Boislecomte. Dès le 7 novembre
1847, au moment même où la Diète helvétique engageait la guerre civile,
ce dernier m'écrivit: «M. Peel m'a dit combien sa position, sous un
ministre qui appartenait à un autre parti que son père, lui imposait de
réserve, et combien il aurait de plaisir à être plus expansif avec moi;
ce que, sous lord Aberdeen par exemple, il eût fait, même en ayant les
mêmes instructions. J'étais entré chez lui en lui disant que je ne
pouvais résister au plaisir de lui exprimer l'espoir que nos deux
gouvernements se missent enfin d'accord sur les affaires suisses, et je
lui avais confié, d'après la dépêche de Votre Excellence, ce qui m'en
donnait l'espoir.--Je le désire autant qu'on peut désirer quelque chose
au monde, me dit M. Peel, et je ne suis pas sans espoir; la dernière
expédition de lord Palmerston était évidemment écrite dans un esprit de
rapprochement vers vous, et de mon côté, depuis les propositions faites
par les sept cantons, j'insiste chaque fois à écrire que maintenant tout
le droit est passé de leur côté, et qu'il n'y a plus d'autre parti à
prendre honorablement que celui de les soutenir.--Je dis alors à M. Peel
notre projet de médiation:--«Malheureusement, me dit M. Peel, les
meneurs de la diète ne l'accepteront pas; il n'y a que quatre jours
qu'ils ont refusé la médiation de l'Angleterre. J'ai en vain dit à M.
Ochsenbein que, si les petits cantons faisaient un appel à la France et
à l'Autriche, il était à croire que les deux puissances interviendraient
à main armée, et je lui ai laissé suffisamment à entendre que nous n'y
mettrions pas d'obstacle. Il s'est emporté; il a dit que tout cela était
l'ouvrage de M. de Metternich qui nous avait changés; il a parlé de ses
cent mille soldats, qu'ils ne reculeraient pas devant la France et
l'Autriche, qu'ils pourraient périr et la Suisse cesser d'être une
nation, mais que cela valait mieux que de courber la tête, et que, s'ils
étaient victorieux, ils ne s'arrêteraient pas en Suisse et se
répandraient sur l'Italie et sur l'Allemagne. A quoi je répondis que ce
pouvaient être là ses sentiments privés, mais que ce n'étaient pas ceux
du pays. C'est en sortant de cette conversation que M. Ochsenbein a été
se concerter avec MM. Druey, Munzinger et Furrer, et qu'ils ont résolu
de précipiter le mouvement et de prononcer l'arrêt d'exécution, ce qui a
été exécuté le soir même. Ils sont lancés et maintenant ils ne
s'arrêteront pas, même devant votre intervention armée.»

Pendant qu'on discutait encore à Londres le sens et les bases de la
médiation, les radicaux suisses précipitèrent en effet leurs mouvements:
ils avaient mis sur pied des forces considérables: 52,000 hommes d'armée
active et 30,000 de réserve, avec 172 pièces d'artillerie[225]; un chef
expérimenté, le général Dufour, les commandait: il n'appartenait pas au
parti radical; mais la diète une fois engagée dans la lutte, la plupart
des modérés, qui avaient d'ailleurs peu de goût pour les jésuites et le
Sonderbund, croyaient de leur devoir de la soutenir: elle représentait,
à leurs yeux, la confédération et l'État. Dès les premiers coups, le
succès se déclara plus prompt et plus facile que ne l'avaient espéré les
plus confiants; le canton de Fribourg fut occupé et la ville capitula
sans résistance. Mais Lucerne tenait bon; sa population et celle des
petits cantons se montraient fort résolues à se battre: «La Suisse
entière, m'écrivait M. de Boislecomte[226], est dans une attente pleine
de passion et d'anxiété, les yeux tournés vers Lucerne. M. Peel a dit
hier à l'ambassade qu'il avait envoyé quelqu'un à Lucerne. Il paraît
très-embarrassé depuis quelques jours. Son langage est redevenu comme
aux premiers temps. On pensait qu'il avait envoyé à Lucerne, non pas à
la ville, mais au quartier général de l'armée, pour prévenir le général
Dufour et lui conseiller de presser les choses. J'apprends par
Neufchâtel que, le 21, un courrier anglais a traversé la ville, se
rendant à Berne. M. Peel, auquel je communique à peu près tout ce que je
reçois et ce que je fais, s'est bien gardé d'en rien dire à l'ambassade,
et c'est à la suite de la réception de ce courrier qu'il a fait, au
quartier du général Dufour, l'envoi dont il a parlé à mon attaché, M. de
Massignac. Il faut qu'il y ait quelque chose de faux au fond de toute la
situation prise par la cour de Londres pour qu'un caractère vrai et
généreux, comme celui de M. Peel, ne puisse cependant inspirer à
personne de sécurité.»

[Note 225: Baumgartner, _die Schweitz von 1830 bis 1850_, t. IV, page
7.]

[Note 226: Le 24 novembre 1847.]

Ce fut la conviction générale, acceptée depuis comme un fait certain par
les historiens suisses les mieux informés, qu'au moment même où la note
identique était enfin sortie de toutes ses transformations et près
d'être expédiée en Suisse, lord Palmerston avait donné à M. Peel l'ordre
d'en prévenir le général Dufour, et de l'engager à presser la conquête
de Lucerne, pour qu'à l'arrivée de la note les cinq puissances qui
l'avaient signée, y compris l'Angleterre, trouvassent la guerre terminée
et leur médiation sans objet. Le chapelain de la légation anglaise en
Suisse avait été, disait-on, chargé de cette mission.

M. de Boislecomte mit avec raison du prix à s'assurer de la réalité du
fait; il donna, dans ce but, ses instructions au jeune attaché qu'il
avait laissé à Berne, et le 29 novembre 1847, M. de Massignac lui
écrivit: «L'affaire de la mission du chapelain de la légation
d'Angleterre est éclaircie. Ce matin, je fus chez le ministre
d'Espagne[227]. Après avoir causé avec lui de la lettre que j'ai eu
l'honneur de vous adresser ce matin, et à laquelle il donne son entière
approbation quant à l'exactitude:--Je voudrais bien savoir, lui dis-je,
si vraiment Temperly a été, de la part de Peel, dire au général Dufour
de presser l'attaque contre Lucerne.--Qui est-ce qui en doute? me
répondit-il; pour moi, j'en suis sûr, je le tiens de bonne source, et
j'en mets ma main au feu, me répéta-t-il à plusieurs reprises.--Je le
crois, ajoutai-je, mais j'aurais quelque intérêt à le faire avouer à
Peel lui-même, et devant quelqu'un, vous, par exemple.

[Note 227: M. de Zayas.]

«L'occasion s'en est présentée dès ce matin. Nous parlions avec Zayas et
Peel des affaires suisses et de la manière dont les différents cabinets
les jugeaient. «--Aucun cabinet de l'Europe, excepté celui de
l'Angleterre, n'a compris les affaires de Suisse, a dit M. Peel, et lord
Palmerston a cessé de les comprendre lorsqu'il a approuvé la note
identique.--Avouez au moins, lui dis-je, qu'il a fait une belle fin, et
que vous nous avez joué un tour en pressant les événements.» Il se tut;
j'ajoutai: «--Pourquoi faire le mystérieux? Après une partie, on peut
bien dire le jeu qu'on a joué.--Eh bien, c'est vrai! dit-il alors, j'ai
fait dire au général Dufour d'en finir vite.» Je regardai M. de Zayas
pour constater ces paroles. Son regard me cherchait aussi. Cependant,
Monsieur l'ambassadeur, je n'ai pas voulu vous apprendre cet aveu
légèrement, et ce soir, j'ai demandé à M. de Zayas s'il considérait
l'aveu comme complet:--«Je ne sais pas ce que vous voudriez de plus, me
répondit-il, à moins que vous ne vouliez une déclaration écrite. Quand
je vous disais ce matin que j'en mettrais ma main au feu!»

Ce fut seulement le 28 novembre 1847 que je pus adresser à M. de
Boislecomte une dépêche définitive et positive: «Le concert que nous
travaillons à établir entre les puissances est enfin réalisé. Vous
trouverez ci-joint le texte de la note identique qui doit être remise
aux parties belligérantes en Suisse pour leur offrir la médiation des
cinq cours. Vous voudrez bien, après en avoir fait dresser deux
expéditions et les avoir revêtues de votre signature, les adresser au
président de la diète et au président du conseil de guerre du
Sonderbund. M. Peel recevra des instructions conformes à celles que je
vous donne. M. le comte Appony et M. le baron d'Arnim écrivent dans le
même sens à M. de Kaisersfeldt et à M. de Sidow. La dépêche de M.
d'Appony est annexée à cette expédition, et je vous recommande de la
faire parvenir, sans perdre un moment, à M. de Kaisersfeldt. Quant à
celle de M. d'Arnim, elle est envoyée directement à M. de Sidow. M. de
Kisséleff ne s'étant pas trouvé en mesure de donner des directions
analogues à M. de Krudener, bien que les intentions de son gouvernement
ne soient pas douteuses, la communication de la Russie ne pourra avoir
lieu que plus tard. Mais il importe que celles de la France, de
l'Autriche et de la Prusse soient, autant que possible, simultanées, et
je vous prie de vous concerter à cet effet avec vos collègues en évitant
d'ailleurs tout ce qui entraînerait de nouveaux délais.»

La note identique ainsi transmise était exactement conforme au texte
enfin convenu entre le duc de Broglie et lord Palmerston, dans leurs
derniers entretiens.

Quand cette dépêche arriva[228] à M. de Boislecomte qui, d'après mes
instructions, s'était établi à Bale, Lucerne avait succombé après une
vive, bien que courte résistance; mais la lutte subsistait encore dans
le canton du Valais; M. de Boislecomte expédia sur-le-champ la note
identique au président de la diète à Berne et au dernier représentant du
Sonderbund vaincu. Il écrivit en même temps à M. Peel pour l'en
informer. En me rendant compte de ces derniers incidents et de l'état
des esprits en Suisse, il ajouta: «C'est avec regret que je dois vous
parler de M. Peel. Il paraît que, depuis mon départ de Berne, il était
retourné à ses anciennes amitiés, et qu'il se disposait à prendre
possession de la situation comme s'il avait jusqu'au bout et sans
distraction soutenu les radicaux. Il avait fait une visite de
félicitation à M. Ochsenbein, et il venait de l'inviter, avec d'autres
vainqueurs, à un grand dîner quand il a reçu ma lettre qui lui indiquait
l'entente conclue et la remise que je faisais immédiatement de la note
concertée. Il a aussitôt décommandé son dîner, et M. de Massignac étant
allé le voir, il lui a dit:«--Je ne comprends pas lord Palmerston, et si
je pouvais montrer ses dépêches, on ne le comprendrait pas plus que moi.
Je ne veux pas remettre la note qu'on m'enverra. Je donnerai ma
démission plutôt que de le faire. Le puis-je donc quand je viens de
faire une visite à Ochsenbein dans un sens tout opposé? Vous comprenez
bien que je ne me suis pas lié avec des gens comme les radicaux par
amitié pour eux; mais la guerre est finie, et l'on me fait jouer dans
tout cela un rôle qui me blesse beaucoup.»

[Note 228: Le 30 novembre au matin 1847.]

Lord Palmerston voulut sans doute épargner à son jeune agent l'embarras
que celui-ci repoussait, car il ne le chargea point de remettre la note
identique. L'ambassadeur d'Angleterre à Constantinople, sir Stratford
Canning, était alors à Londres, près d'en repartir pour retourner à son
poste; ce fut à lui que lord Palmerston donna ses instructions sur
l'attitude que le cabinet anglais voulait prendre dans le nouvel état
des affaires suisses; sir Stratford se mit en route par Paris et Berne.
J'eus avec lui, à son passage, un entretien plus libre de ma part que de
la sienne; je connaissais la ferme loyauté de son caractère, et je fus
peu surpris de le trouver un peu embarrassé de la politique dont il
était chargé de conduire le dénouement. J'écrivis le 3 décembre 1847, au
duc de Broglie: «Sir Stratford Canning est toujours ici, attendant
toujours une dépêche de Londres. La note anglaise ne sera probablement
pas remise. Mais il suffit, pour que la position soit prise, qu'un seul
ait parlé au nom des cinq.»

Après le tour qu'avaient pris les événements, il n'y avait plus en
effet, pour nous en Suisse, qu'une question de position et d'avenir. Le
voisinage donnait à nos rapports avec ce pays bien plus d'importance
qu'ils n'en pouvaient avoir pour l'Angleterre. L'Autriche et la Prusse
étaient à cet égard dans une situation semblable à la nôtre; et on
était, à Vienne et à Berlin, si sérieusement préoccupé des affaires
suisses que, lorsque la crise éclata, bien loin de les considérer comme
terminées, ces deux cabinets virent, dans la défaite du Sonderbund, le
commencement d'une nouvelle phase qui appelait, de leur part, une égale
sollicitude et probablement de nouvelles démarches. Deux hommes
considérables, le comte de Colloredo pour l'Autriche et le général de
Radowitz pour la Prusse, vinrent à Paris avec une mission authentique,
quoique non officielle: «Ils y sont envoyés, m'écrivit le marquis de
Dalmatie[229], pour porter et pour se faire donner des termes précis.
D'abord, pour s'assurer de la stabilité de votre cabinet; ensuite, pour
savoir jusqu'à quel point on peut compter sur vous, jusqu'où vous voulez
et vous pouvez aller, quelles peuvent être les exigences parlementaires,
quelle influence peut exercer l'Angleterre.

[Note 229: Le 19 décembre 1847.]

On ne veut pas vous embarrasser; on ne veut pas nuire au cabinet; mais
on ne veut pas non plus s'engager plus avant avec nous sans savoir
positivement à quoi s'en tenir sur notre compte. Les instructions du
comte de Colloredo sont précises et catégoriques; on me l'a dit, et une
observation que j'ai faite me l'a confirmé. M. de Canitz m'a communiqué
à deux reprises, avant et après l'arrivée du comte de Colloredo à
Berlin, une portion des instructions qu'il prépare pour le général
Radowitz. J'ai remarqué entre ces deux fragments une différence de
nuance, d'abord dans le ton qui est plus décidé et plus incisif dans le
second. Il renferme un passage sur les révolutions qui ont eu lieu dans
divers cantons, et qui ont donné la majorité au radicalisme dans la
diète; et il pose la question de savoir si l'on ne pourrait pas trouver
un moyen de les prévenir. C'est aller bien loin; c'est passer de la
question fédérale et internationale à la question cantonnale et
intérieure; c'est dépasser les bornes de l'intervention que les
puissances sont fondées, en droit public, à exercer en Suisse. Après
m'avoir lu ce passage, M. de Canitz m'a dit que c'était là une addition
qu'il s'était permis d'apporter aux instructions données par le prince
de Metternich. J'en ai tiré la conclusion qu'il faut que ces
instructions, patentes ou secrètes, aillent déjà assez loin pour que la
cour de Prusse ait fait ce pas qui peut, à la vérité, être aussi bien
désapprouvé qu'approuvé à Vienne, mais qui indique toujours que le comte
de Colloredo a apporté avec lui quelque chose qui a enhardi la cour de
Prusse à le faire. Ajoutez-y ce qui est venu de Saint-Pétersbourg où
l'on s'est prononcé plus énergiquement encore dans le même
sens:--«L'empereur Nicolas, m'a dit M. de Canitz, ne veut se mêler de
l'affaire suisse qu'autant qu'il aura la certitude que les autres cours
y apportent des intentions sérieuses, et qu'elles ne s'arrêteront pas en
chemin. Autrement, il préfère y rester étranger. Ce n'est que par
complaisance qu'il a consenti à s'associer aux premières
démarches.»--Une autre personne me disait que l'empereur ne comprenait
pas la conférence dont on parle sur les affaires de Suisse si elle
n'avait pas 60,000 hommes derrière elle.

L'empereur Nicolas avait alors pour représentant à Berlin le baron
Pierre de Meyendorff, aussi distingué par l'élévation et la finesse de
son esprit que par la droiture de son caractère, l'un de ces politiques
vraiment européens qui, tout en servant fidèlement les vues et les
intérêts de leur gouvernement, savent comprendre les institutions et les
intérêts des autres États, tiennent grand compte de ce qu'exige ou de ce
que comporte le bon ordre général des sociétés civilisées, et ne perdent
jamais de vue la raison et l'équité. «Il me disait hier, m'écrivit le
marquis de Dalmatie[230]:--Un seul motif peut vous décider à
l'intervention; c'est de voir l'Autriche intervenir; si elle entre en
Suisse, vous ne pouvez pas l'y laisser entrer seule.--Je sais, ajoutait
notre ambassadeur, qu'il en était question hier avec le comte de
Colloredo lui-même, d'une manière qui m'a donné lieu de croire qu'il
apportait déjà cette idée de Vienne; il a annoncé que quatre nouveaux
régiments étaient dirigés sur la frontière de Suisse. On jettera les
hauts cris en France; mais vous ne pourrez vous dispenser de faire
entrer les troupes françaises à Genève et dans le canton de Vaud, ne
fût-ce que pour observer les Autrichiens, comme on l'a fait jadis à
Ancône. Vous donneriez aux Chambres les explications que vous voudriez:
on y est préparé d'avance. Je ne vous donne pas ce plan comme arrêté;
mais on y songe comme à une extrémité à laquelle on pourra être réduit
après avoir épuisé les autres moyens, et que l'on envisage déjà.»

[Note 230: Les 10 et 19 décembre 1847.]

Telles furent en effet les perspectives que m'entrouvrirent loyalement
les deux envoyés allemands, hommes de sens et d'honneur l'un et l'autre,
et chargés d'exprimer une politique qui, loin de se dissimuler,
s'étalait avec un certain faste de principes et d'exemples, dans
l'espoir qu'en intimidant la Suisse et en entraînant la France, ou bien
l'Autriche serait dispensée d'agir, ou bien elle n'aurait pas à agir
seule. Je répondis à ces ouvertures avec une égale franchise. Nous
convînmes que nous nous retrouverions dans quelques semaines, quand on
pourrait voir un peu plus clair dans l'avenir, pour nous concerter sur
les mesures que nous pourrions avoir à prendre ensemble, dans l'intérêt
du droit public européen. Nous étions pour notre compte bien décidés,
d'une part, à n'intervenir en Suisse que si une longue, oppressive et
douloureuse anarchie en faisait généralement sentir la nécessité;
d'autre part, à ne pas souffrir qu'aucune autre puissance y intervînt
sans y prendre nous-mêmes une forte et sûre position. Je m'étais
entretenu avec le maréchal Bugeaud de ce qu'il y aurait à faire en
pareil cas. Nous n'aurions fait, en agissant ainsi, que poursuivre la
politique que nous avions annoncée et pratiquée depuis l'origine de la
question suisse, et le roi Louis-Philippe était, comme le cabinet,
résolu à y persister.

Que serait-il arrivé si des événements bien autrement grands et
puissants n'étaient venus rejeter bien loin dans l'ombre les dissensions
des cantons suisses? Nul ne le saurait dire. Quoi qu'on en puisse
conjecturer, en présence du succès des radicaux suisses, de la
fermentation italienne et des ardents débats qui, dans nos Chambres,
menaçaient l'existence du cabinet français, le prince de Metternich
n'agit point, et ne nous mit point dans la nécessité d'agir. Quand le
cabinet du 29 octobre 1840 et la monarchie de 1830 furent tombés,
personne ne pensa plus à la Suisse; c'était l'Europe qui était en
question.

Près de vingt ans se sont écoulés; on y pense encore moins aujourd'hui;
qui se souvient et se soucie de M. Ochsenbein et du Sonderbund?
L'histoire a des intermèdes pendant lesquels les événements et les
personnages qui viennent d'occuper la scène en sortent et disparaissent
pour un temps: pour le temps des générations voisines de celle qui a vu
et fait elle-même ces événements. L'histoire d'avant-hier est la moins
connue, on peut dire la plus oubliée du public d'aujourd'hui: ce n'est
plus là, pour les petits-fils des acteurs, le champ de l'activité
personnelle, et le jour de la curiosité désintéressée n'est pas encore
venu. Il faut beaucoup d'années, des siècles peut-être pour que
l'histoire d'une époque récente s'empare de nouveau de la pensée et de
l'intérêt des hommes. C'est en vue de ce retour que les acteurs et les
spectateurs de la veille peuvent et doivent parler de leur propre temps;
ils déposent des noms et des faits dans des tombeaux qu'on se plaira un
jour à rouvrir. C'est pour cet avenir que je retrace avec détail les
mariages espagnols et les négociations assez vaines dont le Sonderbund
fut l'objet: je tiens à ce que les curieux, quand ils viendront,
trouvent ce qu'ils chercheront et soient en mesure de bien connaître
pour bien juger. Je n'ai garde de prétendre à faire moi-même et
aujourd'hui leur jugement; je leur en transmets les matériaux, avec la
libre et sincère expression du mien. Dans notre conduite au sujet des
affaires suisses de 1840 à 1848, je fis deux fautes, l'une de mon fait,
l'autre amenée par le fait d'autrui. Je me trompai sur la convenance de
M. de Boislecomte pour la mission que je lui connais; il était homme
d'expérience et de devoir, capable, courageux et fidèle, mais trop
prévenu pour le parti catholique et trop enclin à en espérer le succès.
Entraîné par sa croyance et son désir, il se trompa sur les forces
relatives des deux partis, et compta trop sur l'énergie morale comme sur
la puissance matérielle des cantons catholiques. Ses appréciations et
ses prévisions nous jetèrent dans la même erreur. Notre politique
reposait sur la double idée qu'en droit la cause du Sonderbund était
bonne et qu'en fait sa résistance serait forte et longue. Nous avions
raison quant au droit: le pacte fédéral, l'indépendance des cantons dans
leur régime intérieur, la liberté d'association religieuse, la liberté
d'enseignement, le respect et les garanties dus par la majorité à la
minorité, tous les principes de gouvernement libre et d'ordre européen
étaient en faveur du Sonderbund; nous leur prêtions hautement notre
appui moral; mais nous regardions l'intervention matérielle à leur
profit comme une dernière et fâcheuse extrémité que nous ne voulions
accepter que lorsque, dans la pensée de l'Europe et dans le sentiment de
la Suisse même, les maux de la guerre civile et de l'anarchie l'auraient
rendue nécessaire. Cette extrémité n'arriva point; la brièveté de la
lutte et la facilité de la victoire firent paraître nos alarmes
excessives et rendirent le mal moins grand que nous ne l'avions prédit.
Si nous avions mieux connu les faits et mieux pressenti les chances,
nous aurions tenu le même langage et donné les mêmes conseils; mais nous
aurions gardé l'attitude de spectateurs moins inquiets et plus patients.



                              CHAPITRE XLVIII.

  LES RÉFORMES POLITIQUES ET LA CHUTE DU MINISTÈRE DU 29 OCTOBRE 1840.

                                (1840-1848).


Ma disposition personnelle en terminant ces _Mémoires_.--Pensée
dominante et constante du ministère du 29 octobre 1840.--La
prépondérance des classes moyennes; ses motifs et son caractère.--Le
parti conservateur.--Le but des réformes électorale et parlementaire
était de changer cette politique.--Diversité des éléments de
l'opposition.--L'opposition monarchique et l'opposition
républicaine.--Diversité des éléments de l'opposition monarchique;--de
l'opposition républicaine.--De 1840 à 1847, la question des réformes
reste dans l'arène parlementaire.--Divers débats à ce sujet.--La
question passe dans le champ de l'agitation extérieure.--Les banquets de
1847.--Leur caractère.--Attitudes diverses de l'opposition monarchique
et de l'opposition républicaine.--Ascendant croissant de l'opposition
républicaine.--Attitude du gouvernement envers les banquets.--Ma
conversation avec M. de Morny.--Ma conversation avec le roi
Louis-Philippe.--Projet d'un nouveau banquet à Paris.--Ouverture de la
session de 1848.--Discussion de l'adresse.--Résolution et langage du
gouvernement sur la question des réformes.--L'opposition se décide à
assister au nouveau banquet proposé.--Le gouvernement se décide à
l'interdire.--Question de légalité élevée à ce sujet.--Compromis entre
des représentants du cabinet et des représentants de l'opposition pour
faire décider cette question par les tribunaux.--Luttes intérieures
entre les divers éléments de l'opposition.--Les meneurs révolutionnaires
de l'opposition républicaine ajoutent au banquet un plan de mouvement
populaire.--Manifeste publié dans ce but.--Changement de scène.--Le
gouvernement interdit le banquet.--L'opposition parlementaire y renonce
et propose à la Chambre des députés l'accusation du ministère.--Journées
des 21 et 22 février.--Le 23 février, manifestations réformistes dans
une partie de la garde nationale.--Conversation du roi, d'abord avec M.
Duchâtel, puis avec moi.--Chute du cabinet.--Je l'annonce à la
Chambre.--Émotion de la majorité.--Rapports entre le roi et le
cabinet.--Persistance des menées de l'opposition républicaine
révolutionnaire.--Mesures de résistance préparées par le
gouvernement.--Tragique incident, dans la soirée du 23 février, devant
le ministère des affaires étrangères.--Ses effets.--Nomination du
maréchal Bugeaud au commandement de la garde nationale et des troupes;
dernier acte du ministère.--Ma dernière visite au roi
Louis-Philippe.--Mon impression sur ses sentiments et ses dispositions
intérieures dans cette crise.


