Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Contes littéraires du bibliophile Jacob à ses petits-enfants
Author: Jacob, P. L., 1806-1884
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Contes littéraires du bibliophile Jacob à ses petits-enfants" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



was produced from images generously made available by the Bibliothèque
nationale de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr.



BIBLIOTHÈQUE DE RÉCRÉATION

DU BIBLIOPHILE JACOB



CONTES

LITTÉRAIRES

DU

BIBLIOPHILE JACOB

à ses petits-enfants

Illustrations par P. KAUFFMANN



DEUXIÈME ÉDITION

[Illustration]

PARIS

1897



A

EDMOND FERDINAND PERIER


Lorsque tu seras en âge de lire ce recueil de Contes littéraires, que je
dépose dans ton berceau, en te le dédiant, sons les auspices de tes bons
parents, je ne serai plus là, sans doute, pour recevoir tes premiers
remerciements; mais je suis heureux et satisfait de ceux que ton
excellent père et ta charmante mère m'adressent aujourd'hui en ton nom.

Ils te diront, un jour, que j'étais leur ami, après avoir été celui de
ton aïeul, et que j'ai voulu, par cette dédicace, te rappeler plus tard
l'affection sincère qui m'attachait à ta famille depuis si longtemps.

Une dédicace, en tête d'un ouvrage composé pour la jeunesse, est, mon
cher enfant, la bénédiction d'un vieillard.

  Paul L. Jacob,
  _Bibliophile_.
  Agé de cent vingt-cinq ans.



INTRODUCTION

LA CONVALESCENCE OU VIEUX CONTEUR


Je l'ai dit ailleurs: je suis vieux et bien vieux, quoique les
centenaires deviennent de plus en plus rares depuis le temps du
patriarche Jacob, dont je ne descends pas toutefois en ligne directe.
J'ajouterai que mon nom est le seul point d'analogie qui me rapproche de
cet antique chef d'Israël; il ne m'est pas donné, comme à lui, de voir
dans mes derniers jours les enfants de mes petits-enfants, ni d'espérer
une race aussi nombreuse que les étoiles. Voilà pourquoi je cherche à
me créer une famille chez les autres et à me consoler de mon existence
solitaire par de douces illusions. Il est si aisé de se persuader que
tout ce qui nous aime nous appartient!

J'ai donc ainsi beaucoup, beaucoup d'enfants et de petits-enfants,
fils et filles, qui répondent à ces noms-là avec tendresse, et qui
m'appellent à leur tour _papa Jacob_, sans qu'il leur en coûte de
prendre cette douce habitude. L'affection vraie et naïve que je sais
leur inspirer n'acquiert tout son développement qu'à la suite d'une
connaissance réciproque, plus ou moins prompte à s'établir entre nous;
je ne dédaigne jamais d'en faire tous les frais, et je crois que
l'amitié peut avoir de fortes racines dans un tout jeune coeur: les
petits amis n'ont pas souvent l'ingratitude des grands.

Mon extérieur grave et bizarre, je l'avoue, ne prévient pas d'abord en
ma faveur ces esprits légers, joyeux, craintifs, nouveaux dans la vie,
ignorants de tout et surtout des hommes. Les enfants qui me rencontrent
pour la première fois, sans avoir été apprivoisés d'avance par mon nom,
qui est familier à la plupart d'entre eux, s'effarouchent, s'effraient
et s'enfuient, à l'aspect inaccoutumé de ma physionomie et de mon
costume. Il y a du Croquemitaine en mon air, et je ne m'abuse pas sur
l'étrange caractère des traits de mon visage anguleux, grimaçant, ridé
et jauni, sur la menaçante longueur de mon nez, sur le regard sévère
de mes yeux couverts de gros sourcils blancs. Ma haute taille, encore
droite, cependant, contraste avec ma maigreur et me donne un air assez
imposant. Quant au costume, il est plus commode qu'élégant, et je ne
trouve pas mauvais qu'on en rie; mais mon bonnet de coton, noué d'un
ruban noir, préserve du froid ma tête chauve, mieux que ne ferait une
perruque blonde ou poudrée, et mon ample robe de chambre, en soie à
fleurs, dissimule les distractions ordinaires de ma toilette: c'est,
d'ailleurs, une mise fort convenable pour les bouquins qui forment ma
société et mon cortège.

[Illustration: Mon extérieur grave et bizarre, je l'avoue, ne prévient
pas d'abord en ma faveur.]

Cependant les enfants me reviennent bientôt, quel que soit leur
étonnement à ma première apparition; eussent-ils couru se cacher
derrière le fauteuil de leur père ou dans les bras de leur mère, il
suffit que mon nom soit prononcé, pour les ramener à l'instant jusque
sur mes genoux; car ma réputation de conteur s'est répandue parmi eux,
avant qu'ils aient appris à lire; on chérit tant les contes, à cet âge,
qu'on est plus exigeant sur la quantité que sur la qualité: sans être un
Berquin, un conteur de bonne volonté amuse et instruit facilement à la
fois des intelligences neuves et impressionnables; il suffit de savoir
se faire écouter, et bientôt on a un auditoire plus attentif, plus
silencieux, plus fidèle, que celui de toutes les académies du monde; car
l'intérêt du récit tient lieu d'éloquence.

Or, voyez comme à mon insu j'ai contracté l'engagement éternel de faire
des contes aux enfants, moi qui ai rempli ma longue carrière d'études
spéciales, arides et monotones, moi qui journellement amasse dans ma
mémoire des dates et des matériaux historiques! Néanmoins, je n'ai
jamais eu la maladresse et l'incurie de traîner mes contes dans la
route battue des enfantillages frivoles, niais ou absurdes; j'accorde
à l'enfance plus d'estime qu'on ne fait dans bien des systèmes
d'éducation, et je tâche toujours de l'élever, au lieu de la rabaisser.
Je ne lui prête pas mon dos pour y monter à cheval, comme Henri IV
lui-même m'en donne l'exemple; je ne vais pas, débile et cassé que je
suis, me mêler à des jeux bruyants qui demandent une pétulance et une
vivacité que j'ai perdues depuis nombre d'années; aussi bien, vaut-il
mieux mettre l'enfance à notre portée que de descendre à la sienne, et
ce serait présomption téméraire que de lutter avec elle de souplesse
et d'activité, quand nous ne voyons pas sans lunettes, quand nous ne
marchons pas sans canne.

Selon mon système, justifié par la pratique, je tends toujours à
développer l'intelligence, qui suit rarement les progrès de la force
physique, et je me plais à cultiver les fruits précoces de l'esprit dans
leur naïve saveur. On a le tort, en général, de priver de lumière ce
qui n'aspire qu'à germer et à croître; on prolonge l'enfance, et moi je
travaille à la rendre plus courte; je hâte la jeunesse, au lieu de
la retarder; car, pour augmenter la vie de l'homme, il suffit de la
commencer plus tôt, et la vie ne commence réellement qu'avec la pensée.
Apprenons donc, de bonne heure, aux enfants, à penser.

Les enfants ne sont pas, d'ordinaire, si légers et si insouciants
qu'on les suppose pour toute espèce de notions sérieuses, utiles et
raisonnées; leur mémoire manque de discernement et de choix, mais elle
retient les faits, lorsqu'on a pris soin de les revêtir d'une forme
attrayante, lorsqu'on s'adresse à cette curiosité passionnée, qui
précède l'âge des passions et qu'on ne songe guère à faire tourner
au profit de l'enseignement. On ne sait pas jusqu'à quel point cette
curiosité instinctive pourrait former la base solide d'une première
éducation. L'Histoire, qui, entre toutes les sciences, réclame
principalement beaucoup de temps et de lectures; l'Histoire, dont on a
fait un épouvantail d'ennui et d'obscurité; l'Histoire, pour l'étude de
laquelle Lenglet-Dufresnoy n'exigeait pas moins de dix ans et demi,
avec neuf heures de travail par jour; l'Histoire pourrait devenir la
récréation favorite des enfants. C'est donc de l'Histoire que je leur
arrange en contes et en nouvelles; c'est de l'Histoire qu'ils viennent
chercher autour de moi; c'est de l'Histoire vraie, dramatique et
littéraire. Le passé doit servir à l'instruction du présent.

Il y a cinquante ans, dans une fatale année de choléra-morbus, le vieux
Conteur a failli être enlevé à ses petits-enfants. A coup sûr, sa mort
aurait été pleurée par tous ceux qui escaladent à l'envi ses genoux,
pour arracher quelques-uns des souvenirs, contemporains de ses cheveux
blancs ou de ses gros volumes; mais, Dieu merci! je vieillirai le plus
longtemps possible, je conterai encore bien des contes, si je deviens
deux fois centenaire. Approchez-vous, mes enfants, oreilles et bouches
béantes! Le bibliophile Jacob est convalescent.

Je ne me souvenais pas d'avoir été malade dans le cours d'une vie longue
et occupée, excepté une seule fois au collège de Montaigu, en 1760, où
la douleur de ne pas obtenir le prix d'histoire me causa une fièvre
cérébrale, qui, par bonheur, n'a point altéré mes facultés mnémoniques.
Je croyais donc pouvoir à toujours défier cette légion de maux, qui sont
en guerre perpétuelle contre la pauvre et fragile humanité. Je me hâtais
pourtant d'achever, dans la retraite, un ouvrage de prédilection, comme
par pressentiment de le voir bientôt interrompu; j'écrivais, nuit et
jour, sans quitter mon pupitre, et si ce jeu de mots est permis à la
gravité de mon âge, je ne m'endormais pas sur la plume.

Hélas! tout excès a des conséquences funestes et j'eus à me repentir de
m'être trop hâté. Je n'étais plus jeune, et ma volonté conservait seule
une puissance d'énergie que le corps n'avait plus. Les veilles avaient
brûlé mon sang; la continuité d'une oeuvre d'imagination avait irrité ma
sensibilité nerveuse. J'étais à bout de forces, sinon de courage.

Il fallut, malgré moi, m'enlever de mon fauteuil, m'arracher à mes
livres et manuscrits. Vainement j'essayai de persuader au médecin que
la santé ne m'avait pas abandonné un instant et que cette fièvre lente
n'était qu'un effet de ma préoccupation d'esprit: il fronçait le
sourcil, en tenant mon poignet pour interroger les rares pulsations de
l'artère. Mon teint jaune et terreux, mes lèvres pâles et mon regard
éteint, démentaient le sourire que j'essayais de me donner, et les
paroles de confiance, que me suggérait le désir de me faire illusion
à moi-même. Plus clairvoyant que moi, mon excellent ami le docteur
Charpentier mesurait avec inquiétude combien peu d'huile restait dans ma
lampe, sur laquelle un vent fatal avait soufflé.

Des soins habiles, dévoués, infatigables, parvinrent à me sauver, en
s'opposant à la rage insensée qui m'excitait sans cesse à me remettre
au travail, après les crises les plus dangereuses de la maladie qui
épuisait le reste de mes forces.

[Illustration: Ce délire avait des accès effrayants.]

Il semblait, cependant, impossible de me guérir de cette folie de lire
ou d'écrire, folie tour à tour sombre et furieuse; je demandais à grands
cris ma bibliothèque; j'ordonnais, je suppliais, je ne me lassais pas
des refus, et j'étais sourd aux plus sages représentations. Ce délire
avait des accès effrayants: tantôt je m'imaginais découvrir des
caractères d'imprimerie sur quelque partie de mon corps; tantôt je me
dressais sur mon séant, pour atteindre un volume qui n'était que dans ma
fantaisie; je déclamais mon catalogue, en récitatif d'opéra, ou bien
je jouais le rôle du commissaire-priseur dans une vente de livres.
Une fois, je poussais l'extravagance jusqu'à me persuader que j'étais
métamorphosé en manuscrit sur vélin avec de belles lettres peintes et
des miniatures rehaussées d'or; en ce prétendu équipage, je ne laissais
approcher aucune tisane, qui pût endommager les merveilles de mes
feuillets enluminés.

[Illustration: Je ne laissais approcher aucune tisane.]

A ce délire aigu succéda une langueur de consomption, qui aboutit
au marasme; j'étais devenu indifférent à tout, même à mes goûts de
bibliophile, que la médecine eût appelés à son secours, s'ils avaient
pu arrêter mon dépérissement organique. Le bon docteur Charpentier
désespéra de moi, en remarquant l'accueil froid et passif que je fis à
certain bouquin précieux, qu'il m'apportait d'une promenade le long des
quais. Le sens de la bibliomanie paraissait le dernier que j'eusse à
perdre; après lui, je n'avais plus qu'à rendre l'âme. Déjà, j'étais
réduit à la condition de cadavre animé, absolument privé d'appétit et
d'aliments, desséché jusque dans la moelle des os; je dépensais mes
interminables journées à ne rien faire, assis au milieu des oreillers;
et mes nuits, plus pénibles encore, sans fermer la paupière. J'étais si
horriblement maigre, qu'on aurait pu étudier l'anatomie à travers la
peau tendue et transparente de mon squelette.

Dans cet anéantissement de mes facultés, lequel avait résisté à toutes
les ressources médicales, mon docteur proposa de m'envoyer à la campagne
pour me remettre entre les mains de la Nature à qui en appelle souvent
Hippocrate: le mal venait de l'abus du système intellectuel; la matière
avait besoin de rentrer dans ses droits et dans son équilibre. On me
prescrivit donc, pour remplacer les juleps et les sirops, un air vif et
pur,--le départ de Paris, bien entendu,--des exercices gradués, propres
à rétablir la vigueur du corps en la sollicitant, une alimentation sobre
et frugale, l'abandon complet de tout travail d'esprit, et même l'oubli
des objets matériels de mes affections littéraires. C'était une
pénitence difficile, et, pour y satisfaire, je me résignai à m'enfuir,
sans dire adieu à mes bouquins; cette séparation m'aurait trop coûté. On
m'entraîna, malgré moi, loin de cette partie de mon individualité, et,
tandis que je les rangeais dans mon souvenir, comme sur les rayons de
ma bibliothèque, une chaise de poste m'emportait, chaudement empaqueté,
vers le lieu de mon exil sanitaire.

Ce fut aux environs de Bourges, dans l'ancienne province du Berry, que
des amis généreux m'accueillirent, à leur foyer des vacances, comme
dans ces bons vieux temps d'hospitalité, où la porte du château féodal
s'ouvrait aussitôt, au son des coquilles du pèlerin; où le chevalier
blessé trouvait une prompte guérison, dans la paix du manoir, qui
l'avait reçu mourant.

Après un voyage qui raviva mes souffrances secouées à chaque tour
de roue, je parvins à ma destination, à cette riante colonie de la
Chaumelle, qui avait gardé l'aspect et les coutumes d'un fief du moyen
âge, sous la direction paternelle de son seigneur. Lorsque je débarquai,
tremblant de fièvre, d'espoir et de plaisir, dans ce charmant ermitage,
qui me promettait une heureuse et paisible fin, sinon le rappel à la
santé et à la vie, je me vis entouré tout à coup d'enfants, empressés à
conduire, à soutenir ma démarche chancelante! L'un relevait les plis de
ma robe de chambre dérangée dans la voiture, l'autre s'informait de mon
état, avec une discrète attention.... Mes yeux se mouillèrent, et la
reconnaissance gonfla mon coeur! J'étais de prime abord naturalisé chef
de famille.

De ce moment, j'oubliai ce qui m'avait fait tant de mal, après m'avoir
procuré tant de jouissances et de béatitudes: mes livres! Je cessai de
regretter ces amis brochés, cartonnés et reliés, que j'avais laissés à
Paris, pour me donner tout entier à ceux, plus vrais et moins ingrats,
que j'étais venu chercher en province: les premiers m'avaient fait
malade; il appartenait aux derniers de me rendre à la vie. Le spectacle
de la nature champêtre et agricole vaut bien la plus admirative
contemplation devant une édition rare du commencement de l'imprimerie,
ou sortie des presses illustres de Robert Estienne, d'Elzevier, de
Barbou, de Didot. Je n'avais garde de rêver parchemins, in-folios
poudreux, reliures à fermoirs, arabesques et miniatures en or et en
couleur, lorsque, de ma fenêtre ouverte à la senteur matinale qui se
dégage des bois et des gazons, je regardais dans la plaine les moutons
marqués au sceau proverbial du Berry, les charrues attelées de huit
boeufs, les pâtres s'accompagnant d'une chanson monotone, les tonnes
de la vendange et les récoltes du chanvre. Mes jeux, affaiblis par des
veilles prolongées, se reposaient sur le penchant vert des coteaux
chargés de vignes et dans la variété pittoresque du paysage; il y a un
bonheur inexprimable à plonger, d'un horizon à l'autre, ses regards et
sa pensée dans ce vaste ciel bleu, dont les citadins ne possèdent que
des lambeaux, entre les toits, les gouttières et les cheminées.

Je n'avais pas encore repris assez de forces pour les dépenser à la
promenade en plein champ, et cependant je les sentais revenir, sans y
croire moi-même. Je ne m'apercevais pas de la lenteur du temps, quoique
mes joues, chose inouïe pour moi, s'engraissassent d'oisiveté, quoique
je ne fisse pas plus de mouvement qu'un paralytique; mais, dans cette
habitation élégante et commode, qui attestait le goût ingénieux du
propriétaire, je n'avais pas le loisir de m'ennuyer, bien que condamné à
rester en place. Mes hôtes aimables, qui doublaient par leurs qualités
personnelles le charme de leur résidence, me procuraient une société,
que je n'eusse point échangée contre toutes les Sociétés savantes
ensemble; c'était, grâce à la maîtresse de la maison, une familière
conversation sans apprêts ni pédanterie, mais instructive, nourrissante,
toujours gaie et souvent brillante. Une femme qui joint le savoir à
l'esprit, surpasse tous les hommes d'esprit et de savoir.

Les enfants faisaient les intermèdes joyeux et intéressants de ces
entretiens, qui tenaient à la fois de l'étude et du plaisir, de l'utile
et de l'agréable; ils contribuèrent aussi à mon rétablissement, ces
chers petits, qui m'aimaient sur la foi de ma réputation, avant d'être
à même de me connaître et de m'aimer en personne; leurs voeux et leurs
prévenances avancèrent sans doute ma convalescence, d'abord indécise
et lente, puis franche et rapide. Les témoignages d'amitié qu'ils me
prodiguaient adoucirent l'anxiété morose, que la maladie traîne toujours
après elle. A mon lever, ils venaient, sans bruit, recueillir le
bulletin de ma nuit; ils s'échelonnaient, autour de moi, avec leurs
physionomies gaies ou tristes, selon le thermomètre de ma santé; là ils
aspiraient à me distraire par leur babil amusant, par leurs questions
malicieuses, par leurs jeux innocents; c'était à qui roulerait mon
fauteuil de grand-père, exhausserait mes oreillers, étendrait un
tapis sous mes pieds, courrait chercher mes lunettes, ma canne ou ma
tabatière. Je payais en tendresse cette piété filiale, plus délicate et
plus touchante que si elle m'eût été due; je remerciais du fond de l'âme
ma bonne étoile, qui éclairait à son déclin la dernière et plus belle
partie de ma carrière.

L'époque des vacances agrandit encore le cercle de la famille: des
jeunes gens à peine délivrés du collège, des jeunes personnes à peine
arrivées de pension, se joignirent à leurs frères et soeurs, pour
soigner le vieil hôte de leurs parents. La conversation prit alors des
allures moins timides, et les sciences, allégées du langage technique
qui fait peser sur elles une infructueuse obscurité, purent s'ébattre
sous mes yeux, en réveillant mes goûts, mes instincts et mes aptitudes.
J'étais le président de ces séances peu académiques, où la discussion
portait la lumière et l'intérêt dans les branches arides et inconnues
de l'enseignement. Chacun fournissait sa quote-part d'instruction,
d'observation et d'intelligence; chacun était à son tour orateur,
commentateur ou critique. Ces enfants s'élevaient ainsi à la condition
d'homme, ou bien je redevenais moi-même enfant avec eux.

Ces occupations quotidiennes et sédentaires se prolongèrent avec ma
convalescence. Enfin je sortis de mon fauteuil, comme Lazare de son
tombeau; courbé sur un bâton, j'allai parcourir, d'un pas encore
tremblant, les alentours de la jolie maison blanche, le parterre
couronné de dahlias, le verger embaumé de fruits mûrs, le bocage
gazouillant, et l'enclos bordé d'antiques noyers. De jour en jour, mes
pas s'affermissaient, et mes promenades tendaient vers un but plus
éloigné; je ne restais plus dans l'enceinte trop circonscrite par
les haies et les fossés; avec le bras d'un de mes jeunes guides, je
m'aventurais aux environs, pour voir le pays, en peintre, en historien,
en antiquaire; c'était la santé qui s'annonçait par le retour de mes
goûts favoris: j'étais encore le bibliophile Jacob.

Mes chers enfants me dirigeaient et m'escortaient, dans ces excursions,
à la distance de plusieurs lieues; je ramassais partout les souvenirs,
empreints sur le sol et dans la pierre, de la domination romaine et
du séjour de Charles VII en Berry. Je suis allé ainsi successivement
visiter, à Feularde, les arches d'un de ces aqueducs que les Romains ont
liés d'un ciment indestructible; à Ryans, le passage de la chaussée de
César, laquelle partait de Bourges, l'ancienne Biturix; à Bois-sire-Amé,
les ruines du château d'Agnès Sorel, dame de Beauté; aux Aix-d'Angillon,
les débris des remparts de la forteresse du moyen âge; à Sancerre, la
grosse tour qui penche sur la ville; à Bourges, ces vieilles rues,
ces vieilles maisons, et ces nombreux édifices qui lui restent de sa
splendeur royale et qui s'harmonisent avec l'architecture ciselée de sa
merveilleuse basilique.

L'automne pluvieux mit trop tôt un terme à ces courses qui achevèrent de
consolider ma santé: je marchais sans bâton, même avant d'avoir fait un
pèlerinage aux reliques de la fameuse sainte Solange, qui, suivant
la légende, porta sa tête coupée, à l'imitation de saint Denis. Les
journées devinrent courtes, les soirées longues, et le vent du nord-est,
qui soufflait sans cesse en tourbillons, dépouilla les arbres de leur
feuillage rouillé; ensuite le ciel se fondit en eau, sans qu'un rayon de
soleil pût percer le voile épais des nuages.

Cette nature immobile, sombre et humide, qui succédait brusquement à la
nature chaude, dorée et vivante, de la belle saison, rembrunit d'abord
mon humeur, de ses brouillards et de ses ouragans; mais je ne pouvais
que me plaire, à la maison, au coin d'un feu clair et pétillant, dans
l'intimité d'une famille où je n'étais plus étranger; on n'eut donc pas
à me faire violence pour me retenir, en demi-quartier d'hiver, jusqu'aux
grands froids. Outre les passe-temps qui sont du domaine ordinaire de la
campagne, le billard, le trictrac, les échecs et les cartes, je repris
l'habitude des causeries de famille, que les veillées du soir ranimaient
à l'éclat du foyer domestique, pendant que la pluie fouettait contre les
vitres, et que le vent jetait de plaintifs sifflements dans les airs.

C'était un tableau digne de Rembrandt ou de Téniers, que ce salon
capricieusement éclairé par les reflets d'un fagot enflammé, quand
l'après-dîner nous réunissait tous, en demi-cercle, devant la cheminée,
qui n'avait pas la capacité des hautes cheminées gothiques, mais qui ne
dévorait pas moins de bourrées et d'énormes bûches.

J'occupais la place d'honneur, au milieu d'un auditoire qui m'écoutait
toujours avec cette bienveillance si encourageante pour les bavards; or,
la langue n'est pas de ces choses qu'on perd en vieillissant.

Le père et la mère daignaient se mêler à leurs enfants, pour entendre
les réminiscences décousues de mes lectures et de mes quatre-vingts ans.
Mais comment peindre le groupe silencieux et attentif de ces enfants,
agenouillés entre mes jambes, assis à mes pieds et debout derrière mon
fauteuil? Ils suivaient de l'oeil l'histoire, qui commençait trop tard,
à leur gré, et finissait trop tôt; ils ne se permettaient pas de
bouger, de peur de m'interrompre, et ils eussent voulu suspendre leur
respiration. Je l'avouerai, si un conteur est fier de l'attention qu'on
lui prête, j'avais bien largement tous les privilèges et toutes les
récompenses du conteur.

Quelquefois, il est vrai, je me trouvais, en cette qualité, fort
embarrassé d'un rôle où l'on ne saurait réussir, à moins de contenter
tout le monde: je devais m'adresser à des auditeurs, différents d'âges,
de sexes et de caractères. Celui-ci me suppliait à voix basse d'aborder
le terrible chapitre des revenants; celui-là se serait volontiers pâmé
d'aise à des histoires de voleurs, car ces deux sujets importants ont
des attraits éternellement nouveaux pour les petits peureux. Les garçons
avaient du penchant pour les batailles et pour le merveilleux; les
filles s'intéressaient davantage à des héroïnes de romans, à des détails
de toilette et à de simples anecdotes. Quant aux aînés, qui n'avaient
pourtant pas la manie de faire valoir leur supériorité de compréhension
et d'instruction, il n'eût pas été convenable de les assommer de ces
contes, ennuyeusement moraux, pour l'amusement des plus jeunes; enfin,
la patience des parents, que je n'aurais pas pris à tâche d'ennuyer
aussi, m'invitait à choisir et à orner quelques narrations d'un genre
mixte et d'une portée facile, qui atteignissent à la fois tous les
degrés de l'intelligence. Je crus donc pouvoir rattacher mes récits
à des noms littéraires, qui relèvent l'intérêt, souvent traînant, du
drame, et le font sortir de l'ornière du lieu commun. D'ailleurs,
absolument dénué de livres, j'aurais craint d'entrer dans l'Histoire, de
fausser une date, de travestir un fait, d'omettre ou d'estropier un nom,
en un mot, d'induire en erreur qui que ce fût, même un enfant sachant à
peine ses lettres. L'Histoire est une religion qui a ses fanatiques, et
je m'honore d'être un de ceux-là.

Voilà comment ma convalescence a produit un volume de contes, qui sera
peut-être suivi de plusieurs autres. Je n'ose pas attendre de tous mes
lecteurs l'indulgence filiale et amicale à laquelle mes jeunes
auditeurs de la Chaumelle m'avaient accoutumé; mais je souhaite qu'ils
m'encouragent à recueillir tôt ou tard la suite de ces nouvelles, que
j'ai composées en pensant à eux. C'est aux enfants que je parle.

Mes chers petits enfants, le vieux bibliophile Jacob ne cessera de
conter qu'en vous quittant pour toujours.

P. L. JACOB.

Bibliophile.



UNE

BONNE ACTION DE RABELAIS

(1553)


Il y avait, en 1552, un pauvre homme, d'origine juive, qui s'était
établi dans une misérable hutte, en plein bois, aux environs du
village de Meudon. On ne savait pas d'où il venait et personne ne s'en
inquiétait, car, depuis son arrivée dans le pays, il n'avait eu de
rapport avec personne. Il ne sortait que la nuit et ne se montrait
jamais pendant le jour; la porte de sa cabane restait fermée à tout
venant: on en voyait sortir quelquefois ses deux enfants, une petite
fille de douze ans et un petit garçon de neuf ans à peine, qui étaient
seuls chargés de pourvoir aux besoins de la triste famille. Quant à la
mère de ces enfants, on ne l'avait point encore aperçue; on la disait
fort malade, et l'on se demandait parfois si elle n'était pas morte,
sans que son mari eût averti le curé, pour lui administrer les derniers
sacrements et la faire enterrer.

--C'est un vilain juif! disaient entre elles dix ou douze paysannes,
qui passaient pour aller au marché de Meudon, en se montrant de loin à
travers bois le toit de mousse de la maisonnette mystérieuse. On ne l'a
pas encore vu entrer dans l'église, voire même s'agenouiller sous le
porche, comme les excommuniés qui font pénitence et qui attendent là une
absolution plénière.

--C'est plutôt quelque bohémien qui se sera séparé de sa bande, dit la
plus vieille de ces paysannes. Les bohémiens ne croient ni à Dieu ni
à diable; ils n'ont ni église ni curé; ils naissent sans baptême et
meurent comme des chiens, après avoir couru le monde en vivant de vols
et de pilleries, car le meilleur métier, selon eux, est de tromper les
pauvres gens et de s'enrichir aux dépens des chrétiens.

--Oh! m'est avis que celui-ci ne s'est point enrichi et ne s'enrichira
jamais! dit en riant une commère, qui désignait du doigt la fille du
prétendu bohémien, vêtue de haillons sordides, courant pieds nus sur
le bord de la route et disparaissant tout à coup dans les taillis.
Avez-vous vu la petite mendiante, qui s'enfuit à notre approche, comme
une biche en chasse?

--Nenni dea! reprit une autre: elle ne mendie mie que je sache! Bien
au contraire; elle est fière et orgueilleuse autant et plus qu'une
princesse, et quand elle porte son pain à cuire au four banal, elle ne
parle à quiconque et s'en va seule courant, et ne demandant rien à ceux
ou à celles qui lui donneraient de bon coeur l'aumône pour l'amour de
Jésus-Christ et de sa bienheureuse mère Notre-Dame.

--Si elle ne mendie et si le père ne vole, répliquèrent quelques bonnes
langues, on ne comprend pas comment ils peuvent vivre de l'air du temps;
aussi bien, la farine coûte cher cette année, et il faut du vrai argent
pour en acheter chez le boulanger.

--Ce n'est pas l'argent qui leur manque, ce dit-on, s'écria une de ces
femmes avec la satisfaction de paraître en savoir plus que les autres.
La fillette a la renommée d'être habile à faire de la dentelle, et le
garçonnet, qui a la malice d'un singe, fait la chasse aux vipères, qu'il
s'en va vendre à Paris aux apothicaires pour faire des drogues.

--Il y a plus, ajouta une autre en baissant la voix, ce coquin de
bohémien s'est emparé d'un champ en friche qui appartenait à défunt Jean
le Court et qui est tombé en déshérence depuis sa mort. Le champ n'est
pas de trop riche terre, de telle sorte qu'il y poussait plus d'ivraie
que de froment, mais ce diable d'homme le cultive, au clair de la lune,
et y sème des plantes vénéneuses, que lui achètent les sorciers pour en
faire des philtres et des poisons. Écoutez bien cela et n'en soufflez
mot, mes commères. C'est ce que m'a conté le gros chantre de l'église de
Meudon....

--Silence! interrompit celle qui marchait en avant. Voici venir messire
le recteur, notre bon et digne curé, qui se rend au château pour visiter
notre révéré seigneur le duc de Guise et madame la duchesse.

Le recteur et curé du village de Meudon était alors un savant illustre,
un écrivain de grand renom, le fameux François Rabelais, qui avait été
tour à tour prêtre et cordelier dans le couvent de Fontenay-le-Comte,
médecin de l'hôpital de Lyon, médecin et secrétaire du cardinal du
Bellay à Rome, religieux séculier de l'abbaye de Saint-Maur-des-Fossés
près de Paris, et qui s'était fait connaître non seulement par des
ouvrages de science médicale et d'érudition littéraire, mais encore par
une admirable satire de la société tout entière, ainsi que des moeurs et
des idées de son temps, intitulée _la Vie du grand géant Gargantua
et les Faits et prouesses de son fils Pantagruel_, espèce de roman
fantastique, dans lequel la plus haute raison se cachait sous un masque
de bouffonnerie extravagante.

Rabelais avait alors près de soixante-dix ans; il était de taille
moyenne, avec un embonpoint florissant qui témoignait de sa belle santé;
il portait la tête haute et droite, marchant d'un pas ferme et presque
solennel; sa figure, toujours souriante, empreinte à la fois de bonté et
de malice, inspirait de prime abord la sympathie et la confiance; malgré
son grand âge attesté par ses cheveux blancs, rien n'accusait en lui
la décrépitude ni la sénilité. C'était un vieillard qui conservait les
forces et les apparences de la jeunesse.

Son costume annonçait un médecin de la Faculté, ou un docteur de
Sorbonne, plutôt qu'un homme d'église; il était coiffé d'une sorte de
toque ou bonnet carré en velours noir, qu'on appelait _barrette_ et qui
cachait sa calotte de cuir bouilli; il n'avait ni rabat, ni surplis,
mais une longue robe ample et flottante, boutonnée par devant, en
étoffe de grosse laine ou étamine noirâtre; il avait les mains nues et
s'appuyait sur un gros bâton en bois d'ébène à pomme d'ivoire. C'était
là, il est vrai, un habillement de cérémonie, puisqu'il venait rendre
visite à ses bons paroissiens, le seigneur et la dame du château de
Meudon, où il était toujours le bien-venu et l'hôte désiré; mais,
d'ordinaire, quand il allait voir les malades, faire l'aumône aux
pauvres ou consoler les affligés, il n'était pas autrement vêtu qu'en
bon paysan, avec des grosses bottes qu'on nommait des _houscaux_, une
casaque de bure usée et des _grègues_ ou caleçon flottant, un large
chapeau de feutre gris à grands bords rabattus, et, en temps de pluie,
une _galvardine_ ou manteau court par-dessus ses vêtements.

--Or çà, mes enfants! dit Rabelais aux paysannes qui s'étaient arrêtées
respectueusement à vingt pas de lui, pour le laisser passer, sans
le déranger de son chemin, Dieu vous garde, mes chères soeurs en
Jésus-Christ!

--Monsieur le curé, répondit une des plus vieilles au nom de ses
compagnes, nous prions Dieu qu'il vous accorde bonne vie et longue!

--Or çà, reprit gaîment le curé, vous n'avez pas besoin de moi ce matin,
puisque vous n'allez point à l'église, m'est avis, et vous me semblez de
trop belle humeur, pour penser à venir au confessionnal? Donc je vous
avertis que j'ai fait dire la messe, par mon vicaire, de meilleure
heure, et que je m'en vais de ce pas chez monseigneur le duc de Guise,
qui m'a envoyé chercher, avant l'aube, pour assister un de ses vieux
serviteurs au lit de mort.

--Nous l'aiderons de nos prières à entrer en paradis! répliquèrent
plusieurs villageoises en se signant.

--D'où venez-vous, bonnes femmes? leur demanda familièrement Rabelais.
Êtes-vous contentes de vos maris, de vos enfants, de vos vaches et de
vos volailles?

--Grand merci, messire! repartit la plus délurée de la compagnie. Nous
venons de Vélisy, à travers bois, et nous apportons, au marché de
Meudon, du lait, des oeufs et des herbes, pendant que nos hommes
travaillent.

--Oui dà, mes enfants! s'écria le bon curé, en hochant la tête et
clignant de l'oeil. N'êtes-vous pas un peu trop imprudentes de faire
route ainsi, en pleine nuit, par les bois, sans escorte ni sauvegarde?

--Oh! notre bon père, dit une vieille, ce n'est pas la saison des loups,
et nous sommes en assez bon nombre pour leur faire peur et les mettre en
fuite, s'ils nous rencontraient au passage.

[Illustration]

--Bah! la mère! objecta plaisamment Rabelais, souvenez-vous du dicton:
«Le plus méchant loup, c'est un méchant homme.»

Ce proverbe populaire donna sujet de rire aux femmes de Vélisy, qui
avaient entendu parler de la gaîté du curé de Meudon et qui se sentaient
d'humeur à y répondre. Mais Rabelais n'avait pas le temps de faire une
plus longue station sur la route du château.

--Or çà, mes filles! leur dit-il, ne vous attardez pas trop au marché,
car on vous attend dans vos demeures et l'on vous gronderait quand vous
rentreriez!

Les paysannes s'apprêtèrent à suivre ce bon conseil et, avant de
s'éloigner, elles prièrent le curé de leur donner sa bénédiction: il la
leur donna de bon coeur et paternellement.

--Nous faisons des voeux, dit une de ces femmes, pour que votre sainte
bénédiction, monsieur le curé, s'étende jusqu'à ce scélérat de juif ou
de bohémien, qui est venu avec ses louveteaux se loger dans nos bois, à
seule fin de nous porter malheur.

--Je ne sais si c'est un bohémien ou un juif, reprit sévèrement
Rabelais, mais à coup sûr ce n'est pas un scélérat: c'est un pauvre
homme qui mérite qu'on le plaigne, et qu'on lui vienne en aide, parce
qu'il est malheureux.

Rabelais s'éloigna, en laissant les paysannes un peu confuses de la
leçon qu'il leur avait donnée et qui leur rappela que le curé de Meudon
passait dans le pays pour un partisan déguisé de la Réforme calviniste.

L'Angélus était sonné à l'église du village, quand le curé revint du
château où il avait passé toute la journée avec le duc et la duchesse de
Guise. Le jour commençait à baisser, et l'on voyait dans le lointain les
vapeurs du soir monter et s'étendre au dessus des bois qui environnaient
le village. En approchant d'un sentier qui conduisait dans la forêt,
Rabelais crut entendre des sanglots étouffés, et il aperçut à quelque
distance une jeune fille immobile au pied d'un arbre. Il s'approcha
rapidement et retint par le bras cette jeune fille qui se disposait à
s'enfuir.

--Vous pleurez, mon enfant? lui dit-il avec douceur. Avez-vous donc
sujet de pleurer, à votre âge où tout est si bon et si beau dans la vie!
Quelle est la cause de vos larmes? Je serais heureux de pouvoir les
essuyer et de vous faire gaie et joyeuse.

--Est-ce que je pleure, mon très honoré seigneur? dit-elle, en dévorant
ses sanglots. Je ne pleure pas, reprit-elle avec un accent de dépit et
de colère, non, je ne pleure pas, mais les gens de ce pays sont bien
méchants!

--Ils sont comme partout, pauvre petite! répliqua Rabelais, qui
regardait avec intérêt cette jeune fille, misérablement vêtue, mais dont
la physionomie intelligente ne manquait ni de distinction ni de fierté.
Il y a sans doute plus de méchants que de bons, mais aussi il y a plus
de bêtes que de méchants. Vous a-t-on fait du mal? Auriez-vous à vous
plaindre de quelqu'un? C'est un devoir pour moi de vous faire rendre
justice et de vous prendre sous ma protection.

--Il faut que vous ne soyez pas de ce pays-ci, monseigneur, pour être
aussi bon que vous êtes, dit l'enfant, reprenant confiance et se
hasardant à regarder en face Rabelais qui la regardait également avec
bonté. Je n'ai rencontré que des méchants, excepté vous, depuis que nous
sommes à demeure dans la seigneurie de Meudon.

--Ah! vous faites partie de ma paroisse? lui demanda Rabelais, qui ne
put se défendre d'un mouvement de curiosité. Je ne crois pourtant pas
vous avoir encore vue à l'église?

La jeune fille ne répondit rien et baissa les yeux. Elle paraissait
vouloir se dérober à cet entretien; elle avait ramassé un panier couvert
d'un linge, qui était à terre, et elle se préparait à s'éloigner,
lorsque Rabelais l'arrêta encore par le bras.

--Ma chère fille, lui dit-il d'une voix insinuante et persuasive, ayez
foi en ma promesse: j'entends vous protéger contre quiconque oserait
vous faire tort, et je ne veux pas que dans ma paroisse vous ayez à vous
plaindre de qui que ce soit. Je vous prie de me dire tout franc quel est
le préjudice qu'on a pu vous causer en ce pays de Meudon.

--Ils veulent que nous mourions de faim! s'écria l'enfant, avec un
redoublement de sanglots. C'est la première fois sans doute qu'on me
refuse de cuire notre pain au four banal... Ils m'ont chassée, en disant
qu'ils me brûleraient comme une juive maudite, si je m'obstinais à
présenter à la cuisson mon pain avec le leur.

--Vous êtes donc juive, ma pauvre enfant? lui demanda Rabelais avec
bienveillance. Peu importe! ajouta-t-il en voyant que l'enfant
restait muette et se refusait à répondre à cette question. Vous êtes
malheureuse, et à ce titre, la Providence vous a placée sous ma tutelle
et ma protection. Venez avec moi au village.

--Hélas! je ne puis, mon bon seigneur, répondit-elle. Ce n'est pas que
j'aie faute de confiance, mais mon père m'attend....

--Votre père? Où est-il? Voulez-vous me mener vers lui? Est-ce que je
vous fais peur? Ne savez-vous pas qui je suis?

--Quoi! dit-elle en tremblant, vous voudriez me conduire au four
banal?... Ils étaient là comme des bêtes féroces, les femmes aussi bien
que les hommes.... Ils me tueraient sans pitié ni merci, ces mauvaises
gens!

--Eh bien! ma fille, j'irai seul, à votre place, repartit Rabelais.
Confiez-moi cette corbeille qui contient le pain en pâte, que vous
deviez mettre vous-même au four. Dans deux heures, je vous rapporterai
votre pain cuit. Mais où vous le remettrai-je? Dans deux heures il fera
nuit close, et vous ne pouvez rester ici à m'attendre.

--Ah! je n'ai pas peur, répliqua-t-elle avec une énergie bien supérieure
à son âge.... Je suis accoutumée d'ailleurs à me trouver seule, dans les
champs ou dans les bois, pendant la nuit.... Vous êtes bien bon, bien
généreux, mon digne et vénéré seigneur, mais je n'ose accepter votre
bienfaisante proposition.... Et pourtant il faudrait que ma famille ne
mourût pas de faim!... Tenez, j'accepte le service que vous voulez bien
me rendre et que Dieu vous rendra en notre nom.

--Mon enfant, lui dit Rabelais avec émotion, je ne sais qui vous êtes,
mais, puisque vous avez foi en Dieu, vous êtes une de mes paroissiennes,
et c'est à moi d'être votre serviteur devant Dieu. Dans deux heures vous
aurez votre pain, et nous vous le bénirons.

Le curé de Meudon ne se sépara qu'à regret de cette intéressante jeune
fille, qu'il se reprochait de laisser seule, mais elle s'était refusée
absolument à l'accompagner jusqu'à Meudon. Il se hâta de rentrer au
village et d'aller porter au four banal le pain qu'il avait à y faire
cuire. Il n'adressa la parole à personne et ne répondit à aucune
des questions qu'on se permit de lui adresser indirectement. Il dit
seulement: «Ceci est le pain des pauvres; je le recommande à mes
paroissiens.» Il alla dans son presbytère attendre, en lisant quelque
auteur grec, que le pain de l'inconnue fût cuit. Deux heures n'étaient
pas écoulées, qu'il revint au four banal chercher le pain chaud et doré,
qu'il remit sous le linge dans la corbeille, et qu'il emporta, en hâtant
le pas, à l'endroit où il devait le remettre entre les mains de la jeune
fille.

Celle-ci ne se trouvait pas encore au lieu du rendez-vous. Devait-elle y
venir? Combien de temps faudrait-il l'attendre? Il faisait nuit noire,
et Rabelais se prenait à désirer que cette jeune fille ne vint pas, car
une fille de douze ans avait à craindre dans le voisinage des bois les
malfaiteurs non moins que les loups, et à cette époque de civilisation
imparfaite, où les haines de religion devenaient plus ardentes que
jamais, une juive était cent fois plus exposée qu'une chrétienne à de
mauvais traitements de ta parc de tant de gens qui ne respectaient rien.

Rabelais était trop philosophe pour se faire illusion sur les dangers de
la perversité humaine, dans toutes les conditions sociales, et, quels
que fussent ses sentiments de mansuétude et de charité, il savait que la
simple prudence lui commandait toujours de se mettre en garde lui-même
contre la méchanceté et la violence. Cependant il n'avait jamais d'armes
pour se défendre, lorsqu'il s'en allait ainsi à toute heure de nuit dans
la campagne, soit pour observer les astres et l'état du ciel, car il
était astronome, soit pour chercher des oiseaux et des insectes, car
il était naturaliste, soit pour donner des soins à des malades, car il
était médecin, soit pour porter des consolations à des mourants, car
il était prêtre, soit pour étudier et admirer la nature, car il était
surtout philosophe, et sa pensée s'élevait sans cesse vers Dieu, en
interrogeant les mystères de la sagesse divine.

Il n'y avait pas de lune, ce soir-là, mais le ciel était étoilé, et une
pâle clarté, qui traversait par intervalles l'obscurité, permettait de
reconnaître de loin la forme des objets sans en percevoir les couleurs.
Rabelais aperçut une espèce de grande ombre mouvante, qui semblait
s'avancer de son côté; puis il entendit très distinctement le pas lourd
et lent d'un homme qu'il entrevoyait de temps à autre à travers les
arbres qui bordaient la route. Il prêta l'oreille et resta immobile, les
yeux fixés sur cet homme qu'il ne distinguait pas encore suffisamment
pour juger s'il devait s'inquiéter ou se rassurer; mais il ne songea
point à fuir pour éviter une rencontre qui pouvait être indifférente
et inoffensive. L'homme venait aussi d'apercevoir Rabelais: il s'était
arrêté soudain en face de lui, dans une sorte d'attente et d'indécision.
Ils se trouvaient alors à cent pieds de distance l'un de l'autre, tous
deux absolument dégagés des ombres que projetaient les arbres dont ils
étaient entourés, mais cette distance était trop grande et la nuit trop
obscure, pour qu'ils pussent apprécier leurs intentions réciproques
d'après leur physionomie et leur contenance. Après quelques instants de
réflexion, Rabelais, remarquant que l'inconnu n'avait plus fait un pas,
ni en avant ni en arrière, marcha droit à lui et le vit s'éloigner tout
doucement et disparaître sans bruit. Il craignit alors de tomber dans
une embuscade et s'arrêta de nouveau. On n'entendait pas le plus léger
bruit.

[Illustration: L'enfant s'enfuit en courant et disparut.]

--Y a-t-il quelqu'un ici? demanda Rabelais à haute voix. La personne que
je suis venu chercher est-elle là?

Personne ne répondit, et aucun bruit vivant ne se fit entendre. Mais
tout à coup voici qu'une petite ombre se détache de la masse des
feuillages et s'approche de Rabelais, qui reconnaît bientôt un enfant,
mais ce n'était pas la jeune fille à qui il avait promis d'apporter son
pain cuit. L'enfant, dont on voyait briller les yeux comme deux charbons
ardents, ne prononçait pas une parole et continuait à s'avancer
délibérément jusqu'à ce qu'il fût devant Rabelais, qui n'eut que le
temps de l'examiner un moment. Cet enfant, âgé de neuf ou dix ans, avait
l'air sournois et malicieux, avec une physionomie très intelligente;
ses vêtements en haillons annonçaient la misère la plus sordide.
Il s'empara, sans façon, par un mouvement brusque et décidé, de la
corbeille que le curé de Meudon tenait à la main, et l'ayant enlevée
rapidement, il s'enfuit en courant et disparut. Rabelais ne put
s'empêcher de rire aux éclats.

--A la grâce de Dieu! dit-il à haute voix, en s'en allant. Voilà un
petit garçonnet, qui n'est ni manchot, ni boiteux, et qui prend son
bien, sans dire gare, ni merci.

Quelques jours s'écoulèrent, sans que le bon curé eût des nouvelles de
la jeune fille, qui n'avait pas reparu au four banal: il avait fait
savoir, dans le village, qu'il entendait qu'elle ne fût ni méprisée, ni
molestée, quand elle reviendrait. Elle n'était pas encore revenue. Quant
au petit voleur de pain, ce devait être, suivant les renseignements
qu'il avait pris avec bienveillance à Meudon et aux environs, le propre
frère de la jeune fille, un enfant qui n'avait pas même été baptisé,
disait-on et qui ne se montrait pas plus à l'église que sa soeur et ses
parents; ce qu'on n'aurait pas dû trouver étrange, puisqu'on assurait
qu'ils étaient tous de la religion juive.

Un soir que maître François Rabelais retournait, bien fatigué, à son
presbytère, après être allé par les bois de Meudon jusqu'au hameau de
Villacoublay, près de Vélisy, pour administrer les derniers sacrements à
un moribond, il se sépara tout à coup de son sacristain, qui portait les
saintes huiles et l'eau bénite; puis, il se mit à la recherche des vers
luisants qui brillaient dans les herbes, comme des feux follets, et il
en ramassa une quantité pour les rapporter dans son cabinet d'étude,
où il faisait de curieuses expériences sur la nature de la lumière
phosphorescente que ces insectes répandent autour d'eux durant les
chaudes nuits de l'été. Il n'avait pas pensé à se pourvoir d'une boîte
fermée afin d'y mettre le produit de sa chasse, sans l'endommager; mais
il eut bientôt imaginé un moyen de suppléer à l'absence de l'attirail
d'un naturaliste: il releva les bords de son grand chapeau, de manière
à former tout à l'entour une espèce de cuvette, dans laquelle il déposa
sur une jonchée d'herbes tous les vers luisants qu'il put recueillir, et
ces vers jetaient des éclairs intermittents qui l'environnaient
d'une auréole lumineuse. Il avait aussi ramassé à terre une grosse
chauve-souris, blessée par quelque oiseau de proie qui n'avait pas
réussi à l'emporter à moitié morte. Cette chauve-souris, qu'il voulait
conserver pour la disséquer et en étudier l'organisme anatomique, il eut
l'idée de l'attacher, sur le sommet de son chapeau, avec trois ou quatre
longues épingles qui lui avaient servi à relever sa robe sur ses genoux,
pour marcher plus librement, sans s'accrocher et se déchirer aux épines
des buissons de houx.

La lune était dans son plein quand il sortit du bois et marcha quelque
temps à découvert, dans un sentier peu fréquenté, qui traversait une
plaine aride, à peine cultivée sur quelques points, dans laquelle il
n'avait pas encore passé. Il aurait pu se croire égaré, s'il n'avait pas
su s'orienter par la position des étoiles, et il reconnut qu'après
avoir fait beaucoup de chemin, au hasard, dans la forêt, il se trouvait
presque à son point de départ, c'est-à-dire peu éloigné de Meudon, et
qu'il ne tarderait pas a rencontrer la grande route qui établissait une
communication directe entre ce village et le hameau de Vélisy. Le bon
curé avait donc erré deux ou trois heures dans les bois, et il s'en
apercevait à sa fatigue; mais il n'avait plus guère qu'une demi-lieue à
faire, pour rentrer dans son presbytère.

L'idée lui vint que l'endroit de la forêt où il était en ce moment ne
devait pas être autre chose que le _Camp des Sorcières_, cette plaine
déserte et mal famée, dont les gens du pays n'osaient point s'approcher,
surtout la nuit, parce qu'ils la regardaient comme hantée par les
sorciers et sorcières, qui y venaient faire le sabbat. Mais Rabelais
n'avait pas l'esprit accessible à ces croyances superstitieuses, et il
continua de marcher en avant, sans doubler le pas et sans éprouver la
moindre frayeur. Il se rappela, toutefois, que c'était dans ces parages
qu'un inconnu, qu'on nommait le Juif ou le Bohémien, avait pris
possession d'un coin de terre, pour y construire une pauvre cabane où il
demeurait avec sa famille.

Rabelais donc poursuivait tranquillement son chemin, au clair de la
lune, et le sentier qu'il suivait le rapprochait d'un bouquet de bois
qu'il avait à côtoyer pour atteindre la route de Meudon, quand tout à
coup il vit, à peu de distance de lui, un homme qui travaillait à la
terre en poussant de gros soupirs. Ces soupirs, il les avait entendus de
loin, sans se rendre compte de ce que pouvait être ce murmure lugubre et
intermittent. Il continuait à s'avancer vers cet homme, qui lui tournait
le dos et ne l'avait pas encore aperçu. La clarté de la lune lui
permettait de suivre tous les mouvements du personnage, qui avait le
corps courbé et la tête penchée vers le sol pierreux, qu'il remuait
péniblement à coups de pioche. Rabelais s'arrêta pour le regarder faire,
car il ne douta plus que ce fût un paysan malheureux qui labourait son
champ.

--Bonhomme! lui cria-t-il, que fais-tu là, dans ce lieu désert, à
l'heure où tout le monde dort?

L'homme se retourna vivement, à cet appel inattendu qui n'avait pourtant
rien de comminatoire ni d'impérieux, et il laissa tomber sa pioche, en
se jetant à genoux, car il n'eut pas la force de s'enfuir, et il resta
tout tremblant, tout frémissant, la tête basse, sans oser regarder
davantage la terrible apparition qu'il n'avait fait qu'entrevoir. C'est
que Rabelais, sous les rayons de la lune qui le mettaient en pleine
lumière, avait un aspect étrange et vraiment effroyable, pour qui ne
l'eût pas reconnu: les vers luisants qu'il avait recueillis entre les
bords de son chapeau lui faisaient une espèce de couronne de feu et
illuminaient de reflets fantastiques la chauve-souris morte qu'il avait
arborée comme un panache sur le haut de ce singulier chapeau; en outre,
il avait coupé, dans les bois, une bottelée de plantes médicinales qu'il
portait sur son épaule, et il tenait d'une autre main le produit de sa
chasse aux insectes, soigneusement enfermé dans un mouchoir. Il avait
l'air d'un véritable sorcier, mais il ne se rendait pas compte lui-même
de l'incroyable figure que lui donnait ce bizarre équipage.

[Illustration: Il avait l'air d'un véritable sorcier.]

--Eh bien, bonhomme, reprit-il avec moins de douceur et plus d'autorité,
ne veux-tu pas répondre à la question que je t'adresse? Qui es-tu? Que
fais-tu? Réponds, et vite!

--Hélas! mon bon seigneur, répondit d'une voix étranglée le pauvre homme
qui continuait à trembler et qui ne se relevait pas, je vous jure, par
Moïse et par Aaron, que je ne fais pas de mal. J'ai trouvé cette pièce
de terre inculte, qui semblait n'appartenir à personne, et j'y ai semé
des navets qui ne sont pas très bien venus, tant la terre de ce champ
est dure et ingrate. Voici que je suis en train de faire ma récolte, à
grand'peine et à grand effort, mon doux seigneur, attendu que je suis
bien malade!

--Quand on est malade, on garde le lit, repartit Rabelais avec un
sentiment de défiance mêlé de commisération. A-t-on vu jamais un malade
quitter sa couche, à la mi-nuit, pour s'en venir piocher la terre, au
clair de la lune?

--Hélas! seigneur mon Dieu! s'écria douloureusement le laboureur
nocturne: qu'est-ce qui nourrira ma pauvre femme et mes pauvres enfants,
si je ne travaille pas pour eux jusqu'à la mort?

--Tu as femme et enfants, dit Rabelais avec une profonde pitié, et tu es
pauvre? et tu es malade?

--Bien malade! bien pauvre! répliqua l'homme, qui n'avait pas même la
force de se remettre sur pied. Oh! bien malade, mon vénérable seigneur!
Aussi mieux vaudrait-il que je fusse déjà mort.

--Quand on est malade et bien malade, dit Rabelais, on envoie quérir le
médecin et l'on se soigne, pour guérir, s'il plaît à Dieu. Or çà, mon
brave homme, quel est donc le mal qui te tourmente?

--Je n'ose pas l'avouer, mon très vénéré seigneur! répondit en hésitant
le misérable, qui recommençait à trembler de tous ses membres. Ah! je
vous en conjure, ne le dites pas aux gens du pays! ils me chasseraient à
coups de fourche.... Je suis maudit du Dieu d'Israël et maudit de tous
les dieux, puisque j'ai la lèpre.

--La lèpre! répéta Rabelais, la lèpre! C'est une grande maladie et
difficile à traiter. Nous y aviserons toutefois. Mon ami, ayez foi en
Dieu, n'importe lequel, celui des juifs ou celui des chrétiens, et Dieu
vous guérira.

--A Dieu plaise, mon cher seigneur! murmura l'homme, qui était parvenu à
se relever et qui ne songeait plus qu'à s'évader.

--Écoute-moi et fais ce que je t'ordonne, dit Rabelais: tu vas quitter
ton travail et partir d'ici, sans tourner la tête, ni regarder derrière
toi, en laissant là ta pioche et le panier où tu devais mettre les
navets; demain, au jour levé, tu reviendras ici et trouveras besogne
faite. Mais va-t'en de ce pas te recoucher et dormir, si tu peux, après
avoir prié Dieu, en lui demandant humblement et pieusement qu'il daigne
te rendre la santé.

--Il y a cinq ans que je le prie, répliqua le pauvre homme avec
amertume, et le mal n'a fait qu'empirer, ce qui témoigne manifestement
que le Seigneur m'a maudit et ne veut pas me guérir.

--Ne blasphème pas, mon ami, lui dit Rabelais avec un geste impératif:
aie foi en la bonté et la miséricorde de Dieu!

Le lépreux n'essaya pas de résister à l'ordre qu'on lui donnait d'une
manière si solennelle, d'autant plus qu'en se relevant il avait
contemplé avec effroi l'être extraordinaire qui était devant lui, et
qu'il prenait pour un sorcier ou pour un spectre. Il obéit donc en
silence et s'éloigna aussitôt. Rabelais exécuta immédiatement le projet
qu'il avait conçu. Il ne pensait plus à la fatigue qu'il ressentait
avant d'avoir rencontré sur son chemin le pauvre lépreux. Il se
débarrassa lestement de son chapeau lumineux, de sa gerbe de plantes
et de feuillages, de sa collection d'insectes et de petits animaux
nocturnes; il ôta sa robe et sa casaque de dessous, qui auraient gêné
ses mouvements; puis, en manches de chemise, comme un moissonneur, il
saisit la pioche et s'en servit d'une main vigoureuse pour remuer la
terre et en arracher les navets qui y avaient poussé. La besogne fut
longue et pénible, mais, au bout de trois heures de travail, il avait
fini de retourner le petit champ de navets, et la récolte qu'il en avait
tirée formait un tas considérable, qu'il devait laisser sous la garde
de Dieu avec la pioche dont il s'était mieux servi que le malheureux
propriétaire de la culture. On n'avait pas lieu de craindre les voleurs
dans un endroit aussi désert.

Rabelais, au moment de se r'habiller et de se remettre en route, ne
rattacha pas son escarcelle, grosse bourse en cuir, fermée par un
ressort de cuivre, qu'il portait d'ordinaire sous ses vêtements; il la
cacha parmi les navets, qui la couvrirent entièrement de leurs feuilles.
Il n'avait pas songé à vérifier quelle pouvait être la somme d'argent
contenue dans cette bourse, qu'il avait apportée vide au château de
Meudon et qu'il en avait rapportée pleine peu de jours auparavant, mais
les aumônes, qu'il répandait à pleines mains, avaient déjà sans doute
beaucoup diminué le petit trésor dont la duchesse de Guise lui confiait
la distribution charitable. Il se hâta de reprendre ses habits, son
chapeau et son butin de naturaliste; puis, après avoir remercié Dieu qui
lui donnait encore la force et les moyens d'être utile à un malheureux,
il se remit en marche et ne tarda pas à gagner Meudon, lorsque les
premières lueurs matinales commençaient à monter dans le ciel et à dorer
l'horizon.

[Illustration: Le sacristain avait fini par s'endormir.]

Il n'avait rencontré personne sur son chemin et il n'eut pas besoin
d'expliquer les causes de sa présence dans la campagne à une heure aussi
indue. Il était accablé de fatigue en rentrant au presbytère, où son
sacristain l'avait attendu une partie de la nuit, avec l'inquiétude
de ne pas le voir revenir. Rabelais n'eut garde d'éveiller ce fidèle
serviteur, qui avait fini par s'endormir profondément, et dès qu'il se
fut couché, sans l'éveiller, il s'endormit lui-même d'un sommeil plus
profond, de telle sorte qu'il n'entendit pas sonner l'Angélus et qu'il
dormait encore de bon coeur, quand le sacristain, qui s'inquiétait de ce
sommeil prolongé, entra dans la chambre du curé.

--Guillot, mon ami, je ne dirai pas ma messe aujourd'hui, s'écria
Rabelais, qui s'était réveillé en sursaut: il me faut aller visiter un
malade.

--Par Notre-Dame! monsieur le curé, répliqua le sacristain avec une
douce et familière gaîté, l'heure de la messe est passée depuis
longtemps.

--En vérité, je ne croyais pas qu'il fût si tard, dit Rabelais en se
hâtant de se vêtir. Je me suis oublié, cette nuit, à chercher des
simples et des insectes dans les bois, et j'ai fait belle chasse, je
t'assure.

--Ah! monsieur le curé, reprit Guillot en soupirant, comment vous
amusez-vous à ramasser toutes ces mauvaises herbes et toutes ces
vilaines bêtes, dont vous remplissez notre saint presbytère? Il y a là,
Dieu me pardonne, une chouette ou un hibou....

--Non, c'est une chauve-souris, interrompit d'un air placide le curé
naturaliste: ce n'est pas moi qui l'ai tuée, car je ne me résigne
pas volontiers à faire mourir des êtres qui ont vie. Cette pauvre
chauve-souris est morte des blessures que lui avait faites un méchant
oiseau de proie. J'ai là des grenouilles et des crapauds, qui doivent
être encore vivants; j'ai aussi quantité de beaux insectes, que je
compte fort conserver en leur donnant de quoi se nourrir, mais je crains
bien que mes vers luisants soient éteints pour toujours. Ce sont comme
de petites lanternes que la nature allume le soir dans les bois, je ne
sais par quel mystère ni pour quel usage. Tout a sa raison d'être, tout
a son objet et son but, dans les choses de la nature.

Le sacristain Guillot n'était plus là pour écouter les réflexions
savantes et philosophiques de son curé; on avait frappé à la porte du
presbytère, et il était allé ouvrir. Il revint, quelques instants après,
annoncer au curé, qu'un enfant en guenilles, qui ne pouvait être qu'un
mendiant, demandait instamment à le voir, et attendait, à la porte, la
tête et les pieds nus, que M. le recteur daignât lui accorder quelques
minutes d'audience.

--Un enfant! dit Rabelais, de bonne humeur: selon les paroles de
l'Évangile, laissez toujours venir à moi les petits enfants.

--Ce petit bonhomme n'est pas de notre paroisse, reprit le sacristain en
s'en allant, et je le regrette fort, car nous en ferions un joli enfant
de choeur.

Rabelais avait passé dans son cabinet d'étude, pour recevoir cet enfant,
que lui amenait le sacristain, et qui s'arrêta sur le seuil, tout étonné
et troublé du spectacle étrange que présentait ce cabinet de naturaliste
et de savant. La chambre était tapissée de vieux livres, de gros volumes
reliés en parchemin, et surtout de toiles d'araignées; des poissons
desséchés et vernis pendaient au plafond; sur la table de travail, des
manuscrits et des livres ouverts les uns sur les autres, des papiers
entassés ou épars, noircis d'encre; des plumes, des compas, des
télescopes; dans un coin de cette chambre remplie de poussière, un
atelier d'alchimiste, un fourneau avec des alambics, des cornues, des
creusets, et des vases en verre ou en cuivre de toutes formes; dans un
autre coin, un bahut ou armoire en bois de chêne, surchargé de pots, de
fioles, de bouteilles, de _silènes_ ou boîtes en fayence et en plomb,
contenant des onguents et des élixirs de pharmacie; enfin, çà et là, au
milieu du cabinet, des animaux quadrupèdes empaillés, des amas d'herbes
et de plantes médicinales, des mappemondes et des sphères astronomiques,
des sièges et des escabeaux encombrés d'un pêle-mêle d'objets divers de
toute espèce, applicables à différents usages de science et d'art.

Le curé, assis dans une grande _chaire_ ou fauteuil en bois sculpté,
accueillit par un sourire avenant et de bon augure l'enfant qui
s'avançait timidement, les yeux baissés, derrière le sacristain. Cet
enfant avait la figure la plus intelligente et la plus malicieuse.
Rabelais reconnut aussitôt le petit démon, leste et hardi, qui, un soir
précédent, lui avait enlevé des mains la corbeille de pain sortant du
four banal de Meudon.

--C'est toi, lui dit le curé en éclatant de rire, c'est toi, n'est-ce
pas, qui vins prendre, l'autre soir, le pain cuit que j'allais rendre
à ta soeur? Je te reproche seulement d'avoir décampé trop vite, car je
n'ai pas eu le temps de te donner quelque chose, pour t'empêcher de
manger ton pain sec. Ne rougis pas, mon garçon, et ne sois pas en peine
de t'excuser de ton escapade; il y avait faim chez tes pauvres père et
mère, je m'en doute, et il te faut louer, au contraire, d'avoir avisé
au plus pressé, en pareil cas; quant à moi, je pouvais attendre sans
inconvénient, et j'ai donc attendu ton retour jusqu'à présent. Or çà,
voyons ce qu'on peut faire pour venir en aide à ta famille.

L'enfant, qui avait écouté, sans répondre, cette allocution paternelle,
n'y répondit pas davantage, quand elle fut terminée, mais il vint, tout
ému, s'agenouiller aux pieds de Rabelais, avec un pieux respect, et lui
tendit en silence l'escarcelle, que celui-ci avait laissée exprès, la
nuit même, parmi les navets entassés dans le champ du lépreux.

--Va-t'en voir à la cuisine si le four chauffe, dit le curé, en
congédiant son sacristain que la curiosité avait fait témoin de cette
scène touchante. Dépêche, et mets la nappe, pour que nous allions savoir
si le vin est tiré.

En même temps, il relevait doucement l'enfant, qui eût voulu rester à
genoux devant lui, et il l'attirait avec bonté dans ses bras, sans
avoir repris la bourse que cet enfant était venu lui rapporter dans une
intention de probité délicate, qu'on devinait de prime abord.

--Monseigneur le curé, lui dit l'enfant les larmes aux yeux, ce matin,
mon père a trouvé dans son champ cette escarcelle qui vous appartient,
puisque votre nom est gravé dessus, et il m'a envoyé au plus tôt vous la
remettre, pensant bien que quelqu'un vous l'avait volée.

--Non, mon cher enfant, répondit Rabelais avec émotion, cette escarcelle
je vous la donne de bon coeur, avec le peu d'argent qu'elle renferme, en
regrettant qu'elle n'en contienne pas davantage.

--Mon père m'a ordonné, continua l'enfant, de vous déclarer, sur sa foi,
qu'il ne l'a pas ouverte et qu'il ignore ce qu'elle peut contenir. Il
s'excuse très humblement de ne vous l'avoir rapportée lui-même, mais mon
bien-aimé père est bien malade.

--Nous irons le visiter tout à l'heure, répliqua Rabelais qui admirait
la probité de ces pauvres gens; oui, mon fils, nous irons ensemble, et
avec l'aide de Dieu, j'ai bel espoir que nous le guérirons.

Rabelais avait repris enfin l'escarcelle, qui portait cette inscription
en or, gravée sur le cuir noir dont elle était faite: _A messire
François Rabelais, trésorier des pauvres de Jésus-Christ_; il l'ouvrit,
pour savoir ce qu'il y avait dedans et il en tira vingt écus d'or, qu'il
étala, tout neufs et tout brillants, sur le bord de la table. L'enfant
fixait sur cet or des yeux émerveillés, comme s'il n'en eût jamais
vu. Le bon curé réfléchit un instant, puis il étendit la main vers un
coffret de fer ciselé, à demi caché sous les papiers dont la table était
couverte; il l'ouvrit en faisant jouer un ressort qui le fermait et il
y prit dix pièces d'or, qu'il réunit aux premières; il remit ensuite le
tout dans l'escarcelle, qu'il fit disparaître dans une des poches de sa
robe.

--Nous allons déjeuner avant de partir, dit Rabelais à l'enfant qui ne
revenait pas encore de son étonnement admiratif. Il y a loin d'ici
au Camp des Sorcières! Je m'aperçois que nous avons l'un et l'autre
l'estomac aussi vide que la bourse d'un pauvre homme.

Il emmena l'enfant, par la main, dans une salle basse, où la table était
copieusement servie: un jambon, des andouilles fumées sortant de dessus
le gril, un chapon gras sortant de la broche et deux flacons de vin
rouge et blanc. L'enfant aspirait délicieusement l'odeur de la chair
cuite, et regardait d'un oeil stupéfait les apprêts de ce succulent
repas.

--Nous ne mangerons qu'une bouchée, dit Rabelais, et ne boirons qu'un
coup de vin pour nous donner coeur au ventre. Mange et bois, mon fils!
Que la sainte bénédiction de Dieu descende sur ta pauvre et honnête
famille!

Il avait servi lui-même son jeune convive, qui hésitait encore à manger
et à boire, mais qui bientôt, encouragé par la bonne humeur du curé, se
mit à l'imiter à belles dents et à plein gosier. Il buvait et mangeait
comme s'il avait soif et faim depuis six mois. Rabelais se réjouissait
de lui voir ce furieux appétit, et il lui donnait l'exemple à plaisir.

--Dis-moi, petit, lui demanda-t-il, lequel de vous sait donc lire dans
la famille?

--Nous savons tous lire, monseigneur le curé, répondit l'enfant le plus
simplement du monde.

--Tous? s'écria Rabelais surpris et charmé. Voilà de braves et dignes
gens! La fille et le fils savent lire aussi! Ne veux-tu pas rester avec
moi, mon cher enfant, ajouta-t-il, en l'embrassant encore une fois comme
un père.

--Oh! bien volontiers, reprit l'enfant avec une vive émotion, oui,
volontiers, monseigneur le curé! Mais vous me permettrez de voir souvent
mon père, et ma mère, et ma soeur?

--Assurément, dit Rabelais. Ce n'est pas moi, Dieu merci, qui voudrais
séparer à toujours l'enfant de son père et de sa mère! Çà, mon cher
fils, quel est ton nom de baptême? Que je puisse te donner ce nom
désormais, comme si j'étais ton second père, ton père adoptif. Je ferai
de toi un gentil enfant de choeur, et tu seras, un jour, après moi, curé
de Meudon, si le bon Dieu te fait cette grâce.

