Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Le nouveau dictionnaire complet du jargon de l'argot - ou, Le langage des voleurs dévoilé
Author: Halbert, Arthur
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le nouveau dictionnaire complet du jargon de l'argot - ou, Le langage des voleurs dévoilé" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



[NOTES CONCERNANT LA TRANSCRIPTION:

On a restitué dans le dictionnaire un strict ordre alphabétique,
l'original s'en écartant à de nombreuses reprises sans logique
apparente.

On a conservé l'orthographe de l'original, en corrigeant cependant les
coquilles manifestes. L'accentuation incohérente des majuscules
(Ecu/Écu, Etre/Être, ...) est conforme à l'original.]



[Illustration]



                               LE NOUVEAU
                              DICTIONNAIRE
                                COMPLET
                          DU JARGON DE L'ARGOT
                                 OU LE
                      LANGAGE DES VOLEURS DÉVOILÉ

                               CONTENANT

           Tous les mots usités, reconnus et adoptés par eux avec
                 leurs explications et leurs définitions;

                                 SUIVI

          Des nouveaux genres de vols et escroqueries nouvellement
                           employés par eux,

             Et terminé par des Chansons en français et en argot.


                                PARIS.
                          LE BAILLY, LIBRAIRE,
                        27, quai des Augustins.



INTRODUCTION.

UTILITÉ DU DICTIONNAIRE D'ARGOT POUR LES HONNÊTES GENS.


L'histoire nous apprend qu'un roi de France ayant établi des foires à
Niort, Fontenay et autres villes du Poitou, les vieux merciers, jaloux
de la concurrence que leur faisaient de nouveaux marchands qui tenaient
leurs articles, formèrent entre eux une espèce de syndicat ou maîtrise
et arrêtèrent qu'à l'avenir ceux qui voudraient faire partie de leur
corporation, se feraient recevoir par les anciens, et prendraient les
noms de _marcelots_, _pêchons_ et _melotiers-hure_, puis ordonnèrent un
certain langage intelligible pour les membres seuls de l'association.

Les concurrents ainsi expulsés finirent par faire de mauvaises
spéculations, et ne laissèrent pas néanmoins de fréquenter les foires,
en s'adjoignant une grande quantité de bateleurs et de gens sans aveu;
ils composèrent pour eux un jargon mixte tenant de celui des merciers et
de l'idiome des Bohémiens, devinrent mendiants, et plus tard voleurs de
grand chemin; ils s'organisèrent ainsi: le chef prit le nom de
_Grand-Coesre_, qui nomma dans chaque province des lieutenants qui
prirent les noms suivants: _cagous, archi-suppôts de l'argot, les
narquois, les orphelins, les milliards, les marcandiers, les riffodés,
les capons, les malingreux, les polissons, les piètres, les callots, les
francs-mitoux, les sabouleux, les coquillards, les convertis, les
courtauds de boutanche_, tous sujets du Grand-Coesre ou roi de Thunes.

Depuis longtemps le royaume d'argot ou la grande Truanderie n'existe
plus, mais l'ignoble langue de cette corporation criminelle s'est
soutenue jusqu'à nos jours parmi les malfaiteurs.

Ce langage énergique parfois, sauvage et imaginé, est rempli de figures
pittoresques, qui respirent souvent le sang et le meurtre, et pourtant
on le parle à nos côtés, et nous ne le comprenons pas, il n'est pas
jusqu'aux enfants qui l'emploie; car nul ne saurait croire combien de
myriades de petits voleurs battent chaque jour le pavé de Paris; il
arrive souvent que la police en prend par plusieurs douzaines d'un seul
coup de filet, mais alors voici ce qui arrive, ou les petits larrons
sont réclamés par leurs parents auxquels le tribunal les rend après
avoir déclaré qu'ils ont agi sans discernement, ou ils sont envoyés pour
plusieurs années dans une maison de correction. Dans le premier cas, ils
parviennent promptement à s'affranchir de nouveau de la surveillance de
leurs parents, qui sont ordinairement des artisans dont tous les
instants sont consacrés au travail; dans le second, ils achèvent de se
perdre en prison où ils se trouvent en contact avec les plus corrompus.
L'on compte huit prisons à Paris, savoir: la Préfecture de police, la
Conciergerie, la Roquette, ou nouveau Bicêtre, la Force, les
Madelonnettes, Sainte-Pélagie, Clichy et Saint-Lazare pour les femmes;
la moyenne des détenus est de 10,000; sur ces 10,000, on peut compter:
2,000 voleurs habitués, assassins ou vagabonds; 3,000 enfants de 12 à 18
ans; 5,000 condamnés pour une première faute ou de simples délits.

Grâce à l'immoralité qui règne dans les prisons, sur 5,000 détenus pour
une première faute, on peut en compter 3,000 qui sont corrompus à
jamais...

Ces lieux affectés à la correction, sont donc de permanentes pépinières
d'_argotiers_.

Hommes vertueux! peut-être l'homme qui vous coudoie forme le dessein de
vous dévaliser. Sûr de n'être pas compris de vous, il parle librement à
vos côtés du sort qu'il vous réserve. Rien ne peut vous sauver, rien que
la connaissance de ce langage affreux qu'emploient entre eux les
voleurs, les assassins et les prostituées.

Rougiriez-vous de le connaître? Oui, je le conçois, vous rougiriez de
l'apprendre de la bouche de ceux qui s'en servent pour commettre ou pour
faciliter leurs méfaits, mais vous ne risquez rien de l'apprendre de
nous, dans la lecture de ce petit livre.

Il existe dans cet idiome de sang plusieurs mots qui en rendent un seul;
il arrive aussi quelquefois que le même mot, suivant la manière dont il
est placé, signifie telle ou telle chose. Quand nous rencontrerons de
tels mots, nous les présenterons avec divers membres de phrases, et nous
les analyserons.

Cet ouvrage sera le plus complet qui ait été publié jusqu'à ce jour. Il
s'attache à un intérêt d'utilité publique; en dévoilant le langage des
voleurs, il contribuera à détruire cette _franc-maçonnerie_ du vol qui
s'étend tous les jours; il mettra les propriétaires sur leurs gardes et
sera utile à tous. Quant au reproche que l'on nous fera sans doute
d'être les précepteurs des apprentis voleurs, nous n'aurons pas de peine
à en prouver l'injustice. Ce livre ne pourrait être mauvais que s'il
était clandestin. Publié à bon marché et publiquement, il révèle aux
honnêtes gens un langage qui est pour eux une menace perpétuelle, il les
met à même de prévenir le vol et de le dénommer. En cela l'auteur croit
avoir mis au jour une publication véritablement utile et morale. C'est
dans l'intérêt de la société qu'il a fait des études qui répugnaient à
son caractère: il sera assez récompensé s'il a l'espoir de faire quelque
bien.



DICTIONNAIRE ARGOT-FRANÇAIS.


  A LA CARRE.--Mettre de côté.
  A LA TARRE.--Voler des mouchoirs.
  ABATTOIR.--Cachot des condamnés.
  ABBAYE.--Four.
  ABBAYE DE MONTE-A-REGRET.--L'échafaud.
  ABBAYE RUSANTE.--Four chaud.
  ABLOQUIR.--Acheter.
  ABOUDIER.--Sasser.
  ABOULE.--Viens.
  ABOULER.--Venir.
  ABOULEZ.--Venez.
  ABOUR.--Sas ou tamis.
  ACCOERRER.--Accommoder, arranger.
  ACRIE OU ACRÉ.--Méfiance.
  AFFE (l').--La vie.
  AFFUR.--Profit.
  AFFURER.--Triompher, tromper.
  AFFUTER.--Gagner.
  AGATE.--Faïence.
  ALLER AU PRÉ.--Condamné au bagne.
  ALPAGA.--Habit.
  AMADOUAGE.--Mariage.
  AMADOUÉ.--Marié.
  AMADOUE.--Se grimer.
  AMBASSADEUR.--Cordonnier.
  AMBASSADEUR.--Entreteneur d'une fille.
  AMBIER.--Fuir.
  ANDOSSE.--Echine du dos.
  ANGLUCES.--Oies.
  ANGOULÊME (l').--La bouche.
  ANQUILLEUSE.--Femme qui porte un tablier pour cacher ce qu'elle vole.
  ANTIFE.--Marche.
  ANTILLES.--Testicules.
  ANTROLER.--Emporter.
  APIC.--Ail.
  APOLLOTTE.--Sain.
  APOTRES.--Doigts.
  APP (salon d').--Salon d'Apollon.
  AQUIGER.--Prendre.
  ARBALETE.--Croix.
  ARBIF.--En colère.
  ARCHI-SUPPOT.--Docteur.
  ARÇONNER.--Faire parler.
  ARDANTS (les).--Les yeux.
  ARGOT.--Bête.
  ARGOTÉ.--Qui se croit malin.
  ARNAQUE.--Agent de sûreté.
  ARNAU.--Mauvaise humeur.
  ARPIONS (les).--Les pieds.
  ARQUEPINCER.--Prendre, saisir.
  ARRACHER DU CHIENDENT.--Chercher pratique.
  ARTIE DE GRIMAUT.--Pain moisi.
  ARTIE DE GROS-GUILLAUME.--Pain bis.
  ARTIE DE MEULAN.--Pain blanc.
  ARTIE.--Pain.
  ASPIC.--Avare.
  ASTIC.--Epée.
  ATIGER.--Blesser.
  ATOUT (de l').--Du courage.
  ATTACHE.--Boucle.
  ATTACHES D'HUILE.--Boucles d'argent.
  ATTRIMER.--Prendre.
  AU BONJOUR.--Voler le matin pendant le sommeil.
  AU CLOU (être).--Etre détenu.
  AU PLAN.--En prison.
  AUTOR (d').--D'autorité.
  AVANT-COURRIER.--Mèche anglaise à percer.
  AVERGOTS.--OEufs.
  AVOCAT BÊCHEUR.--Procureur de la République.
  AVOIR UNE FIÈVRE CÉRÉBRALE.--Condamné ou menacé de mort.