Je touche aux derniers jours et à la dernière crise de la lutte des
systèmes et des partis politiques qui, de 1830 à 1848, se sont déployés,
parmi nous, dans les Chambres, dans la presse, dans les élections, dans
les conversations, dans toutes les manifestations et sous toutes les
formes de la pensée, de la volonté, de l'imagination et de l'ambition
publiques. C'est sur la question des réformes à apporter dans notre
régime électoral et parlementaire que cette crise suprême a éclaté. En
retraçant, dans ces _Mémoires_, les principaux événements qui ont rempli
ces dix-huit années et la part que j'y ai prise, je me suis proposé d'en
écarter toute polémique rétrospective et de présenter constamment les
faits dans tout leur jour, et les hommes, adversaires ou amis, sous leur
meilleur jour. En agissant ainsi, j'ai obéi à mon penchant plutôt que je
n'ai exécuté un dessein: la longue et laborieuse expérience de la vie
politique m'a enseigné, non pas le doute, mais l'équité. Je dis
l'équité, non pas la modération, mot banal, ni l'indulgence, mot
impertinent, qui n'exprimeraient pas ma pensée. Dans les temps de
profonde fermentation sociale et morale, quand les nations et les âmes
sont violemment agitées, il y a, dans les opinions et les conduites les
plus diverses, plus de sincérité et de désintéressement qu'on ne croit;
la part de l'erreur est immense, infiniment plus grande que celle des
mauvais desseins; la vérité se brise en fragments épars, et chacun des
acteurs politiques en saisit quelqu'un, comme dit Corneille,

    Suivant l'occasion ou la nécessité,
    Qui l'emporte vers l'un ou vers l'autre côté[231].

[Note 231: _Sertorius_, acte III, scène 2.]

Les esprits en effet s'emportent alors en tous sens, attirés par les
lueurs qui brillent et les perspectives qui s'ouvrent dans un ciel
obscur et orageux, et la conscience suit l'esprit dans ses emportements.
J'ai vécu longtemps, comme l'un des acteurs, dans cette mêlée des idées
et des hommes; j'en suis sorti depuis longtemps; et aujourd'hui,
spectateur tranquille du passé comme du présent, je reste aussi
fermement attaché que jadis aux convictions qui ont dirigé ma conduite,
mais peu surpris que des hommes d'un esprit éminent et d'un coeur
honnête aient obéi à des convictions différentes. La crise suprême que
j'ai en ce moment à retracer est, de tous les événements de ce passé,
celui qui me rend le plus difficiles cette vue sereine et cette juste
appréciation des faits et des hommes; le dénouement en a été si grave et
si douloureux que toute mon âme s'émeut et se soulève à ces souvenirs.
Je veux pourtant et j'espère, à cette dernière heure, rester fidèle à la
disposition que, jusqu'ici, j'ai gardée sans effort en écrivant ces
_Mémoires_. Aujourd'hui, tous les partis, je pourrais dire tous les
hommes qui, n'importe en quel sens et dans quelle mesure, ont pris part
à la révolution de février, sont, comme moi, des vaincus. Nul d'entre
eux, à coup sur, ne se doutait de l'abîme où la diversité de nos idées
et de nos efforts devait sitôt nous jeter tous.

Je voudrais marquer avec précision le point où nous en étions tous et
quelle était la vraie disposition de tous les partis à l'approche de la
catastrophe qui nous a fait subir, à tous, de tels coups et de tels
mécomptes.

Le cabinet et ses amis politiques avaient une pensée et un dessein bien
déterminés. Ils aspiraient à clore en France l'ère des révolutions en
fondant le gouvernement libre qu'en 1789 la France s'était promis comme
la conséquence et la garantie politique de la révolution sociale qu'elle
accomplissait. Nous regardions la politique qui, à travers des incidents
passagers, avait prévalu en France depuis le ministère de M. Casimir
Périer, comme la seule efficace et sûre pour atteindre ce but. Cette
politique était réellement à la fois libérale et anti-révolutionnaire.

Anti-révolutionnaire, au dehors comme au dedans, car elle voulait au
dehors le maintien de la paix européenne, au dedans celui de la
monarchie constitutionnelle. Libérale, car elle acceptait et respectait
pleinement les conditions essentielles du gouvernement libre,
l'intervention décisive du pays dans ses affaires, la discussion
constante et vivante, dans le public comme dans les Chambres, des idées
et des actes du pouvoir. En fait, de 1830 à 1848, ce double but a été
atteint. Au dehors, la paix a été maintenue, et je pense aujourd'hui
comme il y a vingt ans, que ni l'influence ni la considération de la
France en Europe n'y avaient rien perdu. Au dedans, de 1830 à 1848, la
liberté politique a été grande et forte; de 1840 à 1848 spécialement,
elle s'est déployée sans qu'aucune nouvelle limite légale lui ait été
imposée. Si je disais sans réserve ma pensée, je dirais que,
non-seulement les spectateurs impartiaux, mais la plupart des anciens
adversaires de notre politique reconnaissent aujourd'hui, dans leur
pensée intime, la vérité de ce double fait.

La politique que nous soutenions et pratiquions ainsi avait son
principal point d'appui dans l'influence prépondérante des classes
moyennes: influence reconnue et acceptée dans l'intérêt général du pays,
et soumise à toutes les épreuves, à toutes les influences de la liberté
générale. Je ne discute pas ici le système; j'exprime le fait, et je
n'en atténue ni l'importance, ni le caractère. Les classes moyennes,
sans aucun privilége ni limite dans l'ordre civil, et incessamment
ouvertes, dans l'ordre politique, au mouvement ascendant de la nation
toute entière, étaient, à nos yeux, les meilleurs organes et les
meilleurs gardiens des principes de 1789, de l'ordre social comme du
gouvernement constitutionnel, de la liberté comme de l'ordre, des
libertés civiles comme de la liberté politique, du progrès comme de la
stabilité.

A la suite de plusieurs élections générales dont la liberté et la
légalité ne sauraient être sérieusement contestées, et sous le coup de
graves débats incessamment répétés, l'influence prépondérante des
classes moyennes avait amené, dans les Chambres et dans le pays, la
formation d'une majorité qui approuvait la politique dont je viens de
rappeler les caractères, voulait son maintien et la soutenait à travers
les difficultés et les épreuves, intérieures ou extérieures, que lui
imposaient les événements. Cette majorité s'était successivement
renouvelée, recrutée, affermie, exercée à la vie publique, et de jour en
jour plus intimement unie au gouvernement comme le gouvernement à elle.
Selon la pente naturelle du gouvernement représentatif et libre, elle
était devenue le parti conservateur de la politique anti-révolutionnaire
et libérale dont elle avait, depuis 1831, voulu et secondé le succès.

Le gouvernement parlementaire, forme pratique du gouvernement libre sous
la monarchie constitutionnelle; l'influence prépondérante des classes
moyennes, garantie efficace de la monarchie constitutionnelle et des
libertés politiques sous cette forme de gouvernement; le parti
conservateur, représentant naturel de l'influence des classes moyennes
et instrument nécessaire du gouvernement parlementaire: tels étaient,
dans notre profonde conviction, les moyens d'action et les conditions de
durée de la politique libérale et anti-révolutionnaire que nous avions à
coeur de pratiquer et de maintenir.

C'était cette politique, telle que nous la concevions et pratiquions
avec le concours harmonique de la couronne, des Chambres et des
électeurs, que l'opposition voulait changer, et c'était pour la changer
qu'elle réclamait les réformes électorale et parlementaire. Ces réformes
étaient moins un but qu'un moyen: provoquées par l'état intérieur du
parlement bien plus que par le besoin et l'appel du pays, elles devaient
avoir pour résultat de défaire, dans la Chambre des députés, la majorité
qui y prévalait et le parti conservateur qu'elle avait formé, soit en en
expulsant, par l'extension des incompatibilités, une partie des
fonctionnaires publics qui y siégeaient, soit en y appelant, par
l'extension du droit de suffrage, des éléments nouveaux et d'un effet
inconnu. Nous n'avions, en principe et dans une certaine mesure, point
d'objection absolue et permanente à de telles réformes; l'extension du
droit de suffrage et l'incompatibilité de certaines fonctions avec la
mission de député pouvaient et devaient être les conséquences naturelles
et légitimes du mouvement ascendant de la société et de l'exercice
prolongé de la liberté politique. Mais dans le présent, ces innovations
n'étaient, selon nous, ni nécessaires, ni opportunes. Point nécessaires,
car depuis trente ans les événements avaient prouvé que, par les
institutions et les lois actuelles, la liberté et la force ne manquaient
point à l'intervention du pays dans ses affaires. Point opportunes, car
elles devaient apporter de nouvelles épreuves et de nouvelles
difficultés dans ce qui était, à nos yeux, le plus actuel et le plus
pressant intérêt du pays, la pratique et l'affermissement du
gouvernement libre encore si nouveau lui-même parmi nous. Là étaient à
la fois la cause et la limite de notre résistance aux innovations
immédiates qu'on demandait.

L'opposition, je l'ai déjà dit, n'avait pas, comme le cabinet et le
parti conservateur, l'avantage d'être toute entière animée d'un même
sentiment et de se conduire dans un même dessein; elle contenait des
éléments profondément divers dans leurs principes comme dans leurs buts;
et chaque fois qu'une grande question d'institutions politiques était
soulevée, ces diversités se révélaient dans leur vérité et leur gravité.
Elles apparurent clairement, quels que fussent les ménagements et les
réticences, dès que les réformes électorale et parlementaire furent à
l'ordre du jour. Depuis 1840, et c'était là l'un de nos progrès, les
insurrections et les conspirations pour le renversement de la monarchie
de 1830 avaient cessé; de temps en temps, les tentatives d'assassinat du
roi se renouvelaient, comme d'odieuses et sournoises protestations
contre le régime établi; hors de ces crimes personnels, les partis
renfermaient dans l'arène parlementaire leurs luttes et leurs
espérances; mais là même ils avaient soin qu'on ne se méprît pas sur
leur vraie pensée et le vrai sens de leurs efforts; nous étions en
présence d'une opposition qui se déclarait loyalement monarchique et
dynastique, et d'une opposition qui, sous un voile transparent, se
laissait voir, s'avouait même républicaine. En dehors des Chambres et du
corps électoral, ces deux oppositions avaient, l'une et l'autre, leur
public et leur armée, très-divers et divisés comme les deux
états-majors, mais activement unis contre le cabinet, le parti
conservateur et sa politique.

Homogène dans son intention générale, l'opposition monarchique et
dynastique ne l'était point dans ces dispositions plus instinctives que
volontaires qui sont comme le fond des âmes et qui les gouvernent
presque à leur insu. Elle comptait dans ses rangs des hommes qui, depuis
1830, avaient plusieurs fois approuvé, soutenu, pratiqué eux-mêmes la
politique dont le cabinet du 29 octobre 1840 se portait l'héritier. Avec
eux siégeaient et votaient des hommes qui avaient constamment blâmé et
combattu cette politique, soit qu'elle fût entre les mains de M. Casimir
Périer, de M. Thiers, de M. Molé, ou dans les miennes. Dans les
premiers, soit élévation d'esprit et lumières acquises par l'expérience,
soit modération et prudence de caractère, l'esprit de gouvernement avait
pris place à côté du goût des institutions libres; ils en comprenaient
les conditions et voulaient, au fond, le succès de la politique
conservatrice. Ils nous reprochaient de pousser trop loin cette
politique, de la proclamer trop haut, de ne pas faire aux goûts
populaires et à l'imagination nationale assez de concessions, d'en faire
trop aux étrangers. Les seconds, tout en souhaitant le maintien de la
monarchie de 1830, étaient encore profondément imbus des maximes et des
traditions très-peu monarchiques de 1791, les ménageaient
respectueusement dès qu'ils les rencontraient, et accusaient le
gouvernement du roi d'avoir faussé la révolution de 1830 en trompant ses
espérances de monarchie républicaine. Personnellement, les premiers
étaient, parmi nos adversaires, les plus éclairés et les plus habiles;
comme parti, les seconds étaient les plus puissants et les plus
redoutables, car ils étaient ceux qui trouvaient, dans les instincts
involontairement révolutionnaires d'une portion considérable du pays, le
plus de sympathie et d'appui.

L'opposition républicaine n'était ni moins homogène dans son principe,
ni plus homogène dans sa composition que l'opposition monarchique. Elle
comptait des républicains systématiques qui répudiaient les folies
démagogiques comme les crimes de notre révolution, et prenaient, dans
les États-Unis d'Amérique, les exemples de leur république. Auprès d'eux
marchaient des républicains fanatiques, admirateurs immobiles de la
république une et indivisible de 1793, asservis aux traditions de la
Convention nationale, et qui persistaient à célébrer les odieux et
aveugles tyrans de cette époque comme les sauveurs et les plus grands
hommes de la France. A la suite de ces deux groupes venaient toute sorte
d'audacieux et ingénieux rêveurs qui aspiraient, non-seulement à
réformer le gouvernement, mais à transformer la société elle-même, son
organisation civile et domestique aussi bien que ses institutions
politiques, des socialistes, des communistes, des apôtres de théories
économiques, les unes despotiques, les autres anarchiques, tous ardents
à lancer dans un avenir inconnu les passions avec les espérances
populaires. Quelque divers que fussent ces éléments du parti, ils se
ralliaient tous sous un même drapeau et dans un même effort vers un même
but, le suffrage universel et la république.

Malgré leurs ménagements mutuels d'attitude et de langage, ces deux
oppositions ne prétendaient pas dissimuler leur profonde diversité;
elles entendaient se servir d'instrument l'une à l'autre, et, dans leur
alliance, poursuivre chacune son propre but: l'une, le maintien de la
monarchie constitutionnelle en la réformant un peu au gré de l'autre;
celle-ci, le triomphe de la république en préparant, à la faveur des
réformes, la révolution qui devait l'amener. Mais de 1840 à 1847, elles
continrent l'une et l'autre, dans l'arène parlementaire, leur travail à
la fois concentrique et distinct. Dans ce travail, les deux réformes
indiquées, l'une pour diminuer dans la Chambre des députés le nombre des
fonctionnaires, l'autre pour accroître le nombre des électeurs,
marchèrent d'un pas inégal; la première seule attira d'abord
l'attention. En abaissant le cens électoral de 300 à 200 francs, la loi
du 19 avril 1831 avait, sur ce point, satisfait au sentiment de
l'opposition elle-même; et au moment où il demandait un abaissement plus
considérable, un député très-attentif à ménager la faveur populaire, M.
Mauguin disait: «Quand même vous n'abaisseriez le cens qu'à 200 francs,
vous auriez une Chambre qui représenterait l'opinion de la France, et
elle serait le pays le plus libre du monde[232]». De 1831 à 1839, les
pétitions en faveur de la réforme électorale furent rares et écartées
sans grand débat; évidemment la question ne préoccupait point le pays.
Celle de la réforme parlementaire obtint de bonne heure un peu plus de
faveur: dès 1831, des propositions furent faites pour diminuer dans la
Chambre le nombre des fonctionnaires; mais le moyen proposé fut
indirect, grossier et subalterne; on demanda que les fonctionnaires élus
fussent, pendant la durée des sessions législatives, privés de tout ou
partie du traitement attaché à leurs fonctions. De 1831 à 1839, la
réforme parlementaire reparut onze fois sous cette forme. Elle fut, en
1839, l'objet d'un sérieux examen et d'un remarquable rapport de M. de
Rémusat, au nom d'une commission où siégeaient MM. de Tocqueville, de
Sade et Odilon Barrot, et qui en proposa unanimement le rejet. Mais, en
écartant le moyen, la commission ne repoussa point le but, et sans se
prononcer définitivement, le rapporteur laissa clairement entrevoir
qu'il était, ainsi que ses amis, favorable à l'extension des
incompatibilités parlementaires.

[Note 232: Chambre des députés, séance du 11 avril 1831; _Moniteur_ de
1831, p. 780.]

De 1840 à 1847, les deux questions devinrent plus sérieuses, mais sans
vive insistance au début, et encore inégalement. Le cabinet formé le 1er
mars 1840 sous la présidence de M. Thiers les écarta de son programme,
et ce fut sous cette réserve positivement exprimée que je restai, à
cette époque, ambassadeur à Londres[233]. «Sur la réforme électorale,
dit M. Thiers en ouvrant le débat qui devait décider de l'existence de
son cabinet, la difficulté sera grande dans l'avenir; je ne le méconnais
pas; elle ne l'est pas aujourd'hui. Pourquoi? Y a-t-il, parmi les
adversaires de la réforme électorale, quelqu'un qui, devant le corps
électoral, devant la Chambre, et j'ajouterai devant la charte, ait dit:
_Jamais?_ Personne. La charte, et j'eus l'honneur d'être présent à la
conférence où cet article de la charte a été discuté, la charte a exclu
le cens électoral du nombre des articles qui la composent. Pourquoi?
Parce qu'on a compris que l'abaissement du cens devait être l'ouvrage du
temps et du progrès des esprits, lorsque la population plus éclairée
serait digne de concourir en plus grand nombre aux affaires de l'État.
Personne, devant le corps électoral, devant la Chambre, n'a dit:
_Jamais_. A côté de cela, même parmi les partisans de la réforme, y
a-t-il des orateurs qui aient dit: _Aujourd'hui?_ Aucun. Tous, j'entends
dans les nuances moyennes de la Chambre, ont reconnu que la question
appartenait à l'avenir, qu'elle n'appartenait pas au temps
présent[234].»

[Note 233: Voir dans ces _Mémoires,_ t. V, p. 17-23.]

[Note 234: Chambre des députés, séance du 24 mars 1840; _Moniteur,_ page
554.]

Quelques mois auparavant, en traitant de la réforme parlementaire, M. de
Rémusat avait tenu le même langage: «Les questions qui touchent en
quelque chose au système électoral ne peuvent être traitées, avait-il
dit, qu'en vue d'une élection prochaine. Les innovations en ce genre,
quelque mesurées qu'elles soient, annoncent, préjugent, amènent une
dissolution. Il serait possible d'ailleurs que l'examen de la question
spéciale de l'admission des fonctionnaires dans la Chambre eût pour
effet d'atteindre moralement la situation parlementaire que d'honorables
collègues doivent tout ensemble à leur mérite, à la loi et à leur pays.
Ce sont là des motifs puissants pour ajourner un examen définitif, pour
laisser le temps aux opinions de s'éclairer, aux préjugés de s'évanouir,
pour léguer enfin aux sessions futures une question qu'il suffira
d'avoir élevée dans celle-ci[235].»

[Note 235: Chambre des députés, séance du 20 juillet 1839; _Moniteur_
pages 1471-1474.]

Quand le ministère du 1er mars 1840 fut tombé et entré dans
l'opposition, il devint plus pressé et plus pressant: personne ne
pouvait s'en étonner; il avait renvoyé les deux questions à l'avenir, et
l'avenir arrivait rapidement. Quand le ministère du 29 octobre 1840 lui
eut succédé, du 20 février 1841 au 8 avril 1847, la réforme
parlementaire et la réforme électorale furent proposées et discutées
dans la Chambre des députés, la première sept fois, et la seconde trois
fois. Je n'ai garde de reproduire ici les débats dont elles furent
l'objet; ils sont écrits partout; le cabinet les repoussa constamment,
point au nom d'aucun principe général ni d'aucune résolution permanente,
mais comme inutiles et inopportunes dans l'intérêt du gouvernement libre
que nous travaillions à fonder. Sur la réforme électorale en
particulier, je développai deux fois avec soin les conditions sociales
et politiques qui, dans le présent, me décidaient à la combattre[236].
L'opposition monarchique et l'opposition républicaine restèrent, l'une
et l'autre, dans leur opinion et leur situation bien connues.
L'opposition monarchique attaqua, avec un redoublement d'ardeur, notre
politique générale, intérieure ou extérieure, comme contraire aux
sentiments du pays, et elle réclama les deux réformes comme le moyen à
la fois efficace et légal de la changer. L'opposition républicaine porta
la question plus loin et dans un autre avenir: elle affirma le suffrage
universel comme la seule base légitime du droit électoral: «Son jour
viendra,» dit M. Garnier-Pagès[237]. C'était montrer la république en
perspective, et pour arriver à la république, une révolution. A l'aspect
de telles idées et de telles chances, la Chambre des députés repoussa
constamment les deux propositions. Elles furent même, à la dernière
tentative de 1847, écartées à de plus fortes majorités qu'elles n'en
avaient rencontré auparavant.

Ce n'était cependant pas là un symptôme exact des dispositions et du
mouvement des esprits dans la Chambre des députés elle-même: les deux
réformes venaient d'être proposées immédiatement après les élections
générales de 1846, moment peu opportun, de l'aveu récent de l'opposition
elle-même, pour de telles innovations; cette circonstance ne fut pas
étrangère à l'accroissement de la dernière majorité qui les rejeta. Le
gros du parti conservateur continuait de les repousser comme inutiles,
prématurées, et propres uniquement à affaiblir la monarchie
constitutionnelle au profit de ses ennemis déclarés; mais les élections
avaient amené dans la Chambre quelques membres nouveaux qui, pour
réussir dans leur candidature, s'étaient présentés à la fois comme
conservateurs et comme réformateurs, et qui gardaient dans l'assemblée
cette attitude complexe et flottante: quoique peu nombreux, ce petit
groupe, qui se donnait le nom de conservateurs progressistes, était
remuant et bruyant. Non pas la conviction, mais la lassitude, et avec la
lassitude quelque inquiétude gagnaient, dans les rangs de la majorité,
quelques esprits modérés et prudents: il n'y avait, disaient-ils, point
de bonnes raisons pour réclamer ces innovations; mais il n'y en avait
pas non plus de bien impérieuses pour les refuser encore longtemps. On
pressentait que, par le cours régulier des idées et des faits, elles ne
tarderaient pas beaucoup à obtenir, dans la Chambre et dans une certaine
mesure, la majorité.

[Note 236: Les 15 février 1842 et 26 mars 1847; _Recueil de mes Discours
politiques_, t. III, page 554; t. V, p. 380.]

[Note 237: Dans la séance du 26 mars 1847.]

Mais l'impatience et l'imprévoyance, ces deux fatales maladies de tant
d'acteurs politiques, gagnèrent les deux oppositions qui, dans des
desseins très-divers, attaquaient de concert le cabinet et le parti
conservateur. L'opposition monarchique ne se résigna pas à attendre
encore, de la lutte des pouvoirs constitutionnels, une victoire
paisible. L'opposition républicaine jugea le moment favorable pour
porter la lutte dans les régions d'où elle se promettait de tirer la
force qui lui manquait dans les Chambres. D'un commun accord, les deux
oppositions résolurent d'appeler à leur aide l'agitation extérieure; la
question passa de l'arène parlementaire dans le champ des passions
populaires; aux débats de la tribune succédèrent les banquets.

