Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Abrégé de l'Histoire Générale des Voyages (Tome premier)
Author: La Harpe, Jean-François de, 1739-1803
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Abrégé de l'Histoire Générale des Voyages (Tome premier)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(This file was produced from images generously made
available by the Bibliothèque nationale de France
(BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



[Notes au lecteur de ce ficher digital:

Seules les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
corrigées.

--Le texte de la seconde illustration n'étant que partiellement
lisible, le second mot de la phrase "_John xxx fondit brusquement sur
les Hollandais et les tailla tous en pièces._" est manquant.]



                 BIBLIOTHÈQUE FRANÇAISE.



[Illustration: _Devéria del._ _E. Jourdan direx._ _Marinet sc._
J. F. LAHARPE.]



                         ABRÉGÉ

                           DE

                   L'HISTOIRE GÉNÉRALE

                       DES VOYAGES;



                    Par J.-F. LAHARPE.



                       TOME PREMIER.



           [Illustration: Enseigne de l'éditeur]

                          PARIS,
                 MÉNARD ET DESENNE, FILS.
                          1825.



AVERTISSEMENT DE L'ÉDITEUR.


L'ABRÉGÉ DE L'HISTOIRE DES VOYAGES de Laharpe jouit d'un succès qui
paraît croître de plus en plus; malgré le grand nombre de volumes dont
se compose cet ouvrage estimé, il a été réimprimé deux fois dans un
court espace de temps.

Cependant le format in-8º, adopté pour ces réimpressions, ne
satisfaisait pas toutes les classes de lecteurs. Il restait encore à
faire une édition de cet ouvrage, qui réunît à la pureté du texte, la
commodité du format, et qui fût à la portée de toutes les fortunes;
nous croyons avoir atteint ce but en offrant notre nouvelle édition
de l'_Abrégé de l'Histoire générale des Voyages_.

Cet ouvrage est imprimé pour la première fois dans le format in-18, et
nous croyons nous rendre agréables au public, en en faisant tirer
également sur le format in-12; de sorte qu'on peut le joindre aux
éditions qui ont été données dans les mêmes formats du _Cours de
littérature_ du même auteur. Nous avons corrigé un grand nombre de
fautes échappées au dernier éditeur, quoiqu'il ait mis plus de soin
que ses prédécesseurs, à l'impression de cet abrégé. Enfin nous ne
négligeons rien pour que notre édition soit rangée au nombre de ces
belles réimpressions que les presses françaises s'enorgueillissent de
reproduire depuis quelque temps.

MM. _Firmin Didot_ ont gravé le caractère, M. _Fain_ donne tous ses
soins à l'impression, le papier sort d'une des premières fabriques de
France. Le portrait de Laharpe, dont nous pouvons garantir la
ressemblance, est gravé par M. _Bertonnier_, d'après le dessin de M.
_Devéria_; les vignettes, au nombre de soixante, dont les unes
représentent les sites, vues, costumes de chaque pays, retracent aussi
les scènes historiques que l'on trouve dans le même recueil. MM.
_Larcher_, _Baquoy_, _Delvaux_, se chargent de la gravure, tandis que
MM. _Victor Adam_, _Devéria_, _Martinet_, en ont fait les dessins
d'après les originaux de la collection topographique du cabinet des
estampes de la bibliothèque du roi; l'atlas de 15 planches in-4º. est
exécuté par M. _Blondeau_, graveur du roi.

M. _Depping_, dont le nom est assez connu pour nous dispenser d'en
faire l'éloge, a bien voulu se charger de la notice biographique sur
Laharpe, et du précis de l'Histoire générale des Voyages depuis
l'antiquité jusqu'à nos jours, qui est placé en tête de l'ouvrage.

Enfin nous avons réuni dans notre édition tous les avantages que
n'offraient point les autres éditeurs du même ouvrage, la commodité du
format, l'élégance et la pureté du texte, le luxe des figures et la
modicité du prix; et si, comme tout nous le fait espérer, le public
nous sait gré de nos efforts pour l'exécution de cette entreprise,
nous nous proposons de publier à la suite: _Un Abrégé des meilleurs
voyages qui ont été faits depuis le troisième voyage de Cook
inclusivement_, où s'arrête la présente édition.

FIN DE L'AVERTISSEMENT.



NOTICE SUR J.-F. LAHARPE.


Il est heureux qu'après tant de productions marquées au coin du génie
ou du goût que la France avait vu éclore sous les règnes de Louis XIV
et de Louis XV, il soit venu un littérateur capable d'en analyser les
beautés, et d'en faire apprécier tout le mérite par ses contemporains.
Laharpe fut cet écrivain habile; la tâche dont il s'est acquitté avec
un talent distingué lui a valu le titre honorable de Quintilien
français, qui ne lui a pas été disputé jusqu'à présent, quoique plus
d'un rhéteur ait essayé de dicter les règles du goût, et de les
appuyer sur les modèles classiques.

On croit que la famille de Laharpe, originaire de la Suisse, était
alliée à la famille du même nom qui existe encore dans le pays de
Vaud. Elle vécut obscurément en France; le jeune Laharpe, né à Paris
en 1739, perdit, à l'âge de neuf ans, son père, capitaine
d'artillerie, et n'eut d'abord d'autre secours que celui des soeurs de
la charité. L'intelligence avec laquelle il récitait déjà dans son
enfance les vers, lui attira la bienveillance du proviseur du collége
d'Harcourt; il obtint une bourse dans ce collége, et y fit de
brillantes études. Le prix d'honneur lui fut décerné en rhétorique:
présage de ses succès dans ce genre sur un plus grand théâtre. Une
injustice qu'il essuya vers la fin de sa carrière scolastique était
faite pour lui inspirer cette aigreur qu'il ne montra que trop souvent
dans ses démêlés littéraires. Accusé d'avoir fait des couplets
satiriques contre le proviseur son bienfaiteur, il fut puni, non pas
par le collége, mais par la police, et enfermé six mois à Bicêtre et
au fort l'Évêque. Il est convenu dans la suite d'avoir fait des
couplets contre des gens du collége, mais il a déclaré n'en avoir
jamais composé contre des personnes à l'égard desquelles il avait des
devoirs à remplir. Il est très-probable que les couplets contre le
proviseur avaient été ajoutés par quelque autre écolier. Avant de
procéder criminellement contre un jeune homme sans protection, il
aurait donc fallu d'abord s'assurer de la vérité du fait; mais c'est
de quoi on ne s'embarrassait guère sous le règne du voluptueux Louis
XV. Marmontel ne fut-il pas également enfermé pour des couplets (mais
qu'il n'avait pas faits), qui tournaient en ridicule un gentilhomme de
la chambre? Cette prison dut faire naître de sérieuses réflexions chez
le jeune Laharpe; et peut-être fut-ce pour avoir été victime du régime
arbitraire, qu'il se rangea, en sortant de captivité, sous la bannière
des écrivains qui demandaient la réforme des abus et le respect pour
les droits de l'humanité.

À l'âge de vingt ans il débuta dans la carrière littéraire par des
héroïdes, genre de poésie que les succès de Colardeau avaient mis en
vogue. Ces premiers essais que l'auteur recueillit ensuite dans ses
mélanges littéraires et philosophiques furent jugés sévèrement par le
fameux Fréron; Laharpe en jugea lui-même peu favorablement dans un âge
mûr, et ne les comprit point dans le choix de ses oeuvres. Il s'essaya
vers le même temps dans la critique de la littérature ancienne.
L'étroit esprit de Fréron ne vit dans ces articles que de la
hardiesse; des hommes qui avaient moins de préjugés que l'auteur de
l'_Année littéraire_ y aperçurent le germe d'un beau talent.

Le théâtre ne tarda point à exciter toute son ambition littéraire. Il
débuta dans la carrière dramatique par la tragédie de _Warwick_, qui
fut jouée d'abord à la cour vers la fin de 1763, et puis à la Comédie
Française. Elle eut beaucoup de succès, et s'est maintenue au
répertoire. Cette pièce fut le motif d'une correspondance entre
Laharpe et Voltaire; ce grand écrivain accueillit favorablement le
jeune écrivain, auquel il remarqua de grandes dispositions pour la
poésie. Laharpe avait épousé la fille d'un limonadier; tous deux sans
fortune, ils menaient une vie assez économique. Voltaire les garda
quelque temps à Ferney, où Laharpe travaillait à de nouvelles
tragédies, tandis que sa femme jouait dans celles de leur hôte
célèbre, qui eut pour tous les deux beaucoup d'affection, et souffrit
même que Laharpe lui fît quelquefois des observations critiques sur
ses ouvrages inédits, et y proposât des changemens. Il disait avec
bonté au jeune littérateur: Changez toujours de même, je ne puis qu'y
gagner. De temps en temps Laharpe faisait des voyages à Paris pour
faire jouer _Timoléon_, _Pharamond_ et _Gustave_, tragédies dont
malheureusement aucune ne se ressentit de l'inspiration de Ferney. On
le jugea froid et sans verve. Piron, qui ne vit pas sans déplaisir
qu'un poëte osât refaire _Gustave Vasa_, fit une épigramme dont voici
la fin:

  J'ai laissé Gustave imparfait,
  Retouchez-y, mais gare au trait
  Que vous et moi nous devons craindre.
  Messieurs, criera quelque indiscret,
  Mévius gâta le portrait,
  Bavius l'achève de peindre.

Ce fut avant la représentation du _Gustave_ de Laharpe que Piron lança
cette épigramme; il en fit une autre après la chute de la pièce; il y
qualifia Laharpe sans façon de

  Lourd, froid, sec, éthique
  Dans le dramatique.

Laharpe assure qu'il n'eut pas lui-même la patience d'attendre la fin
de la représentation, qu'il ne garda que des fragmens de son
manuscrit, qu'il jeta au feu la pièce de _Pharamond_, et que s'il eut
la faiblesse ou plutôt le besoin de faire imprimer _Timoléon_, qui
avait eu quelques représentations, il ne comprit pas du moins cette
tragédie dans la collection de ses oeuvres. Ce qui lui avait paru bon
dans la pièce de _Timoléon_, fut transporté plus tard dans celle de
_Coriolan_. Bientôt après, en 1768, le public apprit que Laharpe avait
brusquement quitté Ferney avec sa femme, et qu'il était revenu à
Paris; ses ennemis, dont le nombre s'était beaucoup accru, tant par
ses premiers succès que par un peu de présomption de sa part,
prétendirent que Voltaire l'avait renvoyé. Le patriarche de Ferney
démentit ce bruit dans les gazettes. Grimm, instruit par les amis de
Voltaire, et étant lui-même en liaison avec lui, assure que c'est par
pure générosité que Voltaire donna un démenti aux adversaires de
Laharpe, et que ce littérateur s'était réellement rendu coupable d'une
grande indiscrétion, en répandant à Paris le deuxième chant de la
_Guerre de Genève_, que Voltaire avait intérêt de tenir secret, et en
soutenant ensuite qu'il le tenait d'un ami de ce grand homme. Il
paraît donc que Voltaire se brouilla en effet avec Laharpe; cependant
comme vers le même temps madame Denis et madame Dupuis quittèrent
Ferney, on peut croire que Voltaire était de mauvaise humeur contre
tous ses convives.

On vient de parler de la présomption de Laharpe. Il est difficile
qu'un poëte encouragé par les suffrages d'un public aussi éclairé que
celui de la capitale de la France, et surtout par la plus belle partie
de ce public, se mette assez en garde contre la vanité; plus les
applaudissemens donnés à des tirades de vers ou des phrases élégamment
construites sont vifs et nombreux, plus on s'imagine être au nombre
des premiers hommes du siècle, et plus on souffre avec peine la
critique qui trouble les illusions d'un esprit enivré de louanges.
Laharpe a donc pu repousser avec animosité ou avec amertume les
attaques de ses adversaires; mais parmi ceux-ci il y avait des
écrivains qui, pour le moins, avaient autant de vanité que lui, sans
l'égaler en talens. L'un d'eux disait de lui:

        Si vous voulez faire bientôt
  Une fortune immense et pourtant légitime,
  Il vous faut acheter Cythare ce qu'il vaut,
        Et le vendre ce qu'il s'estime.

Linguet lui promit une épigramme chaque semaine, et fut en effet très
zélé d'acquitter sa promesse; Dorat et Champfort ne furent pas en
reste; d'autres poëtes se mirent de la partie. Piron en jouant sur les
mots, l'appelait la Harpie. Il n'y eut pas jusqu'à l'abbé Delille qui
n'y donnât sa saillie: faisant allusion à une jolie chanson de
Laharpe, _Ô ma tendre musette_, il dit au sujet des éloges donnés au
poëte pour des pièces d'un caractère plus élevé:

  De l'admiration réprimez le délire,
  Parlez de sa musette, et non pas de sa lyre.

Laharpe, doué d'un caractère vif et emporté paya ses ennemis de la
même monnaie; il se vengea de plusieurs en évoquant poétiquement
_l'ombre de Duclos_. Une vengeance plus noble, ce furent les succès
éclatans qu'il obtint dans les concours académiques de Paris et de la
province. Dès 1767 il avait été couronné par l'académie française pour
son _discours sur les malheurs de la guerre et les avantages de la
paix_. Sept autres prix lui furent donnés dans les dix années
suivantes, par l'académie française, pour des morceaux en prose et en
vers. C'est aux concours académiques que sont dus ses éloges de
Fénélon, de Racine, de La Fontaine, de Catinat, de Charles V et de
Henri IV. Il manqua le prix pour les éloges de La Fontaine et de Henri
IV, quoiqu'il fût si sûr du succès qu'il avait fait des lectures de
ces deux pièces dans les sociétés de Paris, avant que les juges
académiques eussent prononcé. On sait que Necker pour lui faire un
présent délicat, avait fait ajouter deux mille francs au prix proposé
par l'académie de Marseille, pour le meilleur éloge de La Fontaine, et
que ce fut Champfort qui le remporta. Un grand mérite de Laharpe, dans
ces éloges, c'est d'avoir su en varier le style et le mettre d'accord
avec les sujets; sous ce rapport il a l'avantage sur Thomas, qui a
parfaitement retracé l'histoire des éloges, mais qui en a fait presque
d'aussi ampoulés que ceux qu'il a blâmés. Une douceur harmonieuse
règne dans l'éloge de Fénélon; l'auteur fait sentir la candeur
angélique de cette âme pure qui ne connaissait point les sentimens
haineux et dont le coeur, valait mieux que celui de tant d'autres
prélats du temps, toujours empressés de persécuter au nom de leur
religion. Comme cet esprit de tolérance ne s'était pas transmis à
leurs successeurs, ceux-ci trouvèrent leur satire et des maximes mal
sonnantes dans l'éloge de Fénélon fait par Laharpe, et se remuèrent
pour s'en venger. Un ministre d'un esprit assez médiocre, le
chancelier Maupeou, ordonna que désormais les morceaux académiques
seraient soumis comme autrefois à l'approbation de la Sorbonne, espèce
d'inquisition qui jouissait de la faculté de condamner sans pouvoir y
joindre celle de punir. Heureusement cet ordre absurde ne resta pas
long-temps en vigueur.

L'éloge de La Fontaine rappelle la naïveté du fabuliste, et l'éloge de
Racine contient une analyse habile des beautés tragiques de ce grand
poëte. Parmi les autres éloges, celui de Catinat est regardé comme le
plus soigné. Ces titres littéraires lui ouvrirent en 1776 les portes
de l'académie française où il succéda à Colardeau. La séance destinée
à sa réception fut, suivant les mémoires du temps, très-brillante;
Laharpe s'attira de vifs applaudissemens par son discours, surtout par
son tableau des agrémens du commerce des lettres, et puis par la
lecture d'un fragment de sa traduction en vers de la Pharsale de
Lucain; mais le public mit de la malice à applaudir bien plus vivement
encore le discours de Marmontel qui répondit à Laharpe, et à y
chercher des allusions. Ce discours fut un événement pour le grand
nombre d'oisifs de ce temps. Grimm a pris la peine d'en consigner les
moindres détails dans sa correspondance littéraire. Après avoir peint
la modestie et le caractère pacifique de Colardeau, Marmontel rappela
de lui ce mot: «La critique me fait tant de mal que je n'aurai jamais
la cruauté de l'exercer contre personne,» dont le public fit
sur-le-champ une application peu flatteuse pour Laharpe; sa malice se
manifesta de nouveau quand Marmontel ajouta: voilà, Monsieur, dans un
homme de lettres un caractère intéressant. Ce mot si simple, dit
Grimm, fut applaudi comme si c'eût été la meilleure épigramme qu'on
eût jamais faite. Il est vrai qu'il y avait au moins trois à quatre
cents complices qui en firent les honneurs. Ce qu'il y eut de plus
désagréable dans cette aventure pour Laharpe, c'est qu'à la suite des
louanges qui lui furent données par son illustre confrère, ces mêmes
applaudissemens se renouvelèrent encore souvent, toujours avec la même
chaleur, et, puisqu'il faut le dire, avec les mêmes éclats de rire. On
arrêta plusieurs fois l'orateur au milieu de sa phrase, et c'est avec
une patience et une résignation tout-à-fait méritoires que l'orateur
se laissait interrompre. Avant de faire remarquer le mérite qui
distingue les différentes productions de Laharpe, il rappelle avec une
douce indignation les critiques qui s'étaient élevées contre lui. On
laisse passer légèrement ce que dit Marmontel du courage avec lequel
notre jeune académicien défendit toujours la cause du bon goût, et
l'on éclate en transports lorsque son panégyriste avoue que dans les
disputes littéraires on lui avait souhaité quelquefois plus de
modération, le sel du goût n'ayant pas besoin d'être mêlé du sel amer
de la satire, etc. Tout ce détail, ajoute Grimm, est peut-être assez
insipide à raconter; mais il ne fut que trop plaisant pour les
intéressés. Jamais éloge ne fit un effet plus contraire à celui que
l'on devait naturellement attendre; jamais on ne fit plus cruellement
justice des torts qu'un homme de lettres peut avoir eus avec ses
rivaux, et je connais peu de scènes de comédie plus piquantes que ne
le fut ce singulier persifflage; il eût été sans doute beaucoup plus
original, si celui qui en fut l'objet, s'était mis à dialoguer avec le
public, comme il a dit depuis qu'il en avait été tenté.

Il ne faut pas attacher autant d'importance que Grimm à cet événement
insignifiant: toutefois on voit par les nombreuses attaques des
adversaires de Laharpe, que s'il plaisait par ses talens littéraires,
il n'avait pas du moins l'art de captiver par sa conduite la
bienveillance générale. Lorsqu'on donna au théâtre les _Journalistes
anglais_, par Cailhava, le public, ou une partie du public voulut y
voir une satire sanglante de Laharpe; on reconnut ses querelles avec
Sauvigny, avec Blin de Saint-Maure, on retrouva ses expressions, et
quelquefois ses injures. Ce ne fut qu'un des mille et un désagrémens
que lui attira l'aigreur de sa critique. Les mémoires du temps
assurent que Blin de Saint-Maure se vengea d'un article de Laharpe
inséré dans le _Mercure_, sur ou plutôt contre un de ses ouvrages, en
attaquant le critique dans la rue au moment où bien paré et poudré
celui-ci se rendait à une assemblée de beaux-esprits. Les querelles de
Laharpe avec Dorat furent si vives, que l'académie française se vit
obligée de l'engager à plus de modération; l'abbé de Boismont disait à
ce sujet: «Nous aimons tous infiniment M. de Laharpe, mais on souffre
en vérité de le voir arriver sans cesse l'oreille déchirée.» Quant à
cette querelle entre Laharpe et Dorat, elle fut apaisée par les jolies
femmes qui étaient également éprises pour les beaux vers de l'un et
les galantes bagatelles de l'autre. Le premier avait fait une tragédie
touchante sur un événement tragique qui était arrivé depuis peu.
C'était le suicide d'une religieuse que le désespoir avait porté à cet
acte violent. Ne pouvant espérer de faire jouer cette pièce en public,
Laharpe en faisait la lecture dans les sociétés; on la représenta chez
M. d'Argental, ainsi que chez madame de Cassini, qui joua le rôle de
religieuse, tandis que l'auteur se chargeait de celui du héros de la
pièce. La plus belle assemblée assista à cette représentation. Dorat
s'y trouva sous les auspices de la maîtresse de la maison, et se
réconcilia solennellement avec l'auteur de _Mélanie_, en dépit de
toutes les épigrammes qu'ils s'étaient mutuellement lancées.
L'archevêque de Paris fut scandalisé de la nouvelle de la
représentation d'un sujet religieux, et obtint que la seconde
représentation ne pût avoir lieu. Telle était alors la puissance du
clergé.

Il paraît que la réconciliation politique des deux poëtes et rivaux
ne tint pas long-temps, et que de nouvelles attaques mutuelles les
brouillèrent comme auparavant; mais Laharpe y mit fin par un trait de
générosité, ou si l'on veut de justice, en renvoyant, dit-on, à son
adversaire un paquet de lettres scandaleuses qu'un inconnu avait mises
en son pouvoir, et dont la publication pouvait ruiner la réputation de
Dorat. En prenant part à la querelle des Gluckistes et des
Piccinistes, qui fut poussée, comme on sait, à un point extrême,
Laharpe, qui s'était prononcé pour les derniers, se fit de nouveaux
ennemis parmi les Gluckistes.

Cependant, au milieu de toutes ses distractions, il se livra sans
relâche à de nombreux travaux littéraires. Sollicité par de puissans
amis, il s'était chargé de la rédaction de la partie littéraire du
_Journal de politique et de littérature_ où son ennemi Linguet l'avait
précédé. Il donna au théâtre les tragédies de _Menzikoff_, des
_Barmécides_ et de _Jeanne de Naples_. Il traduisit en beaux vers le
_Philoctète_ de Sophocle, et sa poésie réussit à faire goûter aux
Français sans le secours des choeurs le plan si simple du poëte grec;
ce fut un des plus beaux triomphes de Laharpe. _Coriolan_ fut donné la
première fois à la fin de l'hiver rigoureux de 1784, pour la
représentation destinée par les comédiens français au bénéfice des
pauvres. Le public sut gré à Laharpe de son désintéressement, et
assista en foule à cette représentation brillante. Cependant les juges
sévères trouvèrent trop de déclamation et trop peu d'action dramatique
dans la nouvelle tragédie de Laharpe; ses rivaux ne manquèrent pas
l'occasion de le poursuivre de nouvelles épigrammes. Tout le monde
connaît celle de Champfort:

  Pour les pauvres, la comédie
  Donne une pauvre tragédie;
  Nous devons tous en vérité,
  Bien l'applaudir par charité.

Rhulières s'égaya dans son épigramme sur cette famille de héros
tragiques _tous mort-nés_. Pour se venger, Laharpe fit charitablement,
dans un quatrain, le portrait des deux poëtes.

Les tragédies précédentes n'avaient pas eu un grand succès; _Jeanne de
Naples_ fut redonnée avec un nouveau dénoûment que le public goûta
mieux que le premier; néanmoins le défaut d'intérêt fit tort à cette
pièce comme aux deux autres. Les _Brames_, tragédie philosophique,
dans laquelle Laharpe avait imité Voltaire, sans être capable de créer
d'aussi grands ressorts dramatiques que ceux des tragédies de
_Mahomet_ et de _Gengiskan_, furent écoutés jusqu'à la fin; mais le
public ne revint plus, et, pour ne pas prêcher dans le désert, les
prêtres indiens furent retirés par l'auteur. On appela les cinq actes
de cette tragédie les cinq sermons de l'abbé de Laharpe; on raconta
aussi que plusieurs années auparavant l'auteur, ayant fait une lecture
de sa pièce dans une société réunie chez mademoiselle de l'Espinasse,
fut convaincu par les observations des auditeurs de l'impossibilité de
faire réussir une pièce d'un intérêt aussi faible, et la jeta au feu;
aussi ceux qui avaient été témoins de ce sacrifice ne furent pas
médiocrement surpris de la voir renaître sans savoir comment. Enfin,
pour dernière tribulation, il eut à essuyer une parodie, où, lors du
dénoûment, on jetait dans un gouffre tout ce qu'il y avait sur le
théâtre, même une harpe. La police défendit cette allusion
personnelle, mais le parterre redemanda la harpe, et il fallut la
jeter avec le reste dans l'abîme.

Malgré l'accueil froid qu'avaient reçu la plupart des tragédies de
Laharpe, il ne craignit pas de les rassembler et de les faire
paraître. Dans la préface du premier volume, il prédit la décadence du
théâtre, et ne trouve que deux moyens de la prévenir. Ces moyens sont
l'érection d'un second théâtre français, et la substitution d'un
parterre assis à un parterre debout. Il a fallu du temps pour que deux
moyens si simples fussent essayés. L'expérience a prouvé qu'ils ne
suffisent pas pour prévenir la décadence de l'art dramatique;
cependant on s'est convaincu de leur utilité, et sous ce rapport, on a
dû souhaiter que les voeux de Laharpe eussent été exaucés plus tôt. Il
avait fait réellement des démarches, de concert avec d'autres auteurs
dramatiques, pour faire asseoir le parterre; mais dans ce temps le
gouvernement, ou plutôt la cour, se mêlait de tout, et la moindre
réforme, la moindre amélioration qu'il s'agissait d'obtenir, ne
concernât-elle que des banquettes, mettait en jeu les intrigues de
quelques courtisans désoeuvrés. La sollicitation des auteurs
dramatiques parut être un sujet trop grave pour qu'on pût se décider
légèrement; et de peur de compromettre je ne sais quels intérêts, on
laissa les choses comme elles étaient: les gentilshommes de la chambre
étaient assis dans les loges; ils n'étaient pas pressés de faire
asseoir les gens du parterre.

En 1782, Laharpe composa pour l'ouverture de la salle de l'Odéon, une
pièce allégorique intitulée _Molière à la nouvelle salle_, ou les
_Audiences de Thalie_, qui eut du succès. Il avait traduit par abrégé
la _Pharsale de Lucain_; il traduisit aussi une partie de la
_Jérusalem délivrée_ et de la _Lusiade_ du Camoëns; ne sachant pas le
portugais, il avait versifié sa traduction sur une traduction
française en prose. Quand il eut publié son Suétone, on lui reprocha
aussi de ne pas bien comprendre le latin, malgré les prix qu'il avait
obtenus au collége.

Quoique académicien, il avait concouru pour le prix proposé par
l'académie française au sujet du meilleur _dithyrambe aux mânes de
Voltaire_, et comme le prix fut décerné à son poëme, il en abandonna
la valeur à celui qui avait obtenu l'accessit. Il fit aussi de
Voltaire un éloge en prose: le public avait été choqué d'entendre
Laharpe traiter avec rigueur la tragédie de _Zulime_; la méchanceté
prétendait qu'il était irrité d'avoir été oublié dans le testament de
Voltaire. Lorsqu'ensuite il fit en prose et en vers l'éloge du grand
écrivain que la littérature venait de perdre, la méchanceté supposa
encore un motif intéressé à l'auteur, en prétendant qu'il voulait
préparer le public à son commentaire sur le théâtre du grand poëte. On
fut pourtant obligé de convenir que parmi la foule d'écrivains qui
avaient célébré Voltaire, aucun n'avait mieux fait sentir les beautés
de son génie. Laharpe, dit un de ses contemporains, a beaucoup plus
d'esprit que de connaissances, beaucoup moins d'esprit que de talent,
et beaucoup moins d'imagination que de goût; mais il sait parfaitement
Racine et Voltaire; et quoiqu'il n'ait pas encore justifié toutes les
espérances qu'on avait pu concevoir de l'auteur de _Warwick_, c'est
encore le meilleur élève qui soit sorti de l'école de Ferney. Il est
malheureux que les circonstances l'aient obligé à perdre tant de
temps à dire du mal des autres, et à se défendre ensuite contre les
ennemis qu'il se faisait tous les jours en exerçant un si triste
métier. La plus furieuse épigramme qu'on ait jamais faite sur lui, est
le mot de Champfort, mot cruel, mais que Tacite n'eût pas désavoué:
«C'est un homme qui se sert de ses défauts pour cacher ses vices.» Il
ne faut pas oublier que Champfort avait été l'objet d'épigrammes non
moins sanglantes. Cependant il est vrai que Laharpe scandalisa un peu
le public par les hommages publics et éclatans qu'il rendit à une
danseuse d'une mauvaise réputation. Une maladie de peau qui suivit ces
amours, et dont la médisance fit une lèpre, attira au mauvais poëte de
nouveaux lazzis. Sophie Arnoud prétendait que cette lèpre était la
seule chose que Laharpe eût des anciens.

Ce qui prouve encore contre Laharpe, c'est qu'ayant été chargé d'une
correspondance littéraire par le grand-duc Paul de Russie, il y
déchira à belles dents des ouvrages dont il avait presque dit du bien
dans les feuilles publiques. Un homme qui souffle le chaud et le froid
ne peut être très-estimable, à moins qu'on ne veuille dire pour
l'excuse de Laharpe, qu'il ménageait par égard la réputation des
auteurs contemporains devant le public, et qu'il ne voyait pas
d'inconvénient à dire toute la vérité à un étranger dont il était en
quelque sorte le confident. En ce cas il aurait fallu parler moins de
soi-même, et prendre des précautions pour empêcher que cette
correspondance confidentielle ne vît jamais le jour. Ce fut, au
contraire, lui qui donna de la publicité à ces lettres haineuses.
Pendant le séjour du grand-duc à Paris, Laharpe, son correspondant,
eut occasion de le voir souvent, et il fit les honneurs d'une séance
de l'académie française à laquelle le grand-duc assista avec sa femme
et sa suite. Comme la flatterie faisait alors partie de l'étiquette,
et même de la réception des princes à Paris, Laharpe lut en face de
l'illustre voyageur une _Épître au comte du Nord_ (nom sous lequel le
grand-duc voyageait); mais en dépit des éloges il choqua les oreilles
russes par la fréquente apostrophe de Petrowitz, qui parut ignoble à
leur esprit habitué à la soumission.

Laharpe avait toujours vécu indépendant, et subsisté du produit de ses
travaux: on le trouvait probablement trop philosophe pour mériter des
places, des titres. Il avait été pour peu de temps secrétaire de
l'intendant des finances Boutin; cette charge était trop
assujétissante pour un homme habitué aux charmes du commerce des
muses. Il la quitta et n'en reprit point d'autre; seulement il faut le
plaindre d'avoir quelquefois travaillé pour de l'intérêt. De ce genre
d'occupation paraît avoir été l'Abrégé de l'Histoire des Voyages,
qu'il commença en 1780, et qui eut convenu plutôt à un bon géographe
qu'à un poëte distingué. Laharpe n'apporta pas à ce travail toutes les
qualités nécessaires; mais aussi il en apporta qui manquent
quelquefois aux savans; je veux dire, la pureté du goût, l'élégance de
la diction, et un esprit philosophique. Ses Cours de Littérature,
professés avec beaucoup d'éclat au Lycée, aujourd'hui Athénée royal,
et ses articles critiques, insérés dans le _Mercure de France_,
étendirent encore sa réputation; et il avait acquis l'autorité d'un
juge en littérature, lorsque l'époque des grandes réformes arriva pour
la France. L'esprit vif et philosophique de Laharpe dut embrasser
chaudement le parti nombreux qui demandait la suppression des abus. Il
ne sortit pas d'abord de sa carrière, et la démarche la plus éclatante
qu'il fit, ce fut de présenter, à la tête des auteurs dramatiques, une
adresse à l'assemblée nationale, pour la prier de rendre le théâtre
libre, et assurer les droits de propriété des auteurs. Les comédiens
du roi, ne songeant qu'à leurs intérêts, firent une contre-pétition;
mais Laharpe réfuta leur faible réplique, et plus tard la force des
choses amena les changemens que les gens de lettres avaient
sollicités. Prenant un intérêt plus vif aux événemens publics à mesure
qu'ils gagnaient plus d'importance, Laharpe adopta le langage des
hommes exagérés de ce temps. On connaît les vers ridicules qu'il
débita dans la chaire du Lycée à l'occasion du manifeste du duc de
Brunswick:

  Le fer! il boit le sang: le sang nourrit la rage,
        Et la rage donne la mort.

Malgré les preuves et le soin qu'il eut de s'affubler du bonnet rouge,
il ne put échapper aux soupçons et à la persécution des démagogues; il
fut enfermé dans la prison du Luxembourg, et si le règne sanguinaire
de Robespierre eût continué, peut-être aurait-il partagé le sort de
tant de malheureuses victimes de ce dictateur lâchement cruel. Ce fut
pendant cette captivité que Laharpe, avec la promptitude des esprits
vifs et exagérés, passa d'un sentiment au sentiment opposé; peut-être
aussi la crainte de la mort ébranla-t-elle les fibres de son cerveau.
L'auteur de _Mélanie_ et des _Brames_, le partisan de la philosophie
et l'élève de Voltaire, devint religieux et presque dévot, et se
convertit complétement. Ce fut la lecture de l'_Imitation de
Jésus-Christ_ qui opéra ce changement, à ce qu'il assure lui-même. Il
traduisit le Psautier, et écrivit plus tard des mémoires en faveur du
culte catholique.

Rendu à la liberté, il remonta dans la chaire du Lycée, où, depuis
lors, ses critiques littéraires furent entremêlées de réflexions
pieuses. Il rassembla ensuite ses leçons pour en former ce _Cours de
Littérature ancienne et moderne_, qui est sans contredit le meilleur
ouvrage de Laharpe, et qui a rempli une lacune considérable dans la
littérature française, quoiqu'il ait de grands défauts, tels que la
disproportion de certaines parties, surtout de la littérature ancienne
relativement à la moderne; la partialité de divers jugemens, etc. Mais
ces défauts sont amplement compensés par l'analyse habile des
chefs-d'oeuvre littéraires, par l'éclat d'un style toujours approprié
au sujet, et prenant tous les tons suivant les divers genres de
littérature, enfin, par le goût qui a dicté les règles prescrites par
l'auteur aux écrivains modernes. Quoique très-volumineux, cet ouvrage
important aurait pourtant été plus étendu encore si l'auteur eût vécu
plus long-temps, ou s'il eût commencé plus tôt à s'en occuper, et si
des occupations moins utiles ne l'eussent interrompu.

Les orages politiques de la France s'étaient calmés, mais Laharpe ne
retrouva plus le repos, qu'au reste il n'avait jamais cherché
beaucoup. Si d'un côté ses leçons littéraires furent accueillies avec
beaucoup d'applaudissemens par la France régénérée, ses sorties contre
la philosophie qu'il avait défendue autrefois, et la publication de
sa correspondance secrète avec le grand-duc de Russie, lui firent
beaucoup de tort dans l'opinion publique, et lui attirèrent de
nouvelles inimitiés. Le gouvernement consulaire, qui affectait encore
de protéger les idées libérales, persécuta Laharpe pour ses opinions
religieuses, et l'exila de Paris. Quelques ans plus tard il lui aurait
proposé peut-être d'écrire dans ce sens, pour raffermir la monarchie
absolue. On assure pourtant que Laharpe avait refusé une pension que
Bonaparte lui avait offerte. Dans l'intérieur de son ménage Laharpe
n'avait pas été plus heureux que dans ses relations extérieures. Sa
première femme, dégoûtée de la vie, s'était noyée. Laharpe se remaria,
mais ce nouvel hymen fut de courte durée: sa seconde femme
l'abandonna.

Exilé d'abord à vingt-cinq lieues de Paris, Laharpe obtint la
permission d'habiter Corbeil; et, pour soigner sa santé déclinante, il
put revenir à Paris, où il ne fit plus que languir. Il mourut le 11
février 1803. Laharpe était petit de taille; il avait une élocution
facile; l'habitude de parler eu public et d'être écouté avec plaisir
par de grandes assemblées, lui faisait trouver doux aussi de parler
dans de petites sociétés, où d'autres qui n'avaient point cette
assurance, se trouvaient gênés auprès de lui. Saint-Lambert disait que
dans huit jours de conversation presque continuelle à la campagne, il
n'était échappé à Laharpe ni une erreur de goût, ni un propos qui
annonçât le moindre désir de plaire à personne. Saint-Lambert aurait
dû excepter les femmes, pour lesquelles Laharpe trouvait toujours des
propos galans et aimables. Le grand nombre d'ouvrages qui nous
restent de lui doit étonner ceux qui savent combien la vie d'un homme
de lettres fêté dans les cercles de Paris, comme l'était Laharpe, est
remplie de dissipations.

                                             DEPPING.

FIN DE LA NOTICE.



PRÉCIS DE

L'HISTOIRE DES VOYAGES ET DÉCOUVERTES,

DEPUIS L'ANTIQUITÉ JUSQU'À NOS JOURS.


Quand les peuples sont encore dans un état complétement sauvage, ils
s'embarrassent peu du reste de la terre. Pourvu qu'ils trouvent leur
nourriture et un abri contre l'intempérie des saisons, ils n'ont point
de souci; ou si, dans leurs loisirs, il leur vient quelques pensées,
ce n'est pas l'idée de l'immensité du monde. Les Esquimaux, que le
capitaine anglais Ross rencontra dans son expédition pour la
découverte d'un passage au nord-ouest de l'Amérique, se croyaient les
seuls habitans de la terre, et ils n'imaginaient pas que le pays au
midi de leurs plaines de neige fût habitable, précisément comme, dans
le midi, on a cru long-temps que le nord ne pouvait être habité. Mais
quand la civilisation a fait quelques progrès, quand l'industrie a
procuré quelque aisance à un peuple, et quand il commence à
communiquer avec d'autres pays, il place, comme les Chinois, sa patrie
au milieu du monde, et ne regarde le reste que comme des accessoires
de la contrée qu'il habite, et pour laquelle son amour-propre croit
que tout a été créé. Bientôt l'imagination élabore, de la manière la
plus singulière, le peu de vérités qu'il sait sur les contrées
étrangères; et s'il a de la superstition, ce qui ne manque guère à
l'ignorance, il amalgame le ciel, la terre et l'enfer. Quelles idées
bizarres les premiers Grecs n'avaient-ils pas du monde, et sous
quelles formes fantasques l'imagination des Scandinaves ne se
figurait-elle pas le séjour des hommes et des immortels? Pour remplir
et peupler les terres mal connues, les nations qui ont un commencement
de civilisation exagèrent toutes les formes, et entassent ou
confondent toutes les matières qu'elles connaissent. Leurs contes ne
parlent que de géans et de pygmées, de montagnes d'or et de diamans,
de paradis terrestres, d'animaux monstrueux, enfin de tout ce qu'elles
n'ont pas chez elles-mêmes. Il serait plus simple de supposer chez
d'autres peuples des êtres analogues à ceux qui existent sous leurs
yeux; mais ce ne serait pas des merveilles; l'imagination veut être
frappée; il lui faut des objets extraordinaires, et les grandes
distances servent infiniment à seconder les désirs de l'imagination.
Il est malheureux que ces jeux de la fantaisie aient plus d'une fois
enfanté des querelles et des guerres; l'avidité est excitée par le
récit de toutes les prétendues richesses que possèdent d'autres
contrées; on cherche à se les procurer par la voie du trafic ou du
commerce; mais quelquefois on juge plus commode ou plus court de les
enlever, ou de s'emparer des pays qui les possèdent. On ne trouve pas
toujours ce que l'on cherchait, mais on prend ce que l'on trouve, et
quelquefois on découvre des objets plus utiles que ceux dont la
crédulité avait fait un tableau si séduisant. La force, l'injustice et
la ruse, triomphent malheureusement dans ces conflits; mais par
contre-coup, la raison s'éclaire, les idées se rectifient et
s'agrandissent, et la géographie s'enrichit. Il vient un temps enfin,
où les peuples ont assez de lumières pour rivaliser de zèle à
compléter nos connaissances, par des voies plus dignes de l'humanité.
Les savans n'épargnent alors ni fatigues, ni sacrifices, pour pénétrer
dans les régions inconnues, et y observer la nature et les ouvrages de
l'homme; et comme la vraie science n'a pas de préjugés, leurs
observations contribuent à donner peu à peu une idée exacte du monde,
et une idée moins incomplète du système admirable qui régit l'univers.

Voilà, en peu de mots, l'histoire de la géographie. Quelques détails
vont développer cet aperçu des découvertes faites dans les diverses
parties du globe. C'est en Égypte, et dans la partie occidentale de
l'Asie, que l'histoire nous présente les premiers grands états, et
les premiers peuples florissans. Ces peuples cultivaient les sciences
et les arts; par conséquent ils avaient quelque connaissance des
autres pays. Ils faisaient des guerres, et conquéraient leurs voisins;
leurs notions furent donc et plus étendues et moins inexactes.
Quelques sages voyagèrent pour s'instruire, et rapportèrent de leurs
excursions des connaissances nouvelles. Malheureusement ces sages
appartenaient pour la plupart à quelque caste ou corporation; ils
partaient avec des systèmes et des préjugés; ils rapportaient ce
bagage inutile, et quelquefois, au retour, ils ensevelissaient le
fruit de leurs observations dans les mystères de leurs associations;
le peuple n'en profitait guères.

Une nouvelle source d'instruction fut ouverte au monde, par les
voyages et expéditions commerciales des Phéniciens. Ce peuple
marchand, riche et entreprenant, fonda des colonies sur la côte
d'Afrique et sur celle d'Espagne; ses marins visitèrent un grand
nombre de côtes inconnues, et ses marchands entretinrent des liaisons
avec des peuples qui ne s'étaient pas connus entr'eux jusqu'alors.
C'était une époque de découvertes géographiques. Cependant les
Phéniciens, comme tous les peuples commerçans, étaient jaloux; ils ne
voulurent pas trop divulguer leurs découvertes, de peur de montrer le
chemin à d'autres nations, et de les inviter à suivre leur exemple.
Les Carthaginois ne les en supplantèrent pas moins, et ce peuple, plus
dominateur que les Phéniciens qui au fond voulaient plutôt commercer
que régner, fut maître de l'Espagne et de la Sicile, et fit
reconnaître par sa marine la côte du nord et de l'ouest de l'Afrique.
Le journal de ce voyage de découverte est parvenu à la postérité:
c'est, malgré sa brièveté, un morceau précieux de la géographie
ancienne.

Sur ces entrefaites, des germes de civilisation s'étaient développés
rapidement dans les colonies phéniciennes et égyptiennes, en Grèce;
bientôt il s'y forma une nation d'un esprit plus actif et plus fécond,
que toutes celles qui jusqu'alors avaient brillé sur le globe. Avec
son ardeur innée pour le savoir, elle ne manqua point de s'enquérir
des autres peuples de la terre. Hérodote, qui avait voyagé, lui
raconta des vérités et des fables; en agrandissant leur sphère
d'activité, les Grecs obtinrent des notions plus positives. À la suite
du conquérant Alexandre, roi de Macédoine, ils traversèrent les pays
les plus fameux de l'Asie, et arrivèrent jusqu'à l'Inde. Alexandre
était trop épris de la gloire, pour ne pas tourner ses expéditions au
profit de la science. Ses officiers reconnurent les côtes, des
relations de commerce s'établirent entre les pays grecs et ceux de
l'Asie; dès-lors le lien entre l'Europe, l'Asie et l'Afrique devint
indissoluble; l'intérêt l'avait noué, on pouvait être sûr qu'il
subsisterait.

L'éclat brillant de la Grèce commençait à s'éclipser, quand le peuple
romain étendit sa domination sur l'Italie; Carthage succomba aux coups
portés par cette nouvelle puissance; Rome incorpora dans ses états
les dépouilles de cette république. Successivement elle conquit la
Gaule, la Grèce, l'Asie mineure, l'Égypte, une partie de la Germanie,
la Grande-Bretagne. Ses lieutenans et ses financiers eurent bien soin
d'explorer les pays conquis; des colonies y furent envoyées; il n'y
avait pas encore eu d'empire composé d'une aussi grande étendue de
terres connues; la route de commerce par la mer Rouge jusqu'à l'Inde
subsistait toujours; le nord de l'Afrique fut connu des Romains; leurs
géographes, unissant les connaissances acquises par les Phéniciens,
les Carthaginois et les Grecs, à celles qui étaient dues aux conquêtes
des Romains, furent à même de présenter au monde une plus grande masse
de renseignemens géographiques, qu'on n'en avait eu auparavant. Les
Pline, les Strabon, les Ptolémée, les Pomponius Méla rassemblèrent de
véritables trésors, en comparaison de ce qui avait été réuni avant
eux; il est vrai que leurs devanciers n'avaient pas trouvé d'aussi
précieux matériaux. Un César n'avait pas parlé de la Gaule, ni un
Tacite de la Germanie et de la Grande-Bretagne.

Cependant que de terres, que de peuples restèrent encore à découvrir,
que de notions à rectifier, que de sciences à cultiver, pour parvenir
à la connaissance de ce globe, dont les Romains possédaient une si
petite portion, malgré toute l'étendue de leur puissance! Ils ne
connurent pas la moitié de l'Afrique, et ignorèrent la configuration
de cette partie du monde. En Asie, leurs recherches ne s'étendirent
point au delà des contrées méridionales qui leur envoyaient les
richesses de leur sol. Jamais ils ne pénétrèrent dans le nord de
l'Europe; l'immense empire actuel de la Russie ne leur fournit que de
faibles notions sur les moeurs des habitans. Ils ne soupçonnèrent
point l'existence d'autres continens, d'autres parties du monde. Ils
en restèrent aux élémens de la minéralogie, de la géologie, de la
botanique, et d'autres sciences qui ont des rapports si intimes avec
la géographie, et qui l'ont tant enrichie depuis qu'elles sont bien
cultivées!

Encore ces renseignemens accumulés pendant plusieurs siècles, et par
suite de nombreux événemens, faillirent-ils se perdre lors de la chute
de l'empire romain. Des peuples barbares traversèrent l'empire romain
pour le ravager; ils substituèrent leur barbarie et leur liberté, au
brillant esclavage des peuples soumis à Rome; ils renversèrent cette
puissance qui avait détruit tant de puissances plus faibles, et firent
rentrer les nations dans la barbarie et l'indépendance, d'où elles
avaient été tirées par la force aidée de la civilisation.

Ces barbares du Nord s'embarrassèrent peu des sciences; ils eurent des
idées d'enfant sur la géographie: toutefois ils avaient trouvé sans
difficulté la route des plus belles provinces de l'empire romain, et
ils y firent connaître pour la première fois les pays du Nord dont on
n'avait presque rien su, triste dédommagement de toutes les lumières
qu'ils éteignirent. Il y eut pourtant quelques géographes dans cette
époque: la clarté et la précision ne sont pas les qualités dominantes
de leurs écrits.

Le goût de l'étude ne disparut pas entièrement: il se conserva dans
les établissemens religieux, et, par un concours de nouveaux événemens
il se ralluma dans la suite. Pour propager la foi chrétienne, les
missionnaires pénétrèrent dans toutes les parties de l'Europe, dans
l'Afrique et dans l'Asie; on écrivit l'histoire de leurs vies et de
leurs succès; pour prix de ses conversions, l'hiérarchie se soumit les
peuples qui adoptèrent la religion; elle eut intérêt à les connaître:
il y eut donc de nouveaux foyers où vinrent se rassembler les lumières
géographiques. Les Plan-Carpin, les Rubruquis et les Marc-Paul, qui
voyagèrent dans des vues ecclésiastiques, firent de véritables
découvertes. Mais si le christianisme fut utile à cette science,
l'islamisme la servit aussi. Par suite des conquêtes de Mahomet, il se
forma en Asie un empire, celui des califes, qui voulut réunir tous les
genres d'illustration, et favorisa en effet avec une munificence digne
d'éloges les lettres, les arts et les sciences. La géographie ne fut
pas négligée par les savans arabes, et, quoiqu'ils n'eussent aucun
accès auprès des bibliothèques des pays chrétiens, ils purent
recueillir beaucoup de notions, grâce à l'extension rapide qu'avait
prise la domination des califes, et la religion musulmane.

Les idées des chrétiens d'Europe s'étaient fort rétrécies sous le
monachisme, mais les croisades les étendirent: Venise, devenue le
premier état commerçant, eut le goût des conquêtes et des découvertes.
La marine d'Europe, que des souverains faibles d'esprit et de moyens
avaient laissé dépérir, se releva sous la main des républiques
commerçantes; et pendant qu'on alla chercher le poivre et le cardamome
dans l'Inde, on s'habitua aux expéditions maritimes. Les Grecs dont
l'empire était resté debout au milieu de tous les bouleversemens de
l'Europe, auraient dû éclairer le monde par des connaissances de tous
les genres; mais les disputes théologiques sur l'essence de la lumière
du mont Thabor, les occupèrent bien plus vivement que la connaissance
de la partie du monde qu'ils habitaient, et les Turcs qui se
souciaient de géographie encore moins que les Grecs, vinrent
substituer leur barbarie aux subtilités scolastiques des écoles de
Byzance, comme les Goths et les Lombards, avaient imposé à l'Italie
leur ignorance et leur rudesse.

Tout ce qu'on avait gagné en connaissances géographiques, depuis la
chute de l'empire romain, se réduisait au nord de l'Europe, et à une
partie de l'intérieur de l'Asie; il avait fallu, en outre, apprendre
de nouveau ce que les Romains avaient su et ce que les barbares
avaient fait oublier. On en était là, quand, au commencement du
quinzième siècle, on découvrit l'utilité de la boussole, et quand les
Portugais, encouragés par leurs victoires sur les Maures d'Afrique,
longèrent la côte occidentale de cette partie du monde, et
découvrirent Madère et les Açores. La beauté de la première de ces
îles, stimula leur ardeur pour les nouvelles conquêtes, et voyant au
Sud une mer sans bornes, ils poursuivirent leurs découvertes le long
de l'Afrique; cette suite de pays habités par les Nègres, infestés par
les animaux féroces, et riches en poudre d'or et en productions de
diverses espèces, se déroula successivement aux yeux étonnés de leurs
navigateurs, et en 1486, environ cinquante ans après leur arrivée à
Madère, Vasco de Gama découvrit le cap de Bonne-Espérance. Ce ne fut
qu'alors que l'on connut l'étendue de l'Afrique, et la possibilité
d'arriver à l'Inde, en doublant l'extrémité de cette partie du monde.
Les Portugais ne tardèrent pas, en effet, de longer aussi la côte
orientale de l'Afrique, et de retrouver les mers et les côtes de
l'Asie, connues de ceux qui avaient fait le voyage de l'Inde par la
mer Rouge, l'ancienne route du commerce. L'Inde même ne fut bien
connue, que lorsqu'on eut commencé à s'y rendre par le Cap de
Bonne-Espérance; les îles de la mer des Indes, que l'on exploita
ensuite, offrirent au commerce des articles rares, qui furent dès lors
très-recherchés en Europe; les Portugais poussèrent leurs voyages de
découvertes jusqu'en Chine et jusqu'aux terres australes; depuis
l'Europe, jusqu'à ces contrées éloignées, ils établirent des colonies,
des forts et des comptoirs; il y eut une révolution complète dans le
commerce des productions étrangères; la route étant changée, des
villes et des états en perdirent le bénéfice: d'autres l'acquirent.
Les connaissances de géographie et d'histoire naturelle furent presque
doublées; jamais le monde n'avait été aussi riche en science. Ce
savoir aurait tourné au bonheur des hommes, si l'humanité l'eût
accompagné; mais on n'avait fait des expéditions que pour s'enrichir,
et pour propager par la violence une religion de douceur. On fit, des
pays découverts en Afrique, sous la zone torride, des marchés
d'esclaves; plus tard on envoya des inquisiteurs sur la côte de
l'Inde.

Étonné de tout ce que les voyages des Portugais avaient fait
connaître, on devait croire avec un sentiment d'orgueil que les bornes
de la science ne pouvaient être reculées davantage. Cependant, vers ce
temps, les Espagnols firent des expéditions plus étonnantes encore que
celles des Portugais: ceux-ci avaient achevé d'explorer une partie du
monde dont les anciens avaient connu la portion septentrionale; les
vaisseaux espagnols conduits par le génie de Christophe Colomb,
découvrirent une partie du monde dont aucun ancien n'avait soupçonné
l'existence, et qui était située dans un hémisphère où aucun
navigateur n'avait pénétré: si ce n'est les marins scandinaves, qui,
dès le dixième siècle avaient découvert le Groënland, et y avaient
formé une colonie, sans étendre leurs expéditions. Mais il fallut du
temps pour connaître un pays aussi immense. Les Antilles, le Mexique,
la Nouvelle-Grenade et le Pérou furent explorés, dévastés, pillés et
convertis d'abord. De leur côté, les Portugais se hâtèrent de profiter
de la découverte d'une partie du monde que l'Espagne était hors d'état
d'occuper toute seule; ils prirent possession du Brésil; cependant ces
deux puissances, dont toute la population se serait perdue dans le
quart de l'Amérique, se disputèrent ce continent immense; il fallut
que le pape, sur leur invitation, quoique sans aucun droit, tirât la
ligue de démarcation entre les prétentions des deux puissances: après
cette vaine démarche, elles se crurent, ou feignirent de se croire
dûment autorisées à disposer à leur gré de chaque lot; elles ont
possédé l'Amérique pendant plusieurs siècles, sans avoir réussi à la
civiliser, mais elles en ont extrait une immense quantité d'or,
d'argent et de pierres précieuses. Elles ont même si peu contribué à
faire connaître leurs possessions, que les renseignemens importans
nous viennent pour la plupart de voyageurs étrangers, que la curiosité
avait conduits dans ces pays, et qui ne les ont pas visités sans des
obstacles de la part des gouvernemens.

Dans le courant du seizième siècle, les diverses parties de l'Amérique
furent successivement découvertes et occupées: les Anglais, dont la
marine avait pris des accroissemens rapides, s'étaient attachés à la
découverte du nord de ce continent; les Français, qui enfin voulurent
aussi partager l'honneur de faire des découvertes et des colonies,
explorèrent et occupèrent le Canada, et plus tard la Louisiane.

Déjà la république de Hollande, après avoir conquis sa liberté sur
l'Espagne, conquit des colonies dans l'Inde sur le Portugal, exploita
les îles les plus riches en épiceries, et entama des relations avec la
Chine et le Japon, et, entreprenant des expéditions dans la mer du
Sud, détermina la position de la Nouvelle-Hollande, de la terre
Van-Diemen et d'autres îles de cette mer. Les missionnaires espagnols,
portugais et français pénétrèrent dans la Chine, la Tartarie, le
Japon, les royaumes de la presqu'île orientale de l'Inde, et dans
d'autres contrées, et en donnèrent des détails curieux pour les
savans, édifians pour l'église romaine. D'autres missionnaires se
hasardèrent dans l'intérieur de l'Amérique septentrionale et
méridionale; les marchands hollandais se hasardèrent partout où il y
avait quelque espoir de spéculations lucratives. Les Espagnols qui
possédaient plus de pays qu'ils n'en pouvaient cultiver, furent
affaiblis dans leurs colonies par les flibustiers, par leurs guerres
contre les autres puissances maritimes; et par suite de leur inertie,
la Guyane, les Antilles, l'Amérique septentrionale, attirèrent des
flottes de diverses nations européennes; on connut mieux ce pays, et
le commerce en tira meilleur parti. On eut bien des langues, des
moeurs et des peuples à étudier sans cesse les sciences naturelles,
s'enrichirent de nouvelles observations. Tandis que les colonies
espagnoles et portugaises furent remplies de moines, les colonies
anglaises, dans l'Amérique septentrionale se peuplèrent rapidement. La
marine anglaise surpassa au dix-huitième siècle celle des autres
puissances maritimes, et s'empara de plusieurs des grands débouchés du
commerce européen. Vers le milieu de ce siècle, l'Angleterre fit faire
des voyages autour du monde, auxquels le capitaine Cook a attaché son
nom immortel, et qui avaient pour but, non pas, comme autrefois, de
surprendre et de subjuguer des peuples sans armes et sans expérience;
mais, ce qui était plus digne des Européens, d'augmenter les
connaissances humaines, et de contribuer, par un échange de
productions et de découvertes, au bien-être de l'humanité. On n'était
plus dans le temps barbare où l'on faisait décider à Rome qu'on
pouvait traiter les sauvages en esclaves pour le bien de leur âme. Les
expéditions de Cook leur apportèrent nos plantes nourricières et nos
animaux domestiques, et leur firent connaître les avantages de la
civilisation. C'est surtout par les expéditions de ce navigateur que
l'Europe connut les nombreux archipels disséminés dans la vaste mer du
grand Océan.

Cependant il y en avait trop pour que des navigateurs futurs n'y
trouvassent pas encore des découvertes à faire. Déjà, avant le
troisième voyage de Cook, l'expédition française conduite par
Bougainville avait découvert l'archipel des navigateurs. Les voyages
de Vancouver, de la Pérouse, d'Entrecasteaux ajoutèrent aux
connaissances que nous avions sur les divers archipels; le premier
explora principalement la côte du nord-ouest de l'Amérique. Des savans
isolés et des états du second ordre, entreprirent, dans le
dix-huitième siècle, beaucoup de voyages utiles; Hearne et Mackenzie
trouvèrent sur deux points la limite septentrionale de l'Amérique;
Bruce chercha des aventures jusqu'en Abyssinie; Nicbuhr et ses savans
compagnons, tous envoyés aux frais du Danemark, bravèrent les sables
brûlans de l'Arabie, et la perfidie des Bédouins. Le Vaillant étudia
l'histoire naturelle de l'Afrique méridionale; Mungo-Park eut le
courage de pénétrer dans l'intérieur de ce continent. Le gouvernement
russe qui, pendant ce siècle avait pris un rang marquant en Europe,
fit entreprendre des voyages en Sibérie et en Kamtchatka, et visiter
l'extrémité de l'Asie, sur laquelle il est resté long-temps des doutes
aux géographes, quoique Behring ait eu l'honneur de donner son nom au
détroit qui sépare l'extrémité de l'Asie de celle de l'Amérique. Le
capitaine Billings visita les côtes de la mer Glaciale, et la chaîne
des îles Aléoutes. La fin de ce siècle fut marquée par l'expédition
militaire des Français en Égypte; expédition à laquelle on eut le bon
esprit d'associer la science. Si elle fut peu utile sous le rapport
politique, elle procura au moins une masse de renseignemens précieux
sur l'Égypte et sur les peuples arabes, et fit naître un recueil
savant, comme il n'en avait été fait jusqu'alors sur aucun pays.
Plusieurs voyageurs particuliers s'empressèrent dans la suite de
compléter en Égypte les observations des savans de l'expédition
française.

Voici comment toutes ces entreprises sont présentées dans un rapport
de l'institut de France[1].

                   [Note 1: _Rapport historique sur les progrès des
                   sciences mathématiques, depuis 1789, et sur leur
                   état actuel. Paris. 1810._]

«À l'époque de 1789, toutes les nations à l'envi paraissaient animées
du désir de perfectionner la description de leurs états et des mers
qui baignent leurs côtes. Le goût qu'avaient fait naître les voyages
heureux et brillans des Bougainville, des Cook, ne s'affaiblit pas par
les expéditions désastreuses, mais non pourtant inutiles de La Pérouse
et d'Entrecasteaux. Les Anglais ont profité des avantages de leur
position: tandis que leur Société africaine pénétrait dans des
contrées entièrement inconnues, que leur Horneman recevait l'accueil
le plus distingué du vainqueur de l'Égypte, que Mungo-Park bravait les
plus grands dangers pour ouvrir de nouvelles routes au commerce de son
pays, que Flinders s'exposait à des dangers plus terribles encore,
pour visiter la terre de Diemen et les côtes de la Nouvelle-Hollande,
leurs vaisseaux parcouraient la mer et l'archipel des Indes, leurs
ambassadeurs reconnaissaient le Thibet, le royaume de Java, et
pénétraient en Chine. Vancouver décrivait les côtes qu'il était chargé
de reconnaître, avec des soins et une exactitude dignes de servir de
modèle à tous ceux qui auront à remplir de pareilles missions. Les
Français, si glorieusement occupés ailleurs, n'avaient pourtant point
abandonné les recherches géographiques. Si les Anglais nous faisaient
mieux connaître la pointe méridionale de l'Afrique, les Français
trouvaient en Égypte matière à des descriptions bien plus
intéressantes. Le capitaine Marchand avait fait autour du monde, un
voyage heureux et modeste, qui, pour être apprécié ce qu'il vaut,
attendait la plume d'un navigateur distingué. M. de Fleurieu a su y
ajouter un prix nouveau, en donnant aux marins toutes les instructions
qui peuvent rendre leurs courses moins périlleuses et plus utiles, en
les préparant à recevoir le bienfait des nouvelles mesures, et en
proposant une division plus méthodique des mers.... M. Buache a
préparé pour nos navigateurs tous les renseignemens qui peuvent
diriger leur marche. Muni de ces instructions, le capitaine Baudin
alla reconnaître les côtes de la Nouvelle-Hollande dans une expédition
recommandable, surtout, par les services qu'elle a rendus à l'histoire
naturelle. Enfin, pour terminer par un voyage qui renferme tous les
genres de mérite, M. de Humboldt a fait à ses frais une entreprise qui
honorerait un gouvernement; seul avec son ami Bonpland, il s'est
enfoncé dans les déserts de l'Amérique: il en a rapporté six mille
plantes avec leurs descriptions, les positions de plus de deux cents
points déterminés astronomiquement; il est monté à la cime du
Chimboraço, dont il a mesuré la hauteur; il a créé la géographie des
plantes, assigné la limite de la végétation et des neiges éternelles,
observé les phénomènes de l'aimant et des poissons électriques, et
rapporté aux amateurs de l'antiquité des connaissances précieuses sur
les Mexicains, leur langue, leur histoire et leurs monumens.»

Le siècle dans lequel nous vivons a déjà augmenté considérablement nos
connaissances géographiques, quoiqu'il n'y en ait pas encore un quart
d'écoulé; ce qui distingue surtout les voyageurs actuels, c'est un
savoir plus profond, un jugement plus sain, un esprit d'observation
plus fin et plus étendu. Les anciens voyageurs ont rapporté tant de
fables, qu'il en a coûté quelquefois plus de peine à la postérité de
détruire ces mensonges que de répandre des vérités qui s'y trouvaient
mêlées. La grande confédération des états républicains de l'Amérique
septentrionale qui défricha, et qui peupla d'hommes libres et heureux
des contrées où naguère quelques peuplades sauvages avaient subsisté
misérablement, fit explorer les sources du Missouri, et le cours de la
Columbia, afin de découvrir des moyens de communication à travers
l'Amérique septentrionale, avec les côtes du grand Océan. Les
révolutions qui rendirent l'indépendance aux colonies espagnoles,
ouvrirent aux regards curieux des Européens, de vastes contrées où la
jalousie du gouvernement avait embarrassé les pas des voyageurs
avides d'instruction, et les doux accens de la liberté et de la
civilisation furent bégayés par des races auxquelles l'Europe n'avait
presque apporté encore que le despotisme et une superstition
grossière. Des voyageurs anglais, par dévouement pour la science, plus
encore que par l'espoir des récompenses qui les attendaient,
affrontèrent tous les périls pour pénétrer dans l'intérieur toujours
inconnu de l'Afrique; des malheurs particuliers même tournèrent au
profit de la géographie, et plusieurs naufrages qui ont eu lieu sur
les côtes de ce continent inhospitalier, ont procuré des renseignemens
intéressans sur les routes et les places de commerce; mais ils
justifient l'opinion que l'on s'était formée sur la férocité des
moeurs des peuples africains. La voix de l'humanité fut assez forte
pour engager, enfin, les Européens à renoncer à ce trafic de nègres,
dont la barbarie les assimilait aux hordes des déserts.

La vaste domination à laquelle les Anglais étaient parvenus dans
l'Inde les mit à même de produire un grand nombre de beaux ouvrages
sur ce berceau antique des arts et des fables. Ils firent explorer
aussi la partie de la Nouvelle-Hollande où leur colonie, peuplée de
malfaiteurs européens, fait des progrès si rapides vers les arts de la
civilisation. Le chirurgien Bass avait trouvé en 1795 le détroit qui
sépare cette vaste île de celle de Diemen, et le capitaine Flinders
visita les côtes de la plus petite de ces îles. Dans les dernières
années, des Anglais ont exploré l'ouest de la Nouvelle-Galles
méridionale, et, en se rapprochant de l'intérieur de la
Nouvelle-Hollande, ils y ont trouvé le premier fleuve que l'on y ait
encore vu. Les missionnaires anglais, soutenus par les sociétés
bibliques qui font traduire l'Évangile dans un grand nombre de
langues, parcourent toutes les parties du monde. Les ambassades
anglaises en Chine et en Perse apportèrent aussi des supplémens aux
connaissances géographiques. Dans les colonies que les Anglais
enlevèrent pendant les guerres aux Hollandais déchus de leur ancienne
puissance, ils substituèrent l'esprit d'investigation libre qui
caractérise ce peuple à la jalousie mystérieuse des marchands de
Hollande. Enfin l'Angleterre entreprit ces expéditions dont la science
a sûrement plus à espérer que le commerce, et qui tendent à déterminer
les limites de l'Amérique septentrionale. Plus de vingt tentatives
avaient déjà été faites pour découvrir au nord du continent américain
ce passage de communication entre l'Océan Atlantique et la mer du Sud,
dont on se promettait tant d'avantages pour la navigation; les deux
dernières expéditions des Anglais ont prouvé que ces avantages sont à
peu près chimériques; mais il sera toujours important de connaître les
limites du continent vers le pôle du nord.

Les Russes, étonnés de tirer si peu de partie de l'immense Sibérie,
voudraient au moins en faire une route de commerce pour attirer à eux
les productions de l'extrémité de l'Amérique et des îles disséminées
sur les côtes orientales de l'Asie; leurs dernières expéditions nous
ont mieux fait connaître ces archipels; leur pavillon a déjà deux fois
fait le tour d'un globe sur lequel le nom de Russes était encore
inconnu, il y a deux siècles. Depuis la paix, la France, malgré l'état
de délabrement dans lequel les guerres du continent avaient réduit sa
marine, a entrepris des expéditions maritimes qui n'ont pas été
infructueuses pour la science, et il s'est formé dans la capitale de
la France une société géographique à l'instar de l'institution
africaine de Londres à laquelle la géographie a de grandes
obligations.

Tant d'entreprises utiles et intéressantes ont fait éclore un si grand
nombre de relations, que pour les rassembler il faudrait une
bibliothèque entière, et que la vie de l'homme suffirait à peine pour
les lire et les comparer entre elles. Cette double tâche était
infiniment plus facile, il y a un siècle: alors l'attention du savant
pouvait encore embrasser d'un coup d'oeil la série des relations de
voyages qui avaient été successivement publiées sans habileté, et les
réduire à leur substance pour l'instruction des gens du monde. Ramusio
renferma en trois volumes in-folio imprimés pour la première fois à
Venise, en 1565, les relations de voyages anciennes et modernes.
Hackluit ne composa également sa collection, publiée à Londres, en
1599 et 1600, que de trois volumes in-folio. Mais elle se borne aux
voyages faits par les Anglais dans un espace de 160 ans. C'était déjà
bien restreindre le recueil des expéditions. Les Français n'ont point
de collection exclusive pour les voyageurs de leur nation, et en effet
elle serait d'une utilité médiocre. Il s'agit peu de savoir si le
voyageur était de telle ou telle nation; la science ne s'informe que
de ce qu'il a découvert, et ce que ses observations ajoutent au trésor
des connaissances humaines. Purchas qui, indépendamment des relations
anglaises, recueillit aussi celles des voyageurs étrangers, en forma
quatre volumes in-folio, Londres 1625-26. Churchill qui, dans la même
ville, publia en 1732 huit volumes in-folio de voyages, s'était
principalement attaché aux relations inédites. Un recueil moins
étendu, quoique compilé d'après tous ceux qui avaient paru alors, ce
fut celui de Harris, Londres 1744, deux volumes in-fol. Vint ensuite
la nouvelle collection générale dont il fut publié à Londres, depuis
1744 jusqu'en 1747, huit volumes in-folio; il n'existait en français
d'autre collection générale que celle de Thévenot, en quatre volumes.
L'abbé Prévost pensa faire une bonne opération en traduisant le
nouveau recueil anglais, malgré l'étendue qu'on se proposait d'y
donner. On peut lire l'histoire de cette traduction, et de l'abrégé
qu'en fit Laharpe, dans la préface qui va suivre. Le traducteur ainsi
que l'abréviateur continuèrent le travail des compilateurs anglais;
mais aujourd'hui il faudrait plus de volumes que Laharpe n'en a
faits, pour abréger toutes les relations intéressantes qui ont paru
depuis ce temps. Il y a des personnes qui pensent que Laharpe n'a
point pris lui-même la peine d'abréger la traduction de l'abbé
Prévost, et qu'il s'est contenté de revoir le travail des autres. Par
malheur ni l'abbé Prévost ni Laharpe n'avaient étudié la géographie.
Cependant l'abrégé du dernier jouit d'une sorte de vogue en France;
cela ce conçoit quand on réfléchit que le nom de Laharpe devait servir
de passeport à tous les ouvrages qu'il introduisait dans le monde, que
son abrégé est la seule histoire des voyages lisible qui existe en
français, enfin qu'exécuté avec goût, il est d'une étendue modérée, et
qu'il y règne un esprit philosophique qui fait plaisir au lecteur, et
qu'on cherche en vain dans d'autres recueils dont les auteurs ou les
éditeurs ont compilé et entassé des faits, sans rien penser, en
transcrivant une multitude d'événemens conformes ou contraires à la
morale. Des hommes qui présentent le bien et le mal d'un ton
d'indifférence, ne peuvent prétendre à une grande attention de la part
de leurs lecteurs.

Quoique le public sache que l'abrégé fait par Laharpe ne peut plus
être complet, il paraît attacher peu d'importance à cette
défectuosité; Laharpe lui a donné en raccourci l'histoire des voyages
jusqu'à son temps; s'il se présentait un autre Laharpe pour continuer
cette histoire jusqu'à nos jours, sans doute son travail serait
également bien accueilli. Quant aux savans, ils seraient peut-être
plus difficiles. Ceux qui n'examinent principalement que le fond,
voudraient probablement qu'un bon écrivain, qui fût en même temps
versé dans la géographie et même dans les sciences naturelles, reprît
l'histoire des voyages anciens et modernes, en retraçât la substance,
signalât les découvertes importantes dues aux divers voyageurs et les
progrès qu'ils ont fait faire aux sciences, avertît des erreurs dans
lesquelles ils sont tombés, et qui ont été redressées par des voyages
postérieurs, et que, sans négliger les sciences, il eût en même temps
en vue dans son histoire le bien de l'humanité et le bonheur des
peuples. Un tel ouvrage épargnerait beaucoup d'études et de
recherches, et servirait à la fois aux gouvernemens, aux savans et aux
gens du monde. Mais il est à craindre qu'il ne se fasse encore
long-temps attendre.

                                                  DEPPING.