  BABILLARD.--Livre.
  BABILLARDE.--Lettre, épître.
  BABILLAUDIER.--Libraire.
  BABILLER.--Lire.
  BACHASSE.--Galère.
  BACLER.--Fermer.
  BACON OU BACCON.--Porc.
  BAFFRER.--Manger.
  BAGOUL.--Nom.
  BAGOULER.--Nommer.
  BAIGNEUSE.--Tête.
  BAISER LA CAMARDE.--Mourir.
  BALAUDER.--Mendier.
  BALLADEUR.--Paresseux, flâneur.
  BALLE ÉLASTIQUE (faire).--Manquer de vivres.
  BALLE.--Une livre ou un franc.
  BALLUCHON.--Paquet.
  BANDRU.--Fil; Baudru.--Fouet.
  BANQUET.--Banquier.
  BANQUISTE.--Opérateur.
  BAQUET-INSOLENT.--Blanchisseuse.
  BAR-DE-TIR.--Un bas de chausse.
  BARBAUDIER DE CASTU.--Gardien d'hôpital.
  BARBAUDIER.--Portier.
  BARBILL OU BARBILLON.--Qui reçoit de l'argent d'une prostituée.
  BARBILLONS DE VARENNE.--Navets.
  BARBOTTER.--Fouiller.
  BASOURDI.--Abattu.
  BASOURDIR.--Abattre, frapper quelqu'un.
  BASTRINGUE.--Scie pour scier le fer.
  BATOUZE TOUTE BATTANTE.--Toile neuve.
  BATOUZE.--Toile.
  BATOUZIER.--Tisserand.
  BATTAGE.--Menée astucieuse.
  BATTAQUA.--Femme malpropre.
  BATTEUR.--Menteur.
  BATTRE COMPTOIS.--Faire le niais, l'imbécile.
  BATTRE L'ANTIFFE, BATTRE L'ESTRADE.--Marcher.
  BAUCHER.--Moquer.
  BAUDE.--Mal vénérien.
  BAUDROUILLER.--Filer.
  BAUGE.--Coffre.
  BAVARDE (la).--La bouche.
  BAZENNE.--Amadou.
  BECHEUR.--Moqueur.
  BEGUIN (avoir le).--Aimer quelqu'un.
  BELLAUDER.--Mendier.
  BÉQUILLE.--Potence.
  BÉQUILLER.--Manger.
  BÉQUILLEUR.--Bourreau.
  BERBUANTE.--Une bague.
  BERDOUILLE.--Ventre.
  BERLU.--Aveugle.
  BERTELO.--Vingt sous.
  BIARD.--Côté.
  BIDOCHE.--Viande.
  BIER.--Aller.
  BIGARD.--Trou.
  BIGARDÉE.--Percée.
  BIGE.--Ignorant.
  BIGOIS.--Imbécile.
  BIGORNE.--Langue de l'argot.
  BIGORNEAUX.--Sergents de ville.
  BILLE.--Argent.
  BILLEMON.--Billet.
  BINELLE.--Faillite.
  BINELLE-LOPHE.--Banqueroute.
  BINETTE.--Figure.
  BIRBASSE OU BIRBADE.--Vieille femme.
  BISSARD.--Pain bis.
  BIT.--Partie honteuse d'une femme.
  BLAVIN.--Mouchoir.
  BLOQUER.--Abandonner.
  BOGUE EN JONC.--Montre d'or.
  BOGUE EN PLATRE.--Montre d'argent.
  BOIS AU-DESSUS DE L'OEIL-JARD.--Savoir et entendre l'argot.
  BONDE.--Maladie de Naples.
  BONICARD.--Vieil homme.
  BONICARDE.--Vieille femme.
  BONIMENT.--Couleur, mensonge.
  BOUCHER.--Médecin.
  BOUCLÉ.--Enfermé.
  BOUDER AUX DOMINOS.--Avoir des dents de moins.
  BOUFFARDE.--Pipe.
  BOUFFARDER.--Fumer.
  BOUILLANTE.--Soupe.
  BOUIS (le).--Le fouet.
  BOUISER.--Fouetter.
  BOULANGER.--Le diable.
  BOULE DE SON.--Pain bis.
  BOULE.--Foire.
  BOULINER.--Voler.
  BOULINGUER.--Déchirer.
  BOULOTTER.--Manger.
  BOURDON.--Femme prostituée.
  BOURGEOIS.--Bourg.
  BOUTANGE.--Boutique.
  BRAILLARDE.--Caleçon.
  BRANQUE.--Ane.
  BRAS.--Grand.
  BRASSE.--Grande.
  BRASSET.--Gros.
  BRASSETTE.--Grosse.
  BREMES.--Cartes à jouer.
  BRENICLE.--Terme négatif.
  BRICARD.--Escalier.
  BRICMON.--Briquet de fantassin.
  BRICULE.--Officier de paix.
  BRIDE.--Chaîne de montre.
  BRIDER.--Fermer.
  BRIGANTE.--Perruque.
  BRIGEANTS.--Cheveux.
  BRIQMANN.--Sabre de cavalerie.
  BROQUANTE.--Chose de peu de valeur.
  BROQUE.--Un liard.
  BROQUILLE.--Bague.
  BROUÉE.--Des coups.
  BRULÉ.--Déjoué.
  BRULER LE PÉGRIOT.--Faire disparaître la trace d'un vol.
  BRUTUS.--Bretagne.
  BUSTINGUE.--Hôtel où couchent les bateleurs.
  BUTE (la).--La guillotine.
  BUTER.--Tuer.
  BUTRE.--Plat.

  CABOCHE.--Tête.
  CABRER.--Se fâcher.
  CACHEMIRE D'OSIER.--Hotte de chiffonnier.
  CACHEMITTE.--Cachot.
  CADET.--Outil pour forcer les portes.
  CAGETON.--Hanneton.
  CAGOU.--Voleur solitaire.
  CALABRE.--Teigne.
  CALAIN.--Vigneron.
  CALLOTS.--Taigneux.
  CALOQUET.--Chapeau.
  CALOTTE.--Teigneuse.
  CALVIGNE.--Vigne.
  CALVIN.--Raisin.
  CAMBRIEUX.--Chapeau.
  CAMBRIOLE.--Chambre.
  CAMBROUSIER.--Homme de province.
  CAMBROUSIÈRE.--Femme de province.
  CAMBROUX.--Domestique mâle.
  CAMBUSE.--Maison.
  CAMELOTTE EN POGNE.--Le vol dans la main.
  CAMELOTTER.--Marchander, ou vendre.
  CAMOUFFLER.--Déguisement.
  CAMOUFLE.--Chandelle.--LA CAMOUFLE S'EXBIGNE.--La chandelle s'éteint.
  CAMPLOUSE.--Campagne.
  CAMUSE.--Carpe.
  CANARD.--Nouvelle mensongère.
  CANNE (la).--Surveillance de la haute police.
  CANTON.--Prison.
  CANTONNIER.--Prisonnier.
  CAPE.--Ecriture.
  CAPINE.--Ecritoire.
  CAPIR.--Ecrire.
  CAPOUS.--Les écrivains des autres.
  CARABINE.--Grisette d'étudiant.
  CARANT.--Planche.
  CARANTE.--Table.
  CARBELUCHE GALICÉ.--Chapeau de soie.
  CARGE.--Balle.
  CARME.--Miche.
  CARNE.--Charogne, mauvaise viande.
  CAROUBLE.--Fausse clef.
  CARRER (se).--Se cacher.
  CARROUBLEUR A LA FLANC.--Voleur à l'aventure.
  CARROUBLEUR REFILÉ.--Voleur à fausse clef.
  CARTAUD.--Imprimerie.
  CARTAUDÉ.--Imprimé.
  CARTAUDER.--Imprimer.
  CARTAUDIER.--Imprimeur.
  CARUCHE.--Prison.
  CASQUER.--Croire un mensonge.
  CASSANT.--Noyer.
  CASSANTES.--Noix, noisettes.
  CASSER LA HANE.--Couper la bourse.
  CASSEROLES.--Mouchard.
  CASSEUR DE PORTES.--Voleur avec effraction.
  CASTE DE CHARRUE.--Un quart d'écu.
  CASTION.--Chapon.
  CASTROZ.--Chapon du Mans.
  CASTU.--Hôpital.
  CAVALER (se).--S'enfuir.
  CAVÉE.--Eglise.
  CHANTAGE (banque de), où l'on escompte la diffamation.
  CHANTÉ.--Dénoncé.
  CHANTEUR.--Voleur spéculant sur la bienfaisance.
  CHARLOT.--Le bourreau.
  CHARMANT.--Galeux.
  CHARMANTE.--Gale.
  CHARMANTE.--Galeuse.
  CHARRIEUR CAMBROUSIER.--Voleur à l'aide du charlatanisme.
  CHARRIEUR DE VILLE.--Voleur par les procédés chimiques.
  CHAS D'OCCAS.--Loucher.
  CHASSE-NOBLE.--Chasse-coquin, gendarme, chasses-yeux.
  CHASSUE.--Aiguille.
  CHASSURE.--Urine.
  CHENATRE, CHENU.--Bon, beau.
  CHENUMENT.--Fort bien.
  CHICAN.--Marteau.
  CHICARD.--Pas mal.
  CHICARDOT.--Poli.
  CHIEN.--Secrétaire.
  CHIFFARDE.--Assignation.
  CHIFFARDE.--Pipe.
  CHIFFON ROUGE.--La langue.
  CHIFORNION.--Foulard.
  CHIQUE.--Bon ton.
  CHIQUER.--Battre.
  CHOLETTE.--Chopine.
  CHOPIN.--Objet volé.
  CHOPPE (être).--Etre pris.
  CHOUETTE (être).--Etre pris.
  CHOUETTE.--Beau, remarquable.
  CHOURINEUR.--Tueur de chevaux.
  CIVADE.--Avoine.
  CIVARD.--Herbage.
  CIVE.--Herbe.
  CLAQUER.--Manger.
  CLAVIGNER.--Vendanger.
  CLAVIN.--Clou.
  CLAVINE.--Vigne.
  CLAVINEUR.--Vendangeur.
  CLAVINIER.--Vignoble.
  CLAVINS (des).--Raisins.
  COESRE.--Roi de l'argot.
  COFFIER.--Tuer.
  COGNE.--Gendarme.
  COIRE.--Ferme ou métairie.
  COLAS.--Le cou.
  COLTINER.--Porter un fardeau.
  COMBERGE.--Confesse.
  COMBERGEANTE.--Confession.
  COMBERGO.--Confessionnal.
  COMBRE.--Un chapeau.
  COMBRIE.--Pièce d'un franc.
  COMMODE.--Cheminée.
  COMTE DE CARUCHE.--Porte-clefs.
  COMTE DU CANTON.--Un geôlier.
  CONE (la).--La mort.
  CONNASSE.--Femme honnête.
  CONOMBRER.--Connaître.
  COQUER.--Embrasser.
  COQUILLARD.--Pélerin.
  COQUIN.--Dénonciateur qui vend à la police. On dit aussi _coqueur_.
  CORBUCHE.--Ulcère.
  CORBUCHE-LOPHE.--Ulcère faux.
  CORNAUT.--Boeuf.
  CORNAUTE.--Vache.
  CORNER.--Puer.
  CORNET D'ÉPICES.--Pères capucins.
  CORNIÈRE.--Etable.
  COSNE.--Auberge.
  COSTE.--La mort.
  COTON.--Dommage.
  COUCE DE CASTU.--Garçon de propreté d'un hospice.
  COUDE.--Permission.
  COULANT.--Lait.
  COULEURS (monter des).--Mentir.
  COULIANTE.--Laitue.
  COUP DE SIFFLET (un).--Un couteau.
  COUPE.--Dans la misère.
  COUPLARD.--Couteau.
  COUPS DE CASSEROLES.--Dénoncer ses camarades.
  COUPS DE FOURCHETTES.--Vol à l'aide de deux doigts.
  COUPS DE MANCHE.--Mendiant qui porte des réclames.
  COUPS DE VAGUE.--Vol improvisé.
  COURBE DE MORNE.--Épaule de mouton.
  COURBE.--Epaule.
  COUSTEAUX.--Couteau.
  CRAQUELIN.--Menteur.
  CRESPINIERE.--Beaucoup.
  CRES.--Vite.
  CREUSE.--Gorge.
  CRIBLER A LA GRIVE.--Crier, avertir de prendre garde.
  CRIBLEUR.--Crieur.
  CRIC-CROC.--A ta santé.
  CRIE, CRIOLLE.--De la viande.
  CRIER AU VINAIGRE.--Crier après quelqu'un.
  CROCHER.--Sonner.
  CROCS (les).--Dents.
  CROISANT.--Gilet.
  CROME.--Crédit.
  CRONÉ, ÉE.--Ecuelle, Ecuellée.
  CROTTES D'ERMITES.--Poires cuites.
  CRUCIFIX A RESSORT.--Pistolets.
  CUISINIER.--Avocat.
  CULBUTE.--Culotte.
  CUOUARD.--Membre viril.
  CURIEUX (grand).--Grand juge, président.
  CURIEUX.--Juge.