De la fin de la session de 1847 à l'ouverture de celle de 1848, ils
tinrent la France dans un état de fièvre continue: fièvre factice et
trompeuse en ce sens qu'elle n'était pas le résultat naturel et spontané
des voeux et des besoins réels du pays; vraie et sérieuse en ce sens que
les partis politiques qui en avaient pris l'initiative trouvèrent, dans
une portion des classes moyennes et du peuple, une prompte et vive
adhésion à leur provocation. Commencés le 9 juillet 1847 par celui du
_Château-Rouge_ à Paris, les banquets se renouvelèrent pendant six mois
dans la plupart des départements, à Colmar, Strasbourg, Saint-Quentin,
Lille, Avesnes, Cosne, Châlons, Mâcon, Lyon, Montpellier, Rouen, etc.,
avec des circonstances et sous des physionomies à la fois pareilles et
diverses, où éclataient le profond désaccord des provocateurs en même
temps que l'unité et l'entraînement de la provocation. Dans les uns,
d'un consentement préalable entre les représentants des divers partis,
le nom du roi et tout témoignage d'adhésion au gouvernement de 1830
furent passés sous un complet silence; dans d'autres, l'opposition
monarchique réclama un _toast_ en l'honneur du roi; mais l'opposition
républicaine s'y refusa, et l'opposition monarchique se relira du
banquet pour aller obtenir ailleurs le _toast_ royal qu'elle désirait,
et devant lequel une partie de l'opposition républicaine se retirait à
son tour. Dans plusieurs villes, les révolutionnaires asservis aux
souvenirs de la Convention nationale firent éclater sans réserve leur
admiration pour ses plus tyranniques et sanguinaires chefs, Danton,
Robespierre, Saint-Just. Ailleurs ce furent les Girondins et les élans
de la politique oratoire ou poétique qui obtinrent les honneurs de
l'apothéose. A l'occasion des premiers banquets, les radicaux exclusifs
avaient blâmé l'alliance de l'opposition républicaine avec l'opposition
monarchique et avaient refusé de s'y associer; mais ils s'aperçurent
bientôt que le vent qu'on avait déchaîné soufflait dans leurs propres
voiles, et ils reprirent, dans quelques-uns des banquets suivants,
non-seulement leur place mais une influence prépondérante, en ouvrant à
leur tour les perspectives des réformes sociales les plus sympathiques
aux passions populaires. Les républicains modérés firent quelques
efforts pour se distinguer de ces compromettants associés; plusieurs des
principaux chefs de l'opposition monarchique refusèrent de prendre part
aux banquets. Mais à travers toutes ces diversités, toutes ces
précautions de conduite et de parole, dans cet incohérent et transparent
chaos, le caractère de l'événement fut partout le même et de plus en
plus évident: laquelle des oppositions ainsi entrées en scène serait
l'instrument et la dupe de l'autre? Telle fut la question clairement
posée et presque aussitôt résolue que posée. Je lis dans l'_Histoire de
la Révolution de 1848_, par M. Garnier-Pagès, cet honnête et clairvoyant
récit; l'opposition monarchique et l'opposition républicaine venaient de
conclure leur alliance pour le banquet du _Château-Rouge:_ «Sortis de
chez M. Odilon Barrot, les membres radicaux de la réunion marchèrent
quelque temps ensemble. Arrivés sur le boulevard, à la hauteur du
ministère des affaires étrangères, ils allaient se séparer:--Ma foi, dit
en ce moment M. Pagnerre, je n'espérais pas, pour nos propositions, un
succès aussi prompt et aussi complet. Ces messieurs voient-ils bien où
cela peut les conduire? Pour moi, je confesse que je ne le vois pas
clairement; mais ce n'est pas à nous radicaux de nous en effrayer.--Vous
voyez cet arbre, reprit alors M. Garnier-Pagès; eh bien, gravez sur son
écorce le souvenir de ce jour; ce que nous venons de décider, c'est une
révolution[238].» M. Garnier-Pagès ne prévoyait pas que la république de
1848, aussi bien que la monarchie de 1830, périrait à son tour, et bien
vite, dans cette révolution.

[Note 238: _Histoire de la Révolution de 1848_, par Garnier-Pagès, t.
IV, page 102.]

Charmés de voir la lutte ainsi transportée dans leur domaine, tous les
journaux de toutes les oppositions soutinrent, commentèrent, fomentèrent
ardemment les banquets. Avec les mêmes dissidences, les mêmes petits
combats intérieurs qui se manifestaient entre leurs patrons, mais aussi
avec une violence bien plus ouverte et un ascendant bien plus déclaré de
l'élément révolutionnaire sur l'élément monarchique. En présence de
cette fermentation ainsi aggravée, nous nous demandâmes s'il ne fallait
pas interdire complétement les banquets; le premier avait eu lieu sans
obstacle; l'opposition pouvait se prévaloir de l'exemple de quelques
banquets précédents spontanément réunis, dans d'autres circonstances,
sous le drapeau conservateur. Nous résolûmes de laisser à la liberté de
réunion son cours et d'attendre, pour combattre le mal, qu'il fût devenu
assez évident et assez pressant pour que le sentiment du public
tranquille réclamât l'action du pouvoir en faveur de l'ordre menacé. Ce
sentiment ne tarda pas à s'éveiller au sein du parti conservateur; mais,
à côté de celui-là, un autre sentiment parut, moins favorable à la
résistance. M. de Morny vint me voir un jour et me parla de la situation
avec quelque inquiétude, même avec quelque hésitation dans ses propres
vues: «Prenez-y garde, me dit-il; je ne dis pas que ce mouvement soit
bon, mais il est réel; il faut lui donner quelque satisfaction. Dans
quelle mesure? Je ne sais pas; mais il y a quelque concession à faire.
Plusieurs de nos amis le pensent sans vous le dire; si vous ne vous y
prêtez pas, on hésitera, on se divisera.» M. de Morny avait jusque-là,
et dans des occasions délicates, fermement soutenu le cabinet; je le
savais homme d'esprit et de courage; j'allai droit, avec lui, au fond
des choses: «Vous me connaissez assez, lui dis-je, pour ne pas supposer
qu'à les considérer en elles-mêmes, j'attache aux réformes dont on parle
une importance capitale; quelques électeurs de plus dans les colléges et
quelques fonctionnaires de moins dans la Chambre ne bouleverseraient pas
l'État. Je ne me fais pas non plus illusion sur la situation du cabinet;
il dure depuis bien longtemps; les assiégeants sont impatients; et parmi
nos amis assiégés avec nous, quelques-uns sont las et voudraient bien un
peu de repos. S'il ne s'agissait que de cela, ce serait facile à
arranger. Mais ne vous y trompez pas; l'affaire n'est plus dans la
Chambre; on l'en a fait sortir; elle a passé dans ce monde du dehors,
illimité, obscur, bouillonnant, que les brouillons et les badauds
appellent le peuple. C'est là qu'elle se débat en ce moment, par les
banquets et les journaux. Là, ce ne sont plus les réformistes, ce sont
les révolutionnaires qui dominent et font les événements.--Je le sais
bien, reprit M. de Morny, et c'est à cause de cela que je suis inquiet;
si ce mouvement continue, si on va où il pousse, nous arriverons je ne
sais où, à quelque catastrophe; il faut l'arrêter à tout prix, et on ne
le peut que par quelque concession.--Retirez donc la question, lui
dis-je, des mains qui la tiennent aujourd'hui; qu'elle rentre dans la
Chambre; que la majorité fasse un pas dans le sens des concessions
indiquées; si petite qu'elle soit, je vous réponds qu'elle sera
comprise, et que vous aurez un nouveau cabinet qui fera ce que vous
croyez nécessaire.» La physionomie de M. de Morny devint soucieuse:
«C'est aisé à dire, reprit-il; mais ce sera là bien autre chose que la
retraite du cabinet; ce sera la défaite, la désorganisation plus ou
moins profonde, plus ou moins longue, du parti conservateur. Qui sait ce
qui en résulterait? et qui voudra se faire l'instrument d'un tel coup?»
Évidemment l'idée de sortir de son camp, et de se séparer, pour un
avenir si incertain, des amis avec lesquels il avait jusque-là combattu,
lui déplaisait fort: «Je vous comprends, lui dis-je; mais à coup sûr
vous comprenez aussi que ce n'est pas moi qui me chargerai de cette
oeuvre. Qu'une majorité nouvelle en décide; si la question rentre dans
la Chambre, c'est au groupe réformiste qu'il appartient de la vider.»

Je m'arrête ici un moment pour dire quelques mots d'un reproche qu'on
m'a souvent adressé, et qui n'est pas dénué de vérité, quoiqu'il manque
complétement de justice. Je ne me préoccupais, a-t-on dit, que des
questions et des luttes parlementaires, point des intérêts et des
aspirations populaires; mes pensées et mes efforts se renfermaient dans
les Chambres et me faisaient oublier le pays; je faisais tout pour les
désirs et la prépondérance des classes moyennes, rien pour la
satisfaction et le progrès du peuple. Je repousse ces mots, _tout_ d'une
part et _rien_ de l'autre; je résumerai tout à l'heure, en terminant ces
_Mémoires_, les mesures prises et les innovations accomplies par le
gouvernement de 1830, au profit de toutes les classes, dans les
campagnes comme dans les villes, pour le bien-être moral et matériel du
peuple; les esprits tant soit peu équitables reconnaîtront que ni la
sympathie, ni les succès efficaces en ce sens n'ont manqué à cette
laborieuse époque. Mais je conviens que la fondation de la liberté
politique a été ma première pensée. J'étais et je demeure convaincu que
les principes et les actes de 1789 ont apporté, dans la société civile,
les réformes essentielles; la révolution sociale est accomplie; les
droits de la liberté et de l'égalité civile sont conquis; mais, après
cette grande oeuvre, la conquête de la liberté politique est restée
incomplète et précaire. C'est surtout vers cette liberté-là, vers
l'exercice des droits qui la prouvent et l'affermissement des
institutions qui la garantissent qu'ont été dirigés les efforts auxquels
j'ai eu l'honneur de prendre quelque part. Mais cette cause est celle de
la nation tout entière aussi bien que de telle ou de telle classe de
citoyens; la liberté politique est aussi nécessaire aux petits qu'aux
grands, aux pauvres qu'aux riches, aux ouvriers qu'aux bourgeois; sans
la liberté politique, la sécurité et la dignité manquent également aux
libertés civiles. Dans l'état actuel de notre société, quand je me suis
surtout préoccupé de la fondation du gouvernement libre, j'ai voulu et
cru servir le premier intérêt du peuple, de son bonheur et de ses
progrès.

J'ajoute que, lorsqu'il s'agit de donner satisfaction aux voeux
populaires, il y a un danger et un tort que les hommes d'honneur et de
sens doivent avoir à coeur d'éviter: c'est le tort et le danger de
promettre plus qu'on ne peut tenir et de dire plus qu'on ne fait. Ce
genre de charlatanisme m'a toujours été particulièrement antipathique;
il tourne bientôt au détriment du pouvoir qui s'en sert et du peuple qui
s'y confie.

Je reviens aux banquets de 1847 et à la situation qu'ils faisaient au
gouvernement et au pays.

Ils portaient le trouble et l'inquiétude autour du roi et à la cour,
aussi bien que dans les Chambres et dans le public. Les gens de cour, je
ne veux pas dire les courtisans, car ils ne le sont pas tous, là aussi
il y a souvent plus de sincérité et de désintéressement qu'on ne pense,
les gens de cour, dis-je, sont, dans la politique, des spectateurs
très-intéressés, très-préoccupés de ce qui se fait ou se passe, et
pourtant très-oisifs; ils assistent de très-près aux événements grands
ou petits, et ils n'y exercent aucune influence publique et dont ils
aient à répondre; ce sont des acteurs qui ne vivent que dans les
coulisses. Situation fausse qui excite vivement la tentation de se
mêler, d'influer, et qui ne donne que des moyens indirects et cachés de
la satisfaire. Dans les monarchies absolues, la cour est le chemin et le
théâtre de la puissance; dans les gouvernements libres, elle devient,
pour les vrais et sérieux acteurs politiques, tantôt un embarras
fatigant, tantôt un appui compromettant; mais elle n'est pas sans
importance, soit comme embarras, soit comme appui. Je ne manquais pas, à
la cour du roi Louis-Philippe, de partisans et d'amis sincèrement
attachés à notre politique; mais j'y trouvais aussi des désapprobateurs,
des mécontents, des adversaires plus ou moins déclarés; et plus, dans le
pays et dans les Chambres, la situation devenait grave, plus, à la cour,
les inquiétudes des uns et les espérances des autres devenaient vives et
s'efforçaient de ne pas être vaines. Dans la famille royale elle-même,
les idées n'étaient pas unanimes; le roi Louis-Philippe y régnait et
gouvernait bien seul, en maître aussi bien qu'en père; mais il décidait
des actions plus qu'il ne dominait les esprits; ceux des princes ses
fils qui ne pensaient pas tout à fait comme lui se soumettaient, mais
avec indépendance; et même contenues, les dispositions des princes ne
laissent pas de percer et de peser sur la politique qui n'a pas leur
assentiment. Je ne me dissimulais pas les inconvénients et les périls de
ces dissidences domestiques au milieu de la grande lutte publique que
nous soutenions; je trouvais quelquefois au roi l'air soucieux et
abattu. Avant de nous engager et de l'engager lui-même dans les
difficiles épreuves de la session qui approchait, je voulus sonder sa
disposition et le mettre parfaitement à l'aise sur celle du cabinet:
«Que le roi, lui dis-je un jour, ait la bonté d'y penser sérieusement;
la situation est grave et peut provoquer des résolutions graves; on a
réussi à donner à cette question de la réforme électorale et
parlementaire une importance qu'en soi elle n'a pas, mais qui, dans
l'état des esprits, est devenue réelle; il n'est pas impossible que le
roi soit obligé de faire à cet égard quelque concession.--Que me
dites-vous là? s'écria-t-il avec un mouvement de vive impatience;
voulez-vous, vous aussi, m'abandonner, moi et la politique que nous
avons soutenue ensemble?--Non, Sire; personne n'est plus convaincu que
moi de la bonté de cette politique, et plus décidé à lui rester fidèle;
mais le roi le sait par sa propre expérience; il y a, dans le
gouvernement constitutionnel, des moments difficiles, des désagréments à
subir, des défilés à passer. C'est sur le roi lui-même, je le reconnais,
non sur ses ministres, que pèsent les situations de ce genre; les
ministres qui n'y conviennent pas peuvent et doivent se retirer; le roi
reste et doit rester. Si la question qui agite en ce moment le pays
plaçait le roi dans une nécessité semblable, il y aurait pour lui plus
de déplaisir que de danger; il trouverait dans les rangs de l'opposition
des conseillers qui lui sont sincèrement attachés, et qui accompliraient
probablement ces réformes dans une mesure conciliable avec la sûreté de
la monarchie. Et si cette mesure était dépassée, si les nouveaux
conseillers du roi ne contenaient pas le mouvement après l'avoir
satisfait, si la politique d'ordre et de paix était sérieusement
compromise, le roi ne tarderait pas à retrouver, pour la relever,
l'appui du pays.--Qui me le garantira? Qui sait où peut me mener la
pente où l'on veut que je me place? On est près de tomber quand on
commence à descendre; avec votre cabinet, je suis à l'abri des mauvais
premiers pas.--Pas autant que je le voudrais, Sire; le cabinet est bien
attaqué; il l'est non-seulement dans la Chambre, dans le public ardent
et bruyant; il l'est quelquefois auprès du roi lui-même, dans sa cour,
plus haut encore peut-être.--C'est vrai, et je m'en désole; ils ont même
inquiété et troublé un moment mon excellente reine; mais soyez
tranquille, je l'ai bien raffermie; elle tient à vous autant que
moi.--J'en suis bien heureux, Sire, et bien reconnaissant; mais tout
cela fait pour le cabinet une situation bien tendue; s'il doit en
résulter une crise ministérielle, il vaut mieux, infiniment mieux que la
question soit résolue avant la réunion des Chambres et leurs débats.
Aujourd'hui le roi peut changer son cabinet par prudence; la lutte une
fois engagée, il ne le changerait que par nécessité.--C'est précisément
là ma raison pour vous garder aujourd'hui, s'écria le roi; vous savez
bien, mon cher ministre, que je suis parfaitement résolu à ne pas sortir
du régime constitutionnel et à en accepter les nécessités, même
déplaisantes; mais aujourd'hui il n'y a point de nécessité
constitutionnelle; vous avez toujours eu la majorité; à qui céderais-je
en changeant aujourd'hui mes ministres? Ce ne serait pas aux Chambres,
ni au voeu clair et régulier du pays; ce serait à des manifestations
sans autre autorité que le goût de ceux qui s'y livrent, et à un bruit
au fond duquel il y a évidemment de mauvais desseins. Non, mon cher
ministre, si le régime constitutionnel veut que je me sépare de vous,
j'obéirai à mon devoir constitutionnel; mais je ne ferai pas ce
sacrifice d'avance et par complaisance pour des idées que je n'approuve
pas. Restez avec moi, défendez jusqu'au bout la politique que tous deux
nous croyons bonne; si on nous oblige à en sortir, que ceux qui nous y
obligeront en aient seuls la responsabilité.--Je n'hésite pas, Sire;
j'ai cru de mon devoir d'appeler toute l'attention du roi sur la gravité
de la situation; le cabinet aimerait mille fois mieux se retirer que de
compromettre le roi; mais il ne l'abandonnera point.»

Il n'y a dans cet entretien pas une idée, pas un mouvement, je pourrais
dire pas une parole qui ne soient restés gravés dans ma mémoire, et que
je ne reproduise avec une scrupuleuse fidélité.

Au moment où, dans de telles circonstances et de telles dispositions, la
session allait s'ouvrir, les oppositions résolurent de clore ce qu'on
appelait dès lors la _campagne des banquets_ par un nouveau et solennel
banquet réuni à Paris pour pousser jusqu'au bout, en présence des
Chambres, les mêmes manifestations et les mêmes attaques; tous les
députés qui avaient pris part à quelqu'un des banquets précédents y
devaient être invités.

Le cabinet posa nettement dans le discours de la couronne les faits et
les questions: «Au milieu de l'agitation que fomentent des passions
ennemies ou aveugles, une conviction m'anime et me soutient, dit le roi:
c'est que nous possédons dans la monarchie constitutionnelle, dans
l'union des grands pouvoirs de l'État, les moyens assurés de surmonter
tous ces obstacles et de satisfaire à tous les intérêts moraux et
matériels de notre chère patrie. Maintenons fermement, selon la charte,
l'ordre social et toutes ses conditions; garantissons fidèlement, selon
la charte, les libertés publiques et tous leurs développements: nous
transmettrons intact aux générations qui viendront après nous le dépôt
qui nous est confié, et elles nous béniront d'avoir fondé et défendu
l'édifice à l'abri duquel elles vivront heureuses et libres.»

Je ne retrouve pas sans une émotion profondément douloureuse ces trop
confiantes paroles. Ma confiance était grande, en effet, quoique mon
inquiétude fût vive. Ce fut là à cette époque, et je suis persuadé
qu'ils ne m'en désavoueront pas, l'erreur commune de tous les hommes
qui, dans les rangs de l'opposition comme dans les nôtres, voulaient
sincèrement le maintien du gouvernement libre dont le pays entrait en
possession. Nous avons trop et trop tôt compté sur le bon sens et la
prévoyance politique que répand la longue pratique de la liberté; nous
avons cru le régime constitutionnel plus fort qu'il ne l'était
réellement; nous avons trop exigé de ses éléments divers, royauté,
chambres, partis, bourgeoisie, peuple; nous n'avons pas assez ménagé
leur caractère et leur inexpérience. Il en est des nations comme des
individus: les leçons de la vie virile sont plus lentes et coûtent plus
cher que ne l'imaginent les présomptueuses espérances de la jeunesse.

J'ai déjà rappelé dans ces _Mémoires_, à mesure que les questions se
sont présentées, les débats qui s'élevèrent, à l'ouverture de cette
session, sur les principaux faits de notre politique extérieure et
intérieure, les affaires de Suisse et d'Italie, le gouvernement de
l'Algérie, les accusations de corruption électorale et parlementaire,
etc. Je n'y reviens pas. Trois faits nouveaux et décisifs, la résolution
définitive du cabinet quant aux réformes demandées, sa conduite à
l'occasion du nouveau banquet projeté à Paris, et sa chute terminèrent,
dans l'arène constitutionnelle du moins, cette courte et tragique lutte.
Ce sont les seuls faits qui me restent à retracer et à caractériser.

Le dernier paragraphe de l'adresse proposée par la commission de la
Chambre des députés, en réponse au discours du trône, contenait cette
phrase: «Les agitations que soulèvent des passions ennemies ou des
entraînements aveugles tomberont devant la raison publique éclairée par
nos libres discussions, et par la manifestation de toutes les opinions
légitimes. Dans une monarchie constitutionnelle, l'union des grands
pouvoirs de l'État surmonte tous les obstacles, et permet de satisfaire
à tous les intérêts moraux et matériels du pays.» Après d'ardents
débats, la Chambre avait voté à une forte majorité[239] la première
partie de cette phrase, jusqu'à ces mots inclusivement: «La raison
publique éclairée par nos libres discussions.» Un membre, du petit
groupe réformiste qui s'était séparé du parti conservateur, M.
Sallandrouze, proposa de substituer à la dernière partie un amendement
ainsi conçu: «Au milieu des manifestations diverses, votre gouvernement
saura reconnaître les voeux réels et légitimes du pays. Il prendra, nous
l'espérons, l'initiative des réformes sages et modérées que réclame
l'opinion publique, et parmi lesquelles il faut placer d'abord la
réforme parlementaire. Dans une grande monarchie constitutionnelle,
l'union des grands pouvoirs de l'État permet de suivre sans danger une
politique de progrès et de satisfaire à tous les intérêts moraux et
matériels du pays.»

[Note 239: Le 11 février 1848 à 223 voix contre 18. La plus grande
Partie de l'opposition s'était abstenue.]

Invité à m'expliquer sur l'amendement, je fis plus: je jugeai que le
moment était venu d'exprimer hautement la pensée générale du cabinet et
l'intention de sa conduite, actuelle et future, dans la question si
ardemment poursuivie. Nous n'avions, je l'ai déjà dit, point de
répulsion permanente pour les réformes proposées; mais nous ne pensions
pas qu'au milieu de la fermentation hostile au gouvernement tout entier
qu'on avait suscitée en leur nom, elles fussent opportunes, ni qu'il
convînt à un cabinet conservateur de les accueillir quand la grande
majorité du parti conservateur les repoussait. Nous étions bien résolus,
d'un côté, à sortir du pouvoir dès que la moindre majorité en faveur de
ces concessions apparaîtrait dans la Chambre; de l'autre, à ne pas nous
faire les instruments de la défaite et de la désorganisation de
l'ancienne majorité si elle persistait dans la politique générale que
nous avions soutenue ensemble. Dans l'état des choses, le sort de cette
politique dépendait du sort du parti qui lui avait prêté foi et force.
La fidélité aux idées et aux amis est l'une des conditions vitales du
gouvernement libre; mais elle n'entraîne point l'immobilité du
gouvernement lui-même: quand les idées et les alliances changent, les
personnes aussi doivent changer. Ce fut en vertu de ces maximes et pour
les mettre en pratique que je pris la parole: «Si je ne me trompe,
dis-je, ce qui importe et ce qui convient à tout le monde dans la
Chambre, c'est qu'il n'y ait ni perte de temps, ni obscurité dans la
situation et dans les paroles. Je viens donc, sans que ce débat se
prolonge davantage, dire ce que le ministère croit pouvoir dire et faire
aujourd'hui dans la question dont il s'agit.

«Après ce qui s'est passé naguère dans le pays, en présence de ce qui se
passe en Europe, toute innovation du genre de celle qu'on vous indique,
et qui aboutirait nécessairement à la dissolution de la Chambre, serait,
à notre avis, au dedans une faiblesse, au dehors une grande imprudence.
Et la politique conservatrice, nous en sommes convaincus, en serait, au
dedans, comme au dehors, gravement compromise.


«Aujourd'hui donc, pour des mesures de ce genre, le ministère croirait
manquer à tous ses devoirs en s'y prêtant.

«Le ministère croirait également manquer à ses devoirs s'il prenait
aujourd'hui, à cette tribune et pour l'avenir, un engagement. En
pareille matière, Messieurs, promettre c'est plus que faire; car en
promettant on détruit ce qui est et on ne le remplace pas. Un
gouvernement sensé peut et doit quelquefois faire des réformes, il ne
les proclame pas d'avance; quand il en croit le moment venu, il agit;
jusque-là, il se tait. Je pourrais dire plus: je pourrais dire, en
m'autorisant des plus illustres exemples, que jusque-là il combat;
plusieurs des grandes réformes qui ont été opérées en Angleterre l'ont
été par des hommes qui les avaient combattues jusqu'au moment où ils ont
cru devoir les accomplir.

«En même temps que je dis cela, le ministère ne méconnaît pas l'état des
esprits, ni dans le pays, ni dans la Chambre; il ne le méconnaît pas et
il eu tient compte. Il reconnaît que ces questions doivent être
examinées à fond et vidées dans le cours de cette législature.

«Ce que vous me demandez en ce moment, dans votre pensée, c'est ce que
fera le ministère le jour où viendra définitivement cette question, dans
le cours de cette législature; vous me demandez quel parti il prendra,
quelle conduite il tiendra. Voilà votre question; voici ma réponse.

«Le maintien de l'unité du parti conservateur, le maintien de la
politique conservatrice et de sa force, voilà ce qui sera l'idée fixe et
la règle de conduite du cabinet. Le cabinet regarde l'unité et la force
du parti conservateur comme la garantie de tout ce qui est cher et
important au pays. Il fera de sincères efforts pour maintenir, pour
rétablir, si vous voulez, sur cette question, l'unité du parti
conservateur, pour que ce soit le parti conservateur lui-même, et tout
entier, qui en adopte et en donne au pays la solution. Si une telle
transaction dans le sein du parti conservateur est possible, si les
efforts du cabinet dans ce sens peuvent réussir, la transaction aura
lieu. Si cela n'est pas possible, si, sur ces questions, le parti
conservateur ne peut parvenir à se mettre d'accord et à maintenir la
force de la politique conservatrice, le cabinet laissera à d'autres la
triste tâche de présider à la désorganisation du parti conservateur et à
la ruine de sa politique.

«Voilà quelle sera notre règle de conduite. Je repousse l'amendement.»

La majorité me comprit et m'approuva. Après un court débat, l'amendement
de M. Sallandrouze fut rejeté par 222 voix contre 189, et l'adresse
entière fut votée, telle que l'avait proposée la commission.