--Je me nomme Thadée, répondit tristement l'enfant après un moment de
silence et de réflexion, mais je ne puis être ni enfant de choeur, ni
curé, mon très vénéré seigneur, puisque je suis né israélite.

Rabelais respecta les scrupules religieux de cet enfant, qui avait été
élevé dans la foi de ses pères, et il n'ajouta pas une parole qui fût de
nature à le troubler et à le chagriner à cet égard; mais, ayant remarqué
que le petit Thadée n'oubliait pas ses parents, puisqu'il mettait de
côté pour eux une partie des aliments qui lui étaient attribués et qu'il
semblait ne toucher qu'à regret, Rabelais appela son sacristain, et lui
ordonna de rassembler dans un panier tout ce qui se trouvait sur la
table et d'attacher le panier sur la selle de l'ânesse du presbytère.

--Tu viendras avec nous, Guillot, lui dit-il; tu conduiras l'ânesse par
le licou, et si j'étais trop fatigué de la route, tu me ramènerais, sur
l'ânesse, à Meudon, comme notre Seigneur Jésus entrant à Jérusalem pour
s'y faire crucifier.

--Est-il possible, monsieur le curé, répondit à voix basse le
sacristain, qui avait écouté à la porte l'entretien de Rabelais avec
l'enfant, est-il possible que vous vouliez nous mener chez des juifs,
avec ce petit fils de Barrabas et de Judas?

--Guillot, interrompit sévèrement le curé, j'aime mieux un juif honnête
homme, qu'un chrétien malhonnête!

Le cortège se mit en marche: Guillot conduisant l'ânesse avec les
victuailles, et faisant assez piteuse mine; Rabelais, en costume
ecclésiastique, tenant par la main l'enfant, qui avait honte de se
montrer, nu-pieds et tête nue, auprès du curé de Meudon. On regardait,
en effet, avec surprise, ce bizarre cortège. Un page de la maison de
Lorraine arriva, sur ces entrefaites, et resta confondu, en voyant M.
_le Recteur_, ainsi qu'on le qualifiait au château, donner la main à un
petit gueux déguenillé et sans souliers. Il venait, de la part de la
duchesse de Guise, saluer Rabelais et l'inviter à souper ce soir-là.
Rabelais fit réponse qu'il s'y rendrait certainement, d'autant plus
qu'il aurait une belle histoire à conter à la bonne duchesse et une
belle oeuvre de charité à lui proposer.

[Illustration: On regardait avec surprise ce bizarre cortège.]

Le petit Thadée se chargea d'indiquer le meilleur chemin et le plus
court, que Rabelais ne connaissait pas, pour arriver à la plaine du
Camp des Sorcières, où le sacristain, qui en avait ouï parler en assez
mauvaise part, ne se trouva pas trop rassuré, quoiqu'il fit grand jour
et que les sorciers qu'on accusait d'y tenir leurs assemblées fussent
sans doute occupés ailleurs. C'était un lieu d'un aspect sauvage, mais
très pittoresque, dans lequel on était bien sûr de ne rencontrer jamais
âme vivante. Voilà pourquoi le lépreux y avait élu domicile avec sa
famille; il avait construit, de ses mains, dans le fourré du bois le
plus épais, une cahute en torchis, qui était un mortier composé de terre
glaise et de paille hachée, sans autre toit qu'une couverture de gazon
et de mousse appliqués sur quelques grosses branches, sans autre porte
que des branchages entrelacés assez ingénieusement et entremêlés de
bruyère et d'épines. Rabelais dit à son sacristain de rester en arrière
avec l'ânesse et d'attendre qu'on le vînt avertir d'apporter le panier
de provisions. Le pauvre Guillot vit avec terreur qu'on allait le
laisser seul dans un endroit aussi désert et aussi mal famé: il se mit à
pleurer, comme un enfant peureux.

--Que vais-je devenir ici? disait-il tout éploré. Il y aura quelque
sorcier qui me tordra le cou, sinon quelque sorcière qui m'emportera
en enfer sur son balai! Monsieur le curé, ayez pitié de moi et ne
m'abandonnez pas, sans m'avoir donné l'absolution.

--Tant que tu resteras avec l'ânesse, tu n'as rien à craindre, lui cria
Rabelais en s'éloignant: le diable respecte les bêtes et les tient pour
ce qu'elles sont, en se disant qu'il n'y a pas là d'âme à prendre!

L'enfant avait quitté la main du curé et courait en avant pour prévenir
sa famille: la porte de la cabane était ouverte, mais on ne voyait
paraître que la jeune fille, rouge d'émotion et tremblante d'embarras,
que son frère poussait devant lui, en l'empêchant de se dérober à cette
présentation inattendue et forcée. Rabelais remarqua que cette
fille était fort belle, sous ses haillons ignobles et que sa figure
intéressante se recommandait par une expression de candeur pudique et de
noble fierté. Il fut touché de commisération, en s'apercevant que cette
pauvre jeune fille avait à peine les vêtements indispensables pour se
préserver des atteintes du froid.

--Mon enfant, lui dit Rabelais avec douceur et intérêt, je vous prie de
vouloir bien prévenir votre père et votre mère, que c'est le curé de
Meudon qui s'en vient les voir et leur porter des consolations.

--Mon bon seigneur, répondit la jeune fille avec déférence et
simplicité, votre Eminence daignera excuser mon père et ma mère, s'ils
ne s'empressent d'aller au devant d'un si vénérable personnage que vous
êtes. Ils ne sauraient bouger de leur lit, tant ils sont malades et
rendus de fatigue l'un et l'autre: mon père a travaillé aux champs,
cette nuit et ce matin; ma mère est quasi toute paralysée et percluse de
tous ses membres, depuis le dernier hiver.

--Je ne suis pas une Éminence, mon enfant, reprit Rabelais, je suis
votre frère en Jésus-Christ, qui veut vous consoler; je suis votre
médecin, qui veut vous guérir.

--Sara! dit le frère à sa soeur, avec un élan de reconnaissance:
monsieur le curé est si bon, si bienfaisant, si généreux, que c'est
comme un ange du Seigneur, qui vient nous visiter dans notre affliction.

Sara et Thadée annoncèrent, par un geste respectueux, que le curé
n'avait qu'à les suivre, et ils entrèrent les premiers, en disant:
«Notre père, notre mère! Voici l'envoyé du Seigneur! Que le saint nom du
Seigneur soit béni!»

Rabelais, en pénétrant derrière eux dans la cabane, où régnait une
demi-obscurité, entendit deux profonds soupirs mêlés de sanglots, qui
partaient de l'endroit le plus sombre de cette misérable demeure et qui
le dirigèrent vers les deux malades couchés côte à côte sur des feuilles
sèches recouvertes d'une vieille serpillière, grosse toile d'emballage
qui leur tenait lieu de draps, et enveloppés d'une horrible couverture
de laine, usée, déchirée, et aussi noire qu'un drap mortuaire. La porte
entr'ouverte faisait entrer assez de jour dans ce triste réduit pour
que Rabelais pût distinguer les deux compagnons de cet affreux lit de
misère: la femme, dont le visage cadavéreux ressemblait à celui d'une
morte; le mari, qui n'avait plus figure humaine, la lèpre ayant envahi
son visage et confondu tous ses traits dans une plaie vive et purulente,
où les yeux seuls avaient encore de la vie et de l'expression, Rabelais,
à cet aspect, éprouva un invincible sentiment d'horreur et de pitié.

--Que le bon Dieu vous bénisse, pauvres gens! dit-il, en se penchant
vers eux. Rappelez-vous que le seigneur Job, sur son fumier, quoique
moribond et couvert de plaies, adorait encore la main de Dieu qui
l'avait frappé et le glorifiait avec révérence dans le secret de sa
sainte volonté.

--Si je n'avais foi en Dieu, comme Job, répondit d'une voix caverneuse
le pauvre lépreux, je n'aurais pas supporté jusqu'à présent le fardeau
de la vie! Depuis tantôt un an, j'ai été tout à coup affligé de la
lèpre, qui me fait souffrir mille morts et me rend un objet d'horreur à
moi-même; depuis tantôt un an, j'ai perdu tout ce que j'avais loyalement
acquis dans le négoce et qui était la fortune de mes enfants; depuis
tantôt un an, ma bien chère femme est atteinte de paralysie et ne peut
plus se mouvoir; depuis tantôt un an, mes deux chers enfants sont sans
habits, sans chaussures, sans linge, et souffrent avec constance et
résignation tout ce qu'on peut souffrir du froid, de la misère, et
souvent de la faim... Eh bien! ceux de ma race et de ma religion m'ont
fermé leur coeur et leur bourse, et je n'ai trouvé que vous, monsieur
le curé, vous prêtre chrétien, qui daignez me porter secours et vous
intéresser à ma déplorable et irréparable situation! Vous seul au monde
m'avez pris en pitié.

--Je ferai de mon mieux, et Dieu fera le reste! dit Rabelais, dont Sara
et Thadée baisèrent les mains.

--Monsieur le curé, lui dit tout bas l'enfant, vous plaît-il que j'aille
quérir un peu de nourriture pour mon père, qui meurt quasi de besoin et
qui n'a rien mangé depuis hier?

--Est-il vrai, ajouta la jeune fille, à qui son frère avait eu le temps
de rendre compte de sa mission au presbytère de Meudon, est-il vrai, mon
vénéré seigneur, que je puisse offrir quelques gouttes de vin à ma mère,
qui s'en va trépasser d'inanition et de faiblesse?

Rabelais n'avait pas entendu la fin de cette supplique filiale; il
s'était élancé hors de la cabane, pour appeler Guillot et faire apporter
le panier qu'il avait eu la précaution de bien remplir; rien n'y
manquait, ni le vin, ni pain, ni les viandes froides. Ce fut lui-même
qui déposa ce panier devant le grabat des deux malades et qui leur
présenta de sa propre main les aliments qu'ils acceptèrent avec
reconnaissance. Il assistait en silence à ce spectacle émouvant et
terrible de la faim, d'une faim aux abois, qu'on semblerait ne pouvoir
jamais apaiser, et qu'il faut pourtant contenir par prudence.

--Et toi, Sara, dit Thadée à sa soeur, qui n'osait pas prendre sa part
de ce repas qu'elle contemplait avec un oeil d'envie, n'as-tu pas une
aussi belle faim que nos pauvres parents? Approche, soeur, et fais
grande chère avec eux. Quant à moi, j'ai dîné chez monseigneur le curé.

On n'entendait, dans la cabane, que le bruit continu de trois mâchoires
en mouvement, qui dévoraient à belles dents la nourriture que Rabelais
lui-même leur distribuait par petites portions, en leur recommandant
vainement de modérer et de restreindre leur insatiable appétit.

--Pauvres gens! murmurait-il, en sentant ses yeux se mouiller de larmes.
Ils seraient morts tous, si nous ne fussions venus à leur secours.
Arrêtez-vous, mes amis, je vous en conjure, et restez un peu sur votre
faim, pour ne pas mourir de l'avoir satisfaite outre mesure. Je vais
dire les Grâces, à la levée de table: associez-vous d'intention à ma
prière, en vous tenant pour assurés que vous mangerez à présent tous les
jours.

Rabelais, en effet, prononça la prière des Grâces en latin, comme si ses
trois convives eussent été les meilleurs catholiques du monde, et il
admira leur pieuse contenance pendant cette courte prière qu'ils ne
comprenaient pas. La reconnaissance de l'homme envers Dieu est un
principe de toutes les religions.

--Monsieur le curé, notre sauveur, dit le lépreux dès qu'il put parler,
mon fils Thadée vous a rendu la bourse avec tout ce qu'elle contenait,
car je vous jure, par la loi de Moïse, que je ne l'ai pas ouverte.

--Oui, mon pauvre homme, répondit Rabelais en la sortant de sa poche et
en l'ouvrant pour en retirer le contenu. Je garderai cette escarcelle,
qui m'a été donnée par la bonne madame de Guise, mais ce qui est dedans
vous appartient, par droit coutumier, puisque c'est vous qui l'avez
trouvé, ce matin, dans votre champ.

--Le champ n'est point à moi, reprit l'honnête juif, qui refusait
d'accepter ce que Rabelais voulait lui mettre dans la main: ce champ
était en friche et paraissait n'avoir pas de maître; je l'ai cultivé
en pleine nuit, et j'ai cru pouvoir, sans faire tort à personne, m'en
approprier la récolte, une chétive récolte de navets, la terre n'ayant
pas été fumée et même suffisamment remuée... Dieu d'Abraham! de l'or!
s'écria-t-il, en voyant briller les pièces d'or que le curé l'avait
forcé de recevoir. Ne serait-ce pas une illusion, une tromperie du
sorcier, que j'ai vu, cette nuit, dans le champ?

--Quel sorcier? lui demanda Rabelais, qui avait oublié la scène de la
nuit et qui pensa que son malade devenait fou.

--Ah! monsieur le curé, dit le juif, qui ne cessait de faire sonner les
pièces d'or dans sa main, c'est une bien redoutable aventure: j'étais
allé, vers minuit, dans ce champ, qui ne m'appartient pas, arracher les
navets qui y avaient poussé. Ce devait être notre repas de famille; on
l'attendait avec grande impatience chez nous, car personne n'avait mangé
depuis la veille. J'avais à peine la force de manier la pioche et de
faire sortir les navets de terre. Voici qu'un sorcier m'apparaît tout à
coup; il avait la face lumineuse d'un être infernal; il portait sur sa
tête un grand oiseau qui battait des ailes, en hululant comme un hibou,
et autour de cet oiseau diabolique s'élevaient des flammes qui ne
l'atteignaient pas, mais dont je sentais à distance la chaleur brûlante.
Ce sorcier avait sur son épaule une botte de ces plantes vénéneuses
qu'on ne cueille qu'au sabbat et qui ne poussent que dans les
cimetières; il tenait à la main un paquet taché de sang...

Rabelais interrompit par de bruyants éclats de rire le narrateur, qui
s'arrêta dans son récit, sans se rendre compte de l'excès de gaieté
qu'il avait provoqué. Il s'était tu, tout troublé, et Rabelais riait
toujours.

--Le sorcier, c'était moi! s'écria le curé, avec de nouveaux éclats de
rire. C'était moi, vous dis-je, mes bons amis, et je vous assure que je
ne fus jamais le moindrement sorcier et n'ai pas souci de le devenir.

--Ne savez-vous pas, repartit le juif, que n'avaient pas convaincu les
affirmations du curé, ne savez-vous pas que ce lieu-là s'appelle le Camp
des Sorcières, et que tous les sorciers des environs y vont faire leur
sabbat?

--Mon ami, dit Rabelais, qui avait cessé de rire, il n'y a pas d'autres
sorciers que les méchants et les fourbes. Il n'y a de sabbat, que celui
qui se fait dans les mauvais ménages ou bien chez les ivrognes et les
libertins.

--Ecoutez la suite, monsieur le curé, répliqua le lépreux, dont la
croyance aux sorciers n'était pas encore ébranlée: j'ai voulu fuir, mais
il semblait que mes pieds fussent attachés au sol, et je ne pouvais
remuer de la place où j'étais. Le sorcier m'ordonna de laisser là ma
pioche et de partir de là, sans tourner la tête. Aussitôt je retrouvai
la force de me mouvoir, et je m'enfuis à toutes jambes. Quand je fus à
quelque distance, je tournai la tête, malgré le commandement du sorcier,
et ne vis plus les flammes, ni l'oiseau, ni l'homme à la face lumineuse.
Je n'osai toutefois retourner sur mes pas, et ce matin, quand il fut
grand jour, j'allai au champ, et trouvai que la récolte des navets avait
été faite et très soigneusement faite par le sorcier...

--C'était moi, vous dis-je! interrompit Rabelais, en recommençant à
rire. C'était moi, le sorcier, moi, moi, moi!

--Qui donc avait arraché les navets? repartit le juif, qui refusait de
croire à l'assertion de Rabelais. Qui donc les avait mis en tas avec
tant de savoir-faire? Qui donc avait caché parmi les navets l'escarcelle
pleine d'or?

--C'était moi! répliqua Rabelais. Vous aviez semé, bonnes gens, et j'ai
fait pour vous la moisson, à telle enseigne que je suis encore fatigué
et plus fatigué qu'un sorcier ne pourrait l'être. Croyez en Dieu, mes
enfants, ajouta-t-il, et ne croyez pas aux sorciers!

Il s'était levé pour prendre congé de la famille, qu'il venait de sauver
d'une mort certaine et qu'il promettait de ne pas abandonner. Il fut
suivi par le père et les enfants, qui le comblaient de bénédictions,
auxquelles la femme paralytique unissait mentalement les siennes.
Rabelais les quitta, en s'engageant à revenir les voir le lendemain et
en leur conseillant de se défier maintenant des voleurs plutôt que des
sorciers, puisqu'il leur laissait un petit pécule pour subvenir à leurs
premières nécessités. Il monta sur l'ânesse du presbytère et se fit
conduire, par son sacristain, au château de Meudon.

--Madame, dit-il en arrivant, à la duchesse de Guise, je vous apporte
une bonne action à faire pour gagner des bénédictions en ce monde et des
indulgences dans l'autre, où je souhaite que vous alliez le plus tard
possible.

--Que faut-il faire pour cela? répondit la duchesse. Je vous remercie
d'avance, monsieur le curé, de me faire participer à une de vos oeuvres
de charité. Mais de quoi s'agit-il?

[Illustration: Madame, je vous apporte une bonne action à faire.]

--Il s'agit, dit Rabelais, de guérir un lépreux et une paralytique, de
donner le gîte, la nourriture et le vêtement à quatre misérables, qui,
depuis un an et plus, souffrent du froid, de la faim et de toutes les
privations; il s'agit de convertir quatre juifs à notre sainte religion,
de marier une jolie fillette et de donner un enfant de choeur au curé de
Meudon.

Rabelais raconta son aventure avec une éloquence qui mit les larmes aux
yeux de la duchesse et qui en même temps la fît rire de bon coeur. Elle
promit tout ce que voulait son bon curé, et le duc de Guise, qui se
fit conter l'histoire pendant le souper et qui en fut aussi touché que
diverti, déclara, en riant, qu'il entendait être le parrain du petit
juif, que Rabelais se proposait de baptiser lui-même.

--Et moi, dit la duchesse, je serai la marraine de la petite juive, que
je dois marier, quand elle aura l'âge, en la dotant et en l'attachant à
mon service.

--Hélas! madame, dit le bon curé de Meudon avec un triste pressentiment,
je crains bien que ce ne soit pas moi qui fasse ce beau mariage, car je
suis bien vieux et je sens que je touche à la fin de ma carrière, mais,
du moins, ajouta-t-il en riant, j'espère avoir le temps de baptiser un
juif et d'en faire un gentil enfant de choeur.

Rabelais mourut l'année suivante. Au lit de mort, le joyeux auteur du
roman de Gargantua et de Pantagruel put se dire qu'il avait converti
quatre juifs au christianisme et qu'il laissait, après lui, pour
répondre aux calomnies de ses ennemis, quatre bons chrétiens de sa
façon.



LES

PRESSENTIMENTS MATERNELS

DE MADAME DESROCHES

(1571)


Dans une maison d'un des faubourgs de la ville de Poitiers, demeurait,
au XVIe siècle, une dame aveugle, avec sa fille unique, nommée
Catherine. Cette dame, encore jeune, avait perdu la vue, disait-on, par
suite d'un accident. Elle possédait une fortune indépendante, qui lui
venait de son mari, qu'elle avait vu mourir peu d'années après son
mariage; elle se faisait appeler madame Madeleine Neveu, mais on
assurait que ce n'était pas son véritable nom et que, du vivant de son
mari, qui devait être de bonne noblesse, elle avait habité, sous un
autre nom, une ville de la Bourgogne, car elle conservait de grands
biens en terres et en vignobles dans cette province. Jamais elle ne
parlait de sa famille, ni de sa fortune, ni de son époux défunt.
Elle vivait très retirée, ne s'occupant que de bonnes oeuvres et de
l'éducation de sa fille, âgée alors de 14 ou 15 ans, aussi belle et
aussi gracieuse que simple et modeste, intelligente et naïve à la
fois, et beaucoup plus instruite que ne l'étaient à cette époque les
demoiselles de qualité.

[Illustration: La mère et la fille s'entretenaient ensemble]

Un matin de printemps, en l'année 1571, la mère et la fille
s'entretenaient ensemble dans une vaste chambre, sombre et froide, où
elles couchaient l'une près de l'autre, la mère dans un lit immense,
entouré de courtines ou tentures de laine, toujours fermées, pour
empêcher les courants d'air, la fille dans un petit lit bas et sans
rideaux, car celle ci, depuis plus de dix ans, avait pris à tâche de
soigner sa mère et de veiller sur elle jour et nuit.

--Chère mère, disait Catherine, vous étiez terriblement agitée dans
votre sommeil. Vous avez plus d'une fois parlé à haute voix, en
invoquant Dieu et lui demandant grâce avec tant de ferveur et de foi,
que je retenais mon haleine, dans la crainte de vous éveiller et
d'interrompre quelque beau rêve.

--Plût à Dieu que tu l'eusses fait, mon enfant! s'écria madame Neveu,
car ce rêve avait de profondes émotions, et après avoir failli mourir de
joie, j'en ai failli mourir de douleur.


--Vous m'avez mainte fois assurée, reprit Catherine, que les rêves ont
une origine bienfaisante ou funeste, divine ou infernale, quand ils
expliquent le passé et révèlent l'avenir. Telle était sans doute
l'opinion des anciens sur la nature des songes, comme je le lisais
encore hier dans les livres de Plutarque. Mais, aujourd'hui, il vaut
mieux croire que les rêves, du moins la plupart, ne sont que des efforts
incohérents de la pensée et de la mémoire, qui travaillent dans une
sorte d'état de fièvre durant le sommeil.

--Je dormais, il est vrai, dit madame Neveu, mais j'avais dans mon rêve
l'esprit si clairvoyant, si éveillé, que je voyais les choses aussi
nettement que j'aurais pu les voir avec les yeux, si je n'étais pas
aveugle. Ainsi, j'ai vu ton frère Jacques, qui venait à moi, souriant,
les bras tendus, pour m'embrasser; je lui tendais les miens, pour le
recevoir et pour le presser sur mon coeur, mais nous avions beau marcher
l'un vers l'autre, nous restions toujours à la même distance, moi
l'appelant à grands cris, lui me répondant avec une voix qui semblait
s'éloigner toujours et qui a fini par s'éteindre tout à fait. Comme il
était beau! Comme il avait grand air, avec sa tête de chérubin blond,
ses yeux pleins de douceur et de tendresse, sa bouche rubiconde
entr'ouverte par un sourire, qui laissait briller ses belles dents de
nacre!...

--Chère maman, interrompit la jeune fille, je vous conjure de ne pas
vous exalter et vous émouvoir ainsi, pour un rêve, qui n'est et ne peut
être qu'un rêve! Vous savez bien que mon frère n'avait pas plus d'un an,
lorsqu'il a péri dans une inondation de la Saône, et vous ne l'aviez
revu depuis le jour de sa naissance, puisque mon père l'emporta, malgré
vos prières, pour le mettre en nourrice....

--Cela est vrai, répliqua madame Neveu, qui fondait en larmes; je
n'avais fait que l'entrevoir quelques instants, quand il fut venu au
monde, et aussitôt on me l'a enlevé cruellement, hélas! Puis, un an
après, quand j'accourais, toute impatiente, toute joyeuse de le revoir,
j'appris avec désespoir qu'il n'existait plus....

--Et que mon pauvre malheureux père, ajouta Catherine, était mort avec
lui! Ma mère, vous êtes injuste, bien injuste, pour mon père, que nous
avons eu le malheur de perdre, en cette fatale nuit où mon frère a péri
au berceau. Je n'avais pas cinq ans d'âge et je me rappelle encore à
présent cet horrible moment, qui vous a rendue veuve et qui m'a rendue
orpheline. Je ne vous ai pas quittée de toute la nuit, quand vous alliez
gémissant au bord de la Saône et appelant le père et l'enfant, sans que
personne vous répondît. Je me cramponnais à vos vêtements, pleurant
ainsi que vous et tremblant de vous voir tomber dans l'eau noire du
fleuve, qui grondait à vos pieds. Enfin, après de longues heures, qui me
semblaient des éternités, le jour parut, et c'est moi qui vous servais
de guide, car vous étiez devenue aveugle, comme vous l'êtes encore!

--Oui, aveugle, aveugle pour toujours! s'écria madame Neveu, avec
un accent lamentable. Il y a dix ans que je ne t'ai vue, ma pauvre
Catherine, mais du moins ton image est empreinte dans ma mémoire, et je
puis te voir encore avec les yeux de l'âme. Il me semble même que je te
vois réellement, quand je t'entends parler, quand je te serre dans mes
bras, quand je te sens à mes côtés.... C'est pourtant bien affreux de
vivre ainsi dans des ténèbres éternelles! C'est affreux de penser que si
mon fils venait tout à coup à reparaître, je ne le verrais pas!

--Je donnerais ma vie pour vous le rendre! repartit tristement
Catherine. Vous êtes si malheureuse de sa perte, que je voudrais être
morte à sa place.

--O ma fille, tu ne sais pas ce que c'est qu'un coeur de mère! Il me
faut mes deux enfants, puisque le ciel me les avait donnés! Pourquoi
m'en a-t-il ôté un? Est-ce que celui qui me reste peut me faire oublier
celui que j'ai perdu? Crois-tu donc que je te chérirais moins,
si j'avais mes deux enfants? Ne les aimais-je pas autant l'un et
l'autre?... Voilà ce que je disais à Dieu dans mon rêve, et Dieu m'avait
si bien comprise, qu'il faisait droit à mes plaintes, à ma prière, et
qu'il finissait par me rendre mon fils! Mais, hélas! ce n'était qu'un
rêve! Et ce rêve n'est plus même qu'un souvenir qui est déjà presque
effacé!... Cependant je le vois, comme je le vois toujours, ce cher
enfant!

Catherine n'avait plus le courage de répondre et de donner ainsi de
nouveaux aliments à l'agitation croissante de sa mère: elle s'était
levée, en pleurant, et s'habillait, sans bruit, tandis que madame Neveu,
qui pleurait aussi, restait sous l'impression de son rêve et paraissait
chercher autour d'elle un objet qu'elle ne parvenait pas à retrouver.
C'était son fils qu'elle cherchait de la sorte, et depuis dix ans
qu'elle l'avait perdu, elle ne se résignait pas encore à subir cette
perte, qui lui était toujours aussi douloureuse qu'au moment même de ce
funeste événement; et, singulier effet d'un pressentiment maternel, elle
s'obstinait, au fond de l'âme, à douter de la mort de son fils, tout en
accusant son mari d'avoir été cause de cette mort, qu'elle ne voulait
pas lui pardonner, quoiqu'il eût péri lui-même avec son enfant.

Voici en quelles circonstances la catastrophe avait eu lieu: Madeleine
Neveu, d'une ancienne famille de Poitiers, était orpheline, lorsqu'elle
épousa André Fadounet, seigneur des Roches, qui l'emmena en Bourgogne,
où il possédait la terre seigneuriale des Roches, sur la rive droite de
la Saône, à quelques lieues de Mâcon. Cette union ne fut pas heureuse;
les caractères des deux époux étaient absolument antipathiques, et la
discorde entra dans leur ménage. Le seul lieu qui existât entre eux et
qui faisait diversion à leur mésintelligence, ce fut une sorte d'estime
réciproque pour leurs aptitudes et leurs connaissances littéraires; ils
avaient tous deux la même ardeur pour l'étude et le même goût pour
la poésie, mais avec des qualités d'esprit bien différentes. André
Fadounet, qui inclinait vers les opinions de la Réforme, avant d'avoir
ouvertement embrassé la religion protestante, ne composait que des vers
religieux et moraux, des psaumes et des poèmes évangéliques; sa femme,
au contraire, qui était bonne catholique et qui tenait à la foi de
ses pères, avait cherché ses modèles chez les poètes grecs et latins,
qu'elle lisait couramment dans leur langue originale. La naissance d'une
fille ne rapprocha pas les époux, qui vivaient d'autant plus séparés
que le mari quittait souvent sa femme pour faire des voyages secrets
à Genève, dans l'intérêt de sa foi nouvelle. C'était le temps où les
parlements de France poursuivaient criminellement les huguenots,
c'est-à-dire les hérétiques, luthériens ou calvinistes. André Fadounet
avait été signalé et menacé de poursuites judiciaires. Il se tint
prudemment à l'écart. Mais quand sa femme lui eut donné un fils, qui
vint au monde en 1560, et qui fut baptisé sous ses yeux dans la
chapelle du château des Roches, André Fadounet obéit à une inspiration
malfaisante, en ne craignant pas de reparaître en Bourgogne, où il
pouvait être arrêté comme huguenot: il avait bravé ce danger, pour
enlever le nouveau-né, sous prétexte que la mère était incapable de le
nourrir elle-même et que le salut de l'enfant exigeait qu'il fût confié
à une nourrice. La dame des Roches n'avait pas eu de nouvelles de son
fils depuis plusieurs mois, lorsque le père lui écrivit qu'ayant résolu
d'abandonner pour toujours sa patrie où allait éclater une guerre de
religion, il se faisait un devoir de lui rendre leur enfant qu'il avait
mis en nourrice, et qui, devenu fort et bien portant, serait mieux
soigné désormais par sa mère.

La joie de celle-ci fut aussi vive que sa douleur avait été profonde
au moment où son fils lui avait été enlevé. Le jour et l'heure de la
restitution de l'enfant étaient donc fixés.

André Fadounet devait revenir de Genève avec cet enfant, pour le
remettre à la mère: il n'avait qu'à traverser la Saône, à un endroit
désigné, au-dessous de Mâcon, et la dame des Roches, qui l'attendrait à
cet endroit, en pleine nuit, recevrait de ses mains l'enfant, qu'il la
priait de faire élever dans la crainte du Seigneur et qu'il se réservait
de reprendre plus tard, disait-il, pour en faire un bon chrétien selon
l'Évangile. La dame des Roches eut le courage de venir, seule avec sa
fille, au-devant de ce cher enfant, que son mari lui ramenait. Ce fut
une nuit épouvantable: la Saône avait débordé, et l'inondation couvrait
en partie les plaines avoisinantes; les eaux étaient trop grosses et
trop rapides pour qu'une barque, si bien conduite qu'elle pût être,
parvînt à traverser le fleuve. Madeleine des Roches attendit, toute la
nuit, sur la rive, au milieu de l'inondation qui montait et s'étendait
autour d'elle. La présence de sa fille, âgée alors de quatre à cinq ans,
la força de songer à sa propre conservation, et de ne pas se sacrifier
à sa douleur; mais les six heures d'angoisse et de désespoir qu'elle
passa, cette nuit-là, au bord de la Saône, par le vent et l'humidité,
eurent une action immédiate sur sa vue: elle la perdit spontanément,
sous l'influence d'une goutte sereine, et elle était aveugle quand on
lui annonça qu'une barque, qui traversait le fleuve, avait été brisée
et coulée à fond par le choc d'un arbre déraciné, et que deux ou trois
personnes s'étaient noyés. On retrouva leurs corps, entre autres celui
du seigneur des Roches, qu'on n'eût pas de peine à reconnaître et qui
fut inhumé dans la chapelle de son château. Mais l'enfant au berceau,
qu'il devait avoir avec lui, fut vainement cherché dans les eaux du
fleuve: on ne le retrouva pas. La mère aveugle présidait en personne
à ces recherches qui durèrent plusieurs jours, et qui n'eurent aucun
résultat. Elle conçut dès lors un tel ressentiment, une telle horreur
contre son mari, à qui elle attribuait la mort de leur pauvre enfant,
qu'elle ne voulut même plus porter son nom de veuve et qu'elle reprit
le nom patronymique de _Neveu_, en retournant s'établir à Poitiers, sa
ville natale, où elle ne comptait plus un seul parent, ni an seul ami.
Depuis dix ans, son unique occupation avait été l'éducation de sa fille,
qu'elle avait faite aussi savante qu'elle, et dont elle reconnaissait
avec orgueil la supériorité intellectuelle, mais toute la peine qu'elle
se donnait pour cultiver et perfectionner cette belle intelligence ne
pouvait la distraire de son idée dominante, exclusive: la perte de son
fils.

[Illustration: La mère aveugle présidait aux recherches.]

Ce jour-là, après deux heures consacrées à l'étude, dans la chambre de
sa mère et sous la direction attentive de cette tendre institutrice,
Catherine lui demanda la permission d'aller à la rencontre du savant
médecin Jules de Guersens, qui avait promis de leur faire visite dans
la matinée. Madame Neveu y consentit volontiers, car elle n'était point
assez égoïste pour vouloir imposer à sa fille les privations qu'elle
avait à supporter elle-même en raison de son infirmité.

--Va, mon enfant! lui dit-elle avec bonté, mais ne t'éloigne pas trop et
sois prudente en suivant le bord de l'eau, car, bien que le Clain soit
une rivière peu dangereuse et peu profonde, je n'en ai pas moins une
défiance involontaire à l'égard des rivières.... Ne reste donc pas trop
longtemps absente, lors même que le Clain, ajouta-t-elle en souriant,
t'inspirerait d'aussi beaux vers, que l'Hippocrène et le Permesse, ces
célèbres sources de l'Hélicon, en inspiraient autrefois aux poètes de la
Grèce.

Catherine n'avait rien à changer à sa toilette, qui était plus élégante
que luxueuse, et qui devait son plus bel ornement à sa gracieuse manière
de la porter; elle se couvrit seulement la tête d'un chapeau d'étoffe
blanche, qui encadrait son joli visage, comme celui d'une madone
d'Italie. C'était seulement pour se garantir du hâle et du soleil,
en cette tiède matinée de printemps, qui s'annonçait par un concert
d'oiseaux dans les branches verdoyantes des arbres. Elle avait pris,
pour compagnon de promenade, un livre de papier blanc, sur les pages
duquel elle avait déjà écrit au crayon les premières scènes d'une
tragi-comédie en vers, intitulée _Tobie_.

Pendant que la jeune poétesse s'en allait, le long de la rivière, à
petits pas, méditant son oeuvre et ne s'arrêtant que par intervalles,
afin de transcrire sur son carnet quelques vers qu'elle venait de
composer, sa pensée se pénétrait intimement du sujet biblique qu'elle
avait choisi pour en faire un petit drame en six ou sept scènes: elle
n'était plus à Poitiers, en ce moment. Le paysage qui se déployait sous
ses yeux avait changé d'aspect et de couleur: la rivière du Clain était
devenue un grand fleuve de la Médie; elle se figurait approcher de
la ville de Ragès, où Tobie allait se rendre sous la garde de l'ange
Raphaël; mais elle n'apercevait ni l'Ange ni Tobie, qui étaient les
personnages de son drame. Soudain elle entend le bruit de l'eau qui
jaillit et qui clapote, et ses regards hallucinés se portent sur un
enfant, qui s'est mis à l'eau et qui s'essaye à nager dans le Clain;
elle a cru voir le jeune Tobie se baignant dans le fleuve, et elle
imagine que le poisson monstrueux va paraître, tel que le décrit la
Bible. La vision ne dure qu'un instant et s'efface aussitôt. Ce n'est
plus l'ange Raphaël qu'elle voit devant elle, c'est Jules de Guersens,
le médecin de sa mère et son maître ou plutôt son émule en poésie:
il l'avait reconnue de loin et il venait à elle, en silence, pour la
surprendre au milieu de son inspiration poétique.

Jules de Guersens, originaire de Gisors en Normandie, était venu fort
jeune à Paris, pour suivre les cours des facultés de droit et de
médecine, n'ayant pas encore choisi sa vocation et ne sachant s'il
serait médecin ou avocat. Il eut de brillants succès dans ses études,
quoique suivant à la fois deux carrières différentes; il fit de si
rapides progrès dans l'une et l'autre, qu'à l'âge de vingt-cinq ans il
était simultanément docteur en droit et docteur en médecine. Mais il
s'arrêta tout à coup au seuil des deux carrières qu'il s'était ouvertes
avec tant de succès, et il ne songea plus qu'à devenir poète; son goût
le portait vers le genre dramatique; il avait commencé à écrire une
tragédie, tirée de Xénophon, qu'il nommait _Panthée_ et qu'il se
proposait de faire représenter au théâtre de l'hôtel de Bourgogne,
où l'on ne jouait plus de mystères, par ordonnance du Parlement.
En revanche, on y jouait des farces, très plaisantes et très
divertissantes, bien qu'assez grossières, et les acteurs de ce théâtre
ne savaient ce que pouvait être une tragédie à la manière des grands
tragiques grecs. On conseilla donc à Jules de Guersens de se transporter
à Poitiers, avec sa tragédie, parce qu'il y avait, dans cette ville, une
troupe de comédiens, qui représentaient encore des mystères, ces
vieux drames bibliques et historiques que le Parlement de Paris avait
interdits depuis dix ou douze ans dans la capitale. Les mystères
offraient sans doute quelque analogie avec la tragédie, imitée du
théâtre grec, qui était encore bien nouvelle en France, puisque la
première qu'on y représenta, dans un collège de Paris, en 1552, fut la
_Cléopâtre captive_ de Jodelle, et cet heureux essai avait fait naître
un petit nombre de tragédies, de la même espèce, qui ne trouvaient des
acteurs et des spectateurs que dans les collèges.

L'auteur de _Panthée_ était un grand et beau jeune homme, distingué de
tournure et de manières, qui n'avait rien de l'apparence solennelle et
pédante d'une personnalité médicale: sa physionomie franche et ouverte
respirait la bonté et la douceur, mais elle se voilait, par moments,
d'une teinte mélancolique et chagrine.

Il n'avait pu se soustraire à l'obligation de porter le bonnet carré de
velours noir et la longue robe d'étamine noire, boutonnée du haut en bas
par-devant, avec de larges manches tombantes à parements de velours;
il avait même le petit rabat de toile blanche, qui caractérisait les
maîtres ès arts et les docteurs de Faculté; mais ce costume sévère et
magistral n'était chez lui que noble et même élégant, par la façon
simple et naturelle dont il le portait, contrairement aux habitudes de
ses confrères du doctorat, qui se donnaient autant que possible un air
imposant et majestueux.

--Merci Dieu! gentille Catherine! dit-il en l'abordant. Je suis aise de
vous rencontrer par cette radieuse matinée de mai! J'écoutais à distance
votre voix mélodieuse murmurant des vers, que j'admirais sans les
entendre. Sont-ce pas des vers de notre _Tobie_?

--Oui, répondit-elle avec un charmant sourire: je faisais parler l'ange
Raphaël, pour inviter Tobie à se baigner dans le fleuve. L'enfant
obéit à cette bénévole invitation; il se recommande au Seigneur, avant
d'entrer dans l'eau, mais il pousse un cri de terreur en voyant venir
à lui un poisson monstrueux, qui, la gueule béante, semble prêt à le
dévorer; il veut s'enfuir et regagner le bord....

--C'est là que l'ange doit l'encourager, reprit Jules de Guersens, en
lui adressant ces deux vers, par exemple:

  Arme-toi de courage, enfant, au nom du ciel!
  Ce monstre peut t'aider: il vient t'offrir son fiel.

--Je pensais, dit Catherine, montrer Tobie qui court gros risque de
se noyer, et l'ange qui arrive à point pour lui tendre la main et le
sauver. N'est-ce pas là le rôle d'un bon ange, et l'enfant aura-t-il, à
lui seul, la force de tuer ce vilain poisson?

Tout à coup des cris de détresse s'élèvent du côté de la rivière, et
Catherine se rappelle sur-le-champ qu'elle a vu, en passant, un enfant à
demi-nu, qui s'était avancé au milieu de l'eau, sans perdre pied et qui
s'efforçait d'apprendre à nager. C'était, ce ne pouvait être que cet
enfant qu'on entendait appeler au secours; c'était lui qui se noyait,
comme le _Tobie_ de la tragi-comédie de mademoiselle Neveu; c'était la
scène même de cette tragi-comédie, que la jeune poétesse allait avoir
sous ses yeux.

--C'est Tobie qui se noie! s'écria-t-elle, en courant vers l'endroit
d'où partaient ces cris désespérés, qui s'affaiblissaient par degrés et
qui finirent par cesser tout à fait. L'enfant! l'enfant! Il a déjà perdu
connaissance! il va périr! L'ange Raphaël n'est-il plus là pour le
sauver! Sauvez-le, pour l'amour de Dieu!

Jules de Guersens avait suivi mademoiselle Neveu, sans savoir le
motif qui l'entrainait vers la rivière, où il aperçut un enfant qui
disparaissait déjà au fond de l'eau. Il ne prit pas le temps de quitter
ses vêtements, et il entra tout habillé dans l'eau, qui, par bonheur,
n'était pas profonde, il n'eut pas de peine à y retrouver l'enfant
évanoui, qu'il prit dans ses bras et qu'il déposa sans mouvement sur la
rive. Le pauvre petit respirait faiblement, mais, comme sa respiration
devenait plus rare et plus pénible, le médecin jugea que l'asphyxie
faisait des progrès et que l'état de cet enfant exigeait des soins aussi
prompts qu'énergiques. Il le prit entre ses bras, espérant encore le
rappeler à la vie, et il l'emporta, en courant, jusqu'à la maison de
madame Neveu.

--Vite! vite! disait-il à Catherine. Qu'on allume un grand feu! Il nous
faut du linge bien chaud! Il n'y a pas une minute à perdre! le pouls ne
bat plus! Où allons-nous coucher cet enfant? Il est bien malade, s'il
n'est pas déjà mort!

Ce fut dans sa propre chambre, où elle ne couchait jamais, que
Catherine, toute émue et toute en larmes, fit transporter l'enfant, que
le médecin avait débarrassé de ses hardes mouillées pour l'envelopper de
linges chauds, pendant qu'on allumait dans la large cheminée un beau feu
pétillant, avec des fagots et des bourrées. Il s'agissait de ramener
la chaleur dans ce corps glacé, qui ne donnait plus signe de vie, mais
Jules de Guersens percevait encore un léger battement du coeur. Tout
espoir n'était donc pas perdu: il se mit à frotter doucement, avec de
la laine, toutes les parties du corps, que le froid de la mort semblait
avoir déjà envahies; puis, il insuffla de l'air dans la poitrine, qu'il
présentait alternativement à l'action de la flamme du foyer. Enfin,
l'enfant poussa un faible soupir et entr'ouvrit les yeux qu'il referma
aussitôt. Il était sauvé; on le mit dans le lit sous d'épaisses
couvertures, et on le laissa reprendre ses sens, en évitant de
l'émouvoir et de le troubler, pendant qu'il achevait de revenir à lui.

Jules de Guersens s'aperçut seulement alors de l'état où il se trouvait
lui-même, mouillé des pieds à la tête et ayant besoin de changer
de vêtements. Il demanda donc à Catherine Neveu la permission de
s'absenter, en lui promettant de ne pas rester longtemps éloigné de son
petit malade et la rassurant absolument sur les suites d'un accident qui
avait failli causer la mort de cet enfant. Catherine, assise au chevet
du lit dans lequel on avait couché l'enfant, qui commençait à se
ranimer, ne l'avait pas encore quitté des yeux: elle pleurait
silencieusement, en regardant cette gracieuse et sympathique figure,
empreinte d'une pâleur mortelle, où n'apparaissaient pas encore les
signes évidents du retour à la vie.

--Cet enfant est hors de danger, dit le médecin en partant; mais il
réclame toujours des soins, et je conseillerais d'avertir les parents.

--Ce malheureux enfant n'a peut-être pas de mère, objecta Catherine;
s'il en avait une, elle ne l'eût pas laissé s'exposer ainsi à se noyer
dans le Clain. Pauvre cher enfant! ajouta-t-elle avec un accent de
tendre pitié, tu n'as donc plus de mère?

L'enfant avait entendu cette voix pénétrante, qui lui allait jusqu'au
fond du coeur. Il fit un mouvement et rouvrit les yeux, puis il les
ferma et les rouvrit encore, en jetant autour de lui des regards
étonnés. Il ne savait pas où il était, et tous les objets qui
l'entouraient n'éveillèrent aucun souvenir dans son esprit, qui avait
ressaisi quelques lambeaux de sa mémoire; mais, quand ses yeux se furent
fixés sur mademoiselle Neveu, qui le contemplait avec une émotion
inexplicable, il ne cessa plus de la regarder, à travers les larmes de
joie et de reconnaissance qui débordaient de ses paupières.

[Illustration: J'étais venu pêcher aux écrevisses.]

--Mon enfant! répéta Catherine, qui éprouvait un intérêt singulier pour
cet enfant qu'elle ne connaissait pas, et qu'elle semblait vouloir
reconnaître. On eût dit qu'elle l'avait vu ailleurs, à une époque et
dans des circonstances que sa mémoire ne parvenait pas à déterminer.

--Mon enfant, vous n'avez donc pas de mère?

--Non, Madame, répondit-il timidement d'une voix faible et voilée, je
n'ai pas de mère.

--Et votre père? demanda Catherine, en hésitant à pousser plus loin cet
interrogatoire, qui paraissait embarrasser visiblement le malade, et lui
causer une agitation extraordinaire. Comment vous a-t-on permis de vous
baigner seul dans cette rivière, où vous auriez pu vous noyer?

--Je n'ai pas cru mal faire, Madame, reprit-il en fixant sur elle de
grands yeux inquiets et attendris. Je n'ai pas de père! murmura-t-il, en
pleurant à sanglots. J'ai commis sans doute une grande imprudence, et
voici seulement que je me souviens de ce qui s'est passé! J'étais venu
pêcher aux écrevisses, et ma pêche terminée, j'ai trouvé le lieu si
engageant, l'air si tiède, l'eau si limpide, que l'idée m'est venue de
me baigner, sans trop m'écarter du bord, et j'avais presque réussi à me
soutenir sur l'eau, en nageant comme j'avais vu nager; mais soudain j'ai
perdu pied, j'avalais de l'eau à pleines gorgées et j'enfonçais dans
la rivière. J'ai crié à l'aide, j'invoquais mon saint patron, en me
débattant au milieu de l'eau qui bourdonnait dans mes oreilles; je
n'avais plus la force de crier, je perdais haleine, je voyais tout noir,
et je ne sais plus rien de ce qui est advenu. N'est-ce pas vous, Madame,
qui m'avez secouru dans ce terrible moment où j'allais mourir? N'est-ce
pas vous qui m'avez sauvé?

--Ce n'est pas moi, mon enfant, dit-elle en cherchant à le calmer.
Rendez grâce à Dieu qui vous est venu en aide; ne vous agitez pas comme
vous faites, et tâchez de reposer, sous les auspices de votre ange
gardien qui vous a sauvé!

L'enfant était en proie à un violent accès de fièvre, qui le fit tomber
dans le délire: il prononçait des paroles sans suite et jetait des cris
étouffés; il voulait s'élancer hors du lit, où mademoiselle Neveu
avait peine à le retenir; il repassait, en imagination, par toutes les
horreurs de la catastrophe dans laquelle il avait failli périr; il
croyait encore se débattre au milieu des eaux qui l'engloutissaient, et
il répétait d'une voix éteinte: «Plus de père! plus de mère!»

Catherine, inquiète et désolée de l'exaltation délirante de son malade,
se sentait impuissante à le soulager. Jules de Guersens revint, par
bonheur, avec les médicaments dont il avait jugé prudent de se munir;
il administra une potion calmante à l'enfant, qui pouvait être atteint
d'une fièvre chaude: l'effet salutaire de cette potion fut presque
immédiat; le malade s'apaisa comme par enchantement et s'endormit d'un
sommeil bienfaisant et réparateur.

--Mon cher maître, dit Catherine à Jules de Guersens, cet enfant est un
orphelin que Dieu nous a envoyé pour que nous lui servions de père et de
mère. Voyez comme il dort d'un bon sommeil? Il s'éveillera guéri. Mais
quand s'éveillera-t-il? C'est à moi de le garder et de veiller sur lui,
pour achever votre oeuvre, car c'est vous qui l'avez sauvé, comme l'ange
qui protégeait Tobie. Je vous adjure de voir ma mère et d'inventer
quelque beau prétexte qui motive mon absence, vis-à-vis d'elle.
Dites-lui que je suis un peu souffrante, et que je viens de rentrer,
incommodée de ma promenade sous le soleil du printemps... Mais, non,
cherchez plutôt un prétexte quelconque qui n'ait pas lieu de lui donner
du souci à mon égard; dites-lui que vous me laissez avec mon Tobie et
que je viens de composer une scène bien touchante, dont l'ange Raphaël
aura tout l'honneur.

Jules de Guersens serra la main de la jeune fille, et il la contempla en
silence avec une tendre admiration. Catherine avait reposé ses regards
sur l'enfant qui dormait du sommeil le plus paisible. Le médecin
s'éloigna en soupirant, ému et charmé de la délicate sollicitude avec
laquelle mademoiselle Neveu remplissait son rôle de garde-malade.

--Heureux, pensait-il en se rendant chez madame Neveu, qu'il eût
volontiers oubliée pour rester avec sa fille, heureux celui qui sera
jugé digne d'obtenir la main de cette muse d'innocence, que j'ai
surnommée la Minerve française. Elle vaut plus, à elle seule, que les
neuf Muses du Parnasse antique!

Madame Neveu s'étonnait et s'attristait que sa fille l'eût abandonnée
si longtemps, et encore n'était-ce pas elle qui lui amenait le médecin.
Celui-ci ne réussit pas à faire agréer à cette mère jalouse et exigeante
les excuses qu'il s'était chargé de lui présenter de la part de
Catherine. Madame Neveu ne put réprimer un mouvement de dépit et
d'impatience: elle leva au ciel ses yeux sans regard et ne put
s'empêcher de gémir.

--Je comprends, dit-elle, que la compagnie d'une mère aveugle et
souffreteuse ait assez peu de charmes pour une jeune fille, qui doit
penser au mariage et qui met son plaisir dans l'étude et la culture des
lettres. Certes, à cet égard, très cher et bon docteur, je dois vous
savoir mauvais gré d'avoir éveillé, par des éloges, l'ambition poétique
de Catherine. Elle ne songe maintenant qu'à faire imprimer ses poésies
et à les dédier à notre souverain poète Pierre de Ronsard, le grand chef
de la Pléiade.

--Certes, on voit tous les jours sortir de dessous la presse maintes
poésies qui ne valent pas celles de mademoiselle Catherine, répondit
Jules de Guersens. Je l'encourage fort à mettre en lumière ses beaux
vers, avec les vôtres, Madame....

--Oh! ne parlez pas de ces vanités du monde qui n'ont plus d'attraits
pour moi! reprit madame Neveu, avec tristesse. Catherine a eu grand tort
de vous montrer ces faibles essais de ma frivole jeunesse, que j'avais
oubliés et que je veux anéantir. J'étais heureuse alors, ou plutôt je
croyais l'être un jour; j'avais foi dans l'avenir, j'allais m'unir par
les liens sacrés du mariage à un homme qui me semblait digne de mon
estime et de mon attachement; la vie s'ouvrait à moi avec toutes ses
joies, toutes ses espérances, toutes ses promesses, la poésie débordait
de mon coeur, et je célébrais dans mes vers tout ce qui semblait fait
pour m'inspirer, la nature et ses merveilles, les plaisirs des champs,
les grandeurs de notre sainte religion, les nobles sentiments de l'âme,
l'amour conjugal, l'amour maternel...Hélas! je suis entrée bientôt dans
les déceptions et les amertumes de l'existence humaine, et l'étoile de
la poésie a cessé de luire sur mon chemin sombre et douloureux.

Madame Neveu avait une vive sympathie pour Jules de Guersens, qui
l'environnait de soins vigilants et qui ne désespérait pas de lui rendre
la vue. Il ne la flattait pourtant pas de cet espoir, qu'il craignait
de ne pouvoir réaliser aussi promptement et aussi sûrement qu'il l'eût
voulu, mais il lui disait que la nature était plus puissante que l'art,
et il l'invitait à mettre sa confiance en Dieu, qui faisait encore des
miracles dans les cures de la médecine. Il n'ignorait pas que la pauvre
aveugle avait perdu un fils au berceau, dont la perte lui était toujours
présente et la faisait inconsolable; mais madame Neveu gardait un
silence absolu sur les circonstances de sa vie et ne laissait pas même
soupçonner qu'elle était fort riche, qu'elle possédait en Bourgogne
un domaine seigneurial, qu'elle portait un nom noble, et que sa fille
serait un grand et riche parti pour l'époux qu'elle lui choisirait. Ce
n'étaient donc pas ces considérations qui avaient amené le jeune médecin
à désirer son union avec Catherine Neveu, quoiqu'il n'eût pas fait
connaître ses intentions à la mère de cette belle et spirituelle
personne. Celle-ci se sentait tout naïvement engagée d'amitié envers
Jules de Guersens, dont elle appréciait les belles qualités morales;
elle n'était pas éloignée de le regarder comme un frère, en lui
accordant toute confiance et toute affection, mais elle n'avait jamais
songé à en faire un mari, d'autant plus qu'elle éprouvait une répulsion
invincible pour le mariage. Les plaintes continuelles de sa mère à
l'égard d'un époux qui n'était pas digne d'elle et le tableau des
misères conjugales que la malheureuse veuve ne se lassait pas d'étaler
sous les yeux d'une enfant, avaient contribué sans doute, de bonne
heure, à faire naître dans l'esprit de Catherine une ferme résolution de
ne pas se marier.

--Bonne mère, disait-elle quelquefois à madame Neveu, si vous n'étiez
plus là pour me servir de guide et de compagne ici-bas, j'irais me
mettre sous la garde du bon Dieu dans un couvent; mais, à coup sûr, je
ne vous quitterai jamais pour devenir l'esclave d'un mari.

Madame Neveu aurait dû empêcher peut-être cette étrange idée de
s'enraciner dans le coeur de Catherine, si elle eût cherché à la
dissuader d'une opinion fausse, qui pouvait influer sur le reste de sa
vie et qui ne tarda pas à devenir la règle de sa conduite; mais la mère
en riait et n'y attachait aucune importance, parce que le moment de
songer à l'établissement de sa fille à peine nubile lui paraissait
s'éloigner de jour en jour, au lieu de s'approcher, car elle avait
trouvé dans Catherine une compagne fidèle et presque inséparable,
qu'elle n'eût pas eu le désintéressement de céder à un mari.

--La mythologie, lui disait encore Catherine, a bien fait les choses en
ne donnant pas de maris aux Muses: elles ont, pour elles toutes, une
sorte de conseiller et de précepteur dans Apollon, qui n'en épouse
aucune. Et moi, j'aurai aussi mon Apollon, c'est Jules de Guersens.

Catherine était encore auprès de l'enfant, qui dormait toujours et
qu'elle regardait sans cesse avec la même émotion. Elle vint à penser
que cet enfant, dont il avait fallu enlever les haillons trempés d'eau,
ne trouverait pas de vêtements à reprendre, en se réveillant. Elle
envoya donc dans la ville, pour lui procurer de quoi se vêtir d'une
manière convenable, et on apportait les habits qu'elle avait fait
acheter, quand l'enfant s'éveilla. Ses premiers regards furent pour
elle.

--N'êtes-vous pas, lui dit-il avec attendrissement, une de ces fées qui
sont toujours prêtes à aider et à secourir les pauvres gens, dès qu'on a
besoin d'elles? Vous êtes la première que j'aie vue, et je souhaite n'en
plus voir d'autres que vous.

Catherine appela un vieux valet et lui ordonna d'habiller l'enfant,
pendant qu'elle irait s'informer de la santé de sa mère et ne
demeurerait que peu d'instants absente. En la voyant se disposer à
sortir de la chambre, l'enfant la suivit d'un oeil fixe et plein de
larmes.

--Oh! revenez, je vous en conjure! lui dit-il avec tendresse, revenez
bientôt! Si vous ne revenez pas, je me sentirai mourir!

La jeune fille le quitta, toute émue, ayant peine à retenir ses larmes
et ne comprenant pas la cause d'une si singulière émotion. Lorsqu'elle
entra dans la chambre de sa mère, Jules de Guersens y était encore; il
rougit en la voyant paraître et se leva d'un air timide et embarrassé,
qu'elle ne se souvenait pas d'avoir remarqué chez lui en toute autre
occasion. Elle en fut troublée et inquiète, en attribuant cet embarras à
un entretien que son arrivée avait interrompu.

--Je ne viens qu'un moment auprès de vous, bonne mère, lui dit-elle. Je
constate avec plaisir que notre ami vous tient compagnie et vous empêche
de vous apercevoir de ma longue absence.

--Elle a duré, en effet, bien longtemps, reprit madame Neveu: deux
heures au moins, et je dois maudire la poésie qui me prive ainsi de ta
présence, surtout dans un moment où il était grandement question de
toi...

--De moi? répliqua Catherine, qui tourna les yeux vers Jules de
Guersens, pour avoir l'explication de ce reproche.

--Ne devines-tu pas? lui dit sa mère. Jules de Guersens, que nous
estimons, que nous aimons, comme si c'était un vieil ami, voulait me
rendre le fils que j'ai perdu, en devenant mon gendre, et me demandait
ta main?

--Monsieur, je ne saurais être que très sensible à une telle marque de
bienveillance et d'affection, dit Catherine en baissant les yeux. Vous
pouviez déjà compter sur mon amitié; j'y joindrai maintenant une bien
douce reconnaissance. Mais, je pensais vous l'avoir déjà déclaré avec
franchise, le mariage n'est pas fait pour moi!

--Et cependant, Mademoiselle, répondit Jules de Guersens avec tristesse,
nulle mieux que vous n'est faite pour le bonheur d'un mari! Vous ne
m'accuserez point de m'être trop pressé de parler et d'avoir révélé un
secret que vous deviez être la première à connaître. C'est votre mère
elle-même qui m'a forcé de le trahir...

--Contentez-vous d'être mon ami, mon meilleur ami, reprit-elle en lui
tendant la main et en serrant la sienne qu'elle sentait tremblante et
glacée. Je vous jure, devant ma mère, que je ne me marierai jamais.

A ces mots, elle dissimula sa profonde émotion, en faisant comprendre,
par un signe, à Jules de Guersens, qu'elle était appelée ailleurs par
des motifs qu'il pouvait apprécier, et elle sortit en le priant de
rester encore avec madame Neveu, jusqu'à ce qu'elle eût fini une tâche
d'humanité dans laquelle il avait eu sa part. Elle revint donc, sous
l'impression d'un grand trouble, auprès de l'enfant, qui était déjà
habillé et qui se regardait avec surprise dans ses nouveaux habits, si
beaux et si riches qu'il n'en avait jamais porté de pareils dans toute
sa vie. Ce costume lui donnait un air de distinction native, qui
frappa Catherine et lui causa une satisfaction intime, dont elle ne
s'expliquait pas la cause. Elle se félicita davantage d'avoir conservé
la vie d'un enfant qui devait être si cher à ses parents. Elle ne se
rappelait pas que ce pauvre enfant était un orphelin.

--On est probablement bien inquiet de vous, dans votre famille? lui
dit-elle. Il serait temps de vous y reconduire ou du moins d'avertir vos
parents que vous êtes ici sain et sauf et en sûreté.

--Je n'ai pas de famille, Madame, répondit-il avec un sourire
mélancolique. Ne vous l'avais-je pas dit? Je ne suis pas trop pressé,
j'en conviens, de retourner à la boutique de maître Nicolas Courtois,
ajouta-t-il en souriant avec malice. J'avais fait aujourd'hui l'école
buissonnière, pour aller à la pêche, et sans vous, ma très noble
demoiselle, sans votre ami qui m'a gentiment tiré de l'eau, j'étais bel
et bien noyé, pour ma punition.

--Ce maître Nicolas Courtois, lui demanda Catherine, n'est-ce pas
l'imprimeur de Poitiers?

--Je n'en connais pas d'autre, ne vous déplaise, répliqua l'enfant;
c'est un honnête homme qui sait son métier, mais qui est un peu rude
pour ses pauvres apprentis. Imaginez qu'il les bat comme plâtre, à
propos de rien et de tout.

--Vous a-t-il donc battu, ce méchant homme, mon enfant? dit Catherine.
Ce n'est pas dans son imprimerie qu'on imprimera mes vers, je vous
assure! Un homme qui bat les enfants est un vrai monstre! Vous êtes donc
ouvrier imprimeur, mon cher enfant?

--Je le suis et je m'en fais gloire, repartit l'enfant.

C'est le plus noble des métiers, et je ne le changerais pas contre une
maîtrise d'épicier ou d'orfèvre. Et vous, madame, ne parlez-vous pas de
faire des vers? Oh! combien je serais heureux d'avoir à les composer en
beaux caractères neufs, sans laisser passer des bourdons ni faire des
coquilles!

--Mon ami, lui dit-elle enchantée de son ardeur au travail, vous ne
m'avez pas encore fait connaître votre nom?

--Je me nomme Jacques des Roches, répondit l'enfant avec modestie, et je
n'ai pas plus de douze ans, si je les ai...

--Jacques des Roches? s'écria Catherine. Jacques des Roches! C'est bien
là votre nom, cher enfant?

--Assurément, Madame, c'est le nom qui me fut donné à l'hôpital de Lyon,
quand on m'y apporta dans mon berceau.

--Jacques des Roches! répétait Catherine. Et vous avez douze ans, ou peu
s'en faut? Vous dites qu'on vous apporta dans votre berceau à l'hôpital
de Lyon? D'où veniez-vous, lorsqu'on vous y apporta, mon pauvre enfant?

--Je n'en sais, ma bonne dame, que ce qu'on m'en a dit, répliqua Jacques
des Roches, étonné et tourmenté de l'agitation extraordinaire qui
s'était emparée de sa protectrice. J'ai été élevé dans l'hospice des
Orphelins à Lyon, et l'on ne m'y donnait pas d'autre nom que celui
que j'ai toujours porté depuis. J'avais sept ans ou environ, quand
un compagnon d'imprimerie, qui avait perdu un fils unique, offrit de
m'adopter et de m'apprendre son état; ce qu'il fit, le digne homme,
et je profitai si bien de ses leçons, qu'avant ma dixième année, je
travaillais à la casse assez proprement dans l'imprimerie des Griphes,
les premiers imprimeurs de Lyon. Je gagnais honnêtement ma vie chez ces
braves patrons, et j'y serais encore, si je n'avais pas eu le malheur de
perdre mon père adoptif. Je pris dès lors en horreur le séjour de Lyon,
et tout jeune que j'étais, je commençai à faire mon tour de France,
tantôt comme compositeur, tantôt comme garçon de presse. Le sort me
conduisit à Poitiers, il y a six ou sept mois, et je m'enrôlai, pour
deux ans, dans l'imprimerie de maître Nicolas Courtois, où je me
trouverais fort bien, s'il ne battait pas si dru ses apprentis. Enfin,
suivant le dicton: Où la chèvre est attachée, il faut qu'elle broute...

--Mais vous ne me dites pas, mon enfant, ce qui m'intéresse le plus,
interrompit Catherine, qui ne le quittait pas des yeux une minute.
Racontez-moi comment et pourquoi ce nom de Desroches vous a été donné.

--J'y étais, certainement, dit-il en souriant avec candeur, mais je ne
me rappellerais pas dans quelles circonstances je suis arrivé à Lyon par
la Saône, une grande et belle rivière, qui passe à Lyon et va se joindre
à la Loire. Mon berceau venait on ne sait d'où; il avait descendu le
fleuve, moi dedans et bien paisiblement endormi, à ce qu'on m'a raconté;
le berceau s'arrêta au pied d'un amas de roches, qui forment un écueil à
l'entrée de la ville. Les bonnes gens qui m'avaient sauvé me servirent
de parrains, en rapportant de quelle façon ils m'avaient trouvé dormant
dans mon berceau: ce sont eux qui me nommèrent _des Roches_. Quant au
nom de Jacques, qui devait être mon nom de baptême, il était inscrit
sur le berceau et brodé sur mes langes. On m'a dit aussi que le nom de
Desroches se trouvait également, sur mon berceau, à la suite du nom
de Jacques. Enfin, depuis lors, on ne m'a jamais appelé que Jacques
Desroches...

--Jacques, mon bien-aimé Jacques! criait Catherine, folle de bonheur: Je
suis ta soeur! Tu es mon frère!

[Illustration: Mère! voici Tobie! Voici mon frère! Voici votre fils
Jacques!]

Elle prit Jacques dans ses bras et le couvrit de baisers mêlés de
larmes, et Jacques Desroches partageait, sans y rien comprendre,
l'émotion dont il était l'objet et la cause. Il ne s'expliquait pas
comment, lui pauvre orphelin abandonné et simple ouvrier apprenti dans
une petite imprimerie de Poitiers, il pouvait être le frère de cette
noble et belle demoiselle, qu'il ne connaissait que pour avoir été sauvé
et soigné par elle.

Soudain Catherine, dont la joie et l'enthousiasme n'avaient fait que
s'accroître, trouva la force de le soulever de terre et de l'emporter
entre ses bras jusqu'à la chambre de sa mère, auprès de qui Jules de
Guersens était encore, sans pouvoir se remettre du coup qui l'avait
frappé dans ses plus chères illusions.

--Mère! voici Tobie! cria-t-elle, d'un accent imposant et prophétique:
voici mon frère! voici votre fils Jacques!

Madame Neveu, qui n'avait pas été préparée le moins du monde à cette
résurrection miraculeuse de son fils, éprouva dans tout son être une
telle commotion, une telle secousse morale, que la crise physique, dont
Jules de Guersens avait prévu le résultat, se produisit tout à coup:
elle recouvra la vue aussi spontanément qu'elle l'avait perdue onze ans
auparavant; ses yeux fermés se rouvrirent, en se ranimant, et elle put
s'assurer que son fils était là, devant elle, dans les bras de sa fille.
Elle poussa un cri terrible et tomba évanouie, les mains jointes dans
l'élan d'une prière mentale, qui avait un écho dans le coeur de toutes
les mères.

Son fils retrouvé, Madeleine Neveu rendit mieux justice à son mari
défunt, dont elle honora la mémoire, en reprenant son nom de Desroches,
sous lequel elle se fit connaître désormais comme une des femmes les
plus brillantes et les plus aimables de son temps. Sa maison devint le
centre des réunions de tous les poètes et de tous les gens d'esprit qui
passaient par Poitiers ou qui souvent y venaient exprès pour la voir.
Elle ne désavoua plus les jolis vers qu'elle avait faits dans sa
jeunesse. Quant à Catherine, elle n'épousa pas Jules de Guersens, en
haine ou en crainte du mariage, mais elle demeura la plus fidèle amie de
son maître et de son admirateur, qui l'avait surnommée la _Pallas de la
France_ et qui lui dédia la tragédie de _Panthée_, en déclarant qu'il
n'avait fait que s'inspirer du génie poétique de son élève. La belle et
incomparable Mademoiselle Desroches lui offrit en échange la dédicace de
sa tragi-comédie biblique de _Tobie_, qu'elle fit représenter, sous les
yeux de sa mère, dans l'amphithéâtre romain de Poitiers. Son jeune frère
Jacques avait voulu prendre part à cette mémorable représentation, où il
joua de la manière la plus touchante le rôle de Tobie. Ce fut Jules de
Guersens qui se chargea de faire imprimer à Paris, chez Abel l'Angelier,
les oeuvres de la mère et de la fille, en tête desquelles Mademoiselle
Desroches s'adressait à ses vers, dans un sonnet préliminaire, où elle
leur disait avec un gracieux enjouement:

  Où voudriez-vous aller? Hé! mes petits enfants,
  Vous êtes habillés d'une trop faible écorce!

Les premiers poètes et les meilleurs écrivains contemporains n'en
déposèrent pas moins leurs hommages admiratifs aux pieds de la sage et
docte Muse de la ville de Poitiers.



LES PREMIERES ARMES

DE JEAN DE LAUNOY

(1613)


Au commencement du XVIIe siècle, vivait à Coutances une pauvre veuve,
que son mari, le sieur de Launoy, d'une famille ancienne et noble de
Normandie, avait laissée dans la misère, avec deux enfants en bas âge,
un fils et une fille. Cette malheureuse femme était trop fière pour
recourir à la pitié de ses parents, qui n'eurent garde de venir
d'eux-mêmes à son aide, et qui n'auraient pas répondu davantage à son
appel suppliant: elle préféra donc, malgré la condition distinguée
qu'elle tenait de sa naissance comme de son mariage, devoir son
existence et celle de ses enfants, au travail de ses mains, plutôt qu'à
des aumônes achetées par le mépris et l'humiliation. C'était de Dieu
seul qu'elle espérait tôt ou tard la récompense de son courage et de sa
vertu.

Tous les soirs, après les occupations d'une journée laborieuse, elle se
rendait, accompagnée de ses deux enfants, à la cathédrale de Coutances,
afin d'y faire une prière devant l'autel de la Vierge; et cette oraison,
prononcée d'une voie émue, avec des larmes et des élans de dévotion,
lui redonnait du coeur pour supporter les épreuves du lendemain, qui
n'apportait pas toujours le strict nécessaire dans sa triste demeure.
Souvent elle avait manqué de pain; mais sa confiance en la miséricorde
de Dieu ne diminuait pas, et elle redoublait de zèle, au contraire,
dans l'accomplissement du pieux devoir qu'elle s'était prescrit. La
Providence, cependant, la favorisait assez pour l'empêcher de mourir de
faim.