  DABE.--Père, maître.
  DABIN.--Tambour.
  DABUCAL.--Royal.
  DABUCHE.--Mère, maîtresse.
  DABUCHETTE.--Jeune mère ou belle-mère.
  DAIMS HUPPÉS.--Gens riches.
  DANDILLER.--Sonner.
  DANDILLON.--Cloche.
  DANDINER.--Balancer.
  DANS LE TROU.--En prison.
  DARDANT.--L'amour.
  DARON.--Maître, père.
  DARONNE.--Maîtresse, mère.
  DAUSSIÈRE.--Femme publique.
  DAVONE.--Prune.
  DÉBACLER.--Ouvrir.
  DÉBOUCLER.--Ouvrir.
  DÉBRIDER LA LOURDE.--Ouvrir la porte.
  DECHASSE.--Yeux.
  DÈCHE.--Perte, misère.
  DÉFALQUER.--Ch.... DÉPONNER. Id.
  DÉFARDEUR.--Voleur.
  DÉFARGUÉ.--Déchargé.
  DÉFLOUER LA PICOUSE.--Voler chez un blanchisseur le linge étendu.
  DÉFOURAILLER.--Courir.
  DÉFRUSQUINÉ.--Déshabillé.
  DÉMURGER.--S'en aller.
  DÉPLANQUER.--Déterrer.
  DÉPOUSSER.--Faire ses nécessités.
  DÉRONDINER.--Payer.
  DÉSARGOTER.--Faire le malin.
  DÉSARRER.--S'enfuir.
  DÉSATILLER.--Châtrer.
  DÉSOLER UN SAINT.--Jeter quelqu'un à l'eau.
  DÉSOLER.--Jeter.
  DESSOUS.--Amant supplémentaire.
  DESSUS.--Amant en titre.
  DESTUC.--De moitié.
  DÉTACHER LE BOUCHON.--Couper la bourse.
  DÉTOSSE (être de la).--Etre ruiné.
  DETTE (payer une).--Etre en prison.
  DÉVIDER LE JARS.--Parler argot.
  DIAMANTS.--Pavés.
  DOMINOS.--Dents.
  DONNER DU VAGUE.--Chercher pratique.
  DONNER UN PONT A FAUCHER.--Tendre un piége.
  DOUBLAGE.--Larcin, larronnage.
  DOUBLÉ.--Volé.
  DOUBLETTE.--Escroc.
  DOUBLEUR.--Voleur.
  DOUBLEUSE.--Voleuse.
  DOUBLEUX DE SORGUE.--Larron de nuit.
  DOUILLES.--Cheveux.
  DOUSSE.--Fièvre, attouchement personnel.
  DOUSSIN.--Plomb.
  DOUSSINÉ, ÉE.--Plombé, plombée.
  DRAGUE.--Chirurgien, drille.
  DROGUER.--Demander.
  DURAILLES D'ORPHELINS.--Pierreries.
  DURE.--Pierre en terre.

  EAU-DAFFE.--Eau-de-vie.
  ÉCORNAGE.--Bris de vitre pour voler.
  EFFAROUCHER.--Voler.
  ÉGRAILLER OU ÉRAILLER L'ORNIE.--Prendre la poule.
  EMBALLÉ (être).--Être arrêté.
  EMBALLUCHONNER.--Envelopper, mettre en paquet.
  EMBARRAS.--Drap de lit.
  EMBAUDER.--Prendre de force.
  EMPAVE.--Drap du lit, carrefour.
  ENCENSOIR.--Fressure.
  ENDROGUER.--Chercher à faire fortune.
  ENFLAQUÉ.--Perdu, fini.
  ENFLAQUER.--Se perdre.
  ENGRAILLER.--Attraper.
  ENLEVER (s').--Mourir de faim.
  ENRHUMER.--Ennuyer.
  ENTAILLER.--Tuer avec une arme tranchante.
  ENTERNER OU ENTRAVER.--Comprendre l'argot.
  ENTIFFE, ENTONNE.--Eglise.
  ENTONNE.--Chapelle.
  ENTROLLER.--Emporter.
  ÉPATTER.--Étonner.
  ÉPOUSER LA FAUCANDIÈRE.--C'est quand les filous jettent ce qu'ils ont
    dérobé, de peur d'être pris.
  ÉPOUSER LA VEUVE.--Être pendu.
  ÉRAILLER.--Tuer.
  ESBIGNER (s').--S'enfuir, s'en aller.
  ESBROUFFÉ (PESCILLER D').--Prendre de force.
  ESBROUFFER.--Effaroucher.
  ESCANER.--Oter.
  ESCARCHER.--Regarder.
  ESCARPE.--Assassin.
  ESCARPER A LA CAPAHUT.--Tuer son complice pour lui voler sa part.
  ESCARPIN EN CUIR DE BROUETTE.--Sabot.
  ESCAVER.--Empêcher.
  ESCLOT.--Sabot.
  ESCOUTE.--Oreille.
  ESGANACER.--Rire.
  ESGAUR.--Perdu.
  ESPADRILLE.--Soulier.
  ESPIGNER (s').--Se sauver.
  ESTAFON.--Chapon.
  ESTIO.--Esprit.
  ESTUQUER.--Attraper un coup.
  ÊTRE DE LA FÊTE.--Être bien mis.

  FADER ENSEMBLE.--Partager.
  FAFFES (des).--Des papiers.
  FAFIO-DE-SEC.--Vrai certificat.
  FAFIO-LOPHE.--Faux certificat.
  FAGOT.--Forçat.
  FAIRE FLOTTER.--Noyer.
  FAIRE LA TORTUE.--Jeûner.
  FAIRE UN MICHE.--Attraper un simple.
  FAIRE UNE TÊTE DANS LA FILASSE.--Aller se coucher.
  FAISEUR.--Commerçant.
  FANAUDEL.--Camarade.
  FARAUD.--Monsieur.
  FARAUDE.--Madame ou mademoiselle.
  FARCHER DANS LE POINT.--Tomber dans un piége.
  FARGUE (être).--Etre muni.
  FARGUER.--Rougir.
  FAUCHANTS.--Ciseaux.
  FAUCHÉ (être).--Être mis à mort.
  FAUCHEUR.--Bourreau.
  FAUFFE.--Tabatière.
  FAUSSANTE (une).--Un faux nom.
  FAUVE.--Tabatière.
  FÉE.--Amour, maîtresse.
  FÉESANT.--Amoureux.
  FÉESANTE.--Amoureuse.
  FELOUSE.--Poche.
  FERLAMPIER.--Bandit.
  FERTANGE.--Paille.
  FICHER LA COLLE GOURDEMENT.--Être bon trucheur en perfection.
  FICHER LA COLLE.--Mentir adroitement.
  FICHER OU DEFICHER.--Bailler.
  FILER.--Suivre un individu.
  FILOCHE.--Bourse.
  FIOLE.--Figure. On dit aussi _fertille_.
  FLACHE.--Plaisanterie.
  FLAMBARDE.--Chandelle.
  FLAMBER (un).--Un poignard.
  FLANDRIN.--Paresseux.
  FLANQUER.--Mettre.
  FLATAR.--Fiacre.
  FLEUR DE MARIE.--Vierge.
  FLEURANT.--Bouquet.
  FLOPPÉE (une).--Une volée.
  FLOU (le). FLOUTIERE.--Rien.
  FLOUANT.--Jeu.
  FLOUER.--Jouer.
  FLOUEUR.--Escroc au jeu.
  FONCER, FOUQUER.--Donner.
  FONDANT.--Du beurre.
  FONDANTE.--Une beurrée.
  FORÊT-MONT-RUBIN.--Un cloaque de ville.
  FORTIN.--Poivre.
  FORTINIÈRE.--Poivrière.
  FOUGUE, FOURGAT.--Recéleur.
  FOUILLOUSE.--Poche.
  FOURCHETTE.--Doigts de la main.
  FOURGAINE.--Canne en jonc.
  FOURGASSE.--Recéleuse.
  FOURLINE.--Filou, fouille-poche.
  FOURLINEUR.--Homme qui vole dans les foules.
  FOURLOUREUR.--Assassin.
  FRALIN OU FRANGIN.--Frère.
  FRANC.--Bas.
  FRANC-MIJOU OU MITOU.--Faux malade.
  FRANCHE.--Basse.
  FRANCHIR.--Baiser.
  FRANCILLON.--Français.
  FRANGINE.--Soeur.
  FRÉMILLANTE.--Assemblée.
  FREMION.--Violon.
  FRÉTILLANTE.--Danse.
  FRÉTILLE.--Paille.
  FRIMAGE.--Passer devant les autorités.
  FRIMOUSE.--Physionomie.
  FROISSEUX.--Calomniateur.
  FROLANT.--Traître.
  FROLER SUR LA BALLE.--Médire de quelqu'un.
  FROLER.--Médire.
  FROTIN.--Billard.
  FRUSQUES.--Habillements.
  FRUSQUIN.--Coquetterie.
  FRUSQUINER.--Habiller.