La situation était nettement déterminée. Dans le présent, le cabinet
repoussait les propositions de réforme électorale et parlementaire. Les
deux questions devaient être vidées dans le cours de la législature et
avant des élections nouvelles. Dans cet intervalle, le cabinet
essayerait de ramener, sur ces questions, l'unité dans le parti
conservateur, et de faire en sorte qu'il accomplît lui-même les réformes
en maintenant d'ailleurs la politique conservatrice. S'il n'était pas
possible d'atteindre ce but en rétablissant cet accord, le cabinet se
retirerait, et d'autres hommes, soutenus par une autre majorité,
viendraient pratiquer une autre politique. On ne pouvait satisfaire plus
complètement aux principes et aux conditions du gouvernement libre sous
la monarchie constitutionnelle.

Mais c'était précisément la monarchie constitutionnelle elle-même qui
était en question, et ses adversaires déclarés marchaient d'un pas
pressé à sa ruine. Dès l'ouverture de la session, le journal qui passait
pour l'organe de l'opposition républicaine, le _National_ avait proclamé
que le roi Louis-Philippe était le véritable auteur responsable de la
politique de résistance à tout progrès. Il ajoutait qu'il n'y avait rien
non plus à attendre de la Chambre des députés: «Prolonger l'erreur de la
France en lui promettant une modification ministérielle désormais
impossible serait, de la part de l'opposition, une faute inexcusable.
L'important aujourd'hui est de bien faire comprendre au pays que la
minorité parlementaire est impuissante à résoudre les difficultés de la
situation et qu'il doit se sauver lui-même[240].» En même temps,
l'organe de l'opposition radicale la plus ardente, le journal _la
Réforme_ annonçait à ses amis que «ses ressources étaient épuisées, et
que, la république étant ajournée à la mort du roi Louis-Philippe, la
_Réforme_ ne vivrait plus que jusqu'au lendemain du banquet, afin de
mourir dans un triomphe de la démocratie[241].» Au dire de tout le
parti, il y avait urgence à agir. Il était impossible de faire plus
ouvertement et plus immédiatement appel à une révolution.

[Note 240: _National_ du 31 décembre 1847.]

[Note 241: _Histoire de la Révolution de 1848_, par M. Garnier-Pagès, t.
IV, p. 210.]

Le lendemain du vote de l'adresse[242], l'opposition monarchique et
l'opposition républicaine se réunirent pour délibérer sur la conduite
qu'elles avaient à tenir. Les opinions furent diverses, mais
très-inégalement partagées: quelques-uns proposèrent que l'opposition
parlementaire tout entière donnât sa démission; c'était transporter
devant les collèges électoraux la question perdue dans la Chambre, et se
soustraire à la responsabilité des événements obscurs que pouvait amener
la campagne des banquets. La grande majorité des assistants repoussa
cette idée; ils ne voulaient pas, en rentrant ainsi dans une arène
légale, avoir l'air de désavouer la fermentation extérieure qu'ils
avaient provoquée et en perdre tout le fruit. La réunion décida que le
nouveau banquet proposé à Paris aurait lieu, que les membres de
l'opposition y assisteraient, et qu'une commission, composée des députés
de Paris, de trois membres de chaque fraction du côté gauche, des
délégués du Comité central et de quelques rédacteurs en chef des
journaux, serait chargée d'en préparer l'exécution.

[Note 242: 13 février 1848.]

En présence de cette résolution, que ferait le cabinet? Le ministre de
l'intérieur, M. Duchâtel, avait répondu d'avance à cette question: dès
le 18 janvier, dans la discussion de l'adresse à la Chambre des pairs,
il avait déclaré que le gouvernement se tenait pour investi du droit
d'interdire les banquets et autres réunions publiques quand il croyait
que l'ordre public en serait compromis; il usait ou n'usait pas de ce
droit selon que les circonstances lui semblaient ou non l'exiger; il
avait laissé naguère plusieurs banquets suivre leur cours, par
ménagement pour l'esprit de liberté, et parce qu'il avait jugé
nécessaire, pour éclairer la conscience publique, que le caractère et
l'effet de ces réunions se fussent pleinement manifestés. Il pensait que
maintenant la lumière était faite, et c'était par son ordre que le
préfet de police, M. Gabriel Delessert, avait récemment interdit le
banquet réformiste proposé dans le 12e arrondissement. Dans la
discussion de l'adresse à la Chambre des députés, M. Duchâtel et, avec
lui, le garde des sceaux, M. Hébert, maintinrent la même doctrine: ils
rappelèrent les lois de 1790, de 1791, les arrêtés consulaires de l'an
VIII et de l'an IX qui avaient réglé le pouvoir du préfet de police, et
la pratique constante de l'administration, après comme avant 1830, en
1831, en 1833, 1835, 1840, sous les cabinets divers, sous celui de M.
Casimir Périer, du duc de Broglie, de M. Thiers comme sous le nôtre.
L'opposition parlementaire contesta ardemment la législation et la
pratique; elle soutint qu'en soi, et surtout depuis la révolution de
1830, le droit de réunion était un droit public, antérieur et supérieur
à toute police, dont les abus devaient être punis, comme l'abus de tout
autre droit, mais qui ne pouvait, en aucun cas, être l'objet d'aucune
mesure préventive. Ce fut sur ce terrain que s'établit le débat, et que
le droit du gouvernement à interdire le nouveau banquet projeté dans
Paris fut passionnément nié par l'opposition.

Il y avait évidemment là une question de légalité que ni les débats de
la tribune ni les actes de l'administration ne pouvaient résoudre. M.
Duvergier de Hauranne l'avait lui-même reconnu d'avance, car, dans la
discussion du dernier paragraphe de l'adresse, en contestant
très-vivement le droit du ministère à interdire les banquets: «Il s'agit
là, avait-il dit, d'un subterfuge dont les tribunaux ne peuvent manquer
de faire justice[243].» Il était urgent de faire vider cette question
par les tribunaux, car les républicains ardents pressaient les démarches
et les événements; le _National_ annonça le 17 février que le banquet
aurait lieu le dimanche 20, et il en désigna le local; le lendemain 18,
son assertion fut désavouée par la commission du banquet qui le fixa au
mardi 22, en disant que le local n'était pas encore déterminé; le
_National_ témoigna son humeur, se plaignant surtout qu'on renonçât au
dimanche, dont il se promettait sans doute un plus grand concours
populaire. De jour en jour, d'heure en heure, la diversité d'intention
et d'effort entre l'opposition monarchique et l'opposition républicaine
se marquait plus clairement: les chefs de l'opposition monarchique
commençaient à s'inquiéter; ils engagèrent des pourparlers avec
quelques-uns des amis du cabinet, et, le 19 février 1848, il en résulta,
sur la situation et la question pendantes, un engagement d'honneur qui
fut rédigé en ces termes:

[Note 243: Chambre des députés, séance du 7 février 1848.]

«_Procès-verbal._

«Dans le but d'éloigner une collision qui pourrait, en troublant l'ordre
public, compromettre nos institutions et nos libertés, et d'éviter
réciproquement, au gouvernement et au parti de l'opposition, un ridicule
ou un danger, MM. Duvergier de Hauranne, Léon de Malleville et Berger,
Vitet et de Morny se sont réunis en s'engageant à user de leur influence
pour faire adopter, chacun par leur parti, les résolutions et les
arrangements qu'ils auront jugé utile et prudent de prendre dans les
circonstances actuelles.

«Le but de cette entrevue ainsi déterminé, la situation relative des
partis a été exposée ainsi qu'il suit:

«Le ministère, dans la discussion de l'adresse, a déclaré qu'il croyait
avoir le droit d'interdire les banquets en vertu des lois et règlements
généraux de police, qu'il ne croyait donc pas nécessaire d'apporter aux
Chambres une loi nouvelle, se trouvant suffisamment armé à cet effet;
mais que la question de légalité se viderait ailleurs.

«Or, quel est le moyen loyal et logique d'arriver à cette solution?
Évidemment aucun, si le gouvernement ne s'y prête pas jusqu'à un certain
point. Il faut d'abord qu'un banquet soit annoncé, que l'autorité en
soit avertie, le local désigné, les préparatifs disposés. Supposant
alors que le gouvernement, se croyant fort de son droit, fasse envahir
la salle et s'oppose par la force à l'entrée des convives, qu'en peut-il
résulter? deux alternatives:

«Ou bien les députés et leur suite tenteront de forcer l'entrée; et
indépendamment de la gravité d'un pareil acte et de ses conséquences, ce
fait constituera un acte de rébellion. La question sera donc dénaturée
et la légalité demeurera incertaine.

«Ou bien les députés et leur suite préféreront ne pas amener une
collision et s'en retourneront paisiblement. Alors il n'y aura ni délit,
ni contravention, rien à verbaliser, rien à juger, et la question
restera encore en suspens, comme un germe de fermentation entre les
partis.

«Ni le gouvernement, ni l'opposition n'ont à gagner à aucune de ces deux
solutions.

«Les cinq membres ont reconnu la vérité de ce premier exposé de la
question. Ils sont tombés d'accord que le seul moyen d'arriver à une
solution qui mît un terme à cette situation si tendue était que le
gouvernement consentît à laisser la contravention arriver au point où
elle pût être légalement constatée, afin qu'à la suite d'une
condamnation prononcée, par défaut, par un juge de paix, on pût, par
appel, soumettre la question légale à la juridiction éclairée de la cour
de cassation.

«Les conventions suivantes ont donc été arrêtées de bonne foi entre les
cinq membres, comme gens loyaux et honnêtes, animés d'une intention sage
et patriotique.

«Les députés de l'opposition feront tout ce qui leur sera humainement
possible pour que l'ordre ne soit pas troublé. Ils entreront
paisiblement dans la salle du banquet, malgré l'avertissement du
commissaire de police qui, placé à la porte, les préviendra, dès leur
entrée, qu'ils violent un arrêté du préfet de police. Ils recommanderont
aux convives de ne pas insulter ni huer le commissaire de police (ce
point intéressant autant la dignité de la réunion que celle de l'agent
de l'autorité). Ils prendront place. Aussitôt qu'ils seront assis, le
commissaire de police constatera la contravention, et verbalisera contre
M. Boissel ou tout autre, en déclarant à la réunion qu'elle ait à se
séparer, sans quoi lui, commissaire, serait obligé d'employer la force
pour l'y contraindre.

«A cette injonction, M. Barrot répondra par une allocution brève dans
laquelle il maintiendra le droit de réunion; il protestera contre cet
abus d'autorité de la part du gouvernement; il constatera qu'il n'a
voulu que faire juger judiciairement la question, et il engagera la
réunion à se séparer avec calme, tout en déclarant ne céder qu'à la
force. Il fera comprendre à l'Assemblée que toute rébellion ou insulte
envers un officier public dénaturerait complétement la question et
manquerait le but que l'opposition a voulu atteindre. Il est loyalement
convenu qu'il ne fera pas de discours contre le gouvernement et la
majorité, qu'enfin il ne donnera pas à la réunion l'air d'un banquet
accompli malgré le gouvernement.

«Aussitôt dit, les députés donneront l'exemple en se retirant eux-mêmes,
et ils déclareront en sortant, afin que le public du dehors ne se
méprenne pas et ne s'irrite pas, qu'ils en sont venus à leurs fins, et
qu'ils ont pris la seule voie pour arriver à un jugement.

«Les membres prennent loyalement, de part et d'autre, l'engagement
d'agir sur les journaux organes de leurs partis, _Débats, Conservateur,
Constitutionnel, Siècle, National_, de façon qu'aucun article
provocateur ou railleur ne puisse envenimer les esprits, dénaturer les
faits ci-dessus détaillés, et en faire une arme contre le gouvernement
ou l'opposition. La polémique à ce sujet restera dans l'esprit qui a
donné lieu à la présente convention. L'attitude de l'opposition sera
traitée comme une démarche digne et modérée; le gouvernement ne sera pas
accusé de faiblesse, de reculade, et la mesure dans laquelle il aura usé
de son autorité sera considérée comme le désir sincère de tenir
l'engagement pris dans la discussion, celui d'arriver à une solution
judiciaire.

«Le commissaire ayant verbalisé contre M. Boissel ou tout autre,
l'autorisation de la Chambre sera réciproquement accordée sans
difficulté, sans discours.

«Les députés de l'opposition prennent l'engagement de ne patronner,
présider, encourager, par leurs discours ou leur présence, aucun banquet
à Paris ou ailleurs, défendu par la municipalité, jusqu'au jugement de
la cour de cassation, et de ne pas attaquer le gouvernement sur les
moyens qu'il croirait devoir prendre pour empêcher qu'il ne s'en
organise d'autres.

«Enfin, sans pouvoir préciser tous les détails, l'esprit de cette note,
compris avec la bonne foi et l'intelligence qui appartiennent à des
hommes aussi haut placés et aussi respectables que les cinq membres qui
se sont réunis, présidera, avant et après le banquet, à toute leur
participation et leur immixtion dans les actes qui en seront la
préparation et la conséquence.

«Paris, ce 19 février 1848.»

Dès le lendemain 20 février, M. Duchâtel porta au conseil du roi
l'arrangement ainsi conclu avec les représentants de l'opposition pour
arriver, sans trouble ni violence et par la voie judiciaire, à la
solution de la question de légalité sur laquelle portait le débat. Après
un sérieux examen, la proposition fut adoptée par le conseil, dans la
confiance que la conduite convenue serait, des deux parts,
scrupuleusement tenue. Non-seulement le roi approuva l'arrangement; mais
dans l'intérieur de la famille royale et au sein du parti conservateur,
on s'en montra satisfait. M. Dupin, en l'apprenant quelques heures après
le conseil, en félicita vivement le garde des sceaux, et lui dit
spontanément qu'il irait lui-même, comme procureur général, porter la
parole et soutenir le droit du gouvernement devant la cour de cassation
si elle était appelée à se prononcer. Les magistrats gardaient la
réserve convenable; mais tout indiquait que leur opinion sur la question
de légalité était d'accord avec la conduite du gouvernement; il y avait
lieu d'espérer que la crise aurait une issue tranquille; les plus
modérés de l'opposition républicaine paraissaient eux-mêmes s'y
résigner.

Mais il en était tout autrement dans le gros et le foyer du parti: la
solution légale et tranquille de la question lui enlevait toute chance
de ce succès que, tant de fois avant 1840, il avait en vain demandé aux
conspirations et aux insurrections, et que le mouvement confusément
réformateur et révolutionnaire des banquets lui avait fait espérer. Les
vrais meneurs républicains ne se soumirent point à la situation que
faisait à l'opposition toute entière l'arrangement convenu entre MM.
Duvergier de Hauranne, Léon de Malleville, Berger, Vitet et de Morny, et
accepté par le cabinet; n'osant pas le repousser ouvertement, ils
résolurent de le rendre vain en transportant ailleurs que dans le
banquet même la fermentation révolutionnaire et les chances qu'ils s'en
promettaient. Le 21 février, lendemain de l'acceptation, par le
gouvernement, du programme arrêté de concert avec l'opposition, les
organes du parti républicain, le _National_, la _Réforme_ et la
_Démocratie pacifique,_ et ces journaux-là seulement, publièrent une
pièce ainsi conçue:

«Voici la lettre que les députés de l'opposition ont adressée à la
commission du banquet du 12e arrondissement, en réponse à l'invitation
collective qu'ils ont reçue:

«A Messieurs les président et membres de la commission du banquet du 12e
arrondissement:


     Paris, 18 février 1848.

     «Messieurs,

     «Nous avons reçu l'invitation que vous nous avez fait l'honneur de
     nous adresser pour le banquet du 12e arrondissement de Paris.

     «Le droit de réunion politique sans autorisation préalable ayant
     été nié par le ministère dans la discussion de l'adresse, nous
     voyons dans ce banquet le moyen de maintenir un droit
     constitutionnel contre les prétentions de l'arbitraire, et de le
     faire consacrer définitivement.

     «Nous regardons dès lors comme un devoir impérieux de nous joindre
     à la manifestation légale et pacifique que vous préparez, et
     d'accepter votre invitation.»


Suivaient les signatures de 92 députés des diverses oppositions. A quoi
le _National_ ajoutait: «Nous donnons la liste des députés qui ont signé
la lettre d'acceptation. Mardi matin, nous compléterons la liste des
adhérents à la manifestation du 12e arrondissement de Paris; nous
donnerons également la liste des absents et de ceux qui n'ont pas cru
devoir s'associer à leurs collègues.»

Après cette note, et séparément, venait le programme intitulé:

«_Manifestation réformiste_.

«La commission générale chargée d'organiser le banquet du 12e
arrondissement croit devoir rappeler que la manifestation fixée à mardi
prochain a pour objet l'exercice légal et pacifique d'un droit
constitutionnel, le droit de réunion politique sans lequel le
gouvernement représentatif ne serait qu'une dérision.

«Le ministère ayant déclaré et soutenu à la tribune que la pratique de
ce droit était soumise au bon plaisir de la police, les députés de
l'opposition, des pairs de France, d'anciens députés, des membres du
conseil général, des magistrats, des officiers, sous-officiers et
soldats de la garde nationale, des membres du comité central des
électeurs de l'opposition, des rédacteurs des journaux de Paris ont
accepté l'invitation qui leur était faite de prendre part à la
manifestation, afin de protester, en vertu de la loi, contre une
prétention illégale et arbitraire.

«Comme il est naturel de prévoir que cette manifestation publique peut
attirer un concours considérable de citoyens, comme on doit présumer
aussi que les gardes nationaux de Paris, fidèles à leur devise:
_Liberté, Ordre public_, voudront en cette circonstance accomplir ce
double devoir, qu'ils voudront défendre la liberté en se joignant à la
manifestation, protéger l'ordre et empêcher toute collision par leur
présence; que, dans la prévision d'une réunion nombreuse de gardes
nationaux et de citoyens, il semble convenable de prendre des
dispositions qui éloignent toute cause de trouble et de tumulte.

«La commission a pensé que la manifestation devait avoir lieu dans le
quartier de la capitale où la largeur des rues et des places permet à la
population de s'agglomérer sans qu'il en résulte d'encombrement.

«A cet effet, les députés, les pairs de France et les autres personnes
invitées au banquet s'assembleront mardi prochain, à onze heures, au
lieu ordinaire des réunions de l'opposition parlementaire, place de la
Madeleine, nº 2.

«Les souscripteurs du banquet qui font partie de la garde nationale sont
priés de se réunir devant l'église de la Madeleine, et de former deux
haies parallèles entre lesquelles se placeront les invités.

«Le cortége aura en tête des officiers supérieurs de la garde nationale
qui se présenteront pour se joindre à la manifestation.

«Immédiatement après les invités et les convives, se placera un rang
d'officiers de la garde nationale.

«Derrière ceux-ci, les gardes nationaux formés en colonnes, suivant le
numéro des légions.

«Entre la troisième et la quatrième colonnes, les jeunes gens des
écoles, sous la conduite de commissaires désignés par eux.

«Puis les autres gardes nationaux de Paris et de la banlieue, dans
l'ordre désigné plus haut.

«Le cortége partira à onze heures et demie et se dirigera, par la place
de la Concorde et les Champs-Élysées, vers le lieu du banquet.

«La commission, convaincue que cette manifestation sera d'autant plus
efficace qu'elle sera plus calme, d'autant plus imposante qu'elle
évitera même toute espèce de conflit, invite les citoyens à ne pousser
aucun cri, à ne porter ni drapeau, ni signe extérieur; elle invite les
gardes nationaux qui prendront part à la manifestation à se présenter
sans armes. Il s'agit ici d'une protestation légale et pacifique, qui
doit être surtout puissante par le nombre et l'attitude ferme et
tranquille des citoyens.

«La commission espère que, dans cette occasion, tout homme présent se
conduira comme un fonctionnaire chargé de faire respecter l'ordre; elle
se confie à la présence des gardes nationaux; elle se confie aux
sentiments de la population parisienne, qui veut la paix publique avec
la liberté, et qui sait que, pour assurer le maintien de ses droits,
elle n'a besoin que d'une démonstration paisible, comme il convient à
une nation intelligente, éclairée, qui a la conscience de l'autorité
irrésistible de sa force morale, et qui est assurée de faire prévaloir
ses voeux légitimes par l'expression légale et calme de son opinion.»

A coup sûr les bonnes paroles et les sages recommandations ne manquaient
pas dans cette pièce; peut-être même, à force d'être répétées,
laissaient-elles percer un secret sentiment de leur urgence et quelque
doute de leur efficacité. Mais il n'y a point de paroles qui puissent
changer la nature et l'effet des actes; le programme ainsi publié avait
évidemment pour but et pour résultat de déplacer complétement la
question posée et le théâtre de l'événement attendu. Il ne s'agissait
plus d'arriver à une solution judiciaire, mais de faire éclater un
mouvement populaire; ce n'était plus dans la salle du banquet, mais dans
les rues que la question était posée, et l'événement ne dépendait plus
de l'attitude des députés présents au banquet, mais de celle de la foule
réunie pour les y conduire. Et dans l'état des faits et des partis, ce
n'était pas là seulement une foule réunie pour manifester son opinion et
son voeu; il y avait, dans l'appel spécial aux gardes nationaux invités
à venir sous ce titre, sinon en armes, du moins en uniforme et à leur
rang dans leurs légions, une grave atteinte aux lois sur le régime de
cette armée civile. Pour quiconque ne s'arrêtait pas aux paroles et aux
apparences, ce vaste rassemblement n'était, à vrai dire, qu'un coup
audacieux des meneurs républicains révolutionnaires pour réunir et
étaler leurs forces dans une circonstance favorable et avec des chances
imprévues. Aucun gouvernement sérieux ne pouvait se méprendre sur le
caractère d'un tel fait, ni accepter indolemment une situation pleine de
péril, non-seulement pour l'ordre public, mais pour l'ensemble de nos
institutions et la monarchie constitutionnelle elle-même.

Le cabinet n'hésita pas un moment. Informé, le 20 février au soir, du
manifeste qui devait être publié le lendemain, M. Duchâtel en donna
sur-le-champ connaissance à MM. Vitet et de Morny, qui la veille avaient
réglé, avec MM. Duvergier de Hauranne, Léon de Malleville et Berger,
l'attitude réciproque du gouvernement et de l'opposition dans l'affaire
du banquet. Les deux commissaires conservateurs ne voulaient pas croire
à l'authenticité de cette pièce, tant elle leur paraissait en désaccord
avec les procédés convenus et les paroles données; ils allèrent en
demander l'explication aux commissaires de l'opposition. Ceux-ci se
montrèrent troublés et affligés; ils désavouèrent dans la conversation
le programme annoncé, et offrirent de faire insérer dans l'un de leurs
journaux une note destinée à l'atténuer en le commentant; mais ils
n'osèrent en promettre le désaveu public. Le pouvoir, qui depuis six
mois glissait, de jour en jour, hors des mains de l'opposition
monarchique, lui avait enfin complètement échappé, et le parti
républicain révolutionnaire, maître de la situation, entraînait à sa
suite ses tristes et timides alliés.

Le lundi 21 février, à dix heures du matin, le cabinet se réunit au
ministère de l'intérieur pour prendre, dans ces nouvelles circonstances,
des mesures définitives: «Que pensez-vous à présent du banquet? dit M.
de Salvandy à M. Hébert qui entrait dans le salon.--J'en pense, et plus
que jamais, ce que j'en ai toujours pensé, répondit le garde des sceaux;
qu'il ne doit pas se faire, et qu'il y a lieu de l'interdire.--En ce
cas, reprit M. de Salvandy, nous sommes tous du même avis.» La
résolution fut en effet unanime: le cabinet décida qu'il maintiendrait
ce qu'il avait accordé, et offrirait toujours à l'opposition l'épreuve
convenue pour arriver à une solution judiciaire; mais qu'il interdirait,
et qu'au besoin il réprimerait toute manifestation contraire aux lois et
dangereuse pour l'ordre public. La décision fut immédiatement exécutée.
Un arrêté du préfet de police interdit formellement le banquet annoncé;
un ordre du jour du commandant supérieur de la garde nationale de Paris
rappela aux gardes nationaux les lois qui ne leur permettaient pas de se
rassembler, à ce titre, sans l'ordre de leurs chefs immédiats et la
réquisition de l'autorité civile; et pour que le public connût bien
l'état de la question et les motifs de la conduite du gouvernement, M.
Gabriel Delessert publia, en même temps que son arrêté d'interdiction du
banquet, une proclamation ainsi conçue:


     «Habitants de Paris!

     «Une inquiétude qui nuit au travail et aux affaires règne depuis
     quelques jours dans les esprits. Elle provient des manifestations
     qui se préparent. Le gouvernement, déterminé par des motifs d'ordre
     public qui ne sont que trop justifiés, et usant d'un droit que les
     lois lui donnent et qui a été constamment exercé sans contestation,
     a interdit le banquet du 12e arrondissement. Néanmoins, comme il a
     déclaré, devant la

     Chambre des députés, que cette question était de nature à recevoir
     une solution judiciaire, au lieu de s'opposer par la force à la
     réunion projetée, il a pris la résolution de laisser constater la
     contravention en permettant l'entrée des convives dans la salle du
     banquet, espérant que ces convives auraient la sagesse de se
     retirer à la première sommation, afin de ne pas convertir une
     simple contravention en un acte de rébellion. C'était le seul moyen
     de faire juger la question devant l'autorité suprême de la cour de
     cassation.