PRÉFACE.

PLAN SOMMAIRE DE CET OUVRAGE.


Vers l'an 1745, quelques gens de lettres d'Angleterre, aussi instruits
que laborieux, formèrent le projet d'une collection complète de toutes
les relations de voyages publiées dans toutes les langues de l'Europe.
Les principaux fondemens de leur édifice étaient trois volumineux
recueils qui existaient déjà sur cette matière; ceux d'_Hackluit_, de
_Purchas_ et de _Harris_. Ils y joignirent d'autres voyageurs
français, hollandais, allemands, portugais, espagnols et autres,
qu'ils prirent la peine de traduire en anglais. Leur entreprise fut
communiquée à l'abbé Prévost, écrivain avantageusement connu par le
succès de ses romans, et par la fécondité de sa plume. Ce plan lui
parut utile au public et fait pour être bien accueilli partout. Moins
susceptible qu'aucun autre d'être effrayé par l'immensité et la
longueur du travail, il s'engagea à traduire l'ouvrage dans notre
langue, à mesure que les feuilles anglaises sortaient des presses de
Londres, et à fournir tous les six mois un volume _in-4º_, de sept à
huit cents pages d'un caractère très-serré; et, ce qu'il y a de plus
étonnant, il tint parole. Il est vrai qu'il reçut des encouragemens de
toute espèce de la part de M. le comte de Maurepas, et de M. le
chancelier d'Aguesseau, tous les deux faits pour sentir l'utilité de
son travail, et pour en juger le mérite. L'ouvrage se répandit dans
toute l'Europe.

Mais les auteurs anglais se plaignirent de ne pas recevoir chez eux
les mêmes secours qu'ici le gouvernement accordait au traducteur
français. La guerre allumée par la succession de l'empereur Charles
VI, occupait alors le ministère de Londres, et, soit que les
rédacteurs anglais fussent rebutés des difficultés qui renaissaient
sans cesse, et qu'ils n'avaient pas toutes aperçues d'abord, soit que
notre langue, plus répandue que la leur, procurât à la traduction un
débit beaucoup plus grand qu'à l'ouvrage original, ils se trouvèrent
accablés sous le fardeau d'une entreprise dans laquelle le profit
n'était pas en proportion de la peine, et, après le septième volume,
ils l'abandonnèrent entièrement. Ce fut alors que l'abbé Prévost, qui
s'était déjà permis d'indiquer plusieurs fois les vices de leur
méthode et les défauts de leur rédaction, en parla avec plus de
liberté, témoigna tout le regret qu'il avait d'avoir été asservi à un
plan si défectueux, et cita le mot que lui avait dit M. d'Aguesseau:
_Les Anglais ne savent pas faire un livre_; mot qui n'était que trop
vrai alors, et que depuis les Hume, les Robertson, les Gibbon, ont si
bien démenti.

Mais l'infatigable compilateur, en avouant tout ce qui manquait à la
méthode qu'il avait suivie, ne put s'empêcher de reconnaître et
d'annoncer la nécessité où il se croyait être de la suivre encore dans
la continuation de l'ouvrage abandonné par les Anglais, et dont tout
le poids retombait désormais sur lui seul. Il était difficile, en
effet, de revenir de si loin sur ses pas. La machine était montée, il
en eût trop coûté de la reconstruire et de la simplifier; d'ailleurs
le changement de forme dans les volumes subséquens, n'eût servi qu'à
décréditer les premiers. Il poursuivit donc sa route sans regarder
derrière lui, et arriva jusqu'au quatorzième volume où finissait son
ouvrage, sans fournir aux lecteurs un fil qui pût les conduire dans
les sentiers tortueux et innombrables, dans les landes arides de ce
vaste labyrinthe où il s'était enfoncé avec eux.

En effet, que l'on consulte ceux qui ont feuilleté cette énorme
compilation, dont le fonds était si riche et qui pouvait réunir tant
d'agrément à tant d'instruction, ils vous diront tous que le livre
leur est tombé cent fois des mains, et ceux qui ont mis le plus de
constance à le lire, le regardent comme un livre plus fait pour être
consulté que pour être lu de suite. Et cependant, quel ouvrage plus
susceptible d'une lecture suivie et agréable qu'une relation de
voyages?

D'où vient donc que cette compilation de l'abbé Prévost, si
intéressante et si curieuse dans quelques parties, est en total si
fastidieuse et si pénible à lire? Il s'en offre bien des raisons.

1º. Il n'y a nul choix, nulle sobriété dans l'emploi des matériaux:
tout y est indistinctement mis en oeuvre; et pour un voyage vraiment
digne d'attention par une découverte importante, par des connaissances
exactes, par des détails attachans, il y en a dix qui ne contiennent
que des aventures communes, des vues superficielles, des descriptions
rebattues. On a surtout entassé les uns sur les autres de simples
journaux de navigation, qui n'ont d'autre objet que de nous dire qu'un
tel jour on partit de tel lieu très-connu, pour arriver à tel autre
qui ne l'est pas moins, qu'on prit hauteur à tel degré, qu'on jeta la
sonde à tant de brasses, qu'on aperçut des poissons volans, qu'on eut
tel vent, etc. Cette profusion de circonstances, purement nautiques,
accumulées et répétées dans le livre de l'abbé Prévost jusqu'à
l'extrême satiété, est bonne à insérer dans un dépôt de connaissances
maritimes où l'on voudrait apprendre le pilotage; mais comme la
plupart des lecteurs n'ont ni le besoin ni la curiosité de ces détails
de marine, ils ne servent qu'à grossir inutilement des volumes déjà
trop remplis d'autres inutilités, et augmentent le dégoût et l'ennui.

2º. Cette compilation manque absolument d'ordre et de méthode. Après
la distribution générale de l'Afrique, de l'Asie et de l'Amérique, on
n'a eu d'autre soin que d'entasser pêle-mêle tous les voyageurs qui
ont parlé des mêmes pays, de manière que le lecteur est ramené vingt
fois aux mêmes lieux, sans apprendre rien de nouveau et sans qu'on ait
songé, ni à lui épargner les répétitions qui le fatiguent, ni à
concilier les contradictions qui l'embarrassent, ni à marquer la
succession des dates et des événemens. Il en résulte une confusion
générale des faits, des époques et des personnages.

3º. Quoique la prose de l'abbé Prévost ait en général du nombre, de la
facilité et du naturel, le style de l'ouvrage manque absolument
d'intérêt et de variété; les plus grandes choses y sont racontées du
même ton que les plus communes, et les auteurs ou le traducteur ne
s'élevant jamais avec le sujet, et ne conversant point avec le
lecteur, semblent s'être défendus de penser et de sentir. On ne trouve
parmi tant de narrations, ni une réflexion fine ou profonde, ni une
peinture énergique, ni un mouvement de sensibilité. L'éloquence et la
philosophie semblent bannies de ce long ouvrage.

Voici maintenant ce qu'on a cru pouvoir faire pour le présenter au
public sous une forme plus agréable.

L'ouvrage de l'abbé Prévost est de seize volumes in-4º, en y
comprenant la table générale des matières qui fait le seizième. Depuis
sa mort, on a imprimé un supplément en un volume, une suite de deux
nouveaux volumes, composés par MM. _Querlon_ et _de Leyre_, et un
vingtième volume qui comprend le premier voyage de Cook autour du
monde, ainsi que les expéditions du même genre qui l'avaient précédé.
On peut juger de la réduction qu'on a crue nécessaire, et du nombre
des superfluités qui ont paru devoir être élaguées, puisque dans cette
nouvelle édition les vingt tomes _in-4º_ sont réduits à vingt-quatre
volumes _in-8º_, dans lesquels même on a compris tous les voyages
autour du monde entrepris et exécutés jusqu'à nos jours[2]; ceux qu'on
a tentés dans la mer du Sud, pour la découverte des terres Australes,
et dans la mer du Nord pour chercher un passage dans l'Océan oriental,
prodiges d'audace et de constance, qui semblent le dernier effort des
lumières et des forces de l'homme, et qui doivent immortaliser les
noms des _Cook_, des _Banks_, des _Solander_, des _Bougainville_, des
_Wallis_, des _Byron_, des _Phips_, etc.

                   [Note 2: Jusqu'en 1780.]

On voit que, dans cette dernière partie, on n'a point travaillé
d'après l'abbé Prévost; mais on a cru nécessaire de la traiter, pour
compléter l'_Abrégé de l'Histoire générale des Voyages_, et conduire
le lecteur au même terme où sont parvenues en ce genre les
entreprises et les connaissances de notre siècle.

Il reste à exposer la méthode qu'on a suivie dans la composition de
cet Abrégé. D'abord on a voulu rendre propre à toutes les classes de
lecteurs un livre qui est en effet de nature à être lu par quiconque
veut s'amuser ou s'instruire. On a donc supprimé tout ce qui n'était
fait que pour occuper un petit nombre d'hommes, et pour ennuyer le
plus grand nombre. Tout ce qui s'appelle Journal de navigation a été
retranché; toutes les répétitions, toutes les superfluités, toutes les
circonstances indifférentes, toutes les aventures vulgaires; voilà ce
qu'on a fait disparaître.

On a tâché ensuite de mettre le plus d'ordre et de clarté qu'il a été
possible dans la distribution des différens voyages, de manière qu'on
ne perdît pas un pays de vue sans avoir appris tout ce qu'il pouvait
offrir de curieux et d'intéressant. Dans la partie descriptive, on a
classé les articles généraux de manière que l'un ne se confondît
jamais avec l'autre.

On s'est efforcé d'ailleurs de mettre dans cette méthode toute la
variété dont elle était susceptible, en plaçant, toutes les fois qu'on
l'a pu sans blesser l'ordre, un voyage d'aventures après des
descriptions de moeurs et de lieux. Cette partie romanesque des
voyages, quelquefois supérieure à tous les romans pour l'intérêt et le
merveilleux, est fait pour reposer l'attention du lecteur en flattant
son imagination.

Quand un voyageur, qui s'est vu dans des situations extraordinaires,
raconte lui-même, on s'est bien gardé de prendre sa place: on l'a
laissé parler sans rien changer, rien ajouter à son récit. On ne
remplace pas ce ton de vérité, cette expression naïve que donne le
souvenir d'un grand péril à l'homme qui s'y est trouvé, à celui dont
l'âme, après avoir été fortement ébranlée, retentit, pour ainsi dire,
encore long-temps de l'impression qu'elle a reçue.

On n'a fait non plus que très-peu de changemens dans les descriptions
de lieux et de moeurs, dans les détails physiques: d'abord pour n'en
pas altérer la vérité, ensuite parce que la diction de l'abbé Prévost,
toutes les fois que le sujet ne demande pas de l'élévation, a de la
pureté et de la clarté. Mais on y a joint autant qu'on l'a pu cette
philosophie qui lui manque absolument, et qui doit être l'âme d'un
ouvrage de cette espèce; car que sert-il de promener le lecteur d'un
bout du globe à l'autre, si ce n'est pour le faire penser et pour
penser avec lui?

On n'entend point par philosophie ces spéculations audacieuses et
destructives qui attaquent tout pouvoir et tout principe, et qui ne
sont que l'abus de la philosophie, comme le fanatisme est l'abus de la
religion; mais cette morale pure et universelle, qui n'est dictée et
sentie que par le coeur, qui ne cherche dans toutes les connaissances
que l'homme peut acquérir que de nouveaux rapports faits pour
l'attacher à ses semblables, et qui lui apprend sans cesse ce qu'il
est pour les autres, et ce que les autres sont pour lui.

À l'égard des observations physiques sur les climats et les
productions, on les a restreintes à ce qu'il y a de plus avéré et de
plus remarquable. On a voulu que chaque lecteur trouvât dans ce livre
ce que lui-même observerait avec plaisir en voyageant.

Dans la partie purement historique, dans le récit de ces premières
découvertes qui ont été de grandes expéditions, telles que celles des
Portugais dans l'Asie, celles des _Cortès_ et des _Pizarre_ en
Amérique, il a fallu souvent prendre la plume, avec le regret de ne
pouvoir la donner à un Tite-Live ou à un Tacite. Il n'y a point de
palette trop riche, point de touches trop brillantes pour de pareils
tableaux, et l'on avoue même que ce n'est point assez de les
retoucher, et qu'il faudrait les refaire en entier. Ces époques
fameuses dans l'histoire du monde dont elles ont changé la face, ces
merveilles de l'homme qui ont été ses crimes, ces titres de sa
grandeur et de sa honte, auront toujours un grand pouvoir sur
l'imagination, et seront l'entretien de la dernière postérité. Sans se
flatter d'être au niveau d'un tel sujet, il a fallu du moins suppléer,
dans cette partie, le premier rédacteur qui en était resté trop loin.


DIVISION GÉNÉRALE DE CET ABRÉGÉ.

On a cru qu'il pouvait être utile de mettre d'abord cette division
sous les yeux du lecteur, de manière qu'il pût embrasser d'un coup
d'oeil toute la route qu'il va parcourir.

L'ouvrage est divisé en cinq Parties: les voyages d'Afrique, ceux
d'Asie, ceux d'Amérique, les voyages vers les Pôles, et les voyages
autour du monde.



PREMIÈRE PARTIE.

AFRIQUE.


L'Afrique devait naturellement être traitée la première, parce que
c'est en faisant le tour de cette partie du monde, par le cap de
Bonne-Espérance, qu'on a trouvé la route nouvelle des Indes, suivie
depuis par tous les navigateurs. D'ailleurs l'expédition de _Gama_
dans les Grandes-Indes a suivi de quelques années celle de _Colomb_
dans les Indes que l'on a nommées Occidentales.

Cette première Partie concernant l'Afrique est partagée en six Livres.
Le premier offre un précis très-succint des découvertes et des
conquêtes des Portugais dans l'Orient jusqu'à l'époque de leur
décadence, et jusqu'au moment où ils furent dépouillés par les autres
puissances de l'Europe. Ce Livre n'est, à proprement parler, qu'une
introduction historique.

C'est dans le second Livre que commence la relation des voyages; il
contient les premières tentatives des Anglais sur les côtes d'Afrique,
dans les Indes et dans la mer Rouge; les aventures d'un capitaine de
cette nation nommé _Roberts_, et la description des Canaries et des
îles du cap Vert, situées dans la mer d'Afrique sur la route du cap de
Bonne-Espérance.

Dans le troisième, on passe au continent africain, à commencer par le
Sénégal, où les Européens ont eu leurs premiers établissemens; et l'on
observe les peuples placés entre le fleuve qui a donné son nom à
cette contrée et celui de la Gambie, sur lequel les nations de
l'Europe ont aussi des comptoirs. Les voyages rassemblés dans ce Livre
s'étendent jusqu'à Sierra-Leone.

Dans le quatrième, où nous avançons vers la Guinée, l'on a réuni,
suivant le plan que l'on s'était proposé, plusieurs voyages plus
historiques que descriptifs, et qui offrent des détails très-curieux
et très-intéressans sur la traite des Nègres, et sur les victoires
sanglantes du roi de _Dahomay_, conquérant barbare, dont le nom est
fameux dans l'Afrique.

Le Livre cinquième comprend la description totale de la Guinée, de la
côte de la Malaguette, de la côte de l'Ivoire, de la côte d'Or, de la
côte des Esclaves, et du royaume de Benin.

Le sixième Livre termine cette première Partie par les voyages et les
établissemens des Portugais au Congo, et ceux des Hollandais au cap de
Bonne-Espérance. On y a joint un tableau des moeurs de la singulière
nation des Hottentots, d'après _Kolbe_, et quelques détails sur la
côte orientale d'Afrique et sur le Monomotapa, pays moins connus et
moins fréquentés des Européens que la côte occidentale.



SECONDE PARTIE.

ASIE.


La seconde Partie, beaucoup plus étendue que la première, et dont le
fond est plus riche et plus varié, contient tous les voyages d'Asie
que l'on a cru devoir choisir dans la grande collection de l'abbé
Prévost: elle est divisée en huit Livres.

Le premier contient plusieurs voyages remplis d'aventures
extraordinaires, ceux de _Pyrard_, de _Pinto_, de _Bontekoé_, et la
description de toutes les îles de la mer des Indes, depuis les
Maldives jusqu'aux Philippines.

Le second nous mène dans le continent, sur la rive occidentale du
Gange, et le lecteur peut parcourir tout l'Indoustan avec des
voyageurs renommés, tels que l'Anglais _Rhoé_, _Bernier_ le médecin,
et _Tavernier_ le joaillier: celui-ci, malgré sa réputation, a paru
suspect du côté de la véracité; mais tout le monde a rendu justice aux
lumières du philosophe _Bernier_, et à l'agrément qu'il a répandu dans
son voyage de Cachemire.

Le Livre troisième nous conduit de l'autre côté du Gange, dans la
partie orientale des Indes jusqu'à la Cochinchine et à Siam. On sait
combien cette dernière contrée a excité de curiosité en Europe, depuis
le voyage du P. _Tachard_ et des jésuites mathématiciens envoyés par
ordre de Louis XIV, sur de magnifiques espérances qui ne tardèrent pas
à s'évanouir.

Le Livre quatrième présente un tableau très-vaste et très-détaillé de
ce célèbre empire de la Chine, sur lequel il semblait que l'on dût
avoir les notions les plus authentiques et les moins contestées,
d'après le long séjour qu'y avaient fait à la cour de Pékin les
auteurs des _Lettres édifiantes_. Jamais on n'a été à portée
d'observer mieux et plus long-temps l'intérieur d'un grand empire, et
cependant les mémoires qu'on nous a donnés sur la Chine, quoique
très-étendus et très-instructifs, ont été la source de querelles
interminables sur plusieurs points importans de la religion et du
gouvernement des Chinois; et à la difficulté de savoir bien une langue
telle que la leur, s'est jointe depuis celle de pénétrer dans un pays
dont ils nous ont défendu l'accès.

Le Livre cinquième, beaucoup moins détaillé, renferme ce que l'on a pu
rassembler d'instructions et de lumières sur ces immenses contrées qui
portent le nom de _Tartarie_, et qui s'étendent si loin au nord et à
l'orient de notre hémisphère. Les conjectures formées de nos jours sur
les révolutions qu'a pu essuyer cette partie du globe doivent en
rendre l'examen plus important. Mais malheureusement c'est peut-être,
de tous les pays, celui qui, par sa nature même, par la quantité de
montagnes et de déserts, et par la difficulté du séjour et des
communications, a fourni le moins de secours et de facilité à l'active
curiosité des voyageurs.

Le Livre sixième nous fait passer de la Tartarie en Sibérie, sur les
pas de _Gmelin_ et de l'abbé _Chappe_, qui voyageaient, l'un par les
ordres de l'académie de Pétersbourg, et l'autre par ceux de l'académie
des sciences de Paris; ce qui n'empêche pas que ce dernier, pour ce
qui regarde les moeurs, ne doive être lu et extrait avec d'autant
plus de précaution, qu'il a été démenti sur plusieurs faits par les
Russes, que l'on doit croire mieux instruits que lui.

Le Livre septième offre l'histoire et la description du Kamtschatka:
il est tout entier, à quelques retranchemens près, de _de Leyre_,
écrivain philosophe et éloquent. Si tous les voyages avaient été
rédigés par une plume telle que la sienne, le travail d'un abrégé
serait devenu inutile.

Le huitième Livre conduit le lecteur à ces îles fameuses du Japon,
situées à l'extrémité de la grande mer d'Asie et vers le point de
latitude par lequel on a cherché la communication de la mer du Nord à
l'Océan oriental. Dans la description de ce pays, remarquable à tant
d'égards, de ce peuple extraordinaire, séparé du reste des humains par
ses moeurs étranges autant que par les flots qui l'environnent, on n'a
pas cru suivre de meilleur guide que l'Allemand _Koempfer_, homme sage
et véridique, et d'une nation qui, depuis long-temps, est la seule de
l'Europe qu'on reçoive encore sur les côtes du Japon.



TROISIÈME PARTIE.

AMÉRIQUE.


La troisième Partie est divisée en douze Livres. Le premier contient
les découvertes de _Colomb_, et les premiers établissemens des
Espagnols dans le Nouveau-Monde, les entreprises hardies de
_Vasco-Nugnez de Balboa_, qui montra le premier aux Espagnols la route
du Pérou par la mer du Sud, route suivie depuis par les Pizarre et les
d'Almagro.

Le second est l'histoire de la conquête du Mexique, d'après _Solis_ et
_Herréra_.

Le troisième réunit la description de l'ancien empire du Mexique, et
celle du gouvernement espagnol dans cette contrée.

Le quatrième renferme la conquête et la description du Pérou ancien et
moderne; il est terminé par le voyage des mathématiciens français et
espagnols aux montagnes de Quito, pour la mesure d'un degré du
méridien, et le retour de _La Condamine_ par le fleuve des Amazones.

Le Livre cinq offre la description du Rio de la Plata.

Le Livre six contient la description du Brésil.

Le Livre sept continue la description de l'Amérique méridionale,
depuis le fleuve des Amazones, jusqu'à l'isthme de Panama, et offre,
entre autres choses, des détails curieux sur la Guyane, vaste contrée
peu connue des Européens, et que l'on a crue aussi riche en mines
d'or que le Pérou. C'est dans ce pays, baigné par l'Orénoque, que
quelques voyageurs ont placé le fabuleux Eldorado, ou la Terre de
l'or.

Le Livre huitième comprend les voyages et les établissemens aux
Antilles.

Le Livre neuvième, l'histoire naturelle de ces mêmes îles.

Le Livre dix, où le lecteur passe dans l'Amérique septentrionale,
offre un tableau abrégé des anciennes colonies anglaises du continent,
qui ont donné un si grand spectacle au monde.

Le Livre onze retrace l'histoire des anciens établissemens français
dans ce même continent, depuis la Louisiane jusqu'à la baie d'Hudson.

Le Livre douze est un résumé du caractère, des usages, de la religion
et des moeurs des hordes sauvages du nord de l'Amérique.

Un treizième Livre traite de l'histoire naturelle de l'Amérique
septentrionale, et toutes les autres parties de cet Abrégé finissent
par un article du même genre, où l'on a eu soin de ne rassembler que
ce qu'il y a de plus intéressant et de mieux avéré.



QUATRIÈME PARTIE.

VOYAGES AUX PÔLES.


Cette Partie se divise en trois Livres.

Le premier Livre comprend tous les voyages entrepris pour découvrir ce
passage si important, et jusqu'ici vainement cherché de la mer du Nord
à celle des Indes orientales, soit par l'est, soit par l'ouest des
deux hémisphères. Rien n'est plus intéressant que le détail de cette
tentative si hardie et si périlleuse, de ces navigations sous des
latitudes polaires au milieu des glaces et dans des mers inconnues.
Jamais rien n'a mieux fait voir ce que peut l'homme avec la patience
et le courage, et ces expéditions ont fait un grand honneur aux
nations commerçantes qui les ont plus d'une fois réitérées, et qui ne
paraissent pas encore y avoir renoncé.

Le second Livre, qui traite du Groënland, est de la main de _de
Leyre_, et mérite les mêmes éloges que nous avons donnés à son travail
sur le Kamtschatka.

Le Livre troisième contient la description de l'Islande et de la
Nouvelle-Zemble; car on a cru devoir réserver pour cette partie de
l'ouvrage les contrées plus ou moins voisines du pôle.



CINQUIÈME PARTIE.

VOYAGES AUTOUR DU MONDE.


Cette partie se divise en deux Livres.

Le premier commence par le plus ancien des voyages autour du monde,
celui de _Magellan_, qui ouvrit, vers l'extrémité du continent
américain, ce fameux passage par le détroit auquel il a donné son nom;
détroit qui, malgré ses difficultés et ses périls, était alors la
seule communication connue de la mer du Nord à celle du Sud; mais qui
fut bientôt abandonné lorsque le Hollandais _Le Maire_ eut trouvé,
plus au sud, une route plus facile en doublant le cap de Horn, et se
fut aussi acquis l'honneur immortel de donner son nom au détroit où il
était entré le premier. On y a joint tous les autres voyages autour du
globe, par cette même route du sud-ouest, jusqu'à celui de l'amiral
_Anson_, de 1740.

Enfin, le deuxième et dernier Livre remet sous les yeux du lecteur les
voyages des navigateurs anglais qui ont précédé _Cook_ dans le grand
Océan; le voyage de _Bougainville_ qui les a suivis à Taïti; et, en
dernier lieu, celui du célèbre _Cook_, qui lui seul a découvert ou
reconnu plus de terres nouvelles dans cet immense Océan méridional que
tous les navigateurs qui l'y ont précédé. On n'a point donné à la
curiosité humaine un plus grand spectacle que celui que présentent les
relations de ces courses extraordinaires dans toute la circonférence
du monde, dont les anciens ne pouvaient pas même avoir une idée,
puisqu'ils n'en connaissaient que la moindre partie, et que les routes
de l'Océan qui baignent les deux hémisphères leur étaient inconnues.
Ces relations ne sont pas seulement des monumens très-curieux des
connaissances et des efforts de l'homme, mais en même temps des
modèles de ce respect pour l'humanité, la source de toutes les vertus
sociales, et qui malheureusement a été trop ignoré des conquérans de
l'ancien et du Nouveau-Monde. On s'est proposé, dans l'extrait de ces
excellens ouvrages, de ne conserver que les faits les plus importans,
puisque enfin c'est un Abrégé que l'on voulait faire; mais sans
prétendre qu'il y eût d'ailleurs rien d'inutile ou de frivole dans les
relations originales, qui seront toujours infiniment précieuses pour
les lecteurs avides d'instruction.

FIN DE LA PRÉFACE.



ABRÉGÉ DE L'HISTOIRE GÉNÉRALE DES VOYAGES.



PREMIÈRE PARTIE.

AFRIQUE.


LIVRE PREMIER.

DÉCOUVERTES ET CONQUÊTES DES PORTUGAIS.



CHAPITRE PREMIER.

Premières tentatives des Portugais. Expédition de Gama.


Jean Ier., qui chassa les Maures de cette partie de l'Espagne nommée
autrefois Lusitanie, et par les modernes Portugal, poursuivit jusqu'au
delà de la mer ces ennemis si long-temps formidables à l'Europe, et
se rendit maître, en 1415, de la ville de Ceuta, sur la côte
d'Afrique. Henri, son troisième fils, qui l'accompagna dans cette
expédition, en rapporta un goût si vif pour les voyages et les
découvertes, que le reste de sa vie fut entièrement consacré à cette
espèce d'ambition. Il avait étudié ce qu'on savait alors de géographie
et de mathématiques, et tiré quelques lumières des Maures[3] de Fez et
de Maroc, qu'il avait consultés sur les Arabes qui bordent les
déserts, et sur les peuples qui habitent les côtes. De la ville de
Terçanabal, sur la pointe de Sagres, au sud du cap Saint-Vincent, où
il avait établi sa résidence, ses regards se portaient continuellement
sur la mer. Deux vaisseaux équipés par ses ordres s'avancèrent
soixante lieues au delà du cap Non, alors le terme de la navigation.
C'était au moins un pas; mais ils n'osèrent passer le cap Boyador,
effrayés par le bruit et la rapidité des courans. Un autre vaisseau
envoyé pour doubler ce cap, et commandé par Juan Gonsalez Zarco et
Tristan Vaz Texeira, fut jeté par la tempête sur une petite île
qu'ils nommèrent Puerto Santo, et découvrit dans un autre voyage l'île
de Madère. Enfin Gilianez, en 1433, doubla ce terrible cap Boyador, et
vogua quarante lieues au delà, le long des côtes. Antoine Gonsalez et
Nugno Tristan allèrent, en 1440, jusqu'au cap Blanc; et y retournant
encore deux ans après avec quelques prisonniers qu'ils avaient faits
dans leur premier voyage, ils les changèrent contre de la poudre d'or
que leur offrirent les habitans du pays. C'est la première fois que
l'Afrique fit luire ce précieux et funeste métal aux yeux des avides
Européens. Aussi les Portugais nommèrent cet endroit _Rio do Oro_
(Rivière de l'Or), d'un ruisseau qui coule environ six lieues dans les
terres. Cintra, peu de temps après, pénétra encore plus loin, et
aborda aux îles d'Arguin. L'ardeur pour les découvertes commençait à
s'emparer de tous les esprits. L'espérance rapprochait les espaces et
éloignait les dangers. On avait vu de l'or, et l'on était prêt à tout
entreprendre. Il se forma une compagnie d'Afrique qui arma dix
caravelles, et s'empara des îles au sud d'Arguin. On fit un grand
nombre de prisonniers, on perdit quelques hommes, et le sang des
Européens coula pour la première fois dans cette terre qu'ils devaient
désoler. Denis Fernandez, en 1446, passa l'embouchure de la rivière de
Sanaga, que nous nommons Sénégal. Il découvrit ensuite le fameux cap
Vert. D'autres capitaines portugais abordèrent aux Canaries, et le
prince Henri envoya une flotte pour en faire la conquête. Mais, comme
elles avaient été découvertes cinquante ans auparavant par Bétancourt,
gentilhomme français au service du roi d'Espagne, il fallut les
abandonner à cette couronne, et la possession lui en a été assurée
depuis par des traités.

                   [Note 3: Ce nom revient souvent dans nos histoires
                   modernes. Il mérite quelque explication. Les
                   Maures, proprement dits, sont les peuples de la
                   Mauritanie Tingitane, ancienne province des Romains
                   en Afrique, aujourd'hui l'empire de Maroc, Tunis,
                   Alger, Tripoli, jusqu'au mont Atlas. Ce pays fut
                   soumis par les Arabes mahométans, et c'est de là
                   qu'ils se répandirent en Europe par le détroit de
                   Gibraltar. Les Européens les appelèrent Maures.
                   D'autres Arabes commercèrent dans l'Inde par la mer
                   Rouge, et les Indiens les appelèrent Maures de la
                   Mecque ou des détroits. Enfin ils nommaient
                   indistinctement Maures les conquérans arabes et
                   turcs qui avaient pénétré dans l'Inde par la Perse,
                   et qui avaient formé des établissemens.]

Cependant l'ardeur des Portugais parut un peu ralentie par des
disgrâces et des pertes multipliées, qui donnèrent de ces expéditions
maritimes une idée redoutable. Nugno Tristan, qui, encouragé par ses
premiers succès, avait suivi les côtes l'espace de soixante lieues au
delà du cap Vert, jeta l'ancre à l'embouchure d'une rivière qu'il
nomma Rio Grande; mais, ayant voulu la remonter dans sa chaloupe, il
se vit tout à coup environné d'une multitude de Nègres qui, de leurs
barques, que les Maures nomment _almadies_, lui lancèrent une nuée de
flèches empoisonnées. La plus grande partie de ses gens fut tuée.
Lui-même reçut une blessure dont il expira le même jour. Alvaro
Fernandez, qui alla quarante lieues plus loin que Tristan, jusqu'à la
rivière de Tabite, fut aussi repoussé par les Nègres et blessé.
Gilianez fut battu par ceux du cap Vert. Mais l'activité du prince
Henri, devenu régent pendant la minorité d'Alphonse V son neveu,
soutenait et réparait tout. Il peupla les îles Açores, découvertes par
Gonsalez Velho. On trouva dans Corvo, l'une de ces îles, une statue
équestre couverte d'un manteau, la tête nue, qui tenait de la main
gauche la bride du cheval, et qui, de la droite montrait l'occident.
On a prétendu que ce signe de la main indiquait l'Amérique. Le
commerce d'or et de Nègres qui commençait à s'établir aux îles
d'Arguin, fit naître l'idée d'y bâtir un fort, qui fut achevé en 1461.
C'est en 1462 qu'un Génois, nommé Antonio de Noli, célèbre navigateur,
envoyé par sa république au roi Alphonse, découvrit les îles du cap
Vert, ainsi nommées parce qu'elles sont situées à cent lieues du cap à
l'occident. Enfin la même année on alla jusqu'à Sierra Leone, qui fut
le terme de la navigation portugaise du vivant du prince Henri, comme
l'année suivante fut celui de sa vie. Les voyages entrepris sous les
auspices de ce prince, qu'on regarde comme l'auteur et le mobile de
toutes ces découvertes qu'on a faites depuis à l'est et au sud,
s'étendirent depuis le cap Non jusqu'à Sierra Leone, du 22e. degré de
latitude nord au 8e., l'espace d'environ 600 lieues de côtes.

[Illustration: _John fondit brusquement sur les Hollandais et les
tailla tous en pièces._]

On commençait à fonder de grandes espérances sur le commerce de
Guinée, puisqu'en 1449 il était affermé cinq cents ducats pour
l'espace de cinq ans, somme légère en elle-même, mais considérable
pour des entreprises dont on n'avait encore recueilli que des travaux
et des dangers. En 1471, Jean de Santaren et Pedro de Escovar
arrivèrent sous le 5e. degré de latitude nord, à un endroit qu'ils
nommèrent _la Mina_, à cause de ses nombreuses mines d'or; ils
passèrent même la ligne, et allèrent jusqu'au cap qui fut nommé
Sainte-Catherine, trente-sept lieues au delà du cap de Lopez Consalvo,
2° 30' de latitude méridionale. Fernando Po donna son nom à l'île,
qu'il avait d'abord appelée _Hermosa_ ou _la Belle_. On découvrit les
îles de San-Thomé, Anno Bon et do Principe. Mais une époque plus
importante fut l'établissement à la Mina sur la Côte-d'Or, qui signala
le nouveau règne de Jean II. Il y fit élever, en 1481, un fort qui
devint le principal boulevart de la puissance portugaise en Afrique,
et le canal des richesses de cette nation. On fit un traité avec le
roi du pays, qui se nommait Cara Manza. Le roi de Portugal prit le
titre de seigneur de Guinée. Diégo Cam remonta la rivière de Congo,
que les habitans nomment _Zaïre_, et engagea le roi à se faire
baptiser. Le roi de Benin, qui entendit parler du commerce de ses
voisins avec le Portugal, crut y trouver aussi des avantages, et
envoya demander des missionnaires. Barthélemy Diaz pénétra jusqu'au
26e. degré de latitude méridionale, et relâcha dans une île qu'il
nomma _Santa-Cruz_, d'une croix qu'il éleva sur un roc[4]. Il passa
même de plus de cent lieues le cap de Bonne-Espérance, mais sans
l'apercevoir. Il ne le découvrit qu'à son retour, et le nomma _cap
des Tempêtes_[5], parce qu'il y en avait essuyé une très-violente. Le
roi Jean ne trouva pas ce nom de bon augure, et y substitua celui de
_cap de Bonne-Espérance_, qui est demeuré, et qui semblait déjà
annoncer les Indes. C'était alors le grand objet des courses des
navigateurs portugais. Le chemin qu'on avait fait autour de l'Afrique,
dans l'Océan atlantique, faisait soupçonner le passage qu'on trouva
bientôt après, et indiquait la route qui menait aux Indes par la mer
en naviguant au sud, puis remontant vers l'orient. Jean II essaya d'en
trouver un par terre. On pouvait, en effet, aller par la Méditerranée
dans la Syrie et dans la Perse qui touche aux Indes. Mais cette route
pénible, même pour un voyageur, était impraticable pour le commerce.
On pouvait encore, si l'on eût été maître de l'isthme de Suez,
descendre par la mer Rouge dans la mer des Indes. Cette route,
infiniment plus courte, aurait convenu d'autant mieux à Jean II, qu'il
désirait vivement de pénétrer dans l'Abyssinie, et la mer Rouge
pouvait l'y conduire. Ce pays excitait alors une grande curiosité: Son
roi, nommé le Négus ou le Prête-Jean, était chrétien, c'est-à-dire,
d'un rit grec mêlé de judaïsme, et passait pour le plus puissant roi
de l'Afrique. Un franciscain, qu'on chargea de faire ce voyage, alla
jusqu'à Jérusalem; mais, ne sachant pas l'arabe, il désespéra du
succès, et revint en Portugal. Il fut remplacé par un gentilhomme
nommé Covilham, qui eut ordre aussi de découvrir les états du
Prête-Jean, et de prendre des informations sur le commerce de l'Inde
et sur les pays d'où venaient les drogues et les épices qui avaient
fait la fortune des Vénitiens. Covilham se rendit à Alexandrie, et de
là au Caire. Une caravane de Maures de Fez le conduisit à Tor, sur la
mer Rouge, au pied du mont Sinaï, où il acquit quelques lumières sur
le commerce de Calicut. Il fit voile à Aden, à Cananor, à Goa. La mer
des Indes vit pour la première fois un Portugais. Il reprit sa route
par Sofala, sur la côte orientale d'Afrique, pour y visiter les mines
d'or. Il revint à Aden, remonta jusqu'à l'entrée du golfe Persique,
s'arrêta quelque temps à Ormuz, et, retournant par la mer Rouge,
arriva dans les états du Prête-Jean. Il fut retenu dans cette cour
jusqu'à l'arrivée d'un ambassadeur de Portugal. Le roi d'Abyssinie, de
son côté, en fit partir un pour Lisbonne. Mais cette correspondance
n'eut point de suites. La découverte du cap de Bonne-Espérance avait
fait naître d'autres idées. On avait déjà un commerce d'or, d'ivoire
et d'esclaves avec les peuples du Sénégal, de Tocrour et de
Tombouctou; un comptoir à Ouadem à l'est d'Arguin, et des liaisons
établies sur toute la côte de Guinée. Maîtres de la côte, les
Portugais n'avaient plus qu'à franchir ce cap des Tempêtes, cette
barrière qui épouvantait les plus intrépides. Emmanuel, successeur de
Jean II, suivit avec ardeur les projets de son père. Jean avait eu la
précaution de faire assurer au Portugal, par une donation du saint
siége, toutes les terres nouvelles qui seraient découvertes par les
Portugais, ou même par les autres nations, en allant du couchant à
l'est. Les termes de cette donation n'étaient pas trop bien conçus. On
ne songeait pas qu'on pouvait faire des découvertes du levant à
l'occident, comme de l'occident au levant, et se rencontrer au même
lieu par des chemins très-différens[6].

                   [Note 4: C'était l'usage d'en élever une dans
                   toutes les terres que l'on découvrait. Jean II
                   changea cette méthode, et voulut qu'on portât de
                   grosses pierres où étaient écrits son nom, celui du
                   capitaine, et l'année de l'expédition.]

                   [Note 5: _Cabo Tormentoso._]

                   [Note 6: C'est précisément ce qui arriva quand les
                   Espagnols vinrent du continent de l'Amérique dans
                   l'Archipel indien, comme nous le verrons dans la
                   suite.]

Ce temps était celui des grandes entreprises. Colomb venait de
découvrir l'Amérique, que l'on nommait alors les Indes occidentales.
Il était venu même, au retour de cette expédition fameuse, à la cour
du roi Jean, qui le traita avec toute sorte de distinction, quoique
peut-être il eût pu le voir avec quelque peine, ayant refusé autrefois
les offres de service de ce célèbre Génois, qui s'était tourné depuis
du côté des Espagnols. Quelques courtisans lui proposèrent de le faire
périr, comme si le prince n'avait pas eu assez de reproches à se faire
d'avoir méconnu un grand homme et perdu un monde, sans qu'il fallût y
joindre encore le remords d'un crime!

Emmanuel, résolu de faire un dernier effort pour s'ouvrir la route des
Indes, jeta les yeux sur Vasco de Gama, gentilhomme de sa maison. Il
fit présent au nouvel amiral du pavillon qu'il devait arborer, sur
lequel était la croix de l'ordre militaire du Christ; et c'est sur
cette croix que Gama fit serment de fidélité. Il reçut du roi des
lettres pour divers princes de l'Orient, entre autres pour le samorin
de Calicut; et, partant de Bélem, il mit à la voile, le 8 juillet
1497, avec trois vaisseaux et cent soixante hommes. Les moindres
détails acquièrent un degré d'intérêt dans un voyage devenu si
célèbre, et l'une des grandes époques de la navigation. Les trois
vaisseaux se nommaient _le Saint-Gabriel_, _le Saint-Raphaël_ et _le
Berrio_. Les deux capitaines qui accompagnaient l'amiral étaient Paul
de Gama son frère, et Nicolas Nugnez. Son pilote, Pedro de Alanguez,
avait fait la route avec Diaz. Ils étaient suivis d'une grande barque
chargée de provisions, commandée par Gonzale Nugnez, et d'une
caravelle qui allait à la Mina sous le commandement de Barthélemy
Diaz. Une tempête les sépara de l'amiral à la vue des Canaries. Ils se
rejoignirent huit jours après au cap Vert. Le lendemain ils jetèrent
l'ancre à San-Iago, l'une des îles du cap, et prirent quelques jours
pour radouber leurs vaisseaux. Diaz reprit la route du Portugal, et
la flotte reprit la sienne. On souffrit beaucoup de mauvais temps,
jusqu'à perdre souvent toute espérance. Le 4 novembre, Gama découvrit
une terre basse qu'il côtoya pendant trois jours. Le 7, il entra dans
une grande baie qu'il nomma _Angra de Santa-Helena_. Il ne put tirer
aucune lumière des habitans de la côte sur la distance où l'on pouvait
être du cap de Bonne-Espérance. Il fut même attaqué par les Nègres, et
eut quelques soldats blessés. Il remit à la voile le 16, et le 18 au
soir il découvrit le cap; mais le vent, venant du sud-est, était
absolument contraire. Il devint un peu plus favorable pendant la nuit.
On continua de faire voile jusqu'au 20, et dans cet intervalle on
doubla le cap. Les Portugais découvrirent au long de la côte une
grande abondance de bestiaux, et dans l'éloignement des habitations
qui leur parurent couvertes de paille; mais ils n'en virent aucune sur
le rivage. Le pays leur parut beau, couvert d'arbres, et entrecoupé de
rivières. Le 24, ils arrivèrent à Angra de San-Blas[7], soixante
lieues au delà du cap. Gama fit venir les Nègres au bruit des
sonnettes, et leur donna quelques bonnets rouges pour des bracelets
d'ivoire. Ils lui amenèrent des boeufs et des moutons quelques jours
après, et commencèrent à jouer de quatre flûtes qu'ils accompagnaient
de la voix. L'amiral fit sonner ses trompettes, et tous, Nègres et
Portugais, se mirent à danser ensemble, tant la musique a de pouvoir
pour unir les hommes! De San-Blas on arriva jusqu'à l'embouchure d'une
rivière qui fut nommée _de los Reyès_, parce qu'on était au jour de
l'Épiphanie. En général, presque tous les noms européens donnés à ces
nouveaux pays étaient ceux des saints que l'on fêtait le jour où l'on
prenait terre.

                   [Note 7: C'est en cet endroit que l'auteur de
                   l'Histoire des Voyages dit qu'on trouva une grande
                   quantité de loups marins, _animaux si furieux,
                   qu'ils se défendent contre ceux qui les attaquent_.
                   Cette phrase est bien extraordinaire.]

On serrait le rivage d'assez près pour s'apercevoir que plus on
avançait le long de la côte, plus les arbres étaient grands et
touffus, plus le pays s'embellissait dans la perspective. On
descendait de temps en temps à terre, mais avec précaution. Un roi du
pays vint visiter Gama sur son bord. On relâcha quelque temps dans une
contrée fort peuplée, que les Portugais nommèrent la terre du Bon
Peuple, tant ils furent satisfaits des traitemens qu'ils y reçurent.
Ils avaient avec eux un interprète nommé Martin Alonzo, qui savait
plusieurs langues nègres, et qui leur servait à lier commerce avec les
naturels du pays. Ils passèrent le cap de _Corientès_, ou des Courans,
cinquante lieues au delà de Sofala, sans avoir aperçu cette ville. Le
24 janvier, ils remontèrent la rivière, qu'on nomma _Rio de buenos
Sinays_, ou rivière des Bons Signes. Les bords en sont charmans, les
habitans doux et civilisés, et assez instruits dans la navigation
pour conduire leurs barques avec des voiles faites de feuilles de
palmier. Les Portugais ne furent pas si bien reçus à Mozambique, ville
riche et commerçante, située au 15e. degré de latitude méridionale, et
l'un des meilleurs ports qui soient dans ces mers. Cette ville est
remplie de marchands maures qui vont à Sofala, dans la mer Rouge et
dans l'Inde, faire le commerce d'épices, de pierres précieuses et
d'autres richesses. Ils ont de grands vaisseaux qui n'ont pas de pont,
et qui sont bâtis sans clous. Le bois dont ils sont composés n'est lié
qu'avec des cayro, c'est-à-dire, avec des cordes faites d'écorce
d'arbre, et leurs voiles sont d'un tissu de feuilles de palmier. Ils
connaissaient la boussole et les cartes de mer. Les Maures de
Mozambique crurent d'abord que les Portugais étaient des Turcs, ou
d'autres Maures d'Afrique, et s'empressèrent d'aller les visiter à la
rade. Mais, dès qu'ils les eurent reconnus pour des chrétiens, ils
conspirèrent leur perte, et employèrent tour à tour les mauvais
traitemens et les embûches. La flotte manquait d'eau. Des chaloupes
entrèrent dans le port et en firent leur provision tandis que
l'artillerie tenait les Maures en respect. On fut même obligé de tirer
sur la ville. Deux pilotes maures, que Gama avait demandés et obtenus
dans les premiers pourparlers, firent tous leurs efforts pour engager
la flotte dans des lieux fort dangereux, dont heureusement elle fut
repoussée par l'impétuosité des courans. On ne s'aperçut de leur
perfidie qu'à l'île de Monbassa, habitée aussi par les Maures, dont le
terroir est agréable et fertile, et le port très-commerçant. Le roi de
l'île fit offrir à Gama de faire charger ses vaisseaux de marchandises
du pays, d'or, d'argent, d'épices et d'ambre. Gama, quoique déjà
instruit à se défier des Maures, était cependant prêt à entrer dans le
port, lorsqu'on vit tout à coup les deux pilotes s'élancer dans l'eau
et nager de toute leur force vers la ville, où les Maures les
attendaient. Gama ne put obtenir qu'on les lui rendît. Il fit mettre à
la torture deux Maures qui étaient venus de Monbassa sur la flotte, et
ils avouèrent que les pilotes n'avaient pris la fuite que dans la
crainte d'être découverts; qu'ils étaient de complot avec le roi de
Monbassa pour faire périr les vaisseaux portugais, et qu'on avait
appris dans l'île les violences commises à Mozambique, dont le schah
de Monbassa cherchait à tirer vengeance. On arrêta même, la nuit
suivante, plusieurs Maures qui étaient à la nage autour du vaisseau,
et qui s'efforçaient d'en couper les câbles, afin qu'il pût être
poussé sur le rivage. D'autres avaient eu la hardiesse de s'introduire
dans un bâtiment où ils s'étaient cachés entre les agrès du grand mât.
Ils se précipitèrent dans l'eau dès qu'on les aperçut, et rejoignirent
des barques qui n'étaient pas loin.

Gama mit à la voile le 13, et rencontra, sur la route de Mélinde,
deux sambucques, ou bâtimens légers, qui croisent ordinairement sur
les côtes. Il en prit une qui portait dix-sept Maures, et une assez
grande quantité d'or et d'argent. Ce fut le premier butin que l'Europe
ait fait dans la mer de l'Inde. On arriva le même jour devant Mélinde,
à dix-huit lieues au nord de Monbassa. Les Portugais admirèrent la
beauté des rues et la régularité des maisons bâties de pierres, à
plusieurs étages, avec des plates-formes et des terrasses. On crut
voir une ville d'Europe. La beauté des femmes de Mélinde était passée
en proverbe dans le pays. La ville est peuplée de Maures d'Arabie, et
des marchands de Cambaye et de Guzarate y apportent des épices, du
cuivre, du vif-argent et des calicots, qu'ils échangent pour de l'or,
de l'ambre, de l'ivoire, de la poix et de la cire. Le mahométisme est
la religion dominante. Le millet, le riz, la volaille, les bestiaux et
les fruits sont en abondance et à vil prix. On vante surtout les
oranges de Mélinde pour la grosseur et le goût. La flotte fut visitée
par des chrétiens de l'Inde venus de Cranganor. Le roi de Mélinde vint
lui-même dans une grande barque, avec sa cour magnifiquement vêtue, et
ses musiciens qui jouaient de leurs instruments. L'amiral portugais
alla au-devant de lui dans sa chaloupe, avec douze de ses principaux
officiers. Il passa dans la barque royale, sur l'invitation du prince,
qui le reçut avec de grands honneurs, et lui fit beaucoup de
questions sur le pays d'où il venait, sur le roi qui l'avait envoyé,
et sur le motif qui l'amenait dans ces mers. Gama le satisfit sur tous
ces objets, et le roi lui promit un pilote pour le mener à Calicut. Il
parut très-content de lui et des Portugais, et prit un grand plaisir à
se promener sur sa barque, entre leurs vaisseaux, dont il admirait la
forme, et surtout l'artillerie. On en fit plusieurs décharges, qui
redoublèrent son étonnement. Il aurait voulu, disait-il, avoir des
Portugais pour l'aider dans ses guerres. On conclut avec lui un traité
d'alliance, et Gama lui remit généreusement les prisonniers qu'il
avait faits sur la sambucque. Le prince et lui se firent des présens
mutuels; mais jamais Gama ne voulut consentir à entrer dans la ville,
quelque instance qu'on lui en fît, tant les Maures lui avaient inspiré
de défiance. On lui mena cependant un pilote indien, nommé Kanaka,
gentil de Guzarate, très-habile dans la navigation. On lui montra un
astrolabe. Il y fit peu d'attention, comme accoutumé à se servir
d'instrumens plus considérables. En effet, il connaissait parfaitement
l'usage de la boussole, des cartes marines et du quart de cercle.
C'est sous la conduite d'un pilote indien que Gama, après avoir
reconnu toute la partie de la côte orientale d'Afrique que l'on nomme
Zanguebar, traversa ce grand golfe, de plus de sept cents lieues, qui
sépare l'Afrique de la péninsule de l'Inde. On avait suivi les côtes
jusqu'à Mélinde; mais alors il fallut s'abandonner à l'étendue de
l'Océan. On était parti le 22 d'avril. La traversée fut heureuse et
s'acheva en vingt-cinq jours. Le vendredi 17 mai, les Portugais
découvrirent la terre de huit lieues en mer. On tira un peu vers le
sud, et l'on s'aperçut le jour suivant, aux petites pluies qui
commençaient à se faire sentir, que l'on approchait de la côte de
l'Inde, où l'on était alors dans la saison de l'hiver. Le 20 mai 1498,
on découvrit les hautes montagnes qui sont au-dessus de Calicut. La
joie fut universelle. Gama donna une fête à toute sa flotte, et
récompensa libéralement le pilote indien. Il jeta l'ancre à deux
lieues de Calicut, dans une rade ouverte, parce que la ville n'a ni
port ni abri. Il y avait treize mois qu'il était parti de Lisbonne.

Calicut est situé sur la côte de Malabar, qui contenait alors sept
petits royaumes ou principautés: Cananor, Cranganor, Cochin, Perka,
Coulan, Travankor et Calicut. Cette dernière ville était le plus
fameux marché de la côte pour les épices, les drogues, les pierres
précieuses, les soies, les calicots, l'or, l'argent, et pour toutes
sortes de richesses. C'était l'état le plus puissant du Malabar; tous
les autres princes étaient tributaires du samorin ou empereur de
Calicut, et frappaient leur monnaie à son coin.

Le spectacle des vaisseaux portugais, dont la forme était inconnue
dans ces mers, excita d'abord l'étonnement et la curiosité des
Indiens. Quatre de leurs almadies, chargées de pêcheurs, servirent de
guides aux Portugais jusqu'à la barre de Calicut, où l'on jeta
l'ancre. Un des malfaiteurs qu'on avait embarqués pour les exposer aux
épreuves périlleuses eut ordre de descendre à terre, et d'observer
l'accueil et les dispositions du peuple de Calicut. Il se vit entouré
et assailli de questions auxquelles il ne put répondre, ne sachant ni
l'indien ni l'arabe. Cependant on le conduisit chez un Maure qui
heureusement savait l'espagnol. Il s'appelait Bentaybo. Il avait connu
des Portugais à Tunis, d'où il était venu aux Indes par la route du
Caire, et ne pouvait comprendre comment la flotte de Gama avait pu
venir de Lisbonne à Calicut par mer. Il offrit à manger au Portugais,
et le pria de le conduire à son général. En approchant de la flotte,
il se mit à crier en espagnol: «Bonnes nouvelles, bonnes nouvelles!
des rubis, des émeraudes, des épices, des pierreries, toutes les
richesses de l'univers!» Gama et les siens entendant parler la langue
de leur pays, pleurèrent de joie. L'amiral embrassa Bentaybo, qu'il
prenait pour un chrétien. Le Maure le détrompa; mais il offrit ses
services aux Portugais auprès du samorin. Il se chargea d'aller
lui-même à Panami, où était ce prince, à cinq lieues de Calicut, pour
lui annoncer l'arrivée des Portugais; mais la renommée l'y avait déjà
devancé. On savait qu'il était arrivé des hommes inconnus sur des
vaisseaux d'une forme extraordinaire. Bentaybo confirma cette nouvelle
en y joignant des détails qui devaient flatter le samorin. Un roi
chrétien lui envoyait, de l'extrémité du monde, un ambassadeur, avec
des lettres et des présens, pour lui demander son amitié. La réponse
fut aussi favorable qu'elle pouvait l'être. On assurait Gama qu'il
serait très-bien reçu, et on lui envoyait un pilote pour le conduire à
la rade de Padérane, où ses vaisseaux seraient en sûreté, et d'où il
pouvait se rendre par terre à Calicut. L'amiral suivit le pilote;
mais, dans la crainte de quelque trahison, il refusa de s'engager trop
avant dans le port de Padérane. Le samorin, sans s'offenser de cette
défiance, lui fit dire, par le catoual ou principal ministre, qu'il
était le maître de débarquer où il voudrait. Gama déclara aux siens
qu'il voulait descendre lui-même à terre, et aller proposer au samorin
un traité d'alliance et de commerce. Tout le conseil combattit cette
résolution. On lui représenta que le succès du voyage et le salut de
la flotte dépendaient de sa vie; mais Gama, jaloux d'achever lui-même
son ouvrage, persista dans son dessein. Il ordonna seulement que, s'il
lui arrivait quelques disgrâces, on mît sur-le-champ à la voile pour
aller porter dans sa patrie l'heureuse nouvelle de la découverte de
l'Inde.

Le lendemain, 28 de mai, il se mit dans sa chaloupe avec quelques
petites pièces d'artillerie et douze de ses plus braves soldats,
enseignes déployées et trompettes sonnantes. Le catoual l'attendait
sur le rivage, accompagné de deux cents naïres ou gentilshommes du
pays, et d'une foule de peuple. Le catoual et lui entrèrent dans des
palanquins où ils furent portés avec beaucoup de vitesse à épaules
d'hommes, tandis que le reste du cortége suivait à pied. On s'arrêta
en chemin pour entrer dans un temple des Malabares, aussi grand qu'un
monastère. Il faut observer ici que, suivant le récit des historiens
qui ont écrit l'expédition de Gama, cet amiral croyait que les Indiens
de Calicut étaient chrétiens; ce qui paraît bien extraordinaire, après
l'entretien qu'il avait eu avec Bentaybo. Gama avait-il négligé de
s'informer de la religion du pays? avait-il pu omettre cette question,
l'une des premières qui se présentaient, et l'une des plus
importantes, surtout pour des Portugais? ou bien Bentaybo avait-il cru
devoir le laisser sur cet article dans l'erreur ordinaire aux
catholiques de ce temps-là, qui croyaient volontiers leur religion
dominante dans tous les pays où il y avait quelques chrétiens? Quoi
qu'il en soit, si Gama était dans cette erreur, ce qu'il vit dans le
temple malabare pouvait l'y entretenir. Sept cloches pendaient sur la
porte, et vis-à-vis était un pilier de la hauteur d'un mât, au sommet
duquel tournait une girouette. L'intérieur du temple était rempli
d'images. Des hommes nus de la ceinture en haut, couverts de calicot
jusqu'aux genoux, avec une espèce d'étole à leur cou, passée en
sautoir, secouaient sur ceux qui entraient une éponge trempée dans une
fontaine, et leur donnaient ensuite de la cendre. Ils virent au sommet
d'une petite tour une image que les Indiens appelèrent devant eux
Marie. Ils se prosternèrent aussitôt, croyant honorer la mère de
Jésus-Christ; mais un Portugais, nommé Juan, de Sala, qui ne voulait
rien faire légèrement, dit tout haut en se mettant à genoux: «Au
moins, si c'est la figure du diable, mes adorations ne s'adressent
qu'à Dieu;» ce qui fit beaucoup rire Gama.

Pendant toute la route, l'amiral portugais avait été suivi d'une
multitude extraordinaire d'Indiens; mais elle n'approchait pas de
celle qui vint à sa rencontre aux portes de la ville. La foule était
si prodigieuse, que Gama ne put s'empêcher d'en marquer son
étonnement; et la presse était si forte, qu'on ne pouvait plus avancer
sans risquer d'être étouffé. Le catoual le fit entrer dans une maison
où il trouva son frère et plusieurs naïres envoyés par le samorin pour
diriger et faciliter la marche. Elle commença par les trompettes.
Quoique la foule ne fût pas diminuée, à peine le frère du catoual
eut-il paru avec l'ordre du samorin, qu'elle se retira en arrière
aussi respectueusement que si ce prince eût paru lui-même. L'amiral se
remit en marche avec un cortége de trois mille hommes armés. Il disait
à ses compagnons, dans le transport de sa joie: «On ne s'imagine
guère en Portugal qu'on nous fasse ici tant d'honneur.»

Il ne restait guère qu'une heure de jour lorsqu'il arriva au palais du
samorin. Cet édifice, quoique bâti de terre, était fort spacieux, et
formait une perspective agréable par la beauté des jardins et des
fontaines dont il était environné. Un grand nombre de caïmals et
d'autres seigneurs indiens se présentèrent devant le palais pour
recevoir l'ambassadeur de Portugal: c'est sous ce titre qu'il était
annoncé partout. À la dernière porte, il trouva le grand-prêtre, chef
des bramines du roi, qui vint l'embrasser. Ce vieillard introduisit
Gama et tous ses gens dans le palais; mais la presse fut alors si
violente, par le désir qu'on avait de voir le roi, qui se montrait
rarement en public, qu'il y eut quantité d'Indiens écrasés, et que
deux Portugais faillirent d'avoir le même sort.

La grande salle du palais où l'amiral fut introduit était entourée de
siéges en forme d'amphithéâtre, et couverte d'un grand tapis de
velours vert. Les murs étaient tendus de riches tapisseries de soie de
diverses couleurs. Au fond de la salle paraissait le samorin, élevé
sur une estrade richement ornée, à quelque distance de ses courtisans,
qui étaient debout. Son habillement a été décrit par les historiens.
Peut-être ces détails ne sont-ils pas fort attachans par eux-mêmes;
mais, dans ces premiers momens d'une grande découverte, tous les
usages d'un pays lointain intéressent la curiosité du nôtre. On veut
avoir une idée de la magnificence indienne, qui depuis a tant ajouté à
celle de l'Europe. Cette description d'ailleurs tient à la
connaissance des arts de la main qui exerçaient l'industrie de ces
peuples, et des richesses que produisait leur sol. Nous dirons donc
que l'habit du samorin était une robe courte de calicot, enrichie de
branches et de roses d'or battu. Les boutons étaient de grosses
perles, et les boutonnières de traits d'or. Au-dessous de l'estomac il
portait une pièce de calicot blanc qui tombait jusque sur ses genoux.
Sur la tête il avait une espèce de mitre couverte de perles et de
pierres précieuses. Ses oreilles et les doigts de ses pieds et de ses
mains, étaient aussi chargés de perles et de diamans, et ses bras et
ses cuisses, qu'il avait nus, l'étaient de bracelets d'or. Il avait
près de lui, sur un guéridon d'or, un bassin du même métal, où était
le bétel qu'un de ses officiers lui servait, préparé avec de la noix
d'arek. Il crachait dans un vase d'or, et prenait de l'eau dans une
fontaine d'or pour se laver la bouche, après avoir pris le bétel. Tous
les assistans se couvraient la bouche de leur main gauche, de peur que
leur haleine n'allât jusqu'au roi, devant qui c'était un crime
d'éternuer ou de cracher.

L'amiral, approchant du samorin, fit trois révérences, et leva les
mains au-dessus de sa tête suivant l'usage du pays. Ce prince jeta sur
lui un coup d'oeil gracieux, le salua d'un signe de tête
imperceptible, et le fit asseoir lui et les siens. On leur servit des
rafraîchissemens. Ensuite l'interprète vint dire à Gama qu'il pouvait
déclarer les motifs de son voyage aux officiers du prince, qui
auraient soin de l'en informer. L'amiral répondit qu'il ne pouvait
sans déshonneur renoncer au droit qu'avaient en Europe tous les
ambassadeurs de parler aux souverains, qui daignaient les écouter
eux-mêmes, en présence de leurs plus intimes conseillers. Cette
réponse ne déplut point au samorin. Il fit conduire l'amiral dans un
autre appartement; il y passa suivi de son interprète, du chef des
bramines, du contrôleur de sa maison, et de l'officier qui lui servait
le bétel. Là, s'étant assis sur une estrade, et s'adressant
directement à l'amiral, il lui demanda de quel pays il venait, et
quels avaient été les motifs de son voyage. Gama répondit «qu'il était
ambassadeur du roi de Portugal, le plus grand prince de l'Occident par
ses richesses et par sa puissance; que ce prince, informé qu'il y
avait aux Indes des rois chrétiens, dont le roi de Calicut était le
chef, avait jugé à propos de lui témoigner par une ambassade le désir
qu'il avait de faire avec lui un traité d'alliance et de commerce; que
les rois ses prédécesseurs s'étaient efforcés depuis soixante ans de
s'ouvrir par mer une route aux Indes, sans qu'aucun de leurs amiraux
eût réussi jusqu'alors dans ce grand projet; qu'il était chargé de
deux lettres du roi de Portugal pour le roi de Calicut; mais que, le
jour étant si avancé, il remettrait ce devoir au lendemain; qu'il
avait ordre d'assurer sa majesté que le roi de Portugal était son ami,
son frère, et se flattait qu'elle enverrait un ambassadeur en Portugal
pour établir une amitié mutuelle et une correspondance inaltérable
entre les deux couronnes.»

Le monarque indien répondit qu'il acceptait volontiers la qualité de
frère et d'ami du roi de Portugal, et qu'il lui enverrait des
ambassadeurs. Il s'informa ensuite de la distance du Portugal à
Calicut, et de la durée du voyage. Bentaybo eut ordre de pourvoir au
logement et à tous les besoins des Portugais. Gama fut reconduit avec
le même cortége. Le lendemain, il pria le catoual et Bentaybo
d'examiner les présens qu'il destinait au samorin. C'étaient quatre
pièces d'écarlate, six chapeaux, quatre branches de corail, du cuivre,
du sucre, de l'huile et du miel. Tous deux sourirent à la vue de ces
présens, et déclarèrent qu'on ne pouvait les offrir au samorin; qu'il
n'en recevait point qui ne fût d'or ou de quelque matière aussi
précieuse. L'amiral, un peu choqué, répondit que, s'il était venu pour
commercer, il aurait apporté de l'or; qu'il offrait des présens
d'ambassadeur en son propre nom, et nullement au nom du roi son
maître, qui, ne connaissant point le samorin[8], n'avait pu lui
envoyer des présens; mais qu'au retour de la flotte en Portugal,
apprenant que Calicut était gouverné par un grand roi, il ne
manquerait pas de lui envoyer par d'autres vaisseaux l'or et l'argent
qu'on devait lui présenter. Enfin il demanda qu'il lui fût permis
d'offrir ses présens tels qu'ils étaient, ou de les renvoyer à son
vaisseau. Le catoual l'assura qu'il était libre de renvoyer ses
présens; mais qu'il ne l'était pas de les offrir au samorin. L'amiral,
irrité, protesta qu'il s'en expliquerait avec ce prince. Ses deux
guides parurent approuver son dessein, et le quittèrent en le priant
d'attendre leur retour, parce qu'il ne convenait pas qu'il parût sans
eux devant le samorin. Le jour se passa sans qu'on les vît paraître.
Le ministre était déjà gagné par une faction très-puissante qui
méditait la ruine des Portugais. Les Maures d'Afrique et de la Mecque,
qui commerçaient avec les Indes par l'Égypte et par la mer Rouge,
avaient appris des facteurs qu'ils avaient à Mozambique, à Monbassa, à
Mélinde, qu'une nation riche et puissante parcourait ces mers pour
s'ouvrir une route à Calicut et aux autres contrées de l'Inde. La
jalousie du commerce, espèce d'avarice plus forte que toutes les
autres, parce qu'il s'y mêle beaucoup d'orgueil et d'ambition, avait
armé par avance les négocians maures, établis en grand nombre à
Calicut, contre ces nouveaux concurrens, qui leur venaient des
extrémités du monde. Bentaybo, en leur disant que les Portugais
apporteraient de l'or dans les Indes pour l'échanger contre des
épices, n'avait fait que redoubler leurs alarmes. Ils craignaient que
l'opulence et l'activité réunies ne donnassent trop d'avantage aux
Portugais, et que l'Europe ne s'emparât de tout le commerce des Indes.
Ils résolurent donc de perdre ces nouveaux venus dans l'esprit du
samorin, et les moyens ne leur manquaient pas. Les violences que les
Portugais avaient exercées sur les côtes d'Afrique, attestées par les
facteurs maures, étaient un beau prétexte pour les peindre au roi de
Calicut comme des pirates, dont le chef, sous le nom spécieux
d'ambassadeur, ne cherchait que l'occasion de nuire et de piller. La
pauvreté des présens qu'ils apportaient était une raison décisive aux
yeux des Indiens, à qui la magnificence extérieure en impose plus qu'à
tout autre peuple, et devait surtout blesser le samorin, qui
s'attendait à un don considérable: car l'avidité est un des caractères
du despotisme oriental. Aussi Gama fut-il fort mal reçu à sa seconde
audience. On le fit attendre trois heures, et le samorin lui demanda
d'un air irrité comment l'ambassadeur d'un monarque que l'on disait
riche et puissant pouvait apporter de si chétifs présens. L'amiral
allégua les mêmes raisons qu'il avait déjà données au ministre, et
produisit les lettres de son maître. Bentaybo les interpréta. Elles
finissaient par la promesse d'envoyer à Calicut les marchandises du
Portugal, ou de l'or et de l'argent, suivant le choix du samorin.
L'idée d'un commerce avantageux qui pouvait augmenter ses revenus,
dont la plus grande partie consistait dans les droits d'entrée et de
sortie, adoucit l'avare despote. Il demanda quelles étaient les
marchandises du Portugal. Gama lui en fit un long détail. Il ajouta
qu'il en avait des essais sur sa flotte, et offrit d'aller les
chercher, en laissant quelques-uns des siens pour otages. Le samorin
n'en exigea point, et lui permit de faire débarquer ses marchandises
et de les vendre aussi avantageusement qu'il le pourrait. Le catoual
eut ordre de le reconduire à son logement.

                   [Note 8: Il a bien fallu rapporter cette réponse de
                   Gama telle qu'elle est dans les historiens; mais au
                   fond, elle paraît un peu étrange. Gama pouvait,
                   sans inconvénient, dire que son maître était le
                   plus grand roi de l'Occident. On connaît le
                   proverbe: _À beau mentir qui vient de loin._ Mais
                   comment pouvait-il dire que son maître ne
                   connaissait pas le samorin? Quoi! il ne le
                   connaissait pas assez pour lui envoyer des présens,
                   lorsqu'il lui écrit pour lui demander son alliance?
                   Le ministre indien ne devait pas être plus content
                   des raisons de Gama que de ses présens.]

Ce ministre, absolument vendu aux Maures, lui préparait bien des
traverses. À peine Gama était-il parti pour Padérane, que les Maures,
qui craignaient de perdre l'occasion de s'en défaire, déterminèrent le
catoual à le retenir prisonnier, s'engageant même à excuser cette
conduite auprès du roi. En effet, le catoual rejoignit Gama sur la
route, et lorsqu'ils furent arrivés le soir à Padérane, il l'exhorta
par toutes sortes de raisons à attendre jusqu'au lendemain pour
rejoindre ses vaisseaux, que peut-être il ne trouverait pas aisément
dans l'obscurité. Gama s'obstinant à vouloir partir, et demandant une
barque, le catoual feignit de céder à son empressement, mais donna des
ordres secrets pour faire éloigner toutes les barques. L'amiral fut
obligé de passer la nuit à Padérane. Le lendemain, le catoual lui
proposa de faire approcher ses vaisseaux; Gama refusa nettement de
donner cet ordre. Alors le ministre lui déclara que, s'il ne le
donnait pas, il n'aurait pas la liberté de rejoindre sa flotte; et
comme l'amiral menaçait d'en porter des plaintes au roi, on ferma les
portes de sa maison, et l'on mit autour une garde de naïres l'épée
nue. Gama ne dut peut-être la vie qu'au nom du samorin, qu'il répétait
souvent, et qui retenait ces perfides dans le respect. Le catoual
espérait par cette violence forcer Gama de faire approcher sa flotte.
Les Maures se proposaient de la détruire et d'exterminer tous les
Portugais, de manière qu'il n'en restât pas un pour aller dire en
Portugal où était situé Calicut. Le catoual, de moment en moment,
redoublait les menaces et les instances. C'est au milieu de ces
agitations que Gama eut assez d'adresse et de présence d'esprit pour
envoyer un Portugais avertir Coëllo, l'un des principaux officiers de
la flotte, qu'il se gardât bien de faire approcher les chaloupes du
rivage. Il était temps que cet ordre arrivât; elles approchaient, et
le catoual, qui en était informé, avait dépêché plusieurs barques
armées pour les saisir. La nuit suivante tous les Portugais furent
renfermés, et leur garde fut doublée. Il leur vint à l'esprit que
peut-être le catoual ne les traitait si mal que pour leur arracher un
présent. Gama le fit assurer que son dessein était de lui offrir
quelques raretés de l'Europe. Cette proposition parut le rendre plus
traitable. Il répondit que, si l'amiral ne voulait pas faire approcher
ses vaisseaux, il pouvait au moins envoyer ses ordres pour qu'on
débarquât ses marchandises, comme il l'avait promis au roi, et que,
dès que ses marchandises seraient à terre, il aurait la liberté de
retourner sur sa flotte. Gama y consentit à condition qu'on fournirait
des barques pour le transport: elles partirent avec une lettre de Gama
pour son frère et deux de ses gens. Il lui ordonnait d'envoyer une
partie de sa cargaison au rivage, ajoutant que, si le catoual, après
avoir obtenu cette satisfaction, le retenait encore à Padérane, il
fallait croire que c'était par ordre du samorin, et pour donner le
temps d'armer quelques vaisseaux et d'attaquer la flotte; qu'en
conséquence il fallait mettre à la voile sur-le-champ, et revenir avec
des forces capables de faire respecter le nom portugais dans l'Inde.
Paul de Gama ne balança point à livrer les marchandises; mais il
répondit à son frère qu'il ne partirait point sans lui, et qu'il se
sentait assez fort, avec son artillerie, pour faire trembler Calicut
et en imposer à son perfide monarque.