  GAFFRE.--Gardien de prison.
  GAGE.--Cheval.
  GALIENNE OU GALIÈRE.--Cavale.
  GALIER.--Cheval.
  GALOCHE.--Menton.
  GALOUSER.--Chanter.
  GALTRON.--Poulain.
  GAME.--Rage.
  GANCE.--Clique.
  GARDE-PROYE.--Garde-robe.
  GARGOINE (la).--Le museau, la bouche.
  GAUDIFFE OU GAUDILLE.--Epée.
  GAULE.--Cidre.
  GAUX.--Epoux.
  GAZOUILLER.--Parler.
  GEORGET.--Gilet.
  GERBER.--Condamner.
  GERNAFLE.--Ferme.
  GI.--Oui.
  GILBOCQUE.--Billard.
  GIROLE.--Soit.
  GIRONDE.--Fille perdue, jolie, terme de mépris énergique.
  GITRE.--J'ai.
  GLACE.--Verre à boire. On dit aussi _glaci_.
  GLACIÈRE-PENDUE.--Réverbère.
  GLIER, BOULANGER OU GLINET.--Diable.
  GLOCHETTE.--Poche.
  GOBE-MOUCHE.--Espion.
  GOBETTE (un).--Un verre de vin de prison.
  GOBILLEUR.--Juge d'instruction.
  GOGUENEAU.--Pot de nuit.
  GOINFRE.--Chantre.
  GONZE.--Homme.
  GOSSELIN, INE.--Jeune garçon, jeune fille.
  GOTEUR.--Paillard.
  GOUALANTES.--Chansons.
  GOUALER.--Chanter.
  GOUALEUR.--Chanteur.
  GOUALEUSE.--Chanteuse.
  GOULU.--Puits.
  GOUPINE.--Mise étrange.
  GOUPLINE.--Une pinte.
  GOUR PLEIN DE PIVOIS.--Un pot de vin.
  GOURDEMENT.--Beaucoup.
  GOURÉ, ÉE.--Trompé, trompée.
  GOURER.--Tromper.
  GOUREUR, EUSE.--Trompeur, trompeuse.
  GOURPLINE.--Plainte.
  GRAIN.--Ecu.
  GRAISSER.--Gratter.
  GRAND-BONNET.--Évêque.
  GRAND-MECQUE.--Président.
  GRANDE BOUTIQUE (la).--La préfecture.
  GRATOU.--Rasoir.
  GRATOUSE.--Dentelle.
  GRATTE-COUENNE.--Perruquier.
  GRATTER.--Raser.
  GREFFER.--Manquer de nourriture.
  GREFFIER.--Chat.
  GREFFIR.--Dérober finement.
  GRÊLE (de la).--Du tapage.
  GRENASSE.--Grange.
  GRENU.--Blé.
  GRENUCHE.--Avoine.
  GRENUE.--Farine.
  GRESSIER.--Synonyme de greffier.
  GRIFFLEUR.--Brigadier de prison.
  GRIFFONNER.--Jurer.
  GRIFFONNEUR.--Jureur.
  GRIME.--Arrêté, ou qui a la figure noircie.
  GRINCHE.--Voleur, escroc.
  GRINCHER.--Voler.
  GRIS (le).--Le vent, le froid.
  GRISPIN.--Meunier.
  GRIVE.--La garde, la guerre.
  GRIVIER.--Soldat.
  GUENAUD.--Sorcier.
  GUENAUDE.--Sorcière.
  GUEULARD, DE.--Bissac, poche.
  GUIBONS DE SATOU.--Jambes de bois.
  GUIBONS OU GUIBES.--Jambes.
  GUINCHE.--Barrière.
  GY, GIROLLE.--Oui.

  HABIN ENGAMÉ.--Chien enragé.
  HABIN OU HAPPIN.--Chien.
  HABINE.--Chienne.
  HABINÉ.--Mordu.
  HABINER.--Mordre.
  HALOT.--Soufflet.
  HALOTER.--Souffler.
  HALOTEUR.--Souffleur.
  HALOTIER.--Souffleter.
  HAPPER LE TAILLIS.--S'enfuir habilement.
  HARICOT VERT.--Mauvais voleur.
  HARPIONS (les).--Les mains.
  HAUT-DE-TIRE.--Haut-de-chausse.
  HAUT-TEMPS.--Grenier.
  HAVRE OU GRAND-HAVRE.--Dieu.
  HENNE OU BOUCHON.--Bourse.
  HERPLIS.--Liard.
  HOMICIDE.--Hiver.
  HONNETE.--Printemps.
  HUBINS.--Ceux qui se disent mordus de chiens enragés.
  HUILE.--De l'argent.
  HUITRES DE VARENNES.--Fèves.
  HURE.--Riche.
  HUS-MUST.--Grand-merci.

  ICIGO.--Ici.
  IL Y A DU PÉ.--Il a du danger.
  IMPOT.--Automne.
  IRE-TU PICTE CE LUISANT?--As-tu bu aujourd'hui?
  ITRER.--Avoir

  JAFFIER.--Jardin.
  JAFFIN.--Jardinier.
  JALO.--Chaudronnier.
  JARDINER.--Se moquer, ricaner.
  JARS.--Argot.
  JASANTE.--Prière.
  JASER.--Prier.
  JASPIN.--Oui.
  JASPINER.--Parler, raconter.
  JAUNE.--Eté.
  JAVARD.--Lin.
  JERGOLE.--Normand.
  JERGOLIER.--Normandie.
  JÉSUS.--Grand jeune homme payé pour satisfaire aux passions d'un
    vieillard.
  JETTARD.--Cachot.
  JIROBLE.--Joli ou jolie.
  JONC.--Or.
  JONCHÉ.--Doré.
  JONCHÉE.--Dorée.
  JONCHER.--Dorer.
  JOUSTE OU JUXTE.--Près, contre, proche.

  LA MINE.--Le Mans.
  LA MORPHE.--Onguent.
  LA POUSSE.--La gendarmerie.
  LA ROUSSE EN PLANQUE.--La police vient.
  LAFFE.--La vie.
  LAGOUT.--Eau à boire.
  LAMPION.--Sergent de Ville.
  LANCEQUINER (il va).--Il va pleuvoir.
  LANCER.--Pisser.
  LANDIER.--Blanc.
  L'ANGE OU LANCE.--L'eau.
  LANGUINER.--Pleuvoir.
  LANTERNE OU VANTERNE.--Fenêtre.
  LARQUE OU LARGUE.--Catin.
  L'ARTIF.--Ration de pain.
  LARTON BRUTAL.--Pain bis.
  LARTON SAVONNÉ.--Pain blanc.
  L'ATTIFFE.--Linge blanc.
  LAUMI.--Perdu.
  LAUMIE.--Perdue.
  LAUMIR.--Perdre.
  LAVER.--Vendre.
  LERMOND.--Etain.
  LERMONÉ.--Etamé.
  LERMONÉE.--Etamée.
  LESCAILLER.--Pisser de l'eau.
  L'ESTOME.--L'estomac.
  LEURRÉ.--Trompé.
  LIME OU LIMACE.--Chemise.
  LINGRE.--Couteau.
  LONGE OU LONGUE.--Année.
  LOUCHE.--Cuiller.
  LOUCHÉE.--Cuillerée.
  LOUGÉ.--Agé.
  LOURDE.--Porte.
  LOURDEAU.--Portier.
  LOUSTEAU.--Domicile, diable.
  LUISANT.--Le jour.
  LUISANTE.--La nuit, la fenêtre.
  LUISARD, DE.--Le soleil, la lune.
  LUQUES.--Faux certificats.
  LUQUET.--Faux papiers, images.
  LUSQUIN.--Charbon.
  LUSQUINES.--Cendres.
  LUSTRÉ, ÉE.--Jugé, jugée.
  LUSTRE.--Juge.
  LUSTRER.--Juger.

  MACARONNER.--Agir en traître.
  MALINGREUX.--Ceux qui ont de fausses plaies.
  MALTAIRE.--Louis d'or.
  MANDOLET.--Pistolet.
  MANEZINGUE.--Marchand de vin. On dit aussi _mastroquet_.
  MANGER SUR L'ORGUE.--Dénoncer ses pratiques ou complices.
  MANILLE.--Anneau des forçats.
  MANNEQUIN DU TRIMBALLEUR DES REFROIDIS.--Corbillard.
  MANQUILLER.--Faire.
  MAQUI (mettre du).--Se mettre du rouge.
  MAQUILLER LES BRÊMES.--Tromper aux cartes.
  MAQUILLER.--Chicaner, travailler, battre.
  MARCANDIER.--Marchand.
  MARLOUSIER.--Maq...., souteneur de fille de joie.
  MARMITE DE CUIVRE.--Prostituée qui rapporte beaucoup.
  MARMITE DE FER.--Prostituée qui rapporte peu.
  MARMITE DE TERRE.--Prostituée qui ne gagne pas d'argent à son souteneur.
  MARMOUSE.--Barbe.
  MARMOUSET.--Pot ou marmite.
  MARON.--Sel.
  MARPAUT.--Maître, homme.
  MARQUANT.--Homme, souteneur.
  MARQUE.--Fille.
  MARQUIN.--Couvre-chef.
  MARQUISE.--Femme.
  MARRON.--Surpris.
  MARRON-MALE.--Le vol sur soi.
  MATHURINS.--Dés à jouer.
  MATIGNON.--Messager.
  MATOUAS.--Matin.
  MATURBES.--Dés à jouer.
  MAUGRÉE.--Directeur de prison.
  MEC OU MEG DES MEGS.--Dieu.
  MÈCHE.--Moitié, demi-heure.
  MÉDECINE (une).--Un conseil.
  MELET.--Petit.
  MELETTE.--Petite.
  MENÉE D'AVERGOTS.--Douzaine d'oeufs.
  MENÉE DE RONDS.--Douzaine de sous.
  MENÉE.--Douzaine.
  MÉNESSE.--Maîtresse.
  MENESTRE.--Soupe.
  MENTEUSE.--Langue.
  MERIFFLAUTÉ.--Chaudement vêtu.
  MÉRUCHÉ.--Poêle.
  MÉRUCHON.--Poêlon.
  MÉSIÈRE.--Un provincial, une victime.
  MICHON (du).--Du pain blanc.
  MILLERIE.--Loterie.
  MILLIARDS.--Ceux qui portent des bissacs sur le dos.
  MINEUR.--Manseau.
  MINOIS.--Nez.
  MION DE BOULE.--Filou.
  MION.--Garçon.
  MIRETTE.--OEil.
  MIRQUIN.--Bonnet.
  MITRON.--Boulanger.
  MOLANCHE.--Laine.
  MOMAQUE.--Petit enfant. On dit aussi _moutard_.
  MOME.--Enfant.
  MON LINGE EST LAVÉ.--Je suis vaincu.
  MONTANT.--Pantalon.
  MONTANTE.--Culotte.
  MORFE (la).--Le repas, la mangeaille.
  MORFIANTE.--Assiette.
  MORFIER, MORFIGNER.--Manger.
  MORNANTE.--Bergerie.
  MORNE.--Mouton, brebis.
  MORNÉE.--Bouchée.
  MORNIER.--Berger.
  MORNOS.--La bouche.
  MOUCHAILLER.--Regarder.
  MOUCHE.--Vilain.
  MOUFIER.--Baiser.
  MOUILLANTE.--Morve.
  MOULOIR.--Bouche.
  MOUSCAILLER OU FILER DU PROYE.--Ch...
  MOUSSARD.--Chataignier.
  MOUSSE.--Excrément.
  MOUSSELINE.--Pain blanc.
  MOUSSER.--Satisfaire ses besoins.
  MOUSSERIE.--Latrine.
  MOUSSUE.--Chataigne.
  MOUTON.--Mouchard.
  MOUVANTE.--Bouillie.
  MOUZU.--Téton ou mamelle.
  MUETTE (La).--La conscience.
  MUFFLE.--Imbécile.
  MURON.--Sel.
  MURONNER.--Saler.
  MURONNIER.--Saunier.
  MURONNIÈRE.--Salière.