     «Le gouvernement persiste dans cette détermination; mais le
     manifeste publié ce matin par les journaux de l'opposition annonce
     un autre but, d'autres intentions; il élève un gouvernement à côté
     du véritable gouvernement du pays, de celui qui est institué par la
     Charte et qui s'appuie sur la majorité des Chambres; il appelle une
     manifestation publique, dangereuse pour le repos de la cité; il
     convoque, en violation de la loi du 22 mars 1831, les gardes
     nationaux qu'il dispose à l'avance, en haie régulière, par numéro
     de légion, les officiers en tête. Ici aucun doute n'est possible de
     bonne foi; les lois les plus claires, les mieux établies sont
     violées. Le gouvernement saura les faire respecter; elles sont le
     fondement et la garantie de l'ordre public.

     «J'invite tous les bons citoyens à se conformer à ces lois, à ne se
     joindre à aucun rassemblement, de crainte de donner lieu à des
     troubles regrettables. Je fais cet appel à leur patriotisme et à
     leur raison, au nom de nos institutions, du repos public et des
     intérêts les plus chers de la cité.

     «Paris, le 21 février 1848, Le pair de France, préfet de police,

     «G. DELESSERT.»


Le même jour, dans la séance de la Chambre des députés, les résolutions
du gouvernement furent vivement attaquées: M. Duchâtel les justifia et
les maintint avec autant de mesure dans les termes que de fermeté au
fond; au nom de l'opposition monarchique, M. Odilon Barrot continua de
les combattre, non sans quelque inquiétude «et en laissant, dit-il, de
côté quelques expressions plus ou moins convenables d'un acte que je
n'avoue ni ne désavoue, quoiqu'il me soit étranger;» et comme ces
paroles excitaient dans la Chambre un certain mouvement: «J'avoue
très-hautement, reprit-il, l'intention de cet acte; j'en désavoue les
expressions[244].»

[Note 244: Chambre des députés, séance du 21 février 1848; _Moniteur,_
page 481.]

Les journaux du soir annoncèrent qu'après la séance, l'opposition
s'était réunie chez M. Odilon Barrot, «et que ne voulant prendre ni
directement ni indirectement la responsabilité des conséquences qui
pouvaient résulter des nouvelles mesures adoptées aujourd'hui par le
gouvernement, elle renonçait à se rendre au banquet.

«Elle adjure, ajoutait-on, les bons citoyens de s'abstenir de tout
rassemblement et de toute manifestation qui pourraient servir de
prétexte à des actes de violence.

«En même temps l'opposition toute entière comprend que les nouvelles
résolutions du ministère lui imposent de nouveaux et graves devoirs
qu'elle saura remplir.»

Le lendemain 22 février, non pas l'opposition toute entière, mais
cinquante-deux de ses membres firent connaître quels étaient les
nouveaux et graves devoirs qu'ils se proposaient de remplir; ils
déposèrent, sur le bureau de la Chambre des députés, une proposition
pour la mise en accusation du ministère, à raison de sa politique,
extérieure et intérieure, dans tout le cours de son administration.

De tous les actes de l'opposition dans cette ardente lutte, celui-là est
le seul qui m'ait causé quelque surprise. Ni la profonde diversité de
ses idées et des nôtres, soit sur la politique générale, soit sur les
faits spéciaux, ni l'âpreté et, selon moi, l'injustice de ses attaques
ne m'avaient étonné: je n'y avais vu que le cours naturel du
gouvernement représentatif et la rude guerre des partis. Mais qu'une
politique pratiquée pendant huit ans au sein de la plus entière liberté
publique, éprouvée par les discussions les plus vives à la tribune et
dans la presse, sanctionnée par l'adhésion d'une majorité constante, par
plusieurs élections générales et par l'accord des grands pouvoirs de
l'État, pure ainsi de toute tentative, de toute apparence
inconstitutionnelle ou illégale, qu'une telle politique, dis-je, fût
qualifiée de trahison, de contre-révolution, de tyrannie, et devînt tout
à coup l'objet d'une accusation judiciaire, ce fait dépassait ma
prévoyance. Quelques années plus tard, après les orages de la République
et dans le calme de l'Empire, je demandai à un membre de l'ancienne
opposition, qui avait été complétement étranger à cet acte, quel motif
avait pu y porter ses amis: «Que voulez-vous? me dit-il; ils venaient de
faire avorter le banquet en déclarant qu'ils n'iraient pas; il fallait
bien qu'ils fissent quelque chose pour compenser et racheter un peu ce
refus.»

J'admis l'explication. Aux plus tragiques époques de notre Révolution,
que d'actes déplorables n'ont été déterminés que par de tels embarras de
situation personnelle, sans aucun plus grand ni plus légitime motif!

Le 22 février fut une journée d'agitation plus que d'action. De part et
d'autre, surtout dans les rangs un peu élevés de l'opposition comme au
sein du pouvoir, on s'observait, on s'attendait. Le gouvernement voulait
éviter toute apparence de provocation et rester dans son attitude
légalement défensive. L'opposition était dans une crise de
désorganisation; la retraite de l'opposition monarchique avait en même
temps irrité et embarrassé le parti républicain; ses sociétés secrètes,
ses troupes populaires bouillonnaient de colère et d'impatience; mais,
dans son état-major, quelques-uns hésitaient, les uns par crainte de la
responsabilité, les autres par doute du succès. Le 21 février, vers le
soir, quand l'interdiction du banquet eut été partout déclarée, M.
Duchâtel, pour en assurer l'efficacité, et sur la proposition du préfet
de police, avait ordonné l'arrestation des principaux meneurs
républicains.

Vingt-deux mandats avaient été préparés; mais un peu plus tard, dans la
soirée, la nouvelle arriva au ministère de l'intérieur qu'au bureau même
de la _Réforme_, on avait résolu de renoncer au banquet, et le président
de la commission du banquet, M. Boissel, vint lui-même en informer M.
Duchâtel. La nouvelle était, non pas fausse, mais exagérée; quand on
avait appris, au bureau de la _Réforme_, que l'opposition parlementaire
ne voulait plus du banquet, la colère avait été au comble; les plus
ardents des assistants avaient déclaré qu'ils ne se soumettraient point
à cette résolution qu'ils qualifiaient de lâcheté, et que, si le banquet
n'avait pas lieu, la manifestation populaire annoncée n'en suivrait pas
moins son cours et n'en serait que plus décisive. Il y avait discorde
dans le camp, et les passions révolutionnaires s'échauffaient de plus en
plus dans leur travail et dans leur espoir. Pour mettre la discorde à
profit et ne fournir aux passions aucun prétexte, l'exécution des
mandats d'arrêt fut suspendue, et lorsque le lendemain, en présence de
troubles sérieux, l'ordre fut donné d'y procéder, on n'arrêta que cinq
des meneurs révolutionnaires, et des moins considérables; avertis ou
inquiets, les autres s'étaient cachés. Dans la nuit du 21 au 22, M.
Gabriel Delessert et les deux généraux commandants de la garde nationale
et des troupes dans Paris, le général Jacqueminot et le général Tiburce
Sébastiani, instruits de l'ajournement du banquet, vinrent engager le
ministre de l'intérieur à contremander le grand déploiement de forces
qui avait été prescrit pour le lendemain dans les divers quartiers de la
ville, selon le système de mesures défensives institué par le maréchal
Gérard. La mesure réclamée était trop pressée pour attendre la réunion
du conseil; M. Duchâtel envoya le général Jacqueminot prendre l'avis du
roi. Le roi répondit que non-seulement il approuvait cette proposition,
mais que la même pensée lui était venue, et qu'il se disposait à la
communiquer au ministre de l'intérieur. Le contre-ordre fut donc donné
dans le seul but d'éviter tout étalage prématuré et toute démonstration
provoquante; les troupes furent en même temps consignées dans leurs
quartiers, prêtes à marcher.

Roi, ministres, généraux et agents supérieurs du pouvoir, nous étions
tous encore, comme dans la semaine précédente, sous l'empire de cette
idée que le banquet était la grande affaire du moment, et que, puisqu'il
était désorganisé et ajourné, le plus mauvais défilé était passé.
Quoique nous eussions été déterminés à l'interdiction du banquet par le
programme de manifestation extérieure et hostile que le parti
républicain y avait joint, nous n'étions pas assez préoccupés de la
gravité de ce nouveau fait et du changement qu'il avait apporté dans la
situation. Loin d'avoir ralenti le mouvement en se retirant de la scène,
l'opposition monarchique l'avait à la fois irrité et dégagé de toute
entrave. Dans l'opposition républicaine elle-même, toute autorité, toute
discipline avaient disparu: parmi les chefs apparents, les uns
hésitaient; les autres, entraînés ou enivrés eux-mêmes, échauffaient de
plus en plus la foule en lui prêtant l'éclat de leur nom et de leur
parole; le pouvoir avait passé tout entier aux conspirateurs et aux
fanatiques révolutionnaires, résolus à tout tenter et à saisir toutes
les chances pour décider de l'événement selon leur passion. Quelques
personnes, parmi lesquelles je remarquai surtout le baron de
Chabaud-Latour, alors colonel du génie, naguère officier d'ordonnance de
M. le duc d'Orléans et devenu l'un des aides de camp du jeune prince son
fils, vinrent me voir, et appelèrent avec instance, sur le péril de
cette situation, toute ma sollicitude. Leurs renseignements n'avaient
rien de bien nouveau ni de bien précis; j'en parlai à mes collègues, qui
ne méconnaissaient point le danger de l'attaque inconnue qu'on préparait
et la nécessité de la vigilance; mais nous avions pour réprimer
l'insurrection, si elle éclatait, des forces au moins égales à celles
qui avaient suffi à réprimer les diverses insurrections tentées de 1830
à 1840, et nous étions bien décidés à les déployer dès que nous y
serions provoqués[245].

[Note 245: Je joins ici le tableau des forces réunies à ce moment, dans
Paris, ses forts et sa banlieue, tel que me le fournit le ministre de la
guerre, le général Trézel, le plus consciencieux comme le plus courageux
des hommes.


                                                   hommes.   chevaux.
    43 bataillons d'infanterie, à 500 hommes       21,500    23,500
    2 bataillons de garde municipale                2,000
    20 escadrons de cavalerie, 3e et 8e dragons,
    13e chasseurs, 2e et 6e cuirassiers             2,000     2,000
    1 régiment à 5 escadrons de garde municipale
    à cheval                                          600       600
    1 compagnie de gendarmes à cheval                 200       150

    _A reporter_                                   26,300     2,750

                                                   hommes.    chevaux.
    _Report_                                       26,300     2,750

    13 batteries du 5e régiment d'artillerie dont
    quatre montées, à l'Ecole-Militaire; le
    reste à Vincennes                               3,000     2,400
    14 batteries du 6e régiment à Vincennes
    3 compagnies de sapeurs des 1er et 3e régiments   450        20
    4 compagnies de sous-officiers vétérans           400
    5 compagnies de sapeurs-pompiers                  500
    1 compagnie d'ouvriers d'administration           150
    1 escadron du train des équipages                 200       200

    En tout                                        31,000     5,370]


Le roi était content et confiant: en quelques paroles brèves, il me
témoigna, et à M. Duchâtel, sa reconnaissance de notre attitude et sa
satisfaction du résultat déjà acquis, l'abandon du banquet. Avec le
ministre des travaux publics, M. Jayr, il fut plus expansif; en entrant
aux Tuileries, le mardi matin 22 février, M. Jayr y trouva le maréchal
Soult qui venait répéter au roi les témoignages de son dévouement et se
mettre à sa disposition: «le maréchal promptement remercié et reparti,
le roi vint à moi, le visage rayonnant (je reproduis les termes de M.
Jayr):--«Eh bien! vous venez me féliciter; c'est qu'en effet l'affaire
tourne à merveille. Que je vous sais gré, mes chers ministres, de la
manière dont elle a été conduite! Vous savez qu'ils ont renoncé au
banquet. Ils ont vu, un peu tard il est vrai, que c'était jouer gros
jeu. Quand je pense que beaucoup de nos amis voulaient qu'on cédât! Mais
ceci va réconforter la majorité.» M. Jayr trouvait la situation encore
grave: «En venant au château, dit-il au roi, j'ai vu un courant continu
d'hommes en blouse se dirigeant par les deux quais vers la place de la
Concorde; les faubourgs envoyaient là leur avant-garde. Nous aurons,
sinon une grande bataille, du moins une forte sédition. Il faut s'y
tenir prêts.--Sans doute, reprit le roi, Paris est ému; comment ne le
serait-il pas? Mais cette émotion se calmera d'elle-même. Après le
_lâche-pied_ de la nuit dernière, il est impossible que le désordre
prenne des proportions sérieuses. Du reste, vous savez que les mesures
sont prises.»

Sur plusieurs points et sous plusieurs formes, le désordre ne laissa pas
d'être grave dans cette journée; des rassemblements se formèrent autour
de la Madeleine; les chaises, les baraques, le mobilier du corps de
garde de l'allée Marigny furent brisés, entassés et incendiés aux
Champs-Élysées; d'autres corps de garde furent attaqués; des barricades
s'élevèrent dans divers quartiers; des bandes erraient ça et là;
quelques-unes s'arrêtèrent devant le ministère des affaires étrangères
et la chancellerie, poussant des cris menaçants et tentant des
violences; l'une d'elles se porta sur la Chambre des députés; quelques
hommes pénétrèrent même dans la salle, d'où ils furent expulsés à
l'instant. La répression fut partout efficace et douce; les troupes ne
firent nul usage de leurs armes; à leur aspect et sur leurs sommations
la foule se dispersait, mais pour se reformer bientôt ou se porter
ailleurs. La lutte n'était pas définitivement engagée; mais la
fermentation était profonde, répandue et obstinée. Dans la soirée, le
roi témoigna les mêmes dispositions confiantes. M. Duchâtel trouva la
reine alarmée. Toutes les mesures furent prises, tous les ordres donnés,
toutes les troupes prêtes, pour que le lendemain la sédition, si elle
s'aggravait, fût promptement et fortement réprimée.

La nuit du 22 au 23 février se passa dans le même trouble, sans
incidents graves: des bandes continuèrent d'errer, quelquefois
aggressives et pillardes; des prisonniers furent amenés à la préfecture
de police. Dès le matin du 23, des rassemblements plus considérables se
formèrent dans le faubourg Saint-Antoine; beaucoup d'ouvriers oisifs
parcouraient les rues; beaucoup de passants s'arrêtaient; beaucoup
d'habitants se tenaient devant leurs portes, la plupart en curieux
indifférents ou inquiets, attendant des événements que tous
pressentaient, ceux qui les redoutaient comme ceux qui se disposaient à
y prendre part.

Vers dix heures le mouvement s'aggrava, en changeant de caractère et
d'acteurs. Les meneurs républicains avaient compris que, mises en
première ligne, leurs troupes accoutumées et connues servaient mal leur
cause; ils pressèrent leurs alliés momentanés, les réformistes de la
garde nationale, d'entrer eux-mêmes en scène sous un drapeau moins
suspect. Plusieurs détachements des 7e, 3e, 2e et 10e légions se mirent
en marche, les uns dans le faubourg Saint-Antoine, les autres vers la
place du Palais-Royal, d'autres vers le bureau du _National_, rue
Lepelletier; d'autres dans le quartier des écoles des faubourgs
Saint-Germain et Saint-Jacques, criant partout: _Vive la réforme!_ et
entrant en relations amicales avec les rassemblements populaires qu'ils
rencontraient. Dans l'ensemble de la garde nationale, ces détachements
ne formaient qu'une faible minorité; mais leur hardiesse, la nature de
leur cri, le bruit qu'ils faisaient et la faveur qu'ils trouvaient dans
les rues intimidaient ou embarrassaient les gardes nationaux, beaucoup
plus nombreux, qui ne voulaient ni révolution ni réformes arrachées par
l'émeute aux pouvoirs légaux, mais qui hésitaient à entrer en lutte avec
l'uniforme de leurs corps et le voeu en apparence modéré de leurs
camarades. L'un de nos plus dévoués amis, M. François Delessert, vint
témoigner à M. Duchâtel son inquiétude en lui disant que, dans les
meilleures compagnies de la 3e légion, notamment dans celle que
commandait son fils, la plupart des conservateurs ne se rendaient pas à
l'appel. D'un côté étaient la passion et le mouvement, de l'autre la
tristesse et l'inertie.

J'étais à la Chambre des députés avec la plupart des membres du cabinet;
M. Duchâtel seul y manquait. On annonçait des interpellations sur les
incidents du jour. Je fus averti que, hors de la Chambre, M. Duchâtel me
demandait: en y venant, il avait passé par les Tuileries; je montai dans
sa voiture et nous retournâmes ensemble au palais. Je reproduis son
récit de l'entretien qu'il venait en hâte m'en rapporter: «Le roi, me
dit-il, me demanda aussitôt où nous en étions. Je lui répondis que
l'affaire était plus sérieuse que la veille et l'horizon plus chargé,
mais qu'avec de l'énergie dans la résistance on s'en tirerait. Il me
répondit que c'était aussi son sentiment; il ajouta qu'on lui donnait,
de tous côtés, le conseil de terminer la crise en changeant le cabinet,
mais qu'il ne voulait pas s'y prêter.--«Le roi sait bien, lui dis-je,
que, pour ma part, je ne tiens pas à garder le pouvoir, et que je ne
ferais pas un grand sacrifice en y renonçant; mais les concessions
arrachées par la violence à tous les pouvoirs légaux ne sont pas un
moyen de salut; une première défaite en amènerait bientôt une nouvelle;
il n'y a pas eu loin, dans la Révolution, du 20 juin au 10 août, et
aujourd'hui les choses marchent plus vite que dans ce temps-là; les
événements vont à la vapeur, comme les voyageurs.

«Je n'avais pas, en ce moment, ajouta M. Duchâtel, l'idée que le
changement du cabinet fût entré dans l'esprit du roi. Y avait-il déjà
songé sérieusement, ou bien la résolution de se soumettre à une
concession qui lui coûtait beaucoup lui vint-elle soudainement, sous la
pression d'une émotion vive? Je ne pourrais trancher la question; mais
j'incline à croire qu'il se décida brusquement, emporté par cette espèce
de trouble que produit le passage d'une sécurité complète à l'apparition
subite d'un grand péril.--«Je crois comme vous, me dit le roi, qu'il
faut tenir bon; mais causez un moment avec la reine; elle est
très-effrayée. Je désire que vous lui parliez.» Il l'appela.

La grande âme de la reine Marie-Amélie, toujours héroïque au jour de
l'épreuve, était aussi passionnée que noble, et elle pouvait quelquefois
s'alarmer vivement d'avance sur la situation de son mari et de ses
enfants. «Elle entra dans le cabinet du roi, me dit M. Duchâtel, suivie
du duc de Montpensier. Elle était très-agitée et sous l'empire d'une
vive excitation.--» M. Duchâtel, me dit-elle, je connais le dévouement
de M. Guizot pour le roi et pour la France; s'il le consulte, il ne
restera pas un instant de plus au pouvoir.--Madame, lui répondis-je, un
peu ému de cette sortie si vive, M. Guizot, comme tous ses collègues,
est prêt à se dévouer pour le roi jusqu'à la dernière goutte de son
sang; mais il n'a pas la prétention de s'imposer au roi malgré lui. Le
roi est le maître de donner ou de retirer sa confiance, selon qu'il le
juge convenable pour les intérêts de sa couronne.--Ne dis pas des choses
pareilles, ma chère amie, dit le roi; si M. Guizot le savait!...--Je ne
demande pas mieux qu'il le sache, répliqua la reine; je le lui dirai à
lui-même; je l'estime assez pour cela; il est homme d'honneur et me
comprendra.»--J'ajoutai alors que je ne devais pas cacher au roi qu'il
me serait impossible de ne pas communiquer à M. Guizot tout ce que je
venais d'entendre; c'était un élément important de la situation; je ne
pouvais lui en dérober la connaissance, ni comme collègue ni comme ami.
Le roi était devenu sombre et soucieux.--«Il y aurait peut-être lieu, me
dit-il, de convoquer sur-le-champ le conseil.--Je crois, lui
répondis-je, qu'il y aurait peut-être des inconvénients à une
convocation subite du conseil; la Chambre est assemblée et ne peut pas
rester sans ministres. Le roi ferait mieux, ce me semble, de causer
d'abord avec M. Guizot.--Vous avez raison, me dit-il; allez trouver M.
Guizot sans perdre un instant; et amenez-le moi.»

En nous rendant ensemble aux Tuileries, nous causâmes, à coeur ouvert,
M. Duchâtel et moi, de la situation, et, sans la moindre discussion,
nous fûmes tous deux du même sentiment sur la conduite que nous avions à
tenir. En ce qui nous concernait, nous étions et nous devions nous
montrer décidés à maintenir jusqu'au bout la politique que nous avions
pratiquée et que nous persistions à croire la seule bonne; mais si, dans
l'intérêt de sa couronne dont il était juge, le roi croyait devoir
changer le ministère, il ne nous convenait d'opposer ni résistance, ni
plainte. Dans l'état général du pays, et à plus forte raison dans la
crise du jour, ce n'était pas trop, c'était à peine assez, on le voyait
bien, de l'accord des grands pouvoirs de l'État pour faire prévaloir
leur politique commune contre ses divers adversaires. Si cet accord
cessait, n'importe de quel côté, la défense serait trop faible pour
l'attaque. Le roi ne pouvait se passer du concours de la majorité des
Chambres, et la majorité des Chambres n'était ni assez forte, ni assez
liée, ni assez expérimentée pour se passer de l'appui du roi. Si nous
prétendions, en ce moment, imposer au roi chancelant le maintien du
cabinet ébranlé, nous ne lui assurerions pas les avantages d'une
résistance énergique, car il n'accepterait pas ou ne soutiendrait pas
les mesures qu'elle exigerait, et nous ne réussirions même pas à
prolonger longtemps notre faible situation, car le roi ne persévérerait
pas avec nous jusqu'au terme de la crise. C'était, pour nous-mêmes, la
seule conduite sensée et digne, et envers la royauté notre devoir
impérieux de la laisser choisir librement dans son hésitation, sans
aggraver les conditions des deux conduites entre lesquelles elle avait à
se prononcer.

Nous entrâmes vers deux heures et demie dans le cabinet du roi. La
reine, M. le duc de Nemours et M. le duc de Montpensier y étaient
réunis. Le roi exposa la situation, s'appesantit sur la gravité des
circonstances, parla beaucoup de son désir, qui était très-sincère, de
garder le ministère, du regret qu'il éprouvait à être obligé de se
séparer de nous, ajoutant qu'il aimerait mieux abdiquer:--Tu ne peux pas
dire cela, mon ami, dit la reine; tu te dois à la France; tu ne
t'appartiens pas.--C'est vrai, dit le roi; je suis plus malheureux que
les ministres; je ne puis pas donner ma démission.» Ce préambule
couvrait évidemment une résolution arrêtée; pour ceux qui connaissaient
les allures de l'esprit du roi, le doute n'était pas possible. Je
l'avais écouté en silence; je pris la parole: «C'est à Votre Majesté,
dis-je, à prononcer: le cabinet est prêt, ou à défendre jusqu'au bout le
roi et la politique conservatrice qui est la nôtre, ou à accepter sans
plainte le parti que le roi prendrait d'appeler d'autres hommes au
pouvoir. Il n'y a point d'illusion à se faire, Sire; une telle question
est résolue par cela seul que, dans un tel moment, elle est posée.
Aujourd'hui plus que jamais le cabinet, pour soutenir la lutte avec
chance de succès, a besoin de l'appui décidé du roi. Dès qu'on saurait
dans le public, comme cela serait inévitable, que le roi hésite, le
cabinet perdrait toute force morale et serait hors d'état d'accomplir sa
tâche.»--Le roi, sur ces paroles, laissa de côté toute hésitation, toute
précaution de langage, et considérant la question comme
tranchée:--«C'est avec un bien amer regret, nous dit-il, que je me
sépare de vous; mais la nécessité et le salut de la monarchie exigent ce
sacrifice. Ma volonté cède; je vais perdre beaucoup de terrain; il me
faudra du temps pour le regagner.» La reine et le duc de Montpensier
ajoutèrent des paroles dans le même sens. Le duc de Montpensier me dit
qu'il fallait que sa conviction fût bien profonde pour qu'elle
l'emportât sur la reconnaissance qu'il me devait. Après ces témoignages
d'estime et de regret, le roi dit qu'il songeait à M. Molé et nous
demanda ce que nous en pensions. Nous n'avions à faire et nous ne fîmes
aucune objection. «Je vais donc le faire appeler,» reprit le roi. Puis
il nous fit ses adieux, ainsi que la famille royale, en nous embrassant
avec larmes: «Vous serez toujours les amis du roi, dit la reine; vous le
soutiendrez.--Nous ne ferons que de la résistance au petit pied et sur
le second plan, me dit le duc de Nemours; mais sur ce terrain, nous
comptons retrouver votre appui.» Le roi était triste et troublé; la
gravité de la résolution qu'il venait de prendre semblait grandir à ses
yeux. Il sentait surtout combien il allait perdre en Europe, et quel
coup en recevrait sa considération. Nous sortîmes du cabinet; M.
Duchâtel était le dernier près de la porte; le roi lui tendit la main
une dernière fois: «Vous êtes plus heureux que moi, vous autres,» lui
dit-il; et il prononça à voix basse quelques mots que j'entendis
imparfaitement, et où se révélait à quel point sa résolution lui était
amère.