Les marchandises débarquées, Gama fut libre et se rendit à sa flotte.
Les Maures ne pouvant pas lui faire d'autre mal, s'efforcèrent de
nuire au débit de ses marchandises et d'en rabaisser le prix. Gama
prit le parti d'informer le samorin, par Diégo Diaz, son facteur, de
tous les outrages qu'il avait reçus du catoual et des Maures, et
demanda la permission de transporter ses marchandises à Calicut, où il
espérait les vendre avec plus d'avantage. Le prince lui promit de
punir les coupables, et ne les punit pas; mais il permit le transport
des marchandises à Calicut, et en fit lui-même les frais. La vente fut
libre, et les habitans vinrent en foule sur les vaisseaux de Gama, ou
par curiosité, ou pour y vendre des provisions. Tout fut calme
jusqu'au 10 d'août, que, la saison propre au retour des Indes
commençant à s'approcher, l'amiral dépêcha son facteur Diaz avec
quelques présens, pour annoncer son départ au samorin; l'exhorter,
s'il voulait envoyer un ambassadeur en Portugal, à ne pas différer
l'exécution de ce dessein; et lui demander un bahar de cannelle ou de
girofle, et un d'épices, se proposant de les présenter à son maître
comme des témoignages certains du succès de son voyage. Il offrait de
les payer sur les premières marchandises qui seraient vendues par les
deux facteurs qu'il laisserait à Calicut, si le samorin le permettait.

Mais ce prince avait bien d'autres desseins. Les Maures étaient auprès
de lui dans la plus haute faveur, et lui avaient persuadé, non sans
quelque raison, que les Portugais n'étaient venus que pour observer
les forces de son empire, et qu'ils reviendraient avec une flotte plus
puissante pour le piller et s'en rendre les maîtres. Il comptait
attirer peu à peu tous les Portugais à Calicut, les faire périr, ou
attendre l'arrivée des vaisseaux de la Mecque qui, réunis avec les
siens, détruiraient la flotte du Portugal; c'est du moins ce que
l'interprète Bentaybo, un esclave nègre de Diaz, et deux Malabares
vinrent dire à Gama, soit que ce rapport fût conforme à la vérité et
dicté par un intérêt qu'on a quelque peine à comprendre, en faveur
d'étrangers qu'ils ne devaient pas préférer à leurs compatriotes, soit
qu'ils n'eussent d'autres desseins que de précipiter le départ de
Gama, d'intimider les Portugais, et de les dégoûter de semblables
voyages. Quoi qu'il en soit, il refusa de voir les présens, et
répondit que Gama partirait quand il voudrait, mais qu'il fallait que
les facteurs payassent pour les droits du port six cents
scharafans[9]. En même temps il les fit arrêter pour sûreté de cette
somme, et mit des gardes à la porte de leur magasin. On défendit, sous
peine de mort, à tous les habitans de Calicut d'aller sur la flotte de
Gama. L'amiral fut instruit par Bentaybo de tout ce qui se passait; et
cependant il négligea de se rendre maître d'une barque qui portait
quatre Indiens qui étaient venus pour vendre des pierres précieuses.
Ces quatre Indiens pouvaient être les cautions de ses deux agens; mais
il comptait sur des prises plus importantes: c'était compter sur une
imprudence grossière de la part du samorin; et cependant il ne se
trompait pas. Ce prince jugea par cette conduite de l'amiral qu'il
ignorait la détention des siens à Calicut; et, pour l'entretenir dans
cette confiance, il continua d'envoyer sur sa flotte des seigneurs de
sa cour. Gama en arrêta six avec treize Indiens de leur suite. Il en
renvoya deux au catoual, avec une lettre en langue malabare, où il
demandait qu'on lui rendît ses deux facteurs. L'ordre fut donné de les
délivrer; mais, comme il ne s'exécutait pas assez promptement,
l'amiral mit à la voile le 23, et alla se placer à quatre lieues
au-dessous de Calicut. Il y resta trois jours, et, ne voyant paraître
personne, il continua de s'éloigner, et commençait à perdre de vue les
côtes, lorsqu'il vit arriver une barque avec quelques Indiens chargés
de lui dire que les deux prisonniers étaient dans le palais du roi et
lui seraient renvoyés le lendemain. Gama répondit qu'il voulait les
recevoir sur-le-champ; que, si la barque revenait sans eux, il la
coulerait à fond; et que, si elle ne revenait pas, il ferait couper la
tête à tous ses prisonniers. Aussitôt il se rapprocha de la côte, et
vint jeter l'ancre vis-à-vis de Calicut. Sept barques parties de la
ville s'approchèrent de son vaisseau, mirent les deux facteurs dans la
chaloupe, et, se retirant avec quelque apparence de crainte, elles
attendirent la réponse de l'amiral. Les facteurs étaient chargés d'une
lettre du samorin pour le roi de Portugal, écrite sur une feuille de
palmier et signée de sa main: elle est d'un laconisme remarquable.
»Vasco de Gama, gentilhomme de ta maison, est venu dans mon pays; son
arrivée m'a fait plaisir. Mon pays est rempli de cannelle, de girofle,
de poivre et de pierres précieuses; ce que je souhaite d'avoir du
tien, c'est de l'or, de l'argent, du corail et de l'écarlate.» Gama,
pour toute réponse, lui renvoya ses naïres, mais retint les gens de
leur suite en échange des marchandises qu'il abandonnait. Il fit
remettre au samorin une pierre gravée aux armes de Portugal, que ce
prince lui avait fait demander par ses facteurs. Il avait aussi
demandé une statue dorée qui représentait la Vierge Marie, et qu'il
croyait d'or; mais Gama répondit qu'elle avait servi à le garantir des
périls de la mer, et qu'il ne pouvait consentir à s'en défaire. Comme
il allait partir, Bentaybo vint lui demander un asile sur ses
vaisseaux; le catoual l'avait dépouillé de ses biens, l'accusant
d'être l'espion des Portugais. Cette disgrâce de Bentaybo prouverait
plus que tout le reste que ce n'était pas sans fondement qu'il avait
alarmé les Portugais sur les pernicieux projets du roi de Calicut. Ce
qui acheva de les manifester, c'est que, le calme ayant retenu la
flotte pendant deux jours à la vue des côtes, le samorin envoya
soixante _tonys_ ou barques armées pour l'attaquer; mais l'artillerie
et le vent qui commençait à souffler donnèrent aux Portugais les
moyens de prendre le large. Comme ils continuaient leur route le long
des côtes, ils mirent quelques hommes à terre pour couper du bois de
cannelle. Pendant ce temps un matelot découvrit du haut d'un mât huit
gros bâtimens indiens qui s'avançaient à pleines voiles: l'amiral alla
au-devant d'eux; ils prirent aussitôt la fuite, et tournèrent vers le
rivage. On en prit un qui était chargé de cocos et de mélasse, et qui
portait quantité d'armes. On apprit des habitans du pays que cette
flotte indienne était venue de Calicut. Il paraît qu'on avait déjà
senti la supériorité des Européens, puisque huit vaisseaux prirent la
fuite devant trois.

                   [Note 9: Six cents écus.]

Gama passa dix jours aux îles Laquedives pour réparer ses vaisseaux.
Il brûla celui qu'il avait pris. Il fallait toucher à Mélinde pour y
prendre un ambassadeur que le roi du pays avait promis d'envoyer en
Portugal. La route devint pénible et dangereuse. Les tempêtes, les
vents contraires, les calmes, l'insupportable excès de la chaleur dans
le voisinage de la ligne, tous les maux qui sont la suite d'une longue
navigation, et qui rappellent à l'homme toute sa faiblesse au milieu
de ses plus grands efforts, se réunirent pour accabler les Portugais.
Les maladies désolaient l'équipage. L'enflure des jambes et des
gencives, causée par le scorbut, des tumeurs dans toutes les parties
du corps, suivies d'une diarrhée virulente, réduisirent à l'état le
plus déplorable ces tristes vainqueurs des mers. Trente hommes furent
emportés en peu de jours. Tout le reste languissait, ou tombait dans
le désespoir. On se persuadait que ces mers exhalaient en tous temps
des vapeurs contagieuses. La consternation la plus profonde avait
succédé à l'ivresse de la gloire et des succès. Chacun se regardait
comme une victime dévouée à la mort. Gama s'efforçait en vain de
relever leur courage et leurs espérances. On était en mer depuis
quatre mois. Il n'y avait pas seize hommes sur chaque vaisseau en état
de faire le travail. L'abattement était si grand, que les deux
capitaines qui accompagnaient l'amiral voulaient retourner dans l'Inde
au premier vent qui pourrait les y conduire. Il s'en éleva un plus
favorable qu'ils n'osaient l'espérer. On découvrit la terre, et tout
fut oublié.

On était devant Magadoxa, qui n'est qu'à cent lieues de Mélinde, sur
la côte d'Ajan. Magadoxa est habitée par les Maures mahométans.
L'amiral, pour leur imposer, fit faire une décharge de son artillerie
en rangeant la côte. Il arriva peu de jours après au port de Mélinde,
et fut très-bien reçu du roi. Il prit son ambassadeur à bord; et,
après avoir employé cinq jours à se rafraîchir, il remit à la voile,
et arriva peu de jours après à la baie de Saint-Raphaël. Là, le petit
nombre de matelots qui lui restait lui fit prendre le parti de brûler
un de ses vaisseaux. Ce fut _le Saint-Raphaël_. Il se trouva le 20
février à la vue de l'île de Zanzibar. Elle est, ainsi que celles de
Pemba et de Monsia, qui en sont voisines, fertile et habitée par des
Maures, qui commercent avec les Indiens de Sofala, de Monbassa et de
Madagascar. Le 20 mars, la flotte doubla le cap de Bonne-Espérance, et
le vent ne cessant pas d'être favorable, elle arriva vingt jours après
aux îles du cap Vert. Là, pendant que l'amiral était occupé à faire
radouber son vaisseau à San-Iago, Coëllo, qui en montait un meilleur,
se déroba la nuit, jaloux de porter au roi de Portugal la première
nouvelle de la découverte des Indes, et arriva le 10 juillet à
Cascaës. Gama fut encore arrêté à Tercère par la maladie et la mort de
son frère, qui succomba aux fatigues d'un si long voyage. Enfin il
prit terre à Bélem, au mois de septembre de l'année 1499, deux ans et
deux mois après son départ de l'Europe. De cent huit hommes qui
l'avaient accompagné, il n'en ramena que cinquante en Portugal. Malgré
tant de disgrâces, son retour ne pouvait manquer d'être éclatant. Le
roi envoya au-devant de lui un seigneur de sa cour, suivi d'un
nombreux cortége. Son entrée dans Lisbonne fut un triomphe. Il
marchait au bruit des applaudissemens. Il obtint le titre de _don_
pour lui et ses descendans, une pension annuelle de trois mille
ducats, et la permission de porter dans ses armes deux biches, qu'on
appelle en portugais _gamas_. Coëllo fut anobli et eut une pension de
mille ducats. Le roi de Portugal prit le titre de _seigneur de la
conquête et de la navigation_ d'Éthiopie, d'Arabie, de Perse et des
Indes; titre précoce et fastueux, qui pourtant parut justifié par les
succès qui suivirent, mais qui annonçait un excès de confiance et
d'orgueil que la fortune ne tarda pas à humilier.



CHAPITRE II.

Voyage de Cabral et de Jean de Nuéva. Second voyage de Gama. Exploits
de Pachéco. Commencemens d'Alphonse d'Albuquerque.


Le bruit de tant de découvertes excita la jalousie de l'Europe et
enivra les Portugais. Dès l'année suivante, 1500, on équipa treize
vaisseaux de différentes grandeurs, sous le commandement de Pedro
Alvarez Cabral. L'évêque de Viseu lui remit l'étendard de la croix et
un chapeau bénit par le pape. La flotte contenait douze cents hommes:
on y joignit huit religieux de saint François, et huit prêtres
séculiers, sous l'autorité d'un grand-aumônier. Les instructions de
l'amiral étaient de commencer par la prédication de l'Évangile, et,
s'il trouvait les coeurs mal disposés, d'en venir à la décision des
armes; instructions dignes de ce siècle, et très-peu conformes à
l'esprit de l'Évangile. On supposait que le samorin se prêterait
volontiers à l'établissement d'un comptoir; Cabral devait le presser
d'ôter aux Maures la liberté du commerce dans sa capitale. À cette
condition, le Portugal offrait de lui fournir les mêmes marchandises à
meilleur marché que les Maures. Cabral devait aussi relâcher à Mélinde
pour y remettre l'ambassadeur que Gama en avait amené, et les présens
qu'on envoyait au roi de la contrée.

La flotte mit à la voile le 9 mars, et le 24 avril on découvrit à
l'ouest une terre que Gama n'avait point observée. Une tempête
violente obligea les Portugais d'y relâcher. On célébra la messe sur
le rivage, au grand étonnement des naturels du pays, qui accoururent
en foule à ce spectacle, portant sur le poing de petits perroquets.
Cabral appela ce pays _terre de Sainte-Croix_, à l'honneur de la croix
que l'on avait élevée sur le rivage; mais ce nom fut changé depuis en
celui de Brésil, à cause d'un bois ainsi nommé qui y croît en
abondance. On se remit en mer le 2 mai pour faire voile au cap de
Bonne-Espérance. Le 12, on aperçut à l'est une comète, qui parut
grossir continuellement pendant dix jours, et qui fut visible jour et
nuit. Si jamais l'imagination humaine put avec quelque apparence de
vérité chercher des rapports entre les destinées passagères de l'homme
et les mouvemens éternels des corps célestes, ce fut surtout dans
cette occasion. On pouvait croire que l'horrible tempête qui s'éleva
tout à coup, et qui tourmenta les Portugais pendant vingt-deux jours,
était occasionnée par la pression de la comète, qui, en refoulant
l'atmosphère dans cette partie de notre globe, avait pu y exciter ces
vents effroyables, mêlés d'éclairs et de pluies, qui, se choquant avec
impétuosité, soulevaient les vagues comme des montagnes, et menaçaient
d'accabler les vaisseaux portugais de tout le poids de l'Océan.
Pendant plusieurs jours les ténèbres, qui ajoutent au danger, et
surtout à la crainte, furent si épaisses, que les vaisseaux ne
pouvaient se distinguer les uns les autres; et, lorsqu'on eut un peu
de relâche et qu'on revit un peu de lumière, la mer, toujours agitée
et furieuse, paraissait noire comme de la poix pendant le jour, et
enflammée pendant la nuit. Cependant ce terrible orage, malgré sa
durée et son horreur, ne fit périr aucun des navires de la flotte,
tant l'audace et l'industrie humaines ont de ressources pour combattre
la nature et les élémens; mais malheureusement on n'avait point encore
trouvé de moyens de défense contre un épouvantable phénomène inconnu à
des peuples qui affrontaient pour la première fois les mers de
l'Afrique et de l'Inde. C'était une de ces colonnes d'eau que l'on
appelle _trombes_[10], qui s'élèvent de la surface des flots jusqu'aux
nues, en pyramide renversée, phénomène assez commun dans ces mers. Les
Portugais, dans leur ignorance, le prirent pour un signe de beau
temps. Ils ne savaient pas que cette colonne est toujours accompagnée
d'un tourbillon ou courant d'air auquel rien ne résiste: ils en firent
la triste expérience. La colonne vint fondre sur la flotte. Quatre
vaisseaux furent submergés sur-le-champ, avec l'équipage et les
capitaines, entre lesquels on comptait ce Barthélemy Diaz, qui avait
découvert le cap de Bonne-Espérance. Tous les autres navires furent
remplis d'eau, et eurent leurs voiles déchirées.

                   [Note 10: On a appris depuis à en prévenir l'effet
                   en abaissant toutes les voiles.]

Enfin, la tranquillité commençant à revenir sur les flots, l'amiral
reconnut que pendant l'orage il avait passé le cap de Bonne-Espérance;
mais que quatre vaisseaux s'étaient séparés de sa flotte. Il prit deux
bâtimens maures qui revenaient de Sofala, chargés d'or pour Mélinde.
Ils en avaient jeté, en fuyant, une partie dans la mer. Comme leur
commandant était parent du roi de Mélinde, l'amiral ne toucha point à
leur charge. Il témoigna même du regret de la perte volontaire qu'ils
avaient faite; mais il fut bien étonné lorsqu'ils lui dirent qu'étant
sans doute plus grand magicien qu'eux, il devait savoir faire des
conjurations qui feraient revenir leur or du fond de la mer.

Le 20 juillet, Cabral mouilla au port de Mozambique, où il prit un
pilote pour le conduire à Quiloa, île à cent lieues de Mozambique,
vers le 9e. degré de latitude méridionale. Il y trouva deux des
vaisseaux que la tempête avait écartés de sa flotte. Toute la région
qui s'étend du cap Corientès jusqu'auprès de Monbassa est peuplée et
fertile, et l'eau y est excellente. Quiloa est célèbre par son
commerce d'or avec Sofala: ce qui attire dans cette ville quantité de
marchands de l'Arabie Heureuse et d'autres pays. Les vaisseaux y
étaient construits sans clous, comme dans les autres parties de
l'Afrique, et enduits d'encens au lieu de goudron. L'amiral voulut
faire avec le roi de Quiloa un traité de commerce qui n'eut pas lieu,
parce que la différence des religions inspira de la défiance au prince
africain. Il fut mieux accueilli du roi de Mélinde, à qui le roi de
Portugal envoyait une lettre et des présens. Ils furent portés par
Corréa, principal facteur de la flotte; mais l'amiral ne voulut pas
descendre à terre. Il reçut sur son bord la visite du roi de Mélinde,
qui promit de garder fidèlement l'alliance avec les Portugais, et qui
lui donna deux pilotes guzarates pour le conduire à Calicut. Il y
arriva le 13 de septembre, et envoya vers le samorin Alonzo Hurtado,
avec un interprète, pour lui déclarer qu'il venait de Portugal dans
l'intention de conclure avec lui un traité d'alliance et de commerce,
et qu'il était prêt à descendre lui-même pour en régler les
conditions, si l'on consentait à lui accorder des otages. Après
quelques débats, on convint de tout, et Cabral eut une audience du
samorin dans une galerie construite exprès sur le bord de la mer, et
décorée avec tout le faste asiatique. Il fut placé sur un siége proche
de celui du prince, honneur le plus grand qu'on pût déférer à un
étranger suivant la coutume du pays. Il offrit ses présens; ils
étaient riches, et furent bien reçus. La proposition qu'il fit
d'établir à Calicut un comptoir qui serait fourni de toutes les
marchandises de l'Europe, pour les échanger contre les productions de
l'Inde, fut écoutée favorablement. On donna aux Portugais une maison
fort commode sur le bord de la mer, et la sûreté du commerce
paraissait établie; mais cette tranquillité ne fut pas de longue
durée. Les Maures de la Mecque et du Caire, accoutumés depuis
long-temps à se voir les maîtres de tout le commerce des Indes, ne
pouvaient voir patiemment ces nouveaux hôtes dont la concurrence était
à craindre. Ils avaient nécessairement beaucoup d'appui à la cour du
samorin, et la connaissance du pays les mettait en état de nuire
aisément à des étrangers. Après avoir tenté inutilement de les perdre
dans l'esprit du samorin, ils prirent le parti de les traverser
ouvertement dans la vente de leurs marchandises et dans l'achat des
épices dont le privilége exclusif avait été accordé aux Portugais,
jusqu'à ce que leur flotte fût chargée, avec permission de saisir les
vaisseaux maures où il s'en trouverait. Les Portugais usèrent
imprudemment de leur droit de saisie. Il n'en fallait pas davantage
pour soulever la multitude. C'était ce qu'attendaient les Maures:
appuyés du catoual et de l'amiral de Calicut, ils firent croire
aisément au samorin que les Portugais avaient excédé leurs priviléges,
et que, leur flotte étant chargée, ils voulaient encore empêcher les
autres marchands d'acheter. Le comptoir fut investi en un moment par
une populace furieuse. Le nombre des assaillans montait à quatre
mille, et plusieurs naïres étaient à leur tête. Il n'y avait dans le
comptoir portugais que soixante et dix hommes, qui cependant osèrent
se défendre. Cinquante furent pris ou tués. Le reste, tout couvert de
blessures, se sauva par une porte qui donnait du côté de la mer, et
regagna la flotte. Les marchandises furent pillées; la perte montait à
quatre mille ducats. À cette nouvelle, Cabral, ne respirant que la
vengeance, attaqua deux gros vaisseaux indiens qui étaient dans le
port, tua six cents hommes qui les défendaient, se saisit de leur
charge, et les brûla à la vue des Maures qui couvraient le rivage, et
d'une infinité d'almadies qui n'osèrent s'avancer, ou furent
repoussées avec perte. Le lendemain il donna ordre que tous ses
vaisseaux se rangeassent vis-à-vis de Calicut, et fit tonner son
artillerie sur la ville. Quantité de maisons et de temples, une partie
même du palais, furent réduits en cendres. Les Indiens s'assemblant
avec un empressement aveugle pour repousser le péril, les boulets
tombaient au milieu de la foule, et n'en avaient qu'un effet plus
terrible. Le samorin vit un naïre tué à côté de lui d'un coup de
canon, et s'enfuit saisi d'épouvante. Cabral fit cesser le feu pour
donner la chasse à deux vaisseaux qui se présentèrent à la vue du
port. Mais n'ayant pu les atteindre, il continua sa route vers Cochin,
où il projetait d'établir un comptoir. Il y fut plus heureux que dans
Calicut. Le roi de Cochin, vassal du samorin, ne fut pas fâché de se
lier avec des étrangers puissans qui pouvaient lui assurer cette
indépendance, le premier voeu de tout prince qui reconnaît un
suzerain. Cochin est à quatre-vingt-dix lieues de Calicut. La
commodité de son port attire un grand nombre de marchands. Cabral eut
une audience du roi, et en fut très-bien traité. Il offrit quelques
présens, qui furent d'autant mieux reçus, que ce prince était pauvre,
quoique son pays ne le fût pas. Les Portugais eurent permission de
charger leurs vaisseaux de marchandises du pays, et n'éprouvèrent
aucune difficulté. L'alliance fut jurée entre le roi de Cochin et les
Portugais. Cabral, en s'éloignant de cette ville, rencontra la flotte
du samorin, composée de vingt-cinq vaisseaux. Il était résolu d'en
venir aux mains; mais le vent les éloigna, et la flotte portugaise fit
voile vers Cranganor. C'est une grande ville, à trente-deux lieues de
Cochin. Le pays est fertile en plantes médicinales, telles que le
tamarin, la casse, le mirobolan; le cardamome, le gingembre, y
croissent en abondance; mais il y a peu de poivre. Du reste, les
vaisseaux portugais n'avaient point encore trouvé une baie si agréable
et si commode. Ils remirent à la voile pour traverser la mer qui est
entre l'Inde et l'Afrique, et dans leur route ils découvrirent pour la
première fois Sofala; ils essuyèrent plusieurs orages vers le cap de
Bonne-Espérance. Enfin Cabral arriva au port de Lisbonne le 31 juillet
1501. De douze vaisseaux qui étaient partis avec lui, il n'en ramenait
que six.

Avant le retour de Cabral, quatre caravelles étaient déjà parties du
port de Lisbonne, commandées par un Galicien nommé Jean de Nuéva. Il
devait gagner Sofala pour y établir un comptoir, et se réunir avec
Cabral, dont il ignorait les désastres, pour affermir sur des
fondemens solides le commerce que l'on supposait établi à Calicut. Il
découvrit entre Mozambique et Quiloa une île à laquelle il donna son
nom. D'ailleurs sa navigation fut heureuse; mais il apprit bientôt
qu'il n'y avait rien à faire à Calicut sans des forces supérieures. Il
prit deux vaisseaux maures qu'il brûla. Il visita Cochin et Cananor.
Le commerce languissait à Cochin, parce que les négocians du pays
avaient peu de goût pour les marchandises portugaises, et ne voulaient
donner leurs épices que pour de l'argent. Le roi de Cananor eut la
générosité de se rendre caution pour les Portugais, et répondit pour
mille quintaux de poivre, cinquante de gingembre, et quatre cent
cinquante de cannelle. La cargaison s'achevait tranquillement,
lorsqu'on avertit l'amiral qu'on voyait paraître plus de quatre-vingts
pares ou barques indiennes chargées de Maures, qui venaient de Calicut
pour attaquer les Portugais. Le lendemain, dès la pointe du jour,
elles entrèrent dans la baie de Cananor. Nuéva se retira au fond de la
baie, et donna ordre à son artillerie de faire un feu continuel. Les
Maures n'avaient point encore de canon, ou s'en servaient mal; ils
préféraient l'usage des flèches; mais, obligés de se tenir à une
grande distance, leurs flèches ne pouvaient atteindre l'ennemi. Les
foudres de l'Europe donnèrent aux Portugais l'avantage sur la
multitude. Plusieurs vaisseaux indiens furent coulés à fond, et il y
eut beaucoup de Maures tués, sans que les Portugais perdissent un seul
homme. La flotte battue fut obligée de retourner à Calicut; et Jean de
Nuéva, content d'avoir montré au roi de Cananor la supériorité des
forces européennes, revint triomphant à Lisbonne, sans avoir rien
souffert de la guerre ni des flots.

Les relations de Cabral firent comprendre qu'il n'y avait
d'établissement à espérer dans les Indes que par la force des armes.
Le roi de Portugal se crut intéressé à soutenir son entreprise pour
l'honneur de sa nation, pour l'intérêt de sa religion, et plus encore
sans doute pour l'accroissement de ses richesses et de sa puissance.
Malgré les pertes que l'on avait essuyées, le profit l'avait emporté
sur le dommage. Que ne pouvait-on pas espérer, si l'on prenait mieux
ses mesures! Cette raison était décisive. On résolut de faire partir,
au mois de mars 1502, trois escadres ensemble: la première de dix
vaisseaux, commandée par Vasco de Gama, car il semblait que la gloire
de conquérir les Indes, comme celle de les découvrir, fût attachée à
ce nom; la seconde de cinq vaisseaux, sous Vincent Sodre, pour
nettoyer les côtes de Cochin et de Cananor, et veiller à l'entrée de
la mer Rouge de manière à empêcher les Turcs et les Maures de porter
leur commerce aux Indes; la troisième de cinq vaisseaux, encore sous
Étienne de Gama; ce qui composait une flotte de vingt voiles qui
devait reconnaître Vasco de Gama pour amiral.

Après avoir reçu l'étendard de la foi dans l'église cathédrale de
Lisbonne avec le titre d'amiral des mers d'Orient, Gama partit le
deuxième jour de mars, à la tête des deux premières escadres, parce
que la troisième ne put mettre à la voile que le 1er. de mai. Il avait
à bord les ambassadeurs de Cochin et de Cananor, que le roi de
Portugal renvoyait comblés d'honneurs et de présens. Près du cap Vert,
il rencontra une caravelle portugaise qui revenait de la Mina, chargée
d'or. C'était une preuve des progrès du commerce de cette nation sur
les côtes d'Afrique. Les ambassadeurs indiens en témoignèrent leur
surprise. L'ambassadeur de Venise en Portugal leur avait assuré que,
sans le secours des Vénitiens, le Portugal était à peine en état de
mettre quelques vaisseaux en mer. Ce langage était un effet de leur
jalousie depuis qu'ils voyaient le commerce des Indes, par la voie du
Caire, près d'être perdu pour Venise.

La flotte ayant doublé le cap de Bonne-Espérance, Gama prit la route
de Sofala avec quatre de ses moindres vaisseaux, tandis que le reste
allait directement à Mozambique. Il devait, suivant les ordres du roi,
observer la situation de Sofala, reconnaître le pays et les mines, et
choisir un lieu commode pour y élever un fort. Le roi de Sofala ne lui
fit point acheter trop cher son amitié et la liberté d'établir un
comptoir dans sa capitale. On trouva les mêmes facilités à Mozambique,
malgré l'aversion que le prince avait marquée pour les Portugais dans
leur premier voyage. On y établit aussi un comptoir dont la
destination était de fournir aux flottes portugaises des provisions à
leur passage. L'amiral se rendit ensuite à Quiloa dans le dessein de
punir Ibrahim, roi de cette contrée, de la mauvaise réception qu'il
avait faite à Cabral, et de le rendre tributaire des Portugais.
Ibrahim, pressé par la crainte d'une puissance supérieure, se rendit à
bord du vaisseau amiral. Là on lui déclara qu'il allait perdre sa
liberté, s'il ne s'engageait à payer tous les ans deux mille
méticaux[11] d'or. Le roi captif le promit et donna pour otage un
riche Maure. Dès qu'il fut rentré dans sa capitale, il refusa de
payer, persuadé que le Maure paierait, plutôt que de rester
prisonnier, ce qui arriva en effet. Étienne de Gama joignit la flotte
avec la troisième escadre, et Vasco partit pour Mélinde à la tête de
toutes ses forces. Il se saisit sur la route de plusieurs vaisseaux
maures. Mais une prise plus considérable l'attendait sur la côte de
l'Inde près du mont Déli, au nord de Cananor. Il rencontra un gros
bâtiment, nommé _le Méri_, qui appartenait au soudan d'Égypte, chargé
de marchandises précieuses et d'un grand nombre de Maures de la
première distinction qui allaient en pèlerinage à la Mecque. Il s'en
rendit maître après une vigoureuse résistance, et s'empara des trésors
destinés au tombeau du prophète. Le reste du butin fut abandonné aux
matelots. Ensuite Étienne de Gama fit mettre le feu au bâtiment; et,
par une résolution désespérée, les Maures, au nombre de trois cents,
aimèrent mieux s'y laisser brûler, en continuant de se défendre contre
le fer et la flamme, que de passer sur les vaisseaux du vainqueur.

                   [Note 11: Deux mille ducats.]

Après cette sanglante expédition, l'amiral, étant arrivé à Cananor,
fit dire au roi qu'il désirait lui parler. Cette prière, précédée du
bruit de sa victoire, et soutenue d'une flotte puissante, pouvait
passer pour un ordre, et c'est alors que les monarques de l'Inde
dûrent s'apercevoir que les Maures ne les avaient guère trompés en
leur faisant envisager les Portugais comme des hôtes dangereux, qui ne
venaient reconnaître le pays que pour s'en rendre les maîtres. Le roi
de Cananor, plutôt que de se rendre sur la flotte de Gama, aima mieux
faire construire un pont qui s'étendît fort loin sur l'eau. À
l'extrémité était une salle magnifiquement ornée. C'était le lieu de
l'entrevue. Le prince y arriva escorté de mille naïres, au son des
trompettes et des instrumens, comme si l'appareil de sa vaine grandeur
n'eût pas dû faire mieux voir la faiblesse de sa démarche, au lieu de
la déguiser. L'amiral descendit sur le pont au bruit de son
artillerie, qui annonçait une puissance plus réelle. Le prince indien
s'avança au-devant de lui jusqu'à la porte de la salle, et l'embrassa.
Tous deux s'assirent, et le résultat de cette conférence fut un traité
d'amitié et de commerce, et l'établissement d'un comptoir à Cananor.
Les Portugais se défirent dans le pays d'une partie de leurs
marchandises, et partirent pour Calicut.

La renommée les y avait devancés. Elle avait appris au samorin
l'arrivée et les forces de ces marchands guerriers, dont il
connaissait la valeur, et dont il devait craindre le ressentiment.
Cependant il ne les croyait pas si proche de ses côtes, et Gama, en
arrivant à la vue de la ville, se saisit de plusieurs pares, et
d'environ cinquante Malabares, qui n'avaient pris aucune précaution
contre une surprise. Il suspendit les hostilités pour attendre si le
samorin donnerait quelque marque de soumission ou de repentir. Bientôt
on vit arriver une barque qui portait un religieux franciscain.
C'était un Maure déguisé sous cet habit, qui venait traiter avec
l'amiral, de la part du samorin, sur l'établissement du commerce à
Calicut. Gama répondit qu'il pourrait penser à cette proposition
lorsqu'il aurait reçu du samorin une juste satisfaction pour la mort
du facteur Corréa, et pour la perte des marchandises pillées dans le
comptoir. Trois jours se passèrent en messages inutiles. Alors
l'amiral fit déclarer au samorin qu'il ne lui donnait que jusqu'à midi
pour se déterminer, et que si dans cet espace de temps il ne recevait
pas une réponse satisfaisante, il emploierait contre lui le fer et le
feu; et s'étant fait apporter une horloge à sable, il répéta au Maure
qu'il chargeait de ses ordres que, dès que cet instrument aurait fait
tel nombre de révolutions, il exécuterait infailliblement ce qu'il
venait de déclarer.

Jamais, depuis que le monde s'était vu soulagé du poids de la
puissance romaine, on n'avait affecté avec les souverains cette
hauteur impérieuse. Le sable de Gama rappelait le cercle tracé par la
baguette de Popilius. Mais combien les destinées des empires tiennent
au progrès des connaissances humaines! Il fallait absolument que le
Napolitain Gioya d'Amalfi découvrît une propriété encore inexplicable
de l'aiguille aimantée, et que l'Allemand Schwarz trouvât le secret de
la poudre inflammable pour que des marchands d'un petit royaume
d'Occident, traversant des mers immenses, vinssent braver sur les
rivages de l'Inde un des plus puissans monarques de ces contrées, qui
avaient échappé à l'ambition d'Alexandre et à la tyrannie de Rome.

Le samorin eut la dangereuse fermeté de ne faire aucune réponse. Le
terme expira. Vasco fit tirer un coup de canon. C'était le signal
annoncé pour tous ses capitaines, et les cinquante Malabares qu'on
avait distribués sur chaque bord furent pendus au même moment,
représailles sanglantes de cinquante Portugais tués dans le comptoir.
On leur coupa les pieds et les mains, qui furent envoyés au rivage,
dans un pare gardé par deux chaloupes, avec une lettre écrite en arabe
pour le samorin. L'amiral lui déclarait que c'était de cette manière
qu'il avait résolu de le récompenser de toutes ses trahisons et de
ses infidélités; et qu'à l'égard des marchandises qui appartenaient au
Portugal, il avait mille moyens de les recouvrer au centuple. Après
cette déclaration, il fit avancer pendant la nuit trois de ses
vaisseaux près du rivage, et le lendemain, aux premiers rayons du
jour, l'artillerie fit un feu terrible sur la ville. Quantité de
maisons furent abattues, et le palais fut réduit en cendres. Gama,
satisfait de cette première vengeance, laissa Vincent Sodre avec six
vaisseaux, pour donner la chasse aux vaisseaux maures, et prit la
route de Cochin.

[Illustration: _Le Prince Indien s'avança au devant de lui et
l'embrassa_]

Il y retrouva la même affection pour le nom portugais dans le roi
Trimumpara. On conclut un traité d'alliance qui fut cimenté par des
présens mutuels. On donna au facteur portugais une maison qui devait
servir de comptoir, et le prix des épices fut réglé. Cependant le
samorin éclatait en menaces contre le roi de Cochin, et jurait d'en
tirer vengeance après le départ des Portugais. Le roi de Cochin, de
son côté, jurait qu'il perdrait sa couronne plutôt que d'abandonner
ses nouveaux alliés. Gama l'assura que le samorin serait bientôt assez
occupé lui-même de sa propre défense pour songer à former aucune
entreprise contre Cochin, et mit à la voile pour retourner en Europe.
Il rencontra près de Padérane la flotte de Calicut qui se présentait
pour lui couper le passage. On combattit avec furie; mais l'ascendant
ordinaire des armes européennes décida bientôt la victoire. Les
vaisseaux indiens, foudroyés par l'artillerie, se dispersèrent, et les
Portugais, s'élançant à l'abordage sur les navires qu'ils pouvaient
accrocher, parurent aussi terribles que leurs foudres. Les Indiens
épouvantés se précipitaient dans les flots, où les coups de fusil les
atteignaient sans peine. Il en périt un grand nombre. Deux bâtimens
chargés de porcelaine, d'étoffes de la Chine, de vases de vermeil et
d'autres marchandises précieuses, furent pris, dépouillés de leurs
richesses, et brûlés. On distingua dans le butin une statue d'or du
poids de soixante marcs. Ses yeux étaient deux émeraudes, et sur sa
poitrine étincelait un gros rubis qui jetait autant de lumière que le
feu le plus ardent.

Gama continua sa route vers Cananor. Il y laissa trente-quatre hommes
dans une grande maison que le roi leur donna pour comptoir, et le prix
des épices fut réglé comme à Cochin. Sodre fut chargé par l'amiral de
demeurer sur cette côte pour secourir le roi de Cochin, s'il y avait
quelque apparence de guerre; et si la paix régnait de ce côté-là, il
avait ordre de croiser sur la mer Rouge, et de se saisir de tous les
bâtimens qui faisaient voile de la Mecque aux Indes. Le 20 décembre
1503, Gama partit avec treize vaisseaux pour retourner en Portugal. Il
fut retardé par des vents contraires et par des tempêtes, et ne prit
terre à Cascaës que le 1er. septembre de l'année suivante. Un grand
nombre de seigneurs portugais vinrent l'y recevoir, et lui composèrent
un cortége jusqu'à la cour. On portait devant lui, dans un bassin
d'argent, le tribut du roi de Quiloa. Le roi Emmanuel lui fit un
accueil très-honorable, et lui confirma le titre d'amiral des mers de
l'Inde.

Après le départ de la flotte portugaise, le samorin ne différa pas sa
vengeance. Il assembla une nombreuse armée à Panami, seize lieues
au-dessus de Cochin. Trimumpara se vit abandonné de ses naïres, qui
blâmaient son alliance avec les Portugais et la fidélité qu'il leur
gardait. Cochin fut pris et brûlé. Le roi fugitif se retira dans l'île
de Vaïpi, mieux fortifiée que Cochin, et y fut bientôt assiégé. Mais
tandis qu'il s'y défendait, déjà s'avançait à son secours Alphonse
d'Albuquerque, le plus célèbre des conquérans de l'Inde, parti de
Lisbonne avec son frère François d'Albuquerque et Antoine de Saldagna,
à la tête d'une escadre de neuf vaisseaux. Ce dernier devait croiser à
l'entrée de la mer Rouge, et les deux autres devaient revenir en
Portugal avec leur cargaison. François d'Albuquerque arriva le premier
aux Indes, et recueillit les débris de l'escadre de Vincent Sodre. Ce
malheureux commandant avait fait naufrage sur les côtes d'Arabie, et
avait péri avec son équipage. Tout changea de face à l'arrivée des
Portugais. Le roi de Calicut fut défait et mis en fuite, sans qu'ils
perdissent plus de quatre hommes, s'il en faut croire les historiens.
Une perte si légère prouve une si prodigieuse infériorité de la part
des Indiens dans la science militaire et dans l'usage de l'artillerie,
que pourtant ils connaissaient, et si peu de facilité à s'instruire
par leurs défaites, que la gloire des vainqueurs en paraît un peu
affaiblie, à moins qu'on n'aime mieux croire que les déclamateurs
portugais, honorés du nom d'historiens, aussi mauvais juges de la
gloire que mauvais écrivains, ont cru devoir diminuer leurs pertes
pour relever leurs triomphes.

Trimumpara, plein de reconnaissance, permit à ses alliés d'élever près
de Cochin un fort qui fut nommé _San-Iago_. Il était commencé lorsque
Alphonse d'Albuquerque arriva, brûlant d'impatience de se signaler à
son tour. Il envoya cinq cents hommes sur des vaisseaux pris au
samorin assiéger et brûler la ville de Répélim, défendue par deux
mille naïres. Lui-même marcha avec peu de monde contre une autre ville
située sur le bord de la mer. Mais, s'étant trouvé enfermé entre une
multitude d'Indiens qui sortirent de la ville assiégée, et
trente-trois vaisseaux de Calicut qui survinrent pendant le combat, il
était en danger de périr, si son frère, François d'Albuquerque,
paraissant avec sa flotte, ne l'eût fort heureusement secouru. On fit
un grand carnage des Indiens. À son retour, la flotte portugaise
rencontra cinquante vaisseaux de Calicut, que sa seule artillerie mit
en déroute. Alphonse d'Albuquerque revint à Lisbonne comblé de gloire
et de richesses. Il présenta au roi quarante livres de grosses perles
et quatre cents de petites. Aujourd'hui que ces voyages au delà des
tropiques, devenus faciles et familiers, ont soumis à nos besoins
factices et à nos fantaisies orgueilleuses ces magnifiques contrées où
la nature a prodigué ses richesses, notre luxe dédaigneux regarderait
à peine les présens que le vainqueur de l'Inde offrait au roi de
Portugal. Mais alors c'étaient des trophées qu'on apportait à travers
mille dangers, et qui avaient coûté des batailles.

Tant de gloire était toujours mêlé de ces désastres qui n'arrêtent
point l'ambition et l'avarice, et auxquels on fait à peine attention
dans le récit des actions brillantes. François d'Albuquerque périt
avec toute son escadre, sans que l'on ait jamais eu aucune nouvelle de
son naufrage. Il semblerait que ces destructions si rapides et si
terribles, dont on ne voit que trop d'exemples dans les longues
traversées, dussent nous écarter de ces mers lointaines, et jeter au
fond des coeurs la crainte de cet élément formidable qui, tout
subjugué qu'il est, confond si souvent l'audace et l'habileté de ses
vainqueurs; mais l'intérêt et l'espérance, ces deux grands mobiles de
l'homme, l'emportent sur les menaces de la nature. Chacun se flatte
d'échapper à la destinée qui frappe autour de lui, et dans ces dangers
extrêmes, si fréquens sur la mer, où l'on calcule les heures en
frémissant, dans l'attente d'une mort qui paraît inévitable, plus d'un
navigateur calcule au fond de son âme ce qu'il y aurait à gagner pour
celui qui survivrait à ses compagnons.

D'un autre côté, Ruy Lorenzo, séparé par la tempêté de l'escadre
d'Antoine Saldagna (de celui qui donna son nom à la baie de Saldagna,
près du cap de Bonne-Espérance), s'étant présenté devant Monbassa,
battit avec sa seule chaloupe, montée de trente hommes, toute une
flotte indienne, tua le fils du roi de Monbassa, et obligea ce prince
de payer un tribut annuel de cent méticaux d'or. Tel était alors
l'ascendant des Portugais, que leurs disgrâces mêmes les conduisaient
à des victoires. Ce même Lorenzo rendit tributaire l'île de Brava, sur
la côte d'Ajan, prit et brûla plusieurs bâtimens maures et indiens.

Les défaites et les disgrâces n'avaient fait qu'irriter le samorin
sans l'abattre, et le départ des Albuquerque releva toutes ses
espérances. Il appela sous ses enseignes tous les princes du Malabar.
Ceux de Tanor, de Bespour, de Cotougan, de Corlou, et dix autres
princes du même rang se rendirent à ses ordres. Son armée de terre se
trouva forte de cinquante mille hommes. Il en distribua quatre mille
sur deux cent quatre-vingts pares avec un grand nombre de canons qui
devaient battre le nouveau fort des Portugais. Ses troupes de terre
devaient forcer le passage d'une rivière qui sépare l'île de Vaïpi du
continent. Cette armée était commandée par Douring, son neveu et son
héritier, et par Elankol, prince de Répélim. C'est avec ces forces que
le samorin se flattait d'accabler le roi de Cochin avant que le
Portugal pût venir à son secours.

Édouard Pachéco, qu'Alphonse d'Albuquerque avait laissé pour la
défense de Cochin, ne pouvait opposer à toute la puissance du samorin
qu'un vaisseau, deux caravelles et cent soixante Portugais, en y
comprenant ceux du comptoir. Il pouvait y joindre, à la vérité, trente
mille Indiens de Cochin; mais il aima mieux les laisser pour la
défense de la ville; et, se fiant à la fortune du Portugal et à la
mer, il mit dans le vaisseau qui faisait sa principale force
vingt-cinq Portugais, vingt-six dans une des caravelles, et
vingt-trois dans l'autre; il y joignit trois cents des plus braves
Indiens de Cochin, chargea le reste de son monde de la défense du
comptoir, et, se jetant dans une barque avec vingt-deux de ses plus
vaillans soldats, il alla, sans perdre un instant, attaquer la flotte
de Calicut. On serait tenté, en lisant le récit de ces combats, où la
disproportion des forces est si étonnante, de les comparer aux combats
de l'Arioste, et de leur donner la même croyance; mais ces événemens
sont constatés par le rapport unanime des historiens, et plus encore
par l'éclat que la puissance portugaise a jeté dans l'Asie pendant le
seizième siècle; et si l'on fait attention à cet esprit d'héroïsme
qui naît toujours des entreprises extraordinaires et des grandes
découvertes, à l'avantage que donnent à des conquérans l'orgueil de
leurs premiers succès et le sentiment de leur supériorité sur un
ennemi dont ils ont reconnu la faiblesse; à l'intrépidité qu'inspire
le désir des richesses à des hommes qui ont abandonné leur patrie et
essuyé tant de périls pour venir chercher si loin la fortune; enfin,
si l'on considère combien de fois la discipline, le talent de diriger
l'artillerie et de manier les armes à feu, ont donné la victoire aux
armées d'Europe sur des multitudes de Turcs, peuples fort supérieurs
aux Indiens pour la bravoure, on trouvera croyable tout ce qui est
raconté des Portugais; on admirera leur valeur et leurs exploits, en
regrettant d'y voir trop souvent les caractères de l'usurpation et du
brigandage.

La fortune des Portugais ne se démentit point. Pachéco, dans trois
différens combats, coula à fond près de deux cents pares, et tua près
de deux mille hommes; et, se rapprochant du rivage, il tourna son
canon contre un corps de quinze mille hommes qui s'étaient rassemblés
autour du samorin, et qui fut aussitôt dissipé. Cependant le samorin,
résolu de venger ses pertes, redoubla tous ses efforts pour forcer le
passage de la rivière de Vaïpi. Il n'y fut pas plus heureux
qu'auparavant. L'infatigable Pachéco s'y était porté. Il y fit des
prodiges de valeur. Ses habits étaient couverts de sang. Enfin, le
samorin tenta une dernière attaque sur mer; mais jamais l'artillerie
portugaise ne fut mieux servie. Elle mit en pièces huit châteaux
mobiles que les Indiens avaient armés, hauts de quinze pieds, placés
chacun sur deux barques, et remplis de soldats. Leurs débris flottans
sur la mer achevèrent d'épouvanter les troupes de Calicut; et le
samorin fut réduit à suivre l'avis de ses bramines, qui lui
conseillèrent d'entrer en composition avec le roi de Cochin.

Pachéco, dont le nom était devenu redoutable dans l'Inde, protégea le
commerce de sa nation à Coulan, où les Maures cherchaient à le
traverser. Il n'était point encore revenu de cette ville, lorsque Lope
Soarez, à la tête d'une flotte de treize vaisseaux, arriva de Portugal
aux îles Laquedives, où il trouva Antoine de Saldagna et Ruy Lorenzo
qui s'étaient rejoints, et qui se radoubaient ensemble. Il les prit
avec lui, et alla canonner la ville de Calicut, dont la moitié fut
ruinée, et ensevelit quinze mille habitans sous ses débris. Il se
présenta ensuite devant Cochin, où la vue d'une si belle flotte fit
oublier au fidèle Trimumpara tous les dangers qu'il avait courus. Ce
prince porta ses plaintes à l'amiral contre les habitans de Cranganor,
ville fortifiée par le samorin, et distante de Cochin de quatre
lieues. Cranganor fut pris et brûlé, et la flotte qui le défendait fut
détruite. On voit que les victoires des Portugais étaient cruelles et
destructives. Ils livraient aux flammes les villes et les vaisseaux
qu'ils prenaient. Cette manière de faire la guerre semblait justifier
ceux qui les avaient représentés d'abord comme des pirates armés pour
piller ou pour détruire, qui se déguisaient sous le titre de
marchands. Cependant il est possible que, dans un pays étranger,
détestés des Maures et suspects aux Indiens, forcés de recourir aux
armes, et n'attendant aucun quartier de ceux qu'ils prétendaient
soumettre, ils fussent obligés d'inspirer une terreur qui leur servait
de rempart. Mais au fond les Portugais avaient-ils le droit de dire
aux rois de l'Inde: Nous nous établirons dans vos états malgré vous?
Non, sans doute. Ils ne pouvaient avoir d'autre droit que celui de la
force, droit qui rend toujours odieux celui qui l'exerce, et qui
oblige de recourir à la cruauté pour appuyer l'injustice.

Avant de partir pour le Portugal, Soarez et Pachéco réunis laissèrent
à Cochin Manuel Tellez Barrato avec quatre vaisseaux pour garder le
port et défendre leur allié. Ils dirigèrent leur route sur Panami,
ville appartenant au samorin, et qu'ils voulaient détruire en passant;
mais le vent les poussa dans une baie, où ils furent très-surpris de
trouver dix-sept vaisseaux turcs montés de quatre mille hommes, et
défendus par de l'artillerie. Rencontrer des ennemis, c'était alors
pour les Portugais rencontrer des triomphes. La flotte barbare fut
brûlée avec toute sa cargaison, et il périt quantité de Turcs par le
fer et par le feu. Les Portugais, suivant le rapport des historiens,
ne perdirent que trente-trois hommes. Il fallait que les Turcs, qui
s'étaient fait redouter sur terre, n'entendissent pas les combats de
mer mieux que les Indiens, ou que les Portugais fussent plus que des
hommes.

Soarez et Pachéco remirent à la voile au commencement de janvier 1506,
et rentrèrent dans le port de Lisbonne le 22 juillet. Ils ramenaient
avec eux Diégo Fernandez Péreyra, l'un des capitaines de la flotte
précédente, et qui s'était signalé par la découverte de l'île de
Socotora, où il mouilla l'ancre après avoir fait diverses prises sur
la côte de Mélinde. On ne pouvait prodiguer trop de récompenses et
d'honneurs à ces braves commandans, qui apportaient au Portugal autant
de gloire que de richesses. Le roi Emmanuel honora particulièrement la
valeur dans Édouard Pachéco. Il le fit asseoir près de lui sous un
dais; et, dans cette situation, il le fit porter avec lui dans
l'église cathédrale de Lisbonne, au milieu de la foule et des
applaudissemens du peuple. Mais il ne faut se fier ni aux faveurs de
la fortune, ni à celles des rois. Pachéco fut arrêté peu de temps
après, sans que l'histoire nous en apprenne la cause, et le vainqueur
du samorin mourut dans un cachot.



CHAPITRE III.

Exploits d'Almeyda et d'Albuquerque. Puissance et corruption des
Portugais. Siége de Diu. Sylveïra et Jean de Castro.


La cour de Portugal, animée par les succès, et faisant de plus grands
efforts à mesure qu'elle concevait de plus grandes espérances, mit en
mer, dès le 5 de mars 1507, vingt-deux vaisseaux montés de quinze
cents hommes de troupes régulières, sous le commandement de François
d'Almeyda, qui partit le premier avec le titre de vice-roi des Indes.
Il avait ordre de former des établissemens et de bâtir des forts pour
la sûreté du commerce portugais sur toute la côte orientale d'Afrique,
depuis Mozambique jusqu'au cap de Guardafui, à l'entrée de la mer
Rouge. Sa flotte fut dispersée par la tempête, et il n'en avait pu
rassembler que huit vaisseaux, lorsqu'il se présenta devant l'île de
Quiloa. Il salua le port de quelques coups de canon; mais n'en
recevant aucune réponse, il se détermina sur-le-champ à commencer les
hostilités. Il prit terre avec cinq cents hommes, et livra la ville au
pillage. Le roi Ibrahim avait gagné le continent avec sa femme et ses
trésors. Les Portugais nommèrent un autre roi, et construisirent,
dans l'espace de vingt jours, un fort ou ils laissèrent une garnison
de cinq cent cinquante hommes, avec une caravelle et un brigantin,
pour croiser continuellement sur la côte. Monbassa, qui reçut Almeyda
à coups de canon, fut traitée encore plus rigoureusement: elle fut
pillée et brûlée jusqu'aux fondemens, ainsi que quelques vaisseaux de
Cambaye qui étaient dans le port. Ces terribles expéditions
répandirent la terreur devant la flotte portugaise. Les îles
Laquedives consentirent à se laisser brider par un fort, où l'on mit
une garnison de quatre-vingts hommes. On bâtit une citadelle dans le
port même de Cananor. Onor, sur la côte du Malabar, fit quelque
résistance, et fut brûlé.

Une autre escadre de six vaisseaux, commandée par Pédro d'Annaya,
s'était rendue à Sofala, capitale d'un pays célèbre par ses mines
d'or. Le roi ne put s'opposer à l'établissement d'une forteresse. Mais
bientôt, impatient du joug qu'on lui opposait, il attaqua le fort à la
tête de cinq milles Cafres. Il fut tué, et l'on mit à sa place son
fils Soliman, qui promit d'être fidèle à l'alliance des Portugais.

Cependant l'infatigable samorin rassemblait une nombreuse flotte, qui
osa se présenter devant Cananor. Elle fut battue et dispersée. Les
Maures, forcés de céder à la puissance portugaise, abandonnèrent enfin
les côtes de Malabar et d'Ajan, dont ils avaient été long-temps les
maîtres. Ils prirent la route des contrées situées plus à l'orient, et
portèrent leur commerce vers le détroit de Malaca et vers les îles de
la Sonde. Lorenzo, fils d'Almeyda, les poursuivit, avec neuf vaisseaux
sous un ciel jusqu'alors inconnu aux Portugais. C'est alors que
ceux-ci découvrirent l'île de Ceylan, l'ancienne Taprobane, nommée par
les Arabes Serendib. Tant de succès étaient balancés par quelques
disgrâces. L'air malsain de Sofala fit périr le commandant Annaya et
la plupart de ceux de sa suite. La garnison de Quiloa, trop faible
pour résister aux Maures, fut obligée d'abandonner l'île après avoir
rasé le fort. Mais Tristan d'Acugna et le fameux Albuquerque
s'approchaient avec de nouvelles forces, et les fondemens de la
puissance portugaise dans les Indes allaient s'affermir sous leurs
mains.

Ils partirent de Lisbonne le 6 mars 1508, avec treize vaisseaux et
treize cents hommes. Le vent les poussa jusqu'à la vue du cap
Saint-Augustin, au Brésil; et dans l'espace immense qu'ils eurent à
traverser pour gagner le cap de Bonne-Espérance, Tristan d'Acugna
s'avança si fort vers le sud, que plusieurs de ses gens y périrent de
froid. Il découvrit dans cette route les îles qui portent encore son
nom. Mais la tempête y sépara ses vaisseaux, dont l'un, commandé par
Ruy Pereyra, mouilla heureusement à Matatanna, port de Madagascar,
sous le tropique du capricorne. Sur le bruit que l'île produisait une
grande quantité d'épices, Tristan d'Acugna y arriva de Mozambique, où
il avait rassemblé sa flotte. Mais, trouvant le commerce moins
avantageux qu'il ne l'avait cru, il retourna vers Mélinde. Le roi de
ce pays, toujours attaché aux Portugais, les engagea à tourner leurs
armes contre les schahs ou rois d'Hoïa et de Lamo, dont il avait à se
plaindre. Hoïa n'est qu'à dix-sept lieues au nord de Mélinde. Tristan
se présenta devant la ville avec six vaisseaux. Les Maures voulurent
s'opposer au débarquement, et le fruit de leur résistance fut
l'entière destruction de la ville, que les vainqueurs livrèrent au
pillage et aux flammes. Brava, qui s'était révoltée (car les
historiens donnent le nom de révolte aux efforts que faisaient les
malheureux Indiens pour secouer le joug de leurs oppresseurs), Brava,
prise une seconde fois par Albuquerque, éprouva toutes les horreurs où
peuvent s'emporter des brigands victorieux. Le sang ruisselait dans
les rues jonchées de cadavres. On coupait aux femmes les oreilles et
les bras pour leur arracher plus promptement les ornemens d'or
qu'elles portaient. La ville fut réduite en cendres. Ce sont les
écrivains portugais qui racontent eux-mêmes ces affreux détails, et
qui paraissent croire que ces cruautés étaient nécessaires. Mais on
s'aperçoit aussi que la différence des religions leur inspirait pour
les peuples de l'Inde ce mépris mêlé d'aversion qui ne nous permet pas
de regarder comme des hommes ceux qui n'ont pas la même croyance que
nous; sentiment atroce qui conduit toujours à l'inhumanité, et produit
tous les forfaits, parce qu'on se croit dispensé de tous les devoirs.

Le schah de Lamo, instruit par ces terribles exemples, se soumit
volontairement à un tribut annuel de six cents méticaux d'or. Acugna
remit à la voile, et, remontant au delà du cap de Guardafui, il
rejoignit Alvaro Tellès, qui avait été écarté de la flotte avec six
vaisseaux, et s'était enrichi par la prise de cinq bâtimens maures.
Ils attaquèrent ensemble et prirent l'île de Socotora sur la côte
d'Éthiopie, à 12° de latitude nord, vis-à-vis le cap de Guardafui.
C'était là le terme de leur commission. L'île était habitée par des
chrétiens qu'on nomme jacobites, qui suivaient le rit grec, ainsi que
les chrétiens d'Abyssinie, et reconnaissaient le patriarche
d'Alexandrie. Il y avait un fort et une garnison de quatre-vingts
Maures mahométans. Il ne s'en sauva qu'un qui était aveugle, et qu'on
trouva dans un puits. On lui demanda comment il avait pu y descendre.
Il répondit: Les aveugles ne voient que le chemin de la liberté. Cette
réponse lui valut la vie. Les Portugais étaient quelquefois capables
de clémence. À la prise d'Hoïa, un jeune Maure poursuivi dans les bois
avec sa maîtresse, qui n'avait pas voulu se séparer de lui, se
retourna vers ceux qui le pressaient, et, l'embrassant d'une main, il
se préparait à combattre de l'autre. Silveïra, officier portugais,
touché de ce spectacle, leur laissa la vie et la liberté. _À Dieu ne
plaise_, dit-il, _que mon épée coupe des liens si tendres!_ paroles où
l'on pouvait reconnaître une nation qui mêlait la galanterie à la
fureur guerrière. Peut-être pensera-t-on que ces traits n'étaient pas
assez importans pour avoir place dans ce tableau rapide d'événemens
qui ont changé la face du monde. Mais il faut bien quelquefois
retrouver l'homme dans ces récits de destructions, qui ne ressemblent
que trop à l'histoire des tigres.

Après la conquête de Socotora, Alphonse de Norogna demeura, pour
commander dans le fort, avec une garnison de cent hommes. Acugna
partit pour les Indes, et Albuquerque pour la côte d'Arabie. Ce
dernier avait sept vaisseaux et quatre cent soixante hommes. C'est
avec cette petite flotte qu'après avoir pris et pillé plusieurs villes
du royaume qui tire son nom de l'île d'Ormuz, il osa former le projet
de se rendre maître de la capitale du même nom, défendue par trente
mille hommes et par quatre cents vaisseaux. Ormuz était depuis
long-temps une dépendance de la couronne de Perse, dont ses rois
étaient tributaires. Elle est située à l'entrée du golfe Persique; son
port est célèbre et fréquenté. Seyf-Eddin y régnait alors, et son
ministre Koïa-Atar ne manquait ni de talent ni de fermeté. L'audacieux
Albuquerque alla d'abord jeter l'ancre au milieu des plus gros
vaisseaux d'Ormuz, en faisant une décharge de toute son artillerie.
Le rivage fut aussitôt couvert d'une multitude d'hommes; l'amiral
portugais envoya quelques-uns de ses gens vers le bâtiment le plus
considérable de la flotte, qui paraissait porter l'amiral. Le
capitaine du vaisseau consentit à venir apprendre les intentions des
Portugais. Albuquerque lui déclara qu'il avait ordre du roi son maître
de prendre le roi d'Ormuz sous sa protection, et de lui accorder la
permission d'exercer le commerce dans ces mers à condition qu'il
promît de payer tribut au roi de Portugal; mais que, s'il balançait
sur cette proposition, il devait s'attendre à toutes les extrémités
d'une sanglante guerre. C'est à ce point que les prospérités des
Portugais avaient changé leur langage. C'étaient eux d'abord qui
demandaient aux rois de l'Inde la permission de commercer dans leurs
états; à présent c'est un sujet du roi de Portugal qui permet au roi
d'Ormuz de faire commerce dans les mers qui environnent son île, et
qui lui impose un tribut, comme autrefois Rome permettait aux rois de
régner chez eux à condition qu'ils lui seraient soumis. On ne peut
nier que les Portugais ne soient le seul peuple qui rappelle, dans
l'histoire de ses conquêtes, ce caractère à la fois imposant et
odieux, cet éclat de domination, et ce faste de tyrannie qu'ont eu
long-temps les Romains dans une partie du monde connu. L'offre de la
protection d'Albuquerque était le comble des outrages. Jamais
l'insultante audace de la supériorité n'avait été portée plus loin.
Après avoir tenu ce langage, il fallait être sûr de vaincre, et la
victoire fut aussi étonnante que l'insulte. Les Portugais combattaient
avec le fer et le feu; la mer était teinte de sang. Trente bâtimens
enflammés, formant un épouvantable incendie, éclairaient au loin toute
la côte, et montraient sur le rivage et sur les murs de la ville la
foule des habitans d'Ormuz qui, à la vue de leur désastre, se
livraient à la consternation et au désespoir. Les Portugais n'avaient
perdu que dix hommes. Le ministre envoya demander la paix, se soumit à
payer un tribut annuel de quinze mille scharafans, et accorda du
terrain pour bâtir un fort.

Mais Albuquerque, trop supérieur à ses ennemis, en trouva de plus
dangereux dans les compagnons de ses victoires. Le commandement du
fort que l'on élevait fut un objet de jalousie et de discorde parmi
ses capitaines. L'adroit Atar, instruit de ces dispositions, sut en
profiter habilement. Ses profusions lui attachèrent quelques soldats
portugais, dont l'un, qui était fondeur, lui fit quelques pièces de
canon, et corrompirent trois capitaines, qui se séparèrent
d'Albuquerque sous prétexte qu'il s'obstinait à bâtir un fort qu'il
était impossible de conserver. Le mécontentement gagna les officiers
et les soldats. Au milieu de tant de contradictions, l'intrépide
Albuquerque dispersait un corps auxiliaire qu'un petit souverain du
canton de la Perse envoyait au roi d'Ormuz. Il pillait et brûlait les
villes de Kismis et de Kalhât. Il prenait la ville de Mascat, dont il
ruina le commerce pour le transporter à Ormuz. Il allait lui-même
porter des provisions à la garnison de Socotora, pressée par la
disette, et ces provisions étaient autant de prises faites sur les
vaisseaux ennemis. Enfin, de retour devant Ormuz, il tenta de
l'emporter; mais il avait trop peu de forces. Il eut le chagrin de
voir le fort qu'il avait commencé, fini par Atar, servir contre les
Portugais. Il tua beaucoup de monde aux ennemis; mais il fallut
renoncer à son entreprise.

Cependant un nouvel adversaire menaçait les Portugais. De tous les
princes dont le commerce était traversé ou ruiné par les nouveaux
conquérans de l'Inde, le plus intéressé à les combattre était le
Soudan d'Égypte, qui recevait par la mer Rouge et par le Nil toutes
les marchandises des Indes que les nations occidentales venaient
chercher au port d'Alexandrie. Ce soudan se nommait Kamset-el-Gauri,
que nous appelons dans nos histoires européennes, Campson Gauri. Mir
Hossein, amiral d'Égypte, avait mis en mer une flotte régulière de
douze vaisseaux montés de quinze cents hommes, et bien autrement
redoutables que tous les petits bâtimens des rois de l'Afrique et de
l'Inde. Le bois qui avait servi à la construction de cette flotte
avait été coupé dans les campagnes de Dalmatie, du consentement des
Vénitiens, qui, de tous temps attachés au commerce de l'Égypte,
regardaient les Portugais comme leurs véritables ennemis, et les
Égyptiens comme leurs alliés, tant l'intérêt est plus puissant que la
religion pour unir ou séparer les hommes! La flotte d'Égypte fit voile
vers Diu, où Malek-Iaz commandait pour le roi de Cambaye, allié des
Portugais, mais allié infidèle et très-mal-intentionné. Lorenzo, fils
du vice-roi Almeyda, qui avait reçu de son père une très-sévère
réprimande pour n'avoir pas attaqué une flotte du samorin près de
Daboul, dans un lieu qui avait paru peu favorable, impatient de
réparer sa faute, combattit avec fureur pendant un jour et une nuit.
Mais Malek-Iaz, étant sorti tout à coup du port de Diu avec une flotte
nombreuse, mit le désordre dans celle des Portugais. Lorenzo fut tué,
et son vaisseau coulé à fond. La perte des ennemis était bien plus
considérable; mais la disgrâce de Lorenzo faisait voir que les
Portugais n'étaient pas invincibles, et l'on avait été forcé de se
retirer vers Cochin. C'était l'ouvrage du Maure Malek-Iaz, qui, né
dans l'esclavage, était parvenu au rang de commandant de Diu. Ce Maure
avait du courage et de l'habileté, et fut un des plus dangereux
ennemis des Portugais.

Almeyda apprit la mort de son fils avec fermeté, et le vengea avec
barbarie. Il recevait dans le même moment un renfort de Lisbonne. Une
flotte de dix-sept vaisseaux venait d'entrer dans la mer des Indes. À
la tête de ces forces, le vice-roi vint assiéger Daboul, une des
villes les plus renommées de la côte de Malabar, et qui appartenait au
roi de Décan. Elle fut emportée d'assaut, et abandonnée à la fureur du
soldat; tout fut passé au fil de l'épée; et la ville et les bâtimens
qui étaient dans le port furent la proie des flammes. Almeyda,
vainqueur et poursuivant sa vengeance, vint attaquer devant Diu la
flotte de Mir Hossein, réunie avec les vaisseaux de Malek-Iaz. Rien ne
put résister à l'impétuosité des Portugais; Mir Hossein, blessé en
combattant avec la bravoure la plus déterminée, fut porté dans une
chaloupe au rivage, et se retira près du roi de Cambaye. Le carnage
fut sans bornes et le butin sans prix. Les historiens portugais
reprochent eux-mêmes aux vainqueurs un excès de cruauté. On peut les
en croire sur leur parole; remarquons en même temps que l'on trouva
sur la flotte des Maures beaucoup d'ouvrages latins, italiens et
portugais, témoignage des études et des connaissances de ce peuple,
que de barbares usurpateurs osaient traiter de barbare.

Quoique la flotte du roi de Cambaye n'eût agi que par ses ordres et
par ceux de Malek-Iaz, cependant le vice-roi, qui ne voulait pas
grossir le nombre des ennemis du Portugal, se contenta du désaveu et
des soumissions de ce prince et de son ministre. Ce dernier avait eu
la précaution politique de ne pas se trouver au combat, et envoya même
complimenter le vainqueur, assurant qu'il n'avait pas été le maître
de séparer sa flotte de celle du soudan d'Égypte. On renouvela le
traité. Le royaume de Chaül, entre Cambaye et Cochin, se soumit aussi
volontairement à payer un tribut au Portugal.

Almeyda, en prenant Daboul et en battant le soudan d'Égypte, s'était
emparé d'une gloire qui devait légitimement appartenir à son
successeur. La flotte qui était venue se joindre à lui portait l'ordre
de remettre le commandement entre les mains d'Albuquerque, nommé
vice-roi des Indes; mais Almeyda ne voulut céder à personne le soin de
venger son fils, et donna le dangereux exemple de retenir le
commandement au delà du terme prescrit, exemple qui ne fut que trop
imité par la suite, et qui causa plus d'une fois de funestes
querelles. Almeyda alla plus loin: Albuquerque réclamant ses droits
avec la hauteur qui lui était naturelle, il osa le faire arrêter et
l'envoyer prisonnier à Cananor; le fier Albuquerque fut mis dans les
fers. Il semble que ce dût être le sort de presque tous ces conquérans
d'essuyer cette humiliation. Colomb, à qui l'on devait un nouveau
monde, avait reçu en Espagne le même traitement. Le fameux Cortès ne
fut guère mieux récompensé. Le même sort attendait peut-être Almeyda à
Lisbonne; mais, la mort l'y déroba. Il était parti de Cochin après que
Ferdinand de Coutinho, venu de Portugal avec treize vaisseaux et des
pouvoirs extraordinaires, eut établi Albuquerque dans la place de
vice-roi. Au moment de son départ, les magiciens du pays lui
déclarèrent qu'il ne passerait pas le cap de Bonne-Espérance: il le
passa pourtant; mais ayant relâché à la baie de Saldagna, qui en est à
peu de distance, il prit querelle avec quelques nègres du pays, et fut
tué.

Nous voici à l'époque des plus grandes conquêtes, et des plus
considérables établissemens des Portugais. Albuquerque se voyait à la
tête de la flotte la plus puissante qui eût encore paru dans ces mers
avec le pavillon de Portugal. Il avait trente vaisseaux chargés de
dix-huit cents hommes, et d'une multitude d'Indiens que l'espoir du
pillage avait attirés sous ses enseignes; car, dans tout gouvernement
despotique, il n'y a point de patrie, et l'on appartient à celui qui
paie le mieux. Les Européens établis dans les Indes ont toujours eu et
ont encore dans leurs troupes beaucoup de naturels du pays, qui
servent fort bien tant qu'on les paie, et s'en vont dès qu'il n'y a
plus d'argent. Albuquerque, qui n'avait pas oublié ses ressentimens
contre le samorin, tourna d'abord ses armes contre Calicut: la ville
fut prise, et les vainqueurs y mirent le feu. Mais le vice-roi ayant
reçu deux blessures dangereuses et perdu son lieutenant Coutinho, les
Portugais, qui d'ailleurs avaient éprouvé une vigoureuse résistance,
furent obligés de retourner à Cochin. On croyait qu'Albuquerque, dès
qu'il serait guéri de ses blessures, courrait achever la conquête de
Calicut; mais un pirate, nommé Timoia, lui inspira d'autres desseins;
il lui fit une telle peinture des richesses de Goa, que l'avidité
l'emporta sur la vengeance. Tiçuarin ou Goa est une île d'environ neuf
lieues de tour, sur la côte de Canara, vers le 15e. degré de latitude
nord; l'eau y est excellente, l'air fort sain, le terroir agréable et
fertile. Elle avait été prise par les conquérans mogols, qui avaient
rebâti la capitale. Tous ces pays, soumis au commencement du quinzième
siècle par les Tartares venus du nord, avaient secoué le joug, et
s'étaient partagés en souverainetés particulières. Goa est une
dépendance du royaume que les Indiens nommaient Visapour, et que les
Mogols avaient nommé Décan. Albuquerque s'en rendit maître, et en fit
le boulevart de la domination portugaise. Le butin fut immense: on fit
main-basse sur tous les Maures de l'île. Le vice-roi fit jeter les
fondemens d'un fort qu'il appela _Manuel_; il reçut des ambassadeurs
de tous les princes alliés du Portugal, et fit battre de la monnaie de
cuivre et d'argent. Quatre cents Portugais demeurèrent attachés à la
défense du fort, avec cinq mille Indiens commandés par Timoia, qui
avait contribué à la prise de la ville.