  NARQUOIS.--Soldat.
  NAZONNAUT.--Nez.
  NÉGRESSE.--Ballot recouvert de toile cirée.
  NETTOYER.--Voler ou achever quelqu'un.
  NIBERTE.--Non, terme négatif.
  NISETTE.--Olive.
  NIVET.--Chanvre.
  NIVETTE.--Chanvrière, filasse.
  NOMBRIL.--Midi.
  NOUJON.--Poisson.
  NOURRIR LE POUPART.--Préparer le vol.
  NOUZAILLES, NOUZIGAN, NOUZIÈRE.--Nous.

  OCCASE.--Occasion, rencontre heureuse.
  OCCASION.--Chandelier.
  OEIL (avoir l').--Sans payer.
  OGRESSE.--Tavernière de tapis-franc ou maison galante.
  OLIVET.--Oignon.
  ORNICHON.--Poulet.
  ORNIE DE BALLE.--Poule d'Inde.
  ORNIE.--Poule.
  ORNION.--Chapon.
  ORPHELINS.--Gens sans aveu, ceux qui vont de compagnie.
  ORPHIE.--Oiseau.
  ORVAL.--Porée.
  OUTIL DE BESOIN.--La prostituée nomme ainsi un mauvais souteneur.
  OVALE.--Huile.

  PACAUT OU PALOT.--Homme de campagne.
  PACLIN OU PATELIN.--Pays. On dit aussi _pasquelin_.
  PACMON.--Paquet ou ballot.
  PAFFE.--Soulier.
  PAGNE (le).--Provision que le prisonnier reçoit du dehors.
  PAIN ROUGE (manger du).--Vivre d'assassinats.
  PALADIER.--Un pré.
  PALLOT.--Paysan.
  PALPITANT.--Coeur.
  PANIER A SALADE.--Voiture des prisons.
  PANTIN OU PANTRUCHE.--Paris.
  PANTINOIS.--Parisiens.
  PANTRE ARGOTÉ.--Type de la stupidité.
  PANTRE ARNAU.--Qui s'aperçoit qu'il est volé.
  PANTRE DÉSARGOTÉ.--Homme malin.
  PANTRE.--Bête, simple.
  PANTUME.--Catin.
  PAPELARD.--Papier.
  PAQUELIN.--Flatteur ou l'enfer.
  PARENT.--Paroissien.
  PARFOND.--Pâté.
  PARFONDE.--Cave.
  PAROUFLE.--Paroisse.
  PARRAIN.--Juge assistant le président.
  PASQUINER LA MALTOUSE.--Faire la contrebande.
  PASSELANCE.--Bateau.
  PASSIER.--Soulier.
  PASSIFFE.--Chaussure.
  PATURON DE CORNAUT.--Pied de boeuf.
  PATURON DE MORNE.--Pied de mouton.
  PATURON.--Pied.
  PAVOI.--Insensé.
  PECCAVI.--Péché.
  PÉCUME.--Argent.
  PÉDÉ.--Sodomiste.
  PÉGOCES.--Pous.
  PÉGRIOT.--Petit voleur.
  PELLARD.--Du foin.
  PELOUET.--Loup.
  PELOUETTE.--Louve.
  PENDU GLACÉ.--Réverbère.
  PENTE.--Poire.
  PERSIL (aller au).--Accoster le passant.
  PERSIL EN FLEUR.--Commerce florissant d'une fille.
  PESSILLER.--Prendre.
  PÉTOUZE.--Pistole.
  PHAROS.--Gouverneur d'une ville.
  PHILOSOPHES.--Souliers.
  PIAULE.--Chambre, taverne.
  PIAUSSER OU PIONCER.--Se coucher, dormir.
  PICOURE.--Haie ou épine.
  PICTER.--Boire.
  PIED DE BICHE.--Outil de voleur casseur de portes.
  PIED.--Sol.
  PIEU.--Lit.
  PIFFE.--Nez.
  PIGNARD OU PROIE.--Cul, derrière.
  PILER OU POLIR LE BITUME.--Se promener pour chercher pratique.
  PILIER.--Maître de maison de femme.
  PINÇANT.--Ciseaux.
  PINCE-LOQUE.--Aiguille.
  PINCER.--Prendre.
  PINET.--Denier.
  PINGRE.--Pauvre, avare. On dit aussi _Arca_.
  PINOS.--Des deniers.
  PIOLER.--Tavernier.
  PIOLET.--Gobelet.
  PION.--Ivre.
  PIPET.--Château.
  PIQUANTINE.--Puce.
  PITANCE.--Nourriture.
  PITANCHER.--Manger, boire.
  PIVASTE.--Enfant.
  PIVOI CITRON.--Vinaigre.
  PIVOI SAVONNÉ.--Vin blanc.
  PIVOI VERMOISÉ.--Vin rouge.
  PIVRE, PIVOI.--Vin.
  PLAN DE COUYÉ.--Subir une peine pour un autre.
  PLAN.--Prison, cachot.
  PLANCHE AU PAIN.--Banc des accusés, tribunal.
  PLANQUÉ (être).--Faire le guet.
  PLANQUE.--Cachette.
  PLANQUER.--Cacher.
  PLANTER.--Laisser.
  PLAQUER.--Venir, cacher.
  PLATRE.--Argent. On dit aussi _du pognon_.
  PLATUE.--Galette.
  PLETTE.--Peau.
  PLOMBE (une) QUI NOCHE.--Une heure qui sonne.
  PLOMBE (une).--Une heure.
  PLOMBER.--Puer.
  PLOTTE.--Bourse.
  PLOUSE.--Paille.
  PLUMAGE.--Paillasse.
  PLUME DE BEAUCE.--Paille.
  PLURE.--Redingote, manteau.
  POISSE.--Fripon.
  POISSON.--Souteneur, Amant d'une fille publique.
  POLISSONS.--Ceux qui vont presque nus pour spéculer sur la bienfaisance.
  POLOCHON.--Traversin.
  POMER MARRON.--Prendre sur le fait.
  POMMARD.--Bierre.
  POMPE ASPIRANTE.--Botte percée.
  PONGNE.--Main.
  PONIFLE OU MAGNUCE.--Tribade.
  POSER ET MARCHER DEDANS.--S'embrouiller, se vendre.
  POUCHON.--Bourse.
  POUIFFE.--Argent.
  POUISSE-MAGNÉE.--Femme sans moeurs, tribade.
  POULE-D'EAU.--Blanchisseuse.
  POUSSE (la).--La gendarmerie.
  POUSSIER.--Poudre ou lit.
  PRÉVOT. Domestique de prison ou plus ancien du chambrée.
  PRIANT.--Chapelet.
  PRIANTE.--Messe.
  PRIE-DIEU.--Cadre.
  PROFONDE.--Cave ou poche.
  PRONIER OU PATRON.--Père.
  PRONIÈRE.--Mère.
  PROYE LE C.--Synonyme de merdeux.

  QUAMPER.--Abandonner.
  QUART-D'OEIL.--Commissaire de police.
  QUENIENTE.--Pas ou point.
  QUIMPÉ.--Tombé.
  QUIMPER.--Tomber.
  QUINZE BROQUILLES.--Un quart d'heure.
  QUOQUANTE.--Armoire.
  QUOQUARD.--Arbre.
  QUOQUE.--Aussi, même.
  QUOQUÉ.--Pris.
  QUOQUÉE.--Prise.
  QUOQUER.--Trahir.
  QUOQUERET.--Rideau.
  QUOQUILLE.--Bête.

  RABIAGE.--Rente.
  RABOTEUX OU DOUBLEUX DE SORGUE.--Voleur de nuit.
  RADICON OU RASÉ.--Prêtre.
  RADICRER.--Remoudre.
  RADICREUR.--Rémouleur.
  RADIN (faire un).--Voler un comptoir.
  RAGOT.--Quart d'écu.
  RAILLE.--Mouchard.
  RAISINÉ (du).--Du sang.
  RAME.--Plume.
  RANGRAISSER, RENGRACIER.--Se taire, renoncer.
  RAPATU.--Morpion.
  RAT DE PRISON.--Avocat.
  RATICHON.--Peigne.
  RATICHONNÉ.--Peigné.
  RATION DE LA RAMÉE.--Nourriture de la prison.
  RAZI.--Curé.
  REBATIR.--Tuer.
  RECOQUER.--Rendre.
  RECORDÉ.--Tué.
  RECORDER.--Tuer.
  REFAIRE DE SORGUE (se).--Souper.
  REFFOLER.--Voler par surprise.
  REFILER.--Donner le vol à un compère ou suivre quelqu'un.
  REFROIDI.--Mort.
  REGON.--Dette.
  REGONSER.--Devoir.
  REJAQUER.--Crier.
  REMOUQUER.--Monter, regarder.
  RENACHER.--Fromage.
  RENACLER.--Crier après quelqu'un.
  RENDEZ-MOI.--Rendre sur une pièce de monnaie.
  RENG.--Cent.
  REPOUSSANT.--Fusil.
  RIAULLE.--Bonne chère.
  RIFAUDER.--Chauffer.
  RIFFAUDE TON GAYE.--Chauffe ton cheval.
  RIFFLER.--Sévère.
  RIFLE.--Feu.
  RINCER.--Voler.
  ROMBOINÉ.--Sou marqué.
  ROME.--Choux.
  ROND.--Un sou.
  RONDACHE.--Alliance.
  RONDELETS.--Mamelles.
  RONDINE.--Boule, canne.
  RONDINET.--Bague.
  RONFLER A CRI.--Feindre de dormir.
  ROSSIGNANTE.--Flûte.
  ROSSIGNOL.--Haut-bois. On appelle ainsi un outil d'un casseur de porte.
  ROUATRE.--Lard.
  ROUATRÉ.--Lardé.
  ROUEN.--Officier de gendarmerie.
  ROUILLARDE.--Bouteille.
  ROULANT.--Pois.
  ROULANTE.--Charrette.
  ROULOTTE.--Voiture.
  ROUPILLER.--Dormir.
  ROUPILLEUR.--Dormeur.
  ROUPILLEUSE.--Dormeuse.
  ROUSCAILLANTE.--La langue.
  ROUSCAILLER BIGORNE.--Parler argot.
  ROUSSE A LA RENACHE.--Police secrète non commissionnée.
  ROUSSE.--Police.
  ROUSTURE.--Homme en surveillance.
  ROVEAUX.--Gendarmes.
  RUPIN.--Fameux, beau.
  RUPINE.--Dame bien mise.
  RUSQUIN.--Écu.
  RUSTIQUE.--Greffier.
  RUSTU.--Greffe.