Nous retournâmes sur-le-champ à la Chambre des députés; on nous y
attendait dans une agitation immobile; il était encore question
d'interpellations, de pétitions. Je montai à la tribune: «Je crois,
dis-je, qu'il ne serait ni conforme à l'intérêt public, ni à propos pour
la Chambre d'entrer, en ce moment, dans aucun semblable débat. Le roi
vient de faire appeler M. le comte Molé pour le charger de former un
nouveau cabinet. Tant que le cabinet actuel sera chargé des affaires, il
maintiendra ou rétablira l'ordre, et fera respecter les lois selon sa
conscience, comme il l'a fait jusqu'à présent.»

M. Odilon Barrot demanda aussitôt la parole. Il eut quelque peine à la
prendre au milieu du tumulte qui s'éleva dans la Chambre; il voulait
parler de la fixation de l'ordre du jour pour la séance du lendemain,
séance dans laquelle la proposition d'accusation du ministère devait
être renvoyée à l'examen des bureaux: «J'avais cru, dit-il, que la
conséquence naturelle, inévitable même, de la réserve que M. le
président du conseil montrait sur les interpellations qui lui étaient
adressées, à raison de la gravité des circonstances et de la situation
spéciale du cabinet, j'avais cru, dis-je, que la conséquence naturelle,
inévitable, était l'ajournement de l'ordre du jour indiqué, c'est-à-dire
l'ajournement de la discussion sur la proposition que j'ai déposée hier
sur le bureau. Je suis, à cet égard, parfaitement subordonné aux
convenances de la Chambre et du ministère lui-même.»

M. Dupin prit vivement la parole: «Le premier besoin de la cité, dit-il,
est le rétablissement de la paix publique, la cessation des troubles,
pour assurer la libre et régulière action de tous les grands pouvoirs de
l'État. Il faut que les masses comprennent qu'elles n'ont pas le droit
de délibérer, de décider. Il faut que les gens qui ont eu recours aux
armes comprennent qu'ils n'ont pas le droit de commander, et qu'ils
n'ont qu'à attendre l'exécution de la loi et les mesures qui seront
jugées nécessaires par la couronne et par les Chambres. Dans cette
situation, devons-nous introduire ici des délibérations irritantes, des
délibérations d'accusation qui, quelle que fût la solution, iraient
certainement contre le but que vous devez vous proposer, l'apaisement
des esprits et le rétablissement de l'ordre? Je crois qu'il faut adhérer
à la demande d'ajournement que j'appuie de toutes mes forces.»

Nous ne pouvions souffrir que l'accusation proposée contre nous restât
ainsi en suspens dès que, par la chute du cabinet, l'opposition aurait
atteint son but. Je me levai immédiatement: «Je disais tout à l'heure
que, tant que le cabinet aurait l'honneur d'être chargé des affaires, il
maintiendrait ou rétablirait l'ordre et ferait respecter les lois. Le
cabinet ne voit, pour son compte, aucune raison à ce qu'aucun des
travaux de la Chambre soit interrompu, à ce qu'aucune des questions
élevées dans cette Chambre ne reçoive pas sa solution. La couronne
exerce sa prérogative. La prérogative de la couronne doit être
respectée; mais le cabinet est prêt à répondre à toutes les questions, à
entrer dans tous les débats. C'est à la Chambre à décider ce qui lui
convient.»

M. Dupin, qui voulait sincèrement que le trouble public cessât, et dont
l'équité comme le bon sens étaient choqués de l'accusation proposée
contre le ministère, persista dans sa demande d'ajournement: «Je
conçois, dit-il, le langage et l'attitude de M. le président du conseil.
C'est un langage digne; c'est le langage qui convient à la situation
qu'on aurait voulu lui faire par l'accusation même. Mais en même temps
que le ministère ne s'oppose pas à ce que la Chambre se saisisse de
telle ou telle question, la Chambre a aussi le droit de décider
l'opportunité d'une question. Eh bien, dans la situation où le ministère
continue à être chargé provisoirement d'une difficile mission, à
laquelle vous pourrez, je l'espère, efficacement concourir, l'apaisement
et la conciliation des esprits, pendant ce temps on va s'occuper à
mettre les ministres en accusation! On les obligerait à s'occuper de
leur propre défense! Cela est impossible. Malgré vous, Messieurs les
ministres, malgré la majorité, je demande l'ajournement.»

La majorité partageait le sentiment que j'avais exprimé, et me vint
fermement en aide. Par l'organe de M. de Peyramont, elle demanda que la
proposition d'accusation contre le ministère fût maintenue à l'ordre du
jour, et la séance ne fut levée qu'après cette résolution.

A l'annonce de la chute du cabinet, l'émotion, je devrais dire
l'irritation, avait été profonde dans la majorité; elle y voyait sa
propre chute et celle de la politique qu'elle soutenait courageusement
depuis dix-sept ans. Plus clairvoyants encore et plus expérimentés dans
les crises révolutionnaires, quelques-uns de ses membres pressentirent
immédiatement dans celle-ci bien plus que la chute du cabinet: un de mes
amis particuliers, M. Muret de Bord, qui s'était vivement prononcé dans
ces dernières circonstances, était assis à côté de l'ancien et habile
directeur général de l'enregistrement et des domaines, M. Calmon, qui,
en entendant ma déclaration, lui dit en lui frappant sur l'épaule:
«Citoyen Muret de Bord, dites à la citoyenne Muret de Bord de préparer
ses paquets; la République ne vous aimera pas.» Dans l'opposition même,
les esprits élevés étaient soucieux: «Je désirais vivement la chute du
cabinet, dit à M. Duchâtel M. Jules de Lasteyrie; mais j'aurais mieux
aimé vous voir rester dix ans de plus que sortir par cette porte.» Au
même instant, M. de Rémusat, ami et camarade de collége de M. Dumon,
vint s'asseoir près de lui au banc des ministres: «Je sais, lui dit-il,
que ta sortie du ministère ne te contrarie pas beaucoup; je puis donc
venir causer avec toi. Si j'entre dans le nouveau ministère, j'espère
que nous causerons souvent ensemble, et que nous pourrons nous
entendre.--Je ne demande pas mieux, lui répondit M. Dumon; pourvu que la
Chambre ne soit pas dissoute et que les réformes ne soient pas
excessives, je ne ferai aucune opposition.--C'eût été bien facile,
reprit M. de Rémusat, si nous étions arrivés par un mouvement de
Chambre; mais qui peut mesurer les conséquences d'un mouvement dans la
rue?»

A quatre heures et demie, le cabinet se réunit aux Tuileries. De
plusieurs côtés, le bruit de l'irritation de la majorité parlementaire
était arrivé au roi; il en était visiblement troublé. Il essaya
d'alléger un peu, pour lui-même, la résolution qu'il venait de prendre
en donnant à entendre que j'avais, ainsi que M. Duchâtel, partagé son
avis. Je rétablis, en termes positifs, ce que je lui avais dit dans
notre première entrevue. «Nous étions décidés et prêts, lui redis-je, à
soutenir jusqu'au bout la politique d'ordre et de résistance légale que
nous trouvons la seule bonne; mais le roi s'était montré disposé à
penser qu'il devait changer son ministère. Poser une telle question,
dans un tel moment, c'était la résoudre.» Le roi n'insista pas. MM.
Hébert, de Salvandy et Jayr exprimèrent nettement leur désapprobation de
sa résolution. Nous sortîmes des Tuileries pour ne plus nous occuper, en
attendant la formation d'un nouveau cabinet, que de défendre partout
l'ordre toujours violemment attaqué. La nouvelle de la chute du
ministère n'avait point fait cesser la lutte; elle continuait sans que
nulle part l'insurrection triomphât ou cédât. L'événement tombait de
plus en plus entre les mains des républicains fanatiques résolus à le
pousser jusqu'à une révolution. Nous allions d'heure en heure, M.
Duchâtel et moi, rendre compte au roi de l'état des choses. Vers six
heures, il nous témoigna le désir de donner le commandement général dans
Paris au maréchal Bugeaud. Nous fîmes sur-le-champ, auprès des généraux
Jacqueminot et Tiburce Sébastiani, une démarche pour les en prévenir;
puis, le roi préféra attendre l'avis du cabinet qu'il travaillait à
former. Il n'avançait guère dans son travail; M. Molé discutait,
négociait, cherchait des alliés efficaces. Vers huit heures, M. Jayr,
qui avait quelques signatures de travaux publics à demander au roi,
retourna aux Tuileries; il le trouva seul, agité et taciturne. En lui
soumettant son travail administratif, M. Jayr lui représenta la
nécessité de reconstituer promptement le pouvoir politique et le
commandement militaire, l'un et l'autre ébranlés et flottants au milieu
d'une crise aussi obstinée que violente. Le roi signait et l'écoutait en
silence; puis tout à coup: «Et quand je pense, dit-il, que cette
résolution a été prise et exécutée en un quart d'heure!» M. Jayr se
retira sans autre réponse.

Personne n'ignore l'événement (je ne décide pas s'il faut dire fortuit
ou criminel) qui éclata à neuf heures du soir, sur le boulevard, devant
l'hôtel des affaires étrangères. Une bande d'insurgés, armés de piques,
de pistolets, de bâtons, portant des signes de luttes récentes, et
partis d'abord de la place de la Bastille, s'était avancée le long des
boulevards, grossie dans sa route par des passants et des curieux; après
plusieurs stations et plusieurs démonstrations bruyantes, entre autres
devant le bureau du _National_, elle arrivait près du ministère des
affaires étrangères, plus d'une fois menacé depuis le commencement de
l'insurrection. Un bataillon d'infanterie de ligne en couvrait les
approches. Au milieu de la pression désordonnée qu'exerçait la foule et
de la résistance immobile que lui opposait la troupe, un coup de feu
partit; selon les uns, des rangs de la troupe même et par un accident du
fusil d'un soldat; selon les autres, le coup fut tiré du sein de la
foule, sur la troupe, et par un des insurgés. Quoi qu'il en soit, la
troupe, se croyant attaquée, fit feu; beaucoup de personnes tombèrent,
les unes frappées à mort, les autres blessées, d'autres renversées et
foulées aux pieds. Un désordre immense, mêlé d'effroi et de colère,
éclata sur le théâtre et tout à l'entour de l'événement; la passion a de
soudains et puissants instincts au service de sa cause; quelques-uns des
insurgés relevèrent des cadavres, seize, dit-on, les placèrent sur un
chariot qui se trouvait là, et ce cortège funèbre se promena jusqu'à une
heure du matin, sur les boulevards, devant les bureaux du _National_ et
de la _Réforme_, dans tout le centre de la ville, au milieu des cris:
«Vengeance! aux armes! aux barricades!» provoquant partout un nouvel et
plus ardent élan d'insurrection et de lutte. La nuit se passa à
exploiter ainsi ce malheur ou ce crime, pour transformer l'émeute en
révolution.

J'étais au ministère de l'intérieur quand la nouvelle de ce fatal
incident y arriva. Plusieurs de mes collègues et de nos amis y étaient
réunis. De leur avis unanime, je me rendis sur le champ aux Tuileries,
avec M. Dumon, pour insister auprès du roi sur l'urgence de la
nomination du maréchal Bugeaud au commandement de toutes les forces
militaires. Il en reconnut la nécessité; mais il ne savait pas encore
quel cabinet il parviendrait à former. Je le quittai sans qu'il eût rien
décidé. Entre minuit et une heure, il m'envoya chercher, et me dit qu'à
la fin de la soirée, M. Molé était venu lui annoncer qu'il n'avait pu
réussir à former un cabinet: «Je fais appeler M. Thiers, ajouta-t-il;
mais, en attendant, la lutte devient de plus en plus grave; il y faut
sur-le-champ un chef militaire, d'une capacité et d'une autorité
éprouvées, et qui puisse porter le fardeau jusqu'à l'installation du
nouveau ministère. Je vous demande la nomination immédiate du maréchal
Bugeaud au commandement de la garde nationale et de l'armée. M. Thiers
ne voudrait peut-être pas le nommer lui-même; mais il l'acceptera, je
n'en doute pas, s'il le trouve nommé et installé. C'est au nom du salut
de la monarchie que je fais cet appel au dévouement de mes anciens
ministres.»--Le roi sait, lui dis-je, que nous sommes tout prêts à
accomplir son désir.--Il envoya chercher M. Duchâtel et le général
Trézel dont la signature était nécessaire pour cette nomination. Ils
arrivèrent et donnèrent sur-le-champ au roi leur assentiment et leur
concours. Le maréchal Bugeaud arriva aussi. Le duc de Nemours, le duc de
Montpensier et M. de Montolivet étaient présents. Les deux ordonnances
signées, le duc de Nemours, M. Duchâtel et moi, nous accompagnâmes le
maréchal Bugeaud pour l'installer à l'État-major. Il s'arrêta sur la
place du Carrousel pour visiter les troupes qui y étaient réunies. Nous
lui demandâmes ce qu'il pensait de la journée du lendemain: «Il est un
peu tard, nous dit-il; mais je n'ai jamais été battu et je ne
commencerai pas demain. Qu'on me laisse faire et tirer le canon, il y
aura du sang répandu; mais demain soir la force sera du côté de la loi,
et les factieux auront reçu leur compte.»

Ce fut là le dernier acte du cabinet et ma dernière entrevue avec le
maréchal Bugeaud. Je ne retournai aux Tuileries, le lendemain 24
février, vers huit heures du matin, que pour prendre définitivement
congé du roi, que je ne revis plus qu'à Claremont. Ce qu'on a dit de
prétendus conseils qu'il m'aurait demandés et que je lui aurais donnés,
à ce moment, sur ses rapports avec son nouveau cabinet et les
concessions qu'il devait lui faire, est dénué de tout fondement. Il se
borna à m'annoncer que MM. Thiers et Odilon Barrot avaient accepté le
ministère, et moi à lui témoigner ma satisfaction qu'au moins la crise
ministérielle fût terminée. Depuis cette dernière heure du cabinet du 29
octobre 1840 jusqu'à la dernière heure de la monarchie de 1830, j'ai été
absolument étranger à tout ce qui s'est dit, fait et passé.

Dix-neuf ans se sont écoulés, et aujourd'hui comme il y a dix-neuf ans,
je ne puis penser sans une émotion douloureuse à l'état d'âme où j'ai vu
le roi Louis-Philippe pendant cette crise si tragiquement terminée.
Jamais prince n'a été plus sincèrement convaincu que la politique qu'il
avait adoptée était la meilleure, la seule bonne pour son pays et pour
le régime qu'il avait été appelé à fonder dans son pays. Resté, comme
dans sa jeunesse, libéral et patriote de 1789, à ses yeux cette
politique consacrait et mettait en pratique les principes de 1789, en
mettant fin aux entraînements et aux aveuglements révolutionnaires qui,
tantôt sous la forme de l'anarchie, tantôt sous celle du despotisme, les
avaient faussés et compromis. Il la regardait comme aussi essentielle
pour l'influence et la grandeur de la France en Europe que pour sa
prospérité et ses progrès à l'intérieur. Il l'avait pratiquée de concert
avec les grands pouvoirs constitutionnels, sous le feu des libertés
publiques, en usant de ses droits constitutionnels, mais sans jamais
croire ni vouloir les dépasser. Il avait courageusement sacrifié, au
maintien de cette politique, un bien qui lui était cher et doux, les
démonstrations empressées et le bruit flatteur de la popularité. Et
après dix-sept années de ces efforts et de ce sacrifice, il se voyait
méconnu, mal compris, non-seulement attaqué par les factions ennemies,
mais harassé, délaissé par une portion de ces classes moyennes qui
étaient son principal point d'appui. Aux bruyantes agitations dans la
garde nationale se joignaient les dissentiments respectueux, mais réels,
dans la famille royale. Sous l'atteinte de ces faits réunis, le roi
était profondément triste et perplexe, résigné aux déplaisirs et aux
difficultés qu'il prévoyait, décidé à n'y opposer que ses moyens légaux
de concession ou de résistance, mais accessible à ces troubles
momentanés, à ces résolutions soudaines qui surgissent dans les âmes
fatiguées des longues luttes et dégoûtées des perspectives obscures. Ni
la persévérance ni l'espérance n'étaient pourtant éteintes dans l'âme du
roi Louis-Philippe: soit par nature, soit par son expérience des
vicissitudes et des réactions qui se succèdent dans les révolutions, il
était de ceux qui pensent que, pour retrouver de bonnes chances et une
bonne veine, il suffit de savoir survivre et attendre. En 1848, sa
lassitude était extrême; il fléchissait sous son fardeau, et, pour le
porter plus loin, il avait besoin de reprendre haleine; mais je suis
convaincu qu'au milieu de ses mécomptes et de son découragement, il
était loin de désespérer de son propre avenir, et que, tout en acceptant
les lois du régime constitutionnel, il se promettait d'y reprendre
l'influence qu'il croyait nécessaire pour faire légalement prévaloir la
politique qu'il croyait indispensable au bien de son pays et au salut de
son trône. Les hommes ne lui en ont pas laissé le temps; Dieu ne lui en
a pas accordé la faveur.



                             CHAPITRE XLIX.

                                RÉSUMÉ.


Deux choses déterminent le caractère des gouvernements et les sentiments
d'estime ou de blâme, de sympathie ou de répulsion qui leur sont dus: le
sort, bon ou mauvais, qu'ils ont fait aux générations qui ont vécu sous
leur empire; le bien ou le mal qu'ils ont légué aux générations qui les
ont suivis.

Je n'ai pas raconté le règne du roi Louis-Philippe; j'ai pris, dans ce
règne, les événements et les actes considérables auxquels j'ai été mêlé,
et je me suis appliqué à les faire bien connaître et apprécier en les
retraçant avec détail et précision. Ce n'est pas toute l'histoire de
cette époque; mais c'est assez, je pense, pour que je sois en mesure et
en droit d'en résumer les principaux résultats. Quelle influence a
exercée, pendant sa durée, sur le sort et l'état de la France, le
gouvernement qu'elle a possédé de 1830 à 1848? Qu'est-il resté et que
reste-t-il à la France de l'influence et des oeuvres de ce gouvernement?
Je ne ferai à ces questions que les réponses les plus simples et les
plus brèves; je ne veux que recueillir des faits avérés, sans discussion
ni commentaire.

Je regarde d'abord à la politique générale, et je cherche quels
résultats a obtenus pour ses contemporains, quelles traditions a
laissées à ses successeurs le gouvernement de 1830. Ce gouvernement a eu
l'honneur de naître d'une révolution accomplie pour la défense des lois
et des libertés violées. Il a eu le malheur de naître d'une révolution,
et d'une révolution accomplie aux dépens du principe essentiel de la
monarchie, et avec le concours de partis et de passions qui dépassaient
de beaucoup son but. Entreprise au nom des droits de la monarchie
constitutionnelle, la révolution de 1830 a ouvert la porte aux
tentatives républicaines et aux perspectives indéfinies de l'imagination
humaine, honnêtes ou perverses. Le gouvernement de 1830 a courageusement
fait le départ entre ces idées et ces forces diverses déployées autour
de son berceau; il a accepté comme sa source et sa règle: 1° les droits
de l'indépendance nationale; 2° le respect des lois, des droits et des
libertés publiques; 3° les principes et la pratique du régime
constitutionnel. Point d'intervention ni d'immixtion étrangère dans les
affaires et les résolutions intérieures de la France. Point de lois
d'exception ni de suspension des libertés publiques. Les pouvoirs
constitutionnels en plein exercice et toujours appelés à débattre et à
régler ensemble les affaires du pays.

Le gouvernement de 1830 ne s'est pas borné à mettre ces principes en
pratique à l'intérieur et pour la France elle-même; ils ont présidé à
ses relations avec les autres États, spécialement avec les États assez
voisins de la France pour que leur situation et leur destinée importent
à la sienne. Il a déclaré qu'en Belgique, en Suisse, en Piémont, en
Espagne, il ne souffrirait aucune intervention étrangère sans y
intervenir aussi, dans l'intérêt français. En reconnaissant le droit de
ces peuples à modifier leurs institutions, il a efficacement protégé,
tout autour de la France, l'indépendance nationale de ses voisins et
l'établissement ou les progrès du régime constitutionnel. A coup sûr, ce
n'était pas là une politique facile à faire accepter de la plupart des
grandes puissances européennes, au sortir d'un temps plein de guerres de
conquête et d'interventions étrangères. Pourtant le gouvernement de 1830
y a réussi, et c'est au nom de la paix européenne qu'il a réussi. Le
congrès de Vienne avait fondé la paix européenne sur la domination
générale des grandes puissances et le régime stationnaire des États. Le
gouvernement de 1830 a maintenu la paix européenne en en brisant les
pesantes conditions. Il a concilié les bienfaits de la paix avec
l'indépendance des peuples et les progrès de la liberté.

Les politiques clairvoyants de l'Europe ne se sont pas mépris sur les
résultats de cette conduite du gouvernement de 1830 pour la grandeur de
la France. Le 24 février 1848, au moment même de la chute imprévue de ce
gouvernement, le chancelier de l'empire russe, le comte de Nesselrode,
écrivait à l'ambassadeur de Russie à Londres: «La France aura gagné à la
paix plus que ne lui aurait donné la guerre. Elle se verra entourée de
tous côtés par un rempart d'États constitutionnels, organisés sur le
modèle français, vivant de son esprit, agissant sous son influence.»

L'influence du gouvernement de 1830 a survécu même à sa ruine. Au
dehors, c'est en maintenant sa politique extérieure que la République
qui lui a succédé s'est fait reconnaître et accepter de l'Europe. Au
dedans, sous le coup de cette disparition soudaine de tous les pouvoirs
organisés et dans cette explosion soudaine de toutes les ambitions
humaines, que serait devenue la société française si, depuis trente ans,
elle n'avait été accoutumée et formée, par le spectacle et la pratique
de son gouvernement, au respect du droit et de la liberté? C'est par les
traditions et les habitudes du gouvernement libre qu'elle venait de
renverser que la révolution de 1848 a été défendue contre sa propre
pente. Qui pourrait dire quels coups elle aurait portés à l'ordre social
et à la paix européenne, si l'esprit légal et pacifique du régime déchu
n'avait encore plané au-dessus de ses ruines?

Je descends de la politique générale aux actes spéciaux du gouvernement
de 1830 dans l'administration intérieure du pays, et je constate, par la
simple énumération des faits et des chiffres, quelles ont été ses
oeuvres, leur impulsion et leurs résultats.

Pour rendre ce tableau des principaux actes du gouvernement de 1830
clair et concluant, je range ces actes sous trois chefs qui comprennent
les diverses mesures législatives et administratives, incontestablement
bien qu'inégalement importantes, accomplies à cette époque:

Législation politique et sociale;

Administration des finances;

Travaux publics.

L'un de mes plus fidèles et plus éclairés amis, M. Moulin, jadis député
du département du Puy-de-Dôme, a bien voulu se charger de vérifier
l'exactitude de ces documents, et venir ainsi en aide à la mémoire de la
politique conservatrice et libérale après l'avoir fermement soutenue
quand elle était en action.


I

Législation politique et sociale.

Je comprends sous ce chef: 1° les lois d'organisation et de garantie
pour la force publique, pour les libertés publiques, pour l'ordre
public; 2° les lois de réforme et d'amélioration sociale.

1° _Lois d'organisation et de garantie politique._

1830. 12 _septembre_. Loi qui soumet à la réélection les députés promus
à des fonctions publiques.

10 _décembre_. Loi sur la police des afficheurs et crieurs publics.

1831. 4 _mars_. Loi sur la composition des cours d'assises et sur la
majorité nécessaire pour les décisions rendues par le jury contre
l'accusé.

1831. 21 _mars_. Loi qui fixe, pour le jugement des conflits entre
l'autorité administrative et les tribunaux, un délai d'un mois, passé
lequel le conflit peut être considéré comme non avenu.

21 _mars_. Loi sur la formation et l'organisation des conseils
municipaux par la voie de l'élection.

22 _mars_. Loi sur l'organisation de la garde nationale sédentaire et
mobile, par l'élection directe des sous-officiers et l'élection
indirecte des officiers supérieurs.

19 _avril_. Loi sur les élections législatives qui abaisse le cens
électoral de 300 à 200 fr. et le cens d'éligibilité de 1,000 à 500 fr.

1832. 22 _mars_. Loi sur le recrutement militaire et la formation de
l'armée.

1833. 24 _avril_. Loi sur le régime législatif dans les colonies.