Une conquête non moins importante fut celle de Malaca, dans l'ancienne
Chersonèse d'or, vis-à-vis l'île de Sumatra, à 2 degrés de latitude
nord: c'était le plus grand marché de l'Inde; son port était toujours
rempli d'une multitude de vaisseaux. La ville, bâtie par des
pêcheurs, et d'abord tributaire de Siam, avait été depuis habitée par
les Malais. Mohammed, prince maure, y régnait, et le roi de Pahang lui
avait fourni de puissans secours. Les Portugais n'avaient point encore
rencontré de résistance plus opiniâtre, ni fait de conquête qui leur
eût coûté davantage. Jamais aussi ils ne versèrent plus de sang. Le
massacre dura neuf jours, jusqu'à ce qu'il ne restât pas un seul Maure
dans la ville: il fallut la repeupler d'étrangers et de Malais. On y
bâtit une église, et un fort nommé _Hermosa_. Le roi s'était retiré,
avec sa famille, dans des bois impénétrables dont le pays est couvert.

Albuquerque fut alors au faîte de la grandeur. Les rois de Siam et de
Pégou, dans la presqu'île au delà du Gange, de Narsinga, près de la
côte de Coromandel et de Visapour, recherchèrent son alliance; le
samorin consentit à laisser bâtir un fort qui devait dominer Calicut.
Les lieutenans du vice-roi découvraient dans le même temps les
Moluques. Lui-même conduisit dans la mer Rouge la première flotte
portugaise qui eût encore passé le détroit de Babelmandel: il échoua,
il est vrai, devant Aden; mais s'étant présenté devant Ormuz, il
trouva que la terreur de son nom lui avait tout soumis par avance. Le
roi d'Ormuz renouvela le traité qui mettait son pays sous la
protection du Portugal; on rendit aux Portugais le fort qu'ils avaient
commencé et qu'ils achevèrent: pour comble d'insulte, Albuquerque
força le roi d'Ormuz de lui donner l'artillerie de sa capitale pour
défendre le fort. Il reçut avec toute la pompe d'un souverain les
ambassadeurs d'Ismaël, roi de Perse, qui lui envoyait des présens.
Mais, au milieu de tant de gloire et de prospérité, sa santé, altérée
par les fatigues, s'affaiblissait de jour en jour. Des ordres de sa
cour, qui, pour toute récompense de ses services, le rappelaient à
Lisbonne et lui donnaient un successeur, lui portèrent une atteinte
plus dangereuse que ses maladies. Il reçut ces ordres comme il
retournait dans l'Inde pour y rétablir sa santé: il se permit à peine
quelques plaintes; mais étouffant la douleur qui les lui arrachait, il
tomba dans une profonde mélancolie, dont il ne sortit que pour rendre
le dernier soupir, en arrivant à Goa le 16 décembre 1515; il était
dans la soixante-troisième année de son âge. Les Portugais n'avaient
point eu dans l'Inde de commandant qui eût fait de si grandes choses,
et depuis ils n'en eurent point qui l'égalât[12].

                   [Note 12: Le traducteur de la compilation anglaise
                   donne ici un échantillon du style des écrivains
                   portugais, qui est assez curieux. Le morceau est de
                   Faria. Il est absolument dans le goût espagnol, qui
                   dominait alors dans toute l'Europe. Au milieu de
                   l'abus des figures, on y remarque de la noblesse.
                   »Si l'on veut porter un jugement désintéressé des
                   exploits qui acquirent aux Portugais la couronne de
                   l'Asie, on trouvera qu'il n'y avait que Pachéro qui
                   fût propre à la forger avec cette fière chaleur qui
                   fondit les armes et tout l'or de l'opiniâtre
                   samorin; qu'Almeyda seul pouvait lui donner sa
                   forme, et la polir avec son épée et celle de son
                   fils, qui humilièrent l'orgueil du Turc, et que le
                   grand Albuquerque était seul capable d'y mettre la
                   dernière main en l'ornant de ses plus beaux joyaux,
                   Goa, Malaca et Ormuz. Étant entrés tous trois, avec
                   peu de vaisseaux et un petit nombre d'hommes, dans
                   des mers éloignées, où ils trouvèrent des ennemis
                   nombreux, et quantité de places fortes, sans un ami
                   pour les soutenir, et presque sans un arbre pour se
                   mettre à l'abri, ils percèrent des nuées de balles
                   et de flèches empoisonnées pour retourner dans leur
                   patrie, etc.»]

Le gouvernement d'Albuquerque avait été l'époque où la puissance
portugaise était montée à son comble. Après sa mort, la décadence se
fit sentir. Il n'était pas possible que tant de richesses
n'allumassent la cupidité, et que tant d'élévation ne produisît
l'orgueil et la tyrannie. Les cruautés atroces et l'insolent
brigandage des commandans et des soldats rendirent le nom portugais
exécrable sur toutes ces côtes. Les révoltes furent fréquentes, et les
Indiens furent quelquefois vengés. Les Portugais furent battus dans
l'île de Java. Ils manquèrent encore Aden et Djeddah dans la mer
Rouge. Ils échouèrent plusieurs fois devant Diu. Ils se virent
assiégés dans Goa et dans Malaca, par les habitans, que leur tyrannie
avait soulevés. Cependant ils n'avaient rien perdu de leur activité
entreprenante. Édouard Coëllo et Perès d'Andrada pénétrèrent dans les
mers de l'Asie, l'un jusqu'à Siam, et l'autre jusqu'à Canton, port de
la Chine. Mais ayant osé braver à Canton les ordres de l'empereur avec
une imprudence inexcusable, ayant même poussé l'arrogance jusqu'à
faire élever une potence dans l'île de Ta-mou, vis-à-vis Canton, les
Portugais furent tous massacrés. Ils furent chassés de Calicut par le
samorin, et obligés de démolir eux-mêmes leur fort et de l'abandonner.
Attaqués à la fois dans toutes leurs possessions, ils étaient souvent
réduits aux plus déplorables extrémités; mais ils soutenaient et
réparaient même avec une intrépidité admirable les disgrâces que leur
attiraient leur orgueil et leur avarice. L'esprit de découverte et de
conquête subsistait encore, et, mêlant l'héroïsme au brigandage, il
s'étendait du fond de la mer Rouge, où l'on soumettait les îles de
Maçoua et Dalakh, jusqu'au détroit de la Sonde, à l'extrémité de
l'Océan indien, où l'on subjuguait Java; il apercevait la grande île
de Bornéo; de là, passant au delà de l'île Célèbes, il conduisait les
Portugais jusqu'au vaste archipel des Philippines, où il leur montrait
Mindanao. Il n'y avait plus qu'un pas à faire jusqu'aux îles du Japon
pour avoir embrassé toute l'Asie et parcouru les mers qui baignent
cette vaste partie du monde à l'ouest, au sud et à l'est. Antoine de
Mota, François Zeimoto, et Antoine de Peixoto, faisant voile vers la
Chine en 1542, furent jetés par la tempête dans l'île de Niphon,
nommée par les Chinois Jepucen, d'où les Européens ont formé le nom de
_Japon_. Ce fut là le terme des découvertes des Européens du côté de
l'orient. Vers cette époque de 1540, les Portugais dominaient par le
commerce et par les armes sur quatre mille lieues de côtes, depuis le
cap de Bonne-Espérance, au sud de l'Afrique, jusqu'au cap de Lingpô, à
l'extrémité orientale de l'Asie, sans y comprendre la mer Rouge et le
golfe Persique, où ils avaient le fort de Mékran et Ormuz. Leurs
principaux établissemens étaient la Mina, Sofala, Monbassa et
Mozambique, sur la côte d'Afrique; Baçaïm et Diu, dans le royaume de
Cambaye, et de là jusqu'au cap Comorin, Goa, Cochin, Cananor, Coulan;
depuis ce cap, en remontant la côte de Coromandel, ils avaient
Négapatan, Méliapour et Masulipatan; de là, en descendant au delà de
l'entrée du golfe du Bengale, ils avaient Malaca; plus loin, au delà
du détroit de la Sonde, Timor; enfin Macao, qu'ils bâtirent dans une
petite île de la baie de Canton, à l'entrée de la Chine. Ils tiraient
la cannelle de Ceylan, où ils avaient bâti un fort à Colombo, dont le
roi leur payait un riche tribut. Ils disputaient les Moluques aux
Espagnols, qui étaient venus par le sud-ouest[13]. Ils tiraient le
girofle de Ternate et de Tidor. On conçoit facilement quelles
richesses le roi de Portugal puisait dans ces nombreuses possessions,
et quels gains immenses procuraient aux commandans des vaisseaux les
prises continuelles que l'on faisait dans toute l'étendue de ces mers,
où régnait leur pavillon. Mais cette vaste puissance fut détruite
presque aussi promptement qu'elle avait été formée. La domination
tyrannique des Portugais, et la haine qu'elle inspirait, fournirent
aux nations rivales, à qui la route d'Europe aux Indes devint bientôt
familière, les moyens de s'élever sur les ruines des premiers
conquérans.

                   [Note 13: Nous rendrons compte ailleurs de cette
                   nouvelle route ouverte aux Espagnols par un
                   Portugais aussi célèbre que Gama, Ferdinand
                   Magallanès ou Magellan.]

Cependant, pour ne rien omettre de ce qui peut intéresser la gloire
des Portugais, il faut dire un mot des deux siéges de Diu, qui
appartiennent à peu près à l'époque où nous nous sommes arrêtés, et de
la confédération des puissances de l'Inde, dissipée par le courage et
les talens d'Ataïde. Ce furent là les derniers triomphes des
Portugais.

Bandour, roi de Cambaye, ayant eu besoin des secours des Portugais
contre les Mogols de Delhy, leur avait enfin accordé la permission de
bâtir un fort à Diu. Dès qu'ils furent en possession du fort, ils
devinrent bientôt maîtres de la ville, qu'ils trouvèrent si bien
fortifiée, qu'ils n'eurent que très-peu de chose à y faire pour la
rendre un des plus fermes remparts de leur puissance. Bandour, fatigué
de leur joug appela les Turcs qui, se rendant de plus en plus
redoutables, venaient de conquérir l'Égypte et de mettre fin à la
domination des Mamelouks. Maîtres de l'Égypte, ils avaient un intérêt
direct à combattre les Portugais, qui ruinaient le commerce que le
Caire entretenait avec les Indes par l'isthme de Suez et le golfe
Arabique. En 1558, Soliman, pacha, partit de Suez avec une flotte de
soixante-seize bâtimens, et parcourut dans toute sa longueur ce golfe
dangereux et resserré, qui s'étend entre l'Égypte et l'Arabie, depuis
Suez jusqu'au détroit nommé en arabe _Babelmandel_, ou _Porte des
pleurs_; nom qui prouve l'idée terrible que l'on avait de cette mer
remplie d'écueils, de bas-fonds et de bancs de sable. Soliman s'empara
de la ville d'Aden, située à pointe de l'Arabie, et que l'on peut
appeler la clef de la mer Rouge. La navigation est si difficile dans
cette mer, qui n'a pas plus de cent lieues dans sa plus grande
largeur, qu'on ne peut faire voile la nuit qu'au milieu du golfe. Il
faut une attention continuelle pour suivre le canal propre à la
marche, et le pilote avertit, par des cris, du changement qu'il faut
faire à la manoeuvre. Il y a deux sortes de pilotes pour cette mer:
les uns accoutumés à la navigation du milieu, qui est la route pour
sortir du golfe; les autres accoutumés à conduire les vaisseaux qui
reviennent de l'Océan, et qui prennent entre les bancs de sable. On
les nomme _robans_, du mot arabe _roban_, qui signifie pilote. Ils
sont excellens nageurs. Dans plusieurs endroits où la mauvaise qualité
du fond ne permet pas de jeter l'ancre, ils plongent hardiment pour
fixer une galère entre les bancs.

Bientôt Diu se vit assiégé d'un côté par la flotte turque, et de
l'autre par l'armée du roi de Cambaye, que commandait Khoïa-Djaffar,
Maure de beaucoup de courage et d'esprit, qui, ayant servi chez les
Portugais, tournait contre eux les leçons qu'il en avait reçues. Le
siége fut poussé avec la dernière vigueur. Les Portugais, craignant
quelque trahison de la part des habitans de la ville, l'avaient
abandonnée, et s'étaient bornés à la défense du château et du fort.
Ils étaient en petit nombre, mais déterminés à mourir plutôt que de se
rendre; et Diégo Sylveïra, leur gouverneur, valait lui seul une armée.
Il joignait à la bravoure, qui était commune alors à tous les
Portugais, des vertus qui semblaient leur être étrangères, le
désintéressement et l'humanité. Les historiens conviennent qu'il fit
tout ce qu'il était possible de faire dans un temps où l'attaque et la
défense des places n'étaient pas à beaucoup près aussi perfectionnées
qu'aujourd'hui. La valeur et l'impétuosité servaient beaucoup plus que
l'adresse. Sorties continuelles qui troublaient les assiégeans et leur
coûtaient beaucoup de monde, diverses inventions pour brûler les
machines, que l'on joignait encore à l'artillerie, promptitude à
réparer les brèches et à former de nouveaux remparts, tout fut employé
par les assiégés pendant deux mois que dura le siége. Les Portugais se
signalèrent par quantité de ces actions étonnantes que l'on admire et
qu'on oublie, mais que les historiens conservent quelquefois comme des
témoignages de ce que peut l'homme quand le danger et le désespoir
lui donnent des forces que lui-même ne soupçonnait pas. Un Portugais,
nommé _Pentendo_, était sorti du combat avec une blessure. On y
mettait le premier appareil. Il entend le bruit d'une nouvelle
attaque; il s'arrache des mains des chirurgiens, revole à l'ennemi,
est encore blessé, revient se faire panser; mais entendant que
l'attaque recommence, il s'échappe de nouveau, et reçoit une troisième
blessure. Les femmes même se distinguèrent par leur intrépidité et
leur constance. Elles se chargeaient de tous les travaux que la
faiblesse de leur sexe leur permettait, afin de laisser aux hommes
plus de liberté pour combattre. Soliman, furieux d'une si longue et si
opiniâtre résistance, et alarmé d'ailleurs de l'arrivée prochaine
d'une flotte portugaise commandée par Norongna, résolut de tenter un
assaut général. On se battit sur les remparts pendant quatre heures.
Sylveïra était partout; il commandait, il combattait, il animait les
soldats par sa voix et par son exemple. Mais le gendre de Djaffar, qui
dirigeait l'assaut, ayant été tué, les Turcs se retirèrent, et le
lendemain Soliman mit à la voile. Il y a toute apparence que, s'il
avait su l'état où étaient les Portugais, il n'aurait pas levé le
siége. Il n'y avait plus ni poudre, ni balles, ni munitions. Les
lances et les épées étaient brisées et hors d'état de servir. Il ne
restait que quarante soldats qui pussent combattre. Les murs étaient
ouverts en mille endroits; et, dans cette déplorable extrémité, la
contenance du brave Sylveïra ne changea pas un moment.

Il paraît que le départ précipité de Soliman fut surtout l'effet de la
politique de Djaffar. Ce ministre de Cambaye était las de la tyrannie
et des violences des Turcs, qui avaient pillé la ville de Diu, et
affectaient de parler en maîtres. Il crut que le joug des Portugais
serait plus doux ou moins durable, et plus facile à secouer. Il fit
rendre au pacha une lettre qui l'avertissait que la flotte portugaise
serait le lendemain à la vue de Diu. Soliman, effrayé, se hâta de
retourner à Aden, et de là à Constantinople, où il ne put éviter la
disgrâce commune en cette cour aux généraux malheureux; il fut forcé
de se donner la mort.

Sylveïra fut rappelé en Portugal pour y recevoir des récompenses, qui
ne pouvaient jamais être proportionnées à ses services. Il avait sauvé
le boulevart des Portugais dans l'Inde. Il fut reçu comme un héros. Le
ministre de France demanda son portrait au nom du roi son maître. Il
fut nommé vice-roi des Indes. Mais le moment de la gloire précède de
bien peu celui de l'envie; elle attend à peine que le bruit des
acclamations soit cessé pour faire entendre les murmures. On tourna
contre Sylveïra ce qui devait, plus que tout le reste, confirmer le
choix qu'on faisait de lui. On lui fit un crime de sa bonté et de sa
douceur. Le poste de vice-roi est au-dessous de la bonté de Sylveïra,
dit-on malignement au roi; et Sylveïra fut révoqué. Un pouvoir dans
lequel la bonté était regardée comme une vertu dangereuse ne pouvait
pas être de longue durée. On voit par plus d'un exemple que cette
espèce de vertu était fort mal récompensée à Lisbonne. Le vaillant
Antoine de Galvam, qui avait vaincu huit rois indiens, et défendu et
affermi la domination portugaise aux Moluques, avait inspiré tant
d'attachement aux naturels du pays par son intégrité et sa modération,
qu'ils lui avaient offert la couronne. Il aima mieux revenir à
Lisbonne se mettre entre les mains de ses créanciers: car son zèle
pour le service de l'état lui avait fait contracter des dettes dans
ces mêmes places qui étaient pour d'autres une source de richesses. Il
mourut dans un hôpital, victime de son désintéressement et de la
fatalité déplorable qui semblait poursuivre tous les vainqueurs de
l'Inde.

Remarquons que cette offre des habitans des Moluques à Galvam prouve
ce que les historiens portugais avouent eux-mêmes, que, dans les pays
qui n'étaient pas soumis aux Maures, on aurait tout obtenu des Indiens
par la douceur et la bonne foi. Les Portugais aimèrent mieux pousser à
l'excès l'abus de la force et de la victoire. Le rapt, le viol, les
empoisonnemens, les assassinats, tout leur paraissait permis pour
satisfaire la soif de l'or et des voluptés. Mais ces mêmes excès ne
pouvaient manquer de leur devenir funestes. L'habitude des délices et
de la mollesse énerve les forces et le courage, et les crimes
avilissent l'âme. Bientôt la gloire et la patrie furent oubliées. On
avait toujours de la valeur; mais, dans des établissemens lointains et
entourés d'ennemis, l'attention à préparer les ressources et à ménager
les naturels du pays est encore plus importante que la valeur; et
c'est ce qui manqua aux Portugais. On ne songeait qu'à acquérir des
richesses: un trafic infâme, confondant les officiers et les soldats,
détruisit toute discipline.

Le second siége de Diu, qui arriva sept ans après le premier, en 1545,
fut beaucoup plus long, plus meurtrier, plus terrible, et non moins
fertile en belles actions. C'était l'intrépide Khoïa-Djaffar qui
commandait à ce siége, à la tête des troupes de Cambaye. Après avoir
éloigné les Turcs, il se flattait de chasser les Portugais. Il
pressait le siége avec furie, et le dirigeait avec habileté.
Mascarenhas, gouverneur de la place assiégée, avait sans cesse devant
les yeux l'exemple de Sylveïra, et acquit une gloire égale à la
sienne. Djaffar, donnant ses ordres au milieu d'une attaque, fut tué
d'un coup de canon, qui lui enleva la tête et la main droite sur
laquelle il était appuyé. Son fils Roumi-Khan, digne de succéder à son
père et de le venger, poursuivit le siége avec opiniâtreté. Les
assiégés furent réduits aux dernières horreurs de la disette. On se
disputait les corbeaux qui venaient dévorer les cadavres. Enfin les
Portugais, n'ayant plus que le désespoir pour défense, se portèrent en
foule sur la brèche, hommes et femmes mêlés ensemble, et armés de
même, résolus de mourir en combattant. Un prêtre était au milieu d'eux
le crucifix à la main. La nuit mit fin à cet effroyable assaut; et peu
de temps après le gouverneur don Juan de Castro arriva de Lisbonne à
la tête d'une flotte de quatre-vingt-dix voiles, qui, portant sur sa
route la terreur et le ravage, avait pillé Surate et Azoto. À peine
débarqué, il attaqua les Indiens dans leurs retranchemens, et remporta
une victoire complète. Roumi-Khan, qui s'était défendu jusqu'au
dernier soupir, fut trouvé parmi les morts. La ville de Diu fut
reprise, et le château rebâti. Tous les Portugais de l'Inde
célébrèrent avec transport la délivrance de Diu, où ils croyaient voir
leur sort attaché, et la gloire de son libérateur. On lui prépara dans
Goa, résidence ordinaire des gouverneurs de l'Inde, une entrée
triomphante, à peu près semblable à celle que faisaient autrefois dans
Rome les généraux victorieux. Les rues étaient tendues de riches
tapisseries. Le bruit des instrumens de musique se mêlait à celui des
foudres guerrières. La ville, le port et les vaisseaux étincelaient
d'illuminations. Le vainqueur entra sous un dais magnifique. À la
porte, on lui ôta son chapeau pour lui mettre une couronne de lauriers
sur la tête et une palme dans la main. Devant lui marchait le prêtre
Del Cazal, portant le même crucifix qu'il avait eu au combat, et
l'étendard royal à son côté. À sa suite venait Djezzar-Khan, l'un des
chefs ennemis. Six cents prisonniers couverts de chaînes et les yeux
baissés fermaient le cortége. Une multitude de chariots portaient le
canon et les armes enlevés à l'ennemi. Toutes les femmes de la ville,
à leurs fenêtres, jetaient des fleurs et des parfums sur le vainqueur.
La reine de Portugal, Catherine, disait que Castro avait vaincu comme
un chrétien, et triomphé comme un païen. Des récompenses
extraordinaires l'attendaient encore à Lisbonne. Le roi lui continuait
son gouvernement sous le titre de vice-royauté. Son fils était nommé
amiral des mers de l'orient. Mais cette singulière destinée, qui ne
voulait pas que les héros de l'Inde jouissent de leur bonheur et de
leur gloire, atteignit Castro au milieu de ces honneurs. Il succomba,
à l'âge de quarante-huit ans, à une maladie de langueur produite par
le chagrin que lui causait depuis long-temps la mauvaise
administration des affaires dans les établissemens portugais, et
l'inévitable décadence qu'il prévoyait au milieu de tant de
corruption. Ses exploits l'avaient mis au rang des héros, et le genre
seul de sa mort prouverait à quel point il était citoyen, quand toute
sa conduite n'en aurait pas été un continuel témoignage. C'était
vraiment un de ces hommes extraordinaires, dont la vie est un modèle
ou un reproche pour ceux qui occupent les grandes places. Il avait,
dans sa première jeunesse, suivi Charles-Quint dans l'expédition de
Tunis; mais il refusa les récompenses que lui offrit ce prince, ne
voulant en recevoir que de son roi. Ensuite, commandant un vaisseau
dans la flotte de Norongna qui devait secourir Diu lorsque les Turcs
l'assiégèrent, et qui pourtant ne le secourut pas, il avait vu, dans
les lenteurs préméditées de l'amiral qui faillirent perdre Diu, ce que
peut faire la basse jalousie et l'intérêt personnel, et il avait
présagé dès lors tous les malheurs qui arrivèrent bientôt aux
Portugais. Nommé commandant d'Ormuz avec mille ducats d'appointemens,
il accepta la pension parce qu'il était pauvre, et refusa le
commandement parce qu'il ne s'en croyait pas digne. Pour le devenir,
il se livra tout entier à l'étude, et tâcha d'acquérir les
connaissances mathématiques et géographiques nécessaires dans les
voyages de long cours et dans les commandemens maritimes. En 1540, il
suivit Étienne de Gama, frère du fameux Vasco, qui, voulant venger le
Portugal de l'invasion des Turcs dans l'île de Diu, entra dans la mer
Rouge avec le dessein d'aller brûler leur flotte à Suez. Gama fut
repoussé à Suez; mais il enrichit tous ses soldats du pillage de
Suaquem, l'une des places les plus importantes de la côte. Castro, qui
cherchait une autre espèce de butin, fit un journal exact de la
navigation de Gama depuis Goa jusqu'à Suez; et sa relation[14],
pleine d'observations nautiques sur les distances et les latitudes des
ports, des caps et des îles de la mer Rouge, sur les marées, les
courans, les écueils et les bancs de sable, est le monument le plus
utile et le plus curieux qui ait aidé les géographes à tracer la carte
de cette mer, qui depuis a été d'autant plus difficilement connue, que
les vaisseaux d'Europe qui viennent par l'Océan ne vont guère plus
loin que Moka.

                   [Note 14: Elle ne fut jamais publiée en portugais.
                   Le manuscrit fut trouvé dans un vaisseau de cette
                   nation pris par les Anglais. Le célèbre Walter
                   Raleigh l'acheta six livres sterling, le fit
                   traduire, et y mit des notes marginales. Purchas
                   l'inséra depuis dans son recueil.]

Castro, vice-roi des Indes, demanda en mourant qu'on l'assistât de
quelque partie des deniers royaux, afin qu'on ne pût pas dire qu'il
était mort de faim. En effet, on trouva dans ses coffres trois réaux
pour toutes richesses. Il jura, au lit de la mort, qu'il n'avait
jamais touché ni aux revenus du roi, ni à l'argent d'autrui; serment
qu'après lui aucun gouverneur ne fut tenté de faire. Son corps fut
porté à Lisbonne; mais ses exemples et sa renommée n'y arrivèrent que
pour être un dernier monument des vertus qu'on ne devait plus revoir.

Ce fut sous le règne de Sébastien que l'Inde fit un effort général
pour chasser les tyrans étrangers qui l'opprimaient. Le samorin et le
roi de Cambaye attaquèrent toutes les possessions du Malabar. Le roi
d'Achem mit le siége devant Malaca. Goa soutint un siége de six mois
contre Idal-Khan, celui-là même sur qui les Portugais l'avaient pris.
L'intérêt et la vengeance l'excitaient également à se ressaisir de son
bien; mais la belle défense d'Ataïde le força de lever le siége. Ce
vice-roi, le dernier des héros du Portugal, ne vit pas plus tôt
l'ennemi retiré, qu'il courut à Chaül combattre une armée de cent
mille hommes commandée par le roi de Cambaye. Ce prince et le samorin
de Calicut furent vaincus tous les deux, et l'Inde fut pacifiée. Mais
ce triomphe fut le dernier éclat d'une gloire expirante. Des ennemis
plus habiles et plus opiniâtres que les Indiens, dépouillèrent les
déprédateurs de ces belles contrées, et s'emparèrent de leurs
établissemens et de leur commerce. Les Anglais, réunis avec le grand
Schah-Abas, roi de Perse, assiégèrent Ormuz en 1622, et dans la suite
le ruinèrent de fond en comble. Les Hollandais s'emparèrent des
Moluques et de Ceylan; ils prirent Malaca; ils fondèrent Batavia dans
l'île de Java, que les Portugais furent forcés d'abandonner; ils
s'emparèrent de Cochin, de Cananor, de Cranganor, de Coulan, sur la
côte de Malabar, et de Négapatan sur celle de Coromandel. Enfin, vers
le milieu du dix-septième siècle, c'est-à-dire, environ cent vingt ans
après les premières conquêtes des Portugais, il ne leur restait dans
les Indes que Goa, et Méliapour, nommée par les Européens St.-Thomé;
et le comptoir de Macao, sur la rivière de Canton.

Le détail de ces révolutions et de ces conquêtes appartient à
l'histoire, et n'entre point dans notre plan. Nous avons jeté un coup
d'oeil rapide sur les exploits des Portugais dans l'Inde, parce qu'ils
sont nécessairement liés à leurs découvertes maritimes, et qu'il
semble que le même courage ait animé ces peuples lorsqu'ils bravaient
tous les dangers d'une mer inconnue, et lorsqu'ils défiaient des
multitudes d'Indiens. Le goût des aventures et des entreprises
extraordinaires, reste de ces moeurs de chevalerie qui avaient
long-temps régné dans l'Europe, paraît s'être joint alors à la soif de
l'or, qui, toute puissante qu'elle est, n'aurait pas suffi peut-être
pour engager et soutenir ces intrépides navigateurs dans ces courses
immenses qui sont sans contredit le plus bel effort de l'audace et de
la patience humaine. Elles sont moins étonnantes aujourd'hui que
l'expérience a diminué les dangers en augmentant les lumières, et que
les établissemens multipliés dans ces mers offrent des relâches et des
secours que n'avaient point les premiers vaisseaux qui ont couru sans
guides dans ces espaces inconnus. C'est ici surtout que les premiers
pas sont véritablement admirables et méritent une gloire unique.
L'antiquité n'a rien connu de si grand; mais elle a eu le talent de
relever de petites choses; et Vasco de Gama méritait mieux qu'Ulysse
d'être le héros d'une Odyssée. Camoëns n'était pas sans génie; mais il
fallait pour son sujet d'autres pinceaux que les siens. Il fallait ce
ton de grandeur et d'élévation naturel à Homère; et le mérite de
Camoëns est d'avoir égalé, dans quelques épisodes, l'imagination et
l'intérêt qui animent le style de Virgile. Le sujet de Camoëns est
encore à traiter, et le poëte qui le remplirait serait aussi supérieur
aux chantres de la Grèce et de Rome que le passage du cap des Tempêtes
et la conquête des Indes sont au-dessus des voyages d'Ulysse et
d'Énée.

Après avoir considéré l'époque mémorable où le Portugal ouvrit aux
nations d'Europe cette vaste route autour de l'Afrique pour pénétrer
dans les mers d'Asie, où l'on ne descendait auparavant que par la mer
Rouge, l'ordre que nous nous sommes prescrit dans cet ouvrage nous
arrête d'abord sur cette même Afrique, dont les Européens avaient déjà
fréquenté les côtes avant l'expédition de Gama, mais dont toute
l'étendue, depuis la hauteur des Canaries jusqu'au cap de Guardafui, à
l'entrée du golfe Arabique, n'a été bien connue que depuis le passage
du cap de Bonne-Espérance.



LIVRE SECOND.

VOYAGES D'AFRIQUE.



CHAPITRE PREMIER.

Premiers voyages des Anglais sur les côtes d'Afrique, dans les Indes
et dans la mer Rouge.


L'Afrique est une région immense, située en grande partie entre les
tropiques. Baignée de tous côtés par la mer, elle tient au continent
de l'Asie par une langue de terre de vingt lieues, nommée l'isthme de
Suez. Elle forme ainsi une grande presqu'île qui parcourt environ
soixante-dix degrés en longitude et un peu plus en latitude. Coupée
par l'équateur en deux parties inégales, elle s'étend au sud jusqu'au
35e. degré, et au nord jusqu'au 37e. L'intérieur du pays est peu
connu; il a toujours été difficile d'y pénétrer. Les sables brûlans,
les déserts arides, des peuplades sauvages et inhospitalières, des
chaînes de rochers qui traversent les fleuves et rendent la navigation
impraticable, les influences du climat, tous les obstacles réunis ont
découragé la curiosité et même l'avidité du voyageur et du
commerçant. Les côtes ont été fréquentées dans tous les temps, surtout
la côte orientale qui regarde l'Inde, et qui est voisine de la mer
Rouge, de ce golfe qui, par sa situation, semble fait pour rapprocher
l'Afrique et l'Asie, et qui a dû toujours être le centre d'un grand
commerce. C'est de la mer Rouge que partirent, sous le règne de Nécao,
les navigateurs phéniciens qui, au rapport d'Hérodote, firent en trois
ans le tour de l'Afrique, et, après avoir parcouru l'Océan, revinrent
en Égypte par le détroit de Gibraltar et la Méditerranée. Hannon et
Himilcon firent aussi le même circuit depuis Gades jusqu'au golfe
d'Arabie. Mais cette route, devenue depuis si facile et si commune
pour les Européens, était alors un effort rare et pénible pour les
peuples qui ne pouvaient que suivre les côtes. Toute la partie
occidentale d'Afrique, depuis Gibraltar jusqu'au cap de
Bonne-Espérance, n'a été bien connue que depuis que les Portugais
eurent doublé ce cap en allant aux Indes par mer.

Cependant plusieurs voyageurs, entre autres, Villault de Bellefond et
Labat, prouvent, par les monumens qui subsistent encore en Afrique,
que dès le milieu du quatorzième siècle, c'est-à-dire, plus de cent
ans avant les premières découvertes des Portugais, des marchands
français de Dieppe, en suivant les côtes depuis Gibraltar, allèrent au
Sénégal et jusqu'en Guinée, et formèrent des établissemens sur la
côte de la Malaguette, d'où ils rapportaient du poivre et de l'ivoire.
On donne pour preuves de ces voyages les noms français qui se sont
conservés dans ces contrées, où des baies s'appellent encore baies de
France; où deux cantons sont encore nommés, l'un le petit Dieppe,
l'autre le petit Paris. On ajoute que les tambours nègres battent
encore une marche française. On avance enfin que le célèbre château de
la Mina ne fut bâti par les Portugais que sur les ruines d'un ancien
établissement français qui avait été abandonné pendant les guerres
civiles, ainsi que d'autres possessions à Cormantin et à Commendo;
mais il est difficile de croire qu'il soit resté si peu de traces
d'une si grande puissance. Ce qui paraît prouvé, c'est qu'en effet les
Normands, que leur situation a toujours portés au commerce de mer, ont
long-temps fréquenté les côtes d'Afrique, où ils eurent même quelques
comptoirs, qu'après la mort de Charles VI nos guerres civiles firent
abandonner. Il est du moins certain que, lorsque les Anglais, les
premiers après les Portugais, firent quelques entreprises de commerce
sur les côtes de Guinée, les Français paraissaient avoir oublié cette
route, et ne s'y montrèrent que quelque temps après.

La jalousie du commerce est si injuste et si exclusive, et la marine
portugaise avait tant d'ascendant, que les courses des navigateurs
anglais au delà du détroit de Gibraltar furent arrêtées pendant près
d'un siècle par les défenses de leur cour, qui, par respect pour la
donation du pape, ou par considération pour le Portugal, ne permettait
pas que les pavillons d'Angleterre s'avançassent au delà de Gibraltar.

Thomas Windham fut le premier qui, l'an 1551, fit un voyage à Maroc
sur un vaisseau qui lui appartenait, nommé _le Lion_. Deux ans après,
accompagné d'un gentilhomme portugais appelé Pintéado, qui, disgracié
dans sa patrie, s'était retiré en Angleterre, il parcourut les côtes
de Guinée, et pénétra jusqu'à Benin sous l'équateur. Le voisinage du
fort de la Mina sur la côte d'Or n'empêcha pas les Anglais d'échanger
des marchandises de peu de valeur contre cent cinquante livres d'or.
Ils furent très-bien reçus à Benin. Ils eurent même une audience du
roi, qui leur parla en portugais, la seule langue d'Europe qui fût
connue alors dans ces contrées. Ils eurent permission de séjourner un
mois à Benin pour faire leur cargaison de poivre de Guinée ou
maniguette[15] ou malaguette. Ce fut ce séjour qui les perdit. Les
influences du climat, devenues plus dangereuses par l'intempérance et
par l'usage excessif des fruits et du vin de palmier, firent périr en
peu de jours la plus grande partie de l'équipage. Windham fut emporté
le premier. À l'égard de Pintéado, qui, connaissant le climat,
s'était conduit avec plus de sagesse, il mourut d'un autre poison plus
cruel et non moins funeste. Le chagrin qu'il conçut des indignes
traitemens qu'il eut à essuyer de l'ingratitude, de la dureté de
Windham et de ses compagnons, le firent mourir dans la langueur et
dans l'amertume.

                   [Note 15: Graine du canang aromatique. On la nomme
                   aussi _graine de paradis_.]

L'année suivante, une petite flotte anglaise, composée de trois
vaisseaux et de deux pinasses, partit de la Tamise, et ayant mis sept
semaines pour arriver en Guinée, employa cinq mois pour le retour. On
met moins de temps aujourd'hui pour revenir des Indes. Mais le vent,
qui était continuellement à l'est, surtout vers le cap Vert, leur
était absolument contraire. Les gains de ce nouveau voyage furent
considérables. On rapporta au port de Londres plus de quatre cents
livres d'or, trente-six barils de maniguette, et deux cent cinquante
dents d'éléphans.

Le capitaine Towtson, encouragé par la vue de ces richesses, fit en
Guinée trois voyages consécutifs qui furent très-utiles aux Anglais.
Ses observations nautiques, meilleures que celles qu'on avait faites
jusqu'alors, rendirent cette route familière à ses compatriotes, que
les dangers de la traversée et la puissance des Portugais en Afrique
intimidaient encore. Il eut audience du roi nègre d'un petit canton
près du cap de Très Puntas, où était établi un capitaine portugais
nommé D. Jean. Ce D. Jean avait donné son nom à la petite ville
d'Ekke-Teki, composée de vingt ou vingt-cinq maisons, et qu'il
dominait d'un fort défendu par soixante hommes; ce qui, avec
l'avantage des armes et de la situation, lui suffisait pour tyranniser
tout le pays. Il tendit des piéges aux Anglais, et troubla leur
commerce avec les Nègres; ce qui n'empêcha pas que ce commerce ne fût
assez avantageux pour engager Towtson à revenir dans le pays dès
l'année suivante. Il rencontra près de la rivière dos Cestos trois
vaisseaux français. La crainte d'un ennemi commun réunit les deux
nations contre les Portugais, et cette réunion leur inspira assez de
confiance pour aller insulter la flotte portugaise qui était dans le
port de la Mina, forte de cinq vaisseaux et de quelques pinasses. On
se canonna de part et d'autre sans avantage décidé. Mais les Anglais
et les Français tirèrent ce fruit de leur hardiesse, qu'on les laissa
croiser librement sur ces côtes l'espace d'un mois. Towtson se sépara
des Français qui retournaient dans leur patrie. Pour lui, il prit le
parti de descendre à la côte d'Or avec d'autant plus de confiance
qu'il ramenait avec lui quelques Nègres qu'il avait enlevés à son
premier voyage, et qui, ayant été bien traités des Anglais, n'en
pouvaient donner qu'une idée favorable à leurs compatriotes, et
devaient par conséquent rendre le commerce plus facile et plus
avantageux. Les Nègres pleurèrent de joie en revoyant leurs frères
qu'ils croyaient perdus. Ceux-ci leur vantaient la puissance, la
bonté, la supériorité de la nation anglaise; et les Nègres du pays,
qui n'étaient pas si bien traités par les Portugais, commencèrent à
regarder ces nouveaux hôtes comme des libérateurs. Ils leur
apportèrent tout l'or qu'ils purent trouver dans leur contrée, qu'on
croit être, suivant la description qu'en fait Towtson, le petit
Commendo, à peu de distance de la Mina.

Le dernier voyage de Towtson fut le plus malheureux. Il s'embarqua
avec trois vaisseaux et une pinasse. Il fut d'abord maltraité dans sa
route par les flottes d'Espagne et de Portugal, qu'il rencontra
successivement à la vue des côtes de Barbarie. Les maladies ravagèrent
son équipage. Arrivé à Ekke-Teki, il fut très-mal reçu des Nègres.
Cette nation, naturellement inconstante, tantôt ennemie, tantôt
admiratrice de ses tyrans, subjuguée tantôt par la force, tantôt par
la superstition, était portée à croire que rien ne pouvait triompher
des Portugais, qu'elle voyait établis depuis long-temps dans des pays
où les autres nations d'Europe osaient à peine aborder. Les Nègres
d'Ekke-Teki, prévenus par les Portugais, s'enfuirent tous à la vue des
Anglais. Towtson prit le parti de visiter la ville ou habitation
nommée _Cormantin_; car il ne faut pas que ce nom de ville, souvent
employé dans les relations, nous rappelle rien de ressemblant à nos
villes d'Europe. Les Nègres de Cormantin, qui habitaient dans les
montagnes, ménageaient moins les Portugais. Ils apprirent aux Anglais
que la plus grande partie de la poudre d'or dont on trafiquait sur la
côte venait de plusieurs ruisseaux qui serpentaient dans des déserts
entre des montagnes. Towtson ne craignit pas de s'y engager sous la
conduite de quelques Nègres. Il entra dans des vallées fort étroites,
ou plutôt dans de longues ravines, où souvent il fallait marcher dans
l'eau faute de rives. Après avoir fait cinq ou six lieues sans rien
découvrir qui ressemblât à de l'or, il vint à un endroit plus ouvert
où le ruisseau se perdait dans des sables. L'eau, chargée de petites
particules d'or, les déposait en pénétrant dans ces sables humides.
Towtson les remua long-temps sans rien apercevoir. Les Nègres, plus
exercés que lui à ce travail, lui firent découvrir un assez grand
nombre de paillettes, dont il recueillit près de deux onces d'or.
Animé par ce succès, il voulut passer la nuit au même endroit, malgré
le danger où il était d'être assailli par les bêtes féroces et par les
monstres, hôtes naturels de ces déserts, qu'ils cèdent pendant le jour
à l'homme qui vient chercher de l'or, mais dont ils se ressaisissent
dès que la nuit les en laisse seuls maîtres. Il employa encore au même
travail une partie du jour suivant. Mais ses gens, qui trouvaient
beaucoup plus court et plus commode de recevoir l'or sans peine et
sans danger des mains des Nègres commerçans, l'arrachèrent malgré lui
à ce pénible exercice. Il alla avec eux brûler l'habitation nègre de
Schamma, l'une des dépendances des Portugais, et ce fut le premier
acte de destruction de la part des Anglais dans ce commerce d'Afrique,
qui n'a guère été depuis, tant du côté des Nègres que de celui des
Européens, qu'un trafic de violences et de brigandages, où l'on vend
ce qui n'appartient ni à l'acheteur ni au vendeur, la liberté de
l'homme.

Towtson arriva à l'île de Wight dans un état déplorable: il ne
ramenait qu'un seul vaisseau, dont l'équipage pouvait à peine suffire
à la manoeuvre; il en avait abandonné un qu'il n'était plus possible
de conserver, et le troisième avait été obligé de relâcher au cap
Finistère.

On omet quelques voyages particuliers qui ne produisirent rien
d'important; et qui ne contiennent que ces espèces d'aventures qui
semblent romanesques, parce que l'imagination de quelques écrivains
s'est amusée à en retracer de semblables, mais qui souvent ne sont
malheureusement que trop réelles, et passent même les fictions
inventées pour l'amusement des lecteurs. Tel est, par exemple, le
voyage de l'Anglais Baker, qui, ayant quitté son vaisseau pour entrer
dans une chaloupe avec huit de ses compagnons pour reconnaître le
pays, fut jeté par un coup de vent sur une côte déserte où il échoua,
et se vit long-temps dans la plus horrible situation, pressé par le
besoin et par la crainte des bêtes féroces et des Portugais, ennemis
beaucoup plus féroces. Réduit à implorer leur pitié et à leur demander
du pain, il fut reçu à coups de fusil; tant les intérêts de l'avarice
semblaient éteindre toute humanité, lorsqu'une fois on était au delà
du tropique! Les Nègres furent plus humains: ils sauvèrent la vie à
Baker et aux siens. Un vaisseau français les ayant amenés en France,
ils furent traités comme des prisonniers de guerre, et obligés de
payer leur rançon.

George Fenner visita les îles du cap Vert en 1556.

Thomas Stéphens, animé par le désir d'être utile à sa patrie, voulut
connaître la route des Indes orientales. Il ne pouvait prendre de
meilleurs guides que les Portugais. Il s'embarqua sur une flotte de
cette nation qui allait à Goa, et qui souffrit beaucoup dans la route.
Le récit qu'il fit, à son retour, des richesses et de la puissance des
Portugais dans l'Inde, ouvrit les yeux d'une nation active et
entreprenante, faite par sa situation pour devoir sa grandeur à son
commerce, et qui chercha dès lors les moyens d'entrer en partage de
ces richesses lointaines, dont les Portugais voulaient fermer la
source aux autres nations d'Europe et d'Asie. Le ressentiment se
joignait encore à l'ambition. Les négocians anglais se plaignirent
avec raison des outrages qu'ils avaient essuyés dans leurs voyages en
Guinée, de la part des sujets du Portugal, dans le temps même que
l'Angleterre était en paix avec cette couronne. La reine Élisabeth,
sensible à l'honneur de sa nation, concevant d'ailleurs tous les
avantages du commerce d'Afrique, et la nécessité d'y avoir quelques
établissemens avant de pénétrer dans l'Inde, donna, vers la fin du
seizième siècle, des lettres patentes à quelques marchands, portant
permission de faire le commerce sur les côtes de Barbarie et sur
celles de Guinée, entre le Sénégal et la Gambie. Cette association
prit le nom de compagnie d'Afrique, et bientôt son district fut reculé
jusqu'à Sierra Leone. Mais, avant l'établissement de cette compagnie,
François Drake, célèbre par son voyage autour du globe en 1580, avait
déjà vengé l'honneur du pavillon anglais: il avait pris ou brûlé
trente vaisseaux espagnols dans le port de Cadix, et insulté le port
de Lisbonne, dans le temps même que Philippe II, maître du Portugal,
réunissait les deux Indes sous sa domination. C'est vers cette même
époque que les navigateurs anglais, cherchant un passage par le nord
pour aller en Amérique et aux Indes, s'illustrèrent par leurs
périlleuses découvertes dans les mers boréales, tandis que d'un autre
côté leur commerce s'étendait vers le cap de Bonne-Espérance. C'est
ainsi que, pénétrant à la fois vers les deux pôles, et reconnaissant
des terres nouvelles au nord et au sud, ils s'élevèrent par degrés au
rang des premiers navigateurs et de la première puissance maritime de
l'univers.

Nous parlerons séparément de ces grandes courses autour du monde, dont
plusieurs autres nations d'Europe ont partagé l'honneur. Nous nous
bornons en ce moment à résumer en peu de mots les progrès de
l'Angleterre sur les côtes d'Afrique. Les Açores, qui se rencontrent
d'abord sur cette route, furent plusieurs fois l'objet de leurs
tentatives et en proie à leurs incursions. C'est là que, s'accoutumant
à mesurer leurs forces avec les flottes d'Espagne et de Portugal, dont
la réputation imposait alors à toute l'Europe, ils se persuadèrent
plus aisément qu'on pouvait les attaquer avec succès dans leurs
possessions d'Afrique et des Indes. Dès l'an 1600, les Anglais eurent
une compagnie des Indes, comme ils en avaient une d'Afrique. Les
capitaines Raymond et Lancaster furent les premiers qui passèrent le
cap de Bonne-Espérance sur des vaisseaux anglais. Ils entrèrent dans
l'Océan indien, et prirent des vaisseaux portugais à la vue de Malaca.
Ils passèrent devant l'île de Sumatra, et, s'étant rafraîchis aux îles
de Nicobar, ils vinrent mouiller devant Ceylan. Lancaster, plein de
courage et d'ambition, voulait y attendre les vaisseaux du Bengale et
du Pégou, qui deux fois l'année apportaient à Ceylan des diamans, des
perles et d'autres marchandises pour les vaisseaux portugais qui,
partant de Cochin pour Lisbonne, venaient relâcher à Ceylan: il
espérait enlever quelqu'un de ces navires et s'enrichir de ses
dépouilles; mais la perte de ses principales ancres et le mauvais
état de sa santé répandirent dans tout l'équipage un découragement
général, et le désir de retourner en Europe fut plus fort que
l'avidité du butin. Lancaster, obligé de repartir, passa par les
Maldives, où il s'arrêta quelque temps: il aurait voulu, dans sa
route, toucher aux côtes du Brésil, pour joindre à la gloire d'avoir
parcouru les mers de l'Orient celle d'avoir visité le nouveau
continent occidental; mais tous ses gens s'obstinèrent à retourner
directement en Angleterre. Les vents contraires et les calmes
rendirent leur route si difficile et si longue, que, craignant de
manquer de vivres, ils prirent le parti de relâcher dans l'île de la
Trinité; mais le peu de connaissance qu'ils avaient de ces mers, où
ils voguaient pour la première fois, les égara long-temps. Ils furent
jetés dans l'Archipel américain, où ils errèrent au hasard entre
Saint-Domingue, Cuba, les Bermudes. Lancaster vit cette Amérique qu'il
avait tant souhaité de voir; mais il ne dut pas s'en applaudir. Une
partie de son équipage, rebutée de tant de courses, et s'en prenant à
lui de l'état misérable où l'on était réduit, l'abandonna dans la
petite île de Mona, où il venait de relâcher pour la seconde fois. Le
vaisseau mit à la voile et partit sans lui. Des armateurs de Dieppe le
recueillirent et le ramenèrent en Angleterre.

On ne peut regarder comme un voyage l'expédition de Raleigh, de
Burrough et de Frobisher, qui, avec deux vaisseaux de guerre et
treize vaisseaux marchands, se proposaient de pénétrer jusqu'aux
Indes, et n'allèrent guère au delà des Açores; mais elle est
remarquable par la prise de deux de ces gros vaisseaux portugais
nommés _caraques_, les bâtimens les plus considérables que l'on connût
alors, et dont le nom seul inspirait la terreur. Les Anglais en
prirent deux, _la Santa-Cruz_ et _la Madre de Dios_, qui revenaient
des Indes, toutes deux richement chargées, et dont la cargaison fut
estimée deux cent mille livres sterling. Cette prise fut
singulièrement utile aux Anglais, en ce qu'ils trouvèrent dans les
papiers des Portugais de grandes lumières sur la navigation et le
commerce des Indes. D'ailleurs la supériorité naissante de la marine
anglaise commençait à se faire sentir. L'esprit de piraterie et le
désir de s'ouvrir la route des Indes armaient en pleine paix des
corsaires anglais qui s'enrichissaient des dépouilles de l'Espagne et
du Portugal. Un comte de Cumberland ne dédaigna pas ce nom de
_corsaire_: tant la gloire de combattre les tyrans des deux mondes et
d'affaiblir leur marine semblait alors ennoblir tout! Il brûla une
caraque nommée _las Cinque Plagas_ ou _les Cinq Plaies_. Un autre
capitaine, nommé White, avait pris, quelque temps auparavant, deux
bâtimens espagnols chargés de plus de deux millions de chapelets, et
d'une quantité prodigieuse de médailles, de bréviaires, de missels et
d'agnus. Il y en avait de quoi fournir toutes les possessions
espagnoles du Nouveau-Monde.

Enfin, lorsque l'Anglais Davis eut fait le voyage des Indes sur une
flotte hollandaise, et eut procuré à sa nation des connaissances plus
exactes et plus étendues qu'elle n'en avait eu jusqu'alors sur cette
traversée si périlleuse et si lointaine, il se forma en Angleterre une
nouvelle compagnie des Indes sous la protection de la reine Élisabeth,
et avec un fonds de soixante-dix mille livres sterling. Le capitaine
Lancaster, celui qui, le premier, avait pénétré dans la mer de l'Inde,
et dont le retour avait été si malheureux, fut créé amiral de la
première flotte équipée par cette compagnie, et Davis en fut le
pilote. L'amiral était un homme sage et humain, et ses infortunes
n'avaient fait que fortifier en lui ses qualités naturelles: car le
malheur doit ajouter à la sensibilité autant qu'à l'expérience. Il ne
fut pas long-temps sans avoir besoin de l'un et de l'autre. Il vit
tous les gens de sa flotte accablés de maladies qui ne manquent pas de
se faire sentir lorsqu'on est arrêté trop long-temps près de la ligne.
Le scorbut faisait des ravages affreux, et les vents contraires et les
calmes empêchaient la flotte de gagner la baie de Saldagna, relâche
ordinaire dans cette route, et le seul lieu de rafraîchissement où les
Anglais pussent arriver. Ils dûrent leur salut aux soins paternels et
à la vigilance de l'amiral. De quatre vaisseaux qui composaient sa
flotte, le sien seul était encore en état de faire la manoeuvre. On
prétend que la précaution qu'il avait prise de faire boire à ses
matelots du jus de limon, et de leur interdire toute nourriture
jusqu'à midi, les garantit du scorbut, et l'on croit même que cette
maladie ferait peu de progrès sur les vaisseaux, si les matelots
pouvaient se réduire au biscuit et s'abstenir de viandes salées. Quoi
qu'il en soit la flotte, après s'être rafraîchie successivement à
Saldagna, dans la baie d'Antongil sur la côte de Madagascar, et aux
îles de Nicobar, vint débarquer à Sumatra. Lancaster était chargé
d'une lettre du roi d'Angleterre pour le roi d'Achem. Il en fut
très-bien reçu, et conclut un traité de commerce d'autant plus
facilement, que le prince indien, tyrannisé par les Espagnols et les
Portugais, était intéressé à leur opposer une puissance rivale qui pût
balancer la leur et l'en affranchir avec le temps. D'Achem on alla
dans l'île de Java former une cargaison de poivre. On y trouva les
mêmes facilités dans le jeune roi de Bantam. Mais les Hollandais y
étaient déjà établis. Cette nation, qui n'avait passé le cap que
quarante ans après les Anglais, avait tourné d'abord dans les Indes,
et ne s'occupait pas encore de l'Afrique, où elle a eu depuis de
grands établissemens. Elle suscita mille obstacles aux Anglais à
Bantam, et faillit plusieurs fois de ruiner les magasins qu'on leur
avait permis d'élever. Cependant ils vinrent à bout de compléter la
charge de leurs vaisseaux, et, prêts à partir pour l'Europe, ils
laissèrent des comptoirs et des facteurs dans Java et dans Sumatra.
Lancaster rapportait une lettre du roi d'Achem à la reine Élisabeth.
Il consent par cette lettre à s'unir avec Élisabeth contre leur ennemi
commun le roi d'Espagne, qu'il appelle Sultan d'Afrangiah, ou monarque
de l'Europe; ce qui prouve quelle idée l'on avait en Orient de la
puissance de ce prince. «En quelque lieu que nous puissions le
rencontrer, dit le roi d'Achem, nous lui ôterons la vie par un
supplice public.» Si Philippe II, qui ne riait guère, avait vu cette
lettre, il aurait pu rire de l'arrêt que prononçait contre lui un
petit roi de l'Inde que le moindre capitaine espagnol faisait
trembler.

Quelque temps après, Middleton fit un voyage aux Moluques, dont les
Hollandais et les Portugais se disputaient la possession. Les Anglais,
avec des forces inférieures, parvinrent, non sans beaucoup de peine, à
se maintenir dans l'égalité, et à se procurer une grande quantité de
poivre et d'épices, avantages qu'ils dûrent surtout à leur conduite
sage et modérée, qui les fit aimer des habitans autant que leurs
concurrens en étaient haïs ou méprisés. Un proverbe indien disait:
«Les Anglais sont bons, et les Hollandais ne valent rien.» Edmond
Scot, facteur de Lancaster, a écrit quelques détails sur les moeurs
des habitans de Java et des Chinois, mêlés en grand nombre avec les
naturels de l'île; mais cette description appartient à l'histoire des
voyages et des établissemens d'Asie. Ici nous ne faisons que suivre
les premiers pas des Européens dans ces contrées.

Parmi ces relations, dont nous ne donnons qu'une esquisse succincte,
parce qu'on n'y trouve point ce qui rend les voyages intéressans, le
tableau de la nature et des hommes, il y en a une cependant si
remarquable par de grands désastres et de grandes actions de courage,
que nous ne croyons pas pouvoir l'omettre sans dérober quelque chose à
la curiosité des lecteurs sensibles. C'est celle du Hollandais
Linschoten. Il servait sur une flotte espagnole et portugaise qui
était partie de Goa en 1589, et qui, en arrivant à la vue des Açores,
y trouva un ordre de Philippe II de rester à l'ancre dans le port de
Tercère, la plus forte de ces îles et la seule qui soit hors
d'insulte. Cet ordre était l'effet de la crainte qu'inspiraient les
Anglais. Leurs vaisseaux, croisant dans ces parages, attendaient le
retour des flottes d'Espagne et de Portugal, qui, revenant des Indes
plus chargées de richesses qu'elles n'en pouvaient défendre,
devenaient souvent la proie d'un ennemi qu'elles avaient d'abord
méprisé. L'ardeur des Anglais augmentant avec le gain, et leur courage
se fortifiant de l'antipathie qui a toujours régné entre eux et les
Espagnols, ces prises devinrent plus fréquentes, et il semblait que
l'Espagne n'allât chercher si loin des trésors que pour enrichir les
Anglais. Cette époque d'ailleurs, la fin du seizième siècle, est celle
des disgrâces et de la décadence de l'Espagne qui, par une fatalité
singulière, mais très-explicable en politique et en philosophie,
perdit sa puissance et son crédit en Europe au moment où elle venait
d'acquérir le Nouveau-Monde, et où les plus riches contrées de
l'ancien, les Indes, passaient sous sa domination, par la réunion du
Portugal à la monarchie espagnole. Les forces naissantes de la marine
anglaise contribuèrent beaucoup à l'abaissement de cette vaste
monarchie; et les historiens anglais regardent l'expédition de
l'amiral Howard aux îles Açores, et le combat, quoique malheureux, du
chevalier Richard Greenwill, l'un des capitaines de sa flotte, comme
un des événemens qui encouragèrent le plus les desseins de
l'Angleterre sur les Indes, en lui faisant voir combien elle pouvait
se rendre redoutable à ces mêmes ennemis dont elle avait craint
l'ascendant.

Philippe II avait fait armer une puissante flotte pour protéger le
retour des vaisseaux de l'Inde et réprimer les courses des Anglais. À
la vue de cette flotte nombreuse, l'amiral Howard, qui avait mouillé
aux Açores avec six vaisseaux, se sentant trop inférieur en forces,
prit le parti de s'éloigner à toutes voiles. Mais Greenwill, qui avait
une partie de son équipage dans l'île de Flores, perdit un temps
précieux à le faire rentrer dans son vaisseau. Déjà trop éloigné des
siens pour espérer de les rejoindre avant d'être atteint par l'ennemi,
on le pressa pourtant de couper son grand mât et de s'abandonner à la
mer avec toutes ses voiles. Cette ressource pouvait encore lui
réussir; mais il la crut honteuse; et, déclarant qu'il aimait mieux
périr que de se déshonorer par une fuite ouverte, il s'efforça de
persuader à ses compagnons qu'il n'était pas impossible de s'ouvrir un
passage au travers des ennemis. Cette résolution prévalut en un moment
dans tout l'équipage, tant l'exemple d'un seul homme a quelquefois de
pouvoir sur les autres! Les malades même (il y en avait
quatre-vingt-dix sur son bord) oublièrent leurs infirmités pour se
prêter à cette audacieuse entreprise. On traversa effectivement
plusieurs vaisseaux dans un espace si étroit, que la crainte de se
nuire les uns aux autres ne leur permit pas de se servir de leur
canon. Mais _le Saint-Philippe_, vaisseau d'une grandeur démesurée,
ayant le vent pour s'approcher, couvrit tellement celui des Anglais,
que toutes leurs voiles demeurèrent tout d'un coup sans mouvement,
comme dans le calme le plus profond. Cette prodigieuse masse, qui
n'était pas de moins de quinze cents tonneaux, devint un obstacle
insurmontable, et quatre autres vaisseaux espagnols s'étant avancés
dans le même moment, Greenwill se trouva serré de si près, que son
gouvernail même ne pouvait plus recevoir de mouvement. Dans cette
situation, qui ne lui permettait pas d'éviter l'abordage, il déclara
que son dessein était de se défendre jusqu'au dernier soupir. Les
siens, partageant sa résolution, lui promirent tous de mourir les
armes à la main. On vit commencer cet étrange combat d'un vaisseau
contre une flotte. Les Espagnols du _Saint-Philippe_ s'avancèrent
d'abord avec peu de précaution, et moins préparés au combat qu'au
pillage; mais ils reconnurent bientôt ce qu'ils avaient à craindre du
désespoir. L'action dura quinze heures, avec un carnage si effroyable,
qu'ils furent obligés de faire venir de leurs autres vaisseaux un
renfort de soldats pour remplacer leurs morts et leurs blessés.
D'environ deux cents hommes sains ou malades, les Anglais en perdirent
cent quarante, et quoique la poudre fût presque épuisée, les armes en
pièces, le vaisseau presque abîmé, le reste, couvert de sang et de
blessures, rejetait encore toute ombre de composition, lorsque
Greenwill fut blessé à la tête d'un coup de mousquet. Ce n'était pas
le premier coup qu'il eût reçu: mais celui-ci le mettant hors de
combat, il proposa aussitôt d'employer le peu de poudre qui lui
restait à se faire sauter, ou d'élargir assez les ouvertures du
vaisseau pour le faire couler à fond. Une partie de ses compagnons
applaudirent à ce dessein; d'autres lui représentèrent qu'il ne
pouvait sacrifier inutilement sa vie et celle du petit nombre de
braves gens qui lui restaient sans offenser le ciel et sans faire tort
à la patrie. Le capitaine et le pilote embrassèrent ce sentiment. Ils
lui firent espérer que les Espagnols ne seraient pas insensibles à la
valeur, et qu'après avoir connu si parfaitement la sienne, ils le
traiteraient moins en prisonnier qu'en héros. À l'égard du serment
qu'il avait fait de ne point souffrir, tant qu'il lui resterait une
goutte de sang, que son vaisseau pût être employé au service des
ennemis de l'Angleterre, ils lui firent considérer que, dans l'état où
ce bâtiment était réduit, il ne fallait plus craindre qu'il servît à
personne. Greenwill parut sourd à toutes ces raisons. Il demandait à
ceux qui voulaient ménager sa vie s'il ne valait pas mieux la perdre
glorieusement que de la passer à la rame ou dans les horreurs d'un
cachot. Mais pendant ce débat le pilote se fit conduire vers Alphonse
Bacan, amiral de la flotte espagnole. Il lui déclara que, dans le
désespoir où les Anglais étaient réduits, il ne fallait pas s'attendre
à leur faire abandonner les armes sans une composition honorable; et
protestant qu'ils n'attendaient que son retour pour se faire sauter
avec leur vaisseau, il demanda deux articles qui lui furent accordés,
l'un, qu'ils seraient exempts de toutes sortes de violences, et même
d'emprisonnement; l'autre, que l'on conviendrait d'une rançon
raisonnable, pour laquelle on se contenterait de la parole de
Greenwill et des autres officiers anglais. Au surplus, les traitemens
que ce brave capitaine redoutait de la part des Espagnols prouvent
quelle opinion l'on avait de cette nation, et des cruautés qu'elle
exerçait contre des ennemis qui, s'appelant hérétiques, à ses yeux
n'étaient plus des hommes. Mais l'amiral, en cette occasion, ne
pouvait se dispenser d'accorder ce qu'on demandait. Les Anglais au
désespoir, en faisant sauter leur vaisseau, auraient mis sa flotte en
danger. Le pilote ayant rapporté sa réponse, on eut besoin de beaucoup
d'efforts pour la faire goûter à Greenwill, qui s'obstinait à mourir.
Le maître canonnier, plus opiniâtre encore, voulut se tuer d'un coup
d'épée, et ce ne fut pas sans peine qu'on le détourna de cette
résolution furieuse. Les exemples de ce courage désespéré sont
fréquens sur mer. Il semble que cet élément, qui familiarise l'homme
avec les dangers extrêmes et avec le mépris de la vie, et qui le remet
souvent dans l'état d'égalité et de liberté primitive, ajoute à son
caractère et à ses passions un degré d'énergie qu'il n'a pas ailleurs.

Les Anglais se hâtèrent de passer sur les vaisseaux espagnols, dans la
crainte que, la fureur de Greenwill se réveillant tout d'un coup, il
ne se trouvât quelqu'un qui le servît trop bien en mettant le feu aux
poudres. Enfin Bacan chargea quelques-uns de ses officiers d'aller
prendre le capitaine anglais, qui n'était plus en état de se
transporter sans secours. Les respects avec lesquels cet ordre fut
exécuté semblèrent faire quelque impression sur son coeur. Cependant,
en acceptant les services de ceux qui s'offrirent à le soutenir, il
leur dit amèrement qu'ils pouvaient emporter son corps, dont il ne
faisait aucun cas. Les Espagnols eurent soin de nettoyer le vaisseau,
qui était souillé de sang et couvert de cadavres. Cette vue fit
pousser un soupir à Greenwill, comme s'il eût envié le sort de ceux
qui n'avaient point à supporter la fierté des vainqueurs. En sortant
du vaisseau, il s'évanouit un moment, et, revenant à lui, il implora
la protection du ciel. Il paraissait se défier toujours des Espagnols;
mais l'accueil qu'il en reçut le rassura. Ils le comblèrent d'éloges,
et tous les soins lui furent prodigués. Cependant Linschoten prétend
que Bacan ne voulut jamais le voir. Croyait-il faire trop d'honneur à
un prisonnier anglais? ou bien avait-il honte d'avoir eu tant de peine
à le vaincre?

Greenwill mourut de ses blessures. Son vaisseau, qui se nommait _la
Vengeance_, fut radoubé par les Espagnols; mais il était destiné à
périr. La flotte d'Espagne était demeurée sur ses ancres à Corvo, pour
donner le temps à quantité d'autres vaisseaux espagnols et portugais
de se rassembler autour d'elle. En y comprenant les vaisseaux de
l'Inde, elle se trouva à la fin composée de cent quarante bâtimens.
Mais, lorsqu'elle se disposait à mettre à la voile, il s'éleva une
tempête si furieuse, que les habitans des îles ne se souvenaient point
d'en avoir vu jamais de semblable. Quoique leurs montagnes soient
d'une étonnante hauteur, la mer lança ses flots jusqu'au sommet, et
quantité de poissons y demeurèrent. Ce terrible orage dura sept ou
huit jours, sans un moment d'interruption. Sur les seules côtes de
Tercère il périt douze vaisseaux. Linschoten, témoin oculaire, raconte
que l'on fut occupé pendant trois semaines à pêcher les cadavres que
les flots portaient continuellement vers le rivage. _La Vengeance_, ce
glorieux vaisseau de Greenwill, fut un de ceux qui se brisèrent en
mille pièces contre les rochers. Il avait à bord soixante Espagnols et
quelques prisonniers anglais qui périrent tous. Un vieux pilote d'un
bâtiment hollandais, qui avait été arrêté dans les ports d'Espagne
pour le service de cette cour, et qui était commandé par un Espagnol,
après avoir opposé tout son art à la tempête, avait été porté à la vue
de Tercère. Le capitaine espagnol, croyant que sa sûreté consistait à
gagner la rade, le pressa d'y entrer malgré toutes ses résistances. En
vain le pilote lui représenta que c'était se perdre sans ressource; on
lui répondit par des menaces injurieuses. Ce bon vieillard appela son
fils, qui était un jeune homme de vingt ans: «Sauve-toi, lui dit-il en
l'embrassant, et ne songe point à moi, dont la vie ne mérite plus
d'être conservée.» Ensuite, obéissant au capitaine, il tourna vers la
rade, tandis qu'un grand nombre d'habitans qui bordaient les côtes
préparaient des cordes soutenues avec du liége, pour les présenter aux
malheureux qu'ils s'attendaient à voir bientôt lutter contre les
flots. En effet, le vaisseau fut lancé si rapidement sur les rocs,
qu'il se brisa d'un seul coup. De cent quarante hommes, il ne s'en
sauva que quatorze, entre lesquels était le fils du pilote hollandais.

Cette effroyable tourmente menaça toutes les îles Açores de leur
ruine. Elle avait commencé par un tremblement de terre, dont les
secousses ébranlèrent quatre fois Tercère et Fayal avec tant de
violence, qu'elles paraissaient emportées par un tourbillon. Ce
tremblement se fit sentir à Saint-Michel pendant quinze jours. Les
insulaires, ayant abandonné leurs maisons qui tombaient à leurs yeux,
passèrent tout ce temps exposés aux injures de l'air. Une ville
entière, nommée Villa-Franca, fut renversée jusqu'aux fondemens, et la
plupart de ses habitans furent écrasés sous ses ruines. Dans plusieurs
endroits, les plaines s'élevèrent en collines, et dans d'autres,
quelques montagnes s'aplanirent ou changèrent de situation. Il sortit
de la terre une source d'eau vive qui coula pendant quatre jours, et
qui parut ensuite sécher tout d'un coup. L'air et la mer, également
agités, retentissaient d'un bruit continuel qu'on aurait pris pour le
mugissement d'une infinité de bêtes féroces. Plusieurs personnes
moururent d'effroi; il n'y eut point de vaisseau dans les ports même
qui ne souffrît des atteintes dangereuses, et ceux qui étaient à
l'ancre ou à la voile, à vingt lieues aux environs des îles, furent
encore plus maltraités; il en périt deux à Saint-Georges, trois à
Pico, trois à Graciosa; les flots apportèrent les débris de quantité
d'autres bâtimens qui avaient fait naufrage en pleine mer, soit en se
brisant l'un contre l'autre, soit en s'ouvrant d'eux-mêmes, après
avoir été fatigués long-temps par la violence des vagues. Il en périt
trois de cette manière à la vue de Saint-Michel, d'où l'on entendit
les cris lamentables des matelots, sans pouvoir en sauver un seul. La
plupart des autres errèrent long-temps sans mâts, avec des peines
inexprimables; et d'une si grande flotte il n'en arriva que
trente-deux ou trente-trois dans les ports d'Espagne.

Les pertes de cette couronne, dans l'espace de ces trois années, 1589,
1590, 1591, furent innombrables. Les flottes qui faisaient voile vers
les Indes et vers l'Amérique essuyèrent aussi des naufrages, et furent
presque détruites. L'Espagne perdit à cette époque fatale plus de deux
cents vaisseaux, ou par la tempête, ou par le fer des ennemis.

Linschoten, dont nous avons emprunté ces détails, raconte aussi un
trait remarquable de l'antipathie qui animait les Espagnols contre les
Anglais. Un petit bâtiment de ces derniers avait été pris à la vue de
Tercère, et mené en triomphe dans le port de cette île; huit
prisonniers anglais, gardés sur leur bord, attendaient la loi du
vainqueur; un Espagnol monte au vaisseau, et en poignarde six avec un
mouvement si prompt et si furieux, qu'ils n'ont pas le temps de se
reconnaître; les deux autres sont si effrayés, qu'ils se jettent dans
la mer. On saisit le meurtrier, on le charge de chaînes; son crime
paraît si extraordinaire, qu'on l'envoie au roi d'Espagne, afin que ce
prince juge seul du supplice qu'il mérite. Philippe II l'interrogea;
mais l'Espagnol s'obstina à garder le silence. Le roi voulait
l'envoyer à Élisabeth, et s'en remettre à elle du châtiment d'un crime
dont il ignorait la cause; mais on l'en détourna, et quelque temps
après, des prêtres obtinrent la grâce du criminel.