  SABLE.--Estomac.
  SABOCHE (la).--Homme qui déplaît: terme de mépris employé
    particulièrement en prison.
  SABOULER.--Incommoder ou crier.
  SABOULEUX.--Ceux qui tombent du mal caduc.
  SABRE.--Un bâton.
  SABRENOT.--Cordonnier, savetier.
  SABRER.--Auner.
  SABREUR.--Auneur.
  SABRIEUX.--Voleur de bois.
  SACRE.--Argent.
  SACRE.--Sergent.
  SAIGNER DU NEZ.--Abandonner.
  SALBIN.--Serment.
  SALBINER.--Prêter serment.
  SALE.--Gris.
  SALIN.--Jaune.
  SALIVERGNE.--Écuelle ou salade.
  S'AMADOUER.--Se marier.
  SANDALES.--Souliers.
  SANGLIER (le).--Le prêtre.
  SAOULLE (la).--Homme qui déplaît: terme de mépris employé
    particulièrement en prison.
  SAPINS DU MURON.--Grenier à sel.
  SAPINS.--Planches.
  SARREAU.--Chemise de prison.
  SATOU.--Bois, forêt, bâton.
  SAUTER, _act._--Voler.
  SAUTER, _neut._--Puer.
  SAUTE-RONDOLLES.--Agent de change, banquier.
  SAUTEUSE.--Puce.
  SAUTU.--Santé.
  SAVONNÉ.--Blanc.
  SEIGNEUR A MUSIQUE.--Assassin nocturne.
  SER (faire le).--Faire le guet.
  SERPILLIÈRE A RATICHON.--Robe de prêtre.
  SERPILLIÈRE.--Robe.
  SERRER.--Emprisonner.
  SERVIETTE.--Portefeuille.
  SERVIR.--Arrêter.
  SEZIÈRE, SEZINGAUD.--Lui.
  SIANTE.--Chaise.
  SIGUE (double).--40 francs.
  SIGUE.--20 francs.
  SINGE.--Chef d'atelier, le patron.
  SINQUI.--Cela.
  SINVES (des).--Des simples.
  SITRIN.--Noir.
  SITRON.--Aigre.
  SOLEIL.--Exposition au carcan.
  SOLIR.--Vendre.
  SOLISSANT.--Vendant.
  SORBONNE.--Tête.
  SORBONNER.--Penser.
  SORGE.--La nuit.
  SORGUE.--La rue.
  SORNE.--Noir.
  SOUDEURS.--Commis de l'octroi aux barrières.
  SOUPLE.--Bleu.
  SOURICIÈRE.--Dépôt des prévenus.
  STAFER.--Dire.
  STRON.--Sentier.
  STUQ.--Part du larcin.
  STUQUER.--Partager.
  SUBTIL.--Dur.
  SUBTILE.--Dure.
  SUER (faire).--Se faire donner part d'un vol.
  SUER UN CHÊNE.--Assassiner quelqu'un.
  SURIN.--Couteau.
  SURINEUR.--Donneur de coups de couteau.

  TABAR.--Manteau.
  TALBIN.--Huissier.
  TALBINE.--Halle.
  TALBINER.--Assigner.
  TALBINIER.--Hallier.
  TANTE (ma).--Mont-de-piété.
  TANTE (une).--Homme à vile passion.
  TAPIS.--Café.
  TAPIS-FRANC.--Cabaret du plus bas étage.
  TAPIS-VERT.--Café où se réunissent les voleurs.
  TAPPE (la).--La marque.
  TAQ.--Haut.
  TAQUE.--Haute.
  TAQUER.--Hausser.
  TAQUINE.--Hauteur.
  TARTINES.--Souliers.
  TATE-MINETTE.--Sage-femme.
  TENANTE, TEZIÈRE, TEZIGNARD.--Toi.
  TÊTARD.--Homme de tête.
  TÊTUE.--Épingle.
  THUNE.--Pièce de cinq francs.
  TINETTES.--Bottes.
  TIRANS.--Bas.
  TIRANT.--Lacet.
  TIRANTE.--Jarretière.
  TIRE.--Voler.
  TIRER DES LONGES.--Faire plusieurs années de prison.
  TIROU.--Route pavée.
  TOCCANGE.--Coquilles de noix.
  TOCCANTE.--Montre.
  TOLE.--Derrière, logement.
  TOLLARD, TOLLE.--Le bourreau (vieux mot).
  TOQUE.--Mauvais.
  TORNIQUET.--Moulin.
  TORTILLARD.--Fil de fer ou de laiton.
  TORTILLER.--Boiter.
  TORTOUSE.--Corde.
  TORTU (du).--Du vin.
  TOUCHE.--Tournure d'individu.
  TOUPIE.--Femme sans moeurs.
  TOUPIN.--Boisseau.
  TOUPINER.--Mesurer au boisseau.
  TOURNANTE.--Une clef.
  TOURNER (faire).--Attraper.
  TOURTOUSINE.--Ficelle.
  TOUTIME.--Tout.
  TRAC (avoir le).--Avoir peur.
  TRAVIOLE.--Traverse.
  TREFFLIÈRE, TRIFFOISSIÈRE OU TRÉFOUINE.--Tabatière.
  TRIFFOIS OU TUFFRE.--Tabac.
  TRIMANCHER.--Cheminer, marcher.
  TRIMARD.--Chemin.
  TRIMBALLER.--Conduire.
  TRIMER.--Marcher.
  TRIMOIRE.--Jambe.
  TRIPOT.--Garde de police.
  TRIQUE.--Cabriolet.
  TRIQUE.--Dents.
  TROGNE.--Figure.
  TROLLER.--Porter.
  TROLLEUR.--Commissionnaire.
  TRONQUE OU TRONCHE.--Tête.
  TROTTINETS.--Souliers.
  TRUC.--Industrie quelconque.
  TRUNE.--Aumône.
  TRUQUER.--Commercer.
  TUBE.--Fusil.
  TURBINEUR.--Travailleur.
  TURBINEUSE.--Travailleuse.
  TURC.--Tourangeau.
  TURCAN.--Tours.
  TURIN.--Pot de terre.
  TURQUIE.--Touraine.

  UN DOUBLIN.--Dix centimes.
  UN MAYER, UN DON CARLOS.--Homme qui paie les filles.
  UN NÉGOCIANT.--Un entreteneur.
  UN ROND.--Un sou.
  UNE LARQUE.--Prostituée âgée.
  UNE MENESSE.--Prostituée jeune.
  URLE.--Parloir de prison.

  VAIN.--Mauvais.
  VAINE.--Mauvaise.
  VALADE.--Poche.
  VEAU MORNÉ.--Femme ivre.
  VÉCULE.--Voiture.
  VÉHICULE.--Voiture de remise.
  VELOURS.--Cuir.
  VENETTE.--Peur.
  VENNE.--Honte.
  VENTERNE (vol à la).--Vol par la fenêtre.
  VENTERNIENS.--Voleurs qui escaladent les fenêtres.
  VERDOUSE.--Pomme, prairie.
  VERDOUSIER.--Pommier, jardin.
  VERGNE.--Ville.
  VERGOGNE.--Colère.
  VERMOIS.--Sang.
  VERMOISÉ.--Rouge.
  VESTIGES (les).--Les légumes.
  VICE-RACE.--Vicaire.
  VILON.--Poète de prison.
  VINGT-DEUX.--Un couteau.
  VOITE (une) ou ROULANTE.--Une voiture.
  VOUZAILLE.--Vous.

  ZERVER.--Crier ou pleurer.
  ZIGUE.--Un ami.

                                                     HALBERT (d'Angers).



LES PÈGRES ET LEURS NOUVEAUX TRUCS.

(LES VOLEURS ET LES NOUVEAUX VOLS.)


Les feuilles judiciaires ont de tout temps dénoncé les nouvelles
roueries des chevaliers d'industrie, en les classant sous diverses
dénominations; nous ne pouvions mieux clore notre travail, qu'en
ajoutant ici plusieurs nouveautés criminelles dans l'intérêt seul de nos
lecteurs.

Nous avions déjà une assez belle classification de vols: le vol au pot,
le vol au bonjour, le vol au rendez-moi, le vol à l'américaine et une
foule d'autres dont la nomenclature est chaque jour exploitée par une
foule d'industriels à la suite. En voici venir un nouveau que nous
appelons le vol à l'équilibre, et dont la première représentation a eu
lieu un de ces soirs sur le boulevart Mont-Parnasse. Un homme, autour
duquel plusieurs personnes étaient rassemblées, tenait entre ses doigts
un plateau de cuivre d'environ quatre pouces de diamètre, et qui, des
bords au milieu, allait en s'arrondissant à une hauteur de trois ou
quatre lignes. Cet homme pariait qu'il jetterait en l'air une grosse
bille et qu'il la recevrait sur son plateau bombé, où elle se fixerait
comme si elle tombait dans un creux. Quelques compères, mêlés à la
foule, acceptaient le pari et gagnaient à chaque coup.

Alléché par la rapidité avec laquelle les écus de cet homme passaient
dans les mains des parieurs, un paysan se risque à allonger une pièce de
5 francs. La bille est lancée dans l'espace, retombe sur le globe et s'y
arrête après avoir éprouvé une légère oscillation. Le paysan demande sa
revanche et perd encore; une troisième pièce de 5 francs, une quatrième,
ainsi de suite jusqu'à dix, passent dans la poche du prestidigitateur,
qui n'a pas perdu une seule fois. Le pauvre paysan allait continuer et
perdre infailliblement tout le contenu de son sac, quand un des
spectateurs qui, lorsque le paysan s'était engagé dans la partie, avait
remarqué que l'équilibriste avait changé la bille dont il s'était servi
jusqu'alors, s'avisa de dire tout haut: «Parbleu! je gagerais que la
bille est aimantée!» A cette brusque réflexion, le banquiste s'empressa
de plier boutique et se sauva, suivi de ses compères. Le succès qu'il a
obtenu l'engagera sans doute à recommencer, et la police de sûreté en
fera son affaire.


LE VOL A LA TANTE.

Une nouvelle espèce de vol, qui peut s'appeler le _vol à la tante_,
vient d'être malheureusement trop bien exploitée.

Un individu, mis avec beaucoup de recherche, se présente chez une dame
âgée, demeurant seule avec sa bonne. Il demande à celle-ci à entretenir
sa maîtresse en particulier, pour une affaire importante. Introduit, il
raconte avec une grande agitation et beaucoup de mystère que le neveu de
cette dame, lequel habite une commune peu éloignée dans la banlieue,
vient d'avoir une querelle violente dans un café; une rixe s'en est
suivie, et le jeune homme a frappé son adversaire de telle sorte qu'il
est tombé mort. Comme le meurtrier est son ami intime, il a profité du
désordre causé par cet événement, l'a entraîné et caché chez lui pour le
soustraire aux recherches de la justice.

Il vient de trouver les moyens de le faire évader: un bâtiment est sur
le point de partir, il a vu le capitaine, s'est entendu; mais il exige
pour le voyage une somme de 800 fr., et comme il n'a à lui que 250 fr.
de disponibles, il est, dit-il, fort embarrassé pour satisfaire aux
exigences du capitaine. Cependant il se garde bien de demander
directement à la tante de compléter la somme. Il lui exprime les regrets
de son neveu, qui est dans l'impossibilité de sortir, crainte d'être
reconnu, mais qui n'a pas voulu partir sans l'instruire de son sort.