[Illustration: Accompagnée de ses deux enfants, elle se rendait à la
cathédrale.]

Le plus grand chagrin de cette infortunée était de ne pouvoir donner
à son fils une éducation digne du nom qu'il portait, et surtout de
l'intelligence naturelle que cet enfant avait montrée de bonne heure;
car le petit Jean, dès sa huitième année, avait manifesté une envie
extraordinaire d'apprendre, et comme ces heureuses dispositions ne
furent ni encouragées ni conduites vers un but spécial d'enseignement,
il se mit à étudier par ses yeux, ce qu'il voyait chaque jour et ce qui
avait attiré son attention; c'est ainsi que la cathédrale de Coutances
devint, pour lui, en quelque sorte, un livre ouvert, dans lequel il
s'amusait à déchiffrer une langue inconnue.

Il errait sans cesse, autour de ce magnifique édifice, qui est le
triomphe de l'art gothique, et qui n'a pas son pareil, non seulement
en Normandie, mais encore dans l'Europe; il admirait d'instinct les
proportions gigantesques de cette architecture aérienne, qui semble
suspendue par la main des anges et scellée à la voûte du firmament avec
des chaînes invisibles; il s'émerveillait, en silence, de la hauteur
des grosses tours, de la légèreté des tourelles nommées _fillettes_,
de l'éclat des vitraux, de la multitude des ornements de sculpture. Il
interrogeait les prêtres, les sacristains, les ouvriers, les sonneurs,
pour s'instruire sur tous les points de l'histoire du monument, fondé,
au commencement du XIIe siècle, par une pieuse duchesse de Normandie
nommée Gonor, et terminé vingt ans après par l'évêque Geoffroi,
chancelier de Guillaume le Conquérant; il écoutait surtout avec une
admiration béante les légendes et les miracles des premiers évêques de
Coutances, depuis saint Ereptiole, qui vivait, vers 470, du temps du roi
des Francs Childéric; mais parfois, au récit des prodiges incroyables
attribués à ces saints personnages, qu'on faisait remonter à des époques
si reculées, un sourire malicieux d'incrédulité errait sur ses lèvres,
et rayonnait dans ses yeux narquois, quoique sa mère lui eût inspiré des
sentiments de piété sincère, dès sa plus tendre enfance.

Il connaissait donc toutes les parties de l'extérieur et de l'intérieur
de cette église dédiée à Notre-Dame, et il ne se lassait pas de la
parcourir, de la visiter, en y découvrant sans cesse de nouveaux sujets
de surprise et d'admiration; soit qu'il examinât les figures grotesques
d'un chapiteau; soit qu'il s'arrêtât à contempler les vieilles tombes
sur lesquelles dorment des statues de chevaliers armés de toutes pièces,
ayant un chien ou un lion emblématique à leurs pieds; soit qu'il se
glissât, effrayé à l'entrée des caves sépulcrales; soit qu'il plongeât
un regard indiscret à travers le cristal d'un antique reliquaire. Son
imagination s'échauffait au spectacle de ces antiquités religieuses, et
la tendance innée qu'il avait à tout approfondir et à douter de tout,
ne faisait que s'accuser davantage vis-à-vis des traditions étranges de
moyen âge, effacées sur la pierre, mais gravées dans la mémoire des bons
vieux paroissiens de la cathédrale. Il hochait la tête, quand on lui
racontait que saint Lô avait été évêque à douze ans, et que ce saint ne
pouvait dire la messe, sans qu'une colombe de feu voltigeât au-dessus
de sa tête. En un mot, Jean de Launoy joignait à une véritable piété
l'aversion la plus inflexible pour toutes les croyances populaires, qui
n'étaient pas des dogmes fondamentaux de la religion et qui pouvaient
être combattues par le raisonnement; il jugeait faux tout ce qu'il ne
comprenait pas et n'avait pas même peur du Diable, quoiqu'il en vit la
représentation hideuse, peinte et sculptée, à chaque pas, dans cette
vénérable cathédrale gothique.

Un soir (c'était en 1613), au coucher du soleil qui faisait flamboyer
les rosaces comme des fournaises, madame de Launoy alla faire sa station
accoutumée sur les marches de l'autel de Notre-Dame; ses deux enfants
étaient à ses côtés; sa fille agenouillée et recueillie comme elle, les
mains jointes, les yeux levés vers l'image d'argent de la Mère de Jésus;
son fils debout et saisi d'une distraction profane par les reflets
lumineux des vitraux coloriés sur les dalles tumulaires de la nef. Le
petit Jean avait apporté en offrande une couronne de roses sauvages et
de fleurs blanches, choisies exprès dans les bois des environs, où
il était allé courir à l'aventure, cherchant la trace du passage des
premiers apôtres de la Normandie et les débris des temples païens,
qu'avaient renversés ces apôtres des anciens temps, pour y planter la
croix du Christ.

Lorsque madame de Launoy acheva sa prière, qui avait rempli de douces
larmes ses paupières alourdies, elle n'aperçut plus son fils. Comme elle
était restée plus longtemps qu'à l'ordinaire en oraison, elle pensa
que l'enfant, fatigué de demeurer à la même place, avait promené sa
curiosité, de chapelle en chapelle, de tombeau en tombeau, pendant que
sa mère et sa soeur priaient pour lui. Madame de Launoy se leva donc
sans inquiétude, fit le tour de l'église en regardant à droite et à
gauche si elle ne verrait pas Jean accroupi sur une épitaphe ou se
hissant le plus près possible d'une des fenêtres de l'abside, car
souvent il grimpait le long du jubé pour s'approcher des admirables
peintures de ces merveilleuses verrières. Mais madame de Launoy ne le
trouva, ne l'aperçut nulle part; elle ne vit aucune ombre mouvante, dans
les chapelles, ni dans le choeur, ni dans la nef, où le jour commençait
à s'éteindre; elle n'entendit aucun bruit de pas retentissant sur le
pavé sonore. Supposant donc que l'enfant était sorti de la cathédrale et
rentré seul au logis, elle se promit de le punir pour ce nouvel acte
de légèreté et de désobéissance. Elle revenait chez elle, cependant,
l'esprit consolé et raffermi par la prière, avec un vague pressentiment
d'une prochaine amélioration de son pénible sort; mais elle tomba tout à
coup dans une douloureuse anxiété, en ne voyant pas son fils venir à sa
rencontre.

Elle retourna sur ses pas vers la cathédrale; elle traversa les rues
voisines de Notre-Dame, elle interrogea vainement le sacristain qui
fermait les portes de l'église; elle appela Jean sous les murs du
cimetière. La nuit s'épaississait, et sa terreur augmentait par degrés;
elle repassa plusieurs fois dans les endroits qu'elle avait parcourus;
plusieurs fois elle revint à sa demeure pour s'assurer que l'enfant n'y
avait pas reparu. Elle employa une partie de la nuit à des recherches
inutiles et elle veilla, cette nuit-là qui lui semblait éternelle, au
milieu des sanglots et des plus sinistres préoccupations. Dans son
désespoir, craignant qu'un accident ne fût arrivé à son fils, elle alla
jusqu'à reprocher son malheur à la sainte Mère de Dieu.

Aucun accident n'avait causé l'absence du petit Jean de Launoy: il
s'était endormi dans une stalle du choeur, sa tête blonde cachée entre
ses mains. Comme sa lévite de bure grise se confondait avec l'obscurité
qui l'enveloppait, le sacristain, armé de sa lanterne, ne l'avait point
aperçu, quoiqu'il eût visité tous les coins et recoins de l'église, sans
soupçonner qu'un être vivant y fût enfermé.

L'horloge qui sonnait minuit éveilla l'enfant, tout transi de froid:
après six heures de profond sommeil, il ne savait pas d'abord où il
pouvait être. Il n'éprouva pas pourtant le moindre sentiment de terreur,
quand il ouvrit les yeux dans les ténèbres. Il étendit ses mains en
avant et rencontra les têtes d'anges sculptées aux extrémités de la
stalle, où il était assis: il se rendit bien compte de l'endroit où il
se trouvait; mais il ne s'expliquait pas encore comment, à cette heure
avancée de la nuit, il avait pu s'introduire dans la cathédrale, où il
se voyait enfermé avec la certitude d'y rester jusqu'au jour.

Tandis qu'il contemplait, avec une muette émotion, l'imposant aspect de
cet immense édifice plein d'ombre et de silence, où les souvenirs de six
siècles planaient au-dessus de la poussière de tant de morts couchés
dans leurs tombeaux, il fut frappé de stupeur, à certain bruissement
vague, qui se fit, tout à coup, au fond de la nef: c'étaient les éclats
d'une vitre qui se brisait. Il écouta, en retenant son haleine. A ce
bruit du verre tombant de haut sur les dalles d'une chapelle latérale,
succédèrent d'autres bruits qui annonçaient que quelqu'un était entré
dans l'église. On marchait, on avançait vers lui: l'enfant attendit et
ne bougea pas. Tout autre que Jean de Launoy serait mort de peur, en
s'imaginant qu'un fantôme était sorti des sépultures, ou bien que des
démons s'emparaient de la maison du Seigneur; mais Jean de Launoy
n'était pas superstitieux le moins du monde, et il n'attribua point à
un étrange changement dans l'ordre des lois de la nature ces bruits
inquiétants, dont la cause lui était encore inconnue, et qui prenaient
un caractère redoutable, dans cette sombre solitude de pierre.

Jean se préparait donc à bien voir et à bien entendre, sans mêler le
ciel ni l'enfer à ce qu'il verrait et entendrait. Il vit un homme seul,
qui venait droit à l'autel de la Vierge; ce n'était pas, à coup sûr,
pour y prier. Cet homme approchait lentement, avec précaution, comme
prêt à faire retraite dès le moindre indice de danger. Les ténèbres du
lieu ne permettaient pas de juger, à sa figure et à son extérieur,
quel pouvait être le motif de sa présence nocturne dans l'église; mais
l'enfant n'eut plus de doute à cet égard, lorsqu'il remarqua que cet
audacieux voleur s'adressait à la grande statue d'argent de la Vierge,
qu'il avait déjà descendue de l'autel et qu'il s'apprêtait à prendre
dans ses bras pour l'enlever.

[Illustration: Grâce, mon Dieu!]

A l'aspect de ce sacrilège, Jean de Launoy fut ému d'une pieuse
indignation, qui lui arracha un cri. Le voleur se crut découvert et
tira de sa poche un couteau, dont la lueur menaçante inspira aussitôt à
l'enfant une ruse ingénieuse.

--Misérable! cria-t-il d'une voix claire et vibrante, à laquelle l'écho
des souterrains prêta un accent solennel: qu'es-tu venu faire ici?

--Grâce, mon Dieu! répondit cet homme épouvanté, en se jetant à genoux
la face contre terre; ayez pitié de moi, sainte Vierge Marie!

--Oses-tu bien, sacrilège, porter la main sur cette image bénite!
continua du même ton Jean de Launoy, qui se divertissait de la frayeur
du larron.

--Ah! madame la sainte Vierge, murmurait le voleur, tremblant de tous
ses membres, pardonnez-moi! Je suis un pauvre homme que le diable a
tenté.

--Va-t'en, coquin! reprit l'enfant, qui riait sous cape. Je t'ordonne de
dire cinq cents _Pater_, et cinq cents _Ave_, pour faire pénitence de ta
mauvaise action.

--Madame la sainte Vierge, demanda le Normand, qui s'était ravisé au
moment de partir les mains vides, tenez-vous donc beaucoup à votre
image?

--Comment, scélérat! Une belle statue d'argent, que m'a dédiée le roi
Louis XI, pour me remercier de l'assistance que je lui ai prêtée dans sa
maladie!

--Sans doute, l'image est fort belle, repartit le voleur en la caressant
de nouveau; mais, si elle était de bois, ne serait-ce pas pour vous la
même chose?

--Infâme sacrilège, ne touche pas davantage à mon effigie, que profanent
tes mains criminelles! s'écria Jean de Launoy, qui avait deviné le
projet de ce mécréant.

--Vous qui êtes si riche, madame la Vierge, dit le Normand en chargeant
sur ses épaules la statue qu'il voulait emporter, vous pouvez bien faire
ce don à un pauvre diable comme moi?

--Écoute! dit l'enfant, que sa présence d'esprit n'abandonna pas: je
veux bien t'épargner un péché mortel. Laisse là ma statue, et fais un
acte de contrition, pour que le bon Dieu te pardonne; ensuite, en guise
de récompense, je te montrerai un trésor, qui t'empêchera de piller à
l'avenir les richesses de l'Église.

--Un trésor! s'écria le crédule et avide Bas-Normand. Je ferai
volontiers un acte de contrition, voire même deux, s'il vous plaît, et
quand j'aurai de quoi vivre, par votre grâce, Madame la sainte Vierge,
je deviendrai un honnête homme.

--Fais donc ce que je t'ordonne! dit Jean de Launoy. Il y a, derrière
le tombeau du cardinal-évêque Gilles Deschamps, une porte fermée d'un
simple verrou: ouvre-la!

--Mais le trésor? objecta le voleur, qui avait peine à renoncer au butin
qu'il voulait emporter, pour un autre qu'il ne tenait pas encore.

--Ouvre cette porte! répliqua Jean de Launoy avec autorité; descends
vingt marches, et va toujours en avant, à tâtons, jusqu'à ce que je
t'avertisse d'arrêter...

--Mais le trésor? disait à voix basse le voleur, qui avait suivi les
instructions de la voix mystérieuse et qui se trouvait déjà dans un
souterrain profond. O bonne sainte Vierge, je vois là briller quelque
chose! s'écria le malfaiteur, au fond de ce labyrinthe ténébreux où il
s'était imprudemment engagé. Est-ce le trésor?

--Oui, tu peux le prendre.

A ces mots, le bruit d'un corps tombant dans l'eau apprit à Jean de
Launoy que sa supercherie avait réussi.

Le voleur s'était précipité lui-même dans une citerne, ancienne piscine
destinée à laver les linges imprégnés des saintes huiles. Dans ce puits,
alimenté par les eaux du ciel qu'il recevait par une ouverture de la
voûte, un rayon de la lune fit l'erreur du larron, qui s'imagina voir
briller l'or à ses pieds et qui s'élança pour s'en saisir. En même
temps, Jean de Launoy se suspendit à la corde d'une petite cloche qu'il
parvint à mettre en branle. Le guetteur des tours acheva de donner
l'alarme. Le voleur s'était noyé.

Nicolas de Briroy, alors évêque de Coutances, manda l'enfant qui avait
sauvé la Notre-Dame d'argent de la cathédrale et lui fit raconter cette
aventure, dans laquelle il avait montré un courage et une adresse si
extraordinaires. Le prélat ne douta pas que cet enfant ne fût prédestiné
à de grandes choses. En conséquence, il le fit élever, aux frais de
l'évêché, dans le collège de la ville.

Jean de Launoy devint plus tard un savant docteur de Sorbonne, et se
servit de son érudition critique contre certaines mauvaises légendes
du Martyrologe, ce qui lui valut le plaisant surnom de _Dénicheur de
saints_.

--J'arrache l'ivraie, disait-il, et je l'empêche d'étouffer le bon
grain. C'est par respect pour notre sainte religion, que je m'attaque
aux superstitions des temps d'ignorance et de crédulité.



LES HAUTS FAITS

DE CHARLES D'ASSOUCY

(1617)


Charles Coypeau d'Assoucy, qui mit en vogue le genre bouffon au XVIIe
siècle, et qui mérita par ses facéties souvent spirituelles le surnom
d'_Empereur du Burlesque_, était né en 1604, fils d'un avocat au
Parlement de Paris. Son père, d'origine italienne, avait épousé une
fille noble de Lorraine, qui lui donna beaucoup d'enfants et n'en éleva
aucun sous ses yeux, parce que, lasse de vivre en mauvais ménage avec
un mari joueur, ivrogne et gueux, elle se délivra de tous les embarras
maternels, en quittant la maison conjugale, où elle laissait le
désordre, la misère, et six petites créatures à peu près orphelines.

Le sieur d'Assoucy eût bien souhaité que sa femme, en partant, le
soulageât du fardeau de la paternité; mais, comme il était plus libertin
que méchant, il ne jeta pas dans la rue ces pauvres abandonnés, dont le
plus jeune était encore à la mamelle: il gronda et jura beaucoup, puis
noya ses inquiétudes dans des flots de vin orléanais, tellement, qu'au
sortir du cabaret, il avait oublié que ses six enfants mouraient
de faim. Ils ne moururent pas cependant, et malgré les privations
journalières qu'ils eurent à souffrir, selon la chance des dés, qui
favorisait peu leur père au brelan, ils grandirent tous, en force,
en santé et en malice, et se montrèrent précoces, surtout en fait de
défauts et de vices.

[Illustration]

Une servante, qui dominait au logis par l'insouciance coupable de son
maître, était une véritable marâtre pour eux; elle les maltraitait
d'injures et de coups, sans se soucier de leurs penchants les plus
pervers, que développait cette négligence; elle leur refusait souvent le
nécessaire, les faisait jeûner plus que des ermites, les abandonnait
à eux-mêmes, et les voyait volontiers vagabonder par la ville. Ils
ignoraient la couleur de l'argent et ne soupaient pas tous les jours;
ils sortaient, le matin, couverts de haillons, et ne rentraient que le
soir, encore plus malpropres, pour être largement battus, et non jamais
caressés. A force de recommencer ce beau train de vie, ils excellèrent
dans le mensonge, l'effronterie et le vol, au point d'en venir à ne plus
craindre même le lieutenant civil du Châtelet. Quant au bon Dieu, ils
ne l'avaient jamais craint, les maudits garnements! Leur père riait de
leurs tours de passe-passe, et de leurs plus abominables actions, qu'il
rangeait dans le domaine des espiègleries de leur âge. Combien de fois
les encouragea-t-il en ces termes indignes d'un père de famille:

--Çà, mes mignons, j'en sais de moins avisés qui ont fini en l'air
au gibet de Montfaucon, mais aussi ils n'avaient pas à leur aide
l'éloquence avocassière du sieur d'Assoucy, votre brave et digne père,
fameux aux tavernes, comme en la grande salle du Palais. Tâchez,
toutefois, de n'embrasser la potence que le plus tard possible, et
donnez-vous du bon temps auparavant. Si vous appréhendez le branle des
pendus, qui sera votre dernière danse, transformez-vous en procureurs,
afin de larronner et piller à votre aise, sans fâcheux accident.

Ces maximes perverses et une foule d'autres, débitées du ton de la
plaisanterie, devaient porter des fruits funestes, corrompant tous les
germes des qualités honnêtes et sociales, dans ces jeunes coeurs, déjà
façonnés au vice; et s'ils n'accomplirent pas rigoureusement la sinistre
prédiction de leur père, il fallut un privilège particulier du sort,
qui ne sema point leur existence de prisons, de juges, de galères et de
potences: ils eurent tous le bonheur de mourir vieux et dans leur lit.

L'aîné, nommé Charles, était le plus malicieux garçon qu'il y eût
alors sur la rive gauche de la Seine, dans ce populeux quartier de
l'Université, toujours plein de disputes et de batailles d'écoliers,
imitées des habitudes turbulentes de la philosophie et de la controverse
de l'École. Charles, âgé de douze ans et demi, aurait pu apprendre aux
élèves barbus des collèges de Navarre et de Montaigu mille inventions
neuves et hardies, pour tromper et railler les marchands et les
bourgeois; il joignait à ce talent de ruse et d'audace un esprit
original, plus grossier que délicat, mais vif et mobile dans ses
imaginations comme dans ses réparties: il aimait le rire et le faisait
aimer.

Il dressait et exécutait seul ses entreprises aventureuses et ses farces
divertissantes, parce que, confiant en sa supériorité de langue et de
main, il ne voulait pas s'exposer à payer d'audace pour un autre moins
souple et moins ingénieux que lui; mais il s'associait toujours ses
frères, ses soeurs et ses camarades, pour le partage du butin ou pour
le spectacle amusant de ses joyeuses inventions: il était donc la
providence des petits polissons du Pré-aux-Clercs et du Pont-Neuf.

Le Pré-aux-Clercs commençait alors à se couvrir de maisons, à partir de
la vieille tour de Nesle, qui faisait face au Louvre, jusqu'à l'abbaye
de Saint-Germain-des-Prés: après avoir été, pendant cinq ou six
siècles, le théâtre des ébats de la jeunesse parisienne, il était moins
fréquenté, depuis que le Pont-Neuf, ouvert à la circulation, attirait et
rassemblait, du matin au soir, les oisifs des deux rives de la Seine;
car, de tout temps, il y eut une innombrable quantité de badauds à
Paris. Ce pont, qui passait pour le plus beau de l'Europe, à cause de sa
longueur et de son architecture, justifiait encore son nom de Pont-Neuf,
puisque, fondé sous le règne de Henri III, il n'avait été complètement
achevé que sous le règne de Henri IV; il réunissait, par ses douze
arches, à la ville haute et basse, l'île de la Cité, agrandie de deux
petits ilôts. Jacques Androuet Ducerceau et Guillaume Marchand, qui
l'avaient construit avec magnificence, s'étaient pour la première fois
abstenus de le surcharger de maisons, comme le voulait l'ancien usage,
et les curieux, étonnés de cette nouveauté, ne se lassaient pas
d'admirer un pont, qui n'avait pas l'aspect d'une rue et qui laissait
à découvert le cours de la rivière en amont et en aval. La foule le
traversait sans cesse, en s'arrêtant, çà et là, le long du parapet, d'où
la vue embrassait à la fois la Cité, l'Université et la ville, ces trois
parties distinctes de la capitale, hérissées de tours et de clochers:
c'était merveille qu'un pont de pierre, du haut duquel les passants
voyaient couler l'eau et les bateaux descendre ou remonter la rivière.

L'affluence de monde qui encombrait à toute heure non seulement les bas
côtés de ce pont, réservés aux piétons, mais encore la large voie du
milieu destinée exclusivement au passage des voitures, était appelée là
par divers objets et diverses fantaisies: les uns y venaient écouter le
carillon des heures, à la Samaritaine, joli édifice bâti sur pilotis
contre la seconde arche, du côté du Louvre, et servant à la fois
d'horloge, de pompe et de fontaine; les autres y venaient, pour respirer
un air plus pur que celui des rues, et visiter la place Dauphine, qui
rivalisait avec la place Royale, sinon en grandeur et en magnificence,
du moins en tristesse et en monotonie: ceux-ci se tordaient le cou
à regarder au-dessous d'eux les têtes gigantesques de satyres, qui
supportent la corniche extérieure du pont; ceux-là circulaient, en
extase, devant la statue équestre de Henri IV, en bronze, chef-d'oeuvre
de Jean Boulogne, dont le piédestal et les bas-reliefs n'étaient pas
encore terminés; mais le plus grand nombre, femmes, enfants et gens
de toute espèce, accouraient aux représentations gratuites que les
charlatans, arracheurs de dents, vendeurs d'onguents et crieurs de
reliques, offraient au public qui entourait leurs tréteaux, pour
recruter des chalands et des dupes.

Le Pont-Neuf résonnait du bruit perpétuel des trompes, des fifres, des
tambours et des luths, accompagnés de chants, de cris, de rires, de
huées ou d'applaudissements. Chaque pile du pont était couronnée d'une
plate-forme demi-circulaire, que remplissait une tente soutenue par des
perches, ou bien une baraque mobile en bois. Ici un bohémien en costume
mauresque, le visage jauni avec du safran, et coiffé d'un bonnet
pointu, accaparait une nombreuse et crédule clientèle, en pronostiquant
l'avenir, d'après les planètes, les nombres, les songes et les lignes de
la main; là, un opérateur, en robe noire, bésicles sur le nez, et tenant
une fiole d'eau claire, promettait la guérison de tous les maux, et
débitait sa marchandise, qu'il décorait des titres les plus pompeux et
les plus bizarres, puis loin, des pèlerins, le bourdon à la main, le
manteau parsemé de coquilles sur les épaules, racontaient les miracles
des lieux saints, qu'ils n'avaient jamais vus, et vendaient prières,
croix, chapelets, qu'ils disaient bénits par le pape; ailleurs, des
escamoteurs et des prestidigitateurs, habillés de couleur éclatante,
stupéfiaient leur auditoire par les phénomènes de la magie blanche; tel
montrait un chien savant, tel un âne sauteur, tel un singe gambadant et
grimaçant, pour affriander les badauds autour d'un étal de bimbeloterie,
ou de mercerie, ou de sucrerie; le bon public se laissait prendre à
ces amorces, qui réussissaient toujours, quoique plus vieilles que le
Pont-Neuf.

Mais, à cette époque, les deux coryphées de ce fameux pont, lesquels,
à toute heure et en toute saison, avaient le secret de retenir autour
d'eux un cercle d'auditeurs crédules et bénévoles, c'étaient le Savoyard
et le seigneur Fagottini, dont les échoppes s'élevaient face à face sur
le terre-plein du Pont-Neuf, vis-à-vis l'entrée de la place Dauphine,
et semblaient s'être emparées de tout cet espace vide, que dominait le
_Cheval de bronze_, surnom populaire donné à la statue équestre du roi
Henri IV.

Le _Savoyard_, qui devait ce sobriquet à son pays de naissance et à son
patois fortement accentué, s'appelait, de son nom de famille, Philippe
ou Philippot. C'était une sorte de _rhapsode_ ou poète chanteur, taillé
en Hercule, aveugle comme Homère et velu comme un ours. Il composait
des chansons ou des complaintes populaires en vers baroques, et les
répétait, lentement, d'une voix enrhumée et monotone, qu'accompagnaient
en désaccord les sons du luth et des instruments de cuivre. La
générosité des spectateurs n'était pas taxée, et la vente de quelques
naïves poésies, imprimées sur papier gris et vêtues de papier bleu,
suffisait pour faire vivre maître Philippe, ses deux petits valets,
appelés _pages de musique_, qui jouaient du luth et des cimbales, et son
chien galeux, qui battait la mesure avec sa patte.

Le seigneur, ou plutôt le signor Fagottini, était un Napolitain, qui
cherchait fortune loin de sa patrie, et qui savait l'art de délier
les cordons des bourses les plus serrées; son métier se composait de
plusieurs branches lucratives: il arrachait les dents, teignait la barbe
et les cheveux, tondait les chiens, et possédait une pharmacopée de
drogues, pour cicatriser les plaies, adoucir la peau, farder le visage,
et vendait à bas prix _la très véridique eau de Jouvence_, disait-il, en
aspergeant le vulgaire d'une eau puante qu'on recevait à la ronde comme
manne céleste. Mais, pour ajouter un nouveau prix à ses consultations,
il les faisait précéder premièrement d'une scène de marionnettes
mécaniques, qui se mouvaient avec des fils invisibles, et auxquelles
il prêtait un langage humain. Ces petites figures de bois, sculptées,
peintes et accoutrées comme des êtres vivants, produisaient de loin une
illusion si étrange, que le peuple attribuait à leur propriétaire la
puissance d'un véritable sorcier, et tremblait de peur, en faisant un
signe de croix, au grincement de la crécelle qui annonçait à l'assemblée
qu'on allait tirer le rideau et commencer le spectacle. On assurait
que le curé de Saint-Germain-l'Auxerrois avait failli excommunier les
marionnettes et le sorcier qui les montrait.

Enfin, pour comble de merveilleux, Fagottini avait un singe apprivoisé
et plus instruit, disait-il, qu'un bachelier ès-lettres de la très
vénérable Université; on eût dit qu'une âme intelligente s'était égarée
dans ce corps de bête, tant il déployait de grâce et de gentillesse dans
les exercices qu'il savait faire, sans parler des grimaces: il dansait
des sarabandes italiennes, sautait sur une corde tendue, tirait la bonne
aventure aux filles à marier, et gagnait le plus habile joueur à tous
les jeux de cartes.

Il eût fallu moins que cela pour éveiller et irriter la jalousie du
Savoyard, qui ne pouvait plus empêcher la foule de déserter ses concerts
en plein vent, et dont les plus joyeux refrains étaient impuissants à
maintenir l'ancienne vogue du célèbre «chantre du Pont-Neuf», comme on
l'appelait, comme il se qualifiait lui-même. Il s'apercevait de cet
abandon du public, à son escarcelle qui ne se remplissait pas, et il
entendait, d'une oreille d'envie, les liards, les gros sous, et même la
monnaie d'argent, tomber dans le plat de cuivre, que le singe de son
voisin Fagottini promenait à la ronde en gambadant et en grimaçant de
gratitude.

Charles d'Assoucy était alors l'hôte le plus assidu du Pont-Neuf; il
s'échappait, au point du jour, de la rue des Grands-Augustins, où il
habitait chez son père, et il n'y rentrait qu'au soleil couché; été
comme hiver, la pluie, le vent, la neige, le froid et la chaleur, ne le
chassaient pas de sa station favorite devant les tréteaux du Cheval de
bronze, en dépit des tristes abois de son estomac et des bâillements
lamentables de ses chausses déchirées; là, souvent il avait vécu, tout
le jour, de quelques vieilles croûtes de pain qu'il trempait dans l'eau
de la Samaritaine pour les amollir; il se délectait à regarder les
parades du singe et les comédies des marionnettes de Fagottini; mais il
n'avait jamais donné une coquille de noix à la quête de ce singe qui lui
gardait rancune et le mordait du regard. Charles d'Assoucy savait par
coeur tous les airs du Savoyard, tous les contes des bateleurs, tous les
horoscopes des devins, tous les programmes des charlatans émérites,
mais il trouvait tant de plaisir, sur le Pont-Neuf, qu'il évitait d'y
chercher de la peine: il restait honnête, au milieu des escrocs et des
voleurs qui y tenaient leurs assises quotidiennes, diurnes et nocturnes;
il respectait les poches les plus béantes, et s'abstenait même de faire
le moindre tort aux boutiques des marchands, qui ne le voyaient pas de
meilleur oeil.

C'était dans tous les quartiers de Paris qu'il allait ramasser çà et là
de quoi satisfaire sa gourmandise; il enlevait une oie aux rôtisseries
du Châtelet, dérobait des fruits aux Halles, dégustait les ragoûts
des sauciers, et pénétrait jusque dans le couvent des Augustins pour
décrocher leurs jambons; en un mot, une fois hors du Pont-Neuf, il
vivait largement aux dépens du prochain, et, tout jeune qu'il fût,
buvait autant de vin que son ivrogne de père, sans financer d'un liard;
mais il était libéral du bien d'autrui et volait toujours au delà de ses
besoins, pour ses frères et petits amis, qui le suivaient à distance,
comme une nuée de corbeaux à la trace d'un cerf blessé. Le Pont-Neuf
était le rendez-vous général, où Charles d'Assoucy distribuait son butin
et mystifiait plaisamment quelque digne badaud pour la récréation de son
cortège ordinaire qu'il nourrissait de ses larcins.

Un beau matin de mai de l'année 1616, il arriva sur le Pont-Neuf, avant
que Fagottini, son singe et ses marionnettes fussent levés. Il y avait
déjà une belle assemblée vis-à-vis le théâtre fermé et silencieux. Ses
compagnons journaliers de plaisir et de filouterie redoutaient sans
doute les brouillards de la Seine, car pas un ne vint à sa rencontre
pour avoir part à sa première aubaine; Charles d'Assoucy, qui mettait sa
vanité à ne faire ses coups qu'autant qu'il pouvait être admiré de ses
jeunes émules, alla s'asseoir philosophiquement sur le parapet, les
jambes pendantes et les mains dans ses poches: il s'ennuyait. Ce fut
pour se distraire et passer le temps, qu'il se mit à interpeller les
passants avec une verve et une malice qui lui étaient coutumières.

--Monsieur l'animal, criait-il à un gentilhomme qui marchait tout fier
de son pourpoint de satin tailladé, quelle est cette queue qui traîne
derrière vous? Oui-dà, messire, ce n'est rien que votre épée.

--Madame la poissonnière, disait-il à une vendeuse de marée, vous
sentez plus fort que la rose; allez vous laver aux étuves de la
Croix-du-Tiroir, pour parfumer les bains qui sont chauds à cette heure
et qui attendent pratique.

--Bonjour, gentil neveu d'Angoulevent! répondait-il à un vendeur de
soufflets qui lui offrait sa marchandise; est-ce pas toi qui fais
tourner les moulins de Montmartre?

--Mon ami, portez-vous au fripier la garde-robe de votre maître?
disait-il à un laquais habillé de neuf.

--Quelle heure vient de sonner à la Samaritaine? demandait-il à un moine
qui revenait de la quête aux aumônes: à coup sûr, c'est l'heure de
boire, mon Père.

--Ohé! mesdames, sommes-nous pas en la saison des pies? répliquait-il à
des commères, qui maugréaient contre lui et menaçaient de lui couper la
langue.

Ses insolentes provocations n'avaient pas de résultat fâcheux pour
ses épaules; car tous les rieurs se tournaient de son côté, et chaque
individu qu'il avait attaqué d'un ton goguenard se hâtait de poursuivre
son chemin, au milieu des éclats de rire. Tout à coup il cessa de jeter
des quolibets, et porta son attention muette vers un marchand qui
étalait sa boutique de confitures et de sucreries, en glapissant cette
annonce de son commerce: _Co, co, cot, cot, coti, coti, cotignac,
cotignac d'Orléans!_

Cette confiture sèche de coings, renfermée dans des boîtes de bois blanc
de différentes grandeurs, était depuis des siècles en faveur spéciale
auprès des amis de la friandise: elle avait eu tant de renommée au moyen
âge, que l'on en offrait aux rois et aux reines, à leurs entrées dans
les villes du royaume; les enfants en raffolaient, et Charles d'Assoucy,
qui obéissait toujours aux caprices de son ventre, regarda le cotignac
avec un appétit qu'il brûlait de satisfaire à tout prix, mais sans
argent.

Il se leva, les yeux fixés sur ces pâtes transparentes à la couleur de
carmin; il s'en approcha, pas à pas, par circonvolutions, jusqu'à ce
qu'il se fût arrêté, debout en face du marchand, qui crut avoir trouvé
un acheteur, et qui attendit que l'argent parût; mais l'argent ne
paraissait pas, et le chaland, immobile, dévorait du regard plus de
cotignac que son estomac n'en aurait pu contenir; il se pourléchait
les lèvres, comme un chat qui va s'élancer sur un bon morceau, et il
souriait avec une perfide hypocrisie, en remuant ses mâchoires à vide.

--_Co, co, cot, cot, coti! coti, cotignac!_ répétait le marchand,
en criant à tue-tête, pour exciter davantage la convoitise du petit
gourmand. Mon cher enfant, c'est du véritable cotignac de la bonne ville
d'Orléans, du cotignac royal au sucre et au vin blanc: ce soir,
ma boutique sera toute épuisée, sans que les rats s'y mettent. En
voulez-vous pas goûter?

[Illustration: Le marchand de cotignac excitait la convoitise du petit
gourmand.]

--Certainement! j'en goûterai volontiers! reprit d'Assoucy, qui oubliait
la condition sous-entendue de payer comptant. Ce cotignac a le teint
plus clair et plus rose qu'une fille de quinze ans; ce cotignac est
digne d'orner les buffets du Louvre; ce cotignac est divin, et vous
méritez d'être complimenté par messieurs les échevins de la bonne ville
de Paris, pour l'avoir apporté de si loin. Je vais vous envoyer un tas
de gens qui se battront afin d'acheter toutes vos bottes: baillez-moi
seulement, s'il vous plaît, la plus petite, que j'y goûte, suivant votre
honnête intention.

--Merci de vos louanges, mon ami. Prenez la plus grande boîte moyennant
un écu, et mangez-la dévotement, pour l'amour de moi. Rien qu'un écu!

--Vous êtes le plus généreux homme que je sache, dit le drôle en
s'emparant d'une boîte qu'il eut mise à sec en un tour de langue. Je
saurai reconnaître ce don gracieux.

--Il suffit de me donner un écu, répétait le marchand, qui devint pâle à
l'idée seule du péril que courait son bénéfice; non un écu d'or de cinq
livres, mais un écu blanc de soixante sous, et j'ose déclarer que nul
autre ne fabrique de cotignac à si bon compte. Vous plaît-il de choisir
une seconde boîte et de payer toutes les deux ensemble?

--Volontiers! J'irai jusqu'à trois, riposta d'Assoucy, faisant main
basse sur le cotignac, et je vous assure ma chalandise: quant à
l'argent, bonhomme, allez voir à la Monnaie, s'il y est venu.

--Au voleur! cria le marchand, qui ne fut que trop convaincu d'avoir été
dupé; arrêtez ce filou effronté! Il a mangé mon cotignac et ose nier sa
dette! mordienne!... Que ce méchant garçon me montre l'âme de sa bourse,
sinon, je le mène aux prisons du Châtelet!

--Ma bourse est en la poche de quelqu'un, allez-y voir! dit le voleur,
affectant bonne contenance, au lieu de s'enfuir. Je ne vous ai pas
trompé, monsieur du cotignac; je n'ai fait qu'accepter votre
offre obligeante de goûter vos pâtes, que je déclare exquises et
incomparables. Or donc j'invite les bonnes gens ci-présentes à en
prendre aussi, s'ils ne me croient sur parole. Prenez, Messieurs! cela
ne coûte qu'un grand merci.

Le marchand se désolait et jurait que son cotignac n'avait pas été payé;
d'Assoucy lui rendait invective pour invective, et le raillait en termes
si gais, que les passants s'arrêtaient pour rire aux éclats. La mine
irritée du vendeur et la grimace sardonique du trompeur présentaient un
contraste amusant, et personne n'aurait pris parti pour le premier, si
le second n'avait de longue date amassé bien des haines qui saisirent
cette occasion de vengeance commune. Aux rires succédèrent les murmures
et les menaces; ceux qui avaient eu à se plaindre de l'impertinence
loquace et de l'habile rapacité de ce petit mauvais garnement
entraînèrent l'opinion des indifférents, et d'Assoucy remarqua que les
visages se rembrunissaient autour de lui, et que la presse des curieux,
en s'épaississant, lui fermait déjà la retraite: il baissa le ton et les
yeux avec inquiétude.

--C'est lui! disait-on à ses oreilles, c'est le plaisant du Pont-Neuf!
Il a pendu une queue de vache au dos de ma femme!

--Il m'a nommé l'oison plumé!

--Oui-dà, il vint m'appeler, l'autre jour, à cause de ma perruque
blonde: _M. le soleil de la rue des Marmouzets!_

--Il a soustrait de mon ouvroir un jambon de Pâques!

--Il a cassé hier le vitrage de ma fenêtre!

--Il ronge, mieux qu'une souris, mon beurre et mon fromage!

--Vraiment, il semble que je chauffe le four sans cesse à son usage,
sans voir jamais l'ombre de sa bourse!

--Il a rompu les reins de ma chatte!

--Le malandrin attire mon vin, par le soupirail de ma cave, à l'aide
d'un tuyau de paille!

--En prison! à l'amende! Il a mérité mieux que la potence!

Charles d'Assoucy, effrayé de ces menaçantes récriminations qu'il avait
peine à démentir par signes négatifs (car la rumeur couvrait sa voix),
et se voyant cerné de toutes parts, fut sur le point de crier grâce et
d'avouer tous ses méfaits. On se préparait à l'arrêter et à le conduire
devant le lieutenant civil au Châtelet, lorsque, profitant de la
diversion causée par le récit du vol que le marchand exagérait de plus
en plus, il réussit à percer la foule, en baissant la tête, en se
faisant mince et fluet. On ne s'aperçut de son évasion, qu'au moment
où il courait de toutes ses forces, et la foule aussitôt s'ébranla,
en criant, à sa poursuite. D'Assoucy, prévoyant bien qu'il ne pouvait
lutter de vitesse avec tant de jambes plus grandes que les siennes, se
jeta brusquement dans un autre groupe aggloméré devant le Savoyard,
qui chantait, en ce moment, des couplets satiriques contre le maréchal
d'Ancre, favori de la reine-mère et régente Marie de Médicis, et à ce
titre, fort détesté du peuple et des gens de cour; ce groupe était donc
trop attentif aux chansons pour avoir égard au passage presque invisible
d'un enfant qui se frayait une route entre les jambes des spectateurs.
Aussi, le fugitif parvint à se glisser sous la toile peinte de l'échoppe
des musiciens, avant que les assistants fussent instruits de ce dont il
s'agissait. Pendant ce temps, le tumulte s'étendait d'un bout à l'autre
du pont, où chacun s'intéressait à la recherche du voleur dont on avait
perdu la trace, si bien que tous les jeux et divertissements demeurèrent
suspendus en un instant.

--Holà! petit page, cria le chanteur aveugle à son accompagnateur qui
cessait de pincer du luth; qu'est-ce donc? Que se passe-t-il? Mène-t-on
pendre quelque pauvre diable? Ou bien a-t-on enfin changé les sots
ministres de Sa Majesté, récompensé le maréchal d'un beau logis à la
Bastille, et fouetté par les rues madame son épouse, Léonora Galigaï?
Quel événement est-ce là?

--Moins que rien, monseigneur, répondit respectueusement le page de
musique. J'ai pensé d'abord que les gens du roi venaient vous prendre
pour vos chansons politiques; mais ce n'est qu'un petit larron, qui a
fait camus le marchand de cotignac, et qui s'est évadé parmi la presse.
Pendant qu'on le cherche, vous plaît-il de déjeuner?

--Oui, ma fi! la faim chante dans mes boyaux. Quant au voleur, je lui
souhaite heureuse chance, surtout s'il veut enlever à tous les diables
le singe et les marionnettes de maestro Fagottini.

A ces mots empreints d'un aigre ressentiment, il étendit son poing fermé
du côté des tréteaux de Fagottini, où le singe battait le tambour sans
se soucier du bruit confus qui régnait sur le Pont-Neuf; il entra dans
son tabernacle, au moyen d'une échelle, et se déroba lentement aux
regards de ses auditeurs, pendant que son page de musique était allé
acheter, pour leur déjeuner, des saucisses chez le charcutier et du vin
clairet chez le tavernier. Tout à coup le Savoyard, qui s'était assis
devant une table avec autant d'aisance que s'il eût fait usage de ses
yeux, sentit un obstacle à ses pieds qu'il voulut allonger, et, y
portant la main vivement, rencontra un bras, une tête, puis un petit
être vivant, qu'il tira de dessous la table, et qui n'eût pas donné
signe de vie, sans une chiquenaude que l'aveugle lui appliqua sur le
nez, et sans une rude secousse à laquelle il obéit en se mettant à deux
genoux, dans la posture d'un enfant qui attend une correction souvent
donnée et reçue.

--Holà! qui est celui-ci? demanda le Savoyard, d'un accent terrible:
encore quelque malin compagnon, qui s'est introduit céans pour piller
mes chansons et ma musique! J'ai promis d'étrangler le premier que je
trouverais en flagrant délit de vol, fût-ce un fils de famille....
Mordié! pourquoi ne vas-tu pas récolter une riche moisson d'écus chez
maître Fagottini, drôle?

--Parlez plus bas, compère, interrompit d'Assoucy qui ne se débattait
point sous la vigoureuse étreinte du Savoyard; sauvez-moi de la prison,
en m'honorant de votre benoîte sauve-garde. Ces gens sont trop outrés
contre moi, qui ne les ai pourtant offensés, et s'ils me découvrent, ils
n'auront pitié de mon âge, ni de mon innocence: j'en tremble!

--Ma fi! c'est le voleur de cotignac, j'imagine, répliqua le chanteur,
en ricanant. Tu as sans doute, petit drôle, l'innocence de Barrabas
ou du bon larron de l'Évangile? Eh bien! je serai clément, et ne te
livrerai pas, à condition que tu t'engageras à mon service, pour
remplacer mon second page de musique, qui est mort hier de la gale.

--Ne vous moquez pas, maître Philippe, un âne brait mieux que je ne
chante, et je ne sais jouer d'aucun instrument, sinon de la pince, du
croc et de la truche.

--Tu parles l'argot des voleurs, mon fils, comme si tu avais ramé sur
les galères du roi, mais je redresserai ton éducation boiteuse, je
t'apprendrai à jouer du luth, à rimer des vers en vaudeville, à débiter
de plaisants discours, et surtout à lâcher le ventre aux escarcelles;
enfin, tu deviendras, sous ma loi, poète, orateur et musicien.

Charles d'Assoucy, séduit par ces belles promesses plus encore que
contraint par la circonstance, signa son engagement, aux cris de la
foule qui le cherchait, et renonça sans regret à la maison paternelle
pour éviter la prison et ses fâcheuses conséquences. D'ailleurs, le
Savoyard ne lui laissa pas le temps de la réflexion; et, tirant d'un
coffre la défroque du galeux défunt, invita son nouveau page de musique
à s'en revêtir à l'instant. D'Assoucy hésita d'abord, et il faisait la
moue, au souvenir de la maladie contagieuse à laquelle son devancier
avait succombé; mais il n'osa pas s'aliéner par un refus la
bienveillance de son nouveau maître, et il se rappela qu'il avait
souvent risqué plus que de gagner la gale; il s'affubla donc, sans
résistance, du manteau de velours rouge troué, des chausses de laine
jaune, semées de taches, du chapeau de feutre à plumes fanées, et des
autres insignes de sa profession future. Cependant, il éprouva un
serrement de coeur, quand l'aveugle eut renfermé dans son coffre les
guenilles que son nouveau page de musique venait de quitter, pour
endosser la livrée de sa nouvelle profession; c'était pour lui comme un
adieu au monde, où son costume de baladin ne lui permettrait plus de se
montrer. Ce déguisement l'avait changé de telle sorte, que son père même
eût hésité à le reconnaître; d'amples moustaches postiches achevèrent la
métamorphose.

D'Assoucy s'aperçut bientôt que la perte de sa liberté n'avait guère de
compensations agréables, et s'il l'avait pu, dès le lendemain de son
entrée en fonctions, il eût repris son ancien genre de vie; mais il
était gardé de près par son maître, et surtout par le premier page de
musique, dont la jalousie ne fit que s'accroître, en raison des progrès
étonnants qui signalèrent l'apprentissage musical de son jeune rival.
Ce fut même la seule consolation du pauvre d'Assoucy, qui apprit
à composer, des airs et à jouer du luth, avec une si merveilleuse
facilité, qu'au bout de six mois il surpassait de beaucoup les talents
de son camarade: celui-ci en avait conçu une haine féroce contre ce
dernier venu, qui lui disputait la faveur du Savoyard et du public.

Le Savoyard n'était pourtant pas un maître commode, dont les bonnes
grâces méritassent de faire des jaloux: il avait le parler aussi brutal
que le geste, et ses colères suivaient leur libre cours à tort ou à
raison, sans que la soumission la plus humble de la part de ses valets
servît à le calmer. Il n'épargnait pas les coups ni les avanies à ses
deux pages de musique, pour la moindre distraction, pour la moindre
négligence, pour la moindre fausse note, dans l'exécution musicale dont
ils étaient chargés: souvent, en public, il interrompait sa chanson, par
un double soufflet distribué à droite et à gauche; souvent il avait le
pied aussi leste à frapper, que la main. D'Assoucy seul se regimbait et
protestait contre ces admonitions imprévues, mais l'aveugle frappait de
plus belle et ne voulait rien entendre.

Ces inconvénients du métier se reproduisaient, chaque jour, sans amener
au moins quelque dédommagement; le Savoyard était frugal dans ses repas,
mais les deux pages avaient à pâtir de ses rares excès de boisson;
l'ivresse l'excitait alors à battre monnaie sur la joue de ses deux
esclaves, suivant sa propre expression, car il ne les aimait pas et les
regardait comme des outils à lui appartenant. Grossier, inaccessible à
tous les sentiments d'affection et de reconnaissance, il subissait à
la fois l'influence de deux haines également implacables, d'une nature
différente: l'une noble et hardie, contre l'Italien Concini, maréchal
d'Ancre, qui tenait le roi en tutelle et la reine régente en servage;
l'autre, basse et misérable, contre les marionnettes et le singe de
Fagottini qui faisaient une concurrence redoutable à ses vers et à sa
musique.

D'Assoucy conservait, d'ailleurs, son insouciance, et ne trempait pas
dans les deux haines de son maître: il ne connaissait que de nom le
maréchal d'Ancre, et il se divertissait au spectacle du singe et des
marionnettes, contre lesquels le premier page de musique tramait
sournoisement un complot, pour être utile et agréable au Savoyard.
D'Assoucy, aspirait à se soustraire à cet esclavage insupportable et
essaya d'abord de l'adoucir par les licences qu'il se permettait en
trompant les yeux toujours ouverts de son perfide collègue et la
perspicacité clairvoyante de l'aveugle; il regrettait ses bonnes
aubaines d'autrefois et son aventureux vagabondage dans Paris, honteux
qu'il était de se voir réduit à voler le chétif souper et le vin
aigrelet de son tyran. Combien de fois, en reconnaissant ses frères et
amis au milieu de l'auditoire du Savoyard, combien de fois ouvrit-il la
bouche pour les appeler à son secours! Mais un coup d'oeil jeté sur son
grotesque déguisement lui faisait monter le rouge au front et le forçait
à se taire. Il n'aurait pas rougi d'être pris en flagrant délit dans
l'accomplissement d'un vol adroit ou audacieux, et il se croyait avili
par son costume de baladin!

Il ne se contenta pas de faire main basse sur le maigre ordinaire du
Savoyard, qui, s'apercevant de la diminution des parts à la mesure de
son appétit et de sa soif, grondait entre ses dents et rudoyait son
premier page, seul chargé de régler et de diriger toutes les dépenses
de la table. D'Assoucy se réjouissait des mauvais traitements qu'il
attirait ainsi sur le dos de son compagnon. Quant à lui, qui avait le
rôle de présenter le bassin à la ronde pour la récolte pécuniaire parmi
les auditeurs du Savoyard, il faisait rapidement passer les pièces de
monnaie dans sa poche, et souvent rapportait le bassin vide au chanteur
aveugle, qui murmurait contre le malheur du temps et le resserrement des
bourses. D'Assoucy raflait toujours la meilleure partie de la recette.

Le lundi 14 avril de l'année 1617, il attendait que son maître eût
achevé de chanter un nouvel air sur les courtisans; et, assis au coin de
la balustrade de l'orchestre, il contemplait de loin, en se rongeant les
ongles, trois malheureux, qu'on venait d'attacher au grand gibet dressé
au bas du Pont-Neuf, pour l'épouvante des langues légères et satiriques;
car ce n'étaient pas des malfaiteurs qui méritassent la corde, mais bien
de pauvres bourgeois coupables seulement d'avoir désapprouvé, tout haut,
la marche des affaires publiques ou injurié le maréchal d'Ancre. Aussi,
personne n'osait plus exprimer son mécontentement avec franchise, depuis
que les paroles imprudentes étaient punies de mort, sans forme de
procès.

Soudain de grandes clameurs retentirent du côté du Louvre, et la ville
entière cria d'une seule voix: _Vive le roi_! Concini, en se rendant
chez le roi avec une escorte de ses partisans, avait été assassiné,
sur le Pont-Tournant du Louvre, par les favoris du jeune prince, qui,
empressés de succéder au maréchal d'Ancre, ensanglantèrent ainsi le
commencement du règne de Louis XIII; mais ce crime, exécuté au moyen
d'un lâche guet-àpens, satisfit la fureur du peuple contre les
conseillers de la reine-mère, et la joie publique se révéla par des
atrocités. Le corps du maréchal, enterré en secret, le soir même, sous
les orgues de Saint-Germain-l'Auxerrois, devint le jouet de la populace,
qui, par vengeance, le traîna dans les ruisseaux, avant de le brûler sur
le Pont-Neuf.

Le Savoyard ne fut pas le dernier à célébrer la délivrance du roi et
de la France: il improvisa une complainte bouffonne sur _la Passion
du seigneur Concini et sa descente aux enfers_. Cette pièce eut les
honneurs de l'à-propos. Ce jour-là, le singe et les marionnettes de
Fagottini furent abandonnés: d'Assoucy ne cessait pas de faire circuler
le bassin, où pleuvaient les hards, les sous et même les écus; tout le
monde apportait son offrande à la poésie et à la musique; mais le
malin page, songeant à profiter de cette abondante recette qui ne se
renouvellerait peut-être pas de sitôt, détournait très adroitement à
son profit le cours de ce Pactole inusité, qui roulait de plus grosses
pièces qu'il n'en avait jamais vues dans son plat de cuivre; il se
jetait si avidement sur ce butin, que ses dix doigts ne lui suffisaient
pas pour prendre; et l'aveugle, à qui revenait, après chaque tour de
quête, le bassin allégé de la moitié de son poids, n'était pas peu
surpris que la générosité de l'auditoire fit tant de bruit pour un si
modeste résultat: depuis longtemps il soupçonnait la probité de ses
pages de musique, et il prêta l'oreille au son des espèces de billon et
d'argent, qu'il comptait tout bas à mesure qu'elles tombaient dans le
bassin; ses calculs se trouvèrent faux de tout ce que s'était adjugé le
voleur, avant de rendre le reste de sa collecte. Le Savoyard faillit
éclater de rage, en acquérant la preuve certaine de la supercherie de
son second page de musique, et il fixa sur lui des yeux blancs sans
regard, comme pour épier un geste ou un mouvement de main accusateurs;
il interrogeait de toute la puissance de l'ouïe les bruits vagues et
indécis qui pouvaient l'aider à surprendre en flagrant délit le larron,
de manière à lui ôter la ressource de nier l'évidence. D'Assoucy se
fiait aveuglément à l'infirmité permanente de son maître et à l'absence
momentanée de son camarade, pour cacher à peine les continuels larcins
qui enflaient ses poches, lorsque le Savoyard, qui se tenait derrière
lui, le coiffa d'un énorme coup de poing et l'arrêta la main pleine.

--Mordié! s'écriait-il en blasphémant et en réitérant les bourrades,
nierez-vous, messire le fripon, que vous me ravissez le plus clair de
mon bien? Çà, messieurs, dit-il en s'adressant aux témoins de la scène,
je vous interpelle tous: quel châtiment mérite ce fourbe qui s'enrichit
à mes dépens? Admirez, messeigneurs, comme vos dons et charités
enrichissent ce gueux d'hôpital! Mais je ne suis pas si privé d'yeux
qu'on imagine, car le sort m'a planté des yeux aux oreilles. O le
mécréant, fils de Juif et d'Arabe! combien de sous marqués se sont
évanouis entre ses doigts! L'ingrat, que j'ai retiré du péril de la
prison et de pire, me paie de la sorte ma folle humanité! Mordié, pour
le punir, je m'en vais le battre, devant vous, en gamme chromatique.

Le Savoyard, sourd aux supplications de l'enfant qui se débattait de
toutes ses forces, lui déboucla ses chausses, d'où l'argent volé tombait
en s'éparpillant, et lui infligea publiquement la punition du fouet, qui
n'était pas encore banni de la justice légale. D'Assoucy, essoufflé de
résistance et de prières, subit héroïquement ce supplice, et se vengea
en piquants jeux de mots, quand il se retrouva debout sur ses pieds, et
ne montrant plus que son visage narquois à l'assemblée. Les spectateurs
qui avaient ri de cette exécution rirent davantage des plaisants
quolibets que la colère inspirait au patient; le Savoyard, déconcerté
par cette verve d'invectives, proposa lui-même, à son page des
conditions de paix, qui ne furent pas acceptées; ce ne fut qu'une trêve
de part et d'autre.

Sur ces entrefaites, une horde de sauvages de la lie du peuple se
précipita sur le Pont-Neuf, où le gibet avait été, pendant la nuit,
renversé et brûlé: le cadavre du maréchal d'Ancre, horriblement outragé,
servait de jouet et de trophée à ces misérables, parmi lesquels des
femmes, d'horribles mégères, se distinguaient par leur acharnement sur
ces informes restes, souillés de sang et de boue. On chantait en choeur
d'odieux couplets, on dansait autour de ce pauvre corps défiguré; on
mêlait le nom de la reine mère à celui de son ministre favori, dans
un chaos de malédictions à la mémoire du défunt; ensuite on traîna le
cadavre vis-à-vis le Cheval de bronze et on le dépeça par morceaux, en
criant toujours: _Vive le roi!_ Des paysans de la province achetèrent
des lambeaux de cette chair saignante, pour l'emporter avec eux, et il
y eut des monstres qui en mangèrent, pour mieux assouvir une haine
abominable qui survivait à la victime.

--Mordié! je veux aussi aller le voir, ce damné Italien! dit le
Savoyard, oubliant qu'il était aveugle. Vraiment, je ne le verrai point,
mais je le toucherai et tâterai, à l'endroit de ses blessures, que
j'eusse voulu faire moi-même. Viens çà, Charlot, conduis-moi, en pinçant
du luth, tandis que je chanterai gratis la complainte du détestable
Concini.

D'Assoucy, qui gardait trop de rancune à ce brutal aveugle pour se
résigner à une plus longue servitude, crut l'occasion opportune pour
s'enfuir, à la faveur du tumulte; il eut soin d'emporter le petit trésor
qu'il devait à ses vols journaliers et qu'il avait enfoui sous un pavé;
puis, se recommandant tout bas au dieu des aventuriers, il accompagna
son maître, en jouant de la musique, pendant que celui-ci hurlait ses
fureurs poétiques contre la mémoire de l'Italien Concini. Mais la foule
était plus curieuse de voir que d'écouter, et le Savoyard se plaignait
de ce qu'on ne lui ouvrit point un chemin jusqu'à l'objet inanimé de son
fougueux ressentiment; la difficulté d'avancer augmentant à chaque
pas, d'Assoucy donna tout à coup un croc en jambe à l'aveugle, qui, en
perdant l'équilibre, entraîna dans sa lourde chute plusieurs de ses
voisins, aux vêtements desquels il s'était accroché. Ils tombèrent
les uns sur les autres, en jurant tous à la fois et s'entortillèrent
mutuellement, sans pouvoir se relever, tandis que d'Assoucy se hâtait de
gagner le large.

--O le traître! ô le félon! se mit à crier le Savoyard, attribuant
aussitôt sa culbute à son page, qu'il soupçonnait d'avoir pris la fuite;
à l'aide! au secours! bonnes gens, arrêtez-le, ramenez-le-moi, je vous
prie! Il court à belles jambes de ce côté, vous le reconnaîtrez à son
habit de perroquet. C'est un larron, c'est lui qui a volé le cotignac!
C'est lui qui volait le produit de mon travail! Nous le ferons pendre au
son de ma musique.

D'Assoucy, qui s'éloignait en tapinois, après avoir fait choir son
maudit aveugle, fut frappé de terreur, quand il l'entendit se déchaîner
ainsi en amères récriminations: le vol de cotignac, qu'on lui reprochait
à haute voix, vint se représenter vivement à son esprit, et il se
persuada que plus d'un passant en avait été témoin. Il s'imagina
aussitôt que tous les regards, que tous les sourires le désignaient
comme le voleur de cotignac: sa vue s'obscurcit, ses membres
tremblèrent, ses idées s'égarèrent, ses jambes se dérobèrent sous lui:
il faillit se livrer lui-même, faute de pouvoir s'enfuir.

Il errait sur le pont, d'un bord à l'autre, sans savoir quelle route
tenir, ni quel parti prendre; il croyait voir partout des mains
s'étendre vers lui pour le happer, et il eut beau marcher en tous sens,
le Cheval de bronze avait l'air de le poursuivre toujours; enfin les
cris de l'aveugle se rapprochèrent, répétés de bouche en bouche, et le
cotignac devenait pour le voleur un spectre menaçant. Effaré, haletant,
il s'arrêta devant la Samaritaine et se glissa, par un passage noir qui
s'offrait à lui, dans un escalier en limaçon, qu'il descendit en larges
enjambées, sans s'inquiéter de savoir où il était et où il allait,
pourvu qu'il échappât aux regards de mille spectateurs. Peu s'en fallut
qu'après une année d'intervalle il eût une indigestion de cotignac.

Enfin il respira, en se trouvant dans un lieu voûté, obscur et
solitaire, qui ressemblait à une cave, et il espérait n'avoir plus rien
à redouter, lorsque le bruit d'une porte qu'on fermait, en haut de
l'escalier, à doubles verroux et à triples serrures, lui apprit qu'il
était prisonnier. Alors il craignit de n'avoir échappé à un péril, que
pour tomber dans un pire. Allait-il être condamné à mourir de faim dans
un horrible cachot? Il regretta de n'avoir pas été ressaisi par le
Savoyard, fût-il à demi mort entre les mains de ce brutal; il eut l'idée
de pousser des cris perçants pour se faire entendre du dehors et pour
qu'on vînt le délivrer. Tout à coup, son effroi prit le caractère du
vertige, quand un coup d'oeil, jeté autour de lui parmi les ténèbres,
lui fit croire qu'il n'était pas seul, comme il l'avait pensé d'abord,
et que les habitants de ce sombre repaire étaient venus là pour le
recevoir.

Ce fut une vision surnaturelle, un aspect inouï et mystérieux, que
l'assemblée de vingt ou trente personnages des deux sexes, droits,
immobiles et muets rangés contre la muraille. Ces fantômes, dont les
vêtements et les joyaux brillaient dans l'obscurité, avaient l'air de
tenir cour plénière, en silence, au fond de cette cave, et si leurs
costumes magnifiques n'eussent pas annoncé des seigneurs et des princes
de la plupart des nations de l'Orient, on aurait pu supposer que
c'étaient des êtres du monde idéal, des spectres ou des démons, tant
leur réunion, dans un pareil endroit, tenait du merveilleux.

D'Assoucy n'était pas peureux; mais son imagination, exaltée par la
lecture de quelques histoires romanesques et surtout des _Métamorphoses
d'Ovide_, sortait volontiers des limites du vrai et du vraisemblable:
il ne prit pas le temps de réfléchir, il n'eut pas même le courage de
regarder en face ces êtres singuliers, qui n'avaient encore ni bougé, ni
parlé, et qui ne lui demandaient pas compte de sa présence: il courut,
tout hors de lui, pour chercher une issue, pour s'arracher à ce terrible
cauchemar; son effroi multipliait le nombre et grossissait la forme de
ces fantastiques apparitions.

Malgré l'épouvante qui paralysait ses sens, il se trouva au pied de
l'escalier, qu'il commençait à gravir péniblement pour revoir la lumière
du soleil et le séjour des hommes; mais il n'avait pas franchi la
dixième marche, qu'il entendit les degrés de pierre retentir, au dessus
de sa tête, sous les bonds d'un être vivant, qui venait d'en haut et
qui, l'ayant heurté violemment, se cramponna en grognant à son collet.

Le pauvre enfant, stupéfait de cette rencontre offensive, frissonna
de tous ses membres, le corps mouillé d'une sueur froide, et, pour la
première fois de sa vie, il pria le bon Dieu de le défendre contre la
griffe du diable. Cette prière mentale lui rendit un peu d'énergie, de
telle sorte qu'il put arrêter et serrer dans ses bras un animal velu,
porteur d'une longue queue, qui faisait présumer l'existence des cornes
accessoires pour compléter les attributs de Satan en personne: or,
l'animal ou Satan lui-même, étonné et irrité de se sentir captif,
s'agita de toutes ses forces et mordit au sang le visage de son
adversaire.

Une lutte s'engagea entre l'homme et la bête, qui s'étreignaient
mutuellement, qui se déchiraient des ongles et des dents, qui se
lançaient d'un mur à l'autre, et s'épuisaient en efforts successifs et
réciproques: par intervalles, un cri de douleur, un soupir de fatigue,
un grondement de rage. D'Assoucy éprouvait la cruelle agonie d'un
mauvais rêve, qui s'achève péniblement entre la veille et le sommeil,
et que vont dissiper les premiers rayons du jour; enfin, égratigné,
mordillé et maltraité par le démon inconnu qu'il combattait dans
l'ombre, il appela toute sa vigueur à un assaut désespéré, qui acheva
son triomphe; il coucha son ennemi sur la pierre humide de l'escalier,
et lui pressant la poitrine avec le genou, il l'étouffa, sans autres
armes que ses dix doigts. Un râlement entrecoupé fut le signal de sa
victoire, et l'ennemi mort lui parut moins redoutable: le démon n'était
qu'un singe, et cette découverte inattendue enhardit le vainqueur, au
point de lui permettre de promener ses yeux autour de lui et d'explorer
la retraite que la hasard lui avait offerte.

Sa terreur panique ne survécut pas au malheureux singe, qui gisait à
l'entrée du caveau, comme une sentinelle morte à son poste; il osa
pénétrer jusqu'au fond du souterrain, et s'approcher des spectres
formidables qui l'avaient tant effrayé et qui n'étaient autres que les
marionnettes du signor Fagottini.

Cet opérateur italien, qui, en sa qualité de compatriote, avait toujours
été un dévoué partisan du maréchal d'Ancre, s'était hâté, au premier
avis qu'il eut de l'assassinat de son protecteur, de mettre en sûreté
toute sa fortune, c'est-à-dire son singe et ses acteurs automates, dans
le souterrain que lui louait à bail Linclair, le gouverneur machiniste
de la Samaritaine. Ce souterrain, qui traversait la seconde arche du
pont, sous la chaussée, avait été ménagé lors de la construction
du Pont-Neuf, pour servir de cave aux maisons qu'on devait élever
primitivement de chaque côté de ce pont, et il n'avait pas été comblé
depuis. C'est là, dans cette galerie ténébreuse, à la voûte suante et au
pavé moussu, que Fagottini emmagasinait le matériel de son théâtre en
plein vent: décorations, garde-robe dramatique, acteurs au rebut et à
la retraite, débutants non encore façonnés; cette fois, la troupe
tragi-comique y siégeait tout entière sous la garde du singe.

Charles d'Assoucy eut le coeur gros et les larmes aux yeux, en
s'accusant d'avoir tué son bon ami le singe, qu'il avait tant de fois
festoyé d'oublies et de gimblettes, à la barbe du Savoyard. Après un
court instant accordé à cette oraison funèbre, après une enquête des
localités, après enfin une visite de curiosité à chacun des hauts
et puissants seigneurs de bois, qui étaient pour lui de vieilles
connaissances, d'Assoucy demeura convaincu de l'inutilité de ses
tentatives pour sortir immédiatement de ce souterrain; il résolut donc
d'accepter sa destinée avec une stoïque résignation, mais, pour passer
le temps et se désennuyer, il se hissa jusqu'à l'ouverture d'une
petite lucarne, par laquelle il aurait pu s'amuser, en toute autre
circonstance, à cracher dans l'eau pour faire des ronds et à saupoudrer
de poussière les bateliers qui passaient sous la seconde arche du
Pont-Neuf.

L'ébranlement des pas et le son confus des voix cessèrent de retentir
sous la voûte du pont; la nuit était venue, et on entendait encore, le
long des rives de la Seine, les cris de: _Vive le roi!_ se mêlant à
des cris de joie et de vengeance, comme les derniers échos de l'odieux
assassinat commis dans le Louvre par ordre du jeune Louis XIII:
d'Assoucy avait vu jeter dans la rivière les cendres du maréchal
d'Ancre. Quand le silence se fut reposé sur la ville plongée dans
l'obscurité, il n'espéra plus qu'on vînt lui rendre la liberté avant le
lendemain, si toutefois l'on devait venir. Il entendit avec chagrin le
carillon de la Samaritaine, qui sonnait l'heure du couvre-feu: tout
Paris avait soupé, excepté lui. Affamé et altéré, grelottant de froid,
il choisit, afin de s'y blottir, le coin le plus reculé de la cave, et
s'enveloppa d'une vieille tapisserie, pour dormir, au lieu de souper.

Il dormait donc de bon appétit, depuis deux heures, et se rassasiait, en
rêve, des plus excellents mets: il fut réveillé par le bruit lointain
d'une porte qu'on ouvrait et qu'on refermait avec précaution; puis,
il entendit les pas de deux personnes qui descendaient ensemble dans
l'escalier. Ce n'était point un songe, et il fut sur le point de
s'élancer vers ses libérateurs; mais, à la clarté d'une lanterne de
corne, que portait l'un des deux arrivants, il reconnut avec douleur le
Savoyard conduit par son page de musique. Il se demandait tout bas quel
malin génie se plaisait à lui forger de nouveau la pénible chaîne qu'il
avait brisée avec tant de peine, et il pleurait d'avance sur son évasion
manquée; mais il ne tarda pas à s'assurer que ce n'était pas lui qu'on
cherchait pour le ramener en servitude: la conversation du maître et du
valet suffit pour le tirer d'erreur et le tranquilliser à ce sujet.

--Mordié! la plaisante vengeance que tu as inventée! disait le Savoyard,
avec une émotion de plaisir qui déridait son austère physionomie. Vite,
attaquons les marionnettes de Fagottini, et taillons-les en pièces. Où
sont-elles? Ne les vois-tu pas? Elles doivent être ici certainement!
J'ai hâte de les fouler aux pieds, pour leur faire expier les torts que
ce mécanicien étranger a faits à ma musique.

--Il semble que le Ciel seconde notre querelle! s'écria le page, qui,
heurtant du pied le cadavre du singe, dirigea vers cet objet indistinct
le rayon de la lanterne. Voici déjà le grand singe du signor Fagottini,
qui a rendu l'âme sans coup férir, et avec lui s'en va en fumée la
gloire de son théâtre; voici maintenant la loge des acteurs de bois, qui
sont à notre merci et que nous allons mettre à mal.