En 1608, les capitaines Sharpey et Rowles partirent de Woolwich, l'un
sur le vaisseau _l'Ascension_, l'autre sur _l'Union_, chargés par la
cour de découvrir, dans les mers d'Afrique et dans les Indes, les
lieux les plus propres à un établissement. La tempête, qui les sépara
au cap de Bonne-Espérance, ne leur permit pas d'achever ce projet.
Sharpey alla relâcher aux îles de Comore, situées au 11e. degré sud,
entre Madagascar et la côte orientale d'Afrique. Il y fut très-bien
reçu des insulaires et du roi de l'île; car les voyageurs donnent
toujours le nom de rois à ces chefs de peuplades nègres. Des couteaux,
des peignes, des miroirs, des mouchoirs, tous ces petits ouvrages
d'une industrie vulgaire parmi nous, et inconnue chez eux, étaient des
présens agréables et magnifiques pour ces sauvages ignorans. Dans
toute l'Afrique, on a long-temps échangé et l'on échange même encore
toutes ces bagatelles d'Europe contre la poudre d'or de la zone
torride; ce qui peut servir à prouver, en passant, la supériorité de
l'homme formé par les arts sur l'homme de la nature. Les Nègres de
Comore s'empressaient de donner toutes leurs provisions, tous les
fruits de leur pays pour ces menues clincailleries, dont ces peuples
sont partout extraordinairement avides. Les îles de Comore sont
fertiles; les noix de cocos y sont fort belles; il y en a d'aussi
grosses que la tête d'un homme, et l'eau qu'elles contiennent est
proportionnée à leur grosseur; une seule suffirait pour le dîner du
matelot le plus affamé. Les Anglais trouvèrent d'ailleurs toutes
sortes d'alimens en abondance: des volailles, du poisson, des
bestiaux, du riz, du lait, des limons; il n'y manque que de l'eau
fraîche; elle y est si rare, que l'usage des habitans est de faire des
trous dans la terre, d'où ils tirent une eau bourbeuse à laquelle les
Anglais ne purent s'accoutumer; aussi partirent-ils sans avoir
renouvelé leur provision. Le besoin d'eau les engagea à débarquer, dix
ou douze jours après, dans l'île de Pemba, qui appartenait aux
Portugais. Les naturels du pays, portant leur main à leur gorge, leur
indiquaient par ces signes que ce séjour était dangereux; mais ils ne
les entendirent pas; ils ne s'en souvinrent qu'après avoir échappé
très-heureusement aux embûches des Portugais, qui forçaient les
habitans de l'île à partager les trahisons que l'on préparait à tous
les étrangers abordés sur la côte. Comme les Anglais observèrent
quelques précautions, ils ne furent pas absolument surpris; il ne
leur en coûta que quelques hommes. Entre cette rade et Mélinde,
Sharpey prit trois barques ou petits bâtimens maures, qui avaient à
bord environ quarante hommes; il crut en reconnaître quelques-uns pour
des Portugais, à leur couleur plus pâle que celle des autres Maures.
Il leur parla de la perfidie qu'il venait d'essuyer à Pemba; ils
nièrent qu'ils fussent Portugais; mais on les entendit délibérer dans
leur langue, et l'on commença à concevoir quelques soupçons. Il paraît
que la crainte de quelque vengeance de la part des Anglais, ou le
désespoir que leur inspirait la captivité, les porta tous en un moment
au complot hardi et terrible qu'ils formèrent. Toutes les épées de
l'équipage étaient rangées nues dans un endroit qui ne pouvait
échapper à leurs yeux. Le pilote anglais, ayant fait descendre dans sa
chambre un des pilotes maures pour l'entendre raisonner sur ses
instrumens astronomiques, s'aperçut de l'attention avec laquelle il
observait tout ce qui était autour de lui, et crut reconnaître, en le
quittant, qu'il avertissait ses compagnons du signal auquel ils
devaient commencer leur révolte. Sur ce premier indice, Sharpey donna
ordre à ses gens de veiller sur la salle d'armes; ensuite, jugeant que
les Maures pouvaient avoir des couteaux cachés, il voulut qu'ils
fussent fouillés avec rigueur. On s'adressa d'abord au pilote, qui
portait effectivement un couteau: il le prit d'une main avec une
adresse qui trompa celui qui visitait ses habits; et lorsque
l'Anglais, s'en étant aperçu, voulut lui saisir le bras, il passa
aussi légèrement cette arme dans son autre main, et en perça le ventre
à l'Anglais, en jetant un grand cri, qui servit de signal à tous les
autres. Le combat devint alors général; mais Sharpey et plusieurs
officiers qui se trouvaient sur le pont eurent bientôt abattu les plus
furieux: les autres furent tués dans la salle d'armes, où ils
s'étaient précipités en foule; il en périt trente-deux; le reste, au
nombre de douze, se jeta dans les flots, où quatre se noyèrent; mais
les huit autres profitèrent avec tant de promptitude et d'adresse du
trouble qui régnait sur le vaisseau, qu'étant rentrés dans une de
leurs pangayes, ils gagnèrent le rivage; enfin de cette troupe de
furieux il ne resta que deux prisonniers, si terribles encore dans
l'agitation de leurs esprits, qu'on fut obligé de les charger de
chaînes: il y eut quelques Anglais de blessés.

Sharpey, ayant rencontré près de Socotora un vaisseau guzarate qui
faisait voile vers Aden, et qui lui vanta le commerce de cette ville,
prit le parti de la visiter, et s'avança vers le golfe Arabique. Les
Guzarates le trompaient. Aden n'était qu'une forteresse turque,
défendue par une forte garnison, comme étant la clef du golfe, et dont
ils fermaient l'accès à tous les Européens. Le capitaine anglais vit,
en approchant, le château qui est à l'entrée du port, séparé de la
terre, et bordé de trente pièces de canon. Il soupçonnait si peu les
Guzarates, qu'il convint avec eux qu'ils entreraient les premiers dans
le port, et qu'il attendrait leurs informations. Ils avertirent le
gouverneur turc qu'ils étaient suivis d'un vaisseau anglais qui avait
jeté l'ancre à deux milles du port. Un officier de la ville fut envoyé
aussitôt dans une barque, pour engager les Anglais à s'approcher sans
défiance. Il paraît que l'aventure de Pemba ne les avait pas rendus
plus soupçonneux. Sharpey descendit au rivage avec quelques-uns de ses
gens, et se laissa conduire devant le gouverneur, qui, après quelques
questions, l'envoya, sous la garde d'un chiaoux et de quelques
janissaires, dans une maison voisine, où il fut retenu avec les siens
durant plus de six semaines. Au bout de ce temps, un officier vint le
prier civilement, de la part du gouverneur d'envoyer des ordres à son
vaisseau pour faire débarquer du fer, de l'étain et du drap, jusqu'à
la valeur de deux cent cinquante piastres, en promettant de payer ces
marchandises. Elles furent amenées au rivage; mais, en y arrivant,
elles furent saisies par les officiers de la douane, qui prétendirent
qu'elles leur appartenaient pour leurs droits. Il porta ses plaintes
au gouverneur, qui l'exhorta fort doucement à ne point s'offenser des
usages du port, et lui dit que, s'il n'était pas content, il était le
maître de retourner sur son vaisseau.

Le capitaine ne demandait pas mieux; mais, comme il se disposait à
partir, on arrêta encore deux de ses gens, en lui disant que l'usage
était de payer deux mille piastres pour le droit d'ancrage, et que les
deux Anglais seraient gardés en toute sûreté jusqu'à ce qu'on eût payé
cette somme. Sharpey se rendit à bord sans répliquer, de peur qu'on
n'en demandât davantage; au lieu de la somme, il envoya un mémoire au
gouverneur, qui n'y répondit point, mais qui donna ordre sur-le-champ
que l'on conduisît les deux Anglais jusqu'à Zénan, résidence du pacha,
pour qu'il décidât de leur sort. Sharpey mit à la voile, suffisamment
instruit du respect qu'avaient les Turcs pour ce que nous appelons le
droit des gens.

Il fut mieux accueilli à Moka, le plus grand marché de l'Arabie. Le
commerce rapproche et attire tous les hommes. Le capitaine anglais,
sachant que la rade de Moka était le rendez-vous d'un grand nombre de
vaisseaux de différentes nations, crut que l'intérêt du commerce
engagerait tant d'étrangers à favoriser les plaintes qu'il voulait
faire du gouverneur d'Aden. Il ne se passe point de semaine qu'on ne
reçoive à Moka des caravanes de Zénan, du Caire, de la Mecque et
d'Alexandrie. On y vend toutes les productions de l'Afrique et de
l'Asie. Les Anglais y trouvèrent une quantité surprenante d'abricots,
de coings, de dattes, de raisins, de pèches, de citrons; ce qui parut
d'autant plus surprenant aux Anglais, que les habitans leur
racontèrent qu'ils n'avaient eu depuis six ans aucune pluie dans le
canton. Le blé même y était à fort bon marché. Il y avait un si grand
nombre de bestiaux, qu'un boeuf gras ne s'y vendait que trois
piastres, et les autres animaux à proportion; pour le poisson, avec
trois sous on en pouvait acheter de quoi nourrir dix hommes. La ville
est sévèrement gouvernée par les Turcs. Leur empire sur les Arabes est
si rigoureux, qu'ils ont toujours des galères et d'autres punitions
préparées pour eux, et sans lesquelles il serait impossible de les
tenir dans la soumission.

Sharpey fit demander la permission d'entrer dans le port, à titre de
marchand d'Europe qui désirait également de vendre et d'acheter; il
avait du fer, du plomb, de l'étain, du drap, des lames d'épée et
autres marchandises recherchées dans ces régions. Il fut reçu avec des
caresses et des offres qui ne pouvaient être suspectes dans une ville
de commerce. On commença par exiger de lui le droit d'ancrage, mais
sans violence, et suivant l'usage établi pour tous les marchands
étrangers. Ensuite étant entré dans la ville, il eut la liberté de s'y
loger commodément. On lui demanda l'état de ses marchandises, et, sur
le premier mémoire qu'il en donna, on se serait accommodé sur-le-champ
de toute sa cargaison, s'il n'eût voulu, en réserver la meilleure
partie pour le terme de son voyage, c'est-à-dire pour les Indes, où
pourtant il ne devait pas arriver. On n'exigea point qu'il fît rien
débarquer avant la vente. Les négocians turcs ou arabes se
contentèrent des essais qu'il avait apportés de son bord, et,
concluant le marché sur terre, ils envoyaient prendre les marchandises
dans leurs propres barques, à mesure qu'elles étaient achetées et
payées. Enfin il dut être très-satisfait d'eux; mais, lorsqu'il leur
parla du gouverneur d'Aden, tous blâmèrent la témérité qu'il avait eue
d'entrer dans une ville de guerre, et l'assurèrent qu'il devait se
trouver très-heureux d'en être sorti.

Il revint à Socotora, et, prenant la route de Cambaye, il vint
relâcher à Moa. Les habitans lui offrirent, pour une somme
très-modique, un pilote expérimenté qui le conduirait dans ces
parages, reconnus pour très-dangereux jusqu'à la barre de Surate. Il
le refusa, et dut s'en repentir. Le vaisseau toucha terre en sortant
du canal de Moa; il fit eau de tous côtés. Il fallut abandonner les
marchandises, et une grande partie de l'argent, et se jeter sur une
chaloupe, que, pour comble de malheur, un coup de vent brisa dans la
baie de Gandevi: tout l'équipage gagna la terre, et fut traité avec
humanité par les naturels du pays; mais, n'espérant point de voir
arriver de vaisseaux dans cette baie, ils reprirent la route d'Europe
par terre, traversèrent avec des peines incroyables une longue étendue
de contrées alors peu connues et arrivèrent enfin dans leur patrie.

_L'Union_, qui avait été séparé comme on l'a dit, du vaisseau de
Sharpey, ne fut guère plus heureux. Le capitaine Rowles prit terre
dans un des cantons de la grande île de Madagascar. Il y fut attaqué
en trahison par les Nègres, et l'équipage n'eut que le temps de
remettre à la voile. Sept Anglais moururent subitement du poison dont
les flèches des sauvages étaient imprégnées. On fit une cargaison de
poivre à Achem, à Priaman, à Tékou, ports de l'île de Sumatra; mais
les maladies désolèrent l'équipage, et de soixante-dix-sept Anglais
dont il était composé il n'en revint que neuf. Le vaisseau, en
arrivant, était en si mauvais état, qu'on le déclara incapable de
servir.

Sharpey errait encore sur les mers, lorsque la compagnie des Indes
d'Angleterre fit partir Henry Middleton avec trois vaisseaux et une
pinasse chargée de provisions. Il monta dans la mer des Indes jusqu'à
Aden; il ignorait tout ce que Sharpey y avait essuyé, et n'en fut que
plus aisément trompé par les apparences de bonne foi et d'amitié qu'on
lui prodigua. Cependant, comme il voulait aller à Moka, il ne laissa
dans la rade d'Aden qu'un de ses trois vaisseaux, nommé le
_Pepper-Corn_. Le sien, nommé le _Trade's increase_, échoua près de
Moka sur un banc de sable; mais cet accident, commun aux vaisseaux qui
entrent dans ces détroits, était sans danger. Les Turcs de Moka
vinrent l'aider à débarrasser son vaisseau. L'aga qui commandait dans
la ville le fit presser de descendre à terre; et le désir de vendre
ses marchandises, le premier mobile de tous les navigateurs
commerçans, le fit consentir imprudemment à cette demande. Ce qui peut
excuser sa confiance, c'est qu'il apportait une lettre du roi
d'Angleterre pour le pacha de Zénan, accompagnée de présens. Cependant
le plus sûr aurait été de demander des otages avant de se remettre
entre les mains d'hommes aussi perfides que les Turcs, et bien dignes
en tout temps du nom de barbares. Il ne tarda pas à reconnaître la
faute qu'il avait faite. L'aga, comme tous les commandans turcs, ne
cherchait que le pillage, et s'embarrassait peu du commerce des
marchands arabes de Moka. Ceux-ci même avaient averti Middleton de se
défier des Turcs. Mais l'aga, qui ne cherchait sans doute qu'à attirer
à terre plus d'Anglais et de marchandises, ne cessa, durant huit jours
que l'amiral passa dans la ville avec sa suite, de le traiter avec les
politesses les plus distinguées. Elles finirent par une insigne
trahison. Les Turcs fondirent à l'improviste dans la maison de
l'amiral, lui tuèrent huit hommes, en blessèrent quatorze. Lui-même
fut renversé d'un coup qui le fit tomber sans connaissance. On lui lia
les mains derrière le dos, et en cet état il fut traîné avec les siens
dans un cachot et chargé de grosses chaînes. Tel est le traitement,
digne des peuplades sauvages, que reçut dans une ville de commerce un
amiral anglais chargé de lettres de son maître.

Pendant ce temps, cent cinquante soldats turcs, déguisés et sans
turbans, essayèrent de surprendre le _Darling_, un des vaisseaux
anglais qui était le plus proche du rivage. Ils vinrent dans trois
grandes barques, et, étant entrés dans le vaisseau à la faveur de leur
déguisement, ils commencèrent à faire main-basse sur les Anglais; et
l'équipage, qui n'avait pas eu le temps de se reconnaître, fut un
moment en danger. Mais, dès qu'on eut couru aux armes, le triomphe des
traîtres ne fut pas long. Ils furent tous égorgés en demandant la vie
qu'ils ne méritaient pas.

Cependant l'aga fit venir l'amiral devant lui, et eut l'insolence de
lui demander comment il avait été assez hardi pour venir dans le port
de Moka, si près de la Ville Sainte. Middleton lui répondit qu'il n'y
était entré que sur les instances et les promesses qu'on lui avait
faites, et sur la foi des traités qui subsistaient entre le roi
d'Angleterre et le grand-seigneur. L'aga répliqua qu'il n'était pas
permis aux chrétiens d'approcher de la Ville Sainte, ni de Moka, qui
en était la clef; que le pacha avait ordre de faire esclaves tous ceux
qui se présenteraient. Le grand-seigneur n'ordonnait pas sans doute
qu'on attirât les étrangers dans des piéges pour les arrêter par
trahison. Mais, si les ordres qu'alléguait ce Turc étaient réels,
quelle stupidité de la part du divan de Constantinople d'éloigner les
commerçans qui apportaient leurs richesses dans ses ports, et qui
venaient grossir les revenus du grand-seigneur! car les droits de la
douane de Moka étaient évalués à près de 40,000 liv. sterling par an.

L'aga proposa à l'amiral d'écrire aux commandans de ses vaisseaux
qu'ils descendissent à terre, et qu'ils y débarquassent leurs
marchandises. «Croyez-vous, lui dit l'amiral, que les Anglais soient
des insensés, et qu'ils viennent se précipiter volontairement dans
l'esclavage?» La réponse de l'aga fait voir quelle idée on a de
l'obéissance dans les pays despotiques. «N'êtes-vous pas leur chef?
Ils viendront, si vous leur écrivez.--Je ne veux pas leur écrire», dit
fièrement l'amiral. L'aga le menaça de lui faire couper la tête.
Middleton répondit qu'il était tout prêt, et que les fatigues de la
navigation et les traitemens qu'il éprouvait lui rendaient la vie
insupportable. On le chargea de nouvelles chaînes aux pieds et aux
mains, et on l'enferma dans une étable à chiens. On ne sait quels
termes auraient eus toutes ces barbaries, si le consul des Banians,
nommé Thermal, et un riche négociant, nommé Toukar, intéressés par
état à ce que les négocians étrangers ne fussent pas maltraités à
Moka, ne s'étaient réunis pour protéger les Anglais avec Hamed Ouadi,
riche marchand, qu'on appelait le marchand du pacha, parce qu'il était
l'ami du pacha de Zénan, et lui avait même rendu de grands services
avant son élévation. Ces trois hommes mirent dans les intérêts des
Anglais le kiaia ou secrétaire du pacha, en lui faisant espérer une
somme d'argent pour récompense de ses soins. Le pacha, informé par les
lettres de l'aga de l'arrivée des vaisseaux anglais et de tout ce qui
s'était passé, avait ordonné qu'on amenât les prisonniers à Zénan,
éloigné de Moka de quinze jours de route. Le peuple, qui n'avait
jamais vu d'hommes de leur nation, s'assemblait en foule pour les
regarder. Partout où l'on passa la nuit, ils n'eurent point d'autre
lit que la terre. C'était à la fin de décembre, et, sans les robes
fourrées que Middleton fit acheter dans la route, et dont il n'aurait
pas cru avoir besoin à seize degrés de la ligne, la plupart seraient
morts du froid qui se fait sentir dans les montagnes d'Arabie, malgré
leur situation entre le tropique et l'équateur. La terre était
couverte de frimas tous les matins, et la nuit la glace avait un pouce
d'épaisseur. C'est une observation attestée par le journal de
Middleton.

À quelque distance de la ville, on rencontra un officier du pacha à la
tête de deux cents hommes, avec leurs trompettes et leurs timbales.
Ils se partagèrent en deux lignes, entre lesquelles on plaça les
Anglais, à qui l'on fit quitter leurs robes et leurs chevaux, et qui
marchèrent à pied. À la première porte, ils trouvèrent une garde
nombreuse. La seconde était défendue par deux grosses pièces
d'artillerie sur leurs affûts. Les soldats qui les avaient escortés
firent une décharge de leurs mousquets à la première porte, et se
mêlèrent avec le reste de la garde. L'amiral et ses gens attendirent
quelque temps dans une cour fort spacieuse, où quelques officiers
vinrent les prendre pour les conduire devant le pacha. C'était un jour
de divan ou de conseil. Ils montèrent un escalier au sommet duquel
deux hommes d'une taille extraordinaire prirent l'amiral par les bras,
en les serrant de toute leur force, et l'introduisirent dans une
longue galerie où le conseil était assemblé. Il y avait de chaque côté
un grand nombre de spectateurs assis; mais le pacha était dans
l'enfoncement, seul sur un sopha, avec un certain nombre de
conseillers qui étaient à quelque distance de lui. Le plancher était
couvert de tapis fort riches, et tous ces objets formaient un coup
d'oeil imposant.

À cinq ou six pas du pacha, les deux guides l'arrêtèrent brusquement.
Il demeura pendant quelques minutes exposé aux regards de l'assemblée;
enfin le pacha lui demanda d'un air sombre et dédaigneux de quel pays
il était, et ce qu'il venait chercher dans celui des Turcs; l'amiral
répondit qu'il était un marchand anglais, et que, se croyant ami du
grand-seigneur en vertu des traités du roi son maître, il était venu
pour exercer le commerce. Il n'est permis à aucun chrétien, lui dit le
pacha, de mettre le pied dans cette contrée. Middleton lui exposa
comment on l'avait trompé par de fausses assurances, et comment on
l'avait traité. Le pacha répondit que l'aga n'était que son esclave,
qu'il n'avait pu rien promettre sans son ordre, et qu'il avait suivi
celui du grand-seigneur en châtiant des infidèles qui avaient osé
venir près de la Ville Sainte. Enfin il ajouta qu'il allait écrire au
sultan pour savoir sa volonté, et que l'amiral pouvait écrire de son
côté à l'ambassadeur que les Anglais avaient à Constantinople; qu'en
attendant ils demeureraient prisonniers. L'amiral fut congédié après
cette explication, et conduit avec cinq ou six de ses gens dans une
prison assez commode, tandis que tous les autres furent jetés dans un
noir cachot et chargés de chaînes. Un jeune homme de sa suite, qui
s'était imaginé, en se voyant conduire devant le pacha, qu'il allait
recevoir la mort, et que tous les Anglais n'attendraient pas
long-temps le même sort, tomba dans un évanouissement si profond,
qu'il n'en revint que pour expirer peu de jours après.

Mais, dès le lendemain, Middleton fut fort étonné de recevoir un
messager du kiaia qui l'invitait à déjeuner avec lui: c'était l'effet
des recommandations de l'honnête banian et du négociant Hamed. Un
Maure du Caire, fameux par ses richesses, et qui même avait prêté de
grosses sommes à ce pacha, osa lui dire qu'il s'exposait par ses
violences à ruiner tout le commerce du pays. Ce Maure avait un
vaisseau dans la rade de Moka, et craignait le ressentiment des
Anglais, qui en effet ne tarda pas à éclater. L'amiral, encouragé par
ces protections puissantes, et par les promesses du kiaia qui
paraissait lui être dévoué, fit présenter au pacha une requête assez
hardie, par laquelle il lui déclarait qu'en quittant la rade de Moka,
il avait donné ordre aux commandans de ses vaisseaux de suspendre les
hostilités pendant vingt-cinq jours, et d'en user ensuite à leur gré,
si dans cet espace de temps ils ne recevaient aucune nouvelle de lui;
que, ce terme étant expiré, il prenait la liberté d'en avertir le
pacha, afin qu'il daignât se hâter de terminer son affaire, ou de lui
donner quelques favorables assurances qu'il pût communiquer à ses
officiers, sans quoi il ne pouvait répondre que, se voyant sans chef,
ils ne se portassent à la violence. Cette requête, qui renfermait une
menace que l'on savait pouvoir être effectuée, fit impression sur le
pacha. Deux jours après, l'amiral eut l'assurance de sa liberté
prochaine, et l'on n'attendit, pour le renvoyer à Moka, que l'arrivée
de quelques autres Anglais qui avaient été arrêtés à Aden. Middleton
vit une seconde fois le pacha, qui dans cet intervalle avait été nommé
visir; il en reçut un accueil assez flatteur: on lui dit que,
lorsqu'il serait arrivé à Moka, la plus grande partie de ses gens
pourraient retourner aussitôt sur leur bord; mais qu'il serait retenu
dans la ville avec quelques officiers jusqu'à ce que les vaisseaux
qu'on attendait de l'Inde fussent arrivés dans le port. Cette
précaution montrait la crainte qu'avaient les Turcs que les Anglais,
pour se venger, n'arrêtassent les vaisseaux commerçans de l'Inde qui
viendraient se rendre à Moka, et qui n'étaient pas de force à se
défendre contre trois vaisseaux d'Europe. Le pacha, joignant les
menaces aux promesses, et vantant beaucoup sa clémence, lui répéta
qu'il eût à se souvenir que l'intention du grand-seigneur était
qu'aucun vaisseau chrétien n'entrât dans la mer d'Arabie. «L'épée du
sultan est longue», lui dit-il. L'aga avait déjà tenu le même discours
à Middleton, et cet Anglais lui avait répondu avec une juste fermeté:
«Vous ne m'avez pas pris par l'épée, mais par trahison; je n'aurais
craint ni votre épée ni celle de personne.» Mais il n'osa pas faire la
même réponse au pacha. Il apprit depuis que le premier dessein de ce
Turc avait été de lui faire couper la tête, et de faire tous ses
compagnons esclaves.

Comme il connaissait les mauvaises intentions de l'aga à l'égard des
Anglais, il demanda au pacha, avant de le quitter, une lettre pour cet
officier, de peur qu'il ne recommençât ses injustices. Alors le pacha,
irrité de ses défiances, lui dit avec cet orgueil des despotes
barbares dans lequel il entre beaucoup plus de férocité que de
grandeur: «Un mot de ma bouche n'est-il pas suffisant pour renverser
une ville de fond en comble? Si l'aga vous fait tort, je le ferai
écorcher jusqu'aux oreilles, et je vous ferai présent de sa tête.
N'est-il pas mon esclave?»

Mais tout le faste du despotisme turc ne rassurait point l'amiral
contre la perfidie de cette nation et les méchancetés de l'aga. Il
profita du peu de liberté qu'on lui laissait à Moka pour s'échapper de
cette ville et regagner ses vaisseaux. Une partie de ses gens ne
purent se sauver avec lui, et l'aga, dans le premier transport de sa
colère, avait menacé de leur faire couper la tête; mais Middleton lui
fit déclarer que, s'il continuait à les retenir malgré l'ordre du
pacha, il allait brûler tous les vaisseaux qui étaient restés dans le
port, et qu'il étendrait sa vengeance jusque sur la ville. Cette
menace y jeta la consternation. Un capitaine de vaisseau indien, nommé
Mohammed, offrit sa médiation, et vint demander à l'amiral quelle
satisfaction il exigeait. Middleton demanda qu'on lui rendît sa
pinasse et ses marchandises, que le pacha de Zénan prétendait devoir
être confisquées pour le profit du grand-seigneur, et qu'il avait
exceptées de ce qui devait être rendu aux Anglais; qu'on lui ramenât
tous ses gens, et même un jeune homme qu'on avait circoncis par
violence, et que le pacha voulait retenir comme mahométan; qu'enfin on
lui payât soixante-dix mille piastres pour le dédommager de tout ce
qu'il avait souffert. Il en obtint vingt mille par accommodement. Il
était temps qu'il s'éloignât de cette mer, quoique ses vaisseaux
eussent été se rafraîchir sur la rive opposée, à la côte des Abyssins;
les maladies n'avaient pas laissé de fatiguer l'équipage. Les démêlés
avec l'aga avaient été longs. On était au commencement de juin, et
les vents brûlans qui règnent à certaines époques sur la mer Rouge
étaient devenus si insupportables, que les Anglais furent obligés,
pendant plusieurs jours, de se tenir renfermés sous leurs écoutilles.
On raconte des effets étranges de ces vents enflammés qui coupent la
respiration et portent dans les entrailles une chaleur mortelle que
rien n'est capable d'éteindre. Des obstacles et des fléaux si
dangereux forcèrent l'amiral de renoncer au projet qu'il avait formé
d'attendre le grand vaisseau qui vient tous les ans de Suez à Moka,
chargé des richesses de l'Égypte; mais il s'en dédommagea par des
prises considérables qu'il fit l'année suivante, lorsque, après avoir
inutilement tenté de commercer à Surate et à Cambaye, où les Portugais
s'étaient rendus les plus forts, il revint dans la mer Rouge avec
Sarris, autre capitaine anglais qu'il avait rencontré. Ils convinrent
de saisir et de dépouiller tous les vaisseaux indiens qui entreraient
dans le golfe, et de partager le butin. Il fut immense. Ils prirent,
entre autres, un bâtiment très-considérable qui appartenait au
grand-mogol, et qui était chargé pour la mère de ce monarque.
L'équipage était de quinze cents personnes. Ils allèrent partager leur
proie dans la baie d'Assab, sur le rivage des Abyssins. De là, menant
en triomphe tous les bâtimens qu'ils avaient pris, ils revinrent dans
la rade de Moka. Le pacha leur envoya des présens qui furent rejetés
avec hauteur et indignation. Les capitaines anglais déclarèrent
qu'ils n'étaient venus que pour se venger des outrages qu'ils avaient
reçus, et qu'ils ne laisseraient entrer aucun navire indien dans la
rade pendant toute la mousson. C'était priver les Turcs des avantages
et des richesses qu'ils retiraient du commerce de l'Inde. Le pacha fit
demander quelle satisfaction, quel dédommagement ils exigeaient. Ils
demandèrent cent mille piastres. La chose la plus difficile à obtenir
des Turcs, c'est l'argent; mais ils s'y prirent très-adroitement pour
éluder le paiement de cette somme. Ils eurent la permission
d'entretenir les nakadas ou capitaines de vaisseaux indiens qui
arrivaient en foule pour commercer, et qui se trouvaient arrêtés à la
rade de Moka. Ils les déterminèrent à payer pour avoir la liberté du
commerce. Chaque vaisseau se taxa à quinze mille piastres. Les
Anglais, contens d'être payés, se retirèrent quand ils virent
approcher le moment où ils ne pourraient plus faire aucun mal aux
Turcs, et prirent la route de l'Europe. Dounton, l'un des capitaines
anglais, était destiné à n'être pas mieux traité par ses compatriotes
que par les Turcs. Il aborda en assez mauvais équipage sur les côtes
d'Irlande. Un de ses matelots, qu'il avait renvoyé pour quelque faute,
l'accusa de piraterie auprès du commandant de Waterford. L'accusation
n'était pas sans fondement, et fut d'autant mieux écoutée, que c'était
un beau prétexte pour saisir les richesses immenses de Dounton. Il fut
mis en prison; mais il trouva moyen de faire parvenir ses plaintes à
l'amirauté. Comme, après tout, il avait fait redouter le nom anglais
dans les mers d'Orient, et humilié une nation insolente et perfide, on
lui pardonna d'avoir rançonné les sujets du grand-mogol. On lui rendit
la liberté et ses trésors.

Nous allons maintenant suivre les voyageurs qui ont donné la
description des côtes d'Afrique et des îles adjacentes. Nous
commencerons par les Canaries et Madère, les premières de celles qu'on
rencontre dans ces mers qui aient attiré l'attention des navigateurs.



CHAPITRE II.

Voyages aux Canaries. Description de ces îles.


Les îles Canaries sont au nombre de sept principales. Leur première
découverte fit naître des contestations fort vives entre les Espagnols
et les Portugais, qui s'en attribuaient exclusivement l'honneur. Les
Portugais prétendaient les avoir reconnues dans leurs voyages en
Éthiopie et aux Indes orientales. Mais, il paraît plus certain que
cette connaissance est due aux Espagnols; et l'on ne peut contester du
moins qu'ils n'en aient fait la première conquête avec le secours de
plusieurs Anglais. Elles sont sous le gouvernement du roi d'Espagne,
dont les officiers font leur résidence dans la grande Canarie.

Les insulaires reçurent de leurs vainqueurs le nom de Canariens. Ils
étaient vêtus de peaux de boucs, larges et pendantes, sans aucune
forme. Ils habitaient entre les rochers, dans des cavernes, où ils
vivaient avec beaucoup d'union et d'amitié: leur langage était partout
le même; ils se nourrissaient de chair de bouc et de chien, et de lait
de chèvre; ils faisaient aussi tremper dans le même lait de la farine
d'orge, dont ils composaient une espèce de pain appelé _goffia_, qui
est encore en usage parmi leurs descendans. Nicols, voyageur anglais,
en a mangé plusieurs fois avec goût, et le trouva extrêmement sain.

Outre les sept îles nommées grande Canarie, Ténériffe, Gomera, Palma,
Hierro ou Fer, Lancerotta et Fuerte-Ventura, il y en a six autres qui
sont situées autour de Lancerotta: Gratiosa, Rocca, Allegranza,
Santa-Clara, Infierno, et Lobos, qui s'appelle aussi Vecchio-Marino,
et qui est placée entre Lancerotta et Fuerte-Ventura. Les anciens
parlent d'îles situées au long de la côte occidentale d'Afrique,
qu'ils nomment îles Fortunées. Quelques auteurs supposent que ce sont
celles du cap Vert; mais une de ces îles est nommée formellement
Canarie par Ptolémée; et les Arabes, qui ont remplacé les Romains dans
l'Afrique, ont appelé les Canaries, _Al-Iazayr_, _Al-Khaledar_,
c'est-à-dire îles Fortunées.

Linschoten, Beckman, Sprat, Duret, Edmond, Scory, Cadamosto, et
surtout l'Anglais Nicols, qui demeura dix-sept ans aux Canaries, nous
ont fourni tous les détails qui regardent ces îles, où les anciens
plaçaient leur Élysée.

Quant aux moeurs des aborigènes, que l'on nomme _Guanches_, on les
représente comme très-barbares au temps de la conquête. Ils prennent,
disent les voyageurs de ce temps, autant de femmes qu'ils le désirent.
Ils font allaiter leurs enfans par des chèvres. Tous leurs biens sont
en commun, c'est-à-dire leurs alimens, car ils ne connaissent pas
d'autres richesses. Ils cultivent la terre avec des cornes de boeuf.
Leurs ancêtres n'avaient pas même l'usage du feu. Ils regardaient
l'effusion du sang avec horreur; de sorte qu'ayant pris un petit
vaisseau espagnol, leur haine pour cette nation ne leur fit point
imaginer de plus rigoureuse vengeance que de les employer à garder les
chèvres: exercice qui passait entre eux pour le plus méprisable. Ne
connaissant pas le fer, ils se servaient de pierres tranchantes pour
se raser les cheveux et la barbe. Leurs maisons étaient des cavernes
creusées entre les rochers. Remarquons que les voyageurs mettent ici
l'horreur du sang au nombre des caractères de la barbarie: comme ci
cette heureuse ignorance des arts de destruction n'était pas le plus
doux attribut de l'humanité!

Ils avaient cependant quelque idée d'un état futur; car chaque
communauté avait toujours deux souverains, un vivant, et l'autre mort.
Lorsqu'ils perdaient leur chef, ils lavaient son corps avec beaucoup
de soin, et, le plaçant debout dans une caverne, ils lui mettaient à
la main une sorte de sceptre, avec deux cruches à ses côtés, l'une de
lait, l'autre de vin, comme une provision pour son voyage.

Leurs armes étaient des pierres, avec une sorte de dards endurcis au
feu, qui les rend aussi dangereux que le fer. Pour cottes de mailles,
ils s'oignaient le corps du jus de certaines plantes mêlé de suif;
cette onction, qu'ils renouvelaient souvent, leur rendait la peau si
épaisse, qu'elle servait encore à les défendre contre le froid.

Il paraît que chaque canton avait ses usages et son culte de religion
particuliers. Dans l'île de Ténériffe, on ne comptait pas moins de
neuf sortes d'idolâtrie; les uns adoraient le soleil, d'autres la
lune, les planètes, etc. La polygamie était un usage général; mais le
seigneur avait les premiers droits sur la virginité de toutes les
femmes, qui se croyaient fort honorées lorsqu'il voulait en user. On
voit que partout la volupté est entrée dans les usurpations du
despotisme le plus grossier.

Ils conservèrent long-temps une pratique fort barbare. À chaque
renouvellement de seigneur, quelques jeunes personnes s'offraient pour
être sacrifiées. Il y avait une grande fête, à la fin de laquelle ceux
qui voulaient lui donner cette preuve d'affection étaient conduits au
sommet d'un rocher. Là, on prononçait des paroles mystérieuses,
accompagnées de diverses cérémonies; après quoi les victimes, se
précipitant elles-mêmes dans une profonde vallée, étaient déchirées en
pièces avant d'y arriver: mais, pour récompenser ce sanglant hommage,
le seigneur se croyait obligé de répandre toutes sortes de biens et
d'honneurs sur les parens des morts: ainsi, même chez les peuplades
les plus sauvages, les dévouemens ont flatté l'orgueil, et le sang a
plu à la tyrannie.

Les Guanches (c'est le nom que les Espagnols leur ont donné) étaient
une nation robuste et de haute taille, mais maigre et basanée: la
plupart avaient le nez plat; ils étaient vifs, agiles, hardis et
naturellement guerriers; ils parlaient peu, mais fort vite; ils
étaient si grands mangeurs, qu'un seul homme mangeait quelquefois dans
un seul repas vingt lapins et un chevreau. Suivant la relation du
docteur Sprat, il reste encore dans l'île de Ténériffe quelques
descendans de cette ancienne race qui ne vivent que d'orge pilé, dont
ils composent une pâte avec du lait et du miel; on leur en trouve
toujours des provisions suspendues dans des peaux de boucs, au-dessus
de leurs fours. Ils ne boivent pas de vin, et la chair des animaux
n'est pas une nourriture qui les tente. Ils sont si agiles et si
légers, qu'ils descendent du haut des montagnes en sautant de rocher
en rocher. Ils se servent d'une sorte de pique longue de neuf ou dix
pieds, sur laquelle ils s'appuient pour s'élancer ou pour glisser d'un
lieu à l'autre, et pour briser les angles qui s'opposent à leur
passage, posant le pied dans des lieux qui n'ont pas six pouces de
largeur. Richard Hawkins atteste qu'il les a vus monter et descendre
ainsi des montagnes escarpées dont la seule perspective l'effrayait.
Sprat raconte l'histoire de vingt-huit prisonniers que le gouverneur
espagnol avait fait conduire dans un château d'immense hauteur, où il
les croyait bien renfermés, et d'où ils ne laissèrent pas de
s'échapper, au travers des précipices, avec une hardiesse et une
agilité incroyables. Il ajoute qu'ils ont une manière extraordinaire
de siffler qui se fait entendre de cinq milles: ce qui est confirmé
par le témoignage des Espagnols. Il assure encore qu'ayant fait
siffler un Guanche près de son oreille, il fut plus de quinze jours
sans pouvoir entendre parfaitement.

On trouve aussi dans Sprat que les Guanches emploient les pierres dans
leurs combats, et qu'ils ont l'art de les lancer avec autant de force
qu'une balle de mousquet. Cadamosto assure la même chose, et s'accorde
avec Sprat dans la plus grande partie de cette relation. Ils disent
tous deux, sur le témoignage de leurs propres yeux, que ces barbares
jettent une pierre avec tant de justesse, qu'ils sont sûrs d'atteindre
au but qu'on leur marque; et avec tant de force, que d'un petit nombre
de coups ils brisent un bouclier, et si loin, qu'on la perd de vue
dans l'air. Ainsi les peuples sauvages, en ajoutant à l'énergie des
organes naturels, sont parvenus quelquefois à balancer les inventions
de notre industrie; et l'homme de la société, malgré tous ses
avantages artificiels, est quelquefois petit devant l'homme de la
nature.

À l'égard des productions de ces îles, les Espagnols n'y trouvèrent ni
blé ni vin à leur arrivée. Ce qu'il y avait alors de plus utile était
le fromage, qui était fort bon dans son espèce, les peaux de boucs,
que les habitans passaient en perfection, et le suif, qu'ils avaient
en abondance. Dans la suite, on y a planté des vignes et semé toutes
sortes de grains. Lorsque Richard Hawkins fit le voyage en 1593, il y
trouva du vin et du blé de la production du pays; mais il s'engendre
dans le blé un ver qui se nomme _gorgossio_, et qui en consomme toute
la substance sans endommager la peau. Les Canaries ont donné depuis,
avec le vin et le blé, du sucre, des conserves, de l'orseille, de la
poix qui ne fond point au soleil, et qui est propre par conséquent aux
gros ouvrages des vaisseaux, du fer, des fruits de toutes les bonnes
espèces, et beaucoup de bestiaux. La plupart de ces îles peuvent
fournir aux bâtimens leur provision d'eau. Toutes les relations
s'accordent à les représenter comme une source féconde de toutes
sortes de commodités, mais relèvent particulièrement les bestiaux, le
blé, le miel, la cire, le sucre, le fromage et les peaux. Le vin des
Canaries est agréable et très-fort: il se transporte dans toutes les
parties du monde. Roberts prétend que c'est le meilleur vin de
l'univers. Linschoten confirme tout ce qu'on dit de la fertilité des
Canaries; il ajoute qu'il n'y a pas de grains qu'elles ne produisent
avec la même abondance; et parmi les bestiaux qu'elles nourrissent il
compte les chameaux.

Le Maire, voyageur français, rend le même témoignage à la fécondité de
ces îles, pour tout ce qui est agréable et nécessaire à la vie; mais
il parle moins avantageusement de l'eau, qu'il trouve d'une bonté
médiocre. Les habitans en ont la même opinion, puisqu'ils se croient
obligés de la purifier en la filtrant au travers de certaines pierres.
Le Maire fait observer que le temps de la moisson aux Canaries est
communément le mois de mars et d'avril, et que dans quelques endroits
il y a deux moissons chaque année. Il ajoute qu'il y a vu un cerisier
porter du fruit six semaines après avoir été greffé. Les oiseaux de
Canarie qu'on nomme _serins_, et qui naissent en France, n'ont ni le
son si doux, ni le plumage si beau et si varié que dans le lieu de
leur origine.

Outre les végétaux qu'on a nommés, ces îles produisent aujourd'hui des
pois, des fèves et des coches, qui sont une sorte de grain semblable
au maïs, dont on se sert pour engraisser la terre; des groseilles, des
framboises et des cerises, des goyaves, des courges, des oignons d'une
rare beauté, toutes sortes de racines, de légumes et de salades, avec
une variété infinie de fleurs. Entre les poissons, le maquereau y est
d'une prodigieuse abondance, et l'esturgeon n'y est guère moins
commun, puisqu'il fait l'aliment des pauvres. Les Canaries ont aussi
beaucoup de chevaux et de daims.

Lancerotta est particulièrement renommée pour ses chevaux; la grande
Canarie, Palme et Ténériffe, pour leurs vins; Fuerte-Ventura, pour la
quantité de ses oiseaux de mer; et Gomera, pour ses daims.

La longueur de l'île Canarie est de onze lieues, à peu près sur la
même largeur. Elle est regardée comme la principale des îles du même
nom, mais par la seule raison qu'elle est siége de la justice et du
gouvernement. La cour souveraine est composée du gouverneur et de
trois auditeurs, qui sont en possession de toute l'autorité, et qui
reçoivent les appels de toutes les autres îles.

La ville se nomme en latin _Civitas Palmarum_; en espagnol, _la Ciudad
das Palmas_, et communément Palme ou Canarie. Elle est ornée d'une
magnifique cathédrale, où les offices et les dignités sont en fort
grand nombre. L'administration ordinaire des affaires civiles est
entre les mains de plusieurs échevins qui forment un conseil. La ville
est grande, et la plupart des habitans fort riches. Le sable dont
l'île est composée rend les chemins si propres, qu'après la moindre
pluie on y marche communément en souliers de velours. L'air est
tempéré, et l'on n'y connaît jamais l'excès du froid ni du chaud. On
recueille deux moissons de froment, l'une au mois de février, l'autre
au mois de mai. Il est d'une bonté admirable, et le pain a la
blancheur de la neige. On compte dans la grande Canarie trois autres
villes, qui se nomment Telde, Gualdar et Guia. L'île, au temps de
Nicols, avait douze manufactures de sucre, qui s'appellent _inganios_,
et qu'on aurait prises pour autant de petites villes à la multitude de
leurs ouvriers.

Voici la méthode qui est en usage aux Canaries pour le sucre. Un bon
champ produit neuf récoltes dans l'espace de dix-huit ans. On prend
d'abord une canne, que les Espagnols nomment _planta_, et, la couchant
dans un sillon, on la couvre de terre. Elle y est arrosée par de
petits ruisseaux qui sont ménagés avec une écluse. Cette plante, comme
une sorte de racine, produit plusieurs cannes qu'on laisse croître
deux ans sans les couper; on les coupe jusqu'au pied, et, les liant
avec leurs feuilles, qui se nomment _coholia_, on les transporte en
fagots à l'inganio, où elles sont pilées dans un moulin, et le jus est
conduit par un canal dans une grande chaudière, où on le laisse
bouillir jusqu'à ce qu'il ait acquis une juste épaisseur. On le met
alors dans des pots de terre de la forme d'un pain de sucre, pour le
transporter dans un autre lieu, où l'on s'occupe à le purger et à le
blanchir. Des restes de la chaudière, qui s'appellent _escumas_, et de
la liqueur qui coule des pains qu'on blanchit, on compose une
troisième sorte de sucre, qui se nomme _pamela_ ou _netas_. Le dernier
marc, ou le rebut de toutes ces opérations, se nomme _remiel_ ou
_mélasse_, et l'on en fait encore une autre sorte de sucre nommé
_refinado_. Au surplus, on peut observer que cette manipulation de
sucre est à peu près la même partout.

Lorsque la première récolte est finie, on met le feu à toutes les
feuilles qui sont restées dans le champ, c'est-à-dire à toute la
paille des cannes, ce qui consume toutes les tiges jusqu'au niveau de
la terre; et, sans autre secours que le soin d'arroser et de nettoyer
le terrain, les mêmes racines produisent, dans l'espace de deux ans,
une seconde moisson qui se nomme _zoca_. La troisième, qui arrive dans
le même période, est appelée _tertia zoca_; la quatrième, _quarta
zoca_, et toujours de même, jusqu'à ce que la vieillesse des plantes
oblige de les renouveler.

L'île Canarie produit un vin d'une bonté spéciale, surtout dans le
canton de Telde. Elle n'est pas moins féconde en excellens fruits,
tels que les melons, les poires, les pommes, les oranges, les citrons,
les grenades, les figues, les pêches de diverses espèces, et surtout
le plantano ou le bananier. Cet arbre n'est pas propre aux édifices.
Il croît sur le bord des ruisseaux. Son tronc est fort droit, et ses
feuilles sont extrêmement épaisses. Elles ne viennent pas aux
branches, mais au sommet de l'arbre, où elles sortent du tronc même.
Elles ont une aune de longueur, et la moitié moins de largeur. Chaque
arbre n'a que deux ou trois branches, sur lesquelles croissent les
fruits au nombre de trente ou quarante. Leur forme est à peu près
celle du concombre. Ils sont noirs dans leur maturité, et l'on dit
qu'il n'y a point de confiture aussi délicieuse. La plantation ne
produit qu'une fois. On coupe l'arbre ensuite. De la même racine il en
naît un autre, et l'on recommence ainsi continuellement. L'île de
Canarie est fournie de bêtes à cornes, de chameaux, de chèvres, de
poules, de canards, de pigeons et de grosses perdrix. Le bois est ce
qui lui manque le plus.

On compte dans la ville de Canarie environ douze mille habitans; elle
n'a guère moins d'une lieue de circuit; ses édifices sont fort beaux,
et la plupart des maisons ont deux étages, avec des plates-formes au
sommet. Il y a dans Canarie quatre couvens, les dominicains, les
cordeliers, les bernardines et les récollets.

L'île de Ténériffe est au 28e. degré et demi de latitude. Sa distance
de l'île de Canarie est de douze lieues au nord-ouest. On lui donne
dix-sept lieues de longueur. La terre en est haute. Au milieu de l'île
s'élève une montagne qu'on appelle _le Pic de Teide_, et dont la
hauteur est très-considérable. Du sommet, qui n'a pas plus d'un
demi-mille de tour, il sort quelquefois des flammes et du soufre.
Au-dessous, on ne trouve que de la cendre et des pierres ponces.
Plus bas encore, la montagne est couverte de neige pendant toute
l'année; un peu plus bas, elle produit des arbres d'une hauteur
surprenante, qui se nomment _vinatico_, dont le bois est fort pesant,
et ne pourit jamais dans l'eau. Il y en a une autre sorte, qu'on
appelle _barbuzane_, et qui est de la même qualité que le pin. Plus
bas, on trouve des forêts très-longues. Le passage en est charmant par
la quantité de petits oiseaux qui font entendre un ramage admirable:
on en vante un particulièrement, qui est fort petit, et de la couleur
de l'hirondelle, avec une tache noire et ronde au milieu de la
poitrine. Son chant est délicieux; mais, s'il est renfermé dans une
cage, il meurt en peu de temps.

Ténériffe produit les mêmes fruits que l'île de Canarie. Il s'y trouve
aussi, comme dans les autres îles, une sorte d'arbrisseaux nommés
_taybayba_, dont on exprime un jus laiteux qui s'épaissit en peu de
momens, et qui forme une excellente glu; mais l'arbre qui se nomme
_dragonnier_ est propre à l'île de Ténériffe. Il croît sur les terres
hautes et pierreuses; et, par les incisions qu'on fait au pied, il en
sort une liqueur qui ressemble au sang, et dont les apothicaires font
une drogue médicinale[16]. On fait du bois de cet arbre des targettes
ou de petits boucliers qui sont fort estimés, parce qu'ils ont cette
propriété, qu'une épée dont on les frappe s'y enfonce et tient si fort
au bois, qu'on ne l'en retire pas sans peine.

                   [Note 16: Ce qu'ils appellent _sang de dragon_.]

Cette île porte plus de blé que toutes les autres; ce qui lui a fait
donner le nom de nourrice et de grenier dans tous les temps de disette
et de cherté. Il croît sur les rochers de Ténériffe une sorte de
mousse, nommée _orseille_, qui s'achète par les teinturiers. L'île, au
temps de Nicols, avait douze inganios[17] ou manufactures de sucre;
mais on y admire particulièrement un petit canton, qui n'a pas plus
d'une lieue de circonférence, auquel on prétend qu'il n'y a rien de
comparable dans l'univers. Il est situé entre deux villes, dont l'une
se nomme _Orotava_, et l'autre _Rialejo_. Ce petit espace produit tout
à la fois de l'eau excellente, qui s'y rassemble des rocs et des
montagnes; des grains de toute espèce, toutes sortes de fruits, de la
soie, du lin, du chanvre, de la cire et du miel, d'excellens vins en
abondance, une grande quantité de sucre, et beaucoup de bois à brûler.
En général, l'île de Ténériffe fournit beaucoup de vin aux Indes
occidentales et aux autres pays: le meilleur croît sur le revers d'une
colline qui s'appelle _Ramble_. La ville capitale, nommée _Laguna_,
est située sur le bord d'un lac dont elle tire son nom, à trois lieues
de la mer. Elle est bien bâtie, et l'on y compte deux belles
paroisses. C'est la résidence du gouverneur; les échevins y obtiennent
leurs emplois de la cour d'Espagne. Il y a quatre autres villes, dans
l'île de Ténériffe: Santa-Cruz, Orotava, Rialejo et Garachico. Avant
la conquête, cette île avait sept rois, qui vivaient dans des cavernes
comme leurs sujets, qui se nourrissaient des mêmes alimens, et qui
n'avaient pour habits que des peaux de boucs.

                   [Note 17: Il faut observer qu'aujourd'hui la
                   culture est fort diminuée aux Canaries, depuis
                   qu'on a préféré celle des vignobles.]

Ténériffe, quoique la seconde des îles Canaries en dignité, est la
plus considérable par l'étendue, les richesses et le commerce.

La plupart des maisons de Laguna sont ornées de jardins, et de
parterres ou de terrasses sur lesquelles on voit régner de belles
allées d'orangers et de citronniers. La principale fontaine est
conduite jusqu'à la ville par des tuyaux de pierre élevés sur des
piliers. Ses jardins, ses allées d'arbres, ses bosquets, son lac, son
aquéduc, et la douceur des vents dont elle est rafraîchie, la font
passer pour une habitation délicieuse.

Son lac est couvert d'oiseaux de mer. Ses faucons sont fort renommés.
C'est un spectacle très-agréable que de voir les Nègres occupés à les
chasser, et même à les combattre; ils sont beaucoup plus gros et plus
forts que ceux de Barbarie. Le vice-roi, assistant un jour à cette
chasse, et voyant le plaisir que sir Edmond Scory y prenait, l'assura
qu'un faucon qu'il avait envoyé en Espagne au duc de Lerme était
revenu d'Andalousie à Ténériffe; c'est-à-dire que, s'il ne s'était pas
reposé sur quelque vaisseau, il avait fait d'un seul vol deux cent
cinquante lieues d'Espagne: aussi fut-il pris à demi mort, avec les
armes du duc de Lerme au cou. Depuis le moment de son départ d'Espagne
jusqu'à celui de sa prise, il ne s'était passé que seize heures.

Le fameux pic de Ténériffe est une des plus hautes montagnes de
l'univers. Linschoten assure qu'on le voit en mer de soixante milles;
qu'on ne peut y monter qu'aux mois de juillet et d'août, parce que le
reste de l'année il est couvert de neige, quoiqu'il n'en paraisse
point dans tous les lieux voisins; qu'on emploie trois jours à gagner
le sommet, d'où l'on découvre aussitôt toutes les autres îles, et
qu'il en sort beaucoup de soufre qui est transporté en Espagne.
Beckman dit que cette merveilleuse montagne est située au centre de
l'île, et qu'elle s'élève comme un pain de sucre; mais qu'il ne put en
voir le sommet, parce qu'il était caché dans les nues. Atkins
l'appelle un amas pyramidal de rocs bruts, qui ont été comme incrustés
ensemble par quelque embrasement souterrain qui dure encore.

On ne trouve pas moins de différence entre les auteurs sur la
véritable hauteur de ce pic que sur la distance d'où l'on peut
l'apercevoir en mer. Cependant, par une observation sur le baromètre,
on a reconnu que le vif-argent s'abaissa de onze pouces au sommet de
la montagne, c'est-à-dire, de vingt-neuf à dix-huit; ce qui répond,
suivant les tables du docteur Halley, à deux milles et un quart. Ce
calcul s'accorde assez avec celui de Beckman, qui met la hauteur
perpendiculaire du pic à deux milles et demi: il observe aussi que les
Hollandais y placent leur premier méridien[18].

                   [Note 18: D'après les observations les plus
                   récentes et les plus exactes, la hauteur de ce pic
                   est de 1904 toises au-dessus du niveau de la mer.]

Cette île produit trois sortes d'excellens vins, qui sont connus sous
les noms de _Canarie_, de _Malvoisie_ et de _Verdona_: les Anglais les
confondent tous trois sous le nom commun de _Sack_. Beckman observe
que les vignes qui produisent le canarie ont été transportées du Rhin
à Ténériffe par les Espagnols sous le règne de Charles-Quint. On
prétend que, dans une seule année il en est venu jusqu'à quinze et
seize mille muids en Angleterre. Dampier, Le Maire et Duret donnent la
préférence au malvoisie de Ténériffe sur ceux de tous les autres pays
du monde. Les deux derniers de ces trois auteurs ajoutent qu'il
n'était pas connu à Ténériffe avant que les Espagnols y eussent
apporté quelques ceps de Candie, qui produisent aujourd'hui de
meilleur vin, et plus abondamment que dans l'île même de Candie: le
transport et la navigation ne font qu'augmenter sa bonté. Dampier
parle aussi du Verdona, ou du vin vert. Il est plus fort et plus rude
que le canarie; mais il s'adoucit aux Indes occidentales, où il est
fort estimé.

Il ne manque rien aux richesses de Ténériffe, s'il est vrai, comme le
capitaine Roberts nous l'assure, qu'il y ait une mine d'or à la
pointe de Négos.

Les vignes qui produisent l'excellent vin de Ténériffe croissent
toutes sur la côte, à la distance d'un mille de la mer. Celles qui
sont plus loin dans les terres sont beaucoup moins estimées, et ne
réussissent pas mieux quand on les transplante dans les autres îles.

Dans quelques endroits de l'île de Ténériffe il croît une sorte
d'arbrisseau nommé _legnan_, que les Anglais achètent comme un bois
aromatique. On y trouve des abricotiers, des pêchers et des poiriers
qui portent deux fois l'an, et des citrons qui en contiennent un petit
dans leur centre, ce qui leur a fait donner le nom de _pregnada_.
Ténériffe produit du coton et des coloquintes. Les rosiers y
fleurissent à Noël. Il n'y manque rien aux roses, ni pour la vivacité
du coloris, ni pour la grandeur; mais les tulipes n'y croissent point.
Les rochers y sont couverts de crête marine. Il croît sur les bords de
la mer une autre herbe à feuilles larges, si forte, et même si
vénéneuse, qu'elle fait mourir les chevaux. Cependant elle n'est pas
si pernicieuse aux autres animaux. On a vu jusqu'à quatre-vingts épis
de froment sortir d'une seule tige; il est aussi jaune et presque
aussi transparent que l'ambre. Dans les bonnes années, un boisseau de
semence en a rendu jusqu'à cent.

Les serins des Canaries qu'on apporte en Europe sont nés dans les
_barancos_, ou les sillons que l'eau forme en descendant des
montagnes. L'île Ténériffe est aussi fort abondante en cailles et en
perdrix, qui sont d'une grande beauté, et beaucoup plus grosses qu'en
Europe. Les pigeons ramiers, les tourterelles, les corbeaux et les
faucons, y viennent des côtes de Barbarie. Il y a peu de montagnes où
l'on ne découvre des essaims d'abeilles. Les chèvres sauvages grimpent
quelquefois jusqu'au sommet du pic. Les porcs et les lapins ne sont
pas moins communs dans l'île. À l'égard du poisson, il y est
généralement de meilleur goût qu'en Angleterre. Les homards n'y ont
pas les pattes si grandes. Le clacas, qui est sans contredit le
meilleur coquillage de l'univers, croît dans les rocs, où il s'en
trouve souvent cinq ou six sous une grande écaille. On estime aussi
une sorte d'animal qui a six ou sept queues longues d'une aune,
jointes à un corps et à une tête de même longueur. Les tortues y sont
excellentes; les cabridos sont une espèce de poisson qui l'emporte sur
nos truites.

Les principaux vignobles sont ceux de Buena-Vista, Dante, Orotava,
Figueste, et surtout celui de Ramble, qui produit le meilleur vin de
l'île. Pour les fruits, il n'y a pas de pays qui fournisse de
meilleures espèces de melons, de grenades, de citrons, de figues,
d'oranges, d'amandes et de dattes. La soie, le miel et par conséquent
la cire, y sont de la même excellence; et si ces trois sources de
richesses y étaient cultivées avec plus de soin, elles surpasseraient
celles de Florence et de Naples.

Le côté du nord est rempli de bois et d'excellente eau. On y voit
croître le cèdre, le cyprès, l'olivier sauvage, le mastix, le
savinier, avec des palmiers et des pins d'une hauteur étonnante. Entre
Orotava et Garachico, on trouve une forêt entière de pins, qui parfume
l'air des plus délicieuses odeurs. L'île n'a pas de canton qui n'en
produise; c'est le bois dont se font les tonneaux et tous les autres
ustensiles. Outre le pin droit, on en voit un autre qui croît en
s'élargissant comme le chêne. Les habitans le nomment _l'arbre
immortel_, parce qu'il ne se corrompt jamais, ni dans l'eau ni sous
terre. Il est presque aussi rouge que le bois du Brésil, auquel il ne
le cède pas non plus en dureté; mais il n'est pas si onctueux que le
pin droit. Il s'en trouve de si gros, que les Espagnols ne font pas
difficulté d'assurer fort sérieusement que toute la charpente de
l'église de los Romedios à Laguna est composée d'un seul de ces
arbres.

Mais l'arbre qu'on appelle _dragonnier_ surpasse tous les autres par
ses propriétés. Il a le tronc fort gros, et s'élève fort haut. Son
écorce ressemble aux écailles d'un dragon ou d'un serpent, et c'est de
là sans doute qu'il tire son nom. Ses branches, qui sortent toutes du
sommet, sont jointes deux à deux comme les mandragores. Elles sont
rondes, douces et unies comme le bras d'un homme, et les feuilles
sortent comme entre les doigts. La substance du tronc sous l'écorce
n'est pas un véritable bois; c'est une matière spongieuse, qui sert
fort bien, quand elle est sèche, à faire des ruches d'abeilles. Vers
la pleine lune, il en sort une gomme claire et vermeille, qui
s'appelle _sangre de draco_, ou sang de dragon. Elle est beaucoup
meilleure et plus astringente que celle de Goa et des Indes
orientales, que les Juifs altèrent ordinairement de quatre à un.

Tout ce que nous avons dit de Ténériffe ne doit s'entendre que de la
partie de l'île qui est habitée; car le reste n'est composé que de
rochers et de bois impraticables. Nous parlerons séparément du pic qui
rend cette île si fameuse.

Gomera est située à l'ouest de Ténériffe, à six lieues de distance;
elle n'en a pas plus de six de longueur. On lui donne le titre de
comté; mais dans les différens civils, les vassaux du comte de Gomera
ont le droit d'appel aux juges royaux, qui font leur résidence dans
l'île de Canarie. La capitale de l'île porte le même nom. C'est une
fort bonne ville avec un excellent port, où les flottes des Indes
s'arrêtent volontiers pour y prendre des rafraîchissemens. L'île
fournit à ses habitans leur provision de grains et de fruits. Elle n'a
qu'un inganio, c'est-à-dire, une manufacture de sucre; mais elle
produit des vignes en abondance.

Palma est à plus de douze lieues de Gomera, au nord-ouest. Sa forme
est ronde. Elle n'a pas moins de neuf lieues de longueur et vingt-cinq
lieues de circuit. On vante beaucoup l'abondance de ses vins et de son
sucre. Sa capitale, qui se nomme Palma, fait un grand commerce de vin
aux Indes occidentales et dans les autres pays. Elle est ornée d'une
très-belle église. L'administration des affaires et de la justice est
entre les mains d'un gouverneur et d'un conseil d'échevins. L'île n'a
qu'une autre ville nommée Saint-André, assez jolie, mais fort petite.
Elle a quatre inganios, où l'on fait d'excellent sucre. Le terroir
produit peu de blé; dans leurs besoins, les habitans ont recours à
l'île de Ténériffe.

L'île d'Hierro ou Herro, que nous appelons l'île de Fer, est à seize
lieues au sud de Palma. Son circuit est d'environ six lieues. Elle
appartient au comte de Gomera. On y recueille peu de grains. Ses
principales productions sont l'orseille, les figues et l'eau-de-vie.
Les bestiaux y sont abondans; leur chair est du meilleur goût. Les
forêts renferment des cerfs et des chevreuils. Quelques voyageurs ont
raconté qu'elle n'a d'autre eau douce que celle qu'on y recueille à la
faveur d'un grand arbre qui se trouve au milieu de l'île, et qui est
sans cesse couvert de nuées. L'eau qui distille sur les feuilles tombe
continuellement dans deux grandes citernes qu'on a construites au pied
de l'arbre, et suffit pour les besoins des habitans et des bestiaux.
Jackson rapporte qu'étant à Fer en 1618, il a vu l'arbre de ses
propres yeux; qu'il lui a trouvé la grosseur d'un chêne, l'écorce fort
dure, et six à sept aunes de hauteur; les feuilles rudes, de la
couleur des feuilles de saule, mais blanches au côté inférieur; qu'il
ne porte ni fleurs ni fruits; qu'il est situé sur le revers d'une
colline; que pendant le jour il paraît flétri, et qu'il ne rend de
l'eau que pendant la nuit, lorsque la nue qui le couvre commence à
s'épaissir; enfin qu'il en donne assez pour suffire à toute l'île,
c'est-à-dire, suivant le récit de Jackson, à huit mille âmes et à cent
mille bestiaux. Il ajoute que l'eau est conduite, par des tuyaux de
plomb, du pied de l'arbre dans un grand réservoir qui ne contient pas
moins de vingt mille tonneaux, environné d'un mur de briques, et pavé
de pierre; que de là on la transporte dans des barils à divers
endroits de l'île où l'on a pratiqué d'autres citernes, et que le
grand bassin est rempli toutes les nuits.

Divers écrivains ont traité de fable ridicule l'histoire de cet arbre
merveilleux. Ce jugement sera celui de tout homme sensé, en lisant le
récit de conteurs tels que Jackson. Mais cherchons à découvrir la
vérité sur l'arbre miraculeux.

Le Maire prétend que cet arbre n'est point si merveilleux; qu'il y en
a plusieurs qui donnent aussi de l'eau, mais en moindre quantité.

Bontier, et Le Verrier, aumônier de Bethencour, qui fit la conquête
des Canaries, ont écrit l'histoire de la découverte de ces îles. Ces
auteurs, qui paraissent en général dignes de foi, parlent de plusieurs
arbres situés dans la partie la plus élevée du pays, et desquels
dégoutte une eau claire qui tombe dans des fosses creusées exprès.
Ils ajoutent qu'elle est excellente à boire. Dans un autre endroit,
ils citent le milieu de l'île, qui est très-haut, comme couvert d'une
immense forêt de pins. L'état des choses a pu changer depuis le temps
de ces deux écrivains; mais ce qu'ils racontent explique parfaitement
le merveilleux.

«Un autre témoignage va fixer le degré de croyance que l'on doit
accorder à l'histoire du singulier arbre de l'île de Fer. Abreu
Galindo, dans son traité manuscrit des Canaries, conservé dans les
registres du pays, dit qu'il voulut voir par lui-même ce que c'était
que cet arbre. Il s'embarqua donc et se fit conduire à un lieu nommé
_Tigulahe_, qui communique à la mer par un vallon, à l'extrémité
duquel, contre un gros rocher, se trouvait l'arbre saint que dans le
pays on nomme _garoë_. Il ajoute que c'est mal à propos qu'on l'a
nommé _til_ ou _tilo_ (tilleul), parce qu'il n'y ressemble pas du
tout. Son tronc a douze palmes de circonférence, quatre pieds de
diamètre, et à peu près quarante pieds de hauteur; les branches sont
très-ouvertes et touffues; son fruit ressemble à un gland avec son
capuchon; sa graine a la couleur et le goût aromatique des petites
amandes que contiennent les pommes de pin. Il ne perd jamais sa
feuille, c'est-à-dire que la vieille ne tombe que quand la jeune est
formée; et cette feuille est, comme celle du laurier, dure et
luisante, mais plus grande, courbée, et assez large. Il y a tout
autour de l'arbre une grande ronce qui entoure aussi plusieurs de ses
rameaux, et aux environs sont quelques hêtres, des broussailles et des
buissons.

»Du côté du nord sont deux grands piliers de vingt pieds carrés, et
creusés de vingt palmes de profondeur, faits de pierre, et divisés
pour que l'eau tombe dans l'un et se conserve dans l'autre, etc. Il
arrive généralement tous les jours, surtout le matin, qu'il s'élève de
la mer, non loin de la vallée, des vapeurs et des nuages; ils sont
portés par le vent d'est, qui est le plus fréquent dans cet endroit,
contre les rochers qui les retiennent. Ces vapeurs s'amoncellent sur
l'arbre qui les absorbe, et coulent en eau goutte à goutte sur ses
feuilles polies. La grande ronce, les arbustes et les buissons qui
sont autour distillent de la même manière. Plus le vent d'est règne,
plus la récolte d'eau est abondante. On ramasse alors plus de vingt
flacons d'eau. Un homme qui garde l'arbre, et qui pour cela est
salarié, la distribue aux voisins, etc.

»Il en est donc de l'arbre de l'île de Fer comme de beaucoup d'autres
phénomènes physiques qui, exagérés et revêtus de circonstances
invraisemblables, ont dû passer pour des contes, mais qui, réduits à
leur juste valeur, deviennent des choses toutes simples. Le garoë a pu
exister. Nous voyons tous les jours dans nos jardins, après un
brouillard épais, les arbres qui ont les feuilles dures et polies,
tels que les orangers, les lauriers-roses, les lauriers-cerises, tout
couverts d'eau. Supposons dans un pays chaud un lieu où les
brouillards s'amoncellent sans cesse, les végétaux qui y croîtront en
feront autant que nos lauriers-cerises. Sans leur secours, l'eau des
nuages, absorbée par la terre, ne sera d'aucune utilité pour le pays,
et retournera à l'Océan par des issues cachées. On pouvait donc
renouveler l'arbre saint qui était très-vieux, lorsqu'un ouragan le
déracina en 1625. Il fut dressé un procès-verbal de ce malheur; et les
notables du pays, s'étant assemblés, firent jeter les feuilles du
garoë au lieu où tombait auparavant son eau.

»La description de l'arbre saint, donnée par Galindo, convient
parfaitement au _laurus indica_, bel arbre qui croît naturellement sur
le sommet des montagnes de toutes les Canaries»[19].

                   [Note 19: Essai sur les îles Fortunées, par M.
                   Bory-Saint-Vincent, p. 220, etc.]

Lancerotta est à quarante-huit lieues de la grande Canarie, vers le
nord-est; sa longueur est de douze lieues. Ses seules richesses sont
la chair de chèvre et l'orseille. Elle a le titre de comté. Elle
envoie chaque semaine à Canarie, à Ténériffe et à Palma des barques
chargées de chair de chèvre séchée qui s'appelle _tussinetta_, et dont
on se sert dans ces îles au lieu de lard.

Une chaîne de montagnes qui la divise sert d'asile à quelques bêtes
sauvages, qui n'empêchent pas les chèvres et les moutons d'y paître
tranquillement; mais il y a peu de bêtes à cornes, et moins encore de
chevaux. Les vallées sont sèches et sablonneuses; elles ne laissent
pas de produire de l'orge et du froment médiocre. Du côté du nord, à
la distance d'une lieue, elle a une autre petite île qui se nomme
_Gratiosa_. Les plus grands vaisseaux passent sans danger dans
l'intervalle.

On ne croit Fuerte-Ventura éloignée que de cinquante lieues du
promontoire de Guer en Afrique, et de dix-huit à l'est de la grande
Canarie. On lui donne vingt-trois lieues de long sur six de large;
elle appartient au seigneur de Lancerotta. Ses productions sont le
froment, l'orge, les chèvres et l'orseille; elle ne produit pas plus
de vin que Lancerotta.

Dapper dit que Fuerte-Ventura a trois villes sur les côtes: Lanagla,
Tarafalo et Pozzo-Negro. Du côté du nord, elle a le port de Chabras et
un autre à l'ouest, dont on vante la bonté. Entre cette île et celle
de Lancerotta, les plus nombreuses flottes peuvent trouver une
retraite sûre et commode; mais la côte est dangereuse au nord-est, et
la mer y bat continuellement contre une multitude de rocs.

Il manque tant de circonstances aux anciennes descriptions du pic de
Ténériffe, qu'il doit être agréable au lecteur de les trouver ici
rassemblées dans un nouvel article, d'après les relations des
voyageurs modernes[20].

                   [Note 20: Ceci est écrit en 1780.]