La bonne dame, saisie de cette nouvelle et ne pouvant pas, à 85 ans et
souffrante en ce moment, se transporter au domicile de l'officieux ami
de son neveu, le prie de revenir bientôt lui apprendre où en sont les
choses.

Environ une heure après, notre homme revient et précise si bien les
choses, que la tante, dont il a éloigné toute défiance, pense qu'elle
peut bien confier quelque argent à un homme qui a donné si généreusement
250 fr. à son neveu; elle lui remet donc une somme de 300 fr., tout ce
qu'elle a en ce moment. L'autre fait observer que quelques effets, du
linge, seraient nécessaires au fugitif; on lui en remet encore, et il
s'éloigne.

La nuit se passe, la journée de mercredi, la tante n'entend plus parler
de rien; mais elle a été tellement émue, que son indisposition s'est
aggravée; sa bonne, inquiète, envoie chercher le médecin. Le docteur, à
force d'instances, obtint l'aveu des inquiétudes de sa malade. La bonne
se met aussitôt en route et revient quelques heures après, accompagnée
du neveu, qu'elle avait trouvé fort tranquille chez lui, et dont le
premier soin, en apprenant de quelle escroquerie il avait été le
prétexte, a été de mettre la police à la recherche de son trop obligeant
ami.


LE MAQUILLEUR DE BRÊMES[1].

CONSEIL AUX GENS CRÉDULES.

Un de ces batteurs de pavés dont Paris fourmille, et qui ne sachant
jamais en se levant aux dépens de qui ils passeront la journée,
finissent toujours par la passer, et la passer douce. Léon Moland
flânait le long des quais, aux environs des nouvelles constructions de
l'Hôtel-Dieu, lorsqu'il avisa un jeune campagnard qui, la bouche béante
et les yeux ouverts en porte cochère, regardait, en paraissant
s'extasier, les maisons nouvelles, les ponts suspendus et le panache
enfumé des paquebots de Melun et de Corbeil.

S'approchant aussitôt du brave gars, et le regardant d'un air de
stupéfaction, il l'aborda à la manière des anciens racoleurs. «Corbleu
le bel homme! quelle tête! quel développement frontal! Excusez-moi,
monsieur, je m'occupe spécialement de phrénologie, et quand je vois un
_facies_ comme le vôtre, je ne puis contenir mon admiration.--Vous êtes
bien honnête, répondit en se découvrant le paysan, d'autant plus ravi
qu'il ne comprenait rien à tous ces grands mots.--Permettez-moi,
monsieur, reprit Léon Moland, de vous offrir un verre de vin dans le
seul intérêt de la science.» Et avant que l'autre eût seulement eu le
temps de répondre, il le conduisait dans un cabaret de la place Maubert,
et, après avoir rempli leurs deux verres, s'asseyait en face de lui.
«Mon jeune ami, reprit-il alors, il ne faut pas que mes manières vous
étonnent; la science et l'humanité, voilà ma morale. Je vous ai vu et
j'ai dit: Voilà un jeune homme qui sera un jour ministre des finances,
tambour-major ou maire de sa commune. Tel que vous me voyez, j'ai fait
une douzaine de fois le tour du monde, et j'arrive de Constantinople, où
j'allais pour sauver la vie et la couronne du grand turc.
Malheureusement, il était mort à mon arrivée.--Ah! diable! interrompit
le paysan ébahi; mais je ne vois pas...--Nous y arrivons, au contraire,
poursuivit Moland. Un jour, dans les pyramides d'Egypte, diverses
sorcières de l'endroit m'ont révélé le secret de l'avenir, et, à l'aide
tant de la phrénologie que de ce jeu mystérieux (ici il tira de sa poche
un jeu de cartes dites _tarots_), je vois clair comme eau de roche
quelle sera la destinée entière d'un individu.

«Quand je vous ai aperçu, jeune homme, je n'ai pu résister au désir de
connaître votre _planète_. Allons, voulez-vous lire votre avenir?--De
grand coeur, voyons vite ce qui m'arrivera.» Ici le cartomancien étala
son jeu sur la table; puis, d'une voix criarde: «Oh! l'heureux destin!
s'écria-t-il, vous vivrez cent ans, et vous serez comblé de tous les
biens de la terre! Votre père a servi?--Oui, sous l'autre, répondit le
paysan.--Votre père, dans les campagnes d'Allemagne, a conquis le coeur
d'une princesse; je ne vous en dirai pas plus. Il l'a oubliée, lui, mais
elle, elle s'est souvenue du vainqueur français. Depuis qu'il est rentré
au pays, elle n'a cessé de le faire surveiller, et, à votre naissance,
elle a fait un testament qui vous institue légataire universel de tous
ses biens. Or, jeune homme, je vois dans la carte de Saturne...
Avez-vous là cinq francs? j'en ai besoin pour l'opération.» Le paysan se
hâta de donner la pièce que le cartomancien mit dans sa poche. «Je vois
dans la carte de Saturne, continua-t-il, que le 21 du mois de décembre
la princesse mourra. Vous hériterez immédiatement, et vous toucherez la
succession pour vos étrennes.--Fameux! et tout cela est dans les cartes?
Je n'en reviens pas! disait le jeune campagnard émerveillé. Et vous
croyez que je pourrai être maire?--Vous serez préfet si vous voulez. On
vous apportera la succession tout en or; il y en aura plein trois
charettes.--C'est fameux! répétait le paysan. Garçon! encore un verre.
Oh! que je suis content de vous avoir rencontré! Je vais faire écrire
cela au pays.--Ecrivez, faites écrire, moi je vous quitte, il faut que
j'aille à l'Observatoire.»

Le paysan paya au comptoir, et tous deux se séparaient bons amis,
lorsque Léon Moland ne put retenir un éclat de rire en disant, après lui
avoir serré la main: «Ah! ça, vous n'oublierez pas de mettre ici un mot,
pour que je sache votre adresse, quand vous aurez reçu la succession de
la princesse allemande.» A l'éclat de rire de Moland, le marchand de
vins et deux ou trois buveurs qui se trouvaient dans la salle avaient
répondu par un rire bruyant et faisant chorus. Le paysan, alors
seulement, s'avisa qu'il avait bien pu être pris pour dupe. Il se mit à
courir après le cartomancien, et réclama de lui ses cinq francs. Des
agents placés en surveillance place Maubert eurent en même temps vent de
l'aventure, et arrêtèrent Léon Moland, que nos lecteurs retrouveront
incessamment sur les bancs correctionnels, face à face avec son honnête
dupe, qui lui-même a raconté ces incroyables circonstances.

[1] Tireur de cartes.


AVIS AUX AMATEURS D'OEUVRES ARTISTIQUES.

Le vol au tableau est une variété du vol à l'américaine. Ce genre
d'opération est exploité depuis quelque temps à Paris par un individu
fort connu, qui y trouve de nombreux bénéfices, et qui l'exerce de telle
façon, que la justice n'a pu encore l'atteindre.

Cet individu, né dans le midi, est encore jeune; il a une assez belle
figure, une tournure distinguée et une toilette confortable. Il s'est
fait l'habitué de quelques cafés, où il pérore avec cette assurance
tranchante qui impose presque toujours aux masses, et où il dépense sans
compter; poli, généreux, il a l'art de se faire bien venir de tout le
monde, et de provoquer la confiance en donnant la sienne. Aussi, l'on ne
tarde pas à savoir qu'il n'a pas de fortune, mais que, par la
connaissance parfaite qu'il a des tableaux, il gagne beaucoup d'argent
qu'il dépense gaîment, sûr d'en gagner toujours autant. C'est un état
fort commode et qu'il exerce en se promenant. Les brocanteurs possèdent
presque tous des tableaux dont ils ignorent la valeur; il les achète,
les fait restaurer, et les revend dix, vingt et trente fois ce qu'ils
ont coûté.

Il se trouve toujours, dans le nombre des auditeurs du méridional,
quelques personnes qui s'exclament avec ravissement sur un état si
lucratif. Notre homme s'attache de préférence à ceux-là; il les proclame
amateurs de tableaux, et les invite à tour de rôle à venir voir sa
superbe galerie.

Lorsqu'après un déjeuner offert chez lui, il a fait admirer les croûtes
qui garnissent ses murailles, et que, sur sa parole, on regarde comme
des chefs-d'oeuvre, il sort avec son invité. Tout à coup il pousse une
exclamation: «Oh! s'écrie-t-il, quel bonheur! un Rubens! voilà six mois
que j'en cherche un.» Et, entraînant son nouvel ami sur ses pas, il
s'approche d'un brocanteur à l'étalage duquel append le chef-d'oeuvre,
et demande d'un ton dédaigneux:

--Combien cette croûte?

--Monsieur, répond le marchand, si vous appelez cela une croûte, vous
n'en donnerez jamais le prix que j'en veux.

--Enfin voyons, croûte ou tableau, combien?

--Dix huit cents francs.

Il pousse alors le coude de son compagnon, et le regarde avec le sourire
de la satisfaction. Puis, s'adressant au marchand:

--Je vous en donne 1,500 francs.

--Vous ne l'aurez pas à moins de 1,800.

--En voulez-vous 1,600?

--Non, monsieur.

--Alors, rien de fait.

Et il s'en va. A peine il a fait quelques pas, qu'il dit à sa dupe:
«Cela vaut au moins 10,000 francs; il ne faut pas laisser échapper une
si belle occasion. Quel dommage que je me suis dégarni d'argent
avant-hier. Si vous voulez avancer les 1,800 francs, vous garderez le
tableau; avant un mois je suis sûr de le vendre dix mille francs, et
nous partagerons.» La pauvre dupe se laisse tenter, et le tableau est
porté chez elle. Pas n'est besoin de dire que le brocanteur est de
complicité avec le connaisseur qui lui a quelques jours auparavant
apporté le tableau, et qu'il en reçoit de la main à la main, l'argent
qu'il vient d'empocher.

Plusieurs personnes ont déjà été dupes de ce moyen, et il est bon que la
publicité, en éveillant l'attention sur son auteur, arrête la dangereuse
extension qu'il donne chaque jour à son indigne commerce.



Nous avons cru devoir clore ce petit livre par quelques chansons faites
par les détenus à diverses époques dans les prisons de Paris. Nos
lecteurs apprécieront. Une seule, sous le titre du _Guet des Veilleurs_,
n'appartient pas à cette catégorie, elle est d'un jeune poète de nos
amis, qui, empruntant à M. Victor Hugo quelques renseignements dans sa
Notre-Dame de Paris (chapitre _Besos para golpes_) fait ressortir dans
ces couplets tous les ordres de l'ancienne truanderie ou royaume
d'argot.



VIEILLE CHANSON EN ARGOT.

PROPRE A DANSER EN ROND.


Sur l'air: _Donne vos, donne vos_, etc.

      Entervez, marques et mions[1],
    J'aime la croûte de parfond[2],
    J'aime l'artie, j'aime la crie[3],
    J'aime la croûte de parfond.