24 _avril_. Loi sur l'exercice des droits civils et politiques dans les
colonies.

22 _juin_. Loi sur l'organisation des conseils généraux de département
et des conseils d'arrondissement, par la voie de l'élection, avec
adjonction des capacités portées sur la seconde liste du jury aux
possesseurs du cens électoral politique, et fixation d'un _minimum_ pour
le nombre des électeurs.

7 _juillet_. Loi sur l'expropriation pour cause d'utilité publique. Elle
établit par quel mode légal l'utilité publique est déclarée, et elle
soumet au jury l'estimation et le règlement des indemnités. Cette loi a
été modifiée et complétée par une autre loi du 3 mai 1841.

1834. 16 _février_. Loi sur les crieurs publics d'écrits.

10 _avril_. Loi sur les associations.

1834. 20 _avril_. Loi sur l'organisation du conseil général et des
conseils d'arrondissement du département de la Seine et du conseil
municipal de la ville de Paris, par la voie de l'élection.

19 _mai_. Loi sur l'état des officiers.

1835. 9 _septembre_. Loi sur les crimes, délits et contraventions commis
par la voie de la presse et autres moyens de publication.

9 _septembre_. Loi sur les cours d'assises.

9 _septembre_. Loi portant modification des articles 341, 345, 346, 347
et 352 du Code d'instruction criminelle, et de l'art. 17 du Code pénal.

1837. 1er _avril_. Loi qui détermine l'autorité des arrêts de la Cour de
cassation après deux pourvois.

18 _juillet_. Loi sur l'administration communale et les attributions des
conseils municipaux.

1838. 10 _mai_. Loi sur les attributions des conseils généraux de
département et des conseils d'arrondissement.

1839. 3 _août_. Loi qui fixe le cadre de l'état-major de l'armée de
terre.

1841. 17 _juin_. Loi d'organisation de l'état-major de l'armée navale.

1842. 30 _août_. Loi sur la régence du royaume.


2° _Lois de réforme et d'amélioration sociale._

1831. 8 _février_. Loi qui admet le culte israélite au nombre des cultes
reconnus par l'État et met le traitement de ses ministres à la charge du
trésor public.

4 _mars_. Loi pour la répression de la traite des nègres.

1832. 17 _avril_. Loi apportant divers adoucissements à la contrainte
par corps.

1832. 28. _avril_. Loi apportant de nombreuses et importantes réformes
dans la législation pénale; entre autres l'admission des circonstances
atténuantes et l'abolition de onze cas de peine de mort.

1833. 28 _juin_. Loi organique de l'instruction primaire, élémentaire et
supérieure.

1835. 25 _mai_. Loi relative à l'administration des biens ruraux des
communes, hospices et autres établissements publics.

5 _juin_. Loi qui confère aux caisses d'épargne la qualité de personnes
civiles pouvant recevoir des dons et legs; une seconde loi du 31 _mars_
1837 chargea la caisse des dépôts et consignations de recevoir et
d'administrer les fonds que les caisses d'épargne seraient admises à
placer au trésor.

1836. 21 _mai_. Loi qui supprime et prohibe les loteries.

21 _mai_. Loi organique sur la construction et l'administration des
chemins vicinaux.

1837. 4 _juillet_. Loi sur les poids et mesures, qui consacre le système
métrique comme obligatoire.

1838. 11 _avril_. Loi qui élève la compétence des tribunaux civils de
première instance.

25 _mai_. Loi qui élève la compétence des juges de paix.

28 _mai_. Loi sur les faillites et banqueroutes apportant de graves
réformes dans le Code de commerce.

20. _juin_. Loi sur les aliénés et sur les établissements consacrés au
traitement de l'aliénation mentale.

1840. 8 _mars_. Loi sur l'organisation et l'extension de la compétence
des tribunaux de commerce.

6 _juin_. Loi apportant diverses modifications au régime de la pêche
fluviale.

1841. 22 _mars_. Loi sur le régime et les conditions du travail des
enfants employés dans les manufactures.

2 _juin_. Loi apportant de graves modifications au code de procédure
civile sur la vente judiciaire des biens immeubles.

14 _juin._ Loi qui modifie le code de commerce sur la responsabilité des
propriétaires de navires de commerce.

25 _juin_. Loi sur la vente en détail des marchandises aux enchères, ou
à cri public.

25 _juin_. Loi sur la transmission des offices réglant la forme et les
droits d'enregistrement des traités.

1843. 18 _juin_. Loi sur les commissaires-priseurs.

1844. 3 _mai_. Loi sur la chasse.

5 _juillet_. Loi sur les brevets d'invention.

3 _août_. Loi qui accorde, à la veuve et aux enfants des auteurs
d'ouvrages représentés sur un théâtre, le droit garanti par le décret du
5 février 1810 à la veuve et aux enfants des auteurs d'écrits imprimés.

1845. 29 _avril_ (et 11 _juillet_ 1847). Loi sur le régime des
irrigations.

21 _juin_. Loi qui supprime les droits de vacation des juges de paix et
augmente leur traitement.

22 _juin_. Loi qui fixe le _maximum_ et le _minimum_ des versements dans
les caisses d'épargne.

15 _juillet_. Loi sur la police des chemins de fer.

18 _juillet_. Loi qui apporte règlement et adoucissement dans le régime
de l'esclavage aux colonies.

9 _août_ 1847. Une nouvelle loi ajoute aux mesures favorables de la loi
précédente, et institue des cours criminelles chargées de connaître des
crimes commis envers et par des esclaves.

1846. 3 _juillet_. Loi qui modifie le régime de postes en supprimant le
décime rural et en réduisant la taxe sur les envois de fonds.


Il suffit de parcourir cette simple nomenclature législative pour
reconnaître qu'il n'est aucune des grandes questions d'intérêt national
ou social, dont notre temps est avec raison préoccupé, qui n'ait été,
pour le gouvernement de 1830, l'objet d'une sérieuse attention et d'une
féconde activité.

Dans l'ordre politique, il a efficacement organisé et réglé la force
publique, le mode de sa formation, ses divers éléments, l'état de ses
officiers, la composition de ses états-majors[246]; et notre armée de
terre et de mer ainsi constituée a glorieusement suffi jusqu'ici à
toutes les missions, à toutes les épreuves auxquelles elle a été
appelée, aux campagnes de Crimée et d'Italie comme à la conquête de
l'Algérie.

[Note 246: Par les lois des 22 mars 1831, 22 mars 1832, 19 mai 1834, 9
août 1839 et 17 juin 1841.]

Le gouvernement de 1830 n'a pas donné moins de soin à la vie intérieure
de la France qu'à sa force au dehors: le principe électif, gage
nécessaire d'influence et de contrôle pour toute société, grande ou
petite, a été introduit dans l'administration des départements et des
communes, y compris celle de la ville de Paris[247]; et en même temps
que la liberté devenait ainsi un droit actif sur tous les points du
territoire comme au centre de l'État, la loi du 28 juin 1833 sur
l'instruction primaire, la loi du 21 mai 1836 sur les chemins vicinaux
et les deux lois du 11 juin 1842 et du 15 juillet 1845, l'une sur la
constitution du réseau général, l'autre sur la police des chemins de
fer, imprimaient partout, dans les campagnes comme dans les villes, un
mouvement permanent de progrès moral et matériel.

[Note 247: Par les lois des 21 mars 1831, 22 juin 1833, 20 avril 1834,
18 juillet 1837 et 10 mai 1838.]

Dans l'ordre civil, nos divers codes ont reçu d'importantes réformes,
toutes dirigées vers l'efficacité pratique et l'adoucissement des lois,
la simplification des affaires, la garantie de la propriété et des
droits privés dans leurs rapports avec l'État[248].

[Note 248: Par les lois des 4 et 21 mars 1831, 7 juillet 1833, 7 avril
1837, 17 et 28 avril 1832, 25 mai 1835, 11 avril, 25 et 28 mai 1838, 8
mars 1840, 2, 14 et 25 juin 1841, 18 juin 1843, 3 mai, 5 juillet et 3
août 1844, 28 avril, 21 et 22 juin 1845.]

L'ordre moral n'a pas été plus négligé que l'ordre politique et l'ordre
civil: les caisses d'épargne, le travail des enfants dans les
manufactures, le sort des aliénés et les établissements consacrés à
cette triste misère humaine, l'état des prisons, l'abolition de la
traite des nègres, le régime de nos colonies, la condition des esclaves,
leurs rapports avec les maîtres, la préparation de l'abolition de
l'esclavage, l'abolition des loteries et des jeux, toutes les questions
où sont engagés soit l'état actuel, soit les longues espérances de
l'humanité dans les diverses conditions sociales[249], ont été abordées,
étudiées, débattues, quelques-unes résolues, toutes mises en état de
travail et de progrès.

[Note 249: Par les lois des 24 juin 1833, 4 mars 1831, 5 juin 1835, 21
mai 1836, 20 juin 1838, 22 mars 1841, 3 août 1844, 18 juillet 1845 Et 9
août 1847.]

Je n'ai fait entrer, dans ce tableau de l'activité législative du
gouvernement de 1830, que les lois adoptées, promulguées et mises en
vigueur pendant sa durée. Je n'ai voulu inscrire au compte définitif de
ce gouvernement que des faits accomplis et des résultats acquis. Je dois
cependant à sa mémoire quelque mention des travaux qu'il avait préparés
et livrés aux épreuves du régime constitutionnel dans les sessions
voisines de sa chute. L'instruction primaire et la situation des
instituteurs, l'instruction secondaire et la liberté d'enseignement,
l'enseignement du droit et celui de la pharmacie, l'exercice de la
médecine, la réforme des prisons et l'établissement du régime
pénitentiaire, les sociétés de secours mutuels, les caisses de retraite
pour la vieillesse, la réforme du système hypothécaire, la navigation
intérieure, le reboisement des montagnes, tous ces intérêts de l'ordre
moral, social, matériel, étaient l'objet de nombreux projets de loi
présentés aux Chambres, que leurs commissions étudiaient, et qu'elles
étaient près de discuter quand la révolution du 24 février renversa les
Chambres et la monarchie constitutionnelle elle-même. A ces témoignages
de l'activité législative je devrais joindre ceux de l'activité
administrative et les nombreuses mesures d'amélioration et de progrès
accomplies par ordonnances royales dans les services publics. Je n'en
citerai que deux, très-diverses quant à leur objet et à leur date, mais
empreintes, chacune à son tour, de l'une des deux idées qui ont
simultanément présidé au gouvernement de 1830. Le 27 août 1830, une
ordonnance du roi rendit au barreau français ses anciennes franchises en
reconnaissant à tout avocat inscrit au tableau le droit de concourir,
_par élection directe_, à la nomination des membres du conseil et du
bâtonnier de l'ordre, ainsi que le droit de plaider devant toutes les
cours et tous les tribunaux du royaume sans avoir besoin d'aucune
autorisation. Le 31 mai 1838, une ordonnance du roi régla le régime de
la comptabilité publique, d'une façon générale et destinée à maintenir
un ordre sévère dans cette branche de l'administration. Soit qu'il agît
de concert avec les Chambres ou par la Couronne seule, le Gouvernement
avait pour égale règle de conduite le soin de l'ordre et le respect de
la liberté.

Je passe de la législation politique et sociale, de 1830 à 1848, à
l'administration des finances durant la même époque, et j'en constate
pareillement les résultats en prenant pour point de comparaison, d'après
les comptes généraux et définitifs de cette administration, les deux
exercices de 1829 et de 1847, les derniers qui aient complétement
appartenu, le premier au gouvernement de la Restauration, le second au
gouvernement de 1830.


II

Administration des finances.

1° _Revenus ordinaires._

    En 1829, les revenus ordinaires ont
    été de                                 993,396,000 fr.

    En 1847, ils ont été de              1,342,809,354

    L'accroissement des revenus ordinaires
    de 1829 à 1847 a donc été de           349,413,354

    Savoir:

    1° Sur les contributions directes de    94,000,560 fr.

    2° Sur les contributions indirectes de 243,317,400

    3° Produits divers de toute nature.     12,095,394.


Aucun impôt nouveau n'a été créé durant cette époque. J'indiquerai tout
à l'heure les augmentations qu'ont reçues quelques-uns des impôts déjà
établis.

L'accroissement du revenu public est provenu:

--Sur les contributions directes: 1° de l'addition faite en 1832 au
principal de la contribution personnelle et mobilière et de la taxe des
portes et fenêtres, qui a ajouté environ 11 millions aux ressources de
l'État et 5 millions à celles des départements; 2° de l'application de
la loi des finances de 1835 qui soumit à l'impôt les bâtiments
nouvellement construits et en déchargea les bâtiments démolis; 3° du
développement des centimes additionnels départementaux.

--Sur les contributions indirectes, l'accroissement du produit a été
presque uniquement le résultat du progrès continu de l'aisance générale
et de la richesse nationale. Quelques élévations de tarifs ont influé,
dans une certaine mesure, sur la plus-value des produits de
l'enregistrement; mais cette plus-value a été beaucoup plus que
compensée par des dégrèvements considérables, savoir: 1° par une
réduction de 30 millions opérée en 1830 sur l'impôt des boissons; 2° par
une réduction de 12,792,000 fr. sur le revenu des douanes, réduction
amenée par les abaissements de tarifs de 1830 à 1836; 3° par une
réduction d'un million sur le produit des postes.

--Sur les produits divers de toute nature, l'accroissement de 12,095,000
fr. a eu lieu malgré la réduction de 18,000,000 amenée par l'abolition
de la loterie et des jeux, et malgré la suppression de la rétribution
universitaire qui avait produit, en 1844, 1,982,000 fr.

Ces réductions réunies, toutes opérées par les plus justes motifs, ont
imposé au Trésor un sacrifice annuel de 63,000,000.

Si donc le revenu public ordinaire avait été perçu en 1847 sur les mêmes
bases qu'en 1829, il aurait reçu un accroissement bien plus considérable
que celui qu'il a effectivement atteint et que je viens de rappeler.


2° _Dépenses ordinaires._


    En 1829, les dépenses ordinaires ont
    été de                            1,014,914,000 fr.

    En 1847, elles ont été de         1,452,226,564



    De 1829 à 1847 l'accroissement des
    dépenses ordinaires a donc été de   437,312,564 fr.


Les causes de cet accroissement ont été:

1° Les dépenses occasionnées par la conquête et l'occupation de
l'Algérie. Ces dépenses ont toujours été comprises dans les dépenses
ordinaires de l'État. De 1830 au 31 décembre 1847, elles se sont élevées
à plus d'un milliard. Dans les derniers exercices de 1830, elles
grevaient le budget annuel des dépenses ordinaires de plus de 100
millions.

2° Les armements, les approvisionnements militaires et l'extension des
cadres de l'armée nécessités par les circonstances politiques, d'abord
au début du gouvernement de 1830, ensuite en 1840; les inondations et la
crise de la cherté alimentaire en 1846 et 1847.

3° Le développement naturel et nécessaire, quoique modéré et lent, des
divers services publics. J'en consigne ici les détails les plus
importants.


_Ministère de la Justice et des Cultes._

    Le budget de la justice qui était en
    1829 de                                19,588,000 fr.

    s'est élevé en 1847 à                  27,457,724

Cette augmentation de 7,869,724 fr. est provenue: 1° de l'amélioration
des traitements de la magistrature, principalement dans les degrés
inférieurs; 2° de la suppression des vacations des juges de paix
remplacées par une addition à leur traitement fixe; 3° de
l'accroissement des frais de justice criminelle.

    Le budget des cultes était en 1829 de  35,481,000 fr.

    Il s'est élevé en 1847 à               39,367,395

La construction ou la restauration d'édifices diocésains, les
subventions accordées pour la construction ou la restauration d'édifices
paroissiaux, la création des succursales et des vicariats, l'érection
d'un certain nombre de cures inamovibles, les améliorations apportées
dans les traitements des desservants catholiques et des pasteurs
protestants, les traitements des ministres israélites et autres frais de
culte inscrits pour la première fois au budget sous le gouvernement de
1830, ont déterminé cette augmentation de 3,886,395 fr.

_Ministère de l'Instruction publique._


    Le budget de ce ministère était en
    1829 de                                  7,292,000 fr.

    Il s'est élevé en 1847 à                19,269,438


L'augmentation de 11,787,438 fr. a eu pour causes: 1° le rétablissement
de la cinquième classe de l'Institut (Académie des sciences morales et
politiques); 2° la création de nouvelles facultés dans les départements
et de nouvelles chaires dans les facultés existantes, au Collége de
France et au Muséum d'histoire naturelle; 3° le développement des écoles
de pharmacie rattachées pour la première fois au budget de l'instruction
publique; 4° le rétablissement de l'École normale supérieure; 5°
l'institution de quatorze nouveaux colléges royaux et l'augmentation des
encouragements accordés aux études et aux travaux scientifiques et
historiques; 6° enfin et surtout la grande extension du service de
l'instruction primaire organisée par la loi du 28 juin 1833. Je
n'insiste pas sur les résultats de cette loi; ils sont trop positivement
constatés et trop universellement reconnus pour qu'il me convienne de
m'y arrêter. Je ne signalerai qu'un fait. En 1832, avant la loi du 28
juin 1833, il y avait en France 42,092 écoles primaires, communales ou
privées, et dans ces écoles 1,935,624 élèves, garçons ou filles. Au 1er
janvier 1848, sous l'influence de la loi du 28 juin 1833, le nombre des
écoles primaires s'était élevé à 63,028, et celui des élèves à
3,530,135. Ainsi, dans l'espace de quatorze ans, l'instruction primaire
avait acquis 20,936 écoles et 1,594,511 élèves de plus.

_Ministère de l'Intérieur._

    Ce budget était en 1829 de             53,370,000 fr.

    Il s'est élevé en 1847 à              142,465,747

L'augmentation de 89,096,747 fr., dont il faut déduire 66,000,000 de
dépenses départementales, est due aux notables améliorations morales et
matérielles apportées dans le régime des prisons, au développement des
lignes télégraphiques, à la conservation des monuments historiques, aux
subventions allouées aux ponts à péage des chemins vicinaux, aux
nouvelles allocations accordées aux établissements de bienfaisance et
aux beaux-arts, aux dépenses de la garde nationale, etc., etc.

_Ministère de l'Agriculture et du Commerce._

    Ce budget était en 1829 de             10,177,000 fr.

    Il s'est élevé en 1847 à               14,015,000

Cette augmentation d'environ 4 millions a été appliquée aux
encouragements à l'agriculture, aux pêches maritimes, au Conservatoire
des arts et métiers, aux établissements thermaux et sanitaires, aux
secours pour inondations et au développement des haras.

_Ministère des Travaux publics._

    Ce budget était en 1829 de              33,397,000 fr.

    Il s'est élevé en 1847 à                69,474,765


Cette forte augmentation a eu pour cause les nombreux travaux publics
entrepris et exécutés sur le budget ordinaire de l'État, l'ouverture des
lacunes et les rectifications des routes royales, l'amélioration de la
navigation intérieure, la construction ou l'agrandissement des ports
maritimes, les réparations et les constructions de monuments publics et,
par une conséquence nécessaire, le développement des cadres du personnel
des ponts et chaussées et des mines.

Pour l'achèvement du seul port de Cherbourg, le gouvernement de 1830 a
dépensé, de 1830 à 1848, 49,123,695 fr., somme très-supérieure à celles
qu'ont dépensées pour ce grand travail les divers gouvernements qui y
ont concouru depuis son origine jusqu'à son achèvement (1783-1867).

_Ministère de la Guerre._

    Ce budget était en 1829 de           214,367,000 fr.

    Il s'est élevé en 1847 à             349,310,950

Les dépenses de l'Algérie figurent dans cette augmentation pour plus de
104 millions. Un accroissement d'effectif de 17 à 18,000 hommes sur
l'effectif de 1829, une amélioration de solde et d'entretien pour les
soldats et les grades inférieurs, l'extension des écoles régimentaires
et les changements dans la proportion des armes ont déterminé le surplus
de l'augmentation.

_Ministère de la Marine._

    Ce budget était en 1829 de             72,935,000 fr.

    Il s'est élevé en 1847 à              133,732,030

Les trois principales causes qui ont amené cette augmentation de 60
millions ont été: 1° la création de services qui n'existaient pas au
budget du département de la marine en 1829, tels que l'infanterie de
marine, la gendarmerie maritime et les gardes maritimes; 2° les
améliorations introduites, comme pour l'armée de terre, dans la
condition, la nourriture et la solde des officiers, sous-officiers,
soldats, matelots et ouvriers; 3° le développement de nos forces
navales, soit par les armements, soit par les travaux maritimes;
développement rendu nécessaire par la conquête de l'Algérie, par le
progrès du commerce extérieur, par nos nouveaux établissements
lointains, et par le rôle de plus en plus important que la marine est
appelée à jouer pour l'extension et la protection de l'activité et des
intérêts nationaux dans toutes les parties du monde.

Je résume, d'après ces faits et ces chiffres, les résultats de
l'administration des revenus et des dépenses ordinaires, de 1830 à 1848:

1° Aucune création d'impôts nouveaux. Nulle autre augmentation des
impôts existants en 1830 que l'addition de 16,000,000 au principal de la
contribution personnelle et mobilière et de la taxe des portes et
fenêtres, quelques élévations de tarifs dans les droits d'enregistrement
et les centimes additionnels votés par les conseils généraux.

2° Réduction de 63,000,000 d'impôts divers, savoir:

    30 millions sur l'impôt des boissons.
    12 millions sur les douanes.
    1  million sur les droits de poste.
    18 millions pour l'abolition de la loterie et des jeux.
    2  millions par l'abolition de la rétribution universitaire.

    Total 63 millions.

3° Malgré ces réductions de taxes diverses, l'augmentation progressive
des produits des contributions indirectes, augmentation amenée par la
seule puissance de la prospérité publique et du travail national, a
apporté dans les revenus ordinaires de l'État, de 1829 à 1847, un
accroissement d'environ 244 millions.

4° Ainsi, réduits d'une part et accrus de l'autre, les revenus
ordinaires ont suffi, de 1838 à 1848: 1° à l'acquittement de toutes les
dépenses ordinaires de l'État, y compris celles qu'ont entraînées la
conquête et l'occupation de l'Algérie et les armements extraordinaires
nécessités en 1830 et en 1840 par les circonstances politiques; 2° à de
nombreuses et importantes améliorations apportées dans tous les services
publics, de l'ordre moral comme de l'ordre matériel, de la guerre comme
de la paix, et au profit de toutes les classes de citoyens.

Ce résultat est incontestable aujourd'hui. Tous les comptes du
gouvernement de 1830 ont été l'objet de règlements législatifs, et le
déficit du dernier exercice (1847) n'a laissé, pour toute la durée de ce
gouvernement, qu'un découvert de 13,762,000 fr.

Je dois reconnaître que, dans les premières années de son existence,
pour subvenir aux frais inséparables de toute révolution, le
gouvernement de 1830 a eu recours à des ressources extraordinaires: il a
aliéné des bois de l'État; il a annulé des rentes rachetées par
l'amortissement, et il a fait appel au crédit jusqu'à concurrence de
290,000,000 fr. Mais, à partir de 1833, non-seulement ses ressources
ordinaires lui ont suffi; elles ont de plus fourni, aux travaux publics
extraordinaires qu'il a entrepris et accomplis, des voies et moyens
très-considérables. C'est le grand fait qui me reste à constater.


III

TRAVAUX PUBLICS.


Je persiste, pour ce résumé des travaux publics de 1830 à 1848, dans
l'ordre que j'ai adopté pour le résumé de l'administration générale des
finances. J'indique d'abord la somme et la nature des fonds qui ont été
affectés à cet emploi.

Ces fonds ont été puisés à des sources diverses:

1° Dans les ressources ordinaires des budgets. De 1830 à 1847, dans tous
les budgets ordinaires, des crédits ont été ouverts pour des travaux
publics extraordinaires. Ces crédits sont épars dans les budgets de
l'intérieur, des travaux publics, de la guerre et de la marine. Ils se
sont élevés à 328,135,000 fr.

2° Les réserves de l'amortissement, ou budget extraordinaire créé par la
loi du 17 mai 1837, ont été la seconde source ouverte à
l'accomplissement des travaux publics extraordinaires. Sous le
gouvernement de 1830, l'amortissement de la dette publique a constamment
fonctionné; mais les fonds que le crédit public avait portés et
soutenait au-dessus du pair, le 5, le 4 1/2 et le 4 p. % ne pouvaient
continuer à être amortis sans imposer au Trésor une perte considérable.
La dotation et les rentes rachetées appartenant à chacun de ces fonds
n'étaient donc plus employées en achats nouveaux, et constituaient un
fonds provisoirement disponible auquel on donna le nom de _réserves de
l'amortissement_. Ce fut ce fonds que la loi du 17 mai 1837 affecta aux
travaux publics extraordinaires. Il leur a fourni 225,624,000 fr. Il
faut remarquer que ces 225,624,000 fr. avaient été produits par les
revenus ordinaires de l'État, et ne peuvent être rangés parmi les
ressources extraordinaires.