--Bien, mon fils! dit le Savoyard, en poussant du pied le corps du
singe. Le temps des représailles est venu: hier l'Italien Concini
mourut, aujourd'hui l'Italien Fagottini sera ruiné. Ça! remets entre mes
mains ces méchantes bêtes de marionnettes, et, mordié! je veux chanter
faux comme un âne rouge, si je fais grâce à pas une. Bien! donne-moi
tous ces coquins d'acteurs! J'en veux faire un massacre général, plus
complet que le massacre des saints Innocents. Je me réjouis de songer à
la piteuse grimace que fera monsieur mon voisin du Pont-Neuf.

Le Savoyard, qui ne perdait pas les moments en paroles, soulageait
ainsi son humeur vindicative par un monologue d'injures et d'amères
railleries, pendant qu'il démembrait et disséquait avec un féroce
plaisir les automates, que son complice lui apportait un à un, en
faisant solennellement le panégyrique des personnages dans les divers
rôles où ils avaient obtenu le plus de succès. D'Assoucy riait tout bas
de cette exécution à huis-clos, et plusieurs fois il faillit éclater en
bruyante hilarité, au spectacle incroyable qu'il avait sous les yeux:
le Savoyard, gravement assis sur les degrés de l'escalier, comme
un magistrat en fonction, recevait des mains de son page chaque
marionnette, à laquelle il adressait une allocution furieuse et qu'il
condamnait ensuite capricieusement à différents supplices; il arrachait
les bras à celle-ci, et les jambes à celle-là; il déchirait en lambeaux
les robes dorées des princesses et cassait le nez à des majestés
royales, le tout avec un véritable raffinement de cruauté, qui eût fait
envie à un bourreau de la Grève. Un amas de membres rompus, de têtes
brisées, de bustes défigurés et de débris confondus, ce fut bientôt tout
ce qui resta de la troupe de ces innocents comédiens.

Le Savoyard et son complice ne se retirèrent que fatigués de carnage, et
contents de leur nocturne expédition, sans soupçonner que le secret
en fût compromis, tous deux se félicitant d'avoir tué la concurrence
dangereuse de Fagottini sur le Pont-Neuf. D'Assoucy avait la pensée de
les suivre de loin, par derrière, et d'effectuer sa retraite à leur
suite; mais, en sortant, ils eurent grand soin de ne pas laisser ouverte
la porte de l'escalier, qu'ils avaient trouvée bien fermée, avant de
descendre dans le souterrain. Le grincement de la clé dans la serrure
apprit au témoin de leur mauvaise action qu'il serait encore prisonnier,
au moins toute la nuit. Il se résigna donc à prendre son parti, et, se
vouant à la protection du hasard, qui pouvait seul le tirer d'embarras,
il se rendormit du sommeil insouciant de son âge.

Ce ne fut pas le jour qui le réveilla, mais un bras d'homme qui
l'enlevait par les cheveux et qui le déposa, tout tremblottant, devant
le cadavre du singe et les débris des marionnettes. Le seigneur
Fagottini, les yeux hagards, les joues tremblantes et les lèvres
blanches de colère, se préparait à interroger le coupable, en face de
ses victimes.

Le matin, dès l'aube, sous l'empire d'un sinistre pressentiment, que lui
inspirait la mort tragique du maréchal d'Ancre, il était descendu dans
son caveau, et le premier objet qui frappa sa vue avait été son pauvre
singe étendu sans vie, la bouche ouverte et les yeux sortis de leurs
orbites; puis, le désastre irréparable de la nuit s'était offert à lui,
dans toute son horreur. Ses chères marionnettes, qu'il avait quittées la
veille en si belle santé, n'étaient plus que des débris méconnaissables;
il contempla d'un oeil sec son malheur, posa la main sur la poitrine de
son singe pour y chercher en vain un battement de coeur, remua du pied
les morts et les blessés de sa troupe mécanique, invoqua dans sa langue
maternelle les saints et les saintes du paradis, et s'interrogea
lui-même pour approfondir le mystère de ces lâches assassinats. Le
premier soupçon qui s'était présenté à son esprit tombait sur le
Savoyard, et ce soupçon se changea en certitude, ainsi que la douleur
en rage, lorsqu'il aperçut l'enfant endormi, qu'il reconnaissait pour
l'avoir vu, la veille encore, au service du chansonnier aveugle du
Pont-Neuf.

Il ne pouvait douter que cet enfant, à l'instigation de son maître, ne
fût sans doute le seul auteur du massacre des marionnettes et du meurtre
du singe; il l'avait donc considéré, un moment, avec une fureur muette,
incertain de la vengeance qu'il choisirait contre ce petit coquin, mais
étonné cependant de son paisible sommeil, qu'eût envié l'innocence, à
côté des preuves trop certaines du flagrant délit.

Il le secoua rudement, pour l'éveiller, et le mit sur ses jambes, tout
ému et tout effrayé, en lui tirant les cheveux et les oreilles.

--Malfaisant garçon, lui dit-il d'une voix claire qu'il s'efforçait de
rendre tonnante, as-tu de quoi payer l'amende autrement que sur tes
épaules? Quelle méchanceté est la tienne d'avoir commis cet odieux
attentat? Mais tu n'en seras pas quitte pour la prison et le pilori. On
te pendra de compagnie avec le scélérat qui t'a conseillé de me nuire de
la sorte, en tuant mon singe et saccageant mes pauvres marionnettes!

--Grâce, monseigneur! reprit d'Assoucy, qui comprit le danger de sa
position: je vous proteste que ce n'est pas moi qui ai fait cela. Je
vous nommerai, s'il vous plaît, les coupables.

--Oui-dà! Bien fou qui se fierait à tes mensonges! Certes, le Savoyard a
conseillé ce beau dessein, mais c'est toi seul qui l'as exécuté.

--Vraiment, mon bon seigneur, c'est ce vilain aveugle qui a fait le
dommage, et je vous l'affirme bien naïvement, puisque j'étais caché là,
où j'ai tout vu et tout entendu sans être découvert.

--Ce sont bourdes et balivernes, maître fourbe! Pense-t-on m'en donner à
garder?

Comment un aveugle, tel que le Savoyard, eût-il su trouver seul le
chemin de ma cave, pour commettre tels dégâts?

--Nul autre que lui, cependant, n'a fait rage contre vos machines, je
vous l'atteste.

Il est vrai que son méchant page de musique le conduisait et l'aidait
bel et bien à saccager vos belles marionnettes.

--N'es-tu pas toi-même page de musique du Savoyard, infâme? Oseras-tu
soutenir, aussi, que tu n'as point tué mon pauvre bonhomme de singe? Tu
as encore le visage égratigné de ses griffes et meurtri de ses dents.
Çà! je ne sais quelle pitié me retient de te mettre à mort, comme tu as
assassiné cette digne bête, qui valait mieux que tu ne vaux et vaudras
jamais.

--Eh bien! compère, répliqua d'Assoucy avec effronterie, quand
j'aurais tué cette maligne bête, qui me combattait, le péché serait-il
irrémissible? Eussiez-vous mieux aimé qu'il me tuât et que vous en
portassiez la peine en ce monde et dans l'autre? Nous, avons eu ensemble
un furieux duel, je vous assure, et il s'en est fallu de peu que j'eusse
le dessous. Je vous prie donc de me laisser aller....

--Non, par les clés de saint Pierre! petit vagabond! interrompit
Fagottini, en le saisissant de nouveau par les cheveux et le soulevant
ainsi à deux pieds du sol. Tu seras fouetté par les rues et les
carrefours, comme voleur de race, et M. le lieutenant civil, par devant
qui je vais te mener, au grand Châtelet, a de bonnes cages de pierre
pour les oiseaux de ton espèce, à moins que tu ne meures lapidé par le
peuple, qui pleurera mon singe et vengera mes chères marionnettes. As-tu
bien eu le farouche courage de mutiler et de détruire ces miracles d'un
travail ingénieux? Je voudrais pareillement te rompre, à plaisir, bras
et jambes, et ensuite te tordre le cou!

--N'en faites rien, monseigneur, si vous êtes bon catholique! s'écria
d'Assoucy, à qui la faim et la crainte commandaient l'humilité
suppliante; soyez plutôt charitable, en me faisant l'aumône d'une miche
de pain, pour remplir mon estomac à jeun, qui semble être sans fond,
comme le tonneau des Danaïdes: ordonnez ensuite, de moi, ce qu'il vous
plaira.

--Par la damnation de Judas! reprit Fagottini, en réfléchissant au parti
qu'il pouvait tirer de ce petit drôle, resté en ôtage dans ses mains,
pour répondre de l'attentat du Savoyard, je consens à te pardonner, à
condition que tu veuilles me servir avec le même zèle que tu servais
ton ancien maître. Il s'agirait de jouer du luth et de divertir les
passants, au lieu et place de mon singe défunt.

--Sans doute, je le veux bien, monseigneur, pourvu que vous me donniez
abondante nourriture et de gros gages en surplus, sans aucune pitance de
coups, chiquenaudes, nasardes, etc. Si tel est notre marché, je suis, de
ce jour, votre tout dévoué serviteur.

Le traité fut conclu de part et d'autre, avec un empressement qui
ressemblait à de la bonne foi, et aussitôt il commença d'être en
vigueur; car, avant d'apporter à son nouveau valet la nourriture dont
celui-ci avait le plus pressant besoin, Fagottini se l'appropria tout
à fait, en l'habillant d'un vieux costume italien, dont la richesse
primitive avait disparu sous une double couche de poussière et de
crasse: c'était la livrée du singe aux grands jours de gala, et
d'Assoucy, qui succédait directement à l'animal, quitta presque à regret
l'habit galeux et la pauvre condition de page de musique. Il espérait
que la métamorphose qu'on lui faisait subir ne s'étendrait point au
delà; mais Fagottini, pour mieux déguiser l'origine de son heureuse
acquisition, lui barbouilla la figure et les mains d'une teinture noire,
qui pénétrait dans les pores de la peau et y laissait une empreinte
ineffaçable. L'infortuné d'Assoucy protesta vainement contre cette
violation de son traité, qui, en faisant de lui le successeur d'un
singe, ne lui imposait pas le devoir de devenir un nègre. Fagottini lui
rit au nez, en jurant par tous les saints du calendrier que l'Afrique ne
produisait pas de plus joli visage d'ébène. Dès ce moment, la discorde
fut allumée entre le maître et son valet.

Ce dernier se consolait du moins, à l'espoir d'un copieux et succulent
repas; mais le fourbe Italien ne lui donna que du pain bis et des
oignons crus, en assaisonnant d'éloges hyperboliques cette prétendue
chère de prince.

D'Assoucy était tellement affamé, que les oignons crus et le pain bis ne
lui parurent ni trop durs ni trop lourds, quoiqu'il n'eût que de l'eau
pour les faire passer. Il avait pourtant rêvé un meilleur dîner, et il
se prit à regretter d'avoir abandonné le Savoyard et perdu ainsi les
bénéfices frauduleux qu'il pouvait détourner à son profit. Il se rappela
alors qu'il avait oublié toute sa fortune, composée de quelques beaux
écus, dans les poches de son ancien vêtement; mais Fagottini, qui aurait
entendu d'une lieue sonner un liard, avait déjà confisqué l'argent, et
d'Assoucy eut le chagrin de voir son petit pécule s'engouffrer dans
une énorme bourse de cuir bouilli, qui présentait une rotondité assez
respectable. Cette inique spoliation ne fut pas soufferte sans véhéments
reproches et gestes menaçants de la part du propriétaire de la petite
somme, qui allait s'ajouter aux économies de son maître. Celui-ci, dont
le rire redoublait aux emportements de son impuissant adversaire, le
défia de s'enfuir, après l'avoir enchaîné à un anneau de fer, pour lui
enseigner la patience et la résignation.

Pendant que Fagottini écorchait son singe pour l'empailler, et
raccommodait tant bien que mal celles de ses marionnettes qui n'étaient
pas tout à fait hors de service, d'Assoucy, mis à la chaîne comme un
animal domestique, cria, s'agita, écuma, puis pleura, puis s'apaisa; il
avait eu le temps de comprendre que, dans sa nouvelle condition, le plus
sage était de se soumettre au joug de la nécessité et d'attendre une
occasion favorable pour s'y soustraire, en prenant sa revanche, s'il
était possible, contre son odieux bourreau. Il promit donc d'obéir
désormais aux volontés du despote qu'il s'était donné, mais il se promit
tout bas à lui-même de se dérober à cet ignoble asservissement. Hélas!
le pauvre garçon ne savait pas encore jusqu'où irait sa misère.

[Illustration: L'apparition d'un musicien nègre.]

Le lendemain, il suivit, en silence et la tête basse, Fagottini, qui
avait, ce jour-là, le regard plus louche et plus faux, le sourire
plus moqueur, le teint plus enluminé et l'abord plus impudent qu'à
l'ordinaire; tous deux montèrent sur le théâtre, veuf de ses acteurs
mécaniques, et la toile fut tirée, aux sons du luth que d'Assoucy
pinçait dans la coulisse.

Le Savoyard et son page, enchantés du lâche coup de main qu'ils avaient
fait pendant la nuit pour ruiner Fagottini, jouissaient d'avance de la
situation critique à laquelle ils croyaient avoir réduit l'inventeur des
marionnettes: ils se regardèrent avec étonnement, en reconnaissant le
luth d'Assoucy qui jouait un de leurs airs; ils ne doutèrent pas que
leur élève ne fût passé dans le camp de l'ennemi. Mais l'apparition
d'un musicien nègre, qui remplaçait le singe mort, déconcerta leurs
espérances et les découragea tout à fait, en leur montrant que Fagottini
n'était pas à bout de ressources, puisqu'il semblait avoir déjà trouvé
le moyen de faire face à la perte de son industrie. Ils se reprochèrent
même l'inutile destruction des marionnettes, lorsqu'ils virent la
curiosité du public, alléchée par un nouveau spectacle, rassembler
autour du théâtre de leur rival une foule plus nombreuse et plus
impatiente que jamais, dans l'attente de ce spectacle. Les assistants
cherchaient des yeux le singe et les automates de Fagottini; on
s'informait bien des causes de leur absence, attribuée à quelque
indisposition subite de ces acteurs, mais on se demandait aussi à quel
rôle était destiné ce nègre, qu'on n'avait pas encore vu sur la scène de
Fagottini, et déjà chacun s'apprêtait à mettre la main à la poche, pour
payer sa place et son plaisir.

Le Savoyard ne remarquait pas de si avantageuses dispositions dans son
auditoire clairsemé: il préludait tristement à sa fameuse complainte sur
la mort du malheureux Conchine (on avait francisé ainsi le nom italien
de Concini); mais l'événement qui avait fait le succès de cette
complainte était vieux de deux jours, et la vindicte populaire s'était
rassasiée sur un cadavre. On ne s'occupait même plus de la maréchale
d'Ancre, qui, emprisonnée à la Bastille, devait être jugée pour crime
de lèse-majesté divine et humaine, et condamnée six mois après, à être
brûlée vive comme sorcière.

--Bourgeois et habitants de la célèbre et bonne ville de Paris, reine et
capitale du monde, s'écriait le Savoyard, en accordant son instrument,
je suis Philippe, dit le Savoyard, héritier légitime du poète grec
Homère, auquel j'ai l'honneur de ressembler en ma qualité d'aveugle; le
Pont-Neuf est mon Parnasse, le Cheval de bronze est mon Pégase, et la
Samaritaine est la source de mon Hélicon. Je veux aujourd'hui, si
vous ne jeûnez de grasse gaieté, vous chanter la chanson pitoyable et
récréative d'un cordonnier, qui se coupa la gorge de son tranchet, parce
qu'il avait fait des souliers trop étroits à ses pratiques. Oyez,
oyez, messeigneurs, oyez cette gentille poésie, la belle complainte de
l'honnête cordonnier.

L'annonce d'une chanson que recommandait un titre aussi piquant opéra
un mouvement dans le public qui se partagea en deux groupes tumultueux,
selon la préférence de chacun pour l'un ou l'autre spectacle; mais
le Savoyard n'eut pas plutôt entonné sa chanson plaintive, que ses
auditeurs lui furent enlevés par la langue dorée de Fagottini.

--Bons chrétiens que tourmente le mal de dents! disait d'une voix
perçante le signor Fagottini, tandis que d'Assoucy gambadait à ses côtés
en remuant les mâchoires, monsieur mon singe est mort hier, et mes
marionnettes en ont pris le deuil. Avant qu'elles se soient consolées,
ce qui ne sera pas de longtemps, puisque je les mène en Italie, à la
cour d'un grand monarque, j'ai fait voeu d'arracher, gratis ou à petits
frais, toutes les dents malsaines, puantes ou douloureuses, qui sont
encore plantées dans vos bouches; cela, s'il vous plaît, pour la
gratitude singulière que j'ai toujours eue à l'égard des gens de Paris.
C'est pourquoi je possède un miraculeux secret, pour faire repousser
sur-le-champ les dents que j'ôte, de telle sorte que, deux jours après
la dent arrachée, les choses se rétablissent d'elles-mêmes en leur
premier état. On peut dire avec assurance que les plus grands saints du
paradis n'inventeraient pas un remède plus efficace: par exemple, une
vieille édentée retrouvera de quoi mordre, et je pourrais citer un
vénérable cardinal, qui onc ne perdra plus ses dents, les ayant fait
enlever toutes, dût-il vivre deux fois centenaire.

Cette impertinente allocution, débitée avec une assurance emphatique,
rencontra peu d'incrédules; mais si chacun se rendait bien compte, à
part soi, de ce qui pouvait manquer à sa mâchoire, personne n'osait
courir la chance de l'essai du fameux remède. Fagottini avait déployé
ses formidables tenailles d'acier, qui firent reculer d'abord même
les plus intrépides, déterminés à tenter l'aventure et sacrifier une
mauvaise dent pour en avoir une bonne; il recueillit bientôt une
brillante moisson d'écus blancs, comme l'expression palpable de la
confiance et de l'intérêt des spectateurs. Il se rengorgeait avec
suffisance, apprêtait les ustensiles de son métier, en agitant un
collier de vieilles dents de cheval enfilées comme des perles: tout à
coup il prit d'une main d'Assoucy par la tête, lui écarta les lèvres,
avec l'autre main, et mit à découvert deux superbes rangées de dents,
dont la blancheur contrastait avec la noirceur factice de son teint.
L'enfant, que le menaçant appareil de l'art du dentiste avait troublé et
inquiété, supposa naturellement une fâcheuse intention contre sa bouche,
quand il se sentit saisi de la sorte à l'improviste par Fagottini; il
ne cessa de crier et de se débattre, qu'en entendant ces paroles
rassurantes du perfide Italien adressées à son auditoire:

[Illustration: Tout à coup il prit d'Assoucy par la tête.]

--Messieurs et mesdames, avisez cette denture plus aiguisée que canif,
et plus polie qu'ivoire. Eh bien! ce garçonnet avait de naissance
toutes les dents ébréchées, gâtées et mal agencées: c'était un chaos
piteusement entassé dans sa bouche; or, il nous fallut arracher toutes
ces méchantes dents pour les remettre en plus bel ordre, et la nature
fut si rétive, qu'elles ne revinrent dans le bel état où vous les voyez,
qu'à la troisième pousse. Tenez-moi donc pour ignorant et calomniateur,
si demain cette dent-ci que je vous montre et qui n'est plus bonne à
rien n'a produit nouveau germe et nouvelle dent, pour le triomphe de mon
art! Goûtez vous-même après, si cela fait le moindre mal à l'estomac!

Il voulut joindre l'exemple au précepte et fît semblant de tirer une
grosse dent de la bouche de d'Assoucy, qui n'eut pas même le temps de
se préparer à ce tour de passe-passe, et qui jeta un cri de douleur, en
contradiction avec les promesses du charlatan. Celui-ci ne daigna plus
s'occuper de son nègre, qui, pâle et tout en larmes, crut avoir perdu la
dent et la voir toute sanglante entre les mains de l'opérateur.

Fagottini prolongeait l'effet de ce coup de théâtre imprévu, par de
burlesques commentaires.

--Par sainte Appoline qui guérit les maux de dents! disait-il en se
pavanant: arracher ou plutôt extraire une dent, fût-ce la plus grosse et
la mieux enracinée, c'est moins que rien, et la douleur a les airs du
plaisir. Voyez mon petit négrillon, qui se soucie de sa dent comme d'un
cheveu, parce qu'il sait qu'elle ne tardera pas à reparaître plus belle
qu'elle n'était. Or, je vous convie à venir demain voir la dent neuve,
qui aura poussé, cette nuit, et si ce n'est pas assez d'une pour vous
convaincre, je veux en faire sauter deux trois, l'une après l'autre,
tant la graine est abondante, tant le terrain est fertile.

--N'approchez pas, abominable homme! interrompit d'Assoucy à voix basse,
épouvanté du regard satanique de l'Italien qui le menaçait de ses
terribles tenailles: n'approchez pas, sinon je vous mords jusqu'au sang,
je vous égratigne la face et vous crève les deux yeux!

--Mon fils, quelle mouche te pique! reprit doucereusement Fagottini, qui
ne voulut pas pousser à bout le désespoir du malheureux enfant, qu'il
emporta dans ses bras derrière le théâtre, en lui disant, à l'oreille,
de compter ses dents et de se taire. N'ayez pas peur, messires et
mesdames, dit-il en reparaissant devant son public: mon nègre n'est
point enragé, comme on pourrait le croire; c'est une maladie qu'il prit
en nourrice, pour avoir été piqué d'un serpent; mais, dès que l'accès
commence, j'ai grand soin de l'écarter du monde, afin qu'il ne blesse,
ne morde et n'empoisonne personne. N'aurais-je pas plus sagement fait de
lui arracher toutes les dents?

Cependant d'Assoucy jetait de tels cris, que le rusé Italien jugea
prudent d'aller lui imposer silence, bon gré, mal gré, et n'essaya pas
de le calmer avec de bonnes paroles: il se jeta sur lui, sans mot dire,
et le serrant dans ses bras, à lui faire perdre haleine, pour l'empêcher
de mordre et de crier, il le déposa évanoui dans le fond de l'échoppe;
puis, avant que l'enfant eût repris sa fureur avec ses sens, il le
bâillonna et le lia de fortes cordes comme un condamné à mort qu'on va
mener à la potence. Après avoir pris cette cruelle précaution contre la
peur et la fureur du pauvre garçon, il reparut en public et annonça que
son nègre sortait à peine d'une violente crise, qu'il avait domptée,
heureusement, au moyen d'un élixir, panacée souveraine contre toute
espèce de maux.

L'élan était donné, et ce fut à qui viendrait tendre la bouche aux
tenailles de l'impitoyable exécuteur: le fauteuil consacré aux victimes
de ses actives opérations ne restait pas vide une minute, et la
concurrence augmentait à mesure que les dents tombaient autour de
l'impassible Fagottini, qui se surpassa en adresse et en activité; il
ne déposait ses outils que pour recevoir le prix de ses services,
quelquefois avec les malédictions de ses clients: quelquefois la
gencive suivait la dent arrachée, ou bien, par quiproquo, la dent saine
éprouvait le sort réservé à la dent malade, ou bien aucun effort
ne réussissait à extirper une racine engagée profondément dans ses
alvéoles; mais, en général, sauf des cris d'hommes et des pleurs de
femmes, chacun s'en allait en silence, la mâchoire plus ou moins
dégarnie ou ébranlée, avec la consolante persuasion de voir les dents
absentes repousser, la nuit même, par la vertu de l'élixir avec lequel
on devait laver la plaie.

--Par le grand saint Hubert, qui préserve de la rage! répétait
Fagottini, à chaque dent enlevée: empêchez que, pendant une heure, votre
salive ne mouille la plaie saignante; autrement; i'élixir que je vous
baille gratuitement, par dessus le marché, serait comme nul et sans
puissance; efforcez-vous aussi de retenir votre haleine, qui peut
corrompre et détruire le germe de la dent à venir.

Cependant d'Assoucy, en revenant à lui, avait gémi de se trouver
bâillonné et garrotté comme un criminel; son ressentiment ne fut pas
diminué quand il reconnut que sa mâchoire était intacte et qu'il n'avait
pas perdu une seule de ses dents, mais il ne détesta pas moins, dans son
for intérieur, la barbarie tyrannique de l'arracheur de dents, qu'il eût
voulu poignarder de sa propre main; il se calma pourtant, en pensant que
bien d'autres seraient plus maltraités que lui, et la souffrance qu'il
avait ressentie en idée était compensée par la souffrance plus réelle
des imbéciles badauds qui ajoutaient foi aux grossiers mensonges de
leur bourreau; il écoutait donc, en riant, les hurlements que Fagottini
arrachait, avec les dents, à quelques-uns des patients. Mais il ne
songea plus qu'à se dérober à de plus longs tourments, dès qu'il
s'aperçut que la corde mal nouée n'entravait pas la liberté de sa main
droite: il se servit de cette main pour se débarrasser de ses liens et
de son bâillon. Aussitôt qu'il eut recouvré l'usage de ses membres,
il oublia tous ses serments de vengeance et n'eut plus à coeur que de
mettre en sûreté sa mâchoire; il s'arma d'audace et de résolution, pour
traverser le théâtre où Fagottini opérait en public, et l'affluence y
était si compacte et si empressée, qu'il ne fut pas même remarqué dans
la foule, au milieu du bruit; déjà il se croyait sauvé, et son masque
noir, qu'il avait effacé à demi avec un linge mouillé, ne pouvait plus
aider à le faire reconnaître: par malheur, son cou et ses oreilles
n'avaient point été débarbouillés comme sa figure.

Fagottini, qui calculait sa recette d'après le nombre de clients que
lui promettait la multitude de curieux arrêtés devant ses tréteaux,
distingua dans cette foule mouvante une toque à plumes jaunes, qui
cachait mal des oreilles et un cou de nègre; il adjura saint Michel,
vainqueur du diable, et laissant là les dents qui s'offraient à ses
pinces infatigables, il s'élança au bas de son estrade, en interpellant
le fugitif: il fendit la presse, et rattrapa par la manche l'infortuné
d'Assoucy, qui, en se retournant à la secousse, rencontra la grimace
horrible de son tyran; le pauvre enfant joignit les mains avec
désespoir, et, décidé à tout, plutôt que de se soumettre à cet homme
impitoyable, il lui résista de toutes ses forces.

Par le martyre de saint Étienne! disait Fagottini aux gens qui
l'entouraient, toujours enclins à prendre parti pour le plus faible
contre le plus fort; c'est mon valet qui a ses attaques d'épilepsie, et,
si je ne l'avais appréhendé au corps, il s'allait précipiter dans la
rivière. Secourez-moi, s'il vous plaît, bonnes gens, pour l'emporter
précieusement, comme un saint, jusqu'à mon laboratoire, où je trouverai
bien un remède à son vilain mal.

--Ne croyez pas cet imposteur! criait d'Assoucy, implorant par gestes
la pitié des assistants. Il m'a noirci le visage, pour faire de moi un
esclave, comme si j'étais un nègre, et il m'accable de mille duretés,
ce sorcier hérétique! C'est moi qui suis le second page de musique du
Savoyard; souvenez-vous de moi, mes amis! C'était moi qui jouais du
luth et chantais à l'unisson avec mon maître Philippe, l'aveugle du
Pont-Neuf! J'aimerais mieux être esclave chez les Algonquins, que de
subir la tyrannie de ce diable, de ce païen, qui bientôt m'écorcherait
vif. Holà! assistez-moi, bonnes gens, pour l'amour de Dieu, sinon il
me tuera sans rémission! Dites, je vous en prie, au bon Savoyard, mon
ancien maître, qu'il me tire de cet enfer.

--Mordié! dit le Savoyard, frappé de cet accent plaintif, qu'il
reconnut: c'est toi, mon fils, c'est toi, fin voleur de cotignac! Dieu
te garde, mon enfant! Tu n'auras point en vain appelé le Savoyard à ton
aide!

En parlant ainsi, l'aveugle, qui s'était fait instruire du sujet de ce
tumultueux débat, descendit de son estrade, et, guidé par les voix,
s'ouvrit un chemin, à travers la foule, jusqu'aux combattants sur
lesquels il fit tomber au hasard ses lourds poignets, comme des marteaux
sur l'enclume; d'Assoucy, il est vrai, reçut la moitié des coups
destinés au charlatan, qui était un champion indigne de l'Hercule de la
chanson. Fagottini, néanmoins, ne lâchait pas l'enfant, qu'il présentait
en manière de bouclier à son formidable ennemi: mais ce bouclier vivant,
meurtri et contusionné, recommença ses plaintes pour intéresser les
assistants à sa délivrance, déterminé qu'il était à ne jamais rentrer
sous la domination de l'un ou de l'autre maître, également odieux et
redoutés.

--Ayez miséricorde, et le bon Dieu vous le rendra! cria-t-il, en ne
s'interrompant dans ses prières que pour éviter le choc de ce poing
pesant, qui menaçait de lui briser le crâne chaque fois qu'il retombait.
Sauvez-moi de ces deux ravisseurs, qui sont acharnés contre moi et qui
me retiennent captif, malgré ma volonté, depuis une année de gêne,
d'injustices et de privations. Je suis Charles Coypeau d'Assoucy, fils
aîné d'un illustre avocat au Parlement de Paris, et peut-être ma famille
croit-elle que je suis défunt à cette heure. Un écu d'or à qui s'en
ira avertir messire Coypeau d'Assoucy, mon père, en la rue des
Grands-Augustins, où il demeure! Compatissez à mon destin malencontreux,
braves gens, si vous êtes des chrétiens, car vous voyez, sous ces
guenilles de comédie, le fils d'un avocat renommé! En vérité, je vous le
dis, je suis Charles Coypeau d'Assoucy.

--Est ce bien toi, mon bien-aimé Charlot? s'écria un avocat en robe,
qui, revenant du Palais, vint à passer, tout chargé de sacs à procès.
Certes, messieurs, c'est lui-même, c'est mon propre fils, que j'avais
perdu depuis l'an dernier! Je vais, sur l'heure, dresser une procédure
contre ces larrons d'enfant, et le jugement me vaudra une grosse somme
pour les dommages qu'ils m'ont faits! Ah! méchants bohémiens, vous
teniez à la chaîne ce gentil garçon de noble race, et vous le
maltraitiez comme un âne rétif? C'est bien, mes compères: nous
compterons ensemble, et il n'est pas un soufflet octroyé à mon cher
fils, que je veuille rabattre sur le prix, que je vous en dois réclamer.
Viens çà, mon Chariot, viens baiser ton père, qui te promet justice
contre ces corsaires!

[Illustration: Le père de Charles d'Assoucy dressant une procédure.]

L'avocat, trempant sa plume dans le _galimard_ ou encrier pendu à sa
ceinture, s'était mis en devoir de verbaliser, sur son genou, en guise
de pupitre, et repoussait doucement son enfant prodigue qui l'assaillait
de caresses. Le Savoyard et Fagottini, effrayés des menaces d'un
personnage en robe, avaient brusquement tourné le dos, pour se
soustraire au procès-verbal; mais ils n'eurent pas plutôt regagné leurs
tréteaux respectifs, que le peuple, indigné de cette aventure, voulut se
venger de ces voleurs d'enfant, envahit leurs théâtres et y mit le feu,
après les avoir cherchés eux-mêmes pour les brûler aussi. Le charlatan
et le chansonnier, qui avaient eu le bonheur de s'enfuir, n'assoupirent
qu'à force d'argent une affaire qui pouvait les envoyer, comme des
forçats, ramer sur les galères du roi.

L'expérience du malheur n'avait guère corrigé le jeune d'Assoucy, et sa
conduite ne devint pas plus régulière, à mesure qu'il avançait en âge:
il était trop paresseux pour se plaire à la profession de son père, et
il préféra une existence aventurière à une vie tranquille et honorable.
A l'exemple de son premier maître le Savoyard, il se fit poète et
musicien, composant des airs de musique et des vers bouffons, parodiant
les poèmes latins d'Ovide et de Stace, qu'il traduisit ou travestit en
poèmes facétieux, jouant du luth dans les maisons des grands seigneurs
et même à la cour de Louis XIII, voyageant avec son bagage poétique et
musical, écrivant son histoire vagabonde, mal famé pour les désordres de
ses moeurs, toujours gai et plaisant, toujours ivre et gueux, toujours
en guerre avec Boileau, qui l'a immortalisé dans ses satires, comme le
rival du poète Scarron et comme l'_Empereur du Burlesque_, ainsi qu'il
s'était surnommé lui-même.

--Pauvre empereur du burlesque! disait d'Assoucy, dans sa vieillesse: tu
n'as pas même un morceau de pain à te mettre sous la dent!



LA

MASCARADE DE SCARRON

(1627)


Paul Scarron, qui, au XVIIe siècle, acquit une bizarre réputation comme
créateur du genre bouffon qu'il mit à la mode par ses ouvrages en prose
et en vers, n'était pas infirme et contrefait de naissance, tel que son
portrait nous le représente, avec le visage blême et amaigri, le front
chauve, le cou tordu, les jambes arquées et le corps en Z, selon sa
propre expression, et tel qu'il se dépeint lui-même dans une de ses
lettres, où il regrette tout ce qu'il avait perdu, en disant: «Ah! si le
Ciel m'eût laissé des jambes qui ont bien dansé, des mains qui ont su
peindre et jouer du luth, et enfin un corps très adroit!» Il vint au
monde, en 1610, sans le plus léger désagrément de nature, et son père,
conseiller au Parlement de Paris, put se flatter d'avoir un successeur
aussi bien fait qu'il l'était lui-même.

Le jeune Scarron fut élevé avec soin, et son esprit se développa plus
rapidement que son physique; à douze ans, outre les études du collège
qui ne suffisaient pas à son avidité de savoir, il rimait déjà, en style
agréable excellait à peindre la miniature, dansait à merveille et jouait
du luth en s'accompagnant de la voix, compléments indispensables d'une
éducation de gentilhomme, à cette époque où la poésie, la peinture, la
danse et la musique étaient les bien-venues à la cour et à la ville.

Scarron était d'une taille médiocre, mais élégante et gracieuse; ses
cheveux blonds, ses yeux bleus et son teint de femme, donnaient à sa
physionomie une douceur, que ne démentaient pas son parler et son regard
caressants; il avait l'abord affable et le geste noble, avec cette
exquise politesse qui était en usage dans les sociétés des beaux
esprits. Malheureusement son père, dont le patrimoine avait été dévoré
par d'anciennes dettes de famille, n'ayant pas les moyens de soutenir
la position élevée que cet enfant était appelé à prendre dans la
magistrature, fut contraint de lui ouvrir une autre carrière; il décida
donc que Paul Scarron entrerait dans les ordres ecclésiastiques.

Cette décision, il est vrai, avait été sollicitée de longue date par un
vieil oncle du jeune Scarron, et cet oncle, chanoine du Mans, riche de
deux abbayes en Beauce, s'engageait à faire son neveu héritier de tous
ses biens pourvu qu'il en fit un prêtre. Scarron, d'une humeur joviale
et libertine, ne sentait aucune vocation pour les devoirs austères de
la prêtrise; mais il dut obéir à l'autorité absolue de ses parents et
surtout à la tendresse qu'il portait au bon chanoine, dont l'indulgente
affection ne se scandalisait pas trop des espiègleries du petit mauvais
sujet; d'ailleurs, celui-ci voyait, dans les commencements de sa
nouvelle carrière, une occasion de se donner du bon temps, de prolonger
les heures de sa liberté et de gaspiller gaiement les années de sa
jeunesse, en attendant qu'il eut l'âge et les qualités d'un vrai
chanoine; il s'accommoda ainsi d'un apprentissage ennuyeux de théologie,
qui ne l'empêchait pas de fréquenter les réunions les plus joyeuses
et les plus dissipées, tandis que l'esclavage du métier de clerc
de procureur ne lui eût permis que l'école buissonnière et les
divertissements crapuleux de la bazoche. Content de son sort, il
n'aurait demandé ni bénéfice, ni canonicat, si cette vie de plaisir
avait pu durer toujours.

Scarron n'habitait pas, à Paris, la maison paternelle, mais celle de son
oncle, dans la rue d'Enfer, vis-à-vis le couvent et le vaste enclos des
Chartreux, qui n'étaient pas encore enfermés dans l'enceinte des murs
de la ville, laquelle ne s'étendait pas alors au delà de la place
Saint-Michel. Le père de Scarron avait mis son fils sous la direction
immédiate de son frère, le chanoine, excellent homme, aussi dépourvu de
fermeté que de jugement, et le jeune homme était censé travailler à son
instruction cléricale, en suivant les leçons d'un célèbre professeur de
droit sacré au collège de Montaigu, sur la montagne Sainte-Geneviève,
et en observant la règle du noviciat des Pères Feuillants, qui étaient
voisins de la demeure du bon chanoine. Mais Scarron n'entrait au
noviciat, que par hasard, pour troubler les novices, boire le vin de
leur cave et dépouiller leur jardin de ses fleurs et de ses fruits;
quant au collège de Montaigu, il n'y paraissait jamais, et lorsque son
oncle venait à l'interroger sur quelque point de doctrine religieuse,
le malin garçon éludait la question par un bon mot et citait les vieux
auteurs français, Clément Marot et Rabelais, au lieu des Pères de
l'Église. L'oncle riait en le grondant et finissait par rire sans le
gronder, ce qui encourageait le neveu à continuer cette vie débauchée,
qu'il passait au jeu de paume et au cabaret, rendez-vous ordinaire
des seigneurs à la mode, en même temps que dans _les ruelles_ et les
_bureaux d'esprit_: c'est ainsi qu'on appelait les chambres et les
salons des hôtels de la place Royale, où _les beaux esprits_ et les
_précieuses_ tenaient leurs assemblées. Scarron jouait et buvait, le
matin et le soir; il menait de front la danse, la musique et la poésie:
aussi, malgré sa jeunesse, était-il recherché pour ses talents et sa
galanterie, dans ces assemblées qui composaient la belle compagnie à la
mode. Il dépensait, en rubans, en passements d'or ou de soie, l'argent
qu'il avait et surtout celui qu'il n'avait pas, car il empruntait sur
son canonicat futur, pour avoir une toilette élégante conforme à sa
bonne mine: enfin, à l'âge de dix-sept ans, il s'était déjà battu trois
fois en duel.

A cette époque, le titre d'abbé, équivalant à un titre de noblesse, ne
prescrivait rigoureusement rien autre chose que le célibat; on avait une
abbaye comme une ferme, et un abbé pouvait être courtisan, militaire,
artiste, tout enfin, excepté homme d'église. On ne distinguait les abbés
dans le monde qu'à leur petit collet et à leur costume noir. Il en
était de même pour certaines abbesses, que la possession d'une abbaye
n'empêchaient pas de vivre dans le monde plus librement que dans leur
abbaye.

Le roi nommait seul aux bénéfices, qu'il distribuait selon son bon
plaisir, sans tenir compte de la position sociale ni du caractère
personnel du postulant. Cette singularité, passée en usage, ne
scandalisait pas même les gens d'une piété sincère.

Paul Scarron devait la plupart de ses mauvaises habitudes à l'exemple
pernicieux d'un ami, qu'il imitait en toute chose, comme un modèle
parfait. Armand de Pierrefuges était une sorte de chevalier d'industrie,
qui se disait noble à trente-six quartiers, et qui, à la faveur d'un
nom sonore, se glissait dans les maisons les plus distinguées, où il se
faisait remarquer par ses airs de gentilhomme, bien que le velours de
son manteau, la soie de son pourpoint, et les rubans de ses chausses,
n'eussent pas trop la fraîcheur irréprochable réclamée par la mode; mais
il suppléait de son mieux aux désavantages de sa toilette par une belle
prestance, des manières recherchées et un verbiage spirituel. Il n'avait
pas d'autre revenu que celui du jeu, et encore ne gagnait-il pas
toujours, s'il trichait souvent. C'était lui qui endoctrinait son jeune
ami; lui, qui puisait dans la bourse de l'oncle par le canal du neveu;
lui, qui conduisait Scarron au bal, à la comédie et dans les tavernes;
lui qui l'avait rendu habile dans l'art de manier les cartes ou l'épée;
lui qui le présentait comme son élève, en mauvaise compagnie, et comme
son cousin, dans les cercles de la place Royale. Scarron remplissait
également bien tous les rôles qu'on voulait lui donner.

Un soir du mois d'octobre de l'année 1627, Scarron, s'étant échappé du
logis de son oncle qui dormait après souper, vint en courant au quartier
de l'Arsenal, rue Beautreillis, où Armand de Pierrefuges s'était
logé, pour être au centre de la noblesse du Marais, qu'il fréquentait
assidûment. Son logement, qui se composait de deux petites chambres
hautes dans une maison de chétive apparence, était loin de répondre à la
condition qu'il s'attribuait: deux vieux fauteuils délabrés, une table
branlante, un coffre de bois et un lit de plume sur un misérable grabat,
sans tapisserie et sans rideaux, tels étaient les meubles uniques dont
Armand avait la jouissance locative. Encore ne payait-il pas toujours
exactement son loyer, pour mieux ressembler aux débiteurs du bel air,
qui s'amusaient aux dépens de leurs créanciers et qui ne les payaient
jamais.

Scarron, accoutumé au spectacle de cette pauvreté mobilière, qu'il
admirait, comme un témoignage de l'insouciance d'un petit maître, entra
brusquement dans le taudis, où Pierrefuges, assis la tête dans ses
mains, devant un feu presque éteint, paraissait livré à de tristes
réflexions. L'arrivée de son cher Paul ne dérangea pas sa rêverie
maussade, et lorsque celui-ci se fut jeté dans un fauteuil vacant,
Pierrefuges se leva en silence, pour allumer, aux dernières étincelles
du foyer, une chandelle de suif, qui n'éclairait pas tous les soirs son
coucher.

[Illustration: Pierrefuges livré à de tristes réflexions.]

--Armand, ou plutôt monseigneur de Pierrefuges! dit le jeune homme,
avec cette hilarité sardonique et bouffonné, qui éclatait dans tous ses
propos. Que fais-tu là, ainsi acoquiné dans la cendre froide, comme
si tu préparais une lessive? Es-tu jaloux des cloches de l'église
Saint-Paul, qui ont la voix plus sonnante et plus argentine que la
tienne? Ne songerais-tu pas que ces belles cloches, offertes en don à la
paroisse par plusieurs rois de France, feraient bien mieux, ton affaire,
s'il t'était permis de les faire fondre en monnaie?

--Du premier coup, mon fils, tu devines mon mal, qui n'est autre que
ventre et bourse vides! reprit Armand, en clignant de l'oeil, pour
inviter Scarron à remédier à ce mal dont il se plaignait souvent. Mes
coquins de fermiers tardent tant à m'apporter leurs redevances, et les
joueurs de lansquenet, qui me doivent sur parole, ont si rétive mémoire,
que je n'ai pas une pièce blanche pour entrer au cabaret, et ce soir,
je me coucherai à jeun, comme un carme déchaussé. Bien plus, ce qui
m'afflige davantage, je ne puis aller à la mascarade chez la baronne de
Soubise.

--Une mascarade nouvelle? interrompit Scarron, dont les yeux pétillèrent
du désir d'y aller. En vérité, mon cher Armand, vous m'y mènerez,
n'est-ce pas, dussions-nous voler un tailleur d'habits?

--Non, certes, je n'irai point, et je passerai la nuit à dormir sur
l'oreiller de mon appétit, afin de courir la fortune en songe. Vingt
écus pourtant eussent suffi à me mettre en bel équipage!

--Vingt écus, mon maître? Çà, dites-moi où ils sont, que je les prenne!
Mais, à quoi bon ces vingt écus? Quand vous aurez soupé avec ces
pâtisseries, que je vous apporte du buffet de mon oncle, vous vous
dorloterez dans votre lit en rêvant à la mascarade. Cependant c'est
une belle chose qu'une mascarade! Est-il donc si malaisé de trouver et
d'inventer, à peu de frais, un déguisement? Il ne faut que vêtir votre
pourpoint à l'envers et acheter un masque de façon grotesque. Parbleu!
j'y veux aller avec vous!

--Allez-y, s'il vous plaît! mais certainement vous serez mal reçu, sinon
chassé par les valets, car la mascarade, inventée par un des poètes les
plus raffinés de la cour, représentera la naissance de la déesse Vénus
et son arrivée dans l'Olympe des Dieux. Or, pour cet effet, chaque
convié est tenu d'avoir la figure de son rôle. Aussi, m'avait-on assigné
le rôle d'un Prince des Ténèbres, de la suite de Pluton.

--Eh bien! au lieu d'un seul prince, nous en ferons deux, pour le
cortège de sa majesté infernale. Pardieu! compagnon, je suis en veine
d'imagination, et voici que je vous offre de diaboliques accoutrements
pour la fête.

--Lesquels? J'avais bien songé à porter seulement sur ma poitrine un
écriteau indiquant mon rang et mes honneurs dans l'empire de Pluton....
Mais, non, je resterai au logis, faute d'avoir vingt louis, que j'ai
perdus sur parole, en jouant avec le marquis de Senneterre et qu'il
serait homme à ne pas me réclamer.

--Baste! si ce n'est que cet obstacle à vaincre, dans une heure je te
procure quarante écus pour parfaire ta dette et nos menues dépenses.
Écoute ce qu'il faut faire à cet effet: dès que je serai endiablé à ma
guise, tu prendras bel et bien mes habits et tu les porteras chez mon
oncle le chanoine, en lui racontant que je me suis noyé dans la rivière,
et que les bateliers qui ont pêché mon corps demandent quarante écus
pour leur récompense. Sans doute, que cette fâcheuse nouvelle mettra en
deuil mon révéré et digne oncle; mais il en aura ensuite plus vive joie
à me revoir sain et sauf, le lendemain.

--Voilà, pardieu, une plaisante ruse! reprit Armand, qui en augura un
succès productif, et qui se mit à ramasser les pièces d'habillement que
Scarron avait déjà quittées: c'est une bagatelle que quarante écus, et
je pousserai la générosité de ton oncle jusqu'à cent. Ça, mon mignon,
n'est-ce pas quelque fée, qui te conseille et t'inspire? Grâce à cette
fée, nous allons avoir cent écus en belle monnaie trébuchante. Mais que
fais-tu là? Pourquoi défaire mon lit de la sorte?

--Ce sont nos costumes de bal que j'apprête, s'il vous plaît! répliqua
Scarron, qui, à moitié déshabillé déjà, commençait à découdre le lit de
plume: à vous l'enveloppe de votre coite! Je me rappelle, à ce propos,
le conte d'un diableteau, qui affina un grand diable dans le partage du
butin et qui mangea les noix, en ne lui baillant que les coquilles. Oh!
le galant diable que je ferai! A moi le reste! Jamais l'enfer n'aura
vu diables plus comiques, et madame Vénus rira de l'invention, je vous
assure. Mais n'avez-vous plus de ce bon miel, que je tirai exprès pour
vous de l'office de mon oncle?

--Tiens, friand! Le pot n'est pas même entamé, puisque j'ai tous les
jours mangé en ville, répondit Armand, qui lui désignait dans un coin le
vase de faïence rempli de miel.

--C'est bien, mon galant seigneur. Je vous laisse la toile du matelas,
pour en faire une robe traînante et un turban, et je me charge de
dessiner, avec de l'encre, sur cette toile, une foule de dessins
diaboliques. Il ne faudra, après, que nous charbonner le museau, pour
paraître dignement dans la diablerie. Je m'en vais donc disposer nos
costumes, et vous, allez vite où vous avez affaire, c'est-à-dire chez
mon oncle le chanoine, tandis que j'achèverai notre mascarade; vous
trouverez ici à votre retour tout ce qu'il faudra pour vous habiller à
la diable. Toutefois, si vous tardez trop, je ne vous attendrai point,
pour m'introduire chez madame la baronne de Soubise.

Armand de Pierrefuges pensa mourir d'un accès de folle gaieté, en voyant
Scarron, qui s'était mis presque entièrement nu, se frotter de miel tout
le corps, comme les athlètes de l'antiquité se frottaient d'huile pour
se préparer à la lutte. Scarron accomplissait son oeuvre en silence,
avec un sérieux imperturbable, que les plaisanteries et les éclats de
rire ne réussirent pas à émouvoir. Cependant, il fit observer à son
camarade, que le prix du lit de plume, qu'il avait mis à mal, se
trouverait amplement payé avec l'argent que fournirait le chanoine, et
sur ce, il le pressa de partir, pour être plus tôt revenu. Mais les
rires d'Armand redoublèrent et ne cessèrent plus, lorsque Scarron,
couvert des pieds à la tête d'un léger enduit de miel, s'élança parmi la
plume qu'il avait entassée sur le plancher, et s'y roula en tout sens,
de telle sorte qu'il se releva entièrement revêtu du duvet qui s'était
collé partout sur sa peau emmiellée. Sous son enveloppe de plume, il
n'avait plus rien d'humain que le visage et la voix. Il dut pourtant
s'attacher solidement autour des reins une couverture de laine brune,
qui lui donnait l'apparence d'un sauvage de la mer du Sud.

Enfin, pour mieux caractériser ce costume, il noircit de suie détrempée
son visage, que la plume ne recouvrait pas, et planta sur sa tête une
grande paire de cornes en papier doré.

Armand oubliait l'argent qu'il devait aller prendre chez le chanoine,
pour examiner en détail l'étrange travestissement, auquel Scarron
ajoutait encore des ornements et attributs nouveaux, outre la queue
caractéristique en carton découpé, qu'il entortilla d'un vieux galon
d'argent et qu'il s'attacha ensuite le plus solidement possible au bas
des reins.

--Dieu fasse, lui dit son ami, que les pauvres joueurs qui ont tiré le
diable par la queue, ne s'en prennent pas à la tienne, avec l'espoir de
faire fortune!

--Un diable ne peut aller les mains vides, comme un donneur d'eau
bénite? objecta Scarron. Trouvez-moi quelque outil qui ressemble à une
fourche et qui me tienne lieu de sceptre ou de bâton d'honneur!

Armand de Pierrefuges tira de la cheminée un grand crochet de fer,
qui avait servi, dit-il, dans les cuisines du roi Charles V, et dont
l'extrémité, en effet, était façonnée en forme de fleur de lys. Scarron
jugea l'instrument propre à l'usage qu'il comptait en faire, et se
déclara très satisfait de son déguisement.

Les deux amis se donnèrent rendez-vous au bal, et Armand, qui était bien
résolu à ne pas se compromettre avec un pareil masque, s'achemina, en
riant de souvenir, vers le but de son expédition d'adroite fourberie,
qui devait lui donner les moyens de retourner au jeu, la bourse pleine.

Scarron ayant terminé sa burlesque métamorphose, dont il ne pouvait
avoir lui-même qu'une faible idée, faute de miroir où se regarder,
s'arma de résolution et d'audace, pour briller dans la mascarade
de madame de Soubise, qui ne le connaissait pas; l'incognito
l'enhardissait, et il sortit du logis d'Armand de Pierrefuges, sans
avoir été aperçu, marchant légèrement sur la pointe du pied, de peur
d'éclabousser son blanc plumage. Il arriva, sans accident, dans la rue
des Tournelles, où était situé l'hôtel de madame de Soubise. Dans les
rues désertes, que Scarron, déguisé en diable, traversa comme une ombre,
il n'avait rencontré qu'une vieille femme, qui s'enfuit et tomba presque
morte de peur, au coin d'une borne, en recommandant son âme à Dieu et
à tous les saints; cette femme attira, par ses gémissements, quelques
voisins à qui elle conta l'effrayante apparition, que tous attribuèrent
aux fumées du vin qu'elle avait bu; néanmoins, le bruit courut, dans
les environs, qu'une espèce d'homme sauvage, emplumé et cornu, s'était
montré à plus de dix personnes, et on en conclut que le diable était
venu faire des siennes dans le quartier de l'Arsenal.

Le diable ou l'homme sauvage avait pénétré dans l'intérieur de l'hôtel
de Soubise, sans autre passe-port que son étrange déguisement, auquel
les valets, à moitié ivres, n'avaient pas pris garde, dans le tumulte
des masques qui arrivaient de toutes parts. Le vestibule était mal
éclairé par deux torches, et la diablerie de Scarron n'avait été vue
ni remarquée de personne. Il monta hardiment le grand escalier, et
s'introduisit d'abord dans une galerie, qui précédait la grande salle
du bal, étincelante de lumières, embaumée de fleurs et retentissante de
musique.

Cette musique animée, cette foule bigarrée de couleurs, cette
magnificence de cérémonial, cette lumière éblouissante de chandelles de
cire, ne déconcertèrent pas l'impudence de Scarron, qui se fiait à la
bizarrerie de son costume fantastique, pour obtenir un succès de franche
gaieté, sous les yeux de tout ce que la noblesse de cour avait de plus
raffiné et de plus charmant. Ce n'étaient que Dieux et Déesses dans les
costumes les plus originaux, les plus riches, les plus gracieux, au
milieu d'une décoration théâtrale représentant l'Olympe, tel que les
poètes anciens l'avaient décrit. L'aspect enchanteur de cet Olympe, qui
eût fait envie à celui de la mythologie par la beauté des Déesses et la
galanterie des Dieux, exalta encore la folâtre imagination du poète.

Il se mêla, en bondissant, à une sarabande, que dansaient Mars et les
trois Grâces, Neptune et trois Tritons: un cri d'horreur signala d'abord
sa présence, et tous les regards se fixèrent sur lui, pendant qu'il
s'épuisait en sauts et en grimaces, quoique l'orchestre eût cessé
d'accompagner sa danse turbulente; bientôt un rire universel circula
dans l'assemblée, avant qu'on eût reconnu l'auteur de cette bouffonnerie
et surtout la nature de son déguisement. Cependant quelques dames, que
ce singulier masque emplumé avait heurtées au passage, s'étonnaient des
taches gluantes qui gâtaient leurs robes de satin et de velours. On se
persuada que, sous ce plumage, on trouverait plus tard certain seigneur,
fameux par ses facéties, et madame de Soubise, pour amuser les Divinités
de son Olympe, ordonna aux musiciens déjouer un branle, que, par hasard,
Scarron dansait à merveille: il dansa donc, avec autant de souplesse que
de vigueur, au bruit encourageant des rires et des applaudissements.

L'homme à plumes était donc réhabilité par sa grâce et sa légèreté de
danseur; on le pria de continuer ses danses, qu'il n'interrompit que
par lassitude. Les assistants lui étaient si favorables, qu'on lui fit
servir une collation de fruits et de confitures, avec un flacon de vin
d'Espagne. Pendant qu'il mangeait et buvait, pour réparer ses fatigues
de danseur, tout le monde s'empressait autour de lui, pour admirer son
costume hétéroclite et reconnaître ses traits, s'il était possible, sous
un masque de suie, que ses longues moustaches et ses sourcils de duvet
rendaient méconnaissables. Il était impossible d'attacher aucun nom de
la cour sur ce visage, aussi hideux que malpropre, à cause des gouttes
de sueur noire qui couvraient son front et qui ruisselaient sur ses
joues noircies.

--Démon lutin et baladin, qui venez chez nous des rivages du Styx et de
l'Achéron! lui dit madame de Soubise, qui s'était attribué le rôle de
Vénus dans sa mascarade olympique, grand merci de vos danses, qui ont
diverti les seigneurs et les dames de l'Olympe! Mais voici que nos
Déesses s'informent de vos noms et qualités véritables, pour s'en
souvenir dans le ciel ou dans l'enfer!

Scarron ne pouvait éluder cette question directe et aussi catégorique.
La pensée lui vint de se faire passer pour son propre père, vieux
conseiller au Parlement, qui ne devait pas être connu personnellement
dans cette société toute aristocratique, mais la crainte de recevoir
un démenti en face l'arrêta court, pour l'honneur de la magistrature.
Cependant il fallait répondre, et son silence, en se prolongeant,
quoiqu'il eût encore la bouche pleine, était de nature à diminuer la
bonne opinion qu'on avait conçue de lui en raison de sa belle humeur.
Comme il composait assez facilement les vers, pour sortir d'embarras par
un madrigal et une cabriole, voici ceux qu'il improvisa, en les récitant
d'une voix sympathique:

  Je suis le diable Lucifer,
  Qui ne regrette point l'enfer,
  Trouvant bon ce siècle de fer:
  Quoiqu'il espère, par sa danse.
  Plaire à tant d'objets pleins d'appas,
  Son habit met en évidence
  Qu'en fait de cornes, il n'a pas
  La belle corne d'abondance.

La poésie du diable eut autant de succès que sa danse, et un poète de
l'école de Malherbe, qui était là pour figurer Apollon, eut la modestie
d'avouer que ce diable-là l'avait détrôné en huit rimes. Scarron,
échauffé par les éloges, par le bruit, par la foule, et surtout par le
vin d'Espagne, que la déesse Hébé lui versait à pleine coupe, éparpilla
les madrigaux et les quatrains, avec une vivacité d'improvisation qui
aurait pu lui tenir lieu de tout autre mérite; ses plus jolis vers,
inspirés par un esprit galant et facétieux, coulaient de source, et les
dames ne se lassaient pas de puiser à cette source vivante de douceurs,
sans crainte de la tarir,» suivant l'expression d'une Précieuse, qui
représentait la neuvième Muse. Quelqu'un déclara, d'enthousiasme, que le
poète Théophile, mort l'année précédente, n'avait fait que changer de
corps, par métempsycose, et revivait, plus gaillard que jamais, dans cet
aimable improvisateur. Mais un examen plus attentif de l'accoutrement
extraordinaire du diable emplumé avait fait naître de singuliers
soupçons: les deux lévriers que Diane menait en laisse léchaient les
jambes de Scarron, comme s'ils prenaient goût à ce régal; car le miel,
fondant à la chaleur, égouttait sur ses traces et laissait à nu la peau,
en quelques endroits du corps, surtout aux coudes et aux genoux; enfin,
ce miel, fermenté et mêlé à des ruisseaux de sueur, exhalait une odeur
acre, qui ne ressemblait pas trop à l'ambroisie.

Tout à coup, par malice ou curiosité, les neuf Muses, qui entouraient ce
diable de poète, lui arrachèrent quelques plumes, assez adhérentes à la
chair pour n'en être pas séparées qu'avec une cuisante douleur; Scarron
cria qu'on l'écorchait vif, mais l'exemple était donné; ces plumes
arrachées avaient mis à découvert une peau luisante et collante: alors
ce fut à qui plumerait, de toutes mains, le malheureux: hurlant comme un
véritable démon, il implorait grâce, il se débattait, il se roulait par
terre, il poussait des cris, mais ses contorsions et ses clameurs ne
faisaient qu'exciter les rires et les cruautés de la bande céleste,
qui se ruait sur lui pour le dépouiller de son duvet postiche. La
plaisanterie tourna en injures et en mauvais traitements, lorsque le
pauvre homme fut complètement déplumé, et Scarron aurait peut-être été
déchiré en lambeaux, ainsi qu'Orphée par les Bacchantes, si, poursuivi
et haletant, il n'était parvenu à gagner le vestibule. Il eut le bonheur
de ne pas tomber dans les mains de la valetaille, qui aurait imité ses
maîtres, en renchérissant sur l'exemple: ceux des valets, laquais et
porteurs de chaises, qui n'étaient pas étendus ivres-morts, sous le
péristyle et dans les cours, ne quittaient plus des lèvres le goulot de
la bouteille et n'avaient des yeux entr'ouverts que pour voir couler le
vin dans leur bouche.

Scarron, tout dégouttant de miel et de sueur, avait l'épiderme irrité
de brûlantes démangeaisons, et tremblait de tomber au pouvoir de
quelques-uns de ses bourreaux, qui le suivaient de près avec de bruyants
éclats de rire: il descendit, à tâtons, un escalier obscur, et sortit
de l'hôtel, comme il y était entré, sans rencontrer personne sur son
passage. Une fois dans la rue, il se préparait à prendre ses jambes à
son cou, pour regagner le faubourg Saint-Michel, où demeurait son oncle,
quand deux porteurs de chaise, qui attendaient leur maître pour le
ramener à son hôtel, ayant la vue obscurcie par le vin et le sommeil,
s'imaginèrent que c'était lui qui venait à eux, et ouvrirent la portière
de la chaise, en l'invitant à se garer de l'air glacial de la nuit.
Scarron, que ce brusque changement de température avait saisi, et qui
grelottait déjà de tous ses membres, ne laissa pas échapper une si belle
occasion de se mettre à l'abri du froid et de la bise: profitant d'un
heureux quiproquo, il se jeta dans la chaise qui s'ouvrait devant lui et
que les porteurs refermèrent aussitôt.

Une chaise à porteurs était une espèce de boîte, rembourrée et garnie en
dedans de tapisserie ou d'étoffe, pouvant contenir une personne assise.
La reine Marguerite de Valois avait mis à la mode, depuis quarante ans,
ce moyen de transport, et tout le monde s'en servait, dans la société
polie, avant l'adoption générale des carrosses; deux hommes, l'un devant
et l'autre derrière, portaient, à l'aide de brancards et de bricoles de
cuir, cette boîte fermée par une portière à vitre, qui faisait face au
siège intérieur. Ce véhicule, qui était fort commode pour franchir de
courtes distances, sans être incommodé par le froid ou le hâle et sans
avoir à craindre la pluie ou la boue, resta en usage jusqu'à l'époque de
la Révolution, où la quantité des voitures à roues n'a plus permis de
l'employer dans les rues de Paris.

Les porteurs, qui croyaient avoir affaire à leur maître, n'avaient pas
distingué, dans l'ombre de la nuit, quelle sorte de masque s'installait
au fond de la chaise, qu'ils soulevèrent et emportèrent d'un pas lent et
mesuré, en chantant des couplets bacchiques. Scarron, à peine remis de
son émotion, se peletonna sur lui-même, pour rappeler la chaleur dans
ses pauvres membres engourdis et endoloris, car le miel, qui couvrait sa
peau et en obstruait tous les pores, lui causait de vives démangeaisons.
Il s'endormit bientôt de lassitude, au bercement cadencé de la chaise,
sans savoir où on le conduisait et sans s'être demandé quelle serait
la fin, bonne ou mauvaise, de son aventure de carnaval. Il était,
d'ailleurs, à moitié ivre et tout à fait philosophe.

Cependant Armand de Pierrefuges, toujours riant à part soi de la
plaisante figure que ferait Scarron et de l'accueil qu'il recevrait chez
madame de Soubise, arriva chez le bon chanoine, qui venait de se mettre
au lit, après avoir sommeillé digestivement à la suite d'un copieux
souper.

Les habits de Scarron, que Pierrefuges apportait, à cette heure indue,
déterminèrent la gouvernante à l'introduire aussitôt dans la chambre du
vieillard, qui ne s'était pas couché sans demander des nouvelles de
son neveu. Il fallait qu'il fût sous l'impression d'un sinistre
pressentiment, car enfin Scarron ne rentrait jamais de si bonne heure,
lorsqu'il rentrait avant l'aube.

Armand, en se présentant devant le chanoine à peine éveillé, feignait
de s'essuyer les yeux, qu'il avait aussi secs que le coeur; mais, à
l'aspect de cette face épanouie et rubiconde, à laquelle l'inquiétude ne
donnait pas même un caractère grave et sérieux, il ne put s'empêcher de
rire, par un retour de pensée vers la mascarade du futur abbé Scarron,
qui, en ce moment même, s'exerçait à jouer un rôle de diable. Le
chanoine le regardait avec un étonnement, que ce rire intempestif
augmentait encore; mais, dès qu'il reconnut les vêtements de son cher
Paul, que l'inconnu étalait devant lui, il s'élança hors de son lit, les
mains et les yeux levés au ciel, en se préparant à apprendre un grand
malheur.

Rien n'était plus vrai que son émotion douloureuse, mais il avait, avec
son costume et sa coiffure de nuit, une physionomie si bouffonne, que le
rire malhonnête d'Armand de Pierrefuges en redoubla.

--Monsieur, Monsieur! disait le bon chanoine: ce pourpoint, ces chausses
appartiennent à mon neveu, à mon fils, à celui que j'aime par-dessus
tout! En quel lieu les avez-vous trouvés? Où donc est-il allé, mon
pauvre Paul, après s'être ainsi dévêtu? Ah! Monsieur, n'aurait-il point
perdu au jeu ses hardes et son trousseau, le méchant garçon? Retirez-moi
d'angoisse, par pitié!

--Révérend père! répondit Armand, qui riait sous cape, quoi qu'il fît
pour tourner ses idées du côté tragique de la situation; je viens vers
vous tristement, pour vous annoncer l'accident le plus funeste, le plus
lamentable, le plus imprévu, et pour vous prier de dépenser cent écus,
en mémoire de votre infortuné neveu Paul Scarron.

--Qu'est-ce? Cent écus! reprit l'oncle, qui n'eut pas le coeur d'être
avare, en présence d'un douloureux événement qu'il appréhendait plus que
tout. Paul est-il mort?

--Hélas! mon digne seigneur! repartit l'imposteur, avec un interminable
éclat de rire, qui simulait des sanglots étouffés: ce jeune homme, de
si noble race, de si fière espérance, de savoir si précoce, d'esprit
si mignard, qui avait pour vous si chaude amitié et si profonde
reconnaissance.... Las! si vous l'aviez vu en cet état!...

--Bon Dieu, secourez-moi! s'écria le chanoine, trop préoccupé de sa
douleur pour en être distrait par les rires inextinguibles de ce fatal
messager. O ciel! qu'est-il advenu?

--Voici les habits de votre cher neveu, que je vous apporte, messire:
ne les reconnaissez-vous pas? Las! c'est moi qui l'ai déshabillé,
l'héroïque jeune homme, quand les bateliers ont tiré son corps de la
rivière....

--Quoi! mon neveu est noyé! Mon Paul a rendu l'âme! interrompit le
chanoine, en pleurant comme un enfant, pendant que le fourbe riait à se
pâmer. O le malheureux sort!... Sans doute, il ne s'est pas donné la
mort volontairement? Qui eût pensé que je survivrais à cet enfant chéri?
Je mourrai volontiers, à présent qu'il n'est plus.

--Ça, consolez-vous, mon Père, et priez Dieu qu'il nous le ressuscite,
par miracle.... Mais remettez-moi, s'il vous plaît, les cent écus, qu'il
faut pour racheter le corps aux bateliers.

[Illustration: Pierrefuges étalant devant le chanoine les chausses de
Paul Scarron.]

--Cent écus? Certes, je les donnerai, et davantage, pour lui faire un
pompeux enterrement, pour les messes, pour la cire, pour les pauvres!
Mais dites-moi seulement, s'est-il défait lui-même?

--Vraiment, il s'est lancé du Pont-Neuf, pour l'ennui qu'il avait d'être
menacé de se faire ordonner prêtre: «J'aime mieux donner mon corps
aux poissons!» disait-il souvent, et lorsque les bateliers l'eurent
repêché, je l'ai vu dans le singulier équipage que je vous ai dépeint
... un vrai costume de diable! Enfin, mon très honoré seigneur, sans
plus de retard, baillez-moi les cent écus, et demain vous aurez des
nouvelles de la rivière.

Le bon chanoine était si amèrement frappé de la perte cruelle, qu'on lui
avait annoncée tout à coup, sans aucun ménagement, au milieu du travail
de sa digestion nocturne, qu'il était devenu sourd et aveugle pour tout
ce qui l'entourait; il ne voyait pas sa gouvernante en larmes et il
n'entendait pas Armand en instances. Celui-ci eut l'odieux courage de
pousser à bout ce désespoir, jusqu'à ce qu'il en tirât cent écus, que le
chanoine lui compta un à un, en les accompagnant de lamentations qu'il
partageait entre l'argent et le neveu. Mais la secousse avait été trop
violente pour la tendresse et pour l'âge de ce vieillard inconsolable;
aux sanglots succédèrent la stupeur, et une attaque de paralysie lui ôta
le sentiment et la connaissance avec la parole, tandis que l'insensible
Armand, à l'esprit duquel revenait sans cesse l'image de Scarron
emmiellé et emplumé, s'esquivait, en remplissant de ses rires redoublés
la maison du chanoine, et allait, à la taverne de Tonneau-Ailé, boire et
jouer toute la nuit, aux frais de l'oncle de Paul Scarron.

Pendant ce temps-là, Scarron, ramassé en boule au fond de la chaise à
porteurs, dans laquelle il se laissait voiturer à l'aventure, ronflait
agréablement d'un profond somme qui lui offrait en rêve tous les
plaisirs de la fête, qu'il avait goûtés chez la baronne de Soubire. Il
s'éveilla en sursaut, sans avoir la moindre idée de sa situation: que
les porteurs, qui l'avaient ramené à son insu presque devant la maison
de son oncle le chanoine, venaient de déposer leur chaise dans le
vestibule d'un hôtel de la rue d'Enfer, attenant au couvent des
Chartreux, sur le terrain desquels cet hôtel était bâti.