La fameuse montagne de Teide, qu'on nomme communément le pic de
Ténériffe, cause une égale admiration de près ou dans l'éloignement.
Elle étend sa base jusqu'à Garachico, d'où l'on compte deux journées
et demie de chemin jusqu'au sommet. Quoiqu'elle paraisse se terminer
en pointe fort aiguë, comme un pain de sucre, avec lequel elle a
d'ailleurs beaucoup de ressemblance, elle est plate néanmoins à
l'extrémité, dans l'étendue de plus d'un arpent. Le centre de cet
espace est un gouffre. On peut y monter pendant un mille sur des mules
ou sur des ânes; mais il faut continuer le voyage à pied avec de
grandes difficultés. Chacun est obligé de porter ses provisions de
vivres.

Toute la partie d'en haut est ouverte et stérile, sans aucune
apparence d'arbre et de buisson. Il en sort du côté du sud plusieurs
ruisseaux de soufre qui descendent dans la région de la neige: aussi
paraît-elle entremêlée, dans plusieurs endroits, de veines de soufre.
Si l'on jette une pierre dans le gouffre, elle y retentit comme un
vaisseau creux de cuivre contre lequel on frapperait avec un marteau
d'une prodigieuse grosseur; aussi les Espagnols lui ont-ils donné le
nom de _chaudron du diable_. Mais les naturels de l'île étaient
persuadés sérieusement que c'est l'enfer, et que les âmes des méchans
y faisaient leur séjour pour être tourmentées sans cesse; tandis que
celles des bons habitaient l'agréable vallée où l'on a bâti la ville
de Laguna: en effet, le monde entier n'a pas de canton où la
température de l'air soit plus douce, ni de perspective plus riante
que celle qu'on a du centre de cette plaine.

En 1652, des marchands anglais voulurent visiter le pic; ils partirent
d'Orotava, ville située à une demi-lieue de la côte septentrionale de
l'île de Ténériffe. Leur marche ayant commencé à minuit, ils
arrivèrent à huit heures du matin au pied de la montagne, où ils
s'arrêtèrent sous un grand pin pour s'y rafraîchir jusqu'à deux heures
après midi; ensuite continuant leur chemin au travers de plusieurs
montagnes sablonneuses et stériles, sans y trouver un seul arbre, ils
eurent beaucoup à souffrir de la chaleur jusqu'au pied du pic, où ils
ne trouvèrent pour abri que de gros rochers, qui semblaient y être
tombés de quelque partie de la montagne.

À six heures du soir, ils commencèrent à monter le pic; mais, après
avoir marché l'espace d'un mille, ils trouvèrent le chemin si
difficile pour les chevaux, qu'ils prirent le parti de les laisser
derrière eux avec leurs domestiques. Pendant ce premier mille
quelques-uns des voyageurs ressentirent des faiblesses et des maux de
coeur. D'autres furent tourmentés par des vomissemens et des
tranchées; mais ce qui parut encore plus surprenant, le crin des
chevaux se dressa. Ayant demandé du vin, qu'on portait dans de petits
barils, ils le trouvèrent si froid, qu'ils n'en purent boire sans
l'avoir fait chauffer: cependant l'air était calme et modéré; mais,
vers le coucher du soleil, le vent devint si violent et si froid,
qu'étant forcés de s'arrêter sous les rocs, ils y allumèrent de grands
feux pendant toute la nuit.

Ils recommencèrent à monter vers quatre heures du matin. Après avoir
fait l'espace d'un mille, un des voyageurs se trouva si mal, qu'il fut
obligé de retourner sur ses pas. Là commencent les rochers noirs. Le
reste de la compagnie continua sa marche jusqu'au pain de sucre,
c'est-à-dire à l'endroit où le pic commence à prendre cette forme. La
plus grande difficulté qu'ils y eurent à combattre, fut le sable
blanc, contre lequel néanmoins ils s'étaient munis, en prenant avec
eux des souliers dont la semelle était plus large d'un doigt que le
cuir supérieur: ils gagnèrent avec beaucoup de peine le dessus des
rochers noirs, qui est plat comme un pavé. Comme il ne leur restait
plus qu'un mille jusqu'au sommet, ils sentirent redoubler leur
courage; et, sans être tentés de se reposer, ils gagnèrent enfin la
cime. Leur crainte avait été d'y trouver la fumée aussi épaisse
qu'elle leur avait paru d'en bas; mais ils n'y sentirent que des
exhalaisons assez chaudes, dont l'odeur était celle du soufre.

Dans la dernière partie de leur marche, ils ne s'étaient aperçus
d'aucune altération dans l'air, et le vent n'avait pas été fort
impétueux; mais ils le trouvèrent si violent au sommet, qu'ayant voulu
commencer par boire à la santé du roi, et faire une décharge de leurs
fusils, à peine pouvaient-ils se soutenir. Ils avaient besoin de
réparer leurs forces, que la fatigue avait épuisées. Leur surprise
augmenta beaucoup, lorsque, ayant voulu goûter de l'eau-de-vie, ils la
trouvèrent sans force; le vin, au contraire, leur parut plus vif et
plus spiritueux qu'auparavant.

Le sommet du pic sur lequel ils étaient sert comme de bord au fameux
gouffre que les Espagnols appellent _Caldera_. Ils jugèrent que
l'ouverture peut avoir une portée de mousquet de diamètre, et qu'elle
s'étend vers le fond l'espace d'environ deux cent quarante pieds. Sa
forme est celle d'un entonnoir; ses bords sont couverts de petites
pierres tendres, mêlées de soufre et de sable, qui sont si
dangereuses, que l'un des voyageurs, ayant tenté de remuer une pierre
assez grosse, faillit d'être suffoqué. Les pierres même sont si
chaudes, qu'on ne peut y toucher sans précaution. Personne n'osa
descendre plus de douze ou quinze pieds, parce que, le terrain
s'enfonçant sous les pieds, on fut arrêté par la crainte de ne pouvoir
remonter facilement; mais on prétend que des voyageurs plus hardis en
ont couru les risques, et qu'étant parvenus jusqu'au fond, ils n'y ont
rien trouvé de plus remarquable qu'une espèce de soufre clair, qui
paraît comme du sel sur les pierres.

Du haut de cette célèbre montagne, les marchands anglais découvrirent
la grande Canarie, qui est à douze lieues; l'île de Palme, éloignée
de vingt; celle de Gomera, qui n'en est qu'à six lieues; et celle de
Fer, à plus de vingt-cinq; mais leur vue s'étendait à l'infini sur la
surface de l'Océan; et l'on en doit juger par une simple remarque:
c'est que la distance de Ténériffe à Gomera ne paraissait pas plus
grande que la largeur de la Tamise à Londres.

Aussitôt que le soleil parut à l'horizon, l'ombre du pic parut couvrir
non-seulement l'île de Ténériffe et celle de Gomera, mais toute la
mer, aussi loin que les yeux pouvaient s'étendre; et la pointe du mont
semblait tourner distinctement, et se peindre en noir dans les airs.
Lorsque le soleil eut acquis un peu d'élévation, les nuées se
formèrent si vite, qu'elles firent perdre tout d'un coup aux marchands
la vue de la mer, et même celle de l'île de Ténériffe, à la réserve de
quelques pointes de montagnes voisines qui semblaient percer au
travers. Nos observateurs ne purent savoir si ces nuées s'élèvent
quelquefois au-dessus du pic même; mais, quand on est au-dessous, on
s'imaginerait qu'elles sont suspendues sur la pointe, ou plutôt
qu'elles l'enveloppent; et cette apparence est constante pendant les
vents de nord-ouest: c'est ce que les habitans appellent _le Cap_. Ils
le regardent comme le pronostic certain de quelque tempête.

Un des mêmes marchands, qui recommença le voyage deux ans après,
arriva au sommet du pic avant le jour. S'étant mis à couvert sous un
roc pour se garantir de la fraîcheur de l'air, il s'aperçut bientôt
que ses habits étaient fort humides; il jeta les yeux autour de lui,
et sa surprise fut extrême de voir quantité de gouttes d'eau couler le
long des rocs. Il remarqua aussi que du sommet des autres montagnes il
s'écoule continuellement de petites veines d'eau qui se rassemblent,
ou qui se dispersent, suivant la facilité qu'elles trouvent à leur
passage.

Après avoir passé quelque temps au sommet du pic, les Anglais
descendirent par une route sablonneuse jusqu'au bas de ce qu'on
appelle le pain de sucre; et comme elle est si raide qu'on la croirait
perpendiculaire, ils en furent bientôt dégagés. En jetant les yeux
dans cet endroit, ils découvrirent une grotte qui leur causa de
l'admiration; sa forme est celle d'un four dont l'ouverture serait au
sommet. Ils eurent la curiosité d'y descendre avec des cordes, dont
ils firent tenir le bout par leurs domestiques. La profondeur de cette
grotte est de trente pieds, et sa largeur de quarante-cinq. En
descendant, ils furent obligés de s'arrêter sur un tas de neige fort
dure, pour éviter un trou rempli d'eau, qui a l'apparence d'un puits,
et qui est directement au-dessous de l'ouverture de la grotte. Il a
six brasses de profondeur. Les Anglais ne purent juger si c'est une
source d'eau vive, ou l'assemblage de la neige fondue, ou la
distillation des rochers. De tous les côtés de la grotte, on voit des
glaçons suspendus, qui descendent jusqu'au tas de neige dont le fond
est rempli; mais nos voyageurs, bientôt incommodés de l'excès du
froid, quittèrent ce lieu pour continuer de descendre. Ils arrivèrent
à Orotava vers cinq heures du soir, le visage si rouge et si cuisant,
que, pour se rafraîchir, ils furent obligés de se faire laver
long-temps la tête avec des blancs d'oeufs.

Joignons à cette relation celle d'un Anglais fort instruit, nommé M.
Édens, plus curieuse et plus détaillée que la première.

Le mardi 13 août 1715, à dix heures et demie du soir, Édens,
accompagné de quatre Anglais et d'un Hollandais, avec des domestiques
et des chevaux pour le transport de leurs provisions, partit du port
d'Orotava: leur guide était le même qui avait servi depuis plusieurs
années à tous les étrangers qui avaient fait ce voyage.

Ils arrivèrent avant minuit à la ville d'Orotava; et, suivant les
instructions du guide, ils y prirent des bâtons d'une forme commode
pour faciliter leur marche.

Le jour suivant, à une heure du matin, ils s'avancèrent jusqu'au pied
d'une montagne fort raide, à un mille et demi de la ville; et,
commençant à voir autour d'eux à la faveur de la lune qui était fort
claire, ils découvrirent le pic, environné d'une nuée blanche qui le
couvrait comme un chapeau. De là, suivant le pied de la montagne, ils
gagnèrent une plaine que les Espagnols ont nommée _Dornajito en el
Monte verte_, c'est-à-dire Petit trou dans la Montagne verte: ce nom
lui vient, comme l'auteur le suppose, d'un trou très-profond qu'on
trouve un peu plus loin sur la droite, dans lequel tombe une eau pure
et fraîche qui descend des montagnes. Après avoir marché par des
chemins tantôt rudes, tantôt fort aisés, ils arrivèrent à trois heures
près d'une petite croix de bois que les Espagnols appellent _la Cruz
de la Solera_, d'où ils aperçurent le pic devant eux; mais, quoique
depuis la ville ils eussent monté presque continuellement par divers
détours, il ne leur parut pas moins élevé, et les nuées blanches en
couvraient encore la pointe.

Un demi-mille plus loin, ils se trouvèrent sur le dos de la montagne,
fort rude et fort escarpée, qui se nomme _Caravalla_, nom qui lui
vient d'un grand pin que leur guide les pria d'observer: cet arbre
jette en effet une grande branche qui, par la manière dont elle
s'avance au-delà des autres, a l'air d'un mât, tandis que les autres
forment une touffe qui ressemble à la partie d'avant d'une caravelle;
on trouve d'ailleurs des deux côtés un grand nombre d'autres pins.
Entre ces arbres ils virent plusieurs ruisseaux de soufre enflammé qui
descendaient de la montagne en serpentant, et de petits tourbillons de
fumée qui s'élevaient des lieux où le soufre avait commencé à
s'enflammer. Ils eurent le même spectacle la nuit suivante, lorsqu'ils
se retirèrent sous les rocs pour s'y reposer; mais ils ne purent
découvrir d'où venait l'inflammation, ni ce que devenaient ensuite les
ruisseaux ardens.

Vers cinq heures du soir, ils arrivèrent au sommet de la montagne, où
ils trouvèrent un fort gros arbre, que les Espagnols appellent _el
Pino de la Merianda_, c'est-à-dire l'arbre de la Collation. Le feu que
différens voyageurs ont fait au pied en a découvert le tronc, et fait
couler beaucoup de térébenthine. Nos Anglais en allumèrent un grand à
peu de distance, et s'arrêtèrent pour se rafraîchir. Ils aperçurent
quantité de lapins, qui ont peuplé ces lieux déserts et sablonneux.
Depuis cet endroit, quoique assez près du pain de sucre, on est fort
incommodé par l'abondance du sable.

Ils se remirent en marche vers six heures, et trois quarts d'heure
après ils arrivèrent à _Portillo_, c'est-à-dire à l'ouverture de
plusieurs grands rocs, d'où ils recommencèrent à découvrir le pic, qui
ne leur paraissait plus qu'à deux milles et demi d'eux. Leur guide les
assura qu'ils étaient à la même distance du port. Mais le pic ne
cessait pas de leur paraître enveloppé de nuées blanches. À sept
heures et demie, ils arrivèrent à _las Faldas_, c'est-à-dire aux
avenues du pic, d'où jusqu'à la Stancha, qui n'est qu'à un quart de
mille du pain de sucre, ils eurent à marcher sur de petites pierres si
mobiles, que les chevaux y enfonçaient jusqu'au-dessus du pied. La
couche en devait être fort épaisse, puisque Édens y fit un grand trou
sans en pouvoir trouver le fond.

À mesure qu'on s'approche du pain de sucre, on voit quantité de grands
rocs dispersés, qui, suivant le récit du guide, ont été précipités du
sommet par d'anciens volcans. Il s'en trouve aussi des tas qui ont
plus de soixante toises de longueur, et Édens observe que plus ils
sont loin du pic, plus ils ressemblent à la pierre commune des rocs;
mais ceux qui sont moins éloignés paraissent plus noirs et plus
solides. Il y en a même qui ont la couleur du caillou, avec une sorte
de brillant, qui fait juger qu'ils n'ont point été altérés par le feu,
au lieu que la plupart des autres tirent beaucoup sur le charbon de
forge, ce qui ne laisse pas douter que, de quelque lieu qu'ils
viennent, ils n'aient souffert les impressions d'une ardente chaleur.

À neuf heures, les voyageurs arrivèrent à la Stancha, un quart de
mille au-dessus du pied du pic, au côté de l'est. Ils y trouvèrent
trois ou quatre grands rocs durs et noirs, qui s'avancent assez pour
mettre plusieurs personnes à couvert. Ils placèrent leurs chevaux dans
ce lieu, et, cherchant pour eux-mêmes une retraite commode, ils
commencèrent par se livrer tranquillement au sommeil. Ensuite leurs
gens préparèrent diverses sortes de viandes qu'ils avaient apportées.
Comme leur dessein était de se reposer pendant tout le jour, Édens
profita du temps pour observer mille objets qui le frappaient
d'admiration. À l'est du pic, on voit, à quatre ou cinq milles de
distance, plusieurs montagnes qui s'appellent _Malpesses_; et plus
loin, au sud, celle qui porte le nom de montagne de Rijada. Tous ces
monts étaient autrefois des volcans, comme Édens ne croit pas qu'on en
puisse douter à la vue des rocs noirs et des pierres brûlées qui s'y
trouvent, et qui ressemblent à tout ce qu'on rencontre aux environs du
pic. Si l'on s'en rapporte aux réflexions d'Édens, rien n'est
comparable à cet amas confus de débris entassés les uns sur les
autres, qui peuvent passer pour une des plus grandes merveilles de
l'univers. Après avoir dîné avec beaucoup d'appétit, les voyageurs
voulurent recommencer à dormir; mais, étant reposés de la fatigue qui
les avait forcés d'abord au sommeil, ils ne purent fermer les yeux
dans un endroit si peu commode; et leur unique ressource fut de jouer
aux cartes pendant le reste de l'après-midi. Vers les six heures du
soir, ils découvrirent la grande Canarie, qu'ils avaient à l'est un
quart sud.

La faim redevint si pressante, qu'on fit un second repas avant neuf
heures. Chacun se promit ensuite de pouvoir dormir sous le rocher. On
se fit des lits avec des habits, et l'on choisit des pierres pour
oreillers. Mais il fut impossible de goûter un moment de repos. Le
froid tourmentait ceux qui s'étaient éloignés du feu. La fumée n'était
pas moins incommode à ceux qui s'en approchaient. D'autres étaient
persécutés par les mouches, avec un extrême étonnement d'en trouver un
si grand nombre dans un lieu où l'air est si rude et si perçant
pendant la nuit. Édens s'imagine qu'elles y sont attirées par les
chèvres qui grimpent quelquefois sur ces rocs; d'autant plus que, dans
une caverne fort proche du sommet de la montagne, il trouva une chèvre
morte. Elle n'avait pu monter si haut sans beaucoup de peine; et
s'étant sans doute échauffée dans sa marche, le froid l'avait saisie
jusqu'à lui causer la mort; à moins qu'on ne veuille supposer qu'elle
était morte de faim, ou peut-être de quelque vapeur sulfureuse qui
l'avait étouffée; ce qui paraît plus probable, parce qu'Édens ajoute
qu'elle s'était séchée jusqu'à tomber presqu'en poudre. Enfin, le
guide ayant averti qu'il était temps de partir, on se remit en marche
à une heure après minuit. Comme le chemin ne permettait pas de mener
les chevaux, on laissa dans le même lieu quelques hommes pour les
garder.

Entre la Stancha et le sommet du pic, on rencontre deux montagnes fort
hautes, chacune d'un demi-mille de marche. La première est parsemée de
petits cailloux, sur lesquels il est aisé de glisser: l'autre n'est
qu'un amas monstrueux de grosses pierres, qui ne tiennent à la terre
que par leur poids, et qui sont mêlées avec beaucoup de confusion.
Après s'être reposé plusieurs fois, les voyageurs arrivèrent au
sommet de la première montagne, où ils prirent quelques
rafraîchissemens; ensuite ils commencèrent à monter la seconde, qui
est plus haute que la première, mais plus sûre pour la marche, parce
que la grosseur des pierres les rend plus fermes. Ils n'en essuyèrent
pas moins de fatigue pendant une grosse demi-heure, après laquelle ils
découvrirent le pain de sucre, qui leur avait été caché par
l'interposition des deux montagnes.

Au sommet de la seconde, ils trouvèrent le chemin assez uni, dans
l'espace d'un quart de mille, jusqu'au pied du pain de sucre, où,
regardant leurs montres, ils furent surpris qu'il fût déjà trois
heures. La nuit était fort claire, et la lune se faisait voir avec
beaucoup d'éclat; mais ils voyaient sur la mer des tas de nuées qui
paraissaient au-dessous d'eux comme une vallée extrêmement profonde.
Ils avaient le vent assez frais au sud-est quart sud, où il demeura
continuellement pendant tout le voyage. Pendant une demi-heure qu'ils
furent assis au pied du pain de sucre, ils virent sortir en plusieurs
endroits une vapeur semblable à la fumée, qui, s'élevant en petits
nuages, disparaissait bientôt, et faisait place à d'autres petits
tourbillons qui suivaient les premiers. À trois heures et demie, ils
se remirent à monter dans la plus pénible partie du voyage. Édens et
quelques autres, ne ménageant pas leur marche, parvinrent au sommet
dans l'espace d'un quart d'heure, tandis que le guide et le reste de
la compagnie n'y arrivèrent qu'à quatre heures.

Le sommet du pic est un ovale, dont le plus long diamètre s'étend du
nord-nord-ouest au sud-est. Autant qu'Édens en put juger, il n'a pas
moins de cent quarante toises de longueur sur environ cent dix de
largeur. Il renferme dans ce circuit un grand gouffre, qu'on a nommé
_Caldera_, c'est-à-dire la chaudière, dont la partie la plus profonde
est au sud. Il est assez escarpé sur tous ses bords, et, dans quelques
endroits, il ne l'est pas moins que la descente du pain de sucre.
Toute la compagnie descendit jusqu'au fond, où elle trouva, vers
quarante toises de profondeur, des pierres si grosses, que plusieurs
surpassaient la hauteur d'un homme; la terre, dans l'intérieur de la
chaudière, peut se pétrir comme une sorte de pâte; et si on l'allonge
dans la forme d'une chandelle, on est surpris de la voir brûler comme
du soufre. Au dedans et au dehors on trouve quantité d'endroits
brûlans, et lorsqu'on y lève une pierre, on y voit du soufre attaché.
Au-dessus des trous d'où l'on voit sortir de la fumée, la chaleur est
si ardente, qu'il est impossible d'y tenir long-temps la main. La
grotte où Édens trouva une chèvre morte est au nord-est, dans
l'enceinte du sommet. Le guide l'assura qu'il s'y distillait souvent
du véritable esprit de soufre (acide sulfurique); mais ce phénomène ne
parut point dans le peu de temps que les Anglais y passèrent.

Édens observe que c'est une erreur de s'imaginer, avec les auteurs de
quelques relations, que la respiration soit difficile au sommet du
pic; il rend témoignage qu'il n'y respira pas moins qu'au pied; il n'y
mangea pas non plus avec moins d'appétit. Avant le lever du soleil, il
trouva l'air aussi froid qu'il l'eut jamais ressenti en Angleterre
dans les plus rudes hivers. À peine put-il demeurer sans ses gants. Il
tomba une rosée si abondante, que tout le monde eut ses habits
mouillés. Cependant le ciel ne cessa point d'être fort serein. Un peu
après que le soleil fut levé, ils virent sur la mer l'ombre du pic,
qui s'étendait jusqu'à l'île de Gomera, et celle du sommet leur
paraissait imprimée dans le ciel comme un autre pain de sucre. Mais,
les nuées étant assez épaisses autour d'eux, ils ne découvrirent pas
d'autres îles que la grande Canarie et Gomera.

À six heures du matin, ils pensèrent à partir pour retourner sur leurs
traces. À sept heures, ils arrivèrent près d'une citerne d'eau qu'ils
n'avaient pas remarquée en montant, et qui passe pour être sans fond.
Leur guide les assura que c'était une erreur, et que sept à huit ans
auparavant il l'avait vue à sec pendant les agitations d'un furieux
volcan. Édens jugea que cette citerne peut avoir trente-cinq brasses
de long sur douze de large, et que sa profondeur ordinaire est
d'environ quatorze brasses. Elle a sur ses bords une matière blanche
que les Anglais, sur la foi de leur guide, prirent pour du salpêtre.
Il s'y trouvait aussi, dans plusieurs endroits, de la glace et de la
neige, l'une et l'autre fort dures, quoique couvertes d'eau. Édens fit
prendre de cette eau dans une bouteille, et ne fit pas difficulté d'en
boire avec un peu de sucre; mais il n'en avait jamais bu de si froide.
Du côté droit, il y avait un grand amas de glaçons qui s'élevaient en
pointe, et d'où les Anglais s'imaginèrent que l'eau coulait dans la
citerne.

Trois ou quatre milles plus bas, ils découvrirent une autre grotte qui
était remplie de squelettes et d'os humains. Ils en virent
quelques-uns d'une grandeur si extraordinaire, qu'ils les prirent pour
des os de géans. Mais ils ne purent apprendre d'où venaient tant de
cadavres, ni quelle était l'étendue de la caverne.

Un Portugais, qui avait voyagé dans les Indes occidentales, répétait
souvent qu'il ne doutait pas que l'île de Ténériffe n'eût d'aussi
bonnes mines que celles du Mexique et du Pérou. Enfin un ami d'un
voyageur avait tiré de quoi faire deux cuillères d'argent, de quelques
charges de terre qu'il avait apportées du même côté des montagnes. On
y trouve encore des eaux nitreuses, et des pierres couvertes d'une
rouille couleur de safran, qui a le goût du fer.

Ce voyageur raconte que, sa qualité de médecin lui ayant fait rendre
des services considérables aux insulaires, il obtint d'eux la liberté
de visiter leurs cavernes sépulcrales; spectacle qu'ils n'accordent à
personne, et qu'on ne peut se procurer malgré eux sans exposer sa vie
au dernier danger. Ils ont une extrême vénération pour les corps de
leurs ancêtres, et la curiosité des étrangers passe chez eux pour une
profanation. Dans leur petit nombre et leur pauvreté, ils sont si
fiers et si jaloux de leurs usages, que le plus vil de leur nation
dédaignerait de prendre une Espagnole en mariage. L'auteur, se
trouvant donc à Guimar, ville peuplée presque uniquement des
descendans des anciens Guanches, eut le crédit de se faire conduire à
leurs grottes. Ce sont des lieux anciennement creusés dans les
rochers, ou formés parla nature, qui ont plus ou moins de grandeur,
suivant la disposition du terrain. Les corps y sont cousus dans des
peaux de chèvre avec des courroies de la même matière, et les coutures
si égales et si unies, qu'on n'en peut trop admirer l'art. Chaque
enveloppe est exactement proportionnée à la grandeur du corps; mais ce
qui cause beaucoup d'admiration, c'est que tous les corps y sont
presque entiers. On trouve également dans ceux des deux sexes les
yeux, mais fermés, les cheveux, les oreilles, le nez, les dents, les
lèvres, la barbe, et jusqu'aux parties naturelles. L'auteur en compta
trois ou quatre cents dans différentes grottes, les uns debout,
d'autres couchés sur des lits de bois, que les Guanches ont l'art de
rendre si dur, qu'il n'y a pas de fer qui puisse le percer.

Un jour que l'auteur était à prendre des lapins au furet, chasse fort
usitée dans l'île de Ténériffe, ce petit animal, qui avait un grelot
au cou, le perdit dans un terrier, et disparut lui-même sans qu'on pût
reconnaître ses traces. Un des chasseurs à qui il appartenait, s'étant
mis à le chercher au milieu des rocs et des broussailles, découvrit
l'entrée d'une grotte des Guanches. Il y entra; mais sa frayeur se fit
connaître aussitôt par ses cris. Il y avait aperçu un cadavre d'une
grandeur extraordinaire, dont la tête reposait sur une pierre, les
pieds sur une autre, et le corps sur un lit de bois. Le chasseur,
devenu plus hardi en se rappelant les idées qu'il avait sur la
sépulture des Guanches, coupa une grande pièce de la peau que le mort
avait sur l'estomac. L'auteur de cette relation rend témoignage
qu'elle était plus douce et plus souple que celle de nos meilleurs
gants, et si éloignée de toute sorte de corruption, que le même
chasseur l'employa pendant plusieurs années à d'autres usages. Ces
cadavres sont aussi légers que la paille. L'auteur, qui en avait vu
quelques-uns de brisés, proteste qu'on y distingue les nerfs, les
tendons, et même les veines et les artères, qui paraissaient comme
autant de petites cordes.

Si l'on s'en rapporte aujourd'hui aux plus anciens Guanches, il y
avait parmi leurs ancêtres une tribu particulière qui avait l'art
d'embaumer les corps, et qui le conservait comme un mystère sacré qui
ne devait jamais être communiqué au vulgaire. Cette même tribu
composait le sacerdoce, et les prêtres ne se mêlaient point avec les
autres tribus par des mariages; mais, après la conquête de l'île, la
plupart furent détruits par les Espagnols, et leur secret périt avec
eux. La tradition n'a conservé qu'un petit nombre d'ingrédiens qui
entraient dans cette opération: c'était du beurre mêlé de graisse
d'animal, qu'on gardait exprès dans des peaux de chèvre. Ils faisaient
bouillir cet onguent avec certaines herbes, telles qu'une espèce de
lavande qui croît en abondance entre les rocs, et une autre herbe
nommée _lara_, d'une substance gommeuse et glutineuse qui se trouve
sur le sommet des montagnes; une autre plante, qui était une sorte de
_cyclamen_ ou pain de pourceau; la sauge sauvage, qui croît partout
dans les montagnes; enfin plusieurs autres simples qui faisaient de ce
mélange un des meilleurs baumes du monde. Après cette préparation, on
commençait par vider le corps de ses intestins, et le laver avec une
lessive faite d'écorce de pin, séchée au soleil pendant l'été, ou dans
une étuve en hiver. Cette purification était répétée plusieurs fois.
Ensuite on faisait l'onction au dedans et au dehors, avec grand soin
de la laisser sécher à chaque reprise. On la continuait jusqu'à ce que
le baume eût entièrement pénétré le cadavre, et que, la chair se
retirant, on vît paraître tous les muscles. On s'apercevait qu'il ne
manquait rien à l'opération lorsque le corps était devenu extrêmement
léger; alors on le cousait dans des peaux de chèvre, comme on l'a déjà
fait observer[21]. Il est remarquable que, pour éviter la dépense,
lorsqu'il était question des pauvres, on leur ôtait le crâne: ils
étaient cousus aussi dans des peaux, mais auxquelles on laissait le
poil; au lieu que celles des riches étaient si fines, et passées si
proprement, qu'elles se conservent fort douces et fort souples
jusqu'aujourd'hui.

                   [Note 21: Comme les anciens navigateurs
                   connaissaient les Canaries, on peut conjecturer que
                   cet art d'embaumer les corps a été enseigné aux
                   Guanches par les Égyptiens, qui l'ont conservé chez
                   eux jusqu'à nos jours.]

Les Guanches racontent qu'ils ont plus de vingt grottes de leurs rois
et de leurs grands hommes, inconnues, même parmi eux, excepté à
quelques vieillards qui sont dépositaires de ce secret, et qui ne
doivent jamais le révéler. Enfin l'auteur observe que la grande
Canarie a ses grottes comme Ténériffe, et que les morts y étaient
ensevelis dans des sacs; mais que, loin de les conserver si bien, les
corps y sont entièrement consumés.

Les Guanches ont dans ces lieux funèbres des vases d'une terre si
dure, qu'on ne peut venir à bout de les casser. Les Espagnols en ont
trouvé dans plusieurs grottes, et s'en servent au feu pour les usages
de la cuisine.

Scory nous apprend que les anciens Guanches avaient un officier public
pour chaque sexe, avec le titre d'embaumeur, dont le principal office
était de composer une certaine préparation de poudres différentes et
de plusieurs herbes mêlées ensemble, et liées avec du beurre de
chèvre; qu'après avoir lavé soigneusement les corps morts, ils les
frottaient pendant quinze jours avec ce baume, en les exposant au
soleil, et les tournant sans cesse jusqu'à ce qu'ils fussent
entièrement secs et raides (le temps pour cette cérémonie réglait pour
les parens la durée du deuil); qu'ensuite on enveloppait les corps
dans des peaux de chèvre cousues ensemble avec une adresse et une
propreté merveilleuse; qu'on les portait dans des cavernes profondes,
dont l'accès n'était permis qu'aux ministres des funérailles, et qu'on
les y plaçait couchés ou debout. Scory, étant à Ténériffe, avait vu
plusieurs de ces corps qui étaient ensevelis depuis plus de mille ans.
Cependant il n'ajoute point à quelles marques on pouvait leur
reconnaître tant d'antiquité. Purchas rend témoignage lui-même qu'il
avait vu deux de ces momies à Londres. On en voit une au cabinet
d'anatomie du Jardin du Roi, à Paris.

Quelques géographes mettent Madère au rang des Canaries. L'histoire de
la découverte de cette île offre beaucoup de circonstances qui
tiennent du roman: nous les rapporterons sans les garantir. Ces sortes
de détails, que nous nous permettons quelquefois, sont du goût de la
plupart des lecteurs, et varient l'uniformité des descriptions.

Sous le règne d'Édouard III, roi d'Angleterre, un homme d'esprit et de
courage, nommé Robert Macham, ayant conçu une passion fort vive pour
une jeune personne d'une naissance supérieure à la sienne, obtint la
préférence sur tous ses rivaux. Mais les parens de sa maîtresse, qui
se nommait Anne Dorset, s'aperçurent des sentimens de leur fille; et,
dans la résolution de ne pas souffrir un mariage qui blessait leur
fierté, ils se procurèrent un ordre du roi pour faire arrêter Macham,
jusqu'à ce que le sort d'Anne fût fixé par une autre alliance. Ils lui
firent épouser un homme de qualité. Anne fut aussitôt conduite à
Bristol, dans les terres de son mari. L'amant prisonnier obtint
immédiatement sa liberté; mais, animé par le ressentiment de son
injure autant que par sa passion, il entreprit de troubler le bonheur
de son rival. Quelques amis lui prêtèrent leur secours. Il se rendit à
Bristol, où, par des artifices ordinaires à l'amour, il trouva le
moyen de voir sa maîtresse. Elle n'avait pas perdu l'inclination qu'il
lui avait inspirée pour lui. Ils résolurent ensemble de quitter
l'Angleterre, et de chercher une retraite en France. Leur diligence
fut égale à leur témérité. Un jour qu'Anne feignit de vouloir prendre
l'air, elle se fit conduire au bord du canal par un domestique de
confiance; et, se mettant dans un bateau qui l'attendait, elle gagna
un vaisseau que son amant tenait prêt pour leur fuite.

L'ancre fut levée aussitôt, et les voiles tournées vers les côtes de
France. Mais l'inquiétude et la précipitation de Macham ne lui avaient
pas permis de choisir les plus habiles matelots de l'Angleterre. Le
vent d'ailleurs lui fut si peu favorable, qu'ayant perdu la terre de
vue avant la nuit, il se trouva le lendemain comme perdu dans
l'immensité de l'Océan. Cette situation dura treize jours, pendant
lesquels il fut abandonné à la merci des flots. La boussole n'était
point encore en usage dans la navigation. Enfin, le quatorzième jour
au matin, ses gens aperçurent fort près d'eux une terre qu'ils prirent
pour une île. Leur doute fut éclairci au lever du soleil, qui leur fit
découvrir des forêts d'arbres inconnus. Ils ne furent pas moins
surpris de voir quantité d'oiseaux d'une forme nouvelle, qui vinrent
se percher sur leurs mâts et leurs vergues sans aucune marque de
frayeur.

Ils mirent la chaloupe en mer. Plusieurs matelots y étant descendus
pour gagner la terre, revinrent bientôt avec d'heureuses nouvelles et
de grands témoignages de joie. L'île paraissait déserte; mais elle
leur offrait un asile après de si longues et si mortelles alarmes.
Divers animaux s'étaient approchés d'eux sans les menacer d'aucune
violence. Ils avaient vu des ruisseaux d'eau fraîche et des arbres
chargés de fruits. Macham et sa maîtresse, avec leurs meilleurs amis,
n'eurent plus d'empressement que pour aller se rafraîchir dans un si
beau pays. Ils s'y firent conduire aussitôt dans la chaloupe, en
laissant le reste de leurs gens pour la garde du vaisseau. Le pays
leur parut enchanté. La douceur des animaux ne les invitant pas moins
que celle de l'air et que la variété des fleurs et des fruits, ils
s'avancèrent un peu plus loin dans les terres. Bientôt ils trouvèrent
une belle prairie bordée de lauriers, et rafraîchie par un ruisseau
qui descendait des montagnes dans un lit de gravier. Un grand arbre
qui leur offrait son ombre leur fit prendre la résolution de s'arrêter
dans cette belle solitude. Ils y dressèrent des cabanes pour y prendre
quelques jours de repos et délibérer sur leur situation. Mais leur
tranquillité dura peu. Trois jours après, un orage arracha le vaisseau
de dessus les ancres, et le jeta sur les côtes de Maroc, où, s'étant
brisé contre les rochers, tout l'équipage fut pris par les Maures et
renfermé dans une étroite prison.

Macham, n'ayant retrouvé le lendemain aucune trace de son bâtiment,
conclut qu'il était coulé à fond. Cette nouvelle disgrâce répandit la
consternation dans sa troupe, et fit tant d'impression sur sa
compagne, qu'elle n'y survécut pas long-temps. Les premiers malheurs
gui avaient suivi son départ avaient abattu son courage; elle en avait
tiré de noirs présages, qui lui faisaient attendre quelque funeste
catastrophe. Mais ce dernier coup lui fit perdre jusqu'à l'usage de la
voix; elle expira deux jours après, sans avoir pu prononcer une
parole. Son amant, pénétré d'un accident si tragique, ne vécut que
cinq jours après elle, et demanda pour unique grâce à ses amis de
l'enterrer dans le même tombeau. Ils avaient creusé sa fosse au pied
d'une sorte d'autel qu'ils avaient élevé sous le grand arbre; ils y
placèrent aussi le malheureux Macham; et, mettant une croix de bois
sur ce triste monument, ils y joignirent une inscription qu'il avait
composée lui-même, et qui contenait en peu de mots sa pitoyable
aventure. Elle finissait par une prière aux chrétiens, s'il en venait
après lui dans le même lieu, d'y bâtir une église sous le nom de
_Jésus Sauveur_.

Après la mort du chef, le reste de la troupe ne pensa qu'à sortir d'un
lieu si désert. Tous les soins furent employés à mettre la chaloupe en
état de soutenir une longue navigation, et l'on mit à la voile dans la
vue, s'il était possible, de retourner en Angleterre; mais la force du
vent, ou l'ignorance des matelots, ayant fait prendre la même route
que le vaisseau, on alla tomber sur la même côte, et l'on n'y éprouva
pas un meilleur sort.

Les prisons de Maroc étaient alors remplies d'esclaves chrétiens de
toutes les nations, comme celles d'Alger le sont aujourd'hui. Il s'y
trouvait un Espagnol de Séville, nommé Jean de Moralès, qui, ayant
exercé long-temps la profession de pilote, prit beaucoup de plaisir au
récit des prisonniers anglais. Il apprit d'eux la situation du nouveau
pays qu'ils avaient découvert, et les marques de terre auxquelles il
pouvait être reconnu.

Dès qu'il fut libre, il offrit ses services à Jean Gonsalès Zarco,
gentilhomme portugais, chargé par le prince Henri de faire des
découvertes dans la mer d'Afrique, et qui, deux ans auparavant, avait
mouillé à Porto-Santo, dans le voisinage de Madère, et y avait laissé
quelques Portugais. Ce fut là qu'il dirigea sa route avec Moralès. Les
Portugais de Porto-Santo lui racontèrent, comme une vérité constante,
qu'au sud-ouest de l'île on voyait sans cesse des ténèbres
impénétrables qui s'élevaient de la mer jusqu'au ciel; que jamais on
ne s'apercevait qu'elles diminuassent, et qu'elles paraissaient
gardées par un bruit effrayant qui venait de quelque cause inconnue.
Comme on n'osait encore s'éloigner de la terre, faute d'astrolabe et
d'autres instrumens dont l'invention est postérieure, et qu'on
s'imaginait qu'après avoir perdu la vue des côtes, il était impossible
d'y retourner sans un secours miraculeux de la Providence, cette
prétendue obscurité passait pour un abîme sans fond, ou pour une
bouche de l'enfer.

Les exhortations de Moralès firent mépriser à Zarco ces fausses
terreurs. Ils jugèrent tous deux que ces ténèbres dont on voulait leur
faire un sujet d'épouvante étaient au contraire la marque certaine de
la terre qu'ils cherchaient. Cependant, après quelque délibération,
ils convinrent de s'arrêter à Porto-Santo jusqu'au changement de la
lune, pour observer quel effet il produirait sur l'ombre. La lune
changea sans qu'on s'aperçût de la moindre altération dans ce
phénomène. Alors tous les aventuriers furent saisis d'une si vive
terreur, qu'ils auraient abandonné leur entreprise, si Moralès n'était
demeuré ferme dans ses idées, soutenant toujours, d'après les
informations qu'il avait reçues des Anglais, que la terre qu'on
cherchait ne pouvait être bien loin. Il faisait comprendre à Zarco
que, cette terre étant sans cesse à couvert du soleil par l'épaisseur
de ses forêts, il en sortait une humidité continuelle qui produisait
cette nuée épaisse, l'objet de tant de craintes et de fausses
imaginations.

Enfin Zarco, ne consultant que son courage, mit à la voile un jour au
matin, sans avoir communiqué sa résolution à d'autres qu'à Moralès;
et, pour ne laisser rien manquer à sa découverte, il tourna
directement la proue de son vaisseau vers l'ombre la plus noire. Cette
hardiesse ne fit qu'augmenter les alarmes de son équipage. À mesure
qu'on avançait, l'obscurité paraissait plus épaisse. Elle devint si
terrible, qu'on osait à peine en soutenir la vue. Vers le milieu du
jour, on entendit un bruit épouvantable qui se répandait dans toute
l'étendue de l'horizon. Ce nouveau danger redoubla si vivement la
frayeur publique, que tous les matelots poussèrent de grands cris, en
suppliant le capitaine de leur sauver la vie et de changer de route.
Il les assembla d'un visage ferme, et, par un discours prononcé avec
le même courage, il leur inspira une partie de sa résolution. L'air
étant calme et les courans fort rapides, il fit conduire son vaisseau
le long de la nuée par deux chaloupes. Le bruit servait de marque pour
s'avancer ou se retirer, suivant qu'il paraissait plus ou moins
violent. Déjà la nuée commençait à diminuer par degrés. Du côté de
l'est, elle était sensiblement moins épaisse; mais les vagues ne
cessaient point de faire entendre un bruit effrayant. On crut bientôt
découvrir au travers de l'obscurité quelque chose de plus noir encore,
quoiqu'à la distance où l'on était, il fût impossible de le
distinguer. Quelques matelots assurèrent qu'ils avaient aperçu des
géans d'une prodigieuse hauteur: ce n'étaient que les rochers, qu'on
vit bientôt à découvert. La mer s'éclaircissant enfin, et les vagues
commençant à diminuer, Zarco et Moralès ne doutèrent plus qu'on ne fût
peu éloigné de la terre. Ils la virent presque aussitôt lorsqu'ils
n'osaient encore s'y attendre. La joie des matelots se conçoit plus
aisément qu'elle ne peut s'exprimer. Le premier objet qui frappa leurs
yeux fut une petite pointe, que Zarco nomma la pointe de
_Saint-Laurent_. Après l'avoir doublée, on eut au sud la vue d'une
terre qui s'étendait en montant; et l'ombre ayant tout-à-fait disparu,
la perspective devint charmante jusqu'aux montagnes.

Ruy Paes fut envoyé dans une chaloupe, avec Jean de Moralès, pour
reconnaître la côte. Ils entrèrent dans une baie, qu'ils trouvèrent
conforme à la description que Moralès avait reçue des Anglais. Étant
descendus au rivage, ils découvrirent sans peine le monument de
Macham, et les autres marques qu'ils s'attachèrent à distinguer. Après
avoir satisfait leur piété au tombeau des deux amans, ils portèrent
ces heureuses nouvelles au vaisseau. Zarco prit possession du pays au
nom du roi Jean, et du prince don Henri, chevalier et grand-maître de
l'ordre de Christ. Ensuite, rapportant ses premières vues à la
religion, il fit élever un nouvel autel près du tombeau de Macham. La
date de ce grand événement est le 8 de juillet, jour de sainte
Élisabeth, l'an 1420.

Le premier soin des aventuriers portugais fut de chercher dans le pays
des habitans et des bestiaux; mais ils n'y trouvèrent que des oiseaux
de diverses espèces, et si peu farouches, qu'ils se laissaient prendre
à la main. On résolut de suivre les côtes dans la chaloupe. Après
avoir doublé une pointe à l'ouest, on trouva une plage où quatre
belles rivières venaient se rendre dans la mer. Zarco remplit une
bouteille de la plus belle eau pour la porter au prince Henri. En
avançant plus loin, on trouva une seconde vallée couverte d'arbres,
dont quelques-uns étaient tombés. Zarco en fit une croix, qu'il éleva
sur le rivage, et nomma ce lieu _Santa-Cruz_. Un peu au delà, ils
passèrent une pointe qui s'avançait loin dans la mer, et, la trouvant
remplie d'un grand nombre de geais, ils lui donnèrent le nom de _Punta
dos Gralhos_, qu'elle conserve encore.

Cette pointe, avec une autre langue de terre qui en est à deux lieues,
forme un golfe, alors bordé de beaux cèdres, au delà duquel Zarco
découvrit encore une vallée d'où sortait une eau blanchâtre qui
formait un grand bassin avant d'entrer dans la mer. Tant d'agrémens
naturels engagèrent Zarco à faire descendre encore une fois ses gens
pour pénétrer plus loin dans les terres; mais quelques soldats chargés
de cet ordre revinrent bientôt lui apprendre qu'ils avaient vu de tous
côtés la mer autour d'eux, et par conséquent qu'ils étaient dans une
île, contre l'opinion de ceux qui avaient pris cette terre pour une
partie du continent d'Afrique.

Zarco ne pensa plus qu'à choisir dans l'intérieur du pays quelque lieu
propre à s'y établir. Il arriva dans une campagne assez vaste, et
moins couverte de bois que les autres cantons, mais si remplie de
fenouil, que la ville qu'on y a bâtie depuis, et qui est devenue la
capitale de l'île, en a tiré le nom de _Funchal_. Là, trois belles
rivières sortant de la vallée, et s'unissant pour se jeter dans la
mer, forment deux petites îles, dont la situation tenta Zarco d'en
faire approcher son vaisseau. Ensuite il continua sa route par terre
jusqu'à la même pointe qu'il avait vue au sud, où il avait planté une
croix. Il découvrit au delà un rivage si doux et si uni, qu'il lui
donna le nom de _Plaga hermosa_.

En continuant sa marche, Zarco s'approcha d'une pointe de rocher qui,
étant coupé par l'eau de la mer, formait une sorte de port. Il crut y
découvrir les traces de quelques animaux; ce qui rendit sa curiosité
d'autant plus vive, que jusqu'alors il n'en avait point encore aperçu;
mais il fut bientôt détrompé en voyant sauter dans l'eau un grand
nombre de veaux marins, ou phoques: ils sortaient d'une caverne que
l'eau avait creusée au pied de la montagne, et qui était devenue comme
le rendez-vous de ces animaux.

Les nuées devinrent si épaisses dans cet endroit, que, faisant
paraître les rochers beaucoup plus hauts, et trouver beaucoup plus
terrible le bruit des vagues qui venaient s'y briser, Zarco prit la
résolution de retourner vers son vaisseau. Il se pourvut d'eau, de
bois, d'oiseaux et de plantes de l'île, pour en faire présent au
prince Henri; et, remettant à la voile pour l'Europe, il arriva au
port de Lisbonne vers la fin d'août 1420, sans avoir perdu un seul
homme dans le voyage.

Le succès d'une si belle entreprise lui attira tant de considération à
la cour de Portugal, qu'on lui accorda publiquement un jour d'audience
pour faire le récit de ses découvertes. Il présenta au roi plusieurs
troncs d'arbres d'une grosseur extraordinaire; et sur l'idée qu'il
donna de la prodigieuse quantité de forêts dont il avait trouvé l'île
couverte, le prince la nomma _île Madère_[22]. Zarco reçut ordre d'y
retourner au printemps avec la qualité de capitaine ou de gouverneur
de l'île, titre auquel ses descendans joignent celui de comte.

                   [Note 22: Du mot portugais _madera_, qui signifie
                   _bois_.]

L'île de Madère est située à 32°37' de latitude nord, et à cent lieues
au nord de l'île de Ténériffe.

Elle produit un revenu considérable au roi de Portugal. Sa capitale,
qui se nomme _Funchal_, est fortifiée par un château. Le port est
commode et bien défendu. On admire dans la ville l'église cathédrale,
où l'on n'a rien épargné pour la beauté de l'édifice et pour
l'établissement du clergé. Le gouvernement est formé sur celui de
Portugal, où l'appel des causes se porte en dernière instance. Le
circuit de l'île est d'environ trente lieues; sa terre est haute. Les
beaux arbres qu'elle produit en abondance croissent sur des montagnes
au travers desquelles on a trouvé l'art de conduire l'eau par diverses
machines. Elle a une seconde ville, nommée _Machico_, dont la rade est
aussi fort avantageuse aux vaisseaux. On compte dans l'île de Madère
six _inganios_ ou manufactures, où l'on fait d'excellent sucre[23].
Elle produit une abondance extrême de toutes sortes de fruits: poires,
pommes, prunes, dattes, pêches, abricots, melons, patates, oranges,
limons, grenades, citrons, figues, noix, et des légumes de toute
espèce. L'arbre qui donne le sang-dragon y croît aussi; mais rien ne
lui fait tant d'honneur que ses excellens vins, qui se transportent
dans tous les pays du monde.

                   [Note 23: On ne tire plus de sucre de Madère depuis
                   qu'il est devenu l'un des principaux objets de
                   culture dans les colonies d'Amérique. À Madère,
                   comme aux Canaries, on préfère la culture des
                   vignobles.]

À douze lieues de distance, au nord de Madère, on trouve l'île nommée
_Port-Saint_ ou _Porto-Santo_, dont les habitans vivent de leur
agriculture. L'île de Madère produisant peu de blé, ils se sont livrés
au travail des champs, qui les rend indépendans du secours de leurs
voisins. À six lieues à l'est de Madère, on trouve quelques îles,
nommées _les Désertes_, qui, dans une fort petite étendue, ne
produisent que de l'orseille et des chèvres.

Entre Ténériffe et Madère, la nature a placé, presqu'à la même
distance de ces deux îles, celle qu'on nomme _la Salvage_. Elle n'a
pas plus d'une lieue de tour, et l'on n'y a jamais vu d'arbre ni de
fruit; cependant les chèvres y trouvent de quoi se nourrir entre les
rochers et les pierres. On voit à quelque distance, au sud, un groupe
d'écueils, dont le plus grand porte le nom de _Piton des Salvages_.

Suivant Cada-Mosto, le prince don Henri envoya la première colonie à
Madère sous la conduite de Tristan Tassora et de Jean-Gonsalez Zarco,
qu'il en nomma gouverneurs. Ils firent entre eux le partage de l'île.
Le canton de Macham échut au premier, et celui de Funchal à l'autre.
Les nouveaux habitans pensèrent aussitôt à nettoyer la terre; mais,
ayant employé le feu pour détruire les forêts, il leur devint si
impossible de l'arrêter, que plusieurs personnes, entre lesquelles
Zarco était lui-même, ne purent échapper aux flammes qu'en se
retirant dans la mer, où, pendant deux jours, ils demeurèrent dans
l'eau jusqu'au cou, sans aucune nourriture. Madère était alors habitée
dans ses quatre parties, Machico, Santa-Cruz, Funchal et Caméra de
Lobos. C'étaient du moins les principales habitations; car il y en
avait de moins considérables, et la totalité des habitans montait à
huit cents hommes, en y comprenant une compagnie de cent chevaux. Il
n'est pas surprenant que depuis tant d'années ils se soient multipliés
jusqu'à se trouver en état, suivant le récit d'Atkins, de mettre
aujourd'hui dix-huit mille hommes sous les armes.

Les campagnes de l'île sont fort montagneuses, mais elles n'en sont
pas moins fécondes et moins délicieuses. Elles sont rafraîchies par
sept ou huit rivières, et par quantité de petits ruisseaux qui
descendent des montagnes. On ne saurait voir sans admiration la
fertilité des lieux les plus hauts. Ils sont aussi cultivés que les
plaines d'Angleterre, et le blé n'y croît pas moins facilement; mais
la multitude des nuées qui s'y forment est pernicieuse au raisin.

Le capitaine Uring était à Funchal en 1717. Il raconte qu'elle est
défendue par deux grands forts, et que, sur un roc à quelque distance
du rivage, elle en a un troisième qui est capable d'une bonne défense
par sa situation. Derrière la ville, continue-t-il, le terrain s'élève
par degrés jusqu'aux montagnes, et s'étend en forme de cercle dans
l'espace de plusieurs milles. Cette campagne est remplie de jardins,
de vignobles et de maisons agréables: ce qui rend la perspective
charmante. Il tombe des montagnes une abondance de belles eaux, qui
sont conduites assez loin par des aquéducs, et qui servent aux
habitans pour arroser et embellir leurs jardins.

Funchal, dit Atkins, qui y était en 1720, est la résidence du
gouverneur et de l'évêque, et forme une ville grande et bien peuplée:
elle a six paroisses, plusieurs chapelles, trois monastères d'hommes,
et trois de l'autre sexe. Les religieuses sont moins resserrées à
Funchal qu'à Lisbonne; elles ont la liberté de recevoir les étrangers,
et d'acheter d'eux toutes sortes de bagatelles. Le collége des
jésuites est un fort bel édifice. À l'égard des habitans, c'est un
mélange de Portugais, de Nègres et de Mulâtres, que le commerce rend
égaux, et qui ne font pas difficulté de s'allier par des mariages.

On convient généralement que l'air de Madère est excellent. Ovington
assure qu'il est fort tempéré, et que le ciel y est presque toujours
clair et serein. Il observe, à cette occasion, que les climats qui
sont comme Madère entre le 30e. et le 40e. degré de latitude, étant
exempts des excès de froid et de chaud, sont non-seulement les plus
délicieux, mais encore les plus favorables à la santé.

Moquet parle de Madère comme du plus charmant séjour de l'univers.
L'air, dit-il, y est d'une douceur admirable, et l'on ne doit pas
être surpris que les anciens y aient placé les Champs-Élysées. Ainsi
Moquet semble entrer dans l'opinion de ceux qui comptent Madère entre
les Canaries.

Suivant la description d'Atkins, l'île est un amas de montagnes
entremêlées de vallées fertiles: les parties hautes sont couvertes de
bois qui servent de retraites aux chèvres sauvages; le milieu contient
des jardins, et le bas des vignobles; les chemins y sont fort mauvais;
ce qui oblige d'y transporter le vin dans des barils, sur le dos des
ânes.

La description que Cada-Mosto nous a donnée de Madère semble
préférable à toutes celles qui sont venues après lui. Il observe que
le terrain, quoique montagneux, est d'une rare fertilité; qu'il
produisait autrefois jusqu'à trente mille stares[24] vénitiens de blé,
et qu'il rendait soixante-dix pour un; mais que, faute d'habileté dans
la culture, il ne rend plus que trente ou quarante; qu'il est rempli
de sources excellentes, outre sept ou huit rivières; que ce fut cette
abondance d'eau qui fit naître au prince Henri de Portugal la pensée
d'y envoyer des cannes de Sicile; que cette transplantation dans un
climat plus chaud leur donna tant de fécondité, qu'elles surpassèrent
toutes les espérances; que le vin y était fort bon de son temps,
quoique alors extrêmement près de son origine, et l'abondance si
grande, que les transports étaient déjà considérables. Entre les
vignes qui furent portées à Madère, le prince Henri fit choisir à
Candie quelques ceps de Malvoisie, qui réussirent parfaitement, et qui
font aujourd'hui du malvoisie de Madère un des meilleurs vins du
monde.

                   [Note 24: Le stare est une mesure de grain qui pèse
                   trois livres.]

En général, le terroir de Madère est si favorable aux vignobles, qu'on
y voit plus de grappes que de feuilles, et qu'elles y sont d'une
grosseur extraordinaire. On y trouve aussi, dans sa perfection, le
raisin noir, qui se nomme _pergola_. Cada-Mosto ajoute que les
habitans commençaient alors la vendange à Pâques.

L'île ne produit rien avec tant d'abondance que du vin; on en
distingue trois ou quatre espèces: celui qui a la couleur du champagne
a peu de réputation; le pâle est beaucoup plus fort; la troisième
espèce, qu'on nomme _malvoisie_, est véritablement délicieuse; la
quatrième est le _tinto_, qui n'est pas moins coloré que le malvoisie,
mais qui lui est fort inférieur par le goût. On le mêle avec d'autres
vins, autant pour les conserver que pour leur donner de la couleur.
Cada-Mosto remarque qu'en le faisant cuver, on y jette une sorte de
pâte composée de la pierre de _jess_, qu'on pile avec beaucoup de
soin, et dont on met neuf ou dix livres dans chaque pipe. Le vin de
Madère a cette propriété, qu'il se perfectionne, ou que, s'il a
souffert quelque altération, il se répare à la chaleur du soleil; mais
il faut, pour cette opération, que la bonde soit ouverte, et qu'il
puisse recevoir de l'air.

Le produit d'un vignoble se partage, dit-on, avec égalité entre le
propriétaire et ceux qui cueillent et pressent le raisin. Cependant on
voit la plupart des marchands s'enrichir, tandis que les vignerons et
les vendangeurs languissent dans la pauvreté. Les jésuites, étant en
possession du meilleur vignoble de Malvoisie, en tiraient un profit
considérable.

On compte qu'année commune, l'île de Madère donne vingt mille pipes de
vin. Il s'en consomme huit mille entre les habitans, et le reste se
transporte aux Indes occidentales et dans d'autres pays, mais
particulièrement à la Barbade, où les Anglais le préfèrent à tous les
vins de l'Europe.

Atkins prétend, comme Ovington, que les cendres des bois brûlés, aux
premiers temps de la découverte, donnèrent beaucoup de fécondité aux
cannes à sucre; mais qu'un ver, qui commença bientôt à s'y introduire,
ayant ruiné les plantations, elles furent changées en vignobles, qui
dédommagèrent les habitans par l'excellence de leurs vins. La vendange
se fait aujourd'hui dans le cours des mois de septembre et d'octobre,
et le produit annuel monte à vingt-cinq mille pipes. Suivant le même
auteur, Madère n'a proprement que deux sortes de vins: l'un brunâtre,
l'autre rouge, qu'on nomme _tinto_, et qui, suivant l'opinion commune,
tire ce nom de ce qu'en effet il est teint, quoique les habitans
s'obstinent à le désavouer.

Les négocians anglais, à qui l'on a permis de résider dans cette île,
y ont transporté d'Angleterre des groseilles, des framboises, des
noisettes et d'autres fruits, qui ont mieux réussi dans un climat
chaud que la plupart des fruits de Madère ne réussissent sous un ciel
aussi froid que celui d'Angleterre. La banane est estimée des habitans
avec une sorte de vénération, comme le plus délicieux de tous les
fruits; jusque-là qu'ils se persuadent que c'est le fruit défendu,
source de tous les maux du genre humain. Pour confirmer cette opinion,
ils allèguent la grandeur de ses feuilles, qui ont assez de largeur
pour avoir servi à couvrir la nudité de nos premiers pères. C'est une
espèce de crime, à Madère, de couper une banane avec un couteau, parce
qu'on voit ensuite dans la substance du fruit quelque ressemblance
avec l'image de Jésus-Christ.

Entre les arbres, Cada-Mosto vante beaucoup le cèdre et le _nasso_ de
Madère. Le premier est fort haut, fort gros et fort droit. Son odeur
est très-agréable. On en fait de belles planches, qui servent
particulièrement pour les lambris. Le _nasso_ est couleur de rose.
Outre les planches, on en fait des bois de fusil, et des arcs d'un
excellent ressort. On envoie les arcs aux Indes occidentales, et les
planches en Portugal.

Atkins découvrit dans les jardins de Madère une curiosité qui lui
parut fort extraordinaire. C'est la fleur immortelle, qui, étant
cueillie, dure plusieurs années sans se faner. Elle croît comme la
sauge, et la fleur ressemble à celle de la camomille. L'auteur en prit
plusieurs, qui se trouvèrent aussi blanches et aussi fraîches à la fin
de l'année qu'au moment qu'il les avait cueillies.

Cada-Mosto rapporte que de son temps l'île était abondante en toutes
sortes de bestiaux, et que les montagnes renfermaient beaucoup de
sangliers. On y voyait des faisans blancs. Mais, excepté les cailles,
il n'y avait point d'animaux qui prissent la fuite devant l'homme. On
sent qu'il doit en être autrement aujourd'hui. Quelques habitans
racontèrent à l'auteur que, dans l'origine de l'établissement, on y
trouva un nombre incroyable de pigeons, qui se laissaient prendre avec
un lacet qu'on leur jetait au cou, et qui, ne se défiant d'aucune
trahison, regardaient stupidement l'oiseleur. Il ajoute que ce récit
lui parut d'autant plus vraisemblable, qu'on voyait encore la même
chose dans quelques îles nouvellement découvertes.

Les principales provisions de l'île sont, le chevreau, le porc, le
veau, qui est communément assez maigre; les légumes, les oranges, les
noix, les ignames, les bananes, etc. Comme il n'y a point de marchés
fixes, la campagne envoie dans les villes ce qu'elle juge nécessaire à
la consommation. Uring se plaint que communément les alimens y sont
fort chers. Le commerce se fait par des échanges. Atkins observe que
les provisions qu'on reçoit le plus volontiers à Madère, sont la
farine, le boeuf, la sardine et le hareng; le fromage, le beurre, le
sel et l'huile. Ce qu'on recherche après ces alimens, ce sont des
chapeaux, des perruques, des chemises, des bas, toutes sortes de
grosses étoffes et de draps fins, surtout les noirs, qui sont la
couleur favorite des Portugais. On demande aussi des meubles et des
ustensiles, comme de la vaisselle d'étain, des écritoires, du papier,
des livres de compte, etc. Les habitans donnent du vin en échange; le
vin commun, sur le pied de trente mille réis la pipe; le malvoisie,
sur le pied de soixante mille. Chaque millier de réis monte à six
francs cinquante centimes, dont trois et demi se paient en
marchandises de la même valeur, et trois en billets. Mais, lorsqu'il
est question d'un envoi considérable, ils accordent une plus forte
remise. Comme ils transportent ensuite ces marchandises au Brésil,
elles sont quelquefois d'une grande cherté à Madère.

Dans le temps de la vendange, les pauvres n'ont guère d'autre
nourriture que le pain et le raisin. Sans cette sobriété, il leur
serait difficile d'éviter la fièvre dans une saison si chaude; et les
plaisirs des sens, auxquels ils s'abandonnent sans réserve, joints à
l'excès de la chaleur, ruineraient bientôt les plus vigoureux
tempéramens. Aussi les Portugais, même les plus riches, s'imposent
des règles de sobriété dont ils ne s'écartent presque jamais. Ils ne
pressent point leurs convives de boire. Les domestiques qui servent
dans un repas ont toujours la bouteille à la main; mais ils attendent
si exactement l'ordre des maîtres pour leur offrir du vin, qu'un
simple signe ne serait pas entendu. Cette affectation de tempérance
est portée si loin, qu'un Portugais n'oserait uriner dans les rues,
parce qu'il s'exposerait au reproche d'ivrognerie.

Les habitans de Madère ont beaucoup de gravité dans leur parure, et
portent communément le noir, par déférence, comme Ovington se
l'imagine, pour le clergé de l'île, qui s'y est mis en possession
d'une extrême autorité. Mais ils ne peuvent être un moment sans l'épée
et le poignard. Les valets même ne quittent point ces ornemens
inséparables l'un de l'autre. On les voit servir à table l'assiette à
la main, l'épée au côté, jusque dans les plus grandes chaleurs; et
leurs épées sont d'une longueur extraordinaire.

Les maisons n'ont rien néanmoins qui sente le faste. L'édifice et les
meubles sont de la même simplicité. On voit peu de bâtimens qui aient
plus d'un étage. Les fenêtres sont sans vitres, et demeurent ouvertes
pendant tout le jour. Le soir, elles se ferment avec des volets de
bois. Le pays ne produit aucun animal venimeux; mais il s'y trouve un
nombre infini de lézards qui nuisent beaucoup aux fruits et aux
raisins. Les serpens et les crapauds, qui multiplient prodigieusement
aux Indes, s'accommodent peu de l'air de Madère.

L'île a cependant perdu de sa fertilité depuis l'origine de ses
plantations. À force de fatiguer la terre, on a tellement diminué sa
fécondité, qu'on est obligé, dans plusieurs endroits, de la laisser
reposer pendant trois ou quatre ans; et lorsqu'elle ne produit rien
après ce terme, elle est regardée comme absolument stérile. Cependant
on n'attribue pas moins cette altération à la mollesse des habitans
qu'à l'épuisement du terrain. L'incontinence règne à Madère dans
toutes les conditions. Ovington rejette une partie de ce désordre sur
l'usage établi de se marier sans se connaître, et souvent sans s'être
vus.

Le meurtre est rarement puni à Madère. La source de ce détestable abus
est la protection que l'Église accorde aux meurtriers. Ils trouvent un
asile inviolable dans les moindres chapelles, qui sont en grand
nombre. Funchal en est rempli, et les campagnes même en ont plusieurs.
C'est assez qu'un criminel puisse toucher le coin de l'autel pour
braver toutes les rigueurs de la justice. Le plus rude châtiment qu'il
ait à craindre est le bannissement ou la prison, dont il peut même se
racheter par des présens. Ainsi, quand la nature a placé l'homme dans
un séjour où elle a tout fait pour son bonheur, il déshonore et
corrompt ces beaux présens par la superstition, source du crime et de
la barbarie.

Le clergé est si nombreux, qu'il paraît surprenant que tant de riches
ecclésiastiques puissent être entretenus dans ce degré d'opulence par
le travail d'un si petit nombre d'habitans. Pour diminuer
l'étonnement, les Portugais répondent qu'on n'admet personne au
sacerdoce, s'il ne jouit déjà de quelque bien qui l'empêche d'être à
charge à l'Église.

Les églises sont les lieux où l'on ensevelit les morts. On orne avec
beaucoup de soin le cadavre; mais on l'enterre sans cercueil, et l'on
ne manque pas de mêler de la chaux avec la terre, pour le consumer
promptement; de sorte qu'en moins de quinze jours sa place peut être
remplie par un autre corps; précaution qui semble diminuer le danger
de cette absurde coutume de changer les temples en cimetières. Comme
l'église romaine a décidé sur le sort des hérétiques, elle ne traite
pas leurs cadavres avec beaucoup de ménagement. Les Anglais qui
meurent à Madère sont moins considérés que les carcasses mêmes des
bêtes; car on leur refuse toute sorte de sépulture, et leur partage
est d'être précipités dans la mer. Ovington rapporte un exemple de cet
usage, qu'il traite de barbarie, à l'égard d'un marchand anglais qui
mourut sous ses yeux. Tous les marchands de la même nation, voulant
l'enterrer avec décence, et le sauver du moins de la rigueur du
clergé, prirent le parti de le transporter entre les rochers, dans
l'espérance qu'il y serait à couvert des recherches ecclésiastiques:
mais ils furent trahis dans leur marche. Les Portugais se rendirent
en foule au lieu de la sépulture, exhumèrent le corps, et l'exposèrent
aux insultes publiques, après quoi ils le jetèrent dans l'Océan. On en
use de même aux Indes orientales, dans tous les pays de la domination
portugaise. Il n'y a pas de lieu qui paraisse assez vil pour y
enterrer un hérétique; on appréhende que les vapeurs de son cadavre
n'infectent toute l'étendue d'un canton catholique. Cependant la haine
des prêtres se laisse quelquefois adoucir par une somme d'argent.
L'auteur rapporte l'exemple d'un enfant qui avait été secrètement
enterré. Le clergé portugais exigea que l'enfant fût exhumé pour
recevoir le baptême des catholiques; et, après cette cérémonie, il
consentît qu'on lui rendît la sépulture.

Les chanoines de l'église cathédrale jouissent du plus heureux sort du
monde, si le bonheur consiste à ne connaître ni la pauvreté ni le
travail. Leur règle les oblige, à la vérité, de se rendre à l'église
dès quatre heures du matin; mais, comme cette heure ne favorise point
assez le goût qu'ils ont pour le repos, Ovington a remarqué qu'ils ont
soin tous les jours de faire retarder l'horloge, afin qu'elle fasse
entendre quatre heures lorsqu'il en est réellement cinq; et par cet
artifice ils ménagent tout à la fois leur sommeil et leur réputation.



CHAPITRE III.

Voyages aux îles du cap Vert.


Avant d'entrer dans aucun détail sur le continent d'Afrique, nous
jetterons un regard sur les îles du cap Vert, que l'on rencontre entre
le tropique et la ligne, dans la route des Indes par la grande mer. Le
capitaine anglais Roberts sera notre guide. Nous nous arrêterons
d'abord sur ses aventures, parce qu'elles peignent les moeurs de la
piraterie, moeurs assez extraordinaires pour mériter d'être connues.
Ensuite nous passerons à la description de ces îles, en suivant
toujours le récit de ce même Roberts, qui, dans le séjour qu'il y fit,
eut le temps de les observer en voyageur et en commerçant.

Roberts partit pour la Virginie, en 1721, sur le vaisseau du capitaine
Scot. Arrivé à la Virginie, il devait prendre le commandement d'un
navire nommé _le Dauphin_, appartenant à des marchands de Londres, et
chargé d'une cargaison pour la côte de Guinée. On ne trouve d'abord
rien de remarquable dans son trajet, que la rencontre d'une baleine
morte que dévorait un nombre prodigieux d'oiseaux, quoique la terre la
plus proche fût à plus de trois cents lieues. Scot mouilla aux îles du
cap Vert, qu'il parcourut l'une après l'autre, et dans lesquelles il
séjourna près d'un an. Ensuite, comme il devait mettre à la voile pour
la Barbarie, Roberts acheta une felouque nommée _la Marguerite_,
d'environ soixante tonneaux, pour commercer en son propre nom. Il la
chargea de marchandises qu'à son retour il croyait vendre avec
avantage aux îles du cap Vert. C'est dans le voisinage de ces îles que
l'attendait son malheur.

Vers le soir, il découvrit trois bâtimens; et le premier, qu'il
observa soigneusement avec sa lunette, lui parut gros et chargé. Il ne
douta point que les autres ne fussent de même, et qu'ils n'arrivassent
ensemble. Cependant comme le calme continuait, et qu'ils ne faisaient
aucun signe, il passa la nuit à l'ancre; mais le vent s'étant levé
avec le soleil, il aperçut bientôt sur le vaisseau qu'il avait observé
un grand nombre d'hommes en chemise, et une longue bordée de canons
qui lui rendirent cette rencontre fort suspecte. Il était trop tard
pour se dérober par la fuite. Déjà le vaisseau était fort proche.
Cependant, lorsqu'il fut à la portée du canon, ce vaisseau arbora le
pavillon d'Angleterre, ce qui rendit l'espérance aux Anglais. Roberts
se hâta de faire paraître aussi le sien. Il remarqua que le vaisseau
portait environ soixante-dix hommes et quatorze pièces d'artillerie.
Le capitaine, se faisant voir sur l'avant, demanda à qui appartenait
la felouque, et d'où elle venait. Roberts répondit qu'elle était de
Londres, et qu'elle venait de la Barbarie. Fort bien! lui dit-on,
c'est ce qu'on n'ignorait pas. Là-dessus on lui ordonna brusquement
d'envoyer sa chaloupe.