3° Les emprunts soit en rentes, soit en dette flottante, ont été la
troisième des ressources affectées aux travaux publics extraordinaires.
J'en indique la date et le montant.

1° La loi du 27 juin 1833 autorisa l'émission de 5 millions de rentes 5
p. %, en prononçant l'annulation d'une même quantité de rentes sur
celles qui avaient été rachetées par l'amortissement. Cette émission a
produit 93,852,000 fr.

2° La loi du 25 juin 1841 autorisa une émission de rentes 3 p. %, qui
s'éleva à 12,810,245 fr. de rente et qui a produit 450,000,000 fr.

3° La loi du 11 juin 1842, qui établit le réseau général de nos chemins
de fer, ordonna que les dépenses des travaux qui devaient rester à la
charge de l'État seraient provisoirement supportées par la dette
flottante. Au 31 décembre 1847, les avances s'élevaient à 441,000,000 fr.

Le 10 novembre 1847, un emprunt en rentes 3 p. % (9,966,777 fr. de
rentes), autorisé par une loi du 11 août précédent, avec affectation aux
travaux publics extraordinaires, produisit 250,000,000 qui devaient
réduire d'autant le chiffre de la dette flottante. Cette somme ne
pourrait, sans un double emploi évident, être comprise parmi les
ressources extraordinaires créées pour les grands travaux publics. Sur
ces 250,000,000, une somme de 82,000,000 déjà versés se trouvait, le 24
février 1848, dans l'encaisse du Trésor, et les versements qui restaient
à effectuer (168,000,000) ont été reçus par le gouvernement de la
République.

Au moment de sa chute, le gouvernement de 1830 possédait, pour faire
face à sa dette flottante de 441,000,000 fr.:


     1° Les ressources provenant des travaux exécutés à l'aide de cette
     dette flottante, savoir les remboursements dûs:


    Par la compagnie du chemin de fer du Nord.         93,592,000 fr.

    Par la compagnie du chemin de fer de Lyon.         42,000,000 fr.

    Par la compagnie du chemin de fer de
    Tours à Nantes, environ.                            6,000,000 fr.

    Par diverses compagnies pour prêts.                56,268,000 fr.

    Pour le prix des terrains de l'ancien
    hôtel des affaires étrangères, environ.             7,000,000 fr.

                                            Total.    204,860,000 fr.


Les comptes successifs de l'administration des finances depuis 1848
constatent que ces ressources ont été réalisées.

2° A ces recouvrements qui devaient décharger d'autant la dette
flottante de 441 millions, il faut ajouter les réserves de
l'amortissement restées sans emploi, grâce à l'élévation constante du 5,
du 4 1/2 et du 4 p. % au-dessus du pair, réserves que la loi du 11 juin
1843 avait affectées à l'extinction des découverts du budget. Le 31
décembre 1847, ces réserves s'élevaient à 80 millions, et le découvert
du budget n'était plus alors, comme cela a été constaté, que de
13,762,000 fr. Les réserves de l'amortissement allaient donc devenir
disponibles, du moins en grande partie, et elles auraient pu être
affectées à la réduction de la dette flottante jusqu'à concurrence de
leur disponibilité.

Enfin, à la date du 31 décembre 1847, l'amortissement du 3 p. %, qui
n'avait pas été suspendu un seul jour, avait racheté 17,603,712 fr. de
rentes; et si on liquide à cette époque l'administration financière du
gouvernement de 1830, ces rentes rachetées avec ses revenus ordinaires
font incontestablement partie de son actif.


J'arrive à la conclusion qui découle de ces faits et de ces chiffres
scrupuleusement recueillis.

De 1830 à 1847, le gouvernement de cette époque a exécuté pour
1,538,000,000 de grands travaux publics. Pour accomplir cette oeuvre, il
n'a eu recours aux moyens de crédit, ou, en d'autres termes, il n'a
grevé l'avenir que jusqu'à concurrence de 984,000,000, même en y
comprenant les 441,000,000 de dette flottante, quoiqu'il ait laissé,
dans son actif, des ressources suffisantes pour les couvrir. Si donc,
dans les premières années de son existence, le gouvernement de 1830 a dû
recourir à des ressources extraordinaires pour payer une partie des
dépenses de son établissement, il a, pour ainsi dire, restitué ces
dépenses en payant sur ses ressources ordinaires une partie
(554,000,000) des grands travaux publics que les gouvernements ont
toujours payés avec des ressources extraordinaires.

Comment ont été employés les crédits que je viens d'indiquer? Quels
grands travaux publics extraordinaires ont été accomplis de 1830 à 1848?
C'est le dernier fait que je tiens à mettre en lumière.

Le gouvernement de 1830 a continué d'abord les oeuvres commencées par
ses prédécesseurs. Les nombreuses lacunes que présentaient les anciennes
routes royales ont été achevées. Les pentes qui les rendaient
dangereuses ou impraticables ont été rectifiées. Les canaux entrepris
par la Restauration ont été complétement exécutés, et les grands ports
maritimes encore inachevés énergiquement continués. D'anciennes et
célèbres cathédrales ont été restaurées. Les monuments entrepris par
l'ancienne monarchie ou par l'Empire, les églises de Sainte-Geneviève et
de la Madeleine, la Sainte-Chapelle, l'arc de triomphe de l'Étoile, le
Muséum d'histoire naturelle, l'École des beaux-arts, les palais
législatifs ou ont été terminés ou agrandis ou embellis. Les besoins
nouveaux ont reçu aussi leur satisfaction; une nouvelle école normale
supérieure a été offerte à l'enseignement public grandement et
libéralement développé. Les maisons centrales de détention ont été
appropriées à un meilleur régime pénitentiaire. Les hospices des aliénés
et des sourds-muets ont été mis en état de mieux répondre à leur
destination. De nouvelles routes ont été ouvertes pour pacifier et
enrichir les contrées qu'avait désolées la guerre civile. Les voies
navigables à l'intérieur du pays ont été perfectionnées. Deux grands
canaux, celui de la Marne au Rhin et le canal latéral à la Garonne, ont
été ouverts. Le réseau télégraphique a été étendu. Le matériel de la
guerre et de la marine a été complété et amélioré à grands frais. Paris
et Lyon ont été fortifiés.

Je trouve dans un écrit publié en 1848, peu de mois après la révolution
de février[250], par M. Lacave-Laplagne, mon collègue comme ministre des
finances de 1842 à 1847, un tableau des fonds affectés, sur les
ressources ordinaires et extraordinaires des budgets, aux travaux
publics extraordinaires, notamment à ceux que je viens de rappeler. Ce
tableau, dressé en 1848, a pu être complété par des renseignements plus
récents qu'il serait trop long d'expliquer ici. J'en tire cependant
quelques chiffres, qui donnent une idée approximativement juste de
l'importance des principaux travaux ainsi accomplis. De 1830 à 1847
inclusivement, il a été dépensé sur les ressources ordinaires des
budgets:

[Note 250: _Observations sur l'administration des finances pendant le
gouvernement de Juillet, et sur ses résultats_, par M. Lacave-Laplagne;
Paris, 1848. Cet ouvrage et quatre autres écrits publiés de 1848 à 1864,
savoir: 1° _Histoire financière du gouvernement de Juillet, _par M. L.
Vitet, 1848; 2° _De l'équilibre des budgets sous la monarchie de _1830,
par M. S. Dumon, ancien ministre des finances (1849); 3° _Le roi
Louis-Philippe; liste civile_: par M. le comte de Montalivet (1851); 4°
_Rien! Dix-huit années de gouvernement parlementaire, _par M. le comte
de Montalivet (1864); contiennent, sur l'administration politique et
financière du gouvernement de 1830 et sur ses résultats, des
renseignements aussi véridiques que circonstanciés.]


    Pour les canaux.                             35,773,000 fr.
    Pour les routes royales, ponts, etc.         14,708,000
    Pour les routes départementales.              3,996,000
    Pour les monuments publics de divers genres. 46,388,000


La somme totale des fonds affectés, sur les ressources ordinaires des
budgets, aux travaux publics extraordinaires, s'élève, selon ce tableau,
à 328,125,000 fr.;

Et ce chiffre est conforme à celui que j'ai déjà indiqué.

La somme totale des fonds appliqués, sur les ressources extraordinaires
portées dans des budgets spéciaux, à des emplois de même nature,
s'élève, selon le tableau de M. Lacave-Laplagne, à 1,136,280,000 fr.

Ce qui fait, en tout, pour les travaux publics extraordinaires exécutés
de 1830 à 1848, une somme totale de 1,461,415,000 fr.

Les renseignements plus complets que j'ai recueillis portent ce total,
comme je l'ai dit d'abord, à la somme de 1,538,000,000
fr.

Le plus considérable de ces travaux a été sans contredit l'établissement
des chemins de fer. Non-seulement c'est sous le gouvernement de 1830 que
cette grande oeuvre a pris son premier élan; c'est de lui qu'elle a reçu
la forte impulsion et les lois fondamentales qui ont présidé à ses
développements et déterminé son succès. De 1833 à 1847, je trouve, dans
le tableau chronologique des travaux législatifs de cette époque,
trente-cinq lois proposées, discutées et promulguées pour l'étude et
l'exécution des chemins de fer successivement entrepris dans toute
l'étendue de la France[251]. Et, à l'origine comme au terme de cette
législation, se placent deux grandes lois: l'une 9 _août_ 1847.--Loi sur
l'achèvement du chemin de fer de Paris à Valenciennes.

    [Note 251: En voici le tableau:

    27 _juin_ 1833.--Loi pour des études sur les chemins de fer.

    9 _juillet_ 1836.--Loi d'établissement du chemin de fer de Paris à
    Versailles.

    Chemin de fer de Montpellier à Cette.

    6 _mai_ 1838.--Chemin de fer de Strasbourg à Bâle.

    26 _juillet_ 1839.--Chemin de fer de Lille à Dunkerque.

    1er _août_ 1839.--Chemin de fer de Paris à Versailles.

    --de Paris à Orléans.

    --de Paris au Havre et à Dieppe.

    15 _juillet_ 1840.--Loi qui modifie quelques-unes des lois
    précédentes.

    13 _juin_ 1841.--Chemin de fer de Bordeaux à la Teste.

    11 _juin_ 1842.--Prolongement du chemin de fer de Paris à Rouen
    jusqu'au Havre.--Loi pour l'établissement d'un système général de
    chemins de fer en France.

    28 _juillet_ 1843.--Chemin de fer d'Avignon à Marseille.

    7 _juillet_ 1844.--Chemin de fer de Montpellier à Nîmes.

    26 _juillet_ 1844.--Chemin de fer de Paris à la frontière d'Espagne
    (entre Tours et Bordeaux).

    --De Paris à la Méditerranée par Lyon (entre Paris et Dijon, Châlons
    et Lyon).

    --De Paris sur l'Océan (par Tours et Nantes).

    26 _juillet_ 1844.--De Paris sur l'ouest de la France (par Chartres,
    Laval et Rennes).

    --De Paris sur l'Angleterre et la frontière de Belgique (par Calais,
    Dunkerque et Boulogne).

    --D'Orléans à Vierzon et de Vierzon à Bourges.

    --De Paris sur le centre de la France  (du 11 juin 1842) qui a
    posé les bases du réseau général des chemins de fer et qu'on a
    justement appelée leur charte; l'autre (du 15 juillet 1845) qui a
    réglé la police des chemins de fer et fondé ainsi le régime
    permanent de ce grand et nouveau système de communication. Cette
    dernière loi, présentée et soutenue par M. Dumon, alors ministre des
    travaux publics, n'a pas cessé d'être en vigueur.

    Au 31 décembre 1847, il y avait 2,059 kilomètres de chemins de fer
    en pleine exploitation, et 2,144 kilomètres de chemins de fer en
    construction.

    Châteauroux et Limoges, par Bourges sur Clermont.

    2 _août_ 1844.--De Paris sur la frontière d'Allemagne, par Nancy et
    Strasbourg.

    5 _août_ 1844.--De Paris à Sceaux.

    5 _juillet_ 1845.--De Lille à la frontière de Belgique.

    15 _juillet_ 1845.--Loi sur la police des chemins de fer.

    16 _juillet_ 1845.--Loi complémentaire sur le chemin de fer de Paris
    à Lyon et de Lyon à Avignon.

    19 _juillet_ 1845.--Loi complémentaire des chemins de fer de Tours à
    Nantes et de Paris à Strasbourg.--Embranchement sur Reims et
    Metz--sur Dieppe et Fécamp--de Rouen au Havre--d'Aix sur Marseille
    et Avignon.

    21 _juin_ 1846.--Chemin de fer de Dijon sur Mulhouse avec
    embranchements.

    --Développements du réseau de l'Ouest.

    --De Bordeaux à Cette.

    3 _juillet_ 1846.--D'Orléans à Vierzon et de Nîmes à Montpellier
    (loi complémentaire).]

--Loi sur des modifications aux conditions de concession du chemin de
fer de Paris à Lyon.

--Loi sur le classement du chemin de fer de Montereau à Troyes.

Je n'ajoute rien à ces faits. Ils contiennent une claire et concluante
réponse aux deux questions que j'ai posées en tête de ce résumé: «Quelle
influence a exercée, pendant sa durée, sur l'état et le sort de la
France, le gouvernement de 1830? Qu'est-il resté et que reste-t-il à la
France de l'influence et des oeuvres de ce gouvernement?» Évidemment
l'ordre politique et l'ordre civil, l'ordre moral et l'ordre matériel,
les droits de la liberté et ceux de la sécurité publique, les progrès de
la prospérité et du bien-être dans toutes les classes de la nation ont
été, pour le gouvernement de 1830, l'objet d'une constante préoccupation
et d'une honnête et efficace action. Il a compris sa mission et
poursuivi son but, sérieusement, simplement, sans charlatanerie, sans
fantaisie, et le bien de ses oeuvres a survécu au malheur de sa chute.
Il a eu les caractères essentiels et il atteignait de jour en jour les
résultats essentiels d'un gouvernement légal et libre. Ce fut son
travail. Ce sera son honneur.


FIN DU HUITIÈME ET DERNIER VOLUME.



                           TABLE DES MATIÈRES

                            DU TOME HUITIÈME.


CHAPITRE XLIV.

LE GOUVERNEMENT PARLEMENTAIRE.

(1840-1848.)

     Le gouvernement libre est le but et le besoin des sociétés
     modernes.--La responsabilité du pouvoir est le principe essentiel
     du gouvernement libre.--Le gouvernement libre peut et doit avoir,
     selon les lieux et les temps, des formes différentes.--Exemples:
     l'Angleterre et la France, les États-Unis d'Amérique et la
     Suisse.--Le gouvernement parlementaire est l'une des formes du
     gouvernement libre.--La formation des partis politiques est l'une
     des conditions du gouvernement parlementaire.--Accomplissement de
     ces conditions par le cabinet du 29 octobre 1840.--Son homogénéité
     et son unité.--Les changements survenus dans sa composition ne les
     altèrent point.--Rapports de ses membres entre eux.--Ses rapports
     avec les Chambres.--Formation et action du parti conservateur.--De
     la corruption électorale et parlementaire.--De l'opposition
     parlementaire.--Séance du 26 janvier 1844 à la Chambre des
     députés.--Rapports du cabinet et mes rapports personnels avec le
     roi Louis-Philippe.--De la maxime: «Le roi règne et ne gouverne
     pas.»--Caractères du gouvernement parlementaire pendant la durée du
     cabinet du 29 octobre 1840.

CHAPITRE XLV.

LES MARIAGES ESPAGNOLS.

(1842-1847.)

     Notre politique envers l'Espagne de 1833 à 1842 et ses deux
     principes.--Question du mariage de la reine Isabelle.--Notre
     politique dans cette question.--Mission de M. Pageot à Londres,
     Vienne et Berlin.--Idée du prince de Metternich.--Idée de la cour
     de Londres pour le prince Léopold de Coburg.--Mes communications
     avec le cabinet anglais à ce sujet.--Chute du régent
     Espartero.--Changement d'attitude du cabinet anglais.--M. Olozaga
     et la reine Isabelle.--M. Gonzalès Bravo.--M. Bresson, ambassadeur
     de France à Madrid.--Sir Henri Bulwer, ministre d'Angleterre à
     Madrid.--Retour de la reine Christine en Espagne.--Réforme de la
     constitution espagnole de 1837.--Le général Narvaez.--Situation des
     divers prétendants à la main de la reine Isabelle.--Mort de
     l'infante doña Carlotta.--Le comte de Trapani.--Conversation du roi
     Louis-Philippe avec le comte Appony.--Abdication de don
     Carlos.--Négociation pour le mariage de la reine Isabelle avec le
     comte de Trapani.--Nos relations à ce sujet avec le cabinet
     anglais.--Vrai sentiment de la reine Christine pour le mariage de
     ses deux filles.--Première idée du mariage du duc de Montpensier
     avec l'infante doña Fernanda.--Entretiens, au château d'Eu, avec
     lord Aberdeen à ce sujet.--Menées entre Madrid et Lisbonne en
     faveur du prince Léopold de Coburg.--Participation de sir Henri
     Bulwer.--Avertissement loyal de lord Aberdeen.--Mes instructions à
     M. Bresson.--Chute du général Narvaez.--Cabinet Miraflores.--Mon
     mémorandum du 27 février 1846.--Cabinet Isturiz.--Chute du cabinet
     de sir Robert Peel et de lord Aberdeen.--Avénement de lord
     Palmerston au _Foreign-Office_.--Sa dépêche du 19 juillet
     1846.--Mes instructions à M. Bresson.--Résolution de la reine
     Christine pour les deux mariages de ses filles.--Le duc de Cadix et
     le duc de Montpensier.--Négociation à ce sujet.--Conclusion des
     deux mariages.--Le duc de Montpensier et le duc d'Aumale en
     Espagne.--Opposition du cabinet anglais.--Son
     inefficacité.--Célébration des deux mariages.--Leurs conséquences.

CHAPITRE XLVI.

L'ITALIE ET LE PAPE PIE IX.

(1846-1848.)

     Pie IX en 1846 et en 1866.--Contraste entre ces deux
     époques.--Quelle est la part de Pie IX lui-même dans sa
     destinée?--Mes instructions à M. Rossi pour le conclave de
     1846.--Amnistie de Pie IX à son avénement--Le cardinal Gizzi,
     secrétaire d'État.--Pie IX réformateur.--Ses premières
     conversations avec M. Rossi.--Inexpérience et faiblesse politique
     de la cour de Rome.--La question romaine et la question
     italienne.--Le cardinal Ferretti, secrétaire d'État.--Occupation de
     Ferrare par les Autrichiens.--Réformes accomplies à Rome.--Le parti
     libéral romain modéré et laïque.--Sa bonne attitude en 1847 pour la
     fête anniversaire de l'amnistie.--Garde civique romaine.--Lettre
     que m'adresse M. J. Mazzini sur le parti modéré en Italie.--Dépêche
     du prince de Metternich sur le même sujet.--Complication des
     questions romaines et des questions italiennes.--Notre politique en
     Italie.--Lettre du prince de Joinville à cet égard.--Ma
     réponse.--Mes instructions à nos agents en Italie.--Installation de
     la _consulta_ d'État à Rome.--L'esprit réformateur, l'esprit
     national et l'esprit révolutionnaire en Italie.--Nos préparatifs
     pour une expédition destinée à protéger le pape, en janvier
     1848.--Chute du cabinet du 29 octobre 1840 et révolution du 24
     février 1848.--Crise radicale dans la situation de Pie
     IX.--Ministère et assassinat de M. Rossi.--Un abîme entre le pape
     réformateur et le pape révolutionnaire.--Quelle est la part des
     peuples dans l'insuccès des gouvernements?--Louis XVI et Pie
     IX.--Lettre de M. Rossi à moi après la révolution du 24 février
     1848.

CHAPITRE XLVII.

LA SUISSE ET LE SONDERBUND.

(1840-1848.)

     Sentiments du roi Louis-Philippe sur la Suisse.--Leur fondement
     historique.--Napoléon Ier et l'acte de médiation de 1803.--Le
     congrès de Vienne et le pacte fédéral de 1815.--Les révolutions
     cantonnales de 1830.--En 1832, la révision du pacte fédéral
     échoue.--Ma situation personnelle envers la Suisse.--Lutte des
     conservateurs et des radicaux suisses.--Abolition des couvents et
     confiscation de leurs biens dans le canton d'Argovie.--Appel des
     jésuites pour l'instruction publique dans le canton de
     Lucerne.--Première expédition des corps francs contre
     Lucerne.--Hésitation et inertie de la Diète helvétique.--Notre
     attitude diplomatique envers la Suisse.--Seconde expédition des
     corps francs contre le canton de Lucerne.--Installation des
     jésuites à Lucerne.--Révolutions radicales dans les cantons de Vaud
     et de Berne.--Assassinat de M. Jacob Leu, d'Ébersol.--Formation du
     Sonderbund, ligue des cantons catholiques.--M. de Boislecomte,
     ambassadeur de France en Suisse.--Ses conversations avec M.
     Ochsenbein, président de la Diète.--Révolution radicale dans le
     canton de Genève.--Nos relations avec les cours de Vienne, de
     Berlin et de Pétersbourg sur les affaires de Suisse.--Mon
     insistance pour que nous nous entendions aussi avec
     l'Angleterre.--Le duc de Broglie ambassadeur à Londres.--Ses
     conversations avec lord Palmerston.--Négociations sur un projet de
     note identique et de médiation à présenter par les cinq puissances
     à la Diète helvétique et au Sonderbund.--La guerre civile éclate en
     Suisse.--M. Peel chargé d'affaires d'Angleterre en Suisse.--Défaite
     du Sonderbund.--Présentation tardive de la note identique des cinq
     puissances.--Vues des cours de Vienne et de Berlin.--Le comte de
     Colloredo et le général Radowitz à Paris.--Notre attitude envers
     eux.--Résumé de nos vues et de nos actes envers la Suisse à cette
     époque.

CHAPITRE XLVIII.

LES RÉFORMES POLITIQUES ET LA CHUTE DU MINISTÈRE DU 29 OCTOBRE 1840.

(1840-1848.)

     Ma disposition personnelle en terminant ces _Mémoires_.--Pensée
     dominante et constante du ministère du 29 octobre 1840.--La
     prépondérance des classes moyennes; ses motifs et son
     caractère.--Le parti conservateur.--Le but des réformes électorale
     et parlementaire était de changer cette politique.--Diversité des
     éléments de l'opposition.--L'opposition monarchique et l'opposition
     républicaine.--Diversité des éléments de l'opposition
     monarchique;--de l'opposition républicaine.--De 1840 à 1847, la
     question des réformes reste dans l'arène parlementaire.--Divers
     débats à ce sujet.--La question passe dans le champ de l'agitation
     extérieure.--Les banquets de 1847.--Leur caractère.--Attitudes
     diverses de l'opposition monarchique et de l'opposition
     républicaine.--Ascendant croissant de l'opposition
     républicaine.--Attitude du gouvernement envers les banquets.--Ma
     conversation avec M. de Morny.--Ma conversation avec le roi
     Louis-Philippe.--Projet d'un nouveau banquet à Paris.--Ouverture de
     la session de 1848.--Discussion de l'adresse.--Résolution et
     langage du gouvernement sur la question des réformes.--L'opposition
     se décide à assister au nouveau banquet proposé.--Le gouvernement
     se décide à l'interdire.--Question de légalité élevée à ce
     sujet.--Compromis entre des représentants du cabinet et des
     représentants de l'opposition pour faire décider cette question par
     les tribunaux.--Luttes intérieures entre les divers éléments de
     l'opposition.--Les meneurs révolutionnaires de l'opposition
     républicaine ajoutent au banquet un plan de mouvement
     populaire.--Manifeste publié dans ce but.--Changement de scène.--Le
     gouvernement interdit le banquet.--L'opposition parlementaire y
     renonce et propose à la Chambre des députés l'accusation du
     ministère.--Journées des 21 et 22 février.--Le 23 février,
     manifestations réformistes dans une partie de la garde
     nationale.--Conversation du roi, d'abord avec M. Duchâtel, puis
     avec moi.--Chute du cabinet.--Je l'annonce à la Chambre.--Émotion
     de la majorité.--Rapports entre le roi et le cabinet.--Persistance
     des menées de l'opposition républicaine révolutionnaire.--Mesures
     de résistance préparées par le gouvernement.--Tragique incident,
     dans la soirée du 23 février, devant le ministère des affaires
     étrangères.--Ses effets.--Nomination du maréchal Bugeaud au
     commandement de la garde nationale et des troupes; dernier acte du
     ministère.--Ma dernière visite au roi Louis-Philippe.--Mon
     impression sur ses sentiments et ses dispositions intérieures dans
     cette crise.

CHAPITRE XLIX

RÉSUMÉ.

FIN DE LA TABLE DU TOME HUITIÈME ET DERNIER.



________________________________________
PARIS.--IMPRIMÉ CHEZ JULES BONAVENTURE.
55, QUAI DES GRANDS-AUGUSTINS.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires pour servir à l'Histoire de mon temps (Tome 8)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home