Scarron se frotta les yeux et regarda devant lui, d'un air effaré, au
moment où un laquais ouvrait la portière, à la clarté de six flambeaux
portés par autant de valets; mais ceux-ci, qui s'apprêtaient à recevoir
leur maître, pâlirent, tremblèrent et s'enfuirent, avec des cris
d'effroi et d'horreur, éteignant leurs torches, ou les agitant, comme
eussent fait des furies: l'effroyable figure de Scarron leur était
apparue, à la lueur de ces torches, et ils ne s'imaginèrent pas avoir
affaire à un masque, fort embarrassé de lui-même. Le pauvre diable
était très inquiet des nouveaux désagréments que son costume diabolique
pouvait lui susciter. La maison entière semblait en rumeur, des lumières
passaient et repassaient aux fenêtres: on entendait des bruits d'armes,
des appels effarés, des exclamations aux saints et saintes du paradis,
et des prières murmurées à voix basse. «C'est le diable! répétait-on de
tous côtés: c'est le diable! le diable! le diable!»

Scarron, encore mal éveillé, comprit pourtant que lui seul était la
cause et l'objet de ce concours tumultueux de gens qui s'armaient pour
se mettre à sa poursuite; il sentait encore les meurtrissures des coups
qu'il avait reçus aviver la cuisson irritante que le miel lui causait
à la peau; il craignit d'être maltraité une seconde fois et peut-être
davantage, avant de se voir conduit en prison, sans avoir pu se
débarrasser du déguisement malhonnête, qu'il osait porter en public; il
ressentait tour à tour, par tout le corps, des frissons de glace et
des ardeurs insupportables; sa tête, échauffée par les fumées du vin
d'Espagne, s'exaltait de plus en plus, et sa pensée confuse s'égarait à
chercher quelque expédient pour sortir de ce mauvais pas, en trouvant
des habits, du feu et un lit, dont il avait grand besoin.

Il s'était élancé lestement hors de la chaise, où il se voyait déjà
prisonnier; il s'enfuyait au hasard dans un jardin, où les masses noires
des charmilles l'invitaient à se cacher; il passait à travers les allées
et les plates-bandes, renversant, brisant tout ce qui lui faisait
obstacle, sans s'inquiéter de la direction qu'il suivait, pourvu qu'elle
l'éloignât de la meute de ces gens armés de fourches, de bâtons et
d'arquebuses, déchaînés contre lui et courant sur ses traces. Le
découragement allait s'emparer de son moral non moins ébranlé que son
physique; déjà il se retournait pour se livrer, pour demander grâce,
quand le terrain manqua tout à coup sous ses pieds et l'entraîna dans
une chute perpendiculaire à trente pieds environ de profondeur; il
poussa un faible cri, en tombant dans une citerne ouverte presque au
niveau du sol, et quoique étourdi, abasourdi, effrayé de cette chute
inattendue, il eut la présence d'esprit, au moment où il plongeait dans
l'eau, d'étendre les bras et de s'attacher à une corde qu'il
rencontra sous sa main, par bonheur, et sans laquelle il eût été noyé
infailliblement. Il se hissa hors de l'eau, à l'aide de cette corde
flottante entre ses doigts crispés, et se reposa, tout essoufflé et
transi, sur les bords vacillants d'un seau qui surnageait dans la
citerne.

A peine était-il installé dans une position assez incommode, puisqu'il
devait garder un équilibre difficile et maintenir immobile la corde qui
menaçait de lui échapper, le jardin, éclairé par des torches et des
lanternes, retentit de pas, de cris et de malédictions. Scarron, qui
avait réveillé tout le faubourg par une apparition et une disparition
qu'on regardait également comme surnaturelles, se garda bien d'appeler
du secours, lorsqu'il eut entendu un des jardiniers, arrêté auprès de la
citerne, s'entretenir de l'événement avec un des domestiques de l'hôtel.

--Mon ami, disait ce jardinier avec force signes de croix, c'est une
histoire ancienne, que m'a contée un vieux Père chartreux, qui est
décédé il y a vingt ans. Dieu lui fasse miséricorde! Le diable, que vous
avez vu et que nous pourchassons en vain, n'est pas né d'hier, car il
a fait de bons tours, en ce même lieu, sous le règne du bon roi saint
Louis, patron de la confrérie des barbiers.

--Sacrebleu! maître Pierre! interrompit le domestique terrifié: c'était
un grand diable que celui-ci, tout habillé de plumes comme un coq,
enfumé comme un jambon de carnaval, et lançant des flammes par les yeux
et la bouche! On ne sait pas encore ce que M. le comte est devenu, et
l'on se demande si ce diable ne l'a pas emporté tout vif dans l'enfer.

--Le cas ne serait pas neuf, André, reprit le jardinier. M. le comte a
péché grièvement, en allant à cette folle mascarade qui s'est donnée
cette nuit dans la rue des Tournelles. Or ça, l'ami, écoute mon
histoire: En ce temps-là, ce n'était pas hier, on voyait, à la place
qu'occupe aujourd'hui la Chartreuse des révérends Pères, un château
ruiné, où le diable menait son sabbat et tordait le cou à ceux qui
s'en approchaient, malgré le bruit infernal qu'on y faisait; mais les
Chartreux obtinrent du roi d'alors la donation de cette maison assez mal
famée, et ils en chassèrent le malin esprit, à force d'exorcismes et
d'eau bénite. Depuis que Dieu a conquis ce domaine du diable, qu'on
nommait alors le château de Vauvert, le diable s'efforce d'y revenir, de
temps à autre, pour reprendre son bien; à cet effet, le tentateur maudit
emprunte maintes formes diverses, les plus diaboliques qu'il peut
imaginer. Il faut donc, si on le rencontre sur son chemin, le battre
sans miséricorde, jusqu'à ce que le jeu ne lui plaise guère, fit-il
semblant de demander grâce et de rendre l'âme, comme une personne
mortelle: on est sûr de gagner ainsi le paradis.

Scarron, qui n'avait pas perdu un mot de cet entretien, n'osait pas
bouger, de peur de porter la peine du diable de Vauvert, et de n'avoir
pas, comme ce vieux diable, la ressource de se réfugier en enfer. Un
reflet de la torche du jardinier, errant sur son visage noirci,
ajoutait un caractère merveilleux à son étrange aspect; mais les deux
interlocuteurs s'écartèrent, sans jeter un coup d'oeil au fond de la
citerne. Scarron respira plus librement, quoique ses dents claquassent
de froid, quoique ses jambes mouillées fussent comme paralysées, et
quoique le miel pénétrât dans ses chairs comme des pointes d'aiguilles
rougies au feu. Les recherches aux flambeaux continuèrent durant une
heure, redoublant les terreurs du prétendu diable, qui, nonobstant les
souffrances intolérables qu'il avait à subir, songeait moins à sortir de
la citerne, qu'à s'y cacher en sûreté contre les terribles menaces qui
lui figeaient le sang dans les veines.

Enfin les lumières s'éteignirent, les pas et les cris s'éloignèrent: on
renonçait à rejoindre le démon, qui n'avait fait que se montrer, et on
allait se coucher, sous l'influence de cette apparition infernale, que
le cauchemar devait renouveler dans un pénible sommeil. Scarron aurait
dormi plus tranquillement, s'il avait pu poser ses pieds et appuyer sa
tête sur une surface solide; mais, à chaque instant, il lui fallait
inventer une posture moins incommode, arcbouter ses pieds aux
interstices des parois de la citerne, arrêter le perpétuel balancement
de la corde mobile, et maintenir au-dessus de l'eau le seau qui
s'enfonçait sous le poids de son corps. Ses mains rouges et glacées
s'efforçaient, de toute la puissance de leurs nerfs, à trouver un point
d'appui: vingt fois il tenta une ascension périlleuse en se hissant
le long de la corde, et il n'atteignait le milieu du puits que pour
retomber bientôt à son point de départ. La fièvre, par bonheur,
survenait alors et ranimait son énergie.

Il vit poindre le jour, avec l'espoir de la délivrance, et après trois
heures de tortures inouïes, qu'il fut tenté de terminer en se laissant
couler au fond de l'eau, il entendit une marche lente et avinée
s'avancer du côté de la citerne, et il ouvrait déjà la bouche pour
crier, préférant risquer sa vie une dernière fois plutôt que de mourir
cent fois par minute; d'ailleurs, il se flattait que son piteux état le
justifierait du soupçon d'être le diable en personne; mais il eut, par
prudence, la précaution d'attendre qu'il fût hors de sa prison pour
se faire connaître: la corde remuait et se tendait, en criant sur la
poulie; il aperçut le jardinier, qui s'était mis en devoir de tirer de
l'eau: il s'accrocha d'une main à cette corde qu'il n'avait pas quittée,
et se suspendit de l'autre main au seau qui montait, en se recommandant
à son ange gardien.

--Tais-toi, poulie criarde, demain tu seras graissée! disait le
jardinier, en chancelant, par suite des libations auxquelles l'alerte de
la nuit avait donné lieu parmi la valetaille. En vérité, l'eau pèse plus
que le vin, et je suis sage de n'en jamais boire. Ce vilain seau n'est
pourtant pas rempli d'or, mais on croirait, à sa lourdeur, que le diable
est dedans!

A ces mots, il se trouva face à face avec Scarron, qui, craignant de se
voir de nouveau précipité dans la citerne, s'était élancé d'un bond sur
la margelle du puits, en tenant avec ses deux mains la corde immobile.
Le jardinier ferma les yeux, lâcha la corde, plia les genoux sous lui
et murmura les prières des agonisants, pendant que, sans le remercier,
Scarron, qui avait mis pied à terre et qui reconnaissait les jardins de
l'hôtel où il se trouvait, dégourdissait ses jambes presque inertes, en
courant à perdre haleine, avec l'espérance de gagner une petite ruelle
qui longeait le clos des Chartreux et aboutissait à la rue d'Enfer.

Le jardinier, se sentant fort de l'éloignement du diable qui ne l'avait
pas même touché, se releva, en criant à pleins poumons, et mit en branle
une cloche qui servait à appeler les ouvriers. On répondit, on accourut
à ses clameurs, à son carillon, et le diable, qui fuyait à travers
le jardin, fut poursuivi de près. Scarron n'eut pas d'autre moyen
d'échapper à cette nouvelle poursuite, que de sauter dans le clos des
Chartreux, de ramper entre les ceps de vigne qu'on avait vendangés la
veille, et de se glisser à quatre pattes dans le pressoir, dont la porte
était entre-baillée. On aurait, en effet, perdu sa trace, si un aide
jardinier ne se fût trouvé là pour garder la vendange, dont il avait
goûté un peu plus que de raison.

[Illustration: «Tais-toi, poulie criarde! disait la jardinier. Demain tu
seras graissée.»]

--Merci Dieu! dit l'aide, en tombant le front contre terre, à la vue
de ce bipède humain, dont les plumes mouillées ressemblaient à des
écailles. Grand saint Bruno, protégez-moi! Arrière, vision satanique!
murmurait-il à voix basse, sans oser lever la tête: le Seigneur me
châtie pour avoir péché par gourmandise, en goûtant à la vinée du
couvent.... Au secours! au secours! cria-t-il à plein gosier, lorsque la
conscience d'un péril imminent lui eut rendu la voix. A moi, mes amis!
sauvez-moi de l'enfer! Je t'exorcise, Belzébuth! Plût à Dieu que j'eusse
à ma dévotion une tonne d'eau bénite!

Scarron faillit se jeter sur ce braillard, qui allait donner l'alarme
à tout le couvent; mais la prudence lui fit comprendre que ce robuste
garçon le terrasserait d'une chiquenaude et il se hâta de chercher une
autre cachette, avant qu'on arrivât aux cris du maudit ivrogne. Une
échelle dressée contre les douves extérieures de la cuve l'invitait à y
monter et à descendre en dedans de cette cuve, au risque de courir la
chance d'être noyé dans le vin nouveau; il s'enfonça donc jusqu'au cou
dans un bain fumeux et enivrant, qui lui parut chaud en comparaison de
l'eau de la citerne; il s'y désaltéra même, pour calmer le feu intérieur
qui le consumait.

Le gardien du pressoir s'époumonnant à hurler et à intercéder saint
Bruno, fondateur de l'ordre des Chartreux, les moines sortirent de leurs
cellules. On mit en branle les cloches du monastère, comme si ce fût
un incendie: tous les religieux étaient sur pied, toute la communauté
accourait au pressoir. On accourut aussi des environs. L'aide jardinier
qui jurait avoir vu le diable, délirait d'effroi, en racontant la vision
qu'il avait eue; le vin nouveau dont il s'était gorgé lui inspirait les
plus extravagantes hallucinations: il en vint à raconter que le diable
qui avait fait invasion dans le couvent ne pouvait être que le diable
légendaire de Vauvert, d'autant plus qu'il avait trois têtes, six bras
et quatre jambes. On chercha, on regarda partout, excepté dans la cuve:
on ne trouva que quelques plumes gluantes collées au plancher, on les
exorcisa, on les brûla, on récita des prières, on aspergea d'eau bénite
le vin qui bouillonnait, puis on se retira, en plaçant à la porte
du pressoir deux hommes, au lieu d'un, pour empêcher le démon de
reparaître. La superstition et la crédulité étaient si grandes, à cette
époque, qu'on faisait intervenir le diable en tout ce qui semblait
anormal et inexplicable dans l'ordre des choses naturelles.

Scarron, plus tranquille enfin dans la cuve du pressoir qu'au fond de
la citerne où il avait failli périr de froid, souhaitait néanmoins être
hors de ce bain chaud, dont les vapeurs commençaient à lui troubler la
cervelle: il s'adossa, debout et immobile, aux parois de la cuve, pour
ne pas être entraîné, par le vertige, sur un lit de grappes de raisin,
qui fût devenu son tombeau. Mais le vin en fermentation l'enveloppait
d'un nuage perfide; il chancelait sur le marc mouvant; il allait
peut-être périr, lorsqu'un dernier sentiment de conservation lui inspira
l'énergique volonté de se soustraire à un danger, que les délices de
l'ivresse rendaient plus inévitable; il s'accrocha des deux mains et
des dents au bord de la cuve: il s'aida si activement des genoux et
des pieds qu'il parvint à s'asseoir sur le haut d'une échelle, pour
raffermir ses sens et rappeler ses idées, qui tournoyaient dans un nuage
avec tous les objets environnants.

Son séjour parmi la vendange écumante avait peint tout son corps d'une
couleur rougeâtre, qui lui donnait une figure encore plus extraordinaire
et plus effrayante. Les deux hommes, qui priaient à la porte du
pressoir, furent distraits de leurs prières par le mouvement qui
s'opérait dans la cuve, et dès qu'ils virent s'élever au-dessus de
cette vaste cuve un personnage auquel leur épouvante prêta des formes
gigantesques et des traits surnaturels, ils se signèrent et s'enfuirent.
Scarron jugea prudent de les imiter, avant qu'ils eussent donné
l'alarme, et il fit si bonne diligence dans cette dernière fuite, qu'il
heurtait à la porte de son oncle, en même temps qu'on sonnait les
cloches au couvent.

La vieille gouvernante, qui vint ouvrir, tout en larmes, ne pouvait
reconnaître son petit Paul, sous ce masque de suie, de plumes et de vin.
Elle s'imagina que le diable emportait l'âme de son maître, et elle
recula en arrière, les yeux fermés, les dents serrées et les bras au
ciel. Scarron essayait de la rassurer, en lui demandant du linge et un
lit chaud, mais sa voix et ses caresses ne réussirent pas à la tirer
d'erreur, et elle se cachait le visage, se bouchait les oreilles et
s'obstinait à ne répondre qu'en marmotant le _De profundis_. Scarron,
perclus de froid et tremblant de fièvre, changea de ton et de manières,
l'invectiva et la rudoya, ce qui fut plus efficace.

--Or ça, sorcière du diable! s'écria-t-il en colère: veux-tu que
j'éveille mon oncle par ce vacarme, et désires-tu que je sois
réprimandé, par lui, de ma triste mascarade?

--Seigneur Jésus! reprit la gouvernante, en gémissant; monsieur votre
oncle est près d'expirer. Dès qu'il apprit que vous étiez noyé, il fut
attaqué de paralysie et d'apoplexie; maintenant il gît sans connaissance
et pâmé de douleur à votre sujet. Le médecin a déclaré qu'il n'en
relèverait point, et d'un instant à l'autre, il s'en va trépasser.

Scarron n'eût pas été plus stupéfié, si la foudre l'avait atteint; il se
frappa le front, et oubliant ses propres souffrances pour ne songer qu'à
son pauvre oncle qu'il avait tué par une insigne folie, il jura de se
venger d'Armand de Pierrefuges, sans se souvenir que c'était lui-même
qui l'avait envoyé au chanoine; il courut, étouffé de sanglots, dans la
chambre du vieillard, qui, après une crise favorable, avait repris ses
sens et tâchait de renouer les fils brisés de sa mémoire. L'apparition
de son neveu eût sans doute porté un nouveau désordre dans ses idées et
compromis plus gravement sa santé, si Scarron ne se fût précipité entre
ses bras, presque insensé de chagrin et de remords. Le digne oncle, qui
n'était pas plus que sa gouvernante un esprit fort, faillit partager les
terreurs que ce diable avait semées partout sur son passage; mais il
aimait trop son mauvais sujet de Paul, pour douter de son identité en
l'écoutant parler.

--Mon vénéré oncle, disait Scarron avec une vraie sensibilité, on vous a
trompé! Je ne suis pas encore défunt, et je vivrai longtemps pour vous
obéir, si Dieu me prête vie.

--Est-ce le cas de se noyer, méchant, parce que tu n'as point goût à
te faire abbé? reprit le bonhomme, que la joie ressuscitait. Deviens
greffier, notaire, procureur, si tu veux, plutôt que mort!

--Ah! mon bon et excellent oncle! interrompit Scarron, redoublant
d'embrassades; à votre tour, guérissez-vous, mon second père, et, pour
expier mes fautes, je serai abbé, chanoine et pape, si cela vous agrée
en quelque chose. Aussi bien, je puis dire adieu au monde désormais, car
il m'en cuira d'avoir fait le diable, durant cette terrible nuit!

Ces mots, prononcés avec une mélancolie qui s'efforçait d'être
plaisante, avertirent le chanoine de jeter les yeux sur le singulier
personnage qu'il embrassait tendrement: en voyant cette face de
ramoneur, ces plumes rougies, ces cornes dorées, et cette queue
ruisselante de vin, il perdit la gravité de son âge et de sa robe
monacale, pour tomber dans des convulsions de rire, qui dissipèrent les
restes de sa maladie; il fut donc guéri radicalement par cet excès de
gaîté et cette explosion de joie.

Quant à Scarron, qui riait aussi de le voir rire, il eut beau, à force
de bains, se débarrasser de ces plumes et de ce miel diaboliques
incrustés dans sa peau, sa jeunesse et sa santé furent le prix de
son imprudente mascarade; les rhumatismes, qu'il avait gagnés à
ces alternatives subites de chaud et de froid, désorganisèrent son
tempérament et paralysèrent tout son corps; sa tête se pencha sur sa
poitrine; ses jambes, dont les nerfs s'étaient retirés, lui refusèrent
leur service, et il ne conserva de mouvement que dans les yeux, la
langue et la main droite; mais sa bonne humeur ne l'abandonna pas et
s'accrut, au contraire, en compensation des autres facultés qui lui
manquaient.

Son oncle lui légua le canonicat du Mans, et la reine le nomma son
_malade en titre d'office_, avec une bonne pension pour se faire
soigner. Malgré les tortures à peu près continuelles qui le clouèrent,
pour toute sa vie, sur un fauteuil, Paul Scarron composa les ouvrages
les plus bouffons, en vers et en prose, qui aient jamais été écrits dans
notre littérature.



LE REVENANT

DU CHATEAU DE LA GARDE

(1643)


Dans le courant de l'hiver de l'année 1643, le bruit se répandit
à Paris, que la peste s'y était déclarée, et ce bruit, grossi par
l'effroi, amena bien des départs précipités, quoique la police
n'épargnât rien pour tranquilliser les esprits. Tous les jours, le
quartier du Marais, où habitait la noblesse à cette, époque, se
dépeuplait, et des familles entières, malgré la rigueur de la saison,
s'empressaient de quitter la capitale, et de fuir un péril imaginaire.
Ce fut bien pis, lorsqu'on publia que le fléau s'était propagé dans les
provinces! Ceux qui étaient sortis de la capitale ne savaient plus s'ils
devaient y rentrer, et ceux qui y restaient encore, hésitaient à s'en
éloigner.

[Illustration: On publia que le fléau s'était propagé.]

Madame du Ligier de La Garde, dont le mari était maître d'hôtel de la
reine-mère Anne d'Autriche, et qui remplissait elle-même une charge
analogue auprès de cette princesse, se voyait forcée de demeurer à la
cour, résidant alors au Château de Saint-Germain-en-Laye. Or, sa fille
Antoinette, âgée de neuf ans, se trouvait seule à Paris, loin des yeux
et des soins de sa famille, dans le couvent des Carmélites de la rue du
Bouloy, pour y commencer son éducation. Madame de La Garde frémit du
danger qui pouvait menacer son enfant, au milieu d'une ville infectée
par la contagion et dans le sein d'une communauté religieuse où ne
pénétraient pas facilement les secours de l'art. Elle eût voulu, pour
rassurer sa tendresse, protéger de ses regards maternels cette jeune
tête, sur laquelle reposaient tant d'espérances, mais des ordres sévères
de la cour ne permettaient à personne de venir de Paris à Saint-Germain,
et elle se fût exposée à une disgrâce en même temps qu'à la perte de sa
charge, si elle avait essayé de s'absenter pour se rendre auprès de
sa fille. Une de ses amies, madame d'Urtis, était dans une position
identique: mademoiselle Thérèse d'Urtis, qui avait à peu près l'âge de
mademoiselle de La Garde, élevée dans le même couvent qu'elle, devait
être également séparée de sa mère, par des obstacles résultant de
la charge de celle-ci dans la maison de la reine. Les deux mères se
confièrent donc leurs inquiétudes, et tinrent conseil pour les faire
cesser, en écartant leurs enfants du foyer de l'épidémie.

Un matin, pendant que Thérèse et Antoinette se promenaient, côte à
côte, dans le cloître du couvent de la rue du Bouloy, et se récitaient
mutuellement quelques vers qu'elles avaient retenus de leurs lectures
d'enfance, on les avertit de se préparer à monter en carrosse. Elles
bondirent de joie, à cette nouvelle, sans s'informer du motif d'une
sortie, contraire à la règle du couvent, et l'idée ne leur vint pas d'en
tirer un fâcheux augure. Elles se hâtèrent de revêtir leurs plus beaux
habits des jours de fête, leurs robes de taffetas toutes garnies de
rubans et de dentelles, avec leurs souliers de satin à talons rouges et
leur béguin de velours noir à passements d'argent, toilette mondaine
et coquette, qui ne se sentait pas du costume lugubre et austère des
religieuses Carmélites.

Antoinette de La Garde était déjà jolie, avec ses yeux vifs, son teint
vermeil, sa bouche toujours souriante, son air espiègle et mutin;
Thérèse d'Urtis ne le cédait pas en beauté à sa compagne, quoique ses
cheveux fussent blonds comme de l'or, au lieu d'être noirs comme le
plumage d'un corbeau, quoique sa physionomie noble et presque grave eût,
dans sa pâleur et dans son immobilité, une expression habituelle de
mélancolie. Aussi, leur avait-on donné des surnoms qui convenaient bien
à leur figure et à leur caractère dissemblables; on appelait l'une
_Feuille-morte_ et l'autre _Printanière_. A coup sûr, ces sobriquets
n'avaient pas été imaginés dans l'austérité du cloître, mais parmi les
délicatesses de la société des Précieuses, où brillaient à la fois
l'esprit et les charmes de mesdames de La Garde et d'Urtis, qui ne
différaient pas plus que leurs filles entre elles.

--Bonjour, Germain! dit avec pétulance mademoiselle de La Garde au
cocher de sa mère, qui attendait à la porte avec la voiture. Que se
passe-t-il donc à la cour, s'il vous plaît, pour qu'on songe à nous
tirer de notre purgatoire?

--Le roi est peut-être décédé? dit mademoiselle d'Urtis, avec douceur.
J'en aurais beaucoup de déplaisir, car la mort d'un roi de France me
semble de plus haute conséquence que la mort d'un oiseau, et j'ai versé
force larmes, quand mon perroquet a été tué par le singe de madame la
supérieure....

--Mesdemoiselles, dépêchons! interrompit Germain, en fermant la portière
du carrosse dans lequel il avait fait monter les deux amies: Madame m'a
commandé de ne m'arrêter guère dans la ville.

--Il faut que la chose presse? reprit Antoinette, riant de la grimace
mystérieuse du cocher. Sans doute que notre couvert est mis à
Saint-Germain et que le roi ne veut pas dîner sans nous?

--Je suis sûre qu'il y a quelque mort! murmura Thérèse qui ne put
se défendre d'une émotion d'anxiété. J'ai rêvé, cette nuit, que je
cueillais des soucis et des immortelles, c'est un méchant pronostic.

--Et moi, j'ai rêvé que je faisais des pelotes de neige, et, en effet,
il a neigé toute la nuit durant.

--Vois-tu, _Printanière_, nous n'allons pas à Saint-Germain. Ce n'est
pas la route que prend le carrosse.

--Hé, Germain, mon ami, as-tu la visière nette ou troublée? demanda
mademoiselle de La Garde. Ta raison est-elle restée dans la bouteille?
Tu te trompes de chemin et tu touches tes chevaux en aveugle. Où nous
conduis-tu?

--A La Garde, Mademoiselle, sauf votre respect, comme ordonne Madame.

--A La Garde? s'écria la jeune fille, bondissant à ce nom qui lui
rappelait un temps de liberté et de récréation, que le couvent lui avait
fait regretter bien des fois. Sommes-nous en vacances?

--Je ne sais rien, Mademoiselle, sinon que je dois vous mener à La
Garde, et vous y laisser sous la surveillance de Marie-Jeanne, la femme
du jardinier. Ainsi, ne trouvez pas mauvais que j'obéisse à Madame.

--Je le trouve très bon, au contraire! reprit gaîment Antoinette, qui
voyait sans appréhension le but de ce voyage qu'elle ne comprenait pas:
je vais réaliser mon rêve, et faire des pelotes de neige tout à mon
aise.

La Garde était un ancien château féodal, dont le père d'Antoinette
tirait son nom patronymique. Ce château, qu'on a rebâti depuis avec
l'architecture du XVIIIe siècle, présentait encore en 1643 l'aspect
d'une forteresse flanquée de tours, munie de créneaux et entourée de
fossés. L'intérieur de ce manoir répondait à son extérieur et témoignait
partout de son antiquité. Vastes salles, aux murailles tendues de
tapisseries ou couvertes de cuir doré, aux larges cheminées à manteau
exhaussé, aux fenêtres étroites fermées de petits vitraux; longues
galeries décorées de trophées d'armes et de portraits de famille;
sonores escaliers en colimaçon; multitude de chambres et de cabinets, de
portes et de trappes; meubles rares et délabrés; pavé froid et humide;
en un mot, habitation aussi triste que peu commode. C'était là pourtant
que les aïeux de madame de La Garde confinaient leur vieillesse, après
une vie consacrée au service de leur pays et de leur souverain. Madame
de La Garde, que son rang retenait à la suite de la cour, ne venait
que très rarement visiter ce château; mais sa fille y avait été élevée
jusqu'à ce qu'elle fût en âge d'être admise au couvent. Ce fut donc avec
bonheur que mademoiselle de La Garde, après une route de cinq heures
par des chemins presque impraticables, reconnut de loin les combles
d'ardoise du vieux château.

[Illustration: L'ancien château de La Garde.]

--Oh! ma petite _Feuille-morte_, dit-elle en l'embrassant, que je suis
heureuse de ce qu'on nous traite comme des enfants! C'est ici que nous
nous amuserons, sans penser qu'il y a des couvents au monde!

La voiture s'était arrêtée. Germain, descendu de son siège, sonnait et
frappait à la porte d'honneur, qui retentissait sous les coups et ne
paraissait pas devoir s'ouvrir; on n'entendait ni pas ni voix, dans la
maison ou dans les cours; seulement, les corneilles s'envolaient hors de
leurs nids et planaient effrayées autour des girouettes en poussant des
cris plaintifs. Germain continuait d'appeler et de heurter, non sans
s'impatienter du retard qu'on mettait à lui ouvrir.

--Bonté de Dieu! murmura-t-il: sont-ils tous morts de la peste?

--Ah! c'est Germain! s'écria de loin Marie-Jeanne, qui arrivait enfin
lentement et avec une espèce de défiance, pour connaître la cause de ce
vacarme. C'est Madame!... Non, c'est Mademoiselle!

Et la vieille paysanne, que son mari plus vieux et plus cassé accourait
rejoindre, s'approcha du carrosse, aida les deux enfants à en descendre,
et se confondit en respects, en révérences, en signes de croix, devant
la fille de sa maîtresse. Antoinette, qui n'avait pas appris à être
orgueilleuse dans l'ordre des Carmélites, sauta au cou de Marie-Jeanne,
l'embrassa sans façon et demanda tout d'abord comment se portaient les
poules, les oies, les moutons et les poissons, qu'elle aimait à nourrir
de sa main. Marie soupira, en lui donnant les détails qu'elle demandait
et en fixant sa vue inquiète sur les tourelles du château.

Pendant ce premier échange de paroles, le jardinier eut le temps de se
réunir au groupe, qui était en active conférence, au sujet de Cybèle, la
chienne de basse-cour, qu'on n'avait pas aperçue depuis huit jours et
qui s'était enfuie au bois avec le loup, disait Marie-Jeanne.

--Et ma très chère et très honorée dame de La Garde? dit la vieille, en
avançant la tête dans le carrosse pour chercher si cette dame n'y était
pas. Qu'avez-vous fait de notre dame, compère Germain?

--Elle ne vient pas céans, du moins aujourd'hui, répondit le cocher.
Elle ne saurait s'en aller de Saint-Germain, en cette vilaine saison.

--C'est vrai, cela, que la saison ne vaut pas grand'chose, et il a fait,
ces jours-ci, une rude froidure.

--Il ne fait pas chaud encore, la mère, dit Antoinette, et l'on s'en
aperçoit en plein air, où le vent nous coupe le visage. Entrons, je vous
prie, pour nous entretenir de tout ce qui s'est passé ici, depuis que
j'en suis dehors.

--Entrer là-dedans! s'écria Marie-Jeanne, en reculant: ce serait pour
que le diable nous emportât!

--Le diable! dit mademoiselle de La Garde, en éclatant de rire: pourquoi
pas Croquemitaine?

--Oh! ma bonne demoiselle! reprit le jardinier, qui unit ses efforts à
ceux de sa femme, pour dissuader Antoinette, d'entrer dans la maison: il
y aurait moins de danger à coucher dans un cimetière, que de s'aventurer
dans le château. Madame de La Garde en fera jeter les murs par terre,
quand on lui dira ce qui en est.

--Jean-Pierre, vous avez aussi une dose de la folie de votre femme! Mais
ce n'est ni le lieu ni l'heure d'établir là-dessus une discussion: nous
avons froid, nous avons faim, nous avons sommeil, ce sont toutes choses
qui vous exemptent d'un plus ample entretien à la porte. Allez nous
quérir du fromage à la crème et du lait.

--Marie-Jeanne, dit Germain, Madame qui m'envoie vous ordonne de faire
en sorte que rien ne manque à ces demoiselles, mais de ne pas souffrir
qu'elles sortent de l'enceinte du parc dans la campagne.

--Eh quoi! monsieur Germain, demanda Marie-Jeanne, madame de La Garde ne
viendra-t-elle point? Nous voilà dans un bel embarras!

--Monsieur Germain! ajouta d'un air effaré le fermier, qui tournait
fréquemment la tête, comme si quelqu'un s'approchait derrière lui, où
logerons-nous ces demoiselles? La ferme de Jacques Lupin n'est pas
propre à les loger.

--Vous voilà en peine de peu! repartit le cocher, profitant d'un moment
où les deux amies s'étaient écartées de quelques pas, pour admirer des
stalactites de glace aux bords de l'urne d'un Fleuve de marbre, qui
alimentait d'eau l'étang voisin. La vérité est, ajoute-t-il à demi-voix,
que Madame a peur de la peste, pour Mademoiselle, et qu'elle l'envoie au
château, dans l'intention de la mettre à l'abri d'un malheur.

--Au château! répéta Jean-Pierre, en faisant un signe de pitié à sa
femme, qui leva les yeux au ciel.

--Au château! reprit-elle, d'une voie dolente: mieux vaudrait
l'abandonner dans les bois!

--Bah! est-ce que vous avez aussi la peste à La Garde? s'écria Germain,
qui fit, un bond en arrière et se boucha le nez.

--Nous serions plus tranquilles avec la peste qu'avec des esprits! dit
Jean-Pierre.

--Quels esprits? demanda le cocher, que cette confidence effraya
visiblement: qu'est-ce à dire?

--Qu'il revient des esprits au château, depuis plusieurs jours, répondit
le jardinier.

--Et que les revenants y font leurs sabbats! ajouta la jardinière.

--Des revenants! cria de loin mademoiselle de La Garde, dont la
curiosité fut mise en jeu, à ce seul mot qu'elle entendit sans la
moindre terreur. Où sont-ils? où sont-ils?... Thérèse, des revenants!
Quel plaisir!

--Ils sont dans le château de monsieur votre père, Mademoiselle, dit
Jean-Pierre. Tenez! ce bruit... écoutez!

--C'est l'eau de la fontaine qui tombe goutte à goutte, répliqua
mademoiselle d'Urtis après avoir écouté. Ce bruit-là est fort agréable à
entendre, surtout par une nuit calme de printemps....

--Il s'agit bien d'eau et de fontaine! interrompit gaîment Antoinette:
il s'agit de revenants, ma chère _Feuille-morte_.

--Je les ai vus, Mademoiselle, aussi vrai que je m'appelle Jean-Pierre
pour vous servir.

--Vrai! Vous les avez vus, Jean-Pierre? dit Germain, qui se réjouissait
tout bas de n'avoir pas à rester au château.

--Et moi, de même, je les ai vus, monsieur Germain! reprit à son tour
Marie-Jeanne, en baissant la voix.

--Moi, je voudrais bien les voir! s'écria mademoiselle de La Garde,
qui narguait par sa moue railleuse la crédulité de deux paysans et qui
augmentait leurs craintes en ne les partageant pas. Et toi, Thérèse, ne
les voudrais-tu pas voir?

--Assurément, répondit-elle sans s'émouvoir plus qu'à l'ordinaire; mais
nous ne les verrons pas.

--Pourquoi cela, puisqu'ils se laissent voir, ces honnêtes revenants?

--Parce que de leur naturel les revenants fuient qui les cherche et
cherchent qui les fuit.

--Vous qui les avez vus, maître Jean-Pierre, saurez-vous dire comme ils
sont faits? s'enquit Germain.

--Le premier, que j'ai vu, était enveloppé d'un drap blanc et dansait,
au clair de la lune.

--Celui qu'il a vu ensuite, continua Marie-Jeanne, n'était pas plus gros
qu'une tonne, mais il grognait comme un porc et il agitait des bras plus
longs que des faucilles.

--J'en ai vu un autre couvert de poils noirs, reprit le jardinier
renchérissant sur le récit de sa femme.

--Quant à celui que j'ai rencontré, sur la brune, dans le cellier,
interrompit encore la jardinière, il avait l'apparence d'une naine,
mais cette naine était pourvue de cornes et d'une queue en façon de
boudin....

--Eh bien! je serais charmée d'avoir en spectacle ces messieurs les
revenants! dit Antoinette, qui entra enfin, avec son amie, dans une
salle basse du château, où Marie-Jeanne et son mari ne les suivirent
qu'avec répugnance, en se disposant à s'enfuir au moindre sujet
d'alarme. Tarderont-ils à paraître, vos revenants?

--Il faut que la nuit soit plus noire, repartit vivement Jean-Pierre:
les revenants n'aiment pas plus le grand jour, que les voleurs.

--Jésus de Dieu! Mademoiselle, est-ce que vous pensez sérieusement à
passer la nuit ici? demanda la vieille, saisie de compassion pour cette
curieuse imprudente: êtes-vous décidée à vous faire tordre le cou?

--Je n'ai que faire de votre compagnie, Marie-Jeanne: je resterai seule
avec mademoiselle d'Urtis, et demain, au jour, je vous donnerai des
nouvelles de nos revenants.

--Crois-tu bonnement qu'ils s'en vont faire la conversation avec nous?
objecta Thérèse.

--Ma chère demoiselle, dit Marie-Jeanne en pleurant, ne vous exposez pas
à quelque malheur. Si vous persistez en votre fatale intention, j'irai
prier M. le curé de Saint-Pierre de venir se mettre en oraison avec vous
et jeter de l'eau bénite aux revenants.

--Gardez-vous-en bien, Marie-Jeanne! Nous ne voulons pas faire peur à
ces revenants, et nous les recevrons de notre mieux, pour qu'ils ne
s'effarouchent pas trop. Que je sens d'impatience de leur souhaiter la
bienvenue, avec mille prospérités!

--Hélas! mes jeunes demoiselles! dit le jardinier, en montrant son front
chauve: vous devriez avoir plus de confiance en moi, et monsieur Germain
ferait sagement de vous ramener à Paris, chez vos parents.

--J'ai des ordres qu'il faut exécuter, dit le cocher qui remonta sur son
siège et se hâta de repartir dans la crainte d'être obligé de passer une
nuit à La Garde. Un bon avis l'emporte sur cent mauvais, mesdemoiselles;
ayez égard au mien, qui est fondé sur la connaissance des choses: je
vous engage à ne pas jouer avec les esprits!

Germain renouvela encore à Jean-Pierre les instructions de madame de
La Garde, relativement au genre de soins et de précautions que l'état
sanitaire du pays paraissait recommander: puis, il se remit en route,
pour retourner à Saint-Germain. Marie-Jeanne et son mari délibérèrent
ensemble sur ce qu'ils avaient à faire pour se rendre dignes de la
confiance de leurs maîtres et en même temps pour ne pas contrarier la
résolution des deux jeunes amies: ils se décidèrent à laisser celles-ci
accomplir leur audacieuse épreuve, mais à rester en observation, à
peu de distance de ces deux imprudentes, pour être avertis de ce qui
arriverait. Ils comptaient sur leurs prières pour empêcher les revenants
de faire du mal à mademoiselle de La Garde et à sa compagne.

En attendant que la nuit fut venue, ils dominèrent assez leur épouvante,
pour circuler ensemble, en se tenant par la main, dans la partie du
château où mademoiselle de La Garde avait fait préparer une petite
chambre, un frugal souper et un grand feu; mais comme ils frémissaient à
l'écho de leurs pas! comme ils tremblaient au battement de leurs propres
artères! comme ils se serraient l'un contre l'autre, en croyant voir, à
chaque instant, une apparition formidable se lever devant eux! Lorsque
le crépuscule commençait à changer les formes et les couleurs,
Jean-Pierre et sa femme, qui se voyaient entourés d'images fantastiques
et menaçantes, déclarèrent à mademoiselle de La Garde, qu'ils ne se
sentaient plus la force de demeurer auprès d'elle, et ils se retirèrent
précipitamment, comme s'ils étaient poursuivis par des êtres invisibles.

Les deux amies ne s'effrayèrent pas de se trouver seules dans une
chambre dont la décoration bizarre devait contribuer peu à leur inspirer
des idées saines et logiques: la vieille tapisserie, qui cachait les
murs, représentait la tentation de saint Antoine, avec son appareil
grotesque de diableries, et le vent, mal intercepté par les vitres
déplombées de la fenêtre, circulait derrière cette tenture, qu'il
agitait par instant, de telle sorte que les personnages semblaient
s'animer, prêts à s'élancer hors de la trame de laine. Un immense lit
s'enfonçait profondément sous le baldaquin et entre les rideaux de
damas cramoisi: dans cette alcôve, luisaient une glace de Venise et un
crucifix d'ivoire. Un feu de bruyère et de sarment pétillait dans l'âtre
et envoyait à l'entour de la cheminée une clarté étincelante, dans
laquelle s'absorbait la faible lueur de la lampe; tous les meubles
antiques, tables, chaises, armoires, étaient ornés de têtes d'animaux
fabuleux, qui reflétaient çà et là leurs ombres monstrueuses.

Antoinette de La Garde, grâce aux sages enseignements de sa mère,
n'avait jamais eu un mouvement de peur, et Thérèse, moins inaccessible
à ce genre de sensation nerveuse, ne s'y abandonnait pourtant qu'à de
rares intervalles, quand la réalité empruntait du hasard ces apparences
singulières, qui naissent fréquemment d'une réunion de faits peu
importants en eux-mêmes, et qui perdent de près le masque trompeur
qu'elles ont reçu de loin: encore fallait-il que son organisation
sensible fût exaltée par quelque cause préexistante. Or, ce soir-là,
Thérèse était encore sous l'influence du souvenir de son rêve, qu'elle
interprétait comme un présage de mort.

--Thérèse, lui dit son amie, qui avait pris une forte disposition au
sommeil dans une grande tasse de lait qu'elle venait de boire, ne nous
couchons-nous pas?

--Et les revenants? repartit mademoiselle d'Urtis, qui s'était plus
modérée dans son appétit, à souper, et qui n'éprouvait pas la torpeur
d'une digestion laborieuse. Je leur demanderai seulement, à ces aimables
revenants, de vouloir bien poser devant moi, pour que je fasse leur
portrait d'après nature.

--Moi, je ne leur demanderai rien, si ce n'est de me laisser dormir
jusqu'au grand jour.

--Tu étais tantôt plus empressée de voir des revenants!

--Passe encore si on en voyait quelque chose! Mais rester, la nuit, à
regarder la lumière d'une lampe ou les tisons allumés dans les cendres,
c'est se moquer de soi-même. Je me couche et je m'endors.

--Je resterai donc à veiller, et dans le cas où j'entendrais du bruit,
tu serais bientôt levée.

--Sans doute, puisque je me jette, toute habillée, sur le lit. Bonsoir,
_Feuille-morte_! Gare aux revenants!

Mademoiselle de La Garde dormait profondément depuis deux ou trois
heures, quand son amie, qui réfléchissait vaguement, le menton appuyé
sur sa main, en regardant s'illuminer, dans le foyer, le bois noirci et
calciné, que parcouraient des serpents de feu, entendit dans le lointain
une porte s'ouvrir, puis une autre gémir sur ses gonds, puis une
troisième plus proche, ensuite des pas légers qui s'avançaient avec
précaution.

--Antoinette! dit-elle d'un accent étouffé. Antoinette! Le revenant! le
revenant!

A cette exclamation répétée deux fois de suite par mademoiselle d'Urtis,
Antoinette de La Garde se leva sur son séant, regarda autour d'elle,
sans paraître effrayée, et se jeta vivement à bas du lit, pour courir
vers la cheminée et y saisir les tenailles à feu, qu'elle brandit comme
une massue. Thérèse, pâle, émue, n'avait pas bougé de sa place et
restait assise, les jeux fixées sur la porte qui était encore fermée,
mais qu'elle jugeait prête à s'ouvrir.

On marchait à petits pas, dans le corridor qui précédait la chambre, et
par intervalles l'être inconnu, qu'on entendait marcher ainsi, venait
se heurter contre la muraille, qu'il frôlait ensuite en passant: ce
qui donnait lieu de penser que le revenant avait fort à faire pour se
diriger à tâtons dans l'obscurité. Ce revenant s'avançait donc avec
lenteur et timidité, mais il se dirigeait toujours vers la chambre des
deux amies, au point que le bruit de sa respiration arrivait jusqu'à
leurs oreilles. Antoinette tenait ses tenailles hautes; Thérèse,
terrifiée, attendait que la porte s'ouvrît et leur montrât quelque
terrible apparition.

--Le revenant se fait bien désirer, dit mademoiselle de La Garde à voix
basse. S'il tarde davantage, je vais lui épargner le reste du chemin.

--Oh! ne me quitte pas, ma bonne Antoinette! reprit mademoiselle
d'Urtis, en l'arrêtant par un pan de sa robe: tu ne veux pas que je
meure de peur!

--Le revenant a l'air d'avoir plus peur que nous, car il fait bien des
façons pour entrer.

--A Dieu plaise qu'il n'entre pas! Marie-Jeanne avait raison: c'est un
véritable revenant.

--Ne parle pas ainsi, Feuille-Morte, car tu le rendrais trop joyeux, et
il se dispenserait de nous faire voir sa figure.

Dans ce moment, on entendait un bruit d'un autre genre: c'était une
sorte de souffle ou de flairement, qui murmurait le long des fentes de
la porte; puis, ce bruit se changea en un grognement plaintif; puis, on
secoua la porte, on gratta, on frappa. Mademoiselle d'Urtis était prête
à s'évanouir. Antoinette, qui commençait à s'étonner, fit signe à
Thérèse de prendre et d'allumer un des lourds chandeliers de cuivre qui
reposaient sur un guéridon: mademoiselle d'Urtis obéit machinalement,
sans détacher de la porte ses regards inquiets.

--Je vais à la fenêtre appeler du secours, dit-elle en tremblant de tous
ses membres: Jean-Pierre n'est peut-être pas couché.

--Garde-t'en bien, ma chère! reprit mademoiselle de La Garde: on se
moquerait de nous dans tout le pays, et d'ailleurs Jean-Pierre ni
personne n'osera s'aventurer dans le château, à cette heure avancée de
la nuit.

--Nous nous laisserons donc tordre le cou par les revenants! dit Thérèse
avec désespoir.

Soudain, la porte de la chambre s'entrebâilla doucement, et une tête
chevelue, que les deux amies n'eurent pas le loisir de bien distinguer,
dans l'anxiété où elles étaient, se présenta un instant à l'ouverture
et disparut. En même temps, la porte s'ouvre toute grande, et une forme
animée, de couleur noire, se traîne à quatre pattes dans la chambre, en
grognant.

Mademoiselle d'Urtis posa sur la table le flambeau qu'elle tenait et
tomba presque sans connaissance sur un fauteuil; mademoiselle de La
Garde poussa un éclat de rire très rassurant, et quand Thérèse se
hasarda enfin à regarder ce qui se passait, elle vît son amie aux prises
avec le monstre qui semblait prêt à la dévorer: son premier mouvement
fut de la défendre, avec un courage emprunté à l'amitié; mais, comme
Antoinette continuait à rire, malgré les grognements et les bonds du
fantôme, mademoiselle d'Urtis examina plus attentivement les choses et
s'aperçut que ce revenant qu'elle s'imaginait armé de griffes, de dents
et de cornes, n'était autre qu'un gros chien noir.

--C'est un chien! dit-elle, stupéfaite de cette tardive découverte; un
chien!

--Appelle donc du secours par la fenêtre, répliqua mademoiselle de La
Garde, en s'amusant de la surprise de Thérèse.

--Quel chien? demanda Thérèse, qui n'était pas encore complètement
tranquille: es-tu bien sûre que ce soit un chien? Le revenant a choisi
cette forme pour nous abuser!... On raconte des histoires épouvantables
du diable métamorphosé en chien....

--Pauvre _Feuille-morte_! tu as peur du diable maintenant! dit
mademoiselle de La Garde, en riant plus fort. Le diable serait certes
bien malin, s'il pouvait passer dans le corps de Cybèle, notre chienne
de basse-cour.

--Quoi! c'est Cybèle, cette bonne chienne, qu'on disait perdue depuis
huit jours?

--Sans doute, c'est elle-même, un peu vieillie, ce me semble, car elle
a de la peine à se tenir sur ses deux pattes.... Je le crois bien! le
malheureux animal a eu les deux pattes de derrière cassées ou du moins
fort endommagées par quelque accident!... O mon Dieu! vois ces linges
pleins de sang autour de ses pauvres pattes!... Cybèle, ma petite
Cybèle, comment t'es-tu blessée?... Elle m'a reconnue, cette excellente
bête!... Tiens, elle me lèche, elle me fait fête, elle me remercie de
l'intérêt que je lui témoigne.... A coup sûr, nous pourrons prétendre
avoir vu un véritable revenant, comme tu disais tout à l'heure.

--Oui, voilà Cybèle retrouvée, mais elle n'était pas seule, et cette
tête affreuse qui s'est montrée....

--Une tête affreuse! Bah! j'ai cru voir, en effet, quelque chose qui
ressemblait à la tête d'un enfant mal peigné!...

--Quel aveuglement! Mieux vaudrait nier tout, que de vouloir expliquer
les faits les plus extraordinaires, avec ton système d'incrédulité
absolue. Va, j'ai de bons yeux et j'ai bien vu....

--Qu'as-tu donc vu? interrompit mademoiselle de La Garde, occupée à
examiner les blessures de Cybèle, déjà presque cicatrisées sous les
bandelettes de toile grossière qui les enveloppaient.

--J'ai vu cette tête, que tu as vue aussi, j'ai vu ses yeux semblables
à des charbons ardents, sa bouche qui exhalait une fumée lumineuse, ses
cheveux.... Oh! quels cheveux! n'étaient-ce pas des serpents?

--Bon! des serpents! Tu te souviens des Furies de marbre, qui sont dans
le parc de Saint-Germain et qui ont, en effet, une coiffure de cette
espèce. Mais nous retrouverons bien, j'en suis sure, la tête et
l'individu qui la porte.

--Tout a disparu, Dieu merci! et nous sommes délivrées de cette vision
de l'enfer!

--Il la faut chercher, cette tête affreuse, pour l'observer de plus
près et lui demander ce qu'elle désire de nous, des prières ou des
exorcismes.

--Quoi! tu veux aller sur les traces du mauvais esprit? Tu n'iras pas,
Antoinette, tu ne me laisseras pas seule!

--Non, car tu m'accompagneras, en portant la lumière, d'autant que je
compte peu sur l'haleine lumineuse et les yeux flamboyants de cette
fameuse tête, pour nous éclairer en chemin.

--Vraiment, je ne sortirai pas d'ici avant le grand jour, et la nuit
prochaine, je coucherai plutôt dans le parc, en plein air, malgré le
froid et la neige.

--Un lit de gazon ne serait guère agréable par la froidure qu'il fait.
Mais n'aie donc pas peur, ma petite _Feuille-morte_. Tu vois bien que
les apparitions ne font pas de mal, et maintenant nous avons, pour nous
défendre, ou du moins pour appeler à notre aide, cette brave Cybèle qui
ne craint pas les revenants et qui aboierait de la belle manière s'ils
venaient à se montrer.

--Va fermer la porte à double tour et aux verrous, _Printanière_, car il
peut reparaître!

--Fi donc! Thérèse, c'est pitoyable de faire ainsi l'enfant! Veux-tu
nous rendre ridicules, nous faire montrer au doigt! J'aimerais mieux
me trouver en compagnie de tous les revenants du monde. Sois donc plus
raisonnable. D'abord, il n'y a pas de revenants....

--Il n'y a pas de revenants! Regarde! regarde! disait mademoiselle
d'Urtis, en désignant d'une main tremblante une partie de la tapisserie
que la bise faisait flotter, de sorte que les personnages avaient l'air
de vouloir s'avancer vers les deux amies.

--J'avoue que ces figures-là ne sont pas réjouissantes répondit
mademoiselle de La Garde, qui se dirigea sans hésiter vers la tapisserie
mouvante, et qui la toucha de la main, en riant; mais il faut avouer que
saint Antoine, qu'on a représenté sur cette tapisserie, pouvait du moins
croire aux revenants, en compagnie de ces vilains masques.

--Antoinette! on marche, on marche encore! Écoute!... Qu'est-ce qui
marche ainsi?

--Ce doit être la tête qui t'a si fort effrayée tout à l'heure. Certes,
je ne perdrai pas cette belle occasion de me trouver en face du
revenant. Prends ton flambeau et suis-moi, ma chère, avec Cybèle, qui ne
se fera nul scrupule de mordre les jambes d'un revenant.

--Antoinette, je n'aurai jamais la force.... Pourquoi braver?... Mais,
puisque tu es résolue d'affronter ce danger, je le partagerai, et je
périrai avec toi plutôt que de te survivre!

En prononçant ces mots avec des larmes que faisait couler une exaltation
de sensibilité romanesque, mademoiselle d'Urtis se jeta dans les bras de
son amie, qui riait du péril imaginaire que celle-ci lui annonçait
d'une manière presque solennelle; seulement, elle essaya de calmer,
par quelques bons raisonnements, les inquiétudes de Thérèse, qui était
déterminée pourtant à s'associer au sort de la téméraire Antoinette. On
entendait toujours, dans le lointain, un pas traînant et indécis, auquel
se mêlaient quelques cris inarticulés, semblables à ceux d'un enfant
nouveau-né, et les frémissements des portes, qu'un courant d'air
engouffré dans les longs corridors faisait osciller et gémir sur leurs
gonds.

Cependant la chienne, au lieu de manifester la moindre crainte, semblait
écouter aussi avec une attention intelligente et témoignait, par des
grognements de bonne humeur, l'impatience qu'elle avait de mener
mademoiselle de La Garde vers le lieu d'où partaient ces bruits
étranges: elle attendait, assise sur son derrière, la tête et les
oreilles droites, en regardant la porte; puis, elle se remettait à
tourner, en grognant, autour de sa maîtresse, qui comprenait bien que ce
manège, ces grognements, cette impatience, étaient un langage chez le
pauvre animal, à défaut de la parole.

Mademoiselle de La Garde, toujours armée des tenailles à feu, sortit
de l'appartement, précédée de Cybèle qui allait en avant comme pour
la conduire, et suivie de Thérèse, qui tenait le flambeau; celle-ci
regardait sans cesse derrière elle, reculait ou s'arrêtait à chaque pas,
effrayée par les ombres mobiles que faisait surgir autour d'elle le
passage de la lumière; mais, n'osant pas rester en arrière, elle se
hâtait de rejoindre son amie, en écoutant avec effroi le murmure de sa
propre respiration que précipitaient les battements de son coeur. Quant
à Antoinette, elle n'était accessible à aucune autre émotion, qu'à celle
de la curiosité, et elle marchait en avant d'un pas délibéré, sans
prendre garde à tous les motifs de terreur qu'elle rencontrait sur son
chemin: silhouettes fantastiques, anciens portraits de famille grimaçant
le long des murailles, tapisseries flottantes, voûtes sombres, corridors
sonores, portes gémissantes. Elle s'abandonnait à la conduite de Cybèle,
qui avait l'air de la remercier, en lui montrant la route et en lui
indiquant du regard un but mystérieux.

--Antoinette! lui cria mademoiselle d'Urtis, qui s'appuya contre le mur
pour se soutenir, au moment où mademoiselle de La Garde allait franchir
le seuil d'une chambre, dans laquelle la chienne avait disparu et où
l'on entendait s'élever une voix humaine à travers de petits cris qui
n'avaient rien d'humain.

[Illustration: Mademoiselle de La Garde, précédée de Cybèle et suivie de
Thérèse portant le flambeau.]

--Courage, _Feuille-morte_! répondit mademoiselle de La Garde, en
brandissant son arme avec une comique fierté de matamore. Je te promets
qu'il ne t'arrivera rien, tant que j'aurai une goutte de sang dans les
veines!

--N'entre pas ici, je t'en conjure, oh! n'entre pas! disait Thérèse, qui
s'attachait à la robe de son amie.

--Reste là, si bon te semble, reprit vivement Antoinette: je reviendrai
tout à l'heure t'apprendre ce qu'il y a là-dedans!

Elle s'était débarrassée des mains de mademoiselle d'Urtis, qui,
la voyant s'aventurer dans la formidable chambre, l'accompagna
machinalement plutôt que de rester seule dans le corridor; mais elle fut
trompée dans son attente: cette chambre ne lui offrait pas le spectacle
de quelque scène du sabbat, que son amie appréhendait; tout y était dans
l'ordre, et les meubles se trouvaient à leur place ordinaire, si ce
n'est que les rideaux du lit avaient été tirés à demi. Ou n'apercevait
rien qui pût donner à penser que les revenants hantassent de préférence
cette chambre paisible, qu'on nommait la Chambre Rouge, à cause de son
ameublement, et qui n'était jamais habitée depuis que la mère de
madame de La Garde y avait rendu le dernier soupir, plusieurs années
auparavant. Cette circonstance lugubre, encore présente à la
mémoire d'Antoinette, coïncidait assez avec les bruits étranges et
inexplicables, dont la cause ne lui était pas connue, pour la faire
réfléchir, et, si brave qu'elle fût, elle sentit un frisson courir par
tout son corps, la sueur monter à son front et le sang lui affluer au
coeur, lorsqu'elle se rappela sa grand'mère mourante dans le même lit,
qu'on eût dit encore occupé, car la courte-pointe de soie, dont il
était recouvert, pendait à terre, et les coussins qui garnissaient
les fauteuils avaient été entassés sur ce lit, comme pour tenir lieu
d'oreillers, de draps et de couvertures.

--Antoinette, Antoinette! C'est là que ta grand'maman est morte! murmura
Thérèse, à qui mademoiselle de La Garde avait raconté vingt fois,
dans les plus grands détails, cette mort solennelle, sans oublier la
description de la chambre mortuaire.

--Y a-t-il quelqu'un ici? cria mademoiselle de La Garde, à trois
reprises différentes, séparées par un intervalle de silence qui rendait
plus distincte la respiration embarrassée de plusieurs personnes.

--Il y a quelqu'un! dit Thérèse, en étendant la main vers le lit qui
semblait s'agiter.

--Cybèle! Cybèle! reprit Antoinette, qui jugea prudent d'appeler à elle
ce fidèle auxiliaire.

Dans le même instant, un être vivant se glissa hors du lit et vint
tomber aux pieds de mademoiselle de La Garde, qui s'était mise en
posture de défense, pendant que Thérèse se retirait vers la porte.
C'était une petite fille, en haillons, cheveux épars et pieds nus,
offrant l'aspect de la plus affreuse misère; elle se prosterna, en
gémissant, le visage contre le plancher, et lorsqu'elle leva la tête
vers Antoinette pour l'implorer du regard, celle-ci distingua une
jolie figure d'enfant, inondée de larmes et presque ensevelie sous une
chevelure blonde qui tombait en grosses boucles sur son cou. Antoinette
reconnut, du premier coup d'oeil, que le revenant n'était pas d'une
nature bien redoutable, et Thérèse, qui se fit violence pour regarder
aussi, cessa ses clameurs et ne continua pas sa retraite vers la porte;
la vue de cet enfant, au contraire, produisit sur elle une impression de
pitié, qui surmonta ses terreurs et qui les lui fit oublier par degrés;
après avoir entendu les premières paroles de l'entretien qui commençait
entre son amie et la petite fille inconnue, elle se rapprocha d'elles,
pour n'en rien perdre, et bientôt des larmes d'intérêt coulèrent le long
de ses joues pâles.

--Grâce, Madame, oh! grâce! pardonnez-nous! disait la pauvre petite, en
joignant les mains et en sanglotant.

--Qui êtes-vous? lui demanda mademoiselle de La Garde avec vivacité,
mais sans menace dans la voix ni dans le geste.

--Je suis bien malheureuse! reprit l'enfant, qui sanglotait plus fort et
cachait sa figure entre ses mains. Ah! bien malheureuse!

--Pourquoi vous trouvez-vous ici? Qu'y venez-vous faire? Aviez-vous de
mauvais desseins? Êtes-vous seule?

L'enfant ne répondit pas à ces questions réitérées, mais étendit le
bras vers le lit et parut hésiter en silence, tandis que les coussins
tremblaient sur ce lit que Cybèle avait tout à coup accaparé, car on
voyait le museau de cette chienne s'allonger hors de la courte-pointe:
ce qui renouvela les craintes de mademoiselle d'Urtis et provoqua un
éclat de rire de la part de mademoiselle de La Garde.

--Je vois que Cybèle vous tient compagnie, dit-elle avec bonté; mais
êtes-vous entrée seule dans le château?

--O mon Dieu! murmura l'enfant, que la timidité empêchait de parler:
elle était si malade, si malade!...

--Cybèle? demanda mademoiselle de La Garde; en effet, elle parait avoir
été blessée aux pattes de derrière.

--Elle est encore bien malade! reprit l'enfant, qui se remit à pleurer.
Si je pouvais au moins la soulager!...

--Cybèle? demanda encore Antoinette, qui soupçonna enfin un quiproquo.
Cybèle n'a pas l'air malade....

--Maman! dit la petite fille, en se relevant pour s'élancer vers le lit.

Alors une main sèche écarta les rideaux, et la lueur du flambeau que
tenait Thérèse se projeta sur une espèce de figure jaune et décharnée,
dont les yeux brillants, au regard fixe, semblaient seuls avoir encore
de la vie. A cette apparition imprévue, mademoiselle d'Urtis poussa de
nouveaux cris et fit quelques pas pour s'enfuir; mais elle revint auprès
de mademoiselle de La Garde, qui la rappelait d'un ton impérieux et la
rassurait, en lui montrant la scène de douleur qu'elles avaient sous les
yeux: la petite fille serrait dans ses bras cette femme agonisante,
qui avait à peine la force de se tenir sur son séant et de faire signe
qu'elle allait parler. Elle parla enfin d'une voix sourde et mourante.

--Pardonnez-nous, mes jeunes demoiselles.... C'est ma fille qui l'a
voulu.... Mais j'étais mourante de froid.... On me repoussait partout,
on m'aurait tuée!... Le hasard, le bon Dieu nous a conduites ici.... Je
suis encore bien faible.... Cependant je crois que je vivrai pour ma
chère petite Marie!...

--Vous vivrez, Madame, répondit noblement mademoiselle de La Garde, et
l'on vous donnera tous les soins qu'exige votre maladie.... Ne parlez
plus; cela vous épuiserait, dans l'état de faiblesse où vous êtes; votre
fille nous instruira de ce qui est nécessaire. Thérèse, va chercher du
lait dans notre chambre!... Va donc, tu sais bien que nous n'avons pas
autre chose jusqu'à ce que le jour soit levé!

--Que vous êtes bonnes, mes belles demoiselles! C'est toujours le Ciel
qui vient à mon aide.

Thérèse fit quelques difficultés pour retourner seule dans la chambre
verte, quoique mademoiselle de La Garde consentit à rester sans lumière
avec la petite fille, qui, joyeuse et reconnaissante de trouver des
coeurs compatissants, lui apporta un siège et se tint debout contre
le dossier. Thérèse, à qui la peur et la charité prêtaient des ailes,
reparut, au bout de quelques minutes, avec une jatte de lait, que
la malade but à longs traits en bénissant la main qui la lui avait
présentée. Mademoiselle de La Garde recommanda doucement à cette pauvre
femme de ne plus se fatiguer à fournir des explications que sa fille
donnerait pour elle, et aussitôt l'enfant raconta naïvement les
événements qui l'avaient amenée, avec sa mère, dans l'intérieur du
château, sans y être autorisée par personne.

--Nous sommes de la Champagne, dit-elle; nous habitions dans le faubourg
de Troyes, où mon père exerçait le métier de tonnelier: il y a quinze
jours, une maladie se déclara dans le pays; bien du monde en mourut,
mon père un des premiers; alors, maman, se voyant sans ressources, et
craignant aussi que je devinsse malade, partit avec moi pour Paris, où
j'ai un oncle qu'on dit assez riche. C'était chez lui que nous avions
le projet d'aller; mais, comme nous n'avions pas le moyen de louer des
places dans le carrosse public, nous faisions la route à pied; et maman,
de lassitude et de chagrin à la fois, eut la maladie, dont mon
père était mort: elle croyait mourir aussi dans l'endroit où elle
s'arrêterait, car nous étions sur le grand chemin, sans asile et sans
argent. Elle fit de grands efforts, souffrante comme elle était, et nous
arrivâmes enfin à un gros village; les méchantes gens de ce village nous
refusèrent l'hospitalité et nous menacèrent même de nous maltraiter, si
nous ne nous éloignions pas: ils disaient que nous avions la peste!

[Illustration: Un soir, comme la neige tombait dru, la veuve et sa fille
s'abritèrent dans une masure.]

--La peste! interrompit mademoiselle de La Garde.

--La peste! répéta Thérèse, qui s'abandonna un moment à des terreurs
plus réelles que les précédentes.

--Ce n'était pas la peste, puisque nous n'en sommes pas mortes, dit
l'enfant. Nous nous éloignâmes pour chercher gîte ailleurs; mais,
partout où nous allions, on nous accueillait de même, en nous fermant
les portes et en nous criant de passer notre chemin. La maladie de
maman augmentait, et il fallut toute la tendresse qu'elle me porte pour
l'empêcher de rendre l'âme dans les champs. On nous criait de ne pas
aller à Paris, parce que nous n'y serions pas reçues. Je ne sais
quel chemin nous suivîmes: nous marchions à l'aventure, à travers la
campagne; nous errions dans les bois. Les journées étaient horribles,
les nuits plus horribles encore! Et la faim! et le froid!... J'ai mangé
de l'herbe, Mesdemoiselles!... Maman ne prenait que de l'eau ou de la
neige, sans pouvoir éteindre la fièvre brûlante qui la consumait. Je
demandais à Dieu de nous rappeler à lui pour abréger nos souffrances,
car nous étions destinées à mourir sans secours. Un soir, comme la neige
tombait dru, nous nous abritâmes dans une masure, qui est fort proche de
ce château, et déjà j'arrangeais une litière avec de la paille enlevée
aux granges voisines, pour y coucher maman qui se sentait plus mal,
lorsqu'un chien entra, en se traînant sur le ventre, dans la cachette
où nous étions. J'eus peur d'abord et crus qu'il allait nous chasser
à belles dents; mais il n'aboyait pas et il se plaignait, comme s'il
souffrait beaucoup. Je m'aperçus que le pauvre animal avait les pattes
de derrière tout en sang et ne pouvait s'en servir. On lui avait tiré un
coup de mousquet, sans doute parce qu'on l'avait pris pour un loup.
Je déchirai ma chemise et bandai ses blessures le mieux qu'il me fut
possible; ensuite je partageai avec lui un morceau de pain qui me
restait: il me lécha, il me flatta, il m'invita par tant de caresses à
le suivre, que je le suivis, en quittant maman qui s'était endormie. Il
me conduisit dans la cour de ce château et se glissa par une porte que
je m'étonnai de trouver ouverte pendant la nuit: il me mena dans cette
chambre, où j'entendis crier des petits chiens; c'étaient ceux que cette
chienne avait mis bas, peu de jours auparavant, et je l'aidai à remonter
sur ce lit qu'elle avait choisi pour y faire sa nichée.

--Il y a des petits chiens? s'écria Thérèse, en courant au lit avec
la pétulance de son âge et en découvrant la courte-pointe qui cachait
Cybèle allaitant quatre jolis boule-dogues.

--En vérité, il s'agit bien de chiens! dit Antoinette, fâchée de cette
interruption peu sérieuse, au milieu d'un récit touchant. Les hommes
vous ont refusé l'hospitalité, ajouta-t-elle avec émotion en embrassant
Marie, et cet animal vous l'a donnée!

[Illustration: Marie-Jeanne et son mari furent glacés d'horreur en
trouvant vide la chambre verte.]

--Maman était si malade! reprit la petite fille: je retournai à la
masure et je décidai, par un mensonge, maman à m'accompagner ici, en lui
disant qu'on m'avait permis de loger dans cette belle chambre. C'est là
que nous sommes cachées depuis plusieurs jours; cette bonne chienne
ne nous a pas quittées, et nous ne l'avons pas chassée de son lit. Ce
château n'est point habité, du moins personne n'y demeure pendant la
nuit, et je n'y ai rencontré qu'une vieille femme, qui s'est sauvée à
toutes jambes, en criant, dès qu'elle m'a vue....

--Et comment avez-vous vécu depuis que vous êtes ici? demanda
mademoiselle de La Garde, dont tes paupières s'étaient mouillées de
larmes.

--C'est un vol, répondit la petite fille en rougissant, mais quand on
a faim, quand on a sa mère malade, on est plus excusable! Je suis
descendue à la cave et j'y ai pris du vin, qui a fait beaucoup de bien
à maman; j'ai trouvé encore quelques provisions dans un cellier, des
figues, des raisins secs.... Ce n'est pas tout, un matin, on cuisait au
four banal du village: j'ai emporté un pain, aux yeux de trois personnes
qui n'ont pas essayé de me poursuivre; ce pain, je l'ai partagé avec la
chienne, qui avait partagé son lit avec nous!

--Voici le jour, dit mademoiselle de La Garde. Thérèse, reste auprès
de notre malade, pendant que j'irai jusqu'à Saint-Pierre avertir M.
le curé, qui est aussi habile que les médecins et les apothicaires de
Paris.

Mademoiselle de La Garde était absente depuis une heure, lorsque
Marie-Jeanne et son mari, qui s'étaient figuré durant la nuit entendre
des cris plaintifs, et qui avaient frémi à l'idée des malheurs annoncés
par ces cris, se hasardèrent à venir au château, pour voir et savoir ce
qui s'y était passé. Ils pénétrèrent jusqu'à la chambre verte et furent
glacés d'horreur, en la trouvant vide; le feu était éteint, le lit
défait, la porte ouverte: ils se regardèrent, quelques moments, sans
se communiquer, autrement que par des regards effarés, leurs mutuelles
appréhensions; puis, ils se mirent à crier de toutes leurs forces:
«Mesdemoiselles! Mademoiselle Antoinette!»

--Eh bien! qu'y a-t-il? demanda celle-ci, qui arrivait avec le curé.

--Oh! Jésus! dit Marie-Jeanne. C'est vous, monsieur le curé? Je vous
prenais pour le revenant!

--Le revenant? reprit mademoiselle de La Garde: il y en a deux, sans
compter Cybèle et ses quatre petits chiens!