Roberts ne fit pas difficulté d'obéir. Le capitaine du vaisseau était
un Portugais, nommé Jean Lopez, comme on l'apprit ensuite; mais qui,
sachant fort bien la langue anglaise, avait jugé à propos de se faire
passer pour un Anglais né vers le nord de l'Angleterre, sous le nom de
John Russel. Il demanda aux deux matelots que Roberts lui avait
envoyés où était le patron de la felouque. Ils lui montrèrent Roberts,
qui était à se promener sur son tillac. Aussitôt la fureur paraissant
dans ses yeux, il l'accabla d'injures. Roberts était en mules et en
chemise, aussi peu capable de défense par sa situation que par la
petitesse et le mauvais état de son bâtiment. Il comprit dans quelles
mains il était tombé, et qu'en déclarant son mépris par le silence, il
s'exposait à se faire tuer d'un coup de balle. Sa réponse fut une
marque honnête d'étonnement sur la manière dont il se voyait traité.
On continua les outrages, et l'on y joignit les plus furieuses
menaces, avec des reproches de ce qu'il n'était pas venu lui-même à
bord. Il répondit que, n'ayant entendu demander que la chaloupe, il
n'avait pas cru que cet ordre le regardât personnellement. «Quoi!
misérable chien, reprit Russel, tu feins de ne m'avoir pas entendu! Je
vais te faire prendre de meilleures manières.»

Russel donna ordre aussitôt à quelques-uns de ses gens de lui amener
Roberts, et chargea dix ou douze autres de ces brigands de prendre
possession de la felouque. À l'arrivée de Roberts, qui fut amené
sur-le-champ, il tira son sabre, en répétant avec d'affreux blasphèmes
qu'il saurait lui apprendre à vivre. Le malheureux Roberts se crut à
sa dernière heure, et continua de s'excuser sur son ignorance; mais
l'autre tenait toujours son sabre levé et continuait ses menaces. Un
de ses gens affecta de lui retenir le bras, et promit à Roberts qu'il
ne lui arriverait rien de fâcheux. Alors Russel voulut savoir pourquoi
il était si mal vêtu. L'excuse de Roberts fut qu'il ne s'attendait pas
à paraître devant un homme si redoutable. _Et pour qui me
prenez-vous?_ reprit Russel. Ici Roberts, fort embarrassé, chercha
long-temps sa réponse. Enfin, dans la crainte d'offenser également par
la vérité ou par la flatterie: «Je crois, répondit-il, que vous êtes
un homme de distinction, qui fait de grandes entreprises sur mer. Tu
mens, répliqua Russel; ou si tu crois dire vrai, apprends que nous
sommes pirates.»

Roberts lui ayant offert d'aller se vêtir plus décemment, Russel lui
dit, en jurant plus que jamais, qu'il était trop tard et qu'il
demeurerait dans l'habillement où il s'était laissé prendre, mais que
son bâtiment et tout ce qu'il contenait ne lui appartenait plus. «Je
ne le vois que trop, répondit Roberts; cependant, lorsqu'il m'est
impossible de l'empêcher, j'espère de votre générosité que vous vous
contenterez de ce qui peut vous être utile, et que vous me laisserez
le reste.» Le pirate lui dit, avec moins de brutalité, que ses
compagnons en décideraient; mais en même temps il lui demanda un
mémoire exact de tout ce qu'il avait à bord, surtout de son argent; et
s'il s'y trouvait quelque chose de plus qu'il n'aurait accusé, il
protesta qu'il le ferait brûler vif avec sa felouque.

Tous les gens du vaisseau, qui prêtaient l'oreille à cette conférence
avec un air de compassion affectée, lui conseillèrent d'un ton
d'amitié d'être sincère dans sa déclaration, surtout à l'égard de
l'argent, des armes et des munitions, qui étaient, lui dirent-ils,
leur objet principal, en l'avertissant que leur usage était de punir
fort sévèrement les gens de mauvaise foi. Il leur rendit le compte le
plus fidèle qu'il put trouver dans sa mémoire. Aux questions qu'on lui
fit sur le dessein de sa navigation présente, il ne répondit pas moins
sincèrement; mais, voyant qu'on était instruit d'avance sur tout ce
qu'il répondait, il demanda de qui on tenait tous ces éclaircissemens:
on répondit que c'était du capitaine Scot. «Mais vous êtes donc de ses
amis? reprit Roberts. Plus qu'il ne mérite, répliqua le corsaire; car
nous nous sommes contentés de brûler son vaisseau, et nous l'avons mis
à terre dans l'île de Buona-Vista.»

On fit ensuite passer les Anglais sur le vaisseau _la Rose_, de
trente-six pièces de canon, commandé par Edmond Lo, chef général des
pirates.

À leur entrée dans le vaisseau, tous les pirates vinrent les saluer
successivement et les assurer qu'ils étaient touchés de leur
infortune. Cette cérémonie se fit si gravement, que les prisonniers ne
purent distinguer si c'était une insulte. On leur dit du même ton
qu'il fallait rendre leurs respects au commandant. Un canonnier se
chargea de lui présenter Roberts. Il trouva Lo assis sur un canon,
quoiqu'il y eût des chaises près de lui; mais un héros de cet ordre ne
pouvait paraître que dans une posture martiale. Ayant ordonné qu'on le
laissât seul avec Roberts, il lui dit qu'il prenait part à sa perte;
qu'étant Anglais comme lui, il ne souhaitait pas de rencontrer ses
compatriotes, excepté quelques-uns dont il était bien aise de châtier
l'arrogance; mais que, la fortune le faisant tomber entre ses mains,
il fallait qu'il prît courage, et qu'il ne marquât point d'abattement.
Roberts répondit qu'au milieu de son chagrin il se flattait encore
qu'ayant à faire à des gens d'honneur, sa disgrâce pourrait tourner à
son avantage. Le corsaire lui conseilla de ne pas se flatter trop,
parce que son sort dépendait du conseil et de la pluralité des voix.
Il ne désirait point, répéta-t-il, de rencontrer des gens de sa
nation; mais, comme lui et ses compagnons n'attendaient rien que de la
fortune, ils n'osaient marquer de l'ingratitude pour ses moindres
faveurs, dans la crainte que s'en offensant elle ne les abandonnât
dans leurs entreprises. Ensuite, prenant un ton fort doux, il pressa
Roberts de s'asseoir, mais sans lui faire l'honneur de quitter
lui-même sa posture. Roberts s'assit. Alors le général lui demanda ce
qu'il voulait boire. Il répondit que la soif n'était pas son besoin le
plus pressant; mais que, par reconnaissance de tant de bontés, il
accepterait volontiers tout ce qui lui serait offert. Lo lui dit
encore qu'il avait tort de se chagriner et de s'abattre, que c'était
le hasard de la guerre, et que le chagrin était capable de nuire à la
santé; qu'il ferait beaucoup mieux de prendre un visage riant, et que
c'était même la voie la plus sûre pour mettre tout le monde dans ses
intérêts. Tous ces conseils étaient donnés d'un ton d'ironie; et
Roberts fut surpris de trouver cette figure si familière à des
corsaires. «Allons, reprit Lo, vous serez plus heureux une autre
fois;» et sonnant une cloche qui fit venir un de ses gens, il donna
ordre qu'on apportât du punch, «et dans le grand bassin,» ajouta-t-il;
il demanda aussi du vin. L'un et l'autre fut servi avec beaucoup de
diligence. En buvant avec Roberts, il lui promit tous les services qui
dépendraient de lui. Il regrettait beaucoup, lui dit-il, qu'il n'eût
pas été pris dix jours plus tôt, parce que sa troupe avait alors en
abondance diverses sortes de marchandises qu'elle avait enlevées à
deux vaisseaux portugais qui faisaient voile au Brésil, telles que des
étoffes de soie et de laine, de la toile, du fer et toutes sortes
d'ustensiles; il aurait pu engager ses compagnons à lui en donner une
partie, qu'ils avaient jetée dans la mer comme un bien superflu; que,
s'il le rencontrait quelque jour dans une occasion aussi favorable,
il lui promettait de le dédommager de sa perte; enfin qu'il faisait
profession d'être son serviteur et son ami. Quand j'aurais osé lui
faire une réponse outrageante, dit Roberts, tant de caresses feintes
ou sincères m'en auraient ôté la force, et m'obligeaient de le
remercier.

Il reconnut parmi les pirates trois Anglais qui avaient servi sous
lui, et qui lui apprirent, sous la foi du secret, que Russel avait
proposé de le garder dans leur troupe, parce qu'on avait su de son
pilote qu'il connaissait parfaitement la côte du Brésil, où les
corsaires avaient dessein de se rendre; mais qu'il avait un moyen de
s'en garantir, en disant qu'il était marié, parce que les pirates
s'étaient engagés par un serment inviolable à ne jamais employer parmi
eux d'homme marié; que cependant Russel, préférant l'intérêt général
au respect du serment, proposait de passer par-dessus cette loi; mais
que Lo et les autres s'y opposaient.

À peine s'étaient-ils retirés, que le général parut sur le tillac pour
ordonner qu'on assemblât le conseil avec le signal ordinaire: c'était
un pavillon de soie verte, que les pirates appelaient _the green
trumpeter_, c'est-à-dire, le trompette vert, parce qu'il portait la
figure d'un homme avec la trompette à la bouche. Tout le monde s'étant
rendu sur le vaisseau du général, et s'étant placé les uns dans sa
chambre, les autres sur les ponts, et dans les endroits que chacun
voulut choisir, il leur déclara qu'il ne les avait fait assembler que
pour déjeuner avec lui: cependant il se tourna vers Roberts, à qui il
demanda publiquement s'il était marié. Sa réponse fut qu'il l'était
depuis dix ans, et qu'en partant de Londres, il avait cinq enfans,
sans compter un sixième dont sa femme était grosse. On continua de lui
demander s'il avait laissé sa famille à son aise. Il répondit qu'ayant
autrefois essuyé plusieurs disgrâces, la cargaison de sa felouque
composait une grande partie de son bien, et que, s'il avait le malheur
de la perdre, il n'espérait guère de pouvoir donner du pain à ses
enfans. Lo, regardant Russel, lui dit qu'il fallait y renoncer.
_Renoncer à quoi?_ répondit l'autre en blasphémant. _Vous m'entendez_,
reprit le général; et, jurant à son tour, il répéta qu'il fallait y
renoncer. Russel, s'échauffant beaucoup, prétendit que la première loi
de la nature était, pour chacun, le soin de sa propre conservation, et
rapporta plusieurs proverbes pour prouver que la nécessité n'a pas de
loi. Lo répliqua doucement qu'il n'y consentirait jamais; mais que, si
la pluralité des voix était contraire à son sentiment, il se réduirait
à la patience; il ajouta que, tout le monde étant assemblé, c'était
une affaire qui pouvait être décidée sur-le-champ. Alors il donna
ordre à tout le monde de se rendre sur les ponts, et Roberts fut
averti de demeurer dans la chambre.

Le conseil dura deux heures. Lo et Russel, étant descendus les
premiers, demandèrent à Roberts s'il n'était pas vrai que sa felouque
était en fort mauvais état. «Hélas! répondit-il, elle fait eau de
tous les côtés. Elle fait eau? reprît Russel; qu'en feriez-vous donc
si elle vous était rendue? d'ailleurs vous êtes sans matelots, car à
présent tous les vôtres sont à nous;» et, continuant de lui
représenter ses besoins, il s'efforça long-temps de lui faire sentir
sa misère. Ensuite: «Venez, venez, lui dit Lo; nous examinerons votre
affaire en recommençant à boire.» On apporta du punch en abondance, et
chacun se mit à parler de ses expéditions passées, à Terre-Neuve, aux
îles de l'Amérique, aux Canaries. L'heure du dîner étant arrivée, Lo
les invita tous. On leur servit des viandes qu'ils s'arrachèrent de la
main l'un de l'autre comme une troupe de chiens affamés; c'était,
disaient-ils, un de leurs plus grands plaisirs, et rien ne leur
paraissait si martial.

Le jour suivant, un des trois matelots qui avaient parlé la veille à
Roberts vint lui faire des excuses de leur peu d'empressement, qu'il
rejeta sur un des articles de leur société, par lequel il était
défendu, sous peine de mort, d'entretenir des correspondances secrètes
avec un captif. Il lui apprit qu'il n'avait pas beaucoup à se louer de
son pilote; qu'il le croyait disposé à prendre parti avec les pirates,
et que le reste de ses gens ne lui était pas plus fidèle; de sorte
que, si on lui rendait sa felouque, il ne lui resterait que son valet
et un mousse pour la conduire; qu'il aurait souhaité, lui et ses
compagnons de pouvoir lui offrir leurs services; mais qu'ils étaient
liés par un autre article portant que, si quelqu'un de la troupe
proposait quelque chose qui tendît à la séparation, ou qui marquât
quelque envie de se retirer, il serait poignardé sur-le-champ sans
autre formalité. Il ajouta que, jusqu'au moment où le pilote de
Roberts avait déclaré que son maître connaissait parfaitement les
côtes du Brésil, Russel avait témoigné de l'inclination à le servir,
et qu'il avait parlé de le dédommager de la perte de son blé et de son
riz en lui formant une petite cargaison de toiles, d'étoffes, de
chapeaux, de souliers, de bas, de galons d'or et de quantité d'autres
marchandises que les pirates gardaient dans la seule vue de les donner
à ceux qu'ils prenaient, lorsqu'ils les avaient déjà connus et qu'ils
se sentaient pour eux de l'amitié; mais que, Russel ayant changé de
disposition, ce serait peut-être en vain que Lo prendrait les intérêts
de Roberts, parce que Russel, ayant été deux fois général, avait
conservé beaucoup d'ascendant sur toute la troupe, et que d'ailleurs
il avait toujours traité les prisonniers avec moins de ménagement que
Lo.

Aussitôt que cet homme eut quitté Roberts, Lo parut, lui parla de
plusieurs sujets différens. Roberts fut obligé de soutenir gaiement
une conversation fort fatigante, car les pirates prennent un air
d'autorité si absolue, qu'au moindre mécontentement ils outragent
leurs prisonniers de coups et de paroles, et le plus vil de la troupe
s'en fait quelquefois un amusement. Russel arriva dans le même temps,
et s'adressant à Roberts avec un visage riant, il lui dit que plus il
pensait à la proposition de lui rendre sa felouque, moins il y
trouvait d'avantage pour lui-même; qu'il l'avait pris pour un homme
sensé: mais que dans les instances qu'il faisait pour obtenir son
bâtiment il ne voyait que de l'obstination et du désespoir; que, pour
lui, il croyait l'honneur de la compagnie intéressé à ne pas souffrir
qu'un galant homme courût volontairement à sa perte; que, lui voulant
beaucoup de bien, il avait cherché pendant toute la nuit quelque
expédient plus utile à ses véritables intérêts que la restitution de
sa felouque, et qu'il croyait l'avoir trouvé; qu'il fallait commencer
à mettre le feu à ce mauvais bâtiment. «Nous vous retiendrons,
continua-t-il, en qualité de simple prisonnier, tel que vous êtes à
présent, et, dans cette supposition, je vous promets et je m'engage à
vous faire assurer par toute la compagnie que la première prise que
nous ferons sera pour vous. Ce secours, ajouta-t-il, servira mieux que
votre felouque à rétablir vos affaires, et pourra vous mettre en état
de quitter la mer pour aller vivre heureux avec votre famille.»

Roberts lui fit des remercimens; mais, témoignant peu de goût pour ses
offres, il le pria de considérer que, loin d'être aussi avantageuses
qu'il paraissait le croire, elles n'étaient propres qu'à consommer sa
ruine. Quelle espérance aurait-il jamais de pouvoir disposer du
vaisseau et de la cargaison qu'on pouvait lui donner? Qui voudrait les
acheter de lui, s'il n'était en état de prouver qu'il avait droit de
les vendre? et, si le propriétaire en apprenait quelque chose, ne
serait-il pas obligé de leur restituer la valeur entière de leur bien,
avec le risque d'être jeté dans un cachot, et de se voir mener
peut-être au supplice?

Cette réponse n'embarrassa point Russel. Il la traita d'objection
frivole. À l'égard du droit sur le vaisseau et de la crainte d'être
découvert, il prétendit que les pirates pouvaient faire à Roberts un
billet de vente, et lui donner par écrit d'autres titres qui
assureraient sa possession; qu'il était aisé d'ailleurs de se dérober
à la connaissance des propriétaires, parce que les pirates savaient
toujours, soit par la déclaration d'un maître du vaisseau, soit par
ses papiers, dont ils avaient soin de se saisir, qui étaient les
principaux intéressés dans une cargaison, et quel était leur pays ou
leur demeure. Il ajouta que les écrits et les titres pouvaient se
faire sous un autre nom que celui de Roberts, et lui servir jusqu'à la
fin de sa vente; après quoi il pourrait reprendre son véritable nom,
et s'assurer ainsi de n'être jamais découvert.

Roberts se vit forcé de reconnaître qu'il y avait non-seulement de la
vraisemblance, mais une espèce de certitude dans cette proposition; il
loua même l'esprit et l'habileté de Russel. Cependant, après avoir
confessé qu'un plan si adroit pouvait le mettre à couvert, il eut le
courage de déclarer qu'il était retenu par un motif beaucoup plus
puissant que la passion de s'enrichir: c'était sa conscience, dont il
craignait les remords. De là, s'étendant sur la nécessité de la
restitution, il toucha plusieurs points qu'il crut capable de
réveiller dans ses auditeurs quelque sentiment de repentir. En effet,
son discours produisit différentes impressions. Les uns le
félicitèrent sur son éloquence, et lui dirent qu'il était propre à
faire un bon aumônier de vaisseau. D'autres lui déclarèrent
brusquement qu'ils n'avaient pas besoin de prédicateur, et que les
pirates n'avaient pas d'autre dieu que l'argent, ni d'autre sauveur
que leur épée. Mais il s'en trouva aussi quelques-uns qui louèrent ses
principes, et qui souhaitèrent que l'humanité du moins fût plus
respectée dans leur troupe. Cette variété de propos fut suivie de
quelques momens de silence; mais Russel le rompit pour prouver à
Roberts, par quantité de sophismes, qu'en supposant même que la
piraterie fût un crime, ce n'en pouvait être un pour lui de recevoir
ce que les pirates auraient enlevé, parce qu'il n'aurait pas de part à
leurs prises, et qu'il était prisonnier malgré lui. «Supposez, lui
dit-il, que nous ayons pris la résolution de brûler notre butin ou de
le jeter dans la mer, que devient le droit du propriétaire lorsque son
vaisseau et ses marchandises sont brûlés? L'impossibilité de se les
faire jamais restituer anéantit toute sorte de droits. Dites-moi,
conclut Russel, si nous ne faisons pas la même chose lorsque nous vous
donnons ce qu'il dépend de nous de brûler?»

Lo et tous les spectateurs semblaient prendre plaisir à cette dispute;
mais Roberts, s'apercevant que le ton de son adversaire devenait plus
aigre, brisa tout d'un coup en déclarant qu'il reconnaissait à la
troupe le pouvoir de disposer de lui; mais qu'ayant été traité
jusqu'alors avec tant de générosité, il ne faisait pas moins de fond
sur leur bonté à l'avenir; que, s'il leur plaisait de lui rendre sa
felouque, c'était l'unique grâce qu'il leur demandait, et qu'il
espérait par un travail honnête de réparer ses pertes présentes. Lo,
touché de ce discours, se tourna vers l'assemblée: «Messieurs, dit-il,
je trouve que ce pauvre homme ne propose rien que de raisonnable, et
je suis d'avis qu'il faut lui rendre sa felouque. Qu'en pensez-vous,
messieurs? Le plus grand nombre répondit oui, et le différent fut
ainsi terminé.»

Vers le soir, Russel voulut traiter Roberts sur son bord avant leur
séparation. La conversation fut d'abord assez agréable. Après le
souper, on chargea la table de punch et de vin. Le capitaine prit une
rasade et but aux santés de la troupe. Roberts n'osa refuser cette
santé. On but ensuite à la prospérité du commerce, dans le sens des
avantages qui devaient en revenir aux pirates. La troisième santé fut
celle du roi de France. Ensuite Russel proposa celle du roi
d'Angleterre. Tout le monde la but successivement jusqu'à Roberts;
mais Russel ayant mêlé dans le punch quelques bouteilles de vin pour
le fortifier, Roberts, qui avait de l'aversion pour ce mélange,
demanda qu'il lui fût permis de boire cette santé avec un verre de
vin. Ici Russel se mit à blasphémer en jurant qu'il lui ferait boire
une rasade de la même liqueur que la compagnie. «Eh bien! messieurs,
reprit Roberts, je boirai plutôt que de quereller, quoique cette
liqueur soit un poison pour moi. Tu boiras, répondit Russel, fût-elle
pour toi le plus affreux poison, à moins que tu ne tombes mort en y
portant les lèvres.» Roberts prit le verre, qui tenait presque une
bouteille entière, et porta la santé qu'on avait nommée. «La santé de
qui? interrompit Russel; mais, dit l'autre, c'est la santé qu'on vient
de boire, celle du roi d'Angleterre. Et qui est-il, le roi
d'Angleterre? demanda Russel. Il me semble, lui dit Roberts, que celui
qui porte la couronne est roi, du moins pendant qu'il la porte. Et qui
la porte? insista Russel. C'est le roi George, répondit Roberts.»
Alors Russel entra en furie, s'emporta aux dernières injures, et jura
que les Anglais n'avaient pas de roi. «Il est surprenant, lui dit
Roberts, que vous ayez proposé la santé d'un roi dont vous ne
reconnaissez pas l'existence.» Le furieux corsaire, sautant sur un de
ses pistolets, l'aurait tué, s'il n'eût été retenu par son voisin. Il
sauta sur l'autre, en répétant plusieurs fois que l'Angleterre n'avait
pas d'autre roi que le prétendant. Ses voisins l'arrêtèrent encore. Le
maître canonnier, qui était à table, homme considéré dans sa troupe,
se leva d'un air ferme, et s'adressant à la compagnie: «Messieurs,
dit-il, si notre dessein est de soutenir les lois qui sont établies et
jurées entre nous, comme je vous y crois obligés par les plus puissans
motifs de la raison et de notre propre intérêt, il me semble que nous
devons empêcher Jean Russel de les violer dans les accès de sa
fureur.» Russel, qui n'était pas encore revenu à lui-même, entreprit
de défendre sa conduite; mais le canonnier, s'adressant à lui du même
ton, lui déclara qu'on ne lui avait pas donné le pouvoir de tuer un
homme de sang-froid, sans le consentement de la troupe, qui avait les
prisonniers sous sa protection. «Je vois, ajouta-t-il, que ce qui vous
irrite est de n'avoir pu violer nos articles au sujet de Roberts; on
saura mettre un frein à vos emportemens, et garder le prisonnier
jusqu'à demain pour le mener à bord du général, qui ordonnera de son
sort avec plus d'équité.» Toute la compagnie paraissant approuver ce
discours, Russel, à qui l'on avait ôté ses armes, reçut ordre de
demeurer tranquille, s'il ne voulait offenser la troupe, et se voir
traiter comme un mutin. Le canonnier dit à Roberts qu'on l'aurait
conduit sur-le-champ au général, s'il n'eût été défendu par un ordre
exprès de recevoir les chaloupes après neuf heures du soir.

Le lendemain il fut transporté sur le vaisseau de Lo, qui lui promit
sa protection. Dans l'après-midi, Russel vint à bord, accompagné de
François Spriggs, commandant du troisième vaisseau des pirates. Il dit
au général que le pilote et les matelots de Roberts voulaient entrer
au service de la troupe en qualité de volontaires. Lo répondit que
rendre la felouque à Roberts sans aucun de ses gens, c'était le livrer
à la mort, et qu'il valait autant lui casser la tête d'un coup de
pistolet. «Je ne m'y oppose pas, répliqua Russel; mais ce que je
propose est pour l'utilité de la compagnie, et je voulais voir qui
serait assez hardi pour me contredire.» Il ajouta qu'en qualité de
quartier-maître, et par l'autorité que lui donnait cet emploi, il
voulait que le pilote et les matelots fussent reçus sur-le-champ dans
la troupe; que, grâces au ciel, il soutenait la justice et l'intérêt
public, comme il y était obligé par son poste; et que, si quelqu'un
avait la hardiesse de s'y opposer, il avait un pistolet à sa ceinture
et une poignée de balles pour se faire raison. Ensuite se retournant
vers Roberts: «Mon ami, lui dit-il, la compagnie t'a rendu ta
felouque, et tu l'auras. Tu auras deux hommes, et rien de plus. Pour
les provisions, tu n'auras que ce qui est actuellement dans ton
vaisseau. Il m'est revenu, continua-t-il, que plusieurs de nos gens
se proposent de te former une cargaison; mais je leur en fais défense
en vertu de mon autorité, parce qu'il n'est pas sûr que les
marchandises qu'ils veulent te donner ne nous soient pas bientôt
nécessaires à nous-mêmes; en un mot, je jure par tout ce qu'il y a de
plus redoutable que, s'il passe quelque chose de nos vaisseaux dans le
tien sans ma participation et sans mon ordre, je mets le feu aussitôt
à ta felouque, et je t'y brûle toi-même avec ce que tu possèdes.»

Comme son emploi de quartier-maître lui donnait effectivement ce
pouvoir, Lo ne put s'opposer à sa résolution. Il ne restait plus qu'à
conduire Roberts sur la felouque. Il quitta le vaisseau du général
sans que personne osât lui présenter le moindre secours, effet des
menaces de Russel; car la libéralité n'est pas une vertu fort rare
chez les corsaires, qui donnent très-facilement ce qu'ils sont exposés
à perdre à toutes les heures du jour. Comme ce furieux capitaine était
prêt à retourner sur son bord, il se chargea de prendre Roberts dans
sa chaloupe. En arrivant à son vaisseau, il donna ordre que le souper
fût préparé, et dans l'intervalle il se fit apporter du punch et du
vin, avec des pipes et du tabac. Tous les officiers furent invités, et
Roberts avec eux. Russel lui dit qu'il l'exhortait à boire et à manger
beaucoup, parce qu'il avait un voyage aussi difficile à faire que
celui du prophète Élie au mont Oreb, et que, n'ayant ni vivre ni
liqueur dans sa felouque, il devait faire un bon fond dans son estomac
pour résister long-temps à la soif et à la faim. Une raillerie si
amère fit sentir à Roberts tout le malheur de sa situation. Cependant
il répondit qu'il espérait mieux de la générosité de ceux qui lui
laissaient la vie et la liberté. Russel jura qu'il n'avait plus
d'autre faveur à se promettre que le souper qui se préparait.

«Je le conjurai, dit l'auteur, plutôt que de m'abandonner dans cet
état aux funestes extrémités qui semblaient me menacer, de me mettre à
terre dans l'île voisine ou sur les côtes de Guinée; enfin de faire de
moi tout ce qu'il jugerait à propos dans sa colère ou dans sa bonté,
pourvu qu'il me dispensât d'entrer dans son service. Il me répondit
qu'il avait dépendu de moi d'être de ses amis; mais qu'ayant méprisé
son amitié, il fallait me tenir au choix que j'avais fait, et qu'il
avait encore pour moi plus de bonté que je ne devais en attendre,
après l'avoir mis plus mal avec sa compagnie qu'il n'y avait jamais
été et qu'il n'y voulait être.»

Roberts, s'étant excusé par l'innocence de ses intentions, le supplia,
lui et tous ses confrères, de le regarder comme un objet de pitié
plutôt que de vengeance. Russel répondit: «Vos argumens et vos
persuasions sont inutiles. Il est trop tard; vous avez refusé notre
pitié lorsqu'elle vous était offerte; votre sort est décidé.
Remplissez-vous bien l'estomac pour soutenir vos forces aussi
long-temps que vous le pourrez; car il y a beaucoup d'apparence que le
repas que vous allez faire sera le dernier de votre vie; à moins
qu'ayant la conscience si tendre, vous ne soyez assez bien avec le
ciel pour en obtenir des miracles. Si je sens quelque pitié, c'est
pour les deux hommes qui doivent vous suivre. Je suis tenté de les
prendre avec moi, et de vous laisser profiter seul des secours du
ciel.» Quelques personnes de l'assemblée lui dirent que ces deux
hommes s'exposaient volontairement à suivre leur maître, et qu'ils
étaient résolus de partager toutes ses disgrâces. «Apparemment, reprit
Russel, qu'il leur a rendu la conscience aussi délicate que la sienne.
Vous verrez que le ciel ne refusera rien à de si honnêtes gens.»

Ces railleries furent continuées pendant le souper. À dix heures,
Russel fit appeler quelques matelots qu'il avait nommés pour la garde
de la felouque, et leur demanda s'ils avaient tout enlevé suivant ses
ordres. Ils jurèrent qu'ils n'avaient rien laissé et qu'il n'y restait
que de l'eau. «Comment, de l'eau! reprit Russel en blasphémant; ne
vous avais-je pas donné ordre de vider tous les tonneaux? Nous n'y
avons pas manqué, répondirent-ils. et l'eau que nous avons laissée
n'est que de l'eau de mer qui entre de tous côtés dans le bâtiment.»
Cette réponse calma le corsaire, et lui donna occasion de redoubler
ses ironies. Enfin, lorsqu'il se sentit pressé du sommeil, il donna
ordre que Roberts et ses deux hommes fussent conduits à leur felouque.

Comme c'était dans son propre canot que Roberts avait eu la liberté de
retourner à sa felouque, il attendit impatiemment le jour pour
reconnaître en quel état elle lui était rendue. Il y trouva d'abord de
quoi remplir son chapeau de miettes et de croûtes de biscuit, avec
quatre ou cinq poignées de tabac à fumer. Tout étant précieux pour lui
dans la situation qu'on lui avait annoncée, il recueillit
soigneusement ces misérables restes. Il retrouva sa boussole, son
quart de cercle, et quelques autres instrumens de mer. On lui avait
laissé son lit, comme un meuble inutile pour les corsaires, qui, à
l'exception des seuls officiers, n'ont pas d'autre lit que le tillac.
Pour provisions de bouche, il ne trouva que dix bouteilles
d'eau-de-vie et trente-six livres de riz, avec une fort petite
quantité de farine. L'eau qui restait dans les tonneaux ne montait pas
à plus de trois pintes.

Ses recherches tournèrent ensuite vers les voiles. À la place des
siennes on en avait mis de vieilles, qui étaient à demi pouries; mais
quelque pirate avait eu l'humanité de laisser six aiguilles avec un
peu de fil de caret et quelques morceaux de vieux canevas, dont il
commença aussitôt à faire usage. Ce travail l'occupa pendant trois
jours, lui et ses deux hommes. Ils ne vécurent, dans cet intervalle,
que de farine et de riz cru, avec quelques verres d'eau-de-vie, pour
épargner leur eau, dont ils espéraient se servir pour faire de la
pâte. Le quatrième jour, ils firent un petit gâteau, qu'ils
partagèrent fidèlement en trois parts, et qui fut le meilleur mets
qu'ils eussent mangé depuis qu'ils avaient quitté les pirates. Un
autre jour ils composèrent une sorte de bouillie qui les soulagea
beaucoup. C'était le 3 de novembre. Avec une extrême difficulté ils
avaient mis leurs voiles en état de servir. Roberts observa le même
jour qu'il était par 17 degrés de latitude nord. Le pilote de Russel
lui avait dit, en le quittant, qu'on était à soixante-cinq lieues de
l'île de Saint-Antoine.

Dans cette supposition, il se porta vers les îles du cap Vert, surtout
vers celle de Saint-Nicolas. Le 7 de novembre, il se trouva, par ses
observations, à 16° 55' nord, environ à quarante-six lieues de
Saint-Antoine. La nuit suivante, il tomba un peu de pluie, qui lui
donna le moyen de recueillir quatre ou cinq pintes d'eau. Elle fut
suivie d'un calme de plusieurs jours. Le 10, avec le secours d'un vent
frais qui dura jusqu'au 16, il s'avança jusqu'à la vue de
Saint-Antoine, à dix-huit ou dix-neuf lieues de distance. Le calme
ayant recommencé l'après-midi du 16, il prit un requin. Cette pèche
lui coûta beaucoup de peine, et mit même le bâtiment en danger par les
violentes secousses du monstre marin, qui avait onze pieds et demi de
longueur. Roberts et ses compagnons jugèrent qu'il ne devait pas peser
moins de trois cents livres. Après l'avoir cru mort sur le tillac, ils
lui virent recommencer ses mouvemens avec tant de furie, qu'ils ne
purent les arrêter qu'en lui coupant une grande partie de la queue, où
réside sa principale force. Ils lui trouvèrent dans le ventre cinq
petits qui n'avaient encore que la grosseur d'un merlan. Roberts,
faisant aussitôt du feu avec son fusil, seule arme qu'on lui avait
laissée, se servit d'eau de mer pour faire cuire quelque partie de sa
pêche, dont il fit un repas qui lui parut délicieux. Comme il manquait
de sel pour conserver le reste, il le coupa en longues tranches qu'il
fit sécher au soleil. Son fusil lui devint un meuble fort utile, parce
qu'on ne lui avait laissé aucun instrument pour allumer du feu. Étant
aussi sans chandelle, il se servait pendant la nuit d'un charbon
ardent pour observer l'aiguille aimantée, et régler ainsi sa course.

Le 17, Roberts, n'étant qu'à huit lieues de Saint-Antoine, crut
pouvoir user de son eau fraîche avec un peu moins d'épargne. Il fit
cuire quelques tranches de son poisson avec du riz. Le lendemain au
matin, il découvrit clairement Saint-Antoine, Saint-Vincent,
Sainte-Lucie, Terra-Branca et Monte-Guarde, qui est la plus haute
montagne de l'île Saint-Nicolas. Elle se fait voir de tous les côtés
de l'île, dans la forme d'un pain de sucre, dont la pointe vient
ensuite à s'élargir. Enfin le 20 il mouilla dans la rade de Currisal,
sur seize brasses, à un quart de mille du rivage.

Un de ses gens, nommé Potter, lui demanda la permission de se rendre à
terre dans le canot, pour en apporter de l'eau fraîche. Il y
consentit; et, se sentant accablé de sommeil, il donna ordre à l'autre
de veiller jusqu'au retour de son compagnon; après quoi il se mit à
dormir. S'étant éveillé en sursaut, il appela son homme, qui ne lui
fit point de réponse. Il se leva pour le chercher, et l'ayant trouvé
endormi sur le tillac, il s'aperçut, en jetant les yeux autour de soi,
que le courant l'avait éloigné de l'île. Sa surprise fut extrême. Il
se voyait exposé aux flots pendant toute la durée des ténèbres, et
dans une situation plus dangereuse que jamais, sans espérer que Potter
pût le rejoindre. Cependant, le jour étant venu l'éclairer, il trouva
le moyen, avec beaucoup de peine, de gagner une baie sablonneuse que
les habitans nomment _Pattako_, où il jeta l'ancre le 22 de novembre,
sur six brasses d'un beau fond de sable.

Vers le soir, il lui vint sept Nègres de Paraghisi, qui lui
apportèrent une petite provision d'eau de la part du gouverneur de
Saint-Nicolas. Ils l'assurèrent qu'il pouvait s'approcher de Paraghisi
aussitôt que la marée descendante serait passée, c'est-à-dire, dans
l'espace d'une heure; et lorsqu'il leur parla d'attendre un de ses
gens qui était resté à Currisal, ils lui protestèrent que, le vent
étant contraire, il se passerait au moins quinze jours avant qu'il pût
remonter au long de la côte. Cette objection l'ayant emporté sur ses
désirs, il mit à la voile avec les Nègres pour aller au-devant de
Potter. Mais le vent se trouva si fort, qu'il fut obligé de relâcher
dans un lieu qui se nomme _Porto-Gary_; et voulant tenter un nouvel
effort, sa grande voile fut si maltraitée, que les Nègres parlèrent de
l'abandonner pour rentrer dans leur barque. Il employa toutes sortes
de motifs pour leur faire perdre cette pensée. Il leur représenta,
d'un côté, qu'il y aurait de la barbarie à le laisser sans secours; et
de l'autre, qu'ils allaient s'exposer encore plus follement à la
fureur des flots, dans une barque beaucoup plus fragile que son
bâtiment. Il ne put les persuader. Leur réponse fut qu'ils ne voyaient
pas plus de danger dans leur barque que dans un vaisseau sans voiles,
sans eau et sans provisions; ou que, s'il fallait périr, ils aimaient
mieux que ce fût à la vue de leur demeure que dans des lieux éloignés.
Un d'entre eux ajouta que Roberts était sûr de ne manquer de rien
lorsqu'il toucherait à quelque autre terre; au lieu que la seule
sûreté qu'il y avait pour eux était d'y tomber dans l'esclavage. Ils
le quittèrent malgré ses plaintes et ses reproches. Le vent continuant
avec beaucoup de furie, il demeura incertain de quel côté il devait se
porter. Sa situation ne lui laissait guère d'espérance de pouvoir
gagner l'île de Mai ou celle de San-Iago. Il ne connaissait pas
celles de Saint-Jean et de Saint-Philippe. Les cartes qu'il en avait
vues, étaient fort imparfaites; et, dans plusieurs relations, il se
souvenait d'avoir lu que ces deux îles sont fort dangereuses. Il
trouva néanmoins dans la suite que l'idée qu'il en avait conçue était
tout-à-fait fausse.

Il passa la nuit dans toutes les alarmes qu'on peut se représenter.
Mais, à la pointe du jour, il aperçut à l'est-nord-est Terra Vermilia,
ou Punta-de-Ver-Milhari, comme la nomment les habitans. Il eut besoin
du jour entier et de la nuit suivante pour s'en approcher. Le
lendemain, sans s'être aperçu que personne fût monté sur son bord, il
entendit la voix d'un homme qui demandait en portugais si le vaisseau
était à l'ancre. Aussitôt il découvrit trois Nègres, de qui était
venue cette question. Il leur répondit que, dans l'embarras mortel ou
il était, à peine connaissait-il sa situation; mais qu'il cherchait
l'île de San-Iago. Alors un d'entre eux, qui se nommait Colau-Verde,
l'assura qu'il connaissait parfaitement San-Iago, Saint-Philippe et
Saint-Jean, qu'il pouvait le mener dans quelque port de ces trois îles
qu'il voulût choisir; que celle de Saint-Philippe était abondante en
provisions, mais que l'ancrage était mauvais et la mer fort haute;
qu'au contraire Saint-Jean avait un excellent port, où il promettait
de le conduire sûrement.

Roberts accepta cette offre. Il s'efforça d'abord, avec le secours
des trois Nègres, de réparer un peu le désordre de ses voiles.
Ensuite, se livrant à la conduite de Colau, il porta droit à la pointe
du nord de Saint-Philippe. L'ayant doublée, il tourna plus au sud en
suivant les côtes, jusqu'à la vue de Ghors, qui est une partie de la
même île. De là il découvrit l'île de Saint-Jean, vers laquelle il
porta directement; et lorsqu'il eut passé les petites îles qui sont
situées dans l'intervalle, avec beaucoup de confiance dans Colau, qui
lui fit prendre au-dessus de la plus orientale, il gagna aisément la
pointe ouest de Saint-Jean. Il restait, suivant le pilote nègre, à
s'avancer vers la pointe nord, que les habitans nomment _Ghelungo_, et
qui est éloignée de l'autre d'environ deux lieues. Alors Roberts
voulut savoir de son pilote où il plaçait le port; mais il fut
extrêmement surpris de reconnaître, aux incertitudes de Colau, qu'il
l'ignorait. L'unique éclaircissement qu'il en tira fut qu'il était sûr
de ne l'avoir point encore passé. Ils s'attachèrent à suivre la côte,
en observant soigneusement leur situation. Enfin le port se fit
apercevoir; mais ce ne fut qu'après qu'on fut arrivé sous le vent; car
étant derrière une pointe, il faut l'avoir passée pour le découvrir;
et comme le vent est toujours assez fort au long de la côte, il
devient très-difficile de remonter pour gagner le rivage, sans compter
qu'on est poussé par un courant fort impétueux qui augmente beaucoup
la difficulté. Roberts, embarrassé par ces obstacles, demanda à son
piloté s'il ne connaissait point au-dessus du vent quelque endroit où
l'on put mouiller. Le Nègre répondit non, et que, si l'on gagnait pas
le rivage avant qu'on eût passé la Punta do Sal, non-seulement il
serait impossible d'aborder, mais très-difficile d'éviter le naufrage.
Roberts lui demanda conseil. «Je n'en ai pas d'autre à vous donner,
lui dit le Nègre, que d'aborder sur les rocs, d'où chacun se sauvera
comme il pourra. Mais je ne sais pas nager, lui répondit Roberts, et
mon matelot non plus.» La réplique du Nègre fut, qu'étant si près des
rocs il allait aborder. Roberts, prenant son fusil, lui dit qu'il
saurait empêcher qu'on lui fît violence sur son bord. Le Nègre sauta
aussitôt dans l'eau en lui souhaitant une bonne fortune; il gagna la
terre à la nage. Ses deux compagnons, qui ne savaient pas si bien
nager, n'osèrent suivre son exemple, et protestèrent même qu'ils
n'étaient pas capables de laisser Roberts sans secours; mais ils le
prièrent aussi de ne les pas abandonner aux flots sans eau et sans
provisions. Il leur dit qu'il ne cherchait que le moyen d'aborder dans
un lieu sûr, ou même de se faire échouer; et lorsqu'ils lui
représentèrent de quoi Colau l'avait menacé, il répondit que ce
perfide, comme ils avaient pu le remarquer eux-mêmes, s'était attribué
des connaissances qu'il n'avait pas. Alors les deux Nègres chargèrent
Colau d'imprécations, et souhaitèrent de le voir périr avant qu'il pût
atteindre les rocs. Roberts leur dit que, s'ils voulaient travailler à
la poupe pour soulager un peu la felouque, il espérait encore de les
mettre sûrement à terre. Mais ils lui déclarèrent qu'ils ne
travailleraient à rien que lorsqu'ils le verraient à l'ancre,
s'engageant néanmoins par d'horribles sermens à ne pas l'abandonner.

Roberts s'approcha du rivage, et serra de si près la Punta do Sal,
que, vers l'extrémité de la pointe, un homme aurait pu sauter du bord
sur le rivage. La raison qui lui faisait tant hasarder contre les rocs
était sensible. Cette pointe lui paraissant l'extrémité de la côte
au-dessous du vent, il n'était pas sûr au delà de trouver la terre
assez avancée pour remorquer facilement. D'ailleurs les rocs étaient
unis et fort escarpés. Il savait qu'ordinairement ces sortes de rocs
ne s'avancent pas sous l'eau; et la difficulté n'étant que d'y grimper
lorsqu'il en serait assez proche pour y mettre le pied, il cherchait
quelque lieu qui fût favorable à ce dessein. Mais à la première vue
qu'il eut de la terre, de l'autre côté de la pointe il découvrit une
petite baie assez profonde, dans laquelle il ne balança point à
s'engager. La sonde qu'il avait à la main lui donna d'abord treize
brasses, ensuite douze. Un courant du nord, qui entre dans la baie,
l'aidant beaucoup plus que ses voiles, il s'approcha insensiblement de
la terre; et quoique le rivage lui parût fort inégal, ce qui est
ordinairement la marque d'un mauvais fond, il ne se vit pas plus tôt
sur neuf brasses, qu'il mouilla à l'ancre à toutes sortes de risques.
Les deux Nègres, se voyant si près de la terre, se jetèrent aussitôt
dans l'eau, et nagèrent heureusement jusqu'au rivage.

La nuit approchait: Roberts la passa tranquillement dans ce lieu. Au
point du jour, trois insulaires parurent sur le bord de la mer, et,
n'apercevant que deux hommes sur la felouque, se mirent librement à la
nage pour venir à bord. Ils firent des offres civiles à Roberts,
jusqu'à lui proposer d'aller dîner à terre avec eux. Il leur répondit
qu'il ne savait pas nager. Leur étonnement fut extrême. Ils répétèrent
plusieurs fois qu'il leur paraissait bien étrange que des gens qui
traversaient la grande mer osassent l'entreprendre sans savoir nager;
et vantant, non sans raison, l'usage de leur nation, ils assurèrent
qu'il n'y avait pas d'enfant parmi eux qui ne pût se sauver de toutes
sortes de périls à la nage. Cependant, comme l'eau manquait à Roberts,
ils consentirent à lui en apporter. Étant bientôt revenus avec deux
calebasses qui tenaient environ douze pintes, Roberts leur offrit de
préparer pour eux quelques tranches de son poisson. À la vue des
tranches sèches, ils lui dirent qu'ils croyaient les reconnaître pour
la chair d'un poisson qu'ils nommèrent _sarde_; sur quoi ils
demandèrent si ce poisson ne dévorait pas les hommes. Roberts leur
ayant répondu qu'on en avait quantité d'exemples, ils jetèrent avec
effroi ce qu'ils tenaient entre leurs mains, en disant qu'ils
n'auraient jamais cru que des hommes fussent capables de manger un
animal qui se nourrit de leur chair. Ce mécontentement ne les empêcha
pas de travailler à la poupe, et de nettoyer entièrement la felouque.
Roberts, pour les récompenser de leur travail, leur offrit un verre
d'eau-de-vie, en regrettant que les pirates ne lui eussent pas laissé
le pouvoir de leur en donner plus libéralement: ils refusèrent d'en
boire. Puisqu'il en avait si peu, lui dirent-ils, et qu'il était
accoutumé à cette liqueur, ils lui conseillaient de la garder pour ses
besoins. Ils ajoutèrent que l'eau était leur boisson naturelle, et
qu'ils s'en trouvaient fort bien; qu'ils n'avaient jamais goûté
d'_aqua ardente_ (c'est le nom qu'ils lui donnaient), quoiqu'ils
n'ignorassent pas qu'elle était fort bonne; mais qu'ils se souvenaient
qu'un pirate français, nommé Maringouin, ayant abordé dans leur île
avec une grosse provision de cette liqueur, qu'il n'avait pas épargnée
aux habitans, la plupart de ceux qui en avaient bu étaient devenus
fous pendant plusieurs jours, parce qu'ils n'y étaient point
accoutumés, et que d'autres en avaient été dangereusement malades; que
cependant il se trouvait encore des Nègres qui souhaitaient d'être
enlevés par quelque pirate, pourvu qu'ils fussent conduits dans une
région où cette liqueur chaude fût en abondance.

Roberts leur demanda s'ils avaient beaucoup de coton dans leur île.
Ils lui dirent que chaque année en produisait abondamment; mais que la
rareté des pluies avait rendu la dernière assez stérile; qu'il n'y
avait pas de Nègre néanmoins qui n'eût cinq ou six robes, quoiqu'ils
en fissent peu d'usage; que, les vaisseaux venant rarement dans leur
île, ils employaient le coton à leurs propres besoins, et qu'il n'y
avait pas d'habitant qui ne lui en donnât volontiers quelque pièce
pour raccommoder ses voiles. Mais il les assura qu'il ne prendrait
rien d'eux sans le payer. Si j'avais eu, dit Roberts, quelques grains
de verre ou d'autres bagatelles, j'aurais acquis tous le coton de
l'île.

Ils admirèrent beaucoup son horloge de sable et ses instrumens
astronomiques. Les Portugais, à qui ils avaient quelquefois vu des
machines de la même espèce, n'avaient jamais voulu leur en apprendre
l'usage. Roberts prenant plaisir à leur donner quelque explication,
ils lui dirent que tous les blancs étaient autant de _fittazares_ (nom
qu'ils donnent à leurs sorciers). Il leur répondit que toute
correspondance avec le diable faisait horreur aux Anglais, et que dans
leur pays les sorciers étaient brûlés vifs. C'est une fort bonne loi,
lui répondirent-ils, et nous en souhaiterions ici l'usage. Mais, pour
expliquer l'habileté des blancs, ils conclurent que, sans être aussi
méchans que les sorciers, puisqu'ils les punissaient par le feu, ils
devaient être plus savans que le diable même; et la raison qu'ils en
apportèrent, c'est qu'ils avaient remarqué que leurs sorciers, dont le
savoir venait du diable, n'avaient aucun pouvoir contre les blancs.
Là-dessus ils prièrent Roberts d'employer ses lumières pour les
empêcher de nuire à leurs bestiaux, et surtout à leurs enfans, qu'ils
faisaient mourir par des maladies de langueur, lorsqu'ils portaient
de la haine à leur famille.

On sera peut-être surpris, dit Roberts, que j'entendisse si
parfaitement leur langage. Mais sachant la langue portugaise, qui fait
une grande partie de la leur, mêlée avec l'ancien mandingue, qui est
leur première langue, ils ne me disaient rien dont je ne comprisse du
moins le sens. D'ailleurs leurs moindres paroles sont accompagnées de
tant de mouvemens et de gesticulations, surtout dans cette île et dans
celle de Saint-Philippe, que leur pensée se fait entendre avant qu'ils
aient achevé de l'exprimer.

[Illustration: _Ils allumèrent du feu pour faire cuire des courges._]

Dans l'après-midi, le vent devint fort impétueux, et le ciel se
couvrit de nuages si épais, que Roberts se crut menacé d'une tempête.
Il était venu à bord plusieurs autres Nègres. À sa prière, un d'entre
eux se mit à la nage, tenant le bout d'une corde pour amarrer le
bâtiment contre les rocs; mais il le fît si légèrement, que, la corde
ayant coulé aussitôt, son travail devint inutile. Roberts le pria
inutilement de recommencer. Il répondit que, si le vent éloignait sa
felouque, il se chargeait, lui et ses compagnons, de porter les deux
Anglais au rivage. Cependant quelques-uns d'entre eux consentirent à
retourner à terre pour chercher Colau-Verde, dont l'adresse et
l'audace pourraient être de quelque secours. Le vent fut inégal
pendant la nuit suivante. Une heure avant le lever du soleil, il plut
beaucoup au nord-est et à l'est-nord-est; ce que les Nègres
expliquèrent comme un signe de vent qui ne ferait qu'augmenter pendant
le jour. Cependant le soleil se leva très-clair; mais vers huit
heures le vent souffla fort impétueusement, et devint si furieux vers
le milieu du jour, que Roberts n'avait jamais vu les vagues dans une
telle agitation; il ne savait quel parti prendre, et tous ses efforts
se tournaient à persuader aux Nègres de ne pas l'abandonner. Le reste
du jour et la nuit suivante se passèrent avec moins d'alarme; mais le
lendemain, qui était le 29 novembre, les vents redevinrent si furieux,
qu'ayant arraché le bâtiment de dessus son ancre, ils le précipitèrent
sur la pointe d'un roc, où il se brisa misérablement. L'eau pénétrait
de toutes parts, et les Nègres, à cette vue, se jetèrent à la nage
pour gagner la terre; cependant ils revinrent au secours de Roberts et
de son matelot, qui jetaient des cris lamentables. À la faveur de
quelques planches brisées, ils les conduisirent au pied d'un roc, où
ils trouvèrent assez de facilité à monter plus de quinze pieds
au-dessus des flots. Là, le roc s'aplanissant dans un espace de neuf
ou dix pieds, ils s'arrêtèrent pour reprendre haleine, tandis que
d'autres Nègres, qui avaient vu leur disgrâce du sommet de la côte,
leur apportèrent de l'eau et quelques alimens du pays. Ils allumèrent
du feu dans le même endroit pour faire cuire des courges; et le temps
ayant commencé à s'adoucir, ils y passèrent la nuit.

Le jour suivant fut employé par les Nègres à sauver les débris de la
felouque, surtout les moindres pièces de bois où il restait quelque
trace de peinture. Ils dirent à Roberts que, s'il pouvait imaginer
quelque moyen de rejoindre ensemble les mâts, le gouvernail, et
quelques parties qui ne paraissaient pas fracassées, ils croyaient
pouvoir les conduire jusqu'à un port voisin, où peut-être en
tirerait-il quelque utilité. Il admira leur bonté dans cette
proposition; et, touché de reconnaissance, il leur promit que, s'il
arrivait dans ce port quelque bâtiment qui eût besoin de ces tristes
restes, il les vendrait dans la seule vue de leur en donner le prix,
et de récompenser leurs services par un présent fort inférieur à sa
reconnaissance. Leur réponse, rapportée en termes exprès par l'auteur,
est remarquable. Ils lui protestèrent qu'ils croyaient n'avoir fait
que leur devoir en assistant des étrangers dans l'infortune; que,
malgré la différence de leur couleur, et quoiqu'ils fussent regardés
par les blancs comme des créatures d'une autre espèce, ils étaient
persuadés que tous les hommes sont de la même nature; mais qu'ils
avouaient néanmoins que Dieu les avait créés fort inférieurs aux
blancs. Roberts, surpris de leur trouver tant de raison, leur répondit
qu'au fond il n'y voyait pas d'autre différence que la couleur, et
qu'il n'en connaissait pas d'autre cause que la chaleur excessive de
leur climat. Il ajouta que si quelque blanc venait vivre dans leur île
avec une femme de son pays, exposé comme eux à l'ardeur du soleil, il
ne doutait pas que, dans trois ou quatre générations, leur postérité
ne fût de la même couleur et de la même complexion.

Il fut fort surpris de leur entendre dire que, dans cette supposition,
les blancs perdraient peut-être leur couleur, mais que leurs cheveux
conserveraient toujours leur nature, et ne deviendraient pas frisés
comme ceux des Nègres; en quoi, certes, ils raisonnaient beaucoup
mieux que lui. Ils lui dirent encore qu'ils n'avaient que trop reconnu
par une longue expérience qu'il y avait sur eux quelque malédiction,
et qu'ils étaient faits pour être les serviteurs et les esclaves des
blancs. Roberts, assez content de les voir dans cette idée, leur
répondit que c'était une opinion reçue dans le monde. Ils entrèrent si
fort dans sa réponse, qu'ils la confirmèrent en lui disant que c'était
une vérité prouvée par l'usage annuel des blancs, qui venaient prendre
ou acheter des milliers d'esclaves en Guinée.

Non-seulement les Nègres sauvèrent tous les débris qui étaient sur la
surface de la mer, mais, plongeant avec une hardiesse extrême, ils
ramenèrent du fond des flots deux pots de fer qu'ils se hâtèrent de
rendre à Roberts. Ils excellent tous à nager et à plonger. La petite
baie de Punta do Sal est d'une eau si claire, que dans le beau temps
on voit le fond jusqu'à huit ou dix brasses. C'est un de leurs plus
doux exercices, après la pèche, de jeter une pierre au fond de l'eau,
et de parier entre eux qui aura le plus d'adresse à la trouver. Ils
ont un art de ménager leur haleine, qui les fait demeurer au fond plus
d'une minute.

Vers midi, ils firent à Roberts un dîner composé de courges bouillies
et de quelques poissons qu'ils avaient pêchés. Pendant que les deux
Anglais oubliaient leur infortune pour manger avec assez d'appétit, il
leur vint un messager du seigneur Lionel Consalvo, gouverneur de
l'île, qui s'excusait de n'être pas venu lui-même, parce qu'il était
tourmenté d'un rhume. Il envoyait à Roberts quelques courges et trois
ou quatre pommes-de-terre, en lui faisant espérer pour le jour suivant
une pièce de chevreau sauvage. Au même moment il parut un autre
messager de la part du prêtre de l'île: loin d'apporter quelques
provisions aux deux Anglais, il était chargé par son maître de leur
demander s'ils n'avaient pas sauvé quelques restes de farine. Après
cette question, il ajouta, comme de lui-même, que, s'il leur restait
de l'_aqua ardente_, ils feraient beaucoup de plaisir au prêtre de lui
en envoyer. Roberts lui montra les restes de son naufrage, qui
consistaient dans quelques planches et les deux pots de fer. À la vue
des deux pots, le messager releva beaucoup le pouvoir de son maître,
qui le rendait plus capable d'être utile aux étrangers que le
gouverneur même; et pour conclusion, il déclara aux Anglais qu'ils lui
feraient plaisir de lui envoyer un des deux pots. D'autres Nègres
vinrent successivement, et parmi eux Domingo Gomerès, fils d'Antoine
Gomerès, qui avait été gouverneur de l'île avant Lionel Consalvo.
Roberts prit une juste opinion de Consalvo en ne voyant qu'un Nègre
dans Gomerès. Les Portugais dédaignent de venir commander
personnellement dans une île si pauvre, et laissent volontiers prendre
aux Nègres leurs noms et leurs titres. Gomerès présenta au capitaine
anglais quelques courges, une papaye et des bananes, avec un gâteau
composé de bananes et de maïs. Roberts lui ayant demandé ce qu'il
exigeait de sa reconnaissance pour tant de faveurs, il répondit qu'il
serait fort satisfait de son amitié, et que tous les autres habitans
n'avaient pas d'autre prétention, à la réserve du prêtre, qui ne
cesserait pas, suivant sa coutume, de lui faire beaucoup de demandes;
mais qu'ils le prévenaient là-dessus, afin qu'il ne se laissât pas
tromper. Roberts lui dit qu'à son retour en Angleterre, il ne
manquerait pas de se louer beaucoup de la générosité des Nègres, pour
engager ses compatriotes à venir souvent dans leur île. Gomerès
répondit que malheureusement l'île ne produisait rien d'avantageux au
commerce; que son père et d'autres Nègres fort anciens se souvenaient
d'y avoir vu des étrangers qui leur avaient dit qu'elle était fort
pauvre, et que non-seulement ses habitans étaient fort misérables,
mais que leur misère était la raison qui empêchait les vaisseaux de
les visiter.

Pendant cet entretien, Roberts observa un Nègre qui paraissait prêter
l'oreille avec une attention extraordinaire; et, jetant les yeux plus
particulièrement sur lui, il crut remarquer qu'il ne ressemblait pas
aux Nègres de Guinée, mais qu'il était basané comme les Arabes des
parties méridionales de Barbarie, et qu'il avait les cheveux droits
et bruns, quoique assez courts. Tandis qu'il le considérait, il fut
extrêmement surpris de lui entendre dire en anglais que l'île
produisait quantité de richesses qui n'étaient pas connues des
Portugais, et dont les insulaires ignoraient l'usage; telles que de
l'or, de l'ambre gris, de la cire et divers bois de teinture. En
s'expliquant davantage, Roberts apprit avec une joie égale à son
étonnement que cet étranger était Anglais, né à Carléon, sur la
rivière d'Usk, dans le pays de Galles; que son nom était Charles
Franklin, et qu'il était fils d'un juge de paix. Il avait commandé
plusieurs bâtimens de Bristol. Dans un voyage aux Indes occidentales,
il avait été pris par le pirate Barthélemi, et conduit sur la côte de
Guinée, d'où il avait trouvé le moyen de s'échapper. Il s'était
réfugié à Sierra-Leone, chez un prince nègre nommé Thomé. Barthélemi
avait employé les menaces pour l'arracher de cet asile; mais le prince
Thomé, fidèle à ses promesses, lui avait fait une réponse fière et
méprisante, qui avait obligé le pirate à se retirer. Après son départ,
le capitaine Plunket, chef du comptoir anglais de Sierra-Leone, ayant
entendu parler de Franklin, et le prenant pour quelque scélérat de la
troupe du pirate, l'avait fait demander au prince Thomé, dans la seule
vue de le condamner au supplice suivant la rigueur des lois anglaises.
Le prince nègre en avait averti Franklin, sans lui cacher qu'il était
embarrassé par la crainte de déplaire aux Anglais. Franklin,
comprenant qu'il lui serait difficile de prouver son innocence,
l'avait conjuré d'attendre l'arrivée de quelque vaisseau de Bristol
dont il connût le capitaine. Son malheur avait touché si vivement le
prince, qu'il avait obtenu le renouvellement de sa protection avec un
redoutable serment. Cependant Plunket ne se relâchant pas dans ses
instances, il avait souhaité, pour l'intérêt de la paix, d'être envoyé
plus loin dans les terres, et le prince ne lui avait pas refusé cette
faveur. Outre le motif de la sûreté, il avait appris qu'on trouvait
beaucoup d'or dans l'intérieur du pays, surtout entre 12 et 13 degrés
de latitude, tant du nord que du sud, et peut-être jusqu'à l'extrémité
méridionale de cette vaste région. Le prince Thomé l'envoya au roi de
Bembolou, accompagné de quatre gardes et d'un bâton d'état, qui lui
tenait lieu d'une lettre de créance. Son voyage avait duré sept jours,
et, sur le calcul de sa marche, il croyait avoir fait environ cent
milles. Il avait passé dans sa route par plusieurs villes, où il avait
été fort bien reçu. Pendant les quatre premiers jours, il n'avait fait
aucune remarque importante; mais il avait ensuite observé que l'or
était fort commun parmi les habitans. L'attention que ses gardes
avaient continuellement sur lui l'avait empêché de prendre des
informations. Il apprit d'eux-mêmes qu'ils avaient ordre de lui ôter
toutes les occasions d'acquérir trop de lumières, et de le conduire
par les routes les plus désertes, mais surtout de ne pas lui laisser
la liberté d'écrire. Le prince Thomé avait eu soin de lui prendre tous
ses papiers, sous prétexte de les conserver jusqu'à son retour; mais
les Nègres étant persuadés que les blancs sont autant de fittazars ou
de sorciers, s'imaginent que le diable ou quelque génie est toujours
prêt à leur fournir les commodités dont ils ont besoin. Enfin il était
arrivé à la cour du roi de Bembolou, où la vue du bâton d'état l'avait
fait recevoir avec beaucoup de civilité et d'affection. Il y avait
fait l'admiration du roi et de tout son peuple, qui n'avaient jamais
vu d'Européens dans leur ville.

Roberts ayant remarqué pendant le discours de Franklin que les Nègres
qui étaient autour de lui l'écoutaient fort attentivement, leur
demanda s'ils avaient compris quelque chose à son récit: ils lui
dirent que non; mais qu'ils admiraient que le seigneur Carolo (ils
donnaient ce nom à Franklin) eût trouvé le moyen de lui parler dans
une langue qu'ils n'entendaient pas. Franklin leur apprit alors qu'il
était du même pays que Roberts. Une nouvelle si surprenante fut
répandue aussitôt dans toute l'assemblée. Ils venaient tous prier
Roberts de la confirmer de sa propre bouche, parce qu'ils ont pour
principe de ne pas s'en rapporter au témoignage d'autrui, lorsqu'ils
peuvent employer celui de leurs propres sens.

L'impatience de Roberts était de voir leur ville. Franklin lui en
avait représenté le chemin comme inaccessible par la multitude de
rochers escarpés et pointus qu'il fallait traverser. Les Nègres,
qu'il interrogea aussi, confirmèrent la même chose, et lui firent une
description extravagante de leur île. Cependant, comme le gouverneur
et le prêtre l'avaient fait inviter à les aller voir chez eux, il
résolut de surmonter toutes les difficultés, d'autant plus que dans le
lieu où il était il se voyait exposé matin et soir à périr par la
chute des pierres qui roulaient du sommet de la montagne. Les Nègres
lui dirent que ces mouvemens venaient des chèvres sauvages qui se
retiraient le soir sous les rocs. En effet, l'auteur observe que l'île
entière n'est qu'un composé de montagnes qui s'élèvent en monceau, et
que, le sommet de l'une étant comme le pied de l'autre, elles forment
ensemble une espèce de dôme. Lorsqu'il se fut déterminé à partir,
Domingo voulut lui servir de guide, avec la précaution de le lier
derrière lui pour le soutenir dans sa marche. La première partie du
chemin se fit assez facilement, et l'on s'arrêta pour prendre quelques
momens de repos. Mais, en avançant plus loin, Roberts s'aperçut
bientôt qu'il lui serait fort difficile de continuer. Quelques Nègres
s'écartant pour chercher une meilleure route, firent tomber une grosse
pièce de roc, qui mit en danger tous ceux qui les suivaient. Domingo
déclara qu'il n'exposerait pas le capitaine anglais pendant le jour,
parce que l'ardeur du soleil rendait les rocs moins capables de
consistance, et les pierres plus faciles à se détacher, au lieu que
l'humidité de la nuit formait une espèce de ciment qui les arrêtait.
Sur ce raisonnement, dont Roberts ajoute qu'il reconnut la vérité par
son expérience, on ne pensa qu'à retourner au lieu d'où l'on était
parti. Domingo proposa de faire venir une barque pour gagner la ville
par la voie de la mer. Quoique ce dessein demandât plusieurs jours,
Roberts se vit forcé d'y consentir par les premières atteintes d'une
fièvre violente. Tant de chagrins et de fatigues, joints à l'ardeur
excessive du soleil qu'il fallait essuyer continuellement, avaient
épuisé ses forces. Il tomba dans une maladie si dangereuse, que
pendant plus de six semaines son matelot et Franklin désespérèrent de
sa vie. Les Nègres lui rendirent plus de services et de soins qu'il
n'aurait pu s'en promettre dans la région la plus polie de l'Europe et
la plus affectionnée aux Anglais. Enfin, lorsqu'il fut en état
d'entrer dans la barque, les Nègres, qui se chargèrent de le conduire
avec Domingo, prirent au sud-ouest, et trouvèrent toujours la mer fort
calme; au lieu que de l'autre côté le vent ne cesse pas de se faire
sentir, surtout à mesure que le soleil s'approche du méridien. On
arriva le soir à Furno, où Roberts trouva un cheval du gouverneur, sur
lequel il monta pour se rendre à sa maison. Ce n'était proprement
qu'une cabane. Il y fut reçu fort civilement; mais ayant promis à
Domingo de loger chez lui, il se rendit ensuite chez le signor
Antonio, père de ce Nègre. On y avait déjà pris soin de lui préparer
un lit, secours précieux, si l'on considère le pays et les habitans.
Il était composé de quatre pieux enfoncés dans la terre à de justes
distances, et de quatre pièces de bois informes qui les joignaient
ensemble, sans autre lien que des cordes de bananier. Le fond était
rempli d'une paillasse de cannes, sur laquelle on avait mis une grande
quantité de feuilles sèches de bananier couvertes d'une natte, et pour
draps, deux pièces d'une étoffe blanche de coton. La courte-pointe
était aussi de coton à raies bleues et blanches.

Roberts passa deux mois dans la maison du seigneur Antonio Gomerès
sans pouvoir se rétablir; mais ayant commencé à reprendre ses forces,
il se fit un amusement de la pêche. Il employait souvent trois ou
quatre jours entiers à cet exercice. Les Nègres portaient le bois dont
ils avaient besoin pour allumer du feu et faire cuire le poisson. Ils
trouvaient du sel sur les rocs, où la chaleur du soleil le formait
naturellement de l'eau de la mer.

Dans la familiarité où Roberts vivait avec les Nègres, il s'informa
quels vaisseaux ils avaient vus dans leur île depuis quelques années.
Il n'en était arrivé que deux dans l'espace de sept ans: l'un
d'Angleterre, qui avait acheté des porcs; l'autre portugais, qui,
transportant des esclaves de Saint-Nicolas au Brésil, avait relâché à
Saint-Jean pour faire de l'eau, mais s'était vu enlever de dessus ses
ancres par une violente tempête. L'intention de Roberts était de
passer dans l'île Saint-Philippe, où il savait que les vaisseaux
abordaient plus souvent. Après de longues réflexions, il prit le
parti de rassembler tous les débris de sa felouque, et d'en composer
une barque avec le secours des Nègres. Il lui donna vingt-cinq pieds
de long sur dix de largeur, et quatre pieds dix pouces de profondeur.
Il la calfata de coton et de mousse avec un enduit de suif mêlé de
fiente d'âne. Cette composition acquit tant de dureté en séchant au
soleil, que non-seulement la chaleur n'était pas capable de la fondre,
mais que l'eau de la mer ne pouvait l'endommager. La fiente d'âne la
défendait contre les poissons, qui auraient mangé le suif, sans ce
mélange. D'ailleurs Roberts n'aurait pu se procurer assez de suif pour
fournir à tout l'ouvrage; car il observe que quarante chèvres ne lui
en donnaient pas plus de cinq livres, et qu'une vache grasse n'en
rendait pas davantage.

Lorsqu'il crut avoir mis sa barque en état de supporter la mer, il
obtint des Nègres une ancre qu'ils avaient pêchée après le départ du
vaisseau portugais dont on a raconté l'accident. Il s'approcha ainsi
de Furno, d'où il se rendit à la ville pour y faire ses adieux: mais
il fut fort surpris que Franklin, après lui avoir promis constamment
de s'embarquer avec lui, eût changé tout d'un coup de résolution. Il
affecta de paraître satisfait de ses raisons; et, sans autre compagnie
que son matelot et six Nègres qui s'étaient offerts à le suivre, il
partit deux heures avant le jour avec la marée du matin.

Après avoir erré quelque temps, il fut encore obligé de retourner à
Saint-Jean, et de s'y arrêter deux mois pour réparer sa barque. Mais
enfin il gagna San-Iago, la principale des îles du cap Vert, où vint
aborder un vaisseau de Bristol, commandé par un de ses amis, qui le
ramena dans sa patrie.

Quoique nous nous soyons peut-être un peu étendu sur les aventures de
Roberts, nous croyons que le lecteur judicieux ne nous en fera pas de
reproche. Il a dû y retrouver à tout moment des objets d'intérêt et
d'instruction. Quel contraste plus frappant que celui de la férocité
des corsaires anglais et de la bonté des Nègres de Saint-Jean! D'un
côté, quel horrible abus de tous les arts, de toutes les lumières, que
l'homme policé acquiert dans la constitution sociale! et de l'autre,
quel exemple de toutes les vertus qui tiennent au sentiment de la
pitié dans l'homme sauvage, qu'ailleurs nous trouverons souvent aussi
méchant dans sa grossièreté que nous le sommes avec nos connaissances!
Peut-être les Nègres de Saint-Jean n'avaient-ils conservé cette bonté
naturelle que par une suite de l'extrême pauvreté de leur demeure.
Jetés sur des rochers au milieu des écueils qui éloignent les
vaisseaux de ces parages dangereux, ils n'avaient point été corrompus
par l'avarice et la fausseté qui naissent de l'esprit de commerce; et
les prêtres, qui, pour régner mieux sur toutes ces nations grossières,
obscurcissent leur intelligence par la superstition, qui les rend à la
fois dociles et féroces, n'avaient pas eu d'intérêt à aveugler cette
horde indigente à qui l'on ne pouvait rien prendre. Ainsi relégués au
milieu de leurs rochers inabordables, ces Nègres se croyaient heureux
de voir d'autres hommes assez malheureux par le sort pour avoir besoin
d'eux. Ils reconnaissaient encore la supériorité de ces Européens, qui
pourtant leur était devenue inutile; et les Européens, portés à la
nage par les Nègres qui plongeaient au milieu des rochers, pouvaient
reconnaître à leur tour une autre espèce de supériorité que l'homme
porte partout avec lui. Quelle multiplicité d'ailleurs, quelle variété
d'incidens dans la situation de Roberts abandonné dans sa felouque aux
mers et à la fortune, et flottant sans cesse entre la mort et la vie!
Combien de fois l'espérance vient remplacer le danger! et combien de
fois le danger fait disparaître l'espérance! On a remarqué que les
marins ne pouvaient pas souffrir long-temps le séjour de la terre.
N'est-ce pas parce que leur âme, accoutumée aux fortes secousses,
trouve insipide et monotone un genre de vie qui n'offre ni grands
périls ni grandes joies? Tous les intérêts paraissent petits à des
hommes qui ont si souvent calculé de combien de minutes ils étaient
éloignés de la mort; et qu'est-ce que les chagrins frivoles et
factices, les craintes pusillanimes qui agitent les sociétés, aux yeux
de celui qui a éprouvé tant de fois que l'homme peut en un moment se
trouver seul et sans secours au milieu de la nature qui lui échappe ou
qui s'arme contre lui?