      Au matin, quand nous nous levons,
    J'aime la croûte de parfond,
    Dans les entonnes trimardons[4].            J'aime.

      Ou aux creux de ces ratichons[5],
    J'aime la croûte de parfond;
    Nos luques[6] nous leur présentons.         J'aime.

      Puis dans les boules et frémions[7],
    J'aime la croûte de parfond,
    Cassons des hanes si nous pouvons[8].       J'aime.

      Puis quand nous avons force michons[9],
    J'aime la croûte de parfond,
    Dans les pioles[10] les dépensons.          J'aime.

      Aussi le soir quand arrivons,
    J'aime la croûte de parfond,
    Dans le castu où nous piaussons[11].        J'aime.

      Les barbaudiers sont Francillons[12],
    J'aime la croûte de parfond,
    Font riffauder nos ornichons[13].           J'aime.

      Avec nos marques et mions[14],
    J'aime la croûte de parfond;
    Tous ensemble les morfions[15],             J'aime.

[1] Ecoutez, filles et garçons.

[2] J'aime la croûte de pâté.

[3] J'aime le pain, j'aime la viande.

[4] Chapelles des routes.

[5] Logement des prêtres.

[6] Images.

[7] Dans les foires et assemblées.

[8] Couper des bourses.

[9] _Michons_, sous.

[10] Logements, auberges.

[11] L'hôpital, ou le pays où nous couchons.

[12] Les portiers sont Français.

[13] _Riffauder_, chauffer, faire cuire _nos ornichons_, nos poulets.

[14] Avec nos filles et nos garçons.

[15] Tous ensemble nous mangeons.



PRODUCTION D'UN VILLON MODERNE[1],

Copiée sur les murs d'un cabanon de la prison de la Roquette. Comme elle
a, elle aussi, sa morale, et qu'elle est écrite dans le style des
voleurs, nous la reproduisons comme une pièce assez curieuse, et nous
nous gardons bien d'en changer le sens et l'orthographe.


_Air connu._

    Un soir que j'étais dans la débine,
    Un _coup de vaque_ il nous fallut donné:
    Pour travailler, je mis _au plan_ ma rondine,
    Et mes _outeils_, nous fûmes les _déplanquer_.   (_Bis._)
    Mais en passant le portier vous _excrache_;
    J'étais _fargué_, mais l'habit cachait tout;
    Le _jardinant_, je frisais ma moustache.
    Un peu de toupè, et je passe partout.            (_Bis._)

    En deux temps, j'_remouque_ et j'débride;
    Tout deux, en braves, nous _barbottions_,
    Chez un _banquet_, la caisse n'est jamais vide;
    D'or et de _billet_, nous trouvons un million.   (_Bis._)
    J'me suis lancé tout à coup dans l'grand monde,
    Dans l'espoire de me paré de tout.
    J'ai courtisé femmes brunes et blondes.
    Quand on est riche on peut passé par tout.       (_Bis._)

    J'ai vaicut dans l'indépendance;
    J'ai par courut les bals et les salons.
    Dans les palais où règne l'opulence,
    L'on mi rendi les honeurs d'un baron.

    J'avais valais et caléche à ma suite.
    Mes bons amis, puisqu'il faut vous dire tout,
    Même à la cour j'ai rendu ma visite.
    Quand on est riche, on peut passé par tout.

[1] _Poète filou_, qui est maintenant au bagne pour 20 ans.


Il nous a paru curieux, ainsi que nous le disons plus haut, de donner à
la suite de ces ignobles productions, deux chansons faites dans les
prisons de Paris et appartenant à des écrivains distingués, qui ont eu
le malheur d'être longtemps privés de leur liberté pour avoir trop osé
croire à celle de la presse.


LE GUET DES VEILLEURS,
OU
LES TRUANDS EN 1480.

Imité du chapitre de Notre-Dame-de-Paris (_Besos para golpes_),
Par Victor HUGO.


_Nota._ Tous les noms bizarres inclus dans les vers marqués d'un
astérisque étaient les différents grades de la Truanderie; voir dans le
Dictionnaire pour l'étymologie des mots en argot.

Air de _Tempête_, de Loïsa Pujet.

      D'Orsiny débride sa taverne,
    Rappliquez, ribauds, truands, goualeurs(*);
    Le soudart qui r'mouche à la poterne
    Pourrait allumer les chourineurs(*).
    Au loin le couvre-feu sonne,
    Narquois, renquillons sans bruit;
    Icigo, l'on piqu'te et chansonne,
    Et l'on peut y sorguer la nuit.

    REFRAIN.

      Saisissons, mes frères,     }
    Nos bouteilles et nos verres; } (_Bis._)
    C'est la fête des fous;       }
    Doublons nos glouglous.       }
    Saisissons, mes frères,
    Nos bouteilles et nos verres;
    Truands et chourineurs,
    Narguons, gais trouvères,
    Au cliquetis des verres,
    Le guet des veilleurs.

    Gais goss'lins de la cour des miracles,
    Que Pantin bagoule Bohémiens
    Ci-go l'on maquille des oracles,
    Pour les béotismes parisiens;
    Nous rions de la sanglade
    Pigeant les bons archers du roi,
    La nuit nous faisons bambochade,
    Le jour le truc a son emploi.    Saisissons, etc.

    Balafos et tambourins d'Égypte[1]
    Détonnez vos rigolos accords;
    L'ogive ni l'orgueilleuse crypte
    De ces lieux ne forment les accords,
    Buvons, fêtons, hubins et piètres(*)
    Notre frangine Esméralda,
    Demain nous verrons des fenêtres
    Tomber la buona-mancia[2].       Saisissons, etc.

    De Frolo j'ai pigé l'escarcelle,
    Ce chanoine qui fait le rupin,
    Remouquez, du flan! comme elle est belle,
    Avec ça l'on singe le malin.
    Versez, de par tous les diables
    Capons, éclopés, sans taudis(*),
    Soyons injusticiables
    Pour quelques livres parisis.    Saisissons, etc.

    Coquillards et courtauds de boutanche(*),
    Rifodés, Marcaudiers et cagoux(*),
    Le grand-Coesre, a dit: Trève à la manche(*),
    Sabouleux, calots et francs-mitoux(*),
    Nommons pape de la fête
    Quasimodo le sonneur;
    De fleurs couronnons sa tête
    Noël au peuple malingreur.       Saisissons, etc.

[1] Anciens instruments.

[2] L'aumône.



LE PRISONNIER.

Chanson faite à Sainte-Pélagie dans la chambre de Béranger.


Air _du forçat libéré_, de Gabriel VÉRY.

    De mon cachot, où me plonge la haine,
    Mon Dieu, vers toi j'élève mes accents;
    Quoique captif, en contemplant ma chaîne,
    Ma faible voix t'offre un timide encens.
    Puisque le temps, dans sa marche tardive,
    Semble se plaire à prolonger mes jours,
    Sans mendier ni pardon ni secours,
    Ah! qu'à toi seul aille ma voix plaintive!
      Que la céleste et pure vérité           } (_Bis._)
      Répande à tous la force et la clarté.   }

    Tout s'embellit des dons brillants de Flore,
    Le doux printemps ramène les zéphirs;
    De leurs baisers la rose se colore,
    Et leur retour est celui des plaisirs.
    La tyrannie, armant ses mains perfides,
    Mit sur mon nom son terrible cachet;
    Trop tôt ravi du fraternel banquet,
    Mon front courba sous leurs coups homicides.
      Que la céleste, etc.

    Parfois je rêve une amante fidèle;
    L'illusion, image du bonheur,
    En m'éveillant, me transporte près d'elle;
    Mais un soupir vient dissiper l'erreur.....
    Mordant mes fers, je déteste la vie;
    Victime, hélas! d'un sort immérité;
    Mais je suis fou!... Reprenons ma gaîté:
    Souffrir n'est rien, quand c'est pour sa patrie!
      Que la céleste, etc.

    Pourtant, bien jeune, et brillant d'espérance,
    Je fus plongé dans cet affreux séjour;
    Je me résigne et brave la souffrance,
    La mort sur moi doit s'arrêter un jour!
    Là, je l'attends, et si demain l'orage
    Doit par des flots me ramener au port,
    Sans redouter les atteintes du sort,
    Je redirai, m'élançant sur la plage:
      Que la céleste, etc.

  A. H.



POSTSCRIPTUM.


La langue parlée dans les conciliabules de voleurs sous la dénomination
d'_argot_, qu'elle a toujours conservée depuis, dérive, dit-on, de
Ragot, «l'élégant et insigne orateur bélistral unique, Ragot, jadis tant
renommé entre les gueux à Paris, comme le parangon, roy et souverain
maistre d'iceux, lequel a tant fait en plaidant pour le bissac d'autruy,
qu'il en a laissé de ses enfants pourveuz avec les plus notables et
fameuses personnes que l'on saurait trouver.» Je ne sais si l'on doit
ajouter foi à cette assertion tirée des dialogues de Jacques Tahureau,
mais ce qui est certain, c'est que l'argot était connu sous Louis XI. En
ce temps-là cinq ou six pièces de vers furent écrites en langage
argotique par François Villon, poète de quelque mérite _superlatif_ en
exploits de _coupe-bourses_, comme dit Et. Pasquier, et habile _tailleur
de faux coins_ (faux monnayeur).

Eh bien! s'il vivait de notre temps, et s'il lui prenait fantaisie de
déroger par une semblable composition à l'étiquette de notre
littérature, il n'y réussirait pas sans difficulté. Aujourd'hui l'argot
est pauvre, et se prête mal à la poésie, même à la poésie lyrique, qui
permet plus de licence que toute autre. Au nombre des chansons
fredonnées dans les prisons, dans le genre de celles des pages 28, 29 et
30, je n'en connais en vérité pas une seule qui mérite d'être rapportée
ici comme complément.

Voici une burlesque traduction argotique d'un permis de publicité, et
que l'on retrouve à la fin de tous les anciens vocabulaires des filoux.



CONDÉ.

J'ai mouchaillé le babillard, qui se bagoule Dictionnaire d'arguche,
maquillé par A. H., l'un de nos archi-suppôts, et l'itre toutime
babille, je n'y itre réconoblé floutière de vain et otépinière de chenu,
pourquoi j'itre foncé condé de la cartauder.

  A Pantin en jaune de la longue qui boule.
    P. F., cagou du Grand-Coesre.


TRADUCTION.

J'ai regardé le livre qui se nomme Dictionnaire d'argot, fait par A. H.,
l'un de nos docteurs, et l'ai entièrement lu, je n'y ai reconnu rien de
mauvais, et n'y ai trouvé que du bon; pourquoi j'ai permis de
l'imprimer.

  A Paris en été de l'année présente.
    P. F., lieutenant du maître des gueux ou truands.



FIN.

[Illustration]

Impr. de Pommeret et Moreau, quai des Grands-Augustins, 17.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le nouveau dictionnaire complet du jargon de l'argot - ou, Le langage des voleurs dévoilé" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home