La pauvre femme était en voie de guérison, et la prudence du curé,
qui la soignait avec sollicitude, ne fit que hâter son heureuse
convalescence. Le lendemain, mesdames d'Urtis et de La Garde, arrivant
de Saint-Germain, rejoignirent leurs enfants et leur apportèrent de
bonnes nouvelles de Paris: la peste n'était nulle part, et les fièvres
épidémiques, qui avaient fait répandre de fausses alarmes, n'exerçant
plus de ravages, la ville et la cour se rassuraient aussi vite qu'elles
s'étaient effrayées d'abord.

--Que faisiez-vous en nous attendant? leur demanda madame de La Garde.

--Antoinette était garde-malade, répondit gaiement mademoiselle d'Urtis.
Quant à moi, j'avais à garder une petite fille et quatre petits chiens.

--Maman! dit Antoinette, entraînant sa mère dans la chambre rouge: venez
voir un revenant de ma façon.

Antoinette de La Garde, dont l'esprit avait devancé l'âge, fut depuis la
célèbre madame Deshoulières, que ses poésies touchantes et gracieuses
ont placée au premier rang parmi les illustrations littéraires du siècle
de Louis XIV.



MME DE SÉVIGNÉ ET SES ENFANTS

A LA COUR DE VERSAILLES

(1662)


Marie de Rabutin Chantal, marquise de Sévigné, était restée veuve,
en 1651, à l'âge de vingt-cinq ans, après sept années de mariage. Le
marquis de Sévigné, qui estimait sa femme et ne l'aimait pas, disait-il
lui-même, s'était fait tuer dans un duel, dont la cause n'avait rien de
bien honorable pour sa mémoire. Madame de Sévigné, qui aimait son mari
et ne l'estimait guère, le regretta sincèrement et ne se consola de
l'avoir perdu qu'en se consacrant à l'éducation de ses deux enfants, un
fils, né en 1647, une fille, née en 1648.

La marquise de Sévigné était une des femmes les plus remarquables du
temps de Louis XIV. Elle appartenait, par sa naissance, aux plus hautes
classes de la noblesse française, et elle avait été élevée, avec la plus
soigneuse sollicitude, sous les yeux de son oncle, l'abbé de Coulanges,
qui prit à tâche de cultiver en même temps la raison et l'intelligence
de cette intéressante orpheline. C'est aux conseils paternels de son
digne tuteur que Marie de Rabutin Chantal fut redevable du bon emploi
qu'elle fit, pendant toute sa vie, de ses grandes qualités morales. Elle
avait reçu, de bonne heure, une instruction aussi solide qu'étendue.
Le savant Ménage, son précepteur, lui apprit le latin, l'italien
et l'espagnol, en lui enseignant tous les raffinements, toutes les
délicatesses de la langue française; Chapelain, qui passait pour le
critique le plus judicieux, avait bien voulu joindre ses leçons à celles
de Ménage.

La gracieuse élève de ces deux littérateurs éminents brilla donc, à la
cour d'Anne d'Autriche, par son esprit autant que par sa beauté;
elle fut aussi une des Précieuses les plus admirées de l'hôtel de
Rambouillet, si célèbre par les réunions de femmes distinguées qui
composaient le cercle fameux de la marquise de Montausier; car, à cette
époque, le nom de _précieuse_ n'était pas encore pris en mauvaise part
et ne s'appliquait qu'à des personnes d'un esprit supérieur. Après son
veuvage, la marquise de Sévigné, qui était alors dans tout l'éclat de
la jeunesse, renonça au monde et se donna tout entière à ses enfants,
qu'elle éleva comme elle avait été élevée elle-même. Elle vivait
retirée, à Paris, dans le quartier du Marais, sans vouloir reparaître à
la cour et sans tenir compte des occasions qui s'offraient à elle de
se remarier avec avantage. Elle bornait ses relations au commerce de
quelques amis, que lui recommandaient l'honorabilité de leur caractère
et les agréments de leur société. Elle avait même fermé sa porte à son
cousin le comte de Bussy-Rabutin, malgré l'attachement qu'elle lui
conservait depuis leur enfance, quand ce gentilhomme, qui était maréchal
de camp dans les armées du roi, et qui pouvait aspirer à une position
importante dans les grandes charges de l'État, s'il eût été plus sage
et plus prudent, se laissa entraîner au courant d'une vie folle et
désordonnée.

Cependant, les deux enfants de madame de Sévigné étaient en âge de
faire leur entrée dans le monde, et la mère n'avait plus de motifs pour
continuer à se séquestrer avec eux dans une retraite presque claustrale.
C'était à la fin de 1662. Charles de Sévigné avait atteint sa seizième
année, sa soeur Françoise allait avoir quinze ans: l'un devait bientôt
se préparer à entrer dans la carrière militaire; l'autre était déjà
digne de paraître à Versailles, auprès de sa mère, la belle et charmante
marquise de Sévigné, qu'une absence de douze années n'avait pas fait
oublier de ses contemporains de l'ancienne cour.

Cette jeune fille se trouvait douée de tous les avantages que la nature
avait départis à sa mère, mais elle n'en savait pas encore le prix, car
elle était d'une modestie sans pareille et d'une excessive timidité, qui
ne diminuait pas la conscience qu'elle pouvait avoir de la distinction
de sa figure et de son esprit. Son frère, au contraire, qui n'était,
ni moins beau, ni moins bien fait, ni moins spirituel, s'exagérait
peut-être ses qualités et son mérite, en se croyant appelé à marcher
l'égal des plus nobles et des plus brillants seigneurs de la cour de
Louis XIV.

Au mois de novembre 1662, la marquise de Sévigné reçut une lettre de
François de Beauvillier, comte de Saint-Aignan, premier gentilhomme de
la chambre, qui lui annonçait que le roi avait parlé d'elle avec éloges
et que Sa Majesté désirait la voir figurer, ainsi que sa fille, dans
le _Ballet des Arts_, qu'on montait alors à Versailles pour y être
représenté vers le milieu de janvier de l'année suivante. A la réception
imprévue de cette lettre, madame de Sévigné tint conseil avec ses
enfants: son fils ne se sentait pas de joie, à l'idée d'être présenté
à la cour; mais sa fille eût préféré se voir dispensée d'accepter un
honneur qui lui causait d'avance tant de trouble et d'embarras. Une
invitation du roi était un ordre, auquel il fallait se soumettre, sous
peine d'être à jamais en disgrâce. Cependant madame de Sévigné cherchait
un prétexte pour se faire une excuse et un motif de refus. Elle écrivit
à son cousin, le comte de Bussy-Rabutin, qui était l'ami du comte de
Saint-Aignan, et elle le pria de trouver l'excuse qu'elle pût faire
valoir.

Bussy-Rabutin s'empressa de lui répondre qu'il n'y avait pas d'excuse
admissible; que le roi avait daigné, en effet, remarquer son absence
à la cour, et que ce serait perdre l'avenir de son fils, compromettre
celui de sa fille, et se rendre pour toujours indigne des bonnes grâces
de Sa Majesté, que d'hésiter à se montrer à Versailles, avec ses deux
enfants, quand le roi daignait l'y inviter.

Madame de Sévigné ne balança plus et répondit au comte de Saint-Aignan,
qu'elle était vivement touchée des bontés du roi à son égard, et qu'elle
se conformerait humblement aux intentions de Sa Majesté.

De ce moment, tout est changé dans l'intérieur de la marquise de
Sévigné. On ne songe plus qu'aux préparatifs d'un premier voyage à
Versailles. Il y a bien un vieux carrosse sous la remise et un assez
bon cheval dans l'écurie: le second cheval est acheté; le carrosse
est repeint et remis à neuf; le cocher et le petit laquais auront des
livrées neuves. Madame de Sévigné n'avait qu'à se souvenir, pour aviser
aux nécessités de toilette qu'exigeait une présentation à la cour. Les
joailliers, les lingères, les couturières, les cordonniers, tous les
marchands qui concourent à l'oeuvre compliquée du costume féminin et
masculin, sont mandés à la fois pour exécuter en toute hâte les habits
de cour, pour la mère et ses deux enfants. Depuis près de douze ans
que madame de Sévigné était veuve, elle avait affecté la plus grande
simplicité dans sa manière de se vêtir, mais elle n'avait pas perdu le
sentiment et le goût de l'élégance. Ce fut donc elle qui prit plaisir à
diriger et à inspirer les ouvriers et les ouvrières, qui travaillèrent
aux riches habillements que son fils et sa fille devaient porter à
Versailles.

[Illustration: La marquise de Sévigné reçut une lettre du comte de
Saint-Aignan.]

C'était le commencement des splendeurs du règne de Louis XIV. Aussitôt
après son mariage en 1660, le roi avait eu la pensée de faire de
Versailles la ville royale et le siège de la royauté. Le petit château,
construit par Louis XIII, n'avait pas été fait pour y établir une cour,
et la cour la plus magnifique de l'Europe. Le roi s'était refusé,
toutefois, à faire disparaître cet ancien château; il l'avait conservé,
au contraire, en souvenir de son père, et il ordonna seulement, en 1661,
à son architecte, Louis Levau, de faire un nouveau plan, dans lequel il
encadrerait de nouveaux bâtiments magnifiques le petit château primitif.
On commença sur-le-champ les constructions, qui furent poussées avec
tant de vigueur et de promptitude, que, dans l'espace de dix-huit mois,
on avait élevé une partie de ces bâtiments, qui devaient composer le
château neuf.

Louis XIV se plaisait à suivre les travaux, et il était si impatient de
prendre possession de sa résidence de Versailles, qu'il venait de temps
à autre occuper l'ancien château avec ce qu'on appelait la jeune cour.
Mais les grandes réceptions avaient toujours lieu dans les châteaux, de
Saint-Germain, de Vincennes et de Fontainebleau, où la cour n'était pas
gênée par l'exiguïté du local. Ce fut dans ces différents châteaux que
se donnaient les représentations de ballets et de comédies, qui ne
furent définitivement transportés au château de Versailles qu'au
printemps de l'année 1664.

Louis XIV voulait cependant inaugurer, en quelque sorte, ce château, par
une fête théâtrale, dès les premiers jours de 1663, et il avait commandé
à Benserade le programme d'un ballet, qu'il devait danser, en personne
devant les deux reines, la reine-mère Anne d'Autriche et la reine
Marie-Thérèse sa femme, avec sa belle-soeur Madame Henriette
d'Angleterre. Ce ballet, intitulé: _Ballet des Arts_, se composait de
sept entrées ou intermèdes sur des sujets divers, savoir: l'Agriculture,
la Navigation, l'Orfèvrerie, la Peinture, la Chasse, la Chirurgie et
la Guerre. Le roi avait choisi lui-même les dames et demoiselles qui
seraient chargées des rôles de danse, dans chacune de ces entrées.
C'est ainsi qu'il se rappela la belle figure que la marquise de Sévigné
faisait dans les ballets de cour, avant son veuvage, et ayant été
prévenu que la fille de cette dame n'était pas inférieure à sa mère en
beauté et en grâce, il avait manifesté le désir de les avoir toutes deux
parmi les danseuses de son ballet. Les répétitions de la danse et du
chant se faisaient alors une fois par semaine dans la salle provisoire
du théâtre, et le roi ne dédaignait pas d'y assister avec les princes et
princesses de sa famille.

Madame de Sévigné fut donc invitée à venir passer deux jours au château
de Versailles, avec sa fille et son fils, qui auraient chacun à remplir
un rôle dans le ballet. Le jeune marquis de Sévigné devait être un des
guerriers de la suite de Mars, à l'entrée de la Guerre; mademoiselle
de Sévigné, une des nymphes de Diane, à l'entrée de la Chasse. Quant
à madame de Sévigné, qui avait un caractère de beauté noble et
majestueuse, le comte de Saint-Aignan lui avait réservé le rôle de
Cybèle, dans l'entrée de l'Agriculture, où la duchesse d'Orléans avait
demandé le rôle de Flore. L'heure de la répétition exigeait que tous les
personnages du ballet fussent à leur poste, vers la tombée du jour, car
le roi arrivait ordinairement à la répétition, vers sept heures du
soir, avec les deux reines, et se retirait, une heure après, pour aller
souper. La marquise avait décidé qu'elle partirait de Paris à midi, pour
avoir le temps de se reposer un peu avant la répétition.

Au moment où elle montait en voiture avec ses enfants, un courrier, venu
de Versailles à franc étrier, lui remit un billet sans adresse, fermé
d'un cachet aux armes de Bussy-Rabutin. Elle l'ouvrit d'une main
tremblante et reconnut l'écriture de son cousin. Le billet ne contenait
que ces mots:

«Je suis victime d'une infâme calomnie et gravement compromis: il est
question de m'envoyer à la Bastille et de me faire juger au criminel. Je
me trouve fort en peine, chère cousine, si vous ne me venez pas en aide.

On m'assure que vous avez un crédit, que vous emploierez mieux que
personne à me sauver. Dépêchez-vous de venir à Versailles. Je vous prie,
à votre arrivée, de suivre le gentilhomme, qui vous dira le mot du guet,
c'est-à-dire: _Trop est trop_.»

Madame de Sévigné ne fit aucune réponse à cette lettre et se garda bien
d'en rien dire à ses enfants, mais elle fut très préoccupée, pendant le
voyage, qui ne s'accomplit pas en moins de trois heures et demie. Ses
enfants respectèrent sa préoccupation et restèrent silencieux, à leur
place, en regardant distraitement ce qui se passait sur la route.

Cette route, assez mal entretenue et semée d'ornières profondes,
était constamment obstruée par des chariots de toutes sortes qui se
dirigeaient lentement sur Versailles, où ils voituraient des pierres, du
plâtre et des bois, pour la construction du château; des rocailles, des
tuyaux de plomb et des statues, pour les jardins. Le cocher de madame de
Sévigné avait besoin de toute sa prudence pour éviter des chocs et des
accidents, que les charretiers ne songeaient pas à lui épargner, et
ses plaintes, ses colères, ne servaient qu'à rendre sa position plus
mauvaise et plus difficile vis-à-vis de ces gens brutaux et méchants,
qui n'écoutaient ni menaces, ni prières. Le jeune marquis essaya de
leur adresser la parole, mais il ne recueillit, de leur part, que des
railleries, des injures et des éclats de rire. Charles de Sévigné, qui
était tout fier de se voir habillé en gentilhomme, les menaçait de se
plaindre à Sa Majesté.

[Illustration: Le marquis de Sévigné se querelle avec les charretiers,
sur la route de Versailles]

--Monseigneur, lui répondit d'un air moqueur le voiturier auquel il
s'adressait, Sa Majesté sera bien aise d'apprendre que nous ne cessons,
ni jour ni nuit, d'apporter des matériaux sur les chantiers de
Versailles, pour achever les travaux de la bâtisse. Il y a, tous les
jours, deux mille charrois qui passent et repassent, pour le service
du roi, sur cette route, où les carrosses ont grandement tort de
s'aventurer.

En ce moment, passait, sur la route, à travers un lac de boue liquide,
une bien étrange voiture, qui n'était autre qu'un petit haquet, traîné
par un petit cheval, qui galopait à fond de train, en faisant jaillir
autour de lui un déluge de boue. Ce baquet était chargé d'une espèce de
bahut, enveloppé de vieilles couvertures et de toiles de matelas,
lequel oscillait à chaque cahot de la charrette, en rendant des sons
métalliques et des murmures plaintifs, auxquels se mêlait une voix
humaine. Ce singulier véhicule avait pour conducteurs une vieille femme,
qui pouvait être prise pour une bohémienne, à cause d'un costume de
théâtre aux couleurs éclatantes, qu'elle cachait sous un vieux manteau à
capuchon rapiécé, et un jeune garçon, à la mine fine et malicieuse, qui
portait aussi un vieux costume de toile à carreaux bleus et rouges, sur
un véritable déguisement théâtral en velours, rehaussé de passementeries
d'or. Il avait sur la tête une calotte en cuir noir, qu'il couvrait d'un
immense chapeau de feutre à larges bords, surmonté d'une plume de coq.

La voiture de madame de Sévigné avait été si abondamment éclaboussée
par le passage de ce haquet, qui était déjà loin, qu'elle ne présentait
plus, d'un côté, qu'une couche de boue jaunâtre. Le marquis de Sévigné,
indigné du vilain procédé des conducteurs du haquet, mit la tête à
la portière et les somma de s'arrêter, sous peine d'avoir affaire au
lieutenant civil du Châtelet de Paris. Les gens du haquet ne répondirent
à ces menaces que par des éclats de rire, et fouettèrent de plus belle
leur petit cheval, qui les eut bientôt mis hors de la portée de la voix
et de la vue.

--Ce sont des coquins de bohémiens, dit Charles de Sévigné avec
emportement. Ces fripons-là n'obéissent qu'au bâton. Si je les puis
rencontrer plus tard, je les forcerai bien à essuyer, avec leur langue,
la boue qu'ils nous ont envoyée.

--Fi donc! reprit la marquise de Sévigné. Iriez-vous, mon fils, vous
commettre avec de pareilles gens!

--Si c'étaient des gens de ma sorte, ajouta le jeune homme irrité, ce
n'est pas un bâton, mais une bonne épée, que je leur mettrais sous le
nez, pour les contraindre à nous demander pardon, madame ma mère!

Ils arrivèrent à Versailles, une heure après, et la colère de Charles de
Sévigné se réveilla plus terrible, quand il vit que la livrée du cocher
et du laquais était mouchetée de boue et semée de taches, comme une peau
de panthère.

Les alentours du château ressemblaient à un vaste chantier de
construction; partout, des ouvriers taillant les pierres, équarrissant
le bois, martelant le fer; partout, des charrois et des charretiers, en
mouvement. Ce ne fut pas sans peine que le carrosse parvint à se frayer
un chemin, entre mille obstacles, jusqu'à l'entrée du château. Là
stationnait un gentilhomme, de grand air, coiffé d'un chapeau à panache
noir, drapé dans un manteau de couleur sombre, la main gantée sur la
poignée de son épée, les jambes serrées dans de grosses bottes de cuir
vernis avec éperons d'argent. Il attendait le carrosse et il l'avait
reconnu de loin aux armes peintes sur les portières: il s'en approcha et
le fit arrêter, en saluant respectueusement la marquise de Sévigné.

--Madame,_Trop est trop!_ lui dit-il, avec un coup d'oeil
d'intelligence. J'aurai l'honneur, s'il vous plaît, de vous mener là
où vous êtes attendue et souhaitée, comme l'était, après le Déluge, la
colombe, revenant à l'arche de Noé, avec une branche d'arbre verte dans
le bec.

--Monsieur, répondit madame de Sévigné, qui, dans toute autre
circonstance, aurait ri de cette comparaison assez ridicule, veuillez me
dire où il faut aller, et je donnerai ordre de m'y conduire sur l'heure,
car je ne suis pas seule, et mes enfants doivent attendre mon retour,
sans quitter la voiture.

--Vous ne serez pas longtemps absente, Madame, reprit l'inconnu en
saluant de nouveau, mais votre carrosse ne saurait suivre le chemin
que nous allons prendre. L'affaire presse, et vous seriez la première
chagrine des conséquences d'un retard. Il vaut mieux que votre carrosse
s'en aille attendre votre retour, dans la cour basse des Communs, où il
vous faudrait descendre pour gagner le logement qui vous est réservé au
château.

--Monsieur, se prit à dire Charles de Sévigné, pendant que sa mère
sortait de la voiture, ne tenez pas en mauvaise part le fâcheux état où
vous voyez notre carrosse et la livrée de nos gens. C'est un malotru
qui les a ainsi éclaboussés, sur la route, et je suis encore confus
et dépité de n'avoir pas châtié son insolence. Si je connaissais son
maître, ce maître-là paierait au double pour son valet.

--Ne vous échauffez pas pour si peu, Monsieur le marquis, repartit le
gentilhomme: il suffira d'un coup de brosse, ou d'un coup d'éponge, pour
remettre les choses en leur état présentable, et si nous retrouvons le
malotru, je vous aiderai à le rosser d'importance.

Le jeune Sévigné rougit d'orgueil, en s'entendant qualifier de marquis
par un homme qui, à en juger par le ton et par l'habit, devait
appartenir à la maison militaire du roi ou d'un prince du sang. Il se
redressa d'un air de suffisance et envoya un regard satisfait à sa
soeur, qui s'était cachée dans ses coiffes.

La marquise de Sévigné, quoique richement et galamment habillée sous son
costume de voyage, n'avait pas fait difficulté de descendre de voiture
et d'accompagner à pied son guide inconnu, d'autant plus qu'elle était
pourvue d'une double chaussure qui lui permettait de braver la marche
dans de plus mauvais chemins. Elle donna des ordres à ses domestiques,
en leur laissant la garde de ses enfants, et elle s'éloigna, en suivant
le gentilhomme qui n'eût pas osé lui offrir le bras.

D'après ses instructions, le cocher conduisit le carrosse, en
contournant les nouveaux bâtiments du château, dans une des cours de
service, où devaient se rendre les voitures de toutes les personnes qui
avaient reçu des invitations de la part du roi, Charles de Sévigné causa
d'abord de choses et d'autres avec sa soeur, qui n'était pas rassurée,
en se voyant seule avec lui, en l'absence de leur mère, et qui jetait
des regards furtifs par la portière. Elle aperçut avec inquiétude un
homme qui semblait faire le guet derrière la voiture et qui ne la
perdait pas de vue un moment. Elle examina timidement les allures de
cette espèce d'espion, avant de le faire remarquer à son frère.

C'était un petit bout d'homme, gros et court, qui portait fièrement une
tête énorme avec la figure la plus hétéroclite, et qui ne paraissait pas
embarrassé de montrer une pareille figure: des yeux ronds de chat-huant,
un long nez crochu comme un bec de vautour, une énorme bouche aux dents
saillantes, le tout au milieu d'un masque grimaçant sous une peau
jaunâtre et ridée. Ce monstre avait, d'ailleurs, une physionomie joviale
et comique, qui n'était pas faite pour inspirer de la défiance ou de
l'effroi, malgré la difformité des traits de son visage. Il était assez
bien pris dans sa taille et ne manquait pas, dans son port, d'une
certaine distinction, qui provenait surtout de l'assurance que lui
donnait sa position personnelle, sinon son rang, à la cour.

Le costume de ce singulier personnage n'annonçait pas cependant un
courtisan. Il était vêtu à l'espagnole: casaque longue à manches
bouffantes et chausses également bouffantes autour des reins, tout en
satin noir, avec des crevés de satin rouge; il portait une collerette
tuyautée à quatre rangs et une large ceinture de cuir de Cordoue
doré. Il tenait à la main une espèce de sceptre, à l'extrémité duquel
s'agitaient quatre grelots d'argent. Ce sceptre de bois d'ébène, qui
n'était pas une canne, devait être un bâton de commandement, et servir
d'attribut aux fonctions qu'il avait à remplir dans le château.

--C'est probablement un des concierges du château, dit Charles de
Sévigné. On croirait volontiers qu'il a été choisi exprès pour faire
peur aux gens.

--Si nous étions en carnaval, reprit mademoiselle de Sévigné, je
penserais que c'est un vrai carême-prenant.

Tout à coup Charles de Sévigné reconnut, dans un coin de la cour des
Communs, le haquet qui avait si bien éclaboussé le carrosse de sa mère.
Le bahut, enveloppé de couvertures et de toiles à matelas, qu'il se
souvenait d'avoir vu sur ce haquet, ne s'y trouvait plus, mais le cheval
était encore attelé, et le petit marquis aperçut, à l'entrée d'un
passage voûté, le conducteur du haquet, lequel ne portait plus son
costume déguenillé, en toile à carreaux de couleurs, mais qui se
montrait dans un costume de théâtre en velours noir parsemé d'or, avec
une toque à plumes noires, comme s'il allait monter sur la scène.

--Par la mordieu! s'écria Charles de Sévigné, voici le coquin qui nous a
inondés de boue et qui n'en a fait que rire. Je veux lui dire son fait
et le traiter comme il mérite de l'être.

--Quelle folie! reprit mademoiselle de Sévigné, qui cherchait à le
raisonner. Tu n'iras pas sans doute te commettre avec ce comédien!

Mais Sévigné avait déjà sauté à bas du carrosse et courait demander
une explication à ce grand garçon, qui avait aussi reconnu le carrosse
couvert de boue et qui n'était plus disposé à soutenir une querelle, en
plein château de Versailles, contre un jeune seigneur de la cour. Il
voulait se dérober à cette rencontre délicate, mais Charles de Sévigné
ne lui en donna pas le temps et le saisit rudement par le bras.

--Mordieu! monsieur le comédien, lui dit-il, je vous retrouve à propos
pour vous faire essuyer avec votre langue les jolies éclaboussures que
vous avez faites sur mes armoiries et sur la livrée de mes gens.

--Mon prince! répliqua le conducteur du haquet, interdit de cette
brusque allocution et ne sachant à qui il avait affaire: je vous jure
que l'accident dont vous vous plaignez est arrivé à mon insu, et je m'en
lave les mains....

--Vous laverez d'abord mon carrosse, interrompit Sévigné, qui avait le
caractère le plus querelleur et le plus obstiné. Prenez une brosse,
s'il vous plaît, et venez nettoyer la livrée que vous avez si joliment
accommodée! Autrement, j'appelle mes gens et je leur ordonne de vous
bâtonner de la belle manière!

--Bâtonner quelqu'un, dans le palais du roi! cria une voix glapissante,
qui força Sévigné à changer d'objet et d'adversaire. Bâtonner M. Raisin!
ajouta le petit homme, vêtu de satin noir, qui venait d'accourir, en
secouant son sceptre à grelots. C'est là une audace extraordinaire.

--Si Monsieur était gentilhomme, répliqua Sévigné en désignant le
comédien qui ne songeait qu'à s'esquiver, je lui aurais proposé de
mesurer son épée avec la mienne et de me rendre raison de son insulte.

--Juste ciel! ce jeune seigneur a perdu le sens! repartit le petit
homme qui brandissait sa marotte en la faisant tourner à tour de bras.
Provoquer les gens en duel, dans le palais du roi! Vouloir forcer M.
Raisin à tirer l'épée! Avoir l'idée infernale de tuer M. Raisin, chez le
roi! C'est là un crime de lèse-majesté.

[Illustration: Vous laverez d'abord mon carrosse! dit au comédien le
marquis de Sévigné.]

--Monsieur, je vous fais sincèrement mes excuses! dit, en s'adressant
au marquis de Sévigné, le comédien qui s'effrayait des conséquences de
cette querelle bruyante, et je m'en remets à mon ami Langeli pour vous
donner satisfaction.

En disant cela, le comédien salua profondément et disparut dans un
corridor sombre où il s'était jeté pour échapper à un plus long
entretien. Charles Sévigné resta interdit et furieux, il s'apprêtait à
porter sa colère contre l'étrange personnage qui l'avait empêché d'avoir
raison d'une injure, lorsque celui-ci lui toucha l'épaule avec le
sceptre à grelots qu'il n'avait pas cessé d'agiter, comme l'emblème de
son autorité.

--Monsieur le marquis! dit-il avec un accent impérieux et sévère, que
démentait l'expression burlesque de sa figure grimaçante, nous avons le
regret de vous placer sous notre surveillance immédiate, pour éviter un
scandale dans la maison du roi, et pour nous opposer à un duel entre
deux hommes d'honneur. Vous plaît-il de me suivre, Monsieur le marquis?

Sévigné crut avoir affaire à un officier du palais ayant à exécuter un
pouvoir quelconque, que cet officier tenait de ses fonctions; il ne
fit aucune résistance et suivit silencieusement ce nain grotesque,
qui marchait en avant, son sceptre levé, comme pour affirmer le
droit d'arrestation qu'il avait invoqué. Ils entrèrent sous la voûte
principale des Communs du château et s'enfoncèrent dans des corridors
tortueux et sombres que connaissait le guide de Charles de Sévigné. Ce
dernier n'avait pas peur, mais il éprouvait une sorte d'inquiétude,
en s'imaginant qu'il allait comparaître devant un tribunal, car il
n'ignorait pas que les duels étaient interdits sous les peines les
plus rigoureuses et que le Tribunal des Maréchaux de France ou de la
Connétablie réglait sans appel toutes les querelles de point d'honneur.

Mademoiselle de Sévigné avait compris que son frère, dont elle redoutait
les emportements et les violences, s'était engagé imprudemment dans une
querelle dont elle ne pouvait apprécier à distance l'objet et la portée,
mais elle avait vu se former autour du centre de la dispute un groupe
de spectateurs, qui l'empêchaient de distinguer ce qui se passait. Elle
entendait seulement le bruit confus d'une altercation, dans laquelle
dominait la voix de Charles de Sévigné.

Elle attendit avec anxiété la fin de l'aventure et elle avertit le petit
laquais, qui était debout à la portière du carrosse, de prêter secours à
son maître, dès qu'il en serait temps. Le petit laquais, qui n'était pas
d'âge à intervenir utilement dans un conflit où son jeune maître aurait
besoin d'aide, profita de la permission qu'on lui en donnait, pour venir
se réunir aux curieux qui étaient bien aises d'assister au débat d'un
jeune seigneur avec un comédien.

Quand mademoiselle de Sévigné constata que son frère n'était plus là,
et que la foule qui l'avait entouré se dispersait, elle eut à coeur de
savoir ce qu'il était devenu et de lui porter elle-même aide et secours,
s'il en avait besoin. Elle triompha de sa timidité naturelle, sous
l'empire de son affection fraternelle, et elle descendit de carrosse,
sans attendre le retour du petit laquais qui s'était éloigné. Elle se
dirigea résolument vers l'endroit où Charles de Sévigné avait disparu et
elle n'hésita pas à s'avancer dans un corridor solitaire, que son frère
avait dû suivre en partant du même point qu'elle. Mais, quand elle
arriva dans une espèce de carrefour auquel aboutissaient cinq ou six
chemins différents, elle en prit un au hasard, lequel n'était pas sans
doute celui que Charles de Sévigné avait pris, car elle n'eut bientôt
plus l'espoir de le rejoindre: elle marchait hâtivement, sans rencontrer
personne, au milieu d'un dédale de passages obscurs, qui l'éloignaient
du but qu'elle espérait atteindre, et lorsqu'elle essaya de retourner en
arrière, elle reconnut avec anxiété qu'elle s'était tout à fait égarée.

Son effroi s'augmenta de plus en plus, quand elle entendit pousser des
cris, qui retentissaient par intervalles à travers les longues galeries
voûtées et que les échos souterrains se renvoyaient de l'un à l'autre,
en rendant ces cris lointains plus inarticulés et plus confus. Elle
écoutait, immobile et terrifiée: à plusieurs reprises, elle avait cru
reconnaître la voix de son frère, mais aussitôt cette voix, qui semblait
prendre le caractère de la menace et de la colère, avait été couverte
par des éclats de rire prolongés. Puis, des portes s'ouvrirent et se
fermèrent avec fracas, et tout rentra dans le silence. Mademoiselle de
Sévigné fut plus effrayée de ce silence, qu'elle ne l'avait été des
bruits vagues et incertains, qui lui annonçaient du moins la présence de
quelques êtres vivants. Elle doubla le pas et n'eut plus d'autre idée
que de sortir de l'ombre qui semblait à chaque instant s'épaissir autour
d'elle, car la nuit approchait, et la pauvre jeune fille pouvait prévoir
que, d'un moment à l'autre, elle se trouverait arrêtée, sans savoir où
elle serait, au milieu des ténèbres.

C'est alors qu'elle se vit au pied d'un grand escalier, qui paraissait
aboutir aux étages supérieurs. Elle ne songea plus à descendre, pour
arriver à un passage qui la ramènerait à la grande cour des Communs;
elle se préoccupa plutôt de monter dans les Communs, où elle aurait
chance de rencontrer un des gens du château, qui l'aiderait à regagner
son carrosse. Malheureusement, c'était l'heure du souper, et elle ne
trouva pas sur son chemin un seul domestique. Enfin, après bien des
tours et des détours, elle parvint, quand le jour lui faisait défaut, à
gagner un corridor éclairé par une lampe. Elle se crut sauvée, d'autant
plus qu'elle distinguait, à l'extrémité de ce corridor, une assez vive
clarté qui venait d'une porte entr'ouverte.

Elle se dirigea rapidement vers cette porte et entra dans une grande
chambre, où elle entendait une voix étouffée et inintelligible,
accompagnée de petits coups répétés, qu'on frappait contre les parois
d'une caisse sonore. La personne qui occupait cette chambre ne devait
pas être loin, car elle avait laissé sur une console deux grosses
bougies allumées. Au milieu de la pièce, il y avait une espèce de coffre
immense, dont la forme était assez inusitée, pour que mademoiselle de
Sévigné se rappelât avoir vu, le jour même, ce coffre bizarre, porté sur
un haquet, que traînait un cheval et que conduisait un homme en costume
de comédien, celui-là même avec qui le jeune marquis de Sévigné s'était
pris de querelle sur la route de Versailles. Ce souvenir imprévu
n'annonçait rien de bon à mademoiselle de Sévigné, qui n'avait rien de
plus pressé que de sortir de cette chambre, mais elle en fut empêchée
par l'approche de deux personnes qui allaient y rentrer, en parlant
à demi-voix. En même temps, les petits coups, qu'elle avait entendus
résonner comme dans un meuble, retentirent de nouveau, et la voix qui
les accompagnait sourdement devint plus distincte et plus grondeuse.

--Voulez-vous donc que je meure là-dedans! criait la voix. J'aimerais
mieux être enfermé dans un cachot, que dans cette boîte! Père,
délivre-moi, pour l'amour de Dieu! J'ai grand besoin de respirer un peu,
avant de commencer mes exercices. Je me passerai de nourriture, bien
que je n'aie ni bu ni mangé depuis notre départ! Holà! vous m'avez
donc abandonné, que vous ne répondez pas à mes plaintes? Par pitié!
grand'mère, obtiens pour moi un quart d'heure de liberté, afin que
je puisse reprendre haleine! Père, au nom du Ciel! Grand'mère, bonne
grand-mère, sauve la vie à ton petit Jean-Baptiste!

Mademoiselle de Sévigné n'avait pu saisir qu'une partie de ces paroles,
prononcées avec l'accent de la prière dans l'intérieur du grand coffre,
où devait être renfermé un personnage invisible, qui ne se lassait pas
de cogner contre les parois de sa prison. Elle n'osa pas attendre de
pied ferme les deux individus, qui se querellaient, au moment où ils
allaient reparaître dans la chambre, et elle se cacha, toute tremblante,
derrière une tapisserie qui la dérobait à la vue de ce comédien et
de cette vieille bohémienne, qu'elle n'avait pas oubliés, depuis la
querelle de son frère avec eux.

--Auras-tu bientôt fini de faire le sabbat, méchant garçon? s'écria le
comédien, d'une voix de stentor. As-tu juré de ruiner ta famille? Je
ne sais qui me tient que je ne te roue de coups, mauvais drôle! Je
t'emprisonnerai dans ta boîte, dix jours durant!

--Jacques, sois donc plus humain pour l'enfant! reprit la vieille
femme, d'un ton suppliant. Le pauvre petit est encore à jeun depuis ce
matin....

--Il a eu le temps de dormir, répliqua durement le comédien. Le fripon
sait bien que tu ne voudrais pas qu'il se couchât sans souper! N'est-il
pas juste que nous commencions par souper nous-mêmes, nous qui avons le
plus de peine et de travail?

--L'enfant a faim, dit la vieille. Dépêche-toi de lui donner de l'air,
mon cher Jacques, et permets-lui de manger et de boire tranquillement
ce que je lui destine. Mais d'abord, crainte de surprise, fermons les
portes, avant d'ouvrir la boite.

La bohémienne s'assura que les portes de la chambre étaient fermées au
verrou, pendant que le comédien enlevait d'abord le dessus du coffre et
mettait à découvert un orgue portatif, sur les touches duquel il promena
ses doigts, pour vérifier si l'instrument avait conservé son accord.
Puis, oubliant qu'un malheureux prisonnier attendait impatiemment sa
délivrance, il se mit à exécuter un grand morceau de musique sacrée,
en faisant vibrer les cordes de l'instrument qui rendait un son aussi
puissant que celui de l'orgue dans une église. Le son allait se
prolongeant et se répercutant hors de la chambre, à faire croire aux
personnes qui pouvaient l'entendre, qu'on célébrait quelque part une
cérémonie religieuse. Ce n'était pourtant ni l'heure ni le lieu, pour
cela.

--Jacques, nous ne sommes pas mandés à Versailles pour exécuter un
_stabat_ dans la chapelle du roi, dit la vieille, en posant sa main
décharnée sur l'épaule de l'organiste, qui s'exaltait sous l'inspiration
musicale. Il ne s'agit, pour ce soir, que de musique profane et
divertissante.

Le musicien ne répondit pas, et changeant de thème il se mit à jouer un
air d'opéra, avec tant d'éclat et de belle humeur, que ses auditeurs,
s'il en avait eu, ne se fussent pas lassés de l'écouter et de
l'applaudir. Mais il fut interrompu, par de nouveaux coups frappés
doucement contre le clavier de l'orgue et par une voix lamentable, qui
s'en échappait, en répétant: «Père, j'ai faim, j'ai faim! Grand'mère,
j'ai bien faim!»

--Ce petit masque ne fera jamais un musicien! s'écria l'exécutant,
qui cessa de jouer et qui alla, en grommelant, ouvrir par derrière le
coffre, où le mécanisme de son orgue était renfermé. Ne suis-je pas bien
malheureux d'avoir un fils si peu sensible aux charmes de la musique!

La petite porte qui venait de s'ouvrir, à l'aide d'un ressort caché, au
bas de l'instrument, était déguisée avec tant d'art, qu'il n'eût pas été
possible de soupçonner son existence. Il sortit de là un enfant de six
ou sept ans, à moitié nu, qui se traîna sur le carreau, marchant à
quatre pattes, comme un animal, et qui ne pouvait plus se relever, tant
ses pauvres membres étaient devenus raides et inertes, par suite de la
position gênante et comprimée qu'il avait dû garder, depuis plusieurs
heures, dans l'étroit espace où il se trouvait blotti. La bohémienne le
prit entre ses bras et l'enveloppa dans le pan de sa robe, comme pour le
réchauffer et lui rendre, avec la chaleur vitale, la souplesse de ses
mouvements.

--Cher petit, tu vas faire un bon repas, lui disait-elle avec tendresse:
j'ai là pour toi du bon vieux vin, de la table du roi, une belle
langue fumée, un pigeon rôti, un râble de lièvre, des pâtisseries, des
confitures....

--N'avez-vous pas honte, la mère, de gâter ce maudit paresseux?
murmurait le comédien, qui s'était emparé du flacon de vin destiné à
l'enfant et qui l'eut vidé en trois traits. Il n'a pas encore travaillé
aujourd'hui, et après avoir dormi comme un loir, il crie la faim et se
plaint d'avoir le ventre vide, quand le nôtre est à peine rempli! Vous
allez maintenant le gorger et l'étouffer de nourriture, de telle sorte
que son jeu s'en ressentira et qu'il est capable de s'endormir ensuite
sur son épinette!

[Illustration: L'enfant ne pouvait plus se relever, tant ses pauvres
membres étaient raides et inertes.]

--Mange, petit, disait la vieille, et ne te soucie pas de ces
gronderies. Il n'est pas méchant, ton père, ajoutait-elle, en présentant
à l'enfant les aliments qu'il dévorait en silence, les yeux pleins de
larmes; non, il n'est pas méchant, et il a besoin de toi, puisque tu es
l'âme de sa machine, mais c'est sa musique qui l'occupe et l'intéresse
plus que tout.... Mange à ta faim, cher petit, ne te presse pas. Nous
avons le temps, et tu peux manger à ton aise.... Le pauvre enfant
mourait de faim! dit-elle; en s'adressant au musicien. Vois, comme il
mange de bel appétit! Je regrette vraiment, reprit-elle à voix basse,
qu'il n'ait pas un coup de vin à boire, pour se donner des forces....

--Il s'agit bien de boire! murmura le père, qui tirait de son orgue
quelques accords isolés pour s'assurer que les touches du clavier
faisaient vibrer exactement toutes les cordes de l'instrument. Il s'agit
de mon honneur, il s'agit de notre fortune. Nous allons jouer notre
va-tout devant le roi et devant la cour. Ce soir, nous serons riches et
heureux; sinon, il me faudra renoncer à la musique et remonter sur le
théâtre, pour gagner notre vie péniblement, misérablement, car il y a
trop de comédiens en France, et le métier devient plus mauvais tous les
jours.

--Nous réussirons, j'en suis sûre, Jacques! répliqua la vieille, qui
n'avait des yeux que pour l'enfant, dont elle dirigeait et encourageait
l'appétit. Quand notre Jean-Baptiste aura mangé à sa faim, il fera des
merveilles....

--Aura-t-il bientôt fini de tordre et avaler? grommela le musicien, qui
avait terminé l'examen de la tonalité des accords de son instrument. Il
est grand temps qu'il rentre dans sa boîte....

--Rien ne presse, Jacques, dit la bohémienne avec un air suppliant.
L'enfant était si affamé, après avoir jeûné tout le jour.... D'ailleurs,
mon pauvre petit, tu emporteras là-dedans les pâtisseries et les
sucreries....

--Oh! qu'il se garde bien de faire le moindre bruit! s'écria le musicien
avec colère, car nous devons paraître devant le roi, à neuf heures
précises, et le moment est proche. Entends-tu, Jean-Baptiste, si tu
manques ton jeu, si tu fais une fausse note, je te fouetterai jusqu'au
sang, et même, si je ne réussis pas, par ta faute, oui, par ta faute, je
t'étranglerai de ma main!

Tout à coup, un cri étouffé fut suivi de la chute d'un corps, derrière
la tapisserie, qui formait dans la chambre une espèce d'alcôve ou de
cabinet. C'était mademoiselle de Sévigné, qui venait de s'évanouir, sous
l'empire de l'émotion ou de la crainte. Mais, comme tout rentra dans le
silence, à la suite de ce bruit imprévu et inexpliqué, le comédien et sa
mère, qui en avaient été surpris plutôt qu'effrayés, ne se rendirent pas
compte de son origine et ne cherchèrent pas à la découvrir.

--Il y a du monde, dans une chambre voisine, où l'on a fait tomber
quelque chose? dit la bohémienne, en baissant la voix. A Dieu ne plaise
qu'on n'ait pas entendu ta menace horrible que tu as faite à ce pauvre
petit! On nous prendrait pour des bourreaux. C'est mal, Jacques, c'est
le fait d'un mauvais père, que de martyriser ainsi un enfant!

L'enfant était rentré, en pleurant, dans l'intérieur du coffre, où une
cachette lui avait été ménagée, et le père, sans lui adresser une parole
de tendresse ou d'encouragement, s'était hâté de refermer soigneusement
l'étroite issue, par laquelle le petit prisonnier avait regagné son
gîte. Le musicien ne répondit pas au reproche de sa mère et se jeta,
l'air hargneux et renfrogné, dans un fauteuil où il feignit de
s'endormir.

La vieille femme s'était accroupie contre le coffre où l'enfant était
caché, et elle pleurait, la tête appuyée sur la cloison de bois,
derrière laquelle ce malheureux enfant pleurait sans doute aussi. Après
quelques instants de douleur muette, elle voulut de nouveau admonester
son fils et l'intéresser en faveur de l'innocente victime, qu'il
traitait avec tant de rudesse et d'inhumanité.

--Je ne sais pas, en vérité, dit-elle en parlant à la sourdine, s'il
faut savoir gré au sieur Langeli de t'avoir fait obtenir la grâce de
jouer de ton instrument devant le roi. Je maudis aussi ton invention,
qui a fait le malheur de notre petit Jean-Baptiste. C'est l'ambition qui
te possède, Jacques; tu veux être riche, tu veux devenir un personnage,
comme monseigneur Langeli? Mais, pour faire figure à la cour, tu devrais
d'abord te déshabituer de boire, de boire sans cesse, d'être toujours
entre deux vins.... Tu ne me réponds pas? Tu fais semblant de dormir,
Jacques? Écoute ta vieille mère, qui n'a pas longtemps à vivre et qui
se désole à l'idée de te laisser l'enfant, ce pauvre enfant, que tu
maltraites à plaisir, et que tu tuerais, si je n'étais pas là pour le
défendre. Écoute-moi, Jacques: je prendrai l'enfant avec moi et nous
irons ensemble, lui et moi, dans quelque troupe de bohémiens, où du
moins il ne sera pas injurié, menacé, battu par son père. Quant à
toi, tu n'es pas en peine de gagner ta vie, si tu cesses de boire: tu
redeviendras comédien, dans quelque troupe ambulante, car c'est en vain
que ton ami Langeli se flatte de l'espoir de t'enrôler dans la troupe
royale de l'Hôtel de Bourgogne. Tu as encore la ressource de retourner à
Troyes et d'y être, comme naguère, organiste de la cathédrale.... Mais
répondras-tu, méchant garçon? Je te jure ma foi, que si tu n'as point
pitié de mon enfant, que si tu le frappes, que si tu le prives d'air
et de nourriture, que si tu le tiens impitoyablement enfermé dans ta
machine, j'irai, moi, ta vieille mère, me jeter aux pieds du roi et lui
demander justice contre toi, pour le salut de mon enfant!

Le musicien n'avait rien écouté de cette longue et lamentable
allocution, mais mademoiselle de Sévigné, qui avait repris connaissance,
entendait les plaintes de la grand'mère et se promettait tout bas de
prendre la défense de cet enfant qu'il fallait arracher à la cruauté
d'un père sans entrailles. La bohémienne, n'obtenant pas de réponse,
s'était mise à prier Dieu et lui recommandait la destinée de son
petit-fils.

Cependant, depuis plus de trois heures que la marquise de Sévigné avait
quitté ses deux enfants en les laissant dans son carrosse sous la garde
du cocher et du laquais, elle n'avait pas perdu son temps, et son bon
coeur avait eu une sérieuse occasion de montrer ce qu'il était capable
de faire.

La marquise, à la descente de voiture, suivit le gentilhomme, qui
s'était fait reconnaître en prononçant le mot du guet, que le comte de
Bussy-Rabutin avait indiqué d'avance à sa cousine. Ce gentilhomme, dont
le costume et la tournure militaire annonçaient qu'il appartenait ou
avait appartenu à un régiment de cavalerie légère, que Bussy avait
commandé sans doute huit ou dix ans auparavant, en qualité de mestre de
camp, ce gentilhomme marcha, d'un pas modéré, en se retournant de temps
à autre pour s'assurer que madame de Sévigné venait derrière lui.
Celle-ci, dont la confiance n'avait pas failli, dans la conviction
que son cousin Bussy l'attendait et qu'il avait grand besoin d'elle,
n'hésitait pas à suivre jusqu'au bout cette espèce d'officier de
chevau-légers, qui devait la conduire à un but qu'elle ignorait. Elle
s'enveloppait seulement dans ses coiffes, pour n'être pas remarquée ni
reconnue.

Elle traversa ainsi plusieurs cours, plusieurs galeries, plusieurs
passages, qui semblaient s'éloigner du palais central, de ce petit
château que Louis XIII avait fait bâtir et que Louis XIV avait
pieusement conservé, en l'entourant de superbes bâtiments et en
l'encadrant avec beaucoup de goût dans les nouvelles constructions. Tant
qu'elle avait rencontré, sur la route qu'on lui faisait tenir, des gens
du château, des domestiques en livrée, des officiers de la maison du
roi, des gentilshommes et des seigneurs de la cour, qui se rendaient
à leurs affaires ou à leurs devoirs, elle n'avait pas eu la moindre
inquiétude, ni le moindre soupçon; mais, quand elle se vit engagée dans
une sorte d'allée sombre, entre deux murailles nues qui n'offraient
aucune voie de retraite, elle éprouva un sentiment de défiance, qui
ne faisait qu'augmenter à mesure qu'elle avançait dans cette allée
solitaire. Tout à coup elle s'arrêta et fit mine de retourner sur ses
pas. Le gentilhomme, qui la précédait parut comprendre le trouble et
l'hésitation qui s'emparaient d'elle; il revint de son côté et la
rejoignit, avant qu'elle eût commencé à faire retraite.

--Monsieur! lui dit-elle avec un air froid et sévère, vous plairait-il
de me faire savoir quel est l'endroit où vous devez me conduire?

--Volontiers, Madame, répondit-il en la saluant avec respect, maintenant
que je puis vous parler ici sans témoins. Le comte de Bussy-Rabutin,
sous les ordres de qui je servais à la bataille des Dunes en 1654, m'a
donné la commission de vous mener auprès de lui, dans l'intérêt d'une
affaire qui ne souffre pas de retard....

--Mais, ce me semble, Monsieur, interrompit-elle en souriant, ce n'est
pas là un chemin qui puisse honorablement nous mener chez M. le comte de
Bussy-Rabutin, lieutenant-général des armées du roi?

--Ce n'est pas chez M. le comte, que j'ai l'honneur de vous mener.
Madame, répliqua-t-il en s'inclinant; j'ai le regret de vous conduire,
par un assez vilain chemin, je l'avoue, aux prisons du château, dans
lesquelles M. le comte a été amené hier par ordre du roi.

--M. de Bussy dans les prisons du château de Versailles! s'écria madame
de Sévigné, aussi étonnée qu'attristée de cette nouvelle.

--Il est probable qu'il n'y restera guère, repartit le gentilhomme,
puisque vous avez pris la peine, Madame la marquise, de venir lui prêter
votre appui. Tous les amis de M. le comte de Bussy l'espèrent du moins.
Si vous ne fussiez pas venue, Madame, M. le comte de Bussy serait
transféré, cette nuit même, à la Bastille, d'où l'on ne sort pas
aisément, une fois qu'on y est entré.

--Je ne sais pas trop, dit-elle, ce que je puis faire pour être utile à
M. de Bussy, dans une affaire que j'ignore absolument.

--J'ignore de même quelle est cette affaire, répliqua le gentilhomme,
mais on peut affirmer d'avance qu'elle ne touche pas à l'honneur de M.
le comte, qui est l'honneur même en personne. Voilà pourquoi M. le comte
de Saint Aignan a donné des ordres, pour que vous soyez admise d'urgence
auprès de M. le comte de Bussy, et certainement avec l'approbation de Sa
Majesté.

Madame de Sévigné fit un geste qui marquait son impatience de voir M.
de Bussy, et elle suivit d'un pas plus pressé le gentilhomme qui devait
être son introducteur dans la prison. Dès que son nom fut prononcé, les
portes s'ouvrirent devant elle, et elle se trouva en présence de son
cousin, qui vint à sa rencontre avec un joyeux empressement et qui
s'autorisa de la politesse de cour pour lui baiser la main avec une
amicale familiarité.

--Je vous demande pardon, chère cousine, lui dit-il galamment, de ne pas
vous recevoir en un lieu plus digne de vous.

--En vérité, mon pauvre Roger, je ne m'attendais pas à venir visiter à
Versailles un prisonnier d'État! répondit-elle, avec une vive expression
de sympathie et d'intérêt. O mon Dieu! ajouta-t-elle, émue du bruit des
verroux qu'on fermait derrière elle: est-ce à dire que je suis désormais
emprisonnée avec vous, comme votre complice? Que je sache du moins quel
est le crime dont vous êtes accusé?

--Je suis d'abord tout au plaisir de vous revoir, après une assez longue
absence, bonne cousine, et de vous revoir plus belle que jamais....

--Êtes-vous toujours aussi léger et aussi fou, Roger? interrompit en
souriant madame de Sévigné. Songez, pour devenir un peu plus sérieux,
que vous êtes en prison, accusé de quelque méchante action, et que vous
me faites partager votre captivité, toute innocente que je sois de vos
méfaits. Allons, plaisanterie à part, apprenez-moi vite la cause de cet
incroyable emprisonnement.

--Je vous retiendrai ici le moins longtemps possible, je vous jure,
mais veuillez d'abord vous asseoir, cousine, pour m'entendre, pour me
plaindre, et pour me conseiller, car je vous ai surnommée, s'il vous en
souvient, la Dame des bons conseils.

[Illustration: La marquise de Sévigné visite le comte de Bussy-Rabutin
dans sa prison.]

Bussy-Rabutin avait, à cette époque, près de quarante-cinq ans, mais il
était encore aussi peu sage, aussi peu prudent, aussi ardent et emporté,
que dans sa jeunesse. Quoique lieutenant-général des armées du roi, il
passait son temps dans la société des plus jeunes seigneurs de la cour;
quoique marié et père de famille, il ne s'imposait aucun frein dans son
existence de folie et de désordre: le jeu, la table, les plaisirs les
plus bruyants et les plus fougueux faisaient l'occupation ordinaire de
ses journées et de ses nuits. Il vivait pourtant à la cour, bien qu'il
y fût presque constamment en disgrâce, et le roi lui-même le craignait,
comme le craignaient les courtisans: on lui attribuait tous les bons
mots, toutes les épigrammes, toutes les satires, qui couraient de bouche
en bouche, parce qu'il était capable de faire les plus spirituelles
et les plus mordantes. Suivant une boutade de Madame Henriette
d'Angleterre, femme du duc d'Orléans, Bussy était «la plus dangereuse
langue et la plus venimeuse qu'il y eût parmi les scorpions de
Versailles et les vipères de Fontainebleau».

--Je gagerais que vous avez encore mordu quelqu'un ou quelqu'une? lui
dit madame de Sévigné, qui ne lui pardonnait pas son défaut ordinaire de
railler et de médire. Vous vous faites toujours de terribles affaires,
mon cousin, et il en résultera, un jour ou l'autre, que les femmes vous
crèveront les yeux et que les hommes vous couperont la langue.

--Je n'en suis pas encore là, Dieu merci, et certes il m'en coûterait
trop d'être pour vous un objet d'horreur. Mais voici mon histoire, où
je porte la peine de mes vieux péchés. Je vous atteste, ma cousine, que
depuis dix jours je n'ai pas fait trois épigrammes. Au surplus, c'est
une chanson qui a fait tout le mal, et je n'en suis pas l'auteur, par
cette excellente raison, que cette chanson est sotte et plate. Je ne
devrais donc pas avoir à m'en défendre. Mais la chanson s'adresse d'une
manière très impertinente à Madame la duchesse d'Orléans, qui s'en est
montrée fort blessée, et avec raison. Vous plairait-il, belle cousine,
que je vous chantasse cette chanson, qui a le mot pour rire?

--Chut! Voulez-vous vous faire prendre en flagrant délit? Soyez donc
plus circonspect, sinon plus sage!

--En trois mots, voici ce qui s'est passé. Madame la duchesse d'Orléans
a trouvé la chanson écrite sur la semelle de ses souliers, un de ces
soirs où elle allait chez la reine. Le roi y était. Madame s'est
indignée contre les chansonniers de la cour, qui ne respectaient rien,
pas même ses souliers. Là-dessus, elle fit voir la chanson qu'elle
portait à la semelle de sa chaussure, et, comme on faisait mine d'en
rire, elle s'emporta, en disant que le comte de Guiche lui avait appris
que j'étais l'auteur de cette vilaine chanson. Sa Majesté mit sa colère
au diapason de celle de Madame et déclara qu'on ferait bien de m'envoyer
chansonner à la Bastille. On vint m'avertir, le lendemain même, de ce
tripotage. Je guettai le comte de Guiche, et l'ayant trouvé qui allait
chez Monsieur, frère du roi, je l'arrêtai pour lui dire au passage:
«Monsieur, quand nous vous aurons coupé les oreilles, nous irons les
clouer à la porte de Madame la duchesse d'Orléans.» Je ne pouvais faire
moins, ma cousine, que d'imposer silence à M. de Guiche. Mais cette
méchante langue, à qui je laissais encore ses oreilles, s'en servit
assez mal pour entendre que ma menace s'adressait, non à lui, mais à
Monsieur lui-même; ce qui était un effronté mensonge. Je me lave donc
les mains de ce qui est advenu de cette calomnie. Monsieur alla conter
la chose à Madame, qui courut la conter au roi, et qui versa des
torrents de larmes, en jurant ses grands dieux que j'avais dessein de
lui tuer son mari, si le premier prince du sang de France se refusait à
se battre en duel avec moi. Voyez, cousine, ce que sont les caquets
de la cour de notre grand roi. Sa Majesté, pour essuyer les pleurs de
Madame et pour rassurer Monsieur, a ordonné de m'arrêter et d'instruire
mon procès, à la Bastille, procès criminel à propos d'une ridicule
chanson, qui n'est pas mon fait et qui ne vaut pas une chiquenaude....
Vous convient-il que je vous la chante?

--La chose est plus grave que vous ne pensez, Roger, repartit madame de
Sévigné, et vous avez tort d'en rire. Je n'ai que faire de connaître
la chanson, et je serai plus à mon aise, ne la connaissant pas, pour
prendre votre défense.

--M. le comte de Saint-Aignan, qui sait mieux que personne ma parfaite
innocence, a eu l'excellente idée d'user de votre venue à Versailles,
pour faire de vous une belle solliciteuse, la plus éloquente et la plus
persuasive qu'on puisse souhaiter. Il s'est offert à vous présenter
lui-même à Monsieur, devant qui vous plaiderez et gagnerez ma cause....

--Non, interrompit la marquise, je n'ai que faire d'aller chez Monsieur,
qui ne reçoit pas les dames; j'irai plutôt chez Madame, avec mes deux
enfants, Charles et Françoise.

--Pardieu! j'eusse été charmé de les voir et de les embrasser, s'ils
sont venus avec vous, ma cousine, et je vous garde rancune de ne pas me
les avoir amenés. Je parie que votre fille Françoise est en passe de
devenir aussi belle que vous l'êtes, mais, à coup sûr, si spirituelle
qu'elle puisse être, elle ne le sera jamais autant que vous.

--Adieu, flatteur! lui dit Madame de Sévigné. Vous me faites oublier que
mes enfants sont restés dans mon carrosse, où ils m'attendent depuis
tantôt une heure, en s'inquiétant de l'approche de la nuit. Adieu,
Roger! Je m'en vais me rendre chez M. le comte de Saint-Aignan, où nous
aurons bel à faire pour vous tirer de ce mauvais pas. Faites en sorte,
mon ami, que je vous retrouve moins extravagant, lorsque je reviendrai
vous apporter vos lettres de grâce.

--Cousine, cousine, la plus précieuse lettre de grâce sera celle que
vous m'écrirez de votre plus fine plume et de votre meilleure encre,
vous qui savez écrire de plus belles lettres que Balzac et Chapelain!

La marquise de Sévigné fut ramenée à son carrosse, par le gentilhomme
qui l'avait attendue et qui lui fit escorte respectueusement jusque-là.
Mais quelle fut l'émotion, quelle fut l'inquiétude de cette tendre mère,
lorsqu'elle apprit, de la bouche du cocher et du laquais, que son fils
avait sauté à bas de la voiture pour chercher querelle à une espèce de
comédien et qu'il avait été emmené par un officier du palais! Quant à
mademoiselle de Sévigné, qui n'avait pas reparu, depuis qu'elle était
descendue aussi de voiture, on supposait qu'elle avait eu l'intention
d'aller rejoindre sa mère.

Ces renseignements vagues et insuffisants ne firent qu'accroître les
angoisses de la marquise, qui, sachant, par expérience, à quels excès de
violence pouvait se porter son fils, s'imagina que ce jeune présomptueux
était capable d'avoir provoqué ou accepté un duel avec un adversaire
indigne de lui. Elle ne se rappelait que trop le fatal duel qui lui
avait enlevé son mari! Elle était moins inquiète au sujet de sa fille,
parce qu'elle croyait avoir à compter sur la raison, l'intelligence et
la sagesse prématurées de cette jeune personne.

L'idée lui vint que mademoiselle de Sévigné, voyant son frère en
altercation avec un inconnu, avait jugé nécessaire de lui assurer
immédiatement une protection puissante et s'était fait conduire chez le
premier gentilhomme de la chambre du roi, M. le comte de Saint-Aignan.
La pauvre mère pensa qu'elle devait infailliblement retrouver son fils
et sa fille, en allant les réclamer chez le comte de Saint-Aignan. Le
gentilhomme qui l'avait conduite à la prison de son cousin ne s'étant
pas encore retiré, elle le pria de la conduire, sur l'heure, à
l'appartement du premier gentilhomme de la chambre, mais elle ne
songeait plus, en ce moment, à la démarche qu'elle avait promis de faire
auprès de ce seigneur, dans l'intérêt du comte de Bussy-Rabulin. Elle
n'avait plus d'autre souci, plus d'autre pensée que de savoir ce que ses
enfants étaient devenus.

Elle ne les trouva, ni chez le comte, ni chez la comtesse de
Saint-Aignan, qui n'avaient pas entendu parler d'eux et qui n'étaient
pas même avertis de leur arrivée a Versailles. Le comte et la comtesse
prirent une vive part à l'inquiétude croissante de la marquise et
s'efforcèrent de la tranquilliser, en donnant des ordres partout pour
qu'on se mît en quête du jeune marquis de Sévigné et de sa soeur.

On les avait vus, en effet, dans la cour des Communs, mais ils n'avaient
fait que paraître et disparaître, sans qu'on pût savoir de quel côté ils
étaient allés, car personne ne les connaissait, et ils n'avaient parlé à
personne. On avait bien idée d'un entretien que le jeune homme aurait eu
avec Langeli, le bouffon du roi, mais, comme ce Langeli était craint et
détesté de tout le monde, on se garda bien de le mettre en cause dans
une circonstance où l'on ne pouvait le faire intervenir sans s'exposer à
sa vengeance et à sa haine.

L'heure s'écoulait avec une éternelle lenteur pour la mère, qui espérait
à chaque instant voir reparaître son fils et sa fille. La comtesse de
Saint-Aignan eut beaucoup de peine à l'empêcher de se porter elle-même
à leur recherche, en lui disant que si elle s'éloignait d'un côté, ses
enfants viendraient d'un autre, et que ce serait pour elle un nouveau
retard dans la joie de les revoir.

--Aussi bien, objecta la comtesse, il n'y avait pas lieu d'avoir la
moindre crainte, les deux enfants étant arrivés avec elle à Versailles
et ne pouvant être qu'au château. Peut-être, ajouta-t-elle en s'arrêtant
à une idée qui lui vint, peut-être seraient-ils allés dans les jardins
voir les beaux travaux qu'on y fait? Je vais donner ordre qu'on
s'enquière s'ils y sont. Un peu de patience encore, chère marquise, et
nous allons vous les rendre, heureux de mettre fin au souci qu'ils vous
ont donné, à leur insu et bien à contre-coeur.

--Il est possible, dit le comte de Saint-Aignan, qui n'avait aucune
nouvelle des enfants de madame de Sévigné, il est possible qu'en vous
attendant, Madame, ils se soient fait conduire au théâtre, où l'on
répète quelques entrées du _Ballet des Arts_, dans lequel ils ont un
rôle l'un et l'autre; vous ne l'avez pas oublié, Madame la marquise, et
vous trouverez bon qu'ils s'en souviennent, quand il s'agit pour eux
d'examiner les galants costumes qu'on leur a préparés. La représentation
est un peu retardée, mais elle aura lieu dans trois jours, au plus
tard....

Madame de Sévigné ne répondait pas; elle était absorbée dans l'attente
de ses enfants qui ne venaient pas, et chaque minute lui semblait un
siècle. Elle écoutait tous les bruits du dehors, et elle cherchait à
reconnaître ceux qui pourraient lui annoncer le retour de son fils et de
sa fille. Son coeur battait si fort, que les battements faisaient écho
dans ses oreilles, et des larmes roulaient dans ses yeux inquiets.

--Ah! si le pauvre Bussy eût été là! reprit le comte de Saint-Aignan,
qui essayait de distraire la préoccupation de cette mère désolée: il
vous aurait demandé la faveur de se faire le tuteur et le gardien de vos
enfants, quoiqu'il soit et ait toujours été le plus inconséquent des
hommes....

--Je ne vous disais pas que j'ai vu mon cousin de Bussy! interrompit
madame de Sévigné, qui eut presque un remords d'avoir oublié la promesse
qu'elle avait faite à son parent. Je l'ai vu, ce maître écervelé, je
l'ai vu dans une triste situation, surtout s'il est innocent de ce dont
on l'accuse. Est-il vrai qu'on doive le conduire à la Bastille?

--Cette nuit même, répondit le comte de Saint-Aignan, à moins que
Sa Majesté ne change d'avis et ne daigne donner contre-ordre. I1 ne
faudrait qu'une bonne parole bien dite, comme vous sauriez la dire,
Madame la marquise, pour obtenir, de Monsieur, son intervention auprès
du roi.

--Êtes-vous certain, Monsieur le comte, demanda-t-elle, que Bussy ne
soit pas l'auteur de cette vilaine chanson contre Madame?

--J'en jurerais, par la raison que si Bussy l'avait faite, il s'en
vanterait, au lieu de s'en défendre; son seul crime, c'est de l'avoir
chantée, dans une débauche où il n'avait pas la tête trop saine. Madame
ne lui en gardait pas grande rancune, mais Monsieur en a été gravement
offensé et s'en est plaint au roi.

--Si mes enfants étaient ici, dit en soupirant madame de Sévigné, je ne
me refuserais pas à faire une tentative auprès de Monsieur, bien que
Monsieur me connaisse à peine de nom, car il n'avait pas plus de onze
ans, lorsque j'ai quitté la cour, à la mort de mon mari.

--Monsieur vous connaît bien, Madame la marquise, repartit M. de
Saint-Aignan, Monsieur vous admire entre toutes les femmes, et c'est lui
qui m'a chargé secrètement de tout faire au monde, pour vous rendre à la
cour qui vous avait perdue depuis plus de douze ans. Il lit, il copie de
sa main toutes les lettres que vous écrivez à vos amis et qui circulent
ici de main en main, dès qu'on les a reçues. Monsieur en est le plus
curieux collecteur, et ces jours derniers, il déclarait tout haut,
devant le roi, qu'une femme qui écrit de pareilles lettres, est
au-dessus de toutes les princesses et de toutes les reines de la terre.

--Pensez-vous que Madame soit de son avis? répliqua-t-elle malignement,
flattée d'un tel éloge, qui lui venait de la part du premier prince du
sang de France. O mon Dieu! ajouta-t-elle avec un air d'indifférence, je
n'écris qu'à des amis, et ce sont des lettres sans façon, que je
n'écris pas pour qu'on les montre. De telles lettres ne sont que des
conversations intimes et familières...

En ce moment, on entendit dans les antichambres la voix d'une personne
qui était en débat avec les valets et qui affichait bruyamment la
prétention d'entrer, malgré eux, sans attendre qu'on l'introduisit
auprès du premier gentilhomme de la chambre. Madame de Sévigné,
s'imaginant que c'étaient ses enfants qu'on lui ramenait, courut à la
porte et l'ouvrit elle-même. Elle se trouva en présence d'un personnage
ridiculement habillé, qu'elle reconnut tout d'abord, pour l'avoir vu
souvent à la cour, à l'époque où elle en faisait partie, et lorsqu'elle
était en grande faveur dans l'entourage de la reine-mère. Elle fit un
mouvement de dégoût et de surprise, en se repentant d'avoir montré un
empressement si mal justifié, car ce n'étaient pas ses enfants; c'était
seulement Langeli, le bouffon du roi, le dernier qui ait rempli son
emploi dans la vieille charge des fous en titre d'office.

--Que nous veut maître Langeli? demanda sévèrement le comte de
Saint-Aignan, qui sut mauvais gré à ce bouffon de s'être présenté chez
lui sans sa permission. N'est-ce pas un message de Sa Majesté, que
m'apporte votre éminente folie?

--Monseigneur, dit Langeli en s'inclinant profondément devant la
marquise de Sévigné, permettez-moi de saluer cette belle dame, que
j'avais l'honneur autrefois de rencontrer à la cour de ma vénérée
souveraine Sa Majesté la reine-mère Anne d'Autriche, quand elle était
régente de France. Je n'oublierai jamais, s'il plaît à Dieu, les coups
de canne que feu son époux M. le marquis de Sévigné m'a fait administrer
par ses laquais...

--Il fallait donc que vous les eussiez mérités, reprit vivement M. de
Saint-Aignan, pour en avoir, après douze ou quinze ans, aussi chaud
souvenir? Dépêchez, s'il vous plaît, car nous n'avons pas de temps à
perdre à ces bagatelles. Venez-vous pas nous donner des nouvelles du
jeune marquis de Sévigné et de mademoiselle de Sévigné, que je fais
chercher partout le château? Cela seul nous importe à cette heure.

--Je venais, en effet, monseigneur, répondit Langeli, vous annoncer,
qu'ils ont été conduits l'un et l'autre chez son Altesse royale Madame
la duchesse d'Orléans.

--Dieu soit loué! s'écria la marquise de Sévigné, en adressant un
sourire de reconnaissance à Langeli, qu'elle méprisait et détestait
pourtant de longue date. Monseigneur, dit-elle en se tournant vers le
comte de Saint-Aignan, ne vous semble-t-il pas opportun que j'aille en
personne reprendre mes enfants et faire ma cour à son Altesse royale,
pour la remercier d'avoir bien voulu les recueillir, en l'absence de
leur mère?

--Je serais très honoré, Madame, dit Langeli avec une malice perfide,
de me faire votre chevalier d'honneur, et de vous conduire moi-même
jusqu'aux antichambres de son Altesse Royale.