Les Portugais, en découvrant ces îles, leur donnèrent le nom de _las
ilhas de Cabo-Verde_. Le cap tire le sien de la verdure perpétuelle
dont il est couvert; et les îles, du cap vis-à-vis duquel elles sont
situées. Cependant elles sont nommées aussi par les Portugais _las
ilhas Verdes_, soit par simple contraction, soit par allusion à
l'herbe verte, qu'ils nomment _sargosso_, dont toutes ces îles sont
environnées. Elle a beaucoup de ressemblance avec le cresson d'eau, et
son fruit ressemble à la groseille. La mer en est couverte depuis le
20e. degré jusqu'au 24e. Dans quantité d'endroits, elle est si
épaisse, qu'elle présente comme un grand nombre d'îles flottantes, qui
sont capables d'arrêter les vaisseaux lorsque le vent n'est point
assez fort pour leur faire surmonter cet obstacle, sans qu'on puisse
s'imaginer ce qui produit cette verdure dans une partie de l'Océan qui
est à plus de cent cinquante lieues des côtes de l'Afrique, et qui n'a
pas de fond. Les Hollandais appellent les îles du cap Vert îles de
Sel, parce qu'il s'y en trouve beaucoup.

On en compte dix: Sal, Bona-Vista, Mayo, San-Iago, Fuégo ou
Saint-Philippe, Brava ou Saint-Jean, Saint-Nicolas, Sainte-Lucie,
Saint-Vincent, et Saint-Antoine. D'autres en comptent douze, et
quelques-uns quatorze; mais ils donnent mal à propos le nom d'îles à
quatre rocs, dont les deux premiers, qu'on a nommés Ghuny et Carnera,
sont au nord de Brava; et les deux autres, nommés Chaor et Bracna, à
l'ouest de Saint-Nicolas.

Les îles du cap Vert prennent un peu plus de trois degrés du sud au
nord, avec la même étendue de l'est à l'ouest; c'est-à-dire qu'elles
sont entre 14 degrés 55 minutes, et 17 degrés 45 minutes de latitude.
De même leur longitude de Ferro est entre 4 et 7 degrés. Sal,
Bona-Vista et Mayo sont le plus à l'est dans la direction du nord au
sud; San-Iago, Fuégo et Brava, le plus au sud dans la direction de
l'est à l'ouest. Saint-Nicolas, Sainte-Lucie, Saint-Vincent et
Saint-Antoine, le plus au nord-ouest, et sur une même ligne du sud-est
au nord-ouest. Owington dit qu'elles s'étendent dans la forme d'un
croissant dont le côté convexe est tourné vers le continent d'Afrique.
Beckman observe qu'elles présentent une perspective fort agréable à
ceux qui les traversent à la voile. Mayo, qui est la plus proche du
cap Vert, en est éloignée d'environ quatre-vingt-treize lieues ouest
quart nord. La situation de ces îles est très-favorable pour le
rafraîchissement des vaisseaux qui font le voyage de Guinée ou des
Indes orientales.

Tout le monde convient que l'air des îles du cap Vert est d'une
chaleur extrême et très-malsain. Sir Richard Hawkins prétend que le
climat est un des plus pernicieux à la santé des hommes qui soit connu
dans l'univers. Il y avait abordé deux fois, avec le chagrin d'y
perdre la moitié de ses gens par des fièvres malignes et par la
dysenterie. Comme il y pleut rarement, la terre y est si brûlante,
qu'on n'y saurait poser le pied dans les lieux où le soleil fait
tomber ses rayons. Le vent du nord-est, qui s'y élève un peu avant
quatre heures après midi, apporte ensuite une fraîcheur soudaine dont
les effets sont souvent mortels. Aussi les habitans ont-ils la
précaution de se couvrir la tête d'un bonnet qui leur descend
jusqu'aux épaules, et le corps d'une robe fourrée, ou doublée de
coton. Hawkins observe encore que dans ce climat, comme aux côtes de
Guinée et dans tous les pays chauds, la lune a beaucoup d'influence
sur le corps humain, et qu'il est par conséquent fort dangereux d'y
passer la nuit à l'air.

Beckman remarque que dans la plupart des îles du cap Vert le terroir
est pierreux et stérile, et surtout dans celles de Sal, de Bona-Vista
et de Mayo. Sal et Mayo ont un grand nombre de chevaux sauvages. Outre
les chevaux, Mayo a quantité de chèvres, et du sel en si grande
abondance, qu'on en pourrait charger, dit-on, plus de deux mille
vaisseaux. Les autres îles sont beaucoup plus fertiles, et produisent
du riz, du maïs, des bananes, des limons, des citrons, des oranges,
des grenades, des cocos, des figues et des melons. On y trouve aussi
du coton et des cannes à sucre. Les chèvres y donnent généralement
trois ou quatre chevreaux d'une portée, et souvent trois fois dans une
année. Les vignes y rapportent aussi deux fois.

La richesse des habitans consiste dans leurs peaux de chèvres, et dans
le sel de Bona-Vista, de Mayo et de San-Iago. Barbot rapporte qu'ils
préparent parfaitement leurs peaux à la manière du Levant; et Beckman
assure qu'il n'y en a pas de meilleures au monde dans la même espèce.

On y prend un si grand nombre de tortues, que plusieurs vaisseaux
viennent s'en charger tous les ans, et les salent pour les transporter
aux colonies de l'Amérique. Ces animaux prennent les temps de pluies
pour faire leurs oeufs dans le sable, et les laissent éclore au
soleil. C'est alors que les habitans leur donnent la chasse, sans
autre embarras que de les tourner sur le dos avec des pieux; car elles
sont si grosses, qu'on n'en aurait pas la force avec les mains. La
chair des tortues n'est pas moins en usage dans les colonies que la
morue dans tous les pays d'Europe.

Atkins observe que les Portugais établis aux îles du cap Vert
reçoivent indifféremment tous les vaisseaux qui s'y arrêtent, et leur
vendent à fort bon marché des rafraîchissemens et des provisions dont
San-Iago est la principale source. Barbot nous apprend que les
Français du Sénégal et de Gorée envoyaient prendre leurs provisions
dans cette île, lorsqu'ils ressentaient la disette dans cette partie
de la Nigritie, et qu'ils en tiraient des vivres pour des esclaves et
d'autres richesses. Vers l'an 1593, dans le temps que Hawkins était en
voyage, ils faisaient un commerce considérable à San-Iago, à Fuégo, à
Mayo, à Bona-Vista, à Sal et à Brava, où ils venaient continuellement
de Guinée et de Benin. Ils en tiraient des esclaves, du sucre, du
riz, des étoffes de coton, de l'ambre gris, de la civette, des dents
d'éléphans, du salpêtre, des pierres ponces, des éponges, et quelque
petite quantité d'or que les insulaires tiraient eux-mêmes du
continent.

Toutes les îles du cap Vert étaient presque inhabitées lorsqu'elles
furent découvertes par les Portugais. Les établissemens particuliers
s'étaient mal soutenus, parce qu'ayant manqué de vivres, la famine en
avait ruiné plusieurs. La pluie leur avait aussi manqué long-temps. À
peine se souvenait-on dans les îles de Bona-Vista, de Mayo, et
particulièrement dans l'île de Sal, d'en avoir vu depuis six ou sept
ans. Il n'en était tombé du moins que dans les montagnes, où les
habitans racontent que les nuées se rassemblent, et qu'étant beaucoup
plus pesantes, elles se fondent pour arroser inutilement les lieux
stériles et déserts. Les îles de Sal, de Bona-Vista et de Mayo, qui
sont fort plates, arrêtent d'autant moins les nuées qui sont
continuellement chassées par le vent; et c'est à cette raison qu'on
attribue la sécheresse qui règne dans ces trois îles.

Sal, Sainte-Lucie et Saint-Vincent, trois des plus grandes îles du cap
Vert, n'ont aucun habitant, tandis que les autres sont assez bien
peuplées de Nègres et de Mulâtres. On en donne une raison qui mérite
d'être rapportée. Les premiers Portugais, surtout ceux de San-Iago, se
procuraient des Nègres de Guinée pour le travail de leur colonie;
mais, comme la plupart ne menaient pas une vie fort régulière, ils se
croyaient obligés, en mourant, de donner la liberté à quelques-uns de
ces misérables esclaves pour expier une partie de leurs déréglemens.
Après avoir reçu la liberté, la plupart ne pensaient qu'à s'éloigner
de leurs tyrans, et passaient dans les îles voisines, où l'air
différant peu de leur climat naturel, ils trouvaient le moyen de
s'établir heureusement. Les Portugais, voyant leur prospérité, y
passèrent après eux. Mais le commerce du Portugal déclina bientôt dans
cette partie de l'Afrique, lorsque les autres nations de l'Europe
eurent pénétré dans la Guinée et jusqu'aux Indes orientales. Alors le
nombre des Nègres, qui n'avaient pas cessé de se multiplier, devint si
supérieur à celui des blancs, que ceux-ci, pour éviter la honte de la
soumission, se retirèrent à San-Iago ou en Portugal. Ceux qui
restèrent dispersés parmi les Nègres n'eurent plus d'autre ressource
que de se joindre à eux par des mariages, qui produisirent cette race
couleur de cuivre dont toutes ces îles se trouvent peuplées. Le roi de
Portugal, observant ce qui était arrivé dans l'espace de plusieurs
années, donna la plupart des îles du cap Vert aux seigneurs de sa
cour, et ne se réserva que celles de San-Iago, à laquelle il a joint
dans ces derniers temps Saint-Philippe. Cependant le gouverneur de
San-Iago prend le titre de gouverneur-général de toutes les îles du
cap Vert, et de la côte de Guinée depuis la rivière du Sénégal jusqu'à
Sierra-Leone. Les seigneurs particuliers peuplèrent leurs îles de
vaches, de chèvres et d'autres bestiaux. Ils les gouvernaient d'abord
par un lieutenant, dont l'autorité était fort médiocre, puisque
non-seulement le pouvoir de vie et de mort, mais les autres punitions
corporelles appartenaient au gouverneur de San-Iago. Dans ces derniers
temps, on a établi pour toutes les îles un officier nommé _ovidor_,
qui est revêtu de la juridiction civile, et même de l'inspection des
revenus de la couronne; de sorte qu'il ne reste au gouverneur-général
que l'administration militaire.

Le port de San-Iago est comme la douane portugaise pour tous les
vaisseaux de cette nation qui commercent dans les parties de la Guinée
dépendantes du Portugal; mais les revenus que la couronne tire des
îles du cap Vert ne sont pas considérables. À la vérité, il lui en
coûte peu pour la garde de ces îles; car il n'y a pas d'autres
fortifications qu'à San-Iago et à Saint-Philippe; encore les ouvrages
sont-ils d'une faible défense, excepté ceux de la ville même de
San-Iago, qui ont été construits par les Espagnols, tandis que le
Portugal était sous leur domination. Aussi les îles du cap Vert ne
sont-elles défendues que par leur propre milice, sans le secours
d'aucunes troupes du roi. Il faut observer que les habitans de
San-Iago et de Saint-Philippe, étant vassaux immédiats de la couronne,
sont sur un meilleur pied que ceux des autres îles, qui changent
souvent de propriétaires et de maîtres.

Roberts dit qu'il pourrait s'étendre fort au long sur les manufactures
de coton des îles du cap Vert, et prouver que les vaisseaux anglais
pourraient s'y fournir, à beaucoup meilleur compte qu'en Angleterre,
des étoffes qui servent au commerce des esclaves en Guinée; mais qu'il
n'oserait décider en général si ce serait à l'avantage de
l'Angleterre. Il pourrait, dit-il, s'étendre sur le nitre que
plusieurs de ces îles produisent; mais il croit s'être assez expliqué
sur un point qui était presque inconnu en Europe avant ce qu'il en a
publié. À la vérité, continue-t-il, on avait transporté en Portugal,
quelques années auparavant, une quantité considérable de nitre, tirée
de l'île de Saint-Vincent; et ce commerce avait été abandonné, sur ce
qu'on croyait avoir découvert que la plus grande partie était de la
nature du sel marin. Il avoue même qu'en ayant fait l'expérience, il
avait trouvé qu'il s'allumait difficilement, qu'il ne s'en dissipait
pas un huitième, et que le reste demeurait fixe comme le sel de mer.
Mais il assure que dans la même île il en avait trouvé d'autres dont
il ne restait pas la moitié après l'inflammation, et quelquefois même
pas un quart. Dans l'île de Saint-Jean, il est si volatil et si
inflammable, qu'il s'évapore entièrement, à l'exception de celui qu'on
ramasse près de la mer. Roberts laisse aux curieux à trouver la raison
de cette différence.

Sal était autrefois bien fournie de chèvres, de vaches et d'ânes;
mais, vers l'an 1705, peu d'années avant que Roberts y abordât, le
défaut de pluie la fit abandonner par tous les habitans, à l'exception
d'un vieillard qui résolut d'y mourir; ce qui arriva effectivement la
même année. La sécheresse avait été si excessive, que la plus grande
partie des bestiaux périrent de soif et de faim. Cependant il tomba un
peu de pluie, qui rétablit insensiblement ce qui était resté; mais ce
ne fut pas pour long-temps. Un bâtiment français, arrivé à Sal pour la
pêche des tortues, fut contraint par le mauvais temps d'y laisser une
trentaine de Nègres qu'il avait apportés de Saint-Antoine pour ce
travail. Ces malheureux, ne trouvant aucun autre aliment, vécurent de
chèvres sauvages. Ils n'en laissèrent qu'une, qu'ils ne purent prendre
dans les montagnes. Ils tuèrent aussi presque toutes les vaches; de
sorte qu'à la fin ils furent réduits à manger des ânes.

Environ six mois après, un vaisseau anglais faisant voile à l'île de
Mayo pour y charger du sel, aperçut de la fumée qui s'élevait de l'île
de Sal. Comme il n'ignorait pas qu'elle était déserte, il se figura
que c'était l'équipage de quelque vaisseau qui s'était brisé contre
cette île. Il y envoya sa chaloupe, et la compassion lui fit recevoir
à bord les trente Nègres, qu'il remit à terre dans l'île de
Saint-Antoine. Roberts apprit cet accident d'un des Nègres qui avait
eu part à l'aventure.

Le coton qui croît aux îles du cap Vert n'y a jamais été d'un grand
usage. Cependant les habitans de quelques îles s'en servent pour
garnir leurs lits; ou, s'ils en font des robes, c'est pour s'en servir
fort rarement. L'auteur observe que c'est le meilleur amadou qu'il y
ait au monde. Le bois de cet arbrisseau jette une flamme éclatante,
mais ne dure pas long-temps au feu; et lorsqu'il est bien sec, il
s'enflamme par le seul frottement.

Entre plusieurs sortes de poissons qui abondent sur les côtes, il y en
a un que les Nègres appellent _méar_, de la grandeur d'une morue, mais
plus épais, qui prend le sel comme la morue. Roberts est persuadé
qu'un vaisseau pourrait en faire plus tôt sa cargaison qu'on ne la
fait de morue dans l'île de Terre-Neuve, et qu'elle se vendrait aussi
bien, surtout à Ténériffe. Le sel étant si près, l'opération en serait
plus prompte et se ferait à moins de frais, d'autant plus que les
Nègres de Saint-Antoine et de Saint-Nicolas sont d'une adresse extrême
pour la pêche et la salaison.

On trouve plus souvent de l'ambre gris dans l'île de Sal que dans
toutes les autres îles. Mais les chats sauvages et les tortues vertes
en dévorent la plus grande partie. Le Guat remarque, avec Roberts, que
la nature y forme elle-même le sel dans les fentes des rocs, sans
autre secours que la chaleur du soleil. Cowley rend témoignage que de
son temps les vaisseaux anglais venaient souvent charger du sel pour
les Indes occidentales, et que les salines y avaient alors environ
deux milles de longueur. Dampier dit que, vers la pointe sud-est,
près d'une côte sablonneuse, on comptait de son temps soixante-douze
mines de sel.

On ne doit pas oublier, dans la description de l'île de Sal, l'oiseau
que les Portugais ont nommé _flamingo_ ou flamant, et la forme de
leurs nids, d'après Dampier, qui avait vu plusieurs de ces animaux.
C'est le phénicoptère des anciens. Ils ont à peu près la figure du
héron; mais ils sont plus gros et de couleur rougeâtre. Ils se
rassemblent en grand nombre, et leur habitation ordinaire est dans les
lieux bourbeux, où il y a peu d'eau. C'est là qu'ils bâtissent leurs
nids, en ramassant la boue, qu'ils élèvent d'un pied et demi au-dessus
de l'humidité. Le pied en est assez large; mais ils vont en diminuant
jusqu'au sommet, où la nature apprend aux flamingos à creuser un trou
dans lequel ils déposent leurs oeufs. Comme ils ont la jambe fort
longue, ils les couvent en tenant le pied sur la terre et le croupion
sur le nid. Ils ne font jamais plus de deux oeufs; mais il est rare
qu'ils en fassent moins. Les petits ne commencent à voler que
lorsqu'ils ont acquis presque toute leur grosseur. En récompense, ils
courent avec une vitesse singulière. Cependant l'auteur en prit
quelques-uns; et n'ayant pas manqué de faire l'essai de leur chair, il
la trouva d'un fort bon goût, quoique maigre et très-noire; Ils ont la
langue fort grosse, et vers la racine un peloton de graisse qui fait
un excellent morceau. Un plat de langues de flamans serait, suivant
Dampier, un mets digne de la table des rois. La couleur des petits
est d'un gris-clair qui s'obscurcit à mesure que leurs ailes
croissent; mais il leur faut dix ou onze mois pour arriver à la
perfection de leur couleur et de leur taille. Ces oiseaux se laissent
approcher difficilement. Dampier et deux autres chasseurs, s'étant
placés le soir près du lieu de leur retraite, les surprirent avec tant
de bonheur, qu'ils en tuèrent quatorze de leurs trois coups. Ils se
tiennent ordinairement sur leurs jambes, l'un contre l'autre, sur une
seule ligne, excepté lorsqu'ils mangent. Dans cette situation, il n'y
a personne qui, à la distance d'un demi-mille, ne les prit pour un mur
de briques, parce qu'ils en ont exactement la couleur.

Bona-Vista a reçu ce nom des Portugais parce qu'elle est la première
des îles du cap Vert qu'ils aient découverte.

La plupart des habitans nourrissent des chèvres dont le lait fait leur
principal aliment, avec le poisson et les tortues. Pour les autres
provisions, leur plus grande ressource est dans l'arrivée des
vaisseaux anglais qui viennent charger du sel, et qui emploient les
insulaires à ce travail. Ils sont payés en biscuit, en farine, en
vieux habits, etc. On leur donne aussi de la soie crue, dont ils se
servent pour orner leurs chemises, leurs bonnets, et la coiffure de
leurs femmes. Hors les jours de fêtes, les deux sexes vont presque
nus. Les femmes n'ont autour de la ceinture qu'un léger morceau
d'étoffe de coton qui leur tombe jusqu'aux genoux, et les hommes une
sorte de haut-de-chausses, à laquelle on n'exige même que la grandeur
nécessaire pour sauver la bienséance. Quelques-uns, faute de
haut-de-chausses, portent à la ceinture de vieux lambeaux d'habits, et
leur paresse est telle, qu'ils ne prendraient pas une aiguille pour
raccommoder leurs vêtemens.

Le même vice leur fait négliger le coton, quoique leur île en produise
plus que toutes les autres ensemble. Ils attendent, pour en ramasser,
qu'il leur soit arrivé quelque vaisseau qui leur en demande, et leurs
femmes ne pensent à le filer que lorsqu'elles en ont besoin. Aussi,
quand la saison de le recueillir est passée, on n'en trouverait pas
cent livres dans l'île entière. Cependant Roberts assure qu'elle en
fournirait aisément chaque année la cargaison d'un grand vaisseau. Il
remarque même que, dans quelques années où toutes les autres îles en
ont manqué, celle de Bona-Vista en a toujours produit abondamment.
C'est sur cette observation qu'il propose d'en faire un commerce dans
la Guinée.

Bona-Vista produit de fort bon sel. L'indigo y croît naturellement
comme le coton, sans autre peine pour les habitans que celle de le
cueillir. Malheureusement ils n'ont pas l'art de séparer la teinture,
ou de faire, comme aux Indes occidentales, ce qu'on appelle la pierre
bleue. Ils se contentent de prendre les feuilles vertes et de les
broyer dans des mortiers de bois, faute de moulins.

La pierre végétale est plus commune à Bona-Vista que dans les autres
îles. C'est un madrépore qui croît en tiges comme le corail; mais elle
est plus poreuse, et d'une couleur grisâtre. Les Nègres s'en frottent
la peau pour la nettoyer. On trouve aussi de l'ambre gris autour de
Bona-Vista; mais il faut se garder de l'artifice des insulaires, qui
ont trouvé le secret de l'altérer ou de le contrefaire avec une sorte
de gelée ou d'excrément que là mer jette sur leurs côtes. Ainsi
partout la fraude habite avec le commerce.

Toute l'île est fort sèche, et généralement stérile, même dans les
meilleurs cantons. La terre n'est qu'une sorte de sable ou de pierre
calcinée, sans aucune apparence d'eau qui puisse l'humecter, excepté
dans la saison des pluies, qui s'écoulent aussi rapidement qu'elles
tombent.

On y voit cependant des bestiaux, du blé, des ignames, des patates et
quelques lataniers. Les principaux fruits de l'île sont les figues,
les melons d'eau; mais Dampier dit que les figuiers y ont si peu
d'écorce, que le fruit en devient fort insipide. Les Nègres s'y
nourrissent de citrouilles et d'une sorte de légumes semblables aux
fèves qu'ils nomment _callavance_.

Le coton est beaucoup moins abondant à Mayo qu'à Bona-Vista; mais on y
voit une sorte de soie de coton qui croît sur les coteaux sablonneux
des salines, sur un arbrisseau fort tendre, de trois ou quatre pieds
de hauteur, dans une cosse de la grosseur d'une pomme. Lorsqu'elle
est parvenue à sa maturité, la cosse s'ouvre d'elle-même et se partage
insensiblement en quatre quartiers. Cette soie n'est pas plus
précieuse que l'autre, et ne sert qu'à couvrir des oreillers et
d'autres coussins. L'auteur, ayant mis quelques-unes de ces cosses
dans une armoire avant qu'elles fussent tout-à-fait mûres, fut surpris
de les voir s'ouvrir et jeter leur coton en deux ou trois jours. Il en
lia d'autres assez fort pour les empêcher de s'ouvrir; les ayant un
peu desserrées quelques jours après, le coton se fit un passage pour
en sortir par degrés comme la pulpe sort d'une pomme qu'on fait rôtir.
Dampier trouva dans la suite du coton de la même espèce à Timor, aux
Indes orientales, où le temps de sa maturité est le mois de novembre.
Il n'en a vu dans aucun autre lieu.

Le même auteur assure qu'il y a plusieurs sortes de petits et de
grands oiseaux dans l'île de Mayo, telles que des pigeons, des
tourterelles; des maïnates qui sont de la grosseur du corbeau et de
couleur grise; des coracias, autre sorte d'oiseaux gris, de la
grosseur du corbeau, qui ne paraissent que pendant la nuit, et qui
servent de remède contre la consomption, mais qu'on ne mange que dans
cette maladie; des rabekes, espèce de hérons gris, qui font une bonne
nourriture; des corlieus, des pintades. Elles sont plus grosses que
les poules d'Angleterre, ont de longues jambes qui leur servent à
courir assez vite, et de courtes ailes, qui ne leur permettent pas de
voler bien loin. Elles sont si fortes, qu'un homme aurait peine à les
tenir. Leur bec est épais, mais tranchant, leur cou long et mince, et
leur tête fort petite pour la grosseur du corps. Le mâle a sur la tête
une sorte de petite crête de la couleur d'une noix sèche et fort dure.
Des deux côtés, on lui voit une espèce d'oreille ou d'ouïe rouge. Mais
la poule n'a aucun de ces ornemens. Le plumage des pintades est
tacheté fort régulièrement de gris-clair et foncé. Elles se
nourrissent de vers ou de cigales, qui sont en abondance dans l'île de
Mayo. Leur chair est douce, tendre et fort agréable. Les unes l'ont
blanche, d'autres noire; mais les deux espèces sont également bonnes.
Les habitans n'emploient que des chiens pour les prendre; et cette
chasse est d'autant plus aisée, qu'outre la pesanteur de leur vol,
elles sont ordinairement deux ou trois cents dans une seule bande. Si
on les prend jeunes, elles s'apprivoisent autant que les poules.

Quoique le poisson ne soit pas dans la même abondance à Mayo qu'à
Bona-Vista, le dauphin, la bonite, le mulet, le poisson d'argent,
etc., ne manquent pas dans la baie. On observe même que la mer a peu
de lieux plus favorables pour le filet. D'un seul coup, on peut amener
au rivage des douzaines de grands poissons, la plupart d'un pied et
demi ou deux pieds de longueur. Il s'y trouve aussi des tortues; et
chaque jour on y voit paraître quelques petites baleines.

L'indigo et l'ambre gris ne sont pas inconnus dans l'île de Mayo,
quoique l'un et l'autre y soient rares. Les insulaires salent la chair
des chèvres, et la transportent dans des tonneaux; ils préparent les
peaux avec beaucoup de propreté. Dampier assure qu'ils en vendent tous
les ans plus de cinq mille.

Mais leur principale richesse est le sel. L'île de Mayo est la plus
célèbre de celles du cap Vert pour cette utile marchandise, dont les
Anglais viennent charger annuellement plusieurs vaisseaux. Le temps de
leur cargaison est ordinairement l'été.

Dampier a décrit la manière de faire et de charger le sel, avec un
détail plus exact qu'on ne le trouve dans aucun autre voyageur. À
l'ouest, c'est-à-dire dans la partie de l'île où la rade est située,
la nature a formé une grande baie, qui est traversée par un banc de
sable, large seulement d'environ quarante pas, mais long de deux ou
trois milles. Entre ce banc et les collines sur la côte on voit une
saline, ou un étang de sel, d'environ deux milles de longueur sur un
demi-mille de largeur. La moitié de cet espace est presque toujours à
sec; mais la partie qui est au nord ne manque jamais d'eau. C'est dans
cette dernière partie que, depuis le mois de novembre jusqu'au mois de
mai, c'est-à-dire dans toute la saison de la sécheresse, on trouve
toujours du sel. L'eau dont il se forme est amenée de la mer par de
petits aquéducs pratiqués dans le banc de sable. Cette opération ne
se fait qu'aux marées vives, et remplit plus ou moins la saline,
suivant la hauteur de la marée. S'il s'y trouve déjà du sel lorsque
l'eau de la mer y est introduite, il se dissout aussitôt; mais deux ou
trois jours suffisent pour renouveler la cristallisation, et l'on
recommence la même chose chaque fois qu'on emporte le sel et que
l'étang se vide.

En 1722, l'île n'avait pas plus de deux cents habitans, presque tous
nègres, ou du moins avec beaucoup moins de mulâtres et de blancs que
les autres îles.

San-Iago est la plus grande de toutes les îles du cap Vert. Sa
longueur est de vingt lieues. Elle est remplie de montagnes hautes et
désertes; mais toute la partie basse, nommée Campo, où les Portugais
formèrent leur premier établissement, est non-seulement très-agréable,
mais encore très-fertile et arrosée par un grand nombre de ruisseaux.

L'île de San-Iago, ayant beaucoup d'eau fraîche, ne peut manquer
d'excellens pâturages. Ses animaux les plus considérables sont les
boeufs et les vaches, qui sont en grand nombre. Les chevaux, les ânes,
les mulets, les chèvres et les porcs n'y sont pas en moindre
abondance.

Sir Richard Hawkins dit qu'on y trouve des civettes, et qu'il n'a vu
nulle part des singes d'une aussi belle proportion. Roberts assure
que, de toutes les îles du cap Vert, celle de San-Iago est la seule
qui produise des singes, et qu'il y en a dans toutes ses parties. Ils
ont le visage noir et la queue fort longue.

Cette île produit en abondance du maïs, du millet, des bananes, des
courges, des oranges, des citrons, des tamarins, des ananas, des
melons d'eau. Le coco, la goyave et la canne à sucre n'y croissent pas
moins abondamment. On fait peu de sucre dans l'île, et l'on s'y
contente de la mélasse. La vigne n'y vient pas mal, et l'auteur est
persuadé qu'avec un peu de culture on y ferait de fort bon vin, si le
roi de Portugal ne s'y opposait par des raisons d'état. Owington dit
qu'il y a peu de vignes à San-Iago, et que le vin qu'on y boit vient
de Madère. Dampier prétend qu'il vient de Lisbonne. Le même auteur met
le cèdre au nombre des arbres de l'île, et nous apprend que les herbes
et toutes les plantes de l'Europe y croissent fort bien, mais qu'elles
demandent d'être renouvelées tous les ans.

Le coton y croît aussi, et reçoit plus de culture que dans les autres
îles, puisque Dampier assure que les habitans en recueillent assez
pour se faire des habits, et pour en faire passer une grande quantité
au Brésil.

Il dit aussi que la rivière de San-Iago prend sa source à deux milles
de la ville, et se décharge dans la mer par une embouchure qui peut
avoir une portée d'arc de largeur.

Dampier donne à la ville deux ou trois cents maisons, toutes bâties de
pierre brute, avec un couvent et une église. Philips ne fait pas
monter le nombre des maisons au delà de deux cents; mais il compte
deux couvens, l'un d'hommes, et l'autre de filles, avec une grande
église près du château. Cette église est apparemment la cathédrale,
que Roberts nous représente comme un fort bel édifice. Il nomme un
couvent de cordeliers, en faisant remarquer qu'ils sont presque les
seuls dans l'île qui mangent du pain frais, parce qu'ils reçoivent
tous les ans de Lisbonne une provision de farine. Ils ont un des plus
beaux jardins du monde, et rempli des meilleurs fruits. Un petit bras
de rivière, qu'ils ont eu la permission de détourner, leur fournit
continuellement de l'eau pour la fraîcheur de leurs parterres et pour
les commodités de leur maison. Après l'église cathédrale, il n'y a pas
d'édifice dans la ville et au dehors qui approche de la beauté de leur
couvent. La maison du gouverneur est dans un lieu élevé, d'où il a
tellement la vue de toutes les autres, que leur sommet est de niveau
avec les fondemens de la sienne. S'il faut juger de tous ces bâtimens
par la description que le docteur Fryer nous fait de ceux qu'il a vus,
ils n'ont qu'un étage; ils sont couverts de branches et de feuilles de
cocotier; les fenêtres sont de bois, et les murs de pierres liées avec
de la vase: «Leur grandeur, dit-il, n'est que d'environ quatre aunes,
dont la moitié est occupée par la porte.» L'ameublement répond à la
grandeur et à la forme.

Suivant le capitaine Philips, la plus grande partie des habitans de
la ville est composée de Portugais; mais, dans le reste de l'île, le
nombre des Nègres l'emporte de vingt pour un. Fryer dit que les
naturels du pays sont d'un beau noir; qu'ils ont les cheveux frisés,
qu'ils sont de belle taille, mais si voleurs et si effrontés, qu'ils
regardent un étranger en face tandis qu'ils coupent quelque morceau de
son habit ou qu'ils lui prennent sa bourse. Leur habillement, comme
leur langage, est une mauvaise imitation des Portugais. Celui qui peut
se procurer un vieux chapeau garni d'un noeud de rubans, un habit
déchiré, une paire de manchettes blanches et des hauts-de-chausses,
avec une longue épée, quoique sans bas et sans souliers, marche d'un
air fier en se contemplant; il ne se donnerait pas pour le premier
seigneur du Portugal.

Tous les voyageurs conviennent que rien ne se vend si bien dans cette
île que les vieux habits. Owington dit que c'est la marchandise la
plus courante, et celle dont la vanité des habitans n'est jamais
rassasiée. Aux vieux habits Cornwal ajoute les couteaux et les
ciseaux, qui rapportent plus de profit que l'argent comptant. Beckman
a vu les habitans de San-Iago accourir au port, avec leur volaille et
ce qu'ils ont de meilleur, disputer entre eux la préférence pour un
couteau de deux sous, et pleurer de chagrin en le voyant donner à
celui dont les Anglais agréaient la marchandise. Autrefois ils avaient
chez eux un célèbre marché d'esclaves, qui étaient transportés
immédiatement de là aux Inades occidentales; mais ce commerce a pris
un autre cours.

À cinq lieues au sud-est de la ville de San-Iago, au fond d'une baie,
est la ville de Praya, ou Playa, qui signifie, dans la langue
portugaise, grève ou rivage; c'est un des ports de l'île.

Les habitans sont très-enclins au larcin. Dampier avertit ceux qui
relâcheront dans la baie d'être continuellement sur leurs gardes, ou
de s'attendre à voir disparaître tout ce qu'ils ont autour d'eux. Il
observe dans un autre endroit qu'il n'a vu nulle part le vol si commun
qu'à Praya. Ils prendraient votre chapeau, dit-il, en plein midi, à la
vue d'une compagnie nombreuse, et la fuite les dérobe aussitôt à vos
poursuites. Owington dit que, s'accordant ensemble pour voler les
étrangers, deux ou trois d'entre eux s'efforcent de partager votre
attention par leurs discours tandis qu'un autre vous arrache votre
chapeau ou votre épée. S'ils trouvent quelqu'un seul dans le voisinage
de la ville, ils ne manquent pas de le dépouiller entièrement. Beckman
remarque qu'ils n'ont pas moins de légèreté dans les jambes que
d'adresse et de subtilité dans les mains. Ils dérobent tout ce qu'ils
trouvent, en se fiant à leur agilité pour s'échapper.

Ils n'ont pas plus d'honnêteté et de bonne foi dans le commerce.
Dampier déclare que, si les marchandises d'un étranger passent dans
leurs mains avant qu'il ait reçu la leur, il est sûr de perdre ce qui
est sorti des siennes. À peine peut-il s'assurer que ce qu'il a reçu
d'eux ne lui sera point enlevé. Beckman parle d'une friponnerie qui
leur est fort ordinaire dans la vente de leurs bestiaux. Ils les
amènent par les cornes ou par les jambes avec une corde pourie.
Lorsqu'ils en ont reçu le prix, suivant les conventions, et qu'ils les
ont délivrés, ils se retirent à quelque distance, où ils font ensemble
un bruit terrible par leurs cris et leurs sifflemens. Les bestiaux,
que la vue d'un visage blanc, dit l'auteur, n'a déjà que trop
effrayés, s'épouvantent encore plus, et se donnent tant de mouvement,
qu'ils rompent leur corde. Alors ils ne manquent pas de prendre la
fuite vers les montagnes d'où ils sont venus.

Dampier s'imagine que les habitans de Praya ont reçu l'inclination au
vol de leurs ancêtres, qui étaient des criminels transportés, et
qu'elle est passée chez eux comme en nature. On peut aussi présumer
que la corruption de moeurs vient de leur commerce avec les pirates,
qui fréquentent beaucoup ce port.

L'île de Saint-Philippe ou de Fuégo, ayant été découverte par les
Portugais le premier jour de mai, qui est la fête de Saint-Jacques et
de Saint-Philippe, a reçu le nom d'un de ces deux saints, comme
San-Iago a pris le nom de l'autre, et Mayo celui du mois, pour avoir
été découverte le même jour. Cependant on la nomme plus ordinairement
l'île de Fuégo ou _du Feu_, à cause de son volcan.

La terre de l'île de Fuégo est la plus haute de toutes les îles du
cap Vert. Entre plusieurs monts qui sont dans cette île, le plus haut
est le pic. Il contient le volcan, qui est au centre de l'île. Ce
volcan brûle sans cesse, et jette des flammes qui se font apercevoir
de fort loin pendant la nuit. Froger dit qu'il a vu la flamme dans les
ténèbres, et la fumée pendant le jour. C'est un spectacle horrible,
suivant Beckman, que les flammes qui s'élèvent pendant la nuit dans
des tourbillons de fumée. Il continua, dit-il, de les voir ensuite
pendant le jour, quoiqu'il en fût encore à plus de soixante milles.

Roberts, qui avait passé quelque temps dans l'île, raconte qu'il sort
du volcan des rocs d'une grosseur incroyable, et qu'ils s'élancent à
une hauteur qui ne l'est pas moins. Le bruit qu'ils font dans leur
chute, en roulant et se brisant sur le penchant de la montagne, peut
s'entendre aisément de huit à neuf lieues, comme il l'a vérifié par sa
propre expérience; il le compare à celui du canon, ou plutôt, dit-il,
à celui du tonnerre. Il a vu souvent rouler des pierres enflammées, et
les habitans l'ont assuré qu'on voyait quelquefois couler du sommet de
la montagne des ruisseaux de soufre comme des torrens d'eau, et qu'ils
en pouvaient ramasser une grande quantité. Ils lui en donnèrent
plusieurs morceaux, qu'il trouva semblables au soufre commun, mais
d'une couleur plus vive, et qui jetaient plus d'éclat lorsqu'ils
étaient enflammés. Il ajoute que le volcan jette aussi quelquefois une
si grande quantité de cendres, qu'elles couvrent tous les lieux
voisins et étouffent les bestiaux. Cette circonstance est confirmée
par d'autres témoignages. L'auteur du Voyage d'Antoine Sherley à
San-Iago et aux îles orientales, assure qu'en passant la nuit près de
l'île de Fuégo, il tomba tant de cendres sur le vaisseau, que chacun
pouvait écrire son nom avec le doigt sur toutes les parties du tillac.
Owington observe qu'il sort du même lieu tant de pierres ponces, qu'on
les voit nager sur la surface de la mer, et portées bien loin par les
courans. Il en a vu jusqu'à San-Iago.

Les insulaires de Fuégo racontent, sur l'origine de ce phénomène, une
fable qui ressemble parfaitement aux contes des Mille et une Nuits.
Ils disent que les premiers habitans de l'île furent deux prêtres qui
s'y étaient retirés pour passer le reste de leur vie dans la solitude.
On ignore s'ils étaient minéralogistes, métallurgistes, alchimistes,
ou sorciers; mais, pendant leur séjour, ils trouvèrent une mine d'or,
près de laquelle ils établirent leur demeure. Lorsqu'ils eurent amassé
une quantité de ce précieux métal, ils perdirent le goût de la vie
solitaire, et cherchèrent l'occasion d'un vaisseau pour se rendre en
Europe: mais l'un des deux, qui s'attribuait quelque supériorité sur
l'autre, se saisit de la meilleure partie du trésor, ce qui fit naître
entre eux une querelle si vive, qu'ayant exercé tous leurs sortiléges,
ils mirent l'île en feu, et périrent tous deux dans les flammes, qui
étaient leur ouvrage. Cet incendie s'éteignit dans la suite, excepté
au centre, où le feu n'a pas cessé d'agir furieusement.

Roberts est presque le seul écrivain de qui l'on ait reçu quelque
éclaircissement sur l'île de Fuégo. Quoique cette île soit sans
rivière, et qu'elle ait si peu d'eau douce, que les habitans sont
obligés, dans plusieurs cantons, de faire sept à huit milles pour en
trouver, elle ne laisse pas d'être fertile en maïs, en courges et en
melons d'eau; mais elle ne produit pas de bananes, de cocos, ni
presque d'autres fruits, que des figues sauvages. Cependant on y
trouve des goyaviers plantés dans les jardins, quelques orangers et
quelques pommiers sauvages, avec une assez bonne quantité de vignes,
dont les habitans font quelques muids d'un petit vin qu'ils boivent
avant qu'il ait achevé de cuver. L'île n'a pas d'autre canton désert
que le pic, et une autre grande montagne qui la traverse. Lorsque les
Portugais commencèrent à l'habiter, ils y transportèrent avec eux des
esclaves nègres, et quelques troupeaux de vaches, de chevaux, d'ânes
et de porcs. Le roi y fit mettre des chèvres, qui furent abandonnées
sur les montagnes, où elles sont devenues fort sauvages. Le profit de
leurs peaux appartient à la couronne, et celui qui est chargé de cette
ferme porte le titre de capitaine de la montagne, avec tant
d'autorité, que personne n'ose tuer une chèvre sans sa permission.

L'île n'a pas moins de trois ou quatre cents habitans, presque tous
noirs. Comme c'est une coutume établie à San-Iago d'accorder en
mourant la liberté aux esclaves nègres, il est assez vraisemblable
qu'un grand nombre de ces affranchis ont choisi leur retraite dans
l'île de Fuégo, que les Portugais ont peu fréquentée à cause de son
volcan et de son peu de fertilité. Cependant la plupart de ces Nègres
libres tiennent leurs terres des blancs, qui ont conservé la propriété
des meilleurs cantons, surtout vers les bords de la mer. Il s'y trouve
des blancs qui ont jusqu'à trente et quarante esclaves. Plusieurs
Nègres en achètent aussi pour du coton, qui autrefois tenait lieu
d'argent dans l'île, comme le tabac à Maryland et dans la Virginie.

Fuégo était le plus grand marché de coton qu'il y eût dans toutes les
îles du cap Vert. Mais on en a tant tiré, que la source en est comme
tarie; de sorte que ce qui était autrefois la principale production de
l'île y manque aujourd'hui. Cette rareté du coton dans les îles de
San-Iago et de Fuégo a porté les Portugais à défendre, sous de
rigoureuses peines, aux habitans de ces deux îles d'en vendre aux
Français et aux Anglais, qui en venaient prendre, ainsi que les
Portugais, des cargaisons entières pour la Guinée. Ce règlement
continue de s'observer à San-Iago; mais, comme Fuégo est sans douane,
il y est fort négligé.

On donne aussi à l'île de Saint-Jean le nom de _Brava_, qui signifie
sauvage, apparemment parce qu'elle a été fort long-temps déserte. Sa
terre est fort haute, et composée de montagnes qui s'élèvent l'une sur
l'autre en pyramide; cependant, à peu de distance de Saint-Philippe,
ou de Fuégo, elle parait basse en comparaison. Elle est fertile en
maïs, en courges, en melons d'eau, en bananes et en patates; les
vaches, les chevaux, les ânes et les porcs y sont en fort grande
quantité.

L'île de Saint-Jean est fort abondante en salpêtre. Le gouverneur
offrit à Roberts de lui en procurer la cargaison d'une felouque aussi
grande que celle qu'il avait perdue, c'est-à-dire, du port de soixante
tonneaux. Le salpêtre croît dans les caves, où tous les murs en sont
couverts, et dans les creux des rochers, où il se trouve de
l'épaisseur de deux doigts. Roberts eut la curiosité de faire divers
essais de la terre de l'île. Il tira de certains endroits 3/22 de
nitre, et dans d'autres, depuis 1/20 jusqu'à 2/32. Il trouva que la
plus grande partie des rocs est imprégnée de ce minéral et cimentée de
nitre comme une sorte de glu; car dans la saison pluvieuse, où
l'humidité dissout les sels, il remarqua que les rocs s'encroûtaient,
et que la sécheresse les faisait tomber en poussière. Il est persuadé
que cette île est riche en mines de cuivre, et peut-être en métaux
plus fins; ses preuves sont qu'il trouva plusieurs fontaines arides
qui ne manquaient pas de vitriol; ce qu'il vérifia facilement en y
mettant un couteau fort net, qui se couvrit, en moins d'une minute, de
parties de cuivre très-épaisses et d'une couleur presque aussi belle
que celle de l'or. Il l'y laissa plus long-temps, et, l'ayant fait
sécher, il en fit tomber, en le grattant, une véritable poudre; les
endroits grattés conservaient même pendant quelque temps l'apparence
du vermeil doré. Dans quelques fontaines, les métaux se coloraient
plus vite que dans d'autres, et l'aridité diminuait à proportion que
la source était éloignée.

Roberts trouva différentes espèces de sable pesant, l'un d'un bleu
noirâtre, l'autre tirant sur le pourpre; l'autre clair et brillant;
l'autre d'un rouge foncé, etc. Il en trouva un qui surpassait le fer
en pesanteur, et presque aussi pesant que le plomb; il crut même avoir
découvert de l'or; mais les expériences qu'il fit, et pour lesquelles
il n'avait d'instrumens que ses yeux et ses mains, n'ayant pas été
suivies, quoiqu'il eût communiqué ses découvertes au gouverneur et à
ses compatriotes anglais, le fait est au moins fort douteux.

L'île de Saint-Jean est d'une abondance extrême en poisson. Il y vient
aussi quantité de tortues qui y laissent leurs oeufs dans la saison
des pluies; mais les habitans ne les emploient pas plus à leur
nourriture que ceux de San-Iago et de Saint-Philippe, quoique dans
toutes les autres îles elles passent pour un mets délicieux, et que
Roberts en juge de même. Le principal exercice des insulaires est la
pêche à la ligne; c'est ce qui les rend si attentifs au naufrage des
vaisseaux, et si avides des moindres instrumens de fer qu'ils peuvent
sauver.

Les baléas, espèces de baleines, sont fort communs sur la côte. On
emploie pour les prendre la même méthode que pour les baleines du
Groënland, et l'on en tire de l'huile. On trouvait autrefois beaucoup
d'ambre gris aux environs de l'île Saint-Jean. Un Portugais nommé Jean
Carneira, qui avait été banni de Lisbonne pour quelque crime, et qui,
s'étant procuré une petite chaloupe, exerçait le commerce aux îles du
cap Vert, trouva dans ses courses une pièce d'ambre gris d'une
grosseur incroyable. Non-seulement cette heureuse pêche le fit
rappeler dans sa patrie, mais il acheta, du fruit de son trésor, des
terres considérables en Portugal. Le roc auprès duquel la fortune
l'avait favorisé porte encore son nom.

Le nombre des insulaires ne monte pas à plus de deux cents. Roberts
les représente comme les plus ignorans, les plus simples et les plus
humains de toutes les îles. Dans un autre lieu, il loue beaucoup leurs
vertus morales, surtout leur charité, leur humilité et leur
hospitalité. C'est les offenser que de refuser leurs bienfaits. Leur
respect pour l'âge avancé mériterait, dit l'auteur, de servir
d'exemple à tous les hommes du monde; ils le rendent aux vieillards de
tout rang et de toute nation.

Pendant que l'auteur fut malade parmi eux, l'attention ne se relâcha
jamais pour lui fournir ce qui était nécessaire à sa situation. Il ne
se passa pas de jour qu'il ne reçût la visite de quelques habitans,
qui s'informaient soigneusement de sa santé, et qui lui apportaient
quelque pièce de volaille ou quelque fruit. Le gouverneur même le
visitait tous les jours, et lui envoyait deux ou trois fois la semaine
un quartier de chevreau.

Il n'y a pas plus d'un siècle que l'île de Saint-Jean est peuplée.
Pendant plusieurs années, ses habitans se réduisirent à deux familles
nègres, jusqu'en 1680, que, la famine ravageant l'île de Fuégo,
quelques pauvres habitans de cette île passèrent dans celle de
Saint-Jean sur un bâtiment portugais. Ils furent reçus avec joie par
les Nègres de cette île, qui avaient déjà fort augmenté le nombre de
chèvres, de vaches, et surtout de porcs, que les Portugais avaient
laissés dans l'île en la découvrant. La compassion naturelle porta les
Nègres à leur donner une partie de leurs bestiaux. Il arriva de là que
chacun entreprit de nourrir séparément les siens, et que, le goût de
la propriété prenant naissance, celui qui eut l'habileté d'en élever
et d'en nourrir un plus grand nombre, passa pour le plus riche. Il n'y
eut que les chèvres qui furent laissées dans les montagnes, et qui
continuèrent d'êtres sauvages.

Les nouveaux habitans de Saint-Jean apprirent aux autres l'art de
filer le coton, qui croissait naturellement dans l'île, et d'en faire
une sorte d'étoffe pour se couvrir; car ils étaient nus auparavant,
comme la plupart des Nègres de la côte de Guinée. Ils leur
communiquèrent aussi les principes de la religion romaine, autant du
moins qu'ils avaient été capables de les prendre eux-mêmes dans l'île
de Fuégo, dont ils étaient sortis. Mais un prêtre de cette île se
sentit assez de zèle pour se faire conduire à Saint-Jean, où il
s'efforça de cultiver ces premières semences de l'Évangile. Il baptisa
tous les Nègres. À la vérité, on put douter de la bonté de ses motifs
lorsqu'il parut exiger des récompenses trop mercenaires pour le
service qu'il leur avait rendu. Il tira de l'un des étoffes de coton,
de l'autre du coton cru et de l'indigo, enfin de chacun ce qu'il avait
de meilleur, jusqu'aux bestiaux, dont il se fit donner une grande
partie; et, quittant l'île, il accorda pour dernière faveur aux
insulaires une messe, qu'il leur dit dans une caverne de la baie, qui
en a pris le nom de _Fuerno del Padre_. Il leur promit de revenir tous
les ans, et cette promesse fut exécutée plusieurs années consécutives.
Mais un jour qu'il était à leur dire la messe dans la même caverne,
une partie du roc qui vint à se détacher ensevelit le prêtre et trente
de ses assistans sous ses ruines. On entendit pendant trois jours le
bruit de leurs gémissemens, sans qu'il fût possible de leur donner le
moindre secours. Aussi l'île de Saint-Jean demeura long-temps sans
aucun ministre ecclésiastique; ce qui donna lieu à la naissance et au
mélange de quantité de superstitions. Dans la suite du temps, l'évêque
de San-Iago, ayant entrepris la visite de toute sa province, laissa
des ministres fort ignorans dans chaque île; et celle de Saint-Jean
eut pour son partage un prêtre nègre, dont celui que Roberts y trouva
était le quatrième successeur. Roberts assure qu'il n'entendait pas la
langue latine; ce qui n'empêchait point qu'ayant appris à lire dans le
missel, il ne célébrât les saints mystères et qu'il n'administrât les
sacremens. Mais il souffrait l'usage des superstitions établies,
telles que de faire laver les enfans avant le baptême, de mettre de la
terre sur la tête aux jeunes filles, dans la cérémonie du mariage,
pour marque de sujétion; d'arroser d'eau les fosses des morts, et
quelquefois d'une quantité de jus de melon d'eau, etc.

Le gouverneur de l'île y exerce la justice, et décide les petits
différens qui s'élèvent entre les habitans. S'ils refusent d'obéir à
ses ordres, il a le pouvoir de les faire mettre dans une prison, qui
n'est qu'un parc découvert comme ceux où l'on renferme les bestiaux en
Europe. Là, dit l'auteur, ils demeurent quelquefois des jours entiers
sans entreprendre de se mettre en liberté. Il est rare du moins de
voir des rebelles. Lorsqu'il s'en trouve, le gouverneur est en droit
de les faire reprendre, et de leur faire lier les pieds et les mains
dans la même prison, avec une garde pour les y retenir, jusqu'à ce
qu'ils aient satisfait à leur adversaire, et qu'ils aient demandé
pardon au public. L'autorité du gouverneur ne s'étend pas plus loin,
dans le cas même de meurtre. Mais Roberts n'apprit aucun exemple d'un
crime si noir. On l'assura seulement qu'un meurtrier serait gardé dans
les chaînes pour attendre la sentence du gouverneur de San-Iago ou de
la cour de Portugal. Quelquefois pour les fautes légères, surtout
lorsque le coupable est d'un âge avancé, on ne lui donne que sa cabane
ou celle d'autrui pour prison; ce qui est regardé comme une grande
faveur, car la prison publique est un châtiment aussi redouté à
Saint-Jean que le dernier supplice en Angleterre. Ainsi, long-temps
avant que le judicieux auteur du _Traité des délits et des peines_ eût
établi, d'après la connaissance du coeur humain, que, la crainte
naissant de l'imagination, et l'imagination étant modifiée par
l'habitude, on peut se familiariser avec l'idée de la peine de mort
infligée pour tous les crimes, et ne pas la redouter plus qu'on ne
redouterait un châtiment moindre en soi-même, s'il était d'ailleurs le
plus grave que l'on connût; long-temps avant que les philosophes
eussent souscrit à la vérité de ce principe, elle était prouvée par
les faits qu'ont recueillis les voyageurs éclairés et les historiens
observateurs.

Dampier dit que la forme de l'île de Saint-Nicolas est triangulaire;
que le plus long de ses trois côtés, qui est au nord, n'a pas moins de
quinze lieues. Il ajoute qu'elle est montagneuse, et que toutes ses
côtes sont stériles.

Roberts assure qu'avant la famine qui dépeupla plusieurs des îles du
cap Vert, Saint-Nicolas avait plus de deux mille habitans, et que le
nombre ne surpasse pas aujourd'hui treize ou quatorze cents. Ils ont
un prêtre portugais pour le gouvernement ecclésiastique; car ils font
tous profession de la religion romaine. Ils sont tous ou noirs ou
couleur de cuivre, avec les cheveux frisés.

Les femmes de l'île ont beaucoup plus de facilité à se servir de leurs
mains et de leurs aiguilles que celles de toutes les autres îles;
celle qui se présente en public avec une coiffe sans broderie, dans le
goût des femmes de Bona-Vista, est accusée de paresse et de
grossièreté; elles sont aussi plus modestes, et jamais on ne les voit
paraître nues devant les étrangers, comme elles en ont l'habitude à
Saint-Jean. Si elles ne sont point à travailler aux champs, on les
trouve toujours occupées à coudre ou à filer.

C'est dans cette île de Saint-Nicolas qu'on parle la langue portugaise
avec une pureté qui est rare dans les meilleures colonies de cette
nation. Mais si les habitans ont cette ressemblance avec les Portugais
par le langage, ils ne ressemblent pas moins à la populace du Portugal
par leur inclination à voler les étrangers, et par leur soif du sang,
lorsqu'ils sont animés par quelque sujet de haine. Ils se servent de
leurs couteaux avec autant de cruauté que d'adresse. Roberts prouve
leur goût pour le larcin par son propre exemple. Lorsqu'il se trouva
dans leur île avec un seul matelot, en 1722, ils entrèrent dans sa
barque en très-grand nombre; et, remarquant l'endroit où Roberts avait
placé ce qui lui restait de plus précieux, ils prirent droit de son
infortune pour s'en saisir, en lui disant avec une impudence extrême
que sa barque et tous ses biens étaient à eux, parce qu'il n'aurait pu
éviter de périr sans leur secours, et qu'ils lui avaient apporté
quelques bouteilles d'eau fraîche. «Double fausseté, ajoute Roberts,
car j'étais en sûreté sur mon ancre, et l'eau qu'ils avaient apportée
pour moi, ils l'avaient employée à leur propre usage.»

À l'égard des productions naturelles de cette île, Roberts assure
qu'on y trouve les mêmes sortes de sables et de pierres qu'à
Saint-Jean; et les habitans prétendent, sur une ancienne tradition,
que ces sables contiennent de l'argent et de l'or; mais qu'ils
ignorent la manière de les en tirer. L'île produit aussi du salpêtre,
et l'on en tire du _beurre d'or_.

Dampier raconte que, malgré les montagnes de Saint-Nicolas et la
stérilité de ses côtes, il y a au centre de l'île des vallées où les
Portugais ont leurs vignobles et leurs plantations, avec du bois pour
le chauffage. Le terroir, suivant Roberts, est fertile pour le maïs,
pour les bananes, les courges, les melons d'eau et musqués, les
limons, les citrons et les oranges. On y voit quelques cannes à sucre,
dont les habitans font de la mélasse. Ils ont des vignes dont ils
tirent, dans les bonnes années, soixante on quatre-vingts pipes d'un
vin tartreux. Roberts en apprit la quantité par la dîme du prêtre. Le
prix ordinaire est de trois livres sterling par pipe; mais il est rare
qu'on en trouve encore vers le temps de Noël; et la vendange de l'île
se fait aux mois de juin et de juillet.

On y trouvait autrefois beaucoup de sang-de-dragon; mais l'arbre qui
le produit y est devenu si rare, que Roberts doute si l'on recueille
annuellement vingt ou trente livres de cette résine, et le plus
souvent corrompue et falsifiée. Les habitans attribuent la ruine de
leurs arbres au pirate Avery, qui, ayant brûlé leur ville et coupé
leurs figuiers pour faire des chaloupes et des canots à sa flotte, les
mit dans la nécessité d'employer leurs dragonniers à faire les lambris
et les planches de leurs nouveaux édifices. En effet, on ne voit guère
d'autre bois dans leurs maisons, quoique, étant creux, avec peu de
dureté dans sa substance, il ne soit pas extrêmement propre à bâtir.

Avant la dernière famine, les chèvres, les porcs et la volaille
étaient fort communs à Saint-Nicolas; mais, quoique cette calamité
n'ait duré que trois ans, Roberts assure qu'elle y avait causé plus de
ravage que dans toutes les autres îles, parce que le pays n'ayant
guère d'autre commerce que celui des ânes, souvent il n'y paraissait
pas un vaisseau dans l'espace de deux ans, surtout depuis que le
besoin de ces animaux était diminué aux Indes occidentales: c'est ce
qui avait rendu les habitans plus industrieux que tous leurs voisins.
Dans un temps plus heureux, ils avaient une si grande abondance de
chèvres et de vaches, que, sans diminuer le fonds, parce qu'ils ne les
tuaient qu'à proportion du produit, ils embarquaient ordinairement sur
les vaisseaux annuels du Portugal deux mille peaux de chèvres des
trois îles de Saint-Nicolas, de Sainte-Lucie et Saint-Vincent, et cent
peaux de vaches qui ne venaient que de Saint-Nicolas. Mais la famine y
avait réduit le nombre des vaches à quarante; et celui même des
chèvres était tellement diminué, que le gouverneur dit à Roberts qu'il
ne fallait pas espérer de trois ans qu'on en pût faire passer en
Portugal.

L'industrie des habitans de Saint-Nicolas semblait promettre, au
jugement de Roberts, que leur île serait bientôt repeuplée des espèces
d'animaux qui s'accommodent le mieux du pays, surtout de porcs et de
volailles, dont il y avait déjà peu de familles qui ne fussent assez
bien pourvues. Cette réparation s'était faite dans l'espace d'environ
trois ans, et le succès en avait été si prompt, qu'on aurait pu
charger à fort bon marché un bâtiment de volailles, de porcs, même de
chevaux, dont la race était venue de Bona-Vista depuis quatorze ans,
par les soins d'un capitaine français nommé Rolland.

Les habitans de Saint-Nicolas se font des habits d'étoffe de coton
dans la même forme que ceux de l'Europe, et savent travailler les
boutons sur tous les modèles qu'on leur présente. Ils se font des bas
de fil de coton, d'assez bons souliers de cuir de leurs vaches, qu'ils
ont l'art de tanner fort proprement. Ils faisaient aussi de leur coton
plusieurs sortes de draps et de matelas, qui étaient trop bons pour le
commerce de Guinée, et que les Portugais venaient prendre pour celui
du Brésil; mais, à force d'en tirer, ils ont rendu le coton aussi rare
que dans les autres îles du cap Vert.

Le capitaine Cowley, qui y était en 1683, acheta des habitans une
provision de bananes et de vin. Il semble qu'aujourd'hui la meilleure
partie de leur commerce se réduit aux tortues, dont ils prennent un
grand nombre, et à quelques autres poissons dont la pèche les exerce
beaucoup. Leur île est la seule du cap Vert où l'on trouve une
multitude de barques qui leur servent à pêcher entre les îles de
Chaon, de Branca, de Sainte-Lucie et de Saint-Vincent. Ils vendent
leur poisson argent comptant, ou pour les commodités dont ils ont
besoin. Les Portugais qui prenaient dans l'île des draps de coton et
des matelas pour le commerce du Brésil, payaient ordinairement ces
marchandises en monnaie de Portugal, parce qu'ils n'apportaient pas de
commodités qui satisfissent les habitans. C'étaient les Français et
les Anglais qui leur fournissaient des ustensiles et d'autres
marchandises de leur goût, pour lesquelles ils tiraient d'eux en
échange des ânes et des rafraîchissemens; mais la même famine qui
détruisit leurs bestiaux fit aussi sortir de l'île tout l'argent que
les Portugais y avaient laissé; car, dans le besoin où ils étaient de
toutes sortes de secours, un vaisseau qui leur apportait les moindres
provisions était sûr de se les faire payer à grand prix.

Chaon, Branca et Sainte-Lucie sont également dépourvues d'habitans et
d'eau douce, et les deux premières n'ont pas même de bestiaux.

Saint-Vincent, que les Portugais nomment _San-Vincente_, est une île
basse et sablonneuse du côté du nord-est, mais haute dans la plupart
de ses autres parties, et fort riches en rades et en baies.

La pêche y est abondante. Entre plusieurs sortes de poissons, Froger
en remarque un qu'il appelle _bourse_, d'une beauté extraordinaire,
des yeux duquel il sort des rayons, et qui a le corps marqueté de
taches hexagones d'un bleu fort brillant.

Froger assure qu'il se trouve à Saint-Vincent des tortues qui pèsent
jusqu'à trois ou quatre cents livres. Il ne faut que dix-sept jours à
leurs oeufs pour acquérir toute leur maturité dans le sable; mais les
petites tortues qui en sortent ont besoin de neuf jours de plus pour
devenir capables de gagner la mer, ce qui fait que les deux tiers sont
ordinairement la proie des oiseaux.

Saint-Vincent est une île déserte. M. de Gennes, capitaine français, y
trouva vingt Portugais de Saint-Nicolas qui s'y occupaient depuis deux
ans à tanner des peaux de chèvres, dont le nombre est fort grand. Ils
ont des chiens dressés pour cette chasse. Un seul prend ou tue chaque
nuit douze ou quinze de ces animaux. Frézier raconte qu'il trouva dans
la baie quelques cabanes dont les portes étaient si basses, qu'on n'y
pouvait entrer qu'en rampant sur ses mains. Pour meubles, il y vit de
petites bougettes de cuir, et des écailles de tortues qui servaient de
sièges et de vases pour l'eau. Les habitans, qui étaient des Nègres,
avaient pris la fuite à la vue des Français. On en découvrit
quelques-uns dans les bois, mais sans pouvoir les joindre et leur
parler. Ils étaient tout-à-fait nus.

À l'exception des chèvres sauvages, dont il est fort difficile
d'approcher, on ne trouva point d'autres animaux, qu'un petit nombre
de pintades. La terre est si stérile, qu'elle ne produit aucun fruit;
seulement on rencontre dans les vallées de petits bois de tamarins et
quelques arbustes de coton. M. de Gennes y découvrit aussi quelques
plantes curieuses, telles que l'euphorbe arborescente, et une aurone
d'une odeur et d'une verdure admirables; une fleur jaune dont la tige
est sans feuilles; le ricin, que les Espagnols du Pérou appellent
_pillerilla_, et dont ils prétendent que les feuilles, appliquées sur
le sein des nourrices, attirent le lait. Sa semence ressemble
exactement au pépin de la pomme des Indes; on en fait de l'huile au
Paraguay. M. de Gennes ajoute que près du roc, qui est à l'entrée de
la baie, on pèche quelquefois de l'ambre gris, et que les Portugais en
vendirent quelques morceaux aux vaisseaux de la flotte française.

L'île de Saint-Antoine ou San-Antonio ne le cède guère pour la hauteur
à celle de San-Iago, et n'a pas moins de terrain. L'eau fraîche y est
abondante.

La multitude des ruisseaux dont l'île est arrosée rend les vallées si
fertiles, que Saint-Antoine le dispute à toutes les autres îles du cap
Vert pour le maïs, les bananes, les patates, les courges, les melons
d'eau et les melons musqués, les oranges, les limons, les citrons et
les goyaves. On y trouve aussi plus de vignes; et si le vin n'est pas
le meilleur de ces îles, il n'y en a point où il soit en plus grande
abondance ni à meilleur marché.

Il y croît beaucoup d'indigo. Le marquis das Minhas y a formé
plusieurs grandes plantations sous la conduite d'un Portugais, qui a
trouvé de bonnes méthodes pour la séparation de la teinture. La plante
qui porte l'indigo a assez de ressemblance avec le genêt; mais elle a
moins de grandeur. Ses feuilles sont petites, pâles, vertes, assez
semblables à celles du buis. On les cueille au mois d'octobre et de
novembre, pour les broyer en bouillie, dont on fait des tablettes et
des boules pour la teinture.

Le marquis das Minhas a formé aussi des plantations de coton qu'on
cultive avec soin, et des manufactures dont il sort de bonnes
étoffes. L'arbuste qui produit le coton est à peu près de la grosseur
d'un rosier, mais s'étend beaucoup davantage. Ses feuilles sont d'un
vert d'herbe, et ressemblent à l'épinard. La fleur est d'un jaune
pâle. Lorsqu'elle tombe, il lui succède un péricarpe, où le coton est
renfermé dans trois cellules, et qui contient aussi la semence, qui
est noire et de forme ovale, de la grosseur à peu près d'un haricot.

Les vallées de l'île Saint-Antoine sont couvertes de bois. Entre
plusieurs sortes d'arbres, on y trouve en abondance le dragonnier.

Les ânes et les porcs y sont non-seulement en grand nombre, mais plus
grands et plus forts que dans les autres îles du cap Vert. Les vaches
n'y sont pas moins communes, et les montagnes sont remplies de chèvres
sauvages.

Sur une des montagnes de l'île, on trouve une pierre transparente, que
les habitans appellent _topaze_; mais Froger, qui en parle, n'ose
assurer que ce soit la véritable pierre de ce nom.

L'île de Saint-Antoine, à l'époque où écrivait Roberts, appartenait au
marquis das Minhas, qui envoyait tous les ans un vaisseau aux îles du
cap Vert pour apporter en Portugal les revenus de son domaine. Il
jouissait des principales richesses de l'île; c'est-à-dire que les
vaches, les chèvres sauvages, le sang-de-dragon, les pierres
précieuses, le beurre d'or et l'ambre gris étaient à lui sans partage.
Il y a des peines rigoureuses pour ceux qui seraient convaincus
d'avoir caché de l'ambre gris. Cependant Roberts observe qu'avec un
peu de connaissance de la langue du pays, il n'est pas difficile
d'obtenir des habitans, à fort bon marché, tout ce que l'île produit.
On envoie tous les ans au roi de Portugal une certaine quantité de
beurre d'or. Ce beurre d'or est une substance grasse et concrète. On
la tire par incision d'une espèce de palmier qui croît dans la partie
de l'Afrique occidentale voisine du Rio-Grande. On emploie cette
substance dans les affections rhumatismales; on en frotte la partie
malade, qui en éprouve du soulagement.

On assure dans l'île qu'il s'y trouve une mine d'argent, mais que,
dans la crainte que le roi ne s'en saisisse, le marquis das Minhas
diffère toujours à la faire ouvrir. On ajoute qu'un particulier, qui
s'était retiré dans les montagnes pour y mener la vie érémitique, en
tira de l'or jusqu'à la charge d'un âne.

Froger dit que les Portugais de Saint-Antoine, comme ceux des autres
villes, sont d'une couleur sombre et basanée, mais qu'ils ont le
caractère fort doux et fort sociable. Roberts confirme cet éloge. Il
nous apprend que leur île est une espèce de magasin d'esclaves. Dans
le temps, dit-il, que les Portugais faisaient le commerce des esclaves
pour l'Espagne, le marquis das Minhas fit acheter en Guinée une
cargaison de Nègres, et les établit à ses frais dans son île, où ils
apprirent bientôt des Nègres libres du pays la manière de former des
plantations et de fournir à leur propre entretien. Ces esclaves
multiplièrent si vite, que, sans compter ceux que le marquis fit
transporter en Portugal et au Brésil, ils font les quatre cinquièmes
des habitans, dont le nombre total monte à deux mille cinq cents. Ils
ont non-seulement leurs maisons et leurs femmes comme les Nègres
libres, mais encore des biens qu'ils cultivent pour eux-mêmes, avec la
dépendance naturelle du seigneur, sous l'autorité d'un inspecteur, qui
est ordinairement un Portugais européen, et qui porte le titre de
capitaine more. Ainsi l'île est divisée en deux sortes de Nègres,
entre lesquels il s'élève quelquefois des querelles dont la fin est
toujours sanglante. Les Nègres libres font valoir leur liberté. Les
autres leur reprochent de n'être que des fermiers, qui peuvent être
déplacés au gré du maître, et fixés même à l'esclavage par la
nécessité, ou par la souveraine volonté du marquis. Ces injures se
terminent ordinairement par des coups, et les Nègres libres, qui sont
fort inférieurs en nombre, ne remportent jamais l'avantage.
L'inspecteur même a souvent beaucoup de peine à réprimer l'insolence
des esclaves. Mais, comme ils sont plus utiles que les autres à
l'intérêt du maître, la faveur penche de leur côté. La liberté n'est
bonne qu'à ceux qui la possèdent, et l'esclavage ne pèse qu'à ceux qui
le souffrent.

FIN DU PREMIER VOLUME.



TABLE DES MATIÈRES

CONTENUES DANS CE VOLUME.


PREMIÈRE PARTIE.--AFRIQUE.


LIVRE PREMIER.

DÉCOUVERTES ET CONQUÊTES DES PORTUGAIS.

                                                         Pag.
  Avertissement de l'éditeur ............................. i

  Notice sur J.-F. Laharpe ............................... v

  Précis de l'Histoire des Voyages et Découvertes,
  depuis l'antiquité jusqu'à nos jours ................. xxv

  Préface.--Plan sommaire de cet ouvrage ................ li

  CHAPITRE PREMIER.--Premières tentatives
  des Portugais. Expédition de Gama ...................... 1

  CHAP. II.--Voyage de Cabral et de Jean de Nuéva. Second
  voyage de Gama. Exploits de Pachéco. Commencemens
  d'Alphonse d'Albuquerque .............................. 38

  CHAP. III.--Exploits d'Almeyda et d'Albuquerque.
  Puissance et corruption des Portugais.
  Siége de Diu. Sylveïra et Jean de Castro .............. 65


LIVRE SECOND.

VOYAGES D'AFRIQUE.
                                                         Pag.

  CHAPITRE PREMIER.--Premiers voyages des Anglais sur
  les côtes d'Afrique, dans les Indes et dans la mer
  Rouge ................................................. 98

  CHAP. II.--Voyages aux Canaries. Description
  de ces îles .......................................... 145

  CHAP. III.--Voyages aux îles du cap Vert ............. 217


FIN DE LA TABLE.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Abrégé de l'Histoire Générale des Voyages (Tome premier)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home