--Monseigneur, repartit la marquise de Sévigné en se rapprochant du
comte de Saint-Aignan avec un mouvement d'effroi, vous m'avez offert de
m'accompagner chez son Altesse Royale Madame; vous me donnerez ainsi
l'assurance qui me manque, et si vous le jugez à propos, je serai
heureuse d'être présentée, sous vos auspices, à Monseigneur le duc
d'Orléans.

--Nous allons donc de ce pas chez son Altesse Royale Madame, dit le
comte de Saint-Aignan. Quant à vous, maître Langeli, je vous dispense de
porter la queue de la robe de madame la marquise de Sévigné.

--Vous savez, Monseigneur, reprit vivement Langeli, que sa Majesté
daignera entendre, ce soir, le clavecin magique du sieur Raisin,
ex-organiste de la ville de Troyes? Nous nous retrouverons donc l'un
et l'autre, à cette occasion, en face de sa Majesté. Quant à madame la
marquise, je désire qu'elle se souvienne, comme je m'en souviens et m'en
souviendrai toujours, de la gracieuse épigramme qu'elle m'a jetée jadis
au visage, devant ma bonne maîtresse la reine-régente Anne d'Autriche:
«Il y a ici-bas tant de fous, dont les agréables folies sont gratuites,
que je ne comprends pas comment on trouve bon de payer les folies
maussades de Langeli.» Adieu vous dis, Madame la marquise: vous vous
rappellerez que tout se paie ici, même les folies des autres.

Langeli salua encore, d'un air goguenard, et s'enfuit en poussant des
éclats de rire. Le comte de Saint-Aignan était indigné et fit mine de
donner un ordre pour mettre à la raison le fou du roi.

--Ce malotru semble se réjouir d'une méchanceté qu'il aurait faite,
dit-il inquiet et préoccupé. En tout cas, Madame la marquise, il accuse
un sentiment de vengeance contre vous et contre votre mari défunt. Il
faudra débarrasser la cour de cette vermine.

La marquise de Sévigné, en se présentant chez la duchesse d'Orléans,
apprit, avec beaucoup de contrariété, que Madame était allée chez le roi
et la reine, avec les deux enfants, que Langeli avait mis sous sa garde.
Le comte de Saint-Aignan ne s'expliquait comment ces enfants, qu'il
avait fait chercher si longtemps dans tous les coins du palais, avaient
été retrouvés par Langeli et conduits directement par lui chez Madame.
Il proposa donc à la marquise de Sévigné qui devait être rassurée à
leur égard, de l'introduire auprès de Monsieur, frère du roi, dans
l'intention de dégager sa promesse vis-à-vis du comte de Bussy, en le
tirant d'un mauvais pas.

Philippe de France, duc d'Orléans, la reçut avec autant d'empressement
que de curiosité; il avait depuis longtemps le désir de connaître la
femme distinguée, qui écrivait ces incomparables lettres que les beaux
esprits de la cour regardaient comme des chefs-d'oeuvre. Après les
compliments qu'il se plut à lui adresser, il se félicita de la voir
revenir à la cour, où elle était toujours présente, depuis douze ans,
par les sympathies et les admirations qu'elle y avait laissées, en se
retirant à Paris, avec ses enfants.

--Monseigneur, reprit-elle, je m'étais éloignée de la cour, à la suite
du plus grand malheur qui pût arriver à une mère de famille, mais
aujourd'hui la mère de famille reparaît avec un fils et une fille,
qu'elle a élevés dans son veuvage et qu'elle vient mettre sous la
protection de Sa Majesté et de l'auguste famille royale.

--Vous devez être assurée de cette protection, répondit Monsieur, et
pour ma part, je me tiendrai très heureux de vous prouver, en toute
circonstance, combien je vous porte d'intérêt et combien je me réjouis
de vous revoir parmi nous.

--Monseigneur, reprit-elle, j'ai besoin de compter sur la bienveillance
de Votre Altesse Royale, en venant, dès le premier jour de mon rappel
à la cour de Sa Majesté, adresser au roi une requête et recommander
respectueusement cette très humble requête à Votre Altesse.

--Quel que soit l'objet de la requête que vous voudrez bien me
présenter, dit le prince, vous devez être sûre, Madame la marquise, que
j'y ferai droit aussitôt, et m'estimerai très heureux de vous témoigner
toute l'estime que vous méritez.

--Il s'agit de mon cousin le comte de Bussy-Rabutin, répliqua-t-elle en
se hâtant de profiter des bonnes dispositions du duc d'Orléans. Il faut
que je sois bien persuadée que je plaide une cause juste et honorable,
ajouta-t-elle chaleureusement, pour oser venir devant vous, Monseigneur,
combattre et repousser une accusation, qui ne m'inspirerait que de
l'horreur et du mépris, si elle était fondée.

--Vous savez, Madame, dit le duc d'Orléans avec un embarras mélangé de
tristesse, que le comte de Bussy a commis une bien mauvaise action,
en offensant gravement Son Altesse Royale Madame, et en m'offensant
moi-même par le même fait, qui a inspiré au roi la plus juste
indignation.

--Monseigneur, reprit vivement la marquise de Sévigné, je n'hésite pas
à déclarer que mon parent est innocent de l'abominable action qu'on lui
impute, et je me porte caution de son innocence, en priant M. le comte
de Saint Aignan de vouloir bien se faire garant de ma déclaration
formelle à cet égard: M. le comte de Bussy-Rabutin, maréchal de camp des
armées du roi, est incapable d'une pareille noirceur et d'une si odieuse
ingratitude, il proteste de toutes ses forces contre ses accusateurs et
il demande à être placé en face d'eux pour les confondre. Je supplie M.
le comte de Saint-Aignan de venir en aide à la démarche que je me suis
permis de tenter auprès de Votre Altesse Royale, avant d'aller me jeter
aux pieds du roi et lui demander justice et grâce pour un de ses plus
fidèles serviteurs.

--Je ne fais aucune difficulté d'appuyer la démarche si honorable que
madame la marquise de Sévigné a osé faire auprès de Votre Altesse
Royale, dit le comte de Saint-Aignan. J'ai étudié l'affaire en question,
et je me plais à reconnaître qu'il n'existe pas la moindre charge
sérieuse à l'égard du comte de Bussy. La misérable chanson qu'on
l'accuse d'avoir composée ne saurait lui être attribuée, à aucun
point de vue, car, sans parler de l'infamie de cette pièce lâchement
calomnieuse, c'est une oeuvre si plate, si grossière et si ridicule,
qu'on ne peut supposer qu'elle soit de l'homme le plus raffiné et le
plus spirituel de la cour.

--On croirait, il est vrai, dit le duc d'Orléans en se rangeant à
l'opinion du comte de Saint-Aignan, on croirait qu'elle a été faite par
quelque sot de bas lieu, qui ne soupçonne pas même ce que c'est que la
langue, l'orthographe et la poésie. Mais ne vous souvient-il pas d'un
autre gentilhomme, que je ne veux pas nommer, puisqu'il a fait amende
honorable et qu'il est à jamais en disgrâce? Il n'était pas sot,
celui-là, et pourtant il avait fait fabriquer, par son laquais, une
chanson du même style, qu'il colportait et chantait lui-même dans les
réunions de débauche....

--Ah! monseigneur s'écria le comte de Saint-Aignan, il y a entre Bussy
et le seigneur dont parle Votre Altesse Royale, il y a la distance du
soleil à la planète de Mercure. Bussy est un poète excellent, malicieux
sans doute, mais de l'esprit le plus fin, le plus délicat, le plus
charmant....

--Holà! Saint-Aignan, vous vous enflammez trop pour le talent de votre
mauvais sujet! interrompit le prince. Je me range à votre avis, quant au
talent, mais il faut avouer, en revanche, que le comte de Bussy est bien
aussi le plus léger, le plus imprudent, le plus inconséquent des hommes.
Mais, puisque madame la marquise veut bien se porter caution pour son
cousin, je ferai réparation d'honneur à ce pauvre Bussy, qui est assez
puni par vingt-quatre heures de prison, et nous allons, s'il vous plaît,
prier de faire mettre en liberté le prisonnier, qui pourrait, dès ce
soir, venir remercier Sa Majesté le roi.

Le duc d'Orléans, accompagné du comte de Saint-Aignan, se rendit
aussitôt chez le roi, où Madame était encore avec les deux enfants de la
marquise de Sévigné. Celle-ci ne fut pas admise sur-le-champ à les voir,
car ils avaient été mêlés à un bien étrange événement, que leur mère
ignorait. Au moment où ils entraient dans l'appartement de Madame, sous
la conduite du bouffon Langeli, qui se retira en riant, comme il en
avait l'habitude, un papier roulé était tombé d'une des poches du
marquis de Sévigné qui n'y prit pas garde, et la duchesse d'Orléans,
ayant remarqué la chute de ce papier, avait prié tout bas une de ses
dames de le ramasser et de le lui remettre. Ce papier n'était autre
qu'une copie de la chanson injurieuse, qu'on avait fait circuler contre
elle, en l'attribuant à Bussy-Rabutin. L'indignation de Madame fut
grande, mais ne pouvait pas subsister longtemps à l'égard du marquis de
Sévigné, qui n'avait pas plus connaissance du papier tombé de sa poche,
que de la chanson que contenait ce papier. L'agent inconnu de cette
lâche machination avait poussé la perfidie jusqu'à signer du nom de
Bussy-Rabutin la chanson satyrique, qu'on avait voulu faire passer ainsi
sous les yeux de la princesse, qui y était l'objet des plus ignobles
injures. Elle demanda pourtant des explications au marquis de Sévigné,
qui lui raconta le plus naïvement du monde comment Langeli l'avait
enfermé à son insu dans une cave des Communs, et comment ce bouffon du
roi l'en avait fait sortir, deux heures après, pour le conduire, avec
sa soeur, chez la princesse. Il n'en savait pas davantage, et il se
plaignait amèrement de ce que cet impertinent individu s'était permis
d'attenter à sa liberté, sous prétexte de l'empêcher de châtier un
comédien qui l'avait insulté.

Louis XIV avait donc fait comparaître Langeli, pour l'interroger sur les
méfaits dont il paraissait coupable, car ce ne pouvait être que lui qui
avait glissé dans la poche du jeune Sévigné la chanson diffamatoire,
que ce dernier ne soupçonnait pas même avoir apportée avec lui dans
la chambre de la duchesse d'Orléans. Celle-ci, irritée de longue date
contre les insolences du bouffon du roi, était bien aise de tirer parti
d'une occasion qui s'offrait de débarrasser la cour d'un personnage
hostile et désagréable à tout le monde, mais que le roi tolérait et
même soutenait, par déférence pour la reine-mère, qui le lui avait
spécialement recommandé. Il s'agissait d'obliger Langeli à se
reconnaître l'auteur de la malice infernale qu'on ne devait imputer qu'à
lui, attendu que le marquis de Sévigné ne savait pas même quel était le
papier qu'on avait vu tomber de sa poche; or, ce jeune homme, depuis son
arrivée à Versailles, avait été livre exclusivement aux étranges sévices
de cet être malfaisant. Celui-ci niait effrontément ou refusait de
répondre. La situation changea quand mademoiselle de Sévigné, qui était
restée neutre jusqu'alors dans le débat, déclara que Langeli, en la
menant avec son frère chez Madame, tenait à la main un papier roulé.

--Langeli, dit tout à coup le roi avec un visage menaçant et une voix
terrible, si tu t'obstines à mentir ou à refuser de parler, je te ferai
trancher la tête, comme à un rebelle et à un parjure!

--Ah! sire, reprit le bouffon effrayé, vous ne ferez pas cela, pour
l'honneur de votre très honorée mère, ma bonne maîtresse!

--Je le ferai tout à l'heure, poursuivit le roi, si tu ne déclares pas
qui a fait la copie de cette exécrable chanson; qui l'a signée du nom
de Bussy-Rabutin, et qui l'avait glissée dans la poche du marquis de
Sévigné, pour qu'elle tombât dans la chambre même de Son Altesse Royale.

--C'est moi, sire, c'est moi! répondit Langeli, qui avait pris au
sérieux la menace du roi; je n'y entendais pas malice, je voulais
seulement divertir Votre Majesté, en mettant les gens dans l'embarras et
en chassant de la cour le fils d'un gentilhomme, du défunt marquis de
Sévigné, mort en duel il y a douze ans, qui m'avait fait battre par ses
laquais, alors que la reine-mère, ma bonne maîtresse, était encore là
pour me protéger. Je me suis vengé aussi, en même temps, du comte de
Bussy, qui depuis dix ans ne m'avait pas rencontré une seule fois, sans
me crier aux oreilles: «Monsieur le fou, quand aurez-vous un collier de
chanvre autour du cou, pour vous payer de vos mérites?»

[Illustration: Louis XIV avait donc fait comparaître Langeli, pour
l'interroger sur ses méfaits.]

--Langeli, lui dit le roi avec une froide sévérité, tu es trop vieux
maintenant, pour qu'on te fasse fouetter par les pages, en châtiment
de tes méchancetés, mais je te défends de reparaître jamais devant mes
yeux, sous peine d'être mis à la chaîne et enfermé dans une cage de fer,
avec les bêtes de ma ménagerie. Va-t'en!

Louis XIV était le seul homme au monde que Langeli n'osait pas regarder
en face: il n'essaya pas de protester contre son arrêt et partit, la
tête basse, en poussant de gros soupirs et en pleurant à sanglots. Il
alla se cacher au fond des jardins, où on l'entendit gémir toute la
nuit.

Le lendemain, on le trouva noyé dans un des bassins du parc de
Versailles.

Cependant le roi avait daigné écouter la justification du comte de
Bussy, que Monsieur se chargea de présenter lui-même, en faisant
intervenir sa femme, qui se plut à déclarer qu'elle ne se sentait pas le
courage de garder rancune à un parent et ami de la marquise de Sévigné.
Ordre fut donné à l'instant de mettre en liberté le prisonnier, qui
demandait à venir humblement se jeter aux pieds de Sa Majesté.

--Qu'il ne soit plus parlé de cette sotte affaire, dit le roi, et que
M. de Bussy se contente de remercier sa cousine, madame la marquise de
Sévigné, qui pourra, si elle le juge bon, nous l'amener, ce soir, à
l'audition de l'orgue magique du sieur Raisin.

Cet orgue magique avait fait grand bruit, depuis quelque temps, à
Troyes, en Champagne, et dans les autres villes de la province. C'était,
disait-on, une invention extraordinaire qui tenait du prodige, et peu
s'en fallut que l'organiste Raisin, qui en était l'auteur, ne passât
pour sorcier, car l'instrument, qu'il avait inventé, et dont il
dirigeait les opérations mécaniques, reproduisait, comme en écho, tous
les airs que le musicien exécutait lui-même sur le clavier de son orgue,
et cette reproduction de ces mêmes airs, absolument identique, se
répétait autant de fois qu'on pouvait le désirer et toujours avec la
même perfection.

Langeli, qui connaissait l'inventeur de l'Orgue magique (c'est ainsi que
cet orgue merveilleux était nommé), n'avait pas eu de cesse que son
ami Raisin ne fût mandé à Versailles, pour se faire entendre, avec son
instrument devant le roi. L'audition devait avoir lieu, ce soir-là, et
toutes les personnes de la cour qui se trouvaient au château furent
averties de venir à cette curieuse séance musicale.

L'assemblée était peu nombreuse, parce que la plupart de ceux qui
devaient assister, peu de jours après, à la représentation du _Ballet
des Arts_, n'étaient pas encore arrivés à Versailles. Il n'y avait donc
pas plus de cent personnes, réunies dans un nouveau salon du palais,
lequel, tout resplendissant de dorures et de peintures, était à
peine abandonné par les habiles ouvriers qui en avaient achevé
l'ornementation, que faisait ressortir le brillant éclairage de mille
bougies.

On avait déposé sur une estrade la lourde caisse en bois noirci qui
contenait l'orgue magique, et Raisin, revêtu d'un riche habillement
espagnol qu'il avait porté au théâtre dans plusieurs comédies,
attendait, debout, à côté de son instrument, l'entrée du roi et de la
famille royale. Il était fort préoccupé du succès de l'épreuve décisive
qu'il allait tenter devant une pareille assemblée; il avait cherché des
yeux, pour s'encourager, sou ami Langeli, et il s'étonnait de ne pas
l'apercevoir dans la salle. Quant à sa vieille mère, la pauvre femme
avait obtenu à grand'peine l'autorisation de rester cachée derrière une
porte, où elle pouvait tout entendre sans rien voir. Toute sa pensée
se concentrait sur son petit Jacques, qu'elle savait renfermé dans
l'intérieur de l'instrument, où il devait rester, sans air et sans
lumière, pendant plusieurs heures.

--Malheureux enfant! murmurait-elle tout bas: un jour ou l'autre, il
mourra étouffé dans cette affreuse boîte, où il est condamné à passer la
plus grande partie de sa vie. Dieu fasse qu'il grandisse assez vite pour
être délivré de sa prison!

On annonça le roi, et Louis XIV parut, dans tout l'éclat de son grand
habit de cour, suivi de la reine Marie-Thérèse, de son frère Monsieur le
duc d'Orléans, de sa belle-soeur Madame Henriette d'Angleterre, et de
plusieurs princes et princesses de sa famille, qui prirent place à ses
côtés. Madame avait fait réserver des sièges auprès d'elle pour la
marquise de Sévigné et ses deux enfants, qu'elle comblait d'attentions
et de politesses. Dès que tout le monde fut assis, on vit s'avancer le
comte de Bussy-Rabutin, en grand costume de cour, qui, conduit par son
ami, le comte de Saint-Aignan, venait saluer le roi.

--On est satisfait de vous voir, après une courte absence, lui dit le
roi avec moins de froideur qu'à l'ordinaire. Je vous avais fait inviter
par votre gracieuse parente, madame la marquise de Sévigné; vous ferez
bien de vous rapprocher d'elle et de vous guider souvent d'après ses
avis.

Bussy s'inclina profondément et alla occuper un siège qu'on avait laissé
vide à côté du marquis de Sévigné. Le roi donna l'ordre de commencer
le concert. Le musicien, dont l'émotion s'augmentait à chaque instant,
ouvrit d'une main tremblante le clavier de l'orgue magique, et il
n'était plus visible de personne, lorsqu'il se fut assis devant cet
orgue, qui le couvrait entièrement.

Mais mademoiselle de Sévigné l'avait vu, l'avait reconnu, et sa mémoire
lui rappelait alors tout ce dont elle avait été le témoin involontaire
dans une chambre des Communs du palais, où elle était restée assez
longtemps évanouie. L'effroi et l'aversion que lui avait inspirés ce
musicien ivrogne et brutal, qui maltraitait son fils, en l'accablant
d'injures et de menaces, se ravivèrent tout à coup dans l'esprit de
cette jeune personne, que tenaient émue et oppressée les souvenirs
confus de sa bizarre aventure. Elle ne se rendait pas bien compte de
ce qui s'était passé pendant son séjour accidentel au milieu de cette
famille de bohémiens, qui n'avaient eu pour elle que des égards
respectueux et attentifs; mais elle se rappelait que le coffre,
contenant l'orgue magique renfermait aussi un être vivant, un pauvre
enfant malade, une victime qui souffrait peut-être cruellement à cette
heure-là même, et qui devait souffrir ainsi en silence jusqu'à ce qu'on
lui eût permis de remuer, d'étendre ses membres comprimés et de respirer
à l'air libre.

Les sons de l'orgue, que Raisin touchait admirablement, produisaient
dans l'assemblée une profonde impression: c'était un hymne religieux,
dans lequel l'exécutant imitait le chant grégorien de la chapelle du
pape, en l'entrecoupant par des choeurs de voix féminines. Le morceau
achevé, le musicien se leva et vint se replacer debout à côté de son
orgue. Après quelques instants de silence et d'émotion, l'instrument,
qui était devenu muet, reprit tout à coup la parole, et répéta sur un
mode plus lent et moins énergique le morceau de musique religieuse,
que l'organiste venait de jouer avec une exécution si puissante et si
habile. On eût dit qu'un écho, caché dans les profondeurs de cet orgue,
avait retenu fidèlement les accords que l'organiste savait tirer des
tuyaux de son instrument. Tous les assistants, malgré la présence
du roi, ne purent se défendre de manifester leur étonnement et leur
admiration.

L'orgue ayant fait silence, le musicien se remit à son clavier et fit
entendre un air italien, composé de flûtes et de hautbois dans le
genre tendre et langoureux. Puis, son exécution terminée, le musicien
descendit de son estrade, pour montrer qu'il était entièrement étranger
à l'action mécanique de son orgue, qui exécuta seul, après lui, le même
air italien, avec plus de douceur encore et de mélodie. L'organiste
renouvela trois fois de suite une expérience analogue, et trois fois
l'orgue magique, sans subir aucun contact avec la main de l'homme,
rendit en écho un peu affaibli les divers morceaux exécutés par le
musicien.

Un dernier essai fut moins heureux. Raisin venait d'achever une cantate,
entremêlée de symphonies brillantes, et il attendait, avec anxiété, que
l'orgue se mît à exécuter son solo magique; car il n'était sorti de
l'orgue qu'un soupir qui ressemblait à un gémissement.

--Madame! dit Mademoiselle de Sévigné, en se penchant à l'oreille de la
duchesse d'Orléans, Madame! Il y a là-dedans un enfant qui se meurt!

La princesse avait compris, avait deviné; elle se pencha, à son tour,
à l'oreille du roi, et lui fit remarquer la contenance effarée du
musicien, qui, pâle, les yeux hagards, s'était approché de son
instrument et avait l'air de s'y attacher avec les mains pour se
soutenir et ne pas tomber sans connaissance.

Soudain, une voix stridente se fit jour à travers l'entrebâillement
d'une porte fermée, et retentit dans le salon, où l'émotion apparente du
musicien avait gagné de proche en proche tous les spectateurs.

--Jacques! disait cette voix lamentable: le petit se meurt, le petit va
mourir étouffé! Ouvre, ouvre ta machine! Jacques, pour l'amour de Dieu,
sauve notre enfant!

Louis XIV avait donné un ordre, et deux pages de la chambre étaient déjà
en conférence avec Raisin, qu'ils sommaient, au nom du roi, de mettre à
découvert le secret de l'orgue magique. Le musicien essayait de résister
et demandait avec instances qu'on se contentât de transporter dans une
autre salle le coffre qui contenait son jeu d'orgue; il suppliait à
mains jointes, il invoquait son privilège, ses droits d'inventeur
mécanicien et organiste.

--O mon Dieu! disait Mademoiselle de Sévigné, qui connaissait seule le
secret de l'orgue magique: ce mauvais père laissera périr son enfant!

--Que de retards! que de résistances! disait le roi à Madame: cet homme
est bien osé de désobéir à mes ordres? Çà, qu'on brise sa machine à
coups de marteau! Je veux voir ce qu'il y a là-dedans.

Raisin ne se le fit pas dire une seconde fois; il alla ouvrir lui-même
le compartiment, dans lequel son fils était renfermé, et il l'en tira
évanoui, sans haleine et sans mouvement. Une rumeur immense d'inquiétude
et d'indignation s'éleva de toutes parts. Mais le musicien eut recours
aux moyens qu'il avait déjà employés souvent, pour combattre un
commencement d'asphyxie: il secoua l'enfant, lui souffla dans la bouche,
lui frotta les tempes et lui humecta les paupières avec de la salive.
L'intérêt palpitant de cette scène inattendue tenait en émotion tous
ceux qui en étaient témoins; les femmes poussaient des exclamations,
aussitôt réprimées; quelques-unes étaient sur le point de perdre le
sentiment.

Enfin, l'enfant avait rouvert les yeux, et il portait autour de lui un
regard indécis; il se ranima rapidement et parvint à se mouvoir, en
retrouvant la conscience de lui-même, lorsque son père lui ordonna de
s'agenouiller et d'implorer le pardon du roi; mais cet enfant était
incapable de prononcer une parole.

--Sire, dit Raisin, qui reprit l'assurance et la hardiesse d'un ancien
comédien, j'expose respectueusement aux regards de cette illustre
assemblée le secret de l'orgue magique, ce secret qui était l'unique
ressource de ma pauvre famille. Cet enfant est mon fils, âgé de six
ans à peine et déjà fort bon musicien; s'il n'était pas si jeune, je
demanderais à Votre Majesté de vouloir bien l'attacher à sa chapelle,
tandis que, moi, je reviendrais a mon premier métier, qui fut l'état de
comédien, et j'aspirerais à entrer dans la troupe royale de l'Hôtel de
Bourgogne.

--L'enfant est de bonne mine, disait le duc d'Orléans, qui n'osait
prendre une décision sans l'aveu du roi. Je pourrais le faire élever et
instruire par le gouverneur de mes pages, et plus tard, il ferait un
très bon valet de musique.

La bohémienne, aïeule de cet enfant, s'était échappée des mains de la
livrée, qui s'efforçait de la retenir et de faire taire ses lamentations
et ses cris; elle fit irruption dans le salon et alla se précipiter aux
pieds du roi.

--Sire! sire! disait-elle, en sanglotant, que Votre Majesté daigne me
laisser mon petit Jacques, que son père martyrise et qu'il a failli,
sans le vouloir, faire périr aujourd'hui même sous les yeux de Votre
Majesté! Je suis la vieille mère de tous les Raisin, qui se distinguent
dans la comédie et dans la musique; j'ai été moi-même musicienne et
comédienne. Si Votre Majesté daignait m'accorder le privilège de la
troupe des petits comédiens de Monseigneur le dauphin....

--Êtes-vous folle, la mère! interrompit Louis XIV. Le dauphin, qui est
né au mois de novembre 1661, n'a guère plus d'une année, à cette heure.

--Monseigneur le Dauphin grandira, repartit la vieille avec vivacité,
et alors le premier comédien de sa troupe sera mon petit-fils Jacques,
présentement âgé de six ans et demi.

Louis XIV, qu'on n'avait jamais vu rire, excepté au théâtre, accueillit
en riant la requête de la mère de tous les Raisin, et lui promit de
signer, le lendemain même, les lettres patentes établissant la troupe
des petits comédiens du dauphin.

Cette troupe, d'une espèce toute nouvelle, devait avoir de grands
succès à la cour, grâce au talent de son principal acteur. Quant à
Jean-Baptiste Raisin, il obtint des lettres du roi pour entrer dans la
troupe royale de l'Hôtel de Bourgogne, et, sans être un des meilleurs
comédiens de cette excellente troupe, il se corrigea du défaut de boire
comme un musicien.

Peu de temps après la dernière séance où l'on entendit l'orgue magique,
le _Ballet des Arts_ fut représenté, à Versailles, avec pompe: le roi y
dansa, ainsi que son frère et Madame. Cependant, la marquise de Sévigné
refusa absolument d'y figurer, en disant que sa condition de veuve
s'opposait à sa réapparition sur la scène des ballets de la cour, où sa
fille était en âge de paraître à sa place pour obéir aux volontés du
roi.

--Maintenant que Langeli est mort, dit à ce sujet l'incorrigible
Bussy-Rabutin sauvé par sa cousine, de la Bastille et d'un procès
fâcheux, personne n'osera dire à Sa Majesté, qu'un roi qui danse dans un
ballet n'est pas même le roi des baladins.



LES

ESPIÈGLERIES DE CREBILLON

(1680)


Prosper Jolyot de Crébrillon, né en 1674 à Dijon, fils d'un greffier de
la Cour des Comptes de cette ville, est envoyé, de bonne heure, à
Paris, pour y faire des études qui pussent lui permettre d'entrer avec
distinction dans la carrière de la magistrature, où sa famille s'était
illustrée depuis plusieurs générations. Dès l'âge de dix ans, il
annonçait les belles qualités d'âme et d'esprit qui lui méritèrent
l'estime et l'admiration de ses contemporains, comme homme et comme
auteur dramatique; mais son imagination ne s'était pas encore préparée
au genre sombre qu'il devait imiter du théâtre grec dans ses tragédies
d'_Atrée et Thyeste_, d'_Idoménée_, d'_Electre_ et de _Rhadamiste et
Zénobie_; il aimait déjà le merveilleux, les contes et les aventures
originales; lui-même s'amusait à inventer une foule de ruses comiques,
d'intrigues ingénieuses, de joyeuses facéties, pour le passe-temps de
ses camarades du collège Louis-le-Grand.

Il se livrait, tout jeune, avec délices, à une paresse dont il ne
se corrigea jamais: c'était une rêverie somnolente de poète, qui le
captivait, au moment de l'inspiration, et qui révélait d'avance les
allures capricieuses de son génie; rien n'avait le pouvoir de dompter
cette humeur fantasque, souvent en guerre ouverte avec les règles du
collège et l'autorité des maîtres. Ses dispositions à la mollesse
fainéante se montraient surtout au dortoir, ou il était toujours le
premier et le dernier au lit. Quand une fantaisie de repos ou de pensée
l'enchaînait, le matin, sur son oreiller, le bourdon de Notre-Dame n'eût
pas sonné assez fort pour l'éveiller, et il ne se serait pas levé plus
vite si le feu avait pris à la maison; les punitions, le jeûne, le fouet
et le cachot échouèrent contre son invincible entêtement. La cloche, qui
forçait les écoliers à sortir de leurs draps avant le jour, n'avait pas
de plus implacable ennemi que notre poète en herbe, qui faisait semblant
de ne jamais l'entendre.

Cette obstination invincible, qui peut avoir quelquefois de graves
et sérieuses conséquences dans la vie de l'homme, est, d'ordinaire,
intolérable chez les enfants, car elle encourage à l'effronterie et à
l'orgueil. Crébillon, néanmoins, n'était pas détesté des jésuites,
ses instituteurs. Les Pères jésuites avaient le talent de deviner,
d'apprécier la valeur intellectuelle et morale de leurs élèves; ils
n'épargnaient aucun moyen de séduction pour enrôler les plus distingués
dans leur Société, que protégeaient alors la haute capacité et le mérite
éclatant de ses membres. Crébillon avait donc fixé les yeux de ces
savants professeurs, par la facilité de son travail, la richesse de sa
mémoire et les ressources de son intelligence; il était devenu, presque
sans y penser, le plus instruit de sa classe, et ses succès, aussi
solides que brillants, faisaient couvrir d'un manteau d'indulgence
sa conduite légère et turbulente, ses éternels bavardages, ses tours
malicieux et son inflexible ténacité.

Outre la cloche du collège, son ennemie irréconciliable, Crébillon avait
en aversion ceux qui la sonnaient, et ceux-là le payaient aussi de
retour.

C'étaient les deux correcteurs ou Pères fouetteurs, qui s'étaient rendus
dignes de cet emploi exécutif, par un long zèle éprouvé au service de la
Compagnie de Jésus, laquelle croyait utile d'appliquer à l'éducation
la sévérité des peines corporelles. Le Père Griffon et le Père Frémion
réunissaient, à cette pénible charge, qui les mettait sans cesse en
fonctions, le poste de sonneurs qu'ils occupaient à tour de rôle. Leur
rigoureuse exactitude avait lieu de se manifester, tous les jours, dans
l'un et l'autre ministère. Ainsi ils ne retardaient pas d'une seconde
le châtiment que le régent ou maître de classe avait décrété contre un
coupable, et les verges, dans leurs mains équitables, n'étaient ni des
armes d'injustice, ni des instruments de vengeance, excepté cependant
lorsque c'était Crébillon qu'on livrait à leur bras séculier: alors leur
ressentiment personnel faisait d'un devoir un plaisir, et les coups
tombaient dru, sans que la victime daignât faire entendre une plainte.
Ils sonnaient la cloche à tour de bras, pour appeler les collégiens au
dortoir, au réfectoire, à l'église et à la classe; mais ils avaient beau
se relayer tous les matins, pour venir tourmenter Crébillon, toujours
endormi ou immobile dans son lit, à l'heure du lever, celui-ci ne tenait
compte de leur avertissement, soit qu'ils lui tirassent l'oreille,
soit qu'ils lui adressassent un bon coup de verges, soit qu'ils le
secouassent par les cheveux, il ne pleurait pas de douleur, mais
quelquefois il pleurait de rage.

Cette inimitié, si cordialement partagée par le jeune élève, datait de
plusieurs années. Crébillon, en arrivant au collège de Louis-le-Grand,
après une enfance heureuse et libre au sein de sa famille, avait eu
peine à s'accoutumer aux punitions usitées chez les jésuites, et la
première fois que le Père Griffon, qui était sourd, fut requis pour lui
donner le fouet il se défendit d'abord avec une inutile éloquence,
et finit par lutter contre le droit du plus fort, non sans avantage,
puisque le visage de l'homme aux verges en conserva les cicatrices plus
longtemps que le derrière du petit rebelle. Le Père Frémion, qui était
muet, fut encore plus maltraité, la seconde fois que Crébillon passa
sous les verges, et il laissa presque la moitié de son nez sous la dent
d'un adversaire, indigne d'un traitement brutal, dont son corps avait
moins encore à souffrir que son orgueil.

Depuis cette double exécution, qui commença la querelle du fustigié
contre les deux Pères fouetteurs, Crébillon n'avait pas cessé de se
venger d'eux par toutes les malices que lui suggérait cette haine
profonde et ardente, qui devait plus tard lui inspirer de si terribles
scènes dans ses pièces de théâtre. Tantôt il leur lançait, en tapinois,
une balle, une pomme, une pierre, un encrier; tantôt il les aspergeait
d'encre ou les inondait d'eau; tantôt il les attachait l'un à l'autre
par le bas de leur soutane; tantôt il tendait une ficelle sur leur
passage, pour les faire tomber; tantôt il cachait leur chapeau et le
remplissait de sable ou de cendre; tantôt il émiettait du pain dur
dans leurs draps, pour les empêcher de dormir. Il savait aussi semer
adroitement, entre eux, des germes de discorde, qui se développaient par
le seul fait de leurs infirmités réciproques, de telle sorte que le muet
ne pouvait se faire comprendra du sourd, et que le sourd ne comprenait
rien de ce que le muet voulait lui dire. De là des colères amusantes qui
se traduisaient par des pantomimes burlesques.

[Illustration: Le père Griffon qui était sourd, fut requis pour lui
donner le fouet.]

C'était Crébillon qui dérobait le vin de leurs repas c'était lui qui
jetait du poivre dans leur soupe et qui enlevait la viande sur leur
assiette. C'était lui surtout qui les induisait en erreur pour les
heures de travail, en allant déranger la marche de l'horloge du collège.
En un mot, il était sans pitié pour ces deux êtres inoffensifs,
respectables par leur âge comme par leur habit. Un jour, il enferma le
muet dans le donjon de l'horloge, où personne ne remarquait d'en bas les
signes désespérés par lesquels le prisonnier réclamait sa délivrance,
tandis que son collègue était emprisonné dans un souterrain, aussi sourd
que lui, au fond duquel il serait mort d'inanition, si un tonnelier qui
travaillait près de là ne fût accouru à ses cris.

Le Père Griffon, le sourd, avait vieilli dans le collège que sa robe
noire balayait depuis cinquante ans, sans y avoir ramassé la moindre
instruction. Il était chauve, louche, et remarquable par son nez de
rubis; il buvait sec et fréquentait la cave du _principal_, qui,
disait-on, était trop bon chrétien pour ne pas s'apercevoir que son vin
avait été baptisé. Le Père Griffon, renommé pour sa dextérité à manier
les verges de bouleau et le fouet à lanières de cuir, avait besoin de
se donner des forces, qu'il n'eût point tirées d'une nourriture
trop frugale; aussi mangeait-il de la chair de porc, en jambons, en
andouilles et en saucisses, avec d'autant meilleur appétit, qu'il
n'avait pas à observer la religion juive.

Quant au Père Frémion, le muet, qui ne cultivait pas moins attentivement
les sensualités de l'estomac, il était de haute taille, maigre, pâle et
jaune. Malgré la servilité de ses attributions, il passait pour avoir
accueilli ça et là quelques bribes de latin, que son mutisme le
dispensait de montrer aux écoliers; il affectait toujours un maintien
grave et solennel, quoiqu'il n'eût pas de plus sérieuses affaires que
ses verges et sa cloche. Il est vrai qu'il ne perdait jamais de vue le
cadran de l'horloge, au milieu de ses promenades solitaires dans la
grande cour du collège, pendant lesquelles il remuait toujours les
lèvres, comme s'il se parlait à lui-même.

[Illustration: Les élèves de cinquième, au collège de Louis-le-Grand,
réunis dans leur quartier, autour du poêle.]

Un soir d'hiver de l'année 1680, les élèves de cinquième, réunis dans
leur quartier, autour du poêle, après le souper maigre du vendredi,
s'entretenaient tout bas de leurs misères scolaires, pendant que le
maître, absorbé dans la lecture d'un livre théologique du P. Sanchez,
négligeait d'épier et d'écouter leurs conversations, qui dégénéraient en
propos factieux. Crébillon maudissait énergiquement l'horrible tyrannie
qu'il y avait à mettre sur pied de pauvres enfants, avant l'aube, par la
froide température de décembre; ses auditeurs opinèrent tous du bonnet,
mais n'opposèrent que des lamentations timides et passives aux projets
de révolte que le jeune dramaturge essayait de fomenter; tant, à cette
époque, sous l'empire absolu de la Compagnie de Jésus, l'enfance
était soumise à la règle du collège et craintive devant la rigueur du
châtiment.

--Mes amis, disait Crébillon avec ce généreux dévouement qui exalte les
plus timides, c'est trop longtemps souffrir que les Pères Griffon et
Frémion, ces suppôts du diable, qui ont l'âme plus noire que leur robe,
nous oppriment jusque dans notre sommeil, pour tyranniser les élèves les
plus studieux, que leurs brutalités ne peuvent atteindre. Cependant il
ne nous faudrait qu'un peu d'adresse pour venir à bout d'un sourd et
d'un muet. Je ne demande pas qu'on me seconde, mais qu'on me promette
seulement le secret, quoi qu'il arrive, dans ce que j'ai résolu de
faire.

--Ah! qu'as-tu résolu, Prosper? interrompirent en choeur les assistants,
qui reconnaissaient tous chez Crébillon une supériorité d'esprit et de
finesse. Dis-nous cela vite. Vraiment, nous te promettons de subir la
retenue, les arrêts et le fouet, comme des Spartiates, pourvu que le
tour en vaille la peine, et malheur à celui d'entre nous, qui, comme un
cafard, s'en irait rapporter aux Pères!...

--Je sais que vous êtes de braves garçons, reprit Crébillon d'un air
protecteur, et c'est plaisir que de se risquer à se faire punir pour
vous rendre service; mais vous n'êtes point assez hardis, pour vous
venger. Moi, je ne craindrais pas même le général de la Compagnie de
Jésus! Ainsi, je me moque des Pères fouetteurs. Comptez donc sur moi
pour dormir tout votre soûl, demain matin et jours suivants, en dépit de
la cloche, que ni sourd ni muet ne pourra faire tinter pour le réveil.

Cette cloche, dont les sons retentissants avaient force de loi dans le
collège de Louis-le-Grand, depuis cinq heures du matin jusqu'à neuf
heures du soir, était suspendue justement au-dessous du dortoir où
couchait Crébillon, et la corde qui servait à la mettre en branle se
trouvait renfermée, en bas, à hauteur d'homme, dans une sorte d'armoire,
dont les sonneurs avaient seuls la clé.

Le petit conspirateur, sachant que c'était le père Griffon qui devait le
lendemain sonner le réveil, ainsi que tous les exercices de la journée,
eut l'idée de supprimer le son de la cloche, pour tromper l'oreille du
pauvre sourd; il attendit que le collège fût endormi, et, s'armant d'une
tenaille cachée sous son chevet, il se leva doucement, s'habilla sans
bruit et sortit du dortoir à pas de loup, sur un palier dont la fenêtre,
qu'il avait laissée ouverte d'avance, lui permettait de toucher la
cloche avec la main; il décrocha habilement avec sa tenaille le battant
de cette cloche et l'emporta dans son lit, où il attendit, en dormant
d'un plein sommeil, l'effet de sa mystérieuse expédition.

Le lendemain, comme il l'avait prévu, l'heure du réveil se passa sans
que la cloche avertît les dortoirs, qui restèrent silencieux plus tard
qu'à l'ordinaire ce matin-là. Le Père Griffon s'était réveillé aussi
exactement que les autres jours, au moment où le marteau de l'horloge,
qu'il n'entendait pas, s'ébranlait pour frapper le coup de quatre
heures, car jamais sonneur de cloche ne fut plus fidèle à son devoir. Il
descendit, à moitié vêtu, dans la cour, malgré le froid âpre et brumeux
qui précédait le point du jour; il saisit de confiance la corde qu'il
avait tirée de l'armoire, et la secoua longtemps, sans que la cloche
rendît aucune vibration; mais la routine avait tellement suppléé au sens
de l'ouïe, qui lui manquait, que le mouvement était pour lui l'image du
bruit. Son oreille complaisante crut percevoir le son éclatant de
la cloche, qu'il agitait en mesure, sans que l'airain prit sa voix
accoutumée. Cette voix si discordante et si tyrannique ne se faisant
pas entendre aux dormeurs, pas un d'eux ne bougea, et ceux qui,
par habitude, s'étaient éveillés à l'heure ordinaire, en bâillant,
s'assoupirent de nouveau pour profiter du supplément de sommeil qu'ils
devaient, comme ils le pensaient bien, à quelque ruse adroite de
Crébillon.

Celui-ci, satisfait de la réussite de son invention, s'en alla remettre
le battant à sa place, avant que le Père Griffon se fût aperçu de la
supercherie. En effet, le principal, étonné de ne pas avoir entendu la
cloche matinale, manda le sonneur, qui déclara que le réveil avait sonné
depuis une heure et que les élèves ne pouvaient tarder à descendre aux
classes; mais il eut beau protester, avec serment, qu'il n'avait rien
à se reprocher dans les devoirs de sa charge sonnifère, le principal
l'accusa de négligence ou d'oubli et lui ordonna en pénitence un jeûne
extraordinaire. Le Père Griffon, qui savait bien ne pas avoir rêvé,
sonna une seconde fois plus réellement et plus efficacement que la
première; mais il n'échappa point aux remerciments goguenards des
écoliers, qui répétaient, en défilant devant lui:

--Grand merci, père Griffon! Nous avons ronflé une bonne heure de plus,
à votre santé: nous ne maudirons pas votre satanée cloche, si vous nous
laissez dormir ainsi tout notre soûl, ô digne père Griffon!

Et le Père Griffon, qui ne soupçonnait pas la vérité, jugeant, aux
éclats de rire, qu'on se moquait de lui, grommelait entre ses dents,
enrageait et se promettait d'avoir sa revanche, dès qu'un de ces
railleurs deviendrait son justiciable.

--Quoi! mon Père, vous êtes si matinal? lui dit Crébillon, en ayant
l'air d'ignorer quelle heure il était, quoique le crépuscule l'indiquât
assez; aviez-vous la puce à l'oreille, pour vous lever plus tôt que de
raison? Cela peut vous enrhumer, père Griffon, cela peut vous gâter le
teint; mais vous avez sans doute souffert du cauchemar, cette nuit, ou
bien le Moine-bourru vous aura fort maltraité, au sortir du lit?

Et tout le monde riait de ces interrogations adressées inutilement au
sourd ébahi, pour qui la grimace sardonique de Crébillon était aussi peu
compréhensible que ses paroles.

Le Moine-bourru, dont Crébillon demandait des nouvelles au sonneur,
était connu au collège de Louis-le-Grand, par une ancienne superstition,
qu'on retrouve encore dans le peuple. Il parait qu'à l'époque de
l'expulsion des jésuites par Henri IV, après l'attentat d'un de leurs
élèves, nommé Jean Châtel, contre ce prince, la Compagnie de Jésus, dont
les doctrines théologiques venaient d'être condamnées au Parlement comme
dangereuses pour la vie des rois et pour la sûreté des États, fut,
en quelque sorte, personnifiée par cette dénomination allégorique de
Moine-bourru, à laquelle se rattachait le souvenir du parricide commis
sur un roi cher à ses sujets. Le Moine-bourru devint dès lors un fantôme
malfaisant, qui était censé parcourir les rues de Paris, pendant la
nuit, surtout en hiver, et le collège de Louis-le-Grand, qui ne portait
encore à cette époque que le nom de collège de Clermont, à cause de
son fondateur Guillaume Duprat, évêque de Clermont en Auvergne, passa
naturellement pour la retraite de ce méchant moine, qui assommait de
coups les gens qu'il rencontrait éveillés dans ses rondes nocturnes.

La terreur que ce personnage imaginaire causait aux habitants de Paris
s'était tellement accréditée dans les esprits et si bien enracinée au
collège de Louis-le-Grand, que les jésuites eux-mêmes n'en étaient pas
tous exempts. Le Père Griffon et le Père Frémion contribuaient aussi à
la perpétuer, dans les traditions du collège, par des récits ridicules
qu'ils faisaient aux élèves, de la meilleure foi du monde. Quand
ceux-ci, aux heures de récréation, interrogeaient les deux vieux
correcteurs sur l'histoire redoutable du Moine-bourru et parvenaient à
les mettre sur ce chapitre inépuisable, le Père Griffon narrait avec
émotion les faits et gestes de cette espèce de démon, et son collègue
muet approuvait, d'un signe de tête ou d'un signe de croix, ces
terribles récits, tant il avait lieu de redouter le Moine-bourru, qu'il
accusait de torts graves à son égard, car il montrait une cicatrice
qu'il avait au front, et faisait raconter, par son compère, qu'une belle
nuit de Noël, le Moine-bourru avait voulu le poignarder, pour l'empêcher
de sonner la messe de l'Aurore. Le Père Griffon possédait donc, sur le
Moine-bourru, un répertoire d'aventures et de témoignages, capables au
moins d'inspirer le doute au plus incrédule; ces aventures fantastiques,
il les amplifiait de plus en plus, depuis quarante ans qu'il les
prodiguait sans cesse à l'insatiable curiosité de ses jeunes auditeurs,
qui frémissaient d'horreur, en se serrant autour de lui. L'orateur,
que la peur gagnait à son tour, finissait par en perdre la voix, aussi
complètement que le Père Frémion, qui avait accompagné d'une effrayante
pantomime, en sa qualité de muet, les récits de son collègue, qu'il
n'entendait pas, mais qu'il savait par coeur.

Crébillon, le seul qui dans le collège ne croyait pas au diable, avait
osé traiter de visionnaires les deux innocentes victimes des malices du
Moine-bourru.

--Visionnaires! murmurait le père Griffon, avec indignation. Ce mauvais
garçon ne croit à rien; il mourra dans la peau d'un hérétique.

Le jour suivant, ce fut le père Frémion, qui dut remplacer le père
Griffon dans les fonctions de sonneur. Il avait, comme tout le monde,
blâmé son confrère d'un oubli qu'il croyait bien avoir constaté
lui-même. Il se rendit à son poste, avant quatre heures du matin, bien
déterminé à faire retentir un carillon, qui ne pût être révoqué en
doute, même par les sourds; il ouvrit donc l'armoire, pour empoigner la
corde qu'il cherchait à tâtons, sans la trouver et sans la voir dans
l'obscurité.

--Encore un maudit tour du Moine-bourru! pensait le sonneur. Pourvu
qu'il n'ait pas avalé la corde de ma cloche!

Mais Crébillon ne dormait pas: il avait devancé le sonneur, et pour
empêcher la cloche de sonner, il en avait détaché la corde et il la
tenait par un bout, en laissant pendre l'autre bout de cette corde,
garni d'un bon noeud coulant, qu'il sut diriger adroitement de manière
à faire passer ce noeud coulant dans le bras du père Griffon. La chose
faite, Crébillon attira la corde à lui, en serrant le noeud coulant dans
lequel se trouvait engagé le bras du sonneur.

[Illustration: Le bras du sonneur se trouvait engagé dans le noeud
coulant de la corde.]

Celui-ci sentit cette étreinte subite, sans oser y porter la main qui
lui restait libre, et cela, dans la crainte de rencontrer quelque chose
d'horrible, ou de se brûler les doigts à l'anneau de fer rouge que la
pression de la corde lui faisait imaginer autour de son bras; il resta
donc pétrifié, fermant les yeux et poussant des soupirs, faute de
pouvoir crier au secours, presque défaillant au fond de l'âme, et
promettant des prières au bon saint qui le délivrerait des griffes du
Moine-bourru.

Crébillon, du haut de la fenêtre où il avait pris position pour jouer
son rôle, se divertissait beaucoup de l'épouvante d'un ennemi, qu'il
tenait humilié en sa puissance, et il tiraillait la corde, par brusques
secousses, pour redoubler l'horreur de cette espèce de possession
magique à laquelle se croyait condamné le malheureux Père Frémion. Ce
matin-là, le réveil ne fut pas sonné plus tôt que la veille, et le
renouvellement d'une pareille négligence irrita le principal, qui envoya
chercher le sonneur en défaut, dans sa chambre, où il n'était point.
Le père Griffon, avec l'assurance et l'entêtement d'un sourd, assura
positivement que son confrère était descendu à l'heure précise et avait
sonné le réveil.

On ne trouvait pas le Père Frémion, qui était bien empêché de répondre
à son nom, qu'il n'entendait pas répéter, quoique tous les échos du
collège le portassent à ses oreilles. On le cherchait partout, excepté
sous la cloche, muette comme lui, où il désespérait de sa vie et de son
salut. Crébillon, que le danger d'être découvert invitait à la retraite,
rejeta sur la tête du malheureux sonneur le bout de la corde, qu'il
tenait encore en la secouant de plus belle, et s'enfuit dans le dortoir,
en poussant un éclat de rire qui eût fait honneur au Moine-bourru
lui-même. Le Père Frémion, qui avait cru sentir sur sa tête s'abattre
la formidable main du Moine-bourru, était tombé à la renverse, le
bras droit toujours levé en l'air, bien que la corde détendue ne le
contraignît plus à cette position pénible, que les nerfs raidis de
son bras rendaient machinale. On arriva enfin, on le releva, on
l'interrogea, on remarqua son bras lié d'un noeud coulant; mais, à ses
gestes effarés et à sa physionomie contractée, on ne put que former des
conjectures défavorables sur l'état de son cerveau, troublé de vin ou
de folie; il eut beau analyser, par écrit, ses impressions et ses
sensations, pendant qu'il sonnait la cloche à tour de bras, assurait-il,
et prêter à son effroi une cause réelle qu'il essayait de peindre avec
des gestes et des grimaces horribles, le principal s'irrita davantage
d'une crédulité qu'il ne partageait pas, et le punit de sa négligente en
lui ordonnant de passer, chaque nuit, trois heures en prières: c'était
ne pas ménager les terreurs superstitieuses du pauvre homme.

Toutefois, les élèves profitèrent de ce retard et de ce désordre pour
donner une heure de plus au sommeil et une heure de moins au travail.
Pendant qu'ils s'habillaient avec une lenteur que la cloche n'avait
pas encore activée, Crébillon eut le temps de leur conter en détail
l'aventure plaisante du Père Frémion, qui n'était pas remis de sa peur,
et ceux-ci, en passant devant lui, se détournaient pour rire, quand
ils voyaient les yeux égarés et le teint blême du sonneur muet, qu'ils
saluaient de condoléances ironiques et facétieuses.

--Comment se porte le Moine-bourru? lui disaient-ils, en riant. Il
paraît que cet honnête moine ne veut pas qu'on l'éveille si matin; donc,
prenez garde à vous, Père Frémion: un jour, il vous pendra au bout de
votre corde, et vous sonnerez vous-même le glas de vos funérailles.
Notre Père, délivrez-nous de votre sonnerie! Ainsi-soit-il.

Le Père Frémion ne savait sur quelle face moqueuse faire tomber, en
grêle de soufflets, l'orage de sa colère, car c'était une procession de
rires et de sarcasmes, qui pourtant ne lui inspirèrent pas le soupçon
qu'il eût été la victime d'un tour d'écolier. Crébillon, composant son
visage avec une expression de fatalité tragique, avait l'air de compatir
à sa juste frayeur.

--Eh bien! mon révérend Père, lui dit-il d'un ton lugubre, si le
Moine-bourru recommence ses courses nocturnes dans le collège, c'est
présage de malheur, et le diable emportera la cloche avec vous. Digne
Père Frémion, le Moine vous a-t-il bien rossé? Heureusement que les
indulgences, que vous gagnez chaque jour, en nous donnant le fouet
le plus consciencieusement du monde, vous consoleront en paradis.
N'avez-vous pas prononcé un bel exorcisme? Oh! que j'eusse voulu être là
pour venir en aide au Moine-bourru!

Le Père Frémion, à voir l'air compatissant de Crébillon, eut la bonhomie
de croire que le malin garçon s'intéressait à lui et ajoutait foi
à l'apparition du Moine-bourru; il lui sut gré, au fond, de cette
apparente bienveillance, et il se promit tout bas, de le ménager, la
première fois que Crébillon mériterait la correction favorite des
jésuites; ensuite le bon Père, faute de pouvoir s'exprimer avec la
parole, essaya de reproduire, par la pantomime la plus expressive, tout
ce qu'il avait éprouvé de souffrances morales et physiques, sous la
possession du Moine-bourru. Crébillon, qui avait envie de lui rire au
nez, eut beaucoup à faire pour continuer son rôle d'auditeur bénévole,
et pour garder son sérieux, qui lui échappait, au souvenir de ce
Moine-bourru qui n'était autre qu'un noeud coulant dans les mains d'un
écolier.

Crébillon était trop enchanté du succès de sa comédie, pour ne pas
tenter de la renouveler une seconde et une troisième fois, sans qu'elle
fût découverte. Tout réussit au gré de ses espérances: le Père Griffon
sonna encore la cloche privée de battant; le Père Frémion eut encore le
poignet lié à la corde; les collégiens gagnèrent encore, a ce manège,
quelques heures de bon sommeil et un sujet journalier de plaisanteries.

Mais ceux qui, ces jours-là, passèrent sous les verges des Pères
correcteurs, se plaignirent d'être traités en victimes expiatoires. Le
Père Griffon surtout frappait plus fort que jamais, c'est-à-dire comme
un sourd.

Cependant le principal, qui n'était ni superstitieux, ni crédule,
n'attribuait point les incroyables aventures des sonneurs à la magie ou
à des causes surnaturelles, d'autant plus que rien ne paraissait
dérangé dans l'économie de la cloche, qui avait la voix aussi claire
qu'auparavant pour appeler le collège à table, à l'étude, à la
récréation et au lit. Après avoir imposé de nouveaux jeûnes et de
nouvelles pénitences aux deux sonneurs, sans que ceux-ci fussent
parvenus à sonner la cloche du réveil; comme le Père Frémion offrait
la démission de sa charge pour complaire au Moine-bourru, le principal
annonça qu'il irait lui-même sonner le réveil, en dépit des timides
remontrances de ses deux subordonnés qui croyaient fermement que le
Moine-bourru lui tordrait le cou.

Cette nouvelle, qui fut bientôt dans toutes les bouches, ne fit que
ranimer l'imagination de Crébillon, qui changea de batteries, pour
conquérir encore à ses camarades l'addition de sommeil qu'il leur avait
promise, et à laquelle ils s'étaient déjà accoutumés depuis quatre
nuits.

Avant qu'aucun bruit de pas eût retenti sous les voûtes du collège,
avant qu'aucune lumière eût brillé aux fenêtres du pavillon de
l'Horloge, Crébillon sortit de son lit bien chaud, avec un héroïque
dévouement, qui bravait un froid de six degrés, accompagné de la bise
du nord; il alla, pieds nus, sur le palier, théâtre de ses premiers
exploits, et parvint, non sans peine et sans danger, à enlever la
cloche, dont il avait enveloppé soigneusement le battant avec son
mouchoir; puis, il se sauva entre ses draps, avec sa lourde capture,
encore indécis de l'usage qu'il en ferait.

[Illustration: Crébillon traîna la cloche jusqu'aux greniers.]

Sa première pensée avait été de faire disparaître la cloche pour
toujours, comme pour la punir de tous les griefs que le sommeil des
collégiens avait reçus d'elle, et il songeait à l'aller jeter dans le
puits, mais il fut arrêté par cette réflexion que ce ne serait pas se
délivrer à jamais d'une pareille ennemie, que de laisser la place à une
autre cloche, peut-être plus grosse, plus bruyante et plus inattaquable.
Il se détermina donc à lui chercher une cachette, où elle serait, du
moins, en paix et en silence. Dans cette intention il s'habilla, sans
faire de bruit, et quitta le dortoir, avec la cloche, qu'il avait peine
à porter: il la porta cependant ou la traîna jusqu'aux greniers, et
ensuite il la fit passer, par une lucarne, sur les toits: là, il choisît
exprès le corps de cheminée qui communiquait avec l'appartement du
principal, pour suspendre et fixer, dans l'intérieur même du tuyau de
cette cheminée, la cloche, muette encore, au moyen de la corde et
d'un morceau de bois attachés le plus solidement possible; ensuite
il accrocha, au battant de la cloche, une longue ficelle, qu'il fit
descendre dans le tuyau d'une cheminée voisine, où aboutissait le poêle
de la classe de son quartier. Ces préparatifs, que l'obscurité et la
gelée rendaient plus difficiles et plus périlleux, avaient été faits
avec la plus grande précaution; ils ne furent terminés qu'à quatre
heures du matin, au moment où le principal sortait de sa chambre pour
venir lui-même dans la cour faire sonner le réveil en sa présence.

Crébillon, durant son pénible travail, avait dirigé souvent ses regards
vers la fenêtre de la chambre du principal, et quand l'horloge sonna
quatre heures, il se tint pour averti de rentrer au dortoir, où son
absence n'avait pas été remarquée; mais, auparavant, il eut le temps de
voir une partie de la scène comique à laquelle donnait lieu l'enlèvement
de la cloche.

Le principal ne trouva même pas la corde qui servait à sonner la cloche,
lorsqu'il ouvrit de sa propre main la petite armoire où cette
corde devait être renfermée, et le Père Frémion, qui le suivait en
frissonnant, s'écria que le Moine-bourru avait sans doute emporté la
cloche avec la corde. Quant au Père Griffon, il se réjouissait, en
sournois, de l'étonnement et de l'embarras de son supérieur. Il fallut
éveiller un à un les élèves, qui s'excusèrent de leur paresse sur le
silence de la cloche, et qui poursuivirent de leur gaîté matinale
les deux sonneurs, qu'ils voyaient lever les yeux en l'air, à chaque
instant, dans l'espoir que leur cloche reviendrait d'elle-même reprendre
sa place ordinaire.

--Révérends Pères, leur disaient les complices de Crébillon, elle a pris
des ailes et s'est envolée, pour devenir un astre au ciel; ou bien le
diable, qui se mêle de tout, l'aura prise et fondue au feu de l'enfer.
Mais ne vous désolez pas: elle est peut-être en voyage, comme toutes
les cloches de nos paroisses, qui s'en vont à Rome, dit-on, pendant la
semaine sainte. C'est votre faute aussi de l'avoir enrhumée, madame
notre cloche, pour l'avoir fait parler trop matin. Cette cloche
clochetait mal, avançant l'heure du travail et retardant l'heure du
repos: le Moine-bourru fera bien de la battre un peu, pour la corriger.

Et les deux sonneurs, qui se communiquaient leurs inquiétudes relatives
à la cloche absente, se félicitaient d'être justifiés de tout soupçon de
négligence, par la déconvenue du principal, et ils en augurèrent qu'une
puissance invisible empêchait l'usage des cloches dans le domaine de
la Compagnie de Jésus; ils supportaient donc avec résignation les
épigrammes et les rires de la gent écolière.

Le principal était moins résigné à tolérer la soustraction de la cloche,
qu'il ne pouvait attribuer à des voleurs du dehors; il pensait qu'un
collège sans cloche était semblable à un corps sans âme, et jugeant bien
que ceux-là seuls étaient capables d'avoir fait le coup, qui avaient
intérêt à le faire, il n'en accusa que ses élèves: en conséquence, il
assembla les Pères Jésuites en conseil secret et leur demanda leur
avis, après avoir hautement exprimé le sien, qui fut de briser, par un
redoublement de sévérité, cette espèce de rébellion contre la discipline
de la maison, et de retrouver, à force de menaces et de punitions, la
cloche volée et le voleur. La fable du Moine-bourru n'invitait personne
à la tolérance, et les moyens de rigueur les plus redoutables furent
adoptés dans cette espèce de concile.

--Mes enfants! dit d'un air paternel le principal, qui avait réuni tous
les élèves autour de lui dans la grande salle des distributions de prix,
vous devez connaître celui d'entre vous qui s'est rendu coupable de vol
et de désobéissance, en dérobant et en cachant la cloche du collège.
Il est de votre devoir de vous séparer de l'auteur d'un acte aussi
répréhensible, en me le désignant vous-mêmes: ce que je vous somme de
faire immédiatement.

Les élèves ne bougèrent pas et se turent, comme s'ils n'avaient pas
entendu cette sévère admonition, ou comme s'ils n'avaient rien à y
répondre; les têtes, les yeux, demeurèrent immobiles, et quelques
ricanements étouffés circulèrent seulement de rang en rang. Crébillon,
qui se tenait derrière un pilier, pour mieux juger des dispositions de
l'assemblée, faisait le geste de se dénoncer lui-même, mais ses voisins
l'en empêchèrent, en lui rappelant leurs conventions mutuelles.

--Jeunes élèves, je vous laisse réfléchir jusqu'à demain après la messe!
reprit le principal, d'un ton qui témoignait de son mécontentement;
j'espère que vous n'attendrez pas le terme de ce délai, pour me signaler
le coupable; mais, passé l'instant de l'indulgence, il sera trop tard
pour le repentir; alors vous serez tous compris dans le châtiment,
et condamnés, sans rémission, à dix jours de jeûne, et à un mois de
retenue, pour copier chacun dix mille vers latins. Nous verrons bien
si ces mesures extrêmes réussiront mieux que le bon conseil et la
persuasion, pour vaincre vos résistances criminelles.

Dès que le principal se fut retiré, avec la ferme volonté de ne pas
fléchir devant l'obstination la plus intrépide, les écoliers tinrent
conseil entre eux, à leur tour, et comme le voleur de la cloche courait
grand risque d'être chassé du collège, après avoir reçu le fouet à
outrance, il fut résolu, à l'unanimité, que le secret serait gardé
inviolablement, puisqu'en tous cas il n'était pas possible de fouetter
et de chasser tous les élèves. Crébillon, qui ne voulait pas être en
reste de générosité avec ses camarades, leur jura de tourmenter tant et
si bien leurs persécuteurs, qu'il les forcerait à quitter l'offensive
et à demander merci. Après un discours d'apparat, dans lequel on eût
retrouvé en germe les défauts et les beautés des tragédies qu'il
devait composer plus tard, il s'empressa de réaliser ses promesses, en
recommençant, à lui seul, la lutte avec le principal et ses sonneurs.

Il attira donc immédiatement, par une des ventouses du poêle,
l'extrémité de la ficelle qu'il avait attachée au battant de cloche, et
qu'il avait ensuite fait descendre, du haut du toit, dans la cheminée
voisine de celle où la cloche était suspendue: le battant, mis en branle
par la ficelle, vibra dans le tuyau de cette cheminée, en remplissant
d'un murmure prolongé les six étages du bâtiment. Les petits mutins
applaudirent à ce coup de théâtre qu'ils n'avaient pas prévu, et le
régent, qui accourut à cette révélation du bronze sonore, chercha en
vain, dans tous les coins du quartier, dans les pupitres et sous les
bancs, la cloche invisible qu'on entendait encore frémir sourdement.

Ces sons de cloche se répétèrent plusieurs fois par jour, grâce à
l'ingénieux artifice de la ficelle, que Crébillon s'était réservé de
tirer seul à sa convenance, en temps utile. Les Pères jésuites et leurs
domestiques se lassèrent bientôt de rechercher l'endroit d'où partaient
ces sons de cloche, grossis et dénaturés par l'écho de la cheminée. A
chaque vibration de la cloche, le principal tressaillait de colère et
adressait des voeux au Ciel pour découvrir le démon qui présidait
à cette sonnerie mystérieuse; les deux sonneurs, les bras croisés,
s'indignaient contre la malicieuse audace du Moine-bourru; les écoliers
se divertissaient de cette comédie _tintinnabulante_, ainsi qu'ils
l'appelaient en riant aux éclats, comme s'ils n'eussent pas dû payer
l'amende. Le lendemain arriva, le délai fatal était expiré, et il ne se
trouva pas, dans tout le collège, un délateur: jeûnes, arrêts, pinsums,
de commencer.

Le proviseur ne fut pas moins persévérant que les petits révoltés,
qui supportaient la punition générale avec un entêtement unanime; le
supplice perpétuel de leurs régents, que la cloche narguait sans cesse,
suffisait à leur plaisir et à leur vengeance. La règle quotidienne du
collège semblait interrompue: les repas, les classes, le lever et le
coucher n'étaient plus indiqués que par ordre verbal, puisque la cloche
faisait défaut; quant aux récréations, elles avaient complètement cessé,
et il fallait, du matin au soir, tenir la plume, qui s'usait plus vite
que la patience des condamnés.

Mais cette cloche, qui avait disparu et qu'on ne retrouvait pas, se
faisait entendre sans cesse, comme un gémissement, au milieu de la
nuit, depuis que Crébillon avait eu l'adresse de faire passer, dans son
dortoir, une seconde ficelle, qu'il agitait tout doucement, sans sortir
de son lit. Chaque fois que le son se renouvelait, tout le collège
était en rumeur, et le principal, armé d'un flambeau, conduisait les
recherches jusque dans les caves, au lieu de les diriger du côté des
toits. Enfin, on mit tant de monde en sentinelle, que Crébillon se vit
forcé, sous peine d'être découvert, de supprimer sa diabolique sonnerie.
Pendant deux jours, la vigilance des subalternes et des supérieurs fut
aux écoutes, et la cloche demeura muette, si ce n'est qu'une hirondelle,
en sortant de son nid, ébranla d'un coup d'aile le battant, qui retentit
encore comme une harpe éolienne.

Cependant les arrêts continuaient avec plus de rigueur, sans que le
clocheteur fût dénoncé par ses complices, sans que la cloche absente eût
été remise à sa place.

Le Père Frémion et le Père Griffon ne doutaient pas que le Moine-bourru
ne fût le seul coupable, et comme ils s'obstinaient à le dire à tout
venant, on les avait relégués, en observation ou en pénitence, dans les
caves: là, ils puisaient du courage dans les tonneaux, qu'on ne leur
avait pas donnés à garder; c'est de cette manière qu'ils dissipaient
leurs frayeurs, au point de braver le Moine-bourru lui-même, quand ils
étaient ivres.

Le proviseur, furieux d'une résistance qu'il ne parvenait pas à vaincre,
eut recours à des ordonnances aussi cruelles qu'injustes: il déclara
que, tous les jours, dix élèves, choisis entre les plus mauvais sujets,
seraient fouettés extraordinairement, et aussitôt il désigna ceux qui
subiraient d'abord la peine du fouet. Crébillon fut compris dans cette
première fournée, et le Père Griffon, qui était chargé d'exécuter la
sentence, acquitta les vieilles dettes de son propre ressentiment,
jusqu'à ce qu'il eût le bras fatigué de frapper sur ce malin garçon, qui
ne lui épargnait pas les égratignures et les coups de pied. Le martyr
ne pardonna pas à son bourreau, et, sous les verges même, il ne rêvait
qu'aux représailles.

Les choses avaient été poussées si loin de part et d'autre, qu'il
n'était plus possible de continuer la lutte, sans péril pour l'auteur
de ce désordre collégial, et les élèves, à qui Crébillon offrait de
se livrer lui-même au terrible jugement de la Compagnie de Jésus, lui
répondirent généreusement qu'ils recevraient tous le fouet, après lui.

Néanmoins, Crébillon, inquiet des graves conséquences d'une rébellion
générale qui persistait depuis plus de quinze jours, résolut de remettre
enfin la cloche à sa place, sans en avertir personne, dans l'espérance
que cette restitution volontaire apaiserait le ressentiment du
principal. On avait abandonné les veilles de nuit, depuis que la cloche
ne se faisait plus entendre. Crébillon se leva donc, la nuit même, monta
sur le toit et en redescendit avec la cloche, qu'il se disposait à
replacer, tant bien que mal, à l'endroit où il l'avait prise, lorsqu'il
vit d'en haut la lueur d'une lanterne errer sous la galerie du
rez-de-chaussée et un homme s'avancer lentement dans l'ombre des
arcades. Il reconnut le Père Griffon, qui ouvrit la porte des caves
et disparut. Crébillon avait une vengeance à exercer contre ce Père
fouetteur, qui, dans l'exercice de ses fonctions, ne les ménageait
guère: ne voulant pas perdre une si bonne occasion de le surprendre en
flagrant délit de vol et d'ivrognerie, quoique à demi vêtu, transi de
froid et plein de sommeil, il s'empressa de descendre dans la cour et
de suivre les pas du père Griffon, sans avoir pris le temps de se
débarrasser de la cloche, qui entravait un peu sa marche, mais dont le
battant immobile était encore prudemment emmaillotté.

[Illustration: Crébillon renverse le père Griffon, et sautant par-dessus
lui, balance la cloche à ses oreilles.]

La porte des souterrains était demeurée ouverte derrière le Père
Griffon, qui, sous prétexte de guetter le Moine-bourru, allait visiter
le meilleur vin des révérends Pères. Crébillon, conduit par la traînée
de lumière que projetait la lanterne, traversa plusieurs caves, à la
suite du sourd, qui ne se retournait point, au bruit d'un pas réglé sur
le sien, et qui, aussitôt arrivé à son but, s'agenouilla devant une
barrique, et la tint amoureusement embrassée, en collant sa bouche au
robinet qu'il avait ouvert. Crébillon le regarda humer à longs traits
le vin qui dégouttait de son menton, et ne le troubla point dans cette
opération consciencieuse; mais, dès que les yeux de l'ivrogne se
fermèrent voluptueusement et que sa tête dodelina comme celle d'un
enfant au sein de sa nourrice, il décapuchonna le battant de la cloche
et s'élança tout à coup sur l'ivrogne, qu'il renversa en arrière; puis,
sautant par-dessus lui, les jambes écartées, il balança la cloche à ses
oreilles, avec un carillon à rendre sourd quiconque ne l'eût pas été
déjà comme le Père Griffon.

Celui-ci, spontanément dérangé dans la plus délicieuse orgie, n'eût pas
été plus épouvanté par les trompettes du jugement dernier; il crut que
la voûte et les six étages du bâtiment s'écroulaient sur lui, et, avant
de rouvrir les yeux, il jeta des cris aigus: il entendait à peine la
cloche qui sonnait à lui briser le tympan, mais, ayant essayé de se
redresser sur ses mains, il retomba la face contre terre, en voyant
une espèce de monstre qui lui faisait d'effroyables grimaces et qui
suspendait au-dessus de sa tête une cloche en branle, comme pour le
coiffer de ce bonnet d'airain. La lanterne, qui avait roulé à terre
sans s'éteindre, éclairait de bizarres reflets cette scène burlesque
et fantastique. Le père Griffon se persuada qu'il était au pouvoir du
Moine-bourru, et redoubla ses hurlements, que couvrait le son de la
cloche.

Crébillon jouissait de l'effroi du malheureux ivrogne, à ce point qu'il
oubliait de faire une prudente retraite, avant que tout le collège
fût éveillé par les sons de cloche et les cris lamentables, qui
retentissaient au fond des caves; il ne cessait de tinter, comme pour
un mort, et chaque fois que le battant frappait en cadence les parois
métalliques de la cloche, il piétinait le corps de son ennemi étendu à
terre sans force et sans mouvement; mais, pendant qu'il s'enivrait de
cette douce vengeance, de même que le pauvre Griffon s'était enivré
de vin vieux, il sentit s'imprimer, sur ses épaules presque nues, la
meurtrissure d'un coup de fouet, qui lui arracha une exclamation de
douleur et de surprise: il arrêta sa sonnerie, pour voir d'où lui
venaient les coups qui lui labouraient le dos et les reins, et il
aperçut la robe du Père Frémion, lequel n'avait pas trouvé de langage
plus expressif que son fouet à lanières, pour exorciser le Moine-bourru,
qu'il n'eut pas le temps de reconnaître pour un être humain assez peu
redoutable; aussi, ne resta-t-il pas bien convaincu que son terrible
fouet avait frappé sur de la chair vive, quand Crébillon eut écrasé la
lanterne avec son pied et se fut enfui, à tâtons, avec la cloche qui
murmurait entre ses mains, jusqu'au dortoir, où il se fourra dans son
lit, tout tremblant de froid et d'anxiété, sans se dessaisir de cette
cloche accusatrice, qu'il se repentait de n'avoir pas lancée à la tête
du Père Frémion.

Celui-ci était tellement épouvanté dans les ténèbres où le laissa
Crébillon, qu'il eut peine à rassembler ses idées, lorsqu'on accourut
avec des flambeaux: il expliqua, par signes, que, guidé par les sons
de la cloche, il était arrivé dans la cave, au moment où son collègue
luttait contre un démon, qui ne pouvait être que le Moine-bourru. Quant
au Père Griffon, qui gisait dans une mare de vin et qui n'avait pas
recouvré sa raison, il déclara ne pas savoir comment il se trouvait dans
la cave, au lieu d'être à son poste de garde; il jura que c'était le
Moine-bourru en personne, qui l'avait attiré dans un piège et lui avait
fait souffrir tous les tourments du purgatoire: la description de ces
tortures infernales déguisa l'état de trouble où l'avaient mis le vin et
la peur.

Le principal ne savait plus que penser de ces incompréhensibles
apparitions; il refusa de se recoucher, et passa le reste de la nuit à
parcourir les cours, les caves et les bâtiments, sans rien voir ni rien
entendre de surnaturel. Le Moine-bourru, par suite de cette aventure
merveilleuse, obtint de nouveaux témoignages, en faveur de son existence
réelle, qui dès lors fut dûment constatée.

Crébillon, qui avait fait semblant de dormir, malgré tout ce tumulte, ne
répondait pas aux questions de ses camarades; il feignit d'être malade,
le lendemain matin, et ne se leva point en même temps que les autres. Il
n'osait remuer en son lit, parce que le moindre son de cloche eût amené
la découverte de cette cloche dans ses draps et la preuve irrécusable de
sa culpabilité. Il avait pourtant cherché, dans son cerveau, le plus
sûr et le plus prompt expédient pour se débarrasser de cet incommode et
dangereux corps de délit. A peine les dortoirs furent-ils déserts, qu'il
s'habilla précipitamment et emporta la cloche, avec bonheur, dans la
chambre de la Correction, qu'il trouva toute grande ouverte, par suite
d'une distraction et d'un affolement du Père Griffon.

C'était dans cette chambre que les Pères fouetteurs enfermaient leurs
provisions de bouche et les nombreux cadeaux qu'ils recevaient des
parents et des écoliers, comme ces galettes de farine et de miel que le
sage et pieux Énée présente à Cerbère, dans l'_Énéide_ de Virgile, pour
endormir la férocité de ce chien à trois têtes.

Crébillon était descendu, frais et riant, au quartier, avec un objet
soigneusement entouré de papier, qui circula de pupitre en pupitre,
avant que les Pères Frémion et Griffon allassent rendre visite à leur
buffet pour se remettre des fatigues morales et physiques de la nuit;
ils avaient aussi besoin d'un surcroît de forces, dans la distribution
quotidienne des corrections ordinaires et extraordinaires, qu'ils
avaient charge d'administrer aux incorrigibles écoliers. Le Père Griffon
tira de l'armoire une monstrueuse andouille de Troyes, qu'il avait
goûtée la veille; mais il n'y eut pas plus tôt mordu, qu'il jeta bien
loin cette andouille et porta les mains à sa joue, en hurlant: «O mes
dents!» Pendant ce temps-là, le Père Frémion découvrait, avec stupeur,
dans la peau de l'andouille, un battant de cloche, qu'il eût été
difficile d'entamer d'un coup de dent. Le Père Griffon, encore stupéfait
de cette trouvaille, continuait à gémir, en tenant sa mâchoire
endommagée et en marchant à grands pas sur les dalles qu'il frappait
rageusement du pied; tandis que le Père Frémion soulevait la croûte
d'un magnifique pâté d'Amiens, pour y chercher des compensations
gastronomiques: son couteau rencontra une telle résistance, que la lame
se brisa, et le pâté entr'ouvert étala, aux regards des deux gourmands
confondus, la cloche elle-même, silencieusement assise dans le saindoux
et occupant la place de trois ou quatre succulents canards, que les
écoliers étaient en train de dévorer à belles dents, sans songer à cette
même cloche, dont l'agréable son avait tant de fois charmé l'attente de
leurs estomacs vides, à l'heure du repas!

Cloche et battant furent emportés, tout luisants de graisse, dans le
cabinet du principal, qui ne sut jamais ni où ni comment on les avait
retrouvés. Le jour même, les Pères correcteurs, remarquant parmi les
élèves du quartier de la classe de cinquième, des sourires railleurs sur
toutes les bouches comme dans tous les yeux, et flairant une agréable
odeur d'ail et de charcuterie, qu'ils ne pouvaient méconnaître,
devinèrent la destination qu'avaient eue la chair de l'andouille et
le contenu du pâté; ils en gardèrent rancune aux voleurs gastronomes:
ceux-ci portèrent longtemps les marques des verges, qui ne les avaient
pas ménagés, surtout Crébillon, qui fut soupçonné, sinon convaincu
d'être l'auteur de l'enlèvement de la cloche et de sa disparition: il
avait, d'ailleurs, assumé sur lui seul la responsabilité du vol de
l'andouille et du pâté, par une belle indigestion, dont il était
difficile d'accuser la maigre chère du collège, c'est-à-dire, les
lentilles, les haricots, les pois-chiches, le fromage et l'eau claire.

Quarante ans après, Jolyot de Crébillon était devenu un grand poète
tragique, le successeur de Racine et le rival de Voltaire. Un de ses
amis eut la curiosité de connaître le jugement que ses premiers maîtres
du collège de Louis-le-Grand avaient porté sur son compte, dans les
registres secrets où la Compagnie de Jésus consignait le caractère et la
tendance morale de chacun de ses élèves; on lisait, à l'article relatif
au jeune Crébillon: _Puer ingeniosus, sed insignis nebulo_; horoscope
latin qu'on pourrait traduire ainsi: «Enfant plein d'esprit, mais
insigne vaurien.»



LA

VOCATION DE JAMERAY DUVAL

(1704)


Valentin Jameray Duval était fils unique d'un paysan d'Arthonay en
Champagne, et cet enfant, qui dès ses premières années se sentait
possédé d'un désir immodéré de s'instruire, n'avait jamais pu
s'accoutumer à la vie laborieuse, dont son père lui donnait l'exemple;
il ne se refusait pas aux travaux manuels, par paresse ou par esprit
de contradiction, mais il s'y prêtait si mollement, si indifféremment,
qu'on ne pouvait méconnaître son aversion instinctive pour tout ce qui
était effort et action physiques, pour tout emploi des forces du corps,
pour toute occupation active et purement matérielle. Son pauvre père, le
plus illettré et le plus rustique des paysans, avait renoncé cependant
à lui imposer le moindre labeur, et il prenait même le parti de cet
enfant, doux et bon de caractère, mais indolent et flegmatique de
tempérament, contre sa mère, qui voulait le contraindre, bon gré, mal
gré, à travailler à la terre et à faire du moins, comme elle disait,
oeuvre de ses dix doigts.

--Laisse donc le petit à ses fantaisies, disait le père; à chacun
ici-bas son lot et sa tâche. Valentin ne fera point un laboureur, ni un
vigneron: il n'a ni nerf ni poigne; tout ce qu'il a de vaillant, c'est
dans sa tête. Il semble bâti, m'est avis, pour faire un curé.

Valentin, en effet, avait eu de bonne heure l'intelligence ouverte et
disposée à recevoir toutes les impressions extérieures qui font la
connaissance des choses et qui se complètent par la réflexion et le
raisonnement. Il ne savait ni lire ni écrire; il n'avait rien appris
de ce qui s'acquiert dans la fréquentation des personnes éclairées et
instruites; il n'était jamais sorti du milieu grossier et agreste dans
lequel il se trouvait confiné par la condition misérable de ses parents,
et il arriva ainsi jusqu'à l'âge de sept ans, sans avoir même appris
le catéchisme, car le hameau où il était né n'avait pas de curé ni
d'église: il fallait aller à trois lieues de distance, pour trouver l'un
et l'autre.

Le petit Valentin était pourtant très avancé pour son âge, au point
de vue des notions pratiques et usuelles en fait d'agriculture et
d'économie rurale: il avait recueilli autour de lui les observations
et les renseignements que les gens de la campagne pouvaient lui
communiquer, et rien ne s'était perdu, pour ainsi dire, de ce qui
lui était entré dans l'esprit par les yeux et par les oreilles.
Malheureusement personne autour de lui n'eût été capable de lui
apprendre à lire, et il avait honte de ne pas même connaître son
alphabet, en dépit de l'espèce d'instruction expérimentale qu'il s'était
donnée lui-même.

Il avait huit ans, quand son père, en mourant, le laissa dans une
profonde misère; il n'était pas en état de gagner sa vie avec le travail
de ses mains et il aurait rougi de rester à la charge de sa mère, qui
pouvait à peine se suffire à elle-même.

--Mère, lui dit-il avec l'énergie d'une résolution bien arrêtée, j'irai
demain trouver M. le Curé de Monglas, qui m'a toujours fait accueil,
lorsqu'il m'a rencontré dans les champs. Je lui demanderai de me prendre
chez lui comme enfant de choeur ou plutôt comme aide de sa gouvernante,
qui est bien vieille et qui n'a quasi plus la force de faire son ménage.
Ce ne sera pas pour moi grosse besogne, mais j'y aurai mon profit,
puisque M. le Curé me montrera sans doute à lire et à écrire, en
m'enseignant mes devoirs religieux. Quant à toi, mère, je te conseille,
je te prie d'aller te mettre au service des bonnes soeurs Ursulines ou
Visitandines, soit à Tonnerre, soit à Auxerre, soit à Troyes. Là, tu
trouveras le bien-être et le repos dont tu as besoin, en attendant que
je t'aie fait une petite fortune, que je viendrai partager avec toi.

La mère du petit Valentin fut touchée jusqu'aux larmes du dévouement
filial que cet enfant lui témoignait avec tant de noblesse et de
simplicité; elle ne voulait pas lui permettre de la quitter, mais il
ne fit que se fortifier dans la décision qu'il avait prise, après mûr
examen de la situation: il embrassa, le lendemain, la pauvre femme, qui
avait pleuré toute la nuit, et lui promit de la tenir au courant de tout
ce qu'il ferait pour arriver à une position lucrative et honorable.
Il avait trois lieues à faire à pied, à travers champs, pour aller au
village de Monglas; il mit dans sa poche une miche de pain, des noix et
des pommes; puis il partit tout courant, sans tourner la tête, de peur
de perdre courage en regardant du côté de sa mère, qui l'appelait d'une
voix faible et dolente.

Il marchait d'un bon pas et ne s'arrêtait point en route: au bout de
trois heures, il fut chez le vieux Curé, qui venait de dire sa messe et
qui, le voyant seul, s'imagina que cet enfant était envoyé en toute hâte
pour l'appeler auprès du lit d'un mourant. Comme il n'avait pas été
averti de la mort du père de Valentin, il pensa qu'on venait le chercher
pour administrer les derniers sacrements au père ou à la mère de cet
enfant.

--Qu'est-ce qui est en danger de mort chez toi, mon ami? lui dit-il avec
intérêt: ton père et ta mère, mon enfant, ne sont pas très vieux, et
toi, pauvre petit, tu es bien jeune. Je vais prendre les saintes huiles
et tout ce qu'il faut pour la cérémonie....

--Monsieur le curé, interrompit naïvement Valentin, les choses se sont
passées sans vous: mon pauvre père est mort, il y a cinq jours, et en
voilà quatre qu'il est enterré dans notre cimetière d'Arthonay. Il n'y
avait donc pas lieu de vous déranger, et aussi je ne viens à vous que
pour moi.

--Pour toi? demanda le curé, un peu surpris de cette visite tardive. Je
ne comprends pas, objecta-t-il d'un ton de reproche, qu'on enterre un
bon chrétien comme un païen, sans prêtre et sans prières des morts!

--Oh! Monsieur le curé, repartit l'enfant, les prières n'ont pas manqué:
c'est le curé de la commune voisine qui les a dites; mais mon père
étant décédé subitement, le digne homme, vous n'aviez plus rien à voir
là-dedans. Je ne vous sais pas moins de gré de vos bonnes intentions à
notre égard. J'y comptais bien, d'ailleurs, Monsieur le curé, puisque me
voici.

--C'est très bien, dit le curé en souriant. Il te reste à me dire en
quoi je puis t'être utile, mon enfant?

--Vous ne devinez pas, Monsieur le curé? répliqua Valentin, en le
regardant d'un air timide et confiant à la fois. Le père est mort, la
mère n'a plus son pain cuit. C'est raison que j'aille gagner ma vie
ailleurs, et l'idée m'est venue, Monsieur le curé, de vous prier de
me recevoir au presbytère, où je puis vous rendre nombre de petits
services, ainsi qu'à madame votre gouvernante qui n'est plus jeune et
qui se trouverait bien de mon aide....

--Hélas! mon cher enfant, reprit le curé avec émotion, ma pauvre
gouvernante Jacqueline s'en est allée vers Dieu, le mois dernier, et
alors il m'a semblé que je pouvais, avant de la rejoindre là-haut, me
démettre de ma cure et me retirer dans un ermitage, où j'aurai plus
de loisir pour me préparer à faire une bonne mort, comme celle de
Jacqueline. C'est demain matin que je pars, sans dire adieu à mes bons
paroissiens, qui m'ôteraient peut-être le courage de partir. Je vais en
Lorraine, où je suis né, et je me rends à l'ermitage de Sainte-Anne,
près de Lunéville.

--Si j'avais neuf ou dix ans de plus, Monsieur le curé, dit Valentin
animé d'un pieux sentiment d'imitation chrétienne, je vous supplierais
de m'accorder la permission de vous accompagner, et je me consacrerais
avec vous à la vie monastique!

Le bon curé fut touché de ce premier élan de la vocation religieuse; il
rappela néanmoins à Valentin que son devoir était de rester avec sa mère
et de travailler pour elle. Puis, il s'informa des moyens que l'enfant
aurait de gagner quelque chose, en essayant de faire un métier et de se
destiner à une profession industrielle. Mais Valentin répondit, d'un
ton déterminé, mais non sans rougir, qu'il ne se sentait propre à aucun
métier, et qu'après s'être longtemps consulté dans son for intérieur, il
n'aspirait qu'à devenir un grand savant.

--Un grand savant! s'écria le curé, surpris d'entendre un enfant de la
campagne exprimer un pareil désir. N'est pas savant qui veut, mon cher
petit! Mais il n'y a pas encore de temps perdu, et l'on verra plus tard
quel savant tu peux être.

--Je ne demanderais qu'à savoir lire et écrire, dit gravement Valentin;
le restant viendrait tout seul.

--Lire et écrire! répéta le curé en riant: un savant, en effet, ne peut
demander moins. C'est bien fâcheux que je parte demain, mon ami, car,
à voir ton ardeur pour apprendre, je crois bien que tu saurais lire et
écrire dans deux ou trois mois.

--Vous êtes si bon, monsieur le curé, reprit l'enfant, que vous me
donnerez bien, ce soir, ma première leçon de lecture?

Le curé, étonné, enchanté de l'ardeur extraordinaire que manifestait
cet enfant de neuf ans, commença sur-le-champ à lui donner la leçon de
lecture que Valentin sollicitait, et il se servit, pour cela, de son
bréviaire, n'ayant pas d'autre livre à son service. L'enfant était tout
yeux et tout oreilles; il se rendit compte non seulement de la forme des
lettres, mais il en retint la valeur, le son et l'usage, de telle sorte
qu'il comprenait déjà leurs rapports entre elles et qu'il les liait
l'une à l'autre pour composer des syllabes et des mots. Il écoutait
attentivement la démonstration et l'explication que lui donnait son
maître, et il répétait de la manière la plus fidèle ce qu'il avait
entendu. Jamais intelligence plus spontanée, jamais intuition plus
lumineuse, ne s'étaient révélées chez un enfant. Le bon curé était
émerveillé; il encourageait son élève et ne se lassait pas de lui
adresser des éloges. Il n'interrompit sa leçon que par un frugal repas
qu'il fit partager à cet enfant si bien doué et si bien inspiré, qui
oubliait le boire et le manger pour s'instruire, en profitant de
l'obligeance infatigable de son premier instituteur. La leçon ayant été
reprise, au sortir de la table, ce fut l'élève qui fatigua le maître.
Celui-ci ne revenait pas de sa surprise, et il eut de la peine à croire
que le petit lecteur ne connaissait pas ses lettres, avant d'être venu
au presbytère de Montglas. Valentin ne songeait pas à retourner auprès
de sa mère, et il eût volontiers suivi à pied le curé jusqu'en Lorraine,
pour savoir lire. Le soir venu, le curé se vit obligé de le garder au
presbytère et de lui faire un lit, où l'enfant se coucha tout habillé;
il aurait préféré ne pas interrompre la leçon, la seule que le digne
curé lui avait donnée, et cette leçon il la repassa dans sa mémoire
durant la nuit entière, au lieu de dormir. Sa préoccupation était
d'avoir un livre, dans lequel il pourrait, sans les conseils du maître,
s'exercer à la lecture, car il en avait retenu les premiers éléments,
et dès que le jour parut, il se remit à étudier tout seul, avec une
incroyable perspicacité, ce qu'il se souvenait d'avoir appris la veille
dans le bréviaire.

Le curé de Monglas ne pouvait ajourner son départ, mais il le retarda
de quelques heures, pour donner encore une leçon à Valentin et pour
le conduire chez un gros fermier voisin, qu'il pria de recueillir et
d'employer dans sa ferme cet enfant, qui ne demandait qu'à gagner son
pain de chaque jour.

Ce fermier était un avare égoïste et brutal, qui ne prenait conseil que
de son intérêt personnel et qui n'aurait pas donné un liard à un pauvre,
si ce liard ne lui eût pas rapporté un sou: il fit mine pourtant d'avoir
égard à la recommandation pressante du curé, et il consentit à promettre
la nourriture et le gîte à cet enfant, qui serait chargé de conduire
les dindons aux champs et de les garder du matin au soir. Le curé n'en
demanda pas davantage, et comme il était bon et charitable, il pensa que
le fermier le serait aussi à l'égard d'un orphelin, qu'on lui confiait
en le priant d'en avoir soin.

Valentin aurait voulu que le curé lui laissât un livre, pour y étudier
ses leçons, mais le curé n'avait que son bréviaire; cependant il trouva,
dans un coin, un Catéchisme, à moitié déchiré, que son enfant de choeur
y avait oublié, et il le donna, faute de mieux, à Valentin, qui le reçut
avec reconnaissance; il lui donna, en outre, quelque argent, et, comme
il lui rappelait, en montrant une vieille carte de géographie clouée au
mur, que le but de son voyage était l'ermitage de Sainte-Anne, près
de Lunéville, où il comptait finir ses jours, l'enfant lui dit, avec
attendrissement, qu'il se promettait bien de l'y rejoindre, dès qu'il
serait devenu savant: ce qui était le but invariable de ses espérances.

--Vous plaît-il, M. le curé, lui dit-il, de me laisser, en souvenir
de vous, cette carte que vous n'avez pas l'air de vouloir emporter à
Sainte-Anne?

--De grand coeur, je te la donne, mon ami, reprit le curé en souriant,
mais que feras-tu de cette carte, si je ne suis pas là pour t'enseigner
son usage? C'est un grimoire inintelligible pour toi.

--Oh! que non pas, M. le curé! repartit l'enfant, qui se redressa d'un
air capable; j'en ai vu déjà une chez M. le bailli d'Arthonay, il y a un
an, quand mon père m'y mena avec lui, et comme je la regardais à pleins
yeux, le commis de M. le bailli eut la bonté de m'expliquer tout ce
qu'on trouvait sur cette carte, les routes et les chemins, les rivières
et les cours d'eau, les collines et les vallées, les bois et les champs,
les clochers et les paroisses, les villages et les villes. C'est plus
aisé à comprendre que la lecture, et je me reconnais là-dedans, comme si
je voyais tous les lieux qui y sont représentés. Oh! la belle chose que
la géographie!... N'est-ce pas ainsi qu'on appelle la science qui fait
connaître les pays, sans y être et sans les avoir sous les yeux? Je
donnerais deux doigts de ma main, pour posséder cette science-là!

Le curé était touché et émerveillé d'une pareille envie d'apprendre
et de savoir, chez un enfant qui annonçait ainsi ses dispositions
naturelles à l'étude et qui promettait de ne pas rester en route dans la
voie de l'instruction, s'il avait le bonheur d'arriver au but, sous la
protection de Dieu. L'enfant remercia le curé de toutes ses bontés et
s'engagea très sérieusement à venir le rejoindra en Lorraine.

Valentin entra aussitôt en fonctions dans la ferme: on mit sous sa garde
une vingtaine de dindons, qu'il devait conduire tous les jours dans les
pâtures et qu'il ramènerait tous les soirs à la ferme. On lui donna,
pour sa nourriture de la journée, deux livres de pain et un morceau de
fromage, en lui disant qu'il aurait de quoi boire dans les ruisseaux,
ainsi que ses dindons; on lui remit, pour sa défense contre les renards
et aussi pour celle de ses bêtes, une petite houlette armée d'un fer
tranchant, avec une corne ou cornet rustique, dont il se servirait pour
appeler à son aide, s'il avait besoin d'avertir les domestiques de la
ferme.

Il avait serré soigneusement sous ses habits délabrés le Catéchisme et
la carte de géographie, que le bon curé lui avait donnés en partant,
et il était impatient de s'en servir souvent pour son instruction
élémentaire, car il se sentait capable d'apprendre à lire, en peu de
temps, au moyen des notions premières qu'il avait acquises dans ses
deux leçons. Quant à la géographie, c'était une science dont il avait
toujours eu l'instinct et qui semblait s'offrir d'elle-même aux
préférences et aux habitudes de son esprit. La condition infime et
subalterne qu'il avait acceptée sans répugnance lui offrait les deux
biens du monde qu'il appréciait le mieux: la liberté et le repos. Il se
félicitait de pouvoir vivre seul, au milieu des champs, en gardant les
dindons, sans avoir besoin de se trouver en contact avec les hommes.

Ce fut donc dans la solitude, en face des charmants tableaux de la
nature champêtre, que Valentin commença un cours d'études générales,
sans autre guide que son bon sens inné et sa raison supérieure à son
âge, sans autre maître que son intelligence naturelle et son désir de
s'instruire. Par un effort inouï de volonté et de patience, il apprit à
lire couramment, en concentrant sa pensée sur chaque ligne, sur chaque
page de ce Catéchisme qui lui tenait lieu d'Alphabet et de Grammaire. Ce
n'est pas tout: il avait pris un crayon, sur la table du bon curé, avec
quelques feuilles de papier blanc qu'il conserva comme un trésor, pour y
tracer des lettres et des mots bizarrement caractérisés par des traits
d'écriture informes et qu'il imitait tant bien que mal, d'après le texte
imprimé de ce Catéchisme dans lequel il avait pris toutes ses leçons de
lecture. Il écrivait donc d'une manière barbare et incorrecte, mais
il avait fini par savoir lire si parfaitement, qu'il lut et relut à
plusieurs reprises tout ce qui restait du Catéchisme, où il apprit les
dogmes fondamentaux de la religion catholique et les premiers principes
de la morale.

Son instruction en géographie ne fut pas poussée au-delà de l'étude
minutieuse de la carte qu'il possédait, et cette étude minutieuse lui
permit de se rendre bien compte de la configuration géographique d'une
province de France, que cette carte lui mettait sous les yeux. Il ne lui
manquait plus que des livres pour faire des progrès rapides dans
une science qui se prêtait bien à la nature de son esprit exact et
méthodique. Un heureux hasard le servit à souhait pour encourager ses
dispositions à la connaissance de la géographie. Un vieux berger, qui
menait paître ses moutons dans une prairie voisine, entra en rapport
avec lui et le prit en amitié: ce berger lui donna les premières notions
de l'astronomie, en lui indiquant la place que les étoiles occupaient
dans le ciel selon la saison de l'année, et Valentin apprit de la sorte
les noms des astres qu'il reconnut bientôt, d'après leur position, avec
autant de certitude que son maître lui-même. Il comprit dès lors, par
une espèce de divination, les rapports qui devaient exister entre la
position des astres au ciel et celle de toutes les régions de la terre,
les unes à l'égard des autres. C'étaient encore des livres qui lui
faisaient défaut pour l'enseignement approfondi de la géographie, de
cette science, qui lui semblait la plus belle et la plus utile de
toutes.

Le vieux berger, qui devint son guide et son ami, lui apprit, en
outre, tout ce qui composait le savoir et l'expérience des bergers,
c'est-à-dire les propriétés des herbes et des plantes, la médecine
usuelle de l'homme et des animaux, les signes du temps, les pronostics
des saisons, les époques de tous les travaux des champs et mille détails
secrets de la vie pastorale et agricole. Valentin était toujours
aussi mal vêtu, aussi mal nourri, aussi mal couché; mais il semblait
indifférent à ces privations, parce qu'il s'absorbait dans l'étude et
dans la méditation. Il était dit, cependant, que sa destinée ne le
condamnait pas à garder les dindons toute sa vie, et il pensait
quelquefois à rejoindre en Lorraine le bon curé de Monglas, qui l'avait
engagé à y venir. Il était toujours aussi misérable, et l'avare fermier
ne lui avait pas donné depuis six mois une seule pièce d'argent, lorsque
sa situation changea, par force majeure, sans s'améliorer.

Un soir, un de ses dindons manquait à l'appel: il le chercha en vain;
un renard l'avait emporté. Il rentra tristement à la ferme et n'osa pas
avouer l'accident arrivé à une de ses bêtes. Il espérait la retrouver,
et il partit, le lendemain, de meilleure heure, pour recommencer
des recherches qui lui portèrent malheur. Pendant qu'il s'écartait
imprudemment de son troupeau de dindons, le renard revint à la charge
et en prit encore un, dont les cris désespérés avertirent trop tard le
malheureux gardien: il eut beau courir après le renard, en lui jetant
des pierres, il dut revenir à ses dindons, qui faisaient entendre des
plaintes lamentables et qui se rangèrent autour de lui, comme pour
l'inviter à les défendre. Il demeura indécis, tout le jour, sur le parti
qu'il avait à prendre; puis, le soir venu, il ramena ses dindons à la
ferme et n'y entra pas avec eux, tant il redoutait la colère de son
patron. Il avait résolu de chercher fortune ailleurs, et il s'en alla
passer la nuit dans la maisonnette roulante du vieux berger, qui le
consola le mieux qu'il put et qui lui offrit de partager avec lui les
chétifs profits de sa bergerie.

--Non, répondit Valentin, j'aurais trop peur de rencontrer le fermier
qui me demanderait compte des deux dindons que le renard m'a volés et
que je serais bien en peine de lui rendre. Demain, je décamperai, au
point du jour, et je serai bientôt hors de la portée de ce méchant
maître, en suivant la route de Langres....

--Bonté divine! s'écria le berger, chagrin de ce projet qu'il essaya de
combattre: il y a vingt lieues d'ici à Langres.

--Je n'en avais compté que dix-sept, sur la carte que je sais par coeur,
dit l'enfant. Ce n'est rien que vingt lieues à faire: j'arriverai donc à
Langres, en moins de deux jours de marche...

--Oui, bien, reprit le berger, mais, pendant ces deux jours, il faut
manger et se reposer, et tu n'as pas un sou vaillant.

--Oh! dit Valentin, on trouve du pain partout, et l'on couche dans les
granges. Ce n'est pas ce qui m'inquiète.

--Tiens, voici deux écus, qui pourront payer tes frais de route, objecta
le bon berger, car on ne se nourrit pas gratis en ce monde, et les
bourses ne s'ouvrent pas plus aisément que les coeurs. Il serait plus
sage peut-être de retourner à la ferme et de dire à ton maître: «Le
renard a pris deux de vos dindons, mais je viens vous offrir en échange
deux écus qui les valent...»

--Il m'accuserait d'avoir vendu ses bêtes, interrompit Valentin, et de
ne lui rendre que la moitié du prix de la vente. Il recevrait l'argent,
et me battrait, par-dessus le marché. Nenni, je ne veux pas m'y risquer.
Aussi bien, j'ai foi dans la Providence qui n'abandonne pas les gens,
quand on se recommande à elle. Priez pour moi, mon digne ami, et moi, je
prierai pour vous, de loin ou de près.

Valentin exécuta donc son projet tel qu'il l'avait conçu: il partit, dès
l'aube, après avoir fait ses adieux au vieux berger, en le conjurant
de présenter au fermier des excuses de sa part, avec la promesse de
restituer tôt ou tard la valeur des deux dindons que le renard lui avait
pris. Il n'emporta que sa corne, qui pouvait lui être utile, et une
longue corde, qu'il tortillait en guise de ceinture autour de ses reins;
il avait accepté aussi un bâton noueux en bois de houx, que le berger
lui donna pour se défendre contre les chiens errants ou même contre les
loups, qu'il viendrait à rencontrer sur son chemin. Il n'avait pas
de but déterminé, en se dirigeant vers la ville de Langres, et il ne
songeait qu'à s'éloigner de la ferme où il n'aurait eu rien de bon à
attendre. Il marcha donc à grands pas, pendant plus de trois heures, et
ne suspendit sa marche, que pour faire honneur aux provisions que le
vieux berger avait mises dans son havresac. Valentin s'était arrêté au
bord d'une petite rivière, assez profonde, qui longeait la route, à dix
ou douze pieds en contre-bas de la chaussée. Il mangeait de bon appétit,
et rêvait aux circonstances imprévues qui allaient décider de son
avenir, lorsqu'il entendit le trot d'un cheval qui s'approchait de son
côté, mais il se trouvait dans un fond ombragé, d'où l'on n'apercevait
pas la route. En ce moment, le cavalier, qu'il ne pouvait voir, venant
à passer à peu de distance de lui, fut tout à coup désarçonné par sa
monture, qui l'envoya tomber, la tête en avant, dans la rivière. Cet
homme ne savait pas nager et il aurait été noyé infailliblement, si
Valentin, qui ne savait pas nager davantage, n'eût fait acte de courage
et d'adresse pour le sauver. L'enfant eut assez de présence d'esprit,
en face du danger que courait cet homme, pour lui porter secours à
l'instant: il déroula rapidement la corde qu'il avait autour de son
corps, fit un noeud coulant à l'un des bouts de cette corde, et la lança
si adroitement, au milieu de la rivière, que le noeud coulant saisit par
le cou le malheureux qui se noyait et le ramena, presque étouffé,
au bord de la rivière. Valentin avait reconnu son ancien maître, le
redoutable fermier, et celui-ci, qui avait repris pied dans l'eau, la
corde au cou, reconnaissait aussi son petit gardeur de dindons.

--C'est donc toi qui veux m'étrangler, mauvais sujet? lui cria-t-il
d'une voix haletante.

--Moi, vous étrangler, Monsieur! répondit Valentin, stupéfait d'une
pareille accusation: moi, vouloir vous faire du mal, lorsque sans mon
assistance vous alliez périr!

--Je te conseille, petit fourbe, de me donner le change! murmurait le
fermier qui n'était pas encore sorti de l'eau, mais qui ne courait plus
aucun danger. Tu as voulu m'assassiner, pour m'empêcher de te punir,
comme un voleur que tu es!

--Moi, un voleur! repartit Valentin, avec indignation: moi qui viens de
vous sauver la vie!

--Attends-moi, friponneau! s'écria le fermier, dont la colère n'avait
fait que s'accroître. Je vais te payer ma vieille dette, voleur de
dindons, et je me servirai, pour ton châtiment, de la corde avec
laquelle tu as essayé de m'étrangler, après avoir effrayé mon cheval,
qui m'a fait tomber dans l'eau. C'est moi qui te pendrai, au premier
arbre de la route.

Valentin eut une telle peur de cette menace, qu'il ramassa son bâton et
s'enfuit à toutes jambes, sans regarder derrière lui. Il courut ainsi,
le long de la route, pendant un quart d'heure, et ne ralentit sa course
qu'en perdant haleine. Le fermier n'avait pas songé à le poursuivre et
s'en était retourné, pour se sécher, à la ferme.

Le pauvre enfant se mit à pleurer à chaudes larmes, en pensant à
l'ingratitude et à la méchanceté de ce vilain homme, qui l'aurait
récompensé de sa bonne action, croyait-il, en le pendant à un arbre.
Il n'eût jamais imaginé qu'un chrétien pût être aussi injuste et aussi
mauvais à l'égard de ses semblables: il tira de sa poche son Catéchisme
et il en parcourut quelques pages, afin de se réconforter, en élevant
son âme à Dieu. Ses yeux s'étaient fixés machinalement sur des maximes
morales et religieuses, que le curé de Monglas avait écrites sur la
couverture du livre, et, quoiqu'il ne fût pas encore très capable de
déchiffrer les écritures faites à la plume, il lut presque couramment
cette maxime, qui lui rendit toute sa confiance dans la Providence:

[Illustration: Valentin lança si adroitement la corde an milieu de la
rivière, que le noeud coulant saisit par le cou le malheureux qui se
noyait.]

_Le bien qu'on fait sur la terre nous est rendu au centuple dans le
ciel._

Il avait continué sa route, en marchant d'un bon pas; il ne voyait sur
son chemin aucun village, et il allait toujours en avant, dans l'espoir
d'en trouver un. Il avait fait au moins cinq lieues, quand il arriva
devant une maison de poste. Le lieu lui paraissait bon, pour demander
les renseignements dont il avait besoin, afin de se diriger plus
sûrement vers le but plus ou moins éloigné qu'il se proposait
d'atteindre.

Il sentait son estomac vide, et il s'aperçut alors qu'il avait laissé
son havresac et ses provisions à l'endroit où il déjeunait, quand
son repas fut interrompu par la chute du fermier dans la rivière. Il
possédait bien dans sa poche deux écus qui composaient toute sa fortune
et que le vieux berger l'avait forcé d'accepter, mais cet argent lui
semblait indispensable pour achever son long voyage. Une carriole,
couverte en toile cirée, stationnait à la porte de la poste; le cheval,
à moitié dételé, mangeait son picotin d'avoine, mais la voiture, remplie
de ballots et de paquets, n'était gardée par personne. Valentin entra
résolument dans le bureau de la poste.

Le conducteur de la carriole était là, qui se reposait en buvant un
verre de vin avec le maître de poste. Valentin salua poliment les deux
buveurs, en ôtant son bonnet à deux mains, et adressa la parole à celui
qui avait la figure la plus avenante. C'était un gros homme, à la mine
rubiconde et à l'air réjoui, vêtu d'une blouse de laine grise et coiffé
d'un chapeau de feutre gris à larges bords.

--Monsieur, lui demanda Valentin, en restant la tête découverte,
auriez-vous l'extrême bonté de me dire si je suis bien sur la route qui
mène à Langres?

--Sans doute, mon petit, répondit le gros homme en riant, mais Langres
n'est pas près d'ici, et il faut encore neuf ou dix heures de voiture
pour y arriver.

--Dix heures de voiture! répéta l'enfant avec inquiétude. Il faudrait
donc quasi le double de temps pour faire la route à pied?

--A pied? repartit le gros homme, en riant plus fort; c'est toi, mon
petit, qui voudrais faire à pied douze grandes lieues de pays?

--Dix-sept lieues de poste, ajouta flegmatiquement l'autre homme qui
remplissait son verre de vin et qui le vida d'un trait.

--Il reste trois ou quatre heures de jour, dit le gros homme qui avala
aussi un grand verre de vin. Un homme, qui marcherait bien et sans
traîner la patte, arriverait dans deux heures à Rolampont et dans quatre
heures à Humes, pour passer la nuit. Puis, demain, il y aurait à faire
neuf bonnes lieues dans la journée, pour arriver à Langres vers la
tombée du jour. Diable! je plaindrais celui qui aurait demain ces neuf
lieues-là dans les jambes.

--Il faut pourtant que je les fasse, dit l'enfant avec simplicité, mais
je coucherai en route, soit à Rolampont, soit à Humes, et le lendemain
j'irai jusqu'à Langres, où je compte me reposer, avant de me remettre en
route pour la Lorraine.

--C'est en Lorraine que tu vas, petit? répliqua le gros homme, qui parut
s'intéresser davantage à l'enfant. Et moi aussi, je vais en Lorraine,
mais je n'y vais pas à pied comme toi, mon pauvre garçon; j'ai une bonne
voiture, un bon cheval, et si je savais ce que tu vas faire en Lorraine,
je pourrais bien t'y conduire.

--Oh! Monsieur, vous êtes bien bon! dit Valentin, en rougissant de
surprise et de joie. Mais vous ne me connaissez pas!

--Tu as une honnête frimousse, qui me plaît et me donne confiance,
répondit le gros homme. Je ne te connais pas, en effet, mais, tous les
jours, on fait connaissance et bonne connaissance. D'ailleurs, tu
me rendras quelques services. Tu donneras l'avoine au cheval, tu
l'attelleras et le dételleras, tu lui feras sa toilette, et quand nous
serons en ville, tu porteras mes paquets de livres....

--Eh quoi! Monsieur, vous avez des livres à porter? interrompit
Valentin. Je serais si heureux de voir des livres!

--Tu en verras, dans ma voiture, plus que tu n'en as jamais vu, dit
le gros homme, car je suis colporteur et marchand de livres. Est-il
possible qu'un marmot de ton âge s'avise d'aimer les livres? Mais tu ne
sais pas lire?

--Je ne sais pas lire aussi bien que vous, sans doute, repartit l'enfant
avec modestie; plus tard, je lirai mieux, sans doute, quand M. le curé
de Monglas m'aura donné encore quelques leçons.

--Puisque tu connais un curé, petit, je n'ai pas besoin d'autre
recommandation, dit gaiement le gros homme. Nous allons partir. Va
mettre ton bagage dans la voiture, attelle le cheval, et attends-moi.

--Je n'ai pas de bagage, Monsieur! reprit Valentin, qui regardait d'un
oeil d'envie le pain et le fromage sur la table. Mais j'ai bien faim!

--Que ne le disais-tu plus tôt? s'écria le gros homme: tu aurais déjà le
ventre plein. Allons, assieds-toi là, et mange, et bois! ajouta-t-il, en
lui versant un grand verre de vin. Il a vraiment faim, le pauvre diable!
répétait-il, en voyant que l'enfant ne s'était pas fait prier pour faire
honneur à cette collation inattendue. Dépêche-toi de tordre et d'avaler,
mon petit affamé et souhaitons le bonsoir à la compagnie.

Valentin n'avait pas eu le temps de satisfaire son appétit, mais son
compagnon de voyage lui permit d'emporter ce qui restait de pain et de
fromage, en l'invitant à boire un second verre de vin. L'enfant, qui
n'en avait pas bu une goutte, depuis son souper chez le curé de Monglas,
eut l'esprit plus éveillé que troublé, en finissant à la hâte le bon
repas qu'on lui avait fait faire. Il avait encore la bouche pleine, en
montant dans la voiture du colporteur, et il continuait à dévorer son
pain et son fromage.

--Et tout cela, ce sont des livres? demanda-t-il au colporteur, quand il
fut assis au milieu des ballots soigneusement ficelés. Quel plaisir on
aurait à lire tout cela! Et comme on serait savant, après avoir lu tant
de livres!

Il était en humeur de parler et il parla autant que le voulut son
compagnon déroute, qui lui avait demandé le récit de ses aventures et
qui en apprit les détails avec intérêt, car ce compagnon de route, le
père Lalure, colporteur de livres imprimés à Troyes et à Nancy, d'images
en couleur fabriquées à Épinal, et d'ouvrages de piété vendus dans les
couvents, était un excellent homme, quoique très ignare, assez grossier
et souvent ivrogne.

--Écoute, petit, dit-il à Valentin: tu as besoin de gagner ta vie, et
comme on ne gagne qu'en travaillant, je t'offre de travailler avec moi;
tu sais lire, tu es intelligent et tu seras bientôt plus instruit que
moi. Mon métier est d'aller de ville en ville vendre en détail les
livres et les images, que j'achète en gros; le métier n'est pas très
mauvais, puisqu'il me donne de quoi entretenir ma voiture, nourrir mon
cheval et me nourrir moi-même, en faisant de jolies économies. L'an
dernier, j'ai pu mettre de côté trois mille francs. Je gagnerais
davantage, si je faisais plus d'affaires, et pour faire plus d'affaires,
il me faut un aide. J'ai pensé à toi: si tu veux faire un marché avec
moi et le bien tenir, tu auras du pain cuit pour le reste de tes jours,
et ce pain-là, tu pourras le partager dès à présent avec ta pauvre
vieille mère, qui en manque peut-être; tu seras nourri, habillé, logé,
voituré, comme le patron, en recevant un écu par mois pour tes menus
plaisirs, et de plus, trente écus d'honoraires à la fin de l'année. Cela
vaut mieux que de gueuser sur les routes, de n'avoir que des guenilles
sur le corps et de marcher sur les semelles du père Adam.

Valentin ne répondait pas; il baissait la tête et avait l'air de
réfléchir, mais il était bien résolu à suivre sa vocation et à n'être
qu'un savant. Il craignait, néanmoins, de blesser et d'irriter le père
Lalure, en n'acceptant pas ses offres. Il se disait, tout bas, que ce
serait un avantage pour lui de se trouver au milieu des livres, et de
pouvoir lire jour et nuit, s'il en avait le temps; mais il n'eut pas
de peine à se persuader que des relations journalières avec le curé
de Monglas profiteraient mieux à son instruction générale, que son
association avec cet homme bon et généreux, sans doute, mais ignorant,
dépourvu d'éducation, et incapable de s'élever au dessus de sa naissance
par l'intelligence et le savoir.

--Ce n'est pas tout, mon garçon! ajouta le père Lalure, pour achever de
le séduire et de le décider; je n'ai ni femme, ni enfant, ni famille, et
par conséquent, dans le cas où je viendrais à m'en aller dans l'autre
monde, tu hériterais de tout ce que j'ai, de ma voiture, de mon cheval,
de mes marchandises et de ma réserve, qui monte bien à neuf ou dix mille
livres...

--Vous avez neuf ou dix mille livres en réserve! s'écria Valentin,
émerveillé de ce qu'il prenait pour une bibliothèque.


--Dix mille livres, ce sont des francs! reprit le colporteur, qui
n'avait garde de confondre une livre monnaie avec un livre imprimé; oui,
je possède au moins dix mille livres en bon argent, et tout cela pour
toi, petit, sauf à me faire enterrer chrétiennement et à payer quelques
messes pour le repos de mon âme.

--Je suis bien touché de vos propositions, M. Lalure, répondit enfin
l'enfant dont la résolution n'avait pas fléchi; vous êtes bien bon et
bien honnête: je vous conserverai une éternelle reconnaissance, mais je
veux être un savant, et pas autre chose. Tant que je serai avec vous, je
vous rendrai de grand coeur tous les services qui sont en mon pouvoir,
je vous aiderai à vendre vos livres et je serai votre dévoué serviteur,
jusqu'à ce que nous soyons en Lorraine, où M. le curé de Monglas
m'attend à l'Ermitage de Sainte-Anne. Je ne réclame de vous qu'une seule
faveur, c'est que vous me permettiez de lire dans vos livres, pendant la
route, et quand vous n'aurez pas besoin de mes services.

--Je suis fâché de n'avoir pas réussi à faire de toi un bon marchand de
livres, dit le colporteur: on s'enrichit plutôt en vendant des livres,
qu'en les lisant. Eh bien! tu peux lire maintenant à ton aise tout ce
qu'il y a dans ma voiture. Aie l'oeil seulement sur le cheval, qui a
l'habitude du chemin et qui va son petit train, la bride sur le cou.
Bien du plaisir, Monsieur le liseur! Moi, je dors!

Il s'endormait déjà, en parlant, et il ne tarda pas à dormir d'un
profond sommeil. Valentin, au contraire, n'avait jamais été mieux
éveillé; pour la première fois de sa vie, il se trouvait au milieu des
livres et il ouvrit tous ceux qui étaient à sa portée, comme pour faire
connaissance avec eux: il en lisait les titres et il en parcourait
quelques pages. Le hasard lui mit d'abord entre les mains des ouvrages
traitant de matières qui ne lui étaient pas tout à fait étrangères,
et qui se rapportaient à ses longs entretiens avec le vieux berger de
Monglas. C'étaient surtout ces petits livres que l'imprimerie de
Troyes répandait par milliers chez le peuple des campagnes: le célèbre
_Calendrier des Bergers_, la _Grande pronostication des laboureurs_, la
_Chasse du loup_, le _Parfait Bouvier_, etc. Valentin se délectait à
feuilleter ces volumes, et sa passion pour la lecture se manifestait
spontanément par l'amour des livres. Il eût voulu déjà connaître tout ce
qu'il y avait de livres imprimés dans la carriole du colporteur.

Celui-ci dormait toujours, comme il en avait l'habitude, en se confiant
à la marche sûre et à la direction routinière de son cheval. Valentin
continua ses lectures, sans interruption et sans distraction, tant
qu'elles furent favorisées par le jour, qui allait diminuant et qui
finit par s'éteindre tout à fait. Il repassa d'abord dans son esprit ce
qu'il avait lu, et il occupa sa mémoire des sujets divers qu'il avait
abordés tour à tour dans cette première excursion à travers les livres;
puis, ses idées devinrent moins nettes et moins suivies: de la réflexion
il passa dans la rêverie et tomba par degrés dans le sommeil.

Ce fut le père Lalure qui s'éveilla le premier en sursaut, au bruit d'un
grognement effaré de son cheval, qui secoua rudement la voiture par une
triple ruade et commença une course folle, comme s'il s'emportait à
l'aventure. Le colporteur n'eut que le temps de serrer les rênes et de
maintenir le cheval sur la chaussée, au moment où il se jetait hors de
la route, au risque de se précipiter dans un ravin. Il faisait pleine
nuit et l'on pouvait à peine distinguer les objets environnants. Le
cheval, qu'il aurait été impossible d'arrêter sur place, ralentit un peu
son galop, toujours grognant et hennissant, sous l'empire d'une peur ou
d'un vertige.

L'enfant s'était éveillé aussi, et ses regards se portaient de tous
côtés avec inquiétude, pour chercher la cause de l'effarement subit
du cheval, si paisible et si indolent d'ordinaire. Le père Lalure
regardait, comme lui, en dehors de la carriole, qui avait failli verser
et qui oscillait à droite et à gauche, selon les mouvements désordonnés
que lui imprimait la course effrénée du cheval. Il y avait danger
certain d'un accident inappréciable, et ce danger pouvait renaître d'un
moment à l'autre. La route, alternativement montueuse et déclive, était
bordée tantôt par des clairières et tantôt par de grands bois touffus.

Tout à coup Valentin, qui se penchait hors de la carriole pour savoir
s'il n'apercevrait pas sur la voie quelque chose d'insolite, vit briller
dans les ténèbres doux points lumineux, semblables à des charbons
ardents.

--Monsieur! dit-il au colporteur, en baissant la voix: Monsieur,
n'avez-vous pas un briquet, je vous prie?

--Un briquet? repartit le père Lalure, qui ne comprit pas le but de
cette question inattendue. Nous avons bien affaire d'un briquet, quand
notre cheval s'emporte! Il s'en est fallu de peu que la voiture ne
versât.

--Au nom du Ciel, Monsieur, reprit l'enfant, avec des gestes
d'impatience, prêtez-moi un briquet! Il n'est que temps!

--Tiens, le voici! dit le colporteur, en le lui donnant. Mais, pour
Dieu! qu'en veux-tu faire?

--Je veux, dit tranquillement l'enfant, en battant le briquet, je veux
chasser le loup.

--Quel loup? s'écria le père Lalure, qui ne parvenait pas à modérer le
galop emporté de son cheval. Il y a un loup? ajouta-t-il avec épouvante.
Est-ce possible? Je ne m'étonne plus de l'effroi de ma pauvre bête!

Valentin avait fait jaillir l'étincelle sur l'amadou et il s'empressa
d'en approcher une allumette, qu'il lança tout enflammée en dehors de
la voiture. On entendit un hurlement, et le cheval se mit à ruer, en
courant plus fort.

--Dieu fasse qu'il n'y en ait pas une bande! dit Valentin. Vite, vite,
donnez-moi des papiers bons à brûler!

Le père Lalure chercha de vieux papiers, qui avaient servi à envelopper
ses livres, et il les tendit à Valentin qui lui dit de les rouler en
boule et de faire une provision de ces boules destinées à mettre en
fuite les loups. Il y avait, en effet, trois ou quatre loups, qui
suivaient la voiture et qui menaçaient de s'attaquer au cheval, dès
que le moment leur semblerait propice à cette agression. Le malheureux
cheval avait conscience du péril, qui devenait plus sérieux à
chaque instant, mais Valentin était prêt à le conjurer. Il alluma
successivement plusieurs des boules de papier chiffonné, que le
colporteur avait préparées, et il les jetait l'une après l'autre sous
les pieds du cheval pour tenir à distance les loups qui voulaient
s'élancer sur lui. Il semblait que le pauvre animal avait compris qu'on
lui venait en aide et que les projectiles enflammés n'avaient pas
d'autre objet que d'éloigner ces animaux féroces. Il hennissait de joie
et galopait de meilleur coeur, toutes les fois qu'une boule de feu
traçait dans l'air un sillon de lumière et tombait, enflammée, à ses
pieds.

Les loups, en revanche, perdaient de leur audace et restaient en
arrière; ils ne renoncèrent pourtant à suivre la carriole, que quand
elle fut sortie des bois et que la route se prolongea à découvert dans
la plaine. Alors seulement le père Lalure fut rassuré, et il embrassa
cordialement l'enfant, qui l'avait sauvé d'un danger presque inévitable,
avec tant de présence d'esprit et tant de courage.

--Ah! mon cher petit! lui dit-il sympathiquement, combien je regrette
de ne pouvoir te garder avec moi! Je te traiterais comme mon fils et tu
serais plus tard la consolation de ma vieillesse. Je te marierais, un
jour, à une bonne femme, qui te donnerait des enfants et qui nous ferait
une famille.

--Un savant n'est pas fait pour se marier, répondit l'enfant, qui avait
des idées aussi arrêtées et aussi mûries que s'il eût atteint déjà l'âge
de la raison. Je ne veux pas d'autre famille que beaucoup, beaucoup,
beaucoup de livres.

Le voyage du colporteur et de son petit compagnon s'acheva de la manière
la plus heureuse. Ce dernier avait rendu à son patron les plus grands
services, pour la vente des livres et des images qui faisaient le
commerce du père Lalure. Cette vente avait été si prospère, que le
colporteur voulut récompenser son jeune commis, en lui offrant une somme
de vingt-cinq écus, comme témoignage de satisfaction. Valentin ne
les accepta que pour les envoyer à sa mère, et il demanda au brave
colporteur, en arrivant à Sainte-Anne, quelques volumes qui feraient le
fonds de sa première bibliothèque. Le père Lalure se fit un plaisir de
lui en donner une centaine à son choix, et ne quitta pas sans émotion
cet enfant ingénieux et intelligent, en lui répétant qu'il perdait la
meilleure occasion d'avoir autant de livres qu'il en voudrait et plus
qu'il n'en pourrait jamais lire.

Valentin avait hésité à se séparer du père Lalure, car il apprit, à son
entrée dans l'ermitage de Sainte-Anne, que le digne Curé de Monglas
était mort, quelques jours auparavant; mais ce bon Curé ne l'avait
oublié, en mourant: il avait recommandé, par testament, aux Pères
ermites, de faire bon accueil à un enfant, nommé Valentin Jameray Duval,
qui devait venir, un jour ou l'autre, à l'ermitage, pour y faire son
éducation religieuse. L'enfant fut donc accueilli avec la plus gracieuse
bienveillance, comme un élève du défunt curé de Monglas. On s'informa du
genre de vie qu'il avait mené et du genre d'emploi qu'il exerçait, avant
de venir chercher chez les Ermites une retraite hospitalière; Valentin
raconta naïvement son histoire, et l'on crut qu'il se trouverait très
honoré de garder les vaches, après avoir gardé les dindons....

L'ermitage de Sainte-Anne, à une demi-lieue de Lunéville, était pauvre,
malgré son ancienne origine, qui lui assurait la protection des ducs
de Lorraine; mais les trois ou quatre ermites qui vivaient dans cette
sainte maison n'avaient pas besoin des biens de la terre: ils ne
mangeaient pas de viande, ne buvaient pas de vin, et se nourrissaient de
pain noir, de fromage et de lait, quand ils ne jeûnaient pas. Valentin
n'eut pas à se faire violence pour se soumettre à ce régime, n'ayant
pas été accoutumé à une nourriture moins frugale et plus abondante. Il
s'astreignit volontiers à ces privations, d'autant plus que les ermites,
absorbés par leur vie ascétique, le laissaient entièrement libre de son
temps, et ne lui imposaient pas d'autre devoir que de soigner les
quatre vaches de l'ermitage, de les mener au pâturage, de les traire et
d'employer une partie de leur lait à faire des fromages. Il était même
dispensé d'assister aux offices, excepté le dimanche.

Depuis le lever du soleil jusqu'à la nuit, il donnait à l'étude,
c'est-à-dire à la lecture la plus attentive et la mieux méditée, tous
les moments dont il pouvait disposer. Les six heures qu'il passait tous
les jours avec ses bêtes, dans un pâturage solitaire, sur la lisière
d'une forêt immense, n'étaient pas les moins bien remplies: il ne
faisait son métier de vacher qu'entouré de livres; il les lisait avec
une telle ardeur, qu'il oubliait souvent de rentrer à l'ermitage pour
le souper et qu'il devait alors se coucher à jeun. Il eut bientôt lu
et relu tous les livres que le père Lalure lui avait donnés en prenant
congé de lui; il fut obligé alors, pour fournir des aliments à son
insatiable amour de la lecture, de s'adresser à la bibliothèque des
Pères ermites. Malheureusement cette bibliothèque, composée d'une
centaine de gros volumes de théologie, écrits en latin la plupart, ne
lui offrait pas les ressources qu'il eût souhaitées pour travailler seul
à son instruction: il y découvrit cependant quatre ou cinq ouvrages
français, qui convenaient à ses goûts et à ses aptitudes: l'un sur
l'astronomie, l'autre sur la géographie, et les derniers sur la
numismatique. Il prit en si grande affection cette dernière science,
qu'il en devina les principes et les différents caractères, avant même
d'avoir appris le latin. Ce fut un des ermites, auquel il demanda de lui
donner les premières notions de la langue latine, et dès qu'il en eut
acquis les éléments, presque à lui seul et sans maître, il fit des
progrès rapides dans cette langue, qu'il lut bientôt à livre ouvert.
Il était moins avancé sous les rapports de l'écriture, faute de bons
modèles et de bonne direction; aussi son écriture, imitée bizarrement
des types d'impression qu'il avait sous les yeux, fut-elle toujours
mauvaise, étrange et illisible.

--Mon frère, lui dit un matin l'ermite qui lui avait donné des leçons de
latin, nous avons été avertis, hier soir, qu'un juif allemand vole tout
le bétail du pays et va le vendre aux marchés d'Alsace: je vous prie de
veiller avec soin sur nos pauvres vaches.

--J'espère, répondit Valentin, que ce voleur ne commet pas ses larcins
à main armée, car, dans ce cas-là, le plus sage serait de ne pas faire
sortir les bêtes et de les garder quelques jours à l'étable.

--Non, reprit l'ermite, cet homme a, dit-on, un secret pour endormir le
gardien, et c'est à la faveur du sommeil de celui-ci qu'il peut emmener
les bêtes et quelquefois tout un troupeau.

--Mon père, dit en riant Valentin, s'il ne faut que résister au sommeil,
pour n'avoir rien à craindre du voleur de bestiaux, je saurai bien lui
tenir tête, et au moindre danger, je cornerai si fort, avec mon cornet,
qu'on m'entendra de l'ermitage et que vous me viendrez en aide avec des
bâtons et des chiens.

Valentin sortit donc, ce jour-là, comme à l'ordinaire, avec les quatre
vaches des ermites et s'en alla dans la prairie sur la lisière de la
grande forêt, où le duc de Lorraine Léopold venait souvent chasser avec
les princes et les seigneurs de la cour.

Il faisait une chaleur extraordinaire: les rayons du soleil tombaient
d'aplomb sur la terre desséchée, et les herbes semblaient prêtes à
s'enflammer. Les vaches que Valentin menait paître s'étaient rapprochées
de la forêt, pour trouver un peu d'ombre. On voyait passer, dans les
airs, des essaims d'abeilles qui avaient quitté les roches voisines et
qui allaient chercher ailleurs de nouvelles demeures. Valentin prenait
un vif intérêt à ces émigrations des jeunes abeilles, et il en avait
étudié plus d'une fois les curieux épisodes, en admirant le merveilleux
instinct de ces mouches industrieuses. Il vit un de ces essaims, qui
s'abaissait vers le sol avec des bourdonnements confus et qui semblait
vouloir s'arrêter quelque part, pour se mettre en groupe et pour
attendre le moment favorable d'achever son voyage. Il suivit à distance,
en s'avançant avec lenteur, l'essaim qui se portait d'un endroit à un
autre, et cherchait la meilleure place où il pourrait camper et se
reposer; mais l'essaim, après avoir choisi successivement plusieurs
arbres autour desquels il se rassemblait comme pour tenir conseil,
reprit tout à coup son vol, en s'élevant dans les airs et en
s'éparpillant à travers la forêt.

Valentin, à son insu, avait employé plus d'une heure à cette étude de
naturaliste; lorsqu'il revint au pâturage, où il avait laissé les quatre
vaches; il ne les retrouva pas, et, s'imaginant qu'elles étaient entrées
dans le bois pour y prendre le frais et pour paître à l'ombre, il y
entra aussi, en les appelant par leurs noms et par des sifflements
qu'elles avaient l'habitude d'entendre et de comprendre. Pas le moindre
beuglement ne répondit à ces appels redoublés, que lui renvoyaient
seulement les échos de la forêt.

Alors il se rappela l'avertissement que le Père ermite lui avait
communiqué la veille, et il se demanda anxieusement si les vaches
n'avaient pas été volées par ce juif allemand, qu'il regardait comme un
être imaginaire créé par la peur des pâtres et des bergers. Les vaches
ne pouvaient être que dans les bois, puisqu'il ne les avait point
aperçues dans la prairie, et ce fut dans les bois qu'il se mit à les
chercher çà et là, en cornant de toutes ses forces. Enfin, il entendit
ou crut entendre loin, bien loin, quelques beuglements qui se turent
presqu'aussitôt. Il corna de nouveau et de plus belle, sans obtenir
aucun résultat; il se dirigeait tantôt d'un côté, tantôt de l'autre,
cornant, appelant, criant. Cette fois, ce n'était pas une illusion: une
vache avait beuglé, et ce beuglement fut suivi de plusieurs autres. Les
vaches devaient se trouver à une portée de fusil, et Valentin resta
convaincu que quelqu'un les emmenait en grande hâte, puisque les
beuglements s'éloignaient de minute en minute. Il cessa d'appeler et de
corner, afin de mieux suivre le voleur qui lui avait enlevé ses bêtes.
Il espérait ainsi le rejoindre là où bêtes et voleur viendraient à
stationner jusqu'à la nuit.

Son plan de poursuite réussit complètement; il parvint à franchir la
distance qui le séparait du voleur de vaches, sans que celui-ci dût
supposer qu'on pouvait l'atteindre. Il ne voyait pas encore ses bêtes,
mais il les entendait souffler entres les branchages qu'elles brisaient
en passant. Puis, il jugea tout à coup qu'elles s'étaient arrêtées et
que le voleur, fatigué à une longue fuite à travers bois, reprenait
haleine. Valentin n'avait pas d'arme, ni aucun moyen de défense: il ne
devait donc pas songer à user de vive force pour revendiquer son bien et
pour ramener ses vaches à l'étable. Il résolut de se borner à surveiller
le voleur et à le suivre pas à pas.

La prudence lui conseilla de ne pas s'approcher davantage et d'éviter
de faire le plus léger bruit, d'autant plus que le voleur n'avait pas
encore choisi l'endroit où il serait le mieux caché avec son butin.
Valentin eut alors l'idée de monter sur un arbre et d'y rester en
observation; il monta donc le plus doucement possible sur un grand orme,
qui s'élevait au milieu d'un emplacement dégarni d'arbrisseaux et de
broussailles, mais tapissé de gazon et de plantes bocagères. Du haut de
cet arbre, il dominait les environs, et il aperçut à travers la feuillée
ses quatre vaches, qui ruminaient en fourrageant dans les taillis; mais
il ne voyait pas l'homme qui les gardait, et il fut tenté de croire
qu'elles étaient en liberté. Son attention fut détournée par le bruit
des bourdonnements d'abeilles, qui voltigeaient au-dessus de lui et
qu'il n'avait pas remarquées, en montant sur cet arbre, où l'essaim
était venu se poser à l'extrémité d'une des branches les plus basses.

En même temps, il constata un mouvement décisif dans la station des
vaches qui avaient quitté leur gîte et qui venaient de son côté,
conduites par un homme de mauvaise mine, qui les tirait par la longe, en
maugréant contre elles.

--Ces maudites bêtes ne veulent pas se tenir tranquilles! disait-il
à part lui. Mais voici justement ce qu'elles cherchent: de l'herbe à
brouter. Il y en a là de quoi paître jusqu'au soir.

[Illustration: Valentin monta donc sur un grand orme.]

Il avait attaché à son bras les quatre cordes qui pendaient aux cornes
des vaches, et il les empêchait ainsi de s'écarter. Il s'assit par
terre, sous l'orme, dans lequel Valentin était monté; il bourra et
alluma sa pipe, puis il commença de fumer un affreux tabac, dont les
exhalaisons nauséabondes arrivaient à l'enfant caché dans l'épais
feuillage de l'arbre.

La fumée du tabac n'avait pas tardé à envelopper l'essaim d'abeilles,
suspendu en boule à une des branches inférieures de l'orme, et cette
fumée acre et soporative agit de telle sorte sur les mouches, qu'elles
tombèrent en masse, à moitié étourdies, mais furieuses, sur le fumeur,
en s'attachant à ses mains et à son visage, qu'elles criblaient de
piqûres. Il poussa de terribles cris d'effroi et de douleur, auxquels
Valentin répondit en cornant à plein gosier, tandis que les vaches
essayaient de s'enfuir en beuglant et brisaient le bras du voleur en
serrant les noeuds coulants des cordes qui les retenaient.

Cet horrible vacarme fit accourir des bûcherons, qui travaillaient dans
la forêt, et qui vinrent aider Valentin à reprendre possession de ses
vaches, pendant qu'on transportait à l'hôpital le malheureux voleur,
cruellement blessé et défiguré.

L'aventure eut quelque éclat dans le pays et l'honneur en revint à
Valentin qui avait fait preuve de tant de persévérance, d'adresse et de
courage. On lui attribua même l'invention d'avoir lancé sur le voleur un
essaim d'abeilles, qui en avaient fait justice.

A peu de jours de là, le duc de Lorraine chassait dans la forêt.
Valentin n'avait pas mené paître ses vaches à cause des agitations et
des tumultes de la chasse ducale, mais il s'était revêtu de son habit
d'ermite, comme pour un jour de fête, et il avait emporté avec lui des
livres et des cartes de géographie, pour aller lire et étudier dans les
bois. Il était donc assis au pied d'un arbre, les yeux attachés tantôt
sur un livre et tantôt sur une carte, et paraissait absorbé dans ses
études, lorsqu'un inconnu, en costume de chasseur tout galonné d'or,
s'approche de lui et lui demande ce qu'il fait là.

--Vous le voyez, Monsieur, répond Valentin avec déférence: j'étudie la
géographie.

--La géographie! reprend l'inconnu, en souriant avec bonté: est-ce que
vous y entendez quelque chose?

--Je ne m'occupe que des choses que j'entends, répliqua l'enfant sans
lever les yeux de la carte qu'il étudiait.

--C'est une carte d'Allemagne? dit l'inconnu. Que cherchez-vous dans
cette carte?

--Je cherche la route qui conduit à Heidelberg, reprend Valentin, car
je songe à me rendre à la célèbre université de cette ville, pour y
continuer mes études.

--Pourquoi penser à l'université d'Heidelberg, quand vous êtes en
Lorraine, mon enfant? dit l'inconnu. Nous a avons le collège des
jésuites de Pont-à-Mousson, où l'on fait d'excellentes études, et c'est
là que vous irez achever les vôtres.

[Illustration: Il était assis au pied d'un arbre, les yeux attachés sur
un livre.]

C'était le duc de Lorraine en personne, et Valentin, qui ne l'avait pas
reconnu, se vit tout à coup entouré des chasseurs revenant de la chasse.
On lui fit mille questions; le duc fut enchanté de ses réponses et
déclara qu'il le prenait sous sa protection. Valentin entra donc
au collège de Pont-à-Mousson; il s'y appliqua, de préférence, à la
géographie, à l'histoire et à l'archéologie; il en sortit avec une
pension qui lui était payée sur la cassette du duc Léopold.

Valentin était désormais un savant, comme il l'avait souhaité; le
premier usage qu'il fit de ses économies fut d'envoyer de l'argent à sa
mère, de reconstruire la chapelle de l'ermitage de Sainte-Anne, et de
dédier un tombeau monumental à la mémoire du curé de Monglas. Il fut
plus tard bibliothécaire du duc de Lorraine.

--Son Altesse sérénissime, disait-il avec modestie, daigne me payer
honorablement pour ce que je sais; mais, si 1'on devait me payer pour ce
que j'ignore, tous les trésors du duc de Lorraine ne suffiraient pas.



TABLE DES MATIÈRES


Introduction.--La convalescence du vieux conteur

Une bonne action de Rabelais

Les pressentiments maternels

Les premières armes

Les hauts faits de Charles d'Assoucy

La mascarade de Scarron

Le revenant du château de la Garde

Madame de Sévigné et ses enfants à la cour de Versailles

Les espiègleries de Crébillon

La vocation de Jameray Duval





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Contes littéraires du bibliophile Jacob à ses petits-enfants" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home